• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Ouvrages du meme auteur
 Title Page
 Foreword
 Mélanomanie
 Fétiches
 La leçon de l'idole noire
 L'histoire du Katanga
 Msiri
 L'Enseignement colonial
 Lectures
 Exposition
 Congo
 Un portrait de Burton
 Almanach
 Un roman negre
 Et le reste est litterature
 Le voyage du duc de Sudermanie
 Le masque
 Copie negre
 Table of Contents
 Back Cover














Title: La colonisation pittoresque
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00024764/00001
 Material Information
Title: La colonisation pittoresque
Physical Description: 114 p. : ; 18 cm.
Language: French
Creator: Perier, Gaston Denys, 1879-
Publisher: L'edition
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: [1930]
 Subjects
Subject: Colonization -- Africa   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: G.D. Perier.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00024764
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001089844
oclc - 18565018
notis - AFH5284

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
    Front Matter
        Page 2
    Half Title
        Page 3
    Ouvrages du meme auteur
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Foreword
        Page 7
        Foreword 2
    Mélanomanie
        Page 8
        Unnumbered ( 10 )
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Fétiches
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    La leçon de l'idole noire
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    L'histoire du Katanga
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Msiri
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    L'Enseignement colonial
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Lectures
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Exposition
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
    Congo
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Un portrait de Burton
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Almanach
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Un roman negre
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Et le reste est litterature
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Le voyage du duc de Sudermanie
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Le masque
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Copie negre
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Table of Contents
        Page 115
    Back Cover
        Page 118
Full Text
.1~ I


G.-D. PERIER
.'


La Colisation

Pittdresque



Mais, tout nous parole du Congo...



DT L'EDITION
31 24, RUE GRETRY, 24
.P471
1930 BRUXELLES
k~I *


<'Al

















THIS TITLE HAS BEEN FILMED BY
ANOTHER INSTITUTION-
DO NOT RETURN TO PRESERVATION











EIrARCCHED FOR REFORMAT
DATE: ;,1 .-











La Colonisafion
pifforesque










OUVRAGES DU MEME AUTEUR


Proses a Gilles Luijck, 1 vol. in-18 . puis6
(L'Edition Artistique, Paris-Verviers.)
Le r6le de la littdrature colonial, I tract .
(Revue dconomique et colonial, Bruxelles.)
Moukanda, Choix de lectures sur le Congo.
Abondamment illustr6. (Broch6) .r. 4.50
(Office de Publicitd, Bruxelles.) (Relid) o.-
Batouala et la literature colonial .. puis6
(Tirds a part de a Notre Colonie ,, Bruxelles.)
Promenades, I vol. : . 2.-
(Collection a Exil ,, Bruxelles.)
Les Contes, ce sont les Autres, I vol. 6.-
Prime par la Province de Brabant.
(La Renaissance d'Occident, Bruxelles.)
lets over koloniale letterkunde ... puis6
(Tirds a part de la revue a De Vlaamsche
Gids ,.)
Curiositds Congolaises, i vol .. ... 1.50
(L'Essor Colonial, Anvers.)



SOUS PRESS :

Coco-Notes, I vol.. . .
(L'Essor Colonial.)





G.-D. PERIER


$, ,


;La Colonisation


pifforesque


Mais, tout nous parole du Congo!...


1s .


L'EDITION
24, rue Grefry
BRUXELLES























11 a 6td fird de cet outrage
quinze exemplaires sur paper
de Hollande, numdrotes de
I B 15 et signs par I'auteur.















Avant-Propos



Le uongo so mele a notre vie de tous les jours.
Les objets indigenes, don't s'ornent maintes 6ta-
geres et qu'offrent en vente quelques magasins, 4vo-
quent la brousse. Livres et journaux, A l'envi repart-
dent des nouvelles d'Afrique. Grice A ces informa-
tions, combien d'entre nous voyagent sans quitter
les boulevards ? ils font de la colonisation pittores-
que. Les reveries auxquelles entraine ce vagabondage,
les suggestions 6veill6es par architecture d'un f6-
tiche, une histoire negre, tell conference, ce nom
d'explorateur que rappelle un anniversaire, plus qu'on
ne l'imagine, prouvent comme notre oeuvre colonial
nous enlace. Dans les pages qui suivent, 1'auteur a
essay de le montrer. S'il y a r6ussi, ce petit livre
pourrait bien 8tre une sorte de guide pour le prome-
neur auquel il est fait allusion, c'est-A-dire pour cha-
cun d'entre nous et toi-meme cher lecteur aventu-
reux.


















Me'anomanie-









LA COLONISATION PITTORESQUE...


Vers 1916, Guillaume Apollinaire cr6a le mot. La
gouement pour les collections et les imageries negres.
En mrme temps, le si curieux ecrivain, I'animateur
des repr6sentants de la ncuvelle cole plastique, avait
devin6 le rl6e qu'un classicism lointain allait jouer
dans la sensibility moderne. Sa fameuse prdface A
I'album n6gre de M. Paul Guillaume, maitre Apolli-
nairo l'avait m6ditbe devant les idoles noires. Elles
enchantaient son logis encore de faqon burlesque. Le
comique nait de ce qui n'est pas expliqud. Le verbe
perspicace du pokte de (( Calligrammes d6voila bien-
t6t le miystere, montra derriere la deroute du rire, les
inquietudes et la priere sculptees des races primitives
de I'Afrique. D'etre contemporaines de cells d'Eu-
rope, em:)cha longtemips la soudure sympathique. Lcs
616ments interm6diaires manquaient pour permettre
le rapprochement. Ce n'est pas un des mai.ndres md-
rites du styliste 6rudit de 1'avoir r6alisd. La civilisa-
tion conquerante ainsi s'est arretde d'ignorer, pour re-
garder, c6mprendre, accueillir, aimer. Et, afin d'assu-
rer I'observance d'une loi pleine de podsie, le gouver-
nement frangais avait fait place dans son d6partement
colonial, A l'annonciateur de la beauty sauvage, au d6-
fenseur des fetiches africains.
Apollinaire qui fut un h6roique soldat, est mort
sans avoir soupconn6 I'amplitude des ondes spirituel-
les don't rayonnait son imagination.







LA COLONISATION PITTORESQUE...


Apres le pokte et le romancier, nous saluons en
lui l'inventeur de l'art negre: Ii ne craignit pas'd'en
parler. Ii en paria si bien, que les recherches les plus
recentcs des cthnographes ccrnfirment ses judicieuses
appreciations.
Retenons la prediction de M. Paul Guillaume. On
salt que cet amateur fut le premier marchand fran-
Cais d"ceuvres negres.
L'art nigre? Avant peu, announce M. Guiliaume, on
pourra ddmcermment et serieusement etudier cette gran-
de d6couverte, peut-6tre la plus important et la plus
passionnante des temps contemporains. Ces paroles
n'ont pas 6td perdues. En ouvrant son vaste entre-
p6t de modes de la rue Neuve, le propri6taire de
(a La Rdnovation ) vient de confier la direction d'un
de ses d6partements a un artiste-peintre. Debievre est
le plus outrancier des d6corateurs. Bleu, rouge, vert
et un disque d'ocre, voilA ma formule, d6clare-t-il. Sa
faqon' de 1'appliquer est discr&tt, mesur6e, surpre-
nante. A dicouvrir son rayon, ona crolrait qu'il tient
l'article deuiil ,. II faut s'accoutumer pour que l'6-
merveillement opere. Sur une dtagbre, des f6tiches.
Dans la bibliothbque de bois jaune clair, les derniers
romans do toutes les litt6ratures. On d6chiffre les ti-
tres d'un mnme genre : Batouala, de Ren6 Maran;
L'Anthologie negre, de Blaise Cendrars; La Randon-
nde de Sa'mba'Diouf, par les frbres Tharaud; Bass-
Bassina-Boulou, de Franz Hellens, le conteur beige;





LA COLONISATION PITTORESQUE...


Hatako, der Kannibale, de l'Allemand Arthur fleye;
Night Drums, by Achmed Abdullah; Mrs. Everard's
A Daughter of the Sand; Fieber, du romancier danois
Jiirgen Jiirgensen, don't Svarres Kongo Fahrt n'est
malheureusement connu que de quelques Congo-
lais lettres. Dans sa slide enveldppe anglaise, il y
a encore The Bantu, cette histoire des indigenes cen-
tre-africains, savamment compose par un Noir de la
C6te Occidentale. Puis, la s6rio des albums d'rt.
nfgre, depuis celui-de la rue de la Bo6tie jusqu'A la
" Negerplastik n, de Karl Einstein.
Sur une des galleries de l'immense magasin, cette
section forme un veritable studio, oti 1'talagiste pr6-
pare sa palette des goOts. Outre cet employ fiddle et
Debivvre, quelques amateurs s'y r6unissent, plus
deux ou trois coloniaux sans importance. Parmi ceux-
ci, un douanier de Matadi et R., le recruteur de maln-
d'ceuvre au Katanga, qui se distinguent par leurs
aperqus d6routants. La fantaisie du decor facility si-
non les confidences, du moins les theories qui cachent
hypocritement tant d'esperances, un peu d'orgueil,
beaucoup de r6ves. La mode r6alisera ceux-ci demain.
Debievre le sait bien, qui note scrupuleusement sur
son agenda, le sommaire de ces discours d'une sorte,
pour la premiere fois, mel6e aux preoccupations pra-
tiques d'un centre d'affaires. Ainsi, notre Congo p6n&-
tre dans la vie de tous les jours par la moins inat-
tendue des voies et la plus populaire : le bazar.






LA COLONISATION PITTORESQUE...





Par les circulaires qui suivront, an verra 1'amusante
signification des problnmes agit6s dans un d6ballage
d'articles exotiques. Mais le poete du Lift s'impa-
tiente. Laissons-le nous emporter au rayon d'art:
Sngre!
















Fe'fiches










I































































I
































I





LA COLONISATION PITTORESQUE...


Un confdrencicr se moquait, il y a peu, de l'engoue-
ment actuel en faveur de l'art negre. II citait, comm:
chose extravagant, le cas d'un collectionneur qui
venait d'6changer de beaux billets de banque contre
un ( vilain a fCtiche. Et cette marionnette, s'exclamait
1'l6gant causeur, je I'ai vu vendre autrefois pour
cent sous,
Quand on rffl6chit A ce que valent aujourd'hui
certaines estampes japonaises que, du temps des
Goncourt, on pouvait se procurer pour presque rien;
quand on songe aux sommes fabuleuses don't les
milliardaires couvrirent les toiles de Millet qui, de son
vivant, parvenait A peine A les troquer contre un mor-
ceau de pain, il faut s'ktonner de tels arguments et
qu'ils puissent int6resser non pas la fo-ule, mais un
auditoire de choix. Notre orateur se doub!ait d'un
letter ect parlait, s'il nous en souvi.nt, d'art ou de lit-
terature. On sait comme de semblables seances atti-
rent le monde chic. Ce monde qui calque ses gouits
et ses modes sur les productions esthetiques les plus
avanc6es. Voyez les longs casaquins et les yeux agran-
dis. Ne pensez-vous point qu'ils s'6chappent des por-
traits d'un Van Dongen par example? Or, justement,
ces bustes allong6s, ces yeux imimenses caracterisent
les statuettes instructives rapportees de notre Congo.
Lasses des techniques tarabiscotees ou des cliches
savants, les artistes modernes interrogent, avec fer-
jeur et respect, les oeuvres primitives. Chez elles, ils





LA COLONISATION PITTORESOtJE...


retrouvent cette simplicitY, ce realisme, cette franchi-
se, cette fraicheur que nous voilaient depuis trop
lIngtemps des symbols galvaud6s...
Comment les ethnographes peuvent-ils appeler dis
proportionn' ce torse si solidement construit, si ex-
pressif, et oritiquer ces jambes flechies? L'image de
la brousse dvoque une figure de danse, la premiere
attitude du Negre, de I'homme des ages bibliques
qui s'exprime devant la'podsie de la nuit. On semble
l'oublier. Quand tombe le soir, toute l'Afrique danse,
affirmed Reclus, d'apr6s un dicton s6n6galais. Aux
rytimes de la danse se dessinerent les' poses plasti-
ques et naquirent les arts du mrnme nom. Nous 6tions
aveugl4s de raffinements au point de ne plus aperce-
vcir cette pure legon de l'histoire. 11 a fallu des ar-
tistes audacieux, d6gag6s des formules conventionnel-
les, pour nous la r6v6ler a nouveau. Wilde, avec rai-
son, d6clarait que l'art prdcdait la vie. Pour com-
prendre celle des peuples lointains, 6coutons
leurs arts 6loquents. Protbgeons-les avant que les
iconoclastes n'achevent de disperser les tribus que les
r-Smes ornements unissent, attachent A l'existence et
qui s'6tiolent faute d'etre oomnprises. Ces belles races
impressionnent tous les voyageurs commie une vision
de l'Antiquit6.
On ne chiffre pas, il est vrai, les effects de la tris-
tesse. L'ennemi les computait, lui, qui d6truisait les
tresors de Louvain et de Reims, en disolant ainsi






LA COLONISATION PITTORESQUE...


d'innombrables Ames de Belgique et d'ailleurs. On
s'allie les hommes en appr6ciant les monuments
qu'ils aiment, en respectant les signes oh s'evoquent
les souvenirs don't se tisse leur bonheur. Ne passons
point pour des Barbares, en dedaignant ceux des po-
pulations coloniales.
II est heureux que l'on sauve de I'oubli les mkmint
res des pionniers de notre histoire colonial. II est
just de sauvegarder ceux inscrits aux ceuvres des
sculpteurs indigenes. Leur conservation signal la
sympathies et le d6sint6ressement don't s'inspirerent
les vrais colonisateurs.
Ma femme, disait un officer colonial de la pre-
miire here, a bril6 toutes mes collections, tant t ces
nigreries 6taient laides! ,
Combien d6plorent un geste identique, renouvelM
helas plus d'une fois...















La legon de l'idole noire





LA COLONISATION PITTORESQUE...


Nous ne croyons pas qu'au co.urs des interviews
oi M. le Ministre des Colonies a racont6 son voyage
au Congo, il ait &t6 fait allusion aux objets indigenes
embarqu6s avec lui comme souvenirs.
S'ils ne formaient pas un bien gros bagage, quel-
ques specimens t6moignaient d'un choix qui ne sem-
blait pas avoir ite laisse au hasard. Un 6norme f6-
tiche notamment, non pas de ceux fabriqu6s pour les
Europdens de passage en Afrique, pour des explora-
teurs d'occasion soucieux de prouver de quelque ma-
nitre leur sdjour dans la brousse, mais une de ces
sculptures de bois, harcel6e de clous, patinde par les
ans, grotesque peut-etre, impressionnait.
Pendant quelques jours, l'6trange figure est rest6e
sous le porche du ministare. D'aucuns se sont esclaf-
fes devant le fantoche qu'ils trouvaient indecent. Sa
nudity 6tait precis6ment cuirassde aux endroits oh nos
statuaires de la vieille cole n'eussent pas song A
la feuille de vigne. Le reste... d'un dieu puissant
offrait les attributes indiscutablement virils. Une
viritt nouvelle n'eGt pas suscit6 plus de railleries que
la nature de ce dieu negre. (Et Mannekenpis ce-
pendant?) Le detail qui donne pretexte A excuser de
has instincts chez le spectateur ignorant, pouvait suf-
fire h ddtourner les mieux intentionnes, de 1'ensem-
ble du morceau. D'une sinc&rit complete au point
d'etre grave, qui regardait cet ensemble, demeurait
rwveur.





LA COLONISATION PITTORESQUE...


L'Afrique entire s'dvoquait tout A coup. Ni les
vues cindmatographiques, ni les cartes savantes ne
nous donnerent cette sensation troublante. Quoi qu'on
en dise, ces idoles farouchement gardoes, adorees de
nombreuses tribus, representants d'un culte mill6-
naire transmis de pbre en fils, ne laissent jamais in-
d;Ill I. n r, l'Europ6en sensible.

Comme un symbole, la statuette surprenante avait
transform, l'ambiance. La Colonie, I'idde colonial
se manifestaient concretement dans les locaux du mi-
nistere. Les heures furent belles autour du grand
f6tiche! Il rappelait qu'aucune generation dans I'his-
toire du monde n'avait r6sist6 a I'appel de la sirbne
africaine. Depuis 1'Nveil de la. civilisation, les homes
se sont sentis attirds vers l'immense et mystdrieux
continent. Ils pensent y dEcouvrir le secret de leurs
origins. En tout cas, ce secret ou quelque autre
charme obscure, agit toujours A travers les bibelots
exports de la-bas.

Est-ce aussi qu'apres nos anntes d'intellectualisme
excessif, apr6s les d6vastations scientifiques, le cceur
dequ se penche volontiers sur les sources primitives?
Les plus raffin6s s'inciinentet se veulent depouiller
de leur egoisme, de leurs chers prejug6s, de leur or-
gueilleuse culture. Les maitres de la mode, les artis-
tes ultra-modernes s'inspirent des ceuvres n6gres don't
les simplifications, oi pr6dominent les lignes g6omn-





LA COLONISATION PITTORESQUE...


triques, s'apparentent aux purs dessins de 1'Inde, de
I'Egypte ou de la Gr&ce ancienne.
Les pr6tendues outrances d'un Picasso, d'un Matis-
se, d'un Derain, d'un Vlaminck, d'un Schirren s'6ga-
lent simplement aux representations natives des sau-
vages si proches, dans leurs conceptions esthetiques,
des premiers civilisis.
A c6t6 de la divinity congolaise, gisaient des ba-
bouches de chefs noirs, des nattes aux motifs pr&cis et
varies, des poteries d'un galbe gracieux, des armes
damasquin6es, des corbeilles l1geres et solides, des
ivoires fouill6s. A les contempler, nous pensions que
non seulement les artistes, mais les fabricants d'ob-
jets de luxe, d'api s cette pacotille curieuse, pour-
raient renouveler leurs formules.
Le conite de Gobineau, qui a laiss6 bien des pages
attachantes, pritendait deja que la source d'ob les
arts ont jailli est 4trangere aux instincts civilisateurs.
Elle est cache, 4crivait-il, dans le ,< Sang des
Noirs... ,
Dans un livre recent sur 1'Afrique et la D6couverte
de l'Am6rique (i), le professeur Lo' Wiener va plus
loin et montre I'action exerc6e par I'Afrique sur 1'an-
cien et le nouveau monde des que commnenca la traite
des esclaves.


(I) Africa and the Discovery of America, by Leo
Wiener.





LA COLONISATION PITTORESQUE...


En commenqant mes recherches, conclut cet au-
teur, j'6tais fermement .convaincu, suivant I'opinion
g6n6rale, que le tabac, le manioc, la patate douce,
I'igname et les arachides constituaient des dons prd-
cieux don't l'upivers 6tait redevable aux Indiens; Une
6tude rapide me fit excluro I'igname et le manioc.
Peu apres les arachides allbrent rejoindre ces pro-
duits, puis les patates douces et finalement le tabac.
Je reconnus que l'archeologie am.ricaine, dans une
large measure, avait Wt6 6difide sur du sable. Mais la
plus pinible de mes ddcouvertes se irapportait A la re-
ligion indienne. En ce domaine tout s'6croulait. Mon
premier volume d6montre que les Negres ont eu sur
la civilisation amnricaine une influence beaucoup plus
considerable qu'on ne le soupconnait jusqu'A pre-
sent. ,
Comprenez-vous pourquoi, aux yeux de quelques-
uns, le fetiche congolais repr6sentait plus qu'une cu-
riosit6 recueillie par un amateur amus?
L'Ame d'une humanity lointaine et souvent m6-
connue s'y encl6t. C'est elle qui envofte en une m&-
ditation prudent ceux que pr6occupent les vastes
problemes coloniaux.
O Fetiche de la vdrit6, que n'interrog&ent point,
l'autre jour, les journalists, commie tu sais plaider
aI cause de tes fiddles, les fils de Cham, nos freres...














L'hisfoire du Kafanga






LA COLONISATION PITTORESQUE...


Dans un livre intituld c In the heart of Bantuland ,
(Au cceur du pays bantou), Mr Dugald Campbell
consacre un chapitre A l'histoire du Katanga. Si tous
les renseignements qui s'y trouvent reproduits ne sont
pas nouveaux, quelques-uns valent d'etre rappel6s.
C'est ainsi que par une opportune coincidence philo-
logique, 6crit I'auteur, cc Katanga. signifie dans Ie
parlor local, c( le pays module ) (the leading country).
Les indigenes qui, de temps immemorial, y ont exploi-
t6 les collins cuprifAres sont appelds c Ba-Sanga a,
c'est-A-dire cc les inventeurs ). D'apres de nombreuses
16gendes,plusieurs des premiers souverains de l'Ugan-
da auraicnt Wt6 ensevelis en des cercueils de cuivre,
confectionnds au moyen du metal katanganais. Aussi
bien des trafiquants de 1'Uganda, des Falls, de I'An-
gola, du Zambrse et du Nyasaland se rencontraient
constamment et se melaient sur ce vaste march du
cuivre de l'Afrique Centrale, qui d6pendait alors du
fameux Msiri. L'histoire de cet autocrate n6gre et de
son empire se lit comme un chapitre de la Conquete
du P6rou et du Mexique par les Espagnols. Nous
I'avons resum6, ailleurs, d'apres le r6cit de son fils
Moukanda-Bantou.
Des details curieux suivent, a propos de certaines
peuplades. Les Baluba, don't le nor signifie i la
tribu perdue ,, accusent, dans leur language et leurs
coutumes, des affinitds hebraiques. Leurs mots, no-
tamment,. pour exprimer l'id6e de la divinitY, de l'eau,





LA COLONISATION PITTORESQUE...





du people et bien d'autrcs decclent un accent simiti-
(que. A\musante aussi, la fabuleuse origine des Bena-
kaonde qui vivent sur les rives du Lualaba. Leur vrai
nom strait Benakaondebamulundapanda, ouf! Ce vo-
cable de dimension germanique ddcouvre de singu-
lires analogies. 11 conserve le souvenir l6gendaire au
plein cceur du continent noir, de la Tour de Babel. Les
Benakaonde racontent en effet, qu'au 'commencement
du monde, leurs ancktres essayvrent d'6lever une
haute tour pour atteindre la ciel. A measure qu'ils
dressaient les pieux de bois, les fourmis blanches d6-
molissalent ceux-ci. Sans se decourager, les construc-
teurs recommencerent, amoncelant piliers sur piliers.
Mais les termites eurent le dessus et finirent par
avoir raison de 1'effort des homes. Apres des an-
n6es de dur labeur, la tour s'ecroula, ne laissant aux
bAtisseurs qua ce nom qui n'en finit plus et par quoi
ils se distinguent encore aujourd'hui.
Narrant !'occupation du Katanga par les Euro-
ptens, '1crivain colonial declare quo M. Alfred
Sharpe, charge d'une mission diplomatique, avait de-
vanc6 trois expeditions belges. Le but de celles-ci 6tait
d'annexer le territoire et de le placer sous la souve-
rainet6 du roi Lopold. La tentative du voyageur an-
glais kchoua cependant, par suite de l'intervention
d'un de ses compatriotes, le Capitaine Stairs, au ser-
vice alors do Leopold II. L'officier intercepta, s'il
faut en croire notre auteur, un message envoy par







LA COLONISATION PITTORESQUE...


M'Siri, rappelant Sharpe et le drapeau de la Grande-
Bretagnc. Et c'cst ainsi que les Belges plantcrent
les premiers, leurs trois couleurs, sur le royaume de
M'Siri!
Au surplus, dans une esquisse rapid de la situation
actuelle du Katanga, M. Dugald Campbell ajoute :
( Le Katanga est toujours le pays module a (the
leading country) do l'Afrique Centrale et les Belges
sont ses ( dicouvreurs (discoverers), modernes.
L'hommage de la part d'un 6crivaih anglais qui
passa pros de trente ans au Centre de I'Afrique, mr-
rite d'etre retenu.















Msiri






LA COLONISATION PITTORESQUE...


Dans un studio moderne, oi la c Belle Inconnue )
-et le (i Bouddha ,) des ateliers d'autrefois ont dt6 rem-
places par un de ces 'ftiches myst6rieux du Katanga,
un porte nous a remis un document curieux et peu
connu, croyons-nous, sur la vie de Msiri.
Pour moi, nous disait I'ami en nous confiant ce d6-
p6t, la haute figure de Msiri, a la fois Moise et Na-
poleon de la brousse, m'a bbranl.6 Si la guerre ne
m'eut enc.-mbri de projects, j'en eusse tirC des trage-
dies et je me demand pourquoi les Blancs n'ont pas
su employer le g6nie de oe beau sauvage.
Monologue de reveur!
La liasse porte oomrme titre 1 Histoire de l'empire
de Msiri, racontee'par son fils et successeur Mukan-
dabantu, en sa residence de Bunkeia a.
Traduits fid6lement par un fonctionnaire local, ces
m6moires comprennent plus de cinquante pages. Ils
avaient 6td remis au Roi, alors prince Albert, apr6s
son voyage au Congo. Un message de Mahanga,
favorite de Msiri puis femme de Mukandabantu selon
la coutume, pr6cede le volumineux manuscrit. La
grande cheffesse y remercie la princess Elisabeth de
Belgique, de divers cadeaux. Passons tout de suite
au ricit de Mukandabantu. II a vraiment une allure
homrique. Le nom du conteur ne signifie-t-il pas
( l'homme aux papers o? On dirait, pour un pen,
l'homme de lettres! II faut supposed plus simplement
que cette designation lui avait 6t6 donnde parce qu'il






LA COLONISATION PITTORESQUE...


detenait de multiples parchemins 6manant des autori-
t6s belges ou anglaises. Quoi qu'il en soit, & lire son
6popee, on prendrait par instants le biographe de
Msiri pour quelque., aede ressuscit6 des ages hrroi-
ques. MWme maniere de debuter : < Maintenant, dit-
ii, voici l'histoire des anciens temps ,. Et aussit6t
nous est narr6 comment des chasseurs d'l66phants
Bayeke, en poursuivant un des pachydermes blesses,
longerent le Tanganika pour arriver finalement A
Nandubesa, oh ils virent des lingots de cuivre. Le
traducteur note en cet endroit que la dite localft6
se trouvait A douze lieues environ du gisement de
Karukuruku, devenu plus tard la mine de 1'Etoile
du'Congo. La connaissance de l'histoire des Bayeke,
depuis leur arrive au Katanga cCt simplifi6 conside-
rablement les travaux de prospection entrepris par la
suite. Cette reflexion, nous pourrions 1'ajouter aux
raisons nombreuses de pousser davantage aux re-
cherches ethnographiques.
Parmi les heureux chasseurs, on comptait Kalasa,
le pere de Msiri. Celui-ci, A son tour attire par les
richesses du Katanga, passe le fleuve Luapula. Or-
gueilleux et ruse, il a t6t fait d'usurper la place du
chef Katanga, et manoeuvre si habilement qu'il ga-
gne l'appui des heritiers de son pred6cesseur.
Pour assurer son autorit6, M'Siri, il est vrai, doit
combattre et'soumettre les Babula apres les Balun-
da. On pense bien qu'en ces sortes d'affaires le






LA COLONISATION PITTORESQUE...


vainqueur essuie aussi quelques pertes. Bien que
d'crdre sentimental, le savage triomphant, qui ca-
chait un ccur tendre, les rcssent davantage. 11 ne
perdait que son fr6re Kahobe. Toutefois, apprenant
que ce dernier avait 6td tue, un tel d6sespoir s'empare
de Msiri qu'il ordonne A tous ses sujets de se raser
la tate en signe de deuil et sous peine de mort.
Apres la pacification du pays, le grand chef orga-
nise 1'exploitation des mines de cuivre. S'il faut en
crcire Mukandabantu, les Bay'eke eurent bient6t mo-
tif de se plaindrc. On surveillait ceux qui creusaient
pour les emp6cher de voler et ils ne recevaient leur
zalaire qu'au bout de l'an. Alors ils d6clarerent, ra-
conte Mukandabantu : o Nous sommes mdcontents
d'etre pays A la fin de.l'ann6e. S'il ne nous done
pas satisfaction, nous nous battrons avec lui ). On
voit par la que la premiere gr6ve au Katanga ne date
pas d'hier.
Le memoire cite ensuite les nombreuses residences
de Msiri. La listed permet de se rendre compete de
1'&tendue des territoires administr6s par le sultan.
Des personnages d6filent, d'audacieux explorateurs.
Voici, en 1884, les Portugais Cappelo et Evans suivis
de Reichard. C'est A ce voyageur allemand que Msiri
offrit son anneau d'or en disant : ( Vous irez pres de
mon fr6re Likuku qui vous conduira A Kambove.
Vous examinerez ,les montagnes contenant de l'or o.
Un passage important est consacr6 aux ( mijile ,






LA COLONISATION PITTORESQUE...


c'est-a-dire aux clits de Msiri, qui fut incontestable-
ment an 16gislateur avis6. A cette place, le commen-
tateur remarque que plusieurs lois 6dict6es par Msiri
paraitront triviales ou pudriles. C'est que leur sens
exact nous 6chappe. II en est de meme d'ailleurs pour
bon nombre de lois de Moise.
Certains des prceptes recueillis ne manquent pas
de saveur. Celei-ci laisse transparaitre une douce sa-
gesse : a Quand un de vos camarades se save dans
votre maison pour s'abriter de la pluie, vous dites
qu'il vous a apporte des larmes. Cela ne signific rien.
Done votre camarade ne devra pas payer d'amend-1
de cc chef n. Cet autre n'st point d6pourvu d'hu.
inur : c Si des gouttes d'urine emportees par Ie vrnt
tombent sur vous, votre camarade ne sent point pas-
sible d'amende a. Un a( mijile a defend meme d'ache-
ter ou de vendre des esclaves aux voyageurs. Ceci
semble prouver que Msiri ne to'l6rait pas la traite ct,
de plus, que ses gens entreteraient des rapports avec
des .trangers.'Aussi bien, Msiri envoyait ses capitas
faire le traffic jusqu'A a i'eau d'Europe a, come dit
Mukandabantu en d4signant la mer, jusqu'u& Catum-
bella, devenu Lobitobay, soit done a une distance
de plus de 1,6oo kilometres h vol d'oiseau. Un mttis
portugais, traitant d'iniportantes affaires avec Msiri.
n'avait pas h6sit6 A marier sa niece, Maria da Fon-
seca, au potentat negre, qui se payait d'ailleurs 1"
litxe d'un harem de trois cents femmes. Aucun detail







LA COLONISATION PITTORESQUE...


fort important sur ce point ne semble avoir impres-
sicnn6 la m6moire de l'homme-aux-papiers. Celle-ci
pourtant, de faqon surprenante, a retenu les noms
( indigenes a des premiers Blancs qui visit&rent la
region. De mrme, les circonstances qui amenerent la
mort de Msiri et du lieutenant beige Bodson y sont
demeurees vivantes.
La scene rapportee par Mukandabantu se diroule
a I'6gal d'un film particulibrement animt. Mais en
plus, le dialogue ajoute au drame une actuality
impressionnante. Des bruits 6clatent dans I'action
racontde.
< Le Blanc a pris son revolver et a tir- sur
Msiri... Paf. On a fermn aussit6t la porte... Kele-
kere (grincement de la clef dans la serrure). Alors
Musaka a tired sur le Blanc et le Blanc est tomb6 par
terre. )
Puis s'entendent les explications et les palabres au
sujet de la succession du roi defunt. Point de littd-
rature pourtant. Les paroles s'echangent. Des ordres
nets, I'essentiel du colloque. Cela vous transport
pIarmi les acteurs. On est pris dans l'echauffouree.
A c6t6 de la version du marquis de Bonchamps ou
du Dr. Moloney qui accompagnait le capitaine an.
glais Stairs, auquel 6tait adjoint le lieutenant Bodson,
la relation de Mukandabantu certes, ne palit point.
Le 20 d6cembre 1921, il y eut exactement trente







-LA COLONISATION PITTORESQUE...


ans que les faits tragiques ici rappeI6s se passbrent A
Bunkeia. A cette 6poque, le bourg disparu depuis,
constituent une opulente I. ,.,., ..,., A quelque
scixante kilombtres de Lukafu. Son importance dans
1'histoire du Katanga, Mukandabantu nous I'a chan-
tde.















L'Enseignemenf colonial






LA COLONISATION PITTORESQUE...


11 est peut-.tre singulier de prtendre qu'un tel
enseignement, s'il se borne aux matie es purement
coloniales, 6choue dans la tfiche de former des colo-
nisateurs.
Sur ce point, I'experience des nations qui nous de-
vanc&rent dans administration des pays exotiques,
est concluante Elle prove qu'avant de se proc-
cuper du fonctionnaire, il imported de police l'honm
me que ia civilisation d~l6gue vers des contr6es
ktrang&res.
Ce n'est point en astreignant le future a congo.
lais ) A* remplir des formulas imprim6es, don't la
pratique journalibre lui enseignera bien mieux I'uti-
lit6, et partant I'usage, qu'on 1'6veillera & la gran-
deur de sa tache, et qu'il prendra conscience de
1'6lvation de son r6be. Pourtant rien ne vaut que
cette initiation. si l'on songe a la mentalitW de
1'indighne qui ne concoit que sous la personnel mam9
du fonctionnaire, t'idie de, 'Etat. Led's N. :-.r du
Congo ddsignent encore celui-ci par le surnom de
Stanley : Boula Matari. La conception abstraite de
I'Etat et du fonctionnaire ne p6netre point dans leur
cervelle si sensible pourtant a enregistrer les vices
ou les d6fauts de F'homme peu cultive.
Que P'on s'en rende compete chez nous! Deux
mois passes h ressasser le recueil administratif n'6-
clairent point 1'Ame de ces jeunes gens, qu'un beau
r6cit de voyage souvent fit rever de depart. Ils







LA COLONISATION PITTORESQUE..


6teignent plut6t leur erithousiasme, s'ils ne leur ver-
sent point le digoGt et la deception.
Tout nous parole de reconstruction. Reconstrui-
sons done aussi sur des bases plus large, le tem-
ple de lumirre oil les Belges recevront, dans une at
mosphbre g6nereuse, les lemons gdndrales qui seules
peuvent pr6ciser et guider les vocations.
Des 1806, la Compagnie Orientale des Indes veilla
dans ce sens 1' (( education de ses agents. Et les
examens portant sur le grec, le latin, la literature
anglaise, I'histoire et ia morale, demo.ntrent avec
quel souci le gouvernement britannique proc6dait, d&s
cette epoque, au recrutement de son personnel co-
lonial.
Celui-ci doit 6tre prepare de longue main aux em-
plois d'outre-mer, d&s 'la jeunesse rrmme. Au point
de vue physique, I'accoutumance au climate tropical
s'acquiert plus aishment alors. D'autre part, des
homes ayant rdussi dans d'autres professions ne
songeront pas a s'expatrier. Et, pour un gouverne-
ment, accepter en Afrique le rebut des carrieres euro-
pCennes, c'est vouer A. la ruine ses tentatives coloni-
satrices les mieux 6tudides. II dolt done examiner
avec soin' ceux qu'il cbargera d'appliquer au loin
ses m6thodes et d'y r6aliser ses aspirations. II n'au.
torisera point ses agents A s'embarquer avant qu'ils
n'aient acquis 1'6ducation, la plus lib6rale, la plus
accomplice que puisse offrir la patrie. II n'est pas de






LA COLONISATION PITTORESQUE...


.-rn:.i-iiri preparation pour qui devra faire preuve
constamment d'intelligence, de jugement et de tact.
DejA, dans son admirable rapport qui servit de
base au programme d'engagement des fonctionnaires
aux Indes, Macaulay, I'homme d'Etat et l'historien
anglais, 6crivait :
(( Prcisement, lorsqu'il s'agit d'agents de la Corn-
pagnie (Orientale des Indes), une bonne instruction
g6ndrale est plus nicessaire que: pour tout autre
profession libarale. En effet, les functions d'un jeune
agent de la compagnie sont plus importantes que
celles qui incumbent ordinairement a un grand nom.
bre d'Anglais engages dans les professions liberales.
Aussi bien, tout en s'y adonnant tres activement en
Angleterre, ces derniers continent A cultiver leur
esprit par la lecture et la conversation. Au contraire,
l'employ6 des Indes, durant une tongue pEriode de
sa vie, est 6tabli dans un poste 61oign6 de toute bi-
blioth~que et de toute socidt6 europdenne. II lui sera
done particulibrement difficile, plus tard, de sup-
pl6er par I'6tude aux lacunes de son education pre-
miere. n L'6crivain ajoutait : ( Ii nous semSle desi-
rable qu'un nombre ( considerable de fonctionnai-
res de la compagnie aient conquis leurs premiers
grades acaddmiques soit A Oxford, soit a Cambrid-
ge... Nous ne pensions pas que ce serait rendre ser-
vice aux Indes memes que d'engager ses administra.
teurs futurs A negliger, pendant leur jeunesse, la lit-







LA COLONISATION PITTORESQUE...


t'rature et les sciences europSennes pour se consacrer
A des 6tudes se rapportant sp6cialemrent aux Indes.
Nous estimons que ceux qui, jusqu'a 1'Age de 21 on
de 22 ans, se sont livr6s A des etudes sans rapport
irnmcdiat avec quelque profession que ce soit, sim-
plement dafs le but d'.largir de fortifier et de
meubler leur intelligence, sont, dans l'exercice d'une
pr'ufession quelconque, juges sup.-rieurs g6ndralement
a ceux-l1 qui, d&s la dix-huitibme ou la dix-neuvi&me
ann6e, se sont spkcialises dans des connaissances
propres A telle profession d6terminde.
faut que l'agent colonial ait A sa disposition de
nombreux rmovens de comparison, qui lui permet-
tent, dans son isolement, le contrl6e sur sa propre
personne. Livr6 & lui-m~me, ne po-uvant pas conf6rer
avet ses colleagues, loin des yeux de ses superieurs,
sachant qu'aucun public, qu'aucune press ne cri-
tiquera ses actes, pour consorver la dignity de son
r6le, ne doit-il pas avoir reau une formation plus.
ccnplcte que le commis sans -,;. n- iil;i.- d'une
administration europeenne?
Encore ne suffit-il pas de fournir aux candidates
coloniaux ces vues lib6rales que conferent les m6-
thodes universitaires, ii convient aussi de develop-
per parmi eux cet esprit de corps qui relive le niveau
moral et assure, A -chacun, sur ia terre 1ointaine,
!'appui d'une mime tradition c!assique.
C'est Four ces raisons que, pendant longtemps, 1'on






LA COLONISATION PITTORESQUE...


choisit des officers come administrateurs territo-
riaux au Congo. Appartenant A une sorte de corpo-
ration o6 le sentiment de-l'honneur est particuliere-
ment d6velopp6, I'officier conserve plus facilenment ce
sang-froid, cette reserve ct cette dignity qui mena-
cent souvent d'abandonner te fonctionnaire civil I!
vr6 A lui-mme, devant les hasards varies de la vie
africaine.

Una mnme formation, la vie et I'6tude en com-
mun pendant une p6ricde dfterminoe, parait dc-n
indispensable pour constituer un corps colonial sem-
blable h celui don't peut s'enorguelllir, A just titre,
I'Angleterre.

Cette idde, i; y a bien des -anndes, inspire eIs pro-
moteurs do I'Eccoe Mondiale do Tervueren, don't les
plans disparurent depuis dans les archives de quelque
ministbre. Liopold II r'vait de r6unir dans cette
in-i;1,i.,i. vaste par ses locaux et I'ampleur de son
programme d'cnseignement educationn physique,
mental, manuele, artistique, soc;ale et morale) les
jeunes gens cui se destineraient aux carrikres.d'Ex-
treme-Orient ct d'Afrique.

Apr's la guerre. il valut d'en reprendre l'admirable
schdma. Jamais le moment n'cn ktait plus propice.
Beaurcup de l,,n;l:. -, habitues a I'absence des fils,
cons'entlrent plus volonticrs A veii crux-ci embrasser
des etudes cui non sculement conduisent a des posi-






LA COLONISATION PITTObESQUE...


tions outre-mer, mais, le cas dichlant, serviront A
l'obtention plus facile de places dans la mhre-patrie..

Abandonnant les demi-mesures qui ne servent de
rieh, largement furent ouvertes les portes de I'Ecole
Coloniale d'Anvers .un enseignement complete, o0
les outils ne manquent pas (mus6e, bibliothique, cl-
lections d'articles commerciaux et industries, etc.).
SLes professeurs ont Alev6 leur enseignement A la hau-
teur d'une education .''.fr i1', en rapport avec les
titres que la Belgique s'est acquis au course des &dvne-
ments mondiaux., Un cycle de course gri6raux ap-
prennent & !'6tudiant cette science humane par quci
le Blanc se reccnnait. enfin le guide et P'ami de son
frbre 'noir.

e There are those who say... II y en a qui disent,
racontait Joseph Conrad il y a plus de quinze ans,
qu'un indigene no veut ips parler au Blanc. Erreur.
Aucun hommne ne veut adresser la parole A son mat-
tre. Mais au promeneur, A l'ami, A celui qui ne vient
pas pour enseigner ou pour gouverner, A celui qui
e demand rien et accepted toutes choses, s'adres-
sent les paroles pronounces fprs des feux du campe-
ment, sur la solitude des mers, dans les villages
de Ia rive ou les abris entoures des forts, les pa-
roles qui no tiennent compete ni de la race, ni de la
cou!eur du visage. Un coeur s'exprime, un autre
4coute. Et la terre, la mer, le del, le vent qm passe






LA C(.,OLONI:ATI'ION -PITTORESQUE...


ou la feuille qui frnmit entendent ainsi l'histoire fu-
tile des peines de la vie. n
Dans la society qui se reorgahise, cette sympa-
thie entire les races sera l'unique sauvegarde de la
civilisation. Les belles lemons des lettres et des scien.
ces humaines, depuis toujours nous en informent.















Lectures






LA COLONISATION PITTORESQUE...


II est intbressant de noter qu'au course du premier
Congress national colonial, oi se trouvaient rdunis
surtout des sp6cialistes, un rapporteur n'a pas hesit6
A souligner le r6le de l'art dans la formation d'une
mentality colonial en Belgique. Reprenant d'ailleurs,
lune idle lance par a La Renaissance d'Occident ",
une de nos revues littdraires, le congressiste a pr6co-
nisI la creation de bourses de voyages au Congo en
faveur des artistes. Etendant mrme sa proposition,
ii a sugg6r- d'accorder des bourses d'6tudes aux
ing6nieurs, m6decins, professeurs, journalists, que
la question colonial ne laisse point indifferents.
Semblables foundations existent dej& en France, o0
l'activit6 est vraiment remarquable daris le domaine
de la vulgarisation colonial. Concurremment, ii faut
atteindre tcus les milieux, d'une maniere simple et
attrayante.
A Paris, A Bordeaux, A Aix, A Grenoble, 1'6tude
de la colonisation a pin6trd dans l'enseignement pri-
maire et superieur. En Allemagne, ce pays sans colo-
nies, elle est poursuivie avec non moins d'ardeur.
Quand -on ouvre certaines revues g6ographiques ou
coloniales allemandes, on est frapp6 du nombre de
u lectures i donnies regulibrement dans toutes les
villes universitaires du Reich.
MWme constatation en Angleterre, oi le ( Royal
Colonial Institute ) d6cerne des prix consistent en
'm6dailles et en livres aux 6coliers, qui lui adressent






LA COLONISATION PITTORESQUE...


les meilleures compositions litt6raires sur un des
sujets proposes. Telle ann6e, il s'agissait notamment
d'ekposer ( La vie et l'oeuvre de Cecil Rhodes come
batisseur d'empire Plus de cinq cents essais avaient
6t~ presents.
L'an dernier, a l'occasion de la fire de Bordeaux,
un grand concours interscolaire analogue avait tt6
orgaiis6 par Ia Ligue Coloniale francaise. II com-
prenait un compete rendu de l'une des huit conferen-
ces donn5es sur les diffdrentes colonies francaises.
Ind6pendamment du prix d'honneur offert par le
minister des Colonies, de nombreuses recompenses re-
mises par de g6n6reux donateurs ont permis de primer
plus de deux cents candidates. Parmi ces rcompenses
figuraient deux grands prix consistent en un voyage
gratuit d'une quinzaine de jours en AlgCrie et en
Tunisie.
Bien cntendu, pareilles competitions littbraires doi-
vent Atre prepares de longue main. Elles ne done.
raient gu6re de r6sultats favorable, si les jeunes con-
currents n'6taient, au pr6alable, instruits sur la vie
colonial, soit par les conferences, les lectures, les
lemons scolaires et le livre.
Le livre, comme l'6crit M. E. Lavisse dans un ma-
nifeste recent, c'est t'instrument le plus efficace de la
propaganda; c'est la pensfe rdflechie permanent, que
I'on tent toujours A sa port6e, avec qui l'on s'entre-
tient dans lo t&te-A-t&te.


52







LA COLONISATION PITTORESQUE...


Nous servons-nous assez, en Belgique, de cet outil
merveilleux? Nous montre-t-on A nous en servir?
Depuis peu, grace A 1'initiative particulibre, des lectu-
res publiques sont organisees. C'est une excellent
measure. Elle repand le goOt de la lecture et guide vers
de bons ouvrages. Au point de vue colonial, nous au-
rions A tirer part de ccs sAances litt6raires d'un ca-
ractere gen6ral.A c6te des conferences-des reunions,
oh l'on lirait des extraits d'auteurs coloniaux, parais-
sent n6cessaires. La lecture est une m6thode simple et
pratique de faire connaitre le Congo. Les explora-
teurs les plus c6C1bres, alors, nous parleraient. Nous
irions entendre la voix autorisee de ceux qui ont par-
aouru le continent africain, de ceux don't l'esprit et le
cemur ont 6et profondenent impressionn6s. Dans le
choix des ceuvres, offrons large place au roman, oih
les souvenirs sont rendus sous une forme plus vivante,
oii les 6v6nements rdapparaissent dans l'actualit6 et se
m6lent ainsi, avec tant de charge, a ceux de la
journde.

Ie r6le de la litterature est-il encore discutable au
point de vue c constructif a, comme on dit aujour-
d'hui? La question ne se souleve plus quand un quo-
tidien colonial de France announce que, rajeunissant
ses methodes d'information et de documentation, il ne
pouvait pas c laisser de c8te le movement iitteraire
colonial, qui, devant les encouragements officials,
prend un doveloppement si interessant a.






LA COLONISATION PITTORESQUE...


Joignons, A cet avis, l'opinion d'un de nos consuls
genbraux, attach commercial pres la T'. Irn de Bel-
gique A La Have, qui s'exprime ainsi :
En Angleterre, en Hollande,' et meme en France,
beaucoup de coloniaux ont dcrit et dcrivent encore
des romans je ne parole pas d'ouvrages sp6ciaux -
dont les sujets sent puis6s dans l'existence aux co-
lonies.
Rudyard Kipling, en chantant les jungles des Indes;
Loti, en nous racontant ses admirables'histoires, ont
plus faith pour I'expansion de leur pays que deux ou
trois congres. IIs ont touched l'Ame du lecteur; ils lui
ont fait sentir le charme profond qu'offrent aux
voyageurs sans idees priconques, la plupart des pays
orientaux. Je suis persuaded qu'un livre donnant une
image de la vie au Congo strait lu avec int6ret dans
des milliers de families, et contribuerait A fair naitre
chez beaucoup t'envie de s'dchapper un jour des li-
mites 6troites de leur existence pour aller, eux aussi,
,...'.tr les attraits d'une vie sinon plus large,-du
moins base sur des conceptions plus 6tendues n.
Co livre exist. II y en a, nous I'assurons, quel-
ques-uns de cette sorte. Mais ils ne sent pas nom-
breux, et, come on le voit, ils demeurent ignores de
ceux mimes qui s'interessent A notre expansion colo-
niale. Encore un motif de plus en faveur des lectures
populaires. Pourquoi, A cette occasion, ne songerait-
on pas A r6unir les carnets de route, les journaux






LA COLONISATION PITTORESQUE...


de nos coloniaux? Leur valeur 6ducative est certain.
Rien n'empecherait, semble-t-il, d'en publier des ex-
traits caract6ristiques. Documents pris sur le vif,
capable de retenir la curiosity des imaginations ind-6
cises, que d'aperqus important ils riveleraient no-
tamment sur la p6riode h6roique de notre activity au
Congo! La substance ne manque point pour alimenter
tes lectures coloniales qui aideraient a une propaganda
efficace.














Exposiftion






LA COLO'. I -." ION PITTORESQUE...


L'attention est attiree sur les arts dits ( sauvages ,.
Nous souhaitons voir r6server aux ceuvres qui en
6manent, une place dans nos muses, tout au moins
dans toutes les manifestations signalant notre acti-
vitt colonial. Sans doute, les admirables collections
de Tervueren offrent a cet 6gard des 16ments suf-
t..,n-, mais a quel d6placement ne doit-on pas
s'astreindre pour les examiner! Tout come les ii-
vres, les productions artistiques, mimnie ethnographi-
ques, constituent des documents. On doit pouvoir les
ccnsulter sans (iil;i, It :, au moment voulu, le plus
pres de 'endroit oi, l'on travaille. Comprendrait-en
:a bibliotheque royale ou les Beaux-Arts transports
en dehors de 1a ville, loin des universities, des aca-
d6mies, des dcoles? Quelle influence auraient encore,
dans ce cas, les premiers 6tablissements sur l'6du-
cation du public en general? Peut-ftre ne pouvons.
nous pas ambitionner le sens pratique des Anglais
qui ont rduni, au cceur de la Cit6, une galerie des
antiques, d'irnmenses compartments d'..-thn,.- a1lie
et ia plus vaste des libraries. Ce centre intellectual,
tout le monde l'a. reconnu, c'est le British Museum.
Cette institution qui date de 1. n -t, mr.-, indique l'uti-
!it6 d'un tel centre. Nous ne sommes pas & Lon-'
dres. Aussi bien, it scrait difficile de rever palais plus
somptueux que celui de Tervueren, pour abriter les
divers et durables messages de notre Congo. Mais
enfin, ce temple pour 6tre splendid, n'en est pas







LA COLONISATION, IT I COr F.-'QL ...


moins loign6 de nos jrganismes coloniaux et de nos
coales, m&me de notre cole colonial. Pour remS-
dic r A cette situation, ce museum a pout-6tre pris des
measures en vue de prater certaines series d'objets? II
convient en effet de sanger A I'enseignement des cita-
dins, gens de negoce et de m6tiers, retenus toute la
journ6e dans la capital.
En tout cas, devant I'int4rkt suscitd (A 1'ttranger
surtout) par les creations des artistes de couleur et
les lemons pratiques que les Ambricains, entire autres,
commencent A en tirer, des amis de l'art congolais
ont ouvert une exposition.
Reportons-nous A la premiere salle si heureuse.
ment anmnagee. Sous deux vitrines se trouvent ras-
sembl6s des specimens d'ouvrages indigAnes emprun-
tGs au Mus6e de Tervueren. Rien d'6clatant ne les
signale. D'une teinte sombre, ils 4chappent au visi-
teur peu attentif. Ils ont la distortion des ceuvres an-
ciennes, la patine des toilos de maitres. Un morceau
de sculpture kasaienne 6veille la curiosity. On dirait
un bonze assis devant un moulin A prieres, un Boud-
dha rutilant. Or, ce portrait impressionnant est celui
d'nn ancien chef des Bousongo qui rdgnait an Kasai
vers le XVIIIe sidcle. Cette pioe de haut style est
unique. Elle est entouree de poteries rappelant vases,
crathrestcu rythons de la Grkce classique. On ne se
lasse point d'admirer les 6pingles ornees, les peignes
16gers, les boites A fard, des f6tiches d'une ciselure






LA COLONISATION PITTORESQUE...


large, des armes de parade. De multiples bibelots
traduisent les caprices d'artisans talentueux. Une
sorte de crimaillre former d'une main pendue A
deux torsades do bois, fait river. On y devine un
esprit vraiment inventif. Les coupes et les coffrets
si joliment tuvrag6s orneraient, avec advantage, des
dtageres de luxe. Quelques nattes finement tissues
ajoutent a la varidt6 de oet 6talago choisi.
Que *d'enscignements -e petnvent puiser dans une
exposition semblable! Elle dtgagf Ie c6t6 pitteresqeic
des contrdes lointaines, rivb!e ce charme exotique qui
attire les esprits les m;oins avontureux. On regrette
de n'y avoir point rencontr6 un plus grand nombre
d'objets artistiques, de fetiches, d'amulettes, de mas-
ques, de tissus. Nas ouvriers d'att, nos modistes, in-
dipendammnient do nos peintres, statuaires ou litt6-
rateurs auraient pu cependant y d6couvrir une source
de renouvellement esth6tique. On ne saurait trop le
rdpdte:. II suffira que des tentatives de i'espkce se
reproduisent pour espdrer mrnie une renovation de
Part d6coratif national.
On n'en demand pas tant, puisqu'elles servent
d'agreable faqon, la cause colonial.














Congo





LA COLONISATION PITTORESQUE...


Stanley was a dreamer of dreams
as well as a man of action.

Parfois ils passent dans certain bureaux. On les a
vus au service de la 'comptabilit6, A celui du person-
nel ou de la statistique. Des fonctionnaires presses rA-
glent avec eux des questions administrative. Entre
deux signatures, leurs yeux pleins de nostalgia se
detachent des formulaires pour s'accrocher a quelque
souvenir. Leur regard ne rencontre que des cartons
verts. It n'y a pas le pr6texte d'una carte illustree,
d'un f6tiche pour parler de cette Afrique inoubliable.
Ceux qu'on nomme les agents d'Afrique se taisent. II
y a des bureaux, oH personnel ne les a jamais rencon-
tres. Ce ne sont pas des Noirs, ce sent des Blancs,
nos compatriotes. Mais, d'avoir v6cu pendant un ou
plusieurs terms IA-bas, pour beaucoup de gens d'ici,
ils sent devenus un peu Negres. On dit ( le Congo.
lais l, a le vieil Africain a. On pense ( l'indigene a.
Nous ignorons sa langue. It garde secret, le tr6sor
de ses histoires merveilleuses.
Livingstone, dans les salons de Londres oh on Pat-
tendait impatiemiment, part idiot, ce qui signifie
P'hoinme d'un language particulier.
Stanley demeurait silencieux tout le long de son
retour ovationn6, A travers la classique Italie.
Personnel ne nous a riv6l6 ce que racontaient les
Negres de toutes les races, autour des feux de bi-
vouac durant les nuits de la guerre africaine. Pen-






LA COLONISATION .Irl f" i. PII. L-i.:


dant la champagne de i'Est africain, a dit simplement
un de nos officers, les multiples tribus congolaises
renoubrent le fil de leurs traditions. Aucune oreille
europ&enne ne les &coutait. Du d6cor, le militaire
donnait ce seul detail : La lune prenait les formes
les plus varies, sauf la ronde.

Quelqu'un a-t-il song. A ddchiffrer ces bAtons cou-
verts d'encoches et de signes divers? Comment croire
que les Negres si intelligent n'aient point d'&ri-
ture? Bien avant nous, par la t6lgraphie sans fil de
leur tam-tam ils communiquaient entire eux A de
longues distances. Lors des batailles entire Anglais et
Boers, un missionnaire perdu au centre de 1'Afrique,
apprenait par cette vioe, 1'issue des combats bien
avant I'Europe.

Les th6oriciens de la colonisation moderne viennent
de d6couvrir la civilisation bantoue, semblable A celle
de nos anc6tres. Les vieux livres des voyageurs an-
ciens donnent sur les rayons des bibliotheques. La
grande piti6 de celle de Matadi !

Grands colonisateurs, grands lettris! Gallieni, qui
lisait toutes les littdratures, avait un roman anglais
dans sa poche. Le g6n&ral Lyautey, si heureux parmi
ses bouquins, a sauv6 les arts indigenes du Maroc.
Rimbaud au Harrar, Apollinaire au minister des
Colonies et Mangin, P'organisateur de I'armee noire,
ami, inspirateur d'un Paul Adam!






LA COLONISATION PITTORESQUE...


Ce gouverneur general qui porte un bracelet d'or
et don't les Jeunes-Belgique citaient le nom!

Qui done se penche sur les travaux. des artisans
noirs, 6coute leurs f6tiches aux forces Aloquentes,
suit la gdometrie grecque de leurs dessins? Des r8-
veurs!
Un chasseur d'Wlphants, revenue de l'Uele, enfin
parole. Les habitants, avoue-t-il, me surprennent. Leur
visage noble est celui des Hindous. Des femmes
chantent. Je crois entendre les m6lop6es 6gyptiennes.
A la lisidre de la fort, la fierie se complete et s'ach&-
ve. Les pygmies Batoua nouent et denouent des dan-
ses l6gLres. La lueur des torches amplifie les attitudes
minuscules. Des voix d'orgue acconmpagnent. Je ne
sais si je rive. La guirlande de nains sautillants
m'emporte come la ronde enchanteresse des elfes.
Tout A coup, sur un pas a6rien exquis et rapide, les
gnomes noirs disparaissent et m'abandonnent. 11 n'y
a pas de rideau, point de salut au spectateur. La
nuit. Je m'affaisse imerveill6. Aucun ballet russe ne
m'a laiss6 une telle impression.

Il y a fort longtemps, Cameron d6crivait une sorte
de jeu, A quoi se d6lassaient des Noirs sur les bords
du Congo. Au moyen d'une corde bien tendue, les
joueurs lanqaient un objet de bois, aninci par le mi-
lieu, qu'ils rattrapaient habilement. Diabolo, dia-
bolo!






LA COLONISATION PITTORESQUE...


On a racont6 l'histoire du Petit Poucet de la sylve
tropical.
A-t-on racont6 celle de la noix de coco? A plus de
vingt-sept usages journaliers, ses parties sont em-
ploy6es. Mais ceci est de 1'conomique.
A ceux qui parent, aux jeunes at diserts civilisa-
teurs, il y a plus d'un conte A lire, quand on s'aper-
cevra d'une litt6rature colonial.















Un portrait de Burton






LA COLONISATION PITTORESQUE...


La mode est aux centenaires; saluons celui de la.
naissance de l'explorateur Sir Richard Francis Bur-
ton, ne dans le comt6 de Norfolk (Angleterre) en
mars 1821. II devait, aprbs avoir parcouru'le monde,
mourir A Trieste pendant l'annae 1890.
Pour nous, ie souvenir du c6l6bre voyageur est
associi aux charms du plus beau des Grands Lacs
africains. C'est Richard Burton qui, parti avec SipeCe
A la recherche des sources du Nil, decouvrit en 1856
le T .-ni;k'. O Cctte mer int6rieure baigne A l'Est les
plus riches regions de notre Congo.
Dans un portrait expost6 la National Gallery de
Londres, le peintre Leighton a rendu admirablement
la noble figure de ce condottibre moderne. Sous une
lurmibre impressionnante se d6tache un profile 6ner-
gique et plein d'expression. En dessous du front d6-
couvert, I'cil s'allume d'un rive lointain. Un nez
aquilin surmonte une moustache romantique, sem-
blable A celle de Flaubert. Elle d6couvre une 1evre
volontaire et du mention serr6, s'effilent les deux
points d'une barbe l6gere. La joue qui se creuse ac-
cuse les souffrances d'une vie d'aventures. L'oreille
se dessine precise, largement ouverte h tous les appeals
mystdrieux du monde. L'homme qui savait tant de
choses et en avait d6couvert tant d'autres semble
pret encore & d4fendre de vastes projects sur lesquels
se gonfle un front inergique. II y a trente-deux ans
d6jA que la pens4e s'y est 6teinte a jamais. Mais elle






LA COLONISATION PITTORESQUE...


a fecond6 le cerveau de bien d'autres pionniers de la
civilisation. C'est pourquoi elle vibre aujourd'hui
dans la mrmoire de tous ceux qui puisent de saines
lemons dans le courage, le desinteessement, I'inlas-
sable.activit6 qu'offre l'exemple de sir Richard Fran-
cis Burton.
Exemple memorable qui, une fois de plus, detruit
cette fallacieuse lgende suivant laquelle l'Afrique
n'attira que des cerveaux briles, des inutiles ou des
incapables, bref, des 61 ments sans valeur.
Peu d'hommes, a-t-on pu dire, possederent une
culture aussi vaste que Burton. D'aucuns le compa-
r&rent A une encyclopddie vivante. S'interessant A
I'anthropologie, A l'archollogie, A la linguistique,
Burton pr6senta ce melange curieux de l'homme d'ac-
tion et de I'drudit. Au repos, il 6prouvait simplement
le besoin de ces ventures intellectuelles, qui compl6-
talent ou pr6paraiient ses audacieuses expeditions de
globe-trotter.
Aussi bien, les unes expliquent les autres. On com-
prend que celui qui 6tonna le monde entier par ce
timdraire pildrinage & La Mecque, se plut A traduire
des textes persans ou arabes. N'y-a-t-il point un rap-
port logique, encore que peu commun, entire ses
explorations au centre de .'Afrique et sa translation
des ( Lusiades de Camoens ? Comme le Dr Schlie-
mann, le reconstructeur de Troie, plus d'un pouvait
deviner dans l'auteur de ( The lake regions of Cen-







LA COLONISATION PITTORESQUE...


tral Africa n, un veritable heros d'Hcinre sachant
accomplir et chanter d'immortels exploits.
Burton fut un des premiers A rechercher les capti-
vantes arigines des idiomes bantous. II connaissait
vingt-cinq. langues ou dialectes. Botaniste et zoolo-
giste, l'histoire de la terre le passionnait. Son d6sir
d'apprendre toujours davantage lui valut bien des
ddboires. Sans consideration pour sa sant6, il se sou-
mettait A tbutes les nmiseres pour 6tendre le domain
de la connaissance. A propos de la d6couverte du
Tanganika, ii racontait qu'apres s'6tre s6par6 de
Speke, il atteignit bless, mourant de faim, abandon-
n6, le premier gite am6nag6 pour les voyageurs. II n'y
trouva que quelques bouteilles d'esprit de vin destine
A 1'clairage et, dans son d6sespoir, il absorba tout
le contenu de l'une d'elles. Ce qui ne I'emp8cha point
par la suite de determiner la position de cet admirable
lac don't les Belges occupent une des rives.
VoilA une des raisons pour nous de rendre horn-
mage A la rmmoire de sir Richard Burton, un colo-
nial dans toute la noble signification du terme.















Almanach






LA COLONISATION PITTORESQUE..


A 1'dpoque des almanachs de touted espece, on pour-
rait signaler une de ces publications qui nous a
cause, avouons-le sans fausse honte, une surprise
particulibrement agreable.
Veritable encyclop6die de cinq cents pages con-
sacree A la race negre, ( The iNegro Year iook ,,
constitute une mine de renseignements sur la ma-
tiere. L'auteur, M. Monroe N. Work, directeur du
service d'informations et de recherches de l'Ecole
Normale et Industrielle de Tuskegee, Alabama, a
r6uni, avec un soin remarquable, une foule d'indi-
cations sur le d6veloppement 6conomique, politique
et religieux de ses cong6ndres.
Dans la premiere parties du livre sont passes en
revue les progr&s accomplish au course d'une p6riode
de cinquante-trois ans. Etablis en chiffres, les resul-
tats frappent. Alors qu'en 1866 les gens de couleur
ne possddaient aux Etats-Unis que douze mille im-
meubles, en 1919 ce nombre atteignait six cent mille.
Si en 1866 les Negres exploitaient i. r mille fermes,
en 1919 ils en d6tenaient un million. Le nombre de
leurs maisons de commerce passe de deux mille cent
.A cinquante mille et la valeur de leur fortune :-.L, 1.
de vingt millions A un milliard cent millions de
francs. La progression est aussi marquante dans l'ex-
pansion de l'enseignement et le perfectionnement in-.
tellectuel.
Dans le domain des inventions militaires, ii est






LA COLONISATION P1TTORESQUE...


curieux d'enregistrer los declarations d'un Noir de la
Floride, qui pretend avoir invent et offert au gou-
vernement des Etats-Unis, un canon A longue por-
the, don't la grosse Bertha ,, au moyen de laquelle
les Allemands bombarderent 'Paris, n'aurait 0t6
qu'une copie.
S'il faut en croire notre annuaire, les premiers
soldats du contingent amdricain, decor6s en France
pour acted de courage, ont dt6 deux Nfgres, Henry
Johnson et Needham Roberts. Quatre regiments en-
tiers et un bataillon noirs ont et6 citds A l'ordre du
jour par les Franpais. Une page et demie de texte
minuscule se couvre de noms de mil:taircys ,nors de
I'armbe amrricaine qui se sent distingues avant I'ar-
mistice. Des trois cent quatre-vingt mille Negres
m.obilises par I'Amirique, deux cent mille environ
ont 6thi envoys en France o b quarante-deux mille
formerent des Bltments de combat.
On ignore le nombre total des Negres engags dans
le conflict mondial. Mais il est vraisemblable qu'en
tenant compte des unites enr6lies par les Etats-Unis,
la Belgique, la France, la Grande-Bretagne et I'Al-
lemagne, aussi bien dans les ttoupes de champagne que
dans les companies de travailleurs, sur tous les
fronts en France, A Salonique. aux Dardanelles, en
Palestine, en Egypte, au Canmeroun,nau Togo, dans
I'Est et le Sud-Ouest Africain AllemandI ce nombre
d6passe devx millions. Une tell aide a certes contri-





LA COLONISATION PITTORESQUE...


bu6 au succes des Alli6s. Serait-il equitable de 'ou-
blier et, le danger pass, de feindre d'ignorer les
Negres avec un grand N? Insistons sur cet N. De
meme que nous ecrivons les Indiens, les Chinois ou
les Japonais, adoptons la majuscule aussi en d6si-
gnant les Negres, comme repr6sentants d'un rameau
human. Le people qui a lutt6 pour le droit et la ci-
vilisation, peut r6clamer A c6t6 des autres, la place
don't il s'est montr6 digne, et une qualification ethni-
que 6quivalcnte. Dans la litt6rature anglo-saxonne
en abuse souvent des terms a gens de couleur ou
de i'affreux qualificatif afro-americain. II y a IA une
pratique regrettable; souhaitons la vior bient6t aban-
donnte.
Des statistiques montrent cue plus de deux cent cin-
quante-huit millions de Negres peuplent 'univers, et
indiquent la repartition de la race noire dans les di-
verses colonies europdennes de I'Afrique. La voix de
cette race commence A se fair entendre. Les N6gres
africains publient, en effet, pros d'une vingtaine de
periodiques. Ces details sent suivis d'un expos, sur
l'organisation des pays gouvern6s par des Noirs :
I'.Lb, -ni'., Libdria, St-Domingue et Haiti. On pense
bien qu'A propose d'Haiti, Toussaint-Louverture n'a
pas 6te oubli. Un chapitre d6roule chronologique-
ment I'histoire de l'esclavage.
On voudrait r6sumer bien d'autres passages ins-
tructifs ou simplement pittoresques;celui-ci, par exem-






LA COLONISATION PITTORESQUE...


ple, concernant l'avenir de la musique nigre ou le sui-
vant, relatif A l'origine des Jazz-Bands. L'amateur
de curiosit6s litteraires s'attarderait volontiers A cet
autre qui lui va rememorer Latino. Ce poete, que
Cervantes mentionne dans Don Quichotte ,, 6tait
un Nfgre come Alexandre Dumas pere, come
Poutchkine, lo plus grand pokte russe du dix-neuvi&-
.ne si&cle... A ce propos,- de la biographies que Mile
Dostoiewski consacre A son pere et qui a paru d'abord
en allemand, nous d6tachons ce crcquis rnvilateur :
a Poutchkine pouvait bien Ctre plus pale que ses
ancitres mtaternels, mais il avait cependant conserve
le type negre; les cheveux noirs et cr6pus, les lMvres
6paisses, la vivacity, tI temperament passionn6 des
Africains. Ceci ne l'empechait pas d'etre Russe d'es-
prit et de coeur. II a cr66 notre langue litteraire. II
nous a donn6 en prose, en possie et dans l'art dra-
matique, d'imp6rissables modules. II reste le veritable
phre de la litt6rature russe. ,
Cette remarque nous rambne A notre sujet, puis-
qu'elle souligne 1'exactitude d'un des mille faits ras-
semblds par M. Work. La justice s'appuie sur des
faits. The Negro Year Book nous en apporte suffi-
samment pour nous con'vaincre'que tous les homimes,
quelle que soit la couleur de leur peau, ant droit A
cette justice, sans laquelle la paix social ne rggnera
jamais.















Un roman negre






LA COLONISATION PITTORESQUE...


L'Academie Goncourt a. done decern6 son prix
Sannuel de cinq mille francs A M. Rene Maran, pour
son livre it Batouala ), don't le sous-titre.annonce :
( VWritable roman negre ), L'auteur est un Noir
martiniquais, aux cheveux crdpus, Ag6 de trente-
quatre ans. II a dejA public deux volumes de vers
agreables. Mais que sa prose, d'ailleurs trbs color6e,
sinon de forme neuve, ait 6tM prfrde& par les a Dix ,
du grenier, A celle de Jacques Chadourne, Pierre Mac-
Orian ou Marcello-Fabri, nous semble un fait si-
gnificatif. A coup sOr, la propaganda colonial n'est
pas dtrang&re A cette Election litt6raire. Quoi qu'on
en dise, l'Afrique est A I'ordre du jour et 'on se
passionne pour les mceurs de ses habitants. Sans
doute la littdrature colonial a produit, en France et
en Angleterre, des ceuvres curieuses. Cependant, la
plupart, au lieu de nous renstigner sur les us et
coufumes des peuples lointains, davoilent le plus
souvent les habitudes des Europdens, transplants
sous les tropiques. Pr6cis6ment, i Batouala c se
distingue du genre parce qu'il y est, avant tout,
question de Noirs, de leurs amours, de leurs haines,
do leurs danses et de leurs orgies. Au cours d'une
douzaine de chapitres, qui sont douze tableaux 6vo.
quant le paysage africain et la vie d'une commu.
naut6 n6gre, M. Maran nous conte l'histoire du chef
Batouala, Celui-ci se laisse yivre. Pour lui, ne pas se
rappeler hier, ne pas se proccuper du lendemain,





83





LA COLONISATION PITTORESQUE..


ne pas pr6voir, voilA qui est parfait. Parmi ses neuf
spouses et aupres de son compagnon Bissibingui, le
potentat des rives de 1'Ubangui gofiterait cette phi-
losophie peu compliquee. Malheureusement, le ciel
le plus bliu ne demeure pas sans nuage. A certain
fete de la circoncision, Batouala en fait 1'experienoe.
Sa femme pr6f6rde se monitre sensible au galbe 616-
gant du solid et jeune Bissibingui. Ce dernier de-
vine les soupqons et la haine qui s'dveillent dans Je
cceur du chef. Les deux homes no montrent pas
cependant leurs impressions. Diplomates, ils conti..
nuent a se voir, murissant peu A pdu des pensdes
hostiles. L'un et 1'autre, pendant les occupations
journalibres, ruminent les moyens les plus sfirs et,
les plus discrets de faire disparaitre son rival. Ce
sont les pages les mieux venues apres celles oil les
deux amants, Yassinguindja et Bissibingui, expri.
meant leur mutual attachment. Puis, come dans un
drame de chez nous,-c'est le maria que frappe myst6-
riousement a mnort. Sous la forme d'une panthere,
elle dichire le coeur de Batouala. La fatality ainsi
permit aux adulteres d'etre d6sormais Pun a l'autre.
Le theme,on le constate, est simple. D'autant plus
s'accusent les details pittoresques du d6cor et les
attitudes des personnages. Les scenes se d6roulent
dans l'Oubangui-Chari, en cette region toute voisine
de notre Congo septentrional. Aussi prenons-nous un
puissant inttert aux descriptions. Elles sont amendes







LA COLONISATION PITTORESQUE...


avec talent. Elles 6voquent admirablement Patmnosi
phire tropical. Comme en quelques touches l6g6res,
I'auteur salt signaler I'arrivve de la nuit! ( Une m.-
lancolie poignante, 6crit-il, 6meut les 6toiles appa.
rues dans l'infini incolore... Les terres chaudes fu-
ment en brumes. Les humbles senteurs de la nuit
sent en march. La rose appesantit la brousse. Les
sentiers sont glissants. La faible odeur de la menthe
Ssauvage, on croirait que dans le vent elle bourdonne
avec les bousiers et les insects velus... Commne une
pirogue froissant au passage les herbes aquatiques, -
oh! comme elle glisse lentement A travers les nua-
ges, blanche, voici apparaitre Ipeu, la lune. Elle
est d6ja vieille de six sommeils... ). On voudrait
citer bien d'autres croquis d'une podsie aussi pre.
nante. Ailleurs, peu de lignes suffisent A l'auteur,
pour tracer un portrait. Voici celui de Yassiguindja :
( Elle tait charmante. Un petit maceau de bois
traversait le lobe de son oreille gauche; un autre
etait fich6 A 'aile de la narine droite. Ces bijoux
lui donnaient un air distingu6, qui ne convenait qu'A
elle ,.
On regrette cependant que le romancier noir ait
sacrifid surtout, au plaisir de d6peindre les aspects
ext6rieurs. II1 ne s'est point pr6occup6 de ddcrire en
profondeur, de n'us rivdler davantage l'Ame et les
pensdes de ses heros. C'est vraiment le proc6d6 des
Goncourt, appliqud aux Ptres et aux choses de la







LA COLONISATION PITTORESQUE...


brousse. Ceci explique encore le succs de son livre
auprbs du jury de l'Acadnmie Goncourienne.
Quoi qu'il en soit, sa decision marque une date
dans I'histoire des lettres. En couronnant u Batoua-
la les Dix y ont fait entrer, de faqori solennelle, la
litterature colonial, bien mieux celle des Negres.
Et 1'on ne saurait dffinir toute la port6e de cet
&venement.















Et le resfe esf lifttrature...







LA COLONISATION PITTORESQUE...


Un vieux Congolais ne pr6tendait-il pas l'autre
jour que les theories modernes en matibre de coloni-
sation ftaient d'anciens raves d'intellectuels ? Parmi
ces r&veurs, it comprenait les plus purs : pontes,
artistes, lettris, humanistes. Mais notre idWophile
mnnageait ses 6pithftes de peur de passer pour r6voi
lutionnaire dans un pays ob, come l'annoncait un
de nos quotidiens du soir, la ( litt6rature est mena-

Pourtant quelle force elle repr6sente dans la civi-
lisation, cette litt6rature d6criee! L'exemple de la
France nous 1'enseigne. 11 faut bien jeter les yeux
de ce c6t6, mnme au point de vue colonial, quand
1'Angleterre, nation positive s'il en fut, rend hom-
mage aux m6thodos franqaises et les adopterait vo-
lontiers. La lecture de certain journaux anglais, qui
consacraient r6cemment quelques articles au Maroc,
est suggestive a cet 6gard. On y appelait I'oeuvre du
general Lyautey un des plus grands exploits de la
colonisation dans t'histoire du monde a.
On salt ce qu'il doit a la littdrature, ce brilliant
'genral, cet habile administrateur, qui est aussi aca-
demicien. Parti tard aux colonies, vers la quaran-
taine, il s'y trouve cependant tout de suite dans son
domaine. Le colonisateur s'est pr6pard, un peu sans
te savoir, non pas A la conquete de territoires loin-
tains, mais A celle du cceur et de I'intelligence de
leurs peuples. En arrivant au Tonkin, ii y rencontre







LA COLONISATION PI'ITORESQUE...


un maitre selon son ideal, lo colonel Gallieni, type de
l'officier cultiv6 qui, c entire son Soudan, sa captivity,
ses Nbgres, son brevet d'6tat-major, a pu se tenir au
courant de tout, s'orienter sur tous les sujets. Jour-
naux francais, allemands, anglais, 11 regoit tout et
trouve le moyen de tout parcourir au' milieu de la
besogne qu'il s'est taill6e... ) Malgr6 son uniform,
le ( monsieur ) du Tonkin, comme l'appelle son dis-
ciple, est un home qui ne se croit pas n6cessaire-
ment parquet dans les r6glements militaires, e qui
voudrait, lui aussi, quelques piastres de plus pour
crier des sales d'6tude, semer sa citadelle de jeux et
de jardins ). C'est le chef sar de lui-meme. II a pour
calmer son impatience ou preparer ses decisions, le
tr6sor de ses lectures. Pour laisser mtfrir son juge-
ment et rd4erver l'acte qu'il faudra au bon moment,
on voit, la veille d'une expedition, le future ( sauveur
de Paris ,, s'asseoir sur un pliant, tirer de sa poche
un petit roman anglais et se mettre A lire. Egale as-
surance chez le gsndral Lyautey. On dirait que ses
goits raffinds cr6ent autour de lui une atmosphere
protectrice. Pour se hi.. i des soucis, il revient sou-
vent a ses bibelots, A Ses livres. Dans ses admirable
lettres du Tonkin et de Madagascar, le general se
confesse agr6ablement sur cette mani&re de repos.
A cette occasion, MM. Jdrome et Jean Tharaud, qui
ont sign des ceuvres d'une indiscutable beauty, toutes
vibrantes de decors et de personnages d'Afrique, re-







LA COLONISATION PITTORESQUE...


marquent justement : C'est tout un c6t6 profound
de la nature du g6n6ral Lyautey qui se r6vele dans
ces lignes. Ce gofit de l'intimit6, de la Int.r itui., de
l'art, que Gallieni, d'ailleurs partageait avec lui, ce
qui les rapprochait encore, n'est pas demeurC dans
sa vie une fantaisie personnelle, un simple luxe de
l'esprit. Cet amour de la haute culture, ce sentiment
inn6 de la beauty ont p6netr6 profond6ment son ac-
tion de grand chef. Tout naturellement, il est entr6
dans la comprehension delicate de civilisations et
d'Ames tres diff6rentes des n6tres. Et de la, sa vo-
lont6 de conserver autour de lui des falcons devoir
et de sentir, de vieux et nobles aspects du monde,
que trop souvent nos soldats et nos administrateurs
n'ont son6 qu'A brutaliser, h niveler, A faire dispa-
raitre. La grande originalit& d'un Lyautey et d'un
Gallieni, c'est d'apporter dans leurs rapports avec des
races exotiques cet 6elment indispensable & toute
,grande ceuvre politique : la haute sympathie de l'es-
prit. ,

Comme dans cette page est indiquce avec motion
la puissance occulte des lettres. Oi ne se manifeste-
t-elle point ? Elle agit souvent par transfusion. Si
l'on recherchait l'influence du litterateur Paul Adam
sur le g6n6ral Mangin, par exemple, et inversement
ce qu'emprunta l'art de l'Ncrivain a l'ceuvre de l'or-
ganisateur de l'armee noire, nous aurions une autre
legon curieuse. Elle nous apprendrait A son toi '-







LA COLONISATION PITTORESQUE...


valeur a pratique ) de la litt6rature. Sa force mal dd-
finie, comme les choses les plus subtiles, impregne
toute l'histoire coloniale.Il faut reconnaitre qu'il ne
serait point difficile de le prouver. Elle touche A
present, dans la vie erdinaire, les peuples'les moins
spdculatifs. Attache-t-on encore en Am6rique une va-
leur d'evangile A la specialisation pure et au taylo-
risme ? Pour se preserver de la deformation, les
Yankees osent invoquer la Muse. Sans l'amou-- des
lettres, disent-ils a peu pres, on perd celui des hom-
mres. Ceci nous rem6more l'arrivde des jeunes hom-
mes d'outre-Atlantique qui, pendant la guerre, aid&-
rent si vaillamment chez nous A I'organisation du
ravitaillement. En m~me temps que leur service de
comptabilitd, ils installbrent un mess et... une biblio-
th6que circulaire, fournie c surtout a de romans. D&-
signant successivement le mess et la bibliotheque.
I'un de ces. (practical men ) d6clara simplement :
( Strength and Brain Sur ce chapitre nous en di-
rions encore long. Il nous amuse, pour aujourd'hui,
de conclure par cette remarque d'une gazette a propos
du r6!e politique grandissant d'un ridacteur d'une
important revue francaise : Sans doute, il salt
qu'une nation ne peut durer et grandir que' si elle en-
tretient son 6nergie par un peu de lyrisme. Aussi veut-
il une politique pleine il'inagination et fertile en in-
tuitions ingfnieuses, d'assez grande allure et, some
toute, assez pitteresque pour interesser un people,






LA COLONISATION PITTORESQUE...


sans gaspiller, bien entendu, du temps et des forces
dans des attitudes ostentatoires. c
Au fait, a quoi nous engagerait la vie sans .le pit-
toresque que' nous decouvre P'art ou la litterature ?
Bien souvent un conte renferme plus de philosopher
qu'un ouvrage theorique.
La r6flexion du vieux Congolais prouverait-elle
qu'on commence a s'en convaincre?














Le voyage du duc de Sudermanie





SLA COLONISATION PITTORESQUE...


C'est de mon gibier, aurait dit Montaigne qui no-
tait le pittoresque de la vie et des homes, s'il avait
pu lire le r6cit colorI que vient de publier le due de
Sudermanie, a son retour d'Afrique.
Le due ou le prince:Guillaume, puisqu'il est un des
fils du roi de Suede, avait d6jl chass6 pendant l'hiver
1913-1914 aux environs de Nairobi, dans l'actuelle
colonies de Kenya. Aussi bien, il ne se cache pas d'ai-
mer la nature sauvage. La vie libre au campement,
la lueur du feu de bivouac trouant lai nuit noire, le
croassement des grenouilles sortant des marigots,
comme.des sons de cloches lointaines, la chanterelle
des insects, la basse profonde du lion, le rire d6mo-
niaque des hyenes, le cri crispant du chacal, confesse
le prince non sans po6sie, le desir de l'inconnu,
meme l'impression du danger qui guette, tout sem-
ble lancer ce d6fi categorique : Toi oun Moi! Homme
ou bHte alors s'app2rte A sacrifier sa vie. C'est la
victoire ou la d6faite, la maladie ou la sant6, le
triomphe de l'6nergie ou le d6sespoir de l'6chec. En
Afrique, il n'y a pas de milieu. C'est l'un ou c'est
I'autre. Dans ce pays aux brutales surprises, les
extremes vraiment s'affrontent.
Et cet appel, une fois encore, a d4cid6 le chasseur
royal A partir vers les vastes horizons de liberty et
d'aventures, en dehors de la civilisation retrecie.
Le 8 janvier, I'expedition quite Entebbe, long le
lac Victoria Nyanza, traverse l'Uganda occidental et






LA COLONISATION PITTORESQUE...


quinze jours apr's, atteint I'idyllique petit post de
Kabale. Do la pointe sud-ouest de i'Uganda, le due
et ses compagnons se dirigent vers la region des vol-
cans. Les tours geantes de Muhavura, du Maga-
hinga et du Sabinio, pareilles A d'imposantes cita-
delles, les attendent. Malgr6 lai difficulty de chasser
dans cette contr6e montagneuse, les trois premiers
.gorilles sont captures sur le versant du month Sabi-
.nio. Apres diverse ascensions, au course desquelles
les explorateurs souffrent... du froid, la frontiere con-
golaise est franchise a Bogandana. Deux officers bei
ges que le Gouvernement avait obligeamment d6pE-
ch6s s'occupent du recrutement des porteurs et du
ravitaillement. Ces officers nous aiderent de toute
faqon, signa;e le narrateur, tant que nous demeuri-
mes sur le sol beige.
Chasseurs et zoologistes s'arrktent h I'extremite
Nord du lac Kivu : le cceur de 1'Afrique. S'il decrit
avec enthousiasme les beaut6s du lac, le voyageur
ne peut s'emp6cher de noter avec mdlancolie les tra-
ces laiss6es par la guerre. Quand elle 6clata en Eu-
rope,- 6crit-il, des chefs A court vue permirent au
flhau d'ktendre ses horreurs en Afrique.
Que ce reproche aille 1'oeil droit de l'Allemagne.
Elle fut Ia premiere a rompre la paix dans les colo-
nies. Les, desastres commis alors ne sont pas r6par.s.
Ainsi, dans le Ruanda, la jolie locality de Ngoma qui
avait 6t6 pile, incendide, abandonnde, ne s'est pas




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs