• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 List of Tables
 Preface
 Note sur la terminologie
 Introduction
 Rassembler l'equipe FSR/E: Aspect...
 Mise au point d'un modéle de systéme...
 S'établir dans la communauté
 Groupement des paysans: Formation...
 Assembler les informations nécessaires...
 Utiliser l'information existan...
 Enquetes informelles pour la collecte...
 Enquetes formelles pour démarrer...
 Mise au point d'un programme d'essais...






Group Title: Volume 1. Manuel du participant. Formation en FSR/E TMS-602
Title: Methode diagnostique de la Recherche et Vulgarisation en Systemes de Production
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00054321/00001
 Material Information
Title: Methode diagnostique de la Recherche et Vulgarisation en Systemes de Production
Series Title: Volume 1. Manuel du participant. Formation en FSR/E TMS-602
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Walecka, Lisette
Affiliation: University of Florida -- Institute of Food and Agricultural Sciences
Publisher: Institute of Food and Agricultural Sciences, University of Florida
Publication Date: 1986
 Subjects
Subject: Farming   ( lcsh )
Agriculture   ( lcsh )
Farm life   ( lcsh )
University of Florida.   ( lcsh )
Spatial Coverage: North America -- United States of America -- Florida
 Notes
Funding: Electronic resources created as part of a prototype UF Institutional Repository and Faculty Papers project by the University of Florida.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00054321
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved, Board of Trustees of the University of Florida

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page
    Table of Contents
        Table of Contents
    List of Tables
        List of Tables
    Preface
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Note sur la terminologie
        Page vii
        Page viii
    Introduction
        Page ix
        Page x
        Page xi
    Rassembler l'equipe FSR/E: Aspect interdisciplinaire
        Page A 1
        Page A 2
        Page A 3
        Page A 4
        Page A 5
        Page A 6
        Page A 7
        Page A 8
        Page A 9
        Page A 10
        Page A 11
        Page A 12
        Page A 13
        Page A 14
        Page A 15
    Mise au point d'un modéle de systéme de production
        Page B 1
        Page B 2
        Page B 3
        Page B 4
        Page B 5
        Page B 6
        Page B 7
        Page B 8
        Page B 9
        Page B 10
        Page B 11
        Page B 12
        Page B 13
    S'établir dans la communauté
        Page C 1
        Page C 2
        Page C 3
        Page C 4
        Page C 5
        Page C 6
        Page C 7
        Page C 8
        Page C 9
    Groupement des paysans: Formation des domaines de recommandation
        Page D 1
        Page D 2
        Page D 3
        Page D 4
        Page D 5
        Page D 6
        Page D 7
        Page D 8
        Page D 9
        Page D 10
        Page D 11
        Page D 12
        Page D 13
        Page D 14
        Page D 15
        Page D 16
        Page D 17
        Page D 18
        Page D 19
        Page D 20
        Page D 21
        Page D 22
        Page D 23
        Page D 24
        Page D 25
        Page D 26
        Page D 27
        Page D 28
        Page D 29
        Page D 30
        Page D 31
        Page D 32
        Page D 33
    Assembler les informations nécessaires a l'FSR/E: Méthodes appropriées
        Page E 1
        Page E 2
        Page E 3
        Page E 4
        Page E 5
        Page E 6
        Page E 7
        Page E 8
        Page E 9
        Page E 10
        Page E 11
        Page E 12
        Page E 13
        Page E 14
    Utiliser l'information existante
        Page F 1
        Page F 2
        Page F 3
        Page F 4
        Page F 5
        Page F 6
        Page F 7
        Page F 8
        Page F 9
        Page F 10
        Page F 11
        Page F 12
        Page F 13
        Page F 14
        Page F 15
        Page F 16
        Page F 17
        Page F 18
        Page F 19
        Page F 20
        Page F 21
        Page F 22
        Page F 23
        Page F 24
        Page F 25
        Page F 26
        Page F 27
        Page F 28
        Page F 29
        Page F 30
        Page F 31
        Page F 32
        Page F 33
        Page F 34
        Page F 35
        Page F 36
        Page F 37
        Page F 38
        Page F 39
    Enquetes informelles pour la collecte des données
        Page G 1
        Page G 2
        Page G 3
        Page G 4
        Page G 5
        Page G 6
        Page G 7
        Page G 8
        Page G 9
        Page G 10
        Page G 11
        Page G 12
        Page G 13
        Page G 14
        Page G 15
        Page G 16
        Page G 17
        Page G 18
        Page G 19
        Page G 20
        Page G 21
        Page G 22
        Page G 23
        Page G 24
    Enquetes formelles pour démarrer l'FSR/E: procédures simplifiées
        Page H 1
        Page H 2
        Page H 3
        Page H 4
        Page H 5
        Page H 6
        Page H 7
        Page H 8
        Page H 9
        Page H 10
        Page H 11
        Page H 12
        Page H 13
        Page H 14
        Page H 15
        Page H 16
        Page H 17
        Page H 18
        Page H 19
        Page H 20
        Page H 21
        Page H 22
    Mise au point d'un programme d'essais en milieu paysan
        Page I 1
        Page I 2
        Page I 3
        Page I 4
        Page I 5
        Page I 6
        Page I 7
        Page I 8
        Page I 9
        Page I 10
        Page I 11
        Page I 12
        Page I 13
        Page I 14
        Page I 15
        Page I 16
        Page I 17
        Page I 18
        Page I 19
        Page I 20
        Page I 21
        Page I 22
        Page I 23
        Page I 24
Full Text



METHOD DIAGNOSTIQUE
DE L'FSR/E


-I


FSP


Volume I/ Manuel du participant
Formation en FSR/E
TMS-602




















METHOD DIAGNOSTIQUE DE LA RECHERCHE
ET VULGARISATION EN SYSTEMS DE PRODUCTION


VOLUME I : FORMATION EN FSR/E









Pr6par6 par :

Project de Soutien aux Systemes de Production
Service des Programmes Internationaux
Institute des Sciences Agricoles et Alimentaires
University de la Floride










RBdaction technique :

Steve Franzel, Development Alternatives, Inc.
Malcolm Odell, Synergy International
Marcia Odell, Synergy International

R6daction-coordination :

Lisette Walecka, Universit4 de la Floride


Mars 1986









TABLE DES MATIERES


PREFACE ....................................................i

INTRODUCTION ..............................................ix

CHAPITRE I : Rassembler 1'1quipe FSR/E
aspect interdisciplinaire..................I 1

CHAPITRE II : Mise au point d'un module de systhme
de production ...........................II 1

CHAPITRE III : S'6tablir dans la communaut ..........III 1

CHAPITRE IV : Groupement des paysans : formation
des domaines de recommandation.......... IV 1

CHAPITRE V : Assembler les informations necessaires
A 1'FSR/E : m6thodes appropribes..........V 1

CHAPITRE VI : Utiliser l'information existante........ VI 1

CHAPITRE VII : Enquates informelles pour la collect
des donn6es ...........................VII 1

CHAPITRE VIII : Enquites formelles pour d6marrer
1'FSR/E : procedures simplifi6es....VIII 1

CHAPITRE IX : Mise au point d'un programme d'essais
en milieu paysan.........................IX 1










LISTE DES TABLEAUX


Tableau 11.1 Information utile & la mise au point du
module de processus pour determiner les
strategies gestionnaires des paysans.......II 6

Tableau II.2 ModUle de processus : preparation du sol
et semis au Middle Kiringyaga, Kenya......II 7


Tableau V.1


Caractbristiques des methodes de collect
de donn6es servant a 1'FSR/E...............V 6


Tableau VIII.1 Analyse comparative de l'enquete
informelle & l1enquate formelle.......VIII 4

Tableau VIII.2 Le pour et le centre des enquates
formelles..............................VIII 5


Tableau IX.1


Tableau IX.2


Figure II.1


D6veloppement technologiques et opportunities
de recherche & Calpulpan, Mexique........IX 23

Effets probables des changements sur les
rendements, les profits et les cotts de la
recherche, par Tcuhnical Development.....IX 24





LISTE DES FIGURES


Zones montagneuses d'Am6rique Centrale
cultures permanentes......................II 5


Figure IX.1 ChaTne des causes......................... IX 3


Figure IX.2


Mise en diagramme des causes, des
problmes et de leurs interactions........IX 4








PREFACE

Un des principaux objectifs de 1'FSSP (Farming Systems
Support Project : Projet de Soutien aux Systemes de Produc-
tion Agricole) est de fournir la formation, et le soutien
aux activities de formation, en m6thodologie de Recherche-
DBveloppement en Systemes de Production Agricole. Cette
serie d'unites de formation fut mise au point en r6ponse &
la p6nurie de mat6riels necessaires A la formation du per-
sonnel charge de la mise en pratique de l'approche au dave-
loppement agricole pr6conisee par la m6thode FSR/E
(Recherche-D6veloppement en Systemes de Production
Agricole).

Cette collection n'est pas un course, mais plut8t une
s6rie de materiel m6thodologique A l'appui des course de
Recherche-D6veloppement en Systemes de Production Agricole,
ayant pour but de fournir aux instructeurs et aux stagiaires
une aide important et variee A l'enseignement et A
l'apprentissage des capacities necessaires au succ4s de
l'entreprise FSR/E.

Le Volume I, M6thode diaqnostique de 1'FSR/E, content
neuf chapitres servant A presenter aux stagiaires les dif-
ferentes tapes du diagnostic tel que congu par 1'FSR/E. Le
diagnostic initial en est le sujet principal, mais le Volume
I ne s'y limited pas, car il offre 6galement en detail
l'aspect continue du diagnostic au course du processus FSR/E.
II souligne l'importance du lien entire les sciences biolo-
giques et sociales ainsi que des questions touchant aux
aspects socio-culturels et familiaux.

Le Volume II, Techniques de mise au point et d'analvse
de l'experimentation en agriculture pavsanne, content six
chapitres d6taillant la mise au point de 1'essai en milieu
agricole et le processus d'analyse. Il comprend aussi un
chapitre sur l'analyse statistique pour que l'instructeur
n'ait pas A computer uniquement sur des sources exterieures
dans le domaine critique de la conception et de 1'analyse de
l'experimentation. Tout comme son antec6dant, le Volume II
examine le rapport considerable entire les disciplines socio-
logiques et scientifiques et leur apport & la recherche en
milieu paysan.

Le but n'est pas de presenter un texte exhaustif, mais
plut6t, de transmettre les renseignements de base sous une
forme aussi complete et concise que possible. Nous esperons
que les instructeurs aussi bien que les stagiaires iront en
quite d'informations suppl6mentaires sur chacun des sujets
couverts dans les diff6rents chapitres. Chacun d'eux pos-
sede ses propres objectifs d'enseignement et ses points
clefs focalisant sur l'essence mime du chapitre.







Plusieurs chapitres sont subdivis6s en sous-chapitre, en
sections et sous-sections, avec ses objectifs, points clefs
et discussions. Des suggestions sont offertes sur les acti-
vites compl6mentaires A l'apprentissage, et chaque activity
est accompagn6e de directives pour faciliter la tache des
instructeurs.

Chaque volume de cette serie comprend une introduction
portant sur les options d'utilisation des units. Ces intro-
ductions d6crivent la sequence logique A suivre dans la pre-
sentation, et les prerequis aux chapitres, sous-unites, ou
sections. Elles peuvent etre vues comme guides p6dagogiques
pour l'instructeur d6crivant la matiere A l'1tude mais ne
doivent surtout pas 8tre considerees comme unique fagon
d'utiliser le materiel.

Cet ouvrage n'est pas le dernier mot, mais plut8t, le
fondement de la formation FSR/E. Nous encourageons tous
commentaires, adaptations, additions, et suggestions d'acti-
vit6s. La meilleure measure de l'utilit6 d'un produit vient
des utilisateurs. La meilleure fagon d'am6liorer un produit
est d'6couter leurs commentaires. A la fin de cette intro-
duction, vous trouverez une page destine a 1'evaluation et
aux commentaires que nous esp6rons recevoir de vous. Sans
vouloir limiter les remarques, nous vous invitons A ajouter
autant de suggestions que bon vous semblera. Nous pr6voyons
produire une version actualisbe en d6but d'ann6e 1987 base
sur vos reactions et revisions.

L'FSSP (Farming Systems Support Project : Projet de
Soutien aux Syst4mes de Production Agricole) reconnaTt le
besoin de materiels de formation suppl4mentaires et en a
inclus quelques-uns. Les documents de soutien offers en
complement aux unites de formation sont les suivants:

CARDI, avril 1984, "On-farm Experimentation: A Manual of
Suggested Experimental Procedures".

CYMMIT, r6vis6 en novembre 1985, "Introduction to
Economic Analysis of On-Farm Experiments", Draft
Workbook, CIMMYT Economics Program.

FSSP, 1985, "Bibliographie de lectures sur les Systemes
de Production agricole", volume I.

Poey, F. et al, 1985, "Anatomy of On-Farm Trials: A Case
Study from Paraguay", FSSP.

Hildebrand, P. et F. Poey, 1985, "On-Farm Agronomic
Trials in Farming Systems Research and Extension",
Lynne Rienner Publishers, Inc., Boulder, Colorado.








Les membres du Projet de Soutien d6sirent remercier le
Programme d'Economie des CIMMYT et CARDI pour leur permis-
sion d'inclure leurs ouvrages en analyse economique et en
mise au point du dispositif experimental en milieu paysan,
respectivement, en tant que supplement aux unites de
formation.

Des 6tudes de cas particuliers sont actuellement en
course d'6laboration. Le Projet de soutien a mis au point
l'etude d'un cas particulier basee sur les donn6es re-
cueillies dans la region de Las Cuevas, en R6publique
Dominicaine, offrant aux stagiaires 1'opportunit6 d'inter-
viewer les paysans et de determiner les priorit'6s de
recherche. Il reste A faire quelques revisions d'ordre
mineur et, des lors, le produit final accompagnera les
units de formation.

Le project d'6tude conjoint FSSP/Population Council
intitul6 "Intra-Household Dynamics and Farming Systems
Research and Extension" (La dynamique intrafamilial et la
Recherche-Developpement en Systemes Agricoles) est en train
d'1tudier huit cas particuliers consus principalement pour
la formation de chercheurs en agronomie. Ces cas furent
"congus en tant que mecanisme A l'examen des hypotheses
faites pas les m6thodes Recherche-Developpement en ce qui
concern l'apport intrafamilial aux systems agricoles, y
compris les terres, la main d'oeuvre et le capital ainsi que
les contraintes A la production au sein du manage".
(Feldstein and Poats, 1985) (Version du traducteur)

Les huit cas repr6sentcnt les projects en course qui ont
atteint au moins les trois premieres tapes de 1'FSR/E,
6tant le diagnostic, la conception et la mise en oeuvre, et
l'analyse de l'experimentation en milieu paysan. Ils pre-
sentent aussi un nombre de "questions" devant lesquelles se
trouvent les plus r6centes innovations technologiques en
matibre de FSR/E, telles que la relation entire l'agro-
foresterie et l'FSR/E, les m6thodes culturales en terres
rides, les tendances A "sur-sonder" et les liens recherche-
developpement (Feldstein and Poats, 1985). Voici la liste
des cas:

1. Project SAFGRAD au Burkina Faso, r6dig6 par Joseph
Nagy, Sibiri Sawadogo et Herbert Ohm.

2. Project CARDI sur l'Tle Ste-Lucie, r6dig6 par Vasantha
Chase.

3. Project CIAT en Colombie, r6dig6 par Jacqueline Ashby.

4. Project TROPSOILS A Sitiung, en Indonesie, redige par
Vickie Sigman et Carol Colfer.







5. Project Lac Balinsasayao dans les Philippines, rd-ig6
par Eva Wollenberg.

6. Project ARPT en Zambie, r6dig6 par Charles Chabala et
Robert Nguiru.
7. Project CARE/ECRAF dans le District Siaya, au Kenya,
redige par Diane Rocheleau.

8. Project ATIP au Botswana, r6dig6 par Doyle Baker.

Ces comptes rendus de cas particuliers front parties des
unites de formation a measure qu'ils seront achev6s.

Plusieurs personnel ont particip6 A l'l6aboration de ces
manuels de formation, & partir de la planification, a la
r6daction, A l1organisation initial, la revision, la mise
en page, la revue, jusqu'a la production finale. Les membres
du Project de Soutien d6sirent exprimer leur reconnaissance
aux individus suivants:

R6daction:


Volume I:
Steve Franzel
Malcolm Odell
Marcia Odell

Volume II:
John Caldwell


Organisation initial:


Emanuel Acquah
Lorna Butler
Steve Franzel
Dan Galt
James Jones
Susan Poats
Federico Poey

Lisette Walecka


Auteurs:


Jay Artis
Emanuel Acquah
Kenneth Buhr
Lorna Butler
John Caldwell
Cornelia Flora
Steve Franzel


Development Alternatives, Inc.
Synergy International
Synergy International


Virginia Polytechnic Institute



University of Maryland, Easter Shore
Washington State University
Development Alternatives, Inc.
University of Florida, FSSP
University of Florida, FSSP
University of Florida, FSSP
Agricultural Development
Consultants, Inc.
University of Florida, FSSP



Michigan State University
University of Maryland Eastern State
University of Florida
Washington State University
Virginia Polytechnic Institute
Kansas State University
Development Alternatives, Inc.








Dan Galt
Martha Gaudreau
John Hammerton

James Jones
Kenneth McDermott
James Meiman
Malcolm Odell
Ramiro Ortiz

Donald Osburn
Susan Poats
Kenneth Sayre

Jerry Van Sant
Robert Waugh

Collaborateurs:


Ron Knapp

Dan Minnick

Robert Tripp


University of Florida, FSSP
University of Minnesota
Caribbean Agricultural Research and
Development Institute (CARDI)
University of Florida, FSSP
University of Florida, FSSP
Colorado State University
Synergy International
Agricultural Development Consultant,
Inc.
USAID/Washington
University of Florida, FSSP
International Agricultural
Development Service (IADS)
Development Alternatives, Inc.
Colorado State University



Centro Internacional de Mejoramiento
de Maiz y Trigo (CIMMYT)
International Rice Research
Institute (IRRI)
CIMMYT


Conseillers en formation:


Kathy Alison

Peg Hively


Office of International Cooperation,
& Development (OICD) USDA
Office of International Cooperation,
& Development (OICD) USDA


Revision:

La version preliminaire du Volume II, Techniques .de mise
au point et d'analvse de 1'expbmimentation en agriculture
paysanne, fut utilisee pour la premiere fois a l'atelier
FSSP/Gambia Diversification Agricole sur l'Experimentation
en milieu paysan, en mai 1985. Certaines parties du Volume
I, Mtthode diagnostiaue de 1'FSR/E, furent mises en usage
pour la premiere fois & l'atelier sur la Recherche en
Systemes Agricoles en JamaYque, en juin 1985. Les reactions
regues au course de cet essai, entire autres, ont servi a la
revision du texte.

Richard Bersten, de 1'Universit6 de l'Etat de Michigan,
present les manuels de formation du Projet de Soutien aux
Systemes de Production agricole pour les passer en revue
lors de l'Atelier intitul6 "Farming Systems Research Socio-
Economics Monitoring Tour", tenu du 16 au 18 septembre 1985,
a l'IRRI, A Los Bafos, aux Philippines, A la demand de
Marlin Van Der Veen, de 1'IRRI. Les commentaires 6mis A
cette stance, ainsi que les remarques de Richard Bernsten,
s'av6r&rent tres utiles a la revision des deux volumes.








Susan Almy, de la Rockefeller Foundation, a aussi fourni
des observations d6taillees. Peter Hildebrand, de l'Univer-
sit6 de la Floride, a collabor6 une critique suppl6mentaire
a la revue des documents. Martha Gaudreau, de l'Universit6
du Minnesota, joua un rl8e important dans la revision du
volume sur le diagnostic. Klaus Hinklemann, de l'Institut
Polytechnique de Virginie, a offert des conseils de grande
valeur cncernant certain aspects statistiques des units.

Les membres du Projet de Soutien (FSSP: Farming Systems
Support Project) reconnaissent avec gratitude les collabo-
rateurs mentionn6s ci-haut et tous ceux qui auraient pu &tre
omis par inadvertance. Je desire exprimer ma gratitude en-
vers les secr6taires du Projet pour leur patience et leur
z6le au travail, et de fagon toute sp6ciale, Lana Baylcs qui
a dactylographi6 avec tant de diligence la majeure parties
des unites de formation.

Lisette Walecka
R6dactrice-coordinatrice
Mars 1986.









NOTE SUR LA TERMINOLOGIE


Un des aspects delicats dans 1'ouvrage de traduction de
ces volumes repose sur le choix de la terminologie frangaise
qui corresponde le mieux au nom am6ricain "Farming Systems
Research and Extension" ou son sigle souvent usit6 "FSR/E".
Plusieurs expressions sont d'usage relativement courant,
tels "recherche-d6veloppement", "recherche sur les systems
de production (rurale ou agricole)", "recherche en milieu
paysan", "recherche en system de production", "recherche en
milieu reel", et "recherche sur les systemes agraires". Ce-
pendant, aucune de ces expressions ne salt chapter l'essence
entire du concept de recherche et de vulgarisation contenu
dans le processus centre sur agriculture paysanne. Nous
h6sitons A imposer une expression definitive pr6ferant plu-
t8t laisser l'option du choix au context national ou l'em-
ploi en sera fait. Pour cette raison et au nom de la con-
venance, nous avons d6cid6 de conserver intacte l'identifi-
cation de l'abr6viation. Nous suggerons aux instructeurs
faisant usage de ce materiel de choisir la terminologie la
plus appropriate A la situation. Nous encourageons les lec-
teurs & nous faire savoir leur opinion et suggestion sur ce
sujet en vue de rehausser la quality de notre publication
finale.


vii







INTRODUCTION

Ce volume pr6sente les concepts et les instruments ser-
vant A la phase diagnostique de 1'FSR/E. Au course de cette
phase, 1'6quipe multidisciplinaire travaille en collaboration
avec les agriculteurs pour d6crire le systhme de production
faisant l'objet de 1'6tude et pour identifier les probl&mes
qui s'y posent. L'equipe suggere des solutions possibles et
les opportunities d'ambliorer le systeme de production qui
sont aptes A recevoir attention de la recherche en milieu
paysan et d'autres interventions.

Le praticien de 1'FSR/E dispose de plusieurs moyens pour
rassembler et analyser l'information n6cessaire au diagnos-
tic. Ce materiel fournit aux membres de 1'6quipe FSR/E les
connaissances fondamentales des techniques appropribes et des
concepts sous-jacents du diagnostic.

Chapitre I. Rassembler l'1quipe FSR/E : aspect interdisci-
plinaire

Lorsque l'agriculteur r6partit les resources don't il
dispose parmi ses diverse entreprises, il integre les con-
naissances de plusieurs disciplines. L'6quipe FSR/E ben6fi-
cie d'une meilleure comprehension du systhme de production et
des stratagemes des agriculteurs si leurs activities sont
interdisciplinaires. Cet aspect interdisciplinaire est l'une
des principles caracteristiques qui diff6rencient 1'FSR/E
des autres approaches A la recherche et au dbveloppement. Ce
chapitre permet aux membres de l'6quipe de mieux comprendre
les contributions des diverse disciplines A l1'tape diagnos-
tique ainsi qu'autres tapes de l'FSR/E.

Chapitre II. Mise au point d'un module de systeme de
production

Les modules servent A d6crire et & analyser les systems
de production et leurs composants. Les modules structuraux
aussi bien que les modules de processus aident les membres de
l'4quipe FSR/E A d6crire les syst~mes de production et A ana-
lyser les statbgies gestionnaires de l'agriculture paysanne.

Chapitre III. S'6tablir dans la communaut6 agricole

Il est trbs important d'apprendre A connaTtre la commu-
naut6 dans laquelle 1'6quipe FSR/E pr6voit oprer. Il lui
faut obtenir l'approbation des leaders locaux et de toute une
game d'agriculteurs formant le coeur de la communaut6
rurale. Ce chapitre offre l'information qui permet A l'6quipe
FSR/E de faire le travail de foundation dans la communaut6.

Chapitre IV. Groupement des paysans : formation des domaines
de recommendation







Les recommendations de vulgarisation bases uniquement
sur les facteurs g6ographiques ou 6cologiques ne sont pas
appropri6es A tous les agriculteurs d'une meme region. Comme
il nest pas toujours commode de mener des recherches sur les
problemes sp6cifiques de chaque agriculteur, il faut arriver
& d4finir des groups d'agriculteurs homogenes ou domaines de
recommendation. Ce chapitre examine le concept du domaine de
recommendation, sa nature dynamique et ses criteres, autant
sur le plan natural que socio-4conomique, servant au groupe-
ment des agriculteurs.

Chapitre V. Assembler les informations n6cessaires A 1'FSR/E
choisir les m6thodes appropriees

II existe plusieurs fagons de rassembler les donn6es
necessaires au diagnostic (donnees secondaires, sondages
informels, enquetes formelles, experimentations, 6tudes de
cas particuliers, etc.). Le choix de la m6thode depend de la
situation et du type d'informations recherchbes. Ce chapitre
offre une vue d'ensemble des diverse methodes disponibles &
l'6quipe FSR/E.

Chapitre VI. Utiliser l'information existante dans 1'FSR/E

Les membres de l'6quipe se servent des donn6es secon-
daires pour se familiariser avec la region qui fait l'objet
de leur 6tude. Ces donn6es servent 6galement A identifier
les sujets qui devront Stre inclus au sondage informel. Ce
chapitre pr6sente une vari6t6 de sources de donnees secon-
daires ainsi que les techniques qui permettent de les
employer A meilleur escient.

Chapitre VII. Enquetes "informelles" pour la collect des
donn6es dans le cadre de 1'FSR/E

Les sondages informels offrent un moyen rapide de rassem-
bler l'information concernant les circonstances et les pro-
bl6mes de l'agriculture paysanne. Leur usage est commun au
course de la phase diagnostique. Les habilet6s A bien mener
les interviews et la preparation des sujets A questionner
sont deux des techniques qui favorisent le succes du sondage,
et don't traite ce chapitre.

Chapitre VIII. Enquetes formelles pour d6marrer 1'FSR/E -
quelques procedures simplifiees

Les enquetes formelles de la phase diagnostique s'avyrent
des plus efficaces A la verification des r6sultats obtenus
des sondages rapides. Ce chapitre examine le pour et le
centre des enquates formelles contrastees aux sondages
informels, l'aspect compl6mentaire des deux m6thodes ainsi
que les aspects positifs et n6gatifs de l'enquate formelle en
tant qu'outil du diagnostic.







Chapitre IX. Mise au point d'un programme d'essais en milieu
paysan

Ce chapitre 6tudie les liens entire le diagnostic et la
mise au point des exp6rimentations en milieu rural. Comme le
diagnostic initial r6vele g6neralement plus de probl6mes
agronomiques qu'une 6quipe ne peut adresser A la fois, il est
n6cessaire d'6tablir des priorit6s de recherche. Ce chapitre
aide les praticiens A differencier entire probl6mes et
solutions, et leur fournit les outils n6cessaires A
l'1valution des solutions possibles et A 1'tablissement des
priorit6s de recherche.








CHAPITRE I


RASSEMBLER L'EQUIPE FSR/E :
INTERDISCIPLINAIRE

PLAN

1. Que signifie interdisciplinaire ?

2. Quelles sont les caract6ristiques d'une 6quipe interdisci-
plinaire efficace ?

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Aprbs avoir compl6t6 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Comprendre comment leur propre specialit6, ainsi que celle
des autres membres de l'equipe, peut contribuer au proces-
sus diagnostique.

2. Commprendre les functions de chaque discipline a chaque
tape du processus diagnostique.

POINTS CLEFS

1. L'un des traits les plus distincts de l'approche de
1'FOR/E est le rassemblement d'une vari6et de sp6cialit6s
ou disciplines dans le but de traiter les probl4mes du
d6veloppement agricole du tiers-monde.

2. L'FSR/E exige non seulement que ces disciplines soient
repr6sent6es mais aussi que les repr4sentants oeuvrent de
concert et de maniere efficace.

VOCABULAIRE

Disciplinaire : se dit en parlant de ou relatif & un champ
d'6tude particulier.

Interdisciplinaire : se dit de l'apport des diverse disci-
plines don't le travail en commun est planifi6, ex6cut6 et
6valub ensemble.

Multidisciplinaire : se dit d'un group de scientifiques
specialists dans plusieurs domaines et don't l'effort de
travail est planifi6, ex6cut6 et 6valu6 par chacun des
membres du group s~parement.

DISCUSSION

1. QUE SIGNIFIE INTERDISCIPLINAIRE ?


page I 1








La nature interdisciplinaire de la recherche et vulgari-
sation des systems de production est un facteur-cl6. Shaner,
Philipp et Schmehl (1982) d6crivent l'aspect interdiscipli-
naire comme 6tant "les frequentes interactions des repr6sen-
tants de diff6rentes disciplines travaillant ensemble A des
t&ches communes pour arriver A de meilleurs r6sultats que
s'ils oeuvraient ind6pendamment". Cette definition se con-
centre sur l'aspect du travail conjoint A des tSches
communes, et en effet, l'effort d'aide aux paysans visant &
am6liorer leur productivity est indubitablement une tache
interdisciplinaire. Cela vient du fait que les activities
memes du paysan sont interdisciplinaires. Le paysan agit en
tant que phytosl6ectionneur lorsqu'il choisit les vari6t6s
culturales, en tant que sp6cialiste en zootechnie lorsqu'il
nourrit le b6tail, en tant qu'6conomiste lorsqu'il determine
l'allocation des resources limit6es aux diverse entre-
prises, et en tant que sociologue lorsqu'il prend part aux
institutions sociales et au patrimoine de sa culture.

Les r8les respectifs des diff6rentes disciplines de
1'FSR/E sont largement compl6mentaires. En effet, le sp~cia-
liste en science agricole identified les contraintes A la
production d'ordre technique et propose des technologies qui
ont pour but d'augmenter la productivity. L'economiste
agricole, lui, identified lcu contraintes au niveau des res-
sources et value la rentabilit6 et la possibility de r6ali-
sation des ameliorations proposes. Le sociologue, A son
tour, analyse le context social dans lequel la famille pay-
sanne fonctionne et value l'acceptabilit6 des interventions
proposes. Sur le plan m6thodologique, le sociologue contri-
bue des m6thodes de sondage pour arriver A un diagnostic
evaluationn) des problemes et recommander une approche favo-
rable & la recherche de solutions en collaboration avec le
paysan. L'agronome contribute les m6thodes exp6rimentales
pour 6prouver les solutions proposes. Tous participent A
l'6valuation des r6sultats obtenus des tests.

La mise sur pied d'une 6quipe interdisciplinaire est
extremement difficile. Gilbert, Norman et Winch (1981) font
la distinction entire une 6quipe multidisciplinaire et une
6quipe interdisciplinaire. Dans l'effort multidisciplinaire,
les membres de l'6quipe travaillent A leur propre recherche,
qu'ils congoivent, m6nent et 6valuent eux-mgmes, ou qui est
congue, men6e et 6valube par des colleagues ou des sup6rieurs.
Dans le cas de la recherche interdisciplinaire, les membres
de 1'6quipe mettent A l'ordre du jour une 6tude commune et
collaborent efficacement A toutes les tapes de cette 6tude.
Malheureusement, il arrive de trouver des 6quipes FSR/E oh
les sociologues menent des enquates et les agronomes mbnent
des exp6rimentations sans l'interaction des deux groups. Ce
qui, d'apr&s ces auteurs, repr6sente un example evident
d'efforts multidisciplinaires n'6tant pas aussi efficaces
qu'un travail interdisciplinaire.


page I 2








2. QUELLES SONT LES CARACTERISTIQUES D'UNE EQUIPE
INTERDISCIPLINAIRE EFFICACE ?

Shaner, Philipp et Schmehl (1982) se servent d'un fruit
comme une citrouille par example en tant que module, tel
qu'illustr6 A la page 185 de leur ouvrage. Les composants
essentiels de ce module sont :

un noyau compose de membres comp6tents, dedi6s et
agr6ables
entour6 d'une parties charnue compose de dirigeants
adaptifs et 6quilibr6s
li6 et valoris6 par la collaboration du travail en
6quipe et la fr6quente communication
soutenu par le cadre institutionnel qui sait appr6cier
et rocompenser le temps, l'effort et le coOt suppl6men-
taires associ6s au succ6s du travail interdiscipli-
naire.

a. Travailleurs comp6tents, dedibs et agr6ables

Ces qualitbs sont essentielles au succes de tout travail
mais sont encore plus importantes au programme interdiscipli-
naire de 1'FSR/E. II arrive que, dans le cadre de 1'FSR/E,
un compromise soit n6cessaire sur le plan des procedures con-
ventionnelles d'une discipline de fagon A pouvoir travailler
efficacement avec les autres disciplines en vue d'atteindre
les buts communs de l'6quipe. La mise en oeuvre des exp6ri-
mentations dans le champ d'un paysan, par example, r6duit le
niveau de contr8le sur les variables que le chercheur tente
de mesurer. Les objectifs de l'6quipe demandent peut-8tre
que les essais soient faits sur le terrain dans les condi-
tions paysannes pour assurer que les r6sultats soient signi-
ficatifs. Les individus qui sont comp6tents dans leur
domaine ne se sentent pas menaces par le travail interdisci-
plinaire.

La dedication aux buts de l'6quipe interdisciplinaire est
crucial car les objectifs disciplinaires 6troitement d6finis
peuvent trbs bien ne pas &tre pertinents aux fins de 1'6quipe
qui visent la solution des probl~mes et qui sont d6termin6es
en commun. Un 6conomiste, par example, peut vouloir mener une
longue et coQteuse enquete qui g6nbrerait des analyses com-
plexes don't les r6sultats conviendraient a la publication
d'articles dans les revues scientifiques. Par centre,
l'6quipe peut juger que les b6ndfices d'une telle enquete
n'en justifient pas les d6penses et que les m6thodes du
sondage de reconnaissance rapide sont plus appropri6es.

Enfin, une personnalit6 agr6able est essentielle A la
participation du travail d'6quipe interdisciplinaire. Les
membres de 1'equipe doivent respecter et s'int6resser A la
discipline de chacun et partager volontiers toute information
venant de leur propre branch.


page I 3








b. Direction sensible et 6quilibr6e


"Le succes du chef de 1'1quipe depend largement de sa
capacity d'unifier la perspective et la competence unique des
membres vers une fin commune" (Shaner, Philipp et Schmehl,
1981). Il est done n6cessaire que le chef d'6quipe sache
percevoir le potential que chaque membre peut contribuer et
qu'il soit sensible aux differences entire les disciplines.
En effet, diff6rentes disciplines operent selon diff6rents
pr6ceptes, emploient diff6rents instruments et s'expriment en
un vocabulaire sp6cialise, etc. Le chef de l'6quipe doit
6tablir le point commun sur lequel seront ax6s les objectifs
collectifs et A partir duquel les m6thodes seront d6cid6es.

c. Collaboration et communication fr6quente

Le travail en collaboration est essential au succes de
1'4quipe FSR/E. C'est en assignant une tache commune que le
travail d'6quipe arrive A etre collaboratif. La sp6cialisa-
tion excessive se r6vble un problfme frequent dans les
6quipes FSR/E; les sp6cialistes en sciences sociales sont
appel6s A mener les enquetes et les sp6cialistes en sciences
agronomiques a mener les essais. Il ne suffit pas que les
agronomes examinent les questionnaires et que les sociologues
fassent l'analyse 6conomique des donn6es cxp4rimentales pour
que ce soit un travail interdisciplinaire : il faut beaucoup
plus que ga. Les sp6cialistes en sciences agronomiques
doivent participer activement A la mise en oeuvre de l'en-
quate en tant que partenaires des sociologues; semblablement,
les sp6cialistes en sciences sociales ont un r61e important A
jouer dans la mise au point et l'ex~cution des essais, non
seulement A leur evaluation. Pour que le travail d'6quipe
FSR/E soit efficace, il faut que le travail de l'allocation
des teaches fait conjointement soit la rvgle plut6t que
l'exception dans la mise en oeuvre d'un programme de 1'FSR/E.

Il est 6galement essential que la discussion soit ouverte
et continue parmi les membres de l'6quipe; le chef dolt
encourager l'interaction amiable et organiser periodiquement
des assemblies en vue de faire le bilan du progrbs. Les
membres de l'quipe doivent disposer du temps et de l'espace
n6cessaires pour permettre cette interaction et pour assurer
l'efficacit6 du travail. Pour ce faire, tous les membres
d'une mime 6quipe devraient etre posts a un mame site. Le
travail collaboratif tent6 entire les sociologues bass A la
capital et les chercheurs agronomiques bass A la station
n'ont g6n6ralement pas grand succds.

d. Soutien institutionnel efficace

Id6alement, tous les membres de l'6quipe sont attaches A
la meme institution, mais fr6quemment, ce nest pas possible.
Dans ce cas-la, les organismes collaborateurs doivent etre


page I 4








prats A d616guer la majeure parties des responsabilit6s de
administration et de l'1valuation du travail au chef de
l'1quipe. Ont peu de chances de r6ussir les efforts de
collaboration qui n'offrent pas de budgets s6par6s pour les
diff6rentes activities et qui n'offrent pas aux membres de
l'6quipe de moyens d'encouragement a la participation.

L'aspect interdisciplinaire est 6galement un trait impor-
tant de l'interaction de 1'FSR/E et des autres organismes
composants du systeme de recherche et de d6veloppement.
L'6quipe FSR/E qui tente de fonctionner dans l'isolement sans
l'assistance des institutions de recherche-d6veloppement
6tablies est sQre d'6chouer. Il est d'une importance vitale
que les liens soient forts entire 1'FSR/E et ces autres
organismes, stations expbrimentales et services de vulgari-
sation, etc. L'6quipe FSR/E, par example, a besoin de
l'assistance des divers sp6cialistes de la station pour
diagnostiquer et recommander les solutions a des probl~mes
sp6cifiques. R6ciproquement, les sp6cialistes de la station
ont besoin de l'6quipe FSR/E pour les informer sur les pro-
blemes des agriculteurs, pour sugg6rer les modifications
nacessaires A rendre la technologies convenable A la solution
de ces problfmes et pour les aider & identifier les futurs
sujets d'6tude. Ce qui signifie que les participants & la
recherche agronomique et au d6veloppement rural doivent avoir
acquis une certain appreciation des r6les compl6mentaires
que remplissent les chercheurs & la station, le personnel de
la vulgarisation travaillant sur le terrain et les membres de
l'6quipe FSR/E dans le processus de developpement.

Les m6thodes de l'approche interdisciplinaire prennent
souvent plus de temps et de resources que les m6thodes dis-
ciplinaires. Puisque les problLmcs de l'agriculture paysanne
sont presque toujours de nature interdisciplinaire, les
r6sultats obtenus A travers l'approche interdisciplinaire
seront plus satisfaisants pour tous.

BIBLIOGRAPHIE

Bartlett, C. et J.A. Akorhe. Interdisciplinary cooperation
to identify innovations for small farmers : the role of
the economist. III A.
"Linkages between the extension branch and the adaptive
research planning team", Adaptive Research Planning Team,
Zambia.

Rhoades, Robert 1983. Breaking new ground : anthropology in
agricultural research, International Potato Center.

Russell, Martha G. (ed.) 1982. Enabling interdisciplinary
research perspectives from agriculture, forestry and home
economics. Misc. Publ. 19, Agricultural Experiment
Station, University of Minnesota.


page I 5








Shaner, W. et. al. 1982. Farming systems research and
development : guidelines for developing countries.
Westview Press, Boulder, CO.

Tripp, Robert 1984. "Anthropology and On-farm Research", A
parattre dans Human Organisation.


page I 6








ACTIVITIES


ACTIVITY 1 :


ACTIVITY 2 :


FSR/E : DISCIPLINES ET RESPONSABILITES

FUNCTIONS DES DIVERSE DISCIPLINES A
DIFFERENCES ETAPES DU PROCESSUS FSR/E

ETUDE D'UN CAS DU ZIMBABWE : CE QUE CHAQUE
DISCIPLINE PEUT CONTRIBUER


page I 7












INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


FSR/E : DISCIPLINES ET RESPONSABILITES

OBJECTIF :

Apres avoir compl6et cette activitY, les participants seront
en measure de :

1. Evaluer le r8le de chaque discipline A chaque tape du
processus de I'FSR/E.

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups pour discuter et choisissez un
repr6sentant parmi vous.

2. Compl6tez le tableau intitul6 "FSR/E : Disciplines et
responsabilit&s" en inscrivant tous les renseignements
possibles au sujet du r6le ou des teaches des diverse
disciplines aux diff6rentes tapes de 1'FSR/E. R6capitu-
lez les rbsultats sur une large feuille de paper ou sur
le tableau.

3. Durant la discussion, 6tudiez l'apport de l'interaction
pluridisciplinaire actuellement en course dans votre
group.

4. Tous les groups devront presenter leurs r6sultats a la
stance pl6nibre.

MATERIALS :

1. Feuillet intitul6 "FSR/E : Disciplines et Responsabilites"

2. Papier et crayons, tableau et craies, ou paper grand
format et crayons-feutres.


page I 9


ACTIVITY I











FEUILLET SUPPLEMENTAIRE # 1


FSR/E : DISCIPLINES ET RESPONSABILITES


DISCIPLINES SPECIALITES


Tache Econom.l


Etape
FSR/E


Agronom. Sociol. Zootech. Vulgar.

I I


,Inform.-
cl1.
I


polit ique
g6n6rale &
donn6es
existantes



Sondage
informed




Enquete
formelle




Mise au
point des
essais




Mise en
oeuvre des
essais





Evalua-
tion du
programme

; i __I I


page I 11


ACTIVITY 1












INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


RECONNAITRE LES CONTRIBUTIONS DISCIPLINAIRES A L'FSR/E

OBJECTIF :

Apres avoir compl6t6 cet exercise, vous serez en measure de :

Avoir une meilleure id6e des contributions des diverse
disciplines au processus de l'FSR/E.

INSTRUCTIONS :

1. Lisez le r6sum6 du cas particulier portant sur la
production agricole au Zimbabwe, que vous trouverez
sur le feuillet # 1 de cette activity. Tout en lisant
l'6tude, r6fl6chissez aux solutions possibles aux
problemes pos6s.

2. Suivez les directives que votre instructeur vous donne
aprds cette lecture.

3. Examinez vos propres reactions & la participation & un
travail multidisciplinaire.

MATERIALS :

1. Feuillet # 1 de 1'Activit6 2 intitul6 "Etude d'un cas
particulier : District de Murewa, au Zimbabwe".


page I 13


ACTIVITY 2











RECONNAITRE LES CONTRIBUTIONS DISCIPLINAIRES A L'FSR/E

Etude d'un cas particulier :
District de Murewa au Zimbabwe.

- Le District de Murewa au Zimbabwe est une region offrant un
potential agricole considerable.

- La famille agricole moyenne comprend six enfants et deux
adults et possedent une exploitation de trois hectares.

- Sur deux hectares l'on cultive typiquement le mais en tant
que culture de rente aussi bien que d'autoconsommation.

- Sur le troisieme hectare, l'on cultive un melange
d'arachide et d'un autre produit tel que la citrouille, le
nieb6 ou la puLate douce.

- Le probleme majeur de la region concern le maYs. Les
paysans appliquent leurs engrais trois semaines plus tard
qu'il n'est recommand6 par les agents vulgarisateurs pour
trois raisons. Premierement, les engrais coQtent cher et
les paysans ne peuvent acceder au credit pour acheter les
engrais A temps. Deuxiemement, le service de vulgarisation
recommande que l'engrais soit applique durant le semis
lorsque la main-d'oeuvre n'est pas assez nombreuse.
Troisibmement, les precipitations sont variables et les
paysans veulent s'assurcr que les semailles vont germiner
avant d'appliquer l'engrais et 6viter ainsi le gaspillage
des engrais coateux.

- Les paysans pratiquent, en moyenne, un seul d6sherbage au
course de la champagne et tard, A cela, lorsque les mauvaises
herbes sont hautes. Le service de vulgarisation recommande
que le d6sherbage soit fait plus t6t, A peu pres trois
semaines apres le semis et encore trois autres semaines
plus tard, soit six semaines apres le semis. Le manque de
main-d'oeuvre est une contrainte au d6sherbage. II y a un
conflict entire le choix de continue a semer ou de retourner
au premier champ seme pour y faire un d6sherbage. Il y a
done concurrence entire le d6sherbage et la superficie plus
large a cultiver.


page I 15


FEUILLET # I


ACTIVITY 2







CHAPITRE II


MISE AU POINT D'UN MODELE DE SYSTEM DE PRODUCTION

PLAN

1. Qu'est-ce qu'un module ?
2. ModUle de structure
3. ModUle de processus

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

AprBs avoir complete ce chapitre, les participants seront en
measure de :

Comprendre comment construire et utiliser les modules de
structure et de processus pour d6crire et analyser les
circonstances et les decisions des paysans.

POINTS CLEFS

1. L'usage de modules aide les chercheurs A r6sumer une vaste
quantity d'informations concernant le system de produc-
tion.

2. Les modules permettent aux chercheurs de visualiser les
aspects et les interactions esscnLiels du systbme.

VOCABULAIRE

Definition alternative : description provisoire d'un systime
qui tient compete de toutes les proprietes connues de ce
systfme.

ModUle : moyen de d6crire et de r6capituler les aspects r6els
d'une situation, congu par le chercheur en vue de 1'aider
& analyser la r6alite.

ModUle de processus d'un systhme de production : analyse qua-
litative des strategies gestionnaires d'un manage agri-
cole, base sur 1'6tude du milieu, des objectifs, des
resources et des contraintes.

ModUle de structure d'un systhme de production : diagramme
des principles resources, entreprises et products d'un
manage agricole et l'interaction de tous ses elements.

DISCUSSION

1. QU'EST-CE QU'UN MODEL ?

Un module est un moyen de d6crire et de r6sumer un
systlme et ses proprietes connues, permettant au chercheur


page II 1







comprendre le sujet de leur 6tude et de souligner les lacunes
en matiere de connaissances.

Examinons un module quantltatif trbs simple :

y = 5x

dans lequel y = kg de sorgho et x = kg d'azote

Ce module d6crit l'effet de l'azote sur la production de
sorgho. II indique qu'un uppl6ment de un kilogramme d'azote
augmente la production de sorgho de 5 kg.

Dans le cadre de 1'FSR/E, notre objectif est de d6crire
d'une fagon holistique ou total, non seulement le systeme de
production agricole, mais aussi le comportement human de
fagon & pouvoir profondement comprendre comment les paysans
operent leur exploitation. Ii est 4videmment beaucoup plus
complex de cr6er un module du comportement human qu'un
module des effects de l'engrais et tout autre aspect de la
production agricole. Dans ce chapitre, nous allons examiner
deux sortes de modules utiles A la description et A la com-
pr6hension d'un systeme de production : (1) le module struc-
tural et (2) le module de processus. Les deux sont des
modules qualitatifs, c'est-A-dire qu'ils portent sur les
aspects qualitatifs plutat que quantitatifs d'un systhme.
Etant donn6 la complexity des systLmes de production, nous
jugeons bon de commencer notre analyse par les aspects des-
criptifs et qualitatifs. Les modules quantitatifs, tels que
la programmation lin4aire et l'1conometrie (traitement math6-
matique de donnees statistiques concernant les phenombnes
6conomiques) seront utiles au course des tapes plus avanc6es
de notre analyse.

2. MODELE STRUCTURAL

Le module structural, tel que present par R.E. McDowell
et P.E. Hildebrand (1980), est axe sur les niveaux d'interac-
tion et d'integration des cultures, du cheptel et des entre-
prises exterieures d'un manage agricole. La Figure II.1
montre le module d'un systeme existant dans les zones monta-
gneuses d'Am6rique Centrale. Les principaux composants de ce
systeme sont le manage, les cultures et les animaux.

McDowell et Hildebrand souligne que le mAnage (la famille
paysanne) est le noyau de l'unit6 agricole. Puis, s'ensuit
une emphase sur l'usage de la main-d'oeuvre, les r6les des
entreprises de cultivation et d'elevage, ainsi que les
sources d'alimentation humaine, de revenues et d'alimentation
animal.

La flche continue ou solide indique les courants ou
liens forts (la vente des products 6quivaut A 20 % des
recettes totales). Les liens moins important paraissent


page II 2







sous la forme d'une fl&che discontinue ou brisbe (la contri-
bution des resources forestieres A l'alimentation des ani-
maux).

Le module represente une premiere tape A la description
d'un system de production et est loin d'8tre complete. Les
activities & l'ext6rieur de la ferme pourraient etre includes
dans le module de la Figure II.1 s'ils sont jug6s important.
De plus, il serait possible de tracer les liens entire chaque
entreprise de cultivation et d'6levage au lieu de les grouper
en deux categories : cultures et cheptel.

Le module structural est important pour orienter et gui-
der le travail de 1'6quipe multidiuciplinaire. Par example,
le module montre que les cultures ne sont pas produites uni-
quement pour l'autoconsommation et pour la vente, mais aussi
pour fournir les materiaux de construction, les rituels,
l'alimentation animal, la litiere des animaux et le mulch.
Tout en aidant le manage agricole A am6liorer la production
de grains pour les provisions alimentaires et le commerce,
l'equipe dolt s'assurer que les autres usages important des
graines ne sont pas pour autant sacrifice.

3. LE MODELE DE PROCESSUS

Le module de processus est employ pour aider a mieux
comprendre les m6thodes gestionnaires que pratiquent les
paysans, c'est-a-dire, la fagon don't les paysans opbrent leur
exploitation. Le module se concentre sur quatre types de
renseignements :

a. Les objectifs et les priorit6s des paysans

Le premier but des paysans est gen6ralement d'assurer un
approvisionnement stable d'aliments pr6efr6s en tout temps
de l'ann6e. D'autres objectifs suivent sous la forme de
besoins p6cuniaires influences par le niveau de risque que
les paysans sont prets a affronter. Ces risques affectent
les compromise qu'ils sont obliges de faire dans leur in-
vestissements, A savoir s'ils vont investor dans la pro-
duction ou d6penser l'argent pour les besoins domestiques,
s'ils vont investor dans l'entreprise agricole ou non-
agricole, et & savoir comment ils vont allouer leurs
resources parmi leurs entreprises.

b. Environnement naturall et socioeconomique)

Comment le milieu influence-t-il la maniere don't un paysan
gbre son exploitation ? Des facteurs physiques, tels que
le sol, la pluviom6trie, l'altitude, doivent etre pris en
consideration. Le milieu socioeconomique dans lequel le
paysan dolt fonctionner comprend des facteurs tels que le
regime foncier, la composition familiale et les modes de
travail selon le sexe, les marches et l'acces au credit et


page II 3







aux Intrants. Les efforts des agriculteurs sont aussi
affects par les institutions en dehors de leur contr8le
telles que les organismes du d6veloppement rural et les
agencies gouvernementales qui r6gissent la politique agricole.

c. Disponibilit6 et usage des resources

Les paysans se servcnL des terres, de la main-d'oeuvre et
des capitaux pour atteindre leurs buts. Quelles terres
sont disponibles et comment sont-elles utilisbes ? Quelle
est la disponibilit6 de la main-d'oeuvre, A l'ann4e longue
et saisonnibre ? De qui est compose la force ouvribre ?
Les agriculteurs ont-ils accbs aux fonds mon6taires quand
ils en ont besoin ? A la machinerie ou & la traction ani-
male ? Aux autres facteurs de production tels les semences
et les products chimiques ?

d. Contraintes majeures

Il est important d'identifier les contraintes auxquelles
font face les paysans. Ces contraintes peuvent dependre
du degr6 de disponibilit6 des resources, tel que la forte
demand de main-d'oeuvre & la saison de pointe, ou la
forte demand de fonds pour l'achat des intrants. Elles
peuvent aussi 4tre rattach6es A des facteurs de l'environ-
nement tels que la fertility du sol, la r6partition et la
variability des pluies, le manque de circuits de commer-
cialisation, et des questions foncibres.

Le chercheur se sert de cette information pour comprendre
la totality du systdme gestionnaire de l'agriculture pay-
sanne. En d'autre mots, pour comprendre comment les
paysans emploient leurs resources pour atteindre leurs
objectifs dans le milieu environnant dans lequel ils
habitent et selon les contraintes qu'ils doivent envisa-
ger. Ce systbme gestionnaire comprend la selection des
entreprises et la relative importance de chacune dans le
systdme agricole et dans le choix des pratiques cultu-
rales. Tout cela est une reflection des moyens que
prennent les paysans pour minimiser les risques.

Pourquoi est-il important de comprendre les pratiques
gestionnaires des paysans ?

Les paysans posshdent une vaste quantity de connaissances
au sujet de leur propre environnement et leurs propres
entreprises. Il imported que ces connaissances autochtones
ou indigenes et les fruits de la science moderne soient
amalgams dans l'effort de r6soudre un problem. Dans la
majeure parties des cas, les paysans reconnaissent leurs
problmes et emploient certain moyens, don't l'efficacit6
varie, pour resoudre ces probl4mes. Notre but est de
travailler avec eux pour ameliorer leur habilet6 et leur


page II 4






capacity de r6soudre leurs problmes. Il est done n6cessaire
de bien comprendre la situation actuelle avant de pouvoir
determiner comment la modifier.

BIBLIOGRAPHIE

McDowell, R.E. et P.E. Hildebrand, 1980. Integrated crop and
animal production : making the most of resources
available to small farms in developing countries. The
Rockefeller Foundtion Working Papers, New York.

Norman, D.W., 1980. "Defining a farming system", In the
Farming Systems Approach : Relevancy for the Small
Farmer. MSU Rural Development Paper No. 5. Michigan
State University, East Lansing.

Figure II.1 Zones montagneuses d'Amerique Centrale, cultures
permanentes, forte integration de la culture et
de 1'l6evage (les animaux sont gardes en
troupeaux ou en close)


Source : McDowell et Hildebrand, 1980.


page II 5










TABLEAU II.1 INFORMATION UTILE A LA MISE AU POINT DU MODELE
DE PROCESSUS POUR DETERMINER LES STRATEGIES
GESTIONNAIRES DES PAYSANS


() H.11tl F'. FT
I'P inpi TCs


a. Quelles resources sent dispo-
nibles et comment osnt-elles
employes actuellement ?

Terrain. Types. assolement de
chacun. rotations, etc.

ain-d'oeuvre. Disponibilit*
total et saisonnilre. compo-
sition.

Capitaux. Argent comptant
disponible, aspect saisonnier.
Acchs A la traction animal. A
la machlnerle.




a. Quelles sent les pric.lpales
contraintes qul affllgent les
paysans ?

Resource : prilode de forte
demand de main-d'oeuvre ?
d'argent comptant pour l'achat
de facteurs de production ?

Environnement : manque de
marches ? Infertility du sol 7
Fin pricoce des pluses ? R&giae
fancier ?


1a iltuat ion g,nral : la preml6re
pi loriti est cell de I'approvi-
stlnnn ment sta le A I'annke
longue, der aliments pr*fir s.

h. Jusqu'A quel p in!t I 'Aty er
liquide est-il important ?

c. Quel degr6 de risque les paysans
sont-lls prits A accepter ?

d. Quels compromise doivent-lls
fire : Investir dans la pro-
duction ou acheter les products
de consoumation. investor dans
les entreprlses agrlcoles ou non
agrlcoles, allocation des res-
sources entrees les diff renters
entreprises ?



a. Comment le milieu physique
influence-t-il l'opkration de
l'exploitation ?

- Milieu physique : sols, pluies,
altitude, etc.

- Milieu social : regime foncier,
r4partition sexuelle des t&ches.
composition du manage, etc.

- Milieu tconomique : marches pour
la vente des products agricoles,
accks aux facteurs de produc-
tion, au credit, etc.

SMilieu institutionnel : orga-
nismes engages au d6veloppement
rural et leur efficacity.


page II 6


II eSt Important de .nmprendre I:.,
stratggics gestionnfaites de. py-
sans pour au moin. deux raisons :

I. Les paysans en savent beaucoup
au sujet de leur milieu envi-
ronnant et leurs entrepr Ises.
11 imported que les connaissances
indigenes et la science muderne
soient r6unies pour r6soudre les
problimes.

2. En g6ndral, les paysans recon-
nalssent leurs problkmes et
prennent les moyens, variant en
efficacit, pour les resoudre.
Notre objectif est de travailler
avec eux pour ambliorer leur
habilett A affronter ces pro-
blemes. II est done necessaire
de comprendre la situation
actuelle avant de pouvoir
dtterminer comment la modifier.
STRATEGIES PAYSANNES DE GESTION

Ceci repr4sente une synthise de
toute 1'Information. Comment les
paysans font-ils usage de leurs
resources pour attreindre leurs
buts oriorltaires dans le ailieu
envlronnant dans lequel ils vivent
et face aux contraintes qul les
affligent.

a. Quelles entreprises cholsissent-
Ils et & quel degrt d'impor-
tance ? Pourquoi ?

b. Quelles pratiques culturales
sont appliques ? Pourquol ?
Comment sont-elles en compa-
raison aux pratiques recomman-
d6es ?

c. Comment les paysans r6dulsent-
ils les risques et contraintes
auxquels lis font face ?


ENVIRONNEMENT


DISPONTRTL.TTE
ET USAGE DES
RESOURCES


PRINCIPLES
CONTRAINTES








TABLEAU II.2


MODELE DE PROCESSUS : PREPARATION DU SOL ET
SEMIS AU MIDDLE KIRINGYAGA, KENYA


OBJECTIFS
Approvisionnment
stable (maYs et
haricots). Pro-
duire assez pour
en vendre et
avoir l'argent
pour les autres
besoins.


ENVIRONNEMENT
Basse pluvio-
m4trie. Sol
l moneux riche.
Aucts ouvert au
march. Plules
Incertalnes.


RESOURCES CONTRAINTES
Fermes de 2-3 ha. P6riode de plule
Main-d'oeuvre court.
familiale. Manque de boeufs
Peu d'argent A la preparation
liquid. du sol et au
30 % poss6dent semis.
des boeufs.


GESTION PAYSANS
Semer sans
labourer(bda
rendements, in-
festation d'adven-
tices). Louer ou
emprunter les boeu:
pour semer avant Ie
pluies (risque d'ur
longue germination
due A la haute tem-
p6rature du sol,
ravage des fourmis.
Louer ou emprunter
les boeufs aprbs le
d6but des pluies
(semis tardif dG au
manque de boeufs
disponibles).
Pr6parer le sol a 1
houe et semer
manuellement (tra-
vail ardu et long).


page II 7







ACTIVITIES


ACTIVITY 1 :


ACTIVITY 2 :


MISE AU POINT D'UN MODELE STRUCTURAL D'UN
SYSTEM DE PRODUCTION

ELABORATION D'UN MODELE DE PROCESSUS EN VUE DE
COMPRENDRE LES CIRCONSTANCES DE L'AGRICULTURE
PAYSANNE


page II 9







ACTIVITY 1 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

MISE AU POINT D'UN MODELE STRUCTURAL D'UN SYSTEM DE
PRODUCTION

OBJECTIF :

Apr6s avoir compl6t6 cette activitY, vous serez en measure de:

1. Mettre au point un module structural d'un systdme de pro-
duction agricole.

MATERIALS :

1. Crayons et paper

2. Tablette grand format, tableau et craies.

INSTRUCTIONS :

1. Former de petits groups. Interviewer un membre de votre
group au sujet de l'agriculture dans sa region.

2. Soyez pret a faire un presentation sommaire de trois
minutes des r6sultats de l'interview.


page II 11








INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


MISE AU POINT D'UN MODELE DE PROCESSUS POUR COMPRENDRE LES
CIRCONSTANCES DE L'AGRICULTURE PAYSANNE

OBJECTIF :

Apres avoir compl6t6 cette activity, vous serez en measure de:

Analyse les strategies gestionnaires paysannes du point
de vue du paysan pour comprendre le raisonnement menant
aux pratiques actuelles et aux pratiques alternatives.

MATERIALS :

1. Papier et crayons
2. Tableau et craies ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Formez des groups pluridisciplaires.

2. Choisissez un example d'une recommendation ayant la
reputation d'accroTtre le rendement mais qui n'est pas
pratiqu6e par tous les agriculteurs de votrc region. Un
example peut &tre celui o0 les paysans sement le sogho A
la vol6e alors qu'il est recommand6 de le semer en bandes.

3. Pr6parez un module de processus de la gestion papysanne
concernant la pratique choisie en deux tapes. Les
TABLEAUX II.1 et 11.2 que vous trouverez dans la
discussion de ce chapitre pourront vous aider. En vous
servant de la recommendation que vous avez choisie, vous
devriez :

a. R6fl6chir aux principaux objectifs, aux aspects de
l'environnement, aux resources et aux contraintes qui
peuvent influence la decision du paysan dans le choix
d'une pratique. Par example, le manque de main-
d'oeuvre au temps du semis rend difficile de semer en
bandes.

b. Expliquer la stratbgie gestionnaire du paysan
concernant les pratiques alternatives disponibles.

c. Examiner les possibilities d'ameliorer toute option
et/ou d'en introduire de nouvelles.

4. Soyez pret a faire une presentation des resultats obtenus
par votre group.


page II 13


ACTIVITY 2







CHAPITRE III


S'ETABLIR DANS LA COMMUNAUTE AGRICOLE

PLAN

1. L'FSR/E fonctionne dans la communaute
2. Exemples d'institutions et de directions locales
3. Besoin de l'approbation et de l'appui des locaux
4. Profil des institutions et directions locales
5. Faciliter la mise sur pied de 1'FSR/E avec l'aide des
groups de paysans et des dirigeants locaux

OBJECTIFS

AprBs avoir compl6t4 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Faire les premiers contacts dans une communaut6-cible de
1'FSR/E.

2. Fonctionner efficacement au niveau de la communaut6 A
toutes les phases de 1'FSR/E.

3. Etre informs et sensibles aux institutions et aux
dirigeants de la communaut6.

POINTS CLEFS

1. Il est essential au succhs d'un project de 1'FSR/E d'avoir
l'appui de la communaut6.

2. Il est important d'avoir le soutien de tous ceux qui ont
de influence et de l'autorit6 dans la communaut6, sinon
le succhs de l'entreprise risque d'etre 6branl6.

3. Les chefs locaux peuvent jouer un r6le important dans la
phase diagnostique, dans le planning, l'ex6cution-
diss6mination et l'6valuation d'un programme FSR/E.

VOCABULAIRE

Communaute-cible : communaut6 rurale ou l'on se propose de
mettre en oeuvre un programme FSR/E.

Centre (ou structure) de pouvoir : individus ou groups de
personnel les leaders de l'opinion publique qui ont
une influence considerable sur la prise des d4cis-ons
dans une communaut6.

DISCUSSION

1. L'FSR/E FONCTIONNE DANS LA COMMUNAUTE


page III 1







L'une des caract6ristiques fondamentales de 1'FSR/E
reside dans le fait qu'il fonctionne au niveau de la commu-
naute. Il est done tres important de bien connaTtre la com-
munaut6 dans laquelle 1'6quipe FSR/E agira. Selon les m6-
thodes traditionnelles de la recherche et la vulgarisation,
la plupart des 6tudes visant A d6velopper les technologies
sont menbes A la station exp6rimentale. Les r6sultats tech-
nologiques sont ensuite transmis aux agents de la vulgarisa-
tion qui s'occupent de les diss6min6s parmi les agriculteurs.
Selon la m6thode de 1'FSR/E, par contre, c'est l'6quipe qui
effectue la recherche dans les champs des agriculteurs aussi
bien qu'a la station. A toutes les tapes de l'approche,
l'1tude se continue aupres des membres de la communaut6 en
engageant l'assistance du service de vulgarisation, des
chercheurs, et des paysans. Par consequent, l'1quipe FSR/E
se doit d'assurer l'approbation, voire le soutien actif, des
dirigeants locaux et de la communaut6 agricole en general.

2. EXAMPLES D'INSTITUTIONS ET DE DIRECTIONS LOCALES

II existe plusieurs types d'institutions et de structures
politiques pouvant influence la communaut6. Il est done im-
portant que l'equipe FSR/E se familiarise et comprenne ces
pouvoirs en profondeur. La liste qui suit propose certain
de ces groups et individus. Elle n'est certes pas exten-
sive, et risque de varier d'une lieu A l'autre.

a. Les repr6sentants civils des gouvernements nationaux
et provinciaux. Ceux-ci comprennent les gouverneurs, les
hauts fonctionnaires municipaux et provinciaux, les
officials des services de recherche et de vulgarisation,
et les cadres sup6rieurs des agencies du d6veloppement.

b. Les officers militaires et policies. Certaines
regions sont r6gies par la loi militaire. Il peut s'av6-
rer n6cessaire d'obtenir la permission des autorites
militaires pour mener les activities de recherche et de
d6veloppement agricoles.

c. Les repr6sentants et officials d'institutions reli-
gieuses. Ces dignitaires en effet peuvent exercer une
influence considerable sur la communaut6.

d. Les organismes indigenes et leurs repr6sentants. Sont
compris dans ce group les conseils administratifs des
tribus, les chefs de tribus ou de clans, et les membres
du conseil municipal.

e. Les institutions sp6cialisees affiliees au secteur
moderne. Les organizations telles que les cooperatives
et les comit6s de d6veloppement du village y sont
comprises.


page III 2








f. Les autres institutions secondaires et leurs dirl-
geants. Dans certaines communaut6s, il existe des indi-
vidus qul ont beaucoup d'influence et d'autorlt6 et qui
ne font pas parties d'institutions formellement reconnues.
Ces individus peuvent etre les gros propri6taires, les
marchands ou les experts dans certain domaines, comme
les sp6cialistes en certaines cultures. Les organisa-
tions f6minines, les soci6ths de d6veloppement locales,
les agriculteurs A grande envergure. Il arrive souvent
que ces personnel soient negligees surtout au course des
premieres tapes du travail dans la communaute.

3. L'APPROBATION ET L'APPUI DE LA COMMUNAUTE

L'approbation et le soutien fournis par la communaut6
envers la recherche-d6veloppement des systemes de production
sont essentiels pour plusieurs raisons. D'abord, il arrive
souvent que le personnel recherche-d6veloppement ne puisse
s'adresser aux agriculteurs locaux, voire meme entrer dans la
communaut6, sans en avoir regu la permission des leaders de
la communaut6. DeuxiBmement, 1'FSR/E est un processus don't
les resultats se continent au course d'une longue 6ch6ance,
parfois pendant plusieurs ann6es. Cet aspect demand que le
soutien communautaire soit aussi continue et que le rapport
entire le personnel de 1'FSR/E et la communaut6 survive A
l'6preuve du temps. En troisieme lieu, non seulement est-ce
que la communaut6 doit soutenir les activities locales de
1'FSR/E, mais elle doit aussi participer A la promotion des
technologies appropri6es une fois qu'elles sont d6velopp6es.
Elle doit aider l'effort de dissemination en rendant dispo-
nible & ceux qul en ont besoin la technologies nouvelle.

Il existe aussi des dirigeants et des institutions qui
sont d6savantageux au programme de 1'FSR/E. Il n'est pas
toujours facile d'identifier ces organizations ou individus,
leaders en apparence, mais qui ne jouissent pas de la con-
fiance publique. Le personnel de 1'FSR/E doit en etre avis6
et 6viter d'etre m6pris pour eux ou pour des associ6s. Ces
individus cherchent A s'associer au personnel de 1'FSR/E et
tentent de representer la communaut6 dans le but de rehausser
leur propre valeur et 16gitimer leur autorit6. Selon les
circonstances politiques locales, ces gens peuvent etre des
chefs militaires redoutables, des propri6taires oppressifs
qui exploitent les locataires, des marchands et des dispensa-
teurs de credit abusifs; ce peut aussi etre des chefs de
groups dissidents, de factions scissionnistes ou de coali-
tions minoritaires. Il est done recommand6 de faire une
analyse attentive de la situation dans le but d'identifier
ces personnages.

4. PROFILE DES INSTITUTIONS ET DE LA DIRECTION LOCALES

L'une des premieres tapes de 1'FSR/E est 1'identifica-
tion des institutions et des centres du pouvoir d'une


page III 3







communaute. Comme il est impossible de les d6couvrir tous en
un premier temps, ce travail d'identification se continue; en
effet, certain sont moins visible et ne sont d6couverts
qu'apres la mise en oeuvre du programme FSR/E. Pour d6cider
quelles institutions locales sont avantageuses a l1'labora-
tion du project, le personnel de 1'FSR/E doit se guider sur le
potential de cette organisation & promouvoir ou a retarder
les activities de 1'FSR/E A savoir les enquetes auprbs des
paysans, les exp6rimentations en milieu rural, et autres.

L'une des fagons de se renseigner sur ces institutions et
leurs leaders est de parler aux personnel qui connaissent
bien la communaute. Parfois, ce sont les agents du service
de vulgarisation qui sont les mieux informs et qui peuvent
aider A ce sujet-la. Une autre fagon est de rendre une
premiere visit A la communaut6 dans le but de rassembler
discretement les renseignements n6cessaires. Dans certaines
nations, l'information secondaire, a savoir les enquetes,
recensements, rapports de recherche, 4tudes sociologiques,
fournissent d'excellentes descriptions des institutions
locales, des chefs, des influents, et d'autres structures de
prise de decisions, ainsi quc do leur fonctionnement.

5. FACILITER L'FSR/E A L'AIDE DES GROUPS DE PAYSANS ET DES
LEADERS.

La collaboration des groups locaux peut certainement
4tendre la port6e et l'efficacit6 des programmes de 1'FSR/E.
Les groups non officials tels que les membres 6tendus de la
famille, les voisins, les comperes, et les groups de main-
d'oeuvre sont important et bien enracin6s dans la communau-
te. Les associations plus formelles telles que les coopera-
tives, les organizations de credit, les groups politiques,
meme s'ils ont une histoirc assez recente dans la communaute,
sont souvent tres actifs dans son d6veloppement. L'identifi-
cation de ces groups permet d'acc6der & information et
d'introduire et de 16gitimer le programme FSR/E.

Un conseil consultatif du programme peut 4tre form &
partir de ces groups officials et officieux. Ce conseil
consultatif fournit la direction politique et les reactions
gen6rales au course du project. Alors qu'il est impossible de
repr6senter les perspectives unique de l'agriculture
paysanne, un group consultatif peut offrir une certain
visibility dans la communaut6 et aider A la communication
bilat6rale n6cessaire aux projects.

Les "groupes-mires" consistent de 5 A 10 personnel don't
les ant6c6dents sont similaires. Ils compl6mentent le r8le
du Conseil administratif et refletent tres bien les problems
et les soucis de l'agriculture paysanne. Les membres de ces
groups, choisis parmi ceux pour qul le programme FSR/E vise
ses recommendations (voir Chapitre IV), sont g6neralement
elus pour leurs connaissances, leur habilet6 et leur bonne


pag III 4








volont6 A discuter un ou plusieurs sujets pertinents au course
du programme FSR/E. Les groups se rencontrent pour discuter
les questions soulev6es par un membre de l'6qulpe FSR/E. Un
observateur discret, inform sur ce sujet, prend soigneuse-
ment des notes sur leurs id6es perspicaces et leurs conclu-
sions. Les donn6es tires de ces assemblies sont trbs utiles
plus tard pour former les liens entire 1'6quipe et les pay-
sans, pour rassembler information sur les technologies
existantes et les nouvelles technologies appropriees, pour
6valuer leur suceus, et enfin pour examiner les voies menant
a la dissemination des applications fructueuses.


page III 5










ACTIVITIES


ACTIVITY 1 :


DISCUSSION SUR LE TEXTE : ANALYSE DES
INSTITUTIONS ET DE LA DIRECTION LOCALES


page III 7







INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


DISCUSSION SUR LE TEXTE : ANALYSE DES INSTITUTIONS ET DES
DIRECTIONS LOCALES

OBJECTIFS :

Apres avoir compl64t cette activity, vous serez en measure de':

1. Comprendre le rl8e des institutions et directions locales
dans 1'FSR/E.

2. D6crire les organismes et leurs leaders dans votre propre
region.

3. Analyser comment ces organismes et dirigeants peuvent
soutenir un programme FSR/E.


INSTRUCTIONS :

1. Lisez le texte de la discussion de ce chapitre.

2. En petits groups, discuter les points suivants :

Sujets de discussion :

a. Nommez (ou dressez une liste) les institutions et les
directions locales de votre propre region.

b. Nommez quelques leaders officieux dans la region que vous
connaissez le mieux. Sur quoi est fond6 ce pouvoir
individual ?

c. Discutez, si tel est le cas, les organismes et centres de
pouvoir auxquels l'FSR/E ne devrait pas 4tre associ6
publiquement dans la region que vous connaissez le mieux.

d. Toujours dans la region que vous connaissez le mieux,
examine quelles institutions et directions riqueraient
d'entraver les m6thodes FSR/E et les technologies
appropriees.

e. Quels organismes et leaders pourraient promovoir les
m6thodes et technologies dans ces regions ?

f. Comment le personnel de 1'FSR/E devrait-il s'adresser a
chacun des organismes et leaders pour obtenir et conserver
l'approbation et l'appui n6cessaires ?


page III 9


ACTIVITY 1







CHAPITRE IV


GROUPEMENT DES PAYSANS :
FORMATION DES DOMAINES DE RECOMMENDATION

PLAN

1. Justification du groupement des paysans
2. Variables servant A grouper les paysans en domaines de
recommendation
3. Domaines de recommendation : les questions A examiner

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Aprbs avoir compl6t6 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Expliquer la game des variables agro-6cologiques,
socio-Bconomiques et institutionnelles servant A d6finir
les groups d'agriculteurs.

2. Comprendre l'importance de grouper les paysans A toutes
les phases du processus de 1'FSR/E.

3. Selectionner les variables essentielles caract6risant la
famille paysanne et appropriees au probl4me a l'6tude.

4. Faire la distinction entire les circonstances au sein du
manage et celles relatives au rapport entire les mAnages
pour faciliter le groupement des paysans.

VOCABULAIRE

Domaine de recommendation : group de paysans homogenes don't
les circonstances sont suffisamment semblables pour
qu'une mgme recommendation leur convienne.
(CIMMYT/Byerlee, 1980)

Hypothese : proposition ou conjecture relative aux questions
poses, conclusion provisoire sugg6r6e A tester par un
sondage "formel" ou "informel" ou par l'exp6rimentation.

Opportunity : combinaison de circonstances favorables ou
propices & l'am6lioration du systeme ou A la resolution
d'un probl6me.

Probl4me : r6sultat de contraintes qui empachent les paysans
A atteindre leurs buts.

Recommendation : solution propose aux groups de paysans
basee sur leurs problemes et leurs circonstances.


page IV 1








POINTS CLEFS

1. Le choix des variables servant de critbres au groupement
des paysans est d'une importance crucial au succes du
project. Les facteurs socio-6conomiques, aussi bien que
agro-climatiques, doivent etre pris en consideration pour
former les groups d'agriculteurs d'apres leurs probl4mes
et leurs circonstances.

2. Le groupement des paysans doit se faire t8t dans le
processus diagnostique pour devenir le fondement des
premieres hypotheses qui devronL etre examinees dans le
cadre de 1'FSR/E.

3. Les paysans sont regrouper selon que l'indique la nouvelle
information venant du processus de recherche et de vulga-
risation. Les 6quipes FSR/E doivent prendre garde de ne
pas s'en tenir uniquement aux decisions initiales de grou-
pement.

4. Les resources virtuelles ou sous-exploitees devraient
etre vues not seulement en tant que solutions encore A
l'1tat potential mais plut8t comme une chance d'am4liorer
la productivity et le bien-4tre de l'exploitants.

DISCUSSION

1. JUSTIFICATION DU GROUPEMENT DES PAYSANS

Il s'avere n6cessaire de grouper les paysans lorsque l'on
prevoit faire de la recherche car, d'un cot6, les resources
sont insuffisantes pour appliquer un programme de recherche A
chaque paysan individuellement, et, de l'autre c6t6, il
serait insens6 de tenter d'appliquer un seul programme
d'etude A tous les agriculteurs d'un pays. Il faut done
arriver A un compromise entire ces deux extremes et 6tablir un
programme qui soit appropri6e des groups homogenes.

Le but de ces groupements est de mettre en valeur les
similitudes qui existent au sein des groups et les diffe-
rences entire et parmi les groups. Ces similitudes et dif-
ferences ne sont importantes qu'en rapport aux objectifs :
accroTtre la productivity de l'agriculture paysanne en
instaurant des experiences qui fourniront les recommanda-
tions.

2. VARIABLES SERVANT A FORMER LES GROUPS

Parce que les families agricoles different l'une de
l'autre, il nous faut pr6ciser les variables qui les
different, les fagons don't ces variables affectent les
problems poses et 1'utilit6 des solutions suggerees.


page IV 2







Comment les agencies de d6veloppement forment-elles
g&inralement les groups de paysans ? Certains institute de
recherche divisent les pays en zones agro-ecologiques et
61aborent des ensembles de recommendations technologiques
appropriees A chaque zone. Les approaches traditionnelles au
groupement impliquent d'habitude quelques criteres gbogra-
phiques, tels que :

Pluviom6trie annuelle
Nombre de mois d'humidit6
Potentiel cultural
Zones climato-6cologiques

Dans plusieurs pays, des projects de d6veloppement ont
offert des series de recommendations sur de large 6tendues
geographiques pour se rendre compete plus tard qu'elles
n'etaient appropribes qu'a une minority de paysans dans ces
zones. Le groupement bas6 sur les caracteristiques physiques
d'une region est souvent inad6quat, car diffbrents groups A
l'int6rieur d'une m8me zone requibrent differents programmes
d'6tude. Kakamega et Kibos, par example, sont situ6es dans
la meme zone agroclimatique dans l'ouest du Kenya. En raison
de fits historiques diff6rents, une region est form6e
d'exploitations de 20 hectares chacune et l'autre de 2 & 4
hectares. L'une a aces aux tracteurs et l'autre & la
traction animal. Ces deux regions ont-elles les mgmes
problemes ? Est-ce que les solutions seraient les memes pour
les deux ? Le programme d'etude serait-il le meme pour les
deux ? La lutte centre les adventices est un probleme majeur
pour 1'une, la preparation du sol pour l'autre. Les large
exploitations ont amplement de main-d'oeuvre A l'annee longue
alors que les petites en manquent une parties de l'annee
lorsque les hommes vont ailleurs pour gagner de l'argent.

II est donc evident que les groups sp6cifiques de
paysans requirement des programmes d'1tude sp6cifiques afin de
pouvoir offrir des recommendations ad6quates aux besoins
particuliers de chaque group. Est-ce que les cultivateurs
de products maraTchers situbs en banlieue de la capital
requibrent le meme programme de recherche et de vulgarisation
que les exploitants situes a 300 kilometres dans la brousse
mais dans la meme zone agro-climatique ? Les recommendations
faites pour le caf6 cultiv6 sur 10 000 hectares s'appliquent-
elles au caf6 cultiv6 sur un hectare ? Cela depend. Il se
peut qu'une nouvelle variet6 de cafe soit propice aux deux
types d'exploitation de la meme zone. Par centre, les
engrais liquides exigeant un outillage special peuvent n'9tre
utiles qu'aux grandes entreprises qui ont acchs au credit
permettant d'acheter les engrais et 1'6quipement.

Dans le cadre de 1'FSR/E, nous proposons que les paysans
soient groups selon les criteres suivants :


page IV 3








Similitudes des problems
R6ponse recherche aux solutions

Les paysans fonctionnant dans ces circonstances simi-
laires auront aussi des objectifs, des resources, des
contraintes, des strategies et des pratiques semblables.
Quelles sont les caracteristiques qui indiquent les simi-
litudes de circonstances ?

Les examples suivants illustrent certain critbres qui
ont servi d6jA dans les projects de 1'FSR/E a d6finir le
groupement de paysans en domaines de recommendation.

a. Les pratiques agronomiques paysannes

Acces au svsteme d'irrigation : Au Botswana, les pr6cipi-
tations sont tres irr6gulibres. Quelques paysans ont aces a
l'irrigation. Parce qu'il est difficile de pr6dire la fre-
quence des pluies, les paysans ne suivirent pas la recomman-
dation qui leur sugg6rait de semer et labourer immediatement
apres la premiere pluie. Par experience, les paysans
savaient qu'il y avait moins de risque A semer plusieurs fois
au course de la saison v6g6tative afin d'assurer la germina-
tion d'une certain quantity de graines. Seuls les cultiva-
teurs ayant acces au systeme d'irrigation suivirent les
recommendations du semis h&tif.

b. Les caract6ristiques biologiques et physiques

Altitude : Dans une region au nord du Rwanda, il fut
d6montr6 que l'altitude est une variable fondamentale A la
differenciation des groups de paysans. Les exploitations
situ6es au delay de 2000 metres d'altitude regoivent plus
d'eau de pluie et le taux d'6vapotranspiration y est plus
bas. On y cultive done des products diff6rents haricots,
maYs et pomme de terre irlandaise de ceux cultiv6s aux
altitudes plus basses patate douce, haricots et banane.
Le probleme majeur des exploitants des hautes 616vationr
r6sultait des effects du vent et de la grgle; celui des
paysans plus bas, des insects et des maladies.

c. La disponibilit6 de la main-d'oeuvre

Main-d'oeuvre : En R6pubique Dominicaine, on instaura un
project d'6levage de vaches laitieres A l'attache. Tradition-
nellement, les paysannes l6evaient les ch4vres en paturage le
jour et sous abris la nuit. Comme l'assemblage du bois de
feu et de l'eau prennait beaucoup de temps, les femmes
n'avaient pas assez de temps pour ramasser le fourrage
necessaire A l'alimentation des vaches laiti&res atLach6es,
ou pour veiller A ce que les vaches ne soient 6trangl6es par
l'attache. Seules les paysannes don't les activities quoti-
diennes les tenaient occupies pres des animaux attaches
r6ussirent & Blever les vaches laitieres.


page IV 4








d. L'acces & la terre, A la main-d'oeuvre et au capital

Acces au credit : En Colombie, les riziculteurs produi-
sant de bas rendements regurent le conseil d'appliquer l'en-
grais azote. Seuls les titulaires des droits de propri4t6s le
firent. Les autres paysans, n'ayant aucun nantissement,
n'1taient pas l6igibles aux prets monetaires.

Il n'y a pas de caracteristiques qui conviennent a coup
sGr A chaque situation. En effet, les chercheurs doivent
faire preuve de jugement A chaque situation pour d6cider
quelles variables sont les plus importantes A la distinction
des paysans d'une region pour en former des groups homo-
genes.

Heureusement, le niveau de correlation parmi les
variables est g6neralement 6lev4. Dans l'exemple pris du
Rwanda, A measure que l'on descend des hauteurs de la montagne
oh le project prend place, les precipitations diminuent,
l'vapotranspiration augmente, et la temperature monte. De
ces changements proviennent d'autres changements dans la
modality des cultures, les dates de semis, les probl6mes des
paysans et les status socio-6conomiques. Comme ces
variables sont tres rapproch6es, il est possible de diviser
la region en deux groups, les paysans des hautes elevations
et les paysans de basse altitude. Dans chaque group, les
cultivateurs ont A peu pres les mgmes circonstances, les
memes problems et les memes opportunities.

3. DOMAINES DE RECOMMENDATION : QUESTIONS A EXAMINER

Plusieurs questions importantes surgissent dans la
definition des domaines de recommendation :

a. La nature dynamique de la definition des domaines de
recommendation dans le processus de recherche. Comme le
concept des groups existe A toutes les tapes du processus
de 1'FSR/E, leur definition peut changer selon la tache A
accomplir. Le tableau qui suit, adapt de l'ouvrage de Tripp
1985, montre comment ce concept est employ aux differences
tapes du processus de recherche :

ETAPE GROUPS

Analyse des circonstances Groupes partageant les
paysannes memes circonstances

Identification des pro- Groupes ayant les memes
blames prioritaires probl6mes de production

Selection et testing des Solutions possibles appro-
solutions possibles prices aux groups particu-
liers et choix des sites
d'essais


page IV 5








Elaboration des recom- Recommandations fagonn4es
mandations aux besoins et circons-
tances des divers groups
de paysans

Aux premieres tapes d'un programme de recherche dans le
District de Kirinyaga, au Kenya, par example, tous les pay-
sans cultivant le sol limoneux rougeatre formaient un group.
Ce critere servit & l'6tape identification du problem
puisque toutes les terres de ce group subissaient une
carence d'azote qui entravait les rendements. Dans 1'4tape
oh se fait la selection des solutions possibles, on s'est
apergu que certain paysans pouvaient se permettre l'achat
d'engrais chimiques, une des solutions potentielles, alors
que d'autres n'avaient pas les moyens financiers. Le group
original fut alors red6fini en deux groups de recommanda-
tion : les entreprises A gros revenues et les exploitations A
moindres recettes. Des essais sur les engrais chimiques
furent mis en oeuvre pour les paysans qui pouvaient les
acheter, et d'autres experiences sur la fumure de pulpe de
caf6 pour les autres cultivateurs moins favoris6s 6conomique-
ment. Cet example d6montre comment le concept de la d6fini-
tion des groups change face aux diverse teaches de l'6tude.

b. Une difference fondamentale existe entire la definition
des groups de paysans et la definition des zones acro6colo-
giques. La difference existe dans le fait que les groups de
paysans sont definis au moyen de leurs circonstances, pra-
tiques, problems et solutions, alors que les zones agro6co-
logiques sont d6finies par les caract6ristiques physiques et
biologiques de la zone geographique. Bien entendu, les cir-
constances et les pratiques paysannes dependent souvent des
aspects physiques naturels. N6anmoins, il imported de se rap-
peler que ce sont les personnel, et non pas les aspects bio-
physiques, qui d6cident de l'adaptation d'une technologies et,
en definissant les groups de paysans, les chercheurs sont
forces de se poser sans cesse la question : "Pour qui
faisons-nous cette 6tude ?" (Tripp, 1985).

c. Deux groupes d6finis peuvent se chevaucher dans une
mgme region. Dans le cas tir6 du Kenya, les paysans don't les
revenues variaient largement se trouvent dans chaque village
de cette zone de terre limoneuse. Dans une 6tude menee en
Guinbe, les recommendations n'1taient relatives qu'aux agri-
cultrices puisque les homes ne font pas la culture 16gu-
miere. Le groupement des paysans en zones peut servir A
'14tape initial de la definition des groups, mais il faut
5tre pret A red6einir les groups & l'int6rieur d'une zone si
les circonstances l'exigent.


page IV 6








BIBLIOGRAPHIE


Byerlee, D.M. Collinson, et. al., 1980. Planning
technologies appropriate to farmers concepts and
procedures, CIMMYT, Mexico, pp. 10 11, 52 54.

CIMMYT Eastern Africa Economics Program, 1979. Deriving
recommendation domains for central province, Zambia,
demonstrations of an interdisciplinary approach to
planning adaptive agricultural research programmes, No.
4, Nairobi.

Franzel, S., 1981. Identifying farmer target groups in an
area : methodology and procedures. Farming System
Newsletter, No. 4, CIMMYT Eastern Africa Economic
Program, Nairobi.

Hildebrand, P., 1983. The concept of "Homogeneous Systems"
and its usefulness. FSSP training workshop.

Shaner, W., et. al., 1982. Farming systems research and
development : guidelines for developing countries.
Westview Press, Boulder, CO. Appendices 4-A et 4-B, pp.
243 244.

Harrington, L. et R. Tripp, 1984. Domaine de recommendation :
guide pratique pour la recherche agronomique en milieu
paysan. Programme d'1conomie du CIMMYT.

Tripp, R., 1985. Some common sense about recommendation
domains, CIMMYT Economics Program.


page IV 7









ACTIVITIES


ACTIVITY 1

ACTIVITY 2

ACTIVITY 3


ACTIVITY 4

ACTIVITY 5

ACTIVITY 6


LIMITATIONS DES RECOMMENDATIONS

CARACTERISTIQUES DES PROBLEMS DES PAYSANS

TAILLE DE L'EXPLOITATION PAR RAPPORT A LA
FORMATION DE GROUPS

IDENTIFICATION DES PROBLEMS

IDENTIFICATION DES SOLUTIONS ET LES GROUPS

DEFINITION DES GROUPS DE PAYSANS


page IV 9








ACTIVITY 1 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

LIMITATIONS DES RECOMMENDATIONS

OBJECTIF :

Apr6s avoir compl6t6 cette activitY, vous serez en measure de:

Expliquer pourquoi les facteurs geographiques ou phy-
siques seuls ne sont pas suffisants A la formation des
groups de paysans.

MATERIALS :

1. Texte du chapitre IV

2. Crayons et paper

INSTRUCTIONS :

1. Lisez le texte du chapitre IV.

2. Voici quelques recommendations offertes aux paysans :

-- Une variet6 de maYs r6sistante a la s6cheresse culti-
vable en bas-fond et r6pondant positivcmcnt au N

-- Une variety d'orge A court paille et haut rendement

Examinez les questions suivantes pour les discuter en
group plus tard :

-- Quels paysans trouveraient ces recommendations
appropri6es ?

-- Quels types de paysans trouveraient que ces
recommendations ne r6pondent pas A leurs besoins ?


page IV 11








INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


CARACTERISTIQUES DES PROBLEMS DE PRODUCTION

OBJECTIF :

AprBs avoir compl6t6 cette activity, vous serez en measure de:

Definir les caract6ristiques varies des probldmes de
production de l'agriculture paysanne.

MATERIALS :

1. Feuillet d'instructions intitul6 "Variables utiles au
groupement des paysans"

2. Crayons et paper

3. Tableau et craies, ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Former des groups. Pensez aux paysans que vous connais-
sez dans la region. Comment ces paysans, leur famille et
leur exploitation varient-ils ?

2. Dressez, en petits groups, au tableau ou sur le paper
grand format, une liste des informations n6cessaires au
project FSR/E au sujet du paysan, de la famille paysanne et
de l'exploitation pour comprendre clairement comment les
problbmes de l'un peuvent diff6rer des probl4mes de
1'autre.

3. Passez en revue et 6purer votre liste aprds avoir lu le
feuillet que l'instructeur vous a distribu6.

4. R6pondez aux questions suivantes :

a) Que nous indiquent ces variables au sujet des
circonstances auxquelles doivent faire face les paysans
et des problLmes qu'ils doivent affronter ?

b) Que nous r6velent ces variables au sujet des
resources disponibles aux paysanu pour r6soudre leurs
problemes ?


page IV 13


ACTIVITY 2








FEUILLET D'INSTRUCTION # 1


CARACTERISTIQUES DES PROBLEMS DE PRODUCTION

VARIABLES UTILES AU GROUPEMENT DES PAYSANS

1. CIRCONSTANCES NATURELLES

a. CLIMATE
Variation de temperature
Pluviom6trie, r6gularit6/quantit6
Vents et grele
Radiation solaire

b. SOLS
Texture
Drainage
Pente
Profondeur
Teneur en nutriments
pH
Salanit6
Permeabilit6

c. CULTURES & CHEPTEL

Cultures produites
Animaux 6lev6s
Incidence de maladies
Incidence de ravageurs
Incidence de mauvaises herbes

2. CIRCONSTANCES SOCIOECONOMIQUES

a. DISPONIBILITE DE LA MAIN-D'OEUVRE

Membres de la famille, age et sexe
Main-d'oeuvre familiale et r6mun6r6e
Possibilit6s d'embaucher A l'ext6rieur

b. TERRES

Dimension de l'exploitation
Regime foncier

c. CAPITAUX

AccBs au credit
Accbs A l'argent liquid
Acces a l'irrigation
Acces aux marches et aux intrants


page IV 15


ACTIVITY 2








d. AUTRES


Source d'6nergie pour preparer le sol
Pratiques culturales
Pr6efrence et regime alimentaires
Statut nutritionnel
Coutumes et obligations communautaires


page IV 16







INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


TAILLE DE L'EXPLOITATION

OBJECTIF :

AprBL; avoir compl6t6 cet exercise, vous serez en measure de :

Lier la variable qui diff6rencie les paysans aux autres
variables importantes A la definition et A la solution
des problems.

MATERIALS :

1. Feuillet suppl6mentaire # 2 intitul6 "Taille de l'exploi-
tation A Pichincha, en Equateur"

2. Papier et crayons

3. Tableau et crazies, ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups.

2. Lisez le court paragraphe et examine le tableau qui
accompagne le feuillet # 2 "Taille de l'exploitation A
Pichincha, en Equateur".

3. Discutez la port6e de la taille d'une exploitation dans
votre propre region. Comment les exploitations de
differentes dimensions different-elles entire elles dans
votre region ?

4. Dressez une liste des principles caracteristiques des
exploitations de diff6rentes dimensions dans votre region
et r6pondez aux questions suivantes :

a. Est-ce que la taille de l'exploitation est un critere
ad6quat pour grouper les paysans dans votre region ?
Pourquoi ? Pourquoi pas ?

b. Pouvez-vous faire une recommendation qui soit appro-
pri6e aux petits comme aux grands exploitants dans
votre region ? Et une recommendation qui soit appro-
pride A un group et non & l'autre ?


page IV 17


ACTIVITY 3







FEUILLET # 2


TAILLE DE L'EXPLOITATION


TAILLE DE L'EXPLOITATION A PICHINCHA, EQUATEUR


Les types de sol sont identiques, mais les terres ne sont
pas r6parties bgalement A l'int6rieur d'une region agro-Bco-
logique donn6e. Le concept de la taille des entreprises
agricoles se rapporte souvent a plusieurs diff6rentes pra-
tiques agronomiques et A diverse contraintes A l1agricul-
ture. A Pichincha, en Equateur, tous les agriculteurs
cultivent le bl6, mais la dimension de leur exploitation
determine les modes de cultivation. Quelles sont les impli-
cations de la taille des exploitations dans votre region ?

Voici certaines differences de pratiques trouv6es entire
les exploitations A Pichincha, en Equateur :


Caract6ristiaues Petites expl. Larges expl.

Superficie de bl6 0,8 ha 47 ha

AccBs au credit faible fort

% se servant de 0 43 %
semences certifiees

% se servant d'engrais 27 % 73 %

% se servant d'herbicide 24 % 63 %


page IV 19


ACTIVITY 3








ACTIVITY 4 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

IDENTIFICATION DES PROBLEMS

OBJECTIFS :

AprBs avoir compl6t6 cette activitY, vous serez en measure de:

1. Identifier les problems de fagon A les distinquer des
solutions.

2. Identifier les types g6n6raux de problmes auxquels font
face les paysans et qui influencent leur groupcmcnt.

MATERIALS :

1. Feuillet # 3 intitul6 "D6finition des probl4mes"

2. Crayons et paper

3. Tableau et crazies ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups de discussion.

2. Lisez le feuillet # 3 intitul4 "D6finition des problemes".

3. Discuter les questions poses sur le feuillet, et dressez
une liste de vos r6ponses et de leur justification sur le
tableau. Soyez pr&t a presenter vos id6es aux autres
groups.


page IV 21








ACTIVITY 4 FEUILLET DU STAGIAIRE # 3

IDENTIFICATION DES PROBLEMS

DEFINITION DES PROBLEMS

1. Quels sont, parmi les cas suivants, ceux qui qualifient de
problemes ?

2. A chacun des cas que vous identified comme 6tant un
problem, notez si c'est un problme qui :

a) limited la production
b) fait mauvais usage des terres, de la main-d'oeuvre, ou
des capitaux.

1. Les paysans sement le mais a la vol6e, au lieu
d'employer Ic memoir.

2. Les paysans appliquent plus de 200 kg d'azote pour
n'obtenir des rendements que de deux tonnes.

3. Presque la moiti6 des arachides r6colt6es n'ont pas
produit de graines.

4. Les paysans n'ont pas les outils ad6quats pour faire
un bon d6sherbage.

5. Les carences en zinc limitent les rendements de maYs.

6. Les paysans pourraient augmenter leurs revenues s'ils
intercalaient les haricots au maYs.

7. Les grandes pluies sont suivies d'une saison pluvieuse
mineure, et pourtant les paysans sement tres peu a ce
moment-la.

8. Les paysans semen tard parce qu'ils manquent de
tracteurs.

Gracieuset6 du CIMMYT


page IV 23








INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


IDENTIFICATION DES SOLUTIONS ET LES GROUPS DE PAYSANS

OBJECTIF :

AprBs voir compl6t6 cet exercise, vous serez en measure de :
D6montrer qu'un meme probldme peut avoir diff6rentes
solutions exp6rimentales appliques selon les
caract6rlsques des paysans.

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups.

2. Lisez la court description et les questions qui l'accom-
pagne sur le feuillet # 4 intitul6 "Identifier les
solutions aux probl6mes des paysans".

3. R6pondez aux questions, en groups.

4. Soyez pret & changer les r6sultats avec les autres
groups lors de la stance pl6niere.


page IV 25


ACTIVITY 5







FEUILLET SUPPLEMENTAIRE # 4


IDENTIFICATION DES SOLUTIONS ET LES GROUPS DE PAYSANS

IDENTIFIER LES SOLUTIONS AUX PROBLEMS DES PAYSANS

Une 6quipe FSR/E d6couvre qu'une carence en azote dans le
maYs cultiv6 dans la region od ils travaillent est un grave
probl~me. Ils identifient plusieurs solutions potentielles :

a. engrais chimiques
b. rotation des cultures de mals et de haricots
c. fumure animal

Deux groups d'agriculteurs (Groupe A et Groupe B) ont
6t6 d6finis; chaque group habite une parties diff6rente de la
region & l'6tude. L'agriculture de la region diffbre selon
les caract6ristiques d6crites sur le tableau qui suit.
Quelles sont les implications de chacune des differences sur
les solutions potentielles & la carence en azote ?

TABLEAU COMPARATIF DES CARACTERISTIQUES


Group A

Ayant acchs


Credit


Groupe B

Sans accds


Transport


B6tail


Ouvriers
travaillant
en ville

Pluviom6trie


Prbs du chemin

Quelques-uns


Plusieurs


1200 mm


Loin du chemin


Plusieurs


Trbs peu


500 mm


Texture du sol

Culture de rente
principal

Principaux culti-
vateurs de maYs

Usage du fumier


Pente


Fine


Grossidre


Caf6


Femmes

Combustible

10 30 %


R6sidus des
haricots

Preparation
du sol


Laiss6s sur le sol


Manuelle


Nourris aux
animaux


Boeufs


page IV 27


Coton


Hommes

Aucun

0 5


ACTIVITY 5








INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


DEFINITION DES GROUPS DE PAYSANS

OBJECTIFS :

AprBs avoir compl6et cette activity, vous serez en measure de:

1. D6finir les groups de paysans dans les regions que vous
connaissez bien.

2. Formuler les questions portant sur le processus de forma-
tion des groups de paysans.

3. Associer les probl4mes varies aux diff6rentes caracteris-
tiques de l'agriculture paysanne d'une manir-c holistique.

INSTRUCTIONS :

1. Formez de petits groups et nommez un repr6sentant parmi
vous.

2. R6fl6chissez A la fagon don't pourraient se grouper les
paysans d'une region choisie. Prenez environ trente
minutes pour r6pondre aux questions poses sur le feuillet
# 5 intitul6 "Liste de questions servant au groupement des
paysans".

Partagez votre temps comme suit :

Partie A : Dressez une liste des principles caractrris-
tiques des exploitations de la region en question
(10 minutes)

Partie B : Groupez les paysans d'aprbs les caracteristiques
et les problems communs (15 minutes)

Partie C : Notez les changements qui se produisent lorsque
vous vous Bloignez dans une certain direction
(10 minutes)

3. Au course de la stance pl6nibre, un repr6sentant de chaque
group prendra environ cinq minutes pour presenter un
resume des r6sultats. Cet individu doit s'assurer de
resumer les trois parties de 1'exercice et de :

a) r6sumer les variables-cl6s don't le group s'est servi
pour former les groupements de paysans

b) associer ces variables aux problems particuliers
auxquels font face les paysans.


page IV 29


ACTIVITY 6








FEUILLET D'INSTRUCTIONS # 5


DEFINITION DES GROUPS DE PAYSANS

LISTE DE QUESTIONS SERVANT AU GROUPEMENT

Lisez la liste entire avant de commencer

A. Dressez la liste des principles caractbristiques des
exploitations et des families agricoles de la region.
(10 minutes)

1. Tenez compete des circonstances naturelles aussi bien
que des circonstances socioeconomiques.

2. Quels types de problemes semblent 9tre communs A tous
les paysans de la region ?

B. D6finissez les groups de paysans de la region
(15 minutes)

1. Envisagez la possibility que plus d'un group important
existe dans votre district ou region en tenant compete
des variables naturelles aussi bien que socio6cono-
miques.

2. Quelles sortes de probl4mes s'averent plus important
pour certain des manages que pour les autres ?

C. Sp6cifiez comment les groups changent a measure que vous
vous Bloignez dans une direction particuliere.
(10 minutes)

1. Maintenant, imagine que vous vous Bloignez de votre
region dans une direction particulibre. A quel point
les caract!ristiques changent-elles ? Est-ce que les
contraintes changent 6galement ?

2. Pourquoi ces differences vont-elles probablement exiger
une nouvelle approche A la mise au point des programmes
de recherche et de vulgarisation envers les paysans des
diff6rents groups ?


page IV 31


ACTIVITY 6







INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE


IDENTIFIER LES DOMAINES DE RECOMMENDATION

OBJECTIFS :

AprBs avoir compl6t6 cet exercise, vous serez en measure de :

1. Identifier les domaines de recommendations de la region
que vous connaissez bien.

2. Formuler les questions apres avoir vous-meme analyst le
concept du domaine de recommendation.

INSTRUCTIONS :

1. R6fl6chissez aux principles caract6ristiques de votre
propre region ou toute autre region qui vous est
familibre.

a. Dressez une liste des domaines de recommendation de
votre village.

b. Identified, A measure que vous vous 6loignez de votre
village dans une direction donn6e, a quel point le
domaine change et discutez-en les raisons.

c. Examinez la possibility qu'il existe plus d'un domaine
de recommendation dans le village. LA oh une dbmarca-
tion existe, expliquez pourquoi la difference est si
important et comment cette difference mene probable-
ment A un programme de recherche different pour les
deux groups de domaines.

2. Formez des groups de deux et d6crivez bribvement votre
domaine de recommendation A votre partenaire.

3. Soyez pret A presenter votre description du domaine de
recommendation que vous avez pu identifier durant la
seance pl6niere.


page IV 33


ACTIVITY 7







CHAPITRE V


ASSEMBLER LES INFORMATIONS NECESSAIRES A L'FSR/E -
CHOISIR LES METHODS APPROPRIEES


PLAN

1. M6thodes de rassemblement des donn4es
2. Choix de methodes
3. Profondeur contre representativit6
4. Ordre sbquentiel des m6thodes

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

AprBs avoir compl6t6 ce chapitre, les participants seront en
measure de :

1. Faire le choix des questions appropri6es pour obtenir les
donn6es n6cessaires A la mise au point d'un solide
programme FSR/E.

2. Choisir la m6thode de collect la plus appropriate aux
types des donnees recherch6es.

VOCABULAIRE

Donnees primaires : toutes informations nouvelles ou exis-
tantes qui n'a pas 6tB recueillies et analysees.

Donn6es secondaires : informations deja recueillies et r6ca-
pitul6es tirees de sources publiees ou non publi6es;
aussi nomm6es donn6es disponibles ou existantes.

Informateur-cl6 : individu local bien inform qui fournit une
large game d'informations relativement pr6cises sur la
communaut6 ou tout autre sujet pertinent A l'agriculture
paysanne; cet individu nest pas n6cessairement le chef
de la communaut6.

Sondage special : enquate congue sp6cialement pour assembler
information relative A une probleme sp6cifique, pouvant
suivre des m6thodes conventionnelles ou non.

POINTS CLEFS

1. Le succes du processus FSR/E exige une large vari6t6 d'in-
formations venant de diverse sources.

2. L'information doit viser directement a satisfaire les ob-
jectifs de 1'FSR/E.

3. Les m6thodes de collect des donn6es doivent produire de
fagon rapide et peu coUteuse l'information n6cessaire.


page V 1







4. La participation de la communaut6 et des paysans peut
am6liorer la precision et l'utilit6 de l'information.

DISCUSSION

La phase diagnostique du processus FSR/E fournit aux
chercheurs les renseignements n4cessaires A l'identification
des problemes de l'agriculture paysanne et A la determination
des solutions appropri6es. Une game de sources et de m6-
thodes de collect y est disponible. Les praticiens de
1'FSR/E doivent choisir celles qui offrent les renseignements
les plus precis et A un coat le plus bas possible. Plusieurs
sources importantes sont 6numbrbes au Tableau V.1. Les
methodes suggerees ne s'excluent pas mutuellement; effective-
ment, il est fort possible d'employer la m6thode d'observa-
tion conjointement aux sondages formels et informels, don't
une breve description suit plus loin.

1. METHODS DE COLLECT DES DONNEES

a. Donn6es secondaires

Les donn6es secondaires sont les informations existantes
deja recueillies et compiles provenant de sources publiees
ou non. Une des fagons d'utiliser les donn6es secondaires
dans la phase du diagnostic et de formation des hypotheses
pourrait etre de juxtaposer et compare les cartes topogra-
phiques et les cadastres de la region A l'6tude. Dans le
D6partement de Cauca, en Colombie, par example, l'on voit que
les grandes entreprises agricoles sont situees sur les ter-
rains plats et les petites exploitations sur les pentes
escarpees. Une hypothese peut etre form6e qui suggere que ce
sont les agriculteurs les plus riches qui cultivent les
terres plates; hypothese qui peut etre v6rifiee en examinant
les chiffres des revenues trouv6s dans les rapports de recen-
sement de la region.

L'Atude des photos aeriennes permet de constater que le
maYs est cultiv6 sur les terrains plats et sur les pentes
escarp6es. Selon les registres des services de vulgarisa-
tion, 1'on constate que les cultivateurs des deux types de
terrain ont un probl6me du au mildiou. A partir des donn6es
sur les revenues et la r6partition des terres, nous arrivons A
conclure que les exploitants sur terrains plats et ceux sur
pentes sont munis de resources diff6rentes pour attaquer ce
probl6me de mildiou.

La collect ulterieure de donn6es cherchera A v6rifier
ces hypotheses. Les tapes suivantes fondees sur ces donnees
secondaires pourront mettre en valeur l'efficacit6 des don-
nees primaires et de tout travail sur le terrain. Le cha-
pitre VI d6crit de fagon d6taillee les diff6rentes sources de
donnees secondaires.


page V 2








b. Interviews des informateurs-cl6s


Les interviews des informateurs-cl6s offrent une source
impurtante d'informations des les premieres tapes du proces-
sus de 1'FSR/E et servent A rendre plus efficaces les col-
lectes subs6quentes. Ces interviews sont des discussions
avec des individus qui repr6sentent une institution ou un
type d'individus A l'int6rieur d'une region.

Les informateurs-cl6s fournissent des renseignements
essentiels au groupement des paysans et & identification de
leurs contraintes, aussi bien qu'a la description des ten-
dances passees et pr6sentes relatives & la production de
products alimentaires de cette region. Ils peuvent aussi
expliquer la nature et les lacunes dans les connaissances des
paysans, le system des poids et measures employ et les
questions qui se r6vblent delicates A poser.

c. Sondages "informels"

Les sondages "informels" sont des enquetes faites sur le
terrain au course desquelles les chercheurs interviewent les
paysans et visitent leurs exploitations en vue de former une
comprehension global du system agricole. Les enquetes
"informelles" sont g6n6ralement peu co0teuses et permettent
de recueillir beaucoup d'informations dans une court periode
de temps. Elles sont particulibrement utiles pour prendre
connaissance des valeurs, opinions, objectifs et savoirs du
paysan et pour comprendre les raisons sous-jacentes des sta-
tegies souvent complexes des pratiques de gestion agricole
paysannes. Le point faible de cette m6thode "informelle"
reside dans le manque de certitude que les paysans intervie-
wes soient representatifs du group entier faisant l'objet de
1'6tude et dans le fait que les resultats ne peuvent pas etre
analyses statistiquement. Le Chapitre VII discute les
enquetes "infurmelles" en profondeur.

d. Sondages "formels"

Ces enquetes conventionnelles sont effectutes & l'aide de
procedures formelles, de questionnaires standard pr6alable-
ment testes, et d'autres moyens permettant l'analyse statis-
tique des donn6es qui en r6sultent. L'6chantillon est gen6-
ralement beaucoup plus large que celui du sondage explora-
toire et se sont des enqueteurs, et non les chercheurs, qui
font les interviews aupres des paysans. Le temps mis au
d4pouillement et A l'analyse des donn6es varie largement; ce
peut etre une question de quelques mois losqu'il s'agit d'un
questionnaire de quelques pages pos4 & un petit 6chantillon
de paysans au course d'une seule visit. Ce peut etre aussi
une p6riode se prolongeant sur quelques ann6es si les paysans
sont questionn6s deux fois par semaine durant toute une
annee. Les sondages "informels" s'emploient dans plusieurs
programmes de 1'FSR/E dans le but de permettre aux chercheurs


page V 3








de focaliser leur enquete formelle sur un nombre relativement
petit de variables. Le chapitre VIII explique les enquetes
"formelles" en detail.

e. Experimentations

Les experimentations servent a determiner si l'interven-
tion propose est vraiment efficace, selon des criteres de
succes pr6edtermin6es. Si en effet elle s'avere efficace, on
la combine A d'autres 6tudes dans lesquelles les paysans ou
tout le village de paysans la mettent a l'essai et l'on com-
pare les r6sultats A ceux qui n'ont pas participer A l'exp6-
rience. Au course de cet essai, les r6sultats attendus sont
observes avec soin, notamment l'augmentation de la producti-
vit6 et des revenues; l'on prate attention 6galement aux
resultats inattendus, tels que les goulets d'6tranglement
dans la main-d'oeuvre ou le d6clin des revenues dans les
autres secteurs de l'entreprise agricole. La mise en oeuvre
d'une experimentation contr816e d6coule d'une decision prise
au course de la conception de la recherche. Toutes observa-
tions et informations obtenues au course des sondages "infor-
mels" et des enquates "formelles" doivent 4tre prises en
consideration lors de 1'6valuation des experimentations.

f. Observations

Les observations servent A ent6riner les donn6cu r6sul-
tant des sondages et des experimentations. Par example, le
pr6levement d'echantillons de sols ou l'identification des
maladies des v6egtaux sont des observations qui sont faites
en vue de rendre valides les inqui6tudes des paysans envers
la basse fertility du sol ou les pertes de rendements. Les
observations peuvent aussi servir aux donn6es sociologiques
et s'avyrent particulibrement importantes lorsque les normes,
c'est-A-dire ce que les gens croient qu'ils devraient faire,
different du comportement, c'est-&-dire la fagon don't ils
aqissent. Comme dans le cas oi les paysans d6clarent que les
femmes ne participent pas A l'agriculture car les normes de
conduite l'interdisent. L'observation syst6matique r6vele
que les femmes participent au d6sherbage, A la r6colte et de
fagon extr8mement important A la transformation du produit
r6colte. Les observations peuvent servir autant A valider
les r6sultats des sondages qu'A suggerer des sujets essen-
tiels devant faire parties de futurs sondages.

g. Etudes de cas particuliers

Les 6tudes de cas particuliers comprennent 1'observation
d'un group de families et de leurs activities pendant une
periode de temps au course de laquelle les chercheurs exa-
minent l'histoire des activities de la famille, observent et
enregistrent les faits. Ces 6tudes peuvent fournir les
informations difficiles a obtenir par d'autres m6thodes,
comme les renseignements concernant 1'organisation du manage,


page V 4








par example, et la gestion de la production. Le temps allou6
aux diff6rentes teaches agricoles, l'allocation de la main-
d'oeuvre, la repartition des activities base sur le sexe de
l'individu, et bien d'autres informations ne deviennent
6videntes que par l'observation. La disponibilit6 des res-
sources, l'am6nagement des ces resources, la division des
revenues peuvent 6galement etre observes dans le cadre des
6tudes de cas particuliers.

a. Ressources disponibles

Il ne serait pas raisonnable de mener une longue et com-
plexe enquate conventionnelle si l'informatique et/ou le
personnel expert en informatique ne sont pas disponibles au
d~pouillement et A l'analyse des donn6es.

b. Raison justifiant la collect des donn6es

Les chercheurs qui veulent d6montrer aux sp6cilistes de
la phytos6lection du maYs qu'un large pourcentage des paysans
sont accabl6s d'un probl4me de stockage de leur r6colte de
mais vont pr6f6rer une enquete formelle qui fournira des
renseignements plus concluants que le sondage "informel".

c. Nature de information

L'information qualitative, concernant les opinions des
paysans, ses attitudes et ses valeurs, est mieux obtenue au
moyen des sondages "informels", alors que l'information quan-
titative, celle don't les caract6ristiques sont quantifiables
et mesurables, est plus facilement obtenue A travers les
enquetes formelles.

3. PROFONDEUR CONTRE REPRESENTATIVETE

La question fondamentale pose ici demand si une grande
quantity d'information doit etre obtenue de quelques paysans
ou si une petite quantity obtenue de plusieurs est pr6f6-
rable. La repr6sentativet6 aussi bien que la profondeur de
l'information sont toutes deux importantes A diff6rentes
tapes du processus de l'FSR/E. Le rapide sondage rural per-
met d'6tablir le programme initial d'intervention, surtout si
la technologies est disponible et s'est r6v416e fructueuse A
la station experimentale. C'est ensuite que l'on mine un
sondage de 1'6chantillon pour determiner quelle proportion
des paysans peut etre interess6e A cette technologies et
comment classifier ces paysans.

4. ORDRE DES METHODS

La decision prise A savoir quelle m6thode ou instrument
sera employ & quelle tape du diagnostic varie selon le but
ultime de la collect des donnees. Le Tableau V.2 illustre
un example, tir6 d'un project en Afrique de l'est, dans lequel


page V 5










le sondage informall" est suivi d'une enquate "formelle" et
d'exp6rimentations. C'est 1A une ordre s6quentiel commun,
mais ce n'est pas n6cessairement la seule ou mgme la meil-
leure fagon de rassembler les donn6es. Il est possible de
faire la collect de multiples donn6es parallblement.


Tableau V.1


Caract6ristiques des methodes de collect
de donnees servant a 1'FSR/E


CARACTERIS- DCNNEES SONDAGE
T1ES SECONDAIRES NFORMEL

Moment Aussitit Avant la
que possible lere ann6e
d'essais
Durant la
champagne


Nombre de
variables


D'abord tris
large, puis
reduction
progressive


Echantillon Unit6-groupe Non-
spkcifique randomis4
Vue
d*ensemble


Avantages Non inter-
actives
Requiert
peu de
d6placements


Peu coGteuz;
rapide (2-3
semaines);
solid info.
qualitative;
favorable a
l'hypothise


Bas


EXPERIMEN-
ENQUETE FORMELLE STATIONS

Apris le sondage Durant le
et avant la lere cycle de
annie d'essais. croissance
Peut itre remise
a plus tard pour
raisons logis-
tiques ou
financlires.


Petit, az6 sur
les variables
d6termlnies
importantes par
le sondage.


Tris petit,
1 & 4
variables
par essai


Au hasard Reprisentatif
(simple, stra- mais pas au
tifi6, grappes, hasard
etc.)

Relativement Information
rapide 3-4 mois;pr6cise sur
au hasard pour les effects
tester les hypo-de la tech-
th6ses; visites nologle al-
noubreuses. ternative


Moyen


Elev6


OBSERVATIONS OU ETUDES DE CAS
ETUDES SPECIALS PAPTTCULTEPS


Durant le cycle
de crolssance
(gkniralement)


Tris petit


Au hasard ou
d6termin6



Permet les
observations
subsiquentes
Inappropri6es at
simple sondage
et (pas encore)
i l'exp6rimen-
tation

Bas/moyen


Durant le
cycle de
croissance





Large a
*chantillon
petit



D6termin6




Possibllit6
d'observer le
processes






Moyen


page V 6








BIBLIOGRAPHIE

Butler, Lorna Michael, 1983. Putting farming systems
research data collection in perspective : practicalities
and realities. Procks-verbal du Colloque des Farming
Systems Research and Extension, Universit6 de l'Etat de
Kansas, 31 oct. au 2 novembre.

Lightfoot, Clive, 1982. On-farm research program for the
first season of a farming systems research project.
Report on the agricultural Technology Improvement
Project, USAID/Botswana.

MacMillan, Della, 1984. Monitoring the impact of a farming
system approach to development in Burkina Faso. Proces-
verbal du Colloque des Farming Systems Research and
Extension, Universit6 de 1'Etat de Kansas, 3-6 octobre.

Tripp, Robert, 1982. Data collection, site selection and
farmer participation in on-farm experimentation. Document
pr6sent6 dans le cadre du Programme d'Economie, Centre
international pour l'amliortion du maYs et du bl4,
Mexique.


page V 7













ACTIVITY 1 :


ACTIVITY 2 :


COLLECT D'INFORMATIONS AUPRES DES
INFORMATEURS-CLES

DETERMINATION DES METHODS DE COLLECT


page V 9







ACTIVITY 1 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

COLLECT D'INFORMATIONS AUPRES DES INFORMATEURS-CLES

OBJECTIFS :

AprBs avoir compl6t6 cet exercise, vous serez en measure de :

Identifier les locaux bien informs qui peuvent fournir
information n6cessaire au succes d'un programme FSR/E.

MATERIALS :

1. Papier et crayons

2. Tableau et crazies, ou paper grand format et crayons-
feutres

INSTRUCTIONS :

1. Discutez en petits groups les questions suivantes :

Qui sont les personnages de votre region qui peuvent
fournir les renseignements utiles et precis au sujet des
agriculteurs locaux et de leurs circonstances ? Quelles
sont les connaissances importantes qu'ils peuvent avoir ?
Quels sont les sujets d6licats qu'ils h6siteraient A
d6voiler ?

2. Dressez une liste des personnages, c'est-&-dire leur r8le
et non pas leur nom, les renseignements que chacun peut
fournir et les questions d61icates qu'ils h6siteraient A
discuter.

3. Specifiez ce qui fait que ces gens-l sont bien informs.

4. Choisissez une personnel de votre group qui pr6sentera vos
reponses aux autres stagiaires.


page V 11








ACTIVITY 2 INSTRUCTIONS DU STAGIAIRE

COMMENT DETERMINER LES METHODS DE COLLECT DES DONNEES
OBJECTIF :

Apres avoir compl6et cet exercise, vous serez en measure de:

Choisir les methodes de collect appropri6es en vue
d'obtenir les divers types d'informations.

INSTRUCTIONS :

1. Formez des groups.

2. A chacune des hypotheses suggerees, choisissez le type de
collect le plus approprie A sa verification.

3. Soyez pret & expliquer pourquoi vous avez choisi cette
m6thode.

4. Resumez vos reponses sur le tableau ou sur la tablette
grand format.

TYPES DE COLLECT DE DONNEES

A. Donn6es secondaires D. Experimentations
B. Sondage "informel" E. Enquete sp6ciale
C. Enquate "formelle" F. Etude de cas particu-
liers
G. Informateurs-cl6s

HYPOTHESES

1. La majority des paysans cultivent le maYs en association
avec le haricot.

2. La saison des pluies d6bute g6ndralement & la mi-juin.

3. Les paysans qui font la rotation du bl6 avec le paturage
ont moins de probl4mes de nematodes que les autres.

4. Le rendement de ble augmente fortement en r6ponse au
supplement de potassium.

5. Les paysans qui possedent moins de 2 hectares sont moins
aptes a planter le coton que les autres qui possedent de
large terres.

6. Les preteurs chargent 5 % d'interat par mois.

7. Il est plus 6conome pour les paysans d'appliquer le
Furadan sur leur maYs.


page V 13








8. Le taux moyen d'application de N sur le bl6 est de moins
de 50 kg/ha.

9. Les paysans ne sont pas informs sur la lutte chimique
centre les mauvaises herbes.

10. La population de la region A l'6tude a double au course
des vingt dernibres ann6es.

11. L'introduction de la paille d'orge n'est puu avantageuse
A l'6levage des moutons.

12. Les paysans ne font pas usage des bains pour bovins mis A
leur disposition localement.


page V 14









CHAPITRE VI


UTILISER L'INFORMATION EXISTANTE
DANS L'FSR/E


PLAN

1. Cartes et photographies
2. Etudes faites par le gouvernement et les registres
officials
3. Autres 6tudes et sources
4. Utiliser l'information existante dans les diff~rentes
phases de 1'FSR/E

OBJECTIFS D'ENSEIGNEMENT

Apres avoir compl6t6 ce chapitre, les stagiaires seront en
measure de :

1. Localiser l'information existante utile & la mise en
oeuvre d'un programme FSR/E.

2. Sl6ectionner l'information essentielle aux activities de
l'FSR/E A partir des sources d'information qui existent
actuellement.

3. Apprendre A faire usage de l'information pour d6velopper
les hypotheses sur les problemes de l'agriculture paysanne
et les solutions A ces problems.

VOCABULAIRE

Hypothese : proposition ou conjecture relative aux questions
posies, ou conclusion provisoire sugg6r6e A tester par un
sondage "formel" ou "informel" ou par l'exp6rimentation.

Information critique (ou crucial) : quantity sp6cifique
minimum de renseignements essentiels pouvant aider A
prendre une just decision, dans un dblai le plus court
possible tout en s'assurant que la decision est
pertinente.

Information existante : renseignements ou donn6es pouvant
9tre obtenus de sources publi6es ou non publi6es telles
que recensements, rapports des services gouvernementaux,
publications sur la recherche, et cartes. Aussi nommmbes
donnees secondaires ou donn6es accessible (Voir sous-
chapitre cinq).


page VI 1




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs