• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Gabarche-Guys
 Haiti
 Table des matieres du mot...






Group Title: Tome II
Title: Dictionnaire géographique et administratif universel d'Haiti ..
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00025083/00002
 Material Information
Title: Dictionnaire géographique et administratif universel d'Haiti ..
Physical Description: 4 v. : illus., pl., maps. ;
Language: French
Creator: Rouzier, S
Publisher: C. Blot
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1892]
 Subjects
Genre: dictionary   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Vol. 3-4 have title: Dictionnaire géographique et administratif d'Haiti.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00025083
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000587095
notis - ADB5794
oclc - 07011638
lccn - 01016525

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page
    Gabarche-Guys
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 4a
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 8a
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 16a
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 20a
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 24a
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 56a
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Haiti
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
    Table des matieres du mot "Haiti"
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
Full Text









DICTIONNAIRE

GEOGBAPHIQUE .iT ID~ ImINfSTRAjTII
U-NIVERSEL
D'IT AAiiITI





7, RUE BLEUE, 7


DICTIONNAIRE


OOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATION "

UNIVERSAL


D'HAITI
II T J S r I'R, E

Comprenant un article g6enral sur 1ile d'Haiti,
la R6publique dominicaine;
ids notices g6ographiques, topographiques, statistiques administrative, commercials,
domaniales, agricoles, maritimes, militaires, rurales, postales,
tel6graphiques, industrielles, descriptives, historiques, politiques, financibres,
economiques, eccl6siastiques, civiles,
judiciaires, biographiques et litt6raires, sur les d6partements,
les arrondissements, les commune,, les quarters, les postes militaires, les hameaux
les fortifications, les provinces, districts;
des notices d6taillAes sur lss habitations, les montagnes, les planes,
les forts, la geologic, les eaux inn6rales, les mines,
s fleuves, les rivibres, torrents, ravines et lacs, les b ties, les ports et les golfes, les d6troits,
miles et ilots, presqu'iles, isthmes, caps, phares et les rues, etc., etc.,
sur les curiosit6s naturelles et historiques, etc., etc., et tous les tarits en usage;
Avec gravures, illustrations, plans, carts et vues dans le texte,
et une carte coloride de ITle d'Haiti




01; 1

/-"r / \, .v
GUIDE GENERAL f l I


S. ROUZI
' ~ ,\ !,' .:,'?






PARIS
IMPRIMERIE BREVETEE CHARL
















G



Gabarache. Habitation situ6e dans la section rurale de Fond-Ver-
rettes, commune de la Croix-des-Bouquets.
Gabriaux. Habitation situee dans la section rurale de Bois-Pin, com-
mune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y possede 7 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gachette. Habitation situee dans la section rural de Roucou, com-
mune du Trou.
L'Etat y possede un reste occupy par des fermiers. Contenance indr-
terminee.
Gagnard. Habitation situee dans la section rurale des Trois-Palmiers,
commune de Carice.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gagou ou Tombe Roche. Habitation situee dans la section rurale des
Rangers, commune de Leogane.
Gaigne-A-gauche. Anse situ6e entire les Cotes-d#-Fer et Bainet.
Gaillard. Deuxieme section rural de la commune de Marigot, arron-
dissement de Jacmel. Elle a et6 subdivisee Ai 1875, en donnant nais-
sance A la section rural de Corail-Sou. I y a les habitations Petart et
Port-en-Plaine sur lesquelles l'Etat possede 8 carreaux de terre occup6s
par des fermiers. Ecole rural.
En 1841, il y avait 167 habitations bien cultivees.
Gaillard. Habitation situde dans la section rural de la Riviere-
Blanche, commune de Gros-Morne.
L'Etat y possede 13 carreaux de terre occup6s par des feD)iers.
Gaillard. Habitation situee a une lieue de Santo-Domingo.
Le 6 mars 1805, l'armee de l'empereur Dessalines, merchant sur
Santo-Domingo, y arriva h midi. L'empereur y etablit son quarter
general. II somma le general Ferrand de lui livrer la place. Le lende-
main, au point du jour, les gendraux Gabart et Petion s'approcherent
de la ville, et en examinerent les fortifications. Les troupes haltiennes
s'etablirent non loin des remparts. Ce fut au quarter gednral de Gail-
lard que le carabinier, la danse tant aimee des Haitiens, prit naissance;
les Haitiennes la dansent avec grace; les officers l'executaient la cara-
bine au dos. Une des mattresses de 'empereur,Mlle Euph6mie Daquilh,
etait venue le retrouver a Gaillard. Jeune, belle, pleine de grace, elle
T. II.







2 GALA GALI
donnait le signal des plaisirs, et composait les airs que jouaient les
musicians. Le-s g6n6raux s'y r6unissaient souvent autour de l'empereur.
Le 16 mars, Dessalines reQut t Gaillard des d6piches par lesquelles il
apprit qu'une flotte francaise faisait voile pour les Antilles; il ordonna
alors de pousser le siege avec vigueur.
Galais. Voyez : Galets.
Galante. Petite riviere qui jette ses eaux dans la Ravine du Sud.
Galar. Habitation situee a une lieue de Santo-Domingo, d'oi l'empe-
reur Dessalines kcrivit le 6 mars 1805 au general Ferrand pour le sommer
de lui livrer la place. Dessalines, parti du quarter general de Galar
dans la soiree du 28 mars, ne mit que quatre jours pour se rendre h
Marchand, distant de 120 lieues de ce point.
En 1808, devenu le chef supreme de l'Est, Juan Sanchez vint
etablir son camp a Galar pour assi6ger les Francais h Santo-Domingo.
Galarita. Riviere affluent a droite de la Jayna.
Galbois. Voyez : Pelletier.
Galets ou Galais. Habitation cacaoyere situde dans la commune de
Dame-Marie; fut mise en vente par la loi du 40 mars 1814 pour reliever
la culture et augmenter le nombre des propri6taires.
Galets. Voyez : Anse-a-Galets, Ravine-h-Galets.
Galette. Voyez: Bas-Galette, Molette-Galette.
Galiffet. Habitation situee dans la section rurale de Grand-Gilles,
commune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y possede 11 1/2 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Galiffet. Habitation situde dans la section rurale de Bois-Pin, com-
mune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y possede 5 1/2 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
En 1791, lors de l'insurrection des esclaves du Nord, Jean Francois
et Biassou, leurs chefs, occupaient cette habitation et le fort qui s'y
trouve. Deux membres de l'Assemble colonial, Odelucq et Daverhoult,
se rendant au Cap, pe6ntrerent dans le camp Galiffet; mais ils furent,
pris et scies entire deux planches. Blanchelande charge Rouvrai d'en
chasser les insurges. Rouvrai, a la tate de 3.000 hommes, occupa d'abord
les camps Chabanon, la Chevalerie, Bullet, Duplat, Charitte, Denard et
Agoust. Quand il parvint au pied du fort de Galiffet, il fut repouss6 avec
pertes. I1 en fit le siege et entra en pourparlers avec les insurges. Ces
derniers, se croyant invincibles, se. livrerent h la d6bauche, et ne se
tinrent plus sur leurs gardens. Les blancs les surprirent, entrerent de
toutes parts dans le fort et passerent 600 negres au fil de l'6p6e. Le reste
s'enfuit dans les montagnes.
Galiffet. Habitation situee au Haut-du-Cap. On y a observe que les
vents qui dominant dans ces parages sont des vents d'est, nord et sud-
ouest. Les vents du nord 1apportent le froid et P'humidit6 h partir
d'octobre jusqu'en mars.
Galiffet. Autre nom de la riviere du Haut-du-Cap (Voyez ce mot).
En mars 1802, tandis que Christophe inqui6tait les Franeais dans







GAL I GAND 3
le Nord, et s'etait present jusqu'aux portes de la Petite-Anse, les cha-
loupes franqaises arm6es se tinrent en station a la Petite-Anse dans la
riviere de Galiffet et sur la c6te pour repousser les insurges.
Galindo. Petit hameau situ6 dans les environs de Santo-Domingo;
fut occupy en 1805 par l'empereur Jacques Ier (Dessalines).
Galion. Habitation situee dans la section rurale de la Grande-Riviere,
commune de Marigot, sur laquelle l'Etat possede 10 carreaux de terre
occupies par des fermiers, et 35 inoccup6s.
Gality. Nom d'une rue a Corail.
Gallet. Voyez: Fond-Parisien.
Gallo. Montagne de la Republique dominicaine de la chaine du Cibao,
a l'ouest, ou prend sa source le fleuve Artibonite (1.214 metres), entire
la Magua et le Denobi, deux bras de la riviere du Mao. Du haut du
morne Gallo part en s'abaissant une croupe secondaire jusqu'a la pointe
( Lanza (1.430 metres) en fermant le mont Jicome.
Gallo. Riviere de la Republique dominicaine, province de Santiago,
qui se jette dans la Magua, laquelle se jette dans le Yaque du Nord.
Gallois. Habitation situee dans la section rurale de la Basse-Plaine,
commune de la Plaine du Nord.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers, et 10
inoccupes.
Gallon. Habitation situee dans la section rurale de la Riviere-de-
Barre, commune de Saint-Louis du Nord.
Galumette. Habitation situee dans la section rtrale de Aolas, com-
mune du Borgne.
L'Etat y possede 17 carreaux de terre occupies par des fermiers. La
plus grande parties de cette habitation est inoccupee, et n'est pas
arpentee.
Gambade. Cinquieme section rurale de la commune de la Grande-
RiviBre du Nord. Elle a 6te subdivis~e en 1875 en donnant naissance a
la section rurale de la Montagne-Noire. Ecole rural.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habi-
tations : Saint-Malo, 3 carreaux; Garbail, 3 1/2; Cardinaux, 4; Vedice,
5 et un reste; Diode, 5; Canivette, 2; Gauthier, 3; Masere, 65.
La Ravine a Gambade est un.des tributaires de la Grande-Riviere du
Nord, et descend de la Montagne-Noire. En 1839, il y avait 124 habi-
tations bien entretenues en cafe et vivres de toute espece, 7 en d6p6-
rissement, 4 affermees en bon etat de culture. Total: 135.
Gamboa. Habitation situee pres de Buenaventura, au bord de la Jayna,
oi existe une mine d'argent exploit6e' autrefois. Elle appartenait a don
Nicolas de Guridi, et fut d6peupl6e par Diego de Herrera.
Gandou. Habitation inoccupde situee dans la section rurale des Trois-
Palmiers, commune de Carice, appartenant a l'Etat. Conteriance ind6-
termin6e.







4 GAND GARA
Gandou. Poste situe sur le Morne-a-Cabrits, au M61e Saint-Nicolas.
Le 16 juillet 1810, ]e general Lamarre y fut atteint par un boulet
qui mit fin a ses jours. I1 avait rempli son pays de son nom illustre,
et s'6tait immortalise par le siege du Mole.
Gandou. Quatrisme section rurale de la commune de Bainet, arron-
dissement de Jacmel. Elle a e6t subdivisee en 1875 en donnant nais-
sance a la section rurale du Bas de Gandou. Dans l'arrondissement de
Jacmel, les habitants de Gandou ont la reputation d'etre les Beotiens
d'Haiti. Ecole rurale.
Les eaux qui viennent de Gandou, en passant sous terre, alimentent
les sources souterraines, perches a une petite distance de Bainet, qui
forment la lagune appelee le Lagon.
I1 y a les habitations Daniel, Coyard, Pradine, Lafeuillade, Corps,
Lame, Garic, Laleau, Bernalieu, Fenelier, Casembon, Campagnal, Du-
pera, Remfort, sur lesquelles l'Etat possede 246 carreaux de terre occu-
p6s par des fermiers. En 1840, il y avait 156 habitations bien cultivees.
Gandou. Voyez : Bas de Gandou.
Gandrac. Habitation situee dans la section rurale du Bac-Coursaint,
commune de la Petite-Riviere de 1'Artibonite, bornee au nord par la
riviere l'Estere.
Ganette. Habitation situee dans la section rurale de Pariste, com-
mune de Chardonnieres.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Gantereau. Habitation cafeiere situee dans la section rurale de la
Plaine-Celeste, commune de Grands-Bois, sur laquelle l'Etat possede
5 carreaux de terre affermes h des particuliers.
Ganthier. Habitation caf6ibre situee dans la section rurale de la
Riviere-Froide, commune de Port-au-Prince.
Ganthier. Habitation situee dans la section rurale de la Grande-Plaine,
commune de la Croix-des-Bouquets, sur le chemin de Fond-Parisien.
Ganthier..Port militaire situ6 sur l'habitation du meme nom, dans
la section rurale de la Grande-Plaine, commune de la Croix-des-Bou-
quets, arrondissement de Port-au-Prince, sur la route de Fond-Parisien.
Belle chapelle et cole rurale; en 1892, I'Etat donna 500 gourdes pour
agrandir l'Pglise. En 1890, on y a baptise 30 enfants 16gitimes et 732
naturels. Il y a eu 20 morts et 23 marriages.
Ganthier est un petit hameau bien garni de maisons en chaume.
Le 20 decembre 1869, au voucher du soleil, le president Salnave,
fuyant la revolution des Cacos triomphante h Port-au-Prince, et sE
suite arriverent i Ganthier, se rendant au Fond-Parisien.
Ganthier. Habitation cafeiere situ6e dans la commune de Petion-
ville.
Garabites. Terrain situ6 dans la commune de Saint-Christophe.
Garal (el). Ruisseau affluent de gauche du Soco.
rarata ou Karata. Habitation situee dans la commune des ;Coteaux,






















































































































IIABITATION GARDEY OU GARDEL


DANS LA COMMUNE DE PORT-AU-PRINCE, CARREFOUR DE BERLY


- _-J -- --- -~--


J-


2


p~Z~9ic~
~aue--
~C
--- ,-C
--
3-C' ~








GARA GUARD 5
h l'est de cette vile, oui, le 8 octobre 1806, Messeroux, juge de paix de
Port-Salat, vint camper centre Dessalines. Messeroux buvait beaucoup;
il voulait nommer ministry des finances son cousin Sully que Dessalines
avait appel6 aux functions de directeur des douanes. Dans une reunion
des insurges, on lui proposal le grade de colonel; il refusa et sortit
furieux de l'assemblee, disant qu'il voulait Otre general de division. II
se livra a tant d'extravagances que les conjures d6ciderent de l'arre-
ter. II alla se cacher chez son cousin Sully, dans une grande malle, a
l'approche de la garde. I1 fut conduit en prison. I1 exerga longtemps
apres la meme function de juge de paix.
En 1803, Ferou y remporta une victoire sur les Francais h la tete
des indigenes. C'est une position admirablement d6fendue par la
nature et placee dans un chemin rocailleux le long du rivage. F6rou
avait sous ses ordres Bazile et Jean-Louis FranGois, et les troupes qui
formerent plus tard les 15e et 18e regiments. Les Franiais 6taient au
nombre de 1.500 hommes et commandos par le general Cercley, avec
le chef d'escadron Borgella l'avant-garde. La d6route des Francais fut
complete; ils ne s'arr~terent qu'aux Coteaux, oi ils s'embarquerent
pour les Cayes. Cette victoire des independants sauva le department
du Sud. Voyez: Pinet.
Le morne a 329 metres de hauteur; ii depend de la montagne de
la Hotte sur la presqu'ile de l'Abacou.

Garatte. Habitation situ6e dans la section rurale de Bayaha, com-
mune de Fort-Liberte.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occup6s par des fermiers.

Garbail. Habitation situee dans la section rurale de Gambade, com-
mune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y possede 3 1/2 carreaux de terre occup6s par des fermiers.

Garcia ou Crepe Garcia. Hatte situee entire la Vega et Moca.
Lorsque les troupes haltiennes du Nord leverent le siege de Santo-
Domingo en 1805, le colonel de la 29- demi-brigade, Jean-Jacques
Bazile, incendia cette hatte.

Gardel ou Gardey. Vaste habitation caf6iere situ6e au Fond-Ferrier,
dans les sections rurales de Berly et de Malanga, commune de Port-au-
Prince. Panorama admirable. Du carrefour de Gardel, on voit les babies
de Port-au-Prince, de Saint-Marc et des GonaYves, et la pointe du M1le
Saint-Nicolas.
Cette habitation est traverse par un des contreforts du morne
la Selle. II y a une curiosity geographique sur le more de Gardel: sa
longueur est de 2 kilometres, sa direction du nord-ouest au sud-est.
Dans le versant est prerinenit naissance les sources du Fourk, un des
affluents de la riviere de L6ogane; au sud et au sud-est, les rivieres du
Lamentin, de la Jambe-Rompue, la rivi're de Gardel, tributaires de la
Gosseline; dans le versant nord-ouest, la source de la riviere Giron.
Ainsi, ces eaux aux directions si diff6rentes, telles que la Gosseline et
la riviere de Leogane, viennent d'une meme nappe, d'un reservoir
common.








6 GARD GARN
Gardere. Habitation situee dans P'une ou 'autre section rurale du
Haut de Saint-Marc, commune de Saint-Marc.
L'Etat y possede 2 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gardere. Habitation situee au poste militaire de l'Etronc-de-Porc,
commune de Port-Salut.
L'Etat y possede 20 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Gardere. Habitation situee dans la section rurale de l'Abacou no 1,
commune de Port-Salut.
L'Etat y possede 13 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Ces deux dernieres habitations sont une meme propriety situee dans
deux sections rurales contiguns de la meme commune.
Gardien. Habitation situee dans la section rurale de Caracol, com-
mune du Trou.
L'Etat y possede 77 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Garescher. Habitation sitube dans la section rurale de Boucassin,
commune de l'Arcahaie.
L'Etat y possede des terres qu'il afferme a des particuliers. Les habi-
tants de Garescher sont d'excellents marines, et possedent de slides
embarcations qu'ils conduisent avec habilet6.
Garescher-Raboteau. Habitation situde dans la section rurale de Bou-
cassin, commune de 1'Arcahaie. Ses habitants sont d'excellents marines
et de bons cultivateurs. C'est sur cette habitation quest etablie la bri-
queterie a vapeur de M. G. Menos, laquelle peutproduire 10.000 briques
par jour. On Pappelle aussi Garescher-en-bas, par opposition i l'autre
habitation du mime nom.
Garic. Habitation situde dans la section rurale de Gandou, commune
de Bainet, sur laquelle 1'Etat possede 5 carreaux de terre occupies par
des fermiers.
Garic ou Garry. Habitation situee dans la section rurale des Platons,
commune de Petit-Goave.
L'Etat y possede 2 carreaux de terre occup6s par un fermier.
Garic ou Garry. Fort situ6 sur le morne de 'habitation du mime
nom. Pendant 1'insurrection de Miragoane en 1883, les Bazelaisistes des
Cotes-de-Fer s'en emparerent, mais les troupes du gouvernement les en
d6logerent.
Le morne Garic dUpend de la chaine de la Selle.
Garic ou Garry. Montagne situee sur les bords de l'Artibonite.
Garic. Yoyez: Fort Garit.
Garicao. Petite riviere de la Republique dominicaine,un des affluents
de l'Ozama.
Garnier. Habitation situee dans la section rurale de Haut d'Ennery,
commune d'Ennery.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Garnier. Habitation situde dans la commune de Corail.








GARN -GAST
Garnier. Habitation situde dans la section rurale des Trois-Palmiers,
commune de Carice.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.

Gamier. Habitation situde dans le poste militaire de Fond-Verrettes.
Le 22 ddcembre 1869, le president Salnave, apres avoir quittd le
Fond-Parisien, et fuyant la revolution des Cacos triomphante h Port-au-
Prince, fit une halte sur l'habitation Garnier. La, il hesita un instant et
finit par prendre la route qui long au sud i'Etang Sale. Ne pouvant
traverserle post du Limon, il revint le 23 h Garnier. La debandade se
met alors dans les rangs. II prend la route qui conduit a Barahona,
suivi de cinq de ses plus devoues lieutenants. Talonnes vivement par le
general dominicain Cabral, ils sont faits prisonniers le 10 janvier 1870
aux Anses-h-Pitre.
Le 17 mars 1804, lors du massacre des blancs ordonnd au Port-au-
Prince par Dessalines, un colon blanc nomme Gamier, riche nego-
ciant, fut 6gorge dans le coeur meme de la ville.
Garoute. Habitation situee dans la section rurale de Molas, commune
du Borgne.
L'Etat y possede 47 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Garry. Voyez: Garic, Fort Garit.
Gas. Voyez: Petit-Gas.
Gascogne (la). Troisieme section rurale de la commune de Mireba-
lais. Ecole rurale. Il ya les habitations: Abeille, Pilon, Amadou, Tuile,
Douard, Boyer, sur lesquelles l'Etat possede 190 carreaux de terre
occupies par des fermiers. Riz, coton, cannes a ucre, vivres, bestiaux.
Les habitants sont de bons travailleurs.
Gascogne (la). Montagne situee dans la spltion rurale de ce nom. La
limited de l'arrondissement de Port-au-Prince qui se dirige a l'est, passe
sur le sommet de la Gascogne et la montagne du Boucan Bois-Pinjus-
qu'h venir reconnaitre la source du Bocacachion.
Gascogne (la). Riviere de la commune de Mirebalais. Elle passe sur
l'habitation Colombier et se jette dais le Fer-a-Cheval qui est un des
affluents du fleuve Artibonite, apres avoir recu les eaux de la rivibre
des Roches et de la riviere d'A-Gauche. Sa source est situee dans les
montagnes des Grands-Bois. L'embouchure dans le ruisseau du Fer-a-
Cheval est a 12 kilombtres en amount de la ville de Mirebalais.
Gaste. Habitation situee dans la section rurale du Cap-Rouge, com-
mune de Jacmel.
Lors de l'dvacuation de Jacmel, le 12 mars 1800, une parties de la
garnison egar6e dans les bois atteignit l'habitation Gaste, oui elle se
rallia. Ce ne fut qu'h cet endroit que Gauthier s'aperqut que la colonne
de Petion ne l'avait pas suivi. II la crut an6antie. Gauthier ne put
demeurer longtemps sur I'habitation Gaste, les bandes de la montagne
aux ordres de Pierre Conil et de Michel Selles etant venues l'assaillir. II
la quitta et atteignit l'habitation B6nard avec ses lgionnaires, chassant
devant lui les montagnards arms.








8 GAST GAUC
En 1802, apres l'affaire de Rabouin au Cap-Rouge, et celle de l'ha-
bitation Saint-Cyr (Voyez ces mots), Dieudonne Jambon, qui comman-
dait h Jacmel, avait laiss6 sur l'habitation Gaste cent hommes de la
8e colonial don't il se d6fiait, les croyant d'intelligence avec les
insurges. Quand it se sentit en tat de resister h ceux qui conspiraient
a Jacmel, il les fit rentrer en ville ou le general Pageot les fit passer
par les armes.
Voyez pour complement: Camp Gaste.
Gaston ou Hilaire Gaston. Hatte situee dans la valle de Santiago,
pros du bourg de l'HOpital. Le 24 f6vrier 1805, la division du Nord de
l'arm6e haltienne merchant contre Santo-Domingo y passa la nuit. Le
lendemain martin, elle continue sa route sur le bourg d'Amina. -
Voyez: Pichasse.
Gaston. Habitation inoccupee situde dans la section rurale des Trois-
Palmiers, commune de Carice, appartenant f 1'Etat. Contenance inde-
terminee.
Gaston. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de l'Acul-
Samedi, commune de Fort-Libert6, appartenant a 1'Etat. Contenance
indetermin6e.
Gaston. Habitation inoccupde situee dans la section rurale des Per-
ches, commune de Fort-Libert6, appartenant h l'Etat. Contenance
indeterminee.
Ces deux habitations forment la meme propriety.
Gate. Voyez : Gratte-Gate.
Gato (el). Petit hanmau de la province de Seibe, sans importance,
place sur la rive gauche du Quiabon, i 8 kilometres de son embouchure.
Les petits canots remontent la riviBre jusqu'h cet endroit.
Gaub6. Fort situe P'este la baie des Flamands, et qui command
la rade des Cayes. En 1793, ce fort soutint une lutte serieuse contre
les Anglais. Voyez ; Baie des Flamands.
Gaubert. Poste avance de la ligne frontiere de l'arrondissement de
Mirebalais, dans la limited de Mirebalais et de Neibe.
Gaubert. Habitation situ6e dans la section rurale de la Grande-Plaine,
commune de Limb6.
Gaubert. Habitation situde dans la section rurale de la Grande-Plaine,
commune de Port-Margot.
L'Etat y possede 7 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gauche. Voyez ; Riviere-Gauche, Bras-Gauche.
Gauche. Habitation situ6e dans la section rurale des Moustiques,
commune de Port-de-Paix. L'Etat y possede 10 carreaux de terre occu-
p6s par des fermiers.
Gauche. Habitation situ6e dans la section rurale de Boucassin, com-
mune de PArcahaie, bornee au nord par Duclos et au sud par Descha-
pelles, pris du quarter de Cabaret.
































































































































































GODET (pres Furoy).


P


II
I V
'i (~.'. "
r'r ,~~

I
r?


r






'I

i
*~


.;h
P


'i

~.
*'.;i L
6
~: ,. ..5 ,~ t,
c
r









i~. 'u
i
r:?
./ .Y

'h;l ,~

;




~~ 2







GAUD GAY 9
Gaudiere. Nom d'une rue a Port-de-Paix, dans laquelle l'Etat possede
des emplacements occupies par des fermiers.
Gaudin. Habitation situee dans la section rurale du Morne-Rouge,
commune de la Plaine du Nord.
L'Etat y posshde 2 carreaux de terre occupies par des fermiers, et le
rest inoccup6.
Gaudin. Habitation situ6e dans la commune de la Grande-Riviere du
Nord. Elle borne l'habitation Grandjean.
Gaudin. Habitation situee dans la commune de l'Anse-A-Foleur.
Gaulard. Habitation situee dans la 6e section rurale de la commune
de Jean Rabel.
Gauthier. Habitation situee dans la section rurale de Gambade, com-
mune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gauthier. Habitation situde dans la section rurale de la Crete-h-Pins,
commune de la Marmelade.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gauthier. Habitation situ6e dans la commune de l'Anse-d'Hainault.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
En juillet 1803, Ferou, abandonnant le camp Gerard pour aller
enlever Jeremie aux Frangais, y rencontra le 5 juillet le colonel Bazile
Sla tete de l'avant-garde. Ils marchbrent sur le camp Bourdon qu'occu-
paient 300 Franqais. Bazile les delogea et en tua un grand nombre.
Gauthier. Habitation situde dans la section rurale de 1'Anse-de-Clerc,
commune des Abricots. Elle est bornee par les habitations Buron, Jean
Kina et Croisade.
Gauthier. Habitation situ6e dans la section rurale de la Riviere-
Froide, commune de Port-au-Prince.
Gauturon. Habitation situee dans la section rurale de Coq-qui-Chante,
commune de Jacmel.
Gauvin. Habitation situde dans la plaine et la commune de Ldogane,
bornee au sud par la Grande-Rivibre, et au nord par l'habitation Lassale.
Le colon Gauvin, propri6taire de cette habitation, fut un des instiga-
teurs de la revolte de Galbaud au Cap, le 20 juin 1793, contre les com-
missaires civils. II prit part A l'attaque du Palais national. Les affranchis
le repousserent.
Gauvin. Yoyez : Carrefour Gauvin.
Gavatte. Habitation situee dans la section rural de Camp-Perin,
commune des Cayes.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occup's par des fermiers.
Gaveau. Habitation situee dans la commune de Corail.
Gay. Habitation situee drns la section rurale de la Colline-des-Chenes,
commune de Grand-Gosier, sur laquelle l'Etat possede 30 carreaux de
terre occupies par des fermiers. On yproduit'du caf6.









Gazin. Habitation situee dans la commune du Borgne. Elle est remar-
quable a cause d'une caverne divisee en sept grottes qui s'y trouve a la
Grande-Colline, au flanc des Cotes-de-Fer. Les Indiens y trouvaient un
refuge contre les Espagnols. Ossements humans et vases des aborigines.
Geffrard. Habitation situ6e dans la commune des Cayes, et qui borne
Sl'est celle de Tancrede, dans la section rurale du Camp-Perrin.
Geffrard. Nom d'une rue a Dessalines, a Port-au-Prince, a P6tion-
ville et dans plusieurs autres villes de la Republique, en memoire du
g6n6ral Nicolas Geffrard, un des heros de 'ind6pendance d'Haiti dans
le Sud.
Geffrard etait no aux Cayes, sur l'habitation P6rigny. Il 6tait le pere
de Fabre Geffrard qui a 6t6 president d'Haiti de 1859 a 1867.
Geffrard. Voyez : Place Geffrard.
G6guin. Habitation situee dans la section rurale de Brostage, com-
mune de Dondon.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Gele. Habitation situee dans la commune des Cayes.
En 1803, tandis que Geffrard cernait cette ville, il avait autoris6 l'6ta-
blissement d'un march au Pont Gele. Pendant une trove de quinze
jours, les Frangais apporterent sur ce march une grande quantity
d'objets qu'ils echangerent avec les indigenes contre des vivres et de
la viande.
G6lin. Habitation situee dans la section rurale des Sourgailles, com-
mune de Petion-ville.
L'Etat y possede des terres.
Gelin. Habitation situee au lieu vulgairement appel6 le Petit-Corail,
pres de la montagne la Selik, section rurale de Trou-Coucou, commune
de la Croix-des-Bouquets. Elle est bornee au nord par la riviere du
Cul-de-Sac, a lest par la riviere du Petit-Corail, et au sud et a l'ouest
par la montagne la Selle. Appartient i Mme veuve Camille Legendre et
a M. Jean-Joseph.
Gelin. Habitation situde dans la section rurale de la Haute Grande-
RiviBre, commune de J6r6mie. Sirop, tafia, bestiaux.
En 1819, lorsque le president Boyer donna l'ordre d'6touffer l'in-
surrection de Goman, le general Lys 6tablit son quarter general sur
l'habitation Gelin.
En 1869, les Piquets s'y 6taient 6tablis; ils en furent chassis en
mars 1870 par Brice, aprBs le triomphe de la revolution des Cacos.
Genee. Habitation situee dans la section rurale de la Br6silienne.
commune de Bainet, sur laquelle l'Etat possede 40 carreaux de terre
occupies par des fermiers. On y produit des caf6s.
General. Voyez : Bassin general.
Ge6nrale. Voyez: Poix-la-G6nerale.
Genevieve Dubory. Habitation situie dans la commune de Pestel.


CIAZI T( "E GU,


10









L'Etat y posside des terres occupies par des fermiers. Contenance
indeterminee.
Genevieve. Habitation inoccupee situee dans la commune de l'Anse-
d'Hainault.
L'Etat y possede des terres. Contenance ind6termin6e.
G6nipailler. Troisieme section rurale de la commune de Milot, arron-
dissement du Cap-haitien. Ecole rurale.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habita-
tions : Charite, 11 carreaux de terre; Campion, 17 3/4; Chalissy, 1/4;
Saint Paulette, 3 et un reste; Bauberte, 5.
En 1840, il y avait 10 habitations bien cultiv6es en cannes et vivres,
14 en caf6 et vivres; en depdrissement : 20 en cannes et vivres, 6 en
cafe et vivres, 14 en jardins, 25 abandonn6es. Effectif : 99.
Genipailler. Premiere section rural de la commune de Grands-
Bois, arrondissement de Mirebalais. Avant la creation de Grands-Bois
en commune, elle appartenait a Mirebalais. Ecole rurale.
Il y a les habitations Cadette, Guito.
En 1840, il y avait 93 habitations bien cultiv6es, 386 jardins entretenus
en caf6 et vivres de toute espice donnant 239.600 livres environ,
2 petits moulins, 2 places en cannes, 38 propri6tes abandonnies
33 nouveaux 6tablissements.
Genoux. Habitation inoccupbe situee dans la section rurale de Fond-
Blanc, commune de l'Arcahaie, appartenant a l'Etat.
Contenance ind6terminee.
Gens-de-Nantes. Voyez : Trou Gens-de-Nantes.
Gensaulme. Voyez : Chansolme. 0
Gental. Voyez : Carrefour Gental et Compliment.
Gentilhomme. Habitation situde dans la section rurale de Sarrazins,
commune de Mirebalais, sur laquelle 1'Etat possede 30 carreaux de
terre affermes i des particuliers. On y cultive beaucoup de vivres.
Gentillon. Habitation situee dans la deuxieme section rurale de la
commune de Port-Salut.
Geole (la). Nom d'une rue A Port-de-Paix, dans laquelle l'Etat possede
des emplacements occupies par des fermiers.
Georges. Habitation situee dans la section rurale des Gonaive., com-
mune des Gonaives.
L'Etat y possede 6 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Cette habitation appartenait h Toussaint-Louverture. Il s'y 6tait
retire. C'est 1i que, le 10 juin 1802, I'ex-gouverneur de Saint-Domingue
fut arrWt6, sur l'ordre du general Brunet, de I'expedition Leclerc. Le
gdndral Brunet le regut avec distinction. A un signal donned, les officers
fran(ais d6sarmerent les indigenes. Toussaint tira son sabre. Un
aide de camp du general Leclerc, nomm6 Ferrari, se present devant
lui et lui dit: a General, d'apres les ordres du capitaine general Leclerc,
remettez-moi votre sabre; nous ne sommes pas venus pour vous faire
du mal; nous ne voulons que vous arriter. L'infame trahison! s'6cria


GENE GEOR


.i









Toussaint-Louverture, la justice divine me vengera ) II remit alors
son sabre au fourreau. Le general Brunet le fit garder a vue jusqu'au
lendemain, oui il le fit garrotter et placer entire deux bataillons de cara-
biniers qui formbrent la haie. Il entra ainsi aux Gonaives, oil il fut
embarque sur la frigate la Creole. Arrive au Cap, il fut transf6re sur le
HMros.
En 1802, peu apres cet 6v6nement, lors de la revolte des indigenes
contre les Frangais, Dessalines pen6tra sur l'habitation Georges. II vit la
grande case de l'habitation remplie de soldats europeens qui se met-
taient sur la defensive. I1 y avait 1A une foule d'officiers superieurs
frangais, entire autres plusieurs de ceux qui avaient arrete Toussaint-
Louverture. Les soldats de la 4e colonial voulaient fire un mauvais
parti aux blancs. Dessalines contint leur fureur, et command i la
garnison europeenne de rentrer aux Gonaives, suivant les ordres du
capitaine ge6nral Leclerc.
Georges. Habitation situee dans la section rurale des Cotes-de-Fer,
commune du MOle Saint-Nicolas.
L'Etat y possede 25 carreaux de terre pour hattes, occupies par des
fermiers. Le fort Georges se trouve sur cette habitation.
Georges. Habitation situde dans la section rurale de la Plaine-
i'Orange, commune de Bombardopolis.
L'Etat y possede un reste occupy par un fermier. Contenance ind&-
terminee.
Georges. Habitation situee dans la commune de l'Anse-d'Hainault.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Georges. Yoyez: Fgrt Georges, Saint-Georges.
Gerard. Septieme et derniere section rurale de la commune de Grand-
Goave, arrondissement deeAogane. Ecole rurale.
L'Etat y possede 25 carreaux de terre sur l'habitation Thouin, et
3 sur Gerard, inoccupes.
Gerard. Habitation situee dans la section rurale du mime nom, com-
mune de Grand-GoAve.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre inoccup6s.
Gerard. Habitation situde dans la plaine des Cayes, non loin de cette
ville.
Apres la de6bcle des Platons, Blanchelande ne put rallier son
monde qu'au camp Gerard, le 40 aoft 1792.
En mars 1803, Geffrard march du camp Gerard contre les Fran-
cais a Torbeck. C'est A cette 6poque que Boisrond-Tonnerre, qui fut
plus tard un des secrtaires particuliers de Dessalines, sortit des Cayes
sous un deguisement, et se rendit aupres de Geffrard, qui l'attacha a sa
personnel. De Gerard, le general Geffrard alla attaquer le bourg de
Corail oii se tenait le general Darbois, qui, abandonnant ses troupes au
milieu de la nuit, se rendit a Jhremie dans un cannot de pecheur. Les
Francais, abandonnes a eux-memes, furent battus et mirent has les
armes.
Le 6 juillet 1803, Dessalines se trouvant au camp Gerard, Geffrard


GEOR GERA


12









fut nomm6 g6ndral de division. En presence des g6neraux de brigade
Jean-Louis Francois, Moreau, Gerin et Ferou, Dessalines fit un auto-
dafe des brevets envoys par Lamour Derance aux officers du Sud, ct
les remplaga par les siens.
C'est au camp Gerard que fut conduit le genDral Moreau en
octobre 1806, lorsqu'il fut arret6 au Garata. Le 16, il devait Otre fusille
sur l'habitation Pemerl6.

Gerard. Voyez: Abandonnez-Gerard.
Gerbeau. Habitation situ6e dans la section rurale de Caracol, com-
mune du Trou.
L'Etat y possede 9 carreaux de terre occupies par des fermiers, et
d'autres inoccupes.
Gerbier. Habitation situee dans la commune de la Grande-Riviere
du Nord.
Lorsqu'il eut et6 chass6 de Dondon par Laveaux, en janvier 1793,
Jean Francois se retrancha sur un plateau elev6 de l'habitation Gerbier
que Nully, officer francais, cerna aussitot. Les insurges ne parlaient de
rien moins que de se rendre et c'en etait fait de Jean Frangois, lorsque
Sonthonax envoya a l'armee l'ordre de rentrer au Cap.
Gerde. Habitation situ6e dans la section rurale de la Plaine de Tate-
a-Boeuf, commune de Grand-Goave.
Gereau. Habitation situee dans les environs de la ville des Anglais.
Gerit. Habitation situ6e dans la section rurale de Petit-Borgne, com-
mune de Port-Margot.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occupies gar des fermiers.
Germain. Voyez: Saint-Germain.
Geronimo. Voyez:- San Geronimo.
Gervais. Habitation situee dans la section rurale de laPlaine de l'Arti-
bonite, rive gauche, commune de Saint-Marc.
L'Etat y possede 40 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Le 6 fevrier 1889, le general Dardignac, operant contre les Nordistes
de Saint-Marc pourle gouvernement du ge6nral Legitime, et ayant sous
ses ordres 250 hommes environ, y battit les insurges conduits par
Monfiston Jer6me, commandant de la place de Saint-Marc, qui s'en-
fuirent en abandonnant leurs morts et leurs blesses. M. Edmond
Martelly y fut fait prisonnier et conduit h Port-au-Prince, oui il devoila
l'6tat deplorable de la ville de Saint-Marc.
Gervais. Habitation inoccupee situde dans la commune de Limonade.
Gervais. Voyez :Bois Gervais.
Gerveille. Habitation inoccupee situee dans la section rural de
Foulon, commune de Sainte-Suzanne, appartenant i l'Etat. Con-
tenance indeterminee.
Gestin. Voyez : Rappe Gestin.


GERA- GEST


13









Gilbert. Habitation situee dans la section rurale de Petit-Fond, com-
mune de Lascahobas.
Gilles. Voyez :Saint-Gilles.

Gillette. Habitation situde dans la section rurale de Cotelette, com-
mune de Sainte-Suzanne.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre et un reste occupies par des
fermiers.
Le 3 janvier 1795, le capitaine Noel, lieutenant de Toussaint-Louver-
ture, enleva un camp que les Espagnols y avaient 6tabli.
Gilliard. Habitation inoccupee situde dans la section rurale de la
Rivibre-Canot, commune de Mirebalais, appartenant a l'Etat. Conte-
nance indetermin6e.

Gillot. Habitation situde dans la section rurale de la Petite-Riviere de
Bayonnais, commune des Gonaives. L'Etat y possede 10 carreaux de
terre occupies par des fermiers.
Gima (la). Ancienne section rural de la commune de Cotuy. En 1840,
elle 6tait la plus florissante et la plus riche en toutes sortes de cultures.
II y avait de beaux jardins de cafe, riz, tabac, cannes a sucre et vivres.
Gimbal. Habitation situee dans la section rurale de la Crete-Bruilee,
commune de Mirebalais, sur laquelle l'Etat possede des terres. Con-
tenance indeterminee.
Gimbal. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de Grand-
Boucan, commune de Mirebalais, appartenant i ''Etat. Contenance
indeterminee.
Ginga. Voyez: Dubrai Ginga.

Gingembre. Habitation s~tu6e dans la section rurale de Bois-de-Lance,
commune de la Grande-Riviere du Nord.

Girandoise. Cinquieme et derniere section rurale de la commune de
Cavaillon, arrondissement d'Aquin. Ecole rurale.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers, entire
les habitations Patel et Mogesse.
En 1840, il y avait 159 habitations cultivees en cafe, vivres et grains,
et pourvues de jardins de reserve bien entretenus.
Girard. Habitation situee dans la section rurale de la Haute-Gui-
naudee, commune de Je6rmie. L'Etat y possede 4 carreaux de terre
occupies par des fermiers.

Girard. Habitation situ6e dans la commune de Jacmel.
Le 14 mars 1800, apres l'6vacuation de cette ville, une portion de la gar-
nison, 6garee dans les bois, arriva sur l'habitation Girard, oui enfin elle
rencontra des montagnards amis commandos parun nomm6 Figaro. Elle
s'y arreta pour attendre des nouvelles de Petion. Les troupes de Jacmel
avaient 6vacue la ville au nombre de 1.400 hommes. Quand elles se
trouverent toutes r6unies a Girard, elles 6taient rdduites a 600.


GILB GIRA


14








Giraud. Habitation situee dans la section rurale de Barreau. commune
de l'Anse-h-Veau.
En 1804, dis que la nouvelle du project de massacre des Frangais
transpira A Jeremie, Giraud, directeur de la douane, en recueillitdix
chez lui et les cacha h l'insu de Dessalines, qui partit convaincu que le
carnage avait 6t0 complete. Giraud les fit ensuite embarquer sur un
navire anglais.
Giraumon. Habitation situee dans les hauteurs de la Grande-Riviere
du Nord.
Les Espagnols de la Grande-Riviere avaient dtabli tin camp a Denis,
au Giraumon. Toussaint-Louverture le leur enleva le 3 janvier 1795.
Givinal. Riviere affluent de droite du Grand Yaque.
Glace. Voyez : Riviere Glace.
Glacis. Habitation inoccupee situde dans la section rurale des Citron-
niers-Marre-Rouge, commune du Mole Saint-Nicolas.
L'Etat y possede des terres. Contenance indeterminde.
Gladine Perrin. Habitation situee dans la section rurale de la Plaine
d'Aquin, commune d'Aquin. L'Etat y possede 5 carreaux de terre
occupies par des fermiers.-
Glaize. Habitation situee a l'entree de Grand-Goave, sur la route de
Leogane.
Le 19 juillet 1799, ii y eut entire les troupes du Nord et cells du Sud
une rencontre appelee VlAffaire des deux jours, ohi Dessalines fut
repousse par les Rigaudins. II y perit plus de 1.000 hommes, et il y
eut 2.000 blesses.
Glaude Boisrond ou les Abricots. Habitation situde dans la commune
d'Aquin, aujourd'hui considerablement morcelee.
Glier. Habitation situ'e dans la section rurale de B6rault, commune
de Torbeck.
Goave. Riviere affluent de droite du Grand Yaque.
Goave, ou Guaba, ou Goaba (Vallee de). Nom donned aux planes de
Saint-Jean, de Banica, de Saint-Michel et de Hinche qui se touchent
les unes les autres. Dans ce territoire on trouve le porphyre, l'agate,
l'albatre et le jaspe de toutes nuances, le soufre ; la region autour de
Guaba continent de l'or. Favorable h l'elevage des bestiaux. Les nom-
breuses rivieres qui l'arrosent, et surtout le Guayamuco, rendent ce
terrain tres fertile. Bois d'acajou renomme, mais de plus en plus rare
aujourd'hui. Climat sain, 500 metres en moyenne au-dessus du niveau
de la mer.
Goave. Voyez : Petit-Goave, Grand-GoAve, Acul du Petit-Goave, Baie
de Grand-Goave, Baie de Petit-Goave.
Gobert ou Robert. Habitation site dans la section rural de Mar-
got, commune de Plaisance.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occupDs par des fermiers.


GIRA GOBE,


15









Godet. Habitation caf6iere situde dans la section rurale des Sour-
cailles, commune de Petion-ville. C'est un joli petit hameau entoure de
hauts pins.
Godet. Habitation situee dans la section rurale des Frangipanes,
commune d'Aquin.
Godet. Autre nom de la propriety Benjamin.
Voyez ce mot au Compl6ment.

Godnaud ou Godinaud. Habitation caf6iere situee dans la section
rurale de la Montagne-Noire, commune de P6tion-ville.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers.

Godnaud ou Godinaud. Habitation caf6iere abandonn6e situde dans
la section rurale de la Nouvelle-Touraine, commune de Petion-ville,
appartenant A l'Etat. Contenance indeterminee.
Celle-ci et la pr6ecdente forment une meme propriedt situie dans
deux sections rurales contigues de la m~me commune.

Goffrand. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de Moka-
Neuf, commune de Sainte-Suzanne, appartenant a 'Etat. Contenance
indeterminee.
Goga. Habitation situee dans la section rurale de Fond-Palmiste,
commune de Torbeck.

Goleta. Petit port dominicain situ6 non loin de l'embouchure de la
riviere Yasica, sur la c(te nord. On y embarque des bois d'acajou que
charrie la riviere de l'intdrieur.
Voyez : Cabarete. .

Golmin. Habitation situee dans la section rurale de Laprente, com-
mune de Torbeck. A
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gombie. Morne de la commune des Abricots, sur le chemin de Dame-
Marie, et qu'on decouvre tres loin des hauteurs de Dufort.

Gomez. Habitation situ6e dans les hauteurs de la Grande-Rivibre du
Nord.
Le 3 janvier 1795, Thomas Andre, lieutenant de Toussaint-Louver-
ture, enleva un camp que les Espagnols de la Grande-Riviere y avaient
etabli pres du camp Charles Sec.
Voyez : Juan Gomez.
Gommier. Habitation situee dans la section rurale de Fond-Arabie,
commune de Petit-Goave, bornee au sud par la source Labordette.

Gommier. Fort situe sur la ligne nord de la ville de Port-au-Prince,
sur le Belair, et dominant la plaine du Cul-de-Sac.

Gommiers (les). Plaine situee dans le poste militaire de Petit-Trou
des Roseaux, au bord de .la mer, sur le chemin de Jeremie. Champs
immense de palmistes et de cocos-macaques. On l'appelle ainsi du


GODE -* GOMM


16









































E-


... .......;

.. ............


BALEL A T OR T UE
S


\w




















LA BAIEDi



e,,- .r~cZd


PZ A V


ES GONAIVES

,sdeie-lnrwiesi Anzlaie et
d Cncans rnrantSCrilj


Par.

1 6. TzVper&/azner

Z r4 7,rj!7 t- rvr-;nzee,-


B~rn~C2-b ~ 19 271698 !~


15 .3' Z2Zny'ccd.
2f~-d de BEts~


0--------


Echelle:
2iLcx 'r'dimar ca2_7u1jej









nom de l'arbre precieux qui fourmille en cet endroit et qui donne une
resine estimee.

Gonaives (les). Arrondissement militaire et financier de 2e classes du
department de l'Artibonite. Contient 42.000 ames. Quatre communes
qui sont: les Gonaives, chef-lieu de l'ariondissement, le Gros-Morne,
Ennery et Terre-Neuve. Inspection scolaire don't relevent les 6coles des
arrondissements de la Marmelade et de Iinche.
Les quarters de cet arrondissement sont les Poteaux, situes dans la
section rurale du meme nom, et l'Anse-Rouge (Voyez ces mots).
La garde national de l'arrondissement des Gonaives se compose de
2.000 fantassins et de 300 cavaliers.
11 y a 511 biens urbains, 160 habitations, 1626 1/5 carreaux de terre
occup6s par des fermiers,appartenant au domaine national. Le montant
des fermages des biens urbains est de......... ...... 1.929 50
celui des biens ruraux de........................... 9.615 10
Les limits de cet arrondissement, d'apres la loi di 17 octobre 1821,
sont, au sud, cells de l'arrondissement de Saint-Marc depuis lembou-
chure de l'Estere jusqu'au pont du meme nom; de ce point, a la Crete-
Sale, la ligne de l'arrondissement de Mirebalais; de la se dirigeant a
l'est-nord-est, jusqu'a la separation des communes de la Marmelade et
d'Ennery en suivant alors dans une direction nord-ouest la Coupe de la
Marmelade jusqu'au morne Laporte; de ce point, se dirigeant au nord
par la crite qui se trouve h l'ouest du canton de Piment, jusqu'h recon-
naitre les limits de la commune du Borgne; continuant a l'ouest en
suivant les creates des Moustiques, pour descendre dans une direction
sud-ouest: laissant & l'ouest les sources chaudes de Port-h-Piment,jus-
qu'h venir a la rive gauche de l'embarcadere de ce nom. De sorte que
l'arrondissement des Gonaives se trouve avoir: *l'ouest, celui du MOle
Saint-Nicolas; au nord, celui de Port-de-Paix; au nord-est, celui du
Borgne; l'est, la commune de Plaisance; au sud-est, l'arrondissement
de la Marmelade; au sud, celui de Saint-Marc, occupant l'dtendue de la
cote qui se trouve depuis l'embouchure de l'Estere jusqu l' embarca-
dire de Port-h-Piment.
Gonaives (les). Plaine dependant de celle de l'Artibonite vers le nord.
Elle comprend dans sa larger, a partir du rivage jusqu'au pied des
montagnes, 12 kilometres, et dans, sa longueur, a partir du pied de la
Crete-Espagnole jusqu'au pont de l'Estere, 38 kilomitres. Elle measure
400 kilometres carries de superficie.
Gonaives (les). Commune de 2e classes (loi du 25 septembre 1890),
chef-lieu de l'arrondissemment du meme nom et du department de
I'Artibonite, et de la cinconscription scolaire. Comprend six sections
rurales, qui sont:
La 1e, des Gonaives;
La 2e, de Desdunes;
La 3, de la Petite-Rivi .re des Bayonnais;
La 4, des Poteaux;
La 5e, de Labrande;
La 63, de Bassin.
Population de ]a corn mune : 18.000 ames. La ville elle-meme n'a
T. II. 2


17


GONA GONA -







18 GONA GONA
que 8.000 ames. I1 y a en moyenne par an 600 naissances, 200 d6ces
et 66 marriages. On y compete 60 protestants. Rues large, blanches de
sel, qui semblent etinceler au soleil.
Les quarters de 1'Anse-Rouge et des Poteaux se trouvent dans cette
commune, le dernier dans la section rurale des Poteaux.
Le fort de Bayonnais se trouve dans la section rurale de la Petite-
RiviBre des Bayonnais.
La commune fournit deux deputies a la Chambre des communes.
Gonaives reooit en moyenne par an :

4.000.000 lives de cafe par terre,
500.000 des autres arrondissements ;
2.000.000 livres de campeche par terre,
3.000.000 des autres arrondissements ;
350.000 livres de coton par terre,
50.000 des autres arrondissements.

Salines, sel renomme, riz, houx, truffes blanches, vivres de toutes
sortes, indigo.
Territoire fertile. En 1824, le president B oyer y fit diriger un grand
nombre d'immigrants cultivateurs de la race noire.
Port tries commerqant, ouvert au commerce stranger.
La ville est batie sur un sol plat et sablonneux. Elle est tres ancienne,
mais elle n'a e6t 6rigee en commune qu'en 1738.
.Climat chaud et salubre.
Silex, pyromaque, tuffeaux.
Le nom des Gonaives est indien : gonalbo; le territoire faisait parties
du cacicat de Maguana.
La baie offre de bons mouillages aux plus gros navires. Elle s'6tend
entire la pointe des Gonaives et celle de Lapierre. Celle-ci est a
190 25' 35" de latitude N. et a 750 10' 36" de longitude 0.
Les navires pris par le pilote a la pointe Lapierre patient :

Ceux de 50 a 100 tonneaux......... 2 )
de 101 200 ........ 3 m
de 201 a 300 ......... 4
de 301 a400 ......
au-dessus de 400 tonneaux..... 6 a

Au sortir du port, les memes navires patient :

Ceux de 50 h 100 tonneaux......... 2 a
de 101 a 200 ..... 4
de 201 a 300 ......... 6
de 301 400 ......... 8
au-dessus de 400 tonneaux. .... 10 0
La moitie est payable au pilot, et l'autre m oitie au Tresor.
De plus, le commandant du port regoit de ch aque navire pour la carte
de sortie............... ...... ...... ..... 2 ),
Gonaives est le lieu de cantonnement des 4A et 25e regiments d'in-
fanterie de ligne, et du 2' bataillon du 3e regil nent d'artillerie de ligne.









Garde national a pied et h cheval. Police administrative et rurale.
Eveche vacant, relevant de celui du Cap-haitien.
La loi du 20 novembre 1821 fixe h 33 lieues la distance exacte de cette
commune h la capital.
En 1891, le gouvernement du president Hippolyte accord a
M. Lanoue Sterlin la concession du service de distribution d'eau dans
la ville. L'eau qui alimente la ville est prise a la source Lapierre.
On pourrait conduire les eaux de Gros-Morne dans la plaine des
Gonaives et dans la ville a l'aide de reservoirs places de distance en
distance depuis les sources de Gros-Morne jusqu'A la mer.
Le petit ruisseau capricieux de Laquinto seul, appol6 aussi Grande-
Rivibre des Gonaives, arrose les alentours de la ville, dans la saison des
pluies. Les rivieres Labranle et du Chemin-Neuf, la petite riviere des
Gonaives et celle de la Croix s'y jettent.
L'Etat possede dans cette ville 7 emplacements rue Saint-Charles,
22 rue de 1'Egalite, 20 rue Louverture, 18 rue de la Liberte, 46 rue
Republicaine, 23 rue de la Revolution, 32 rue Beauvoir, 17 rue des
Carmagnols, 35 rue Saint-Simon, 6 rue Sans-Culottes, 2 rue Vernet,
1 rue Laveaux, 32 rue Alexandre, 17 rue de l'Ozama, 2 rue Grammont,
17 rue des Dattes, 4 rue de l'Independance, 3 rue du Cimetiere, I rue
du Poste des Cahos, 1 rue de l'Hospice, occup6s par des fermiers et non
occupies. Total: 300 emplacements.
L'habitation Soleil etait r6servee pour le service de lEtat en 1826.
Les Loges de l'Orient des Gonaives relevant du Grand Orient d'Haiti
sont:
L'Heureuse Independance n0 16;
La Sympathie des Cmurs n0 29.
Yoyez, pour les chapitres, l'article Haiti au tableau des Loges.
Siege d'un tribunal civil et d'un tribunal de coAnmerce don't la juri-
diction s'etend sur toutes les communes des arrondissements de la Mar-
melade et de Hinche. Le tribunal civil a rendu en 1887 cent vingt juge-
ments don't 24 au civil, 74 au correctionnel et 22 au criminal. Le tribunal
de paix en a rendu 191. Le tribunal de commerce a e6t fonde en 1830.
Pendant l'exercice financier de 1885-86, les recettes de l'arrondisse-
ment financier des Gonaives se sont levees '. a 411.930 63 comme
suit (1):

Chap. 1. Sect. 1. Importation.: ... ............... 89.458 23
1. 2. Tonnage par voiliers........ .. 6.737 23
S 1. 3. Pesage............... .. 707 94
1. 4. W harfage..... ................ 4.517 46
S 1. 5. Visites sanitaires................. 348
> 1. 6. 33 1/3 0/0 .................... 33,923 07
1. 7. 500/0 ................... ...... 50.884 94
1 > 8. Tonnage par steamers .......... 958 15
1. a 9. Ancrage ....................... 25
S 1. a 10. Visa consulaire................. .993 62
1. 11. Amende ......................... a
,, 2. 1. Exportation ..................... 156.553 75

(1) Pour 1'exercice 1890-91, voyez au Budget au mot Haiti.


GONA' GONAA


19








20 GONA GONA

Chap. 2. Sect. 2. Echelle........... ............ 30
2. 3. Pilotage........ .............. 227 50
S 2. 4 4. 10 0/0........................... 15.679 67
D 2. D 5. 20 0/0... ............... ..... 31.359 15
3. 1. Statistique............ ....... 518 66
4. 1. Biens domaniaux..... .......... 780 87
a 5.n 1. Timbre........................ 2.049 85
5. a 2. Timbres-poste....... ...........
5. 3. Timbres mobiles.................. 615 20
6. a 1. Enregistrement.. ......... .. 704 02
a 6. 2 2. Hypotheques...... ...... .. ) .
7. a 1. Produit des greffes ... ......... 138 50
a 8. 1. Diverses recettes................ 10.864 36
9. 1. 1 0/0, 1er douzieme sur pensions
civiles...... ..... .......... 1.855 46
Restitutions.............. ...... ..

La valeur des marchandises import6es a et6 de 5 300.000 et celle des
products exports de 5 718.079 35 (1).


(1) Dans le course de l'exercice 1887-88, la douane des Gonaives a imports pour une
valeur de 5 757.778 73. Elle a produit a l'importation :
Importation... ........ ... ..... 0 201.820 15
Tonnage par voiliers .... ............. 4.570 27
Pesage....... ....... ............. ... 1.227 32
Wharfage .... ..................... 8.130 24
Visite sanitaire................ ..... 231 >
50 0/0 additionnels ................... 108.006 72
33 1/3 0/0 additionnels ............ 72.003 90
Tonnage Plr steamers................ 2.238 67
Visa consulaire ........... ...... 7.578 20
Total..... 5 405.806 47

Elle a produit a 1'exportation ... .. 291.982 20
Pilotage d'entree et de sortie... ...... 226
Echelle............................. 50
20 0/0 additionnels..... ... ........... 58.449 57
10 0/0 additionnels................... 19.778 80
1 0/0 statistique... ... ............. 552 77
Total..... 371.039 34

La valeur des products exports a Wtd de 5 1.273.707 26, comme suit:
Cafd...... ....... ... 9.448.795 livres.
Campdche............. 26.460.700 -
Coton.. ........... 552.737 -
Cuirs de bceuf........... 18.148 -

Dans le course de l'exercice 1889-90, a douane des Gonaives a import pour une valeur
de 5 923.795 82. Elle a produit k 1'importation:
Importation..... ........... .... 268.279 58
Tonnage par voiliers................. 7.479 84
Pesage........................ 1 817 49
Wharfage... ...................... 2.615 73
Visite sanitaire....................... 496 50
A reporter.... 280.689 14


















Li


DE S GONAIVE S


PLAN1

GONAIlE S
pwtari.e cci-~-
dessine
d r~tpres d&5~ d /T4~Jda ~'zedi4~
comrnuniques a auteur
par
JUSTIN BOUZO?
Arpeniaw, -6evmemt &e
1893
Echelle










Les recettes du conseil communal se sont 61evees a h 5.737 99 et les
d6penses a 5 5.702 08. En 1889-90, ces recettes ont 6te de 5 5.211 70 et
les d6penses de 5.204 77. En 1890-91, elles out 6te de 9.871 20 et
les d6penses de o 9.832 74.
Les d6penses effectuees aux Gonaives, pour le d6partement des Finances
(1885-86), ont 6te de 5 22.877 02, savoir :


Chap. 1. Sect. 1. Pensions civiles............. ...
1. 2. Appointments. ......... .....
S 1. 3. Indemnit6. ....................
a 2. 1. Location............... ..... ..
2 2. 2. Materiel ........ ..............
a 3. n 1. Restitution ............. .... ....


2.015
17.273
600
1.752
437
800


>




05
a


Les d6penses pour le d6partement de la Guerre ont 6t6 de 74.286 22
comme suit:


Chap.
n








)>
S))
)


1.
1.
1.
2.
2.
3.
3.
4.
4.
5.
5.
5.


Sect. 1. Appointments de l'arm6e.......
2. Solde................. ...
a 3. Ration... ... ............... ..
1. Pension. ........................
2. V6terance................. .....
a 1. Location.....................
2. Materiel et 6clairage .............
) 1. Appointements des hopitaux......
2. M at6riel........ ........ .......
S1. Appointements des arsenaux......
S 2. Matriel .......................
a 3. Ration .........................


24.363
21.957
17.620
1.227
852
3.661
523
337
64
3.342
49
288


75
60

50

97
05
50



45
)


Report........ 280.689 14
33 1/3 0/0 additionnels.............. 96.896 65
50 0/0 additionnels................ 145.346 06
Tonnage par steamers ............... 3.127 92
Visa consulaire ..... ........ .. .... 9.239 52
Total..... 5 545.299 29

Elle a prodmt a I'exportation......... 5 315.945 31
Echelle ......................... 120 -
Pilotage d'entrde et de sortie........ 267 50
10 0/0 additionnels.................. 18.266 44
20 0/0 additionnels................... 53.595 97
Augmentation(decretdu 3 octobre 1889) 8.898 47
1 0/0 statistic e ........... ...... 497 51
Total..... 397.531 20

La valeur des products exports a Wte de 1.170.268 04, comme suit:


Cafe export...........
Camp6che.............
Coton .................
Cacao............. ....
Peaux de cabrits........
Cuirs de bceuf........


8.594.935 livres.
26.492.550 -
497.514 -
587 -
1.739 pieces.
12.092 livres.


GONA -GONA


21








22 GONA GONA
Les d6penses pour la Marine se chiffrent par 1.500 43, savoir :
Chap. 6. Sect. 1. Appointements des ports......... 960
S 6. 2. Materiel........ ... ...... .
6. 3 3. Ration........... .. .... ...264 ,
6 6. 4. Appointements de la marine...... ,
6. 5. Materiel.... ........ ....... 100 33
6. 6 6. Ration........... ..... ..... 176 10

Les d6penses de l'Intarieur par 5 37.880 comme suit :
Chap. 1. Sect. 2. Indemnit6 au S6nat. ........... 3.600 ,
1. 3. Appointements du publicateur... 60 u
2. 1. 1 des magistrats com-
munaux. .................. 6.528
5. 1. Location............... ..... 1.140 ,
S6. 1. Depenses extraordinaires... .... .. ))
7. 1. Subventions.... ............ 600 a
8. 1. Apppointements de la police admi-
nistrative........ ............ 18.976 ,
8. > 4. Materiel....... ....... .... ....... 96
8. 5. Appointements desge61iers, prison-
niers...... ............... .. 3.000
9. 2. Travaux publics.................. 3.880

Les depenses pour 1'Agriculture par 2 21.480 comme suit:

Chap. 1. Sect. 2...... ............... .. 21.480

Les d6penses pour la Justice par # 25.370 80 comme suit:

Chap. 1. Sect. 1. Appoirtements des tribunaux..... 22.630
1. 4. Frais de justice criminelle........ 53
S 2. 1. Materiel et fournitures ........... 440 80
2. 2. Location..................... .. 2.247

Les d6penses pour l'Instruction publique par d 29.449 comme suit:

Chap. 1. Sect. 1. Ecoles et pensions................ 20.314 ,
1. 2 2. Subvention.......... ... 720
D 2. 1. Location............ ... 5 467 ,
2 2. 2. Materiel et fournitures ...... ..... 343 ,
3. 1. Corps surveillant................. 2.605

Les d6penses pour les Cultes par 7 4.095 75 comme suit :

Chap. 1. Sect. 4. Trousseauxet passage des pritres.. 225 0
1. 5. Traitement des pritres... ........ 3.738 75
1. 6. Location......... .......... 132

II a e6t allou6 au budget de 1886-87 une some de 600 gourdes pour
f'achbiement du presbytfre des Gonaives.
L'eglise actuelle a 6t6 batie sous le gouvernement du president









Geffrard, en 1861, et la fontaine en 1862. La plain des Gonaives a
24 lieues carries et fournit beaucoup de coton. L'Estbre etla rivieredes
Gonaives l'arrosent. Un chemin de fer devait relier Gros-Morne aux
GonaYves par cette plaine : le concessionaire M. B. Riviere ne s'est pas
execut6 et se trouve dechu de plein droit de sa concession.
Dans son programme de gouvernement, le ge6nral L6gitime proposal
en 1888 la creation d'une voie ferree des Gonaives a Port-de-Paix.
Le courier de la post part des GonaYves le-dimanche soir pour le
Cap-haltien par le chemin des Escaliers et revient le mercredi soir. Un
autre courier part pour Ennery, la Marmelade, Dondon, le Trou et
Ouanaminthe. Un troisiBme courier passe au Gros-Morne, Port-de-
Paix, an Mole Saint-Nicolas et au Borgne.
Une ligne tel6graphique terrestre doit bientot relier les Gonaives h la
station tel6graphique du cable sous-marin du M61e Saint-Nicolas, et
avec Port-au-Prince, le Cap-ha'tien, Saint-Marc, Jacmel, Aquin, les
Cayes, Je6rmie et la frontiere dominicaine. Elle devait 6tre prete afonc-
tionner le jer mai 1889 ; mais les 6venements politiques qui se sont
products ont empech6 de l'Ftablir.
Fete patronale le 4 novembre, a la Saint-Charles.

Histoire. Le lor janvier 1804, le general en chef de l'arm6eindigene,
Jean-Jacques Dessalines, proclama, aux Gonaives, l'ind6pendance
d'Haiti sur la place d'Armes, autour de l'autel de la patrie qu'ombrageait
le palmier de la Liberte. L'acte d'independance est sign du ge6nral en
chef, ainsi que de Pktion, Clervaux, Geffrard, Vernet, generaux de divi-
sion; P. Remain, E. Gerin, F. Capoix, Daut, Jean-Louis FranCois, Ferou,
Cang6, L. Bazelais, Magloire Ambroise, J.-J. Herne, ToussaintBrave,
Yayou, generaux de brigade; Bonnet, F. Papailler, Morelly, Chevalier,
Marion, adjudants g6neraux; Magny, Roux, chef de brigade; Chareron,
B. Loret, Quene, Marcajoux, Dupuy, Carbonne, Diaquoi ain,J, JRaphael,
Malet,Derenoncourt, officers de l'armee, et Boisrond-Tonnerre, secr6-
taire.
L'acte de l'ind6pendance national d'Haiti du Ier janvier 1804 a 6t6
sign et r6dig6 sur la proprie6t Vernet, aux Gonaives, qui appartient
aujourd'hui a la famille Legros. Tout dernierement encore, on mon-
trait dans cette famille le vieux chandelier de cuivre qui avait servi a
eclairer le secretaire de Dessalines, le fameux Boisrond-Tonnerre, et
une vieille table ayant un pied cass6, sur laquelle cet acte memorable
a 6t6 redig6. L'incendie de 1864 a devore ces precieuses reliques que
les Haitiens avaient neglige de recueillir, eux qui sont cependant si
glorieux et si jaloux de leur independence.
Pour dresser l'acte de naissance de notre liberty, disait Boisrond-
Tonnerre, il faut la peau d'un blanc pour parchemin, son crane pour
6critoire, son sang pour encre, et pour plume une baionnette. ,
( Le mime jour, Dessalines fut nomm6 gouverneur general.
Le 6 decembre 1793, les habitants des Gonaives et les colonels
Caze et Paul Lafrance livrerent la place a Toussaint-Louverture, qui en
prit possession au nom de l'Espagne.
Dans le courant de novembre 1800, apres la chute de Rigaud, tous
les Rigaudins de la ville des Gonalves furent tu6s a coups de baionnette.
Peu de temps apr-s, quand Toussaint y pass pour se rendre au Cap, ii


GONUA -- GONA


23









rebut les felicitations de la population qui s'etait port~e en foule au-
devant de lui; il fut covert de lauriers, au milieu des plus grandes
acclamations populaires. On l'appela le Spartacus moderne, le grand
homme pr6dit par Raynal. Depuis peu de temps, les Gonalves etaient
devenus le s6jour des principaux favors de Toussaint-Louverture.
A l'approche de I'expedition Leclerc, la ville fut incendiee par
Vernet, sur l'ordre de Toussaint-Louverture (24 fdvrier 1802).
Le 12 juin 1802, l'ex-gouverneur fut embarque aux Gonaives sur
le vaisseau la Creole. Quand il arriva sur le rivage, il refusa de s'embar-
quer en disant qu'il n'avait pas l'habitude de la mer. Les carabiniers
frangais qui l'escortaient le frapperent brutalement et le forcerent a
enter dans le cannot. Au Cap, on le transborda sur le vaisseau le H ,ros,
oi'il trouva son troisieme fils Saint-Jean Louverture.
Le 23 octobre 1802, Dessalines, apres s'etre empar6 de la Petite-
Riviere de.l'Artibonite, et avoir lev6 l'6tendard de la r6volte centre les
Frangais dans l'Artibonite, rallia P6tion, Christophe et Clervaux surl'habi-
tation Georges, pres des Gonaives, et march contre cette ville avec la
4e demi-brigade colonial. Apres deux assauts, la ville fut 6vacu6e par
les Frangais. Huin et Lux se retrancherent au fortMouneau, et s'embar-
querent avec la 5e le6gre pour le Port-R6publicain, apres avoir canonne
la ville. Le ge6nral Gabarf eut les honneurs de la journee.
Le 28 mai 1807, Lamarre, avec 2.000 hommes du president Petion,
fit une descent aux Gonaives, repoussa Magny qui y commandait pour
Christophe et s'y maintint. Mais il en fut bient6t chass6 (10 juin).
A la chute du roi Christophe, en 1821, le ge6nral Francisque y
commandait, lorsque 6clata a Saint-Mare l'insurrection du colo-
nel Paulin. Le. general Jean-Pierre Richard, un des chefs de cette
insurrection, fut arret6 aux Gonaives et expedi6 au Port-au-Prince, ou
il fut jug6 et fusill6. L5 g6ndral Dossous fut arrete pour y avoir aussi
participe.
En aoft 1825, le general Toussaint se brila la cervelle sur lhabi-
tation Jonnis, situee a 6 lieues des Gonalves. Ce general conspirait au
Cap avec le general Prophete Daniel, le colonel Gabriel Christophe et
l'olficier de sant6 Euzebe. Le general Magny les expedia au.Port-au-
Prince, mais le president Boyer les ayant rencontres aux Gonalves,
Toussaint aima mieux se donner la mort plut6t que de figure avec le
president qu'il avait trahi. Les conspirateurs disaient que le president
avait vendu et livre le pays aux blancs, denaturant ainsi les ceremonies
qui avaient eu lieu dans la capital a l'occasion de l'enterinement par le
Senat de l'ordonnance de Charles X qui reconnaissait l'independance
d'Haiti.
Le 20 decembre 1859, le general Geffrard (Fabre) s'embarque au
Port-au-Prince, sur le soir, dans un frele cannot, avec Clodomir son fils,
Ernest Roumain, Jean Bart et un de ses guides, pour aller aux Gonaives
diriger le movement r6publicain qui renversa 1'empire de Soulouque.
Le 22, la ville prend les armes, la Republique est proclam6e et la Cons-
titution de'1846 remise en vigueur. Le 23, le comite d6partemental des
Gonaives pronongait la decheance de Soulouque et la nomination du
general Fabre Geffrard a la presidence d'Haiti.
Incendie des Gonaives le 22 avril 1852, le 7 avril 1864 et en
aofit 1879.


24-.


GONAh GONA


















































































GONA1VES.


_ I
-..1. -IC --









Le 6 novembre 1861, conspiration de Brave Guillaumette.
Le 5 juillet 1866, insurrection aux Gonaives, comprim6e par le
general Philippeau, ministry de la guerre du president Geffrard.
Le 4 decembre 1867, Salnave part des Gonaives pour combattre
les Cacos.
Gonaives a ete le theatre de luttes acharnees entire les troupes du
gouvernement commandoes par le general Victorin Chevalier et les
r6volutionnaires de Saint-Marc, de 1868 a 1869. Bloqu6 par terre et par
mer et abandonn6 du gouvernement, Victorin Chevalier se fit trans-
porter avec armes et bagages au Port-au-Prince, par un navire de guerre
franqais, le 29 aouft 1869. Les Cacos s'emparerent de la ville.
--Dans la nuit du 3 mars 1873, Galumette Michel, Jules Legros, John
Bonhomme, Fleuriau Jonathas prirent les armes, et se rendirent maitres
un instant de la place. Le g6ndral Mont Morency Benjamin, comman-
dant de l'arrondissement, les en chassa et fit un example terrible en
faisant fusiller sans piti6 seize d'entre eux et plusieurs de leurs com-
plices. Galumette Michel, John Bonhomme et Fleuriau reussirent seuls
a se sauver dans les bois.
Le 7 f6vrier 1879, Mont Morency Benjamin s'6tant empard des
Gonalves, en fut ensuite deloge par la population.
Le 3 juillet 1879, le general H6riston Heriss6, commandant de
l'arrondissement des Gonaives, se mit h la tOte de la revolution.
En aofit 1879, les Bazelaisistes, fuyant Port-au-Prince qu'ils ne
pouvaient pas reduire, se rendirent aux Gonaives don't ils s'emparerent.
Le gouvernement provisoire envoya contre eux des troupes comman-
dees par les gednraux Jean Jumeau et H6riston Herisse, qui les en chas-
serent le 17 aofit. La ville fut incendi6e a l'aide du p6trole. Les Bazelai-
S sistes se rendirent a Jer6mie oiu on ne voulut pis les recevoir, et de lh
a Kingston, devenu depuis longtemps le refuge des revolutionnaires
haitiens.
--Apres la mort du general S6ide Th lemaque, les Gonaives se
mirent en insurrection contre le gouvernement provisoire, le 3 octobre
1888, a l'instigation du Cap-haitien.
Le general Andre Vernet, qui fut ministry des finances et de l'inte-
rieur de l'empereur Dessalines, commandait aux Gonaives en 1803,
apris l'expulsion des Franqais. II fut cre6 par Christophe prince des
Gonaives. I1 mourut le 25 decembre 1813. Son corps fut inhume dans
l'6glise royale de Sans-Souci, h Milot.
-Le vicomte de Fontanges, qui fut envoy au Port-au-Prince par le
cabinet frangais, en 1816, pour traiter de l'ind6pendance d'Haiti, etait
un colon des Gonaives, ex-colonel du regiment du Cap-haltien, ex-com-
mandant du cordon de la Marmelade lorsqu'il luttait contre les g6nd-
raux Jean Francois et Biassou.
r Les personnages suivants sont n6s aux Gonaives : Joseph Lamothe
et J.-B. Damier, qui ont 6t6 plusieurs fois ministres; Francisque, Aime
Legros, N. Saint-Amand, Victorin Chevalier, Normil Sambour, lesquels
ont 6te aussi ministres.
Ont et6 enterr6s sur la place d'Armes des Gonaives: le g6n6ral
Beauvoir et Monseigneur Denis, duc des Gonaives. Le premier avait
command Parrondissement pendant douze ans sous le president Boyer.


GONi~A GON


25








26 GONA GONA
Monseigneur Denis, pendant le regne de l'empereur Soulouque, corm-
mandait le d6partement de l'Artibonite.
Le 1er d6cembre 1888, la ville langa quelques boulets sur le Tous-
saint-Louverture; ce navire riposta tout en continuant sa route.
La ville des Gonaives a et' le siege de la Constituante de 1889 qui
a elu le general Hippolyte president d'Haiti le 9 octobre.
On lit dans la parties officielle du Moniteur du 8 mars 1888, journal
official de la Republique d'Haiti: < 11 a 6te decide en Conseil des Secr6-
taires d'Etat, sur la proposition de S. E. le Pr6sident de la R6publique,
qu'il sera erige sur la place d'Armes des Gonaives, oh l'independance
d'Haiti a 6te proclam6eele ler janvier 1804, une statue en bronze de
Jean-Jacques Ilessalines, fondateur de notre ind6pendance national.
On prepare en ce moment la statue, ainsi qu'un monument qui
s'ex6cute aux frais du president Salomon, et qui sera plac6 au cimetibre
int6rieur de Port-au-Prince, sur le tombeau de l'illustre citoyen.
La revolution du 10 aofit 1888, qui renversa Salomon du pouvoir, fit
en parties 6chouer ce project. Le 21 septembre 1892, il a 6te inaugur6 un
mausolee que le president Hippolyte a eu la gen6rosit6 d'6lever sur la
tombe du fondateur de I'independance haitienne.

Gonaives (les). Premiere section rurale de la commune des Gonaives.
Ecole rurale.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habita-
tions : Chatelain, 77 carreaux de terre, Georges 6, Desolee 10, Lapierre 5,
Soleil 17 1/2, D6crion 2, Cocherel une portion, Grammont frois por-
tions, Hatte Mandrin 7.
Gonaives (les). Habitation situee dans la section rurale de Brostage,
commune de Dondon.,
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gonive (la). Ile adjacent d'Haiti, situ6e A l'entree du golfe que
forme lespace compris entire le cap Saint-Nicolas et le cap Dame-Marie.
Quarter de I'arrondissement de Port-au-Prince, erige en 1888.
Extrait du journal la Vdritd du 8 juin 1887 :


LES PECHERIES DE LA GONAVE.

La Gonave est cette belle et grande ile que nous voyons a l'ouest de
Port-au-Prince, en face de la baie. Elle est loin d'6tre deserte. Il y a
une population nomade et s6dentaire assez nombreuse. Tout le long de
la cote s'elevent des cases de picheurs, de chasseurs et de planteurs
qui sont les seuls Otres humans habitant File. Leurs stations s'appellent
des Boucans. On y compete 2 ou 3 mille ames (1). Sur les plateaux, on

'(1) Le general Alibde Ferry a tort de dire que :
La brise qui n'6tait pas mince,
Parcourant 1'air en vrai lutin,
Nous emporta sur 1'onde amire
PrI s de cette ile solitaire
Qui n'a, je crois, pour habitant
Que la bigaille on le serpent.









voit des jardins et des bananeries splendides de verdure, etablis depuis
quelques annees seulement.
La Gonave se dirige de l'ouest-sud-ouest a l'est-nord-est. Elle partage
la bale du Port-au-Prince en deux canaux. A l'est, sa longitude est par
750 13' 30", et sa latitude par 18 43' 30" ; A l'ouest, sa longitude est par
75 44' 35", et sa latitude par 18o 56' 0".
Elle a 14 lieues et demie de longueur sur 4 de larger.
A cause de la position qu'occupe cette ile magnifique en face et si
pris de la capital, on devrait s'occuper de lui donner de l'importance.
Les cotes du nord sont plus escarpees que celles du sud. La pente
est plus douce, et le terrain offre des contours moins abrupts et une
surface moins rocheuse dans le sud que dans le nord. Le sud de
l'ile est aussi plus fertile, et possede des sources d'eau plus pures que
dans le nord. Gen6ralement I'eau y est saumatre et nauseabonde. Ce
n'est pas que des sources d'eau tres bonnes ne s'y rencontrent. Au
centre se trouve un etang assez considerable.
L'ile est traversee au nord-ouest par une chaine de mornes qui la
divise en deux parties.
Dans certain endroits, on rencontre dans le sol un tuffeau calcaire
colored par le peroxyde de fer presque h l'6tat pur, et formant pate avec
l'eau qui couple dans les ravins, ou adherant fortement aux roches et
aux cailloux, dans la saison des vents aliz6s. Ce mineral de fer content
jusqu'a 50 pour cent de ce metal. On y trouve aussi du kaolin. Cavernes
curieuses.
L'Anse aux Sables est remarquable par le voisinage d'une saline
abandonn6e depuis longtemps, comme celles du Boucan Cache et de la
pointe Acajou. Cette saline, comme les autres, s'est transform6e en une
nitriere naturelle. Le sel que les pecheurs y recueillent est excellent
pour saler les poissons.
Une des principales richesses de la Gonave est la piche. Le poisson
est tries abondant sur ses cotes.
La peche des huitres y est nulle, parce que l'huitre y est tres petite
et d'un gout pe'u agr6able. Par contre, la peche du lambi se pratique
sur une grande echelle. On fait cette peche en plongeant dans les bas-
fonds nombreux qui environment File pour aller prendre le lambi que
trahissent, a travers le cristal de la mer, la grosseur et la couleur rose
de sa coquille, d'ou l'on retire l'animal en la chauffant. On les enfile
l'un au bout de lautre pour en facilitor le transport dans les villes du
littoral voisin. La chair du lambi, bien battue et bien assaisonnee, a un
gott sucre et d61icat, et est tres recherche des gourmets. Son coquil-
lage, assez gros, et qui est sans emploi quand il est d6colord par le
soleil, sert, quand il est frais et sans defaut, h orner les parterres de
nos jardins ou nos salons. Il est jet6 sur la c6te en tas enormes; on en
pourrait fire de la chaux.
On connait le son lugubre tire du coquillage du lambi. A l'dpoque de
la guerre de notre ind6pendance, c'est au son de ce lugubre instrument
que nos grands-parents se ralliaient pour livrer bataille a leurs oppres-
seurs. Les canots l'utilisent encore pour annoncer leur approche ou
leur depart de leurs embarcaderes. 11 sert aussi dans quelques planta-
tions pour appeler les travailleurs a l'ouvrage. Alors on come le lambi.
Le brigau abonde la Gonave. On le peche et on le recueille come


GONAT GONAA


27









le lambi. Sa coquille servait autrefois h la confection des tabatieres
don't on faisait le couvercle en bois, tournant sur une charniere en
m6tal, l'usage des colons pauvres et des affranchis.
Apres la peche des mollusques vient celle des crustaces qui se fait
sur une plus grande echelle. Le homard se trouve en abondance sur
toute la cote de la Gonave. Sa chair delicate et sucree, tries peu estim6e
des pecheurs, est recherchee des gourmets.
Les crabes sont abondants aussi sur le rivage, et se rencontrent a
une ou deux lieues dans l'interieur. C'est dans les trous A moitie rem-
plis d'eau que ce crustace creuse pour se loger, que se cachent, quand
la brise est forte, les bigailles, les maringouins et toutes les vermines
ailees de ce pays. Elles reparaissent avec le calme, au grand d6sespoir
des pecheurs et de leurs families g6neralement fort peu vetues. Les
crabes de la Gonave sont gros, gras et bons. Leurs coquilles sont cou-
leur jaune sale, et quelquefois vertes. Le president Boyer, voulant y
acclimater les crabes de la Tortue qui sont meilleurs et plus delicats, en
avait fait jeter plusieurs centaines aux environs de la baie qui avoisine
le morne Igname. On les retrouve jusqu'aujourd'hni encore, quoique
eh moins grande quantity que ceux originaires meme de F'ile. On attribue
leur peu de developpement a l'absence d'eau douce pendant la seche-
resse, ainsi que de certaines algues qui constituent la nourriture de ces
animaux a la Tortue.
La peche du poisson a la Gonave donne lieu h une industries consid6-
rable. Des milliers de families en vivent. Elle se faith au filet, a l'eper-
vier, a la nasse, et surtout h la folle pour prendre la raie et les tortues
de mer. Les especes que l'on peche en plus grande quantity sont le
coffre, le mulet et le perroquet. Le squale, la dorade aux couleurs
magnifiques, le hareng, le thon, le maquereau, la becune ou brochet
de mer, le balaou svelte et agile, le negre qui devient un tries gros
poisson, le sarde gris et le sarde rose tres estimes chez nous, la sardine
y sont de quality superieure, et ne causent jamais de malaise aux
consommateurs. Il n'y a que les poissons pAch6s dans. les ports de la
grande terre qui soient susceptibles de determiner des empoisonne-
ments, parce qu'ils se nourrissent de racines, de pommes de mance-
nillier, d'algues et de fucus attaches au fond cuivreux des navires. Le
bassin du vieux wharf de 1'Anse-h-Galels et toute la c6te de la Gonave
sont frequents par des tortues de mer, et surtout par des carets, la
plus precieuse de toutes a cause de ses ecailles. Il y en a qui present
600 livres.
A cot6 de tous ces poissons qui font les delices de nos tables, on
rencontre, il est vrai, sur ces c6tes, une infinite d'autres petits pois-
sons de quality ordinaire don't la chair de mauvais gouit les fait peu
rechercher par les consommateurs.
Les poisons de la Gonave sont consommes sur toute la cote de la
grande terre, depuis Gona'ves jusqu'a Miragoane.
Les sponges donnent lieu 6galement a une peche lucrative. Elles sont
grosses et belles.

LES FORCES ET LES CULTURES DE LA GONAVE.
L'Anse-a-Piquirois est une petite plaine d'une lieue de longueur sur
trois quarts de lieue de larger, occup6e par des mares et par une


128


GON~A -GONA







GONA GONA


29


saline, devenue, comme toutes les autres salines, une veritable salpe-
triere, et don't le fond bris6 renferme l'ouverture d'une vallee ombreuse
qui recele dans sa profondeur des acajous, des tendre-a-cailloux et des
chenes a glands.
Le quinquina, le campeche, le bois marbre, le bois blanc, le cour-
baril, le bois de rose, le gayac franc et batard, le bois de houx et de
lance, le gouyavier marron y croissent en abondance.
L'aloes pite y pullule, et fournissait les trois quarts'du pite qu'on
exportait en si grande quantity, il y a quelques annees, du Port-au-
Prince et de Miragoane. Aujourd'hui, malgr6 les droits que le gouver-
nement actuel a retires a l'exportation en 1885 sur ce produit de notre
sol, on ne produit plus de pite. Nos populations des campagnes ont fini
par en oublier les proced6s de preparation. On en faith dans le pays des
cordes tres estimees.
Plus on p6netre dans l'int6rieur de l'ile, plus on decouvre des forces
d'acajou et de chenes a glands; les arbres croissent principalement sur
les hauteurs. La du moins ils sont plus grands et plus beaux que sur le
rivage.
La temperature 6tant moins chaude et l'humidite plus grande en
avancant vers le nord, on retrouve les memes arbres auxquels se m6lent
le pin, le palmiste, le latanier et le cedre.
Un capitalist ou une compagnie trouverait une riche exploitation
dans les forts de la Gonave. La seule difficult serait d'etablir des
chemins de halage, ou plutot de les deblayer, car il parait qu'ils existent
de longtemps.
Pour ce qui est de la culture dans l'ile, il n'y a que dans la ravine du
Boucan-Cach6 qu'on voyait encore, il y a quelque temps, des traces
d'une ancienne plantation des colons, laquelle est transformed aujour-
d'hui en un magnifique jardin, comme il en existe partout, et oui l'on
cultive des fruits divers, tels que la banane et les figues-bananes, la
patate, les e1gumes qui sont pref6res a cause de leur delicatesse a ceux
de 1'Arcahaie.
Que de fois ne consommons-nous pas, au Port-au-Prince, de ces
fruits et de ces legumes de la Gonave, que nous croyons venir de 1'Ar-
cahaie? Toutes les fois qu'on leur trouve un meilleur goAt et plus de
saveur que d'habitude, vous pouvez 6tre shr qu'ils viennent de la
Gonave. Ce qui manque h la Gonave, ce sont des bras. Il y manque
aussi des marines aussi hardis que ceux de l'Arcahaie, et des barques
pour le transport des vivres. Les fruits, les legumes et le fourrage se
percent et se gatent faute d'embarcations pour les transporter dans
nos villes.
Les paturages sont riches, et les beufs nourris a la Gonave se sont
d6ja vendus sur le march de Port-au-Prince des prix insenses, a
cause de leur grosseur et de leur embonpoint.
Le bois biruler nous vient en grande parties de la Gonave.
La chasse n'offre pas moins, dans cette ile precieuse, de distractions
et d'occupations a ses nomades habitants.
Le pecheur se transform aussi facilement en agriculteur qu'en chas-
seur. Les oiseaux y sont nombreux. On y trouve le pipiri, le rossignol,
la tourterelle, l'ortolan, le ramier, et d'autres animaux ailes ou non
qu'il serait trop long d'Inumrer. Les oiseaux de mer ne manquent pas









non plus au tableau auquel on ne trouve qu'une ombre, le mancenil-
lier, cet arbre h 'omnbrage duquel tout le monde s'accorde a attribuer
la plus mauvaise reputation. Mais c'est ici le cas de prendre sa defense.
En effet, quels mensonges n'a-t-on pas debites sur son compete ? Cepen-
dant son feuillage est le plus beau et le plus inoffensif qu'il soit possible
de trouver. Le mancenillier est aussi hospitalier que le plus beau man-
guier. Le lait seul de cet arbre, qui ne croit d'ailleurs que sur le rivage
ou sur les plus hautes montagnes, est reellement corrosif. En respec-
tant ce lait acerbe, qui apres tout n'est utile i rien. le mancenillier offre
au voyageur fatigue une ombre fraiche et salutaire don't on peut user
sans crainte. Un arbre bien plus nuisible, mais heureusement insigni-
fiant, qui croit aussi a la Gonave, est le pois-gratt6. Qui s'y frotte s'y
gratte Au milieu de tant d'agrements et de tant de richesses qtue pro-
curent les productions de cette ile superbe, plus grande que la Guade-
loupe, la plus grande de nos miles adjacentes, c'est bien la moindre des
choses qu'on soit un peu oblige de se mettre en garde centre le pois-
gratt6 et les bigailles.
Que faisons-nous de toutes ces richesses ? C'est la petite exploitation
commence par M. Auguste Elie qui, seule, a donn6 h la Gonave, autre-
fois deserte, l'extension qu'elle a aujourd'hui. Ne laissons pas perdre ce
movement.
Autrefois les colons de Saint-Domingue, dans I'intention de varier et
d'enrichir leur culture tropical, envoyaient chercher i grands frais
l'acacia du Malabar, I'ascl6pia de Curacao, I'indigo et les spices de
l'Inde, P'arbre a pain et la canne a sucre d'OtaYti. Pourquoi, dana le but
d'enrichir nos picheries, ne chercherions-nous pas, a notre tour, et en
profitant des recent bienfaits de la pisciculture, a nous procurer la
meilleure quality des huitres d'Amerique et une infinite de gros pois-
sons de mer, d'6tangs *t de rivieres, tels que le luvarus, le turbot, la
more, le saumon, la truite, le brochet, la tanche et la carpe ?
Nous pourrions de meme y introduire des essences d'arbres pr6cieux
pour l'avenir. Nous pourrions enfin exploiter les salines et les mines de
la Gonave.
La pointe Lambi, la plus occidentale de la Gonave, est a dix lieues
de l'Anse-a-Veau.
La Mahotiere, dans le sud, est a neuf lieues de Miragoane.
La Grosse-Pointe, a I'est, est h sept lieues de Grand-Goave, et a qua-
torze lieues de Port-au-Prince.
Le mouillage de la Pointe-A-Galets est a six lieues de Mont-Rouis.
Tous les mouillages nord et sud de 'ile sont mauvais, ceux du nord
quand souffle le nord-est. et ceux du sud quand vente le sud-est. Ces
mouillages sont ceux de la baie du Pare, du bassin de Retoures, de la
baie de la Pointe-d'Acajou d'un cotd, et de l'autre ceux de l'Anse-&-
Galets, du canal de Bahama, du Grand Lagon et de l'llet-a-la-1Marre.
Renseignements sur I'entrde du petit port situ6 en dedans de !a
presqu'ile des Galets, pointe N.-E. de h'ile de la Gonave. Latitude nord,
180 49' '5"; longitude ouest, 75 16' 20".
Le port de l'Anse-a-Galets a 6te decouvert, sur l'indication de
quelques pecheurs, par M. Auguste Elie, concesslonnaire de la Gonave
sous le gouvernement du president Geffrard. Le premier navire qui y
aborda pour prendre un chargement de bois d'acajou, C tait un navire


30


GONA GONA









frangais appel6 le Minos, capitaine Goenuller, de Nantes. II y entra le
28 juin 1868. Le croquis du plan pour enter dans le port fut etabli par
M. J. Lacouture, ancien capitaine au long course ;il a e6t reconnu exact
par les capitaines de tous les navires qui sont allies, apres le Minos,
charger des bois d'acajou.
En sortant de Port-au-Prince pour aller a l'Anse-a-Galets, situde en
dedans de la pointe nord-est de 'ile de la Gonave, il faut fire route a
l'ouest quart nord-ouest, et continue ainsi jusqu'a ce que l'on soit
f nord-ouest et sud de la pointe de Lamentin qui est un peu plus h
l'ouest du phare; puis, de cette position, gouverner au nord-ouest et
nord-ouest quart nord. On'devra m me, par un temps clair, tenir le
cap sur la pointe nord-est de la Gonave pendant 50 miles. On se trou-
vera alors nord et sud des environs de la pointe de la presqu'ile qui
correspond a une grande savane verte. Une fois en face do ce clairon
qui est facile a reconnaitre, on s'approchera de la pointe nord-est qui
se distingue par cinq a six piles de pierres blanches, placees sur la
pointe ouest de la presqu'ile par les soins de M. Auguste Elie.
I n'y a aucun danger d'approcher de la c6te en sondant jusqu'a ce
que le changement d'eau ait bien fait reconnaitre l'entree formee par
l'ouverture de la presqu'ile (1.000 metres) et le banc de sable qui est
vis-a-vis de cette pointe nord-est. On laisse ce banc par babord pour
s'engager dans le canal, reconnaissable a la couleur bleuatre de ses
eaux. Gouvernant au sud-est demi-sud et sud-sud-est, on naviguera
par 7 et 8 metres d'eau, et 'on trouvera en approchant la plage de la
pointe et l'accore du banc, 6, 5, 4 et 3 metres; c'est-a-dire que le fond
diminue subitement en approchant d'un des bords soit de la pointe, soit
du bane; ce dernier est un compose de matieres madreporiques et
rocheuses qui se decouvrent en parties chaque fois que la maree s'eleve
S ou baisse de 40 centimetres. Puis on donnera cuk tour a la pointe sud
de la presqu'ile. Etant par le travers, on remarquera une cabane de
pecheurs qui est a cette pointe. On viendra alors sur tribord jusqu'a ce
qu'on ait releve ou amene la cabane au nord-ouest quart nord, puis a
l'ouest-nord-ouest demi-nord et nord-ouest quart ouest. Etant dans
cette position, on laissera tomber l'ancre par 6 et 7 metres dans un fond
de vase argileuse d'excellente tenue. On affourchera ouest-nord-ouest et
est-sud-est. La cabane de pecheurs restant a l'est-nord-est, c'est le
meilleur mouillage. On sera a une encablure du rivage bonnee tenue).
On entire dans la passe a la faveur de la brise du large qui souffle
chaque jour de la parties nord ou nord-ouest et ouest-nord-ouest, puis,
cessant vers le soir, passe au sud la nuit; le martin, elle remote au sud-
est et a l'est-sud-est, meme nord-est, pour reprendre comme de cou-
tume, a midi, au nord-nord-ouest et ouest.
Pour sortir du port, il faut profiter des vents indiques lorsqu'ils se
fixent de la parties du sud a l'est-sud-est, et si l'on etait surprise par le
calm dtant en dedans, on peut se touer facilement dehors. La mer y est
toujours belle, car elle est brisde par les banes de sable et de: madrd-
pores qui sont en dehors et a l'entree de la pointe de l'Anse-a-Galets.
Il serait convenable, pour eviter d'etre surprise par le came, d'etablir
quelques bouees afin de faciliter la sortie et l'entrde des navires. Nous
engageons les capitaines des navires qui vont prendre charge dans ce
nouveau port a s'affourcher avec un grelin pour que, pendant l'vitage


GONA GONAA


31









occasionne par les folles brises qui se font sentir, la chaine ne sur-
jouaille pas l'ancre.
Les barges des caboteurs vont mouiller jusqu'au fond de la baie par
30 centimetres d'eau.
De 1A, pour gagner la terre ferme, les passagers ont a faire 220 metres
en longeant le pied du morne sur un chemin qui, a la haute mer, est
covert d'un demi-pied d'eau. Les maisons du bourg actuel sont eta-
blies sur le plateau de la Roche-la-Chapelle, au nombre d'une tren-
taine. Ily a plusieurs autres petits groups de maisons don't le plus
important se trouve sur l'emplacement appele le Vieux-Magasin. La
population du bourg est d'environ 500 personnel.
Renseignements sur laiguade. L'aiguade n'est pas absolument
commode. On ne peut guere se procurer de bonne eau a moins d'aller
a 3 kilomitres du debarcadere dans l'int6rieur, sur une hauteur de
100 metres. Le chemin qui y conduit est accident et ne permet pas de
transporter des barriques. II faut se contenter de quelques barils de
galore que l'on remplit A la source, elle-mpme peu abondante (4 litres
par minute). Apres un course de 700 metres, les eaux se percent dans
les sables et les cailloux. I1 n'est done pas superflu de conseiller aux
commandants des navires qui iront prendre chargement dans ce port
de s'approvisionner d'eau et de vivres pour la dur6e de leur sejour en
cet endroit. Ils y trouveront toutefois beaucoup de poisson et de gibier.
En decembre 1890, le gouvernement envoya une commission pour
tracer une ville a la Gonave. Cette commission, compose de MM. L. G.
Tippenhauer, J. C. Wainright et V. Jeannot, fit choix de la plage de
l'Anse-a-Galets pour tracer la dite ville, sur les indications que j'avais
fournies i M. Tippenhauer. Elle rendit compete de sa mission au secrd-
taire d'Etat de l'interieur le 5 decembre (Moniteur du 20 decembre 1890).
Le plateau sur lequel uee ville peut etre edifi6e comprend 580.000 metres
carrds ou 0.58 kilom. carrd; il est borne au nord par la plage du Vieux-
Magasin, A l'est par la Saline, au sud par le pied des mornes et a l'ouest
par les berges de la Ravine. Toutes les rues se croiseront a angle droit,
a l'exception de celle du rivage qui suit le contour de la plage. Elles
auront 18 metres de large. Elles sont au nombre de sept et se dirigent
du sud au nord. Onze rues transversales courront de 1'est a l'ouest. Les
rues formeront 52 lets don't les c6tds auront 102 metres de facade. Un
ilet, dans la parties elevde du plateau, sera reserve a l'autel de la patrie;
une autre ilet, voisin a une eglise; un troisieme ilet, au milieu de la
ville, sera destine a un march. Au delay de la Ravine sera le cimetiere.
Une quatrieme place publique sera reserve au sud-est de la ville. Sur
la place de l'Autel de la Patrie donneront les facades du Palais National,
de la station de la police et de la prison. Sur la place de l'Eglise se
trouveront les facades du presbytere, de l'Bcole et du bureau de l'Ftat
civil. La place du Marche englobera les edifices de la commune et de
lajustice de paix. L'h6pital s'adossera au morne la Chapelle, I'abattoir
aux berges de la Saline.
Les ilets seront divises en 16 parcelles chacun, qui seront distributes
comme suit : 6 de 17 metres de faQade et de 34 metres de profondeur
sur les rangs est et ouest; entire ces deux rangs s'interposeront 2 pro-
pridtds ayant leur facade du cotd nord, et autant donnant sur le sud,
de 17 metres de facade chacune et de 51 mitres de profondeur. Dans


32


GONA GONA









les ilets coups en biais ou incomplets au nombre de 15 on cher-
chera b suivre l'idee gnerale du plan.
Toute la plaine au delh de la Ravine est reservee aux agrandisse-
ments futurs.
L'eau de la source peut etre amenee en ville par des tuyaux en fonte
de4 pouces de diamBtre. La longueur dela conduite sera de 2.700 metres.
Le debarcadere sera transfer a la baie Calice-Pierre, ou l'on construira
un wharf.
On trouve sur les lieux toutes sortes de materiaux de construction,
tels que chaux, sables, pierres, bois de construction, chaume.
A la suite des articles publics, par le journal la Vdritd, sur la Gonave,
et que je rapport plus haut, le gouvernement du president Salomon
proposal aux Chambres d'eriger cette ile en quarter. Voici les docu-
ments publics par le Moniteur du 3 juin 1888 h ce propos:

EXPOSE DES MOTIFS DU PROJECT DE LO1 QUI ERIGE EN QUARTER
L'LE DE LA GONAVE.

Messieurs les deput6s,
II se fait, depuis quelque temps, vers File de la Gonave une veritable
migration, don't les c6tes du Sud et de l'Artibonite, et surtout l'Arca-
haie, sont les principaux foyers, et d'ou resulte un rapide accroisse-
ment de la population de cette ile.
Beaucoup de travailleurs, attires par son sol vierge, riche, propre a
des cultures variees, vont y fixer leur habitation et entreprendre de
l'exploiter. MAais sachant qu'ils jouissent gratuitement et sans titre des
terrains du domaine national, et n'ayant pas, (ans l'itat actuel des
choses, la perspective d'en devenir fermiers ou proprietaires, ils sentent
eux-memes que leur position est absolument pr"caire.
Aussi, ils ne donnent pas a leurs itablissements toute extension
desirable, ni a la terre toute la valeur qu'elle pourrait acqu6rir. Ce
defaut de security qui leur est si prijudiciable, ne 1'est pas moins aux
interets bien entendus de agriculture. Ilimporte done de leur assurer,
par l'application de la loi sur le service des domaines, la tranquille pos-
session des terrains qu'ils exploitent; et il faut, pour amener ce resultat,
la presence sur les lieux d'un pr6pos6 administration.
D'ailleurs, en leur concedant la ferme de ces terrains, 1'Etat augmen-
tera ses propres revenues, et ce ne sera pas l'effet le moins utile de la
measure qu'il s'agit de prendre.
Ce n'est pas tout. L'ile n'etant qu'un post militaire, la seule sur-
veillance immediate qui s'y exerce est celle d'un officer qui n'a et ne
peut avoir sous ses ordres qu'un petit nombre de soldats. Or, cette sur-
veillance est devenue aujourd'hui absolument insuffisante, soit pour
S maintenir l'ordre parmi les habitants, soit pour pr6venir certaines
exactions. Combien d'individus, en effet, n'abordent 'ile que dans le
but d'enlever les animaux de l'Etat ou dans celui de faire des coupes
illicites de bois de teinture et de bois de construction? Combien
d'autres, fuyant des poursuites judiciaires, y trouvent un asile assure,
ou ils echappent a l'action directed de la police ?
Enfin, l'accroissement de la population a encore pour consequence
T. II. 3


GONA- ON


33









de rendre n6cessaire l'etablissement d'une justice de paix, d'une ecole
primaire, etc.
C'est pour repondre a tous ces nouveaux besoins, pour introduire
dans File de la Gonave tous les Blements d'une administration riguliere
qu'il convient d'6riger cette ile en quarter.
Votre constant sollicitude pour les int6rets ge6nraux de la Repu-
blique et pour chacune de nos populations, permet au gouvernement
d'esperer que vous n'h6siterez pas a voter le project de loi qu'il a l'hon-
neur de vous soumettre dans ce but.

LOI qui 6rige en quarter f'ile de la Gonave.

SALOMON, President d'Haiti,
Vu l'article 79 de la Constitution;
Consid6rant qu'il convient de favoriser I'extension des etablissements
agricoles de 1'ile de la Gonave, et de procurer en mrme temps a l'Etat
de nouveaux revenues par l'affermage des terres de cette ile;
ConsidBrant que l'accroissement de sa population y a fait naitre des
besoins auxquels les pouvoirs publics ont le devoir de satisfaire;
Qu'il convient, par ces motifs, de l'6riger en quarter;
Sur la proposition du Secretaire d'Etat de l'Interieur, et de l'avis du
Conseil des Secr6taires d'Etat,

A proposed :

Et le Corps Legislatif a rendu la loi suivante :
( Article premier. L'ile de la Gonave (commune et arrondissement
de Port-au-Prince) est*6rigee en quarter.
(( Article 2. La present loi abroge toutes lois ou dispositions de lois
qui lui sont contraires, et sera executee a la diligence des Secretaires.
d'Etat, chacun en ce qui le concern. )
Donne au Palais National de Port-au-Prince, le 21 mai 1888, an 85e de
l'Independance.
SALOMON.
Par le President:
Le Secrdtaire d'Elat de l'Intdrieur,
M. MONTASSE.
Le Secrdtaire d'Etat de la Guerre et de la Marine,
T. A. S. SAM.
Le Secretaire d'Etat des Finances et du Commerce,
C. FOUCHARD.
Le Secretaire d'Etat de l'Instruction publique et de laJustice,
J. C. ARTEAUD.
Le Secrdtaire d'Etat des Cultes et des Relations extdrieures,
B. SAINT-VICTOR.
Le canal de la Gonave est le d6troit situe entire cette ile et le d6par-
tement de l'Ouest. En 1799, beaucoup de partisans de Rigaud y furent
noyds sur l'ordre de Toussaint-Louverture.


34


GONIA ..... GONAA









Les gouvernements d'Haiti ont toujours cherche6 affermer un si beau
domaine. Un avis du 10 janvier 1835, 6man6 du secretaire d'Etat
J. C. Imbert, invitait les companies disposees a y entreprendre des
coupes de bois d'acajou a lui adresser leurs soumissions. A la fin de
1862, M. Gros, un des membres de la Socidte de Londres pour 1'exploi-
tation de File de la Gonave, vint au Port-au-Prince, et s'etait livre aux
explorations qui devaient pr6c6der l'organisation de l'exploitation,
quand le gouvernement du president Geffrard conceda l'ile a
M. Auguste Elie, son ancien secretaire d'Etat des finances. Apres la
mort du concessionnaire, sa veuve continue ce travail penible. Le
nouveau contract de Mme veuve Aug. Elie, renouvele en 1874, devait
choir en 1883, mais le gouvernement du president Salomon, avant
l'6ch6ance, expulsa cette dame de 'ile.
Histoire. La GonAve servit de refuge aux Indiens, lors du massacre
de la cour de la reine Anacaona de Leogane, suivant l'ordre d'Ovando,
en 150k. Les Indiens appelaient cette ile Guanabo ou Guanavana (coros-
sol), d'oi l'on a fait GonAve.
--Le 18 mai 1803, le capitaine Laporte, commandant une barge de la
flottille haltienne, poursuivi dans le golfe de la GonAve par une croi-
sibre franchise, defonga son bateau plut6t que de se rendre, et se bruila
la cervelle. L'6quipage entier fut englouti.
Le 23 juillet 1810, Thibaud, poursuivi par la flotte de Christophe,
echoua le Vengeur A la pointe ouest de la Gonave, et debarqua les
femmes A terre. Bocage fit sauter le navire, qui portait au Port-au-Prince
le coeur du ge6nral Lamarre apres la chute du M61e.
-- En janvier 1884, les Bazelaisistes, battus a MiragoAne et au Petit-
Goave, se refugibrent en petit nombre A la GonAve. Le gouvernement
envoya A leur poursuite le gIneral Canal jeune, commandant de l'arron-
dissement de Port-au-Prince, mais celui-ci ne pitt les atteindre.
L'ile de la Petite-GonAve, situee tout pres de la Grande-Gonave, au
sud-est de la grande Baie, est peuplee de cabrits sauvages qui s'y repro-
duisent admirablement. 11 n'y a point de sources. Il n'y a d'eau que
dans des crevasses alimentees par les pluies.

Gonaviers (les). Morne dependant des Cahos, et qui finit en mourant
dans la plaine de l'Artibonite, prks de la Crete-A-Pierrot.

Gondr. :Habitation situde dans la section rurale de la Plaine d'Orange,
commune de Bombardopolis.
L'Etat y possede 7 carreaux de terre occupies par des fermiers.

Gordo. Montagne dependant du Cibao, prbs de Salvaleon de Higuey.
Voyez : Arbol Gordo, Pefiones Gordo.

Gorge (la). Nom d'une rue au MOle Saint-Nicolas, dans laquelle
1'Etat possede. 23 emplacements occup6s par des fermiers et des bureaux
publics.
Gorge Jeanton (la). Position fortifiee par la nature, situde dans la
section rurale de Mont-Rouis No 2, commune de Saint-Marc. Sous le
gouvernement du general Legitime, elle avait une reputation quas
l1gendaire. A cette 6poque, les autorites de Port-au-Prince exp6diaient


GONA GORGG


35









tous les hommes valides la Gorge Jeanton occupee par les Nordistes.
En janvier 1889, le general 0. Piquant, ministry de l'interieur du pre-
sident L6gitime, march de Williamson contre les Nordistes camps a
Mont-Rouis. Apres les avoir d6loges des inexpugnables montagnes du
Fond-Baptiste, il dut s'arreter devant la position formidable de la
Gorge Jeanton pour eviter une lutte inegale entire ses soldats et les
Nordistes plus nombreux.
Gorman ou O'Gorman. Habitation situee dans la section rural de la
Marre-Roseaux, commune de la Croix-des Bouquets, en plaine du Cul-
de-Sac.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers. Contenance
indetermin6e. Les principaux propridlaires de cette habitation sont
MM. Petion, le general Brenov Prophete qui y a fait construire des
usines importantes, et les heritiers Jean Romain.
Gornail. Habitation cafe6ire situee dans la section rural des Matheux,
commune de l'Arcahaie. Une des limits des arrondissements de Port-
au-Prince et de Saint-Marc passe entire cette habitation et celle de
Dubourg, en partant de lembouchure de Mont-Rouis.
Gorra. Montagne situee isolement au milieu de la plaine de Yaque.
C'est un massif de gravier.
Gosse. Habitation situee dans ]a section rurale des Flamands, com-
.mune d'Aquin.
L'Etat y possede 100 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gosseline (la). Riviere situde dans la commune de Jacmel. Elle sort
du versant meridional du morne la Selle, et a pour tributaires plusieurs
rivieres, entire autres le.Lamentin et la Jambe-Rompue dans laquelle
tombent encore une infinite d'autres petites rivieres. Elle est en meme
temps un des affluents de la riviBre de Jacmel a laquelle elle se joint a
4 kilometres du bord de la mer. La Gosseline provient d'une mrme
nappe, d'un reservoir c ommun avec la riviere de Leogane.
Gosseline (la). Quarter de la ville de Jacmel.
Gouabary, ou Goyabary, ou Guabary. DeuxiBme et troisieme sections
rurales de la commune de Valliere, arrondissement de Valliere. Ecole
rurale.
L'Etat y possede des terres inoccupdes surles habitations: Lauciane,
300 carreaux de terre; Lauposte, 3 1/2; Matelgate, 50.
En 1839, on y com ptait 485 habitations entretenues en caf6 et vivres,
8 en deperissement et abandonnees; au total, 493.
Gouady. Habitation situde dans la section rurale de la Marre-a-Savon,
commune de Bombardopolis.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gouaraouai. Nom indien de la Grande-Riviere du Nord.
Goueselle. Habitation situ6e dans la section rurale de Baliverne,
commune de Dame-Marie.
L'Etat y possede 37 carreaux de terre et un reste occupies par des
fermiers.


GORM -'GOUE~


36









Gouffre. Habitation situee dans la section rurale de Grand-Cahos,
commune de la Petite-Rivibre de 1Artibonite. L'Etat y possede 5 car-
reaux de terre occup6s par des fermiers.
Gougeot. Fort situe au Dondon. En 1802, Sans-Soudi, chef de bandes
dejh fameux qui avait combattu avec acharnement pour la cause de
Toussaint-Louverture, souleva dans le Nord plusieurs ateliers, et mas-
sacra tous les Frangais qui occupaient le fort Gougeot. Sans-Souci, que
Christophe avait cruellement persecut6, fit savoir au general Leclerc
qu'il licencierait ses bandes si Christophe 6tait deported. Les insurges
prirent la denomination d'independants. Les Francais les appelaient des
brigands, et la population, Takos, du nom d'un gros oiseau a la queue
longue, de .couleur grisatre, a cris eclatants, voltigeant toujours en
grande compagnie, mais isoles les uns des autres et occupant chacun
une branch sur un arbre.
Gouidary. Habitation situee dans la section rurale de Petit-Borgne,
commune de Port-Margot. L'Etat y possede 39 carreaux de terre occu-
p6s par des fermiers.
Goulin. Habitation situee dans la sectiGn rurale de Maribaroux, com-
mune de Ouanaminthe.
Goupy. Habitation situee dans la section rurale de Cormiers, commune
de la Grande-Riviere du Nord. L'Etat y possede 6 carreaux de terre
occup6s par des fermiers.
Gourde Grande place. Habitation situme dans la section rurale de
Grand-Bassin, commune de Terrier-Rouge. L'Etat y possede 10 car-
reaux de terre occupies par des fermiers.
Gourde Petite place. Habitation situte dans la section rurale de
Grand-Bassin, commune de Terrier-Rouge. L'Etat y possede 25 carreaux
de terre occupies par des fermiers.
En 1804, lors du massacre des Frangais, un colon du nom de Gourde
fuit proteg6 e Aquin par le ge6nral Jean-Louis Frangois, ce qui lui per-
mit de s'embarquer et de quitter le pays.
Gourdin. Habitation situee dans la commune de Dame-Marie.
Goureau. Habitation situee dans la plaine du Cul-de-Sac, commune
de Port-au-Prince, don't elle est distant de deux lieues.
-Le 19octobre 791,Caradeux y envoya des commissaires pour discu-
ter les articles d'un nouveau trait avec les affranchis. I1 s'y trouvait 27
d6put6s blancs ayant h leur tete Caradeux aine et representant les
paroisses de Port-au-Prince, de Saint-Marc, de Leogane, de Mirebalais,
des Gonaives, de la Petite-Rivibre, de la Croix-des-Bouquets, de Petit-
Goave, de Jacmel et de l'Arcahaie. Les d6putes des citoyens de cou-
S leur, presides par Pinchinat, etaient au nombre de 36 et representaient
les memes paroisses. L'Assemble colonial du Cap, en apprenant le
concordat de Goureau, envoya a la Jamaique prier le gouverneur de
cette ile de venir prendre possession de Saint-Domingue. Celui-ci
repondit simplement que la paix regnait entire la France et i'Angleterre.
-En f6vrier 1802, Pierre-Louis Diane s'avanca jusqu'a Goureau avec
une centaine d'hommes, malgre la presence des FranCais dans ces para-


GOUF -GOUR


37









ges. Il cherchait A soulever les cultivateurs en faveur de Toussaint-
Louverture, et A incendier le Port-Republicain. Aussit6t que le com-
mandant frangais de la Croix-des-Bouquets eut appris qu'il avait etabli
son camp a Goureau, il sortit du bourg avec un bataillon europeen et
vint l'attaquer. Pierre-Louis Diane se battit vigoureusement, mais il
succomba sous la superiority numerique de l'ennemi. Les cultivateurs
poursuivirent avec acharnement ses soldats disperses dans la plaine, et
les firent prisonniers pour ]a plupart. Ils le d6couvrirent lui-meme
cache dans les jardins de cannes de Goureau. II fut arret6 et conduit
avec les autres prisonniers au Port-ReLpublicain, ou ils furent embarques
sur la flotte du contre-amiral Latouche-Tr6ville. On assure que Pierre-
Louis Diane mourut au bagne Rochefort.
En 1812, A l'approche des troupes de Christophe, les republicans,
battus a Santo, se debanderent; un grand nombre se jeterent dans les
bois de Goureau, d'oui le general Boyer vint les chasser.
L'habitation Goureau fut mise en vente par la loi du 10 mars 1810
pour reliever la culture et augmenter le nombre des proprietaires.
Gourleau. Habitation situee dans la section rurale de la Bande-du-
Nord, commune du Cap-haltien.
L'Etat y possede 4 1/2 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Goyabadouce. Habitation situde dans la commune de Hinche.
Goyabary. Voyez : Gouabary.
Grabahal ou Carabahal. Montagne situ6e sur les frontieres de la
R6publique dominicaine, don't on apergoit les pentes adoucies a l'ouest
de Cerca-la-Source, pres de Hinche. II y existe un poste de la commune
de Hinche.
Grace. Voyez: Rivibre Glace.
Grace Beausejour ou Grasse Beau. Habitation situee dans la section
rurale de Laplata, commune de Port-de-Paix.
L'Etat y possMde des terres. Contenance ind6termin6e.
Gracette. Habitation situde dans la commune de Corail.
Gracette. Habitation situee dans la commune des Cayes, oh, le
31 octobre 1810, Rigaud fut entoure par 3.000 cultivateurs, le priant de
soutenir leurs droits et de se separer de l'Ouest.
Gradice ou Gradisse. Habitation situde dans la section rurale de
Solon, commune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y posshde 12 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Gradice ou Gradisse. Habitation situee dans la section rurale de
Caracol, commune de la Grande-Riviere du Nord. Elle est bornee par
les habitations Dissa, Charite, Castagne et Zepiny.
Gradice. Habitation situee dans la commune de Quartier-Morin. C'est
la que le pobte Tertullien Guilbaud 6crivit sa piece de vers intitul6e:
Le Maringouin, le 6 juin 1882.
Gradice. Habitation site dans les environs du Vieux-Bourg d'Aquin.


38


GOUR -GRAD









Graix (la). Un des trois course d'eau qui forment le fleuve des Trois-
Rivieres qui passe a Plaisance, Gros-Morne et Port-de-Paix, pour aller
se jeter dans la baie de Port-de-Paix.
Voyez : Trois-Rivieres.
Grammont. Habitation situee dans la section rurale des Gonaives,
commune des Gonaives.
L'Etat y possede 3 portions de terre occupies par des fermiers. Con-
. tenance indeterminee. La saline Grammont touche h celle de Desdunes.
A la hauteur du mont Grammont, on peut admirer le magnifique pano-
rama qui se developpe aux yeux etonnis du voyageur. C'est d'abord la
plaine des Gonaives encadr6e dans une ceinture de mornes; puis, au
fond, sur le rivage, la ville des GonaYves elle-meme.
Le 24 fevrier 1802, la garnison de cette ville, lorsque vint le
moment de l'Fvacuer I l'approche des Francais, gagna le morne Gram-
mont, oui le general Vernet rencontra Mime Louverture ainsi que toute
la famille de l'ex-gouverneur qui avait abandonn6 1'habitation Co.cherel.
Apres que les Frangais furent entries dans la ville incendiee en pous-
sant des cris de victoire, Morisset, h la tete d'un escadron, les charge
pres du cimetiere, au moment oi ils se livraient au repos. II en fit un
affreux carnage, et retourna i Grammont, important un drapeau qu'il
leur avait enleve. Christophe vint alors joindre Vernet aGrammont; ils
prirent ensuite la route du Pont de 1'Estere.
Le 31 janvier 1869, le general Cadet Michel occupait, sous les
ordres du g6n6ral Victorin Chevalier, le poste de Grammont, lorsque les
Cacos de Saint-Marc vinrent l'y assaillir et lui enleverent son unique
piece de canon.
Grammont. Nom d'une rue aux Gonaives, dans laquelle l'Etat possede
2 emplacements occup6s par des fermiers. *
Grammont. Voyez : Hatte Grammont.
Gran Estero (el). Baie formee par l'ocean Atlantique dans la R6pu-
blique dominicaine. On pourrait creuser un canal a partir du Gran
Estero jusqu'au fond de la baie de Samana. Ce canal n'aurait que
20 kilometres de longueur et aiderait grandement aux communications
des ports de la baie de Samana avec ceux de toute la cote nord jusqu'h
Monte-Christ. Ce travail serait de plus facility par une serie de canaux
qui regoivent les eaux de la Yuna.
Grand'Anse (la). Arrondissement de 2e classes du department du
Sud, ayant Jer6mie pour chef-lieu.
Les autres communes sont Pestel, Corail, Abricots. Population:
40.000 ames.
Les postes militaires de l'arrondissement sont : les Roseaux, l'Anse-
> a-Cochon, Trou-Bonbon, l'Anse-du-Clerc et les Basses. Voyez ces
mots.
Les miles de la Cayemite et la Navase appartiennent a cet arrondisse-
ment, qui est borne & l'ouest par l'arrondissement de Tiburon, t l'est
par celui de Nippes, au nord et au sud par la mer.
I1 existe dans l'arrondissement 118 biens urbains, 93 habitations,
867 3/4 carreaux de terre occup6s par des fermiers, et appartenant au


GIAR GRAN


39








domaine national. Le montant des fermages des biens urbains est
de............. ........ .... .... 626 40
celui des biens ruraux de ................. .......... 1.030 87
La garde national de cet arrondissement se compose de 2.000 fan-
tassins et de 400 cavaliers.
Les limits de I'arrondissement sont, au nord-ouest, toute la c6te a
partir de la riviere Sal6e jusqu'" celle de la Seringue; a l'ouest, la ligne
qui le spare de l'arrondissement de Tiburon; au sud, la crete de la
Hotte qui le spare de 'arrondissement des Cayes, et, i l'est, I'arron-
dissement de Nippes (loi du 17 octobre 1821).
Les montagnes Cartaches s'6tendent sur la rive gauche de la riviere
de la Grand'Anse.
-.En 1792, une guerre acharnee avait 6clat6, comme partout d'ail-
leurs dans la colonie, entire les hommes de couleur et les blancs de la
Grand'Anse. Pour obtenir la jouissance de leurs droits politiques, les
homes de couleur avaient pris les armes sous les ordres d'un des leurs
nomm6 Bernard. D6sombrage, colon blanc qui commandait a J6r6mie,
et Lachaise, capitaine general des blancs, armerent contre eux les
esclaves, qui mirent a leur tete Noel Bras et chasserent les r6volt6s de
leur camp de Fond-Bayard. Les affranchisfaits prisonniers furent egor-
g6s, noyes ou bruil6s vifs.
Le 12 avril 1793, les commissaires civils Sonthonax et Polv6rel
chargerent Pinchinat et Rigaud d'aller soumettre la Grand'Anse, que
les colons livrerent aux Anglais le 19 septembre.
En 1810, la Grand'Anse se joignit a Rigaud dans sa scission avec le
Sud,
Le 18 f6vrier 1820, le president Boyer pacific la Grand'Anse en
6touffant d6finitivement la revolte de Goman (Yoyez: Anse-d'Hainault)
qui avait dure 14 ann es. On doit la fin de cette revolte a la douceur de
Administration du general Bazelais qui obtint la soiumission de plu-
sieurs chefs des r6voltes, et a la ferme volonte du:pr6sident Boyer.
Les ge6nraux Pierre Henry sous Petion, Bazelais et Segretier sous
Boyer, ont command cet arrondissement.
Grand-Bassin (le). Quarter situ6 dans la section rurale du :mme
nom, arrondissement du Trou. cre6 par le d6cret du gouvernement
provisoire du 28 septembre 1889.
Grand-Bassin (le). Cinquieme section rurale de la commune du
Trou, devenue la deuxieme et derniere de la commune de Terrier-Rouge
depuis la creation de cette commune en 1881 motive par son voisinage
immediat. Ecole rural.
L'Etat possede dans cette section rurale des terres occupies par des
fermiers sur les habitations: Sauvage Petite place, 10 carreaux de terre,
Michel 42, Bonnefond 46, Chabert Petite place 5, Gourde Petite place 25,
Tessier 30, Bourgeois 32, Brecourt 33, Conseil 25, Dorval 45, Thibault 60,
Narpe Petite place 45, Delvache 5, Hannelin 10, Gourde Grande place 10.
En 1839, il y avait 3 habitations en bon 6tat, 9 en cannes, 63 en caf6,
11 en vivres et grains de toute espice; en deterioration il y avait I en
caf6, I hatte, soit, au total, 88.
En 1867, le colonel Robert Noel passa au Grand-Bassin pour se
rendre au Mont-Organis6 (Ouanaminthe), oui il prit les armes contre


40


GRA -GRAN









Salnave. I1 s'adjoignit Servalin. Ils n'etaient que 6 Cacos au Grand-
Bassin, don't le nom a et6 immortalise par la revolution des Cacos qui
eut un si grand retentissement dans le pays.

Grand-Bassin (le). Habitation situee dans la commune de Leogane,
entire l'habitation Petit et le fort Ca-Ira.
En d6cembre 1802, Gerin occupa ce poste-pour les independants, afin
d'empecher les Francais d'y operer un d6barquement. Le 22, le lieute-
S nant Laucoste, rested fiddle aux Francais, vint y attaquer G6rin.

Grand-Boucan (le). TroisiBme section rurale de la commune
de la Plaine du Nord, arrondissement du Cap-haitien. Ecole
rurale. L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les
habitations: Carre, 38 carreaux de terre, Himbau 5, Liquet 1, l'Ile-
Adam 10.
En 1840, on y comptait 4 habitations bien cultiv6es en cannes et
vivres, 56 en cafe et vivres; en de6prissement : 18 en cannes et vivres,
79 en caf6 et vivres, 7 en jardins, 3 abandonnees. Au total: 167.

Grand-Boucan (le). Poste militaire de l'arrondissement du Cap-hai-
tien, situe dans la section rurale du meme nom.
Enjuin 1793, Sonthonax attaqua le Grand-Boucan qui s'6tait
rendu aux Espagnols, et fut repouss6 par Jean Francois.
En 1802, apres l'occupation du Cap par les troupes de l'expedition
Leclerc, Toussaint-Louverture, revenant de la parties espagnole, arriva
sur les hauteurs du Grand-Boucan. C'est 1 qu'ayant appris l'occupa-
tion du Fort-Libert6 et du Cap, il prit la resolution de resister et de
p6rir les armes a la main.
Le village de Grand-Boucan a 6t6 erig6 en poste militaire par le
d6cret du gouvernement provisoire du 3 octotre 1889, en raison de
'accroissement de sa population et de son importance. Ii comprend
une vingtaine de maisons.

Grand-Boucan (le). Cinquieme section rurale de la commune de
Mirebalais, pres du quarter de Villebonheur. Ecole rurale.
En 1840, il y avait 100 habitations bien cultiv6es, 225 jardins en
etat et vivres de toute espece, don't 35 cultives en caf6, 166 en coton et
24 en coton et cafe, produisant 37.750 livres, 16 hattes, 20 propri6t6s
abandonnees, 4 nouveaux 6tablissements.
Un morne spare le Grand-Boucan du Dondon et vient ensuite
mourir sur la rive de l'Artibonite. C'est la crete de ce morne que suit
jusqu'au bout la limited nord de l'arrondissement de la Grande-Riviere
du Nord. De la Soufriere du Dondon, la limited de l'arrondissement du
Cap-haitien se dirige a l'est par la crete du Grand-Boucan, en suivant
la meme ligne, jusqu'a venir reconnaitre la limited du Trou qui est
S situee a la source de la riviere de Caracol. Enfin, une des limits de
l'arrondissement de Mirebalais passe par la crete de la Selle, et a l'ouest
du Grand-Boucan, jusqu'au Fond-Diable.
En janvier 1803, le general en chef de l'armee indigene, Dessalines,
merchant de la Petite-Riviere de 1'Artibonite sur le Dondon soulev6
centre son autorite par le chef de bandes Petit Noel Priere, fit passer sa
colonne de gauche par le Grand-Boucan.


GRA,"L\T GRAN;


41









II existe dans cette section rurale les habitations: Lemeau, Pernier,
Nicolas, Chitrie, Desmarest, Cambour, Grospierre, Durege, Gimbal,
Loste, Dubuisson, Mathurine, Petit Duverger, sur lesquelles l'Etat pos-
sede des terres occupies par des fermiers. Les habitations Labattu et
Lafiche, situees aussi dans cette section rurale, a Saut-d'Eau, appar-
tiennent a des particuliers.
Grand-Boucan (le). Ravine situee au pied de la citadelle Henry, oi la
l6gende veut que Christophe ait fait precipiter ceux de ses sujets qui
mdritaient sa colere.
Grand-Boucan (le). Poste militaire de l'arrondissement de Nippes,
situ6 en face de Petit-Trou de Nippes, dans la presqu'ile du Bec-de-
Marsouin, section rurale de Bdgouin. Le Grand-Boucan est un hameau
place au bord de la mer, et habitf par des pecheurs n'ayant la plupart
aucun droit a l'occupation des emplacements. Toutes les maisons sont
couvertes de chaume form d'une sorte de feuilles large qui ne
prennent pas feu. Le tissue en est sans doute compose d'amiante v6getal.
La rade est toujours came et tranquille. Lorsque soufflent les
vents du nord, si funestes dans ces parages,les navires allant a JereImie
vont y prendre leur mouillage en attendant le retour du beau temps. 11
n'y a pas de communications par terre entire le Grand-Boucan et Bara-
deres, situee au fond de la baie. Par centre, les canots mettent peu de
temps a fair ce trajet par un vent favorable. Ils I'accomplissent quel-
quefois en 2 heures, rien qu'h la rame.
Chapelle. Ecole rurale. Cocotiers. Poissons frais, sales et secs.
Carets et ecailles.
L'eau douce y est rare et on la recueille dans les trous des pierres.
En 1876, le general Agenor D6brosse s'y donna la mort apres avoir
6td oblige d'dvacuer, devant les forces sup6rieures du gouvernement, le
fort de Baraderes qu'il avait occupy pendant plusieurs jours.
En 1883, les habitants de Grand-Boucan ayant etd soupqonnes de
pactiser avec l'insurrection de Boyer Bazelais t Miragoane, le ge6nral
H. Piquant bombarda le hameau. En 1888, on voyait encore gisant a
terre des toitures en chaume intactes, tandis que les maisons qu'elles
recouvraient avaient disparu dans lincendie allume par le bombar-
dement.
En 1882 et en 1890, il fut fortement question a la Chambre de
l'eriger en commune de 5e classes. Les sections rurales qui en depen-
draient seraient: Begouin, les Grandes-Anses, les Basses, l'ile Pornic et
1'embarcadere Roche. En 1890, le ministry de l'interieur, Saint-Martin
Dupuy, combattit le project de loi presented cet effet.
Grand-Cahos (le). Cinquieme section rurale de la commune de Des-
salines.
Voyez : Cahos, Haut, Haut-Cahos, Petit-Cahos.
Grand-Cahos (le), N"Y 1, 2 et 3. Cinquieme, sixieme et septieme sec-
tions rurales de la commune de la Petite-Rivibre de l'Artibonite, arron-
dissement de Dessalines. La sixieme et la septieme sont des subdivi-
sions de la cinquieme, consacr6es en 1875 par intervention du general
Lundi Jean Noel, commandant de l'arrondissement de Dessalines, afin
de faciliter le service de surveillance de la police. En 1840, il y avait


-4,"1


GRAN -GA









596 carreaux de terre cultives en caf6, 12 en cotton, 3/4 en tabac, 52 en
riz, 2 en patates, 8 3/4 en bananes, 9 1/2 en manioc, 4 3/4 en ignames
et tayaux. Animaux: 196 chevaux, 188 juments, 86 poulains, 87 pou-
liches, 2 mulets, 157 Anes et nesses, 20 boeufs, 119 vaches, 60 bouvil-
Ions, 74 genisses, 128 cabrits.
L'Etat possede dans les sections rurales de Grand-Cahos N0o 1 et 2
des terres occupies par des fermiers sur les habitations: Bambou Trin-
quant, 5 carreaux de terre et un reste, Grand-Fond Magnan 5, Gouffre 5,
Guerin 5, Altarie 5, Boisson 5, HJatte Faible 7, Henry 3, Fond-Cotros 33
et un rest, Morne Long (hatte).
La chapelle de la section NO I est etablie sur l'habitation Perodine;
elle a e6t benie le 14 mai 1873 par l'abb6 Laly, sous le vocable de
Sainte-Elizabeth.
L'6cole rurale est placee tout pres de la chapelle.
Les sections rurales de Grand-Cahos sont g6neralement bien culti-
v6es en caf6s et en vivres de toutes sortes. Les routes publiques sont
assez bien entretenues.
Pendant I'insurrection des Nordistes contre le gouvernement du
general Legitime, le chef de la sixieme section rurale de Grand-Cahos
pour le gouvernement avait 6tabli son camp au morne Falaise.
Grand-Coco (le). Habitation situee dans le poste militaire de la Bande-
du-Nord, commune du Cap-haitien, appartenant a l'Etat. Contenance
indeterminDe.
Voyez: Petit Jardin Grand-Coco.
Grand-Dier. Habitation, autrement appelee Morne des Orangers parce
qu'elle y est situee, dans la commune de Cavaillon.
Grand-Doco (le). Habitation situee a 15 lieues de Jeremie, oui Goman
avait son principal etablissement en 1819, lors de son insurrection dans
la Grand'Anse, et qui faisait parties d'un gros village entoure de belles
plantations Six regiments passerent un mois pour detruire ces planta-
tions et les maisons, et pour chasser les insurges dans toutes les direc-
tions. Ceux-ci, eperdus, las de fuir continuellement, se rendaient aux
autorites de Je6rmie oui la clemence du gouvernement leur etait reserve.
Yoyez : Doco.
Grand-Fond. Deuxieme section rurale de la commune de Petion-ville,
arrondissement de Port-au-Prince.
En 1840, on y comptait 454 habitations cafeieres don't 10 en mauvais
6tat. Il y a sur l'habitation Dumulceau une chapelle don't la fete arrive
le 4 aofit. II y a aussi une source et une Bcole rurale sur l'habitation
Guibert.
On y Irouve des forts de pins habitues par les oiseaux appeles musi-
ciens qui egayent la contr6e de leurs notes harmonieuses. 11 y fait tou-
jours froid. Les principles habitations sont Guibert sur laquelle l'Etat
posside 43 carreaux de terre, Olivier dit Bois-Bernard, inoccupee.
La montagne de Grand-Fond depend de ]a chaine de la Selle, et se
trouve en face du fort Jacques.
En 1791,1es affranchis de I'Ouest venaient de s'organiser an Port-
Republicain et sur l'habitation DiBgue, quand ils apprirent qu'un esca-
dron de la milice blanche, compose des habitants de Grand-Fond,


GRAN,- GRANI


43









descendait au Port-R6publicain, ayant h leur tete un colon blanc
nomme Jean-Francois Lespinasse. Beauvais se porta aussitbt h leur
rencontre avec 50 des siens; les deux troupes se rencontrerent h la Coupe
(Petion-ville), sur l'habitation Nerette, le 30 aofit (Voyez : Nerette).
Apres le depart des commissaires civils Polv6rel et Sonthonax,
Dieudonn6 occupa les montagnes de Grand-Fond au nom de la R6pu-
blique franqaise. Dieudonn6 etait un noir tries devou6 A la France; il
prenait le titre de commissaire civil.
En 1799, Lamour Derance, guerrier noir f6roce et iridomptable,
occupait avec ses bandes les montagnes de Grand-Fond, sans recon-
naitre aucune autorite. II subissait l'influence de Beauvais. Encore
en 1802 il y inqui6tait les partisans de Toussaint-Louverture en faveur
des Frangais, et lit prisonnier un bataillon de Pierre-Louis Diane qui
passait les mornes de Tavet par Grand-Fond pour se rendre dans la
plaine du Cul-de-Sac.
Grand-Fond. Premiere et septieme sections rurales de la commune de
Saint-Louis du Sud, arrondissement d'Aquin. Ecole rurale.
Dans la premiere, l'Etat possede des terres occupies par des fermiers
sur les habitations: Candal, 240 carreaux de terre, Coppee 60, Dubois
Labernade 40, Constancin, Clarac, Chazal inoccupees.
Grand-Fond. Habitation situee dans la section rurale de la Plaine-
Celeste, commune des Grands-Bois.
Grand-Fond. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de la
Mahotiere, commune de Port-de-Paix.
L'Etat y possede des terres. Contenance indetermin6e.
Grand-Fond Dumortier. Habitation caf6iere situee dans la section
rurale de Trou-Couciu, commune de la Croix-des-Bouquets, apparte-
nant a M. Mileus Pierre. 11 existe sur cette habitation un tries gros mar-
ronnier ayant plus de 150 ans. C'est peut-etre le seul qui soit dans le
pays; il produit d'excellents fruits.
Grand-Fond Magnan. Habitation situee dans la section rurale de
Grand-Cahos, commune de la Petite-Riviere de l'Artibonite. L'Etat y
possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
En 1802, aussit6t que les Frangais parurent sur le plateau de Grand-
Fond Magnan, les dames Louverture et Dessalines, qui 6taient sur
l'habitation Magnan, prirent la fuite en chemise et se r6fugierent sur
l'habitation Vencendiaire.
Grand Fort (le). Fort situe a Jacmel, au sud-est de la ville, sur une
eminence don't le pied est baigne par la mer. Le 5 janvier 1800, lors du
siege de Jacmel par les troupes de Toussaint-Louverture, a minuit, le
fort fut attaque et enlev6 par Christophe et Laplume. L'officier Auger
se precipita sur Christophe, et reprit la position. Les troupes du Nord
revinrent a la charge : Auger les culbuta de nouveau. Ouvert du c6te
de l'interieur, ce fort avait 6te desarm6 par Beauvais, celui-ci ayant
reconnu qu'il ne pouvait servir qu'a defendre l'entree de la rade.
Grand Fort (le). Fort situe au Port-de-Paix, et oiU le ge6nral Moise
fut enfermd et fusille en 1801'apres la d6faite de ses partisans dans le
Nord.


44


GRAN -.- GRAN









En 1802, Capoix s'empara du Port-de-Paix sur les Francais. Le
general frangais Brunet et Maurepas marcherent contre lui. Capoix
se retira au Grand Fort d'oui il tira avec vigueur sur les Francais qui,
n6anmoins, n'abandonnerent pas leurs positions. Le ge6nral Dugua
arriva bientot du Cap-haitien dans la rade de Port-de-Paix, sur le vais-
seau amiral, avec 400 hommes. L'escadre franqaise fit taire le feu duO
Grand Fort auquel Maurepas donna aussit6t un assault formidable, mais
qui fut repousse. Capoix, reconnaissant l'impossibilite de se maintenir
dans le Grand Fort, l'6vacua au milieu de la nuit en important toutes
les munitions.
Le 8 janvier 1803, les Frangais s'emparerent du Grand Fort sur les
indigenes.
Christophe, allant combattre les partisans de Petion au Port-de-
Paix en 1807, passa la nuit au Grand Fort qu'il quitta au petit jour pour
.tablir son quarter general sur l'habitation Lallemand.
Yoyez : Port-de-Paix.

Grand-Gilles. Premiere section rural de la commune de la Grande-
Riviere du Nord. Ecole rurale. Elle a et6 subdivisee en 1875 en donnant
naissance h la section rural de Cormier, de la meme commune. Une
gorge, a travers la montagne, met le Dondon en communication avec
la vallee de la Grande-Riviere du Nord. C'est a cet endroit qu'une poi-
gnee d'Haitiens aneantit la division du general frangais Hardy.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habita-
tions : Daux, 5 1/4 carreaux de terre, Lacombe 1, Petit Lacombe 3,
Galiffet 11 1/2, Lamothe 3, Berard 3. En 1839, il y avait 78 habitations
bien cultivies en cafe, vivres et grains de toute espece, 16 en
d6perissement; au total, 94.
Le 31 decembre 1794, la premiere colonne de Toussaint-Louver-
ture, en allant attaquer les Espagnols a la Grande-RiviBre, passa par
le Grand-Gilles. Elle etait commander par le commandant Moise.

Grand-Goave (le). Commune de 5e classes de l'arrondissement de Leo-
gane, admise ala 4I classes par le Senal dans sa stance du 26 septembre
1892, sur une petition des habitants, presented par le senateur Guibert.
Population : 10.000 ames. La ville elle-mime n'a que 3.000 ames.
Elle comprend 7 sections rurales, qui sont :
La Ire, de la Plaine de Tete-a-Boeuf N0 1;
La 20, de la Plaine de Tete-a-Bceuf N0 2;
La 3e, de la Grande Colline N 1;
La 4%, de la Grande Colline No 2;
La 5e, de Moussambe No 1;
La 6e, de Moussambe No 2;
La 7 de Girard.
Elles contiennent ensemble 851 propri6tes rurales.
II y a en moyenne par an 800 naissances, 50 d6ces et 14 marriages.
En 1890, il y a eu 47 enfants legitimes, 885 naturels, 50 deces et
13 marriages. Un d.put6.
En 1840, la commune avait expedie par le cabotage 1.056.994 livres
cafA, 133 lives cotton et 140.200 lives campche.


GRAN- GRAN~;


4?"









La commune produit actuellement en moyenne par an
3.000.000 lives de caf6;
10.000 livres de coton;
2.200.000 livres de campiche.
Cruches, pipes en terre cuite appelees cachimbo. Biscuits reput6s.
Vivres de toutes sortes. Ses d6bouches sont le Petit-Goave, le seul port
ouvert de l'arrondissement, et le Port-au-Prince.
Cristal de roche. Terre glaise.
La loi du 25 avril 4817 et celle du 20 novembre 1821 fixent a 13 lieues
la distance 16gale de cette commune a la capital.
Le Grand-GoAve relieve de administration financibre de Petit-GoXve,
de l'inspection militaire et scolaire de Leogane et de la jurisdiction du
tribunal civil de Port-au-Prince.
La garnison se compose d'une compagnie de gendarmerie, d'une de
police administrative, de la garden national A pied et h cheval, d'une
compagnie d'artillerie du depot de Leogane et de la police rurale.
Le conseil communal ne peut s'administrer qu'avec l'aide de l'Etat.
L'Etat possede dans la ville de Grand-Goave 134 emplacements
occupies par des fermiers, et d'autres inoccup6s. II possdde aussi9 habi-
tations, plus 9 carreaux de terre don't le fermage annuel s'eleve a
6 270.50, et un grand nombre de carreaux de terre inoccup6s. L'habi-
tation en friche du nom de Glaize fut mise en vente par la loi du Senat
du 16 mars 1812 pour l'6tablissement d'une monnaie national. L'habi-
tation Fauch6 fut mise en vente par la loi du 7 novembre 1812.
Au Grand-Goave il n'y a pas de prison, aucun edifice public.
La Loge de l'Orient de Grand-GoAve, relevant du Grand Orient d'Haiti,
s'intitule le Mont Sitia, No 33. Une autre loge, la Bienfaisance, etait
en instance en 1888.
La fete patronale de Grand-Goave est le 4 octobre, a la Saint-Francois
d'Assise. En 1892, l'Etat donna 800 gourdes pour achever le presbytere.
On va de Grand-Goave h Jacmel par terre en 5 a 6 heures. En chemin
on traverse un course d'eau assez important sur les bords duquel on
voit du soufrepresque a l'tat pur en forme de flocons. Cette eau donne
des coliques.
La baie de Grand-GoAve se trouve entire le Tapion du Grand-Goave eL
L6ogane.
L'air y est sain, la temperature seche.
Grand-Goave est la patrie d'Andre-Jean Simon qui a ete ministry
sous le president Geffrard.
Histoire. Le premier citoyen qui ait repr6sent6 la commune de
Grand-Goave a la premiere Chambre des communes, institute en 1817,
fut Desnoyers jeune qui en 6tait l'un des secri6taires.
En 1590, les Espagnols avaient construit en cet endroit une bourgade
qu'ils appelaient Aguava,et qui. fut brulee deux ans apres. Les Franqais
la r6tablirent et lui donnerent le nom de Grand-Goave qui est une
corruption du precedent.
Le village de Grand-Goave est pittoresque; il est plac6 h une
l6gere distance de la mer, au milieu d'une petite plaine inclinee qui,
bien cultiv6e en 1799, 6tait couverte de cannes h sucre et d'arbres frui-


GRAND GRANN


46









tiers. C'est pres de cet endroit que les armies de Toussaint-Louverture
et de Rigaud se rencontrerent a cette epoque. Le 15 aott, Rigaud
forma trois colonnes de son armee : cell de droite, composer de
400 homes, fut confide au colonel Faubert; elle devait, en p6netrant
dans les bois de l'habitation Thauzin, prendre l'ennemi en queue,
apres avoir tourney le Grand-Goave. Celle de gauche, composee 6gale-
ment de 400 hommes sous les ordres du g6n6ral Geffrard, devait atta-
quer l'aile droite de l'ennemi en longeant le bord de la mer. Le g6ne-
ral Andre Rigaud, h la tete de la colonne du centre, composee de
1.000 hommes, devait s'avancer par le grand chemin. II donna l'ordre
d'attaquer h quatre heures de l'apres-midi.
L'armee du Nord presentait un front qui s'6tendait des bois de
Thauzin jusqu'au rivage. Rigaud se jeta avec impetuosite sur son
centre. Les grenadiers de Dessalines tombaient, mais supportaient sans
faiblir le feu de l'ennemi.
Rigaud redoubla de furie. Dessalines, au premier rang, soutint le
choc. Tout a coup le regiment des Cayes entonne la Marseillaise; les
autres corps repondent son enthousiasme; la colonne s'elance la
baionnette en avant sur l'armee du Nord qui, terrorisde, se rompt,
abandonne le champ de bataille, et traverse le Grand-Goave en desordre.
Cependant le regiment des Sans-Culottes du Nord, compose de
2.000 hommes, se maintenait energiquement dans les cannes de
Thauzin. Rigaud lanqa centre lui le lieutenant-colonel Compas A la
tete de 200 grenadiers. Compas fit une seule decharge sur les Sans-
Culottes, et les aborda & la baionnette. 1I fut renvers6, atteint d'une
balle. La melee devint terrible. Finalement, Gabart Vaillant, qui com-
mandait les Sans-Culottes, fut oblige d'abandonner la position et de se
replier sur le Grand-Goave. Compas, grievement blessed, fut transport
a l'ambulance. Des le debut de l'action, Geffrard avait mis en deroute
l'aile droite de Dessalines le long du rivage. Rigaud avait etd bless a la
main pendant le combat.
Quatorze cents hommes du Sud venaient de mettre en fuite dix mille
hommes du Nord. Les premiers avaient perdu 200 hommes et les
seconds 1.000. Rigaud efit te invincible s'il 6tait demeure toujours a
la tete de ses troupes. Faubert s'6gara pendant la nuit avec sa colonne
dans les bois de Thauzin et tomba au milieu des bataillons ennemis.
De part et d'autre il y eut un carnage epouvantable entire les deux
troupes qui, dans l'obscurite, s'entr'egorgerent sans se reconnaitre. A
un certain moment, il fut pris, mais un de ses officers, Jean-Louis
Francois, le delivra. A onze heures du soir, il se replia sur Thauzin, et,
a la pointe du jour, il alla occuper le Grand-Goave qu'avait abandonne
Dessalines. Rigaud lui ordonna de rentrer a Thauzin oih tait r6unie
son arm6e, et partit pour les Cayes oui l'appelaient toujours ses plaisirs.
Dessalines vint alors reoccuper le Grand-Goave.
Toureau, qui remplaga Rigaud, devant le manque de vivres oiu
etaient ses soldats, sortit de Thauzin, culbuta de nouveau Dessalines,
qui fut encore oblige d'abandonner le Grand-Goave et de se retire
a Papette qu'il fortifia. Les troupes du Sud trouverent au Grand-Goave
quantity de provisions que l'ennemi avait 6et force d'abandonner.
Les deux armees se livrerent encore plusieurs combats, bien que
moins important.


GRAN GRA


47,









Apres l'evacuation de Jacmel, la garnison de cette ville se rendit
au Grand-Goave. Les soldats du Sud accueillirent par de vives acclama-
tions les braves de Jacmel. L'arm6e du Sud 6tait consid6rablement affai-
blie. On pouvait en estimer le chiffre a 900 hommes iElle dispute
cependant le terrain pied a pied a 30.000 hommes conduits par Dessa-
lines, le plus audacieux des ge6nraux de l'6poque.
Le 28 avril 1800 au soir, I'armbe de Dessalines partit de son camp de
Bellevue, s'arreta i Claville, puis le lendemain a Cheridan, et le Ier mai
devant Grand-Goave. Le colonel Renaud Desruisseaux se porta h sa ren-
contre a la tete du 5e regiment du Sud, et, enfongant l'avant-garde du
Nord, la mnit en deroute. Dessalines reunit alors toutes ses troupes et
les langa contre les Rigaudins. Renaud Desruisseaux soutint avec
vigueur le choc de ces masses innombrables, mais il fut atteint d'une
balle la t te. Son bataillon fit toutefois une honorable retraite en
important son chef qui ne cessait de donner des ordres. Le 5- se retira
au Grand-Goave. Serr6s de tous cot6s, les Rigaudins d6truisirent toutes
les fortifications du village qu'ils abandonnerent apres l'avoir livre aux
flames. Dessalines entra au Grand-Goave le 2 mai et continue sa
march immediatement. Il s'arreta surl'habitation Value.
En 1802, Cang6, homme de couleur, se mit a la tete d'une bande
de cultivateurs des mornes de Grand-Goave lors de la lutte contre les
Frangais. Cang6 etait un ancient chef de bataillon dans les troupes de
Rigaud pendant la guerre civil contre Toussaint-Louverture. I1 s'6tait
mis sous l'autorit6 de Lamour Derance qui avait, comme lui, combattu
contre Toussaint.
Le 2 juin 1816, la Constitution de la Republique d'Haiti de 1806
fut revisee au Grand-Godve: la Chambre des communes fut institute.
Grand-Gosier. Comt.une de 5" classes de l'arrondissement de Jacmel,
criee par la loi du 24 aouit 1881. Population: 7.000 ames. Le village
n'en a que 1.200. C'6tait un ancient poste militaire. Contient 3 sections
rurales qui sont:
La 1re, de Bois-Sec;
La 2e, du Port ou Quartier Saint-Jean;
La 3e, de la Colline-des-Chenes.
Le poste militaire des Anses-a-Pitres est situ6 dans la section rural
de Bois-Sec.
Les cantons du Pot et de Tiote sont design6s pour etre rig6s pro-
chainement en sections rurales, a cause de leur importance.
Le village de Grand-Gosier est situ6 au bord de ]a mer, sur un sol
cretac6 eleve de 22 metres au-dessus du niveau de la mer. Houille. Silex
pour pavage.
La commune est d'une grande fertility. Caf6, miel, cire, ananas,
oranges estim6es, bois de teinture, d'6b6nisterie, bambous, indigotiers,
roucou. Pecheries importantes de baleines par des navires am6ricains.
Bestiaux.
Debouch6 : Jacmel.
La rade est frequentee, de mars a aouit, par des baleines.
Le conseil communal ne peut s'administrer qu'avec l'aide de l'Etat.
Le premier d6put6 qui representa cette commune a la Chambre des
representants fut le citoyen Massena Rabel.


48


GRAN G3RANPU



















































"'I~-" ~-
p
--

-~h-~

~c- .a
---Zz r~
; ;---~cl
c;;
h~~ ~ -~ --
~~-ip~~L~Fj-~--~~JEw -i ~ 3~F~~.
-- I---
~ r "' (4ad~s~, 1~---a7
II; --=-- U Ir--

"`

-tri~c
_r.Fi~z~iH~;1P3~rs~~ ~OIDl~i-ie~dd ~-i~
:~-P -r!
.r ~LI
E_-
L' ---~i~F~9~2~ d
~3L ~-;p~ rrii
IID.i ~e~nz'_ -i ~P~4aa4~l~-~,-;iII~a~/
-- -T~-~-i--
-IT,-; ~i-
j-
~5Sisrei~---
s~- 7f~~-~~
~"Z;;a~'
-~-II ~ii~m~
c
i=
I ~
r
~~6~Pj;Zi n ~t_ P~
"i
.r
-r
L. .~P~sBsa~, .-,
C 8;`
.t I
--.- 1-e
~h r L`
1I- '"
.~h r~L --i~rm~--- ~~--1I~LU ~ TT~BIB~erC*flla~I-li~f~ ~13dI~Bbbi--~ ~s I;J~~KI; i
:~i~is~,~al8~as~8~~ .~4PQ~s~.;P_~aD~i~i~F~S;~f~L~~ ~i~fj~l~Pg-~rl*~I~:*
1-
-L PIL- Y
~
-L
~~-7. -1
r.--~D -

--1
t rr~a~n\
----.
-i--~-
I .';:xg
r -*
;,lntL-~;--;; -~-;-i- ;*%..`
---~.i- ';
... /
iCI i
-'~ '" ;:, n.


.BB i.


LE YACKI DEL "NORTE OU GRAND YAOTTP


A









La distance legale dece village i la capital .n'est pas ddtermin6e ;
mais on l'evalue a 40 lieues.
Grand-Gosier relieve de administration ge6nrale de Jacmel.
La garnison se compose d'une compagnie de gendarmerie, d'une de
police administrative, d'une d'artillerie du d6p6t de Jacmel, de la
police rurale et de la garde national a pied et a cheval.
La loi du 14 septembre 1882 assimile la ligne militaire de Saltrou et
de Grand-Gosier aux arrondissements de 4e classes. Cette ligne militaire
Sn'a t6 commandee que depuis peu d'annees par un commandant sp6-
cial d'arrondissement. Elle etaitrest6e, longtemps apres la loi de sep-
tembre 1882, sous l'autorit6 du commandant de l'arrondissement de
Jacmel, ce qui est plus conforme a la loi.
L'ex-pr6sident d'Haiti, Riviere, renvers" du pouvoir en 1844, vint
peu de temps apres de la Jamaique tenter une descent L Grand-Gosier,
dans le but de ressaisir le pouvoir. L'officier qui y commandait pour le
gouvernement le menaca de l'arreter et de le faire conduire au Port-au-
Prince s'il ne se retirait imm6diatement. Le general Riviere le compli-
menta sur son devouement au gouvernement de son pays et se rembar-
qua pour Kingston.
Le 20 janvier 1870, le ge6nral hailien Montecatini, un Italien au
service de la revolution i Jacmel, fit prisonnier i Grand-Gosier le g6ne-
ral Vil Lubin, devoue i Salnave. Il le fit conduire a Jacmel attach a
rebours sur un Ane. II fut ensuite promene a travers la ville dans cette
posture au milieu des huees de la population, et fusille dans l'apres-
midi.
Le 14 juillet 1889, les Rabel de Saltrou ayant pris les armes contre
le gouvernement du president L6gitime en faveur des Nordistes, et
ayant 6eI refoules sur Grand-Gosier, le bourg fut mitraill6 par les
S navires de guerre du gouvernement, et incendi6 par le general Dardi-
gnac.
Grand-Gosier. Ilot situ6 pris de Corail, arrondissement de la
Grand'Anse. Les pecheurs s'y arretent pour faire s6cher leur poisson
au soleil.
Grand-Guichard. Habilation situ6e dans la section rurale de la
Riviere de Barre No 1, commune de Saint-Louis du Nord. L'Etat y pos-
sede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Grand-Harpon (le). Montagne de 'arrondissement de Jacmel. Une des
limits de cet arrondissement descend par la montagne du Grand-Har-
pon jusqu'h la source de la Riviere-Gauche. Celle-ci, un des affluents
de la Grande Riviere de Jacmel, vient des hauteurs du Grand-Harpon.
Lors de l'evacuation de Jacmel, le 12 mars 1800, une parties de la gar-
nison 6garee la nuit dans les bois put gagner l'habitation B6nard. De
Ih elle se dirigea sur le Grand-Harpon, le lendemain, dans l'apris-midi.
V P6tion.de son c6t6, arriva au Grand-Harpon le 14, a 5 heures de l'apres-
midi.
Grandier. Plaine situee dans la commune de Cavaillon. Elle com-
mence a partir d'un bouquet de bambous pres duquel se trouvent des
etangs qui tarissent au moment de la secheresse, et o'i I'on faith de
magnifiques chasses
T. II. 4 '


GRANT GRANT


49









Grandjean. Habitation situde dans la commune de la Grande-Riviere
du Nord, bornee par les habitations Candio, Gaudin et Pelerin.
Grand'Maison. Habitation situee dans la section rurale de la Grande-
Montagne, commune de Saint-Marc. L'Etat y possede 10 carreaux de
terre occupds par des fermiers.
Grand'Maison. Habitation situde dans f'une ou 'autre section rural
du Haut de Saint-Marc, commune de Saint-Marc. L'Etat y possede 5
carreaux de terre occupies par des fermiers. '
Les deux habitations de ce nom constituent une mfme propriety
situ6e dans deux sections rurales contigu's de la meme commune.
Productions caf6, campeche, coton et vivres.
Grand-Marc. Voyez : Fond Jean-Noel.
Grand-MWdisant. Habitation situde dans la section rural de la
Bande du Nord, commune du Cap-haftien, appartenant a 1'Etat. Conte-
nance indeterminde.
Grand'Mere. Habitation inoccupde situee dans la section rurale des
COtes-de-Fer, commune du Mole Saint-Nicolas. L'Etat y possede des
terres. Contenance indeterminiee.
Grand Mouillage. Point situ6 gauche en entrant dans la baie de
Jacmel. La riviere de Jacmel s'yjette.
Grandoit. Premiere section rural de la commune de l'Anse-d'Iai-
nault, arrondissement de Tiburon. En 1840, il y avait 152 carreaux de
terre cultives en cafr, bien entretenus, 49 en cacaoyers, 2 en cannes a
sucre, 115 en vivres et grains, 61 en places neuves, 984 incultes. Total :
1.363 carreaux.
Grand-Pierre. Baie situ6e sur les rives de l'Artibonite, dans la com-
mune de la Grande-Saline, oil se jette l'Estere.
Grand-Pierrot. Piton situ6 dans la commune du Borgne, et depen-
dant du Cibao (1.209 metres). De sa tete elev6e on decouvre la Tortue
et la Gonave.
Grand Port-a-1'Ecu. Centre de population assez important. Le village
a "t' rrig6 en quarter de Parrondissement du Mole Saint-Nicolas par
le decret du gouvernement provisoire date de Saint-Marc du 3 aofit 1889.
Voyez : Baie de 1'Ecu, Ecu, --Port-a-1'Ecu.
Grand Port-A-Piment. Cinquibme et derniere section rural de la
commune de Terre-Neuve, arrondissement des Gonaives, don't elle
est distant de 7 lieues. Ecole rural. La chapelle a Atd construite par
1'abbe Coudet, cur6:de Terre-Neuve, sous le vocable de Saint-Joseph.
C'etait anciennement une bourgade de grande importance a cause de
ses eaux thermales chaudes et abondantes. L'Etat y possede des terres
occupies par des fermiers sur les habitations : Bonald, 66 carreaux de
terre, Carenage 3, Tripot Brabant 5, Bouvard 5, Droit Saline Coridon 4,
Hatte Dimanche 6, Coridon 2, Hatte Tripot 3.
Voyez: Port-a-Piment.
Grand-Pro. Habitation situde a la Tannerie, dans la commune de


AO


QRA'-GRAN









Quarter Morin. L'Etat y possede 74 carreaux de terre occupds par des
fermiers.
En septembre 1802, lors del'insurrection des ind6pendants contre
Leclerc, le general Christophe, A la tete des 1re, 2 et 3e demi-bri-
gades coloniales, s'installa a Grand-Pre pour le compete des Francais.
II avait extermind 500 de ces independants. Petion, en evacuant le
Dondon, vint l'y joindre. Assaillis de toutes parts, et manquant de vivres,
ils se retirerent h la Petite-Anse.
Le roi Christophe avait fait tracer A travers la savane de Grand-Pre
une large route par laquelle on se rendait de Milot au Cap. On raconte a
ce propos qu'un certain jour, un cabrouetier avec son cabrouet et ses
bceufs, venant dans une direction oppose au roi, se mit Ajurer contre
un de ses boeufs auquel il avait donned le nom de Pdtion, pensant tre
agreable a Sa Majest6. Henri entendit ces imprecations ; il fit signe au
cabrouetier d'approcher : ( Tu appelles ton bceuf Petion; et pourquoi?
lui demanda-t-il. -C'est parce que P6tion fait laguerre A Vo tre Majestd;
quand je donne des coups a mon boeuf, il me semble que je frappe
votre ennemi. Est-ce ainsi que tu manques de respect A mon com-
pere? cria le roi; qu'on fouette A mort cet insolent! L'ordre fut
execute a la lettre. Ainsi l'avait ordonnd la justice du roi.

Grand-Pre. Habitation situde dans la commune de la Grande-Rivirre
du Nord.
En janvier 1808, Christophe proposal a l'ancien chef de bandes Sans-
Souci une entrevue sur cette habitation, pour s'aider de ses lumieres,
pr6tendait-il, relativement a une organisation militaire des bandes du
Nord, mais en reality pour se defaire de lui, selon 1'ordre de Dessalines.
S Sans-Souci, sans defiance, se rendit A Grand-Pre, suivi seulement de
ses principaux lieutenants. Apres qu'il eut pendtrd avec les siens dans
la maison principal de l'habitation, il fut entoure par les soldats de
Christophe qui le saisirent et le tuerent a coups de baionnette. Le co-
lonel Jasmin et les autres officers qui accompagnaient Sans-Souci
furent 6galement massacres. Le commandant Charles Pierre seul trouva
grace devant Christophe, qui l'envoya, sous les ordres de Toussaint
Brave, dans les rangs des indigenes pres du Fort-Liberte.

Grand-Raque. Habitation situde dans la section rural du Bac-Cour-
saint N 1, commune de la Petite-Riviere de l'Artibonite. L'Etat y pos-
sede I carreau de terre occupy par des fermiers.

Grand-Raque. Habitation situee dans la troisieme section rurale do
la commune de Jean Rabel. Au nord i y a le fort Grenadier, A l'est le
fort Obus et A l'ouest la riviere.
SMime A. Henriquy est propridtaire de cette habitation qui depend
de l'habitation FoAche.

Grand-Raque. Habitation situee dans la section rurale du Chemin-
Neuf, commune d'Ennery. L'Etat y possede 10 carreaux de terre occu-
p6s par des fermiers.

Grand-Raque. Voyez : Drouillard Grand-Raque.


51


GRA'N -- GRAN~










Grand R6cif. R6cif situ6 dans le petit mouillage, a gauche, en entrant
dans la baie de Jacmel.

Grand Recif. Recif place en face de Corail.

Granduc. Habitation contigue a celle de Boileau, situee dans la sec-
tion rurale des Flamands, commune de Cavaillon. L'Etat y posseide
6 carreaux de terre occupies par des fermiers.

Grand-Vincent (le). Troisieme section rurale de la commune de
Jer6mie, arrondissement de la Grand'Anse. Les bananes du Grand-
Vincent ont la reputation d'etre les meilleures de la commune.
Il y a l'habitation Robinet.
En 1791, les hommes de couleur de la Grand'Anse vinrent s'etablir a
Grand-Vincent pour revendiquer leurs droits.

Grand Yaque (le) oi Yaque du Nord. Riviere de ]a Republique domi-
nicaine, la plus considerable de l'ile apres l'Artibonite. Elle a deux
embouchures places h 300 toises l'une de l'autre dans les baies de
Monte-Christ, et h 1.800 toises de cette ville. Elle traverse le district de
Monte-Christ, la plaine de la Vega Real, cells de Santiago de los Cabal-
leros et de San Lorenzo. Elle a 295 kilometres de course. Elle se
reunit h un quart de lieue de Monte-Christ. Elle prend sa source
au Pic d'Yaque, a 2.500 metres d'altitude dans le Cibao. Plus de 20
rivieres, se precipitant en parties du versant septentrional du Cibao, vont
grossir le volume des eaux du fleuve : ce sont leMacabon, la Jimenoa,
le rio Bao ou Cibao, l'Amina, le Mao, l'Anibage, le Gurabo, la Cafia, las
Lavas, le Salado, le Guayubin, la Maguaca, le Givinal, le Manabao, le
Yami, la Ribaie, la Qtiniqua, la Yacagua, le Barranco, le Janique, le
Guyabin, le Chaquey, etc., etc., qui charrient de For.
On trouve du mercure sur les bords du Yaque superieur. Comme
on voit, c'est un veritable fleuve qui pourrait etre rendu navigable a
plus de 70 kilometres de son embouchure a Ponton pour des bateaux
plats qui serviraient a transporter les denrees de l'immense plaine de
la Vega Real.
Le bassin du Grand Yaque, comprenant 9.100 kilometres carries,
s'etend dans la plaine de Santiago; il est former par le Cibao, le Pic
d'Yaque et les months de Monte-Christ. I1 est baign6 par l'ocean Atlan-
tique.
Le Grand Yaque charrie des grains et des paillettes d'or. Colomb,
qui visit ce fleuve en janvier 1493, l'appela pour cette raison el rio de
Oro. Il y a aussi beaucoup de caimans.
Voyez : Yaque du Nord et du Sud, Petit Yaque, Pic d'Yaque.
Le 27 f6vrier 1805, les troupes de l'empereur Dessalines, merchant
de San Juan centre Santo Domingo, passerent la nuit a un gue de la
riviere Yaque et reprirent leur march le 28, A 5 heures du matin, sur
Azua, apres avoir d6fait S6rapio, officiernoir, qui croyait pouvoir leur
barrer le passage sur la rive droite. La deroute des Hispano-Frangais
ft' complete et Serapio perdit la vie. Le g.enral Brave p6entra a
S i:.tiago.

Grande. Voyez : Rio Grande, Arroyo Grande.


52


GRAN GRAN,









Grande Anse (la). Yoyez : Grand'Anse.
Grande Baie (la). Baie situee sur la cote sud-est de l'ile de la Gonave,
au nord-ouest de la Petite-Gonave.
Grande Baie du Mesle (la). Sixieme section rurale de la commune de
Saint-Louis du Sud, arrondissement d'Aquin. Ecole rurale. L'Etat y
possede des terres occupies par des fermiers sur les habitations Guiton,
23 carreaux de terre, Clarac 3, Bardette 30, Bonhomme et Sponville,
inoccupees.
Voyez : Baie du Mesle, Petite Baie du Mesle.
Grande ou Grosse Caye ou Caille (la). Voyez: Grosse Caye.
Grande Colline (la). Sixieme section rurale de la commune d'Aquin.
Ecole rurale. L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers siir
les habitations: Nicolas, 10 carreaux de terre, Philippe Lalanne 5,
Thomas Laveche 10. En 1840, il y avait 186 habitations cultivees en cafr
et en vivres de diverse espices parmilesquelles plusieurs comprenaient
des cannes et des petits moulins, 25 en deperissement, 4 incultes, I hatte,
18 nouveaux etablissements. Total : 234.
Grande Colline (la). Troisieme et quatrieme sections rurales de la
commune de Grand-Goave, a 6 lieues de cette ville, arrondissement de
Ldogane. En 1840, elles n'en faisaient qu'une, laquelle renfermait
198 habitations plantees en cafe et vivres, en bon etat, 47 en mediocre
etat. Total : 245 habitations.
Ecole rurale. Une des limits de l'arrondissement de Jacmel suit a
l'ouest les crates de la Grande Colline du Grand-Goave. II y a un preci-
pice tres curieux appele Sejourn6.
Dans la troisieme section rurale, 1'Etat possede 'habitation Lonpro,
inoccupee. Dans la quatrieme, il possede un carreau de terre sur I'habi-
tation Baudin, occupy par un fermier.
Apres l'execution de Jacmel en 1800, Dessalines se porta de cette
ville sur Bainet. Il traversa la Grande Colline le 22 avril, et laissa a sa
gauche le post Larivoire qu'occupaient les troupes du Sud. Apres
avoir atteint le pied de la montagne de Grand-Goave, il gravit de
nouveau la Grande Colline, tourna Larivoire, et campa dans le grand
chemin de Bainet. Dans la nuit du 22 au 23 avril, les Rigaudins eva-
cuerent le camp Larivoire. Ne pouvant marcher sur Bainet don't les
environs etaient bonds des soldats de Dessalines, ils se replierent sur
le Grand-Goave par la Grande Colline.
Grande Colline (la). Ancienne denomination d'une section rurale do
la commune de Bainet; il y avait 267 habitations bien cultivees.

Grande Crete (la). Quatri6me section rurale de la commune de Port-
i Salut, arrondissement des Cayes. Ecole rurale. L'Etat y possede des
terres occupies par des fermiers sur les habitations: Champalogne,
4 1/2 carreaux de terre, Potuy 5 1/2, Masson Dechard 3, Bonnet 3, Bigot,.
Bretousse et Grande-Crete.
En 1791, les affranchis du Sud ecorcherent vif Caumot, procureur de
l'habitation Grande-Crete, burent son sang qu'ils melangerent avec du
tafia et firent saler sa chair.


GRANi? -,GRAN


53









En 1849, il y avait dans cette section rurale 127 habitations cultiv6es
en cafr et vivres en bon etat, 45 en mauvais 6tat, 8 en cafe, vivres,
cannes et petits moulins, 2 en cotton et vivres, 24 en vivres et grains en
bon etat, 10 en mauvais etat, 2 incultes. Total: 218.
Grande Falaise (la). Route qui conduit de la section rurale du Haut A
celle du Grand-Cahos No 1, commune de la Petite-Riviere de I'Artibo-
nite.
Grande Gosseline (la). Cinquieme section rurale de la commune de
Jacmel. Ecole rurale. Il y a les habitations Andrai, Baudonian, Aub6 sur
lesquelles 1'Etat possede 22 1/3 carreaux de terre occupies par des fer-
miers. Voyez: Gosseline.
En 1840, il y avait 124 habitations bien cultiv6es.
Grande-Montagne (la). Troisieme section rurale de la commune de
Saint-Marc. Ecole rurale. L'Etat y possede des terres occupies par des
fermiers sur les habitations: Drouin, 23 carreaux de terre, Pouyes 13,
Camoin 5, Dupont Bi, Bouchereau 5, Yalmont 5, Chanlatte.3, Roc 5, Cla-
very 20, Grand'Maison 10. En 1840, 11 y avait 94 1/2 carreaux de terre
cultives en cafe, 80 en mais, 8 en ignames et tayaux. Animaux : 26 che
vaux, 108 juments, 71 poulains, 50 pouliches, 26 anes et nesses,
98 cabrits, 346 cochons. Bananes; pois, tayaux, Jignames dans Ie mais.
Voyez : Doyen Grande-Montagne.
Grande-Montagne Roue-de-Cabrouet (la). Cinquibme, sixieme et sep-
tieme sections rurales de la commune de Yerrettes, arrondissement de
Saint-Marc. Les deux dernieres sont des subdivisions de la premiere,
consacrees en 1875. Chapelles et ecoles rurales. En 1840, on y comptait
297 carreaux de terre cultiv6s en caf6, 36 en coton, 4 3/4 en riz, 39 1/4
en mais, 29 en petit nmil, 4 1/2 en bananes. Animaux: 104 chevaux,
107 juments, 10 poulains, 21 pouliches, 2 mulets, 81 anes et nesses,
I boeuf, 129 cabrits.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers, savoir, dans le
No 1: sur les habitations Parc Masseau, 8 carreaux de terre, Dubourg 3,
Charles 10 et un rest, Denite 6, Iervd 8, Magin 25, et dans la banlieue
de Yerrettes 8 1/2.
Dans le No 2: sur les habitations Colmini 19, Dem;ne 7, Babin 14,
Petit-Bras Duverger 10, Basse 2, Labonne "5, Crespin 10, Ternier 13,
Morin 37, Tenette 15, Francois Mlent6 35, Bouillir 17, Fond-Jeannot 5,
Yergaud 5.
Dans le NO 3: sur les habitations Barbe 18, Duverger 15, Bataille 7,
DenirB 3 et ~iia reste, Colmini 41, Langlois 9, Alathe 3, Descombes 3,
Fenette 2, Ptrotte 6, la Colline 2.
Grande-Place (la). Habitation situde dans la commune de Cavaillon'
Grande-Place (li). Habitation caffiere situde dans la secion rurale de
la Plaine-Celeste, commune des Grands-Bois, sur laquelle l'Etat possede
5 carreaux de terre occupds par des fermiers.
Grande-Place Coute (la). Habitation situee dans la commune de Port-
a-Piment, deuxieme section rural.
Grande-Place Fieff2 (la). Habitation situde dans la section rural de


54.


GRAN -~ GRAN~







GRAN GRAN 55
Petit-Cahos .N 1, commune de Dessalines. L'Etat y possede 5 carreaux
de terre occupies par des fermiers.
Grande-Place Marquis (la). Habitation situee dans la section rural
de Petit-Cahos No 1, commune de Dessalines. L'Etat y possede 17 car-
reaux de terre occup6s par des fermiers.
Grande Plaine (la). Sixieme, septieme et huitibme sections rurales de
la commune de la Croix-des-Bouquets,.arrondissement de Port-au-
Prince. Ecole rural. En 1840, on y comptait 15 habitations sucribres
bien culti%-ves, 68 petites proprietes,57 en cannes, 11 en colon, 2hattes,
3 en deperissement. Total : 88. Toutes ces proprietds 6taient pourvues
de places a viyres.
La huitieme a 6te attribute a la commune de Thomazeau lors de sa
creation en 1889. L'Etat y possbde 24 carreaux de terre sur l'habitation
Bdon, occupee par des fermiers. II y a l'habitation Rendez-Vous. Le
poste militaire du Fond-des-Chenes est situe dans la septieme; celui
de Gauthier dans la liuitieme, et la commune de Thomazeau dans la
sixibme.
Grande Plaine (la). Premiere section rurale de la commune de Port-
Margot, arrondissement du Borgne. Ecole rurale. I y a les habitations
Roupeau ou Troupeau et L6pine, inoccupdes. L'Etat posside 7 car-
reaux de terre sur 'habitation Gaubert, 5 sur Malherbe, 35 sur Perard
et 12 sur Carteau. En 1840, il y avait 335 habitations cafeieres en ame-
lioration, 60 en deperissement. Total : 395.

Grande Ravine (la). Quatrieme section rurale de la commune de
l'Acul-du-Nord, arrondissement du Cap-haltien. Ecole rural. L'Etat
y possede 15 icarreaux de terre occupies par des fermiers sur l'habita-
tion Plombard. En 1840, ii y avait 100 habitaions bien cultivoes en
cafe et vivres, 37 en dep6rissement, 2 en jardins, 6 abandonnees. Effec-
tif : 145.
Grande Ravine (la). Poste militaire de l'arrondissement de Nippes,
situe dans la section rural du Lievre, ,commun-e de Petit-Trou de
Nippes. Ecole et chapelle rurales. L'Etat y possbde 5 carreaux de terre
occupes par des fermiers. Voyez : Provence.
Grande Ravine (la). Etait une section rurale de la commune de
Limbd. En 1840, ii y avait 155 habitations cafeieres en amelioration,
43 en dlperissement. Total: 198.
Grande-Riviere (la). Troisieme section rural de la commune de
Ldogane. Ecole rurale. La riviere qui l'arrose s'appelle aussi Momance.
Les Indiens I'appelaient Yuna, Yuma, Guaiaia. Sa source est A 1 kilo-
mbtre de celle de la grande riviere du Cul-de-Sac. Son lit a 75 kilo-
4 metres de long. Dans lendroit oh elle croise la grande route de Port-
au-Prince, sa larger est de 40 metres. Le gouvernementy a fait jeter
un pont en fer en 1892. Ses tributaires sont la riviere des Orangers et
le Fourq. Le poste militaire de :Qa-Ira est situe, parties dans cette sec-
tion rurale, parties dans la section rural de la Petite-Rivibre, de la
meme commune.
En fevrier 1802, a l'arrivde de lexp6dition Leclerc, Pierre-Louis Diane







GRAN -- GRAN


et Larose massacrerent tous les blancs de la Grande-Riviere i coups
de sabre, dans ces memes lieux qui avaient vu tomber sous la hache
des soldats de Dessalines, en 1800. des centaines d'hommes de cou-
leur, apres la chute de Rigaud. Lorsque le colonel d'Henin, merchant
de Gressier sur Leogane, arriva cet endroit, il fut saisi d'horreur la
vue des nombreux cadavres de blancs qui couvraient le chemin.
La Grande Riviere de Leogane descend des mornes des Commis-
saires (la Selle), sillonne la plaine de Leogane dans sa plus grande lar-
geur, et va se perdre dans la mer au del- du fort Qa-Ira. Elle est for-
moe par trois course d'eau qui prennent leur source dans les Monta-
gnes-Noires du morne la Selle. Voyez : Momance.
En 1840, il y avait dans cette section rurale 49 habitations sucrieres
en bon dtat, 10 en mauvais etat, 74 plantees en cafes, coton et vivres
de toute espece, 42 en mediocre 6tat. Total : 175 propri6tes.

Grande-Riviere (la). Seizieme section rurale de la commune dePort-
au-Prince, entire cette ville et la Croix-des-Bouquets, dans la plane de
Cul-de-Sac. Ecole rurale. La Grande Riviere du Cul-de-Sac arrose beau-
coup d'habitations sucrieres. C'est au gouvernement colonial de Larnage
et Maillard, en 1730, que ]a plaine du Cul-de-Sac doit le system d'irri-
gation qui lui a fait tant de bien. La Grande-Riviere du Cul-de-Sac
prend sa source au morne la Selle, vers le Boucan Brou, traverse la
plaine du Cul-de-Sac et vient se jeter a la mer a l'est de la baie de Port-
au-Prince.
Des son arrive au pouvoir, le general Legitime pensa A y fire jeter
un pont metallique par la Banque national d'Haiti, malgr6 les diffi-
cultes creees par la guerre civil. Ce pont doit avoir 60 metres de lon-
gueur. Les materiaux sont a pied d'oeuvre, et il ne reste plus qu'l les
rassembler. Ce sera l'&uvre du government actuel.

Grande-Riviere (la). TroisiBme section rurale de la commune do
Plaisance, arrondissement de Limbe. Ecole rurale. L'Etat y possede des
terres occupies par des fermiers sur les habitations Dupaix, 38 carreaux
de terre, Cadet Demoi 10, Cerise Cossier 2, et L6zard inoccupee.
En 4840, il y avait 79 habitations caf6ieres en amelioration, et 6 en
d6perissement. Total 85.

Grande-Riviere (la). Quatrieme section rurale de la commune de
Dame-Marie, arrondissement de Tiburon. Ecole rurale. L'Etat y pos-
side des terres occupies par des fermiers sur les habitations Bordes, 55
carreaux de terre, Bardeline 15, Belle-Maison 90, et Julie 30.
En 1840,il y avait 89 habitations cultivees en caf6, 26 en cacaoyers,
2 en coton, 3 en bananiers, 5 incultes. Total 125.

Grande-Riviere (la). Deuxieme section rurale de la commune de
BaradBres, arrondissement de Nippes. Ecole rural. L'Etat y possede
des terres occupies par des fermiers sur les habitations: Palestine,
Bras-Gauche, Pouponneau, Pepin, Lavaud.
La Grande Riviere de Nippes prend sa source sur lacime de Plaisance.
Son embouchure se trouve centre les villages de l'Anse-a-Veau et de la
Petite-Riviere de Nippes. Son course est de 52 kilometres de long. Elle


56




A


iiI~


LA GRANDE RIVIERE DE LIFOGANE.


rl''T'nqpc~~~
MT Tv







GRAN GRAN


regoit a gauche la riviere des Pins, et a droite les rivieres des Cocotiers
et du Maho. A l'embouchure, elle a 50 metres de larger ; les canots
peuvent la remonter pendant un kilometre. Elle meriterait d'etre pour-
vue d'un point parce que l'eau, quoique generalement basse, s'etend
sur une grande larger ; elle doit etre impraticable lorsque la riviere
est en ecore. Ce pont devrait avoir 25 metres de longueur. Dans le voisi-
nage de la Grande Riviere de Nippes serpente la Riviere Froide, avec
un course de 19 kilometres.
Grande-Riviere (la). Poste militaire de l'arrondissement de Nippes,
situe dans la section rurale de Ladounette, commune de l'Anse-a-Veau.
Ecole et chapelle rurales.

Grande Riviere (la). Riviere de la commune de Jdremie et l'une des
plus importantes d'Haiti. Elle sort des montagnes de la Cahouane, se
precipite et se glisse pendant 78 kilometres entire ces mornes comme
un immense serpent. Elle a son embouchure h 900 toises de la ville.
Une infinite de ruisseaux et d'autres rivieres grossissent ses eaux, don't
les principles sont la Riviere Froide et la riviere h Mahot, a droite.
Rien n'est plus agreable que la vue pittoresque du canton dela Grande-
Riviere, prise soit de Fhabitation Breteuil, soit du fort Marfranc. Des ca-
nots peuvent la remonter jusqu'9 28 kilometres en amount de son
embouchure qu'obstrue malheureusement toujours un banc de sable.
Le gouvernement se propose d'y faire construire un pont en fer de 25
metres de longueur a l'endroit oi un bac la traverse.
Voyez : Haute Grande-Riviere, Basse Grande-Riviere.

Grande Riviere (la). Nom d'un des trois course d'eau qui forment, i
Latrouble, la riviere des Trois-Rivi'res.
Voyez : Latrouble. *

Grande-Riviere (la). Habitation inoccupee situee dans la section
rurale de Ladounette, commune de 1'Anse-a-Veau, appartenanth l'Etat.
Contenance indeterminee.

Grande-Riviere (la). SeptiBme section rurale de la commune de
Jacmel. Ecole rurale. Elle a 6te subdivisee en 1875 en donnant
naissance a la section rurale de la Montagne-la-Vofite. Elle comprend
les habitations : Tingue, Biscayen, Masse, Dineron, Lartigue, Lienne,
Leon, Benoit, surlesquelles lEtat possede 96 carreaux de terre occupies
par des fermiers. Il y a aussi les habitations Vernier, Charron, Martin,
N6ron, Savary, Pasquet, Lafond, Calice. En 1840, il y avait dans les
deux sections rurales 453 habitations bien cultivces.
La Grande Riviere de Jacmel passe a I'ouest de cette ville, et a son
embouchure dans la baie de Jacmel. Elle fournissait de l'eau aux habi-
tants avant l'Ftablissement des fontaines et des travaux hydrauliques.
Elle prend sa source au Boucan Tache, pres du morne la Selle, et est
grossie de plusieurs affluents don't les principaux sont : la Riviere Gauche,
qui vient des hauteurs du Grand-Harpon et de la section rurale de La
Vallee, et a Gosseline, qui sort du versant meridional de la Selle. Apres
un parcours sinueux, elle se resserre entire les mornes et vient se jeter
a la mer.









Grande-Riviere de Fesle (la). Quatrieme section rurale de la com-
mune de Marigot, arrondissement de Jacmel. Elle a ete subdivisee
en 1875 en donnant naissance a la section rurale de Macary. Ecole
rurale. II ya les habitations Fourmy, Tourite,Lamothe, Orneaux, Gallon,
Dupont, sur lesquelles 1'Etat possede 115 carreaux de terre occupies
par des fermiers et 50 inoccupes.
La Grande Riviere de Fesle sort de l'Etang Pouillet, sur le morne
Jet d'Eau. On la nomme aussi riviere de Marigot. Elle se jette dans la
mer des Antilles.

Grande-Rivibre des Gonaives (la). Yoyez : Laquinte.

Grande-Riviere du Nord (la). Arrondissement militaire de 3e classes
du d6partement du Nord. Population : 44.000 habitants. 1I comprend
3 communes qui sont : la Grande-Riviere du Nord, chef-lieu de 1'arron-
dissement, le Dondon et Saint-Raphael. I1 measure 36 lieues carries
environ. Les 5coles de cet arrondissement relevent de l'inspection du
Cap-haiYien. L'administration du Cap-ha'tien pourvoit a ses depenses.
Ses limits, d'apres la loi du 17 octobre 1821, sont : au nord, la Sou-
friere du Dondon, en suivant la crete qui spare Ie Grand-Boucan d'avec
le Dondon, jusqu'a reconnaitre le sommet du morne 4du Trou; de ce
point, en suivant cette crete qui se dirige vers le sud-est jusqu'a
Fendroit ou elle tourne au sud-ouest, en descendant par la branch de
la Sourde, jusqu'a venir reconnaire le Pignon, et, de ce dernier point,
pregnant une direction sud-ouest pour venir reconnaitre, dans les
Grandes Savanes, l'endroit oui les deux branches du Guayamuco, qui
sortent de Saint-Raplhael et de la Crete-Sale, viennent faire leurjonction.
De sorte que cet arrondissement a pour limits celui du Cap-hai:ien au
nord, celui du Trou ah*'est, la plain de Goave au sud, etl'arrondisse-
ment de la Marmelade a l'ouest. En 1821, cet arrondissement com-
prenait le quarter de Sainte-Suzanne don't on a faith dernierement une
commune relevant de l'arrondissement du Trou.
Le quarter de Pignon se trouve dans la section rural de Mathurin,
commune de Saint-Raphael dans cet arrondissement.
La garde national de arrondissement de la Grande-Rivibre du Nord
se compose de 1.200 fantassins et de 500 cavaliers.
11 y a 271 biens urbains, 112 habitations, 1.069 carreaux de terre
appartenant au domaine national. Le montant des fermages etdes biens
urbains est de 5 803, celui des biens ruraux de 4 3.207. En 1839.
il y avait 735 habitations en valeur, 69 en deperissement, 41 affermees,
1 non affermbe; au total : 846.
Ony rencontre des mines d'or, d'argent, de cuivre, de fer et d'anti-
moine.
Le general Seide The6lmaque a command cet arrondissement pen-
dant de longues annies. I1 etait membre du gouvernement provisoire,
charge du minister de la guerre, candidate h la pr6sidence, lorsqu'il
perit au Port-au-Prince dans une malheureuse lutte engage entire la
garde du Palais National commandee par le general Anselme Prophite
et les troupes du Nord, dans la nuit du 28 septembre 1888.

Grande-Rivi"re du Nord (la). Commune de 3 i classes, chef-lieu de


58


Ow R t NL G Rk









l'arrondissement du meme nom, situee a l'interieur. Contient 11 sec-
tions rurales, qui sont .
La .re, de Grand-Gilles;
La ,e, de Cormiers;
La 3e, de Caracol;
La 4e, de Solon;
La 5, de Gambade;
La 6-, de la Montagne-Noire;
La 7c, de Joli-Trou;
La 8R, de Bois-Pin;
La 9e, de Bail-y-Bahon;
La 10, de Bois-de-Lance;
La 10,I de Bac-a-Saude ou Bacassan.
Population : 25.000 Ames. Le village n'en a que 3.000. Un depute.
La commune relive de administration financiere, judiciaire, reli-
gieuse et scolaire du Cap-haltien, don't elle est distant de 6 lieues.
La loi du 20 novembre 1821 fixe A 64 lieues la distance legale de cette
commune A la capital.
Le village a 6ti 6rige en paroisse sous le nom de Sainte-Rose,
don't la fete patronale arrive le 30 aofit. L'eglise a etd reedifiee avec les
materiaux tires des ruines du palais de Sans-Souci. En 1892, l'Etat lui
accord 500 gourdes pour ex6cuter la voiUte.
Le village souffre frequemment des debordements de la Grande
Riviere, que les Indiens appelaient Guaraia ou Guaraouai. Elle prend
sa source dans les mornes de Valliere, traverse Saint-Raphal, l'arron-
dissement de la Grande-Riviere du Nord, le Quartier Morin et Limonade
et va se jeter au sud de la baie du Cap-haitien. On a trouve de 'argent
dans les montagnes qui recent les sources de la Grande Riviere du
Nord, et du cuivre dans le lit de cette riviere. *
Temperature saine et delicieuse. C'est la locality d'Haiti qui possede
leplusde centenaires. Dans les montagnes, le thermometre descend
quelquefois jusqu'a 9o au-dessus de zero. I1 y tombe en moyenne par an
2.439 millim:tres de pluie.
Les premieres abeilles venues de la parties de l'est y furent acclima-
tees; elles provenaient de la Havane.
Produits abondants, beaux caf6s, vivres de toutes sortes.
En 1824, le president Boyer y fit diriger un grand nombre d'immi-
grants cultivateurs de la race noire.
Sulfate de cuivre, antimoine, gres, plAtre, ocres rouges, jaune de
Sienne, carribres propres a toutes les constructions. March anime les
samedis.
II y a un petit morne qui fait parties du village. On le gravity par un
endroit appele l'Escalier, oui se trouvent les ruines d'un vieux chateau.
Le conseil communal ne peut s'administrer qu'avec le secours de
'Etat. Le prdpos6 administration fut supprimed le 11 d6cembre 1822,
avec ceux des autres communes situees A l'interieur.
La garnison se compose des 5` et 25e regiments d'infanterie de line,
d'une parties du 1er bataillon du 41 regiment d'artillerie de line, de la
garde national A pied et A cheval, de la police administrative et de la
police rural.
L'Etat possede dans ce village 141 emplacements occupies par des


GRAN- RA


59









fermiers, non comprise le faubourg Boyer que la riviere parait vouloir
envahir. Les rues oh se trouvent ces emplacements sont les rues du
Gouvernement, du Palais, de Saint-Pierre, du Fort, du Pont, de Sainte-
Rose, du Cimetiere, de Notre-Dame, du Champ de Mars, de Sainte-
Marthe, de Sainte-Ursule, de Saint-Jean, la Grande-Rue et la rue Natio-
nale. II y a les habitations Pincon, Turel, Bossel, Gauthier, VYdice.
La loge de l'Orient de la Grande-Riviere du Nord, relevant du Grand
Orient d'Haiti, s'intitule : les Commandeurs du Mont-Thabor, n0 23.
Histoire. Jean-Baptiste Chavanne, le compagnon d'Oge, naquit a
la Grande-Riviere du Nord. II 6tait home de couleur et cultivateur
propri6taire. I1 conseilla h Oge de soulever tous les ateliers en 1790, de
proclamer la liberty g6nerale, et d'aneantir d'un seul coup l'orgueil
colonial. Oge recula devant ce project gigantesque. Chavanne lui promit
neanmoins de mourir avec lui. Les hommes de couleur, au nombre
de 250, prirent les armes, desarmerent les blancs de la Grande-Riviere
le 24 octobre 1790, et reclamerent du gouverneur de Peinier l'ex6cution
du decret du 28 mars 1790 qu'Og6 avait concouru a fire voter en faveur
des hommes de couleur libres. Le g6enral Vincent, a la tete de
800 homes de troupes du Cap, les attaqua avec vigueur, mais il fut
battu et dut rentrer au Cap avec les debris de sa troupe. La tete d'Oge
fut alors rise a prix. Le colonel Cambefort, du regiment du Cap, vint
l'attaquer avec 3.000 homes, de l'artillerie, de la cavalerie et 200 noirs
arms. Oge ne put lutter longtemps contre des forces sup6rieures en
nombre et mieux exerc6es; il abandonna le terrain, et se retira au
sommet du morne Beausejour (Voyez ce mot). On connait la fin tra-
gique de cette malheureuse tentative d'affranchissement.
La tete de Chavanne fut exposee au Cap, sur le chemin de la Grande-
Riviere, le 23 f6vrier 1791.
En 1791, lors de la revolte des esclaves, Blanchelande les fit atta-
quer a la Grande-Riviere du Nord, ou il 6tablit un camp.
Le 31 decembre 1794, Toussaint-Louverture attaqua les Espagnols
6tablis dans ce bourg. II forma cinq colonies de son arrnme : la premiere,
sous les ordres du commandant Moise, passa par le Grand-Gilles; la
deuxieme, sous ceux du commandant Charles, devait s'emparer du
camp Baujoin; la troisieme, commander par Noel, regut l'ordre
d'occuper le camp Buquet, situ6 ea la Montagne-Noire; la quatrieme,
commandee par les lieutenants-colonels J6r6me et Flevaud,devait atta-
quer le camp Vauxel. 11 prit lui-mrme le commandement de la cin-
quieme. Le 30 d6cembre, dans la nuit, I'armee s'ebranla. Apres avoir
lance ses colonnes sur les points qu'occupait l'ennemi, Toussaint
march de sa personnel contre le camp Flamin et s'empara d'un fort
aprbs un assault. L'ennemi fut culbute de toutes parts. Toussaint ordonna
a Dessalines d'attaquer le camp Flamin, tandis que les autres colonnes
se portaient sur la Crete Espagnole, et assaillaient tous les postes qui
protegeaient Flamin. Apres un vigoureux assault, Dessalines enleva ce
camp que les Espagnols abandonnerent. Toussaint se rendit maitre du
fort Cambon et s'avanca alors imprudemment dans les montagnes de la
Grande-Riviere oh il emporta le camp Roque, le fort Saint-Malo, les
camps Cormine, Bense, Salnave et Dupuis, les Cardinaux, Ducasse. Ce
dernier etait 6tabli sur une hauteur dominee par un autre camp; il
n'osa l'attaquer, ainsi que le camp Pistau, dans la crainte d'etre cern6.


60


GRAN GRPAN









Il exposa a ses lieutenants la situation des positions enemies, et les
exhorta vivement h s'en rendre; maitres. Moise, Paparel, Dessalines et
Noil demanderent a marcher et promirent Toussaint de le suivre par-
tout. Celui-ci r6solut de profiter des bonnes dispositions de l'armee qui
6tait, comme ses chefs, pleine d'ardeur, bien qu'extenu`e de fatigue.
Jean FranCois recula peu a peu devant lui afin de l'attirer au camp
Charles Sec, excellent position fortifiee oui il devait infailliblement le
battre. Toussaint enleva Ducasse, Pistau et tons les postes avances qui
protegeaient cette important position, afin de s'en rendre plus facile-
ment maitre. Toussaint 6tait persuade que le chemin qui conduit de
Valliere au camp Charles Sec etait occupy par Noel Arthaud, un de ses
lieutenants. Mais celui-ci n'avait pu resister a l'impetuosite de Jean
Francois, qui occupa ce chemin apres I'en avoir chasse. Toussaint,
croyant n'avoir rien a redouter de ce cote, attaqua le camp Charles Sec
avec toutes ses forces. Mais Jean Francois, s'elancant sur lui avec
vigueur, le culbuta apris un combat des plus opiniatres, mit ses troupes
en pleine deroute, et le poursuivit jusqu'a la Montagne-Noire, au Pico.
En 1796, un des principaux chefs des revoltes de la Grande-
Riviiere, Malouba, fit sa soumission au gouvernement de la Republique
avec 3.000 des siens. Ils avaient assassin Gagnet, le commandant du
village.
En octobre 1801, Toussaint chassa de la Grande-Riviere les parti-
sans de Moise qui s'en etaient empares.
A l'arriv6e de l'expedition Leclerc au Cap, en ftvrier 1802, Chris-
tophe brufla le Cap, et se rendit a la Grande-Riviere, oiu Toussaint le
rejoignit, pour de lh se diriger sur les Gonaives.
Pendant que les Frangais etaient occupies au siege de la Crete-h-
Pierrot, le general Christophe parcourait le d6partement du Nord avec
une audace extraordinaire. II souleva les cultivateurs de la Grande-
Riviere. Ce qui ne l'empecha pas de livrer cette locality au general.
Salm et de passer aux Frangais en abandonnant la cause de Toussaint-
Louverture.
Cette meme annee 1802, Sans-Souci, le chef le plus influent des
revoltes du Nord, et qui avait pris le titre de general en chef, avait son
quarter general h la Grande-Riviere. Les autres chefs etaient Petit
Noel Priere, Jacques Tellier, Cagnet, Jasmin, Mavougou, Yamalheureux,
Labruni, Cacapoule, tous Africains. Sans-Souci avait commander la
Grande-Riviere sous Toussaint-Louverture, et en 1802 sous Dessalines.
En 1807, le general Dartiguenave, envoy par Petion a la Grande-
Riviere du Nord pour y fomenter des troubles contre Christophe, y fut
pris et fusill6.
SC'est a la Grande-Riviere que se trouve le fort de la Sourde, h
l'attaque duquel perit, en 1809, le brave David Troy, colonel du 22er6gi-
ment d'infanterie de ligne et senateur de la Republique. La meme
annee, Bergerac Trichet, apres s'etre empare du fort de la Sourde,
menaqa la Grande-Rivibre du Nord.
Le 31 mai 1865, le general Luberisse Barthelemy s'empara, pour
le gouvernement du president Geffrard, de la Grande-Riviere du Nord
qui avait pactise avec Salnave, et en chassa les rebelles. Le 27c regiment
d'infanterie de ligne fut rayv de l'arm6e pour avoir pris part a cette
insurrection. Mais il fut retabli des l'avenement du president Salnave
au pouvoir.


GRAN GRAN


61









Le 4 juillet 1878, Dorvil Theodore, a la tete d'une bande, attaqua
la Grande-Riviere du Nord. Almonor Mars, qui commandait la com-
mune, y fat atteint au bras par une balle. Les insurg6s, contraints a la
fuite, furent traques au Trou-Joli.
La Grande-Riviere du Nord a donn6 le jour, en 1758, 3 a Dessalines,
habile general, et qui fut assez heureux pour deliver sa patrie et
fonder son independence (Voyez : Cormiers). Ii fut proclame empereur
d'Haiti sous le nomr de Jacques Ier. Malheureusement il gouverna son
pays par Ia terreur et deploya contre ses concitoyens les memes
rigueurs que contre leurs oppresseurs, ce qui fut cause de sa chute. II
perit dans une embuscade au Pont-Rouge, pros de Port-au-Prince, en
octobre 1807.
Elle a vu naitre egalement Philippe Guerrier et Jean-Baptiste
Riche, qui furent presidents d'Haiti; le g6ndral Yayou, une de
nos gloires militaires, qui, a 26 ans, avait command les arrondisse-
ments de la Grande-Riviere et de Leogane sous Dessalines, mais qui
ternit malheureusement sa gloire en conspirant contre le president
P6tion, et fut fusille au fort Campan (Voyez ce mot); enfin Milscent,
qui redigeait le journal l'Abeille Haftienne en 1818, et qui 6tait poete,
ainsi que le general S6ide Th6lemaque, qui a commander l'arrondisse-
ment de 1876 i 1888.
Le ge6nral Anselme Prophete, ministry de la guerre du president
Legitime, 6tait sur le point d'enlever la Grande-Riviere quand eut lieu
la defaite du general Piquant a Dessalines. Le premier corps d'armee
de l'Ouest, en l'absence de son chef, fut oblige d'dvacuer toutes ses
positions dans le Nord. La deroute devint general et les Nordistes mar-
cherent contre Port-au-Prince.
Grande Riviere du lord (la). Riviere qui arrose I'arrondissement du
m-me nom. On I'appelle aussi Sainte-Rose. Les Indiens I'appelaient
aussi Guaraia on Guaraouai. Elle prend sa source dans les mornes de
Valliere, traverse le territoire de Saint-Raphael, la Grande-Riviere, le
Quarter Morin, Limonade, et va se jeter au sud de la baie du Cap-hai-
tien. Elle a un course de 75 kilometres. Deux petits ruisseaux, don't I'un
appel6 Riviere-i-Tenebres, et l'autre Riviere de Boucan-Neuf, s'unis-
sent A 4 ou 5 kilometres de leur source. A leur confluence, ces eaux
prennent le nom de Grande Riviere parce qu'elles coulent dans un lit
large, sans cascades. Aux eaux moyennes, la Grande Riviere charrie
6.350 litres d'eau par second vers la mer, et seulement 2.117 pendant
la secheresse (15 fevrier a 15 avril). Ses tributaires sont la Riviere-a-
Mulitre, les ravines h Laporte, a Prevost, des Racadeux, i Picaut, a
Marion, de Gambade, de Joli-Trou, du Fond-Chevalier, et les ravines
au Bois-Rouge et de Caracol.
Grande-Saline (Ia). Commune de ae classes de I'arrondissement de
Dessalines, don't elle est le seulport maritime. Aete6 detachee de I'arron-
dissement de Saint-Marc par decret du 10 septembre 1889 du gouver-
nement provisoire.
Contient 2 sections rurales qui sont:
La Ire, de la Plaine de l'Artibonite (rive gauche), t partir du bac
d'Aquin jusqu'a la riviere Salee en partageant de l'est A l'ouest I'habita-
tion Poirier (loi du 14 septembre 1881);


62


GPAAN GRA









La 2", de la Plaine de l'Artibonite (rive droite), h partir de l'embou-
chure de l'Estere jusqu'au pont de la dite riviere.
Le poste militaire de Desdunes se trouve dans cette derniere section
rurale.
Population: 9.000 ames; le village n'en a que 2.000.
La Grande-Saline est situde a l'embouchure du fleuve Artibonite. Son
sol est fortement impr6gne de sel, mais ce produit n'est pas exploit.
La commune produit en moyenne par an:
12.000.000 iivres de bois de campeche par I'Artibonite,
1.000.000 pieds de bois d'acajou par l'Artibonite,
20.000 livres de coton,
du riz, des vivres, du sene, du millet, des coquillages recherch6s, des
poissons frais, sales et secs, des bestiaux.
Chasse abondante et variee. Construction de petits bateaux pour le
cabotage.
Dans sa seance du 22 septembre 1891, la Chambre a vote au budget
des travaux publics 14.000 gourdes pour la reparation de la briche
pratiqu6e, lors des edvnements de 1889, sur la digue de l'Artibonite,
situee h la Grande-Saline.
Les navires strangers out le droit d'y aller prendre leurs chargements
de retour en bois de campeche et d'acajou, sous la surveillance d'un
employee de administration financiere de Saint-Aarc, don't la Grande-
Saline relieve administrativement, et qui est le port le plus proche
ouvert au commerce stranger. Le trajet de la Grande-Saline a Saint-
Marc, par une brise favorable, peut tre faith en quelques heures. Par
contre, lorsque le vent est contraire, des navires mettent parfois dix
jours A l'effectuer.
Debouch : Saint-Marc, pour tous ses products de consommation inte-
rieure. Grand traffic de fruits avec les iles Turquet.
La Grande-Saline est le siege en Haiti de la ( COMPAGNIE FLUVIALE
ET AGRICOLE FRANCHISE DE L'ARTIBONITE. Siege social a Paris ,.
La Compagnie possede aujourd'hui un materiel important qui se com-
pose de deux remorqueurs don't l'un avec roue a l'arriere, dit stern
wheeler, et l'autre a double h6lice; 2 petites chaloupes et un yacht a
vapeur; plus 18 chalands, don't 12 en fer d'une contenance de 20 a
25 tonnes, et 6 en acier pouvant porter de 40 a'50 tonneaux; un wharf
avec winch (grue), balances,bascules, chemin de fer Decauville, etc., etc.
Deux fois par an, tous les chalands et les chaloupes sont mis sur le
chantier de radoub pour etre nettoyes et repeints; toutes les r6para-
tions sont faites sur les lieux memes. Une bigue pouvant lever jusqu'a
10 tonneaux sert a soulever les chaudieres quand il y a lieu de les
r6parer. Avec les rcmcrqueurs et deux chalands vides, on remote i la
Petite-Riviere de l'Arlibonite en 14 heures. Les chalands y sont charges
et reviennent seuls au courant de l'eau. Les remorqueurs descendent
sous pression a cause de la force du courant, et de maniere a pouvoir
gouverner, en moins de 6 heures. Quand les eaux le pernelttent, a
l'6poque des grandes pluies ou des crues, les remorqueurs peuvent
monter dix lieues plus haut, aPasse Marin, oh se trouve un des de6pts
de la Compagnie.
La Compagnie fluviale et agricole de l'Artibonite compete cinq 6tablis-
sements ou d6pots, qui sont:


C --'F --~;L~~


63









-La Grande-Saline, etablissement principal;
La Petite-Riviere;
La Passe Marin;
Drouin;
La Passe la Ville.
Le drapeau frangais flotte sur tous ces etablissements.
La Compagnie emploie constamment de 80 a 100 ouvriers, tant h la
Grande-Saline que dans les hauts de la Riviere. Parmi ces ouvriers on
compete des mecaniciens, des chaudronniers, des charpentiers, des
menuisiers, des masons, des chauffeurs, des matelots, etc., etc., tous
Haitiens; il y a encore 3 ingenieurs, un Frangais et 2 Anglais, et 2 capi-
taines. La Compagnie paie de 1.500 h 1.600 gourdes d'appointements
par mois aux ouvriers, sans computer le travail qu'elle fournit et qu'elle
pale aux peseurs de campeche, aux arrimeurs a bord des navires et a
tous autres gens desireux de travailler.
II y a trois ans a peine, le bourg de la Grande-Saline 6tait presque
miserable ; on n'y trouvait de pain frais qu'une ou deux fois par
semaine; on tuait un boeuf tous les 10 ou 15 jours; la nourriture prin-
cipale consistait en pois, riz et poisson, ou bien en salaisons americaines.
Aujourd hui on a du pain frais tous les jours, de la viande fraiche deux
ou trois fois par semaine, des legumes frais constamment venant soit
de Saint-Marc ou de la plaine de l'Artibonite. Des communications
regulieres sont itablies avec la capital par la ligne du ( Service acc6-
ldrd des bateauxa vapeur haitiens, et par la chaloupe de la Compagnie,
quifait letrajet aumoins deux fois par mois. Les habitants de la Grande-
Saline jouissent d'un bien-etre jusqu'ici inconnu ; c'est au point qu'un
homme entreprenant y a installed un caf6 avec salle de billard. On ne
peut nier que ces ameliorations ne soient dues a la Compagnie, car les
employs etant bien et r6gulierement pays peuvent d6penser de lar-
gent, de sorte que tout le -monde en prolite, non seulement h la Grande-
Saline, mais encore sur tout le parcours de l'Artibonite, et au deli.
Tout navire stranger qui relieve d'un port ouvert de la Republique a
celui de la Grande-Saline paie le droit d'echelle suivant :
Ceux de 100 tonneaux ou au-dessous... ....... 25
de 100 a 200 tonneaux.. ...... 30
de 200 300 ......... 35
de 300 400 ..... 40 ,
au-dessus de 400 tonneaux ............... 50
.Le tribunal de paix relieve de la jurisdiction du tribunal civil de
Saint-Marc.
La poste arrive de Saint-Marc le lundi matin, et continue immidiate-
ment pour les Gonaives avec la correspondence du Port-au-Prince et du
reste du Sud. Elle revient des Gonaives le jeudi avec les lettres du Nord.
Le conseil communal s'administre avec le secours de l'Etat.
FRte patronale le 30 novembre, a la Saint-Andr6. En 1892, I'Etat
accorda 800 gourdes pour la construction d'un presbytere.
La garnison de cette commune se compose d'une compagnie de gen-
darmerie, d'une de police administrative, d'une d'artillerie du d6p6t
de .Saint-Marc, de la garde national a pied et a cheval, et de la police
rural.


64


'GRAN -- GRAN





















V I

A A Ioll
Irv.,'rcl~zu


L'EMBOUCHURE DE L'ARTIBONITE A LA GRANDE SALINE.


1-U it "


.E :~i!~(~tts(~BFd~n~t~Whffff~(j~JUl~b~L~mlR ~U*lll~n ~ .~









Un incident s'est presented en 1884 lorsqu'il s'agit de determiner les
limits de la commune de Grande-Saline cre6e par la loi du 30septem-
bre 1881, conjointement avec celles de Saint-Marc. Une fois le travail do
l'arpenteur termine, on s'apercut que l'unite de plusieurs habitations
etait attaquee, et qu'elles se trouvaient par ce fait separbes en deux por-
tions. De regrettables contestations etaient a craindre pour l'avenir;
aussi, pour y obvier, la commission de delimitation, composee de mem-
bres des deux communes interessees et preside par le general J.-B.
Luvieux, commandant de l'arrondissement de Saint-Marc, assisted enfin
de l'arpenteur, se reunit et decida qu'un grand chemin public partant
du fleuve Artibonite et se dirigeant vers le sud sur l'habitation Lominii,
servirait de limited commune aux deux communes de Saint-Marc et do
la Grande-Saline.
Histoire.- En janvier 1795, une fr6idate anglaise canonna lefort de la
Grande-Saline don't elle eteignit le feu. Les Anglais d6barqulreni et
construisirent des retranchements non loin du rivage, t l'endroit
appele la Guildive. Ils y enleverent quantity de sel. Toussaint-Louver-
ture, aprbs les avoir chasses de la Petite-Riviere de l'Artibonite, lanca
toute sa cavalerie sur la Grande-Saline, et charge les Anglais avec tant
d'impetuosite qu'il les forea a se rembaicrqcer, malgre le feu nourri dc
leur artillerie.
Le president Geffrard visit la Grande-Saline Ie 14 octobre 18(;2 ie
sortant des Gonaives, au course d'une tournde qu'il entrepritdans l'Arti-
bonite, le Nord et le Nord-Ouest.
Le 1er decembre 1888, pendant linsurreclion du Nord contre
l'autorit6 du chef du pouvoir executif, le general Legitime, la.Grando-
Saline tira 21 coups de canon sur le navire blalioi'n le 3lancel. Le Tous-
.saint-Loutvertztre riposta par 5 boulets qui lirent laire le feu des Nor-
distes.
Le 24 janvier 1889, le general 0. Piquant. ministry de 1'int6rieur,
opera un ddbarquement a la Grande-Saline, iqu'il enleva apris un11
course resistance. Le general Colas, commniiiial;it de la commune, fut
fait prisonnier et conduit a la capital, oi it fut incarcer6 et degrad6.
Les populations avoisinantes vinrent en foule se soumettre au general
Piquant et jurer fidelity au gouvernement du president Legitime. '.ii
commencement de mai, la Grande-Saline fut toutefois abandonnee par
l'arme de e'Ouest, apres la d6faite du general Piquant i Dessalines. II
y avait 1.200 homes commandos par Dardignac, qui furent Iranspor-
tes a I'Arcahaie.
Grande Savane (la). Savane situde entire Saltrou, le Fond-VerrclI,', ec
la Rllpublique dominicaine.
Grande-Savane (la). Habitation et quarter situes dans la section rurlale
de Boucan-Carr6, dans la commune de Mirebalais.
Grands-Bois (les). Commune de 3e classes de arrondissement de _,i e-I-
balais. Contient quatre sections rurales, qui sont:
La Ire, de G6nipailler;
La e2, de la Plaine Cleste;
La 3", de Boucan Bois-Pin;
La 4e, de Trou-d'Eau.
T. II. ;-


GRAN.`~ -- GRAN~c


65:










En 1840, les 2e et 3 sections n'existaient pas encore.
Son nom lui vient des beaux bois de haute futaie qu'on trouva sur son
territoire, de plus de trois lieues d'6tendue. C'etait un ancient quarter,
erige en commune par la loi du 18 aofit 1881 h cause de son grand dd-
veloppement. La loi du 25 avril 1817 et celle du 17 octobre 1821 clas-
saient ce bourg parmi les paroisses de la Republique.
S,a distance de la capital est de 15 lieues. Ce quarter relevait de
'arrondissement de Port-au-Prince, d'apris la loi du 17 octobre 1821.
Le village est avantageusement situe sur les montagnes places au nord
de lEtang Saumatre, a 5 lieues environ dans I'interieur, entire la Croix-
des-Bouquets et Mirebalais, sur la rive gauche du Fer-a-Cheval.
Un chemin conduit de la Croix-des-Bouquets au Fond-Diable, et
franchit les montagnes des Grands-Bois (Bajada Grande), pour arriver
a Trianon. Au siecle dernier, ces montagnes etaient le refuge favori
des negres marrons. Les autorites espagnoles les y laisserent vivre en
liberty. En 1791, on en comptait 1.500 des deux sexes. La rivibre la
Gascogne prend naissance dans ces montagnes.
Le conseil communal ne peut s'administrer qu'avec le secours de
l'Etat.
Le tribunal de paix relieve de la jurisdiction du tribunal civil du Port-
au-Prince.
La garnison de cette commune se compose d'une compagnie de gen-
darmerie, d'une de police administrative, d'une d'artillerie du depOt de
Port-au-Prince, de la garde national a pied et a cheval, et de la police
rural.
L'habitation cafeiere Roseaux, situde dans cette commune, fut mise
en vente par la loi du 10 mars 1814 pour encourager la culture et
augmenter le nombra~des proprietaires.
Le caf des Grands-Bois, toujours bien prepare, est r6pute l'un des
meilleurs qui soient apportls dans les magasins et entrepots de Port-
au-Prince.
Sol fertile. Produits varies. Bestiaux. Forets de pins. En 1840, ce
quarter poss6dait 146 habitations bien cultivees, 526 jardins entre-
tenus en cafe et vivres de toute espece, donnant un produit de 400.300
livres, 2 petits moulins, 2 places en cannes, 50 proprietds abandonnees,
31 nouveaux 1iablissementl .
La post arrive de Port-au-Prince, et en dernier lieu de la Croix-des-
:uquets le dimanche matin; elle continue pour Mirebalais et Las-
cahobas par le more Pensez-y-bien. Elle en revient le jeudi, en con-
tinuant pour Port-au-Prince.
Le premier depute qui representa les Grands-Bois a la Chambre des
representants en 1882 est le citoyen Clomelus Guillaume.
Histoire. -H anus de Jumecourt, chevalier de Saint-Louis, maire de la
Groix-des-Boiuquets, s'enfuit aux Grands-Bois le 10 mars 1792, lors de
!'arrivee de I'armee de Port-au-Prince, envoyde contre les affranchis.
Apres la victoire qu'il remporta a la Croix-des-Bouquets sur les Francais,
Hvacinthe fit rentrer M. de Jumecourt dans le bourg, et le nomma
capitaine de la gendarmerie.
En fvvrier 1795, les Anglais s'emparerent des Grands-Bois, d'oii
les chassa Toussaint-Louverture, en avril 1796.


66


GRAN GRAN









Le 15 decembr. 1802, les FranQais reprennent possession des
Gra nds-Bois.
Le 4 juin 1803, Dessalines debouche aux Grands-Bois pour tomber
sur les FranQais dans la plaine duTCul-de--Sac.
Le 28 juillet 1869, les Cacos s'en emparerent.

Grands-Bois (les). Habitation inoccup~e situee dans la section
rural de la Savane-Brfllte No 1, commune de Dessalines, appartenant
h I'Etat. Contenance indeterminee.
Voyez : Saint-Martin Grands-Bois, Dubois Grands-Bois.
Grands-Cahos (les). Voyez : Cahos, Pelit-Cahos, Haut-Cahos.
Grands-Halliers (les). Alontagne situee dans la commune de Corail,
don't les sources entretiennent ]a riviere de Corail.

Granier aine. Habitation situee dans la section rurale de l'Azile,
commune d'Aquin. L'Etat y possede 30 carreaux de terre don't 3 sont
occupies par des fermiers et 27 inoccupes.
Granier jeune. Habitation situee dans la section, rurale de l'Azile,
commune d'Aquin. L'Etat y possede des terres occupies par des fer-
iniers. Contenance indeterminee.
Granja (la), ou Morro de Monte-Christ. Montage de la chaine de
Monte-Christ (267 metres). C'est un rocher calcaire, etroit et aplati,
rcpresentant le toit d'une grange. Elle est totalementisolde par un large
marecage sal6 sillonne par des canaux qui communiquent avec la mer
pendant la haute maree.

Granville. Habitation situee dans la 40 section rurale de la commune
de Saint-Louis du Nord.

Granville. Habitation situee dans la section rurale de Morne-Rouge,
commune de la Plaine du Nord.
L'Etat y possede des terres. Contenance ind6terminee.

Grappe. Habitation situee dans la section rurale des Trois-Palmiers,
commune de Carice. L'Etat y possede 15 carreaux de terre occupies par
des fermiers.

Grasse Beau. Voyez : Grace Beausdjour.

Grasset. Habitation situee dans la section rurale de Bourg, commune
de Torbeck. L'Etat y possede 1 carreau de terre occupy par un fermier.

Grasset. Habitation situee dans la plain de L'Artibonite, dans la sec-
tion rurale du Bac-Coursaint No 2, commune de la Petite-Riviire.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
En f6vrier 1795, Toussaint-Louverture, etabli au camp Grasset, fit prd-
venir les royalistes francais camps au camp Mollet, et au service de
l'Angleterre, qu'il les ferait tous passer au fil de Fe6pee, s'ils n'arbo-
raient pas le drapeau de la Republique frangaise.
Grasset. Habitation situde dans la section rural du Bas de Sainte-


GIVAN GRAS


67








68 GREAT GREEN
Anne. commune de l'Anse-a-Foleur. L'Etat y possede 5 carreaux de
terre occupis par des fermiers.
Gratte-GAte. Habitation situde dans la section rurale dui quarter de
la Chapelle, commune de la Chapelle. L'Etat y possede 6 carreaux de
terre occupies par des fermiers.
Grave. Habitation site dans la commune de Dessalines.
Gravelas. Habitation situhe dans la commune de l'Anse-d'Hainault.
L'Etat y possede 20 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gravier. Ancienne habitation sur laquelle a e6t batie la ville des
Anglais, aux bords de la petite riviere des Anglais.
Gravier. Habitation situee dans la section rurale des Gris-Gris, com-
mune des C6tes-de-Fer, appartenant a l'Etat. Contenance ind6ter-
minee.
Gravier. Voyez : Filartro.
Gravois. Pointe situee au sud du department du Sud.
Gravois. Voyez : Riviere-a-Gravois.
Greffin. Habitation sucricre situie dans la section rural de Bellevue-
Charbonniere, commune de Pltion-ville, en plaine du Cul-de-Sac,
appartenant a IM. Sylla Bouzy. L'Etat y possede des terres qu'il afferme
a des particuliers. Il y a un marecage et le Bois Greffin.
Greffin. Habitation situee a Trianon, commune de Alirebalais.
Greffin. Voyez : Corail-Greffin.
Gr4goire. Habitation situee dans la section rurale des Palmes com-
mure de Petit-Goave, sur laquelle 1'Etat possede 15 carreaux de terre
occupies par des fermiers. On y produit beaucoup de fourrage.
Grelandidre. Voyez : Bas-Grelandiere.
Grelot. Habitation situde dai;s la commune du Cap haitien, pres de
cette ville. Dans la nuit du 4 au 5 f6vrier 1803, le g6ndral Romain
s'empara d'un poste que les Francais y avaient 6tabli.
Grenade. Habitation situee dans la section rural des C6tes-de-Fer,
commune du Mole Saint-Nicolas. L'Etat y possede 25 carreaux de terre
1poI r hattes occupies par des fermiers.
SEn 1810, quand l'armde republicaine evacua le M6le, la garnison sui-
vit la cdte jusqu'a la hatte Grenade, oi elle fut contrainte de garner
les bois pour 6chapper h la poursuite du general Romain.
Grenadier. Fort situ dcans la troisiime section rurale de la commune
de Jean Rabel.
Grenado (el). Petite riviere qui descend du month el Puerto, et qui
forme l'Ftang las Marias. Elle se jette dans lEtang Sale au nord.
Grenier. Habitation situee dans la section rurale de la Montagne-
Noire (Voyez ce mot), commune de Petion-ville. II y a une source d'eau
.vive. .









Grenier. Habitation situee dans la section rurale de la Rivibre-Froide,
commune de Port-au-Prince.
-En avril 1796, le colonel Petion fit clever une batterie contre le
camp Grenier qu'occupaient les Anglais, et menaca le post Fourmy
6tabli dans les mornes de l'Hopital (Port-au-Prince). Le colonel Des-
sources march sur deux colonnes contre la batterie r6publicaine :
celle de gauche, sous les ordres du major Clay, partit de Grenier; celle
de droite, commander par le colonel vicomte d'Alzune, partit de l'habi-
Station Saint-Laurent. Quand la division de gauche arriva dans le ravin
qui separait le camp Grenier de la batterie rep ublicaine, elle rejoignit,
en se dirigeant vers la droite, la colonne sortie de Saint-Laurent. Comme
le brouillard etait tres dpais dans le ravin, les republicans ne remar-
querent pas ce movement. Du rest, leur attention etait portee du
c6te de Fourmy d'oi leur arrivaient des bombes et des boulets que
leur lancait le capitaine Spencer, du corps royal d'artillerie. Toutes les
embuscades dressees autour de leur camp retranche furent criblees et
demolies par cette canonnade. Apres la jonction de ses deux divisions,
le colonel Dessources pe6ntra dans une gorge presque impraticable
pour turner la batterie republicaine et les fortifications qui la prote-
geaient. II avait laisse a Saint-Laurent un bataillon qui devait couvrir
sa retraite en cas d'echec, tandis que le major Clay occupait la route
de Leogane afin de contenir les renforts qui pouvaieni arriver de cette
ville aux republicans. Dessources langa ses tirailleurs contre la batterie,
pendant que son frere, le lieutenant-colonel Dessources, s'emparait
d'une hauteur qui Ia dominant. Apres une vigoureuse resistance, les
republicans enclouerent leurs canons et abandonnerent leur redoute.
Le general anglais Forbes fit alors fortifier le morne Grenier.
En decembre 1797, le general Laplume, qui commandait a Leo-
gane, ordonna da l'adjudant general Petion de chbsser les Anglais des
mornes de la Coupe (Petion-ville). Petion partit avec un fort detache-
ment de Leogane, longer la Riviere Froide, et atteignit les hauteurs de
l'habitation Grenier. Le 5 d'cembre, il enlevait aux Anglais le fort de
la Coupe. Ce success contraignit les Anglais i abandonner Grenier.
En 1802, Petion, se rendant dans le Sud avec les independants
commandos par Geffrard pour y porter la guerre contre les Frangais,
passa h Grenier.

Grepin. Habitation situee dans la commune de Gros-Morne, arron-
dissement des Gonaives.

Gressier. Poste militaire de l'arrondissement de Leogane, situe dans
la section rurale du Morne-Chandelle, commune de Leogane, sur la
route de Port-au-Prince, don't il est distant de 6 lieues. Ecole et belle
chapelle rurales.
L'Etat y possede 78 1/2 carreaux de terre occupies par des fermiers.
La riviere de Gressier prend sa source dans la section rurale de
Corail-Tort.
Gressier envoie par mer h Port-au-Prince beaucoup d'herbes de
Guine pour les chevaux et des cocos par des embarcations qui viennent
prendre leur mouillage toutes les aprbs-midi sur le rivage de la place
Saint-Louis, derriere Ie fort Per. Gressier est a 4 lieues de Ldogane. II


GREN- GRESS


69








pourrait etre une commune important avec les habitants du Petit-
Boucan, du Morne-Chandelle et de la Petite-Riviere.
Les maisons, presque toutes couvertes en chaume, sont ranges
symetriquernent a droite et a gauche tout le long de la route. Alexandre
Lavaud dit que le voyageur est sutr d'y trouver une ddlicieuse eau de
coco pour etancher sa soif et ranimer ses forces, et un magnifique
panorama pour reposer sa vue.
Histoire. En mars 1793, Beauvais alla se retrancher i Gressier
avec 500 homes, et vint en avril camper a Bizoton contre le Port-
Republicain, occupy par les Anglais.
En juillet 1802, a l'arrivee de l'expedition Leclerc, quelques cava-
liers de la garden national de Leogane, s'etant avances jusqu'aux environs
de Gressier, apercurent, range en bataille sur la grande route de Port-
Rdpublicain, une superbe compagnie de dragons frangais, la tete charge
de bonnets a poil surmontes de flames rouges. Ils retournerent 'i
Leogane et annoncerent h Pierre-Louis Diane et Larose ce qu'ils
avaient vu. Ceux-ci se haitrent de livrer la ville au pillage et firent
sauter le fort Qa-Ira. A cette vue, le colonel d'Henin, qui etait i la tete
des soldats francais i Gressier, le quitta pour se rendre 5 Leogane.
Quand il parvint h la Grande-Riviere, il fut saisi d'horreur a la vue des
nombreux cadavres de blancs qui jonchaient le chemin.
Apres la chute de Toussaint-Louverture, en 1802, les gendraux
Rochambeau, Lavalette et Pageot sortirent du Port-Republicain avec
800 hommes et traverserent les mornies de Jacmel qui talent inondes
de bandes'insurgdes. Tandis qu'ils ttaient encore i Gressier, un cultiva-
teur qui devint dans la suite un intrepide colonel, Sanglaou, faillit, a
la tite de quelques insurges, les enlever pendant qu'ils se reposaient.
En 1818, le president Boyer fit construire sur l'habitation Gressier
un edifice considerable pour servir d'hospice au'departement de l'Ouest.
Apris son achievement, aucun infirme n'y fut admis, et ces construc-
tions finirent par tomber en ruines, apres avoir servi pendant quelques
annies au logement de la cavalerie.
Le 17 septembre 1845, out lieu a Gressier un massacre des insur-
gds rivieristes, apres leur defaite 4 Leogane, oit se tenait leur chef, le
colonel Pierre Paul.
Griel. Voyez : Grouel.

Grien. Habitation situee dans la section rurale de Joli-Trou, com-
mune de la Grande-Riviire du Nord.
L'Etat y posside 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.

Grimaud. Ravine qui prend naissance sur i'habitation Coulomb dans
le Nord;elle fdournit 6 litres d'eau par second, et tarit pendant la
secheresse.
Gris-Gris (les). Premiere section rurale de la commune des Cotes-de-
Fer, arrondissement de Jacmel. Elle a edt subdivisee en 1875 en-don-
nant naissance a la section rurale du Bas des Gris-Gris. Ecole rural.
II y a les habitations Aimable Leclerc, Bernard, Filartreau, Gravier,
appartenant t l'Etat. De plus, il existe 167 carreaux de terre du domaine
national sur les habitations Aubin, Delille, Dexeart, Labry, Argan,


70


GRIE GRIS








Jacson, occupies par des fermiers. Le post militaire de iMayette est
situe dans cette section rural.
En 1892, 1'Etat donna 500 gourdes pour batir la chapelle et le pres-
bytere.
Voyez : Bas des Gris-Gris. En 1840, ii y avait 333 habitations bien
cultivees, et 6 mal cultivees. Total : 339.
Gris-Gris (les). Ancienne batterie situee au Cap-hattien. Pour rendre
hommage aux FranCais morts a l'armee de Saint-Domingue, le general
Leclerc l'appela, en 1802, batterie Pambour, du nom d'un des gdneraux
de son armee.
Grissot. Habitation situee dans la section rurale de Polveau, com-
mune de Port-de-Paix.
L'Etat y possede 1 carreau de terre occupy par un fermier.
Gros. Habitation situee dans la section rural de Bellevue-Charbon-
niere, commune de Petion-ville, A l'ouest de l'habitation iMtivier.
Gros. Habitation situee dans la section rurale de Joli-Trou, com-
mune de la Grande-Riviere du Nord.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Gros. Habitation inoccupee situde dans la section rurale des Ecre-
visses, commune de Valliere, appartenant h l'Etat. Contenance ind6-
terminee.
Gros-Bassin (le). Habitation situde dans la section rurale de la Hau-
teur-de-Corail, dans la banlieue de la ville de Corail.
L'Etat y possede 1 carreau de terre occupy par un fermier.
Gros-Cap (le). Voyez : Rouanez Gros-Cap.
Gros-Collet (le). Habitation situee dans la commune de Mirebalais.
En decembre 1802, Paul Lafrance, commandant du Mirebalais pour
les Frangais, y fut battu par Guillaume Fontaine. Dans la deroute, un
soldat nomme Maquiacat lui trancha la tete, qui fut envoyee a Dessa-
lines, a l'Artibonite.
Gros-Ilot (le). Pilot situe pres de la Gonave.
Gros-Jean. Habitation sucriere situee dans la section rurale de Bel-
levue-Charbonniere, commune de Petion-ville. Il y a une source.
L'Etat y possede des terres qu'il afferme a des particuliers.
Gros-Lebon. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de
Mapou, commune de Plaisance, appartenant h l'Etat. Contenance
indeterminee.
Gros-Morne (le). Commune de o5 classes de l'arrondissement des
Gonaives. Contient 8 sections rurales qui sont :
La 1re, de Boucan-Richard;
La 2g, de la Riviere-Mancel;
La 3e, de la Riviere-Blanche;
La 4e, de l'Acul;
La 5e, de Pendu;
La 6 1, de la Savane-Carr-e


GlrISI GROS"


71








La 7e, de Moulin;
La 8e, de la Ravine Gros-Morne.
Population : 8.000 ames; le village n'en a que 800.
II y a en moyenne par an 1.500 naissances, 80 d6ces et 60 manages
En 1890, il y a eu 125 enfants l6gitimes, 1.374 naturels, 80 deces et
78 marriages.
Le village est situe sur la route des Gonaives au Port-de-Paix. II tire
son nom d'une montagne d'une grande hauteur, et qui en est eloignee
d'environ deux lieues dans le sud-est. Son sommet est plat et est arrose
de plusieurs sources.
L'air au Gros-Morne est tries sain.
La riviere qui y passe, et qui se nomme les Trois-Rivibres, a 22 lieues
de course; elle se decharge a la mer en passant au Port-de-Paix.
Le Gros-Morne est pour ainsi dire une lie. Son territoire est enferme
d'un c6t6 par les Trois-Rivieres ou la Grande Riviere, et de l'autre par
la riviere Mancel qui va sejeter au Borgne. L'eau du Mancel n'est pas
potable dans la secheresse A cause du cuivre sur lequel elle roule.
Productions variees : tafia, cafe, coton, acajou, chene, campeche,
bestiaux, volailles. March fr6quente par les commercants des Gonaives
et de Saint-Marc.
linerais de cuivre, sable ferrugineux, cobalt, manganese, porphyre,
jaspe, olivine, pierres A batir et a chaux, sable, calcaire, silex, quartz
laiteux, diaphane, brunatre et rose.
En 1886, les Chambres ont vote un contract pour l'6tablissement d'un
chemin de fer de Gros-Morne aux Gonaives. Le concessionnaire, M. B.
Riivibre, n'a pas tenu ses engagements.
La loi du 20 novembre 1821 fixe A 43 lieues la distance l6gale de cette
commune a la capital.
De l'Anse-A-Foleurla limited nord de l'arrondissement de Port-de-
Paix remote la riviere du Bas de Sainte-Anne jusqu'a reconnaitre le
point qui spare les communes du Borgne, du Gros-Morne et de Plai-
sance.
Le conseil communal du Gros-Morne ne peut s'administrer qu'avec
le secours de l'Etat.
La.garnison se compose d'une compagnie de gendarmerie, d'une de
police administrative, d'une d'artillerie du de6pt des Gonaives, de la
garde national a pied et A cheval, et de la police rurale.
La fete patronal6 se celebre le 2 fevrier, A la Purification. En 1892,
1'Etat accord 3.000 gourdes pour la construction de l'6glise et du
)pesblylbere.
Le tribunal de paix relive de la jurisdiction du tribunal civil des
Gonaives. Le pr6pos6 administration relive de administration finan-
ciere des Gonaives; ii avait ete supprime le 11 decembre 1822 come
ceux de toutes les autres communes situees dans l'int6rieur, mais il fut
retabli a la revolution de 1843.
L'Etat possede dans ce village 35 emplacements rue Republicaine et
dans la Savane-Chessac, 6 rue Bonne-Foi, 16 rue du Centre, 3 rue
Decouverte, 14 rue Basse, 28 rue du Palais, I rue Joli-Caeur, I rue
Fraicheur, 1 rue Boyer, 1 rue Bellevue, 3 rue Inattendue, 5 rue Courte,
tous occupies par des fermiers. Total : 114 emplacements.
llistoirc. En 1793, Boisrond le jeune, home de couleur, charge


72


GRtOS GROSOI









par Sonthonax de publier la proclamation de la liberty ge6nrale, fut
port en chaise a bras d'hommes, de Port-de-Paix au Gros-Morne, par
un chemin en line droite ouvert en quelques heures a travers les bois.
-Le 5 decembre de la meme ann6e 1793, Toussaint-Louverture prit
possession de Gros-Morne au nom des Espagnols.
Lors de la revolte de Golart au Mole Saint-Nicolas en 1799, Tous-
saint partit des Gonalves pour le Mole. Quand il arriva pros de Gros-
Morne, il tomba dans une embuscade que Golart lui avait tendue. 11
essuya plusieurs coups de feu. L'obscurit6 de la nuit lui permit de s'en
tirer sain et sauf. II revint sur ses pas, puis alla 6tablir son quarter
general dans les montagnes des Cahos, d'ou il dirigea les operations
de l'armee du Nord.
En 1802, lors de la revolte ge6nrale des indigenes centre les
Francais, les insurges des environs de Gros-Morne avaient a leur
tete Paul Prompt, homme de couleur, ainsi que Magny, noir, que le
general Leclerc avait nomm6 commandant de cette commune. Lorsque
les Francais vacuerent le Gros-Morne pour se rendre aux Gonaives, le
chef noir Julien Labarriere, place en embuscade sur la route, les
massacre jusqu'au dernier.
En mai 1807, le Gros-Morne repondit au movement insurrec-
tionnel inaugure au Port-de-Paix par le colonel Jean-Louis Rebecca
centre Henry Christophe, en faveur de la republique de Petion.
En 1865, lors de l'insurrection de Salnave centre le president
Geffrard, le ge6nral Nissage Saget s'empara du Gros-Morne sur les
rebelles. Le 9e regiment de Port-de-Paix s'empressa de faire sa sou-
mission, declarant qu'il avait e6t induit on erreur, Le regiment pe-
n6tra au Gros-Morne aux cris de c( Vive Geffrard Le colonel, voulant
s'opposer a cette demonstration, fut bless par un de ses soldats. C'est
du Gros-Morne que les gOnOraux Nissage Salet et Jean Francois
marcherent contre les Salnavistes etablis au Port-de-Paix, qui leur fut
enleve.
Gros Morne (le). Morne eleve, situ6 dans la commune de P6tion-ville,
sur la limited de celle de Port-au-Prince. Quand on sort de Port-au-
Prince et qu'on arrive au Gros Morne, le chemin qui continue en ligne
directed conduit h P6tion-ville, tandis que celui qui se trouve sur la
gauche conduit dans la Plaine et sur l'habitation Frere.
Le 5 decembre 1797, Petion ayant enleve le fort de la Coupe
(Petion-ville) aux Anglais vint s'etablir au Gros Borne, cernant le Port-
R6publicain de ce c6te.
En 1868, pendant que les Cacos bloquaient le Port-au-Prince,
ceux de Petion-ville avaient un poste avance au Gros Morne. Il y fut
livre plusieurs combats entire les Cacos et les Zandolites (troupes du
gouvernement).
Gros-Morne (le). Onzieme section rurale de la commune de LOogane.
- Morne d6pendant de la chaine de la Selle.
En 1840, la section rurale de Fond-d'Oie se confondait avec celle-ci,
qui comprenait 275 habitations plantees en cafe et en vivres en bon
6tat.

Gros Morne (le). More elevO situ6 entire les Gonalves et Saint-Marc,


GROOS GROSS


73









dans cette derniere commune. Le 7 juillet 1866, le general Turenne
Guerrier, commandant de P'arrondissement de Saint-Marc, a la tete des
forces militaires de son arrondissement, rencontra les rebelles des Go-
naives au Gros Morne de Saint-Marc. II les rejeta au delay du bac de
l'Estere oi ils disparurent, laissant 34 prisonniers entire ses mains.
Gros Morne (le). Morne elev6 situ6 entire Leogane et Jacmel, a co6t
duquel passe le grand chemin.
Gros-Morne (le). Habitation situ6e dans la section rural de la Haute
Grande-Riviere, commune de Jeremie.
Gros-Morne (le). Voyez : Ravine Gros-Morne.
Gros Moulin (le). Habitation situ6e dans la section rurale de Juampa,
commune de Lascahobas, appartenant l 'Etat, et affermee h des par-
ticuliers. On y produit des vivres, du coton, du cafe, des bois d'aca-
jou, etc., etc.
Gros-Pierre. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de
Grand-Boucan, commune de Mirebalais, appartenant a 1'Etat. Conte-
nance ind6terminee.
Grosse ou Grande Caye (la) ou Caille. Petite lie place en face du
pori d'Aquin. Le gros rocher appel6 le Diamant est a 18413'45" de lati-
tude nord et a 75048' de longitude ouest.
Grosse-Chaudi6re (la). Poste militaire de la commune de Dame-Marie,
arrondissement de Tiburon. Joli hameau. Ecole et chapelle rurales.
Grosse-Pointe (la). Cap le plus m6ridional de l'ile de la Gonave, situ6
en face des Arcadins.
Grosse Roche (la). Petit ilot situ6 au fond et a l'ouest de la baie de
Saint-Marc, au pied du morne Diamant.
Grosse Roche (la). Bloc 6norme de pierre bien assis sur sa base
4largie, et don't la parties suptrieure finit en pointe. 11 marque l'entr6e
de la commune de Lascahobas quand on vient de Mirebalais. Dans les
cavit6s de ses flancs, de gros arbustes ont pouss6. Lorsqu'on delimita
la frontiere entire l'Espagne et la France, on plaqa de distance en dis-
tance, surtoute la ligne, des pyramides de pierres avec des numeros. Sur
le cit6 est, la Grosse Roche porte en grosses lettres : ESPAGNE, et sur
le cot6 oppose : FRANCE.
Grosses-Roches (les). Poste de la commune de Valliere, sur la limited
de l'arrondissement de Fort-Liberte. On se rend de Valliere au camp
Fatras, limited de la commune du Trou, par le chemin des Grosses-
Roches et de Sainte-Suzanne.
Gros-Veau. Habitation situ6e dans la commune de la Croix-des-Boii-
quets.
Grotte-A-Minguet (la). Voyez : Dondon, -Minguet, Vouite-a-Min-
guet.
Grotte-aux-Indes (la). Grotte situee dans la commune de Pestel. Les
Indiens aborigines s'y r6fugiaient pour 6chapper a leurs pers6cuteurs,


74


GROS GROT







GROT GUAM 75
mais un raz de maree ayant inonde la grotte, qui est sur le bord de la
mer, ils furent engloutis. On y voit de nombreux ossements, et la grotte
est un veritable ossuaire.
Grotte d'Anacaona. Yoyez : Madame de Leogane.
Grotte Moreau. Voyez : Moreau.
Grouel ou Griel. Habitation situde dans la section rurale de Latrouble,
commune de Plaisance.
L'Etat y possede 4 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Grouel on Griel. Habitation inoccupbe situee dans la section rural
de Champagne, commune de Plaisance, appartenant l'Etat. Conte-
nance ind6termin6e.
Ces deux habitations forment une meme propriedt situee dans deux
sections contiguis de la meme commune.
Gua. Petit village situe entire la Vega et le fleuve Yuna. Le
28 fevrier 1805, l'armee haitienne, merchant contre Santo-Domingo,
apres avoir traverse la Vega, s'arreta a Gua a 7 heures du soir.
Guaba. Voyez : Goave.
Guaba. Riviere tributaire droite du Guarico.
Guaba (la). Riviere tributaire a gauche du Camu. Elle a elle-m me
pour tributaires le Bijao et la Pona.
Guaba (la). Riviere affluent de la Yuna.
Guaba Arriba (la). Petit hameau servant de poste militaire de la pro-
vince de la Vega, dans la Republique dominicaine.
Or, diamant, opale, amiante, jais, porphyre, e eraude, rubis, alba-
tre, marbre, silex pyromaque, jaspes de toutes couleurs.
La riviere de Guaba Arriba se jette dans la Bayaha.
Guabary. Voyez : Gouabary.
Guabatico (el). Belle savane qui se trouve entire la commune de Guerra
et celle de los Llanos.
Guacamayo (el). Riviere de la Republique dominicaine, affluent de la
Yuna.
Guaco (el). Riviere tributaire a droite de la Licei.
Guainamoca (la). Petit hameau de la province de Puerto-Plata (Repu-
blique dominicaine). En 1839, la contrde avait 33 habitations cultivees.
Produits : 3.100 livres de cafe; 143 surons tabac; 50 livres cire jaune;
57 barils mais; 38 barils pois; 43 barils riz; 378 gallons sirop. Coupes
d'acajou, 6. Voyez : Guaynamoca.
Guallabo (el). Riviere tributaire a droite du Camui.
Guallabo (el). Hameau situe a l'origine du delta de la Yuna, oh le
fleuve a 18 pieds de profondeur.
Guamacayo (el). Riviere tributaire i droite de la Licei.







76 GUAM GUAR
Guamas(las). Ancienne section rurale de la commune de la Vega. En
1840, il n'y avait que des hattes, et peu de vivres.
Guana (la). Montagne, dependant du Cibao, situee au pied de la valle
de Humunucui.
Guanaba (la). RiviBre de la R6publique dominicaine qui se jette dans
la baie de Samana, entire 1'embouchure de la Yuna et le cap Engafio.
Guanaba ou Guanabana (la). Montagne dependent de la chain de
Monte-Christ. Hauteur : 760 metres.
Guanajuma (la). Petite riviere de la Republique dominicaine, qui se
jette dans F'Amina, province de Santiago.
Guanaminto. Voyez : Ouanaminthe.
Guanamito (el). Riviere tributaire gauche de la Jayna.
Guanamitos. Petite riviere de la Ripublique dominicaine, qui se jette
dans la Jayna, province de Santo-Domingo.
Guanamoca. Voyez : Guaynamoca.
Guanejuma. Riviere tributaire du Baguati, lequel se jette dans le Bao.
Quaniabano. Riviere tributaire du Quiabon.
Guansi. Ancienne section rural de la commune de Moca. En 1840, on
y comptait beaucoup d'habitations riches en productions de tous genres.
Guanuma. Belle vall6e de la province de Santo-Domingo, du nom de
la riviere qui descend des Siete Picos pour se jeter dans F'Ozama. Son
cou"s a 50 kilometres, Filons de quartz d'argent, d'or, de fer. Piatine.
Sur 17 gangues d'argent exploitees dans cette vallee, 10 ont fourni de
20 a 120 grammes d'argent et de 15 h 35 grammes de platine par ton-
neau de mineral. Avec un chemin de fer, les gisements de fer pourront
etre exploits.

Guaraguano. Petit hameau servant de poste militaire de la province
de Santiago, don't il est distant de 44 kilometres. Possede des mines
d'or exploitees autrefois. Il est situe6 452 metres au-dessus du niveau
de la mer. La riviere Mao se jette dans le Yaque du Nord, a l'est de
Guaraguano.
Guaraia: Un des noms aborigines de la riviere de Momance.
Guarda Raya. Voyez : Hilo de la Guarda Raya.
Guariaia ou Guaraouai. Voyez : Grande-Riviere du Nord.
Guarico. Nom sous lequel les Espagnols avaient designed le Cap-ha'tien.
C'etait le siege du cacique Guacanagary.
Guarico. Riviere de la 1Republiqne dominicaine qui, avec le Corozo,
la Guaya a droite, le Guarno a gauche, se jette dans le Porto Medio,
dans la province d'Azua.
Guarno. RiviLre tributaird a gauche du Guarico.










Guasuma. Ancienne section rurale de la commune de Macoris. En
1840, la culture y etait prospere, et les hattes fort belles.
Guasumal. Ancienne section rurale de la commune de Saint-Jean. En
1840, il y avait 95 habitations cultivdes en cannes, caf6, coton, tabac et
vivres de toutes especes, 5 hattes ayant des places a vivres. Total : 100.
Guatapana. Nom indieh de la riviere du Massacre et de Daxavon.
Guavanimo. Riviere tributaire de l'Ozama.
Guavatico. Immense savane situee a l'extremite nord du bourg domi-
nicain de los Llanos. Lariviere Brujuelas disparait au sud de cette savane
pour ne reprendre son course que 11 kilometres plus bas.
Guayaba. Habitation situde dans la commune de Lascahobas. Forits
vierges appartenant aux heritiers Dupre et Benoit.
Guayabal. Ancienne section rurale dependant du poste militaire de
Banica. En 1840, il y avait IS habitations bien cultivees en cannes, cafe
et vivres de toutes especes, 6 hattes ayant des places a vivres. Total: 24.
Guayabal. Ancienne section rurale de la commune de Santiago. En
1840, elle produisait du tabac, du cafe, des cannes a sucre et des
vivres.
Guayabal. Habitation situde au board de la Jayna, pris de Buenaven-
tura. Appartient a Don Nicolas Guridi et fut depeuplee par Don Diego
Herrera. 11 y a des mines d'argent.
Guayabal. Terrain situ6 dans la commune de Saint-Christophe, repute
pour son tabac, pres de Villega et de Fundacion.
k *
Guayabine. Savane et riviere situees entire le Fort-Liberte et le course
du flouve Grand Yaque, dans la ldepublique dominicaino.
Le 22 fdvrier 1803, la division du Nord de 'armde haitienne, mar-
chant centre Santo-Domingo, arrival dans la savane. Le lendemain. elle
passa la riviere 9 heures du martin.
Guayabo. Montagne dependant de la chain central du Cibao, pros
de Bani.
Guayacanes. Ancienne section rural de la commune de Santiago.
En 1840, la culture consistait en quelques petites places a vivres et des
pares de beufs, cochons, cabrits. Billalobo y est attenant.
Guayacura. Riviere tributaire a droite de i'Ozama.
Guayamuco ou Guyamuco. Riviere situee dans l'arrondissement de
Mirebalais. Une des limits de cet arrondissement et de celui de la Mar-
melade sort du confluent des riviires l'Hermite et Guayamuco et suit la
rive droite de cette derniere riviere, allant dans l'ouest jusqu'a la Crete-
Sale.
Deux branches du Guayamuco sortent de Saint-Raphael et de la
Crete-Sale, dans les Grandes Savanes, et viennent se joindre a un
point des limits de l'arrondissement de la Grande-Riviere du Nord et
de celui de la MAarmelade..
Le Bayaha, apres avoir arros6 les planes du Dondon, de Saint-Ra-


GUAS GUAY


77









phael et de Saint-Michel, et la vallee de GoAve, se joint au Guayamuco
a Hinche pour se jeter toutes deux dans l'Artibonite a l'est de la Loma
del Peligro, de la chainedes Cahos. Ce course d'eau s'est cr66 un passage a
travers des months impraticables, et vient se meler a l'Artibonite pour
mettre les riches territoires qu'il arrose en communication avec ceux
non moins fertiles de Lascahobas et de Mirebalais, situes de l'autre
cot6 des Cahos.
Le Guayamuco (Riviere Laporte) regoit encore les eaux du Naranjo
ou Naranja, du Maissal, du Frio, de la Hincha, du Rio Acama, du Cala-
dero, de la Lag, de la Samana, de l'Aguahidionde, etc., etc. (Voyez :
Riviere Espagnole, Riviere Laporte, Riviere Doree, Bouyaha, Dondon.)
Guaynamoca (la). Contree de la Republique dominicaine, dans le
Cibao, oi l'on a constate la presence du quartz aurifere le 14 mai 1888.
Voyez : Guainamoca.
Guayubin ou Guyabin. Voyez : San Lorenzo de Guayubin.
La riviere de Guayubin se jette a gauche dans le Yaque du Nord, it
l'ouest de Sabaneta et au sud de San Lorenzo de Guayubin. Elle recoit
les eaux de I'Animijo, de la Canoba, de la Yaguajal et du Blanco, dans
le district de Monte-Christ.
En 1801, les troupes de Toussaint-Louverture y livrerent un combat
aux Espagnols, qui se retirbrent h Savana Grande de Mao.
Dans le siecle passe, on appelait cette riviere Rebouc, de rebuelto
(soulev6, en r6volte), pour indiquer que la region au deli etait usur-
pee, puisque, de 1711 A 1715, c'6tait la limited des fronti6res espagnole et
franqaise.
Gue. Habitation situee dans la section rurale de Citronniers-Marre-
Rouge, commune du MOle Saint-Nicolas. L'Etat y possede 10 carreaux
de terre occupies par des fermiers.
Gue. Habitation inoccupee, situee dans la section rurale de la Ravine-
a-Galets, commune du Mble Saint-Nicolas.
Ces deux proprietds en formaient une seule situee dans deux sections
rurales contigues de la meme commune.
GuBdon. Habitation situee dans les sections rurales de la Grande-
Plaine et de Petit-Bois, commune de la Croix-des-Bouquets. Elle est
arrosee par le canal du Bassin General. Appartient aux heritiers de
Hippolyte-Paul Cupidon.
Voyez : Lacorne Guedon.
GuBneau. Habitation situee dans la section rurale de Camp-Perrin,
commune des Cayes.
L'Etat y possede 80 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Guenet. Habitation situde dans la section rurale de Fond-Baptiste,
commune de l'Arcahaie.
En septembre 1802, le general Pageot, merchant centre les bandes
de revoltes du Fond-Baptiste commandoes par Destrade. tomba dans
une embuscade Delpeche, et se retira sur l'habitation Guenet, oui il
donna la sepulture a ses morts.
Destrade s'approcha de lui sans elre vu et Otablit:une nouvelle


GUAY GUENI1


78









cmbuscade non loin de Guenet, dans le chemin que les Francais
devaient prendre pour en sortir. Le general Pageot, ayant decouvert
cette manoeuvre, se dirigea par des chemins de traverse sur l'habitation
Cr6plaine.
Guepes (les). Montagne situde entire Verrettes et le Gros-Morne de
Saint-Marc, et qui borne la plaine.
Guepes (les). Riviere qui se jette au nord de la ville de Saint-Marc,
dans la baie. C'est plutOt une ravine a sec presque toute l'annee.
Portail de la ville de Saint-Marc, situe du cote de la riviere.
Le 6 septembre 1794, l'armee de Toussaint-Louverture penetra a
Saint-Marc par le portail des Guepes. Les Anglais occupaient la place.
Brisbane, leur chef, surprise, n'eut que le temps de se retire au Fort-
Libre. Le lendemain, tandis que les assiegeants pillaient la ville,
une frigate anglaise s'embossa vis-h-vis des Guppes et les canonna.
Toussaint battit alors en retraite.
En 1802, le general francais Quentin fit fortifier les Guepes par des
corvees de femmes, lors de la revolte des indigenes centre les Frangais.
Voyez : Saint-Marc.
Gudpes. Voyez : Fond-des-Guepes.
Guerbobde. Montagne don't on apercoit les pentes adoucies au nord
de Cerca-la-Source.
Guerin. Habitation en friche situee dans la section rurale de la
Plaine-Cdleste, commune des Grands-Bois, sur laquelle 1'Etat possede
10 carreaux de terre affermes a des particuliers.
Guerin. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de la
Montagne-Terrible, commune de Mirebalais, appgrtenant a l'Etat. Con-
tenance indeterminde.
Guerin. Habitation situee dans la section rurale de Grand-Cahos,
commune de la Petite-Riviere de l'Artibonite. L'Etat y possede 5 car-
reaux de terre occupies par des fermiers.
Guerpin. Habitation situce dans la section rurale de Chez-Lamarre,
commune des Coteaux. L'Etat y possede 2 1/2 carreaux de terre
occupies par des fermiers.
Guerra. Voyez : San Antonio de Guerra.
Guerrier.' Nom d'une rue a la Marmelade, dans laquelle l'Etat pos-
side 26 emplacements occupies par des fermiers.
Guibert. Habitation situee dans la section rurale de la Colline-Gobert,
commune de Plaisance. L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies
par des fermiers.
Guibert. Habitation situ6e dans la section rural de Trou-d'Eau,
commune des Grands-Bois, sur laquelle l'Etat possede 30 carreaux de
terre inoccupes.
Guibert. Habitation caffiere situde dans la section rurale de Grand-
Fond, commune de Ption-ville, sur laquelle 1'Etat possede 43 carreaux
de terre occupies par des fermiers. Source d'eau vive. Ecole rural.
On l'appelle aussi Hatte Guibert.


G't .4.9" GUIB


79









En 1803, Lamour Derance y occupait un camp contre Ies Frangais.
Dessalines l'ayant invite a venir passer la revue de son armee qui
voulait le saluer, Lamour DDrance descendit dans la plaine, accom-
pagne de ses gardens converts de haillons, montes sur des chevaux h
poil et arms de piques. II 6tait lui-meime monte sur un cheval riche-
ment caparagonne et portrait un chapeau galonne, des habits couverts
d'or et ornes de deux large epaulettes. II prit devant Dessalines une
attitude pleine d'arrogance, et lui reprocha d'avoir pen6tre sans sa
permission sur le territoire soumis son autorite. Dessalines le laissa
dire et'ne l'en accueillit pas moins favorablenient. Quand il cut passe
les troupes en revue, il repartit pour le Grand-Fond. Dessalines
etendit peu a peu son autorit6 dans l'Ouest, car Lamour Derance, ainsi
que son grotesque etat-major, s'etait rendul'objet du mepris de la po-
pulation de la plain.
Guibert. Habitation situee sur la route de Leroux au Fond-Baptiste,
commune de 1'Arcahaie.
11 existed sur cette habitation un fort construct par Lamartinibre
en 1802.
Le 8 janvier 1889, les troupes du government marcherent de Wil-
liamson centre les Nordistes campesau fort Guibert, qu'ils enleverent,
le 10, apres une lutte d'une here engagee an carrefour Robert.
L'ennemi prit la fuite, laissant sur le champ de bataille six morts, entire
autres deux chefs, les g6neraux Fleurissaint et Deroche, ce dernier de
Saint-Marc. Du fort Guibert, I'arm6e du gouvernement prit ses dispo-
sitionspour se porter sur Mont-Rouis, post avance des Nordistes. G'est
du fort Guibert que le ministry de l'interieur 0. Piquant data ses deux
ordres du jour du 11 janvier 1889 pour annoncer les victoires remportees
dans ces parages sur.l'ennermi de I'unit nzatiozale, come le gouver-
nement appelait les Nordistes. Ces derniers ne tarderent pas :
reprendre le fort Guibert en mai, apres la deroute du gcndral Piqu.
h Dessalines.
Guice (el). Riviere tributaire h gauche de la Nona.
Guichard. Habitation cafeibre situee dans la premiere section rural'
de Port-a-Piment, commune du meme nom. L'Etat y posside
5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Guichard. Habitation cafeiire situe~e dans la section rural de la
Riviere-de-Barre, commune de Saint-Louis du Nord.
Guichard. Voyez : Grand-Guichard, Petit-Guichard.
Guichard Carre. Habitation situee dans la section rurale du Fond-des-
Blancs, commune d'Aquin. L'Etat y possede 20 carreaux de terre
occupies par des fermiers.
Guilbeau ou Guilbaud. Habitation situde dans la section rurale de la
Crete a-Pins, commune de la Marnielade. L'Etat y posside 2 carreaux
de terre occupts par des fermiers.
Guildive (la). Quarter du village de la Grande-Saline. Voyez ce
mot.
Guildive Benjamin. Voyez : Benjamin.


80


GUIB 1. LOiL









Guilhoux. Habitation situee dans la section rurale de Foad-Baptiste,
commune de l'Arcahaie.
En 1802, apres l'affaire de la Crite-a-Pierrot, Lamartiniere, com-
battant cette fois pour les Francais contre les insurges des mornes de
1'Arcahaie, attaqua, pres de l'habitation Guilhoux, la bande de Des-
trade qu'il disperse. II rentra ensuite dans le bourg de l'Arcahaie,
paraissant tres preoccup6. II trouvait le moment favorable pour que le
general Dessalines se prononCht contre les Francais, et n'attendait que
ce moment pour se joindre a lui; mais ii ne devait pas le voir arriver,
puisqu'il mourut au service des Frangais aux M.atheux.
Voyez : Coteaux Guilhoux.
Guillaume. Habitation situee dans la section rurale de la Petite-Ri-
viere-de-Bayonnais, commune des Gonaives. L'Etat y possede 5 car-
reaux de terre occupies par des fermiers.
Guillaumone (la). Riviere situ6e dans arrondissement de Jacinel. Elle
se jette dans la mer des Antilles.
Guille. Ancienne section rurale de la commune de Dondon.
En 1839, il y avail 95 habitations bien entretenues en caf6, vivres et
grains de toutes especes, 28 en de6prissement, 9 habitations de l'Etat
affermees et bien cultivees en cafd, vivres, et 23 non afferm6es.
Total : 155.
Guilleme. Voyez : Fort Guilleme.
Guillot. Habitation situee dans la section rurale de Procis, commune
de Port-au-Prince, pres de Fond-Ferrier. Culture : caf6, vivres.
Voyez : Platon Guillotte.
SGuilmitton. Habitation situee dans la section rufale de Fond-Blanc,
commune de Terrier-Rouge. L'Etat y possede 25 carreaux de terre
occupies par des fermiers.
Guimbal. Carrefour d'oui la route bifurque de Trianon a Lascahobas
et B Mirebalais. En sortant de Trianon, a droite et a l'est se trouve le
chemin de Lascahobas.
Guinand. Habitation situde dans la commune de Miragoane.
Guinaudee (la). DeuxiBme section rurale de la commune de Jean
Rabel, arrondissement du Mole Saint-Nicolas. Ecole rurale. L'Etat y
possede des terres occupies par des fermiers sur les habitations : Bon-
net, 103 carreaux de terre, Bouvigny 103, Lentigni, un reste de 52,
Thomas 117, Dupois 100, Colette Plaine-d'Orange 57.
Guinaudee (la). Belle riviere qui prend sa source dans la Hotte, et
vient se jeter dans la baie de J6remie a peu de distance do la ville
(ah 2 kilometres de l'embouchure de la Grande-Riviere de Jer6mie), sur
le chemin des Roseaux. Elle arrose les deux sections rurales de la
Haute et de la Basse-Guinaudde. Sa larger moyenne est de 5 metres.
Sur les bords de la Guinaudee vit une belle population de griffonnes a
cheveux ondules, remarquables par leur originality.
Jones, roseaux, nattes.
GuinaudBe (la). Habitation cafeiIre situde dans la section rural de
T. nI. 6


81


GUIL GUIN









la Haute-Guinaudee, commune de J remie, oiu naquit en 1762, du
marquis de la Pailleterie, colon, et d'une Africaine, Alexandre Davy
Dumas, I'Horatius Coclis du Tyrol, le pere d'Alexandre Dumas, 1'ine-
puisable romancier, et grand-p're d'Alexandre Dumas, le puissant
dramaturge, de l'Academie francaise.
Guinaudde. Voyez : Haute-Guinaudee, Basse-Guinaudee.
Guinde. Voyez : Petite-Guinee.
Guirand. Habitation situee dans la section rurale de Petit-Boucan,
ommune de Leogane.
Guisa (la). Riviere tributaire h droite de la Licei.
Guite. Habitation inoccupee situee dans la section rural des Ecre-
visses, commune de Valliere, appartenant h PlEtat. Contenance inde-
terminee.
Guiteau on Guito. Habitation caf6iere situde dans la section rurale
do Genipai!ler, commune des Grands-Bois.
Guiton. Habitation sucriere situee dans la section rurale de Boucas-
sin, commune de 1'Arcahaie.
En janvier 1803, Pouillac, commandant pour Larose, voulant r6sister
h Dessalines, fut pris sur l'habitation Simonette, et fusille sur I'habi-
talion Guiton.
Guiton. Habitation situee dans la section rurale de la Plaine de l'Ar-
tibonite, rive gauche, commune de Saint-Marc. L'Etat y possede
20 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Guiton. Habitation*situee dans la section rurale de Roucou, com-
mune du Trou. L'Etat y possede 48 1/2 carreaux de terre occupies par
des fermiers.
Guiton. Habitation situee dans la section rural de la Grande-Baic
du Mesle. commune de Saint-Louis du Sud. L'Etat y possede 23 car-
reaux de terre occup6s par des fermiers.
Guiton 6tait un riche proprietaire colon. II fut egorge au Mole Saint-
Nicolas, en 1792, au moment oii il s'embarquait pour les Etats-Unis,
par Borel, colon comme lui, et qui s'empara de ses tresors.
Guitonneau. Habitation inoccupde situee dans la section rurale de
'Acul-Samedi, commune de Fort-Libert6, appartleaant l'Etat. Con-
tenance indeterminee.
Gurabito (el). Petite rivibre de la R6publique dominicaine, qui so
jette dans le Gurabu.
Gurabo (el). Ancienne section rurale de la commune de San Jose do
las Matas. En 1840, il y avait de belles cultures de tabac, de cafe, de
-ivres et de grains, la plupart situees au bord des rivieres.
Gurabo (el). Hameau de la province de Santiago (RTpublique domi-
nicaine). C' tait une ancienne section rurale de cette province, qui, en
1840, produisait des vivres, du cafe, des cannes A sucre et du tabac.


. GUIN -'GURA


82









Gurabu (el). Petite riviere de la Republique dominicaine, qui sejelte
dans le Yaque du Nord. Elle regoit les eaux du Gurabito, et tarit dans
la saison seche.
Gusman. Voyez : Juan Gusman.
Guyabin. Voyez : Guayubin.
Guyamuco (el). Voyez : Guayamuco.
Guyon. Habitation situee dans la commune de Saint-Marc.
Guys. Habitation cafeibre situde dans la section rurale de la Monta-
gne-Noire, commune de Petion-ville. L'Etat y possede 8 carreaux de
terre occup6s par des fermiers.


H

Hache. Habitation situde dans la section rurale de Caracol, commune
lu Trou.
L'Etat y possede 105 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Hainault. Voyez : Anse-d'Hainault.


HAITI


POSITION, GIRAND:EUR, ASPECT. L ile d'Haiti, placee presque au
centre de l'archipel des Antilles, dans l'ocean Atlantique, h l'entreo
du golfe du Mexique, entire le 17e degree 36 minutes et 40 seconds do
latitude nord et le 71e degree 27 minutes et 30 seconds et le 77" degree
de latitude ouest du meridien de Paris, a environ 638 (1) kilometres de
longueur de louest h l'est, entire le cap Engafto et le cap des Irois, sur
une larger, du nord au sud, qui varie depuis 264 kilometresjusqu'A 12.

(1) La lieue est de 3,89 kilom-tres.


GURA IIAI


83









Elle a 2.600 kilometres de tour, y compris les anses qui sont tries
developpdes. Aussi vaste que lIrlande, sa superficie, independamment
des miles adjacentes, est evalude h 75.074 kil. carries (1), don't 26.000 kil.
carries, h l'ouest, forment le territoire de la Republique d'Haiti, et le
reste, 49.074 kil. carries a l'est, represente le territoire de la Republique
dominicain e.
Les miles adjacentes ont 2.100 kil. carries.
Elle a deux fois et demie l'dtendue de la Belgique (2). Elle est baign6e
an nord par l'ocean Atlantique, et au sud par la mer des Caraibes ou
des Antilles.
L'une des quatre Grandes Antilles, elle tient le premier rang apres
Cuba, qui est situee a 87 kilometres au nord-ouest. A l'ouest-sud-ouest
elle a la Jamaique, don't elle est distant de 185 kilometres. A l'est-sud-
est, Porto-Rico en est eloigne de 110 kilometres. Au nord se trouvent les
miles Turques et les autres debouquements. Au sud, elle n'est eloign6e
de la Colombie que d'environ 250 lieues. MAoins d'intervalle encore la
spare des miles Vierges et des miles du Vent. De sorte qu'on peut dire que,
de toutes les Antilles, Haiti est la plus avantageusement situee, par
rapport aux relations qu'elle peut avoir avec ces miles et avec la Colombie,
oi' tot ou tard le percement du canal interoceanique de l'isthme de
Panama finira par Utre mene h bonne fin.
Les relations qu'elle entretient avec lEurope et les Etats-Unis, avec
lesquels un cable sous-marin la relief au MOle Saint-Nicolas, au Cap-
haitien et h Port-au-Prince par Cuba, rendent extraordinairement
avantageuse cette situation geographique.
Haiti est heriss6e de montagnes. L'ile present l'aspect d'une pyra-
mide quadrangulaire don't le sommet se trouveau pic du Cibao; c'est 1A
que prennent naissance les fleuves I'Artibonite, la Vega, le Grand et le
Petit Yaque ou Neyba, les plus considerables de l'ile et qui forment
autant de bassins. Les montagnes du MOle Saint-Nicolas, de Plaisance,
de Pensez-y-Bien, des Matheux, des Cahos, de Monte-Christ et toutes les
autres de la Republique dominicaine A l'est se rattachent au group
principal du Cibao. Au sud sont les groups distincts du Bahoruco, de la
Selle et de la Hotte. Ces deux derniers groups de montagnes sont
sdpards entire eux par la plaine du Cul-de-Sac, les etangs Saumatre et
Sale, la plaine de Neybe, de telle sorte que si le niveau de la mer
s'dlevait de quelques mitres, l'eau couvrirait ces planes et 'ile d'Haiti
serait. par ce fait, partagee en deux miles distinctes tres rapprochees vers
les Etangs, comprenant, d'une part, les departements du Nord, de
l'Artibonite et du Nord-Ouest, et la Republique dominicaine, et d'autre
part les departments de i'Ouest et du Sud, y compris le Bahoruco.
Un amiral anglais, dit M. Spencer Saint-John, ancien consul anglais
au Port-au-Prince, apres avoir chiffonnd une feuille de paper, la jeta

(1) 75.074 kil. carries font plus de 7 millions et demi d'hectares.
(2) La Belgique a 29.457,12 kil. carries. Le Portugal n'a que 182 lieues de longueur
sur 30 de larger. Le Danemark a 80 lieues de longueur sur 60 de larger (38.302 kil.
carries La Suede a 375 lieues de longueur sur une larger peu considerable; elle
concentre sa population dans un space de terre cultiv6 de 8.000 lieues carries, c'est-
i-lire un quart de plus qul'Hati.- La Hollande a 75 lieues de longueur sur 70 de lar-
geur. La Suisse a 75 lieues de longueur sur 70 de large. -La Pepublique de Salvador
a 1.720'kil. cards, et celle de Costa-Rica 51.760.


HAITI


84








HAITI


83


sur la table devant George III, et lui dit : Sire, voici l'aspect que pro-
sente Haiti. En effet, poursuit-il, le pays parait come un amas
confus de montagnes, de collins et de vall6es de forces tout a fail
irregulieres, avec des precipices, des gorges pro ondes ct des vallons
sans issues apparentes. Par endroits, l'eau brille dans les profondeurs,
et l'on voit des chaumieres eparpillees ca et la et entourees de vergers,
d'arbres fruitiers et de bananiers. L'mil s'accoutume cependant peu at
peu au tableau : montagnes et collins se classent en plans distinct, et
'on se rend compete de la direction selon laquelle s'kcoulent les eaux
don't les course se dessinent en mdandres qui les conduisent graduelle-
ment a la mer. Si lon se tourney ensuite vers la mer, on voit que les
vallees se prolongent en plains, que les torrents impetueux s'elargissent
et deviennent des ruisseaux peu profonds, et que les hauteurs bordant
le pays plat poussent leurs rameaux presque jusqu'a la mer. Cette vasle
scene, si magnifiquement variee, peut aussi bien s'observer d'un point
de l'interieur voisin de Kenskoff, a environ dix miles de la capital, que
de la citadelle de Laferriere construite sur le sommet du Bonnet-lt-
l'Eveque, dans le department du Nord, a Milot.
M. Spencer Saint-John dit qu'il a parcouru presque tout le globe,
et qu'il peut affirmer qu'il n'y a nulle part une ile aussi belle qu'Haiti.
( Aucun pays ne possede, ddclare-t-il, une plus grande puissance de
production; aucun, une plus grande variety de sol, de climats et de
products; aucun, une semblable position geographique. ,
( Figurez-vous, dit M. Edgar La Selve, une ile verte come uno
grosse 6meraude, s'elevant au-dessus d'une mer bleu indigo, qui creuse
une infinite de petites babies sur le sable d'argent. On dirait de loin une
immense corbeille de verdure de pres de 150 lieues de tour, irregu-
lierement festonnee et posee sur les eaux au milieu de flottantes
S Delos. ))M. Charles Villevaleix, poete haitien, ancient charge d'affaires
d'Haiti 'a Londres, appelle sa terre natale :

c Ile aux vertes forts, fille aimable des flots. >

M. Solon 3I6nos (1) la compare a une pieuvre dnmesuree, a la voir
allongee et, pour ainsi dire, detirant ses nombreux promontoires comme
autant de tentacules enormes. Alcibiade Pomeyrac, le poete de Jacmel.
dans une piece de vers admirable encore inedite, intitulie : Le
Navire perdu, faite a l'occasion des ev6nements de 1883, s'ecrie
qu'Haiti,
< C'est 1'asile sacred des fils de cent heros!
C'est 1'arche auguste et saint o dormene t les drapeaux
IRecus d'aieux fameux, sans tache et sans souillure,
Et qu'on doit epargoer a tout prix de I'injure !
C'est 'unique refuie ouvert a 1'Africain,
Le seul oh son front noir ne craigne aucun dedain! >

M. Paul Lochard, apres avoir enurnere ses beauties, s'ecria :

< Et mon cceur, enivrd de ces oeuvres parfaits,
Adorait le Seigneur don't la main les a faits.

(1) Conference I 1'Exposition de 1881.









Un tout jeune poRte hai'tien, Arsene Chevry, la chante non moins elo-
quemment :
( Mornes bleus, ciel vermeil,
Astres brillants, flots clairs,
Ot l'orjette au soleil
Ses millions d'eclairs!
Quisqaya! c'est le monde.
La perle que dans 'onde
Dieu, 'artiste supreme,
Laissa choir de son front !...

Tous ses poetes Pont chantee en des vers charmants. Haiti est la
patrie des Haitiens.
CLIMAT, TEMPERATURE. a De la conformation meme de 'ile (4),
il resulte une grande variation dans son climate et dans sa temperature.
Cette temperature est produite specialement par la situation de File
dans la region des vents alizis, attend que le vent dominant de lest
ou de 1'ouest, auquel Saint-Domingue present toute sa longueur, trouve
dans les intervalles des chaines de montagnes autant de canaux d'air
qui rafraichissent et temperent ces mrmes montagnes, advantage que ne
comportent pas les planes, oil des portions de montagnes arretent
quelquefois le vent et changent sa direction. Au surplus, une foule de
circonstances locales, telles que l'6levation du terrain, ]a quantity plus
ou moins grande des eaux qui l'arrosent, et la rarete on Pabondance
des bois, ont une influence sensible sur les effects du climate. Si une
cause puissante ne contre-balancait pas action d'un soleil toujours
brfilant sous la zone torride, et qui darde des rayons toujours perpen-
diculaires pendant environ trois mois de l'ann6e sur Saint-Domingue,
la temperature de cette ile serait insupportable pour I'homme, ou du
moins pour Phommelque la nature n'aurait pas form expres pour son
climate. Mais cette cause est dans le vent don't nous venons de parler,
et don't les effects salutaires affaiblissent ceux du soleil.
A A Finfluence conservatrice du vent se reunit et la presque 6galite
des jours et des nuits, et celle des pluies abondantes qui rapportent
sans cesse de Pair une fluidity toujours desirable, et qui, baignant
avec profusion la surface de f'ile, produisent, ah aide de l'Fvaporation
cause par la chaleur elle-m~me, une sort de refroidissement. Ainsi,
par un ordre immuable, don't la contemplation ravit le philosophy, la
nature a voulu que tout servit a maintenir une sorte d'equilibre dans
le climate de Saint-Domingue, souvent accuse par l'inteimparance, et
que Von voudrait toujours compare a ces climats plus fortunes que
l'homme abandonne cependant, parce que sa cupidity y est moins
excitee et plus lentement satisfaite que sous le ciel embrase de cette ile.
Les deux saisons, Il'tW et i'hiver, sont plus sensibles dans les
montagnes que dans les planes, et en general les changements de
l'atmosphere sont plus frequents par rapport aux premiers. C'est la
que la temperature est plus douce et qu'on n'eprouve presque jamais
ni les chaleurs etouffantes, ni ces brises qui, lorsqu'elles sont revenues
violentes, sont plus propres a dessecher Fair qu'd le rafraichir et i le

(1) Moreau de Saint-MAry, Description de la partie frangaise de Saint-Doniniguo.


HA1TI


8(6









renouveler. Aussi, le sejour des montagnes a-t-il quelque chose de
plus riant que celui des planes. La vie champetre semble y avoir un
caractere plus simple et plus ind6pendant de toutes les genes don't la
politesse a fait un code pour les villes, et meme pour les campagnes
qui les avoisinent. II est rare que le thermometre s'y eleve au-dessus
de 18 a 20 degr6s, tandis que dans la plaine il se tient presque au
niveau de ceux des villes, et marque cons6quemment jusqu'h 30
4. degrees.
Les nuits y sont quelquefois assez fraiches pour que l'usage d'une
couverture de laine n'y soit pas une vaine precaution. I1 est meme des
montagnes de Saint-Domingue oiu le feu est une vraie jouissance pen-
dant certaines soirees. Ce n'est pas que le froid y soit considerable,
puisque le thermometre s'y soutient a environ 12 ou 14 degrees; mais
le contrast de cette temperature avec celle eprouv6e pendant le jour
produit une sensation telle que les terms positifs du froid et du
chaud ne se mesurent pas de la meme maniere que dans un pays
froid. )
L'air n'est insalubre que dansles parties marecageuses. Comme toutes
les Antilles, Haiti est sujette aux tempetes qui surviennent si souvent
dans cette parties de l'Amerique. Mais la portion meridionale de File,
comprenant l'espace qui s'6tend du cap Engafio a la pointe des Irois,
eprouve plus frequemment que les autres lieux ce fl6au destructeur.
TREMBLEMENTS DE TERRE, RAZ DE MAREE. Les tremblements
de terre y sont assez frequents. Ce redoutable phenomene fit disparai-
tre, en 1564, la ville de la Conception de la Vega, et se fit sentir plus
particulierement au Port-au-Prince qui fat d6truit en 1770, au Cap-
haltien le 7 mai 1842, et au M1le Saint-Nicolas le 23 septembre 1887.
S Des secousses out lieu tres frequemment, mais aeec beaucoup moins
d'intensite; elles sont precedes d'un bruit sourd appele gouffre, que
l'on entend souvent sans que la terre tremble, et qui est produit par
une cause jusqu'ici inconnue. Quelques-unes des rades d'Haiti sont
S6prouvees, dans l'hivernage, par des raz de maree qui d6truisent les
navires.
DEGOUVERTE ET NOMS; POPULATION ABORIGENE.- L'ile d'Haiti
fut d6couverte par le navigateur genois Christophe Colomb le 6 d6cem-
bre 1492, apres avoir d6couvert les miles Lucayes et celle de Cuba. Le
premier point auquel aborda le grand navigateur fut le MBle Saint-
Nicolas.
Dans le language des naturels du pays, Haiti signifiait terre haute,
elevee, montagneuse. Ils I'appelaient aussi Quisqudya, qui signifiait
grande terre, et Bohio ou Bubique, terre oil il y a beaucoup de villages
et d'habitations.
La nature du sol explique la premiere denomination. Les seconds
lui avaient 6t6 donnees par les aborigines en comparison des petites
miles environnantes, et la troisieme prouve qu'elle 6tait tres peuplee.
En effet, Colomb y trouva une population aborigine de deux millions
d'ames qui disparaitront en moins de deux siecles sous le fer meurtrier
des Espagnols. Colomb trouva le pays si ressemblant avec l'Espagne,
qu'il lui donna le nom d'Hispaniola, ou Petite Espagne, qu'il conserve
pendant longtemps.


HAIiTI


87









Il en prit possession au nom de l'Espagne.
La grande prosperity de ]a ville de Santo-Domingo, principal etablis-
scment de cetle colonie, fut la cause qui la fit appeler insensiblement
Saint-Domingue, jusqu'a l'dpoque oi son ind6pendance politique fut
proclamee (1e' janvier 1804). Alors elle reprit le nom d'Haiti que lui
avaient donn6 les premiers insulaires.
On Fappelait aussi la Reine des Antilles ou la Perle des Antilles.
INTERIT HISTORIQUE. Haiti, dit M. L.-G. Tippenhauer, ofre un
grand interet historique : trois grades puissances europeennes ont
combattu et rivalise par les armes et par la diplomatic pour sa posses-
sion; c'est en Haiti que fut le sejour favori de Christophe Colomb. C'est
en Haiti que la premiere ville europeenne fut fondee sur le sol ameri-
cain. C'est en Haiti que, pour la premiere fois, la croix des chretiens fut
plantfe dans le nouveau monde. C'est de ce berceau des Europiens
dans le nouveau monde que partirent toutes les expeditions qui le leur
ont soumis. C'est la que se sont aussi preparees la conquete du Perou,
du Mexique, et I'independance du Venezuela. C'est en Haiti que la
race noire asservie se leva d'une maniere farouche, mais pleine de
force et de success, et que l'esclave noir reclama aussi pour lui l'ega-
lite et la liberty de I'homme, et qu'il fonda son premier empire civilise
comme le representant des races noires d'Afrique.
POPULATION ET CAPITALES. L'ile d'Haiti, lors de sa decouverte,
avait une population evaluee .a deux millions d'ames. Les travaux des
mines d'or qu'exploitaient les Espagnols, les forteresses qu'ils
elevaient de toules parts pour contenir les opprimes, les travaux forces
qu'ils entreprenaient, semblaient se conjurer pour avancer plus rapi-
dement I'entier aneantissement des premiers habitants. II fallut
ensuite supplier a c tte immense population par la traite des Afri-
cains. Avant I'independance d Haiti, la parties de 'ile qui etait appel6e :
Partie frangaise de Vl'e .de Saint-Domingue, aujourd'hui RPpublique
d'Haili, contenait environ 800.000 ames. On value 'actuellement sa
population h 994.000, et celle de laR6publique dominicaine a 300.000.
La capital de la Republique d'Haiti est Port-au-Prince.
La capital de la Republique dominicaine est Santo-Domingo.
MOEURS PRIMITIVES. Pleins de douceur dans leurs moeurs, les
premiers insulaires 6taient sobres dans leur maniere de vivre, hospita-
liers, sans ambition, sans avarice, sinceres, et ne connaissaient ni
larcins, ni fraude, ni blaspheme, ni mensonge. Ils s'appliquaient a
agriculture. Ils etaient de haute taille, agiles, bien faits, de couleur
brune. Ils avaient les yeux noirs et saillants, et leurs cheveux, noirs
aussi, retombaient flottants sur leurs epaules. Ils se vetaient a peine.
Les homes et les femmes portaient le meme costume, compose sim-
plement d'une couronne de plumes de perroquet et d'un pagne faith de
tissu de coton, ou de longues plumes d'oie. Les jeunes gens des deux
sexes restaient dans la plus complete nudity jusqua l'age nubile.
Jeunes et vieux, hommes et femmes, tous se peignaient le corps en
rouge, enjaune, en noir et en bleu pour amortir l'ardeur du soleil.
Sympathiques et sociables, ils batissaient des bourgades assez consi-
d6rables pour contenir plusieurs milliers d'habitants. Tout etait A cha-
cun et a tous. Un cacique, chef spiritual et temporel, dans la famille


88


HAITI








duquel le pouvoir souverain tait hereditaire, les gouvernait d'une
faqon reguliere et douce, quoique absolue. Au-dessous du cacique
etaient des nytainos, ou gouverneurs de provinces, qui lui payaient
chaque annee une redevance de poudre d'or, de cohiba et de coton.
La paix regnait entire les diverse Iribus qui se partageaient le sol. Le
language de ces populations appartient i la race indienne.
DIVISION ORIGINELLE. Lors de la decouverte d'Haiti, I'ile etait
divis6e en 5 Etats, royaumes-cacicats, ou xis, commandos par des
chefs appeles caciques, savoir :
o1 L'Etat de M3agua, ou royaunme de la plane, avant sa capital au


JEAN-JACQUES DESSALINES (JACQUES I'')
Fondateur de 'Indepenudance d'Iaiti.

lieu oi fut batie depuis la ville de la Conception de la Vega. Le cacique
Guarionex y commandait.
o2 L'Etat de Marien avait sa capital pres du Cap-haitien, a la Petite-
Anse, etobeissait au cacique Guacanaric ou Guacanagaric.
3 L'Etat de Higuey avait sa capital dans ce lieu si renomme par la
superstition. Le cacique Cayacoa le tenait sous sa domination.
4 L'Etat de Maguana avait sa capital a 1'endroit oui a e6t b4tie la
ville actuelle de San Juan. Caonabo, de race caraYbe, s'en 6tait rendu
cacique par sa valeur et ses talents.
50 Enfin l'Etat de Xaragua avait sa capital dans la plain du Cul-de-


lHAITII


89









Sac, au lieu oh fut le Yieux-Bourg. Le cacique Be6hchio en 6tait le
souverain.
ANCIENNES DIVISIONS. La division territorial d'Haiti, suivant
l'accroissement du territoire ou de la population, ou la forme du gou-
vernement, fut souvent moditiee. Le pays a etd partage tantot en
departements, tant6t en divisions militaires, et, en 1849, en provinces.
En 1797. Sous le gouvernement francais, la colonies de Saint-
Domingue fut divisde en 5 d6partements et 86 cantons, comme suit:
10 Le department du Sud, qui eut pour chef-lieu les Cayes, s'6ten-
dait du cap Tiburon a la pointe du Lamentin, et de cette pointe t la
baie de Neibe inclusivement. I renfermait les 25 cantons suivants:
Leogane, Grand-Goave, Petit-Goave, Fond-des-Nigres, Anse a-Veau,
l'ile CaYmite, Petit-Trou, Jeremie, Plimouth, cap Dame-Marie, Tiburon,
Coteaux, Port-Salut, File a Vaches, Torbeck, les Cayes du Fond, Cavail-
lon, Saint-Louis, Aquin, Bainet, Jacmel, Cayes de Jacmel, Saltrou,
Neybe, I'ile de la Beate.
20 Le d6partement de l'Ouest, qui eut pour chef-lieu le Port-Repu-
blicain (Port-au-Prince), s'etendait de la pointe du Lamentin aux
GonaYves, des Gonaives a Banica, de Banica a Azua, et embrassait
les 13 cantons suivants: Port-Republicain, Croix-des-Bouquets, Arca-
haie, Saint-Marc, Gonaives, Petite-Riviere, Yerrettes, Mirebalais,
Banica. San Juan, San Tome, Azua et l'ile de la Gonave.
3 Le d6partement du Nord, qui eut pour chef-lieu le Cap Frangais
(Cap-haltien), partait de la baie des Gonaives h la pointe du MlBle, de
cette pointe a la pointe Isabelique, de celle-ci San Tome. Ses limits
interieures etaient cells du department de l'Ouest. I1 comprenait les
33 cantons suivants: Monte-Christ, Daxavon, Ouanaminthe, Fort-Dau-
phin (Fort-Liberte), Terrier-Rouge, Trou, Valliere, Limonade, Grande-
Riviere, Sainte-Suzanne, Dondon, Marmelade, Hinche, Saint-Raphael,
Saint-Michel de l'Atalaya, Quartier Morin, Petite-Anse. Cap Frangais,
Plaine du Nord, I'Acul, Limbe, Port-Margot, Borgne, Plaisance, Petit
Saint-Louis, l'ile de la Tortue, Port-de-Paix, Gros-Morne, Jean Rabel,
Mole Saint-Nicolas, Bombarde, Port-h-Piment.
4 Le d6partement du Nord-Est, qui eut pour chef-lieu Santiago,
s'etendait de la pointe Isabelique au cap Samana, de ce cap a l'embou-
chure de la riviere de Cotui, longeant la riviere Sevico, cotoyant les
months Deserts ou Cibao, jusqu'au grand chemin de Santo-Domingo a
San Tome, et comptait les 5 cantons suivants: Santiago, la Vega,
Puerto-Plata, Cotui, Samana.
5 Le department du Sud-Est qui eut pour chef-lieu Santo-Domingo,
partait de la riviere Nizao au cap Enganio, de ce cap I l'embouchure
de la riviere de Cotui, et avait pour limits interieures celles des depar-
tements de l'Ouest et du Nord-Est. II renfermait les 10 cantons sui-
vants: Santo-Domingo, Monte-Plata, Seibo, Higuey, Bayaguana, Boya,
FIle Sainte-Catherine, San Lorenzo, los Llanos, I'ile de la Saone.
En 1801. Toussaint-Louverture, peu apres son occupation de la
parties espagnole de File, avait divise la colonie de Saint-Domingue en
6 d6partements, savoir:
to Le d6partement du Sud, chef-lieu les Cayes ;
2 de l'Ouest, chef-lieu Port-Republicain;


HAITI


90




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs