• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Table of Contents
 Frontispiece
 Chapitre I: Sur le Congo
 Chapitre II: Entre le Congo et...
 Chapitre III: Sur la Mongala
 Chapitre IV: Tableaux syntheti...
 Appendice I: Explication des planches...
 Appendice II: Notice sur la carte...
 Appendice III: Liste des plantes...
 Index
 Planches phototypiques
 Cartes






Group Title: Dans la grande fort de l'Afrique centrale : mon voyage au Congo et a la Mongala en 1896
Title: Dans la grande forêt de l'Afrique centrale
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00026730/00001
 Material Information
Title: Dans la grande forêt de l'Afrique centrale Mon voyage au Congo et à la Mongala en 1896
Physical Description: x, 115 p. : illus., 86 pl., port., maps. ; 26 cm.
Language: French
Creator: Thonner, Franz, 1863-
L'Huillier, Henriette ( tr )
Publisher: Société belge de librairie
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1899
 Subjects
Subject: Botany -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Description and travel -- Africa, Central   ( lcsh )
Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Franz Thonner. Ouvrage tr. de l'allemand et contenant 20 gravures dans le texte, 87 planches phototypiques et 3 cartes.
General Note: Translated from "Im afrikanischen Urwald" by Mme. Henriette L'Huillier.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00026730
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000608844
notis - ADD7984
oclc - 04962496
lccn - 17015587

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
    Table of Contents
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Frontispiece
        Page xi
    Chapitre I: Sur le Congo
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
    Chapitre II: Entre le Congo et la Mongala
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Chapitre III: Sur la Mongala
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Chapitre IV: Tableaux synthetiques
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Appendice I: Explication des planches phototypiques
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Appendice II: Notice sur la carte itineraire
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    Appendice III: Liste des plantes recoltees
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Index
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
    Planches phototypiques
        Plate 1
        Plate 2
        Plate 3
        Plate 4
        Plate 5
        Plate 6
        Plate 7
        Plate 8
        Plate 9
        Plate 10
        Plate 11
        Plate 12
        Plate 13
        Plate 14
        Plate 15
        Plate 16
        Plate 17
        Plate 18
        Plate 19
        Plate 20
        Plate 21
        Plate 22
        Plate 23
        Plate 24
        Plate 25
        Plate 26
        Plate 27
        Plate 28
        Plate 29
        Plate 30
        Plate 31
        Plate 32
        Plate 33-34
        Plate 35
        Plate 36
        Plate 37
        Plate 38
        Plate 39
        Plate 40
        Plate 41
        Plate 42
        Plate 43
        Plate 44
        Plate 45
        Plate 46
        Plate 47
        Plate 48
        Plate 49
        Plate 50
        Plate 51
        Plate 52
        Plate 53
        Plate 54
        Plate 55
        Plate 56
        Plate 57
        Plate 58
        Plate 59
        Plate 60
        Plate 61
        Plate 62
        Plate 63
        Plate 64
        Plate 65
        Plate 66
        Plate 67
        Plate 68
        Plate 69
        Plate 70
        Plate 71
        Plate 72
        Plate 73
        Plate 74
        Plate 75
        Plate 76
        Plate 77
        Plate 78
        Plate 79
        Plate 80
        Palte 81
        Palte 81a
        Palte 82
        Palte 83
        Palte 84
        Palte 85
        Palte 86
    Cartes
        Map 1
        Map 2
        Map 3
Full Text
'7i


o-J,
Ab


-32;
-7
w 41F

AMP

f f I
Rt b




ra.







(/2)


Frfanz THOINEIER



DANS LA GRANDE FOREST
DE

L'AFRIQUE CENTRAL















l'A


DANS LA GRANDE FOREST


riue Cetrale
rique Ceptrale


MON VOYAGE

AU CONGO ET A LA MONGALA
EN 1896
Pat FRANZ THONNER


Onvrage traduit


de l'allemand et contenant 20 gravures
87 planches phototypiques et 3 cartes


dans le texte


BRUXELLES
SOCIETY BELGE DE LIBRAIRIE
Oscar SCHEPENS & Cie, Editeurs
46, Rue Treurenberg, 16
4899



















PREFACE.


Au printemps do 1896, j'entrepris un voyage vers I'int6rieur de I'Afriquo.
Mon but 6tait de recueillir des mat6riaux relatifs A la connaissance de la flore
et de la population dans la parties septentrionale du bassin du Congo. Les
resultats scientifiques de ce voyage sont un herbier de 120 espcbes en
500 exemplaires environ, plus de 100 photographies originales, un level A la
boussole de mon itineraire entire Ie Congo et la longala et divers autres
renseigncments relatifs A la region parcourue et A ses habitants. Les plants
recueillies ont 6te etudides par MkM. E. De Wildeman et Th. Durand, de
Bruxelles, et front l'objet d'uhe publication special, sous le titre : < Planta
Thonneriana Congolenses ; les autres rnsultats do cette exploration sont con-
tenus dans le present volume.
Aucune maladic n'interrompit mon voyage. II me fut grandement facility
par le gouvernement de l'Etat Ind 6pcndant du Congo, auquelj'avais Wt6
recommand6 par la Soci6te de geographie de Dresde (Verein fLir Erdkunde zu
Dresden), et qui m'accorda les autorisations indispensables. D'apres ses ordres,
je regus I'hospitalit6 dans les stations et ses fonctionnaires me procurerent les
porteurs necessaires avec une escorted de quelques soldats. J'ai aussi rencontre
une aide efficace chez la Nieuwe A frikaansche Handels-Vennootschap
de Rotterdam, qui possede, sur differents points du Congo, un grand nombre
de factoreries tres bien administrkes. Les missionnaires don't j'ai visit les
6tablissements m'ont tres cordialement regu, et les agents de la Socielt ano-
nyme belge pour le commerce du Haut-Congo m'ont favoris6 de la plus bien-
veillante hospitalitO. On comprendra done combien il m'est agr6able d'exprimer
ici au haut gouvernement de 1'Etat du Congo et a ses fonctionnaires, aux
v6n6rables missionnaires, aux importantes soci4t6s et 4 tous leurs agents ma
vive reconnaissance.
Je n'ignore pas que beaucoup de lecteurs, surtout en Belgique, sont a
mime de connaitre plusieurs des faits contcnus dans le premier chapitre de cet
ouvrage. II m'a paru cependant n6cessaire, pour complete ma relation de







PREFACE


voyage, de les noter brievement. Sur les huit mois consacres a ce voyage, je
n'ai pu sojourner que deux mois et demi environ dans la region d'Upoto ct
dans le bassin de la Mongala, territoires que j'avais choisis comme lieux d'explo-
ration; encore la plus grande partic de ce temps fut-elle consacr6e h la recolte
et A la preparation des plants ; le reste fut absorb par le trajet, aller et retour.
Ainsi peut s'expliquer la brievete de ce travail, uniquement base sur mes
observations et sur les renseignements recueillis sur place.
Un sejour aussi peu prolonged ne me permettait guere de porter sur la
situation et l'avenir de I'ltat du Congo un jugement motive. Toutefois, I'impor-
tance des r6sultats obtenus ne pouvait m'6chapper et je suis de ceux qui
augurent favorablement de cet Etat fertile dans sa plus grande parties, servi par
des voies de communication faciles et oil la main-d'ceuvre est si pen coUteuse.
Dans I'apcren sur les langues, au chapitre quatrime, le lecteur trouvera
quelques details sur l'orthographe et la prononciation des noms propres du
pays.
Les cliches des illustrations de ce livre proviennent de mes plaques photo-
graphiques rapporties du Congo. J'ai confi6 les mieux reussies aux ateliers de
phototypie de Stengel et Markert, a Dresde, tandis que les 6preuves dclec-
tueuses out servi de modules a M. L. Hille, de Berlin, qui a ex6cut6 les
dessins figurant dans le texte. Les cartes ont Wt6 dresses par M. Max Moisel,
de Berlin, d'apr&s mon carnet de route et A I'aide de documents anterieurs.
L'edition original de cet ouvrage a paru, au mois d'octobre 1898, en
langue allemande, chez D. Reimer (Ernst Vobsen), de Berlin, sous le titre :
a Im afrikanischen Urwald ). La traduction frangaise s'est faite sous ma direc-
tion et avec le concours efficace de Mme Henriette L'Huillier, de Paris, A
laquelle j'exprime ici mes sinceres remerciments pour son active collaboration.

Dresde, juillet 1899.


FRAIN THONNER.



















Table des matieres.


TEXTE.

Pages
Chapitre I. Sur le Congo ............... .

L'embouchure du Congo. Boma. Le chemin de fer. Par la route des earavanes.
Le Stanley-Pool. En remontant le Congo. Bolobo. Equateur. Bangala. Upoto. -
Conditions g6nerales : Climat. Configuration et nature du sol. Flore. Faune.
Population.

Chapitre II. Entre le Congo et la Mongala 28

Premiere marele vers l'int6ricur. La grande forit de l'Afrique central. La
station deNgali. De Ngali A Ndobo par lerre.Aux environs de Ndobo.Rctour a Ngali. Du
Congo i la Mongala. Con d i t i o n s g n 6 ra I e s : Climat. Configuration et nature
du sol. Flore. Fanne. Population.

Chapitre III. Sur la Mongala .. 48

La station de Monveda. Vers la source de la Dua. Au village de Mugende. Mes
)agages enlev6s par les indigenes. Fuite. Descente de la Dua. Businga et ses environs.
Bokula. En pirogue sur la Mongala. Retour. Con ditio ns g6Snrales : Climat.
Configuration et nature du sol. Flore. Faune. Population.

Chapitre IV. Tableaux synthitiques .. 71

Equipen ent de voyage. Itin6raire et observations m6tdo-
rologiques. Determinations anthropom6triques : Mesures prises
sur des Bakongo, des Bapoto, des Maginza, des Mongwandi. Ren se i g n e n t s
linguistiques : Apercu gdenral. Vocabulaires des langues des Bangala, des Bapolo,
des Maginza-Mobali, des Mondunga et des Mongwandi. Formation du pluriel dans la
langue mondunga.

Appendice I. Explications des planches phototypiques 92

Appendice II. Notice sur la carte itintraire, par Max Moisel 103

Appendice III. Liste des plants r6colt6es 106


. 109


Indexs









ViII TABLE DES MATIERES


GRAVUIRES .19AS LE TEXTE,

Dessinses par L. Hille.

Pages.
4. Banana. ... ... . . . . ........ 2
2. Le Congo pres de Banana . .. . ... ... 5
5. Mes trois domesliques .... . . . . 5
4. Campement sur la route des caravanes. . . . .. ...... 6
5. Porteurs bakongo. .. .. ...... .... . 7
6. Le camp d'instruction de Kinshassa. . . ... . 9
7. Le Congo en amount du Stanley-Pool. . ... .. .. ...... .... 10
8. L'embouchure du Kassai .............. ............. 1
9. Le Kassai pres de Kwainouthl ....... . . .12
10. lie du Congo en amount de Bolobo. .... .......... 15
11. Lukolela. Le d6barcadere. .. ........ ...... ....... .14
12. Lukolela. L'habitation du clief de la station. .. . . . 15
15. Lukolela. Vue du fleuve . .... . ... ... .... 16
14. Le poste de soldats de Bolombo. .... ...... ........ 17
15. Dans les plantations de Nouvelle-Anvers '. .... .. ......... .. 18
16. Homines de Mondunga ..... .. .. . 52
17. Femmes de Mondunga .. . ............. ..... 55
18. Cases de Liboko, village des Maginza . . . .... 58
19. Mon campement a Liboko . .. ..... . . 59
20. Rives de la Dua pris de Monveda .. .............. .1



Planctbes phototypiques.


Planches 0. (page 1.) Franz Thonner.
o 1. La factorerie hollandaise de Kisanga.
o 2. La route des caravans pris de Kimbongo. 1.
o 5. La route des caravanes pres de Kinibongo. I1.
4. Palmiers a huile sur la route des caravans pres de Kimbongo.
n 5. La lrousse prls de Kimbongo. 1.
n 6. La lrousse pris de Kimlongo. It.
S 7. Valley boise et point pres de Kimbongo.
) 8. Un coin du village de Mayala au sud de Ldopoldville. 1.
S 9. Un coin du village de Mayala au sud de L6opoldville. II.
o 10. Un porter de la triiu des Bakongo.
S It. Leopoldville, partic occidental (station).
a 12. Leopoldville, parties orientale (mission etvillage).
15. Papayers A Ldopoldville
a 14. Manguier a Leopoldville pendant la saison sche.
4 I5. Manguier A LBopoldville pendant la saison des pluies.
a 16. Le vapeur a Ville de Gand ) pres de Msuata.









TABLE DES MATIERIES


Planches 17. Arbres croissant sur des rocs pres de Msual a
18. Al16e de papayers a Kwamouth.
a 19. Rive de la Sanga pres de Bonga.
a 20. Fort des environs de Lukolela.
a 21. Indigines d'Irebu-francais sur la rive.
S S22. La factorerie belge d'Equateurville.
a 25. L'ancienne station d'Equateurville.
24. Rive du Congo pres d'Equateurville.
25. Safoutier dans les plantations d'Equateurville.
2 26. Manguier dans les plantations d'Equateurville.
a 27. Case et indigAnes de Wangata pro's d'EquateurNille.
S 28. Indigenes de Wangala.
a 29. La mission eatholique de Nouvelle-Anvers, c6it sud.
n 30. La mission catholique de Nouvelle-Anvers, c6te nord.
a 51. Le village chr6tien de la mission de Nouvelle-Anvers.
S 52. Dans les plantations de Nouwelle-Anvers.
a 55. Femmes bangala de Nouvelle-Anvers. I.
54. Femmes bangala de Nouvelle-Anvers. II.
a 55. Couteaux, collier et natte des Bangala et des Bapolo.
) 56. La station de Ngali.
a 57. L'habitation des blancs a Ngali.
a 58. Cases du village de Mondunga. I.
59. Cases du village de Mondunga. II.
a 40. Indigtne de Mondunga. I.
4 41. Indigene dc Mondunga. II.
4 42. DMfrichement pres de Ngali.
4 45. Gongo, village des Maginza.
a 44. La station de Monveda.
a 45. Etebe, village des Molali.
a 46. Indigones mobali des environs de Monveda.
a 47. La station de Businga.
a 48. La Mongala pris de Businga.
a 49. Indigenes mongwandi de Businga. I.
a 50. Indigenes mongwandi de Businga. II.
S l. Indigenes et fetiches du village de Mbanza.
52. Tombeau au village de Mbanza.
a 55. Evamkoyo, village des lianza,
a 54. Petite case A f6tiche au village d'Evamkoyo.
55. Places-f6tiches au village d'Evamkoyo.
a 56. Champ de sesame et femme, pres d'Evamkoyo.
a 57. Bogolo, village des Banza.
a 58. Cases du village de B6golo.
S 519. Cases et mobilier des indigAnes de Bogolo.
) 60. Places-f6tiches au village de B6golo.
a 61. Indigenesbanza de B6golo. I.
6 62. Indiganes banza de Bogolo. II.









TABLE DES MATIEIIES


Plauches 65. Le post de B6golo.
a 64. La riviere Likame, pres de Bogolo.
A 65. Fourr6 de fort, pris de B6golo.
66. Entree d'un village banza, prcs de Bogolo.
) 67. Un coin do village hanza, pres de BOgolo. I,
a 68. Un coin de village banza, pr@s de Bogolo. II.
a 69. Bbkula, village des Mongwandi.
a 70. Une rue du village de B6kula. I.
71. Une rue du village de BOkula. II.
S 7. Une case de reunion tdu village de B6kula.
a 75. Hommes mnoigwandi de BOkula. I.
7 74. Homes mongwandi de Bokula. II.
a 75. Felnes mnongwandi de BOkula. I.
i 76. l'emines mongwandi de B6kula. 11.
n 77. Une case du village de Mumbia.
n 78. Indigenes de Mmnbia.
79. Un coin du village de Mbinga.
) 80. Chef indigene deMbinga.
11 81. Femmes indighnes de Mbinga.
a 82. Cases duvillage d'Akula.
a 85. Boucliers des Mongwandi.
84. Lances desMongwandi et des Mobali.
S 8,. Couteaux des Mongwandi.
8i. Monnaie de fer, conleaux de jet. collier et fetiches des Banza.



CA1TES

Dresses et dessin6es par Max M o ise1.


1. Croquis de l'Afrique 6quatoriale oceidenlale, I : 10,000,000.
2. Croquis du bassin de la Mongala, I : 2,000,000.
5. Itindraire de Franz Thonner, centre le Congo et la Mongala-Dua, anot-netobre 1896, I : 500,000.


---~i~-J~-













A
It11-


4!


ii
II


ow
E '^' Ai
9 't ^.y "'u


-e ~.


~Y*a

















CHAPITRE Ier.


Sur le Congo.


L'embouchure du Congo. Boma. Le chemin de fer. Par la route des caravanes. Le Stanley-Pool.
En remontant le Congo. Bolobo. iquateur. Bangala. Upoto. Conditions g6nerales
Climat. Configuration et nature du sol. Flore. Faune. Population.

(Pour I'intelligence du texte, consultez ici les planches I a 55.)

Le 28 juin 1896, aprks quatre semaines de traverse, le vapeur hollandais, la
Koningin Wilhelmina ), sur lequel j'avais quitt6 l'Europe, arriva devant I'em-
bouchure du Congo. Par sa larger majestueuse, cette embouchure resemble A
un petit golfe. Des iles boisees interrompent la vaste surface de l'eau. De loin, en
mer, on peut reconnaitre les eaux du Congo A leur couleur brunAtre.
Nous abordAmes A Baanaa, sur la rive droite du fleuve. Cette locality est
situ6e sur une 6troite bande de terre sablonneuse, plantee de cocotiers et arros6e
d'un c6t6 par le fleuve, de l'autre par la mer. 11 n'y a la que quelques factoreries
et quelques bAtiments appartenant A l'Etat. Le climate est repute plus salubre
que celui des stations situees plus en amount, a cause du vent de mer qui souffle
fr6quemment en cet endroit. En face, sur le territoire portugais, se trouve San-
Antonio, don't les jolies maisonnettes, bAties en planches et ombrag6es de
palmiers, bordent le rivage sablonneux d'un petit golfe.
Non loin de l'embouchure du Congo, ses rives sont couvertes d'une abon-
dante vegetation tropical. Au milieu de cette fort, un peu au-dessus de San-
Antonio et 6galement sur la rive portugaise, est situe Kisanga, oh se trouve une
splendid factorerie de la Maison hollandaise (A. H. V.), qui y fait surtout le com-
merce de l'huile de palme. (V. pl. 1.) Les canaux des environs fourmillent de crabes.
Un peu plus loin, la fort cesse. On passe a l'ile Mateba, principal centre
d'Alevage de b6tail; les bords du fleuve sont couverts d'herbes et de palmiers en
vventail. Bient6t on apercoit des montagnes, et le rivage devient rocheux en







2 CHAPITRE PREMIER

quelques endroits. C'est apris un parcours d'environ six heures qu'apparait, sur
la rive droite, Boma, ville naissante et anim6e, environn6e de montagnes
herbeuses.
Boma, qui est actuellement la capital de l'Etat Ind6pendant du Congo, se
compose d'une centaine dc maisons assez irr6gulircment ranges, presque toutes
bAties en briques ou en planches et qui s'd16vent en parties sur le bord du fleuve,
en parties sur le versant des collins riveraines. Dans le bas de la ville (Boma-rive),




recherchs par les ngres; 'est dans le aut Boa-plateau) que se trouvent la .
I ,". -fl















bla. r u "q'- Ceux-ci
.. .- .. .. .














"- "'-



BANANA.


sont ya depour latels et plusiurs tablisse lents comerciaux, avec partine quaatite notable
de boutiques, dcns lesquelles on vend surtout des conserves, ainsi r que des objets
run sechrhonds par les n'toffgres; c'quest an Ie haul Boa-plateau) raque seo trouvent la
plupart des batiments publics et une petite eglise construite en fer. Un Iramway a
vapeur facility les relations entre les deux parties de la ville. Aux alentours sont
6tablies plusieurs missions.
A 1'Apoque de mon voyage, la population se composait d'environ cent soixante
blaucs, presque tous du sexe masculin, et de quelques centaines de noirs. Ceux-ci
sent pour la plupart domestiques chez les Europdens ou font parties de la garnison.
Leur habillement consisted Ie plus solvent en un pagne, compl6te par une vested ou
un second morceau d'dtoffe qui entoure Ie corps; il est assez rare de voir chez eux







SUR LE CONGO


des vetements europ6ens. L'uniforme des soldats se compose de culottes bleues,
d'une blouse blue, d'une ceinture rouge et d'un fez rouge. Aux fetes, qui eurent
lieu le Ier juillet en souvenir de la foundation de I'Etat du Congo, cr64 en 1885,
j'eus I'occasion de voir les danses du pays : ellcs consistaient en de simples
movements des bras et des hanches; les hommes et les femmes dansaient en
groups separes.
Les environs de Boma n'offrent pas, en cette saison, des tableaux tres riants,





















-A.
:_ -. -





LE CONGO PRES DE BANANA.


I'herbe 6tant en grande parties dessech&e, faute de pluie. Cependant, on y voit
souvent des plants herbacees en fleurs, appartenant surtout aux families des
l1gumineuses, des convolvulacees, des malvacees, des cucurbitacees. Do grandes
plantations de bananiers et d'autrcs vegetaux des tropiques remplissent les vallbes.
Les baobabs (Adansonia digitata), qui se rencontrent aussi bien A l'interieur qu'en
dehors de la ville et qui attirent l'ceil du visiteur par 1'6paisseur de leurs troncs et
leurs enormes cimes, sont tris caracteristiques dans cette region. Ils fleurissent
pendant la saison des pluies et leurs gros fruits A longues queues mArissent
pendant la saison seche. A cette 6poque, la plupart de ces arbres percent leurs
feuilles; il y a cependant des exceptions, surtout parmi ceux qui ne portent pas
de fruits. Dans les rues et dans les jardins de Boma sont plants de nombreux







CHAPITRE PREMIER


manguiers (Mangifera indica); ils fleurissent pendant la saison seche, et leurs
fruits, qui ressemblent A de grosses prunes jaunes et qui sont assez estimbs des
EuropAens, midrissent surtout au commencement de la saison des pluies, en
novembre et en decembre. (V. pl. 14, 15, 26.)
Je fus obliged de prolonger mon sejour A Boma pour attendre l'arriv6e de deux
domestiques que la Maison hollandaise avait eu I'obligeance d'engager pour moi
a Kabinda, sur la c6te portugaise. L'un d'eux faisait functions de cuisinier, l'autre
de lavandier et de marmiton. .'en louai un troisieme A Boma pour mon service
personnel. Ces trois domestiques m'accompagnercnt pendant toute la dur~e de
mon voyage. Outre la langue des Bakongo, ils parlaient assez bien le portugais et
un peu l'anglais; c'est dans cette langue que nous nous comprenions. Ils n'6taient
guere travailleurs; du rest, la plupart des domestiques noirs semblent se distinguer
par leur grande paresse; ainsi celui que j'avais pris A Boma me fut presque
complAtement inutile. Le 12 juillet, je pus enfin continue mon voyage.
En amount de Boma, le Congo baigne plusieurs miles hautes et boisies. Ses rives
sont montagneuses, tapissees d'herbe et parsemees de palmiers en 6ventail. Au bout
d'un parcours d'environ cinq heures en bateau A vapeur, Noki apparait sur
la rive gauche; puis, apris une sinuosity marquee du fleuve, difficult pour la
navigation, Matadi, se composant d'un nombre restraint de bAtiments d'aspect
assez imposant. Quelques constructions s'elAvent au bord du fleuve, les autres sur
le versant de la montagne, pierreuse en cet endroit et recouverte seulement d'une
v6g6tation peu abondante. Le climate de Matadi est, parait-il, encore plus dangereux
pour les blanks que celui de Boma.
Le chemin de fer du Congo commence A Matadi. N'ayant qu'une seule voie
4troite, il resemble A un tramway a vapour. Il marchee sans soubresauts et assez
vite, malgr6 les prises d'cau qui occasionncnt de frequents arrests, de sorte qu'il
parcourt en douze ou treize heures les 188 kilomitres de chemin de Matadi A
Tumba, derniere station A cette 6poque. Trois trains de voyageurs partaient alors
par semaine. Ils n'avaient d'ordinaire qu'une voiture pour les voyageurs et un
fourgon pour les bagages sur lesquels les noirs ou, pour parler plus exactement,
les voyageurs de second classes, prenaient place.
La ligne du chemin de fer remote d'abord les montagnes en faisant de grands
detours, mais ensuite elle continue assez regulieremcnt, traversant un pays mon-
tagneux et covert d'une brousse former de hautes herbes, entremelbes d'arbris-
seaux et d'arbres rabougris. Los montagnes ont, pour la plupart, une former
allongAe et la croupe arrondie. De loin en loin, on voit d'etroites forces qui
s'6tendent le long des ravins et des vall6cs. Sur tout Ic parcours du chemin de fer,
on n'apercoit aucun village.
De Tumba A Leopoldville, les transports so faisaient encore par des por-
teurs indigenes, don't plusieurs milliers s'engageaient chaquc anno.e Ils partaient







SUR LE CONGO


par caravanes de vingt a trente homes, sous la direction d'un chef capital )
responsible. Apres quatre heures de march environ, on rencontrait des maisons
servant d'abri aux blanks et bAties, selon 1'usage du pays, en branchages et en
herbs ou feuilles de palmier, mais beaucoup plus spacieuses que les cases des


MES TROIS DOMESTIQUES.


indigenes et munies d'une large veranda. Habituellement, nous nous mettions en
march le matin de bonne here, pour gagner une de ces retraites avant !a grande
chaleur, mais la plupart des porteurs arrivaient plus tard, aimant micux se reposer
plus souvent en route. Les vivres etaient rares et cheers; on n'avait que deux ou
trois poules pour un morceau d'6toffe d'une valeur de 6 a 7 francs. C'est pourquoi
j'en 6tais reduit, la plupart du temps, aux conserves don't je m'etais approvi-
sionn6 A Boma.







CHAPITRE PREMIER


Jusqu'A la riviere Inkissi, large de 100 mItres, la region conserve le caractere
qu'elle a le long du chemin de fer : sol argileux, savane parsem6e d'arbres
rabougris, peu de forIts et peu de villages. Mais de l'autre cote du fleuve, le sol
est sablonneux et la forIt couvre une plus grande parties du terrain; les villages y
sont aussi plus nombreux. (V. pl. 2 A 10.)
En allant, je pris la route qui passe par Luvituku. Ce chemin monte et descend


CAMPEMENT SUR LA ROUTE DES CARAVANES.


continuellement; cependant la fatigue de la monte est souvent compens6e par les
horizons splendides qu'offrent dans le lointain les vall6es verdoyantes et les mon-
tagnes. On ttait dans la saison skche. Les indigenes avaient, selon leur coutume,
brhlh les herbes dess4chses; pourtant on voyait encore beaucoup de tiges noircies
par la fumbe, et de l'herbe nouvelle commenvait d6jA A pousser. Des endroits
rAcemment brdl4s s'exhalait un parfum special, rappelant celui des poires cuites.
Des orchidees A petites fleurs roses croissaient en abondance entire les herbes, des
liserons en fleurs de couleur pourpre rampaient au bord du chemin et des lines
(apparemment des Mussaenda), don't les bractees rouge pale et les corolles rouge
sombre ornaient la lisiere de la fort, s'enlacaient jusqu'a la cime des arbres. Dans
la fort s'6levaient en touffes des Canna A fleurs 4carlates et des buissons


'''


, T., II I O i, .


77-- rv' : F:- 77 ::_


'~'~"'






SUR LE CONGO


de Gardenia A fleurs blanches et odorif6rantes. De nombreux ananas (Ananas
sativus) y fleurissaient aussi, surtout le long des chemins.
Les habitants de cette region appartiennent A la tribu des Bakongo, don't le
territoire s'btend depuis la c6te jusqu'au Stanley-Pool. En general, leurs traits ne


/]
.-fc '.; .' .


PORTEURS BAKONGO.


sont pas ceux du vrai type n gre : les levres sont rarement tris 6paisses, le nez est
souvent long, bien qu'il soit en meme temps large et plat chez le plus grand
nombre, aussi le prognathisme de leur visage est-il assez fortement accuse.
Ils se liment souvent les dents en pointe; les tatouages de la face ne sont pas en
usage chez eux. En general, ils portent les cheveux courts; les femmes sont
souvent coiffees en bandeaux 6troits. (V. pl. 10.) Le vetement des Bakongo
consiste en un pagne qui entoure les hanches et tombe jusqu'aux genoux ou plus







CHAPITRE PREMIER


bas encore; souvent ils se recouvrent le haut du corps ou le corps entier d'un second
morceau d'Atoffe, blue de preference, attach sur l'6paule ou, notamment chez les
femmes, sous les bras.
Leurs cases, qui se trouvent ordinairement disposes autonr de places carries,
sont faites de nervures de feuilles de palmiers et d'herbe, sur un plan rectangulaire.
Le toit est voitA, A pignon arrondi, et recouvert d'herbe. La porte et une petite
veranda se trouvent du cotl Atroit de la hutte. (V. pl. 8 et 9.) L'int6rieur est souvent
divis6 en deux pieces, don't la premiere est la plus grande.
Pres des villages, A l'ombre de quelques vieux arbres, se tiennent des marches, A
jours fixes; on y vend de la viande de ch6vre, des poules, des poissons sAchAs, des
sauterelles, des chenilles, du manioc, de la chikwangue (pain de manioc), du mais,
des bananes, des patates douces, des ignames, des arachides, du piment, de la
poterie et divers autres products. Les Bakongo aiment beaucoup le vin de palme,
dout ils font parfois un usage immoder6.
D'une nature assez pacifique, ils sont dejA habitues aux Europeens, de sorte
qu'on peut traverser sans armes leur pays. II est vrai qu'ils pr4frrent 6tablir leurs
villages A l'ecart de la route des caravanes. Avant l'achAvement du chemin de fer,
une grande parties de la population masculine servait de porteurs A l'Etat. Comme
travailleurs et domestiques, ils sont paresseux et souvent malhonnetes; c'est
pourquoi les Europ6ens leur preferent ordinairement les Bangala du Haut-Congo.
Onze jours apres notre depart de Tumba, nous atteignimes le Stanley-Pool,
qui baigne de nombreuses miles en parties boisees; il est lui-mime environn6 de
montagnes basses, don't quelques parties sont rocheuses.
A la parties infArieure du Stanley-Pool, A l'endroit oh le Congo formant ses
premiers rapides abandonne ce petit lac, est situee L opoldville, que les
indigAnes appellent Kintamo. Cette station se compose d'un nombre assez restraint
de constructions de l'Itat bAties sur le versant des montagnes riveraines, d'une
vaste mission americaine et d'un village d'ouvriers form de miserables huttes
d'herbe. D'importantes plantations de bananiers, de caf6iers et d'autres plants
tropicales occupent les spaces intermediaires. La station de l'Etat est traverse
par une belle allee de manguiers qui, A la fin de juillet, Ataient en fleurs et
portaient dejA quelques fruits verts. (V. pl. 11-15.) Dans le haut de la station
jaillit une source d'eau potable. Le climate de Leopoldville est assez malsain; en
some, sa situation n'est pas tres avantageuse : elle manque d'abri centre les
vents et le voisinage des rapides est dangereux pour la navigation.
La situation de Kinshassa a une heure et demie de chemin de Leopoldville
est plus favorable. Outre un camp d'instruction pour les soldats de l'Etat et une
mission anglaise, ii s'y trouve deux factoreries importantes : l'une hollandaise,
l'autre belge (la factorerie principal de la SociWtA du Haut-Congo). Sur les rives du
Pool, plates A cet endroit, croissent un grand nombre de baobabs gigantesques. En








SUR LE CONGO


face, sur le territoire francais, est situee Brazzaville, sur une colline basse ct
allongBe, se composant de quelques bAtiments de l'Etat, d'une mission catholique et
d'une vaste factorerie hollandaise (factorerie principal de l'A. H. V. pour le Haut-
Congo), qui se trouve dans les meilleures conditions. Leopoldville et Kinshassa sont
les dernieres places oh l'on trouve des boutiques ouvertes; plus loin, en amount
du fleuve, on en est r6duit a ses provisions de route.
Lorsque j'arrivai A L6opoldville, tous les grands vapeurs avaient dejA quitt6 le

AA-""

I






















LE CAMP D'INSTRUCTION DE KINSHASSA.


port; seul un petit vapeur, la (c Ville de Gand destine au district des Bangala,
devait partir dans quelques jours. Bien qu'il y eut d6ej A bord trois passagers
blancs avec un chargement suffisant, et qu'il n'y eAt de place dans les trois petites
cabines que pour quatre blancs, y compris le capitaine, on consentit A m'admettre;
toutefois je dus passer les nuits A terre, sous ma tente. Comme le bateau etait
charge outre measure, nous mimes dix-sept jours pour arriver A Nouvelle-Anvers,
tandis que les-autres vapeurs font ordinairement ce trajet en douze ou quatorze
jours. Nous naviguions en moyenne huit heures par jour, temps que les passagers
blancs devaient passer dans la petite cabine principal, gen6s par deux lits et par le
voisinage de la machine qui produisait une chaleur accablante. Le reste du jour
6tait consacr6 A faire recueillir et couper le bois n6cessaire au chauffage; pour cette








CHAPITRE PREMIER


besogne, on avait engage un grand nombre de travailleurs qui nous accompagnaient
dans une pirogue amarrie au vapeur. (V. pl. 16.)
En amount du Stanley-Pool, le Congo couple au milieu de longues chaines de
collins, couvertes de forts dans leur partic inf6rieure et de brousse sur leurs
sommets arrondis. Dans cette parties du fleuve, resserr6e centre les montagnes rive-
raines et A laquelle les Europdens donnent le nom de (( canal ), un vent violent
souffle souvent pendant le jour, de sorte que les bateaux A vapeur sont parfois



.-




















--* ~ -.- ._ ,L.,i


LE CONGO EN AMOUNT DU STANLEY-POOL.


obliges de voyager la nuit. On ne d6couvre aucun village sur les rives du fleuve
jusqu'A Msuata, un peu en aval de l'embouchure du Kassai, oh j'eus l'occasion
de voir le vieux chef Gobila don't parle Stanley. (V. pl. 16 et 17.)
Peu A peu, les montagnes riveraines deviennent plus basses et le fleuve plus
large. A l'embouchure de la riviere majestueuse du Kassai est situne, sur une
hauteur, la station de Kwamouth et, peu au delay, la mission catholique de
Berghe-Sainte-Marie. (V. pl. 18.) Plus loin, entour6e de plusieurs villages, se trouve
la mission protestante de Tshumbiri.
Les chaines de collins qui longent les rives du Congo continent A s'abaisser
de plus en plus, et, vers B ol ob o, elles se percent enfin dans une vaste plain que
le fleuve traverse en d'Anormes largeurs, entourant de nombreuses miles, pour la







SUR LE CONGO


plupart boishes. Le long de la rive droite s'ktend, jusque pres de l'embouchure de
1'Ubangi, une bande de terre mar6cageuse et herbue, ornee PA et lI de palmiers en
ventail, alternant avec des marais de papyrus, tandis qu'ailleurs les rives du Congo
sont presque partout couvertes de forts.
A Bolobo se trouvent une station de l'Etat nouvellement install6e et les bati-
ments considerables d'une mission anglaise, dejA depuis longtemps 6tablie. Sur
un long parcours, s'6talent des deux c6tis de la mission les villages des indigenes.

i -. +,.-.- -...-. "'... ...-,. ,. ..-
I .- -- .























L'EMBOUCBURE DU KASSAI.


Leurs cases sont entourees de palmiers Blais et de plantations de manioc; elles
forment des places carries et sont trWs proprement construites avec des nervures
de feuilles de palmier et de l'herbe, toujours d'apres le plan rectangulaire avec le
toit A pignon angulaire (plus ou moins aigu). Elles sont remarquablement plus
grandes que dans les controes voisines et mesurent au moins 6 m&tres de long,
3 metres de large et 2 metres de haut. La porte se trouve sur l'un des c6tds longs
de la case; elle resemble a une fenetre et forme une petite saillie. Les indigenes
appartiennent h la tribu des Bayanzi ou Babangi. Ils sont vetus d'un pagne qui ceint
les hanches et descend presque aux genoux. Ils divisent leurs cheveux en
bourrelets ou en petites tresses. Leur face est tres peu tatouee. Beaucoup de
femmes portent autour du cou de gros anneaux en cuivre jaune. Les vivres dans







CHAPITRE PREMIER


ces villages 6taient abondants, mais chers, par example une poule coitait
20 mitakos morceauxx de fil de laiton de 30 centimetres environ), cc qui repr6sente
A peu pres 2 francs.
Assez loin en amount de la station de Bolobo, est situ6 un camp d'instruction
militaire qui porte Ic mAme nom. Encore plus loin en amount se trouve la station de
Lu k ol e 1 a. Elle so compose d'un petit nombre de maisons caches parmi des arbres
de 40 A 50 mitres de haut, attend qu'en installant cette station, on n'a enlev6 qu'une


LE KASSAI PRES DiE KWANOUTH.


parties des arbres gigantesques don't la rive est couverte. (V. pl. 20.) Le chef de la
station, qui s'occupe aussi de charpenterie, habite une jolie maisonnette bAtie en
planches et cachee dans les maracoujas, sorte de passiflora (Passiflora quadran-
gularis) A tiges grimpantes et A gros fruits tres recherches des blancs. Une
mission anglaise se trouve dans le voisinage de la station. Les indigenes des envi-
rons appartiennent encore A la grande tribu des Babangi.
En face de Lukolela debouche le fleuve considerable de la Sanga. Pros de son
embouchure se trouve, en territoire francais, B o ng a (ou Bunga), qui se compose de
deux factoreries, l'une belge, 1'autre hollandaise, et d'un village d'indigknes. La
population de ce village parait 6tre un melange de diffirentes tribus, parmi
lesquelles dominant les Babangi; elle se livre principalement au commerce. Les








SUR LE CONGO


cases du village ressemblent A celles de Bolobo, mais sont de plus petites dimen-
sions. (V. pl. 19 et 21.) Cette contrbe abonde en moustiques; on dit mime que les
blancs sont quelquefois obliges de prendre leurs repas sous un moustiquaire.
Un peu plus loin, en face de 1'embouchure parsemee d'iles de l'Ubangi, A 'en-
droit oh le lac de Tumba verse le trop-plein de ses eaux dans le fleuve principal, se
trouve, sur la rive gauche du Congo, le camp militaire (camp d'instruction) d'I r eb u
avec un nombre considArable de constructions et de vastes plantations; non loin


-X I .a-


M -i


n-S ,_r rjs-^- .
'S B SB' A"i,* iyu 'f


Ln It*


ILE DU CONGO EN AMOUNT DE BOLOBO.


de 9 est une mission anidricaine. Dans cette region, on voit encore assez souvcnt le
long du flcuve des planes herbeuses assez Atendues, d'apparence mar6cageuse,
tandis qu'en amount la fort arrive partout jusqu'au bord du fleuve.
Presque sous 1'6quateur, A 1'embouchure de la rivibre Ruki, est situte, sur une
petite hauteur, l'imporlante station de Coquilhatville, composer de construc-
tions assez nombreuses eL entourAe de plantations de caf6icrs ct d'autres plants
fropicales appartenant A I'Etat. A une here et demic de chemin en aval de
Coquilhatville, se trouve une factorerie de la SociWtt belge du Haut-Congo (S. A. B.);
elle porte cl nomn d'Equateurville. (V. pl. 22.) Non loin delA Atait autrefois la
station de I'Etat fondue par Coquilhat; le bAtiment principal subsiste encore,
entour6 de vastes plantations oh les arbres fruitiers des tropiques sont nombreux et







CHAPITRE PREMIER


varies. (V. pl. 23-26.) Plus en aval du fleuve, on rencontre un village d'indigenes et
une mission amiricaine. Un autre village plus considerable s'4tend depuis la facto-
rerie de la SociWte du Haut-Congo jusque dans le voisinage de Coquilhatville.
Les habitants de ce village, appel6s come le village meme Wangata (ou
Wangatta), ont pour la plupart le type n6gre grossier avec le nez epat6 et les 1Ivres
6paisses; cependant on rencontre aussi, notamment parmi les homes, un type
plus fin avec le nez plus long et les levres plus minces. Le tatouage de leur face


FT~ *"~.'.


LUKOLELA. LE DEBARCADDIE.


consiste en une rangSe de petites cicatrices dans la ligne m6diane du front. Is tres-
sent leurs cheveux en une ou plusieurs petites nattes, en forme de comes recour-
b(es, le plus souvent au nombre de trois : une sur le front ou derriere la tate, et
deux sur les c6t6s. Leur vftement consist en un pagne d'Ctoffe tissue, ordinai-
rement rouge fonc6, entourant I es hanches et tombant presque aux genoux;
cependant on voit aussi tres souvent chez les hommes, et c'est un usage general
en amount du fleuve, le pagne passe entire les jambes et retenu en avant et en
arriere par une 6troite ceinture ou une corde ceignant les hanches. Beaucoup de
femmes portent de gros anneaux de laiton autour du cou. Les armes le plus en
usage sont des lances A petit fer, des boucliers en jone tress4 et des couteaux droits,
que les indigenes portent dans une gained A base dlargie. (V. pl. 28.)


~~c~
,
x







SUR LE CONGO


Les cases des Wangata se trouvent tres rapprochees les unes des autres, dans
de large rues, au milieu de plantations de bananiers. Elles sont bAties sur un plan
rectangulaire et portent un toit A pignon angulaire. Leurs parois sont faites prin-
cipalement de nervures de feuilles de palmier. Ces feuilles s'emploient aussi pour
couvrir le toit. La porte, qui se trouve du c6t long de la case, descend a ras du sol.
Souvent on voit, devant la porte, des banes ou de grandes chaises qui semblent
6tre faites A limitation des fauteuils europeens. (V. pl. 27.) Les lits sont des cou-


LUKOLELA. L'HABITATION DU CHEF DE LA STATION.


chettes basses, en nervures de feuilles de palmier, plates aux deux extremites.
11 n'y a plus, dans cc village, que tres peu de poules et de chevres, les blanks,
assez nombreux dans les deux stations, en ayant fait leur nourriture principal.
La langue des Wangata correspond, A ce qu'on dit, A cello des Babangi.
Les plantations ci-dessus mentionnees sont bordees vers l'int6rieur par une
fort marecageuse, dans laquelle on trouve des graminees grimpantes qui s'elevent
jusqu'A la cime des arbres. Pris du rivage jaillissent plusieurs sources d'eau lim-
pide. Les deux stations d'Equateurville et de Coquilhatville forment le point de
jonction du commerce des affluents sud du Congo; on y export beaucoup de caout-
chouc provenant de 1'interieur.
Apres avoir quitt' ccs stations, le vapeur long la rive gauche du Congo, tres


to







CHAPITRE PREMIER


peu peupl6e, mais couverte d'une veg4tation exuberante; il passe devant 1'embou-
chure du L long o, oh les indigenes ressemblent aux Wangata de l'Equateur, et
traverse alors le fleuve pour atteindre le territoire trWs peupl4 des Bangala, sur la
rive droite.
On passe devant la mission anglaise de Monsembi, puis une dizaine de villages


LUKOLELA. VUE DU FLEUVE.


appartenant aux B a n ga a se suivent, situ6s sur la rive droite, un peu exhauss6e
dans cette region. Ils sont s6par6s du fleuve par des plantations de bananiers, de
palmiers A huile, de papayers, de mais, de caf6iers et de diff6rentes autres plants
tropicales. Presque dans chaque village se trouve une maison plus grande que les
autres, batie en pis6 et renfermant trois pieces A peu prbs vides, A l'exception
de quelques tr6teaux; cette maison est occup6e par plusieurs soldats, qui y
stationnent et qui doivent aussi pourvoir aux approvisionnements de bois des







SUR LE CONGO 17

vapeurs de l'Etat. Les plantations sont, pour la plupart, entourees d'un terrain,
convert sur une petite 6tendue d'herbes et de buissons disseminds, qui resemble A
un pare et que rejoint la fort.
Le quatrinme jour apres le depart d'Equateur, on apercoit les constructions en
briques de la station des Bangala, appel6e N o u vc e An v e r s par les Europ6ens,
et Makanza (ou Mankanza) par les indigenes. Elles ne sont pas tres nombreuses et se
trouvent sur une petite hauteur, s6par6es du fleuve par une allle de jeunes pal-





















-- '- 1-- .- I-- .




LE POST DE SOLDATS DE BOLOMBO.

miners. Deux sources jaillissent sur la pente du rivage oi affleure le sous-sol ferru-
gineux de couleur rouge-itre, et fournissent la station d'eau potable. Au loin, vers
I'interieur des terres, s'6tendent des plantations de caf6iers, de cacaoyers et de
mais, traverses d'all6es d'arbres A pain (Artocarpus incisa), plantations que les
blanks ont install6es depuis I'tablissement de la station. (V. pl. 32.) Le sol y est
plus sablonneux qu'argileux. Des broussailles, riches en fleurs odorifdrantes,
forment transition entire les cultures et la fort qui les entoure.
En aval de la station se trouve, sur le rivage du fleuve, une factorerie de la
Soci6t6 belge du Haut-Congo (S. A. B.) et un village d'indigenes; en amount, un
autre village et les 6tablissements 6tendus d'une mission catholique oh des orphe-
lins negrcs sont 6lev6s et instruits. Les langues qu'on leur enseigne sont cells des







CHAPITRE PREMIER


Bangala et des Babangi; ils apprennent aussi divers travaux manuels. Derriere la
mission est situI le village chr6tien oh les Bl1ves trouvent un domicile d6s qu'ils
se sont marids. (V. pl. 29-31.)
Les environs de Nouvelle-Anvers sont plats et en parties marecageux; le climate


DANS LES PLANTATIONS DE NOUVELLE-ANVERS.


est humide et assez temp6r6; il pleut mrme pendant la saison skche, de d6cembre A
fEvrier.
Les indigines de cette region appartiennent A la tribu des B a n g a a. La plu-
part ont le vrai type n6gre, avec le nez court, les 16vres 6paisses et les mAchoires
saillantes. L'usage de se raser une grande parties de la tate accentue encore les
caracteres de leur type negre. Ils ont, sur la ligne m6diane du front, un tatouage
fortement saillant en forme de crete et, devant les oreilles, un group de cicatrices
qui semble 6tre une imitation des feuilles de palmier. Les hommes sont vetus d'un







SUR LE CONGO


morceau d'6toffe pass entire les jambes et retenu par une 6troite ceinture qui
entoure les hanches. Les femmes portent une jupe court, composee de nombreuses
series de fibres v6getales superpos6es, teintes parfois en rouge ou en jaune et tom-
bant jusqu'a mi-cuisses. En haut, ces fibres forment une 4troite ceinture,
passe au-dessous du nombril et sur les hanches. De loin, I'ensemble rappelle
beaucoup le costume des ballerines europ6ennes. ( V. pl. 33 et 34.)
Les villages des Bangala sont forms, pour la plupart, de plusieurs large
rues paralleles of les cases, entourkes de plantations de bananiers, sont tres
rapproch6es les unes des autres, ou mnme contiguis par les pignons. Ces cases
sont A plan rectangulaire et bAties principalement en nervures et en feuilles de
palmier. Le toit, don't le pignon est A angle, s'avance considerablement du c6te
de la rue et est maintenu par des poteaux, de maniere a 6baucher une 6troite
veranda. La porte, come la veranda, se trouve du c6t6 long de la hutte.
Les Bangala sont un peu plus travailleurs que les negres du Bas-Congo; bon
nombre d'entre eux s'engagent comme ouvriers et comme soldats au service de
l'Etat. Leur langue resemble beaucoup A celle des Babangi; c'est la langue des
relations quotidiennes dans la plupart des stations du Haut-Congo; du moins elle
forme l'614ment principal de cet idiome commercial qui parait avoir aussi emprunt6
des mots i d'autres langues congolaises. Cet idiome n'est peut-etre pas la langue
primitive des Bangala : on dit qu'il existe chez eux d'autres langues sur lesquelles
je regrette de n'avoir pu obtenir de renseignements pr6cis.
A Nouvelle-Anvers, je rcncontrai le colonel Wahis, gouverneur de l'Etat du
Congo, justement en tournee d'inspection; ii m'admit a bord de son vapeur, la
((Ville de Bruxelles ), sur sequel je continual mon voyage jusqu'A Umangi, pres
d'Upoto, point de depart de ma route vers le nord.
On passe d'abord devant plusieurs villages bangala situ6s sur la rive droite,
un peu exhauss~e et qui parait tres fertile. De grandes plantations entourent
chaque village et les s6parent du fleuve. PrIs de l'embouchure de la Mongala se
trouvent les grands villages de Mobeka et d'lkunungu; mais au delA, sur un grand
parcours, on n'en decouvre aucun, et cette parties du rivage semble tout A fait
inhabitee jusque vers Umangi. Par centre, la v6g6tation y est encore plus exub6-
rante qu'en aval : des buissons touffus bordent la rive; derriere eux s'61lvent des
arbres de haute futaie converts de plants grimpantes entrelacees, qui forment des
murailles de verdure, rappelant les coulisses de theatre, et qui c et l1 sont ornees
de grades fleurs roses de liseron. A la surface de 1'eau, on voit beaucoup de
nenuphars (nymphac6es) et de Pistia flottantes. Sur la rive m6ridionale s'6tend
une etroite et assez court bande de terre herbeuse.
Le premier village que l'on rencontre est Budja sur la rive gauche du fleuve.
Les indigenes de ce village appartiennent d6jA A la tribu des B apoto (ou Bopoto)
qui habitent sur les deux rives du Congo depuis la riviere Mongala jusque vers







CHAPITRE PREMIER


1'embouchure de l'Itimbiri, tandis que l'int6rieur du pays content d'autres tribus.
On remarque parmi les Bapoto beaucoup d'individus de haute stature; cepen-
dant mes mensurations m'ont demontr6 que leur taille moyenne ne depassc guere
161 centimAtres. Les gens nus (comme M. Kenred Smith me le fit trWs justcment
observer) paraissent g6neralement plus grands qu'ils ne le sont. Les traits du
visage des Bapoto rappellent moins le type du vrai n6gre que ceux des Bangala. ls
ont la face toute couverte de tatouages qui consistent en de petites cicatrices
formant plusieurs rangBes horizontales et verticales. Les bommes sont vetus
comme les Bangala; Ics femmes, au contraire, ne portent qu'une mince corde li6e
autour des hanches et A laquelle sont quelquefois enfil6es des perles; toutefois la
parties du corps que presque tous les naturels couvrent au moins d'une feuille est
peinte en noir, en forme de carr6. Quelques-unes portent plusieurs cordons
tres rapproches; A certaines fetes, peut-6tre aussi A certaines 6poques pArio-
diques, elles y suspendent des feuilles. Les hommes arrangent souvent leurs
cheveux en deux grands bourrelets sdpar6s par le milieu. (V. pl. 80 et 81.)
Les villages des Bapoto so composent d'une serie de places carries donnant sur
Ie fleuve. Leurs cases ressemblent A cells des Bangala; cependant elles sont
g6n6ralement baties avec moins de soin, en cc que les nervures de feuilles de
palmier formant les parois de la case sont moins serries les unes contre les
autres, tandis que les intervalles sont combl6s avec des feuilles de ces arbres. En
outre, la veranda manque le plus souvent. Le toit est A pignon angulaire et convert
de feuilles de palmier. (V. pl. 79.)
A Budja et A Irengi, sur la rive gauche du Congo, se trouvent des factoreries
belges et hollandaises; A Umangi, sur la rive droite, une faclorerie hollandaise et
un camp d'instruction pour les soldats de 1'Etat.
A Umangi je quittai le vapour qui nous avait amen6s de Nouvelle-Anvers
en quatre jours, et je recus un accueil hospitalier dans la factorerie de la Maison
hollandaise (A. H. V.) dirigce par M. van Nordheim.
Trois jours apres, un cannot, longeant la rive couverte d'une luxuriante v4g6-
tation, nous menait en trois heures A la mission baptiste anglaise de Bopoto, qui est
ordinairement appelee Up o t o ainsi que toute la region environnante. Le directeur
de la mission, M. Forfeitt, habite avec sa femme et son enfant, en compagnie d'un
autre missionnaire, M. Kenred Smith, une maison en planches oil il a su se creer
un interieur si comfortable, qu'un h6te stranger pourrait presque se croire
en Europe. La mission a de nombreux el6ves des deux sexes qui recoivent
1'cnseignement dans leur langue maternelle, ainsi qu'une instruction analogue
A celle de nos Bcoles primaires. A l'office du dimanche, pendant lequel les allocu-
tions du missionnaire alternent avec les chants de I'assembl6e (le tout en langue
bapoto), on remarquait aussi un bon nombre d'indigenes adults.
Les 6tablissements de la mission s'6tendent sur le verdant d'une colline longue








SUR LE CONGO


et basse appartenant a une chaine de hauteurs qui commence un peu en aval de la
mission et so continue plusieurs lieues au delh, en longeant le fleuve. Cette colline
n'est 6lev6e que de 50 .mntres environ au-dessus du niveau du fleuve; elle
est, dans sa plus grande parties, couverte de plantations et de broussailles au-dessus
desquelles s'61lvent quelques vieux arbres. On y rencontre aussi plusieurs clairieres
herbeuses. Sur le rivage du Congo oi jaillit une source d'eau potable, s'6tend un
village indigene qui compete a peu pros deux cents cases et qui a un march tous les
jours. Le climate d'Upoto parait relativement sain quoique, malgrr toutes ses pr6-
cautions, M. Forfeitt n'ait pas Wte 6pargn6 par la dyssenterie. D'apres ses observa-
tions la saison seche ne dure guere que deux mois, de d6cembre A f6vrier.
Je restai deux jours dans la maison do ces aimables missionnaires oi j'avais
renu l'hospitalit6 la plus gen6reuse, et je parties le 25 aofit lorsque M. Benett,
agronome de l'Etat, arriva de Ngali avec des porteurs, voulant bien me guider
lui-mnme jusqu'a cette station. Un grand cannot nous amena en une heure au
pied d'une hauteur escarpee de 50 metres au-dessus du niveau du fleuve, et sur
laquelle est situ6e une station de la Soci&t6 belge du Haut-Congo (S. A. B.), appelhe
M ong o. On a de lI une jolie vue du fleuve avec ses iles nombreuses et ses rivages
boists. Dans le sud, on apercoit une hauteur base et allongee qui forme la limited
du bassin du Lopori. A Mongo commen.a le voyage par terre.






Concditiotps geefr ales de ce terfitoite.


Climat. Au Congo, comme dans toutes les regions tropicales, on ne peut
distinguer que deux saisons principals : la saison skche et la saison des pluies. Au
sud de 1'6quateur la saison seche dure de mai a octobre. Les nuits sont alors
fraiches et la temperature s'abaisse souvent au-dessous de 150; le matin, quel-
quefois jusqu'A midi, le ciel est covert; plus tard le brouillard se dissipe,
cependant le soleil reste d'ordinaire plus ou moins voile, m6me 1'apres-midi, sans
qu'on apercoive de nuages, et la temperature est pendant toute la journbe relative-
ment basse. C'est la saison la plus saine. Celle des pluies se divise en petite saison
pluvieuse d'octobre A decembre, en petite saison seche de decembre A janvier, oh
les pluies diminuent, et en grande saison pluvieuse de janvier A mai. Pendant la
saison des pluies, le ciel est la plupart du temps entierement covert de nuages;
pourtant la chaleur est 6touffante, la temperature s'6levant parfois jusqu'A 380 c.
L'apris midi ou pendant la nuit, il survient ordinairement une pluie d'orage qui
cause un rafraichissement passage de 1'atmosphrre.








CHAPITRE PREMIER


Au nord de 1'equateur, les saisons ne sont pas si nettement tranchees; il pleut
presque chaque mois, le ciel est la plupart du temps partiellement covert de
nuages comme en Europe. Toutefois on peut reconnaitre, au moins dans la parties
septentrionale de cette region, une court saison skche, de d6cembre A f6vrier. Les
variations de la temperature sont plus faibles qu'au sud de l'6quateur. En general,
le climate est un peu plus tempre6, plus humide et plus favorable aux blancs que
dans le Bas-Congo, bien que les maladies des pays chauds n'y fassent pas d6faut.
Configuration et nature du sol. Des deux c6t6s du has Congo s'6tend
jusque pris de son embouchure un terrain montagneux que le fleuve traverse
en formant de nombreux rapides. Ces hauteurs atteignent 700 a 800 metres
d'altitude au-dessus de la mer; l'une d'elles d6passe meme 1,000 mntres. En amount
du Stanley-Pool, elles s'abaissent peu a peu et se terminent dans une vaste plaine
pres de Bolobo. C'cst seulement pros d'Upoto que cette plaine, la grande plaine
central du Congo, est interrompue par une chaine de collins peu 6evees don't le
sommet est A 110 metres environ au-dessus du niveau du fleuve et A 500 mitres
A peu pres au-dessus du niveau de la mer.
Dans le Bas-Congo, le sol est plus argileux A l'ouest et plus sablonneux A l'est
de la rivikre Inkissi. Dans le Haut-Congo, le sol du rivage consiste principalement
en alluvions sablonneuses a la surface, argileuses et ferrugineuses dans leur plus
grande profondeur.
Flore. Les environs de l'embouchure du Congo sont bois6s. A quelques
lieues en amount apparait sur la rive une terre herbeuse, parsem6e d'arbrisseaux et
d'arbres rabougris. Cette brousse recouvre toute la region montagneuse jusque
dans le voisinage de Bolobo. Les vallees et les ravins sont presque toujours bois6s;
on voit aussi cA et li, sur les pentes des montagnes, d'assez grandes 6tendues
forestidres. Pendant la saison des pluies, les.herbes de la brousse atteignent
i metre 1/2 A 2 metres de hauteur; quand vient l'autre saison, elles se
dessechent, puis les indigenes les brilent. Elles sont entremdl1es de diff6rentes
plants herbacees et de petits arbustes appartenant principalement aux families des
orchidees, des scitaminees, des commelinackes, des malvacees, des l1gumineuses,
des asclepiad6es, des convolvulacees et des composees. En beaucoup d'endroits on
trouve aussi des foug&res en abondance. Au milieu de cette v6egtation croissent des
arbrisseaux et des arbres rabougris, g4neralement assez serres : 5 A 10 metres
les uns des autres. En maints endroits ils s'espacent davantage ou manquent
tout A fait. II parait que la chktive croissance de ces arbres est due en parties A la
longue dur6e de la secheresse et A la nature du sol, mais en parties aussi aux
incendies des herbes; ces incendies ne devorent pas seulement I'herbe, A
l'exception des fortes tiges, ils dessechent aussi les feuilles des arbres jusqu'A une
hauteur considerable. Beaucoup de ces arbres et de ces abrisseaux portent des
fruits comestibles. Des tiges longues d'un empan portent parfois des fruits de la








SUR LE CONGO


grosseur d'une petite orange. (V. pl. 2-6.) Aussi la fort de cette region, qui couvre
de grandes 6tendues entire l'Inkissi et le Stanley-Pool, n'est-elle formee que
d'arbres peu dlev6s, don't les intervalles sont remplis par une luxuriante v6egtation,
compose d'arbrisseaux, de lines et de plants herbac6es; quelques espkces carac-
teristiques do cc sous-bois ont Wte mentionnies plus haut. (V. pl. 7.)
La brousse qui vient d'etre ddcrite domine aussi en amount du Stanley-Pool et
garnit les deux rives du Congo jusqu'aux environs de Bolobo. A l'exception
de quelques 6troites bandes de terre marecageuse, qui s'ktendent en differentes
places le long de la rive, mais ne s'avancent pas loin dans 1'interieur du pays, les
rives du Congo en amount de Bolobo sont partout couvertes de forts oh l'on
remarque souvent des arbres gigantesques. La veg6tation du rivage est exuberante,
surtout au nord de l'6quateur. Pres d'Ebonda, entire les stations de Ndobo et de
Bumba, une terre herbeuse long de nouveau le fleuve, mais elle ne semble pas
avoir une grande etendue.
Les plants les plus cultivees par les indigenes sont le bananier A grands fruits
(Musa sapientum, var. paradisiaca) et le manioc amer (Manihot utilissima). Dans le
voisinage de la c6te et des stations on trouve aussi plusieurs sortes de bananiers A
petits fruits doux. Le manioc amer, qui content surtout dans l'6corce des racines une
substance v6n6neuse, mais facile A carter, est pr6f6r6 au manioc A racines douces
(Manihot panlata, var. Aipi), parce qu'il est plus productif. Outre le bananier et
le manioc, on remarque dans les plantations des indigenes particulihrement du
mais (Zea Mays), des patates douces (Iponmaa Batatas), des arachides (Arachis
hypogcea), de la canne A sucre (Saccharum officinarunm) et du tabac (Nicotiana).
Les blancs cultivent dans le voisinage de leurs stations, outre les plants
ci-dessus mentionnees, principalement des cafkiers (Coffeae), des cacaoyers (Theo-
broma), des legumes europeens et diverse plants tropicales donnant des fruits,
notamment des papayers (Carica Papaya), des manguiers (Mangifera indica) et des
ananas (Ananas sativus). Les papayers, comme les bananiers, portent des fruits
m(frs presque en tout temps; les manguiers et les ananas, presque exclusivement
pendant la saison des pluies. (V. pl. 13-15, 18, 26, 32.) En beaucoup d'endroits on
trouve des citronniers (Citrus medical) qui donnent une r6colte abondante. Par
centre, les rangers (Citrus Aurantium) sont rares : je n'en rencontrai que sur la
route des caravanes; leurs fruits avaient un gofit tres amer, tandis que sur la c6te, A
Cabinda par example, croissent d'excellentes varietds.
Faune. Je ne pourrai faire un long expose sur la faune des rives du Congo,
ne m'en 4tant pas occupy en detail. La grande faune parait relativement pauvre,
la petite faune est au contraire tres richement repr6sentee.
En fait d'insectes, on remarque notamment une grande variWth de papillons.
Les coleopteres sont moins nombreux. S'il y a relativement peu de moustiques
dans le Bas-Congo, ils pullulent dans quelques parties du Haut-Congo, surtout








CHAPITRE PREMIER


dans le voisinage de l'embouchure de la Sanga. Plusieurs especes de petites
mouches et de teignes sont parfois tres incommodes, les unes par leurs piqires, les
autres seulement par leur multitude : attirees le soir par la lumiere, elles
s'abattent en nudes sur tous les meubles, ce qui est loin d'etre agr6able, surtout
pendant les repas. Les chiques (ou puces p6netrantes), qui s'inserent sous la peau
de l'homme et des quadrupedes, en particulier aux pieds, se rencontrent princi-
palement dans le Bas-Congo; on les trouve aussi dans le Haut-Congo, mais en plus
petit nombre.
Les serpents sont plut6t rares. De meme les oiseaux ne paraissent pas trWs
nombreux, ni tres varies. Les rivieres sont pour la plupart tris poissonneuses et
contiennent aussi de nombreux crocodiles, ainsi que des hippopotames. Comme
animaux domestiques, les indigines W1lvent des poules, des chevres, des chiens;
en quelques endroits ils y joignent des pores et des moutons. Les blanks ont essays
avec succes l'importation de boufs et meme de chevaux, notamment dans ]e
Bas-Congo; il y en a cependant aussi dans plusieurs stations du Haut-Congo, par
example A Nouvelle-Anvers.
Population. La population des rives du Congo comprend differentcs
tribus, don't les plus importantes sont les Bakongo, les Bateke, les Babangi, les
Bangala et les Bapoto. La langue et le tatouage de la face permettent de distinguer
ces tribus les unes des autres, tandis qu'elles se ressemblent beaucoup par leur
constitution physique.
Les indig&nes sont en general de taille moyenne. La couleur de leur peau est
d'un brun sombre ressemblant A la teinte du bronze. On ne rencontre que rare-
ment des nuances de brun plus fonc6 (brun noiratre) ou plus clair (brun rougea-
tre et jaunAtre). Ils ont les cheveux noirs, cr6pus et plus ou moins courts; dans
beaucoup de tribus, comme chez les Bakongo, ils les portent tout A fait courts;
dans d'autres, il les laissent pousser. On peut distinguer par les traits du visage un
type negre grossierement accentu6, au nez 6pat6, aux levres 6paisses et A fort
prognathisme, d'avec un autre type plus fin, se rapprochant davantage du type
europAen, au nez plus long, plus saillant et plus droit, aux 16vres plus minces et
au prognathisme moins accentue. Celui-ci se rencontre plus communiment chez les
Bapoto et assez souvent dans le Bas-Congo, plus rarement chez les Bangala et les
Wangata d'Equateurville.
Plus on remote le fleuve, plus on trouve de riches tatouages de la face.
Tandis que les Bakongo n'en portent ordinairement aucun, le visage des Bapoto en
est entierement covert. Le vetement des hommes consiste, au sud de 1'6quateur, en
un morceau d'6toffe qui entoure les hanches en forme de jupe. On le voit diminuer
de longueur A measure que l'on va en amount. Les Bakongo y ajoutent souvent une
second piece d'etoffe qui couvre le haut du corps. Au nord de 1'6quateur, la piece
d'6toffe (pagne) est passe entire les jambes et retenue en avant et en arriere par








SUR LE CONGO


une corde ou une 6troite ceinture qui entoure les hanches. L'habillement des
femmes diminue vers l'amont du fleuve A measure que le tatouage de la face
augmente. Au sud de 1'6quateur, il correspond A peu pris A celui des hommes;
chez les Bangala, au contraire, les femmes portent une jupe court en fibres,
tandis que chez les femmes bapoto un cordon liH autour des hanches est l'unique
vestige de vetement. (V. pl. 21, 28, 33, 34, 80, 81.)
Les cases des indigenes sont partout bAties A plan rectangulaire et munies
d'un toit A pignon. Chez les Bakongo le toit est ordinairement voftA (A pignon
arrondi); plus en amount du fleuve il est partout A deux pans formant un angle
(A pignon angulaire); en outre, chez les Bakongo, la porte se trouve du cot6 etroit,
landis qu'ailleurs elle est toujours du c6te long de la case. Les parois sont
ordinairement faites de grosses nervures (rhachis) de feuilles de palmier, doublAes
de feuilles ou d'herbe; le toit est covert des memes matAriaux. En aval de l'embou-
chure de l'Ubangi, on emploie le plus souvent de 1'herbe, tandis qu'en amount on
fait gAndralement usage des feuilles de palmier-raphia. (V. pl. 8, 9, 27, 33, 82.)
Les aliments principaux des indigenes sont la chikwangue, les grandes
bananes et les poissons fumes. On prepare la chikwangue en broyant des racines
de manioc qui out W4t au pr'alable trempAes et Acorckes; on l'enveloppe ensuite
dans des fenilles et on la fait cuire. Chez les Bakongo et les Bateke, elle est vendue
sous forme de grosses boules; chez les Bangala et leurs voisins, sous forme de
croissants ou de saucissons. Les bananes se consomment ordinairement cuites ou
grillees avant leur maturity, plus rarement mdres et crues. L'eau est la boisson
ordinaire des indigenes; ils prAparent cependant aussi, avec le sue des palmiers, du
mais et de la canne A sucre, des boissons ressemblant au vin ou A la biere et ayant
Speu pres la saveur du morit.
L'industrie des indigenes se borne en g6enral A la confection d'armes, de
poteries et d'objets tresses. Ils savent aussi faire plusieurs genres de tissus.
Les langues parlees au bord du Congo se divisent en deux groups, don't I'un
comprend la langue des Bakongo et celle des Bateke, et 1'autre les langues trAs
semblables entire elles des Babangi, des Bangala ot des Bapoto, tribus qui habitent
les rives du Congo depuis l'embouchure du Kassai jusqu'a celle de l'ltimbiri. A ce
dernier group appartient aussi la langue des Mobali parlee entire le Congo et la
Mongala. La langue des Balolo ou Mongo, rdpandue au sud du Congo, et don't
le territoire arrive, mais en un seul endroit, jusqu'aux bords du fleuve, n'a de
rapports 6troits avec aucun des deux groups precitAs.
Les tribus des indigines ne forment pas d'unitBs politiques, les villages ou
groups de villages Atant ind6pendants les uns des autres. Le pouvoir des chefs est
en general tres limits.
Le commerce entire les indigines et les blanks a pour objet principal 1'Achange
des vivres, du caoutchouc et de l'ivoire centre des marchandises europ6ennes.








CHAPITRE PREMIER


La monnaie la plus r6pandue est le mitako, morceau de gros fil de laiton d'environ
30 centimrtres de longueur, et don't le prix de revient, dans le Haut-Congo, est a peu
pris de 10 centimes. Vers la c6te, il diminue de longueur ct de valour. On emploie
souvent des 6toffes pour les paiements plus important, en particulier sur la route
des caravanes. Aussi loin que s'6tend le chemin de for, l'argent monnay6 est aussi
accept.
Les indigenes riverains du Congo semblent s'8tre accoutum6s A la presence
des blancs dans lour pays, bien qu'il arrive parfois que les habitants d'un village
quitlent le voisinage d'une station pour s'installer ailleurs. On voit souvent de
nombreux villages aux environs des stations, lesquelles sont g6neralement 6tablies
sur les territoires A population dense; au contraire, les spaces entire ces terri-
toires paraissent en grande parties inhabits.
Les stations appartiennent soit A 1'Etat, soit aux missions, soit aux societ6s de
commerce. I1 est plus rare de trouver ces trois genres de propri6t6s r6unis dans
une meme station. Les constructions des stations sont faites en pise, en planches
ou en briques et, le plus souvent, couvertes d'herbe ou de feuilles de palmier.
Les stations sont habitues par les blancs, soit fonctionnaires de l'Etat ou agents
des soci4tis commercials ou missionnaires, par leurs serviteurs, leurs soldats et
leurs ouvriers noirs et par les femmes ct les enfants des noirs. On ne rencontre
des femmes et des enfants blancs que dans les missions et dans quelques localit6s
du Bas-Congo. Les blanks qui sont au service de l'Etat ou des companies com-
merciales vivent ordinairement en concubinage avec des femmes noires.
L'6tat sanitaire des blancs laisse partout plus ou moins A desirer, mais surtout
dans le Bas-Congo pendant la saison des pluies. La malaria y est plus frequente
quo dans le Haut-Congo oi la dyssenterie et l'h6maturie sevissent davantage.
Sans contredit un regime prudent contribute pour beaucoup, en Afrique come
ailleurs, A la conservation de la sante. L'emploi de I'eau non bouillie, l'usage
immod6r6 de l'alcool et la d6bauche, ont deja cause plus d'une maladie parmi les
blancs, d'autant plus qu'ils ne se rendent pas toujours compete du danger de tels
abus. Tandis que la plupart des Anglais ct des AmBricains ne boivent que de l'eau
bouillie, les Belges se contentent ordinairement de prendre l'eau non du fleuve,
mais d'une source, sans la faire bouillir. D'autre part, l'opinion qu' a une goutte )
prise avant de manger est salutaire A la sante est tres r6pandue parmi eux. Si cette
predilection pour l'alcool se maintenait toujours dans de modestes limits, elle
pourrait, certes, n'itre pas nuisible ou mmme Atre utile en certain cas, mais la
tentation mene souvent aux exces. En outre, les maladies ci-dessus mentionn6es
sont frdquemment causes par les refroidissements provonant de vetements
mouillls, d'une transpiration arr6t~e, de longues veilles ou de nuits entieres
passes dans une pirogue ou dans des maisons mal closes, l'organisme du blanc
htant, dans ce climate, tres sensible aux variations de la temperature. L'emploi pr4-








SuR LE CONGO


ventif de la quinine est sans doute recommandable pendant un court sj our dans des
contries particulierement malsaines et en cas de grande fatigue ou de ligere indis-
position; cependant, je ne crois pas qu'il soit prudent d'en continue longtemps
l'usage r6gulier bien que je l'aie fait moi-meme pendant cinq mois parce
qu'alors son efficacit6 pourrait diminuer peu A peu.
Dans leurs rapports avec les noirs, les blancs se servent d'habitude des
idiomes des nrgres, le plus souvent de celui des Bangala. Dans le Haut-Congo,
la langue francaise n'est pas mtme enseign6e dans les missions. Souvent les
negres de la c6te parent un peu l'anglais et le portugais.
Les domestiques des blancs sont appel6s (c boys ) et sont pour la plupart des
garcons do dix a seize ans, que leurs maitres doivent d'abord dresser aux travaux
auxquels ils sont destins. Leur vetement correspond d'ordinaire A celui des
negres de la c6te, dejA dccrit; il en est de meme pour les (( femmes ) noires
vivant dans l'intimit6 des blancs, don't il a Wte parl6 plus haut.
Les soldats de 1'Etat du Congo, A l'exception des officers et de beaucoup
de sous-officiers, sont tous des noirs; ils sont divisis en volontaires et
en miliciens. Les volontaires sont en parties enr6l6s a l'intdrieur, en parties A
l'exterieur de l'Etat. Les premiers s'engagent ordinairement pour un an et demi et
recoivent dans le Haut-Congo un mitako (environ 10 centimes) par jour pour la
nourriture et cinquante mitakos par mois comme solde. Les miliciens, qui sont
recrut6s par des levees faites parmi les indigenes et les prisonniers de guerre,
doivent servir sept ans et recoivent une solde un peu plus 6lev6e Dans les stations
oh le produit des plantations ne suffit pas a la nourriture des soldats, l'Etat y
pourvoit g6neralement en achetant aux indigenes du manioc ou d'autres vivres,
que les soldats obtiennent ensuite au meme prix. L'uniforme des soldats a Wte
d6crit plus haut; cependant on les voit souvent dans le costume des negres de la
c6te. Leurs femmes aussi bon nombre de soldats sont mari6s portent un
costume analogue A celui des femmes de la c6te, se composant d'un pagne de tissu
europ~en, imprim6 en couleur, qui est attache sous les bras et tombe presque
jusqu'a terre. Les habitations des soldats sont le plus souvent bAties en pis6.
Les postes de soldats 4tablis dans les villages plus important ne se composent
guere que d'une maison spacieuse, egalement en pise. En plusieurs endroits on a
6tabli des camps oi un grand nombre de soldats recoivent l'instruction militaire.
Les blancs traitent srverement les soldats; ils infligent souvent des punitions corpo-
relles, notamment, pour les delits graves, des coups de fouet (chicote) trWs redouths.
Les conditions pour les ouvriers des deux sexes sont A peu pros les mimes que
cells des soldats; ils se recrutent Agalement en parties par des engagements volon-
taires, en parties par des levees faites parmi les indigenes du pays et les prisonniers
de guerre. D'habitude, ils sont vetus suivant l'usage de leur tribu.

















CHAPITRE 11.


Entire le Congo et la Mongala.


Premiere march vers l'int6rieur. La grande fort de 1'Afrique central. La station de Ngali. De
Ngali A Ndobo par terre. Aux environs de Ndobo. Retour a Ngali. Du Congo a la Mongala. -
Conditions g 6nrale s : Climat. Configuration et nature du sol. Flore. Faune. Population.

(Consultez ici les planehes 56 A 45.)


Le but de ma premiere march 6tait, comme je l'ai indiqu6, la station de
Ngali. Dans cette region, c'est l'unique station de l'int6rieur, puisqu'elle est
A neuf heures de chemin du Congo, tandis que toutes les autres sont situ6es sur
les rives de ce fleuve ou de ses affluents. Deux routes y conduisent des bords du
Congo, pres d'Upoto. L'une commence A Lisala, post de soldats, entire Upoto et
Mongo, 1'autre A Mongo meme. Nous primes cette second route.
Apres avoir quitt6 la factorerie, on rencontre bientdt un grand village qui
compete A peu pres trois cents cases, pour la plupart contigues et formant plusieurs
places elliptiques A court distance les unes des autres. Contrairement aux huttes
des riverains, elles out un soubassement d'argile rougeAtre ou jaunAtre d'environ
50 centimetres de haut, enjoliv6 d'ornements graves, et leurs parois sont en
Acorces ou en planches, exception faite des huttes de reunion ouvertes de trois
ou meme de tous c6tes. Au milieu des places susdites sont plants du tabac et des
legumes; c'est aussi 1A qu'on jette toute espAce de dAbris. En dehors du village se
suivent des plantations de manioc et de bananiers, ainsi que des broussailles
riches en lines et en arbrisseaux A belles fleurs. Le chemin monte graduellement
jusqu'A une altitude de 110 mitres au-dessus du niveau du fleuve. II entire ensuite
dans une haute futaie appartenant a la grande forAt 6quatoriale qui couvre presque
toute la vaste plaine du Congo, depuis l'Uelle, au nord, jusqu'au Sankuru, au sud;
depuis le Semliki, A l'est, jusqu'a la Sanga, A l'ouest.
A ce mot de ( fort n, l'EuropAen se sent envahi par un sentiment de bien-








ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


4tre au souvenir de maintes promenades d6licieuses sous les cimes bruissantes;
mais celui qui a parcouru une fort vierge en Afrique, ne peut consid6rer cette
s6rie de penibles marches comme une des douceurs de la vie.
Au-dessus du sous-bois touffu s'Cl1vent de vieux arbres, le plus souvent assez
espaces. PrOs des villages, oii la fort a Wtd 6claircie, ces arbres giants aux troncs
6lanc6s, aux sommets de formes diff6rentes, sont d'un aspect tres pittoresque,
tandis que dans la fort la belle forme des cimes n'est pas en evidence. Les inter-
valles qui separent les vieux arbres sont remplis par d'innombrables tiges minces
qui s'6lancent vers l'air et la lumiere. D'6paisses lines aux courbes irregulirres,
semblables a des cordes, pendent aux grands arbres, mais ne peuvent, en aucune
maniere, etre consider6es comme un ornement de la fort oh elles se trouvent.
En beaucoup d'endroits, de hautes scitamindes herbac6es, dresses ou grimpantes,
forment des fourres impandtrables.
Au milieu de toute cette v6getation, le sentier va en serpentant, covert de
branches et de fruits de differentes grosseurs, souvent barrio par des troncs d'arbres
brises, ou disparaissant presque sous les arbrisseaux et les scitaminses, tres
souvent aussi defonc6 par l'eau qui s'y accumule comme en une cavity propice.
La march sur un tel chemin resemble a un exercise de gymnastique. Pendant
que le voyageur franchit les troncs d'arbres tombs qui barrent Ia route ou qu'il
s'efforce, autant que possible, d'6viter l'eau, les branches du sous-bois et les scita-
min6es lui fouettent le visage et le couvrent de fourmis. Les chemins sont gend-
ralement si submerges pris des ruisseaux qu'on y a de l'eau jusqu'aux genoux,
a moins de recourir en de tels endroits au hamac ou au dos de l'un des porteurs.
C'est d'ailleurs ce que l'on a de mieux A faire, car la route, apris avoir parcouru
le territoire inond6, se continue souvent sur un long space dans le lit meme du
ruisseau, avant d'atteindre 1'autre bord.
Dans la fort, l'air est tres souvent rempli d'une odeur de moisissure ou encore
de fruits pourris; on y voit rarement une plante en fleur, on n'y entend gunre la
voix d'un oiseau ou d'un autre animal; par centre, on y trouve des insects en
abondance, notamment des fourmis et des papillons, et, au coucher du soleil,
d'autres animaux de cette classes, sortes do grillons, font entendre leur cri-cri
sonore. Le seul agreement qu'offre la fort, c'est la fraicheur qui y regne; on peut
y marcher meme A midi sans etre incommodd par la grande chaleur.
Telle est la fort que traverse le chemin conduisant des bords du Congo A la
station de Ngali. Vers le milieu de cette route se trouve le grand village de Kanya
qui compete a peu pros trois cents cases. On descend ensuite peu A peu, on traverse
les ruines du village de Mombilo, dttruit par la guerre, et l'on arrive enfin a travers
des terres nouvellement d6frich6es, destinies a la culture du caf6 et du cacao, A la
la station de Ngali, situde sur une pente douce qui s'incline vers le nord.
On parvient d'abord A- une place spacieuse, A l'arriire-plan de laquelle so







CHAPITRE II


trouve l'habitation des blancs. Celle-ci est construite principalement en nervures
de feuilles de palmiers-bambous (Raphia) et content, ainsi que la plupart des
batiments de stations dans le Haut-Congo, trois pieces; celle du milieu sert de
salle A manger, les deux autres, de chambres A coucher. Tout autour de la maison
se trouve une large veranda form6e par la saillie du toit qui s'appuie sur des
pieux; on s'y tient volontiers pendant la journ6e. Les deux c6t6s longs de la place
sont bordes par les magasins et par les huttes des ouvriers, bAties en pis6, tandis
que d'autres constructions, ainsi que les huttes des soldats, s'ktendent derrire
l'habitation des blancs en formant une second place. (V. pl. 36 et 37.)
Le tout est entour6 d'une palissade en troncs d'arbres A laquelle se rattache de
deux cdt6s le village indigene de M o n d un g a. Autrefois ce village occupait en outre
l'emplacement de la station qui le divise aujourd'hui en deux parties. A vrai dire,
la station devrait aussi porter le nom de Mondunga; cependant son fondateur lui a
donnA par erreur, le nom de Ngali qui a Wte conserve, bien que le village de Ngali
en soit distant de quatre heures.
La parties la plus ancienne du village de Mondunga est situ6e au nord de la
station. Les cases y sont resserries entire des rues 6troites qui so croisent et
ressemblent A cells qui ont Ate d6crites au commencement de ce chapitre.
(V. pl. 38 et 39.) De li, on descend d travers les broussailles jusqu'A un ruisseau
don't la source est tout proche et qui fournit de l'eau claire A la station. PrMs de cette
source, A l'ombre de grands arbres, on a 6tabli une pApiniere oh se trouvent un
grand nombre de jeunes plants de cafeiers et de cacaoyers. De I'autre cAt6 de
la station est situee la parties nouvelle du village, un peu plus vaste que l'ancienne,
de maniere que les indigenes y peuvent cultiver, entire les cases, un peu de tabac,
de mais ou de canne A sucre. Plus loin on rencontre des cultures de riz et de
legumes appartenant A la station, ainsi que des champs de manioc qui rejoignent
les terres nouvellement dAfrichies de la fort. (V. pl. 42.) Les indig nes ont encore
d'autres plantations s6parees du village par la fort.
Le climate de Ngali est un peu moins chaud que celui des rives du Congo et
parait relativement sain. Les environs de la station ne sont pas tout A fait plats;
du moins les ruisseaux coulent dans des lits assez profondmment creusAs, de tell
sorte que pour les traverser on a le plus souvent des pentes de 30 metres A des-
cendre et A monter. Le sol est sablonneux A la surface et recouvert d'une assez
mince couche d'humus; A de plus grandes profondeurs, il est argileux.
Toute la contrAe est boisee. Les lines A caoutchouc (Landolphia) y abondent;
on y trouve aussi des arbres A caoutchouc (Kickxia africana) et des colatiers (Cola
Ballayi) Dans la fort vivent des antilopes de deux espAces : l'une de petite taille,
I'autre de taille moyenne, ainsi que de nombreux sangliers. Les moustiques y sont
rares; je n'y ai pas non plus rencontr6 les difftrentes sorts de mouches qui vous
incommodent en maints autres lieux.








ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


Les indigenes ressemblent A ceux d'Upoto; cependant le tatouage de leur face
est moins abondant, puisqu'il se limited presque exclusivement au front. (V. pl. 40
et 41.) Leur nourriture principal est la racine de manioc avec laquelle est pr&-
parke la chikwangue, ainsi que la chair des animaux tubs A la chasse. IUs mangent
aussi des chiens, mais ils nourrissent peu de poules et point de chcvrcs. Les
bananes sont peu cultiv~es. La chikwangue a la forme d'un croissant, comme A
Bangala et A Upoto, mais plus grand. Les boissons capiteuses manquent presque
completement, parce que dans les environs il n'y a pas de palmiers fournissant du
vin et parce que le mais et la canne A sucre ne sont cultives que sur une ttendue
pen considerable. 1 n'y a pas de marches ouverts dans cette contrde. Les indigenes
semblent vivre en bonne intelligence avec les blancs. Ils ne sont cependant pas tres
disposes A servir de porteurs. Ils portent les charges A dcux en les suspendant A
des perches et marchent tris vite; dans les endroits favorables, its courent en hur-
lant ue-ue (oue-ou6). Au clair de lune, ils se mettent A danser; les hommes, les
femmes, souvent aussi les enfants, se placent en cercle, puis au son du tambour,
au milieu des chants et des battements de mains, ils cx6cutent des movements
convulsifs. Ensuite quelques-uns s'avancent en dansant vers leurs vis-A-vis qui les
suivent A leurs places, puis retournent A leur point de depart. Cela se r6pete sans
cesse, jusqu'a ce que les battements du tambour s'arretent pour indiquer une
pause.
La plus grande parties des habitants du village de Mondunga appartiennent
A la tribu du meme nom, qui, d'apres M. Hennebert, se borne A quatre villages
(Mondunga, Ngali, Kanya, Molama); mais elle ne se distingue des tribus voisines
que par la langue. C'est un idiome tout particulier; il ne diffre pas seulement par
le vocabulaire et par la grammaire de celui que parlont les peuplades d'alentour,
mais il semble encore s'ecarter de toutes les langues bantous et se rapprocher de
celles du Soudan par l'emploi frequent de suffixes au lieu des prefixes usites dans
les premieres. A I'inverse des langues voisines, beaucoup de mots se terminent
par e (6). Les noms de nombre, de 1 A 5, sont exprimes par des mots speciaux, les
autres sont des composes. Avec les Mondunga vivent des indigenes d'une autre
tribu, qui se nomment Bolongo. Ils parent une autre langue, probablement celle
des Maginza, et ont un tatouage l6g6rement different; quant au reste, ils ressemblent
aux Mondunga.
M. Hennebert, I'un des deux blancs de la station de Ngali, me fit encore, au
sujet des moeurs des indigenes du lieu, les communications suivantes : La circon-
cision n'est usitAe que pour les jeunes garcons; elle se fait d'une maniere complete.
II n'y a pas de fetes pour consacrer la puberty. AussitBt que les fils sont adults,
ils s'achetent une femme et quittent la maison paternelle. Les femmes prennent
leurs repas separees des hommes. Si une femme quite son maria, cclui-ci ne peut la
r6clamer que si elle est enceinte. L'infanticide n'existe pas; l'anthropophagie ne






CHAPITRE II


s'exerce que rarement et en cachette; le nombre des esclaves n'est pas grand.
Les ainds de grandes families s'intitulent souvent chefs, si bien que dans un
village, outre le chef principal, il y a encore plusieurs petits chefs A c6tA de lui.
Pour avoir du bonheur A la chasse, les indigenes ont des f6tiches qui consistent en


HOMES DE MONDUNGA.


bAtons li6s ensemble et piquis en terre; en some, on ne remarque pas chez eux
beaucoup d'usages religieux.
Je restai plusieurs jours A Ngali, oh j'avais recu un trWs aimable accueil de la
part des deux blancs qui y r6sidaient, MM. Benelt et Hennebert, don't le premier
dirigeait les plantations et le second surtout le commerce. Je me decidai ensuite A
prendre le chemin do la station de Ndobo, situde sur le Congo entire Upoto et
Bumba, ayant entendu dire qu'une parties de ce chemin n'avait pas encore 6t6 par-
courue par un blanc, et que dans le voisinage de Ndobo la grande fort atait inter-








ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


rompue par des planes herbeuses. Outre mes trois domestiques, quelques soldats
noirs de 1'Etat du Congo devaient aussi m'accompagner, afin de requerir dans
chaquevillage les quinze A vingt porteurs n6cessaires pour mesbagages. Je n'en avais
alors que dix charges, car je laissai A la station de Ngali tout ce qui ne m'6tait pas


FEM~MES DE MONDUNGA.

absolument indispensable; cependant il fallait deux porteurs pour chacun des plus
lourds colis et deux pour le hamac don't j'avais coutume de me servir dans les
endroits submerg6s.
Le 31 aouit, nous nous mimes en route et nous atteignimes, apr6s quatre heures
de march sur un terrain presque plat et covert de haute futaie,le village de Ngali.
Ce village a un contour quasi-circulaire et se compose de deux A trois cents cases,
disposees le long de rues 6troites rayonnant autour d'une place central. Beaucoup
de cases ont leurs parois faites en nervures de feuilles de palmier, tandis que dans


lil:ll~J


.' /., /*







CHAPITRE II


les autres villages de cette region elles sont ordinairement d'6corce. Ce fait est dfi
probablement au voisinage de la riviere Motima, le long de laquelle croissent beau-
coup de palmiers-bambous (Raphia). Ouelques-unes des cases sont BlevBes sur des
nids de termites. Les indigenes out de petites plantations pres de leurs demeures
et de plus grandes en dehors du foss4 qui enceint le village. Elles se composent de
bananiers et de manioc, ainsi que de mais, de canne A sucre, de tabac, de colocases
et d'ignames. Le passage A travers ces plantations est tres fatigant, les indignnes
ayant l'habitude de laisser par terre les troncs d'arbre tomb6s, si bien qu'il faut
continuellement grimper ou ramper. On voit aussi dans ces plantations des lieux
d'aisance qui consistent en une fosse a couverture vofite en argile.
Le jour suivant, nous parvinmes, apris huit heures de march A travers un
terrain assez plat et covert de haute futaie, au village de B o k ut u. En route, nous
avions eu A passer par plusieurs emplacements oh les indigenes avaient install
des treteaux pour faire secher des 6corces d'arbres, avec lesquelles ils font une
6toffe de couleur brune. A un autre endroit, au milieu de la fort, des piquets
grossi6rement entrecrois6s bordaient le sentier sur un assez long space; ser-
vaient-ils de limited ou avaient-ils une autre destination? je ne saurais le dire. Le
village de Bokutu est entour6 d'une palissade et d'un fossA; il compete environ cent-
cinquante cases situ6es dans une rue principal longue et 6troite, ainsi que dans de
nombreuses petites rues, plus 6troites encore et perpendiculaires A la rue princi-
pale. Les poules qui, avec la chikwangue, constitu~rent pendant tout le voyage ma
nourriture principal, n'existant pas dans ce village, je dus me contenter de la
chair de deux petits singes tugs par les indigenes; elle n'avait d'ailleurs rien
de d6sagr6able.
A Bokutu se rattache un group de villages, s6par6s seulement par des
plantations, et qui portent le nom de Bobi. Ils contiennent ensemble de trois A
quatre cents cases. Vient ensuite un grand village d'environ cent cases, du nom de
Bokapo, situ6 sur une hauteur qui semble 6tre la continuation des collins
d'Upoto. Les cases y sont disposes de la mime maniere qu'A Bokutu, mais la rue
principal est plus large. Le recrutement des porteurs, qui jusque-lA avait WtA
facile, offrit alors quelques difficulties, bien que le soir qui pr6ceda notre depart,
le chef, portant sur 1'6paule une sorte de sabre recourb6 (v. pl. 35), eft fait la ronde
dans le village et, en guise de proclamation, eft somm6 les habitants de nous
servir de porteurs, s'ils ne voulaient pas voir notre fil de cuivre leur Achapper.
Tout pres, se trouve un village abandonn6 don't il n'est rest que les soubassements
d'argile. Des buissons riches en belles fleurs entourent ces ruines. De l1 on a une
jolie vue jusqu'A la valle du Congo; A I'est et A l'ouest, elle est limited par des
collins bois6es et en parties couvertes de palmiers A huile (Elaeis guineensis). Ces
palmiers, notamment dans les endroits oh ils s'Alevent isolement, prttent au
paysage un charm singulier; mais, comme tous les palmiers A tronc droit, ils







ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


manquaient tout A fait dans cette parties de la grande fort que nous avions jusque-la
traversAe.
Le chemin, apres avoir quitt6 les environs de Bokapo, descend A travers des
buissons, entire lesquels poussent beaucoup d'herbes et des arbres disperses entiree
autres beaucoup de Spathodea A grosses fleurs Acarlates); il traverse quelques
petites 6tendues de terre herbeuse, puis il entire dans la haute futaie, A travers
laquelle ii conduit, en neuf heures, au village de Boyangi. Ce village a une tris
large rue principle, mais, au reste, les cases y sont disposees comme a Bokapo,
Bobi et Bokutu. Chacun de ces lieux posside une maison un peu plus vaste
pour les soldats noirs de 1'Etat, qu'on y envoie pour acheter aux indigenes du
caoutchouc et de l'ivoire. Les naturels paraissaient partout bien disposes A
1'6gard des blancs; du moins les hommes n'avaient pas abandonni leurs villages,
A Bokutu ils nous accueillirent meme par des acclamations; cependant on ne
voyait pas beaucoup de femmes.
Le jour suivant nous atteignimes le village de Muk Angana, situ6 au bord
d'un petit fleuve appel4 Moka ou Mondomba (?) qui nous mena en une heure
jusqu'au Congo. En plusieurs endroits, la Moka, qui a une larger de 20 a
30 metres, est obstruee par des nasses ne laissant qu'un 6troit passage.
AprBs un parcours de six heures en pirogue, en remontant le Congo, nous
arrivAmes A la station de Ndobo, etablie sur la rive droile du fleuve, assez Blev~e
en cet endroit, et entourAe de plantations. Les bAtiments, peu nombreux, sont
construits en pis4; ils recelent une masse incroyable de cancrelats qui constituent,
comme en bon nombre d'autres stations du Haut-Congo, un veritable flNau.
A Ndobo, les vivres sont abondants et A bon march. Tout pros de la station se
trouve un village don't les cases et les habitants ressemblent A ceux d'Upoto.
Le chef de la station, M. Christiaens, m'ayant confirm l'existence de planes
herbeuses dans le voisinage et m'ayant inform 6galement que jusqu'alors aucun
blanc n'avait p4netr4 dans l'intArieur au nord de la station, j'entrepris de ce cote,
bien que mes provisions tirassent deja a leur fin, une excursion qui dura trois jours.
Le chemin traverse d'abord d'6paisses et hautes broussailles sans grands
arbres, ensuite des plantations et aboutit aux villages de Bokumbi et de
Yangula, que nous trouvAmes entierement abandonnes. Les habitants avaient
prfere6 se d6rober, eux et leurs biens, aux regards avides des soldats noirs qui
m'accompagnaient; cependant les chefs s'y trouvaient avec des vivres, et le
lendemain, apres maints appeals de la part des chefs et des soldats, les gens requis
pour le transport de mes bagages sortirent enfin de leurs cachettes peu lointaines.
11 en fut de meme aux villages de Bombati et de Yabosumba, que nous
atteignimes le deuxiAme jour.
Tous ces villages ressemblent A ceux que j'avais vus aux environs de Ngali.
EntourBs de fosses et de palissades, ils contiennent chacun environ cent cases







CHAPITRE II


resserrees dans une rue principal et dans de nombreuses ruelles de traverse, et
qui ont le soubassement d'argile di6j d6crit, mais plus souvent sans decoration; les
parois des cases sont souvent en chaume. Les habitants de ces villages ressemblent
egalement a ceux des environs de Ngali; ils se distinguent des riverains du Congo
surtout par un tatouage plus sobre de la face. Autour des villages on remarque
une abondance de palmiers Blais.
Pendant les deux premiers jours, nous avions mareh6 a travers la fort on les
hauts taillis; le troisidme jour, nous traversnmes presque continuellement des
savanes. L'herbe y atteint 1 metre 1/2 A 2 metres; elle est entremelee d'autres
plants herbacees, d'arbustes et de palmiers isoles. De nombreux nids de
termites, recouverts d'hcrbes, s'6lvent de 3 A 6 metres au-dessus du sol. Des
deux c6tes, la fort est en vue. Nous eames plusieurs fois a passer A travers des
bandes de fort, oi le chemin 6tait souvent sous I'eau, tandis qu'ailleurs cette
contr6e parait plut6t seche. Le sol y est essentiellement sablonneux. Quand on a
parcouru pendant des semaines la fort marecageuse, on est heureux de respirer
A I'aise en pleine savane, oh les regards peuvent errer A perte de vue sur les tertres
herbeux et sur les gracieux palmiers jusqu'a la lisibre de la fort lointaine. On
voit rarement, dans cette parties de I'Afrique, des paysages aussi attrayants.
En passant par les villages de Mondumba et de Molanga, que leurs
habitants n'avaient pas abandonn6s et qui sont semblables auxlocalites d6crites plus
haut, nous atteignimes Ic Congo A Ebonda. Aux alentours de ce village, la savane
s'avance jusqu'au fleuve. On la rencontre aussi au nord de la station de Bumba; ii
serait bien possible qu'elle se continuat vers le nord-est, quoique avec des
interruptions, jusqu'A 1'Uelle, oh il y a des savanes' 6tendues; cependant le
territoire en question est encore en grande parties inexplor6. Ebonda, ainsi que
Ndobo, parait 6tre dejA habits par des Bapoto, car on y voit l'excessif tatouage
de la face et les cases construites en feuilles de palmier, sans soubassement, selon
l'usage de cette tribu. Une heure de parcours en pirogue nous ramena A Ndob o.
Le lendemain, nous redescendimes le fleuve, dans une grande pirogue,
vers Mongo, oh nous n'arrivAmes qu'apres un trajet de dix heures, les rameurs
avant pr6f6r6 faire un detour par Likassa (ou Linkassa) sur la rive gauche du
Congo. PrBs du post de Kumba (ou Kombo), a environ 10 kilometres en amount
de Mongo, les collins d'Upoto se rapprochent du fleuve qu'elles accompagnent
jusqu'a un peu en aval de la mission de Bopoto.
A la factorerie de Mongo, situee sur une colline fort expose aux vents et d'oi
I'on jouit d'une vaste perspective, je fus tres aimablement reCu par le reprsentant
de la sociWtA belge du Haut-Congo, M. Druant. Je passai la deux jours en attendant
I'arrivee des porteurs mondunga, envoys A ma rencontre, les riverains ne
s'occupant pas A faire l'office de porteurs. Puis je retournai, par la voie que j'avais
suivie quelques semaines auparavant, A la station de Ngal i.







ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


Le 20 septembre je me remis en route, avec tous mes bagages, vers la Mongala,
en pregnant un chemin deja parcouru par quelques blancs, mais don't le lev6 topo-
graphique n'avait pas encore Wtd fait.
En quatre heures de march A travers de hautes futaies, sur un terrain assez
plat, nousarrivAmes A la aMotim a, don't les rives 6taient submerges A une centaine
de metres. Ce fleuve, navigable pour des pirogues, pouvait avoir, sans le territoire
inond6, 50 A 60 metres de large et environ 1 metre 1/2 de profondeur. Sur ses bords
croissent de nombreux palmiers-bambous (Raphia) aux troncs courts, souvent
couverts de fougeres, et profond4ment enfonces dans l'eau. Ces palmiers, que les
Europeens appellent aussi palmiers giants, ont des feuilles gigantesques qui
peuvent atteindre une longueur de 15 metres environ; on les cmploie dans la
construction des habitations, ainsi que leurs pitioles qui ontjusqu'A 20 centimltres
de diametre.
Apris avoir traverse la Motima dans une pirogue qui nous attendait, il nous
fallut trois heures a travers une haute futaie maricageuse pour parvenir au village
de Bwanga que suivent a de courts intervalles les groups de Tondoko,
Bolombo, Boyangi(ou Umangi) et Liboko, don't chacun se compose de deux,
trois ou quatre villages, s6par6s les uns des autres par des plantations, mais portant
le meme nom. Chaque villagerenferme A peu pros cent cases qui ressemblent a celles
des environs de Ngali et sont remarquables par un soubassement souvent tres haut
(jusqu'A 1 metre 1/2) et entirrement couvert d'ornements. Leurs habitants appar-
tiennent A la tribu des Maginza et ne se distinguent pas sensiblement de ceux des
environs de Ngali. La plupart s'enfuirent avant notre arrivee. Le transport de
mes bagages, se composant alors de trente charges, allait presenter de nouvelles
difficultLs. A force de cris et de menaces quelques indigenes apparurent, mais
parfois il fallut attendre des heures pour que le nombre des porteurs requis fdt
r6uni; toutefois de lourds colis furent ensuite ports chacun par un seul home et
m6me par des femmes. Les indigenes de cette contr6e se servent a cet effet d'une
bande d'ecorce applique au front et soutenant la charge qui repose ainsi sur le
dos du porteur. Ils cultivent principalement les bananiers et aussi le mais, mais
peu de manioc. Pour la conservation du mais, ils suspendent les 6pis a de hauts
echafaudages forms d'une rangee de perches r6unies entire elles par des lines.
Ils mangent ces epis grills au feu, ou ils en pr6parent une pAte semblable a la
chikwangue, qu'ils obtiennent en broyant les grains dans un mortier en bois (mor-
ceau de trone d'arbre creus-), et qu'ils font cuire apres l'avoir p6lrie cn forme de
saucissons. Les spaces entire les villages sont occupts par des plantations et de
hautes futaies marAcageuses. Les plantations sont le plus souvent etablies sur un
terrain un peu elevA; elles contiennent une v6g6tation luxuriante, composAe de
plants cultiv6es, de buissons et de diverse herbaches qui remplissent tous les
intervalles.






CHAPITRE II


En continuant notre route vers le nord, nous traversAmes la croupe large d'une
colline basse et assez seche, couverte de hautes futaies, et, apr6s une march de
sept heures, nous atteignimes le village de Mukamba. Peu apr6s, nous rencon-
trimes un group de trois villages qui portent le nom de Mondjerengi (ou
Monkerenke). Au delay de cette locality se suivent A peu de distance les villages de
Mdtulu, O polo, Gongo (ou Gundji) et Masanga, qui competent A peu pres une
centaine de cases chacun. On y voit beaucoup de cases don't les parois sont faites


F.,~V~
L~~a s 1j ~


CASES DE LIBOKO, VILLAGE DES MAGINZA.

de feuillage, tandis que plus au sud entiree Ngali et Mondjerengi) elles sont partout
en 6corce ou en planches. (V. pl. 43.) La plus grande parties de I'espace entire les
villages est occupee par des plantations Btablies sur un terrain un peu accident.
LA, je revis pour la premiere fois, depuis que j'avais quitt6 les rives du Congo, des
palmiers 6lais.
A partir de Masanga, le chemin traverse d'4pais taillis entrembl4s de palmiers
et de hautes scitaminees et au milieu desquels ne s'el6vent qu'A de grands intervalles
quelques vieux arbres; on descend par une pente douce et en deux heures on
arrive A la station de Monvcda, situ6e sur la rive gauche de la Dua qui est
la branch m6ridionale de la Mongala.


- V
~z ; ':f4rLvt







ENTIRE LE CONGO ET LA MIONGALA


Copelitions g6eorales dle ce tenritoiie.

C imat. A 1'Apoque de mon sejour sur ce territoire, du 23 aoit au 24 sep-
tembre, on Atait dans la saison des pluies, qui dure de mars A novembre ou
d6cembre. Pendant cette saison, la temperature est relativement basse par rapport
a la latitude de 2 A 30 N., sous laquelle se trouve cette region. Le matin, A 7 hcures,
elle est ordinairement de 200 a 220; I'apris-midi, A 2 heures, par le beau temps, de


MON CAMPEMENT A LIBOKO.


280 a 30; le soir, a 9 heures, de 24 a 26" C. La plus basse temperature que
j'observai fut de 190 et la plus haute de 31 C. Le martin il y avait souvent du brouil-
lard avec une rosAe parfois si abondante que, dans les plantations, on l'entendait
tomber comme de la pluie sur les feuilles des bananiers, sans 6tre mouill6 soi-
meme. Ordinairement le ciel s'Aclaircissait ensuite, mais il 6tait rarement sans
nuages. L'apres-midi, il y avait souvent de F'orage, et aussi le matin de bonne
heure la pluie tombait frequemment. En moyenne, il pleuvait A peu pros tous les
deux jours, mais seulement quelques heures, tres rarement plus d'une demi-
journ6e. La pluie etait ordinairement accompagn6e d'un rafraichissement de
l'atmosphere prononc6 et durable. A l'inverse de ce qui a lieu dans le Bas-Congo,
la saison des pluies serait, pour cette region, la saison la moins chaude. Un vent







CHAPITRE II


assez violent prWcedait souvent la pluie; le reste du temps, il soufflait faiblement ou
pas du tout.
Configuration et nature du sol. Le territoire en question, situ6 entire
le Congo et la Dua, branch m6ridionale de la Mongala, est traverse de l'est a
l'ouest par un affluent de la Mongala, appelM Motima qui, sur un grand parcours,
est navigable pour des pirogues. Au sud, on rencontre quelques petites rivieres qui
se deversont directement dans le Congo et ne sont navigables qu'A proximity
de leur embouchure.
Une plain 16gkrement ondulde occupe la plus grande parties de ce territoire.
Un peu en aval de la mission d'Upoto, situee sur la rive droite du Congo et
a 395 metres environ au-dessus du niveau de la mer, commence une chaine de
collins allongees, s'Atendant le long du Congo jusqu'A Kumba et s'l6evant A
110 metres environ au-dessus du niveau du fleuve. Assez escarpees pres du Congo,
elles descendent en pente douce vers la Motima et sont traversees par plusieurs
vallons. Au delA de Kumba, elles se retirent vers I'int6rieur, dans la direction
nord-est; je les y rencontrai pres de Bokapo, entire Ngali et Ndobo. Entre la
Motima et la Dua s'6tend aussi une chaine de collins, mais plus basse et sans
pentes raiders. En partant de la Motima, on monte tout doucement, pour
redescendre ensuite plus rapidement vers la Dua. La terre situee au nord de
Ndobo, aussi loin que j'ai pu la voir, est une plaine qui s'Wleve insensiblement
vers l'interieur.
Dans toutes ces regions, la surface du sol est plus ou moins sablonneuse,
tandis que le sous-sol parait htre en general d'argile ferrugineuse de couleur
rougeAtre ou jaunAtre.
Flo r e. La plus grande parties de ce territoire est couverte par la fort vierge
deja d4crite. Elev6s et greles pour la plupart, les troncs atteignent parfois un
diamAtre remarquable. TrBs souvent leurs racines s'avancent alors obliquement
le long du tronc auquel elles sont r4unies jusqu'a une hauteur considerable,
de sorte qu'elles forment A sa base des contreforts saillants. (V. pl. 20, 42, 65.)
La plupart des arbres sont toujours verts. Les feuilles nouvelles, A la pointe des
pousses, sont souvent colorkes en rouge. Par contre on remarque peu de fleurs
aux couleurs voyantes, et celles que l'on trouve appartiennent le plus souvent A
des arbrisseaux ou A des lines. Lors de mon passage, aux mois d'aout et de
septembre, la plupart des arbres portaient des fruits mArs : leur floraison parait
avoir lieu au commencement de la saison des pluies et en parties deja vers la fin
de la saison s&che. Le sol Atait souvent covert de fruits tombs don't un grand
nombre germaient deja. On remarquait des fruits d'arbres ayant le volume d'une
grosse citrouille et un poids de 20 kilogrammes; quelques-uns sont comestibles.
Des palmiers, notamment des palmiers A huile (Elais guineensis), des palmiers
a vin (Raphia vinifera) et des palmiers-bambous (Raphia sp.), croissent en grande







ENTIRE LE CONGO.ET LA MONGALA


quantity dans le voisinage des fleuves; dans le territoire intermddiaire, les palmiers
paraissent manquer entierement, A l'exception des palmiers-rotang grimpants.
La plupart des vieux arbres de la fort portent sur leur trone et A la cime,
notamment A la naissance de la cime, des fougeres 6piphytiques de diverse
especes et quelquefois aussi des orchid6es, qui cependant n'offrent pas une grande
vari6et. Des mousses forment souvent sur les trones de bizarre dessins, mais elles
ne sont pas aussi abondantes que l'on pourrait s'y attendre, 6tant donnu e la grande
humidity de I'air. De petits champignons, au contraire, y poussent A profusion;
beaucoup de troncs d'arbres 6croul6s et commencant A pourrir en sont converts.
Les lines ligneuses abondent presque partout, jusqu'A I'intlrieur de la
fort; il y a cependant des endroits oh elles manquent. Quant aux lines herbackes,
on n'en voit guere que dans les clairieres, sp6cialement au bord des fleuves. Les
lines A caoutchouc (Landolphia) sont repr6sent6es par plusieurs espces ou
variet6s. Leurs fruits, de couleur rousse, ont la forme spherique et la grosseur
d'une orange; sous leur pelure Apaisse et coriace, ils renferment une quantity
de graines enveloppAes dans une pulpe, don't le sue aigre-doux et astringent est
tres appr6ciA des indigAnes.
Le sous-bois est form de jeunes arbres, parmi lesquels croissent divers
arbrisseaux et en beaucoup d'endroits, par masses touffues, des scitamin6es (maran-
taches et zingiberacees) de diffirentes especes. Quelques planes herbackes poussent
parmi les feuilles tombies don't le sol de la fort est ordinairement covert.
L'espacement des grands arbres de la fort est le plus souvent considerable;
parfois ils manquent tout A fait, et ces vastes clairieres sont occupies par un
fourr6 de jeunes arbres et d'arbrisseaux 6lev6s. Souvent on y voit des plants de
manioc, ce qui laisse supposed que ces taillis ou broussailles occupent la place
d'anciennes plantations. Lorsque les indigenes veulent 6tablir une plantation, ils
coupent les tiges minces A ras de terre, puis ils abattent les grands arbres A I ou
2 metres de hauteur au-dessus du sol, laissant ensuite tels quels les troncs
tombs, ordinairement sans meme couper les branches. Bient6t ces veg6taux
repoussent, et dAs que la plantation n'est plus entretenue, ils reprennent le
dessus et couvrent de leurs branches entrelackes le terrain reconquis. Mais en
maints endroits les indignnes ont mieux d6blay4 le sol. Si ces plantations sont
abandonnees, des herbes et de petits arbustes provenant de semences les envahissent
et forment ces buissons plus has et moins Apais que l'on trouve souvent a
l'entour des villages. Comme les broussailles et les taillis plus Bleves et plus
serres, ces buissons portent souvent des fleurs splendides, alors que la fort
vierge en est pauvre. Les families de scitaminies, de commelinacees, de convolvu-
laches, de malvacees et de m6lastomacees y sont richement repr6sentees. Dans les
ruisseaux et dans les terrains submerg6s, croit en quantitA une espece d'Impatiens
qui resemble d'une maniAre frappante aux balsamines de nos jardins.






CHAPITRE II


A partir de la rive du Congo, pros d'Ebonda, entire les stations de Ndobo et de
Bumba, s'6tend vers lc nord-est une band de terre herbeuse, assez 6troite pour
laisser la fort presque partout visible des deux c6tes. Cette herbe se compose
surtout d'especes A large feuilles, hautes de I metre 4/2 A 2 metres. Elle est
entremi-le de planes herbacees, d'arbustes et d'arbres trWs espaces. Parmi
les herbaches dominant les l6gumineuses et les composes; parmi les arbres, les pal-
miers elais. Dans quelques endroits cependant, les herbes ne sont pas melees
A d'autres vegetaux. Sur la lisiere de la fort on voit beaucoup de scitaminecs, de
fougeres et de Selaginella grimpantes.
Les plantations des indigenes du territoire qui nous occupe consistent prin-
cipalement en bananiers a grands fruits (Musa sapientum, var. paradisiaca), en
manioc amer (Manihot utilissima) et en mais (Zea Mays). Le manioc predomine
dans le sud; au contraire, los bananiers et le mais sont plus abondants au nord.
La colocase (Colocasia antiquorum), les ignames (Dioscorea), la canne A sucre (Sac-
charum officinarunm) et le tabac (Nicotiana) sont cultiv6s en plus petite quantity. Le
palmier A huile (Elaeis guineensis) ne se rencontre qu'aux limits du territoire, dans
le voisinage du Congo et de la Mongala.
Faune. Les insects sont abondamment represents, en particulier par des
fourmis et des papillons. Ces dcrniors sont tres varies; on les rencontre en grand
nombre surtout dans les clairieres autour des villages. Le line que nous faisions
s@cher dtait souvent covert de centaines de papillons de couleurs variCes. 11 y a
aussi des abeilles qui donnent du bon miel; les mille-pieds sont nombreux,
mais on voit relativement pen de coldopteres. Les cancrelats sont souvent le
fl6au des stations. A Ngali, ils rongerent pendant la nuit toutes les photographies
que j'avais mises shcher. Les chiques ont deji pen6trW jusque-lX, mais elles s'y
trouvent en beaucoup moins grande quantity que dans le Bas-Congo. 11 n'y a pas
non plus beaucoup de moustiques, si bien que l'emploi d'un moustiquaire
au-dessus du lit n'est pas de rigueur.
II ne semble pas que la grande faune soit trWs riche. On rencontre rarement
des serpents, mais souvent de petits lizards. Les oiseaux ne paraissent point
nombreux, A 1'exception des perroquets gris a court queue rouge, souvent
apprivoises par les indigenes. La fort renferme une foule de singes de petites
especes, des leopards, des chats sauvages, des antilopes, des sangliers, des
le6phants.
Les indigenes elevent, mais en petit nombre seulement, des poules, des chiens,
des chvres et parfois aussi des moutons et des pores. En plusieurs endroits les
animaux domestiques manquent entierement. Les chiens du pays sont d'une assez
vilaine race. Ils out quelque resemblance avec nos bassets; leur corps est trapu,
et leur tate massive et pointue rappelle un peu cell du pore. D'habitude ils
n'aboient pas, mais ils crient et g6missent; cependant a Ngali, j'en entendis aboyer






ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


un, bien qu'il fAt, on me l'assura, de race indigene. A Ngali, je vis aussi
des chats domestiques qui ressemblaient aux n6tres; ils etaient probablement
d'origine europ6enne. Les chevres, les moutons et les poules sont en general plus
petits que leurs congeneres d'Europe.
Population. Les indigAnes du territoire en question offrent dans leur
physique, leurs mceurs et leurs usages de grandes analogies, tandis que pour le
language il existe une difference considerable entire les Mondunga etlesautres tribus.
Ils sont en g4n6ral de constitution robust et de taille moyenne; leur teint est
presque toujours brun sombre, couleur de bronze, analogue aux nos 4 et 43
de l'Nchelle des couleurs de Broca. Leur tete est d'une larger moyenne; parmi les
douze indigenes de Bokapo entiree Ngali et Ndobo) que je mesurai, cinq etaient
brachyc6phales; cependant la mensuration de la tite est difficile chez ces naturels
a cause de l'6paisseur de la coiffure. Leurs cheveux sont noirs, cr6pus et pas
tres courts; quelques-uns ont de la barbo. Leur front est l1ev6, leurs pom-
mettes sont saillantes. En general, les indigenes do cc territoire ne repr6-
sentent pas le vrai type negre, car le prognathisme n'est pas trWs accentu6 chez eux,
le nez est assez prominent, malgr6 sa larger, et les I~vres ne sont pas tris 6paisses.
La poitrine et les hanches sont de larger moyenne, les sins des femmes souvent
hbmisph6riques on coniques. Ils ont les mollets eleves et assez forts; les mains et
les pieds sont ordinairement longs et 6troits.
Le tatouage de la face est presque exclusivement restreint au front qui est convert
de petites cicatrices formant plusieurs raics transversales avec, au-dessus du nez,
quelques courts raises longitudinales; le rest du visage est peu ou point
tatoue. Ils ont aussi divers tatouages sur le corps, notamment sur la poitrine et
sur la parties supirieure des bras; cependant ces tatouages different d'un individu
a l'autre, tandis quo ceux de la face sont identiques chez tous les membres de la
tribu. On tatoue les enfants dans la premiere jeunesse avec un petit couteau
cunniforme (v. pl. 35), aprBs quoi on recouvre les places avec de la poudre de bois
rouge; toutefois ces tatouages doivent dtre renouvel6s plus tard. Les dents sont le
plus souvent limees en pointe; les oreilles sont quelquefois perches, mais non
les l1vres ni le nez. Ils tordent et nattent leurs cheveux en forme de bourrelets et
de tresses; souvent ils y entrelacent des perles. Les homnmes portent fr6quemment
un bonnet en peau. Parfois ils s'enduisent le haut du corps avec de I'huile de
palme et du carbon de bois pulveris6.
Pour tout vetement, les hommes portent ordinairement un pagne en 4toffe
d'6corce confectionni par eux-memes; il passe entire les jambes et est retenu par
une corde ou une autre 6troite ceinture qui entoure les hanches. Les femmes
ne portent pas de pagne, mais seulement une mince corde ou une liane, A laquelle
sont enfilees quelquefois des perles en nombre vari6; cette ceinture entoure les
hanches en passant au-dessous du nombril. Le vetement des enfants, a l'exception







CHAPITRE II


des tout pntits qui sont entierement nus et portes A califourchon sur la hanche,
est analogue A celui des adults. (V. pl. 40, 41, 78.)
Les parures les plus recherch6es south le fil de cuivre pour entourer les bras et
les jambes et pour orner les armes, et les perles de verre qui se mettent surtout
dans les cheveux et autour du cou. Pour chasser les moustiques et les mouches,
les indigenes portent souvent des faisceaux de verges ou de fibres de palmier, ce
qui est, m'a-t-on dit, un privilege des hommes libres. (V. pl. 61.) Leurs armes se
composent de lances don't le fer n'est pas tres long, de boucliers en vannerie (jonc
tress6) et de couteaux droits ou plus rarement recourbes. Je vis aussi une fois un
couteau de jet, A plusieurs points, qui venait probablement du nord, par le tratic
indigene.
Les cases sont bAties A plan rectangulaire, sur un socle continue d'argile
rougeAtre ou jaunAtre, haut de 25 a 125 centimetres, le plus souvent covert
d'empreintes formant divers ornements. Les parois se component de grandes
plaques d'6corce ou de planches relies avec des lines ou des fibres vg&e-
tales, plus rarement elles sont faites de feuillage, de chaume ou de nervures
de feuilles de palmier. Le toit est A deux pans et A pignon angulaire; il est covert
de feuillage, ordinairement de feuilles de scitamin6es. II n'y a pas de fenetres. La
porte se trouve du c6te long de la case; elle est petite, carr6e, semblable a une
fenetre, et peut etre ferm~e par une coulisse. (V. pl. 38, 39, 43.) Beaucoup de cases
se composent de deux parties : une chambre A coucher, ressemblant aux cases
pr6ecdemment d6crites, et une piece contigue oh les indigAnes se tiennent pen-
dant la journ6e et qui est ouverte de trois c6t6s, les murs 6tant remplac6s par des
pieux minces qui supportent le toit. Quelquefois cette piece est arrondie du c6te
6troit. On voit aussi des huttes qui ne contiennent qu'une piice ouverte de tous
les cOlts et servant de lieu de reunion. (V. pl. 43.) Ces sortes de hangars so ren-
contrent beaucoup plus dans cette region que sur les rives du Congo.
Devant beaucoup de cases se trouvent des bans en troncs d'arbres qui
permottent aussi d'escalader plus facilement l'entrAe, laquelle, de mime que
l'interieur de la case, est consid6rablement 6lev6e au-dessus du sol A cause du
soubassement (ou socle) mentionn6 plus haut. A I'int6rieur de la case est un foyer
ayant la forme de trois pierres et fait d'une terre pareille A celle du soubassement.
II y a en outre un treteau pour deposer diff6rents objets, et un ou plusieurs lits,
consistent quelquefois en des supports AlevAs et fixes A demeure, mais le plus
souvent en des couchettes, faites de nervures de feuilles de palmier, basses, porta-
tives et un peu relevies aux extremit6s. On y trouve aussi d'ordinaire quelques
tabourets de forme arrondie, taillis en bois, des pots en terre glaise, souvent
enjoliv6s d'ornements gravAs, des calebasses, des sacs en peau, des nattes, des
brosses en nervures de feuilles de palmiers effilkes, et autres menus objets.
Les villages sont situes sur une hauteur et se composent ordinairement d'une








ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA


centaine de cases, soit contigues, soit tres pres les unes des autres, formant une
longue rue principal, de laquelle parent A angles droits des ruelles etroites. Tout
c1 village est entour6 d'une haute et 6paisse palissade en minces troncs d'arbres et
d'un fosse ext6rieur large de 2 a 3 mbtres et profound d'autant. Quelques troncs
d'arbres, jets sur cc foss6, introduisent dans le village don't les entries sont
6troites et souvent fermees par des pieux pendant la nuit. Au delA du foss6 se
trouvent les plantations. On y voit fr6quemment des 616vations en argile rougeAtre
ou jaunitre d'un demi-metre de haut et de 2 mtres de diametre environ,
pourvues an sommet d'une ouverture couverte d'une feuille de bananier, et qui
servent, m'a-t-on dit, de lieux d'aisance. D'autres plantations sont 6tablies dans la
fort A quelque distance des habitations. Souvent plusieurs villages situes les uns
pres des autres forment un group dcsign6 sous un nor commun.
La distance qui separait les villages places sur ma route variait de quelques
minutes a neuf heures de march. La density de la population dans ce territoire se
calcule a 7 habitants environ par kilomitre carr6. Entre Ngali et Monveda, ct surtout
dans les environs de Ndobo, j'ai trouv6 cette density beaucoup plus considerable
que sur la route de Ngali A Ndobo.
Les racines de manioc, le mais, les bananes et le gibier forment l'616ment
principal de la nourriture des indigenes. IIs mangent aussi des chiens, mais ils
n'6lLvent pas beaucoup de poules ni de ch6vres. Dans les endroits oh manquent les
palmiers alais et raphia et par consequent le vin de palme, ce qui est le cas
pour la plus grande parties de ce territoire, les indigenes sont presque compl&tement
priv6s de boissons enivrantes, la preparation de la biere de mais et de canne a
sucre n'ktant pas d'un usage general. Le tabac, au contraire, est cultiv4 presque
partout.
Les indigenes de cette region m'ont paru d'une nature plut6t pacifique.
D'apres mes renseignements, l'anthropophagie existe, sans 6tre fr6quente,
ce qu'il est toutefois difficile d'6tablir, car les indigenes la dissimulent aux blancs.
Le nombre des esclaves serait peu considerable. Les villages sont independants les
uns des autres; I'autorit6 de leurs chefs parait tres limitee, surtout A cause des
droits que s'arrogent les ain6s de grandes families qui se donnent souvent
comme de petits chefs. On ne remarque pas grand'chose en fait d'usages religieux.
11 a 6tW donn6 plus haut des details sur les f6tiches de chasse, les danses et autres
usages des Mondunga.
En ce qui concern le language, les Mondunga qui habitent quelques villages
voisins de la station de Ngali et peut-6tre aussi la region encore inexplor6e au nord-
est de cette station, sc distinguent nolablement de leurs voisins. Comme il
a W6t dit plus haut, leur idiome est entierement different de ceux que parent
les tribus avoisinantes, tandis que les autres habitants du territoire situ6
entire le Congo et la Mongala-Dua, aussi loin que je 1'ai parcouru, se ressemblent







CHAPITRE II


meme par le language. Malgr6 cela, il n'y a pas pour eux de nom de tribu
g6nBralement reconnu. Sur les rives du Congo, ils sont le plus souvent designs
par 1'expression (( Ngombe ), qui signifie 6galement (( l'intrieur du pays ) et (( les
habitants de l'intrieur ). Cette expression est aussi applique A quelques tribus
des districts de 1'Equateur et de 1'Ubangi, don't la parents avec latribu en question
est fort douteuse. 11 est vrai qu'il y a de la resemblance entire les tatouages de ces
tribus, mais leurs langues paraissent differentes. Les missionnaires anglais d'Upoto
me dirent que les habitants de la region situ6e au nord d'Upoto s'appellent Moya,
faisant remarquer cependant que ce nom, comme celui de Ngombe, semblerait
plutAt s'appliquer aux habitants de I'interieur en g6neral, par opposition aux
riverains, et qu'il serait aussi usit6 dans d'autres contrees fort bloigndes de celle-ci.
J'entendis des expressions semblables, comme (( Mosa ) et (( Moa -, A l'interieur
du pays mdme (A Ngali et A Bokapo); cependant je ne pus determiner avec precision
si ces mots indiquaient veritablement le nom de la tribu. On dit qu'A Upoto, ils
sont aussi d6signes par le nom d' ( Elombo ), qui signifie (( guerriers )). Dans la
parties septentrionale de leur domaine, don't la Mongala-Dua forme A pen pros la
frontiere du nord, ils portent le nom de M a g i n z a. A d6faut d'un mot g6nralement
usite, ce nom s'appliquerait provisoirement A tous les habitants du territoire situ6
entire le Congo et la Mongala-Dua, abstraction faite de ceux qui parent une langue
speciale, comme les Mondunga. D'ailleurs les Maginza sont si peu different des
Mobali, riverains de la Dua, soit par la langue, soit par le tatouage, qu'on peut bien
les considerer comme une branch de cette tribu. Ils ont aussi, sous plusicurs
rapports, de l'analogie avec les Bapoto, riverains du Congo; mais leur language se
rapproche plus de I'idiome des Mobali que de celui des Bapoto, et par leur tatouage,
ils ressemblent davantage aux premiers.
Les blancs possedent plusieurs stations sur la frontiere de ce territoire, c'est-
A-dire au bord du Congo et de la Mongala, et depuis quelques ann&es, ils en pos-
sedent une, celle de Ngali, A l'interieur. En general, les indigenes des villages
voisins des stations vivent en bons terms avec eux, alors que ceux des villages plus
BloignAs se soucient ordinairement tres peu de les voir pAndtrer dans leur pays.
Le commerce de ce territoire, comme dans tout le bassin de la Mongala, est
entire les mains de la Soci4te anversoise du commerce au Congo; cependant l'exploi-
tation en Afrique est dirig6e par des fonctionnaires de l'Etat du Congo. Ceux-ci
achetent dans les stations le caoutchouc et I'ivoire qu'y apportent les indigenes, ct
envoient leurs soldats noirs dans les villages voisins pour faire des achats et pour
engager les indigines A se procurer de nouveaux products. Les soldats ne semblent
pas toujours trWs scrupuleux sur le choix des moyens pour atteindre leur but, ce
qui a causA plus d'une querelle avec les indigenes. Pour un kilogramme de caout-
chouc qui se vend 8 A 9 francs en Europe, les blancs donnent du fil de cuivre ou
d'autres marchandises d'une valeur de O0 centimes A peu pres. 11 est vrai que les






ENTIRE LE CONGO ET LA MONGALA 47

frais de transport et les imp6ts de l'Etat s'Wlvent A environ 2 francs par kilo-
gramme, sans parler d'autres d6penses qui doivent entrer en ligne de compete;
toutefois on peut voir que le gain r6alise est considerable.
La merchandise d'6change la plus important est le fil de cuivre rouge, gros
ou fin, pr6f6r6, dans la plus grande parties de ce territoire, au fil de laiton, si
recherche sur les rives du Congo. Le mitako (morceau de fil de cuivre de 30 centi-
metres de long environ), qui revient aux blancs A 10 centimes environ, a natu-
rellement dans cette region une plus haute valeur que vers la c6te. Pour 5 h 10 mita-
kos, on recoit une poule; pour 25 A 50, une chevre. En outre, les perles, les ktoffes,
les couteaux, les cloches, les clous, les chapeaux, le sel, les allumettes, etc., sont
des marchandises tres appreciees des indigenes.














CHAPITRE III.


Sur la Mongala.


La station de Monveda. Vers la source de la Dua. Au village de Mugende. Mes hagages enlev6s par les
indigenes. Fuite. Descente de la Dua. Businga et ses environs. Bokula. En pirogue sur la Mongala.
Retour. Conditions g6n 6rales : Climat. Configuration et nature du sol. Flore. Faune.
Population.
(Consultez ici les planches 44 Ai 86.)

La station de Monveda est situ6e sur la rive plate de la Dua, large en cet
endroit do 60 metres environ. Elle consist en quelques constructions en pise,
formant une grande place qui donne sur la rive, et au milieu de laquelle se trouve
l'habitation du chef de la station, 6galement batie en pis6, et contenant trois pieces.
(V. pl. 44.) En face, sur la rive droite, est situ6 Etebe, village des Mobali, qui s'6tend
aussi sur la rive gauche en amount de la station et qui offre un aspect particulier
avec ses cases bAties sur pilots, entire lesquelles s'61vent des charpentes coniques
couvertes d'6pis de mais qu'on y conserve. (V. pl. 45.)
Le climate de Monveda est humide, relativement frais et plutAt defavorable A
la sant6 des blancs. Le matin, il fait ordinairement du brouillard. Comme il n'y a
pas de source dans le voisinage, il faut se contenter de I'eau de la Dua, trWs impure,
noirAtre dans le fleuve et de la couleur du vin blanc dans le verre. Les 16gumes
europ6ens n'y reussissent guere. D'autre part, les moustiques y sont moins
nombreux que plus en amount du fleuve. II ne semble pas que les indig6nes
emploient le nom de Monveda pour designer cette station, puisqu'ils la nommkrent
toujours devant moi c le village du blanc ), donnant A M. Van Grunderbeek, chef
de la station et le soul blanc qui y fdt A cette 6poque, le nom de ( Makassi ), c'est-
A-dire le lourd, le fort.
Les eaux 6taient tres hautes pendant mon sejour A Monveda; d'autre part, on
m'affirmait que mon project de voyage au pays des Banza, au nord de Businga, serait
A peine realisable A cause de I'hostilit6 des indigenes de la region; je resolus done
de remonter la Dua aussi loin que possible et de penetrer ensuite vers l'Uelle.
Malheureusement ce plan ne se trouva pas non plus executable, comme la suite le
prouvera.







Sun LA MONGALA


Je quittai Monveda le 27 septembre et je remontai la Dua dans une grande
pirogue recouverte d'un toit, come routes celles don't se servent les Europbens
au Congo pour voyager. Outre mes trois domestiques, deux petits garcons engages
A Monveda et plusieurs soldats commands par le chef d'un village voisin de
Monveda, m'accompagnaient, months dans plusieurs petits canots. Le chef de la
station, M. Van Grunderbeek, suivait dans une second grande pirogue avec l'in-
tention de faire des achats dans le haut fleuve. Cependant, le matin du quatrinme









.. ..













--. .- "


RIVES DE LA DUA PRES DE MONVEDA.

jour, nos ramcurs ayant cherch6 A rivaliser de vitesse, son embarcation heurta
centre des troncs d'arbres a fleur d'eau et chavira en un clin d'oeil, entrainant avec
ello hommes et provisions. Tout le monde gagna bientot la rive A la nage, mais le
chargement 6tait fort endommag6, ce qui obligea M. Van Grunderbeek A s'en
retourner.
Dans ces parages, le fleuve a un course trWs sinueux et se divise en nombreux
canaux qui abrbgent la route. Les palmiers y forment souvent comme une vote;
le sous-bois m6me y est essentiellement compose de palmiers, entire lesquels crois-
sent beaucoup de fougeres et divers arbrisseaux, landis qu'aux cimes des arbres
se suspendent des plants grimpantes. Pendant la saison des pluies, les rives sont
submergees sur un grand space, de sorte qu'on trouve peu d'endroits A sol ferme







CHAPITRE III


oh l'on puisse debarquer. En quelques parties les rives sont couvertes d'une fort
d'arbres dicotyledon6s ob s'espacent des palmiers en petit nombre, et ailleurs d'une
fort compose principalement de palmiers A troncs bas ou 6leves. Un peu au delA
de Monveda, dominant les troncs 6lev6s; plus loin, au contraire, en amount du fleuve,
les palmiers giants ou faux-bambous (Raphia) A tronc bas et A feuilles gigantesques
sont les plus nombreux. Dans le sous-bois se rencontre souvent une espkce de
Vitis qui, par ses feuilles, resemble A notre vigne, mais qui en differe par la gros-
seur et la disposition de ses babies. On y trouve aussi beaucoup d'aroidees A feuilles
6normes. En maints endroils, une 6troite lisi6re d'herbe s'6tend le long du bord.
De nombreuses orchid6es, aux fleurs blanchAtres et odorif6rantes, croissent sur
des troncs d'arbres inclines au-dessus du fleuve. Des n6nuphars (nymphbacdes)
blancs et violets s'6talent A la surface de l'eau.
Pendant sept jours nous remontAmes le fleuve, passant ainsi devant une dou-
zaine de villages des Mobali, don't chacun renferme de vingt A cent huttes rectan-
gulaires, baties sur pilots dans le terrain submerge. Ces huttes sont de deux sortes :
les unes, servant d'habitations, A parois basses et A toit tombant presque au ras du
sol, les autres plus hautes, ouvertes sur les c6tes, oi l'on fait du sel au moyen de la
combustion de certain veg6taux. La plupart des villages se trouvent sur la rive
meridionale, quelques-uns sur les deux rives ou dans des iles. On voit Ca et IA des
huttes isol6es oh s'abritent les pecheurs. En aval de quelques villages, le fleuve est
obstru6 dans toute sa larger par des palissades basses, a l'exception d'un passage
6troit. Dans son course sup6rieur, il est traverse par deux points en minces troncs
d'arbres.
Les indigenes, appartenant A la tribu des Mobali, ressemblent aux Maginza,
mais ils ont la face un peu plus tatoude et portent plus de perles, souvent aussi des
coquillages (cauris) dans les cheveux. (V. pl. 46.) On les dit encore plus sauvages
et plus cannibales que les Maginza. Sur l'un des affluents du sud de la haute
Dua se trouvent, au dire des soldats de Monveda, des maisons en piss dans plu-
sieurs villages de Tam-a-tam o M a t a m at a m b o (Matambatambo). Cc nom designe
au Congo les marchands arabes du Zanzibar et leurs gens qui, de 1889 A 1892,
tcondirent, comme on sait, leurs brigandages vers l'ouest jusqu'A ]'Itimbiri, d'ob
ils pen6tr6rent, d'apres les renseignements re.us par Hodister, jusqu'au village
de Mondumba, sur la Dua superieure.
Voici quels furent nos lieux de campement durant notre trajet sur la Dua :
1 une maison en pis6, entouree do palissades, poste de soldats abandonn4, pros du
grand village de Ligu n d a (souvent aussi appelM Libeswa, d'aprbs le nom de son
chef); 2 le village de Liboko; 3 un autre village du meme nom ; 4 le village
(tdjA mentionni de Mondumba dans lequel, A cause du terrain marecageux, ma
tente fut dress6e sous une hutte A sel; o5 une place de march (libongo) avec
quelques buttes inhabities au bord du fleuve, oh nous nous arretAmes une







SUR LA MONGALA


journ6e pour acheter des vivres qui nous furent apport6s par les habitants d'un
village voisin (Dundusana?); Co le petit village de Libumba (ou Ibumba) oh nous
ffmes cruellement tourmentes par une Anorme quantity de moucherons; 7 un
petit village situe en parties dans une ile et nomm6 par les uns Baloio, par les
autres Mweya, ou encore d6sign6 come faisant dejA parties du grand village de
Mugende. La plupart des cases de ce petit village, contrairement A ce que j'avais
vu jusqu'alors le long de la Dua, etaient 6tablies sans soubassement de pilots sur
la terre ferme et avaient les parois en nervures de feuilles de palmier ou en
feuillage. Prbs d'une de ces cases, un tr6teau, covert d'une vigne de 1'espece
dAjA mentionn6e, rappelait tout A fait la tonnelle d'Europe.
Le huitieme jour de navigation, apres un court trajet, nous abordAmes au
village de Mu gende (ou Mongende) indiqu6 sur la plupart des cartes sous le nom
de Ngendet ou Gendet, A l'endroit oh la Dua cesse d'etre navigable pour les
grades pirogues. LA, ce fleuve forme un elargissement d'environ 100 metres.
C'est peut-6tre le Pool Ngwaza de Hodister, puisque en dehors de celui-ci et d'un
autre, situe pros de Mondumba, je n'apercus aucun elargissement ou pool sur la
haute Dua. I1 est vrai que, dans ce cas, Hodister doit avoir estimn la vitesse de sa
course, et par consequent aussi la distance jusqu'au pool, bien au-dessous de sa
veritable valeur. Autrement il faudrait supposed que nous avions depass6 les deux
pools indiqu6s par Hodister sans que je les eusse remarqu6s. Dans le voisinage de
Mugende, les bords du fleuve sont encore plats, mais ils ne sont pas si marAcageux
que plus en aval. Le pays environnant est boise et ne s'6Alve qu'insensiblement
vers l'interieur.
Quelques huttes sur pilots sont baties au bord de la Dua; la fort les spare
de la plus grande parties du village situee A un quart d'heure de chemin vers l'int6-
rieur. Les habitants de cette locality nous attendaient sur la rive; ils chargerent
mes bagages et les transporterent jusque dans leur village, qui content un grand
nombre de cases proprement baties en nervures de feuilles de palmier et sans
soubassement de pilots. Un chef, qui s'6tait couvert le corps de teaches blanches,
vint me saluer et me remit une poule. Ces indigenes appartiennent encore A la tribu
des Mobali, mais on peut conclure, d'apres leur tatouage, qu'ils sont mIl6s aux
Mongwandi. Contrairement A la plupart de ceux que je vis ailleurs, chez qui la peur
semblait plus forte que la curiosity, ils 6taient tres importuns, entourant ma tente
en foule compact et considerant avec convoitise tous mes effects. Je remarquai
beaucoup de lances A fer long de I m.tre A peu pres et quelques couteaux de
jet; mais les indigenes n'etaient pas disposes A les vendre. (V. pl. 84 et 85.)
Les vivres qui avaient e4t assez rares pendant le parcours en cannot, nous furent
apportes en abondance, notamment des poules et de la chikwangue (pain de
manioc), ainsi que des chiens, qui sont, dans cette region, de consommation
courante, mais que nous refusAmes.






CHAPITRE III


Les soldats qui m'avaient accompagn sur la Dua s'en retournerent. Ils ne
pouvaient rester longtemps absents de Monveda, parce qu'ils devaient se tenir
pr6ts A rejoindre une expedition contre les indigenes de Gongohute, sur l'Ebola,
qui avaient tuO deux blancs. Je leur demandai cependant d'assister le lendemain A
mon depart; mais je ne les revis pas, non plus que les deux garcons engages a
Monveda. L'un d'eux y retourna avec les soldats; on n'entendit plus parler de
l'autre: il aura probablement WtW tuW et mang6 par les habitants de Mugende.
Le lendemain, je requis des indig6nes pour transporter mes bagages dans le
village le plus proche, au nord. Ils les porterent pros du fleuve, les chargerent sur
des pirogues, traverserent le fleuve et d6barqubrent A l'entr6e d'un sentier prati-
cable qui p6netrait dans la fort. Apres y avoir d6pos6 mes colis, ils remonterent
precipitammcnt dans leurs pirogues et repartirent, non sans avoir en vain invite A
les accompagner le plus jeune de mes domestiques, don't la corpulence paraissait
exciter leur app6tit.
Nous dames appeler longtemps avant que quelques riverains se fissent voir.
D'abord ils n'osaient approcher avec leurs canots; enfin, ils s'y deciderent quand ils
eurent rceu l'assurance que je n'ktais pas Makassi, c'est-a-dire M. Van Grunderbeek,
qu'ils paraissaient craindre vivement. Je gagnai alors I'autre rive avec deux de mes
domestiques, pour ramener les porteurs de Mugende, tandis que le troisieme
restait aupres des bagages. A notre arrivee, le village etait presque desert; de
loin, nous apercAmes quelques indigenes arms qui nous cri6rent de ne pas aller
plus loin. Toutefois, lorsqu'ils virent que nous n'avions pas d'intentions hostiles,
ils s'approcherent. Je demandai le chef; on me repondit qu'il Btait alley dans un
village voisin. Un autre indigene se pr6senta comme son porte-parole, les bras et
les jambes richement orn6s d'anneaux et rappelant par ses traits reguliers, sa
barbe longue, son teint brun-rougeAtre, le type des anciens Egyptiens. Apres une
s6rie de discours, auxquels je ne compris pas le moindre mot, une troupe d'indi-
gcnes vint avec nous au debarcadere oh 6taient mes bagages et les porterent dans
la fort; mais au bout de quelques minutes, un de mes domestiques vint m'avertir
que, de nouveau, tous les colis gisaient A tcrre. Jo n'eus que le temps de voir
s'enfuir les derniers des porteurs qui n'avaient pas manque, auparavant, de
s'approprier quelques objets dans une malle imparfaitement formee. Je fis alors
dresser ma tente en cet endroit et nous y passames la nuit.
Le lendemain, je r6solus d'aller A la decouverte du plus proche village, esp6-
rant pouvoir m'y procurer d'autrcs porteurs. Laissant un do mes domestiques
aupres des bagages, je suivis, accompagne des deux autres, le sentier qui passait
pres de notre campement. Apr.s avoir depass6 la haute futaie, nous nous per-
dimes dans des broussailles touffues, entremilAes de plants de manioc, sans
trouver aucun village, malgrd toutes nos recherches. I1 fallout encore nous estimer
heureux de pouvoir retrouver le chemin pour retourner sur nos pas.






SUR LA MONGALA


Sur ces entrefaites, quelques riverains apportant des vivres s'etaient presents
a notre campement. Alors, accompagn6 d'un domestique, je me rendis encore une
fois a Mugende, pour demander aux indigenes de rapporter mes effects dans leur
village, esperant que nous pourrions do l nous engager dans une autre direction.
Leur attitude fut A peu pros la memo qu'A ma pr6c6dente visit; cependant, ils
paraissaient d'jA avoir perdu toute crainte et s'etaient aussi mieux arms.
Enfin ils vinrent avec moi et chargerent tous les colis sur deux pirogues, mais au
lieu de se diriger vers leur village, ils descendirent le fleuve. Comme nous leur en
faisions I'observation, ils d6clarerent qu'ils ne voulaient plus nous ramener chez
eux. Reconnaissant qu'il 6tait impossible de pneltrer dans l'interieur par ce c6tW,
je consentis A r6trograder.
Dans chaque pirogue 6taient dix a douze rameurs arms de leurs lances. Au
premier village que nous atteignimes, ils manifesterent l'intention de remonter un
affluent; nous les obligcames cependant A border et A charger les bagages sur un
seul cannot, dans lequel nous continuames a descendre le tleuve, tandis que l'autre
restait en arriere. Les indigines ramaient si mal que l'eau entra A plusieurs
reprises dans la pirogue, ce qui leur servit chaque fois de pretexte pour border.
A un nouvel arret, comme nous avions mis pied A terre, afin qu'ils fussent plus A
l'aise pour vider 1'eau, les rameurs inviterent A s'embarquer le domestique don't
j'ai mentionn6 l'embonpoint; d&s qu'il l'eut fait, ils remirent la pirogue A l'eau et
partirent. Avant que nous eussions pu nous rendre compete de ce qui se passait, ils
avaient disparu derriere un coude du fleuve. Aussitdt nous entendimes les cris du
domestique qu'ils avaient empoign6 par le cou et les bras, et qu'ils commcneaient
A frapper. Pendant que mes deux autres serviteurs couraient A son secours en
criant, il parvint A se digager et a gagner la rive; enfin il nous rejoignit, le visage
ensanglant6 par deux blessures. Je m'attendais alors a ce que les indigenes nous
assaillissent; mais ils se contenterent de mettre leur butin en sAret6 en remontant
un autre canal.
Parmi les objets enleves se trouvaient deux de mes fusils; un troisieme 6tait
hors d'usage, les cartouches ayant Wte mouilldes, de sorte que nous ne disposions
plus que d'un seul fusil et de mon revolver; en outre nous Ations dans une ile
mardcageuse oh I'on ne pouvait avancer que lentement; par consequent nous ne
pouvions empecher cette rapine. D'autre part, il etait vraisemblable que la
convoitise anthropophage ramonerait les indigenes en force pour nous achever et
nous devorer. Nous nous hAitmes done de construire deux radeaux en nervures de
feuilles de palmier, afin de pouvoir gagner I'autre rive du fleuve qui, A cet endroit,
est large de 30 metres et profound de 2 m6tres environ, puis nous cacher dans la fort.
En effet, il ne se passa pas longtemps avant que deux indigenes, months dans un
cannot qui avait accompagn6 les pillards, vinssent nous observer. Un de mes domes-
tiques envoya un coup de fusil au cannot, mais je crois qu'il n'atteignit personnel.







CHAPITRE III


Lorsque les deux radeaux furent terminus, nous nous aperuimes qu'ils
n'Ataient pas en etat de nous supporter, probablement parce qu'ils 6taient faits de
feuilles trop fraiches. Nous les fimes done glisser l'un sur l'autre, puis, apres y
avoir place nos armes, ma veste et mes bottes, chacun de nous s'y cramponna
d'une main, et nous traversames le fleuve a la nage. Nous atteignimes heureusement
l'autre rive, seulement mes bottes et ma boussole avaient trouv6 leur tombe dans
les flots. Pendant ce temps la nuit dtait venue. Ayant pendtr4 un peu dans la fort
submerge, nous nous assimes sur un tronc d'arbre d6racin6, et nous passAmes
ainsi la nuit, grelottant dans nos habits transperc6s et craignant A chaque instant
de voir apparaitre les torches de 1'ennemi (ils les fabriquent avec de la r6sine).
Nous entendimes en effet plusieurs fois des voix d'hommes; une fois imme je crus
voir une lumiBre, cependant la nuit s'acheva sans autre incident.
A la premiere lueur du jour, nous nous mimes en march et nous p6n6trAmes
plus avant dans la fort. Autour de nous se faisait entendre le barrit des Aelphants
qui toutefois demeurerent invisibles. Nous trouvAmes un chemin A peu pres
parallele au fleuve, et nous le suivimes tout le jour A travers la haute futaie, sans
rencontrer personnel. Los fruits des lines A caoutchouc, cueillis par mes domes-
tiques, furent ce jour-lI notre unique nourriture. Vers le soir, come je pensais
que nous devious 6tre pres de l'un des deux points mentionn6s plus haut, nous
quittAmes ce chemin pour en prendre un autre qui conduisait au fleuve. Apres
avoir pataug6 longtemps sous les palmiers de la fort submerge, oh nous avions
souvent de la boue jusqu'aux genoux et de 1'eau jusqu'a la ceinture, nous trouvimes
heureusement le pont et nous traversames le fleuve. Dans l'intention d'atteindre le
village de Libumba que je croyais tout pres, nous poursuivimes notre route vers
l'amont du fleuve, et nous passAmes encore la nuit dans la fort sans feu et sans
abri. Harass6, mais du moins rechauff6 par mes treize heures de march, je
m'endormis entire les branches d'un arbre A demi tomb6, bien que ma couche fit
d6nube de tout confort, et que les cris varies des animaux qui retentissaient dans
la nuit ne fussent pas pr6cis6ment une musique endormante.
Le lendemain matin, nous rencontrAmes bientdt un group d'indigenes qui
portaient au marched des bananes et de la chikwangue. Des qu'ils nous apercurent,
ils prirent la fuite, jetant leurs marchandises sur le chemin; plusieurs
d'entre eux perdirent mome leurs boucliers; cependant quelques-uns se laisserent
enfin persuader de s'approcher de nous. Nous simes par eux que sur la rive du
fleuve se tenait un march oh nous pourrions avoir une pirogue. Apres une court
march qui me fut n6anmoins tres p6nible, n'atant pas accoutum6 A marcher sans
bottles, nous atteignimes la place du march, qui me part Atre celle oh nous avions
passA presque deux jours, lors de notre voyage en amount. LA, nous nous procu-
rames deux petites pirogues, dans lesquelles nous descendimes alors le fleuve,
mes domestiques ramant de leur mieux et le propri6taire des deux canots nous
suivant dans un troisieme.







SUR LA MONGALA


Heureusement nous fAmes bient6t rejoints par un indigene d'un village
situ6 en aval du fleuve; il avait une plus grande pirogue et il accept de nous
conduire A Monveda. Le trajet dura trois jours. Dans les villages oh nous passAmes,
nous refimes, bien que nous n'eussions rien a donner en retour, des bananes et
de la chikwangue, et les chefs me cddrent pour la nuit une de leurs cases, oh des
tr6teaux AlevAs, sous lesquels 4tait allume du feu, figuraient les lits. Pendant ce
parcours nous flames encore exposAs A plusieurs dangers. Au dire de mes
domestiques, quelques indigenes proposaient de nous tuer et de nous manger,
mais la majority y 4tait opposee. Souvent meme le conducteur de notre pirogue
semblait regretter sa complaisance A notre Agard; il avait peur qu'A notre arrive
a Monveda, je ne le fisse mettre aux fers; mais la perspective de la rAcompense
promise vainquit ses hesitations, et nous rentrames sains et saufs A Mo nve d a.
La perte de mes bagages, parmi lesquels se trouvaient ma tente, mon lit, ma
batterie de cuisine, plusieurs instruments, mon journal, ainsi que d'autres notes,
une trentaine de photographies ct les plants recueillies sur la Dua, m'itait tres
sensible; cependant je remerciai Dieu d'etre encore vivant et je rAsolus de prendre
sans retard le chemin du retour, d'autant plus que le temps que je m'Atais propose
de sojourner en Afrique touchait A sa fin. Les blessures que l'un de mes domes-
tiques avait revues se guerirent tris vite d'elles-mimes. Je n'avais gurce I'espoir de
recouvrer mes effects soustraits; quelles ne furent done pas ma surprise et ma
satisfaction lorsque, cinq mois apres mon retour en Europe, j'en regus la plus
grande parties par les soins du gouvernement de 1'Etat du Congo. Heureusement
mes notes s'y trouvaient aussi, et en bon 6tat, tandis que la plupart des autres
objets 6taient A peu pros hors d'usage par suite de I'humiditd.
Apres un court sejour A Monveda, je quittai cette station le 17 octobre et nous
descendimes la Dua dans une grande pirogue. Les rives de cette parties du fleuve
sont couvertes d'une fort d'assez basse futaie, entremelee de palmiers. Nous pas-
sAmes devant dix ou douze petits villages des Mobali, semblables A ceux qui ont 6t0
decrits plus haut, et nous atteignimes le soir du deuxieme jour I'embouchure de
l'Ebola ou Eau blanche, riviere au courant assez rapide, aux eaux jaunatres et
presque du meme volume que cells de la Dua. C'est la que se termine le territoire
des Mobali. Le fleuve prend alors le nom de Mongala, et sa larger atteint
150 metres environ, le double de ce qu'il avait jusque-lI. La v6gAtation des rives
resemble A celle des bords du Congo et consist en une fort contenant quelques
palmiers Apars, beaucoup de plants grimpantes et un 6pais sous-bois.
En continuant de descendre le fleuve, on apercoit, apres un court.trajet,
l'embouchure de la riviere Li k a me, au course rapide, large d'environ 50 metres,
et A peu de distance au delA, sur une pente argileuse, la station de Businga. Cet
ktablissement qui, A 1'dpoque de mon sejour, existait seulement depuis quelques
mois, contenait des magasins pour les marchandises et des huttes pour les nom-







CHAPITRE III


breux ouvriers (environ 300) qui y 6taient employs; les deux blancs, MM. Uncles
et Wood, Americains, habitaient encore des tentes dressees sous des hangars cou-
verts de feuilles. (V. pl. 47 et 48.)
La preparation du caoutchouc y est faite d'une manitre particuliere. Ailleurs,
les blancs achetent le caoutchouc aux indigenes qui l'obtiennent en incisant la
liane ou le tronc de l'arbre A caoutchouc, et en m6lant au suc qui s'6coule, soit de
l'eau, soit la seve de certaines scitaminkes, puis en le faisant condenser A l'air,
apres quoi ils en forment des boules quelquefois disposees en chapelet.
A Businga, au contraire, 1'entrepreneur fait bouillir et comprimer en gateaux
plats le sue des plants gommifEres, ce qui fournit un produit bien plus
pur que celui des indigenes. Comme l'6tablissement 6tait tout nouveau, ceux-ci
n'avaient pas grande confiance dans les blanks et n'apportaient qu'une petite quan-
tit6 de sue de caoutchouc, de sorte que les ouvriers de la station devaient s'occuper
a en recueillir.
Accompagn6 de quelques soldats et porteurs, je parties de Businga pour une
excursion de trois jours au poste de Bdgolo, alors inoccup6 et situ6 A cinq heures
de march vers le nord, au bord du fleuve Likame.
Le chemin qui y conduit traverse d'abord le grand village des Mongwandi,
Businga, s6par6 de la station par des broussailles et des plantations. Les cases
ysont placAes a une assez grande distance les unes des autres, dans une seule rue
large (ou une succession de longues places elliptiques), plant6e de bananiers. Pour
la plupart, elles n'ont pas de soubassement d'argile; leurs parois sont en Bcorce ou
en bois, le toit est couvert de feuillage. Un grand nombre sont A plan circulaire et
portent un toit conique, se terminant en pointe; d'autres ressemblent aux cases
rectangulaires en usage dans tout le territoire entire le Kassai et la Mongala, mais
elles en different parce qu'elles sont arrondies aux angles et que leur toit est A
quatre plans inclines, tandis qu'ailleurs il n'y en que deux.
Au delA de ce village, on entire dans la fort marBcageuse, puis on passe A
travers des roseaux hauts de 4 metres et ressemblant A la canne A sucre, pour
aboutir A quatre villages situ6s A peu de distance les uns des autres et contenant
ensemble deux cents cases environ. Les deux plus grands portent le nom de
Mbanza (Mombanza ou Embanza) et Evamkoyo (?). Entre ces villages, sur un
terrain assez accident, s'ktendent des plantations de bananiers, de mais et de
sAsame. (V. pl. 56.) Sur un petit space, elles 6taient sApar6es du chemin par une
barriere en piquets. Ces villages different de Businga par leurs entrees, d'une forme
particuliere, par leurs nombreuses places-f6tiches situees dans la rue du village,
et en parties aussi par la forme des cases.
Les entrees des villages sont proteg6es par une double palissade consistent en
deux ranges de troncs minces, assez Aloign6es l'une de l'autre. Un 6troit passage,
6galement border de pieux, y est m6nage et peut 4tre ferun4 par un gros trone







SUR LA MONGALA


d'arbre creus6, suspend A la palissade et qu'on abaisse au moyen d'un tronc plus
mince. (V. pl. 66.)
Les cases, tres spaces, se trouvent dans une large rue, oh s'6lAvent g et la
des bananiers et d'autres plants. Elles sont en parties ovales, avec un toit de
feuillage en croupe (a quatre pans), ou circulaires, avec un toit de feuillage conique,
come A Businga, ou encore circulaires avec un toit d'herbes hbmisph6rique (en
forme de d6me), ce qui est caractristique dans la tribu des Banza. Devant les
cases, on voit souvent des foyers couverts d'un toit plat, reposant sur quatre
poteaux et qui sert de rAserve pour les ustensiles de cuisine. (V. pl. 53, 57, 58,
59, 67, 68.)
Dans la rue du village, devant ou entire les cases, on rencontre fr6quemment
des treteaux forms de piquets lies ensemble, sur lesquels sont parfois fixAes des
espices de niches ressemblant A de petites huttes. A l'int6rieur ou A l'ext6rieur de
celles-ci se trouvent de petites figures d'hommes ou d'animaux en bois, des comes,
des pots, etc.; de chaque c6te sont plants des euphorbes en forme de cactus et
d'autres vS6gtaux rcmarquables. (V. pl. 51, 54, 55, 60, 86.) Souvent, ces tr4teaux
ou ces niches sont tout pres des portes des cases. A ma question concernant I'usage
de ces appareils, un negre de la cote, qui me servait de guide, repondit que les
naturels faisaient cela pour s'amuser Je crois plutOt que ce sont de petits temples
ou chapelles de f6tiches, ou encore des autels consacrAs aux gAnies tutelaires et
aux morts qui, peut-etre, sont enterrAs dans ces lieux. En some, les indigenes ne
paraissent pas y attacher grande importance, car plusieurs des figurines en bois
gisaient sur Ie sol A c6te des cases, et ils etaient tout disposes A les vendre.
Au milieu de la rue du village, il y avait, en plusieurs endroits, de petits monticules
en argile battue, entoures d'une cloture basse en piquets parfois recouverts
d'6corces. 11 est probable que ce sont des tombes, bien que les noirs qui m'accom-
pagnaient n'en voulussent pas convenir. (V. pl. 52.)
Les objets d'ameublement qui se trouvaient dans quelques cases, tels que lits,
escabeaux, ressemblaient beaucoup A ceux que j'avais vus entire le Congo et la
Mongala (v. pl. 59); au contraire, une sorte d'instrument de musique, semblable
A une (( marimba ) et qui rendait un son tout A fait agr6able, diff6rait consid6ra-
blement de ceux qui sont en usage chez les riverains du Congo. II consistait en
plusieurs planchettes attaches A un morceau de trone de bananier creus6; on les
bat avec des baguettes A l'extr6mit6 desquelles est fix6e une boule de caoutchouc.
La plupart des habitants de ces villages s'6taient enfuis avant notre arrive.
D'aprAs le t6moignage de M. Wood, ils appartiennent A la tribu des Banza,
fixAe entire la Mongala et l'Ubangi, et qui est aussi connue par son aversion
pour les blancs que par son adresse pour les ouvrages en fer. Cependant,
je ne remarquai rien qui les distinguAt des Mongwandi; ils repondirentma meA mes
questions par des mots appartenant pour la plupart a la langue de cette peuplade;






CHAPITRE III


c'est pourquoi je suppose qu'il s'agit ici d'une population m6lang6e qui parole la
langue des Mongwandi. (V. pl. 51, 56, 61, 62.)
Apres avoir d6pass6 ces villages, on chemine A travers une fort oh s'6lMvent
par places des arbres giants (v. pl. 65), puis on arrive au village de B6gol o, sem-
blable aux pr6cedents. (V. pl. 57 A 62.) Dans le voisinage se trouve le poste du meme
nom, s6par6 du village par la fort. Ce poste, qui se compose d'une maison en pis6
et de quelques huttes d'ouvriers, avait 6t16 tabli peu do temps avant mon arrive
et abandonnd bient6t apres. II est situ6 au bord du fleuve Likame, qui coule entire
des rives boisees et forme des rapids un peu en aval du poste. (V. pl. 63, 64.) Non
loin de IA se trouve un second village que j'ai 6galement visit. (V. pl. 66 A 68.)
Selon les renseignements pris A Businga, on rencontre des savanes A un jour de
march au nord de Bdgolo. Les habitants de cette contr6e sont tres hostiles aux
blancs; peu de temps avant mon voyage, une expedition comptant quarante fusils
avait Aet attaqude par eux.
Le 23 octobre, je quittai de nouveau Businga et je descendis la Mongala en
pirogue vers la station de B6kula, oh nous d6barquames apres quatre heures de
trajet. Le fleuve a, sur ce parcours, un courant assez violent; cependant la naviga-
tion n'en est pas consid6rablement entrav6e, du moins pendant la saison des pluies;
A cette 6poque il n'y a pas de rocs qui affleurent. On n'y aper.oit aucun
village, les Mongwandi ayant etabli leurs demeures a quelque distance des deux
rives.
La station de B 6 kul a, fondue il y a plusieurs annees, est la plus grande du
territoire de la Mongala. Elle se trouve sur une petite hauteur de la rive gauche
du fleuve, et consiste en un nombre considerable de maisons en. pis6 entourant
deux places. Un quart d'heure plus loin se trouve le village des Mongwandi, du
meme nom, separ6 du fleuve et de la station par des broussailles. Ce village n'a pas
de palissade. II consiste principalement en deux large rues parallels oh les cases
sont 6parses. Celles-ci sont pour la plupart A plan circulaire et A toit en feuillage
de forme conique, come A Businga; cependant il y a aussi beaucoup de hangars
ou huttes de reunion, ouvertes de tous les c6t&s et bAties A plan rectangulaire avec
un toit A deux ou a quatre pans. Dans ce village on rencontre d6ej les Bchafaudages
pour la conservation du mais, qui sont en usage chez les Maginza, et consistent en
une range de hautes perches r6unies entire elles par des lines. En plusieurs
endroits on voit des tiges liees ensemble, plant6es en terre, qui reprAsentent
bien des fetiches; mais les trdteaux-fetiches plus compliques des Banza n'existent
pas dans cette contrBe. (V. pl. 69 A 72.) Les habitants du village, du moins les
hommes, ne portent pas autant de perles que les indigenes habitant plus loin en
amount du fleuve. Ils vivent en bons terms avec les blancs, aussi ne manque-t-on
pas chez eux de volailles ni d'autres vivres. (V. pl. 72 A 76.)
Apres trois jours passes dans cette station, oh, grace A 'obligeance de son







SUR LA MONGALA


chef, M. Brancaer, je pus acqudrir quelques objets ethnologiques int6ressants, je
descendis le fleuve vers Likimi, le 26 octobre. Nous passames devant cinq villages,
tous situes sur la rive droite, un peu MlevAe en cet endroit. Los habitants
de ces villages s'occupent, come les Mobali, A la peche et i la preparation du sel.
Leurs cases sont bAties sur terre ferme et sans pilots; elles sont A plan rectangu-
laire et ont des parois en feuillage ou en ecorce; quelques-unes ont un petit soubas-
sement en argile. Les habitants ont la face toute couverte de petites cicatrices
moins voyantes que chez les Bapoto. La langue qu'ils parent est semblable a celles
des Bapoto et des Mobali.
La station (ou le poste) de L i k i m i est situ6e sur une petite hauteur de la rive
droite, A dix heures de rames en aval de Bdkula, et consiste en une maison en pis6
avec quelques huttes. En amount de la station, se trouve le village du meme nom qui
ne se compose que d'une seule rue parallele au fleuve. Le pays d'alentour est boise.
Les vivres sont souvent rares dans cette station, parce que les riverains n'ont pas de
plantations et que les villages de l'int6rieur sont A une grande distance. On dit qu'il
faut deux jours de march vers le nord, A travers la fort marecageuse, pour
arriver aux villages des Banza. De petites plaques en fer d'origine indigene, aigui-
s6es d'un c6tS, large et arrondies de l'autre, sont dans cette contrAe la monnaie
prefer.e. (V. pl. 86.)
A six heures de parcours en aval de Likimi se trouve, 6galement sur la rive
droite de la Mongala, la petite station (le poste) de M inmbia et le village du mAme
nom. La station ne se compose que d'une maison en pis6 et de quelques huttes; elle
avait AtE fondAe depuis peu, cependant il 6tait dAja question de l'abandonner. Le
village s'etend le long de la rive et compete environ cinquante cases A plan rectangu-
laire, baties principalement en nervures de feuilles de palmier et en diverse
feuilles, avec de petites portes en forme de fenktres. (V. pl. 77 et 78.) Les habitants
de ce village out le front on tout le visage covert de petits tatouages. Leur langue
resemble beaucoup a celle des Mobali et des Maginza, et presente aussi quelque
analogie avec celle des Bapoto. D'apres les renseignements recus a la station, il n'y
a pas longtemps qu'ils ont immigrA du pays des Maginza. (V. pl. 78.)
Entre cette locality et la station precAdente, on voit un seul village au bord du
fleuve; il est aussi sur la rive droite. En aval de Mumbia, on rencontre trois villages
sur la rive gauche, suivis d'un quatriAme sur la rive droite. Les cases de ce dernier
sont bAties sur pilots bas. Dans cette contr6e, les rives de la Mongala sont cou-
vertes d'une fort oh l'on n'apercoit pas de palmiers et devant laquelle s'etend, le
long du fleuve, une 6troite lisiere d'herbes entremlAses de scitaminAes.
A neuf heures de cannot en aval de Mlmbia se trouve, sur la rive gauche qui est
plate, la petite station (le poste) de Mbinga ou Binga, au milieu du village du
mime nom. Les cases de celui-ci forment des places carries faisant face au fleuve,
comme dans la rAgion d'Upoto. Elles sont A plan rectangulaire et ont des parois en







CHAPITRE III


nervures do feuilles de palmier, plus rarement en Bcorce; quelques-unes sont bities
sur des pilots bas. (V. pl. 79.) Les indigenes ressemblent aussi aux Bapoto Ils ont
la face toute couverte de tatouages. Le vtement des femmes se borne ordinairement,
comme dans tous les villages situes en amount du fleuve, A un cordon li6 autour des
hanches, qui souvent sc prolonge sur le devant en un petit appendice auquel sont
parfois enfilkes des perles ; cependant on rencontre aussi (pour la premiere fois en
descendant le fleuve) les jupes de fibres en usage chez les Bangala. (V. pl. 79 A 81.)
La chikwangue (pain de manioc) a dans cctte contr6e la forme de croissant, comme
c'est la rgle chez les Bangala, tandis que plus loin en amount du fleuve, on lui
donne la forme de saucisson. Les indigenes portent le nom de leur village; leur
langue se rapproche consid6rablement de celle des Bapoto, mais elle content
aussi beaucoup de mots de l'idiome des Maginza et des Mobali.
En descendant le fleuve, Mbinga est le dernier poste occupy par un blanc. Plus
loin, en aval, il n'y a que des postes de soldats noirs. Apres six heures et demie de
parcours, pendant lesquels on passe devant deux villages situes sur la rive droite,
on atteint le premier de ces postes, situ e6galcmcnt sur la rive droite, au milieu du
grand village d'Ak ul a. Pendant la saison des pluies, il est tout entour6 d'eau.
Les cases du village d'Akula se trouvent sur de large places; la plupart sont
contigues par leurs pignons. Elles sont baties A plan rectangulaire et principa-
lement en feuilles de palmier. Sur le c6t4 long qui fait face A la rue, elles ont
pour la plupart une 6troite veranda form4e par la saillie du toit et close par une
planche en bordure, comme on envoit aussi dans les villages des Bangala. (V.pl.82.)
La population d'Akula parait 6tre un melange de plusieurs tribus, car on
y remarque non seulement le tatouage couvrant toute la face qui est d'usage en
amount du fleuve, mais aussi le tatouage en crete des Bangala, et un troisieme,
se composant d'une on deux ranges de petites cicatrices dans la line mediane
du front. Les femmes ne portent g6n6ralement qu'un cordon ceignant les hanches,
comme leurs cong6neres en amount du fleuve, ou encore, A la maniere des femmes
bangala, elles sont revetues d'une court et 6paisse jupe en fibres, compose de
nombreuses franges superpos6es. La langue du pays resemble A celle des Bangala
et des Bapoto. On dit que l'interieur est habit par des Mongwandi don't le
territoire aurait ici sa frontiere occidentale.
A neuf et A dix heures de rames en aval d'Akula, se trouvent, sur la rive
gauche de la Mongala, les grands villages de Bongomela et de Bokanga,
entoures de plantations de bananiers et de palmiers 6lais. A Bokanga, il y a meme
un palmier en ventail, le seul que j'aie vu dans le territoire de la Mongala.
Quant aux cases, au tatouage et au vetement des indigenes, ce qui a 6t6 dit
d'Akula s'applique 6galement A ces villages. Cependant 1'6elment bangala parait y
dominer plus largement. A trois heures en aval de Bokanga, pres du village con-
sid6rable de Mobeka, la Mongala se jette dans le Congo.







SUR LA MONGALA


Je continual le parcours en pirogue jusqu'A Nouvelle-Anvers, d'oI le
vapeur la c Ville de Paris ) nous conduisit en onze jours jusqu'au Stanley-Pool.
A L opold ville, je dus attendre les porteurs pendant une semaine; puis je
me dirigeai vers Tumba par la nouvelle route des caravanes qui passe par Kisantu.
Ce chemin est plus court que celui que j'avais pris pour aller, et la contrke qu'il
traverse est moins montueuse; il long A peu pres la ligne de chemin de fer qui,
a cette 6poque, ne depassail pas de beaucoup la station de Tumba. Comme on 6tait
alors dans la saison pluvieuse, la v6g6tation offrait un aspect tout different. L'herbe
6tait fraicho et verte; do nombreuses flours, parmi lesquelles plusieurs especes
d'orchid6es terrestres, s'y 6panouissaient. Le huitieme jour, nous arrivmmes A
Tumb a, d'oh nous nous rendimes en chemin de fer A Matadi, puis en steamer
A Boma.
A Bo ma, je dus attendre quinze jours un vapeur qui fit voile pour l'Europe.
Ma sante, jusqu'alors satisfaisante, fut notablement 6branlee pendant ce s6jour forc6,
tant les conditions climat6riques de Boma ct du Bas-Congo en general sont d6favo-
rables pendant la saison des pluies. Les rues et les jardins de Ia parties basse de la
ville se trouvaient en parties transforms en mardcages; la chaleur du jour 6tait
6touffante et la fraicheur de la nuit souvent tres sensible Enfin, le 18 decembre,
arriva A San-Antonio le bateau portugais, le (( Cazengo ), sur lequel jo
m'embarquai pour I'Europe





Cop)titiors g~6n tales ole ce terrIitoie.


Climat. C'est vers la fin de la saison des pluies que je parcourus la region
des rives de la Mongala, puisque j'y sejournai du 24 septembre au ler novembre,
et que la saison sche commence en novembre ou d6cembre et dure jusqu'en
mars. Vers la fin de mon sejour, le niveau du fleuve avait dAjA un peu baiss6, mais
les pluies fr6quentes continuaient. La temperature variait de 19 A 31 C., come
dans le territoire situ6 cntre le Congo et la Mongala; n6anmoins elle etait,
surtout dans l'apres-midi et le soir, un peu plus basse que dans ce territoire, A
cause des pluies plus frequentes. Peu de jours se passaient sans ond6es ou averses;
en general, dans ces regions, les pluies augmentent vers la fin de la saison humide.
Ce qui a Wte dit au chapitre prciddent sur le climate de la region au sud de la
Mongala, s'applique 6galement A celle-ci. Le brouillard du matin y 6tait encore
plus habituel. Un vent frais soufflait souvent sur le fleuve.
Configuration et nature du sol. La Mongala (ou Mongalla) est un
affluent de la rive droite du haut Congo, dans lequel ell- se jette pros de Mobeka







CHAPITRE III


sous 4 54' L. N. et 190 50 L. E. Je ne saurais dire quelle orthographe, Mongala
ou Mongalla, est la plus exacte, n'ayant jamais entendu prononcer ce mot par un
indigene. Toutefois, il est tres probable que cette denomination a du rapport
aussi bien avec le nom de la tribu des Bangala qu'avec le mot (( mungala ) qui
signifie (( riviere ) dans les langues des Bangala et des Babangi. La Mongala est
form4e par la jonction de deux branches, l'une m6ridionale, la Dua on Eau noire,
I'autre septentrionale, l'Ebola ou Eau blanche. Le debit de 1'Ebola semble un peu
moins considerable que celui de la Dua; ccpendant je ne vis cette riviere qu'i son
embouchure, tandis que je descendis la Dua sur presque toute sa longueur. L'eau
de 1'Ebola est de couleur jaunAtre, celle de la Dua parait presque noire en plein
fleuve; dans le verre elle a la couleur du vin blanc. A une court distance en
aval de la jonction de ces eaux, pres de Businga, la Mongala recoit la riviere
Likame au courant rapide, et plus loin en aval, pres de MGmbia, la Motima, men-
tionnee an chapitre precedent. Ses autres affluents sont peu important. La Mon-
gala est en toute saison navigable pour les vapeurs jusqu'A Bokula; pendant la
saison pluvieuse, de petits vapeurs peuvent la remonter jusqu'au delA de Monveda.
Les bords de la Dua et de la Mongala proprement dite sont presque entikre-
ment plats; ils sont par consequent inondAs sur une grande 6tendue pendant la
saison des pluies; la Dua notamment traverse en amount de Monveda un grand terri-
toire submerge, oh elle forme de nombreux canaux. Dans le voisinage de la jonc-
tion des deux branches du fleuve, la rive gauche d'abord, puis surtout la rive
droite s'61vvent un peu et restent seches. Cette 1lgere l66vation se prolonge en aval
sur la rive droite. Dans cette parties du fleuve, entire Bokapo et Mbinga, on rencontre
peu d'iles; il y en a davantage vers 1'embouchure.
Le sol des bords dela Mongala est formA par des alluvions en parties argileuses,
comme pres de Businga, en parties sablonneuses. Au nord de Businga, des roches
ferrugineuses affleurent en plusieurs endroits.
Flore. Tout le bassin de la Mongala, aussi loin que je le parcourus, est
bois6. Cependant il y a dans la parties la plus septentrionale des savanes qui
ne sont BloignBes de Businga que de deux jours de march. Le long du fleuve
s'etend gen6ralement une ktroite lisiere herbue qui continent beaucoup de scitami-
n6es. Sur les rives en aval de Monveda la fort ne renferme que peu de palmiers; en
amount de Monveda, il y a, au contraire, des forces toutes de palmiers, ainsi que des
broussailles d'une espAce de Raphia A tronc bas, alternant avec la fort oh les
palmiers sont disperses. Le terrain submerge est tres riche en fougrres. Plus avant
dans I'interieur, la fort a le meme caractere que dans le pays situp entire le Congo
et la Mongala, decrit au chapitre precedent.
Les plantations des indigenes, abstraction faite des environs de l'embouchure
de la Mongala, se trouvent Ai 'interieur des terres, jamais sur les boards memes du
fleuve. Elles consistent surtout en bananiers A grands fruits et en mais. Le manioc







SUR LA MONGALA


y est moins cultiv6 qu'au bord de Congo. Au nord de Businga, le sesame (Sesamum
indicum) est I'objet de cultures ktendues A cause de ses graines olagineuses; je
ne l'ai pas remarqu6 ailleurs. Quand je passai li, en octobre, les plants de sesame
6taient en fleurs et portaient deja quelques fruits verts. (V. pl. 56.)
Faune. Les observations faites dans le chapitre pr6c6dent sur la faune du
pays situB entire le Congo el la Mongala s'appliquent 6galement au territoire des
rives de la Mongala. Les families d'insectes n'y sont pas moins richement repr&
sentees, en particulier par des fourmis, des papillons et des mouches; on trouve
aussi beaucoup d'abeilles et de mille-pieds. En maints endroits on est tourment6 le
jour, sp4cialement avant la pluie, par les petites mouches; vers le soir et pendant
la nuit, par les moustiques. Dans les grandes forts de ce territoire, on rencontre
fr4quemment des perroquets gris, des singes et des 614phants. Les animaux domes-
tiques les plus communs sont les chins et les poules; cependant ils font d6faut dans
beaucoup de villages de pecheurs, au bord du fleuve.
Population. La population du bassin de la Mongala se divise en deux
groups de tribus, qui sont nettement diff4renci6s par la langue, le tatouage, le
costume des femmes et la construction des cases. Le group septentrional, qui
se rapproche de la population du territoire de l'Ubangi, comprend les tribus des
Mongwandi et des Banza; le group m6ridional se rapproche des riverains du
Congo, et comprend cells des Bangala, des Bapoto, des Maginza (ou Moya), des
Mobali et desMondunga. Parmi les tribus de ce group, les Bangala se distinguent
notablement par leur exterieur, les Mondunga par leur langue, tandis qu'entre les
autres les differences sont peu sensibles; on peut meme consider les Maginza et
les Mobali comme les subdivisions d'une tribu unique, celle des Mobali.
Les indigenes ktablis dans le voisinage de l'embouchure de la Mongala
semblent appartenir pour la plupart A la tribu des Bangala d6crite au chapitre le'.
Cependant il s'y trouve aussi des individus d'une autre tribu qui se rapprochent
plut6t des Bapoto et des Maginza et qui sont ordinairement designs sous le nom
de Ngombe. (V. p. 46.) Les villages de cette region, comme Bokanga et Bongomela,
presentent la memo disposition de cases que ceux des Bangala; mais on y voit aussi
bien le tatouage couvrant toute la face, en usage chez les Bapoto, que celui en
forme de crete, caract6ristique pour les Bangala. Un pen plus en amount, a Akula,
on remarque m4me un troisieme tatouage qui a de la resemblance avec celui des
Mongwandi et des Banza; il consiste en une ou deux rangees verticales de cicatrices
arrondies, dans la ligne mndiane du front. A quelle tribu appartiennent les noirs
qui portent ce tatouage, je ne saurais le dire : peut-6tre A la tribu indiquee sur la
plupart des cartes sous le nom d'Akula.
Les indigenes qui habitent un peu plus en amount du fleuve, A Mbinga, sont
d'ordinaire d6sign6s seulement par le nom de leur village; mais ils ressemblent
tellement aux Bapoto, don't j'ai d6ja parl4 dans le premier chapitre de ce livre,







CHAPITRE III


qu'on peut les considerer come appartenant A cette tribu. Leur face est toute
couverte do petites cicatrices. (V. pl. 80 et 81.) Leurs cases sont baties A plan
rectangulaire, presque toujours sans soubassement, en nervures de feuilles de
palmier et en diverse autres feuilles; elles sont disposees, comme les cases d'Upoto,
de mani.re A former des places carries, ouvertes sur le fleuve. (V. pl. 79.) Leur
langue ressemble 6galement A celle des Bapoto, mais elle content aussi beaucoup
de mots de l'idiome des Maginza et des Mobali.
Les indigenes etablis encore plus en amount du fleuve, dans les environs de
Mimbia et de Likimi, so rapprochent davantage des Maginza du sud, ddcrits dans
le deuxi1me chapitre de cc livre, et des Mobali habitant les rives de la Dua. On dit
qu'une parties de ces naturels a immnigr6 depuis peu du pays des Maginza. Leur
tatouage consiste en de nombreuses petites cicatrices qui couvrent Ic front ou, le
plus souvent, toute la face. Leurs cheveux ne sont pas aussi richement ornis de
perles que ceux des Mobali; souvent ils les couvrent, come les Maginza du sud,
d'un bonnet de peau, ou les arrangent A la maniere des Bapoto, en deux gros
bourrelets s6par6s par le milieu. (V. pl. 78.) Leur habillement correspond a celui
des Maginza. Ils s'occcupent come les Mobali de la peche et de l'extraction du
sel, pour laquelle ils emploient diverse plants, principalement des cyperacees.
Chez eux, ce travail ne se fait pas dans des huttes spkciales, mais en plein air.
Leurs villages n'ont ordinairement pas de palissades, et consistent le plus souvent
en une seule rue s'allongeant sur la rive du fleuve. Les cases sont A plan rectan-
gulaire, en gnd6ral sans soubassement de terre ni pilots, et portent un toit A
pignon angulaire. Elles sont baties en nervures de feuilles de palmier et en diverse
feuilles, et sont perches du c6dt long par une petite overture carree n'allant pas
jusqu'au ras du sol et pouvant se former par une coulisse. (V. pl. 77 et 78.) La
langue de ces naturels est semblable a cell des Maginza et des Mobali, et content
aussi beaucoup de mots de l'idiome des Bapoto.
Dans les environs de Bdkula et de Businga, un peu plus en amount du fleuve,
habitent des indigenes appartenant A la tribu des Mongwandi qui sera decrite plus
loin. Ils sont venus du nord-est ct aprks avoir traverse le fleuve, ils out p6nitrW dans
le territoire des Maginza.
Les rives de la Dua sont habitues dans toute leur etendue par les Mobali.
Leur constitution physique, ainsi que leur tatouage et leur costume (pagne en
etoffe d'6corce chez les homes, simple cordon chez les femmes), les font
ressembler aux Maginza d(crits au chapitre precedent. Cependant ils ont le bas
du visage un peu plus tatoud que ceux-ci; ils portent aussi plus de perles dans
les cheveux et mettent plus rarement le bonnet de fourrure. (V. pl. 46.) Par
leur caractre moral ils ressemblent davantage aux Mongwandi qui paraissent etre
plus belliqueux et plus cannibales que les Maginza. Ils sont allies aux Mongwandi
par de nombreux marriages; c'est pourquoi on rencontre souvent chez eux le







SUR LA MONGALA


tatouage de cette tribu. Les armes aussi sont A peu pres les memes dans les deux
tribus.
Les villages des Mobali se trouvent sur le territoire d'inondation du fleuve et
consistent ordinairement en une range de cases s'6tendant au bord de l'eau, tout
pres les unes des autres. Ces cases sont bAties sur pilots, A plan rectangulaire et
avec un toit A pignon angulaire. Souvent plusieurs sont contigues ou reliees entire
elles par des plates-formes en branches, en minces troncs d'arbres ou en planches.
Le plancher des cases est construit avec les memes materiaux et repose sur de minces
pilots hauts d'un mitre a peu pres, plants dans le mar&cage. Les parois sont ordi-
nairement en Acorce; la porte est petite et pratiquee sur le cMt6 long de la case; on
la ferme avec un grand morceau d'ecorce. Le toit est couvert de feuilles de palmier
mises sans ordre, et ses boards touchent parfois le plancher; dans ce cas, les cases
n'ont souvent pas de parois. L'interieur n'est gendralement pas divis6. Au fond de la
case se trouve un solide treteau qui sort principalement de lit et sous lequel est
souvent allum6 du feu. Outre les habitations qui viennent d'etre d6crites et qui ont,
sans les pilots, une hauteur de 2 metres 1/2 A 3 mitres, il y a aussi des huttes
(ou hangars) plus hautes don't les c6t6s sont ouverts et qui servent a la fois de
lieu de reunion et de place pour la fabrication du sel. Celle-ci se fait au moyen de
diff6rentes herbes, de plants aquatiques et de regimes des flours du palmier-raphia
qui, au dire des indigenes, leur servent aussi d'aliment. Le!, Mobali, n'ayant pas de
plantations, 6changent avec les habitants de I'interieur, les Maginza et les Mong-
wandi, leur sel qui est gris et piquant au gout, ainsi que des poissons et des noix
palmistes contre des bananas, du mais et du manioc. Entre les cases on voit
souvent des treteaux de forme conique places sur des pieux, ressemblant aux huttes
rondes des Mongwandi et destines a la conservation des 6pis de mais qu'on y sus-
pend en couches imbriquees. (V. pl. 45.) Dans la Haute-Dua, il y a cependant
aussi des villages de Mobali don't les cases sont baties sur la terre ferme, sans
soubassement de pilots. Elles sont 6galement a plan rectangulaire; leurs parois
consistent en nervures de feuilles de palmier ou en diverse autres feuilles. Dans
cette contr6e les plantations ne font pas defaut.
Les pirogues des Mobali, comme cells des autres riverains de la Mongala,
sont creusees dans un seul tronc d'arbre et ordinairement aplaties aux deux extrA-
mites. Quelques-unes out une longueur de 12 A 15 mitres et une larger de plus d'un
metre. Les rames sont longues et 6troites. Les indigines rament le plus souvent
debout, et 1'un d'eux bat la measure avec un morceau de bois.
La langue des Mobali, come je l'ai d6ej dit, resemble beaucoup A cell des
Maginza, et appartient au meme group que les idiomes des Bapoto, des Bangala et
des Babangi.
La plupart des tribus don't il a WtA question jusqu'ici n'habitent que les boards
du fleuve; l'interieur du pays au nord de la Mongala-Dua est peuple par les
S








CHAPITRE III


Mongwandi (ou Mogwandi) qui ont aussi pin6tr6 en plusieurs endroits sur le
territoire des Maginza, au sud de ce fleuve. Les Mongwandi ressemblent aux Mobali
et aux Maginza par leur constitution physique; cependant il parait que la brachy-
c6phalie est plus fr6quente chez eux que chez les autres. Sur les neuf indigenes de
Businga que je mesurai, six ataient brachyc6phales; il s'ensuivait meme un indice
moyen de 82; mais ce chiffre peut n'Wtre pas exact a cause de 1'6paisse coiffure des
sujets et de leur impatience qui ne permit pas d'appuyer solidement le compas. Lc
type du visage le moins grossier, oh les fornnes ngres sont le moins accentu6cs, so
rencontre frequemment parmi les Mongwandi. Le tatouage de leur face consiste en
quelques cicatrices rondes et tres pro6minentes, d'in6gale grandeur, le plus
souvent au nombre de cinq, sur la ligne mndiane du front, au-dessus de la racine
du nez. Quelquefois, surtout chez les individus dejA ages, ces cicatrices sont plus
petites, plus nombreuses et s'6tendent aussi en une rangee le long des soureils. Les
Mongwandi ne se percent d'ordinaire ni le nez, ni les l1vres, mais seulement les
lobes des oreilles qui souvent sont dimesur6ment dilates. Le vetement des homes
consist, comme chez les autres habitants de ce territoire, en un pagne d'6toffe
d'ecorce, qui passe entire les jambes, pendant parfois jusqu'aux genoux, et qui est
retenu par une 6troite ceinture; les femmes, au contraire, ne portent qu'une feuille
ou un morceau de feuille, maintenue sur le devant par un cordon ou une liane
qui ccint les hanches. Souvent les cheveux sont abondamment orn6s de perles. Des
bracelets et des jambieres en fil de cuivre et des colliers en perles, cauris, dents
d'animaux, morceaux de bois ou en graines sont d'usage parmi eux, comme dans
les tribus voisines. (V. pl. 49, 80, 73 A 76.)
Les Mongwandi out coutume d'6tablir leurs villages dans l'int6rieur des terres,
du moins A une certain distance des bords du fleuve. Leurs cases sont considbra-
blement espacies dans de large rues ou sur des places oblongues, et sont pour la
plupart baties A plan circulaire, avec un toit conique termin6 par une longue
pointe. Toutefois il y a aussi beaucoup de cases A plan quasi rectangulaire, mais
arrondi aux angles (presque ovale), avec un toit a croupe (A quatre versants), arrondi
aux aretes. Les parois des cases consistent en planches on le plus souvent en
grands morceaux d'ecorce, fixes interieurement contre les poteaux qui soutiennent
le toit. L'entrie, haute d'un metre et demi, est un peu en saillie et au ras du sol;
elle peut Wtre fermee par un morceau d'6corce; une longue gaule est plantge
de chaque c6t6. S'il y a un soubassement en terre, il est trWs bas et sans
ornement. Le toit est recouvert de feuillage. L'interieur n'est pas divise. Les
huttes de reunion, ouvertes tout autour, sont tres nombreuses, baties ordinai-
rement A plan rectangulaire et avec un toit A deux ou a quatre versants qui parfois
se termine par deux points. (V. pl. 58, 59, 69 A 72.)
Les armes des Mongwandi ressemblent beaucoup h cells des tribus voisines.
Leurs couteaux sont tantdt A lame courbe, tantdt droits et ports dans une gaine en







SUR LA MONGALA


cuir. Ils emploient aussi, comme armes do jet, des couteaux A lame divis6e (A plu-
sieurs pointss, qui, dit-on, proviennent, ainsi que la plupart des objets en fer du
territoire de la Mongala, de la tribu des Banza, r6sidant plus au nord. J'ai vu un
couteau semblable chez les Maginza, au sud de Monveda, et un autre a Akula, dans la
Mongala inf6rieure. (V. pl. 85 et 86.) Les lances don't so servent les Mongwandi, ainsi
que les Mobali, ont pour la plupart d'enormes fers de 70 a 90 centimetres de long et
des hampes sculptees en bois ou en jonc (rhachis de palmier) entoures par endroits de
fil de metal. A la chasse, ils se servent en outre dc harpons qui out une petite pointe
de fer A un ou deux crochets. Cette pointe qui se spare ais6ment de la hampe, rest
pourtant attache par un lien tress6 trbs long, enroul6 autour du bois. Ce lien s'en-
tortille aux broussailles et rend plus difficile la fuite de l'animal blessed. On retrouve
l'usage de ces harpons dans les tribus voisines, par example chez les Maginza.
(V. pl. 84.) Les boucliers des Mongwandi, comme ceux de leurs voisins, sont en
jonc tress6 (on y emploie probablement du rotan) et de forme oblongue et arrondie.
Au milieu est une convexit6 parfois munie d'une plaque de fer ronde avec
une pointe en saillie (umbon). La parties concave de l'intdrieur est renforcge par
une plaque de bois, ornee de cordons croises el d'une peau de bMte cousue
en travers, laissant une prise libre. (V. pl. 83.)
D'apres le t6moignage des blancs r6sidant dans le pays, les Mongwandi
sont do vrais anthropophages; ils mangent non seulement leurs prisonniors de
guerre, mais aussi leurs propres esclaves, nombreux chez eux, comme chez les
Mobali. Celui qui n'a pas encore tuB d'homme n'est pas considered par eux come
digne d'estime. La langue des Mongwandi est tout A fait difftrente de cell
des Mobali, aussi bien que de cells des riverains du Congo. Elle content beaucoup
de monosyllabes, contrairement A ce qu'on trouve dans les langues de ces derniers.
La numeration simple s'arrete au nombre cinq; les autres noms de nombre sont
forms par composition. L'6tendue du territoire des Mongwandi va des sources de
l'Eau Noire et de l'Eau Blanche, jusque dans le voisinage d'Akula.
Au nord-ouest du territoire des Mongwandi, habitent les Banza. J'ai dejA
parl de ces naturels que je n'ai rencontres qu'A la frontinre sud de leur pays, oh
ils paraissent deja mh16s aux Mongwandi. Assez proches parents de ces derniers,
ils sont cependant un peu plus civilis6s que tous leurs voisins du sud. En general,
les habitants des savanes auxquels appartiennent aussi la plupart des Banza, sont
plus avancAs que ceux de la fort. Je n'ai rien observe dans leur ext(rieur qui les
distinguat des Mongwandi. Leur tatouage resemble A celui des individus plus Ag6s
de cette tribu. (V. pi. 51, 56, 61, 62.)
Les cases des Banza sont pour la plupart semblables a cells des Mongwandi;
cependant beaucoup d'entre elles s'en distinguent par leur toit h6misph6rique (en
forme de d6me) et recouvert d'herbe. (V. pl. 53.1 Les chapelles et autres places -
fetiches, don't la description a etS faite plus haut, donnent A leurs villages un







CIAPITRE III


caractere particulier, bien qu'on rencontre (d'apres Maistre) des constructions
semblables chez les tribus qui habitent au nord de l'Ubangi. Comme on l'a vu,
I'entree des villages banza ne manque pas non plus d'originalit6. (V. pl. 54 A 60, 66.)
On dit que ces indigenes out soin d'6tablir des postes d'observation sur des
arbres pres de leurs villages, mais je n'en ai pas remarqu6. Ils cultivent dans leurs
plantations surtout des bananiers, du mais et du sesame qui manque chez leurs
voisins du sud. (V. pl. 56.)
Les Banza fabriquent beaucoup d'objets en fer, parmi lesquels des lances avec
des fers qui ont presque un metre de long, des couteaux de jet A plusieurs points
et des colliers A entrelacements multiples. (V. pl. 86.) Ils se servent aussi, contrai-
rement aux autres tribus de la region, de fliches empoisonnees en bois ou en jonc,
don't la pointe est munie d'une entaille en spirale, afin que le poison y adhere mieux.
Le territoire des Banza s'6tend au nord jusqu'a l'Ubangi; il est born A l'est
par celui des Bongo, A I'ouest par celui des Bwaka. La premiere de ces tribus
present beaucoup d'analogie avec les Mongwandi, la derniere plut6t avec les
Bangala et les Mobali. Le pays des Bwaka a d6jAh Wt visit par des fonctionnaires
de l'Etat du Congo, parties de la Mongala (comme M. Van Grunderbeek), bien que
ces voyages ne soient pas notes sur les cartes.
Les territoires des tribus qui habitent le bassin de la Mongala, sont tous tres
6tendus de l'est A I'ouest, ou du nord-est au sud-ouest, tandis qu'ils sont assez
6troits dans la direction perpendiculaire. Leur plus grand diamitre correspond
done A peu pres au course des fleuves de cette region. C'est peut-6tre aussi dans
cette direction que ces tribus ont immigr6. Pendant les vingt dernieres annmes,
plusieurs peuplades habitant le territoire de l'Ubangi-Uelle, ont avanc6 leurs habi-
tations vers le sud et le sud-ouest; la cause en est probablement l'extension des
Mahom6tans de ce cote. C'est ainsi que les Asande ont p6n6tr4 jusqu'a 1'Itimbiri,
les Mongwandi et les Banza jusqu'a la Mongala et au delA, en repoussant
les tribus qui y habitaient, notamment les Maginza et les Mobali. Ce mouve-
ment s'est continue jusqu'A ces dernieres ann6es, car Hfodister, qui dAsigne les
Mongwandi sous le nom de Busukapo, le remarquait encore en 1890. Les Mobali-
Maginza, qui so rapprochent des Bangala par leur langue, et les Bangala
eux-memes, peuvent avoir parcouru un chemin semblable longtemps avant cette
Apoque, en descendant I'Ubangi et en remontant ensuite le course du Congo et de
ses affluents. Par cette migration, ils entourerent de tous c6tes les Mondunga
(si toutefois cette tribu n'a pas immigre plus tard) et repousserent les Balolo dans les
profondeurs de la grande fort.
La densitM de la population dans le bassin de la Mongala peut etre 6valude A peu
prAs A sept homes par kilometre carr6. Sur les rives du fleuve mdme elle semble
moindre qu'a l'intArieur des terrres, cependant il est difficile de pr6ciser, beaucoup
de villages 6tant dissimules par une bande de fort ou de broussailles qui les spare
du fleuve.







Sun LA MONGALA


A 1'6gard des rapports entire blancs et indigenes, ce qui a W6t dit dans le
chapitre precedent peut se r6peter ici. Le territoire de la Mongala, surtout en
ce qui concern le caoutchouc et 1'ivoire, est exploit par la meme soci4te que
le territoire du sud. A l'6poque de mon voyage, le principal 6tablissement de cette
society, la Societe anversoise du commerce au Congo, 6tait Bdkula. En outre, il
existait encore quatre plus petites stations ou postes (Mbinga, Mimbia, Likimi,
Monveda), occup6s chacun par un seul blanc, et la station de Businga, fondee dans
le but d'une entreprise special, et occupee par deux (temporairement trois) blancs.
Tous ces 6tablissements sont en meme temps stations de l'Etat, lequel dirige l'exploi-
tation pour la society en question, au moyen de ses fonctionnaires. Quelques autres
postes (Bokapo, Gongohute, Abumonbasi, B6golo) avaient 6t6 abandonn6s, surtout
a cause de 1'hostilit6 des indigenes. Dans le voisinage des stations encore existantes,
les indigenes semblent s'6tre r6concili6s avec le nouvel 6tat de choses; ils y sont
aussi moins exposes a des exactions de la part des soldats, a cause de la presence
des blancs. A l'int6rieur, au contraire, ils s'opposent opiniatr6ment a l'6tablis-
sement des blancs, ce qui a deja donn6 lieu a maints combats.
Parmi les articles d'6change qui ont course dans le territoire de la Mongala, les
perles et le fil de cuivre rouge sont les plus recherch6s. Les 6toffes sont plus
rarement demandees Aussi le fil de laiton, moyen g6enral de payment sur les rives
du Congo, n'est-il pas ici en grande faveur. Dans la region de la Dua sup6rieure,
les indigenes pr64frent A toute autre merchandise les petites perles en verre rouge;
plus en aval, le fil de cuivre rouge est trbs recherche; A Likimi, les petites plaques
de fer deja mentionn6es (v. pl. 86) sont d'un usage courant. Les cauris (coquillages)
sont demands principalement dans les parties septentrionales de ce territoire.
L'Atat de sant6 des blancs des stations de la Mongala laisse beaucoup a
d6sirer. La dysenterie surtout y est fr6quente, ce qui est dA en grande parties a
l'usage de la mauvaise eau, car en beaucoup d'endroits il n'y a pas d'eau de source,
et presque tous les Europ6ens negligent de faire bouillir l'eau tres impure du
fleuve, avant de l'employer.


















































































































CHAPITRE IV.


Tableaux synth6ti ues.


Equipment de voyage. Itinrraire et observations m6tdorologiques. D6termi-
nations anthropom6triques : Mesures prises sur des Bakongo, des Bapoto, des Maginza, des
Mongwandi. Renseignements linguistiques : Apercu g6niral. Vocabulaires des langues
des Bangala, des Bapoto, des Maginza-Mobali, des Mondunga et des Mongwandi. Formation du
pluriel dans la langue mondunga.

E~quipement a e voyage.

La liste suivante content surtout les objets qui composaient mon 6quipement
de voyage; cependant j'y ai apport6 les modifications don't l'exp6rience m'a
d6montr6 les avantages. Calculd pour un sdjour de six mois en Afrique, sans
computer la traverse, cet 6quipement se rdpartit A peu pros en vingt charges
de porteurs de 30 kilogrammes chacune, et coAte environ 6,000 francs.
On ferait bien d'envoyer encore quelques articles de reserve vers une station sur la
route du retour.
10 Habillement. Six chemises de jour en laine et deux en soie, trois
chemises de nuit en laine et une en soie, six paires de chaussettes en laine et deux
paires en soie, trois calecons de laine et un de soie, deux ceintures de laine; douze
cols, six paires de manchettes et deux cravates (pour la traversee; deux costumes
de toile jaune, deux costumes de coton blanc, un costume d'det en laine; deux
paires de brodequins en veau, deux paires de bottes en cuir de boeuf, une paire de
bottines en toile A voile, deux paires de gudtres; un casque en liege, un large
chapeau de feutre, un petit feutre; un pardessus, un impermeable, un parasol,
trois paires de lunettes.
20 Objets de toilette. Un necessaire de toilette, en surplus trois
morceaux de savon et trois boites de poudre dentifrice, un lavabo, une cruche, un
gobelet, un miroir, une tondeuse, un grand bassin en caoutchouc; six essuie-
mains, trois serviettes-6ponge, vingt-quatre mouchoirs de poche, deux paquets
de closet-paper.
3 Habitation. Une tente, un lit avec matelas et oreiller, une paire de
draps, trois couvertures de laine, un moustiquaire, une couverture impermeable,
une table, un pliant, une chaise longue, une chaise perc6e, un hamac.








CHAPITRE IV


4" Ustensiles de manage. Une cantine (contenant des ustensiles de
cuisine), un grand et un petit bidon, un filtre, un entonnoir et cent feuillcs
de papier-filtre (comme reserve), un tire-bouchon; une lanterne, un bougeoir, dix
paquets de bougies, trois paquets d'allumettes; 3 kilogrammes de savon, un fer
a repasser, 2 metres de flanelle, une piece de cotonnade blanchatre, deux
brosses, une boite de vaseline.
So Vivres el mddicaments. 3 kilogrammes de sel, 3 kilogrammes
de sucre, une boite de saccharine, six boites de lait condense, six boites de beurre,
3 kilogrammes de riz, douze boites de biscuits, six boites de marmelade, douze
boites de conserves de viande, un demi-kilogramme de cacao, un demi-kilogramme
de the, une bouteille de bordeaux, de sherry, de champagne, de cognac; deux
petites pharmacies de poche, en outre, 100 grammes de quinine.
6 Outils ct materiel d'emballage. Une trousse d'outils (marteau,
tenailles, fermoir, tournevis, vrille, scie A main), six douzaines de clous et de vis,
une hache, une balance a resort, une trousse d'outils pour souder (fer A souder,
lime, pinceau, borax, 6tain, eau a soudure), un necessaire pour coudre (6pingles,
aiguilles, fil, boutons, ciseaux), deux pelotons de ficelle, deux paquets de corde,
2 metres de toile a voile, 3 metres de batiste impermeable, dix feuilles de paper
d'emballage, une bouteille de colle.
70 Armes. Un revolver et cinquante cartouches, un fusil de chasse avec
gibeciere et cinquante cartouches, cinq fusils Mauser (d'ancien module) avec
cartouchieres et trente cartouches pour chacun.
8 Papeterie. Quatre carnets, vingt feuilles de paper A 6crire, une boite de
paper A lettre, une 6critoire (crayons, plumes, porte-plume, gomme, canif, cire
A cacheter), un encrier, une bouteille d'encre, un rapporteur.
9 Instruments scientifiques et accessoires. Un appareil photo-
graphique de champagne, 13 x 18, avec six chAssis doubles, trois objectifs, pied et
voile noir, un appareil photographique A main, 9 x 12, avec trois chassis doubles
et pied, dix douzaines de plaques seches, dix douzaines de pellicules (comme
reserve), douze cadres pour pellicules, un 6pousseteur, une lanterne rouge avec
bougies, six cuvettes, deux measures graduees, un flacon de revelateur concentre,
un flacon de bromure de potasse, 100 grammes d'alun, dix cartouches de fixage,
un flacon de sel neutralisant, un chAssis-presse, vingt feuilles de paper de tirage,
dix cartouches de virage et fixage; deux montres de poche, deux boussoles
de poche et une boussole prismatique, deux thermometres volants, un hypso-
metre, deux barometres anoroides; deux portefeuilles A herboriser, dix presse-
plantes (en fil de mital), deux mille feuilles de paper A herboriser, trois boites en
tale, 3 litres d'esprit-de-vin, un kilogramme de naphtaline; un appareil anthro-
pom6trique; 6ventuellement en surplus les objets n6cessaires pour les collections
zoologiques.







TABLEAUX SYNTHtTIQUES


100 Livres et cartes. Des manuels de sciences, des dictionnaires, des
relations de voyage, des livres r6cr6atifs, des cartes de geographie.
11 Articles d'6change et cadeaux. Du fil de laiton et de cuivre, des
perles de verre, des Atoffes de coton, des coquillages (cauris), des couteaux,
des clous, des chapeaux, des bijoux en imitation, des boites A musique, etc.
120 Pour l'emballage des objets dnum6r6s. Dix malles en fer,
deux caisses en bois doubles de fer-blanc (pour l'herbier), une valise, un sac
impermeable.




ItiB riaite et obseruvahions m 6tdoFo ologi jes.

Sous la rubrique ( trajets )-, est indiqu6e la dur6e des marches et des parcours
en bateau, exprim6e en heures, deduction faite des arr(ts en chemin.
Sous la rubrique (( altitude ), est notee en metres la hauteur approximative,
au-dessus du niveau de la mer, du lieu do campement oh j'arrivai le jour
dit. Ces hauteurs sont d6duites des indications fournies par mes an6roides,
et bases sur les altitudes calcul6es par Delporte A 394 metres pour Umangi,
A 385 metres pour Mobeka et a 375 metres pour Nouvelle-Anvers. J'emportai avec
moi trois barometres androides compens6s, mais la plupart du temps, je ne fis mes
observations que sur deux. Ces trois androides ont march assez reguliirement, et
la difference entire leurs indications est rest6e A peu pres la meme; mais comme
ces indications n'ont pas 6te contr6l6es par des determinations du point d'6bul-
lition, et qu'il n'y avait pas non plus d'observations simultandes faites en un lieu
voisin de hauteur connue, je ne puis avoir la pretention que les altitudes calculdes
d'apres mes lectures soient d'une rigoureuse exactitude; cependant l'errcur no
peut gubre ddpasser 20 metres en quelque point donn6.
Sous la rubrique (( pluies ) sont indiques le temps et la durbe approximative
des chutes pluviales; cependant il peut y avoir quelques omissions, notamment
pour cells de la nuit.
Les observations m6tdorologiques regulieres avaient lieu ordinairement A
sept heures du matin, A deux heures de l'apres-midi et A neuf heures du soir. Si je
les fis exceptionnellement A une autre here, cette here spAciale figure sur le
tableau entire parentheses. La nbbulosite est notee en dixiAmes sur l'6tendue de la
votte celeste; la pression atmospherique en millimitres, d'apres les indications
fournies par le plus petit de mes aneroides jusqu'au 8 octobre; a partir
du 15 octobre, d'aprAs l'an6roide moyen, qui marquait environ 4 millimetre de
moins que le plus petit. La temperature de 1'air est indiquee en degres centigrades,
d'apres les lectures faites sur un thermom6tre volant.







CHAPITRE IV


Date. -g" Lieu. Trajet, Altitude Pluie.


28 juin.
29
50
jer juillet.
2 )
5
4 ))
3 a
6
7
8
9 )
10
41 1
12
35 ))
14 ))
15
16
17 a
18 )
19
20 a
21 )
232
24 ))
25
26 )

27 a

28 )
29 a

30 )
51

ler aofit.

2 a


Banana arrive6e.
Banana Kisanga.
Kisanga Boma.
Boma.









Boma Matadi.
Matadi Tumba.
Tumba Maveta.
Maveta Luvituku Kingo.
Kingo Gongo.
Gongo Tendila.
Tendila Paza.
Paza Kobongo.
Kobongo Kimbubu.
Kimbubu Nsonabata.
Nsonabata Tampa.
Tampa Kimbongo.
Kimbongo Mayala.
Mayala Leopoldville.
LBopoldville Brazzaville -
LBopoldville.
L6opoldville en amount de
Kimpoko.
En amount de Kimpoko en
amount de Dia.
En amount de Dia en amount
de Lisha.
En amount de Lisha Msuata.
Msuata Kwamouth en aval
du Lefini.
En aval du Lefini en amount
de Tshumbiri.
En amount de Tshumbiri en
aval de Bolobo mission.
En aval de Bolobo-mission -
en amount de Bolobo-camp.
En amount de Bolobo-camp -
pres de Mobataka.
Pris de Mobataka Lukolela.


Pendant la nuit
(premiere pluie).


5 h. de vapeur
6h.









5 h. de vapeur
4 2 h. de chemin de fer
2 h. de march
6 h.
5 h.
5 h.
5 h. 1/2 de march
5 h. 2 a
4 h. 1/2
5 h. 1/2
4h. a
4 h. 1/2 )
Sh.
Sh. 1/2 )

3 h. de cannot

7 h. 1/2I de vapeur

7 h.

8 h. .
9 1.


4 a


I




TABLEAUX SYNTHITIQUES


NMbulosit6 Pression atmosph6rique Temp6rature de 1'air
7 h. m. 2 h. s. 9 h.s. 7 h. m. 2 h. s. 9 h. s. 7h. m. h. s. 9 h. s.


1








CIAPITRE IV


Date. Lieu. Trajet. Altitude Pluie.


6 aoit.
7 ))


Lukolela en aval de Ngomble.
En aval de Ngombe en amount
d'Irebu
En amount d'Irebu Coquil-
hatvillc.
Coquilhatville en aval de
Lulongo.
En aval de Lulongo en face
de Monsembi.
En face de Monsembi Bo-
lombo.
Holombo Nouvelle-Anvers.
Nouvelle-Anvers.
Nouvelle Anvers en naval
de Mobeka.
En aval de Mobeka -- en face
d'Ukaturaku.
En face d'Ukaturaku Budja.
Budja Umangi.
Umangi.
Umangi Bopolo Umangi.
Umangi.

Umangi Bopoto.
Bopoto.

Bopoto Ngali-slation.
Ngali (station).

n

ii


Ngali-slation Ngali-village. 4 h. de march
Ngali-village Bokutu. 8 h. a
Bokutu liobi. 2 h. a
Bobi Bokapo. 4 ))
Bokapo
Bokapo Boyangi 9 h. de march
Doyangi.
Boyangi Mukangana -
Ndobo. 2h. 1/2 de in ,7 h. de c
Ndobo.
Ndobo Yangula. I h. 4/2 de march
Yangula Yabosumba. 5 h. a
Vabosumba -Ebonda -Ndobo. t h. de in., 4 h. 1j2 de e.
Ndobo Mongo. 40 h. de cannot
Mongo Bopoto Mongo. 1 h. 1/2 a
Mongo.


6 ih. de vapeur.

8 h.

9 hl.

8 h.

8 11.
8 h. n

9 h. a
6 h. a


9 h. 412 de vapeur

i2 hi. a
41 h. .
5 1i. a

I h. 1/2 de cannot


3 h. I/d de 9anot


1 h. de can., 9 h. de inm.


1 h. 1/2m.- 12h. /2s.


12 h. 3 h. s.
A partir de 5 h. s.

Il. f/2m -5h. s.
Dans I'apr&s-midi et le s.
Le soir.
11 h. 4/2m. 12 h.
Pendant la nuit.
Le matin.



8- 10h. s.
6-7 h. m.,8 9 h. s.
4--8h. m.

7-9 h.s.
4-11 h. m.

Pendant la nuit et le s.





Pendant la nuit.
5-6h s.

4 -5 I. s.
4-9 h. m.


11 )


15 )

16 a
17 )
18 a
19 a
20 a
21 a
22 a


25 a
26 a
27 )
28 a
29 )
50 )
51
ler scptembre.
2 i)
5 )
4 a
5 a
6 a
7 ))

8
9 ii
10 a
11 ))
12
135
14









TABLEAUX SYNTHETIQUES


N6bulosit6

2 h. s. 9 h. s.


Ioi

r

4 (5 h.)
2
4
9





6

8


0














5


Pression atmosph6rique

7 h.m. 2 h. s. 9 h. s.


731.5
751.2 (9 h.)

724.8
725.9 (9 h.)
724.2
722.8
721.9
724.8
727.7 (8 h.)
728.2 (8 h.)
726.6
724.8
725.5
75-2.0

750.9
731.8
731.2
750.3
751.0

726.8


729.1 (4h.)
728.9

725.6 (5 h.)
725.9 (5 h.)
722.6
720.5
720.2





722.8

729.1


730.5



724.4
725.4


730.7


Temperature de l'air

7 h. m. 2 bh.s. 9 h.s.

oc. oc. oc.


21.2
27.4 (9 h.)

21.5
22.7 k9 h.)
22.1
22.8
24.9

21.5 (8 h.)
23.5(8h.)
22.8
20.8
21.8
23.1

21.0
25.2
22.9
23.7
22.2

22.6


29.0
24.1

26.0 51h.)
27.3(5h.)
50.8
30.8
29.9





26.2

23.8


25.1



22.0
24.1













22.1


7 h. m.


40
6
4 (9 h.)



10
1






40
10
10

10
10
10
7
5


--~-~---- i









CHAPITRE IV


Date. Lieu. Trajet. Altitude Pluie.


15 septembre.
160
47 7
18 33
19 33
20
21
22 2
25 3 )
24 73
25 3
26 33
27 3
28 3
29
50 )
ler oclobre.
2 3
5 a
4 33
5 3)
6 )
7 3
8 ))
9 33

10 33


9 Ih. de marclhe




9 h. de march
2 h. 11/2 2
7 h.
2 h. 1
7 41i.




57 de canot
7 It.
4 h. 1/2 )
42h. 1/2 )
S11. 1,2 )

4 h. de cauot
6 h. 1/2 )
1/2 h. de c., 4/4 h.de m.i


440
480
3)
3)
3)
450
455
480

410

))

410
415
415
420
425

450
455
445
440


Mongo
Mongo Ngali.
Ngali (station).
3)

Ngali Bolombo.
Bolombo Liboko.
Liboko Mondjerengi.
Mondjerengi Gongo.
Gongo Monveda.
Monveda.
3)
Monveda Ligunda.
Ligunda Liboko I.
Liboko I Liboko III.
Liboko III Mondumba.
Mondumba Libongo.
Libongo.
Libongo Libumba
Libumba Mweya.
Mwe a Mugende.
Alugende.
De Mugende vers 1'est et retour.
Mugende en aval de Mweya.
En aval de Mweya en amont
de Libongo.
En amount de Libongo Mon-
dumba.
Mondumba Liboko.
Liboko Monveda.
Monveda.




Monveda Gundi.
Gundi Businga.
Businga Bogolo.
Bogolo.
Bogolo Evamkoyo.
Evamkoyo Businga.
Businga Bokula.
Bokula

Bokula Likimi.
Likimi.
Likimi Mumbia.
Mumbia Mbinga.
Mbinga Akula.


5 h. de m., 5 h. de can.
8 h. de cannot
8 h. )





40h. 1/2 de cannot
9 h. )
5 h. de march

5 h de marche
5 i. )
4 h. de cannot


40 h. de cannot

6 h. de cannot
9 h. 3
6 h.1/2


420
415
410
>)
3)



405
400
420

415
400
593



390

390
385
385


-
-
1 2 et4 8 h. s.
Pendant la nuit.
Jusqu'a 10 h. m.


4-5 h. s.
7- 12 Ih. m.

Le martin.


4
4 6 h. m.
1 41i. s.




4 4h. s.
5--4h.s.

4- 10 h. m.
4-5 h. m.
4 7 h. s






2 b. s.

Dans 1'apris-midi.
A partir de 5 h. s.
8- 9h. m., 5- 6h.s.
2 h. 2 h 1/2 s.
2 h. 2 h. 12 s.
12 h.- 211. s.

Jusqu'a 9 h. m.
1 5 h.s.

Jusqu' .5 m 12 -1 s.




7h. m.-- h. s.
Le soir.
9 h. m.
8-9 et 10 11 h. m.


5 h 4/1 de march )
2 h de cannot 455

12 h. 1/2 de march. 425










TABLEAUX SYNTHkTIQUES


N6bulosit6

7 h. m. 2 h. s. 9 h. s.

dix. dix. dix.
10 0
5 -0 -
-- -0


40
10

1
4

40
8
10
8 (8 h.)

10
10




10
1

410
0
10



















40



2 (9h.)
-


3 (4 h.)



















5 (3 h.)
4o (l h.)






















5 (5 h.)




6 (12 h.)



40 (12 h.)


2
-
-
-
-
-

-
-
-
-
-



-
-
-
-
-
-
-


Pression atmosphlrique Temperature de 1'air

7 h.m. 2 h. 9 h.s. 7 m. 2 h. s. 9 h. s.

mm. mm. in. oc oc. oc.
127.2 1- 26.7 21.4 25.0
726.0 20.2 -
720.8 20.6 -
725.4 722.6 725.2 20.5 28.7 22.8
124.9 722.4 724.4 21 .6 25.5 -


724.6
727. t
726.2
725.5

751.4
728.6 (8 h.)


720.4
729.3




726.7
726.8

726.6
726.2
725.8











729.8


729.1




728.4
728.6
729.8

730.0 (9h.)


726.5 (4 h.)
I-





725.6 (5 h.)



7t7.9 ( h.)


726.6 (5 h.)




729.0 (12 h.)



730.2(42 h.)


21.2
25.2
20.9
22.4
20.2
21.1
235. (8 h.)

22.1
22.9




22.2
22.1



19.9
20.8


29.8(4W).)






51.0 (5 h.)



25.9 ( h.)


----- "


I









CHAPITRE IV


Date. Lieu. Trajet. Altitud Pluie.


51 octobre.
ler novembre.


9 h. de cannot.
10 h. 1/2

6h. b





10 h. 1/2 de vapeur
6 h. e

4 h. de vapour


Akula Bongomela.
Bongomela Lusengo.

Lusengo Nouvelle-Anvers.
Nouvelle-Anvers.




Nouvelle-Anvers Lulongo
Lulongo Equateurville.
Equateurville.
Equateurville en amount
d'Irebu.
En amount d'lhebu Lukolela.
Lukolela en aval de longa.
En aval de Bonga en amount
de Bolobo.
En amount de Bolobo en amount
de Tshumbiri.
En amount de Tshumbiri -
en aval de Msuata.
En aval de Msuata en amount
du Stanley-Pool.
En amount du Stanley-Pool -
Kinshassa Loopoldville.
Leopoldville.







I ,opoldville Funa.
Funa Kimbongo
Kimbongo Tampa.
Tampa Nsonabata.
Nsonabata Mission suddoise
prbs de Kimbubu.
Mission suddoise pros de Kim-
bubu Gongolo.
Gongolo Noki.
Noki Tumba.
Tumba Matadi.
Matadi Boma.
Boma.

3)
))


10 h.

5 b.



6 h.
7. d de .

5h. de v., I h. de can.


de march


4h.


7 h. 1/2 a
Ahl.dem.,2h.dech.de f.
i5 h. de cheinin de for
2 h. 4/2 de vapeur


2 h. 2 h. 1/2 s.
9h.l/'2-10et 10lh. 4/2-
11h. m.,12--12h.1/2 s.
7 h. 7 h. 4/2 m.

10h. 1/2 11h.m.

4 6 h. s.
Le soir.
Dans 1'apres-midi et le s.
Jusqu'a 9 h. m.


Le matin et 2-5 h. s.
Dans l'aprss-midi.






5 h. m. 3 h. s.

Le matin.




Le martin.
Vers midi.







5-4 h. m., 4-5 l. s


12 4h.s


Dans la mnainde.
Dans la malinCe.

Le soir.

Dans 1'apres-midi.

Dans l'apres-midi.


9 1. 1/2
5 Ii.


11 )
12 a
13 )

44 4

15 )

16 a

17 >


50 ))

1r decmbre.
2 a
5 3)
4 3)
5 )
6
7 )
8 a









TABLEAUX SYNTHETIQUES


NebulositB Pression atmospherique

71 .m. 2 h. s. 9h.s. 7 h. m. 2 h. s. 9 h. s.

dix dix. di', I ram. mm.


730.2
751.2(8h.)


729.


Temperature de l'air

7 h. m. 2 h. s. 9 h.s.


cc.


oc


cc.







82 CHAPITRE IV


Dale. Lieu. Trajet. Altitude Pluie.


9 dicembre. Boma. Vers midi.
10 a n Dans P'apres-midi.
11 )- -
12 -
13 Da Pendant la nuit.
14 n n Pendant la nuil
15 V n Vers midi.
16 )) -
17 a Boma St. Antonio 5 de apeur. -
18 a St. Antonio departt).



19tetrmifoations atihmtopomptiriq ues.

Toutes les measures so rapportent A des hommes adults. La longueur de la ette
a Wtd mesuree de la glabelle au point lc plus prominent de 1'occiput, sans tonir
compete de la ligne horizontal; ]a largeur de la tate, A I'endroit le plus large
de I'occiput, perpendiculairement a la measure pr6cedente; la hauteur du nez,
de la racine du nez a l'epine nasale; la larger du nez, sur les ailes du nez (non i
leur base).
Bakongo des environs de Tumba.

Longueurde la tte.. 0. 196 185 492 200 486 192 485 487 189 183 187 183 494
Largeurdela ltte 442 457 438 444 150 440 146 143 446 449 145 454 451 461
Indice cephalique 72.5 74.4 74.6 75.0 75.0 75.5 76.0 77.3 78 4 78.8 79.2 82.5 82.5 85.0

Une second sdrie de mensurations de la tete, prises en parties sur ces memes
individus, en parties sur d'autres, donna les nombres suivants:
Longueur de la tile. 200 487 495 492 485 492 195 490 490 494 489 488 490 194 182
Larger de la lte.. 147 159 445 443 458 444 448 445 146 147 447 147 150 156 449
Indice cephalique. 73.5 71.5 74.4 74.5 74.6 75.0 75 9 76.5 76.8 77.0 77.7 78.2 78.9 80.4 81.9

La moyenne de l'indice cephalique, deduite de ces deux series (14 et 15 mensu-
rations), s'61Bve done a 77,0.
Hauteur du nez 47 47 4.4 44 45 45 4t 40 44 44 44 42 4 4 0 40
Larger du nez. 40 41 40 40 41 40 40 59 40 40 40 41 4 6 44 44
Indice nasal 85.1 87.2 90.9 90.9 91.1 93.0 95.2 97.5 976 97.( 97.6 97.6 97.8 110.0 4110.0

La moyenne de l'indice nasal (15 mensurations) s'Wleve done a 95.9.
Taille debont: 4550, 4600, 1620, 1620, 1620, 4638, 1642, 1644, 1668, 4710, 4824 mm.

La moyenne de la taille (11 mensurations) s'elIve, par consequent, a
1649 millimetres.








TABLEAUX SYNTH]TIQUES


Nebulosit6 Pression atmosph6rique Temprature de 1'air

7 b. m. 2 h. s. 9 h. s. 7 m 2 h.s 9 h.s. 7 h. 2 h. s. 9 h. s.


Bapoto d'Upoto.

Longueur de la tle. 215 205 493 491 495 495 192 200 486 491 483 489 200 188 486
Largeur de la tte 453 451 146 147 451 454 451 458 447 454 145 450 160 451 155
Indice c6phalique 71.2 75.7 75.6 '6.9 77.4 77 4 78.6 79.0 79.0 79.4 79.2 79.5 80.0 80.5 85 3

La moyenne de I'indice c6phalique des 1I hommes mesur6s s'6lhve done


A 78.0.
Haut. du nez.
Larg. du nez
Indice nasal.


55 54 50 5 52 50 44 45 49 49 44 41 46 47 42 44 47 42
42 42 39 40 44 41 58 40 44 45 58 59 44 46 42 44 49 45
76.4 77.7 78.0 78.4 78.9 82.0 86.4 88.8 89.8 91.8 92.7 95.4 95.6 97.8 400.0 400.0 104.5 107.1


La moyenne de l'indice nasal des 18 homes mesur6s s'61eve done A 90.0.

Taille debout 4540, 1554, 4560, 1570, 1580, 4600, 4600, 4601, 4606, 4640, 4630, 4630, 4640,
4640, 4646, 4650, 1660, 4660, 4680, 4689, 4690, 4700, 1702, 4745, 1720, 4750 mm.

La moyenne de la taille des 26 hommes mesur6s s'Wleve, par consequent,
A 1639 millimrtres.


Maginza ou Moya de Bokapo entiree Ngali et Ndobo).


Longueur de la tle. 489 208 492
Largcur de la tMte. 145 161 150
Indice cephalique. 75 6 77 4 78 1


492 491 190
151 452 152
78 6 79 6 80.0


202 182
162 158
80.2 81.5


198 198 182
461 162 l51
81 5 81 8 82.9


La moyenne de l'indice cephalique des 12 hommes mesur6s s'6l1ve done
A 79.6.
Mongwandi de Businga.


Longueur de la tete.
Largeur de la tWte.
Indice cephalique.


190 190 192 190
150 150 155 155
78.9 78.9 80.7 81.6


180 185
150 155
85.5 85.8







CHAPITRE IV


L'indice cphalique moyen des 9 hommes mesurbs est de 81.8.
Hauteur du nez. 50 45 47 45 45 4 42 55 55
Largeur du nez. 40 40 42 42 45 45 42 55 55
Indice nasal. 80.0 88.8 89.5 93.5 400.0 100.0 100.0 100.0 100.0
L'indice nasal moyen des 9 hommes mesures est de 94.6.
Taille debout: 1550, 4550, 1570, 1600, 1660, 1670, 1680, 1680 mm.
La taille moyenne des 8 hommes mesures est de 1617 millimetres.


Tableau des moyenncs.

Bakongo : Indice cephalique 77, indice nasal 96, taille 165 ccntimetres
Bapoto: : 78, 0 90, 164 )
Maginza: 80, -
Mongwandi : 82, ) 95, 162 m




Re)seignerpept- s liq Uistiiques.

Apercu general.

La prononciation des mots indigenes differe de l'usage francais en ceci :
11 n'y a pas de lettres muettes. En consequence, I's n'est pas la marque du pluriel.
Chaque voyelle se prononce s6parement, ainsi ai = ai, oi = oi, au = a-ou. U se
prononce ou. Y est toujours semi-voyelle comme dans ce dernier mot; w, semi-
voyelle 6galement, se prononce comme en anglais. G et k ont le son dur, comme gu
et qu. S a toujours le son sifflant; sh se prononce ch. C, qu et x ne sont pas
employs; ils sont remplac6s par s, k et ks. Dans les mots qui n'ont pas de signed
d'accentuation, I'accent tonique repose sur I'avant-derni6re syllabe; dans les
autres, l'accent aigu est employed pour les syllabes courts, le circonflexe pour les
longues.
Le vocabulaire de la langue des Bangala est Atabli sur les donnees de plusieurs
soldats appartenant a cette tribu, et complAt6 par les renseignements que
M. Hennebert, de Ngali, a bien voulu me fournir. Je dois le vocabulaire de la langue
d'Upoto a l'obligeance du R6v. Kenred Smith, missionnaire a Upoto. Dans les
autres endroits, j'ai questionn6 les indigAnes. Bien que je I'aie fait partout A
plusieurs reprises, quelque erreur peut s'8tre glissee dans mon tableau. J'ai mis
entire parentheses les expressions qui m'ont paru douteuses, notamment cells oi
les indigenes se sont trouv6s en contradiction.







TABLEAUX SYNTHETIQUES


Toutefois, il resulted de l'examen do ces vocabulaires que la langue des
Mongwandi et celle des Mondunga occupent une place A part, tandis que les autres
pr6sentent entire elles une grande affinity. On distingue dans ces dernieres une
separation en deux groups don't l'un comprend la langue des Bangala et celle
des Bapoto, tandis que 1'autre se compose des idiomes des Mobali et des
Maginza (Moya), si semblables qu'on peut les considerer comme des dialectes d'une
seule langue.
On remarquera que, dans presque toutes les langues cities, la porte est
hdsign6e par l'expression ( bouche de la maison ), le c6t6 droit par a( le c6te de
I'homme ), le c6t0 gauche par (( le c6te de la femme 1. 11 y a encore d'autres
expressions m6taphoriques, par example : i (eil du jour pour le soleil, ( ceil de
la jambe ) ou (( bouche de la jambe pour le genou. Dans les langues des
Mongwandi et des Mondunga, les noms de nombre au-dessus de cinq sont forms
par composition; ainsi six par trois et trois, sept par quatre et trois, huit par quatre
et quatre, neuf par cinq et quatre. Le nombre dix est ordinairement symbolism par
le battement des mains. Souvent, en particulier chez les Mongwandi, les indig6nes
questionn6s ont ajout6 un o aux mots qu'ils me disaient, vraisemblablement
en guise d'affirmation, a moins que ce ne soit un pronom posscssif.
Par les examples cit6s, on verra que, dans la langue des Mondunga, le pluriel
est quelquefois form par des suffixes, tandis que dans cellos des riverains du
Congo, il est exprimn par des lprfixes, come c'est la rigle dans toutes les langues
bantoues.

Vocabulaires

des langues des Bangala des environs de Nouvelle-Anvers, des Bapoto d'Upoto,
des Bapoto ou Mbinga de Mbinga, des Maginza de M6mbia, des Maginza ou Moya
de Liboko entiree Ngali ct Monveda), des Maginza ou Moya de Bokapo entreee Ngali
et Ndobo), des Mobali des environs de Monveda, des Mondunga de Mondunga (prbs
de Ngali), des Mongwandi de B6kula, des Mongwandi de Businga et des Mongwandi
ou Banza de Bdgolo (au nord de Businga).









86 CHAPITRE IV


(Tribu) Bangala Bapoto Bapoto Maginza Maginza
(Lieu) Nouv.-Anvers Upoto Mbinga Mimbia Liboko

Ciel ..... na likolo ') likolo -
Soleil .... moi lisu na utu 2) -
Pluie ..... mbula mbula mbula mvula koma
Eau . mai mai maliba mongo madiba
Feu moto mosa mofunga moza
Fume molinga molinga -
Pierre matari litali -
Sel . monana mokba mokwa mokwa
Bois (A broiler) nkuni nkundi nkoni koni
Arbre, ... .. ndjeti mote -
Feuille .. nkasa lukasa -
Banane. makemba likondo dikondo esete -
Crocodile nkoli ngonde -
Poule. ..... nsusu nkoko ndonga
Oeuf ..... nkey molke mato
Chbvre .... ntaba ntawa nkambebi
Elephant ndjoko mbongo -
Tte . moto motu molo
Cheveu .. nsue nswe ndjue nsue usue
Front .... bosu oso bobo bosu boso
OEil .. lisso lisu dio disso lissu
Nez ndjulu djolo djitnga nngo ninga
Bouche .. monoko monoko monoko monoko monoko
Dent mino linu dino mino mino
Langue. .. lulemu lolemo elemi elemi clemi
Menton. ebanga imeku ebanga ebanga ebonga
Oreille litui litoi itoi litoi litoi
Cou ..... kingu nkingo ikingu kingo doll
Bras .. liboko iwoko eboko eb6 eb6
Poitrine buturu ntolu etolu bandju likuku
Ventre .. libumu lumu djopo sopo sopo
Jambe . likuru ikolo ikolu libe cnama
Genou libongo libongo ibongo dibougo ludi
Pied ... litambi litambi etindi tindi ilindji
Homme. mobali 6) motu omili molele -
Fennne . mwazi montaka komali emadi -
Enfant . mwana muana omana emana -
Chef . mukundji mokundji (endjit) monene -
Chemin. ndjila ndjela ndjila ndjia -
Village mboka mboka mboka eleko -
Marchei libongo luwongo -
Maison . ndako ndaku ndako ndako moadja
Porte. ... monoko na ekukeleke monoko na monoko na -
ndako 7) ndako 7) ndako 7)
Chaise ebonga nkeke engende (ngungu) mbata
Canot ..... bwatu watu boatu ndolo -
Rame ... nkai nkai nkai ekafi -



)= en haut. ) = eil du jour. 3) ou : kokolo. 4)= eil de la jambc. s) = ouche de la









TABLEAUX SYNTHIETIQUES


Maginza Mobali Mondunga Mongwandi Mongwandi Mongwandi
Bokapo Maonveda Mondunga B6kula Businga B6golo

Sdiko like lcayu liayu (yayugo)
bulu) ha la (hi) la
gonma mbua mahe ngu ngu ngu
madiba mongo ilgone ngu ekaini akame
(moka) hlge va vua bua
modinga (p@pege) gulu gulu gulu
(eboko) temele sese sesi sesi
moka tome ingo ingo ingo
beza ekoni uo mbua keke va
Smele gale keke keke keke
(ebuma) kasahe godo gubuc gubue
likondo ikoido pOngole fondo fondo fondo
ndiki (kond6i) gubi (Oangubu)
koko "gonge gondo kondo kondo
mfinga hlalale lmaiga manga inaga
Sime mee meie c gaza agaza ngaza
mbongo kulia -- doli doli
molo molo male le nli ndi
nsue usue sumne kwali kwali kwali
boso boso gongo kekele nyole ndule
disso lisso ale le lissu le
nanga ninga b6tule ho ho mo
munoko monoko mohe nyo nyo nyo
lino mino these te te te
lulemi elemi mile menga minga mela
ebanga cbinga nga bonga bonga djo
ntoi itoi djoniboka ma ma ma
doli doli ngo ngo ngo ngo
eb6 eboko be guli goti tu
likuku likuku nlage lib6 lib6 (du)
sopo sopo yaze ya yako ya
eiarna enama 3) a gwini kfiyago kun
ludi dibongo ng6male ligwini 4) nyokuni 5) diko
ilindi ikaka lindili pabugele nyambangele mpa
mmom kwanda koli koli koli
madi djua wali wali wali
mwana mana bianga ningambi ingambi ningambi
kumu kumu mbea hea bea
ndzea kwa legi legi legi
ngandu mongwa godo kbdolo k6dolo
ndomba (ngele)
(eysi) esika sika nda ida nda
(mnotnbe) kasika makukeke nyo-da 7) nyo-da 7) nyo-da 7)

mbata mbata ndoge mbata mbata mbata
gatu koe ngo ngo ngo
kafi kavi mbi mbi mbi


jambe. 6) ou : motu. 7) = bouche de la maison.










CHAPITRE IV


(Tribu) Bangala Bapoto Bapolo Maginza Maginza
(Lieu) Nouv.-Anvers Upoto Mbinga Mumbia Liboko


Lace. .
Bouclier. .
Tambour .
Couteau..
Blanc. ..
Noir .
Rouge .
Droit .
Gauche .
Bonl .
Mauvais..
Pen .
Beaucoup .
Tout .
Un. .
Deux .
Trois .
Quatre .
Cinq .
Six .
Sept ..
Huit .
Neuf .
Dix .
Je . .
Tu .
11 . .
Nous ..
Vous .
Ils . .
Aujourd'hui.
Demain. .
Oui. .
Non .
Manger. .
Boire .
Dormir .
Tousser .
Rire .
Pleurer. .
Chanter. .
Danser .
S'en aller
Venir .
Se lever. .


likongo
nguba
mbonda
mbeli
molani
moyindu
motani
bolomi 3)
lonso 3)
malamu
mab6
mokemok6
mingi
yonso
moko
mibari
misatu
mine
mitano
motoba
nsambu
muambi
dibua
djumi
ngai
yo
ye
biso
bino
bango
lelo
lobi
6 II)
te
lia '2)
mela
lala
t6tuba
seka
lela
emba
bina
ke
ya
o1ngula


likongo
ngua
libumba ')
efeku
nlani
ndjindu
ngola
elomi
enso
bolamo
bobi
itoto
losomo
ba
moko
miwali
misatu
mini
mitanu
mishmanu
nsaimbu
monana
libwa
djumi
nga
all
indi
isu
inu
ifu
utu-uku
utu-a-loi

lako
Ie
le
mele
tougo-ilo

seke
lela
emba
ina
ke
ya
sia


ikongo
nguba
endumba
djende






bolamu

mokeke
bik6
abeo
omoti
mibali
miatu
min6
mitano
nshmanu
nsAmbu
monana
dibua
djomi













lema
(msua)
ntukaki

seka

nldjembu
ngonmo
like
ndue


likongo
nguba
ndumba
emba







moyanmu
mobe
mokeke
moyiki
basusu
emodji
mibh
misatu
mind
mitano
nsamanu
Isambu
monalna
dibua
domi
mbi







fadefade
endindi

(epeti)
(pambie)

asami

seke

eyembo
ngomo
ke
dua


(nama)
nguba
mongungo
ibaka




emomi 4,
muadi 5)
epele

mokeke
bou
basusu
omodji
mibali
misato
mine
mitano
misamanu
nshimbu
muaimbi
dibua
botete












pepe
(motamuno)
anfngio
ashmake





ngomo
ok6y
doai
mimema


1) En outre : mongutu = tambour t6flgraphe, et d'autres expressions. 2) mba = grand coulcal,
culin, du c6te de l'homme. s) feminin, du cM6t de la femme. 6) On : okoi. 7) = Irois et Irois.
form par le pr6fixe ku, ainsi : kulia, kumela kulala, etc. '3) Ou : nku. 14) Ou : bilt. '5) Ou : alinle




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs