• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Du meme auteur
 Title Page
 Preface
 Note préliminaire
 A memphis
 Vers Thèbes
 A Thèbes
 Table analytique
 Table of Contents






Group Title: L'Egypte monumentale & pittoresque : notes de voyage;
Title: L'Egypte monumentale & pittoresque
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00024790/00001
 Material Information
Title: L' Egypte monumentale & pittoresque notes de voyage;
Physical Description: 240 p. : front. (fold. map) plates ; 20 cm.
Language: French
Creator: Lagier, Camille
Publisher: Vromant & Co. etc., etc.
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1922
Edition: 2. éd.
 Subjects
Subject: Excavations (Archaeology) -- Egypt   ( lcsh )
Antiquities -- Egypt   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: préface de Jean Capart.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00024790
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000484251
oclc - 06995274
notis - ACQ2120

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Page 1
    Du meme auteur
        Page 2
        Page 2a
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    Note préliminaire
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    A memphis
        Page 13
        Vie matinale - Montures et rencontres
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
        Les pyramides
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 24a
            Page 24b
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
        Chéops, chefren et mycherinos
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 32a
            Page 32b
            Page 33
            Page 34
            Page 35
        Le Sphinx et son prétendu temple
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
        Zaouiyet, le temple du soleil et Abousir
            Page 40
            Page 40a
            Page 40b
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
        Saqqarah - mastabas
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 48a
            Page 48b
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 56a
            Page 56b
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
        Mariette et le serapeum - Zozir et ounas
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 64a
            Page 64b
            Page 65
            Page 66
            Page 66a
            Page 66b
        L'Égypte a ri. Le retour
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 70a
            Page 70b
    Vers Thèbes
        Page 71
        Le coup du départ - Les coptes
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
        Minieh - Le fellah
            Page 79
            Page 80
            Page 80a
            Page 80b
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
        De beni-hasan a bercheh
            Page 87
            Page 88
            Page 88a
            Page 88b
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
        Tell-Amarna, khounaton et le disque solaire
            Page 96
            Page 96a
            Page 96b
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 104a
            Page 104b
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
        Sites et souvenirs
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
        Girgeh et la campagne
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 120a
            Page 120b
        Abydos
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 128a
            Page 128b
            Page 129
            Page 130
            Page 130a
            Page 130b
            Page 131
            Page 132
        Denderah
            Page 133
            Page 134
            Page 134a
            Page 134b
            Page 135
            Page 136
    A Thèbes
        Page 137
        Généralités - Le temple de louxor
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 144a
            Page 144b
            Page 145
        Karnak et le dieu amon
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 152a
            Page 152b
            Page 153
            Page 154
            Page 154a
            Page 154b
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 158a
            Page 158b
            Page 159
        Le trône des deux mondes
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
        La nécropole - Qournah et la vallée des rois
            Page 168
            Page 168a
            Page 168b
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
        Deir el-bahari
            Page 175
            Page 176
            Page 176a
            Page 176b
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
        Trouvailles et cénotaphes
            Page 184
            Page 184a
            Page 184b
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
        Le ramasseum
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 192a
            Page 192b
            Page 193
        Médinet-Habou
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
        Les colosses de memnon
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
        Des psylles - L'étendue de thèbes
            Page 205
        XXVI Des Psylles. L'étendue de Thèbes
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
    Table analytique
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
    Table of Contents
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
Full Text















Ll


.m -


_--


LeLTiYFr-TE
MONOMENTALE ---

* ET PITTORESQIUE
'C PAR rr

c. LARIlER
~~rlr) q C


a..*


a. am -at


yqpl :'t.





F-p _, ~ Bi
I> ___U r


|p --- *,'..-


VROMANT & C, IMP
BRUXELLES
3, RUE DE LA CHAPELLE


RIMEURS IDITEURS
PARIS
37, RUE DE LILLE (VII*)


n -


''

~,
~I:?
r~
c:



















L'GYPTE MONUMEN-

TALE & PITTORESQUE




THIS VOLUE HAS BEEN
REVIEMDR
FOR PRESERVATION.


Date:


---4*


UjI~L:w- -tj,!yy~~~t"























DU MEME AUTEUR:
A travers la Haute Egypte. NOUVELLES NOTES DE
VOYAGE. i volume in-8o, illustr6 de 48 planches hors texte
et I carte . .. . . fr. 12.00.



























*Z w SS *MgPES f
At B T BA
UCRATIS.


R,I



JH
RFHJom s..~ J


Abo,-t







HERACL-OPOGLS MAG .




2.rz. ,It 30~ OX"RYN 0
'i E .
iTH-TOO


U- E" __k

















4e
MEMPLB V~e.


' 4 ,1 .


iiU


V P


Ut---i KAPU


-4


BA-BYLONE


-rMEM PHISd
t LE MUR BLANC


A PHRoPIro TPOLIs
*A


P pELI


I







1-

.Ta P P
"*a.p


9 IE S p p 7T'


e,,dl-aL B
)esde Benr HaLssan
desdeL-B
'Carrres-d H N- N
IETATON

'H


^^f5u < s..


NE E



lUSl^^ o ^^


DE SU RIL




RESQU I L


DU


SI NAI








'-'N


SANTAEOPOLIS



'A.
P AE





H K, HILt"

1 y rS TOUOTUPHit M


LA OPol, d i A,,.











ILe T HILA P T U A
F3 "3

ftcH d(HA L
It,, Sc
H"IMH.1 H~[1c


S


Ut


CARTE DE L' GYPTE, d'apres Breasted.


33 3 I o f ist 3 d a Grevzanct 3 3 3 _


-HA


ME


Suro
^V1.^e^^^


J f ^
CANOPY


M A~B~8RH'


TEHENOU
,'///tll///,J /, I//, ,,o Jl .


2


iti
R 7T



f'oak/- L MEN 26
i.sia?"" ^y


t


wU


E:


_ .


Eeps









L'EGYPTE MONUMEN-


TALE


& PITTORESQUE


NOTES DE VOYAGE

PAR CAMILLE LAGIER
ANCIEN PROFESSEUR AU CAIRE

PREFACE DE JEAN CAPART
CONSERVATEUR AUX MUStES ROYAUX DU
SCINQUANTENAIRE, A BRUXELLES -

DEUXItME EDITION










VROMANT & Co, IMPRIMEURS-IDITEURS


BRUXELLES
3, RUE DE LA CHAPELLE
1922


PARIS
37, RUE DE LILLE













PREFACE


Camille Lagier n'est pas un inconnu en 6gyptologie :
on lui doit une serie d'articles dans les deux derniers volumes
du Dictionnaire de la Bible de Vigouroux. Ces articles,
parmi lesquels je citerai : No Amon, Pdluse, Phithom,
Phihahiroth, Pharaon, Phuth, Putiphar, Ramesses, Ram-
ses II, Soua, Sesac et Tharaca, ont montrd que leur auteur
6tait parfaitement au courant de la littirature 6gypto-
logique et qu'il excellait a presenter clairement les ques-
tions, meme les plus embrouill6es.
Voici qu'il nous donne un premier volume de (Notes de
voyage en ]Egypte qui est un excellent ouvrage de vulga-
risation des decouvertes et des travaux les plus recents sur
les monuments de la vallee du Nil.
Lagier a reussi parfaitement h 6viter le grave 6cueil
de la vulgarisation scientifique oi l'auteur < est neces-
sairement pris entire ceux qui savent qui savent peut-
4tre mieux les choses don't on leur parle et ceux qui
ne les savent pas. Les premiers m6priseront un ouvrage
qui leur paraitra indigne de la science; les autres se lasse-
ront de lire sans comprendre ,.
Je suis convaincu que les 6gyptologues 6prouveront a
parcourir cette igypte monumental et pittoresque le plus
vif plaisir; ils y retrouveront, traduites en une langue
excellent, les impressions qu'ils ont eux-memes ressenties
au course de leurs voyages en IEgypte. Ils n'dprouveront
nulle part cet agacement particulier que l'on ressent a
rencontrer les multiples erreurs de details que l'on relive
trop souvent dans les ouvrages de ce genre. Parfois meme,








PREFACE


je pense qu'ils trouveront de l'intiret h l'exposition de cer-
taines questions que I'auteur a envisagees sous un angle
particulier et nouveau, comme, par example, 1'histoire
de l'hdresie d'Amenophis IV. Je me permets de leur donner
le conseil de se reporter a un excellent article public, sur
cette meme question, par Lagier, dans les Recherches
de Science religieuse (1913, n05 4-5), sous le titre : Le Pha-
raon du disque solaire ou la revolution religieuse de Tell-
Amarna.
Quant aux tourists, ils peuvent en toute sfiret6 s'aban-
donner a ce guide expert qui les minera partout oh quelque
chose d'interessant merite d'attirer l'attention. Sans leur
imposer tous les details, il leur montrera ndanmoins ce qui
a une valeur reelle pour bien comprendre l'antique ifgypte.
Que l'on compare, par example, la description du tom-
beau de Ti a Saqqarah, avec la serie des remarquables
planches que vient de publier le professeur Steindorff 1 :
on verra immediatement avec quel soin Lagier a 6tudi6
les monuments, ne laissant de c6t6 rien de vraiment
important. Je suis persuade que ceux qui visiteront
1'gypte sous sa conduite reviendront enchants de leur
excursion; ils auront sympathisd avec les vieux eigyptiens
qu'ils auront compris et admires; ils d6sireront certaine-
ment faire avec eux plus ample connaissance et ce sera,
pour quelques-uns peut-6tre, 1'dveil d'une vocation 6gyp-
tologique.
Je ne parle pas de 1'IEgypte moderne don't 1'auteur
traite avec une competence acquise par plusieurs annees
de s6jour au Caire, ainsi que par de nombreuses excursions
don't on retrouvera les itineraires dans les pages qui suivent.
Partout, on constatera l'invariable souci d'etre exact
et precis, de donner, dans tous les cas, les derniers resul-


i. Das Grab des Ti, Leipzig, Hinrichs, 1913.








PREFACE 7

tats des d6couvertes, mais de supprimer tout I'appareil
qui risquerait de fatiguer ou de rebuter le lecteur.
L'auteur avait montri quelques hesitations a publier
S ses notes; je me rejouis sincerement d'avoir contribute a
vaincre ses scrupules et d'avoir 6t6 charge de presenter le
livre au public en ces quelques lignes qui m'ont permis de
dire ce que je pense de l'auteur et de son oeuvre. Je ne
doute pas de rencontrer l'approbation g6n6rale si je ter-
mine en formulant le vceu qu'un second volume, compl6-
ment n4cessaire de celui-ci, nous donne bient6t la suite
des ((Notes de voyage ) de Camille Lagier.

JEAN CAPART.














NOTE PRELIMINAIRE


L'Egypte est un don du Nil. Hecat6e de Milet l'avait dedj
dit, HWrodote le r6pita. Et, depuis, I'on ne cesse d'alleguer 1'heu-
reuse formule. Si l'on considere, en effet, 1'6troite vallke oh le
fleuve roule sa masse profonde, variant sa larger entire douze
cents et deux cent quarante metres, on voit clairement que c'est
lui qui la nivela a l'origine en charriant les fertiles limons des
hauts pays. Ii fit plus. II combla son estuaire et conquit sur la
mer un vaste delta de cent cinquante kilomitres de profondeur,
don't la courbe parabolique measure deux cent soixante quinze
kilometres d'Alexandrie h Port-Said. Et chaque annie, a date
fixe, le Nil se diverse sur son ceuvre, en rajeunit la save et la
feconde : il en est la providence.
L'gypte est aussi un don du soleil. Si riche que soit sa terre
noire, si satur6e de force vitale qu'on la suppose, elle demeure-
rait infertile sans la puissante chaleur de l'astre qui 1'&chauffe
et communique la fougue productive a toute terre qu'atteint
dans une just measure l'eau du fleuve.
Dans cette Egypte qui, au-dessus du Caire, compete h Beni-
SouEf vingt cinq kilometres de larger, entire Siout et Louxor
parfois quatorze kilometres, a Edfou sept kilometres au plus,
et au delh se borne a de minces bandes de culture, souvent au
fleuve lui-meme; dans cette oasis, ligne de vie entire deux infinis
desertiques d'ardente sterilit6, qui depasse aujourd'hui sa limited
propre, c'est-h-dire Assouan et la premiere cataracte, et don't la
tate est a dix lieues d'Ouadi-Halfa, comprenant ainsi les der-
niers quinze cents kilomitres que parcourt le Nil avant d'arriver
h la mer 1; dans cette Egypte prit naissance et se d6veloppa

i. Entre ses limits, partant, l'ouest, du golfe de Souloun dans la
baie de Bardia; remontant derriere les Oasis jusqu'a la hauteur du ras
Edinb, sur la mer Rouge; longeant cette mer, la coupant & Suez et allant









NOTE PRELIMINAIRE


l'une des plus anciennes civilisations, l'une aussi des plus pro-
digieuses par sa duree et par ses monuments.
Oh placer, dans le temps, les debuts de cette civilisation?
Si les chronologistes conviennent assez g6ndralement de faire
commencer la XVIIIe dynastie, celle des Thoutmes et des
Amenophis, autour de 1'an 1580 avant Jesus-Christ, ils different
grandement sur 1'6poque pr6cddente. Il y a une chronologie
majeure et il y a une chronologie mineure. Les uns, avec Petrie,
placent provisoirement les premiers monuments 4crits ou graves
de l'Egypte a plus de cinq mille ans avant Jesus-Christ. Les
autres, avec Edouard Meyer, ne veulent pas remonter au delay
de trois mille quatre cents. Cet cart de vues nous met en pre-
sence de deux cadres. L'un, le plus grand, laisse assez de jeu
pour y fixer les faits nouveaux, et permet de se mouvoir a l'aise
en attendant les precisions de demain; l'autre, le plus restraint,
se brise d6jh dans ses limits arbitraires et absolues et ne defend
son trac6 qu'en supprimant ou en tassant sans preuves suffi-
santest. Dans ces conditions, ne vaut-il pas mieux, du moins pour
le moment, s'en tenir au premier cadre, plus en harmonie avec
la tradition et moins 6touffant? Nous aurons donc, devant les
yeux, les dates provisoires de Petrie en esquissant de l'histoire
de l'Egypte le necessaire pour dem8ler ce qui naturellement
se male et se superpose travers le pays.
On divise d'ordinaire l'histoire de 1'Egypte en Ancien, Moyen
et Nouvel Empire.

I. ANCIEN EMPIRE (5546-3622). Il se rdpartit en trois
p6riodes correspondent chacune h la suprimatie d'une ville sur
le pays. Le dieu principal est Ra d'H6liopolis.
A. Piriode thinite, dynasties I-II. Elle commence avec
Menes, qui rdunit dans sa main la Haute et la Basse ]gypte. La

par le desert de Tih jusqu'a Gefar, au delay d'El-Arich et de Raphah, sur
la M6diterranee, 1'Fgypte comprend un million de kilometres carr6s,
don't trente quatre mille seulement sont habitables, sinon cultivables.
Ce qui, avec ses dix millions d'Ames et plus, lui donne une densit6 de trois
cents habitants par kilometre carr6.
i. Aussi Borchardt, en 1917, accord & M6ns plus de quatre mill6-
naires, exactement 4186 ans.









NOTE PRELIMINAIRE


capital est alors Thinis, dans la region d'Abydos, oih se trou-
vent aussi les tombes des premiers rois.
SB. Piriode memphite, dynasties III-VIII (4991). De Mem-
phis, sa capital, I'E gypte fait sentir sa maitrise au Sinai et son
influence en Nubie et dans les Oasis. Les rois principaux sont
pour la IIIe dynastie : Zozir de la pyramid a degres et Snofrou
de la pyramid de Meidoum et d'une autre h Dahchour; pour
la IVe (4777) : Ch6ops, Chefren et Mych6rinos des pyramides
de Gizeh; pour la Ve (4493) : Sahoura, Noferarkara, Ouserenra
des pyramides et du temple solaire d'Abousir; Ounas; pour la
VIe (4275) : Teti, les deux Pepi et les deux Merenra des pyra-
mides de Saqqarah. Cette brillante 6poque s'achive dans l'obscu-
rit6 des dynasties VII et VIII (4077).
C. Piriode hiracloopolitaine, dynasties IX-X (3907). C'est
la guerre du Midi contre le Nord.

II. MOYEN EMPIRE (3622-1587). Le Midi l'emporte, Thebes
nait a la vie politique, et le dieu Amon tend a predominer, avec
les Antef et les Mentouhotep de la XIe dynastie. Les Ame-
nemhat et les Senousrit (Ousirtasen) de la XIIe dynastie (3579)
conduisent a un haut degr6 de gloire et de civilisation le pre-
mier empire thebain : la Nubie est conquise jusqu'a la second
cataracte, le Sinai fortement reoccup6, le Fayoum colonis6; a
Thebes, en Abydos, partout, les temples s'dlevent, ainsi que
les pyramides de Dahchour, de Licht et du Fayoum; on creuse
les hypog6es de Beni-Hasan et de Bercheh; Senousrit Ier
6rige ses ob6lisques h H1liopolis, don't I'un est encore debout.
Sous la XIIIe dynastie (3366), 1'1gypte continue a vivre en
vertu de la vitesse acquise. Mais elle s'6miette avec la XIVe
(2913) qui transport sa capital h Xois dans le Delta. Elle
achieve de se dissoudre h la XVe (2540). Et quand, sous une
pouss6e de peuples, les Hyksos ou Pasteurs d'Asie se ruent
sur la vallee du Nil, ils s'y installment sans coup ferir, en mai-
tres violent d'abord, puis en maitres 6gyptianises qui conti-
nuent la sdrie des pharaons. Tout ce qui garde au cceur le sen-
timent de la patrie se rffugie dans la Haute Egypte et y pr-
pare la revanche : XVIe et XVIIe dynasties (2256). D'apres








NOTE PRELIMINAIRE i

la tradition, le s6jour des Hyksos en Egypte aurait dur6 511 ans.
Le pharaon de Joseph 6tait un Hyksos.

III. NOUVEL EMPIRE (1587-342). A. Second empire thibain:
c'est la plus grande Egypte et l'apog6e de Thbbes. Amon devient
le dieu national et Karnak, oh il siege, est a le tr6ne des
deux mondes ,. La fievre des grandes constructions sevit. La
XVIIIe dynastie (1587-1328), celle d'Ahmes, le libdrateur, des
Thoutmes et des Amenophis, non seulement rejette les Hyksos
en Asie, mais elle porte ses limits au nord jusqu'h l'Euphrate,
au sud jusqu'au Soudan. Sa fin est marquee par la reaction du
pouvoir royal centre le sacerdoce d'Amon et par l'aventure
de Tell-Amarna.
Amon est plus puissant que jamais sous la XIXe dynastie
(1328), celle de Ramses Ier, S6ti Ier, Ramses II et M6nephtah,
le pharaon probable de l'Exode. Mais, en Asie, l'Egypte, refoul6e
par les Hittites, ne conserve que le pays de Canaan : Palestine,
Ph6nicie et Syrie miridionales. Non sans peine, la XXe dynastie
(12o2) maintient ces positions, avec Ramses III. Les successeurs
de ce prince finissent dans une longue impuissance : les posses-
sions d'Asie ne sont plus qu'une pretention et les pretres
d'Amon usurpent le pouvoir.

B. Piriode saite (1102-342). Au moment ohi 1'gypte avait
plus que jamais le devoir de rester unie centre les convoitises
du dehors et le reveil des peuples longtemps soumis, elle-se
divise. Tour a tour, elle a pour capital Sais, Bubaste et autres
villes du Delta. Thebes devient un fief du grand pretre d'Amon,
fief qu'on tAchera bient6t de retenir en en faisant le douaire
de soeurs ou de filles de rois. Si Sheshonq Ier (952-930) bat
Roboam de Juda et pille le temple de J6rusalem, ses succes-
seurs subissent l'invasion des Ethiopiens, qui fondent la
XXVe dynastie (714-664). Ceux-ci nouent intrigues sur intri-
gues en Palestine centre les Assyriens et n'aboutissent qu'h
l'invasion de la vallie du Nil par Asaraddon et par Assourba-
nipal (670-664).
Grace Tl'croulement, sous sa propre grandeur, de l'empire
d'Assourbanipal; grace aussi a la retraite definitive des Ethio-








NOTE PRELIMINAIRE


piens, l'Egypte assisted a une sorte de renaissance avec la
XXVIe dynastie des Psamitiques et des Nechaos. (664-525).
Mais on reprend en Syrie la politique des Ethiopiens et Nabu-
chodonosor menace le Delta. Les Perses de Cambyse ne tardent
pas a suivre et occupent le pays (525-405). Ils reviennent
une second fois, en 342, et renversent la dermire dynastie
national, la XXXe, celle des Nectanebes. D6sormais l'Egypte,
qui fut si longtemps la fascination d'Israel, ne comptera plus
que des maitres strangers.

Les pages qui suivent furent 6crites pour un ami qui aimait
tout de l'Egypte et qui en rivait de loin. Puissent-elles ren-
contrer beaucoup d'amis semblables I Je dois prevenir qu'elles
sont tributaires de plusieurs de ceux qui ont parl de la valley
du Nil et de ses monuments. Et il en est qui ont v6cu si intime-
ment avec le people qui vdcut l~ jadis, 1'interrogeant, dans sa
langue, sur son histoire et sa religion, sur ses mceurs et son art,
qu'ils nous l'ont rendu vivant et que, de la plupart des choses,
ils ont dit la formule qu'on n'oublie plus et qui nous fait leurs
obliges. Dans la Table analytique, on trouvera quelques pr6ci-
sions sur les dieux et les rois, sur certain terms qui reviennent
souvent, comme colonne, hypostyle, lotus, obilisque, papyrus,
pylone, temple, etc.
L'illustration du livre, nous la devons a M. Jean Capart,
l'aimable Conservateur des Musies royaux du Cinquantenaire,
a Bruxelles. II a puis6 pour nous dans sa riche collection de
cliches avec cette bonne grace qui double le bienfait.

Marseille, le 18 septembre 1913.














I. A MEMPHIS


GHAPITRE Ier

VIE MATINALE. MONTURES ET RENCONTRES.

Se dire un beau soir, la veille d'un cong6 : (Si j'allais visiter
les pyramides de Saqqarah > Dormir sur ce project vague et, le
lendemain, partir resolument, sans se demander si le soleil
brflera, si le sable du desert aveuglera, si l'horizon surchauff6
tremblera, c'est ce qui vient de m'arriver. Deux routes prin-
cipales minent h Saqqarah. Pour la premiere, on prend le chemin
de fer de la Haute Egypte jusqu'a Bdr6chein; de cette station
a Saqqarah les Anes vous portent rapidement a travers les pal-
miers de Memphis. L'autre route passe par les grades pyra-
mides de Gizeh et suit la lisiBre du desert jusqu'au but; on
revient le soir par Bedr6chein. Imaginez un rectangle : les c6tes
est et sud, Caire, Bedr6&hein, Saqqarah, sont la premiere route;
les c6t6s nord et ouest, Caire, Gizeh, Saqqarah, sont la second
route. Je choisis cette derniere comme la moins banale. Elle
me permet d'ailleurs de revoir en un meme jour les divers
groups de pyramides.
La ville du Caire s'eveille dans le matin lumineux et sous le
jeu des colorations ardentes, profilant ses couples et ses mina-
rets sur le ciel d'un bleu de turquoise. Une arte de feu court
sur la ligne des sommets arabiques. Sur les trottoirs remuent
des paquets informes. Ce sont les Arabes qui ont dormi h la belle
6toile, roulds en boule sous leurs guenilles. De ces paquets
sortent des bras noirs ou bronz6s, des t&tes de magots, des torses.
Reluisant sous le soleil qui les habille, ces bronzes et ces basaltes
se mettent sur leur s6ant, et la toilette commence. Toilette?
Non; c'est chasse qu'il faut dire. Les guenilles de nuit qui vont














I. A MEMPHIS


GHAPITRE Ier

VIE MATINALE. MONTURES ET RENCONTRES.

Se dire un beau soir, la veille d'un cong6 : (Si j'allais visiter
les pyramides de Saqqarah > Dormir sur ce project vague et, le
lendemain, partir resolument, sans se demander si le soleil
brflera, si le sable du desert aveuglera, si l'horizon surchauff6
tremblera, c'est ce qui vient de m'arriver. Deux routes prin-
cipales minent h Saqqarah. Pour la premiere, on prend le chemin
de fer de la Haute Egypte jusqu'a Bdr6chein; de cette station
a Saqqarah les Anes vous portent rapidement a travers les pal-
miers de Memphis. L'autre route passe par les grades pyra-
mides de Gizeh et suit la lisiBre du desert jusqu'au but; on
revient le soir par Bedr6chein. Imaginez un rectangle : les c6tes
est et sud, Caire, Bedr6&hein, Saqqarah, sont la premiere route;
les c6t6s nord et ouest, Caire, Gizeh, Saqqarah, sont la second
route. Je choisis cette derniere comme la moins banale. Elle
me permet d'ailleurs de revoir en un meme jour les divers
groups de pyramides.
La ville du Caire s'eveille dans le matin lumineux et sous le
jeu des colorations ardentes, profilant ses couples et ses mina-
rets sur le ciel d'un bleu de turquoise. Une arte de feu court
sur la ligne des sommets arabiques. Sur les trottoirs remuent
des paquets informes. Ce sont les Arabes qui ont dormi h la belle
6toile, roulds en boule sous leurs guenilles. De ces paquets
sortent des bras noirs ou bronz6s, des t&tes de magots, des torses.
Reluisant sous le soleil qui les habille, ces bronzes et ces basaltes
se mettent sur leur s6ant, et la toilette commence. Toilette?
Non; c'est chasse qu'il faut dire. Les guenilles de nuit qui vont









A MEMPHIS


6tre l'habit de jour ont besoin d'etre d6barrassees de leurs
parasites.
Par le pont du Nil, se present les fellahs, grands, sveltes,
alertes, le regard aigu, le nez petit et droit, la bouche bien des-
sinde et souriante, a premiere vue a gens gracieux et de bonne
nature, plut6t plaisants qu'autrement 1 ,. A 1'ampleur du torse,
a la maigreur des jambes, a l'effacement des hanches, vous
reconnaissez des marques de race. Quelques-uns portent des
escarpins, la talonniere replide sous le pied; la plupart vont
pieds nus. Au pas de leurs bates, ils s'en viennent vers les
marches de la ville. C'est presque un defil6 de provisions comme
l'on en voit dans les tombeaux d'il y a six mille ans; car en Egypte
toutes les 6poques se rapprochent et se confondent en plus d'un
point. Souples et legires, les femmes ont, sur la tate, des paniers
d'oeufs, de volailles ou de fruits. Elles glissent sans accident
entire les chars oh s'entassent les villageois, entire les montagnes
de trifle vert que portent les chameaux, entire les hommes qui
poussent le betail devant eux. Tout ce monde, sous les haillons,
a des poses dignes, une 6legante nonchalance, de la grandeur
dans les gestes et de la simplicity.
Sanchos Pancas en caftan violet ou noir, sem6 d'arabesques
voyantes, en blanc turban sur fez rouge; Don Quichottes aux
corps de momies dessechees, en robes rayees de petites lines
contraries roses et jaunes, des notables passent sur des 5nes
fringants. Un santon passe 6galement, un haillon en polls de
chameau nou6 autour de ses reins, un long baton h la main, le
corps ( cuit et recuit a la flamme des soleils, aux souffles torrides
des Khamsin s,,, la barbe rare et court, la tSte nue et sauvage-
ment herissee, les traits du visage perdus dans une boursouflure
sale et repoussante. Et sur le fleuve, qui s'6coule avec un bruit
lent et sourd, montent et descendent les 6ternelles voiles
blanches en longues ailes d'hirondelle.
I. LAON L'AFRICAIN, Histoire et description de l'Afrique, edit. Schefer,
t. III, pp. 324-325.
2. THtoPHILE GAUTIER. Le Khamsin est un vent brilant du sud,
quelque chose comme le siroco algerien. Il souffle particulibrement aux
environs de l'6quinoxe de printemps. Parfois, il souleve d'immenses
nuages de poussiere et de sable, et c'est alors un veritable simoun. Tou-
jours, il accable, desseche la peau et, A la longue, la plisse et la racornit.









MONTURES ET RENCONTRES


De 1'autre c6te du pont, les aniers se precipitent. Chacun
vante son ( bon baudet s, son ( good donkey ), et le jette en
travers devant vous.
Montez, monsieur le comte montez, monsieur le baron !
Emmene ton ane, monsieur de 1'Anier. Je n'en veux pas
aujourd'hui. Boukra (demain) !
Ils sont bien tentants ces Anes pourtant. On ne se lasse pas
de les admirer. On les monte toujours avec un nouveau plaisir.
Si nous causions d'eux en attendant le depart du tramway?
( Du temps que j'6tais dcolier ,, notre professeur, un jour, nous
expliquait le xIe chant de l'Iliade. On en 6tait au passage c6lbre
oh le pofte compare Ajax a un ane. L'explication se change en
une longue dissertation sur les mots bas et les mots nobles, sur
les betes basses et les betes nobles. Avec toutes sortes de precau-
tions et de reserves, il fut insinud que l'auteur avait, en l'occa-
sion, manqu6 de goit, et l'on nous cita l'in6vitable
Quandoque bonus dormital Homerus.
Je n'y comprenais rien. Ce que je compris moins encore, ce
fut la facon don't le professeur, dans sa traduction, subtilisa
le mot ane, masqua la nature et la d6guisa. On parlait bien
S(d'un animal lent et paresseux, mais patient et robuste .
D'ane, il n'y en avait plus. Timidement, je demandai la raison
d'une pareille infiddlit6, d'une pareille noyade dans une p6ri-
phrase qui me semblait une selle a tous chevaux. La r6ponse
fut une mercuriale sem6e de gros mots, de ces mots qu'on venait
tout a l'heure de traiter de bas 1. Je fus accuse de mauvais goit
et de tous les crimes qui peuvent se commettre dans la repu-
blique des lettres. Et Dieu salt si les faux classiques, de 1730
a 183o, ont allonge la liste de ces crimes Pour m'achever, on
me renvoya en compagnie de Victor Hugo, dos a dos. N'avait-il
pas 6crit, le miserable :
Je nommai le cochon par son nom; pourquoi pas?
Malgr6 Hugo, je compris de moins en moins. Car raisons ne
sont pas raison.
i. Si l'on le fache, ii vomit les injures;
II ne connait plus brillantes figures.









A MEMPHIS


Plus tard, en lisant la Bible, je rencontrais l'ane a chaque
instant. Ici D6bora, dans un cantique, chantait les chefs de son
people ( montes sur de blanches Anesses ,; l, Jacob, dans une
b6nediction, appelait son fils Issachar c un Ane robuste couch
au milieu de son heritage ). A voir ainsi l'Ane entrer de plain
pied dans la haute poesie, j'ouvrais des yeux ravis. Je pensais
a Hombre. Ah I si j'avais tenu mon ancien regent, je n'aurais
pu m'empecher de lui demander si le Saint-Esprit n'avait pas
eu mauvais goit.
Plus tard encore, ici en Egypte, j'ai retrouv6 l'ne en honneur.
Sur les plus anciens monuments, il porte de grands personnages,
des reines, des enfants. II fait partout la joie des scenes agri-
coles. Il est de toutes les besognes et de tous les plaisirs. La, il
est en troupeau, il a toutes les poses, un anier tient dans ses bras
un anon qui vient de naitre, la mere tend son mufle vers son
nourrisson, un scribe compete la bande. La, il se roule dans le
sable, il broute un chardon, il chante, il s'6broue a c6t6 de son
maitre, il est de la famille.
Cher professeur, oh 8tes-vous? Les Egyptiens tant vantes par
Bossuet avaient-ils, eux aussi, mauvais gofit?
Les anciens avaient donc 1'Ane en grande estime. I1 6tait, il
est rest, en Orient, une noble conquete. Des lors pourquoi ne lui
comparerait-on pas l'homme don't on veut faire 1'dloge? Pour-
quoi ne le nommerait-on pas? Si Tcepffer avait connu 1'ane
d'Egypte, il aurait 6crit, sur cette fine creature, non plus une
page, comme sur l'Ane d'Europe, mais un volume entier rempli
de tendresse et d'admiration.
Qu'il est gracieux cet Ane Grand, l6anc6, fort, il a de longues
oreilles, je vous l'accorde, mais qu'est-ce que cela prouve? Il n'a
qu'une touffe de crins au bout de la queue, deux bandes noires
se croisent sur son dos et ses 6paules, mais oh est le mal? II
brait, certes, avec quel cceur et notre ouie fa9onn6e par la con-
vention se revolte pudiquement; mais faut-il oublier que, sui-
vant Moncrif, ( un son n'est ni just ni faux en soi et qu'il ne
parait l'un ou l'autre que par 1'habitude que nous avons de juger
que tel assemblage de sons est une dissonance ou un accord )?
Son pelage est souvent d'une couleur blanche; mais, pour
prouver, a sa maniere, qu'il faut la vari6dt dans l'unit6, il se








MONTURES ET RENCONTRES


permet aussi d'6tre gris-souris, voire brun, sans s'interdire
les nuances, ni meme, parfois, les 6toiles et les balzanes
blanches. Et puis, il ne s'enfle jamais, il ne fait pas son fier. Qu'il
ait un simple licol, qu'il traine un char grossier, qu'il promene,
harnach6 d'or, une grande dame, un pacha, il garde toujours
la meme oreille meditative, la meme bouche ironique. Si La
Fontaine s'est oubli6 t le houspiller vivement, c'est que, sous
1'ane, il voyait l'homme.
L'ane regarded les passants avec sympathie. Son maitre le
testonne, le tond, le peint de bandes de couleurs, lui dessine
des ramages autour des jarrets et des jambes, l'orne d'amu-
lettes. Un soulier d'enfant, une babouche pend a son col parmi
des verroteries et des medailles. Un tapis rouge recouvre son
6l6gante selle, tres renflie au pommeau et sans troussequin.
Et, quelle que soit sa charge, il va gentil et vif, de son pas relev6,
de son trot menu, de son allure douce et rapide. Il est si sobre
que rien plus : un picotin le matin, avant qu'on ne r6clame son
aide, quelques coups de dent aux chardons que le hasard des
haltes et de la route met a sa portie, un picotin le soir quand
on n'a plus besoin de lui. Sa corvee finie, on le d6telle, et le voilh
qui gagne l'avoine, comme disent les gens de chez nous. Puis il
se repose tranquillement au soleil, couch sur le flanc, les jambes
et la tate allongees, s'il a 6t6 surmen6; sur ses quatres pattes
repliees sous lui, si la fatigue a td6 1lgire; jusqu'h ce que son
maitre l'appelle pour une nouvelle corvee. Ah la brave bete !
Ne pas l'aimer serait faire preuve d'un mauvais coeur, ne pas
l'estimer et lui faire la moue serait un hommage posthume aux
mauvais c6tes de l'H6tel de Rambouillet.
Vous etes un ane dit un jour Ampere a un jeune candidate
qui demontrait mal un probleme de g6ometrie.
C'est vous qui etes un ane! r6pliqua le jeune homme
piqu6 au vif.
C'est possible, reprit Ampere, mais je ne crois pas.
Recommencez la demonstration, vous reconnaitrez vous-meme
que vous vous trompez.
Le candidate recommence, il est oblige de reconnaltre qu'il
s'est trompd.
Mon cher enfant, dit Ampere, vous voyez bien que je ne








A MEMPHIS


suis pas un ane... Vous non plus, du reste. J'ai eu tort de vous
donner le nom de cet animal. Cependant, 1'ane est fiddle, sobre,
patient et laborieux; en nous donnant reciproquement son
nom, c'est peut-8tre h lui que nous faisons injure Et 1'ane
en question n'6tait que l'aliboron d'Europe !
Rabelais, apres Platon, pretend que le chien est a la bete du
monde la plus philosophy car il suce la a substantifique moelle
des os. N'en deplaise h Rabelais, l'ane, voila le vrai philosophy,
car il est resigned. S'il se rebiffe, ce n'est que pour montrer que
le baton est n6cessaire a 1'humanit6.
L'Ane l'ane I mais il a port la Vierge et l'Enfant de Palestine
en Egypte 1 G'est mont6 sur un anon que le roi Jesus est entr6
en triomphe a J6rusalem !,..

Et le tramway nous emporte sous 1'ombre des acacias dans
la longue avenue des pyramides. L'avenue remote le Nil, passe
devant les jardins et le mus6e de Gizeh, tourne brusquement
et court en droiture par la plaine, vers les lumibres roses et les
ombres bleues d'oi surgissent les cimes dorees des collins
libyques. En face de nous, au centre du paysage, sur la ligne
jaune du desert, un immense triangle don't les bords violac6s
et lumineux fr6missent : c'est la grande pyramid de Cheops.
Elle parait 6chancrde par le sommet. 11 n'en est rien. L'absolue
transparence de l'air rapproche de sa grande sceur la pyramid
de Ch6fren, sise en retraite deux cents m6tres plus loin. Chose
curieuse que cette puret6 absolue de l'atmosphere : les objets
sont comme fig6s dans une lumiere crue. Meme h 1'arriere-plan,
les details du paysage se dessinent nets et precis. Pas de per-
spective adrienne, et ce n'est qu'a la plus ou moins grande
dimension des choses qu'on devine leur 6loignement.
Tout a coup je montre a mon compagnon la pyramid a
degrds et ses voisines qui, la-bas, au sud, semblent merger
d'un bois de palmiers. Mais nous avions un voisin, un gros bon-
homme grad6 de la police. Ce voisin, la figure 6panouie par un
sourire satisfait, nous dit :
Vous allez a Saqqarah?
Eh, oui!









MONTURES ET RENCONTRES


Ces messieurs vont a Saqqarah, fit-il en se tournant vers
un drogman.
Vous allez a Saqqarah? Moi aussi, dit a son tour le drog-
man. J'y conduis ces deux dames.
L'une des deux dames aussit6t fait un petit cri de joie :
Vous allez a Saqqarah, messieurs?
Mais oui, nous allons a Saqqarah.
Miss, miss, ces messieurs vont a Saqqarah. Quelle bonne
chance! S'il arrive quelque chose, nous ne serons pas seules.
Eh, que voulez-vous qu'il arrive? Le temps est superbe.
Vous avez un bon guide. Tout au plus une chute dans le sable,
si votre Ane fait un faux pas.
Oh nous allons a chameau.
A chameau I Alors, tout au plus pouvez-vous craindre un
soupcon de mal de mer, d'apris ce que j'ai oui dire.
Et vous, messieurs, irez-vous a chameau?
Peut-6tre, bien que nos pensees ne se soient pas levees
jusque-lh.
Miss, ce sera charmant. Je n'ai plus peur.
Et, pour nous mettre a l'aise, la bonne dame nous declare
qu'elle est une vieille demoiselle francaise de Quimper-Corentin,
refugide au Caire pour une saison. Quant a Miss, son amie, c'est
une demoiselle plus vieille encore, anguleuse et silencieuse, si
seche qu'on peut se demander si le soleil ne va pas la fair
flamber comme une allumette, miss S..., une intrdpide voya-
geuse. D'un signe de tAte elle marque que la presentation est
faite.
Et moi, qui m'6tais promise de fire un voyage de solitaire !
moi, qui ne revais qu'une chose : m'enfoncer dans les sables,
me griser de soleil, boire a pleins poumons un air irrespir6, me
p6n6trer d'images et de couleurs vierges, livrer mon ame aux
vertigineuses ascensions Mon trop beau rave qu'allait-il deve-
nir? Irait-il se jouer sans moi sur le fond gris du desert oi le
soleil, qui monte et qui brile d'un feu toujours plus blanc, jette
toutes les fantasmagories de la lumiere? Pris par les mesquine-
ries d'une excursion vulgaire, en compagnie inconnue, je n'au-
rais peut-6tre pas le loisir de voir ce meme soleil glorifier jus-
qu'aux haillons des fellahs.









A MEMPHIS


J'en 6tais l de mes regrets et de mes craintes; nous venions
de quitter le tramway, et une pente douce obliquant a gauche
nous ramenait sur le plateau en face de la grande pyramid,
lorsqu'une voix claire riveilla en moi le sentiment de la situation,
je veux dire de la chevalerie.
Monsieur disait la voix, voici les dromadaires.
Oh I les monstrueuses betes !
Mais les monstres 6taient ddjh accroupis et des Arabes nous
ddbarrassaient de nos sacs et mettaient en selle les moins habiles.
Pour tous, c'dtait de l'inconnu.
Comment allait se passer l'operation de la mise sur jambes?
Hue et lourdement la bete se souleve sur ses pieds de derriere,
et le cavalier se reverse d'instinct sur un plan incline. Hue
encore! et voilk la bete sur ses deux pieds de devant, et le
cavalier pench6 sur la selle et cramponn6. Une oscillation ou
deux, tout s'dquilibre, puis la montagne vivante, qu'on dirait
chevauchie par un 6tre nain, se met en march.
La grande pyramid contemple le d6fil6 de notre haute cava-
lerie difforme, et nous, nous voyons tres bas sur terre les pas
des chameliers se multiplier dans les large enjamb6es de nos
chameaux. Holh, le tangage On s'y fait peu h peu, on s'accorde
a 1'amble de l'animal, on suit l'ondulation de son long cou et de
sa petite tote, on n'est bient6t plus qu'un avec lui. Il n'y a qu'A
s'en aller entire plaine et sables, trois heures durant, A une allure
lente et balance,

Au branle assoupissant du vaisseau du desert,

ou aux saccades du trot don't le moindre mal est de vous dicro-
cher les c6tes.
Tous ces details, plus ou moins pittoresques, ne doivent pas
nous faire oublier que nous sommes dans la n6cropole de Mem-
phis, parmi des tombes de toutes les 6poques. Je ne vous entre-
tiendrai aujourd'hui que des tombes de 1'Ancien Empire. Or,
1'Ancien Empire va de MWnes a la XIe dynastie. Quand il dispa-
rait, Abraham n'est pas encore nd. Existe-t-il antiquity plus
v6ndrable?
















CHAPITRE II


LES PYRAMIDES.

Sans parler de la fosse commune, oh l'on enterrait h un metre
de profondeur les gens du vulgaire ayant le sable pour tout
linceul; sans parler non plus des petites chambres rectangu-
laires, grossierement bities en briques jaunes, oh le corps des
simples citoyens reposait sous un plafond vofit6 de forme ogi-
vale, n'ayant parfois qu'une peau de mouton pour tout cercueil,
les Egyptiens de l'Ancien Empire avaient des tombes monu-
mentales : mastabas et pyramides.
Les pyramides sont des tombes exclusivement royales. Elles
s'6chelonnent sur une ligne de plus de cent vingt kilometres,
par groups qui empruntent leurs noms aux villages les plus
proches. A l'extremit6 nord, le group d'Abou-Roash; en remon-
tant vers le sud, le group de Gizeh oh nous sommes maintenant;
puis les groups de Zaouiyet-el-Aryhn, d'Abousir, de Saqqarah,
de Dahchour, de Licht, qui se continent par la pyramid de
Meidoum, et enfin, par celles d'Illahoun et de Haouira sises a
l'entree du Fayoum. Toutes les pyramides se trouvent sur la
rive gauche du Nil. Celle a degres, a Saqqarah, une ou deux de
Dahchour et celle de Meidoum mises h part, qui appartiennent
h la Ille dynasties, les autres semblent se suivre chronologique-
ment du nord au sud : Abou-Roash et Gizeh, IVe dynastie;
Abousir, Ve dynastic; Saqqarah, Ve et VIe dynasties; Dahchour,
Licht et le Fayoum, XIIe dynasties. On connait plus de quatre-
vingts pyramides don't vingt au moins sont identifiees. Leur
hauteur varie entire trois metres et cent quarante metres; les
unes sont en ruines ou ruineuses; les autres, a l'6preuve du
temps. Il est a supposed que le sable montant en a cache un
grand nombre d'autres.









A MEMPHIS


e Oultre Babiloine et le fleuve de Paradis, vers le desert qui
est entire P-gypte et Auffrique, a plusieurs tombes et memoires
anciennes de jadis; et sont ces tombes et m6moriaults magonnas
de grandes pierres bien polutes, bien hautes et bien agues,
comme un bien agu clochier : entire lesquelles en y a deux mer-
veilleusement hautes et grandes, esquelles je trouvai escritures
de divers languages entaill6s en la pierre; et en l'une ces vers-ci
en latin :
Vidi Pyramida sine te, dulcissime crater,
Et tibi, quod polui, lacrymas hie maesta profudi,
Et nostri memorem luctis hic sculpo querelam 1: ... a
e J'ai vu les pyramides sans toi, et cette vue m'a rempli de
tristesse. Tout ce que j'ai pu faire, c'est de verser des larmes sur
ton sort; puis, fiddle au souvenir de ma douleur, j'ai voulu
6crire ici cette plainte. )
C'est une Romaine, visitant les pyramides, qui se rappelle
avec emotion son frere qu'elle a perdu. Parmi les Grecs et les
Remains, lorsqu'on visitait quelque temple ou quelque monu-
ment, il 6tait assez d'usage d'en consigner le souvenir dans un
graffito, sorte de carte de visit. A ce souvenir, ils joignaient
le souvenir de leurs parents on de leurs amis, ( soit, dit G. Bois-
sier 2, pour les recommander au dieu auquel le temple etait con-
sacr6, soit pour les associer au plaisir que leur causait un beau
spectacle a. Les examples abondent : ( Sarapion, fils d'Aristo-
maque, est venu pros de la grande Isis de Philae, et par un motif
pieux il s'est souvenu de ses parents. ) < Moi, Panolbios
d'H6liopolis, j'ai admire les tombeaux des rois et je me suis
souvenu de tous les miens. a
Le naif pelerin de 1332 s'est content de noter l'impression
vague et g6ndrale que, vus de loin, les monuments de Gizeh
produisent en nous. Quand on va a leur rencontre, ce sont, en
effet, des montagnes qui s'6lancent et se decoupent dans l'azur.
Mais, a measure qu'on les approche, ils s'abaissent et semblent
I. Guillaume de Boldensele. Ce pelerin vit 1'igypte sn 1332. Le r6cit
latin de son voyage, 6crit en 1336, a fut translate par frere Jehan de
Longdit D en 1351.
2. Promenades archdologiques, 5e 6d., 1895, pp. 174-175.









LES PYRAMIDES


se confondre avec les ondulations de la chaine libyque. Puis,
d&s qu'on est au pied de la pyramid de Cheops, celle-ci surgit
soudain immense, les assises de sa base fuyant sans fin a 1'est et
a l'ouest, et son sommet s'6chappant dans le ciel. On n'admire
pas, car l'esprit en est comme 6cras6 et demeure confondu.
Jomard l'a bien dit : s Vous 6tes saisi d'une emotion vive et puis-
sante, temp6rde par une sorte de stupeur et d'accablement 1. )
Ii faut un moment pour se ressaisir et se lib6rer du choc de la
masse, et alors les questions se posent. De quelle idWe sortirent
les pyramides? Est-ce du d6sir d'6terniser un nom en 6ternisant
un cadavre, de preserver ce corps pour une resurrection future,
ou seulement d'assurer a 1'Ame un support qu'on croyait n6ces-
saire a son immortalitV? Pourquoi cette forme de tombes2 ?
Pourquoi ce travail surhumain? Et 1'obsession de la masse vous
reprend.
C'est J. T. de Belloc 3 qui rapporte l'anecdote suivante :
Pendant que ses officers gravissaient la grande pyramid,
Bonaparte se content de parcourir les alentours. Les officers
revenues de leur ascension prdtendirent qu'on ne pouvait, sans
avoir 6t6 jusqu'au sommet, se faire une idee de la grandeur des
monuments de Gizeh. (En 6tes-vous bien sirs? dit Bonaparte.
Voici pourtant qui va vous prouver que je m'en suis rendu
compete aussi bien que vous autres. Et il leur montra un calcul
qu'il venait de faire au crayon, calcul qui 6tablissait que, d'apres
la quantity de pierres r6unies l, on pourrait avec les trois

i. Description de l'Egypte, Ed. in-80, t. V, p. 597.
2. La raison de cette forme est d'ordre pratique : on obtenait ainsi un
monument simple et durable; elle est surtout d'ordre religieux. Le sym-
bole de Ra, le dieu de l'Ancien Empire, fut des l'origine l'ob6lisque sur-
mont6 de son pyramidion. C'est l que le dieu r6sidait, se manifestait et
recevait l'adoration des homes. Or, la pyramid n'est pas autre chose
qu'un immense pyramidion oi se reposait le dieu, oh on le capterait,
pour ainsi parler, et par lequel le pharaon d6funt enterr6 au caeur du
monument serait en communication avec lui et vivrait 6ternellement
de la vie solaire. Sinouhit, relatant la mort d'Amenemhat ler, s'exprime
en conformity avec cette croyance : < Le roi monta au ciel s'unissant
au soleil, et les membres divins s'absorberent en celui qui les avait
cr66s. D
3. Le pays des pharaons, 1890, pp. 152-153.









A MEMPHIS


grandes pyramides de Gizeh construire tout autour de la France
un mur de dix pieds de haut sur un de large.
C'est vrai, il faut y insisted; on a proced6 1l par masses
6normes qui surprennent d'abord notre esprit bourgeois. Mais,
a la longue, une second impression se d6gage, la bonne cette
fois. Ces montagnes de pierres, aux formes si simples, d'une
technique si merveilleuse, d'une precision dans les assemblages
jamais surpassde dans la suite, ni meme 6gal6e, c'est une pensge
d'Xternit6 qui les 6rigea, c'est a une (demeure d'eternit6 n qu'on
les destina. Et, depuis plus de six mill6naires, elles durent,
timoins immuables du torrent des ages et des empires que le flot
apporte et qu'il engloutit les uns apres les autres.
Comment s'executa l'ceuvre gigantesque? Des qu'un roi
montait sur le tr6ne, son premier souci 6tait de se construire
un sepulcre. La parties principal et absolument indispensable
etait d'abord preparee : caveau et noyau de pyramid. ((Ce
premier travail achev6 le pharaon < est assure d'un asile pour
ses restes. Continue-t-il de vivre : il agrandit la pyramid, il la
double d'une envelope de pierre renfermant une chambre
sepulcrale plus somptueuse, qui disormais remplacera la pre-
miere. Le pharaon survit : nouvelle envelope, nouvelle salle 1 ...
La mort du titulaire survenant, on pouvait rapidement terminer
1'6difice et placer le parement en pierre choisie, calcaire ou gra-
nit. Consequence ndcessaire : il doit y avoir proportion directed
entire la duree de chaque regne et les dimensions de la pyramid.
Dans cette hypoth6se de ((masses progressivement grossies
et croissant comme d'immenses cristaux, par couches qui s'en-
veloppent les unes les autres 2 n, on explique assez bien, par
example, les chambres souterraines don't les couloirs d'acces
se percent dans le massif ou debouchent, non plus a fleur du
sol, mais au-dessus des premieres assises. En s'elargissant, la
pyramid aurait englob6 ces couloirs ou fait remonter leur
orifice. On explique aussi h la rigueur la multiplicity des cham-
bres fundraires. Mais ce qu'on ne trouve pas, c'est la consequence,
c'est-a-dire des rignes en relation avec les masses baties. L'au-


i. A. CHOISY, Histoire de architecture, t. I, pp. 75-76.
2. Id., L'art de batir chez les Egyptiens, p. 99.










PLANCHE I


Les Aniers et leurs baudets (p. 15).


Charrue tire par des chameaux (p. 20).







PLANCHE 2.


A~pect d'un chlaam culti.


GIZEH. La Pyramide de Cheops, le Sphinx et son temple pp. 30o-6 -


~c~cp?

~t~-a9~,










LES PYRAMIDES


teur de la troisieme pyramid de Gizeh aurait dfi regner la
moiti6 moins que Cheops : il regna au moins aussi longtemps.
A Saqqarah, Merenra Ier mourut fort jeune et sa pyramid est
aussi grande que celle de Pepi II, qui mourut centenaire. De ce
chef, la thdorie par agregations successives re9oit done un
d6menti, et il faut la laisser en compete h Lepsius, son premier
auteur, et a ses tenants.
Maspero et Petrie 2 ont priconis6 une autre theorie. Suivant
eux, les pyramides ont ete construites d'apris un dessin privu et
compl6tement arrAt6; des le premier fondement, I'architecte
voyait son ceuvre entire et ses proportions, au moins dans les
grandes lignes. Quant aux galleries noyees dans la magonnerie et
aux chambres sans utilisation, elles n'avaient d'autre but que
de d6pister les fouilleurs, preoccupation habituelle dans l'his-
toire de la sepulture en ]Egypte.
Borchardt 3 a repris l'hypothese de Lepsius, mais en la modi-
fiant l6g&rement : toute pyramid a d'abord et6 construite dans
de modestes dimensions, ayant une hauteur proportionnee a
une base d'une cinquantaine de metres. Plusieurs pharaons
s'en tinrent a ce premier plan; mais d'autres, don't la vie fut
longue ou qui disposaient de plus de resources, d6velopperent
l'ceuvre primitive par couches superposdes et I'amenerent aux
dimensions que l'on constate aujourd'hui. Et c'est ainsi que
monterent certain edifices, parfois sans transformation du plan
primitif (Zozir), parfois avec transformation complete (Mych6-
rinos), parfois aussi en l'agrandissant a deux reprises (Chdops).
Mais l'hypoth6se ainsi corrigee et si souple qu'elle en devienne,
peut-elle s'appliquer a chaque pyramid? Aux archeologues de
repondre.
Dans toute cette question, il est certain que la volont6 et les
resources royales sont des facteurs important et ils nous
6chappent compl6tement. LA oh nous sommes mieux rensei-
gn6s, c'est sur l'ex6cution mat6rielle des pyramides. Herodote 4

I. Archdologie dgyptienne, 1887, p. 127.
2. The Pyramids and Temples of Gizek, pp. 163-166.
3. Zeitschrift fiir dgyptische Sprache, 1891, t. XXIX, pp. o12-o16.
4. II, 124, 125, traduction Saliat. Cf. ABD-ALLATIF, Relation de
I'Egyple, trad. S. de Sacy, p. 179.









A MEMPHIS


nous apprend que les pierres furent extraites a des carrieres qui
sont en la montagne d'Arabie Il n'y a pas a s'y tromper, en
effet. La nature du calcaire employ trahit son origine. Il sort
des carri&res de Tourah et de Massarah, de l'autre c6t6 du Nil,
presque en face de Memphis. Avant la IVe dynastie, les ]Egyp-
tiens avaient d6ej reconnu et attaqu6 dans cet 4peron du Mokat-
tam des filons du calcaire le plus fin, souple et fort en meme
temps. A la longue, les galleries succ6derent aux galleries, les
chambres aux chambres don't la vote 6tait port6e par des piliers
r6serv6s d'espace en space. Des inscriptions, steles officielles,
noms de contremaitres, 6pures, calculs, couvraient les parois.
Une stele montrait meme un bloc pos6 sur un traineau et tir6
vers le Nil par six grands boeufs aiguillonnis par trois toucheurs.
Les carriers modernes ont detruit tout cela.
Herodote ajoute que du chantier on menait les pierres (( jus-
qu'au bord du Nil, pour icelles, transportees en bateau d'un
rivage a autre, 6tre reques par autres hommes et tires jusqu'h
la montagne qui regarded 1'Afrique ,. Des chaussees reliaient le
Nil au plateau libyque, et c'est par ces chaussees, encore visible
par places, que les materiaux s'en allaient a pied d'oeuvre. La
pyramid s'61evait en forme de degres. Quand la premiere
pierre etait assise, ils avaient de
-petits engines de bois qu'ils po-
saient dessus pour monter les
autres pierres. Et par ce moyen
tait la premiere pierre levee de
terre avec son engin particulier,
puis sur icelle etait dress un
autre engin pour monter la se-
conde pierre, et ainsi cons6quem-
ment des autres, tellement qu'au-
tant il y avait d'engins comme il
y avait de marches.)) A bien le
deviner, il semble qu'Herodote
Sveuille marquer ici que les mat6-
) riaux montaient a la hauteur
voulue par le moyen d'un system
S mobile de plans inclines. Des











LES PYRAMIDES


leviers soulevaient le bloc, et on le faisait glisser, repdtant la
manoeuvre tant qu'il etait besoin.
Mais H6rodote conclut : ((Ou bien n'y avait qu'un engin,
sequel, pour 6tre ais6 h manier, 6tait lev6 de degree en degree,
quand besoin 6tait de monter une pierre. ) Ne s'agirait-il point
de 1'ascenseur oscillant? Depuis longtemps, parmi les dpp6ts de
foundation, on avait trouv6 une sorte de berceau de bois, com-
pos6 de deux joues en segment de cercle, entretoisees par quatre
oou cinq traverses, quelque chose comme un cintre de vofite.
M. G. Legrain en a expliqu le mecanisme et l'usage. L'ascenseur
oscillant ne pouvait servir que pour les blocs ordinaires. On le
chargeait et on le poussait jusqu'au pied de l'escalier de montage,
puis, alternativement, on le faisait osciller et on le calait avec
des madriers, jusqu'k ce qu'il ffit a la hauteur de la premiere
march, sur laquelle on le faisait glisser, et ainsi de suite. Les
-plus anciens modules qu'on en possede sont tous de l'6poque
,du second empire thebain. Mais il est a croire que l'usage de
1'ascenseur oscillant remote bien plus haut (voir fig. p. 26) 1.
Pour les pyramides de brique, le proced6 6tait plus simple. On
amontait les materiaux a force de bras, les retraites des assises
servant d'6chelons 2.
Le granit, le gres, l'albAtre entraient aussi pour une part dans
les materiaux de la pyramid. Le granit venait de Sy&ne, le gres
,de Silsileh et de la montagne Rouge pros du Caire, l'albAtre de
la carribre de Hatnoub, toutes localit6s que nous aurons l'occa-
sion de rencontrer.
La pyramid une fois achevee, avec sa porte au nord et ses
.quatre faces aux quatre points cardinaux, sauf erreur prove-
nant de la negligence des ouvriers ou de leur maladresse, on
procedait a son revetement. L'operation commengait par la
pointe, et les dalles de calcaire ou de granit recouvraient les
assises de proche en proche jusqu'au bas, dalles si habilement
-ajusties et polies que le monument donnait l'illusion d'un bloc
-unique. Mais le tombeau n'avait pas encore son couronnement.
.. D'autres, toutefois, la r6flexion et au second movement, ne
*voient la qu'un module de cintre pour construire des votites en briques.
2. Pour ce qui concern les proc6d6s de transport et de montage,
-voir CHOISY, L'Art de bdtir chez les Egyptiens, pp. 75-84.









A MEMPHIS


II devait comprendre (en outre un temenos rectangulaire dall6
et entour6 de murs en pierre au centre duquel s'6levait la pyra-
mide, puis une chapelle fundraire adossde toujours h la face est
de la pyramid, et don't la porte pratiqu&e dans le front est de
I'enceinte pretait 6galement acc6s au reste des batiments. Des
souterrains, don't l'ouverture se dissimulait sous les dalles
du temenos, servaient de magasins a provisions et de lieu de
s6pulture pour les membres secondaires de la famille royale,
femmes et enfants 1 >. Le pharaon seul reposerait plus tard au
centre de la pyramid.

Ce n'6tait pas tout : partant de la porte, et vaguement dclairde
par d'dtroites fenetres ddcoup6es dans le plafond, une chaussde
couverte conduisait au pied de la colline, a une sorte de vesti-
bule ou propyl6e, < la chapelle de la vall6e e. La, se dressaient
les statues du roi. C'6tait comme la premiere station de la pyra-
mide. Le visiteur s'y arretait, rendait hommage au propri6taire,
puis s'engageait sur la chaussee, ayant devant lui la masse de la
pyramid, arrivait au temple proprement dit et y r6citait les
prieres habituelles. A d&gager les elments essentiels de la
tombe royale de l'Ancien Empire, nous voyons donc, grace aux
fouilles recentes, qu'elle se composait : 10 d'une porte monumen-
tale appel6e ( chapelle de la vall6e e; 2o d'une allee couverte
reliant la chapelle de la vall6e au temple supdrieur; 30 du temple
superieur; 40 d'une pyramid avec ses d6pendances.
On imagine ais6ment l'effet que devaient produire le long de
la chaine libyque ces pyramides et leurs temples se groupant
par intervalles. au milieu des mastabas. Et, dans les spaces
laiss6s vides, les sanctuaires du soleil pointaient leur aiguille
de pierre casqu6e d'6lectrum. Rien que de Gizeh a Abousir,
sur un parcours d'une dizaine de kilombtres, il y avait au moins
six de ces sanctuaires.
Des pretres 6taient commis h la garde de chacun des edifices,
temple ou pyramid. Richement dotes, ils devaient y assurer
le service fun6raire et pourvoir le defunt de l'habiller, du boire
et du manger. Non loin, au bord de la vallee, dans la ville royale,

I. MASPERO, Archdologie dgyptienne, nouvelle edition, p. 132.












LES PYRAMIDES


se groupaient les fonctionnaires et les ouvriers charges de l'ap-
provisionnement et de l'entretien des monuments. Chaque
pyramid, chaque temple avait ainsi sa population, sa ville, ou
plut6t un domaine special, sur lequel vivait, parmi les palmes,
toute une hierarchie de serviteurs, jouissant de certain privi-
leges. On a retrouv6 a Dahchour un d6cret de Pepi Ier,
VIe dynastie, en faveur des habitants des deux villes relevant
des pyramides de Snofrou, car ce roi de la IIIe dynastie-s'6tait
fait construire deux de ces edifices, l'un a Dahchour m8me,
l'autre a Meidoum. On empidtait sur les antiques prerogatives
de ces habitants. De la des plaintes qui amenerent l'intervention
royale. Done en l'an xxI, le 23 Tybi, ( l'Horus aim6 des deux
terres P6pi, s'adressant h tous ses grands officers, formule
une serie d'ordres. Entre autres choses, il veut qu'a toujours et
a jamais D les habitants de ces deux villes soient exempts de
toute corvee et de l'obligation de servir de messagers a par terre
ou par eau, en amount ou en aval ; que 1'on n'usurpe nulle
parties de leurs champs pour reine, prince, grand ou courtisan,
mais que ces champs leur restent attribu6s avec leurs r6coltes
en totality; que leurs canaux, lacs, puits, outres et sycomores
demeurent libres d'imp6ts; qu'aucune personnel 6trangere ou
de la police n'entre dans le temple pour le service du mois et
la participation des parts; que toutes les parts d'offrandes ou
de victims soient le lot des habitants de ces deux villes et
n'aillent point aux gens domicili6s dans d'autres villes de pyra-
mide. Si Pepi confirm ces exemptions, c'est qu'il tient a main-
tenir le service du mois et toutes les ceremonies sacries en
1'honneur de Snofrou. Fait significatif, il defend en outre que
l'on se serve de la pyramid de Menkahor en guise de
carriere. De tout temps, quelquefois d'une g6n6ration a l'autre,
les I5gyptiens l6everent leurs edifices avec les d6pouilles monu-
mentales de leurs pred6cesseurs.














CHAPITRE III


CHtOPS, CHEFREN ET MYCH]RINOS.

L'histoire des pyramides est inepuisable. I1 faut se border
a un examen rapide des principles d'entre elles.
Le nom de la grande pyramid est : la Splendeur de Khou-
fou (Ch6ops) ou ((la Lumineuse, la Brillante ), Elle avait pri-
mitivement cent quarante cinq metres de haut. Depuis le
Moyen age, 6poque ot elle fut depouillie de sa pointe et de son
revetement, elle n'a plus que cent trente sept metres. En larger,
elle measure a sa base deux cent vingt sept mbtres trente de c6td.
Petrie en value la masse total a deux millions et demi de
metres cubes. L'entrie est au milieu de la face nord, a vingt
mitres au-dessus de la premiere assise, soit a la treizieme assise.
Elle etait djka connue de Strabon 1. ((La pyramid, dit-il,
a sur ses c6tgs, et a une el1vation mediocre, une pierre qui peut
s'6ter, M60ov icr.pacy.ov. Lorsqu'on l'a soulev6e, on voit un
conduit tortueux qui mane au tombeau. D'apris les disposi-
tions qu'on remarque h la porte d'une pyramid de Dahchour,
on doit conclure qu'il s'agit d'une dalle mobile, sorte de trappe,
tournant sur un pivot. S'il est vrai que le sultan Almamoun fit
6ventrer la pyramid et rencontra par hasard le couloir mon-
tant 2, il est a croire qu'au Ixe siecle on avait perdu le secret
d'ouvrir cette porte. Peut-6tre aussi que l'effort du sultan se
borna a retrouver ce couloir barr6 en bas par un bloc norme,
si dur qu'il fallut le tourner. Quoi qu'il en soit, par un metre
de haut sur un de large, pen6trons dans ce conduit, bien qu'il
soit toujours un peu ce qu'il 6tait jadis, e un lieu moult obscure


I. XVII, 14.
2. ABD-ALLATIF, loo. cit., p. 176.












CHtOPS, CHEFREN, MYCHISRINOS


et malflairant pour les bates qui y habitent Ainsi parole le
sieur d'Anglure, pelerin champenois du xive siecle, qui ne parait
pas avoir eu les chauves-souris en bonne odeur.
Couloir qui plonge une centaine de metres et se perd; au
vingtieme metre, couloir d'Almamoun, qui monte durant
trente trois metres, formant avec le premier un angle de cent
Strente trois degr6s, aboutit h une sorte de plate-forme et se
divise. La premiere bifurcation franchit un puits et mene hori-
zontalement a gauche vers ce que Fon a improprement appel6
( la chambre de la reine ,, chambre don't le sol n'est pas dall6.
La second gravit dans une galerie longue de quarante sept
metres et haute de plus de huit metres, en pierre si jolie et si
finement appareill6e ( que l'on ne pourrait fourrer entire deux
de ces pierres une aiguille ou un cheveu 1 Nous voici dans le
vestibule du caveau, obstrud jadis par trois herses de granit. La
chambre fun6raire est un rectangle de presque six metres de
haut, large de plus de cinq metres et long de plus de dix, les plus
petits c6tis 6tant au nord et au sud. Le sarcophage du roi est
encore en place, mais mutil6 et sans couvercle. Au-dessus du
plafond, pour diminuer la pression central des cent metres de
calcaire qui le surmontent et rejeter cette pression en grande
parties sur les faces lat6rales, l'architecte a menag6 cinq
chambres de dicharge. C'est la, sur des blocs int6rieurs, parmi
des inscriptions traces a la sanguine au moment de la construc-
tion, qu'on a trouv6 le nom de Ch6ops. Deux prises d'air, au
nord et au sud du caveau, ont leur orifice a quatre vingt dix
centimetres du sol et montent deboucher a l'exterieur apres un
parcours de soixante et onze metres.
On attribue a l'Anglais Davison la decouverte, en 1763, du
puits oh tombe a un moment le couloir ascendant. Or, ce puits
n'6tait pas a decouvrir. Le P. Claude Sicard, mort au Caire, le
12 avril 1727, avait visit l'int6rieur de la grande pyramid. Il
nous en a laiss6 une description tres exacte, et il nous parle du
puits comme d'une chose connue 2. Le puits, d'un parcours
I. ABD-ALLATIF, loc. cit., p. 176.
2. Lettres ddifiantes, Lyon, 1819, t. III, pp. 465-466. Davison, consul
a Alger, se trouvait en Egypte avec Wortley Montague. Un graffito de
lui, a l'entr6e du premier couloir de la grande pyramid, fixe la date d'une









A MEMPHIS


sinueux de quarante metres, qui va rejoindre le couloir descen-
dant, quelle etait sa destination? On pense qu'il fut une porte
de sortie pour les ouvriers. La pyramid achevie et la momie
en place, on avait laiss6 tomber les herses du vestibule de la
chambre fundraire et obstru le couloir ascendant avec un bloc
de granit mis en reserve; apres quoi, on descendit par le puits,
remontant h la lumiere par le couloir inferieur qui, a son tour,.
fut muni d'une porte dissimul6e avec soin.
Pour expliquer la multiplicity des chambres et des couloirs,
dans un monument destined un seul, les arguments varient
avec les theories 6nonc6es plus haut. Petrie fait appel naturelle-
ment au besoin de cacher le site exact du sarcophage et de
d6courager les fouilleurs, mais surtout a un changement d'archi-
tecte, le premier ayant di mourir avant d'avoir achevW 1'ceuvre,
et celui qui le remplaca n'ayant pu entrer dans l'id6e de son pre-
dicesseur que par thtonnements. Borchardt voit 1l les traces
de trois 6tats successifs. Premier etat prevu : une seule chambre
creusee dans le rocher avec le couloir inf6rieur, qu'on n'acheve
pas, car le temps et les resources permettent de faire plus grand.
D'oi deuxieme etat :le couloir ascendant menant a une chambre
mdnagde dans la ma9onnerie, a la chambre de la reine .. Mais, a
ce moment, avant meme d'avoir mis les dalles du sol, on s'aper-
goit qu'on peut faire plus grand encore. D'oh dernier etat : la
grande galerie menant a la vraie chambre du tombeau.
I1 semble que ce fut vers la fin du xive siecle que l'on
commenga d'attaquer le revetement de la pyramid. Du temps
d'Abd-Allatif, qui etait en Pgypte la fin du xle siecle, si, atti-
re par l'espoir de decouvrir des tresors, on avait tent6 de pind-
trer a l'interieur; si les mat6riaux de la plupart des moindres
monuments voisins avaient d6jk pass dans les constructions
du Caire, du moins la grande pyramid demeurait a peu pris

de ses visits : a Davison, 1764 11 d6couvrit non pas le puits en question,
mais la premiere des cinq chambres de d6charge qui surmontent le caveau
de Cheops. Cf. WILKINSON, Modern Egypt and Thebes, t. I, Londres, 1843,
PP. 333-334. I1 put 6tre en igypte des 1763. II s'y trouvait encore en 1765,
puisqu'il accompagna le duc de Chaulnes a Saqqarah (Cf. Mdmoire sur
la veritable entrde du monument dgyptien qui se trouve & quatre lieues du
Caire, etc., in-40. Rome, 1783, pp. 10, 16, 24).













PLANCHE 3.


Tite de la statue du roi Chcphren (p. 38).


'
; .

















r;'4


PLANCHE 4.


ZAOUIYET EL-ARYAN.

Pyramide inachevee
du roi Noferkara: cou-
loir descendant (p. 41).









CHOPS, CHEFREN, MYCHERINOS 33

respect6e, ainsi que ses deux sceurs 1. Guillaume de Boldensele,
en 1332, la trouva, en effet, avec ses a pierres bien polutes et
((escriptures de divers languages Les IEgyptiens eux-memes,
puis les voyageurs grecs et latins, y avaient au course des sikcles
grave leurs cartes de visit. Mais, en 1395, il n'en est plus ainsi,
Le sieur d'Anglure vit a certain ouvriers massons qui a force
desmuroient les pierres taillkes qui font la couverture, et les
laissoient devaler a val. D'icelles pierres sont faitz la plus
grant parties des beaux ouvrages que 1'on fait au Caire et en
Babiloine ,. II ajoute : Nous veimes cheoir les grosses pierres
comme muiz a vin que iceulx massons abatoient. ) Le profit de
cette besogne allait au Sultan pour les deux tiers et aux magons
pour le reste 2.
La second pyramid, de son nom a Grand est Khafra ,, ou
simplement ((la Grande ,, est sise a cent vingt metres au sud-
ouest de la splendeur de Khoufou Qu'elle soit bien l'ceuvre
de Chefren, H6rodote et Diodore nous l'assurent, et 1'on a trouv6
le nom de ce pharaon dans le temple sur les fragments d'une
coupe et sur la t&te d'une massue en pierre blanche. D'ailleurs,
sa position, entire la premiere et la troisieme pyramid, dit assez
qu'elle ne peut appartenir qu'au successeur de Cheops et au
pr6d6cesseur de Mych6rinos. Pour asseoir sa masse de plus d'un
million et demi de metres cubes, on coupa, au nord et h l'ouest,
la colline rocheuse et, avec les 6normes blocs ainsi obtenus, on
releva le terrain au sud-est. Moins 6lev6e, cent trente six metres,
jadis cent trente huit, et beaucoup moins large que la premiere,
deux cent dix m&tres de c6te, jadis deux cent quinze, mais place
plus haut et plus svelte, elle fait l'illusion d'etre plus grande.
Elle garde encore a son sommet une parties de son revetement
en calcaire nummulitique gris que les lichens ont marbrd de
rouge, que la patine du temps a glac6, mosaique au ton mat qui
reluit au soleil. L'assise inferieure de ce revetement 6tait en
granit rose. La pyramid a deux issues, l'une sur l'esplanade,
l'autre a quinze metres du sol, qui descendent parallelement;
puis, la plus basse rejoignant la supdrieure, celle-ci court hori-

I. ABD-ALLATIF, lOC. cit., pp. 171-172, 177-178.
2. Le saint voyage de Jdrusalem, dd. Bonnardot et Longnon, pp. 66-67.









A MEMPHIS


zontalement sous la masse jusque vers 1'axe de I'ddifice ohi
s'ouvre le caveau definitif.
Quand Belzoni entra dans ce caveau, en 1818, il y lut une
inscription trace a l'encre qui fixait la violation du tombeau
h l'annde 12oo de notre &re. ( Maitre Mohammed, le carrier, a
ouvert, disait l'inscription; maitre Othman fut present ainsi
que le roi Ali-Mohammed au d6but de la fermeture. ) Ali-
Mohammed 6tait le fils et le successeur de Saladin.
Vers le milieu du xville siecle, on ne voyait d6ja plus que les
traces du temple de la pyramid 1. Ses dimensions restent
aujourd'hui visible sous le sable et les decombres. On retrouve
par places la chauss6e dallee qui descendait de l1 vers la plaine.
Apres un parcours de quatre cents metres, elle aboutissait au
temple de granit, appel4 aussi le temple du Sphinx. En 1880,
Mariette avait d6ja signal cette relation entire les deux temples.
Petrie veut qu'elle soit intentionnelle. Par suite, elle serait
contemporaine des deux edifices. Chefren lui-meme en serait
I'auteur, l'auteur aussi du temple du Sphinx oi l'on a retrouv6
ses statues.
La troisieme pyramid, la Divine ,, ou Divin est Men
kaoura s'6l1ve au sud et en retrait de la second, comme
celle-ci s'6levait deja au sud et en retrait de la premiere. Elle
n'a que soixante six metres de haut et cent huit de c6t4; et pour-
tant, si ( elle parait petite, quand on la compare aux autres,
lorsqu'on l'aborde de prbs, et que les yeux ne voient plus qu'elle,
elle inspire une sorte de saisissement, et l'on ne peut la consi-
direr sans que la vue se fatigue 2 ). Ses assises .inf6rieures
portaient un revetement en dalles de granit rose. De 1~ le nom
de < pyramid rouge que lui donnent les auteurs arabes.
L'acces a l'int6rieur part de la quatribme assise, oblique dans
le sol jusqu'au second quart de la base, puis devient plan et
aboutit au caveau creus6 sous l'axe. Mais cet 4tat definitif ne
s'obtint qu'apres hesitation et des remaniements visible.
Jusqu'au commencement du xIxe siecle, le sarcophage royal
reposa en place, un sarcophage en basalte sculpt. L'Anglais
1. FOURMONT, Description hist. et geog. des planes d'Hiliopolis et de
Memphis, 1755, P. 259.
2. ABD-ALLATIF, 10o. Cit., p. 173.








CHOPS, CHEFREN, MYCH]ERINOS 35

Vyse le fit enlever. Mais le vaisseau qui emportait la depouille
sombra sur les c6tes d'Espagne.
La face nord de la pyramid montre une 6gratignure. C'est
qu'un jour le sultan Othman se laissa persuader par des c gens
d6pourvus de bon sens, de demolir les pyramides, et l'on com-
menga par la pyramid rouge >. Huit mois entiers on y travailla,
et les ouvriers furent a contraints de renoncer honteusement a
leur entreprise... Ceci se passa en l'annee 593 (1196-1197).
Aujourd'hui c'est Abd-Allatif qui parole quand on con-
sidere les pierres provenant de la demolition, on se persuade que
la pyramid a 6t6 detruite jusqu'aux fondements; mais si, au
contraire, on porte les regards sur la pyramid, on s'imagine
qu'elle n'a 6prouv6 aucune degradation, et que, d'un c6t6 seu-
lement, il y a une parties du rev8tement qui s'est detach6e 1 ,.
Fourmont put voir debout encore plusieurs colonnes du
temple. D'6normes blocs dessinent le pourtour de ce temple et
l'oeil suit la chauss6e qui descendait a l'est.

i. ABD-ALLATIF, loc. cit., pp. I77-178.
















CHAPITRE IV


LE SPHINX ET SON PRATENDU TEMPLE.

Nos chameaux s'arretent d'eux-memes en passant devant le
Sphinx. Ils en ont l'habitude depuis le temps qu'ils amenent ici
les visiteurs. Nous faisons le tour du monstre a tate humaine et a
corps de lion. Ii est au bord extreme de 1'6peron qui constitute la
plate-forme des pyramides. Et je songe a ce (jefneur de son
sikcle ), a ce cheickh Mohammed qui, ((pour se rendre agr6able
a Dieu ), fit subir a la statue d'irrdparables mutilations.
De profile, le Sphinx garde toutefois un air de came et de gran-
deur qui saisissent. On oublie son corps effrit6, son nez et sa
barbe abattus, sa coiffure brisde, son cou aminci par l'usure
du temps, trop grele, semble-t-il, pour soutenir le poids de la
t&te; on oublie sa detresse g6n6rale, pour ne voir que les lignes
arrondies de son visage, son sourire 6nigmatique, son front
arm6 de l'urceus, son oeil terne et int6rieur, grand ouvert sur le
Nil et le soleil levant. Ii reste beau et majestueux. Le desir
d'etre le premier a boire la lueur matinale le souleve en quelque
sorte et le fait regarder par-dessus la vall6e. Il est tout rose sous
le feu du jour et sous les traces de la teinte rouge qui avivait
jadis ses traits. Chacun sait qu'il n'a pas de secret, et pourtant
sa vue donne de Finquidtude, attire et repousse, tourmente nos
pensees. En le quittant, on se retourne pour le voir encore, pour
le voir toujours. Les Arabes l'appellent a le pere de l'6pouvante
(Abou'l-h61) ).
Le Sphinx est taill6 en plein roc. Ii est accroupi. De 1'extremit6
de ses pattes de devant h la queue, on compete cinquante sept
metres. II a vingt m&tres de haut. Le reste est a l'avenant. Quel
est son age? Une stele trouvee dans la petite pyramid d'une fille
de Cheops prouve que ce dernier fit restaurer le Sphinx. Le








LE SPHINX


Sphinx serait done anterieur a tous les monuments de Gizeh.
L'art d'oi il procede, si complete, si maitre de lui-meme, si sir
de ses effects, jusqu'oh fait-il remonter la civilisation? On ne
peut le dire.
Quelle est la place du Sphinx dans le pantheon 6gyptien?
II est, dit-on, l'image du soleil dans les deux horizons, le c6leste
et le terrestre. Mieux que cela, comme origine, comme tape
dans l'art, comme representation, il est mystere. C'est le
Sphinx.
Dans la terre d'Egypte oi l'6nigme plane sur toute chose,
sur le fleuve, aux lignes majestueuses et aux flots toujours
sombres, sur le desert qui couvre les n6cropoles, sur les antiques
generations disparues; dans cette ]Egypte, triste d'autre part a
force d'etre lumineuse, l'admiration est d'une nature singuliere.
Elle se complique d'un vague malaise et de seduction mdlan-
colique, d'un charme qui s'impose h l'imagination et 1'dcrase.
On la subit, cette admiration, elle nous violent, et pourtant
on 1'aime. Devant le Sphinx, elle prend toute son acuit6 doulou-
reuse et captivante.
Un jour, Thoutmes IV, chassant le lion, s'endormit h l'ombre
du Sphinx. Il eut un r&ve et re9ut 1'ordre de d6sensabler la statue.
A toutes les 6poques, il a fallu proteger le dieu centre la marie
montante du desert. Mariette s'y est employee de nos jours. Ses
travaux n'ont pas seulement digag6 la statue prodigieuse; ils
ont aussi decouvert, tout a c6t6, une construction qui deroute.
Est-ce un temple, est-ce un tombeau? On le nomme le temple
du Sphinx, le temple de granit et d'albatre. Il est aujourd'hui
a ciel ouvert. Il se compose de deux galleries en forme de T, don't
l'une a trois rangees de cinq piliers et trois nefs, l'autre, une
seule range de six piliers. Sur les blocs d'albatre, sur les beaux
monolithes de granit rose qui forment les piliers, les architraves,
les encadrements des portes et des fenetres, aucune sculpture,
aucune inscription. Mais, entire toutes ces masses ajusties, il y a
une telle puret6 de lignes, une telle exactitude des proportions,
que 1'architecte en est arrive h la grandeur 1.
Dans le puits de ce temple, Mariette retira un certain nombre

I. Cf. MASPERO, Archdologie dgyptienne, Ire 6dit., pp. 64-65.








A MEMPHIS


de statues plus ou moins mutilees, entire autres une statue de
Ch6fren, celle-ci bien conserve. C'est le Chefren en diorite du
mus6e du Caire, assis les deux mains sur ses genoux, don't tous
les traits sont rendus avec une force rare et un fini qui surprend
dans la matiere la plus rebelle au ciseau. Horus, le faucon,
debout sur le dossier du siege, envelope de ses ailes la t&te
royale et protege le pharaon.

Mariette avait raison : il y a relation entire le temple du
Sphinx et la second pyramid. Petrie vit just lorsqu'il d6clara
que ce temple 6tait l'ceuvre de Chefren et qu'il ne fallait plus
le regarder comme un monument prehistorique. Les fouilles
allemandes d'Abousir, en.nous faisant connaitre ce qu'6tait a la
chapelle de la vall6e e, don't nous parlaient les textes, et son rap-
port avec la pyramide, ne nous permettent plus d'hisiter : le
temple du Sphinx n'est pas autre chose que la porte monumen-
tale qui precedait le chemin couvert et dalle qui menait a la
second pyramid. Les fouilles recentes de Steindorff le prouvent
avec evidence 1. Un peu au-dessus et au sud, Reisner a, de meme,
reconnu ( la chapelle de la vall6e de Mycherinos, profond6ment
enfouie dans le sable. Peu a peu les 6nigmes se dissipent.
Reste le Sphinx. E. de Roug6, don't il faut toujours tenir
compete, car nul ne fut plus prudent ni plus clairvoyant, disait
ddjh en 1865 2 : ((On a remarqu6 avec raison que le Sphinx est
dans une certain correlation avec la place de la second pyra-
mide et avec celle du temple qui devait la pr6c6der dans cette
direction. Le Sphinx ayant pour noyau un rocher natural, on
n'a pu rendre cette correlation plus exacte, en maintenant, d'un
autre c6t6, comme on le voulait expressement, I'orientation de
la pyramid. s Toutefois, c'est dans un sens different qu'on
chercha d'abord des arguments pour dater la statue. En 1897,
Borchardt concluait de l'examen de la coiffure du Sphinx, qu'il
avait 6t6 sculpt entire la XIe dynastie et l'6poque des Pasteurs,
car son capuchon porte en arri&re, au lieu de bandes de larger
z. Cf. U. H6LSCHER, Das Grabdenkmal des K6nigs Chephren, Leipzig,
1912.
2. Recherches sur les monuments qu'on peut attribuer aux six premieres
dynasties, p. 55.









LE SPHINX


gale, des rayures disposees par groups de trois, une large
entire deux 6troites disposition que l'on ne rencontre
qu'au Moyen Empire. En 1906, Daressy 1, examinant a nouveau
la stele dite de la fille de Chdops, prouva que de cette stele
mieux comprise on ne pouvait deduire qu'une reparation du
Sphinx h l'epoque saite, et non a l'epoque de Cheops. L'argu-
ment de Borchardt recevait done du meme coup une confir-
mation.
Mais le meme Borchardt publiait, en 1907, le resultat des
fouilles a la pyramid d'Ouserenra, de la Ve dynastie, a Abou-
sir. Il signalait 2 a la parties inf6rieure du passage couvert, entire
( la chapelle de la valley e et le temple de la pyramid, une repre-
sentation curieuse. Le roi sous la forme d'un lion a tete humaine
y renversait des prisonniers de nations diverse. A rapprocher
ce bas-relief du Sphinx de Gizeh, il concluait de leur position
analogue par rapport a l'ensemble des edifices que le Sphinx 6tait
contemporain de la second pyramid. Et ne voilh-t-il pas que,
peu apres, degageant le temple t la face de la troisieme pyra-
mide, Reisner mit la main sur plusieurs statues de Mycherinos,
en particulier sur une belle tete d'albAtre. Or, cette tete porte
une coiffure exactement semblable h celle du Sphinx; elle devait
done 6tre h la mode sous la IVe dynastie et, par 1 encore, le
Sphinx se replace a cette date, a la date de Chbfren. II figure
primitivement Chefren lui-meme, le roi-lion, terrassant les enne-
mis de l'Egypte. a Le sens de cette allegorie se perdit plus tard;
on meconnut le caractere royal de l'image et l'on y vit une repre-
sentation d'Harmachis, le soleil a 1'horizon 3.
Le Sphinx ne tourmentera done plus nos pensees. II demeure
quand meme fascinant, au premier plan du tableau magique,
d'oh s'6rigent, dans le fond, les trois grandes pyramides, les trois
montagnes gdom6triques, s'accotant a chaque extr6mit6 sur
une trade de pyramides plus petites.

1, Quel est I'dge du Sphinx? dans Bulletin de l'Institut dgyplien, 1906,
PP. 93-97.
2. Das Grabdenhmal des K6nigs Ne-user-rd, p. 46.
3. DARESSY, L'Age du Sphinx, loc. cit., 1907, pp. 36-37.
















CHAPITRE V


ZAOUIYET, LE TEMPLE DU SOLEIL ET ABOUSIR.

En s'6loignant du temple de granit, on a la sensation que, du
sable remu6 par les pieds de nos chameaux, il se degage des
mots de bourgeois, tous les mots de l'eternel Joseph Prudhomme,
de l'6ternel Homais, tombs lourdement sur le sol en face du
Sphinx et des pyramides. II faudrait un Rabelais pour 6numerer
toutes ces a paroles horrifiques Mais fuyons. Voici des tou-
ristes...
A chaque instant mon chamelier live vers moi son visage
de cuivre et ses dents blanches. II rep&te en m'interrogeant :
Good princess? Son chameau est une chamelle II tient absolu-
ment a me faire dire que Princesse est une monture de prince.
Quand je lui aurai concedd tout le long de la route cette verit6
douteuse, le moyen de lui refuser un bon bacchich? Ce serait
ne pas accorder mon geste avec mes paroles. Malin, 1'Arabe.
( Paix lh monsieur du chamelier Plus un mot, entends-tu,
plus un mot de Princesse, ou je la trouve execrable, ta Princesse.,
Et mon homme de sourire, r6sign6, except dans un tout petit
coin de sa bouche qui se fait mauvais.
Qu'importe! je puis contempler en paix le desert sans fin,
oh le vent s'enfuit et oh je voudrais fuir aussi; le desert oh
courent des buses lumineuses et des flamboiements d'incandes-
cence; le desert oh s'6tirent, les unes derriere les autres, de
changeantes collins, qu'on dirait une mer strike d'ondes, en
march vers une plage inconnue; le desert oh une ligne loin-
taine de sable bleu rejoint le ciel h l'horizon. Et il me souvient
du mamelouk de Chateaubriand. Ce mamelouk, il le contait,
6tait un Frangais, un ancien de Bonaparte. Il avait vecu
longtemps dans le desert avec les Bedouins. Quand il se trou-







PLANCHE 5.


ZAOUIYET EL-ARYAN.

Autel du temple
d'Abou-Gorab (p. 43).











PLANCHE 6.


LES PYRAMIDS
D'ABOUSIR. Re-
constitution dc
L. Borchardt
(P- 44).


*'~~~$









ZAOUIYET, ABOUSIR


vait seul dans les sables, sur un chameau, il lui prenait des
transports de joie don't il n'dtait pas le maitre.
Je puis aussi admirer 1'or mouvant des moissons de la plaine,
les betes entravies en des champs de verdure noire, le balance-
ment plaintif des chadoufs, les cultures de melons et de pas-
teques, la ligne des arbres oh se cachent les villages et le Nil, et,
tout au fond du paysage, la colline arabique h la crete 6tincelante
et teintee d'azur.
Mais tout a coup un cri aigu perce l'air. Les chadoufs s'ar-
r&tent net, les fellahs laissent tomber leurs hoyaux, des chiens
qui d6pecent le cadavre d'un cheval quittent, la queue basse,
leur horrible festin. Seule, miss S... demeure impassible, comme
si rien d'6trange ne s'6tait passe. L'6moi venait de l'arriere-
garde et de notre amazone francaise. Prise d'une peur subite a
la descent d'un talus, elle avait cri6 son angoisse alors que les
mains du drogman l'emp&chaient dejh de chavirer. Le trouble
dissip6, miss S... vit avec plaisir les pauvres betes de chiens
reprendre leur repas.
Nous ne faisons que saluer Zaouiyet el-Aryan et ses deux
pyramides ruineuses. La plus septentrionale 6tait en pierre.
Celle du sud, pareillement en pierre, porte le nom de pyramid
de Riga. Elle est en bordure de la plaine, a l'embouchure d'un
ouadi.

Aujourd'hui ce site merite plus qu'un salut. La pyramid
septentrionale, d'apres 1'exploration recente de ses souterrains,
se rapproche de la pyramid a degr6s de Saqqarah. Plus a l'ouest
Barsanti a decouvert un grand edifice inachev6. C'est au fond
d'une cavity longue de cent metres, large de vingt cinq et pro-
fonde de trente, un dallage en inormes blocs de granit rose,
superposes par quadruple range. Une pente incline, pratiquie
a ciel ouvert et comprenant une glissiere entire deux escaliers, y
donne aces. Sur ce radier gigantesque, qui rappelle le temple
du Sphinx par la puissance et la beauty des materiaux, par la
perfection des coupes et des joints, devaient probablement
s'6lever des chambres don't le toit aurait port une pyramid.
De nombreux graffiti sur les blocs ont donn6 le nom d'un roi
de la IIIe dynastie, Noferkara.









A MEMPHIS


Quant a la pr6tendue pyramid de Riga, elle 6tait tout autre
chose. Des 1865, E. de Roug6 avait signal dans les inscriptions
memphites des titres ayant comme determinatif un ob6lisque
6lev6 sur un socle en forme de pyramid tronquee. Exami-
nant quelques-uns de ces titres, Roug6 disait 1 : o Ils d6signent
certainement des monuments consacrds au soleil et don't les
inscriptions si finement gravies a cette epoque nous donnent
un profile exact. ) Mais oi 6taient ces monuments? Sethe reprit
la question en 18892. Du tableau qu'il dressa, il rdsultait que ces
temples appartenaient a la Ve dynastie. En 1897, la pyramid
dite de Riga devint une mine de bas-reliefs 6coul6s clandestine-
ment. Ces bas-reliefs firent soupgonner que la pretendue pyra-
mide pourrait bien 6tre un temple solaire. Le Musee de Berlin
obtint une concession de fouilles en cet endroit. Le travail
commenca fin octobre 1898 et dura jusqu'en avril g19o. Il en
sortit un temple unique en son genre et nouveau pour tous, que
certain appellent le temple d'Abou Gorab, du nom d'un hameau
voisin, d'autres simplement le temple d'Abousir.
A la lisibre des sables, dans une enceinte qui fut celle de la
ville royale ou residence favorite d'Ouserenra, se dressait
le portail, sorte de vestibule a colonnes. De 1A, tirant vers le
sud-est, un chemin couvert escaladait la colline et rencontrait
un second vestibule situ6 au milieu de la face orientale du
temple. Cette second porte franchise, on se trouve dans une
enceinte de soixante quinze mitres de larger sur cent de pro-
fondeur, exactement oriented d'est en ouest, et que remplissent :
o1 dans le fond et dans l'axe, une 6norme base rectangulaire
aux parois inclines, montant a vingt metres, et d'oh s'enlevait
jadis un obelisque colossal; 20 deux longs couloirs volites,
appuyes sur les faces interieures de l'enceinte, 1'un sur les
faces est et sud, l'autre sur les faces est et nord : le premier
rejoint une chapelle qui s'accote au massif central, en traverse
les chambres et, p6netrant par un escalier a travers la maCon-
nerie, gagne le sommet du massif; le second conduit a une s6rie
de magasins; 30 dans l'espace laiss6 libre, une cour d'une cin-
x. Recherches, p. 289.
2. Die Heiligthiimer des Re im alten Reich, dans Zeitschrift fiir dgyp-
tische Sprache, XXVII, pp. III-ii7.








ZAOUIYET, ABOUSIR


quantaine de metres de profondeur, ohi se voit en avant de l'ob6-
lisque un magnifique autel d'albAtre (5m50 x 6 m.), auquel
r6pond sur le sol, du c6t6 des magasins, un grand dallage d'al-
batre stri6 de rainures profondes, aboutissant a dix grandes
vasques 6galement d'albAtre. Un second pavement d'albatre,
avec sept vasques, existe dans l'angle nord-ouest.
En dehors de l'enceinte, pros de l'angle sud-est, a cent metres
dans le desert, on a rencontr6 un objet singulier : une fagon de
construction en briques simulant une longue barque de trente
metres. Suivant Maspero 1, c'est Sakhit, la barque du soir du
soleil, dans laquelle il traverse l'hemisphere inf6rieur. Elle doit
ktre seule, parce qu'a Abousir on est dans la region du soir.
Elle serait de m8me seule, si l'on 6tait sur la rive est, pres de
l'Orient, mais alors ce serait la Maadzit, la barque du matin.
La pierre de Palerme cite cependant deux barques pour un
edifice analogue 2.
Ce sont six barques en bois que d6terra J. de Morgan, prbs de
la pyramid septentrionale de Dahchour. A l'est de la grande
pyramid de Gizeh, il existe trois tranchees les fosses a mor-
tier des drogmans I creusees dans le roc et < d'une soixantaine
de metres de longueur chacune. Deux d'entre elles suivent la
direction nord-sud, la troisieme forme un angle assez fort avec
les pric6dentes. Ces tranch6es ne sont pas a parois parall6les,
mais curvilignes : leur larger, qui est d'environ cinq metres
au milieu, va en diminuant vers les extremit6s; la profondeur,
qui est de quatre a cinq metres vers le centre, diminue egale-
ment vers les deux bouts 3 Daressy compare ces fosses a la
a cale seche d'Abousir et leur voit a une destination identique ,.
Le mort, suivant la religion 6gyptienne, devait accompagner
le soleil dans ses courses de l'au delh, se joindre a la divinity
et se m8ler a son cortege; il devait aussi aller oh il lui plairait,
meme sur les eaux celestes. On mettait done des barques a sa
disposition, barques r6elles qui avaient servi aux fun6railles,

x. Revue critique, XL, 1906, pp. 144-146.
2. H. SCHAFER, Ein Buchstiick altdgyptischer K6nigsannalen, 1902,
p. 41.
3. DARESSY, O1C. cit.








A MEMPHIS


comme a Dahchour, ou simulacres, comme h Gizeh et a Abousir,
qu'animeraient les paroles magiques.
Au milieu de toutes les questions que souleve 1'ddifice d'Abou-
Gorab, remarquons seulement que, d'apres la 16gende, les rois
de la Ve dynasties descendaient d'un pretre de RA. En tout cas,
ce dieu regut d'eux une v6neration particuliere, bien dtablie
par ce fait que presque chacun d'eux lui 6leva un temple dans
sa capital. L'ob6lisque en 6tait la parties essentielle et princi-
pale. RA lui-meme y residait comme en son si&ge favori s;
c'est devant RA, en plein air, qu'avaient lieu les sacrifices.
Nous sommes loin, et comme disposition et comme esprit, du
temple connu jusqu'ici, avec son mysterieux saint des saints
oi n'habitait que l'embleme du dieu, sous de petites dimensions,
oi la statue de ce dieu jouait le r6le principal. I1 est h croire que
les sanctuaires de RA 6taient a l'image du sanctuaire d'H6lio-
polis et que la pierre c Benben qu'on ven6rait en ce dernier
endroit n'etait pas autre chose qu'un ob6lisque.
On n'a pas encore publiC les textes retrouv6s dans le temple,
et il est a pr6sumer qu'ils ne s'6cartent pas des habitudes g6n6-
rales. Toutefois, dans le passage qui mane a la base de I'ob&-
lisque, on voit une scene inattendue. Les saisons personnifi6es
apportent au roi les products de la terre et de l'eau : croissance
des plants, reproduction des animaux, travaux de l'homme,
tout ce que le soleil fait pousser et vivre aux differentes 6poques
de l'annie.

A quelques kilometres plus au sud se pressaient jadis, les
unes centre les autres, les quatorze pyramides d'Abousir. Parmi
les buttes, trois d'entre elles subsistent fort d6gradees. Ce sont,
en allant du nord au sud, celles de Sahoura, d'Ouserenra et de
Noferarkara, tous rois de la Ve dynasties. Les temples de ces
pyramides, d6blay6s par la Socidt6 orientale d'Allemagne, de
1902 h 1908, ont eu pour grand advantage de nous r6veler au
complete la tombe royale memphite, connue jusqu'ici par por-
tions isolMes seulement. Pour les colonnes florales, pour les
bas-reliefs, c'est ( la meme habilet6 de main et la meme recher-
che anxieuse du detail que dans les mastabas, mais avec
une vigueur et une larger d'ex6cution qui leur sont propres.









ZAOUIYET, ABOUSIR 45

Ce sont les qualit6s de 1'6cole memphite, sans ses defauts de
mollesse et d'iddalisation un peu banale 1 I. De tout temps les
ateliers royaux l'emporterent sur les ateliers particuliers. Un
tableau, trbs connu sous le second empire th6bain, se retrouve
dans le monument d'Ouserenra : le roi-lion terrassant et tuant
ses ennemis, Libyens, Nigres, gens de Pount et Asiatiques.
La s6rie ethnique des ennemis de l'Egypte 6tait done 6tablie
tout entire d&s l'Ancierf Empire 2
Le (chef de tous les travaux n, Phtah-Shepses, l'architecte de
Sahoura, avait son tombeau un peu au sud-est, tout pros de son
maitre. J. de Morgan ouvrit ce tombeau en 1893. Quelle ne fut
pas sa surprise d'y trouver un plafond port par deux colonies
lotiformes, deux bottes de fleurs demi-6panouies de lotus, en
pierre de calcaire fin Jusque-lh on avait cru que cette forme
architectural ne se rencontrait, sous l'Ancien Empire et meme
apres, qu'a 1'dtat figure, comme motif dans les bas-reliefs,
comme fantaisie de sculpteur, sans contre-coup dans la r6alitd.
Un tombeau de la Ve dynastie donnait la preuve mat6rielle que
la colonne lotiforme, avec une elIgance et une perfection jamais
d4pass6es, avait eu toute sa rdalite au temps des pyramides.
Depuis lors, les preuves de ce genre se sont multiplies.

1. MASPERO, Revue critique, LXIV, 1907, p. 243.
2. BORCHARDT, Das Grabdenkmal des K6nigs Ne-use-rrt, 1907, p. 46
et suiv. et fig.















CHAPITRE VI


SAQQARAH. MASTABAS.

Nous voici d Saqqarah. C'est un plateau tourmentd, long de
sept a huit kilometres et large d'un et demi. Son altitude
moyenne au-dessus de la plaine est de trente cinq metres. Pre-
miere assise du grand Sahara, il borde h l'orient la vallie du
Nil; il y tombe d'une poussee inegale, tant6t brusquement,
avec ses promontoires, tant6t en pente douce, avec ses ravines
et ses ruisseaux de sable. Ses dunes arrondies et ses crates
portent les pyramides. Un premier group a, pour centre, la
pyramid h degrds, l'aieule fantastique; plus loin, un second
group se range autour de Pepi ler; plus loin encore, un troi-
sime group se rallie au Mastaba el-Faraoun, le siege de
Pharaon 6norme construction rectangulaire. Et dans le fond,
au sud, c'est Dahchour, don't les triangles semblent venir .
nous, nets, precis, dans la transparence de l'air. L'ensemble est
une mer aux grandes vagues de sable fig6, oi se serait arret6e,
un jour, prisonniere et par bandes tumultueuses, une flotte aux
silhouettes 6tranges et surhumaines. En nous retournant vers
le nord, nous la suivons, cette flotte, jusqu'h Abousir, jusqu'.
Gizeh oii domine le g6ant de l'escadre amirale. Parmi la houle
de cet oc6an, dans les remous, le travail incessant des profana-
teurs reguliers ou irr6guliers se manifeste par des trou6es et des
amas de d6blais. Un peu partout se reconnait l'emplacement des
mastabas aux debris de calcaire, teaches grises sur le sable d'or.

Les rois de l'Ancien Empire ne reposaient pas dans un cime-
tiere particulier. A c6t6 de leurs pyramides venaient se ranger
les mastabas de leurs ministres, de leurs officers, des grands
et des petits fonctionnaires, tout comme au moyen age les servi-
teurs du haut baron batissaient leurs demeures a l'ombre du









SAQQARAH, MASTABAS 47

manoir fdodal. Entre le pharaon et ses courtisans, c'6tait vrai-
ment a la vie et h la mort.
Vue de loin, la tombe memphite des particuliers resemble
au banc (mastaba) place en avant des boutiques arabes. De la
son nom moderne de mastaba. Le mastaba est une construction
quadrangulaire don't les faces s'inclinent sym6triquement.
II est bAti en briques ou en pierre et toujours dirig6, suivant
son grand axe, du nord au sud. Il se termine par une terrasse
ou plate-forme unie. A l'est du monument, quelquefois au nord
ou au sud, jamais h l'ouest, se voit la porte des vivants, non
loin de la fausse porte ou stele du mort, quand cette derniere
existe. Si l'on ramene le mastaba h ses 616ments principaux, il
consiste en une chapelle situde dans le corps du cube en magon-
nerie, en un puits et en un caveau. Le puits part ou de l'ext6-
rieur ou de l'int6rieur, le plus souvent de la plate-forme; il des-
cend plus ou moins profound et conduit par un couloir au caveau
qui s'ouvre sous la chapelle. Le puits et le caveau 6taient murds,
mais la chapelle restait ouverte aux pretres, aux parents et aux
amis qui venaient, a dates fixes, prier pour le ddfunt. De l'autre
c6td du mur de la chapelle, on m6nageait au moins un couloir,
oh l'on enfermait les statues du propridtaire de la tombe. Ce
couloir, plus connu sous le nom arabe de serdab, communiquait
parfois avec les vivants par un 6troit orifice, oi l'on murmurait
des prieres et brfilait des parfums. Tous les mastabas n'ont pas
la meme dimension. Aucune regle precise ne determine 1'6tendue
de la chapelle ou le nombre des annexes. Une famille entire
peut reposer dans le meme mastaba.
Visitons d'abord le plus beau mastaba que l'on connaisse,
celui de Ti, haut personnage de la Ve dynastie, (ami unique,
chef des secrets de son maitre en toutes ses demeures, chef de
tous les travaux du roi, prepos6 aux pyramides de Noferarkara
et d'Ouserenra ,. Son entr6e est au nord. D'un portique a deux
piliers, on passe dans un vestibule a douze piliers. A l'angle
nord-est du vestibule, s'enfonce un couloir, flanqu6 a droite
d'un cabinet, et aboutissant a la chapelle, derriere laquelle se
trouve un premier serdab. Un autre serdab se cachait dans la
parties m6ridionale de la facade. Telle est la chapelle de Ti,
telle est la parties de son tombeau ouverte aux vivants.








A MEMPHIS


Sur les parois, il y a un grand nombre de scenes int6ressantes.
On retrouve la, dans tout leur piquant, les moeurs de l'ancienne
t]gypte. Je vous indique les principles scenes un peu au hasard.
Le relief de ces scenes est tres doux, tres fin et d'un travail
delicat.
A la porte, sur les deux piliers rectangulaires du portique, la
figure du maitre semble attendre les visiteurs et leur souhaiter
la bienvenue : ses titres sont nombreux, sa femme est la prin-
cesse Nofirhotepous, fait A signaler, puisque dans la maison
royale le venture anoblissait. Qu'il soit riche, on ne peut en douter,
car, d&s le vestibule, une procession de trente-huit figures per-
sonnifie trente huit de ses domaines. Des femmes ranges A la
file apportent sur leur tate, tenues en 6quilibre, des couffes car-
r6es, en forme d'auge, pleines de fleurs, de fruits, de pains, de
bouteilles, de jarres. La main rest6e libre m&ne en laisse des
veaux, des antilopes, des gazelles, ou porte des volailles. On
remarque meme, dans une cage, un porc-6pic qui s'en va, lui
aussi, vers la chapelle de Ti. Ce sont autant de dons fune-
raires ou de revenues prileves sur trente huit terres de Ti et
affects par lui A l'entretien de son tombeau, aux services reli-
gieux, aux offrandes, A la c6l6bration de certain anniversaires.
La suite des tableaux ne fera que nous montrer les domaines
eux-memes et les differents travaux ou amusements don't ils
sont le theatre. A l'encontre des tombes thibaines du Nouvel
Empire, il n'y a la ni figure de divinity ni monstre infernal. Ti se
trouve partout, assis ou debout, 1l avec sa femme et son enfant,
la avec son fils seulement, l en palanquin avec son chien et son
singe, la en barque, 1l a la chasse ou A la peche, la festinant et
se rejouissant en famille, au son de la harpe et des castagnettes
qui activent les danses. Un grand baton A la main, il preside A
chaque besogne. Il est toujours d'une taille trois ou quatre fois
plus grande que celle des autres personnages, maniere symbo-
lique de s'affirmer le maitre et le l1gitime possesseur de la
tombe.
Voici un bceuf A grandes comes qu'on ligote. Une des jambes
de devant est deja replide et reduite a l'impuissance. Un ser-
viteur peine visiblement pour emprisonner les jambes de der-
riere dans un lien de corde, pendant qu'un camarade maintient









PLANCHE 7.


ABOUSIR.

Tombean de
Phtak-Shep-
ses : colonne
lotiforme
(P- 45).









PLANCHE 8.


SAQQARAH.

Statue de Ti
provenant de
la chapelle de
son tombeau
(P. 47)









SAQQARAH, MASTABAS


la bete par le mufle avec des morailles et, l'ayant saisie par l'une
de ses comes, s'appr&te & la renverser. Le boeuf est maintenant
6gorg4, on lui coupe une patte; un personnage emporte une
terrine de sang. La scene du depecage revient a plusieurs reprises
avec des l1gendes varies. a C'est sa cuisse, est-il dit & un endroit.
Elle vaut mieux que son 4paule. Tiens ferme, garcon
Entrons maintenant dans une basse-cour. II y a l1 des oiseaux
de toute espece : des canards, des oies, des grues cendrdes qu'on
appelle a demoiselles de Numidie ,. On a fait aux canards I'hon-
neur d'une voliere oi ils picorent les graines qu'on leur a jetees.
Qui dit canard, dit mare. La mare s'dtale au centre de la voliere.
Quelques valets de ferme assis a terre pr6parent dans de grands
plats une pat6e special et la roulent en boulettes. Ces boulettes
sont destinies aux oies que 1'on gave, a que 1'on emboque ,
dirait un Bressan. L'engraissage est rendu a la perfection,
jusqu'aux grimaces de certain convives qui se font prier, je veux
dire forcer. D'une main, on maintient ouvert le bec de la bete et
du doigt on y pousse la nourriture. Le repas terming, on aban-
donne les volatiles & leur plaisir, a h la promenade v, dit la
l6gende, et on les voit.se dandiner lourdement sur leurs large
pattes, allonger le col et pousser des piaillements.
De la basse-cour allons au Nil. Toute une flottille aux voiles
quadrangulaires vient du sud, charge de bl1, d'antilopes, de
chevres. A peu de distance, autre flottille venant du nord. C'est
l'arrivage des dons en nature prescrits par les foundations pieuses
de Ti. A l'avant d'une barque qui march toutes voiles dehors,
se tient le chef, pret a marquer du geste et de la voix le chenal
a 1'homme de barre.
Nous sommes maintenant sur un canal 6troit. II y a eu ren-
contre entire sept ou huit barques de papyrus montdes chacune
par trois hommes et chargees de provisions, oignons, couffes
de dattes, bourriches de figures. D'une parole a l'autre les mari-
niers en viennent aux coups, les longues gaffes se lIvent et
s'abattent, l'un d'eux est jet6 par-dessus bord et n'a que le
temps de se cramponner a la jambe d'un camarade. La scene
est sem6e d'hidroglyphes : ce sont les injures 6changees entire
combatants; elles ne le cedent en rien aux injures que les bate-
liers du vieux port de Marseille se jettent a la figure.









A MEMPHIS


Des scenes aussi tumultueuses que la prec6dente se passent
entire hommes et bates et chez les oiseaux. Ti monte sur un
bateau de papyrus, dominant les matelots de sa haute taille,
assisted a une chasse k l'hippopotame. Un de ces animaux vient
de selaisser prendre a un 6norme hamegon, on l'amene au moyen
d'une longue corde, les harpons sont lev6s pour le recevoir. Pen-
dant ce temps un autre hippopotame se sauve, important dans
sa gueule un jeune crocodile qu'il a saisi par le milieu du
corps.
Ouvrons ici une parenth6se sur la maniere de chasser a l'hip-
popotame et au crocodile. D'ordinaire la chasse a l'hippopotame
se faisait au moyen de solides harpons, attaches a de longues
cordes enroulees sur des bobines. L'animal, bless de tous c6tes,
se derobait, se sauvait sous 1'eau; quand il avait perdu beau-
coup de sang par ses blessures et que les cordes, ne se devi-
dant plus, indiquaient sa lassitude, on le tirait vers les bar-
ques et, aussit6t qu'il apparaissait, on 1'achevait a coups de
lance.
Le crocodile se prenait a des hamegons dissimulds sous la
viande de porc. Le crocodile est un animal peureux, qui n'est
hardi que centre les faibles animaux et les hommes qui font
montre de crainte a son approche. II etait pour les Egyptiens
le symbol de la lichet6. II s'apprivoisait aisement, temoin
le crocodile du lac sacr6 qui, au moindre appel, d'une extremit6
du lac h l'autre, accourait manger dans la main et se laissait
mettre des colliers et d'autres ornements. A Denderah, le cro-
codile 6tait regard comme l'ennemi de la d6esse Hathor. On lui
faisait une guerre sans merci. Les jeunes gens le poursuivaient
a la nage, rusaient avec lui, sautaient sur son dos, s'approchaient
enfin de sa terrible gueule, lui pr6sentant un baton point des
deux bouts. II se pr6cipitait pour divorer le bras qui s'offrait h lui
et ne faisait que s'enclouer les deux machoires. Le crocodile
se prenait done a l'hamecon, un hame9on au bout d'un. cable
solidement retenu par un pieu. Et le prisonnier de tirer, de se
d6battre, se dechirant de plus en plus les entrailles, de tomber
enfin 6tendu et comme 6puis6. On approchait alors et on 1'ache-
vait en lui per9ant les parties vulnhrables, la gueule, les bras,
les cuisses et le venture, car, (autre part, une haquebute ne le








SAQQARAH, MASTABAS 51

saurait outrer ) 1. De nos jours, au Soudan, les indigbnes tAchent
de surprendre le crocodile et de le tuer h coups de fusil lorsqu'il
vient sur le sable gober l'air et se chauffer au soleil brfilant.
Le plus souvent, ils le chassent au poste. Un chevreau attach
pros du fleuve lui sert d'appelant. Le saurien va d'abord se
mettre a 1'afffit a l'autre bord du fleuve, puis, nageant entire
deux eaux, il ne tarde guere d'arriver. On reconnait sa march
a une ligne 16gere qui se dessine k la surface de 1'eau. Au moment
oh, toutes precautions prises, il va s'61ancer et saisir sa proie,
une balle dans l'oeil l'arrete net. On ne trouve plus le crocodile
et l'hippopotame que sur le Haut-Nil. Ils reculent sans cesse
devant les armes a feu et les bateaux h vapeur. Fermons la
parenthese.
Si'l'emoi est grand parmi les amphibies, il n'est pas moindre
parmi les canards, les ibis a t&te noire, les martins-pecheurs
qui habitent les hautes touffes de verdure sur la rive. On voit
leurs nids dans les ombelles des papyrus.
Les petits viennent d'6clore, les meres 6tendent leurs ailes
inquietes sur leurs jeunes couv6es. C'est que trois ichneumons,
trois rats de pharaon, grimpent sournoisement le long des tiges
triangulaires et touchent d6jk presque les nids. L'effarement
est tel que les oiseaux s'envolent de tous les c6tis. Seuls, deux
martins-pecheurs se portent bravement contre les agresseurs.
' Dans toutes ces scenes agities, il y a toujours un coin pour
la tranquillity. Pendant la bataille entire les mariners de tout
& l'heure, des poissons nagent paisiblement sous les barques;
une grenouille, du haut d'un bouton de n6nuphar blanc, assisted
a la bagarre et la contemple dans le meme esprit que le philo-
sophe de Lucr&ce, du rivage oil il est en siret6, contemple le
vaisseau jouet de la tempete. Dans une autre tombe, au milieu
d'une chasse avec meute aux bceufs sauvages, aux gazelles, aux
antilopes, aux renards, aux lievres, aux lions et aux 16opards,
un jeune hdrisson mange sans trouble, derriere un buisson, le
lIzard qu'il vient d'attraper.
Je passe un tableau de la moisson que nous retrouverons
ailleurs. Voyez cependant cet Ane qu'on roue de coups & 1'6cart,


I. LtON L'AFRICAIN, 10c. cit., t. III, p. 452.








A MEMPHIS


parce qu'il a fait le recalcitrant; cet autre don't le faix a gliss6
et que deux hommes rechargent, tandis que deux autres le
tiennent par la tete et par la queue. Lisez aussi la legende dcrite
au-dessus des moissonneurs : ( C'est ici la moisson; quand il
travaille l'homme reste plein de douceur. n Remarquez le joueur
de flfte qui excite les travailleurs. Aujourd'hui encore le fellah
s'accompagne d'un chant quand il peine.
Tous les fellahs que j'ai vus ce matin du haut de mon dro-
madaire, tous ces descendants de la seule race qui ait persist
en Egypte, y conservant son natural et sa vigueur, pendant
que les races venues du dehors y ddgnd6raient peu h peu et dis-
paraissaient, je les retrouve ici. Ils labourent, ils ouvrent la
terre avec leurs hoyaux, ils sement, ils traient les vaches en
cachette, ils attachent des veaux par la patte a des piquets, ils
r6tissent des volailles, ils vident des nasses pleines de poissons,
les femmes ont des corbeilles pleines sur la tete; des serviteurs
apportent des fleurs de lotus et de papyrus, des tables charges
d'oies, de pains, de gAteaux et de legumes. Tous les animaux,
je les retrouve 6galement: chevres don't un fouet content la
petulance et ramene les maraudeuses au gros de la troupe, b6liers
qui foulent les champs ensemences, veaux sautant dans l'herbe,
la queue dressde. J'ai heurtd sur le pont du Nil ce nain qui
conduit un grand singe, ce bossu qui mine en laisse deux
16vriers.
Toutefois je n'ai pas eu la chance de rencontrer l'enfant
accroupi qui, lI, sur la paroi, tient un veau par les jambes de
devant. Le jeune animal resiste, tourne la tete en arribre, jalou-
sement, vers sa mere ligottde qu'un bouvier s'est mis a traire.
Encore moins, 1'inondation 6tant loin, ai-je rencontre le trou-
peau de bceufs passant un gu6. Un des bouviers montre le che-
min, portant sur ses epaules un veau trop petit pour avoir pied,
mais qui, ainsi enlev6, donnera le branle & sa mere et, par sa
mere, au reste du troupeau. Le nourrisson se retourne en meu-
glant vers sa mere. Un patre console ironiquement la bonne
nourrice qui se hite k la suite et rdpond a la plainte. Je n'ai pas
vu davantage le jeune veau blanc qui porte ici un lotus bleu
attache a son cou en guise de clochette.
Viennent ensuite les m6tiers. Des hommes pilent le froment









SAQQARAH, MASTABAS


dans un mortier, des femmes .mlangent h de 1'eau la farine
recueillie. Un homme brasse la pate, met la levure, module des
pains; un autre empile des moules de patisserie. Pains de toutes
falcons, gateaux de toutes sortes.
Des menuisiers et des charpentiers confectionnent des lances,
des lits et des coffres, fabriquent des barques, degrossissent des
madriers au moyen de haches et de doloires, pratiquent des
mortaises avec des ciseaux k froid, percent des trous h I'aide du
vilebrequin a archet, manient l'herminette, ajustent les bor-
dages, 6quarrissent une piece de cedre sur laquelle deux ouvriers
sont a califourchon.
Des statuaires faonnent les images de Ti, l'une en bois
d'accacia, 1'autre en bois d'6bine. Puis on les place sur un grand
traineau. Un pretre fait fumer l'encens sous leur nez. Douze
hommes s'attelent au traineau, sous la conduite d'un inspec-
teur et du chef des ouvriers. Et l'on part vers la tombe, vers le
serdab. Un homme r6pand de l'eau sur le sol pour empecher
1'6chauffement du traineau qui glisse. L'inscription place
au-dessus nous avertit que c'est ((la conduite des statues par
les ouvriers de la maison d'6ternit6 ,.
Rien ne manque, pas meme les cordiers qui tressent des
cables, les peaussiers qui preparent des outres, les 6bdnistes
qui polissent le bois, les celleriers qui nettoient les jarres, les
poissent, les emplissent de biere on de vin, les bouchent avec
des tampons d'argile sur lesquels ils mettent 1'empreinte d'un
sceau, les potiers, les fondeurs qui soufflent au chalumeau.
Tous les corps de metiers sont devant nous, a l'ceuvre. Les sur-
veillants ne badinent pas. Ici et la, on aper9oit le scribe enre-
gistreur.
Une scene curieuse encore : les secr6taires de Ti, intendants
families de la maison, surveillants des magasins, le calame sur
l'oreille, viennent rendre compete de leur mission. Plus loin, ils
sont assis, une jambe repli6e sous la cuisse, l'autre relevde de
facon & permettre au genou de supporter les tablettes; des
appariteurs arms d'un baton conduisent jusqu'h eux des
cheickhs, se trainant sur leurs genoux, en des poses humilides,
qui disent que leur gestion dans les villages n'est pas sans
reproche et qu'ils ont tout h craindre de leurs juges.









A MEMPHIS


Et le marched, est-il anim6 Celui-ci a une outre et deux pots
d'huile B vendre, celui-lh une bourse qu'on lui demand centre
une paire de sandales. Cela rappelle une scene qu'on admire
au Mus6e du Caire : un curieux flane a travers le march, tenant
en laisse un grand cynoc6phale et une guenon. Le singe se
retourne et saisit la jambe d'un marchand. Celui-ci hurle, le con-
ducteur lui lance un sarcasme, pendant que le petit de la
guenon tient sa mere embrass6e. Cela encore est ancien et
nouveau. Les marches d'aujourd'hui, dans les villages, ne sont
pas moins vivants ni moins pittoresques. Les changes s'y
font de la meme maniere, entire marchandeurs 6ternels. Les
petits poulets sont empil6s dans un vase et s'enlevent pour le
meme volume de blW. Le prix d'une marmite dquivaut au tiers
de sa capacity en mais. Et c'est ainsi que verroteries, bracelets
et colliers de perles, talismans, habits, se patient en nature.
Vous pouvez avoir maintenant quelque id6e de ( la maison
6ternelle de Ti. Sa vie durant il y mit son souci. Le tombeau
6tant I'unique 6tat civil d'alors, Ti se fit graver et peindre dans
sa chapelle avec son spouse, son fils, ses corviables, ses titres,
ses richesses, maniere de biographic. A certaines dates, a aux
fetes du commencement des saisons, aux fetes du mois, du
demi-mois et de chaque jour 1, une longue postdrit6, il l'espdrait
bien, viendrait c6lbrer sa m6moire et reciter le proscyneme :
a Royale offrande & Osiris, le dieu grand, pour que celui-ci donne
ce qui sort & la voix, pain, bire, oies, bceufs, v8tements, par
milliers, au f6al Ti. Pour subvenir aux frais de cet approvision-
nement, Ti avait drive vers sa tombe les revenues de nombreuses
terres. Avec une foi robuste il faisait fond sur le souvenir des
hommes, hilas D'ailleurs n'6tait-il pas fix6 sur la pierre dans
l'attitude du commandement, avec tous les attributes de son
autorit6, avec sa taille dominatrice et sa constant gravity, au
milieu de ses sujets, parmi des monceaux de provisions? Qui lui
risisterait?
Pour sa momie, elle reposait au plus profound de la terre, dans
un sarcophage creus6 h mame le rocher, au bout d'un couloir
oblique. Sa femme dormait a c6t6 de son mari. Le caveau avait
6t6 mure avec soin, le couloir rempli jusqu'h la bouche d'un
b6ton tres resistant, l'ouverture, donnant dans le vestibule,








SAQQARAH, MASTABAS


habilement dissimul6e. Mais les fouilleurs de s6pulcres, ces
taupes de malheur, il avait compt6 sans leurs tarieres!
Je vous ai parl6 de la gravity imperturbable de Ti. Jamais
on ne le voit sourire. Dans 1'ancienne ]gypte tout homme en
place devait inspire une terreur religieuse a ses subordonnes.
L'obdissance 6tait a ce prix. La crainte du baton aidait puis-
samment la soumission. Jusque dans les tombeaux qu'il visitait,
1'Egyptien avait sous les yeux l'image de la courbache cinglant
et labourant le dos des r6fractaires. Sur ce point l'Egypte est
rest6e identique a elle-meme. Tels 6taient les fellahs de 1'Ancien
Empire, tels ils sont de nos jours. Ils ne comprennent pas une
autorit6 qui s'humanise et fait appel aux bons sentiments.
Condescendre et rire avec eux, c'est se perdre et se faire m6pri-
ser. Ajoutez qu'ils ignorent le sentiment du ridicule. Leur amour
ne porte que sur les piastres. Coups et amendes, voilk ce qui les
fait marcher. Ils en prennent leur parti. Un vieux philosophy
6gyptien dcrivait : (Sorti du sein de sa mere, l'homme trouve
un superieur devant qui se courber. Enfant, il ob6it a son patron.
Jeune homme, un officer le command. Vieillard devenu faible,
il est h la merci de ses subordonnds. L'homme est fait pour se
plier. Voila une legon de resignation ou de malichisme qui a
toujours 6t6 comprise en Egypte. ((Bien avant l'islamisme, dit
Gabriel Charmes, 1'Egypte etait fataliste et regardait le mouve-
ment des choses humaines comme un jeu inevitable qu'il faut
savoir comprendre et auquel il est rarement bon de resister.
Et ce n'est pas uniquement le fellah que le baton doit contenir
dans le devoir. Il y a beau temps que les sages de 1'Egypte ont
dit : ( Les oreilles du jeune homme sont sur son dos; il obit
a qui le frappe. ) Un scribe rappelle en ces terms a son vieux
professeur le d6but de ses etudes : ((Lorsque j'etais enfant,
j'6tais pros de toi; tu frappais sur mon dos, et tes instructions
entraient dans mes oreilles 1.
La tombe 6gyptienne n'est que 1'dcho de la vie social sous
les premieres dynasties. On s'occupe surtout d'agriculture, de
chasse, de peche, de danses, de luttes, de joutes sur les canaux.
On rit des tours des bateleurs, on se precipite pour voir les bates
f6roces amendes dans des cages de regions inconnues. Aussi les
r. P. Anastasi, III, IV et V.








A MEMPHIS


decorations funebres de cette 6poque sont gaies et fraiches.
Tout cela est ce que l'art memphite a laiss6 de plus parfait.
Sans doute c'est un art qui ne d6passe pas la raalit6 prdsente,
qui peint le monde tel qu'il est; c'est un m6tier, 1'ceuvre d'une
main savante plut6t qu'une creation de l'Ame. Mais combien
l'image que nous donne cet art est exacte, precise et saisissante
a force d'etre vraie 1 Comme elle a vie, movement et grace
naturelle I Elle est la propre fleur d'une terre privilegide oh il
y avait peu de besoins et, par suite, mediocrity de d6sirs; oh la
nature 6crase l'imagination et ne lui laisse que le loisir de repro-
duire en perfection les details : le dandinement et le port de tate
pretentieux des oies, a la march lente et mesur6e du bceuf, le
pas court, l'oreille meditative, la bouche ironique de l'Ane, le
trot menu et saccad6 des chevres, le coup de rein du 16vrier
en chasse..., la force came du lion au repos, la demarche sour-
noise et endormie du leopard, la grimace des singes, la grace
un peu grele de la gazelle et de l'antilope1 ). u Les peintres
6gyptiens, dit V. Loret 2, excellent dans l'art d'observer et de
rendre. Leurs animaux sont scrupuleusement d6taill6s, l'allure
et le movement en sont soigneusement exprim6s. )
La cel6bre statue du Cheickh el Beled, ainsi nommie par les
fellahs a cause de sa resemblance avec 1'un des maires de Saqqa-
rah, personnifie a merveille I'art 6gyptien en mime temps qu'elle
est une de ses oeuvres les plus parfaites. Cette statue est actuel-
lement au Musee du Caire. Elle repr6sente le a pr8tre et lecteur
en chef ) Ka-Aper. Il vous regarded, dirait-on, et s'avance vers
vous, avec sa t&te 6nergique, quoique commune, son encolure
6paisse, son corps lourd et bas sur jambes. U1 est au sommet
de la vie; son contentement et sa suffisance bourgeoise rayon-
nent; l'on devine pourtant a la surabondance de chair qu'il
va vieillir. Jamais sculpteur, sans rien d'outre, ne copia les
details de la realit6 d'une main plus sfire et avec une attention
plus scrupuleuse 8.

I. MASPERO, Archdologie dgyptienne, Ire edit., pp. i68-169.
2. L'Agypte au temps des pharaons, p. 82.
3. Cf. MASPERO, Agypte, p. 87-88: J. CAPART, Some remarks on the
sheikh el-Beled, dans Journal of Egyptian Archaeology, t. VI, 1920, p. 225-
233; Lefons sur I'art igyptien, p. 219-220.







PLANCHE 9


F'


4
f //'



-7
: A 1''



:i^ / _.___ ik \ .. .

Thte de la statue du Cheikh el-Beled (Musce du Caire) (p. 56).


C
.. pic r



~~ ,,,,kr!

%es~: ,i








PLANCHE 10.


1/
Il




















Tombeau de Mera : Stle de la Chapelle (p. 58).









SAQQARAH, MASTABAS 57

Ici, comme en face du Sphinx, se pose la question : Est-ce une
civilisation naissante, la civilisation qui possede un art si savant
dans son raalisme? Un livre 6crit sous la Ve dynastie par un
fils de roi raffine sur la philosophie. Est-ce lI 1'ceuvre d'une
periode d'incubation? Platon disait que chez les Egyptiens
il existait des ouvrages de peinture et de sculpture faits depuis
dix mille ans, et Platon parlait, ( non pas pour ainsi dire, mais
a la lettre ,. Dix mille ans c'est beaucoup. Mais encore doit-on
supposed qu'avant MWnes, le premier roi d'igypte, le monde
v6cut de la vie social. Une civilisation a son enfance et ses
tAtonnements. Elle ne pousse pas avec la rapidity des plants
6gyptiennes qui grandissent et se developpent en quelques
annies. Encore moins atteint-elle du premier coup le plus com-
plet 6panouissement I

D'autres mastabas mdritent une visit. Celui de Merirouka,
dit Mera, a sa porte tournme au sud. II est vrai qu'au sud se
trouve la pyramid de Teti et que Mera en 6tait le pretre. La
tombe de M6ra a quarante cinq mrtres de long et vingt quatre
de large; elle se compose de trente deux chambres. C'est un
veritable tombeau de famille. Mera s'est reserve vingt et une
sales, il en a laiss6 six a son spouse; plus tard, le prince T6ti-
MWra, son fils, adjoignit sa s6pulture a celle de ses parents et
construisit les cinq pieces du fond. La decoration de ces cham-
bres traite les m&mes sujets que la decoration de la tombe de
Ti. Je vois un jardinier qui apporte de l'eau avec des balances
pour arroser les carries, deux nains 6tirer de l'or, M6ra assis sur
un divan, tenant a la main un chasse-mouches, assister a un
concert oh sa femme joue de la harpe, un lion d6vorer le mufle
d'un taureau. Mais entrons au pressoir. Quatre hommes arri-
vent portant sur leur tate des couffes pleines. Les grappes sont
mises dans une cuve et six hommes, se maintenant a une pou-
trelle horizontal, foulent les grains. Apres le foulage, le marc
est enferm6 dans un sac tendu entire deux longs batons qu'on
tourne en sens inverse. Le jus s'6coule a travers l'enveloppe
et tombe dans des vases qu'on emporte a measure qu'ils sont
remplis. Je vois encore des cailles se perdre dans les bl6s et les
filets se tendre pour les arreter, MWra jouer aux 6checs, un









A MEMPHIS


homme agenouill6 recevoir de quatre individus des coups de
pied sur les jambes et h la t8te, des bateliers manceuvrer leurs
rames en trois temps, tout comme les bateliers du Nil font
encore de nos jours : a la premiere impulsion, qui se donne en
plongeant les rames dans l'eau, l'homme est debout, a la second,
il se penche en arriere, a la troisieme, il est assis sur le banc.
Je m'en voudrais de ne pas vous signaler une maniere de
chasser inconnue maintenant en ]gypte, mais tris connue en
Australie. Sur les oiseaux aquatiques, qui peuplent les longs
roseaux, MWra lance un baton recourb6 qu'on voit partir
tournoyant et qui revient charge. Ni plus ni moins, c'est la
chasse au boomerang.
Tenez, voici la bastonnade en r6gle. Le coupable mis i nu
est assis a terre; un poteau surmont6 de deux totes passe entire
ses jambes, un aide maintient ses bras autour du poteau, pen-
dans que le baton, c ce don du ciel >, s'abat sur son dos. Tout
proche une vache vle :'un homme lui tient la tete, un autre
tire le veau, un troisieme, appuy6 sur un baton, donne des
conseils.
Dans une niche de la plus grande chambre, vis-a-vis de la
porte, un Mera de deux metres trente, le buste bien effac6, la
t&te haute, la face avenante, se dresse vetu du pagne a tablier
triangulaire, coiff6 de la perruque blonde h petites boucles.
Devant la niche, quatre marches montent h une table d'offrandes
en alb&tre.
Le mastaba de Phtahhotep, Ve dynastie, est aussi un tombeau
de famille. Un couloir pinetre par un coude dans un vestibule
central h quatre piliers qui command, sur ses c6tes, h une s6rie
de chambres ou de chapelles. Tout au fond, vers le sud, un
passage mene i la salle fun6raire de Phtahhotep, une vraie mer-
veille, avec ses bas-reliefs tres vivants, qu'6gaient de riches
couleurs. Sur le mur ouest, il y a deux steles. La stele, il n'est
que temps d'y insisted, est comme le resum6 de la tombe. Tout
converge vers elle. Elle est un simulacre de porte. Cela est si
vrai que chez Mera elle est munie de son verrou et de ses pen-
tures. Il est probable que cette fausse porte n'est que le d6ve-
loppement de la niche qu'on voit sur le mur oriental des tombes
archaiques. On se plagait devant cette niche pour offrir le repas








SAQQARAH, MASTABAS 59

fundraire, et le d6funt accourait de l'occident h la voix des
vivants. Plus tard, la niche s'agrandit, prit la forme d'une
porte, la porte mystique de l'ouest ou du royaume des morts,
et elle s'abrita entire les murs d'une chapelle oh plus que jamais
les vivants vinrent communiquer avec le defunt et le ravi-
tailler.
Le linteau de la stele porte le nom et les titres du maitre
don't le portrait est grave en pied sur les c6tis. Contre la baie
muree, c'est en d6funt qu'il est assis, allongeant la main vers
une table prete pour le repas. Au-dessous, entire les montants,
A m&me le sol, sur une table d'offrandes s'accumulent les mets
et les boissons destines a renouveler les approvisionnements de
la table. Dans un angle de la st6le, vis-a-vis du d6funt, le menu
du repas et les c6ermonies qui doivent l'accompagner sont
graves en un tableau ou sorte de pancarte. Toutes les scenes
de la tombe n'ont qu'un but : alimenter le d6funt, en le mon-
trant digne que la post6rit6 ne l'oublie pas et que les dieux
lui fassent bon accueil. C'est pour lui que le boeuf nait, qu'il vit
au phturage, clochette au cou, qu'on l'engraisse et qu'on le
d6pece; c'est pour lui qu'on laboure, seme, moissonne, d6pique,
vanne, et qu'on monte le bl6 au grenier, puis qu'on fabrique la
farine; c'est pour lui les troupeaux de bates a comes et a
plumes. C'est pour lui, en un mot, que travaillent tous les corps
d'6tat.
Le proscyneme grav6 a l'endroit le plus apparent de la stele
et r6cite par les visiteurs assurait l'efficacit6 de ces scenes par
sa vertu magique. Chez Phtahhotep, il est 6crit sur les jambages.
D'un c6te, il invoque Anubis, le portier et l'introducteur dans
le palais divin d'Osiris : ( Don d'offrande de par le roi et de par
Anubis, chef du palais divin, pour un tombeau complete, (apres)
une excellent vieillesse, a l'honore aupres du dieu grand
(Osiris), Phtahhotep. )) De l'autre c6te, Osiris est sollicit6 directe-
ment : ( Que le roi donne l'offrande, qu'Osiris donne l'offrande,
lui qui est seigneur de Busiris, chef de la region de l'ouest, pour
que puisse avoir les mets fun6raires chaque jour celui qui aime
la justice et qui est mdritant devant elle, Phtahhotep. )
Il est a noter que, dans cette formule, au course des premiers
ages, on invoqua d'abord Anubis seul, puis le roi et Anubis et








A MEMPHIS


enfin le roi, Anubis et Osiris. Si l'appel au roi pricede invariable-
ment I'appel aux dieux, c'est que le roi 6tait regard comme
l'interm6diaire natural et n6cessaire entire les hommes et les
dieux.
Phtahhotep en passant par le canal du roi demand done
aux dieux trois choses : 1 une bonne sdpulture dans l'Amenti
ou 1'occident apres une vieillesse heureuse et longue; 20 la
protection pour son voyage dans l'autre monde; 30 le maintien
des liturgies fun6raires aux dates fixees, par l'apport des pro-
visions. La second demand n'est ici qu'implicitement com-
prise dans la a bonne sepulture ; mais, dans d'autres tombes, il
est dit en terms expres du d6funt : a Qu'il march sur les voies
c6lestes d'une march heureuse; qu'il soit accueilli par le
dieu et guide dans les chemins excellent oi marchent les bien-
heureux; qu'il parvienne aupres du dieu grand, maitre de
1'occident. Ces trois demands supposent Phtahhotep dans
trois 6tats :vivant et bAtissant sa tombe, mort et en route pour
I'autre monde, entree au royaume des dieux et recevant ici-bas
le culte funeraire. D'oi trois series de tableaux.

A. Il est vivant et il bhtit sa tombe. C'est en, en effet, le vivant
qui, au-dessus de la porte, est assis. Il est a ses occupations du
matin. Il lit et dcoute des rapports tandis que s'acheve sa toi-
lette. Un serviteur lui soigne les pieds, lui point les jambes, un
autre lui fait les ongles, un autre lui pose la perruque, un autre
apporte du linge. Sous le siege un cinquieme serviteur tient en
laisse trois lvriers et un singe. Douze officers sont devant le
maitre, genou en terre, l'un d'eux lui presentant un 6crit. Tout
autour des musicians jouent qui de la harpe, qui de la ffite, qui
des castagnettes, qui en frappant dans ses mains. G'est encore
le vivant qui surveille la cueillette des grappes, les jeux, la
chasse : o il voit les belles r6jouissances qui sont donnees dans le
pays tout entier. Entre autres divertissements, des enfants
jouent a l'ane : c'est un gars a quatre pattes qui porte sur son
dos deux autres gars qui en se tenant mutuellement les jambes,
forment paniers de chaque c6t6 du porteur. Au pressoir, on
tord le marc dans un sac, comme chez MWra; a la fin, pour
achever la pression, un des hommes 6tendu tout de son long








SAQQARAH, MASTABAS


s'arc-boute des pieds et des mains aux batons jusqu'a ce que
le jus ait achev6 de couler. La chasse a lieu au desert; les l6vriers,
des sloughi, rabattent les hyenes, les oryx, les gazelles, les
chacals, les leopards et les bceufs sauvages. A l'6cart, un chasseur
guette un lion. Une vache avec son veau a dt6 donnie comme
appat. Le fauve 1'a saisie au mufle et l'affole de terreur au point
qu'elle en perd l'assiette de ses entrailles. C'est le vivant tou-
jours qui assisted h la peche, a la chasse aux oiseaux sauvages, a
la fabrication des barques, qui fait la revue de ses jeunes soldats,
inspect les troupeaux et les travaux agricoles sur le mur est
oh sont les scenes les plus remarquables. Le vivant apparait
ainsi prospire a travers ses nombreux domaines et parmi ses
immense troupeaux. Partout ses titres s'alignent et se rdpetent.
Des dieux et des hommes qui oublierait le pr&tre des pyramides
d'Ouserenra, de Menkahor et d'Assa?
B. II est mort et en route pour l'autre monde. Phtahhotep
paraissait peut-6tre en voyage sur ((le bassin de l'ouest dans
les scenes que le temps a emporties. D'ailleurs c quelques
tableaux discrets a seulement montraient le difunt (courant a
toutes voiles vers l'autre monde sur le bateau de ses fun6railles
le jour oh il s'6tait installU au fond de son logis nouveau1 1.
C. I1 est entr6 au royaume des dieux et regoit ici-bas le culte
fun6raire. Il n'y a qu'a voir l'abatage des quadrupides, leur
ddpegage, la foule des serviteurs empressds A servir les mets,
la table garnie vers laquelle s'amoncellent les provisions, les
pretres qui purifient la pierre, brilent 1'encens et recitent les
formules, la procession des personnages de marque apportant
les offrandes, pour se rendre compete que les liturgies s'accom-
plissent et que Phtahhotep regoit les mets funmraires qu'il
r6clamait dans le proscyneme 2.

I. MASPERO, loc. cit., pp. 119-120.
2. Cf. The tomb of Ptah-hetep, dans QUIBELL, The Ramesseum, 1896.
















CHAPITRE VII


MARIETTE ET LE SERAPEUM. ZOZIR ET OUNAS.

On ne peut pas toujours admirer, il faut bien quelquefois
manger. A cet effet, nous nous dirigeons vers la maison de
Mariette, maison ouverte a tous les visiteurs, qui peuvent s'y
reposer un moment. On trouve sous la veranda des tables et des
bans. Un vieil Arabe, le reis Roubi 1 qui, le premier avec Ma-
riette, entra dans le Serapeum, vous fait les honneurs. Mais peut-
6tre que ce nom de Mariette ne vous dit pas grand' chose. Il dit
beaucoup en IEgypte, il dit encore plus dans le monde des
hi6roglyphes. Mariette etait un Frangais de Boulogne. Vers
1848, charge par son gouvernement de visitor les couvents
coptes, afin d'y recueillir, d'y collationner et d'y acheter des
manuscrits, il vint en IEgypte. Mais il avait Wt6 devanc6. Un
Anglais, le R6v. Tattam, avait deja parcouru les monasteres,
grisant les religieux pour les mieux d6pouiller, et 6tait reparti
avec une pricieuse collection de manuscrits qu'on voit aujour-
d'hui au British Museum. Le patriarche schismatique, indign6
de la conduite de ses moines, fit r6unir tous les manuscrits et les
livres restant dans un m6me local, et, par surcroit de precau-
tion, les fit murer. Les visiteurs ne sont plus accueillis dans les
couvents qu'avec une extreme defiance. Mariette se tourna vers
1'6gyptologie. Une phrase de Strabon sur les sphinx du temple
de Serapis le hantait depuis longtemps. Unanimement les
savants declaraient qu'il ne restait rien de ce temple. Un jour
que Mariette se promenait a Saqqarah, il apergut un sphinx
don't la tate sortait du sable. Il avait d6ja rencontr6 plusieurs
sphinx semblables dans les jardins du Caire et d'Alexandrie.


I. Mort depuis.









LE SERAPEUM, ZOZIR, OUNAS


Ils devaient provenir de Saqqarah ohi celui qu'il voyait n'avait
pas encore 6t6 deranged. Une intuition rapide lui montra 1'em-
placement du temple don't avait parl6 Strabon. II se mit a
l'ceuvre et, de peripdtie en perip6tie tout un roman il eut
le rare bonheur, au bout de quatre ans, de d6couvrir le
tombeau des bceufs. J'avoue que, dit-il lui-meme, quand le
12 novembre 1851 je p6n6trai, pour la premiere fois, dans
I'hypogee des Apis, je fus saisi d'un tel 6tonnement que cette
impression est toujours restie vivante dans mon Ame. Par un
hasard incomprehensible, un appartement, qui avait etd mur6
dans la trentieme ann6e de Ramses II, avait 6chapp6 aux
pillards, et je fus assez heureux pour le trouver intact. Trois
mille sept cents ans n'avaient rien pu changer a sa forme
primitive. Les doigts de 1'tgyptien, qui avait place la dernire
pierre pour murer la porte, 6taient encore reconnaissables sur
la chaux. Des pieds nus avaient laiss6 leur empreinte sur la
couche de sable don't le sol 6tait couvert dans un coin du tom-
beau. Il ne manquait rien a cette demeure fundraire, dans
laquelle un taureau embaum6 reposait depuis pros de quatre
mille ans.
Du coup, grace aux documents mis au jour, on put fixer la
chronologie des dermires dynasties pharaoniques. A partir de
ce moment, Mariette ne cessa de marcher d'une decouverte .
l'autre. Du Delta a la second cataracte, il mit a la besogne tout
son cceur et toute sa divination, tres grande chez lui, et ouvrit
en plus d'un endroit le livre ferm6 qu'avait &t6 jusque-li l'his-
toire de 1'1igypte. II y a quelque cinquante ans, que savait-on
des pharaons? De Cheops a Ramses II, on n'avait guere que
des noms. Ce monde 6tait a reconstruire. Nous lisons mainte-
nant les exploits des Thoutmes et des Amenophis. La trame de
I'histoire se degage de la poussiere et de la brume des l1gendes,
se renoue.et se precise, avec ses couleurs vraies et vivantes.
On possede une foule de documents sur les premieres dynasties
et l'on ne disespere pas de faire sortir de terre l'histoire com-
plete de la plus ancienne, peut-6tre, des civilisations.
Mariette (1821-janvier 1881) passa le dernier printemps de
sa vie dans cette maison oi nous d6jeunons et qu'il avait fait
construire pour surveiller les fouilles. Il est enterr6 devant le









A MEMPHIS


Mus6e de Gizeh, qui avait succ6dd au Mus~e de Boulak, et oh il
avait reuni des monuments historiques de premier ordre. Mais
le Mus6e de Gizeh se transport en ce moment dans un local
plus vaste, plus grandiose, qu'on vient de batir sur la rive droite
du Nil. On y transportera aussi le tombeau du savant frangais,
et l'on 6levera une statue a celui qui fut, comme on l'a dit, une
sorte de Christophe Colomb pour l'ancien monde 6gyptien.
Le Serapeum 6tait un temple comme les autres temples
d'lgypte. II avait son all6e de sphinx, probablement son pylone,
sa cour entourde de portiques, sa salle hypostyle, son sanctuaire
et les chambres accessoires, et enfin son enceinte. Il etait bAti
sur un roc oh s'ouvraient de vastes souterrains. Dans ces sou-
terrains etait la tombe d'Apis. Il y eut, d'abord, des caveaux
isolds, creusds au hasard, puis une galerie commune avec des
chambres menag6es des deux c6t6s. On utilisait ces chambres
a measure que mourait un Apis. Ces caveaux et cette galerie
sont aujourd'hui sous le sable. Une dernire galerie, tras vaste,
longue d'environ deux cents metres, est celle que tout le monde
visit. Elle a servi de la XXVIe dynastie au dernier Ptoldmee.
Dans les chambres latdrales on compete vingt quatre sarco-
phages de granit, tous vides. Voici leurs dimensions moyennes :
deux metres de facade, quatre metres de profondeur, sur trois
metres trente de haut. Chaque monolithe peut bien peser
soixante cinq mille kilogrammes. Pour des bceufs, ga n'est rien.

La pyramid a degres est tout entire massive. Elle recouvre
un large puits creus6 dans le roc. L'entr6e du puits est au nord.
Cette pyramid appartient h Zozir, roi de la IIIe dynastie.
On a justement remarqu6 que les six gradins de la pyramid
sont semblables & autant de mastabas de moins en moins
grands que l'on aurait superpos6s. Si vous le prdfdrez, disons
que, haute de soixante metres, elle se compose de six cubes
a pans inclines, en retraite l'un sur l'autre de deux m6tres a
peu prEs.
Des carreaux en faience 6maill6e de couleur verte ornaient
les parois de la chambre fundraire de Zozir. En 1843, Lepsius
les enleva et les porta au Mus6e de Berlin. Depuis lors, ils ont
&t6 l'objet de plusieurs dissertations, oh l'on pr6tendait a grand









PLANCHE II.


m4

i '
Er6^1 TJ,..,,


-.


SAQQARAH. Chapelle du tombeau de Phtahhotep (p. 58).


aII

II



Ir-
I;










PLANCHE 12.


SAQQARAH.

Chapelle du tombeau de Ptahhotep : Bas-relief repr6sentant
des porteuses d'offrandes (p. 61).








LE SERAPEUM, ZOZIR, OUNAS 65

renfort d'arguments que ces carreaux, fixes la muraille par
des fils m6talliques, dataient de la XXVIe dynastie. Or, voici
que, dans les tombes archaiques d'Abydos, on a trouv6 divers
fragments de terre 6maillee et un plancher cousu de fil de cuivre.
L'6mail est done tres ancien en Rgypte, le fil de cuivre aussi,
et Zozir, je le crains, a 6t6 depossed6 injustement, deux fois
injustement.
Ii ne nous reste plus qu'h entrer dans la pyramid d'Ounas,
le dernier roi de la Ve dynastie. Cette pyramid a servi de
module a toutes ses voisines de 1'Age suivant. Les proportions
seules varient. L'ext6rieur d'Ounas est ruineux et informed.
La porte s'ouvre au nord, just au-dessous de la premiere assise.
Un couloir, ou plut6t un boyau, descend entire des murs de
calcaire jusqu'h une sorte de salle d'attente. Au sortir de cette
salle, on march encore dans le calcaire, puis dans le granit
de Syene. La parties de granit 6tait barrie trois fois par d'6normes
herses 6galement en granit. Au-dessus de chacune de ces
herses, il a y un space vide oh elles avaient d'abord Wte main-
tenues par des 6tais ou potelets, tant qu'on avait eu besoin du
passage. La momie une fois en place, les ouvriers s'6taient
retires, sapant les potelets, et les herses 6taient tomb6es derriere
eux. Ces herses aujourd'hui disparues, on avait dfi les contourner
d'abord. Aprbs la dernimre herse, le couloir recommence en granit
poli, puis en calcaire compact. Les deux parois laterales en cal-
caire sont couvertes de beaux hieroglyphes points en vert; au
plafond luisent des 6toiles de meme couleur. Nous voici dans un
vestibule. A gauche, un couloir mene dans une chambre a trois
niches : c'est le serdab, ou receptacle des statues. Le serdab,
avons-nous dit, existe dans toutes les tombes et n'est jamais
d6cor6. A droite, le vestibule aboutit a la salle du sarcophage,
couverte d'hieroglyphes points comme pr6cidemment et dis-
pos6s en lignes verticales. La paroi opposee a 1'entree, de l'al-
bAtre le plus fin, n'a pas d'hieroglyphes, mais elle est revetue
d'une couche d'ornements cisel&s, a rainures, le tout peint et
rehauss6 de noir et de vert. Li encore, au plafond, brille le ciel
d'une belle nuit. Le sarcophage est en basalte noir sans inscrip-
tions, le couvercle en a 6t6 jete dans un coin, la momie d6pouill6e
sur place. Un bras, des morceaux de crane, des c6tes, un tibia,
8








66 A MEMPHIS

c'est tout ce qui restait du roi Ounas en 1881, lorsqu'on arriva
dans son caveau.
Les fouilles autour de la pyramid d'Ounas ont fait connaitre,
une fois de plus, que les monuments qui nous restent sont batis
d'ordinaire sur l'emplacement d'autres monuments. A creuser
le sol, on arrive h des traces, a des debris qui nous conduisent
jusqu'aux toutes premieres dynasties et meme au delU. On ren-
contre, par example, des bouchons de jarres d'offrandes tim-
brdes au nom des rois thinites. Si bien qu'une Rgypte nouvelle,
une ]fgypte historique, connaissant 1'6criture, ayant ses rites
precis et hierarchiques, se d6gage peu a peu des ombres du pass
et nous rejette quinze cents ans en arriere.








PLANCHE 13.


SAQQARAH.I

Pyramide du roi
Ounas : chambre
funnraire (p. 65).







PLANCHE 14.


Vrk


MEMPHIS. Le petit
village de Mit-Ra-
hineh (p. 6.8).

















CHAPITRE VIII


L'AGYPTE A RI. LE RETOUR.

Et je songe, au sortir de chez Ounas absent, sur le mouvant
linceul de sable jaune qui cache les retraites de la mort, a deux
pas de la vallee verte et bleue qui fuit avec son fleuve vers les
blancs minarets du Caire et la porte du Delta; je songe au people
antique qui v6cut la, il y a six mille ans. Les Grecs, les plus
beaux artistes de mensonge, et les plus legers, que la terre ait
ports, nous ont lgu6 une Egypte austere, mysterieuse, morose
jusqu'A l'ennui. Ils l'avaient jugee a travers ses statues, graves,
solennelles, rigides et fig6es dans une immobility hieratique, A
travers ses dieux et ses rois sculpts dans l'accomplissement
des rites religieux. Par eux, par cette Grace que notre education
classique nous impose en bloc, nous avions l'impression d'un
people en dehors de l'humanit6, impression tenace, accepted
une fois pour toutes, et don't les plus avertis ont peine a se
defaire. Bossuet lui-meme admirait la gravity de cette Egypte
de pierre et la servait en legon a son royal &leve. G'etait A se
demander si l'Egyptien avait jamais ri, si la courbache n'avait
pas eu de repits.
Eh oui, l'Egyptien a ri. Comme Phtahhotep, il a assist b
toutes les belles r6jouissances donnies dans la terre entire a
Toute une serie de papyrus nous a r6v6l6 une ]gypte rieuse et
d'humeur aimable et facile. Elle a fait des contest, l'Egypte, elle
a chant, elle s'est amusee. Elle a ressembl6 A tous les peuples
civilis6s de tous les temps. Elle s'est divertie en prose, en vers, en
nouvelles historiques, religieuses, anecdotiques, en r6cits de
fees. Les fees 6gyptiennes, nous les verrons h Louxor, pros du
berceau d'Amenophis III, sous la forme de belles dresses,
d'Hathors a la face rosee, aux oreilles de genisse, aux mains
8*









A MEMPHIS


pleines de dons. Le cas de la femme de Putiphar n'est pas un
cas isol6. Phtahhotep, le plus ancien moraliste du monde, celui-lh
meme, peut-8tre, que nous admirions tout a l'heure, ne d6finis-
sait-il pas la femme : un faisceau de toutes les m6chancet6s, un
sac plein de toutes les malices? A trois mille ans d'intervalle, la
meme these reparait, et Ani dit que la femme est une eau pro-
fonde don't nul ne connait les detours. Par ailleurs, des scenes
de crapule s'affichent dans quelques tombes. Ici, l'on emporte
un homme ivre mort; lI, une femme qui en a trop pris fait des
restitutions. Le tableau est on ne peut plus cru : une suivante
presente la cuvette et l'on voit le jet de 1'ivresse.
L'Egyptien mangeait fort, buvait d'autant, et, h l'occasion,
se gorgeait d'huile d'olive. Les 6tudiants negligeaient beaucoup
les livres, au plus grand profit des taverniers, t6moin le jeune
Pentaour a qui son maitre donne une vol6e de bois vert. a On me
dit que tu abandonnes les lettres, que tu course de rue en rue,
fleurant la biere. Toutes les fois qu'on abuse de la biere, elle fait
sortir l'homme hors de soi-meme ; c'est elle qui met ton Ame
en pikces... Tu sais que l'exces du vin est une abomination, ne
mets pas les cruches devant ton cceur, jure de ne pas toucher
aux jarres... D Allons I l'Egypte ne fut pas que morose, et l'on
aime a croire qu'entre l'exces de serieux et l'orgie, il y eut une
large place pour la vie a peu pros honnete, pour la douce
gaiet6, pour les plaisirs simples don't on r&ve dans les tombes
de 1'Ancien Empire...

Mais voilh le drogman de ces dames qui agite les bras comme
un moulin a vent. Il est l'heure de retourner chez les vivants.
Nos chameaux berceurs nous portent vers la vall6e. Au bas du
plateau nous quittons bient6t la chaussde et, a notre droite,
par un sentier, d'abord en zigzags a travers les bl6s, puis
contournant le village de Mit-Rahineh, nous entrons dans
Memphis.
C'est un immense bois de palmiers, levant haut dans les airs
leurs plumeaux de feuilles. Sous l'ombre des arbres, des monti-
cules de decombres, des fragments de granit ou de calcaire, des
troupeaux de ch6vres et de moutons qui cherchent pature, des
bergeres, des fellahs qui se glissent entire les troncs glanc6s, deux









L'EGYPTE A RI


colosses couches sur le dos et mutil6s, c'est tout ce qui reste de
la plus antique et de la plus c6lbre capital. On se rappelle
involontairement la proph6tie de J6r6mie : ((Memphis sera
r6duite en un desert; elle sera abandonn6e et elle deviendra
inhabitable. )
Les deux colosses repr6sentent Ramses II (lui, toujours lui).
L'un, taill6 dans un bloc calcaire siliceux, a perdu ses jambes;
on lit son nom grave sur l'6paule droite, sur le pectoral et sur la
boucle du ceinturon; c'est un beau Ramses, encore jeune,
coiff6 du pschent, et imposant. L'autre est en granit rose; sa
couronne faite d'un bloc rapport git derriere la tate, elle a
deux metres de haut; son pied droit manque; sa jambe gauche,
lev6e pour la march, a W6t bris6e a la hauteur du mollet; comme
le premier colosse il porte son nom 6crit trois fois. En haut-
relief et de proportions r6duites, sur la gauche de la statue,
resort l'dpouse royale Bentanat.
De B6dr6chein au Caire, nous assistons a la magie du couchant.
Elle tombe, cette magie, sur le desert, sur la pointe des pyra-
mides, sur la cime des arbres, en violets incandescents, en
rouges de braise. Le soleil, comme une vaste gloire, sert de fond
aux pyramides, les 6claire et les projette vers nous. Et
subitement, c'est la nuit : un jour bleu, un jour rose, succ6dant
t un jour dor6. Tout prend des formes recueillies. Un moment
encore la montagne libyque couve un feu qui s'6teint en irra-
diant le ciel de lueurs jaunes et de reflects rouges, puis l'ombre
noire des arbres se d6coupe et traine sur le sol. La ville du Caire
allume son diadrme de couples et de minarets, tandis qu'a nos
pieds, dans le Nil, tremble le reflet 6largi des premieres 4toiles.
Et 1& haut se ddroule la voie lact6e, mollement blanche, dans
un champ d'azur le plus vif et le plus doux oh, comme de
beaux lotus, les astres surgissent et tendent vers nous leurs
calices d'or.










PLANCHE 15.


MEMPHIS Un des
deux colosses de
Ramses II. p 69















PLANCHE 16.


MEIDOUM.


La Pyramide A
degr6s (p. 75).


_I














II. VERS THEBES.


CHAPITRE IX

LE COUP DU DEPART. LES COPTES.

Ce n'est pas sans une certain emotion qu'on s'apprete a
remonter la vallee du Nil. Memphis et Thebes nous appellent.
Et entire ces deux villes, ou plut6t ces deux noms, que d'autres
noms Tout un passe mystdrieux de paganisme sur les bords
d'un fleuve 6nigmatique lui-m8me par plus d'un c6t6; tout un
pass aussi de christianisme, quand avec les Paul, les Antoine,
les Pac6me, le ciel descendit dans le desert et le fit fleurir. Le
pied heurte A chaque pas des fragments de colonnes ou de sta-
tues et des ruines de couvents. A la lisi&re du desert, dans la
montagne, de chaque c6td, presque sans interruption, se
creusent les n6cropoles. Et l'imagination se plait a reconstruire
l'ancienne Rgypte, sous l'infinie transparence du ciel, parmi des
paysages don't la ddlicatesse des lignes et des tons est admirable.
Temples, villes, monasteres, se dressent devant notre pensee.
Corteges de rois, processions de pr8tres, houle des peuples,
armies victorieuses ou en retraite, Assourbanipal, Cambyse,
Alexandre, Bonaparte, Desaix et les Mamelouks, passent devant
nos yeux, le long de cette avenue sans fin qu'est le Nil.
Au sortir du Caire, le chemin de fer traverse le Nil. Il suit la
rive gauche pendant six cents kilomhtres environ. Avant d'ar-
river h Louxor, il coupe de nouveau le fleuve et se retrouve,
comme au depart, sur la rive droite.
Nous sommes a l'epoque la plus douce de l'annie. Les champs
sont verts, les bles, 'orge, les luzernes, le trifle fr6missent sous
le vent. Des ramiers violent a travers les herbes. Par les chemins














II. VERS THEBES.


CHAPITRE IX

LE COUP DU DEPART. LES COPTES.

Ce n'est pas sans une certain emotion qu'on s'apprete a
remonter la vallee du Nil. Memphis et Thebes nous appellent.
Et entire ces deux villes, ou plut6t ces deux noms, que d'autres
noms Tout un passe mystdrieux de paganisme sur les bords
d'un fleuve 6nigmatique lui-m8me par plus d'un c6t6; tout un
pass aussi de christianisme, quand avec les Paul, les Antoine,
les Pac6me, le ciel descendit dans le desert et le fit fleurir. Le
pied heurte A chaque pas des fragments de colonnes ou de sta-
tues et des ruines de couvents. A la lisi&re du desert, dans la
montagne, de chaque c6td, presque sans interruption, se
creusent les n6cropoles. Et l'imagination se plait a reconstruire
l'ancienne Rgypte, sous l'infinie transparence du ciel, parmi des
paysages don't la ddlicatesse des lignes et des tons est admirable.
Temples, villes, monasteres, se dressent devant notre pensee.
Corteges de rois, processions de pr8tres, houle des peuples,
armies victorieuses ou en retraite, Assourbanipal, Cambyse,
Alexandre, Bonaparte, Desaix et les Mamelouks, passent devant
nos yeux, le long de cette avenue sans fin qu'est le Nil.
Au sortir du Caire, le chemin de fer traverse le Nil. Il suit la
rive gauche pendant six cents kilomhtres environ. Avant d'ar-
river h Louxor, il coupe de nouveau le fleuve et se retrouve,
comme au depart, sur la rive droite.
Nous sommes a l'epoque la plus douce de l'annie. Les champs
sont verts, les bles, 'orge, les luzernes, le trifle fr6missent sous
le vent. Des ramiers violent a travers les herbes. Par les chemins








VERS THPBES


vont les longues files de chameaux et les fellahs h la peau
bronzee, au visage dur.
En g6n6ral, par fellahs, on entend les paysans, les agricul-
teurs. Or, le fellah est tres souvent musulman et descend des
nombreux ]gyptiens qui passerent a Mahomet lors de l'invasion
arabe 1; il est aussi copte, c'est-a-dire du nombre des anciens
Egyptiens qui rest&rent chretiens apres la conquete musulmane;
il est encore bedouin,c'est-a-dire Arabe nomade fix6 sur les bords
du Nil et travaillant la terre; enfin il est Arabe sidentaire,
l'Arabe immigr6 ou descendant des conqu6rants. Par le nom
d'Arabes, on d6signe souvent tous les fellahs sans distinction.
Il y a, en Igypte, quinze a vingt mille Coptes catholiques. Les
autres Coptes, huit cent mille environ, sont schismatiques ou
orthodoxes, comme on dit ici; ils ne reconnaissent pas le pape
comme le vicaire de J6sus-Christ; ils se disent en outre mono-
physites ou partisans d'une seule nature dans Jesus-Christ;
mais, comme l'6crivait djba un missionnaire au debut du
xvIle siecle, ils sont (plus ignorants que schismatiques ,. Ils
font consister leur religion surtout dans le jenfe. Au course de sa
derniere maladie, il y a quelques annees, un 6veque ne voulut
jamais prendre une potion que le medecin prescrivait absolu-
ment. C'dtait jour de jefne. ( Je mourrai, s'il le faut, dit l'dv0que,
mais je jeunerai. s Avec cela, il a laiss6 la reputation d'un saint.
On m'a cit6 un pretre qui, avant de monter h l'autel, se faisait
scrupule de se laver, non pas la bouche, mais les mains avec du
savon. I1 craignait apparemment que le savon n'ouvrit les pores
et ne se glissAt avec l'eau dans son corps. D'aucuns soutiennent
qu'on ne peut dire deux messes successives au meme autel, car
pour la messe trois doivent 6tre a jein : le pr8tre, le calice et

I. Suivant MAKRIZi, t la majority des Coptes, au moins en apparence,
embrassa l'islamisme a. Description topographique et historique de I'Egypte,
traduction Bouriant, p. 235, dans Mdmoires de la Mission archdologique
franfaise du Caire, t. XVII. Historien et compilateur c61~bre, Makrizi
naquit au Caire (1358-1359). a L'Pgypte est mon pays natal, dit-il lui-
m&me; c'est la qu'ont jou6 mes camarades et qu'6tait r6unie ma famille;
c'est le sejour de mes amis et de mes compagnons, la patrie de ceux qui
me sont chers et de mes connaissances de passage; le nid dans lequel ont
pouss6 mes ailes et oi a perch ma misere; et c'est de ce nid-la seul que
1'Ame aime a se souvenir (Ibid., p. 3.). II mourut en 1444-1442.









LES COPTES


l'autel. Ils rendraient des points a ce musulman qui refusa un
jour de se mettre du collyre dans les yeux, de peur de rompre
le Ramadan.
Plusieurs milliers de schismatiques, dans des vues d'int:ret,
se sont declares protestants. Y a-t-il la vraiment conversion?
C'est plut6t une simple course au dollar. Nous lisons dans une
relation vieille de deux siecles : < Tandis que vous les aidez par
des aum6nes, vous les trouvez dociles a vous 6couter et com-
plaisants a approuver ce que vous leur dites : sentent-ils que
vous 6tes 6puis6, vous ne les voyez plus. ) Il est vrai que les
socidtes dvangeliques sont indpuisables. Des lors, la com6die
peut durer. Son aboutissement, pour les adeptes, est l'indiff6-
rence religieuse.
L'origine du mot Copte a donn6 lieu a beaucoup de dis-
cussions. Des savants ont voulu le faire venir de Coptos, ville
de la Thebaide; d'autres, du verbe grec x6=w0, car les Coptes
pratiquaient et pratiquent encore la circoncision; d'autres, de
la corruption du mot Jacobite, appellation tiree d'une gloire
monophysite, Jacques le Baradhi ou Zanzale; d'autres enfin,
flatteurs qu'il faut croire, du mot Aly6tr oS, nom d6jh ancien
que les Arabes releverent et par lequel ils d6signerent les des-
cendants des anciens IEgyptiens, par opposition avec les 6tran-
gers, Grecs ou Romains, Syriens ou Juifs.
Sous la domination arabe, nous voyons la nation copte divisde
en trois 6tats : le clergy, les hommes d'affaires, le people. Le
clergy schismatique a son patriarche, ses 6veques, ses pretres,
ses diacres, ses clercs, ses moines et meme quelques moniales.
Le clergy catholique, reconstitud sous LUon XIII, a son patri-
arche aussi, ses 6veques et ses pretres.
L'homme d'affaires etait ce que nous pourrions appeler, en
langue d'ancien regime, un partisan, un fermier, un receveur,
un collecteur, un intendant. Le gouvernement eut toujours
besoin de son aide et les Francais (1798-1801) durent encore
passer par son intermediaire pour lever l'imp6t. Les pachas et
les beys se reposaient sur lui du soin de g6rer leurs biens et de
leur faire rendre I'argent don't le besoin 6tait toujours grand, et
cela h l'exclusion des Turcs et des Juifs que deroutait trop faci-
lement un people le plus mauvais payeur de la terre. Or, com-








VERS THtBES


ment toucher l'argent sans qu'il en reste aux mains? L'homme
d'affaires 6tait donc le plus souvent riche, meme tris riche.
Son emploi ne sortait pas de sa famille. La race des manieurs
d'argent existe toujours, elle est comme la fleur et la noblesse
de la nation; elle excelle comme autrefois a faire les affaires des
autres et les siennes; elle fait valoir ses terres, pratique le prft
et gagne en consideration a measure que ses revenues ou ses
feddans I augmentent. L'arbitraire gouvernemental n'6tant
plus la regle, il se pourrait que la fortune de 1'Egypte, dans un
avenir prochain, soit surtout le lot des Coptes.
Je ne dirai qu'un mot du tiers 6tat, artisans et paysans. Le
paysan vit toujours petitement et tend a n'8tre qu'un simple
manoeuvre, la grande propri6t6 absorbant la petite avec une
rapidity 6tonnante. L'artisan est parfois assez bien accommodd;
il se pousse avec rage vers les places; il rave d'etre fonctionnaire.
En attendant, il s'est choisi un m6tier parmi ceux qui reclament
moins de force que de dexterity. I y a beaucoup de noms coptes
sur les enseignes des joailliers, des brodeurs, des horlogers, des
tailleurs et des changeurs. Ils foisonnent parmi les petits
employs des administrations.
Tous les vainqueurs de 1'~gypte ont pris a thche d'appauvrir
le Copte et surtout de I'humilier. ( Les Coptes d'Egypte, dit
Kab' el Ahbar, cite par Makrizi 2, peuvent 6tre compares a
un jardin qui, plus il est taill6, plus il produit. Et, apris
d'autres, Rome avait dejk taill, Byzance tailla plus encore, au
point que la venue des Arabes passa d'abord comme un moindre
mal tres desirable et qu'on favorisa. Mais ce ne fut qu'un l1ger
rdpit. En vain le Prophkte avait dit aux siens de bien traiter
((les gens a la peau brune et aux cheveux crepus ,, c'est-a-dire les
Coptes, ( car, entire eux et vous, ajoutait-il, il y a alliance et
parents : alliance, il avait pris une concubine chez les Coptes;
parents, Agar, la mere d'IsmaEl, etait Egyptienne. L'l6agage
et 1'6branchement allUrent meme si loin que moins d'un siecle
apres la conquete 3 s'ouvrit l'ere des rdvoltes. De 735 a 832,

i. Feddan, measure agraire 6quivalant a 4,200 mftres carr6s.
2. Loc. cit., p. 69.
3. Amrou entra en Pgypte en 639.









LES COPTES


elles 6claterent a sept reprises. Au dernier coup, qu'on a appeld
la grande revolte, on condamna les hommes a mort, les femmes
et les enfants a 6tre vendus. ( Depuis lors, dit Makrizi 1, Dieu
a maintenu les Coptes dans l'ob6issance...
Le jardin n'eut done bientBt plus que des galets roulds dans
la servitude. Et 1'on peut voir, dans le meme Makrizi, comment
les nouveaux jardiniers s'acharnent centre les galets coupables
de remuer encore sous les pieds du vainqueur et de conserver
l'empreinte chretienne. Ils aggravent et depassent la fameuse
lettre d'Adrien cite par Flavius Vopiscus 2 : ... Les Egyp-
tiens sont prisomptueux, emportis, pleins de jactance, toujours
prets a 1'invective, l1gers, revolutionnaires jusqu'aux chansons,
versificateurs, faiseurs d'dpigrammes, astrologues, aruspices,
charlatans, chritiens au besoin, samaritains de meme, par
esprit d'oppositon au present, par folle liberty.
Apres tout, l'empereur bel esprit a plus souci de ses antitheses
que d'autre chose. Mais avec l'historien arabe, juge et parties,
soit qu'il parle lui-mame, soit qu'il produise ses autorit6s, il en
est tout autrement : il ne semble prioccup6 que d'6taler les
rancunes et les mepris de sa race centre les victims 3. Si dur
toutefois qu'ait 6t6 le joug musulman, il n'a point fait oublier
au Copte la domination et les mefaits de Byzance. Et c'est de
ce c6te et a tout ce que l'on prend pour ce c6t6 que va le plus
clair de son aversion.

Mais le train march. La ligne des pyramides fuit derriere
nous. La lourde masse de celle de Meidoum montre longtemps
a 1'horizon ses trois tours carries en retraite l'une sur l'autre.
Elle domine un village cach6 parmi les palmiers. Comme ils
sont charmants de loin ces villages arabes avec leur verdure et
leurs minarets Il suffit au soleil de quelques arbres, de quelques
huttes, d'un ine ou d'un chameau, d'un fellah, d'une Rebecca
la cruche sur la tote, pour faire un vaste paysage. Si des enfants
jouent dans ce paysage, si des vieillards accroupis y causent a

r. Loc. cit., p. 228.
2. Histoire de Saturnin, V. III.
3. MAKRIZI, loc. cit., pp. 72, 126, 135-136, 139, 140, 228.








VERS THEBES


l'ombre d'une mosque, le tableau s'dlargit dimesurement.
Mais n'approchez pas, vous series dCu. Ces huttes basses, faites
de boue sech6e au soleil, jeties au hasard comme des des a
jouer, prennent un aspect de dnfiment et d'abandon. Elles
sont entourdes d'immondices, les rues elles-memes sont des
amas de detritus qui montent sans cesse. L'Arabe, vraiment,
ne vit que sur le fumier, a c6t6 du fumier, sur des debris sans
nom, a c6te de ce qui crave et pourrit, sous un toit encapuchonn6
de chose sales. Mais h distance, la lumiere d'Orient magnifie
toutes ces misbres et les revet de splendeur.
A la limited du s6sert et des terres cultivies passe une caravane
et sur I'horizon se profile la haute cavalerie difforme des cha-
meaux. A peine avons-nous le temps de saluer le gros bourg de
Kom el-Arous, patrie de saint Antoine, et le petit chateau oh
le saint, avant de fuir au desert, commenca de mener la vie
solitaire. Par endroits, vers l'ouest, les cultures s'enfoncent
dans le desert comme en des babies profondes, aux promontoires
ddsolds.
A cent dix-huit kilometres du Caire, a Beni Souef, le Nil
s'dloigne de plus en plus des months libyques et se press centre
la chaine de 1'est. La vallee ne sera jamais si large qu'en cet
endroit. C'est une plaine d'une vingtaine de kilometres A l'extr6-
mite de laquelle se trouvent les vestiges de I'ancienne Hera-
cleopolis, capital de l'Igypte aprEs Memphis, avant Thebes.
Un peu au nord de ce site, une branch du Nil, le bahr Yousef,
plnktre par une cluse de la chain libyque dans I'oasis du
Fayoum.
J'interroge mes compagnons de voyage sur les souvenirs
anciens de leur pays. Ils ignorent tout et n'ont cure de leurs
origins. D'ailleurs ils sont tout entiers a leurs cannes a sucre,
a leurs oranges, a leurs gateaux, a leurs gargoulettes. L'usage
veut ici qu'on ne monte dans le wagon de la haute lgypte que
pour manger et pour fumer. Les vendeurs de mangeaille par-
courent les compartments qui communiquent tous entire eux.
Petits et grands plongent les mains dans les patisseries, devorent
pigeons et poulets, sucent avec d6lices un morceau de canne que
vous rejetteriez avec digoft a cause de sa fadeur d'eau tide et
sucree. Mais on n'est pas Rgyptien pour rien. On n'est pas








LES COPTES


fellah surtout pour negliger un si facile dldment de nourriture.
Et, A belles dents blanches, on decortique, on broie, on suce.
Des tiges d'un metre et demi sont ainsi d6vor6es en moins de
rien. Puis on va d'un compartment h I'autre, s'asseyant ici ou
la, la place 6tant toujours au dernier occupant. II ne vient a
personnel l'idee de jeter les debris par la portiere. Aussi, avant
la fin du voyage, le parquet est d'une malpropret6 qui souleve
le cceur. Les Musulmans ne savent oi prier quand l'heure est
venue.
Un Nubien, sous-officier dans l'armee anglaise, voyant que
j'avais garden mon coin propre, vint me demander d'y faire ses
devotions. Mon geste lui dit : x Ne te gene pas I! Aussit6t le
voila qui s'oriente vers la Mecque, qui tend sa capote A terre.
Et de se prosterner, de faire aller ses lvres, de se lever, de s'in-
cliner, de s'asseoir sur ses talons, de plier le corps en deux, le
plus serieusement du monde, sans respect human et sans
exciter le moindre sourire. Son exercise hygi6nique achev6, il
se tourna vers moi, me salua, en se portant la main sur le cceur,
sur la bouche et sur le front, comme pour m'affirmer qu'il me
donnait ses pensdes, sa parole et son amour. Puis il palpa son
habit de soldat. Il dut se dire : a Mon habit est propre, mon col
blanc, la poussiere du voyage va salir tout cela...; si je chan-
geais? ) L'idde lui sourit, car il ouvrit sa valise et en retira
une robe d'indigene. Mais, avant d'aller plus loin, il sollicita
une nouvelle permission de moi. J'eus un nouveau geste tres
liberal. En moins de rien mon soldat fut transformed en Arabe,
I'habit militaire, y compris le pantalon, soigneusement pli6
et mis dans la valise. II se palpa de nouveau avec un grand
sentiment de bien-6tre, et sa bonne figure noire 6clairie de
dents blanches s'dpanouit vers moi en un rire de large recon-
naissance.
Par la champagne, de longues files de chameaux transportent
des montagnes de cannes sur leurs bosses, vers les usines.
Quand les charges traversent un village, c'est h qui obtiendra
une canne du chamelier plus ou moins complaisant. J'ai vu
a Minieh les grandes cuves-entonnoirs oh des ciseaux broient
les tiges, les r&duisent en petits morceaux sur lesquels on fait
passer des torrents d'eau. L'eau se charge du sucre dissout









VERS THEBES


et va de cylindre en cylindre jusqu'a pleine evaporation. Le
risidu final est de la poussiere jaunAtre qui n'a plus qu'a pas-
ser a la raffinerie.
Vers Samalout, la montagne arabique pousse dans le fleuve
un contrefort a pic, se profilant sur le ciel. Ce contrefort a une
1lgende; il porte un couvent dans l'enceinte de rochers qui
couronne son plateau et lui donne l'aspect d'un nid de pirates
et d'4cumeurs du Nil. La 14gende, Makrizi 1 la conte ainsi :
a Cette montagne, tous les ans, a jour fixe, est le rendez-vous
des herons garde-bceufs. Chacun d'eux va successivement intro-
duire son bec dans une fente de la montagne, et ils continent
jusqu'a ce que la fente se referme sur I'un d'eux qui est pris.
Tous les autres s'envolent aussit6t, mais l'oiseau qui a 4t6 pris
se d6bat jusqu'k ce qu'il meure et reste l jusqu'a ce qu'il
tombe en poussiere. De la le nom de Gebel et-Tair, la
montagne de l'oiseau ,. Le couvent, centre d'un village, est le
couvent de la Poulie, ainsi appel6 de la poulie don't on se servait
autrefois pour y guinder les voyageurs arrivant par le Nil.
Naguere les religieux de ce couvent se laissaient glisser par une
corde a travers une crevasse du rocher, accostaient les bateaux
A la nage, et demandaient bacchich aux passagers. A la fin,
leur patriarche s'6mut d'un usage si peu religieux, accompli
dans un costume moins religieux encore, et 1'interdit.
i. Loc. cit., p. 31.















CHAPITRE X


MINIEH. LE FELLAH.

Minieh, a deux cent quarante sept kilometres du Caire,
petite ville de dix huit h vingt mille ames, poss6de un 6veque
catholique. Les pares Jesuites y ont une residence et des 6coles.
Us rayonnent dans les environs a la recherche des catholiques
et des brebis 6garies. C'est a l'aide de remedes surtout qu'ils
apprivoisent les fellahs. Peu a peu la confiance nait. On vient
6couter le missionnaire, et le troupeau fiddle croit et s'6tend.
Mais, dans ses courses, que de privations pour le missionnaire !
II lui faut manger a la diable, dormir de meme, rong6 par la
vermine. D'ordinaire, c'est la cour d'un gourbi qui sert de
lieu de reunion. Les betes forment le fond de 1'auditoire, car
betes et gens vivent ensemble. L'Ane, le chameau, la chevre et
les poules sont les 4ternels compagnons de l'Arabe. Le mission-
naire donc, assis sur une natte, les jambes croisees, harangue
son monde. Les oreilles et les bouches sont ouvertes. Mais il ne
faut pas qu'une rixe survienne dans le village. L'enfant curieux
qu'est l'Arabe ne peut alors tenir en place. Un part, puis un
autre. Le Pare qui me faisait visiter un de ces gourbis me disait :
S(Un jour, tous m'abandonnerent, les betes seules me furent
fiddles. L'6veque ne d6daigne pas de parler devant ces audi-
toires primitifs. Mais le pasteur, a cause de sa dignity, monte
en chaire, et quelle chaire 4piscopale I Ici c'est une caisse ayant
contenu des bouteilles d'eau de Vichy.
Le missionnaire a souvent 1'occasion de soigner les petits
infideles moribonds pour qui le ciel s'ouvre. Savez-vous dans
quelle proportion meurent les enfants? Dans la proportion de
six sur dix. La malpropret6, la faim et la maladie se chargent
ainsi de faire la selection. Ce qui survit est bhti a chaux et a
sable. J'admirais tous ces enfants, vetus uniquement de leur









VERS THtBES


peau bronze, montrant au soleil leur petit gros venture, en
liberty comme de jeunes animaux, buvant de I'eau sale, se
roulant dans la poussibre, la tate rase, grignotant une tourte
de pain de mais, sans souci des mouches paturant leurs yeux,
leur bouche, leur nez, couverts de salet6.
( Ne soyez pas surprise, me dit mon compagnon, un pince-sans-
rire, de cette malpropret6 du visage et de ces mouches qu'on
ne fait rien pour carter. Dans l'esprit de ces gens-l, un frais
visage attire le mauvais ceil. Que toute gentillesse, que toute
finesse des traits restent done cachees sous la crasse et les
mouches. L'enfant y perdra peut-etre un ceil, peut-etre les deux
yeux, mais qu'est cela auprbs du mauvais ceil? Remarquez, en
effet, le grand nombre d'enfants borgnes. Dire a une maman
que son fils est beau ce qui pourrait arriver si l'enfant 6tait
propre c'est lui faire une cruelle injure. Elle ne manquera
pas de vous maudire et de cracher au visage de sa progeniture
afin de renverser l'effet de vos paroles.
Et ces enfants, dis-je, quel enseignement regoivent-ils?
Des qu'ils peuvent marcher et r6pondre quand on les
appelle, on leur donne un nom qui ne sort guare des formes
diverse que prend le nom du Prophete : Mohammed, Hamed,
Mahmoud, Mehemet, Ahmed. Et on les lche t la suite des
chevres, des buffles ou des moutons. Ils glanent, au temps de la
moisson, dans les champs oh moissonne leur pare, d'aprts la
tradition a laquelle le propridtaire a soin de se conformer. Ils
frondent les oiseaux pillards, ils donnent de petits coups et de
grosses injures au buffle ou au chameau qui tournent les sakiehs
(norias), ils crient a bacchich aux strangers de passage, ils se
baignent par bandes dans les canaux ou dans le Nil, ils polis-
sonnent tout le long du jour. Mais de Dieu, de la priere, du
ProphAte, on ne leur touche pas un mot. Devenus plus grands,
ils vont t. l'6cole, oh! pas tous, apprennent h lire, se lassent
t6t du livre et de la f6rule, et s'en vont prendre part aux travaux
de leur pare. De religion, point encore. Ce n'est qu'au moment
de leur marriage, entire la douzibme et la dix-huitieme annie,
qu'ils tichent d'apprendre les rites et les formules n6cessaires
pour prier cinq fois le jour. Beaucoup n'arrivent m&me pas a
retenir plus de trois ou quatre mots. N'importe Ils savent




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs