• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Civilisation et morale
 Metropole et colonie
 Organisation locale et personn...
 Politique indigene
 Noirs et blancs conflit et collaboration...
 L'Outillage e'conomique
 Produire
 Les finances publiques
 L'Action sociale
 Vers la civilisation totale
 Conclusion
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Collection d'etudes de doctrine politique catholique
Title: La politique coloniale
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00025073/00001
 Material Information
Title: La politique coloniale
Series Title: Collection d'études de doctrine politique catholique
Physical Description: 117 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Ryckmans, Pierre, 1891-1959
Publisher: Éditions Rex
Place of Publication: Louvain
Publication Date: [1934]
 Subjects
Subject: Politics and government -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
History -- Congo (Democratic Republic) -- 1908-1960   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00025073
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000295941
oclc - 07986129
notis - ABS2294
lccn - 68046544

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Half Title
        Page 3
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Civilisation et morale
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Metropole et colonie
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Organisation locale et personnel
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Politique indigene
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Noirs et blancs conflit et collaboration de races
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    L'Outillage e'conomique
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Produire
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    Les finances publiques
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    L'Action sociale
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Vers la civilisation totale
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Conclusion
        Page 117
    Table of Contents
        Page 118
    Back Cover
        Page 119
        Page 120
Full Text

COLLECTION D'ETUDES DE DOCTRINE
bOLITIOUE CATHOLIQUE
PUBLIt SOUS LES AUSPICES DE LA FEDERATION
DES ASSOCIATIONS ET CERCLES CATHOLIQUES


PAR PIERRE RYCKMANS


L ES. EDITIONS REX


TP~1:


~or~r?;zo~csn














LA POLITIQUE


COLONIAL






COLLECTION D'ETUDES DE DOCTRINE
POLITIQUE CATHOLIQUE

PUBLIEE SOUS LES AUSPICES DE LA
FEDERATION DES ASSOCIATIONS ET
CERCLES CATHOLIQUES





RYCKMANS


LA POLITIQUE
COLO N IALE


LES EDITIONS
13y.


REX


P I ER R

















CHAPITRE I

Civilisation et Morale














L'occupation des territoires coloniaux fut-elle,
dans son principle, moralement justifi6e?
C'est une question qui ne se pose pas, du point
de vue de la politique pratique. La colonisation
moderne s'impose a nous avant tout comme un fait.
L6gitime ou non, elle existe, il faut en tenir compete.
Les premiers Cap6tiens furent-ils ou non des usur-
pateurs? La Belgique avait-elle droit d'annexer le
Congo? Questions aussi oiseuses l'une que l'au-
tre quand on se place sur le terrain de l'action. Car
si meme on devait conclure a l'injustice de la con-
qukte, la question int6ressante i r6soudre serait
celle de savoir comment r6parer. Proposer 1'6va-
cuation est pur verbiage. Mais m8me si on pouvait
l'envisager s6rieusement, la proposition ne devrait
pas etre faite parce que l'6vacuation ne repare-
rait rien. Nous n'abandonnerions aujourd'hui les
noirs a eux-memes que pour les livrer i une effroya-
ble anarchic, les replonger dans une barbarie pire
que celle oiu nous les avons trouv6s. Le devoir de
reparation, s'il existe, ne peut etre rempli qu'en
assurant aux indigenes des compensations ad6-
quates a la perte de leur souverainet6.
Mais ces compensations-li, nous les devons aux
noirs de toute maniere, meme si nous croyons la
colonisation pleinement l6gitim6e par la solidarit&
humaine.
La these est certes defendable. Le domaine ter-
restre est le patrimoine commun de l'humanit&
tout entire. Un people qui refuserait de mettre
en circulation des products don't seul il est d6ten-
teur et don't le monde a besoin, commettrait un abus







du droit. Des 6goismes nationaux n'auraient pas 6t6
fond6s i, interdire le percement de Suez ou de
Panama, oeuvres' d'utilit6 universelle. Et de meme,
si des hommes laissent en friche, par incapacity,
leur part d'h6ritage, les autres hommes ne sont pas
tenus de s'incliner devant cette carence qui les faith
souffrir. Is ont le droit de se substituer aux d6fail-
lants pour assurer au monde la jouissance de leurs
richesses inexploit6es.
C'est done par la primaut6 d'int6rets sup6rieurs
que se justifierait la colonisation, empiktement sur
le droit des peuples arrieres a disposer d'eux-
memes et des richesses que renferme leur sol. Le
droit de colonisation serait de m6me nature que le
droit d'expropriation pour cause d'utilit6 publique.
II doit etre soumis aux m8mes restrictions. L'expro-
priation n'est admise que dans la measure oiL elle
est indispensable au bien public, et moyennant une
just indemnity. De meme le people civilis6 qui
colonise contract par It meme une dette. Ses droits
n'existent que dans la strict limited oiu il se recon-
nait des devoirs. Conque autrement, la colonisation
est synonyme de conquate injuste, de spoliation pure
et simple. Dans ce sens il est exact de dire comme
l'Angleterre I'a proclaim, non sans 6mouvoir les
colons, pour ses possessions de l'Afrique Orientale,
- que les int6r8ts indigenes doivent etre consid6res
comme < paramount >, primant ceux des immigr6s
blancs ou asiatiques.
Ainsi la colonisation, m8me 16gitime dans son
principle, cesserait de 1'Htre dans son application si
elle sacrifiait aux int6r8ts des Europ6ens les droits
que les indigenes tenaient de leur occupation ant6-
rieure. Mais cela revient a conclure, comme l'a fait
Albert Sarraut avec un beau courage, que < si la
colonisation n'a pas meurtri le droit, elle est oblig6e
d'agir en r6alit6 comme si elle I'avait fait >. Que
la colonisation soit injuste en soi et qu'il s'agisse de
meriter le pardon d'un tort que nous ne pouvons







plus d6faire, ou qu'elle soit 16gitime et qu'il s'agisse
d'obtenir quittance d'une indemnity don't nous nous
reconnaissons d6biteurs, nos devoirs sont les m6-
mes dans 1'une et I'autre hypothise : les Congolais
doivent 6tre les premiers a b6n6ficier de notre pre-
sence au Congo. Nous avons l'obligation strict de
garantir aux indigenes une some de bienfaits telle
que les maux inh6rents a l'occupation europ6enne
soient largement compens6s. Obligation maintes
fois reconnue : inscrite dans I'acte de Berlin, solen-
nellement proclam6e par le Fondateur de l'Etat
Ind6pendant, accept6e par la Belgique dans la
Charte colonial.
Mais cette reconnaissance de dette n'est-elle pas
un vain mot? L'obligation n'est-elle pas impossible
i remplir? I1 est assez de mode, depuis quelques
ann6es, de d6noncer les m6faits de l'imp6rialisme
colonial. A en croire, notamment, la propaganda
communist, le seul fait d'infecter de notre civili-
sation pourrie des peuples jeunes et sains serait
un mal en soi, le premier, le plus grave et le plus
irreparable des maux. Et par ailleurs, la reaction
centre l'artificialit6 de notre vie citadine, qui expli-
que chez les civilis6s la vogue du naturisme, du
camping, de l'epanouissement au soleil, amine a
douter de notre message, a remettre en question la
valeur de la culture que nous voulions faire parta-
ger aux noirs. Seront-ils plus heureux quand nous
les aurons asservis i des besoins factices? Seront-
ils plus hommes quand ils seront plus vetus?
La question pourrait se poser si la colonisation
n'apportait aux indigenes que machines, pacotille et
friperie; si nous avions trouv6 au Congo de < bons
sauvages >>, de < noirs enfants de la nature > vivant
leur patriarcale idylle sous le grand soleil de Dieu.
Mais la civilisation est faite d'autre chose que de
seul progres materiel; et les existences que nous
avons boulevers6es n'avaient rien d'une idylle.
Seuls peuvent en douter ceux qui ignorent tout de







1'Afrique, de ce qu'elle 6tait avant l'arriv6e des
Blancs, de ce qu'elle est encore dans ses coins recu-
16s, de ce qu'elle redeviendrait au lendemain de
notre desertion. Et c'est, pour tous ceux qui savent,
un devoir que de proclamer bien haut leur robuste
optimism. Non, la colonisation n'est pas un mal en
soi. Bien dirigee, elle peut r6pandre beaucoup plus
de bienfaits qu'elle n'inflige de maux.
Faisons la balance.
Au passif, un grave empietement sur la liberty.
L'obligation 16gale ou Bconomique d'un travail
p6nible. Le trouble jet6 dans la vie indigene par le
brusque contact d'une culture 6trangere. L'6branle-
ment des autorit6s traditionnelles, I'affranchisse-
ment des anciennes contraintes souvent salutaires;
parfois la d6moralisation et la d6natalit6. La propa-
gation foudroyante de maladies jusque-la inconnues
ou du moins localis6es...
Mais en revanche, quel actif! La paix r6gnant sur
tout 'immense pays : plus de guerres intertribales,
de massacres rituels, de cannibalisme. Une justice
humaine et gale pour tous, le respect des faibles,
la reconnaissance des droits des sujets centre l'ar-
bitraire des grands. Des bornes mises aux criminals
exploits de ces malfaiteurs publics que sont les sor-
ciers. La plaie affreuse de la vengeance priv6e enfin
referm6e cette plaie qui saignait 6ternellement
au flanc de la soci6t6 indigene. La famine vaincue.
Les grandes end6mies variole, maladie du som-
meil qui auraient fini par d6peupler l'Afrique,
enray6es grfce a notre action m6dicale. L'augmen-
tation g6n6rale du bien-8tre. L'instruction, vrai
rayon de lumiere, si sommaire qu'elle soit, dans les
t6nebres d'une ignorance que peuplaient d'atroces
terreurs. Enfin n'oublions pas ce n'est pas i pro-
prement parler aux puissances coloniales, mais tout
Sau moins aux pretres de notre race qu'en revient le
merite, le rayonnement de l'Evangile, aurore
d'une surhumaine esp6rance...






Ceux qui peignent complaisamment le triste
tableau de l'oppression du noir par le blanc, oublient
trop souvent de tracer en parallkle le tableau -
vraiment hideux celui-la du noir tyrannis6 par
le noir. Les indigenes souffraient avant notre venue.
Patients et longanimes, rBsign6s et passifs, ils souf-
fraient. Ils n'en souffraient pas moins si leurs plain-
tes ne parvenaient pas A l'Europe. Du Soudan au
Cap, de Zanzibar a l'Atlantique, I'histoire de l'Afri-
que pendant le siecle qui pr6ceda la conquete n'est
qu'une suite de noms de tyrans. Chaka et Din-
gaan, Lobengula, Mirambo, Msiri, Mtesa, Behanzin,
Rabah, Ahmadou, Samory, Rumaliza d'un bout
de 1'Afrique noire A l'autre, des despotes sangui-
naires niassacraient, pillaient, r6duisaient des peu-
ples entiers a I'esclavage; presque partout la con-
quete europ6enne fut d'abord une liberation. Les
remous violent des migrations n'ont 6t6 apais6s
que par l'occupation blanche. Et m&me dans la paix,
quel cauchemar de terreurs que la pauvre vie pr6-
caire des noirs! Peur de leurs semblables; peur
des esprits malfaisants; peur de toutes les forces
inconnues auxquelles sans defense ils se sentaient
livrbs... On voyait mourir des 6tres chers, et I'on
soupgonnait un ennemi ignore; le f6ticheur diri-
geait les soupgons, armait la vengeance : chaque
deuil engendrait un meurtre et chaque meurtre
appelait un talion...
L'impbt, le travail que sont-ils en presence de
ces maux? Les colonisateurs ont la parties belle.
S'ils le veulent, ils peuvent m6riter mieux que le
pardon : d'6ternelles actions de graces, une imp6-
rissable gratitude.

















CHAPITRE II

M6tropole et Colonie














En annexant le Congo, la Belgique a assume des
devoirs qui sont la contrepartie de ses droits. II
imported qu'elle veille ai ce que ces devoirs soient
remplis : le contr6le de la M6tropole est la plus
puissante sauvegarde des indigenes.
Le Congo est colonie belge. II est la chose de tous
les Belges, non le monopole de ceux qui s'y sont
fixes ou qui y ont invest des capitaux. Ce n'est
pas aux seuls coloniaux qu'incombe la responsabi-
lit6 du gouvernement de la Colonie; au contraire,
il est essential qu'ils ne soient pas seuls a l'exercer.
Jamais colonie gouvern6e par les seuls colons n'a
6t6 bien gouvern6e. La colonisation contemporaine
n'est pas sans abus; mais telle qu'elle est, elle repr6-
sente un progres immense sur celle des trois siecles
pr6c6dents. Elle r6pudie I'esclavage et 1'extermina-
tion. Elle proclame le respect des droits des indi-
genes et se pr6occupe de I'am6lioration de leur sort.
Et tous les progres dans ce domaine sont dus a
intervention des m6tropoles, s'erigeant en arbitres
entire les natifs et les pionniers.
Livrs it eux-memes, les pionniers gouvernent
mal les colonies, et il ne pourrait en atre autrement
tant que les hommes ne seront que des hommes.
Quand leurs int6rets entreront en conflict avec les
droits des autochtones, les colons ne sacrifieront
pas leurs int6rets. Et le conflict est de tous les ours.
L'issue n'en est jamais douteuse. A la colonies, le
Blanc est le fort et le Noir est le faible : entire le
fort et le faible, a dit Lacordaire, c'est la liberty qui
opprime et la loi qui affranchit. La loi, c'est-a-dire
1'Etat, c'est-t-dire la M6tropole.
17







L'histoire de la colonisation n'est qu'une suite de
luttes entire les M6tropoles et leurs pionniers d'ou-
tremer, celles-li 6dictant des lois humanitaires et
ceux-ci pratiquant une dictature inhumaine. Char-
les-Quint n'a pas voulu le massacre des Incas. Le
Conseil des Indes de SBville a faith parmi les repr6-
sentants des interets coloniaux plus de m6contents
que n'en fera jamais notre Conseil colonial. La
difference, c'est que de nos jours avec les commu-
nications plus ais6es, la publicity plus large, le con-
tr6le est devenu effectif. Des abus comme ceux de
jadis sont aujourd'hui impossible. Mais la lutte se
pursuit. II faut aux blanks de I'Afrique du Sud un
passport special pour p6n6trer au Basutoland. Les
blancs du Kenya ont menace de se r6volter centre
la mere-patrie, trop n6grophile a leurs yeux. Par-
tout les M6tropoles interdisent ou reglementent de
tres pres la cession de terres indigenes...
Nul gouvernement colonial ne peut espbrer satis-
faire tout le monde. Telle politique, que les colons
critiquent aprement parce qu'ils la jugent pr6judi-
ciable i leurs interets ecoutez les noirs, ils la
trouvent oppressive. C'est a la M6tropole a tenir
la balance gale, apris avoir donn6 audience a tous.
Mais comment va-t-elle jouer ce r6le d'arbitre?
La loi sur le Gouvernement du Congo Beige -
la Charte colonial du 18 octobre 1908 rappelle
que le 1~gislateur m6tropolitain intervient souve-
rainement en toute matiere. Ce rappel 6tait d'ail-
leurs superflu, puisque le 16gislateur tient son droit
de la Constitution meme, qui ne lui permet pas de
s'en d6pouiller, Mais sous cette reserve, la Charte
attribue au Roi l'exercice normal du pouvoir l6gis-
latif. Les actes 16gislatifs du Roi portent le nom
de D6crets. Ils sont rendus sur proposition du
Ministre des Colonies, apres avis du Conseil Colo-
nial, et revetus du contreseing ministeriel. Le Gou-
verneur g6n6ral peut en cas d'urgence suspendre
temporairement 1'ex6cution des d6crets mais non







celle des lois et prendre des ordonnances ayant
force de loi. Ces dernimres ne demeurent obligatoi.
res que pendant six mois, a moins qu'elles n'aient
6th approuvees par d6cret.
Dans I'exercice de son pouvoir 16gislatif, le Ro;
agit en quelque sorte comme mandataire de la lgis,
lature. Celle-ci maintient sa primaut6 : la Joi abroge
de plein droit les dispositions des d6crets qui lui
sont contraires, tandis que les decrets sont impuis-
sants a abroger les dispositions d'une loi. Les
d6crets contraires aux lois ne sont pas appliques
par les tribunaux.
En fait, le Parlement n'a us6 que fort peu de son
droit eminent d'intervention. En dehors du domaine
qui lui est express6ment r6serv6 budgets, comp-
tes, emprunts et traits, la loi s'est borne a 6ta-
blir les regles fondamentales, constitutionnelles
pourrait-on dire, de la Charte colonial. Elle cir-
conscrit la sphere d'action du l6gislateur ordinaire
mais n'agit pas a sa place.
II y a lieu de se f6liciter de cette discretion. Les
Chambres ont deja bien du mal a s'acquitter de
leur tiche legislative dans la M6tropole; elles ne
pourraient consacrer aux affaires coloniales tout le
temps qu'elles meritent. La procedure parlemen-
taire comporte des lenteurs don't ne s'accommode.
Talent pas les n6cessit6s changeantes de la-bas.
Enfin, il faut bien reconnaitre que les Chambres
n'ont pas les lumieres voulues pour 16gif6rer utile.
ment dans le domaine congolais. Elles ont eu raison
de faire confiance au Roi, mieux qualifi6 parce
qu'assist6 d'une administration specialis6e.
On peut m6me se demander si elles n'auraient
pas agi sagement en allant plus loin encore et en
autorisant la delegation du pouvoir 16gislatif au lieu
de I'interdire par I'article 22 de la Charte.
Le monde colonial se plaint depuis toujours de
l'instabilit6 des ministres qui se succedent sans se
ressembler a la t6te du d6partement des Colonies.







Cette instability est 6videmment un grand mal. Le
ministry des Colonies contr6le tous les rouages d'im
pays qui a quatre-vingts fois l'6tendue de la Belgi-
que. Finances, justice, affaires indigenes, relations
ext6rieures, defense, transports, commerce : autant
de d6partements minist6riels don't il a seul la charge.
Le plus souvent, il ne savait rien de cet immense
Congo, le jour oi il regut mission de pr6sider i ses
destinies. Peut-il esp6rer s'y cr6er une competence
avant que tourne le vent des fortunes politiques?
De 1924 A 1933, le d6partement n'a pas eu moins
de dix titulaires...
Les coloniaux voudraient voir stabiliser la fone-
tion. Ils ont certes raison; mais le d6partement des
Colonies n'est pas le seul qui gagnerait a 6tre g6r6
par un homme ayant devant lui le temps de conce-
voir, de mfirir et d'ex6cuter de longs desseins. L'in-
stabilit6 minist6rielle est la raneon du regime parle-
mentaire tel qu'il fonctionne chez nous. On n'y
parera pour le d6partement des Colonies que le
jour oil on l'aura reconnue intolerable pour tous les
autres.
Une tentative a 6t6 faite de r6aliser la continuity,
par I'a.dministrateur g6n6ral. C'est, croyons-nous,
une illusion. Voyez-vous un ministry exposer son
existence politique pour couvrir son subordonn6
qu'il d6sapprouve?
Pourquoi d'ailleurs chercher midi a quatorze heu-
res? L'616ment de stability, il existe; il n'est que de
s'en servir. C'est le Gouverneur g6n6ral, repr6sen-
tant permanent du Roi dans la Colonie; pleinement
responsible, sans aucune immunity; revocable par
le Gouvernement et tenu de suivre ses directives
g6n6rales; d6pendant 6troitement du Parlement qui
pourrait rendre sa situation intenable en refusant
le vote du budget et cependant ind6pendant des
vicissitudes de la politique m6tropolitaine, ind6pen-
dant des parties, choisi pour sa seule competence.







C'est lui qui s'impose et c'est a lui seul que per-
sonne ne songe.
Lors du vote de la Charte colonial, il ne fut
meme pas question de lui confier l'exercice du pou-
voir legislatif ordinaire; on l'6carta d'un revers
de main. Le commentateur le plus autoris6 de la
Charte, M. Halewyck de Heusch, explique la chose
en deux mots : < Le Gouverneur g6n6ral 6tant mal
> prepare (sic) et, aussi, mal outille pour en rece-
> voir la lourde charge, I'on d6cida que, 'sauf cir-
> constances extraordinaires, la legislation s'6labo-
> rerait dans la mere-patrie (1). > Aveu effrayant,
quand on y r6fl6chit! LaCharte accord auMinistre
seul l'initiative des d6crets. Jusqu'en 1922, date oi
un Gouverneur g6n6ral qui 6tait un homme fit met-
tre fin a cette indignity, le chef du gouvernement
local devait appliquer des d6crets sur lesquels il
n'avait meme pas 6te appel6 a donner son avis. Des
d6crets don't il pouvait n'avoir eu connaissance,
comme le dernier de ses administr6s, que par la
lecture du Bulletin Officiel...
Cette m6fiance a 1'egard du Gouverneur g6n6ral
est sans parallle dans les autres colonies. Elle est
d'ailleurs injustifiee et inexplicable. Car enfin, si
c'est la preparation personnelle du Gouverneur
general que l'on met en cause, pourquoi ne pas le
choisir mieux pr6par6? Exiger par example de lui
les qualifications qu'on exige... d'un future Ministre
des Colonies? Si c'est la competence de ses ser-
vices, ne peut-on mettre a sa disposition, pour tou-
tes les 6tudes a faire, les services de l'administration
central?
La d6elgation du pouvoir legislatif au Gouverneur
general rendrait impossible l'intervention pr6alable
du Conseil colonial. Certains s'en r6jouiraient, car
le Conseil colonial n'a pas fort bonne press. On
lui reproche de verser dans l'ideologie, de m6con-
naltre les dures realit6s de la crise, de sacrifier les
nbcessites vitales de la production au fetichisme







des principles : liberty du travail avant tout, dfit le
Congo en perir. On critique aussi son recrutement,
rendu trop 6troit a la fois par le souci de l'Mquilibre
entire les parties et par des incompatibilit6s multi-
pli6es i plaisir. On voudrait y voir moins de non-
coloniaux et plus d'hommes d'affaires. Qu'y a-t-il
de fond6 dans ces reproches?
Disons tout de suite que si nous preconisons I'ex-
tension des pouvoirs duGouverneur g6n6ral,ce n'est
pas du tout dans l'espoir de le voir se montrer plus
souple que le Conseil colonial aux sollicitations des
int6rets europeens : nous croyons au contraire qu'il
s'attirerait des critiques du meme genre. C'est parce
qu'il l~gifererait plus vite et mieux, sans s'ecarter
pour cela des principles essentiels dans la defense
desquels le Conseil colonial n'est que l'interprite
de la volont6 maintes fois exprimee du 16gislateur
m6tropolitain. II est par example certain qu'un gou-
verneur g6n6ral invest du pouvoir l6gislatif aurait
port depuis bien longtemps une ordonnance r6pri-
mant I'adultere ordonnance reclam6e depuis
bient6t quinze ans par la Commission de protection
des indigenes, don't tout le monde est unanime &
reconnaitre la n6cessit6, et sur le texte de laquelle
le Conseil colonial ne parvient pas a se mettre d'ac-
cord. II est certain aussi qu'un Conseil colonial
ayant un droit de veto au lieu d'un droit de discus-
sion pr6alable ne se mettrait pas plus d'accord pour
condamner un texte, m&me imparfait, qu'il ne peut
se mettre d'accord pour 4tablir un texte ideal; et
en attendant le mal don't souffre la soci6t6 indigene
serait enray6...
Infiniment mieux que le Ministre et le Conseil
colonial, le Gouverneur g6n6ral qui est sur place
peut apprecier les besoins de la colonies. On le laisse
juge de 1' < urgence >; mais seulement dans le
temps, ce qui est bien administratif. Il y a toujours
< urgence >> mieux faire. II faudrait que le pouvoir
l6gislatif du Gouverneur g6n6ral fit itendu A toutes







les circonstances; et que la prisomption d'oppor-
tunit6 fft renvers6e en sa faveur, ses ordonnances
legislatives demeurant en vigueur comme ce fut
le cas pendant la guerre, et jusqu'en 1921, en vertu
d'un arr8t6-loi de 1915, jusqu'i abrogation ou
amendment par decret, au lieu de tomber de plein
droit sauf approbation dans les six mois.
Le Conseil colonial aurait ainsi a r6soudre la
question de savoir s'il vaut mieux d6faire que lais-
ser faire; et ses lenteurs ne seraient plus pr6judi-
ciables.
Quant A la composition du Conseil, 1'l66ment colo-
nial y serait utilement renforc6 si l'on r6servait de
droit quelques sieges i d'anciens fonctionnaires
r6cemment revenues de la colonie; et la plupart des
incompatibilit6s qui ont fait carter plus d'une can-
didature desirable pourraient etre supprim6es sans
reel inconvenient.
Au Gouverneur g6enral, l'initiative. Au Roi, par
le Ministre, avec 1'assistance du Conseil colonial, le
control. Au Parlement le droit souverain d'inter-
vention et d'6vocation : telle parait bien 8tre la for-
mule qui r6aliserait de la mani6re la plus heureuse
l'6quilibre et le partage des pouvoirs.

















CHAPITRE III

Organisation Locale et Personnel














Le Congo a connu, sous l'Etat Ind6pendant, une
centralisation extreme dans le commandement, une
d6centralisation extreme dans I'action. Tous les
ordres, toutes les directives venaient de Bruxelles.
Le Roi-Souverain exergait effectivement tous les
pouvoirs, tenait lui-m8me tous les fils. C'est lui qui
choisissait les chefs d'exp6dition, les commission-
nait, leur donnait leurs instructions, sans passer par
l'interm6diaire du Gouverneur general. Mais, une
fois sur le terrain, les executants se voyaient oc-
troyer la plus large initiative dans le choix des
moyens. La legislation Btait embryonnaire; les chefs
6taient loin, on ne pouvait leur en r6fBrer a la moin-
dre difficult. Chacun tranchait, dans sa sphere,
sous sa responsabilit6.
Apres I'annexion, la distinction plus nette entire
le pouvoir 16gislatif, exerc6 par le Roi, et le pouvoir
ex6cutif, d616gu6 au Gouverneur g6n6ral, donna i la
mission de celui-ci une importance grandie. Mais
presque aussitot apres, la situation toute sp6ciale du
Katanga exigea des solutions nouvelles. L'acheve-
ment du chemin de fer Capetown-Elisabethville
mettait la province minirre a un mois de Bruxelles,
tandis qu'il en fallait trois pour aller du Katanga a
Boma. Une loi de 1911 modifia la Charte colonial
pour organiser la delegation des pouvoirs du Gou-
verneur general dans les territoires constitu6s en
vice-gouvernements g6n6raux >. Le Katanga l'6tait
depuis 1910. La province orientale le fut en 1913.
L'arret6 royal du 28 juillet 1914 6tendit l'organisa-
tion provincial a toute la colonies; mais l'ex6cution
de cet arret6 fut diff6ree jusqu'en 1917 pour la pro-







vince de l'Equateur, jusqu'en 1919 pour celle du
Congo-Kasai. II fallut attendre le gouvernement de
M. Lippens, en 1921, pour voir I'application effec-
tive du syst6me.
La decentralisation dans le haut commandement
alla de pair, comme c'est souvent le cas, avec une
tendance inverse de centralisation dans l'ex6cution,
avec un deplacement, vers l'6chelon nouveau, de
l'autorit6 jusqu'alors tris r6elle des commissaires
de district. C'est natural : le nouveau venu, avide
de recevoir des d616gations, se montre avare pour
en donner; il se taille un fief, moiti6 avec ce qu'il
obtient d'en haut, moiti6 avec ce qu'il prend en bas.
Les gouverneurs de province absorberent une
bonne part de l'initiative de leurs subordonn6s
imm6diats. Les commissaires de district cesssrent
d'8tre, ce qu'ils avaient 6t6 sous le regime ant6rieur,
I'autorit6 unique dans leur circonscription, respon-
sables de tous les services. La province devint bien-
tot le rouage essential de administration colonial.
L'autonomie provincial demeura i l'ordre du
jour jusqu'en 1933. La r6organisation administrative
de cette ann6e revient brusquement t une concep-
tion beaucoup plus centralisatrice. Ses auteurs s'en
defendent; et de fait la volte-face se traduit moins
dans les textes qu'elle n'apparait dans les tendances.
En droit, les Commissaires provinciaux conservent
toutes les prerogatives des Gouverneurs, sauf le pou-
voir l6gislatif exceptionnel don't les Gouverneurs
n'avaient gubre us6 : on peut done dire que presque
rien n'est change. Mais l'augmentation du nombre
des provinces, allant de pair avec la r6trogradation
de leurs chefs au lieu d'etre les premiers dans
la hi6rarchie, ils passent apres le Vive-Gouverneur
g6n6ral assistant et les Inspecteurs d'Etat et n'ont
plus que dans leur territoire pr6s6ance sur le G6ne-
ral de la Force publique et les presidents et procu-
reurs g6n6raux des Cours d'appel ne peuvent
laisser aucun doute sur l'esprit de la r6forme.






Celle-ci est trop recent pour qu'on puisse se pro-
noncer sur ses resultats. La plupart des coloniaux
d'exp6rience la jugent n6faste. Elle parait pour le
moins inopportune. Les economies qu'officiellement
I'on en espere sans peut-etre trop y croire auraient
6t6 realisees beaucoup plus ais6ment dans le cadre
des anciennes provinces. L'esprit frondeur, le par-
ticularisme peut-etre excessif, particularisme
don't t6moignent notamment les ordonnances i peu
pres paralleles prises dans bien des domaines par
les quatres Gouverneurs, n'ont pu se d6velopper
qu'a la faveur d'une carence du Gouvernement
g6n6ral : celui-ci restait toujours competent, ne l'ou-
blions pas, pour prendre et 6tendre a toute la colo-
nie les dispositions d'int6rkt commun. Par ailleurs,
la crise 6conomique, le ralentissement des affaires,
l'affaiblissement des cadres europ6ens ont jet6 les
masses indigenes dans un trouble si profound que le
temps parait mal choisi pour se livrer a de hasar-
deuses experiences. Enfin, la r6forme a d6capit6
le service territorial; et cela tout homme de bon
sens doit le d6plorer. L'armee compterait moins
d'officiers de valeur si l'ambition permise ne pou-
vait d6passer l'espoir de finir colonel; en suppri-
mant la function de Gouverneur on a 6cart6 de la
carriere territorial beaucoup de jeunes hommes
d'Blite...
Quoi qu'il en soit des d6fauts de l'organisation
nouvelle, beaucoup d6pendra de l'application qu'on
va en faire. Que le funeste esprit de centralisation
infected tous les degr6s de la hi6rarchie, et le mal
sera irreparable. Certes, la tentation est grande,
pour qui voit son subordonn6 saboter la besogne,
de tomber 'la veste et de prendre sa place. Mais le
calcul est faux. Au Congo plus qu'ailleurs, un chef
ne peut ni tout voir ni tout faire par lui-meme. Si
d6vorante que soit son activity, il ne peut 6tre et
rester partout a la fois. II a besoin de collaborateurs.
Or, a valeur gale, un collaborateur rend toujours






mieux lorsqu'on lui laisse initiative, autorit6 et res-
ponsabilit6 que lorsqu'on le confine dans le r61e
d'informateur et d'ex6cutant. Car de deux choses
I'une : ou bien il est capable de proposer des mesu-
res ad6quates et alors il est aussi capable de les
prendre que de les proposer; il demanderait peut-
6tre des ordres a l'1tourdie, mais il r6fl6chira t deux
fois avant de les donner. Ou bien il est incapable
de juger sainement des situations et alors il faus-
sera les vues de son chef, il 1'informera mal et lui
fera commettre des erreurs aussi graves et moins
ais6ment r6parables. Souvent m6me des decisions,
opportunes quand on les proposait, ont cess6 de
1'6tre quand il s'agit de les appliquer parce qu'elles
viennent de trop loin et arrivent trop tard. De toute
fagon, la responsabilit6 am6liore les bons; I'irres-
ponsabilit6 ne rend pas les imb6ciles moins nocifs.
Ceux.qui se montrent indignes d'une function res-
ponsable, il n'est qu'un seul moyen de les empacher
de nuire : les l6iminer. Leur place n'est pas a la
Colonie.
Le Congo r6clame des elites. Le dire est devenu
un lieu commun. De tous les problems coloniaux,
celui du recrutement du personnel est sans doute
le plus grave. Sa solution heureuse entraine celle de
tous les autres; et rien de bon ne peut se faire tant
qu'il n'est pas r6solu. Comment attirer, comment
reconnaitre, comment retenir les meilleurs?
Pour les attirer, Monsieur de la Palisse aurait
trouv6 la formule : rendre la carriere attrayante.
Attrayante, c'est-L-dire capable non seulement de
satisfaire ceux qui en ont gofit6, mais surtout de
seduire ceux qui ne la connaissent pas encore. A cet
6gard, la carriere colonial a beaucoup perdu depuis
la guerre. I1 y a quinze ans, un Gouverneur de pro-
vince gagnait i peu pres sept fois le salaire d'un
magon; le Commissaire provincial d'aujourd'hui
d6passe a peine le triple. Et I'avancement est devenu
beaucoup moins rapide; les grades interm6diaires






se sont multiplies; on part de plus bas dans la hie-
rarchie. Les p6r6quations se calculent suivant un
tarif d6gressif; mais les reductions de traitements
sont toujours strictement proportionnelles...
Ce renversement dans l'6chelle des valeurs est
6videmment regrettable; mais nous n'avons guere
d'espoir d'y voir porter remade. Il en va comme de
l'instabilit6 minist6rielle. Le mal existe en Belgique
6galement : on ne le corrigera pas au Congo tant
qu'on s'en accommodera dans la M6tropole. Mieux
vaut chercher des solutions pratiques, si m8me elles
sont imparfaites, que d'en proposer d'id6ales sans
chances de les faire adopter.
Le traitement n'est pas la seule consideration qui
determine chez un jeune home le choix de sa car-
riere. La s6curit6 de l'emploi et la promesse d'une
retraite competent aussi. Il est tres difficile de r6sou-
dre, pour les functions coloniales, ce probleme de la
s6curit6 et de la retraite. La s6curit6 n'est pas seu-
lement question de statut. Au Congo, elle est sans
cesse menace par l'inaptitude m6dicale qui peut
forcer tout fonctionnaire a interrompre pr6matur6-
ment sa carri6re. D'autre part, la residence sous les
tropiques pose pour les gens mari6s de v6ritables
cas de conscience : separation des 6poux, ou s6pa-
ration d'avec les enfants.
Quant a la retraite, elle est fatalement li6e a la
dur6e de la carriere. Un 6m6ritat mettant pour
toujours le pensionn6 i l'abri du besoin ne se con-
goit qu'apres de nombreuses ann6es de services; il
est impossible dans un cadre qui compete plus d'ho-
noraires que d'effectifs. L'equation entire carriere
pr6caire et pension plantureuse est insoluble.
La seule issue se trouve dans une compen6tration
entire carries m6tropolitaines et services colo-
niaux, partout oi la chose est r6alisable. Elle l'est,
elle est meme ais6e, pour toutes les functions tech-
niques don't I'exercice a la Colonie ne demand
qu'une certain adaptation. Pour construire des






chemins de fer au Congo, il vaut mieux faire appel
i un excellent ing6nieur qui ne salt rien de la Colo-
nie qu'a un colonial d'exp6rience qui ne sait rien des
chemins de fer. Un militaire qui connait a fond son
m6tier devra sans doute, pour faire un bon officer
colonial, s'adapter aux donn6es sp6ciales du pays,
6tudier le materiel human qu'il devra diriger,
apprendre une langue indigene; mais cette assimi-
lation demand un effort moindre que l'6tude de
l'art militaire pour le colonial qui en ignorerait le
premier mot. Un sejour au Congo n'a rien d'ef-
frayant pour un douanier, pour un agent des Postes
ou des Finances, pour un lieutenant ambitieux, pour
un sous-chef de gare, pour un ing6nieur d6butant -
si ce sejour lui procure des avantages d'avancement,
d'annuit6s d'anciennet6, etc..., avec un traitement
accru, sans impliquer une orientation nouvelle de
toute sa vie. En France, les cadres de l'arm6e m6tro-
politaine fournissent beaucoup plus de candidates
que les troupes coloniales n'ont de places a offrir.
L'influence de pareille comp6n6tration sur la
valeur du personnel colonial est tres profonde, parce
qu'elle s'exerce doublement : elle 61argit le choix,
permet un tri severe parmi les nombreux candidates;
et elle assure l'l6imination ais6e des moins aptes.
Aujourd'hui, le stage d'6preuve impose a tous les
fonctionnaires pendant leur premier sejour se ter-
mine par I'admission au statut de tous ceux qui n'ont
pas gravement d6m6rit6; la non-admission, brisant
une carriere, est une peine si grave que les autori-
t6s locales h6sitent a l'infliger. Le stage manque
done son but. Et une fois le fonctionnaire engage
suivant le statut, l'Etat est lie h lui pour douze ans
au moins; seules de lourdes fautes permettent une
revocation ou une admission d'office. II en serait
tout autrement si les coloniaux 6taient recrut6s dans
les cadres des administrations m6tropolitaines. Le
cong6 pour servir au Congo serait une faveur r6ser-
vee aux plus m6ritants. A leur retour, ils repren-






draient leur place; un nouveau sejour en Afrique
serait une nouvelle faveur, d'autant plus rare que
les candidates seraient plus nombreux.
Quelques ann6es de ce regime suffiraient a rele-
ver singuli6rement le niveau moyen du haut person-
nel des services techniques. Actuellement, par la
force des choses, la selection s'y fait plus en fonc-
tion de la resistance physique qu'en function de la
valeur professionnelle... Du point de vue budg6taire,
la colonies ferait une grosse 6conomie si elle n'avait
a prendre en charge sur les pensions m6tropolitai-
nes que la part correspondarit aux services colo-
niaux des b6n6ficiaires.
La comp6n6tration des carri6res n'est toutefois
pas possible pour les services proprement coloniaux,
les plus important, ceux des affaires indig6nes,
actuellement partag6s entire la magistrature et le
service territorial. En ce qui concern la magistra-
ture, la section colonial de la Conf6rence du Jeune
Barreau de Bruxelles, qui a 6tudi6 la question au
course de 1'ann6e judiciaire 1932-1933, pr6conise une
solution : confier la justice civil et commercial a
un cadre de magistrats issues de la magistrature m6-
tropolitaine et destin6s A y reprendre rang apres
quelques annees de services coloniaux, tandis que
les affaires p6nales et les affaires indigenes seraient
connues en premier resort par des administrateurs
docteurs en droit et en appel par des magistrats
issues du cadre territorial et pouvant y rentrer.
Nous ne voyons qu'avantages i cette solution. La
justice serait rendue avec plus de competence au
civil, avec plus d'exp6rience au penal et dans les
affaires indigenes. Et surtout, le service territorial
profiterait du recrutement d'6lite qui fournit actuel-
lement les magistrats. La formation juridique nous
parait sans contest la base la plus favorable sur
laquelle puissent se greffer les connaissances pro-
fessionnelles sp6ciales qu'on exige des administra-
teurs et des commissaires de district ou de province.

33






La r6organisation administrative de 1933 a d6finiti-
vement tari cette source de recrutement. Qu'on en
juge: parmi les membres du cadre territorial, du
grade d'administrateur au moins, le nombre des
commissaires de district de premiere classes et des
fonctionnaires de rang plus 6lev6 ne d6passe pas
cinq pour cent; parmi les magistrats, trente pour
cent jouissent d'un traitement sup6rieur a celui des
commissaires de district de premiere classes. Jamais,
dans ces conditions, un docteur en droit a qui s'ou-
vrent les deux carrieres ne choisira le service terri-
torial infiniment plus dur, plus al6atoire et plus
sem6 de difficulties.
Le personnel recrut6 en dehors des administra-
tions m6tropolitaines et par consequent priv6 de la
garantie d'une continuation de carriere apres ses
services coloniaux, devrait 6videmment jouir d'un
statut de faveur aux points de vue traitement et
pension d'Afrique. En outre, les agents subalternes
pourraient Stre encourages par un droit de pr6f6-
rence pour certain emplois modestes dans les
administrations publiques; quant aux anciens fonc-
tionnaires sup6rieurs, ils seraient aussi qualifies que
la plupart des directeurs de minister pour remplir
les functions de d6lgues du Gouvernement aupres
des soci6t6s congolaises.


















CHAPITRE IV

Politique indigene














Politique : science du gouvernement des Etats,
disent les dictionnaires. Art plht6t que science,
corrigeront les initi6s : ce ne sont pas les plus
savants qui y r6ussissent le mieux. Mais la z Poli-
tique indigene > est autre chose que l'art de gouver-
ner les itats indigenes : ce que les chefs noirs font
chez eux, c'est de la K politique >, tout court. La
politique indigene, c'est l'art de faire accepter par
les soci6t6s indig6nes un gouvernement stranger.
On voit la complexity du problbme. Le r8le de la
puissance colonisatrice, en pays noir, n'est pas seu-
leinent de faire r6gner la paix, l'ordre et la justice
- mission essentielle de tout gouvernement mais
encore et surtout de substituer aux conceptions indi-
genes d'ordre et de justice des conceptions nouvel-
les, conformes a un ideal de civilisation qui leur est
stranger.
Pour r6aliser cet id6al : civiliser l'Afrique, deux
m6thodes s'affrontent. La premiere tend a rendre
les noirs semblables i nous, h les assimiler, a les
adopter. La second se propose plus modestement
de favoriser le progres des soci6t6s indigenes sui-
vant leur propre g6nie, en 6cartant les obstacles qui
l'entravent, en stimulant les facteurs qui lui sont
propices.
La politique d'assimilation est celle que les pre-
miers colonisateurs ont suivie d'instinct. Elle part
du postulat que le people imperial est sup6rieur a
tous 6gards au people domino. Elle s6duit i pre-
mibre vue parce qu'elle a l'air simple. En reality,
elle est terriblement ambitieuse et suppose un exer-
cice prolong de la force; car elle ne redoute pas







de heurter de front, sur tous les points, la resistance
violent ou passive de la soci6t6 indigene. Faisant
table rase de toutes les coutumes, de toutes les tra-
ditions, elle est carr6ment r6volutionnaire; et elle
est id6aliste, car elle espere reconstruire sur un plan
nouveau. Elle n'accepte pas de demi-mesures et ne
peut s'arreter en chemin. Tout ou rien. Seul le suc-
ces final la justifie; et ce succes probl6matique ne
sera conquis qu'au prix certain d'une longue et p6ni-
ble p6riode de d6sordre. Comme specimen du r6sul-
tat a esp6rer, on pourrait citer les communes de
plein exercise au S6n6gal frangais.
La politique d'6volution est a la fois beaucoup
plus modest et beaucoup plus complex. Elle est
r6solument realiste, acceptant comme un fait I'ordre
social 6tabli, ne condamnant a priori aucune insti-
tution. Une 6tude approfondie des coutumes per-
mettra de les distinguer en bonnes, indiff6rentes,
nuisibles et n6fastes; et mesurant prudemment son
action aux moyens qu'il peut mettre en oeuvre
comme au rythme d'6volution que la societ6 indi-
gene peut supporter sans bouleversements, le colo-
nisateur entreprendra son oeuvre de r6forme pro-
gressive. Le protectorat frangais au Maroc est une
entreprise de ce type.
L'Etat Ind6pendant du Congo avait choisi la poli.
tique d'assimilation. II voyait dans i'immatriculation
1'aboutissement normal de I'oeuvre civilisatrice.
C'6tait une espece de confirmation laique. Sollicit6e
ou impose d'office, l'immatriculation faisait 6chap-
per l'indigene A son statut coutumier pour le sou-
mettre au droit 6crit, statut du civilis6. Les faits se
sont charges de mettre en lumibre ce que cette con-
ception avait d'utopique. Soustraire des foules d'in-
digenes tres superficiellement 6volu6s ia 'autorit6
de leurs chefs, ce serait parfait si nous avions quel-
ques milliers de bourgmestres pour prendre la place
des chefs; en attendant, c'est creer l'anarchie.
Aussi le Gouverneur general, charge, il y a plus






tae trente ans, de determiner la date de mise en
vigueur de l'arr&6t pour les diverse categories de
b6n6ficiaires, s'est-il jusqu'ici prudemment abstenu.
Mais si la mentality a 6vblu6, la legislation antb-
rieure n'a pas 6t6 formellement abrog6e. L'art. 36
du Code civil congolais est demeur6 en vigueur;
sans doute parce que s'il est dit dans cet article que
tout indigene a le droit de solliciter son immatricu-
lation, il n'est 6crit nulle part qu'il est sfir de l'obte-
nir.
La Charte colonial de 1908, sans rompre expres-
s6ment avec la politique d'assimilation, marque ce-
pendant une premiere reaction. Elle dispose en son
art. 5 que les indigenes non immatricul6s < jouissent
Sides droits civils qui leur sont reconnus par la
> 16gislation de la Colonie et par leurs coutumes,
> en tant que celles-ci ne sont contraires ni i la
> legislation ni a l'ordre public. > La Charte recon-
nait done au l6gislateur ordinaire le droit d'interve-
nir pour abroger les coutumes quelles qu'elles
soient, m8me indiff6rentes ou bonnes. Mais tant
que le l6gislateur ne s'est pas prononc6, les coutu-
mes restent obligatoires au m8me titre que la loi,
t moins qu'elles ne soient contraires a l'ordre public.
En fait, la politique indigene du Congo beige mar-
que une tendance de plus en plus accentu6e vers la
these 6volutionniste; surtout depuis le passage de
M. Franck au d6partement. Loin d'abroger les cou-
tumes non contraires a l'ordre public, le l6gislateur
les consacre dans tous les domaines. Le d6cret sur
les chefferies (1910) dispose que les chefs et sous-
chefs exercent leur autorit6 de la maniere et dans la
measure privues par la coutume; les tribunaux indi-
genes appliquent la coutume dans tous les litiges de
droit priv6; et meme au p6nal, si le legislateur a
qualifi6 nombre d'infractions que la coutume ignore,
il laisse aux tribunaux indigenes le droit de r6pri-
mer toutes les infractions coutumieres que le Code
n'a pas prevues. Toujours, bien entendu, sous






reserve des coutumes contraires i I'ordre public,
,qui sont abrog6es de plein droit.
Comment qualifier ce regime? Tutelle? Sans
doute; mais le terme est vague. Protectorat? -
Certainement non; car d'apres la loi le chef indi-
gene fait parties d'une hi6rarchie oh il depend direc-
tement de I'autorit6 europ6enne : il doit ob6issance
au blanc comme le sous-chef lui doit ob6issance a
lui-m6me; le rapport de subordination est dans les
deux cas identique et pr6vu par le m6me article du
d6cret. Administration indirecte? Oui, si l'on
veut dire par la que l'Administration s'est trace
comme regle d'agir sur la masse par l'interm6diaire
nature des cadres existants; non, s'il fallait enten-
dre par < administration indirecte > que 1'autorit&
europ6enne s'interdit toute intervention directed, et
notamment le droit de connattre des appeals centre
les decisions des chefs. Toujours les tribunaux euro-
p6ens ont prevention sur les tribunaux indigenes.
L'administrateur territorial est la cheville ou-
vri6re de toute cette organisation : a la fois garden
de la loi, garden de la coutume et garden de 'or-
dre public. Son r6le est infiniment d6licat; car s'il
est relativement facile de connaitre la loi, il est
beaucoup moins ais6 de s'initier a toutes les finesses
de la coutume; quant i 1' 1 ordre public >, personnel
ne l'a jamais codified et I'on serait bien en peine de
le mettre en formules. Pourtant c'est a cet insaisis-
sable critere que l'administrateur doit juger les cou-
tumes pour combattre les unes et faire respecter les
autres...
Faire respecter la coutume! Mais la seule pr6-
sence du blanc en est une premiere et fondamentale
violation. L'indigene qui va se plaindre chez l'Eu-
rop6en d'une injustice de son chef comment aux yeux
de celui-ci un veritable crime de 16se-majeste, pas-
sible du chftiment supreme. Faudra-t-il refuser de
lui donner audience pour se rendre odieux aux
petits et devenir pour les forts un objet de risee?







Qu'on l'6coute au contraire et qu'on lui donne rai-
son, oi va l'indispensable autorit6 du chef?
Faire respecter I'ordre public, lutter centre les
coutumes barbares! Mais quelles sont les coutu-
mes barbares? Laissons de c6t6 les theses extremes,
qui voient tant6t des coutumes barbares ,> dans
toutes les K n6greries >>, tant6t dans tous les usages
quels qu'ils soient des ph6nom6nes sociaux 6gale-
ment d6termin6s, 6galement respectable. Mais, pour
I'homme de simple et droit bon-sens, quelles sont
les coutumes barbares? L'anthropophagie, la traite,
6videminent. L'6preuve du poison, la vengeance
priv6e, le d6pistage par le f6ticheur de pr6tendus
criminals oui encore. Pourtant, ici d6ji, I'avocat
du diable trouverait quelque chose a dire : si bar-
bares, si meurtriires, si inhumaines qu'elles soient,
ces coutumes qui sacrifient des foules d'innocents
arrktent sur la pente du crime, dans un pays sans
police, de nombreux coupables. Les peines excessi-
ves, tortures physiques, mutilations, sont contraires
i I'ordre public; mais la criminality mal endigu6e
par des sanctions inefficaces l'est aussi. L'initiation
comporte souvent des rites immoraux; mais elle
cimente la solidarity social. La polygamie avilit la
femme; mais la liberation par I'adult6re est peut-
Ztre un mal plus grand. Bien des contraintes coutu-
miires attentent a la personnalit6 humaine; mais
faites sauter les contraintes coutumi6res, vous tom-
bez dans l'anarchie morale... L'injustice est parfois
pr6f6rable au d6sordre; le d6sordre est toujours, au
premier chef, une violation de l'ordre public...
Un chien vivant >, dit l'Eccl6siaste, < vaut mieux
qu'un lion mort >. Un chef mediocre vaut mieux que
pas de chef du tout. Instruments delicats a manier
que les chefs indigenes! Et combien instables, com-
bien d6cevants! Et pourtant irremplagables. Pour
agir sur la masse, nous ne pouvons nous passer
d'eux. Malgr6 toute notre force, ils sont plus forts
que nous; ils ont pour eux toute l'autorit6 de la tra-







edition, tout le poids de la l8gitimit6. Mais souvent
leur soumission A l'envahisseur a compromise leur
prestige; et les sanctions 6clatantes qui pourraient
le r6tablir, nous les interdisons comme barbares.
Nous exigeons d'eux le respect des droits de leurs
administr6s, mais en redressant leurs injustices
nous 6nervons leur puissance. Et c'est a ces chefs,
affaiblis par nous-memes, que nous devons deman-
der leur concours de plus en plus actif le people
dit : leur complicity de plus en plus criminelle -
pour percevoir I'imp8t, pour recruter travailleurs
et soldats, pour introduire des nouveautes suspects
et ruiner d'imm6moriales coutumes! Rl6e ingrat
que le leur! Et rendu plus ingrat lorsque le blanc
oublie que plus ils sont dociles moins ils sont ob6is;
qu'ils ne sont pas seulement ses porte-paroles aupres
de la foule, mais aussi les interpretes de la foule
auprbs de lui; qu'ils ont a transmettre non seule-
ment les ordres d'en haut, mais aussi les dolnances
d'en bas.
Alors, discuter avec des noirs? objecteront
certain administrateurs 6pris d'autorit6. Un
chef qui laisse discuter ses ordres est perdu. Un
chef qui laisse discuter ses ordres, oui; mais pas
un chef qui laisse discuter ses projects. Un chef est
perdu s'il 6choue, mais non pas s'il renonce a temps.
Et il a 6chou6 quand il a r6ussi en payant trop cher
le success.
Pour faire de I'administration indirecte, il faut
etre deux et qui collaborent. C'est une faute irre-
parable que d'afficher pour les autorit6s tradition-
nelles et les coutumes indigines un respect de pure
facade, bluff destiny a tromper les simples, tout
en traitant les chefs comme des pantins don't nous
tirons les ficelles, comme des caporaux en pagne
d'6corce ou de raphia. Bien au contraire, notre res-
pect pour les institutions et les cadres sociaux doit
etre r6el, notre effort de collaboration doit 6tre
loyal. Les chefs savent mieux que nous pr6voir les

42







reactions souvent inattendues que peuvent provo-
quer nos measures. Leurs objections vaudront ce
qu'elles valent : libre a nous de passer outre apres
avoir mfirement r6fl6chi, mais encore faut-il les
entendre d'abord. Bien des faux pas seraient Bvit6s
si les repr6sentants du pouvoir 6coutaient plus
attentivement les representations de leurs admi-
nistr6s.
< Qui trop embrasse, mal 6treint >>, dit le pro-
verbe. Comme c'est vrai en politique indigene! La
charge d'un fantassin en guerre est savamment cal-
cul6e; il faut qu'il porte 'indispensable sans Stre
6crasB sous le faix et on 1'6puise aussi sfirement
en le surchargeant de superflu qu'en le privant du
necessaire sous pr6texte de le soulager. Les
soci6t6s indigenes, elles aussi, veulent etre m6na-
g6es. Leur endurance a des limits, au delh des-
quelles nous nous heurtons a l'incompr6hension,
puis a la resistance passive, puis i l'opposition vio-
lente. A l'administrateur d'appr6cier ces limits, de
mesurer sagement le fardeau qu'il mettra sur
l'6paule des noirs. Combien de blancs ont us6 inuti-
lement leur prestige et pouss6 a bout la patience des
indignnes par de mesquines tracasseries de detail!
Dans l'incessant conflict don't nous sommes les arbi-
tres, entire nos conceptions de l'ordre public et la
conception indigene de l'ordre social, n'oublions pas
de donner a la paix la place 6minente qui est la
sienne. Une r6forme acquise au prix d'une r6pres-
sion a bien des chances d'8tre inopportune, si d6si-
rable qu'elle soit dans le plan ideal... Avec de l'ar-
gent et des machines, on construit un gratte-ciel en
trois mois; mais pour faire jaunir un simple 6pi de
froment il faut tout le soleil d'un te6. Civiliser un
people, ce n'est pas l'oeuvre d'un jour, ni d'une g6n6-
ration : c'est un fruit qui demand a longuement
miurir. La politique indigene n'est pas un travail
d'ing6nieur, c'est une besogne de patient jardinier.
Question de sagesse autant que de sure technique.







Une bonne politique indigene suppose a la fois
l'experience des hommes et Ia connaissance de leurs
institutions. On ne peut juger celles-ci qu'en fonc-
tion des soci6t6s qu'elles r6gissent; et les remrdes
imprudemment appliques sont parfois pires que le
mal. Tels coups d'6pingle offensent plus que des
coups d'&pee... Tact, jugement, sang-froid, large et
humaine sympathie, il faut tout cela, en plus d'une
formation professionnelle solide, pour border la
redoutable tiche de diriger l'6volution des noirs
vers le progres. La meilleure doctrine ne vaudra
que ce que valent les hommes charges de la mettre
en oeuvre. Si toutes les functions coloniales recla-
ment des elites, le service territorial, lui, doit pou-
voir computer sur 1'l6ite des l6ites.
Tel est bien I'avis du Gouvernement, qui a cr6e
l'Ecole colonial d'Anvers bient6t baptis6e Uni-
versit6 colonial, dans le but de former le cadre
des administrateurs. A c6t6 des branches de culture
g6n6rale, on y enseigne la legislation congolaise, des
616ments de sciences naturelles, d'hygiene, d'anthro-
pologie, d'ethnologie, de linguistique. Mais il faut
regretter l'absence d'un enseignement vraiment
sup6rieur, promise implicitement par le changement
de titre. L'Universit6 colonial joue pour la colonie
le r6le que joue pour I'arm6e l'Bcole militaire; mais
il n'existe aucun equivalent de 1'Ecole de guerre.
Pour former un linguiste ou un ethnologue, nous
demeurons d6pendants de l'6tranger. Aucun course
de perfectionnement ne permet a des coloniaux
d'exp6rience pratique d'acqu6rir un complement de
connaissances th6oriques.
Aussi faut-il reconnaitre que les indigenes au-
raient le droit de se plaindre de notre ignorance
en ce qui les concern. C'est vrai surtout dans le
domaine linguistique. Presque partout, les mission-
naires sont seuls A parler les idiomes populaires.
La plupart des administrateurs sont incapables de
comprendre sans interprite la masse de leurs admi-






nistr6s : ils se contentent de jargonner un des sabirs
commerciaux : bangala, fiote, kingwana ou kituba.
Ne leur jetons pas la pierre. Avant de se mettre a
apprendre des dialectes d'extension restreinte, la
connaissance approfondie, grammaticale d'une lan-
gue est indispensable : on y trouve la clef des
autres. Une fois pris dans le tourbillon des besognes
quotidiennes et noy6s dans la paperasserie admi-
nistrative, les fonctionnaires n'ont plus guere le-
temps d'6tudier. A quoi bon, d'ailleurs, se donner
la peine d'acquerir des connaissances et les lan-
gues indigenes sont extr8mement difficiles quand
on est presque stir de n'en jamais profiter? Les ter-
ritoriaux sont grands voyageurs devant 1'Eternel...
On en cite qui, au course d'un s6jour de trois ans,
ont <> une demi-douzaine de postes ou servi
sous autant de chefs diff6rents; et tel district a vu
passer cinq commissaires en douze mois. (Le cin-
quinme a dfi r6primer une r6volte; il a failli y lais-
ser sa peau d'abord et sa situation ensuite.) Les ter-
ritoriaux d6filent en Afrique presque aussi vite que
les ministres en France; avec cette difference que
sous les ministres il y a l'Administration, tandis
que les territoriaux sont l'Administration : sous eux,
il n'y a plus que les interpretes...
Impossible, 6videmment, d'aborder dans le cadre
restreint de cet opuscule tous les problemes de poli-
tique indigene. II en est un pourtant don't il faut dire
quelques mots parce qu'il est d'une importance capi-
tale : celui de l'action judiciaire dans les chefferies.
On se plaint, depuis toujours, de la m6sentente
entire magistrature et service territorial. La plupart
des colons font grief aux magistrats... de leur con-
science professionnelle. Une Chambre de Com-
merce a 6mis le voeu de voir ordonner a la magis-
trature, par voie d'instructions, le contraire de ce
qu'on lui ordonne par voie de d6crets. Inutile de
dire que nous ne souscrivons pas a ce vceu. Si nous
d6sirons de toutes nos forces voir modifier l'orga-







nisation actuelle de la justice repressive, ce n'est
pas dans le but de laisser impunis des abus commis
centre les noirs; une r6forme comme celle qu'a
pr6conis6e le Jeune Barreau de Bruxelles n'aurait
d'ailleurs pas ce r6sultat. C'est avec le seul souci
d'une meilleure politique indigene. L'Institut Royal
Colonial a longuement discut6 la question; et la
majority des membres semblaient adversaires de
modifications profondes. Nous avouons n'avoir pas
6t6 convaincu par les objections. Sans doute, la
magistrature donne au moins autant de garanties de
competence, d'int6grit6 et d'exp6rience que le ser-
vice territorial; mais elle n'est pas responsible de
la politique indigine dans le resort oi s'exerce son
action. Or la solution du conflict entire coutumes
indigenes et conceptions europ6ennes, c'est toute la
politique indigene. Et ce conflict 6clate chaque fois
qu'un indig6ne enfreint le Code p6nal sans violer
la coutume. Le taux de la repression n'est pas une
question de justice, mais une question de politique
indigene. Elle doit se mesurer, non au degr6 de
gravity qu'une conscience europ6enne reconnaitrait
au d6lit, mais a la phase atteinte par l'6volution de
la mentality indig6ne vers une conscience civilis6e.
Appr6cier cette phase, r6gler le rythme de l'6vo-
lution, I'intensit6 de la lutte contre les coutumes
barbares, c'est essentiellement le r6le de celui qui
a la responsabilit6 de la politique indigene, c'est-i-
dire du commissaire de district, non 'du juge on du
procureur du Roi. Et seul celui qui dirige la poli-
tique indigene peut coordonner sagement l'action
judiciaire avec toutes les autres forces de l'inter-
vention europ6enne. On ne congoit pas une bataille
oi le commandant de l'artillerie 6tablirait I'horaire
de ses barrages sans se pr6occuper de la vitesse de
progression fix6e aux vagues d'assaut par le g6ne-
ral en chef. Ou alors, qu'on mette l'infanterie sous
ses ordres... De m6me dans l'offensive contre la
barbaric. Ou bien que le commissaire de district






dirige l'action judiciaire dans les chefferies; ou bien
que la magistrature prenne la responsabilit6 de la
politique indigene.
Il n'est pas ici question, bien entendu, des juri-
dictions civiles et commercials, don't les decisions
dans les conflicts de droit priv6 entire europ6ens ou
assimiles ne peuvent avoir aucune repercussion sur
la politique indigene. Les magistrats charges de
connaitre de ces litiges pourraient sans inconv6-
nients etre choisis dans les cadres d'Europe et y
rentrer, comme nous I'avons propose pour les autres
technicians. Mais les affaires indigenes devraient
etre tranch6es par des territoriaux soumis A 1'auto-
rit6 du Commissaire de district et choisis, tout au
moins dans les affaires graves et au degree d'appel,
parmi les docteurs en droit. Le cadre territorial
ne pourrait que gagner A se voir renforc6 de ces
recrues d'6lite. II y a du vrai dans cette boutade
entendue un jour: < Si tous les bons juges qui
> doivent s6vir contre les mauvais territoriaux
> 6taient entr6s au service territorial, on aurait
> moins besoin de juges pour s6vir centre les ter-
> ritoriaux... >
















CHAPITRE V


Noirs et Blancs
Conflit et Collaboration de Races















On pourrait concevoir une colonisation sans con-
flit de races : un people laissant en friche parties
de son domaine, un autre people occupant les terres
vacantes pour les exploiter a sa guise, et les deux
races vivant c6te a c6te leur vie ind6pendante, sans
heurts et presque sans contacts. La M6tropole n'au-
rait A intervenir que pour maintenir l'harmonie en
emp&chant des spoliations injustes. Ce fut le cas
en Afrique du Sud sauf que le control m6tro-
politain y fit d6faut : les blancs prirent les terres
qui leur convenient, sans 6gard pour les occupa-
tions ant6rieures, sans souci de justice, en vertu du
droit du plus fort. Ils s'y 6tablirent et y firent sou-
che, et les noirs durent reculer.
La situation sous 1FEquateur est toute diff6rente.
L'Afrique central ne se prete pas a la colonisation
veritable. Les blancs n'y essaiment pas pour y vivre
et y travailler comme chez eux. Ils s'en vont en
quete de richesses inexploit6es; mais ils sont inca-
pables de les exploiter par eux-memes. Pour met-
tre I'Afrique en valeur, ils ont absolument besoin
du concours des noirs. La n6cessit6 de cette colla-
boration cr6e inevitablement le conflict des races.
Prenons 1'exemple le plus simple : la terre. Une
terre vraiment vacant, inoccupee, d6serte, ne pr6-
sentant done pour le noir aucune valeur et qu'il
n'auia aucune objection i abandonner, cette terre-li
ne present pour le blanc non plus aucun int6ret -
a moins qu'il ne trouve des noirs pour la cultiver.
Mais oi les chercher, ces noirs? Sur les terres qu'ils







occupent, et qu'ils devront laisser en friche pour
aller travailler chez l'6tranger. Ainsi l'occupation
de terres vacantes rendra vacantes des terres occu-
pees... Alors pourquoi ne pas prendre d'embl6e les
terres des noirs et les y laisser comme salaries? Le
r6sultat est le m&me en fin de compte... Les adver-
saires de la colonisation capitalist n'ont pas man-
qu6 de reliever l'illogisme : c'est parce qu'il y a
trop peu d'indigenes qu'on trouve des terres libres;
mais ces indigenes trop peu nombreux pour cultiver
leurs terres, il y en a toujours assez quand il s'agit
de peiner sur ces mimes terres pour le compete du
blanc...
En r6alit6, le processus n'est pas si simple. Les
blanks ne peuplent pas leurs plantations en vidant
le pays. Une collectivit6 indigene peut parfaitement
continue de vivre sur ses terres et d'y prosp6rer,
tout en fournissant aux colons un certain pourcen-
tage de ses effectifs; et la prosp6rit6 g6n6rale s'en
trouvera accrue parce que tout le monde travaillera
davantage, les uns pour gagner le salaire, les autres
pour remplacer les absents. Le conflict n'en est pas
moins reel et prend dans certaines regions au
Kenya par example une forme aigu6. Partout oii
s'installe le blanc, il lui faut des terres et des tra-
vailleurs. Pour trouver des travailleurs sur place,
il faut qu'il s'empare de terres occupies; et s'il se
content de terres libres, il ne peut les cultiver
qu'en organisant des recrutements. Probl&me des
terres, problime de la main-d'oeuvre : plus l'un est
facile a r6soudre, plus la .solution de l'autre sera
malaise.
Le conflict est rendu plus aigu par le rythme que
le blanc imprime A ses entreprises. II travaille en
grand. II lui faut beaucoup de monde, et tout de
suite. Une simple plantation de cafe, entrainant un
minimum incompressible d'immobilisations, ne peut
etre r6mun6ratrice que si elle a une certain 6ten-
due; et tout le programme d'extensions doit etre







realis6 en tres peu d'ann6es. Mais songez a ce que
repr6sente, pour la population du voisinage, 'appel
de main-d'oeuvre! La density moyenne de popula-
tion est au Congo soixante fois moindre qu'en Bel-
gique. Une plantation de caf6 demand vingt pour
cent des hommes sur la superficie d'une province
belge. A mobiliser du jour au lendemain... Quand il
s'agit d'alimenter une huilerie de grande capacitY,
ou d'ouvrir une mine, ou de construire un chemin
de fer, on atteint vite des effectifs correspondent
au pourcentage d'une mobilisationn g6nerale pour
une region grande comme toute la Belgique. Trente
mille kilometres carr6s au Congo, cela fait quelque
cent vingt mille habitants. Recruter huit cents hom-
mes dans cette population, cela correspond i 1'effec-
tif de toute une classes de milice chez nous. Ce sont
1a des chiffres qu'il faut se mettre en tate pour r6ali-
ser l'ampleur des probl6mes; et aussi pour teacher
de comprendre le point de vue du noir...
Comment d6cider les indigenes i offrir leurs
bras?
Les lois 6conomiques jouent en Afrique autre-
ment qu'en Europe. Sans doute, comme ailleurs,
hommee n'y mange qu'i la sueur de son front ou
du front de sa femme. La nature tropical n'est pas
si maternelle qu'on le dit. Abattre la fort vierge
pour fumer son champ est aussi dur que d'y r6pan-
dre quelques tonnes d'engrais.La chasse au filet
est un sport qui fatigue son homme avant de le
nourrir. Quand un indigene a remont6 sur cinq
kilometres le courant du Congo pour reliever ses
nasses, il m6rite de les trouver remplies. Mais si
le noir, pas plus que nous, ne peut vivre sans tra-
vailler, il peut fort bien vivre a sa maniere sans
travailler pour le blanc; il peut se passer de notre
salaire sans ktre condamn6 a mourir de faim. II
6chappe a la loi d'airain qui courbe sous son joug
l'humanit6 civilis6e: le besoin Bconomique ne
l'oblige pas a offrir au colonisateur sa collaboration.







Avant de mettre en cause sa paresse, demandons-
nous si les Europ6ens pris en masse travailleraient
si volontiers une fois satisfaits les besoins essen-
tiels de la vie; si au contraire ce n'est pas notre
horreur de l'effort superflu qui a d6termin6 nos
progres dans l'ordre materiel. Paradoxe inattendu
et qui ne serait peut-6tre pas si extravagant : le noir
fig6 dans sa routine parce qu'il ne marchande pas
son labeur : il porte ses charges, il pursuit son
gibier, il traine sa lourde pirogue jusqu'a la riviere;
- I'intelligence du blanc stimul6e par sa paresse:
il invented la roue, la poudre replace l'arbalkte,
moins primitive dbjh que le javelot...
A d6faut de l'aiguillon du besoin, le mobile de
l'int6r&t pousse-t-il le noir a nous offrir son tra-
vail? In abstract, il faut r6pondre oui sans aucun
doute. La preuve a 6t6 faite maintes fois : la courbe
de la production suit la courbe des prix; c'est done
que les indigenes sont parfaitement capable d'ap-
pr6cier leur int6r&t et d'y mesurer leur activity.
Mais cela n'est vrai que lorsque le contact existe
entire l'Europ6en et le noir, lorsque celui-ci a pu
compare effort et r6sultat, travail et salaire, ennuis
et avantages d'un contract de travail. Quant au con-
traire le blanc cherchant des products ou deman-
dant des bras trouve en face de lui une popula-
tion m6fiante, soupgonneuse, pr6venue, convaincue
d'avance que tout ce qui vient de 1'6tranger doit &tre
mauvais, le mobile de l'int6r6t ne joue pas. La
demand tombe dans le vide, ne rencontre aucune
offre. Comme un musulman fanatique refuse a
priori d'6couter la pr6dication chr6tienne, ou un
bon chr6tien de discuter sa foi avec un bouddhiste,
jamais indigine de la brousse ne consentira spon-
tan6ment a faire 1'exp6rience, a signer par example,
pour voir, un engagement de trois ans dans une
mine lointaine ou t planter une semence inconnue.
On a beau lui promettre bien-6tre, traitement g6n6-






reux, ricoltes profitable : il se bouche les oreilles;
les promesses, il ne les entend m8me pas. c L'es-
sayer c'est I'adopter >, disent les r6clames; mais si
personnel n'essaie personnel n'adoptera.
Pour triompher de cette inertie, il faut la mise
en train d'une intervention ext6rieure, la contrainte
directed ou indirecte de l'Etat.
La contrainte indirecte s'exerce par l'imp6t. II
cr6e artificiellement un besoin : le besoin d'argent,
que l'indigene ne peut satisfaire que par un travail
6conomique, production en vue de la vente ou
louage de services. Mais en outre et cette action
indirecte est beaucoup plus important il fait sau-
ter de force la consigne de boycottage systematique,
il 6tablit entire blanc et noir le contact qui fera
jaillir 1'6tincelle : grfce a lui, l'indigene sera amen6
t reconnaitre son int6ret. L'imp6t joue un r6le de
levain; mais il ne faudrait pas surestimer son
influence directed sur la production. Au d6but de
la crise, certain publicistes pr6coniserent de parer
a la baisse des prix en relevant l'imp6t indigene
pour obliger les populations i une production
accrue. La oii on appliqua la measure, le r6sultat
fut d6cevant. II devait l'8tre. On peut se servir de
l'imp6t comme on se sert de la force humaine pour
pousser un convoi arret6 sur le bord d'une d6cli-
vit6 : pour mettre en march; mais non pour
remonter la pente. Comme seul mobile du travail,
I'impot est inefficace, pace que odieux et d6coura-
geant. I1 est aussi d6moralisant que l'esclavage pur
et simple, puisque l'Etat prend pour lui tout le pro-
duit de l'effort. Le travail. force avec jouissance du
salaire pour le travailleur vaudrait mieux que le
travail forc6 avec confiscation du salaire au profit
de 1'Etat.
Et voila la question pose. Quand un imp6t mo-
d6r6 ne suffit pas A pousser l'indigene,au travail,
faut-il aller plus loin, recourir a la contrainte
directed?






Beaucoup de bons esprits estiment que non; que
seul un regime de r6elle liberty du travail peut
asseoir sur une base saine le d6veloppement des
colonies. La Conf6rence Internationale du Travail
a propose I'abolition dans le plus bref d6lai du tra-
vail force ou obligatoire sous toutes ses formes, a
l'exclusion des cas oiI le travail obligatoire existe
dans des communaui6s civilis6es : service militaire,
travail des condamn6s, etc. Pendant une p&riode de
transition, le travail force demeurerait toler6,
moyennant certaines garanties, pour assurer des
services publics essentiels.
Parmi les grandes Puissances coloniales, seule la
Grande-Bretagne applique les principles de la Con-
vention. La Belgique ne l'a pas ratifi6e, parce que
la Convention refuse d'admettre le travail obliga-
toire impose dans l'int6rkt et au profit des indigenes
eux-memes. Quant au travail obligatoire au profit
de tiers, il est interdit par l'article 2 de la Charte
colonial.
L6galement, le regime en vigueur au Congo est
le suivant :
Le travail obligatoire est admis pour l'ex6cution
de travaux publics; en fait, hors les cas tris rares
de requisitions pour portage, on n'y a jamais eu
recours : un project de recrutement forc6 pour la
reconstruction du chemin de fer du Bas-Congo,
en 1926, a 6t6 laiss6 sans suite. Il est admis 6ga-
lement pour le service des chefferies entretien
des villages et sentiers, construction d'ecoles rura-
les, marchBs, etc. Enfin, les chefferies sont tenues
de faire annuellement, sur leur territoire et au
b6n6fice exclusif de leurs membres, < des travaux
de rapport, des cultures vivrieres ou des planta-
tions de products d'exportation >. L'ensemble de
ces travaux ne peut 6tre impose a aucun indigene
pendant une durBe de plus de soixante jours par
an ou plus de cinq jours par mois.
L'application de cette legislation soulive des pol&-







miques passionnees. Nul ne peut etre contraint de
travailler au profit d'un particulier; mais on peut
y etre < invite >. L'administrateur territorial doit se
livrer i une propaganda active pour pousser 1'indi.
gene h ambliorer son sort par une activity r6mun6-
ratrice. Et d'autre part, la culture du coton a 6t6
rendue obligatoire dans une grande parties de la
colonies, le produit de son travail 6tant vendu par le
producteur t un prix don't le minimum est fix6 par
l'Etat. De m8me, dans d'autres regions, l'indigene
est tenu de se livrer a des cultures vivrieres d6pas-
sant ses besoins, le surplus servant au commerce
local. Enfin, l'entretien des routes, les corv6es des
postes sont assures par une main-d'oeuvre que l'ad-
ministrateur demand aux chefs de lui recruter
librement. Il est certain qu'en fait, nombre d'indi-
genes travaillent sans en avoir nulle envie; que le
produit des cultures obligatoires de coton est n6ces-
sairement achet6 par un acqu6reur jouissant d'un
monopole de fait; que le prix des vivres est fix6
arbitrairement quand la concurrence ne joue pas
et qu'il n'y a qu'un seul consommateur, gros em-.
ployeur de main-d'oeuvre... Quand y a-t-il propa-
Sgande, quand y a-t-il contrainte? Un conseil inter-
prete comme un ordre est-il un ordre ou un conseil?
A en juger par les attaques don't elle est l'objet de
la part de tous les int6ress6s, on est tent6 d'admet-
tre que administration ne joue pas trop mal son
r6le d'arbitre. A ceux qui l'accusent de favoriser
1'exploitation des noirs par les entreprises capita-
listes, elle pourrait opposer les dol6ances des entre-
prises qui se jugent insuffisamment second6es.
Peut-6tre serait-il plus vrai de dire que l'6quilibre
difficile n'est pas toujours maintenu avec un 6gal
bonheur, et que la pratique administrative s'en
carte tant6t dans un sens, tantot dans l'autre. Tout
abus constat6 entraine une reaction qui peut aller
trop loin. Oscillations regrettables mais qu'il est
difficile d'6viter tout a fait.







Nous croyons que le Comit6 consultatif de la
main-d'oeuvre est dans la note just quand il pro-
pose des solutions transitoires. En principle, dit-il,
la liberty absolue doit etre la r6gle. En fait, quand
il s'agit de populations 6trangBres a toute activity
6conomique, l'intervention de administration se
justifie pour rendre possible une experience; mais
il appartient aux employers de rendre cette exp-6
rience decisive, de ramener dans leurs exploitations
les indig6nes que l'administrateur avait d6cid6s ia
tenter un premier essai.
Solution boiteuse, transaction avec la 16galit6? Si
des situations ont 6t6 acquises a la faveur d'un abus,
peut-on parler de droits acquis? Manager des tran-
sitions, n'est-ce pas perp6tuer I'abus? Ce le
serait, s'il 6tait 6tabli que toute intervention de
administration constitute une contrainte ill6gale.
En r6alit6, la propaganda administrative peut se
concilier avec le strict respect de la loi; mais elle
risque fort d'aller trop loin. La Commission a esti-
m6 que ce risque ne serait 6cart6 que si l'adminis-
tration s'abstenait de toute intervention en faveur
d'une entreprise d6termin6e. Quand cette absten-
tion ne touche aucune situation acquise, elle doit
6tre la r6gle. II faut dissiper 1'6quivoque pour l'ave-
nir. Ceux qui voudront d6sormais ouvrir une exploi-
tation nouvelle auront a examiner les possibilities de
recrutement en-dehors de toute intervention admi.
nistrative; ils en tiendront compete au m6me titre
que des facilit6s de transport, des conditions clima-
t6riques ou des analyses de terres. Ils ne pourront
s'en prendre a l'Etat si les travailleurs n'affluent
pas d6s le premier jour. Par centre, lorsque
I'abstention pure et simple menace l'existence d'en-
treprises 6tablies et par ailleurs viables, il serait
excessif de sacrifier ces entreprises pour Bliminer
non pas un abus mais la possibility d'un abus. Elles
ont compt6 et pu computer sur le concours de l'Etat
- concours limit par la loi, mais actif quand







m6me. On ne peut pas contraindre les indigenes a
se mettre a leur service; mais on doit leur conti-
nuer, pendant une p6riode suffisante pour leur per-
mettre de s'adapter a des conditions nouvelles,
I'assistance officielle qui leur avait 6t6 promise. I1
appartient aux autorit6s de r6primer les abus, de
veiller a ce que les agents de I'administration ne
d6passent pas les limits permises, a ce que la < pro-
pagande > ne d6g6nere pas en contrainte. Et encore
une fois, il ne s'agit ici que des regions oh la popu-
lation est 6trangere a toute activity 6conomique.
Dans les regions d'occupation ancienne, le probl6me
ne se pose plus, du moins comme probleme admi-
nistratif : les employers doivent y pourvoir par
leurs propres moyens. Sans ktre radical, la solution
propose par la Commission de la main-d'oeuvre
parait done satisfaisante. Les situations non pas
ill6gales, mais delicates qu'elle tol6re auront disparu
dans bien peu d'annees.
Quant au regime des travaux obligatoires impo-
s6s aux populations dans leur propre int6r6t, il sera
examine au chapitre consacr6 i la production.

















CHAPITRE VI

I'Outillage economique













La Belgique a vu grand au Congo. Son ceuvre
colonial fait 1'admiration du monde. Depuis la
guerre, surtout, la Colonie progress i pas de g6ant.
Des capitaux 6normes ont 6t& investis : une ving-
taine de milliards, d'apres les evaluations de
M. Baudhuin. Les r6sultats de ces efforts se tra-
duisent en r6alisations gigantesques. Quatre mille
cinq cents kilometres de chemins de fer. Quarante-
cinq mille kilom&tres de routes. Des ports a
Boma, Matadi, LUopoldville, Coquilhatville, Port-
Francqui, Bukama, Uvira, Albertville. Une puis-
sante flotte fluviale... Jadotville est un centre d'in-
dustrie lourde don't les installations rivalisent avec
celles d'Europe. L'6lectrification du Katanga est
chose faite. L'Union Minibre est un des plus gros
producteurs de cuivre du monde; la ForminiBre,
le plus gros producteur de diamant. Elisabethville
a les allures d'une capital; L6o, I'6tendue d'une
metropole. Les voitures du Train Blanc cofitent
douze cent mille francs; la vaisselle y est au m8me
chiffre que sur l'Orient-Express. Pendant des
ann6es, notre orgueil national fut chatouill6 par les
6crits des voyageurs, frangais surtout, qui compa-
raient... et invitaient leur gouvernement a se frap-
per la poitrine...
Puis la crise est venue. La moiti6 des maisons de
Jadotville sont vides. Des mines ferm6es sont con-
fies a la garde d'un surveillant infirme. A Port-
Francqui, un train qui siffle sur les quais deserts
fait envoler les oiseaux. L'Union MiniBre a licenci6
quinze mille travailleurs. La population europ6enne
a diminu6 d'un tiers; la valeur du commerce ext6-






rieur a fl6chi des deux tiers, de 1930 a 1932... On se
demand avec angoisse aujourd'hui si nous n'avons
pas vu trop grand; si la production possible du
Congo permet I'espoir de trouver A tout ce formi-
dable outillage 6conomique un aliment suffisant.
A consid6rer froidement les choses, on doit con-
venir que les perspectives de r6mun'ration ne peu-
vent 6tre imm6diates m8me abstraction faite de
la crise. Pour r6munerer vingt milliards, il faudrait
deux milliards de b6n6fices; deux milliards de
b6n6fices supposent une production de combien?
De dix milliards? Nous avons atteint, pendant la
plus belle ann6e, 3.300 millions de movement com-
mercial; nous sommes aujourd'hui a 1.100 millions,
importations et exportations r6unies : c'est demeu-
rer loin de compete. L'6quilibre entire investisse-
ments et rendement n'est certes pas pour demain.
L'outillage Bconomique de la colonie a 6tB, en parties
tout au moins, pr6matur6.
Faut-il aller plus loin et dire, comme le font cer-
tains, que l'outillage de la colonie est excessif,
compete tenu des possibilities meme futures de ren-
dement?
Sans doute certaines d6penses furent-elles affec-
tees a du luxe superflu. Nous avons en Belgique des
haltes de chemin de fer am6nag6es dans des wagons
hors service; sur les reseaux congolais, on voit des
gares sans traffic qui sont des petits bijoux d'archi-
tecture, couvertes de tuiles amenbes A grands frais
d'Europe : pur gaspillage 6videmment. De m&me
en ce qui concern certain bitiments publics et
residences priv6es de fonctionnaires. Mais faisons
abstraction de ces erreurs : les d6penses utiles
peuvent-elles payer?
Avant de r6pondre A cette question, fixons les
id6es par quelques chiffres. 4.500 km. de chemins
de fer, 15.000 km. de voles navigables, 45.000 km.
de routes, cela repr6sente pour I'6norme superficie
du Congo un outillage des plus sommaire. Desservie






dans des proportions 6gales, la Belgique aurait
moins de 60 km. de chemins de fer, 180 km. de
fleuves et canaux, 565 km. de routes don'tt quelques
dizaines de kilom6tres seraient empierr6s); et en-
dehors de cela, rien que ses habitants comme
moyens de transport. C'est dire que seule une toute
petite parties du Congo est 6conomiquement acces-
sible, que la zone vraiment exploitable est tres
restreinte. Mais si, par ailleurs, on compare l'6ten-
due du r6seau ferr6 et carrossable au chiffre de la
population, on se rendra compete que l'entretien de
ces voies de transport impose aux indigenes un
immense effort, tel qu'il ne peut ktre question de
le rendre plus on6reux encore...
Ces considerations permettent de conclure que
la population actuelle du Congo, si elle 6tait 6gale-
ment r6partie sur tout le territoire, serait absolu-
ment incapable d'alimenter un traffic s6rieux; que
si par centre elle 6tait tout entire groupie sur les
voies existantes, sa production pourrait suffire a
faire vivre et prosp6rer les transporteurs. II y a
assez de monde au Congo pour justifier soixante
mille kilometres de voies de communication; mais
il y a trop d'espace pour que soixante mille kilp-
metres puissent desservir tout le monde...
Il est done excessif de dire que nous avons eu
tort de vouloir 6quiper en peu d'ann6es toute l'6ten-
due de notre territoire colonial. Ceux qui l'affir-
ment admettent d'ailleurs comme circonstance att6-
nuante que si nous ne l'avions pas fait nous aurions
couru grand risque de perdre les regions don't nous
aurions diff6r6 la mise en valeur. Mais si m6me
nous n'avions pas 6t6 pouss6s a I'action par cette
n6cessit6 d'ordre politique, qu'aurait-il fallu faire?
Concentrer nos efforts sur les parties les plus acces-
sibles de notre domaine? C'est-i-dire sur6quiper
de petites provinces aussi vides d'habitants que
les autres? Ou bien ne faire que 1l ce que nous

65






avons fait partout; et le r6sultat, toutes proportions
gardbes, aurait-il 6t6 different?
L'erreur ne fut pas de disperser nos efforts. Elle
ne fut pas non plus d'anticiper sur I'avenir; car
C'est le propre du progres human de pr6c6der les
r6alit6s en escomptant les esp6rances, d'6veiller la
function en cr6ant I'organe. La route precede la
roue; et on creuse le canal avant de construire les
p6niches. Le Congo sans outillage ne pouvait rien
produire parce qu'il ne pouvait rien transporter.
Un chemin de fer ne peut pas vivre sans traffic;
mais aucun traffic ne peut naitre sans chemin de
fer; c'est par la construction du chemin de fer qu'il
faut commencer si l'on veut sortir du cercle vicieux.
I Transporter, c'est coloniser >, a-t-on dit. For-
mule si lapidaire qu'elle ne veut plus rien dire;
demi-v6rit6 qui devient, lorsqu'on la comprend mal,
une mortelle erreur. On pourrait .dire avec autant
de v6rit6 que < le transport tue la colonisation P
parce que les kilom6tres grignotent les valeurs et
que 1'6loignement st6rilise la richesse. Coloniser,
ce n'est pas < transporter >, c'est < dliminer le fac-
teur transport >, cr6er des moyens d'6vacuation
puissants, rapides et peu cofiteux qui rapprochent
de la mer les regions lointaines et les mettent en
measure d'entrer en concurrence avec des pays
mieux favoris6s par la nature.
Mais le transport a bon march suppose la voie
a grand d6bit; et c'est li que nous avons commis
l'erreur. Nous avons voulu faire trop bien. Les
chemins de fer i voie etroite ne transportent pas
a bon march&. Les ports mal outilles comportent
des manipulations ruineuses. Et nous avons outill6
nos ports, 6tabli nos chemins de fer a la voie nor-
male. Seulement le chemin de fer a grand debit
cofite a *construire beaucoup plus cher que l'autre.
I1 ne transport a bon march que si sa capacity
est utilis6e au maximum; pour un d6bit de decau-
ville, un decauville vaut mieux... Une huilerie de






douze mille tonnes produit 'huile a meilleur compete
qu'une press I bras a condition de traiter douze
mille tonnes; mais pas si elle en traite cinq cents.
Avec la population clairsem6e du Congo, le pro-
blame de l'outillage 6conomique est de solution i
peu pros impossible. Economie plus fruste? -
Mais une 6conomie plus fruste ne paierait pas. Le
transport en pirogue est fruste et de cofit prohi-
bitif. Le transport en wagonnets est fruste et rui-
neux. Le colportage par capitas ambulants est fruste
et ruineux. Le camp de travailleurs en paillottes
est fruste; et l'Union MiniBre sait bien qu'il est
ruineux. Tout est ruineux sauf le d6bit massif
avec un outillage puissant...
Nous avons l'outillage puissant sans espoir d'un
d6bit massif...
Nous avons eu tort de surestimer les possibilities
prochaines de production. Nous avons eu tort d'in-
vestir vingt milliards. Mais l'outillage est la; les
vingt milliards ont 6t6 d6pens6s. Les routes, les
rails, les ports existent. Faut-il laisser raviner les
routes, rouiller les rails, ensabler les ports?
Des voix autoris6es,des voix augustes se sont fait
entendre pour rappeler le pays a un sens plus just
de la measure. II ne peut etre question de commettre
des fautes nouvelles, d'investir de nouveaux capi-
taux sans la certitude d'une r6mun6ration adequate
et prochaine. Mais ce qui est fait est fait. L'arma-
ture 6conomique de la colonies est une reality, qui
doit conditioner notre action au meme titre que
les accidents g6ographiques. II faut tirer de ce qui
existe tout le parti possible et sauver ce qui peut
etre sauve. N'est-il pas navrant, par example, de
lire que la r6organisation administrative va entrai-
ner la construction de nouveaux chefs-lieux, alors
que depuis trois ans six mille blancs ont quitt6 leurs
maisons? (Ceci soit dit sans intention de critique :
il est fort possible que I'on n'ait pas pu faire autre-






ment; mais on ne s'y sera r6solu que devant une
absolue n6cessit6.)
Nous avons dit que l'extr8me dispersion de la
population congolaise rendrait a peu pres insoluble
le problbme de l'6quipement Bconomique. Ce qui
existe est d6mesur6 par rapport aux possibilities
d'utilisation locale. II n'en serait plus de m6me si
la population congolaise 6tait autrement r6partie.
De 1a cette id6e, don't le regrett6 colonel Paulis
s'6tait fait le champion, d'un < Congo utile >, ou,
comme en Egypte le long du Nil, toute la population
serait install6e au voisinage des axes de transport,
le reste du pays 6tant abandonn6 a la brousse,
immense reserve pour les essaimages de l'avenir.
Sous cette forme extreme, le plan est th6orique et
irr6alisable. Mais la question m6rite une 6tude
s6rieuse, quand ce ne serait que pour contr6ler les
movements spontan6s qui se produisent d6ji. Au
Kasai, par example, le rail et les exploitations mi-
nieres, d6bouch6s pour la production de vivres, atti-
rent les indigenes qui d6sertent en grand nombre
leurs chefferies pour s'y fixer en territoire d'autres
tribus. Laiss6es au hasard, des migrations de ce
genre entrainent de nombreux d6sordres parce
qu'elles se font au m6pris des institutions coutu-
mieres et de l'organisation tribal. Ailleurs on
pourra voir des indigenes installs depuis longtemps
d6ja pres d'une route ou d'une voie ferr6e, et qu'on
oblige a rejoindre leur chefferie perdue au fond de
la brousse. Il est de pratique courante que les admi-
nistrateurs invitent les populations a transporter
< volontairement > leurs villages le long des routes
nouvelles. Ces transplantations se font trop souvent
sans 6tudes pr6alables, sans reconnaissance agricole,
avec le seul souci d'assurer l'entretien de la vole.
Passe encore si le trac6 est d6finitif; mais parfois
la d6couverte d'une variante meilleure entraine son
abandon et l'exode des habitants a peine instal-
16s...







Sans envisager des migrations de grande ampleur
ni des obligations 16gales, il serait bon d'entrepren-
dre la prospection syst6matique des possibilities de
colonisation indigene dans les zones utiles >; d'en-
visager le cas 6ch6ant l'expropriation, moyennant
indemnit6 equitable, des terres situ6es le long des
voies ferries et don't les chefferies n'ont pas besoin,
pour y permettre l'installation de groupements
constitutes appartenant a d'autres tribus. Cela seul
suffirait bien souvent a crier des movements
spontan6s vers les terres rendues vacantes. MWme
une politique negative, si elle est poursuivie avec
persev6rance, peut atteindre des r6sultats appr6-
ciables. Au lieu de construire une nouvelle route
pour desservir un village, qu'on la refuse; il n'en
faudra peut-8tre pas plus pour d6cider le village a
s'6tablir dans une region d6ja desservie. Et l'on
peut, A l'occasion des d6placements normaux des
agglomerations, subordonner l'autorisation au choix
d'un emplacement voisin d'une voie de transport
definitive.
Mais ce sont l1 des measures A longue BchBance.
En attendant qu'elles produisent leurs effects, si
elles les produisent jamais les chemins de fer et
les ports congolais sont condamn6s a exploiter i
perte pendant de nombreuses ann6es. II doit en etre
ainsi en pays neuf, oi les chemins de fer sont con-
struits non pas pour-traiter un traffic existant mais
pour r6aliser un traffic possible. Il en est ainsi a for-
tiori lorsque la capacity du chemin de fer d6passe
les possibilities prochaines de production par une
population clairsem6e. Hater le developpement de
cette production dans toute la measure du possible,
tel doit etre le premier souci de l'exploitant; et cela
suppose des tarifs tres bas. Parler de tarifs a r6mu-
nerateurs > serait une contradiction dans les terms :
r6mun6rateur pour l'exploitant, avec le traffic actuel,
gale prohibitif pour l'usager; et un tarif prohibitif
tue le fret. Un chemin de fer en colonies cherche






du fret come un nouveau journal a quinze centi-
mes cherche des lecteurs. A quinze centimes, le
journal paiera quand il tirera a huit cent mille; mais
il ne tirera jamais a huit cent mille s'il commence
par se vendre un franc...
Du fait qu'ils doivent exploiter a perte, les che-
mins de fer congolais n'ont.pu se construire qu'au
noyen de capitaux garantis. Mais la formule de la
garantie content un germe de mort. Tant que les
b6n6fices d'exploitation ne permettent pas de cou-
vrir les charges obligataires, 1'Etat supple a due
concurrence. Une fois les charges couvertes, l'Etat
sera d6gag6 de sa caution; le surplus du b6n6fice
appartiendra int6gralement aux actionnaires. Dans
les conditions d'exploitation des transports congo-
lais, les perspectives de dividend sont bien loin-
taines. Le dividend se balance au sommet d'un mat
de cocagne si bien savonn6 que personnel ne tente
d'y grimper. A quoi bon rationaliser les services,
comprimer les d6penses, s'ingenier par tous les
moyens A am6liorer les r6sultats d'exploitation -
quand ces ameliorations ne se traduisent qu'en une
6conomie pour 1'Etat sans aucun advantage pour les
concessionnaires? Une entreprise privee exploited
dans pareilles conditions a tous les vices d'une
entreprise d'Etat sans en avoir le seul advantage;
car 1'Etat n'intervient que pour solder les d6penses,
non pour les contr6ler : 'entreprise n'a pas d'inte-
ret A bien g6rer et ne travaille que pour 1'Etat.
Cependant, dira-t-on, les soci6tes garanties ont
fait, depuis la crise, des sacrifices don't au course de
r6cents d6bats parlementaires le Ministre des Colo-
nies a soulign6 toute l'importance. C'est vrai. Mais
les conditions ohi furent r6alis6s ces sacrifices r6vb-
lent toute l'absurdit6 de la situation. Apres avoir
confi6 au S6nat qu'il est intervenu pour obtenir ces
compressions de d6penses, le Ministre ajoute < en
hommage a la v6rit6 > que les soci6tes lui ont faci-
lit6 une tiche don't on devine combien elle fut d6sa-






greable. < Les membres du personnel ont consent
> sans difficult aux diminutions, qu'ils ont accep-
> t6es en consideration des difficulties dans lesquel-
> les nous nous d6battons. II est just que je leur
> rende un hommage m6rit6. >> Et les p6res cons-
crits ont ponctu6 cette declaration de < TrBs bien!
TrBs bien! > sans en voir le comique involontaire.
Des measures de restriction, que toutes les societ6s
prennent dans l'int6r&t evident de leurs actionnai-
res, que la crise impose sous peine de ruine, on les
prend ici t la pri6re instant du Ministre, et en con-
sid6ration des difficulties de l'Etat!... Pareille abne-
gation m6rite 6videmment les hommages qui lui
furent rendus. Mais pour la bonne gestion d'un che-
min de fer, il est plus sfir de computer sur l'int6ret
que sur l'abn6gation. Pour garantir les int6r8ts de
l'Etat, le moyen vraiment efficace n'est pas d'api-
toyer l'actionnaire, mais de l'embarquer sur le
m8me bateau.
Pour r6aliser cette r6forme sans avoir a d6sint6-
resser les obligataires par un formidable emprunt
de rachat, nous avons propose la reprise pure et
simple par l'Etat des dettes qu'aujourd'hui il se
borne a garantir. Pour le r6mun6rer de ce service,
les soci6t6s lui c6deraient soit des titres mobilisa-
bles, soit plut6t une participation non n6gociable
dans leurs b6n6fices. Cette participation serait cal-
cul6e de telle maniere que la charge nette actuelle
de l'Etat int6ret et amortissements obligataires
moins dividend soit tres voisine de celle qu'il
supporterait sous le regime de la garantie mobile.
Les conditions de reprise ne seraient done pas iden-
tiques pour toutes les companies, mais tiendraient
compete de la situation de chacune, de la d6pense
effective supported par l'Etat en vertu des conven-
tions ant6rieures. Rien ne s'opposerait d'ailleurs &
ce que la part de 1'Etat fit d6croissante a measure
de l'allegement de ses charges par amortissement.
Nous pr6conisons une participation non n6gocia-






ble, afin de hater l'assainissement des transports
congolais par l'affectation des dividends de 1'Etat
A l'amortissement anticip6 de la dette obligataire.
On inscrirait au budget la charge total du service;
les dividends ne viendraient pas en deduction de
cette d6pense, mais serviraient au rachat d'obliga-
tions. Les frais de construction se trouveraient ainsi
amortis en peu d'ann6es; au lieu de cette charge
6crasante, les companies n'auraient plus a d6duire
de leurs b6n6fices que la part mod6r6e demeurant
acquise a l'Etat apres extinction de la dette.
A occasion des n6gociations relatives a la
reprise, I'Etat pourrait imposer comme condition
sine qua non de son intervention, I'acceptation par
tous les r6seaux congolais d'une direction unique;
voire m6me, ce qui serait l'id6al, leur fusion en une
K Soci6t6 Nationale des Transports congolais >, ou
tout au moins la concession de l'exploitation cette
soci6t6 national, chaque compagnie participate
touchant une part des b6n6fices et la r6partissant
suivant ses status.
Actuellement tous les < r6seaux > sont ind6pen-
dants si l'on peut parler de < r6seaux > quand
chacun exploit des sections ou des embranche-
ments d'une ligne unique : le fleuve, les chemins
de fer qui le doublent sur les biefs non navigables,
ses affluents et les trongons ferr6s qui y aboutissent.
En dehors du chemin de fer du Mayumbe et dans
une moindre measure du chemin de fer du Katanga,
les companies congolaises n'ont aucun traffic auto-
nome. Tout le fret du chemin de fer du Congo lui
est apport6 par I'Unatra qu'alimentent a leur tour
les Grands Lacs, les Vicinaux, le B. C. K. Les tariffs
de chacun r6agissent sur le volume du traffic de
tous les autres. Une augmentation du tarif des pal-
mistes sur le Matadi-L6o r6duira automatiquement
1'6tendue de la zone d'oii ce produit peut 6tre ex-
port6 avec b6n6fice; done aussi le fret de tous les
transporteurs du Haut. En revanche, une reduction







des tarifs du chemin de fer des Cataractes demeu-
rera inefficace si l'Unatra la compense en augmen-
tant les siens... La Commission de coordination des
transports n'arrive que par des prodiges de patient
diplomatic a faire accepter des measures qu'un direc-
teur g6n6ral des transports aurait r6alis6es d'un
trait de plume dbs le jour de son entr6e en fonc-
tions. Et si elle est parvenue a organiser les connais-
sements directs, les int6r6ts divergents des compa.
gnies autonomes ont emp6ch6 jusqu'a ce jour l'adop-
tion de tarifs d6gressifs interr6seaux; cela dans un
pays oh certaines marchandises ont a subir un trans-
port de trois mille cinq cents kilometres par la ligne
directed avant d'atteindre I'Oc6an...
On peut espErer que l'achvement du che-
min de fer frangais Brazzaville-Pointe Noire,
menace directed pour la prosp6rit6 et 1'existence
meme du chemin de fer beige des Cataractes, ou-
vrira enfin les yeux sur la gravity de la situation
et sur I'urgence d'un redressement. Le Matadi-L6o
pourra suivre et vaincre le Congo-Oc6an dans la
concurrence tarifaire, mais a la condition d'etre
int6gre dans un systeme congolais unifi6, oil les
reductions de tarifs se r6partissent sur toute la lon-
gueur du transport du Katanga, du Tanganika,
de l'Uele jusqu'i la mer. Si, par centre, il doit entrer
isol6 dans la lutte, il est battu d'avance par un rival
qui peut s'abstenir de r6mun6rer ses frais de pre-
mier 6tablissement.

Un mot encore des tarifs.
L'Etat a impose aux companies, a raison de la
crise, des d6grevements massifs sur les products pau-
vres; il s'est engage a supporter les pertes qui sont
la consequence de ces d6grbvements. Sur certaines
lignes et pour certain products, le cofit du trans-
port a 6t6 ramen6 a un franc la tonne quelle que
soit la distance. Cette g6n6rosit6 fut, croyons-nous,
imprudente. Sans doute le d6veloppement embryon-







naire des regions desservies ne permet pas aujour-
d'hui d'6tablir un tarif normal. Le taux en est d6ter-
min6 par une speculation, non par un calcul. Le pro-
blime n'est pas de trouver le minimum du tarif
payant, mais d'adopter un tarif qui favorite le dave-
loppement du traffic, pour atteindre le plus vite pos-
sible un tonnage qui permette des tarifs r6mun6ra-
teurs. Evidemment, plus on r6duit le coat du trans-
port, plus vite grossira le tonnage offert. Mais il y a
une limited de reduction qu'on ne peut pas franchir :
c'est le taux qu'on est sfr, quelles que soient les
circonstances et le volume du traffic, de devoir in6-
vitablement reliever un jour. Pour un chemin de fer
d'une capacity de cinq cent mille tonnes, le mini-
mum absolu est celui qui couvrirait tout just les
frais d'exploitation et de renouvellement avec un
traffic de cinq cent mille tonnes. Aller au-dessous,
c'est faire un dumping dangereux, 6veiller des acti-
vites factices, voubes a une ruine inevitable.
On pourrait par ailleurs discuter le mode de cal-
cul des << pertes >. La perte due a la reduction de
tarif impose par l'Etat, c'est la difference entire les
r6sultats d'exploitation de l'exercice et les resultats
d'exploitation qui auraient 6t6 obtenus sous le tarif
ancien, compete tenu du volume qui aurait eit offer
a ce tarif. Si, grace a la reduction, le traffic a pu se
maintenir ou s'accroitre alors qu'il serait tomb6 a
z6ro avec le tarif ancien devenu prohibitif, la deci-
sion de l'Etat n'a rien fait perdre au transporteur;
on ne voit pas a quel titre une indemnity serait due.


















CHAPITRE VII

Produire














La loi de la production pese plus lourdement sur
les colonies que sur les m6tropoles. Un pays de
vieille civilisation jouit des capitaux accumul6s par
l'6pargne des siecles. La balance de sa production et
de sa consommation peut 6tre et rester d6ficitaire
sans l'appauvrir, parce que ses revenues concourent
avec son travail pour assurer son bien-6tre. C'est le
contraire dans une colonies. Le deficit de sa balance
commercial traduit non des rentr6es de revenues,
mais des emprunts de capitaux qu'il faudra remu-
n6rer et rembourser un jour; par contre un sold
favorable ne repr6sente pas un enrichissement, une
6pargne place a l'ext6rieur, mais bien l'int&r8t des
dettes. Quand la Belgique donne plus au Congo
qu'elle n'en regoit, elle prete. Quand le Congo donne
plus a la Belgique qu'il n'en regoit, il rend..
C'est un bon milliard et demi par an que le Congo
devrait t rendre >, pour r6munerer modestement
les vingt milliards investis par la Belgique. En d'au-
tres terms, la colonie devrait exporter de quoi
payer ce qu'elle imported pour sa consommation, plus
un bon milliard et demi. Le commerce special fut
en 1932 de 464 millions aux importations, de 668 mil-
lions aux exportations; on est loin de compete.
Nous avons dit que I'outillage 6conomique du
Congo. fut en parties tout au moins pr6matur6. Le
mal est fait, il faut en prendre son parti. On a mis
un ch'aland oi une p6niche eft suffi; mais le cha-
land est l1; il faut pour I'alimenter plus que le char-
gement d'une p6niche..Nous sommes harcel6s par la
n6cessit6 de produire, et de produire en masse. Car
on ne vend qu'h bas prix : pour produire a bas prix







il faut transporter a bon compete; et pour rendre
supportables les pertes du transport h bon compete il
faut augmenter le volume du traffic. Il est trop tard
pour < mettre le Congo en veilleuse On ne met
pas en veilleuse quatre mille cinq cents kilometres
de cihemin de fer; car si la charge de les exploiter
est lourde, elle est moins &crasante que la charge
de ne pas les exploiter.
Le mot d'ordre est done de produire. Produire
non pas par tous les moyens, mais par tous les
mdyens 16gitimes.

Qui va produire? Et quoi? Et comment?
Qui? L'indigene, et l'indigene seul. Le blanc n'ap-
porte que son intelligence et ses capitaux; le noir
fournit l'effort.
Mais ici s'affrontent deux politiques antagonistes.
On peut faire produire par le noir pour le blanc
ou par le noir pour le noir. Economic < capitalist >
Economic < africaine >. La Rhod6sie, le Kenya
ont adopt l'Bconomie capitalist; l'Uganda et les
colonies britanniques de l'Ouest africain ont choisi
l'6conomie africaine. Le Congo beige est a la croisbe
des chemins. Dans son retentissant discours au
Senat, en juillet dernier, le Duc de Brabant a adjur&
le pays d'opter pour une politique c africaine 2. Le
Prince preconisait imeme de ne plus accorder pen-
dant des annees aucune concession h des entre-
prises europ6ennes dans les regions susceptibles de
developpement agricole les seules oiu la question
/ se pose.
II est evident que dans le domaine industrial, et
notamment en matiere de mines, la production n'est
possible que sous la forme capitalist, au moyen de
main-d'oeuvre salari6e. Tout le monde est d'accord
sur ce point. Tout le monde sera d'accord aussi sur
l'opportunit6 de tirer tout le parti possible des
richesses minieres, veritable manne pour I'econo-
mie colonial : products relativement riches, per-







mettant de hauts salaires, supportant de longs trans-
ports, assurant un large d6bouch6 aux cultures
vivrieres des indigenes.
Mais comment faudra-t-il organiser la production
agricole? Par le salariat au service des plantations
europ6ennes, ou par le paysanat indigene ind6pen-
dant?
Les partisans du system capitalist pr6tendent
qu'il peut seul assurer un d6veloppement rapide, et
qu'il donne aux indigenes un bien-6tre plus grand.
Abandonn6s & eux-m6mes, les noirs pourraient tra-
vailler, sans doute; mais en fait ils ne travaillent
pas. Ils pourraient faire pour leur propre compete
ce qu'ils font pour compete du blanc, et garder pour
eux le ben6fice qu'ils procurent a leur employer;
mais en fait, s'ils ne sont pas surveill6s de pr6s, ils
se laissent aller a leur indolence naturelle; et les
producteurs ind6pendants gagnent moins que les
salaries. Nous n'avons pas le temps d'attendre les
r6sultats d'une simple propaganda, r6sultats qui ne
se front pas sentir avant nombre d'ann6es; tandis
qu'en accordant des concessions agricoles impor-
tantes et en fournissant aux colons la main-d'ceuvre
n6cessaire, nous assisterons A une mise en valeur
immediate; nous aurons du caf6 au bout de trois
ans, de l'huile au bout de cinq ou six, du sucre et
du coton d6s la premiere ann6e... D'ailleurs si m6me
on veut 6voluer vers le paysanat indig6ne, on n'y
arrivera jamais mieux qu'en commengant par favo-
riser les colons; c'est chez eux que les indigenes
front le meilleur apprentissage : une plantation
vaut une cole d'agriculture...
Les partisans du paysanat indigene r6pondent en
comparant les r6sultats. La Gold Coast, pays d'6co-
nomie indig6ne, produit presque tout le cacao du
monde; le Kenya, oii une nombreuse population
indig6ne est sacrifice aux int6r6ts des colons, n'a
pu mettre en caf6 que quelques centaines de miles.
carr6s. Les paysans de l'Uganda sent arrives en







quelques ann6es a une production agricole d6pas-
sant celle du Kenya et de ses vingt mille blancs..
C'est la preuve que l'apathie des noirs n'est pas si
profonde qu'on le dit. Et chez nous, au Congo, n'a-
t-on pas vules indigenes du territoire de Madimba
apporter aux stations du chemin de fer, pour embar-
quement vers L6opoldville, une moyenne de pro-
duits de pr6s d'une tonne et demie par contribuable
et par an? Quelle exploitation agricole europ6enne
pourrait arriver a pareils r6sultats?
Nous n'irions pas jusqu'a condamner toute con-
cession nouvelle a des planteurs. Certains colons
peuvent trouver, sans aucune pression, la main-
d'oeuvre necessaire pour exploiter une plantation
de moyenne 6tendue. C'est la preuve qu'ils satis-
font un besoin, qu'ils fournissent un exutoire a des
tendances 16gitimes. 11 y a dans chaque village quel-
ques esprits aventureux, quelques fortes t6tes, des
souffre-douleurs, des malheureux soupconn6s de
jeter le mauvais sort, des enfants maltrait6s. Tant
mieux s'ils trouvent a se refaire une vie dans l'en-
tourage du blanc. II nous paraitrait d'ailleurs abu-
sif d'interdire les concessions de terre par l'Etat
dans des regions oi de toute evidence il y a de
vastes 6tendues sinon juridiquement < vacantes >,
du moins r6ellement disponibles alors que toute
alienation par les indig&nes est prohib6e et nulle
de plein droit. Ce que nous avons dit au sujet de
la density de population suffira cependant a con-
vaincre tout esprit objectif des grosses difficulties
qu'entrainerait une multiplication inconsid6r6e des
concessions. Mais s'il est bien entendu que le future
colon renonce a toute assistance et h toute pression
officielle dans le recrutement de ses travailleurs,
que administration decline en ce domaine toute
garantie et toute responsabilit6, nous croyons qu'au-
cun abus n'est a craindre.
Sous cette reserve, 1'6conomie nous
parait ktre la solution de l'avenir. De toute fagon,







la proportion des travailleurs employs a distance
de leur village ne peut d6passer un pourcentage tres
mod6r6. Les 6tudes du Comit6 consultatif de la
main-d'couvre ont about sur ce point a une con.
clusion formelle. Sans r6sumer ici ces longues
enqu6tes, disons que la Commission estime qu'en
g6n6ral I'absence de plus d'un dixi6me des hommes
adults compromet le d6veloppement des societ6s
indigenes. Certains employers contestent ces chif-
fres : quand un travailleur, m6me bien pay6, rap-
porte tres gros, et que la possibility de production
n'est limited (comme c'est le cas pour plus d'une
entreprise miniere) que par les disponibilit6s de
main-d'ceuvre, il se comprend qu'on discute de pres
le taux de ces disponibilit6s et qu'on ne s'incline pas
volontiers devant des regles trop rigides. Nous
croyons que l'Admiriistration, soucieuse de sa mis-
sion tut6laire, ferait bien de ne pas trop s'6carter
des pourcentages accepts par la Commission. Mais
admettons meme qu'on les double. Il n'en reste
pas moins certain que le salariat agricole et indus-
triel ne peut occuper loin des villages qu'une petite
minority des hommes. Quatre-vingts pour cent au
moins des hommes, et toutes les femmes, doivent
trouver a s'employer autrement. Il s'agit de mettre
en oeuvre cet immense potential de production. Vers
quel travail f6cond peut-on orienter ces millions de
bras, sinon vers l'agriculture autonome? ProblBme
A la fois social et Bconomique. Que la Colonie r6us-
sisse A le r6soudre, elle aura du meme coup retrou-
ve sa prosp6rit6.

Vers quelle production faut-il done pousser les
indigenes?
Tout d'abord, entend-on r6pondre, vers la r6colte
des richesses naturelles. Combien de milliers de
tonnes de fruits ne laissent-ils pas pourrir au pied
des palmiers! Que d'huile gaspill6e parce qu'on I'ex-
trait parades moyens primitifs, quand des machines
81






permettraient d'en tirer pres du double! II y a du
vrai dans ces assertions. Et a cet 6gard, la r6duc-
tion des tarifs de transport a eu d6ja d'heureux
r6sultats : malgr6 la crise, la production palmiste
augmente, parce que l'6re d'exploitation s'6tend.
Gardons-nous cependant d'un excessif optimism.
La cueillette ne permet pas des espoirs illimit6s. II
ne faudrait pas que, par horreur du gaspillage des
< richesses naturelles >> on en vint a un gaspillage
beaucoup plus impardonnable encore, celui du
labeur human. Transporter a dos d'homme, sur
quatre ou cinq tapes, des palmistes qui s'ach6tent
vingt centimes le kilo, c'est gaspiller I'effort pro-
digalit6 plus ruineuse que de laisser pourrir le pro-
duit. Mieux vaut presser le fruit dans une usine, et
en tirer par cent kilos quinze kilos d'huile de plus.
Mais si pour r6cup6rer ces quinze kilos d'huile il
faut transporter a vingt kilometres de distance
soixante quinze kilos de pulpe sans valeur, il vau-
drait mieux se contenter de dix kilos d'huile extraite
a la mode indigene et employer les porteurs a une
besogne plus profitable...
La culture ouvre des perspectives plus large que
la cueillette. Dans une bonne parties de la colonies,
le coton fournit aujourd'hui aux indigenes une res-
source d'autant plus pr6cieuse qu'elle est unique.
La population qui s'adonne a cette culture doit
representer au moins un million d'habitants. La
r6colte de cette ann6e donnera quinze mille tonnes
de fibre : plus de cinq hour cent de toute 1'expor-
tation congolaise. R6sultat remarquable, si l'on con-
sidere que le coton n'est vraiment cultiv6 que de-
puis une douzaine d'ann6es. R6sultat qui serait di
pour une bonne part, suivant certain, a 1'obligation
impose aux indigenes de planter chaque annie un
poids d6termin6 de graines. Sans le travail obliga-
toire, nous n'en serions toujours qu'aux essais, ou
a la culture directed par des colons blancs entre-
prise ruineuse avec les prix actuels.







Le regime cotonnier du Congo a ses detracteurs
passionn6s et ses admirateurs sinceres; ceux-li s'in-
dignent devant les condamnations p6nales pronon-
c6es contre des noirs qui ont n6glig6 de planter
1'6tendue riglementaire; ceux-ci comparent la pros-
perit6 relative des districts cotonniers a la morne
stagnation d'autres regions priv6es de cette ressour-
ce, et citent l'exemple de nombreux planteurs qui
d6passent de loin la tfche prescrite.
A qui faut-il donner raison?
Dans l'organisation adopt6e au Congo, c'est 1'Ad-
ministration qui se charge de la propaganda. Les
concessionnaires de zones cotonnieres se chargent
de l'achat, du traitement et de la r6alisation du pro-
duit. L'Etat fixe le prix d'achat minimum; en fait,
comme il n'y a pratiquement qu'un seul acheteur, le
prix maximum est fix6 par le propri6taire de l'usine
6tablie dans la zone et se confond avec le minimum
impose par l'Etat. Ce system assure a l'indigene
la certitude d'Bcouler la totality de sa r6colte a un
prix au moins equitable puisque 1'Administration en
determine le minimum. Et d'autre part, l'obligation
de cultiver tant d'ares par t6te garantit aux usiniers
une production suffisante pour alimenter leurs ma-
chines. II semble done que tous les int6rets sbient
sauvegard6s. Sans doute, on impose a l'indigene un
travail obligatoire; mais cette obligation ne joue
qu'a son profit. Si l'usinier ne lui offre pas un prix
suffisant, il reste toujours libre de vendre son coton
ailleurs.
A le regarder de pres, on doit cependant recon-
naitre qu'il y a quelque chose de vicieux dans le
systeme.
Jusqu'il y a deux ans, les soci6t6s cotonnieres
avaient immobilis6 au Congo plus de cent cinquante
millions. Ce chiffre doit 6tre largement d6pass6
aujourd'hui. Il y a cent onze usines d'6grenage;
soit en moyenne, par usine en service, pres d'un
million et demi de capital invest. Aux prix actuels







- un peu moins de six francs le kilo de coton-fibre
- les usiniers peuvent consacrer un maximum de
deux francs a l'achat de la matiere premiere, soit
environ 0 fr. 65 le kilo de coton-graine, la fibre
repr6sentant a peu pres le tiers du poids brut. Pour
la r6colte record de cette ann6e, les indigenes tou-
cheront 31 millions, ce qui donnera aux habitants
des zones cotonnieres un revenue moyen d'une tren-
taine de francs par tete. Les soci6t6s cotonnieres ne
r6aliseront que peu ou pas de b6n6fices. Quant aux
transporteurs, ils transportent a perte, mais c'est
normal : le traffic n'est qu'embryonnaire.et le tarif
doit 6tre 6tabli a un taux tel qu'il devienne r6mu-
n6rateur avec un volume de fret plus important.
Cette situation est-elle vraiment satisfaisante ?
Nous ne le croyons pas.
Les cotonniers devaient rendre aux indigenes,
dans le plan du d6cret, un double service : 6grener
le coton, et garantir l'achat de la totality de la
r6colte. L'6grenage se fait; mais la garantie d'achat
n'a pas resist i la crise. L'Etat a dfi se substituer
aux cotonniers d6faillants et finance a leur place
l'achat des dernimres r6coltes. A cet 6gard, le sys-
teme a fait faillite. II est d'ailleurs certain que si le
r6le des usiniers avait 6t6 limit i l'usinage, l'inter-
vention de I'Etat pour finance les achats aurait 6t6
superflue : les nombreuses firmes install6es dans
la Colonie avaient l'outillage commercial et auraient
trouv6 les capitaux n6cessaires, comme elles les
trouvent quand il s'agit d'acheter palmistes ou copal.
Toute l'organisation commercial des cotonniers est
superflue; elle fait double emploi avec celle des
autres soci6t6s, qu'elle 6vince du march d'un pro-
duit de premiere importance.
Reste le service industrial. Vaut-il ce qu'il cofite?
Rappelons, pour fixer les id6es, qu'aux Etats-
Unis oi les 6greneurs 6grenent mais n'ach6tent pas
le produit, le fermier paie a l'usine cinq dollars par
balle de 225 kilos. On lui rend son coton tout em-






ball, et sa graine qu'il vendra quatre dollars. Pour
avoir son produit pr8t a 1'exp6dition, il lui en cofite
le prix de la graine plus un dollar par balle; quinze
centimes le kilo quand le dollar valait trente-cinq
francs. L'usine, elle, touchait un peu moins de qua-
tre-vingts centimes par kilo. Ces chiffres ne peu-
vent, bien entendu, pas s'appliquer tels quels au
Congo. La question se pose toutefois de savoir si,
en garantissant A l'industriel une production don-
n6e et en basant le prix de l'6grenage sur cette pro-
duction et sur le prix de revient reel d'une usine de
capacity suffisante, on n'eft pas assure i la produc-
tion cotonniere un essor plus rapide dans le cadre
de la liberty du travail et de la liberty du commerce.
L'essai d'un pareil regime m6riterait A tout le moins
d'etre fait dans les zones cotonnieres nouvelles. II
aurait le m6rite de la simplicity. Le coft d'achat, de
transport et de montage d'une usine est assez facile
t connaitre; il n'atteint certes pas un million et
demi. La fixation par l'Etat du just prix pour I'usi-
nage serait certes plus ais6e que la fixation du just
prix pour la matiere premiere; et le r6sultat serait
infiniment plus equitable. Car s'il est just que la
baisse des prix mondiaux soit supported par le pro-
ducteur, il n'est pas just de lui imposer la charge
des erreurs ou des fautes commises par le com-
mergant.
En tous cas, il ne faut pas que des chiffres 6lev6s
nous aveuglent sur les comparisons n6cessaires.
L'Uganda, avec une population productrice de coton
moins important que celle de nos districts coton-
niers, exportera cette ann6e cinq fois plus de coton
que le Congo; et si 1'6grenage est r6glement6, la
production et l'achat sont libres. Et d'autre part, les
resources tires du coton sont peut-6tre int6res-
santes pour le fisc, qui a son d6faut ne trouverait
rien h taxer; elles sont jusqu'I present nigligeables
du point de vue du commerce et devraient 6tre tris
largement d6velopp6es avant de representer un







espoir d'avenir. Car imagine un instant les resul-
tats don't on se f6licite 6tendus a tout le Congo -
c'est-a-dire multiplies par dix puisque les districts
cotonniers representent un dixieme de la popula-
tion congolaise. Cela assurerait a toute la Colonie
une capacity d'achat de trois cents millions, en
absorbant une bonne part, peut-&tre la plus grande,
de sa capacity de production! Maigre aliment pour
nos Bchanges et pour la remuneration de nos vingt
milliards... Victoire a la Pyrrhus s'il en fut jamais...

La consigne est de faire produire! Mais nous
voudrions qu'elle se traduisit par un autre mot d'or-
dre : faire consommer! C'est la meme chose, direz-
vous? Pas tout a fait. On encourage les soldats a
se battre non pas en leur parlant des beaut6s de la
guerre, mais en leur promettant les joies de la paix.
Nous avons vu au Ruanda-Urundi, il y a quelques
ann6es, lancer sur les marches une marque nou-
velle de cigarettes. < Lancer sur les marches > au
sens littoral : i pleines mains, a la vol6e, pour rien,
par milliers. Bien des gamins furent malades, le
premier jour; mais 1'effet 6conomique fut plus pro-
fond que ne l'aurait 6t6 celui d'une ordonnance sur
le travail obligatoire. L'homme m6me le noir -
est ainsi fait qu'il travaille plus volontiers pour
gagner un paquet de cigarettes que pour satisfaire
aux prescriptions de la loi...
En parlant sans cesse de faire produire, on risque
de perdre de vue cette r6alit6. Le travail apparait
comme un but en soi; I'obligation du travail, comme
un bienfait en soi, un remade centre 1'oisivet6, quels
qu'en soient par ailleurs les r6sultats. En insistant
au contraire sur la n6cessit6 de donner aux indi-
genes les moyens de consommer, on rappellera que
le meilleur moyen de faire travailler, c'est de
valoriser le travail et ainsi de le rendre attrayant.
Le grand tort des solutions de force est d'6tre
des solutions de facility. La Force est un c X > de







valeur variable, qui permet de r6soudre n'importe
quelle equation. Les terms ont beau en itre dis-
proportionn6s, travail p6nible pour salaire inad6-
quat, demand intense par un employer de r6pu-
tation ffcheuse sans contrepartie d'offre de la part
des indigenes m6fiants une application plus ou
moins 6nergique de la Force compense tout et r6ta-
blit I'&quilibre.
A quoi bon s'ing6nier a tenter l'indigene par des
magasins bien achaland6s, comprimer ses frais
gen6raux pour pouvoir payer davantage, 6tudier les
meilleures m6thodes de culture pour augmenter le
rendement a effort 6gal, choisir avec soin son per-
sonnel blanc et exiger de lui une strict correction
dans ses rapports avec les noirs, si un simple
tour de vis de la toute puissante machine adminis-
trative peut aboutir au meme r6sultat? A soixante
centimes le kilo et douze ares par contribuable, la
production est insuffisante. On l'augmenterait peut-
6tre de moiti6 si par des prodiges d'6conomie on
arrivait a pouvoir payer vingt centimes de plus;
mais sans se donner le moindre mal, en sollicitant
un petit bout d'ordonnance qui porte a vingt ares la
superficie impose, on atteindrait tout aussi bien
l'augmentation d6sir6e...
Le travail obligatoire s'impose lorsque l'indigene
ne voit pas son, int6ret a produire c'est le cas
dans une region sans d6bouch6s oi les cultures
vivrieres sont limit6es aux stricts besoins, sans
marge pour l'6ventualit6 d'une s6cheresse : n'ayant
pas 1'espoir de vendre leur surplus, les noirs n'6ten-
dront leurs champs que s'ils y sont obliges. Il se
justifie encore dans un but didactique, quand il
s'agit d'une culture nouvelle don't les populations
routinieres refusent de faire l'essai. Mais on ne
peut aller plus loin. Vouloir faire de la force le
moteur permanent, normal du d6veloppement &co-
nomique, c'est supprimer l'initiative et former la
voie au progres.

















CHAPITRE VIII

Les Finances publiques














Chapitre douloureux...
Les finances congolaises sont bien malades; si
malades que la Colonie est absolument incapable
de les redresser sans l'aide g6n6reuse et gratuite de
la M6tropole. Mieux vaut le dire tout de suite que
d'entretenir des illusions sans espoir. Une loi
d'avril 1933 a accord au Congo une subvention de
165 millions par an, promise d6s a present pour
trois ans. Malgr6 cette subvention, le budget ordi-
naire de 1933 pr6sente un deficit de.200 millions, le
budget de 1934 un deficit de 191 millions; et ces pr6-
visions de deficit seront, croyons-nous, d6pass6es.
La charge annuelle de la dette publique atteint
en 1934 320 millions, auxquels il faut ajouter pour
m6moire le service de la dette moratoriee qui
repr6senterait 45 millions. Le total des recettes, sans
la subvention m6tropolitaine, n'est que de 366 mil-
lions. C'est la situation d'un commergant don't les
recettes brutes couvriraient tout just les charges
hypoth6caires; il ne peut meme plus trouver un
pr6teur, car le preteur est sir de n'6tre pas paye.
Sans la garantie non seulement morale, mais
r6elle de la Belgique, le Congo est en 6tat de
faillite. 11 n'a mime pas de quoi payer son admi-
nistration; ses cr6anciers seront pays ou par la
Belgique, ou pas du tout. Voili le fait.
Comment a-t-on pu tomber si bas ? Comment
personnel n'a-t-il cri6 casse-cou? Cela parait inex-
plicable : I'accroissement de la dette n'est pas d'or-
dinaire si rapide que la charge permanent en
puisse, d'une ann6e a l'autre, devenir insoutenable.
Ce fut cependant le cas ici : le service de la dette






demandait en 1931 150 millions; il en r6clame 320
aujourd'hui, malgr6 un moratoire portant sur qua-
rante-cinq millions! Une augmentation aussi formi-
dable paralt a premiere vue correspondre a un
accroissement de plusieurs milliards dans le capital
de la dette; et le deficit de ces dernimres annies,
tant a l'extraordinaire qu'd I'ordinaire, ne doit pas
d6passer le milliard. La difference est justifi6e, i
raison d'une centaine de millions de charge an-
nuelle, par les garanties d'int6ret.
Nous avons d6ja parl6 de ces garanties : 2 mil-
liards 668 millions de capitaux de soci6t6s don't la
Colonie cautionne I'int6ret et le remboursement,
et qui constituent ainsi une dette indirecte presque
aussi important en capital que la dette directed des
emprunts d'Etat, 3.372 millions en 1933, 3.765 mil-
lions en 1934. Jusqu'en 1931 la charge effective des
garanties n'avait pas d6pass6 une vingtaine de mil-
lions par an; en 1934 elle est pr6vue pour 109 mil-
lions.
Comme contrepartie i ses obligations dans des
entreprises priv6es d'interet g6n6ral, la Colonie
possede des participation importantes dans nombre
de soci6t6s minieres et autres. L'Etat Ind6pendant
se faisait payer en titres ses concessions sur le
domaine priv6, consid6rbes comme des apports
commerciaux; on a continue depuis l'annexion. La
Colonie est ainsi propri6taire d'un portefeuille tris
important, capitalism a six milliards aux course les
plus 61ev6s, vers 1929, et valant encore aux course
d'aujourd'hui quelque deux milliards. Les revenues
de ces titres ont fondu en meme temps que se gon-
flaient d6mesur6ment les charges de garantie : de
93 millions en 1931, ils passent a 36 millions en
1933. Sans les mines d'or que la crise a favorisees,
ce chapitre du budget des recettes serait tomb6
pratiquement a zero.
Au total, le solde des participation de 1'Etat dans
les entreprises priv6es, tant en -charges qu'en reve-







nus, passe de 78 millions de b6n6fices en 1931 h
69 millions de pertes en 1933 (1). Ce formidable
cart a 5 %/ cela repr6sente le revenue de trois
milliards explique que les finances congolaises
aient sombr6 dans la tourmente. Les Ministres des
Colonies n'en sont pas responsables. Le seul repro-
che qu'on puisse leur faire est d'avoir assis le bud-
get sur une base incertaine en faisant intervenir
les revenues de capitaux dans les recettes ordinaires,
et de les avoir d6pens6s au jour le jour au lieu d'en
faire une reserve pour les temps difficiles.
Pour le reste, le budget se borne a refl6ter la
crise, plus brutale en colonies que dans les pays de
vieille civilisation. Les recettes ordinaires, sans
computer les revenues de capitaux, passent de 528 mil-
lions (1931) a 330 millions (1934); les d6penses
d'administration de 521 i 403 millions.
Ces quelques considerations expliquent pourquoi
la catastrophe a 6t6 si soudaine. Elles indiquent,
croyons-nous, oii doit porter l'effort de redresse-
ment. II est bien certain que le Congo A lui seul
ne peut songer a assainir ses finances; il est arrive
au point de devoir emprunter pour payer les seuls
int6rets de ses dettes; qui lui pretera pour faire en
outre face a ses d6penses administration?
La subvention annuelle de 165 millions ne r6sout
rien; quand la Belgique l'aura verse pendant trois
ans, le CongQ se trouvera exactement dans la meme
situation qu'avant l'intervention avec six ou sept
cents millions de dette nouvelle representant les
deficits de ces trois ann6es.
II faut done de toute n6cessit6 que la M6tropole
prenne a sa charge une parties important du capital
de la dette publique. Solution devant laquelle le
Ministre des Finances et le contribuable beige


(1) 1931 : 93 millions de revenues, 15 millions de charges
36 millions de revenues, 105 millions de charges.






front la grimace. Elle est, diront-ils, contraire aux
prescriptions de notre droit public, qui consacre
dans l'article premier de la Charte colonial la s6pa-
ration des patrimoines de la Colonie et de la M6tro-
pole; elle est d'ailleurs inopportune et irrialisable,
puisque le Tr6sor beige est aussi vide que le Trbsor
congolais.
R6pondons tout d'abord a cette derniire objec-
tion. En fait, qui paie les int6r8ts de la dette con-
golaise? Le contribuable belge, et lui seul. Les trois
cents millions de recettes du Congo passent a sol-
der une partie des d6penses administrative. La
subvention gratuite de 165 millions boucle le solde
des d6penses administrative et quelques dizaines
de millions de la dette; le reste est couvert par
l'emprunt, et l'emprunt ne peut 6tre souscrit qu'avec
la garantie de la Belgique. Celle-ci cautionne done
les engagements d'un d6biteur notoirement insol-
vable; c'est-a-dire qu'elle s'engage elle-m6me. Enga-
gement d'autant plus lourd qu'il est contract au
taux d'usure par oil doivent passer les mauvais
d6biteurs; engagement d'autant plus dangereux
qu'il n'est pas pur et simple, qu'on le contract avec
l'espoir n6cessairement vou6 a la disillusion -
d'y 6chapper quand viendra l'heure du pavement.
< Pas une promesse, Monsieur; une formality, une
simple signature... Et le Ministre des Finances,
qui refuse de reprendre la dette, consentira i
signer?
Quant a la separation des patrimoines, elle fait
parties de l'h6ritage des erreurs. Timeo Danaos et
dona ferentes. II fallut la promettre pour bien mar-
quer a notre people 16sineur qu'il allait coloniser
sans d6lier sa bourse. Il renongait aux b6n6fices
pour se soustraire aux risques. C'etait parfait, --
A condition de ne pas engager vingt milliards d'ar-
gent belge dans l'entreprise congolaise. Le Parle-
ment a vote presque sans discussion tous les bud-
gets que lui pr6sentaient les Ministres des Colo-







nies : apres tout, ce n'est pas notre argent. Mais
il apparait aujourd'hui que la separation des patri-
moines, r6elle tant qu'il s'agissait de renoncer aux
b6n6fices, est pure fiction quand il s'agit de se
soustraire aux pertes. R6pudier les dettes? Mais
qui, sinon des Belges, a souscrit les emprunts con-
golais? Passer la main? Avec nos vingt milliards
investis lI-bas? Personne n'y peut songer s6rieuse-
ment.
En fait, la Belgique est garante de la dette con-
golaise. Reconnaltre en droit cette solidarity ne la
rendra pas plus on6reuse, bien au contraire.
Nous avons sugg6r6, pour r6soudre le probl&me
financier, la prise en charge par le budget m6tro-
politain des Colonies, de la dette indirecte et de
830 millions de dette directed, repr6sentes par
230 millions d'emprunts ant6rieurs a l'annexion et
600 millions de dette anglaise contracts en suite
de la guerre. Peut-6tre faudrait-il aller plus loin, et
envisager une solution radical : la reprise pure et
simple, par la Belgique, de toute la dette; I'inscrip-
tion integrale des charges de dette au budget m6tro-
politain des Colonies. En revanche, le portefeuille
ressortirait au meme budget. Les revenues prove-
nant de l'am6nagement des garanties d'int6rit
seraient affects i l'amortissement de la dette indi-
recte; les autres, au service de la dette directed. Les
exc6dents 6ventuels du budget d'Afrique seraient
obligatoirement verses au fonds d'amortissement
d6pendant du budget m6tropolitain.
Qu'on adopted cette solution-li ou qu'on en recher-
che une autre, une chose est certain : la Belgique
doit accepter une nouvelle intervention. Le Minis-
tre des Colonies le sait et l'a reconnu. II est grand
temps que le Parlement le reconnaisse t son tour
et prenne ses responsabilit6s.


















CHAPITRE IX

L'Action Sociale













Nous avons vu que la colonisation imposait a la
Puissance conqu6rante l'obligation strict d'assurer
aux indigenes d'amples compensations i la perte
de leur ind6pendance. La paix par une occupation
int6grale; l'ordre par une bonne politique indigene;
le respect de la liberty et de l'int6grit6 humaine par
l'organisation de la justice; la protection et la yalo-
risation du travail par une saine action 6conomi-
que, sont les premieres de ces compensations. Mais
il faut aller plus loin, promouvoir le developpement
de la population indigene et son progres dans l'or-
dre moral et intellectual.
Heureusement pour les indigenes, l'int6ret bien
compris du colonisateur se confond avec son de-
voir; car la premiere richesse d'une colonies -
reservoir de matieres premieres et d6bouch6 pour
les industries de la M6tropole est 6videmment
une population nombreuse, disposant d'une forte
capacity d'achat. Avec cinquante millions d'habi-
tants au lieu de dix, le Congo serait la plus belle
colonies du nonde. Un de nos plus grands m6decins
coloniaux a exprim6 cette v6rit6 sous une forme
volontairement brutale en disant que le premier
des problems congolais, avant de < faire > du cui-
vre ou des palmistes, est de < faire du negre >. Le
negre fera le reste.
La population du Congo est encore mal connue.
Les statistiques officielles, assez sujettes i caution,
l'6valuent a' neuf millions et demi d'habitants. Nous
croyons ce chiffre inf6rieur a la r6alit6; sur la base
des 6tudes d6mographiques faites dans tous les ter-
ritoires, une estimation de onze millions ne parait






pas exag6r6e. Les avis sont tres partag6s sur le
movement de cette population. II est probable
qu'elle a diminu6 pendant les premieres decades
de l'occupation europ6enne. En 1926 encore, au
CongrBs colonial, I'opinion de la majority des com-
p6tences admettait une diminution progressive. 11
semble aujourd'hui certain que la population, pour
l'ensemble de la Colonie, est en voie d'accroisse-
ment, bien que certaines regions se d6peuplent.
Quoi qu'il en soit, une chose est absolument prou-
v6e : c'est que dans des conditions sociales et 6co-
nomiques favorables, la population congolaise est
susceptible d'un accroissement prodigieux. Dans le
territoire de Madimba, on a constat6 en 1930 une
natalit6 de 63,2 pour mille avec une mortality de
21,9 pour mille. L'exc6dent des naissances sur les
d6ces a atteint 41,3 pour mille, Ce chiffre prend
toute sa valeur quand on le compare avec la natalit6
total de la Belgique qui n'atteint pas 18 pour mille,
avec un exc6dent de naissances de 5,7 pour mille.
La population de Madimba double en quinze ans!
Pareil progris est peut-6tre sans parallele dans le
monde entier; il est unique dans la Colonie. Mais
des exc6dents de naissances de 20 pour mille sont
communs; dans de nombreuses et vastes regions,
la population s'accrolt comme elle s'accroitrait en
Belgique si personnel n'y mourait.
Cette vitality de Ia race noire est pour le Congo
un actif potential si precieux qu'il imported de le
realiser au plus t6t. La comparison entire les
regions de haute natalit6 et celles oii la population
d6croit r6vBle que la f6condit6 est liee avant tout a
l'existence d'une morale familiale solide, et contra-
ri6e surtout par la maladie du sommeil et les affec-
tions v6n6riennes.
Avant la crise, I'assistance m6dicale 6tait orga-
nis6e au Congo mieux que dans toute autre colonie
de l'Afrique noire. La maladie du sommeil, com-
battue par une demi-douzaine de missions m6di-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs