• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Frontispiece
 Title Page
 Table of Contents
 Dedication
 Introduction
 Lettre du Reverend Pere Don Joseph...
 Preface
 Sejour au Darfour--histoire de...
 Notice de l'editeur
 Le gouvernement du Darfour
 Soulevement du Mahdi
 Extension de la revolution dans...
 Siege et chute d'El Obeid
 Lutte contre le Mahdisme au...
 L'expedition de Hicks Pacha
 La chute du Darfour
 Back Cover














Title: Fer et feu au Soudan
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00024792/00001
 Material Information
Title: Fer et feu au Soudan
Uniform Title: Feuer und Schwert im Sudan
Physical Description: 2 v. (xvi, 826 p., 10 leaves of plates) : ill. (some col.) ; 22 cm.
Language: French
Creator: Slatin, Rudolf Carl, 1857-1932
Publisher: F. Diemer
Place of Publication: Le Caire
Publication Date: 1898
Copyright Date: 1898
 Subjects
Subject: Soldiers -- Biography -- Sudan   ( lcsh )
Colonial administrators -- Biography -- Sudan   ( lcsh )
Austrians -- Biography -- Sudan   ( lcsh )
Mahdism   ( lcsh )
History -- Sudan -- 1881-1899   ( lcsh )
History -- Sudan -- 1821-1881   ( lcsh )
Genre: autobiography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par R. Slatin Pacha ; traduit de la huitiáeme âedition allemande par G. Bettex ; prâecâedâe de 2 lettres du Mahdi âecrites pendant la campagne de 1896.
General Note: Translation of: Feuer und Schwert im Sudan.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00024792
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltqf - AAB5676
ltuf - AFE7906
oclc - 17433289
alephbibnum - 001063916

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Half Title
    Frontispiece
        Frontispiece
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Table of Contents
        Page ix
    Dedication
        Dedication
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Lettre du Reverend Pere Don Joseph Ohrwalder, autrefois superieur de la Mission autrichienne a Delen, (Kordofan), prisonnier des Mahdistes pendant 10 annees
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
    Preface
        Page x
    Sejour au Darfour--histoire de la province
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Notice de l'editeur
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Le gouvernement du Darfour
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Soulevement du Mahdi
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
    Extension de la revolution dans le Darfour meridional
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 222a
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Siege et chute d'El Obeid
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
    Lutte contre le Mahdisme au Darfour
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 280a
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
    L'expedition de Hicks Pacha
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
    La chute du Darfour
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
    Back Cover
        Back Cover
Full Text














M- -
sen s'*





pouessus.,i
tous .i









iison



















FER ET FEU AU SOUDAN


I.




























v~a~,4,62~













FER ET FEU AU SOUDAN
PAR

R. SLATIN PACHA
COLONEL DE L'ETAT-MAJOR EGYPTIEN
ANCIEN' GOUVERNEUR ET COMMANDANT DU DARFOUR


TRADUIT DE


LA HUITIME EDITION ALLEMANDE


PAR
G. B E T TE X, Professeur Montreux.

TOME PREMIER

Prcd de 2 lettres du Mahdi crites pendant la champagne de 1896.

Le Caire, 1898
F. DIEMER, Editeur.
DEUXIME EDITION









DT
I o0, I
3 5'71IL









TOUS DROITS RSERVS.












TABLE DES MATIRES
DU PREMIER VOLU01E


Chapitre I.
Introduction . . . . . . 1
Chapitre II.
Sjour au Darfour Histoire de la Province 43
Chapitre II.
Le Gouvernement du Darfour . ... 123
Chapitre IV.
Soulvement du Mahdi . . . .. 172
Chapitre V.
Extension de la revolution dans le Darfour
mridional . . . . . 208
Chapitre VI.
Sige et chute d'El Obed . . .. 243
Chapitre VII.
Lutte contre le Mahdisme au Darfour 258
Chapitre VIII.
L'expdition de Hicks Pacha . . .. 318
Chapitre IX,
La chute du Darfour . . . .. 338















DDI


A SON ALTESSE


ABBAS PACHA HILMI II,
KHDIVE D'GYPTE

COMME TMOIGNAGE

DU RESPECTUEUX DVOUEMENT


L'AUTEUR.





















FER ET FEU AU SOUDAN

--~----c


CHAPITRE I.

Introduction.
Mon premier voyage au Soudan. Mon retour en Autriche. -
Mon second voyage. Corruption au Soudan. Je suis nomm
gouverneur de Dara. Gordon au Darfour. Zober Pacha et
son fils Soliman. Les Gellaba. Les Djaliin et les Danagla. -
Coup d'oeil retrospectif sur les causes primordiales de l'insurrection
dans le Bahr-el-Ghazal. Campagne de Gessi. Rabeh se spare
de ses compagnons. Mort de Soliman Zober.

Je servais, comme lieutenant au Rgiment Prince
hritier Rodolphe (No 19) sur la frontire bosniaque,
quand en Juillet 1878, je reus de Gordon Pacha une
lettre par laquelle il m'invitait entrer, sous ses ordres,
au service du gouvernement gyptien.
J'avais dj, en 1874, fait un petit voyage au Sou-
dan et, aprs avoir travers Assouan, Korosko et Berber,
j'tais arriv, en Octobre, Khartoum d'oi je m'tais
rendu aux montagnes de Nouba, o j'avais visit Delen,
station des Missions Catholiques de l'Afrique Centrale
que l'on venait d'installer, et de l j'avais pouss jusqu'
Slatin Pacha, 1











CHAPITRE I.


Kolfan, Niouma et Kadro; mais le soulvement des
Arabes Hauasma rendant prilleux le sjour dans ces
contres, j'tais retourn El Obed. Les Arabes qui
n'avaient en some se plaindre que de l'exagration
du tribute qui leur tait impos, avaient fait seulement
quelques difficults au moment de sa perception et
taient promptement rentrs dans l'obissance; cependant
je ne jugeai pas propos de retourner dans ces rgions
et me dcidai revenir au Darfour.
En arrivant Kaga-Katoul, j'appris que le gouver-
neur gnral du Soudan, Ismal Pacha Ayoub, qui rsi-
dait alors Fasher, avait public un arrt interdisant
absolument tout tranger de pntrer dans le Darfour
don't les routes commercials taient encore peu sres,
le pays n'tant occ up militairement par l'Egypte que
depuis peu de temps et ne pouvant tre considr come
soumis que dans une trs-faible parties.
Je retournai donc directement Khartoum o je
fis la connaissance d'Emin Pacha (alors Docteur Emin)
qui tait arriv quelques jours auparavant avec un
certain Charles de Grimm.
Emin et moi adressmes alors Gordon Pacha,
cette poque gouverneur gnral des Provinces Equa-
toriales et rsidant Lad, une lettre dans laquelle nous
lui demandions l'autorisation de visiter ses domaines, et,
notre lettre parties, nous attendmes sa rponse. Ce n'est
que deux mois plus tard que cette rponse nous arriva;
Gordon nous invitait nous rendre Lad6.
Mais dans l'intervalle j'avais reu de Vienne des
lettres de ma famille qui me suppliait de rentrer en
Europe; je souffrais aussi de la fivre et, de plus, je











INTRODUCTION.


devais, l'anne suivante, accomplir mon service militaire; je
pris donc la resolution de cder au dsir de ma famille.
Le docteur Emin se rendit l'invitation de
Gordon et partit pour le Sud; peu de temps aprs,
Gordon le nommait bey et gouverneur de Lad6, et lorsque
Gordon Pacha dut quitter les Provinces Equatoriales,
il choisit Emin pour le remplacer dans le gouvernement
de ces provinces. Emin remplissait encore ces functions
lorsqu'en 1889, Stanley vint l'arracher isa difficile
situation pour le conduire Zanzibar.
Pour moi, traversant le dsert de Bayouda, et pas-
sant par Dongola et Wadi-Halfa, j'arrivai en Egypte et
de l je gagnai l'Europe o j'arrivai dans l'automne
de 1876.
Comme ds cette poque j'avais pris la ferme resolution
de retourner au Soudan, je fus enchant de la propo-
sition que me fit Gordon Pacha, en Juillet 1878, propo-
sition qui me permettait de renouer mes relations avec
Emin et Giegler Pacha. Je dus cependant prendre
patience et attendre, pour rpondre l'invitation qui
m'avait t adresse, que la champagne de Bosnie fut
termine.
Dans les premiers jours de Dcembre 1878, mon
rgiment rentra en garnison Presbourg; comme officer
de reserve je demandai et j'obtins aisment un cong
avec autorisation de voyager dans le Soudan. Je passai
seulement huit jours dans ma famille et quittai Vienne
le 21 Dcembre 1878 pour aller m'embarquer Trieste.
Au Caire, je reus de Suez un tlgramme de
Giegler Pacha, (alors Giegler bey) qui tait parti quel-
ques jours avant mon arrive; il allait Massawah o,











t CHAPITRE I.

en quality d'Inspecteur Gnral des Tlgraphes du
Soudan, il allait inspector la ligne de Massawah-Khartoum.
Dans son tlgramme il m'invitait faire avec lui le
voyage jusqu' Souakim et j'acceptai avec joie cette in-
vitation toute gracieuse.
A Souakim nous dmes nous sparer; Giegler con-
tinuait sa route sur Massawah en bateau vapeur; moi,
j'avais faire mes prparatifs pour me rendre dos de
chameau travers le dsert jusqu' Berber. Grce la
bienveillante intervention de Al-ed-Din Pacha, gouver-
neur de Souakim (le mme qui plus tard, tant gouver-
neur gnral du Soudan, accompagna le gnral Hicks
au Kordofan oi il trouva la mort), je pus promptement
me mettre en route pour Berber; de l, sur une barque
que le gnral Gordon avait fait tenir ma disposition,
je repartis pour Khartoum o j'arrivai au milieu de Jan-
vier 1879
Gordon Pacha me reut de la faon la plus cordiale
et m'assigna pour logement la maison d'Ali effendi situe
vis--vis de la faade Sud de son palais. Dans nos
entretiens journaliers il m'assura a maintes reprises de ses
sympathies pour les officers autrichiens qu'il avait appris
connatre au course des travaux de la Commission du
Danube, Toultscha. 11 me disait, en souriant, combien
il regrettait que nous eussions chang contre des uni-
formes bleus nos uniforms blancs qu'il considrait comme
beaucoup plus commodes et plus lgants
Au commencement de Fvrier, il me nomma inspec-
teur des finances avec mission de parcourir le pays et
de rechercher pour quels motifs les habitants du Soudan
se plaignaient des impts. trs modrs cependant, tandis










INTRODUCTION.


que, de son ct, le Gouvernement se demandait pourquoi
les revenues de la province taient si faibles et tout
fait hors de proportion avec l'tendue et la richesse
du pays.
Je me rendis donc Fazogl par Mussellemie et
Sennaar, visitai les montagnes de Kehli, Rigreg et Ka-
shankero et parvins jusque dans le voisinage des Beni
Shangol. Puis j'adressai mon rapport Gi don Pacl a.
Je lui exposais d'abord que la rpartition de l'im-
pt, tablie constamment sous l'influence des notables
indignes, manquait absolument d'quit. Le poids de la
taxe pesait surtout sur le pauvre et sur le petit pro-
pritaire, alors que les dtenteurs de domaines consid-
rables savaient toujours trouver auprs des fonctionnaires
le moyen le plus convenable pour faire rduire un
minimum drisoire le taux de leurs contributions. Cette
ingalit se faisait sentir, encore aggrave, dans le
monde des affaires o les charges imposes au petit
commerce taient extraordinairement lourdes, tandis que
les gros capitalistes jouissaient d'immunits absolument
injustifies. Et non seulement la rpartition des impts
tait inique, mais encore il se produisait au course de la
perception des taxes les plus criantes injustices. Cette
perception tait effectue par les soldats, les Bachi Bon-
zouks et frquemment aussi par les Sheikhiehs, tribu ori-
ginaire de Dongola. Le but de chacun de ces interm-
diaires tait surtout de s'enrichir le plus vite possible
et par tous les moyens; le reste n'avait leurs yeux
qu'une importance secondaire. Je pouvais bien signaler
ces abus mais j'tais incapable d'y porter remde; il me
manquait de plus, pour obtenir un rsultat positif, l'ini-










CHAPITRE I.


tiation administrative et la vocation ncessaire; je deman-
dai donc d'tre relev de mes functions.
Pendant ce temps, Gordon Pacha tait parti pour le
Darfour afin de pouvoir, en se tenant plus prs du thtre
des operations, suivre les progrs de la champagne entreprise
contre Soliman woled filss de) Zobeir. Sur sa proposition,
Giegler avait t nomm Pacha et vice-gouverneur
gnral. C'est donc au Darfour que j'envoyai Gordon
mon rapport et ma dmission
J'eus souvent, pendant mon voyage d'inspection,
l'occasion de constater des situations singulires et des
manires (le voir au moins tranges. Je me trouvai
frquemment en rapport avec d'anciens employs du
gouvernement, des Soudanais, des Sheikhieh surtout, et
mme des Turcs devenus possesseurs (des proprits les
plus belles et qui taient absolument exonrs des taxes. A
mes observations, ces propritaires privilgis rpondaient
invariablement qu'ayant rendu autrefois des services au gou-
vernement, il tait de toute justice qu'on les exemptt de
l'impt. J'tait fort mal reu lorsque je voulais leur
expliquer que les services qu'ils avaient pu rendre, s'ils en
avaient rendu quelqu'un, leur avaient t depuis longtemps
pays, et je dus fire mettre en prison plusieurs d'entre
eux pour les contraindre payer l'impt.
A Mussellemi, la ville la. plus important de la region
comprise entire le Nil bleu et le Nil blanc (le Ghzireh),
et le point central du commerce des rgions mridionales, je
trouvai des quarters remplis de jeunes filles esclaves qui
exeraient l leur hideux mtier pour le compete de leurs
matres, les plus riches et les plus influents marchands
du Soudan. Le gain produit par ce genre d'affaires,










INTRODUCTION.


d'une morality plus que douteuse, tait sans contredit
d'une importance considerable, mais je n'avais aucune-
ment le dsir de me casser la tte pour tablir un mode
de taxation applicable cette matire imposable , et
ce fut avec une joie relle que je reus enfin de Gordon
la dpche m'annonant que je cessais d'exercer les
functions d'inspecteur des finances. J'tais ainsi dlivr
de tout souci ultrieur et n'avais plus me proccuper
du moyen d'tablir, de rpartir et de percevoir les
impts anciens, non plus que d'en inventer de nouveaux,
tache tout fait en dehors de mes gots et de mes
aptitudes.
Quelques jours plus tard, je reus de Gordon une
lettre me nommant Moudir (Gouverneur) de Dara, region
sud-ouest du Darfour. Le gnral me donnait en mme
temps l'ordre de rejoindre immdiatement mon poste,
afin de tenir tte au prtendant, le Sultan Hassan, qui,
descendant des anciens rois, aspirait reconqurir le
domain de ses pres don't l'Egypte s'tait empare.
Gordon me faisait savoir en outre qu'il revenait du
Darfour et desirait me rencontrer sur la route, entire El-
Obed et Dourrah el Khadrah. Aussitt je m'embar-
quai sur l'un des bateaux vapeur qu'on tenait tou-
jours prts pour Gordon Pacha et parties pour Dourrah
el Khadra o j'avais dj envoy mes chameaux. De
Dourrah j'allai cheval au bureau tlgraphique d'Abou
Garad, situ 11 kilomtres environ et qui forme en
mme temps la station frontire de Kordofan. A Abou
Garad, j'appris que Gordon n'tait plus qu' 30 ou 40
kilomtres de l, sur la route de Dourrah el Khadra.
Je parties sur le champ et, aprs environ deux heures de










CHAPITRE I.


course rapide, je trouvai le gnral reposant l'ombre
d'un arbre. Il me reut de la faon la plus affable,
mais je le trouvai malheureusement trs puis et fort
affaibli par les pnibles et interminables chevauches.
Les courses continuelles avaient dtermin des plaies
assez tendues aux cuisses et aux jambes. Il avait d
mme, pendant des journes entires, se priver de boissons
rconfortantes.
Par bonheur, j'avais apport avec moi, sur le vapeur,
quelques bouteilles de Henisson, tires de ses propres
reserves. Il m'engagea l'accompagner Dourrah el
Khadra, o il avait me donner quelques ordres com-
plmentaires concernant mes nouvelles functions, et me
faire certaines communications sur la situation actuelle
de la contre.
En mme temps, il me prsenta les personnel de sa
suite: Hassan Pacha Hilmi el Djoeser, ancien gouverneur
du Kordofan et du Darfour et Youssouf Pacha el Shellali,
qui, s'tant brouill avec Gessi, lors de l'entreprise contre
Soliman woled Zober, avait demand Gordon de l'em-
mener avec lui Khartoum.
Gordon Pacha ayant donn le signal du dpart, prit
les devants, suivant son habitude, une telle allure que
nous avions peine le suivre. Nous arrivmes bien vite
Dourrah el Khadra, o nous retrouvmes les chameaux
et les bagages du Gouverneur gnral que celui-ci avait
envoys en avant pendant la halte.
La rive du fleuve tait peu profonde et les vapeurs
qui avaient d mouiller au large envoyrent un cannot
pour nous conduire bord. Dans la barque, je me trouvai
assis prs de Youssouf el Shellali qui tait vtu d'un











INTRODUCTION 9

lger costume de treillis gris; comme il avait avec lui
un gobelet, je lui demandai de me puiser un peu d'eau
dans le fleuve. Gordon Pacha, en souriant m'avertit en
franais que Youssouf, malgr son teint fonc, tait
Pacha et par consquent occupait un rang de beaucoup
plus lev que moi, qui n'tais que Moudir (Gouverneur)
de Dara, il n'tait donc pas correct de ma part de lui
demander ainsi de l'eau. Je m'excusai aussitt auprs
de Youssouf expliquant que c'tait par simple distrac-
tion que je lui avais demand un semblable service. Il
m'assura amicalement qu'il tait tout prt rendre ser-
vice moi ou n'importe lequel de ses compagnons.
Gordon et moi, nous montmes sur 1' Ismalia
tandis que Hassan Pacha el Djoeser et Youssouf el
Shellali se rendirent sur le Borden .
Je restai avec le gnral jusqu'au soir. Gordon me
mit au courant de la situation du Darfour exprimant
l'espoir de voir se terminer bientt la guerre engage
avec le Sultan Haroun, et cette malheureuse contre, qui
servait depuis tant d'annes de thtre aux combats les
plus terrible, jouir enfin d'un peu de repos. Il tait
persuade aussi que Gessi terminerait rapidement la cam-
pagne entreprise contre Soliman woled Zober qui, press
par les circonstances, allait se voir contraint ou de se
rendre ou de succomber. Aprs la dfection des Basin-
ger (esclaves noirs dresss se servir des armes feu)
et les dfaites continuelles qu'il avait prouves, il n'tait
plus permis Soliman de computer sur la victoire.
A 10 heures du soir Gordon me congdia; ordre
tait dj donne aux vapeurs de mettre sous pression,
car il voulait se mettre en route cette nuit-mme.


'" ' oir-r-ll- ~Ii 1:-I-i --~- -~-~I- ii-










CHAPITRE 1.


Portez-vous bien, mon cher Slatin, me cria-t-il
encore de loin, que Dieu vous protgel Je suis con-
vaincu qu'en toute circonstance vous ferez tout ce qu'il
vous sera possible de faire. Bientt peut-tre je partirai
pour l'Angleterre et j'espre vous revoir mon retour .
Ce furent les dernires paroles que j'entendis de
sa bouche. Qui pouvait prvoir alors le sort affreux
qui l'attendait.
Plein d'motion, je le remerciai de sa sympathie et
de l'appui qu'il m'avait en tout temps accord et je
restai sur le rivage pendant prs d'une here attendant
que le sifflet strident du vapeur eut annonc qu'il avait
lev l'ancre.
Gordon tait parti. Je ne devais plus le revoir
vivant!
Le lendemain, ds le matin, je parties mont sur le
cheval don't Gordon m'avait fait present; c'tait un magni-
fique talon alezan de la race de Hamour qui me ren-
dit les plus fidles services pendant quatre annes,
jusqu'au moment de la reddition du Darfour.
Traversant Abou Garad, Halba Abou Shok et Khursi,
je galopais jusqu' El Obed o je rencontrai le Docteur
Zurbuchen, inspecteur sanitaire du Soudan qui s'en allait
en inspection dans le Darfour et voulut faire la route avec
moi. Nous nous tions dj connus au Caire et je fus
vraiment heureux de l'avoir pour compagnon jusqu'
Dara. Aly bey Cherif, l'ancien gouverneur du Kordofan,
nous procura des chameaux qui, moyennant finances,
devaient transporter nos bagages jusqu'au Darfour.
Le jour du dpart Aly bey Cherif me communique
une dpche qu'il venait de recevoir de Foga, station











INTRODUCTION. J.

extreme des tlgraphes du Soudan sur la frontire orien-
tale du Darfour, dpche qui annonait que Soliman
woled Zober avait succomb Djerra le 15 Juillet
1879. Ainsi se trouvaient ralises les provisions de
Gordon.
*
Il ne serait peut-tre pas inutile de retracer ici
grands traits les causes, les pripties et les consequences
de cette champagne bien qu'elles soient, sans aucun doute,
dj connues en grande parties.
Aprs la conqute du Darfour, en 1874, la parties
mridionale du pays, c'est--dire les rgions de Dara et
Shakka, avait t assigne par le gouverneur gnral
Ismal Pacha comme domaine de Zober auquel avait
t confr le titre de Pacha. Zober qui toujours tait
en hostility avec Ismal Pacha auquel il avait souvent
reproch les impts qui pesaient sur le pays, sollicita
du Khdive l'autorisation d'aller au Caire l'assurer
personnellement de sa fidlit et de son attachment, et,
ds que cette autorisation lui eut t accorde, il partit.
Peu de temps aprs, le gouverneur gnral Ismal
Pacha Ayoub, quitta galement son tour le Darfour et
Hassan Pacha el Djoeser restait dans la province en
quality de Moudir Oumoum (gouverneur en chef).
Avant son dpart, Zober Pacha avait dsign comme
son reprsentant auprs de ses partisans son fils, Soli-
man woled Zober encore trs jeune et qui reut l'ordre
de se rendre Shakka.
Gordon Pacha, nomm gouverneur gnral du Sou-
danl, en replacement d'Ismal Ajoub, entreprit une
tourne d'inspection et poussa jusqu'au Darfour. Ce pays,











1- CHAPITRE 1.

pouss par le prtendant au trne, le sultan Haroun
sef el Din, commenait se soulever contre le rgime
un peu svre du gouvernement gyptien. Gordon voulait
se montrer dans la contre et, par sa presence et son
habile intervention prouve tant de fois, calmer les
esprits surexcits.
Arriv Faga le 7 Juin 1877, il avait envoy
Soliman woled Zober l'ordre de venir confrer avec lui
Dara. Gordon avait appris que Soliman se plaignait
de la situation qui lui tait faite et de l'opposition que
l'on mettait au retour de son pre, retenu au Caire par
le gouvernement gyptien. Zober Pacha, disait-on, avait
crit du Caire son fils et ses partisans des lettres
leur recommandant de secouer toute occasion le joug
de la domination gyptienne, et comme Soliman disposait
d'une force militaire considerable, on se voyait contraint
de computer avec lui.
Le gouverneur gnral se rendit par la route d'Ou-
man Shanger Fasher o il donna les ordres et les ins-
tructions ncessaires pour la mise en tat de defense
de la capital, et, aprs une halted de quelques jours
Fasher, il partit pour Dara.
Dans l'intervalle Soliman woled Zober tait arriv
de Shakka Dara, avec 4000 Basingers commands par
les parents et les partisans de son pre; il avait pris
position dans la plaine, au sud-ouest des remparts.
On tait loin d'tre d'accord dans le camp de
Soliman.
Les troupes prtendaient que le Darfour avait t
conquis rellement par elles et occup, seulement aprs
cette conqute, par les Egyptiens. Par suite elles trou-











INTRODUCTION.


vaient injuste l'obligation qui leur tait impose d'aban-
donner le Darfour et de retourner Shakka, abandon-
nant ainsi aux employs turcs et gyptiens cette riche
contre conquise grce leur nergie.
De plus, Soliman et les allis de son pre se mon-
traient irrits de la squestration tout fait injuste
leur avis de Zober Pacha au Caire, et dsiraient ob-
tenir son retour par n'importe quel moyen.
Les chefs des troupes de Zober, pour la plupart des
Djaliins et d'anciens marchands d'esclaves, avaient acquis
leur pouvoir et la consideration don't ils jouissaient par
leur courage et les succs qu'ils avaient remports dans
le Bahr-el-Ghazal o ils avaient conquis des provinces
entires. Ignorants des moyens d'action don't dispose, un
gouvernement rgulirement organis, ils se croyaient
invincibles. En outre, il plaisait leur natural enclin
la rapine et la violence, de ne chercher le succs
que par les armes.
C'est dans ces dispositions que l'on tint conseil sur
ce qu'il convenait d'entreprendre contre le gouvernement
gyptien et sur l'attitude tenir lors de l'arrive pro-
chaine de Gordon.
Quelques ttes chaudes taient d'avis d'attaquer
immdiatement la garnison de Dara, garnison tout fait
insignifiante en comparison des forces don't eux-mmes
disposaient. D'autres voulaient attendre l'arrive de Gor-
don et de son escorted, l'attaquer l'improviste et le
prendre vivant, si possible, afin de l'changer contre
Zober Pacha. Si dans l'action Gordon tait tu, alors
le sort en serait jet. Un petit nombre seulement con-
seilla l'obissance et la soumission au gouvernement.











CHAPITRE I.


Grce ce dsaccord aucune resolution definitive ne
fut prise.
Pendant qu'on dlibrait ainsi. Gordon Pacha et son
escorted taient arrivs par Kroult et Sheria jusque dans
le voisinage de Dara, don't ils n'taient plus loigns que
de six heures de march. Suivant sa coutume, Gordon
allait en avant de son escorted; toujours cheval il
marchait en tte, accompagn seulement de ses secr-
taires Tohamy bey et Bosati et de quelque kawas.
Instruit de l'arrive imminent de Gordon, Soliman
woled Zober fit disposer ses troupes sur trois lignes de
bataille don't le front s'tendait du campement au rem-
part de Dara.
Les ordres de Soliman venaient peine d'tre ex-
cuts que, au grand tonnement des soldats et de leurs
chefs Gordon Pacha, escort seulement de cinq hommes
months sur des chameaux, part devant le front de l'ar-
me, saluant tranquillement droite et gauche, et passa
au galop se dirigeant vers les remparts. On lui rendit
les honneurs rglmentaires et, avant mnme que le canon
et cess de grounder, le gnral envoyait Soliman woled
Zober et aux chefs de ses troupes l'ordre de se rendre
auprs de lui.
Nour Angerer Hakar fut le premier rpondre
l'invitation (lu gnral: Sad Hussein suivit bientt son
example et Soliman Zober lui-mme, reconnaissant que
l'occasion propice l'excution de ses projects tait pas-
se, arriva son tour accompagn des autres chefs qui
ne voulaient pas l'abandonner. Aprs les salutations d'u-
sage Gordon fit servir Soliman le caf et les cigarettes,
le questionna avec intrt sur sa situation et lui promit d(l











INTRODUCTION.


lui accorder, autant qu'il serait possible, tout ce qu'il
dsirait. Puis, ayant congdi les chefs en recommen-
dant chacun d'eux de retourner auprs de ses troupes,
il retint seulement Soliman Zober. Il lui dclara alors
qu'il savait de bonne source qu'il avait eu l'intention de
le combattre personnellement, lui Gordon, et lui conseilla
de ne point prter l'oreille des insinuations perfides.
11 lui fit comprendre qu'il y avait plus gagner rester
tranquillement soumis aux ordres du gouvernement gyp-
tien qu' prendre une attitude hostile. Il terminal en lui
pardonnant, cause de sa jeunesse et son inexperience
et en exprimant l'espoir qu'il comprendrait la gravit de
la faute qu'il avait commise; aprs quoi il l'autorisa
rejoindre ses troupes don't le commandement lui fut laiss
et l'engagea nergiquement se conformer scrupuleuse-
ment aux ordres qu'il pourrait recevoir.
Dans l'intervalle, l'escorte de Gordon avait son
tour franchi les remparts et, quelques instants aprs,
Gordon manda de nouveau Sad Hussein pour s'entretenir
en particulier avec lui sur la situation. Sad Hussein
dclara que Soliman, mal conseill par quelques ttes
chaudes, tait encore dispos, malgr le pardon qu'il
venait d'obtenir, poursuivre l'excution de ses desseins,
c'est--dire dlivrer son pre et se crer par les armes
une situation prpondrante. Gordon congdia Sad
Hussein aprs l'avoir nomm Moudir de Shakka et lui
prescrivit de rejoindre son poste le lendemain avec les
chefs et les soldats, mais de tenir encore pendant quel-
ques heures sa nomination secrte.
Nour Angerer Hakar fut ensuite appel. Aux
reproches que lui adressa le gnral, il rpondit en










CHAPITRE I.


reconnaissant, lui aussi, que Soliman Zcber faisait fausse
route et marchait un rsultat dplorable pour lui-mme
et pour eux tous; il dclara que le jeune Soliman ie
tenait aucun compete de leurs conseil; et ne songeait
qu' excuter ses desseins personnel, ne se rendant
qu'aux avis de quelques cerveaux surexcits. Gordon,
plein de confiance dans la declaration de Nour Angerer,
le nomma gouverneur de Sirga et Areba, dans le Dar-
four oriental, lui prescrivant de partir aiussi le lendemain
avec Sad Hussein et d'amener tous les hommes places
sous ses ordres, ainsi que ceux qui voudraient se joindre
lui.
Soliman ayant appris comment les choses tournament,
fit Sad Hussein et Nour Angerer iHakar de violent
reproches, les accusant d'ingratitude envers son pre
prisonnier lequel, par sa bont et sa bienveillance, les
avait levs la situation qu'ils occupaient; mais ils lui
repondirent que Zober leur devait plus de reconnaissance
qu'ils ne lui en devaient eux-mmes, et qu'il n'avait
conquis la renomme don't il jouissait que grce leurs
fidles services.
C'est sur ces mutuels reproches lue Sad Hussein
et Nour Angerer se sparrent de Zober, les deux
premiers quittant Dara pour rejoindre leurs postes avec
leurs troupes conformment aux ordres de Gordon.
Aprs leur dpart, Gordon Pacha fit appeler Soli-
man Zober et les chefs rests avec lui. D'abord Soli-
man, emport par son orgueil juvenile, rfusa de se rendre
cet appel, mais, aprs quelques instants de rflexion,
il cda aux conseils de ses compagnons don't le courage
tait considrablement abattu, et qui peu peu com-











INTRODUCTION.


prenaient qu'une pius longue resistance pouvait avoir
pour eux les plus funestes consequences; tous se rendi-
rent chez le gouverneur gnral qui se mit expliquer
Soliman de la faon la plus aimable que pour son
compete il n'avait rien craindre; que la nomination de
Sad Hussein et de Nour Angerer n'avait eu d'autre
but que de montrer Soliman combien il s'tait tromp
dans ses provisions en fondant la ralisation de ses des-
seins sur la fidlit et l'attachement de ses troupes. Il
l'exhorta de nouveau la soumission et lui fit comprendre
que le gouvernement possdait assez de places et de
domaines distribuer pour remplir ses dsirs les plus
ambitieux. Quant son pre qui vivait au Caire, combl
d'honneurs et au milieu des relations les plus brillantes,
il lui fallait prendre encore patience avant de le revoir.
Enfin, il lui donna l'ordre de se rendre Shakka et de
l'y attendre.
Le lendemain, Soliman reut des instructions com-
plmentaires pour Sad Hussein qui devait fournir tout ce
don't il aurait besoin pour son entretien et pour l'entretien
de ses troupes. Le jour suivant, Soliman se mit en route.
Ainsi Gordon Pacha, grce la facult qu'il poss-
dait de saisir rapidement et clairement le sens de chaque
situation, grce la promptitude de ses decisions, avait,
en deux jours peine, rsolu cette question pineuse
et vit une lutte qui aurait pu l'entraner facilement
de srieux embarras, d'autant plus que le Darfour tait
encore en pleine effervescence et que Gordon ne disposait
que de forces trs infrieures.
Le gouverneur gnral partit son tour, se rendit
Fasher et Kabkabia et, par l'habilit qu'il dploya
Slatin Pacba. 2










CHAPITRE I.


dans ses rapports avec les habitants, aussi bien que par
sa gnrosit extraordinaire, gagna les sympathies d'un
grand nombre de rebelles. O ce fut ncessaire, il prit
ses dispositions pour apaiser les meutes et organiser
administrativement les pays; enfin en Septembre 1877, il
partit pour Shakka, par la route de Dara.
L, il nomma Soliman Zober, qui semblait s'tre
rendu ses exhortations, gouverneur du Bahr-el-Ghazal,
ancien domaine du pre de Soliman, avec le titre de bey.
Cette nomination rendit tout joyeux Soliman qui remercia
Gordon de ce tmoignage de confiance; un grand nombre
d'esclaves qui, le croyant en disgrace, avaient rejoint Sad
Hussein Dara, revinrent auprs du fils de leur ancien
matre si bien que Soliman, en rejoignant son poste, pou-
vait disposer de forces imposantes.
A son arrive Dem Zober, chef-lieu du Bahr-el-
Ghazal et ainsi nomm d'aprs son pre, Soliman lana
une circulaire avisant les colonies de sa nomination come
Moudir; en mme temps, il envoya Idris woled Dabter
l'ordre de venir lui prsenter ses rapports et rendre ses
comptes. Idris tait un Dongolais qui, lors du sjour
de Zober Pacha au Darfour, administrait en quality d'in-
tendant la province du Bahr-el-Ghazal.
Cette province, habite aujourd'hui par diffrentes
tribus de ngres, tait autrefois gouverne par des chefs
indignes. Les tribus des Djaliin et des Danagla qui
habitaient les bords du Nil, avaient dans leur chasse
aux esclaves pntr dans le pays et en avaient peu peu
pris possession. Les Djaliin font remonter leur origine
Abbas, oncle du Prophte, et sont trs fiers de cette
illustre descendance; aussi regardent-ils avec mpris les











INTRODUCTION.


Danagla qu'ils considrent comme les descendants de l'es-
clave Dangal. Ce Dangal, d'aprs la tradition, s'tait,
quoique esclave et tributaire de l'vque copte de Bah-
nasa, lev la dignit de gouverneur de Nubie; tout
le pays qui s'tend depuis la ville actuelle de Sarras
jusqu' Debba et Meroe, tait sous sa domination. Cet
esclave fonda la ville qui porte de lui le nom de Dankala
(Dongola) et don't les habitants furent appels Danagla
(Dongolais). Ceux que l'on dsigne aujourd'hui sous ce
nom, sont pour la plupart des Arabes immigrs qui,
dans le course des temps, se sont mlangs aux indignes.
Tous cherchent faire remonter leur origine aux tribus
arabes libres et repousser la tradition qui en fait les
descendants d'un esclave. Malgr cela, le nom de
Danagla est pour les Djaliin. une pithte mprisante.
Il est indispensable de bien saisir les rapports exis-
tant entire ces deux tribus pour comprendre clairement
ce qui va suivre.
Idris woled Dabter, avis par ses amis, usa de faux-
fuyants. L, comme partout ailleurs, des intrigants cher-
chrent accrotre l'antipathie et le dsaccord qui se
faisaient jour pour tirer profit de la discorde. Et comme
on tait arriv convaincre Idris Dabter que Soliman
Zober userait de son pouvoir de moudir pour le faire
arrter, Idris s'enfuit Khartoum. L, il accusa Soli-
man de considrer comme sa proprit personnelle la
province du Bahr-el-Ghazal don't, disait-il, il avait pris
possession aux lieu et place de son pre. Il l'accusait en
outre de n'employer les revenues de la province qu'en
faveur de lui-mme et de ses compatriotes, les Djaliin,
tandis que les autres tribus et particulirement les











CHAPITRE I.


Danagla taient prservs et qu'on employait tous les
moyens imaginables pour les ruiner et les affaiblir.
A l'appui de ses accusations, Idris prsenta des
petitions signes de nombreux commerants et marchands
d'esclaves tablis dans le Bahr-el-Ghazal et par les-
quelles ils demandaient au gouvernement de destituer
Soliman Zober et de le remplacer par un autre fonc-
tionnaire.
Grce l'influence de ses parents et de ses protec-
teurs, Idris arriva ses fins; la deposition de Soliman fut
dcide et Idris lui-mme nomm sa place; celui-ci
s'engageait livrer chaque anne au gouvernement une
certain quantit d'ivoire et de gomme arabique, et
envoyer galement chaque anne Khartoum un certain
nombre de Basingers qui seraient incorpors dans l'arme
rgulire gyptienne. De son ct le gouvernement
voulant donner au nouveau gouverneur quelque autorit
et un prestige nouveau, lui accord une garde de deux
cents homes d'infanterie rgulire, sous les ordres de
Abdes Sid effendi.
Idris partit donc de Khartoum, remonta le Nil blanc
depuis le Bahr-el-Ghazal jusqu' Neshra er Rek et de
l se rendit Ganada, pour informer Soliman Zober de
sa destitution. Au reu de la nouvelle et du dcret
annonant qu'il tait remplac par Idris Dabter, Soliman
Zober runit ses parents et ses partisans et leur dclara
nettement que jamais il ne se soumettrait un ordre
aussi inique; depuis son arrive dans le Bahr-el-Ghazal,
ajoutait-il, il n'avait rien entrepris qui pt autoriser le
gouvernement lui enlever, sur un simple soupon, une
charge qui lui revenait de droit. En cela Soliman tait











INTRODUCTION.


dans l'erreur; son pre avait, il est vrai, conquis le
Bahr-el-Ghazal, mais cette province appartenait au
gouvernement et Soliman ne pouvait prtendre la
gouverner.
Dans une lettre qu'il crivit Idris Dabter, Soli-
man l'accabla de reproches lui reprochant son ingratitude
et l'accusant d'agir contre toutes les lois de l'honneur;
s'il en eut t autrement, en effet, jamais il n'aurait eu
recours de pareils moyens pour atteindre son but; il
montrait la plus noire ingratitude envers Zobeir, le pre
de Soliman, qui avait toujours protg Idris et l'avait
mme pris comme son lieutenant dans le Bahr-el-Ghazal
alors que lui Zober tait parti pour le Darfour.
Nomm Moudir du Bahr-el-Ghazal par Gordon
Pacha, Soliman n'avait-il pas us de son droit en exi-
geant qu'Idris lui rendit compete de ses actes? Mais Idris,
au lieu d'obr, tait all Khartoum o il avait russi
par ses intrigues, se faire nommer moudir sa propre
place. Soliman rptait enfin, dans sa lettre, que jamais
il ne se soumettrait un ordre aussi injuste. Idris r-
pondit Soliman en lui envoyant un ultimatum lui en-
joignant de se soumettre aux ordres du gouvernement, le
menaant, s'il n'y consentait pas, d'tre trait en rebelle.
Soliman pour toute rponse dclara qu'il ne cderait
qu'a la force et qu'il tait toujours prt laisser aux
armes la libert de dcider qui serait gouverneur du Bahr-
el-Ghazal.
Une guerre devenait ainsi inevitable. Les marchands,
craignant puur leur vie et pour leurs richesses, se virent
dans l'obligation d'opter pour l'un des deux parties afin
de sauvegarder leurs intrts.
e











CHAPITRE L


Les Djaliin, qui avaient intrt ce que Soliman
restt la tte du gouvernement de la province, se
dclarrent pour lui, tandis que les Danagla et les mar-
chands appartenant aux autres races et qui formaient la
minority, embrassaient le parti d'Idris Dabter. Celui-ci
voyant son adversaire dispos recourir aux armes pour
garder le pouvoir, laissa son frre Ottoman Dabter en
garnison Ganda avec deux cents hommes de l'infanterie
rgulire commands par Abdes Sid et un grand nom-
bre de Basingers, et lui-mme, escort d'une petite
troupe de Basingers, alla rassembler ses compatriotes et
leurs esclaves arms pour prendre l'offensive contre Soli-
man Zober. Soliman pouss par ses amis et par les
Djaliin qui hassaient les Danagla et n'auraient jamais
consent se plier leur autorit, saisit avec joie l'oc-
casion, qui rpondait d'ailleurs ses plus secrets dsirs,
de reconqurir par les armes l'indpendance rve.
Il concentra ses forces Dem Zober et pendant
qu'Tdris Dabter tait occup runir ses partisans et
ses compatriotes, il attaqua l'improviste Ganda. Malgr
la defense hroque de la garnison commande par Otto-
man Dabter et par Abdes Sid effendi, la forteresse fut
enleve d'assaut dans les premiers jours de l'anne 1878
par Soliman qui disposait de forces suprieures. Otto-
man fut tu et avec lui un grand nombre de dfenseurs
de la ville; bien peu russirent s'chapper. Sur l'ordre
de Soliman, les fortifications, les maisons, les huttes
furent incendies et les morts jets aux flames en mme
temps que les ennemis blesss. Ainsi le sort en tait
jet et toute entente cordiale entire les deux parties tait
devenue impossible.











INTRODUCTION.


Aprs un tel chec Idris Dabter comprenant que
ses partisans auraient grand peine reporter quelque
succs par les armes, s'enfuit jusqu' Khartoum o il
apporta la nouvelle de l'insurrection de Soliman qui
s'tait dclar indpendant dans le Bahr el Ghazal.
Cependant Soliman adressait aux principaux commer-
ants rsidant dans le Bahr el Ghazal, tels que: Gessaoui
Abou Amouri de Dembo, Arbab Zober woled El Fahl
de Golo, etc., ainsi qu'aux marchands d'esclaves une cir-
culaire les informant qu'il avait pris l'offensive contre
le gouvernement gyptien et les invitant se joindre
lui pour la defense commune. On peut voir dans ce fait
une preuve que Soliman savait fort bien que le gouverne-
ment n'abandonnerait pas ainsi sans protestation des
provinces qui lui taient particulirement prcieuses.
Les Danagla qui n'avaient aucune grce attendre
des Djaliin se prparrent la defense. Gessaoui Abou
Amouri et Arbab Zober el Fahl, un Djaliin de sang
noble, restrent neutres, dsirant comme d'autres mar-
chands de moindre importance, viter toute difficult avec
le gouvernement.
Dans l'intervalle, Romolo Gessi (1), l'officier bien
connu, avait t nomm Khartoum commandant de l'ex-
pdition contre Soliman Zober. Accompagn de Youssouf
el Shellali et d'une quarantine de soldats et d'officiers
subalternes, il s'embarqua sur un bateau vapeur pour
rejoindre son poste; Fashoda il fut renforc de deux

(1) Romolo Gessi, n en 1831 Constantinople, combattit en
Crime ct des Anglais et y fit la connaissance de Gordon qui
l'appela en 1874 au Soudan o, aprs diverse campagnes, il fut enfin
nomm gouverneur de la province du Bahr el Ghazal.










CHAPITRE I.


companies et il reut Lado et Makraka un rnfort
de troupes rgulires et irrgulires. A Gaba Shminb, il
trouva des fusils Remington et des Basinger de sorte que
l dj il disposait d'une force de prs de 2500 fusils.
En Juillet 1878, Gessi qui n'avait rien pu entre-
prendre contre Soliman pendant la saison des pluies, se
rendit Rumbeck et envoya Gessaoui et Arbab Zober
El Fahl l'ordre crit de venir le rejoindre. Ceux-ci
obirent aussitt et lui envoyrent un renfort de 2500
homes enviror.. Gessi recevait en outre des petits mar-
chands et des Basinger disperss d'Idris Dabter, des ren-
forts continues si bien qu'au commencement de Dcembre,
la saison des pluies tant passe et le sol tant redevenu
praticable, il put se mettre en march sur Ganda, avec
une arme de plus de 7000 hommes. Il possdait en
outre deux canons et plusieurs obusiers. A la mme
poque, Moustapha Bey Abou Shera tait, sur l'ordre de
Gordon, parti pour Shakka afin de remplacer dans son
commandement Sad Hussein en qui on ne pouvait avoir
entirement confiance. Ds que Moustapha Bey fut arriv
Shakka, Sad Hussein fut envoy sous escorted
Khartoum, tandis que les anciens chefs de Zober, Otto-
man woled Tai Allah, Mousa woled et Hag, etc., qui se
trouvaient Shakka et Kallaka, se joignaient Soli-
man Zober. Depuis longtemps dj, Soliman avait runi
ses forces auxquelles vinrent s'ajouter encore quelques
milliers d'hommes provenant de petites bandes d'esclaves,
surtout des Arabes Risegat et Habania qui, vrai dire,
ne lui furent pas d'une grande utility, habitus qu'ils
taient prendre parti pour le plus fort et ne cher-
cher en tout que leur propre intrt.











INTRODUCTION.


Arriv Ganda, Gessi tablit une zeriba (un
camp) qu'il fortifia et entoura de fosss. D'abord Yous-
souf el Shellali et les autres se moqurent de ses
precautions, mais bientt ils eurent l'occasion de se con-
vaincre de l'utilit d'un pareil systme de defense.
Le 25 dcembre 1878, Soliman dirigea sa premiere
attaque sur Ganda. Malgr leur nombre et leur bra-
voure les assailants furent repousss par Gessi et ses
compagnons grce aux precautions prises. Des deux
cts les pertes furent considrables, mais celles de Soli-
man Zober furent de beaucoup suprieures celles de
Gessi. Dans l'espace de trois mois, Soliman tenta par
quatre fois de s'emparer de Ganda, mais il fut chaque
fois repouss avec de grosses pertes. En mars 1879 Gessi,
ayant reu de Khartoum des renforts et des munitions,
put son tour prendre l'offensive contre Soliman qui
dans ses inutiles assauts avait perdu un grand nombre
de ses hommes et avait eu dplorer la mort de ses
meilleurs chefs et don't les troupes taient dj dcou-
rages.
Gessi se porta en avant et fut victorieux dans le
combat du ler mai 1879; les pertes, en comparison de
celles prouves prcdemment, furent insignifiantes, mais
le rsultat en fut absolument dcisif. Soliman prit la fuite
abandonnant les richesses accumules Dem Zober.
Les Danagla se partagrent en secret la plus grande
parties du butin, sans que leur chef en fut inform et
eut donn son consentement.
Soliman tait perdu. Il lui fallait ou bien s'enfuir
jusqu'au cour de l'Afrique, ou bien se rendre merci au
gouvernement. Ses richesses et celles de ses chefs taient











CHAPITRE I.


tombes aux mains de Gessi, ou plutt aux mains des
Danagla. Soliman devait possder de six huit cents
femmes, ses chefs et leurs parents en possdaient gale-
ment plus de cent; les Basinger qui n'taient pourtant
que des esclaves, possdaient eux-mmes des femmes
esclaves. Toutes tombrent aux mains du vainqueur.
D'aprs les dires des domestiques qui furent faits prisonniers
droite et gauche ou qui, de leur propre movement,
vinrent prendre du service auprs des employs du gou-
vernement, Soliman et ses principaux chefs possdaient
encore une fortune important en or et en agent
monnay.
Il ne pouvait gure en tre autrement si l'on refl-
ehit que tous les chefs de Soliman avaient pris part
avec son pre Zober au pillage de Dara, de Manoashi
(o tait tomb le sultan Ibrahim fils du sultan
Hussein, le dernier souverain rgnant du Darfour), de
Fasher, de Kubb, l'ancienne capital du Darfour, de
Kabkabia, etc. et avaient eu l l'occasion de recevoir un
butin considerable en argent et en objets prcieux. Les
Danagla s'taient entendus pour catcher tout ce butin
Gessi, qui comprenait peine l'arabe, et, pour se le partager.
Gessi laissa la plus grande parties de ses forces dans
la forteresse abandonne par Soliman et se mit la
poursuite de celui-ci avec une troupe relativement
minime. Soliman s'tait refugi avec ses partisans dans
les grands territoires de l'ouest et l, il partagea ce qui
lui restait d'arme en plusieurs fractions pour rendre plus
difficile la poursuite. Grce cette manouvre, Gessi ne
put ni s'emparer de lui, ni savoir exactement l'endroit
o il s'tait retir. Dans ses expeditions droite et











INTRODUCTION. 27

gauche, il ne rencontra qu'une troupe des partisans de
Soliman, commande par Rabeh, troupe qu'il battit et
dispersa sans grand effort; mais Rabeh put s'chapper.
Aprs de vaines recherches, Gessi rentra Dem Zober
o il reut l'ordre, ou plutt la permission de se prsen-
ter devant Gordon Pacha dans le Darfour.
Laissant donc le gros de son arme se reposer de
ses fatigues Dem Zober, et accompagn seulement
de quelques-uns de ses officers, parmi lesquels Yous-
souf el Shellali, Gessi se rendit au Darfour. A Taouesha,
station principal de la route des caravanes Dara-Omm
Shanger El Obed, il rencontra Gordon. Le gnral,
pendant son second sjour au Darfour, avait appris que
des marchands soudanais d'El Obed vendaient des armes
et des munitions au rebelle Soliman vers lequel ils taient
ports par des raisons particulires et intresses. Ces
marchands taient des principaux commerants d'El Obeid
qui souhaitaient dans leur cour le triomphe de Soliman
mais qui en tout cas, pensaient encore plus en oprant ce
traffic au bnfice qu'ils pourraient en retire. Ces armes
taient dmontes par les Gellaba, petits marchands qui
les introduisaient en contrebande et, parmi d'autres mar-
chandises dans la province du Bahr el Ghazal, o les
rebelles payaient des prix extravagants les munitions
et les armes. Pour un fusil percussion deux coups,
par example, on donnait six ou mme huit esclaves; une
petite bote de capsules pouvait en valoir un ou deux.
L'argent tait rare et les esclaves formaient la valeur
rgulire d'change.
Le gouvernement avait donn des ordres pour mettre
fin ce commerce; mais l'excution de ces ordres tait fort











CHAPITRE I.


difficile, les pays situs entire El Obed et le Bahr el Gha-
zal taient presque compltement peupls par des tribus
nomades, comme les Arabes Baggara (Baggara veut dire
qui possde des troupeaux de boeufs), les Haouas-
ma les Hamr, les Messeria, les Risegat, etc. Aussi
tait-il fort ais aux Gellaba, qui ne voyagent qu'en
petites troupes, de passer inaperus dans ces rgions cou-
vertes de forts et trs peu peuples. De plus, les em-
ploys du gouvernement taient corrompus tel point
qu'une caravane, supposed qu'elle eut t arrte,
obtenait trs facilement la permission de continue
son voyage.
Gordon Pacha fit paratre son arrt, supprimant tout
commerce entire El Obed, Shakka et le Bahr el Ghazal.
Les marchands reurent l'ordre d'abandonner la region
situe au sud de la route des caravanes El Obed -
Taouesha-Dara et de restreindre leur traffic, au moins
jusqu' la fin de la lutte engage entire le gouvernement
et Soliman Zober, au Darfour central et septentrional.
Mais, bien que les instructions de Gordon furent conues
en terms trs svres, bien que ces ordres eussent t
publis dans toute la contre, les marchands entrains
par l'espoir d'un gain norme n'en continuaient pas moins
leurs operations illicites. Et, come l'ennemi, grce
cette contrebande, reprenait constamment des forces, le
gouvernement dut chercher supprimer d'une faon
quelconque le commerce des armes qui grandissait chaque
jour au lieu de diminuer. Gordon donna donc aux
Sheikhs des tribus arabes don't nous avons parl, l'ordre
de se saisir de tous les Gellaba qui se trouveraient sur
leur territoire et de les mener sous escorted Dara, Taou-











INTRODUCTION.


esha, Omm Shanger et El Obed. En mme temps, les
sheikhs taient avertis que, si dans quelque tourne d'in-
spection ultrieure, on trouvait des Gellaba dans leur
district, eux-mmes seraient tenus pour responsables. Nul
ordre ne pouvait tre plus agrable la cupidit des
Arabes. Bien que parmi les marchands il s'en trouvt
sinon beaucoup, du moins quelques-uns n'exerant pas
la contrebande des armes, on ne pouvait ou on ne vou-
lait gure sparer l'ivraie du bon grain. Les Arabes
commencrent donc une chasse gnrale et effrene contre
les Gellaba qui, dpouills de leurs biens, et mme de
leurs vtements furent chasss presque nus et par cen-
taines comme des fauves, vers Dara, Taouesha et Omm
Shanger.
La punition tait svre, mais il faut reconnatre
que pour la plupart des Gellaba, c'tait le just chtiment
de leur complaisance envers l'ennemi auquel ils four-
nissaient des secours. Depuis de longues annes plusieurs
Gellaba taient installs dans ces districts; ils y avaient
leur famille, leurs femmes, leurs enfants, des esclaves;
tout leur fut enlev. Terrible vengeance du sort, eux qui
jadis exeraient le fructueux mtier de chasseurs d'hommes
et de voleurs d'esclaves! (Eil pour oeil, dent pour dent!
Comme les Gellaba appartenaient presque entire-
ment la population agricole de la valle du Nil, sur-
tout aux Djaliin, ces incidents accrurent davantage encore
l'inimiti irrconciliable entire les tribus arabes de l'ouest
et les habitants de la valle du Nil, inimiti qui existe
encore aujourd'hui.
Au point de vue de nos ides humanitaires, cette
expulsion arbitraire et violent des Gellaba est sujette











CHAPITRE I.


critique; cependant, d'autre part, on doit convenir qu'un
tat de choses aussi normal exige galement des measures
anormales et que, en ces temps troubles, la raison d'tat
peut obliger avoir recours aux moyens les plus vio-
lents qui seuls peuvent amener le rsultat cherch.
L'Arabe lui-mme dit: Nar el ghaba julzim el hariga ,
expression que nous essayerons de rendre par pour
combattre le feu des prairies, il faut un feu plus violent
encore , c'est--dire, la force il faut opposer la force.
Les Gellaba expulss des districts du sud apparte-
naient aux populations du Cordofan et de la valle du
Nil (les Djaliin, Sheikieh et Danagla); ils avaient quitt
leur patrie pour chercher la richesse dans le commerce et
la traite des noirs, mais avaient laiss chez eux leurs
parents et leurs amis qui prenaient le plus grand intrt
leur prosprit; ceux-ci participaient aussi en parties
financirement leurs entreprises et, par suite s'intres-
saient leur sort.
Aussi l'ordre d'expulsion des Gellaba devait porter
une grave atteinte la consideration et la popularity
de Gordon Pacha, auprs des habitants de la valle du
Nil. Quelques-uns sans doute, mais la minority, com-
prenaient que les circonstances seules avaient forc
Gordon recourir des measures disciplinaires aussi
rigoureuses et que, d'autre part la victoire et l'existence
mme de l'arme de Gessi taient incontestablement
en jeu.
Dans l'entrevue qu'il eut avec Gordon Pacha
Taouesha, Gessi le mit au courant des venements qui
venaient de se passer et reut l'ordre de retourner
Dara pendant que Gordon poursuivait sa route sur Khar-










INTRODUCTION.


toum. Youssouf bey El Ghellali qui avait fidlement
servi le Gouvernement sous les ordres de Gessi s'tait
trouv en dsaccord avec celui-ci la suite des menes
de quelques intrigants et avait obtenu de Gordon l'auto-
risation de l'accompagner Khartoum ne voulant plus
aucun prix retourner auprs de Gessi et reprendre du
service sous ses ordres. Gordon ne se content pas de
le prendre avec lui, mais en rcompense de ses fidles
services il lui accord' le titre de pacha.
A Dara, Gessi apprit que Soliman Zober avait de
nouveau rassembl ses troupes et, ayant abandonn la
province du Bahr-el-Ghazal, se trouvait actuellement dans
la region mridionale du Darfour. On pensait qu'il vou-
lait, pour chasser l'tranger du pays, se joindre au sultan
Haroun bey Sef ed Din, le descendant direct de la
dynastie royale du Darfour, et qui en sa quality de pr-
tendant au trne avait engag la lutte contre le Gou-
vernement. On ne peut affirmer que telle tait l'intention
de Soliman, mais il est certain que jamais le sultan
Haroun n'eut consent faire alliance avec lui. Car,
ainsi que tous les gens du Darfour, il hassait Zober et
son fils encore plus que les gyptiens. En comparison
des bandes indisciplines des Basinger de Zober, les
gyptiens jouissaient dans le Darfour d'une reputation
relativement excellent. D'ailleurs Zober et les gyp-
tiens considraient le Darfour qu'ils avaient conquis
comme leur possession lgitime et ne s'taient fait faute,
ni les uns, ni les autres, de se livrer tous les actes
les plus tyranniques et l'oppression la plus dure.
Gessi qui n'tait accompagn que de quelques-uns
de ses officers et avait laiss ses troupes au Bahr-el-











CHAPITRE I.


Ghazal demand Zogal bey (plus exactement Mohammed
bey Khaled), alors charge des affaires du Gouvernement
Dara, deux companies d'infanterie rgulire qui furent
immdiatement mises sa disposition sous le comman-
dement du Saghcolaghassi (capitaine de premiere classes)
Mansour effendi Hilmi. Il prit en outre avec lui Is.nan
woled Bernou, gyptien d'origine, et n au Darfou:,
qui se distinguait par sa bravoure et sa parfaite connais-
sance du pays. De Dara il se rendit Kallaka, residence
des Arabes Habania, et l vit sa petite troupe renforce
par Madibbo bey, sheikh des Risegat et entirement
dvou au Gouvernement, qui lui fournit quelques centaines
de chevaux; de plus, le sheikh des Arabes Habania,
Arifi woled Ahmed se mit galement sa disposition.
L'toile de Soliman Zober plissait de plus en plus.
Un grand nombre de ses parents et de ses compatriotes,
c'est--dire les individus appartenant la population
libre de la valle du Nil l'avaient abandonn pour re-
tourner inaperus dans leur pays travers les forts
en suivant la route de Shakka et d'El Obed. D'un autre
ct, une parties considerable de ses Basinger, affaiblis
par la faim et les fatigues rsultant des marches et des
contremarches excutes sans plan prcis, s'taient
disperss dans la champagne la recherche de nouveaux
matres auprs desquels ils pourraient enfin trouver un
peu de repos et une nourriture assure.
Gessi qui, pendant son sjour Kallaka, avait t
exactement renseign sur tout ce qui se passait au camp
de Soliman, rsolut de contraindre ce dernier se rendre.
Il dpcha donc Isman Bernou qui connaissait depuis
longtemps Soliman et avait eu jadis d'amicaux rapports











INTRODUCTION. Co

avec son pre; c'tait bien l l'intermdiaire qu'il conve-
nait le mieux de charger d'une pareille mission Djerra,
o Soliman avait tabli son camp.
Par l'entremise d'Isman, Gessi proposait la paix
Soliman, lui promettant s'il voulait se soumettre: la vie
save pour lui et ses chefs, assurant tous un traite-
ment honorable et la scurit entire pour les membres
de leurs families, leurs femmes et leurs enfants. Il ne
lui demandait que de liver les armes et les Basinger,
et de prter un nouveau serment de fidlit au Gouverne-
ment gyptien.
Isman fit comprendre clairement Soliman que le
mieux pour lui tait de se soumettre puisqu'il ne pouvait
plus computer sur une issue favorable ses armes. Il
ajoutait en confidence que, n dans le pays, lui Isman
savait pertinemment que Soliman devait renoncer toute
ide d'une alliance defensive et offensive avec le sultan
Haroun.
Soliman Zober tint conseil avec ses chefs : devait-
on accepter les conditions proposes et conclure la paix?
Pour la plupart, les officers de Soliman taient las de
combattre et presque anantis au physique comme au
moral par les nombreuses dfaites qu'ils avaient essuyes.
Cependant un certain nombre d'entre eux mettait en
doute la sincrit des propositions de Gessi et redou-
tait la rupture de ses engagements. Isman affirma que
Gcssi tait vraiment sincere et dsirait personnellement
la fin d'une guerre qui avait fait des deux cts tant dc
victims: qu'au surplus il tait charge d'affirmer au nom
de Gessi et sous la foi du serment la sincrit des pro-
positions prsentes et leur execution intgrale. A la fin
Slatin Pacha. 3











CHAPITRE I.


Soliman et ses chefs consentirent accepter les propo-
sitions de paix; seul Rabeh, le souverain future de
Bagirmi, fit opposition. Vous n'ignorez pas, dit-il,
qu'avant que nous ayons engag la lutte contre le Gou-
vernement, j'ai toujours t d'avis, et les vnements
m'ont malheureusement donn raison, que l'insurrection
ne pouvait avoir une heureuse issue. En ce qui me
concern, il me serait pnible de me sparer de cama-
rades don't pendant toute une anne j'ai partag les
joies et les peines, mais jamais je ne consentirai nie
mettre au pouvoir de Gessi qui ne doit ses succs qu'au x
Danagla . Et, aprs leur avoir rappel l'inimiti farouche
qui sparait les Djaliin des Danagla et les cruauts
commises la prise de Ganda que dfendait Othman
Dabter, il proposal les deux solutions suivantes:
Ou runir toutes les forces actuellement disponibles
et se porter immdiatement vers l'ouest dans les pays
de Banda qui jusqu'alors avaient chapp toute in-
vasion trangre; les milliers de Basinger encore presents
et tous remplis de bonne volont suffisaient pour con-
qurir ces contres et les mettre en tat de servir
leur but. Gessi et ses hommes, fatigus par une lutte
prolonge et pnible ne feraient certainement aucune
tentative pour les poursuivre dans ces rgions incon-
nues ;
Ou bien, dans le cas o, tout fait las de com-
battre, on aspirerait se reposer et vivre au milieu
des populations riveraines du fleuve et au milieu de
leurs parents les Djaliin qui habitent les bords du Nil,
demander, directement et sans l'intermdiaire de Gessi,
la paix et le pardon au souverain du pays, c'est--dire











INTRODUCTION.


au vice-roi d'Egypte, ou tout au moins Gordon Pacha.
Gessi ne leur demandait que de liver les armes et les
Basinger, car depuis la prise de Dem Zober il avait
entire les mains toute leur richesse; il ne leur restait
plus pour tout bien que la vie et encore finiraient-ils
par la perdre plus tard, grce aux intrigues incessantes
des Danagla. Si l'on voulait se contenter d'avoir la vie
sauve, on n'avait qu' laisser l les armes et les Ba-
singer et, sans craindre d'tre atteints par Gessi ou ses gens
se retire, par Kallaka et Shakka, travers des forts
presque inhabites, sur Foga, poste tlgraphique extreme
de l'ouest du Soudan, sur la frontire orientale du
Darfour; de l on annonait tlgraphiquement sa sou-
mission et l'on implorerait un pardon qui serait cer-
tainement accord. On pouvait aussi de Shakka se di-
riger par Dar Homr (un peu au nord de Dar Djang)
sur El Obed d'o, par l'entremise du parent de Ra-
beh, Ilija (Elias) pacha woled Omberir, on pouvait
demander la paix.
Rabeh finit son discours en dclarant que, si ses
propositions taient repousses, il se verrait oblig son
grand regret de runir ceux qui voudraient se joindre
lui et de partir pour l'ouest la grce de Dieu. Il
rpta encore, avec plus d'nergie, qu'en aucun cas il
ne consentirait se soumettre la domination de
Gessi et des Danagla quelque bienveillantes que pussent
paraitre leurs propositions de paix.
Rabeh avait expos ses rcriminations en presence
d'Isman, qui s'effora d'en attnuer l'impression. On
n'avait, dit-il, rien de mal craindre de Gessi; il avait
ds le commencement conduit la champagne contre Soli-











CHAPITRE I.


man et son amour propre serait certainement flatt s'il
la pouvait terminer ainsi; aussi tait-il dispos adres-
ser au Gouvernement un rapport favorable Soliman.
Mais si l'on se dcidait fuir et demander le pardon
sans son entremise, ce serait pour lui une offense; il leur
refuserait son appui en toute circonstance et parvien-
drait peut-tre aggraver encore leur situation par des
rapports dfavorables.
Mousa woled el Hag don't les conseils avaient
dj t en faveur auprs de Zober dit alors Rabeh:
Tu as ouvertement expos les deux propositions
en presence d'Tsman Bernou. Si nous nous y rangeons,
que comptes-tu faire de lui? Ismain est notre ami et il
a t autrefois troitement li avec Zober. Loin de moi
l'ide de vouloir lui faire du mal! Cependant, si nous
nous dcidons fuir, notre propre salut exige que nous
ne le perdions pas de vue et que nous l'emmenions avec
nous jusqu' ce que nous ayons mis entire nous et
Gessi une distance qui rende toute poursuite impossible.
A ce moment-l seulement Isman et ses compagnons
pourraient retourner chez eux.
Enfin, aprs de longs et vifs dbats, deux parties
se formrent: Soliman Zober et, avec lui, Hassan
woled 'Aagil (oncle de Zober et, par consquent,
grand-oncle de Soliman), Mousa woled el Hag, Ibrahim
woled Hussein (frre de Sad Hussein moudir de
Shakka et qui peu de temps auparavant avait t en-
voy Khartoum), Soliman woled Mohammed, Ahmed
woled Idris, Abdel Kader woled el Imam et Babaker
woled Mansour, tous de la tribu des Djimeab et Arbab
Mohammed woled Diab de la tribu des Sadab (les











INTRODUCTION.


Djimeab et les Sadab font parties de la grande tribu des
Djaliin) taient disposs se rendre Gessi.
Rabeh, Aboul Kassim de la tribu des Magadib (faisant
galement parties des Djaliin), Mousa woled El Djali, Idris
woled El Sultan et Mohammed woled Fadhl Allah, de
la tribu des Djimeab, ainsi que Abd el Bayin, un
esclave de Zober ne voulaient en aucun cas se sou-
mettre et taient rsolus chercher le salut dans la fuite.
Comme, aprs tout et conformment aux instructions
de Gessi, Isman ne tenait qu' la soumission de So-
liman, il demand de tenir la discussion pour close et
de lui remettre un document crit constatant l'accep-
tation de la paix aux conditions proposes et certifiant
qu'on tait dispos se soumettre. L'crit fut dress
dans ce sens et sign par Soliman et les huit chefs
qui s'taient joints lui, et Isman emmenant les
esclaves mles et femelles qui lui avaient t remis
comme presents, retourna au camp de Gessi Kallaka.
A peine Isman tait-il parti que Rabeh clata en
violent reproches contre ceux qui avaient consent
se rendre, et les supplia une fois encore de suivre ses
avis. Mais ses exhortations restant vaines, il donna
l'ordre ses partisans et ses Basinger de battre le
tambour de guerre. Il prit, avec motion, cong de ses
anciens compagnons d'armes et partit pour les rgions
lointaines du sud-ouest aux accents sonores de l'umbaia
(dent d'lphant creuse qui sert de trompette guerrire
et qui product des sons clatants). Un grand nombre des
Basinger de Soliman se joignirent lui, prfrant
mener au milieu des bois une vie pleine de dangers
plutt que de se soumettre aux Danagla dtests.










CHAPITRE I.


Avec Rabeh partirent aussi les cinq chefs don't
nous avons parl plus haut, mais la premiere halte
ils se sparrent de lui dans l'intention de se tenir
d'abord cachs pendant quelque temps grce aux sheikhs
arabes qu'ils connaissaient, et plus tard, quand tout
danger serait cart, de retourner dans leur pays sur
les bords du Nil.
Gessi, aussitt qu'il et reu la soumission de Soli-
man, se porta en avant sur Djerra. Isman conseillait une
march rapide, dvoilant les projects de Rabeh et faisant
comprendre que, tant donne l'inconstance de Soliman
et de ses gens, on pouvait craindre qu'au dernier mo-
ment ils se fussent rendus aux avis de Rabeh. Gessi
qui avait reu des renforts important de Madibbo bey,
de Arifi et de leurs arabes, arriva Djerra et expdia
Isman Soliman avec une lettre dans laquelle il d-
clarait accepter la soumission de Soliman et s'engageait
respecter scrupuleusement les conditions dj pro-
poses. Isman revint bientt et annona que Rabeh et ses
partisans s'taient enfuis emmenant un grand nombre
des Basinger et une grande parties des armes et des
munitions, mais que Soliman et ses adherents taient prits
faire leur soumission.
Gessi, la tte de toutes ses troupes, se rendit
Djerra o Soliman et ses compagnons l'attendaient pied;
les fusils de leurs Basinger avaient t mis en faisceaux.
Gessi s'avana vers Soliman et lui dclara de vive voix
qu'il lui accordait le pardon demand, puis il donna l'ordre
ses gens de saisir les armes et rpartit les Basinger
entire Madibbo bey, le sheikh Arifi et leurs chefs avec ordre
de les garder sous escorted et de se tenir prts les










INTRODUCTION.


remettre aux employs du Gouvernement qu'il dsignerait
ultrieurement. Ces ordres furent strictement excuts et
en peu d'instants il ne resta plus auprs de Gessi que
Soliman et ses chefs avec quelques-unes de leurs femmes
et un certain nombre de leurs serviteurs; tous taient
troitement surveills.
Comme l'avait fait prssentir Rabeh, les Danagla ne
tardrent pas nouer leurs intrigues contre Soliman Zober.
Soliman, prtendaient-ils, avait dclar ses serviteurs
qu'il regrettait amrement de s'tre rendu Gessi; s'il
avait prvu qu'il serait ainsi accueilli et trait d'une
manire aussi humiliante il aurait prfr de beaucoup
succomber les armes la main.
Gessi, qui la vrit tait d'un caractre honnte
et loyal, ne sut pas malheureusement rsister ces sug-
gestions; il accordait des gens qui si souvent avaient
risqu leur vie pour lui procurer la victoire une con-
fiance beaucoup trop grande dans des circonstances aussi
dlicates. Les Danagla avaient un intrt capital rendre
Soliman et ses compagnons jamais incapables de nuire.
Comme nous l'avons dj dit, ils s'taient appropri et
partag secrtement dans diffrentes affaires et surtout
la prise de la Zeriba de Soliman un butin considerable,
esclaves des deux sexes, bijoux, or, argent et de grosses
sommes d'argent monnay. Gessi l'ignorait; aussi crai-
gnaient-ils que Soliman, pour se concilier la faveur de
Gessi, ne lui rvlt leur fourberie, et que celui-ci ne
les contraignit restituer les biens vols pour les re-
mettre au Gouvernement.
Les Danagla d'Idris Dabter avaient adroitement
dsign Soliman comme l'unique fauteur de la rvolte se










CHAPITRE 1.


donnant eux-mmes non seulement comme de fidles allis
du Gouvernement, mais encore comme des martyrs. Ce
n'tait pas sans raison qu'ils redoutaient l'envoi de Soliman
Khartoum o il pouvait obtenir la permission de visiter
son pre au Caire. Ils savaient que Zober y possdait
assez d'influence pour les poursuivre comme ravisseurs de
sa fortune; ils le savaient capable aussi de faire l'impos-
sible pour dmontrer que Soliman n'tait en rien respon-
sable de la rvolte.
Ils se ligurent donc et annoncrent Gessi que Soli-
man avait dpch Rabeh des serviteurs de sa maison
pour le rappeler et reprendre la lutte contre Gessi; Soli-
man, d'aprs eux, avait fait savoir Rabeh que les forces
de Gessi taient si peu importantes qu'il aurait pu les
vaincre lui seul si on ne lui avait par ruse enlev ses
armes avant qu'il eut pu reconnatre la faiblesse de son
ennemi. Mansour effendi lui-mme vint confirmer ces
dnonciations auprs de Gessi; il tait, disait-il, convaincu
que Soliman tait aussi hostile Gessi qu'avant sa
soumission et qu' la premiere occasion il se rvolterait
de nouveau contre le Gouvernement. Gessi cda la pres-
sion gnrale et promit de mettre Soliman et ses com-
pagnons hors d'tat de nuire.
Dans le courant de la journe, il fit venir dans sa
tente Soliman et ses huit compagnons; l, il leur reprocha
svrement la perfidie de leur conduite. Habitus, en
hommes libres, ne pas dguiser leurs sentiments, les
captifs rpondirent aigrement Gessi; de part et d'autre
la dispute devint telle que Gessi, en proie la plus
violent colre, sortit de la tente et donna aux Danagla
l'ordre impatiemment attend d'excuter Soliman et ses











INTRODUCTION.


compagnons. Les Danagla se prcipitrent dans la tente,
se jetrent sur les malheureux dsarms, et leur ayant
li les mains derrire le dos, les poussrent devant eux.
Soliman et ses compagnons raillaient les Danagla, leur
adressant les insultes les plus humiliantes, jusqu'au moment
o tous ensemble tombrent sous les balles que leur tirrent
dans le dos les soldats de Mansour effendi Hilmi. Cela
se passait le 15 juillet 1879.
Ainsi s'accomplit la destine de Soliman et de ses
compagnons; on ne peut dire qu'elle tait tout--fait
immrite: ils avaient aussi longtemps qu'ils l'avaient
possd, us du pouvoir d'une faon aussi dtestable que
l'avaient fait leurs ennemis; ils avaient, par leur avidit
et leur cruaut, dvast les provinces du Bahr-el-Ghazal
et du Darfour.
Gessi expdia immdiatement une dpche a la
station de Foga pour informer Gordon pacha de la mort de
Soliman et de la fin de la champagne. Cette nouvelle,
comme je l'ai dj fait remarquer, me fut communique
par le gouverneur Ali bey Sherif le jour o je quittais
El Obed.
Gessi pacha rclama alors aux sheikhs arabes les
Basinger confis leur garde; mais la plupart s'taient,
parait-il, enfuis; ce qui n'avait rien d'impossible du
reste, tant donn le petit nombre des surveillants. Gessi
rassembla donc les troupes qui lui restaient, march
sur le Bahr-el-Ghazal et fit tous ses efforts pour tablir
une administration rgulire dans cette province dsole
par de longues annes de guerre. Quelque temps avant
son dpart, il fut inform que Abou'l Kassim, Mousa
El Djali, Idris El Sultan, Mohammed Fadhl Allah et










CHAPITRE I.


Abd el Bayin, les cinq chefs qui s'taient spars de
Soliman et de Rabeh se trouvaient encore dans le pays,
cachs chez des Arabes de leurs amis. Ordre fut imm-
diatement donn de se saisir de leurs personnel et, comme
il partait pour le Bahr-el-Ghazal, de les envoyer Fasher
pour y tre punis par le gouverneur de cette ville. En
mme temps Mohammed bey Khaled (plus connu sous
le nom de Zogal bey) lieutenant du gouverneur de Dara et
de Shakka tait invit faire le ncessaire pour s'em-
parer des rebelles. Ceux-ci tombrent, l'un aprs l'autre,
entire les mains des sheihks arabes qui les amenrent
Fasher lis la Sheba. La Sheba est une sorte de fourche
forme de fortes branches de bois; on y introduit le coup
du prisonnier et les deux dents de la fourche sont alors
relies au moyen d'un bton ou d'une tige de fer. Le gouver-
neur de Fasher qui tait alors Messedaglia bey les fit
pendre sur la place du march sans autre forme de procs.
Ainsi tombrent Soliman et tous ses chefs,
l'exception de Rabeh. La puissance des Bahara (c'est
ainsi que l'on nommait Zober, ses partisans et ses allis)
tait anantie.
Le Gouvernement, dans cette champagne, avait fait
de grosses pertes en hommes, en armes, en munitions,
etc., tandis qu'au contraire les tribus arabes du sud,
Baggara, Taasha, Habania et Risegat, qui avant et
aprs la soumission de Soliman avaient fait un riche
butin en Basinger et en armes, se trouvaient enrichies
et dsormais en situation d'augmenter leur puissance.
Aussi devaient-ils nous susciter plus tard de grosses
difficults.


















Lettre du Rvrend Pre Don Joseph Ohrwalder,
autrefois suprieur de la
Mission autrichienne Delen, (Kordofan), prisonnier des
Mahdistes pendant 10 annes.


Lorsque j'eus embrass au Caire, Slatin Pacha,
mon cher ami et mon fidle compagnon pendant les
jours affreux de misre commune, enfin libre et heureux
aprs de longues annes, et que la premiere joie cause
par notre runion fut passe, on m'invita de la part de
ceux qui le pressaient de dcrire ce qu'il avait vu et la
faon don't il avait vcu, on m'invita, dis-je faire
prcder son livre de quelques mots.
Avoir partag ses souffrances, l'amiti qui nous
liait et qui de temps autre, pour de courts instants
nous apportait quelque adoucissement durant notre cap-
tivit, telles sont les seules raisons qui me donnent le
droit de dfrer ce dsir.
Lo grand intrt gnral de l'heureuse dlivrance
de Slatin, la cordiale participation de ses nombreux
amis qui, ayant toujours suivi avec la plus vive sollici-
tude les quelques nouvelles leur parvenant de rares
intervalles sur son triste esclavage, apprirent avec une
joie bien sincre l'annonce de sa libert, la ncessit de










- XII -


rpondre aux dsirs de tous ceux qui prennent une
part active au sort de l'Afrique, la ncessit galement
d'attirer l'attention des nations civilises sur le Soudan,
cette contre la plus malheureuse du continent noir qui
paraissait autrefois destine tre le point de dpart
de la civilisation africaine et qui, maintenant, est devenue
son plus grand obstacle, toutes ces circonstances donc
furent un devoir pour Slatin Pacha bien qu'il fut trs
occup d'autre part et qu'il ne soit pas crivain de
livrer sans retard la publicity un expos de son int-
ressant pass.
Moi aussi, je me suis trouv malheureusement en-
tran dans le tourbillon de ce grand bouleversement,
mais je n'tais qu'un missionnaire prisonnier, don't
l'existence ne fut pas prise en consideration par les
nouveaux matres du pays et qui fut bientt oubli,
tandis que Slatin Pacha, se trouvant directement ml
aux vnements en raison de la haute situation qu'il
occupait, parat le seul, parmi les vivants, qui peut ap-
prcier d'une faon exacte, le movement mahdiste tant
dans son dveloppement que dans son importance
actuelle.
Connaissant le pays et la population depuis de
nombreuses annes, ses relations pendant sa captivit
avec le Mahdi et encore plus avec le calife Abdullahi
furent telles qu'il se trouvait en contact continue avec
les personnel influentes de cette poque, ce qui lui
permit de pouvoir suivre dans les plus petits dtails la
march des vnements.
Si donc, les opinions mises dans mon livre different
des siennes, ou si dans les faits raconts par moi, des










- XIII -


erreurs se sont glisses, il est bien vident que celui
qui a pris ses informations la source mme, mrite la
prfrence sur celui qui recevait ses nouvelles de
deuxime et mme de troisime main.
Pour toutes ses apprciations, je ne puis que m'in-
cliner avec la plus grande tranquillit devant sa faon
de voir.
Puissent les rcits de Slatin Pacha rencontrer
l'intrt auquel ils ont droit! Puissent-ils aussi rveiller
la sollicitude pour le malheureux Soudan et que, par
consquent, la rgnration en soit facilite Puisse encore
la dlivrance de Slatin Pacha rencontrer la sympathie
universelle, qui lui est due, c'est ce que dsire de tout son
coeur son compagnon de captivit pendant si longtemps
et son ami sincrement dvou!

Souakim, Juin 1895.
P. Joseph Ohrwalder.















PRFACE A LA PREMIERE EDITION ALLEMANDE


C'est moins pour ma propre satisfaction personnelle
que pour donner suite l'invitation pressante de mes
amis que j'ai crit ces feuilles.
Ce fut, pour moi, fort difficile d'achever tranquil-
lement mon travail, occup que j'tais, non seulement
par les affaires de service et la rdaction de rapports
urgents pour le Gouvernement, mais encore, et pour une
large part, par l'intrt vraiment trop vif que l'on prenait
mon sort; le calme de l'esprit m'tait alors d'autant
plus ncessaire, qu' dfaut de toutes notes anciennes, il
me fallait absolument m'en rapporter ma mmoire.
En raison de tout cela et de la hte qui fut impose
par les circonstances ma plume inexprimente, les
dfectuosits de cet ouvrage seront, en grande parties,
excusables et, en mme temps, rencontreront, je l'espre,
l'indulgence ncessaire.
Mes crits qui ne sont que des comptes rendus,
s'adressent non seulement ceux qui connaissent fond
l'tat de choses au Soudan Egyptien, mais aussi ceux
qui ont une relle sympathie pour ce pays.

Londres, Aot 1895.
Rodolphe Slatin.



















CHAPITRE II.


Sjour au Darfour.- Histoire de la Province.

Arrive Omm Schanger. Une histoire de marriage. Un
Falstaff soudanais. Description d'El Fascher. Histoire
ancienne du pays. Les For et les Tadjo. Fondation de la
dynastie des Tunscher. Coup d'oil rtrospectif sur les dynasties
du Darfour. Prise du Darfour par Zober Pacha. La tribu
des Risegat. Diffrends entire Zober Pacha et le gouverneur
gnral. Gordon Pacha gouverneur gnral du Soudan. -
Entre en functions Dara. Description de Dara. Zogal
bey sous-gouverneur. Expdition de Bir Gaui. Entrevue
avec le Dr. Felkin et le Rvrend Wilson. Le jeune Rapsun. -
Campagne contre le Sultan Haroun. Niurnja, forteresse de Haroun
dans le Gebel Marrah. Dfaite du Sultan Rahat en Nabak.-
Mort de Haroun. Lettre de Gordon crite d'Abyssinie.

Au commencement de juillet 1879, j'avais quitt
El Obed accompagn du Dr. Zurbuchen, inspecteur
gnral de la sant au Soudan. Dans notre voyage,
nous traversmes le Dar Hamr et notre passage
Foga, je reus une dpche de Gordon Pacha m'in-
formant qu'il se rendait en Abyssinie, en mission aupris
du roi Jean. A notre arrive Omm Schanger nous
trouvmes la ville envahie par une foule de Gellaba
rcemment chasss des contres du sud. Ces gens,
presque tous dans un tat miserable, ne me regar-
daient pas d'un bon oeil, le bruit singulier s'tant











CHAPITRE II.


rpandu que j'tais le neveu de Gordon, c'est--dire
le parent de celui aux ordres de qui ils taient
redevables de leur infortune. Comme j'avais la taille
de Gordon, ses yeux gris-bleu et ses cheveux blonds,
que je me rasais rgulirement la barbe, quoique j'en
eus fort peu, il pouvait y avoir eu, en effet, entire nous
une certain resemblance faisant croire notre parent.
Accabl de requtes, je dus dclarer ces pauvres
gens que, Omm Schanger n'tant pas de mon resort, je
ne pouvais rien faire pour eux. Du reste, il m'et t
impossible, mme avec la meilleure volont du monde,
de satisfaire avec les moyens don't je pouvais disposer,
toutes ces rclamations.
Mes souvenirs de cette poque me rappellent un
pisode tragi-comique que je mentionnerai brivement ici.
Un jeune homme d'environ dix-neuf ans tait venue,
quelques mois auparavant, Omm Schanger, pris aux lilets
d'une dame noire, age, mais trs riche, il l'pousa, moins
pris sans doute de ses charmes que de sa grande fortune.
Cependant le gaillard tait dj fianc depuis long-
temps dans son pays avec une jeune cousine, point rice,
il est vrai, et ce marriage causa un dpit extreme
ses parents qui arrivrent Omm Schanger en mme
temps que moi, pour y rclamer l'infidle. Ils me l'ame-
nrent; c'tait un charmant jouvenceau, joli, svelte; grace
mes remontrances nergiques, je russis, non sans peine,
triompher de sa cupidit apparent et le dcider a
dposer une demand en divorce devant le cadi (jugo)
qui avait t convoqu dans l'intervalle.
Pour qu'on ne put annihiler aprs coup le rsultat
de mon heureuse intervention, j'engageai Ali ibu Moh:m-











SEJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 45

med, employ du gouvernement Omm Schanger, faire
partir du Darfour le jeune homme qui se vit ainsi forc
de regagner ses pnates avec ses parents.
On ne manqua pas de me rendre responsible de
cet insuccs conjugal et de m'en imputer la faute; aussi,
dans l'aprs-midi mme, l'pouse abandonne et, de fait,
lse dans ses droits, me fit une scne que je n'oublierai
jamais. Zurbuchen tait dans ma tente lorsqu'elle
arriva; tant le plus g, elle le prit aussitt pour le
coupable et le malheureux docteur cherchait un moyen
d'chapper par la fuite aux dolances de la dame,
lorsque je me dclarai coupable; jamais un torrent de
reproches plus passionns ne s'abattit sur moi. Elle
pleura, jura, cria comme une furie, chamailla, se plai-
gnant et gesticulant, me mettant fort dsagrablement
les poings devant le visage; je ne commenai respirer
librement que lorsque les kawas trouvant la conver-
sation trop vive et dj trop longue poussrent douce-
ment mais nergiquement la dame vers la porte, bien
qu'ils n'en eussent pas reu l'ordre.
Si cette femme n'avait pas t si laide, avec ses
cheveux gris en dsordre, avec sa figure massive et ride,
son nez perc d'une branch de corail et ses joues
tatouies de large raies jusqu'au mention, je me serais
peut-tre repenti de mon intervention en some illgale.
Deux jours aprs, nous quittmes Omm Schanger et
passmes la nuit Gebel el Hella, o nous fmes reus
par Hasan bey Omkadok qui venait d'tre nomm bey
par Gordon Pacha, en sa quality de Sheikh des tribus des
Berti du nord et cause de sa fidlit envers le Gouver-
nement. C'tait un homme de taille moyenne mais trs











CHAPITRE II.


gros, aux paules large et au visage rond; il riait
toujours, un vritable Falstaff soudanais! Appel plus
tard Omm Derman, sous le gouvernement du Calife
Abdullahi, il prit rang ct de moi comme mulazem
(garde du corps) et nous gaya par sa jovialit pendant
maintes heures de tristesse. Son frre Isman lui tait
diamtralement oppos: d'une taille bien au-dessus de
la moyenne, il tait maigre et srieux. Ils n'avaient
qu'un point de commun: c'tait de ne jamais avoir assez
de bire soudanaise; boire jusqu' la dernire limited de
leur capacity tait leur ambition.
A souper, on nous apporta un mouton rti, plu-
sieurs poulets rtis galement, un plat d'assida (bouillie
semblable la polenta italienne, prpare avec diff-
rentes sauces de viande) et naturellement aussi quelques
dulang d'assalia (vases de terre contenant de la bire
du pays). Nous fimes honneur au repas, laissant toute-
fois l'assalia Hasan bey et Isman qui nous tenaient
compagnie, et prfrant de beaucoup boire notre vin
rouge. Quant aux matres du logis, ils firent honneur
non-seulement la bire qu'ils avaient brasse eux-
mmes, mais aussi notre vin.
Hasan bey me parla beaucoup de Gordon Pacha
qu'il honorait ; il fut attrist d'apprendre qu'il
allait chez le roi Jean en Abyssinie. Il ne nous
reviendra certainement plus ; il retournera chez lui,
disait-il d'un ton attendri, et, sans le savoir, il disait
vrai! Puis, il alla chercher une selle turque et un
sabre. Voici, nous dit-il, ce sont ses derniers cadeaux;
il me les fit lorsque je l'accompagnai Fascher; il
tait si bon et si gnreux envers nous!











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 47

Isman aussi nous montra un cadeau qu'il avait
reu de Gordon: c'tait un manteau brod d'or. Gordon,
nous dit Hasan, n'tait point orgueilleux; ainsi dans notre
voyage Fascher, un de ses compagnons tua une
hubara (une outarde). Pendant que nous faisions la
sieste, son cuisinier, aprs avoir fait bouillir de l'eau,
y jeta l'oiseau pour le dplumer ensuite. Gordon le
voyant ainsi occup, s'assit ct de lui et lui vint en
aide pour active la besogne. J'accourus la hte et
priai Gordon de me laisser faire ce travail sa place.
Il me remercia en disant que le travail n'tait pas
humiliant, qu'il pouvait se servir lui-mme et qu'il ne
laisserait aucun bey remplir pour lui l'office de cuisinier.
Jusque bien avant dans la nuit, Hasan nous entre-
tint de la prise du Darfour par Zober, des rvoltes qui
y clatrent plus tard, de l'tat actuel du pays. Mais
chaque instant, il rappelait le souvenir de Gordon qu'il
paraissait admirer sincrement. Une fois, nous racon-
ta-t-il entire autres, je me trouvais faire parties de son
escorted. Quand je tombai malade, Gordon Pacha vint
lui-mme me visiter dans ma tente. Dans le courant de
la conversation, je me plaignis de ce qu'tant habitu
aux boissons spiritueuses, j'en tais priv depuis plu-
sieurs jours, et, j'attribuai cela la cause de mon
malaise. Mon but, je l'avoue, tait simplement d'obtenir
de Gordon Pacha des spiritueux que j'aime beaucoup.
Mais il me fit de srieux reproches, ne comprenant pas
qu'un musulman respectt si peu les lois de sa religion,
il ajouta que, ma croyance l'exigeant, je devais radicale-
ment viter l'usage des spiritueux et que tout home
devait obir sans reserve aux prescriptions religieuses.











CHAPITRE Il.


Je rpliquai que j'avais t toute ma vie habitu aux
spiritueux, mais qu' l'avenir j'essayerais d'y renoncer
dans la measure du possible. Gordon parut content, se
leva et me tendit la main en partant. Le lendemain,
il m'envoya trois bouteilles de cognac en me priant
d'en user avec moderation. Il tait si bon pour moi;
Dieu veuille que je puisse le revoirl
Et Hasan bey tait tout mu en terminant son
histoire. Tandis que Hasan parlait, Isman nonchalam-
ment accoud vidait grands coups sa calebasse remplie
au fur et measure d'assalia frache. Il finit par se lever
et, plong dans de mlancoliques souvenirs, il murmura tout
en s'essuyant la bouche avec les mains: Oui, le cognac
tait bon; il ne fit pas l'effet d'une boisson spiritueuse,
mais d'une mdecine. Gordon tait noble et gnreux,
nous ne retrouverons plus un homme comme lui .
Il tait tard lorsque nos htes nous quittrent.
Nos chameaux tant commands pour l'aube, nous
n'emes que quelques heures de repos. Le lendemain,
comme nous allions prendre cong de nos htes, nous
vmes Isman accourir vers nous; il paraissait encore se
ressentir de ses copieuses libations de la veille. Mon-
sieur, dit-il d'une voix tremblante d'motion, dans votre
pays que l'on nous dcrit comme celui de la justice, on
n'a certainement pas l'habitude de porter prejudice
ses htes. Or, cette nuit, en partant avec les chameaux
de charge, vos gens ont emport le beau et grand tapis
que nous avions tendu hier en l'honneur de votre r-
ception .
Cette accusation me causa une dsagrable surprise;
plein de mfiance, je le priai de vouloir bien regarder










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE 49

encore dans la maison et de voir si, par hasard, un
des domestiques n'avait pas mis le tapis dans un coin
quelconque. Il m'assura que tout avait t minutieuse-
ment visit et que le tapis devait avoir t emport
par un de mes homes. J'ordonnai aussitt un de
mes kawas de monte mon propre chameau, un excel-
lent coureur, de rattraper la caravane et de visiter
les bagages. Le tapis tait assez grand pour qu'on
ne put le catcher facilement. Je lui donnai l'ordre de
lier le voleur et le tapis en croupe sur le chameau et
de les ramener avec lui.
Aprs deux heures d'attente qui me parurent intermi-
nables cause de ma disposition d'esprit, le kawas
revint, le tapis tendu sur le mahlusa (selle du chameau)
et, en croupe, les mains lies au pommeau de derrire
la selle, un des huit soldats ngres qui nous servaient
d'escorte d'El Obed Fascher. Le voleur demand
grce; il prtendit avoir emport le tapis par mgarde.
En sa quality de soldat d'escorte, il n'avait pas toucher
nos bagages, donc on ne pouvait pas s'y mprendre,
il s'tait appropri le tapis. Je lui fis donner 200 coups
de courbache, punition d'usage en pareil cas, et, aprs
que le Dr. Zurbuchen l'et examin, Hasan bey le fit
conduire enchan Omm Shanger, station militaire la
plus proche. (La courbache est un fouet fait de peau
d'hippopotame.) Je fus trs irrit de cet incident, car ici
aussi on aime citer le dicton tel matre, tel valet. Il
me fallut procder avec svrit, non-seulement pour
montrer combien je dsapprouvais le vol, mais aussi pour
tcher de prvenir par la terreur le retour de pareils
incidents. Je prsentai de nouveau mes excuses nos htes,
SIltin Paclan. 4










CHAPITRE II.


puis nous quittmes Gebel el Hella et nous dirigemes par
Brusch, Abiadh et Orgut sur Fascher que nous atteign-
mes aprs cinq journes de march.
Fascher, choisi pour residence par les rois du
Darfour depuis le sicle prcdent, est situ sur deux
collins sablonneuses qui s'tendent du sud au nord, et
sont spares par une valle, large d'environ 400 mtres,
riche en humus, le Rahat Tendelti, surnomm l'tang de
pluie, qu'on ensemence de bl aprs la saison des pluies
quand l'eau a disparu et que le sol est redevenu sec. A
la lisire de la valle se trouvent des jardins remplis de
bananiers, de citronniers, de grenadiers, qui donnent
Fascher l'aspect le plus attrayant. Sur la colline ouest
et suivant ses sinuosits se trouve le rempart; c'est un
mur pais d'un mtre, muni dans les angles de brches
et de batteries, et protg par un foss large de cinq
mtres. A l'intrieur du rempart s'lvent les btiments du
Gouvernement (moudiriei), la residence du gouverneur,
celle du commandant et les casernes de la garnison. La
cavalerie seule est cantonne l'extrieur. Les puits
se trouvent environ 150 mtres du rempart, la
lisire de la valle.
Nous fmes reus, le Dr. Zurbuchen et moi, d'une
faon toute amicale par le gouverneur, l'Italien Messa-
daglia; on nous assign la moudiria comme logement.
Comme nous avions pris froid sur la route et que la
fivre nous tenait, nous dmes retarder notre dpart de
quelques jours.
*
Il convient de donner ici un aperu de l'histoire
du Darfour.










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 51

Le Darfour tait autrefois un des plus grands
parmi les royaumes qui se succdrent dans l'Afrique
central. Au commencement du XVIIe sicle, les rois
du Darfour rgnaient sur les terres situes l'est jusqu'
la frontire de l'Atbara. La tribu des Fung, nergique
et belliqueuse, les chassa peu peu des contres situes
l'est du Nil Blanc. En 1770, le Darfour dut mme
abandonner au roi Adian de Sennaar, la province de
Kordofan qu'administrait un lieutenant du royaume.
Cependant, cinq ans plus tard, le Kordofan fut recon-
quis par le Darfour et lui resta annex jusqu'en 1822;
cette poque, Mehmed bey ed Defterdar, le beau-
frre d'Ismal Pacha qui fut brl par les Djaliin
Schandi en prit possession pour l'gypte. La bravoure
de Muslim, en ce temps vice-roi du Darfour et prfet
du Kordofan ne le servit gure. Lui-mme et une parties
de ses cavaliers qui connaissaient peine le maniement
des armes feu, tombrent sous les balles turques. Le
Kordofan resta soumis l'gypte jusqu'en janvier 1883,
poque o les Mahdistes prirent El Obed et assujettirent
le pays. Le centre natural du Darfour, c'est la chane
du Gebel Marrah don't les months inaccessibles dominant
la contre et don't l'tendue de l'est l'ouest et du nord
au sud se measure par plusieurs journes de march.
Les hauts sommets don't quelques-uns atteignent jusqu'
2000 mtres sont 'spars par des valles plus fertiles
mme que la plaine; outre la saison des pluies, qui
dure de la fin du mois de mai au milieu de septembre,
de nombreuses sources donnent la possibility d'arroser
artificiellement le sol, l'aide des puits artsiens (nabr).
Pendant la saison des pluies, l'eau descend en grande
4*










CHAPITRE II.


quantit vers le sud et le sud-ouest. A ce moment
d'immenses valles, comme celles de Wadi Azum et de
Wadi Ebra se transforment en torrents rapides, infran-
chissables. La premiere de ces valles aboutit au lac
Iro qui s'coule dans le Shari, la second envoie ses
eaux dans le Balr el Arab, affluent du Bahr el Ghazal
qui se jette son tour dans le Bahr el Abiadh ou Nil
Blanc. L'apport des eaux est moins fort vers le nord
o elles sont en grande parties absorbes par les terrains
sablonneux de la region.
On cultive sur le Gebel Marrah de l'orge, du mas
et du ducln (penicillaria), tandis, que les planes du
Darfour ne sont ensemences que de cette dernire espce
de bl. Suivant la quality du sol, le duchn, nourriture
ordinaire de la classes ouvrire du Darfour, mrit en 90
ou 100 jours, au sud, et en 60 ou 70 jours au nord.
Les tribus primitives du pays taient les For et les
Tadjo qui pendant ces cent dernires annes avaient
tendu leur domination du Gebel Marrah sur la plaine.
Les Tunscher, qui migrrent de Tunis vers le
XIVe sicle et s'tendirent sur le Bornou et le Wadai,
pntrrent aussi dans le Darfour.
Deux membres de cette tribu, les deux frres Ali
et Ahmed, parvinrent avec leurs troupeaux jusque sur
les pentes occidentales des montagnes du Marrah. Ali,
l'an et le plus riche, venait d'pouser une jeune fille
de sa tribu; celle-ci, par suite des t-avaux journaliers
excuts en common, conut poui son beau-frre rest
clibataire, un amour passionn. Vaincue par la passion
elle fit un jour, en l'absence de son mari, l'aveu de son
amour coupable et insens au jeune homme.











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 53

Celui-ci, d'une bravoure et d'une loyaut reconnues,
n'coutant que la voix de l'honneur, la repoussa et lui
promit de n'en rien dire son frre; son frre en effet
adorait sa femme et la rvlation de cet amour lui et
port un coup terrible.
L'Arabe passionne, mais blesse, exaspre par ce
refus, rsolut de se venger: Ahmed ne devait possder
aucune femme, il ne devait ni tre heureux ni rendre
une autre femme heureuse.
Etant tombe malade, elle fit mander son mari prs
d'elle et aprs qu'il eut jur de ne jamais trahir le
secret qu'elle allait lui confier, elle lui dit que son beau-
frre Ahmed la fatiguait par de continuelles poursuites.
Ali fut saisi d'horreur en apprenant la perfidie
d'Ahmed en qui il avait pleine confiance; il en conut
un profound chagrin; mais malgr la mfiance qu'il sentait
natre en lui, il ne pouvait croire vraiment au crime de
son frre.
Ahmed par compassion, fit tout ce qui lui tait pos-
sible pour calmer la peine de sa belle-sour; il la traitait
avec la plus grande indulgence, come si rien ne s'tait
pass. Ali de son ct devenait de plus en plus mfiant, et
enfin persuade de la culpability de son frre, il rsolut de
se venger. Il carta tout d'abord la pense d'attenter aux
jours de son frre pour lequel il avait toujours eu une
sincere affection, mais chercha un moyen de lui infliger
une punition don't il se ressentirait pendant toute sa vie.
Un jour, ayant dcid de changer de campement,
il expdia en avant ses gens et ses troupeaux, et resta
seul avec son frre. Ils s'entretinrent d'abord de choses
sans importance, puis, peu peu, Ali amena une discus-











Jo CHAPITRE II.

sion sur les armes et joignant le geste la parole, il
tira son pe, attendit le moment favorable et subitement
coupa le tendon d'Achille du pied droit de son frre;
puis il s'enfuit la hte. Ahmed, fidle sa renomme
de courage et de fiert ne profra aucune plainte, il
demeura baignant dans son sang, la tte cache dans
ses mains, et attendant ce qui adviendrait.
Bizarrerie du sort, Ahmed el Ma'kur (l'homme au
tendon coup) devait tre le fondateur d'une nouvelle
dynastie !
Cependant l'amour fraternel n'tait pas tout fait
mort chez Ali. Il envoya auprs de son frre deux de
ses esclaves, avec ordre de prendre soin de lui, Seid it
Birket (les anctres des tribus actuelles des Seiad.a et
des Birket ) months sur deux chameaux mle et femelie
tout quips; il leur tait interdit, sous peine de mort,
de le ramener. Ali se retira dans le pays de l'ouest ot
peu de temps aprs se spara de sa femme don't la vue
lui rappelait continuellement ce malheureux frre, la
culpabilit duquel il crut pendant toute sa vie.
Les deux esclaves trouvrent Ahmed vanoui et
ayant perdu une grande quantit de sang. Ils pansrent
sa blessure, le ranimrent de leur mieux et, sa prire 19
transportrent aux habitations les plus proches. Les habi-
tants le reurent cordialement et informrent leur roi
Kor, le dernier de la tribu des Tadjo de l'trange nouvelle
de l'arrive d'un tranger, auquel son propre frre avait
sans aucun motif coup un tendon et qui se trouvait dans
le village grivement bless.
Ahmed fut transport devant le roi qui lui fournit
tout ce don't il avait besoin et le fit soigner par ses












SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 55

propres mdecins; Ahmed ne put toutefois satisfaire la
curiosity du roi, car lui-mme savait peine la cause de
l'inimiti de son frre.
Le roi Kor tait paen comme tous ses anctres; il
n'avait jamais vu d'tranger, et n'avait aucune ide du
monde et de ce qui s'y passait. Il envoyait des troupes
excuter des razzias et piller les tribus de la plaine ou
plus simplement encore se procurait tout ce qui lui tait
ncessaire pour l'entretien de sa cour en s'appropriant
les richesses de ses sujets.
Ahmed lui plut; il le charge de la direction de sa
maison et fit de lui son conseiller intime. D'aprs ses avis
ce roi prescrivit tous ses chefs de faire un partage
quitable des terres cultivables et de les distribuer aux
habitants titre de proprit perptuelle. L'anne prc-
dente, la saison des pluies, les habitants du Gebel
Marrah avaient ensemenc les terrains qui leur conve-
naient le mieux; mais comme il n'y avait ni proprits
individuelles, ni dlimitations quelconques, chaque anne,
avaient lieu des combats sanglants qui cotaient la vie
de nombreuses personnel. Aussi ft-ce avec joie que
les montagnards salurent ce partage des terres, auquel
ils n'avaient jamais song.
Ahmed, qui avait vu beaucoup de choses dans ses
voyages depuis qu'il avait quitt Tunis et qui, en sa
quality d'Arabe, tait plus intelligent que les indignes,
fit de nombreuses amliorations dans la direction intrieure
de la maison du roi.
Toute la cour, c'tait l'usage, tait nourrie par le
roi, chacun pregnant ses repas l'heure qui lui convenait
et sans gard aucun pour les autres commensaux. Aussi











CHAPITRE II.


arrivait-il souvent que ceux qui taient presents au
moment du service avaient des mets en abondance tandis
que les retardataires mouraient de faim; de l, d'intermi-
nables querelles.
Ahmed fixa les heures des repas auxquels chacun
devait assister; cette prescription ramena la paix et la
concorde. Il ne tarda pas devenir le favori du roi
Kor, qui, n'ayant pas de fils, lui donna sa fille unique
en marriage; et quand son beau-pre mourut, Ahmed
qui tait trs-aim de tous fut lu roi. Il y eut bien
quelques mcontents, mais Ahmed les mit promptement
la raison.
Les Tunscher tablis Wadai et dans le Bornou,
apprenant qu'un des leurs tait devenu roi du Darfour,
arrivrent en foule dans ce pays et refoulrent peu
peu les Tadjo .
Ceux-ci vivent actuellement dans le voisinage de
Dara et obissent un sheikh nomm par eux. Ils pos-
sdent, en outre, un petit domaine indpendant dans le
sud-ouest du Darfour: c'est le Dar Sula gouvern par
un roi particulier. Le souverain actuel Abu Rischa el
Tadjaui est surnomm le Buffle Jaune (Djamus el Asfar).
Ahmed el Ma'kur eut un rgne long et heureux;
aprs lui, ses descendants lui succdrent sur le trne.
Environ un sicle plus tard, rgnait un de ses arrire-
petits-fils, le roi Dali. La mre de ce prince tant de la
tribu des Kera-For. le sang de la dynastie fut donc
ml au sang ngre des For.
Ce roi Dali employa tous ses efforts reliever la
culture du pays. Il s'entoura de gens clairs et adonns
l'tude, de voyageurs expriments et connaissant les meurs











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 57

et les coutumes des peuples trangers. Il rpartit le pays
en provinces et en districts; il fit laborer un code de
loi qu'il mit en vigueur dans tout le royaume et qu'on
appela Kitab Dali (le livre de Dali). Jusqu'au milieu
de ce sicle, ses successeurs suivirent son example et se
conformrent sa mthode.
Aprs une longue succession d'annes, Soliman
Solong monta sur le trne. Le mot Solong signifie, dans la
langue des For, Arabe .
Sa mre tait une Arabe et lui-mme prit aussi une
Arabe pour femme.
La famille royale qui rgnajusqu'en 1878, descendait
directement de Soliman Solong. Malgr sa haine pour
les Arabes nomades, cette famille est fire cependant de
computer parmi ses aeux des Arabes libres et ne consen-
tirait jamais admettre que du sang ngre coule dans
ses veines.
D'aprs la loi de Dali, le fils an du roi tait gn-
ralement reconnu comme l'hritier de la couronne ; iais
ce principle ne fut pas toujours observ. On choisissait,
il est vrai, presque toujours un des fils du roi dfunt,
mais ce choix tombait invariablement sur celui que
prfraient les hauts dignitaires. L'Abou Sheikh, c'est-
-dire, l'eunuque en chef de la maison royale avait
ordinairement une influence capital dans l'lection du
nouveau roi. Tous les princes qui faisaient usage du
Merisa (bire du pays) ou d'autres boissons spiritueuses
taient exclus de la succession.
Soliman Solong et pour successeur son fils Musa.
Ahmed Bakkor qui succda Musa tait trs liberal et











CHAPITRE II.


s'entretenait volontiers avec les trangers de passage
cherchant obtenir d'eux le plus de renseignements
possibles sur l'agriculture. Aprs lui rgna son fils Mo-
hammed Daura. Quand il monta sur le trne, il avait,
ce que l'on raconte, 150 frres; il en fit mettre mort
plus de la moiti, et tua de sa propre main son fils
an qu'il souponnait de le vouloir dtrner.
Le fils de Mohammed Daura, Omer Lele (appel
Lele du nom de sa mre) rgna aprs son pre et se montra
aussi barbare que lui; il fut du reste aussi populaire. Il
mourut au course d'une expedition qu'il avait entreprise
contre le Wadai, et son oncle Abou-el-Kasim lui succda.
About et ses frres Mohammed Terab et Abd er Rahman
taient du ptit nombre de ceux qui avaient chapp la
mort, lors de l'avnement de Mohammed Daura. Comme il
accordait toute sa confiance aux esclaves, ses parents
en furent blesss et l'abandonnrent pendant une exp-
dition contre le Wadai, en sorte qu'il resta seul avec
ses esclaves en plein pays ennemi.
D'aprs les uns, il mourut en combattant, d'aprs
d'autres, revenue au Darfour aprs de longues annes
d'absence, il aurait t excut par son frre Mohammed
Terab qui s'tait empar du pouvoir.
Mohammad Terab fut un roi nergique et ambitieux;
vers la fin de son rgne, voulant reculer les frontires
de son empire et rtablir l'tat glorieux des For qui
s'tait jadis tendu jusqu' l'Atbara, comme nous l'avons
dj dit, il appela aux armes les tribus qui lui taient
soumises pour attaquer les Fung qni rgnaient sur la
rive orientale du Nil; lui-mme, accompagn de son
frre Abd er Rahman, d'une arme de cavaliers et de












SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 59

lanciers, se dirigea vers l'est. Arriv Omm Derman,
capital actuelle des Mahdistes, il se trouva, sa grande
surprise, arrt par le Nil; les habitants ayant eu la
precaution de cacher toutes les barques, Terab essaya,
mais en vain, de construire un pont.
Il ne russit pas davantage dans la tentative qu'il
fit de franchir le course imptueux, large en cet endroit
de 600 mtres, dans des troncs d'arbre creuss. Le
sultan Terab ne pouvant atteindre le but qu'il s'tait
propos, les chefs lui conseillrent de retourner au
Kordofan et au Darfour; l'important tait de sauver
l'arme, mais Terab tait trop fier pour accepter de
pareils conseils; il considrait comme une honte d'aban-
donner ses projects, et menaa de mort quiconque parlerait
de retourner en arrire.
Ses chefs ne se tinrent pas pour battus et cherchrent
faire prvaloir leur avis par un autre moyen. Ils
arrivrent convaincre Chadiga, son pouse favorite,
qu'en tuant Terab, elle sacrifiait noblement son amour
au bien public. Terab mourut aprs un repas que lui
avait prpar Chadiga. Son frre, le pacifique Abd er
Rahman fut proclam roi par l'arme. De nos jours on
voit encore l'extrmit sud d'Omm Derman les sou-
bassements en pierre d'un btiment que le Sultan
Mohammed Terab fit construire pendant son sjour.
Son corps embaum fut transport Bara et plus tard
Turra, ncropole des rois du Darfour, une journe
et demie (de march) l'ouest de Fascher.
Abd er Ralman retourna avec son arme au
Darfour, o Terab avait laiss son fils Ishaak pour
administer le royaume. Celui-ci ne voulant pas recon-


,,. ...^











CHAPITRE II.


natre son oncle comme roi, un combat fut dcid dans
lequel Ishaak succomba.
La favorite d'Abd er Rahman, Ombussa, tait de la
tribu des Begus. Elle eut une influence d'autant plus
grande dans les affaires du gouvernement, que son mari
tait dispos satisfaire tous ses dsirs.
Les Begus occupaient primitivement le district
septentrional du Bahr el Ghazal d'o ils avaient migr
autrefois au Darfour o le roi leur avait accord des
terres la condition que, chaque anne, ils fourniraient
au harem du Sultan une belle fille de leur tribu.
Les Begus, race africaine trs pure, descendent de
la famille de Mudke.
Ombussa doit avoir t une femme non seulement
trs belle, mais aussi trs intelligence; d'esclave qu'elle
tait, elle devint la femme lgitime d'Abd er Rahman.
Il avait soixante ans quand Ombussa lui donna un fils.
Il l'appella Mohammed el Fadhl et le confia l'ancien
gouverneur du Kordofan, Abou Sheikh Kurra. Ce dernier
avait t emmen captif au Darfour et oblig de s'humi-
lier devant Abd er Rahman, don't il avait su conqubrir
la faveur.
4'est pendant le rgne d'Abd er Rahman que le
voyageur Browne arriva au Darfour. C'est galement ce
Sultan qui envoya, en 1797, une lettre de flicitation et
2000 esclaves ngres Bonaparte, alors dans la Basse-
gypte avec son arme. Sous son rgne, la residence
royale fut transfre de Kobbe Fascher.
A la mort d'Abd er Rahman, son fils Mohammed
el Fadhl, g de 13 ans, fut proclam roi par son
gouverneur Abou Sheikh Kurra. Son grand-pre maternal










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 61

Orner, habitat Dar Begu, pays situ au sud-ouest du
Darfour, deux journes environ de Dara. L le
vieillard menait ses troupeaux l'abreuvoir lorsqu'un
cavalier mont sur un cheval covert d'cume s'approcha:
Je t'apporte un heureux message, seigneur, lui dit-il
en sautant bas de son cheval; le fils de la noble
fille Ombussa est seigneur et roi du Darfour, depuis
cinq jours .
Orner ne rpondit pas, mais creva d'un coup la
paroi du Dabarek (1) et laissa couler l'eau dans le sable.
Plus jamais, dit-il enfin, ni moi, ni ma famille
n'abreuverons le btail la fontaine. Dieu, misricordieux
et just, a choisi mon petit-fils pour tre roi du Darfour.
Et partageant ses troupeaux entire ses compatriotes, il se
rendit sur le champ Fascher chez son petit-fils.
Mohammed el Fadhl dclara libre la tribu de sa mre :
ce fut son premier acte. Il abolit ensuite le tribute qui
consistait livrer annuellement une belle fille son
harem. Il dfendit, sous peine de mort, d'acheter ou
de vendre un membre de la tribu des Begus. Bien que
pendant prs de quatre annes, Abou Sheikh Kurra
remplit auprs du jeune roi son emploi de tuteur et de
rgent avec justice et nergie, certaines intrigues cependant
amenrent la defiance entire le tuteur et son pupille. Au
roi on donnait entendre que Kurra aspirait une
autorit plus grande que celle qu'il possdait; Kurra
on laissait croire que le roi cherchait lui enlever
son pouvoir.
(1) Le Dabarek est un reservoir maonn, rond et bas, d'environ
trois mtres de diamtre, qui reoit l'eau du puits et sert abreuver
le btail.










62 CHAPITRE II.

De la mfiance rciproque, on passa aux hostilits
ouvertes. Un combat eut lieu au Rahat Tendelti (tang
de pluie) prs d'El Fascher. Kurra fut vaincu ot aussitt
excut.
Mohammed el Fadhl songea ensuite chtier les
orgueilleuses tribus arabes qui, bien loin de consentir se
soumettre cherchaient secouer le joug du Darfour.
D'abord les fonctionnaires furent charges de mettre la
raison les Arabes Beni Halba qui se refusaient,
payer le tribute et don't tous les biens furent confisqus.
Ensuite il fit exterminer presque en entier la tribu des
Eregat (Arabes possesseurs de chameaux), une des
plus puissantes du Darfour. L'assujettissement des Rise;a t
fut plus difficile; c'tait certainement la tribu la plus
puissante et la plus belliqueuse de la contre.
Quelques sicles auparavant, un Arabe de l'ouest,
nomm Riseg, l'anctre des Risegat s'tait tabli dans
la parties sud du Darfour avec ses trois fils, Mahmoud,
Mahir et Nuwaib, leurs families et leurs troupeaux.
L, dans les forts immense, ils trouvrent pour
eux-mmes et pour les leurs, largement de quoi vivre. Ils
taient galement protgs l'abri, dans ces contres
dsertes, de toute attaque de l'ennemi. Ils se multiplirent
rapidement et de nombreuses tribus de moindre importance
tant venues se joindre eux, ils devinrent la fin si
puissants que les sultans du Darfour, malgr tous leurs
efforts, ne purent jamais les assujettir compltement.
Seul, Mohammed el Fadhl russit aprs une lutte longue
et pnible, subjuguer compltement la tribu. Ayant
fait cerner peu peu par ses innombrables Darfour
les forts occupes par les Risegat, il fondit sur eux










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 63

et en tua un nombre considerable. On fit quelques
prisonniers que l'on amena au Sultan. Celui-ci leur ayant
demand o se trouvait le gros des Risegat, Seigneur,
lui rpondirent-ils, nous avons tous t tus ou disperss
par tes soldats. Sur quoi, le sultan donna l'ordre de
mettre mort tous les hommes gs de plus de trente
ans et se fit amener les jeunes gens au nombre de plu-
sieurs milliers. Il prit soin lui-mme de classer les captifs
d'aprs leur descendance, et en forma trois groups d'aprs
les trois tribus originelles don't nous avons parl. Chacun
de ces groups fut son tour partag en deux parties-
L'une fut autorise vivre comme par le pass dans leur
patrie avec leurs femmes, et come presque tous les
troupeaux taient tombs aux mains de ses chefs, il fit don-
ner un buf et une vache chaque homme, ainsi qu'
chaque femme don't le mari avait t tu pendant le
combat. L'autre moiti fut transporte, hommes et fem-
mes, et sous escorted au nord du Darfour. L, chacun
reut un chameau et une chamelle et on leur assigna pour
demeure les pturages des Eregat qui avaient t presque
compltement extermins. Ce sont l les tribus actuelles
des Mahria, des Mahamia et des Naueiba, possesseurs de
chameaux et parents des Arabes Risegat (Baggara). Bag-
gara (qui vient de Bagr, la bte cornes) est un nom
qui s'applique tous les Arabes qui s'occupent de l'le-
vage des btes cornes; les Risegat., les Habania, les
Taascha, les Beni Halba, etc., sont tous des Baggara.
Mohammed el Fadhl mourut au commencement de
l'anne 1838. Son fils et son successeur Mohammed
Husein s'effora de reconqurir la popularity que son
pre avait perdue. Mais en 1856, tant devenu aveugle,




.nmvwn~ *-irn\~;*--.- -"-*rir~ rv.* qC1-nl-..-v -r Il-r tr -~ -: :i-.s- -rsWT;-. -i;<~~~i~ ~v. .la -p*---*. -
au


64 CHAPITRE II.

il dut remettre la direction de presque toutes les affaires
sa sour Ija Basi Semsem qui gouvernait dj depuis
longtemps en quality de rgente. La sour ane des rois
du Darfour portait toujours le titre de Ija Basi et avait
une grande influence politique. La sour de Mohammed
Husein tait non seulement prodigue, mais menait une vie
tellement relache que l'entretien de sa cour engloutissait
la plus grande parties des revenues de l'tat. A cette
poque la province du Balir el Ghazal tait soumise au
Darfour. Les tribus ngres devaient payer au sultan une
redevance en esclaves et en ivoire. Des retards se pro-
duisaient souvent dans le paiement du tribute. C'tait pour
les habitants du Darfour une occasion qu'ils ne laissaient
pas chapper d'oprer une razzia qui ordinairement leur
procurait un riche butin. Les esclaves et l'ivoire taient
changs contre les marchandises europennes aux mar-
chands gyptiens se dirigeant sur le Caire par les routes
dsertes de Bir el Milh, l'oasis Wohad et Siout. C'est
de cette manire qu'entraient dans le pays tous les
objets recherchs par les For: selles turques richement
dores, brocart d'or et toffes de soie, parures en or ut en
argent, armes feu surtout et munitions.
Le course du rcit nous amne parler maintenant
de l'poque o entire en scne le clbre Zober Pacha.
Membre de la tribu des Djimeab (fraction de la tribu des
Djaliin), Zober avait, tout jeune encore, quitt Khartoum.
et s'tait dirig vers le sud dans l'espoir d'y faire fortune.
De nombreux marchands et des chasseurs d'esclaves
s'taient prcisment tablis sur les bords du Nil Blanc et
du Bahr el Ghazal. Lejeune Zober trouva s'employer chez
l'un d'eux, le marchand bien connu Ali Abou Amuri don't











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 65

Sir Samuel Baker a fait souvent mention. Avec le temps il
arriva se rendre indpendant et fonda une Zeriba pour
son compete. Aid d'indignes bien arms, il s'appropria
quelques terres, amena de grandes quantits d'ivoire et
runit un grand nombre d'esclaves qu'il changeait
des marchands du Nil contre des armes et des munitions.
Je ne crois pas que Zober Pacha fut meilleur ou pire
que la plupart des autres trafiquants de cette espce;
le commerce auquel il s'tait adonn lui paraissait
parfaitement licite. Ce don't on ne peut douter, c'est
que c'tait un homme d'une volont de fer et d'une
intelligence remarquable. En cela il dpassait de beau-
coup les autres marchands d'ivoire et d'esclaves: ce fut,
du moins je le crois, la raison principal de son immense
succs. Mon intention n'est point de suivre les diffrentes
tapes qui l'amenrent progressivement la posses-
sion souveraine du Bahr el Ghazal. Il suffit de rappeler
qu' l'poque don't je parle, Zober tait un des hommes
les plus puissants du Soudan. Aussi, le royaume chan-
celant du Darfour tomba-t-il rapidement en son pouvoir.
Zober tendant toujours ses conqutes dans la rgi'r
septentrionale de la province du Bahr el Ghazal, ne tarda
pas se heurter aux rgions tributaires du Darfour. Pour
viter toute difficult, il crivit au Sultan Husein, prten-
dant que les ngres, race sans matre et pratiquant le
paganisme taient considrs par les musulmans comme
un butin qui leur tait dsign par la loi du Prophte.
A quoi Husein rpondit qu'en sa quality de descendant de
l'ancienne dynastie, il avait le mme droit sur les ngres
et les marchands de chevaux. Par ce dernier terme, il faisait
allusion Zober qu'il mettait au rang des autres Djaliin
Slatin Pacha. 5










CHAPITRE II.


connue au Darfour comme Dongolais, marchands de
chevaux. Zober ne se laissa pas intimider. Son influence
avait cr d'anne en anne et il avait conquis tous les
districts du Bahr el Ghazal tributaires du Darfour. Les
habitants de cette province habitus vivre dans le luxe
eurent bientt souffrir de l'influence de Zober. Les
esclaves ni l'ivoire ne rentrant plus, on fut contraint, pour
subvenir aux besoins du Gouvernement d'lever le taux de
l'impt; un mcontentement gnral se produisit parmi la
population. A cette poque vivait la cour du Sultan
Husein un home du nom de Mohammed el Belali, de la
race des Belalia qui forment un parti influent dans la
W*dai et le Bornon. Cet homme, un fakih ou professeur
de matire religieuse, se prtendait de noble extinction
et s'tait insinu dans les bonnes grces de Husein, en
dpit de l' Ija Basi et du vizir Ahmed Schetta; ceux-
ci, mcontents de son ingrence, dcidrent le Sultan i le
chasser du pays.
Jurant de se venger, il se rendit Khartoum et
renseigna le Gouvernement sur la richesse et la prosp-
rit de la province du Bahr el Ghazal et des districts
de Hofrat en Nahas qui n'appartenaient plus au Darfour
et se trouvaient sans roi.
Le perfide Belali cherchait ainsi fomenter une
guerre contre le Darfour, dans le but de crer des
ennuis au Sultan Husein qui l'avait chass du pays.
Le gouvernement, plein de confiance mais mal renseign,
l'envoya de Belali au Bahr el Ghazal pour occuper les
provinces sans possesseurs. Kutschuk Ali, un sandjak turc
qui disposait dj de troupes irrgulires (bachibouzouks)
l'accompagna avec 200 hommes d'infanterie rgulire.











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 67

On comprend aisment que Zober regard de travers
ce parvenu. Pourtant, avec sa pntration habituelle, il
surveilla le dveloppement du plan de son rival et
attendit. Sur ces entrefaites, Kutschuk Ali mourut
subitement et fut remplac par Hadji Ali Abou Murein.
A l'instigation de ce dernier et enhardi par l'inoc-
tion de Zober, le Belali se disposal s'emparer de
vive force des magasins de bl tablis par Zober
lui-mme pour les Basinger. Zober n'hsita plus; il saisit
l'occasion attendue depuis si longtemps, attaqua le
Belali prs des magasins de bl et aprs un court
engagement le mit en droute. Rassemblant tout ce
qu'il put trouver d'hommes, le Belali attaqua Zober
dans sa Zeriba. Il fut de nouveau repouss et, grivement
bless, s'enfuit Ganda. Les homes de Zober le
poursuivirent, le firent prisonnier et le ramenrent la
Zeriba o il mourut.
Zober savait fort bien qu'en cette circonstance,
son action pouvait avoir de srieuses consequences.
Aussi employa-t-il tous les moyens pour prouver que
le Belali tait seul responsible de tout ce qui s'tait
pass. Il fit de riches presents aux gens du Belali,
notamment aux dignitaires et aux personnages influents,
si bien qu' Khartoum l'affaire fut trs attnue. Zober
non seulement trouva grce complete mais il fut mme
nomm gouverneur du Bahr el Ghazal.
Alors il informa secrtement le gouvernement, du
mcontentement qui rgnait parmi la population de la
province voisine, le Darfour; il ajoutait que lui-mme
tait en relation avec beaucoup de personnel influentes
qui salueraient avec joie l'annexion de ce pays aux
5i*










CHAPITRE II.


territoires du Gouvernement gyptien. Il s'offrit mme
oprer cette annexion sans aucun secours du Gouverne-
ment. Aprs de longues hsitations, le Gouvernement agra
enfin la proposition de Zober et celui-ci, au commence-
ment de l'anne 1873, se prpara annexer le Sakkha.
Mais revenons aux Risegat Aprs la dfaite cruelle
que le Sultan du Darfour, Mohammed el Fadhl, leur avait
inflige, ils restrent tranquilles et soumis pendant de
longues annes. Tandis que l'autorit du Gouvernement
baissait de plus en plus, les Risegat au contraire se
relevaient peu peu, tel point qu'ils recouvrrent
leur situation demi indpendante, entire le Darfour et
le Bahr el Ghazal. On essaya bien de faire rentrer les
impts; mais pendant une razzia, le vizir Adam Tar-
busch, l'esclave favori et l'un des chefs du Sultan
Husein, fut battu prs d'Omm Waragat. Singulire
coincidence! La destine me rservait quelques annes
plus tard sur le lieu mme de sa dfaite, une dfaiti
autrement terrible que m'infligrent les Mahdistes. Dans
une autre occasion, les Risegat avaient surprise une.
caravane venant du Nil et du Kordofan et se rendant
au Bahr el Ghazal. Ils la pillrent et turent la plus
grande parties des gens qui la composaient et parmi eux
des parents de Zober. Les Risegat comptant rgulire-
ment parmi les tributaires du Darfour, Zober demand
reparation au Sultan. Celui-ci fit la sourde oreille. Zober
dclara alors ouvertement que, ne pouvant obtenir
satisfaction, il se voyait contraint punir les Risegat.
Il savait fort bien que c'tait l l'occasion d'une pre-
mire tentative pour l'annexion du Darfour au Gouver-
nement gyptien.












SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 69

Le Sultan Husein mourut, sur ces entrefaites, au
commencement de l'anne 1873. Son fils Ibrahim, que
les habitants du Darfour surnommaient Koko, lui
succda.
Pendant mon sjour Fascher comme gouverneur
du pays, j'eus l'occasion de voir souvent Mohammed el
Heliki, un fakih trs connu dans la contre. Il tait n
Fascher mme, de la race des Fellata. Il possdait
fond et mieux que personnel l'histoire du Darfour; entire
autres choses il connaissait par coeur le vieux code, le
Kitab Dali. C'est lui que je devais les notes prcises
que je possdais sur l'histoire du Darfour et qui mal-
heureusement sont tombes aux mains des Mahdistes
avec bien d'autres documents; le tout fut brl,
Un soir, il me fit le rcit suivant: Il y a prs
de trois ans, avant la mort de mon matre le Sultan
Husein, nous tions assis cte cte et parlions du
present et de l'avenir du pays. Il se cacha la tte
dans ses mains l'infortun tait aveugle depuis qua-
torze ans dj et me dit: Je prvois la ruine de
mon pays et du royaume de mes frres. Dieu veuille
que je n'y assisted pas. J'entends dj rsonner devant
ma maison les trompettes turques et le son sourd de
l'umbaia des Bahara! Que la misricorde de Dieu
repose sur mon fils Ibrahim et sur mes malheureux
descendants. Mon matre sentait bien le mcontentement
gnral qui rgnait; mais il tait g, il tait aveugle
et il ne pouvait apporter aucun changement l'tat
corrompu du pays.
11 savait trop bien que les choses se passeraient
ainsi: les Bahara devenaient trop puissants et l'Egypte











SV CHAPITRE II.

tait trop avide de conqutes. Mon matre tait un
homme sage et le Seigneur qui lui avait enlev la vue
avait rendu son intelligence plus pntrante.
Zober commena aussitt les operations. Il quitta
sa forteresse de Dem Zober et march contre Shakka
avec des forces considrables.
Arriv la frontire sud du Darfour, les principaux
chefs des Risegat, tels que Madibbo, Aagil woled el Djan-
gaui et plusieurs autres, se joignirent lui et lui servirent
de guides et d'espions contre leurs propres compatriotes.
Quoique son arme et beaucoup souffrir de la
faim et de la maladie, quoique les Arabes l'attaquassent
maintes reprises, attaques qu'il repoussa toujours mal-
gr de fortes pertes, il atteignit Abou Segan, le point
central de la region de Shakka. L, il apprit que le
Sultan Ibrahim Koko avait envoy contre lui son vizir
Ahmed Schetta qui tait en mme temps son beau-pre,
avec une forte troupe. Celui-ci vivait en msintelligence
avec son beau-fils depuis l'avnement de ce dernier au
trne et avait pris contre-cour le commandement de
l'expdition contre Zober. Il disait ses amis qu'il ne
recherchait pas la victoire, mais qu'il prfrait une mort
hroque sur le champ de bataille la vie qu'il devait
mener dans les circonstances actuelles. Pendant ce temps,
Zober fortifiait ses positions Shakka et achevait ses
prparatifs de combat. Il reut des Risegat ce message
caractristique: L'arme du Sultan du Darfour advance;
tu es notre ennemi comme lui-mme; aussi resterons-nous
neutres pendant le combat. Si tu es vaincu, nous te cou-
perons la retraite et anantirons ton arme, jusqu'au
dernier homme; si tu es victorieux, months sur nos cour-











SEJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 71

riers rapides, nous poursuivrons les fuyards et partagerons
avec toi le butin.
Ds l'aube, les postes avancs de Zober signalrent
la march en avant de l'arme du Darfour. A sa tte
marchait son chef, le vizir Ahmed Schetta, qui semblait
vouloir chercher la mort. Il avait endoss un superb
uniform, cotte de mailles et casque d'or. On le remar-
quait de loin, mont sur son cheval caparaonn d'or et
d'argent, en avant des premires lignes de bataille. A
peine tait-il engag que son cheval fut tu sous lui;
trop fier' pour se retire, il s'lana sur une autre monture,
mais peine tait-il en selle qu'il tomba frapp de
plusieurs balles. Avec lui tombrent aussi un grand
nombre de ses parents et de ses compagnons fidles,
Melik Saad en Nur, Melik en Nahas (l'instructeur en
chef des tambours de guerre impriaux) qui avait t
envoy comme commandant en second.
Prives de leurs chefs, les troupes battirent en retraite.
Zober saisit l'occasion pour diriger une contre-attaque,
prit l'ennemi de flanc et, aprs un court engagement,
le mit en fuite.
Aussitt les Risegat ; cachs derrire des arbres,
tombent sur les fuyards, les massacrent, enlvent un
butin immense et se joignent aux vainqueurs, sachant
bien le bnfice qu'ils devaient retire de cette trahison.
Un bien petit nombre des soldats du Darfour chap-
prent au massacre et purent atteindre Dara, o la
lugubre nouvelle fut accueillie par des plaintes et des
lamentations.
Zober fit porter la nouvelle de sa victoire El
Obed et Khartoum par des messagers spciaux. Il reut,











CHAPITtE II.


comme cela s'tait fait autrefois l'occasion d'un succs,
un renfort d'hommes et de canons.
Lorsque ceux-ci furent arrivs, Zober march sur
Dara, pendant que le gouverneur gnral (Hokumdar)
quittait El Obed pour se rendre Omm Shanger avec
3000 hommes environ d'infanterie rgulire et de cavalerie
irrgulire.
A part une attaque insignifiante qu'il repoussa victo-
rieusement, Zober arriva Dara d'un trait. Il trouva
la ville presque dserte, y prit position, leva une forti-
fication sur une colline de sable et attendit l'attaque des
fils du sultan Ibrahim, don't les troupes approchaient.
Ces princes se contentrent de pousser une reconnaissance
et retournrent Fascher, auprs de leur pre, sans
avoir livr bataille. Ils l'engagrent marcher lui-mnme
la rencontre de l'ennemi. Ibrahim rassembla donc totes
ses forces; mais, bien que le nombre en fut considerable,
il ne s'y trouva que bien peu d'hommes prts mourir
pour leur roi.
Ibrahim voulant tout d'abord se renseigner sur la
position de Zober, s'avana accompagn d'une parties
seulement de son arme, disperse sur un large front. Il
fut reu par une grle de balles; et quelques homes
de sa troupe furent tus. Ibrahim fut contraint de battle
en retraite, mais son arrire-garde croyant un clh c
s'cria: 'b, 'b, (c'est--dire, vous vous tes
couverts de honte), et la clameur tait si forte que le
sultan l'entendit. Plein d'indignation et de colre, il donna,
sans y reflchir, l'ordre ceux qui se trouvaient prs (e
lui de tirer sur ses propres troupes. Quelques-uns furent
tus, d'autres blesss, le reste partit la dbandade;











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 73

quant ceux qui taient rests aux abords du camp ils
profitrent de l'occasion pour s'enfuir et retourner chez
eux.
L'ordre inconsidr du sultan Ibrahim devait avoir
de cruelles consequences: il fut cause, en effet, de la
dispersion de son arme et lui cota ses domaines et la
vie.
Nanmoins il fit lever le camp afin d'attirer Zober
hors de ses retranchements et, comme il le disait ses
chefs, le vaincre dans un combat en rase champagne.
Mais ses hommes avaient perdu toute confiance en lui
et les dserteurs devenaient si nombreux qu' son
arrive Manoaschi aprs une journe de march -
il ne lui restait plus de l'arme colossale qu'il conduisait
que quelques troupes insignifiantes.
Zober admirablement renseign par ses espions
sur tout ce qui se passait dans l'arme du sultan, le
poursuivit Manoaschi, avec toutes les forces don't il
disposait. Le lendemain l'aube, il tait devant la ville,
ses troupes ranges en ordre de bataille. Son arrive fut
le signal d'une fuite gnrale.
Ibrahim sentant que tout tait perdu, rsolut de
mourir glorieusement. Il endossa sa cotte de mailles
lame d'or et se couvrit de son casque. Puis, accompa-
gn de son fils, du cadi et de quelques serviteurs
demeurs fidles, tous months sur des chevaux richement
caparaonns, il s'lana sur l'ennemi, l'pe au clair.
Il franchit le premier rang des Basinger; trop fier pour
frapper les esclaves, il s'cria: Fen sidkum Zober?
(O est Zober, votre maitre?) et s'lana vers l'endroit
o Zober, vtu comme ses gens, pointait un canon











CHAPITRE II.


contre les assailants; mais il avait peine fait quelques
pas que lui et sa poigne d'hommes tombaient, cribls
de balles.
Ainsi prit le dernier roi du Darfour et avec lui
s'teignit la dynastie qui avait sans interruption gou-
vern cette vaste contre et ses millions d'habitants
pendant des sicles.
Zober fit rendre les plus grands honneurs au
sultan dfunt. Les Fukah de Manoaschi furent
envoys pour laver le corps conformment aux rites
religieux; et, envelopp dans un rice drap mortuaire,
il fut enterr en grande pompe dans la mosque de la
ville.
Le vainqueur se hta d'informer de sa victoire le
gouverneur gnral du Soudan qui se trouvait alors
Omm Shanger, puis craignant que le rice butin de la
province ne tombt entire les mains des infidles, Zober
march immdiatement sur Fascher. L, il s'empara
des trsors royaux, des sellers rehausses d'argent et
d'or, des armes, des bijoux, sans parler des milliers de
femmes esclaves qu'il partagea entire ses homes.
Quelques jours aprs, Ismal Pacha arriva. Il tait
trop tard. Le butin tait dj distribu. Zober en lui
offrant des cadeaux de prix, fit tout ce qu'il put pour
s'assurer son amiti. 11 n'est pas douteux toutefois, que
cet pisode fut le commencement d'une msintelligence
centre les deux hommes, msintelligence qui, par la suite,
devait se transformer en une haine mortelle.
L'euvre de la soumission du rest du pays com-
mena alors. Hassab Allah, le vieil oncle du sultan Ibrahim,
avait cherch refuge Gebel Marrah; Ismal Pacha donna











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 70

l'ordre Zober de marcher contre lui. Zober eut bientt
fait d'obtenir sa soumission et celle du frre du sultan
dfunt, Abd er Rahman Shattut. Tous deux furent en-
voys au Caire o ils restrent jusqu' leur mort. Leurs
families resident encore maintenant dans la haute Egypte
et reoivent une large pension du Gouvernement. Nombre
de leurs adhrents taient rests Gebel Marrah et s'-
taient groups autour de Hassab Allah et d'Abd er
Rahman. Ils choisirent oomme chefs les plus jeunes
frres du sultan Husein Bosch et Sef ed Din et rsolu-
rent de rsister.
La premiere dmarche de Bosch fut d'envoyer, comme
espion au camp de Zober son beau-fils Gebr Allah,
de la tribu de For. Cet home jouissait de l'entire
confiance de son chef qui lui avait donn, en marriage
pour s'assurer sa fidlit, sa fille Umm Selma, clbre par
sa beaut, en dpit de l'opposition de sa famille. Gebr
Allah, en arrivant au camp de Zober, tomba comme une
proie facile aux mains du rus guerrier. Zober lui promit
sa grce et une haute position dans le gouvernement. Ces
processes suffirent Gebr Allah pour l'amener trahir
son beau-pre et fournir les renseignements les plus
prcis sur sa position et sur ses forces. De retour auprs
de Bosch, il l'engagea rester dans la position qu'il oc-
cupait, lui donnant a entendre que, les troupes de Zober
souffrant beaucoup du froid et de la maladie, leur chef
n'avait nullement l'intention de l'attaquer.
Zober suivit les traces de Gebr Allah, comme il
avait t convenu au pralable entire eux; un signal
donn, le camp de Bosch fut tout coup envelopp et
tomba aisment aux mains de l'assaillant. Bosch et Sef











CHAPITRE II.


ed Din russirent toutefois s'chapper et se refugier
Kabkabia, o ils rassemblrent de nouvelles forces.
Cependant Zober se mit leur poursuite et dans un
combat acharn, les deux malheureux chefs furent tus.
Les derniers vestiges des troupes du Darfour disparurent
et le pays presque tout entier tomba aux mains du Gou-
vernement gyptien.
Zober fut lev au rang de Pacha. Il retourna
Fascher, o Ismal Ajoub Pacha s'occupait mettre de
l'ordre dans l'administration de la contre et lever de
gros impts. Mais il ne fallut pas longtemps pour que
de srieuses contestations s'levassent entire ces deux
homes.
Zober, le conqurant du pays, prouvait quelque
ressentiment en voyant que le Gouvernement n'avait
pas eu pleine confiance en lui; de son ct, Isnal,
dsireux de se dbarrasser de la presence de Zober,
lui donna l'ordre d'aller occuper Dara et Shakka avec
ses troupes. Zober, irrit, envoya de Dara par El
Obed un message S. A. le Khdive, lui demandant
l'autorisation d'aller au Caire. Cette permission lui fut
immdiatement accorde, ainsi qu' tous ceux qui disi-
raient l'accompagner.
Zober ayant dsign pour le remplacer son jeune
fils Soliman, partit sur le champ emmenant avec lui
un grand nombre d'esclaves des deux sexes et des
cadeaux de prix. Aprs avoir travers Khartoum et
Korosko, il arriva au Caire o il fut cordialement reu.
Il exposa aussitt au Khdive ses griefs contre Ismal
Ayoub Pacha. Ce dernier mand son tour, fit plusieurs
dpositions qui n'taient pas l'avantage de Zober, si bien










SEJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 77

que tous les deux furent gards au Caire. Cependant, Hasan
Pacha Hilmi el Djoeser avait t dsign comme repr-
sentant du Gouvernement au Darfour par Ismal Pacha
Ayoub. Les habitants de la contre, fatigus du gou-
vernement arbitraire du sultan, soupiraient aprs un
changement. Mais ils s'aperurent bientt qu'ils taient
tombs de Charybde en Scylla et auraient prfr des
rois qui les eussent chtis, aux fonctionnaires peu
scrupuleux qui affluaient dans la contre.
Bientt le plus amer mcontentement se rpandit
dans le pays, le Darfour se rvolta et la population
choisit pour sultan Haroun er Reschid, le fils de Sef
ed Din tu la bataille de Kabkabia. On prit secrte-
ment la resolution de s'emparer de plusieurs places
fortes appartenant au Gouvernement et, dans un space
de temps incroyablement court, les villes de Dara,
Fascher, Kabkabia et Kolkol furent serres de prs, alors
que le pays se dclarait soumis au successeur de ses anciens
matres, le Sultan Haroun don't nous venons de parler.
A Fascher, le fort subit deux assauts si srieux que le
gouverneur sentant qu'il ne pouvait plus tenir, avait
dj tout prpar pour dtruire le magasin de poudre
et se faire sauter lui-mme avec sa garnison. Il russit
pourtant, aprs un combat dsespr, chasser l'ennemi
de la position.
Cependant, les autorits de Khartoum envoyaient
la hte des troupes sous les ordres de Abd er Razzak
qui reut des renforts Ei Obed. Il s'avana march
force sur le Darfour. A Brusch, mi-chemin entire
Omm Shanger et Fascher, il infligea une cruelle dfaite
aux rebelles.










CHAPITRE II.


Peu de jours aprs, Fascher tait dlivr, des renforts
taient expdis Dara, Kabkabia et Kolkol; et le
pays rentrait sous la domination du Gouvernement gyp-
tien.
Aprs le rappel d'Ismal Ayoub Pacha, Gordon, nomm
gouverneur gnral du Soudan, jugea ncessaire de visitor
le Darfour nouvellement conquis. Et de fait, quand il
arrival Fascher, Kabkabia et Kolliol, la rvolte
n'tait encore qu'en parties rprime. Malgr cela, Gordon,
voyageait, et dans son voyage travers le pays il
se trouva frquemment dans des positions extrmement
dangereuses, d'ou il sortit toujours grce sa presence
d'esprit et son grand courage. De Fascher, Gordon se
rendit Dara; par sa bont, par sa sympathie, par sa
libralit, il gagna une grande parties de la population.
Avec une poigne d'hommes et avec l'aide de quelques
Arabes Risegat, il dompta compltement la tribu (les
Mima, clbres par leur vaillance, et celle des Khanabir,
et, peu peu, grce ses efforts, la paix fut rtablie
dans le pays.
Le Sultan Haroun, avec quelques partisans, chercha
refuge dans les montagnes de Marrah, don't l'accs est
trs difficile. Hasan Pacha Hilmi l'y poursuivit, le battit
deux fois, Mortal et Mortafal et le fora se
retire Niurnja.
Gordon cherchait gagner au Gouvernement la
population du territoire soumis et calmer les esprits
excits. Son premier acte fut de remettre la majeure
parties des impts, qui, cause de la guerre, n'avaient
pu tre pays. Il donna les instructions les plus svres
aux fonctionnaires afin qu'ils se comportassent avec










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 79

douceur envers le people, les prvenant que toute dso-
bissance ses ordres serait punie trs svrement.
Afin d'quilibrer autant que possible les revenues
et les dpenses, il rduisit considrablement la garnison
du Darfour, renvoyant El Obed et Khartoum un
grand nombre de fantassins et de cavaliers qui avaient
t expdis pour rprimer la dernire rvolte. Ces
measures d'conomie, prises videmment dans l'intrt de
la province nouvellement conquise, eurent par la suite
un effet des plus dsastreux. Gordon, il est vrai, ne pouvait
pas prvoir les vnements.
Ses obligations officielles rappelant Gordon
Khartoum, il laissa Hasan Pacha Hilmi comme gouver-
neur du Darfour. Celui-ci, quatre mois avant mon
arrive, avait t remplac par Messedaglia bey, primi-
tivement gouverneur de Dara pendant quelques mois.
Durant cet intervalle, le sultan Haroun s'tait pour
ainsi dire remont et avait tabli une sorte de
gouvernement indpendant Niurnja, ancienne capital
des princes de Tadjo. Il descendait parfois dans la
plaine, attaquait les villages qui s'taient soumis, bien
malgr eux pourtant, au Gouvernement et regagnait ses
montagnes, charge de butin.
*

Tel tait, brivement expos, l'tat de la province
du Darfour quand, en aot 1879, me rendant Dara,
j'arrivai en quality de moudir Fascher.
La garnison du pays comprenait:
A Fascher: deux bataillons d'infanterie rgulire,
deux batteries d'artillerie de champagne et 250 hommes










CHAPITRE II.


de cavalerie irrgulire (de la tribu des Sheikieh), sous
les ordres de Orer woled Dorho.
A Dara: un bataillon d'infanterie rgulire, 200
Basingers (irrguliers), une batterie de vieille artillerie
de champagne et 50 hommes de cavalerie irrgulire, de
diffrentes tribus.
A Kabkabia et Kolkol: 6 companies d'infante-
rie rgulire, 400 Basingers et 25 cavaliers irrguliers.
Aprs quelques jours de repos Fascher, repos
don't nous avions grand besoin, le Dr. Zurbuchen et
moi, nous continumes notre voyage vers Dara. Messe-
daglia bey nous accompagna pendant quelques heures,
nous apprit, tout joyeux, que sa femme tait sur le
point d'arriver Khartoum et demand un cong pour
aller sa rencontre et la ramener Fascher. Je lui fis
observer qu'il ferait peut-tre mieux d'attendre que le
sultan Haroun fut soumis. Mais Messedaglia rpliqua
qu'il n'y avait absolument rien craindre, les troupes
en garnison dans la contre suffisant amplement
apaiser toutes les petites difficults locales. Nouveau
dans le pays et ne le connaissant encore que fort peu,
je ne pouvais que difficilement me rendre un compete
exact de la situation et je me ralliai l'avis de Mes-
sedaglia. Nous primes cong de lui et de Sad bey
Djuma, le commandant de Fascher, qui nous accompa-
gnait galement et nous dirigemes march force
vers Dara, en suivant la route de Kerriut, Gedid Ras-
el-Fil et Scheria.
Le Dr. Zurbuchen paraissait beaucoup plus g que
moi-mme, (avec sa longue barbe noire et ses lunettes)
Je semblais peut-tre mme plus jeune que je n'tais, en











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 81

ralit. Ma moustache avait peine commenc pousser
et, some toute, j'avais une figure enfantine; c'est pour-
quoi, partout o nous allions, il tait invariablement pris
pour le gouverneur et moi pour le docteur ou le phar-
macien.
Comme nous approchions de la fin de notre voya-
ge, le docteur qui souffrait de la fivre, dut retarder
sa march; je le devanai et atteignis le village de
Scheria ( une journe de Dara) avec les 2 domestiques
de Zurbuchen, un peu avant le moment fix. Je trouvai
les habitants qui avaient t avertis de notre arrive,
se prparant activement pour notre reception. On netto-
yait les maisons; on tendait par terre des nattes de
paille, le cadi et le sheikh du village (1) avaient prt
leurs vieux tapis pour recouvrir la chausse au moment de la
crmonie. Faisant agenouiller mon chameau, je mis pied
terre et je me prsentai comme faisant parties de
l'escorte du nouveau gouverneur. Mes domestiques avaient
la consigne de garder le secret. Les villageois curieux
m'assaillirent d'innombrables questions. Je fis aux gens le
portrait du nouveau moudir en donnant exactement le
signalement du Dr. Zurbuchen. Quelle sorte d'homme est
le nouveau gouverneur ? disait l'un. Oh, rpliquai-je, je
pense qu'il fera de son mieux et je crois-qu'il est port
se montrer just et conciliant. Mais est-il brave ? A t'il
bon cour? disait un autre. C'tait une question plutt
embarrassante pour moi; aussi rpliquai-je prudemment:
Il ne parat pas avoir peur; mais je n'ai point encore
entendu dire grand chose au sujet de son courage; ce

() village assez vaste et dpndant de la province de Dara.
Slatin Pacha.










CHAPITRE II.


don't je suis persuade, c'est qu'en cas de ncessit, on
trouvera en lui un homme. Il a une apparence virile et
je crois qu'il a bon cur; mais naturellement il lui est
impossible de satisfaire chacun. Ah, dit un autre, si
seulement nous avions un gouverneur comme Gordon
Pacha, le pays serait certainement tranquille. Il distri-
buait sans cesse des presents, jamais il ne repoussait le pau-
vre et le ncessiteux. Je ne l'ai entendu qu'une fois dire
des paroles dures; c'tait au temps o Soliman Zober
tait Dara; Gordon s'adressant au cadi lui dclara qu'il
y avait bien des mauvaises ttes parmi les Soudanais et
qu'il ne fallait pas toujours les traiter avec douceur.
Oui, confirm le cadi, je l'ai entendu parler ainsi moi
mme; mais ce n'est pas de nous qu'il parla, mais des
Gellaba et des marchands du Nil qui taient impliqus,
avec Zober et son fils, dans toutes sortes de trafics illi-
cites don't ils tiraient toujours quelque bnfice.
Gordon tait vraiment un brave homme, dit le
cheikh du village, qui se prsenta lui-mme, expliquant son
nom: Moslim woled Kabashi. J'tais l'un des chefs places
sous ses ordres dans la bataille contre les Arabes Mima &
Khauabir. Ce fut une chaude journe dans la plaine de Fafa!
L'ennemi nous avait cherchs et avait dj forc la premiere
ligne de nos troupes; les javelots tombaient drus autour de
Gordon; mais il ne semblait pas y faire attention et la
victoire, que nous remportmes, fut entirement due lui
et ses cent hommes de reserve. Au plus fort du combat
il trouva le temps d'allumer trs calme une cigarette.
Le lendemain, quand il procda au partage du butin, per-
sonne ne fut oubli; mais il ne garda rien pour lui-mme.
Il avait le cour trs tendre pour les femmes et les enfants










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 83

et ne permit jamais qu'on se les partaget, comme c'est
notre coutume dans la guerre. Il les nourrissait, leur donnait
des vtements ses propres frais et les renvoyait chez
eux aussitt que la guerre tait termine. Un jour, continue
le sheikh en souriant, sans le lui faire savoir, nous mmes
quelques femmes de ct; mais s'il nous avait dcouverts,
nous aurions pass un mauvais quart d'heure.
Aprs une court pause, je demandai des renseigne-
ments sur les affairs et sur les fonctionnaires que je me
fis prsenter; les uns taient dignes d'intrt, d'autres taient
jugs plus svrement.
Pendant ce temps le Dr. Zurbuchen et le reste de
la caravane taient arrivs. Aussitt, le sheikh, le cadi
et les autres dignitaires du village formrent un demi-
cercle pour le recevoir, tandis que moi, m'effaant autant
que possible, j'attendis le discours qu'allait prononcer
Moslim woled Kabashi son nouveau moudir, le Dr.
Zurbuchen. Il commena par souhaiter une chaude
bienvenue au nouveau gouverneur, loua ses qualits et
dcrivit loquemment la joie qu'prouvait tout le people de
sa venue. Le pauvre Dr. Zurbuchen, qui comprenait trs
mal l'arabe devenait de plus en plus perplexe. En vrit,
je ne suis pas le gouverneur, s'cria-t-il, je ne suis que
l'inspecteur sanitaire. Le gouverneur doit tre arriv depuis
longtemps. Peut-tre a-t-il t pris pour quelqu'un d'au-
tre. Je pensai alors que le moment tait venu de m'a-
vancer, et, en riant, je remerciai les villageois de leur
bonne reception, les assurant que je ferais tout mon pos-
sible pour satisfaire leurs dsirs et que, en mme temps,
je comptais sur eux pour la strict execution de mes
ordres. Naturellement ils me firent les plus grandes ex-
6*










CHAPITRE II.


causes de ce qu'ils ne m'avaient pas reconnu. Je les rassu-
rai promptement leur dclarant que mon seul dsir tait
de rester dans les terms les plus amicaux avec eux tous.
J'exprimai l'espoir qu'il en serait ainsi pendant longtemps,
Depuis ce jour, le sheikh Moslim woled Kabashi devint
un de mes plus fidles amis; il le fut dans les heures
de joie comme dans les heures de tristesse, et jusqu'
mon dpart du pays.
Ce petit incident ne nous empcha pas d'avoir grand
apptit et nous fmes honneur un excellent mouton
rti, aprs quoi, nous nous remmes en selle. Nous
passmes la nuit sous un grand arbre environ deux
heures de march de Dara. Le lendemain, au lever du soleil,
j'envoyai un message pour annoncer notre arrive. Ds
que nous approchmes de la forteresse, les honneurs
militaires nous furent rendus. Accompagns par le com-
mandant, le major Hassan effendi Rifki, Zogal bey, le
sous-gouverneur, le cadi et quelques-uns des principaux
marchands, nous nous avanmes vers le fort dans lequel
s'lvent les btiments du gouvernement. L'inspection
dura environ une demi-heure, aprs quoi je me retirai
dans mon logis particulier o j'avais fait prparer un
appartement pour le Dr. Zurbuchen, qui devait tre
mon hte pendant quelques jours.
Dara, la capital du Darfour mridional, est cons-
truite au milieu d'une grande plaine don't le sol est
compos en parties de sable et en parties d'argile; le fort
lui-mme se trouvant sur le sommet d'une colline sablon-
neuse et basse, l'endroit mme o Zober Pacha
s'tait retranch lorsqu'il avait envahi la contre. Le
fort est entour d'une muraille longue d'environ 500











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 85

mtres et large d'environ 300, avec des tours chaque
angle et bord d'un large foss profound de 6 mtres.
Les troupes taient cantonnes dans des huttes cons-
truites dans ce rectangle; au centre se trouvaient les
btiments du gouvernement, comprenant la maison du
gouverneur, divers bureaux, les course de justice (la
mahkama), justice religieuse exerce par le cadi, la
temporelle, (meglis mahalli), par le president Serr et
Toudjar, chef des marchands, de mme que les magasins
d'armes et de grains que Gordon a'ait relevs. Prs de
la porte du sud se trouvaient les maisons de Zogal bey,
du cadi et du commandant, construites en briques cuites
et entoures de murs.
La ville de Dara, compose presque toute entire
de huttes de paille et d'argile, se trouve quelques
centaines de mtres l'est du fort, tandis qu' 1000
mtres l'ouest est situ le village de Gos en Naam;
700 mtres plus loin se trouve le hameau de Khoumi.
En y comprenant la garnison, la population de
Dara comptait de 7 8000 habitants, don't la plupart
appartenaient aux tribus locales; mais il y avait aussi
un nombre considerable de marchands du Nil.
Nous tions au mois du Ramadan, poque du grand
jene mahomtan; on nous prpara un repas compost
de viande, de pain, de dattes et de limonade; les fonc-
tionnaires, ne pouvant assister au repas cause du
jene prescrit, se firent excuser. J'en fus trs heureux,
car nous tions extrmement fatigus.
Le soir, un coup de canon nous annona que
le soleil avait disparu de l'horizon et qu'un jour de
jene tait encore coul. On prpara la hte le repas











CHAPITRE II.


du soir. Zogal bey, Hasan effcndi Rifki, le cadi el
Bechir et le Serr et Toudjar Mohammed Ahmed vinrent
prendre avec nous le repas appel future (le premier
repas aprs le jene). Un grand nombre de serviteurs
apportrent du mouton rti, du poulet, des vases de
lait et des plats de riz inonds de beurre et de miel;
il y avait encore des cruches d'asida et diffrents mets
consistent en un mlange de ptes de duchn et de
morceaux de viande.
En quelques minutes, le plancher de la maison fut
couvert d'un sable trs fin; par dessus, on tendit des
nattes de palmier et des tapis sur lesquels les plats
furent dposs. Zogal bey procda lui-mme la
distribution des mets, servant ceux qui taient venus
nous saluer et toute la domesticit, rservant toutefois
les meilleurs morceaux pour les htes les plus important.
Nous prmes place et attaqumes vigoureusement
le mouton rti. Il n'y avait naturellement pas trace de
couteaux ni de fourchettes. Tout--coup, nous entendmes
les domestiques se dispute au dehors avec deux
hommes qui voulaient pntrer auprs de nous, sous
prtexte de communications trs importantes nous
faire. Je priai Zogal bey de s'informer de la cause
de ce bruit. Il lcliha ses doigts ruisselants de
graisse de mouton, sortit et revint quelques minutes
aprs, porteur d'une lettre. Cette missive venait d'Ah-
med Chadoin et de Gebr Allah, les commandants
de Bir Gaoui, petite station militaire situe trois
journes de march au sud-ouest de Dara. D'aprs la lettre,
les deux chefs dclaraient avoir reu de source trs
srieuse, l'avis d'une attaque projete contre eux par le











SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 87

sultan Haroun. Leurs forces tant insignifiantes, ils de-
mandaient qu'on leur envoyt des renforts de Dara ou
bien qu'on leur permit d'abandonner momentanment la
station. Ils ajoutaient que, s'ils se trouvaient contraints
de battre en retraite, les villages du district seraient
infailliblement pills, sans aucun doute.
Il n'y avait pas une minute perdre. Je donnai
l'ordre Hasan effendi de se tenir prt avec deux
cents hommes d'infanterie rgulire et deux cents cava-
liers irrguliers et puis de m'accompagner Bir Gaoui.
Zogal, Hasan et les autres cherchrent me d-
tourner de mon project d'aller moi-mme Bir Gaoni,
car aprs mon si long voyage, je devais avoir grand
besoin de repos. Je leur fis comprendre que je n'avais
t envoy au Darfour que pour combattre le sultan
Haroun et que, si je voulais me conformer aux ordres
de Gordon Pacha, je ne devais pas laisser chapper
l'occasion qui se prsentait. Voyant bien qu'ils ne pou-
vaient m'empcher de partir, ils se dcidrent fair
les prparatifs du dpart; peut-tre d'ailleurs taient-ils
intrieurement trs satisfaits de me voir prendre en per-
sonne le commandement et la responsabilit de cette
expedition.
Le cheval bai don't Gordon m'avait fait present,
tait puis par le long voyage que nous venions de
faire. Je demandai donc si quelqu'un avait un cheval
me prter ou me vendre.
Zogal possdait depuis quelques jours un talon
blanc de Syrie. Il l'envoya chercher: c'tait un cheval
de champagne, fort, bien dcoupl; ayant appartenu un
officer, il tait rompu la fatigue et habitu au tumulte











CHAPITRE HI.


des combats. Zogal bey voyant que l'animal me plaisait
beaucoup, me pria de l'accepter comme Dhijafa (en
tmoignage d'hospitalit); je lui dclarai que, comme il
tait mon subordonn, je ne pouvais accepter son present.
Dans la conversation que nous avions eue, j'avais dit que
mon cheval m'avait t donn par Gordon; Zogal ne voyait
aucune difference entire les deux cas. Cependant je lui fis
comprendre qu'il tait permis d'accepter un present d'un
suprieur, surtout un tmoignage d'amiti, mais non d'un
subalterne.
Il finit par accepter 180 cus, (1) non sans avoir
vivement protest.
Un peu aprs midi, tout tait prt. Je pris cong
du Dr. Zurbuchen, avec l'espoir de le revoir dans quatre
ou cinq jours; et je parties pour le sud-ouest. Jeune et
vaillant, je me rjouissais l'ide d'une rencontre a ec
le sultan Haroun. Les difficults m'importaient peu, et
je ne demandais que l'occasion de montrer mes homes
sinon mes capacits, du moins ma bonne volont.
Aprs le coucher du soleil, je fis ranger mes homes
en bataille. Tous, mme les officers, taient Soudanais;
les cavaliers seuls taient Turcs, gyptiens, etc... Ils
me connaissaient peine; aussi profitai-je de l'occasion
pour leur dire quelques paroles, les encourager sup-
porter courageusement les fatigues d'une march force,
me dclarant prt partager avec eux la bonne et la
mauvaise fortune. Ces simples mots, je le constatai avec
joie, produisirent sur eux une excellent impression.
Selon la coutume soudanaise, ils brandirent leurs armes
(1) Il faut comprendre par cu "cu-medjidieh" monnaie turque
qui vaut environ 2 frs. 50 ets.










SJOUR AU DARFOUR. HISTOIRE DE LA PROVINCE. 89

au-dessus de leurs ttes et me promirent de sacrifier,
s'il le fallait, leurs vies, pour assurer la victoire.
Vers midi, nous fmes halte prs d'un village.
Mes gens taient bien months en armes. et en
munitions; chacun possdait mme comme outre une peau de
gazelle ou de chevreau, mais ils n'avaient presque pas
de provisions. A mes observations, il avait t rpondu
qu'il tait inutile de se charger de vivres et que, partout
au Darfour, on trouverait quelque chose manger.
Je fis appeler le sheikh du village et le priai de
nous envoyer une provision de duchn . Cette graine
s'amollit dans l'eau et on la mange mlange avec le fruit
du tamarinier. L'eau elle-mme conserve un got trs
agrable, doux et acide et dsaltre souhait.
Cet aliment est considr par les Europens come
indigeste, mais il est en ralit trs nourrissant. Je m'y
tais habitu progressivement; cependant, quand j'tais
mme lgrement indispos, il m'occasionnait toujours quel-
que malaise, d la difficult que j'avais le digrer.
Le sheikh nous apporta ce que nous demandions
et un vase d'asida. Les hommes prirent leur repas
et j'invitai ma table les officers qui prfraient de beau-
coup mes conserves d'Europe l'aaida et au duchn.
Je fit donner au sheikh par mon secrtaire un reu du bl
qu'il nous avait fourni, afin qu'il en fut tenu compete
plus tard au moment du payment des impts. Le sheikh,
trs tonn, ne voulait pas accepter de reu, prtendant
qu'il tait de son devoir de nous remettre le duchn
et que du reste, l'hospitalit l'exigeait ainsi. Je lui fis
entendre que j'etais convaincu du caractre hospitalier
des habitants du Darfour, mais qu'il n'tait plus just




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs