• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 Preface
 Introduction
 Rassembler l'equipe FSR/E: Aspect...
 Mise au point d'un modéle de systéme...
 S'établir dans la communauté
 Groupement des paysans: Formation...
 Assembler les informations nécessaires...
 Utiliser l'information existan...
 Enquetes informelles pour la collecte...
 Enquetes formelles pour démarrer...
 Mise au point d'un programme d'essais...






Group Title: Volume 1. Manuel du stagiaire. Formation en FSR/E
Title: Methode diagnostique de la Recherche-Vulgarisation en Systemes de Production. Volume 1. Manuel du stagiaire. Formation en FSR/E
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00054323/00001
 Material Information
Title: Methode diagnostique de la Recherche-Vulgarisation en Systemes de Production. Volume 1. Manuel du stagiaire. Formation en FSR/E
Series Title: Volume 1. Manuel du stagiaire. Formation en FSR/E
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Walecka, Lisette
Affiliation: University of Florida -- Farming Systems Support Project -- Institute of Food and Agricultural Sciences
Publisher: University of Florida, Institute of Food and Agricultural Sciences
Publication Date: 1987
 Subjects
Subject: Farming   ( lcsh )
Agriculture   ( lcsh )
Farm life   ( lcsh )
University of Florida.   ( lcsh )
Spatial Coverage: North America -- United States of America -- Florida
 Notes
Funding: Electronic resources created as part of a prototype UF Institutional Repository and Faculty Papers project by the University of Florida.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00054323
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved, Board of Trustees of the University of Florida

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page
    Table of Contents
        Table of Contents
    Preface
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Introduction
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Rassembler l'equipe FSR/E: Aspect interdisciplinaire
        Page A
        Page A 1
        Page A 2
        Page A 3
        Page A 4
        Page A 5
        Page A 6
        Page A 7
        Page A 8
        Page A 9
        Page A 10
        Page A 11
        Page A 12
        Page A 13
        Page A 14
        Page A 15
    Mise au point d'un modéle de systéme de production
        Page B
        Page B 1
        Page B 2
        Page B 3
        Page B 4
        Page B 5
        Page B 6
        Page B 7
        Page B 8
        Page B 9
        Page B 10
        Page B 11
        Page B 12
        Page B 13
        Page B 14
        Page B 15
    S'établir dans la communauté
        Page C
        Page C 1
        Page C 2
        Page C 3
        Page C 4
        Page C 5
        Page C 6
        Page C 7
        Page C 8
        Page C 9
    Groupement des paysans: Formation des domaines de recommandation
        Page D
        Page D 1
        Page D 2
        Page D 3
        Page D 4
        Page D 5
        Page D 6
        Page D 7
        Page D 8
        Page D 9
        Page D 10
        Page D 11
        Page D 12
        Page D 13
        Page D 14
        Page D 15
        Page D 16
        Page D 17
        Page D 18
        Page D 19
        Page D 20
        Page D 21
        Page D 22
        Page D 23
        Page D 24
        Page D 25
        Page D 26
        Page D 27
        Page D 28
        Page D 29
        Page D 30
        Page D 31
        Page D 32
        Page D 33
    Assembler les informations nécessaires á l'FSR/E: Méthodes appropriées
        Page E
        Page E 1
        Page E 2
        Page E 3
        Page E 4
        Page E 5
        Page E 6
        Page E 7
        Page E 8
        Page E 9
        Page E 10
        Page E 11
        Page E 12
        Page E 13
        Page E 14
        Page E 15
        Page E 16
        Page E 17
        Page E 18
        Page E 19
        Page E 20
        Page E 21
        Page E 22
        Page E 23
        Page E 24
        Page E 25
        Page E 26
        Page E 27
        Page E 28
        Page E 29
        Page E 30
        Page E 31
    Utiliser l'information existante
        Page F
        Page F 1
        Page F 2
        Page F 3
        Page F 4
        Page F 5
        Page F 6
        Page F 7
        Page F 8
        Page F 9
        Page F 10
        Page F 11
        Page F 12
        Page F 13
        Page F 14
        Page F 15
        Page F 16
        Page F 17
        Page F 18
        Page F 19
        Page F 20
        Page F 21
        Page F 22
        Page F 23
        Page F 24
        Page F 25
        Page F 26
        Page F 27
        Page F 28
        Page F 29
        Page F 30
        Page F 31
        Page F 32
        Page F 33
        Page F 34
        Page F 35
        Page F 36
        Page F 37
        Page F 38
        Page F 39
    Enquetes informelles pour la collecte des données
        Page G
        Page G 1
        Page G 2
        Page G 3
        Page G 4
        Page G 5
        Page G 6
        Page G 7
        Page G 8
        Page G 9
        Page G 10
        Page G 11
        Page G 12
        Page G 13
        Page G 14
        Page G 15
        Page G 16
        Page G 17
        Page G 18
        Page G 19
        Page G 20
        Page G 21
    Enquetes formelles pour démarrer l'FSR/E: Procédures simplifiées
        Page H
        Page H 1
        Page H 2
        Page H 3
        Page H 4
        Page H 5
        Page H 6
        Page H 7
        Page H 8
        Page H 9
        Page H 10
        Page H 11
        Page H 12
        Page H 13
        Page H 14
        Page H 15
        Page H 16
        Page H 17
        Page H 18
        Page H 19
        Page H 20
        Page H 21
        Page H 22
        Page H 23
        Page H 24
        Page H 25
        Page H 26
        Page H 27
        Page H 28
    Mise au point d'un programme d'essais en milieu paysan
        Page I
        Page I 1
        Page I 2
        Page I 3
        Page I 4
        Page I 5
        Page I 6
        Page I 7
        Page I 8
        Page I 9
        Page I 10
        Page I 11
        Page I 12
        Page I 13
        Page I 14
        Page I 15
        Page I 16
        Page I 17
        Page I 18
        Page I 19
        Page I 20
        Page I 21
        Page I 22
        Page I 23
        Page I 24
        Page I 25
        Page I 26
        Page I 27
        Page I 28
        Page I 29
        Page I 30
Full Text




METHOD DIAGNOSTIQUE
DE L'FSR/E


^ii^


Volume I/ Manuel du stagiaire
Formation en FSR/E


0\

















METHOD DIAGNOSTIQUE DE LA RECHERCHE-
VULGARISATION EN SYSTEMS DE PRODUCTION


VOLUME I : FORMATION EN FSR/E











Pr6par6 par :

Project de Soutien aux Systbmes de Production
Service des Programmes Internationaux
Institute des Sciences Agricoles et Alimentaires
University de la Floride
Gainesville, Florida 32611




Rbdaction technique, deuxihme Edition :
Tim Frankenberger, Universitb d'Arizona

RBdaction technique, premiere Edition :
Steve Franzel, Development Alternatives, Inc.
Malcolm Odell, Synergy International
Marcia Odell, Synergy International

R6daction coordination :
Lisette Walecka, University of Florida

24me Edition octobre 1987



Le Farming Systems Support Project (FSSP) r6sulte d'un accord
coop6ratif entire l'Universit6 de la Floride et l'Agence
am6ricaine pour le D6veloppement International, accord no.
DAN-4099-A-00-2083-000, project no. 936-4099.








TABLE DES MATIERES


PREFACE..................................................... i

INTRODUCTION.............................................viii

CHAPITRE I : Rassembler 1'6quipe FSR/E :
aspect interdisciplinaire................. I -

CHAPITRE II : Mise au point d'un module de systbme
de production............................II 1

CHAPITRE III : S'6tablir dans la communaut6.......... III 1

CHAPITRE IV : Groupement des paysans : formation
des domaines de recommandation..........IV 1

CHAPITRE V : Assembler les informations n6cessaires
A l'FSR/E : m6thodes appropri6es..........V 1

CHAPITRE VI : Utiliser information existante........VI 1

CHAPITRE VII : Enquetes informelles pour la collect
des donn6es............................VII 1

CHAPITRE VIII : Enquetes formelles pour d6marrer
1'FSR/E : procedures simplifi6es....VIII 1

CHAPITRE IX : Mise au point d'un programme d'essais
en milieu paysan........................IX 1






PREFACE

Un des principaux objectifs de 1'FSSP (Farming Systems
Support Project : Projet de Soutien aux Systemes de Production
Agricole) est de fournir la formation, et le soutien aux
activities de formation, en m6thodologie de Recherche-
Developpement en Systemes de Production Agricole. Cette serie de
volumes de formation fut mise au point en r6ponse A la pknurie de
materiel pedagogique n6cessaire & la formation du personnel
charge de la mise en pratique de l'approche au d6veloppement
agricole pr6conis6e par la m6thode FSR/E (Recherche-D6veloppement
en Systemes de Production Agricole).

Cette collection n'est pas un course, mais plutSt une serie de
materiel m6thodologique & l'appui des course de Recherche-
D6veloppement en Systemes de Production Agricole, ayant pour but
de fournir aux instructeurs et aux stagiaires une aide important
et varibe & 1'enseignement et A l'apprentissage des capacit6s
n6cessaires au succes de l'entreprise FSR/E.

Le Volume I, M6thode diagnosticue de 1'FSR/E, content neuf
chapitres servant a presenter aux stagiaires les diff6rentes
tapes du diagnostic tel que congu par l'FSR/E. Le diagnostic
initial en est le sujet principal, mais le Volume I ne s'y limited
pas, car il offre 6galement en detail l'aspect continue du
diagnostic au course du processus FSR/E. Ii souligne l'importance
du lien entire les sciences biologiques et sociales ainsi que des
questions touchant aux aspects socio-culturels et familiaux.

Le Volume II, Techniques de mise au point et d'analvse de
l'expBrimentation en agriculture Davsanne, content six chapitres
detaillant la mise au point de l'essai en milieu agricole et le
processus d'analyse. Il comprend aussi un chapitre sur l'analyse
statistique pour que l'instructeur n'ait pas A computer uniquement
sur des sources exterieures dans le domaine critique de la
conception et de l'analyse de l'exp6rimentation. Tout come son
ant6c6dant, le Volume II examine le rapport considerable entire
les disciplines sociologiques et scientifiques et leur apport A
la recherche en milieu paysan.

Le Volume III, Analyse et interpretation de l'exprrimentation
en agriculture pavsanne, pr6sente un guide & l'analyse soulignant
l'importance de 1'1tablissement des criteres d'6valuation des le
debut du processus de mise au point. II offre les techniques
fondamentales & 1'tude statistique et analytique n6cessaires &
l'experimentation en milieu paysan et fait le lien des volumes
pr6c6dents en introduisant le concept de l'analyse int6gr6e.

Le Manuel de l'instructeur accompagne ces trois volumes, et
fournit des examples d'exercices pratiques pour chacun d'eux. Un
des objectifs de ce materiel de formation est d'encourager la
participation active et directed du stagiaire au course de
l'apprentissage, & travers les discussions en groups, la mise en
scene des diff6rentes situations, et blen d'autres activists.






Celle-ci est la deuxibme edition du materiel de formation,
apres avoir subi certaines revisions issues des commentaires
regus de maintes personnel interess4es, des stagiaires mimes, et
d'autres concerns. Nous nous sommes efforc4s d'adresser tous
les points sugg6r6s, y compris l'int6gration des questions
concernant l'elevage, l'expansion de l'analyse Bconomique et
l'emphase sur l'aspect pratique des m6thodes pr6conis6es.

Le but n'est pas de presenter un texte exhaustif, mais
plut6t, de transmettre les renseignements de base sous une forme
aussi complete et concise que possible. Nous esperons que les
instructeurs aussi bien que les stagiaires iront en quite
d'informations suppl6mentaires sur chacun des sujets couverts
dans les diff6rents chapitres. Chacun d'eux possede ses propres
objectifs d'enseignement et ses points cl6s focalisant sur
l'essence mime du chapitre. Un glossaire pr6sente toutes les
definitions & la fin de chaque volume pour faciliter la
comprehension de la terminologie employee. Plusieurs chapitres
sont subdivises en sous-chapitres, en sections et sous-sections,
avec ses objectifs, points cl6s et discussions. Des suggestions
sont offertes sur les activit6s compl6mentaires A l'appren-
tissage, et chaque activity est accompagnee de directives pour
faciliter la t&che des instructeurs.

Chaque volume de cette s6rie comprend une introduction
portant sur les options d'utilisation des unites. Ces introduc-
tions d6crivent la sequence logique & suivre dans la pr6senta-
tion, et les pr6requis aux chapitres, sous-unit6s, ou sections.
Elles peuvent 6tre vues come guides pedagogiques pour l'instruc-
teur d6crivant la matiere A 1'6tude mais ne doivent surtout pas
etre conside&res come unique fagon d'utiliser le materiel.

Cet ouvrage n'est pas le dernier mot, mais plutat, le
fondement de la formation FSR/E. Nous encourageons tous
commentaires, adaptations, additions, et suggestions d'activit6s.
La meilleure measure de l'utilit6 d'un produit vient des
utilisateurs. La meilleure fagon d'am6liorer un produit est
d'ecouter leurs commentaires. A la fin de cette introduction,
vous trouverez une page destine & 1'evaluation et aux
commentaires que nous esperons recevoir de vous. Sans vouloir
limiter les remarques, nous vous invitons A ajouter autant de
suggestions que bon vous semblera.

RECONNAISSANCE

Plusieurs personnel ont particip6 A 1lelaboration de ces
manuels de formation, A partir de la planification, A la
redaction, a l'organisation initial, la revision, la mise en
page, la revue, jusqu'& la production finale. Les membres du
Project de Soutien d6sirent exprimer leur reconnaissance a tous
ceux qui ont particip6 g6enreusement A cet ouvrage.






R6daction technique :


Volume I :




Volume II:

Volume III:


Tim Frankenberger
Steve Franzel
Malcolm Odell
Marcia Odell

John Caldwell

John Caldwell


University of Arizona
Development Alternatives, Inc.
Synergy International
Synergy International

Virginia Polytechnic Institute

Virginia Polytechnic Institute


Volume III, sections portant sur l'analyse Bconomique :


Dan Taylor


Virginia Polytechnic Institute


Planification initial


Emanuel Acquah
Lorna Butler
Steve Franzel
Dan Galt
James Jones
Susan Poats
Federico Poey

Lisette Walecka


University of Maryland, Eastern Shore
Washington State University
Development Alternatives, Inc.
University of Florida, FSSP
University of Florida, FSSP
University of Florida, FSSP
Agricultural Development Consultants,
Inc.
University of Florida, FSSP


Auteurs :


Jay Artis
Emanuel Acquah
Kenneth Buhr
Lorna Butler
John Caldwell
Cornelia Flora
Steve Franzel
Dan Galt
Martha Gaudreau
John Hammerton

James Jones
Kenneth McDermott
James Meiman
Malcolm Odell
Ramiro Ortiz

Donald Osburn
Susan Poats
Kenneth Sayre

Jerry Van Sant
Robert Waugh
Peter Wotowlec


Michigan State University
University of Maryland, Eastern Shore
University of Florida
Washington State University
Virginia Polytechnic Institute
Kansas State University
Development Alternatives, Inc.
University of Florida, FSSP
University of Minnesota
Caribbean Agricultural Research and
Development Institute (CARDI)
University of Florida, FSSP
University of Florida, FSSP
Colorado State University
Synergy International
Agricultural Development Consultants,
Inc.
USAID/Washington
University of Florida, FSSP
International Agricultural Development
Service (IADS)
Development Alternatives, Inc.
Colorado State University
University of Florida






Peter Hildebrand
Dan Taylor
Henk Knipsheer
Al Hagan
Don Osburn
Marilynn Prehm
John Lichte
Jim Oxley
Mark Kujawa
John Russell

Contributeurs :

Ron Knapp

Dan Minnick

Robert Tripp
Janis Timberlake
Clive Lightfoot
Ly Tung


University of Florida
Virginia Polytechnic Institute
Winrock International
University of Missouri
U.S. Agency for International Development
Virginia Polytechnic Institute
University of Florida
Colorado State University
Colorado State University
University of Florida


Centro Internacional de Mejoramiento de
Maiz y Trigo (CIMMYT)
International Rice Research Institute
(IRRI)
CIMMYT
Virginia Polytechnic Institute
Cornell University
Visayas State College of Agriculture,
Philippines


Conseillers en formation :


Kathy Alison

Peg Hively


Office of International Cooperation, &
Development (OICD) USDA
Office of International Cooperation, &
Development (OICD) USDA


Les membres de 1'FSSP tiennent A remercier le personnel du
Programme Economie du CIMMYT et du CARDI pour avoir accord la
permission d'inclure certaines portions de leurs ouvrages dans
l'analyse Bconomique et dans la mise au point de
l'expbrimentation en milieu paysan, respectivement.

Revision :

La version prl6iminaire du Volume II, Techniques de mise au
point et d'analyse de l'exp6mimentation en agriculture paysanne,
fut utilis6e pour la premiere fois & l'atelier FSSP/Gambia
Diversification Agricole sur l'Exp6rimentation en milieu paysan,
en mal 1985. Certaines parties du Volume I, M6thode diagnostiaue
de l'FSR/E, furent mises en usage pour la premiere fois A
l'atelier sur la Recherche en Syst'mes Agricoles en JamaYque, en
juin 1985. Les reactions regues au course de cet essai, entire
autres, ont servi A la revision du texte.

Richard Bernsten, de 1'Universit6 de 1'Etat de Michigan,
pr6senta les manuels de formation du Projet de Soutien aux
Systemes de Production agricole pour les passer en revue lors de
l'Atelier intitul6 "Farming Systems Research Socio-Economics
Monitoring Tour", tenu du 16 au 18 septembre 1985, A l'IRRI, B
Los Bahos, aux Philippines, A la demand de Marlin Van Der Veen,
de l'IRRI.






Les commentaires 6mis a cette stance, ainsi que les remarques
de Richard Bernsten, s'av6errent tres utiles a la revision des
deux volumes. Susan Almy, de la Rockefeller Foundation, a aussi
fourni des observations d6taill6es. Peter Hildebrand, de
l'Universite de la Floride, a collabore une critique
suppl6mentaire a la revue des documents. Martha Gaudreau, de
1'Universit6 du Minnesota, joua un rl1e important dans la
revision du volume sur le diagnostic. Klaus Hinklemann, de
1'Institut Polytechnique de Virginie, a offert des conseils de
grande valeur concernant certain aspects statistiques des
manuels.

D'autres encore qui ont particip6 a la revision comprennent
Hal McArthur (University of Hawaii), Roque de Pedro (Visayas
State College of Agriculture, Philippines), Cornelia Flora
(Kansas State University), John Lichte (University of Florida),
Eric Crawford (Michigan State University). Janis Jiggins et
Federico Poey (AGRIDEC) ont offert des commentaires de grande
valeur.

Les membres du Projet de Soutien (FSSP: Farming Systems
Support Project) reconnaissent avec gratitude les contributeurs
mentionn6s ci-haut et tous ceux qui auraient pu Stre omis par
inadvertance. Je desire exprimer ma gratitude envers les
secr6taires du Projet pour leur patience et leur zBle au travail,
et de fagon toute sp6ciale, Lana Bayles, Shirlene Washington et
Jack Weiss qui ont oeuvr6 avec tant de diligence A la
presentation finale des manuels de formation. Je tiens Bgalement
a remercier Donna Long, de l'Institut Polytechnique de Virginie,
pour son assistance et sa patience A travers le processus de
revision.

Lisette Walecka
R6dactrice-coordinatrice
D6cembre, 1987.






MATERIEL ADDITIONNEL


Les interpretations et explications statistiques du Volume II
sont bases sur les tables statistiques de Rolf et Sokal, 1969.
Ii se peut que d'autres tables soient quelque peu diff6rentes.
Nous recommandons :

F. James Rolf and Robert R. Sokal, State University of New
York at Stonybrook, 1969, Statistical Tables, W. H. Freemand and
Company, San Francisco.

CARDI, avril, 1984, "On-Farm Experimentation : A Manual of
Suggested Experimental Procedures."

CIMMYT, r6vis6 en novembre, 1985, "Introduction to Economic
Analysis of On-Farm Experiments", Draft Workbook, CIMMYT
Economics Program.

FSSP, 1985, "Bibliography of Readings in Farming Systems",
Volume I.

Poey, F. et al, 1985, "Anatomy of On-Farm Trials : A case
Study from Paraguay", FSSP.

Hildebrand, P. et F. Poey, 1985, "On-Farm Agronomic Trials in
Farming Systems Research and Extension", Lynne Rienner
Publishers, Inc., Boulder, Colorado.

L'1quipe de 1'FSSP a mis au point une 6tude de cas basee sur
des donn6es pr6lev4es de la region de Las Cuevas en Rkpublique
Dominicaine; cette 6tude de cas offre l'opportunit6 aux
stagiaires d'interviewer les agriculteurs et d'6tablir les sujets
prioritaires de recherche.

Intra-Household Dynamics and Farming Systems Research and
Extension: Case Sutdies in Agricultural Development. Le
Population Council et le Projet de Soutien aux Systhmes de
Production (FSSP) ont mis sur pied une sbrie de sept cas
p6dagogiques qui portent directement sur le rapport entire la
comprehension du dynamisme du manage et la mise au point et
diffusion des nouvelles technologies visant a ambliorer la
production agricole. Chaque cas, pr6sent6 en deux ou trois
sections, offre aux stagiaires l'information tire de
l'exp6rience v6cue de v6ritables projects don't ils peuvent se
servir pour analyser le rapport entire les r8les des sexes et le
dynamisme du manage et le systhme agricole; l'6tude de ces cas
peut 6galement leur apprendre le processus de prise de decisions
qu'ils pourront plus tard appliquer aux projects auxquels ils
participeront eux-mgmes.






Les sept cas repr6sentant les projects en course qui ont
atteint au moins trois premieres tapes de 1'FSR/E (diagnostic,
mise au point et experimentation en milieu paysan et Evaluation).
Ils prksentent aussi un nombre de questions devant lesquelles se
trouvent les plus r6centes innovations technologiques en matibre
de FSR/E, telles que la relation entire 1'agroforesterie et
1'FSR/E, les m6thodes culturales en terres arides, les tendances
& "sur-sonder" et les liens recherche-d6veloppement (Feldstein et
Poats, 1985). Voici la liste des cas :

1. Project SAFGRAD au Burkina Fasso, r6dig6 par Joseph Nagy,
Sibiri Sawadogo et Hervert Ohm.

2. Project CARDI sur l'Tle Ste-Lucie, r6dig6 par Vasantha
Chase.

3. Project CIAT en Colombie, r6dig6 par Jacqueline Ashby.

4. Project TROPSOILS A Sitiung, en Indon6sie, r6dig6 par
Vickie Sigman et Carol Colfer.

5. Project Lac Balinsasayao dans les Philippines, r6dig6 par
Eva Wollenberg.

6. Project ARPT en Zambie, r6dig6 par Charles Chabala et
Robert Nguiru.

7. Project ATIP au Botswana, r6dig6 par Doyle Baker.


vii






I. INTRODUCTION

A. Definition de la Recherche-vulgarisation en Systemes de
Production

La Recherche-Vulgarisation en Systemes de Production (FSR/E)
est une approche A la recherche et diffusion agronomiques qui
permet d'affronter plus efficacement les problems de
l'agriculture paysanne. Cette approche fut l6abor6e dans les
ann6es 1970 en r6ponse A la constatation du fait que les
families paysannes ne recevaient pas les benefices de la
recherche agronomique. Bien qu'un lexique et que des
concepts eussent &et d'usage depuis les 15 dernieres ann6es
pour d6crire cette approche (par example, FSR, FSR and D,
FSR/E, FSIP, FSAR, OFR/FSP, etc.), il existe actuellement un
consensus sur ses principles, methodologies et objectifs
fondamentaux. L'FSR/E est employee dans ce manuel de
formation parce qu'il vise de fagon explicit la n6cessit4 de
reconnaTtre les liens entire les chercheurs, les agents de la
vulgarisation et les systemes de production (Poats, 1986).

Shaner et al en ont formula une definition appropriee :

"...une approche & la recherche et au developpement
agricoles qui englobe le systeme d'exploitation
entier et se concentre sur 1) les interdependances
des secteurs agricoles ger6s par les membres du
menage, et 2) la fagon don't ces secteurs reagissent
aux milieux physique, biologique et socio6conomique
qui ne sont pas contr8ler par les membres du manage.
Les systemes de production sont d6finis par leur
environnement physique, biologique et socio-
Bconomique et par les objectifs des families
agricoles, ainsi que par d'autres facteurs tels que
l'acces aux resources, le choix des activities de
production et les pratiques gestionnaires
(1982:13)."

B. Caracteristiques de la Recherche-Vulgarisation des
Systemes de production

Les principaux attributes et les principles fondamentaux de la
m6thode pr6conisee par l'FSR/E sont les suivants (tires pour
la plupart de Sands, 1985) :

1. L'FSR/E est centre sur le pavsan l'FSR/E vise les
families de l'agriculture paysanne en tant que clients de la
recherche et du d6veloppement de la technologies agricole.
Elle s'appuie sur les priorities des agriculteurs mgmes et
pulse dans les connaissances acquises par ceux-ci.

2. L'FSR/E est globale 1'FSR/E envisage l'exploitation de
fagon global tout en se concentrant sur interaction de ses
secteurs particuliers, tenant compete des facteurs humans
tout aussi blen que naturels du milieu agricole.


viii






La recherche est ax6e sur les sous-syst~mes de production
mais elle n'omet pas 1'importance des connections aux autres
systhmes et l'6valuation qui en r6sulte tient compete des
liens entire ces sous-systhmes (Baker et Norman, 1986).

3. L'FSR/E est une appproche dvnamique. iterative et efficace
A r6soudre les problimes 1'FSR/E identified d'abord les
contraintes techniques, biologiques et sociobconomiques au
niveau de l'exploitation, puis propose des technologies ou
pratiques que les families agricoles pourront adopter pour
r6duire ces contraintes. Elle permet d'ajuster la mise au
point de la technologies A measure que s'accroisent le rapport
et la communication avec les paysans.

4. L'FSR/E est interdisciplinaire la collaboration entire
les experts en sciences agronomiques et les experts en
sciences sociales est necessaire pour comprendre les
conditions et les contraintes dans lesquelles les paysans
doivent operer et pour mettre au point ou introduire les
technologies am6lior6es qui conviennent a ces situations.

5. L'FSR/E est un complement A la recherche en products
agricoles sp6cifigues, et non un succ6dan6 1'FSR/E puise
dans les connaissances des technologies et des strategies
d'ambnagement d6ja acquises par les programmes de recherche
et les adapte aux circonstances ambiantes et socio6conomiques
sp6cifiques. En retour, elle complete le circuit en offrant
aux programmes de recherche les notions pratiques qui
permettent d'6tablir les priorities d'investigation.

6. L'FSR/E reconnaTt que les facteurs techniques et humans
sont sp6cifigues aux milieux ambiants les agriculteurs sont
fr6quemment groups selon les differences 4cologiques et
techniques afin de faciliter le transfer de la technologies
(Lightfoot, 1980). Ces groupements sont appel4s domaines de
recommendations. Une fois les groups forms, la contrainte
la plus 6vidente devient l'objet de 1'investigation.

7. L'FSR/E teste les technologies au course d'essais en milieu
rural l'exp6rimentation en milieu paysan permet aux
agriculteurs aussi bien qu'aux chercheurs de collaborer et
offre l'opportunit6 de mieux comprendre le systhme de
production pour arriver a une meilleure evaluation des
technologies mise en usage dans les conditions particulibres
du milieu en question.

8. L'FSR/E tient compete des reactions des pavsans 1'FSR/E
fournit l'occasion aux agriculteurs d'6mettre leurs opinions
concernant leurs buts, besoins et priorities ainsi que les
criteres don't ils se servent pour 6valuer les technologies
proposees. Leurs reactions sont dirig6es vers les chercheurs
aux stations exp6rimentales, aussi bien qu'aux responsables
de la politique agricole national et regionale.






C. Etapes de la Recherche-Vulgarisation en Svstmes de
Production

II y a quatre tapes reconnues dans la m6thode FSR/E qui
peuvent 4tre d6crites come suit (tir6 de Norman et
Collinson, 1985) (Voir Figure 1).

1. L'1tape descriptive ou diagnostique au course de cette
tape, les syst4mes de production sont examines dans le
context de l'environnement total. Les chercheurs
d6terminent les contraintes que doivent affronter les
agriculteurs et v6rifient la flexibility potentielle
concernant la synchronisation des 6v6nements, les resources
disponibles, etc. Ils s'efforcent Bgalement A comprendre les
buts et motivations des agriculteurs qui affectent ou
influencent les possibilities d'am6liorer le systeme de
production. Durant l'6tape diagnostique, ils utilisent de
nombreuses mt6hodes formelles et informelles pour faire la
collect des donn6es quantitatives et qualitatives.

2. L'6tape de planification ou mise au point C'est au course
de cette tape que les strategies d'intervention sont
identifies pour assurer qu'elles sont appropri6es aux
contraintes d6terminbes au course de l'6tape diagnostique
(Gilbert, Norman et Winch, 1980). On se fie beaucoup ici sur
information obtenue de la recherche effectu6e A la station
exp6rimentale, sur les r6sultats des essais effectubs en
plein champ sous la surveillance des chercheurs, ainsi que
sur les connaissances des agriculteurs. Cette phase implique
1'6valuation ex ante de la technologies ou pratique en ce qui
concern la vraisemblance technique, la viability 6conomique
et l'acceptabilit6 social dans la region cible.

3. L'6tape de verification ou mise A 1'essai Les
recommendations faites a l'issu de l'6tape de mise au point
sont examinees dans les conditions reelles du milieu rural.
Cette phase vise a 6valuer la convenance et l'acceptabilit6
des pratiques am6lior6es dans le syst4me de production
existant. Elle comprend g6enralement deux tapes : 1) les
essais effectu6s par les agriculteurs sous la surveillance
des chercheurs, et 2) les essais ex6cut6s totalement par les
agriculteurs mimes.

4. L'6tape de recommendation et de dissemination
(vulgarisation) Les technologies ou pratiques qui se sont
av6eres fructueuses sont mises a la disposition des autres
agriculteurs operant dans les circonstances similaires.

En pratique, il n'y a pas de limits pr6cises entire les
diverse tapes, ou de direction strictement lin4aire. Le
processus de recherche est reconnu come etant dynamique et
iteratif, ayant des liens dans les deux sens. Le personnel
de recherche met au point certaines technologies et en teste
d'autres, alors que surgissent de nouveaux probl4mes qul






devront etre dlagnostiqu6s A measure que s'epure notre
conception du systeme de production.

D. Rapport entire la Recherche-Vulgarisation en Svsthmes de
Production (FSR/E) et l'Approche des Svstlmes de Production
vis-a-vis du soutien et de la politique infrastructurelle
(FSIP).

L'objectif primordial de 1'FSR/E est d'am4liorer le bien-etre
des families rurales en accroissant la productivity du
systeme de production dans le context des fins personnelles
aussi bien que sociales, 6tant donn6 les contraintes et
potentiels des syst'mes de production (Norman et Collinson,
1985). La productivity peut etre amblior6e soit en
d6veloppant une technologies pertinente (FSR/E), soit en
mettant en oeuvre des organismes de soutien et de politique
appropribs (FSIP). Bien que le programme de formation se
concentre surtout sur 1'FSR/E, il est important de comprendre
les differences, les rapports et la compl6mentarit6 de ces
deux approaches. L'FSR/E est une strategic de recherche axee
sur l'achevement des projects, et qui implique normalement le
d6veloppement et la diffusion de pratiques et/ou technologies
agricoles ameliorbes appropribes A 1'agriculture paysanne
(Norman, 1982). Ainsi, le produit principal de 1'FSR/S est la
technologies et les clients primordiaux sont les agriculteurs
A resources limitbes (Hildebrand et Waugh, 1983). L'FSIP,
par contre, est une approche A la planification du
d6veloppement rural qui opere A un niveau plus vaste que
1'FSR/E du fait qu'elle analyse et influence la politique
agricole et/ou le progrbs des organizations institutionnelles
qui affectent l'agriculture paysanne (Norman, 1982). Le
produit principal de 1'FSIP est l'information et ses clients
sont les responsables de la politique agricole et les
directeurs des services A l'agriculture (Hildebrand et Waugh,
1983). Bien que les activities de 1'FSIP aient d'importantes
consequences autant sur la production que sur la consommation
aupres des families rurales, elles d6passent l'6tendue de ce
manuel de formation.







R6f6rences cities


Baker, D.C. et D. W. Norman
1986 A Framework for Assessing Garming Systems
Activities in National Settings in West Africa:
With Special Reference to Senegal and Nigeria.
West African Farming Systems Research Networkshop,
Dakar, Senegal. Mars.

Gilbert, E.J., D. W. Norman et F.E. Winch
1980 Farming Systems Research: A Critical Appraisal,
MSU Rural Development Papers, Lansing, MSU. MSU
Rural Development Paper No. 6.

Hildebrand, P.E. et R. K. Waugh
1983 "Farming Systems Research and Development", in
Farming Systems Support Project Newsletter, Vol.1,
No. 1, printemps.

Lightfoot, Clive
1986 A Report on the Principles and Practices of
Farming systems Research employ par le Farming
Systems Development Project. Farming Systems
Development Project. Eastern Visayas, Cornell,
avril.

Norman, David
1980 Farming systems Research: A Critical Appraisal,
MSU Rural Development Papers, Lansing, MSU. MSU
Rural Development Paper No. 6.

Norman, D. et M. Collinson
1986 Farming Systems Approach to Research in Theory and
Practice.

Poats et al.
1986 Farming systems Research and Extension: Status and
Potential in Low-Resource Agriculture. Compte
rendu pr6sent6 a l'Office of Technology
Assessment, Congress of the United States. Farming
Systems Support Project.

Sands, DebrahM.
1985 A Review of Farming Systems Research. Technical
Advisory Committee/CGIAR.

Shaner, W.W.,,P.F. Philipp et W.R. Schmehl
1982 Farming Systems Research and Development;
Guidelines for Developing Countries, Boulder,
Colorado, Westview Press.


xii







Figure 1 : SCHEMA DE LA RECHERCHE EN SYSTEMS DE PRODUCTION


Etapes
1. Descriptive ou
diagnostique


Systbme de production
courant (formulation
des hypotheses)


Organismes de
soutien et
politiques


Experiences des
agriculteurs


2. Planification ou
mise au point


Ensemble des
connaissances


Station
expirimentale


DC, EC


3. Verification ou
mise A l'essai


4. Dissemination
ou diffusion


Systbme de
production
modifi6


Source : Norman et Collinson, 1985.

Cls : C = chercheur
A = agriculteur
D = direction
E = execution


xiii


DC,EA


DA,EA






II. PLAN DU MANUEL

Ce volume pr6sente les concepts et les instruments ser-
vant a la phase diagnostique de 1'FSR/E. Au course de cette
phase, 1'6quipe multidisciplinaire travaille en collaboration
avec les agriculteurs pour d6crire le syst4me de production
faisant 1'objet de 1'etude et pour identifier les problmes
qui s'y posent. L'6quipe suggere des solutions possibles et
les opportunities d'ameliorer le systAme de production qui
sont aptes A recevoir attention de la recherche en milieu
paysan et d'autres interventions.

Le praticien de 1'FSR/E dispose de plusieurs moyens pour
rassembler et analyser l'information nbcessaire au diagnos-
tic. Ce materiel fournit aux membres de 1'1quipe FSR/E les
connaissances fondamentales des techniques appropri6es et des
concepts sous-jacents du diagnostic.

Chapitre I. Rassembler 1'6quipe FSR/E : aspect interdisci-
plinaire

Lorsque l'agriculteur r6partit les resources don't il
dispose parmi ses diverse entreprises, il integre les con-
naissances de plusieurs disciplines. L'1quipe FSR/E benefi-
cie d'une meilleure comprehension du systeme de production et
des stratagemes des agriculteurs si leurs activities sont
interdisciplinaires. Cet aspect interdisciplinaire est l'une
des principals caracteristiques qui diff6rencient 1'FSR/E
des autres approaches A la recherche et au d6veloppement. Ce
chapitre permet aux membres de l'quipe de mieux comprendre
les contributions des diverse disciplines a l'tape diagnos-
tique ainsi qu'autres tapes de l'FSR/E.

Chapitre II. Mise au point d'un module de system de
production

Les modules servent A d6crire et A analyser les systems
de production et leurs composants. Les modules structuraux
aussi bien que les modules de processus aident les membres de
l'4quipe FSR/E A d6crire les systemes de production et A ana-
lyser les stategies gestionnaires de l'agriculture paysanne.

Chapitre III. S'6tablir dans la communaut6 agricole

Il est trbs important d'apprendre A connaTtre la commu-
naut6 dans laquelle l'equipe FSR/E pr6voit operer. II lui
faut obtenir 1'approbation des leaders locaux et de toute une
game d'agriculteurs formant le coeur de la communaut6
rurale. Ce chapitre offre l'information qui permet A 1'quipe
FSR/E de fair le travail de foundation dans la communaut6.

Chapitre IV. Groupement des paysans : formation des domaines
de recommendation


xiv







Les recommendations de vulgarisation bases uniquement
sur les facteurs geographiques ou 6cologiques ne sont pas
approprl6es A tous les agriculteurs d'une mime region. Comme
il nest pas toujours commode de mener des recherches sur les
probl4mes sp6cifiques de chaque agriculteur, il faut arriver
a definir des groups d'agriculteurs homogenes ou domaines de
recommendation. Ce chapitre examine le concept du domaine de
recommendation, sa nature dynamique et ses critbres, autant
sur le plan natural que socio-Bconomique, servant au groupe-
ment des agriculteurs.

Chapitre V. Assembler les informations n6cessaires & l'FSR/E
choisir les m6thodes appropri6es

II existe plusieurs fagons de rassembler les donnees
n6cessaires au diagnostic (donn6es secondaires, sondages
informels, enquetes formelles, experimentations, 6tudes de
cas particuliers, etc.). Le choix de la m6thode depend de la
situation et du type d'informations recherchbes. Ce chapitre
offre une vue d'ensemble des diverse methodes disponibles A
l'1quipe FSR/E.

Chapitre VI. Utiliser l'information existante dans l'FSR/E

Les membres de 1'1quipe se servent des donn6es secon-
daires pour se familiariser avec la region qui fait l'objet
de leur 6tude. Ces donn6es servent Bgalement A identifier
les sujets qui devront atre inclus au sondage informel. Ce
chapitre pr6sente une variety de sources de donn6es secon-
daires ainsi que les techniques qui permettent de les
employer A meilleur escient.

Chapitre VII. Enquetes "informelles" pour la collect des
donnees dans le cadre de 1'FSR/E

Les sondages informels offrent un moyen rapide de rassem-
bler information concernant les circonstances et les pro-
blbmes de agriculture paysanne. Leur usage est commun au
course de la phase diagnostique. Les habiletes A bien mener
les interviews et la preparation des sujets A questionner
sont deux des techniques qui favorisent le succes du sondage,
et don't traite ce chapitre.

Chapitre VIII. Enquetes formelles pour d6marrer 1'FSR/E -
quelques procedures simplifiees

Les enquetes formelles de la phase diagnostique s'av4rent
des plus efficaces A la verification des r6sultats obtenus
des sondages rapides. Ce chapitre examine le pour et le
centre des enqu6tes formelles contrast6es aux sondages
informels, l'aspect compl6mentaire des deux m6thodes ainsi
que les aspects positifs et n6gatifs de l'enquete formelle en
tant qu'outil du diagnostic.






Chapitre IX. Mise au point d'un programme d'essais en milieu
paysan

Ce chapitre 6tudie les liens entire le diagnostic et la
mise au point des experimentations en milieu rural. Comme le
diagnostic initial r6vele g6neralement plus de probl6mes
agronomiques qu'une 6quipe ne peut adresser A la fois, il est
n6cessaire d'4tablir des priorities de recherche. Ce chapitre
aide les praticiens & diff6rencier entire problemes et
solutions, et leur fournit les outils n6cessaires a
l'1valution des solutions possibles et A 1'6tablissement des
priorit&s de recherche.


xvi








CHAPITRE I
RASSEMBLER LEQUIPE FSR/E:
ASPECT INTERDISCIPLINAIRE






CHAPITRE I


RASSEMBLER L'EQUIPE FSR/E :
INTERDISCIPLINAIRE

PLAN

1. Que signifie interdisciplinaire ?

2. Quelles sont les caract6ristiques d'une 6quipe interdisci-
plinaire efficace ?

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Aprbs avoir compl6et ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Savoir de quels membres 1'6quipe FSR/E devrait Stre
compose.

2. D6clarer comment leur propre sp6cialit6, ainsi que celle
des autres membres de l'6quipe, peut contribuer au proces-
sus diagnostique.

3. Identifier les functions de chaque discipline & chaque
tape du processus diagnostique.

POINTS CLEFS

1. L'approche de 1'FSR/E est caracteris6e par le rassemble-
ment d'une vari6te de sp6cialit6s ou disciplines dans le
but de traiter les problemes du d6veloppement agricole du
tiers-monde.

2. L'FSR/E exige non seulement que ces disciplines soient
repr6sent6es mais aussi que les repr6sentants oeuvrent de
concert et de manibre efficace.

3. Les 6quipes FSR/E doivent Stre organisees de fagon A
pouvoir ad6quatement planifier, executer, 6valuer et
suivre les activit6s.

VOCABULAIRE

Disciplinaire : se dit en parlant de ou relatif a un champ
d'6tude particulier.

Interdisciplinaire : se dit de l'apport des diverse disci-
plines don't le travail en common est planifi6, ex6cut6 et
6valu6 ensemble.

Multidisciplinaire : se dit d'un group de scientifiques
sp6cialis6s dans plusieurs domaines et don't 1'effort de
travail est planifi6, ex6cut6 et 6valu6 par chacun des
membres du group s6par6ment.


page I 1






DISCUSSION


1. QUE SIGNIFIE INTERDISCIPLINAIRE ?

La nature interdisciplinaire de la recherche-vulgarisa--
tion des systbmes de production est un facteur-cle. Shaner,
Philipp et Schmehl (1982) decrivent l'aspect interdiscipli-
naire come 6tant "les fr6quentes interactions des repr6sen-
tants de diff6rentes disciplines travaillant ensemble A des
t&ches communes pour arriver A de meilleurs r6sultats que
s'ils oeuvraient ind6pendamment". Cette definition se con-
centre sur l'aspect du travail conjoint a des t&ches
communes, et en effet, l'effort d'aide aux paysans visant A
ameliorer leur productivitA est indubitablement une tache
interdisciplinaire. Cela vient du fait que les activists
mmnes du paysan sont interdisciplinaires. Le paysan agit en
tant que phytoselectionneur lorsqu'il choisit les varieties
culturales, en tant que specialiste en zootechnie lorsqu'il
nourrit le b6tail, en tant qu'6conomiste lorsqu'il determine
l'allocation des resources limit6es aux diverse entre-
prises, et en tant que sociologue lorsqu'il prend part aux
institutions sociales et au patrimoine de sa culture.

Les r8les respectifs des diff6rentes disciplines de
1'FSR/E sont largement compl6mentaires. En effet, le sp6cia-
liste en science agricole identified les contraintes & la
production d'ordre technique et propose des technologies qui
ont pour but d'augmenter la productivity. L'6conomiste
agricole, lui, identified les contraintes au niveau des res-
sources et value la rentabilit6 et la possibility de r6ali-
sation des ameliorations proposes. Le sociologue, A son
tour, analyse le context social dans lequel la famille pay-
sanne fonctionne et value l'acceptabilit6 des interventions
proposes. Sur le plan m6thodologique, le sociologue contri-
bue des m6thodes de sondage pour arriver a un diagnostic
evaluationn) des problemes et recommander une approche favo-
rable & la recherche de solutions en collaboration avec le
paysan. L'agronome contribute les m6thodes exp6rimentales
pour 6prouver les solutions proposes. Tous participent &
1'6valuation des r6sultats obtenus des tests.

La mise sur pied d'une 6quipe interdisciplinaire est
extr6mement difficile. Gilbert, Norman et Winch (1981) font
la distinction entire une 6quipe multidisciplinaire et une
6quipe interdisciplinaire. Dans l'effort multidisciplinaire,
les membres de 1'6quipe travaillent a leur propre recherche,
qu'ils congoivent, m6nent et 6valuent eux-m8mes, ou qui est
congue, mente et 6valu6e par des collbgues ou des sup6rieurs.
Dans le cas de la recherche interdisciplinaire, les membres
de l'6quipe mettent A l'ordre du jour une 6tude commune et
collaborent efficacement A toutes les tapes de cette 6tude.
Malheureusement, il arrive de trouver des 6quipes FSR/E oh
les sociologues menent des enquates et les agronomes mBnent
des exp6rimentations sans l'interaction des deux groups.


page I 2






Ce qui, d'apres ces auteurs, represente un example evident
d'efforts multidisciplinalres n'6tant pas aussi efficaces
qu'un travail Interdisciplinaire.

2. QUELLES SONT LES CARACTERISTIQUES D'UNE EQUIPE
INTERDISCIPLINAIRE EFFICACE ?

Shaner, Philipp et Schmehl (1982) se servent d'un fruit
come une citrouille par example en tant que module, tel
qu'illustr6 A la page 185 de leur ouvrage. Les composants
essentiels de ce module sont :

un noyau compose de membres comp6tents, d6di6s et
agr6ables
entour6 d'une parties charnue compose de dirigeants
flexibles et 6quilibr6s
li6 et valoris6 par la collaboration du travail en
6quipe et la fr6quente communication
soutenu par le cadre institutionnel qui salt appr6cier
et r6compenser le temps, l'effort et le coQt suppl6men-
taires associ6s au succ6s du travail interdisciplinaire

L'6quipe devrait 6galement 6tablir une bonne entente avec les
autres organizations, telles les universities, les agencies
gouvernementales, etc.

a. Travailleurs comp6tents, d6di6s et agr6ables

Ces qualit6s sont essentielles au succes de tout travail
mais sont encore plus importantes au programme interdiscipli-
naire de 1'FSR/E. II arrive que, dans le cadre de 1'FSR/E,
un compromise soit n6cessaire sur le plan des procedures con-
ventionnelles d'une discipline de fagon A pouvoir travailler
efficacement avec les autres disciplines en vue d'atteindre
les buts communs de l'equipe. La mise en oeuvre des exp6ri-
mentations dans le champ d'un paysan, par example, r6duit le
niveau de contr8le sur les variables que le chercheur tente
de mesurer. Les objectifs de l'6quipe demandent peut-atre
que les essais soient faits sur le terrain dans les condi-
tions paysannes pour assurer que les r6sultats soient signi-
ficatifs. Les individus qui sont comp4tents dans leur
domaine ne se sentent pas menac6s par le travail interdisci-
plinaire.

La dedication aux buts de l'6quipe interdisciplinaire est
crucial car les objectifs disciplinaires 6troitement d6finis
peuvent tr&s bien ne pas Stre pertinents aux fins de l'6quipe
qui visent la solution des problemes et qui sont d6terminees
en commun. Un Aconomiste, par example, peut vouloir mener une
longue et coateuse enquite qui g6n6rerait des analyses com-
plexes don't les r6sultats conviendraient & la publication
d'articles dans les revues scientifiques. Par contre,
l'6quipe peut juger que les b6n6fices d'une telle enquite


page I 3






n'en justifient pas les d6penses et que les m6thodes du
sondage de reconnaissance rapide sont plus appropri6es.

Enfin, une personnalit6 agr6able est essentielle & la
participation du travail d'6quipe interdisciplinaire. Les
membres de 1'6quipe doivent respecter et s'int6resser & la
discipline de chacun et partager volontiers toute information
venant de leur propre branch. De plus, ils doivent communi-
quer ais6ment avec les paysans pour en tirer information
essentielle.

b. Direction sensible et 6quilibr6e

"Le succes du chef de l'6quipe depend largement de sa
capacity d'unifier la perspective et la competence unique des
membres vers une fin commune" (Shaner, Philipp et Schmehl,
1981). Il est done n6cessaire que le chef d'6quipe sache
percevoir le potential que chaque membre peut contribuer et
qu'il soit sensible aux differences entire les disciplines.
En effet, diff6rentes disciplines operent selon different
pr6ceptes, emploient diff6rents instruments et s'expriment en
un vocabulaire sp6cialis6, etc. Le chef de 1'6quipe doit
6tablir le point common sur lequel seront ax6s les objectifs
collectifs et & partir duquel les m6thodes seront d6cid6es.

c. Collaboration et communication fr6quente

Le travail en collaboration est essential au succbs de
1'6quipe FSR/E. C'est en assignant une tSche commune que le
travail d'6quipe arrive A& tre collaboratif. La sp6cialisa-
tion excessive se r6vble un problem frequent dans les
6quipes FSR/E; les sp6cialistes en sciences sociales sont
appel6s & mener les enquates et les sp6cialistes en sciences
agronomiques & mener les essais. II ne suffit pas que les
agronomes examinent les questionnaires et que les sociologues
fassent l'analyse &conomique des donn6es experimentales pour
que ce soit un travail interdisciplinaire : il faut beaucoup
plus que sa. Les sp6cialistes en sciences agronomiques
doivent participer activement A la mise en oeuvre de l'en-
quate en tant que partenaires des sociologues; semblablement,
les sp6cialistes en sciences sociales ont un r81e important &
jouer dans la mise au point et l'ex6cution des essais, non
seulement a leur evaluation. Pour que le travail d'6quipe
FSR/E soit efficace, 11 faut que le travail de 1'allocation
des t&ches fait conjointement soit la rbgle plutSt que
1'exception dans la mise en oeuvre d'un programme de 1'FSR/E.

Il est 6galement essential que la discussion soft ouverte
et continue parmi les membres de 1'6quipe et parmi les
6quipes; le chef doit encourager l'interaction amiable et
organiser p6riodiquement des assemblies en vue de faire le
bilan du progrbs. Les membres de 1'6quipe doivent disposer
du temps et de l'espace n4cessaires pour permettre cette
interaction et pour assurer l'efficacit6 du travail.


page I 4






Pour ce faire, tous les membres d'une mnme 6quipe devraient
etre posts a un meme site. Le travail collaboratif tent6
entire les sociologues bass & la capital et les chercheurs
agronomiques bass A la station occasionne parfois certaines
difficult6s. Une fagon de r6duire ce problem est d'organiser
des reunions au course desquelles se transmettent les
r6sultats des sondages, la mise au point du plan de travail
et l'analyse des r6sultats.

d. Soutien institutionnel efficace

Du point de vue logistique, il serait id6al que tous les
membres de l'6quipe soient attaches a la amee institution,
mais fr6quemment, ce n'est pas possible. Dans ce cas-la, les
organisms collaborateurs doivent Stre pr8ts a d6l6guer la
majeure partie des responsabllit6s de administration et de
l'6valuation du travail au chef de l'6quipe. Ont peu de
chances de r6ussir les efforts de collaboration qui n'offrent
pas de budgets s6par6s pour les diff6rentes activists et qui
n'offrent pas aux membres de l'equipe de moyens d'encourage-
ment A la participation.

L'aspect interdisciplinaire est 6galement un trait impor-
tant de 1'interaction de 1'FSR/E et des autres organismes
composants du syst6me de recherche et de d6veloppement.
L'6quipe FSR/E qui tente de fonctionner dans l'isolement sans
l'assistance des institutions de recherche-d6veloppement
6tablies est sOre d'echouer. II est d'une importance vitale
que les liens collaboratifs solent forts entire l'FSR/E et ces
autres organisms, stations exp6rimentales et services de
vulgarisation, etc. L'6quipe FSR/E a besoin de la coop6ra-
tion des divers sp6cialistes en recherche et vulgarisation
pour diagnostiquer et recommander les solutions a des
problemes sp6cifiques. R6ciproquement, les sp6cialistes de
la station ont besoin de 1'6quipe FSR/E pour les informer sur
les probl&mes des agriculteurs, pour sugg6rer les modifica-
tions n6cessaires & rendre la technologies convenable A la
solution de ces problems et pour les aider A identifier les
futurs sujets d'6tude. Ce qui signifie que les participants
& la recherche agronomique et au d6veloppement rural doivent
avoir acquis une certain appreciation des r6les compl6men-
taires que remplissent les chercheurs a la station, le per-
sonnel de la vulgarisation travaillant sur le terrain et les
membres de l'6quipe FSR/E dans le processus de d6veloppement.

Les emthodes de l1approche interdisciplinaire prennent
souvent plus de temps et de resources que les methodes dis-
ciplinaires. Puisque les problemes de 1'agriculture paysanne
sont presque toujours de nature interdisciplinaire, les
r6sultats obtenus A travers l'approche interdisciplinaire
seront plus satisfaisants pour tous.


page I 5






BIBLIOGRAPHIE


Bartlett, C. et J.A. Akorhe. Interdisciplinary cooperation
to identify innovations for small farmers : the role of
the economist. III A.
"Linkages between the extension branch and the adaptive
research planning team", Adaptive Research Planning Team,
Zambia.

McArthur, H., Philipp, Wilson et Yost. 1985. A Training
Package Simulating FSR and D Site Survey, Sondeo, and
Research Design Activities. College of Tropical
Agriculture and Human Resources. University of Hawaii at
Manoa (voir s6rie diapo II).

Rhoades, Robert 1983. Breaking new ground : anthropology in
agricultural research, International Potato Center.

Russell, Martha G. (ed.) 1982. Enabling interdisciplinary
research perspectives from agriculture, forestry and home
economics. Misc. Publ. 19, Agricultural Experiment
Station, University of Minnesota.

Shaner, W. et. al. 1982. Farming systems research and
development : guidelines for developing countries.
Westview Press, Boulder, CO.

Tripp, Robert 1984. "Anthropology and On-farm Research", A
paraTtre dans Human Oraanisation.


page I 6










ACTIVITY 1 :




ACTIVITY 2 :


FSR/E : DISCIPLINES ET RESPONSABILITES

FUNCTIONS DES DIVERSE DISCIPLINES A
DIFFERENCES ETAPES DU PROCESSUS FSR/E

ETUDE D'UN CAS DU ZIMBABWE : CE QUE CHAQUE
DISCIPLINE PEUT CONTRIBUER


page 1 7






INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


FSR/E : DISCIPLINES ET RESPONSABILITES

OBJECTIF :

Aprbs avoir compl6t6 cette activity, les participants seront
en mesure de :

1. Evaluer le r61e de chaque discipline a chaque tape du
processus de I'FSR/E.

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups pour discuter et choisissez un
repr6sentant parmi vous.

2. Compl6tez le tableau intitul6 "FSR/E : Disciplines et
responsabilit6s" en inscrivant tous les renseignements
possibles au sujet du rl8e ou des t&ches des diverse
disciplines aux diff6rentes tapes de 1IFSR/E. R6capitu-
lez les r6sultats sur une large feuille de paper ou sur
le tableau.

3. Durant la discussion, 6tudiez l'apport de l'interaction
pluridisciplinaire actuellement en course dans votre
group.

4. Tous les groups devront pr6senter leurs r6sultats & la
stance pl6niere.

MATERIALS :

1. Feuillet intitul6 "FSR/E : Disciplines et Responsabilit6s"

2. Papier et crayons, tableau et crazies, ou paper grand
format et crayons-feutres.


page I 9


ACTIVITY 1






FEUILLET SUPPLEMENTAIRE # 1


FSR/E : DISCIPLINES ET RESPONSABILITES


DISCIPLINES SPECIALIZES


Etape Tche Econoa.|Agronoa. Sociol. Zootech. Vulgar. Inform.-
FSR/E n1 6.


Sondage sur
politique
g6n6rale &
donn6es
existantes



Sondage
informel




EnquSte
formelle




Mise au
point des
essals




Mise en
oeuvre des
essays





Evalua-
tion du
programme I


page I 11


ACTIVITY I






ACTIVITY 2


INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


RECONNAITRE LES CONTRIBUTIONS DISCIPLINAIRES A L*FSR/E

OBJECTIF :

Aprbs avoir compl6t6 cet exercise, vous serez en measure de :

Avoir une meilleure id6e des contributions des diverse
disciplines au processus de 1'FSR/E.

INSTRUCTIONS :

1. Lisez le r6sum6 du cas particulier portant sur la
production agricole au Zimbabwe, que vous trouverez
sur le feuillet # 1 de cette activity. Tout en lisant
1'6tude, r6fl6chissez aux solutions possibles aux
probl6mes pos6s.

2. Suivez les directives que votre instructeur vous donne
apres cette lecture.

3. Examinez vos propres reactions & la participation & un
travail rultidisciplinaire.

MATERIALS :

1. Feuillet # 1 de l'Activit6 2 intitul6 "Etude d'un cas
particulier : District de Murewa, au Zimbabwe".


page I 13








RECONNAITRE LES CONTRIBUTIONS DISCIPLINAIRES A L'FSR/E

Etude d'un cas particulier :
District de Murewa au Zimbabwe.

- Le District de Murewa au Zimbabwe est une region offrant un
potential agricole considerable.

- La famille agricole moyenne comprend six enfants et deux
adults et poss6dent une exploitation de trois hectares.

- Sur deux hectares l*on cultive typiquement le maYs en tant
que culture de rente aussi bien que d'autoconsommation.

- Sur le troisibme hectare, l'on cultive un m6lange
d'arachide et d'un autre produit tel que la citrouille, le
nieb6 ou la patate douce.

- Le problbme majeur de la region concern le mais. Les
paysans appliquent leurs engrais trois semaines plus tard
qu'il n'est recommand6 par les agents vulgarisateurs pour
trois raisons. Premibrement, les engrais coOtent cher et
les paysans ne peuvent acc6der au credit pour acheter les
engrais a temps. Deuxidmement, le service de vulgarisation
recommande que l'engrais soit appliqu6 durant le semis
lorsque la main-d'oeuvre n'est pas assez nombreuse.
Troisibmement, les pr6cipitations sont variables et les
paysans veulent s'assurer que les semailles vont germiner
avant d'appliquer l'engrais et 6viter ainsi le gaspillage
des engrais coGteux.

- Les paysans pratiquent, en moyenne, un seul d6sherbage au
course de la champagne et tard, A cela, lorsque les mauvaises
herbes sont hautes. Le service de vulgarisation recommande
que le d6sherbage soit fait plus t8t, & peu pres trois
semaines apr4s le semis et encore trois autres semaines
plus tard, solt six semaines apres le semis. Le manque de
main-d'oeuvre est une contrainte au d6sherbage. II y a un
conflict entire le choix de continue A semer ou de retourner
au premier champ sem6 pour y faire un d6sherbage. Il y a
done concurrence entire le d6sherbage et la superficie plus
large a cultiver.


page I 15


ACTIVITY 2


MI~LLET # I








CHAPITRE II
MISE AU POINT D'UN MODELE
DE SYSTEM DE PRODUCTION







CHAPITRE II


MISE AU POINT D'UN MODELE DE SYSTEM DE PRODUCTION

PLAN

1. Qu'est-ce qu'un module ?
2. ModBle de structure
3. ModUle de processus

QBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

AprBs avoir comple6t ce chapitre, les participants seront en
mesure de :

Construire et utiliser les modules de structure et de
processus pour decrire et analyser les circonstances et
les decisions des paysans.

POINTS CLEFS

1. L'usage de modules aide les chercheurs & r6sumer une vaste
quantity d'informations concernant le systeme de produc-
tion.

2. Les modules permettent aux chercheurs de visualiser les
aspects et les interactions essentiels du syst4me.

VOCABULAIRE

Definition alternative : description provisoire d'un system
qui tient compete de toutes les propri6t6s connues de ce
systbme.

Modl6e : simulation servant de moyen de d6crire et de
r6capituler les aspects r6els d'une situation, congu par
le chercheur en vue de 1'aider A analyser la r6alit6.

Module hi6rarchique de la prise de decision : un sch6ma sous
forme d'arbre illustrant les critbres don't se servent les
agriculteurs pour formuler leurs decisions.

ModBle de processus d'un system de production : analyse qua-
litative des strategies gestionnaires d'un manage agri-
cole, base sur l'1tude du milieu, des objectifs, des
resources et des contraintes.

Modele de structure d'un systeme de production : diagramme
des principles resources, entreprises et products d'un
manage agricole et 1'interaction de tous ses 616ments.


page II 1






DISCUSSION


1. QU'EST-CE QU'UN MODELE ?

Un modl6e est un moyen de d6crire et de r6sumer un
system et ses propri6tes connues, permettant au chercheur
comprendre le sujet de leur 6tude et de souligner les lacunes
en matibre de connaissances.

Examinons un module quantitatif trbs simple :

y = 5x

dans lequel y = kg de sorgho et x = kg d'azote

Ce module d6crit 1'effet de l'azote sur la production de
sorgho. I1 indique qu'un supplement de un kilogramme d'azote
augment la production de sorgho de 5 kg.

Dans le cadre de 1'FSR/E, notre objectif est de d6crire
d'une fagon global, non seulement le systbme de production
agricole, mais aussi le comportement human de fagon &
pouvoir profond6ment comprendre comment les paysans oprrent
leur exploitation. II est 6videmment beaucoup plus complex
de cr6er un module du comportement human qu'un module des
effects de 1'engrais et tout autre aspect de la production
agricole. Dans ce chapitre, nous allons examiner deux sortes
de modules utiles A la description et & la comprehension d'un
systbme de production : (1) le module structural et (2) le
module de processus. Les deux sont des modules qualitatifs,
c'est-&-dire qu'ils portent sur les aspects qualitatifs
plutSt que quantitatifs d'un systeme. Etant donn6 la
complexity des syst&mes de production, nous jugeons bon de
commencer notre analyse par les aspects descriptifs et
qualitatifs. Les modules quantitatifs, tels que la
programmation lin6aire et 1'econom6trie (traitement math6-
matique de donn6es statistiques concernant les ph6nomenes
6conomiques) seront utiles au course des tapes plus avanc6es
de notre analyse.

2. MODELE STRUCTURAL

Le module structural, tel que pr6sent6 par R.E. McDowell
et P.E. Hildebrand (1980), est ax6 sur les niveaux d'interac-
tion et d'int6gration des cultures, du cheptel et des entre-
prises ext6rieures d'un manage agricole. La Figure II.1
montre le module d'un systbme existant dans les zones monta-
gneuses d'Am6rique Centrale. Les principaux composants de ce
systbme sont le manage, les cultures et les animaux.

McDowell et Hildebrand souligne qu e le mnage (la famille
paysanne) est le noyau de l'unit6 agricole. Puis, s'ensuit
une emphase sur l'usage de la main-d'oeuvre, les r81es des
entreprises de cultivation et d'4levage, ainsi que les


page II 2






sources d'alimentation humaine, de revenues et d'alimentation
animal.

La flbche continue ou solide indique les courants ou
liens forts (la vente des products 6quivaut & 20 % des
recettes totales). Les liens moins important paraissent
sous la forme d'une fl&che discontinue ou bris6e (la contri-
bution des resources forestibres A l'alimentation des ani-
maux).

Le module repr6sente une premiere 6tape A la description
d'un syst6me de production et est loin d'Otre complete. Les
activit6s a l'ext6rieur de la ferme pourraient Stre includes
dans le module de la Figure II.1 s'ils sont jug6s important.
De plus, il serait possible de tracer les liens entire chaque
entreprise de cultivation et d'61evage au lieu de les grouper
en deux categories : cultures et cheptel.

Le module structural est important pour orienter et gui-
der le travail de l'6quipe multidisciplinaire. Le fait de
comprendre le context global dans lequel les nouvelles tech-
nologies seront promues aide l'6quipe & 6valuer leur succes
potential. Par example, le module montre que les cultures ne
sont pas produites uniquement pour l'autoconsommation et pour
la vente, mais aussi pour fournir les mat6riaux de construc-
tion, les rituels, l'alimentation animal, la liti&re des
animaux et le mulch. Tout en aidant le manage agricole A
ameliorer la production de grains pour les provisions alimen-
taires et le commerce, 1'6quipe dolt s'assurer que les autres
usages important des graines ne sont pas pour autant
sacrifice.

3. LE MODELE DE PROCESSUS

Le module de processus est employ pour aider A mieux
comprendre les m6thodes gestionnaires que pratiquent les
paysans, c'est-a-dire, la fagon don't les paysans operent leur
exploitation. Le modBle se concentre sur quatre types de
renseignements :

a. Les objectifs et les priorit6s des paysans

Le premier but des paysans est g6n6ralement d'assurer un
approvisionnement stable d'aliments pr6f6r6s en tout temps
de l'ann6e. D'autres objectifs suivent sous la forme de
besoins p6cuniaires influences par le niveau de risque que
les paysans sont prSts A affronter. Ces risques affectent
les compromise qu'ils sont obliges de faire dans leur in-
vestissements, A savoir s'ils vont investor dans la pro-
duction ou d6penser l'argent pour les besoins domestiques,
s'lls vont investor dans 1'entreprise agricole ou non-
agricole, et & savoir comment ils vont allouer leurs
resources parmi leurs entreprises.


page II 3






b. Environnement naturall et socio6conomique)


Comment le milieu influence-t-il la manibre don't un paysan
gere son exploitation ? Les facteurs physiques, tels que
le sol, la pluviom6trie, l'altitude, doivent Stre pris en
consideration. Le milieu socio6conomique dans lequel le
paysan dolt fonctionner comprend des facteurs tels que le
regime foncier, la composition familiale et les modes de
travail selon le sexe, les marches et 1'accbs au credit et
aux entrants. Les efforts des agriculteurs sont aussi
affects par les organizations en dehors de leur contr8le
telles que les organismes du d6veloppement rural et les
agencies gouvernementales qui r6gissent la politique
agricole.

c. Disponibilit6 et usage des resources

Les paysans se servent des terres, de la main-d'oeuvre,
des capitaux et des pratiques gestionnaires pour atteindre
leurs buts. Quelles terres sont disponibles et comment
sont-elles utilis6es ? Quelle est la disponibilit6 de la
main-d'oeuvre, & tout temps de l'ann6e et saisonnibre ?
De qui est compose la force ouvribre ? Les agriculteurs
ont-ils acc4s aux fonds mon6taires quand ils en ont
besoin ? A la machinerie ou A la traction animal ? Aux
autres facteurs de production tels les semences et les
products chimiques ?

d. Contraintes majeures

II est important d'identifier les contraintes auxquelles
font face les paysans. Ces contraintes peuvent d6pendre
du degr6 de disponibilite des resources, tel que la forte
demand de main-d'oeuvre A la saison de pointe, ou la
forte demand de fonds pour l'achat des intrants. Elles
peuvent aussi Stre rattachees a des facteurs de 1'environ-
nement tels que la fertility du sol, la r6partition et la
variability des pluies, le manque de circuits de commer-
cialisation, et des questions foncibres.

Le chercheur se sert de cette information pour comprendre
la totality du systbme gestionnaire de l'agriculture pay-
sanne. En d'autre mots, pour comprendre comment les
paysans emploient leurs resources pour atteindre leurs
obJectifs dans le milieu environnant dans lequel ils
habitent et selon les contraintes qu'ils doivent envisa-
ger. Ce systeme gestionnaire comprend la selection des
entreprises et la relative importance de chacune dans le
system agricole et dans le choix des pratiques cultu-
rales. Tout cela est une reflection des moyens que
prennent les paysans pour minimiser les risques. (voir
Gladwin, 1979, 1980)


page II 4







Pourquoi est-il important de comprendre les pratiques
gestionnaires des paysans ?

Les paysans possedent une vaste quantity de connaissances
au sujet de leur propre environnement et leurs propres
entreprises. I1 imported que ces connaissances autochtones
ou indigenes et les fruits de la science moderne soient
amalgams dans 1'effort de r6soudre un probl4me. Dans la
majeure parties des cas, les paysans reconnaissent leurs
probl4mes et emploient certain moyens, don't l'efficacit6
varie, pour r6soudre ces problemes. Notre but est de
travailler avec eux pour am6liorer leur habilet6 et leur
capacity de r6soudre leurs problems. En puisant dans les
connaissances pratiques des paysans, les chercheurs
peuvent plus facilement identifier les critbres servant A
cribler les technologies qui s'avbrent acceptable aux
paysans. II est done n6cessaire de bien comprendre la
situation actuelle avant de pouvoir determiner comment la
modifier.

Une autre fason de dresser le modBle des strategies
d'am6nagement paysannes fut 61abor6e par C. Gladwin (1979,
1980). Elle a mis au point une m6thodologie qui 6tudie de
fagon empirique les decisions d'adoption chez les agricul-
teurs (Shaner et al., 1982). Elle declare que les agricul-
teurs ont tendance a utiliser les procedures qui simplifient
leurs calculus de prise de decision et que ces procedures
peuvent Stre formul6es sous forme de modules hierarchiques
(Figure 11.2). Les criteres de decision peuvent 6tre
classifies soit en tant qu'alternatives basees sur certaines
dimensions (les coQts, par example), soit en tant que
contraintes (carence en main-d'oeuvre). Ce sont des criteres
discrets plut6t que continues. Ainsi, nous avons un module
repr6sentant une sequence ou series de decisions cons6cu-
tives discretes, oh toutes suivent une certain logique vers
un choix particulier. Dans l'exemple illustr6 A la Figure
11.2, l'engrais dolt Stre jug6 vis-A-vis des crithres de
coQts aussi bien que de productivity pour que les
agriculteurs acceptent d'en faire usage. Il s'agit ici de
d6terminer pr6ciskment les aspects et les contraintes
sp6cifiques qui affectent la prise de decision des paysans.

BIBLIOGRAPHIE

Gladwin, C.H. 1979. Cognitive Strategies and Adoption
Decisions: A Case Study of Non-adoption of an Agronomic
Recommendation. Economic Development and Cultural Change
28(1): 155-174.

Gladwin, C.H. 1980. A Theory of Real-life Choices:
Applications to Agricultural Decisions; in P.F. Barlett
(ed.) Agricultural Decision Making: Anthropological
Contributions to Rural Development, New York: Academic
Press.


page II 5






Hart, R.D. 1983. Using the Concept of Agroecosystem
Determinants to link Technology Transfer and Technology
Generation to form a Farming Systems Research and
Extension Process. Seminar on the Role of Crops and
Animals in Farming Systems. University of Missouri,
Columbia.

Hart, R.D. et Calixte George 1983. Guidelines for the Design
of Farming Systems Projects: A Case Study from the
Eastern Caribbean. Proceedings of the Farming Systems
Symposium. 31 oct 2 nov. 1983. Kansas State
University, Manhattan, Kansas.

McDowell, R.E. et P.E. Hildebrand, 1980. Integrated crop and
animal production : making the most of resources
available to small farms in developing countries. The
Rockefeller Foundtion Working Papers, New York.

Norman, D.W., 1980. "Defining a farming system', In the
Farming Systems Approach : Relevancy for the Small
Farmer. MSU Rural Development Paper No. 5. Michigan
State University, East Lansing.

Figure II.1 Zones montagneuses d'Am6rique Centrale, cultures
permanentes, forte integration de la culture et
de l'l1evage (les animaux sont gard6s en
troupeaux ou en close)


Source : McDowell et Hildebrand, 1980.


page II 6






Figure 11.2


ModBle hypoth6tique d'un arbre de decision
(Gladwin 1979) Source: Shaner et al., 1982.


CoQt de 1'engrais

/
oui

Rendements > Rendements
avec avec
engrais fumier
/
oui non
/ \
Essaie Contili
1'engrais du


CoQt du fumier


non


Continue 1'usage
du fumier


page II 7








TABLEAU II.1 INFORMATION UTILE A LA MISE AU POINT DU MODELE
DE PROCESSUS POUR DETERMINER LES STRATEGIES
GESTIONNAIRES DES PAYSANS


r)OBJF:TIFS ET
PRIORITIES


Quelles resources sont dispo-
nibles et comment sont-elles
employees actuellement ?


Terrain. Types, assolement de
chacun, rotations. etc.

Main-d'oeuvre. Disponibilit6
total et saisonniere, compo-
sition.

Capitaux. Argent comptant
disponible, aspect saisonnier.
Acces & la traction animal, A
la machinerle.



a. Quelles sont les principales
contralntes qui affligent les
paysans ?

- Ressource : p6riode de forte
demand de main-d'oeuvre ?
d'argent comptant pour l'achat
de facteurs de production ?

- Environnement : manque de
marches ? infertilite du sol ?
Fin pr6coce des pluies ? Regime
foncier ?


a. Situation yg*nrale : la premiere
priority est celle de I'approvi-
sionnement stable. A l'annne
tongue, des aliments pr6f6r6s.

b. Jusqu'A quel point l'Srgent
liquid est-il important ?

c. Quel degr6 de risque les paysans
sont-ils prits A accepter ?

d. Quels compromise doivent-lls
faire : Investir dans la pro-
duction ou acheter les products
de consonmation, investor dans
les entreprises agricoles ou non
agricoles, allocation des res-
sources entries les diffkrentes
enterprises ?


a. Comment le milieu physique
influence-t-ll lpop6ration de
exploitation ?

- Milieu physique : sols, pluses,
altitude, etc.

- Milieu social : regime foncier,
repartition sexuelle des teaches,
composition du manage, etc.

- Milieu Aconomique : marches pour
la vente des products agricoles,
accks aux facteurs de produc-
tion, au credit, etc.

- Milieu institutlonnel : orga-
nismes engages au d6veloppement
rural et leur efficacit6.


page II 8


II est important de c:omprendre I.
strategies gestionnaires de- p1iy-
sans pour au moins deux raisons :

1. Les paysans en savent beaucoup
au sujet de leur milieu envi-
ronnant et leurs entreprises.
II imported que les connaissances
indigenes et la science modcrne
soient reunies pour r6soudre les
problkmes.

2. En gAn&ral, les paysans recon-
naissent leurs problems et
prennent les moyens, variant en
efficacit6, pour les resoudre.
Notre objectif est de travailler
avec eul pour ameliorer leur
habilet6 & affronter ces pro-
blimes. II est done nAcessaire
de comprendre la situation
actuelle avant de pouvoir
determiner comment la modifier.


STRATEGIES PAYSANNES DE GESTION

Cect repr4sente une synth6se de
toute l'information. Comment les
paysans font-1ls usage de leurs
resources pour attreindre leurs
buts orioritalres dans le milieu
environnant dans lequel ils vivent
et face aux contraintes qui les
affligent.

a. Quelles entreprises choisissent-
lls et & quel degr6 d'impor-
tance ? Pourquoi ?

b. Quelles pratiques culturales
sont appllquies ? Pourquoi ?
Comment sont-elles en compa-
raison aux pratiques recomman-
d6es ?

c. Comment les paysans r6dulsent-
lls les risques et contralntes
auxquels lls font face ?


ENVIRONNEMENT


DISPONIRTr.TET
ET USAGE DES
RESOURCES a.


PRINCIPALS
CONTRAINTES






ACTIVITIES


ACTIVITY 1 :


ACTIVITY 2 :


MISE AU POINT D'UN MODELE STRUCTURAL D'UN
SYSTEM DE PRODUCTION

ELABORATION D'UN MODELE DE PROCESSUS EN VUE DE
COMPRENDRE LES CIRCONSTANCES DE L'AGRICULTURE
PAYSANNE


Suggestion de series de diapositives :

TMS

201 Introduction aux caract6ristiques 6conomiques de
agriculture paysanne, aux resources limit6es, et
leurs effects sur le d6veloppement de la technologies.
(15 minutes) 24 diapos (A, E, F)

203 La petite exploitation familiale en tant que system de
production. (12 minutes) 38 diapos (A, E, F)

204 Le regime foncier en Haute Volta. (20 minutes) 78 diapos
(A, F)










A = anglais, E = espagnol, F = frangais


page II 11







ACTIVITY 1 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

MISE AU POINT D'UN MODELE STRUCTURAL D'UN SYSTEM DE
PRODUCTION

OBJECTIF :

Aprbs avoir compl6t6 cette activity, vous serez en measure de:

1. Mettre au point un module structural d'un systeme de pro-
duction agricole.

MATERIALS :

1. Crayons et paper

2. Tablette grand format, tableau et crales.

INSTRUCTIONS :

1. Former de petits groups. Interviewer un membre de votre
group au sujet de l'agriculture dans sa region.

2. Soyez prSt A faire un presentation sommaire de trois
minutes des r6sultats de interview.


page II 13






INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


MISE AU POINT D'UN MODELE DE PROCESSUS POUR COMPRENDRE LES
CIRCONSTANCES DE AGRICULTURE PAYSANNE

OBJECTIF :

Aprbs avoir compl6t6 cette activity, vous serez en measure de:

Analyse les strategies gestionnaires paysannes du point
de vue du paysan pour comprendre le raisonnement menant
aux pratiques actuelles et aux pratiques alternatives.

MATERIALS :

1. Paper et crayons
2. Tableau et crazies ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Formez des groups pluridisciplaires.

2. Choisissez un example d'une recommandatlon ayant la
reputation d'accroTtre le rendement mais qui nest pas
pratiqu6e par tous les agriculteurs de votre region. Un
example peut 6tre celui oh les paysans sement le sogho &
la vole alors qu'il est recommand6 de le semer en bandes.

3. Pr6parez un module de processus de la gestion papysanne
concernant la pratique choisie en deux tapes. Les
TABLEAUX II.1 et 11.2 que vous trouverez dans la
discussion de ce chapitre pourront vous aider. En vous
servant de la recommendation que vous avez choisie, vous
devrlez :

a. R6fl6chir aux principaux objectifs, aux aspects de
1'environnement, aux resources et aux contraintes qui
peuvent influence la decision du paysan dans le choix
d'une pratique. Par example, le manque de main-
d'oeuvre au temps du semis et 1'accessibilit6 limited
d'un animal de traction rendent difficile de semer en
bandes.

b. Expliquer la strat6gie gestionnaire du paysan
concernant les pratiques alternatives disponibles.

c. Examiner les possibilities d'ameliorer toute option
et/ou d'en introduire de nouvelles.

4. Soyez prat & faire une presentation des r6sultats obtenus
par votre group.


page II 15


ACTIVITY 2









CHAPITRE III
S'ETABLIR DANS LA COMMUNAUTE






CHAPITRE III


S'ETABLIR DANS LA COMMUNAUTE AGRICOLE

PLAN

1. L'FSR/E fonctionne dans la communaut6
2. Exemples d'institutions et de directions locales
3. Besoin de 1'approbation et de l'appui des locaux
4. Profil des institutions et directions locales
5. Faciliter la mise sur pied de 1'FSR/E avec l'aide des
groups de paysans et des dirigeants locaux
OBJECTIFS

Aprbs avoir compl6t6 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Faire les premiers contacts dans une communaut6-cible de
1'FSR/E.

2. Fonctionner efficacement au niveau de la communaut6 &
toutes les phases de 1'FSR/E.

3. Etre informs et sensibles aux institutions et aux
dirigeants de la communaut6, a l'intbrieur de la sturcture
r6gionale et national.

4. ConnaTtre les strategies politiques sur le plan regional
et national.

POINTS CLEFS

1. Il est essential au succes d'un project de 1'FSR/E d'avoir
1'appui de la communaut6.

2. Il est important d'avoir le soutien de tous ceux qui ont
de influence et de l'autorit6 dans la communaut6, sinon
le succbs de l'entreprise risque d'etre 6branl6.

3. Les chefs locaux peuvent jouer un r81e important dans la
phase diagnostique, dans le planning, l'ex6cution-
diss6mination et l'6valuation d'un programme FSR/E.

4. La politique r6gionale et national affected les projects
FSR/E.

VOCABULAIRE

Communautb-cible : communaut6 rurale oh l'on se propose de
mettre en oeuvre un programme FSR/E.


page III 1






Centre (ou structure) de pouvoir : individus ou groups de
personnel les leaders de l'opinion publique qui ont
une influence considerable sur la prise des decisions
dans une communaut6.

DISCUSSION

1. L'FSR/E FONCTIONNE DANS LA COMMUNAUTE

Une des caracteristiques fondamentales de 1'FSR/E reside
dans le fait qu'il fonctionne au niveau de la communaut6. Il
est done tres important de bien connaTtre la communaut6 dans
laquelle 1'equipe FSR/E agira. Selon les m6thodes
traditionnelles de la recherche et la vulgarisation, la
plupart des 6tudes visant a d6velopper les technologies sont
men6es & la station exp6rimentale. Les r6sultats techno-
logiques sont ensuite transmis aux agents de la vulgarisation
qui s'occupent de les diss6min6s parmi les agriculteurs.
Selon la m6thode de 1'FSR/E, par centre, c'est 1'1quipe qui
effectue la recherche dans les champs des agriculteurs et sur
les animaux des 6leveurs aussi bien qu'l la station
experimentale. A toutes les tapes de l'approche, 1'6tude se
continue auprbs des membres de la communaut6 en engageant
l'assistance du service de vulgarisation, des chercheurs, et
des paysans. Par consequent, l'equipe FSR/E se doit
d'assurer 1'approbation, voire le soutien actif, des
dirigeants locaux et de la communaut6 agricole en g6enral.

2. EXAMPLES D'INSTITUTIONS ET DE DIRECTIONS LOCALES

II existe plusieurs types d'institutions et de structures
politiques pouvant influencer la communaut6. 11 est done im-
portant que 1'6quipe FSR/E se familiarise et comprenne ces
pouvoirs en profondeur. La liste qui suit propose certain
de ces groups et individus. Elle n'est certes pas exten-
sive, et risque de varier d'une lieu A l'autre.

a. Les repr6sentants civils des. gouvernements nationaux
et provinciaux. Ceux-ci comprennent les gouverneurs, les
hauts fonctionnaires municipaux et provinciaux, les
officials des services de recherche et de vulgarisation,
et les cadres sup6rieurs des agencies du developpement.

b. Les officers militaires et policies. Certaines
regions sont r4gies par la loi militaire. Il peut s'av6-
rer n6cessaire d'obtenir la permission des autorites
militaires pour mener les activists de recherche et de
d6veloppement agricoles.

c. Les repr6sentants et officials d'institutions reli-
gieuses. Ces dignitaires en effet peuvent exercer une
influence considerable sur la communaute.


page III 2







d. Les organismes indigenes et leurs representants. Sont
compris dans ce group les conseils administratifs des
tribus, les chefs de tribus ou de clans, et les membres
du conseil municipal.

e. Les organizations specialisbes affili6es au secteur
moderne. Les organizations telles que les cooperatives,
les comit6s de d6veloppement et les associations
d'eleveurs du village y sont comprises.

f. Les autres organismes secondaires et leurs dirigeants.
Dans certaines communautes, il existe des individus qui
ont beaucoup d'influence et d'autorite et qui ne font pas
parties d'institutions formellement reconnues. Ces
individus peuvent etre les gros proprietaires, les
marchands de b6tails, les marchands ou les experts dans
certain domaines, comme les sp6cialistes en certaines
cultures, les organizations f6minines, les societes de
developpement locales, les agriculteurs A grande
envergure. Il arrive souvent que ces personnel soient
neglig6es surtout au course des premieres tapes du
travail dans la communaut6.

3. L'APPROBATION ET L'APPUI DE LA COMMUNAUTE

L'approbation et le soutien fournis par la communaute
envers la recherche-d6veloppement des systhmes de production
sont essentiels pour plusieurs raisons. D'abord, il arrive
souvent que le personnel recherche-d6veloppement ne puisse
s'adresser aux agriculteurs locaux, voire m8me entrer dans la
communaut6, sans en avoir regu la permission des leaders de
la communaut6. Deuxiemement, l'FSR/E est un processus don't
les r6sultats se continent au course d'une longue 6chbance,
parfois pendant plusieurs ann6es. Cet aspect demand que le
soutien communautaire soit aussi continue et que le rapport
entire le personnel de 1'FSR/E et la communaut6 survive A
l'6preuve du temps. En troisibme lieu, non seulement est-ce
que la communaut6 dolt soutenir les activists locales de
l'FSR/E, mais elle dolt aussi participer a la promotion des
technologies approprlies une fois qu'elles sont developpbes.
Elle dolt aider l'effort de dissemination en rendant dispo-
nible A ceux qui en ant besoin la technologies nouvelle.

II existe aussi des dirigeants et des institutions qui
sont d6savantageux au programme de 1'FSR/E. II nWest pas
toujours facile d*identifier ces organizations ou individus,
leaders en apparence, mais qui ne jouissent pas de la con-
fiance publique. Le personnel de 1'FSR/E dolt en Stre avis6
et 6viter d'etre m6pris pour eux ou pour des associ&s. Ces
individus cherchent A s'associer au personnel de 1'FSR/E et
tentent de repr6senter la communaut6 dans le but de rehausser
leur propre valeur et 16gitimer leur autorit6. Selon les
circonstances politiques locales, ces gens peuvent etre des


page III 3







chefs militaires redoutables, des propri6taires oppressifs
qui exploitent les locataires, des marchands et des dispensa-
teurs de cr6dlt abusifs; ce peut aussi etre des chefs de
groups dissidents, de factions scissionnistes ou de coali-
tions minoritaires. Il est done recommand6 de faire une
analyse attentive de la situation dans le but d'identifier
ces personnages.

De plus, tous les leaders influents n'ont pas l'occasion
de contribuer au project. Bien souvent, les individus ne sont
influences que dans un seul aspect de la vie communautaire,
que ce soit politique, 6conomique, agricole ou religieux. II
s*agit alors d'identifier ces leaders avec qui le project
devrait fonctionner.


4. PROFILE DES INSTITUTIONS ET DE LA DIRECTION LOCALES

L'une des premieres tapes de 1'FSR/E est l'identifica-
tion des institutions et des centres du pouvoir d'une
communaut6. Comme il est impossible de les d4couvrir tous en
un premier temps, ce travail d'identification se continue; en
effet, certain sont moins visibles et ne sont d6couverts
qu'aprbs la mise en oeuvre du programme FSR/E. Pour d6cider
quelles institutions locales sont avantageuses A l'l6abora-
tion du project, le personnel de 1'FSR/E doit se guider sur le
potential de cette organisation & promouvoir ou a retarder
les activities de 1'FSR/E a savoir les enquates aupres des
paysans, les exp6rimentations en milieu rural, et autres.

L'une des fagons de se renseigner sur ces institutions et
leurs leaders est de parler aux personnel qui connaissent
bien la communaut6. Parfois, ce sont les agents du service
de vulgarisation qui sont les mieux informs et qui peuvent
aider A ce sujet-lA. Une autre fagon est de rendre une
premiere visit A la communaut6 dans le but de rassembler
discrbtement les renseignements nbcessaires. Dans certaines
nations, l'information secondaire, A savoir les enqu@tes,
recensements, rapports de recherche, 6tudes sociologiques,
fournissent d'excellentes descriptions des institutions
locales, des chefs, des influents, et d'autres structures de
prise de decisions, ainsi que de leur fonctionnement.

En identifiant les leaders influents locaux, l'6quipe
FSR/E dolt s'informer de la structure regional et national,
de la manibre don't les dirigeants fonctionnent au sein de
cette structure. Elle dolt 6galement tenter de d6couvrir les
fins principles de la politique de fagon A assurer que les
activities FSR/E sont compatibles A la politique agricole, sur
le plan regional tout aussi bien que national.


page III 4






5. FACILITER L'FSR/E A L'AIDE DES GROUPS DE PAYSANS ET DES
LEADERS.

La collaboration des groups locaux peut certainement
6tendre la port6e et l'efficacit6 des programmes de l'FSR/E.
Les groups non officials tels que les membres 6tendus de la
famille, les voisins, les compares, et les groups de main-
d'oeuvre sont important et bien enracin6s dans la communau-
t6. Les associations plus formelles telles que les coop6ra-
tives, les organizations de credit, les groups politiques,
mime s'lls ont une histoire assez r6cente dans la communaut6,
sont souvent trbs actifs dans son d6veloppement. L'identifi-
cation de ces groups permet d'acceder A information et
d'introduire et de 16gitimer le programme FSR/E.

Un Conseil Consultatif du programme peut etre form A
partir de ces groups officials et officieux. Ce Conseil
Consultatif fournit la direction politique et les reactions
g6n6rales au course du project. Alors qu'il est impossible de
repr4senter les perspectives unique de l'agriculture
paysanne, un group consultatif peut offrir une certain
visibility dans la communaut6 et aider A la communication
bilat6rale n6cessaire aux projects.

Cependant, dans certain cas, le Conseil Consultatif peut
servir de forum lorsque les actions et interats se font
concurrence, dans l'espoir d'assurer le partage equitable des
b6n6fices. Ainsi, le r81e precis du Conseil Consultatif doit
etre 6tabli au pr6alable, sp6cifiant sa valeur vis-A-vis du
village ou des individus qui le composent.

Les "groupes-mires" consistent de 5 A 10 personnel don't
les antec6dents sont similaires. Ils compl6mentent le r8le
du Conseil Administratif et refl6tent tres bien les probl4mes
et les soucis de agriculture paysanne. Les membres de ces
groups, choisis parmi ceux pour qui le programme FSR/E vise
ses recommendations (voir Chapitre IV), sont g6enralement
l6us pour leurs connaissances, leur habilet4 et leur bonne
volont6 A discuter un ou plusieurs sujets pertinents au course
du programme FSR/E. Les groups se rencontrent pour discuter
les questions soulev6es par un membre de l'6quipe FSR/E. Un
observateur discret, inform sur ce sujet, prend solgneuse-
ment des notes sur leurs id6es perspicaces et leurs conclu-
sions. Les donn6es tires de ces assemblies sont trbs utiles
plus tard pour former les liens entire l'quipe et les pay-
sans, pour rassembler information sur les technologies
existantes et les nouvelles technologies appropriees, pour
6valuer leur succbs, et enfin pour examiner les voies menant
A la dissemination des applications fructueuses.


page III 5










ACTIVITIES


ACTIVITY 1 :


DISCUSSION SUR LE TEXTE : ANALYSE DES
INSTITUTIONS ET DE LA DIRECTION LOCALES


page III 7






INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


DISCUSSION SUR LE TEXTE : ANALYSE DES INSTITUTIONS ET DES
DIRECTIONS LOCALES

OBJECTIFS :

Aprbs avoir compl6et cette activitY, vous serez en measure de:

1. Identifier le r81e des institutions et directions locales
dans 1'FSR/E.

2. D6crire les organismes et leurs leaders dans votre propre
region.

3. Analyser comment ces organismes et dirigeants peuvent
soutenir un programme FSR/E.


INSTRUCTIONS :

1. Lisez le texte de la discussion de ce chapitre.

2. En petits groups, discuter les points suivants :

Sujets de discussion :

a. Nommez (ou dressez une liste) les institutions et les
directions locales de votre propre region.

b. Nommez quelques leaders officieux dans la region que vous
connaissez le mieux. Sur quoi est fond6 ce pouvoir
individual ?

c. Discutez, si tel est le cas, les organismes et centres de
pouvoir auxquels 1'FSR/E ne devrait pas 4tre associ6
publiquement dans la region que vous connaissez le mieux.

d. Toujours dans la region que vous connaissez le mieux,
examine quelles institutions et directions riqueraient
d'entraver les m6thodes FSR/E et les technologies
appropriees.

e. Quels organismes et leaders pourraient promovoir les
m6thodes et technologies dans ces regions ?

f. Comment le personnel de 1'FSR/E devrait-il s'adresser A
chacun des organismes et leaders pour obtenir et conserver
l'approbation et l'appui n6cessaires ?


page III 9


ACTIVITY 1








CHAPITRE IV
GROUPEMENT DES PAYSANS:
FORMATION DES DOMAINES DE RECOMMENDATION






CHAPITRE IV


GROUPEMENT DES PAYSANS :
FORMATION DES DOMAINES DE RECOMMENDATION

PLAN

1. Justification du groupement des paysans
2. Variables servant A grouper les paysans en domaines de
recommendation
3. Domaines de recommendation : les questions a examiner

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apr~s avoir compl6t6 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Expliquer la game des variables agro-6cologiques,
socio-6conomiques et institutionnelles servant A d6finir
les groups d'agriculteurs.

2. Former les groups de paysans A toutes les phases du
processus de 1'FSR/E.

3. S61ectionner les variables essentielles caract6risant la
famille paysanne et appropriees au probl4me & l'6tude.

4. Faire la distinction entire les circonstances au sein du
manage et celles relatives au rapport entire les manages
pour faciliter le groupement des paysans.

VOCABULAIRE

Domaine de diffusion : r6seau de communication A travers
lequel se dispersent tout naturellement les connaissances
nouvellement acquises en matibre de technologies agricole
(Wotoviec et al., 1986)

Domaine de recherche : group d'exploitations ayant en common
un certain milieu Bcologique et certain probldmes
sp6cifiques don't les solutions peuvent 4tre appliques et
testes au group en g6n6ral (Wotowlec et al., 1986).

Domaine de recommendation : group de paysans homogenes don't
les circonstances sont suffisamment semblables pour
qu'une mime recommendation leur convienne.
(CIMMYT/Byerlee, 1980)

Hypothese : proposition ou conjecture relative aux questions
poses, conclusion provisoire sugg6r6e A tester par un
sondage "formel" ou "informel" ou par l'exp6rimentation.


page IV I






Opportunity : combinaison de circonstances favorables ou
propices a l'am6lioration du systeme ou A la resolution
d'un problem.

Recommendation : solution propose aux groups de paysans
base sur leurs problems et leurs circonstances.


POINTS CLEFS

1. Le choix des variables servant de criteres au groupement
des paysans est d'une importance crucial au succ4s du
project. Les facteurs socio-6conomiques, aussi bien que
agro-climatiques, doivent etre pris en consideration pour
former les groups d'agriculteurs d'apres leurs probl6mes
et leurs circonstances.

2. Le groupement des paysans doit se faire t6t dans le
processus diagnostique pour devenir le fondement des
premieres hypotheses qui devront etre examines dans le
cadre de l'FSR/E.

3. Les paysans sont regrouper selon que l'indique la nouvelle
information venant du processus de recherche et de vulga-
risation. Les 6quipes FSR/E doivent prendre garde de ne
pas s'en tenir uniquement aux decisions initiales de grou-
pement.

4. Les resources virtuelles ou sous-exploit6es devraient
etre vues not seulement en tant que solutions encore A
l'6tat potential mais plut6t comme une chance d'ambliorer
la productivity et le bien-4tre de l'exploitants.

DISCUSSION

1. JUSTIFICATION DU GROUPEMENT DES PAYSANS

Il s'avere n6cessaire de grouper les paysans lorsque 1'on
pr6voit faire de la recherche car, d'un c6te, les resources
sont insuffisantes pour appliquer un programme de recherche A
chaque paysan individuellement, et, de l'autre c6t6, il
serait insens6 de tenter d'appliquer un seul programme
d'etude A tous les agriculteurs d'un pays. Ii faut done
arriver A un compromise entire ces deux extremes et 6tablir un
programme qui soit appropri6 A des groups homoghnes.

Le but de ces groupements est de mettre en valeur les
similitudes qui existent au sein des groups et les diff6-
rences entire et parmi les groups. Ces similitudes et dif-
ferences ne sont importantes qu'en rapport aux objectifs :
accroTtre la productivity de l'agriculture paysanne en
instaurant des experiences qui fourniront les recommanda-
tions.


page IV 2







2. VARIABLES SERVANT A FORMER LES GROUPS


Parce que les families agricoles different l'une de
l'autre, il nous faut pr6ciser les variables qui les
different, les fagons don't ces variables affectent les
problems poses et l'utilit6 des solutions sugg6rbes.

Comment les agencies de developpement forment-elles
g6neralement les groups de paysans ? Certains institute de
recherche divisent les pays en zones agro-6cologiques et
61aborent des ensembles de recommendations technologiques
appropri6es A chaque zone. Les approaches traditionnelles au
groupement impliquent d'habitude quelques criteres gbocli-
matologiques, tels que :

Pluviom6trie annuelle
Nombre de mois d'humidit6
Potentiel cultural
Zones climato-6cologiques

Dans plusieurs pays, des projects de d6veloppement ont
offert des series de recommendations sur de large 6tendues
g6ographiques pour se rendre compete plus tard qu'elles
n'6taient appropriees qu'l une minority de paysans dans ces
zones. Le groupement base sur les caracteristiques physiques
d'une region est souvent inad6quat, car different groups A
l'interieur d'une meme zone requibrent diff6rents programmes
d'6tude. Kakamega et Kibos, par example, sont situ6es dans
la mame zone agroclimatique dans l'ouest du Kenya. En raison
de faits historiques diff6rents, une region est form4e
d'exploitations de 20 hectares chacune et l'autre de 2 A 4
hectares. L'une a acc4s aux tracteurs et l'autre a la
traction animal. Ces deux regions ont-elles les mimes
problems ? Est-ce que les solutions seraient les memes pour
les deux ? Le programme d'1tude serait-il le meme pour les
deux ? La lutte centre les adventices est un probleme majeur
pour l'une, la preparation du sol pour l'autre. Les large
exploitations ont amplement de main-d'oeuvre toute l'ann6e
alors que les petites en manquent une parties de l'annae
lorsque les hommes vont ailleurs pour gagner de l'argent.

Il est donc evident que les groups sp6cifiques de
paysans requirement des programmes d'1tude sp6cifiques afin de
pouvoir offrir des recommendations ad6quates aux besoins
particuliers de chaque group. Est-ce que les cultivateurs
de products maratchers situes en banlieue de la capital
requierent le meme programme de recherche et de vulgarisation
que les exploitants situ6s A 300 kilombtres dans la brousse
mais dans la meme zone agro-climatique ? Les recommendations
faites pour le caf6 cultiv6 sur 10 000 hectares s'appliquent-
elles au caf6 cultiv6 sur un hectare ? Cela depend. Il se
peut qu'une nouvelle vari6t6 de caf6 soit propice aux deux
types d'exploitation de la meme zone.


page IV 3






Par centre, les engrais liquides exigeant un outillage
special peuvent n'4tre utiles qu'aux grandes entreprises qui
ont acces au credit permettant d'acheter les engrais et
1'6quipement.

Dans le cadre de 1'FSR/E, nous proposons que les paysans
soient groups selon les criteres suivants :

Similitudes des problems
R4ponse attendue aux solutions

Les paysans fonctionnant dans ces circonstances simi-
laires auront aussi des objectifs, des resources, des
contraintes, des strategies et des pratiques semblables.
Quelles sont les caract6ristiques qui indiquent les simi-
litudes de circonstances ?

Les examples suivants illustrent certain criteres qui
ont servi dejA dans les projects de 1'FSR/E A d6finir le
groupement de paysans en domaines de recommendation.

Exemple 1.

Les pratiques agronomiques paysannes

Acccs au svsthme d'irrigation : Au Botswana, les precipi-
tations sont tres irr6gulieres. Quelques paysans ont aces A
l'irrigation. Parce qu'il est difficile de pr6dire la fre-
quence des pluies, les paysans ne suivirent pas la recomman-
dation qui leur sugg6rait de semer et labourer imm6diatement
apres la premiere pluie. Par experience, les paysans
savalent qu'll y avait moins de risque A semer plusieurs fois
au course de la salson vegetative afin d'assurer la germina-
tion d'une certain quantity de graines. Seuls les cultiva-
teurs ayant aces au systhme d'irrigation suivirent les
recommendations du semis hatif.

Densit6 movenne de la population animal : La phase
diagnostique d'un project dans l'Ouest de Java, Indonbsie,
determine que la taille d'un troupeau de petits ruminants
variait entire 1'elevage faite en region montagneuse et en
basses terres. Les Bleveurs des hautes regions posskdaient 6
moutons alors que les eleveurs des basses regions possedaient
6 moutons et 5 chbvres chacun. Les moutons dans les deux cas
broutalent librement alors que les chevres 6taient totalement
clatur4es. Les probl4mes des l6eveurs 6taient de semblable
nature, mais les pratiques diff6raient en vertu des especes
(Van Eyes et al., 1985).


Page IV 4







Exemple 2.


Les caractrlistiques blologlques et physiques

Altitude : Dans une region au nord du Rwanda, 11 fut
demontr6 que l'altitude est une variable fondamentale A la
differenciation des groups de paysans. Les exploitations
situees au delA de 2000 metres d'altitude regoivent plus
d'eau de plule et le taux d'6vapotranspiration y est plus
bas. On y cultive done des products diff6rents haricots,
mays et pomme de terre irlandaise de ceux cultiv6s aux
altitudes plus basses patate douce, haricots et banane.
Le problAme majeur des exploitants des hautes elevations
r6sultait des effects du vent et de la grgle; celui des
paysans plus bas, des insects et des maladies.

Exemple 3.

La disponibilite de la main-d'oeuvre

Main-d'oeuvre : En RBpubique Dominicaine, on instaura un
project d'1levage de vaches laitieres A l'attache. Tradition-
nellement, les paysannes 6levaient les chevres en paturage le
jour et sous abris la nuit. Comme l'assemblage du bois de
feu et de l'eau prennait beaucoup de temps, les femmes
n'avaient pas assez de temps pour ramasser le fourrage
n6cessaire a l'alimentation des vaches laitieres attaches,
ou pour veiller A ce que les vaches ne soient Etrangl6es par
l'attache. Seules les paysannes don't les activities quoti-
diennes les tenaient occupies pres des animaux attaches
r6ussirent A lever les vaches laitieres.

Exemple 4.

L'accbs & la terre, & la main-d'oeuvre et au capital

Acc4s au credit : En Colombie, les riziculteurs produi-
sant de bas rendements regurent le conseil d'appliquer l'en-
grais azot6. Seuls les titulaires des droits de propri6t6s le
firent. Les autres paysans, n'ayant aucun nantissement,
n'4talent pas eligibles aux prets mon6taires.

Il n'y a pas de caracteristiques qui conviennent A coup
sQr A chaque situation. En effet, les chercheurs doivent
faire preuve de jugement A chaque situation pour d6cider
quelles variables sont les plus importantes A la distinction
des paysans d'une region pour en former des groups homo-
genes.

Heureusement, le niveau de correlation parmi les
variables est generalement l4ev6. Dans l'exemple pris du
Rwanda, a measure que l'on descend des hauteurs de la montagne
oh le project prend place, les pr6cipitations diminuent,
l'6vapotranspiration augmente, et la temperature monte.


page IV 5






De ces changements proviennent d'autres changements dans
la modality des cultures, les dates de semis, les problems
des paysans et les status socio-6conomiques. Comme ces
variables sont tres rapproch6es, il est possible de diviser
la region en deux groups, les paysans des hautes 616vations
et les paysans de basse altitude. Dans chaque group, les
cultivateurs ont a peu pres les memes circonstances, les
m8mes problems et les m8mes opportunities.

3. DOMAINES DE RECOMMENDATION : QUESTIONS A EXAMINER

Plusieurs questions importantes surgissent dans la
definition des domaines de recommendation :

a. La nature dynamiaue de la definition des domaines de
recommendation dans le processus de recherche. Comme le
concept des groups existe & toutes les tapes du processus
de 1'FSR/E, leur definition peut changer selon la tache &
accomplir. Le tableau qui suit, adapt de l'ouvrage de Tripp
1985, montre comment ce concept est employee aux differentes
tapes du processus de recherche :

ETAPE GROUPS

Analyse des circonstances Groupes partageant les
paysannes memes circonstances

Identification des pro- Groupes ayant les memes
blames prioritaires problems de production

Selection et testing des Solutions possibles appro-
solutions possibles prices aux groups particu-
liers et choix des sites
d'essais

Elaboration des recom- Recommandations fagonnees
mandations aux besoins et circons-
tances des divers groups
de paysans

Aux premieres tapes d'un programme de recherche dans le
District de Kirinyaga, au Kenya, par example, tous les pay-
sans cultivant le sol limoneux rougeatre formaient un group.
Ce critere servit & l1'tape d'identification du probl4me
puisque toutes les terres de ce group subissaient une
carence d'azote qui entravait les rendements. Dans l'6tape
oh se fait la selection des solutions possibles, on s'est
apergu que certain paysans pouvaient se permettre l1achat
d'engrais chimiques, une des solutions potentielles, alors
que d'autres n'avaient pas les moyens financiers. Le group
original fut alors red6fini en deux groups de recommanda-
tion : les entreprises A gros revenues et les exploitations A
moindres recettes.


page IV 6






Des essals sur les engrais chimlques furent mis en oeuvre
pour les paysans qui pouvalent les acheter, et d'autres
experiences sur la fumure de pulpe de caf6 pour les autres
cultivateurs moins favoris6s 6conomiquement. Cet example
d6montre comment le concept de la definition des groups
change face aux diverse t&ches de l'6tude.

b. Une difference fondamentale existe entire la definition
des groups de pavsans et la definition des zones agro6colo-
aiques. La difference existe dans le fait que les groups de
paysans sont d6finis au moyen de leurs circonstances, pra-
tiques, problemes et solutions, alors que les zones agro6co-
logiques sont d6finies par les caract6ristiques physiques et
biologiques de la zone geographique. Bien entendu, les cir-
constances et les pratiques paysannes dependent souvent des
aspects physiques naturels. NManmoins, 11 imported de se rap-
peler que ce sont les personnel, et non pas les aspects bio-
physiques, qui d6cident de l'adaptation d'une technologies et,
en d6finissant les groups de paysans, les chercheurs sont
forces de se poser sans cesse la question : "Pour qui
faisons-nous cette 4tude ?" (Tripp, 1985).

c. Deux groupes d4finis peuvent se chevaucher dans une
meme region. Dans le cas tire du K6nya, les paysans don't les
revenues variaient largement se trouvent dans chaque village
de cette zone de terre limoneuse. Semblablement, bien que la
pioche soit l'outil traditionnel de cultivation en Afrique
Occidentale, les animaux sont egalement employes dans
certaines parties de cette region pour labourer aussi bien
que pour semer et biner. Dans une 6tude men6e en GuinBe, les
recommendations n'6taient relatives qu'aux agricultrices
pulsque les hommes ne font pas la culture 16gumiere. En
reality, il est fort possible d'avoir plus d'un domaine de
recommendation & une m8me exploitation. Le groupement des
paysans en zones peut servir a l'4tape initial de la
definition des groups, mais il faut etre pret A redefinir
les groups a l'interieur d'une zone si les circonstances
l'exigent.

d. Les criteres agronomiques servant A d6finir les
domaines de recommendations ne produisent pas n6cessairement
des aroupes d'agriculteurs don't les probl~mes d'6levaqe
different. La taille de l'exploitation sert souvent de
critere pour stratifier les agriculteurs selon le problem en
productivity animal. Les exploitations de differentes
tailles ont normalement diverse resources alimentaires
engendrant different niveaux d'efficacite en production
animal. Cependant, les exploitations marquees d'une lacune
en fourrage peuvent avoir aces A des sources alimentaires en
dehors de leur ferme. Par consequent, le niveau de
productivity peut etre semblable parmi des exploitations de
tailles variees, et aucune difference n'existe entire les
domaines de recommendations. Les param4tres qui refletent


page IV 7






directement les but de l'6quipe de recherche doivent 4tre
employs pouristratifier les exploitations.

e. Les tvyes de domaines dans lesquels les agriculteurs
et les exploitations peuvent etre groups varient selon la
function du domaine. On a sugg6r4 r6cemment que les agricul-
teurs soient groups en trois types de domaines (Wotowiec et
al., 1986). Les domaines de recherche visent la variability
et consistentld'un group d'exploitations don't le problem
est centre sur l'environnement et don't les solutions peuvent
y etre appliqubes et testes. Les domaines de recommendation
repr6sentent des groups homogenes d'agriculteurs, A l'int6-
rieur d'un domaine de recherche, pour lesquels convient la
technologies propose. Les domaines de diffusion sont les
reseaux de communication A travers lesquels se dispersent
naturellement les connaissances nouvellement acquises en
matiere de technologies agricole (Wotowiec et al., 1986).


BIBLIOGRAPHIES

Byerlee, D.M. Collinson, et. al., 1980. Planning
technologies appropriate to farmers concepts and
procedures, CIMMYT, Mexico, pp. 10 11, 52 54.

CIMMYT Eastern Africa Economics Program, 1979. Deriving
Recommendation Domains for Central Province, Zambia,
Demonstrations of an Interdisciplinary Approach to
Planning Adaptive Agricultural Research Programmes, No.
4, Nairobi.

Farming Systems Support Project, 1985. Animal Traction in a
Farming Systems Perspective. University of Florida. FSSP
Network Report No.1.

Franzel, S., 1981. Identifying Farmer Target Groups in an
Area : Methodology and Procedures. Farming System
Newsletter, No. 4, CIMMYT Eastern Africa Economic
Program, Nairobi.

Harrington, L. et R. Tripp, 1984. Domaine de recommendation :
quide pratique pour la recherche agronomique en milieu
paysan. Programme d'6conomie du CIMMYT.

Hildebrand, P., 1983. The Concept of "Homogeneous Systems"
and its Usefulness. FSSP Training Workshop.

Shaner, W., et. al., 1982. Farming Systems Research and
Development : Guidelines for Developing Countries.
Westview Press, Boulder, CO. Appendices 4-A et 4-B, pp.
243 244.


page IV 8







Thomas, N., W. Mathius et M. Sabrant, 1982. Small-ruminant
Production in West Java: Methodology and Initial Results.
pp 161-166. In J.C. Fine et R.G. Lattimore (ed.)
Livestock in Asia: Issues and Policies. International
Development Research Centre. Ottawa, Ontario, Canada.

Tripp, R., 1985. Some Common Sense about Recommendation
Domains, CIMMYT Economics Program.

van Eys, J.E., S. Silitonga, I.W. Mathius et W.L. Johnson,
1985. On-farm Trials of Mineral Supplementation for Small
Ruminants in West Java, Indonesia. pp. 153-172. In
Research Methodology for Livestock On-farm Trials.
Proceedings of Livestock Research Methodology Workshop,
Allepp, Syria. 25 28 mars 1985. International
Development Research Centre, Ottawa, Ontario, Canada.

Wotowiec, Peter Jr., S. Poats et P.E. Hildebrand, 1986.
Research, Recommendation and Diffusion Domains: A Farming
Systems Approach to Targeting. Rapport present A la
conference sur les Questions de sexes dans la Recherche
et Vulgarisation en Syst4mes de Production. 26 f6vrier -
ler mars 1987.


page IV 9







ACTIVITIES


ACTIVITY 1 :

ACTIVITY 2 :

ACTIVITY 3 :


ACTIVITY 4 :

ACTIVITY 5 :

ACTIVITY 6 :


LIMITATIONS DES RECOMMENDATIONS

CARACTERISTIQUES DES PROBLEMS DES PAYSANS

TAILLE DE L'EXPLOITATION PAR RAPPORT A LA
FORMATION DE GROUPS

IDENTIFICATION DES PROBLEMS

IDENTIFICATION DES SOLUTIONS ET LES GROUPS

DEFINITION DES GROUPS DE PAYSANS


Suggestion de series de diapositives :

TMS

301 Defining Recommendation Domains Case study of
Sumpango, Guatemala (6 minutes) 21 diapos (A)


A = anglais


page IV 11






ACTIVITY 1 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

LIMITATIONS DES RECOMMENDATIONS

OBJECTIF :

Apres avoir compl6et cette activitY, vous serez en measure de:

Expliquer pourquoi les facteurs geographiques ou phy-
siques seuls ne sont pas suffisants & la formation des
groups de paysans.

MATERIALS :

1. Texte du chapitre IV

2. Crayons et paper

INSTRUCTIONS :

1. Lisez le texte du chapitre IV.

2. Voici quelques recommendations offertes aux paysans :

-- Une vari6t6 de maYs resistante a la s6cheresse culti-
vable en bas-fond et r6pondant positivement au N

-- Une vari6t6 d'orge a court paille et haut rendement

Examlnez les questions suivantes pour les discuter en
group plus tard :

-- Quels paysans trouveraient ces recommendations
appropri6es ?

-- Quels types de paysans trouveraient que ces
recommendations ne r6pondent pas & leurs besoins ?


page IV 13







INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


CARACTERISTIQUES DES PROBLEMS DE PRODUCTION

OBJECTIF :

AprBs avoir compl6t6 cette activitY, vous serez en measure de:

DBfinir les caracteristiques varies des problemes de
production de l'agriculture paysanne.

MATERIALS :

1. Feuillet d'instructions intitul6 "Variables utiles au
groupement des paysans"

2. Crayons et paper

3. Tableau et crazies, ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Former des groups. Pensez aux paysans que vous connais-
sez dans la region. Comment ces paysans, leur famille et
leur exploitation varient-ils ?

2. Dressez, en petits groups, au tableau ou sur le paper
grand format, une liste des informations n6cessaires au
project FSR/E au sujet du paysan, de la famille paysanne et
de l'exploitation pour comprendre clairement comment les
problemes de 1'un peuvent differer des problems de
1'autre.

3. Passez en revue et purer votre liste apres avoir lu le
feuillet que l'instructeur vous a distribu6.

4. R6pondez aux questions suivantes :

a) Que nous indiquent ces variables au sujet des
circonstances auxquelles doivent faire face les paysans
et des problems qu'ils doivent affronter ?

b) Que nous revblent ces variables au sujet des
resources disponibles aux paysans pour r6soudre leurs
probl4mes ?


page IV 15


ACTIVITY 2







FEUILLET # I


CARACTERISTIQUES DES PROBLEMS DE PRODUCTION

VARIABLES UTILES AU GROUPEMENT DES PAYSANS

1. CIRCONSTANCES NATURELLES

a. CLIMATE
Variation de temperature
PluviomBtrie, regularit6/quantite
Vents et grele
Radiation solaire

b. SOLS
Texture
Drainage
Pente
Profondeur
Teneur en nutriments
pH
Salanit6
Perm6abilit6

c. CULTURES & CHEPTEL

Cultures produites
Animaux 6leves
Incidence de maladies
Incidence de ravageurs
Incidence de mauvaises herbes

2. CIRCONSTANCES SOCIOECONOMIQUES

a. DISPONIBILITE DE LA MAIN-D'OEUVRE

Membres de la famille, age et sexe
Main-d'oeuvre familiale et r6mun6r6e
Possibilit6s d'embaucher a l'ext6rieur

b. TERRES

Dimension de l'exploitation
Regime foncier

c. CAPITAUX

AccLs au credit
Acc6s A l'argent liquid
Acchs & l'irrigation
Accds aux marches et aux intrants


page IV 17


ACTIVITY 2






d. AUTRES


Source d'6nergie pour preparer le sol
Pratiques culturales
Pr6f6rence et regime alimentaires
Statut nutritionnel
Coutumes et obligations communautaires


page IV 18






INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


TAILLE DE L'EXPLOITATION

OBJECTIF :

Apres avoir compl6et cet exercise, vous serez en measure de :

Lier la variable qui difference les paysans aux autres
variables importantes & la definition et & la solution
des probl4mes.

MATERIALS :

1. Feuillet suppl6mentaire # 2 intitul6 "Taille de l'exploi-
tation a Pichincha, en Equateur"

2. Papier et crayons

3. Tableau et craies, ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups.

2. Lisez le court paragraphe et examine le tableau qui
accompagne le feuillet # 2 "Taille de l'exploitation A
Pichincha, en Equateur".

3. Discutez la portee de la taille d'une exploitation dans
votre propre region. Comment les exploitations de
differentes dimensions diffbrent-elles entire elles dans
votre region ?

4. Dressez une liste des principles caractbristiques des
exploitations de diff6rentes dimensions dans votre region
et repondez aux questions suivantes :

a. Est-ce que la taille de l'exploitation est un critere
ad6quat pour grouper les paysans dans votre region ?
Pourquoi ? Pourquoi pas ?

b. Pouvez-vous faire une recommendation qui soit appro-
pri6e aux petits comme aux grands exploitants dans
votre region ? Et une recommendation qui soit appro-
pri6e A un group et non A l'autre ?


page IV 19


ACTIVITY 3






FEUILLET # 2


TAILLE DE L'EXPLOITATION


TAILLE DE L'EXPLOITATION A PICHINCHA, EQUATEUR


Les types de sol sont identiques, mais les terres ne sont
pas reparties Bgalement A l'interieur d'une region agro-6co-
logique donnee. Le concept de la taille des entreprises
agricoles se rapporte souvent A plusieurs diff6rentes pra-
tiques agronomiques et A diverse contraintes A l'agricul-
ture. A Pichincha, en Equateur, tous les agriculteurs
cultivent le bl, mais la dimension de leur exploitation
determine les modes de cultivation. Quelles sont les impli-
cations de la taille des exploitations dans votre region ?

Voici certaines differences de pratiques et de caract6-
ristiques trouv6es entire les exploitations a Pichincha, en
Equateur :


Caract4ristiques Petites expl. Larges expl.

Superficie de bl6 0,8 ha 47 ha

Acces au credit faible fort

% se servant de 0 43 %
semences certifies

% se servant d'engrais 27 % 73 %

% se servant d'herbicide 24 % 63 %

Especes d'animaux petits ruminants melange


page IV 21


ACTIVITY 3






ACTIVITY 4 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

IDENTIFICATION DES PROBLEMS

OBJECTIFS :

Apres avoir compl6t6 cette activitY, vous serez en measure de:

1. Identifier les problemes de fagon & les distinquer des
solutions.

2. Identifier les types g6neraux de probl4mes auxquels font
face les paysans et qui influencent leur groupement.

MATERIALS :

1. Feuillet # 3 intitul6 "D6finition des probl4mes"

2. Crayons et paper

3. Tableau et crazies ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups de discussion.

2. Lisez le feuillet # 3 intitul6 "D6finition des probl4mes".

3. Discuter les questions poses sur le feuillet, et dressez
une liste de vos r6ponses et de leur justification sur le
tableau. Soyez pret & presenter vos idles aux autres
groups.


page IV 23









IDENTIFICATION DES PROBLEMS

DEFINITION DES PROBLEMS

1. Quels sont, parmi les cas suivants, ceux qui qualifient de
problems ?

2. A chacun des cas que vous identified comme 6tant un
problem, notez si c'est un probl4me qui :

a) limited la production
b) fait mauvais usage des terres, de la main-d'oeuvre, ou
des capitaux.

1. Les paysans sement le mais a la volbe, au lieu
d'employer le semoir.

2. Les paysans appliquent plus de 200 kg d'azote pour
n'obtenir des rendements que de deux tonnes.

3. Presque la moiti6 des arachides r6colt6es n'ont pas
produit de graines.

4. Les paysans n'ont pas les outils ad6quats pour faire
un bon d6sherbage.

5. Les carences en zinc limitent les rendements de maYs.

6. Les paysans pourraient augmenter leurs revenues s'ils
intercalaient les haricots au maYs.

7. Les grandes pluies sont suivies d'une saison pluvieuse
mineure, et pourtant les paysans sement tres peu A ce
moment-lA.

8. Les paysans semen tard parce qu'ills manquent de
tracteurs.

Gracieuset6 du CIMMYT


page IV 25


FEUILLET # 3


ACTIVITY 4







INSTRUCTIONS DU STAGIATRE


IDENTIFICATION DES SOLUTIONS POSSIBLES ET LES GROUPS DE
PAYSANS

OBJECTIF :

Apres voir complete cet exercise, vous serez en measure de :
Demontrer qu'un mime probl4me peut avoir diff6rentes
solutions experimentales appliques selon les
caracterisques des paysans.

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups.

2. Lisez la court description et les questions qui l'accom-
pagne sur le feuillet # 4 intitul6 "Identifier les
solutions aux probl6mes des paysans".

3. Repondez aux questions, en groups.

4. Soyez pret A& changer les r6sultats avec les autres
groups lors de la stance pleniere.


page IV 27


ACTIVITY 5









IDENTIFICATION DES SOLUTIONS ET LES GROUPS DE PAYSANS

IDENTIFIER LES SOLUTIONS AUX PROBLEMS DES PAYSANS

Une 6quipe FSR/E d4couvre qu'une carence en azote dans le
maYs cultiv4 dans la region o6 ils travaillent est un grave
probleme. Ils identifient plusieurs solutions potentielles :

a. engrais chimiques
b. rotation des cultures de maYs et de haricots
c. fumure animal

Deux groups d'agriculteurs (Groupe A et Groupe B) ont
6t4 d4finis; chaque group habite une parties differente de la
region A l'etude. L'agriculture de la region diff6re selon
les caracteristiques d6crites sur le tableau qui suit.
Quelles sont les implications de chacune des differences sur
les solutions potentielles & la carence en azote ?

TABLEAU COMPARATIF DES CARACTERISTIQUES


Groupe A

Ayant aces


Credit


Group B

Sans aces


Transport


Betail


Ouvriers
travaillant
en ville

Pluviom6trie


Pres du chemin

Quelques-uns


Plusieurs


1200 mm


Loin du chemin


Plusieurs


TrBs peu


500 mm


Texture du sol

Culture de rente
principal

Principaux culti-
vateurs de maYs

Usage du fumier


Pente


Fine


Cafe


Femmes

Combustible


10 30 %


Gross iBre


Coton


Hommes

Aucun

0 5 %


Residus des
haricots

Preparation
du sol


Laiss6s sur le sol


Manuelle


Nourris aux
animaux


Boeufs


page IV 29


ACTIVITY 5


FEUILLET # 4






INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


DEFINITION DES GROUPS DE PAYSANS

OBJECTIFS :

Apr~s avoir compl6t6 cette activity, vous serez en measure de:

1. DBfinir les groups de paysans dans les regions que vous
connaissez bien.

2. Formuler les questions portant sur le processus de forma-
tion des groups de paysans.

3. Associer les probl4mes varies aux diff6rentes caracteris-
tiques de agriculture paysanne d'une maniere holistique.

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups et nommez un repr6sentant parmi
vous.

2. R6fl6chissez & la fagon don't pourraient se grouper les
paysans d'une region choisle. Prenez environ trente
minutes pour r6pondre aux questions poses sur le feuillet
# 5 intitul6 "Liste de questions servant au groupement des
paysans".

Partagez votre temps comme suit :

Partie A : Dressez une liste des principles caracteris-
tiques des exploitations de la region en question
(10 minutes)

Partie B : Groupez les paysans d'aprbs les caracteristiques
et les probl~mes communs (15 minutes)

Partie C : Notez les changements qui se produisent lorsque
vous vous 6loignez dans une certain direction
(10 minutes)

3. Au course de la seance pl4nire, un repr6sentant de chaque
group prendra environ cinq minutes pour presenter un
resume des r4sultats. Cet individu doit s'assurer de
r4sumer les trois parties de l'exercice et de :

a) r6sumer les variables-cl6s don't le group s'est servi
pour former les groupements de paysans

b) associer ces variables aux probl6mes particuliers
auxquels font face les paysans.


page IV 31


ACTIVITY 6






FEUILLET # 5


DEFINITION DES GROUPS DE PAYSANS

LISTE DE QUESTIONS SERVANT AU GROUPEMENT

Lisez la liste entire avant de commencer

A. Dressez la liste des principles caract4ristiques des
exploitations et des families agricoles de la region.
(10 minutes)

1. Tenez compete des circonstances naturelles aussi bien
que des circonstances socio6conomiques.

2. Quels types de probl4mes semblent 4tre communs A tous
les paysans de la region ?

B. D6finissez les groups de paysans de la region
(15 minutes)

1. Envisagez la possibility que plus d'un group important
existe dans votre district ou r6gion en tenant compete
des variables naturelles aussi bien que socio6cono-
miques.

2. Quelles sortes de problems s'averent plus important
pour certain des manages que pour les autres ?

C. Sp6cifiez comment les groups changent a measure que vous
vous Bloignez dans une direction particuliere.
(10 minutes)

1. Maintenant, imagine que vous vous Bloignez de votre
region dans une direction particuliere. A quel point
les caracteristiques changent-elles ? Est-ce que les
contraintes changent 6galement ?

2. Pourquoi ces differences vont-elles probablement exiger
une nouvelle approche A la mise au point des programmes
de recherche et de vulgarisation envers les paysans des
different groups ?


page IV 33


ACTIVITY 6









CHAPITRE V
ASSEMBLER LES INFORMATIONS NECESSAIRES A L'FSR/E:
METHODS APPROPRIEES






CHAPITRE V


ASSEMBLER LES INFORMATIONS NECESSAIRES A L'FSR/E -
CHOISIR LES METHODS APPROPRIEES


PLAN

1. M6thodes de rassemblement des donn6es
2. Choix de m6thodes
3. Profondeur contre repr6sentativit6
4. Ordre s6quentiel des m6thodes

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir compl6t6 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Faire le choix des questions appropri6es pour obtenir les
donn6es n6cessaires & la mise au point d'un solid
programme FSR/E.

2. Choisir la methode de collect la plus appropri6e aux
types des donn6es recherch6es.

3. Faire usage des outils utiles & l'analyse des donn6es et A
la description du systhme de production.

VOCABULAIRE

Donn6es primaires : toutes informations nouvelles ou exis-
tantes qui n'a pas 6t6 recueillies et analyses.

Donn6es secondaires : informations d6jh recueillies et r6ca-
pitul6es tires de sources publi6es ou non publi6es;
aussi nommees donn6es disponibles ou existantes.

Informateur-cl6 : individu local blen inform qui fournit une
large game d'informations relativement pr6cises sur la
communaut6 ou tout autre sujet pertinent & agriculture
paysanne; cet individu nest pas n6cessairement le chef
de la communaut6.

Sondage special : enquate conque sp6cialement pour assembler
information relative A une probl4me sp6cifique, pouvant
suivre des m6thodes conventionnelles ou non.

POINTS CLEFS

1. Le succes du processus FSR/E exige une large vari6t6 d'in-
formations venant de diverse sources.

2. L'information doit viser directement & satisfaire les ob-
jectifs de l'FSR/E.


page V 1






3. Les m6thodes de collect des donn6es doivent produire de
fagon rapide et peu couteuse information n6cessaire.

4. La participation de la communaut6 et des paysans peut
ameliorer la precision et l'utilit6 de information.

5. Les outils servant a rassembler les donn6es, tels que les
cartes topographiques, routibres, etc., les calendriers
des entreprises, des aliments disponibles, de
l'alimentation du b6tail et du partage des t&ches entire
hommes et femmes, facilitent l'analyse des donn6es et la
description du system de production.

DISCUSSION

La phase diagnostique du processus FSR/E fournit aux
chercheurs les renseignements n6cessaires & identification
des problbmes de l'agriculture paysanne et A la determination
des solutions appropri6es. Une game de sources et de me-
thodes de collect y est disponible. Les praticiens de
1'FSR/E dolvent choisir cells qui offrent les renseignements
les plus precis et & un coGt le plus bas possible. Plusieurs
sources importantes sont 6num6r6es au Tableau V.1. Les
methodes sugg6r6es ne s'excluent pas mutuellement; effective-
ment, 11 est fort possible d'employer la m6thode d'observa-
tion conjointement aux sondages formels et informels, don't
une breve description suit plus loin.

1. METHODS DE COLLECT DES DONNEES

a. Donn6es secondaires

Les donn6es secondaires sont les informations existantes
d6J& recueillies et compiles provenant de sources publi6es
ou non. Une des fagons d'utiliser les donn6es secondaires
dans la phase du diagnostic et de formation des hypotheses
pourrait Stre de juxtaposer et compare les cartes topogra-
phiques et les cadastres de la region A l'tude. Dans le
D6partement de Cauca, en Colombie, par example, l'on volt que
les grandes entreprises agricoles sont situ6es sur les ter-
rains plats et les petites exploitations sur les pentes
escarp6es. Une hypothese peut Stre form6e qui suggere que ce
sont les agriculteurs les plus riches qui cultivent les
terres plates; hypothese qui peut Stre v6rifiee en examinant
les chiffres des revenues trouv6s dans les rapports de recen-
sement de la region.

L'6tude des photos aeriennes permet de constater que le
mais est cultiv6 sur les terrains plats et sur les pentes
escarp6es. Selon les registres des services de vulgarisa-
tion, l'on constate que les cultivateurs des deux types de
terrain ont un probl4me dG au mildiou. A partir des donn6es
sur les revenues et la r6partition des terres, nous arrivons A


page V 2






conclure que les exploitants sur terrains plats et ceux sur
pentes sont munis de resources differentes pour attaquer ce
probleme de mildiou.

La collect ult6rieure de donn6es cherchera & verifier
ces hypotheses. Les tapes suivantes fond6es sur ces donn6es
secondaires pourront mettre en valeur l'efficacit6 des don-
n6es primaires et de tout travail sur le terrain. Le cha-
pitre VI decrit de fagon d6taillee les differentes sources de
donn6es secondaires.

b. Interviews des informateurs-cl6s

Les interviews des informateurs-cl6s offrent une source
important d'informations des les premieres tapes du proces-
sus de 1'FSR/E et servent & rendre plus efficaces les col-
lectes subs6quentes. Ces interviews sont des discussions
avec des individus qui repr6sentent une institution ou un
type d'individus & l'int6rieur d'une region.

Les informateurs-cl6s fournissent des renseignements
essentiels au groupement des paysans et & identification de
leurs contraintes, aussi bien qu'& la description des ten-
dances passes et pr6sentes relatives & la production de
products alimentaires de cette region. Ils peuvent aussi
expliquer la nature et les lacunes dans les connaissances des
paysans, le systeme des poids et measures employ et les
questions qui se r6vblent delicates & poser.

c. Sondages informels

Les sondages "informels" sont des enquites faites sur le
terrain au course desquelles les chercheurs interviewent les
paysans et visitent leurs exploitations en vue de former une
comprehension global du systeme agricole. Les enquites
"informelles" sont g6n6ralement peu coOteuses et permettent
de recueillir beaucoup d'informations dans une court p6riode
de temps. Elles sont particulibrement utiles pour prendre
connaissance des valeurs, opinions, objectifs et savoirs du
paysan et pour comprendre les raisons sous-jacentes des sta-
t6gies souvent complexes des pratiques de gestion agricole
paysannes. Le point faible de cette m6thode "informelle"
r6side dans le manque de certitude que les paysans intervie-
w6s soient repr6sentatifs du group entier faisant l'objet de
l'6tude et dans le fait que les r6sultats ne peuvent pas Stre
analyses statistiquement. Le Chapitre VII discute les
enquates "informelles" en profondeur.

d. Sondages formels

Ces enquites conventionnelles sont effectu6es & 1'aide de
procedures formelles, de questionnaires standard pr6alable-
ment tests, et d'autres moyens permettant 1'analyse statis-


page V 3






tique des donn6es qui en r6sultent. L'6chantillon est g6n6-
ralement beaucoup plus large que celul du sondage explora-
toire et se sont des enqueteurs, et non les chercheurs, qul
font les interviews aupr6s des paysans. Le temps mis au
d6pouillement et & l'analyse des donn6es varie largement; ce
peut Stre une question de quelques mois losqu'il s'agit d'un
questionnaire de quelques pages pos6 & un petit 6chantillon
de paysans au course d'une seule visit. Ce peut atre aussi
une p6riode se prolongeant sur quelques ann6es si les paysans
sont questionn6s deux fois par semaine durant toute une
ann6e. Les sondages "informels" s'emplolent dans plusieurs
programmes de 1'FSR/E dans le but de permettre aux chercheurs
de focaliser leur enquate formelle sur un nombre relativement
petit de variables. Le chapitre VIII explique les enquates
"formelles" en detail.

e. Observations

Les donn6es obtenues & partir de observation sont
importantes a travers tout le processus FSR/E. Les
observations faites des photographies a6riennes, de film
vid6o, ou de sondage 6ventail permettent de determiner
visuellement les regions cibles et les villages susceptibles
de faire parties de l'6chantillon. Au course des sondages
diagnostiques, les donn6es d'observation fournissent une
information complimentaire aux autres donn6es obtenues au
course d'interviews et peuvent servir & g6n6rer les hypotheses
initials. Elles peuvent comprendre les estimations des
dimensions des exploitations, les distances entire les
collins cultiv6es, l'emplacement des cultures mixtes et les
pratiques culturales. Les observations peuvent 6galement
servir & v6rifier si les normes et les comportements sont
r6guliers. Par exemple, les paysans peuvent bien d6clarer que
les femmes n'ont rien & voir & agriculture en raison des
normes sociales qui dictent que les femmes ne devraient pas
s'en mnler. Pourtant, l'observation systematique r6vble que
les femmes participent au d6sherbage, & la recolte et A la
transformation des products agricoles ainsi qu'a la prise des
decisions. Les observations peuvent aussi assurer la
validity des donnees obtenues autant des sondages que des
exp4rimentations. Par example, le pr6lvement d'6chantillons
de sol ou identification des maladies des plants sont des
observations qui doivent Stre faites pour v6rifier la
justesse des soupgons des paysans concernant la basse
fertility ou les pertes de r6colte. L'observation peut
6galement Stre un processus rigoureux de verification qui
fournit des donn6es quantitative sur certain aspects tels
la main-d'oeuvre et la r6partition des t&ches dans le temps.
De plus, les r6sultats de l'observation suggerent fr6quemment
des sujets de recherche pour de futures sondages.


page V 4




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs