• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Front Matter
 Title Page
 Livre troisième
 Livre quatrième
 Livre cinquième
 Back Cover






Title: Histoire de la conquête du Mexique (abrégé de l’histoire espagnol Antonio del Solis)
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00028282/00001
 Material Information
Title: Histoire de la conquête du Mexique (abrégé de l’histoire espagnol Antonio del Solis)
Physical Description: Book
Creator: Solís, Antonio de, 1610-1686
Publisher: Paris : Gaume Frères
 Subjects
Subject: Caribbean   ( lcsh )
Spatial Coverage: Caribbean
 Record Information
Bibliographic ID: UF00028282
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Page 1
    Front Matter
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Livre troisième
        Page 5
        Chapitre Ier: Montezuma essaie en vain de rompre l'alliance des Espagnols avec les Tlascalteques - Entree triomphale de Cortez dans Tlascala; il fait abroger les sacrifices de victimes humaines, et congedie les ambassadeurs de Montezuma - Diego d'Ordaz va recounaitre le volcan de Popocatepec - Nouvelle ambassade des Mexicains - L'empereur accorde aux Espagnols la permission de venir a sa cour - Cortez se decide a prendre le chemin de Cholula
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
        Chapitre II: Cortez, après avoir fortifié son armée de six mille Tlascaltèques, se rend à Cholula - Son entrée dans cette ville - Conspiration des habitants contre les Espagnols - Leur châtiment - Cortez réconcilie ces peuples avec les Tlascaltèques
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
        Chapitre III: Les Espagnols sortent de Cholula et évitent une embuscade dressée par les Mexicains à la descente de la montagne de Chalco - Le seigneur de Tezenco vient visiter Cortez de la part de Montézuma - On continue la marche, et on s'arrête à Quitlavaca - L'armée passe à Sztaepalapa, et l'empereur va lui-même à la rencontre des Espagnols - Leur entrée dans Mexico
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
        Chapitre IV: Visite de Montézuma à Cortez - Son entretien avec le général - Prophétie de Quezalcoal - Cortez va visiter Montézuma dans son palais - Magnificence du palais impérial - Eloignement de l'empereur pour le christianisme - Cortez fait élever une chapelle dans son quartier
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
        Chapitre V: Des divers palais de Montézuma - Somptuosité de sa cour - Description du faste avec lequel il se faisait servir
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
        Chapitre VI: Cortez apprend la mort de Jean d'Escalante, gouverneur de Vera-Cruz, tué dans un combat contre les Mexicains - Il forme le projet de s'assurer de la personne de Moutézuma - L'empereur est coudait prisonnier an quartier des Espagnols
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
        Chapitre VII: Conduite de Montézuma dans sa prison envers les Mexicains et les Espagnols - On amène prisonnier Qualpopoca, et Cortez le châtie du dernier supplice - Il fait mettre les fers aux mains à l'empereur pendant l'exécution de cette sentence
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
    Livre quatrième
        Page 87
        Chapitre Ier: On permet a Montezuma de se montrer en public - Conduite des Espagnols a son egard - On decouvre une conspiration formee par le roi de Tezeuco - Montezum l'apaise par son adresse et chatie l'auteur de la conjuration
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
        Chapitre II: Montézuma et les Mexicains déclarent le roi d'Espagne légitime héritier de l'empire - On prête à Charles-Quint serment d'obéissance, et on lui paie un tribut - Montézuma congédie ensuite les Espagnols et les presse de partir - Cortez reçoit les tributs de l'empereur et des nobles, et cherche à retarder son départ - On apprend que des vaisseaux espagnols sont arrivés à la côte
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
        Chapitre III: Diégo Velasquez équipe une flotte contre Cortez - Arrivée de Pamphile de Narvaez à la côte de la Nouvelle-Espagne - Il essaie vainement de gagner à sa cause les Espagnols de Vera-Cruz - Cortez cherche à éviter une rupture ouverte avec Narvaez - Mauvais succès de l'ambassade du Père d'Olmedo - Narvaez publie la guerre et met à prix la tète de Cortez
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
        Chapitre IV: Cortez prend la résolution de partir et l'exécute, après avoir laissé à Mexico nue partie de ses soldats - Il se dirige vers Zempoala et poursuit sa marche jusqu'à Motalequita - Nouvelle tentative d'accommodement - Affront fait à Jean de Velasquez - Narvaez dépêche André de Duero à Cortez - Ii lui dresse une embuscade - Rupture ouverte entre les deux généraux
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
        Chapitre V: Cortez s'avance à une lieue de Zempoala - Narvaez se met en campagne, le mauvais temps l'oblige à se retirer, et sur cette nouvelle Cortez marche contre Zempoala, où, malgré la résistance des ennemis, il remporte une victoire signalée et fait Narvaez prisonnier - L'armée de ce dernier se réunit à celle du vainqueur
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
        Chapitre VI: Motifs de la révolte des Mexicains - D'Ordaz tombe dans une embuscade en voulant reconnaître l'état de la ville - Cortez se détermine à la guerre, et fait deux sorties contre les rebelles - Résistance opiniâtre des Mexicains
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
        Chapitre VII: Cortez promet à l'empereur de se retirer dès que les rebelles auront dépose les armes - Nouvelle attaque du quartier des Espagnols - Montézuma est blessé - Sa mort - Cortez bat de nouveau les révoltés et sort de la ville - Les Mexicains l'attaquent à l'improviste dans sa retraite - Leur acharnement - Pertes considérables des Espagnols - Cortez poursuit sa retraite, toujours harcelé par les Mexicains - Victoire signalée qu'il remporte sur eux dans la vallée d'Otumba
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
    Livre cinquième
        Page 176
        Chapitre Ier: L'armee entre dans la province de Tlascala - Soulevement de la province de Tepeaca - Arrivee d'ambassadeurs mexicains - Conspiration du jeune Xicotencal contre les Espagnols - Cortez s'empare de Segura de la Frontera, et reduit a l'obeissance les villes revoltees - Guatimozin est elu empereur - Bataille de Guacachula - Prise d'Izucan - Mort de Magiscatzin
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
        Chapitre II: Arrivée de renforts aux Espagnols - Retour à l'île de Cuba des soldats de Narvaez - Cortez dépêche de nouveaux envoyés à l'empereur Charles V - Il marche contre Tezeaco - Déroute des Mexicains - Cortez entre sans obstacle dans la ville - Il dépossède l'usurpateur de cette province et rend la couronne à l'héritier légitime - Le nouveau monarque reçoit le baptême en public
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
        Chapitre III: Cortez s'empare d'Iztacpalapa - Les Mexicains le forcent à évacuer cette ville - Nouvelle victoire des Espagnols - Cortez renvoie les prisonniers, et fait proposer la paix à l'empereur - Gonzalve de Sandoval conduit les brigantins à Tezenco - Cortez fait une excursion pour aller reconnaître les bords du grand lac - Prise d'Ialtocan - Siége de Tacuba - Défaite des Mexicains - Retraite des Espagnols
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
        Chapitre IV: Arrivée d'un nouveau renfort d'Espagnols - Sandoval défait à deux reprises les Mexicains et s'empare de Guastepeque et de Capistlan - Cortez fait une nouvelle sortie pour reconnaître le lac du côté de Suchimilco - Embuscade des Mexicains - L'armée passe à Quatlavaez, où elle met les ennemis en déroute, et de là à Suchimisco, où elle remporte une nouvelle victoire - Danger que court Cortez dans cette ville - Conspiration de quelques Espagnols contre le général - Désertion de Xicotencal - Sa mort
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
        Chapitre V: Les brigantins assurent la victoire de Cortez - Il entre dans Mexico, s'empare de la personne de l'empereur, et la ville se soumet
            Page 236
            Page 237
            Page 238
            Page 239
            Page 240
            Page 241
        Table des chapitres
            Page 242
            Page 243
            Page 244
            Page 245
            Page 246
            Page 247
            Page 248
            Page 249
            Page 250
            Page 251
            Page 252
    Back Cover
        Back Cover
Full Text



ECT.. .. SHELF8....I.




HISTOIRE

DB LA

CONQUTE DU MEXIQUE.













11









LES EXEMPLAIRES
NON REVbTUS DE LA SIGNATURE CI-DESSOUI
SERONT RPUTES CONTREFAITS.














Se trouve aussi

A LYON,

CHEZ STEYERT, LIBRAIRE.

A VALENCE,

CIEZ JAMONET, LIBRAIRE.

A BESANQON,

CHEZ MONNOT, LIBRAIRE.


-----acaew>v-----
PATIS, IMPRIMEIE DE DECOURCHANI,
Busd',rfurhn" prs de l'Abbay'.








DE LA

CONQUETE DU MEXIQJE.
(Abrg de l'histerien espagoal ANTONIO DEL SOLIB.)



D 1 IDT 1ON.

TOME SECONfl.









MHEZ GAUME FRR ES, LIBRAIRES,
AVE DU Nl.D -lV,3
1837


1SS1





HISTOIRE

DE LA

CONQUTE DU MEXIQUE.







CHAPITRE I".
Montzuma essaie en vain de rompre l'alliance
des Espagnols avec les Tlascaltques. -En-
tre triomphale de Cortez dans Tlascala; il
fait abroger les sacrifices de victimes hnmai-
nes, et congdie les ambassadeurs de Mont-
zuma. -Diego d'Ordaz va reconnaitre le
volcan de Popocatepec. Nonvelle ambas-
sade des Mexicains. L'empereur accorde
aux Espagnols la permission de venir a sa
conr.-Cortez se dcide a prendre le chemin
de Cholula.

On reut la rponse de Montzuma
dans le dlai fix; elle tait accompagne

4





HISTOIRE

DE LA

CONQUTE DU MEXIQUE.







CHAPITRE I".
Montzuma essaie en vain de rompre l'alliance
des Espagnols avec les Tlascaltques. -En-
tre triomphale de Cortez dans Tlascala; il
fait abroger les sacrifices de victimes hnmai-
nes, et congdie les ambassadeurs de Mont-
zuma. -Diego d'Ordaz va reconnaitre le
volcan de Popocatepec. Nonvelle ambas-
sade des Mexicains. L'empereur accorde
aux Espagnols la permission de venir a sa
conr.-Cortez se dcide a prendre le chemin
de Cholula.

On reut la rponse de Montzuma
dans le dlai fix; elle tait accompagne

4







d'un nouveau prsent aussi riche que le
pricdent. L'empereur dsirait avec ar-
deur l'alliance et l'amiti du grand
prince A qui les Espagnols obissaient.
II consentait A lui payer tous les ans un
tribut et A partager avec lui les im-
menses richesses de son empire; mais
il mettait denx conditions & ee trait :
la premire, que Cortez et ses soldats
s'abstiendraient de faire aucune alliance
avec les Tlascaltques, et la seconde,
qu'ils renonceraient A leur dessein de
venir Mexico.
Cortez vita avec soin de donner une
rponse dfinitiveaux ambassadeurs; il
cherchait A prolonger ainsi leur sjour
au camp, dans la crainte que Mont-
zuma, instruit de ses intentions, ne son-
get s'y opposer par la voie des armes;
car on savait que ce prince n'arait fait
aucun prparatif de guerre, et personne
n'ignorait la facilit avec laquelle il pou-
vait rassembler en peu de temps ses
armes.
"ependant les snateurs de Tlasala,
inquiets du rsultat des comnreesdal



Li





(7)
Cortez avec les Mexicains, rsolurent de
se rendre en corps au camp des Espa-
gnols, afin de les amener dans leur ville,
ou de ne pas y retourner au moins sans
avoir convaincu le gnral de leur bonne
foi, et djou toutes les intrigues de
Montzuma. Ils partirent suivis d'ua
nombreux cortge et ports dans des
lits de repos. Le vnrable Magiscatzin,
qui s'tait toujours dclar en faveur
des Espagnols, tait la tete du snat,
avec le pre de Xicotencal, vieillard res-
pectable, que son grand Age avait priv
de la vue sans affaiblir en rien les fa-
cilts de son esprit. lis mirent pied
terre quelque distance de la demeure
du gnral, et l'aveugle, s'avangant le
premier, pria ses guides de le prsenter
au capitaine des Orientaux : eest ainsi
qu'il nommait Cortez. II l'embrassa avet
une joie extraordinaire, et lui passa
la main sur diffrentes parties de son
corps, comme s'il et dsir connaitre da
moins par le sens du toucher celui dont
'es yeux ne pouvaient contempler 1es
taits. Le gnral fit asseoir tous ies






(8)
snateurs, et l'aveugle; press par les
prires de Magiscatzin, prit la parole.
II commenga d'abord par reprsenter
que le snat seul tait I'auteur de la
guerre, et qu'il serait injuste de faire
retomber sur le peuple la faute de ses
gouvernants; puis il ajouta que Mont-
zumane cherchait qu' le tromper en le
dtournant de l'alliance des Tlascalt-
ques, et le conjurant de nouveau de ne
plus diffrer davantage son entre dans
Tlascala, il s'cria : Gnreux capi-
taine, choisis entre notre amiti ou notre
libert; car pour nous il n'y a point de
milieu entre la ncessit d'tre tes amis
ou tes esclaves.
Cortez ne put tenir contre cette d-
monstration du snat; il n'avait plus
d'ailleurs de prtexte pour attendre,
puisque le dlai qu'il avait accord aux
Mexicain tait expir : aussi promit-il
de se rendre Tlascala ds qu'il aurait
des Indiens pour transporter son artille-
rie et ses bagages. Les snateurs se char-
.grent de lui en envoyer; et le jour
suivant cinq cents tamnes arriyrent





(9)
au quartier des Espagnols. On fit aussi-
tt les prparatifs du dpart, et l'arme
se mit en marche. La campagne tait
couverte d'une multitude innombrable
d'Indiens, accourus de tous les environs
un spectacle si extraordinaire. Leurs
bruyantes acclamations auraient pu pas-
ser pour des menaces pareilles a celles
dont ils faisaient usage en combattant,
si Marina n'et averti que ces peuples
taient habitus manifester ainsi leur
joie dans leurs plus grandes ftes, et
qu'ils clbraient alors leur maniere
l'arrive de leurs nouveaux amis. Les
tnateurs vinrent au-devant de l'arme
avec tout le faste et toute la pompe
qu'ils mettaient dans les crmonies
publiques. A l'entre de la ville les ac-
clamations redoublrent avec plus de
force; le concours tait si grand, que
les ministres du snat eurent beaucoup
de peine percer la foule pour laisser
un passage libre dans les rues. Les fem-
mes jetaient toutes sortes de fleurs sur
les Espagnols, et les sacrificateurs, rev-
tus de leurs longues robes de crmonie,
i.





'( 10 )
tmoignaient leur joie par l'eeens d
copal qu'ils brlaient de toutes parts sur
leur pasage. Le logement de Earmne
taitprdpar dans la plus grande raniao
dela ville, oa Cortez put loger facile-
nent toates ses troupes sans les;dias-
miner de part et d'autre. II avait-aimun
les ambassadeurs de Montzuma, mal-
r leur rsistance, et il les fit loger
eit de lui pour les mettre a l'abri de
toute insulte. Cette entre triomphale
des Espagnols dans Tlascala eut lieu ke
23 septembre 1519, jour a jamaistm-
inorable par l'alliance qu'ils firent avec
cette nation gnreuse, aussi clebre
parsa bravoure que par son inbranlable
fidlit.
Lesjours suivants, l'empsessementdes
Tlascaltques A fter les Espagnols ne
parut nullement diminuer; ils appor-
taient en abondance A leur quartier des
vivres, des mantes et des objets de cu-
riosit dont ils leur faisaient prsent
comme pour leur donner de nouvelles
preuves de la sincrit de leur amiti.
Les Espagnols destinrent la plus






Ille-salle de leur demeure g49,si e
ahapelle; ile y .levrent un autel a
lequel on clbrait la messe tous leo
jaurs; et les Indiens, la vue de sau
asatbes sacrs, tmoignaientautant e
esapeet que de surprise. Un jour Ma-
gieatain demandait Cortez s'il tait
mortel eomme lesautres hommes; a ca,
disait.il, vos actions et celles de vos sol.
dataparaissent surnaturelles, et portent
avec elles ce caractre de grandeur at
de bont que nous attribuons a nas
dieux. Mais nous ne comprenoas pas
ces crmonies par lesquelles vous seam
blez reconnaitre une autre divinit su-
prieure; car nous voyons bien tous leo
apprts d'un sacrifice, mais non la vieW
time ou l'offrande destine A apaiser los
dieux; et nous savons qu'il ne peut y
avoir de sacrifice si quelqu'un ne meuut
pour le salut de tous les autres. Cortes
saisit avec empressement cette oecasaio
de lui donner quelques lumires de la
verit, et avoua ingnument que les
Espagnols taient mortes ; maisque,Pe4
omus un meilleur cliiat, ils avaientiplui





( 12)
d'esprit, de vigueur et de force que les
autres hommes. Ainsi, sans attribuer A
ses soldats la qualit d'immortels, il
leur con servait calle d'invincibles. II
voulut ensuite dtourner les Tlascal-
tques de l'idoltrie; mais tout ce qu'il
put obtenir cet gard fut la cessation
des sacrifices de sang humain. On dli-
vra les pauvres prisonniers destins A
servir de victimes aux jours de ftes, et
on dtruisit les prisons, ou, pour mieux
dire, les cages dans lesquelles on les
engraissait pour rendre leur chair plus
succulente.
Cortez n'tait point satisfait de cette
concession, et djA il proposait ses sol-
dats d'aller mettre en pices les idoles,
comme ils I'avaient fait Zempoala;
mais les circonstances n'taient pas les
mmes: il se trouvait maintenant aumi-
lieu d'une nation puissante et guerrire,
et emport par l'ardeur de son zle, il
consultait plus en cette occasion son cou-
rage que sa raison. Le pre Olmedo lui
reprsenta avec une sage fermet qu'il
a'tait pas sans scrupule de la violence





(13)
qu'on avait faite aux Zempoales, parce
qu'elle ne s'accordait gure avec les
maximes de l'Evangile, et que c'tait au
fond abattre les autels, et laisser les
idoles dans le coeur. II faut plus de
temps et de douceur, ajouta-t-il, pour
convertirles infidles, et ce n'est pas en
prchant la vrit les armes la main
qu'on les fera revenir de leurs erreurs.
Le gnral se rendit ces raisons en
modrant 'imptuosit de son zle, et
depuis il ne chercha qu' captiver par
la douceur les esprits des Tlascaltques,
et leur rendre ainsi la religion aima-
ble par ses ceuvres.
Troisou quatre jours aprs son entre
Tlascala, Cortez congdia les ambas-
sadeurs mexicains, en leur disant qu'il
n'avait pu se dfendre d'accorder la paix
aux pressantes instances des Tlascalt-
ques; que, du reste, ces peuples taient
maintenant sa disposition, et qu'il avait
pris assez d'empire sur eux pour espe-
rer les rduire bientt l'obissance de
Montzuma, ainsi que le portaient ses
instructions, qui l'obligeaient conti-





C 14)
aer se] oyag9 e et A sollieitor de pig
pecslaIbont de I'empereur, afin de ma
vitor ensuite ses bonnes grces. Les am,
assadeurs partirent aussitt fortpet
satisfaits de cette rponse, et Cortez retat
A Tiaseala, pour reeevoir les hommageu
des principaux bourgs de la provinceeat
des nations allies, qui venaient pr"tr
serment de fidlit entre sea mains.
Sur ces entrefaites, levolcan de Popo
catepec, situ sur le sommet d'une nmoa
tagne, a huit lieues de la ville, vomit,
avec une violence jusqu'alorsinconnue,
des tourbillons de flammes et de mati.
res combustibles. Les Indiens taient
plongs dans la consternation ; ils
croyaient voirdans les tincelles que le
volcan lancait de tous cots les ames des
tyrans qui sortaient des noirs abimes
pour chtier les habitants de la terre,
Tandis que Magiscatzin et quelques au-
tres ministres de la rpublique faisaient
part au gnral de leurs craintes super-
stitieuses, Diego d'Ordaz vint demander
la permission d'aller reconnaitre deplus
prs ce volcan, s'offrant de pousserjus-





C15 )
qnlau sommet de la montagne, et ded.
onwvrir ce secret de la nature. La pro-
position fit trembler les Indiens; ila
essayrent de dtourner Diego d'Ordaz
deson projet, mais inutilement, et Cor-
tez accorda au capitaine la permission
qu'il.lui demandait, jaloux de montrer
ainsi aux Tlascaltques que les choes
qui leur paraissaient impossibles ne l-
taient point pour le courage des Espa-
gaols.
Diego d'Ordaz partit aussit6t accom-
pagn de deux soldats de sa compagnie
strde quelques Indiens quile conduisi-
rent jusqu' la moiti du sommet de la
montagne. Le capitaine,aprs avoir laiss
les Indiens enlieu de suret, grimpacau.
rageusement avec ses soldats travers
les rochers; mais arrivs peu de dis-
tance du volcan, les Espagnols sentirent
la terre trembler sons leurs pieds, et en-
tendirent des mugissements pouvanta-
bles, suivis un moment aprs d'un tour-
billon de flammes et de fume. Ce tour-
billon, en retombant, les couvrit d'une
phlie de cendre si paisse et si bru,-





(16 )
lante, qu'ils furent obligs de se retirer
dans le creux d'un rocher, oix les deux
soldats pensrent touffer. Cependant,
au bout de quelques iistants, Diego
d'Ordaz, voyant quela fume tait moins
paiss e, engagea ses gens sortir de leur
retraite, et s'avanca jusqu' l'ouverture
du volcan. Le cratre occupait presque
un quart de lieue de circonfrence; on
dcouvrait au fond du gouffre une grande
masse de feu qui paraissait s'lever en
bouillons,comme une matire liquide et
transparente. Le capitaine, aprs avoir
bien tout explor, revint trouver les In-
diens, qui ne cessrent de s'extasier sur
son intrpidit et celle de ses soldats.
Cette action de Diego d'Ordaz ne passa
alors que pour l'effet d'une curiosit bi-
zarre et tmraire; mais elle eut par la
suite des rsultats importants; car, lors
de la seconde entre des Espagnols dans
Mexico, comme ils taient dpourvus de
poudre, Cortez seressouvint des matires
liquides et enflammes que le capitaine
avait vues au fond du volcan, et les gens
qu'il envoya Popocatepec en rappor-
31





.( 17 )
trent une quantit prodigieuse de sou-
fre trs-fin. Ainsi la tmrit d'Ordaz
devint aussi utile que glorieuse, et l'em-
pereur, pour en perptuer le souvenir,
lui donna un volcan pour arme.
LesEspagnols demeurrent vingtjours
Tlascala, et pendant tout ce temps les
Indiens leur donnrent des ftes conti-
nuelles. Enfin, Cortez ayant fix le jour
du dpart, on mit en dlibration le che-
min que l'arme devaitsuivre pour la
continuatiolr de son voyage. Le gnral
voulait prendre celui de Cholula ; inais
les Tlascaltques n'approuvaient pas ce
dessein et conseillaient d'aller par Gua-
josingo, parce que les habitants de Cho-
lula avaient beaucoup de penchant la
ruse et latrahison, et qu'ils obissaient
avec une crainte servile Montzuma,
qui n'avait point de sujets plus sounis
etplusfidles. LesZempoalesappuyaient
cette opinion, et reproduisaient les m-
mes motifs qu'ils avaient dj donns a
Zocothlan, pour empcherlesEspagnols
de passer par Cholula.
Sur ces entrefaites arrivrent de nou-






( 18 )
veaux ambassadeurs de Montzuma av
un riche prsent. Ilstaient chargs d'an-
noncer anx Espagnols que I'empereur
consentait enfin les recevoir sa cour
et a couter favorablement les diverses
propositions qu'ils avaient lui faire.
Comme ils avaient prpar des logements
pour son arme a Cholula, Cortez se vit
oblig de prendre le chemin de cette
Tille, bien qu'il fit loin d'ajouter grande
conflance a un changement aussi subit
dans les dispositions de Montzuma;
mais la ciainte qu'il inspirait aux Mexi-
cains tant le fondement de sa suret,
le gnral vitait avec soin de laisser pa-
ratre ses souppons.
Lorsque les snateurs de Tlaseala eu-
rent connaissance des propositions de
Montzuma, ils ne doutrent plus que
ce prince n'et prpar quelque trahi-
son A Cholula, et ils redoublrent leuR
instances afin de rompre ce voyage. Le
pril de leurs amis les touchait vrita-
ierement, et Magiscatzin surtout insista
avec chaleur auprs de Corten pour l'en-
gager suivre un autre chemin. Mais le





( 9)
gnral, apres avoir consult son conseil,
pensa que si les soup9ons taient dnus
de fondement, ce serait faire injure aux
Mexicainsde refuser les logements qu'ils
offraient; que, dans le cas contraire, il
ne fallait pas se jeter dans de plus gran-
des entreprises en laissant derrire soi
des traitres les armes la main; et
qu'ainsi, de toute manire, ilfallail aller
Cholula, afin de dcouvrir les desseins
de 1'empereur. Magiscatzn se rendit
lui-mme ces raisons et demanda la
permission d'assembler les troupes de la
rpublique pour marcher au secours de
ses amis dans une conjoncture si criti-
que; mais Cortez, ne voulant point se
mwntrer trop press recevoir lesacous
d'ane nation qu'il enarit;de somnttre,
le remercia de son offre en hn disant
que cette assistance n'tait pas encort
neessaire pourle momeent; manirede
refun qui n'est pas logne de la priE e.






[( 20 )




CHAPTR.E II.

Cortes, apr&s avoir fortifi son arme de six
mille Tlascaltqnes, se rend A Cholula.-Son
entre dans cette ville. Conspiration des
habitants contre les Espagnols. Leur chati-
ment. Cortez rconcilie ces peuples avee
les Tlascaltques.




Le jour du dpart tant arriv, les ca-
pitaines tlascaltques vinrent la tAte
d'une puissante arme offrir leurs ser-
vices Cortez, en lui reprsentant que
le snat leur avait ordonn de suivre ses
tendards en cette expdition, non-seu-
lement jusqu' Cholula, mais encore
jusqu' Mexico. Quelques auteurs ont
avanc que le nombre des troupes qu'ils
offraient ainsi s'levait cent mille
hommes. Ce chiffre parait videmment






( 21)
exagr ; mais, quoi qu'il en soit, cette
action des Tlascaltques n'en est pas
moins digne d'loges. Cortez leur en t-
moigna toute sa reconnaissance et se vit
oblig de prendre ensuite un air d'au-
torit pour leur faire comprendre qu'il
n'avait pas besoin d'une escorte si nom-
breuse, puisqu'il n'avait d'autre dessein
que d'aller conclure un trait de paix.
Enfin il parvint les persuader, et les
congdia fort satisfaits de ce qu'il vou-
lait bien permettre que six mille d'en-
tre eux le suivissent, et que le gros de
l'arme restt en rserve pour marcher
a son secours, s'il tait ncessaire.
Cholula tait une distance de cinq
lieuesdeTlascala; les Espagnols avaient
dj fait quatre lieues lorsqu'ils jugrent
propos de s'arrter auprs d'une rivire,
afin de ne pas entrer de nuit dans une
ville si peuple. Mais peine avait-on
assis le camp, qu'on vit arriver des en-
voysdeCholula.Ilsapportrentenpr-
sent des provisions de diverses sortes, et
venaient assurer les Espagnols du bon
accueil qui leur tait rserv dans la






( 22 )
Ville, o des logements cornmodes lear
taient prpars. Cortez les.recut gra-
eieusement, prenant soin de ne point
laisser paraitre d'affectation dans sa con-
ance; et le jour suivant, au lever du
soleil, it continua sa marche, non sans
quelque dfiance, car on ne voyait
aucune dputation de la ville venir pour
e&cevoir I'arme; et cette remarquee,
jointe plusieurs autres indices qu'on
avait de la trahison des habitants, ne
laissait pas d'inspirer des inquitudes.
Les Espagnois s'approchaientde Cholula
lesarmes la main, prts A combattre,
loraqu'ils virent paraitre les caciques et
les sacrificateurs, accompagns d'un
grand nombre d'habitants dsarms. Ces
Indiens s'acquittrent du crmonial
ordinaire avec tant de sonmission et de
joie, qu'on ne put rien dcouvrir dans
leurs paroles et dans leurs actions qui
justifit les soupcons de l'arme. Cepen-
dant, lorsqu'ils apergurent les troupes
des Tlascaltques qui composaient l'ar-
iere-garde, ils changrent de visage, et
une sourde rumeur parut s'lever entrQ





( 23 )
eux. Marina s'informa de la case de
ce changement, et ils lui dirent quel-s
habitants de Tlascala ne pouvaient pas
entrer en armes dans Cholula, paroe
qu'ils taient leurs ennemis et qu'ila e
reconnaissaient point 1'autorit deMon-
tzuma.Ils demandaient en consquence
qu'on les obliget s'arrter ou qu'on
les renvoyt Tlascala, puisque lear
prsence taitun obstacle &lapaix qu'oa
allait concure.
Cette demande jeta Cortez dans 'em-a
barras; il paraissait y avoir une sorte
d'injustice la refuser,mais il tait peut-
tre peu sr de l'accorder. Dans cette
position,le gnral voulut consulter.ses
offiiers, et, d'aprs leur avis, il chargea
Pierre d'Alvarado et Christophe d'Olid
deproposer auxTlascaltques de camper
hors de la ville, jusqu' ce qu'on eit
pntr les desseins des habitants de
Cholula, ou qu'on continut le voyage.
Les deux capitaines firent cette propo-
sition avec tousles mnagements conve-
nables,. et trouvrent les Tlascaltques
sI dociles et si obissants, qu'ils pi-






( 24)
vinrent leurs instances, en disant qu'ils
n'taient point venus pour contester,
mais pour obir, et qu'ils allaient des ce
moment tablir leurs quartiers hors de
Cholula, de manire pouvoir accourir
promptement au secours de leurs amis.
On proposa cet expdient aux caciques
qui l'accueillirent avec joie. L'une et
I'autre nation trouvait dans cet arran-
gement de quoi flatter sa vanit. Les
habitants de Cholula croyaient avoir
obtenu un grand avantage sur leurs en-
nemis, en les assujettissant toutes les
privations d'un campement en pleine
campagne, et les Tlascaltques voyaient
dans les difficults qu'on faisait pour les
recevoir une preuve de la crainte qu'ils
inspiraient.
L'entre des Espagnols dans Cholula
fut semblable en tout point a celle
qu'ils avaient faite dans Tlascala : con-
cours immense de peuple, bruyantes
acclamations, bonquets de fleurs; tout
cela accompagn de l'encens des sacri-
ficateurs et du tonnerre plut6t que de
la musique de leurs instruments. Les






( 25 )
habitants n'avaient rien nglig pour
clbrer 1'arrive de leurs htes, et les
Espagnols voyaient partout des dmon-
strations de joie si bien exprimes,qu'ils
ne pouvaient s'empcher de les croire
vritables.
Le logement prpar l'arme se
composait de deux ou trois grandes
maisons contiguos; les Tlascaltques
prirent un poste A peu de distance de la
ville, et aprs avoir entour leur camp
de fosss, ils posrent leurs corps de
garde et leurs sentinelles, ainsi qu'ils
I'avaient vu pratiquer aux Espagnols.
Les trois 04 quatre premiers jours se
passrent de part et d'autre dans la plus
grande tranquillit. Les caciques ve-
naient voir souvent Cortez et cherchaient
se familiariser avec les capitaines; les
vivres arrivaient en abondance et mme
avec profusion, en sorte que les bruits
qui s'taient rpandus commengaient A se
dissiper; mais cet tat de choses ne dura
pas longtemps. Les visites des caciques
cessrent tout d'un coup; les ambassa-
deurs mexicains avaient des confrences
II. conQUiTE DU MEXIQrUZ.






( 26 )
secrtes avecles sacrificateurs, et l'abon,
dance des vivres diminua peu peu.
Cortez songeaitaux moyens de connaitre
la cause d'un changement aussi soudan,
lorsque la vrit se dcouvrit d'elle-
mn&me par un coup de cette mme Pro-
vidence dont les Espagnols ressentirent
si souv-ent les effets dans le cours de
cette expdition.
La douceur et 1'esprit de Marina lui
avaient concili l'amiti d'une vieille
Indienne, aussi distingue par sa nais-
sance que par ses richesses. Cette In-
dienne lui rendait de frquentes visites:
un jour elle vint la voir plus tt qu'
1'ordin aire d'un air inquiet eteffar. Elle
la prit partmystrieusement, et, vive-
inent touche du misrable esclavage
oa son amie tait rduite, elle la pressa
de quitter les Espagnols et de se retirer
dans sa maison,qu'elle lui offrit comme
un asile. Marina, voulant faire parler
~ette femme, feignit d'tre retenue par
force, et accepta son offre avec tant de
recoanaissance, que la vieille Indienne,
;pleineinent encourage par ses paroles,






C'27 )
se mit lu dcourrir tout son coeur.
Elle lui dit qu'il fallait s'enfuir F'n-
stant mme, parce qu'on approchait du
moment que les Indiens avaient fi
pour exterminer les Espagnols; que
I'empereur avait envoy vingt mille
hommes de guerre qui n'taient pas
loigns; que six mille de ces s'odats
taient dj entrs dans la ville; qu'on
avait distribu des armes entre les habi-
tants, et que toutes les mesures taient
prises pour ne laisser chapper aucun
Espagnol. Marina parut serjouir beau-
coup avec son amie de la prudence avec
faquelle on avait conduit cette entre-
prise, et ne demanda qu'un moment
avant de partir pour aller prendre ses
pierreries et quelques hardes. Elle cou-
rut aussitt avertir Cortez, et on vint
:arrter sur-le-champ lindienne, qni
flvoilatout leplan de la conjuration dts
les preminres menaces.
tPen de temps aprs, quelques soldats
tfascltques, dguiis en paysans, via
rentrecommander ai gnral, dela part
'de leurs capitaines, de se tenir sares






( 28)
gardes, parce qu'ils avaient vu de leur
camp les habitants de Cholula conduire
hors de la ville leurs femmes et leurs
meubles; indice certain qu'ils mdi-
taient quelque trahison. On appritaussi
qu'ils avaient immol leurs dieux ce
matin nmme, dans le plus grand de
Jeurs temples, dix enfants de l'un et de
l'autre sexe : sacrifice qu'ils faisaient
toujours avant de commencer la guerre.
Deux ou trois Zempoales arrivrent en
ce moment; ils avaient dcouvert par
hasard, en se promenant dans la ville,
des tranches que les Indiens avaient
creuses, et des palissades qu'ils avaient
leves pour conduire les chevaux droit
au prcipice.
On n'avait pas besoin de plus fortes
preuves pour s'assurer des mauvais des-
seins de ce peuple; cependant Cortez
voulut eqcore examiner de plus prs le
plan de cette conspiration, afin de met-
tre tout le droit de son cot. 11 envoya
qurir deux ou trois sacrificateurs avec
leur chef en tte ; il les interrogea spa-
rment en se plaignant de cette perfidie,





(29)
et en leur dcouvrant tout ce qu'il sa-
vaitdeleursprojets, sans dire la manire
dont il en avait eu connaissance. Les
sacrificateurs, surpris de voir ainsi tous
leurs desseins djous, et persuads
qu'ils parlaient une divinit qui pn-
trait jusqu'au fond de leurs penses,
n'osrentpointdsavouer la conjuration,
et prtendirent n'avoir agi dans cette
circonstance qu' 1'instigation de Mon-
tzuma. Le gnral les fit mettre en
prison, de peur qu'ils n'excitassent quel-
que tumulte dans la ville, et par ses
ordres on observa de prs les ambassa-
deurs mexicains, et on les empcha
d'avoir aucune communication avec les
habitants de la ville.
Cortez, aprs avoir fait ces disposi-
tions, convoqua les caciques et leur
annonga son prochain dpart en leur
demandant des vivres pour la subsi-
stance de ses troupes pendant la mar-
che,des Indiens pour porterses bagages,
et un renfort de deux inille hommes
pour l'accompagner, ainsi que l'avaient
fait les Zempoales et les Tlascaltques.
2.






( 30 )
les caciques firent quelques diffictlts
pour acco rder les vivres et les tam nes;
mais ils promirent avec joie les deux
mille hommes de guerre.
Les chefs desTlascaltques furent in-
struits de toutes ces particularits, et
eurent ordre de s'approcher de Cholula
le lendemain, au point du jour, comme
pour suivre la marche de l'arme, et
d'entrer de vive force dans la ville au
bruit de la premire dcharge.
Gortez, ayant pris dans son quartier
toutes les prcautions ncessaires, fit
venir en sa prsence les ambassadeurs
mexicains, et leur dit d'un air d'inti-
mit, comme s'il leur et confi un se-
cret qu'ils ignoraient, que les habitants
de Cholula avaient form contre lui une
grande conspiration, qu'il en avait des
preuves irrcusables, et que les coupa-
bles cherchaient se disculper de leur
crime par une noirceur atroce, en pr-
tendant n'avoir agi que d'aprs les ordres
de Montzuma ; mais qu'il n'tait nivrai-
semblable ni croyable qu'un si grantl
prince et concu le projet d'employer





( 31)
contre les Espagnols une voie 'aussi n-
T~me que celle de la trahison; que cet~e
audace des conjurs le portait les ch-
tier rigoureusement de l'injure qu'ils
faisaient I'empereur, et qu'il tait bien
aise de leur apprendre quele crime de
ces perfides, en hii-mme, ne l'offen-
sait pas tant que de les voir chercher
mettre leur trahison l'abri sous le
manteau imprial.
Les ambassadeurs feignirent de ne
rien savoir de la conspiration, et tAch-
rent de sauver au moins l'honneur de
leur prince en suivant la voie que Cor-
tez venait de leur ouvrir lui-mme, afin
de n'tre point oblig de s'einporter
des plaintes trop violentes, car il ne von-
lait pas encore rompre avec MVontzu-
ma, ni se faire d'un prince trs-puissant
mais rduit dissimuler, un ennemi re-
doutable et dclar.
Le lendemain matin les tamnes se
rendirent aux quartiers des Espagnols
avec les vivres, et peu de temps apres
arrivrent, les hommes de guerre que
Cortez avait demands; mais il taitfa-





( 32 )
cile de juger des intentions des caciques
la parcimonie qui avait prsid l'en-
voi des vivres, et au petit nombre de
tamnes compars la multitude de
soldats qu'ils envoyaient sous prtexte
d'accompagner l'arme; ces troupes
avaient ordre de charger l'arrire-garde
un signal donn. Le gnral, qui n'a-
vait eu d'autre dessein en les deman-
dant que de dsunir les forces des enne-
mis, et d'avoir sous la main une partie
des traitres dontil voulait faire prompte
justice, leur assigna diffrents postes, de
maniere les diviser le plus possible et
leur intercepter tout moyen de fuite.
Aprs avoir pris ainsi toutes ses disposi-
tions, il manda les caciques et leur an-
nonca qu'il avait dcouvert la trahison,
et qu'il tait prt maintenant a chatier
la perfidie des coupables. Les caciques,
voyant leurs projets dvoils, se retir-
rent prcipitamment et coururent re-
joindre leurs troupes en profrant d'hor-
ribles menaces contre les Espagnols.
Cortez ordonna aussitt a son infanterie
d'attaquer les Indiens qu'il tenait cerns






(33)'
de toutes parts dans son quartier, et
malgr la vigoureuse rsistance que ces
forcens opposrent, ils furent taills en
pices au bout de quelques instants.
Aprs avoir chAti ainsi la perfidie de
ces traitres, on donna le signal aux Tlas-
caltques, qui, pntrant de vive force
dans la ville, vinrent fondre avec imp-
tuosit sur l'arrire-garde des ennemis.
Cette attaque imprvue les jeta dans une
si grande pouvante, qu'ils ne firent
point de rsistance et cherchrent se
retirer en dsordre dans les temples dont
les parvis et les toits taient dja couverts
d'une multitude innombrable d'Indiens
arms. Les Mexicains, venus A la hbte,
en avaient entrepris la dfense; mais ils
se trouvaient si presss et si embarrasss
au milieu de cette cohue, qu'ils pou-
vaient A peine faire les mouvements n-
cessaires pour lancer quelques flches.
Cortez s'approcha du plus grand de ces
temples, et aprs avoir somm inutile-
ment les Indiens de se rendre, il fit
avancer l'artillerie dont les effets furent
terribles. L'exaspration de ces malheu-






( 34 )
reux tait telle, que, de tous ceux qui
taient renferms dans ce temple, il n'y
en eut qu'un seul qui vint se rendre
volontairement entre les mains des Es-
pagnols. On s'emnpara des antres temples
de la meme manire, et les vainqueurs
se rpandirent ensuile dans la ville, qui
fut livre au pillage. Les Tlascaltques
temportrent de grands excs, et on
eut beaucoup de peine les retenir. On
compta plus de six mille morts parmi
les habitants de la ville et les Mexicains:
les Espagnols ne perdirent pas un seil
oldat dans cette action qui semble te-
nir plus, la vrit, d'une excution
militaire que d'une victoire.
Cortez, ne trouvant plus de rsstance
nulle part, retourna dans ses quartiers,
et, aprs avoir fait mettre en libertles
prisonniers, proclama une amnistie ge-
nrale pour tout ce qui s'taitpass. Les
fhabitants, rassurs par cet acte de clI-
mence, ne tardrent point rerttrerdans
la ville, et bientt aprs Cholula reprit
'son aspect accoutum.
Le lendemain du comibat, Xicotencl





(35)
arriva la tete de vingt mille hommes,
que la rpublique de Tlascala envoyait
au secours des E.pagnols, sur le premier
avis qu'on avait recu de la conjuration.
Cortez envoya des rafraichissements ces
auxiliaires, et alla les reiercier lui-
mme de leurs offres de services; mais,
avant de les congdier, il voulut paci-
fier leurs diffrends avec les habitants de
Cholula. II en fit la proposition, et, aprs
avoir cart toutes les difficults, il par-
vint A conclure un trait de paix entre
les deux peuples. Le gnral, au moyen
de ce trait, ouvrait ainsi aux Tlascal-
tques un chemin libre pour lui con-
duire les renforts dont il pouvait avoir
besoin, et s'assui ait en miie temps une
retraite sans obstacles dans le cas o le
succs de l'expdition ne rpondrait
point A ses esprances.






r1l .^^---- *-: I111 .`------ -------- 1
(36)





CHAPITRE III.

Les Espagnols sortent de Cholula et vitent une
emb uscade dresse par les Mexicains a lades-
cente de la montagne de Chalco. Le sei-
gneur de Tezcuco vient visiter Cortez de la
part de Montzuma. On continue la mar-
che, et on s'arr&te a Quitlavaca. L'arme
passe a Sztaepalapa, et 'emperenr valui-mfme
a la rencontre des Espagnols.- Leur entre
dans Mexico.





On approchait du jour fix pour le
dpart, lorsque de nouveaux ambassa-
deurs de Montzuma arrivrent A Cho-
lula. Ceprince, instruitdes vnements
de cette ville, voulait se justifier auprs
de Cortez, et ses ministres commenc-
rent d'abord par fliciter le gnral d'a-
voir chti la sdition des habitants; ils






(37)
lui, offrirent ensuite un riche prsent,
qu'ils talrent avec beaucoup d'osten-
tation. Cette ambassade avait encore un
autre but : l'empereur cherchait A en-
dormir ainsi la vigilance des Espagnolas
afin de les faire tomber plus facilement
dans une nouvelle embuscade qu'il leur
avait prpare.
Enfin l'arme partit, aprs avoir de-
meur quatorze jours A Cholula. On
passa la premire nuit dans un villagc
de la juridiction de Guacocingo; les ha-
bitants de ce pays se plaignaient de la
tyrannie de Montzuma; ils accueilli-
rent avec joie les Espagnols. Le lende-
main, les troupes coatinurent leur
marche par un chemin tris-rude A tra-
vers les montagnes. Cortez leur faisait
observer les plus grandes prcautions,
parce qu'il taitinstruit d'une forte em-
buscade que les Mexicains avaient dres-
se la descente des inontagnes. Ces
peuples, aprs avoir barricad avec des
pierres et des arbres le grand chemia
qui conduit A la province de Chalco,
avaient ouvert et aplani, au commence-
II. coBquiTs nD MEZQII B. 3







nent de la iseente, It tautre cliBniti
eanplide.picipiues, afift d!engagBieraiip
l'aimi~ dans'ces dtfils%, et d la, tchrger,
lfimpin ste: danti u endroit ot l'iio -
fanturie eti la' cavaleiie? ne pouiraieuVO
agip. ,arnenuws at soemiietvde eI moZietO
tagne;. les lspageols tTotuvrent efflte
tivement deux routes. Cortez n'eut-pr
dw pfWia aleasi reconnaittre aux indica-
tions .qubn, lIi, en avait donnes. L'ine
tti obsitrue de pierres et db timiess
(air,tes, l!autte fcilbl li vue' er nau'-
vlb'mentrefaite. MIaisiil'sut'dissiinufbr
s d&dpitlfh vitie de cettte nouvelletafn
hisan -et, neflkissanrtaperce~viir ntrcne
alith'ation sur sestiait-, il'deiiandatd'n
t~i d'indlffWience aux ambassadeutr
itexicains qui> ltaeompagnaient pour-
quii' ces- dbiux reutes taienti dass rn
tit si diffrent. Ceux'ci luiirpondiire'n
qu'ils: avaient fait aplanir lh meilreurW
purn son arme, et quon avait boochli
l'autre, parceequ'elle tait tropdiffltilet:
,, Vous: connaissez mal: les gens de, ima
nation, reprit oiortez sans- smonuoir;
cehohenmin quo vousu avez. barricad et






(p39 )
cadui,,qu'ils, vtrit, prene, prcisinet
parme qcPi'il est difficile, carj, loosqulot
aout donne le choix, i noos-autl-esaflw
peaonlk, notre inclination; nooss poste
toj'urs taux entreprises qui pifsenteot
leplusde diffictllts; ,,Et, endisdnt ced
motsiilobaobnmri aux Indiens de dbar-
iaser la, Poute. Get, ordpe fat excut'
pomtntoithent, a la grande surprise: de
aitbassameuls,, qui, ne se doutaet point
que le ignral, eit eun avis da strata-
Sgae, ne;pouvaient s'explique' laihaiza-r
rehie! de sa rsolition. Gorterz s'dcata
aisiridul pvil, sans compromettre satxi
putation;, et'sans inuspirir de soupg9donw
Montzumna,. donti il djouaitl tous let
desseiis en;paraissant-les ignorer..
Les Mexioainsqlii eontposaientl'etaw
btteade s crurentdoo uverts en'voyant
l1'~ntm skuivre le grand' ohetian ; ils. n
saongreniitplus-albins-qu' se retirer Ala
hate, .colimne s'ils-taieit poursuivispar.
Vennemi, et les Espagnols deseendirent
sane'sbstaoledans laplaine,.o ilspaBs
smtnn lainuit, au, pied de la montagneu.
Montzuma) en app rtaant UeartredS






(40)
Cortez dans la province de Chalco,tomba
dans un profond accablement. II con-
sultait tour tour ses ministres et ses
sacrificateurs: les rponses contradic-
toires qu'il en recevait augmentaientses.
irrsolutions : l'esprit frapp des pro-
nostics qui annoncaient la chute de son
Empire, il n'osait employer contre les
Espagnols ni la trahison dont ils dcon-
certaient les mesures, ni la force des
armes dont ils semblaient se faire un
jeu. Les devins et les inagiciens jouis-
saient d'un grand crdit A Mexico: Mon-
tzuma rsolut de les consulter; mais
leurs rponses et celles des oracles furent
d'un sinistre augure; ils ne voyaientpar-
tout que d'affreuses calamits et d'hor-
ribles catastrophes. Alors ce prince infor-
tun, recouvrant un moment de dignit,
s'cria : Que pouvons-nous faire da-
vantage, puisque nos dieux nous aban-
donnent? Que les trangers viennent,
que le ciel mme tombe sur nous, il ne
faut pas nous cacher, le malheur ne doit
point nous frapper en fuyant comme
des lIches..... J'ai seulement une cx-






(41)
treme compassion, ajouta-t-il quelques
instants aprs, des vieillards, des femmes
et des enfants, qui les mains manquent
pour se dfendre. Cette dernitre con-
sidration l'attendrit, et il eut peine
retenir ses larmes.
Pendant que Montzuma tait ainsi
plong dans la consternation, les caci-
ques de la province de Chalco venaient
visiter Cortez, qu'ils regardaient comme
une divinit descendue du ciel avec un
plein pouvoir sur les tyrans, et, dans
cette persuasion, ils lui exposaient tous
leurs griefs contre les violences de l'em-
pereur. II n'y a point jusqu' nos
femmes mmes, et jusqu' no% propres
filles, disaient-ils, qui soient l'abri des
infames volupts de ce prince et de ses
ministres : la fille n'est point en sret
entre les bras de sa mre, ni la femme
dans la couche de son mari. Le gn-
ral parut vivement touch du rcit de
leur misre, et chercha A les consoler
en les entretenant dans I'esprance d'y
remdier promptement.
On continua la marche le jour sui-





( 42 )
want,,et lai:ime fit quatpe tieuesa,dsas
une iplaine ,fertile, dont l'air tait douB
,t >tmpnpr, et oi ila beaut ides.abnes
et la .cuture des jardins tnmoignaient
de larichlessedu sol etdessoinsidel'at.
Les Espagnols passrent ila nuit mse-
eanieca, ,illage sur le boid,du. grand lae
dedVleaico, au pied d'une colline,.tlije
,et pleinee de Qchers. Le lendemain, au
momnent ,oa les itroupes allaient se re-
alettre.en marche, quatre nohles mexmi-
cains ,inret avertir Cortezque~ e prinqe
iCaoumatain, neveu de M1ontauma etaei-
gneur de Tecuco, venait le visiteorde 4a
Tpartdeson anole. Ce prince les ,suiiait
deprs, accompagnede plusieursnobles
richement vtus : les gens desa maison
le portaient sumr un magnifique lit de
repos. C'tait.un jeune homine id'evi-
ron ,vingt-cinq ans, d'un abord agra-
ble. Cortez alla le recevoir jusqu' la
-porte de son logement, avec tote la
pompe dont il savait s'entourer en pa-
e:lles .occasions. Le pIinice, aprs ilos
premiers compliments d',usage, prit sa
place d'un air de dignit,,et se mit A







pamrui mavee tout le ,calme Al'un -aomate
qvrs~iat retenir:son adiniration la.~rn
usspectaxile.estraordinai'e. ILtmoi-
gna su gneral et ses capitaines le
Sipaisir ,qu'il piouvait de le voir, et
ypppya sur le dsirquel'empereur:iaait
:'tablir une.trie ainiti avec:le~granul
pranee diOrient quitles envoyait. Puis il
ajouta, ,omme-de lui-mmine, quilques
mbts aur les obstacles qu'ils devaiatt
jeas~ ntter pour entrer dans MeVxica,
isat que tout le pays souffrait d'uae
ginde disette, et qu'ils ne pourraient
tee .traits aussi bien que 'empemeur
Jlwurit dsir dans une ville oi les ha-
Jbitants niemes maiquaient du nces-
saese. Conatez rpondit, sans s'carter ide
lananibne mystrieuse avec laquelle il
.eruttenait les:apprheusions des Mesi-
rsa, que sonroi, tantle monarque le
phloipuissant de tout l'Orient, avait des
raisons importantes d'offrir son amiti
.ontzuma, et de lui ,oinmmuniquer
ds sdhoses qui regardaient essentielle-
aeUtisaiparsonne et:sa dignit; .que.es
propaitions ne seraient point indigne





(44)
de la reconnaissance de l'empereur; et
que pour lui personnellement il ne pou-
vait s'empcher d'estimer infiniment la
bont que ce prince avait de recevoir
son ambassade; qu'il ne s'embarrassait
nullement de la disette, parce que les
Espagnols taient habitus souffrir et
mpriser des fatigues et des privations
que les autres hommes n'auraient pu
supporter. Cacumatzin n'eut rien A r-
pliquer A ses raisons : il rejut avec beau-
cdup de joie et de reconnaissance quel-
ques petits ouvrages curieux de verrerie
dont Cortez lui fit prsent, et il accom-
pagna l'arme jusqu'A Tezcuco, capitale
de ses Etats, d'o il alla porter la r-
ponse qu'on avait faite son ambassade.
Tezcuco tait alors une des plus gran-
des villes du Mexique. Ses maisons s'-
tendaient au long des bords du grand
lac, l'endroit o commenjaientles prin-
cipales chausses conduisant A Mexico.
On continua la marche sur cette chaus-
se, qui avait environ vingt pieds de
largeur. Le gnral voulait se rendre
Iztacpalapa, o& il comptait passer la nuit





( 45 )
pour faire son entre de bonne heurele
jour suivant dans la capitale; mais il
rencontra a moiti chemin un bourg
dont le cacique lui fit tant d'instances
pourl'engager s'arrter, qu'il fut oblig
de cder ses prires. L'arme trouva
dans ce bourg, nomin Quidabaca, un
logement commode et agrable; les ha-
bitants accueillirentleurshtes avec joie;
il tait facile de reconnaitre la poli-
tesse de leurs manieres le voisinage de
la cour de Montzuma.
Le lendemain, un peu aprs le lever du
soleil, Cortez mit son arme en bataille
sur la chausse, oit huit cavaliers pou-
vaientmarcher de front. Elle tait alors
compose de quatre cent cinquante Es-
pagnols, sans compter les officiers, et de
six mille Indiens de Zempoala, de Tlas-
cala et d'autres nations allies. On con-
tinua la marche jusqu' Iztacpalapa;
mais peine arriv prs de cette ville,
on vit le cacique et les princes de Ma-
gicalcingo et de Cuyoean venir au-de-
vant de l'arme A la tte d'un brillant
cortge, Ces princes, apres avoir com-
3.'






plimentle gnral, 41ii offrirent mun ps-
seat .dont la valear pouvait slever 4
j000 marcs d'or environ.
L'entre des Espagnols dans Iltacepa
lapa-se :fit aux acolamiations universele
dupeuple; on leur avait prpar un lo,
gement dans lepalais mime du cacique.
Ce palais tait grand et bien biti.: o y
remarquait plusieurs salles dont le pla.
fond tait en cdre, at d'autres ornes
de belles tapisseries de coton. Les jan-
dins de la ville, arross par plusieurs
sources qui sortaient des-montagnesvoi-
sines, taient cuirtis avec le plus graad
soin mais celui du cacique surpassait
de bien loin tous les autrespar sa guan-
deur et parsa beaut. 11 voulut y.nmoer
4~s le soir mnie Cortez et t.on ss oses
-lers.:On y voyait plusiemrs espoes dif-
fieentes d'arbres fruitiers qui formnaieat
des alldes trs-larges, et une varitin-
fiLke ,de fleurs disposes avec un ordns
admirble. 11 y avait au milieu untang
d'eau douce de forme quadrangulaiPe;
oe y descendait de chaque c6te par eu
nmagnifique escalier; c'tait en ce liew





( 47 )
qae le cacique faisaat nourrir lesxpos-
so>s les plus dlicats : ouvrage digio
d'un grand prince, et qui n'taat,qu'mPe
entreprise d'un usujet de MIoutzuma,
faisait jugar des richesses et de la mn-
guificence du souverain.
Le lendema in atin 1'arme se remit
en marche ipour gagner Mexico, do~t
elle n'tait plus loigne que de deau
lieues. Plus de quatre mille nobles, o,
ministres de la ville, vinrent receoer
les Espagnols la moiti du chemin,;
peu de temps aprs on dcouvrit la;pie-
mire troupe du cortge de l'emperetr,
compose de deux cents nobles de aa
maison, qui s'avangaient sur deux xanga,
les pieds nus et les yeux haisss, das
1'attitude du silence et du respeat. Lorss
qu'ils furent arrivs prsde l'arme,~ai
se rangrent contre les murailles, et
:iaissrent paraitre de loin une ,autre
itnupe plus grande et plus ri.ohemeat
~pae. Mlontzuma tait aumnilieu,port
aur ae paules de ses favoris.dans une
iltirge ,d'or, autour de laquelle mar-
hbaimnt .quatre Mexicaiws des plus ele-





( 48 )
Ts en dignit, qui soutenaient un dais
de plumes vertes, tissues de manire
formercomme une toile, avec quelques
ornements d'argent. Trois des princi-
paux magistrats le prcdaient avec des
verges d'or en main, qu'ils levaient de
temps A autre, avertissant par ce signal
que l'empereur approchait, afin que
tout le monde se jet&t A terre, et que
personne ne fit assez hardi pour le re-
garder : crime puni comme un sacri-
lge. Cortez descendit de cheval des
qu'il aperjut l'empereur, et en mme
temps Montzuma mit pied terre.
Quelques Indiens tendirent aussitt
des tapis, de peur qu'il ne toucht de
ses pieds la terre qu'ils ne croyaient pas
digne de recevoir les empreintes de
ses pas.
Montzuma s'avanga lentement et
avecbeaucoup de gravit, en s'appuyant
sur les bras des seigneurs d'Iztacpalapa
et de Tezcuto, ses neveux. Le prince
pouvait avoir environ quarante ans; sa
taille, de moyenne grandeur, paraissait
plus dgagie que robuste. II avait le nez





(49-)
aquilin, et le teint moins basan que les
Indiens ne l'ont ordinairement; ses che-
veux descendaient jusqu'au-dessous des
oreilles; ses yeux taient trs-vifs, et
toute sa personneavaitun air de majest,
quoique un peu affect. Son vtement
tait un manteau de coton trs-fin, dont
les franges trainaient jusqu' terre. II
avait sur lui une si grande quantit de
bijoux d'or, de perles et de pierreries,
que ces joyaux semblaient plutt un far-
deau qu'un ornement. Sa couronne tait
une mitre d'or qui se terminait en pointe
par devant, et l'autre partie moins poin-
tue se repliait vers le derrire de la tte;
enfin ses souliers d'or massif avec des
courroies de mme mtal, qui remon-
taient jusqu' la moiti de la jambe,
reprsentaient fort bien la chaussure
militaire des anciens Romains.
Cortez, en s'avangant vers Mont-
zuma, fit une profonde rvrence que
ce prince lui rendit en mettant la main
prs de terre, et la portant ensuite ses
lvres; civilit inouie jusqu'alors de la
part d'un empereur du Mexique, et plus







trange ensone dans lapersonne de Mci~a
tauma, qui saluait A peine ses.dieux
'unu signe de xtate, et qui affectait 1a
orgueil extreme, qu'il confoGdait sou-
vent avec la majest. Coriez pQrtait sur
IWi une chaiie d'mail dont les pieraes,
quoique fausses, jetaient un vif clat,
semblable A celui que rpandent las
diamants et les meraudes. lH'avaitrteu,
jours reserve pour en faire le praeat
de saqpremrnibreaudience, et comme il ae
trouvait alors prs de I'empereur, ilJa
lui .mit au cou. Le prince fut tellement
merveill de cette chaine que, ne peu-
yant retenir son admiration, il la re-
ganda comine une pikce d'une valeur
.estin mmable, et.envoya.qurir aussittle
collier le plus prcieux de son trsor r
cdtaient des coquilles fines d'un tres-
beau cramoisi, disposes de telle sorte
que de chaque c6t pendaient quatre
crevisses d'or parfaitenment reprsen-
tes. Maotzuinauvoulut le mettre nli-
meme au cou, de Cortez, nouvelle faveur
quieexcita laasupprise des Mexicains. Le
difsourssdusgdBral fut.court et soumis,






(C:1J )
uatt que ule emandaict l'oecasiion, et
lemrpereu-rdans sa rponse sut cenoilier
elapeu&de mots la circonspection:avgcda
kais anca.
L;'iettie des Eapagnols dans Mexioo
4tle8 nosenhe -1519; ils eurent pour
logementiun difice immense quidispu-
tait de1grandeur avec le palais impnial,
eS qui avait toutes les appareuces,d'!iu
erteresse, Ades murs forts et pais, da.-
qas d'espace en espaoe, et des toms
skavant de point d'appui et de dfense.


CHAPITRE IV.
Visite de Montzuma A Cortez. Son entretiem
avec le gnral. Prophtie de Quezalcoal.
Cortez va visiter Montzuma dans son
palais. Magnificence dupalais imprial.-
Eloignement de l'empereur pour le christia-
nisme. Gortez -fait elever une chap4lle
Idans son quartier.


.11tait us :peu Pplus de omidi loerq
lIs.Eapagnols ,antrent dans leur quar-





( 52 )
tier, o ils trouvrent un repas magni-
fique qu'on leur avait prpar. Sur le
soir, Montzuma, suivi du mme cor-
tge, vint visiter Cortez qui, en ayant
t averti, alla recevoir ce prince dans
la premire cour, avec tout le respect
qu'une semblable faveur pouvait de-
mander. Le gnral l'accompagna jus-
qu' la porte de son appartement, et
1'empereur passa, et alla prendre sa
place d'un air majestueux. Cortez vou-
lut commencer son discours, mais Mon-
tzuma le retint, en faisant connaitre
qu'il voulait parler avant de lui donner
audience.
L'empereur commenga par dire qu'il
fallait mpriser et oublier rciproque-
ment les divers bruits que la renomme
avait rpandus de part et d'autre. Re-
, jetons, dit il, toutes ces vaines exa-
, grations par lesquelles la haine on la
, flatterie cherchent dfigurer la v-
, rit. Je ne suis ni un dieu ni un ty-
ran, tel que vous avez pu l'entendre
" dire mes amis ou mes ennemis;
vous n'tes non plus ni des dieux ni






(53)
des hommes pervers, insatiables de
richesses, ainsi qu'on vous a repr-
Ssents mes yeux. Cela pos, j'ai
n voulu vous prvenir que nous n'avons
nul besoin de votre persuasion pour
croire que le grand prince A qui vous
obissez descend de notre ancien Que-
a zalcoal, seigneur des sept cavernes des
Navatlacas, et rol lgitime de ces sept
nations qui ont fond 'empire du
a Mexique. Nous avons appris par une
a de ses prophties qu'il tait sorti de
ce pays pour aller conqurir de nou-
velles terres du cot de l'Orient, et
qu'il avait promis que dans la suite
des temps ses descendants viendraient
modrer nos lois et rformer notre
gouvernement sur les rgles de la rai-
u son. Ainsi, comme vos actions se rap-
portent cette prophtie, et que le
prince de l'Orient qui vous envoie fait
clater par vos exploits la grandeur
d'un tel aieul, nous avons dja rsolu
de consacrer A son service tous nos ef-
forts; et j'ai trouv qu'il tait pro-
" pos de vous en avertir afin de vous






.( 54 )

,> pQSitkoJ)s sans eiibaITas.
.CorJw~ reuiarcia'enmpereux dXavoir s.u
~inpriser iinsi des tprijuges du-vulgaire,
Qe~t.joutjaque conimnye liii les Espagnols
,'avaiieut.,ajiott aucunie cranceaux dis-
.gours passionins qu'ils avaient entendu
~t aux idtmacteurs on aux fla~tuns
ide $a 1Vjajoste. vc Nous sQirmes., l est
,> vr'ai, de la tinediecondition ique des
aiutEosS; hominta, continua _,t-41,,maiss
SpuIs vatillants que dles Indiens etd'n
entendemi.r dbien tsupdrieur, ;-*roe
i que noffiS soinmes nes .aOusundlimat
',dont les nfluenus iont eaucoip,de
mn exu.. J'ai enu.dQveirtadired.abord
' ?ces eboses, afin de ,saii.sfaive aux;avis
,,que vyous ixou aY.ez donns ;_aprs
>;quo je dirai, sei&wuir, avec,,Ioute L1
q) sonmiscion.due Votre I:Mnjeat, que
P, ,jeivienslaixprks ,elle enqualit :dlam-
,I> basmadeur deplts.grand man.nrqueide
, taut flOsieuit..J'ai ordre deivous0xipo.
,ser ten 'son nom qu'il dsire!deienir
ax votre amji etvotxealli, sans6autreAb>t
m> que d'ouvrir le cormieree entw vos







tdeic rnoi~onihies, Bt tquoque, selEn
i 31>txaditiqnde vos propvesbhistires,,i1
, pit :pidteindie.unereconnajsane ipuo
-> ipositive dais !lesterres de votredlo-
u, jaineji ne veut nanrnoins userde
>son autorit que pourg-iZagner votile
csance surdes choses entiremelit
'atre.avantage. I Buis il sernit' par-
Ipr. des erreuxrs de 'idoltrie et du culte
Imons qiuie les Me~xicains rendaiont.
lours divinits.
,C'est ainsi que Comtez sut Inaintenir
doans esprit de Montzunma la wputa-
tm' cies Espagnols, sans s'loigner deda
.xrit-,,et qu'iI seservit adroitenient de
l'origine, qurcu' -inirnesaiatrihuaient.
son j7Qi pour donner plus d'autorjit
Pi a,bassade. Cependant d7ernmpereur
fle;paiixt point ort docile sur de pol4
4. la 1'elgion; jl irpondit qu'ilcryait
Oaus 0s8 dieux ,galeiiiena t.oins, iet ique

le, diraiieo4tsaus ifaire tort auK sieaw. &1
qftrit ensuite;au gnial plusiuca hbi.
iRii" d(or, ainsi quedesirobes de owtannet
diyvas .ouyvxages do pluznes a.rtitemeui t






(56)
travaills; et en se retirant, il distribua
encore quelques joyaux de prix aux Es-
pagnols qui avaient assist l'entrevue.
Le jour suivant, Cortez demanda au-
dience, et 1'obtint avec tant de facilit,
que les officiers mexicains qui devaient
l'introduire auprs de l'empereur arri-
vrent avec la rponse. Le gnral se fit
accompagner de quatre capitaines et de
six ou sept soldats, gens de confiance.
Les rues taient remplies d'un nombre
presque infini de peuple qui accourait de
toutes parts avec de bruyantes acclama-
tions pour voir passer les trangers. Les
Espagnols dcouvrirent de loin le palais
de Montzuma, dont la magnificence t-
moignait assez celle des prin ces qui l'a-
vaientbti. On y entrait par trente portes,
qui rpondaient sur autant de rues diff-
rentes, et on remarquait sur la porte prin-
cipale un grand cusson charg des armes
de lempereur: c'tait un griffon, dont la
moiti du corps reprsentait un aigle, et
1'autre un lion. II avait les ailes tendues,
comme pour voler; et il tenait entre ses
griffes un tigre qui semblait se dbattre






(57)
atec fureur. Aprs avoir pass trois ve-
tibules orns de jaspe, comme la fagade
du palais, ils arrivrent aux appar-
tements de Montzuma. La grandeur
des salons et le luxe avec lequelils taient
meubls frappaient galement les yeux
d'admiration. Les planchers taient cou-
verts de nattes d'un travail dlicat et
diversifi, et les murs tapisss de tissus
de coton, iiils avec du poil de lapin
-sur un fond de plumes, le tout relev
par l'clat de diverses couleurs et par
la beaut des figures. Les lambris, faits
d'un asseinblage de bois de cyprs, de
cdre et d'autres bois de senteur, taient
orns de feuillages et de festons en relief;
mais ce qui excitait le plus la surprise,
c'est que sans avoir l'usage des clous ni
des chevilles, ils parvenaient A former
ainsi de trs-grands plafonds, sans autre
secours que celui de l'art avec lequel ils
savaient assembler ces diverses pices
entre elles.
SOnvoyaitdans chaque salon un grand
nombre d'officiers de tous rangs pr-
poss i la garde des diverses portes,






(< 58 )
erctt'nwsi aBt saltqu itit:t senlstriltef.
Les prem1tie s mini&iiest de l'empetet
atted&iontt d dlde'l'antichtnb$e, &1h
lw'iegt urent Cortea avaec bea~ucup k
pltllesse::eepe1andatitiflfefarlientttdlf
it' pen, afiA df'er leut satndales tlIsW
ridlesilanten~Utdbtiltaient revtts.
11b ew' prirent de simples-, p~rce qultw'
ct~imonialne pernettuitpas de patittwr
etvlisetie'd du sbtVerain aveo unlhabitV
lhmilntV.
IVIntztlua- tait dliit, reV4t de
titts les insignes-de 1'empire. 11 s'avatg9t
queltues pas au-devant, dia gntalF, eV
lhvmnit i inmaSns sur les paules,- lrs-
qail: se: aiwsa. pour le salher. La ei'sw
ft.,lbtgaueetefn fortne d conveisatdaitf-
VE'empereur aditessa drabord' divi"ews
questions sur-lhistbire'naturellb et pt"
litiqru dbs pays'rieatauiI, eet'veinet:tt-'i
situl a i 1 difrence que les- MMexicatln
taiednt obltgs d~avoirpeurl desee'twi
dant de leur premier roi. II s'applaudit
ptincipalineirt de, voir s!accormplir 'tte
prdlihtiesol owno' rgne ;:et::cattemtilsBo
rtlle'suipertition oe laissaf pas de ci.






(59)
tribta bwauxsoupi Icw rqubt dlh
BMt?~iquetat it esu vilail que les pltu
g8asd6ev;henentaiti(seneaatgoviesttt
chaosaeglplu gftlvoeit' lesplis bftilte5b
Caites. tmtafa f6rv edioitemetxt; If
di ztusuIs la&teliginuefweserrin tticortnne
liean4no~iees~fSag humain,; maigl'ea-
pmUe,,obstin d'a& les'ei eursedr defidb-
lAtiie, consentit seulement bannir de'
s&tabl'elesbplats.de ohair humaine:
Mbntieitaa; lev' sur le, tmnea par
solth~lypderisie,-croyaitque lb niasquedde'
pi qui' lki avait procurd&lw couronie
ptiuvait seul la lui conserver : aussi
dbnnnait-illpeui desprance de ste rendte
dlfconniaissance'dela vrit, iwhlg- les'
effbrtns d' erte'r et dit Pre Olinedb;
cette rsistantcetoutefbis ne' se fnisaitpas
sanu- ostettation Un, journ, comtme ce-
prinicemnontrait aux Espagnols, lah gtati-
dbur et la magnificence de sa cour, il'
vullt;, par un sentiment'de vanit6, les'
conduire au plus grand de ses ternples:
I prit soin'de lur expliquerce. qu'il y
avMit dhb miystrieux, et: lbur monrtrant
les',leht destins au culte de ses-dieux,






( 60 )
l'usage des vaisseaux et des autres instru-
ments, et ce que chaque idole repr-
sentait: ce qu'il fit avec tant de respect
et de crmonies, que les Espagnols ne
purent s'empcher d'en rire. Cortez, se
laissant emporter au zle quile dvorait;
s'approcha de l'empereur en lui disant:
Permettez-moi, seigneur, de planter
la croix de Jsus-Christ devant ces
n images du dmon, et vous verrez si
, elles sont dignes d'adoration ou de
mpris. La fireur des sacrificateurs
qui accompagnaient Montzuma s'en-
flamma tout aussitt; le prince en fut
interdit, et n'ayant ni la patience de la
souffrir ni le courage de s'en offenser,
il prit un parti moyen entre son ressen-
timent et son zle hypocrite. Vous
a pourriez, dit-il aux Espagnols, accor-
a der ce lieu l'attention que vous tes
" obligs d'avoir pour ma personne.
II sortit du temple, en parlant ainsi, et
s'arrtant sous les porti4ues, il ajouta:
* Vous pouvez maintenant retourner a
n vos logements, mes amis; car je veux
* demeurer ici, et demander pardon






61 )
aux dieux de l'excs dema patience;
saillie remarquable, cause par l'em-
barras o il se trouvait, et exprime
en des termes qui faisaient connaitre
sa rsolution, et ce qu'il lui en cotait
pour demeurer dans les bornes de la
modration.
Cortez, voyanttous ses efforts chouer
ainsi contre l'endurcissement de Mon-
tzuma, rsolut de ne plus lui parler de
religion jusqu' un temps plus favora-
ble; il se contenta de demander ce
prince la libert de rendre un culte
public A Dieu; ce qui lui fut accord,
et les intendants de l'empereur dispo-
srent cet effet un des principaux sa-
lons du palais qu'occupaient les Espa-
gnols.








II. CO'NQuXTZ DU MEXIQU, 4






(62 )




caBApzTL V.

Des divers palais de Montznma. Sonptuo-
site de sa cour. Description du faste aree
lequel il se faisait servir.




Ottre lepalaig impfial et cldi' que
les Espagtols occupaient, MrontztItu a
avait plusieuts naisons. de plaisande
qui catribaiett l'ornemtent de lI
ville et Pl'ostentation de sa grandeur.
Une de ces maisons, difice remarqua-
ble par ses immenses corridors et par
ses colonnes de jaspe, renfermait toutes
les espces d'oiseaux que produisait
1'Empire, et que leur plumage ou leur
chant rendait dignes de quelque atten-
tion. Dans ce grand nombre d'oiseaux
il s'en trouvait beaucoup qui n'taient
point encore connus jusqu'alors en Eu-






((63 )
pe;; A anourTissait les marins dans
un tang d'eau sale, et ceux de rivire
dans runac d'eau,douce. Le nombre de
ces,oiseaux.tait si grand, et:on:lesen-
trItenait avec tant de soin, qu'il y avait
plus de trois cents hommes continuelle-
ment eoccups learentretien. Prks.de
q.te maison, Montzuma en avait une
wtre plus grande, affecte au service
de ses. quipages de chasse.dt 1'entre-
.fen de ses oiseaux de proie. Dans une
seconde cour de cette maison,,on voyait
tous les animaux froces doat on faisait
prsent l'empereur, ou qui taient
pris par ses chasseurs. Au premier tage
de cette cour tait le quartier gnral
tes ~ouffons ,et des bateleurs destins
aux amusemeuts du prince. On compre-
dait dans ce nombre jusqu'aux mons-
tres, tels que les nains, les bossus, etc.
Chaqueeapice avait son quartier spar
et des maitres A part, qui leur nmon-
traient toutes sortes de tours d'adresse
et de souplesse. Montzuma avait en-
eore deux autres maisons qui lui ser-
,vaient d'arsenaux,: l'une tait pour la






( 64 )
fabrique, et l'autre pour le dpt des
armes.
Toutes ces maisons taient accompa-
gnes de jardins, dans lesquels on cul-
tivait une varit infinie de fleurs odo-
rantes et de plantes mdicinales. On
prenait gratuitement dans ces jardins
toutes les herbes dont les mdecins fai-
saient leurs recettes, et l'empereur avait
soin de s'informer de leur effet, per-
suad qu'il remplissait le devoir d'un
souverain en veillant ainsi sur le bien-
tre physique de ses sujets.
Parmi les divers monuments excuts
sous le rgne de Montzuma, celui qui
surprit davantage les Espagnols fut le
palais que les Mexicains appelaient la
Maison de tristesse. C'est dans ce lieu
que l'empereur se retirait alors d'une
calamit particulire ou publique. L'ar-
chitecture de ce palais imprimait une
certaine horreur : les murs, le toit et
tous les meubles taient noirs et lugu-
bres. Les fentres, fermes par une es-
pece de jalousie, ne donnaient passage
la lumire qu' regret, et semblaient






(65 )
ne la recevoir qu'afin de faire mieux
remarquer l'obscurit.
L'empereur avait encore hors de la
ville des maisons de campagne ornes
de plusieurs fontaines, qui fournissaient
abondamment de l'eau pour les bains
et pour les tangs, o il prenait le p]ai-
sir de la pche. Ces maisons taient prs
des forts, et, comme personne n'tait
plus adroit que lui manier I'arc et la
flche, il s'exercait souvent A la chasse,
dont il faisait son amusement favori.
La magnificence des palais de Mont-
zuma tait soutenue par l'appareil fas-
tueux dont il avait su s'entourer pour
maintenir la vnration et la crainte
dans l'esprit de ses sujets. Ce prince
avait deux sortes de garde : l'une de sol-
dats, si nombreuse qu'elle remplissait
toutes les cours de son palais, et four-
nissait encore des brigades aux princi-
pales portes; l'autre de nobles, intro-
duite sous son rgne. Cette dernire,
compose de deux cents hommes d'lite
pris parmi les plus grandes familles de
l'Empire, tait charge de veiller sur la
4.







lpersonne de 'emperour et de Faccomn-
pagner en tous lieux.
Montzuma, conformment 'usage
tabli par ses prdcesseurs, avait poUs
deux filies de rois tributaires de. 1Em-
pire. Ces princesses portaient Fune et
Fautre le titre d'mnprat'ice, et av.aiut
ahaquae leur appartement spar, avec
la mme magnificence et le mme clat
dans leur cour. Le nonmbe de ses con-
cubines tait excessif et scandaleux, et
n'allat pas A moins de trois mille, tant
maitresses que suivantes; aussj tait-il
trsinconstant Aleur gard, et, des qu'il
den voulait plus, il leur procurait un
tablissement, afin que d'autres femame
Wassent prendre leur place.
41 accordait raLemient des audieces,
et zecevait avec beaucoup de faste .et
d'apparat. 11 avait continuellemen aUI-
pces de son trne, en ces sortes d'oQcrn
sions, les grands de sa cour ct six o.
spt conseillersarec ,es se-citairas c4r-
gsg ,e rdiger ses arreset ses di~irs
tikas. jLe postulawt entrait nu-plie$lf,.4.P
f4.a't. .tri .Evrenceo sans osW lSay r






s<67 )
les yeux. A la premire, il disait, Set-
gnetr; a la seconde, Monseigneur; et a
la troisime, grand Seigneur. II parlait
de la maniere la plus humble et la plus
soumise, et se retirait ensuite sans tour-
ner le dos et en tenant toujours les yeux
baisss; car Montzuma tait trs-svre
sur 'tiquette, et on n'elit pas manqu
de chtier sur-le-champ les inoindres
ngligences.
L'empereur mangeait seul, et souvent
en public, mais toujours avec le mme
faste. Sa table tait couverte de plus de
deux cents mets diffrents. Les plats,
d'une poterie trs-fine, ne servaient
qgy'ue seule fois, ainsi que les nappes et
lqe seviettes qu'on distribuait aussaij4
au8 afficiers. Trois ou quatre bauffQos
assisaient ordinireaient ses repas., 4
qWbrehaient l'gaye,r par leurs plaisaar-
tgries et par leurs jongleries. Les nmusi,
cpsejsve4eaien,tensuite et:clbraientdaas
leurs chants les exploits des anctres4e
]jo4iaz a,,op les victoir.es des ris ses
pMd4ces eurs.






(68 )





CHAPITRE VI.

Cortez apprend la mort de Jean d'Escalante,
gonverneur de Vera-Cruz, tu dans un com-
bat contre les Mexicains.-1l forme le projet
de s'assurer de la personne de Montzuma.-
L'emperenr est conduit prisonnier an quartier
des Espagnols.




Pendant que les Espagnols, parvenus
ainsi au but de leur voyage, contem-
plaient avec admiration les merveilles
de la cour de Montzuma, deux soldats
tlascaltques arrivrent _Mexico par
des chemins dtourns, et remirent &
Cortez une lettre du conseil de Vera-
Cruz.
Jean d'Escalante, gouverneur de la
nouvelle colonie, ne songeait qu' forti
fier la place, et A conserver les amis que






( 69 )
Cortez lui avait laisss. Cet tat de tran-
quillit dura sans accident jusqu' l'arri-
ve d'un gnral mexicain, qui vint avec
une puissante arme pour chtier les
Totonaques, qui, comptant sur la pro-
tection des Espagnols, avaient refus de
payer & l'empereur le tribut ordinaire.
Ces peuples, exasprs par les ravages
que les troupes mexicaines exergaient
dans leur pays, implorrent l'appui d'Es-
calante, qui, avant de prendre les armes
en leur faveur, crut devoir recourir d'a-
bord aux voies de conciliation. Mais le
gnral mexicain, nomm Qualpopoca,
rpondit avec arrogance A son message,
et le gouverneur, irrit de ses bravades,
marcha contre lui A la tte de deux
mille Indiens et de quarante Espagnols.
Le combat eut lieu prs de la petite
bourgade d'Almria : il fut sanglant et
opinitre de part et d'autre; les Mexi-
cains finirent enfin par se retirer en
dsordre, et les Espagnols les poursui-
virent avec acharnement.
Cette victoire fut signale, mais on
l'acheta chrement par la mort du gou-






(, '90 )
(~7
*erneur et de sept-soldats qui ireguaent
das iblessures -mortelles en -combattaqt
avec intrpidit.
Le conseil rendait compte au g-nral
decette perte.copsidrable et de toaes
les circonstances de l'atiqii, en le priant
de nommer un .isuccesseur Jean d,'s-
ealante. Cortezregutcette uouvelle avec
beauooup de peine; ilIen fit part aussitqt
A ses capitaines en lepr ;eqommandant
le secret, etse ,retira dans son iappaste-
ment pourmdditer .plus iloisir sur ,la
oondaite qu'il devait tenir en cette occa-
Aion. 41 ,passa une grande partie de 1l
4uit dans .un tat pnible d'agitation et
d!irrsolution.; enfin-il envoya quiirlles
Indiens les plus intelligents de sonar-
me, et leur demanda s'ils n'avaient
point remarqu quelque chose d'ex-
traordiaire dans l'esprit des .lexicains.
Eeux-cirpondirent que lemenupeuyie
ne songeait qu' se divertir dans.Iesites
qu'on donnait aux Espagnols, ,maisque
les nobles commengaient .deenir aer-
euuzs -et nmystrieux, .et qu'ils tenaient
des confrences secretes. Beux ou t.ois






(n1)
14dieoxi'av2ient entendu,'dlipe', qu~oohwvc
nfifit drapporter koittzunm l i. te
dzun soIdat espagnol,, niim A~gIto;
et, qu2aprs I'a'voir r gaie:aTet betu'-
coupde surprse, caos eYdeg;dse"shi
il, avait ordiis qii'n, fl. caehiw sisi
g;neturnieitr
Das que le jour paBrut,.sez ~ aszmi
Nlh toust ses, capitai1es et leuIT cotin'u
niqa les avis qu'il aveit mgusdewIlh-
diensw. Onr proposa diversr.paitis. Les
nsvouiaient qu>'on deiffnadt iuropasee'
pbrt,;Iaeihpetei1r,,a1finde ou'iirpronp'.
tement au scebuq1s de lae-nouvelle c.5)'o
nie de:.1ei'a-Giuz;. lea' aues, tffie-.
gfnient, plis d'inclinatlori: ) sorti se,-
CeMtei~ent, de la file,: la, plus: gradde
portiedpeng.saitj'iil, failait'reste p,Mtxi-
c;saos faiibxncohnatife qWooedtiaitibnne
connaissance des dv-ernentsi'de- Veria.
C-MIO. Coiete7j,, apTes, alvoir combatta
tbhur txilir ces- diverses, opinionsidit
qxe la, tte. dPAigiiella;, dont- di a'ait
fait, prsent Mbuntzua, tinaignait
que- ce prince avait eu, connaisiYadne de
faction, de s-ln, gnral-: be, silte!r






(72)
que garde l'empereur sur cette af-
a faire, ajouta-t-il, nous avertit des
a craintes que doivent nous inspirer ses
intentions. I1 n'y a qu'une action
a d'clat qui puisse maintenant en im-
poser aux Mexicains. II fautnous em-
a parer de la personne mrnme de Mont-
a zuma, et le conduire prisonnier dans
a notre quartier. Cette rsolution les
a frappera de stupeur, et nous profite-
" rons de leurs craintes pour tirer du
a prince et de ses sujets une composi-
Stion qui convienne la dignit de
Sl'empereur notre maitre. La mort
a d'Arguello dont il a eu connaissance,
a et la peifidie de son gnral qui a viol
a la paix, serviront de prtexte A cette
a prison. Je ne me dissimule point les
difficults etles obstacles d'une pareille
a entreprise : mais la gloire augmente
avec la grandeur des prils, et Dieu,
a dont nous avons prouv dja tant de
a fois l'assistance miraculeuse, nous fa-
a vorisera. Le gnral s'tendit avec
tantie force sur cette considration,qu'il
fit passer sa conviction dans l'esprit de






(73)
tous les capitaines, et l'arrestation de
Montzuma fut rsolue d'un commun
accord.
II n'y a point d'exemple d'une audce
pareille cette rsolution d'arrter au
milieu de sa cour un monarque si puis-
sant. Le rcit de cette action, toute v-
ritable qu'elle est, semble blesser la sin-
crit de 1'histoire, et paraitre mme
outr parmi les exagrations et les licen-
ces de la fable; s'il est permis de juger
d'une entreprise par son succs, on doit
certainement mettre celle-ci au nombre
des moyens imperceptibles dont la Pro-
vidence a voulu se servir pour la rus-
site d'une expdition dont elle semblait
vouloir exclure le concours des moyens
naturels.
L'heure laquelle les Espagnols al.
laient rendre visite A l'empereur fut
choisie pour l'excution de cette grande
entreprise. Cortez ordonna que tout le
monde prit secrtement les armes, et
qu'on sellt les chevaux. II fit occuper
par quelques soldats toutes les avenues
des rues jusqu'au palais de Montzuma,
II. coNQCUTr DC MEXIQUX. 5





(74)
et s'y rendit accompagn des capitaines
Pierre d'Alvarado, Gonzalve de Sando-
val, JeanVlasquez de Lon, Frangoisde
Lugo, et Alonse Davila, suivis de trente
soldats.
On ne fut point surpris de les voir
entrer avec leurs armes, qu'ils portaient
toujours comme un ornement militaire.
Montzuma sortit leur rencontre, ainsi
qu'il le faisait ordinairement: chacun
prit sa place, et les officiers du prince se
retirrent aussitt dans un autre apparm
tement, suivant leur coutume. Lorsque
Marina et Aguilar se furent approchs,
Cortez commenga A se plaindre de Qual
popca, qi avait eu l'audace de violer
la paix en ttaquant ses compagnoni. II
accusa de perfidie les Mexicains, qui
aVaientmassacr inprisonnier espagnbl,
pour venger sur lui, de sang-froid, la
honte de leur dfaite. I s'tendit enfil
avec beaucoup de chaleur sur l'infme
manire dont Qualpopca et ses capitai-
nes cherchaient se dcharger de toute
responsabilit en prtendant n'avoir
agi que p* les ordres de l'empereur.






( 75 )
L'empereur parut interdit de cette ae
cusation: il changea de couleur, comine
un coupable, et interrompit Cortez pour
protester que ces ordres ne venaient
point de lui. Le gnral, le voyant em-
barrass, accourut son aide, en disant
qu'il tait persuad que Montzuma n'a-
vait pris aucune part A cette trahison;
mais que lessoldats espagnols ne seraieat
jamais satisfaits,et que lesMexicainseux-
mmes ne cesseraient de croire Qualpo-
poca, s'ils ne lui voyaient donner quel-
que tmoignage clatant et extraordi-
naire, qui effagjt entirement de leur
esprit 1'impression que cette calomnie y
avait faite; qu'il venait done lui deman
der de se rendre, comme de son propre
mouvement, dans leur quartier, et de
prendre la rsolution de ne point en
sortir jusqu' ce que tout lc monde fit
bien convaincu qu'il n'avait point trem-
p dans une semblable perfidie. L'em-
pereur, pntrant les motifs de cette
demande, au milieu de toutes les pr-
cautions oiatoires dont Cortez avait su
enveloppei sa pense, rpondit assez





( 76 )
brusquement queles princes de son rang
n'taient points fait pour la prison, et
que s'il pouvait jamais oublier sa dignit
jusqu'au point de descendre une pa-
reille bassesse, ses sujets ne le permet-
traient point. La discussion fut longue
et anime; Montzuma refusait de quit-
ter son palais, et Cortez voulait triom-
pher de ses rsistances, sans en venir &
l'extrmit. Les capitaines espagnols,
voyant le pril ol pouvaient les jeter ces
retards, commengaient murmurer. Ils
voulaient terminer la question par les
voies de fait; et Jean Vlasquez de Lon
dit hautement: Laissons la les discours;.
il faut s'en saisir ou le poignarder.
Montzuma, en le regardant, demanda
le sens des paroles que cet officiervenait
de prononcer avec tant d'emportement.
Seigneur, rpondit Marina, vous cou-
rez un grand danger si vous ne cdez
auxinstances que les Espagnols vous ont
faites: vous connaissez dja leur rso-
lution, et la .force surnaturelle qui les
assiste dans chacune de leurs entreprises.
Je suis ne sujette de Votre Majest, je






( 77 )
n'ai point de penses qui n'aillent pro-
curer son avantage, et je suis assez avant
dans leur confidence pour connaitre
tous leurs desseins. Si vous venez avec
eux, vous serez trait avec tout le res-
pect d A votre personne; mais si vous
leur rsistez davantage, je ne rponds
pas de votre vie. ,
Ce petit discours, fait avec adresse et
A propos, acheva de persuader l'empe-
reur; et, sans entrer dans de nouvelles
contestations, il se leva de son sige en
disant aux Espagnols: Je me confie A
vous; allons A votre logement; les dieux
le veulent ainsi, puisque vous l'empor-
tez, et que j'y suis rsolu. II appela
aussitt ses domestiques et leur ordon-
na de prparer sa litire; ensuite il dit
A ses ministres que des raisons d'Etat,
concertes avec ses dieux, 'engageaient
A aller passer quelques jours au quartier
des Espagnols; qu'il s'y rendait de son
propre mouvement, et pour son avan-
tage. Puis il donna 1'ordre un capi-
taine de ses gardes d'aller prendre Qual-
popoca et ses principaux officiers, et il






(78)
lui remit A cet effet le sceau de l'empire
qu'il portait toujours attach A son bras
droit.
Montzuma sortit ainsi de son palais
avec toute la suite qui l'accompagnait
ordinairement. Les Espagnols allaient A
pied autour de sa litire, et le gardaient
sous prtexte de l'escorter. Le bruit cou-
rut aussitt dans toute la ville que les
trangers enlevaient I'empereur : les
rues furent remplies en un instant d'une
foule innombrable, avec toutes les ap-
parences d'un soulvement gnral: les
Mexicains poussaient de grands cris, en
se jetant terre comme des gens dses-
pers. Mais Montzuma, d'un air riant
et tranquille, apaisa ce tumulte en di-
sant que, loin d'tre prisonnier, il allait
de son propre mouvement passer quel-
ques jours pour son plaisir avec les
trangers. En arrivant au quartier des
Espagnols, il fit renvoyer par ses gardes
la foule du peuple qui le suivait, et or-
donna A ses ministres de publier que
personne, sous peine de la vie, n'excitt
le moindre tumulte. II accueillit gra-






(79)
cieusementles soldats espagnols qui vin-
rent le recevoir avec respect, et choisit
l'appartement oh il voulait demeurer.
Les officiers mexicains I'ornrent aus-
sitt des plus beaux meubles de sa gar-
de-robe, et les Espagnols posrent des
sentinelles toutes les avenues; les sol-
dats avaient ordre de laisser entrer les
nobles etles ministres qui venaientfaire
leur cour. Cortez alla visiter Montzu-
ma ds le soir mme, aprs avoir de-
mand audience et observ la mme ti-
quette que dans le palais imprial. Les
officiers espagnols s'acquittrent aussi
de ce devoir, et remercirent le prince
de la bienveillance qu'il leur tmoi-
gnait en honorant cette maison de sa
prsence. L'empereur parut les rece-
voir avec plaisir, et leur distribua de
sa main quelques joyaux, pour leur
montrer qu'il ne conservait point d'a-
nimosit du traitement qu'on lui faisait
subir.






(80 )




CHAPITRE VII.

Condnite de Montzuma dans sa prison euvers
les Mexicains et les Espagnols. On amne
prisonnier Qnalpopoca, et Cortez le chtie da
dernier supplice. II fait mettre les fers aux
mains 1empereur pendant 1'excution de
cette sentence.



Les Espagnols virent en peu de temps
leur quartier chang en un palais. Mon-
tzuma, du fond de sa prison, exergait
la souveraine puissance avec le mme
ordre que s'il et t en libert. II don-
nait ses audiences et tenait son conseil
aux heures ordinaires; il confrait avec
ses ministres et s'occupait du gouverne-
ment de 1'Empire, s'attachant surtout
A empcher qu'on connt qu'il n'tait
pas en libert.
On apportait ses repas du palais im-





( 81 )
prial, et les officiers qui servaient
taient accompagns d'un grand nom-
bre de domestiques. La quantit des
plats dpassait l'ordinaire rgl de tout
temps, et ce qu'on desservait tait aus-
sitt distribu aux soldats espagnols.
Montzuma envoyait souvent les mets
les plus dlicats A Cortez et A ses capi-
taines, qu'il connaissait tous par leurs
norms: il avait mme tudi la diff-
rence de leurs inclinations et de leur
caractre, et il savait profiter de cette
connaissance dans la conversation en
donnant au bon got et la raillerie
quelque traits dlicats, sans blesser la
biensance ni la majest de la couronne.
II passait tous ses moments de loisir avec
les Espagnols, et il avait coutume de
dire qu'il ne se trouvait plus bien sans
eux. Tous cherchaient A lui plaire, et
rien ne le flattait plus que le respect
qu'ils lui tmoignaient.
Le capitaine que l'empereur avait en-
voy vers la frontire de Vera-Cruz,
pour s'emparer de Qualpopoca et de ses
principaux officiers, revint, au bout de
5.





( 82 )
vingt jours, avec ses prisonniers, qui
s'taient rendus sans rsistance la vue
du sceau imprial. Il les conduisit droit
Montzuma : ce que Cortez permit,
parce qu'il dsirait que ce prince les
obligeAt cacher les ordres qu'il leur
avait donns. Cet officier alla remettre
ensuite ses prisonniers entre les mains
du gnral, en lui disant que l'empe-
reur lui envoyait ces coupables pour
les chtier avec toute la rigueur qu'ils
avaient mrite. Cortez les prit part,
et ils avourent sans dtour les divers
attentats dont on les accusait. Ils ne par-
lrent point des ordres qu'ils avaient
regus de Montzuma; mais, voyant
qu'on allait les punir rigoureusement,
ils tAchrent de sauver leur vie en le
rendant complice de leur crime : le g-
nral ne voulut point couter cette ex-
cuse, qu'il traita comme une imposture
ordinaire aux coupables. La cause fut
juge militairement, et on les condamna
A mort, en ordonnant que leurs corps
seraient brls publiquement devant le
palais imprial, comme criminels de





(83 )
lse- majest. Aussit6t on dlibra sur
la manire de l'excution, et on convint
de ne pas la diffrer. Cortez, craignant
que l'empereur ne voult soutenir des
gens qu'on ne faisait mourir que pour
avoir obi A ses ordres, rsolut de I'in-
timider par quelque mesure qui et
l'apparence d'une menace, et qui lui
rappelt i'tat de dpendance dans le-
quel il se trouvait. II fit apporter des
fers, et alla trouver ce prince, suivi d'un
soldat, de Marina, et de trois ou quatre
eapitaines. II n'oublia aueune des rv-
rences par lesquelles il lui tmoignait
ordinairement son respect ensuite, le-
vant la voix, il lui annonga que Qual-
popoca et ses complices venaient d'tre
condamns A mort, aprs avoir avou
leur crime, mais que, ces officiers pr-
tendant n'avoir agi que par les ordres
de Sa Maj est, il tait ncessaire qu'elle
se purget de cette accusation par quel-
que mortification personnelle. Car,
bien que les souverains ne soient point
soumis aux peines de la justice ordi-
naire, ajoutatil, ils doivent imiter en





(84)
quelque sorte les coupables, lorsqu'ils
se trouvent eux mmes convaincus, et
qu'ils veulent satisfaire la justice du
Ciel. II ordonna alors, d'un ton ferme
et absolu, qu'on mit les fers Mont-
zuma, et, sans lui donner le temps de
rpondre, il tourna brusquement le dos,
et se retira dans son appartement. L'-
tonnement de I'empereur, en se voyant
trait d'une manire si honteuse et si
outrageante, fut tel, qu'il n'eut point la
force d'opposer la moindre rsistance;
la voix mme lui manqua pour se plain-
dre : il resta longtemps dans cet tat de
stupeur. Les gens attachs son service
fondaient en larmes, sans oser lui parler;
ils se jetaient ses pieds, afin de les sou-
lager du poids des fers. Enfin le prince,
reprenant l'usage de ses sens, commenga
par donner quelques marques de cha-
grin etd'impatience; maisilrevint bien-
tt de ces mouvements; et comme son
malheur lui parut tre un effet de la vo-
lont des dieux, il en attendit le dnou-
ment, non sans quelque inquitude de
voir sa vie en danger, mais aussi avec





( 85ss )
assez de retour sur lui-mme pour t-
moigner que sa crainte n'tait point
manque de courage.
Cortez fit conduire les criminels au
supplice, aprs avoir pris toutesles pr-
cautions ncessaires pour ne rien ris-
quer dans une action de cette impor-
tance. L'excution eut lieu en prsence
d'une multitude innombrable, sur la-
quelle semblait planer un esprit de ter-
reur qui tenait en partie de la stupeur
et en partie du respect. Le gnral
revint ensuite annoncer Montzuma
qu'on venait de chltier les traitres qui
avaient eu l'insolence de noircir la r-
putation de Sa Majest; et, sans atten-
dre davantage, il lui fit ter ses fers, ou,
comme certains auteursle rapportent, il
se mit genoux, afin de les lui 6ter lui-
mme. Puis,aprs avoir ordonn qu'on
levt toutes les gardes, il lui annonga
qu'il pouvait se retirer maintenant
son palais. Mais il savait bien que l'em-
pereur n'accepterait point; car Marina
lui avait persuad qu'il ne convenait
pas sa dignit de retourner dans son





( 86)
palais, jusqu'A ce que les Espagnols se
retirassent de sa cour, parce qu'il per"
drait l'estime de ses sujets, s'ils venaient
i comprendre qu'il tenait sa libert
d'une main trangre. Le prince ac-
eueillit ee faux retour de sa libert par
des transports de joie difficiles & expri-
mer; il pe pouvait se lasser de tmoi-
gner sa reeonnaissance au gnral; mais,
ainsi que ce dernier l'avait prvu, i! re,
fusa de quitter le quartier desEspagnols,
disant qu'une fois dans son palais, la no-
blesse et le peuple le presseraient de
prendre les armes contre eux, afin de
venger Pinjure qu'il en avait reque c
voulant faire comprendre ainsi aux Es,
pagnols qu'il ne demeurait en prison
que pour les couvrir et les protger de
son autorit.


















On permet a Montzama de so montrer os pn'
blic. Conduite des Espagnols a son gred.
-On dcouvre une conspiration formpp par
le roi de Tezeuco. Montezma l'apaise par
son adresse et chAtie Panteur de la conjura-
tion.




Aprs s'tre ainsi rendu volontaire-
ment prisonnier des Espagnols, Mont-
zuma s'en fit aimer par sa douceur et
ses libralits. Lorsqu'il crut avoir ac-
quis la confiance du gnral, il rsolut
de la mettre l'preuve en lui deman-
dant la permission 'aller quelquefois


















On permet a Montzama de so montrer os pn'
blic. Conduite des Espagnols a son gred.
-On dcouvre une conspiration formpp par
le roi de Tezeuco. Montezma l'apaise par
son adresse et chAtie Panteur de la conjura-
tion.




Aprs s'tre ainsi rendu volontaire-
ment prisonnier des Espagnols, Mont-
zuma s'en fit aimer par sa douceur et
ses libralits. Lorsqu'il crut avoir ac-
quis la confiance du gnral, il rsolut
de la mettre l'preuve en lui deman-
dant la permission 'aller quelquefois





( 88 )
visiter ses temples, lui donnant sa pa-
role de revenir exactement sa prison;
car c'est ainsi qu'il l'appelait, hors de
la prsence de ses domestiques. Cortez,
'dsirant prouver aux Mexicains que leur
empereur n'tait pas retenu par la vio-
lence, accorda facilement ce qui lui tait
demand, et, profitant de cette occasion
qui lui parut favorable, il obtint de
Montzuma, en retour de sa complai-
sance, qu'il abolirait, ds ce jour-l, les
sacrifices de sang humain. L'ordre en
fut, en effet, donn, et s'ils continurent
encore, au moins ils ne furent plus
publics.
Le peuple clbra cette piemire sor-
tie de son prince par de grandes rjouis-
sances et par des acclamations qu'il recut
d'un air majestueux et avec quelques
marques de reconnaissance. II parut ce
jour-l libral jusqu' l'excs, par plu-
sieurs grces qu'il accorda aux nobles,
et par des distributions qu'il fit au peu-
ple. II monta au temple, appuy sur les
bras des sacrificateurs, et aprs s'tre
acquitt des devoirs du culte qu'il ren-






( 89 )
dait A ses idoles, il retourna au loge-
ment des Espagnols, A qui il fit de
nouveaux compliments, en leur faisant
comprendre qu'il revenait autant pour
le plaisir de vivre avec ses amis que
pour dgager sa parole.
Depuis ce temps-lA, Montzumasortit
librement, soit pour aller au palais, o
ses femmes avaient leur logement, soit
pour visiter ses temples ou ses maisons
de plaisir; cependant il en demandait
chaque fois la permission au gnral,
ou le menait avec lui, lorsque la visite
qu'il allait faire tait de crmonie ou
d'clat. Les Mexicains s'accoutumrent
enfin considrer cette persvrance
comme une faveur qu'il faisait aux tran-
gers, et tous les ministres et les nobles
de l'Empire vinrent faire leur cour au
gnral et rechercher son crdit.
Pendant ce moment de repos, Cortez
n'oubliait aucune des prcautions qui
pouvaient tablir sa sret et avancer
l'excution de ses vastes projets. Le gou-
vernement de Vera-Cruz tant devenu
vacant par la mort d'Escalante, et le






(90)
suppliee de Qualpopoca ayant rendu les
chemins libres, il nomma pour gouver-
neur de eette ville Gonzalve de Sando-
val; mais le dsir de ne pas loigner de
sa personne un officier aussi brave et
d'un aussi grand mrite, lui fit com-
mettre une faute: il envoya en sa place
un soldat nomm Alonse de Grado, en
qualit de lieutenant de roi; celui-ci,
habile, mais inquiet et brouillon, excita
bientt par sa conduite tant de plaintes
dela part des habitants et des voisins de
la ville, que Cortez fut oblig de le faire
amener prisonnier, et d'envoyer le go.
verneur en chef.
Ces divers voyages lui donnrent oc-
casion de faire amener de Vera-Crux la
mture,les voiles, laferrure etles autres
agrs des navires qu'on avait couls
fond. Son dessein tait de faire batir
deux brigantins avec lesquels il pt se
rendre maltre du passage sur le lac. Ces
brigantins furent achevs en peu de
temps, et 1'empereur voulut en faire
lui-mme la premire preuve en s'y
embarquant avec les Espagnols, afin de






(91)
s'instruire plus exaetement de tous les
secrets de cette navigation, dont le spec-
tacle remplit d'admiration toute la ville
de Mexico, et inspira A seshabitants un
nouveau degr d'estime pour les Espa-
gnols.
Cependant Cortez n'oubliait pas le
but principal de son entreprise; il insi-
nuait dans l'esprit de Montzuma et des
nobles qui lui faisaient la cour, des sen-
timents d'estime et de vndration pour
le prince qui 1'avalt envoy; et par les
loges qu'il donnait sa grandeur et B
sa prissance, il les portait regarder le
commerce avec les Espagnols comme
une chose trs-avantageuse 1'Etat. En
mme temps, et sans paraltre pouss
par un autre motif que par celui de la
curiosit, il s'informait, dans la conver-
sation, de la grandeur et des limites de
l'empire du Mexique, des montagnes,
des rivires et des mines les plus consi-
drables, de la distance qu'il y avait
d'une mer A l'autre, de la qualit de ces
mers, des rades et des ports les plus as-
surs. Montzuma, toujours plin de






(92 )
complaisance pour ses nouveaux htes,
alla lui-mme au-devant de tous les
dsirs de leur gnral; il fit dessiner
une espce de carte gographique, qui
reprsentait l'tendue de son empire, et
permit mme que quelques Espagnols
allassent reconnaitre les mines les plus
fameuses, avec les ports et les rades pro-
pres & recevoir des vaisseaux.
S'il faut en croire les historiens dans
une circonstance qui nous parait fort
peu d'accord avec la prudente rserve
dont les Espagnols avaient us jusqu'a-
lors, ce fut cette poque que ceux-
ci congurent la rsolution de dtruire
toutes les idoles du Mexique, et de con-
vertir en une glise le principal temple
de cette ville. Malgr les prires et la
rsistance de Montzuma, ils voulurent
tenter l'excution de leur projet; mais
les sacrificateurs ayant pris les armes, et
toute la ville s'tant souleve pour d-
fendre ses dieux, ils eurent au moins le
bon esprit de ne pas pousser plus loin
cette entreprise, et se contentrent de
prparer une chapelle, et d'lever dans






(93 )
le temple inme un autel, o l'on mit
la croix de Jsus-Christ et une image de
la trs-sainte Vierge. Cet autel, sur le-
quel on clbra la messe, fut entretenu
par les soins des sacrificateurs qui s'ap-
pliquaient tous les jours le parer.
Pendant que les Espagnols jouissaient
d'un repos si favorable, il s'leva une
tempte qui pensa dconcerter toutes les
mesures de leur gnral. Elle fut excite
par Cacumazin, neveu de Montzuma,
roi de Tezeuco et premier lecteur de
1'Empire. Ce prince, A la fleur de son
Age, avait beaucoup*d'ambition et pea
de jugement; ne prenant conseil que de
ses passions, il forma le dessein de s'ac-
qurir une gloir immortelle en atta-
quant les Espagnols sous prtexte de
rendre la libert son souverain. Sa di-
gnit etla noblesse de son rang, jointes
a l'clat d'une telle action, lui parais-
saient des titres suffisants pour lui faire
esprer la couronne A la premire lec-
tion, et il crut que du moment o ii au-
rait tir I'pe, il lui serait facile de
trouver une occasion favorable pour s'en





( 94 )
saisir. n commenga donc par saper in-
sensiblement les fondements du respect
et de I'estiine qu'on avait pour Mont-
zuma, en insinuant que c'tait par pure
bassesse et faute de courage que ce
prince demeurait dans une sujtion in-
digne de son caractre. De LA, il passa A
des accusations contre les Espagnols,
qu'il reprsentait comnie opprimant
1'empereur par leur violence, n'oubliant
aucune des raisons qui pouvaient les
rendre odieux et mprisables. Ces se-
mences de rvolte,: adroitement rpan-
dues parmi les petits souverains qui r-
gnaient sur le grand lac de Mexico,
ayant t accueillies par eux avec fa-
veur, Cacumazin assembla secrtement
dans son palais tous ses amis et ses pa-
rents, auxquels se runirent plusieurs
rois et seigneursdu voisinage qui avaient
tous beaucoup d'autorit et de rputa-
tion. II leur fit un discours artificieux,
dans lequel, aprs avoir beaucoup
exagr 'tat misrable o l'empe-
reur se trouvait, il les excita vive-
ment contre ceux qu'il appelait see







oppressers, et finit par concdure qu'il
tait de leur devoir de chasser ces inso-
lents tyrans et de rendre leur souverain
A la libert. Tous applaudirent sa proa
position, et, lancant d'effroyables mena-
ces contre les Espagnols, offrirent d'ai-
der Cacutnazin dans une aussi noble
entreprise.
Un seul rsista A l'entrainement gn-
ral; c'tait le prince Matalcingo, parent
de l'empereur, au mme degr que le
roi de Tezeuco, et ayant par consquent
les mmes droits A la couronne; il p-
ntra les vritables motifs qui faisaient
agir son rival, et rsolut defaire chouer
son dessein en remontrant qu'il tait
ncessaire et conforme leur devoir
d'informerdece projet Montzunia, afin
qu'il pt mettre sa personne en sret
pendant le combat. Cette proposition
fut rejete comme impraticable, et Ca-
cumazin ne put s'eipcher de brusquer
Matalcingo, qui souffrit cette injure,
afin de l'entretenir toujours dans sea
esprances. L'assemble se spara aprs
avoir marqu le jour et la forme de





( 96)
l'excution, et recommand le secret;
Montzuma et Cortez apprirent cette
conjuration presque en mme temps;
ils se cherchrent aussit6t afin de se
communiquer un secret de cette impor-
tance, et l'empereur fut assez heureux
pour s'expliquer le premier d'une ma-
niere qui prouva sa sincrit. Cortez
voulait marcher sans retard, la tete de
ses Espagnols, contre Cacumazin, avant
qu'il se fut joint aux autres conjurs;
mais l'empereur rejeta absolument ce
projet, et se chargea de djouer seul la
conspiration. A cet effet, il dressa une
conjuration secrte contre le rebelle,
l'aide de ses propres domestiques, qui
se saisirent de lui pendant la nuit, et
l'amenrent Mexico sans qu'il pt se
dfendre. L'empereur, qui avait jusqu'
ce moment dissimul son ressentiment,
pour inspirer plus de scurit au conspi-
rateur, lui donna alors un libre cours,
et, sans permettre A Cacumazin de le
voir, ni mme vouloir couter ses excu-
ses, il le fit mettre, suivant l'avis de Cor-
tez, dans la prison destine la garde






(97)
des nobles, en le traitant comme coupa-
ble d'un crime irrmissible, et digne
du dernier supplice.
Un frre de Cacumatzin se trouvait
alors Mexico; il tait heureusement
chapp peu de jours auparavant des
mains de ce rebelle, qui avait voulu
le faire assassiner en trahison, sur quel-
ques diffrends assez lgers. Montzuma
l'avait recu dans son palais et au nom-
bre de ses officiers, afin de le mettre A
couvert contre les ressentiments de son
frre. Ce prince tait vaillant et sage,
fort estim la cour, et extrmement
considr de tous ceux qui le connais-
saient. Cortez, voulant s'en faire un
ami et l'attirer son parti, proposa A
l'empereur de lui donner I'investiture
de la seigneurie de Tezeuco, et de faire
grce de la vie A son frre, qui serait
ainsi puni d'un autre genre de mort,
assez rigoureux pour imprimer de la
terreur A tous ses partisans. Cette pro-
position plut tellement A Montzuma,
qu'il la communiqua aussitt son con-
seil, o elle fut reque avec de grands
II. COEQUiTX DU NXIQiE. 6




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs