• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Table of Contents
 Siege de Khartoum - Mort du...
 Les premiers temps du regne du...
 Evenements dans les differentes...
 La campagne d'Abyssinie
 Occupation des provinces meridionales...
 Le calife et ses adversaires
 Le calife et son regne
 Le calife et son regne (suite)
 Plans de fuite
 Ma fuite
 Conclusion
 Carte
 Back Cover














Title: Fer et feu au Soudan
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00024792/00002
 Material Information
Title: Fer et feu au Soudan
Uniform Title: Feuer und Schwert im Sudan
Physical Description: 2 v. (xvi, 826 p., 10 leaves of plates) : ill. (some col.) ; 22 cm.
Language: French
Creator: Slatin, Rudolf Carl, 1857-1932
Publisher: F. Diemer
Place of Publication: Le Caire
Publication Date: 1898
 Subjects
Subject: Soldiers -- Biography -- Sudan   ( lcsh )
Colonial administrators -- Biography -- Sudan   ( lcsh )
Austrians -- Biography -- Sudan   ( lcsh )
Mahdism   ( lcsh )
History -- Sudan -- 1881-1899   ( lcsh )
History -- Sudan -- 1821-1881   ( lcsh )
Genre: autobiography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par R. Slatin Pacha ; traduit de la huitiáeme âedition allemande par G. Bettex ; prâecâedâe de 2 lettres du Mahdi âecrites pendant la campagne de 1896.
General Note: Translation of: Feuer und Schwert im Sudan.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00024792
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltqf - AAB5676
ltuf - AFE7906
oclc - 17433289
alephbibnum - 001063916

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Half Title
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Table of Contents
        Page v
    Siege de Khartoum - Mort du Mahdi
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 464a
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
    Les premiers temps du regne du calife Abdullahi
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 510a
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
    Evenements dans les differentes parties du Soudan
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
    La campagne d'Abyssinie
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 584a
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 592a
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
    Occupation des provinces meridionales par les Mahdistes
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
    Le calife et ses adversaires
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
        Page 635
        Page 636
        Page 637
        Page 638
        Page 639
        Page 640
        Page 641
        Page 642
        Page 643
        Page 644
        Page 645
        Page 646
        Page 647
        Page 648
        Page 649
        Page 650
        Page 651
        Page 652
        Page 653
        Page 654
        Page 655
        Page 656
        Page 657
        Page 658
        Page 658a
        Page 659
        Page 660
        Page 661
        Page 662
        Page 663
        Page 664
        Page 665
        Page 666
        Page 667
        Page 668
    Le calife et son regne
        Page 669
        Page 670
        Page 671
        Page 672
        Page 673
        Page 674
        Page 675
        Page 676
        Page 677
        Page 678
        Page 679
        Page 680
        Page 681
        Page 682
        Page 683
        Page 684
        Page 685
        Page 686
        Page 687
        Page 688
        Page 689
        Page 690
        Page 691
        Page 692
        Page 693
        Page 694
        Page 695
        Page 696
        Page 697
        Page 698
        Page 699
        Page 700
        Page 701
        Page 702
        Page 703
        Page 704
        Page 705
        Page 706
        Page 707
        Page 708
    Le calife et son regne (suite)
        Page 709
        Page 710
        Page 711
        Page 712
        Page 713
        Page 714
        Page 715
        Page 716
        Page 717
        Page 718
        Page 719
        Page 720
        Page 721
        Page 722
        Page 723
        Page 724
        Page 725
        Page 726
        Page 727
        Page 728
        Page 729
        Page 730
        Page 731
        Page 732
        Page 733
        Page 734
        Page 735
        Page 736
        Page 737
        Page 738
        Page 739
        Page 740
        Page 740a
        Page 741
        Page 742
        Page 743
        Page 744
        Page 745
        Page 746
        Page 747
        Page 748
        Page 749
        Page 750
        Page 751
        Page 752
        Page 753
        Page 754
    Plans de fuite
        Page 755
        Page 756
        Page 757
        Page 758
        Page 759
        Page 760
        Page 761
        Page 762
        Page 763
        Page 764
        Page 765
        Page 766
        Page 767
        Page 768
        Page 769
        Page 770
        Page 771
        Page 772
        Page 773
        Page 774
        Page 775
        Page 776
    Ma fuite
        Page 777
        Page 778
        Page 779
        Page 780
        Page 781
        Page 782
        Page 783
        Page 784
        Page 785
        Page 786
        Page 787
        Page 788
        Page 789
        Page 790
        Page 791
        Page 792
        Page 792a
        Page 793
        Page 794
        Page 795
        Page 796
        Page 797
        Page 798
        Page 799
        Page 800
        Page 801
        Page 802
        Page 803
        Page 804
        Page 805
        Page 806
        Page 807
        Page 808
        Page 809
        Page 810
        Page 811
        Page 812
    Conclusion
        Page 813
        Page 814
        Page 815
        Page 816
        Page 817
        Page 818
        Page 819
        Page 820
        Page 821
        Page 822
        Page 823
        Page 824
        Page 825
        Page 826
    Carte
        Page 827
    Back Cover
        Page 828
Full Text
~r b>.
': I~


S' R. SLATIN PACHA .

T -EU
-.- .- .. -. ,. -




EI ET EL


tA U- SOUDAN

* TOME SECOND


I
<'


fA'txduetion


de G. BETTER4


PARIS .


r1 FLAMMARION., DITEUR, 26, RUE RACINE*
*9


w.`~

4'


4gi



41
.4


4w 1


ii
r '
r
C~-


* -



















FER ET FEU AU SOUDAN


II.












FER ET FEU AU SOUDAN

PAR

R. SLATIN PACHA
COLONEL DE L'ETAT-MAJOR EGYPTIEN
ANCIEN GOUVERNEUR ET COMMANDANT DU DARFOUR


TRADUIT DE LA HUITIME EDITION ALLEMANDE
PAR
G. B E T TE X, Professeur Montreux.

TOME SECOND

Prcd de 2 lettres du Mahdi crites pendant la champagne de 1896.

Le Caire, 1898
F. DIEMER, Editeur.


DEUXIME EDITION




UNIVERSITY OF FLORIDA
Il I l F IIIII IIlI Hl I IIi
3 1262 07009 8727
3 1262 07009 8727





k. ?
,5^/y,
is^


TOUS DROITS RSERVS.












TABLE DES MATIRES
DU SECOND VOLUME


Chapitre X.
Siege de Khartoum. Mort du Mahdi
Chapitre XI.
Les premiers temps du rgne du calife Abdul-
lahi. . . . . . .
Chapitre XII.
Evnements dans les diffrentes parties du
Soudan. . . . . .
Chapitre XIII.
La champagne d'Abyssinie . . . .
Chapitre XIV.
Occupation des provinces mridionales par les


Mahdistes. . .
Chapitre XV.
Le calif et ses adversaires
Chapitre XVI.
Le calife et son rgne . .
Chapitre XVII
Le calife et son rgne (suite).
Chapitre XVIII.
Plans de fuite ......
Chapitre XIX.
Ma fuite ........
Chapitre XX.
Conclusion . . . .


. . 11

. . 626

. . 669

. . : 709

. . 755

. . 777

. . 813


















CHAPITRE X.

Sige de Khartoum. Mort du Mahdi.

Gordon revient au Soudan. Une proclamation du Mahdi. A
Rahat. Le calife. Le Mahdi. L'arrive de Husein Pacha. -
L'vacuation du Soudan proclame par Gordon. Evnements dans
les diffrentes provinces. L'arrive d'Olivier Pain. Sa mission.-
Sa maladie et sa mort. Devant Khartoum. Mes lettres
Gordon. Dans les fers. Episode du sige. La reddition
d'Omm Derman. Retard de l'expdition anglaise. La chute de
Khartoum. La tte de Gordon. Les derniers jours de Khartoum.-
Les Mahdistes dans la ville. Duret de ma captivit. Mes
compagnons de captivit. Frank Lupton. Notre liberation. -
Mon enrlement dans la garde du corps du calife. Maladie et
mort du Mahdi. Le calife Abdullahi, son successeur. De la
constitution du Mahdi.

Le Mahdi s'tait retir El Obed aprs la d-
faite de l'arme de Hicks Pacha, convaincu qu'il tait le
matre du Soudan et que ce n'tait plus qu'une question
de temps pour en prendre possession d'une manire dfi-
nitive. Il envoya immdiatement son cousin Mohammed
Khalid au Darfour qu'il savait tre devenu maintenant
sa proie, tandis que Karam Allah partait comme mir
pour le Bahr el Ghazal et, grce ses relations avec
les fonctionnaires du Gouvernement, prenait possession
de cette province pour le compete du Mahdi, sans autres
difficults. Mek Adam Omdaballo, prince de Tekele,
Slatin Pacha. 25











CHAPITRE X.


s'tait galement rendu au Mahdi et tait arriv El
Obed avec une parties de sa famille. Dans le Soudan
Oriental, la propaganda pour le Mahdi faisait aussi son
chemin pas de gant, et la rvolte s'tendait avec la
rapidit de la foudre. Des troupes gyptiennes furent
battues Jinkat et Tamanib dans le voisinage de
Souakim et un certain Moustapha Hadal livra un combat
contre Kassala; la dfaite du gnral Baker Et Teb
augmenta chez les tribus la confiance dans leur invin-
cibilit et la victoire du gnral Graham, Tama, ne
fit que mettre passagrement une sourdine la foi
qu'Osman Digma avait dans la victoire. Le Ghezireh
avait pris part aussi la rvolte et combattait contre le
Gouvernement sous la conduite du beau-frre du Mahdi,
woled el Besir de la tribu des Halaoin.
Pendant ces vnements, Gordon Pacha tait arriv
Berber. Le Gouvernement gyptien de concert avec
celui de l'Angleterre, crut pouvoir apaiser la rvolte
par l'envoi de Gordon Pacha qui jouissait dans le
Soudan d'une popularity universelle. Mais le Gou-
vernement, aussi bien que Gordon, s'taient, ce qu'il
semble, compltement tromps sur le srieux de la
situation. On croyait que Gordon, par la seule puissance
de sa personnalit, serait en tat d'touffer les flames
ardentes du fanatisme et on oubliait que la haute con-
sidration don't il jouissait la suite de son activity
antrieure, ne s'tendait en ralit qu'au Darfour et
aux peuplades ngres des provinces quatoriales. Mais
actuellement ces pays se trouvaient sous la domination
des tribus des Djaliin, aux bords du Nil de Berber jusqu'
Khartoum et dans tout le Ghezireh. La personnalit de


386 -











SIGE DE KHARTOUM.- MORT DU MAHDI.


Gordon en elle-mme ne pouvait pas exercer sur ces
tribus une influence prpondrante. Au contraire, il
avait, comme nous l'avons racont, fait subir de graves
dommages aux families des tribus des bords du fleuve par
suite de l'ordre qu'il avait donn aux Arabes pendant la
guerre avec Soliman woled Zober, de chasser les Gel-
laba des provinces mridionales. Combien avaient perdu
alors, en cette occasion, leurs pres, leurs frres, leurs
fils, ou taient retourns misrables dans leur patrie:
on n'avait pu pardonner cet acte Gordon.
Le 18 fvrier 1884, il arriva Khartoum et fut
salu avec la plus grande joie par les fonctionnaires et
par la population de la ville. On avait la conviction
absolue que le Gouvernement n'abandonnerait certaine-
ment pas un homme comme Gordon.
Gordon adressa, aussitt arriv Khartoum, une
lettre au Mahdi, dans laquelle il lui offrait la paix; il
lui promettait toute sa bienveillance, de le reconnaitre
comme sultan du Kordofan, la suppression de l'esclavage
et le rtablissement des relations commercials, en change
de quoi il demandait la liberation des prisonniers. Les
messagers remirent en mme temps au Mahdi des vte-
ments prcieux titre de cadeaux.
Si Gordon avait alors pu disposer de nombreuses
troupes, prtes se mettre en champagne aussitt contre le
Mahdi, le message de paix n'aurait certainement pas
manqu de produire son effet. Mais le Mahdi savait
exactement que le gouverneur gnral du Soudan tait
arriv Khartoum accompagn seulement d'une petite
escorted personnelle. C'est pourquoi il trouva d'autant plus
trange qu'on lui offrit quelque chose qu'il possdait
25*










CHAPITRE X.


depuis longtemps et qu'on ne pouvait plus lui ravir, ce
qu'il semblait. Sa rponse fut rdige en ce sens et il
somma Gordon de se rendre, s'il voulait sauver sa vie.
Dans toutes ces resolutions, le Mahdi prit pour
principal conseiller le calife Abdullahi. Ce dernier se cra
par l de nombreux ennemis, particulirement chez les
parents du Mahdi qui cherchaient toujours contrecarrer
ses projects. Ayant acquis des preuves ritres de ces
sentiments d'animosit, il voulut tirer au clair sa situation
et demand au Mahdi, convaincu que celui-ci ne pouvait
plus se passer de lui, une reconnaissance publique de tout
ce qu'il avait fait. Le Mahdi approuva cette demand, et
fit publier cette proclamation bien connue, qui est encore
en usage aujourd'hui en toute occasion lorsqu'il s'agit de
justifier des jugements extraordinaires et des dispositions
bizarre. Elle tait ainsi conue:

Proclamation.
De Mohammed el Mahdi tous ses partisans:
Au nom de Dieu, etc, etc.

Sachez, mes partisans, que le reprsentant du
Juste (Abou Baker) et l'mir de l'arme du Mahdi don't
il est fait mention dans la vision du Prophte, est Es
Sejjid Abdullahi ibn Es Sejjid Hamadallah. Il m'appartient
et je lui appartiens. Ayez envers lui toute la vnration
que vous auriez envers moi; croyez en lui comme en moi,
fiez-vous tout ce qu'il dit et ne doutez d'aucune de ses
actions. Tout ce qu'il fait a lieu selon l'ordre du Pro-
phte ou avec ma permission. Il est mon intermdiaire
dans l'excution de la volont du Prophte. Si Dieu et










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


son Prophte, nous ordonnent de faire quelque chose, nous
devons nous soumettre cet ordre et celui qui montre
le moindre doute dans l'excution n'est pas un croyant, et
n'a pas foi en Dieu. Le calife Abdullahi est le reprsentant
du droit. Vous savez combien Dieu et ses aptres aiment
les justes; c'est pourquoi vous saurez apprcier la position
honorable que ses reprsentants occupent. Il sera protg
par le Khidhr et fortifi par Dieu et par son Prophte.
Si quelqu'un de vous dit ou pense du mal de lui, il
sera perdu et ananti dans ce monde et dans l'autre.
Sachez donc qu'aucune de ses prtentions et
aucun de ses actes ne doit tre mis en doute, car ils
lui sont inspirs par la sagesse et la justice qui toutes
deux demeurent en lui. S'il condamne l'un d'entre vous
mort, s'il confisque votre fortune, c'est pour votre
bien et votre saintet; vous ne devez donc pas discuter,
mais obir. Le Prophte lui-mme dit qu'aprs lui, Abou
Baker est le plus grand homme vivant sous le soleil,
comme aussi le plus just. Le calife Abdullahi est son
reprsentant et c'est sur l'ordre du Prophte qu'il est
mon calife. Tous ceux qui croient en Dieu et en moi
doivent croire en lui; et si quelqu'un croit dcouvrir en
lui un dfaut, ce n'est qu'une apparence qui doit tre
attribue la force cleste que vous n'tes pas en tat
de comprendre. Cela doit donc sans aucun doute tre ainsi.
Que ceux qui sont presents fassent connatre ces choses
ceux qui sont absents, que tous lui soient soumis et ne lui
fassent aucun tort. Gardez-vous de faire du mal aux amis
de Dieu, car Dieu et son Prophte anantissent ceux qui
font du mal leurs amis ou qui pensent seulement leur
en fire.










CHAPITRE X.


Le calife Abdullahi est le commandant des fidles;
il est mon calife et mon intermdiaire dans toutes les
choses de la religion. Je termine comme j'ai commenc:
Croyez en lui et suivez ses ordres, ne doutez jamais de
ce qu'il dit, accordez lui toute votre confiance et confiez-
lui toutes vos affaires. Que Dieu soit avec vous et vous
protge tous. Amen.
*

Comme le manque d'eau se faisait sentir El Obed,
par suite de la quantity norme de personnel qui s'y
trouvaient, le Mahdi prit la resolution de transporter son
camp Rahat distant d'une journe de march. Il quitta
El Obed au commencement d'avril, et y laissa son
parent Sejjid Mahmoud, avec ordre de faire conduire de
force Rahat tous les gens qui resteraient sans une
permission express. Une fois arriv l-bas, il ordonna
lui-mme ses partisans d'lever des huttes provisoires en
paille. Puis il envoya le gros de ses troupes Gebel Deier,
loigne d'une petite journe de march, afin de sou-
mettre les habitants des montagnes de Nuba qui avaient
commenc combattre courageusement contre leurs op-
presseurs. Pour lui, il s'occupa en apparence, uniquement
de l'accomplissement de ses devoirs religieux et de
l'excution des prires publiques.
Haggi Mohammed Abou Gerger avait t envoy
par le Mahdi, avec les gens qui se trouvaient sous ses
ordres, afin de rprimer l'insurrection des habitants du
Ghezireh don't il fut nomm mir.
J'tais parti d'El Obed avec mes compagnons Sad
Djouma et Dimitri Zigada; nous atteignmes, au coucher










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


du soleil, quelques huttes qui se trouvaient au bord du
chemin et dans lesquelles nous passmes la nuit. La
route tait couverte de monde et, comme notre arrive
tait connue de tous, nous fmes souvent arrts et
interrogs sur les vnements du Darfour. Au lever du
soleil, nous revtmes nos gioubbes (vtement des Der-
viches) et nous quittmes nos htes. En deux heures
nous devions atteindre Rahat o se trouvait le Mahdi.
J'envoyai en avant un de mes hommes, afin d'an-
noncer notre arrive au calife. Nous tions dj arrivs
dans le voisinage du camp qui se composait de milliers
de huttes de paille troitement serres les unes contre
les autres, sans que mon domestique ft revenue. Nous
continumes donc chevaucher sur une route large qui
devait certainement nous mener la place du march.
Nous arrivions justement aux premires huttes lorsque tout
coup retentit le bruit sourd du tambour de guerre,
et le son perant de l'umbaia. Rencontrant, par hasard,
un habitant du Darfour que je connaissais, Fakili Youssouf,
nous nous salumes et, ma question sur le bruit que
nous venions d'entendre il me rpondit : Le calif
Abdullahi sort et va probablement faire couper la tte
quelqu'un; c'est pourquoi il runit le people pour tre
tmoin de l'excution. Quoique je ne fusse pas super-
stitieux, j'prouvais un sentiment de malaise, cette ide
qu'une execution avait lieu justement lors de notre entre
dans le camp.
Je continuai ma route; arriv une place vide
entire les huttes de paille, je remarquai mon domestique
qui, m'apercevant galement, se prcipita vers nous en
compagnie- d'un autre cavalier.











CHAPITRE X.


Restez ici et n'allez pas plus loin! me cria-t-il-
Le calife a runi ses gens; il est sorti afin de te ren-
contrer sur la route, il croit que tu es encore hors de
la ville.
Nous restmes l'entre de la place et le cavalier,
qui se trouvait avec mon domestique, s'en retourna au
galop pour annoncer mon arrive au calife. Quelques
minutes plus tard, une troupe de plusieurs centaines de
cavaliers s'approcha, au son de l'umbaia qui jouait une
march lente.
Le calife, entour de nombreux fantassins arms,
se tenait l'extrmit oppose de la place, tandis que
la masse des cavaliers se sparait et prenait position
sa droite et sa gauche.
A son commandment, ils commencrent ensuite,
suivant leur coutume galoper, la lance leve comme
pour frapper et, excuter des volutions dans diffrentes
directions pour se rendre de nouveau sur un signe, la
place qu'ils occupaient auparavant.
Aprs un temps d'arrt, ils s'lancrent de nouveau,
brandissant leurs lances et se dirigrent sur moi, en
criant leur habituel: Fi shan Allah ur rasoul (Pour
Dieu et pour le Prophte). D'une course rapide, ils re-
prirent ensuite leur ancienne position. Une demi-heure
aprs environ, un domestique du calife vint me faire part
du dsir que son matre avait que je parusse devant lui.
Je me rendis son appel, en galopant et en brandissant
galement ma lance, je prononai les mmes mots Fi
shan Allah ur rasoul. Je le saluai et je me rendis
,a demeure, chevauchant derrire lui. Quelques minutes
plus tard, nous arrivmes son habitation; sa garden
N,-











SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


resta une distance respectueuse. Le calife, descendu
de cheval, disparut dans sa demeure et quelques instants
plus tard, on me fit entrer avec Sad Djouma et Dimitri.
Nous fimes conduits dans un space libre qui tait
spar du reste de la place par une clture. En cet
endroit s'levait une rekouba (construction carre en paille,
ne se composant que d'une seule pice), dans laquelle il
y avait plusieurs angarebs sur lesquels on nous invita
prendre place; on nous tendit, dans une grande calebasse,
de l'eau mlange avec du miel et on nous offrit des dattes;
nous en goutmes et attendmes la venue de notre hte
et matre. Le calife part enfin et, se dirigeant vers moi,
il m'embrassa. Il me serra contre sa poitrine, en disant:
Dieu soit lou de nous runir! Comment te trouves-tu,
aprs les fatigues du voyage?
Oui, que Dieu soit lou de m'avoir fait vivre
cette journe, rpondis-je, ta vue me fait oublier les
fatigues du voyage.
Cette politesse flatteuse est indispensable.
Puis il se tourna vers Sad Djouma, lui tendit sa
main baiser et s'informa de sa sant. Je pus alors
examiner mon aise le calife.
Son teint tait couleur brun clair, il avait une belle
figure du type arabe et qui ne manquait pas de sympathie;
quelques marques de petite vrole gtaient un peu l'effet
gnral; il avait le nez aquilin, la bouche bien propor-
tionne et le visage encadr de lgers favors foncs qui
devenaient plus pais vers le mention. Il tait de gran-
deur moyenne, la fois vigoureux et svelte et vtu
d'une gioubbe de coton blanc sur laquelle taient cousus des
foulards carrs et de couleurs varies. Il portait la takia











CHAPITRE X.


du Hedjaz entoure de son turban de coton. Lorsqu'il
parlait, il souriait toujours et montrait ainsi une range
de dents blouissantes de blancheur. Aprs les salu-
tations, il nous invita nous asseoir: nous prmes alors
place sur une natte de palmier tendue sur le sol
pendant qu'il se mettait son aise sur l'angareb. Il
s'informa de nouveau de notre sant et nous exprima
sa joie de ce que nous fussions venus en plerinage
auprs du Mahdi. Sur un signe, un plat en bois avec
de l'asida et un autre avec de la viande furent
placs devant nous. Il s'approcha et nous invita nous
servir.
Pendant le repas, auquel il prsida lui-mme, il me
demand pourquoi je ne l'avais pas attend en dehors
de la ville et pourquoi j'y tais entr sans son con-
sentement :
On n'entre dans la maison de son ami, dit-il en
souriant, qu'avec sa permission.
Excuse-moi, lui dis-je, mon domestique se faisait
trop longtemps attendre et aucun de nous ne pensait
que tu prendrais toi-mme la peine de venir notre
rencontre. Lorsque nous arrivmes l'entre de la
ville et que nous entendmes les roulements de tes
tambours de guerre et le son de tes umbaia, on nous
dit en rponse nos questions que tu tais sorti pour
assister l'excution d'un criminal. J'avais l'intention de
suivre tes umbaia, lorsque ton ordre nous est parvenu.
Suis-je donc rput, dans le people, ce point
comme tyran, me demanda-t-il, que le son de mon cor
de guerre doive signifier la mort d'un homme?
Non, on te connait comme svre, mais just.











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Oui, je suis peut-tre svre, mais je dois l'tre
et tu apprendras, pendant ton sjour auprs de moi,
comprendre pourquoi.
Un des esclaves du calife apporta la nouvelle que
plusieurs personnel se trouvaient devant la maison at-
tendant la permission de pouvoir me saluer. Le calife
me demand si je n'tais pas encore trs fatigu du
voyage et quand je lui eus rpondu ngativement, il donna
la permission de faire entrer ceux qui attendaient. Tout
d'abord, je vis arriver Ahmed woled Ali, maintenant
premier juge cadii el Islam), mon ancien fonctionnaire
qui s'tait enfui de Shakka; puis Abd er Rahman bey ben
Nagi qui avait fait parties de l'arme du gnral Hicks;
il avait perdu un oil dans l'action et avait t en outre
grivement bless; ses esclaves qui se trouvaient du
ct du Mahdi l'avaient sauv. Ensuite venaient Ahmed
woled Soliman, l'Amin Bet el Mal (chef des finances
du Mahdi), les oncles du Mahdi, Sejjid Abd el Kadir,
Sejjid Mohammed Abd el Krim et bien d'autres. Tous
baisrent respectueusement la main du calife et ne me
salurent que lorsqu'il leur en eut donn la permission.
Aprs les formules d'usage et le serment que tous
s'estimaient heureux de vivre du temps du Mahdi, ils
s'loignrent de nouveau. Seul Abd er Rahman bey ben
Nagi me fit secrtement signe de l'oil, avec le seul qui
lui restait, bien entendu, qu'il avait quelque chose me
fire savoir. Il prit cong du calife et comme je l'accom-
pagnais quelques pas, il chuchota mon oreille: Sois
prudent et circonspect; tiens ta langue en bride et ne
te fies personnel Je pris en consideration son aver-
tissement. Le calife nous quitta et nous conseilla de











CHAPITRE X.


prendre quelque repos, en m'informant qu'il me prsenterait
au Mahdi la prire de midi. On avait pris soin de nos
serviteurs rests devant la maison.
Nous tions maintenant seuls et aprs nous tre
assurs qu'aucun espion ne rdait dans le voisinage, nous
exprimmes notre satisfaction de notre bonne reception
et nous nous exhortmes mutuellement la plus extreme
prudence tant dans nos paroles que dans nos actions.
Environ deux heures aprs-midi, le calife nous fit dire
que nous devions faire nos ablutions et nous tenir prts
nous rendre la mosque.
Quelques minutes aprs, il arriva lui-mme, nous
invitant le suivre; il tait pied, car le lieu de
prire, attenant aux maisons du Mahdi, n'tait loign
que d'environ trois cents pas. Il tait absolument
rempli; les croyants attendant la prire taient assis en
rang, les uns derrire les autres, troitement serrs.
Lorsque le calife arriva, on lui fit place respectueuse-
ment, on tendit des peaux de moutons (farroua) et
sur son invitation, je pris place ct de lui.
Le lieu de prire, ainsi que la demeure du Mlahdi,
qui se composait d'une range de huttes de paille
assez grandes, taient entours de haies d'pines. Un
tamarin gant, plant au milieu, rpandait son ombre
sur ceux qui priaient sous ses branches, tandis que
ceux qui n'avaient pu trouver de place sous l'arbre,
restaient exposs aux rayons du soleil. A quelques pas des
premiers rangs des fidles, main droite, se trouvait une
des huttes de paille rserves au Mahdi et dans laquelle
il avait coutume d'appeler les gens avec lesquels il
dsirait s'entretenir en particulier. Le calife se leva et










SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


disparut dans cette hutte, probablement pour informer
le Mahdi de notre presence. Quelques instants aprs, il
revint et s'assit de nouveau ct de moi.
Enfin le Mahdi apparut lui-mme; le calife se leva,
nous fmes de mme; toutes les autres personnel
restrent tranquillement assises. Une peau fut tendue
pour le Mahdi, en sa quality de Imam (pieux), devant
l'endroit o nous tions, en sorte qu'il dut se diriger
vers nous. Je m'tais un peu avanc, il me salua, en
disant: Salam aleikum , quoi nous rpondmes par
Aleikum es salam . Il me tendit sa main baiser, puis
ensuite Sad Djouma et Dimitri; et nous invitant
nous asseoir, il nous souhaita la bienvenue.
Es-tu content? me dit-il en se tournant vers
moi.
Certainement, rpondis-je, puisque je suis en ta
presence, je me sens heureux.
Dieu te bnisse, ainsi que tes frres, dit-il en
dsignant Sad Djouma et Dimitri, et souvent, lorsque
j'ai entendu parler de tes combats contre mes partisans,
j'ai suppli Dieu de te convertir et Dieu et son Pro-
phte m'ont exauc. De mme que tu as t fidle
ton ancien matre pour un salaire inutile, de mme sers
moi maintenant, car celui qui me sort et qui coute
mes paroles, sert la religion et son Dieu et sera
heureux sur la terre et dans l'ternit.
Nous prommes tous de lui tre absolument dvous
et je demandai comme on me l'avait recommand dj
auparavant la baia (acte du serment de fidlit).
Il nous fit venir alors plus prs de lui et nous invita
nous agenouiller sur le bord de sa peau de mouton;










CHAPITRE X.


nous posmes notre main dans la sienne, rptmes les
paroles qu'on nous disait et fmes ainsi reus dans les
rangs de ses plus chauds partisans, mais, naturellement
aussi, soumis aux peines disciplinaires existantes. Nous
rentrmes dans les rangs des fidles; le prieur donna
un signal et nous rcitmes de concert avec tout le
monde, et pour la premiere fois, la prire en presence
du Mahdi el Monteser.
Lorsque cette prire fut termine, tous supplirent
Dieu en levant les mains au ciel, d'accorder la victoire aux
croyants. Le Mahdi alors commena son instruction.
Un cercle pais se forma autour de lui; il parla de la
vanit de la vie terrestre et de ses joies, exhorta
l'accomplissement des devoirs religieux, la renoncia-
tion, la guerre sainte, et dpeignit en couleurs vi-
vantes les flicits clestes que ceux qui suivraient ses
prceptes avaient attendre. Ses paroles furent alors
interrompues par les cris de quelques fanatiques tombs
en extase et l'assemble entire se montra pntre de
ses enseignements, ajoutant foi aux paroles de son
matre. Seuls, quelques-uns, mes deux amis et moi
excepts, semblaient se douter de la comdie qui se
droulait pendant toute la crmonie.
Le calife, prtextant un travail, s'tait retire en
nous laissant, ainsi que ses moulazeimie (gardes du
corps) ; il nous avait ordonn de rester auprs du
Mahdi, jusqu'au coucher du soleil.
J'eus- pendant tout ce temps l'occasion d'observer le
Mahdi d'une manire prcise.
Il tait de haute taille, avait de large paules, et
une peau couleur brun clair; sa stature tait plutt










SIGE DE KHARTOUM.- MORT DU MAHDI.


massive et sa tte encore trop grosse en proportion; ses
yeux taient noirs et brillants. Une barbe fonce
encadrait son visage, le nez et la bouche taient
bien conforms et les deux joues taient tatoues de
trois balafres; il souriait toujours montrant ainsi ses
dents blanches. Les incisives suprieures taient un peu
espaces, quality nomme felega et considre dans le
Soudan comme un signe de beaut spciale et de
bonheur. C'est pour ce motif que les femmes donnaient
au Mahdi ce nom d'amiti de Abou Felega . Il portait
une gioubbe un peu trop court, trs rapice, mais trs
proprement lave et parfume de toutes sortes de bonnes
odeurs, essence d'huile de santal, music, essence de rose,
etc. Une odeur spciale manait donc de sa personnel,
ce que ses fidles avaient coutume d'appeler Rihet el
Mahdi (parfum du Mahdi) et comparaient aux parfums
qui rgnent dans le Paradis.
Nous accomplmes sur la mme place la prire
d'Asr, puis celle de Maghreb, assis sur le sol, avec les
jambes replies en arrire, tandis que le Mahdi se reti-
rait de temps en temps dans sa maison pour reparatre
de nouveau sa place. Aprs le coucher du soleil,
nous lui demandmes la permission de retourner auprs
du calife; il nous l'accorda m'enjoignant de ne plus
le quitter et de me vouer entirement son service.
Je pouvais peine me reliever, car mes genoux
souffraient d'une si longue position laquelle je n'tais
pas habitu; je dus faire appel toute mon nergie pour
montrer devant le Mahdi une figure toujours joyeuse.
SaYd Djouma videmment habitu depuis longtemps
une semblable position, semblait se Irouver merveille;










CHAPITRE X.


mais Dimitri boitait terriblement et murmurait derrire
moi des paroles en grec que je ne comprenais pas, mais
qui ne devaient pas, en tout cas, tre un chant de
louanges adress au Mahdi. Les moulazeimie rests avec
nous, nous reconduisirent dans notre demeure o le calife
nous attendait pour souper.
Il nous apprit que l'arrive du sheikh Hamed en
Nil, un des plus grands sheikhs religieux du Ghezireli,
de la tribu des Arakin, avait t annonce et que les
parents de ce dernier, qui se trouvaient ici, auraient dsir
qu'il allt sa rencontre. Mais il avait refus, prfrant
passer la soire en notre compagnie. Nous le remer-
imes de sa prfrence, trs flatteuse envers nous et
loumes le Mahdi de la bienveillance qu'il avait tmoi-
gne notre gard, ce qui le rjouit visiblement.
Il me quitta, mais revint aprs la prire du soir, me
parler du Darfour, et nous annoner qu'un des jours
suivants le calife Husein, ci-devant moudir de Berber,
arriverait ici. Il tait donc exact que Berber avait suc-
comb aussi!
Dj la frontire du Darfour, nous avions
entendu rpandre ce bruit, mais n'avions pu trouver
personnel qui put nous donner des nouvelles certaines.
Les communications avec l'Egypte taient forcment
interrompues d'une manire complete par la perte de
Berber qui n'avait pu tre prise que par les Djaliin.
Khartoum devait se trouver aussi dans une situation
extrmement critique. J'attendais avec anxit l'arrive
de Husein qui pourrait me renseigner et me dire
certainement la vrit sur la situation exacte au bord
du Nil.











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Quand le calife nous eut quitts, nous nous jetmes
sur nos angareb, fatigus et plongs dans nos penses.
Peu peu, nous nous endormmes.
Le lendemain aprs la prire, le calife revint s'in-
former de notre sant. Peu de temps aprs, arrivrent
les parents du sheikh Hamed en Nil, qui demandrent
pouvoir presenter leur chef. Il se montra en pnitent,
ayant la tte coiffe de la sheba et couverte de cendres,
une peau de mouton attache autour -de ses hanches
nues. Quant il aperut le calife, il s'agenouilla aussitt
en disant El afou ja sidi (pardon, seigneur). Le
calife se leva et ordonna un serviteur d'enlever
la sheba de la tte du sheikh; cela fait, le sheikh
nettoy de la cendre qui le recouvrait, il lui fit revtir
des vtements qu'on venait d'apporter. Sur son ordre
le sheikh s'assit alors auprs de nous et rpta sa
demand de pardon pour avoir tant diffir son plerinage
et n'tre pas venu auprs du Mahdi depuis bien long-
temps. Le calife lui pardonna, et lui fit esprer aussi
le pardon du Mahdi auquel il promit de le prsenter
dans l'aprs-midi.
Seigneur, dit le sheikh Hamed en Nil, visible-
ment joyeux, en lui baisant les mains, je suis heureux
et tranquille parce que tu m'as pardonn. Ton indulgence
m'annonce le pardon du Maldi, car tu viens de lui et lui
vient de toi (flatterie qui rappelait le contenu de la
proclamation).
Aprs avoir tous pris notre djeuner compos
d'asida et de lait, nous nous sparmes ; quelques
minutes plus tard retentit l'umbaia et on entendit le
bruit du tambour de guerre.
Slatin Pacha. 26











CHAPITRE X.


Quant le calife a l'intention de sortir, on sonne
toujours l'umbaia; c'est le signal de seller tous les
chevaux et en mme temps, un signal pour les esclaves
de battre le tambour. Je fis rapidement seller mes che-
vaux, en fis amener un pour Sad Djouma qui s'tait servi
pendant le voyage seulement des nes et des chameaux,
puis je rejoignis bientt le calife qui tait dj sorti.
Il faisait une promenade cheval autour du campe-
ment, entour d'une vingtaine de moulazeimie, afin de
.passer ses gens en revue. A sa droite, prs de son
cheval, marchait son domestique, un grand et gros ngre,
sa gauche, un Arabe de trs grande taille, du nom
de Abou Dcheka qui remplissait les functions d'cuyer
du calife. Ce dernier n'allait lui-mme qu'au pas; arriv
sur la place, il fit faire halte et galoper de nouveau ses
cavaliers par quatre, comme la veille. Pendant qu'ils
excutaient diffrents exercices, il me montra l'extr-
mit du camp, une zeriba assez grande et un petit fort
en ruine. C'est l que le malheureux gnral Hicks avait
pass plusieurs jours attendant en vain du secours de
Tekele. Le fort avait t construit pour ses canons Krupp.
Cette vue veilla en moi de tristes penses; tous ces
milliers de combatants taient tombs inutilement et
avaient t gorgs; moi-mme que me rservait l'avenir,
j'tais aussi une victim de cet pouvantable malheur.
Nous rentrmes et je rsolus, avec la permission
du calife, de faire une visit son frre Yacoub, don't
la hutte s'levait ct de la sienne. Celui-ci me reut
amicalement et exprima sa joie de me voir chez son
frre. Il m'exhorta aussi le servir fidlement, et je le
rassurai ce sujet.











SIEiE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Yacoub est un peu plus petit que le calife, large
d'paules, avec une figure ronde et pleine qui montre
de fortes marques de petite vrole; son nez est petit et
retrouss, une moustache et des favors rares ne dissi-
mulent que peu la laideur de son visage. Quoique plutt
laid, il sait cependant s'attirer bien des sympathies par
sa faon de parler plaisante et agrable. Comme le Mahdi
et le calif, il avait aussi un ternel sourire sur les
lvres, d'o l'on pouvait conclure que tous trois taient
heureux de leur haute position et de leur mission dans
l'ordre actuel des choses. Yacoub lit et crit, il sait le
Coran par coeur tandis que le calif est presque compl-
tement ignorant. Yacoub, plus jeune qu'Abdullahi de
quelques annes, est non seulement le frre du calife mais
aussi son premier conseiller et sa main droite. Il est, vrai
dire, tout puissant. Malheur celui qui est d'un autre
avis que le sien ou songe mme intriguer contre lui. Il
est infailliblement perdu.
Aprs avoir mang quelques dattes, je me recom-
mandai sa bienveillance et retournai dans notre rekouba.
A midi, nous prmes part de nouveau sur l'ordre du calife
la prire du Mahdi; cette prire dura comme la veille
jusqu'au coucher du soleil. Nous entendimes de nouveau
prcher sur la renonciation, sur la provocation au com-
bat et sur les joies clestes; nous entendimes de nouveau
le cris d'extase (le gens moiti fous et nous prouvmes
des douleurs affreuses dans les membres cause de la
sance sans fin qui nous tait impose, les jambes replies
sous nous.
Le lendemain, le calife nous fit appeler et nous
demand si nous ne dsirions pas retourner au Darfour.
26'











CHAPITRE X.


Il voulait ainsi nous prouver d'une manire un peu trop
grossire. Nous dclarmes tout d'une voix ne pas vou-
loir le quitter ni lui, ni le Mahdi. En souriant comme tou-
jours, il nous flicita de notre resolution. Un plus long
sjour dans la rekouba, aurait t incommode pour nous;
aussi il donna Dimitri, de sa propre autorit, la permission
de se rendre auprs de ses compatriots et lui fit montrer
par un de ses moulazeimie la maison de son future mir,
galement un Grec. En mme temps, il ordonna
Ahmed woled Soliman de remettre Dimitri vingt
cus. De mme Sad Djouma fut recommand l'mir
de tous les Egyptiens nomm Hasan Husein et on lui
versa quarante cus.
Mais toi, Abd el Kadir, dit-il en se tournant vers
moi, tu es ici en tranger, tu n'as personnel que moi et
tu es aussi habitu aux Arabes par ton long sjour
dans le Darfour mridional. Tu resteras auprs de moi
come moulazem; c'est galement le dsir du Mahdi.
Et cela rpond du reste tous mes dsirs, lui
rpondis-je vivement. Je m'estime heureux de pouvoir te
servir et je te jure d'tre fiddle et dvou.
Je le sais, rpliqua-t-il, mais que Dieu te protge
et te fortifie dans ta foi et tu seras encore d'une grande
utility au Mahdi et toi-mme.
Le calif m'affirma de nouveau l'importance qu'il
mettait ce que je restasse son service, et dans son
entourage personnel; il m'avertit de feindre avec les
autres d'tre son plus proche parent car, ceux qui taient
loigns de lui, ce qu'il affirmait, essayeraient par
jalousie contre moi, de m'loigner de sa personnel. Il me
communique aussi qu'il avait dj donn ordre de cons-










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHD[.


truire pour moi quelques huttes, dans la zeriba situe
tout prs de sa maison et qui tait la proprit de
Hamdan Abou Anga, lequel combattait justement contre
les Nubiens.
Je le remerciai de nouveau de ses bons soins et lui
promise de m'efforcer de conserver sa bienveillance.
Pendant le souper, il me fit part ma grande joie,
cette fois bien sincere, que le calife Husein, autrefois
Pacha et moudir de Berber, tait arriv et se prsente-
rait le lendemain.
Le matin suivant, en effet, Husein Pacha part de-
vant le calife accompagn de ses parents et de la mme
manire que quelques jours auparavant s'tait prsent
le sheikh Ahmed en Nil. Quelques-uns de ses amis,
de l'entourage du Mahdi, lui avaient conseill, il est
vrai, cette humilit apparent afin de diminuer l'anti-
pathie qui rgnait contre lui. Le calife aussitt lui
enleva lui-mme sa sheba, le fit nettoyer de ses cendres
et lui pardonna. Ensuite seulement il me nomma
Husein Pacha; nous nous salumes et nous nous assmes.
Comme je devais maintenant me considrer comme un
moulazem du calife, je m'tais jusque l tenu debout
derrire lui et ne pris pas autrement part la reception.
Aprs que les paroles d'usage sur la sant du ci-devant
gouverneur eurent t changes, le calife s'informa des
vnements qui se passaient sur les bords du Nil.
Husein raconta que toute la valle du Nil, depuis
Berber jusqu' Fascloda, tenait comme un seul homme
pour le Mahdi et pour sa cause, que les communications
entire le Soudan et l'Egypte taient compltement
coupes et que Khartoum mme bien que dfendue par










CHAPITRE X.


Gordon tait assige par les tribus habitant le Ghezireh.
Il prsentait dessein, me sembla-t-il, la situation aussi
avantageuse que possible pour le Mahdi; le calife lui
exprima de nouveau sa complete satisfaction des nouvelles
reues et lui promit de le prsenter au Mahdi midi,
et d'obtenir son pardon. Il pouvait rester jusque l dans
la rekouba. Puis, le calife prtextant du travail nous
quitta; Husein resta avec moi.
Plusieurs de ses parents, ainsi que des gens que
je ne connaissais pas du tout, tant encore presents,
nous ne pmes parler que de choses indiffrentes et
d'affaires personnelles, affirmer de nouveau l'un l'autre
combien nous nous estimions heureux de pouvoir servir
le Mahdi. Vers midi, le calife revint auprs de nous et
nous prmes ensemble le repas.
N'as-tu pas vu Mohammed Chrif, ancien sheikh
du Mahdi? Ses maisons se trouvent justement sur le
chemin que tu as parcouru, demand le calife. A-t-il tou-
jours l'ide prsomptueuse de pouvoir combattre contre la
volont de Dieu et refuse-t-il toujours de reconnatre le
Mahdi comme son seigneur et matre?
J'ai pass la nuit chez lui, rpondit Husein
Pacha, il a t convert par Dieu de son infidlit
premiere et seule la maladie l'empche de venir ici. La
plus grande parties de ses anciens partisans se trouve au
nombre de ceux qui assigent Khartoum.
Il vaut mieux qu'il serve le Mahdil Maintenant
toi, sois prt, je veux te prsenter au Mahdi.
Avant la prire de midi, le calife conduisit l'ancien
gouverneur, ainsi qu'il l'avait fait pour moi quelques jours
auparavant, au lieu o se clbrait le culte, et lui fit










EIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


prendre place. Je m'tais, comme moulazem, assis au
second rang. A l'apparition du Mahdi, le calife et son
compagnon se levrent; ce dernier fut prsent et en
baisant les mains du Mahdi, lui demand pardon d'avoir
t forc de combattre contre lui. Le Mahdi lui pardonna
exigeant la promesse d'une fidlit absolue, et l'exhorta
faire, avant tout, ses oraisons avec zle. M'ayant
aperu au deuxime rang, il me fit signe d'avancer et
de m'asseoir ct du calife.
Bois aussi la source de mes enseignements, dit-
il, cela te sera utile.
Je lui fis remarquer que je ne m'tais retire au
deuxime rang que parce que je ne trouvais pas conve-
nable, maintenant que j'tais moulazem du calife, de
m'asseoir ct de mon matre actuel. Il me flicita
amicalement des mes intentions et du respect don't j'avais
fait preuve et m'exhorta les conserver.
Mais ici, dit-il, devant le culte, nous sommes tous
gaux.
Comme d'habitude, le calife disparut et cette fois-ci,
aussitt aprs la prire; tandis que nous, Husein Pacha
et moi, dmes rester jusqu'aprs la prire du soir. Cette
position accroupie extrmement incommode, m'aurait fait
profrer des jurons plutt qu'une prire; mais il fallait
faire contre fortune bon ceur. Nous prmes le repas du
soir en commun avec le calife. Notre conversation assez
indiffrente, fut continuellement assaisonne de sa part
par des exhortations la fidlit et la loyaut. Husein
Pacha fut ma grande joie invit passer la nuit dans
ma rekouba tandis que ses parents reurent la permission de
retourner chez eux. Le calife nous quitta; les domestiques










CHAPITRE X.


taient aussi parties pour se reposer: nous restmes seuls.
Alors seulement nous nous salumes d'une faon cordial
et nous pmes changer nos penses sur notre situation.
Husein Pacha, dis-je, j'ai pleine confiance en toi
et tu sais fort bien aussi que tu peux computer sur ma
discretion. Comment vont les affaires Khartoum et que
sais-tu de l'attitude de la population?
Malheureusement, rpondit-il, la. situation est telle
que je l'ai raconte au calife en ta presence. La lecture
de la proclamation Shandi par Gordon a fait dborder
la coupe et a t la cause immediate de la perte do
Berber. Il est vrai qu'elle se serait peut-tre produite
aussi plus tard mais, par la lecture de la proclamation,
la catastrophe a, en tout cas, t avance. Je l'en avais
dissuad Berber et je ne connais pas la raison qui l'a
pouss cette dmarche fatale a Shandi.
Nous parlmes longtemps de la situation jusqu' ce
que Husein, qui tait dj avanc en ge, s'endormit,
fatigu du voyage. Je ne pouvais trouver encore pour
ma part ni sommeil, ni repos.
Ainsi le Soudan, don't la conqute et la defense
avaient cot tant de sang dans les dernires annes, tait-
dj autant le dire perdu! Le Gouvernement lui-mme
voulait simplement abandonner et livrer lui-mme ce pays
qui, il est vrai, au point de vue financier, ne rendait pas
encore de bnfices, mais donnait les meilleures esprances
pour l'avenir par l'immense tendue de son territoire; ce
pays, qui avait dj maintenant mis la disposition de
l'Egypte ses meilleurs bataillons, les troupes ngres; mais
il voulait rester avec lui en rapport amical! On voulait
retire les garnisons et le matriel de guerre et former un










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Gouvernement local indpendant, aprs que celui qui
existait dj s'tait form lui-mme d'une manire fatale !
C'est pourquoi on envoyait Gordon au Soudan, parce
qu'on comptait que son influence personnelle et la sym-
pathie qu'il inspirait, amneraient la ralisation de ce
plan. Certainement, Gordon tait trs aim des tribus
de l'ouest et dans l'Afrique Equatoriale, car il avait,
pendant son sjour et ses nombreux voyages dans ces
contres, conquis les populations par sa gnrosit et
sa prudence. Il avait su, en mme temps s'attirer la
sympathie respectueuse des amis et des ennemis par la
bravoure don't il avait fait preuve dans de nombreux
combats. Il avait t aim sans contredit, mais maintenant
les tribus de l'ouest avaient un Mahdi qui faisait des
miracles et qui tait respect comme un dieu; Gordon fut
vite oubli. Les tribus du Soudan, les ngres et les Arabes,
sont d'ailleurs, moins que n'importe quel people de la terre,
accessible aux motions sentimentales ou au souvenir de
la reconnaissance. Du reste, il ne s'agissait pas ici des
tribus de l'ouest ou des provinces quatoriales, mais
surtout des tribus de la valle du Nil, et particulirement
des Djaliin ; or, ceux-ci n'taient justement rien moins que
bien disposs envers Gordon la suite de sa guerre avec
Soliman Zober et parce qu'il avait chass leurs parents,
les Gelaba. Le fait de l'arrive de Gordon sans forces
militaires, montre bien qu'il s'tait tromp sur la situa-
tion, les dispositions des populations et sur l'influence que
pouvait avoir sa seule personnalit. En outre, c'tait une
ide particulirement malheureuse de faire connatre par
une proclamation la resolution du Gouvernement d'aban-
donner le Soudan lui-mme.










CHAPITRE X.


Husein Pacha avait pri Gordon de garder secrte
cette proclamation. Celui-ci suivit le conseil Berber,
mais change de resolution Shandi et fit lire la pro-
clamation toute la population. Gordon n'avait-il donc
aucune connaissance des pamphlets du Mahdi rpandus
partout aprs la prise d'El Obed, et sommant tous les
croyants de combattre? Ne savait-il pas que celui qui
s'y refusait, ou qui suivait les ordres des Turcs ou qui
leur venait en aide d'une manire quelconque dans leurs
entreprises, se rendait coupable de trahison envers la
religion, tait possible de la perte de ses biens tandis
que ses femmes et ses enfants deviendraient esclaves
du Mahdi et de ses fidles ? Gordon voulait retire la
garnison, et abandonner sans protection dans leur patrie
les tribus des boards du Nil, qui, aprs avoir favoris
ses desseins, se trouvaient au pouvoir du Mahdi, non
seulement par la force de celui-ci, mais aussi par suite
de leur inaction envers les Turcs. Comment auraient-ils
pu se dfendre contre le Mahdi auquel ils appartenaient
comme ranima et qui disposait de plus de 40000 fusils
et de troupes immense de fanatiques sauvages, altres
de sang et de butin ?
Si le Gouvernement, la suite des vnements
politiques, n'tait pas en tat de se maintenir au
Soudan et de reconqurir peu peu les provinces
insurges, pourquoi y envoyer et sacrifier Gordon?
N'importe quelle personnalit militaire aurait pu amener
sur un bateau Berber les troupes et le matriel de
guerre, sous prtexte d'un changement de garnison et
les sauver ainsi totalement ou tout au moins en parties.
Cette ville aurait srement pu tre atteinte par une retraite










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


trs rapide qui aurait ressembl un peu, il est vrai, une
fuite.
Mais, par la lecture de la proclamation, les inten-
tions du Gouvernement et sa faiblesse incroyable furent
connues partout aussitt; la bravoure personnelle et
l'nergie de Gordon suffiraient-elles effacer la faute
politique norme qu'il venait de commettre ?
Je me tournai et me retournai sur ma couche, sans
envie aucune de dormir, tandis que les ronflements de
Husein prouvaient qu'il jouissait encore malgr tout d'un
bon sommeil. J'avais encore le caractre trop Europen
et ne pouvais comprendre son indifference fataliste. Plus
tard, j'appris, il est vrai, accueillir sans aucune motion
bien des vnements mouvants. Il tait ncessaire de
pouvoir supporter ce qui m'attendait encore.
Le lendemain matin, comme le calife nous honorait
de sa visit, son regard pntrant remarqua aussitt que
mes yeua taient rouges; il m'en demand la cause: je lui
rpondis que j'avais pass toute la nuit sans sommeil, en
proie la fivre. II me conseilla de me manager et de ne
pas aller au soleil, ni la prire du Mahdi. J'accomplis
donc mes prires seul dans l'ombre de la rekouba, mais
sous les yeux des domestiques et je me composai une
mine des plus dvotes sachant fort bien qu'ils devraient
fire part leur maitre exactement de leurs observations.
Le lendemain mes huttes taient enfin termines;
je les occupai aussitt avec la permission du calife,
tandis que Husein Pacha tait log chez ses parents. Il
rcitait chaque jour consciencieusement ses cinq prires
avec le Mahdi, s'efforait avec zle d'acqurir sa faveur et
celle du calife afin de recevoir la permission de retourner










CHAPITRE X.


dans son pays; je restai rgulirement avec le calife, ne
me rendant auprs du Mahdi que sur sa demand expresse.
Quelques jours plus tard, le bruit se rpandit parmi
les moulazeimie que Haggi Mohammed Abou Gerger avait
t attaqu par Gordon Pacha, srieusement bless, et
chass de Khartoum qu'il assigeait de sorte que la ville
tait maintenant compltement dlivre de ses assigeants.
Cette nouvelle remplit mon cour de joie, bien que je
m'efforasse de cacher totalement avec soin une apparence
d'intrt quelconque.
A ce moment arriva aussi Salih woled el Mek. Il
avait d se rendre Fadasi et avait t envoy par
Haggi Mohammed Abou Gerger au Mahdi et au calife qui
lui accordrent leur pardon. Lui aussi confirm le bruit
qui courait de la retraite des assigeants et me donna
des informations plus prcises sur Gordon.
Comme j'avais t appel le soir par le calife, celui-
ci me demand, aussitt aprs les salutations, tandis que
nous commenions peine dchirer avec nos mains les
grosses pieces de viande:
As-tu entendu la nouvelle apporte aujourd'hui
et qui concern Haggi Mohammed Abou Gerger?
Non, rpondis-je, je n'ai pas quitt aujourd'hui
ta porte, et je n'ai parl personnel.
Gordon, continue le calife, aprs avoir remont
un peu le Nil Bleu, a attaqu soudainement Haggi
Mohammed par eau et par terre. On raconte qu'il avait
pris sur son bateau des dispositions telles que les balles
des Ansar, qui partaient de la forteresse, ne pouvaient lui
faire aucun mal. L'infidle est adroit, mais Dieu le punira!
Haggi Mohammed, don't les hommes ont t disperss,











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDL


a d se retire devant des forces suprieures. Gordon se
rjouit maintenant de sa victoire, mais il se trompe sur
ses suites, car Dieu fera vaincre la foi, et dans quelques
jours, la punition du Tout-Puissant l'atteindra. Haggi
Mohammed n'est pas, il est vrai, un homme conqurir
un pays; le Mahdi a donn l'ordre Abd er Rahman
woled en Negoumi d'aller Khartoum et de l'assiger.
J'espre que Haggi Mohammed n'a pas subi de
pertes importantes ? demandai-je. Mais, en moi-mme,
est-il besoin de le dire, je souhaitais le contraire.
Un tel combat n'a certes pas eu lieu sans pertes,
dit le calife ingnument, mais je n'ai pas, sur leur im-
portance, des nouvelles prcises.
Le calif fut ce jour l moins loquace que d'habi-
tude; la victoire de Gordon le troublait bien un peu;
elle pouvait avoir peut-tre des suites plus importantes
que le calife ne voulait l'avouer. Je rentrai et envoyai
mon domestique Salih woled el Mek pour le prier de
venir me voir en secret. Sa demeure tant proximity
de la mienne, il arriva quelques instants aprs. Nous
changemes alors nos impressions sur la joyeuse nou-
velle, au sujet de laquelle il avait dj entendu par des
parents du Mahdi des dtails plus prcis; nous nous
entretnmes, fort avant dans la nuit, des temps passs, des
vnements actuels et de nos esprances pour l'avenir.
J'avais retrouv un peu d'espoir en apprenant la nouvelle
de cette victoire, mais Salih woled el Mek ne voyait dans
la dfaite des Mahdistes qu'un succs passage et ses
craintes n'taient malheureusement que trop fondes.
Gordon Pacha se trouva aussitt son arrive
Khartoum aux prises avec une situation trs difficile. La











CHAPITRE X.


proclamation fut lue; l-dessus les Djaliin commencrent
se soulever; ils lirent enfin comme chef Haggi Ali
woled Saad qui disposait bien de forces imposantes mais
qui voulait diffrer le combat aussi longtemps que possible
pour des motifs personnel et cause aussi de son
inclination pour le Gouvernement.
Les consuls des Puissances trangres voyant que les
vnements Khartoum prenaient une tournure toujours
de plus en plus menaante, demandrent Gordon de les
conduire Berber; mais comme ils ne pouvaient, l
non plus, trouver une scurit suffisante, ils rsolurent,
l'instigation de Gordon, d'attendre encore. Les habi-
tants de Khartoum considrrent au commencement leur
nouveau gouverneur gnral avec mfiance parce qu'ils
craignaient que, conformment la proclamation, il fut
venu seulement pour sauver la garnison. Mais peu peu
ils comprirent et bientt eurent la conviction qu'il tait
prt vaincre ou prir avec eux.
Le sheikh El Ebed, un des plus puissants sheikhs
religieux, avait rassembl ses partisans et campait dans
le voisinage de Halfaya. Afin de chasser les rebelles
de leur position, Gordon envoya des troupes sous le
commandement de Hasan Mousma et de Sad Pacha
Husein qui avait t prcdemment moudir de Shakka.
Mais, du toit de son palais, il put se rendre compete
avec sa longue-vue comment les officers, auxquels il
avait accord sa confiance pleine et entire livraient leurs
soldats l'ennemi, puis rentraient avec le reste
Khartoum. Il fit comparatre les traitres dans la nuit
mme devant une cour martial et fit excuter anssitit la
sentence de mort rendue contre eux. Malgr cet incident,











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


il russit le lendemain chasser l'ennemi de sa position
et amener Khartoum les Sheikbiehs, fidles au Gou-
vernement, sous la conduite du sandjak Abd el Hamid
woled Mohammed.
Salih woled el Mek, qui tait enferm dans Fadasi
avait demand Gordon des secours. Comme on ne
pouvait lui en envoyer, il fut forc de se rendre avec
quatorze cents hommes de cavalerie rgulire et ses
autres troupes. La population de tout le Ghezireh se
rassembla alors pour assiger Khartoum sous les ordres
de Haggi Mohammed Abou Gerger.
Tandis que ces vnements se passaient dans le
voisinage de Khartoum, l'ancien prcepteur du Mahdi,
le sheikh Mohammed el Cher (portant autrefois le nom
de Mohammed el Diker), qui avait t nomm par le
Malihdi, mir de la province de Berber arriva sur les
boards du Nil. D'aprs son ordre, Haggi Ali rassembla ses
Djaliin et, avec. ceux-ci, renforc par les Barabara
et les Bicharia ainsi que par les autres tribus de la
province, Mohammed Cher assigea Berber qui se rendit
au bout de quelques jours.
La province de Dongola rsistait encore trs bien;
elle n'avait pas jusqu'ici encore t trouble cause de
la ruse de son gouverneur Moustapha bey lawyer qui avait
dj deux fois offert de fire sa soumission au Mahdi.
Cependant le Mahdi n'avait aucune confiance dans le
gouverneur et il envoya contre lui son parent Sejjid
Mohammed Ali. Celui-ci se joignit l'mir des Sheikhiehs,
le sheikh El Hedaa qui avait dj auparavant suscit
au gouverneur nombre de difficults, afin de prendre
possession de Dongola. Mais les troupes de Dongola sous











CHAPITRE X.


le commandement d'un officer anglais (1) anantirent
Mohammed et les forces des Mahdistes Debba o
prirent Sejjid Mohammed et Hedaa. La province de
Dongola fut ainsi sauve pour quelque temps.
Les choses allaient de mal en pis Sennaar qui,
assige par l'ennemi, possdait bien des vivres suf-
fisants, mais tait prive de toute communication avec
les autres parties du pays. Tout d'abord, la courageuse
sortie de Nur bey qui battit et dispersa les assigeants,
laissa qielque temps de rpit la garnison.
De tous cts on priait le Mahdi de venir en
personnel. Toutefois celui-ci ne se htait nullement d'ac-
cder cette demand, sachant que ce pays tait en
tout cas une proie assure qui n'aurait pu lui tre
arrache que par une grande arme expdie par
l'Egypte ou par une autre Puissance. Il pensait avec
raison ne plis avoir craindre une telle ventualit.
Chaque vendredi, rgulirement, il passait lui-mme
ses troupes en revue.
Il divisa toutes ses forces en trois corps don't
chacun fut plac sous les ordres d'un de ses califes. Le
calife Abdullahi fut nomm Ras el Ghesh, commandant
en chef de toute l'arme,.
Le drapeau noir (Ra ez serga, exactement Er raet
ez serga) appartenait au calif Abdullahi ou Yacoub
son reprsentant; le drapeau vert (Ra el okhter, exacte-
ment Er raet el khadra) au calife Ali woled Helou: le
drapeau rouge (RaY c tohraf, le drapeau des nobles) au
calif Mohammeac Chrif.
(1) C'tait le major Kitchener, present Sir Herbert Kitcliener
Pacha, Sirdar (commandant en chef) de l'arne gyptienne).










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Aux trois bannires principles taient subordonns
d'innombrables petits drapeaux sous la garde des mirs.
Dans les revues, tous les mirs obissant la bannire
noire se tenaient avec leurs tendards sur une ligne
dploye, le front tourn du ct de l'est.
En face d'eux se trouvaient les mirs obissant la
bannire verte une distance gale, le front tourn du
ct de l'ouest, tandis que les deux lignes taient runies
par ceux qui obissaient la bannire rouge, le front
tourn vers le nord. Comme le nombre des combatants
ce moment l tait immense, cette disposition formait
un carr gig intesque, ouvert d'un ct, dans lequel le
Mahdi se rendait la fin de la revue avec son calife
Abdullahi et ses moulazeimie, galopant devant le front
afin de rjouir les soldats par sa vue et de les saluer
par ces mots: Allah jibarek fikoum (Dieu vous
bnisse.)
Ces revues nommes arda ou tarr taient, comme
nous l'avons vu, passes chaque vendredi et, la suite
de chacune, les bruits les plus tranges circulaient sur
la personnel du tout puissant homme de guerre.
L'un avait vu le Prophte chevauchant aux cts
du Mahdi et parlant avec lui; un autre avait entendu
les voix clestes qui bnissaient les combatants pour la
foi (ansar) et leur promettaient la victoire. Un troisime
prtendait que l'ombre d'un nuage qui passait tait forme
par les ailes des anges que le Tout-Puissant avait
envoys pour rafrachir ses bien-aims.
Environ trois jours aprs que la nouvelle de la
dfaite d'Abou Gerger nous fut parvenue, un Italien
rsidant autrefois Berber, nomm Giuseppe Cuzzi arriva
Slatin Pacha. 27











CHAPITRE X.


de Khartoum Rahat. Il avait t laiss Berber
par A. Marquet, reprsentant de la maison franaise
Debourg et Cie, pour oprer la liquidation de quelques
petites affaires et y avait t fait prisonnier. Mohammed
Cher l'avait envoy Khartoum, o il devait remettre
Gordon une lettre de Haggi Mohammed Abou Gerger;
il ne fut pas reu par lui personnellement, mais par un
poste militaire tabli en face de Khartoum sur la rive
nord du Nil Bleu et renvoy la personnel qui l'avait
expdi. Haggi Mohammed Abou Gerger envoya alors
Cuzzi au Mahdi qui le fit repartir de nouveau, en com-
pagnie d'un Grec nomm Calamatino, pour Khartoum,
avec des lettres adresses Gordon, dans lesquelles celui-
ci tait somm de se rendre. Je pus remettre au Grec
un petit billet pour Gordon Pacha. Calamatino seul put
pntrer dans la forteresse; il remit ses lettres au poste
et y attendit la rponse, tandis que Cuzzi, sur l'ordre de
Gordon, ne put s'approcher de Khartoum que jusqu'
une porte de fusil, car, au dire des officers qui s'taient
trouvs en rapport avec lui lors de sa premiere mission,
il cherchait les persuader de se rendre.
Aprs que nous emes clbr la fte du Ramadan
et que Abou Anga eut t rappel avec toutes ses
forces de Gebel Deier, le Mahdi fit rpandre le bruit
qu'il avait reu du Prophte l'ordre d'aller Khartoum
et d'assiger cette ville. Les mirs convoqurent leurs
hommes, leur ordonnrent de se tenir prts marcher
et menacrent ceux qui resteraient en arrire sans
permission de les considrer comme ranima.
Presque tous les habitants du pays taient, par
fanatisme et cupidit, enchants d'obir l'appel du











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Mahdi; ce qui provoqua une vritable migration de
peuples, telle que le Soudan n'en avait jamais vu.
Nous quittmes Rahat le 22 aot. L'arme mahdiste
suivait en trois colonnes. Toutes les tribus possdant des
chameaux prirent la route du nord Khursi-Halba-Dourrah
el Khadra. Le Mahdi suivit la route du centre Daara-
Sherkela-Chat-Douem, avec ses califes et une parties des
mirs. Les tribus possdant des bestiaux (Baggara) prirent
celle du sud parce qu'elles y trouveraient, dans les nom-
breux tangs, assez d'eau pour leurs troupeaux.
Ma place comme moulazem tait la suite du
calife Abdullahi.
Lorsqu'on faisait halte et qu'on campait, j'avais
l'habitude de laisser mes domestiques et mes chameaux
auprs de Salih woled el Mek qui appartenait la suite
du Mahdi. Le calife qui avait contre Salih une antipathie
secrte me fit ce sujet plusieurs fois des reproches
et m'ordonna enfin de camper avec mes serviteurs dans
son voisinage immdiat, tout en me faisant surveiller par
son cousin Othman woled Adam. Je trouvai cependant,
la nuit venue, plus d'une fois l'occasion de communique
avec Salih woled el Mek qui recevait presque chaque
jour des nouvelles sur les vnements se passant aux
environs des bords du fleuve.
Avant que nous emes atteint Sherkela, un bruit
trange circula dans notre colonne; on racontait qu'un
tranger europen et chrtien tait arriv El Obed
et tait maintenant en route pour venir la rencontre
du Mahdi. Quelques-uns prtendaient savoir que c'tait
le chef des Franais lui-mme; d'autres disaient que c'tait
un parent de la reine d'Angleterre. Une chose toutefois
27-











CHAPITRE X.


demeura certain, c'est qu'un Europen tait effectivement
arriv et je crois inutile de dire que j'tais extrmement
impatient de savoir qui avait os s'aventurer ici dans
les circonstances actuelles.
Un soir, le calif me fit appeler et me fit part qu'un
Franais tait arriv El Obeid et qu'il avait donn
l'ordre de l'amener ici.
Ce Franais est-il de ta race on bien y a-t-il
dans ton pays, comme chez nous au Soudan, des tribus
diffrentes? me demand le calife qui n'avait en ce
temps-l aucune notion de l'Europe et de ses habitants.
Je lui numrai les nations de l'Europe autant que je
le jugeai ncessaire.
Que veut donc de nous ce Franais, pour qu'il
ait franchi une si longue route ? me demanda-t-il en
rflchissant.
Peut-tre Dieu l'a-t-il conduit sur cette route et
recherche-t-il l'amiti du Mahdi ainsi que la tienne.
Le calife me regard d'un air incrdule et ajouta
brivement: Nous verrons .
Nous tions arrivs Sherkela; vers midi, le calif
me fit appeler auprs de lui.
Abd el Kadir, dit-il, le Franais voyageur vient
d'arriver et je l'ai fait amener ici; attends-le auprs de
moi, peut-tre aurais-je besoin de toi.
Quelques minutes aprs, apparut aussi Husein Pacha
qu'il avait galement fait appeler.
Il se passa un certain temps jusqu' ce que le
moulazem du calif annont que l'tranger se trouvait
devant la porte. Le calife donna ordre de le faire
(ntrer.









SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


C'tait un jeune homme lanc, d'environ trente ans,
de force moyenne, le visage fortement brl du soleil,
il portait des moustaches et de lgers favors blonds; il
tait vtu de la gioubbe et du turban; il salua avec un
salam aleikum le calife qui, sans se lever de son
angareb, l'invita s'asseoir.
Pourquoi es-tu venu ici et que veux-tu de nous ?
furent les premires paroles pleines de dfiance que le
calife lui adressa.
L'tranger essaya de rpondre en langue arabe, mais
il put seulement faire comprendre qu'il tait Franais et
qu'il tait arriv ici venant directement de France.
Parle avec Abd el Kadir, rpliqua le calife inter-
rompant l'tranger au milieu de son discours incompr-
hensible, il me fera part de tes intentions.
L'tranger me regard d'un air mfiant et me salua
en langue anglaise.
Je ne suis pas Anglais, rpondis-je en m'avanant,
parlez franais; abrgez, et arrivez immdiatement la
cause de votre voyage ici. Plus tard nous trouverons
l'occasion de parler ensemble en confidence.
Pourquoi t'entretiens-tu avec lui si longtemps, Abd
el Kadir; je veux apprendre ses intentions, et tout de
suite, s'cria le calife.
Je lui apprenais quel tait mon nom, rpondis-je,
et le sommais de dire la vrit, car toi et le Mahdi vous
tes des hommes clairs par Dieu, vous connaissez les
penses des hommes et vous savez lire dans leur cur.
Husein Pacha, qui tait assis ct de moi, dit
rapidement: C'est la vrit, et que Dieu prolonge leur
vie; mais tu as bien fait de rendre l'tranger attentif.










CHAPITRE X.


Le calife se calma et dit tranquillement: Cherche
savoir la vrit.
Mon nom est Olivier Pain, me rpondit alors
l'tranger dans sa langue maternelle, et je suis Franais.
Dj, depuis ma premiere jeunesse, je m'intressai au
Soudan et j'avais des sympathies pour ces populations;
je ne suis pas le seul, car tout mon pays prouve ce
sentiment. Mais il y a sur notre continent des nations
avec lesquelles nous vivons en inimiti. L'une de celles-
ci est la nation anglaise qui s'est tablie en Egypte,
tandis que l'un de ses g`nraux, Gordon, command
Khartoum. Je suis venu pour vous offrir mon alliance
et celle de ma nation.
Quelle alliance? demanda le calife, auquel j'avais
t'adnit mot mot le discours d'Olivier Pain.
Moi-mme je ne puis vous aider que de mes con-
seils, ajouta Olivier Pain, mais ma nation serait prte
gagner votre amiti, vous soutenir aussi par des actes
et vous livrer de l'argent et des armes.
Es-tu mahomtan ? demand le calife comme
s'il n'avait pas entendu les derniers mots.
Oui, je suis depuis longtemps un fervent de cette
religion, laquelle j'ai adhr publiquement El Obed.
Bien, dit le calife en se tournant vers moi, reste
avec Huscin auprs du Franais, je vais avertir le
Mahdi et reviendrai ensuite auprs de vous.
Lorsqu'il nous eut quitts, je serrai la main
d'Olivier Pain et je le prsentai Husein Pacha. Quoique
sa proposition nonce par lui srieusement ce qu'il
semblait, de soutenir mes ennemis, m'intresst d'une faon
toute particulire, je lui recommandai d'tre avant tout










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


prudent dans ses discours et de se donner comme pouss
venir ici plutt par l'amour de la religion que par des
vises politiques.
Husein Pacha tait dans son for intrieur trs svre
pour les rdeurs.
Vous appelez en Europe des politiques, me
dit ce dernier en arabe, des gens qui ne sortent de
chez eux que pour tuer des hommes, pour ramasser du
butin, pour emmener en esclavage des femmes et des
jeunes filles de notre religion, vous les soutenez et vous
leur offrez de l'argent et des armes! Mais, si un pauvre
homme de notre race achte un ngre qui ne se distin-
gue d'un animal que parce qu'il peut dire quelques
mots et l'emploie cultiver son champ, vous appelez
cela un pch, une horreur et vous vous arrogez le
droit de punir une telle action.
Malche (cela ne fait rien, phrase destine
tranquilliser et continuellement employe), dis-je Husein
Pacha, celui qui vit longtemps voit beaucoup.
Le calife revint bientt et nous ordonna de pro-
cder nos ablutions pour prendre part avec le Mahdi
la prire de midi.
Nous obmes son injunction et suivmes le calife
au lieu du culte o, la nouvelle de l'arrive d'Olivier
Pain, une immense foule s'tait rassemble exprimant les
avis les plus absurdes sur le nouveau venu. A peine
avions-nous pris place, Olivier Pain au second rang, que
le Mahdi parut. Il portait une belle gioubbe frachement
lave, parfume de toutes les odeurs possibles; son
turban tait enroul autour de la tte avec un soin
particulier; ses paupires peintes avec du cool, afin











CHAPITRE X.


de donner plus d'clat son regard. Il me fit l'impression
d'avoir attach de l'importance paratre aussi avan-
tageusement que possible aux yeux de l'tranger. Il
semblait flatt qu'un homme ft venu de si loin pour
le voir et lui offrir son concours.
S'asseyant sur une peau de bte, il nous appela
tous auprs de lui et, regardant Olivier Pain, tandis
qu'il souriait toujours, il reut son salut avec bienveil-
lance, mais ne lui tendit pas la main. Puis il lui ordonna
d'expliquer les motifs de sa venue, et m'invita servir
d'interprte come je l'avais fait prcdemment.
Olivier Pain recommena la mme histoire qu'il
avait raconte dj au calife. Le Mahdi m'invita parler
aussi fort que possible afin que la foule curieuse qui
nous coutait put tout entendre et comprendre. Lorsque
nous emes fini, le Mahdi dit haute voix:
J'ai entendu et compris tes intentions; je ne me
fonde pas sur le soutien des hommes, mais je n'ai con-
fiance qu'en Dieu et en son Prophte; ton people est
un people d'infidles et jamais je ne m'allierai avec
lui; mais je punirai et j'anantirai mes ennemis avec
l'aide de Dieu, de mes Ansar et des troupes d'anges
que m'enverra le Prophte.
Les cris pousses par des milliers de poitrines
annoncrent la satisfaction gnrale cause par les paroles
du matre. Lorsque le calme se fut rtabli, le Mahdi se
tourna vers Olivier Pain:
Tu affirmes aimer notre religion, la seule et la
vraie; es-tu mahomtan ?
Certainement, rpondit Olivier, et il pronona
haute voix la profession de foi musulmane: La ilaha











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


ill Allah, ou Mohammed rasoul Allah . Alors le Mahdi
lui tendit sa main baiser sans toutefois exiger de lui
le serment de fidlit.
Nous retournmes dans les rangs des fidles, Olivier
Pain ct de moi et nous fmes notre prire avec le
Mahdi. Quand elle fut termine, le matre pronona quel-
ques paroles d'dification pour le salut gnral des mes,
puis il se retira accompagn du calife. Ce dernier m'ordonna
auparavant de prendre Olivier chez moi jusqu' novel
avis et d'attendre ses ordres ultrieurs. J'eus alors le
loisir de causer avec mon hte sans crainte d'tre drang.
Bien que je ne pusse exprimer mon aversion pour
sa mission d'aventurier, j'prouvai cependant de la piti
pour l'homme qui, s'il avait pens reporter un succs,
s'tait heurt une amre dception. Je le saluai encore
une fois cordialement et lui dit:
Eh bien cher Monsieur, maintenant que nous
voil seuls pour quelques instants, nous allons parler
ceur ouvert. Bien que votre mission n'ait absolument
pas mes sympathies, je vous assure cependant, en vous
serrant la main, que je ferai tout ce qui sera en mon
pouvoir pour prvenir toute atteinte votre scurit
personnelle. Maintenant vous pouvez tre tranquille et
comme je suis depuis des annes sans relations avec le
monde, racontez-moi ce qui s'est pass en Europe pendant
ce temps!
J'ai en vous une confiance absolue, me rpondit-
il, je connais votre nom qui a t souvent prononc devant
moi, depuis que je suis en Afrique; je suis heureux que
le sort m'ait conduit auprs de vous. Il y aurait beaucoup
de choses raconter, que vous ne savez pas encore.


. 425










CHAPITRE X.


Permettez que je commence par l'Egypte, cela vous
intressera davantage, je le crois.
Il me parla alors du soulvement de Ahmed Pacha
el Arabi, des grands massacres, de l'intervention des
Puissances et de l'action de l'Angleterre qui avait occup
l'Egypte.
Je suis, dit-il, collaborateur de l'Indpendance et
collgue de Rochefort que vous connaissez aussi certai-
nement. La politique de la France et de l'Angleterre,
come vous ne l'ignorez pas, ne suit pas le mme chemin,
et c'est notre devoir, l o faire se peut, de contrecarrer
les vises de la politique anglaise. Je ne suis pas venu
ici comme plnipotentiaire de la France, mais plutt pour
mon propre compete. On connait cependant mes plans et
on semble les favoriser. Le gouvernement anglais, instruit
de mes desseins, a sem sur mon chemin tous les obstacles
possibles. J'ai t mme signal, poursuivi, chass de Wadi
Halfa. Plus tard, j'ai russi trouver des Arabes de la tribu
des Eregat qui m'ont secrtement amen d'Esneh par
Kab El Obed, en suivant la route qui mne l'ouest de
Dongola. J'ai t reu aujourd'hui parle Mahdi d'une faon
trs amicale, je suis satisfait et j'ai beaucoup d'espoir.
Pensez-vous rellement que votre proposition sera
accepte ? lemandai-je.
Si ma proposition n'est pas accepte immdiate-
ment, j'espre cependant que le Mahdi sera dispos
enter en relations amicales avec la France, ce qui me
suffirait momentanment. Je suis venu ici de mon propre
movement et dans les meilleures intentions. C'est pour-
quoi je suis presque certain que le Mahdi ne m'empchera
pas de m'en retourner.










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Cela ne me parait pourtant pas aussi sr qu'
vous lui dis-je; avez-vous laiss une famille dans votre
patrie?
Oui, rpondit-il un peu inquiet, j'ai laiss Paris
une femme et deux chers enfants. Je pense souvent
eux et je me rjouis de les revoir bientt. Soyez franc,
Monsieur I quoi dois-je m'attendre, d'aprs votre avis?
Mon cher Monsieur, avec ce que je connais de
ces gens, vous n'avez pour le moment rien craindre
pour votre propre personnel, mais quand et de quelle
manire vous pourrez leur chapper, je ne puis l-
dessus rien vous dire de prcis aujourd'hui. Ce que
j'espre, c'est, qu'on refusera vos propositions qui pour-
raient pourtant tre utiles un jour cet ennemi de
l'Angleterre, qui est galement mon ennemi. Je souhaite
avec vous qu'on vous laisse retourner sans tarder dans
votre patrie o vous attendent votre femme et vos
enfants.
J'avais donn ordre mon domestique de nous
apporter manger, j'invitai aussi Gustave Kloss, l'ancien
domestique d'O'Donovan, partager notre repas. Il avait
obtenu, sur ma demand, la permission du calife de
demeurer auprs de moi. Nous avions peine commence
que deux moulazeimie du calife parurent et invitrent
Olivier Pain les suivre. 11 fut surprise qu'on lui ordonna
d'aller seul et sortit quelque peu froiss. Je trouvai aussi
cette invitation un peu trange, car Olivier Pain parlait
si mal l'arabe que, seul, il pouvait peine se faire com-
prendre. Je faisais, ce sujet, une remarque Mous-
tapha (Kloss) lorsque je fus mon tour appel auprs
du calife.










CHAPITRE X.


Abd el Kadir, me dit-il avec confiance, je te
considre absolument comme tant des ntres. Que penses-
tu de ce Franais?
Je crois, rpondis-je, que cet homme est sincere
et qu'il a de bonnes intentions. Mais ne connaissant
ni toi, ni le Mahdi, il ne savait pas que vous n'avez
confiance qu'en Dieu et que vous ne recherchez ni
ne voulez aucun autre alli. C'est pourquoi vous tes
victorieux car Dieu est avec ceux qui se confident en
lui.
Tu as entendu, continue le calife, les paroles que
le Mahdi a adresses au Franais. Nous ne voulons pas
d'alliance avec les infidles et nous vaincrons nos en-
nemis sans leur concours.
Certainement, fis-jo observer, c'est pourquoi cet
homme est inutile ici; il doit retourner prs de son
people et faire connatre ses compatriotes les victoires
du Mahdi et de son gnral le calife.
Peut-tre plus tard, dit celui-ci, pour le moment
je lui ai ordonn de rester auprs de Zeki Tamel qui
s'occupe dj de lui.
Il lui sera difficile de se faire comprendre, car
il connait peu la langue arabe.
Dans son voyage jusqu'ici, il n'avait pourtant
aucun interprte, interrompit le calife, du reste, je te
permets de lui rendre visit.
Il me parla ensuite d'autres choses et me montra
les chevaux que Zogal venait de lui envoyer du Dar-
four et don't je reconnus plus d'un.
Aprs avoir quitt le calife, je cherchai Olivier Pain
et le trouvai l'ombre d'une tente troue, la tte appuye











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


dans les mains, et rflchissant. En m'apercevant, il se
leva et vint ma rencontre.
Je ne sais que penser; on me donne l'ordre de
rentrer ici, on m'y apporte mes bagages; un certain
Zeki, me dit-on, s'occupera de moi. Pourquoi ne me
laisse-t-on pas avec vous?
C'est dans le caractre du Mahdi et particu-
lirement dans celui du calife de contrarier les dsirs de
chacun. Ils appellent cette rgle de conduite: Eprouver la
patience, la soumission et la foi d'un homme, lui rpondis-
je pour le calmer. Vous n'avez rien craindre. Le calife
peut se dfier peut-tre jusqu' un certain point de nous
deux et ne pas dsirer que nous soyons toujours en-
semble pour trouver peut-tre l'occasion de critiquer sa
manire d'agir. Mais voici justement Zeki Tamel qui a
t autrefois mon compagnon dans plus d'un combat. Je
veux vous recommander cet home .
J'allai la rencontre de Zeki Tamel qui me salua
et s'informa de ma sant.
Ami, lui dis-je, cet homme est tranger et c'est
ton hte. Je le recommande ta bienveillance. Au nom
de notre ancienne amiti, je te prie d'tre aimable et
indulgent avec lui.
Je ne le laisserai certainement manquer de
rien, autant que cela sera en mon pouvoir ; mais,
me dit-il voix basse, le calife m'a dfendu de le
laisser avoir des rapports avec d'autres personnel, et
c'est pourquoi je dois te prier de ne venir le voir que
rarement.
La defense ne me concern pas, rpliquai-je, car je
viens justement de chez notre matre qui m'a accord











CHAPITRE X.


la permission de visiter ton hte quand cela me conviendrait;
donc, encore une fois, je te prie, prends soin de lui.
Je retournai auprs d'Olivier Pain et l'exhortai au
courage. Je lui dis que le calife dsirait qu'il n'et pas
de rapport avec ses gens, ce qui serait prfrable pour
lui, car il courait d'autant moins le risque d'tre calomni
par eux. Je lui promise de lui faire visit aussi souvent
que possible.
Le lendemain matin, retentit le gros tambour de
guerre du calife; cet instrument tait nomm mansoura,
le victorieux. C'tait le signal du dpart.
Nous marchions seulement depuis le matin jusqu'
midi et nous n'avancions que lentement. Comme midi
nous tablissions notre campement, je cherchai Olivier Pain
et le retrouvai l'ombre de sa tente. Il se sentait bien
physiquement, mais se plaignait de la mauvaise nour-
riture. Zeki, qui pendant notre entretien tait survenu,
m'assura qu'il lui avait envoy deux fois de l'asida, mais
que Pain n'en avait presque pas pris. Je lui rpondis
que cet tranger n'tait pas encore habitu ce plat du
pays, c'est pourquoi je promise de lui envoyer chaque
fois que je le pourrais un autre mets par mon domestique.
Aussitt rentr chez moi, je fis prparer un peu de
soupe et de riz qu'on porta Olivier Pain.
Le soir, le calife me demand si j'avais vu Pain.
Oui, lui dis-je.
Je lui racontai alors qu'il n'tait pas encore habitu
notre asida et que, si on l'obligeait en manger,
il tomberait probablement malade. Je lui demandai la
permission de lui envoyer de temps en temps une
nourriture plus lgre, ce quoi il consentit.











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Toi-mme, tu te contents pourtant de la nour-
riture du pays, ajouta-t-il, il serait donc en tout cas
prfrable pour lui de s'y habituer galement le plus tt
possible; mais, o est Moustapha, je ne l'ai pas vu depuis
que nous sommes parties de Rabat.
Il est ici et surveille mes domestiques dans les
soins qu'ils donnent aux chevaux et aux chameaux.
Sur le dsir du calife, j'envoyai un des grooms qui
se tenaient au dehors, pour le chercher. Quelques minutes
aprs Moustapha arriva.
O donc te tiens-tu toujours, que je ne t'ai pas
aperu depuis des semaines, gronda-t-il, as-tu donc oubli
que je suis ton matre ?
Je suis, avec ta permission, auprs d'Abd el Kadir et
je l'aide dans ses travaux, dit Moustapha d'un air arrogant.
Tu ne t'occupes pas de moi et tu m'as livr moi-mme.
Je m'occuperai de toi l'avenir dit le calife en
colre. Il appela un moulazein: Conduis Moustapha
auprs du secrtaire Ben Nagi : ordonna-t-il, et fais-le
mettre aux fers
Kloss suivit son garden sans rpliquer un mot.
Moustapha, continue le calife, est un mauvais
home et tu as suffisamment de serviteurs pour pouvoir
facilement te passer de lui. Je l'ai pris auprs de moi
et il m'a quitt sans motifs. Je lui ai ordonn de servir
mon frre Yacoub, il s'est plaint de lui et l'a quitt.
Maintenant qu'il est auprs de toi, croit-il pouvoir ne
plus s'occuper de nous.
Pardonne-lui, car qui pardonne est misricordieux !
Ordonne-lui de rester auprs de ton frre, peut-tre
deviendra-t-il meilleur ?











CHAPITRE X.


Il doit passer quelques jours dans les fers, afin
d'apprendre que je suis son matre. Il n'est pas meilleur
que toi et tu viens chaque jour ma porte, me dit-il
en souriant, parce qu'il vit bien que j'tais bless de sa
faon d'agir envers Moustapha.
Il fit apporter le souper pendant lequel je m'observai
d'une faon toute particulire, afin de ne pas donner au
calife, qui me surveillait, le soupon que je lui en voulais
de m'avoir enlev Moustapha. Il parla peu, et paraissait
de mauvaise humeur. Aprs le souper, il prit cong de
moi avec quelques paroles amicales qui toutefois ne me
semblaient pas venir du cur.
Je revins sous ma tente o je ne pus pendant
longtemps trouver le sommeil. Je dployais toute la
patience et toute l'abngation possibles pour conqurir
la faveur du calife, et pouvoir profiter d'autant plus
facilement un jour d'une occasion de dlivrance. Mais,
grce son caractre entier, c'tait un rle dif-
ficile de ne pas sortir de sa ligne de conduite et de ne
pas blesser son prodigieux orgueil. Chaque jour, je
voyais des examples de son humeur capricieuse; il
n'avait aucun gard pour ses moulazeimie qu'il faisait,
la moindre faute, enfermer, mettre aux fers et bat-
tre. La privation des biens tait la suite habituelle de
ces faits. Il tait habitu obir son premier mou-
vement, ne rflchissant pas longtemps, et attachait
une importance norme toujours montrer qu'il tait le
matre.
Fadhlelmola, frre d'Abou Anga, commandant des
Djihadia (ils taient tous deux fils d'un esclave libr
d'un parent du calife) tait charge des functions de











SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


son frre. Ce Fadhlelmola avait un ami fidle et un con-
seiller en la personnel d'Ahmed woled Younis, de la tribu
des Sheikhiehs. Le mme soir, il s'tait rendu chez le
calife pour lui demander de donner son autorisation au
marriage de Younis. Le calife tant de mauvaise humeur
voulut encore une fois montrer qu'il tait le matre. Il
fit appeler le pre de la jeune fille et lui demand
devant les personnel prsentes s'il voulait marier sa fille
avec Ahmed woled Younis. Comme celui-ci rpondait
affirmativement, il lui dit: J'ai rsolu, car je trouve
que cela est prfrable pour son bonheur, de la marier
Fadhlelmola. As-tu quelques objections prsenter?
Le pre de la jeune fille dclara naturellement
qu'il tait absolument de l'avis du calif et celui-ci
ordonna aussitt: Eh bien le fatha! (prire d'usage
pour la bndiction des marriages Les personnel pr-
sentes levrent les mains, rcitrent le fatha et man-
grent des dattes qu'on leur offrit. Puis elles furent
congdies par le calif. Fadhlelmola s'en alla,'riche
d'une femme de plus; Ahmed woled Younis plus pauvre
d'une esprance. L'humeur du calif tait satisfaite;
avec un tel matre, il fallait tre prudent.
Environ cinq jours plus tard, nous atteignmes
Chat. L, beaucoup de sources combles prcdemment
furent rtablies et des huttes en paille avec des
cltures furent leves pour le Mahdi et ses califes. Le
Mahdi voulait s'arrter plusieurs jours en cet endroit.
Pendant la march, je rendis chaque jour visit
Olivier Pain. Il tait toujours de plus mauvaise hu-
meur et plus ennuy de son isolement, car les rapports
avec les autres hommes et les esclaves commis son
Slatin Pachl. 28











CHAPITRE X.


service lui restaient interdits. Ces quelques jours avaient
suffi pour le faire renoncer compltement l'excution
de ses plans: il ne songeait plus maintenant qu' sa
femme et ses enfants.
Je cherchai le calmer, l'engageai esprer en
l'avenir et ne pas trop se livrer des penses mlan-
coliques qui commenaient miner ses forces. Le calif
semblait peu se soucier de lui et demandait seulement,
l'occasion, de ses nouvelles.
Le lendemain de note arrive Chat, l'ancien
sheikh du Malidi, Mohammed Clrif, arriva enfin; on
l'attendait depuis longtemps. Lui aussi avait t forc
par ses ennemis et tremblant pour sa propre sret de
paraitre en suppliant. Mais le Mahdi le dlivra aussitt de
cette situation indigne, le conduisit de la manire la
plus flatteuse sa demeure, et fit lever des tentes pour
lui. Il lui donna deux belles jeunes filles abyssiniennes
et des chevaux et russit bientt, par sa gnrosit,
s'attacher une grande parties des partisans de Moliam-
med Chrif.
Le calife avait pardonn Moustapha et lui avait
ordonn de rester auprs du secrtaire Ben Nagi. Tou-
tefois il nous tait permis de communique ensemble.
Dj aprs notre dpart de Sherkela, on savait que
les troupes de Gordon avaient essuy une grosse dfaite.
A Chat, nous remes des nouvelles dtailles de la
dfaite de Mohammied Ali Pacha Omm Douban, par le
sheikh El Ebed. Aprs avoir vaincu les rebelles Halfaya
et Haggi Mohamnmed Bourri, Gordon envoya Mohammed
Ali Pacha avec environ 2.000 hommes contre les rebelles
qui se tenaient Omm Douban, village du sheikh El











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Ebed. Mohammed Ali avait, cause de sa bravoure, eu
une carrire rapide. Il avait demand dans le temps
permuter du Darfour o il avait servi auprs de moi
comme saghcolaghassi. Gordon l'avait nomm major et,
pendant le sige, il devint successivement colonel, puis
gnral. Il march donc, avec ses 2,000 hommes, irr-
guliers la plupart, contre le sheikh El Ebed, accompagn
d'une vritable cohue de femmes et d'esclaves en qute de
quelque butin.
Pendant la march d'Elefoun, il fut surprise par les
rebelles, prs d'Omm Douban, attaqu de divers cts
la fois, et, empch de se frayed une sortie par suite
de la foule qui l'entourait, il fut battu et presque com-
pltement ananti. Quelques-uns de ses hommes parent
grand'peine s'chapper; ils apportrent la triste nouvelle
Khartoum.
Enhardis par ce succs, les rebelles resserrrent
le cercle autour de cette ville et reurent d'Abd er
Rahman woled en Neg'oumi un renfort si important que
les troupes de Gordon n'taient plus en nombre suffisant
pour oser tenter une sortie victorieuse.
De Chat, nous nous dirigemes sur Douem, oh le
Mahdi passa une grande revue. A cette occasion, montrant
le Nil ses troupes: Dieu le maitre, le Bon et le
Misricordieux, s'cria-t-il, cr ce fleuve; il vous y
dsaltrera et sur ses rivages vous trouverez des pays
don't vous serez, je vous le prdis, les matres.
Une joie fanatique s'empara de cette foule qui voyait
dj toute l'Egypte devenir sa proie.
Arrivs Dourrah el Khadra, nous clbrmes la
fte du Baram.










CHAPITRE X.


Olivier Pain souffrait de la fivre et, de jour en jour,
tait plus abattu. Malgr les doses de quinine qu'il
absorbait, sa mauvaise humeur tournant la mlancolie,
nous causa de graves inquitudes.
J'ai commis bien des sottises dans ma vie, me
dit-il un jour; mais mon voyage en ce pays est la plus
grosse de toutes; je n'envisage le rsultat qu'avec
apprehension. Il eut t prfrable que les Anglais
eussent rellement accompli leur dessein, de me faire
prisonnier.
Je le consolai et le suppliai de ne pas perdre courage.
Mais il se dtourna, en secouant tristement la tte.
Le jour du Baram, le Mahdi fit la prire haute
voix, puis lut la Khoudba (le sermon) pendant lequel,
devant tout le people, il se prit sangloter abondam-
ment. Nous autres, infidles, nous savions que, lorsqu'il
pleurait, il mditait toujours quelque mauvaise action.
Aussi, sa prdication et ses pleurs excitrent-ils au
combat ces milliers d'hommes, facilement irritables, ac-
courus en masse des provinces du Nil.
Aprs deux jours de repos, nous reprimes notre
route merchant comme de vritables tortues; les pile-
rins affluaient de toutes les contres du Soudan.
Pain allait toujours plus mal; on craignit le
typhus; il tait absolument abattu.
Un jour, il me pria de demander au Mahdi un
secours en argent: les ngres qui le servaient ne ces-
saient de mendier.
Le Mahdi fit aussitt prendre dans le Bet el Mal
cinq livres gyptiennes et me les remit en faisant des
veux pour le prompt rtablissement du malade.










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Comme je communiquai au calife l'tat grave de
Pain et le secours du Mahdi, il me reprocha d'avoir
demand de l'argent au Mahdi sans m'tre adress
lui, au pralable.
S'il meurt au milieu de nous, ajouta-t-il, il peut
s'estimer heureux, car la bont et la toute-puissance
divine l'ont arrach sa tribu: d'un infidle, elles ont
fait un fidle.
Quatre jours aprs, Olivier Pain tait si faible qu'il
pouvait peine se soulever. Depuis deux jours il ne
touchait plus aux aliments que je lui envoyais.
11 me tendit sa main amaigrie.
Ma dernire heure est arrive; je le sais, me
dit-il. Laissez-moi vous remercier de votre amabilit et
de vos soins. Une prire encore: si jamais vous tes libre
et que vous alliez Paris, portez ma femme et mes
enfants les derniers adieux d'un malheureux. Tandis
qu'il prononait ces mots, deux grosses larmes coulaient
le long de ses joues. Je l'encourageai encore et j'assurai
qu'il n'avait aucune raison de perdre toute esprance.
Les tambours de guerre qui battaient alors m'obli-
grent le quitter.
Je laissai auprs de lui un de mes domestiques,
nomm Atroun. En route, je m'entretins avec le calife
de l'tat du malade et le priai de lui laisser quelques
jours de repos dans le plus prochain village. Le calife
ne prit aucune decision et me pria de lui reparler de
Pain dans le courant de la soire.
Mais la tombe de la nuit, Atroun s'avana.
O est Youssouf? (c'est ainsi qu'on appelait
Olivier Pain) lui demandai-je tout inquiet.










CHAPITRE X.


Mon matre est mort; c'est pourquoi nous nous
sommes tant trouvs en retard.
Mort? rptai-je boulevers.
Oui, mort, rpta Atroun, nous l'avons mme
dj enterr!
Dis-moi comment cela s'est pass ...
Youssouf, mon matre, tait si faible, qu'il ne
pouvait plus se tenir cheval; nous fmes forcs de
nous trainer une parties du chemin, pied. A plusieurs
reprises, il perdit connaissance; puis il me parla en sa
langue que nous ne comprenions pas. Nous le mmes
enfin sur un angareb que nous plames sur la selle
d'un chameau; il ne put s'y tenir et tomba. Ds lors,
il perdit connaissance, jusqu'au moment o il mourut.
Nous l'enveloppmes dans une ferda (drap en coton) et
nous l'enterrmes. Les esclaves de Zeki ont apport
leur matre tout ce qu'il possdait.
Quoique Olivier Pain ft srieusement atteint, j'at-
tribuai la rapidit de sa mort la chute qu'il avait
faite du chameau. Pauvre homme Arriver avec de si
hautes vises et finir si tristement!
Je fis part aussitt de sa mort au calife.
Il est heureux , me rpondit-il. Puis il fit savoir
Zeki qu'il eut conserver avec soin, provisoirement,
tout ce qui avait appartenu Olivier Pain. Il m'envoya
auprs du Mahdi pour le prvenir. Celui-ci parut prendre
cette nouvelle une part plus grande que le calife et
rcita mme la prire des morts.
Trois jours s'coulrent, nous approchions de Khar-
toum. En route, nous emes l'occasion d'apercevoir
maintes reprises les bateaux vapeur de Gordon qui











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


apparaissaient dans le lointain; ils semblaient se livrer
des reconnaissances; mais ils se retirrent sans attendre
notre arrive.
Nous venions de dresser nos tentes, quand un mou-
lazem du Mahdi me pria de le suivre chez son matre,
o se trouvaient dj le sheikh Abd el Kadir woled
Om Mariom, autrefois cadi de Kalakle, jouissant d'une
grande renomme chez les habitants du Nil Blanc, et
Husein Pacha.
Je t'ai fait appeler, me dit le Mahdi, afin que tu
prviennes Gordon que sa chute est prochaine. Dis-lui
que je suis bien le Mahdi, qu'il se rende avec sa gar-
nison afin de pouvoir se sauver, lui et son me; fais-lui
entendre que, s'il refuse, tous combattront contre lui, et
toi-mme aussi; la victoire nous est assure. Ma lettre
n'a d'autre but que d'empcher le sang de couler
abondamment.
Je me tus. Husein m'engageait fortement rpondre.
O Mahdi! rpliquai-je enfin, coute mes paroles; je
te parlerai coeur ouvert; pardonne-moi si ma rponse
est peut-tre vive et si tous les terms n'en sont pas
pess. Si j'cris Gordon que tu es le vrai Mahdi, il
ne me croira pas, si je le menace de le combattre de ma
propre main, il ne me craindra pas. Mais toi, dis-tu, tu
ne veux pas que le sang soit rpandu. Je le sommerai
donc de se rendre; je lui dirai qu'il est trop faible pour
soutenir un combat contre toi, le victorieux et qu'il n'a
aucun secours attendre du dehors. Je l'informerai enfin
que je suis prt servir d'interprte entire toi et lui.
Le Mahdi s'tant ralli mes propositions, je rentrai
en hte chez moi. Ma tente avait t dchire pendant










CHAPITRE X.


le transport; j'avais lev, pour avoir un peu d'ombre
pendant le jour, une toiture des plus primitives compose
de btons sur lesquels je tendis quelques lambeaux
d'toffe. La nuit, je dormais la belle toile. Je dus
donc me mettre en qute d'une lanterne, et, assis sur
mon angareb, je rdigeai ma missive.
J'crivis tout d'abord Gordon quelques lignes en
franais, lui exposant que les dtails qui allaient suivre
taient en allemand, parce qu'il m'tait plus facile de
m'exprimer en ma langue maternelle; qu'ensuite j'avais
peu de temps ma disposition et qu'enfin mes diction-
naires avaient t brls car, on les avait pris pour
des lives de prires. J'esprais, ajoutai-je, avoir bientt
l'occasion de le revoir, priant Dieu chaque jour d'exau-
cer ma prire. Je lui nommai enfin quelques sheikhs
qui s'taient joints au Mahdi, dans le seul espoir de
sauver leurs femmes et leurs enfants.
Aprs cette sorte de prface, je lui crivis une
lettre trs dtaille. Je lui rappelai que, d'aprs ce que
m'avait dit Georges Calamatino, je savais que lui, Gor-
don, avait dsapprouv ma capitulation. Je lui soumis
donc les circonstances de ma chute, en le priant de ne
me juger qu'aprs avoir lu mon rcit. Je lui rappelai
mes actions contre le sultan Haroun et Doud Benga;
comment, au commencement de la rvolte, les quelques
officers que j'avais m'abandonnrent tous, parce qu'Arabi
Pacha avait chass du pays tous les Europens; com-
ment le bruit s'tait rpandu que mes dfaites n'taient
dues qu' mon manque de croyance; combien j'avais
t forc de lutter contre des intrigues de toute nature
jusqu' ce que je changeasse de religion; comment










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDL


enfin, grce cet acte, mes gens devinrent plus con-
fiants; puis, je lui narrai nos succs passagers, jusqu'au
moment o l'anantissement de l'arme de Hicks nous
enleva tout espoir d'tre jamais secourus.
Je passai ainsi en revue tous les vnements: le
nombre de mes hommes morts au champ d'honneur, les
reserves de munitions presque puises, la position des
soldats et des officers qui comprenaient bien que seule
la capitulation pouvait sauver leur vie; enfin, ma situa-
tion d'unique Europen ne pouvant rsister plus long-
temps aux dsirs de se rendre, manifests par tous et
ne pouvant aller contre la destine. Ma soumission, lui
crivis-je, a t la plus grande douleur que j'ai sup-
porte en ma vie; mais, je ne pouvais agir autrement
et, comme officer autrichien, je ne crains pas le verdict
du juge le plus svre de mes actions. Par ma faon
d'agir, continuai-je, je crois avoir acquis, jusqu' un
certain degr, la confiance du Mahdi et du calife; c'est
pourquoi, du rest, ils m'ont permis de vous crire,
pour vous engager vous rendre, il est vrai; mais je
saisis cette occasion avec quelle joie pour vous
offrir mes services, rsolu vaincre ou mourir,
s'il vous est possible toutefois de faciliter ma fuite
Khartoum.
Je le priai de m'crire quelques lines en franais
pour me faire savoir, le cas chant, jusqu' quel point
il pourrait me venir en aide dans l'accomplissement de
mon dessein, lui recommandant de ne pas oublier de
me demander, en langue arabe, de venir Omm Der-
man, avec l'autorisation du Mahdi, pour traiter des
conditions de capitulation.










CHAPITRE X.


J'crivis encore une troisime lettre, en allemand,
al consul Hansal, le priant de faire tout ce qui d-
pendrait de lui pour faciliter ma fuite Khartoum; je
lui disais, entr'autres choses, que, connaissant les in-
tentions du Mahdi, ses forces, etc., ma presence en
cette ville pouvait tre d'une grande utility.
Mais, comme certain bruits circulaient dans le
camp du Mahdi, d'aprs lesquels Gordon se rendrait si
aucun renfort ne lui arrivait, je priai le consul Hansal
de m'informer des desseins du Gnral: car, si la capi-
tulation avait lieu aprs ma fuite dans la ville, il va de
soi que je serais la victim du Mahdi et qu'il ne tar-
derait pas se venger sur moi.
Il me parut alors, il me parat aujourd'hui mme
encore, assez just que, si par ma fuite j'excitais la
colre du Mahdi, je fusse au moins sr de l'ventua-
lit de la reddition de Khartoum. On prtendait ici que
la garnison de Khartoum tremblait et que beaucoup
dsiraient la reddition de la ville; j'attirai srieusement
l'attention de Hansal, l'assurant que la force du Mahdi
n'tait pas si grande qu'on le croyait et que par l'ner-
gie des troupes gyptiennes, tout pouvait encore tre
sauv. La ville devait tre en tat de tenir au moins
six semaines, sinon deux mois pour donner une arme
le temps d'arriver son secours. Je lui rapportai enfin
le bruit qui courait que le petit vapeur envoy dernire-
ment Dongola par Gordon devait avoir fait naufrage
prs de Wadi Gaier, ce don't toutefois je n'avais pu
m'assurer jusqu' aujourd'hui.
Le 15 octobre, au matin, je me rendis avec mes
trois lettres auprs du Mahdi qui m'ordonna de les











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


faire porter Omm Derman par un de mes domesti-
ques. Je choisis un jeune garon, d'environ 15 ans,
nomm Mergan, auquel, sur l'ordre du Mahdi, Ahmed
woled Soliman remit un ne et quelque argent pour le
voyage. Je recommandai soigneusement au jeune homme
de ne parler personnel au monde Khartoum, si ce
n'est Gordon Pacha ou au consul Hansal, et de les
assurer que je dsirais venir en cette ville.
Vers midi des courriers arrivrent de Berber con-
firmant malheureusement la prise du vapeur allant
Dongola et le meurtre du colonel Steward ainsi que celui
de ceux qui l'accompagnaient.
Les messages apportaient les papers qu'ils avaient
trouvs sur le vapeur et le calife m'ordonna de par-
courir, chez Ahmed woled Soliman, ceux qui taient
crits en langues europennes.
Au milieu de nombreuses lettres particulires de
personnel restes Khartoum, je trouvai un trs long
rapport militaire, sans signature, il est vrai, mais qui
devait maner de la plume de Gordon.
Le Mahdi m'ayant interrog sur le contenu de ces
papers, je lui rpondis que la plupart avaient un ca-
ractre priv sans aucune importance; quant au rapport
militaire, je n'y avais rien compris du tout. Malheu-
reusement on trouva nombre de rapports et d'crits en
langue arabe desquels on dduisit facilement ce qui se
passait Khartoum. En outre, une dpche dtaille,
moiti chiffre, galement de Gordon, Son Altesse le
Khdive fut lue par Abd el Halim effendi, autrefois
Bashkatib (chef de bureau) au Kordofan; ce fut une
prcieuse source d'informations pour le Mahdi.











CHAPITRE X.


Par les papers du consulate, j'appris malheureuse-
ment que mon ami l'agriculteur Ernest Marno avait
succomb la fivre, Khartoum, depuis longtemps
dj.
En ma presence, on tint conseil pour savoir quels
papers seraient envoys Gordon, pour le persuader
de la perte du vapeur et peut-tre par l le dcider
se rendre. Je prtendis que seul le rapport crit de sa
propre main serait le tmoignage le plus frappant de la
perte qu'il venait d'prouver. Aprs de longs dbats on
convint enfin de suivre mon conseil. En triant ces pa-
perasses, on dcouvrit une lettre de Salih woled el
Mek, crite aprs son arrestation. Dans cette missive
il assurait le gnral Gordon de sa fidlit et de sa
soumission. Celui-ci avait voulu envoyer au Caire cette
lettre comme preuve du dvouement de Salih et cette
bonne intention fut cause qu'on jeta mon ami dans la
prison commune, c'est--dire dans une petite, mais paisse
zeriba qui servait dans ce but pendant la march.
Grce la foule immense qui s'tait joint au
Mahdi, le bl commena manquer; l'ardeb atteignit le
prix de 18 cus medjidieh; au march, la livre sterling
valait deux cus. Ibrahim Adlan fut envoy Berber
pour reprendre de Mohammed Cher la caisse du Gou-
vernement et l'apporter l'endroit o nous tions. 70
80,000 livres en or furent alors partages entire toits.
Mais comme dans le pays tout tait valu en cus, la
seule monnaie courante chez les indignes, la valeur de
l'or tomba tellement qu'on ne pouvait changer la livre
que contre deux cus, quelquefois mme un cu et demi.
Le prix de la viande tait par contre incomparablement











SIGE DE KHARTOUM.- MORT DU MAHDI.


plus bas que celui du bl. Une vache grasse ou un bon
beuf atteignait tout au plus un cu et demi ou deux
cus, un veau valait d'un demi-cu un cu. Les ber-
gers avaient amen tous leurs troupeaux et ne trouvaient
pas sur le rivage du Nil de quoi faire patre tant de
milliers d'animaux. D'autre part, le Mahdi ayant dclar,
dans ses sermons, que l'levage du btail tait une perte
du temps qui serait mieux employ servir Dieu et
combattre pour la bonne cause, ces diverse circonstances
engagrent les possesseurs de troupeaux s'en dfaire
au plus tt; d'o une baisse considerable du prix de la
viande.
Mergan revint le lendemain; il ne m'apporta ma
grande surprise, aucune missive. Il tait entr dans les
remparts d'Omm Derman et avait remis les lettres; peu
aprs, le commandant lui avait donn l'ordre de retourner
car, lui avait-on dit, il n'y avait pas de rponse. J'en-
voyai le jeune home aussitt auprs du Mahdi qui
l'interrogea, pendant que j'avertissais le calife qu'on n'a-
vait pas rpondu mes lettres.
Appel le soir mme devant le Mahdi, je reus
l'ordre d'crire une second fois Gordon; peut-tre,
aprs la nouvelle de la perte de son vapeur, rpondrait-
il? Mergan devait tre envoy de nouveau comme mes-
sager. A la lueur vacillante de ma lanterne, en rase
champagne, j'crivis Gordon, lui faisant part entr'au-
tres, de la mort du colonel Steward et de ses compa-
gnons; je le priai de rpondre mes prcdentes missives.
Mergan revint le surlendemain matin, apportant
une lettre du consul Hansal, crite en allemand et en
arabe.











CHAPITRE X.


En voici la teneur:

Cher ami Slatin bey!
Vos lettres me sont parvenues; je vous prie
de vous rencontrer avec moi au tabia Regheb Bey
(fort d'Omm Derman). Il faut que je m'entretienne
avec vous sur les dmarches ncessaires pour vous
sauver. Aprs quoi, nous vous laisserons retourner
auprs de vos amis, sans retard.
Mes meilleures salutations
Votre
Hansal.

Accompagn de Mergan, je me prsentai aussitt
devant le Mahdi, lui remis la lettre en lui expliquant
que celle qui tait crite en arabe n'tait que la traduc-
tion exacte de l'autre.
Il en prit connaissance et me demand si j'tais
dispos me rendre l'invitation qui m'tait faite. Je
lui dclarai vouloir suivre sa volont, tant prt chaque
instant le servir et lui tre agrable.
Je crains pour toi, ajouta le Mahdi, que Gordon,
tandis que tu parleras Omm Derman avec ton consul,
ne te fasse prendre et tuer. Pourquoi n'a-t-il pas rpondu
notre message s'il pense du bien de toi?
Je ne connais pas la raison de son silence, r-
pondis-je ; peut-tre n'est-il point dans ses vues d'entrer
en correspondence avec nous; je suis persuade toutefois
que mon entrevue avec Hansal ne pourra que t'tre
profitable. Je n'ai rien craindre de Gordon; si, contre
toute attente, il m'arrtait, ne serais-je pas mis en liberty










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


par toi-mme, dans un laps de temps rapproch. Il ne
peut pas me tuer.
Bien, dit-il, sois prt; je te ferai dire ce que je
dciderai.
En me rendant chez le Mahdi, j'avais appris l'arrive
de Lupton bey, autrefois moudir du Bahr el Ghazal,
arrive annonce depuis longtemps; aussi, en rentrant
cherchai-je le voir. Je le trouvai devant la maison du
calife qui ne l'avait pas encore reu. Je le saluai,
bien que defense fut faite aux Mahdistes de saluer
quiconque n'avait pas reu le pardon de son matre. En
quelques mots, je le mis au courant de ma correspon-
dance avec Gordon et Hansal exprimant l'espoir que
j'aurais la permission de me rendre Khartoum. Lupton,
son tour me fit savoir qu'il avait laiss ses domes-
tiques quelques lieues de l et qu'il allait demander
au calife la permission de les faire venir. Il fut reu
quelques minutes aprs; sa demand fut prise en consi-
dration et on lui promit de le prsenter au Mahdi.
J'attendis pendant longtemps, fatigu et impatient,
tendu sur mon angareb, la rponse du Mahdi relative
mon rendez-vous avec le consul Hansal. Il tait dj trs
tard lorsqu'on m'avertit de me rendre la tente de Yacoub,
sur l'ordre du calife. J'enroulais rapidement mon turban
(emama) autour de ma tte et ma longue ceinture (hisam)
autour du corps; puis je suivis le message.
Arriv sous la tente de Yacoub, nous apprmes
que celui-ci s'tait rendu dans la zeriba d'Abou-Anga
et m'y attendait. Cette promenade nocturne d'un endroit
un autre veilla en moi des soupons, et, connais-
sant les subterfuges de ces gens, je m'attendis tout.











CHAPITRE X.


Parvenus la zeriba, la garde qui y stationnait nous fit
entrer.
La zeriba tait trs vaste et l'on pouvait, mme dans
l'obscurit, reconnatre les contours de quelques tentes
dresses de la faon la plus primitive. Nous entrmes
dans l'une de celles-ci; grce la faible lueur des
lanternes, je reconnus Yacoub, Abou Anga, Fadhlelmola,
Zeki Tamel et Haggi Zober, assis en cercle, s'entrete-
nant voix basse, tandis qu'au fond se distinguaient
plusieurs soldats arms de fusils. Mais du calife, pas
trace. Je compris aussitt qu'il n'y avait rien de bon
attendre de cette reunion. Yacoub me fit asseoir entire
Haggi Zober et Fadhlelmola; Abou Anga prit place vis-
-vis de moi.
Abd el Kadir, me dit-il, tu as promise fidlit au
Mahdi, ton devoir est de tenir ta parole et d'obir
ses ordres, quelque difficiles qu'ils puissent te paratre.
N'est-il pas vrai?
Certainement, rpondis-je, mais parle peu et in-
dique-moi les ordres du Mahdi ou de son calife! Je
sais ce que j'ai faire.
Eh! bien, rpliqua-t-il, j'ai reu l'ordre de t'ar-
rter; la cause, je ne la connais pas.
Tandis qu'il disait ces mots, Zober m'enleva rapide-
ment le poignard que, selon la coutume, j'avais plac sur
mes genoux; il le tendit Zeki Tamel, son voisin, puis
de ses deux mains il saisit fortement ma main droite.
Je ne suis pas venu ici pour me battre avec
vous, Haggi Zober, m'criai-je vivement en rendant ma
main libre, il n'est point ncessaire que vous teniez ma
main de telle faon. Abou Anga, fais ce qu'on t'a ordonn !










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Quand ce que j'ai fait autrefois aux autres, je suis
dispos le supporter maintenant.
Nous nous levmes tous.
Va dans cette tente l-bas, me dit Abou Anga
en me montrant du doigt une hutte de paille peine
reconnaissable dans l'obscurit, et toi, Haggi Zober, ac-
compagne-le avec ces gens!
Escort de huit soldats, sous la conduite de Zober
je me rendis au lieu qui m'tait assign. On me mit
aux fears. Mes jambes furent prises dans d'pais anneaux
don't l'ouverture tait telle qu'on dut faire passer de
force l'articulation du pied; elles furent relies entire
elles par une longue barre de fer, qui fut ferme
coups de marteau. L'anneau de fer, sorte de carcan,
qu'on riva autour de mon cou, m'empchait presque de
le mouvoir.
Sans ouvrir la bouche, je laissai accomplir cette
execution sur ma propre personnel. Haggi Zober me
dsigna une natte en palmier qui devait reprsenter ma
couche et me quitta, non sans avoir laisse deux soldats
commis ma garde.
J'eus alors tout le loisir pour rflchir et me re-
prochai amrement de n'avoir pas tent de fuir, sur
mon fidle coursier, Khartoum. Et mme, qui sait le
sort qui m'attendait? Le Mahdi m'avait mis en sret,
quoi de plus? Me rservait-il le mme sort qu' Mo-
hammed Pacha Sad et Ali bey Chrif? C'tait pos-
sible; car, une fois sa mfiance veille, il ne prenait
pas volontiers de demi-mesures. A quoi bon se creuser
la tte par tant de rflexions, Madibbo ne m'avait-il
pas conseill d'tre soumis et patient? Ne m'avait-il
Siatin Pacha. 29










CHAPITRE X.


pas dit: Qui vit longtemps, voit beaucoup. J'tais
forc d'tre soumis; je voulus tre patient: quant
vivre longtemps, cela me part douteux. Dieu seul le
savait.
Une here s'tait coule, quand je vis quelques
lanternes qui me semblrent portes par des moulazeimie.
Peu peu, la lueur se rapprocha et je reconnus le
calife.
Abd el Kadir, me dit-il, te soumets-tu ton sort?
Ds ma jeunesse, lui rpondis-je avec indiff-
rence, je suis habitu m'y soumettre. Je me rends
ce qui est inevitable. Qu'y a-t-il d'autre pour moi?
Ton amiti avec Salili woled el Mek et ta cor-
respondance avec Gordon t'ont rendu suspect; tu t'es
dtourn de nous; c'est pourquoi j'ai ordonn d'em-
ployer la force pour te ramener dans la bonne voie.
Je ne fais point mystre de mon amiti avec
Salih, une de mes vieilles connaissances; je crois mme
qu'il vous est fidle. Quant mes lettres Gordon, le
Mahdi ne m'a-t-il pas oblig de les crire?
Oblig d'crire ce qu'elles contiennent? inter-
rompit le calife.
Je crois avoir rendu l'ide du Mahdi : personnel,
au reste, si ce n'est Gordon et moi, ne sait ce qu'elles
renferment. Je ne te demand pas grce, mais justice,
matre; que ton oreille ne se laisse point tromper par
les influences mensongres de mes ennemis.
Je suis just. Il est en ton pouvoir d'adoucir ton
sort..... s'cria firement le called, puis il me quitta.
Toute reclamation eut t inutile et mme superflue.
Je le connaissais trop bien.












SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


J'essayai de dormir. L'agitation, mes fers, ne me
laissrent aucun repos et cette nuit fut encore une nuit
d'insomnie.
Au lever du soleil, Abou Anga vint m'apporter
quelque nourriture. Il s'assit prs de moi.
Je remarquai les plats et leur contenu; il m'avait
fait prparer un vrai festin : poulet, lait, riz, miel,
viandes rties, asida ..... Il m'engagea y goter. Je
lui rpondis que je n'avais nullement l'envie de faire
actuellement un repas de fte .
Tu as peur, Abd el Kadir, me dit-il, que tu ne
veux prendre aucune nourriture?
Je n'ai aucune crainte, lui rpondis-je, tu dois le
comprendre. Pour t'tre agrable, je mangerai pourtant.
Et tandis qu'il clbrait lui-mme l'excellence de
son repas, j'y gotai.
Le calife, reprit-il, t'a quitt hier, compltement
dsillusionn; il esprait te trouver soumis, il t'a trouv opi-
nitre. Je crois, nanmoins, que tu n'as rien craindre.
Je ne puis pourtant pas me jeter ses pieds et
implorer son pardon pour un crime ou une faute qui
n'existe que dans son imagination; je suis en son
pouvoir, qu'il fasse de moi ce que bon lui semblera.
Demain, ajouta-t-il, nous assigerons Khartoum
ou nous prendrons la ville d'assaut. Je demanderai au
calife qu'il te laisse chez moi; cela te sera plus sup-
portable que la prison commune.
Je le remerciai et il prit cong de moi.
Je restai toute la journe seul. Dans le lointain
j'aperus mes chevaux et mes domestiques devant la
tente d'Abou Anga: c'tait mon seul avoir!












CHAPITRE X.


Vers le soir, un de mes jeunes garons vint la
drobe, m'avertir qu'il avait l'ordre de rester chez
About Anga.
Le lendemain, les tambours de guerre retentirent.
Les tentes furent plies et charges sur les chameaux.
Tout le camp tait en movement: on allait s'approcher
de Khartoum et commencer le sige. Mes fers m'em-
pchant de bouger, on mit ma disposition un ne.
J'avais eu le temps, le jour prcdent, d'examiner
minutieusement ma chane : elle tait compose de
quatre-vingt-trois anneaux massifs ayant tous la forme
d'un 8, solidement souds les uns aux autres. Chaque
anneau avait la longueur d'un empan, le tout ayant
peut-tre quinze mtres de long.
J'enroulai la chane autour de mon corps; on me
plaa sur l'ne, non califourchon, mais assis de ct,
ayant fort fire, pendant la march, pour garder l'qui-
libre, grce au soutien nergique de mes deux gardens.
Plusieurs de mes connaissances que je rencontrai eurent
l'air de dplorer mon sort, car il tait interdit de me
parler. Et sans cette defense mme, qui aurait pu m'aider?
Vers midi, nous nous arrtmes et, d'une petite
lvation du sol, je pus voir les palmiers de Khartoum,
cette ville pour laquelle j'aurais donn ma vie si j'eusse
pens pouvoir aider sa defense.
Les mirs sous la conduite du calife Abdullahi
partirent en avant pour chercher un emplacement pro-
pre y dresser nos tentes.
Mes gardens, moi-mme, nous avions faim; je regret-
tai d'autant plus le dner de la veille, que je savais Abou
Anga avec le calife; il devait m'avoir compltement oubli.










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


La femme d'un des gardes finit par apporter son
mari un peu de doura sec qu'il partagea avec nous tous.
Ds le matin suivant, on leva le camp; il fallut
quatre heures de march pour atteindre l'endroit choisi
par les mirs. Abou Anga avait demand, selon sa pro-
messe, la permission au calife de me prendre sous sa pro-
tection. On me construisit donc une petite tente; on m'y
fit conduire et on en ferma l'entre avec d'pais buissons
d'pines, devant lesquels des soldats montaient la garden.
Le sige de la ville commena aussitt; le Mahdi
l'avait ainsi ordonn. La nuit prcdente, beaucoup d'-
mirs avaient travers le fleuve pour renforcer les troupes
d'Abd er Raliman woled en Negoumi et Haggi Mo-
hammed Abou Gerger. La population des environs don't
l'affluence tait norme, avait ordre de prter son appui.
Abou Anga et Fadhlelmola avec tous leurs soldats
assigrent le fort d'Omm Derman, situ environ cinq
cents mtres de la rive occidental du fleuve, et dfendu
par Farrag Allali Pacha, un officer soudanais, que
Gordon avait promu, dans le course d'une anne, du
grade de capitaine celui de gnral.
Abou Anga s'tablit avec ses gens entire le fort et le
fleuve, en fortifiant ses positions; on ne put le chasser de
cet endroit bien dfendu malgr la defense hroque d'Omm
Derman, malgr les attaques ritres de la garnison
de Khartoum, malgr le tir continue des vapeurs. Il russit
tablir un retranchement pour ses canons, avec lesquels
il coula mme un petit vapeur, le Huseinjeh, don't
l'quipage parvint pourtant se sauver Khartoum.
Pendant le sige, on s'occupa fort peu de moi; chaque
jour mes gardens taient relevs et changes; mon traite-









CHAPITRE X.


ment dpendait de leur plus ou moins bonne volont, ou
du rang qu'ils avaient occup autrefois vis--vis de moi.
Les esclaves nouvellement faits prisonniers me sur-
veillaient trs troitement et me coupaient toute com-
munication, tandis que les soldats qui me connaissaient
de vieille date me laissaient non seulement converser
avec les gens, mais mme ne faisaient aucune difficult
pour s'acquitter de mes messages.
Ma cuisine, par contre, tait particulirement mau-
vaise. Occup par le sige, Anga avait remis ses
femmes le soin de s'occuper de ma nourriture. Un jour,
par hasard, un de mes anciens soldats montait la garde
devant ma tente ; je l'envoyai auprs de la premiere
femme d'Abou Anga, se plaindre en mon nom, de ce
que depuis vingt-quatre heures, je n'avais pas reu d'elle
le plus petit morceau me mettre sous la dent.
La rponse ne se fit pas attendre: Abd el Kadir,
lui dit-elle, croit-il donc qu'on va l'engraisser, pendant
que son once elle entendait par l Gordon Pacha -
rgale notre matre journellement avec des bombes et
que le danger l'expose succomber! S'il avait engag
Gordon se rendre, il ne serait pas dans les fers
aujourd'hui.
Assurment, la femme n'avait pas tous les torts;
mais sa faon de voir me fit souffrir cruellement de la faim.
Quelques Grecs trouvrent l'occasion de venir me
voir et me tinrent au courant des derniers vnements.
C'est ainsi que j'appris que Lupton bey avait t mis aux
fers le jour de son arrive, car l'on craignait qu'il ne se
joignit Gordon Pacha. On trouva dans ses paperasses
un crit par lequel il dclarait ne s'tre rendu que










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


absolument contraint par la force ; cet acte avait t
sign par tous les officers de ses troupes rgulires. On
avait assign sa petite fille, qui pouvait tre ge de
cinq ans, une demeure dans le Bet el Mal ainsi qu' la
mre, cette dernire tait une ngresse qui avait accompagn
Lupton dans les provinces quatoriales et de l au Bahr
el Ghazal; elle avait t leve chez un nomm Rosset,
autrefois consul allemand Khartoum; lorsqu'il mourut,
il remplissait les functions de gouverneur du Darfour
Fascher.
Le calife avait confisqu les biens de Lupton et
n'avait laiss la mre et l'enfant qu'une seule domes-
tique.
Je reus aussi la visit de Calamatino; il m'apprit
la march de l'arme anglaise sur Dongola, sous les
ordres de Lord Wolseley. Mais quelle march lente! On
s'tait arrt trop longtemps dans la Haute Egypte et,
maintenant que Khartoum en tait rduite la dernire
extrmit, l'avant-garde n'tait pas mme proximity de
la ville. Gordon avait lanc une proclamation, faisant
savoir qu'une arme anglaise arriverait incessamment pour
dlivrer les assigs. Ce message releva le courage des
dfenseurs; tous les regards se dirigrent vers le nord
d'o la dlivrance devait venir. Mais ce secours, ce renfort
serait-il l temps ? Je passai des jours pleins d'angoisse,
esprant quand mme, non pour moi personnellement
mais pour l'issue gnrale, quoique sentant trs bien que
ce rsultat serait de toute importance pour mon avenir.
On avait oblig le pauvre Lupton prendre part
avec quelques Derviches, au service du tir install en
face l'ile de Touti ; il s'y rendit, esprant par l amliorer











CHAPITRE X.


le sort de son enfant qui manquait des soins les plus
ncessaires.
Abdallah woled Ibrahim, qui l'avait leurr de belles
promesses, me fit part du dsir du calife de me voir
renforcer les rangs de l'artillerie; cette preuve de ma
fidlit m'assurerait la libert, disait-il.
Je dclarai Abdallah que mon tat de sant ne
me permettrait pas de prter un concours efficace, sur-
tout charge de chanes; que, d'autre part, je ne connais-
sais pas le maniement des pieces, regrettant ne pouvoir
ainsi acheter ma libert.
Tu crains peut-tre, rpliqua-t-il, de tuer de ta
propre main Gordon qui, sans doute, comme beaucoup le
prtendent, est ton oncle; c'est pourquoi tu me donnes
de tels prtextes.
Je n'ai, lui dis-je, ni oncle ni parent Khartoum
et les balles lances par moi ne forceront pas la ville
se rendre. Je le rpte, mon tat de sant ne me
permet pas de prendre du service.
Abdallah se leva et me quitta; son regard tait
menaant. Quelques heures plus tard, des moulazeimie du
calife vinrent et doublrent mes fers, pour me mater .
Pouvant dj peine me mouvoir et restant couch jour
et nuit, peu m'importait de porter aux pieds un ou deux
anneaux. Quelques jours s'taient passs sans incident;
j'entendis le bruit de la fusillade et le grondement du
canon; je restais seul, livr mes propres rflexions,
les Grecs dans les derniers moments n'avaient mme pas
trouv l'occasion de me rendre visit.
Une certain nuit, peut-tre quatre heures aprs
le coucher du soleil, j'allai enfin m'endormir, lorsque,











SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


soudain, la garde vint m'veiller et me fit lever. Un
moulazem du calife part et m'annona l'arrive de son
matre. Avant que j'eusse pu lui demander la signification
d'une telle visit pareille heure, le calife tait dj
prs de moi.
Abd el Kadir, me dit-il amicalement, assieds-toi.
J'ai apport avec moi un chiffon de paper; je dsirerais
connatre le contenu de ce billet-l. Donne-moi la preuve
de ta fidlit.
Certainement, lui rpondis-je, si je le puis!
Il me tendit le billet, peine de la grandeur d'une
demi-feuille de paper cigarette. Sur les deux cts,
il tait covert de caractres trs lisibles. Je reconnus
l'criture et la signature de Gordon. M'approchant
de la lanterne, je lus peu prs ce qui suit, crit
en langue franaise: Ai environ dix mille hommes;
Khartoum peut tenir au plus jusqu' fin janvier. Elias
Pacha, m'a crit vieux et incapable; lui ai pardonn.
Arrangez-vous avec Haggi Mohammed Abou Gerger, ou
chantez une autre chanson. Gordon.
L'adresse manquait. Comme personnel ne comprenait
un mot de franais dans le camp, le calife avait d venir
me trouver.
Eh I bien, dit-il avec impatience, voyons, as-tu
compris le contenu ?
Gordon lui-mme a crit ces lignes; les mots sont
en franais, mais c'est l une 4criture chiffre, de con-
vention, que je ne puis malheureusement pas comprendre.
Que dis-tu, s'cria-t-il tout agit, explique-toi I
Je dclare que ces caractres sont particuliers;
je ne peux les dchiffrer ni en dcouvrir le sns, parce










CHAPITRE X.


que chaque mot a une signification spciale don't seul un
initi possde la clef; c'est ce que nous appelons l'criture
chiffre . D'autres fonctionnaires pourront te confirmer
mon dire, puisque tu parais douter de ma parole.
On m'a affirm, remarqua-t-il sans rflchir, tant
il tait en colre, que les noms d'Elias Pacha et d'Abou
Gerger se trouvent dans ce message.
Celui qui te l'a fait remarquer, a dit la vrit;
je vois, en effet, qu'on les cite, mais quel propos, c'est
ce que je ne saurais t'expliquer. Peut-tre celui qui a
pu lire avant moi ces noms, russira-t-il. Je vois aussi
le nombre de 10,000; mais s'agit-il de soldats, s'agit-il
d'autre chose; je n'en sais rien ?
Il reprit le paper et se leva.
Pardonne-moi, ajoutai-je; c'est avec plaisir que je
t'aurais donn une preuve de ma fidlit pour recouvrer
ta grce qui m'est prcieuse; mais, c'est au-dessus do
mon pouvoir. Tes secrtaires t'expliqueront mieux que
moi encore la signification du mot chiffr .
Que je connaisse ou non la signification de ces
lignes, Gordon tombera et Khartoum nous appartiendra,
murmura-t-il en s'en allant.
Gordon avait bien crit que la ville pourrait tenir
jusqu' fin janvier et nous tions en dcembre. L'arme
qui devait le secourir arriverait-elle temps? Cette
pense me proccupa longtemps. Je finis cependant par
me tranquilliser. A quoi bon me tourmenter ainsi l'esprit ?
N'tais-je point enchan, ne pouvant tre utile quoi
que ce soit, ni changer le course des choses!
Le lendemain, l'mir des Mouselmaniun (Renegat),
un Grec qu'on appelait actuellement Abdullahi, eut l'oc-










SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


casion de me voir. Sans lui fire part de la visit du
calife, je lui demandai les dernires nouvelles et ce qu'il
savait sur l'arme anglaise.
L'avant-garde, me rpondit-il, est Debba et
march sur Metemmeh.
Le Mahdi devait tre au courant de ce fait, car il
avait donn l'ordre aux tribus des Barabara et des
Djaliin de se rassembler Metemmeh, sous les ordres
de Mohammed el Cher, et d'attendre l'ennemi.
Le cercle de fer qui entourait Khartoum et Omm
Derman se resserrait toujours de plus en plus. Le jour
prcdent, une parties de la garnison de la premiere de
ces villes avait tent une sortie; elle fut repousse. Le
frre de Salih bey woled el Mek qui gisait dans les
fers, le sandjak Mohammed Kaffr Yod, y avait trouv
la mort. On lui trancha la tte et on l'envoya au calife
qui la fit jeter aux pieds de Salih. Celui-ci, sans tre
prvenu, reconnut aussitt la tte de son frre. Sans
changer de figure : Di djesao, di kismeto, dit-il, ce
qui signifie: c'est sa punition, c'est son sort. Puis se
tournant vers Sejjir, le surveillant gnral des prisonniers,
il ajouta en souriant: Vous croyez donc m'effrayer ou
m'inspirer un sentiment de peur .?
Salih possdait sur lui-mme un empire extraor-
dinaire
J'appris aussi que Mohammed Khalid avait envoy
du Darfour au Mahdi des soldats et des munitions et
que les mirs du calife Ali woled Helou avaient reu
l'ordre de marcher sans retard sur Metemmeh; ils
taient commands par Mousa woled Helou, le frre du
calife. Une solution quelconque s'imposait.










CHAPITRE X.


Nous tions en janvier! Le moment dcisif appro-
chait toujours de plus en plus.
Omm Derman fut attaque avec une furie qui
s'accrut de jour en jour. Farrag Allah fit preuve d'une
nergie vraiment remarquable; malgr le petit nombre de
ses hommes, il tenta une sortie, mais il fut repouss.
Cependant les vivres vinrent manquer au fort et
on commena agiter les conditions de la capitula-
tion. Farrag Allal avertit Gordon de son dessein au
moyen de signes tlgraphiques et, celui-ci, qui ne
pouvait soutenir Omm Derman, lui accord l'autorisation
de se rendre.
Toute la garnison fut assure d'avoir la vie save;
il n'y avait aucun trsor dans le fort, les gens ne pos-
sdant que les habits qu'ils portaient, leurs families se
trouvant Khartoum.
Le 15 janvier 1885, les Mahdistes prirent donc
possession du fort d'Omm Derman et l'occuprent aussitt.
Mais leur joie fut de court dure; quelques instants
s'taient peine couls que les boulets des canons
Krupp de Mukran, don't les batteries taient braquees en
face d'Omm Derman, les forcrent dloger rapide-
ment. Ce fort lui-mme ne possdait que deux vieux
canons se chargeant par la bouche et qui ne portaient
mme pas jusqu' Khartoum.
Quoique le Mahdi et pu acclrer la chute de
Khartoum, il s'abstint cependant d'envoyer aux assi-
geants de nouveaux renforts, persuade qu'il tait que ceux
qui cernaient la ville suffisaient la prendre, si aucun
secours ne parvenait de l'extrieur. C'est pourquoi, comme
les assigs, il tournait aussi ses regards vers le nord.











SIEGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Gordon Pacha avait envoy trois vapeurs Me-
temmeh, sous les ordres de Hachim el Mous et d'Abd
el Hamid woled Mohammed afin de pouvoir amener
Khartoum aussi rapidement que possible une parties des
troupes anglaises et surtout les provisions ncessaires.
Comme il devait attendre impatiemment, et avec quelle
anxit, les bateaux qui pour lui indiqueraient la dli-
vrance!
Au commencement du mois, Gordon avait dj
permis aux families des non-combattants de quitter Khar-
toum; maintenant il souhaitait leur dpart. Tout d'abord,
il rpugnait ce noble cour de chasser de force les
habitants, il les soutenait chaque jour, il faisait distri-
buer aux pauvres des centaines d'okes de boksomat (1)
et de bl. Mais, si par ces actes il mrita bien de
Dieu, il s'enleva lui-mme et aux siens la possibility
de rsister plus longtemps. Tous demandaient du pain;
la huche tait vide! Ah! si Gordon avait eu la fermet
ou mme la cruaut assez sage de renvoyer, deux mois
auparavant, tant de bouches inutiles, les magasins au-
raient t pleins et les provisions suffisantes! Mais la
famine tait la porte. Gordon avait-il donc cru que
le secours arriverait assez temps pour sauver la
ville? Avait-il compt sans la possibility d'un retard,
mme de la part d'une arme anglaise .... ?
Six jours aprs la reddition d'Omm Derman,
dans notre camp retentirent de toutes parts des lamen-
tations. Depuis mon dpart du Darfour, je n'avais en-

(1) Sorte de pain sans sel, compltement sch dans des fours;
1 oke=l kilo 1/4.











CHAPITRE X.


tendu semblables plaintes; la doctrine du Mahdi n'ad-
mettait pas qu'on prit le deuil, puisque ceux qui
taient tombs jouissaient du bonheur cleste! Il s'tait
donc pass quelque chose d'extraordinaire, pour qu'on
ost enfreindre ainsi la defense du maitre. Mes gar-
diens, curieux d'en connatre la cause, allrent aux in-
formations. Et voici ce qu'ils me rapportrent. L'avant-
garde de l'arme anglaise, dans une rencontre avec les
Mahdistes, les Djaliin, Barabara, Dedjem et Kenana
runis avait compltement battu ceux-ci Abou
Deleh (connu sous le nom d'Abou Klea). Des mil-
liers taient tombs, les deux dernires tribus avaient
t totalement ananties. Mousa woled Helou qui com-
mandait les Dedjem et presque tous les mirs taient
morts. Les quelques survivants taient blesss ou
fuyaient encore. Je l'avoue, cette nouvelle fit battre de
joie mon coeur; c'tait, depuis de longues annes, la
premiere victoire decisive Le Mahdi et les califes or-
donnrent aussitt le silence le plus complete; nan-
moins, on entendit encore pendant des heures les lamen-
tations des femmes et des enfants. Nur Angerer reut
l'ordre de partir immdiatement avec ses troupes. Que
voulait-on qu'il fit, mme arm de courage et de bonne
volont qualits qui lui faisaient absolument dfaut -
avec une poigne d'hommes, contre un ennemi qui
venait de culbuter des milliers de fanatiques ?
Les jours suivants on annonait de nouvelles victoires
des Anglais: Abou Krou, Koubbat; prs de Me-
temmeh, on levait des remparts sur le rivage.
Le Mahdi tint alors conseil avec ses califes et les
mirs les plus considrs. Si Khartoum tait soutenue,











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


si les assigeants taient repousss, il tait perdu tt
ou tard. Il fallait donc risquer le tout pour le tout.
Il donna ordre ses lieutenants de rassembler tout
leur monde et de se tenir prts.
Pourquoi donc les vapeurs qui devaient amener des
troupes de secours n'taient-ils pas signals? Ne savait-
on pas que Khartoum et tous ses habitants ne tenaient
qu' un cheveu?
Mais c'tait en vain que des milliers de personnel
et moi attendmes le sifflet des bateaux, le grondement
des canons qui devaient nous annoncer l'arrive des
Anglais et leur passage devant les fortifications leves
par les Mahdistes. Oh 1 oui, en vain Ce retard tait
incomprehensible; de nouvelles difficults avaient-elles
donc surgi subitement .... ?
Le 25 janvier 1885, c'tait un dimanche, je n'oublierai
jamais cette date; la nuit tombante, le Mahdi accom-
pagn de ses califes traversa le fleuve; arriv devant
ses guerriers rassembls, il leur tint un de ces discours
don't il avait le secret pour les exciter au combat. On
devait attaquer Khartoum le lendemain; j'esprais que
Gordon avait t prvenu temps et avait pu prendre
ses dispositions.
Les partisans du Mahdi avaient reu l'ordre de
n'acclamer d'aucune faon les paroles de leur matre,
afin de ne pas veiller l'attention de l'ennemi. Lorsque
le Mahdi eut exhort et bni ses hommes et leur eut fait
jurer fidlit jusqu' la mort, il regagna le camp accom-
pagn de ses califes, avant le lever du jour. Seul le
calife Chrif, sur sa demand express, obtint la per-
mission de prendre une part active au combat.











CHAPITRE X.


On comprend dans quelle agitation je passai la nuit.
Si l'attaque tait repousse, Khartoum tait sauve
jamais; dans le cas contraire, tout tait perdu.
Au petit jour, peine pouvait-on distinguer au
milieu de l'obscurit; les dtonations des armes fou et
les premiers grondements du canon retentirent. Quelques
salves ..... quelques coups isols. . puis tout ren-
tra dans le calme! Etait-ce donc l toute l'attaque
contre Khartoum ?
L'astre roi apparut enfin l'horizon; qu'allait nous
amener cette journe? Anxieux, j'attendais des nouvelles
par mes gardens. Soudain, des cris de joie clatrent ...
Khartoum, m'annona-t-on, avait t prise d'assaut et
se trouvait entire les mains des Mahdistes. Je ne pus
ajouter foi ce funeste message et sortis de ma tente.
Devant les quarters du Mahdi et de ses califes,
une foule immense s'tait donn rendez-vous; elle me
parut s'approcher de ma prison; en effet, elle allait arriver.
J'en distinguai mme les personnel. En tte marchaient
trois soldats ngres; l'un s'appelait Schetta et avait t
autrefois l'esclave d'Ahmed bey Dheifallah, il portait
la main quelque chose d'ensanglant; derrire eux se
pressait une foule qui remplissait l'air de ses cris.
Entrs dans ma zeriba, ils restrent quelques instants
devant moi, en ricanant. Schetta carta alors le linge
qui couvrait ce qu'il portait et dcouvrit pour me la
montrer ..... la tte du gnral Gordon
Mon sang fut boulevers; j'eus la respiration
comme couple. Je parvins nanmoins me contenir,
surmonter mon motion et je considrai la face ple
qu'on me prsentait ainsi Ses yeux bleus taient


































P. *1


qi


ON APPORTE SLATIN LA TTE DE GORDON.











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


demi-ouverts, sa bouche avait gard sa forme naturelle,
son visage tait came, ses traits n'offraient aucune con-
torsion ; ses cheveux et ses favors taient presque
blancs.
N'est-ce pas ton oncle, l'infidle? cria Schetta
en soulevant la tte.
Que voulez-vous de plus? lui rpondis-je avec
calme; c'tait en tout cas un brave soldat; il est tomb
son poste et a fini de souffrir. Honneur lui!
Tu chantes encore les louanges des infidles Tu
en subiras les consequences, murmura Schetta.
Il s'loigna lentement, important la preuve horrible
du triomphe du Mahdi, tandis que la foule le suivait en
hurlant.
Rentr dans ma tente, je me jetai sur le sol,
demi-mort. Khartoum tait prise! Gordon n'tait plus!
Et c'tait ainsi qu'avait fini cet homme, qui avait
dfendu son poste avec un courage hroque; cet homme
que beaucoup peut-tre avaient plac trop haut et glorifi,
ou mconnu et calomni, mais qui par ses qualits extra-
ordinaires, avait rempli le monde de sa gloire
A quoi servirait maintenant la victorieuse avant-
garde, quoi servirait toute l'arme anglaise? La plus
grande faute que 1on pouvait commettre avait t com-
mise: la perte d'un temps prcieux Metemmeh.
Arriv le 20 janvier Koubbat, les bateaux rejoints
le 21, on aurait tout au moins pu envoyer un vapeur
charge de soldats anglais, peu imported le nombre du
reste, Khartoum. Ce bateau seul n'aurait-il pas donn
courage et confiance aux assigs? Ils se seraient alors
dfendus contre l'ennemi comme des lions 1
Slatin Pacha. 30











CHAPITRE X.


Depuis des mois Gordon annonait l'arrive de
l'arme anglaise; il n'pargna rien pour que Khartoum
pt tenir; il institua des ordres, il dcerna des titres et
des dignits, il cra de nouvelles places, il distribua du
papier-monnaie, il fit tout, en un mot, mettant en cause
l'honneur et la cupidit pour attirer lui les habitants
de la ville.
Mais lorsqu'on vit que la position de Khartoum
devenait dangereuse, ces moyens perdirent leur vertu.
Pourquoi, en effet ces ordres et ces places, qui n'exis-
teraient plus demain; pourquoi ce papier-monnaie qui,
dans quelques heures peut-tre, assurment mme, n'au-
rait aucune valeur? D'abord quelques spculateurs ris-
qurent une operation : ils voulurent acheter le papier-
monnaie au taux de deux piastres (cinquante centimes) la
livre gyptienne, pour le cas o le Gouvernement aurait
t victorieux, ce qui aurait assur le rachat de leurs
bons.
Mais bientt le dernier espoir s'tait vanoui. On
ne croyait plus en la parole de Gordon. Si seulement,
la dernire heure, un vapeur tait arriv avec la nouvelle
de l'heureuse approche des Anglais et des victoires rempor-
tes, si seulement on avait vu quelques officers anglais, les
soldats et le people alors auraient ajout foi aux pro-
messes de Gordon! De nouveau ils auraient repris
courage Ces quelques officers auraient peut-tre trouv
moyen de sauver la ville; ils auraient vu et rpar les
dfectuosits de la forteresse du Nil Blanc. Gordon,
seul, sans l'appui de quelques officers europens, ne
pouvait tout visiter ou rformer selon se, ides. Un
gnral qui n'est plus mme de doni er du pain ses











SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


hommes, peut-il commander avec toute l'nergie nces-
saire et ses ordres sont-ils excuts avec precision et
bonne volont par des affams ?
Revenons cette nuit nfaste du 25 au 26 janvier.
Gordon ayant appris que les Mahdistes taient dcids
tenter un assault, prit ses dispositions en consequence.
11 part douter que l'attaque aurait lieu d'une faon si
imptueuse et se passerait avant l'aube. Il. fit brler un
feu d'artifice, just au moment o le Mahdi traversait
le fleuve pour aller donner les ordres relatifs au combat,
les premires fuses clatrent multicolores dans les
airs; le corps de musique joua ses morceaux les plus
entranants pour reliever le courage de ceux qui taient
abattus. Puis, tout rentra dans le silence et les dfen-
seurs de Khartoum s'endormirent. Cependant l'ennemi
veillait et prparait l'assaut. Il connaissait les fortifica-
tions; il savait les points forts et occups par les troupes
rgulires come il n'ignorait pas non plus o se
trouvaient les points faibles et dfendus seulement par
les habitants de la ville.
La dernire parties de la forteresse du ct du Nil
Blanc tait surtout dfectueuse; elle n'avait jamais t
acheve et les amliorations passagres, qui y avaient t
faites n'avaient jamais t conduites par des hommes du
mtier. Le Nil baissant mettait sec, chaque jour, une
bande de terre. C'est l que s'assembla le gros de l'arme
des rebelles et, l'aube, une parties passa gu le
fleuve, vers l'aile occidentale de la forteresse, tandis que
les autres, un signal, s'lancrent l'assaut. Quelques
coups de feu suffirent mettre en fuite le petit nombre
qui dfendait ce point des plus dangereux et les as-
30*











CHAPITRE X.


saillants entrrent dans la ville. Les soldats sur la ligne
de la forteresse, voyant les Mahdistes entrer dans la
cit par derrire, abandonnrent leurs postes, effrays:
la plupart d'entr'eux se rendirent volontairement et
sans combat l'ennemi, qui leur promit leur grce.
Les Mahdistes s'efforcrent avant tout, d'atteindre
les glises et le palais, esprant trouver des trsors
dans les unes et Gordon Pacha dans l'autre.
A la tte de ceux qui pntrrent d'abord dans le
palais, se trouvaient les hommes de l'mir Mekin woled
en Nour de la tribu des Arakin et Haggi Mohammed
Abou Gerger, un Danagla. Les premiers voulaient venger
la mort de leur regrett chef Abdullahi woled en Nour,
tomb au sige de Khartoum, les autres brlaient de
prendre la revanche qu'ils devaient Gordon depuis Bourri.
Les domestiques du gnral qu'ils rencontrrent
furent passs au fil de l'pe. Lui-mme attendit l'en-
nemi sur la march suprieure des escaliers conduisant
ses appartements. Au moment o il saluait, le pre-
mier des assailants gravit les marches et lui enfona
sa lance travers le corps. Gordon tomba, sans avoir
pouss un cri, le visage en avant; ses meurtriers le
tranrent jusque devant l'entre du palais. L, on lui
trancha la tte; puis on l'envoya au Mahdi et ses
califes qui ordonnrent qu'on me la montrt; quant au
corps, des centaines de ces inhumains y plantrent la
pointe de leurs lances et de leurs pes; en quelques
minutes, le hros n'tait plus qu'une masse sanglante
mconnaissable.
Longtemps aprs, on voyait encore devant le palais
les traces de cette action horrible et, les teaches de sang










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


sur l'escalier, marqurent l'endroit o Gordon tait
tomb; elles ne disparurent que lorsque le calife fit du
palais du Gouvernement, la residence de ses femmes.
Le Malidi, en voyant la tte du gnral, dclara
qu'il aurait prfr qu'on lui et amen Gordon vivant,
parce que son dessein avait t de l'changer, son
retour, contre Ahmed Pacha el Arabi. Ce dernier, di-
sait-il, lui aurait t trs utile pour la conqute de
l'Egypte. Je suis certain que ce n'tait l qu'un acte
d'hypocrisie; car, s'il avait ordonn d'pargner Gordon,
personnel n'aurait os enfreindre son ordre.
Gordon avait fait tout ce qu'il put pour sauver a
temps les Europens se trouvant auprs de lui: Il avait
envoy Dongola le colonel Steward avec une parties
des consuls et des Europens, qui s'taient dclars
prts risquer cette tentative; l'expdition, comme nous
l'avons dit, fut compltement perdue, grce au dsaccord
et l'incapacit des pilots qui laissrent le vapeur
aller se briser contre un rocher dans l'un des bras du
fleuve. Le gouverneur gnral mit un bateau la dispo-
sition des Grecs tablis dans la ville, sous prtexte de
les employer, comme marines expriments, des ins-
pections sur le Nil Blanc, leur offrant ainsi l'occasion de
s'chapper, en se rendant auprs d'Emin Pacha. Ils
dclinrent cette proposition et il chercha alors sauver
leur vie d'une autre manire. Il fit couper les voies
conduisant au Nil Bleu: aprs dix heures du soir, il tait
dfendu toute personnel d'y passer; mais la surveillance de
ces chemins tant confie aux Grecs, il leur tait possible,
toute heure, d'atteindre un vapeur toujours prt, sans
tre aperu des autres. Malgr cela, ils ne profitrent










CHAPITRE X.


point de l'occasion, ne pouvant arriver tomber d'accord
sur un plan de fuite en commun; la plupart, la vrit
ne tenait nullement quitter volontairement le Soudan.
Ayant vcu autrefois misrablement et dans des positions
tout fait infrieures, en Egypte aussi bien que dans
leur patrie, presque tous avaient russi ici acqurir
quelque fortune. C'est pourquoi ils hsitaient quitter
un pays qui leur offrait tant d'avantages et leur en
offrirait encore l'avenir. Au reste, Gordon s'occupa
de tous, sauf de lui-mme.
Pourquoi, par example, renona-t-il creuser un
rduit don't son palais aurait pu occuper le centre? Au
point de vue militaire, c'et t pratique, mais Gordon ne
le fit pas pour qu'on ne put pas le souponner un instant
de s'tre occup de sa propre personnel. C'est peut-tre
pour ces mmes raisons qu'il ne voulut jamais une forte
garde au palais. Il lui et t certes facile de commettre
sa garde une compagnie de soldats prouvs; qui, au monde,
aurait song le lui reprocher? Avec une telle escorted,
il aurait, le jour de la prise de Khartoum, pu atteindre
avec facility le vapeur Ismalia toujours sous pres-
sion, et qui tait l'ancre 300 pas de la porte du
palais.
Le capitaine du bateau, Pargali, voyant les Mah-
distes pntrer dans le palais, attendit en vain Gordon;
ce ne fut que lorsqu'il apprit la mort du gnral, que
tout tait perdu, et que les rebelles regardaient du ct
du vapeur, qu'il s'loigna du rivage. Sans but, il croisa et
recroisa devant la ville; on lui fit savoir que le Mahdi lui
pardonnait et le graciait; alors il jeta l'ancre, car il
avait, ainsi que son quipage, sa famille Khartoum.










SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


Grande et terrible fut sa dsillusion! Lorsque, accom-
pagn d'un moulazem du Mahdi qui devait le protger, il
arriva sa demeure, il trouva son fils unique gisant sur le
seuil, et prs de lui sa femme qui, dans sa douleur, s'tait
jete sur le cadavre de son enfant, mais que les lances
des assailants avaient transperce de part en part.
Les atrocits commises dfient toute description.
A dessein, on pargna seulement les esclaves des
deux sexes, les jolies femmes et les jeunes filles des
tribus libres. Toutes les autres personnel qui eurent
la vie sauve, ne le durent qu' une chance extra-
ordinaire.
Combien, du reste, se donnrent la mort! Je citerai,
par example, Mohammed Pacha Hasan, le chef des
finances (Nasir el Malia); on le trouva debout devant les
cadavres de sa fille unique et de son gendre; ses amis
le pressrent de les suivre, esprant le sauver. Comme
il s'y refusait obstinment, on voulut malgr lui le met-
tre en lieu sr; alors il commena injuries le Mahdi,
maudissant le jour o il tait n, en criant si fort que,
les fanatiques tant accourus, il succomba sous leurs
coups. D'autres, et en grand nombre, furent tus par
leurs propres domestiques, par leurs amis d'autrefois, ou
tombrent sous le couteau des tratres qui servaient de
guides la horde pillarde et sanguinaire.
Fatahallah Djahami, un riche Syrien, avait pous la
fille d'un grand commerant franais, nomm Contarini,
mort quelques annes auparavant Khartoum, (aprs
ma dlivrance, elle chercha asile chez moi avec son en-
fant nouveau-n). Possesseur d'une grosse fortune, il
avait enterr tout son or dans un coin de sa maison.










CHAPITRE X.


Son domestique, un Dongolais qu'il avait lev lui-
mme, l'avait aid dans ce travail. Eux deux seuls, et
sa femme, connaissaient l'endroit o tait cach le trsor.
Or, peu avant la prise de la ville, Fatahallah Djahami
appela le jeune homme et, en presence de sa femme
lui dit:
Mohammed, je t'ai lev ds ta plus tendre en-
fance et j'ai confiance en toi; tu sais mme o j'ai
enfoui ma fortune. Or, notre situation est dsespre;
comme tu as des parents parmi les Mahdistes, va et
joins-toi eux. Si le Gouvernement l'emporte, tu peux
rentrer chez moi sans crainte aucune; si le Mahdi est
victorieux, tu sauras, je l'espre, m'tre reconnaissant de
tout ce que j'ai fait pour toi .
Mohammed approuva les paroles de son matre et,
d'accord avec lui, quitta Khartoum. Le matin mme de
lentre des rebelles, accompagn de ses plus proches
parents, il accourut la maison de Djahami.
Ouvre, ouvre, s'cria-t-il, je suis ton fils, ton
serviteur Mohammed!
Joyeux, le matre ouvrit la lourde porte en fer.
Mais l'instant mme o il part, il tomba transperc
d'un coup de lance du tratre 1
Mohammed sauta par-dessus le cadavre et se pr-
cipita l'endroit o tait cach l'argent.
Comme il sortait, charge de butin, de cette maison
qui avait t si longtemps pour lui comme sa patrie, il
trouva la femme de son matre qui pleurait l'poux
qu'elle venait de perdre en des circonstances si tragi-
ques. Le malheureux, de gat de cour, allait la poi-
gnarder si ses propres parents ne l'en eussent empch.










SIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI.


Le consul grec Leontidi fut somm d'abord de se
rendre par une bande conduite par un de ses dbiteurs;
on finit par l'assassiner. Le consul d'Autriche-Hongrie,
Hansal, fut tu par un de ses kawas; son corps fut
tran devant sa maison, ainsi que celui de son chien;
on les arrosa d'esprit de vin, on y rpandit du tabac
trouv dans sa propre chambre, puis on mit le feu.
Leurs restes carboniss furent ensuite jets dans le
fleuve.
Le premier secrtaire du dpartement des finances,
Boutrous Polous, russit se tirer d'affaire. Barricad
dans une maison isole, entour des siens, il se dfendit
avec succs contre l'ennemi et tua plusieurs rebelles.
Somm de se rendre, il dclara qu'il ne capitulerait que
si le Mahdi lui faisait grce et lui donnait l'assurance
de n'tre pas spar de sa famille. Comme on ne pou-
vait rien contre lui et qu'on ne voulait pas l'assiger
avec des canons, le calife Chrif acquiesa sa demand;
par exception, on tint parole et il fut ainsi sauv.
Les postes dtachs des Sheikhiehs qui se trouvaient
sur l'le de Touti, se rendirent. On les conduisit
Omm Derman o on les mit en lieu sr.
On remplirait des volumes raconter tous les
meurtres, toutes les actions horribles qui furent commis
dans la ville alors sans defense; au surplus tous ces
faits sont suffisamment connus.
Les survivants eurent aussi fort souffrir. Quand
toutes les maisons furent occupes, on commena
s'enqurir des trsors cachs. Quiconque tait souponn
de possder quelque chose et personnel naturellement
n'tait except tait martyris jusqu' ce qu'il et










CHAPITRE X.


avou; si, rellement, il ne possdait rien, il finissait par
succomber aux mauvais traitements de ses bourreaux ou
parfois, tellement les fatiguer qu'ils finissaient par
ajouter foi sa parole.
Le fouet tait donn jusqu' ce que la chair tombt
en lambeaux. Des malheureux se virent attachs par les
pouces et suspendus des poutres qu'on levait dans ce
but; on les laissait se balancer dans le vide jusqu' ce
que la douleur les rendit fous. A d'autres, on plaait de
petits bambous flexibles prs des tempes, de faon ce
que, relis de force aux deux bouts, ils serraient la tte
comme dans un tau. Alors, on frappait avec une canne
sur ces bois, ce qui, par suite des vibrations, occasionnait
de telles douleurs que les victims poussaient des cris
dchirants.
Les vieilles femmes mmes ne furent pas exemptes
de ces tortures et en subirent d'autres plus horribles
qu'on leur infligeait pour leur soutirer des aveux.
Quant aux jeunes femmes, aux jeunes filles, elles
furent une proie bienvenue et eurent souffrir de leur
beaut. On en fit d'abord un choix pour le Mahdi et
pour les califes, puis le partage des autres commena le
jour mme de la chute de la ville et dura pendant des
semaines.
Le lendemain, mardi, l'amnistie gnrale fut pro-
clame; les Sheikhiehs seuls furent hors la loi et par-
tout o on les trouvait, ils furent mis mort. C'est
ainsi que Haggi Mohammed Abou Gerger fit dcapiter
devant sa tente, les deux fils ans de Salih qui avaient
pu se catcher pendant trois jours seulement chez des amis.
Les Egyptiens peau blanche durent galement user de










BIGE DE KHARTOUM. MORT DU MAHDI


precaution et viter de rencontrer les fanatiques, pendant
les premiers jours tout au moins. C'est alors que circulait
Omm Derman le jeu de mots suivant:
Quelle est la denre qui, actuellement au march,
atteint le plus bas prix La peau blanche, le Sheikhieh
et le chien (animal impur qu'on doit tuer partout o il
se montre).
Le butin, cela va de soi, alla grossir le Bet el Mal.
Les maisons furent rparties entire les mirs. Ce mme
mardi, le Mahdi et le calife Abdullahi traversrent le
fleuve, bord de l'Ismalia ; ils entrrent Khartoum,
enchants de leur triomphe et s'installrent dans les
maisons qu'ils avaient choisies. Ils dirent que cette ville
avait mrit la just punition divine, parce que malgr
des exhortations rptes, les habitants impies avaient
dout du Mahdi, l'envoy de Dieu, et ne s'taient pas
rendus volontairement.
Aprs les joies de la victoire, le Mahdi se rappela
l'arme anglaise qui avanait. Il ordonna Abd er
Rahman woled Negoumi de se rendre Metemmeh,
march force et de chasser les infidles de cette position.
Le mercredi, dix heures du matin environ, des
salves d'artillerie et d'infanterie se firent entendre. Le
bruit venait de la pointe nord de l'le Touti. Les deux
vaisseaux envoys par Gordon, le Talahawia et le
Borden arrivaient, charges de soldats sous les
ordres du gnral Wilson, au secours de Khartoum et
de son gouverneur. Le sandjak Hachim el Mous et
Abd el Hamid Mohammed, les Sheikhiehs envoys par
Gordon, taient avec eux. Tous avaient appris les tristes
vnements. Quoique Wilson ne doutt pas de la vra-










CHAPITRE X.


cit de cette nouvelle, il en voulait une preuve de visu
et dirigea son vapeur jusqu'au fort d'Omm Derman.
Sous le feu des Mahdistes, il se retira, aprs avoir vu
de loin Khartoum. La prise de cette ville avait non
seulement produit une profonde impression sur l'quipage
anglais, mais aussi sur les indignes qui servaient bord
des bateaux. Ces derniers, sachant que le Soudan tait aux
mains du Mahdi et que, d'aprs les racontars, les Anglais
n'avaient d'autre but que de sauver Gordon, celui-ci tant
mort et Khartoum tombe, il leur parut comme probable
que les troupes anglaises rentreraient Dongola et se saisi-
raient des chefs soudanais qui se trouvaient avec elles.
Ce fut en tout cas l'avis d'Abd el Hamid Moham-
med et du Ras (pilote en chef) du Talahawia . Ils
prirent aussitt une decision. Vers le soir, en effet, le
pilote fit chouer le vapeur sur un des rocs qu'on ren-
contre frquemment dans cette parties du fleuve. Il tait
inutile de songer le remettre flot, l'ouverture tant
trop grande; on dut se hter de transborder ce que le
chargement avait de plus de prcieux, sur le Borden .
Abd el Hamid et le pilot profitrent de la confusion
et du dsordre pour s'enfuir et, aprs avoir fait deman-
der grce au Mahdi par l'entremise de leurs amis, ils
rentrrent Khartoum. Le Mahdi les reut non seulc-
ment de la faon la plus amicale, mais encore les flicita
publiquement de leur action qui causait de gros dom-
mages l'ennemi. Abd el Hamid, bien que revenant de
la tribu des Sheikhiehs et parent de Salih woled el Mek,
reut du Mahdi une gioubbe qu'il avait porte lui-mme
et ses parents, quoique dj rparties comme butin entire
les rebelles, furent mises en libert.











SIGE DE KHARTOUM. -MORT DU MAHDI.


Le Borden continue sa route avec le gnral
Wilson; mais, malheureusement, il vint son tour chouer
sur un banc de sable; cause de sa cargaison impor-
tante, il ne put tre remis flot. Wilson se trouvait
dans une situation des plus critiques. Son quipage tait
trop peu nombreux pour songer prendre la voie de
terre et attaquer l'ennemi qui se trouvait entire lui et
Metemmeh, Woled el Habechi, et don't le courage
devait tre singulirement relev depuis la nouvelle de
la prise de Khartoum.
Derrire lui, il avait Abd er Rahman woled en
Negoumi qui avanait. On se rappelle que Gordon avait
envoy Metemmeh un troisime vapeur, le Safia .
Wilson envoya donc un cannot, sous le commandement
d'un officer, avec seulement l'quipage ncessaire, priant
qu'on envoyt immdiatement son secours le bateau en
question; ordre facile donner, mais plus difficile
excuter. Le Safia fut prpar aussitt; mais les
Mahdistes ayant eu complete connaissance des faits,
construisirent aussitt des retranchements Woled el
Habechi et par leurs feux empchrent le Safia
de passer. Le capitaine et les hommes se dfendirent,
prts mourir, pour sauver leurs camarades. Un moment
l'on crut tout perdu: un boulet avait tellement endom-
mag la chaudire du vapeur qu' grand' peine ils
purent seulement se soustraire aux coups terrible de
l'ennemi. Le vaillant commandant du bateau ne douta
pourtant pas de la russite de son entreprise; toute la
nuit, il travailla rparer le vapeur, de telle sorte que
le matin, il fut en tat de recommencer le combat avec
plus de succs.











CHAPITRE X.


Ahmed woled Fheid, qui dirigeait les troupes con-
centres en ce point, tomba et avec lui plusieurs de ses
chefs; les salves diminurent et bientt le passage fut
libre. Le Safia rencontra heureusement le Borden
et put ramener Metemmeh, Wilson et tous ceux qui
l'accompagnaient.
Abd er Rahman ne parait pas avoir dploy beau-
coup de zle dans sa march; il tira en longueur encore
davantage quand il sut la mort de Fheid et la retraite
des Mahdistes Woled el Habechi; reconnaissant que
les Anglais taient invincibles sur le fleuve, il se tint
une distance trs respectueuse de Metemmeh, attendant
que les Anglais se retirassent Dongola pour s'emparer
du pays sans coup frir. Sans aucun doute, la peur
seule le fit ainsi temporiser et permit aux troupes an-
glaises d'accomplir plus tard leur retraite sans combat.
Il est vrai que cette intimidation des Mahdistes est due
en grande parties aussi la remarquable conduite du
commandant du Safia , Lord Beresford, et la vail-
lance de l'quipage.
Quand l'avant-garde anglaise eut quitt ces lieux,
le Mahdi eut alors l'assurance que cette fois il tait
bien le matre du Soudan.
Il ne put alors contenir sa joie. Il se rendit dans
la djami et dcrivit tous ses auditeurs la fuite des
ennemis; il finit par prtendre que le Prophte lui avait
dit que les outres eau ayant t perces par l'inter-
vention divine, tous ceux qui avaient particip cette
expedition avaient succomb la soif.
Cinq jours aprs la chute de Khartoum, je fus mis
sur un ne et l'on me conduisit la prison gnrale.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs