• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Title Page
 Half Title
 Dedication
 Preface
 Premiere partie - Les antecedents...
 Deuxieme partie: L'intervention...
 Troisieme partie: L'ere de...
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: L'occupation americaine d'Haiti : la revanche de l'histoire
Title: L'occupation américaine d'Haiti
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00025500/00001
 Material Information
Title: L' occupation américaine d'Haiti la revanche de l'histoire
Physical Description: 305 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Nicolas, Hogar
Publisher: s.n.
Place of Publication: Madrid?
Publication Date: 1955?]
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- American occupation, 1915-1934   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00025500
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000733764
notis - ADS6318
lccn - 58037920

Table of Contents
    Front Matter
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Half Title
        Page 7
        Page 8
    Dedication
        Page 9
        Page 10
    Preface
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Premiere partie - Les antecedents mediats de l'occupation
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Le calvaire d'un peuple
            Page 21
            Page 22
        Formation de la colonie - traite des noirs. code noir
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
        Revolution francaise - offensive pour la liberte
            Page 30
            Page 31
        L'entree en scene de Toussaint Louverture
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
        Guerre de l'independance
            Page 37
            Page 38
            Page 39
        Proclamation de l'independance
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
        Christophe et la royaute - petition et la republique
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
        Gouvernements ephemeres
            Page 66
            Page 67
        Soulouque et le second empire
            Page 68
            Page 69
        Geffrard et le concordat
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
        Triumvirat slanave-saget-chaevalier
            Page 74
            Page 75
        Saget et l'affaire Allemande
            Page 76
            Page 77
            Page 78
        Dominique et l'emprunt 1875
            Page 79
            Page 80
        Biosrond canal et l'affaire Pelletier-lazare
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
        Legitime et hyppolite
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
        Tiresias Sam et l'affaire luders
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
        Nord - Alexis et la consolidation
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
        Antoine Simon et les contrats de 1910
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
        Gouvernements ephemeres: Le crepuscule du 28 juillet 1915
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
    Deuxieme partie: L'intervention Americain. L'occupation.
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Le gouvernement de sudre dartiguenave
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
        Reforme constitutionnelle
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
        Aspect general de la situation - ordre nouveau
            Page 173
            Page 174
        Corvee et massacre des Cacos
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
        Reforme judiciaire
            Page 179
        Service national d'hygiene - travaux publics
            Page 179
            Page 180
        Education nationale - instruction publique
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
        Position de la banque - reforme monetaire
            Page 185
            Page 186
            Page 187
        Exode vers Cuba et la Dominicaine
            Page 188
            Page 189
        Charlemagne peralte - resurgence de marronnage
            Page 190
            Page 191
        Enquete du contre amiral Henry T. Mayo
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
        Le conseiller financier et le budget de 1918-1919
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
        Mort de menos - demission de brono - rappel de ruan
            Page 201
        Haiti a la conference de la paix
            Page 201
        La banque nationale et le monopole d'importation de l'or
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
        L'union patriotique
            Page 206
        Le Senateur Harding et la question Hatienne
            Page 206
            Page 207
            Page 208
        Aspects economiques et financiers d'Haiti sous l'occupation - protocole d'emprunt de 1919
            Page 209
            Page 210
        Commission Mc Cormick
            Page 211
            Page 212
            Page 213
        Le haut commissaire russel et les elections presidentielles
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
        Le president borno et l'emprunt 1922 - protestations Americaines
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
        Achat de francs
            Page 222
        Constitution due compte special n. 2
            Page 222
        Publications d'avis aux obligataires
            Page 223
        Protestations - demandes d'arbitrage - interventions diplomatiques
            Page 224
            Page 225
        Gouvernement de borno - janus a deux visages
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
            Page 236
            Page 237
            Page 238
            Page 239
            Page 240
            Page 241
            Page 242
            Page 243
        La greve de damien - la commission forbes
            Page 244
            Page 245
            Page 246
            Page 247
            Page 248
            Page 249
            Page 250
            Page 251
            Page 252
            Page 253
        Presidence provisoire de M. Eugene Roy
            Page 254
            Page 255
        Le president stenio vincent - liberation nationale
            Page 256
            Page 257
            Page 258
            Page 259
            Page 260
    Troisieme partie: L'ere de la liberation
        Page 261
        Page 262
        Le comportement du liberateur
            Page 263
            Page 264
            Page 265
            Page 266
            Page 267
            Page 268
            Page 269
        Presidence de Elie Lescot - revolution de 1946
            Page 270
            Page 271
            Page 272
            Page 273
            Page 274
            Page 275
            Page 276
            Page 277
            Page 278
            Page 279
        Le comite executif militaire - les elections de 1946
            Page 280
            Page 281
            Page 282
            Page 283
        Gouvernement du president Dumarsais Estime
            Page 284
            Page 285
            Page 286
            Page 287
            Page 288
            Page 289
            Page 290
            Page 291
        La junte de gouvernement - presidence de Paul E. Magloire
            Page 292
            Page 293
            Page 294
            Page 295
            Page 296
            Page 297
            Page 298
    Bibliography
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
    Table of Contents
        Page 303
        Page 304
        Page 305
    Back Cover
        Back Cover
Full Text












L'OCCUPATION
AMERICAINE D'HAITI

LA REVANCHE DE L'HISTOIRE
















EN PREPARATION



Physionomie du Peuple Haitien a travers
son Histoire







HOGAR NICOLAS
Secr6taire a 1'Ambassade d'Haiti h Washington






L'OC CU P AT I ON

AMERICAINE D'HAITI

LA REVANCHE DE L'HISTOIRE













Preface
PRADEL POMPILUS
Licenci6 en Droit.-Licencii 6s lettres.
University de Paris (Sorbonne)
Directeur de I'Ecole Normale Sup6rieure d'Haiti.
























A
Lottie et Marie H61Bne Nicolas


















PREFACE



L'Occupation Am6ricaine en Haiti a suscit6 dans le
pays fort peu de travaux d'ensemble. A part Paul6us San-
non qui a Btudi6 dans son COUP D'OEIL EN ARRIERE ales
prodromes de 1'Intervention Am6riccdneN et M. Dantes
Bellegarde, qui a consacr6 & 1'6venement deux brochures
et un livre capital: LA RESISTANCE HAITIENNE (Mon-
treal, 1937), nos historians se sont gard6s en g6n6ral de
se pencher sur cette question. D6icatesse du sujet? Man-
que de recul? Difficult d'acces aux sources d'information?
On ne salt. Cependant I'Occupation aura profond6ment
modifi6 nos moeurs et m6me 1'orientation de notre existen-
ce collective; son histoire est susceptible d'6clirer bien
des faits de notre vie publique et priv6e elle est riche
d'enseignements pour la jeunesse comme pour les Haitiens
d'age mur et, par consequent, appelle des 6tudes appro-
fondies.
Monsieur Hogar NICOLAS vient heureusement combler
une lacune en nous livrant aujourd'hui son premier ouvra-
ge: L'OCCUPATION AMERICAINE D'HAITI: LA REVAN-
CHE DE L'HISTOIRE.








II n'est pas tres indiqu6 quun litt6raire pr6sente au
public l'oeuvre d'un historian, mais la vieille anmiti qui
me lie & 1'auteur 1'a convaincu du contraire. D'ailleurs
n'est-il pas lui-m&me un ancien litt6raire qui a passe &
1'histoire et qui a acquis dans 1'enseignement des lettree
l'habitude de lire avec objectivit6 les oeuvres en tous gen-
res de 1'esprit human, 1'HISTOIRE DE LA CIVILISATION
de Guizot aussi bien que les poemes de Verlaine ou de
Mallarm6?
En effect, Monsieur NICOLAS appartenait au corps des
professeurs de 1'enseignement secondaire lorsque le Gou-
vernement Haitien, puisant dans cette reserve de citoyens
consciencieux et disciplines, l'appela au poste de Secr6-
taire de Id Legation d'Hacti & Bogota, d'od il fut transf r6
& Washington. Rompu & 1'6tude, entrain6 & la recherche,
il vit tout de suite 'excellent parti qu'll y avait & tire de
ce dernier post. II a compuls6 les documents des Archi-
ves Nationales de Washington, d6pouill6 ceux de 1'Am-
bassade d'Haiti dans cette Capitale, lu les 6crivains am6-
ricains et haitiens qui ont abord6 le problem. De son
labour est sorti cet ouvrage qui vient projeter un peu plus
de lumiere sur une periode douloureuse de notre existence
naftonale.
Le travail de Monsieur NICOLAS a le grand advantage
de situer I'Occupation Am6ricaine dans la trame g6nerale
de notre histoire.,Loin de presenter I'6venemnent comme un
fait isol6, 1'auteur retrace une esquisse de l'Histoire de
notre pays de la D6couverte de l'Am6rique a 1915. Pour
ceux-l& mnrme qul connrissent d6ei les principal faits
de l'Histoire d'Haiti, ce rapid coup d'oeil n'est pas sans
inter&, car a la difference d'autres historians. Monsieur
Hogar NICOLAS insisted sur les relations internationales









de notre Pays, met I'accent sur l'arrogante attitude des
puissances europ6ennes envers la faible Haiti et nous
montre ainsi le spectre du protectorat plcmant sur la
Nation Haitienne au lendemain m6me de 1804. L'aveugle-
ment des homes, leurs ambitions et leurs competitions
armies ont fait le reste.
Le ph6nomene de l'Occupation, qui est 6tudi6 dans la
deuxiime parties de l'ouvrage, est de meme rattach6 avec
bonheur aux autres fits historiques du meme genre qui
se sont accomplish simultan6ment dcms le Bassin des Ca-
raibes, au Mexique, au Nicaragua, & Saint Domingue et
qui s'expliquent par la m6me cause essentielle: la nou-
velle politique des Etats-Unis envers I'Am6rique Latine.
Si notre historien a, selon la tradition du genre, r6serv6
le devant de la scene aux personnalit6s politiques, mill-
taires et diplonatiques don't 'action a marqu6 cette 6po-
que, il a cependant le grand m6rite de n'avoir pas ignore
le people qui a subi les repercussions profondes de 'Oc-
cupation, le people qui a 6t6 astreint & la corv6e, le peu-
ple qui a protest avec Charlemagne P6ralte, le peu-
ple qui a sign Marchaterre de son sang, le people qui,
en presence d'une situation 6conomique intenable, s'est
r6sign6 & l'exode massif vers les champs de canne de
Cuba et de la R6publique Dominicaine.
Et ce n'est pas 1 la moindre originality de l'oeuvre. Fi-
dale aux nouvelles tendances qui situent l'6conomique &
sa vraie place dans I'histoire, Monsieur NICOLAS n'a
point negliqg cet aspect de la vie haitienne pendant l'Oc-
cupation ni lee consequences financibres qu'elle a entrai-
n6es: emprunt, contract de banque, convention mon6taire
de 1919, etc.
Dans une troisieme parties intitul6e: L'ere de la Libra-









tion, et qui nous m&ne jusqu'au gouvernement du Pr6si;
dent Magloire, l'auteur nous montre le people haitien grao
vissant la route du progres, riche d'une experience nou-
velle, toujours fier et conflict dans l'avenir et toujours
avide de liberty. LA beaucoup de lecteurs actuels prendront
plaisir 4 revivre des 6vnnements qu'ils ont connus, aux-
quels ils ont 6t6 peut-etre m&l6s, et ils les verront sons
doute sous une optique diff6rente de celle de l'acteur.
Mais ce qui les frappera tous, chest la philosophies qui se
d6gage des deniers chapitres de l'ouvrage, bien que Mon-
sieur NICOLAS se borne a la sugg6rer: pour notre nation,
3! n'y a de progres durable que dans la Justice et la Li-
bert6, de sorte que pour gouvernants et gouverns, la
sagesse consiste & rencontrer cet &quilibre difficile entire
1'ordre et la liberty don't la rupture se sold toujours par
un 6chec pour les uns ou les autres.
Monsieur NICOLAS abordait, nous l'avons dit, une
matiere delicate: le souvenir d'une Occupation Etrangere
qui a pris fin depuis une-vingtaine d'ann6es seulement est
douloureux au coeur de tout citoyen; on touche difficile-
ment & un pareil sujet sans lancer des cris de protesta-
tion. Evidemment, I'auteur se maitrise, so retranche sou-
vent derriere les souls documents, derriere les seuls fits
qui se chargent, eux, de venger la justice et le droit outra-
g6s. Mais, ga et l&, quelques interrogations presses, le
rappel de certain principles qui n'ont pas 6t6 respects,
une ironie fine ou amere nous dissent que le patriot est
aux prises avec l'historien et le diplomat, oblig6s de
garder, eux toute leur s6r6nit6. On ne lui en voudra pas
outre measure ni d'avoir eprouv6 quelque fois un sentiment
de r6volte, ni de l'avoir comprirn6 & temps.
Les principaux acteurs de la p6riode de 1'Occupation









sont encore vivants ou bien ne sont morts qu'& date r6-
cente; les passions que leurs noms r6veillent ne se sont
pas encore apais6es. On doit savoir gr6 & Monsieur NI-
COLAS de n'avoir pas repris a son compete les accusations
qui ont tant pes6 sur eux. Des personnages, qu'on a pris
l'habitude de vouer aux g6monies, se pr6sentent & nous
sous une physionomie nouvelle: ne pouvant, de par leur
position, combattre ouvettement I'Occupation, n'ont-ils pas
tent6, dans le naufrage de notre souverainet6, de sauver
ce qui pouvait Stre sauv6 de la dignity national?
L'expos6 des fits est en general d6pouille et sobre.
Mais l'auteur est licenci6 en droit et ancien professeur de
lettres; ces deux 6tats I'ont profond6ment marqu6. De l&
les considerations d'ordre juridique, 6conomique, social et
les nombreux souvenirs classiques qui viennent reliever
son r6cit et qui l'empgchent de tomber dans la s6cheresse
chronologique.
Le public fera, je crois, I'accueil qu'elle m6rite & une
oeuvre qui renouvelle et enrichit nos connaissances sur
une p6riode d'autant plus difficile & 6tudier qu'elle est plus
proche de nous et que ses repercussions n'ont pas cess6
de se fire sentir. Historien, Monsieur NICOLAS semble
d'ailleurs avoir constamment & l'esprit ces trois objectifs
qui ont guid6 les grands classiques frangais dans leurs
creations: instruire, plaire, 6mouvoir.

radel POMPILUS

Licenci6 en Droit Licenci6 Bs lettres
University de Paris (Sorbonne)
Directeur de l'Ecole Normale SupBrieure d'Haiti.





















PREMIERE PARTIES


LES ANTECEDENTS MEDIATS
DE L'OCCUPATION
























Les 6evnements sont plus grands que ne le savent
les hommes, et ceux-la mimes qui sembleni l'ouvrage
d'un accident, d'un individu, d'int6rits particuliers ou
de quelque circonstance exterieure, ont des sources
bien plus profondes et une bien autre portee.

ESSAIS SUR L'HISTOIRE DE FRANCE-3e. Essal-
GUIZOT.




De lout petits fails bien choiisis, important. signifi-
catifs, implement circonstanci6s et minutieusement not6s,
voil6 aujourd'hui la matiere de touted science.
H. TAINE.


















LE CALVAIRE D'UN PEOPLE


En presence des problemes les plus divers, les plus
complexes'que ne cesse 'de poser a tout etre pensant le
concept de civilisation, oi la lutte pour la vie se traduit
par des actes brutaux d'appropriation et d'agression, il
est vraimeint penible de constater que la logique de la
contradiction mene le Monde.
Rien qu'en jetant un furtif regard sur 1'Horizon politique
international, Horizon obnubi6, charge d'6lectricit6s, par-
tant, pret & produire 1'6tincelle fatale de la guerre, on peut
v6rifier cette assertion.
Le refuse systematique des Etats-Unis de reconnaitre
notre Ind6pendance proclam6e depuis 1804 apres qu'ils
eurent reconnu celle des colonies espagnoles en 1822, leur
refus syst6matique de nous admettre a la Conf6rence des
Republques Americaines & Panama en 1826, la fameuse
Doctrine de Monroe, 1'entr6e en querre des Etats-Unis aux
c6t6s de la France en 1-914, en vertu du Droit des Peuples
libres a disposer .d'eux-memes, l'occupation militaire ame-
ricaine en Haiti apres qu'un contingent important de vo-
lontaires haitiens eurent vole au secours des Treize Colo-
nies acn6ricaines revolt6es contre la mItropole anglaise,









et que bon nombre d'entre eux eurent arros6 de leur sang
rouge vif les planes de Savannah, bien avant qu'lls fus-
sent eux-mgmes ind6pendants, demeurent des faits et des
actes si invraisemblables, si effarants, que le simple bon
sens est tent6 de les repousser, au seul 6nonc6, comme
une mystification grossiere.
Avant de presenter d'une fagon plus ou moins objective
le film de cette douloureuse 6poque que j'intitule: Le
Crepuscule du 28 Juillel 1915P don't le dernier episode
s'acheva & l'aurore du 21 Aoiit 1934, il m'incombe pour
une meilleure intelligence du sujet, de remonter au 6
DNcembre 1492, date fatidique .o la Croix du Christ fut
planlIe.a Espagnola, pour le malheur .de 1'Indieb et de
I Africain. Celle croix, Ernbleme de la civilisation, Embleme
de la R6deimpion, fut aussi selon un rigoureux et cruel
d6terminisme, 1'emblme- du Calvaire du Peuple Haiiien.




Haiti, pays de lumi&re et de verdure, :piys. de -r&veet
dJ po6sie bouquet de fleurs qui donne I'illusion de vivre
dans un, mond. irf6el, oi la boni6 s'6rige en verlu cordi-
nale, so prse-nte ainsi par6e l'audience du Monde. Chris-
tophe Colomb en d6barquant le 6 e cembre 1492 daus
ce pays nierveilleux, ou le. ciel -pssede. ne selon des
classiques cliches lili4raires, toutes" 1e gains .de beu,
ne pouvait s'empecher de l'appeler Espagnola, en souve-
.nir de sa belle et de a douce Andalousie.
De tous.les paYg~Ypuets. E& Ad.ivilisaiion par le Nwviga-
Ieur Genois, Haiti ful le premier qui 6merqea du Continent,
avoec la plus triste, la plus passio.mnante, la plus h6roique








et la plus pique des pages d Histc-e. Peu. de temps
apr6s que les Espagnols, au nom du Roi d'Espagne, eurent
occupy Espagnola, le Calvaire de ses premiers habitants,
des Indiens, des Arawaks, commenga. Au dire des histo-
riens, ils 6taient de. teint cuivr6, de moeurs douces et de
temperament paisible. Tr6s frugaux, ils vivaient surtout
du produit de la p&che et de la chasse. Leur sens arlisti-
que tr&s deveiopp6, leur g6nie inventif av6r6, leur degr6
de religiosity, ttmoignaient en faveur de leur remarauable
culture, indice irrecusable d'une certain civilisation qui
n'6tait point synonyme de cette Barbarie dirig6e des con-
qu6rants europ6ens. En effet, la belle et pure race indien-
ne fut decimee en moins d'un demi si6cle par la Cupidit6
criminelle du a4 comme caillous tout l'or du Cibao, contraignit .'Indien
aux p6nibles travaux des mines. De ces pauvres 6tres
humans d6biles et sans defense,. 'Histoire n'a retenu que
i. nom de quelques chefs ou Caciques (1), don't le plus fa-
meux par ses r6voltes, ses guerrillas pour l'Ind4pendance,
la Liberty, la Justice, fut I'intr4pide Cacique Henry (1).



FORMATION DE LA COLONIES TRAI'E DES NOIRS
CODE NOIR


Demandons-nous qui 6taient ces autres cQnquirants
qui se dispulaient les richesses innaombrables de ce Paradis
Antillais? Le G6n6ral de la Villestreux nous informed qu'en

(1) Guacanagaric, Cotubanamnt, :Manicatex, :Cmdnabo..








1493, une Bulle du Pape Alexandre VI atlribuci l'Am6rique
& -'Espagne et au Portugal, leur assigna pour frontier
commune, une line id6ale qui reliait les deux poles.
D'auires puissances europ6ennes,, ncturellement, leur con-
testerent ce privilege. Francois I1-, aul risquLe d en-c.u-ul
1'excommunication papale, autorisa les armateurs frangais
- .trafiquer sur la. c6te orientale du Bresil et aux Antilles,
-,que -de6ja; angless, .et. hllandais explorerent. Vers le
milieu du seizieme siecle, la France carre'ment, y expedia
des buliments du Croisic,.de Quimper, de Brest, de Mor-
laix, de Dieppe e- de Rouen. El navigalrurs, corrnmerc.rinls
et pirale., de relour en Europe, d'exaller le? charges et
les splendeurs; de ces pays. Les descriptions rorrant: ques
/et romanesques de leurs parties de chasse, leurs prouesses
de;igerteet d'amour, desquelles, ils ne furent iarnias ]es
Chevaliers courtois, sur..des:,rivages oir toutes les passions
s'assouvissaient au.- d6iriment de 1'indigene- candid: eat
resigned. eurent le pouvoir magique de dcclencher une~av-i
Jitable ru6e vers l'Amerique, de d6sh6riies de toules clos-
ses. Mgme des nobles, petits comtes et petits marquis y
vinrent raviver leur blason. Bon nombre de ces immigrants
fain6ants et ambilieux, peu habitues aux travaux des
champs, se firent boucaniers ou chasseurs; mais pouss6s
ppTr l'-ppat du .gain devinreni flibusliers .(1)~t;A '
Ce fut cette horde de ranicssis$ qui, jointe aux corscires
anglais, terroriserent d leur tour les Espagnols et le peu
de survivants indigenes. En 1506, quand mourut Colomb,
les Indiens d'un million environ, au moment de la d6cou-
verte, n'elaient que 60.000. 1] n'en reslall que 150 en 1586.

(1) De 1'anclais Freebooter-Forban, 6cumeur de mer-corruption: du
mot, hollandais: r vrybuiter--frcinc.m tineurw-








lorsque 1'Amiral Anglais :Francis Drake, envoy par la
Reine Elizabeth pour s'attaquer 6 la puissance espagnole
en Am6rique, d6truisit en parties Santo Domingo, Ia capi-
tale fondue par Colomb. Pour supplier a la carence des
bras indigenes, d6fricher ces immense terres arables,
exploiter ces mines d'or, d'argent, de cuivre, de fer et .le
marbre, on convient d'importer les noirs d'Afrique, r6put6s
courageux, mieux constitu6s pour r.6sister 6 l'incl6mence
du climate tropical. Moreau de Jonnes, dans ses recherches
statistiques, rapporte que .d'apres l'Historien Herrera. de-
puis 1503, le Gouverneur Nicolas Oavando avait d6fendu
d'importer de l'Afrique des esclaves, parce que ceux qui
6taient d6jd introduits: dans la Colonie, s'6taient r6fugi6s
chez les Indiens, et les portaient. ~ la R6volte.
Le 21 Juin .1633, des lettres patentes furent rierii ie aux
sieurs Ros6e, Robin & Co., leur accordant la permission
de trafiquer seuls pendant 10 ans au Sinegal, Cap V;rt
et Gambie. En 1664, avec la foundation de la Compagnie
des Indes Occidentales, eut lieu une importation directed
des .ngres d'Afrique aux Antilles frangaises. En 1737, un
Arirt du Conseil rend libre ce commerce et permet aux
armateurs et negociants de s'y livrer. Mais, a cot6 de la
Traite des Noirs,, institution officiellement reconnue, il y
avait aussi une traite des blancs, car le Ministre Colbert
envoya aux Antilles, pour y servir comme Engag6s, des
malheureux condamn6s 6 des peines 16g6res, et qu'on
amnisluait & condition de les embarquer. En 1688, M. de
Cussy, Gouverneur de l'Ile de la Tortue, signal l'arriva-
ge de 108. galriens don't '58 avaient commis le m6fait
d'etre Huguenots*. Cependant, ces hommes-16, don't rla
plupart, talent des artisans, ouvriers et orievres, leur
engagement de 3 ans termin6, pouvaient par leur ravrail,








devenir colons, partant jouir de tous les droits t privi-
1,ges.y aff4rents. D4sorrnais. lks nowueaux habitants de
St-Domingue se diviseront en quatr.-ce groupc-.: Boucaniers
ou chasseurs, Flibustiers ou Pirates, Colons ou Culin.a-
teurs ou Habitants, puis Engages ou Serviteurs. Pendant
les trente premieres ann6es, cette division n'exista qu'd
1'6tat embryonnaire. Tous les elemernLL co~pQsants: for-
meront un mortier compact, entire les mains de petits
bourgeois gentilhominei". audacieaux pqar temperament,
aventuriers par \-ocahon. suffisants par h6redile, intrigants
par nature, qui s, succedereni a la direction .de la Colonie,
sous I'autorit6 nominale du Roi de France. Desormais, les
Frangais ayant rejet- les Anglais sur la Jamaique, les Es-
pagnols sur la parne Est de I'Ile, demeurent les seuls
maitres incommutables de la Partie Occidentale. Les villes
Fanadis.sent d vue d'Qeil, les ports regorgent de.ncaes
ch~aprs de caif, de sucre, de colon. de ,_1hac, de ,cacao,
de campche, d'indigo. d'hules eseNtielles,, de toutes
sortes do- de'arei.sre e i'on vend :prix.-d'or.'sur ies mar-
ch4s d'Europe. A lay eille de la R-volution le Cap Fran-
gais est le port le -plus riche de la Mer des :Antiles.
Toutes les nfaions I'ervient ala France, rapporle Michel
Vaucaire. La vie y en. chere. mais pensonrnene s'en plaint.
C'est Ie regne de I'argent. c'est le rtg~e de 1'or, eut dit
P 4.uy. Le theatre ioue, chaque soir les derniers success
de la rn6iropole dans lesquels, on glisse quelques allu-
s ongj coloniales. Le carnaval dure; des semaines, bals
et fesill'.'ai se ;ucchdeni. G'est l..r1ae de:-1'hurour,
c'est 1e rg.ne de la folle gatt6, c'esi le regne d.u Yshow
,ff. Les pctrvenus e,s ca;-nt iiultullementn d. s'eblouir.
DRas celo lie tropical 1l-s gen vraimneat, chics ont
vtus avec beaucoup plus de recherche qu en France,









soie broch6e, tricornes et bas blancs,. Aussi, les scan-
dales succ6dent aux scandals. Les juges ne valent pas
mieux que ceux qu'ils condamment. Des gentilhommes
6pousent des n6gresses &g6es parce que celles-ci ont h6-
rit6 de leurs amants. II n'y a pas assez de femmes blan-
ches dans la colonie, mais on fait venir de la Rue de la
Madeleine, de la Salp&trikre ,des Magdeleines en dentelle
de gaude, (1), et des Mariannes en chignon. Maisons de
jeux, maisons de plaisirs, naisons d'amour s'ouvrent en
serie et sont de vraies maisons de luxure. La soci6t6 est
en deliquescence.
Le vice sous toutes ses nuances est 6rig6 en vertu.
Sous ce climate tQrride oh, en moins d'une decade, les
rides defigurent le plus charmant minois,, il faut se hater
de vivre sa vie, profiter de la fortune.
Les profits illicites et scandaleux que r6alisent les
colons, rabusqnt leur esprit- les emp&chent de percevoir
l'orage qui sourdement gronde a l'horizon orange annon-
ciateur d'une secousse sismiqve prochaiane. Alors que :ces
Roger Bontemps .,se livrent en aveugles aux passions qvi
les entrainenth, toute une rnasse d'esclves en g~nailes
geignent dans la miskre, peinent sans relache, psalmo-
dient leurs -spiritualsm, Ie Psaume Miserere aux dieux de
Guiin-e. Sans nul doute, .il y a eu des. L6~a4 t'is, des
Ordonirnancez Royales 6dicteesen vue de restreindre les
droils absbluis du mailre sur I'esclave, aet d'essayer d'ap-
porter un palliatif, bier insuffiscmai 6 la condition de- ce
.dernierl
Le Code Noir frangais promulgu6 en 1685 fut-on doit
en convenir-l'un de ces chiffons de papier qui, en d6pit

(1) Magloire St.-Aude..









de ses tnombreuses dispositions odieuses et execraDies,
futile moins cruel, le moins inhumain, ef qui oublia le
rroins, qu'aux yeux de la Justice divine et immanente, le
Rouge, le Noir, le Blactri, Ie lajun, sont 6~cux. :
Si, cau rnpris des droils sacres de la propriete des
principles -de justice et d'&quite les plus elementaires. des
usuiels i!raeliless qui vaieent port& leurs industries, leurs
acliviles, leurs capilaux dans les 'colonies en furefit bru-
talement expuls6s! si, sousAl'influence des idees d.ntole-
rcnce qui, & celle mern e epoque, amnenacent la revocation.
de 'Edit de Nantes, les colons r6form6s rie purenI sans
s'6xposer 6 des codniscations et a des, pines arbllraires,
clever leurs ser.'il-urs dans leirs croyances religieu~ses,
l'Esprit de foi qul faim: ii alors de 1 obser'.'alcn du repos
dominical un de'.voir un:iersellement acceptA profit aux
eCclaves. 11 fut inlerdil, en effect, de I-os faire travailler le
dimanche, sous aucun prelexte, m6me sous celui d'au-
amenier leurs ni. yerisi de hourrilure ou leur pecule. Mais,
comme les negres sont assimiles 6 des betes de sonmme,
don't 1l faut hrer le maximum de rendement et don't il fault
neutraliser les moindres vell]ites de Libert 'ou d'Ihid6pen-
dance,: ce ,vaguerCode Noir comimt'te 'appelie Michel
Vaucaire, demeura une toilet d'araignee ou seules lesipe-
tites mouches furelt prisess (1). Bienque-les pun lions cor-
porelles fussent reglementees,:-le' Commandeur ne s en
soucia point' Malheur 6 l'impudent qui oserait menacer
d'une main-' riminelle -quelle ip'.en fut la -catise- le
blanc et meme sa maltresse- quelle que fut la nuance


(1) Solon disait & Anachreon en porlant des Lois d'Athenes: 'Les
lois sont des toiles d'araign6es oa les petites mouches soni prses; tan-
ais que les grandes lea brisent.









de cette dernikre, Seule la mort pouvait punir un tel affront.
Cdperdant' on ctfeguei qu' y avail" des rtbunaux' e
d'Honorables Magistrats places pour faire respecter la Loi;
jugez-en par le rapport de Barb6 de Marbois h la Cham-
bre des Pairs, sur la Loi du 25 Avril 1827 relative h
1'abolition de la Traite: D6&s qu'il s'agissait d'exc6s de
chatiments et de violence pouss6s jusqu'd la mort des
esclaves, on ne reconnaissait plus le m6mes hommes; les
six magistrats europ6ens 6taient d'une opini6n, les six ma-
gistrats.cr6oles d'une opinion contraire. Les preuves, les
actes, les t6moignages perdaient leur force, et cette ex-
pression: .le salut de la Colonie passe avant tout -rev4tait
1'autorit6 de la chose souverainement jug6e. L'esprit le
moins. perspicace peut imagine les extravagances et. les
exces commis sous ce regime innommable.: Dante dans
son ouvrage: l'Enfer a volontairement omis ce Chapitre
pour ne pas trop le noircir, le n6grifier. Aussi,.nombreux
furent les esclaves caux humeurs brouillonnes, et... in-
quietantes, qui, ne se sentant nullement appel6s ni par
leur origin, ni par leurs idaeux a croupir sous le joug
avilissant et d6moralisant de l'esclavage, tels des,taureaux!
destin6s & 1'abattoir, trouv6rent un exuloire dans le Mar-
ronnage (1).








IHI Vie llbre aans les imontagnes pour mieui liver la giurre des
nerfs' '









EVOLUTION FRANQAISE OFFENSIVE POUR LA
LIBERTE


DEormaiis, les colons marcherin sur des barni de
poudre.
Dans leur monstrueux aveuglement, ils vcnt e'ux-meres
en allnmer la meche. En effel, des que pari'inrent a St-
Dorninque i.. nouvelle du grand drame que fut la R'.'o-
lution Francaise de 1789, et la prise de la Bastille, symbole
de la Monarchie absolue, de I'iniustice et du Despoiisrne,
blancs el hommes de couleur apploaidirent a tout rompre.
hurlerent de joie. Si 'ct France proclame la Ilberle, abolil
les privileges, pourquoi la Colonie ne se declarerali-elle
pas independanle? Finis les drorts abusifs de la douane.
Vive la Liberle du Commerce! Vive l'autonomlel 'Affrdi-
chis et Hommes de Couleur vont enfin j~uiir des memes
prerogatives que les blancs. Dd6a ]es bcrarres font place
a la pagaille. Le sang couple a longs lots dans les 'rues
agitees 6 St-Domingue. L'anarchie est aui carrefour. Deid,
les colons 6elirnl trois assemblies provinciates, sans le
dictal de la Metropole. C'est ]"ere des factidns politiques.
Le Gouverneur tente l'impossible pour concilier Pompons
blancs et Pompons rouges, car il present un plus grand
danger.
Entre temps, Vincent Og6, jeune affranchi qui avait
fait son education en Europe, s'6tait meubl6 1'esprit des
grandes idees liberals preconisees par Encyclop6distes
et Philosophes, avail vu, de ses yeux vu, 1'6re des socie-
t6s nouvelles et des Gouvernements nouveaux, s'&ehappct
de la France et d6barqua en lapinois ur,~~ap Francais.
Apres avoir soulev6 bon nombre d'affranchis par ses pro,









clamations et pamphlets philanthropiques, aide de Jean
Baptfite Chavannes, il 15arvint ~t gtie fun petil ohtin-
gent de fanatiques. Puis, au nom de sa classes, somma
6ls' abtoritis de la Grande Rivl6re duf'Nord de mettre a
execution les d6crets de l'Assemblee qui octroyaient les
droits de vote aux hommes de couleur. A l'appel d6ses-
per6 et patriotique du Gouverneur du Cap, les freres enne-
mis s'unirent dans le p6ril, et les colons eurent bien vite
raison des menaces d.main arm6e de ces ,insenses. En
vue de donned un example vivant & tous ceux qui auraient
eu la v6ilit4 de renouveler cette gageure, et, afin que
nut n'en ignor&t, Og6 et Chavannes, les deux coryphees
furent amen6s :en chemise; nu-pieds, la corde au ou,
devant la principal porte de 1'4glise paroissiale. On leur
mit dans les mains une torche ardente de cire de rtdeux
li.res. Apres les avoir obliges & confesser. a haute et in-
telligible voix, leurs crimes de l4se-maest, xg enr-deman-
der pardon & Dieu, au Roi et. & la Jistice-, ils furent con,
duils sur la place publique, rompus vifs, puis exposes sur
des roues, face au solely -de. midi seus les Tropiques; jus-
qu'au dernier soupir. Les autres compagnons d'infortune
furent la plupart d'entre eux condamnes acux galres per-
petuelles et & la pendaison.
Absorbs par la facette purement mnattriele de: la vie,
prets- & se damner pour se maintenir e.n it~atiionices
colons; inhumains ne pouvaient poin4.penserl que, de cesi
Rxemples vivants ont aussi 1e pouvoir de susciter le :vo-
cation du sacrifice, m6me chez les pleutr e'et- les veules.
En effet, il n'en fallait pas davantage pour sitmuler I'ardeur
conbattive et refoul4e de toute uni'.maolsse de r3 es. in-
forim6 et dedaignee, don't on rroyait. avoir neu.t'i t seioiut
Slain vers l'ideal, pour I'avoir si lofigte(mps subjuu. e.










L'ENTREE EN SCE, DE TOUSSAINT LOUVERTORE ,

La valoureur d'un homme ou d'une race ne pe mesure
point a la, couleur de son 6piderme.


Un beau soir, a I'heure. que tout St-Domiingue se re-
posait sur 'son miol oreiller, que Jes colons bienheureux,
pris de vin, r6visiient leurs reves d'avenir, le tonneau de
poudre ;lata.'eEn un rien de lemps, lIle se 'trcansforma en
boucan ardent. Boukmann, Macandal, Biassou, Jean-Fran-
gois, Jeannot en alimentkrent les flames. iUn; petit ,ngre
madgrelet, de visage ingrat, presque difforme, sans 6tat
civil, qui jusque ~~1 observait, cpensail sa pensee, guet-
tait la minute precise: avant de s'enga.ger choisir son parti,
telle une 4toile de premiere grandeur, apparut. sur la
zcene, en 6clipsa toutes les autres -:
Toussaint Louverture puisqu'll faut -1'appeler par ces
surnoms, dissimulait sous une 6corce fruste, des id6es
qgniales, une' seve 6laboree. Son intuition aidant. il fit
*L'Ouverlure partout., au dire d'un Commi.saire franqais.
Sa presence dansf un camp ou dans un auire. d6Jidail de
1'issue des batailles. Aussi cet illustre Spartacus -vengeur
de la race-qui n'apprit a lire que fort tard, come Char
lemagne en Gaule, deviant ,l'homme, le plus indispensable
de :la' Qoloniei,,le -Gouverneur, 1'administrateur, I'organi-
sateur le plus habile, puisqu'll parvint en realiser l'unit6
politique. Dorenavant, I'Empire de Charles Ouint subira
pour longtemps, une; -elipse solaire dans la <,Quendissi-
mac y Bellissima Espagnola de las Antillaos,' car le cTtait4
deoRyswick en 1697.consacra sa d6possession de la Partie
Occidentale, et celul de Bale en 1795, celle de la Partie









Est. St-Domingue retrouve sa splendeur, le Cap Frangais
demeure la Babylone des Antilles, gr&ce & l'esprit de dis-
cipline et de progres du Chef, de 1'unique, Toussaint
Louverture. Toutes les barrikres tombent d son passage.
Blancs, sang-m&l6s, paraissent des joncs souples. Napo-
leon Bonaparte ale premier des blancs subit l'autocratie
du premier des noirs, qui traite de chef 6 chef avec le
President John Adams des Etats-Unis, discute avec les
Representats des plus grades puissances Europ6ennes
et entretient des relations les plus cordiales avec le pre-
mier Consul general am6ricain en Haiti: le diplomat
Edwards Stevens don't il appr6ciait l'attachement & la Co-
lonie.
Toussaint, en vue de parfaire son grand oeuvre, con-
voqua le 22 Mars 1801 & Port-au-Prince, une assemble
constituante de 10 Membres: don't 2 citoyens du D6parte-
ment de Samana, 2 de l'Angano. Sans vaine rh6torique,
et sans d6magogie gratuite, les Honorables constituents
achev6rent l'6laboration de la premiere Charte fondamen-
tale du Peuple St-Dominguois, le 9 Mai 1801. Le 8 Juillet
de la m&me ann6e, cette Constitution, pour le moins ori-
qinale, fut promulgu6e en grande pompe sur la place Notre
Dame du Cap Frangais. Je m'en voudrais, si pour l'6difi-
cation du lecteur, je ne reproduisais les dispositions des
articles 1"r, 28 et 77 de ce Document Historique, cette
nouvelle Cerveau de l'homme enigmatique qui la congut: Toussaint
Louverture lui-m&me. Disons d son hommage quoiqu'en
pensent ceux don't la flure du cerveau emp&che de saisir
1'essence des choses, par cette Constitution, il a pos6 les
prmriices de l'Ind6pendance don't 1804 fut I hlureLse con-
clusion.

33









Article lV.-S-dDonimminue, dans toute son 6ten-
due, Samana, la Tortue, La Gonave, les Cayemi-
tes, 1'Ile & Vaches, la Sa6ne et autres lies :d.,:-
centes, forment le territoire' d'une _e.ikz.e colonies
qui fait parties de 1'empire frangais, mais qui est
soumis a des Lrci' particulieres.
Article 28.-La Constitution nomme Gouver-
neur le citoyen Toussaint Louverture, general en
Chef de l'Armde de St-Domminue, et, en ccnsidi-
ration des important services qu'il a rendus' la
colonies, dans les circconslances les plus critiques
de la revolution, et sur le voeu des habitanits re-
connaissants, les renes lui en sont confines pen-
dant le reste de sa glorieuse vie.
Article 77.-Le G6n6ral en Chef T. Louverture
est et demeure charged d'envoyer la pr6sente
Constitution a la sanction du Gouvemement fran-
gais; n6anmoins, et vu 1'absence des lois, !'ur-
gence de sortir de cet etat de peril, la necessity
de r6tablir promipterreni les cultures et le-voeu
unanime bien prononc6 des habitants de St-Do-
ringue, le q6neral en Chef est et demeure invite,
au nom du bien public, & la faire mettre a execu-
tion dans toute l'6tendue du territoire de la Co-
lonie.
Fait au Port R6publicain, le 19 Flor6al an IX
de la R6publique frangaise une et indivisible.

Sign6: Borgella, Pr6sident; J. Raymond, Collet, Noge-
r6e, Lacour, Roxas, Mufioz Mancebo, Viart, Se-
"crtaire.

(Morillas, 1'un des 10, mourut imm6diaiement apr6s son election.)









AprBs avoir pris connaissarce de la Constitution, je
lui DONNE MON APPROBATION L'invitation de 1'As-
sembl6e Centrale est un ordre pour moi, en consequence,
je la ferai passer au Gouvernement frangais pour obtenir
sa SANCTION, quant & ce qui regarded son EXECUTION
.a Colonie, le voeu exprim6 par l'Assembl6e Centrale sera
6galement REMPLI ET EXECUTE.
Donn6 au Cap Frangais, le 14 Messidor, an IX de la
R6publique frangaise une et indivisible.
Le G6n6ral en Chef
signn: T. Louverture.)

En ce temps --l, Napol6on, le p'tit Caporal, don't les
armies conqu6rantes se reposaient sur les Pyramides de
lauriers remport6s de 1'Orient & I'Occident-, don't la vo-
lont6 de puissance exergait un tyrannique empire et sur
le Roi de Prusse et sur le Tsar de Russie, et sur le Pape
Pie VII, d6cida de mettre fin a cette venture m6lodrama-
tique. Le metteur en scene, un audacieux p'tit negre, en
se subrogeant 6 l'acteur principal, s'oubliait impudemment
6 r6duire le r6le de ce dernier, & celui d'un simple figu-
rant. Visiblement, patiemment, Toussaint, ce vieux di-
plomate matois, concr6tisait son r&ve grandiose d'affran-
chir la Colonie de tout lien politique avec la m6tropole.
Le premier Consul Bonaparte, pour rappeler ce rrebelle a
la raison, pr6para m6ticuleusement et d6p&cha en toute
h&te sa puissante expedition dans la Mer des Caraibes,
avec mission de reconquerir St-Domingue et d'y r6tablir
I'esclavage, lui qui r6clamait avec tant de zele le r6ta-
blissement des Corses, dans les droits que la nature a
donn6s 6 tout homme dans son pays,.
D'aprBs une lettre adressee par le Ministre de la Guer-









re au Ministre de la Marine et des Colonies, le 2 Novem-
bre 1801, les escadres ou divisions navales qui appareil-
laient dans les diff6rents ports sous le commandement des
Amiraux, contre-amiraux, et grands capitaines 6taent
months par 34.000 Europ6ens civils et militaires, veterans
des champs de bataille d'Italie, d'Auiriche d'Egypte, sans
tenir compete du nombre imposant verse d6id dans la Co-
lonie. Cette force arm6e poss6dait toute la nomenclature
des armes et services: Infanterie, Artillerie, & pied et d
cheval, Cavalerie, G6nie, Services sp6ciaux (Sapeurs pom-
piers, T66lgraphistes, m6decins, etc...), Corps particuliers,
L6gions, Escadrons, etc....
Le plus naif et le plus myope des civils peut se repre-
senter m6me en miniature, le pouvoir destructeur de cet
Invisible Armada qui, sur la foi des t6moins occulaires
et historians s6rieux, fut le plus formidable qui ait jrnr-mais
6t6 envoy & travers les mers. Jugez de !'effort gigantesque
r6alis6 par Napoleon, aux fins de ramener le simple
brigand Toussaint Louverture a la raison I
Comme l'on devait s'y attendre, l'arm6e indigene sous
l'habile direction des chefs noirs, r6alisa des prodiges.
Cependant, en d6pit de toutes ses sirat68ies les unes plus
sa.,acmnes que les autres dignes du plus brilliant G6n6ral
Europ6en, (1). Toussaint, trahi par ses meilleurs homes,
dut se soumettre le 6 Mai 1802 au G6n6ral Leclerc, avec
promesse formelle de se retire honorablement & Ennery.
Mais, les Frangais redoutant encore de Lion mourant,
chargerent le G6n6ral Brunet de la honteuse mission de
i'attirer Iraiireusement dans un guet-apens. Et le 7 Juin
1802, il fut arr&t6, d6port6 en France avec sa femme, ses

(1)- FPamphila de la Croic.r









enfants, son fiddle serviteur Mars Plaisir, desquels il sera
priv6 de I'affectueuse compagnie, jusqu'6 la demi&re se-
conde oii lui, le superbe Toussaint Louverture, le premier
des noirs, expiera tel le derier des humans au Fort de
Joux, le 27 Avril 1803 dans 1'oubli complete des siens.
Et le rideau de fer de 1'esclavage tomba d nouveau
avec un bruit lugubre sur le theatre tragique de St-Do-
mingue.
Napol6on pouvait se f6liciter de cette prouesse nou-
velle et distribuer la L6gion d'Honneur aux Leclerc, Ro-
chambeau, Brunet, Caffarelli, Savary & Co., ql.ii avaient
si pietrement par leurs intrigues grotesques et burlesques,
aboli l'esprit chevaleresque frangais, et raturer toute la
litt6rature r6volutionnaire de 1789.




GUERRE DE L'INDEPENDANCE


Mainlenant, pensez-vous, tout va elre pour le rmieux
dans la belle et prospere St. Domingue?- Certes nonl-
DQj6, quelques chefs de bandes retii6s dans s confins
des mornes, harcelaient 1'ennemi par -des guerrillas* et
incursions repetees dans certaines localit6s. De plus, la
fievre jaune, tel le fliau don't parole le fabuliste frangais
s'abaolit avec rage sur la Colonie. Si tous les colons n'en
moururent pas, presque tous en furent contamin6s.
Un matin de Novembre, .un de ces malins tristes et
spmbreis. tandis que le soleil jouail .4caheacehe avec
des nuages bleuatres sous le ciel de 1'te de jl Tortue, un
lonq 'convoi funbre gdcorait 'a pas lents le rivage de la








mer tranquille et basse. Une jeune femme, Pauline Bona-
parte, don't les sanglots n'affectaient en rien la beauty
classiqlue du visage, s'accrochait nonchalamment aux bras
de deux solides officers. Au port, deux grandes barques
attendaient le cercueil du G64nral Leclerc, beau-frere de
Iiapolon. emport6 par le mal, le 2 Novembre 1802.
Rochambeau lui succede. Infatu6 de lui-m&me, hautain,
brutal et mcuvais administrateur par surcrolt, i. instaure la
terreur. Bient6t, les chefs indigenes qui lui avaient fair,
apparemment, serment d'tll6geance,. s'unissent miracu-
leusement, et s'en vont grossir la masse des m6contents
et des r6volt6s. Sous I'6nergique commandement du farou-
che Dessalines, la lutte commence, "eroce et sans pitie.
Fanatis6s par la m'yshqi..le dessalinienne: BOULE CAILLES (1), et au rythme martial de: *Grenadiers
d l'Assaut, nan point manman, nan point papa, ga qui
mouri zaffaire 6 yo, (2), les soldats indig6nes se lancent
comme des fourmis cacos (3) 6 l'assaut des forteresses
impugnables. .'.. '
Le blanc, quoiqcte mieux 6quip6, techniquement et
qualitativement sup6rieur, commence 6 reculer en ,trem-
blant, en face du soldat improvise, qui, avec urie arme
de fortune, court, vole et d6tourne la gueule des canons
vomissarit la mitraille. La Butte Charrier, Vertibras sont
des scenes de carnage ou I'a.udace, ia iem6rite, la folie,
a1agonie et la mort demeurent des vedettes.
Les timores et les douill ts se virilisent a 1'enthousias-



(2) \Grenadiersi&i l 'ashaut, il A'y a plus de p0re rii!de mtre6 b~ux qui
mourront 3 -c'est .leur alfaire : :;
i -(3) Vcdnite dQg fourmis rouges, Iras michanles. au deprd ynitneux.








me collectif des femmes qui, mes, menacent de sacrifice ceux qui lMcheraient pied,,
affirme un t6moin authentique.
Tandis que Rochambeau attend comme Soeur Anne,
des renforts impossible car 1'Angleterre vient de de-
darer la guerre 6 la France les noirs descendent en
trombe les gorges de nos riantes montagnes, et, au dia-
logue endiabl6 du LAMBI (4) et du BAMBOU (5) incen-
dient les maisons, convertissent les Habitations en Bou-
cans.
Le blanccsaisi d'6pouvante cherche son salut dans la
fuite, mais ses pieds fl6chissent, ses forces 1'abandonnent.
A ses homes affam6s, Rochambeau jette en pature les
magnifiques chevaux de sa cavalerie, les Bulldogs impor-
t6s de Cuba qui vivaient de regime, d6voraient et bu-
vaient, selon leurs bons plaisirs, de chair fraiche et du
sang tide de negres.
Bient6t c'est le d6sarroi. Bient6t la debandade. Au
manque de vivres se, greffent le manque de munitions, le
manque d'argent, le manque de moral. Rochambeau a
d6jd pr6lev6 des valeurs consid6rables sur les magnats
de la finance colonial. Tous ceux qui affichent. la moin-
dre repugnance 6 payer leurs tributs d ce nouveau Caron,
sont irmFiio; 'ci ble.rrLenl fusilles.
Enlie temp;. Dessalines camp de'.ant le Cap avec
27.000 hommes, tous d6cid6s plus que jamais 6.: vaincre
ou mourir, continent 6 marteler 1'ennemi, l'acculer. jusque
dans sa taniere. Enfin, le 27 brumaire -Novembre 1803-,
i'instrument de capitulation est signed par Dessalines et le

"(4) Coquillage -?ranli d iniliuiumen de musique .dans les :mornes:
.'. 5) Tronc de bois servant, de 11i ..








Commandant Duveyrier, charge des pleins pouvoirs de
Rochambeau. Le 4 DNcembre, suivant le protocole con-
venu, les dbris de l'invincible Armada gagnent la haute
mer et tombent aux mains des Anglais. Le flux apporia
50.000 horrmrnei environ. Le reflux en re mpcrie quelques
centaines.




PROCLAMATION DE L'INDEPENDANCE


Lt 1 Janvier 1804, sur la Place des Gonaives, Des-
salines entouri des principaux officers de son Eicrn-Maor,
bioclama solennellement dans ]'enthou.iasme unanime.
1'Ind6penidance du Peuple Haitien.
Ld Constllulion de cell nouvelle Nollon, de cet Urnique
Etat n.gre, -dans la comnm-naute nlternation:rle a cette
epoqub de M6narchie de droit dilin, fut et demeuie uh
tv6tlement sans precedent darts les Annales de 1 Histoiri
de Id formation des peoples. Les Colonies aenricaines
qui; ef' 1776. se libererent du joug colonialiste anglais,
non seulement 6taient 1rejze et benefciaient de 1 aide
iotangqre, mais encore, 6trtlent d6e)-organlsees politque-
ment, 6conorniquement, socialemen et tzdministrativement.
D'ailleurs, si Ic politique douanlere anglaise furt I une des
causes d6terminantes de leur revolution, c'est dire qu'elles
jouissaient d'une certain aulonomie indusltrelle acquise
par le travail libre. Donc leur ind6pendance fut le phi-
noremne logique d'une evolution progressive et eraatrile,
une nouvelle forme d'equilibre instauree par Urie masse









social, qui, en raison de son accroissement, se sentait ea
measure de se passer de tutelle,.
La situation faite a cette masse d'esclaves que la Traite
des Noirs avait brutalement extraite de 1'humus africain
pour les transplanter dans les forts vierges de St-Domin-
gue et les laisser s'6tioler dans la plus abjecte des con-
dilons, leur laissait-elle de telles perspectives?...
Dessalines, en choisissant les Chemins de la Libert6,.
en choisissant d'etre chef de la jeune Nation, realisait-il
les obligations et les devoirs qui r6sultaient de son choix
libreient consent? Savait-il qu'il ne lui suffisait pas
seuleinent de chasser 1'ennemi, creer un Etat, pour s'octro-
.yer :uie place au soleil daris cette grande famille des
Nations d'albrs; mais qu'il lui fallait aussi s'atteler a
I'6c:rasante bbsogne d'6duqtiur le people, cette masse in-
culte, d'asseoir le pays sur les normes fordameritales,
sans lesquelles, Institutions et individus n'atteighent ja-
nais leur id6al, dans le travail, la security, la prosp6rit:
et le pTogres? J. P. Sartre, K. Jaspers, Heidegger, font juste-
meht irimhdqtuer: Ii rie suffit pas de passer d'un etdt a
uin autte pour existed. L'existence qui est dvdnt tout un
acle, s~ippose consttnte trahsceridance, dbpassement de
ce qu'on est. On n'existe que par le progres vers un plus-
e6re i6alis6 par un libre choixs. Sans nul doute, Dessali-
nens, un bndieh esclave de culture tr6s mediocre, uh grdti
g6n6ral, un foudre de guerre, savait bien ordonner uhn
arm6et, 6ttaquer une place, fire treribler l'enneii; mais
1'esptit 46nial de Toussaint lui mdciqiait pour d6chevetrer
une situdlion si nebuleuse & I'int6rieur, et si ihctldini i &
l'exltrieur. Esl-ce a dire que so pensee 'ti pouvait poim
s'46evet au deil du chamip de cafe kt d6 canne & sucre
qu'il cultivail sous I'oel vigilant du Commandeur f6roce








et brutal? Certes nonl Ses premiers actes pos6s en tant
que Chef d'Etat, t6moignaient en faveur de sa volont6
d'6difier n-mrine sans aucune aide de 1'Ext6rieur, pour
mieux s'irrposer au respect des pui;Lsances dites civilis6es,
sinon en. vertu de la Fraternit6 et de 1'Egalit6, mais en
vertu de la Libert6, de l'Ind6pendance. Le titre pompeux
d'Empereur d'Haiti. qu'il et Conseillers d Ecit,,, etait: d;ani l'unique but de se, con-
former au style de l'6poque et de traiter, le cas 6ch6ant,
de pair a pair avec ses "cousins d'Europe,.
Qu'avait-il de si normal, si insolit-. qu'un ancien es-
clave devenu G4n6ral, apres avoir sauv6 ses ,frores de
l'infamie, cr6at une Nation et prit un titre de noblesse en
vue de donner, une, plus value optimum &.son oeuvre.sur
le plan nternlmlional et diplomali':que? L'histoire antique
et conlemnporaine ne lui offraient-elles pas avec.une le6gre
variant, des examples 6difiants?
En raison de,,ce titre; Dessalines n':r.cail-il pas. le droit
et le privilege de disposer en Bon p6re de famille du pa-
trimoine national, de tenter l'inrpossible pour,.e faire fruc-
tifier, et surtout ile fire respecter? Certes, ouil Mais, s'il
se consacra outre measure & organisationon d'une puissan-
te arm6e discipline, a la :c-onstruction des places fortes,
ce n'taii que pure strat6gie. d'un g6n6ral :-:'ucieux qui
I.revoyalt un retour 6ventue.l :de Fracncais, ou de quelques-
uns des leurs.
Est-ce 6 dire qu'il faisait abstraction dela politique
administrative de Tous;Cint. de i Ideal Louverturien? Au
ccnilraire, dans son souci.de les f[aTire sens, il fit appel.&
tous les-fils nalurels et leglimes de la. Patrie;, lous les
Hmrrrmes de Bonne Volonte, en vue-d'apporter leur quote
part r la grande entreprise..de cc'nslrucaion nrtionale.









Comme a Sparte, il voulut qu'll y eut deux classes de ci-
toyens dans le pays: soldats et cultivateurs. Aussi, pour
intensifier l'agriculture, faciliter l'exploitation des immen-
ses plantations d6vast6es durant la guerre de l'Ind6pen-
dance, l'Empereur ordonna au Directeur des Domaines de
l'Etat: Inginac, de v6rifier les titres de propri6t6, preparer
Ie cadastre et de distribuer -sans aucur parti pris- a
tous les fils de la Nation, certain bieris du domaine public
de 1'Etat.
Parall6lement, a l'ext6rieur, il consolida ses relations
commercials avec l'Angleterre, les Etats-Unis, et plaga
des agents sp6ciaux a Philadelphie, Boston, Louisiane,
Maryland, Baltimore. Dessalines, dans sa correspondence
avec le Pr6sident Jefferson manifest, sa volont. opiniitre
de renouer les liaisons qui avaient exist6 utilement entire
St-Domingue et les Etats-Unis, et d'ouvrir ses portes aux
Nations amies qui voudraient 6tablir avec Haiti des Rela-
tions commercials; & d6faut de relations diplomatiques
impossible pour les raisons suivantes que le S6nateur
Thomas H: Benton de l'Etat du Missouri, 6noncera officiel-
lement:au Congrs .de Wishington D. C., en 1826, quand
1'Union F6d6rale fut sollicit6e par la Colombie de partici-
per au Conqres de Panama: ,Les Etats-Unis ne receVront
pas ces Consuls mul&ttes ou ces Ambassadeurs noirs,
don't la presence au Congres foumiira: .leurs congineres
des Etats-Unis la apreuve par neuf, des honneurs quiies
attendent s'ils tentaient un effort similaire.: Nousi ne per-
mettrons pas que la paix de:Onze Etats soit trouble par
l'exhibition des fruits d'une insurrection negre qui a r6ussi;
et quei pour avoir, cissacsin6 leurs nmailres et leurs mai-
treeses. c~ anci'ens a esclves nIgres, puissent trouver' des
anmls blancs cau.: Erits-ini.-Ui.n C etait clair. c'6ett ''d6-
,,;.., :. : ,. '.. "J-, [ '2' ,.' :.i% '' i ,;









gonque. Mais on ne iiendra point compete de toutes les
difficuiles interieures el exterieures que le chef de la jeune
cbmmunaut6 devait resoudre, en raison:
1) de sa revolution social qui condamnait la
politique colonialiste;
2) des conlingences du milieu;
3) de la Formation ethnique du people haitien;
4) de tous les facteurs inh6rents au passage
brusque d'une communaut6 inorganique, 6 la so-
ciete, & l'Etat.
La: sci6t6 ne consiste pas seulernent en la coexisten-
tde d'un certain nombre d'individus, dans un group plus
b~i n'ToI's .htomoerne, v'oire heterogene comirieein Haiti. 11
yvt'dta(ns- i society quelque chose de plIs que.lesa indi-
vrdus, ineserait-ce qu- le lieu qili les unit, et d'o rEsulte,.
au lieu d' une irmple addillon d'inerers individuals, 1'ap-
parillon de droits 'et>de devoirs nouveaux. Au:.tait de, a
dodaietence doit se sura.outer.un autre ph6nomrreie d'ordre
psychologique: utie conscience social, c est-:-dire, 1'exis-
lence dun etat d'espril collectil distinct des representations
indlviduelles '(i).
Tous ces fadf' dCordreipositif et sociologique seront re-
toques au catdlbtge de Ieempirisrie haitien, it 1lon.ne
ItfdMeMi a lractif de l'Ernpereur, que son instinct sangui-
nrdire de pnmitif et ison egocenlrisme mumele 6 1''troitesse
de sa visori'~du, mohde el des choses. Le 17 Octobre 1806,
:I fut lachement assassin au Pont-Rouge.

.T ) Traci ite Science Polhtique. T I -Burdeau-Fauconnel el Hou s
Ve. Sociologe Definilon de DurlkLeim: QOuanr leE consciencee .indvi-
dueles au.]ieu de reste~ reparees les unes des autlrea entynt, etroite-
mentr en rapport. aqissent aclivemeni les unee sur les autres









L'Histoire reserve vraiment de ces surprises si incon-
cevables que la logique s'empresse toujours de les re-
pousser comme une mystification. En t6moigne, la main
sacrilege port6e sur la personnel sacr6e de ce Spartacus
vengeur de la race noire, esymbole de sa reg6n6ration,
synthese des vertus civiques. Le Grand, le Bloc, l'Homme
d'Airain, Dessalines qui, dans sa march triomphale 6
travers les avenues de la Libert6, a montr6, d6montr6 6
1'Univers 6tonn6, que la valeur d'un homme ou d'une race
ne se measure point 6 la couleur de son 6piderme, n'6tait
plus.
Que par un cruel effet de la malignit6 des astres qui
foudroyent souvent ceux qui dans leur rapide ascension
veulent atteindre & leur sommet, l'Empereur Jacques ler.
ait disparu dans les dimensions d6mesur6es de sa propre
grandeur, c'eft 6t6 normal Mais, qu'on ait lachement
assassin Celui qui nous tira du n6ant pour en faire des
6tres humans, la logique pure ne saurait concevoir l'ab-
surde. Cependant, le fait demeure si brutalement vrai,
qu'apr6s ce sacrilege, il sombra dans l'oubli comme Tous-
saint Louverture, et sa rehabilitationn) ne viendra que 40
ans plus tard. Madame Dessalines d6nomm6e unanime-
ment -6 cause de sa bont-- par blancs et noirs: 1'Ange
Gardieri, et don't le president P6tion tenta de faire se adoptive de la nation la plus g6n6reuse*, sera oblige
d'attendre patiemment, dans le plus complete d6nament,
37 longues ann6es, avant de recevoir une pension du
Gouvernement r6volutionnaire de 1843. Grandeur et P6-
cadenc--! Ironie tragique de l'histoirel Mystere de la des-
tinie Ingratitude humqinel
Ducis, successeur de Voltaire 6& 'Acad6mie Frangaise,
rapporte dans son ciscours de r6ceplion- Voltaire dans









cet ouvrage si conriu, ou il a peint 6 grands traits et d'un
style rapid le SIECLE DE LOUIS XIV, a.re a-..::.r pIr
couru la *-ha,:ire des 6v6nements po:l.t:ilu, Ir::.:- le: pro-'
gree de 1'esprit human et dessin6 le portrait de tant d'hom-
mes *:-elibres qui tous par leur genie ont imprirnm iin ca-
ractere de grandeur 6 leur siecle, et consacr6 la .?loire
du Monarque par celle de sa li il:to:n, termin6 ce magnifi-
que tableau par ces mots: -A peu pres vers le i-nemp de
la mort de Louis XIV, la nature sembla se reposerr.
En effet, la nature, ou mieux, la nation, a pr- 1:r mrc.rt de
son cr6ateur, ne s'est-elle pas endormie d'un long sommeil
provoqu6 par nos longues nuits de luttes st6riles et fratri-
cides, pour ne se r6veiller, prendre conscience de sa si-
tuation, qu'au Cripuscule du 28 Juillet 1915, drate f.itidqi.iie
.o6 le Yanke- Am6ricain nous fit payer au centuple, notre
fierce, notre orgueil d'avoir une Histoire plus n.a :iurlle,
plus vivante, plus sympathique, plus h6roique, plus ori-
ginale que la siennel...
Les parricides, peuvent-ils b6n6ficier de circon slances
ftienuantes pour avoir 6t6 si intransigeants envers celui
qui voulait 6 tout prix prouver au Maitre blanc que 1'hai-
tien peut se passer de lui, et contrairement 6 ce qu'en
pense Gustave Lebon, conserver sa civilisation. Seule la
myopie cause par des passions politiques- pr6coce-. les
a empeches de saisir dans le comportement du Chef de
la Nation, a peine close au souffle ardent de la Libert6,
sa vision grandiose du devenir national. Chez Dessalines,
homme d'action, la pens6e se confondait avec I'acte,.
En raison de son origine obscure, sans 6tat civil, sans
filiation connue, il semblait son, propre commencement, sa propre oeuvre,.
Aussi, ((son destin il l'a choisi lui-m&me forg6 sous









I'6tau de sa volonte de puissance qui n'admettait point
de barrikre, et ne redoutait pour autant le jugement des
races, contemporaines et futures,. Bien avant St-Exupery,
il professait que ]a liberty, mais dans l'acceptation d'un devoir>. Que ce
professeur d'6nergie fut incompris, cela se congoit. C'est
le destin des hommes de g6nie de t 1'incompr6hension, a la routine, a la m6diocrit6 humai-
ne,;' mais oser commettre ce crime de l6se patrie sur la
personnel du H6ros de 1804, toutes les eaux du L6th6 ne
parviendront jamais a laver ces teaches de sang aux feuil-
lets de notre Histoire.
Puis-je m'emp&cher de reproduire in extenso, la con-
clusion d'une remarquable 6tude due & la plume impar-
tiale et moder6e d'une religieuse nord Am6ricaine, sur
I'homme qui fut plus grand que Bonaparte, plus grand que
Cromwell, plus grand que Washington, plus qu'une
Nation:


*The contributions of Toussaint louverture to the indepen-
dence of the American Republics.


,The contributions of Toussaint 1'Ouverture to the Inde-
pendence of Haiti, and consequently to the Independence
of all American Republics have been outlined in his phe-
nomenal achievements as liberator, as social and econo-
mic planner, as military genius and as stateman. But it
must not be forgotten that in winning independence for
Haiti, LOuverture literally changed the map of the Ameri-








can Continent and helped to determine its pattern qf Re-
public States. Not only did Toussaint directly aid South
American Republics in establishing their independence by
supplying them with both arms and a place of refuge, but
he was indirectly responsible for the Louisiana Purchase.
By defeating the Napoleonic expedition under Leclerc,
the Negro leader saved the United States from what would
have been a world-wide and an agelong catastrophe, a
war with France. He also flung the domain of American
democracy across a continent. In 1800 it was common
knowledge that Napoleon's ambition was to build a huge
colonial empire. His first step was to negotiate the retro-
cession of the Louisiana Territory from Spain. But he knew
that his gateway to that territory was the incomparable
colony of Saint Dominque. France's richest possession
before the Negro insurrection. The two colonies, Napole6n
reasoned, should be mutually dependent: he could not
hope to hold Louisiana without power in Haiti and at the
same time. Haiti should be made dependent for her sup-
plies on Louisiana, not on the United States, an eminently
dangerous neighbor. And so Napoleon invaded St-Domin-
gue with the :nrc. powerful army that had ever crossed
the Atlantic.
When Napoleon lost St-Domingue, he lost interest in
the Louisiana Territory. Napoleon's failure was Jefferson's
opportunity. Toussaint L'Ouverture was indirectly respon-
sible for doubling the area of the United States and
spreading the greatest democracy in the world from ocean
to ocean. Who can say what the present condition of ihe
American Continent might be if the slave of Br6da plapta-
tion had not been the firrt to free the slaves in the New








World and to establish the first independent Negro Repu-
blic in the world?
Sister Mary Aquinas Healy, R. S. M.

Mount Mercy College
Pittsburg, Pennsylvania.,

Dans 1'6tude en question, le lecteur averti n'a qu'&
substituer le nom de Dessalines a celui de Toussaint, 16
ou la logique historique le r6clame, sans alt6rer d'un iota,
la v6racit6 des faits. Tout ce que l'6crivain rapporte au
sujet de son h6ros favori, de son personnage sympathi-
que, peut ais6ment, avec une legere variante, s'appliquer
Z Dessalines le vainqueur de Rochambeau, de Leclerc,
Ie George Washington des Antilles,.
En effet, le r&ve de Napol6on de fonder un Empire
cdans le Continent Am6ricain s'6vanouit quand Louverture
realisa l'unit6 de l'Ile. Ne pouvant plus utiliser St-Domin-
gue comme t6te de pont, Bonaparte dut vendre la Louisia-
ne a Thomas Jefferson, Pr6sident des Etats-Unis, le 30
Avril 1803. Cette acquisition contribua de beaucoup a
ograndir le territoire des Etats-Unis.
Qui peut dire, conclurons-nous avec Sister Mary Aqui-
nas, quelle serait la situation du Continent Am6ricain, si
I'esclave de Br6da et celui de Cormiers, n'ont pas 6t6 les
premiers dans le Nouveau Monde, & abolir l'esclavage,
4tablir la premiere R6publique Noire Ind6pendante dans
le Mondel





49









CHRISTOPHE ET LA ROYAUTE PETION ET LA
REPUBLIQUE


Dessalines mort, l'Empire fut abdli', et la R6publique
proclamee sous l'intisgation de P6tion. Une Assemblee
Constituante fut form6e et convoqu6e imm6diatement, en
vue de proc6der aux elections pr6sidentielles. Des trois
prioFlminr-nis candidates en presence: Christophe 1'emporta.
Le nouveau Chef d'Etat, ne pour chausser les. bo:,ls de
Napoleon, porter hauts de chausse, et pourpoints de
Louis XIV, ne pouvant se mouvoir, dans les dimensions
qui ]ui .laienl assign6es par la Constitution de 1816, mar-
cha sur Port-au-Prince -:la tete.de son arm6e et d-Irunisil
en parties les forces de P6tion. Alpr.s a-.-cii assi4.:j laI p]:ice
sans parvenir a I'enlever, 'il se retire dans le Nord oi il
formaa un gouvernement plus -en harmonie cr.-ac sa vision
c-randiose des choses. Le Parlement r4uni a Port-au-Prmce,
le r6pudia et nomma- P6tion Pr6sident de la R6publique
.pour une p6ric.de de quatre ans- le, 11 Mars 1807. Cette
rcission. du Pa,-s ern d.J-u factions, ,deux cla;-;e irri-duc
tiblement hostiles, fut 1'une des causes ge6nratrices.- des
calarnii.s qui s'abailrcnt sur Halih. L'individualisn'e ou-
t-ancier de l'Haillen qui croit io.ujour- < le dl6uge,, pour civc,;r trop t6t ;mconnu 1'IdalI, Dessali-
.nien crilralliLse dans 1i bell- de'.is,- nationatl- :*Ia''lVk
Fait la Force-, fera,,de ncus d'eteinels mecontents rpour
lesquels le moindre succes d'autrui constitute .uei-iriiure
personnelle. Cependcant. en d6pit des dissensions et des
luttes intestines qui an6miaient les forces vives de la
jeune Nation, les deux Chefs d'Etat, fort heureusement,
s'entendaient tacitement pour defendre Je pcairrioine cr.m-









mun, contre toute vell6it6 d'agression d6guis6e ou non
de Napol6on et de Louis XVIII. Toutes les tentatives de la
France pour reconqu6rir soit par force ou par des moyens
diplomatiques, sa riche possession antillaise, se heurte-
ront 6 leur volont6 in6branlable de vivre libres ou mourir.
L'Agent frangais M6dina qui fut envay6 en Mission secre-
te en Haiti -1814--, sous pr6texte d'obtenir des informa-
tions, fut arret6 et emprisonn6 par Christophe. A qui voulait
l'entendre, Christophe r6p6tait d'un air farouche ses c61-
bres avertissements: (Au premier coup de canon la Nation
est debout et les villes disparaissent: xJe ne vous livrerai
la Ville du Cap que lorsqu'elle sera r6duite en cendres, et
mrme sur ses cendres, je vous combattrai encore.
Aussi, Christophe s'ing6niait-il 6 construire des Cita-
delles et des Ch&teaux forts don't la majesty des lines et
la solidity de la structure disent encore avec emphase,
l'esprit qui animait ce Chancelier de Fer>. On pourrait
croire que, par l'instauration d'une Royaute, la creation
d'une noblesse, Henri 1"'. cr6ait un petit monde & demi
f6odal oiu la force r6gnait plus que l'esprit, l'6tat de guerre
ou d'anarchie partant, presque constant. Certes nonl
L'esprit lucid et progressiste du Roi pourvoyait au bon
fonctionnement du rouage administratif et social. Dans unn
pays o6 tout 6tait 6 faire, sans aucun cadre, son g6nie
cr6ateur sut trouver avec un rare bonheur, des solu-
tions heureuses aux multiples problLmes pos6s par son
Engagement dans le mode civilis6. Sachant d'intuition
qu'il n'y a de r6alit6s que dans l'action, et que <,la di-
vision du monde en nations, oblige chacune d'elles & d~r
velopper sans cesse ses potentialit6s afin de s'auvegarder
son Incdependan..:e etsa souveIraiet6', 11 confia l:' 1'Etat
non seulement Un rdle de gendatre,, mais au.ssi un rol









de providence. II multiplia les 6coles et les institutions
d'assistance social, d6veloppa et encourage 1'agricul-
ture et l'industrie, construisit des routes, etc.... Les oisifs
et les paresseux n'6taient point tol6r6s dans son Royaume.
Tout le monde devait contribuer a 1'6dification de la grande
entreprise national don't il 6tait l'animateur enthousiaste.
Si la situation 6conomique ne fut pas aussi florissante
qu'elle l'a 6et sous administration de Toussaint, puisez-en
les motifs dans les faits suivants:
1. 1'6tat de guerre qui existait de 1806 i 1812,
entire le Nord et 1'Ouest d'une part, et d'autre part
dans le movement s6paratiste de Rigaud dans
le Sud en 1810;
20. les luttes acharn6es de Napol6on centre
1'Europe;
30. le refus inconsid6er des Etals-Unis de com-
mercer avec Haiti..., etc.

Heureusement, Christophe et P6tion surent intelligem-
ment prendre occasion de centi hostile attitude am6ricai-
ie, pour chercher des d6bouch6s dans les pays neutres,
et intensifier leurs relations commercials avec 1'Angle-
terre. Aussi vers 1813 Haiti exportait-il tout ce don't il avait
besoin de 1'Empire britannique, et son chiffre d'affaires
s'6levait-il a plus de 1.200,000 livres de sterling.
P6tion, de son cot6, l6u president pour I'Etal de 1'Ouest
en 1807, se fit accorder la pr6sidence & vie en 1816. Si
son administration ne fut pas aussi prospere,,aussi rayon-
nante que celle de Christophe, elle eut le m6rite de poser
certain acres concrets don't le souvenir demeure. Connais-
sant parfaitement bien le r6le preponderant que doit iouer
le d6veloppement de la puissance conomique dans un.









pays essentiellement agricole, il fit distribuer des propri6-
t6s domaniales de l'Etat aux officers et soldats qui, grace
& leur vaillance, ont contribu6 & expulser les colons du
sol natal.
Sachant que 1'6ducation du people est la base de la
vraie d6mocratie, il fonda le Lyc6e Alexandre P6tion, un
pensionnat de jeunes filles, et infusa une save fraiche a
1'Instruction Publique, seul vecteur capable d'imprimer
une allure plus ou moins logique aux elites. Sachant que
I'entr'aide mutuelle est un pr6cepte 6lementaire de l'Ethi-
que divine, il fit tant et si bien, qu'il d6crocha le sumom
de Papa Bon Coeur,. A Simon Bolivar, El Libertador, il
fournira des secours plus que substantiels en vue de li-
b6rer les colonies espagnoles du foug esclavagiste. Sur le
terrain de 1'honneur national, si sa reaction ne fut pas
aussi cat6gorique et violent que celle de Christophe,
routes les fois que la souverainet6 du pays se trouvait
menacee, il sut n6anmoins, faire entendre cle vrai cri de
la Patrie. par la voix du grand judge Andr6 Dominique
Sabourin aux Missions Fontange-Esmangart, Dauxion-La-
vaysse, Franco de Medina et Draverman, missions d6pe-
ch6es par le Roi de France dans le but evident de ramener
au bercail ses fils noirs 6gar6s. rialement parlant, autrement que je ne parole! r6pondait
Petion aux ouvertures int6ress6es d'un agent secret.
N'avait-il pas d616gu6 a Londres 1'Hooorable citoyen
Gabarge en vue de solliciter les bons offices du Gouver-
nement Britannique dans les pourparlers qui 6ventuelle-
ment, devraient conduire & la reconnaissance d'Haiti par
la France? Malheureusement, tous les patriotiques efforts
tents et par Christophe et par P6tion, en vue de port'er
au moins l'Angleterre et les Etats-Unis & reconnratre la








rouverainet6 du Pays, demeurerent des coups
d'6p6e dans l'eau. Si 1'histoire doit les f6liciter pour 1'allu-
re magnifique irriprimr- 6 la Nation, 1'historien impartial
ne peut s'emp6cher de souligner que: si s'ils avaient su
coni,. :. u.I leurs d4arvncrch-e .:rris la per- pecti:.- d'aitlcinmdr-
'id-4al commun, ils I.s--rit pu peut-6tre, changer le cou-
rant de 1'Histoire I',;lonilra-. Helas, la nature les avait
cre6s divis6s, 1'6volution diametralement oppose de, leur
esprit, en fc'rncion de leur condition social, devait classi-
quement, et non logiquement, aggraver cette division si
fatal au bonheur du Pays.




BOYER ET LA DETTE DE L'INDEPENDANCE


Peti.-n mort en 1818, son: prot6g6,:Boyer lui siicc6da au
por.uoir. Par le suicide, de Christophe en 1820, la ro/yaut6
disparut rt 1- iTr..: fiui r-i.'i 6 l'O est mous'i l'a.i'orilt uni-
que du nouveau Pr6sident,
Comme par enchantemn-ent *le succs, lui. sourit au
depart. La parties Est de l'Ile s'etant r6volt6eA centre 1'Es-
pagne, les r6volt6s firent appel 4 Boyer. II enlrasans coup
f6rir & Santo Domingo; 5a la t&te d'une puissanIe ,qrm6e,
et chasc.a les repr6es-ntInms espagnols .
D accord ayvep Te Peuple Dominicain, il r6alisa 1'unit6
pollique de 1'Ile < c;aranlir -on Ind4pendanc,-e..
SHant come ses. pr decesseurs par l'id6e de. dter-
r.iner les grande puissances a reconnaitre,le statut inter-
national .d'Elat ind6pendant .de la R6publique d'Halli,









Boyer revint h la charge avec des atouts plus puissants,
car les hostiles partenaires ne pouvaient plus l6gitimer
leur mauvaise foi manifesto, sur la pr6tendue scission du
Pays. Plus de duality gouvemementale en effet, de plus,
1'Ile entire connaitra une quietude relative pendant au
moins un quart de siecle. Ces circonstances att6nuantes
auront-elles la vertu de les porter 6 reconsiderer l'anoma-
lie du cas haitien avec un peu de sympathie? L'Etat de
Pennsylvanie par devant lequel la question de reconnais-
sance fut produite, soutint par l'organe de la press: si
nous vous reconnaissons, les Etats-Unis seront obliges de
recevoir un ministry noir d'Haiti a qui les courtoisies
d'usage devront forc6ment &tre accordbes (1).
L'opinion 6tait partag6e sur la question 6 Baltimore.
Maryland quoique Etat esclavagiste, entretenait d'impor-
tantes relations, commercials avec Haiti, Comme l'on
devait s'y attendre, e1 Deep South don't les id6es escla-
vagistes et la n6grophobie constituent jusqu'6 l'heure ac-
tuelle un grossier non sens au grand Esprit D6mocratique
don't se pr6vaut l'Oncle Sam, s'opposa violemment 6 cette
reconnaissance. La raison. mineure- all6gu6e par les Sudis-
tes, reposa sur une absurde apprehension du pr6tendu
project de Boyer de conqu6rir Cuba et Porlo-Rico et de les
convertir en R6publiques noires ind6pendanlts. La Ga-
zette du Sud rapporta 6 cette 6poque, que la prise de pos-
session par le president Boyer de Santo Domingo en 1822,
augmenta son armee de 7 6 8.000 hommes disciplines,


(1) -If recognition were accorded, the U.S.A. would have to re-
ceive from Haiti a minister to whom the usual courtesies would have
to be extended National Gazette and Literary Register* (Philadelphia)
September 9, 1823 p. 2 editorial quoted by Logan.









aguerris, parlant Espagnol, lesquels suffiront amplement
pour r6volutionner l'une ou l'autre de ces deux miles. S'il
hasarde son project, il sera du devoir des Etats Unis d'in-
tervenir 6 temps pour 1'en emp6cher. Jamais Saint Donmin-
gue serait independanrt : 1'Ang.l.i-rr- et les Etats Unis
6taient intervenus au moment opportun, conclut l'Edito-
rialiste.
A la v6rit6, cette opinion traduisait fidelement la pens6e
dominant aux Etats Unis, 6 savoir que la reconnaissance
d'Haiti susciterait trop de problemes & I'Union F6d6rale
et constituerait surtout un grave dcang-er pour son Econo-
mie, qui 6 cette epoque, reposail en macjeure parlir 5 sur
1'exploitation de l'esclave, source slre et intarirsafble de
richesse.
Cette attitude nettement hostile-de l'Oncle Sam d6ter-
mina Boyer 6 lecher prise de ce c6t6, et 6 tenltr une nou-
velle offensive en France, mais en passant par la Russie.
En vue d'un succes probable, il charge son homonyme,
son vieil anmi lee G6nral frangais Boye d'une mission se-
cr6te et officielle aupr6s de l'Empereur Alexandre 1"'. de
Russie. On sut dans la'suite que le President Boyer avait
sollicit6 de ce dernier, qu'il servit de m6diateur dans les
n6gociations penddntes entire la France et Haiti. En com-
pensallon, ii aurail le droit et le privilege d'exploiter 'ile
6 Vaches, s'il'parvenait 6 porter le :frouche adversalre a
rabattre ses pretentions sur Saint Dominque. Malheureu-
sement, le G6ndral Boy6a o'ant faitipart-de l'objet de sa
mission au Comte de la Ferronays, Ambassadeur frangais
en Russie, le president Boyer le rappela imm6diatement (1).

(1) British and Foreign State Papers XII (I84-l1'L... 705. Voir Logan
op. cit. (II n'y est fait aucune mention de la nature de ces Fr.:.p.~il.rs
dans le Bulletin des Lois et Actes).









Cela se passait en 1821. En 1822, le m&me personnage
sera charge d'une autre mission aupr6s de Louis XVIII,
mission qui 6choua. Celle de Larose et Rovanet avait
presque atteint son but; mais au moment ou le Roi de
France devait apposer son cachet sur l'accord intervenu
entire les deux parties, il d6clara se r6server l'exercice de
la souverainet6 ext6rieure de la R6publique. Cette preten-
tion inopin6e occasionna la rupture des relations -31
Juillet 1823. Mais Boyer, conform6ment 6 son temperament,
tel un Robert Bruce s'opini&trait 6 son id6e.
Quand les Etats Unis commeng6rent 6 reconnaitre des
1822, l'ind6pendance des Etats Espagnols qui venaient &
peine, et grace au concours b6n6fique d'Haiti de se d6-
tacher violemment de leur M6tropole, il crut de bon ton
d'appuyer fortement, sur le recent message que le Pr6si-
dent Monroe venait d'adresser au Congres Am6ricain le
2 d6cembre 1823, message ratifi6 comme une doctrine par
la nation unanime. Pour l'6dification du lecteur, j'en re-
produis les points essentials:
Les Etats Unis ne pr6tendent acquerir ni s'annexer
aucune des anciennes possessions de la .couronne d'Es-
pagne en Amerique, et qu'ils ne mettront aucun obstacle
6 la conclusion des arrangements amiables que la M6-
tropole pourrait negocier avec les colonies 6mancip6es,
mais qu'ils repousseraient par tous les moyens en leur
pouvoir l'intervention des autres sous quelque form&
qu'elle vienne 6 se produire, et surtout si elle a pour objet
d'implanter dans les colonies, par voie de conqutte ou
d'acquisition 6 prix d'argent, une souveraintt6 autre que
celle de 1'Espagne. Le Gouvernement de L'Union n'inter-
viendra pas dans les affaires des colonies que des nations
Europeennes poss6daient en Am6rique, mais il 'regardera









comme la manifestation d' it-enlh.:.rn hotl.s & l'6gard des
Etats Unis, 1'intervention d'un pouvoir Eurcp'en quelcon-
que dans le but.d'opprinmer 1es ancienne6 s colonies 6man-
cipees. Notre politique consiste 6 ne jamais nous interpo-
ser dans les affaires int6rieures d'aucune des puissances
de l'ancien monde et & consider toujours le Gouveme-
ment de fait, come, le Gouvemement Legifime relati-
vement 6 nous; mais lor'qul'il s'agit .de notre Continent,
si les puissances allies veulent fcriire prevaloir leur syst6-
me politique dans l'une ou 1'autre parlie de I'Am6rique,
elles ne le pourront pas sans qu'il en r6sulte un danger
imminent pour notre bonheur et notre tranquillity, et il
nous sera impossible; de'rest.r spe.rcaieurs indiff6rents de
cette interventions.
Ce Messaig- etait clair, pr6cis, ciat:4...riq. Donc, plus
de subterfuge- eichi-n',ou- en dro it d- p-n-serl Aussi, Bo-
'e-r en prit occasion pour adresjsr i.ine 'oe officielle Ie
6 luiliet 1822 du Secreacire d'Etat john Quiricy Addms, par
1'intermediaire du Secr6taire g4In.r-il Inginac. Dans cette
N;ol' qt i' tait plutot 6 mon avis, un-e those eia'4 6e d'argu-
ments irr6cusables, le Gouvernement h:iilien monta en
6pingles les faits suivants:

1i. Conditions inhumaines dans lesquelles
croupissaient les esclaves de Saint Domingue.
2b. Justesse de leur revendication 6 la liberty
et 6c 1'independance Am.ricaine -n 1776, princi-
.pes ins6ers dans le Bill. of Rigllits
3. Le succes .triomphal .de leur cause sacree
apres une lutte liicnique et.la ccns'iecrcaion de
.la sc.':-e crinet national depui.: 19 ans, par la









Proclamation officielle de 1'Acte d'Ind6pendance,
Ubi et Orbi, le Ir". 1804.
4. Les relations commercials entire Haiti et
les Etats-Unis 6taient si amicales, si florissantes,
que les resserrer par des liens politiques plus
6troits, s'imposait comme un corollaire.

De plus, le Gouvernement Haitien mit l'accent sur le
fait que le Gouvernement am6ricain 6tant le premier
auquel il ait recouru, en vue d'obtenir la reconnaissance
de l'Ind6pendance d'Haiti, aimerait & croire que
le Peuple am6ricain qui fut dans une situation identique,
ne refusera pas de rendre justice & qui justice est due. Et
!a th6se s'acheva sur une pens6e d'un contenu si affectif,
si human, qu'elle eut d. avoir pour le moins la vertu de
forcer la charity chr6tienne du destinataire intransigeant.
S'il n'y a pas conclut-elle, similitude de couleur ehtre les
ils d'Haiti et ceux des Etats-Unis d'Am6rique, il y a simi-
iltude de sentiments et de volont6. Comme I'altruisme n'est
pas un sentiment a l'6chelle des esprits m6diocres et des
consciences venales, que l'homme est le seul animal chez
qui la reconnaissance semble &tre un fardeau g&nant, ce
document official, parce qu'il 6manait d'un pauvre petit
people negre don't les mis6rables ancetres trainaient le
boulet de 1'esclavage, sera tenu avec d6dain aux pincet-
tes et rel6guer au fond d'un tiroir oubli6 au -basement- (1)
du D6partement d'Etat.
Boyer, le veinard par excellence, dut pour la premiere
fois de sa vie pc'lillque. consigner d-finmtir.m&nnt cette
cuisante et insultante d6faite, quand le 9 Mars 1826, un

(1) Sous-sol.









incien Secr6taire d'Etat, Edward Everett, Repr6sentant de
l'Etat de Massachusetts, d6clara en pleine stance, h pro-
pos du cas haitien: anyone who would take it, to England, to France, to Spain:
I would see it sunk to the botton of the ocean, before I
would see any part of this fair America converted into a
Continental Hayti, by that awful process of bloodshed
and desolation by which alone such a catastrophe could
be brought on (1).
Cependant une seule voix s'6leva au CongrBs en notre
taveur. Par une de ces anomalies 6tranges don't les Etats-
Unis recelent -comme en bien des choses--, le monopole
exclusif, cette unique et faible voix fut celle de ha.-irles
A. Wickliffe, repr6sentant de Kentucky, Etat esclavagis-
te- ,We have no right to say to those nciiions (Spanish
Republics it is not fit and proper for ,yoi to recognize
the national Ind6pendence of this Island Ha ill. The prin-
ciple of universal emancipation upon which they have
proclaimed their republic to be based forbid them the right
to dislinguish the sable inhabitants of St. Domingo from
the less dark republicans of their own clime (2).



(1) Je c6d6rais tout le Continent a qui voudrait le prendrb: 1'An-'
Bleterre,. & la France, .h I Eip-igi,' Je souhaiterais qu'il sombrat au
sein de l'Oc6an avant de voir mgme une parties de cette blanche Am6-
rique devenir come Haiti, une r6publique dans Je Continent par cette
terrible effusion de sang et desolation qui a rendu possible une tell
catastrophe.* Congressional debates---11h Congress-1st Session cit6
par Logan op. cit. 225 cite par Dr. J. P. Mars op. cit.
(2) Nous n'avons pas le droit de dire & ces nations sent6es au CongrBs de Panama. vous ne devez pas reconnaitre 1In-
d6pendance d'Haiti, parce que le principle de l'6mancipation universelle









Toutefois, nous devons noter par parenthese, que le
pr6opinant n'a point produit une demand express de
reconnaissance par devant le Congres, en faveur d'Haiti.
Certaines personnalit6s officielles, tel un Daniel Webster,
basa son opposition & cette reconnaissance 6ventuelle sur
.le pr6tendu fait qu'Haiti avait accord des concessions
commercials 6 la France. D'autres, don't le Pr6sident
Monroe lui-mgme non seulement s'arcboutait sur l'inepte
question de couleur, mais encore objectait comme un em-
pechement dirimant, cette disposition formelle de l'un des
articles de la Constitution haitienne: que soit sa Nation, ne mettra le pied sur ce territoire, &
titre de maitre ou de proprietaire, et ne pourra & l'avenir
acqu6rir aucune propri6t6.
Pensez-vous que notre Pr6sident & l'esprit pugnace va
s'avouer vaincu apres avoir essuy6 d6faite sur d6faite,
insulte sur insulte? Sans passions, on dolt rendre hom-
mage 6 cette t6nacit6 de Boyer, qui, repouss6 sur tous les
fronts, tax6 d'ind6sirable parce qu'il repr6sentait une na-
tion consid6r6e comme une brebis galeuse, tenait pour
une question de prestige personnel, le fait de la recon-
naissance officielle de l'Ind6pendance. Etait-ce 16 une
fagon 616gante de se racheter aux yeux d'une classes mb-
prisee aux yeux de ses. ennemis, et de la post6rit6 des
fautes accumul6es pendant son long r6gne? Etait-ce uni-
quement pour la satisfaction d'un orgueil mal contenu
afin que l'histoire lui adjugeat le titre de Bienfaiteur de
la Nation?... Ceci est une autre histoire. Aux lecteurs pers-


sur lequel il s'est bas6 pour la proclamet leur interdit le droit d'6tablir
de distinction entire les habitants noirs de St-Domingue et les moins
noire de leur propre pays.-Ibidem col. 2044.









picaces d'en faire ]e point. Ce que l'historien impartial
doit surtout retenir, c'est son d6sir presque morbide de
d6clencher sans prendre haleine, des offensives diploma-
tiques jusqu', la victoire finale au prix de n'importe quels
sacrifices. Mais la France qui, de son cot6, ne pouvait se
contenter de la perte de St. Domingue, sa poule aux oeufs
d'or, viendra offrir & Boyer, au moment oih ce dernier s'y
attendait le moins, 1'occasion de r.iltilfTir- -.:T l-.gti am-
bition.
En effet, Louis XV11 mlorl en I 324, son frrre Ie Cc.-re
d'Artois lui succ6da sur le tr6ne de France, sous le nom
de Charles X. I1 reprit les n'~r,:rolall:,l- pn.:an:i~-i a.'e-c
Boyer, et finalement signa Line ordonn..i.n.: e 17 A'-ni r1S25
par laquelle il reconnaissait con.diionnellemrent 1'ndpeTn-
dance d'Haiti. Le Baron de MackaCu qii lu.t cha.-iTrgi de l'im-
pcFer par tous les moyens au Gouve--rnerm-nt Haieien, dis-
posait d'unee mipocranie flce disErrne dClns les Ca-
.raibes.
AprBs les pr6liminaires d'usage, une Comni-i .-Lion for-
m6e du Secrta ire g6n6ral Inginac, du Sen.ili'.i r Rouanez,
du Colonel Fr6mont, fut charge offici-llen-ent d discuter
les terms de cette Ordonnance avec le repr6sentant du
Rol de France. Cette Commission, on doit le souligner,
consciente de son devoir et des ses responsabilites devant
le people et lct post6rit6, fit valoir avec un patriotism
transcendent, routes les raisins pour lesquelles la Nation,
en raison m&me de son origin historique, devait tejeter
cet strange instrument diplomatique. Les deux parties ei
presence durent garder leur position respective, car le
Baron deoMackau n'avait aucun pouvoir de retrancher ou
d'ajouter un iota & cet Edit mimanant de l'absolutisme d'un
Roi de droit divin.









Le President Boyer, voulant 6viter toute issue facheuse,
intervint personnellement dans les d6bats; finalement,
d'autorit6 et sans aucune reserve il accept cette injonc-
tion aux arguments captieux du Baron.
Pour l'edification du lecteur, reproduisons les articles
2 et 3 de cette Ordonnance:

Article 2.-Les habitants actuels de la parties
frangaise de St-Domingue verseront a la Caisse
f6d6rale des d6epts et consignations de France,
en cinq terms egaux d'ann6e en annee, le pre-
mier 6ch6ant au 31 D6cembre 1825, la some de
Cent cinquante millions de francs, destine & d6-
dommager les anciens colons qui reclameront
une indemhit6.
Article 3.-Nous concedons, & ces conditions,
par la present Ordonnance, aux habitants ac-
tuels de la parties frangaise de St-Domingue, I'In-
dependance pleine et entire de leur gouveme-
ment.

Cette Ordonnance par laquelle Sa Majest6 le Roi
voulut bien nous conc6der une Independance condition-
nelle, apres plus de vingt ans, constituait mnme aux yeux
du myope et du presbyte, une cruelle d6ch6ance pour le
pays, qui d'ailleurs ne devait pas tarder & subir jusque
dans son infra-structure, les consequences d6sastreuses' d
cette inconsequence de Boyer.
Depuis quand done les vainqueurs devaient-ils subir
la loi du vaincu? Si l'histoire Greco-Romaine :apporle
que la..Grace vaincue :portac la victdire dons le camp de









son farouche vainqueur (1), il s'agissait de victoire spiri-
tuelle, culturelle, non de victoire mat6rielle, politique o1
diplomatique. Les 13 R6publiques am6ricaines qui se li-
b6rerent du joug anglais en 1776, ont-ils pay6 une in-
demmit6? A la restauration de la rrni.:narchie en France
-toutes proportions gard6es-, les Bourbons ont-ils r6cla-
m6 une indemnity aux Bourgeois de la R6volution fran-
gaise qui d4captireni. Louis XVI et Marie Antoinette, sac-
cagerent la Bastille et les Tuileries? Abstraction faite du
Br6sil qui a pay6 une indemnity de 10 millions au Portu-
qal, les colonies espagnoles, sauf le Mexique, ont-elles
pay6 une indemnity & l'Espagne?
Boyer, infatue de lui-meme, ne pouvait prendre conseil
d'autrui, voire s'instruire des examples vivants. S'il ne pro-
clamait comme le Roi Soleil: l'Etat, c'est Moi; come Ma-
zarin: le Temps et Moi, ou comme le dramaturge: Moi
vous dis-je, et c'est assez; sa volont6 domiinatrice transpi-
rait 6 travers ses moindres faits et gestes. En raison de
*ce travers apres avoir arioptl la polintque souple et nuan-
c6e de P6tion, en n6gociant avec la France, rejet6 les
measures de prudence de ses pl6nipotentiaires, il s'engagea
conform6ment & son optique sp6ciale dans les m6andres
d'une Diplornatie subtle, h6sitante, imprecise.
Comme l'esprit don't il se pr6valait ne lui permettait
.pas le plus souvent, de harder le just milieu en tout (1),
en sugg6rant l'id6e saugrenue d'une indemnity et d'une
ordinance royale (au lieu d'un trait, puisqu'il s'agissait
de deux puissances sou .-eraine.s) il ne6antit, tout un long


(1) ,Groecia capta Ferum Victorem Cepit et Artes intulit agresti
*Latio-.-Horace.
(1) In m-dio Stat virtus (La. vertu si6ge dans le jusie milieu).








passe de gloire, oeuvre de tant d'ann6es en une minute
effac6e, eut dit le po&te tragique.
Boyex s'apergut bien vite de son erreur grossiBre. Pour
verser la premiere tranche de cette indemnity de 150 mil-
lions de francs, payables en cinq annuit6s, il dut recourir
a un emprunt de 30 millions de francs, dans cette m6me
France si inhumairne envers sa fille noire. Pour se rache-
ter, en parties, il fit tant et si bien, qu'en 1836, Louis Philip-
pe d6elgua Dupetit-Thouars en Haiti, en vue d'enqu6ter
sur la vraie situation financiere et 6conomique du Pays.
En 1838, cette enquete minutieuse, aboutit a l'envoi de
deux Plnipontentiaires du Roi de France, le Baron de
Las-Cases, le Capitaine de Vaisseau Beaudin qui prepa-
rerent avec Inginac, Fr6mont, Lab6e, B. Ardouin, S6guy
Villevaleix, deux traits: I'un politique, reconnaissant ex-
press6ment, sans conditions, 1'Ind6pendance d'Haiti; 1'au-
re .financier, r6duisant & soixante millions payables en
trente ans le sold de l'indemnit6 impose par Charles X.
En d6pit de ce palliatif, l'opposition qui jusque la
attendait avec inm pcali-nce une occasion propice pour por-
ter le coup d6cisif a cette longue, administration r6tive.
tiute id6e de r6forme social, la trouva apres la promul-
gation de l'impopulaire Code rural de Boyer en, 1826,
Toute une .jeunesse ardente, instruite qui pr6conisait des
idees lib6rales, exploit le m6contentement ge6nral, et
r6digea le Manifeste de Praslin dans lequel elle expose
les griefs de tous. Une revolte finalement 6clata en Jan-
vier 1843. Un mois apres, Boyer dut r6silier sa fonetion et
s'exiler a la Jamaique, puis a Paris.





65









GOUVERNEMENTS EPHEMERES


Dor6navant, Haiti fera 1'experience douloureuse des
Gouvetnements 6ph6m6res et des Chefs qui, 6manant des
coups d'6tat et des 6meutes dispendieuses, firent d6libe-
riment abstraction des int6rets du pays pour imposer
manu military le regne du despotisme et du personnalisme.
Apres 1'6laboration de la Constitution lib6rale de 1843,
Constitution qui, 6 parler franc, n'6tait point faite pour un
people don't le degr6 d'instruction de la majeure parties
ne s'616vait au-deld des quatre premieres lettres de
1'alphtzbst frangais, Riviere Herurd fut Blu Pr6sident pour
une j36riode de quatre ans, le 31 D6cembre 1843. Comme
le nouv eau Chef de l'Etct, soutenu par une camarilla de
civil thu6s en g6neraux chamarr6s de patsse~eriteiies,
d'6pdulettes, entendait se maintenir au pouvoir, non pour
ctsmsur le tridmphe des idces progressistes, mcis le ttiom-
phe 'din vieux concept militariste inttdntigedntt et trtro-
gtCde, le tes htitri ht popuildire ne tarda pats & se ma-
ntifet~i. Blent6t, il se g6n6ralisera et culmineta en conflict,
au 'ein m6rhe du pbuvoir civil et milittire. La pattie Est
de lIle, fatiuite de subir I'occupdtion de ceux & qui elle
se crtyait, dur come roc, siuptieure ethniquement pttr-
Idnt, s'tdllma & l'erithoulidsme rvolhtiionnaire des Piquets
du Stid, et procdlatm son Ind6pendance le 27 F6vrier 1844.
Ttindit que le Prisident lui-mtlme marchtit stir Stt-Dmin-
tie 6 1it t6te de son drmee, ss adVttsaires formerent un
comit6 r6volutionnaire & Port-du-Prince, et le destiturenrit.
Les clercs et les bourgeois, don't la tendance politique
consistait & porter au pouvoir un noir ignorant, dans le
but evident de gouverner en son nom, appuyerent la can-









didature diu General Philippe Guerrier. S' popularity dans
1'arm6e eut le pouvoir de calmer provisoirement la tension
des esprits. Ceux qui nourrissaieht le perfide dessein de
manruvrer be vieilldrd cacochyme, don't l'intemp6rance
caibolique renforcaii le gdtiime, futieht bien d&6us. Apr&s
avoir hdtdtlmefit suppitiri6 les gd-antie's constitutionnelles,
iboli la Constitution, il se proddaria Pf6sident & vie. Subs-
tituia uh Cbnsiel d'jtat de Vingt et tUn rrnemnbres aux
Chanmbres L6gilatives. La fouled ds m6cohtents s'assem-
blait d6jd poUr l'6meite fdtdle, qcte la Police au fr euX
d'argus abattit brutalement s main de fer sur Id t6te des
6liments les plus dahgereuix. Bient6t, cet octogznaire d6-
pass6, use pit ia malcdie, Lut une marionhette, un scedi
dans les mains inhdbiles de 6ter6els exploiteurs du bien
public et de la imadsie laborneuse. Ce President a vib, n'a-
vdit pas encore uin annee du pouvoir, qu'it moiirut ddns
uie quasi-inconscience, en Avril 1845. Le Cad-Hditiehi et
les C.ayes lui savehit gr de les .avbir dci6f6, chacuhe
d'elles, d'un Lydce. Le Coriseil d'Etat tamrpon dont I'uhique
attribution 6tait de contresigner des d6crets 6manaii di.i
Chef de I'Ex6cutif, 6lit un autre vieillard illettr6 & la Presi-
dence, le G4n6ral Louis Pierrot. Le nouveau Chef qui, dans
sa mentacdi primitive .t pr6loqiquei t.et .dit IAvy Bruhl,
voyait en chaque port-au-princien un criminal 6ventuel,
atteint presque du d6lire de la persecution, laissa subrep-
ticbilfiif ce ipott-aux-criimes ddns Id crainte d'ur sort
analogue & celui de Dessalines. Comme Pierrot transpor-
td ie siege du Gouvemement adi Cap-Haitien, et que cer-
taihs grands fonctionnaires ifrent obligs de voyager
cohsi cr-tnent, taht pour rdisohs de service ciue pour se
disculper .des denonciations malveillantes, il en r6sulta un
alacise general. Et ce fut dans ce climate d'incerltude et









de mi4f':iri.: reciproque, que le Pr6sident d4cida de.con-
cr6tiser cette autre id6e obsessionnelle, plus ou moins
plausible: le chatiment & infliger aux Dominicains, pour
avoir divis6 l'Ile. Aussi, quand l'ordre de partir en cam-
pagne fut donnee & 1'arm6e, celle-ci enhardie par la froi-
deur populaire, se mutina, et renversa le Pr6sident.
Le G64nral de Division Jean Baptiste Riche encore un
vieilard illettr6 prit le po.',-:it. Si au moins, le triomphe
de la g6rontocratie entrainait, pour le bonheur du Pays,
]e triomphe de la raison, le triomphe de la sagessel...
Cependant, nous devons souligner & l'actif du nouveau
Chef d'Etat, qu'il n'6tait pas un de ces esprits mediocres
qui, ne pouvant rien assimiler par eux-memes, refusent
syst6matiquement de faire appel"& la lumiire d'au'trui.
S'il n'eut pas la sagesse d'un Pericles, d'un Fabius, il eut
le bon sens d'un Cincinnatus (1), en choisissant des mi-
nistres cormpetents et fidil-i. qui mirent oute leur hci:,ilile
a f.::ure progresser le Pays. Durant son regne de court
duree, il eut. le merite de retablir les institutions d6mocra-
tiqlues. '



SOULOUQUE ET LE SECOND EMPIRE


A la mort de Riche, le 24 F.rier 1847, deux gener:Aux
cliUX homes politiques re6.'ommcandables. 6 divers, titres,
briguaient l'honneur de le remplac-1r. Mis n'ayant obtenu
la majority require, le Pr sident du S6nat, Beaubrun Ar-
douin, un home instrui.t. un histories national ob4issant

l) Rom ain. ., .









6 cette n6faste politique de doublure, don't il etait 1'un
des inspirateurs et des mainteneurs les plus favori'ss, fit
6lire le G6n6ral Soulouque, President d'Haiti. Plus inculte
que son pr6edcesseur, mais observateur pen6trant et chef
ombrageux, il s'appliqua a 6tudier .les hommes politiques
de son entourage, afin de mieux choisir ses collaborateurs
imm6diats. Les premiers actes de celui don't on pensait
pouvoir tirer la ficelle, et que l'on croyait pouvoir .:h-i:anger
come une chemises fut d'un dictateur clairvoyant qui
entendait re6liser son vaste programme de renovation na-
tionale, au mieux des int6rets et du prestige du Pays a
l'ext6rieur, dat-il pour y parvenir, encourir l'anathime du
monde civilis6.
On comprend done que Sculcuqu-, adit reprime avec
une telle violence, une telle cruaut6, tous les mouverrents
s-diieux don't le bit evident 6tait de perpituer' cet etat
d'alr ie'et d'instabilite gouvernementale, .si prelu.diciable
au progress et a la prosp6rit6 de la Nation. En D6cem-
bre 1848, la R6publique 6tait .tranquille, mais c'6tait Ie
silence du tombeau, rapport Justin Bouzon.
Dins ce meme ordre d'idees, Soulouque voulait coite
que cofte, r6tablir 1'unit6 de 1'Ile, de peur qu'une puis-
sance europeenne ou am6ricaine, sur les pressantes d6-
marches des Dominicains eux-mgmes, n'occupat Santo-
Domingo. Ce' faisatbi, II n'obbeissctn p6int-ta une simple
passion sanguinaire, ni & un simple d6sir de revanche,
mais a des raisons politiques nationals et internationales.
Hadii; eni effet, n'avait-elle pas ses finances ober6es par
suite de nombreuses guerres civiles, et des depenses one-
reuses pour maintenir une troupe bien equipee sur la
frontibie depuis la scission de l'Est en 1844? Ne devait-elle
pas 'cnmorlr ses dettes envers la France? De plus, ad-








mettre passivement qu'une grande puissance ait des fron-
tieres communes avec Haiti, 6 cette 6poque oi son inde-
pendance 6tait si contest6e, ne serait-ce pas une incon-
sequence coupable?
Soulouque savait d'intuition que dans se domaine
comme ailleurs: qui peut et n'emp&che, peche, .Loisel
et bien avant Georges Bidault: -les fronti6res sont la cica-
tnce des nations,. Imbu de ces principles, et dans le but
de consolider les institutions publiques et la stability du
Gouvernement, il se fit proclamer Empereur, entreprit deux
expeditions infructueuses contre les Dominicains, malgr6
l'opposition de la France, de la Grande Bretagne et des
Etats-Unis. Le people qui en avait assez de ce regime
despotique, et des multiples souffrances endures pendant
les st6riles et ruineuses campagnes de l'Est exprima ses
desiderata par l'interm6diaire du Comit6 r6volutionnaire
des Gonaives. Geffrard, le manitou du Gouvernement, le
Mentor de Soulouque devenu suspect par ses intrigues
subtiles, pour 6chapper a une mort certain, s'empressa
de se mettre d la tete des r6volt6s. L'Empereur voulut
r6agir, mats trahi par son arm6e, il dut retraiter et prendre
le chemin de l'exil le 15 Janvier 1859.



GEFFRARD ET LE CONCORDAT


L'Empire aboli, le G6n6ral Geffrard fut nomme Pr6si-
dent a vie, dans 1'enthousiasme collectif. Le lib6ralisme
bourgeois voyait en lui le symbol de la reconciliation
des noirs et des mulatres. L'imagination des masses etait
seduite par le courage aventureux et la bravoure don't il









avait fait preuve en 1.843, sur les. champs de bataille de
I'Est.
Le nouveau Chef d'Elat, en raison de son education et
de sea idles rformatricsa, fit appear &. des hommrp ins-
truits, pour le. seconder dm.s sa grande enireprise do r6-
novation national. Les barons, les dues, les chambellans
de l'Empire disloqu6, r6alisant la perte de leurs privil6ges,-
privil.ges auxquels ne laur donnaient droit ni leur nais-
sance, ni leur valeur intrinseque, jur4rent de se venger
de l'attitude hostile de. %l'ancien cousin at collogue*: Fabre
Geffrard, duc de Tabara, Chef d'Etat Major de l'Empereur
Fauslin le". Mais, fort de l'appui du people, idole da son
armnne, Geffrard sut contenir leur app6tit sanguinaire. Di-
plormate habile, politique avise, il savail, comrme Ma-
chievel: qu'il n'y a aucune valour a massacre ges con-
citoyens, & trahir ses amis, & &tre sans foi, sans piti6, sans
rejjgioen.
Per de. tels moyens on peut acqu6rir du pouvoir, mais
iron de la gloire. II savaitt aussi, que: tout chef qui veut
acquerir de la reputation., s'ilustrer, no doit pas uNiquea
ment compete r lur affection du peupla, mais entrepreadre
de grades choses, donner par sos actions de rares exem-
pleas.' mpre6qn. de, ces, theories dignes d'un leader cons-
cient de sa hqute mission, il s'ingqnia & les inti6rer dans
la pratique; Sachant que. l'Eglise est 1'unique For.c qui
sait fcect6e d'un coefficient r6el, parce que spiritual, pace
que Rationnel, Geffrard, en huumraiste, s'empressa .de
signer avec le Vatican, le. Concordat du 28 Mars 160Q.
Approuv6 par le S6nat haitien, le 1 ". Aoat de la. mnme
ann4e, 6et instrument diplornatiq'.ie permit I'orqanisation
canonique 4.u pays 1'introdu-clion des pr6tres s6culiers et
spiritins, des Freres de 1'Instruction Chr4tienne et des Re-









ligieuses de Si-T -:oseph de Cluny, tous de vrais ap6tres,
de vrais missionnaires au sens oi l'entendait J6sus-Christ
qui ne cessent d'insuffler dans l'me chiilfcnnee -t I'esprit
en sursis de nos g6n6rations successives, les principles de
vie sans lesquels: Tout se d6sagr6ge dans le n6ant de
l'6tre.
- Sachant que sans l'mtsi~l .:hnn. ,sans la culture,, la D6-
mocratie ne. r6pondra jamais .6 sa definition (1), 6 son
id6al, Geffrard cr6a des Lyc6es, des Ecoles sup6rieures,
favorisa les talents, encourage l'industrie, l'agriculture, le
commerce et.organisa laim6e 'sur des bases plus en har-
monie ,avec son veritable r61l ide.. ardionne de la paix,
protectrice des libert6s. Le president qui jusque 16, avait
enregistr6:.de noiabl-s suLccesI lani politiq.es que diploma-
tiques ne. voulant: pas an6mier davantage les finances
haitiennes et sacrifice dans les luttes aux issues le plus
souvent douteuses, la jeunesse du pays, sign avec les
voisins de 1'Est :en L859; urie,,treve de 5 ans. Soudain, un
6v6nement.international, inopin6, vint modifier les donn6es
de bien des problems jusque la irresolus.
La :guerre de S6cession qui .icla~a, .ux Etas .Unis
en 1861) mit.aux prises pendant quatre ans, les Conf6Ce-
r6s-du;.Sud, et les Federes du Nord enhardit la France et
I'Angleterre 6 intervenir au Mexique, et l'Espagne C& Santo
Domingo. Le; Gou':.ernemient Haimjen, i..islement .alaryni
protest 6nergiguement et solennellement en face de: I'Eu-
rope et de 1'Am6rique centre tolice c:cupalion par 1Es
pagne du territoire dominicain (2) .

(1) Government of the. people, by. the, people, for the people.-
A. Lincoln--President U.S.
(2) Moniteur du'6 Avril 1861-Protestdtion Fabre Oeffrard op. cit.
par Dr.:J. P. Mars ibid. t. 2.








Ne pouvant tenter l'aventure qui s'imposait en la cir-
constance, bien qu'il en affich&t 1'intention dans son Appel
cux armes du 18 Avril 1861 il dut se r6soudre 6 favoriser
et alimenter par tous les moyens le movement insurrec-
tionnel des patriots dominicains, contre l'annexion de
leur territoire. Vex6 de notre participation trop effective,
trop int6ress6e c cette 6chaufour6e, le Gouvernement Es-
pagnol, par l'interm6diaire de 1'Amiral Rubalcava, somma
le Gouvernement Haitin de lui payer 25.000 piastres fortes
en 48 heures, apres un salut de 21 coups de canon sans
reciprocity, au drapeau espagnol. Gr&ce a intervention
du Corps diplomatique, I'Amiral accept de rendre la re-
ciprocit6 du salut au drapeau et de r6duire l'indemnit6
& 20.000 piastres fortes.
LI people haitien toujours tres chatouilleux sur le cha-
pitre de la dignity national, ne pardonna point a Geffrard
de s'Ctre soumis passivement a cet ultimatum. L'opinion
publique censura s6v&rement cette diplomatic tremblo-
tante ax6e sur des compromise et des concessions gratui-
tes. L'opposition. qui fe plaignait des tendances dictato-
riales de Geffrard en prit occasion pour mettre en relief
1'attitude catigorique de Soulouque vis 6 vis du D6par-
tement- d'Etat Americain, dans l'6pineuse affaire de la
Navase et sa determination non moins cat6gorique contre
1'injonction de I'Amiral frangais Duquesne au Gouverne-
ment haitien d'avoir & payer illico, le solde de ses dettes
h la France.
En d6pit du fait que les Etats-Unis venaient de recon-
naitre 60 ans apres notre Ind6pendance, et de l'incidence
plus ou moins heureuse de cette reconnaissance de jure,,
dans nos relations amicales et commercials avec l'On-
cle Sam*, les adversaires de Geffrard ne d6sempar6rent








point. Les fautes 1purdes du regime avaient accul6 le
pays & deficits sur. deficits, 6 1'6mission incontr6lte d'un
papier monnaie, puis a un Emprunt au taux fantastique
de. 18 %, affirma un d6put6 de 1'6poque. Comme si ces
griefs n'6taient point suffisants pour surcharger le dosier
de son acte d'accusation, Geffrard eut la malencontreuse
id6e, en essayant de reprimer la r6volte 6clatee dans le
Nord, d'accepter le concours de deux navires anglais, le
Haitien, en 1866.
Ces accrocs 6 la dignity national joints a ces 6meutea
et ces tueries don't la permanence paralysait 1'6volution
~ationale, d6terminerent les propres tirailleurs de lc arde
pr6sidentielle a conspirer contre le Pr6sident. Decu et tra-
que, Geffrard dut prendre le chemin de 1'eq. le 13
Mars 1867.




TRICMYDIAT SALNAVE-SAGET-HEVALLMIR


Pour combler la vacance pr6sidentielle et temp riser
1'esprit des agiteteurs imp6nitents, un gouvenemenrt pro-
vivirw fut form avec la participation de S.get, Cheval-
lier, Salnave. Ce triumvirat, comme d'ailleurs, tous le.
triumvirats dans 1'Histoire Universelle, fut de court dur.e.
Salorve, 1'homme fort d'alors, s'imposa come horitier
de Qeffrprd a l'instar de Marc Antoine h la mort de Jules
C6sar. Pour concretiser son id6e, il se brouilla avec ses
colleagues, puis les 6carta.
Effectivement, le 14 Juin 1867, 1'Assembl6e Constituan-








tg' l' nammia Pr6sident d'Haiti, pour une p6riode de 4 ans.
A w, GTPFP AUt6qpr Firmin, son qendre, Salnave, come
4v rate la maiorit6 de ses pr6dacesseurs et successeurs,
u'e6aii nuLlemente prdpare & l'exercice du p guyoir. Ce
u'taiat qu'un soldat d'une gqnvoure lj6gndgqire,. tac Pr6si-
dence lui plut en ce oq''le. lut perrneltail d'etre g6neral
en Chef de l'Arm6e. Au poyeir, il affect Io m6pris ces
convenances les plus 6lementaires et accord l'entr6e au
Palais National -aux intrigants de bas 6tage*, voire aux
lemmes de mauvaise e (1). Aussi, s'qp]pliqua-t-il pendant
les deux ans et demi de son r qne, & gouvemer par la
contrainte, & resoudre tQus les conflicts par l'absurde. En
vue de mettre un terme & cette lutte trianculaire et sans
rierci, entire lq R6ptblique du Nord, la. Rpublique du Sud
et celle de I'Ouest dqnt i' etait le president (2) cqnstitution-
nel, cet esprit pugnace ratiboisa le Tr6sor public et ruina
davantage !e credit du pays a I'ext6rieur. Finalemert it
acheta la sympathie des pjqqets du Sud, puis fit volte face
centre les cacos du Nord, vraie avalanche de forces ayeu-
g .e et teutqniques, qui transformnrent en une veritable
industries lucrative. I'art savant de Ireverqi r les gouverne-
iernts 6tablis, et d'imposer 6 la ratification d'un parlement
versatile et veule, le chef triomphant de la dernier'-rv'reB
lution.
aEtretemps, he pouvant avoir prison de ses irrtduc.,-
bles adversaires et recevoir le concours qu'il sollicitait ar-
dement des Etats Unis (3) en compensation d'un bail em-

() Frdweic lMarcateln
(2) Saqel -Rait nunm= Pr4si.Tnl de Iq parli- or4.--Iqtnpq.ti Pf4-
qanl nt de 1 P3 pahIei Sud.
:.:3 ( ~3ln. a, a v ait dloPru l.;n4 p.:,,.voirs q ., : Gnral .Alexgqdatie
Tate, Ministre. Plenipotentiaire d'Haiti aux Etats-Uni de. niq.ia r qw









phyt4otique sur le Mole Saint Ni:.i la.-. -ibrr altar .iu Wes
Indies-, Sali dve dut prn mre' 'une series d:e miesures (2)
don't 1'lvidenfe "nmpopularitI indispoacr outre measure la
nation entire. Port-au-Prince ful mis feu -et sanc, et.
le presidentt traque dut de r6fugier-sur la frontire: dominti-
caine, 0oh son ennemi jure le G4n6ral Cabral le 'livra
ses judges naturels qui Je fiedtf cribler de ballet. :



SAGET E L'AFFAIRE ALLEMANDE

Un miodes Ie tailleur, Iissage Sager. succdca Saclnave
le .10 Mars 1870. Bien que .huit lonqu.es .innees de d4ten-
tion sous 1'Emipire de'Faust in 1"., caioent :rffecte, rappor-
te-t-on, 1'eqiulhbre mental du inouve.l ei elu l fu.l Iln des
rarissimes chefs d E~at hacm .ns a con-,ider- i la crnsllltuilon
nallcnalneinon ccmeI unL volonle crealric.- du scouverlin,
mais come une condmion de I Etai de drcit,.
Serait-c:? un effet de la logique de la cc'nlradicion *qui
,emble condiiti6nner le comportenreeni qu.csi generally de
['hcnlien? Peut-irel 'Touiours est-il que Sa.ger. ce parc-
noiaque co me dirai le psychiatre moderne, se compor-
ta en chef vraiment soucieux du principle de la separation.
des polu'.oirs au sens olh 'entendait Montesquieu. Aux
elernels courlisans et flagorneurs -opportunistes a 'ame

emprunt, d'acheter un navire de guerre, et de signer un traits d'alliance
avec le Gouvernement Ambricain, en garantie le Gouvernenient leur
-cederait le M81e St.-Nicolas. Le DNpartement d'Elal reiela cette, propo-
sition en raisonf de l'instabilit du Gouvemement de Salnave.
(2) Se fit proclamer Pr6sident & vie, r6tablit le nionopole du cc..i:n
et" 'du caf come Soulouque, puis autorisa une 4n is.,cn ,r .onlrr616e
de papier-Ifionnaie. -









buvard-- qui le pressaient d'empi6ter sur les attributions
du L6gislatif -un peu trop imp6tueux de 1'6poque- il, r-
pondail impertubablement: dans son pdturage. Aussi, son Gouvernement represen-
tait-il 1'6poque la plus brillante du Parlementarisme
haitien.
SGrace & l'intelligence vive et d6li6e des d6put6s Boyer
Bazelais et Edmond Paul, d'un cabinet compose d'hon-
notes citoyens comme J. B. Damier, Liautaud Eth6art, etc...
il. entreprit une r6forme mon6taire, de, laquelle Stephen
Preston, notre premier et l'un de nos plis grandjs chefs de
Mission e Washinglorn, a dit: de" l'Administration -de Saget. .Mais comme les paysans.
pr f6raient th6sauriser, les nouvelles pieces de monnaie
quj..avaient. remplac6 les chiffons de gourde de Salnave,
le: commerce s'en ressentit, et les passions politiques se
reveillerent. De plus, quelques proscrits politiques, fatigues
de manger le pain dur de l'exil, regagnerent en tapinois
le sol natal, puis jet6rent. la panique .au Cap-Haitien .et,
aUx Gonaives.
SSur ces entrefaites, deux m6teques, deux: co-mmn-erconis.
quai se disaient Allemands, 6 la veille d'une banqueroute,
ifruduleuse certain, se rappelant peut-6tre, l'affaire RU-,
balccr.'a. :machinkrent un imbroglio centre Haiti, avec la
perfide participation du Consulat Allemand & Port-au-
Prince.
Sous pr~iexte que leurs boutiques avaient 6t6 saccag6,es
per les troupes affam6es de Salnave et de Geffrard, is.
r6lamkrent 15.000 dollars de dommages int&rets-au Gou.
"'.emenent. Pour appuyer cette demande' deux frigates
du Kaiser mouilltrent le 11. Juin 1872, -en rdde de Port-.uL
Prince, et le capitairie Batsch nous somma de payer. im-


.77.-









mediatement la valeur, puis fit main basse sur deux na-
vires de guerre haitiens ancr6s dans le port.
Sans soutien, et sans defense, impuissant i se mesurer
seul au boche, le gouvernement dt payer, mais avec
1'espoir un peu triste de payer encore et payer toujours.
En d6pit de nos adversit6s, nous dames, une fois de
plus, mener une rude bataille diplomatique aux fins d'em-
p&cher l'annexion de la parties Est de l'ile, annexion con-
sentie et sign6e entire le G6neral Grant president des Etats
Unis, et le G6enral Baez president de la Dominicanie.
Grace 6 l'habilit6 de notre Ministre Pl6nipotentiaire &
Washington, M. Preston qui pr6senta cette malheureuse
et louche affaire avec un souffle vraiment patriotique, un
tribune au coeur noble, un humaniste imprqgn6 d'un chris-
tianisme de bbn aloi, le Sncrteur du Massachussets, Char-
les Sumner, endossa la lourde responsdbilit6 de plaider
d'dffice, maigr6 les vrais interesses, cette cause presqtte
perdue. C'6tait aussi notre cause, car, on pressentait jtiu-
ques ou s'arr6trait l'imp6rialisme naissant de l'Oncle Sam.
Mais, Dieu aidant, 1'eloquence du grand tribune fut Si
persuasive, sa logique si communicative, sa pens6e si
6levante, que le S6nat Am6ricain rejeta ce prolet d'an-
nexion. Ce bienfait ne fut pas perdu. Haiti offrit une m6-
daille d'or (1) au S6nateur g6nereux, Charles Sumner. En



(1) Comme l'article 1". de la Cohstitution des Etats-Unis itipule
en sa section 9 que: no title of nobility shall be granted by U.S. A.
and no Person holding any office of profitor trust under them, shall,
without the consent of the Congress, accept of any present, emolumenit
office, or title of any kind whatever, from any king, prince, or foreign
State.... cette m6daille fut d6posse & la Bibliotheque du .State House.
de Boseon.









vue de perpeluer son souvetitr dans le coeur des q6n6-
rdtiofit sucessives, son portrait en pied pare encore une
des sales de stance de notre Assemblee Legislative, et
une de nos premieres avenues a Port-au-Prince, popularise
son norn.
Nissage Saget, d'un temperament conciliant par excel-
lence, aurait achev6 son mandate pr6sidentiel en beauty
si, pour fair fa.c aux malaises chroniques d'une admi-
nistration toujours d6ficitaire, ii ne dut recourir & des me-
sures d'exception qui provoqu6rent naturellement des
abus. La susceptibility des 6temels aigris camoufl6s en
patriots, s'6moussa. Saget, nouveau Cincinnatus, prit le
sage parti de se retire du pouvoir, avant 1'6ch6ance de
ses qu'atre ans, avec tous les honneurs dus & son rang.




DOMINGUE -BT L'IMPRUNT 4875


Le General Michel Domingue, un vieillard atrabilaire,
d'un esprit mediocre et violent, lut elu Pr6sident le II
Juin. 1874 pour huit ans. A la v6rit6, ii r6gna, mais gouver-
no par l'intern-jdiaire de son neveu Septimus Rameau
qti fut nomnLme Vice-Pr6sident. Ce dermer, quoique tres
cultivi, ne seribla rien comprendre a cet esprit nouveau
qui animait un grand secttie du people instruit, et tra-.
vta~il1 $d~pis 1843, pdr une visido-cldire et lib4rale du
Pouvoir. Alors 'qu tout nos gouvertmments s'erilitaient
et le Pays avec eux, dans un militarism firch i, ~&6
sui 'un pouvoir fortemrnt individutlise, I S Lib6rcau, pour
les cdppler ptir leur etiquette, pr6lendalent: *Dissocter le









.o,.A.'oir desvc.lonik- in di-. iduelles de ses agents pour en
faire une puissance du droit, et de ces derniers, les ser-
viteurs du droit,.
On comprend ais6ment que cette phllosophi. rvolu-
tionnaire du pouvoir ait choqu6 le vieil esprit traditiona-
liste des gouvernants d'alors, qui ne pouvaient point con-
cevoir, pour le pre-~siel meme du Chef supreme de l'Elar,
que le pouvoir puisse- arr&ter le pouvoir. Conform6ment a
leur il.ine:cl a leur conception 6triqu6e des moindres
chases, '--ils avaient bien raison,- car, cela 1-i-ir laissait
au moins le droit iii:pre.--riptib]e de violer la constitution
national, exploiter la masse, vider le tr6sor de I'Etat, et
recourir aux emprunts les plus inconsid6r6s, noni dans
1'intir6t national, mais pour 6tancher leur soif insatiable
d'argent. Domingue pouvait-il 6chapper d l'in6vitable, lui
qui, le 22 Septembre 1868, se proclama Pr6sident du Gou-
vemement du Sud -comme Rigaud en 1810-, et sollicita,
mais en -.-am, i proteclc.iat des Etals-Unis d Amerique,
sous pr6texte d'arriler les depr6dations de Salnr.:e?
Certes nonl Aussi, sous l'instigation de Rameau, la
Chambre vota un emprunt de 12 irilllc.ns -19 F6vrier
1875-, qui fut contract a Paris. Cette deplorable et lou-
clhe affaire, brass6e par l'interm6diaire de courtiers fran-
ais Ires peu scrupuleux, souleva 1'indignation gq6nrale.
Le pays devint debiteur d'une valeur qu'il n'a jamais
percue en totalit6. L'oppc.-ition, toujours sur le qui vive,
cra a: ;Haltl-1l1 Domrniaue et son sosie Rameau r6ppndirent
par des measures de violence don't ils sortirent les pre-
mieres Victimes.
.....LHistoire a not cependant que durant les deux ans
de .eRgne du President *Domingue, il eut .la veine. d'etre









le porte-plume qui sign le Trait6 de Paix et d'Amiti6
entire Dominicains et Haitiens, le 20 Janvier 1875.




'BOISROND CANAL ET L'AFFAIRE PELLETIER-LAZARE


SD6jt, 'les membres du parti liberal ayant pour leader
Bo0yer Bazelais, tribune intransigent, jubilaient & ,la nomi-
nation d'un desleurs 6 la pr6sidence, le G6n6ral Boisrond
Canal; Quoique victim comme eux de l'exil.et du des-
potism- de :Domingue, ce dernier, mod6r6 par : temp6ra-
inment, ne 'partageait point tdutes les id6es de: ce :,Oi;rti,
plus conventionnel que liberal, don't la .tendance : d6ma-
gogique au Parlement, ne visit rien moins qu'd.la.srue-
-tUre sociale d'un group, d'une minority. Conformimerit
6A leur standard de vie bourgeoise, ils n'entendaient point
Tenoncer & un certain complex affect d'un coefficient ri-
goureusement personnel; Une scission se produtsit dans
le parti. La lutte fatale, jusque 16 circonscrite au Parle-
ment, en d6borda le cadre. Le people s'en mnla. Une
vague d'anarchie secoua la capital. Le Pays Is'en :res-
sentit. Mais, le Pr6sident impavide, b6gayait sa.formule
lapidaire: pliste du Laisser Faire, et du Laisser Passer du Lib6ra-
.lisme 6conomique frangais?
Se moquait-il de ce faux Lib6ralisme, qui d'apres lui,
fdisait trop abstraction du Primum Vivere et des intirets
vitdtUx dui Pays? Que sais-je? Toujours est-il que s6n in-
souciance simul6e ou non, m6rite des circonstances att6-
nuantes, si l'on veut tenir compete des multiples difficultrs

81









surtout d'ordre international, auxquelles il devqit fire
face.
N'avait-il pas 6 lutter d'arrache-pied centre la France
qui, aux fins d'obtenir le reglement de ce fameux emprunt
Domingue, refusa de reconnaitre officiellement son Gou-
vernemenrl. bien que Yon n'ignortt pasau Quai d'Orsay,
le honteux traffic auquel cet emprunt avait dornnr lieu.
Tandis que le Gouvernement de Canal s'efforgait d'apla-
nir ses difficulties avec la France, il se vit subitement ex-
pos a de graves comphlcations dvec IlEspaghe. Le 3 D6-
-cembre li877 le vapeur:de guerre sS6nchez Barcaiztegui,
arrivait en rade de Port-au-Prince, son commandcit, An-
tonio Ferry y Rival, 6tait charge, dit-on, de fire une en-
qugte concernant une pr6tendue condamnalion ill6gale
prononc-e contre un .ndmrmn Jds Santisi, Ce navire quitta
le port sans autre incident. Mais le 14 Decernbre le Jorge
'Yvan, vint preridre mrouillage. Son commarideur, Jose6 Ma-
ria Autrdn, provoqua un diff6rend qui aurait pu avoir de
funestes consequences. Le 17 D6cembre, il signifia au Mi-
nistre des Relations' Ext6rieures d'Hami un ultimatum
accordant soixatte douze heures pour le redressement des
griefs dcllgu6s par l'Espagne. La condemnation de Jos0
Santisi (1) servait de pr texte cette arrogante altitude:
riais la cause r6elle de 1'inconcevable action de 1'Espa-
grie' tair 1'asile que les nialh.i.rei.ix -rfugies icubains
trouvraient sur'le territdire hallien i2).

(1) Jos6 Saritisi avait 6t6, apres jugement 'par un jury, coidamn,
i moojt 'pur aitoir incendi6 son 6tablissement' rLa Glacir d..ns I n-
tention- de commetire une eacroquerie 'au prejudice de la C:m rnp:qri
fIarn.r;ais d'clasurgne ~L.e Glot.- .
(2). Dons so ler- au :Consul Britannique & Port-au-Prince, en date
du I DO'.-n,tr- 1877, le Commandant Autran s'exprime come suit:










Haiti rejeta les pr6tentions de 1'Espagne et le Corps
Diplomatique interposa ses bons offices et le diff6rend fut
r6g16 le 19 D6cembre. Le Capitaine Autran, en parlant de
1'attitude qu'il attribuait & Haiti envers les insurg6s cu-
bains, avaient insinu6, dans sa lettre du 17 D-cembre 1877
au Corps Diplomatique, que ces m&mes insurg6s rencon-
traient aussi de vives sympathies a la Jamaique et a Nas-
sau. Pourtant 1'Espagne n'osa ni envoyer d'ultimatum &
la Grande Bretagne, ni lui faire de representation. Mais
elle se vengeait-sur Haiti souligne J. N. L6ger dans .Haiti,
son Histoire, et ses d6tracteurs,. Comme s'il y avait eu
une entente parmi les principles Puissances de 1'Europe
pour harceler le Gouvernement de Boisrond-Canal, 1'An-
gleterre produisit & son tour une reclamation avec menace
de payer 682.000 dollars t la veuve Maunder chaitienne
de naissance (1).
Deux r6clamations de la part des Etats-Unis en faveur
d'un lascar et d'un forban notoires, Lazare et Pelletier,


,La conduit du Gouvernement Hitien es.t inconceivable, et j'ai la cer-
titude que les choses ne seraient pas arrives & l'extremit6 o elles
sont maintenant, si l'insiirrection cubaine n'existait pas. Les separa-
tistes de la grande Antille, qui ne trouverit pas dans leui poitrine assez
de courage, pour affronter la charge des baionnettes espagnoles se
Ssont. r4pandus dans les pays les plus rapproches, avec 1'intention de
ne rien negliger pour provoquer des difficulties internationales et pour
aider ceux qui sont en armes... Foreign Relations U.S.A. 1876.
(1) Mme.. Maunder, haitienne de naissanice, concessionnaire de
I'.xp.iilac.on ,de 1'Ile delay Tortue, 6tait dibtlr,.-e de !'Etat des rede-
vances de 1870-75. F,:ur.se fire payer,, le Tr i.r h1iiier prol;qu.:i une
saisie .sur les bois et autres objets appartenant t ]'exp1ci' i..r. d, 1'Ile
et demand aux tribunaux l'annulation' de la concession. Le Gouverne-
ment affecia de voir dans cette measure une grave atteinte aux int6rcts
de sa clierte.









vinrent prouver una fois de plus que les grades puisscn-
ces prendient un malit plaisir d embarrasser le Gouver-
nement de Canal, 6 r6duire 6 quia, la petite republique
noire. Un rapide expos de celte longue histoire, par trop
embroiill6e, en fera foi:

'1l. Pelletier capitaine de la barque le :Wil,
liam, entra- dans le Port de Fort Libert6, .peu
pres vers le 31 Mars 1861. Sur la-.denonciatiori
d'un membre de l'equipage. le capitcaine et son
personnel futent arr&~fs, jug6s comrme-:accus6s
de pirdterie et de tent ttive de traite des noirs.
Pellelier fut condamne d&r'ee fusille,- le second du
bord- et i.ts autres: membres furent .enpriseonn6es
I Le Tribunl, de Cassation mit a neant .le jugement
centre Pelletier, et renvoya l'affaire ,a la- Cour du
CapLHaitie0 oi l'accus6 principal fut tonddrmne
S"&: cinq cans d'emprisonnement. -:Mais, le :navire
avec ses agres fut vendu, et les produits divis6s
entire le Gouvernement Haitien et les personnel
qui, pr6tendant avoir e6t les victims de es
actes,, avaient proc6d6 centre le vaisseau devant
un tribunal haitien.
20. Lazare de son c6t6,, fit un contract axvei le
Gouvernement haltien, le 23 Septembre 1874, a
l'effet d'etabhr une Banque Nationale ,~ Port-au-
SPrince, avee des succursales. Le Capital 6tant fix6
d'abord &$ 3.000.000 et ulterieurement r6duit &
$ 1.500.000. Le Gouvernement devait .eon foutnir 'n
ties et Lazare deux tiers. La Banque devail etre
ouverte dans un an d partir de la date du contract.
Mais Lazare n'6tant pas pr&t & fire le versement








d'un million de dollars le l1' Septembre 1875, le
Gouvemement consentit & lui accorder un dblai
de 45 jours, en lui notifiant son intention de r6-
silier le contract, si & cette date il ne se conformait
pas aux conditions qu'il avait librement accept6es.

Le Gouvernement Haitien fit son depot de $ 500.000
SIla Banque le 15 Octobre, et, vainement, il attendit
I'apport de Lazare. La concession fut donc d6clar6e ca-
duque. Lazare' sachant pertinemment bien qu'il ne pouvait
tenir s& prdmesse, accept le faith accompli. Cepe~dant,
11 regut $ 10.000 pour ses frais de publicity et de voyage,
et fut nomme Consul GCn~ral d'Haiti ~ New-York. Mais
Domingue d6chu du Pouvoir, Lazare eut le toupet de re-
clamer par 1'interm6diaire de la L6gation des Etats-Unis
d Port-au-Prince, une indemnity de $ 500.000 caliguant que
sa concession avait 6tc arbitrairement annul6e.
Au sujet uii Cgs PeIletier, tout le.Corps Diplomatique
accr6dile en Haiti approuva la conduit du Gouvernmmeni
Haifien. M. G. ,wtis Hubbard, agent commercial des
Etats-Unis au Cap-Haitien, dcns un rapport adress6 &
M. Seward, alors Secr6taire d'Etat des Etats-Unis, fit sayoir
que Pelletier avait 4t4 effectivement arret6 sous charge de
tentatives faites dans les eaux haitiennes, en vue de r6-
duire en esclavage des ciloyens d'Haiti. M., Lewis, autre
agent commercial amnnricain 6 Port-cau-Prince,,~demanda
personnellement, que le Capitaine Pelletier ne fut pas mis
en liberty Le Secrblaire d'Etat Seward, apres une longue
correspondence, refusal finalement le 30 Nqvembre 1863
de se m6ler des poursul;es intent6es par Haiti dans cette
affaire, et, dans .les insiruciions qu'il donna 4 M. Whid-









den (1)' consid-re .que la conduite de Pelletier.en Haiti et
sur les! c6tes ,sermble avoir fourmi aCux autoritts de cette
R-publique. des raisons: ,uffisantes .de le soupconner et,
les faits ,quil d4terminkrent son arrestatcin, son process et
so condemnation conforn6ment *d. la loi, paraissent 8tre
de ceux pour lesquels il n'est pas juge expedient d'inter-
venir.-
En d.pil de tout-ce qui precede, n'est-il pas ahurissant
que 1- ;,an ap s, en Fevrler 1879, M. Langston, Ministre
des Elats-Unis & Port-au-Prince. osa presenter en faveur de
ce mme Pelletier et sans simuler la moindre gene, la
,bagatelle de S 2.466,480,-,. .
Boisrond Canal mite, pWus, qe, des circonstances gtte-
nuantes. & s'en tenir a ses r6alisalions dans le domain
des Tra'.'aux Publics malgr les luttes qu il soutint conire
i'industrie des reclamaljons diplonaclques et celle des quer-
res civiles Peul-eire, tiendra-i-on moins de rigueur a son
attitude :nsouciante de "Laissez grgainin', si i'ajoute qu'un
system parlemenlaire mal compris don't le liberalisme du
President favorkis& davantage 'les ac bs; --l'abdciit au point
de donner sa'demission le 17 luillet 1879, aprescavoir en-
raye uri nLouveinent insurreclionne'l condu it par By'er



i F SEPTENNAT DE SALOMON
S u" SUITE DE L'AFFAIRE PELLETIER-LAZARE

Apres le depart de Cd aal, uin des homes les plus iris-
:r.ii l de: sa C6nhration, Lyelus Solomon, fut 6lu pour sept

() Prenlie Ccnnmis ,re *-nn r.ir a, r l : -en iHaiti. ,








ans 6 la Premiere Magistrature. Pendant de longues
cnnees, soit comme exile politique, soit comme Repr6sen-
tant.du Pays & I'6tranger, il consacra. ses loisirs 6 l'.tude
des sciences politico-financi6res. Son intelligence, remar-
quable, sa culture raffin6e, sa probity, sa connaissance du
milieu, tout faisant de lui :ce. que l'Am6ricain appelle fthe
rigth man in the right place,. A peine 6tait-il attel6 rude-
ment 6 la besogne, en vue de lancer le pays dans. la voie
du progr6s et d'essayer de mettre un peu d'ordre dans
I Administration, qu'une 6pid6mie. de petite v6role due en
grande parties 6 une hygiene inexistante,,ravagea le.pays.
Salomon 6tait dans le Sud, procurant le reconfort moral de
sa. presence 6 cette: laborieuse population cruellement
affect6e par.le fl6au, quand les lib6raux prirent les.armes
6 St-Marc. Le Pr6sident qui n'6tait pas de nature a se lais-
ser mener et malmener par l'esprit frondeur de: certains
parlamentaires, viola l'article 24 de la Constitution de 1879
qui bannissait la peine de mort en mati6re politique. Le
peloton d'exkcution fonctionna comme par enchantement.
L'insurrection se g6n6ralisa :quand le 27 Mars 1888; Baze-
lais,.qui:conspirait 6 la Jamaique, sans 6tre inquiet6 par
le Gouvernement anglais, d6barqua & Miragoane .du
steamer Amriicairi le Tropi*; (1).
.Bient6t, national sales et iibrraux lutt6rent avec f~6nnsie
come des: habitants de villes voisines;. jaloux de e-urs
front res respeclives.
.Les 22 et 23 Septembre demeurent dans les'Annales'de
notre tragique Histoire, une St. Barth6lerny.
SDans I'affolement gri6ral, une populace aveugle te-

(1) .Le Capitaine du steamer fut condamn6 a Philadelphie' pour
avaoir viol6 la loi de la neutralit ..








l6guid4ee par de faux nationalists, pillrent les magasins
et incendierent les quarters habits par les lib6raux, N'eut
6t6, la presence de trois bateaux de guerre" anglais, fran-
gais, espagnol, qui se trouvaient en rode de Porl-au-Prince,
lesquels firent le simulacre de bombardier la ville isi Ie
Gouveinement ne parvenait pas r6tablir l'ordre--deux
heures apres Ia premise d'un ultimatum sign collective-
ment par les representants des grande puissances--, de
plus grands: malheurs eussent pu arriver. Des .mcihante,
lanquesr ont cffirme que le Gouvernement 6tait secretexment
complice de ce d4chainement de toutes les passions': :ue
s'Al ne 1'ordonna pas; il-ne fit rieri pcur 1'emp&cher. et qu il
16~pouvaith -preuveTda cessation du pillage et ded'Ancern
die quelques heures :apres: l'interv'enlion du Corps :onsu-
laire 6irringer. :. '
Enireterrps, comprenant, mnais iFtrop ctard, que la se.e-
ritM premiere n elail peut-etre pas 6elangere a ce cataclys-
me unprevu, Salornon, pour e6iter toute nouvelHf etffusteop
du -scag, ordonnc a ses troupes d'encercler Miragcdnue le
siege deil'inaumrr.tion; de ieduire les insurges par la fa-
mine.- Et .la ville se rendit, faute de combatants. Boyew
Bazeleas, desabuse par 1'6croulenient de ses esperances
politiques. mourut de dysenterie le 27 Octobre 1883.
SAid6 de..l'un de ;ses ministres les plus competenis,
F. Manigat. le President Salomon reorganisa sur une base
rationnelle, plus en harmonies avec son but iddal, Xins-
IrucIton publique, grd:e au conoours d:Unversitaires fion-
gais. Bien imbu du rile dd l'Arm6e dans une comrnuniaute
qui se pique d'atrecGivilis6e, II fit venir une mission, mili-
taire franchise, en vue d'organiser une armbe national,
enlrepril une r6forme -ionteaire, et. par d'habiles measures
financieres, enraya la hausse du. chang.-. La gc urde hai-








tienne parvint & 6tre au pair avec le dollar am=ricain. It
aplanit le conflict qui avait urgi entire I'auterit6 civil et.
le Clerg catholique, conflict qui faillit entreiner la d6non-
ciation du Concordat sign en 1860 avec le Vatican.
Cependant, I'6tranger qui voulait & tout prix notre perte et
qui prenait ombrage du moindre 6lan vital* de la Nation,
s'acharna une fois de plus avec see griffes d'aigle, sur sa
debile et molle proie. Les r6clamations de Pelletier et de
Lazare resurgirent. L'Oncle Sam conduisit cette contre-
danse. Pour y mettre fin, Salomon recourut a l'arbitrage.
de M. William Strong, ancien Juge & la Cour Supr&me des
EtatsrUnis, en vertu d'un protocole signp le 28 M1ai 1884
par MlI S. Preston, Ministre d'Haiti aux Etats-Unis et M. Fre-
linqhuysen. Secr6taire d'Etat des Etats-Unis. La, sentence
arbitrale du 13 Juin 1885 condamna naturellement Haiti t
payer au lascar Lazare $ 117.500 avec des int6erts de 6 %,
et auforban Pelletier $ 57.250..
Emue d'une condamnatior consid6r6e a bon droit coni-
me injuste, ,a Re'ublique d'Haiti qui, quoi qu'eri dissent
ses -dtracteurs, a toujours respect ses obligations inter-
nationales ou aufres; ne peut s'empecher de protester
centre les decisions de l'arbitre et d'en appeler cette fois
au Secretalre d'Etat des Etats-Unis. A cette occasion, il faut
1'avouer, 'le D1drtament d'Efat montra que 6a Justice Am6-
ricaine salt pianer au~dessus des contingencies et des pr6&
juges stupides pour prononcer le niot du droit. quand Il
pertinence des fits FIexige. En t6moigne, le m6ieoire 8
M. Bayard relatif a ces deux affaires. A propose de Lazare,
11 conctuts 1 l est essential que les rapports entire nations
soient Mtartqus par le plus grand sentiment de l'honneur,
aussibien que par 1'honn6tet6, et du moment que 'le Gou-
vernement des Etats-Unis s'apertoit qu'une r6clamation








q u'il ci fa i t centre; un-Gouvernement stranger ne peut. ,tre
honoracbl]enent et honn&tement soutenue, ds- ce moment,
quel que soit l'6tat de la procedure, celre reclamation doit
etrereejete'e.
Voici, in extenso sa conclusion, en- ce-ci.ui concern
Pelletier.
-En raison de'la position prise par Haiti, lelle qu'elle
appert dans le do ier de l'affaire, l incornbe rraintenant
au Gouvernement des Etats-Unis dce ciderdr s'il exig-ra
qu'Hciaii paye le n-iontcma de cetfe" sentence:
Laeisint de .c8t 'l6tat de p6nirie de ses finances, :lqu
em pe.chrait ppur le m'nrioen[i un paye mrnent volontaire ii
n'est pas & penser qu'une inatior regard:iant cette affaire
come Haiti la recarde, puisse jamais cofisentii a fire
un tel pavement, a moiris d'y ,tre contrainte par 'iacrion
d'ure force supereure 'T la sienre. Haiti est une republ,-
que dans laquelle non seulement les auits Ionctionnaires
d., Gouyernement, mais aussi la nmaieure parlie du peu-
ple, sont des descendants de noirs. Pellerier 6lait gen.ra-c
element connu pour avoir fait Ia traite des noirs, el ]'indem-,
nlue qui lui est allou6e dans la, presence, affaire. r6ulte
de 1'emprisonnement guqpel Haiti l'avait condamn6e pour
avoir tent6 d'emmener des ciioyens hailiens et de le, yenl
dre.cc.n-me esclaves. Payer a Pellelier celie indemnil ne
serail pas seulemeni reconnaitre que lai uridiction d'Haili
ne s'.tendait pas a lai, tentative fgite dans ses eus terri-
toriales pourenlever et r6duire :ses ciloyens en esclavage,
mais aussi. que 'auteur:.d'une pareille tentative serait a
m4me de rec-voir une indernnili considerable, part suite
de. la peine nullement exageree qui lui acnrwil i6 inflgi6e
pour son. crime..









Changeons pour un instant de point de vue..Supposons
qu'un n6grier stranger vienne dans un de nos .ports et
tente d'enlever de force un nombre de citoyens des Etats-
Unis de la race noire, pour les r6duire en esclavage;
supposons que ce brigand ait 6t6 condamn6 par. nos
course; si son Gouvernement nous demandait de payer
une some considerable, par suite de la peine qui lui a
6t6 inflig6e, la r6ponse de tous les citoyens des Etats-
Unis; 6 quelque race qu'ils appartinssent, cohsisterait en
lin refuse prompt et rBsolu, quelques graves cue fussent les
consequences qui podrraient le Sui'.'r-. Ce que feraient les
Etats-Unis dans ces circonstances, Haiti a le droit de le
faire. Pour Haiti, la question n'est pas seulement de sa-
voir s'il pourra maintenir sa souVerainet6 sur son propre
territoire, .mais aussi s'il pourra 6tablir son habilit6 6 pro-
t6ger desormais contre l'esclavage, la race don't son terri-
toire est presque entierement peupl6.
Nous ne pouvons done pas nous attendre a ce qcie
Haitl accord volontairement le paiemren de cefte indem-
nit6. C'est au CongrBs qu'il appartient de decider, ern ertu,
de sa pr rpgative constilutionnelle, si la force doit 6ire
employee sous forme de represailles, pour [aire ex6c.ler
cette sentence, Cependant, je n'h6site pas dire que,
selon, moi,, la. reclamation. de Pelletier est telle, quece
Gouvernement ne doit intervenir -en sc faveur ni, par la
persuasion, ni par la force; et j'en ;viens, -en terminant, a
cette conclusion: en premier lieu, parce que Haiti avait
jurisdiction pour lui infliger cette peine mgme, don't il se
plaint & tort, car elle n'6tait pas severe en conmparaison de
la grcO'.itci de I'offense;, et en second lieu, pace' que' sa
cause est, suivant la nature, rnrme des fits, fellement








marquee de honte et d'infamie, qu'elle exclut toute action
judiciaire ou diplomatique qui pourrail se. fonder sLr elle.
Sign6: T. F. Ba:lard.

D.partement d'Etat, Washington, le 20 Janvier 1.3".

Alors que 'OQncle Sarn, cette lois. donnait unepreuve
nmanifeste de sa conception de l'Ethique internalionale, Icr
,perfide Albi9pn sornna le Gouverneent, sous la. mena-
ce du canon, de payer une indemnile de 32.000 li'res aux
Maunder. Une, fois de plus, Ia force brima le droit. Haiii
paya.
En dcpit .de tout, Salomon ne. perdaii pas tout a fair
courage. 11 redoukbl d'ardeur et. donna une vive impul-
sion & toutes ie' branches de Y'.Admi istra ion. L'induslrie,
agricultureue furent parliculieremenl florissantes. Partout, ce
touche a tout mit ses empreintes. Lcr dette de I'Indepen-
dance fut liquidce, et 1'Emprunt Domingue reconnu conminm
Dette Nationale. En presence de la bonne foi evidence
d'Haiti &h oujours exzcuter ses obligations et de son souci
constant de maintenir sa dignite de Republique libre et
indeperjdante, les capitalistes frariais n'avdi~eni pas
craint d'y 6tablir une Banque.
Cette institution quoi ue affichant une etiquette natio-
iale, fut purement frangalse. avec-uri personnel en 'ma-
jeure parties allemand. Comptable de tous les deniers pi-
Blicg (l) ce rouage financier ju-xtef(oce dcms note riic-


(1) ArIicle 1.. La Bcuiquv i r, ta t qu p-rSiwitr crlle i.ura ce
doits de citoyen d'Haiti. Elle prurra. en .:ons.qcuernce contractor, ac-
querir et pose'der des. irimeubles dans 'eir.LrduI du territoire d'Haiti,
prendre inscription hypothkcaire, exercer routes poursuites judiciaires,








nisme constitutionnel, aurait marqu6 une tape decisive
dans notre lente evolution, malgr6 ses vices de construc-
tion, si les multiples abus qu'il pr6tendait supprimer ne
s'6taient pas mu6s peu de temps apres en un scandaleux
abus de confiance. Les auteurs: des am6ricains, des alle-
mands, des anglais, nos propres exploiteurs, nos propres
d6tracteurs.
Nous sommes en 1886, le mandate pr6sidentiel doit ex-
pirer le 15 Mai 1887. Quoique us6 par l'&ge et les soucis
du pouvoir, Salomon commit l'erreur de se faire octroyer
un nouveau septennat bien qu'il eut & d6clarer & l'inten-
tion de ses ennemis: -Si le pouvoir a des charmes pour
eux, il n'en a plus pour moi,.
L'in6vitable ne se fit pas attendre. Peu de temps apres,
une 6muete 6clata. Salomon, pour emp&oher-une 3tou-
velle effusion de sang, dut renoncer a son nouveau man-
dcit..



LEGITIME ET HYPPOLITE


Au depart de Salomon, deux candidates se disputerent
le fauteuil pr6sidentiel: le G6n6ral F. L6gitime et le Git6-
ral Seide T616maque.
La champagne fut men6e avec tant d'&pret6, qu'une ba-
garre sanglante 6clata le 28 Septembre 1888 entire les
partisans de ces deux candidates.


dbfendre et g6nbralement jouir de tous les droits accords par la loi
aux acitoyens de la R6publiquebe.-'Que de privileges a une institution
priv6e?...s.









ST6lemaque ayant trouv6 la mort au course de cet inci-
dent malheureux, L6gitime en fut personnellement respon-
sable. Les esprits, d6j& en effervescence, s'6chaufferent
au rouge. Les D6partements du Nort, du Nord-Ouest et de
1'Artibonite, gagn6s & la cause du d6funt, exidgrent l'effa-
cement du candidate jug6 indigne, tandis que ceux de
l'Ouest et du Sud soutinrent leur favori. Finalement, l'As-
sembl6e Constituante se r6unit & Port-au-Prince, sans la
participation des Deput6s du Nord, et proclama L6gitime
President d'Haiti. En signe de protestation centre ce (Coup
d'Etat, une scission se produisit dans le Nord. Un Comit6
revolutionnaire s'erigea en *R6publique septentrionale.
avec le G6n6ral F. Hyppolite, President; N. Auguste,
A. Firmin, N. Pierre-Louis, etc..., Membres.
Bien que le President L6gitime fiut un honn&te homme,
cultiv6, mod6r6, administrateur habile (1) il ne put poser
aucun acte utile au course de ses dix huits mois de luttes
fratricides, et de plaidoyer par devant le D6partement
d'Etat Am6ricain pour se faire reconnaitre. Les Puissances
Europ6ennes avaient bien reconnu son Gouvernement,
mais le Pr6sident Cleveland refusa syst6matiquement,
parce que d'apres un rapport de Monsieur Alvey A. Adee,
deuxi6me Assistant-Secr6taire d'Etat du Gouvernement
Americain: dles fr6quentes revolutions dans cette R6pu-
blique, commengaient i devenir intol6rables. Haiti is a
public nuisance at our doors,.
De plus, le D6partement d'Etat semblait prendre om-
brage du nez trop amical que le Comte de Sesmaisons,
Ministre de France en Haiti, mettait dans la politique lo-


(1): Ministre de -1'Agricultuie, sous le regne de Salomon, il organisa
avec succbs la premiere exposition d'Agriculture et d'Industrie.









cale. Son apprehension 6tait justifi6e. Le Dr. Nemours
Auguste, d6elgu6 special d'Hyppolite aupres des autori-
tes de Washington, n'avait-il pas positivement accuse
L6gitime d'avoir 6t6 de m6che avec M. Sesmaisons en
vue de la cession du M61e St.-Nicolas, et d'un protectorat
6ventuel du Gouvernement Frangais sur Haiti? Aussi,
pour contrecarrer les desseins de l'adversaire, Nemours
eavait soumis un memorandum au Secr6taire d'Etat Ba-
yard dans lequel il expos les desideratas dH'.-ppolit:


1.--que les elections se fassent ligalement, con-
form6ment a la volont6 populaire.

2.--que le M61e St.-Nicolas faisant parties de la
R6publique Septentrionale ne pourra pas "tre
vendu; cependcint son gou.'ernement est d6-
cid6 &, conclure un' trait d'amiti6 avec les
Etats-Unis, et 6 leur accorder des avantages
et privileges commerciaux... .


La tournure que prirent les 6v6nements peu de temps
apr6s la Mision du Dr. Auguste, nous porte & croire que
ce dernier avait atteint son but, car les Etats-Unis ne tar-
derent pas &,.manifester ouvertement leur sympathie, par
trop agissante, .6 la cause du G6n6ral Hyppolite. De gra-
ves complications diplomatiques faillirent mgme en r6-
sultex apre4 lki capture du sle.ame r arn-ircin qui trans-
portait soldats et munitions pour la faction d'Hyppolite.
Mais, la revolte pregnant une phase de plus en plus in-
quiitante, et. Legitime, soupgonnant une trahison de. la
part de ses meilleurs hommes de confiance, prit le sage









parti de renoncer au pouvoir et de partir pour 1'exil le 22
Ac.t 1889 (1).
Comme on le pressentait, le G6n6ral Hyppolite fut 6lu
President le 9 Octobre 1889, pour une p4riode de sept ans.
'Esprit discipline mais d'un temperament & l'emporte-
pice, il manifest de bonne heure, une rigueur excessive
dansl exercisee de, ses functions. Gr&ce 6 la collaboration
jntelligente de rninisires comp6tents et serleux 11 se pr6-
parait- 6 pos r des actes concrets pour le bien- tre du
Pays, quand, une fois de plus, un 6v6nement qui faillit
avoir des suites f&cheuses pour notre independance, 6cla-
ta. Hyppolite qui, semble-t-il, ava:ii charge le Dr. N. Au-
guste de la mission secrele de c6der le M61e"(2) ou le Pr6-
sideht Harrison jugeant qu'il avait droit a une compensa-
lio ;en :raison des sympathies agissanies du D6partement
d'Etat, sympathies qui ont conlribui6 au triomphe du nou-
veau. president, d6l6gua & Port-au-Prince, I'Amiral Ban-
croft Gherardi, avec. une imposante flotte, pour n6gocier
la cession ou le bail emphyt6otique du M&le.
A la vue de cet Armada, le Peuple haitien, d6ji pre-
venu des intentions du Pr6sident Hyppolite, oubliant pour
dline second, ses hairies s6culaires et ses rivalitfi Intem-
'petivez, se soulevac omme utri soul home pr&t trenoit
vieler 1'exploit de Capois la Mort, sous led canons amen-
cains qui pointaient d6ej leur cueule assssine, aut oaeur
delad nation. Le President 6valuant le tragique de la situcr-

(1) En 1896, il retoura & Rort-au-Pririce pour y mourir lInlqimps
aiprs,, ci:,nl.nrnmemenl a la chansonnette: tL&gitime di eioga o Iatt pays
Ii pou li mouri.
(2), Et L4Ugtime et Hypc.lle s'a-cusa;enl rkciprc.quement d'avoir
Esclliclli le concours de Washngtcn -t pr3posi en 6ch.nge l cessaon
du M6le St.-Nicolas.









tion, dut changer d'attitude et se retrancher derriere le
patriotism et la competence de son Ministre des Relations
Ext6rieures, Ant6nor Firmin, pour essayer de sortir de l'im-
passe.
Fr6derick Douglass, Ministre des Etats-Unis en Haiti
-les premieres formalit6s remplies-, introduisit Gherardi
et son interprete M. Huse aupr6s d'Hyppolite et de Firmin.
La presentation faite, I'Amiral, assure du succes de sa
mission, sans avoir besoin d'user de la force, rappela
avec courtoisie au Pr6sident les promesses qu'il avait fai-
tes pendant qu'il 6tait 6 la t6te du Gouvernement r6volu-
tionnaire du Nord. Le D6legu6 fit valoir avec habilit6, que
le Gouvernement Am6ricain, d6sirerait voir ces promesses
se concr6tiser en ce moment, et que, si le Gouvernement
Haitien pour des raisons que la raison connait bien, avait
dans le temps, certaines r6pugnances 6 ne pas ceder un
point quelconque de son territoire & une puissance 6tran-
gere, ce scrupule ne peut plus exister, quand il s'agit
d'une cession pure et simple (n'entrainant aucuns privi-
leges extra-territoriaux) entire deux nations amies et voi-
sines. Les Etats-Unis, poursuivit-il, n'ont pas de vis6es im-
p6rialistes; ils veulent tout simplement 6tablir un d6p8t
de carbon au Ml1e St.-Nicolas, comme ils le firent
d'ailleurs au Cap-Haitien, avec votre assentiment, lors de
la Guerre de Secession. Haiti a tout a gagner. Nous som-
mes disposes a le sillonner de chemins de fer, a exploiter
ses mines, a lui accorder toutes sortes d'aide et de pro-
tection, en vue de d6velopper ses resources 6conomiques,
et de lui assurer surtout une certain stability gouverne-
mentale.
Contrairement & ce qu'allegue l'6minent ecrivain Ray-
ford Logan: ,Firmin was evidently impressed and appea-

97









red not to view the proposition with disfavor>, Firmin, en
vieux matois, feignit d'elre impression; ranis ne .e laissa
nullement pris au piege de ces arguments captieux. Av'ec
tact et finesse, il fit comprendre a 1'Amiral que le Gouver-
nement est heureux de traiter avec la grande nation amie
et voisine, plutot qu'avec toute autre pulsEanc mancis, com-
me tout est subordonn6 & la ratification des Chan-bres Le-
gislatives, 1'Executif doit leur soumettre le project de con-
trat, et attendre leur verdict. Gherardi, croyant avoir d6ja
gain de cause, commit Ia maladresse de ne pas faire si-
gner la demand de cession par le Ministre des Etats-Unis
en Haiti, M. Frederick Douglass (1), que la press blanche
am6ricaine accusait de partialit6 envers notre cause. Fir-
min en prit occasion pour lui reclan-er ses Lettres de
Creance et ses pleins pouvoirs. Gherardi argua que ses
titres d'Amiral et de Commissaire special suffisaient. Mais
le Ministre haitien pour qui la procedure diplorn.i.:ique
u'avait pas de secret, object: que tout acte official sign
entire 1'Amiral et le Gouvernement Haitien ne sera point
valuable, partant ne pourra jamais lier les deux Pays, car,
le D6partement d'Etat sera en droit, .. n'importe quel mo-
ment, et selon son bon plaisir, de la r6pudier .en faisant
valoir que l'Amiral n'avait ni titre, ni quality pour engager
la nation am6ricaine. Gherardi dut se soumettre et de-
mander d'urgence les pleins pouvoirs requis...
Sur les entrefaites, I'opinion publique grossissail & la
loupe les evenements. Le people s'enervait par le sejour



(1) Frederick Douglass, diplomat am6ricain de couleur, accuse
d'avoir contribu6 & 1'6chec du contre-Amiral Gherardi, replace par
Durham, un blanc.








trop prolong de ces engines intimidants (1) dans la rade
de Port-au-Prince. D6j&, les vieux patriots, improvises
strat6ges, p6roraient sur un systeme-de defense jusque-lI
inconnu. Les chauvinistes huilaient leurs vieilles carabi-
nes. Les, paysans se rappelant leurs prouesses champ&-
tres livr6es aux troncs des Mapous s6culaires, fourbis-
saient & blanc leurs machettes 6brech6es.
Enfin, les pleins pouvoirs vinrent. L'Amiral, avec un
peu moins d'enthousiasme, pr6senta le project de Cession
a Firmin, project don't la clause principal stipulait: longtemps que les Etats-Unis occuperont le Ml1e St.-Nico-
las, le Gouvernement d'Haiti ne louera ou ne cedera
aucun port, ou aucune parties de son territoire, et n'accor-
dera aucun privilege special ou aucun droit de s'en servir
6 aucune autre puissance, 6 aucun autre Etat ou aucun
autre Gouvernement,.
A ce language clair et pr6cis, Firmin r6pondit en terms
nets et pr6cis: Le Gouvernement est aux regrets de ne
pouvoir faire droit 6 votre requ6te qui, si elle 6tait accep-
t6e avec une telle clause, constituerait un outrage la
souverainet6 national de la R6publique, et une violation
flagrante de l'article I". de notre Constitution. En renon-
gant aux droits de disposer de son territoire, ce serait im-
plicitement consentir 6 son alienation. Le Gouvernement
a entire et pleine confiance en votre loyaut6 et en vos
sentiments d'6quit6; mais, il aime 6 croire que Vos Excel-
lences (2) comprendront que ce refus de donner & bail le


(1) Hannibal Price alors en mission sp6ciale & Washington, envoy
le cable suivant & Firmin: .Ne c6dez pas. Rien n'arrivera. La flotte n'a
qu'un but intimidateur--18 Avril 1890..
(2) Douglas et Gherardi.








M6le St.-Nicolas-que ce soit pour l'6tablissement d'une
base navale ou d'un d6p6t de charbon-ne t6moigne pas
de la mauvaise foi de sa part, encore moins un manque
de confiance. C'est plutot la consequence d'une double
precaution politique et constitutionnelle, precaution qui
nous oblige t faire abstraction de notre vive sympathLe et
de notre sincere attachment & la plus glorieuse et & la
plus g6n6reuse R6publique du Nouveau Monde et peut
6tre du monde moderne.
Cette cordiale et diplomatique fin de non-recevoir mit
fin aux negotiations, mais non aux contestations et r6cla.-
mations. Malgr6 tout, le Pr6sident Hyppolite qui tenait &
coeur de maintenir de bonnes relations avec toutes les
giandes puissances, et de marquer son regne par des
oeuvres durables, sign de bonne foi plus d'une cincuan-
taine de contracts avec des companies 6trangeres (1)-les
uns relatifs aux Services Hydraulique, T6lephonique, T6-
l6graphique et aux Travaux Publics, etc...
Le St-Siege, une fois de plus, pour manifester ses sin-
ceres sentiments eiverS Haiti, accr6dita en 1892 aupres du
Gouvernement Monseigneur .Tonti, en quality de D616-
gu6 Apc.si'liqt.e. Haiti parlicipit a& la grande Foire de Chi-
cago, Illin.:is. et fit valoir la qualit6.de ses products (2).
Le PrCiident Hyppolite eut le grand merite d'avoir r6-
par6 une honte national en faisant 6riger un monument
en marbre au Fondateur de la Nation, J. J. Dessalines.


(1) Les con'tractants ne furent pas toujours bien choisis et les pre-
miers essais de r6alisation causerent de gros ennuis au Pays.-
Dr. J. C. Dorsainvil.
(2) Douglass, ancien Ministre am6ricain en Haiti, fut nomi6 Com-
missaire & cette Foire, conjointement avec Charles Preston.









Vraiment, aucun Gouverement jusque-l1, n'avait tant
realis6. Mais, comme pour r6aliser, il fallait d6penser
beaucoup d'argent et que les comptables des deniers pu-
blics n'6taient pas toujours honn6tes, le Gouvemement
dut recourir aux expedients classiques et in6vitables: emis-
sions incontr6lees et incontr6lables de papier-monnaie,
frappe de monnaie m6tallique, emprunts on6reux. Il n'en
fallut pas davantage pour irriter ceux qui 6taient tenus
eloign6s de l'assiette au beurre. L'ordre public fut natu-
rellement trouble et le President qui 6tait avant tant par-
tisan de l'ordre, de la paix, voulut en personnel chatier les
coupables. Mais & peine se mit-il en route pour Jacmel,
foyer de l'insurrection, qu'une aploplexie foudroyante le
renversa de son cheval.



TIRESIAS SAM ET L'AFFAIRE LUDERS


Le 31 Mars 1896, le G6n6ral Tir6sias Sam fut 61u Pr6-
sident par l'Assembl6e Nationale, pour une p6riode de
sept ans. De nature mod6r6e, tous les parties s'6taient pro-
visoirement ranges sous sa bannikre. Anim6 du mgme
esprit progressiste que son pr6d6cesseur, il mit & point
quelques entreprises d'utilit6 publique, signa un Trait6
Commercial avec la France, une Convention sur la Natu-
ralisation avec les Etats-Unis. La dette flottante arri6ere fut
consolid6e et le Gouvernement grace & l'int6grit6 du Mi-
nistre des Finances A. Firmin, r6solut de convertir en or la
dette int6rieure. La r6alisation de ces measures provoqua
tant d'abus et tant d'irr6gularit6s que le Pr6sident Nord Ale-
xis, en 1903, dut ordonner une enqu6te suivie du scanda-









leux process de la consolidation.' En vue d'apporter un pal-
liatif la mauvaose *iluartIon _i-nlnri--Ire du pays qui em-
pirait visiblement, Sam consacra I'Erprnlt de 50 millions
de francs vot6 le 14 Mars 1896, dix'jours avant la mort du
President'Hyppolite. Cette operation financiere qui, au dire
des officials de l'6poque, fut faite dans les meilleures con-
ditions possibles par la Banque d Haiti, allait marquer une
date important dans l'histoire naiornail quand un inci-
dent regrettable se produisit provoqu6 par le r6pr6hensi-
ble emportement d'un jeune 6cervel6 que ses multiples al-
garades Port-au-Prince et ailleurs, ac,.ai d6e~ signaled
comme un professionnel de'la turbulence (1).
Le 21 Septembre 1897, le Tribural de Sirrmpi PolCec de
la section Nord de Port-au-Prince condamninti M. Emile
Luders, sujet allemand, & un mois d'emprisonnemnent et
48 gourdes ($9.60) d'armende pour rtLbe.lion et voles de
fait en.'ers Jds agents, de la force publilue.
Le sieur E. Luders fit appel de.'arnt le TrIbunaIt correction-
nel. Aux audiences des 28 et 30 Septembre la cause fut
produite er plaidie, apres l'audition et l'interrogatoire d'une
quinzaine de temoins. Et le 14 Odetobre, le Tribunal: rendait
un-ijuement par lequel, relevant dans les faits attests,
les. el6mnts d'un d6lit, il condamnait Luders & un an de
prison et 500 gourdes:de dommages intrets ($ 100:--). Le
condamn6 fit imm6diatement au Greffe du'Tribunal une
declaration de pourvoi.'Mais trois jours apres, le 17 Octo-
bre, sans attendre que la jurisdiction supreme:efit m&me
pris :connaissance de Ila cause, que lui d6f6rait le sieur
Luders, le Charg6 d'Affaires Allemand, le come Schwerin,
se pr6sentait en uniform au Palais National (au m6pris

(1) L'Affaire Luders.-Sblon Minos.








de tous les usages diplomatiques), et r6clama du Pr6sident
de la R6publique en personnel la mise en liberty de Luders,
Ia destitution des judges, la revocation des agents de Police
impliqu6s dans l'affaire. Naturellement, le G6n6ral Sam
refusa toute discussion avec le Comte et le r6f6ra, confor-
m6ment aux usages intemationaux, au Secr6taire d'Etat
des Relations Ext6rieures.
En vue d'att6nuer la grande tension existante, sans
aucune humiliation pour le Gouvemement haitien, puisque
ce sera un acte d'amicale courtoisie envers le Gouveme-
ment des Etats-Unis, le Ministre W. F. Powel demand la
mise en liberty de Luders, dans sa lettre du 21 Octo-
bre 1897, a M. Solon M6nos, Ministre des Relations Ext6-
rieures (1).
Effectivement, le 22 Octobre, le Pr6sident accord grace
pleine et entire au condamn6 qui, le mgme jour, s'em-
barqua pour l'6tranger. Alors que l'on croyait incident
clos, on fut bien surprise de voir mouill6s en rade de Port-
au-Prince, le 6 D6cembre 1897, deux avisos de guerre alle-
mands: la *Charlotte* et le aStein sans le salut conven-
tionnel. Imm6diatement, le Commandant Thiele notifia au
Gouvernement Haitien l'ultimatum aux conditions humi-
liantes suivantes:

indemnity de $ 20.000 en faveur de Luders-
promesse que ce dernier pourrait retourner en
Haiti-
une lettre d'excuses au Gouvernement allemand-


(1) The great tension existing, without any humiliation to your Go-
vernment being a friendly act on the part of your Government to mine.
(Affaire Luders, p. 132-133).




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs