• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Title Page
 Introduction
 Preface
 Title Page
 Origines de la colonisation Francaise...
 Oeuvre de du parque bases solides...
 Precis de l'histoire de la...
 Quelques celebrites de la...
 Nos calamites, a travers les siecles,...
 Catastrophe du mois de Mai...
 Mois de Mai 1902
 Du 5 Aug 19 Mai 1902, la Catastrophe...
 Du 19 Mai au 25, le dernier courrier...
 Histoire tres complete de...
 Rapports officiels sur la catastrophe...
 Eruption de la Montagne Pelee dans...
 Livre d'or de la charite
 Rapport de la Commission Execu...
 Errata
 Table of Contents






Group Title: Saint-Pierre, Martinique, 1635-1902 : Annales des Antilles Francaise - journal et album de la Martinique naissance, vie et mort de la cité créole liv
Title: Saint-Pierre-Martinique, 1635-1902
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00026090/00268
 Material Information
Title: Saint-Pierre-Martinique, 1635-1902 Annales des Antilles Franc̜aise - journal et album de la Martinique naissance, vie et mort de la cité créole livre d'or de la charité
Physical Description: x, 509 p. : illus. ; 25cm.
Language: French
Creator: Lambolez, Charles L
Publisher: Berger-Levrault & cie, éditeurs
Place of Publication: Paris etc
Publication Date: 1905
 Subjects
Subject: History -- Saint-Pierre (Martinique)   ( lcsh )
Eruption, 1902 -- Pelée, Mount (Martinique)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Coeur créole pseud. C. L. L. ourvage illustré de 60 gravures.
General Note: Half-title: 1635-1902, Saint-Pierre-Martinique.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00026090
Volume ID: VID00268
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000141691
oclc - 26485220
notis - AAQ7840

Table of Contents
    Frontispiece
        Frontispiece
    Title Page
        Title Page
    Introduction
        Page v
        Page vi
        Page vii
    Preface
        Page viii
        Page x
    Title Page
        Title Page
    Origines de la colonisation Francaise dans le Golfe du Mexique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Oeuvre de du parque bases solides de la colonisation de la Martinque serieux, progres au Fort Saint-Pierre le brillant avenir de la cite Creole se dessine
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Unnumbered ( 55 )
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    Precis de l'histoire de la Martinique
        Page 64
        Unnumbered ( 72 )
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Unnumbered ( 81 )
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Unnumbered ( 95 )
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Quelques celebrites de la colonie
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Unnumbered ( 121 )
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Unnumbered ( 152 )
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Unnumbered ( 169 )
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
    Nos calamites, a travers les siecles, jusqu'au cataclysme de la cite creole
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Unnumbered ( 199 )
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Unnumbered ( 204 )
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Unnumbered ( 213 )
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
    Catastrophe du mois de Mai 1902
        Page 221
    Mois de Mai 1902
        Page 223
        Page 224
        Unnumbered ( 236 )
    Du 5 Aug 19 Mai 1902, la Catastrophe de la Martinique
        Page 225
        Page 226
        Unnumbered ( 239 )
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
    Du 19 Mai au 25, le dernier courrier de Saint-Pierre
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
    Histoire tres complete de la catastrophe
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Unnumbered ( 382 )
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Unnumbered ( 391 )
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
    Rapports officiels sur la catastrophe derniers echos de nos malheurs
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Unnumbered ( 432 )
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
    Eruption de la Montagne Pelee dans la nuit du 5 Aout 1851 et eventments de 1902
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
    Livre d'or de la charite
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
    Rapport de la Commission Executive
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
    Errata
        Page 503
    Table of Contents
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
Full Text













tb


,-p. V~-~;$I9C~T~S~
f ~lr--r;;rf?
;s ~: .-s
I !
r
~~-. .


%EIWLS;r~S~O~B[
-3 ...
.i .-.-
-' . ~-a2-;


l jIl IJ


71 t $5


r




















..

t;







i;


'^, *(-,
^'f^~i





1635-1902


Saint-Pierre-


Martinique


ANNALES DES ANTILLES FRAN AISES JOURNAL ET ALBUM DE LA LARTINIQUE
NAISSANCE, VIE ET MORT DE LA CITt CREOLE
LIVRE D'OR DE LA CHARITY


P .. I


CCEUR


CREOLE


C. L. L.


Sancti Petri etiam periere ruina:
Colligite frafmelta,
OUV' AGGE ]I.l.X'STH ; I iE i0 GHAA-UIlES


1 f IEGE l-LEVRA U LT
PARIS
5, lUE DES BK A!'X-ARTS, 5
1go5


& Ce, EDITEURS

NANCY
18, RUE DES GLACIS, 18









IAVERTISSEMENT




Le livre que nous pr6sentons au public est l'euvre d'un
pionnier de la colonisation franqaise, non celle d'un simple
tourist en excursion aux pays d'outre-mer.
C'est une histoire qui ne conspire, celle-lk, ni centre la
v6rite, ni centre personnel, une histoire qui ne relate rien que
d'authentique, d'&minemment glorieux pour nos Antilles et
pour leur metropole.
C'est un travail documents, bourrd de faite, plein de rdcits
intdressants, d'informatiuns d'uri style aise et d'aperqus capa-
bles d'inciter tea &mes g6ndreuses, qui n'ont jamais manque
parmi nous, i appr6cier k leur valeur la Martinique et sa
population tout entire, et, partant, a les interesser an sort
des orphelins, des veuves et des vieillards, des infirmes, des
planteurs sinistr6s, et h la restauration de oette belle, magna-
nime, trcs chritienne et tr#s patriotique colonies, qu'un der-
nier malheur, surajoute i la terrible catastrophe de 1902, le
cyclone du 8 aoift 1903, est encore venu frapper cruellement.
Quant aux cr6oles, ils trouveront ici les. tombeaux de leur
race, leurs catacombes. C'est en ce livre de famille, livre
d'immortelle memoire, d'incomparable martyre et d'honneur
martiniquais, qu'ils viendront tous s'entretenir de malheurs
inoubliables, pleurer sur des s que r i es siecles futurs ne
rellveront jamais et, fiers de leurs traditions, s'encourager it
vivre et it travailler sans defection pour Dieu et pour la
mere-patrie.
Au milieu du ddsastre, comme andanti sous le poids des






AVERTISSEMENNT


decombres de Saint-Pierre,- I'auteur de cet ouvrage y oublir
jusqu'd.son nom, ccrit-il dans sa preface.
Aussi bien, nul ne s'y trompera. Pour lee habitants de
rile infortun6e, ce sera tout un, de lire le isurom de C ir
Creole -ou les lettirs connu
C. L. L., pour former integralement les prinoms et le nom
veritable de leur ami devoue,, chanoine de la Martinique,
retraite militaire ie la marine, le dernier aum6nier sadeii-
taire en activity de service a l'asile de Bethlemn et,
auparavant, secretaire general de l'devch de Saint-Pierre,
doyen du Lamentin, Pun des fondateurs de la magnifique
paroisse de Saint-Joseph, centre agricole des plus important
et des plus populeux de la colonie, qu'il fit Briger en commune
independante de cells de Fort-de-France, du Lamentin et du
Gros-Morne, par l'heureuse intervention, I'esprit de justice et
l'influence prepond6rante de M. Jules M6line, alors ministry
de agriculture dans le cabinet Ferry, celui de nos hommes
d'Etat qui apprecie le mieux peut-6tre nos vieille possessions
du golfe du Mexique, nos planters sucriers et vivriers,
toutes les classeslaboriesde eo-Antit.es ..
Notons, enfin, que lea bne6fices laisses par le placement de
ce livre sont reserves aux orphelins que l'implacable volcano
a jets comme des paves a la Guadeloupe, ais Guyane, a
Sainte-Lucie, a la Trinidad, en France, en Tunisie, ih Mada-
gascar, en Indo-Chine, ainsi qu'aux vieillards et aux infirmes
de l'arrondissement de Saint-Pierre, priv6s de I'sile du
Mouillage et de l'hospice du-Fort,4qi ne serontpau--iluva-
lTmment reconstitues avant longtemps, peut-etre m6mb jamais,


1. L'auteur n'omettra pourtant pas de signaler an cWurs de cet ouvrage, wutre
autres calamit6s pesant sur la Martinique, depuis le d6but de ses malhtiurs, vn
1881, jusqu'& nos jours, celle des tariffs douaniers crd6s de toutes piecs par If'
nmme M. MBline, suivant un systlme general, incontestablement avantagcux
pout la France, mais en fait, dans le cas particulier de certaines colonies, trbs
onereux pour elks et excessifs.
/









AVERTI88EMENT


puisque taut d'autres besoins reclament la sollicitude du
gouvernement local et l'interveution de F'Etat en faveur de
I'agriculture, de l'industrie et du commerce, desorganises
sur presque toute l'tenduo de la Martinique, i la suite de
la destru d forc du cqu
de la superficie total de 'ile.
Aux nobles coeurs, pen de mots suffisent. Nous en avons
done assez dit pour notre compete. Laissons la parole a celui
qui aime et qui, mieux que nous, fera aimer la malheureuse
colonie, si digne de jouir de quelque bonheur, ct en droit
d'etre soutenue, aidee, rendue a Is prosperite.


LES EDITEURS.


VII



















Un nom, des ruines, un coeur survivant sons la cendre pour
transcrire un martyrologe trop fameux, voila de quoi se com-
posent ees Annales.
:" tait pour 1'auteur un travail captivant, sans mrite, iL
est vrai, tant il est natural d'aimer passionnenient la Marti-
nique jusque sons les ddcombres, quand on l'a connue dans
as beauty, dans sa richesse, dans son activity# feconde, dans
son patriotisme et dans sa foi. -
Et puis, pour rtdiger ce Journal de I'infqrtunee colonies
franfiaise, aprts l'dpni vantable catastrophe du 8 mai _90l
en replacement d'une Histoire illustrie de la Martinique,


1. C'eat pour nous un devoir sacr4 de dire bien haut notre vive gratitude au
journal universal I'llustration, & la Vie illtstrde et Vnivers Wlustri riunis,
aux personnages, amis, artistes photographs, crdoles ou nmtropolilains,Mr Jules
Riou, ancient vicaire general de la Martinique, M. de Perrinelle-Dumay, MM. De-
paz, Fabre, P. Barroue, aspirant do marine, Doignon, frbre d'une des victims
du volcan, auteur d'un album envoy a 1'Exposition univers,.lle de 1900 et offer
au Mus6e p&dagogiqlue, etc., etc., qui nous ont pratB leur gdnereux contours
eiiNe tie ~ a comp r re- tlisation dIu planaquo. nous nous 6tions trace des Ite
debut. Car, sans cotte large charity qui nous a 6t6 faith & la suite ile-la ctas-
trophe, avec la plus obligeante courtoisie, comme nous ne possedions plus on
Franoe, dans nos vieux cartons, que quelques debris et de rares portraits de
la colonies, illustration do notre livre eat subi come nous les cons6qunces
de cette deplorable situation, res angusta d i, qui, paralysant tout, sldrilisant
les plus nobles efforts, brisant parfois les volontbs les plus fermes, force les
audacieux nimme A battle en retraite oun jeter sur place le manche aprbs la
cogn6e. GrAces soient renducs A Dicu I nous o'aurons souffert, frote d'une poig!n6
d'or, qua des lenteurs malheurnusos et un, assez long retard. Ctte humble croix
fundraire, sculpt6e dans nes larmes et notre sang p6triflhs, que nous d,'sirion:
si ardemment poser au milieu des rnnes de Sninit-Pierre, le 8 mai 1903, s'y
dressed enfin pour le ttoisinme anniversaire du cataclysmno dO 1902.







PREFACE


oeuvre de trente ans d'itudes et d'observations, presque en-
tierement achev6e h Ilheure du desastre et andantie entire les
mains des auis devouds et erudits qui la gardaient, avec le
dtbir 4dy tjuuter quelques dernier. documents prcieux, le
reporter de ces paginettes n'a fait, en definitive, qune ramasser
entire les plis des feuilles publiques du monde enter, dans s
correspondence et dans divers manuscripts, les cendres vomies
par I'infernal ouragai de la Montagne Pelee.
N'ayant pu mourir avec les siens dans les fatales journees
de mai, il s'est hAte d'6crire leur imouvante ndcrologie. Et,
maintenant, dans le deuil pour toujours, sous l'4paisse fumic
du sinistre cratere, oubliant volontiersjusqu'i son nom, celui
de la cil de:ttfie 6tant le seul qui lui imported et qui rest d
jamais illumind par les feux du volcano mandit, aussi fiddle
amant des ruines qu'il '1tait deTantique magnificence de
Saint-Pierre. il appose simplement sur es pages pleines de
scores, pour leur tenir lieu de signature,

son

CCEUR CREOLE.


* /























I








PREMIERE PARTIES



ANNALS DES ANTILLES FRANCHISES


~I&I ir1u~Rr U -~__1


------rrr(~PlrT~e~C1C~~CdCtk)~ulrua











CHAPITRE PI


LES ORIGINS DE LA COLONISATIOU FRANAISE
DANS LE GOLFE DU WEXIQUE




Ifructueux essal d'ocenpation de a Martinique par de I'Olive et du Plessis La Compagnie des
ties d'AmaMqae. P6rip6tes et progr6s de i'uarre de d'Enambue A Saint-Christophe. -
tablasemet de d'Etamabuc la Martinique. Lee premiers jours de Saint-Pierre. Du
Point, lBaihkeat de d'bEambue. (0everaement de dn Parquet. PAoges de d'Enambuc et
de du Parquet.

A la Martinique. Infructueux essal d'occupatlon de Vil'
tent6 par de I'OUve et du Plessis.

De l'Olive et du Plessis, d'entente avec le cardinal de Richelieu,
abordaient A la Martinique, le 25 juin 1635.
C'Utait leur second voyage aux Antilles.
L'annee pr&cedente, ayant explore une parties des havres et
des mornres e P'archipel ,ara.be, -l mient retour- es ranc
et avaient passe, le 14 f6vrier suivant, un contract avec les sei-
gneurs de la Compagnie des fles d'Ambrique, par lequel ils de-
vaient jouir pendant dix ans, conjointement ou s6par6ment, de
l'autorite sur les terres qu'ils habiteraient.
Jusque-lk, le gouvernement ne songeait pas encore A porter ses
vues, dans l'inte6rt national, sur l'agrandissement de la puissance
commercial de la France. Louis XIII n'avait gu6re pens4 qu' la
conversion des infideles et iaccroissemeit de a foMrtune priv6e
de ceux de ses sujets qui se sentaient le courage d'affronter les
mers, 1 oi l'Espagne et la Hollande exergaient'une 6crasante
supr6matie. I,- ordonna a Richelieu d'accompagner l'entreprise
des deux gentilshommes de religieux dominicains. Richelieu en
ddeigna quatre.
L'expBdition, lpres une heureuse traverse de trente jours,
depui-Dieppe, d6barqua a l'embouchure de la rivibre du Carbet.







ANNALES DES ANTILLES FRANqAISES


Les armes du roi furent attaches au pied de la croix dressee par
le P. Pilican. qui entonna un Te Deum, au bruit des canons de la
flottille.
Cependant, lea serpeats et le mornes innombrablea qui, depuis
un siele et deam, avaient toujours 6loigu1 les Eurmopen de cett-
lie pittoresque, oh les Espagnols se contentaient, en passant, de
renouveler leur eau et leur bois, furent cause que cette entreprise
a'eut pas de suite.
Les deux chefs examinerent tla hate l quarter don't ile venaient
de prendre possession. Ils le trouverent trop hach4. 11 leur sembia
qu'il serait peu favorable A la culture du tabac. Abandonnant done
la Martinique, ils se porterent vers a Guadeloupe, oa ils 6taient
rendus le 28, une inquantaine d'heures A peine apres leur d6bar-
quement au Carbet.
Mais cette premiere tentative capricieuse fut presque aussitot
suivie d'une autre plus memorable et plus sage, sous la direction
de d'Enambuc, le colonisateur de Saint-Christophe.
La Martinique 6tait destinee A devenir plus florissante et plus
fameuse dans 'histoire que la colonie-mire.
R4sumons en quelques .pages lee v6nements qui amenirent
enfin 'Teettpation de la Martinique par ia France -- -
D'Enambuc, cadet de la maison de Vaudrocques-Dyel, de Nor-
mandie, depuis ongtemps dejk battait les mers. Un jour qu'il
avait attaqu6 un gallon espagnol de forces sup6rieures, il fut mal-
trait6 et eut l'id6e de se r6parer a Saint-Christophe.
La position de cette charmante ile, son apparent fertility, les
avantages commerciaux qu'on en pouvait tirer lui sugg6rerent sl
penase de o'y 6tablir. Aussi bien, il Btait fatigue de courir et la
fortune ne Iui avait pas enore souri.
A la meme 6poque, des Anglais commands par Warner avaient
pareillement abord6 dans l'ile, avec des intentions d'4tablissement.
. Lee deux peuples, trop malheureux et trop faibles pour s'bvincer
Fun 'autre et, mme en se coalisant, tres menaews par les Ca-
ralbes, plus nombreux et peu disposes A, subir la domination 6tran-
gbre, r4olurent de s'unir pour se prot6ger et ponr vivre tranquilles
come de braves soldats et de loyaux amis.






LA OOLONISATION FRAN4AISE DANS LE GOLFE DU MEXIQUE 5
Les Caraibes de Saint-Christophe avaient jur4 de ne permettre
A personnel de lea traitor comme lea barbares Espagnoll avaient
fait de lears fires de la CAte Ferme, Estimant done que des An-
glais .-eeva.ient s'altier auxran~ncai que pour lea exterminer
la premiwre ~uamirn~iu Ilo pnri t I pfMrti do d e'ncer lenrs ennemis
en lea 6gorgeant tous. Avertis de ce complot par une femme caraebe
qui s'6tait attache k un Frangais, les coalisbs pr6vinrent leurs
adversaires, en marecrerent une parties, chasserent l'autre et se
partagerent rile. Les Frangais occuporent i'est et l'ouest, et les
Anglais le nord et le sud. C'est ainsi que les deux grande nations,
rivals dans l'ancien monde, se trouverent-en presence dans le
nouveau des leur premier 6tablisement aux Antilles.
D'Enambuc, craignant qu'une pareille entreprise, livree A sea
seuea reaourees, ne vint a-pricliter ot meme a p6rir bient6t,
pouss6, du reste, par l'amour-propre national et un violent desir
d'etre plus fort que son dangereux voisin, remonta sur son brigan-
tin, apres avoir donn6 sa parole a see compagnons de revenir
mourir an milieu d'eux, et fit voile pour la France. II n'eut pas de
peine B convaincre le ministry de Louis XIII, grand maitre, chef
et surintendant de la navigation et du commerce, de l'utilite des
--..o..oloniei d'Am-riquere!-dvlppement de la puissance na-
vale et commercial du royaume. On ne pouvait mieux enter
dans les vues large et patriotiques de Richelieu, qu'en lui four-
nissant I'occasion de s'attaquer aux Espagnols, consid6res alors
come les premiers et les plus redoutables ennemis de la France.

La Compagne des ties d'Am6rlque.

S'est ~pourquioi en octoire-1626, vi e r--ris
PAasociation des seigneurs de la Compagnie des ties d'Amerique,
ayant & sa tete Armand, cardinal de Richelieu. Le fonda social fut
de 45 000 livres. D'Enambuc et se ami du Roseoy devenaient les
agents coloniaux de la companies.
11 eat malheureux que Richelieu, pr6voyant et magnanime
come il l'etait, ambitieux pour la France, home aux vastes
projects, esprit f6cond en'desseins de longue port n'aitpas song
S,






ANNALES DE8 ANTILLES FRANqAISES


des les premiers debuts de la colonisation A placer immn diatemient
les Antilles sons la haute direction de 'Etat, come propridt,
exclusive de la couronne et partic integrante du territoire fran-
gaisa Elles n'auraient pas connu ces misercs atroces ni cos terri-
.bles dungtemps d-- 1

battues. Au moyen des resources du royaume, elles auraient vite,
au contraire, acquis sons des chefs come d'Enambuc et du Par-
quet une telle pr6ponderance que 'Espagne eat kt4 domptee et
I'Angleterre contrainte de se renfermer dans de justes liinites.
Qui pourrait dire les advantages qu'une pareille measure, praise il y a
trois siecles, aurait values A la France, I'Europe et au monde
entier? Certes, la hauteur de cette conception ne depassait pas le
genie de Richelieu.
L'conomidii- aquelle visaient naturellement ies companies,
la lesinerie habituelle des commis qu'elles employaient, leur igno-
rance des besoins v6ritables des pionniers de la colonisation -et
leur rapacity, dt que que q que progris s6rieux venait A s'affirmer,
ont fait mourir, selon un chroniqueur du temps, plu de monde &
Saint-Christophe, dans les commencements, qu'l n'y en a maintenant
dans le ties.

P&fpttes et progress de Vceuvre de d'Enambuc
A Saint-Christophe.

Les secours qu'apportaient d'Enambuc et du Rossey p6rirent
en grade partie pendant une longue et affreuse traverse.
Cependant, le chef des Anglais 6tant, lui aussi, de retour d'une
expedition dan -laquelle il 6tait all6 se ravitailler, on songea A
etablir amiahetimnt, apres tuide des moindres details, les limited
des deux nations. Ce travail fat r6gle parun trait du 13 mai 1627.
La colonies n'ayant 6prouv6 qu'un maigre soulagement des pre-
miers subsides venue de France, il fut i-solu que du Rossey y
retournerait et ferait le tableau des pertes A la Compagnie.
Celle-ci, apres avoir consent une ch6tive d6pense de 3 500 lives,
exp6dia du Rossey avec un renfort de 150 homes. L'infortune
voulut que la traverse, cette fois encore, fat des plus malheu-
"---- rI~-- ~ ll- \ .






D ENAMBUC A SAINT-CHRISTOPHE


reuses: une parties 4es homes mourut en chemin, le reste n'at-
teignit Saint-Christophe qu'en.mauvais 6tat, en juin 1628.
La colonies francaise langi.ssait done, tandis que la colonies
-anglaie, -anoux pourvue, prosprrait et voulait d~j, abusant de
a o ,rprs atar Ie terrain epB AMaPRici utfEnamrIc. la
contenir par is fermet6 de son caractbre. En mtme temps, il se
d6termina A s'embarquer de nouveau pour implorer d'autres se-
ursm, plus abondants et mieux choisis, en faveur d'un 4tablisse-
ment don't il se considrait comme le pere.
Sur lea entrefaites, A peine d'Enambuc Btait-il parti, qu'il se
pr6senta un navire hollandais charge de touts sortes de denr6es.
Le capitaine livra sa cargison, que les habitants payereht par
acompte avec le tabac de lear dernire r4colte; le rest leur fut
gknhreusement donn6 A credit, etle capitaine se trouva si content
de son march qu'il promit A ces malheureux de revenir bientat.
Ainsi, dbs les debuts, nos colons, forces par la faim, qui n'a
point d'oreilles, drent desobhir la- Compagnie, A laquelle ils
devaient la moiti6 de leors products, et s'adresser A l'6tranger pour
ne pas mourir.
Quelqueajours aprss, arrivait un flibot expddie avec 150 homes,
a peine en miller -6tat que les derniers d6barqu6s.
En France, d'Enambuc expos loyalement au cardinal de-Ri-
chelieu la situation de la colonies et lee outrages qu'elle 6tait obli-
gie d'endurer de la part de ses voisins plus nombreux et plus riches.
Ce recit toucha le ministry jaloux de la gloire de la nation. Apres
en avoir conf6r6 avec la Compagnie, il resolut de joindre lea forces
de i'Etat aux resources de cette derriere, pour chAtier lea Anglais,
les faire rentrer dans les limits du trait de 1627 et sauver la co-
lonie de Tan6antiiement que m6ditaittle gouvernementiespagnol.
"I avait appris, par an avis secret de sse agents, qu'une imposante
escadre, ayant mission d'aller combattre Ies Hollandais Au Br6sil,
devait, en passant A Saint-Christophe, en chasser les Frangais. I1
fit done 6quiper six vaisseaux, deux pataches et un navire mar-
chand arm6 en guerre. Cette flotte, don't le commandement fut
donn6 a de Cussac, habile marii, portrait 300 homes lev6s aux
frais de la Compagnie et destines A renforcer a faible population

I ^ .






8 ANNALES DES ANTILLES FRAN9AIBE8
de Saint-Christophe. Elle mit a la voile, au moist de juin 1620,
et arriva au terme de son voyage i la fin du mois d'aodt.
La flotte frangaise fut reque par les pauvres colons avec des trans-
Sports de joie. Imrmdiatemnent, i'on demandaraison aun Anglais d&
leurs usurpations. De Cussac, piofitant de i'ardeur des troupes,
envoie un trompette summer Warner d'avoir A restituer sur-le-
champ les terres frangaises arbitrairement envahies et occipeeb
contrairement au trait international. L'Anglais exige le temp.
d'examiner le bien-fond6 de Ia reclamation. L'amiral frangais,
persuade que ce n'edt qu'une ruse pour miaex se preparer a la
resistance, lui fait dire qu'il ne lui accord pas un quart d'heure.
N'ayant point obtenu de r6ponse dans ce court space, il lve ran-
cre, arbore son pavilion de combat et attaque avec furie les navires
anglais mouiile6 dansla rftde. Apres une lutte de trois heures, que
les deux nations contemplaient; dans I'anxitt6, de leurs rivages
respectifs, sans pouvoir distinguer les combatants au milieu de la
fumee des canons et de la mousqueterie, de Cassac rest complbte-
ment victorieux. II s'empara de trois navires, trois autres s'cehoue-
rent, le rest prit la fuite. Les Anglais, quoique en plus grand nom-
bre encore que les Frangais, virent cependant que ce qu'il y avait
demeuifTTaire, eitadit~brTeie qBque I'on rclasmait d'eux si jus-
tement. Leur chef s'empressa d'envoyer son fils d6clarer A l'amiral
frangais qu'il 6tait pret A donner toutes les satisfactions d6sir6es et
A rendre a leurs 16gitimes proprietaires ce qui leur 6tait echu en
partage, promettant de no plus les inqui6ter jamais. La restitution
fut o&6r6e, en effect, imm6diatemenit; maisl'ennemi ne tarda pas
a violer encore le trait et k fouler aux pieds ses promesses.
Pendant cette ex6dition1 de Cusslac ritpo ssnion dfel'ile
Saint-Eustache, A 3 lieues de Saint-Christophe.
Cependant, I'amiral, ne voyant pas approcher I'escadre espa-
gnole, crut qu'elle avait saivi und autre route et se mit A parcourir
le' golf du Mexique. Fatale imprudence I Elle fut cause de la dis-
persion de la colonies. Vers la fin d'octobre, au momentot lea habi-
tants songeaient A se liver en paix & lear culture, sittt tout A
coup la flotte espagnole, forte de 35 gros galionset de 14 navires
marchands arm6s en Fuerre, sous le commandment de i'amital






D'ENAMBUC A SAInT-CHRISTOPHE 9
don Fr6dbric de Tolide. Toute cette escadre mouilla, le soir meme,
devant le quarter occupy par da Rossey. Celui-ci depecha aussit6t
un expr6b A d'Enambuc, qui gardait la Capesterre, et A Warner,
pour r6lamer des seeoure aux terms de Jeurs engagements. Le
rentfrt envoy i ar r r uet
son neven, capitaine d'une compagnie.
Le lendemain, A 8 heures du matin, don Frederic de Tol]de mit
A terre de nombteases troupes de ddbarquement, qui prirent posi-
tion non loin du retranchement oh se tenaient les Frangais. Eh
vain, le jeune et h6rouque du Parquet, so ddvouant, se precipita
au milieu des Foapagnols, tuant de sa main le capitaiir italien qui
lea commandait et immolant tout ce qui se presentait a lui; il
tomba A son tour perc6 de dix-huit coups et il fallut ceder.
La panique s'6tait emparee des Anglais ; ils avaient fui dans les
bois, sans que rien pit lee arrater et sans que les cris de leurs offi-
cjers puasent en ramener un seul au combat.
Lea Frangais, av'ec du Rossey, gagnerent A la hate la Capes-
terre. LA, d'Enambuc tenta de reliever leur courage et de leur ins-
pirer la resolution de se d6fendre:; il fut entraind lui-mame et
l'abandon de Saint-Christophe decide. La colonie, formbe d'en-
denvitrOit0hmnmmeswtatsuIeux alavires pour aller A An-
tigue ou en quelque autre coin hospitalier du voisinage.
Les Anglais composerent avec les Espagnols. Une parties fut
embarquee et renvoyee en Europe, I'autre promit de quitter l'fle
A la premiere occasion. Les Espagnols, satisfaits, continuerent leur
route vers le BrMsil.
Les malheureux debris de notre premiere colonie, apres avoir
err6 sur la mer pendant trois semaines, souffrant la faim et la soif,
abonrdrent nt -artirn o se d~peoserenten d'autrea& 1es.
Du Rossey retourna en France. A son arrive, Richelieu le fit
arreter et enfermer A la Bastille, pour le punir de s'6tre aspar6 de ses
compagnons dans.le malheur et d'oser rentrer dans la m6tropole,
autrementque pour justifier sa conduite et reclamer des secours.
A Antigue, d'Enambuc eut le bonheur rencontrer un des na-
vireshiarehands de la flotte de l'amiral Cussac, commando par le
capitaine Giron, qui avait obtenu l'autorisation de courir lea mers.
a '___








D'Enambuc et Giron passerent A Monserrat, pius habitable qu'An-
tigue. -
Giron ne s'en tint pas li. II voulut savoir ce qui 6tait Iurvenu a
Saint-Christophe. avant trmuv lea Anglai qui, se moqunt de
r ""erent
meme assez arrogamment de le laser prendre terre, ii attaqua
deux de leurs navires, s'en empara et envoys aussitat une d saes
rises chercher les Frangais de Montserrat, de l'Anaille, de Saint-
Martin et de Saint-Barthelemy. Ceax-ci no se fient pas prier pour
revoir Saint-Christophe.
En arrivant, d'Enambuc avertit lea Anglais d'avoir lai laiser
libre pratique, les menagant, an cas contraire, de leur-paser our
le venture. Plus nombreax, mais moins aguerris, ils se soumirent;
de sort que la coloniM-frangaise reprit ses powessions, troisaji
apres avoir 6t6 contrainte de les abandonner.
A la suite de ces calamit6s, d'Enambuc, connaisant la Compa-
gnie, crut qu'elle ne consentirait pltt jamais lea lourds sacrifices
necessaires pour mettre le oolonb en 6tat de vivre, de reprendre
leurs cultures, do so maintenir centre lea Anglais et de repousser
les attaques toouraou craindre des flottes espagnoles se rendant
dans IIen achspo..a-a--- i -& a derfie g e. iiUTen iidieii ure
de decouragement, devant son impuissance et celle des Siens, et il
se laissa aller comme enux la funeste resolution de quitter l'fle
definitiveinent et de perdre ainsi, sQus le coup de trop d'infotunes
immirit6es, lea fruits de leurs travaux; de leurs combats et deiteun
souffrances. Ils s'abstinrent de planter d'autrea vivres, qui ne ser-
viraient qu'a leurs ennemis, et se contentment d'entretenir quel-
ques pieds de tabac, qu'ils pussent emporter avec eux. e project_
d'abandon, quirnwifut qie pasger, Ter ootta cher. N'ayant rien
reCu de France, comme ils 1'avaient pr6vu, et ne poss6dnt plus
de provisions, ils enduraient la famine, loraque ce m8me navire
hollandais, qui lehr etait ven osi providentiellement en aide
l'annie pr6c6dente, fat une second fois teur lib6ratour. Fiddle k a
promesse, le capitaine stranger leur ratnenait une pleine cargaison
de farine, de vin, de viandes, d'etoffes, so contentant de prendre
en payment d'une parties de ce qui lui 6tait da le tab qui se
~ ~ i *~---`


ANNALS D!SS AITILLES PRANqAISE8


10







D'RNAMBUC A 8AINT-CHBI8TOPHE 11

trouvait entire leurs main et, pour le surplus, leur accordant six
moie de credit.
Ce tabe de nos,premiers colons des Antilles se vendit si bien
en Z6Iade, u 'e templsde dce naire fut suivi par d'autres de sa
nation, qm "i p
avaient besoin.
Lei Frangis de Saint-Christophe eurent alors quelques annees
de paix et de proep6ri. Pourtant, its n'6taient encore que quel-
ques centaines centre 5 000 A 6 000 Anglais. Aussi, devant ce petit
nombre et malgr6 lees'ouvenirs des vertes legons reques de la flotte
de Cassa, ainsi que du corsaire Giron et de d'Enambuc, les An-
glais se sentaient-its constamment pousses A vexer leurs voisins et
A empi6ter sur leurs droits. Mais ils furent si rudement reprimes a
chaque tentative trop criante que, buivant un historien de l'poque,
le plus hardis avouawent iugnnusmert qu'ils aimeraient miezux avoir
affaire b deu diables qu'P un seal colon franeais.
La Compagnie continnait A n'envoyer, A de rares intervalles, que
la moitie des chooses les plus indispensables aux habitants, tandis
que les Hollandais leur apportaient r6gulierement, en abondance
et A meillear march, tout ce qui leur manquait. Pour cette raison,
sayfnt amlior6 et augmett leett plantations de. abac et de cotton,
ils r6servaient leurs recoltes i ces derniers ou les faisaient passer
eux-mtmes en Hollande ou en Angleterre.
Lea seigneurs de la Compagnie, dans leur incapacitO A reme-
dier a ce mal don't ils 6taient les premiers auteurs et les premieres
.vieimes, ne voulant pas non plus consentir A tout perdre jusqu'au
bout, obtinrent du roi, le 25 novembre.1634, une declaration qui
-d6fendait a tous navires de traiter avec Saint-Christophe, sans per-
miasion deacompagnie. -
Cette declaration, bien entendu, rest lettre morte et paper
d'archives, aprMs enterrement de premiere classes, comme il y en a
tant dans la poussibre des colonies et parmi les cartons du minis-
tere.
En 1685, cependant, la Compagnie fit un effort pour se rappro-
cher des colons. Le 12 f6vrier, au palais du cardinal de Richelieu,
elle rbdigea un nouveau contract surdes bases un peu plus large
'. -. --







ANNALES DES ANTILLES FRAN4AISES


que le pr6ecdent et dont la premiere minute, nous le savons dBja,
fut au ben6fice de l'Olive et du Plessis.
Quatre directeurs furent changes de ses interets aux Antilles.
Des secourspatLOnsid&flbdrbl-, r4uni avrc phus de discerne-
ment. a n nirent pour Saint-
Christophe.
La Compagnie y envoya des religieax capucins et un juge.
Le nombre des habitants croiaait, des d6frichements s'op6raient,
lee cultures se multipliaient.
Aux engages balances, qui jusqu'alors avaient seals cultiv6 la
terre, au prix de leur vie trop t6t fauchee sous an climate meur-
trier pour l'Europeen, se joignirent de nouveaux travailleurs,
plus habitu6s au soleil ardent des tropiques. L'Europ6en, aux An-
tilles, ne saurait, en-eSe, e fir longtemps i son courage ou i sa
force pour resister aux fatigues qu'entrainent les plantations de
tabac, de cotton, de canned sucre et les soins des cafiekres et des
cacaoyeres: un travaiLmanuel trop considerable le tuerait a breve
6cheance, s'il pr6tendait s'y appliquer eomme le paysan en France,
que rien n'arr.te, ni mcomptbs, ni intemp6ries, ni faim, ni soif,
ni ingratitude du sol, ni trahison du ciel. Aussi, commengait-, r a
introduire n ps sur les Espagols
qui, depuis longtemps, avaient 6t6 amenes a lee employer pour
sauver leurs compatriotes dent chaque champagne annuelle, au mi-
lieu des rudes travaux des champs, faisait de nouvelles hecatom-
bes, au premier Age de la colonisation.
Bient6t, a aide du commerce franais et hollandaise, et au moyen
de l'augmentation des bras pour le travail agricole, apport6e par
lea esclaves que 'on ne se contentait plus -de capture sur lea&-E.
a n os yaaaa qat crser rir les ctes d'Afrique,
notre colonie de SaivtChristophe prit tant d'extension qu'il fallut
songer & de nouveaux 6tablissements dana les iles voisines.

Itabitsment d d'Enambuc A la Martinique.

La colonisation de la Martinique a Wt6 plus brillante que celle de
Saint-Christophe et de la Guadeloupe. Elle a e6t conduitepjarn
1-a


12






D'ENAMBUC A SAINT-CHRISTOPHE


elite d'hommes aguerris, faits au climate, instruits par des souffran-
ces de toutes sortes, guides enftn par un chef qui unissait A lPxpe-
rience, -acquise A ses d6pens, ine Ame ferme, an cieur g6nereux,
uine valeur-* toute epreuve. C'est pourquoi, malgri sea serpents
redouts set 808 intraitablles8 Caraibes, Ia M" "u"u deviant rapid".
meant la plus florissante et la plus c6elbre colonies de lI France aux
Antilles.
D'Enambu%, qui s'6tait vu frustrA de la gloire de fonder an pre-
mier 6tablissement A la Guadeloupe, son lieutenant de l'Olive,


V L.AN DIT FORT ST PIElRE DE LA MA RTIX'iIqUE.

.= 4 An*.


















rer tne descent, imim diatement aandoine, t e ra
D'Enambuc partit de Saint-Christophe, dans les premiers jours
de juillet 1635, accompagn6 de 100 hommnes ehoisis parmi learvt&-
rans de la colonie-mere. Chacun d'eux emportait avec soi une
abondante provision d'armes pou. attaquer ouse d6fendre, d'ins-
truments et d'ustensiles aratoires pour defricher et cultiver le sol,
de plants de manioc et de patates, pour mettre en terrn, ce grains

de pois et de fves pourensemencer.


13







14 ANNALES DES ANTILLES FRANqA8IES
D'Enambuc descendit au fond d'un croissant.superbe, form par
la pointe Lamare et celle du Carbet, he partie s le vent, qui
est dans tutes ces ties I'endroit oh a mer eat plus came et la COte
plus abordable. ------

Les premiers ours de Saint-Perre.

Au pied de la Montagne PelBe, i l'anue marqu6 par le re ge
Ile I mer et a riviereia toxelane, ii Aleva une forterease qu'il
nomma Fort-Saint-Pierre, parce que l'on 6tait alora das roctave
de la fteCdes saints apOtresPierre et Paul.
Ilmunit le fort de canons et de tout ce qui pouvait contribuer i
sa defense. Songeant alors i- li fournir des subsistances, il fit d6-
fricher un vate terrain alentour,y traga lea limitead'une habita-
tion etyplanta un grande quantity de manioc et de patates.
Cette premiere installation lui avait demand six mois, an bout
desquels il se sentit press de rentrer i Saint-Christophe, oh le
rappelaient imperieusement lea soins de l'administration de cette
colonies.

Du Pont, lieutenant pIour la Martinique.-

En quittant le Fort-Saint-Pierre pour retourner A Saint-Chris-
tophe, d'Enambuc commit en quality de lieutenant i s Martinique,
du Pont, gentilhomme qui avait touted sa confiance. 1I lui laissa Aes
instructions pleines de solicitude pour cette colonie naissante.
Sa derniBre recommendation i son lieutenant fut qu'il s'efforgat
de garder la paix avec les indigenes, autant qu'il serait possible.
Or, quelque precaution quo prit ue Pont; ne queieil e -leva
Sbietitft ente CaraYbes et Frangaib, non loin dia Fort, et le sang
coula de part et d'autre. Les sauvages, irrit6s, r6solurent de d6-
truire le nouvel etablissement et de jeter A la mer le people usur-
pateur. La guerre se poursuivit 9haque jour, une guerre sourde et
implacable. Tout Frangais surprise 6tait fiassacr`. Quelquefois,
les Cara'bes se montraient en nombre et arms, ans attaquer,
contents de harceler, de fatiguer, tout en guettant une here pro-






LES PREMIERS JOURS DE SAINT-PIERRE


pice A la vengeance. Lee pauvres colons, toujours en 6veil, ne pou-
vaient se livrer librement A la culture. Il ne sortaient que plu-
sieurs ensemble. A leur tour, Us n'accordaient point de quarter
aux sauvages qui-tombaient en leurpouvoir.
Comprenant leur impuissance a vancr s e,
dans l'origine, leur avaient pam tomber du ciel et lancer la foudre,
les CaraYbes de Madanina () s'embarquarent dans leurs pirogues
et allerent chercher au secours A la Dominique, a la Guadefsape
et A Saint-Vincent. ils revinrent ani ombre d'environ 1500, dis-
poses A descendre devant le Fort et A 'abattre.
Dua Pont ayant rkuni ses gens dans la place, a l'approche de
l'ennemi, et pr6par6 trois canons charges A mitraille, recommanda
aux siens de ne pas se montrer, afin que, tromp6s par ce strata-
geme, lesT-raybes crussentles ,nnaisen fuite ou tremblants et
vinssent dans un fol enthousiasme A portie des canons. Ce qu'il
avait pr6vu arrival. Les sauvages, au silence qui r6gnait dans le
Fort, s'imaginant sans doute que les strangers talent parties ou
qu'ile se cachaient d'6pouvante, sautent de leurs pirogues sur le
rivage et s'avancenten masse vers la Redoute qu'ils out entrepris de
raser. Mais, soudain, le feu est mis ax canons et 11 se fait un tel
carnage pan-misi~einsqui s peititaien-mgeaa uI---
fAte au-devant de la mort que, saisis d'h6rreur, ils se auvent
brusquement sans d6cocher une fleche, se jettent dans leur bar-
ques, gagnent la haute mer et abandonnent, contre leurs usages,
leurs morts et leurs blesses sur le champ de bataille.
Ce d6sastre, don't les Caravbes se souvinrent quelque temps, per-
mit aux colons de respirer, de s'6tendre, d'abattre les bois on de
les brfler, de d6fricher, de planter, d'agrandir enfin leur domain
autour du fort, qui restait leur quarter % -i6al. Te tbac, qu'its
commengaient a recolter, leur attira plusieurs navires, qui paye-
rent en provisions et en arms. Leurs compatriotes et anciens com-
pagnons de Saint-Christophe, d'Enambuc qui veillait aur eux,,leur
envoyaient aussi, a propos, des secours. La colonie prosp6ra, prit
de I'accroissement et de la force, et les CaraYbes se soumirent a

1 Madanina, nom caraibe de la Martinique.


15







ANIALEs DES ANTILLES FRAXqAISKS


vivre en bonne intelligence avec elle. Du Pont lear t amoigna tons
see regrets du malheur qu'ils s'etaient si temerairement attire et ,
lear prouva, en maintes occasions, qu'il avait sincerement i ceeur
de sauvecarder leurs inLcrets come lea-iea propref..
__ 11. r pedt pn t-a
dipernd de vous. Nous sommes venus de loin en conquerants.
c:omme firent jadis vos pires, mais non en bourreaus. nI a place
aux iles pour nons tous durant des siieles. Soyons amis; vivons
heureux et tranquilles. Entr'aidons-nous: i vous la p6che, que
vous pr6f6rez; i nous les cultures, que vous dedaignez; i tous, les
plaisirs de la chasse. En retour de ros services, vous recevrez chez
nous abondamment nos prodaits, nos itoffes, de la poudre, des
armes et nos coilloucolia(') d'Europe, aussi precieux que lea eara-
colis des Allouages s
Lea Caraibes prirent l'engagement de cesser la guerre et de ne
plus tendre de piges nalle part, ni dans les limits ni mame en
dehors des limits actuelles des colons. La paix se conclat ainsi, it
la satisfaction des deux peoples, vers la fin de l'annie 1636.
Quoique experience eit appris que la parole des savages tait
mobile et igere come le sable du rivage, cependant la terrible
_leeon qu'ils taiet e dn p f avaitkgl- irnpresaon-.
ner, pouvait-on croire.
D'autre part, lea habitants ktaient en 6tat de tenter des excur-
sions dans divers quarters de l'ile. La joie de la paix avec l'en-
nemi du dedans et le sentiment de leaur progris encourageaient
les colons.
Du Pont, i la pens6e qae la nouvelle de cette paix conclude avec
les Caraibes serait agr6able A d'EnambWe, et ayant, du rest% _
.eo. e rav c4i-m m veni-d- oloii a embaua por s
rendre A Saint-Christophe. Mais A pine avait-il appareill6, qu'un
coup de vent rentratna i Hispaniola (Saint-Domingue). Lea Espa-
gnols, auxquels les boaucniers et leo flibustiers franai ai taent
redoutables et qui avaient d6j& 6prouv6 Ia valeur des colons de


1. Coullcucoli on Caracoli: c'ftait le lljou le plus estim6 des Caraibes, qui
leur venait, dissient-ils, des Allouages, une tribu de la C6te Ferme.
I -- ..----


16






LE8 PREMIERS JOURS DE SAINT-PIERRE


Saint-Christophe et de du Pont lui-meme, le firent prisonnier avec
tout l'quipagede sa ~arque.
L'infortun6 lieutenant, enferm6 dans une obscure prison, rest
toeia P an- qu'o ea t de seA nouveles.
Lt haitants de ait-Chistophe et de la Martinique crur.nt
qu'il avait p6ri en mer. Ce triste 6venement fat cause que ces
derniers ne regurent pas les vivres don't ils avaient besoin, une
fois encore, peux qu'ils avaient plants n'6tant pas tout a fait murs
i cette 6poque.

Du Parquet, gouverneur de la Martinique.

L'on 6tait vers la fin de 1636 ou au commencement de 1637.
D'Eaambue, le pIre des colonies frangaises d'Amerique, victim
des fatigues qu'il avait 6prouvees, des malheurs auxquels il avait
6te en butte, etait tomb6 malade et voyait s'approcher la fin de sa
vie errante et agitee, lorsqu'il apprit la nouvelle que Du Pont, son
lieutenant, avait du 8tre englouti dans les flots.
L'illustre chef ne pouvait plus quitter Saint-Christophe pour se
rendre i la Martinique.
II jta l.. ycux auteur do ui epour chercher le plus, capahle des
siens, le plus apte a continue son ouvre, et ne tarda pas A les
arr6ter sur du Parquet, un de ses neveux, brave come cet autre
h6ros, son cousin du mime nom, tomb6 si glorieusement au champ
d'honneur dans le combat livr6 aux troupes de don Fr6deric de
TolBde.
Quoique jeune, celui que d'Enambuc choisissait 6tait pourtant
d6ji experiment. On le sentait p6netr6 des legons qu'il avait re-
vues de son oncle et de- t-iut qumt avaitvu, en peu -dann~es,t
travers tant de vicissitudes, bien faites pour mirir avant l'Age un
caract6re come le sien.
Du Parquet, accompagn4 de quinze vieux habitants de Saint-
Christophe et de quelques serviteurs, s'l6oigna done de cette fle
pour prendre la direction d'une autre, a la prosperity de laquelle il
6tait r6solu A consacrer son existence.
Parmi oes quinze habitants se trouvait le brave Dubuc.
-AI-Y-PtI3UMAKRTINgUm- -


17







ANNALES DES ANTILLES FRANVAISES


Des deux obstacles qui avaient tant effray jusque-li tons lee
Europeens, quand on leur parlait de la Martinique, lea Caraibes et
lee serpents, aussi redoutis lea uns que les autres, le premier avait
% ,
a peu pres disparu-et-le seo&al 'pouvautait-tit phkas t wata
0qg i *oavoait g-o-e la i 1-0 teea^. prmiEe rs coln- .l qu,-1- lal

connaissaient aucun remade centre la piqure du trigonoc6phale,
laquelle, mal soign6e, les emportait en pen de jours, voire meme
en quelques heures. Mais, depui, ils avaient appris des Caralbes
que cette piqlire n'est pas mortelle de sa nature et que, si elle
n'affecte pas une art re, elle est, dans un corps sain, tres prompte-
ment gu6rissable, au moyen des plants que le bon g6nie d'En-
Haut a mises, dans 'ile entire, i iU portke de ceux qui savents'en
servir.
On revint alors de paniqe d'anta: deeet effroi de ceuxqui,
6tant descends des premiers a Madanina, n'avaient pas ea. le emeur'
d'y rester, et de cette 6pouvante des autres qui ayant entendu ra-
conter au loin lee effets terrifiants des morsures de ces reptiles aux
dimensions monstrueuses, y croyaient comma i autant de v6rit4s
acquises A I'histoire et s'imaginaient que les serpents de la Marti-
nique 6taient gigantesques, qu'ils y pullulaient, qu'ils envahis-
saient tont et quia it mflne rontr
les Europbens. Oes racontars avaient tellementiimpressionn6 lea
navigateurs que pas un capitaine, ayant irelAcher dans la colonie,
no permettait aux 6quipages de descendre A terre.
On finit par s'habituer a des notions plho justes et & s'arreter A
des croyances plus raisonnables.
Bient6t mme t1abilit6e de du Parquet, see exoellentes fagons de
gentilhomme onvert et g6Areux, on iagae rasurant efer~IAe
a i a qui retrouvaient dane
le neveu lea 6mi'entes quality dabeonci qu'ils v6nuraiet, firent
que toutes les id6es pr6congues, si dfvorables jusque.li aUx pro-
gras de la coloniation, svranoui-ent soudain come par enchan-
tement.
Depuis I'arriv6e dat nouveau gonverneur, trois moist A peine"
s'6taient hcoul6s qu'il avait eoneacres enti4rement A visiter la
colonie, quand un navire fran*ais mouilla en rade. Q iquel s pbs-
&vm fi Q1^* ^^







LE8 PREMIERS JOURS DE SAINT-PIERRE.


gers des plus hardis prirent terre et vinrent presenter leurs hom-
mages a du Parquet. Celui-ci les accueillit avec une telle simpli-
cit6 et une telle bonne grace que, rendus a bord, ils firent de l'ile
et de r chef ua reit qui entrain le -atree. LA lndemiai, il ea
debarquait soixante-deux, dans i'intentiou d e il.ta a Ma-ti--'
nique. Ils se rendirent au Fort, anpres du lieutenant, pour solli-
citer la permission de-demeurer avec lui. Non seulement cette
permission leur fat octryee, mais du Parquet les embrassa, voulut
qu'on leur fit fete de bienvenue et qu'on leur ouvrit lea rangs
comme a de vieux compagnons. II fallait que les qualities person-
nelles du gouverneur et son entrainement chaleureux fussent, en
quelque sorte, magiques; car, d'apres un contemporain qui e I'ouit
dire & M. du Parquet, lorsque les vingt premiers descendirent h
terre, it -avait qu'un quart d'eau-de-vie, qil leur offrit de on
ceur.
Depuis cette 6poque, les immigrations augmenterent, personnel
ne faisant plus difficult de venir habiter la Martinique.
La Compagnie des lies d'Am6rique ne pouvait qu'approuver le
choix fait par d'Enambuc de son neveu pour administration de la
nouvelle colonie.
Entre temp6, c grand PFrau~aisenaitdeor t Ie car-ardi -a
de Richelieu, en apprenant sa mort avec chagrin, avait dit au roi
qu'il perdait en d'Enambuc son plus devou6 serviteur.
La Compagnie voulut par reconnaissance faire 6clater sur le
neveu le glorieux temoignage des services incomparables qu'elle
avait reuas de son once, depuis plus de dix ans' en investissant le
jeane du Parquet des pouvoirs de lieutenant-gen6ral-gouverneur
dde la Martinique.

ltoge de d'Enambuc.

M. de Coussanges, dans I'Univers du 1" ao(t 1902, a consacrr a
la m6moire de d'Enambuc un article tres 6logieux et, dans l'en-
semble, aussi vrai qu'interessant, bien que parsem6 de details
inexact ou incomplete. Supprimant ces derniers on les corrigeant,
abrigeant le reste, nous reproduisons en substance les lignes sui-
A-


19







ANNALES DES ANTILLES FRA 9AISES


vantes a titre de document de valear et de panegyrique .6oquent
du chef de la colonisation frangaise dans le golf du Mexiqe :

-Leimgdateur 4eia Msurtnlaimte-Uu-Bignofo pMVre,
-o t log tcrraue l ,oleeB par Ie gem de i
guerre, force de chercher fortune en d'autres pays, months sur an
brigantin et court les mers, non sans, plus d'une fois, riaquer
d'etre occisa Enfin il dcouvrit une perle prbeieuse, 'offrit ison
roi et mourut ne s'ktant jamais repose.

L'histoire de ce malmen6 de la vie eat vraie, si romanesque
qu'elle paraisse, et la conquate don't il avait dote la France n'est
autre que cette malheureuse lie de la Martinique qui menace de
s'effondrer dansI'Ocan
Les Belain, Beslin on Blin, 6taient depuis 1487 seigneurs de
Quenouville et d'Enambuc, sixibme de fief de haubert, aitau au
pays de Caux. Lee uerres de religion lea avaient rines.
En 1562, lea protestants avaient detruit la chapelle d'Allouville.
En 1589, Henri IY traversait Yvetot et, en 1592, il enveloppait le
due de Parme B Louvetot.
LTe due Brinc vt it etteP e a~ ~aux dnambac
une some de deux mille livres, don't lee int6rets accumules groT-
sirent de telle sorte que Pierre Belain, n6 vers 1590, dut vendre
sa seigneurie. Un de see anciens tenanciers lui avanca les fonds
ncessaires pour 6quiper un petit batiment ur lequel il entreprit
de fire Ia course aux Espagnols. Sans doute, avait-il maintee fois
entenda parler an sire de Grainville la TeinturiBre qui, deux cents
ans auparavant, Btait devenu roi des Canaries. I1 partit done.
e- -....f U t umaginer weiien daFventireo oat dfa nmquer ces
navigation, don't nous ne savons le depar et t'arriv6e quo per
quelques contract pass entire vendeurs et acheteurs on entire lee
membres d'une compagnie 1 Que de sofrancee et de dangers
pendant ces longs voyages, our des bateaix dnt la march 6tait
soumise i tant de hasards !
La premiere de ces tentative que nous connaissions fut loin de
rdaliser les esp6rances de d'Enambuc. 11 erratt depuis quiae ans
!n" ~N


20






LES PREMIERS JOURS DE SAINT-PIERRE


a la recherche de quelque bonne prise, lorsqu'en 1625, lui et ses
compagnons apergurent, entire la Jamaique et Cuba, an navire
espagnol de 400 tonneaux arm6 de 35 canons, tandis que leur
Soqted4e-enoix portit 35 hommea. Ila enterent Ja chance, atta-

leur vaisseau faisant eau de toutes parts. Pourtant, c'etait I'heure
ol le sort allait changer de face.
Ces piroutiers (on nommait ainsi les 6cumeurs des Antilles, alors
golf d4u P6rou) abord6rent A Saint-Christophe.
N Non sansprotester, Henri IV avait du c6der aux Espagnols la
supr6matie dans lea Indes occidentales; puis, on avait decidA a
l'amiable qu'au delA de la ligne equinoxiale, on se battrait pour la
possession des terres, sans que cette guerre entrainAt celle des
puissances, etitte leplus fort serait le maitre-,
Pierre d'Enambuc revint en France. La Compagnie des miles
d'Am&rique fut cr64e pour I'exploitation des products de Saint-
Christophe et autres ties c places A l'entr6e du Perou, depuis le
onsibme jusqu'au dix-huitieme degr6 de la ligne 6quinoxiale qui
ne seraient pas habitees par des princes chretiens a.
Le marquis d'Efliat, pere de Cinq-Mars et intendant general
- z ui,- f1ut un de premienaciroeni nye Riclhelij
qui apporta pour sa part un vaisseau valant huit mille livres.
Chacun des associ4s fournissait deux mille livres. Ils devaient sup-
porter tons les frais de exploitation. En retour, la moitie des
marchandises fournies par les ties revenait A la Compagnie.
D'Enambuc et du Rossey, nomm6s ensemble agents ge6nraux,
recevaient le dixieme des profits.
II fallout combattre les Caraxbes. Anglais et Francais s'unirent
dan. cefle lutte.
Longteimps n6anmoins la situation rest si difficile que d'E-
nambuc ie vit la laeille de perdre le fruit de ses labeurs. Mais
son 6nergie soutint les cuers defaillants des colons. Nous avons
id6e de son caractkre en le voyant terminer un diff6rend entire les
Frangais et les Anglais. Les limited des possessions des uns et des
autrem avaient 6t6 marquees a la Pointe-Sable par un figuier, dent
les branches en touchant terre prenuent racine, come celles des


21







22 ANNALES DES ANTILLES ?RANsAISBS
mangliers, se relevent et vont ainsi s'6tendant d'arcade n arcade.
Les Anglais, profitant de I'accroissement de I'arbre, avaient em-
piete. D'Enambuc les va trouver et les some de rendre le ter-
ritoire envahi. Le gouverneur lui r6pond 4vasivement. DEnambuc
le faith venir souslefli lui m lignpm
plante sa canne en terre et s'ecrie: Corbleu, Monsieur, fen veu.j
avoir par deli !
Les Anglais c6derent et le figuier s'appela depuis figuier de
l'accommodement .
Les affaires de la colonie finirent par prendre si bonne tour-
nure que d'Enambuc songea a s'ktendre dans lea ties voiines.
11 vint B la Martinique.....
A cee moment, tres use sans doute par son existence de marin.
par les soucis d'une organisation qu'il avait entiremen~~tcr44par
les soins d'un gouvernement ou il remplissait routes lea functions,
il sollicita de la Compagnie la permission de faire un s~jour en
France, lorsque soudain la grande pacificatrice, la mort, lui fit
se croiser les bras pour la premiere fois.
D'Enambuc n'avait jamais eu le loisir de se marier. Ses neveux,
les Dyel de Vaudrocques, devinrent puissants i la Martinique.
L'un d'eux fut le pDre de la t~nl t l'ir ^ t.ph_

i1oge do Du Parquet

La Martinique, par un privilege sans gal dana l'histoire de nos
colonies des Antilles, a eu le bonheur d'etre confine, au berceau,
a l'un de ces homes que la Providence se plait b combler large-
ment des qualit6s sureminentes propres au but auquel elle le-
destine jama pour etx-
memes et le tact parfait deo en servir toujours pour le bien public.
Nous le connaissons d6jA, c'eat du Parquet.
D'Enambuc, son once, li laisse cent quinze hommes.
C'est avec cette compagnie de braves que va monter fate de
la gloire le plu fameux administrator que lea colonies naiees
aient jamais connu, puisqu'il surpasa mgme son modle,'orga-
nisateur de la colonisation, le h6ros de Saint-Christophe.
*~ ~ ~~1 r __ .^ -






LES PRrMIERS JOURS DE SAINT-PIERRE


Son champ d'action, c'est une fle redoutee, plus hbriss6e de
mornes que la chatne des hautes Vosges, n'offrant que des difi-
cult6s a la culture, infest6e de serpents qui repoussent les premiers
Eulrp6eBn ccup6e par une race indigene guerriere, implacable
S "n Om et v"engeaneif opniAtre, perfide, traitresse, aussi
barbare que lea Dahom6ens et les Chinois.
Le jeune du Parquet est expose ensuite, de tous les c6tes, Avoir
son lie envahie parades nations puissantes, l'Espagne, l'Angleterre,
le Portugal, la Hollande, jalouses d'6tablissements rivaux.
Simple gouverneur, au debut, il lui faut obeir a une Compagnie
don't la sufaisance oitree, lea plans inhabiles, les vues etroites, les
appetite cupides, l'ignorance des rbalit6s, la parcimonie honteuse,
ne sont propres qu'a arreter l'essor d'une colonies.
Plus tard,propriBtaire et seigneur, il a sa volonte a imposer a
des hommes souvent turbulent et grossiers, prompts a se mutiner.
C'est dans ce milieu, desesperant pour tout autre, que, colon,
soldat, capitaine, administrateur, juge, home de bien, chretien,
il parvient a conduire, a agrandir, i lever L'une des colonies du
golfe du Mexique jusqu'A faire d'elle, du premier coup, la perle
des petites Antilles.
- Panterz il donne Pexeumple des d6frichements, accoide des
faveurs A ceux qui Fimitent, d6veloppe le quarter de Fort-Saint-
Pierre, cr6e ceux du Pracheur, du Carbet, de Case-Pilote et indique
celui du Fort-Royal, don't il d6friche les premiers terrains, Bleve
les premieres habitations, en meme temps qu'il en dresse les pre-
miers remparts et qu'il ouvre un port immense pour les vaisseaux
de touted les nations, pendant les mois redoutables de l'hivernage.
Militaire, il construit des forteresses, dompte les CaraYbes, dis-
tcfpline- a gres, combat peurt autoritd'.ALri tient son fie sur
un pied de guerre qui enleve aux ennemis de la France lenvie de
'attaquer. .
Administrateur il 6tabtit lordre et la subordination dans la
colonies et inspire de sages reglements de police.
Grand s6nechal, il rend en dernier resort la justice au people
et preside, tous les mois, le conseil souverain. dans 'h6tel qu'il a
fait btir sur la place du Fort.
^ _ ___ .


23






24 ANNALES DES ANTILLUS FRAIAISES
Homme.de bien et pere des colons, il se prive de sea droits
seigneuriaux, donne l'exemple des bonnes meurs, favorite les
marriages, emp8che les duels, r6primel'ivrognerie.
Chretien, il invoque la religion, appelle see repr6sentants -
I'aider, dans leur sphere resectivs s vrd i-
lisation et de progress, et concede des terres aux deux ordres passes
a la Martinique pour l'evangelisation des noirs et la e616bration
du culte dans les quarters occupies par les balance.
Enfin, conquerant, il s'impose au respect, a la crainte et A la
reconnaissance des Caraibes; d'autre part, il rattache a la Marti-
nique, fille de Saiht-Christophe, plusieurs colonies, don't elle est la
mere et la nourrice, la Grenade, les Grenadines et Sainte-Lucie.
Tel fut messire Jacques Dyel, seigneur du Parquet, ne6 Cal-
ville-les-Deux-Eglises, pres Dieppe, gouverneur pour la Compa-
gnie des miles d'Am6rique, puis proprietaire de la Martinique et
lieutenant general du roi de France.
Retragons, en ses principaux details, dans le chapitre suivant,
I'euvre personnelle de cet autre illustre franoais, tres digne hUri-
tier du grand d'Enambuc et le plus parfait colonisateur des An-
tilles. Ame chevaleresque, coeur naturellement enclin i la bienfai-
sance et tout epriA du d6sir de.voir1a Fnce~pi ne 1e
du Parquet t ut n vrai g6nie d'organisation, d'esprit pratique,
d'huimour entrainant et grave. On l'ignore trop dans la m6tropole.
.Mais en lisant ea vie, en s'initiant & ses travaux, a see m&rites, a
ses sentiments, 6 see souffrances, on apprendra dans la mere-
patrie a l'estimer autant qu'a la Martinique on le v6nere.













CHAPITRE II


L'(EUYRE DE DU PARQUET
BASES SLIDES DE LA COLONISATION DE LA MARTINIQUE
SORIEUXPROGRES AU FORT SAINT-PIERRE
LE BRILLAIT AVERIR DE LA CITE CREOLE SE DESSINE




Habile administration de du Parquet. Essai d'introductio d la canie a sucre. 3,-:.re
ontreb le OarTbes. Arrivee des jeauites. Creation de 1'Intendauee. Pr.ugrs d1 la
soloenatio. Do Parquet, seabehal. --Le commander d Poincy. Rbellion du coni-
mandeur do Polney. De Poiney, allid ax Anglais, Captivit6 de du Parquet. Mi-e en
Ubertd de da Parqnet. ColonitatioD de la Grenade et de Sainte-Lueie. Dissolution de la
Compagnie des flee dAmerique. Acquisition de la Martinique par du Parquet. -Orza-
nisation judteiaireet administrative. La premiere sucrerie. Etablisasement des domini-
cains. luamrrefton des Caralbes. Revolte des negres. Agression anglaise. Do la
Vigne et la Compagnie de Terre Ferme. Colonisation de Saint-Domingue.-- Nouvelle
rdvols des Caraloes et des nigre. Tremblement de terre de 1657. Mort d ddu Parquet.
1658-1898. L'histoire se riepte.


I-labne admn--isratiloPA 4u ParqueL

Du Parquet, A P1exemple de d'Enambuc, comment a par affran-
chir les habitants de la taxe qui lui revenait en vertu de sa commis-.
sion. II s'6tudia ensuite A amender les cultures et a les 6tendre, du
PrAcheur au Carbet, A Case-Pilote et jusqu'au Fort-Royal, ce qui
faisait crire a Fouquet, chef de la Compagnie des fles, par le
commander de Poincy, parlant des colons de la Martinique:
C ts ommnWemntfort de1 earg.i OJ i-eette n welhe, rsans en
entendre davantage, Fouquet, dans son incommensurable orgueil,
fit ajivre aussitat une note de service pour engager le gouverneur
et lea habitants & recevoir un juge, A bAtir une ville et A fonder
un h6pital en appliquant A sea besoins toutes lea amended pro-
nonce6s.
Du Parquet Btait & Saint-Christophe lorsque ces instructions lui
parvinrent.
~-' -- ~ -- -- ---- '






26 ANNALES DE8 ANTILLES FBANqAISES
Sur le premier chef, n juge, ii repondit frnchement A la Coin-
pagnie qu'il ne lui donnait pas le conseil d'en envoyer, dans f'tat
oh tait encore la colonie, form6e d'hommes de toutes classes, de
tous pays, don't beaucoup de meurs aventureuses, pluseurs d'al-
lures grussiereb.
SUn juge, ajoutait le gouverneur, serait mal acueilli par le
!'i uple. Cependant, ce jnge, nommI Chirard, Rtant arrive, du
Parquet alla, avec lIi, trouver le lieutenant g6enral des ilce
commander de Poincy, A qui il tint un langag ferme et loyal,
d6clarant que w si Fon voulait'absolument installer un juge a la
Martinique, don't ii connaissait mieux que personnel l'humeur, les
intentions et les besoins, il demandait A ctre autori&6 A remettre
sur-le-champ sa d6mission et a rentrer en France. Le command
deur de Poincy, qui n'avait ae pnrvucette extremity et qui appr-
ciait le m&rite exceptionnel d'un tel chef, chercha a lapaiser et
s'efforca meme, par des flatteries, A lai fire executer les ordres de
la Compagnie. J Je ne sais pas venu ici pour accomplir aucun mal
ni en tolerer, rlpondit le gouverneur avec motion. La colonies
n'est pas mfre pour institution qu'on lui impose; le juge,' ici
present, s'en ira done, ou je pars. *
Du Parquet fut inflexible- magr&lembaArra i iibet lee sp -
plications intress es du commander. Le lieutenant general, ne
voulant pourtant pas dpilaire au mattre des requetes ni s'attirer
les reproches de la Compagnie, ordonna aujuge Chirard d'exercer
sa charge au nom du roi et de terminer xn process criminal, com-
mence contre un nomm6n Morin.
Les colons m6contents voulaient s'opposer A ce que Chirard
remplit ses functions; mais, par respect pour leur gouverneur, ils
souffrirent que ce j.nge-so .h.t&t- e-e-re--a lire. O Stiiit en -
octobre 1639. Chirard, moleot, par le people, expose a mille tra-
casseries, fut, en effet, tres exp6ditif t mener sa mission A bonne
fin et & rider lee lieux.
Sur le second chef, bdtir une vilUe: Nous n'avons pour toute
la colonie qu'un seul charpentier, avait r6pondu du Parquet & la
Compagnie. Je pense done que, en vue d j'ex6cution immediate
et ponctuelle de ses ordrus, selon son grand desir de voir ftne cit






L'(EUVRE DE DU PARQUET


important s'6lever i c6te de nos. dfrichements considerables de
Fort-Boyal, la Compagnie. va m'envoyer sans delai des equipes de
maninos, briquetiers, tailleurs de pierres, menuisiers, charpentiers,
serrnriera taiHlndiers, cloutiers, couvreurs et tous autres ouvriers
-- ...-ir-. mui, ,te lenra nutil. Mais Fouquet, meme devenu
surintendant des finances, ne trouva pas assez d'or pour fonder
Fort-Royal et n'en parla plus.
Quant au troisiime chef, creation d'un hospital: .....Ce serait
l'ceuvre la plus utile, disait du Parquet ;j'y ai deja song, j'y songe
constamment; mais le people est trop pauvre, je suis trop pauvre
moi-mgme, ayant cru devoir, pour les etcolurager et les aider a s'ac-
quitter de leurs dettes, exon6rer mes compagnons de la taxe an-
nuelle qu'ils me doivent... Les deux mille livres de tabac que la
Compagnie se propose de consacrer anx frais d'installation et d'en-
tretien de cet hOpital sont tout a fait insuffisantes, et les amendes
qu'elle consentirait A reserver pour le meme office n'existent pas,
mon regime consistent a punir le moins possible, a n'infliger ja-
mais d'amende, mais a mettre aux fers ceux qui me forcent A s6vir;
et, jusqu'ici, ce mode unique de repression m'a paru suffisant et
tres salutaire. i
S-lr nc point cormne sur le pr~ctdentIles paisirs de 31. Fouquet
ne lui permirent pas plus de mettre en reserve quelques rouleaux
d'ecus pour doter Saint-Pierre d'un hospital que pour bitir la ville
de Fort-Royal.
A cette 6poque, ceux qui passaient aux iles y venaient exclusi-
vement pour ualtiver la terre, a titre de proprietaires, si leurs
moyens leur permettaient de pourvoir aux dtpenses de leur voyage
et de leur installation, ou i titre d'engages, s'ils ne pouvaient
.payedrierpalsarg.L ecolons- te rovaont des terrains i disc on
pourvu qu'ils pussent les mettre en valeur. De sorte que les arti-
sans maaquaient, tandis que les cultivateurs abondaient. C'est ainsi
qu'il n'y avait qu'un seul charpentier pour toute la Martinique.
La Compagnie ayant fait part A du Parquet de son dessein de
lui expedier bient6t des families d'ouvriers avec lear outillage
complete, celui-ci lui recommanda de signifier, au prealable, a ces
persqnes, defense, en arrivant aux colonies, d'abandonner leurs


27







28 ANNALES DES ANTILLES PRANgAISEB
nmtiers pour se liver A la culture di tabac, du cotton, du rocou et
autres denrtes des ftes.
SLe bon ordre, le progress, lea droits acquis et ceux reserves
aux vrais colon, disait e gouvemeur, exigent, pourprevenir d'a--
vance toute vexaticijf ra-s e .. t
prise par la Compagnie et connue des interesses avant leur depart
d'e la metropole.


Essal d'lntroduction de la culture de la canne
et de la fabrication du sucre.

Soit qu'ils eussent transported la canned A sucre es Indes orien -
tales Madkre, aux Canaries, puis au Nouveau-Monde, commer
'ont prtendu A tort maints historians _soit quils'euaeent trouvie
aussi en Amerique, en y abordantt come e'est, et effect, 1exacte
virit6, les Epagnols et les Portugais fabriquaient du sucre A la
COte Ferme depuis un demi-siecle.
Les iles du golf du M3exique, habit6es seulement par lea Euro-
peens depuis une quinzaine d'annues, en etaient encore eduites
aux cultures secondaires du tabac, de l'indigo, du rocou et dui
acoton. ___
La Compagnie frangaise des ties d'Amerique, inform6e des gros
bin6fices rdalisas par les plantiurs de canne A sucre, songea a in-
troduire cette industries dans sea colonies de la Martinique, de Saint-
Christophe et de la Guadeloupe.
Cette ann6e done (1639) du Parquet vit dtbarquer up agent,
nomm6 Trezel, que la Compagnie hi envoyait pour concerter en-
semble lea moyens de cultiver la canne et de fabriquer le sucre aux
Antilles, come au Br6sil, eous rNserve absolue de ddfendre a tous
particuliers de tenter pour lear compete une semblable industries.
Charme de 1,arrivie de cet exprs et habitue dbjA Ane s'etonner
de rien de la part de la Compagnie, du Parquet dit implement &
Tr6zel, avec une souriante bonhomie, a qu'il etait aux miles pour pro-
fiter et fire profiter lea siens de toutes pratiques et innovations,
de tous avantages et b6n6fices a realiser dans les colonies; que,
du reste, sans leur nuire, la Compagnie, plus rice qu'eux, pou*

^l"~~~ '~~- *------~--I- -~






L'(EUVRE DE DU PARQUET


vait bien, come c'6tait son droit, envoyer des planteurs de canne
et des cuiseurs de sucre; tandis qu'eux-m6mes, pauvres habitants,
ils avaient assez I'heure pr6sente, et pour un temps encore, de
leur tabwa etde le-ar o i qu'au surplus, ilsattendraient patiem-
ment I'heure de "iu el que, au ImII nt .pportun, ils sa,,rajent,
tout comme les Br6silienas faire prosperer chez eux la canne et v
fabriquer le sucre.
TrkCei n'obtit pas autre chose. Des troubles d'ailleurs surgi-
rent, et pais des guerres. Opulente, mais avare, la Compagnie
abandonna son project et nos colons durent vivre d'esp6rance, du-
rant une second period de quinze annees encore, avant de voir
la culture de la canne s'implanter a la Martinique. Ce sera, non
pas la Compagnie frangaise des iles d'Amerique, mais un Juif hol-
landais, chaas-du nord du Brsil par les Portugais, qui etablira ai
Saint-Pierre, en 1654, la premiere habitation sucriere.
Du Parquet, pour la prosperity de la Martinique, ne se conttn-
tait pas d'abandonner la taxe du tabac que lui devaient les habi-
tants; mais il faisait, avec ses propres deniers, toutes les depenses
urgentesqu'exigeaient les int6rets de la Compagnie des iles et le
bien public de la colonies. Au muis d'aout 1639, il 4tait tellement
en avauca de3UUn argent et ..i pre. d'en voair rentrer un pe~u4qU'il
en 6erivit A Fouquet:
SJe vous prie, Monsieur, d'avoir un soin particulier de cette
affaire, jugeant bien qu'il n'est pas raisonnable que j'emploie ma
vie, mon honneur et mes biens, sans en etre rembours6. Je vous
prie d'excuser si je parle avec tant de liberty, mais ayant croyance
que vous n'aimez que la v6rit6 etles choses nalves,je m'exprime de
la sorte, ne pouvant flatter ceux que je connais etre de votre merite,
Squi ren neioitre cee.- -
La France se trouvait en guerre avec l'Espagne, et 'on- disait
qu'il btait intervenu entire celle-ci et l'Angleterre un trait par
lequel la Grande-Bretagne devait fournir 18 vaisseaux charges
d'Irlandais qui se joindraient A autant de navires espagnols pour
balayer lea Hollandais etles Frangais de leurs possessions d'Am6-
rique. Cette nouvelle n'6tait pas sans fondement. Mais les Espa-
gnols furentd6eus: en avril de l'anne suivante (1640), un capi-


29







0A'XNNALES DES ANTILLES FRANAISES


taine hollandais, venant de Fernambouc, apprit au gouverneur .le
Saint-Christophe qu'il n'avait plus a craindre le retour d'une armee
et d'une flotte qui avaient 6t6 enti6rement d6truites.

---ures centre res caralbes.

Du Parquet s'efforcait de contenir pacifiquement lea Caraib,-.
tuujours inquiets, toujours perfides. II les comblait de presents tr
les invitait a remettre leurs enfants aux Frangai qui lea e16v,-
raient suivant les principles de la civilization chr6tienne.
Jamais ces sauvages n'y .consentirent. Manifeatement, ils d6te -
taient les Europ6ens et entendaient demeurer r6fractaire i leur
civilisation. Ils n'avaient rien appris et ne voulaient rien oublier.
On devait d'autant plus les craindre qu'ils cachaient mieox leur-
rancunes.
Sur ces entrefaites, ils tu6rent un Frangais et enleverent deux
des leurs qui appartenaient I un employ de la Compagnie. En rai-
son de cette violation du droit et de ce crime, profitant de ce que
Kayerman, le chef de tons les CaraYbes des Antilles, *tait i la Mar-
tinique, du Parquet le fit arreter. C'Utait un beau vieilard cente-
naire. cKayerma~n 4i respectteusement du Parquet au vieux
sauvage, pourquoi les vdtres ont-ils massacre un Francais inof-
fensif et pourquoi ont-ils repris deux des leurs au service de la
Compagnie ? J'exige reparation du meurtre commis et retour imme-
diat des fugitifs. Y consentez-vous? Voolez-vous faire rendre vos
cong6neres a leur maitre et m'eviter de savir centre vous et centre
votre race? Je sais que votre volont fait loi parmi votre people. A
votre choix done: ou la paix, avec la justice; oa la guerre, ka-
quelle vots me forcerez pr vosihaines et vos forfaits..
SMon sentiment, r6pliqua avec dignity le vieillard, eat qu'il y a
des droits aussi bien pour les Caratbes que pour les EuropBens.
J'estime que les miens ont eu raison de reprendre lour liberty et
de passer dans une autre Ile oh personnel ne saura lee atteindre.
Quant au Frangais mort, que puis-je faire davantage ? Aucun des
nStres ne l'avait appele A la Martinique: qui y vient semer le vent
devait s'attendre a la tempete! a
IT


30






u4'(EVrE D u D PARQUET 31
Du Parquet fit mettre Kayerianaux fer jusqu'A ce quejustice
fat rendue aux ayants droit.
Quatre on cinq jours apres, Ie vieillard, brisant ses chains, se
sauvait dane lee boiat-y mounaitpiq par un serpent
,'C'etait Ia guerrv iuitabl-. ,
SLe gouverneur, en effet, apprit que lee sauvages avaient degrade
leurs jardins, en signed de rebellion et d'appel de la tribu A la guerre
saint
Du Parquet efit voulu lea- prvenir aussit6t, tomber sur enx A
l'improviste, lea exterminer ou le chaaser tous de file; mais 3. de
Poincy eat peur que 'expulsion en masse ne filt point elective ni
surtout definitive, pace que les Francais n'6tant pas assez nom-
breux pour occuper la region d'oi f'ennemi serait d6log, celui-ci
ou 6chapperait en parties euvre dt ie a poriaitetre ..
replace par d'autres, ce qui prendrait un earactere trbs ffcheux
et plongerait la Martinique dans lea malheurs d6plorables qui n'a-
vaient jamais ceess d'affliger la Guadeloupe.
Du Parquet alors double la garde du Fort, met lea cases les plus
Bloigneea en 6tat de defense et se dispose, en eas d'attaque, A re-
cevoir vigoureusement l'ennemi.
Lee Ste uvjBagw turenflt crufolnniaf de (20 pr4paratiff ett 4n danger
qi les menagait de la part d'un homme r6fiechi tomme le chef des
Frangais c'estpourquoi ilsd6ciderent, dana uneassembl6eg6n6rale,
de faire leur soumission et de rendre les deux fugitifes leur maitre.
Le lieutenant g6nral,' satisfait de la conduite prudent et ferme
du gouverneur vis-a-via des Caraibes et du success immediat ob-
tenu, sans coup f6rir, par lee measures 6nergiques qu'il avait pri-
ses, !'en rcompensa par le brevet de premier capitaine des nou-
veiles companies quai vena e career e -
Acrivit an president Fouquet, le 4 juillet 1640, en lui distant qu'il
n'y avait pas incompatibility entire cette charge et lee functions de
gouverneur de la Martinique, paree qu'il avait adjoint un lieutenant
SdauParquet. 11 ajoutait qu'il ne fallait pas empacher les gouver-
neurs des autres fles de venir & Saint-Christbphe traiter d'affaires
argentes pourvu qu'ils eussent a lear disposition pour les rempla-
cer des nommes exp6riment6s et dignes de eur confiance.







ANNALES DES ANTILLES FRAN(AISES


Arrive des j6suites.

Trop attach- au bien de la colonie pourne pas d6sirer de iy
lairirm de I't eor er tIaie d
doiG,:r aux ceuvres humaines une u pissance vitale complete et du-
itiabe, du Parquet pria les seignc rs de la Compagnie de lm envo -er
'uelques religieux dominicains onu capucins.
Le president Fouqurt, qui portait intkret aux jesuites, obtint
pour eux la prf6-rence de la Compagnie, qui en affect trois i :
Martinique.
Le gouverneur, contrarie que l'on n'eit pas defAr6 A ses defir-.
et le people, qui partageait sa mani're de voir, regurent froidemni-it
les R'jv-reiirls PNres, i leur arrive, le vendredi saint delani'--
1640.
Mais ces dispositions boudeuses ne durbrent pas. Le P. Bouton.
home distingu6 et tires -loquent, 6tant mont6 en chaire plusieur-
fois, a l'6gise du Fort, les' touch tellement que, six semaines
apres, gouverneur et colons ne pensaient plus au mecompte qu'il-
avaient Cprourv.. Da Parquet faisait travailler, en sa presence, au
didrichement fdu terrainwg'il ayait coisi pour 'V4tablissement des
religious. Le couvent des jasuites, situa a 500 mitres de leglise
uin Fort, devint par la suite 'une des plus belles et des plus consi-
dGrables habitations de la Martinique. C'6tait, on dernier lieu, le
vaste et riche domaine de la famille de Perrinelle.
Au mois de septembre, Aubert, capitaine A Saint-Christophe,
gouverneur nomm6 de la Guadeloupe, d4barqua a la Martinique.
Du Parquet lui fitl'accueil le plus cordial et lui donna principale-
ment pour conseil de fare eeser, au plus tt, Iea lhotiliths qui
d6solaient la Guadeloupe, depais que POlive les avait tm6raire-
ment ouvertes et cruellement poursuivies contre les CaraYbes
Aubert, gouitant ce language et n'ayant pas de peine A etablir la
difference entire la prosp6rit6 de la Martinique et l'affliction de la
Guadeloupe, pria da Parquet de lui venir en aide en usant de Pin-
fluence qu'il avait sur les sauvages, qui lPappelaient Compre. Du
Parquet convint avec lui de ce qu'il y avait lieu d'entreprendre






L'(EUVRE DE DU PARQUET


en faveur de la paix, qui fut, en effet, tres heureusement conclue
quelque temps aprs. C'6tait la'un incomparable bienfait pour les
colons de la Guadeloupe. La nouvelle qui s'en r6pandit dans les
Antilla -In Fra-eyaugmenta encore le renom, d44jsi fameux,
du bou et sate gouvernetr de la Martinique, premier auteur de
cette paification tant desire et si necessaire.

Cration de VIntendance.

La commission de du Parquet, pour trois ans, expirait le I jan-
vier 1642. La Compagnie 6tait trop satisfaite de ses services pour
songer A donner un suOcesseur
a cet homme g6nbreux, don't
elle admiroit le caractire et
subissait sans trop de con -
trainte l'ind6pendance loyal
et franche. La Compagnie.
profitant m~me des lemons que
ne lui m6nagetait pas le gou-
verneur, fit-un effort pour
am elifP .e so adm inizt.'. b
dans les colonies et reformer HABITATION ,N: PFR. ..E.
LA PORTS D'ESNTKR OUVRANT SUR L'ALLLE- DES PirES.
la conduit detestable de ses
fonctionnaires. II 6tait d6ja un peu tard, quand elle eprouva ainsi
le besoin de combattre les abus, les dilapidations, pour 6tablir plus
d'ordre dans la perception de ses droits. Elle crda du moins, il faut
lui rendre cette justice, une charge utile, d6volue A un agent
ind6pendant de tous les autres services coloniaux, appel6 A cor-
respondre avec elle d'une maniere suivie, Tinformer eonscien-
cieusement par des avis impartiaux des choses necessaires A ses
possessions lointaines, A vWrifier sur les lieux la conduite, ainsi
que la comptabilit6 des commit, et A reprimer surtout les vexations
auxquelles ils n'btaient que trop ports, au detriment du credit de
la Compagnie et au grand chagrin des gouverneurs et des colons,
don't, jusque-la les remontrances et les plaintes emplissaient,
presque chaque mois, de volumineux courriers. C'est ainsi que
SAINT-PIrRRU-MART INIQUE 3


33







)4 ANNALES DES ANTILLES FRMASAISES

fut c.tablie 'Intendance aux colonies, L'histoire permet de dire
que les dolcances bien motives de du Parquet, exposees claire-
ment, av c p)oids et measure, non sans inergie, mais surtout avec
ue profit &iatante et un grand dasintrese ent personnel, ;'
-fiir.t pa. ttrangkres a% project Aue corugt c%. AealR Fouqueta, i 11
1642, par cet etablissenmnt de 1'Intendance. II no saurait arriv:r
ilallleureusfement que tous les gouverneurs fussent du tenipt. -
met,- de 1'honnctete et de la simplicity de du Parquet. 11 s'en -t
trouv6 qui out c6t4 eux-inmines d'aussi impitoyables Verres que ],
pires commnis de la Colnpagnie des iles il y a eu 6galement de
hauts fonctionnaires de rIntendance qui nont pas mieux valu;
inais la malice des lhonmes n'enilve rien a rlexcellence d'ul -i
institution bienfiisante de sa nature.
L'annce 1642 fut signaled aux Antilles par trois ouragans, doui.
le second ravagea Saint-Christophe. Parmi Ics navires briss4 a 1i
cbte il y avait celui de Ruyter, plus tard admiral, qui, princire -
nent trait a Fort-Royal, en 1665, daigna y revenir, en 1674, po"r
rendre i coups de canon sa visit de digestion, sous le sp8cieux
prdtexte que le convert y t.ait aussi bon pour lea Hollandais qu.
pour les Frangais.
Un autre grand mathcur pour les colonies marque d'an trait
des plus sombres l'amnne, 1612, date de la mort du cardinal de Ri-
chelieu, surintendant de la navigation. Si lea troubles du royaumn:
et ses vastes desseins sur le continent europeen ne permirent pas it
ce ministry ambitieux d'accorder aux ties toute attention qu'elles
meritaient et qu'il n'efit pas mieux demand de lear donner, il se
montra neanmoins toujours leur protecteur et I'appui .de la Com-
pagnie qui les poss6dait. Le souvenir du ministry de Louis XIll
subsista Iongtemps aux Antilles, et Colbert, seul, qui ne parvint
pas i le faire oublier, les empecha d'etre inconsolables.


Consolidation des colonies.

Comme signe de la consolidation des colonies, on peut citer les
frequents voyages qu'entrcprenaient les habitants pour aller en
France contractor marriage. L"est que, s'il y avait dB6j un certain
I. . . . . .






L' EUVRE DE DU PARQUET


nombreje families constitutes et possedant de la fortune, beaucoup
de colons cependant n'etaient accourus aux miles que parce qu'ils
ne se sentaient retenus dans la m6tropole par aucun lien d'interet
ni aucune position eoeiale, ce qui n'excluait pourtant pasehez eux
ni I'honnetete, ni e merite.
Soit qu'ils fussent venus a leurs frais ou come engages, leur
temps accompli et des resources suffisantes amassees, les premiers
colons, au temps de du Parquet, couraient se marier en France, parce
que la colonie 6tait moins bien pourvue de femmes que d'hommes.
La Compagnie, d6sireuse de remedier h ces absences qui se
multipliaient et qui se prolongeaient souvent, enlevant aux iles
leurs bras, s'avisa d'y expedier des jeunes filles.
En 1643, on vit arriver a la Guadeloupe, avec une galante suite.
la fameuse La Fayolle, qui mit A profit la faculty qu'elle avait de
disposer de la main de ses compagnes et tira de la un si puissant
credit, qu'elle march presque l'~gale du gouverneur de F'ile.

Du Parquet, s6n6cha..

Le 12 mai, la Compagnie confirm dans son post le gouverneur
de a Martinique, lui conrfrant, en outre, le titre dt sent-chal.
Cette charge consistait dans la haute main sur administration
de la justice, afin qu'elle fut librement rendue, et MILITAIRE-
MENaT, disait en son for intericur M3. du Parquet. Nous savons que
le regime militaire 6tait seul pratique, a cette epoque. Avec son
titre de sen6ehal, du Parquet, qui ne s'y trompait pas, reeevait
tout ensemble un honneur et une lecon. L'honneur, il I'acceptait
de bonne grace; la leon, il la declinait sans humeur. II n'avait
pas voulu recevoir le juge Chirard : Ia Compagnie le faisait sene-
chal, c'est-A-dire juge au civil et au criminal, et lui adjoignait un
lieutenant de juge, Pierre Millet. Cela n'empecha point le gouver-
neur d'en rester, le plus possible, au Code militaire, et longtemps
encore apr6s lui, ses successeurs videront les diff6rends qu'ils ap-
pelleront eux-memes A leur jurisdiction souveraine.
La Compagnie n'ayant pu vaincre la resistance de du Parquet,
entendait au moins poser un jalon, pour I'avenir.


35






ANNALES DES ANTILLES FRANVAISE8


Le commander de Poincy et Patrocle de Thlsy.
r
Les hautes et puissantes functions d'intendant colonial aux
Antillesqu'exerait Clerselier, sieur de Leumont, conseillkr et
soer6iftar eflu roi -n residence. k Sgintx'hriatnpha, na tarderent
pas a lui attirer la jalousie du gouverneur, le commander de
Poincy, lieutenant g6n6ral des iles.
M. de Poincy etait un officer d'elite, mais srtout un vrai
chevalier de Malte, autoritaire, n'acceptant pas de contr6le, n'of-
frant rien la discussion et n'en souffrant point; un de ces hom-
mes qui ont emaentiellement
besoin de grand air et d'es-
pace pour se mouvoir I l'aise.

dans une moiti6 de cololie
coamme Saint-Christophe, et
voyant s'y dresser, i c;t-
de la Sienne, I'antorit6 d'un
intendant, de Poiney s8'n
trouva mal.
HIIATEAL" DF PEtRINLK-DMiAY _. -,L DU a
ANCIE1s COUVEX'T DES JKSUITM8.
tente, a son tour, de la m6sin-
telligence qui regnait entire cei deux homes et qui tournait contre
la bonne administration de see possessions, s'adressa J Is rgente,
Anne d'Autriche, pour donner un successeur au lieutenant general,
tres coupable a see yeux. La reine-mere porta lee siena sur le fils
d'un ancien serviteur des plus recommandables et des plus fideles
qui, h cause d'elle, sous Richelieu, avait eu k ,uffrir beauoup :
e'btait messire Noie de Patrocte, c~evatier et seIgneur aeThoisy.
Elle le design done A la Compagnie comme devant .tre fobjet
privilegi6 de son choix.
En avril 1644, la Compagnie fit des ouvertures A Patrocle de
Thoisy qui, prevoyant les lamentable et honteuses diflicult6s qui
pourraient s'opposer a la prise de possession de sa charge, ne vou-
lut rien accepter tant qu'il n'aurait pas la preuve de la admission
volontaire du commander de Poincy. Celui-ci ayant 6erit i la
-1 aant6ekt i, l







L'(EUVRE DE DU PARQUET


Compagnie dans an sens assez explicit pour bien permettre de
croire qu'il se r6ignait A etre remplac6, de Thoisy fat nomm6 lieute-
nant g6n6ral des es francaises, le 20 f6vrier 1645. La Compagnie
le revetif-iruw de tl quality de s6n6chat de Saint-Christophe.
Patrocle prit cong4 du roi et de la reine regente, ainsi que de la
reine d'Angleterre, femme de Charles I", alors r6fugibe en France,
qui lui remit des lettres pour le g6n6ral anglais de Saint-Christophe.
Le 16 novembre, il mouillait a la Martinique.
Ayant d6pgch6 un de ses gentirshommes pour porter ses ordres
a du Parquet, il dut, des ce moment, concevoir des craintes tres
vives sur le sort que lui rB-
servait de Poincy, car cet. ..
officer lui rapport la nou-
velle que I'"tendant Clerse-
lier et le major g bncral Sa-
bouilly, ayant 6td jets hors
de Saint-Christophe, utaien'
venus A la Martinique pour
attendre son arrivee et bse
converter avec lui, afin d'agir
contrele commani-ieur, qui IIA11ITATION rEI \NLLE. LEJi) 1iTt1
ne d6guisait plus sa rebellion
et se montrait d6cid6 i se d6fendre jusqu'ai la derniire extrnmits .
Le lendeimain, le lieutenant g6ndral envoya B, terre ses gardes,
revttuis de leurs-casaques et arms de leurs carabines. II les suivit
de pras et fat reau su bruit des canons du fort Saint-Pierre et de
la mousquetorie des troupes, par de Leumont, Sabouilly et du
Parquet, A la t~te des companies. On le conduisit solennellement
a l'h6tel du gouverneur oi l'on tint aussitht conseil. On d6cida que
Ic nouveau lieutenant g6n6ral se reudrait A Saint-Christophe en
psjssant a la Guadeloupe. II dbjeuna et dina chez le gouverneur,
oil, d'aprBs un anteur contemporain, a il fut trait des viandes
du pays, qui sent cochons, volailles d'Inde, ramniers, ortolans, tor-,
tues, grenouilles et 16zards; le dessert 6taitpatates, figures, melons,
bananes et ananas ,.
Patrocle de Thoisy partit pour la Guadeloupe, i minuit.


37







ANNALES DES ANTILLES FRANlAISES


R6betlon du commander de Poincy.

novi re, i arrivait devant Saint -Christophe, oui de
Poincy refusa de lui donner access.
L'abord du quarter anglais lui fut aussi interdit, le comman-
deur ayant pris soin de mettre dans see interete le commandant
britannique, qui, soit par amiti6 pour de Poincy, soit parce qu'il
penchait pour les ennemis de la royaute en Angleterre, refusal de
recevoir les lettres de sa souveraine.
Le lieutenant du grand pr6vot dressa un proces-verbal de r6bel-
lion, et Patrocle revint a la Guadeloupe.
SLe 16 janvier 1646, le gouverneur de la Guadeloupe, Clerse-
lier, Sabouilly et Patrocle, 'apres avoir miurement delib6ri, se
diciderent A une descent a la Basse-Terre de Saint-Christophe,
avec 400 hoommes. On pouvait computer sur 200 autres et sur le
people qui se remuerait A leur approche.
Ce project 6tait arret6, lorsque inopinement d6barque du Parquet,
avec deux de ses cousins et une escouade de bravea_-lrtiniquai.

Le commander de Poincy, irrit6 centre ceux qui ne s'enga-
geaient pas ouvertement dans sa r6volte, avait insult lee fr Bres
Lecomte et de Saint-Aubin, cousins du gouverneur de la Mar-
tinique, et, dans son emportement, s'6tait oubli6 A lea traiter de
beaux gentilshommes de neige.
Cee jeunes officers, qui portaient autre choseque de la neige au
coeur, avaient quitt6 Saint-Christopha-tt
Martinique, aupi s de leur parent.
Du Parquet qui, de sa vie, as mime au plus felon des OCral-
bee, n'avait manqu' de respect A personnel, ne pouvait etre d'hu-
meur a souffrir les outrages tombbe de si haut. Rbeolu done A de-
mandefr raison au commander et A thmoigner a` lieutenant
general de Patrocle sa fidHlit6 a la cause de Sa Majeste, il arrivait
a la Guadeloupe pour se mettre 3, son service et contribute A faire
ex6cuter les ordres du roi,
S a artitique, que ses cousins avaient mis au


38







L'(EUVRE DE DU PARQUET 39
courant de-ce qui troublait Saint-Christophe, ne fut pas d'avis de
tenter au dAbarquement laBasse-Terre. 11 proposal, au contraire,
d&IailwrA I C---- tcrr., dii "&d de La PIs nte-Sal'led Oh' il avait des
intelligence et oh il pourrait tout de suite enlever les deux neveux
du commander, qui y r6sidaient. De a1, merchant sur la Basse-
Terre, on soul1verait le people en proclamant les titres du lieute-
nant g6n6ral Patrocle de Thoisy.
La bravoure et la prudence connues de du Parquet exciterent,
apris de telles explications, A renoncer au plan primitif pour adop-
ter le sien come bien meilleur.
Patroele lui remit une commission et le gouverneur de la Gua-
deloupe les provisions n&cessaires A 'expedition.
Du Parquet, les frires Lecomte et de Saint-Aubin, quelques
officers de la Martinique et Sabouilly s'embarquerent sur le vais-
seau du lieutenant general.
Arrive A Nevis, pres de Saint-Christophe, du Parquet monte une
chaloupe et va atterrir A la Pointe-Sable, sur le soir.
Il march droit A un corps de garden oiu cominande La Fontaine,
capitaine rbece-quartier, d'iteltlgeaceavea lai.
II y donne lecture de la commission du nouveau lieutenant gene-
ral devant le post. Tous crient: w Vive le roi! Vive de Thoisy! v
Sans perdrede temps, il expddie les lettres destinies aux per-
sonnes notables de 1'ile, entire autres au pere Luc, capucin.
Durant la nuit, trois ou quatre cents hommes sent reunis par les
soins de La Fontaine et de Camo, autre capitaine favorable A la
bonne cause.
En~tre Temps, du Parquet et sea cousins attaquent 'habitation
des neveux du commander, enfoncent leur porte, lee surprennent
au lit, les chargent sur les epaules de leurs propres esclaves et les
expedient aussit6t, prisonniers, A bord du vaisseau du lieutenant
general.
Du Parquet retourne alors au corps de garde don't il est maitre,
pour attendre ceux que vont lui amener La Fontaine et Came.
Mais cette entreprise, si bien conduite, allait 6chouer par suite
d'une Iachet6 impardui-nable.







ANNALES DES ANTILLES FRANCAISES


De Polncy alll aux Anglals.

-- -----Avertpar les Anglais, voisins de la Capesterre frantaise, le
commander r6unit a la hate quelques-uns des siens et demitnde
odieusement deux mille homes au commandant de cette nation.
Avec cette armee 6trangere, il vient attaquer du Parquet dans
son corps de garde, avant que La Fontaine et Camo aient eu le
temps d'accourir.
Pour echapper a la captivity ou i la mort, le gouverneur de la
Martinique est reduit a se jeter dans lee bois, oh il erre trois jours
et trois nuits sans parvenir a
rencontrer ses compagnons,
priva de nourriture, harassed
de fatigue, traqu6 par des
soudards strangers i la solde
d'un chevalier de Malte, d'un
lieutenant general franeais,
le commander de Poiney.
Pensant que, aux joursde
revolution, dans un pays livr6
HATTION PRINELLE. SOlQUV DU JADI,. a l'anarchie, Is religion est
la garantie certain de Ia fid6-
Jitk jusqu'au sacrifice, il va, "a la faveur des t6nibres, demander
l'hospitalit6 aux religieux capucins.
II frappe doucement ia la porte d'un des phres.
Le gardien rayi de pouvoir servir laanuIe de-lngfortune, lui
done de la nourriture, don't il a tant besoin, et le met saus retard
au courant du danger qui le menace, on qui, plutgt, l'6treint
d6ji. a Sir que vous songeriez c nous dans votre dtresse, lui' dit
le pere garden, le commandeura fait occuper militairement notrem
maison. Peut-tre, quelque precaution que vous ayez prise, avez-
vous 6t6 file; en ce moment, M. de Poincy doit savoir que vous 8tes
chez nous, et sans doute qu'il se reserve le plaisir de vous'arrater
lui-mnme, pour se venger de v neveux et
ore e votre fid61it6 au roi, si lourde ik sa conscience.


40






L'tEUVRE DE DU PARQUET


Il ne restait qu'un parti a prendre, dur, cruel, mais necessaire :
essayer d'attieer une 6tincelle d'honueur chez un chef stranger,
u,.b avait iivr6 soB Iruupes a un general fra,.ais on r,-volte contre
son pays.

Captivit6 de du Parquet.

Apr~s avoir rempli ses devoirs religieux aupres du pere garden,
du Parquet se pr6sente chez le gouverneur anglais, ct, au noun du
malheur et de I'amitiW, lui r6clame un refuge. L'Anglais Ie reqoit
avec toutes sortes' e demonstrations de politesse et lui done de
tells assurances de son res-
pect pour uampersome et de sa
sympathie doans 1'preuvequ'il
traverse, que du Parquet,
dans sa loyaut6, se repent
d'avoir soup9onn6 ce chef.
Ce repentir fut de court
dur6e.
Le co. mmi andant anglais
avertit de Poincy qu'il tenait
le gouverneur de la Martini- -1-, F r s T Kl\ R RI .L,
que an son pouvoir.
Peadant que du Parquet 6tait it table avec son h'te, la liaison
fut cern6e par les gens du commander.
Reconnaissant alors la basse perfidie de 1'Anglais, du Parquet
prit un couteau sur Ia table, non son 6ptee, pour en percer le cceur
dai trsttre. Le brave commandant esquiva le coup et s'enfuit.
Du Parquet fut jet6 en prison, entire quatre soldats enferm6s
avec lui lana sa cellule.
Au dehors, deux corps de garde, de soixante hommes chacun,
vPiaiant B emp&cher toute tentative d'6vasion ou d'irruption.
Au bout d'une ann6e de luttes malheureuses et de souffrances
inouftes, NPtrocle de Thoisy, livr6 k son tour au commander, flt
embarqu6 de force par son implacable ennemi et renvoye en
Ft&rte a board du navire du capiiner M l, n'ayt pour a tra- _
verse qu'un gross manteau de champagne et deux chemises.








ANNALES DES ANTILLES FRANGAISES


Mise en Ubert6 de du PrqNuei_

Le meme jour, du Parquet vit s'ouvrir lee portes de as prison.
Les defrichements s'etaient ralentis durant son absence. I11
consacra de nouveaux soins. II songea a cr6er plusieurs autres
quarters, en 6tendant les cultures et en multipliant lee habitations.
Pour fonder un quarter, a cette 6poque, il fallait un fortin, un
corps de garde, des soldats, une 6glise, un poids, c'est-h-dire un
commit charge de peser le tabac et les autres productions de l'fle,
avec un magaiin pour recevoir lea denrbes coloniales on m6tropo-
litaines ; car c'ktait en nature que la Compagnie pereevaitses
droits et operait ses changes.
Le gouverneur s'attacha aussi i fournir abondamment I'lle de
vivres, en cas d'attaque ou de guerre. Les temps paraisaient in-
certains, et il savait, par experience, combien la disette tuait de
colons, quand les ports 6taient fermbs au commerce.
Lorsqu'il y avait lieu de craindre de la part d'une nation eane-
mie, il faisait defendre d'aller_ la chameeoa de tirerdes coupwde
feu, afin de manager la poudre et de pouvoir r6unir lea habitants
au premier signal.
Dans cee circonstances, il permettait de traiter yoee lea 4tran-
gers pour toutes sortes de munitions et de les payer avant toutis
autres dettes.
II 6tablit sur les principaux points du littoral et de l'iaterieur
une garde permanent, que tons les colons, en Age e porter les
armes, devaient monte ,ense-rlaerVant46 eUg-ia- .
II impose chacun de 50 lives de tabac destines & dlfayer oeux
qui, au service de leurs frires, 6taient forces de n6glger ears pra-
pres int6rets.
N'ayant plus les memos craintes du c6t6 des Caralbes, i:ouvrit
des chemins, pour faciliter les communications et le transports.
S11 fit des reglements de police, qui t6moignent*'h ule et de la
sagesse de son administration.
On congoit facilement ce qu
,avec esprit chevaleresque des Francaio joint i lrdeur du







L' EUVRE DE DU PARQUET


climate et Ila licence des merars des aventuriers et des homines
de gnerre -qi- paAssient aux lies, dans les premiers temps
surtout d 1t colonization.. Aid e son patriotic, n cvant
sans cease 'honneur et les intbrets de la France au-dessus de
la dignity et des besoins individuals, il arrival a empecher les
colors tde mettre la main a l'ep6e sans l'approbation de leurs
officer et k ceux-ci il fit defense, sous peine de chatiments, d'au-
toriser les duels avant d'avoir 6puise tous les movens d'lonnite
conciliation.
11 y avait dans file deux notaires: Baudouin, qui etait en mi*mnie
temps procurer fiscal de la Compagnie, et Montillet, qui unissait
A seefonction-celles de greffier de la sntechausseo de Fort-iaint-
Pierre. En date du 2 aouft 1649, du Parquet prescrivit a ces ta-
bellions de ne passer aucun acte de vente avant que leurs lives
ne fissent foi du payment des taxes afferentes a chaque operation:
e'est que certain habitants simulaient volontiers des ventes et des
achata d'habitations pour faire naitre 1'occasion do se reunir, fes-
toyer et boire.

Colonisation de la Grenade et de Sainte-Luce.

Lee Caralbes de la Grenade, sachant que les gouverneurs de
Saint-Christophe et de la Guadeloupe convoitaient leur ile, offri-
rent A celui de la Martinique, le seul qui eft toujours scrupuleuse-
ment respect leur race, de venir habiter avec eux. Du Parquet
fit publier quily aurait exemption de droits pour tous les habitants
qui s'endraient a la Grenade. 11 s'en present un grand nombre,
parmi lesquela il choisit ceux qu'il savait le plus exp6riment6s
dans la culture des terres et la mise en valeur des habitations. 11
n'en voulut pas prendre plus de deux cents. II fit preparer de la
casanve et du lard, avec des viandes sales, pour nourrir la nou-
velle colonie pendant trois mnois, sans qu'elle eut besoin de recou-
rir A la chase on A la peche. 11 eut soin d'apporter avec lui une
pr4vion de fves du Br6sil et de toutes sorts de graines bonnes

sur Lecomte, son cousin ; Le Fort, qui avait toujours servi sa








ANNALE8 DES ANTILLES FRANCAISES


cause avec devouement; Le Marquis et quelques autres habitants
des plus capable de la Martinique.
11 leur donna e
autres munitions, trois barriques d'eau-de-vie, deux pipes de ma-
dere, des ustensiles aratoires, sans oublier les rassades a distribuer
aux sauvages.
Ces migrants leverent l'ancre, en juin 1650, et Atterrirent k la
Grenade quatre jours apres.
Kaierouane, chef des Caralbes, salua du Parquet avee de vifs
transports d'all6gresse.
En arrivant, le gouverneur fit planter la croix par son aumonier,
et, apres l'avoir adoree, lui et tous lea siens, ii pria Dieu de benir
son entreprise. 11 arbora en
suite le pavilion et les armes
de Louis XIV, au bruit du
canon des navires et de la
mousqueterie des colons d6-
barqu6s.
Appre huit jouis dinilti-
gent et opiniAtre travail, la
jeune colonies 6tait en 6tat de
r6sister aux sauvages et aux
O D S o C DE. : D1. ,1NG. strangers qui seraient venus
rN4LOS DES CABROaOTIZER ET D19s GARDIAi8 D1 RMBUFI.
l'attaquer.
Avant de partir, du Parquet eut soin, au moyen de rassades,
cristaux, couteaux, mercerie, quarts d'eau-de-vie, de se faire trans-
porter, par le chef Kaneretmne, esidroits-d celuiji-jet rde- uvag s
sur Flile, ces derniers se reservant seulement ieurs carbets.
Sainte-Lucie 6tait trop rapproch6e de la Martinique et trop facile
i prendre, pour que du Parquet h6sitAt A l'annexer A son gou-
vernement.
Les CaraYbes, irrit6a contre les Anglais, avaient masacr6, en
1640, tous ceuxde cette nation qui s'6taient ktablis ehez eut.
L'ile pouvait done tre ocup6e et du Parquet voulait on pren-
dre possession avt lr aompagtne
de la proprikti de la Martinique et de la Grenade.






L (EUVRE DE DU PARQUET


I1 expedia a Sainte-Lucie une quarantine d'hommes, avec tout
ce qui pouvait Atre n6cessaire au success de l'entreprise, sous la
--- condujite de Romsen, l'un des plus anciens colons de Ia Martini-
que, qui parvint dtautant plus facilement a vvre en pfai
monie avec les Caralbes, qu'il avait epouse une femme de cette
nation.
A la Grenade, le premier lieutenant de du Parquet fut Le-
comte, qui s'6tait d6ja acquis I'amour des habitants et le respect
des Carasbes, lorsqu'il se noya en voulant secourir un de ses amis
en danger.
De Valmeniere sulc6da a Lecomte.


Disolution de la Compagnie des lies d'Amtrique.

La Companies des lies
d'Am6rique, dis 1647, avait
rsolu de vendre lee Antilles.
A cette date, pourtant, elle
tait ibre encore; mais, au-
jourd'hui, elle se voyait force
de donner suite A ce dessein.
Elle succombait sous le
double poids de ses fautes
et des m6faits de ses agents. ,HABITATIO ,PERRINrLLE- QUARTIR. D NX S..
La duret6 de ses commis,
qui vendaient horriblement cher aux habitants les mauvaises mar-
ehandio"es-~q'ik recevaient de France, tandis qu'ils prenaient A
vil prix les meilleures denrbes des colons, l'avait tellemnent fait
d6tester, que-toutes lee insurrections et les mutineries qui agiterent
lee Antilles n'avaient pas d'autre motif que de secouer un joug
devenu par trop odieux et trop insupportable.
Lee gouverneurs mdmes, nommbs par la Compagnie, n'avaient
pas pa lui ob6ir, encore moins la faire respecter. C'6tait avec une
peine inouYe qu'ils arrivaient A obtenir la rentr6e des taxes les

Cependant lee seigneurs des miles avaien "







A1NALES DES ANTILLES FRANIA.ISES


rabies a supporter pour les fortifier, lea secourir de tempes autre,
lea empecher de p6rir.
Les d4plorables debuts de L'Ove k Isa Guadeloupe entrain
-en e g ra n ( urs; la guerre abominable d6clar,'
par de Poincy a Patrocle de Thoisy, en mettant Saint-Christophe
en revolution, suspendit tout payment des droits.
Empruntant meme de fortes sommes a de gross int6rets, lea di-
recteurs en vinrent a ne pouvoir plus subvenir que superficielle-
ment aux exigences des colonies.
Les dettes s'augmentaient, lea intr6ts couraient, lee adminis-
trateurs 6taient menaces de poursuites, lea seigneurs raines ne
consentaient plus h de nouveaux sacrifices et les colons conti-
nuaient a les maudire tous sans piti6, parce qu'ils avaient trop
souffert depuis quinze ans: Grande mortals cevi spatium.
Cependant, au lieu d'entasser tant'de ruines et de soulever tant
de recriminations, la Compagnie aurait pu faire fortune et rendre
lea colons heureux.
Son syst6me prohibitif fut calamiteux. Lea difficultis des dbbuts
et lea guerres a soutenir centre de puissants ennemis liimposaint,
au~ntraire, ie devoid elalkser les habitants libres de vendre a
toutes lea nations des denr6es qui commengaient a devenir des
besoins pour 1'Europe. Si les colons s'6taient enrichis, la Compagnie
n'aurait rien eu a d6penser pour lea soutenir; si lea colons avaient
6t6 tranquilles, ils auraient 6t6 contents de payer lee droits seigneu-
riaux. Mais, au lieu d'aider a l'organisation du bien common, ce
fut celle d'un mal universal que lea directeurs et leurs commis
echafauderent.
L'itdice-ro ilait.
Berruyer, Pun des principaux administrateurs, en donna avis
a du Parquet, ajoutant qu'il avait dispose les chose de tell fa*ot
qu'on 6tait pret k lui ceder de preference a tons autres lea tledont
il 6tait gouverneur.
Du Parquet se rendit i Paris.






L'EUVRE DE DU PARQUET


Acquisition de la Martinique par du Parquet.

Par contract du 20 septembre i6t50, ii-achclail, pmu ,m G0 OwIvr
la propri4et de la Martinique, de Sainte-Lucie, de la Grenade et
des Grenadines.
De retour & la Martinique, en 1651, du Parquet, devenu proprie-
taire et seigneur, en vertu de son acquisition, et lieutenant pour
le roi, ne fut plus designed, desormais, que sous le nom de general.
De ce moment, cette denomination se transmit indistinctement
a tous ceux qui gouvernerent la Martinique.
Du rest, aucun changement notable n'eut lieu d'etre apporte a
ce qui existait auparavant. Le terrain 6tait implement aplani par
la disparition de la Compagnie, et le general, n'6tant plus entrave
dans l'accomplissement de ses desseins, pouvait se donner libre
carriere pour le bien.


Organisation administrative et judiciaire.

Les proprietaires et seigneurs des iles continuaient A rendre au
roi de France foi et homage.
lie distribuaient les terres, aux conditions qu'il leur plaisait de
prescrire, et recueillaient les redevances et impositions dues par
tous eeux qui n'en 6taient pas exempts d'une maniere special.
Ils adminiLtraient, nommaient aux emplois civils et militaires,
la seule lieutenance g6nerale relevant du roi de France.
- Persoannem auoaupait venir trafiquer dans leurs domaines sans
leur consentement.
Lea denr6es coloniales ne payaient aucun droit d'entree en
France.
Leroi so-r6servait la connaissance des differends qui s'6leve-
raient avec lea propri6taires, come il s'etait r6serv6 celle des
differenda de la Compagnie.
Lajustice au premier degr6 6tait rendue au nom du seigneur:
aje ax autres degrsa restart apanagee du roi.
Par le contract de refornme de la ompag







AXNALES DES ANTILLES FRANAAISE8


en 1635, et 'edit de mars 1642, le prince s'ktait gardC Ia faculty
d'y cr6er une justice souveraine, lorsque lee besoins le sollicite-
raient, et de pourvoir de commissions pour Ia red ceux qui lui
eaieni resenes par a ompagnie.
A sa requite, par ddelaration du 1" aofit 1645, Sa Majest6 avait
etabli un conseil souverain. La declaration en avait 6th premise a
dtThoisy qui la mit A execution, pour la premiere fois, en 164Q,
a la Guadeloupe.
En vertu de ce regime, le roi autorisait cheque gouverneur a
nommer lui-meme pour conseillers un nombre de gradu6s conform e
aux ordonnances da royaume; A d6fant de graduas, hait oficier-
ou habitants.
Ge conseil souverain etait preside par le gouverneur. Le procu-
reur du roi et le grlffier de la s6nechauss6e remplissaient lea fonc-
tions de procureur general et de greffier du conseil.
Le conseil se reunissait une fois par mois et jugeait lea affairs
civiles et criminelles.
La declaration royale de 1645 ne fut jamais ponctuellonielz
executee.
SLes graduis, A cette epoque, 6taient rares aux Antilles; le gou-
verneur appelait des officers et des habitants au conseil. II ne
parait pas non plus qu'il s'astreignit r6guliirement au nombre fixed,
ni que les commissions fussent durables. Le conseil sonverain sor-
tit bien vite de ses attributions et 6tendit les limited de ses pou-
voirs. En voici un example : les j6suites, qui desservaient les
paroisses d'alors, au nombre de quatre, le Fort-Saint-Pierre le
PrAcheur, le Carbet t la Case-Pilote, devaient Ieeevoir leu-nattb-
cations de a Compagnie. Soit mauvaises affairs de celle-ci, soit
toute autre cause, les RR. PNres, n'6tant pas pay6e, s'adreaserent
au conseil pour que les habitants fussent tenus, au lieu de la Com-
pagnie des ties, de les mettre A m~me de remplir leur office dans
de meilleures conditions. Le conseil souverain, qui aurait dl les
renvoyer en pourvoi au Conseil d'Etat centre la Compagnie, cita
l'agent de celle-ci A sa barre et lui dnna l'ordre de solder imm6-
diatement 24 000 livres de tabac aux i6ste,___
Si itvement institu pour juger les proces civil


48



































WL'HABITATION


AUX TiOI8-PONTS
L.A MONTA.GNIr. of' VctC T i1.o- iGy.MPs inT P A it rtI.' f1rI''itr IIA,\ ITA.\ N rI' I'.
.


I~ --i~L.


~I


I '






L (EUVRE DE DU PARQUET


et criminals, se change aussi en assemblee g6nerale. Alors, on ne
vit plu& aoelemrent des officier&set des habitant8 remplacer des
gradu-1 at la colon. dI^ l mem tout ,ntiore epr.sentee par
des del'gu6a et des syndics du people.
C'est A cette assemble g6nsrale que les gouverneurs, ne voulant
pas se rendre justice A eux-memes, portaient leurs plaintes.
Aux jours d'inurrection, ces reunions, decidant de tout, se cons-
tituaient en haute cour.

La premiere sucrerie.

En 1654, trois cents Hollandais, chassis du Bresil par les Por-
tugais, demanderent au general I'autorisation de ss'tablirdans
'ile. Cel ti-ci leur abandonna toute la parties qui avoisine Fort-
de-France et qui s'appelle encore aujourd'hni Petit-Bresil ; mais
I'insalhbritO de ce quarter et les attaques des Caraibes, qui en
surprirent piusieurs, les massacrrrent et bralerent leurs cases,
lea d6couragirent tellement que, au bout de deux ans, il ne se
trouva lus un seul Brsilien i Fort-Royal. UIs gagnerent Saint-
Pierre; les uns y fonderent des comptoirs et des magasins, lesa~i res
achetirent des proprikt6s dans les environs. Parmi ces colons Btait
le Juif Benjamin d'Acosta, celui qui le premier crea, a la Marti-
nique, une sucrerie efune cacaoyere module : nous avons eu deja
I'occasion de le nommer.

ttablUssement des dominicains.

EnEf i4, 6galement, les freres precheurs se fixerent a hiaar-
tinique. Le P. Boulogne, sup6rieur de la mission, obtint toute la
confsance de.du Parquet, qui en fit son directeur spiritual. Les li-
b6ralit6s du- general permirent aux dominicains d'acheter un
terrain au Mouillage et d'y bAtir une Aglise, qui devint celle du
quarter et plus tard la cathedrale. Le Mouillage forma des lors la
cinquieme paroisse de lile. Dans la suite, le couvent du Mouil-
lage servit de presbytere aux curds de Notre-Dame de Bon-Port,
-- L ennA ,de 151 ,t 1902, de :aai d-is-pal NN_ Tfher,
peur, Porche, Fava, Carm6n6, Tanoux et de Cormont.
8lAtNT-'rlBRRK-MARTX IN IQU 4







ANNALES DES ANTILLES FRAN9AISES


Insurrection des Caralbes et revolt desA gr-.

Cette mnme ann6e 1654 fut, de la part des Caraibes, marquee
par des coups funestes aux colons.
Soit que l'occupation de Sainte-Lucie,-de la Grenade et be plu-
sieurs autres iles, par les Frangais, eft ranim6 la haine des sau-
vages centre la nation conqu6rante; soit qu'il fat vrai, come ili
le dirent, que les blancs eussent empoisonn6 lea eaux-de-vie qu'ils
aimaient avec passion, ils cherchaient l'occasion de se ruer sur les
usurpateurs.
Elle leur fut offerte par un traitement severe que fit 6prouver h
l'un d'eux un capitaine de bateau, & Saint-Vincent. Lee Caralbes
de cette ile, apres y avoir massacre les Frangais et deux mission-
naires jesuites, passerent i Sainte-Lucie et infligerent le miole
sort a La Rivi6re, lieutenant du g6n6ral, ainsi qu'A une parties de
ses gens.
Du Parquet, apprenant ces hostilit6s et ces crimes, exp6dia des
secours a Sainte-Lucie et ila l Grenade-. II te4 ai Mati
S1l'abri d'une surprise et, suivaut sa m6thode, ii r6solut d'aller
attaquer l'ennemi sans lui donner letemps d'arriver. I1 6quips une
flottille, sons le commandement de La Pierri6re, avec cent cinquante
des plus braves colons, et les envoya a Saint-Vincent. Lee Marti-
niquais abord6rent, malgr6 la resistance opiniAtre des Caraibes,
qui, au moyen de leurs pirogues, avaient fortifi6 la plage et s'y
croyaient en street ; ils ravag6rent les carbets et passerent au il
de l'pbe toutequi ombait r ir rpvr. Lie~~ir aynt gne
les mornes, l'exp6dition revint a la Martinique.
Quoique battus et traques, les sauvages ne se soumettalent pas.
Avec leurs pirogues, qu'ils maniaient comme des jouets, a glis-
sant silencieusement le long des c6tes, ils tombient, la nuiti sur
les quarters Bloign6s, et assommaient a coups de boaton lea Fran-
aais qu'ils pouvaient surprendre.
Peu de temps apres le retour de l'xpedition de Saint-Vincent
quelques sau es q de ~tt n ii- d et rt
dans les anses qui s'etendent dans la parties m6ridionale de ia Mar-







L'%EUVRE DE DU PARQUET 51
tinique etytakret cinq ou six colons; mais une dizaine des leurs,
peaut- ._F-- _0 __,a de ces meurtres, furent pris par le
capifau~o t1'nrquu i' ghiinra1 t 8 au gouvereur. Dt _
Parquet, voulat fire un example, les mena devant son conseil,
qui lea condianaI la peine du talion : ils avaient fait mourir des
Frangais aPeoup-~ d boutou, ils pbriraient i coups de massue ou
de haehe. Lae jbsitoe supplierent qu'on leur permit d'essayer
d'instrire, pour lea baptiser avant le chitiment, ces malheureux
infidelea.
Il acceeptrent leur sort avec courage. Le plus jeune ayant de-
mand6 la grace d'etre tu6 d'un coup de pistolet, elle lui fut accor-
dee. Iftil rJ trtitei, 6remeet, avec une calme intrepidit6, et
tomba sans avoir par regretter la vie.
Cette execution redoubla encore la rage des Caralbes.
Suivant leur coutume, quand ils voulaient frapper un grand
coup, ils commencrent par d6grader leurs champs; puis, ils se
r6unirent en assemblie gne6rale; on croit qu'ils y appelbrent
meme leunr oong6nres de la C6te Ferme et que beaucoup repon-
dirent cettoe convocaion. -
Leur concentration prEs du Lorrain, la meme oui viennent d'etre
tartt 6prouv6e la Basse-Pointe, 1Ajoupa-Bouillon et le Morne-
Rouge, 'op6ra dans un si grand mystere que la vigilance du ge-
nrlfufi, ette fois, mise en defaut.
Travemrant le bois qui s6parent la Capesterre du Fort-Saint-
Pierre, en cotoyant la Montagne PelBe, ils fondirent tout a coup,
au notabre de deux mille, sur I'habitation La Montagne, A une
demi-lineu du Fort, oh ils savaient, par les negres mmarons,que se
trou i t le general, alors goutteux et malade. Quoique surprise et
mal.gr' w bufaonces, du Parquet leur opposa une vigoureuse
raiMtaOce. Des fenstres de l'habitation, lui et les siens multi-
pliakie. lbe hAoharges de mousqueterie sur les sauvages, qui lan-
aient 'lour tor, une grgle de fieches.
i poud:i. e engait a manquer. Les coups de feu se ralen-

Ce que voy -at, ea sauvages faioieui entoerit r dantae
et dei hurlements, que la victoire leur reaterait bient8t.




S-J



52 ANNALES DES ANTILLES FRAN9AISES
Un premier secours, sur lequel il ne pensait pasdas le moment,
sauva le general et lui permit d'attendre da renfodt. -.

mirent de la parties avec fureur. Les sauvages, pris de panique,
reculerent, i l'heure meme oi ils se proposaient d'enfoncer les
portes. Les vaillantes b.tes, de lear e6tk, comm si elles avaient
conscience de la d'tresse de leur maitre, les poursuivirent, berne-
rent la maison et, plusieurs fois, se jetant a travers lea ranges des
CaraYbes, y causerent un desordre indeseriptible et des moreures
atroces. Les sauvages hurlaient de nouvoau, mais d'une autre f;i-
9on que tout a l'heure, quand its se croyaient sfre de triompiher.
Les dangers que court le general, ce jour-lk, dpassaient pres-
que toute measure; mais les secours reuus furent vraiment provi-
dentiels.
La Martinique se trouvait a deux doigts de sa perte: Une heure
sonnait alors, de si grande d6tresse, qu'elle pouvait 8tre la der-
niere pour la colonie, comme fut de nos jours, au -mme lieu, daIns
la terreur universelle, l'heure sinistre du 8 mai 190g.
Les nigres africai taiat4 epf t q que temps attirpaIrtes
Caraibes, au milieu desquels ils vivaient en marronnage (').
Ces negres, profitant de i'irruption des sauvages, qui avaient fait
fuir les habitalits.vers le Fort, s'Wtaient joints A ceux quiabandon-
nerent leurs maitres i l'instant critique. Partag4e en bandes, les
uns avaient grossi lea rangs des Caralbes; lee antres, pendant
l'attaque de la Montagne, pillaient, brflaient, tuaient, sacca-
geaient tout aux alentours. Saint-Pierre et tes environs offraient
tne isolation extrlmeo. L~e fc ieSers fioe plns i.innir
les colons qui, pennant d'abord i leaus int&rtes patiliers cou-
raient avec anxiety de c6t4 et d'autre pour dfend e 1ms am es,
leurs enfants, leurs amis et leura biens.
Dane le me*e temps, le general attendait des aecours ai. g'ar-
rivaient pas.
Quatre bAtiments hollandais arms en guerre vinrent mouiller

1. Marrounage, marrow. nzrre marmrw s c0 in mserm oae"r"a daens
iangage e aux gres fugitive du vieux temps de 'eslaag et, pr exten-
sion, aux, nigres vagabonds d'ajiourd'hui.






L'(EUVRE DE DU PARQUET


dans la rade a ce moment fatal. Apercevant le feu des incendies
S et remarqtianm-4t trouble autour du Fort, les capitaines se dout6-
rent qu'un gave p~ril meua t les colon. de l Martiniqu..
Or, connaissant la belle reputation de du Parquet, don't le caractere
et lee hats faits 6taient admires meme des rivaux de la France,
ils se hattrent de d6barquer trois cents homes bien equipes, qui
mirent en fuite les Cararbes et les forcerent a regagner en desor-
dre la Capesterre. Le general, qui avait d6ej vu cette nation sau-
ver deux fois Saint-Christophe de la famine et qui lui devait
maintenant son salu et ceiui de la colonies, rendit A ses libera-
teurs de profondes actions de graces.
Puis, sans perdre de temps, munissant les siens de poudre el de
plomb que lai vendirent les Hollandais, il fit poursuivre les negres
marrons et harceler partout les Caraibes.
Orange, brave habitant, se signal dans cette occasion et man-
qua de perdre la vie par les blessures qu'il rebut des fleches em-
poisonn6es : ce qui fit dire au general qu'il c aurait mieux aim6
perdre an bras que le vaillant Dorange .
Let Cr besporcuass, passerent a la Grenada
Da Parquet arma cortre eux plusieurs bateaux.
Battus, ne pouvant plus respirer, il se rendirent i merci, I'an-
n6e suivante, 1655.

Menaces de la part des Anglais.

Ce fut am commencement de cette annee 1655, qu'un navire
hollandaise vint la- Martinique porter Ia nouvelle qn'uner-flotte
anglaite de 70 voiles, forte de 18000 hommes, exp6di6e par
Cromwell et command6e par le major Pen, s'avan9ait pour chasser
les Frangais des Antilles.
Dua Parquet envoya .ane de ses barques prevenir aussit6t la
Guadeloupe, qui transmit semblable avis A Saint-Christophe.,
Lea trois chefs de ces colonies, de Poincy, Houel et le general,
reconnurent qu'il n'y avait pas moyen d'organiser un system
comemun dre defense et cdeiderent de g-c-Ier uArs ppro rao
ces, pour letter, chacun de son c6te, jusqu'k la mort.







54 ANNALES DES ANTILLBE FRAN9AIS3S
L'escadre britannique, arrive en vue de la Guadeloupe, cher-
chait ai dbarquer.

quer la d'abord et pr6f6ra gagner Saint-d'ristophe.
A Saint-Christ6phe, une parties de la.colonie anglaise n'avait
pas encore reconnu 1'autorit6 du protecteur. Le major Pen de-
manda libre passage aux Frangais sur leurs terra. Le commau-
deur de Poincy ne l'accorda qu'i la condition expreese d'un re-
nouvellement immediat du traits d'alliance entire lea deux nations.
Du reste, ce terrible armement fut bientot d6truit, lee comlpa-
gnies franraises n'etant pas seules coupables de parcimonie et de
maladresse.
Cette belle flotte fut contrainte de se disperser d'elle-mme,t
faute d'approvisionnements suffisants.
La meme ann6e, Mazarin signait un trait de paix avec Cronm-
well.

De la Vigne et la Compagnie de Terre-Ferme.

Entreprise depuis trente anf, la colonisation des Antilles com-
mengait a 6merveiller en France quelques esprite aventureux et
hardis, convaincus que, sur tous lea points de ces terres promises,
il n'y avait qu'A se baisser pour ramasser des monoeaux d'r, com-
me en avaient trouv6 les Espagnols au Mexique et aU Prou.
Au commencement de 1656, il circula i Paris et danl lee prin-
cipales villes du royaume une relation magnifique de ees pays
eAchanteReM t ihaqutte chdse crott en A nae&ib ii et isans oigbr oil
l'on ne rencontre que des naturels d'un caractbre paisible t doux,
oL les fruits, lea arbres, les oiseaux, lee poissons, les animpx, les
sites, les terres, le ciel et la mer, tout est prodigies, o enfin,
suivant l'expression d'un de nos premiere J.isatien: '.Oa eat dit
qu'il n'y avait plus qu'i mettre la nappe pour fire bonne chee,
outre les advantages que l'on pouvait tirer da traffic, capable en peu
de temps d'enrichir un home toute sa vie.
Uion avoca t ou b sa plume ln prign
tion de ces rAves et vou4 sa plume A lee pr6coniser.







BASES 8SOLIDE DE LA COLONISATION DE LA MARTINIQUE 55
Une soci6t6 se formal pour coloniser la terre ferme de l'Ameri-
que mIridio a --.
De Ia Vigne ca brilant avocat ioreIaiL & ,a c da
Compagnie.
II s'embarqua A Nantes, avec un nombreux personnel, le 15 juin.
Trente-deurjours apres, il mouillait a la Martinique.
II alia sauer le general et lui pr6senta des lettres du roi et de
la Compagnie de Terre-Ferme.
Soit 'qu'il vtt avec piti6, avec inquietude, et non sans une
secrete jalousie peut-etre, ces nouvelles expeditions vers le
continent, qui d6tourneraient les habitants des miles, soit qu'il
fft abiolument certain d'avance de l'impossibilit& du success,
du Parquet fit a de la Vigne un tableau navrant des epreuves, des
misbres et des riines qui l'attendaient. Mais l'avocat lui r6pondit
qu'il pofuitrivrait. on plan jusqu'au bout, et lui reclama seule-
ment l'autoriation de d6barquer son monde et de reparer sa
barque. Du Parquet y acquies9a d'autant plus volontiers qui'il se
doutait bien que plusieurs n'iraient pas plus loin ; ce qui eut lieu,
n -enet.
Le r6cit du voyage de de la Vigne mentionne qu'il ne trouva'
q qe quatre charpentiers i Saint-Pierre. C'est peu, et pourtant il y
avait un progrie d6ji sensible, puisque, en 1639,.il n'en existait
qu'un soul dans la colonies.
Le 23 octobre, de la Vigne reprenait la mer, avec plusieurs
hommes du pays don't il avait besoin et que le general lui avait
permit d'emmenr.-
A la meme 6poque vinrent aussi A la Martiniquele P. du Trtre,
dominicain, et de Maubray, gentilhomme d'orgine anglaise, en-
voyes par e1 comte de Cirillac pour traiter de la Grenade avec du
Parquet. COlui-ci la leur vendit pour 30 000 ecus.
Ayant assiea colonie sur l'un des points forms par les bouches
Sdel'Or6nbque, appelN Ouanatigo, de la Vigne s'en vint A Saint-
COhlstophe,,.d'o il retourna a la Martinique.
Ce a'e~ pa ainai que colonisaient les d'Enambuo ni les du
Parquet: I fotrtiieaiet leurs col6onles,
mmIes et y souffraient -mme les plus humbles pionaiers.







ANNALES DES ANTILLES FRANAlISES E


Cependant, de la Vigne rapport au general quo e esuccs de
son entreprise pauvait 6tre tenu come certain ----

gouverneur de la Martinique, revenant de la Grenade, apportait la
douloureuse nouvelle de l'aneantissement de la jeone colonie de
Terre-Ferme.
De la Vigne n'en voulut rien croire. Mais il fallout se rendre a
l'6vidence, lorsque, en mars suivant, le capitaine de la barque qu'il
avait envoyee a Ouanatigo depuis son retour a Saint-Pie re lui d'-
clara qu'il n'avait rencontri personnel a l'endroit oh la colonies
s'6tait formee, mais seulement un fortin A moiti6 d6moli et des
canons abandonne.s.
Les Espagnols avaient balaye les pauvres colons,apr"s plusieurs
combats malheureux soutenus par Saint-Michel, lieutenant de de
la Vigne. Quelques fugitifs allerent echouer a la JamaYque, ou les
uns s'6garerent dang les bois, et les autres eurent le bonheur d,
trouver un flibot qui les conduisit aux CaYmans, d'oh, sur un
navire de Dieppe, ils parent regagner la Martinique.

Colonisation de Salnt-Domingue.

En juin suivant, arriva de Nantes le Soteil, de 350 tonneaux,
portant des vivres 4 Ouanatigo et, le 4 septembre, la Piagie, qui
jeta rancre devant Case-Pilote, ayant A son bord de la Grange,
jadis officer a Saint-Christophe, d'Augeron, et le baron de Pont-
Chearon-Imbert, que la Compagnie de Terre-Ferme envovait pour
getuvrner et administir i a nuvelle colonies.
D'Augeron prit le parti de s'tab&lir i Fort-Rloyal. D'abord, le
g6n6ral l'y avait autorie6, mais MW du Parquet ne le voulut
pas. Attentive a maintenir intact le pouvoir de son mari et ayant
opibrage du credit de d'Augeron, elle suggera au g6ndral de trou-
ver in pr6texte quelconque pour retire sa parole.
Du Parquet offrit a d'Augeron des concessions dans une autre
parties de l'ile; mais celui-ci, mrcontent du procd64, refuta et
o fonda a colonie qui eat deve-
nue, plus tard, la reine des Antilles Jranvaises.


56







BASE 80LIDE8 DE LA COLONISATION DE LA MARTINIQUE 57
De la Vigne, degoat6 de son premier essai, ne songea pas a en
tenterizseaa ondbl-ee born A former une habitation sucriere a la
Martnique.
Quant aux malheureux emigrants qui avaieut tout vendu en
Europe et 4taient venus, lea uns seuls, les autres avec des enga-
gds, desappoint6s, ayant tout perdu, ils durent, une parties, de-
meurer et chercher a la Martinique un asile moins riche que celui
qu'ils avaient entrevu dans leurs beaux reves de France, l'autre
parties rapporter dans leurs foyers rines leurs sombres meconten-
tements et leurs cruelles deceptions.
Un ouragan sivit sur les Antilles a la fin de 1656 et ravagea la
Guadeloupe. Le gouverneur Houel en ecrivait:
II ne nous reste pas de quoi nourrir un hommc. Les vents
brlants oat d6truit les pieces de pois tout entibres. A moins de
l'avoir vu, on ne le saurait croire.
La Martinique s'empressa de venir en aide a la colonie-soeur.
Lee habitants porterent aux sinistres des vivres en suffisance pour
parer b tous les besoins.

Nouvelte s6dition des CaraTbes et des negres.

Le nombre des negres au service des colons de la Martinique
s'etait consid6rablement accru, le nigre seul 6tant n6 pour le
soleil des tropiques et les rudes travaux des champs sous ce cHimat.
L'Europ6en, avons-nous dit deji, ne pouvait s'y adonner, sans etre
bientot victim de maladies inconnues A son pays d'origine ou plus
violentes.
La paix avait Wth conclue avec les CaraYbes. Mais ces savages,
toujours farouches, ne permettaient pas aux colons de travailler
tranquillement. Les Caraebes appelaient sans cesse dans lea bois
lea aegrei marrons et lee conduisaient dans leurs carbets par un
chenin trac6 sur-le flanc de la Montagne PelBe, pour lee vendre
ensuite, la plupart du temps, lorsque s'en pr6sentait l'occasion,
iAuX Epanol des fles ou du continent. Cette conduite n'emp6-
chit point lea 6vasions de e multipier, et 1 'y t u bi-
tant qui ne se ressentit de ce mal. Pour l'enrayer, Chevrolier mit








58 ANNALES DES ANTILLES FRANP A18B
quatre de ses esclaves aux fers; les autres habitants firent de mme,
ce fut en vain. Bientot, les revolths ne se eontentrentVpuis de
fuir isoln m rnt ,, n.. ^ -iur'en' -n emplot upotur a'vta -
der en masse. Les habitations s'6tendaient alori depuis le Pr;-
cheur jusqu'a Fort-Royal. C'etait sur les mornes dominant le
Mouillage que la trame s'btait ourdie et que ia conspirtion des
negres, soutenus par les Caraibes, fut denoncee.
Le general qui, une premiere fois, avait envoy inutilement
Beausoleil jusque dans les carbets a la recherche des noirs, y
d6pecha de nouveau La Fontaine-HEron, capitaine de ses gardes.
et Dorange, pour essayer de decouvrir la retraite des fugitifs. Les
Caraibes d'clarrentaux nouveaux 6missaires, come au premier,
qu'ls ne savaient rien. Mais ile attisaient le fea de la r6volte et
voulaient contraindre lee negres i marcher avec eax. Ceux-ci
craignant d'etre reconnus, les Caralbes les rocounrent ('); et, tous
ensemble, savages d'Am6rique et savages d'Afrique, mglaat leurs
haines barbares, coururent, a la faveur des t6nebres, la torche ou
le boutou en mains, brtler les habitations des blanco et massacrer
ceux quise sauvaient leur approche. Its ponuiaret l'audqce
jusqu'a s'avancer en plein midi, le 29 aoit 1657, sur le more
Riflet, qui domine Saint-Pierre, incendiant les cases, abattant a
coups de fl&che ou de pique les travailleurs et les colons.
Ils auraient fait irruption en rille, si, au premier cri d'alarme,
les officers ne se fussent mis a la tote des milices et ne les eus-
sent forces a battre en retraite prbcipitamment.


Trembement de terre de 1657.

Autres calamit6s. Le plus fort tremblement de terre qui eot
jaiais secou6 l'le, depuis le temps de la colonisation, se fit sertir
a la Martinique, cette mame ann e. 1657. Les oscillations It lee

1. Rocouer, teindre au rocou, & la fagon des Caraibes, de la 6tte su ptds.
C'6tait, chez ese auvagesn une operation important que c
quotUdien: au lieu uetrs I es lea ,eooiient
alate rocou dissous dans l1huile de lin on de noix.
( 6tait 1 leur unique *'tement, toute leur parure dans les assemblies.







.BASES SOLIDEB DE LA COLONISATION DE LA MARTINIQUE 59
trepidations se suoee6rent pendant deux heures. Les maisons
furent ~brealBa et la population crut que la terre, oh elle etait
Sd elallait s'entr'ouvrir sous
see pieds. Les navires en Aprouv6rent 6galement les effects en mer.
L'eau, en bouillonnant, se retirait soudain et ils tombaient avec
des craquements 6pouvantables.
A l'heare oh la terre commenga Ai trembler, le general se trou-
vait A la Montegne avec sa femme. II Btait couches sur un petit lit,
en proie aux douleurs aigtes que lui occasionnait la goutte. Me-
nac6 d'gtre crase dans sa maison, qui etait en pierres de taille et
qu'il sentait remuer sur sa tete, il reunit assez de force pour se
refugierdans son jardin, suivi de M"1 du Parquet et de tous ses
serviteurs.

Mort de du Parquet.

Ce fl6au qui r6v4lait aux colons un danger de plus, parmi ceux
qui les affigeaient diji, allait atre suivi, hdlas d'un malheur
plu5 gifIra encore ^ia1Bert ^giA eraL _- _____--- _
L'evasion des negres soutires par les Caraibes donnait du cha-
grin a da Parquet et, tant qu'il le put, il ne negligea rien pour la
r6primer. Sa barque tenait sans cesse la mer, surveillant les cotes.
II n'4pargnait pae ses gardes, continuellement en excursion, d'un
bord et d'un autre. Mais ces braves gens, ext6nues, ne pouvaient
souls et avec le peu de moyens auxquels le general 6tait r64uit,
arriver A une repression efficace. Le gouverneur fit done appel aux
l.aitants ,1Teur expos 1ftat facheux des chooses, insuffisance des
precedQ mis en ceuvrejusqu'A present pour y arriver, et finit par
leur proposer, come reuiede, de fixer un leger droit pour entre-
tenir des hommes d'armes et d'equiper une galiote qui naviguerait
sans relAche autour de file.
.DB6j mal disposes par les pertes d'esclaves qu'ils subissaient
et ne r6fl6chissant pas que le project du gouverneur serait leur
salut, les habitantss rejetbrent dedaigneusement la proposition de
SU Pnaxqnuet. belai-ci en, iovua un pegirte l trctre. ....t
Cependant sa barque, qui continuait l garden les cotes, ayant







ANNALES DES ANTILLES FRANVAI8ES


sombre, l'ile se trouva i la merci des incursions des sauvages et
des pirates. Alors, de toutes parts, les habitants-e plaignPi DuI
Parquet leur reuondit qn'i- ne p t n lur ,u -, i-
venir aux d6penses necessaires pour la sauvegarde de leurs intt-
rats, mais qu'il etait pret a subir la moiti6 des frais g6niraux.
M3ieux inspires cette fois et sentant i'rnormit6 de la fate qu'ils
avaient commise, les colons proinirent de payer l'impft.-
Quelques jours apres, cedant i l'invitation quo lui avait adres-
see ainsi qu'a M m" du Parquet, k l'occasion d'un bapteme, Les-
tibaudois de la Vallee, capitaine de milice & Case-Pilote, le
general se promenait sur la place du Bourg, non loin du corps de
garde. Un habitant, du nom de Bourlet, I'aborda d'un ton irres-
pectueux et, lui montrant deux cents hommes arms qui 6taient
l1 pour appuyer les paroles insolentes de leur envoy, lui declara
avec hauteur a qu'ils ne payeraient jamais l'impOt que d'autres
avaient b6nevolement consent et qu'ils tueraient lee temeraires
assez oses pour ayoir pris sur enx de lui conseiller d'6tablir cette
nouvelle taxes v. A ce language outrageant, la colere mouta au vi-
sage de du Parquetl Ipozrta a-main ft- l-gar&e tr irppo6ur
transpercer Bourlet, mais il 6tait tellemeut estropi6 du bras et
l'indignation qu'il 6prouvait l'avait jet6 dans un tel 6tat de fievre,
qu'il ne put, heureusement, parvenir a retire cette arme, dent il
s'6tait tant de fois servi avec gloire centre les ennemis de la
France. Cependant, dans eir exaltation, il s'approcha du corps
de garden, et, si la vue de sa femme, qui se pr6eipita A sea pieds,
ne l'eQt arrWt4, il allait avec see gens qui 6taient tous accourau se
,.jeter Riir laMa m utihs. -- --__ -
II se calma, mais l'effort meme qu'il subit pour i*fouler son
trouble fut cause d'ane telle commotion nerveuse, qi'elle pr6cipita
les effete de la maladies qi le minait. Deux jours apr6s eette mal-
heureuse acnne, apprenant que les rebelles de Case-Pilote avaient
d Ap6Ai ut 6miaii re ar Pr8cheur pour soulever ce quarter, don't
lea h ants s'6taient d4j& fait connattre par leur turbileance, il
r6unit quelquea officers et monte acheval. Puis, laissant ae garden
a Saint-Pierre ii e rOeir, 96 D1 tion .
d'autorit6 et d'invincible resolution en impose tent aUx s6ditilax,


CO






BASES SOLID80 DE LA COLONISATION DE LA MARTINIQUE 61

que pau an na'e broncher et que tous acquittent immediatement
fimpt. 1 en at a m A 4mau Fort et au Carbet.

Ce grand iomme, ce type des administrateurs coloniaux, cc
module des haltants, ce protecteur des CaraYbes et des negres, ce
pere des travllleas, qui ne lui surent pas gr6 de sa sollicitude,
ni lea uns i les autres, fut ainsi tu6 par l'ingratitude de ceux
qu'il avait tant aim6e et au service desquels il s'etait constamment
depens6.
A la nouvelle que le general avait ete foudroyd par le chagrin
et par lea 6motions violentes qui lui noyerent le coeur, en y faisant
refluer lrfot tumultueux de son implacable maladie, la colonie se
sentit prise dune immense douleur, grossie par le remords.
C'etait trop tard.
Nmanmoins, l'affiction muette des uns, les larmes des autres,
fureqt s premier t$moignage significatif de repentir sincere et
de reconnaissance donned a la memoire de celui qui avait si bien
gouvern6 et si justement command.
aise .e qui vaort mine, ceqestuRiqe tpeuit-rtl- ndas_ l'his-
toire univerelle, comme la figure de du Parquet est unique dans
l'histoire colonial de la France, c'est que le souvenir de cet homine
incomparble a, surrveu a la Martinique jusqu'aujourd'hui. Vives,
nai, fugaces sent la plupart des impressions sons le ciel brfllant
des Antilles; tris profondes en apparence et tries viteoubliees,
beaucoup des emotions poignantes des meilleures families! II.y
a des exceptions, sans doute : telles, par example, la fid6litC creole
Sl'amiti6 et la fia61itiila mre-patrie Quant & celqtuejeveu--
-strtout reliever ici, elle est merveilleusement belle. II eat vrai de
dire que di Parquet a fait la Martinique.
Ce qu'oa y a vu de meilleur depuis n'a 6t6 que la continuation
de aon o~e.
L'hitoire de la colonie tient dans ces quelques mote. Le rest
peat ftre effaoe ei l'on vent.
C itar taaasAi parva licet componere magnis, on a moins parlt
t avec boh e cAawne, qu'uu "e a parl6 lk a, e orgueil.
at avec bonheur, sows je palmistes des.Antifls, de du Parquet, dent







62 ANALES DES ANTILLES FPPaNgAIU
le tombean, an Precheur aujourd'hui desert, eat reconvert par lee
cendres chandes du volca --- -

ral de la Martinique, a recu, sans interruption, sans belipse, de la
maniere la plus 6clatante et la plus sincere, de gnbration en ge-
neration, l'immortel t6moignage du respect et de ia vrenration des
habitants.
A d'autres, on dresse des statues.
Les ceurs creoles out servi de monument jusqu'ici, depuis deux
cent quarante-quatre ans qu'il est mort, au grand colonisateur de
la Martinique.

1658-1898. L'htstoire se r6pbte.

I1 n'est pas rare de constater que l'histoire se refait. I1 en est
ainsi, en effet, assez souvent, sauf parmi les d(gfnris qui, g6tant
pas de force k rien porter un peu plus haut, i la place da emear,
vivent dans la crainte perpetuelle de se briser les reins. L'istoire
se refaita isonns-nou& PYsieas-metda- sesszarori6ie
autant d'infrangibles matrices de granit on de diamant, lattestent
avec une souveraine puissance; jetez-y alors la matiere en fusion.
des larmes brflantes et surtout le sang de 'i'me, d6vouements
miconnus, services m6prisks, bienfaits imput6s k crime, confianee
et ahiiti6 trahies, l'homme qui va parattre A veo yeou, eous an nom
nouveau, sons d'autres couleurs, avee une autre coupe de votemeent,
est identique an fond A l'homme d'il y a des sieles.
Celt s'est v- naguksreris Martfique.l
Cette fois, c'est le meilleur des Bv8ques, un autte serviteur il-
lustre de la France d'outre-mer, an saint et Pun des plus grands
bienfaiteurs de Ia colonie, fondateur ou restaurateur de touts les
6glises de File, semeur d'weuvres admirable, durant plus de vingt
ans d'6piscopat, qui a subi, au bout de Ia meme carri6re de tra-
vaux immense, de nobles fatigues et d'immolations sans reserve,
le sort de du Parquet. L'ingratitude et la revolte des sins, les
tracasseries de oes p orictres ru- .
tions, l'abandon et les injustices des ministries, l'abus miserable






BASES SOIUDRS DE LA COLONISATION DE LA MARTINIQUE 63

que font les diplomats de l'esprit de paix de la nonciature et de
Ia couadecendance duA Saint-Sikge, ont fini parjeter en exil, loin
S..de. gn u.r Junlicn Fran.is Pierre Carmn^.-
6veque de Saint-Pierre et Fort-de-France, preconis6 depuis arche-
veque d'Hi6rapolis, un martyr que la'colonie appelait le paraton-
nerre de la Mairtiique, et que tous ceux de ses proches qu'il avait
combl6s de.plus de graces ont abreuve de plus d'amertumes, lui
enlevant sutaft bJrutalement, 1'unique bien qu'il se furt rEs:rv-
au d6but de sa mission et qu'il revendiqua toujours, en public,
dans chaque occasion solennelle, celui d'etre en droit, come le
d6sirait Jeanne d'Are pour elle-meme, de mourir, en plein Ib,., or,.
au champ d'honnesr. ,




t,















PRECIS DE L'HISTOIRE DE LA WARTIIlUIQO




TABLEAU DLS ASWNALES DE LA COLO.IE DC IZV AF xvtfe alaL. A isrierpar l'oeldelt.
11 novembre 1493: D&ueorerte et baptme de Is Martaique par ChriS tphe Colornl..
xvie sieCLE. Ooeapation de la Martinique par les FPrana. fC em lavas. -
Culture du tabae, du coton, de l eanne a sucre et du eo6. GaerrI eostre lm Atngll vt
les Hollandais. xvilIt SdlCL. Ere de prosp6ritk, de campagnes sur mr et de batailles.
La RIvolution. Guerre chile. Ivp~ai--ie XIZ si tL C, -g ~tttra'
de rle iAt Fraaee. Conspiratioun et emancipation. Valear rtradgique dd Fort-de-
France. Coup d'oei gdaeral. La cit errole.


1. TABLEAU DES ANNALES DE LA COLONIES DU XV" AU xvir StCLE

A I'orlent par t'occldent

C'est avec cette idke -fxas- A l'orient par Poeidenti que
Christophe Colomb vecut de longues ann6es, cherchant dana son
esprit aventureux et dans son cmour plein do foi Jo moyen d'ouvrir,
i I'oueet de l'Europe, une route vers lee Indes.
Pour prix de sa future dkeouverte, Colomb ne demadait Dieu
et aux princes de la terre que la liberty du saint espulcre an profit
de la chritient6.
Mais son project ne fut favorablement accueilli ni pr Genes, sa
pat4rie, ni par le rto e Portugagld; JiICoependait, apre6 huit
ans de solicitations, il obtint d'Isabelle et de Ferdinand, onuve-
rains 4'Eapagne, trois caravelles 6quip6ee, la tte deguelsa il
partit de Palos le 3.aoft' 1492. II aborda, le 12 oetobre, a Vtle de
Guanahani, qu'il appela San-Salvador, en souvenir des pArie de
son expedition et de l'effroi de son 4quipage. II ajouta & cette d6-
couverte celle de Cuba et celle d'Hati, qu'il nomina Hispaniola
II reprit ensuite la route de l'Europe et rentra en Andalousie,
en 1493. 11 fut manifiuI en A r one, ou taiet alors
e roi et la reine.




*1.JLbC~ ~L p.r ----. -1i. _____________ ---- -- L...L__


Sn,-

















A rwiure A
C. L' Gr~dyr
3..Z

a AId l A
ZA.-

cawdv An~v
K. Lepread-
nisr.4ww

r.z~Paita
C. Aerbmdu.
arauZ~n am
P.~t $$EVS
qY.~cniaa
arlnudadrC~


La


-. ,, ,


,1 X t.'
.. ... 4 eA

















INV

.,S" A Ira,
.A ro A t '
,,,,,. Zr ry ~ C ~A, ,,,ry, IN






SLAAC





.p .- ,, k. i., ...'
J~/ 0 ., ,[,
i '-'---' i

'.!14tr3c ,
'l~ ~~~~~~~~J IA [ITI['J UX'll i::.-

' ,r~ ..... ;,l . .







PRECIS DE L HISTOIRE DE LA MARTINIQUE G5

D6couverte et bapt6me de la Martinique.

Dans $a secnoe sp"ditken, il d -o".v.... ." ,I.-. --dmiV--
Caraibes, notamment, le 11 novernbre 1493, cell de Madanliut,
qu'il baptisa sous le vocable du glorieux thaumaturge des Gaules,
'lont P'Eglise celebre la fete ce jour-l: c'est notre Martinique.
Mais ce fut seulement le 15 juin 1502, en son quatrime voyage
au nouveau monde, que Colomb y descendit, a P'emouclhure de
la rivi6re du Carbet, et y plant la croix. 11 ne fit d'ailleurs aucun
etablissement dans cette ile, et la France, come nous Iavo'is rap-
po1rte plus haut (), n'en entreprit la colonisation qu'un si cle et
idemi plus tard. Depuis l.rs jusqu' t nos jours, Phistoire Ae- ce
joyau cara'be, de cette perle des Petites-Antilles, 1'histoire de la
-Martinique en un mot se resume ainsi : patriotism, labeurs, sacri-
fices, gloires et martyre Jadis, elle jeta un vif eclat, cette histoire
heroique, a travers les plis d'azur d'un pavilion fameux, le pavil-
Ion bleu, coupe en quatre parties iatIles par une croix ,lanche, avec,
sur le milieu de chaq u carrd, un serpent (2). Tel fut longtemps le
drapeau de la Martinique.




XVIV SIECLE

Occupation de la Martinique par les Frangais.

Les Carasbes, maitres du pays depuis des siecles, n'avaient pas
song d'abord a s'opposer a I' tablissenent des 6'trangers, mais, ne
tardant pas A s'en repentir, ils leur firent bientot une guerre
acharn6e, soit ouvertement, soit par perfidie, abusant de tous les

1. (Voir ohl apitre ler.) Debarju s., le 25 j.iin 1635, au i;arlet, d, 1')1liv, (,t du
Plessis abandonnent aussitft la Martinilqu' pour se rendre a la Gund'luupe. on
ils 6taient dAj& rendus le 28. Lo' mois suivant, d'lnainmuc prenait possession
definitive de la Martinique. au unim i1 roi d:' France lt ile la (:ompaignii des
lies, avec 100 hommes choisis prirni le- habitaniv, lI1 plus exprimentes C t It-,
plus intr6pides de Saint-Christ jpl, Ce colons n en a,'hlnt' acl alsordbreInt au
_ ied de la Montane Pelee et y bAlirent le I'ori saint-Pierre.
2. Sainte-Lucie avait la mnimer pavilion. Le s,'rpent y reprf iiT- rist T -
privil ge qu'ont ces deux lies d'lie e iniilsties de- trgono'6phales.
ARINT-PlRRE MAgRT IS IQU 5







ANNALES DES ANTILLES FRANgAISE8


moyens qu'ils avaient a leur disposition ou qu'ils pouvaient inven-
ter pour decourager les blanks, les riner et les massacrer.
Ce ne -fut qu'en 1658, sous Louis XT., --- r*** ia
jouir de quelque tranquillity, apr4s avoir tuA ou jet6 a la mrnr la
plus grande parties de cesterribles Indiens.
Eu 1663, il restait a peine quelques Caralbes dans File; les
autres s'6taient refugi6s a la Grenade.
A la suite de speculations maladroites, des plus malheureuses
pour elle, la Compagnie des lies d'Am6rique dut venture k des sei-
gneurs ses proprietes des Antilles.

Compagnie des Indes occldentalesl

Par un edit de 1664, Colbert form une nouvelle compagnie
dite des Indes occidentales, ia laquelle ii fit donner la propri* t6
des iles vendues par l'Association de 1626, sous condition de rem-
boursement aux propri6taires du prix.de leurs acquisitions et aug-
mentations.

Union 4e to Marttntque ita couronne.

Bientot la nouvelle soci6te, affaiblie par ses efforts pour fire
valoir ces possessions lointaines, devint a son tour impuissante a
en exploiter le commerce. Elle fut r6voquee par un dit de de-
cembre 1674. La propriWtd, la seigneurie et lo domaine :tile des
colonies furent reunis a la couronne.
Les colons de la Martinique formaient alors deux classes. La
premiere comprenait des immigrants vent a d.'E pei-S:eurs rais
on les appelait habitants. Le gouvernement local lear ditribuait
des terres, moyennant une redevance. annueUe en tabac ou en
coton, qui fut plus tard payable en sucre.
L'autre classes se composait d'engagi, recrut6 aon Frace, prin-
cipalement A Dieppe, au Havre et h Saint-Malo, qui louaient pour
trois ans leurs services, afin d'obtenir le transport gratuit et un
salaire annuel. Leur condition 6tait ase sezmblable i cotU des
immigrants indiens emplo 6s rtgemma A" am
expiration des trois ann6es, lee engage remvaieat die OMEn-


66







PRECIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 67

cessions gratuites de terres, don't Pltendue, reduite plus tard n
oitie, 4tait dane le principle de 1000 pas de longueur sur 200 de
larger, environ 25 hectares.

Les esclaves.

L'introduction de noirs d'Afrique, a la Martinique, par le moyen
de la traite, avait suivi de pres l'occupation de file. L'.nv;rtemps,
I'engage frangais et le negre travaillerent c6te a cbte aux memes
cultures, furent soumis aux mmees fatigues, arroserent les memes
champs de lears sueurs. En 1738, on cessa de faire venir des en-
gages d'Europe. La population esclave de la colonie s'elevait alors
A 58000 noirs de tout Age.

Culture du tabac, du coton, de la canne A sucre et du cafe.

Les colons s'6taient d'abord occupies uniquement de la culture
du tabac et du coton. Bientot, ils y avaient joint celle du rocou et
de 'indigo. L'exploitation de la canne A sucre, importee a la Marti-
nique par des Hollandais cliass-s dhu Brsit, ne commenca que vetrs
l'an 1654.
La culture du cacaoyer, entreprise vers 1660, ne prit quelque
developpement qu'a partir de 1684; mais le tremblement de terre
de 1727, qui d6truisit presque toutes les plantations, la fit aban-
donner. Celle du caf6ier la remplava. On no peut oublier le nom
de Deiclieux (1), au d6vouement duquel on doit 'introduction,
en 1723, du premier plant de cette denr6e pr6cieuse.

Guerres centre les Anglais et tes Hollandals.

Lee colons eurent plus d'une fois A d6fendre centre les ennemis
de la France ces cultures naissantes. La guerre de 1665 fut pour

I. Un arr6t des capitaine gin6ral et pr'fet colonial, en date du 30 pluviAse
an XI, d6cida qu'un monument serait 61eve it Saint-Pierre, pri-s d' la sallo' de
spetacle, a la m6moire de [Desclieux a qui, le premier, porta des plants dI'
M.... ct tt -. & xn-i-tin de i'.e dop6t pr6cieux le sacrifice
de oa ration d'eau, don't H les arrosa chaque jour pendant la traverse ,.
(Ann aire de la Martinique.)


-- -c^-------~.~~~-







68 ANNALES DES ANTILLES FRANVAISES
les Anglais,quiconvoitaient nos possessions de la mer des Antil-
les, une occasion d'attaquer la Martinique. 11a enat&ent uCla--
piusieurs d6barquements, mais r eccC. A QuoLquc- -
vres par I'incurie de la Compagnie i leurs propres forces, les habi.
tants, par leur courage, parent tenir tWte an danger.
Une premiere fois, en 1666, lord Willoughby, gonverneur d- la
Barbade, essay de debarquer a la grande anse du Carbet: ii aut
repousse.
L'annee suivante, une flotte anglaise compose de neuf frigat s,
sous le commandement de 1'amiral John Harmant, kchoua enc ,re
dans une tentative centre la ville de Saint-Pierre.
Pendant la guerre de Hollande, Ruyter,qui avait-pa.e is
Martinique en 1665, regut I'ordre de s'emparer de cette colonies.
II arriva devant la rade de Fort-Royal, le 30 juillet 1674, avec Ie
comte de Stirum, que les Etats-GenBraux des Pays-Bas avaie2it
nommi gouverneur de la Martinique. Mais il ne fat pas plus he a-
reux que les Anglais. Apres avoir d6barqu6 6000 hommes A Ia
pointe Simon et tent de s'emparer du fort Saint-Louis, il fut
contraint de s'bloigner pr cipitamment avee aA-otte, en abandon, -
nant les blesses, une parties de son materiel et l' endard du prince
d'Orange. La ville de Fort-Royal n'6tait alora, sauf l'emplcement
des magasins actuels de la marine, qu'un vaste mar6cage.
En 1693, les Anglais firent une nouvelle expedition centre la
Martinique. [is operdrent une descent entire Saint-Pierre et le
Precheur, au Fonds-Canonville, avec 3 000 homes de troupes.
Lea milices de Saint-Pierre et du Pr6cheur, et une compagnie de
.noirs africaine que l'oaaivtrmsou-irooace, leur oppo-
serent une tell resistance qu'ils regagn6rent leaur navire en lais-
sant leurs bagages, leurs munitions, 300 prisonniers t 500 & 600
morts. Pendant que se discutalent lea preliminairea du traits de
Ryswick, et avant qu'on eat connissance i la Martinique de la
conclusion de la paix, un corsaire anglais fit, en octobre 1697,
deux descentes successive de nuit au Marigot et a Sainte-Marie.
11 fut repousse, au Marigot par les habitants, et, i Sainte-Maie,
par I'atelier de I'habitation S re
---Abaf. %(






PErCI8 DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 69
Sous le titre: a Les Gloires de la Martinique, nous decrirons
plus tead 1'hiatire d4taillee des luttes memorables de nos Antilles
conitre le enumiMI de la FLance. Le rcit do cs exploits a &a place
marquee parmi les pages les plus magnifiques ou les plus poi-
gnantes de nos Chroniques nationals.




XVtIl' SIECLE

tre de prosp6rtt6, de campagnes sur mer et de batailles.

La colonies ne demandait qu'a progresser de plus en plus,vers la
fin du xvIe si6cle. Aussi, apres le trait d'Utrecht, la sollicitude
du gouvernement se porta-t-elle sur les possessions qui lui res-
taient. Les Antilles devinrent surtout l'objet de la protection du
regent, pendant la minority de Louis XV. Affranchie, en 1717,
des droits excessifs. qui avaient d'abord pese sur ses products, la
Martinique vit son agriculture et son commerce prendre de grands
developpements. Grace a la suret6 de scs ports et A son heurense
situation, la plus avaniCee, apres la Barbade, au ve~n de totes
les ties, ce qui en fait Pune des premieres escales pour les navi-
gateurs arrivant de la pleine mer, elle devint le chef-lieu et l'en-
trep6t general des Antilles frangaises.
C'Btait A la Martinique que les miles voisines vendaient leurs pro-
ductions et achetaient les marchandises de la m6tropole. L'Europe
ne connaissait que la Martinique, et, durant plus d'un siecle, les
autres miles frangaises de l'archipel des Antilles demeurerent dans
la dependance de cette colonies. a A juger, dit Jules Duval, de la
Martinique par le bruit qui s'est fait autour de son nom, l'on ne
soupgonnerait pas que cette fle n'a guere que l'Ptendue d'un simple
arrondissement de France, 16 lieues de long sur 7 de large et
46 de circonf4rence (').
'La guerre de la succession d'Autriche arreta le course de ces
promplrit6e.

1. JtLES DUVAL. Les Colonies et la politique colonial de la France.







70 ANNALES DES ANTILLES FRANIAISES
Encourages par le marquis de Caylus, alorsgouverneur g tn. ral,
lee colons employerent presque tous leurs capitauz A l'arnelt nnt -
des corsairesr mais e ,lan 1 ---rnf
lants success qu'ils remporterent sur mer, les riches captures qu'ils
firent sur l'ennemi, ne parent compenser les dommages que caumsa
a la colonie l'abandon momentand de son commerce et de son arri-
culture.
Les huit annees de paix qui suivirent le trait d'Aix-la-('!a-
pelle ne suffirent point a la Martinique pour reparer see pertes.
La precipitation qu'on mit a signer ce contract fat si grande, qu'ni
ne regla meme pas les frontieres entire les colonies fran;aise: tt
anglaises du continent ambricain. Ausai la guerre se continua-
t-elle presque sans interruption, dans ces contrBes, etd'une manitre
plus d6sastreuse pour nous que la pr60cdente. Le 13 fBvrier 17,2
les Anglais s'emparerent de r'ile, qu'ils garderent dix-sept moist
Le trait de Paris (10 f6vrier 1763), qui ous fit perdre le Canada,
stipula, il est vrai, la restitution de la Martinique a la France, mais
il r6serva aux Anglais f'ile de la Dominique, et cette cession eut
pour le commerce de la Martinique tes consquenc iesTes 6pTus- f-
cheuses.
La frequence des attaque& don't la Martinique avait e6t l'objet
determine le gouvernement a y Blever des fortifications qui don-
nassent le temps de recevoir des secours de la m6tropole. C'est
dans Ie but que fut commencee, vers 3 763, la construction du fort
Bourbon, aujourd'hui fort Desaix. Le fort Royal on Saint-Louis
etait absolument insuffisant pour defendre la ville de Fort-de-
France, a laquelle ii avaitprimitiveme ntinT son nom, et ou le
comte de Bl6nac avait transport, en 1692, le singe du gouverne-
ment. Le fort Bourbon, situ6 sur le morne Garnier, k 1 200 metres
de Fort-de-France, cofita prs de dix millions.
A la suite du trait de Paris, la colonies joit d'un long came
qui permit aux cultures et au commerce de reseurir sous le regne
de Louis XVI. La guerre de lind6pendance amAricaine elle-mame,
loin de lui apporter lee maux que Ini avaient causab lee gMerre
pr6cedentes,'lui rendi an utre : t de
'importance qu'elle avait perdus. La baie de Fort-de-France de-






PRICI8 DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 7i
vint, en 1778, le centre des operations maritimes des flottes fran-
aihses, et I-a-Martinique partieipa ainsi ii la gloire des armes de la
mretropote sans avoir a souffrir des calamilts de Ia gauere. La paix--
glorieuse de 1783 donna un nouvel essor a sa prosperity.

La Revolution.
St6rltes proclamations de liberty et guerre civil acharame.

Telle Btait la situation de la colonies quand eclata la Revolution
de 1789. Ce movement social, qui change toutes les institutions
de la France, apporta 6galement de profondes modifications dans
la constitution colonial. En 1792, I'Assemblee 16gislative decreta
que les homes de couleur et les negres libres jouiraient de tous
les droits politiques, et l'assembl6e coloniale declara s'approprier
ce principle come base de la constitution locale. Puis, en 1794,
la Convention national vota par acclamation 1'abolition de l'escla-
vage dans toutes les colonies frangaises. Mais la Martinique ne put
profiter de ces institutions nouvelles,
Eit -790-,7T rivatit6 dees habitat tt des conmlral&ts form
deux parties ennemis: celui de la champagne et celui des villes, qui
se disputerent la preponderance au sein de l'assemblee colonial
et allum6rent la guerre civil dans le pays.
Les habitants se concentrerent au Gros-Xiorne, qui devint leur
quarter g6n6ral. Le gouverneur y transport lui-meme sa r6si-
dence, apres avoir abandonne Fort-de-France et soutenu un combat
an Lamentin.
Lea gens des villes, les commergants et les militaires, qui s'ap-
pelerent patriots, traitaient I'autre parti < d'aristocrates .
Ce fut une des periods les plus malheureuses de nos annales.
Apres une trAve de court duree, dans les premiers jours' de
septembre 1792, le gouverneur g6nbral, de Behague, qui avait 6te
rappel6 le 3 juillet par un decret de l'Assembl6e legislative, donna,
d'accord aved le commandant de la station naval, M. de Riviere,
le signal de la contre.rivolution, sur un faux bruit de 'entr6e des
AUi iens et des Prausie a Pi, bruit parti ds
glaisos.







72 ANNALES DES ANTILLES FRAN-AISES
On arbor le drapeau blanc. Le general kochambeau, nollie A
la place de BMhague, ne fut pas reconnu en quality degouverncu.r,
mais comn-battu eft cbjss4b. Le -10. d1ce%
semhice colnniale declaraient la guerre B la R6publique tt ou-
vra i'nt File aux emigres et tux Bourbons.
Bientrit, une reaction se fit au sein d'une asembl6e des habinrts
au Lamentin.
De B6hague s'embarqua le 12 janvier 1793, avec un cer: ,in
nombre d'ardents royaiistes, sur les navires de la station, qu lei
commandant de RiviBre et lui allBrent remettre au gouyernour le
la Trinidad, comme reprtsentant du roi d'Espagne, cousin de
L.'tis XVI.
Le gouverneur general Rochambeau, choisi par la Revoluti -.,
fut rapplcl it la Martinique, et assemblee colonial vota une
;dlr,.s.he i la Convention. Ro.chiambeau n'n prononga pas moins la
dissolution du conseil de File; mais, quelques mois apres, il en
convoquaun nouveau,qui pritle nom d'Assembl6e representative .
Puis, la ville de Fort-Rpal fut appelee Fort-Ripubliqu; le ffrt
Bourbon d evint le fort C mn action; le Gros-Mrne e!ppela Rorhan -

Le 29 mars, quatre-vingt-onze membres des clubs des desu
villes, rtunis au chef-lieu, au lieu de se renfermer dans la dignity
et le silence, s'encouragerent frenetiquement, les uns les autres, A
enter sans retour possible dans les voies nouvelles. Alors, d6pas-
sant toute measure, pour frapper un grand coup que rien ne re-
clamait" d'eux et que tout honneur leur interdisait, puisque la.
royaut. avait toujours At& bienfaisante aux colons, is votBrent
follement une adresse d'adh6sion au jugement par lequel la Con-
vention avait condamn6 Louis XVI la. peine de mort, pour crime
de conspiration et de haute trahison. Cet act., qu'avaient impose;
deux tribune violent, chefs farouches autant qu'eloquents des fana-
tiques mamoluks, auxquels ils intimaient leurs ordres toujours
obeis, t.tait ridig6 dans le style le plus cruel de P'6poque.
Voulant r6pondre h cet irritant d~.fi, le parti royaliste prit les
arnls a Case-Navire, au Gros-Mor Robert
----te au--Frannois, an Marin. Vainqueur au Camp-D6cid6 et










lit
B



i
ji
r?
j


1. U i
........... .. .i



1-H- a






b- .. ;-
|a*<*e-k- "^ '^"; '*









S.1^7.S%- k ~ >**^^ ." -.:--.-- -" ;


II-


4-1-

~F~-~-'-


I'


LA M(ARTINIQUE AIU DfIIUT vu m r-Sc FlCl.1.


--~-~rpi~i-+-~--l~CI-~-*-C~-- -r~ --- -----------~






PRCI8 DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 73
au Poste-Colon, A quelques kilombtres de Fort-de-France, il fut
vaincu a more Vert-Pre. Un grand nombre d'habitants emi-
rerejint.---- ----------___ _

Invasion anglaise.

Aux dissensions intestines se joignirent bientat les horreurs de
Ia guerre 6trangere. Contents de profiter des col'res et des repre-
-ailles des royalistes contre le fanatisme des patriots, les Anglais
attaquerent la Martinique et s'en emparerent, malgre la resistance
magnanime que leur oppose Rochambeau, second seulement par
une poign6e de soldats, de citoyens et d'esclaves enrl616s sous le
drapeau de la Republique (22 mars 1794).
La domination anglaise a la Martinique dura huit ans.



XIX' SIECLE

Restitution de I'lle A la France, et retour A t'ancien regime

La paix d'Amiens amena, en 1802, la restitution de la Marti-
nique A la France; niais la loi consulaire du 20 mai y maintint le
meme eegime'qu'auparavant, vis-A-vis des homes de couleur, de
l'esclavage et de la traite des noirs.
La guerre ayant eclatB de nouveau entire la France et la Grande-
Bretagne, les Anglais se presenterent devant la Martinique, sous
le regne de Napol6on I", avec 15 000 hommes et une artillerie for-
midable, aiux ordres du general Beckwith et de l'amiral Cochrane.
Le fort Desaix, apres un siege de vingt-sept jours, dut capituler,
et, le 24 f6vrier 1809, la colonie retomba auipouvoir de l'ennemi.
En execution du trait de Paris (30 mai 1814), les Anglais eva-
current la Martinique, du 2 au 9 d6cembre de la meme annee, et
la remirent aux commissaires du roi Louis XVIII. Is y reparurent
h titre d'auxiliaires pendant les Cent-Jours et occuperent mnie les
forts jusqu'au mois d'avril 1816; pourtant, le trait du 20novembre
f185 r fa "it se. -.ir .finitivomnnt la ,olonie sous la domination
fran9aise.







74 ANNSlI.-S DES ANTILLES FRANIAISES


Conspirations et 6mancipation.

.4, i e s pVte!ant les temps de r voluti!i et
de g:e-rres, avaient recommence a attire tous les soins des cii one
at mentionn des commercants :t des capitalistes de la mitrnh le.
>: dievureusement, Vesclava.e maintenu, les noirs, qui etai-nut lus
die 8 000 gla Martinique, en face de 10,00 blancsetde 11i'c' :iu-
iatr-s, voulant essayer leur supEriorit6 num'rique, tent;r'it t
plusieurs reprises de conqurir leur liberty par la force.
Dans la nuit du 13 au 14 octobre 1822, 6clata un comltpit qui
devait Itre le signal d'une revolte g.nerale et qui &tait dirigtl -ar
quatr noir-: Narcisse, Baugiu, Jean et Jean-Louis. Des coc. u
furent assassins, leurs lIh:itations pilles, lea recoltes incen-lit :
Vne rigoureuse repression arr.ta le s,,ulevement des le d3lbut:
soixante negres furent dif6r's A la justice, sept eurent la t tc
tranchse, quatorze furent pendus, dix endurerentlesupplice ignl'-
minieux du fouet.
Deux ans apres, Bissette, un mulAtre, organisa un nouv,.iu
molvement.ayant pour burtfexpulsion de tous les blancs. La cout,-
piration avant et6 decouverte, Bissette futarrit6 avec ses complic, s
et condamn' ainsi que trois d'entre eux aux travaux forces, tandiis
que trente-sept autres etaient bannis.'
Le 27 avril 1848 est la date de l'Amancipation qui, vainemunt
inscrite depuis plus d'un demi-siceC, mais jamais prepare, jamlai
organisee avec sagesse ni poursuivie avec m6thode, n'a pas encore
produit dans toute la classes noire, plus d'un autre demi-s-ieraps
n proelamation, tlers hetureux effects de vraie liberty et de pleine
civilisation qu'il faut en attendre pour organization de la famille,
du travail et du progress social dans la colonies.

Valeur strat6glque de Fort-de-France et bran
des trente dernl6res ann6es.
En 1870, connme precedenment en 1862-1867, pendant l'exp-
dition du Mexique, et jads, order a pn
4'ArnurTeti tilite exceptionnelle du port de Fort-de-France






PRECIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 75
fut demontr6e. Les batiments de la station locale firent de nom-
Ireuses prisesqu'ils parent y mettre en sfiret.. Malheueusen:ent,
Jiendant cette period d'inotubliables dfaite, d tc d drs q_ LAl-t
encore lieu A la Martinique. Les negres du Sud se soulevxrent et
des crimes atroces furent commis centre les personlncs et les pro-
prietes. On les r6prima avec l'aide des milices levees pour la cir-
constance.
Le port de Fort-de-France a encore ete utilise par les canon-
nieres espagnoles comme centre de ralliement, Ila suite de la
guerre de Cuba. Dernierenent, enfin, il a et' class come point




















d'appui de la flotte, ce qui a aamen6 la construction do nouverux
forts et i'auginentation de l'cffectif de la garitison.
Durant les trente derni6res annnes qui viennent de finir si la-
mentablement, la Martinique a connu des jours tres tristes: c'-.st
I'ouragan de 1883, qui, en rade de Saint-Pierre, a jet6 dix-huit
navires A la c6te; e'est I'abaissement subit du prix des sucres, en
1884, qui d6termina une crise financicre retentissante; c'est la
imvente persistante des tafias et des rhums; c'est l'incendie de
d Saort-de-Erance, ae n22 uivn t18, et-'est le dcy'uc e a du iJ aoLQu
du Saint-Esprit, 1'annee suivante; c'est le cyclone dui 18 aoft






76 ANNALES DES ANTILLES FBRAigAISE
1891; e'estl'Atranglement de la colonies, en 1892, par 'application
du nouveau tarif douanier de la m6tropole; c'W eat, n, la atr-
Stro-hie de. 102 eIt I c1iiw-

Coup d'cell g6n6raL
Un dernier inot, pour clore ce sommaire de nos annals, -iont
rnu dernier inot, pour c'lore (Ce sommaire de nos annaloe, *lont


UL. R2tuIloN ItTIMB AU CAMP UD rALktA


quelques-uns dos plus brillants d4tairwer~- -it8irpt c volume,
dans le chapitre suivant.
A toutes les 6poques, depuis 1635 jusqu'en 1902, i y a eu la
plus grande affinity entire I'histoire de la Martiniqae et celle de la
France. Les plus belles ou les plus famenses figure de sl metro-
pole projettent leur eclatjusque dans la lointaiu ,tbien maritante
colonies : le cardinal de Richelieu, le premier7potecteur des entre-
prises d'expansion transatlantique; Louis XII, qI, et voula sauver
les Caraibes et ne point consent n avage aux
S-ArntfltlM Tlbert, e createur de la puissance navale de Ia France;






PRaCIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 77

Fouquet, le fastueux surintendant, qui eut F'ide de faire de la
Martiniqute le itg-decette vice-royaute qd'il revait dans le d"lire
IPe son ambiwiout Luis X qaw! .... ... dn ....pr u
superb avenir de la reine des Petites-Antilles et qui unit, par un
nariage morganatique, sea dernieres ann6esA 1'orpheline de Case-
Pilote; et puis d'Estraes, Cassard, d'Estaing, de Guichen, de
(.rasse, de Vaudreuil, La Mothe-Piquet, Bougainville, Lapey-
rouse qui ont foul6, ensemble on tour A tour, le sol martiniquais



















BUBARBS AUO ORT TARTANSON irORT-DK-FRASCE)

et rougi- eIfeiir sang la mer caraYbe et la parties de l'Atlantique
qui baignent sea c6tes.
Dan les principales guerres que soutint jadis la m6re-patrie, le
thb~tre des luttes maritimes entire les puissances belligtrantes fut,
le plus soiuvent, le golf du Mexique. La France, entire autres
traits qu'elle migna durant une p6riode d'un sidcle et demi, en eut
deux plus particuliBrement glorieux pour ses armes : celui de
Br6da at celui de Versailles. Le premier, en 1667, qui lui donna
- adi, n gn pi ax yploita 'in gouverneur de
I. Martiniqae, de Clodor6, qui fit la conquete de la plupart des lies






ANNALES DES ANTILLES FPANXAISES


anglaises, la politique de Louis XIV, on s'en souvient, ayant con-
sist6 B laisser la Hollande et I'Angleterresd-dahirer t s'affaihiirl
-dans les terrible comibats. en leurs fiot tes
tinique ayant su comprendre et mener & bonne fn to role magni.
fique qui s'offrait i elle de porter haut le drapean blane de as
France uni aux quatre serpents de l'6tendard colonial.
Le second traits, conclu en 1783, lequel fit oublier ce que
Louis XV avait consent d'ignominieux vingt ans plus tot, a:quit
Tabago 'i la France et fut amBn6, tant par le success qui courinnna
la guerre de l'Independance, que par les brillantes exp6ditio(- du
marquis de Bouill6 qui, aid6 de lajeunesse creole et des an iiraux
francais, s'empara de la Dominique, de Saint-Eustache, de >aint-
Christophe, de la Gjrenade, de Saint-Vincent, de Mouteerr,!, de
Nevis, de Saint-Barthblemy, de Saba, menaga plusieurs fois la
Barbade et la Jamalque et mit la puissance colonial de la
Grande-Bretagne a deux doigts de oa perte.
Ressentant jusque dans sea plus profondea assises les secousses
violentes occasionn6es par la R6volution et livr4e comme la mitro-
pole a la guerre civil la plus malheureuse, lalasrtain ique-vit t --
battr tdans Ses mornes et ed6er a la bouilante valeur de Perein,
Dugommier, Dugommier moins illustre peut-etro pour sea victnires
subs6quentes i la tete des troupes de la R6publique, que parce
qu'il sut deviner le chef de bataillon d'artillerie dreasat devant
Toulon les batteries qui contribnarent A en chasser les Anglais.
La Martinique fut le berceau de cette femmAgqul, tomb6e nux
mains des pirates d'Alger, devint I'ane des plus il~itres sultans
que poss6da Constantinople, -=J tane -fran~ite,c66mme on
appelait, et la premiere initiatrice des plus importantes refor-
mes que voulut bien accepted la bararie musulmane an commen-
cement du xix siecle.
Enfin, la Martinique donna la France l'imp6ratrice Jos6phine
et a 1'Eglise un saint, M. Dupoat, que la voix du people, en atten-
dant celle du Pape, appelle a le saint home de Tours.


78



















S 6 %RA imfMa


VAnse


Phan k .,
L l2/-cJ *l


4U


Anses


.. .


l^ "^ ^ ?: -- -




SCArTJS Rot)tAE niE' LA MARTINMQUE



--K'. "
*T g ,5 -- .


I___ _


___ I






PRICIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE


21 LA CIT-f CREOLE

fctat de la cit6 creole durant le XIX' sI&cle
et au d6but du XXe sifcte.

Saint-Pierre de la Martinique, I'inoubliable cite ereole, pos-
d. lait, la veille de la catastrophe don't la second parties de ce vo-
lume racontera les horreurs lpouvantables, une population de
28 000 ames : 3 000 3 500 de la classes blanche, 9 A 10 000 de 1a
(lasse de couleur et 15000 noirs environ. Cette ville occupiit la
portion la plus ravissante de F'ile, A 10 kilometres du crate de la
Montagne Pee, a 20 kilometres de Fort-de-France en line directed,
A 25 par le littoral et ai 37 par la route colonial de la Trace. Un
service de bateaux fonctionnait deux fois par jour entire Saint-
Pierre et le chef-lieu. Une heure suffisait pour la traverse.
Cite opulent, bAtie en amphitheatre, elle faisait la splendciur
de la cete occidentale de Ia colonies, au pied du volcan. De son artere
principalegracieusement inflechie comine la bale autour de aqucllc
ellt- s';tendait, partaient des rues nonmbreuses, celles-ci-dans Ia
direction des mornes, uelles-lA vers la grave. II y avait en tout,
dansla cit6 creole, 103 rues, cales et ruelles,-dont le d6velopple-
ment total se chiffrait par une vingtaine de kilombtres.
Saint-Pierre s'etait rapidement agrandi. C'est 1A qu'on avait vu
se concentrer toute 1'activit6 do la Martinique, et ce movement
n'avait fait que progresser chaque jour, depui des si6cles. La for-
n.-tne-de'Ileo-entire, peut-on dire, s'y trouvait entassee. On aurait
peine A coneevoir, entire autres nombreux details, quelle prodi-
gieuse quantity s'y 6tait accumulee de matibres d'or et d'argent,
de, pierres precieuses, de meubles anciens, de vaisselle plate et de
bijoux I.... Et ce n'6taient lI, bien entendu, que les moindres l14-
ments de la richesse do Saint-Pierre, don't l'impprtance rkelle pro-
venait de son commerce maritime.
La rivikre la Roxelane divisait cette cite en deux parties A pen
r. --g__, n. u du Miojaila~je et celle du Fort.
Au point de vue religieux, Saint-Pierre, si6ge dIe T e'evch de a -







80 ANNALS DES ANTILLES FRANqAIE8
Martinique, c lmprl\nait trois paroisses de premier ordre: Notre-
Dame de Bon-Port cathidrale), Fort-Saint-Pierre et Saint-Eti
dft C',re; avec trois autrem 1ieaucoup ioi3a consi
at 'Saiinte-Philomrnia et 1es Trois-Ponts('). La ville ren-
if.-'i, it, en outre, une dizaine de chapelles.. Huit i dix pretres da
',,-,rg ',,-iier s'y partageaient lee labeurs quotidiens du minifs. i
Trr:, et vingt religieux du Saint-Esprit dirigeaient le s6mimaire-
c oll tge diocesain.
Prcsque toutesles maisons etaient baties en tries solid magoini,.rie, :
un certain nomnbre meme d'entre elles offraient de superbes fai;ades
en pierre de taille. D'un aspect extericur gcnbralement simple, la
plupart de ces habitations rivalisaient, au ,contraire, de beabu t4
'interieur et le comfortable y regnait partout, voire un grand i lxe.
La cite creole, on peut f'affilrer, Ptait une dos villes lts- plus
propres et les plus agreables du monde enter. les fontaines 1ubli-
ques et cells desparticuliers, bien alimentees, y coulaient toujlursa,
replies par les eaux de la source Morestin, qu'u.n avait captecs i
7 kilometres dans la Montagne. ainsi que par eelles de la Roxelane et
d'un de ses affluents. Trois canaux avec ua debit, par- s-eco dre-
30 litres au Fort, 400 litres au Mouillage. et 100 litres fornis par
la conduite Morestin, distribuaient ce pr6cieux lamentt A la popu-
lation. Ces 800 litres d'eaux vives a la second temperaient consi-
derablement la chaleur, A Saint-Pierre, et en purifiaient l'atino-
sphere. Chacun de ses habitants pouvait profiter, pour son usage
journalier, de 1600 1 800 litres d'eau, suivant les donn6es ma-
th6matiques enoneees plus haut.
II existait dans la cite un"e cour d'assifes, un tribunal de pre-
miire instance jugeant commercialement, deuxjustices de paix, la
Banque de la Martinique, le Cr6dit foncier colonial, le Trwsor, plu-
sieurs 6tablissements d'instruction publique: le seminaire-collEge,
te lyc6e, le pensionnat de Notre-Dame de la Consolation, del ui
des dames Dupony et Rameau et le pensionnat colonial, etc.
Le s6minaire-collbge, grand oeuvre des Aveques de la Martini-

I. Cette banlieue de S' r ig en paroisse par Mr. C
mps ant son dpat da cooie, y a mois se pt a-
_------ -......pru emps avant sou depart de la colonies, nl y a moins de sept ans.






PRECIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE


que, qui lai consacraient presque toutes leurs resources person-
nelles, iinaiaque cellee du diocese, et ppinikre de savants, d'hom-
A. timaiT Atan toutes, Ia hl ranhp's Tde la v;e intelectuelle et
eociale aux Antilles, dominant majestueusement la vill et la rade,
come une citadelle de science et de pitte.
Le lycae, de creation plus recente, etait install au Mouillage


LA orIT CIUtOLK

depuis 1888, dans l'ancien domain des Sacurs de Saint-Joseph de
Cluny. Le pensionnat colonial occupait le Centre.
La c61&bre couvent des religieuses de Saint-Joseph, transfr6e
A la Consolation, lors de la r6trocession i la colonie de'l'immeuble
que cea drmes pousedaient au Mouillage depuis un demi-sitcle, y
pourauivait, avee les mimes success et le meme bonheur que jadis,
1'lduoation complete des jeunes tilles appartenant aux meilleures
S 'mSll7r Cat !a&-rtiniqnu Ceatte mason tt floriasante 6tait d'ail-
leurs san, eonteste digne des plus grande 6coles de France,
kIXT-PIaKrM-NA RTIIQ o


81







82 ANNALES DES ANTILLES FRANAISES
L'institution des DI e' Dupouy et Rameau, tres distinguee aussi
et plus exclusive que les autres ktablissements d'instruction de la
e,-,1,ni oe re tja ais dan es .s e. i'ue Aes ji nes fill! ,.-
ches.
S1n remnarquait i Saint-Pierre. pour son style pur, I'6glise du Fort
et, pour ieur riche ornementation, celles du Mouilage et dau e;ntre,
tr.s peu apprtciables au point de vue architectural. L'6glist ca-
thedrale (Mouillage), sous le vocable de Notre-Dame de Bon-lVrt,
avait subi de notables transformations, dle 1853 a 1885, 6poqut de
la construction des tours qui en couronnaient la facade, san: lui
donner aucun caractere minnuiental. Celle du Fort venait a p- ine
d'etre rcbtie- et classie parmi les tdificeaeles plus dig es d'a1 'li-
ration dans nos colonies, quand le volcan d6chain6 la rudui-ir en
poussiere.
Citons encore l'hOtel de l'intendance, la mairie, le palai. de
justice, l'hospiq civil, qui comptait 200 lite, la mason coloniale
de sante, qui pouvait recevoir 150 ali6nds, tant de la Martiniqlue
quo des ties voisines, l'hopital militaire, fond6 en 1685 par lea
S-Frres det-Saint-Jean -e Die et pourv-d'mue ceuntainm e "tit. -
L'asile de Bethleem, pour ia retraite des vieillards et des iinfir-
mes, HOtel des Invalides de la colonie,-- repr6sentait I'aeuvre
de charity la plus excellent peut-etre quiaitjamais paru jusqu ici
dans notre petite MWditerranbe caralbe.
Mentionnons aussi le the6tre, de foundation plus que s6culaire,
mais don't 1'6difice nouveau ne datait que de 1831, le superbe mar-
che covert, l'orphelinat de Sainte-Anne, le palais episcopal (an-
eien couvent des -doinincais) ou I'i voysit une rampe d'ecalier
en fer forg6 d'une beauty rare et d'un prix exceptionnel, le chA-
teau de Perrinelle (ancien convent des jesuites), la castrne de
gendarmerie (anpien monastire des ursulines), l'htel de la
chambre de commerce, l'entrep6t des douanes, le preabythre du
Fort, la somptueuse maison Lasserre, avec s% splendid terrasse.
Dans cette perle des Petites-Antilles qu'on a appel6e le royaulne
de la veg6tation indpuisable et vari6e a r'ifini (1), Si varike que

1. M. Victor MEIGNAN. AUx Atilles.







PRIECIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE .


la volont6 intr6pide des homes lea plus hardis et les plus experts
n'ajamais puy contenir la puissance feonde de la nature, le jardin
dens tlantes de Saint-Pierre, cree en 18,3 par Cautilnau d"'Awo--
constituait : une des merveilles du monde mais une merveille
inconnue ('). Les pittoresques replis du terrain de ce lieu f6erique,
ul a flore tropical si luxuriante etalait routes ses graces, la mul-
titude des plants exotiques qu'onycultivaitatissi, les productions
g6antes des mornes d'alentour, les palmistes relies les uns aux au-
tres dans un capricieux r6seau de lines, les eaux jaillissant des
blocs de lave, enfin, I'imposante cascade de cet Eden, laissaient une
impression et des souvenirs ineffagables dans l'esprit de tous ceux
qui e visitaient.
La cite creole possedait plusieurs places publiques, mais une
seule d'entre elles 6tait repute dans le monde ertier, parmi les
arnateurs,les marines et les commereants: c'6tait la place Bertin.
De hauts tamariniers et des marronniers l'ombrageaient. Un phare
s'y 6levait, non loin d'une remarquable fontaine A jet c;ntinu, la
fontaine Agns.
S -Deutix magn-ilquenvannes, cel- du Fort srteutf- Ataient notre
petit Luxembourg, nos minuscules Tuileries, oh les ~nfauts ve-
naient, matin et soir, prendre leurs joyeux bats sous les yeux
vigilant de ces creatures d.vou6es et fiddles, que les families
cr6oles appellent ldes das, c'est-k-dire, dans l'idiome local, les
bonnes lee plus dignes de la confiance des maitres et maltresses de
mason, les gouvernantes aimes des enfants, auxquels elles se
d6vouent corps et aLme.
Deux marches, don't un trs vaste et tout en fer, que inous avons
dBja signal, quatre points ainsi que de nombreux appontements
compl6taient cette vue d'ensemble.
Centre de la fabrication des rhums et tafias dans Pile, Saint-
Pierre comptait 15 ou 16 rhummeries importantes. 11 avait aussi
une tonnellerie m6canique, une fonderie, de vastes magasins et
entrep6ts, deux cAbles transatlantiques, etc., etc.
La position topographique du Mouillage et du Fort exer9ait une

i. M. GAatlob. Tros aris a la Martinique.


* 83








ANNALES DES ANTILLES FRAN(AISES


S influence des plus appreciables sur leurs degr6s respectifs d. -*lu-
brit&. Au )Iouillage, par exemple, les vents alizes se trn -ant
inrc e tlesE ar -i e It't m
vive chaleur, encore accrue par les rayons. solaires, que lee a- r-
pentents des mornes Abel et Dorange refl6chiasaient sur cett.- ar-
tie de la ville, tries populeuse et oii se tenait le plus groe du i: u-
vement commercial. Au Fort, au contraire, ces vents, n'ktant r .q
par aucun obstacle, soufflaient en touted liberty et tendaient ,his
cease a rafrahir la temperature.
La rivi&re des IFres, coulant an bas de la sucrerie Perrin iLe,.
s6parait la cit6 de son charmant faubourg, le Fonds-Core, par- :i,
d'6lt3gantes villas et de gracieux cottages. C'6tait le rendez-v,-as
pre6fir des baigneurs; ma il y avait ausi, comme autre lieu ie
natation, la Grosse-Roche, au fond du Mouillage, oh la plage ftit
meme plus tranquille. Un tramway faisait le service, tout le jour.
entire le Fonds-Core et I'extremitt sud de la ville.
Les Trois-Ponts, sur la Roxelane, au delk du jardin Botanil 'ie.
renfermaient gaalement de superbes chalets.
La situati? de la citL c.;r"- e n i permettait guere d'etre
une ville fortifiee. On y comptait cependant lea trois batteri,,-
Sainte-Marthe, Saint-Louis et Villaret. Encore venaient-ell't
d'etre desarmees.
Sa superficie s'evaluait a 75 hectares.
Les principles altitudes des environs de la ville sent le Trico-
lore, 195 metres, qu'on recommandait specialement aux conva-
lescents; le plateau Trou- Vaillant, 154 m6tres; le money Abel.
140 m6tres; Is morne Dorange, 124 metres, oh s'6tageaient de
jolies maisons de plaisance. Le parapet de la batterie Sainte-Martho
avait 43 metres et le fond de 'alUe Picoul, auprbs de 1'6glise de
la Consolation, 45 metres d'altitude.
La rade de Saint-Pierre, rade foraine, entiUrement ouverte,
s'&tendait de la pointe Lamare, an nord, celle du Carbet, au
sud, entire lesquelles la cite present une courbure a peu pres cir-
culaire et dcs plages sablonneuses. Cette rade immense devenait
malheureusement rcge u d
vents d'ouest qui la balayaient violemment et des raz de mar&e
f *


64




:


-' !"


q r'S~


LA DBOtRUI, LS IIHAA R DR LA COPAOIrl OIARDt, La PIJARI, LA PLACE Il.R''lIN, 1. IPOKRT


SAIIT-PIBRBS


r^---^^,^."ln--rT-?-

!( :,: ;l' + / \
if' ( '* +
~:' j .I i;1
k.i' .i


_J-~
i


rd'' .i
LIT~.-~ i
R~ ~i~ ~..~t.






PRECIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE


frequents A cette 6poque. Pendant le reste de 'annee, ces pertur-
bations dans la mer des Caraibes sont plus rares et surtout moins
ldangereuses; leur plus grand inconvenient pouvait tre alors de
rendre difficiles les communications des navires avec la ville.
Aussi le meilleur mouillage pour les gros bAtiments se trouvait-il
un peu plus au sud de la pointe mnridionale de anuse Thurin.
Le bane dans cet endroit de la baie se nommne plateau du Carbetk
Mais une fois la manvaise saison (coulIe, notamment A partir de
janvier, overture de la champagne sucriere., jusqu'en juillet, la
trade se. garnissait de bateaux de tous les types connus dans la ma-
rine marchande, qui s'embossaient les uns centre les autres, de la
'alere i l'extr6mit6 du Mouillage.
D)eux posts semaphoriques, sites Fun sur le morne Folie.
'autre sur la place Bertin, signalaient tnus les batimcnts passant
au large.
La nuit, la baie etait kclairtee par le fcu riuie du phared d'unu
portee de 9 miles, et par les feux, blanc et vert, de la batterie
Sainte-Marthe, d'une port de 4 miles, h l'extrmit de Ia col.ine
qui domine le_ uartier sud de la ville.
Le mouillage des navirs de commerce s'*tendnit depuis la
pointe Sainte-Marthe jusqu'a la riviere des Peres, les bAtiments
' trangais occupant dans cet space la partio situde au sud de la
place Bertin et les bitiments strangers celle qui court au nord.
En ces endroits, le fond ayant une pentc tres rapid vers le large,
on 6tait contraint de mduiller a moins d'une encablure et demie
de la plage et, par I'arribre, d'cnvoyer une ou deux ancres a jet.
Au- plateau-atu onttraire, l'ancrc mordait par 38 ou 40 _mntres
d'eau, a deux encablures de il cote. II ne fallait pas mouillcr plus
au large, particulibrement dans l'ouest d'und petite ravine oul les
escarpements de l'anse Thurin sont in:errompus et oi l'on ren-
contre des fonds tres inkgaux sur des rochers.
1,e port de Saint-Pierre accaparait h lui seul, come tonnage,
plus des deux tiers du mouvcment de la navigation dans la colonies.
La majeure parties des marclhandises de file y passait. Les cliffres
du commerce ext6rieur n'ont guere varii5 depuis 1888. L'ann6e la
plus mauvaise, 1895, a donn6 40 millions. A la suite du cyclone








ANNALE8 DE8 ANTILLES FRANIAI58


de 1891, apris lequel il y eut tant refaire, I'exercice accuse
56 millions. Les importations, aujourd'hui, sont de 25 millions et


UN COXt U JlIIsDVNt Dtwre
UN COIs DU JAZDIx DM3 PLALTa


lea exportations de 23 millions. Les principaux pays aveo leaquels
la place Bertin entretenait dee relationae sot la r a et aClf--
lonitquelqe r6publiquel du sad a de l'Am6-
a


88







PRACIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE 89

iique, 'Angleterre et ses possessions, Porto-Rico, Cuba, Saint-
Domingue, Haiti.


(Clickh de la Vie illastr j.)


PUTITZ CASCADE DU JARDIN DES PLANTED


La France envoyait surtout it Saint-Pierre des chevaux, mules
et market, des conserves, de la charcuterie, du beurre et des fro-
mages, des pommes de terre et des pates alimentaires, des 16gu-







ANNALES DES ANTILLES FRAN9AISES


mnes, des fruits tapes et confits, des huiles, des metaux divers,
des products chimiques, couleurs et vernis, parfumerie, savns,
bougies, des ins et liqueurs, ies verreries et des poteries, d<- fis
_t tie1 dc vtmtt-cTonfinnes, articles de Parin. de
la maroquinerie, des papers, des cordages, de l'orfivreri, de
l'horlogerie, des machines, des chaudiires A sucre, de~ mcu!!l:s,
etc., etc.
Saint-Pierre-Miquelon lui fournissait la more. De la Gu. ie
lui venaient lea bois durs; de Saint-Martin, la poterie et le n t.1i
betail; de Porto-Rico, la plupart des boeufs de travail. Cubl.: le
Venezuela, Colon l'approvisionnaient de tabac et de cigars, en. Ire
que le petun cr6ole (') cultive dans le pays permette d'y fabri.n'r
quantity de bouts (). Haiti etait depuis longtempsdkjk Ie prin. Ipal
importateur de caf6 a la Martinique, la colonies n'en produi- .nt
plus assez pour sa propre consommation.
La cit6 ereole vendait, en France, sucre, rhums et tafias. I'.
d'orange, liqueurs des ties, ccaao, indigo, bois de caml&che, p,.:iux
brutes, &cailles de caret, farinede manioc, ananas, confitur,'.
vannerie caraibe, bimbcloterie du pays. A la Guyane elle livrait
du s~ue-blane,-id-n o de sa tm.int'tcr et du tatia, ainsi qui la
plupart des autres denrees don't le march de Cayenne avait be-
soin. 11 se produisait aussi des changes assez important entire la
place Bertin et la Guadeloupe, qui payait en molasses, vanillcs et
cafe.
On ne rappellera jamais assez dans rhistoire de la MartiniuIue
combien c'6tait plaisir de vivre dans cette vaillante, laborieus et
trUs noble cite.
--Io L TaeSrneT--Sa&i~iierre brillait, de temps immemorial, par la
distinction, la haute intelligence, les gouts artistiques. Amie des
lettree, des sciences, des beaux-arts, du progrM, elle 6tait en
meme temps d'une hospitality 16gendaire, avee une bonne grace,
un charme exquis, une g6n6rosit6 vraiment royale. Tous ceux qui

1. Petun, c'est le nom primitif du tabac, aux Antilles. Nos premiers colons
furent planters de petun.
2. Bouts: les cigars martiniquais n'-lu ia fiN n Ji :usu r t.l ron.
e es cigares ordinaires, mais beaucoup plus long.


90






PRaCIS DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE


ont pu se meler au movement, aa la vital, a leffervescence df-
.aint-Pierre, disaient d'une voix unanime qu'ils aimaient ce foyer
!.Piluisant avec la meme ardeur et a mtmepa sson Qu'iIk chtriz-
.aien-t leur clocher, leur berceau. Adoree de tons ceux qui la c:n-
:'3lissaient bien, regrett6e de tous crui qui la quittaient, tell f'.t
tijours la bonne citk creole, la terre nrosialique, A laqnulle on
a~ngeait si amoureusement que cette fidelity reconuaissr;nte du
rivenir lui avait valu le nom mystrieux et doux de pai des
~I tenants.
Au risque de re6pter peut-etre quelques nl-tes, et non sans
.* ayonner nous-meme une on deux lines, retrayns rapidement
1nc page 6crite par une Ime plus poetiqu, qu, la notre. et .
laquelle, aans la connaitre autrement, nous ofTrnstiommaninge de
itotre consideration la plus sine &re.
SLa ville de Saint-Pierre, y lisons-nous, bait sur a rive, .-m-
blait avoir gliss6 de la montagne vers la mcr, -,. rues d4gringo-
lant en une cascade de maisons d'ou jaillissaicnr les panaches verts
de palmiers giants aussi hauts que les blanches toirs jumelles de
la cath6dralo.
SC'etait la plus jolie et la plus originialc .it6 Jtls Antilles. I)'ine
architecture ancienne don't les lines rappelaient les constructions
du xvu' si6cle, ailleurs si graves, tout v ta:t au contrairegracicux,
les rue_ dall6es, toutes en cotes, les maisons claires tranchant-sur
le bleu intense du ciel. Elle ne rappelait pas seulement les edi-
tices du ivtu sicble, la cite' crole, mais plusieurs de ses maisons
remontaient sans retouche a cette tpoque et, conine les pierres
parent, say loqnuuntur, il n'y avait qu'\ interroger ces t6moins
d'un pap dej& si vieillot pour apprendre des choscs curieuses
sur Qhaena des chapitres les plus emouvants de lhistoire colonial.
SDo tous Cot6s, coulaient des ruisscaux d'une limpidit6 de cris-
tal, qui mlaient aux bruits de la place celui de leur murmure
tant aimed. On comptait plusieurs fontaines decor6es de colonnes ou
de bas-reliefs de bronze, tritons ou lions, d'un art charmant, les
triton de la place Bertin surtout, models d'apr.s ces robustes
teorseaw browse vivant a qu'on voyait A c6td, roulant au solely les
bounewts ali.re et les fate de taia.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs