• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Introduction
 Equivalences des monnaies, poids...
 La région de Marbial
 Relief et qualité du sol
 Erosion
 Cultures et saisons
 Régime foncier et système d'exploitation...
 Le droit successoral
 Le morcellement de la terre
 Plantes cultivées
 La culture du café
 Les travaux agricoles
 Pratiques magico-religieuses concernant...
 La main-d'oeuvre et le travail...
 La travail salarié
 Division du travail
 Mérites et insuffisances de l´agriculture...
 L´élevage
 Chasse, peche et cueillette
 Les autres métiers
 L´exploitation du bois
 La construction de la maison
 Le marché
 Crédits, prets et intérets
 Relations entre la ville et la...
 L´alimentation
 Annexes
 Table of Contents
 Back Cover














Group Title: DÉpartment de l'education. Centre d'information. Documents spÉciaux d'education - 10
Title: L'homme et la terre dans la vallée de Marbial, Haiti
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00024754/00001
 Material Information
Title: L' homme et la terre dans la vallée de Marbial, Haiti
Series Title: Départment de l'éducation. Centre d'information. Documents spéciaux d'éducation, 10
Physical Description: 143, 2 p. : ; 28cm.
Language: French
Creator: Métraux, Alfred, 1902-1963
Publisher: Unesco
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1951
 Subjects
Subject: Social conditions -- Marbial Valley, Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: Rapport établi par Alfred Métraux avec la collaboration de M. E. Berrouet et du Dr. et Mme. Jean Comhaire-Sylvain.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00024754
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000118328
oclc - 01463995
notis - AAN4180

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
    Equivalences des monnaies, poids et mesures - Transcription des sons du Créole
        Page 4
    La région de Marbial
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    Relief et qualité du sol
        Page 8
        Page 9
    Erosion
        Page 10
    Cultures et saisons
        Page 11
    Régime foncier et système d'exploitation agricole
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    Le droit successoral
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Le morcellement de la terre
        Page 22
    Plantes cultivées
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    La culture du café
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Les travaux agricoles
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    Pratiques magico-religieuses concernant l'agriculture
        Page 46
    La main-d'oeuvre et le travail de la terre
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    La travail salarié
        Page 60
        Page 61
    Division du travail
        Page 62
        Page 63
    Mérites et insuffisances de l´agriculture paysanne
        Page 64
    L´élevage
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Chasse, peche et cueillette
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Les autres métiers
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    L´exploitation du bois
        Page 79
    La construction de la maison
        Page 80
        Page 81
    Le marché
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
    Crédits, prets et intérets
        Page 90
    Relations entre la ville et la campagne
        Page 91
        Page 92
    L´alimentation
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
    Annexes
        Page 105
        La propriete paysanne
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
        Budgets familiaux
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
        Outillage
            Page 124
        Choptol
            Page 125
            Page 126
        Occupations secondaires
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
        Dettes
            Page 131
        Habitation et mobilier
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
        Maisonnée
            Page 135
            Page 136
        Histoire matrimoniale des hommes et des femmes de l´enquere
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
        Analphabétisme
            Page 142
            Page 143
            Page 144
    Table of Contents
        Page A-1
        Page A-2
    Back Cover
        Back Cover
Full Text



C-


ux d' education


l'homme


et la


terre


dans la vallee de


Marbial (Haiti)

par 'AlfredM e6traux


rapport etabli par Alfred Mitraux
avec la collaboration de
M. E. Berrouet et du
Dr. et Mme Jean Comhaire-Sylvain





UNESCO-PARIS


/


UNESCO/ED/Occ./10
Paris, 31 juillet 1951


, \








\I N TR OD U C T I 0 N



L'exprience.-temoin di'dducation de base que 1 Unesco, a la demand du Gouvernement
haitien, est en train de mener dans la vallee de Marbial a ete' precede d'une enquete ethno-
graphique don't les resultats, pour autant qu'ils ont trait d la vie eco'nomique de cette re-
gion,-sont condenses dans cette monographie, Le but des recherches systimatiques qui ont
ete entreprises sous les auspices de 'Unesco, avec I aide financidre du "Viking Fund", a
ete de fournir aux iducateurs et autres technicians charges de ce project les elements neces-
caires pour comprendre et, iventuellement, resoudre les graves problemes economiques et so-
ciaux auxquels its font face dans cette region deshiritee. Le concours extrrmement precieux
que les sciences sociales ont apporte d d'autres entreprises similaires avait convaincu le
Dr. Julian Huxley, alors Directeur general de l'Unesco, et M. John Bowers, chef de la Divi.
sion de'ducation de base, qu'il etait impossible d'ameliorer le niveau de vie d'une popula-
tion quelconque sans poss6der une connaissance intime de sa culture. II avait e't e'gale.
ment privu que ces investigations auraient un caractere didactique et devraient 6tre congues
de facon d donner d des technicians et d des etudiants haitiens l'occasion de se former aux
methods de recherche sur le terrain. Le travail en equipe qui fut organism pour repondre
i ce plan permit de reunir, en moins d'une annee, une tres riche documentation qui fournira
matidre d plusieurs ouvrages descriptifs..

Le present volume, uniquement consacre d la vie economique des paysans de Marbial,
est le produit d'une collaboration extr&nenent fructueuse avec un agronome haitien, Mr. 'E
Berrouet, et deux ethnographes, Mr. et Mme. Jean Comhaire. Sylvain, qui ont fait beneficier
I'enquete d'une longue experience de ce type de recherches, acquise en Haiti et en Afrique.
Les donndes qu'ils ont recueillies ont ete incorporees et fondues dans le texte final que
nous avons redige' d notre retour. Les chapitres qui sont dus enti&rement d la plume de nos
collaborateurs portent mention de leur nom en note.

La plupart des renseignements sur les activities agricoles ont e'te' recueillis par
Mr. Berrouet. Madame Comhaire s'est charge'e de reunir des donnees statistiques tres comple-
tes que nous sommes d meme de publier, La ge'ographie et I'hstoire de la region ont ete le
domaine que Mr. Comhaire s'est reserve,
Les autres personnel qui nous ont assisted dans notre tdche se sont interessees
plus specialement aux coutumes sociales ou aux croyances religieuses. Leur apport nous a
e'galement ete trds precieux, et nous en ferons etat lorsque nous aborderons les sujets don't
elles se sont occupies,

L'6tat du problem
Notre etude est destinee d presenter, de facon aussi objective et aussi detaillee
que possible, un tableau de I'itat economique dune region qui a connu des jours meilleurs,
La lecon qui se de'gage de nos recherches se passe de commentaires.. Les'chiffres que nous
avons recueillis evoquent, d eux seuls, un declin et une misdre qui contrastent avec l'aisan-
ce et le bonheur facile que beaucoup associent au nom d:Haiti. Si la vallee de Marbial re-
prdsente un cas extreme, celui-ci est loin d'etre unique. D'autres regions d Haiti et des
Antilles sont menacees d'un destin analogue.

L'economie haitienne repose presque entidrement sur le dur labeur de la paysanne-
rie, Cependant, jusqu'd une date recent, I'Etat n'a accord qu'une attention distant aux
problemes des "sections" rurales. Malfgre quelques progress, les voies de communication.
I'assistance sanitaire. I organisation agricole, les centres scolaires y sont encore trop
rares. Alors qu'on.s'inquidte de lIaugmentation du cout de la vie de la baisse du chiffre
d'affaires ou des 'pidemies qui affectent les villes, le sort des .campagnards ne suscite







trop souvent que des cormnentaires lyriques dans Les journaux de la capitale, L'afflux des
paysans affames et sans terre vers les centres urbains devrait constituer un avertissement
sdrieux Ces diracinds: incapables d-arracher-leur subsistence au sol viennent grossir le
prolitarzat urban et tot ou tard risquent de representer un danger social redoutable
Trois causes principles etroitement liees, ont entraine la decadence de la val
lee de Marbial I erosion le morcellement de la propridtd et la surpopulation L'appauvris..
segment rapide des sols tropicaux exploits par Ihomme s'y manifeste de manidre saisissante.
La terre, deboisee et convertie en "savane". est devenue ce materiel "fragile" don't parole
Pierre Gourou Epuisee par des recoltes qui se succedent au tythme de deux par an. dipoui
lie par lF'rosion de ses particles d argile et de ses sels solubles. la terre de Marbial
est en train de mourir.. A chaque saison pluvieuse, des centaines de tonnes d'humus sont en.
trainees par les rivieres vers la mer C-est "notre vie qui s'en va" disent les paysans,
devant ce spectacle.
Aujourd:hui. pour maintenir un niveau de vie supportable, le paysan de Marbial de
vrait pouvoir cultiver des surfaces de p.us en plus grandes, mais, depuis longtemps, les
terres vierges ont disparu. It n'existe pas., dans la region de Marbial, une seule parcelle
de terre accessible qui n'ait edt cultivde. Les Pentes les plus abruptes onf dteimises en
valeur, d telle enseigne qu'il est des jardins que I'on difriche en s 'aidant d'une corde,

Le rendement unitaire assez bas et le tres grand nombre de petits producteurs ex-.
pliquent un phenomine observe par Ml Berrouet dans la region de Jacmel. A certain moments
de I'annde, plusieurs products agricoles de conservation-facile, saturent brusquement le mar.
che-pour devenir relativement rares et chers quelques semaines plus tard,, C'est que les pay
sans livrent tous d la fois. et d un seul coup: la part de la rdcolte qu'ils ne consomment
pas Celle ci est immediatement absorbde par le march local. La production dtant tres fai
ble, les paysans ne peuvent pas ripartir leurs ventes au course d'une longue periode, selon
les exigences du marchei Pour cette raison, il leur est impossible de bne'ficier de la haus
se des prix car its ne la provoquent pas,. En rfgle gine'rale: les paysans sont victims
d-innombrables intermediaires, depuis la simple revendeuse, jusqu aux exportateurs de denries
qui, seuls. realisent des speculations profitable sur les marches.
Les methods agricolis que le paysan applique sont forcement rudimentaires. L'asso.-
lement se pratique de facon tries irregulidre et est souvent impose par I lpuisement de la ter
re. Le morcellement de la propriete et le relief du sol rendent I1usage de la charrue impose
sible.. La houe est encore I instrument le mieux adapted au terrain et au type de culture~ II
ne faut pas songer d I:introduction de-machines agricoles qui ne peuvent rendre de services
qu'en plaine et sur de grades proprietes L-emploi d'engrais chimiques ddpasse de beaucoup
les capacites de I 'conomie rurale. Meme s ils ne devaient pas etre laves par les grandes
averses tropicales. leur prix serait encore disproportionnd aux profits rdalisis.
L'accroissement de la population, lI lappauvrissement du sol et les crises economiques
qui ont suivi la premiere guerre mondiale ont considdrablement reduit la culture du cafe ja
dis la principale production de la region Faute de terres en "savane" necessaires d I'entre:'
tien de leurs nombreuses families, les paysans ont empidtj sur les bosquets de cafeiers don't
ils ont abattu ounieglige les arbres de couverture. Souvent I'absenteisme des propridtaires
urbains a favorise ce deboisement c la fois sournois et systimatique.

L'elevage et le commerce n apportent que des bendfices minimes. II est difficile
de nous faire une idee de la modicit'e'des profits pour lesquels les paysans sont prets ac four
nir un long effort. Nous connaissons le cas de paysans qui ont fait une route de 15 km. pour
acheter du mais d o: 20 gourde le "godet" alors qu"ijs pouvaient le trouver sur place d raison
de o 45 gourde les deux godets. ne scene d laquelle nous avons assisted est e'galement typique
d cet regard. 'Une conmercante cherchait a convaincre une "revendeuse" de lui vendre de la se
moule de mais au prix courant d cette epoque, mais de lui permettre de se servir de sa propre
measure. Celle ci itait imperceptiblement plus grande que celle de la marchande ambulante, or







c'est cette difference minime qui devait constituer son profit. Le marchandage qui portrait
peut-4tre sur une valeur inferieure d o,05 gourde dura une bonne heure et s'accompagna de
discussions passionnees. Chaque semaine des paysannes se rendent d Port-au-Prince avec une
enorme charge sur La tete qui rend encore plus penible 1 'ascension de montagnes abruptes
sous un soleil de plomb.. Apres une absence de trois ou quatre jours elles rentrent chez
elles ayant realism un benefice de 3 ou 4 gourdes.

La situation du paysan s'est aggravee aussi par suite du rencherissement du cout
de la vie,, En l space de dix annees, les articles de premiere necessity' (tissus, savon,
farine, etc.) ont connu un coefficient d'augmentation qui se situe entire 2,5 et 3,

,Une situation economique aussi pricaire affected tres directement la sante et la
capacity de travail des cultivateurs. Mal nourris, its resistent mediocrement aux diverse
maladies tropicales don't ils sont victims: le pian, les vers, la malaria, les ulceres tro
picaux et la tuberculose. On estime d 85 % le pourcentage de la population rurale d'Haiti
atteinte du pian.

A ces maux dfs au milieu viennent s'ajouter ceux qui sont suscites par la malice
des homes. *L;habitant des mornes est trop souvent la proie de citadins peu scrupuleux qui
cherchent a le dipouiller de son argent et de ses terres. Durant notre sejour nous avons
te' temoin de exploitation sordide don't les illettres sont I'objet de la part de ceAtai/rA
no-ee homes de loi ou de gros commerpants. Des prets usuraires que les paysans, par mise-
re, sont rediuits a contractor, rev6tent un caractere scandaleux, Les proces que les propri'-
taires, pousses en sous main par les avocats ou par leurs mandataires, s'intentent pour
d'obscures questions de terres les maintiejnent dans un etat constant d:instabilite et con-
tribuent a leur ruine. Des croyances magico. religieuses fortement ancrees sont egalement
la cause de grosses depenses qui, pour nous servir d'une expression paysanne, font "perdre
pied". Les frais des funerailles et des ceremonies qui les accompagnent constituent une
obligation a laquelle personnel ne peut se soustraire sous peine d'encourir le blame public
et la vengeance du defunt. One parties de I'he'ritage est toujours sacrifice pour remplir
ces devoirs. Si le mort n'a rien laisse' les vivants prefdrent compromettre leur avenir
imnediat plut6t que de mecontenter l'dme du defunt et d'encourir le blame des voisins.
Malgre' le haut pourcentage de la mortality' infantshe (200 sur 2.ooo) la popula-
tion ne cesse de s'accroi'tre. Selon nos estimations elle est aujourd'hui de 200 au km2.

L'ignorance dans laquelle les masses rurales ve'gtent trop souvent les empeche de
reagir avec quelque chance de succds contre les maux qui les accablent et qui ne font que
s'accentuer. Avant que l'Unesco n'entreprit sa champagne de'ducation de base, les rares eco
les de la region cherchaient a inculquer par lFentremise du francais quelques rudiments de
lecture et d'criture a des enfants parlant uniquement le creole, langue qui s'est fortement
differenciee du francais don't elle est issue. Les maftres, souvent des semi illettres, n'ap
portaient aucune connaissance directement utile d la jeunesse qui leur etait confiee. Pour
prix de la maigre science qui leur dtait donnee, les ecoliers mal nourris, devaient chaque
jour faire des marches epuisantes d travers les mornes et les ravines. La patience et le
courage don't ces enfants font preuve en disent long sur leur bon vouloi' et celui de leurs
families.

Ces conditions que nous venons brivvement d:'voquer, donnent toute sa significa-
tion au project de '1Unesco. Si education de base parvient d triompher de tous les maux
enumneres ici, elle aura fait ses preuves et s'imposera comme I'unique solution possible
pour tous les pays insuffisamment developpes, car il y a de par le monde de nombreuses
countries don't I'e'conomie est tout aussi compromise que celle de la vallee de Karbial.







EQUIVALENCE DES MONNAIES, POIDS ET MEASURES




1 gourde = la gourde est le cinquidme d'un dollar US.., soit $ o02O, Le dollar a
course legal en Haiti

Goud4 = 25 centimes de gourde. ou $ o05.

Kob = 1 centime de gourde

Carreau = 1,20 hectare ou 3,33 acres americaines.

Aune = 1, 16 mdtre.

3 godets = 2 livres amdricaines ou 9oo grBames. i godet = 300. grammes. (i Kilo =
2,20 livres amnricaines).

1 marmite = 6 7 godets d Marbial. 5 godets dans d'autres regions.

Bouteille = 1/4 ou 1/8 de gallon.

5 ou 7 bofi,
ou filiol = 1/4 de gallon,

Tasse facultatif.
*
Petit verre = fraction de godet facultative.

Cuiller = 12 pour 1 livre (environ)

Bidon = 5 gallons.

Panier = on emploie le terme "Panier 50 ou 25", ce qui signifie que ce panier rem-
pli de cerises mures de cafe donnera 50 ou 25 lives de cafe en fives.






TRANSCRIPTION DES SONS DU CREOLE


Les mots et les textes cr4oles cites dans cette 4tude ont &t4 transsbrits selon le
systeme propose par MM. Mc Connell, H, Ormonde et F. Laubach, et connu en Haiti sous le nom
de systeme Laubach,

Le e' correspond au e ferm4 du frangais, le 6 au ouvert, le o au o ferm4, le b
au o ouvert, Le troupe ou a la meme valeur qu'en fran9ais. La nasalisation est indiqu4e
par un circonflexe (d, 6d. ) Le ch correspond au ch frangais ou au sh anglais. Le j au
meme son en frangais (Y),





5 -




LA REG I ON DE MARBIAL (1)

L'aspect des c6tes d'Haiti est presque toujours pittoresque car les montagnes, sur-
gissant a proximity de la mer, decoupent l'horizon suivant les contours les plus inattendus,
Rien cependant n'y gale le spectacle offert par la rade de Jacmel, oh les montagnes sont
plus hautes que partout ailleurs et forment, A une trentaine de kilombtres de la ville, un
arc de cercle domind par la masse triangulaire du Morne La Selle, don't le sommet atteint pres
de deux mille metres d'altitude, La region de Marbial, objet de cette 4tude, occupe la par-
tie superieure du bassin de la rivibre Gosseline, au pied meme de cette montagne.

La line de fate constitute par les sommets les plus 4lev4s est d'origine volca--
nique, mais tout le reste du pays, come la plus grande parties de l'ile d'Haiti, est former
de calcaires et conglom4rats a galets 6ocenes. Toute pluie qui tombe y marque son empreinte
en creusant plus profondement des vallees d4ja trop 6troites pour les torrents qui les occu-
pent avec intermittence. Partout les lignes de partage des eaux sont marquees par les are--
tes fortement accusees propres aux pays tropicaux. et plusieurs sommets ont pris la forme de
troncs de c6ne -formation pittoresque, s'il en fut, mais qui ne facility gubre la circula-
tion des homes et des b8tes. Il n'y a qu'un moyen de penetrer dans ce pays tourment4,c'est
de suivre en pataugeant le course des torrents qui joignent leurs eaux en des points de con-
centration successifs, poses l'un aprbs l'autre sur la surface du sol come les empreintes
des paumes d'autant de mains gigantesques.

Notre quarter general a 4te 4tabli & Poste-Pierre--Louis, sur les bords de la Gos-
seline, en un point situ &A une quinzaine de kilombtres de la ville de Jacmel, d'oh cinq val-
lees rayonnent jusqu'au Haut des montagnes, drainant les eaux d'une 4tendue de cent cinquan--
te kilombtres carries environ.

Deux de ces valldes sont occupies par les torrents de Ti-Rivibre et de Boucan--Pata--
te, qui descendent du Morne Rouge, situ4 & cinq kilometres vers le Nord. Leur pente est tel-
le que l'eau n'y s4journe jamais que peu de temps, mais ils constituent des voies de pegntra-.
tion faciles et 4conomiques. Cette region, connue sous le nom de Petite-Gosseline, a 4t4
jadis fertile et la population qui fut attire par cette ferbilit4 est responsible de sa de-.
cadence actuelle. Aujourd'hui, les lits des deux rivieres demeurent ombrag4s et acceuillants,
mais, dbs qu'on en quite les bords, on ne trouve plus que des collins mangoes par 1'lrosion.
La desolation est encore plus grande dans la section de Marbial proprement dite, qui s'4tend
au Nord-Est de la Petite-Gosseline, entire le Morne Rouge et la riviere Gosseline, et qui ne
comp'rend plus gubre que des mornes pel6s aux sommets arrondis et pierreux,

Face a ces regions desoldes qui englobent presque tout le versant ouest du bassin
superieur de la Gosseline, d'autres terres ont conserve quelques restes de leur fertility
primitive, Immediatement au Sud de Poste-Pierre-Louis commence la region de Cochon-Gras,
ainsi nomm6e dbs le temps de la colonie, et parcourue par une rivibre du mgme nom don't la
source se trouve au Morne Cap Rouge, a une disaine de kilombtres vers le Sud-Est. Cette
region est accidentee et mal arros4e, mais la population moins nombreuse qurailleurs nren a
pas encore 4puise les resources. o

Immediatement A 1'Est du Poste, et commengant au centre paroissial pour aboutir au
Morne La Selle, la region de Fond-Melon s'etend sur une quinzaine de kilombtres de longueur.
Elle est c4elbre depuis des temps imm4moriaux, par sa position avantageuse et son aspect pit-
toresque. Une rivibre y coule dans un veritable canyon, plus 4troit et plus profound que les
autres vallees, et la puret4 de ses eaux atteste 1'intensit4 moindre du travail d'4rosion,
qui s'y pursuit ndanmoins sans repit. Des deux co8ts de la rivibre s'elevent des sommets
tronconiques mediocrement boises, mais aux pentes encore fertiles oh prospbrent encore quel-
ques plantations de caf4iers.

(1) Ce chapitre a tdS r5dig5 par I'e Dr. Jean Comhaire-Sylvain.







Remontant droit vers le nord, le doigt majeur de la rivibre Gosseline pointe vers
la section rurale du meme nom, la plus isolde mais aussi la plus fertile de toutes. Situde
sur les contreforts des mornes La Selle et Malanga, la section de la Gosseline comprend des
sommets allonges et verdoyants s4pards entire eux par les valldes boisdes de multiples tor-
rents don't les eaux se reunissent toutes au carrefour de Poste-Marbial, situ4 A neuf kilomb-
tres au Nord-Est de Poste-Pierre-Louis. Crest la seule parties de notre region oh 1'on puis-
se encore admirer la vie rurale haitienne telle qu'elle existait partout avant la decadence
actuelle, quand la paysannerie prospirait au milieu des plantations de caf4iers au feuillage
sombre et luisant, qui s'4tendaient alors & perte de vue A travers le pays et se couvraient
au printemps de fleurs blanches transformant Haiti presque entire en un immense jardino

Prbs de notre quarter g4n4ral, le confluent des rivibres Gosseline et Fond-Melon
est situe par 1820' de latitude nord et 78 28' de longitude ouest, done en pleine z6ne tro-
picale, mais d'importants facteurs y modifient le jeu ordinaire du climate de cette zone,
Quoiqu-aucune 4tude d4taillee n'ait 4t4 faite a ce sujet, il est hors de doute que les condi-
tions climatiques y varient daun point & un autre et que des differences de cet ordre contri-
buent A expliquer L'opposition signalde entire les versants ouest et est de la Gosseline. Le
Morne La Selle domine toute la region et forme un immense chateau d'eau, suffigamment boisd,
encore aujourd hui, pour regulariser un peu son irrigation. Trbs souvent perdu dans les nua-
ges, il est le siege de perturbations atmosph4riques de toutes sortes et les frequents gqon-
dements de tonnere ne contribuent pas peu A la majesty du spectacle qu'offre sa masse impo
sante, La pluie tombe generalement sur toute la region, d'avril a juin et de septembre A
novembre, et son abondance est d'autant plus grande que 1'altitude est plus elevee, Les vents
aliz4sne se font pas sentir a travers la masse compact des montagnes qui occupent le centre
de l'ile d'Haiti, mais la vall4e est entibrement 14couverte en direction du Sud, d'oh sur.
viennent de temps en temps des cyclones devastateurs, Ceux des 12 aoit 1915 et 22 octobre
1935 ont beaucoup contribute A la misbre actuelle des paysans de Marbial, ayant d4truit leurs
cases, ravage leurs champs et emport4 leurs abetes par centaines, Quant A la temperature,
elle est partout chaude et humide, sauf A proximity des mornes La Selle et Malanga, A partir
de 800 mbtres d'altitude,

La toponymie de Marbial est confuse au point qu'en l'absence d'agglom4rations bien
d4finies, il nest pas possible de meubler une carte goographique sans se resigner A des
choix arbitraires, I existed tne serie de v4ritables noms de lieux, presque tous d'origine
frangaise, attaches d'une manibre permanent a des accidents de terrain et sp4cialement aux
montagnes : Morne La Selle, Morne Rouge, etc., On les emploie souvent precedes de la prepo-
sition Nd (dans), Mais ces appellations ont moins d'importance pratique que d'autres, A ca-
ractbre personnel, dites "habitations" et pr4ckddes de la proposition Ka chess) A Saint-
Domingue, come aujourd'hui encore chess la plupart des veritables ruraux du monde entier, on
disait : "Je me rends chez le colon Andral on chez le Colon Scelles" et personnel ne songeait
a demander le nom propre du lieu oh demeurait ce planteur, car ce n'7tait pas la terre qui
important mais bien celui qui la mettait en valeur. L'habitant de Marbial a conserve cette
habitude, Il vous envoie couramment "Ka Lessbne" et h4site si vous lui demanded des preci---
sions g4ographiques. Encore commencera--t-il par vous envoyer "Ka Tolus", c'est-A-dire au
domaine plus 4tenduposs4dd avant sa mort par T0olus Pierre, le pbre de Lesseneo De fil en
aiguille, on peut arriver ainsi a couvrir -.presque tout le pays d'un r4seau de sub-divisions
appel4es "habitations", terme d4signant toute 4tendue de terrain & laquelle le nom d'un pro-
prietaire unique est rest attached

De nombreuses confusions existent au sujet du terme "habitation", souvent consid4 .
re sans preuve comme d4signant une ancienne propridt4 colonial, La definition que nous en
donnons est ficheusement vague et fluide, mais elle ne fait que refleter ainsi la manibre va--
gue et fluide don't les paysans eux--mmes emploient ce terme. Fait caracteristique, son appli-
cation varie de generation A generation, Les gens assez jeunes, par example, parent de "Ka
Savwa" et de "Ka Marcelin" tandis que les vieux englobent ces deux habitations sous le seul
nom de "Despinoze" qui 4tait celui du colon haitien Despinoze, le grand-pere des deux autres,,
Il convient de noter A ce propos que les paysans. lorsqu'ils parent de "colons" et de "blancs"'







d4signent presque toujours des propri4taires etablis ou reconnus dans la region apres 1'in-
dependance et non des planteurs franpais. Une femme parfaitement noire peut en arriver ain
si & dire que ses deux grand--pares 4taient des "blancs". La rapidity avec laquelle la no-
tion colonial d'habitation s'est alterde peut se mesurer au fait que dbs 1840, le chef de
la section de Marbial pronrement dite distinguait 155 habitations sous sa jurisdiction,
alors qu'il n'y avait probablement pas plus de deux ou trois colons franpais dans cette r4-
gion, En 1937, la meme section ne comptait pas moins de 270 habitations et leur superficie
total, evalude A 3.100 carreaux, paraissait en couvrir tout le territoire.

SUn term apparemment en voie de disparition est celui de "cour". La cour 4tait
jadisl.'ensemble des cases habitues par les membres d'une famille 4tendue, groupies autour
de celle du patriarche. Il y a un sickle et plus, les course se confondaient peut-6tre avec
les habitations, mais de nos jours, les liens familiaux sont devenus trop laches pour main-
tenir les paysans ainsi groups. sauf cas exceptionnels. D'autres appellations connaissent
une vogue croissante. D'une part.: les huissiers et autres personnages officials affectent
de designer les gens come demeurant et les propri6tes come situ4es "dans la section rura-.
le de ... ", c'est- a-dire n'importe oh dans une 4tendue de prbs de quarante kilometres car-
r4s, et les paysans suivent maintenant leur example quand ils parent A des strangers.
D'autre part, om constate une tendance a designer certain districts sous le nom de "quar-
tiers". Cette notion est contraire au droit administratif haltien, qui d4signe tout autre
chose par ce term, et est 4trangbre a la tradition paysanne. D'origine vraisemblablement
urbaine. elle sert & designer un group de voisins immediats et on l"interprbte parfois en
disant qu'il s'agit de la jurisdiction d'un "mar4chal" ou "chef-quartier" alors que rien en
reality ne limited au point de vue:territorial les activities de ces adjoints au chef de sec--
tion. Le mieux qu'on puisse esperer de cette innovation est qu'elle se precise en se sub--
stituant- la notion trbs ancienne d habitation. come c'est d4jA le cas pour 1'habita-
tion colonial de Scelles, au centre de la section de Fond-Melon.

Les chefs de sections 4valuent la population de la region de Marbial a 28.002 ha.-
bitants, rdpartis come suit :

Section Cochon-Gras 8.055
Fond-Melon 7,985
La Gosseline 6.845
Ma'rbial 5.117

Ces chiffres sont probablement inf4rieurs a la reality car certain foyers ont pu
etre oubli4s dans 1'enqugteo De plus, le chef de section de la Gosseline a estim4 que les
bb4es encore incapables de marcher 4taient indignes de figure dans son recensement. En
estimant la population de la region a 30,000 habitants et sa superficie a 150 kilometres
carr4s, on aboutit a une density probable de 200 au kilometre carr4.

Cette population est entibrement disperse dans les campagnes, il n'existe aucun
village Cependant le centre des activities de tous est indubitablement situ4 aux alentours
du confluent des rivibres Gosseline et Fond-Melon. L'Pglise paroissiale se trouve a& lex-
tremit4 en amount de ce centre, avec le presbytbre, les .coles de garcons et de filles et
le magasin des cooperatives catholiques. En aval viennent la pepinibre lu Service coop4--
ratif inter--ambricain et le march, qui est ouvert chaque vendredi. Plus tas encore et a
deux kilombtres environ de 1' glise se trouve Poste-Pierre--Louis, don't le nom dvoque un
poste militaire 4tabli pour surveiller la region pendant la revolution de 18835 On y trou
ve actuellement une chapelle protestante et une demi-douzaine de boutiques en plein vent,
Tous les services publics sont concentres A Jacmel, a une quinzaine de kilombtres vers le
Sud-Ouest.

Au point de vue racial, cette population est plus vari4e que celle de la plupart
des autres regions d'Haiti, meme dans la region imm4diatement voisine de Kenscoff. Certai--
nes families descendent de mulatres qui ont quitt4 le centre et le nord du pays pour ne
pas vivre sous l'autorit4 du roi Christophe (1806-1820) tandis que d'autres repr4sentent







la descendance illdgitime de citadins de nuance claire, Les families du premier group ont
longtemps maintenu un certain exclusivisme matrimonial et les marriages entire cousins y ont
4t6 si fr.4quents que la proportion de sang blanc y est rest4e considerable, Cependant le
nivellement dconomique et cultural provoqu4 par la decadence de la region a modifi6 cette
attitude et 1'on peut s'attendre a rencontrer avant longtempsune population purement noire
ou du moins trbs foncee.

Cette population est divisge au point de vue religieux, Marbial fait parties d'une
paroisse catholique qui comprend, outre ses quatre sections, celles de la Grande-Rivibre et
de Montagne--la-Vofte, dans la commune de Jacmel, et celle de Malanga, dans la commune de
Port-au--Prince. Le curd de la paroisse, le Pbre Louis Charles, en value la population A
55.000 habitants, don't 21.000 catholiques ayant d4clard leur opposition au vodou et 5 A 10i000
personnel considdr4es come fiddles au vodou, Il y a aussi un peu plus de 3.000 protestants.
Les registres paroissiaux indiquent de 600 a 700 bapt8mes par an, une soixantaine de maria
ges et 125 enterrements environ, de sorte qu'il est probable que la population augmente en
depit de la mortality4 infantile. Les registres de 1'tat civil, tenus a Jacmel, n'ont aucu-
ne valeur A cet regard. car peu de paysans se soucient des actes de naissance et encore moins
des actes de d4ces.

En dehors du centre paroissial, le curd de Marbial dispose de sept chapelles et
de 48 stations confides A des laiques qui s'occupent egalement de la diffusion de l'ensei
gnement par le creole. L'enseignement est entibrement aux mains des organizations religieu-
ses et des particuliers,

La density de la population explique que la flore et la faune de la region n'of-
frent plus rien de remarquable, sauf sur les somnets les plus leves, oh subsistent quel-
ques fSrets de pins. L'agriculture, malheureusement, est dans un 4tat pr4caire que reflD-
tent les chiffres des exportations du port de Jacmels

1930 .1931 1939- 1940 1946 947
CAFE 4.050 tonnes 2-352 tonnes 3,384 tonnes
COTON--FIBRE 655 0 "
SISAL 0 0 24,5
BOIS DE CAMPECHE 75 0 "
BANANES O patte 184.000 pattes 348.000 pattes


On se trouve done devant une region fortement peuplee don't 1'avenir 4conomique
est-encore incertain.





RELI EF ET QUALITY DU SOL

La vall4e de Marbial comporte trois zones don't le relief, le sol et la temperature
offrent A agriculture des conditions 14gbrement diff4rentes.

La premiere zone, qui correspond au fond de la vallde, est form4e de de4pts allu-
vionnaires profonds de consistance plutSt sablonneuse don't le rendement peut 8tre accru par
1'irrigation.

Aux endroits oh la rivibre est 4troitement encaissee et forme une veritable gorge,
les rives sont couvertes de caf6teries et de bananeraies. Vertes et drues, celles-ci sont
come un rideau qui dissimule au passant les pentes d4nud4es des mornes. Vers la basse val-
lee. la Gosseline coule A travers une plaine alluvionnaire entirrement ddboisee oh pr4domi
nent les.cultures saisonnibres.

Entre le.cours de la Gosseline et les hauteurs s'dtagent des collins et des pitons







don't les pentes, souvent fort raiders, ont 4t4 considerablement 4rodees. Elles sont couver-
tes d'une herbe court et seche qui dissimule mal les effleurements rocheux. Les aretes
4troites et les petits plateaux au sommet de ces mornes sont plus fertiles que leurs ver-
sants car les effects de 1'7rosion y sont moins marquis Cette succession de hauteurs forme
la deuxibme zone.

A partir de 700 m,, environ, on p4nbtre dans la troisibme zone, C'est une region
favorisee : la couche arable y a peu souffert de I'rosion et l1altitude change le rythme
des saisons. L'humidit4 y est sensiblement plus grande que dans la plaine.

Les paysans 4tablissent une difference trbs nette entire deux types de sol qui cor-
respondent "grosso modo" a l1'altitude l les terres chaudes, (td cho), sont celles qui ont
4t4 anciennement d4boisees et 4rodees et don't la texture est revenue plus lgbere. Ce type
de sol est caract4ristique des deux premieres zones de la vallee. Les terres froides, (td
fret), argileuses et humides se trouvent sur les hauteurs.

Un sol mieux conserve et un climate pluvieux y sont particulibrement propice A la
culture du caf,, Certaines plants peuvent etre considerees come 4tant caract4ristiques
des hauteurs, Ce sont notamment les variet4s de haricots (Phaseolus vulgaris), de malanga
(araceae sp.) et les pois souches (Phaseolus lunatus).

Le mais donne beaucoup mieux dans les terres froides que dans les terres chaudes
oh le millet prkdomine. La presence de cette c4r4ale ou de certaines 14gumineuses est un
str indice pour distinguer une zone d'une autre.

Comme les different products agricoles parviennent A maturity4 A des 4poques dif-
frrentes selon l'altitude, il en resulte la possibility dr4changes continues entire gens de
la vall4e et ceux des mornes, C'est ce d4calage entire les r4coltes qui est A la base m@me
du commerce si actif qui regne dans la region de Marbial et qui constitute la raison d'8tre
des marches locaux,

Les caf4teries qui sont en voie de disparition dans les terres basses par suite
du deboisement et de 1linsolation, sont encore de bon rendement sur les hauteurs.

Les terms de "terres chaudes" et de "terres froides" sont aussi employes en Haiti
pour decr'ire les conditions physiques du sol du point de vuede son pouvoir de retention de
lhumiditd, ind4pendamment de l'altitude. Une region trbs d4boisee, don't le sol profond4-
ment erod4 conserve peu d'humidit, sera appel4e "terre chaude" meme A 1600 m. d'altitude.
Inversement, un sol naturellement sablonneux ennplaine devient une "terre froide", sil est
irrigud,

Les paysans ont egalement toute une nomenclature pour les differents types de sol
que l'on trouve dans la region- Ils appellent les sols alluvionnaires du fond de la vall4e
des td rap6 (terres de rapport), Les terres 4rod4es, pauvres en argile, qui retiennent mal
l1humidite, sont des te sablez (terres sablonneuses). La terre grise A aspect granule pro-
venant des roches d4agr4gees est dite te griz6'. Les terres humides ou mardcageuses sont
des te lago ou t~ dlo, On d4signe par le terme de td gra ou td swife (terre suifde), les
sols argileux et lourds, Les terres crayeuses sont des te tif (terre de tuf). Les habi-
tants de Morne-Rouge font l'eloge de la belle "td rouj" de leur montagne gui est 4minemment
fertile.

Les sites pierreux que 'on rencontre au bas des falaises qui couronnent les ver-
sants sont favorables aux cultures; les roches qui parshment le sol forment un "paillis"
(sorte de "mulch'" qui conserve l'humidit4. Les paysans disent alors que les "roches suent"o

Les ordures de toutes sortes et les excr4ments des animaux domestiques, en parti-
culier des porcs, qui slaccumulent dans le voisinage des huttes, fertilisent le sol et favo-
risent la croissance des plants que 1'on y cultive, Ces lots de verdure autour des habi-
tations ont souvent fait illusion a ceux qui 4taient charges d'estimer le rendement du sol.
D'une fagon gdn6rale, les terres de la region de Marbial sont peu fertile. Leur





10 -


pauvretd ne cesse de s'accroitre- D4ja la culture du mats est en train de c&der la place
A celle du millet, c'4rale rustique et peu exigeante. Depuis longtemps les paysans ne cul-
tivent plus les haricots rouges (Phaseolus) auxquels ils ont substitute d'autres lgumineu-
ses, pois inconnus (Vigna sinensis) notamment, qui se contentent d'un sol ingrat.,

L'emploi des engrais 4tant inconnu, l'appauvrissement continue du sol force a une
agriculture extensive, qui n'est cependant possible que pour autant que 1'agriculteur dis-
pose de grandes etendues. La raret6 de la terre oblige les paysans de Marbial A recourir
aux cultures melangdes. Les plants .4puisantes, tells que le mais, le millet, le manioc
et les patates, voisinent pendant la meme periode et sur la meme parcelle avec les l1gumi-
neuses. Les champs sont surcharges sans que l'appauvrissement du sol soit compens6 par
des apports d'engrais. Les habitants laissent perdre le fumier produit par leur b4tail et
ne savent pas tirer parti des sarclures qui pourraient enrichir leur sol en matibre organi--
que.

En beaucoup d'endroits, le sol 4puis6 par les recoltes et min4 par l'1rosion est
devenu pauvre et sec. Ces conditions de la terre tendent A leur tour A se transformer en
un mal pddologique progressif, c'est-& -dire quiil s'~tablit une extension naturelle du
d4ssbchement de la zone deboisee vers les derniers lots bois4s. On observe, en effet, un
depdrLssement continue sur toute la periphdrie d'un bouquet de caf4iers limitrophe d'une sa-
vane





E R 0 S' 0 N

Cette terre, si prdcieuse pour le paysan, est en danger de mort. A part quelques
falaises abruptes, la vall4e tout entire est, ou a 4td, soumise a la culture; mais,
aujourd'hui, des etendues de plus en plus grandes restent en friche, ayant perdu leur fer-
tilito,
La disparition de la couche arable, qui prend d'annde en annde des proportions de
plus en plus catastrophiques, est la consequence directed du ddboisement, qui s'est accentu4
des le d4but du sibcle, Celti-ci est, son tour, l'un des r4sultats de l'accroissement
rapide de la population rurale et des crises 4conomiques rdcentes.

Chaque nouvelle g6enration, plub nombreuse que la pr4cedente, est arride'd'avec
les memes besoins- Il lui fallait du bois pour ses constructions, ses fours & chaix, et
pour cuire ses aliments; mais surtout, et avant tout, il lui 4tait de plus en plus n4ces-
saire d'avoir des terrains decouverts ou "savanes" pour ses cultures vivribres.

La d4bacle 4conomique de 1951 a contribu4 indirectement A acc4lrer le deboise-
ment. Le course du cafe4 qui est la principal denrde d'exportation d'Haiti, fl6chit au
point que les paysans n'eurent plus intir8t A en faire la culture. Le m@me sort frappa le
cacao et, par comble de malchance, quelques annees plus tard le charangon mexicain d4trui-
salt les cotonniers, A la suite de ces deastres successifs, les paysans se tournbrent vers
Sales cultures viyribres qui 4taient de rendement suro Les jardins se multiplibrent sur les
pentes de plus en plus d4nud4es des mornes,

Un cas concrete, que nous tenons de source sure, peut illustrer le d4clin de la
culture caf4ibre dans la region de Marbial, Une famille de Jacmel, qui possedait 24 car-
reaux dans la region de Ka Fbl. en tirait au debut de ce sibcle 12 A 15,000 lives de caf4
par an, qui lui 4taient remises comme redevances par ses fermierso A partir de 1.925, le
rendement de ces terres baissa au point de ne plus rapporter que 5,000 livreso Plusieurs
fermiers, pour satisfaire aux terms du contract, en 4taient rdduits A combler leur deficit
avec le produit d'autres fermes ou de leurs proprietes privdes. D'autres, incapables de
payer leur arr6rages, furent renvoycs, mais les nouveaux venus se trouvaient en presence des
memes difficult. Or, pendant pres de 15 ans le propri4taire n'avait pas visited ses terres,




11 -


Lorsque ses heritiers se rendirent sur les lieux, ils purent constater qu'il ne restait plus
que le tiers des caf4iers qili jadis couvraient 90 % de 1l surface total de la propri&t4o
Que s'4tait-il pass ? Depuis longtemps les fermiers avaient rogn. les caf4teries pour 4ten-
dre leurs cultures vivribres et, par incurie ou par calcul, avaient ndglig4 de renouveler
les arbres qui, servant de couverts aux cafeiers, appartiennent souvent A des espbces peu
rdsistantes ou qui vieillisgent iapidement. Les caf4iers, mal entretenus et exposes & la
sdcheresse et a la lumibre, deprrirent et laissbrent le champ libre au millet, aux pois et
aux patates.

Le systbme du fermage et le peu de .scurit4 qu'il offre aux paysans rendent difficile
la lutte pour la conservation du sol. Un paysan, qui prend une ferme a caf4, s'int'resse
plus a la parties en savane qui lui donne & manger qu'aux caf4iers qui lui servent uniquement
a payer ses baux. Quel intr8t 'a.-t-il a protdger une terre qui ne .lui appartient pas et
don't il peut 8tre expuls. a n'importe quel moment ? Pourquoi y planterait-t-il des arbres
don't il n'aura pas la jouissance et qui diminuent la surface don't il dispose pour y faire
croltre les cultures don't il vit ?

Avant que des lois skvbres ne l'aient empech4 de cduper les arbres a tort et a
travers, le Daysan a exploit sans merci les resources forestibres a sa portde. I1 s'est
acharnd sur les* acajous, les campbches, qui avaient une haute valeur commercial, et il n'a
pas fait fi de l'argent qu'il pouvait tirer d'essences plus vulgaires.

Tous ces facteurs combines ont done about au deboisement des valldes hattiennes.
A Marbial, des collins aujourd'hui peldes et droddes 4taient, de m4moire d'homme, couver-
tes d'arbres fruitiers et de cafeteries. Privee de ses feuilles, cette terre tropical est
devenue un bien fragile. Quand, a la veille des grandes pluies, 1'habitant remue a la houe
la couche arable de ses champs; il livre des matdriaux aux averses torrentielles. Les eaux
de pluie ont tSt fait de lessiver .l'humus et les sels solubles de sa terre. L'drosion d--
truit alors impitoyablement la couche arable, ronge le sous-sol pour mettre a nu une'roche
friable. Chaque annee ce sont des centaines et des milliers de tonnes de sol, qui aprbs
chaque orage, sont charrides par les eaux qui ruissellent le long des pentes abruptes et
d4boisees.

Les-petites valldes ou ravin sek qui s4parent les pitons et les collins sont
autant de drains naturels par oh des torrents aussi furieux qu'4ph4mbres entrainent leur
butin de boue et de sarclures vers le grand collecteur de terre quest la Gosseline. Ses
multiples affluents viennent & elle avec une telle force qu'ils en interrompent le course
jusqu'a ce que leurs eaux bourbeuses melees a celles de la rivibre d4clenchent ces inonda-
tions soudaines qui devastent ses beiges.





CULTURES ET SAISONS

L'annde agricole dans la zone de Marbial comporte deux saisons et m8me une troi-
sibme pour les regions basses oh l'on pratique l'irrigation. La premiere saison ou "'rin.- -
temps" commence & la fin de mars et au d4but d'avril pour se terminer vers la fin de juin
et le debut de juillet, En ces quelques mois, le paysan a le temps de faire une premiere
recolte de mals, de hasei'cots (pois), de patates et d'autres plants.

Lors de la second saison ou "dtd" qui va du mois d'aoft a octobre, il seme a peu
prbs les memes plants qu'en mars, mais en quantity moindre. C'est A cette 4poque surtout
qu'il cultive certaines varidtds rustiques et hatives dites "alizbn".

Le millet qui tend a devenir un produit de consommation essential est sem4 au de-
but de la premiere saison, mais nest recolt4 qu'en dicembre et janvier. Il en est de meme
pour les arachides (pistaches) qui, plant6es en premiere saison, ne miarissent qu'en octobre,





12 -


En plaine et dans le fond de la vall4e, les debuts de la saison sbche, qui va de
novembre A fkvrier, coincident vve' la remise en 4tat des canauk d'irrigation et la prepara-
tion d'un system de petits bassins qui recevront les semences des haricots. Ceux-ci pous-
seront en quelques mois et seiont rdcoltds avant que le cycle annuel ne recommence, done
avant le ddfrichement des terres au mois de fdvrier.

Le tableau suivant resume le cycle annuel des activities agricoles dans la region
moyenne de Marbial : (1)


.C Y CLE


ANNUAL


Dans le fond de la vall4e : entretien des cultures irrigudes.
Dans la region moyenne : recolte du millet. Sur les hauteurs.
vente du cafe; Ce mois est reserve aux constructions, c'est une
de activity dans les petites industries locales.
Vers la fin du mois : defrichement (saklaj) des terres pour les
printemps. Recolte des pois irriguds, semes en d4cembre.


Preparation et
period de.gran-

semailles de


SLe defrichement se poursuit Les semailles peuvent commencer A la fin du mois
si le temps est propice, c est-A.-dire pluvieuxo


Avril. -* Grande dpoque des semailles. emblavement des pois, du mase, du millet, des pois
Congos, des arachides, des patates, etc, C'est a cette. poque aussi que 1'on
plante toutes les cultures permanentes (banane, cafe) qui pourront ainsi b4n4-
ficier des deux saisons pluvieuses, On sarcle les pois plants en mars et on
refait les buttes (buttage) des arachides semdes au mgme moment. On achieve cer-
tains defrichements. R4colte des pois tendres.
Mai -. On continue parfois a semer et 1'on gntreprend le ddsherbage des semis d'avril.
Recolte des pois et du mais vert plants en mars'
Juin. La rfcolte bat son pleiip. Plantation des bafaniers dans les zones sous irriga-
tion. On r4colte le mals dessdch4 plante en mars.
Juillet. Ddfrichement des terres pour la deuxibme saison. On achbve la recolte du mats
desseche. Preparation des lines de mals. Recolte des semis tardifs.
Aoiot. Semis des arachides, des pois et du mals de la deuxinme saison. Plantation de
patates. Nettoyage des caf4iers dans la basse region,
Septembre-. Sarclage des semit d'aoft. Recolte du cafe nouveau. S4chage, pilage et vente
du cafe dans les basses regions.
*Octobre. R4colte des pois et du mais plants 'en aoato R6colte et preparation du cafe se
poursuivent dans la basse region, R4colte des arachides et du sesame de la pre-
mibre saison.
Novembre-- Fin de la recolte du cafe dans la basse valldeo La recolte du cafe commence sur
les hauteurs- Preparation des terres. pour 1'irrigation.
Decembre.- Mise en culture des terres irriguees. Vente massive de caf4, de volailles et de
porcs. Rbglement des fermes et des dettes en'gendral.



REGIME FONCIER ET SYSTEM D'EXPLOITATION AGRICOLE

A peu d'exceptions prbs, tout paysan cultive un jardin qui lui appartient en propre
ou qui fait parties d'un bien indivis qu'il exploit avec d'autres membres de sa famille, Peu
nombreux sont les habitants qui ne cultivent en sus de leurs propridtds, des fermes ou des
m4tairies ou des "de moitie'n come on dit en Haiti. (2)

(1) Dbs que I'on sbme on cherche & se ddfa!re d'une partle des volailles qu'll est dlfflclle alors de
contrGlero
(2) Un bon example de la complexttd du regime de la terre nous est fourni par le cas de Luc Denis, Ce
paysan a la jouissance pldn!bre de 0,08 carreau sur un terrain Indlvis de 0,50 carreau hdrltd de sa
mere,, II a pr!s en ferme 0,50*carreau et en "potek" 0,25 carreau pour 3 ans. En outre, 11 cultive
en "de moltlbd 0,25 carreau.


Janvier: -.



Fevrier. .


Mars,







La pauvretd et l'instabilit. des gouvernements qui se sont succ6d4s depuis un sibcle et demi
en Haiti ont rendu impossible 1'1tablissement d'un cadastre. Cette circonstance n:a fait
qu'ajouter a l'ins4curit6 que presque tout paysan ressent a 1lendroit de ses titres de pro.
pri&td, Ce nest que lorsqu'il a pass acte de vente devant notaire qu'il a quelque assuran
ce d'etre A l'abri des contestations.

Mais m8me ainsi, l'acheteur court le risque d'un proces, Preuve en est la querel
le suivante don't nous avons suivi les p6rip4ties. Un certain Clersius avait achetd A ses co
heritiers un demi-carreau de terre pour lequel 90 gourdes avaient 6te versees. Cinq ans plus
tard la famille le menaga d'un procbs, bien que la vente eut 4td dflment enregistr4e par acte
notarid, sous pr4texte que sa terre avait 4t4 acquise a un prix trop bas et qu'il n'avait
pas obtenu le consentement de quelques heritiers alors absents.

Les titres de proprietd peuvent Stre d'une authenticity douteuse. Si, a 1'heure
actuelle, les transactions foncibres se font par actes notaries et enregistres, il n'en a
pas toujours etd .ainsi. De faux mandataires effectuaient des ventes sous seing priv4 et les
autorit4s locales 6tablissaient des actes d'une l1galit6 douteuse. Parfois m8me. par simple
ignorance, on r6alisait des ventes nettement frauduleuses, par example, lorsqu'un veuf cedait
les biens mineure de sa femme qui en droit revenaient aux enfants. La situation est sembla
ble lorsque le paysan cultive une terre qui lui est 4chue comme part d'un bien rest indivis,
Les titres de propriet6 sont alors entire les mains d'un seul h4ritier qui. s'il n'est pas
scrupuleux, peut se pr4valoir de ces documents pour d4pouiller les autres membres de sa fa
mille, Si les liens de parent4-peuvent encore offrir quelque garantie, ils s'affaiblissent
& travers les generations. Beaucoup de paysans a Marbial se sentent vaguement menaces de
dangers imprecis, mais qui peuvent surgir de fagon inattendue si les hasards d'une succes-
sion ou les conseils d'un mandataire d4clenchent contre leur propriet4 l'appareil juridique,

Nos recherches statistiques portant sur un 6chantillon de 147 families nous ont
permis de les classer en trois groups selon l'dtendue de leurs terres

11,56 % des families ont plus de 4 carreaux,
19,75 % des families ont entire 1,50 et 4 carreauxo
68,71 % ont moins d'un carreau et demi.
Ce dernier group peut se subdiviser comme suit
11,88 % de propridtaires de 1,50 A 1 carreau.
20,42 % de proprietaires de 1 A 0,50 carreau.
25,17 % de proprietaires de moins de 0,50 carreau.
12,24-% families ne possedant rien,

Une famille de six personnel qui pratique les cultures vivribres seches a besoin
de 4 A 5 carreaux pour maintenir une certain aisance, or, comme il appert des chiffres ci
dessus, cette condition est rarement realisde par suite du morcellement et de l'appauvrisse
ment des terres. Les paysans qui possedent plus de 1,50 carreau ont, A moins d'une secheres
se exceptionnelle, suffisamment de terres pour se nourrir et se v6tir de fagon adequate sui
vant que la superficie de leur terre se rapproche de 4 carreaux, ou de 1,50 carreau. Quant
aux deux tiers qui ont moins de 1,50 carreau, ils doivent pour vivre exerler un metier d'ap
point ou cultiver les terres d'autrui en supplement des leurs pour ne pas seuffrir de la mi
sere. La propridt4 moyenne & Marbial est de 1,49 carreau. Un seul paysande.la region poss&-
dait 55,25 carreaux. La superficie moyenne des terres appartenant aux grands proprietaires
est de 8,37 carreaux; de 2,56 carreaux pour les proprietaires moyens et enfin de 0,48 car
reau pour les paysans pauvres.

LE FERMAGE
Le fermage est la forme la plus rdpandue de la location de la terre parmi les pay
sans de la classes moyenne. Selon nos statistiques environ un tiers des paysans cultivent des
fermes don't 1'etendue varie de 0,06 carreau a 6 carreaux (moyenne, 1,32 carreau),







uelques paysans prennent une terre en fermage pour 7 ou 8 ans et en sous-louent
des parcelles de moins d'un demi-carreau A d autres paysans pour une periode de 3 a 4 ans.

Le bail est g4n4ralement notari6 lorsqu il est pass4 avec un proprietaire de la
ville surtout lorsqu'il s'agit d'une 4tendue de terre important, Il est d'ailleurs de
1 int4ret du proprietaire de lIgaliser le contract, sinon il s'exposerait A perdre son ter-
rain par prescription si le fermier 1'exploitait sans interruption pendant plus de 9 ans.

Les contracts entire paysans consistent parfois en un simple engagement verbal ; mais
le plus souvent le bail est sous seing priv6 et sign en presence du Chef de section, Ce
type de contract peut etre resili4'a tout moment sans que l'une ou 1'autre des parties doive
de d4dommagements A 1lautre,

Guand le terrain afferm4 porte une cafeterie de quelque importance, les rentes se
payment en cafe- Les products des cultures vivribres plant4es sur la portion en savane re-
viennent alors au fermier. En tout autre cas, la rente se paye en argent. La premiere an-
n4e se rbgle A lavance, mais le tenancier aalors deux ans "pour se reconnattre", A partir
de la deuxieme ann4e les rentes sont payees au mois de d4cembre A la fin de la r4colte de
caf- (+)

Une des tares du fermage est l'ins4curit4 des tenanciers, Il suffit que le pro-
prietaire regoive d'un autre paysan l'offre d'une rente quelque peu sup4rieure A celle qu'il
pergoit pour qu il d4nonce le contract qui le lie A son tenancier sans 4gards a son honn6tet6
et aux ameliorations qu'il a apportees A la terre qu'il cultive. Un paysan de nos amis avait
afferm4 un terrain de 0 75 carreau appartenant A un citadin pour 40 gourdes. Encourage par
les excellentes relations qu'il avait maintenues pendant dix ans avec le bailleur, il avait
plant4 une petite caf4terie sur la ferme. Le bon 4tat de ce jardin sugg49'a At un voisin
l1id4e d'offrir au propri4taire 60 gourdes, s'il enlevait la terre & son tenancier pour la
lui ceder- Sa proposition fut immediatement agr64e et notre fermier fut averti par un sim-
ple billet de la resiliation de son bail sans qu'aucun d4dommagement lui flt offert pour la
jeune caf4terie qu'il avait 6tablie.

Pendant notre s4jour A Marbial un cas du meme genre s'est produit pour un autre
fermier, Aprbs avoir pein4 pendant cinq ans sur une terre don't le tiers 4tait en caf4 et
le reste en savane. il en fut cdpouill4 en faveur d'un voisin qui avait offert de remettre
une rente annuelle de 650 livres de caf4e Mais le nouveau fermier s'etait fait des illu-
sions sur la richesse de sa terre. Elle ne lui donna que 360 livres de caf4 et il dut payer
la difference en argent.

Il peut arriver aussi que le bailleur vende sa ferme A un tiers qui en deloge le
tenancier. Quelques fermiers cependant rdclament un dedommagement pour les cultures nouvel-
les don't il ont dotd la terre prise en fermage. Grace A cette menace,.un paysan que le nou-
veau propri4taire avait cherch4 a& vincer obtint un sursis qui lui permit d'attendre la re-
colte.

Beaucoup de paysans ont orient 1eexploitation de leur ferme vers la culture sai-
sonnibre au detriment de la caf4terie qu'ils laissent p4ricliter ou qu'ils ont en parties d--
truite. Or, dans Les clauses du bail, il est rarement tenu compete de la productivity rdelle
du terrain. Il arrive done un moment oh la caf4terie ne couvre plus le loyer de la ferme.
Les arrerages s'accumulent. Le paysan cherche a combler son.d4ficit en argent liquid ou a
l'aide de caf4 qu'il pr4leve sur d'autres terrains de meilleur rapport. Finalement le bail
est r4voqu4 et pass a un autre b4enficiaire qui se heurtera aux memes difficulties.

(+) Pour 1'4ffermage d"un carreau plant de caf6iers, le propr,6talre exrge 400 livres de caf6 en
moyenne, G6ndralement. N la t kafe est attache une savane, que le ferm'er exploite & sa gui--
se, Un fermier de notre connaissance avait afferm6 une terre de 2 careaux, don't un carreau -
6tait. consacrd h la culture du cafe Son fermage se montait a 650 1 vres. 11 lui etait impos-
sible de produire cette quantity de caf6, mais 11 compl6tait la some due par !es revenues qu'il
trait de la "savane:,




- 15 -


METAYAGE
Les paysans pauvres, qui ne peuvent payer une rente A un proprietaire, ont la res-
source d'obtenir des terres "de moitie", c'est-A-dire en metayage. Plus de 50 % dei paysans
de la region cultivaient des terres selon ce system. Le m4dayer doit se procurer les se-
mences et fournir tout le travail. I1 remet la moiti4 des products de son labeur au bail-
leur qui, par precaution, vient participer A la recolte pour surveiller le partage., Les
lots sont en principle de valeur (:sl i mais un propri6taire qui ne veut pas passer pour
"chiche" favorite son m4tayer. Le systeme du m4tayage presente en Haiti tous les inconv4-
nients qui ont 4t4 maintes fois signalss en d'autres regions du monde. Le tenancier en 'de
moiti4" ne peut, par example, cueillir ce qu'il a plant quand bon lui semble. Il lui faut
attendre le bon plaisir du proprietaire qui sans cela se considererait come 14sd.

Quelquestenanciers donnent en "de moitil" certaines portions de la terre qu'ils
afferment. T4moin ce fermier qui s'entendit avec un voisin ; il lui permit de planter en
pois tous les bancs de la rivibre qui, lors de la baisse de la Gosseline, s'etalaient de-
vant une cafeterie .qu'il avait prise a bail. Lors de la recolte il se fit repr4senter par
sa femme, qui, tout en cueillant les gousses, veillait a ce que son fermier n'emportSt pas
plus que sa part.
*
L'HYPOTHEQUE OU POTEK
Les frequents besoins d'argent qu'un paysan peut 4prouver a la suite d'un deuil
ou en cas de maladie ont developpd un systbme de fermage extremement r4pandu. C'est la
pbtek (du frangais hypothbque). Il consiste a obtenir d'un propri4taire l'usufruit d'une
caf4terie, d'une bananeraie ou d'un jardin pour un nombre determine de saisons en fait
d'anndes contre payment imm4diat d'une certain some d'argent. Cet accord, malgre lFori
gine de son nom, nest pas une hypothbque puisqu'il n'y a pas pr8t sur garantie mais achats
de products. Si l'acte de pbtdk est 4crit, il peut etre 4tabli devant le chef de section,
La dur4e moyenne d'une pbtdk est de 5 & 4 ans. Selon notre dchantillonnage, 49,35 % des
families de Marbial exploitent des "pbtek" don't la superficie varie de 0,03 5 3 carreaux,

LE GERANT
Quelques riches cultivateurs placent sur leurs propridtes 4loigndes un grant qui
doit veiller A l'entretien de celles-ci et s'acquitter de quelques travaux 14gers. Pour sa
peine, le grant peut cultiver un lopin de terre a son profit" et a droit & un pourcentage
qui varie d'un cinquibme & un dixibme sur la r4colte qu'il obtient des terrbs qu'il travail-
le lui-meme ou donne en m4tayage. Il peut aussi disposer de quelques regimes de bananes ou
de fruits d'un certain nombre d'arbres. Si son maitre est riche, le grant regoit un petit
salaire en argent. Parfois sa situation se rapproche de celle d'un mdtayer. Il y a trbs
peu de grants dans la region de Marbial.

Le grant ne doit pas etre confondu avec le garden qui est g4ndralement un pauvre.
here A qui l'on permet de batir une hutte sur une propridtd et qui en change de cette.tol4-
rance veille A ce que les recoltes ne soient pas vol4es ou a ce que les animaux ne les rava-
gent pas.

'VENTE A REMERE
Les nombreuses spoliations don't les paysans ont souffert pour case de ventes "a
m4rmrd" constituent 1'un des griefs les plus profonds que les paysans nourrissent centre les
citadins. Ce systeme de vente 4tait en fait un pret ddguis4. Un paysan avait-il besoin
d'une some d'argent pour profiter d'une bonne occasion d'acheter un terrain, pour celebrer
les noces.de sa fille ou pour subvenir aux frais d'enterrement d'un membre de sa famille,
il se pr4sentait chez un commergant de la ville auquel il vendait ses terres sous condition
rdsolutoire. Le debiteur s'imaginait ne donner ses terres qu'en nantissement,alors qu'en
fait il avait sign un acte qui entrainait un transfer d4finitif de propri4te si, le jour
oh 1'4chdance 4tait arrivee, il ne pouvait faire face A ses engagements. Beaucoup d'usu-
riers peu scrupuleux s'arrangeaient pour que le d4biteur ne put leur remettre la some em-
pruntle au jour de 1'echeance. Ils s'absentaient lorsque celui-ci venait les trouver pour





- 16 -


S apparaitre sit8t les d4lais passes et annoncer au malheureux paysan qu'il 4tait ddposs4dd,
Beaucoup de paysans ont At6 ainsi ddpouill4s par des bourgeois de Jacmel. Certains "specu-
lateurs" de cette ville ont rdussi de cette manibre a acqudrir prbs de 150 carreaux de ter-
re dans la zone de Marbial-

II est just de dire que, depuis la loi Vincent sur les ventes a rdm64, ce genre
de fraude ne peut plus etre perpetr6 aussi facilement contre les paysans.

IES TERRES DE L'ETAT
L'Etat haitien possbde en de nombreuses regions de la RPpublique de vastes terri-
toires qu'il afferme a des taux moderds. Dans la vallee de Marbial les domaines de l'Etat
se reduisent A environ 18 carreaux. Il est possible, cependant, qu'ils soient en fait plus
6tendus, les chiffres donnas par les Services des Contributions 6tant souvent fort inexacts.

Pour affermer une terre de 1'Etat, il faut remplir diverse formalities (1) et payer
une rente annuelle de 7 a 25 gdes. par carreau. Non loin de Marbial, & Ratte Pitra, des ter-
res de 1'Etat ont At4 prises A bail par des paysans riches qui, A leur tour, les ont affer-
mees a des paysans pauvres. Aucune de ces fermes de l'Etat n'a ete drigee en bien rural de
famille (2), *





LE DRO IT SUCCESSORAL


Le droit successoral revet pour cette soci4t6 si 6troitement attachee a la glbbe
une importance vitale. Ses principles essentiels, 6noncds par le Code civil haitien qui, lui-
meme, derive du Code Napol6on, sont families a la plupart des campagnards. Les terms "hdri-
tage", "bien de mineurs", pitit ,deo (enfants naturels) reviennent A chaque instant lorsqu'un
habitant raconte l'histoire de sa vie ou ses d4mel4s judiciaires. A bien des 4gards cependant,
la loi va A l'encontre de coutumes fortement ancr4es dans les traditions rurales. On peut
m8me ajouter que, lorsqu'elle est appliquee dans toute sa rigueur, elle crde de profondes
injustices, mais, heureusement, le droit a 4td adapt par le moyen d'artifices de pratique.

Le terme by" mine (biens de mineurs) demand a etre defini avant que nous entrions
dans le vif de notre sujet. En droit successoral, les "biens de mineurs" sont ceux qui 6choient
A des heritiers au nombre desquels se trouvent un ou plusieurs mineurs et qui, pour cette rai-
son, restent indivis, A la champagne, ce terme s'applique aux biens transmis par heritage quels
qu'ils soient. Les bye mind s'opposent done aux biens acquis entire vifs.

Il est rare qu'un paysan fasse un testament. On ne prend cette precaution que pour
dviter des querelles certaines entire heritiers ou, au contraire, pour favoriser un h4ritier
au detriment des autres. En rbgle generale, un propridtaire qui se sent vieillir se content
de faire connaTtre A ses h4ritiers les parts qu'il leur attribue, En fait, le partage est
deja rdalise dans une large measure par l'6tablissement des enfants marines sur les jardins du
pbre.

A la mort de l'un des conjoints, le survivant entire en possession de droit de la
moiti4 qui lui revient dans la communaut., l'autre moitid devenant la propridt6 des enfants.
Ceux-ci h4ritent 4galem.ent des biens personnel du defunt, appel4s by mine, parce qu'il
s'agit en fait de terres heritdes avant ou pendant le marriage. Si les enfants sont mineurs,


(1) 11 est n4cessaire d'en donner avis au Service des contributions, de payer une taxe de publica-
tion de 5 gdes. et de faire arpenter a ses frais la terre que 1'on desire prendre & bail. Les
payments s'effectuent du ler au 30 octobre, mais des ddla!s peuvent gtre accords jusqu'au 31 mars.
(2) Une ferme de I'Etat peut devenir un bien rura.1 de famille apres 5 ans d'exploitation continue
et moyennant des d6marches compliqudes, Ce type de propridtd ne peut ddpasser 5 hectares et
est en outre inalienable,





.- 17


le conjoint survivant g~re tout l'hdritage, en observant toutefois une certain "ddlicatesse"
A l'endroit des "biens mineurs" qui sont g4n4ralement donn4s en fermage ou en de &oitid (m4--
tayage), mais distribuds aux enfants A measure qu'ils sont en age de les exploiter.

Le partage effectif de 1'h4ritage ne se fait qu'aprbs le d4ces des deux parents,
A moins que, sous 1'influence de la loi, les enfants n'exigent leur part, action que la cou--
tume condamne come "irrespectueuse et impertinente".

Une veuve, sans enfants. gbre tous les biens laiss4s par son mari. Le paysan con--
sidbre cet dtat de fait come significant qu'elle est usufruitibre d'une communaut4 qui appar-
tenait entibrement au mari, quoique, 14galement, elle soit propri4taire de la moiti4. Par.-
fois elle conserve aussi la jouissance des biens de mineurs de son 4poux, A moins que les
collat4raux ne les r4clament.

Il y a quatre ou cinq generations, on se mariait quelquefois sous le regime du
contract "au dernier vivant". Tout lMhritage passait au conjoint survivant. Les enfants
n'h4ritaient qu'A la mort de celui-ci, Mais si la femme avait des enfants d'une autre union.
les biens d'une famille pouvaient passer a d'autres. C'est le cas des Domond. Morial Domond,
venu de Mirehalais, avait 4pous4 une h4ritibre du pays, Marguerite Cayot. A sa mort, Morial
Domond h4rita de ses terres. Tous ses enfants ont h4rit4 des terres de la famille Cayot,
qu'ils fussent enfants de Marguerite ou non. Jadis, on recourait frdquemment au marriage
entire cousins, pour maintenir les heritages familiaux.

Avant que la loi Lescot de 1941 soit venue proclamer le principle que tout pitit se
itit, (tout enfant est un enfant), 1'enfant natural n'hdritait. & condition d'avoir 4td re-
connu, que du tiers de la part de l'enfant,14gitime (Art. 608, C.C.). A la campaign, il re-
cevait -et continue a recevoir encore- une part de l'hdritage, qui 4tait plus faible que
celle des hdritiers 14gitimes, mais qui ne correspondait pas A la proportion calculde selon
la teneur de la loi. Aujourd'hui, tout enfant natural reconnu jouit des memes droits que
ceux qui sont issues d'une union 14gitime.

Sans la crainte des complications juridiques suscit4es par des homes de loi avi--
des, les paysans n'attacheraient que peu d'importance A la distinction juridique entire en-
fants naturels, reconnus ou non. Tous auraient indistinctement droit A.l'hdritage. Une
paysanne don't la fille naturelle n'avait pas 4td d4claree par son pbre en manifestait quel-
qu'ennui, mais, ndanmoins ne prenait pas cette omission au tragique, dans la certitude que
led collateraux ne chercheraient pas A priver 1'enfant de son heritage.

Les campagnards n'ignorent pas la port4e 14gale d'une reconnaissance de paternity.
Ils s'acquittent volontiers de ce devoir moral envers les enfants nds de "leurs oeuvres na-
turelles"; cela ne leur demand d'autre Deine que d'aller faire une declaration par devant
l'officier de l'Vtat civil. Toutefois, certain individus tardent A remplir cette simple
formality, les uns par simple negligence, d'autres par calcul, pour s'assurer du devouement
et du respect de leurs enfants en se servant de cette reconnaissance comme d'un appat.

Le sort des enfants naturels n4s aprbs le marriage. pitit a deb- est plus pr4caire.
La loi leur d4nie tout droit et ils ne peuvent 9tre reconnus. Mais les moeurssanctionnant
la polygamie, poussent un pere A prendre soin de ses enfants adulterins. alors mnme que la
loi ne 1'y contraint pas. Le pere a le choix entire diff4rentes manibres de pourvoir a
leur existence. Il peut donner une terre A leur mbre, don't ils heriteront t8t ou tard, Il
a aussi la possibility de leur ceder un bien par le moyen d'une vente fictive faite en leur
nom .- sou n6 Pitit-la yo. Enfin .il peut demander A sa femme l4gitime de reconnaitre come
sien l'enfant de sa concubine. Les officers d'Etat civil, habitues aux irregularits- et
aux negligences des paysans, ne se montrent pas surprise de ce qu'un couple vienne d4clarer
un enfant plusieurs ann4es apres sa naissance. Quant tux t4moins b4ndvoles, ils ne manquent
pas.

On nous a parld d'une certain Mme. E., spouse d'un paysan ais4, qui fit passer
pour son enfant la fille d'une concubine de son mari. Elle l6'leva et lui fit faire un ma-







riage avantageux. Les collateraux du mari, d49us dans leur espoir d'hdriter de ses biens,
en congurent pour la jeune femme une haine trbs vive. Ils s'adressbrent a un otgd pour qu'il
exergat centre elle ses sortilges. Ils reussirent & causer sa mort, mais trop tard. Elle
laissait un bkbe, qui fut adopted par la grand'mbre et h4rita de ses biens.

Une telle fraude n'est perp4tr4e que par les femmes qui "vivent bien" avec leur
maria et veulent lui t4moigner ainsi leur devouement. Si elles sont steriles, elles s'assu-
rent par surcroit les avantages que la loi reconnait aux meres de famille.

L'opinion publique pousse l'dpouse ligitime A faire preuve de g4nerosit6 envers
les h4ritiers don't les revendications sont sujettes A caution ou mal fond4es en droit. On
parole encore A Marbial de 1'esprit de justice que Mme St. J. manifesta A la mort de son mari.
Elle convoqua les enfants illgitimes de ce dernier et, sans discussions ni ergotage, elle
leur remit les parts qui leur revenaient.

Certains paysans expliquent le systbme de droit successoral en disant que les
droits d'un enfant derivent du "registre" ( baptistbre, acte de naissance). L enfant lIgi-
time a deux droitss", puisque son acte de naissance fait mention du pere et de la mbre.
L'enfant natural non reconnu n"a qu'un seul droit. Au cas oh l'pouse 16gitime accepted
d'adopter un enfant adulttrin de son mari, celui-ci acquiert "trois droits".

Beaucoup de paysans sentent toute 1linjustice qu'il y a A laisser dans le besoin
une femme qui leur a donn6 des enfants et travaill4 pour eux. M8me si un homme exprimait
son d4sir de voir sa ou ses concubines recevoir une part de sa succession, sa volontd n'en
risquerait pas moins d'8tre m4connue. La loi ne donnant & la concubine aucun droit, elle
est a la merci des h4ritiers l1gaux. Pour parer,A ce danger, beaucoup de paysans ais4s ache-
tent une terre au nom de leur mattresse ou lui font une doniz8 (donation) sous forme d'une
.vente fictive. Ils observent souvent sur cette operation le secret le plus absolu. L'acte
de vente va rejoindre dans la mallette les titres de propridt6 etuntres documents, qu'ils
garden come un trdsor. On congoit qu'un paysan'puisse cacher A sa famille ou A ses voi-
sins la generosit4 don't il a fait preuve, par crainte des jalousies et des racontars, mais
on s'explique mal sa reticence envers la beneficiaire du don. II use sans doute de cette
incertitude pour maintenir son autoritd et il escompte que, tant que sa concubine se senti-
ra sous sa dependance, elle lui' restera fiddle et dvitera de l'offenser.

Apres sa mort, les documents ensevelis dans le fond de sa mallette sont exhumes.
La famille nose g4ndralement pas d4pouiller la concubine ou les enfants qui ont &te pourvus
de terre. Le prestige et l'autorit4 du pere de famille donnent A ses decisions suffisamment
de poids pour que les h4ritiers hesitent A s'y opposer.

La concubine qui n'a pas &t6 nantie d'une terre n'a d'autre resource A la mort de
l'homme que de vivre sou dwa pitit i (sur le droit de ses enfants). Elle est done avantagde
par rapport A la veuve legitime sans enfants d'oh l'aphorisme : pitit pli fo pase maria
(les enfants sont plus forts que le marriage .

La concubine sans enfants qui n'a pas requ une terre par vente fictive ou par tes-
tament se trouve su grd chime (dans la rue). La coutume lui accordait jadis la jouissance
S de la maison construite pour elle et du jardin attenant, mais, de nos jours, du fait de la
misbre generale, ce privilege lui est de plus en plus contest et elle est expose aux tra-
casseries et aux intrigues des autres heritiers. Parfois, on ne lui laisse que la maison,
mais, le plus souvent, on l'expulse purement et simplement. Elle peut, en ce cas, vendre la
charpente de la mason qu'elle habite. Une telle rigueur de la part des h4ritiers prete
n4anmoins a critique et est consideree le fait de gens &bisye (cupides et avares). C'est le
reproche que opinion publique adressait A une famille qui s'dtait montree particulibrement
dure envers la "placee" du chef de famille. Celui-ci lui avait laiss4 en jouissance une mai-
son et un champ d'un carreau. Cette terre,trbs fertile, excita la convoitise des autres h4-
ritiers. Ils firent contre elle un k6plotaj (trambrent des intrigues) et, en usant de moyens
surnaturels, la poussbrent A voler une chbvre, don't elle n'avait aucun besoin puisqu'elle







avait bien assez pour vivre Ce fut un tolls g64nral, La famille d4cida qu'une voleuse ne
pouvait continue a disposer d'une part du patrimoine commune La pauvre femme, 4perdue, hu-
miliee, incapable de comprendre ce qui lui arrivait; alla chercher refuge chez 1lun de ses
parents. Peu aprbs, elle mourut de colbre rentrde -- d indignation, come on dit en Haiti,

Les liens trbs 6troits que le bapteme cr4e entire parrains et filleuls se reflbtent
dans les coutumes successorales, On cite le cas de parrains qui ont transmis une terre A
un filleul, en usant du subterfuge de la vente fictive, Ces "donations" sont g4nEralement
la recompense d'attentions multiples et d'un devouement qui ne s'est jamais dementio

Si tous les heritiers sont des mineurs. orphelins de pere et de mere, la gestion
de leurs biens est confide A des tuteurs ordinairement des oncles paternels ou maternels-
assistes parfois d'un notable de la localitE, Les tuteurs sont d4signds par un Conseil de
famille, L'ain4 des enfants peut, lorsqu'il est en age, devenir le tuteur de ses cadetsoA
condition de presenter toutes les garanties n4cessaireso S'il se montre'peu apte a assu-
mer cette responsabilit6, les anciens tuteurs reprennent leurs functions et se conntente
de lui laisser sa part,

L'enfant adopted n'h4rite paseo Cependant, m'me s'il y a d'autres heritiers, si
moun- la ge bo' k~, pitit-la sevi, Li kapab fi yofi kad6, kite papyed ou li (si les gens ont
bon coeur et si cet enfant les a servi, ils peuvent lui faire un cadeau et lui laisser un
paper)

HERITAGE DES BYE MINE
Les "bye mine" restent longtemps indivis, malgrd la loi, qui stipule que "nul
nest tenu de rester dans l'indivision". tJormalement, les h4ritiers devraient faire proc4-
der a un arpentage, qui permettrait a chacun de recevoir son lot en toute propridt6. C'est
principalement pour 4viter les frais d'arpentage que les hdritiers szarrangent a 1lamiable
(1/5 de. la terre arpentee va A l'arpenteur), Chacun regoit sa part et la cultive indivi-
duellement. Le partage peut aussi etre diff4r6 parce qu'un des h6ritiers est absent ou mi-
neur, On recule aussi devant la perspective de contestations- qui ne manqueraient pas de
s'lever si la division de 1'h4ritage recevait une sanction 14gale,

Parmi les raisons qui empechent le partage, il faut signaler le respect que les
jeunes membres d'une famille doivent a leurs ainds, II va si loin que, traditionnellement,
les biens n 1taient jamais divis4s A la premiere generation.. les frbres plus jeunes n'osant
pas manquer d64gards aux ain4s en exigeant le partage, En revanche, ce facteur de respect
ne joue pas en l'absence des liens du sang,

Certains bye minb restent indivis A travers plusieurs generations, et, a force
d'rtre morcel6s en fait, sinon en droit. finissent par perdre toute valeur pour ceux qui en
ont herit,. A ce moment-la, les possesseurs des diff4rentes parcelles s entendent pour ef-
fectuer la vente du terrain et se partagent le prix qu'ils en ont tir6, Trbs souvent, cer-
tains heritiers qui ont des terres a eux d6daignent leur part de la succession et cbdent
leurs droits a d'autres cohdritiers.

Au partage dune succession les sujets de dispute ne manquent pas, Ils naissent
de causes varies, don't la plus commune est la difficult de diviser 4quit'ablement une ter.-
re don't le rendement nest pas uniform. Chacun veut sa part des parcelles les plus ferti-
les et se plaint des injustices qui lui sont faites, Ceux qui sont d6ja 4tablis sur les
jardins que leur pere leur a remis se refusent A ceder un pouce de sol en faveur d'un autre
h4ritier, On r4sout parfois le differend en attribuant A chaque hiritier un lot sur chaque
portion de 1 h'rlnrage,

Les operations d:arpentage. destinies A 4liminer toute contestation, en provoquent
d'ardentes, si les h4ritiers soupgonnent A tort ou A raison, que l-arpenteur s'est.laiss4
corrompre pour favoriser 1'un d'entre eux, Ces querelles trop souvent d6g4nbrent en d'in-
terminables procks,







Cependant, il existerait une meilleure entente entire paysans s"ils n'etaient pas
excites en sous-main par des fond4s de pouvoir. "mandataires' et "avocats marrons", qui at-
tirent leur attention sur des irr4gularites don't normalement ils n'auraient cure, Les pro-
cbs provoquds par des questions d'hdritage ruinent les imprudents qui les entament, d'obi
cette sentence formulae par un paysan edritaj fe ou rich, kbm li ka fe ou pbv tou. (Un h--
ritage peut aussi bien vous faire riche que pauvre)-

TRANSMISSION DES HABITATIONS PAR VOIE DE SUCCESSION
Les maisons sont soumises a des rbgles si particulibres que 1'on est en droit de
se demander si, dans l"esprit des paysans, ce sont de v4riaables immeubles, Le sort de la
maison est distinct de celui de la terre sur laquelle elle s' Bve. La vente de 1Pune
n"affecte pas celle de i'autre Dans les deux cas, la maison est d4montee et transported
ailleurs=

La valeur de la maison n'intervient pas dans la distribution de l'hdritage. A la
mort du dernier conjoint, la maison batie par le pbre de famille va, en principle, au benja-
min des enfants. Si cet enfant est une fille il arrive alors qu'au moment de se marier
elle prenne son maria chez elle,

Si le benjamin est trop jeune ou autrement empech4, 1'un des ainds occupe la mai-
son avec lui. Nous connaissons le cas d'une femme qui occupe la maison de famille parce
que sa soeur plus jeune a dt4 abandonnde avec deux enfants.

Si le bien est indivis. les heritiers peuvent disposer indistinctement des arbres
fruitiers. mais ils percent ce droit des que la terre est partag4e.

Le cimetibre de famille. ne figurant pas dans le partage, est un bien hors de
commerce-

TRANSMISSION DES BIENS MEUBIES
Le b4tail 6tant de tous les biens, celui qu il est le plus facile de convertir
en numdraire, ii sert trbs souvent A payer les frais des fundrailles, Le conjoint survi-
vant regoit une part plus important que celle de chaque enfant, C'est lui aussi qui pre-.
side a la distribution des animaux- Si leur nombre est insuffisant pour contenter chaque
heritier, la coutume prevoit diverse solutions : 1 ceux qui n ont rien regu au moment du
partage auront droit au croTt, Dans ce cas, c'est la veuve ou 1'un des ain4s qui garde
1-animal ou les animaux don't les porties d4dommageront les autres ; 2' si les animaux sont
de valeur diffdrente on value leur.prix et on rAtablit 1' I? iitb:e entire les parts en at-
tribuant A 1'individu desavantag4 une some d-argent (souite) ou un autre animal. II peut
arriver que, faute d'argent liquid, les h6ritiers favorisds contractent une dette envers
ceux qui ne le sont pas 3) enfin, un hdritier peu- garder tout le b4tail et en distribuer
la valeur aux autres. deduction faite de sa part. Autrement ies animaux sont vendus et la
some obtenue est rdpartie entire les hgritiers. Ce nest que lorsque les contestations
prennent un caractbre juridique que l'on dresse inventaire du b4tail devant un homme de loi
et que 1'on procede en justice a la vente don't le product sera vers4 aux heritiers.

Les outils agricoles sont distribu6s entire les h6ritiers o'-n entreprs4s dans la
mason familiale oh ils sont mis a la disposition de tous En cas de partage, on tient
moins compete de ia valeur de l'outil que du besoin de chaqce h4ritier'

La machine A coudre ou le mouiin a grains que les paysans acq.uirent A grands
frais restent la propriet4 coilective de ia famille et sont gcnaralement conserves dans la
maison paternelle. A moins que le plus jeune hdritier de la maison'n'en confie la garden A
un autre.

Les vetements sont r4partis dgalement selon le principe de la n4cessit,4 On les
donne A ceux A qui ils font le plus d4faut.

Les meubles --lits.. dressoirs, chaises -- suivent le destin de la maison et, aprbs
la mort du dernier conjoint. passent au benjamin.





- 21 -


RESPONSABILITE POUR LES FRAIS D'ENTERREMENT
Tout home respectable tient a honneur de prendre ses precautions en vue de son en-
terrement, S'il possede du b6tail, celui-ci sera vendu en totality ou en parties pour couvrir
les frais des fundrailles, sinon il dasignera une terre qui sera mise en vente sit6t qu'il
sentira sa fin approcher ou immediatement aprbs son d4cs. Lors de notre sdjour, la femme
d'un paysan don't la maladie avait 4t4 jug4e fatale, se rendit a la ville pour vendre une
terre au nom du mourant et pour commander le cercueil, les tissus pour les v8tements de
deuil et les boissons pour la veillde. G4ndralement on s'entend avec un acqudreur de fagon
a n'avoir pas de difficulty au dernier moment.
*
La superficie des terres que 1'on distrait de 1'hdritage pour payer les frais d'en-
terrement va de 0,25 carreau a 0,50 carreau. Nous connaissons le cas d'un homme qui a c4d6
une terre a un parent par vente fictive a condition; que celui--ci lui fit de belles fun--
railles.

Si le d4funt n'a pas pris ses dispositions pour son enterrem*ent, les grandss heri-
tiers"(hdritiers directs) peuvent d6cider de se cotiser pour supporter les frais ou d4signent
l'un d'entre eux comme "maltre de i'enterrement" (met &timd). C'est g4ndralement le conjoint
survivant. 1'ain4 des enfants ou un oncleo Mais, si dans le cercle de famille, il n'est
personnel en 6tat de supporter cette lourde charge, on s'adresse a un ami qui est dispose a
l1assumer, Quiconque prend sur lui les frais de furitailles a droit a une compensation. On
lui donne la jouissance d'une terre pendant un'nombre d'anndes suffisant pour ie dedommager
ou on la lui cede en toute propridtd p'ar un acte de vente fictif.

Il ne suffit pas d'etre bailleur de fonds pour devenir mit atm&n, il faut .encore
faire function d'h6te aux receptions dans ] maison mortuaire et etre l'organisateur de tou-
tes les ceremonies observees en ces occasions. La veuve qui d'office est met dtimd, se fait
souvent assister par des parents ou des amis qui la dechargent d'une parties de ses responsa-
bilites, Ceux-ci portent alors le titre de "gouverneurs" ou de "dirigeurs".

Un homme ne fera pas les frais d'enterrement de sa placee" si celle--ci ne lui a
pas donned d'enfants ou si ses enfants sont morts, Si elle a des enfants, la coutume lui im--
pose cette obligation. Une femme se querella avec un de nos informateurs avec lequel elle
4tait "placee", car, elle le soupgonnait de ne pas vouloir lui donner d'enfants pour s'dvi-
ter d'avoir a s'occuper de ses fundrailles.

Quelques personnel se sont enrichies en.faisant function de met dtim&. Ainsi
Despringer Despinos qui a reconstitute 1 habitation de ses ancetres en se substituant a son
fr$re ain6 parti a St. Domingue. "Les enterrements ont 6te sa charge", avons-nous entendu
dire. Le choix d'un met iatem peut donner lieu a de vives contestations. Une femme de la
Gosseline 4tant morte, son beau--fils prit 1 initiative d'organiser son enterrement. Les pa-
rents de la femme, m4contents, suscithrent une rixe dans la maison et au cimetibre et frap-
pbrent le met dtemi a coups de kbkbmakak et de sabres d'abatis.

HISTOIRE D'UNE SUCCESSION
Voici, a titre d'exemple, l'histoire d'une succession, a travers trois generations.

Un certain Joli-Coeur Despinos, qui poss4dait 7 carreaux en bye mine, avait eu de
sa placeee, Melanie, 5 enfants, A la mort de celle Cci, il se mit en menage avec Anita,qui
rtait proprittaire de 3 carreaux en bye.minke A la mort de Joli-Coeur, les enfants de M1la-
nie se partagerent a 4galit6 les.7 carreaux de*leur phre. Anita. qui avait, entire temps,
vendu ses 3 carreaux, hirita de la moiti4 des biens de la communautd, qui se montaient &
15 car.- Ses trois fils eurent 2,50 car, chacun, Aprbs la mort d'Anita, les trois fils se
partagbrent les 7.50 car. qu'elle leur avait laiss4s en heritage.

L'un des fils, Jules, se mit en manage avec une femme du nom de Toya. II acheta
quatre terrains, don't la superficie total 6tait de 2,75 car. Il en perdit plus de la moi-
tie, a la suite de procs;. ou pour s'.tre laiss4 escroquer par les vendeurs. Ses dix enfants





22


se partagbrent les 5 carreaux qui representaient les bye minb de leur pbre, Un des fils,
Flemon, outre sa part, occupa 0,50 car,, achetds par son pere, et un de ses fils s'installa.
sur un autre bien de 0.75 car, achet4 par Jules.

Flemon. ayant vendu ses terres, ne laissa rien & e3timI le seul de ses 10 enfants
encore vivants. Celui-ci rdussit a acheter un carreau. don't il perdit la moitid,, pour
1'avoir acquis d'un faux propri4taire, et 1'autre, pour 1'avoir ced4 dans une vente a r6m,-
re. Son fils. Evangile, ne possede aucune terre, mais cultive 2 car,, qu"il a affermis,
1 car, qu'il a pris en m4tayage, et 0.50 car' sur lesquels il possede une poteko





L E M RCELLEMENT DE LA TERRE


L'apre attachment dp paysan haltien A sa terre ne procede pas de la croyance en une commu-t.
naut4 mystique avec elle, C'est un sentiment 416mentaire qui tire toute sa vigueur des con-
ditions 4conomiques et sociales particulibrement dures, II comporte presquetoujours un
1eement d"anxitd,4 car cette terre, don't dependent non seulement sa subsistence et sa s4cu
rit4 mais aussi la consideration et influence don't il jouit, est un bien pr4caire constam-
ment menace, S'il la perd il ne sera plus qu'un vagabond, un etre errant et miserable,

La terre est devenue rare du fait d'un morcellement constant provoqu4 par une
pression-dMmographique que seule une forte mortality infantile vient att4nuer, Les trans-
actions diverse don't la propridt4 foncibre est liobjet ne font qu'accroitre le mal. Il y
a de cela quatre ou cinq generations, il existait dans la vall'e beaucoup de families pay-
sannes ais4es qui possddaiont jusqu_& 50 et 40 carreaux de terre plants en caf4iers et en
cultures vivribres. Les h4ritiers de ces domaines, s ils se sentaient & 1'troit, avaient
encore la possibility d'agrandir leur champs par des achats subsequents ou de devenir les
colons partiaires des grands propri4taires urbains.

Cette g4n6ration a encore connu quelques grands proprietaires fonciers mais le
morcellement de la terre dtait avanc6. La plupart des domaines c-ons.staient en lots s4pa-
res don't la surface variait entire 1 et 8 carreaux, mais 1 on trouvait encore des propriet4s
priv6es de 20 carreaux d'un seul tenant,

Aujourd'hui 1 4miettement de la propri4td rurale a atteint un point oh il affected
toute 14conomie de la r4gion- Le mal ne fai- qu-empirer Sans 4gard A l'augmentation de
la population, la coutume et la loi continent d-exiger que le moindre lopin de terre soit
divis46, aprbs la mort de son propridtaire, entire tous ses infants l4gitimes ou naturels A
la seule condition qu'ils aient i4t reconnus, Il nest pas rare qu-un carreau de terre soit
partag6 entire six ou m8me huit heritiers, si ce n est plus, Beaucoup d:'hritages, A vrai
dire. restent indivis pour 4viter les frais d arpentage ou les litiges, De t.ls arrange-
ments n'enrayent pas le morcellement de la terre puisque les h4ritiers cultivent individuel-.
lement leurs parce]4es, Souvent la portion qui dchoit A un individu est si insignifiante
qu'il l"abandonne a ses cohdritiers ou-s accord 'avec eux pour la vendre, Ces lambeaax de
terre acquis par d:autres propri4taires seront a nouveau divis6s & la mort de ceuxci.,

Les unions polygyniques ou :'plagages' qui sont fort courantes dans les campagnes
doivent computer parmi les causes directed du horcellemein en multipliant le nombre des h4ri-
tiers. La haute mortality infantile ne contrebalance pas le pullulement des naissances.

La proprieti foncibre n est pas seulement mmiettee, elle est encore disperse A
des distances souvent consid4rables. A -'heure act.elie, il est Trbs peu de paysans qui
possbdent 2 carreaux de terre d'un seul tenant, Pour un cultivateur meme peu ais., la moyen.-
ne de ses jardins est d'environ 1 carreau. Un propri6taire de 12 jardins diff4rents est-i
mait leur surface total A 2 carreaux, Cette dispersion contraint les cultivateurs A des
diplacements continues qui prennent leur temps et ies 4puisent physiquement,




- 23 -


Les 6chantillonnages que nous avons pu faire indiquent que la surface de la propriete moyen-
ne est d'environ un demi carreau dans la region de Morne Rouge et d'un carreau et demi dans
la zone de Poste-Pierre-Louis. N'oublions pas cependant que beaucoup de paysans cultivent,
en plus de leurs biens, des fermes et des mntairies.

Depuis le d4but du sibcle, le cott de la terre a non seulement triple, mais on ne
trouve plus & acheter que de petites parcelles '0,25 ou 0,50 de carreau) a des prix exorbi-
tants. Un nombre toujours croissant de cultivateurs, tout en 4tant encore propri6taire, en
sont reduits.& prendre des terres en fermage pour pouvoir vivre.(1)

Le partage entire de trop nombreux heritiers n'est pas le seul facteur qui reduise
de plus en plus 1'ltendue de la propriete rurale. Les procbs entire paysans, les frais d'ar-
pentage, les escroqueries des mandataires et sp4culateurs, les frais de fun4railles concou-
rent dans une measure appreciable & 1'lmiettement des patrimoines paysans, car avocats, ar-
penteurs, notaires et usuriers se font payer en parcelles de terre. Le regime de la pro-
pridt4 est pour ces nombreuses raisons en perp4tuel 4tat de fluctuation.

Presque tous les conflicts d'int6ret qui dressent les paysans les uns bontre les
autres et qui finissent par peser si lourdement sur leur vie sont suscitds par des litiges
ayant la terrebpour objet.

Maisons, betail, biens meubles sont secondaires dans les questions d'hdritage.
Seule la propriete foncibre compete aux yeux du paysan. Pour defendre ses droits sur une
lisibre, il risquera tout son avoir et la perte integrale de son domaine.

Les autres activities du paysan, telles que l'dlevage, le commerce, les petits md-
tiers, les travaux salaries, ne sont que fes adjuvants qui viennent combler le faible ren-
dement de sa production agricole, et l'aider A maintenir son domaine ou & l'accrottre. Un
habitant se plaindra rarement de faire de mauvaises affaires ou de ne pas posseder suffisam-
ment de betail, mais ii se sentira lavictimed'un chatiment c6leste s'il n'a pas eu de "prin-
temps" ou si ses champs ne donnent pas ce qu'il en attefldait.



*
PLANTS CULT I VEES (2)


M A I S (Zea mays). Creole : mai. Le mais est & la base de l'alimentation paysanne pen-
dant la plus grande parties de l'annee.

Les varidtes cultivies dans la region de Marbial sont : le mai sez6 frd, a gros-
ses graines jaune fonc4; le mai Alizdn, A petites graines jaune clair; le mai alizen klain,
assez semblable au precedent, mais qui mGrit deux semaines plus t8t. Cette dernibre vari4-
t4 proviendrait, dit-on, de la Republique Dominicaine.

Le mais se shme au debut des deux saisons pluvieuses. Les trous ou poquets,d'en-
viron 5 A 4 cm. de profondeur, sont creuses a la houe par les homes, A'des intervalles de
0,90 A 1,50 m. Les femmes qui les suivent deposent dans chaque trou 5 ou 6 semences. Ce
nombre peut etre reduit si le sol est pauvre, mais la terre est rarement asses riche pour
supporter la competition de six jeunes plants dans un seul poquet. Il est possible que
la perte de semences, cause par les insects, ou que leur faible pouvoir germinatif donne
sur ce point raison au cultivateur indigene.


(1) Une terre en savane se vend de 500 & 750 gdes le carreau. Un terrain de meme 4tendue, mais irri-
gud, cotte de 1.500 & 2.000 gdes. Le prix d'une caf4terie d'un carreau varie de 1.500 & 3.000
gdes.
La terre est si rare qu'il est des paysans qui sont pr8ts & perdre 500 gdes. en honoraires d'avo-
cat pour d4fendre leurs droits sur une terre don't la valeur est de 200 gdes.
(2) La plupart des donndes concernant les plants cultiv6es m'ont 6tC fournies par M. Berrouet.







La semeuse foule 1igerement la terre qu'elle a rabattue dans le trou avec-son pied.
Les paysans s'imaginent defendre ainsi leurs semences contre les attaques des fourmis; alors
qu'en r4alit4 ils en favorisent la germination et les prothgent contre les oiseaux,

Le meme jour on plante des pois en compagnonnage avec le mats, et environ huit a
quinze jours plus tard, du millet.

On ne sarcle les mauvaises herbes qu'une seule fois, avant la floraison des pois:
soit trois ou quatre semaines aprbs les semailles.

La r4colte a lieu de juin a aoit pour le mats de la premiere saison, et d'octobre
A novembre pour celui de la second. Ii faut don' un peu plus de deux mois au mais pour par-
venir a maturity. Les 4pis sont cass4s (kas emayi) & la main au ras du pedoncule, Les tiges
et les feuilles sont utilisees come fourrageo

Le mals est conserve soit en grains soit en 4piso Dans le premier cas, les 6pis
sont ddbarrass4s de leur paille et s4ches au soleil sur un glacis avant d'8tre 6gren4s, Dans
le second cas, ils sont li4s (mare-mayi) en grappes de 6 ou 8 4pis, appelds makbn. Celles-
ci au nombre de 100 A 200 sont attachees ensemble sur des anneaux faits avec des lines.
Afin de les preserver des rats ou d'autres agents nuisibles, ces cerceaux clarg4s de makbn (1)
sont suspendus (krokeimayi) a une barre transversale reposant sur deux poteaux fourchus ou
A des perches qui traversent le tronc d'un palmiste a environ 8 ou 10 m. au-dessus du sol.
Un manchon en fer blanc cloud autour du tronc emp6che les rats de grimper.

Le mals en grains est conserve dans des barils en bois ou dans des calebasses que
l'on garde dans le grenier ou dans une chambre de la maison.

L E M I L L E T (Sorgum vulgare). Creole : pitimi. Le millet replace presque entib-
rement le mals dans l'alimentation paysanne pendant toute la saison sbche, c'est-a-dire de
d4cembre a avril. Comme il est une plante rustique, qui se content d'un sol plus pauvre,
il tend meme, en certain cas, A se substituer au mass.
VARIETES : pitimi pnach, a 4pis peu denses, mais resistant a la s4cheresse; pitimi chddel,
d'introduction recent; le pitimi alizen qui est une varidt4 hative.

Plantation. Il se plante en compagnonnage avec le mais et les pois en mars, avril ou mai,
huit jours aprbs ceux-ci. On d4pose de 10 A 15 semences (priz pitimi) dans chaque poquet.
La distance entire les trous est de 1 A 1,50 m., si le millet est sem6 en compagnonnage, et
de 50 cm. s'il est seul. Le millet de la deuxieme saison se seme a la volde en juillet et
en aout. Il est de moindre rendement que celui de la premiere saison.

En aoit on procede parfois au repiquage du millet, c'est-A dire qu'on le transplan-
te pour 4claircir les touffes trop denses (2).

R4colte- Le millet fleurit en novembre et parvient A maturity en decembre et en janvier.
On le recolte en pliant la tige pour atteindre 1'epi qui. est cass4 au ras de sa base ou, le
plus souvent, coup avec un couteau. Les 4pis s4ch4s sur le glacis sont engranges dans le
galata ou dans la south. Les paysans aises le garden dans de petits greniers sur pilots
pourvus de manchons en tole pour arreter les rats. Les portes de ces petits depots sont re-
* couvertes de nattes qui empechent les graines de se repandre par les interstices.

Le recdpage se pratique aprbs la recolte, A l'approche de la saison pluvieuse, lors-
que les tiges de millet ont 4t4 laissaes sur la friche. On les coupe alors A 2 ou 3 pieds
au-dessus du sol de fagon qu'elles reverdissent avec les premieres pluies.

(1) En Cr6ole : ii6n. Selon un des chefs de section, gros producteur de mals, ses makbn comportaient
invariablement 6 4pis. Les lines comprenaient de 225 A 250 makbn qui donnaient de 200 & 210 go-
dets de naals 4gren6. Les epis de maTs recolt6s sur 3 carreaux de terre lui avaient permits de fai-
re 18 Iean. I1 en avait conserve 2 pour sa consommation personnelle et celle de sa famille ainsi
que tous les boujo ou 4pis malvenus.
(2) Cette operation se fait lorsque la plante est d4jh adulte et par consequent ne supprime pas la
competition entire les tiges.







Consommation .- Avant de pouvoir etre utilis4, le millet est tout d'abord dipaye: crest-A- *
dire pile dans un mortier pour detacher les grains des 6pis

Ce millet brut pitimi depaye, apres vannage, sert A engraisser la volaille. Les
dechets des vannages successifs constituent le tourteau que l'on donne A la volaille et aux
porcs.

Lorsque les grains sont destines a la consommation domestique, ils sont humect4s
d'eau, decortiqu4s au pilon et vannes une second fois. Beaucoup de paysans mangent le mil-
let pitimi pili sous cette forme, Si l'on desire un millet plus raffin6, les grains d6cor-
tiques sont humectes a nouveau et blanchis au pilon, c'est-A-dire broyds une troisieme et
meme une quatribme fois pour 6liminer la cuticule jaunatre qui les recouvre.

Quelques paysans trbs pauvres vont jusqu'& faire une soupe des balles et des par-
ticules poussiereuses qui s'accumulent au fond du van.

S E S A M E (Sesamum orientale. Creole : rbrbli Le sesame se plante aux deux saisons,
mais en faible quantity, Il est semen A la volde, en compagnonnage avec les haricots et le
mais, On-en fait la r4colte 4 ou 5 mois plus tard. Les tiges, rdunies en gerbes '.., sont
suspendues a une perche horizontal jusqu'a ce qu'elles soient entibrement seches. On en
d4tache les graines en frappant ces gerbes avec un baton au-dessus d'une piece d'4toffe.
L'op6ration doit Stre r4p4t4e deux ou trois fois, la d4hiscence des gousses,n'dtant pas uni-
forme. Les graines, vannees et d4barrassdes de leurs impuret4s A la main, sont grilles dans
une chaudibre et 4crasdes au mortier pour etre transformees en une pate semblable au mdba
d'arachide. On prepare aussi des friandises avec les graines (tablettes) de sesame et du
sirop de canne. *

P 0 I S I N CONNUS (Vigna sinensis). Creole : pwa kbni. Les pois inconnus comp-
tent parmi les principles cultures vivribres de la region et leur importance le cede A peine A ce.
le du mals. Il n'est pas de paysan qui ne les cultive, C'est d'ailleurs une plante rusti-
que fort bien adapt4e a un sol pauvre.
VARIETES : wa siz6 : petites feves blanchatres avec des yeux brunatres, Se plantent sur-
tout en premiere saison et souvent en deuxibme saison et se recolte aprbs 3 mois.

Pwa kbni alizdn : feves plus grosses avec des yeux brunatres. Se cultivent indif-
feremment aux deux saisons, quoique la second soit prdf4rde.

Les pois alizen sont de quality inferieure comparativement aux pois sezo. Leur
r4colte, comme cells de toutes les autres cultures hatives, se fait ordinairement 15 jours
plus t6t que pour la vari6et commune.

Plantation,, On seme les pois inconnus de mars A mai et d'aolt A septembre, en culture m4-
lang4e avec le mals et le millet et parfois aussi avec les patates, En deuxibme saison.sur-.
tout en septembre, les pois peuvent etre plants seuls,

En premiere saison, ils sont depos4s A raison de 3 semences dans des poquets creu-
ses A environ 25 ou 50 cm. d'intervalle, de fagon qu'ils ne forment pas un matelas. En deu-
xibme saison, la distance entire les trous est r6duite A 10 ou 15 cm. pour que "le vent ne *
d4truise pas les fleurs', disent les paysans, mais en fait parce que, A cette 4poque de
l'annde, le developpement de la plante, dtant moins vigoureux qu'en premiere saison, permit
de rdduire les distances,

Recolte..- Les pois ordinaires parviennent A maturity apres trois mois et les varidets hati-
ves apres deux mois et demi.

On les recolte en arrachant une A une les gousses que l'on a laiss6 s4cher sur pied
A moins qu'on ne les cueille encore tendres pour les manger comme legumes verts.

Les gousses sont 4cossees par les femmes et les enfants, et les grains conserves
dans des barils ou des calebasses que l'on place dans le grenier ou la sout de la maison.




-- 26 -


Les pois sont bouillis seuls ou avec du maiss On en consomme les bourgeons en
temps de disette-

P 0 I S C 0 NG O (Cajanus indicus). Creole'. pwa k6go. Les pois congo se plantent
ordinairement entire aoqt et d4cembre, Les semences se conservent bien en terre et peuvent
attendre longtemps la pluie qui les fera germer.

Ils poussent sur de petites parcelles dj&a occupies par le manioc ou les patates,
Dans les terres chaudes on choisit de preference pour les pois congo un champ que l'on veut
laisser en jachere. Les poquets. creus4s a environ 1 m. de distance, regoivent chacun 2 ou
3 semences-

La recolte des pois congo se fait entire 9 et 12 mois aprbs les semailles, soit
lorsqu'ils sont encore verts, pour 8tre mangos immidiatemen.t soit lorsqu'ils sont devenus
secs. En ce cas ils sont 4coss6s et conserves pour la consommation familiale,

HA R I C O TS (Phaseolus vulgarls), Creole pwa. Les haricots noirs (pux lardn),
rouges (gro pwa.) et blancs (pwa bla) sont cultiv4s presque exclusivement dans la vall6e bas--
se en terrains irrigues. La varidt4 noire est plus commune que la rouge qui a besoin d'une
terre plus riche. II existe aussi une vari4tn hitive dite "Sept semaines" cultiv4e sous
irrigation,

Dans la zone des terres froides, on ne seme pas les pois inconnus, mais on se
consacre par contre a la culture des haricots rouges, noirs et blancs.

R4colteo La r4colte des haricots se fait en airachant les plants entihres. On les em-
pile en grands tas que l'on lie avec des lines quand elles doivent etre transportees a dos
d'homme. Si le cultivateur possede un ane ou un mulet, il charrie sa recolte de haricots
dans les deux poches du grand sac en vannerie (sak payJ qui pendent des deux c6tes du bat
de sa bete.

On 4cosse les haricots en les battant avec des fl4aux sur le glacis ou sur une
aire de terre dure.

Les haricots sont bguillis dans de l'eau pour etre mangos avec du mais ou du rizs
Lorsqu'ils sont 4cras4s et tamisms, ils donnent la "souce pois"(sos pwa) qui est un des plats
nationaux d'Halti, Dans les families aisles, on prepare parfois des akra pwa qui sont. des
boulettes contenant de la puree de haricots, de la more et des condiments que lon fait
frire dans de Ilhuile.

B A N A N E (Musa paradisiaca), Cr4ole ba&nn ; (Musa paradisiaca, Var. Sapientum).
Creole : fig, En tant que resource alimentaire le plantain et la figue- banane (fig)
occupent une place pr~eminente dans 1'4conomie marbialaise, Chaque paysan cherche a posse
der au moins une trentaine de bananiers qu'il distribue sur une parcelle continue prbs de
sa maison ou dans les clairibres des caf4teries. Quelques paysans ont, dans les terres ir-
rigu4es, des plantations de figues-bananes qui couvrent pres d'un quart de carreau,

Les varidtes de banane (plantain) dites mike, kbchd et vesa sont rdputies les
meilleures. Elles mGrissent au bout de 12 mois, sauf la derniere variety qui en demand 15.
La banane barik passe pour assez bonne, mais on ne fait pas grand cas du ti kfgo qui en
outre a besoin de 15 mois pour parvenir a maturitio

Les figues-bananes dites ti malis jouissent A just titre d'une grande faveur.
Elles sont bones a manger apres 11 mois; les figures boude et les lou -garou, ainsi nommees
A cause de leur couleur rouge, sont r4colties respectivement aprs 135 et 20 mois,

Pour reproduire les bananiers on utilise les drageons ou creoles que 1'on extir-
pe A la base de la plante mere quand ils ont environ 6 A 8 cm. de diametre. On leur laisse
une tige d'environ 75 cm. et on les plante de fagon que seul le bulbe de base soit enfouio





- 27


En agronomie classique au contraire, on choisit les drageons de 16 cm, de diambtre que.l'on
4monde presque entibrement. On les couche au fond d'un trou et on les recouvre entierement
de terre,

Les plantations de bananiers se font en avril, mai et juin, ou vers le mois de
d4cembre sur terres irrigu4es. Lorsqu'on veut r4colter un regime, on le d4tache du trone
arec la machette en ayant soin de soutenir'l'autre extrdmite avec la main pour qu'il ne
s'abime pas en tombant.

Si le bananier est de grande taille et le regime volumineux, on incise avec la ma-
chette le tronc A la base du point d'attache du regime. Deux homes tirent les feuilles
pour casser le haut du tronc qui, soutenu pendant la chute, s'affaisse lentement.

Le plantain ou b6 b&nan est la varidtd la plus cultivde & Marbial. Vert'e ou mfre,
elle est bouillie et souvent r6tie. On en fait aussi de la farine en en pilant dans un mor-
tier des trenches s4ch4es au soleil. Cette farine se mange delay4e dans de l'eau ou du lait.

La culture de la gigue-banane est limit6e aux endroits de la vall4e oh l'irriga-
tion est possible et oh le sol est profound Le regime apparalt aprbs 9 mois et les fruits
mirissent A la fin d'une ann4e.

Les figues-bananes se mangent bouillies, lorsqu'elles sont vertes, et crues quand
elles sont mGres. A Marbial la figue.-banane est surtout destine A l'exportation. Le prix
en est fixd par le Gouvernement selon le course du march ext6rieur, soit environ A 4,50 gdes.
pour le regime standard de 9 pattes. Vendu au detail sur le march local ce mgme regime
peut, rapporter 7,50 gdes.

Chaque fois qu'un bateau de la companies rigionale arrive en rade de Jacmel, on
sonne de la conque pour prevenir las producteurs qui se hatent de transporter leurs regimes,
dament enveloppds de paille, aux diffdrents postes d'achat.

P A T A TE S (Impomea patatas). Creole : patat. Dans l'alimentation marbialaise, la
patate ne le cede en importance qu'A la banane, surtout en octobre et en novembre ;lorsqa' on
rdcolte les tubercules plants pendant la deuxibme saison.
*
Les paysans distinguent les varidt4s suivantes que nous enumbrerons avec l'indi-
cation de leur couleur et du nombre de mois don't elles ont besoin pour parvenir a maturi-
td : ti r6z (5 A 4 mois, patate jaune), mbtifid (4 mois, rose) vari4te disparue, gro j&ts
(2 mois et demi, rose), ti bat6 (7 mois, jaune, vari4td r4cemment importde de L4ogane),
dbmi kbl6 (3 mois, rouge), ti m zin (3 mois), s&-f6 (4 A 5 mois, jaune), alizdn (3 mois,
jaune), ti fbstin (5 mois,*jaune), ti-mat (4 mois et demi, jaune), sbfi (5 mois, blanche),
ti-nouris (3 mois et demi, jaune), jabd ravin (4 mois, jaune), ti z6g (vari4et pregque
disparue, 3 mois, blanche).

Les boutures ou fanes, d'environ 0,40 m. de longueur, sent enfouies A la main
dans la terre meuble d'une butte continue A une distance d'A peu prbs 0,30 m. Les parcel--
les plant4es en patates sont sarcl4es lorsque lea mauvaises herbes coranencent a les enva-
hir. ."

Les patates sont r4colt4es par les femmes et les enfants au fur et A measure des
besoins de la consommation ou de la vente. La question de leur conservation ne se pose
done pas. Les patates se mangent bouillies ou r8ties.

MA N I 0 C (Manihot utilissima). Creole : mSybk. La plupart des paysans rdservent.
une petite parcelle de leur jardin au manioc don't ils cultivent de pr4efrence la variet4
ambre moins expose au vol que la vari4td douce.

On connait A Marbial 3 varieties de manioc amer : twa fouch6; bwa nwa; jak que
l'on recolte au bout d'un an. Le manioc doux n'est repr6sent6 que par la vari4et ti chocho
qui parvient A maturity aprbs 6 mois.







Au d4but des deux saisons pluvieuses, on enfouit deux ou trois boutures d environ
0.,0 a 0.50 m. de longueur dans de petits monticules de terre billions ) alignds A interval-,
les d environ 1.50 me On peut rdcolter les tubercules aprbs un an, mais g4ndralement on ies
laisse en terre beaucoup plus longtemps pour les arracher au fur et A measure des besoins.
On les d4terre en s'aidant de la machette et on les consomme immmdiatement a moins qu'on ne
les conserve quelque temps dans un coin de la hutte,

On fait avec la f4cule du manioc, prdparde selon un proced4 que nous ddcrirons
ailleurs' des galettes appeldes cassaves- On en extrait aussi de l'amidon. Les paysans de
Marbial pr4fbrent vendre leurs tubercules de manioc et acheter leurs cassaves aux gens de
la plaine qui se sp4cialisent dans leur preparation.

I G N A'M E (Dioscorea sp.). Crdole y6m, -- On en cultive plusieurs espbces : masoko
(Dioscorea bulbifera), ycon gine (Dioscorea cayennensis),'siigin (Dioscorea ocidentalis). Les
ignames dites y&m & tou td, eagle dive, et rial sont soit des varidtds locales, soit des
espbces non'identifi6es.

L:igname est plus particulibrement Une culture des "terres froides" et a. pour
les habitants de ces regions une importance au moins gale & celle de la banane dans la
bass vallde La varied ditt, rial est plantde par beaucoup de paysans des terres chaudes,
mais en faible quantity.

L'igname ne propage par sections du bulba loraquc celui ci conmence a gcrmer, On
plante cc sections & la main, au milieu de monticules de terror que l'on 4lhbve aprbs avoir
remud profonddmcnt ie col avac une pioche ou une louohette. Cas butts n'alignont a des
distances d'onviron 1.50 m-

Quand leo premibros pousses commoncent A dmettre leurs tir ii rri 4 lmpatr. on place
prbt do chaque butte un tuteur de 3 & 4 m. 11 faut A peu prbs 10 moin A I'ignamn pour arri
ver & maturity.

MA L A N A (Nom port par diffdrenteo genres do la famille deo Araceas). Ctrdole mandga

Los diffdrentoe nipvr4-,r connueo soun lo nor- do minlanga se rencontrent principal
ment sur los hauteurs et dane loa gorges frairhci lie maifga ddpal (Colocasia esculenta,
Schott) qui eat le taro dei Mors du Sud. eat 1'eapboe 1a plus cultivde et cello qui a le
plus de valour nalmentaire- Le Iali.': tiot (Xanthosoma sagittifolium) ot lo l.'i1/.,L bl a (?)
peuvent prospdror dano le fond do la valley a condition d'8trd plantdo dans don terrcot fral
*ches et onbragdes & la lisaire doe caf6dlrs ou le long d'un course d'aau prba doe habitationas
Los otilrf-' .. so reproduiaent par deB sections du rhizome ou par li rhizome entior que 1'on
fait garmor ot rue l'on plante A mGme i saol. Ile atteignent ploino maturit.d -I,.r.' s a Moia
Co tuborCull qui 'rl.,, 't dans lio marehds ruraux do ddeembro & fvrir, pieut faclleo ont se
conservor 4 ou 5 maoin O'il ot gardd dans un endroit seeo

ARROW RO T (Maranta nnrndinneoa), Crdole rarout, Cotto planted eot cultivde
par -,il' ii. rares raynana prab do lour hutte ou cur uno 1ilt It partalle do lour jardlina Iln
If a r~-:.- r,; .-. au moyen dos rhiEomes que l'on plant A in'iporte quel moment do 1 annde Los
tuboreulon pjeuvent tro rdooltds au bout d'un an,

Pour obtonir I'aMidon d'arrow-root. qui eao une nourrituro deotlnja aux bdbdt et
aux maladoe, leo tuberculos rapds ot imbibdo d'oau nont pads a travern un tisou fin. On
fait ddcantor lo liquid pour quo l'amidon se ddpose au fond du rdcipiont, Le marc oit acchd
fu noleil, pild au mortier, at vannd pour :i-parc:r lIo groas ddchott do la ftrinc Cello ci.
additionnei de lait ou do eirop, ent un mets do choix que l'on consomme ourtout au moin do
mars lorsqu'on n'a pas grand'ehose A no mettre sound la dent, Uno simple cuillerdo do fari
ne d'arrow-root est considtrde comme ayant une haute valour nutritive-




- 29 -


M I R L I TON (Sechium edule). Creole : milit6. Les mirlitons se rangent dans la cat4-
gorie des diabdiab ou aliments d'appoint, que les paysans font pousser autour de leurs mai-
sons. Pour planter cette cucurbitacde, on enfouit une section du fruit portant un germe A
la base d'un tuteur -arbre ou poteau de tonnelle sur lequel la tige s'enroulera. La rdcol-
te commence apres 4 ou 6 mois.

G I R A U M ON T (Cucurbita moschata). Creole : jomou ou joumou. Cette cucurbitacde
se cultive dans le voisinage des huttes ou sur les jachbres. Souvent on la plante au pied
d'une tonnelle sur laquelle elle ne tarde pas a s'dtendre. Le giraumont produit aprbs 4 ou
5 mois.

G 0 Bf B 0 (Hibiscus esculentus). Creole : kalalou g6bo. Le gombo figure parmi les
diabdiab du paysan.. Le fruit appret4 seul ou avec de la viande est fort apprecid. Il est
utilise aussi en mddecine indigene come calmant.

SE L 0 N D' E A U (Citrullus vulgaris). Creole : mld6. Les quelques melons d'eau
que les paysans cultivent sont surtout destinds & la vente. Ils choisissent avec soin les
semences et les plantent prbs de leur maison dans une terre qu'ils ont soin d'arroser souvent.

A RA C H I D S (Arachis hypogeae). Creole pistach. La culture de l'arachide est
secondaire dans la region de Marbial sans doute par suite de la raret4 et du Prix relative:-
ment 6lev6 des plants. L'arachide ne se rencontre pas dans les "terres froides".

La plantation des arachides se fait d'avril A mai et en aolt. Les senences extrai-
tes des gousses sont planties, sans pr4germination, dans des buttes continues et exception-
nellement en terrain plat, a m8me le sol! Les poquets sont creus4s par des corv6es, souvent
la veille du jour oh les semailles doivent avoir lieu (voir chapitre "religion et magie").
Les semences y sont deposdes par les femmes qui les recouvrent de terre avec le pied. Les
mauvaises herbes qui envahissent la plantation sont arrachdes environ un mois aprbs les se-
mailles.

Il faut aux arachides 5 & 6 mois pour mirir, mais on a introduit dans la region
une variety hative dite "hawalenne" qui n'exige que 5 mois.

On d4terre les arachides avec la serpette ou la machette ou simplement a la main.
Les tiges sont abandonnees sur place une fois les gousses cueillies. Celles-ci sont mises
a secher sur le glacis pour etre ensuite conservees dans une caisse ou un baril.

PO I S S 0 U C H E S (Phaseolus lunatus). Creole : pwa chouch. Plusieurs anndes de
s6cheresse successives ont presque fait disparaltre la culture des pois souches qui jadis
4taient un aliment d'appoint appreciable. On les plantait d'ordinaire dans les champs de
mais don't les tiges leur servaient de tuteurs. Le pois souche prospbre surtout dans un sol
riche, et sa rarete est encore un sympt8me de l'appauvrissement des terres dans la region
de Marbial.

T 0 Ml A T E S. La tomate cultivee A Marbial est une varift6 acclimate depuis si long-
temps qu'elle est presque redevenue sauvage. On la plante autour de la maison avec d'autres
diabdiab. La grosse tomate commercial commence A peine A 8tre introduite dans la region.

A N AN A S (Ananas sativus). Creole : anana. Ce fruit nest pas 1'objet d'une culture
systdmatique. Il pousse gendralement le long des cl8tures, autour des huttes ou sous les
caf4iers. On le reproduit en pr4levant les drageons A la base de la plante et en les en-
terrant jusqu'au collet en ayant soin de fouler le sol tout autour. Le fruit est coupe
sitSt que la touffe de feuilles A son extrdmite commence A se faner.

C A N E A S U CR E (Saccharum officinarum). Creole : kan. Autrefois la canne
A sucre 4tait cultivee sur une grande 4chelle dans les terres irriguees de la basse vallee.





- 30 --


S Les changements de course de la Gosseline et extension des plantations de figues-bananes
ont entrain4 l'abandon de cette culture qui aujourd'hui n'est pratiqu4e que dans les terres
froides. La recolte se fait a partir de d4cembre.

Dans les campagnes on bro'ie la canne & sucre dans un moulin don't le module s'est
conserve depuis l'4poque colonial. Cet appareil est form essentiellement de deux ou trois
cylindres en bois verticaux que l'on faith turner par un boeuf ou un cheval. Le jus exprim6
au moyen de ces rouleaux est transform en sirop dans de grosses chaudieres hemisph4riques.
On se sert aussi, pour obtenir du jus de canne en petite quantity, d'un pressoir fort primi-
tif : c'est une tige de bois, passee au travers d'un tronc d'arbre, que l'on meut come un
levier pour dcraser les tiges de canne placees sur un plateau de bois (battoir) 14gbrement
incline et pourvu de rainures pour. 1'coulement du liquide0 Avec le sirop de canne a sucre
on prepare diverse friandises.

Lorsqu'il voyage ou travaille dans les champs, le paysan aime A sucer des bouts
de canne qui le desaltbrent et l'alimentent.

P I M E N T (Capsicum baccatum). Creole : pima zwezo ; (Capsicum annum) Creole : pimg
bouk. Ces deux espbces de piments, cultiv4s par les paysans, sont employees come condi-
ments et 4piceso

G I N G EM B R E (Zingiber officinale). Creole : jejAm. Ce rhizome ne se cultive que
dans les terres froides sur des parcelles infimes. II fait 1'objet d'un commerce fort r4-
pandu car cette plante est appreciee comme 4pice ou comme ingredient pour infusions m4dici-
nales centre la grippe ou le rhume,

S A F R A N (Curcuma longa. Creole : safrR. Cette plante, elle aussi, est propre a la
zone des terres froides. Sa culture connait des hauts et des bas, selon la demand du march
extdrieur. Des paysans de Marbial, en violation des rkglements sur le commerce des denrees,
l'achbtent aux habitants des hauteurs et vont la revendre aux interm4diaires de Jacmel.

ARBRES FRU I T I ERS
M A N G U I E R (Manguifera indica). Cr4ole mago. Le manguier est sans aucun doute
1'arbre le plus commun de la region. On le rencontre 9a et la dans les champs et autour des
maisons. Ses fruits sont consomm4s en grande quantity et, en plus d'une occasion, ont sauv4
les families pauvres des affres de la faimo Mangues et disette s6nt si 4troitement associees
dans la mentality campagnarde qu'elle interprete la perspective d'une recolte abondante de
ces fruits en avril come l'annonce d'une mauvaise annde.

Les mangues font l'objet d'un gros traffic entire revendeuses et producteurs, car"
elles s'ecoulent facilement dans les villeso

Les manguiers se multiplient en pepinieres naturelles. S'il s'agit d'une variety
particulibrement bonne, on peut la reproduire en d4posant plusieurs noyaux dans un meme trou.
On laisse se developper sur place le plant le plus vigoureux et on transplant les autres.
Parfois les manguiers servent de couverts pour les caf4iers.

AV O C A TI ER S (Persea americana). Creole : zabbka.- Les avocats entrent pour une
large part dans l'alimentation et 1'economie paysanne,

Les avocatiers, pas plus que les autres fruitiers, ne constituent des vergers.Ils
poussent au milieu des champs ou servent de couverts aux cafeiers. Qui veut faire pousser
un avocatier n'a qu'A planter un noyau & l'endroit propice. Cependant certain paysans 4ta-
blissent de veritables pepinibres. Comme pour les manguiers, on depose plusieurs noyaux
dans un m8me poquet et on laisse subsister le plant don't l'aspect est le plus prometteur.Un
avocatier de 5 ou 6 ans donne d4j& des fruits.

La saison des avocats commence en juillet et dure jusqu'en septembre ou octobre.





31 -


Ils mfrissent plus t6t dans la plaine et plus tard sur les hauteurs.

Les avocats se mangent A tous les repas. Ils servent aussi & engraisser les pores.
Les feuilles constituent un bon fourrage pour les chbvres et les vaches.

Le commerce des avocats est fort intense a Marbial. Des groups de revendeuses
s'y rendent continuellement au fort de la saison pour les acheter aux producteurs.

O R A N G E (Citrius). Crdole : zbrgj; Pamplemousse ou chadbque (Citrus maxima). Creole:
chadek. Les oranges et les pamplemousses procurent aux paysans quelques profits suppl4-
mentaires, car ils les 4coulent facilement & Jacmel ou meme a Port-au-Prince a un prix avan-
tageux. Les pamplemousses ou chadhques qui, dans la region se vendent a 0,01 gde., trouvent
preneurs a Port-au-Prince a raison de 5 pour 0,10 gde. ou meme pour 0,05 gde. piece.

Les .citrus se reproduisent par graines planties a la base d'un bananier, oh le
jeune plant trouve l'humidit4 ndcessaire A son d4veloppement. On conserve une pousse sur
place et l'on transplant les autres.

VERITABLE ET ARBRE A PAIN (Artocarpus incisa). Creole : v6ritab et labapd. Ces deux
fruitiers, rares A Marbial se rencontrent commun4ment dans les bocages ombrages le long des
course d'eau ou des canaux d'irrigation. Dans la region des terres chaudes, ils poussent g4-
neralement prbs des huttes sur un terre-plein ou dans des depressions oh ils peuvent trouver
quelque fraicheur.

Si ces arbres jouissent de l'humidit6 don't ils ont besoin, leur production est cons-
tante.
La reproduction du veritable n'est jamais spontande. On le propage en prdlevant
des sections de sa racine que l'on fait germer avant de les transplanter. Pour l'arbre A
pain il suffit de planter les graines continues dans son fruit. Le fruit de l'arbre v4ri-
table se mange bouilli ou r6ti. On en fait sgcher la pulpe qui pile est. melee A la farine
de froment. Les graines de l'arbre a pain sont bouillies come des chataignes. Avec sa
fleur ou "queue" on prepare des confitures.

C O CO T I E R S. Cr4ole : kbkbyd. Les cocotiers sont rires, cependant les noix dess4-
chees sont.d'excellent rapport. Alors qu'une noix verte se vend 0,05 gde., elle vaut, des-
s4chee, 0,40 ou 0,50 gde.

Les paysans boivent l'eau de la noix verte et mangent l'amande encore tendre.

L'amande hachde et cuite avec du siron de canne sert a confectionner d'excellen-
tes friandises que les femmes vendent sur la route.

CA CA O (Theobroma cacao). Creole : kakao. Il existe quelques cacaoyers isolds qui
sont les vestiges d'anciennes plantations dktruites par les parasites ou abandonn4es aprbs
la baisse des prix de cette denrde sur le march. Trbs peu de paysans en recoltent les fb-
ves pour faire des barres de chocolate. .

P A LM I S TE (Roystonea regia). Cr4ole palmis. Cet arbre est de la plus grande
utility. I1 done les planches don't sont faites les parois de la plupart des huttes de la
region. Les gaines des feuilles teaches ) sont utilis4es pour couvrir les toitures des cons-
tructions secondaires : cuisine, tonnelles et autres abris. La nervure principal des feuil-
les est employee -en vannerie et les fibres des feuilles servent a faire des cordes et des
ficelles. Les graines constituent un aliment excellent pour les porcs. Quant au chou pal-
miste, qui est un mets ddlicat, on n'en mange que lorsqu'on abat un arbre.

Les palmistes poussent spontanemeit en p4pinibres naturelles. Les paysans les
transplantent sur leurs terres.





32 -


* CA L EB A S S I ER S (Crescentia cuyete). Creole : kwi. On trouve fort souvent des
calebassiers prhs des huttes. Le recipient fait avec le pericarpe dur de ses fruits compete
parmi les ustensiles domestiques don't les paysans font le plus grand usage.

R I C I N (Ricinus communis). Creole :masketi. Cet arbuste cultivd sur une trbs peti-
te 6chelle a besoin de bonnes terres pour pousser. Il profit des detritus qui, en se de-
composant, enrichissent le sol dans le voisinage des habitations.

L'huile que l'on extrait des graines concassdes et bouillies 6st utilisde come
rembde (Ibk) interne et externe pour les ndvralgies, rhumatismes et foulures, come huile
d'4clairage et comme cosmitique pour les cheveux.

R 0 U C 0 U (Bixa orellana). Creole : roukou. -. Cet arbrisseau se rencontre seul ou en
petits bouquets prbs des maisons ou dans'les.champs. Ses semences servent A colorer les
mets.

C O T 0 N NI E R (Gossypium barbadense). Crdole : kbt6. La culture du cotonnier, fort
rdpandue jadis, a.presque disparu de la region. Les cotonniers ont &t4 detruits par le cha-
rangon mexicain.

P 0 1 M E A C A J 0 U (Anacardium occidentale). Creole : p6m kajou. Le pommier aca-
jou tend A se faire rare dans la region de'Marbial bien qu'il y ait &t6 jadis fort common.
On trouve encore de vieux specimens dans toutes les zones des terres chaudes.

Il se propage naturellement, mais les habitants le plantent aussi dans leurs
champs en enfouissant simplement une noix dans uf sol propice.

On mange les fruits crus. Avec les noix bouillies ou grilles on confectionne
des 'friandises.

T A M A R I N (Tamarindus indica). Creole : tamare. Cet arbre qui croit A demi sauva-
ge done un fruit qui est consomme sur place ou vendu en ville, oh l'on en fait des confi-
tures.

CA MIZ TI ER (Crysophyllum caimito). Creole : kaimit. Les fruits de cet arbre,
qui crolt a l'4tat sauvage, sont relativement abondants au mois de mars. Quelques paysan-
nes en font le commerce le long des routes. En certain jours les caimites constituent le
seul aliment des families pauvres.

Q UE N EPI ER (Melicocca bijuga). Creole : kin&p. Cet arbre fruitier est large-
ment rdpandu dans la region. Ses fruits, 1egbrement acidulds, se vendent le long des che-
mins ou en ville.

G 0 Y A V I ER (Psidium gujava).. Creole : gyav. Cet arbre pousse spontandment dans
la region, mais est relativement rare.

* ABRI CO TIER (Mamea americana). Creole : abriko. Comme pour le goyavier,l'.abri-
cotier est un arbre peu commun dans la vallee de Marbial.

TA B A C (Nicotiana tabacum). Cr4ole : tabak. La culture du tabac est faiblement de-
velopp4e dans la region de Marbial. On le seme ordinairement autour de la maison et c'est
tout au plus si on en trouve une centaine de plants sur de petites parcell6s dans les jar-
dins. Les paysans de la region de la VoTte accordent plus d'importance A cette culture et
lui consacrent parfois des champs de 150 ou meme de 10 de carreau.

Avant d'4tablir une pepinibre de tabac, on allume de grands feux sur le terrain
pour en chasser les fourmis. La cendre apporte au sol un peu de potasse don't la presence





- 33


favorite la croissance des plants de tabac. La pepinibre doit pouvoir etre irrigu4e, mais
elle n'est pas abrit4e, car, d'aprbs la croyance paysanne, le serein serait propice a la
germination. Quand les feuilles atteignent environ 0,10 m. de longueur, on transplant les
pousses en plein champ oh on les dispose A des distances de 0,60 & 0,70 m. Deux ou trois
mois plus tard, on commence & recolter les feuilles de base. On supprime en les pingant
les bourgeons axillaires pour empocher l'dpuisement de la plante et on 41imine mgme, au mo-
ment de la floraison, le bourgeon floral, sauf sur les exemplaires qui doivent servir de
porte-graine.

Dans la region de la VoOte, la culture du tabac est l'objet de soins infinis. Le
propridtaire d'une p4pinibre va jusqu'a faire transporter de l'eau d'arrosage sur plusieurs
kilombtres & dos d'homme Chaque plant transport est emmaillott4 dans de la paille sbche
ou entour4 A sa base de pierres qui constituent une espbce de "mulch" .qui retient l'humidi-
td jusqu'a la saison pluvieuse.

Les feuilles de tabac, recouvertes de feuilles de mombinbata (Trinchilia Hirta)
sont mises A fermenter pendant deux jours avant d'8tre suspendues sous le toit de la cuisi-
ne pour y s4cher. Aprbs un ou deux mois, elles sont placees entire deux gaines de palmistes
et pressees avec de grosses pierres. Elles se conservent ais4ment 6 mois et peuvent etre
fumes un ou deux mois aprbs la dernibre phase de leur preparation.

Quelques personnel font avec ce tabac domestique de grossiers cigares pour leur
consommation personnelle.

Le tabac & priser don't l'usage se perd est tire de nervures zo dess4ch4es et pi-
lies avec des peaux de banane Vincent seches. La poudre que l'on obtient ainsi est humec-
tee de clairin et d'une composition spociale appel4e mbta, et laiss6e a fermenter. On re-
commande de l'envelopper dans des feuilles d'amandier (Prunus occidentalis).

V E T I V E R (Anatherum zizanicides). Creole : vitiv&. Cette plante vivace se multi-
ple sans culture. On la rencontre le long des lisibres ou sur les pentes raiders o0 elle
contribute a retenir le sol. Les racines sont utilisdes par les paysans pour prot4ger leur
line centre les attaques des insects. Elles servant aussi a preparer un insecticide et
ont de ce fait une valeur commerciale.comme produit d'exportation.
0

S I S A L (Agave rigida, var. sisalana). Creole pit. La culture du sisal se rdpand
de plus en plus dans la region de Marbial oh l'on s'en sert pour fair des haies vives. Ces
plants forment aussi de petits bouquets sur les terrains appauvris. Les paysans souhai-
tent l'introduction du sisal qui peut les aider A recuperer les sols 4rodes et stdriles.
Ils utilisent ses fibres pour le tressage des cordes, la "pite tillde" pour la petite indus-
trie locale, et la "pite battue" pour l'exportation.





LA CULTURE DU CAFE

Le cafd constituait jadis la principal production de la vall4e de Marbial.
Aujourd'hui, il ne reprseinte plus que 15 % des cultures dans les terres chaudes, et 10 % -
dans la zone de Petite-Rivibre et de Boucan Patate.

Nous avons d4j& signal ce declin don't nous avons expliqu4 les causes. Cependant
cette denrde continue A etre une source de revenues important pour ceux qui peuvent la pro-
duire. Un carreau de terre en cafeiers donne en moyenne de 4 & 500 livres dans la vallee,
c'est-A-dire un revenue annuel brut de 300 gdes. au prix du course, non comprises les pertes
au triage dues aux mauvaises conditions de temperature pendant la preparation et & 1'emma-
gasinage d4fectueux.





- 34 -


* Les terres plant4es en cafeiers sont celles qui se vendent le plus cher dans la region -
jusqu'a 35000 gdes- le carreau(1). La moindre parcelle de caf4iers sur un terrain mixte
(savane et caf4iers) influe considerablement sur son prix, Seuls les paysans acculds par
la misbre se d4font d'une proprietd en caf4.

En outre, 1'exploitation d'une caf4terie exige beaucoup moins d'efforts que celle
d'un jardin produisant des cultures vivrieres. Elle ne demand qu'un seul sarclage par an
et la cueillette des cerises a l'avantage de se faire A l'ombre. La conservation de la r4--
colte offre aussi moins de risques que celle de tout autre produit agricole, le caf4 4tant
peu sujet aux maladies et aux attaques des parasites. Il est loisible au producteur, qui
n'est pas press par la n6cessit4, de suivre le course du caf4 et de vendre au moment favo-
rable.

PLANTATION
Le manque de terre et 1'appauvrissement du sol sont cause que peu de paysans 4ta-
blissent de nouvelles caf4teries et qu'ils preferent affermer d'anciennes terres & caf4.

Le paysan, qui a les moyens d'4tablir une caf4terie, commence par fumer le ter-
rain choisi en y installant une porcherie. Il y plante ensuite des bananiers qui serviront
d'abris provisoires aux cafdiers. Il s'occupe aussi d'y faire pousser des sucrins (Inga
vera)P), des avocatiers (Persea americana), des mombins (Spondias mombin) et des manguiers
(Mangifera indica) qui tous deviendront des couverts permanents.

Lorsque les bananiers fournissent assez d'ombre, le cultivateur d4place sa por-.
cherie, qu'il garde ndanmoins prbs du champ pour pouvoir continue & 1'enrichir en fumier.
Il transplant les jeunes caf4iers prbs des bana*iers qui leur assurent une certain fral-
cheur et les prot&gent centre l'ardeur du soleil.

Les plants sont tires d'une ancienne caf4terie, ou ils proviennent des cerises
tomb4es au moment de la cueillette ou detachges par les rats (kafe' rat). Malheureusement
les mauvaises conditions du sous-bois nuisent trop souvent a leur developpement.

Dans les cafeteries 4tablies par les paysans, les sujets sent plants trop prbs
les uns des autres et ne sont pas 4claircis par la suite. Il en resulte un enchevetrement
qui nuit au d4veloppement des jeunes. La taille aussi est ndgligde (2). Les nouvelles tiges
qui se d4veloppent & la base de l'arbuste ainsi que les gourmands ou branches parasites re-
duisent naturellement le rendement de la rdcolte.

A part les sucrins, les abris sont de mauvaise quality, le mombin notamment qui
pr4domine dans les couverts, est peu resistant. Leur disparition entralne un excbs de lu-
mibre qui affected d4favorablement la maturation des cerises.

Le sous-bois des caf4iers est peu touffu et rarement encombrd de lines. Une fois
par an, a la veille de la r4colte, on procode au sarclage ou plus exactement & un nettoyage
de la caf4terie pour faciliter la cueillette des cerises.

LA CUEILLBTTE
Les premieres cerises mures sont cueillies en juillet et en aoet par les femmes
et les enfants. Elles sont mises & s4cher sur un glacis. Une fois d4cortiqudes, elles
forment les premiers lots de fbves ou diola que l'on vend aux ."speculateurs". Le prix du
caf4 nouveau est l4gbrement plus bas que celui du caf4 vieux d'un an ou de fin de saison.

(1) Vers 1910, le prix d'un carreau plant en cafdiers 4tait d'environ 150 gourdes dans la region de
Marbial et de 50 gourdes h Fond-Melon. C'4tait encore 1' poque des grandes propridtds. Entre 1919
et 1925, le cafd se vendait 60 gdes. L'industr!e du caf4 connut meme une pdriode de rande prosp6-
rite lorsque la livre trouvalt preneur h 1 gourde. Au ddbut de la decade allant de 1930 & 1u0, le
march traverse une cruise trbs aigut au course de laquelle les prix tombbrent jusqu ~ 0,09 gourde
la livre. Le prix de la terre ne suivit pas le caf4 dans sa chute, parce ue la cruise fut court
et que le morcellement d ji tres pouss4 contribuait & valoriser les terrains disponibles. A 1heure
actuelle le prix du caf6 tend h se stabilizer autour de 0,70 gourde,
(2) La plupart des paysans 4prouvent une profonde repugnance & taller leurs cafdiers. On nous a ra-
contd 1e cas d'un cultivateur qui ayant accept de taller un de ces arbustes sur sa propri6t6,se
mit a trembler de tous ses membres 1orsqu'il fut sur le point de s'executer. Aprbs avoir coup la
premiere branch, 11 s'affalssa, a moltid dvanoul.





-35 -


La recolte du caf4 compete parmi les grands travaux agricoles de l'ann4eo Elle se
fait au moyen de corvees d'hommes, de femmes, et d'enfants- Les cerises sont d4tachees A la
main et d4posees dans des "macoutes" que l'on porte suspendues & 1I'paule, On utilise aussi
A cet effet des paniers, des calebasses et surtout des bidons d'un contenu de 5 gallons. Ce
sont des recipients qui servent A mesurer la recolte et le rendement des membres de la corvne.
Normalement une personnel peut recolter 7 bidons de 5 gallons de cerises de 7 heures du matin
A 4 heures du soir sans repos a midi,

Un bidon de cerises mQres non s4chees pese 25 a 30 livres et donne 4 1/2 5 1/2
livres de fbves aprbs d4corticageo

Un grand propridtaire measure sa r6colte par "paniers-barils de 25 ou de 50", c'est-
a-dire capable de contenir des cerises qui, aprbs, dcorticage, donneront 25 ou 50 livres de
feve's marchandes.

SECHAGE
Les cerises transportees sur le glacis y sont 4taldes en couches plus ou moins
epaisses & l'aide d'une sorte de rateau en bois, -la rabotte, On assigned aux enfants la
tache de les retourner plusieurs fois par jour avec ce mime instrument pour obtenir un secha--
ge uniformed

Tant que les cerises sont fraiches, la famille les rassemble chaque soir en gros
tas que 1'on protege contre 1'humidit4 en les recouvrant avec des teaches (gaines de palmis-
tes), des nattes ou des feuilles de bananiers. Des que les cerises commencent A s4cher, on
a soin de les rentrer A la nuit tombante dans la soute oh on lesaccumule A mgme le sol, sur
des teaches ou dans de grands paniers. Il faut, dans la basse vallee, environ trois semai-
nes pour que les cerises deviennent suffisamment seches, dures et noires pour m4riter le nom
de "coques"o Celles-ci sont aussi gardees dans la "soute",

En novembre et en d4cembre, et meme plus tot si le caf4 est a la hausse, on proc--
de au d4corticage des coques, Les grands producteurs emploient des corv4es qui travaillent
volontiers de nuit quand la lune le permet.

Autrefois le decorticage be faisait A mgme le glacis. Parents et amis se rassem-
blaient autour d'un tas de coques et en tournant tout autour le martelaient A coups de batons,
jusqu'au moment'oh le chef d'equipe criait : "Li kwit" (il est cuit), pour annoncer qu'il
fallait detoufe c'est-a---dire ramasser les coques 4craseeso Celles-ci 4taient passes au
crible et les fbves d4posees dans la salle de la hutte, Les coques imparfaitement d4corti-
qu6es 4taient rejetees dans le tas et on recommengait l'op4ration qui ne se terminait que
lorsqu'il ne restait plus que quelques coques intactes qui 4taient concass4es dans un mor-
tier.

Dans la region de Marbial cette m4thode nest plus en usage, Les paysans.d4corti-
quent les coques dans des auges en bois appelees kdnbt ou dans des mortiers ordinaires.

La dernibre phase de la preparation du caf4 est le vannage qui a pour but d'4limi-
ner les morceaux de coques et de parches, Ce sont les femmes et les enfants qui s'en occu-
pent ainsi que du triage final qui doit d4barrasser le cafd de tout corps stranger, des bri-
sures et des fTves d4fectueuses..

Les fkves sont mises en sacs qui, selon leur poids, sont transports en ville A
dos d'homme ou de mulet,

Durant les premiers mois de la recolte, les femmes et les enfants vont vendre en
ville de petits lots de cafe (diola) qui ne depassent pas 2 ou 3 Kgs. Chacun repr4sente la
part d'un membre de la famille. Les porteurs se mettent en route au milieu de la nuit et
descendent en ville en chantant et en criant. Avec l'argent qu'ils tirent de la vente du
caf4, ils achetent des 4toffes, du savon et autres pacotilles,








LE CAFE T.CHOKA
Quand les cerises sont d4ja form4es, le paysan qui n'a pas de caf4 pour sa consom-
mation peut tirer parti de celles qui sont encore vertes. II les fait bouillir, puis les d4-
pulpe dans un mortier, les lave, les d4cortique et les sbche dans une chaudibre, Il obtient
ainsi un caf4 de quality inf4rieure dit tchoka, qu'il bolt en famille ou vend secretement,
car cette fagon de preparer le caf4 pour la vente est interdite.

RIPE
Certain paysans peu soucieux de leur caf4terie, ou certain ouvriers n4gligents
cueillent le caf4 en faisant glisser la branch entire le pouce et l'index Par ce proced4
dit ripage l'on detruit les jeunes bourgeons qui se forment A l'aisselle des cerises et l'on
recueille les cerises vertes avec les mires.

Cependant, meme s'il ne "ripe" pas ses cerises, le cultivateur negligent ou insou-
cieux en recueille un grand nombre qui sont vertes principalement A la dernibre passe (r4-
colte), La r4colte, normalement, dolt se faire en plusieurs temps, les cerises ne mirissant
pas simultan4ment-

CONSERVATION
Le caf4 en coques se conserve dans la soute en paniers. sur des nattes, Sit"t
pile. il est transport en ville, Les gros paysans posshdent des sacs de jute d'une capa-
cit4 de 80 Kgs.; d'autres empruntent des sacs de leurs "sp4culateurs" favors.

Le commerce du caf4 n'est pas libre, Il existed autour de certaines villes -. de
Jacmel notamment des zones d'achat oh les "sp4cwlateurs" en denrees" sont installs A
1'affit des paysans qui viennent apporter leurs rdcoltes, On reconnalt la maison de ces
courtiers aux 4normes balances A plateaux de bois qui se dressent devant la porte. Les sp6-
culateurs achbtent le caf4 en grains pour les grande companies telles que celle de Madsen
a Jacmel. Le caf4 en cerises, par centre, peut se vendre dans des postes d'achat autoris4s,
Ceux-ci appartiennent aux grandes companies et sont confi4s A quelque riche paysan qui
jouit de la confiance du directeur-





LES TRAVAUX AGR I COLES

LE DEFRICHEMENT
Le cycle des travaux agricoles commence par le d4frichement (seklaj) des champs
au course des semaines qui precedent chacune des deux saisons pluvieuses (mai, novembre).
Cette operation est celle qui requiert le plus d'efforts et, partant, le plus de main d'oeu
vre. Elle est confide A une 4quipe organis4e en "corvee" ou en "ronde", et plus rarement a
des journaliers travaillant seuls ou en petits groups. Les mauvaises herbes, les chaumes
de mais et de millet et les souches qui encombrent le terrain sont g4ndralement arrach4es a
la houe lorsqu'arbustes, lines et hautes tiges ont 4t4 4mond4s ou tranch4s a coups de ma--
chette.

La main-d'oeuvre n4cessaire pour d4fricher un carreau de terre depend beaucoup de
la quantity et de la nature des mauvaises herbes, de la texture du sol et de son relief, A
la fin d'une longue p4riode de s4cheresse, un jardin d'un carreau peut etre d4frich4 en une
seule journey par une vingtaine d'hommes; Ce meme jardin, s'il est encombr4 de chaumes de
millet, demand le labeur d'une quarantine de travailleurs. Si, aprbs quelques averses
pr4coces. il est envahi par les mauvaises herbes, quatre-vingts hommes ne seront pas de trop
pour en venir A bout dans le m8me laps de temps. Certain jardins sont situ4s sur des pen-
tes si raiders que le travail a la houe y est impossible et qu'il faut les defricher avec le
digo.





37 -


L'dquipe des d4fricheurs, une fois assemble sur le terrain a ameublir, concentre
ses efforts sur des portions, ou kouch, successives en observant 1'ordre suivant: les tra-
vailleurs se deploient sur un rang, A environ 0,30m les uns des autres, et, dirig4s par des
chefs de file, avancent plus ou moins vite jusqu'A la limited assignee A chaque "couche".Lors-
que tous s'y rencontrent, ils se reposent quelques instants, reviennent sur leurs pas, s'ali--
gnent A nouveau et passent a une autre section du champ.,

A measure que les d4fricheurs avancent, rejetant derriere eux lessarclures arrach4es
A la houe, d'un movement presque machinal ils effritent avec le pied la terre qui adhere
aux racines pour les mettre A nu et empacher une reprise du sol par les mauvaises herbes.

Vers la fin de la journ4e, mgme si la tache reste inachev4e, on ne manque jamais
d'dgaliser, (kare' travay) de formerr" le front de la portion djA& d4frich6e de fagon a lui
donner un trac4 plus ou moins rectiligne.

En terrain rocailleux ou sur une pente trbs incline, le defrichement s'effectue
toujours avec la serpette (digo) et parfois aussi avec la machette.

En principle, les. femmes ne manient pas la houe, qui est consid4rde come un outil
trop lourd pour-elles, mais la misbre contraint beaucoup d'entre elles A fournir les mmmes
efforts que les homes. Les femmes participant ordinairement aux d4frichement en ramassant
les sarclures et en les empilant en tas.

L:' ECOBUAGE
La plupart des cultivateurs brGlent leurs sarclures a meme le champ. La loi in--
terdit cette pratique, qui appauvrit le sol, et la punit d'une amended. Cependant, les agents
agricoles ont beau parcourir le pays pour condamner cet usage, les campagnards font la sour-
de oreille. Avant les semailles, les feux de "boucans" continent A rougeoyer chaque nuit
sur les flancs des mornes.

La destruction des sarclures par le feu, ou 6ebbuage, a toutefois l'avantage de
rendre au sol un peu de la potasse don't il a besoino Il est vrai que celle-ci, trbs solu.
ble, est facilement emportde par les eaux pluviales,

La propaganda agricole a rdussi A convaincre un grqpd nombre de paysans qui culti
vent des pentes fortement inclines qu'il 4tait de leur interet d'entasser les d4chets v4g4
taux le long de petites rampes de branchages ftayees' par des piquets. Ces faibles barrages
sont nettement insuffisants pour la protection du sol, mais ils contribuent, par leur d4-om-
position, A lui restituer un peu de matibre organique.

D'autre part, lorsque 1'habitant prepare son sol pour les cultures irrigu4es ou
sur terrain plat, il ne brle que la paille grossibre et les brindilles. laissant les menus
d4chets sur le sol pour qu'ils l'enrichissent en pourrissant,

ENSEMENCEMENT
Le paysan s'empresse de semer sit8t qu'il est convaincu que la saison pluvieuse,a
ou "printemps", s'est installed a demeure. Il se hate, parce qu'il sait que le regime des
pluies est irrdgulier et que. souvent, elles ne durent pas les deux mois qui lui sont n4ces
saires pour une bonne rdcolteo S'il a plusieurs jardins, ceux qu'il aura ensemences en pre-
mier lieu auront le plus de chance d'etre "sauves" si le printemps devait ne pas tenir ses
promesses. Une saison pluvieuse iddale est celle qui commence vers la fin de mars et qui
se prolonge jusqu'en juillet, avec des averses moddrses, alternant avec des jours de soleil,
Tel fut le printemps de 1949. Les paysans, pleins d'optimisme et convaincus que la pleine
lune leur assurerait un mois de juin pluvieux, semaient encore du mais, des pois inconnus
et du millet dans la second quinzaine de mai.

Les petits propriktaires font leurs semailles sans autre concours que celui de leur
famille; mais. pour peu qu'un paysan soit de condition moyenne, il a recours a assistance
de ses amis, ou fait les frais d'une corvee.





-38 --


La technique suivie pour semer ou planter n'offre aucune particularity bien sail-
lanteo Pour les cedrales et les l4gumineuses, les homes ouvrent a la houe (1) des trous,
ou poquets, plus ou moins espaces selon les cultures, mais sans aucun souci d'alignement,
Les femmes suivent portant les semences dans des calebasses ou dans un pli de leur vgtement.
A measure qu'elles font tomber les graines dans les trous, elles les. recouvrent du pied et
les foulent 1lgbrement. Le nombre de semences enfoncees dans chaque poquet depend de la
plante et de la nature du sol. En bonne terre, on met 5 ou 6 graines par poquet pour le
mais, 3 pour les haricots et 10 ou 15 pour le millet, Cette quantity est sans doute excess-
sive, meme dans les meilleures conditions, mais,se justifie peut-9tre par le haut pourcenta-
ge de semences qui se percent.

Les plants a tubercules (patates, manioc, igname), ainsi que les arachides, sont
plantees sur buttes d'environ 30 A 55 cmo de hauteur; les patates et le manioc, surtout,
poussent parfois sur billions.


La culture mdlangde est de rbgle, mais et pois inconnus sont sem4s simultan4ment
sur la plus grande parties du champ, qui recevra 4galement, dix ou quinze jours plus tard, le
millet. Le sesame, que l'on plante en petite quantity, se rencontre plus curamment en conm-
binaison avec les haricots et le mals, mais non pas avec le millet.

On reserve des parcelles separees pour les patates, pour le manioc -que 1'on plan-
te volontiers sur friche -et enfin, pour les arachides. On destine de preference a cette der-
nibre plante des sols drodds et sablonneux .(t grizd), qui abondent dans la zone des terres
chaudes-
*
Le millet n'est pas toujours enfoui dans un poquet. En deuxibme saison, on le seme
volontiers a la volde dans un champs de pois inconnus, et, meme en premiere saison, il peut
8tre emblav4 de cette fagon, soit sur un terrain qui est sur le point d'etre d4frich4, soit
sur un jardin d6jA covert de pousses au moment du d6sherbage.

Aprbs une disette, comme celle de 1948, les paysans ont tendance A accorder plus
d'importance A la culture de la patate, surtout A celle des varidtes hatives, qui peuvent
8tre r4colt4es aprbs deux mois et demi ou trois mois. Le manioc nest cultiv4 que pour la
consommation familiale, mais,*s'il y a un exc4dent, il est vendu aux habitants de la plaine
qui se spkcialisent dans la fabrication des cassaves.

Les grandes bananeraies ne se voient que. dans les regions irrigudes, sur les ber--
ges de la Gosseline, dans la basse Vallde, Sur les hauteurs, les bananiers ne forment que
de maigres bouquets. Ils poussent volontiers autour des huttes, oh ils beneficient d'un sol
enrichi par les detritus de toutes sortes et le long des caf4teries oh ils trouvent de '1hu- -
midit4 et de l'humus. Ils servent parfois d'abris temporaires aux jeunes cafdiers.

Les ananas sont.plantes en lisiere des champs, le long des clStures ou des caf4te-
ries. Aux abords des maisons, croissent un peu au hasard de nombreux arbres fruitiers, des
plants potagbres ou medecinales. Les tiges des giraumons et des mirlitons s'accrochent A
des tuteurs ou auxdmontants de petites tonnelles, alors que les plants de tomatoes, d'auber-
S gines et de tabac voisinent dans des jardinets faciles A surveiller.

Les arbres fruitiers et les espbces maratchbres, ou diabdiab. qui ombragent et
4gayent la cour des maisons, constituent une reserve pour les mauvais jours et, pour cette
raison, sont jalousement gardes par les habitants, qui savent que, tSt ou tard, ils peuvent
en avoir besoin.

DESHERBAGE ET SOINS APPORTES AUX RECOLTES
En juillet, si la saison pluvieuse a &t4 favorable, on recipee" et on .claircit le
millet, En aoqt, on procbde parfois a un repiquage, c'est-A-dire que I'on d4gage les touffes
trop denses pour transplanter ailleurs les jeunes tiges.
(1) Dans les terres rocailleuses, les poquets sont creus4s avec la pioche ou le digo.







Les cultures sur pied sont constamment menacees par les incursions d'animaux do-
mestiques:, vaches, chevaux, chkvres, pores, poules, qui peuvent causer de grands degats.
Aussi, les jardins sont-ils protdges par des haies vives de pingouins, de beyonnettes, de
mediciniers, ou par une cloture de bambous ou de piquets. Nous examinerons ailleurs les me.-
sures prises en vertu de la loi et de la coutume lorsqu'un animal comment des d4predations
chez un voisin,

D'autres dangers menacent les recoltes, Ce sont tantSt les pintades sauvages qui
font une incursion dans un champs fraichement ensemence, tantot des volees de perroquets qui
s'abattent sur les mais, tantot des tchit ou des Madame Sarah qui pillent le millet. La seu-
le defense centre ces maraudeurs consist A poster dans les jardins des enfants qui les chas-
sent par leurs cris ou d'autres bruits. Le paysan n'a pas de v8tement de rebut pour dresser
des 4pouvantails et il ne place pas non plus, comme en d'autres regions d'Haiti, un crane de
cheval ou de boeuf A lYextr4mit4 d'une perche pour effrayer les oiseauxo

Pendant la saison more, il arrive souvent que les chiens, qui sont A peine nour-
ris,.viennent d4vorer les 4pis de mais qui poussent sur les terres irrigu4es. On les sous-
trait A leur convoitise en enveloppant chaque 4pi avec les feuilles de la tige qui le porte.

Les chenilles qui s'attaquent aux'feuilles de mais au moment de la maturity des
4pis sont moins dangereuses que cells qui s'installent dans les 4pis et qui entrainent des
pertes s4rieuses. Les mites (borers) ablment le mais en grain et les pois. On s'en defend,
parait. il, en recouvrant les reserves mises en baril avec une mixture de coques de caf4 pul--
v4ris4es et de feuilles de tabac finement hachkes. Le paysan ne connait aucun remede centre
la mosaique des pois, qui est une maladie A virus.

Sous peine de voir la v4g4tation 4touffer leurs recoltes, les paysans doivent pro-
cder une fois par saison A un desherbage (grataj), qui a lieu environ un mois aprbs les se-
mailles, Les propridtaires de grands ou de nombreux jardins font ex4cuter ce travail, qui
doit etre men4 rapidement, par une corv6e, ou avec l'aide d'un group d'amiso Les instru-
ments du desherbage sont la serpette et la machette. Les homes travaillent debout, les
femmes g4ndralement accroupies, mais ni les uns ni les autres ne sont astreints A observer
exclusivement la posture qui leur est la plus habituelleo Ils la changent sils se sentent
fatigues, et si une femme sarcle le corps incline, personnel ne s"en formalise, bien que la
position accroupie soit considerse come la plus pudique.

LA RECOLTE
Le -r'ai le millet et les haricots se cueillent A la main, les arachides et les
tubercules en general sont d4terres A l'aide de la houe et de la machette; les ignames, avec
la louchette.

Selon importance de la recolte et la distance entire le jardin et 1 habitation,
le transport se. fait A dos d'homme ou d animal. Une famille peut, A elle seule. faire la
r4colte d'un jardin, mais; pour peu que ses champs soient 4tendus, elle a besoin du concours
d'amis, ou doit recourir A des strangers, qu'elle paye g4neralement en nature, Seules les
grandes recoltes de cafe se font sous forme de "corves'".

Une fois la r4colte rentre,. les 4pis de mais- lids les uns aux autress sont sus
pendus en grappes (makbn) A de grands anneaux faits de lines ou de fils de fer qui sont ac-
croches, A bonne distance du sol, A des sortes de vergues passes au travers d'un palmiste
(Voir figure),

Les haricots 4coss4s et le millet sont engranges dans le galata, grenier de la mai -
son, ou dans le cabinet, ou south, petite chambre qui sert de d4pSt. Les 4pis de millet sont
souvent entass4s sur une 4tagbre au-dessus du feu de la cuisine, qui en achieve le sechage et
en facility ainsi la conservation.





40


* JACHERE
Les paysans savent qu'une te-re qui pr4sente des signes d 4puisement doit se repo-
ser, Un pauvre qui n'a qu'un jardin ou qu'un tres petit nombre de parcelles est bien oblige
d'en tirer parti jusqu'au moment ou leur rendement devient trop fable. II doit alors pren-
dre une terre en fermage, m4tayage, ou ptdk, afin d'accorder un repos a sa propri4t6,, Bien
different est le cas d'un gros propri4taire. II lui est loisible de mettre en valeur succes-
sivement diff4rentes parcelles, pratiquantainsi un veritable systbme de jacheres, Leur frdquence
est naturellement d4terminde par la richesse du sol, I! est des terres que lbon exploit
plusieurs anndes de suite avant de leur accorder un repos. Comme les terres de la region de
Marbial sont g4n6ralement pauvres, le rythme des jacheres tend a s"acc4l'4rer. Leur durde est
de deux ou trois ans, pendant lesquels les friches servent de terrain de package pratique
recommandable puisqu'elle enrichit le sol d'un peu de fumier,

L'alternance des cultures se pratique 4galement, surtout de la part des paysans
qui possbdent suffisamment de terres pour ne pas Stre priv4s des trois products de base :
mals, pois et millet, Les cultivateurs n'ignorent pas qu'il existe des plants 4puisantes
(mats et manioc, par example) et d autres amiliorantes (14gumineuses), Ils cherchent a les
4chelonner, mais chaque paysan vise au premier chef A adapter la succession des cultures a
ses besoins en vivres, et il leur sacrifice souvent le principle de la, conservation du sol.

Voici, a titre d'exemple, les rotations effectudes sur un terrain par des paysans
aises :

eire annee lere saison :
mais, pois inconnus, millet, en combinaison, et parfois sesame avec mals et pois.
1re annee -- 2me saison "*
le millet reste seul et n'est recolt4 qu'en decembre et janvier.
2eme annee lere saison; 2eme annee -- s2ne saison :
memes cultures que la premiere ann4e,
3eme annee lere saison :
defrichement et eradication des souches de millet; pois inconnus et patates; rdcoi-
te des patates avec conservation des souches,
3eme anne'e seme s9ison ,:
les souches de patates donnent une deuxiZme r4colte; le terrain restera done un an
avec cette culture,

4eme annee lere saison; 4cme annie 2eme saison
mmmes cultures que la premiere ann4e.
5eme annie lere saison
emblavement & la volde du millet avant le sarclage; recppage des vieilles tiges de
millet et sarclage du terrain.

.5me annee -- 2sme saison
le millet reste seul come culture 4touffante.
6eme annie. ldre saison
jachere de 2 A 3 ans,
8eme ou geme annee Ire saison :
patates, manioc et pois congo,

Ce tableau ne prdsente qu'un type d'alternance. Il en est naturellement d'autres,
mais il nest pas toujours facile de reconstituer l"histoire d'un champ sur plus de trois
annees. Quelques paysans recbpent le millet et le laissent seul sur le jardin jusqu'A la
recolte de decembre; d'autres ardent une plantation de patates pendant toute une ann4eo
Une terre l4gere sera occup4e pendant un certain temps par des arachides; une terre profon-
de, par centre, deviendra une bananeraie jusqu"' ce qu'elle se refuse a donner et sera de
nouveau consacree a la trinity haitienne du mais, des pois et du millet.





- 41 -


Quant au paysan moyen, il distribue ses cultures sur deux groups de jardins (I et
II), don't il cultive 1'un en premiere et l'autre en deuxibme saison. Cette pratique lui est
imposee par le faith que le millet ne se r4colte qu'A la fin de l'ann4e. S'il semait cette
c4rdale simultanement sur tous ses jardins, il n'aurait plusde place disponible pour les se-
mailles de la deuxieme saison, en aoqt et en septembre.

Le tableau suivant permet de suivre la repartition des cultures sur deux groups
de jardins divis4s en parcelles d'in4gales grandeurs. La majeure parties du group (parcel-
les a) est consacr4e aux cultures de base (mais, haricots et millet). Les parcelles b, beau-
coup plus petites, portent les cultures secondaires.


GROUP DE JARDINS I
lire annee iere saison:
Parcelles a): Mais, pois inconnus, millet, en combinaison, et parfois sesame avec
mais et pois.
Parcelles b): manioc, patates; ces dernibres sont rdcolties de 5 a 7 mois plus tard
selon la vari4t&.
2eme stison :
Parcelles a): le millet reste seul jusqu'en d4cembre, 4poque a laquelle il est r4-
colt4; le sesame est recolte en octobre.
Parcelles b):, le manioc rest seul; on sbme parfois des pois inconnus, recoltis
vers octobre.

2eme annee -. lre saison
Parcelles a): mals, pois inconnusy millet.
Parcelles b)- la recolte du manioc commence et se pursuit pendant 6 ou 8 mois.
seme saison
le terrain porte encore le millet de la premiere saison; r4colte de ce millet A
partir de d4cembre.

GROUP DE JARDINS II

lere annee iere saison :
tout le champ reste en friche.
2eme saison :
Parcelles a): mals, pois inconnus, en combinaison avec le millet sem4 a la volde.
Parcelles b): patates; en novembre, on recolte les patates, don't les souches sont
conserves pour une deuxieme r4colteo

2eme annee lere season :
Parcelles a): le millet est rdcoltd en janvier; parfois aussi le champ devient un
terrain de package pour le gros b4tail, qui broute les mauvaises her-
bes et les jeunes pousses de millet au d4but de la saison pluvieuse.
Parcelles b): semis de pois congo et r4colte des patates.
seme saison :
Parcelles a): mats et pois inconnus, en combinaison.
Parcelles b)] manioc et patates.

Done, sur ces deux groups de jardins (I et II), qui sont ses meilleures terres,
le paysan cultivera du millet, du mais et des pois. Il fera pousser simultanement des pata-
tes et du manioc sur de petites parcelles attenantes aux grands jardins ou r4servera quel-
ques lopins de terre pour les arachides.

Lorsque'notre paysan estime que ses deux groups de jardins principaux sont fati-
gu4s de porter des l4gumineuses et des c4rdales, cest.--dire, lorsqu'il constate que leur
rendement est au plus bas, il est oblige de prendre d'autres terres en ferme ou en mgtayage,





-42 -


A moins qu'il ne possbde des terres en reserve. Il laisse alors l'un des deux groups de
jardins (I ou II) en jachbre et le transform en pare d'attache pour son b4tail. Il plante
l'autre en patates, en manioc et en pois Congo. Le manioc y reste 44ndralement deux ans,
les pois Congo, un an. Au bout d'un an, il peut semer des arachides sur sa jachbre, de sor-
te qu'aprbs deux ans ses deux groups de jardins principaux auront regu l'un et l'autre une
culture sur buttes, ce qui, pour le sol, 4quivaut A un labourage.

Les ties de mais ou de millet ne sont pas arrachdes sur un terrain laiss4 en fri-
che. Les fourmis qui viennent se longer dans les racines en activent la disintegration et
leur transformation en matibre organique. Les campagnards sont 4galement convaincus que ces
insects contribuent A remettre le champ en 4tat en faisant remonter la terre des profondeurs
vers la surface.

La jachere n'est done observe qu'au moment oh le sol de toute evidence ne produit
presque plus rien. Elle devient, de ce fait, une operation curative, et non pas preventive.

L'4puisement rapid de la terre, meme en faisant abstraction de I'4rosion, s'expli-
que si V'on songe que certain champs portent simultanement jusqu'A cinq espbces differentes
de plants (mals, pois, millet, patates et manioc).
*





I R R I G A T I 0 N

En novembre, aussitSt aprbs la fin de ia deuxibme saison pluvieuse, les habitants
du fond de la vall6e deploient une activity intense pour amdnager les rives bois4es de la
Gosseline et mgme ses bans sablonneux en vue des travaux d'irrigation qui vont les feconder.

Aprbs avoir pratiqu4 quelques 6claircies dans les bosquets qui couvrent les berges
en taillant et en 4mondant les arbres et en all6geant les bananiers de leurs feuilles inf4-
rieures, des .quipes de travailleurs passent au ddfrichement du solar Les grosses branches,
les brindilles et les mauvaises herbes qui, apres cette operation, jonchent le sol sont ra-
mass4es en tas par les femmeset sont ensuite brGlues, ainsi que les souches et les troncs
pourris. Avant d'y mettre le feu, on observe soigneusement la direction du vent pour evi-
ter les incendies ou empecher les flames de roussir les bananiers. Les cendres sont ensuite
eparpillees sur le terrain autour des brasiers.

Le terrain, une fois dAgag6, est divis6 en un nombre considerable de petites surfa-
ces rectangulaires, ou "carreaux", (de lm--1m50 de larger et de 3 A 4 m de longueur) bordees
de levees de terre de 20 A 30 cms. de hauteur. Ces compartments sont destin4s a recevoir
des cultures vivribres irriguees.

Trbs souvent le defrichement et la construction de ce systbme de diguettes et de
canaux s'effectuent simultandment. Les travailleurs raclent le sol avec leur houe et for-
ment de minces levees de terre en accumulantles ddblais sur les c6t6s.

SCes bassins, ou "carreaux", sont disposes en groups, don't le nombre varie selon
la topographie des lieux. Chaque group (planche) est delimitd en amount par des canaux lon-
gitudinaux (swit kanal), par deux coursiers de distribution qui amrnent l'eau.d'un group au
group suivant. Les canaux sont sur un fdime plan que las carreaux, si bien qu'il nest pas
necessaire d'4lever l'eau dans les premiers pour qu'elle pinbtre dans les seconds.

Cependant, cette technique offre de gros ddsavantages. Chaque annee, les minces
levees de terre sont nivelees par le vent et la pluie. A force d'etre racl4, le sol finit
par se durcir et, faute d'a4ration, les cultures s'y developpent mal.

Vers le debut de dcembre, lorsque les risques de crue ont disparu, les paysans
etendent leurs jardins dans le lit meme de la Gosseline, don't le d4bit alors baisse forte-



















Barrage fait
Sde roches et
Q / de branchages
JI





Prise /

C /









'/ Terrain irrigu4 (Karote) pour les plantations
/ de 14gumineuses

a) Canal d'amende (mana kanal)
/ b) Canaux secondaires
c) Canaux de distribution
d) Bassins pour irrigudr par immersion, repr4-
sentant les plates-bandes planties,
e) Petite digue faite de terre ou d'un melange
de terre et de mauvaises herbeso
0) Bananiers,






-(
Ly






.-44


ment. Chaque propri4taire riverain peut disposer des bans de sables et de graviers qui pro-
longent ses terres jusqu'a la rivibre et remettre en- tat d'anciens terrains.de culture de-
vast4s par les inondations.

Alors que ces travaux de karotaj se poursuivent, les usagers du system d'irriga-
tion refont la prise du canal d'amenee (mi m kdnal), qui, chaque ann4e, est emportee par la
Gosseline. Ils d4blayent 4galement les anciens canaux de la zone non inond4e que les pluies
avaient combl4s d'alluvions.

Ces petits systemes d'irrigation sont construits de fagon fort ingenieuse, sans
l'aide d'aucun instrument. Il est difficile de croire que ce travail est execut4 au simple
jug4, lorsqu'on l'on voit l'eau couler sans excbs de vitesse et sans temps d'arr8t. Les
canaux d'amenee et de distribution suivent les c8tes qui leur assurent le meilleur 4coule-
ment. S'il s'agit de franchir une depression, le canal passe sur un remblai ou un petit
aqueduct fait du trone fendu d'un palmiste. Avant de creuser leurs canaux, les paysans font
courir sur le terrain un mince filet d'eau, qui leur donne le sens de la pent et indique les
rectifications A op4rer dans le trac4.











( ) ( c ")



ab. Niveau du plafond du canal apres la preparation des bassinso
cD. Niveau du plafond de's bassins apres leur preparation.
1. Canal secondaire longitudinal
2o Bouchon
3. Ouverturs du bassin pour permettre b l'eau de p4n4trer.
4. Bassin.


Les champs sont-irrigu4s par immersions successive des carreauxo Aussitat aprbs,
on procede aux semailles. On plante de preference les pois inconnus, les haricots blancs
ou noirs (Phaseolus vulgaris). On faith peu de cas des haricots rouges, ou gross pois" (Pha--
seolus vulgaris), qui sont trop sujet & l.a mosaique. (Les pois atteints de cette maladie &
virus sont appel4s "pois madras".).

MODE D'IRRIGATION
Les paysans sement leurs haricots & intervalles de 10 A 15 cms. -"pois sur pois",
selon leur expression. D'aprbs eux, ce faible 4cartement prot4gerait les fleurs centre les
vents d'hiver, En fait, il emp&che la croissance rapide des mauvaises herbes et maintient
l'humidit4 du sol.

Les pois Congo succbdent souvent aux haricots saisonniers dans les carreaux. Sur
les diguettes, on plante volontiers des patates ou du manioc.

Le sch4ma ci-contre permet de suivre la m4thode employee par le cultivateur pour
irriguer son champ. L'eau arrive dans le sens de la flbche. AB est le canal d'amen4e ou un
canal secondaire. Pour simplifier les choses, nous adoptons une.section de 3 "carreaux"'
I (a,b,c,f,); II (b,hf,k,); III (h,m,k,l,).. Le carreau I est en aval. Pour le submerger,
on amene 1'eau jusqu&' a et on I arrete au moyen d"un "bouchon" (a-g). Apres quoi on ferme
le canal AB plus en arribre avec une portion du renblai (b-cl C'est alors au tour du car-
reau II d'etre irrigu4. On procede de la meme fagon au carreau III.





-45


Lorsqu'il s'agit de proceder & un nouvel arrosage, on va du carreau III au carreau
I. De cette fagon, on 4vite de deplacer deux fois les bouchons j-h et cbo

ADMINISTRATION ET ORGANISATION DE L'IRRIGATION
Les travaux d'irrigation s'effectuent sous la direction de celui des usagers du
system qui possbde le plus de connaissance en cette matibre. Si des collogues ne peuvent
1:aider, il embauche des ouvriers qu'il paiera de ses deniers, quite A se faire rembour-
ser plus tard,

La distribution de l'eau est contrl4e par un syndic nommn par le Service des
eaux et forces, Chaque propridtaire a droit a l'eau d'arrosage une fois par semaine. Si
le terrain demand a 8tre irrigu4 plus souvent, il faut s'en remettre au syndic, qui,
seul, peut faire des exceptions. Jusqu'en 1946, les usagers payaient une taxe de lOgdes
par carreau, destine a l'entretien des systbmes 4tablis et a la construction d'autres ca-
naux. Cet imp&t 4tait fort impopulaire, non du fait de son montant, mais par suite des
abus don't les b4n4ficiaires d'un petit systome souffraient de la part de certain syndics.



S-1
A \\ I B







f K I










M4thode d'irrigation,
L'eau arrive dans le sens de la flbche. A-B est le canal d'amen4e, I, II, III sont
les bassins. Pour inonder le terrain, on amine l'eau jusqu'k A et 1'on ferme le
canal avec une petite digue appelde "bouchon"t (a-g). L'eau se r6pand dans le bas-
sin I. L'Immersion achevie, on diplace une portion de la digue (b-d) du bassin IIo
Cette portion forme le "bouchon" b-Co L'eau se repand alors dans le bassin IIo On
procede de meme pour les autres bassins III, IV, etc,


L'eau suscite de nombreux conflicts et des vols, Tout d'abord le syndic lui-mnme
peut se rendre coupable de favoritism. Certains usagers derobent l'eau de leurs voisins
qui sont en aval. C'est le devoir du syndic de dresser procks-verbal de ces fraudes et de
conduire le pr6venu au tribunal de Paix A Jacnel, oh il peut 8tre condamnd a 1'amende.

Ces infractions sont particulibrement fr6quentes A l'poque de la floraison des ha-
ricots, qui correspond au niveau le plus bas du course de la Gosseline.

Pendant la saison shche de 1948, les gens de Poste-Pierre-Louis irriguaient leurs
"carreaux" une fois par semaine. Le d4bit de la Gosseline ayant consid4rablement baiss4,
les habitants de la plaine firent des demarches auprbs des autorites pour restreindre la con-
sommation d'eau de leurs voisins en amount. On interdit A ceux-ci d'irriguer plus de deux
fois par mois, Cette measure eut pour effet de d6truire dans la region de Marbial la r4colte
de pois, qui s'annongait fort bonne, sans pour cela ameliorer le sort des populations en aval,





.. 46


Quand une prise a t4 4tablie par un propridtaire de sa propre initiative, tous
ceux qui lui ont accord droit de passage deviennent de ce fait des usagers de son systhme
d'irrigation, Ceux qui d4sirent le prolonger en aval remettent A son constructeur 2 ou 3
gdeso pour obtenir sa permission,





L' OUTI LLAGE AGR I COLE

L'outillage du paysan marbialais peut nous paraltre rudimentaire, mais il se trou-
ve etre fort bien adapt A la nature du terrain. Le relief du sol et 1'exiguitd des propri4--
t4s excluent l'usage de la charrue. La houe A long manche, la serpette (digo) et la lou-
chette (barre en fer ou plantoir) sont employs A tour de r6le selon le degr4 de la pente du
terrain et les especes plantles. LA oh le versant du morne est si abrupt que le cultivateur
doit s'attacher avec une corde pour travailler, il ne saurait se servir de la houe. Le plan-
toir est alors 1'instrument qui lui convient le mieux. Mieux outills,' les'paysans auraient
td4 A meme de retourner le sol plus profond4ment et auraient ainsi accru les ravages de
1 'rosion.





PRATIQUES MAGICO-RELIGIEUSES CONCERNANT L'AGRICULTURE

Les croyances superstitieuses relatives A l'agriculture sont peu nombreuses; en voici quel-
ques unes que nous avons pu noter :

Les patates et les bananiers doivent etre plants trois jours avant la nouvelle
lune (1). Si on attend la plain lune, la r4colte peut Stre bonne, mais les tubercules ou
les bananes seront malvenus. Il en est de meme des caf4iers, qui, A moins que l1on observe
la periode favorable, auront tendance A "filer", c'est-A.-dire, A croitre en hauteur, La nou-
velle lune est le meilleur moment pour planter les arachides, les haricots et le manioc. Le
manioc plant pendant la pleine lune devient trbs gros, mais est peu abondant. Le mals semen
quand la lune ddcrolt est de bon rendement,

Pour expliquer ces precautions, quelques paysans disent que la lune est "comme un
oeil qui cache une mauvaise kme" (yo movi-nmn). Pendant la pleine lune, cette "mauvaise ame"
voit tout ce que les gens plantent. Quand la lune d4croit, elle dort et ne sait pas ce qui
se passe sur terreo C'est pourquoi il faut en profiter. Pour d'autres, c'est la croissan-
ce de la lune qui favorite cell des plants,

Quand on plante des haricots, on doit laisser trois trous sans semenceso Si quel...
qu'un veut s'emparer du principle vital du champ, la terre rdpondra ': "On n'a pas encore fini
de me planter." Le voleur d4courag4, renounce a son dessein,.

Chaque annde, on peut offrir A 1 esprit de la terre de la viande deport de chB-
vre et de boeuf; que l'on cult dans une marmite, avec du pain, de 1'akasa et des vivres.
Avant d"enterrer 1'offrande de nourriture, on jette des morceaux aux quatre points cardinaux.
On sacrifice 4galement 7 pieces de 10 c.

On peut d4tourner A son profit la r4colte de caf4 d'un voisin en envoyant des oi-
seaux s'emparer des fleurs de caf4ier,

Une r0colte d'ignames ou de patates est perdue si quelqu'ennemi jaloux enterre dans
le champ un line imbibe de sang menstruelo

(1) Selon un autre Informateur, les banar!ers, 7 Jours aprbs la nouvelle lune,




-... 47 .


Pour an4antir la r4colte de mais d'une personnel A qui l'on veut du mal, il suffit
de semer sur son champ des grains de mais grilleo Si on souhaite la priver de son riz, il
faut faire le tour de son champ en fumant la pipe et, ensuite, 1'enterrer dans un coin. La
rizibre sera ravage par les parasites.

DEFENSE DE IA PROPRIETE
Les jardins sont souvent proteges contre les maraudeurs par des pibges (pele),
que I'on y dissimule, Les paysans pr4fbrent cependant avoir recours aux moyens magiques,
Ils mettent au milieu de leurs champs des arestasy6, c'est-a-dire des charges capable d'ar-
r8ter ou de chatier les voleurs, La meilleure protection est encore celle qui est consti--
tude par la presence sur le terrain d'un diab, ou esprit que 1'on achbte A quelque magicien
des environs. Ce garden surnaturel est souventun etre exigeant,dont il faut satisfaire les
demands, de crainte de le voir se retourner contre son mattreo






LA MAIN D'OEUVRE ET LE TRAVAIL DE LA TERRE
*

Ce sol 4rode; exploit sans merci, est devenu d'un faible rendemento Pour en ti--
rer sa subsistence, le paysan est oblige de cultiver des surfaces qui excbdent sa capacity
de travail et celle de sa familleo Id6alement, il lui faudrait cultiver de 4 A 5 carreaux
de terre pour jouir d'une certain aisance:, mais pour mettre en valeur une telle superficie,
il doit pouvoir disposer au moment opportun, et A plusieurs reprises, chaque anne&l d'une
large main d'oeuvreo

Notre cultivateur doit, en outre, faire face A un obstacle propre aux pays tropi
caux: le manque de temps, Les saisons pluvieuses sont courts et les operations agricoles
se succbdent a un rythme rapide. Le d6frichement, par example, est limits & une p4riode
relativement brbve, don't le debut et la fin varient suivant les annees, Le defrichement se
fait-il trop tot, les mauvaises herbes reprendront le dessus; tarde-t-il, les grosses aver
ses de la saison pluvieuse le rendront difficile et le cultivateur aura perdu des semaines
pr4cieuses. (1) Done, pour vaincre les difficultis que l'espace et le temps lui opposent,
le paysan a besoin du concours de ses voisins.

A Marbial, le bien-etre d'un paysan ne saurait etre estim6 A priori d'apres le
nombre ou la surface de ses jardins, cependant A partir d'une dizaine de carreaux un propri4--
taire est assure d'une existence trbs comfortable. Ce qui caracterise le paysan moyensc'est
moins la possession d'une certain 4tendue de terres que la possibility d'en tirer parti.
Un cultivateur peut n'avoir pour tout bien foncier qu'un modest jardin de 025 carreau, il
n'en sera pas moins A son aise s'il a les moyens d'exploiter des terres prises en ferme ou
en pbtak.

La production agricole est trbs 6troitement lide aux revenues en argent que le cui-
tivateur tire de la vente de son b4tail ou de son cafe, ou de ses activities artisanales ou
commercials,
*
La fagon don't un paysan cultive sa terre est dtterminde, non seulement par ses
resources, mais aussi par son rang social et son age, Il peut, selon les cas. travailler
seul, avec les membres de sa famille,, en cooperation avec ses voisins (corvde, association,
societY), ou, enfin., comme salari4 ou comme employer. Le choix entire ces differentes m4-
thodes depend parfois de son goit ou de ses inclinations personnelles,. ou meme des conditions

(1) Plus le paysan va vite, plus 11 est sGr d'obtenir une bonne rdcolte, car le "pr!ntemps" peut
etre de court dur6e et de mauvals rendement, si les plants ne beneficient pas des deux mo s
de pluie don't elles ont besoin, Si la saison pluvieuse est prdcoce et s'annonce favorable,
on plante jusqu'A la f!n du mois de ma! et exceptionnellement jusqu"en juin.




- 48 -


atmosph4riques, En effet, une seule et meme operation agricole peut etre mende a bien suc-
cessivement avec une main-d'oeuvre recrut4e sur le principle de l'entr'aide mutuelle, avec
des salaries, et, finalement, par les efforts conjuguds du proprietaire et des membres de sa
famille. Prenons le cas concrete d'un paysan possedant 2 carreaux de terre. En premiere sai-
son, il cherchera A planter une surface d'environ 1,50 car. Le moyen le plus simple et le
plus expdditif est d'avoir recours A 4 ou 5 corvees de 20 A 30 homes qui, dans un laps de
temps relativement court front presque toute la besogne, quite A la terminer en famille ou
avec l'aide de 2 ou 5 associ4s, On compete qu'il faut environ de 20 A 30 homes, selon le
terrain, pour defricher en un jour un demi-carreau.. D'autres paysans, incapables de faire
face aux d4penses de plusieurs corv4es, se contentent d'une seule corv4e et defrichent le
carreau qui leur reste avec leurs voisins, qui les aident A charge de reciprocit4 ou s'en
remettent A 4 ou 5 paysans plus pauvres, qui, par une sorte de contract, se chargent de sar-
cler une surface determinee.

Le jeune home qui ddbute dans la vie, ou le paysan pauvre, doit, pour travailler
sa terre, s7associer avec un group de voisins, qui se pr8tent un concours mutuel.

Si le group des associes est de 15 personnel, ils peuvent, au course dune matin4e,
duree normal d'une "ronde" (1) d4fricher 0.15 car. L'4tendue des terres quail pourra cul--
tiver d4pendra du nombre de rondes don't il pourra b4n4ficier pendant la courte p4riode qui
pr4cede le printemps. Par ses propres efforts, il lui sera difficile de mettre en valeur
plus de 0,10 ou 0,20 car.

Les chefs de section. qui, grace a la peur qu'ils inspirent, disposent d'une main-
d'oeuvre abondante et souvent gratuite, ainsi que quelques paysans riches, sont les seuls qui,
dans la region de Marbial. soient en 4tat de cultiver une dizaine de carreaux annuellement.
La plupart des propri6taires pr4dfrent donner une parties de leurs terres en fermage ou en me-
tayage plutSt que de les exploiter directement.

LE TRAVAIL COLLECTIF

Le travail collectif, don't on pratique A Marbial plusieurs formes, porte des noms
diffdrents dans le vocabulaire paysan, selon la base sur laquelle il est organism et selon
sa durde, Nous les 6tudierons chacun separdment.
*
LA CORVEE
La 'corve" (kbve) (2) ou "combite" (kobit) est, en principle; le travail d'une
journ6e fournie par un group d hommes A un proprietaire qui, de son cot4,, assume la respon -
sabilit4 de les nourrir. A 1 heure actuelle, ce term ne rdpond plus a une definition aussi
rigoureuse, car on parle couramment de "corzdes acheties" pour designer le travail rktribu4
en argent quel'on obtient d'un group de paysans organisms en "socidtes".

La corv4e se terminant par une distribution de nourriture estp, sans aucun doute,
le type de travail coop4ratif qui jouit du plus de faveur,, S'il offre quelques inconv4nients,
il rdpond d'autre part A des besoins psychologiques profonds, tant chess celui qui fait appel
a ses amis et voisins que chez ceux qui offrent leur concours.

Parmi les avantages du systhme, figure au premier chef la facility avec laquelle il
permet de recruter une main-d oeuvre abondante pour accomplir une tache urgente. On s'empres-
se d'accepter 1 invitation lancee par un voisin, car il est utile de manifester son bon you-
loir lorsqu'on depend d'autrui. DWailleurs l'effort demand nest pas sans compensations.
A la perspective d un copieux repas en fin de journ4e, s ajoute celle de se rencontrer entire
amis, de chanter et de s'amuser de mille fagons.

La corvee donne A son organisateur le moyen d'accroltre son prestige et.de gagner
en autorit4 en se montrant un h6te g4n4reux qui ne redoute pas la d4pense. S'il fait bien
(1) On appelle ronde (ron), le travail collect f accompl! par un petit group d'hommes,, g6n6ralement a
titre de r4c'proc!t6, pendant une demi-journe,.
(2) Dans la region de Marblal on emploie le mot "corv6e" de pr4efrence A celui de "comb!te" qu' est en
usage dans Te rest du pays. Comme on le sait ce mot vent de I'espagnol convite (invitation).





- 49 -


les choses, on parlera de lui avec consideration et a l'avenir il pourra toujours computer
sur la bonne volont6 de ses voisins. Celui qui a des provisions en reserve, a en plus la
satisfaction de voir terminer en un jour une grande parties des travaux agricoles de la sai-
son sans s'exposer a des d4bours excessifs en argent liquid.

Le system a cependant ses failles. Les propridtaires se plaignent souvent qu'en
depit de l'animation et de la gaiety qui rbgnent au course d'une corvee, le rendement du tra-
vail est plut6t bas. Beaucoup d'invites arrivent en retard, d'autres percent leur temps A
bavarder sans qu'on ose les tancer trop vertement, puisqu'ils sont la A titre amical. Les
petits verres de clairin que 1'on distribue et le repas copieux offert vers le milieu de
l'aprbs-midi ne sont pas du point de vue paysan une remuneration pour le concours apportd
par chacun, mais de simples attentions, des "politesses" de la part du propridtaire.

Organiser une corvee est loin d'etre chose facile. En premier lieu, il faut cal-
culer la quantity de nourriture necessaire pour toute la corvee. Cette estimation n'est pas
toujours simple quand on s7attend A recevoir de 50 A 100 personnel. Une fois les provisions
faites, l'hote se trouve devant le problbme de leur cuisson: S'il nVa pas les moyens d'achet-or
es -ros chaudrons en fonte don't il a besoin, il les emprunte A quelque paysan ais4 qui a
l'habitude d'o;ganiser de grandes corvees et pour qui cet ustensile est indispensable. Comme
personnel, si riche soit-il, ne posshde assez de couverts pour servir tout le monde, on s'adres-
se aux voisins qui ordinairement les pretent de bon coeur a charge de rdciprocitd, naturelle-
ment.

La lourde responsabilitd de preparer les aliments et de les servir retombe bien
entendu sur les femmes de la maisonnde, qui, si elles ne sont pas assez nombreuses, font ap-
pel a leurs parents ou amies. *

Peu de paysans rdussissent A mettre sur pied une grande corvde sans se livrer a
des d4penses en argent, meme s'ils peuvent disposer de reserves tirees de leurs greniers.
Trbs souvent l'h8te est oblige non seulement d'abattre un pore ou une chbvre, mais encore
de faire de gros frais pour acheter la semoule de mals, les pois, la graisse et autres ali-
ments que l'on sert habituellement en ces occasions, sans parler de la boisson. Il ne suf-
fit pas d'avoir assez pour tout le monde, il faut encore qu'il reste un surplus pour attes-
ter la prosperity et la largesse de l'hote. Rien de plus flatteur pour un paysan si en par-
lant de sa corvee, on dit : "Ioun lignf gpd vi. MAje rite a td k6 sa Neg te k6n fe, wi..."
(Les gens 6taient aligns A perte de vue. La nourriture restait & terre come cela. C'est
un home qui savait faire les choses,..).

Gare A la reputation du maitre de la corvee si les portions sont congrues et si
l'insuffisance ou la mauvaise quality de la nourriture suscitent des murmures. Il faut que
tout le monde soit gave et que certain mgme puissent mettre des reliefs dans leurs macou-
tes pour les emporter chez eux.

Une corvee revient done gen6ralement cher. La plupart des paysans interrogds
s'accordent a dire que meme sans faire d'extravagances, elle leur colte de 1 A 1,50 gde
par personnel. La corv4e classique est done plus dispensieuse que la corvne achetde ou que
le q8me travail executd par des ouvriers pays & la tache.

Le paysan est trop regardant et trop calculateur pour ne pas s'Ptre rendu compete
de ces differences de prix. S'il continue A prdferer cette forme de travail collectif A
tout autre systhme, c'est parce qu'elle lui permet d'achever d'un coup l'operation agricole
qu'il doit entreprendre et le libere des incertitudes que represent une main-d'oeuvre re-
crutde sur une autre base. Cette attitude devant la corvee nous fut clairement d4finie par
l'un d'eux qui, discutant ce point, s'4cria presque avec vehemence: "Meme si les corvees de-
vaient copter trois fois plus cher, elles seraient pr6f4rables au travail fourni par les sa-
laries qui ne se hatent jamais et qui viennent quand bon leur semble". Il aurait pu ajouter
que le system de la corvee 1'emportait aussi sur celui de la ronde puisque le bendficiaire
n'assumait aucune autre obligation envers ses invites.





- 50 -


Rien ne marque plus nettement la decadence 4conomique de la region de Marbial que
le d6clin des corv-es. De moins en moins les paysans disposent des fonds n4cessaires Dour
les organiser et alors que jadis ils 6taient heureux d'assister un voisin en change d'un
bon repas, aujourd'hui ils cherchent avant tout a se procurer de l'argent pour acheter des
semences ou payer leurs dettes. Au course de la periode des semailles en 1948, a la fin d'une
longue p6riode de secheresse, les paysans de la region de Marbial n'organisbrent qu'un tres
petit nombre de corv4es classiques se terminant par un repas.

Les membres d'une corvee commencent le travail vers 7 heures du matin aprbs avoir
regu une collation consistent gen6ralement en caf4 et en pain. Au course de la matin4e, ils
boivent quelques coups de clairin et vers midi on leur sert parfois une autre collation.

La journde de travail prend fin vers trois heures de l'aprbs-midi. L'4quipe au
complete s'assemble prbs des chaudibres pour prendre part au repas qui lui est offert. Sou-
vent, les membres de 1'4quipe, bien lestes de nourriture et de clairin, se sentant en bonne
forme, improvisent un bal qui finit tard dans la nuit.

Le travail des corvdes se fait en chantant et non plus comme par le pass au son
du tambour. Curds et pasteurs sont parvenus A convaincre leurs ouailles que ces instruments
utilis6s dans les fetes vodou participant de leur caractbre satanique. LeA protestants vont
encore plus loin et ne tolbrent que des cantiques come chants de travail.

Chez les paysans des "terres froides", plus conservateurs que ceux de la basse
vallde, les samba, c'est-a-dire, les individus qui "lancent les chants" sont aussi les chefs
de file qui guident les travailleurs.

Les chants de combite sont souvent t6is du repertoire des sanctuaires vodou, mais
en rbgle g4n4rale ce sont les chansonnettes improvises sur place qui ont pour thkme un scan-
dale survenu dans la communaut4 ou quelque action ridicule don't un camarade s'.est rendu cou-
pable. Elles s'inspirent aussi d'dvdnements politiques tels que la chute d'un president.

Voici a titre d'exemDle les textes de quelques chants de corvee recueillis & Mar-
bial :
Un homme a 4td tromp6 par sa femme, on lui conseille de se resigner .

Fo ou resizgne ou Il faut vous r4signer
Ai'f di X t ou resioge ou Je vous dis...X resignez-vous
Abolin, btl .fa, volo Anoline, belle femme, a vole
kdfi&s ou votre confiance.

A propos d'une jeune fille enceinte
i'bral di nn0-mr a ya (bis) J'irai dire & ta naman a ya (bis)
i'-bral d i m&'n?-m, si la in J'irai dire a ta maman si je
sa M'ia li ne vois pas la lune (menstruation)
Si Ia lin sa rm'aa ti Ii Si je ne vois pas la lune,
se vre C'est vrai.

Contre les filles de mauvaise vie .
Levi, level o level Pou ale-o Levez, levez o pour aller
Arona di la .raze %ay la-o Arona dit elle a casse la maison
Levi Pou'n ale-o Levez pour aller

Au sujet d'un cheval qu'un paysan de l'endroit avait perdu et qu'il n'a pu rdcu-
pdrer malgrd les charmes pratiques par un olug. :
o mare, ,i o ya loa'm Ils ont attach, ils disent qu'ils m'ont lich6
Smare saba na boto Ils ont attached Samba au poteau
o mare sba na Ooto la Ils ont attach Samba & ce poteau
Ogoun-feray o di o ya lageI'm Ogoun Feray ils disent qu'ils m'ont lchd

P'ir .a chute du I`rsiedent Lescot ;
Lesho ou nd,, ou ale, ou al,' Lescot tu es Darti,tu es parti, tu es narti,
Ou ale Lesdo, on 6.s di-S aye4 Tu es parti Lescot, tu ne m'as rien dit.





S52 -


Jadis, il existait des individus qui 4taient connus pour leurs talents d'improvi- *
station et don't la presence & une corv4e apportait un 41ement de gaietd et de bonne humeuro
Leur entrain stimulait les travailleurs et 4vitait les querelles ou les plaintes.

Les corvees de Marbial ne donnent qu'une faible importance a l'esprit de competi-
tion ou de rivalit4 entire travailleurs dans le but d'activer la besogne. On n'y connait
pas ce jeu pratiqu4 dans le Nord d'Haiti, qui consiste A chercher A devancer une 4quipe ri-
vale de fagon A pouvoir l'encercler. Les paysans de Marbial se contentent d'exciter les
flineurs A la tache par des railleries ou des points. L'ardeur de quelques jeunes gens
qui veulent faire montre de leur "courage" suffit a entralner leurs camarades. Ceux qui
font preuve de trop de mauvaise volont4 risquent cependant de devenir l'objet d'une chanson
satirique entonn4e par les membres de la corvee.

Le propri4taire les excite au travail par des exclamations et des phrases d'encou-
ragement : "Li've m nou pou nou fini, maje sou difi, mesye dam". (Levez la main pour finir,
le manger est sur le feu, messieurs dames).

LES SOCIETIES DE TRAVAIL
Unewassociation de paysans habitues A se donner mutuellement un coup de main se-
lon le principle de la "ronde" devient une veritable "Soci4te" sitSt qu'elle adopted des ca-
dres hidrarchiques et ob4it a des rgles d4termindes.

L'attribut principal de ces socidt6s est un orchestra de quatre A cinq membres
qui jouent du tambour (mazon) ou des trompettes Kvaxin), pendant 1'exdcution des travaux.
Les paysans distinguent done selon la nature des instruments choisis ou le rythme de tam-
bour qu'elles prfbrrent, des societ4s maebn, vaxin, congo, Fist6 ou zizipd, kalntplzm, etc.
Chaque soci6t6 a en plus un nom qu'elle se donne A elle-meme : FLd di roz, Resigni, FlR
Kbmds, etc.

Le gout des paysans pour les hierarchies compliquees et les titres sonores se don-
ne libre course dans le cadre des soci4ets. Leur inspiration est toute militaire et politi-
que: Chaque sociedt est en miniature une petite arm4e ou une petite r6publique qui, comme
au"temps des bayonnettes" est largement pourvue d'officiers et de fonctionnaires de haut
rang.

Les grades y sont souvent plus nombreux que les soldats ou "menu people". Dans la
soci4td Fl di roz (Fleur de rose), sur 15 membres, 10 portaient des titres et les autres
se plaignaient de leur humble position et aspiraient A des dignit4s. Bien entendu, il faut
tenir compete de 1l414ment de jeu qui existe dans cette mascarade et ne pas oublier que les
dignitaires eux-mgmes, A quelques exceptions prbs, ne prennent pas trbs au serieux leur hau-
te position. Lorsque fut fondue la cooperative de Morne Rouge les titres furent distributes
avec une gendrosit4 extravagant.

L'esprit militaire qui anime les soci4tes se traduit encore d'autres fagons. Cha-
que soci4te possbde un general d'arm6e qui fait manoeuvrer les soldats a plaisir et leur
jette des ordres comme s'il se tenait sur un champ de manoeuvre. "A drpite, droite". "Ali-
gnement". "Portez armes", etc. Ces intermbdes de caserne se reproduisent lorsque la soci6-
t4 se rdunit en corvee, et surtout lors des f8tes. Les socidt4s d'une meme region se consi-
dbrent mutuellement comme des armies rivals. Elles s'accusent volontiers d'intentions
hostiles et affectent de redouter que leurs voisins ne viennent faire deserter leurs soldats.

Un informateur de Cap-Rouge d4clara que si le Pr4sident n'agissait pas bien envers
ses soldats, ceux-ci avaient le droit de le "chavirer". Les paysans sont conscients que tout
cet appareil militaire leur est venue de 1'lpoque des guerres civiles lorsqu'ils 4taient em-
bauch4s de force dans les diff4rentes armies revolutionnaires.

A l'instar de beaucoup d'autres institutions paysannes, les soci4t4s de travail
sont en train de disparaitre ou de changer de nature dans la region de Marbial. Nous n'en
connaissons plus que trois dans toute l'aire oh a port notre enqu8te.






- 52 -


* Les socidtds actuelles, du fait de la pa'vret4 generale, ne sont plus qu'une ombre
de ce qu'elles 4taient autrefois. Elles ne comportant tout au plus qu'une vingtaine de mem-
bres, pour la plupart des paysans pauvres qui vendent leurs journees a des propridtaires ca-
pables de les acheter. Le cdremonial qui accompagnait le travail d'une "corvye" tend. gale-
ment a se perdre. C'est pourquoi en d4crivant les functions des differents dignitaires d'une
socit4,' ou les rbglements observes, nous sommes souvent obliges de parler au passe.

NATURE ET Fc CTIOS DES SOCIETIES DE TRAVAIL
La Socid4t est avant tout une association d'entraide : pour les travaux agricoles.
Chaque membre a droit a tour de role au concours de ses camarades qui le lui donnent sous
forme d'une ronde d'environ quatre heures. S'il le veut, il peut vendre sa ronde et recueil-
lir en plus de son salaire, celui de ses camarades. Si 10 ou 15 paysans participant Aule ron-
de, celui qui en est le "maltre" empoche de quatre A six gourdes. (1) Au cas oh le membre
d'une soci4t4 vend une journee entire de travail, il ne touche que la moitid de la some to-
tale convenue avec le b6naficiate du. travail. Il recoit sa part de la some qui est partagde
entire ses camarades presents a la corv4e. Parfois l'argent qui revient a la sociAt6 est mis
de c6te et sert A l1achat d'une chbvre que l'on mange a 1'occasion d'une danse. Les soci46ts
sont toujours pr8tes a accepter une corvne don't un bon repas sera la seule recompense (k6bit
pou bay mdje'). (2).

Le systbme des corvees est en train d'1voluer vers une forme encore plus commercia-
lisde. On n'a plus besoin de trouver acqudreur pour son tour, mais la society elle-mime vend
des rondes don't le profit revient successivement a chacun de ses membres.

Si un membre d'une socidte est malade, ses camarades cultivent ses jardins, lui ren-
dent visit et lui apportent des rembdes. La sfciet4 Congo de Cap-Rouge possbde m8me une caisse
d'assistance pour les malades. Celle-ci est aliment4e par des petites sommes que l'on pr41Ere
sur les profits des corv4es acheties.

Ce serait m4c6nnaltre l'esprit et la nature de ces societes que de mettre uniquement
en.relief leur c8td utilitaire. Un de leurs objectifs est aussi de procurer & leurs membres
des divertissements et l'occasion de satisfaire leur goat de la pompe et de la mise en scene.
Dans le "bon vieux temps", les soci4tis donnaient, paralt-il, des bals chaque semaine. Les
frais 4taient couverts par la.vente d'une journ4e de travail ou par des cotisations. Le pr4--
sident et la reine compl4taient la some necessaire pour ces rejouissances si la soci4td 4tait
A court d'argent, Tous les gross membres" de la soci4td, qui sent dispenses de travailler,
sont dans l'obligation de donner de temps A autre un bal pour la socidt4.

La vie des soci4ets est 4phgmbre. Elles sont mont4es & 1'4poque des semailles de
la premiere saison et se desagrkgent pendant la morte saison de l'annde suivante. Le prdsi.-
dent de la socigtd ddfunte peut rdunir une assemble au course de laquelle on donne vie a une
nouvelle socidtg qui souvent, mais pas obligatoirement, reprend le nom de 1'ancienne.

FORMATION DES SOCIETIES
L'initiative de former une sooidtd vient gdndralement de quelgues paysans entrepre-
nants qui aprbs avoir travaillg quelque temps en association d4cident d'dtendre leur group
S de fagon A pouvoir lui donner une structure stable.

(1) Un de nos Informateurs, Charitable Cyprien, ayant eu besoin de fire un grated (ddsherbage) et d'en-
semencer un terrain, s'adressa au Gouverneur d'une socidtr vaxin qui comportalt 21 membres. Ceux-ci
travaillrent pendant toute une aprbs-midi, et le s&t-kbvd (mattre de la corv4e) regut des mains du
gouverneur la some de 6.30 gdes.
(2) Ainsi la socidte La sous (La source), qui comprend 24 membres, fournit une corv4e matlnale qui dura
5 heures. Elle fut rdcompens4e par un repas pour lequel le propridtaire du champ avait fait les dd-
penses suivantes : 27 godets de mas. . 3.60 gdes.
7 godets de pois . 2.00
graisse . . 0.75
caf . . . 0.35
sucre . . 0.40
spices. . .. 0.15
7.25 gdes.
11 proc6da dgalement a une g6n6reuse distribution de mangues venant de ses terres.


i) II_~__ I~__ __ j( V ___ ~


L ~ I /I I






-53-


Ils convoquent en assemble leurs voisins et amis et leur proposent de fonder une
society. S'ils reunissent suffisamment d'adhdrents, ils procedent stance tenante & l'l4ec-
tion des autorit4s, On nomme tout d'abord le president du Conseil qui est en ge4nral la per-
sonne qui a eu l'idde de fonder la society, Il est 4lu par acclamations, sur la proposition
de ses amis. Le presidentt du Conseil",ou un notable, recommande alors aux membres de la so-
ciet6 une s4rie de candidates aux autres dignit6s. Il les d4signe chaque fois A l'assistance:
"Eske nou k6tO ?" (Etes-vous contents ?). Celle-ci, si elle est d'accord, rdpond par des
"Vive.. ", od ".ui". Si le candidate ne lui plait pas la foule garde le silence. On met aux
voix toute la game de la hi4rarchie depuis le president jusqu'aux plus humbles dignitaires.

Que ces elections aux voix ne soient pas toujours conduites selon des principles
rigoureusement democratiques, on peut s'en douter. Un president a poigne peut imposer ses
candidates comme le fit celui de Morne Rouge.

Lors de la formation de la society La Fle Komds (la fleur commence) A laquelle
nous avons assist, le choix des autorites se fit a Irmiable sous la direction d'un vieux
paysan qui avait longuement milit6 dans les socidt6s comme gouverneur en chef. Le laplace
se trouva nomme d'office quand l'organisateur de la socidtd lui demand d'installer les
"majors de la batterie" les joueurs de vaxin formant 1'orchestre de la society. Celui-ci
leur adressa un discours et les designa chacun par son grade. (Le major qui joue la grosse
vaxin appel4e mamn est le chef des musicians). Le vieillard qui presidait l'assembl4e et
lui apportait le concours de son experience, choisit ensuite deux "general lapolice" qui suc-
cessivement d4clinbrent l'offre, l'un parce qu'il ne se sentait pas assez 4nergique pour en
imposer aux delinquants et 1'autre au contraire parce qu'il se savait enclin A manier le
kokomakak (gourdin) avec trop d'energie. Le premier consentit cependant & devenir generall
laplace". On nomma de la meme fagon le "1rigeur", le ministrye la guerre", et enfin la
"reine-drapeau" qui ne dissimula pas son desir d'etre une gro chef. Une autre femme don't
on avait voulu faire une "reine dirigeuse" refusa avec depit et ne s'apaisa que lorsqu'elle
fut promue au rang de "reine laplace". On demand ensuite au vieillard de se choisir un ti-
tre. Il se proclama alors presidentt bayonnette" et prit soin de rappeler A tous que sa di-
gnitd lui permettait de ne pas travailler et de ne pas accompagner la SociiUt; A la diffe-
rence du "Gouverneur en chef" qui doit faire preuve d'activit4 et qui ne peut se soustraire
A sa tache.

Plusieurs des nouveaux fonctionnaires demandbrent qu'on leur d6finit les "services"
qui leur incombaient. Le president se content d'explications g4neralement trbs vagues. Cha-
que fois qu'un titre 4tait conf46r & un nouveau dignitaire, l'orchestre se faisant interprb-
te des sentiments du menu people, r6pondait par un "roulement", c'est-a-dire par un air joue
sur un rythme vif qui se terminait par un son prolong.

Quand les electionsns" furent finies, le "gouverneur-la-place" donna le signal
d'une danse qu'il conduisit lui-mgme. Avant de se disperser, les membres de la soci46t ac-
clambrent A tour de r6le chacun des dignitaires avec des "vive" ponctuds par des "roulements"
de vaxin.

FONCTIWYS DES DIGVITAIRES
Les titres sonores qu'affectionnent les membres des socidtes de travail ne corres-
pondent pas toujours A des functions precises et sont loin d'etre interprets de fagon iden-
tique dans toutes les soci4tes. Sur ce point, nos informations ont et4 des plus contradic-
toires. La meilleure manibre de d4finir les attributions de ces dignitaires est d'indiquer
chaque fois que cela nous sera possible le role qu'on leur assigned au course des activities
habituelles d'une soci4et.

Le president. Sa position est surtout honorifique. En toutes circonstances, mais
principalement au course des fetes, il est entour6 de marques de respect. Il est dispense de
participer aux corvees mais on attend de lui qu'il fasse une breve apparition lorsqu'une So-
ci4te est a pied d'oeuvre pour adresser quelques mots d'encouragement aux membres et pour
s'enqu4rir de la march du travail. Sa presence par contre est obligatoire lors des danses;
la maladie elle-mgme ne peut le dispenser de ce devoir.






- 54 -


Ses autres functions ne sont pas nombreuses, ni trbs precises. S'il apprend qu'un
incident ddsagr4able s'est product au sein de la society, il va trouver le president du Con-
seil et le charge de convoquer la socidet le dimanche suivant. En presence du "menu people"
il demand des explications au president du Conseil qui lui-mnme s'en rdefre aux gouverneurs
et aux la-place. Toutes les autoritds, au vu et au su des autres membres, discutent des
sanctions a prendre centre le ou les coupables.

Dans certaines socidtes, c'est au president qu'incombe la charge d'entretenir les
instruments de musique, notamment les tambours, et d'aLe:eter le drapeau autour duquel le grou-
pe s'e rallie.

Le president est tenu, nous l'avons dit, de faire les frais d'une ou de plusieurs
danses. En compensation, il a droit a une ou plusieurs journ4es de-travail qui lui sont ac-
corddes gratuitement. Un de nos informateurs qui fut pendant longtemps le president d'une
society, aimait a 6voquer les bals qu'il donnait tous les samedi et qui suscitaient un tel
enthousiasme que chaque semaine la soci4te au grand complete venait travailler chez lui avec
un zble et une ardeur proportionn4s A sa g4ndrosit4.

Le Conseil. Le president est assisted par un "Conseil", don't le president conseil
ou k6sit est la figure saillante et peut-8tre le personnage le plus influent dans les affai-
res des socidtgs, Les autres membres du Conseil sont le "gouverneur du people", le "gouver-
neur-la-place", et le "dirigeur".

Le president du Conseil est toujours inform dans le moindre detail de tout ce qui
se passe dans la Societd. C'est lui qui .est le mentor et qui convoque l'assembl4e lorsqu'il
est n4cessaire de rdtablir lordre ou lorsqu'une decision important doit etre prise.
0
Lors de la formation de la socidte La Fl6 Komas, un membre qui avait 4t6 invite a
choisir son propre titre, demand a& tre depute, function qui ne nous avait pas At4 signaled
jusqu'alors, Elle 4tait sans doute nouvelle, car le titulaire s'employa aussit6t A la d4fi-
nir. 11 s'en faisait une trbs haute idee. Le d4put4 expliqua-t-il est un gra tet qui
est en situation d'enseigner & chacun son "service". Il accompagne le president et a droit
aux awcchans qui saluent l'arrivee de tout haut dignitaire. Il ajouta meme que s'il devait
aller et venir dix fois de suite, l'orchestre ne pouvait se dispenser de le saluer chaque
fois. Il terminal sa harangue 'ei exprimant le voeu que la soci4te ne lui refuserait pas une
corvee A titre gracieux.

"Gouverneur people", "dirigeur la-place", etc. Le gouverneur en chef est en quel-
que sorte.le chef d'6quipe. Il fixe les objectifs que la corvee doit atteindre pendant le
travail et se reserve certaines activities, comme par example de tailler les fourres a coups
de machette ou de rectifier une tache mal faite. Il a pour assistant et pour supplant le
gouverneur la-place qui aligne ses "soldats" face A la portion du champ (kouch) a laquelle
ils doivent s'attaquer et qui se met lui-mgme en serre-file, A droite pour les diriger. Le
Gouverneur jouit du privilege de pouvoir quitter le travail quand bon lui semble.

Lorsqu'une "kouch" a 4td defrichee ou sarclde, la corvee se repose et le gouver-
neur fait distribuer lu clairin ou une collation. Le gouverneur la-place donne le signal du
ralliement pour commencer le travail sur une autre kouch.

Parmi les dignitaires portant le titre de la-place, on distingue, outre le gouver-
neur la-place, le gednral la-place et l'adjoint la-place.

Autrefois quiconque avait besoin de la Societ4 par example pour cueillir son
caf4 s'adressait au gouverneur people et lui faisait parvenir une bouteille de clairin avec
un dpi de ma'is, enveloppes.d'une serviette blanche. Le Gouverneur ou le Pr4sident informait
le Conseil de la requete qui lui avait 4et adress4e et ce dernier en faisait part a l'assem-
bl4e de la Societd A sa prochaine reunion. Le President du Conseil annonpait alors le jour
auquel les membres devaient se rendre chez le propri6taire qui demandait la corvee. A la
date fixde, la Soci4et arrivait de trbs bonne heure et etait regue par l'h8te qui offrait
du cafe.






- 55 -


De nos jours ces formalities ont disparu. Toutefois c'est toujours au gouverneur
qu'il faut s'adresser pour acheter une journde d'un membre de la Societe. Lorsque le b4n4-
ficiaire de la corvke paye comptant a la fin du travail il remet l'argent au gouverneur la-
place qui le passe au gouverneur qui, lui, le donne au membre qui a vendu son tour.

Parmi les actes symboliques que 1'on observe encore, on nous a mentioned le geste
du b4ndficiaire de la corv4e qui pr4sente au gouverneur une cruche d'eau et un tison pour
signifier qu'il se propose de donner A manger et A boire a la Societe. Le Gouverneur lui
donne en change une baguette encochee ou des cerises de caf4 pour lui indiquer l)effectif
exact de son 4quipe.

Chaque society a en outre son general-dicouvert ou zolie qui est son 4claireur et
son espion. Il reconnait le terrain que la Societ6 doit travailler. Il en examine le re-
lief, il note tous les taillis 4pineux, les troncs d'arbres pourris et les ordures qui ris-
quent de g8ner ses camarades. Il bat aussi les alentours du champ a la recherche d'"enne-
mis" hypoth4tiques, A savoir d'une soci4td rivale pr@te a engager des hostilit4s. Les explo-
rations du generall d4couvert" s'6tendent aux cuisines. Il rode autour des marmites don't
il soulbve discretement le couvercle pour examiner leur contenu. Il se rend ensuite aupres
du "gouverneur-peuple" pour lui faire rapport de ses observations.

Lorsque les aliments sont a point, le "dirigeur" va les goater pour se faire une
id4e plus precise sur leur quality et surtout sur leur quantity. S'il juge la nourriture
insuffisante ou mauvaise il s'en plaint au "gouverneur" qui tient conseil pour d4cider s'il
faut accepter ou refuser le repas offert. Si les dignitaires prennent ce dernier parti,
1'humiliation infligde au maitre de la corvee est particulibrement cruelle. Aussi ne s'y
r4sout-on pas A la 14gbre. Dans l'examenLde son cas, on tient compete de ses moyens et I'on
cherche A 4tablir s'il a fait preuve d'avarice ou non. Si le doute persist, on s'en refbre
au "President du Conseil" don't 1'avis prevaut.

Si le repas est jug4 acceptable, les musicians battent le rassemblement et gouver-
neur et dirigeurs s'occupent de la repartition des aliments. Ceux-ci sont servis par les
differents "la-place" qui en outre sont responsables des couverts et doivent en rendre comp-
te au maitre de maison. Le Gouverneur a toujours soin de mettre de co6t la part de l1hSte.
Lui-m8me se sert en dernier, mais s'il s'est ndglig4 au profit de ses camarades, le maitre
de maison s'empresse de lui envoyer une portion g4ndreuse qb'il pr4lhve sur les aliments
qui lui sont reserves.

Jadis, A la fin d'une corv4e qui se terminait A la satisfaction g4ndrale, le "gou-
verneur la-place", qui 4tait venu avec la bouteille de clairin envoyde par le propri4taire,
en servait un verre a celui-ci pour marquer son contentement. Le maitre du champ en rece--
vant cette marque d'honneur esquissait un pas de danse et festoyait avec les membres de la
Societe,

L'ordre de cesser le travail est donned par le "gouverneur la-place" qui fait bat-
tre le rassemblement par lorchestre.

Dignit6s f6minines. Quelques grades de Soci4te sont attributes a des femmes qui
toutes sont affublees du titre de "reine" suivi d'une 4pithbte: "bayonnette", "drapeaux",
"corbeille", "dirigeuse", etc. Leurs functions 4chappent encore plus que celles des homes
a une definition precise. Les "reines" sont le plus souvent en evidence a occasion des
f@tes ou des danses, mais elles sont aussi fort actives lors des grades corv4es organisees
pour la cueillette du caf4. La "reine" principal ou "reine-bayonnette" est le pendant f4-
minin du president. Elle doit, comme lui, offrir une ou plusieurs danses en change des--
quelles la SociAte lui accord des journdes de travail. La reine fait parfois don & la So-
cidt4 d'un drapeau brod4.

La "reine-drapeau" porte une bannibre chaque fois que la Societd d4file en forma-
tion militaire A la fin d'une journde de travail ou avant une danse. On la voit encore flan-
qude du "guide-drapeau" arm4 d'un baton, escorter cer4monieusement tout h8te de marque ou






56-


grand dignitaire de la Socit4 lorsqu'on le conduit saluer les tambours qui battent "aux
champs"o Cette reine, tout comme sa compagne la "reine-dirigeuse" aide le gouverneur et
ses associds A partager la nourriture et A la distribuer a 1'issue d'une grande corvee ou
pendant une fete.

La "reine-drapeau" est moralement tenue de faire les frais d'une danse ou si elle
n'en a pas les moyens, de fournir a titre de contribution, quelques litres de clhirin ou
des victuailles. La Soci4te la recompense de sa g4ndrosit4 en lui accordant une journey
de travail.

La "reine-corbeille" est appel4e ainsi parce que c'est elle qui passe le panier
dans lequel les membres de la Soci6td d4posent leurs contributions pour organiser une dan-
se ou pour acheter de nouvelles membranes pour les tambours. Cette "reine" est en outre
responsible de la some recueillie et partant, la tr4soribre de association.

La soci4td La Fi Komds a une reine k6sit (consul) *qui tout come son collbgue
masculin a le droit d'accorder asile A un membre coupable d'une infraction a la discipline
et aussi d'interc4der pour obtenir un adoucissement de sa peine.

Grades inferieurs. La kyrielle des autres dignitaires n'ont pas de functions par-
ticulibres, sauf peut-etre le "secr4taire" qui dans quelques socidtes tient A jour la listed
des membres. Parmi les titres de fantaisie signalons le "g4ndral-silence" ou Jal-silds qui
fait taire la Soci4dt lorsque les bavardages deviennent intempestifs, les diff4rents minis-
tres don't celui "de la guerre" et des "finances'' les "arrondissements" et les "adjoints-
arrondissements", etc.

Il est visible que les paysans ont afbpt4 tous les titres ou tous les terms ad-
ministratifs un peu ronflants qui frappaient leur imagination. Quand il leur faut expli-
quer les devoirs des porteurs de ces titres, ils en donnent des interpretations qui sont
de vrais calembours. Ainsi par example, le Pr4sident d'une Soci6t4 nous assura que le "mi-
nistre des finances" est celui qui "finit toutes choses". L'"arrondissement" serait un di-
gnitaire qui "tourne en rond" autour de la Societ4 pour v4rifier si le travail est fait avec
soin etc. Ce serait fausser lfesprit des societ4s que de vouloir prendre au serieux la plu-
part de ces functions. Comme nous le fit remarquer un paysan fort au courant des affaires
des soci4t4s. dans une corv4e "tout le monde travaille ensemble et chacun fait la meme cho-
se. beche ou sarcle". Les seuls membres de la hi4rarchie qui aient une tache bien d4finie
sont le "gouverneur-peuple" et le "dirigeur" qui veillent au bon ordre et qui font le par-
tage et la distribution de. la nourriture offerte par le b4neficiaire de la corv4e.

LA DISCIPLINE
L'ordre et la discipline au sein des Socite4s sont maintenus en accord avec des
rbgles et des sanctions precises. Le plus grave manquement don't un membre puisse se rendre
coupable est de s'abstenir de participer A une corvee ou a une ronde sans motif valuable.
Aprbs le travail, la Soci4td au complete se rend chez lui pour op4rer une "saisie". Un par-
lementaire brandissant son drapeau blanc fait le tour de la maison pour lui annoncer l'arri-
vee imminent de la Soci4te. On plante le drapeau de la Soci4et devant sa porte et le '"gou-
verneur la-place" 'pdntre chez lui pour lui demander raison de son absence et pour le pr4-
* venir des sanctions qui vont Stre prices centre lui. Le coupable peut voir sa peine miti-
gee en se montrant repentant et humble et en traitant 1'6missaire de la Socidt4 avec cour-,
toisie. "Si se'znmi pa puni moun-la". (Si c'est un ami, il ne faut pas le punir). La So-
ciet4 se contetera d'exiger du clairin et quelque nourriture, just de quoi faire une peti-
te danse sous une tonnelle que 1'on monte dans la cour, Mais si lefautif fait le gross
gargon" et refuse de s'excuser, les "la-place" executent la saisie et front abattre une de
ses b8tes et couper quelques regimes de bananes pour festoyer a ses depens. Ajoutons, il
est vrai, que comme fiche de consolation, la society offre une journey de travail A sa vic--
time le lendemain m8me ou a la date qui lui conviendra.

Un d4linquant a la resource d'aller se rdfugier chez le President du Conseil ou
k6sit tout comme un politician vaincu qui cherche abri dans un consulate stranger. Il s'efforce






- 57 -


d'interesser le kosit & son cas dans 1'espoir que celui-ci intercedera auprbs de la Soci4te
pour qu'elle ne s4visse pas, Le coupable peut aussi obtenir grace s'il paye au maltre de
la corv4e le prix de sa journdeo

Un membre qui, au course d'une corvee, compromet la discipline du travail et cher-
che noise a un camarade, est rappel4 & l'ordre par le ministryre de la guerre". S'il fait
fi de la r4primande, il est apprehend: par la "police". En cas d'incident grave provoqud
par un individu jug4 dangereux, on alerte le Conseil qui en presence des autres ministres
("ministresde la guerre, de la justice, des finances") decide s'il convient ou non de l'ex-
pulser. S'il y a eu violence ou d4lit proprement dit, le coupable est d4efrd au Chef de
Section qui le conduit en ville.

Le rbglement de la Socidt4 veut que nul ne soit expuls4 avant que 1'on se soit
acquitt4 envers lui de la journ4e de travail & laquelle il a droit.

Les retardataires sont mis au piquet par le "chef piquet" (Chdf Piket), c'est-a.--
dire qu'ils sont forces de se tenir devout sur un pied et d'appuyer l'autre sur la pointe -
d'une tige acdr4e fich4e en terre, II ne sont autoris4s a abandonner cette position incom-
mode que lorsque leurs camarades ont obtenu leur grace auprbs du "gouverneur-peuple".
*
Les membres de la Socidt4 Congo de Cap Rouge rendent leur president responsible
de toute avanie subie, Lorsqu'ils ont fait mauvaise chere chez un propri4taire qui avait
demand leur concours, ils se dedommagent en allant "bivouaquer" chez le Prksident. Ce
term, qui est un souvenir des guerres civiles, eskl'4quivalent de la "saisie" et laisse
entendre que le malheureux president est tant soit peu pille,

RAPPORTS EVTRE SOCIETIES RIVALS
Une Socitd 4etant assimilde A une petite arm4e devait forc4ment avoir des iamne-
mis. Ceux-ci 6taient reprdsent4s par les soci4t4s rivals que l'on jalousait et avec qui
on en venait aux mains si 1'on se rencontrait sur un chemin ou dans un champ A l'approche
d'une autre socidt4 avec laquelle on n'avait pas maille A partir, on d4tachait un parlemen-
taire muni d'un drapeau blanc qui allait faire des virevoltes devant l'autre group pour
1'assurer de ses intentions pacifiques. Au retour des parlementaires, si rien ne semblait
devoir trouble la paix, chaque socidte dkl4guait son "g4n6ral d7armie"l pour aller saluer
l'autre societA et l:assurer de ses bons sentiments. Ces 4'hanges de courtoisie n'empechaient
pas la "guerre" d'4clater si une societ& soupgonnait Vautre de prendre des airs arrogants
et de vouloir 1'humilier. Les ministriess de la guerre" avaient 4galement pour devoir de
veiller au maintien de la paix. Leur role de pacificateurs s'ltendait d'ailleurs a la dis-
cipline interne de la Soci4te. Il semble qu'ils aient eu le pouvoir th4orique de mobili-
ser la Societ4, ou pour nous exprimer, comme 1'un de nos informateurs, de"la mettre debout",
de dire "armez forces". Ils auraient aussi la faculty de la dissoudre en cas de d4sordreso

UNE SOCIETY Al TRAVAIL
Les informations g4enrales que nous avons donndes sur les Societ4s sont bases sur
le t,'moignage d"informateurs, pour la plupart haut dignitaires de soci4t6s, mais notre ta-
bleau a besoin d'etre compl4t4 par la description dune socidte au trgvailo Les menus dS.
tails qui font la trame de ce r4cit ont 4tU observes par nous au course d'une ronde que la
society "fleur commence" ex4cuta pour un paysan don't le fils 4tait un de ses membres les
plus actifs.

Les joueurs de vaxin sont les premiers A se rendre sur le jardin que la Socidt4
doit sarcler. Dbs laube ils font entendre leurs instruments pour rappeler aux membres
leurs obligations. Ceux-ci arrivent sans htte, quelques.-uns fort tard, et ne se mettent a
la tSche que lorsqu'ils sont plus ou moins au complete

Les travailleurs se groupent derribre 1'orchestre qui tant8t pidtine sur place,
tantot advance A petits pas. Chacun cherche a adapter ses movements au rythme des chants
envoysd" par une sorte de maitre de choeur qui bat la measure avec un caillou sur la lame
de sa serpette, Les musicians l'accompagnent en frappant avec de longues baguettes leurs






...58 -


trompettes en bambou et ne se mettent A souffler dans leurs tubes que lorsque 1'dquipe a
bien saisi 1'air et les paroles du chant.

Le travail se fait sans beaucoup de cohesion, comme par A-coups. Les uns s'arre-
tent pour bavarder, d'autres pour esquisser un pas de danse. Parfois un travailleur se sent
en veine d'improvisation et compose un chant sur quelque incident trivial qui vient de sur-
venir, come lorsqu'apercevant mon appareil photographique, l'un d'eux fit la chacon suivante;

Yo vini. tire potre nous (Ils sont venus nous photographerr.

Vers le milieu de la matinee le maitre du champ fait savoir au gouverneur qu'il va offrir
quelques fruits comme collation. Le gouverneur s'avance alors vers 1'orchestre, enlbve son
chapeau et salue avec un grand geste du bras. A ce signal les musicians interrompent l'air
qu'ils jouent pour faire entendre des sons sourds qu'ils prolongent et arr8tent au gr4 du
gouverneur qui les dirige. Ces mugissements signifient que la socitd4 doit cesser le travail
et se rassembler pour recevoir une communication. Le Gouverneur announce une distribution de
mangues et une pause pour les manger. Chacun va s'asseoir A l'ombre. Comme la collation
risque de durer, le maitre du champ s'inquibte et va becher tout seul dans l'espoir que son
example sera suivi. Le ministrye de la guerre" se lve et rappelle ses gens au devoir
"Vous n'aurez done jamais fini de manger. Votre tSche nest pas achev4e. #e vous endormez
pas pendant cette collation". I1 ordonne aux musicians de "rouler, rouler un leave' mach",
morceau de musique entrainant qui se joue sur un rythme saccade.

Le gouverneur done de nouvelles directives sur le travail A faire et dispose les
travailleurs face A la "couche" qu'ils doivent sarcler. Quelques-uns protestent et sugg--
rent une plus grande concentration de la soci4t4 sur un terrain plus 4troit. Le gouverneur,
menace dans son autorit6, refuse d'4couter les critiques qui lui sont adressees.

La Soci4t4 se remet A l'ouvrage avec quelque semblant d'ardeur, mais ce zble ne
dure pas longtemps. L'orchestre de nouveau "bat le rassemblement". Cette fois-ci tout le
monde.est convoque pour discuter des affaires de la Societ4. On s'enquiert des absents et
on juge s4vbrement ceux qui ne ze sont pas fait excuser. On menace alors d'aller operer une
"saisie" chezil'un d'eux qui & plusieurs reprises d6jA n'a pas r4pondu a lappel'de la So-
cieto.

Le gouverneur profile de l'occasion pour rappeler leurs devoirs aux membres de la
soci4t6. Il insisted particulibrement sur 1'exactitude don't ils doivent faire preuve et il
les prie de ne pas employer de gros mots ou des jurons pendant le travail. L'orchestre ap-
prouve chaque fois en ponctuant toutes les declarations de leur chef par des sons bas et
prolongs.

On se remet au travail. Mais cette fois-ci l'arrivie de la "reine" devient prd--
texte A un nouvel interlude. On l'escorte en tenant au-dessus de sa tgte une serpette et
lrorchestre 4x4cute un "aux champs" en son honneur. On s'apergoit alors que la "reine" est
en retard. On parle de la mettre au piquet et une baguette acer6e est fich4e en terre comme
symbol de la punition qui l'attend. Lorsqu'enfin elle arrive, on lui fait quelques repro--
ches, mais on lui pardonne.

Puis, c'est au tour du president de faire son apparition sur le champ. Deux digni-
taires se placent derribre lui et croisent leurs serpettes a la fagon de sabres. Ils l'es-
cortent ainsi vers 1'orchestre qui joue un second "aux champs" et souffle dans les trompet-
tes pour repondre aux coups de chapeau du president. Celui-ci sans rien perdre de sa gra-
vit4 s'amuse A lancer d'un ton sec une s6rie de commandments militaires: "Colonne, halte",
"Portez armes", )."Armes sur l'epaule droite", '"Pr6sentez-vous sur vos armes", "Vive la So-
cit4 La Fleur Commence". Personne naturellement ne brohche.

Apres cette manifestation d'autorit4, le president s'6loigne et le ministrye de
la guerre" vient se mettre A la tete des musicians qu'il conduit vers une nouvelle section
du champ oh toute la soci4te va le rejoindre.






-'59 -


En fin de matinee, le "gouverneur la-place" fait signe A l1orchestre de "sonner le ras-
semblement". Le president cUie : "Division..." Tous les membres de la soci4t4 lbvent les
bras et lui rdpondent par un long "Ha". Toujours sur les ordres du president, les hommes
se mettent en rang et suivent les musicians qui sont guides par le la-place qui tient sa
serpette contre son coeur. Lorsque toute la Societ4 est A nouveau groupde, elle acclame le
president qui demand aux presents s'ils ont quelque plainte a formuler. Si tous sont sa-
tisfaits, il ordonne aux vaxin de "rouler, rouler toujours". C'est alors au tour du pro-
prietaire du champ de venir remercier la Soci6te de lui avoir apport4 son concours.

Les musicians marquent leur approbation et le remercient en soufflant dans leurs
vaxin.

Le president reprend la serie de ses commandments martiaux. L'orchestre execute
un air rapid, une marchh" et toute la Socidte en formation militaire se dirige vers le
lieu oh le repas ou la collation va etre servi.

La "reine" et la femme de l'h8te distribuent la nourriture et la boisson. Quand
tous ont fini de manger, le la-place fait executer quelques airs par 1'orchestre qu'il con-
duit avec sa serpette en guise de baton. Il va chercher le president qu'il escorted en croi-
sant deux serptttes au-dessus de sa t8te. Le president salue cer6monieusement l'orchestre
et par trois fois demand: "Que voulez-vous ?". Le "gouverneur la-place" lui announce alors
que le travail de la journee est fini et que la society va se retire. Le president approu-
ve et en profit pour entamer un long discours. Avant de se disperser les membres de la so-
ciet4 srentendent sur les corvees ou les rondes des jours suivants.

LA RONDE
On appelle "ronde" (r6n) un systbme d'entraiddc agricole par lequel un group de
paysans s'associe pour aller travailler A tour de role chez chacun d'entre eux. Come les
membres d'une ronde ne se consacrent mutuellement qu'une matinee ou qu'une aprbs-midi, le
mot "ronde" semploie aussi pour designer tout travail qui ne dure qu'une parties de la jour-
nee.

Les associations bases sur le principle de lamrnde ne consistent parfois qu'en un
tres petit group de voisins qui s'entendent pour unir leurs efforts A certain moments de
la saison. II existe cependant des associations plus .stable's qui comportent trbs souvent
de 15 A 20 personnel organisees en 6quipe d'entrAided mutuelle. Les "rondes" de quelque im-
portance sont formees surtout par des paysans jeunes ou pauvres qui n'ont pas les moyens de
se procurer de la main-d'oeuvre d'une autre fagon. Les paysans aises, imbus de leur pres-
tige, ne font pas parties de ces 6quipes tout d'abord a cause de la perte de temps que re-
pr4sente l'obligation d'aller travailler successivement chez chaque associ4 et ensuite par
souci de leur dignity, car au course des travaux ex4cutes par une ronde rbgne une familiari-
te et un ton qu'un homme respectable ne saurait tol4rer.

Souvent un group d'associes execute deux "rondes" par jour si la besogne press.
On dit qu'il y a redoub redouble4) chaque fois qu'un membre b4enficie du concours de son
6quipe avant son tour. Les operations agricoles qui se font de preference sous forme de
rondes sont le d4frichement, les semailles et surtout le sarclage. Les cooperatives orga-
nisdes par 1'UNESCO se proposbrent d'effectuer diverse ameliorations chez chacun de leurs
membres en employant le systhme de la ronde.

VAJOtU (avant-jour).
Le vdjou est plus spdcifiquement le travail collectif qui commence a 1'aube pour
se terminer au milieu de la matinee quel que soit le type de cooperation envisage. Un vajou
peut done 8tre une corv4e pour de la nourriture, une corvee achetee ou une ronde proprement
dite.


En certaines regions d'Haiti, la corvde d'aprss-midi s'appelle dine-mdchet.






- 60 -


LE TRAVA I L SALARY I E

Les paysans de la classes moyenne repondent volontiers a la convocation d'un voisin
qui a besoin d'une corvee ou d'une ronde, mais ils ne se rdsignent A travailler comme journa--
liers que presses par la plus extreme ndcessite.

Il existe cependant a Marbial une categorie de paysans qui sont toujours heureux
d accepter des djob ou de fournir une journ4e de travail pour un modeste.salaire (0,60 A
0,75 gourdes)o Ce sont pour la plupart des paysans pauvres qui ont dissip4 leurs biens ou
ont h4ritd d'une portion de terre insuffisante pour en tirer leur subsistence. Ils vivent
une parties de l'ann4e en domesticity chez un cultivateur ais6 ou prennent des terres en md-
tayage ou en pbtek. Parmi les journaliers on trouve aussi des jeunes gens qui appartiennent
A'des families plus ou moins aisles, mais qui cherchent a se rendre ind4pendants en ",amas--
sant un petit p4cule. Enfin, il est aussi quelques individus qui, sans y 8tre poussss par
le besoin, se louent n4anmoins come journaliers pour gagner quelques gourdes suppl4mentaires
et amiliorer ainsi leur condition.

Jusqu'a une epoque r4cente les paysans qui faisaient cultiver leurs jardins par
des journaliers 4taient soit de gros propri4taires soit des artisans qui consacraient une
parties de leurs revenues a payer des ouvriers agricoles qui les d4gageaient d'une parties des
travaux de la glebe. Ils 4taient imites par quelques individus qui, frottes d'un peu d'ins-
struction ou en voie d'ascension social, tenaient & afficher leur superiorit4 en affectant
quelque dedain pour le labeur .manuel.

Les propriftaires moyens donnaient de temps a autre des petits djob desherbage ou
ensemencement d'un jardin. Aujourd'hui 1'emplotde la main-d'oeuvre salari4e s'est beaucoup
d4velopp4.;. Tout d'abord le nombre des paysans qui gagnent ainsi leur vie s'est considera-
blement accru et d'autre part le system des corvkes est devenu trop cher pour beaucoup de
paysans par suite de la raret. de la nourriture. Des travaux qui jadis 4taient traditionnel-
lement ex4cutss par des corv6es sont aujourd'hui confines a des journaliers. Ce sont ces m8-
mes ouvriers agricoles qui forment les effectifs de la plupart des societ4s de travail.

La plupart des journaliers travaillent le matin dans leurs jardins et laprbs-midi
chez autrui.

De l'avis de beaucoup de paysans propri6taires, 1'emploi des journaliers nevserait
pas toujours satisfaisant. Ceux-,ci ne montreraient pas beaucoup d'ardeur au travail et
auraient besoin d'etre constamment surveill4s et stimulus. Bon nombre de cultivateurs cher-
chent A s'eviter ce souci en donnant des "djob en payant". On entend par cette expression
le travail a la tache. La formula en est simple. un propri4taire confie a un ouvrier le
soin de d4fricher ou de sarcler un terrain d'une certain 4tendue et convient d'un prix for .
faitaire. Le montant varie, mais est ge4nralement tres bas. Le tarif pour d4fricher un
quart de carreau qui est la surface prevue pour ce genre de contract, est environ de 5 & 6
gourdes. Nous connaissons le cas de 4 ouvriers qui ont 4tabli tout un systbme d'irrigation
sur le tiers d'un hectare pour la modique some de 12 gourdes. Cette tache leur demand 5
journees de travail de 6 heures.

L accord entire proprietaire et ouvriers agricoles ne comporte aucune limitation de
temps. Un paysan ruiiaprend un djob se fait parfois aider par des camarades surtout s'il est
membre d'une association de travail. Le m4tier de journalier compete aussi des femmes trbs
pauvres qui sont heureuses d'entreprendre le desherbage d'un jardin ou tout autre travail,
A exception du dfrichement d'un champ.

Tout compete fait, le travail salaried revient A meilleur march que la corv4e. S'il
ne s'est pas encore g4n4ralis4d c"est d'une part parce que, de date recent, il ne s'est pas
encore enracin4 dans les moeurs paysannes et de lVautre, parce que le nombre des ouvriers
disponibles ne suffirait pas a fournir la main d'oeuvre n4cessaire a tous ceux qui en auraient
besoin. N'oublions pas que la plupart des travaux agricoles doivent se faire rapidement et
qu'd l'exception d'un petit group de paysans pauvres, presque tous les habitants de la region









ont des terres A eux qu'il leur faut cultiver, Enfin, come nous avons d46j eu occasionn
de le dire, tout paysan prdfere en finir ..'une bonne fois avec ses d4frichements, semailles
ou sarclage, pour 4chapper A tout al4a. Etant donne- la brievet4 des saisons pluvieuses et
leur irregularity, il n'a done pas interet A d4pendre uniquement des ouvriers agricoles.

Pendant la morte-saison, les journaliers gagnent leur vie en montant des'tonnelles, en
abattant et sciant des arbres, en cassant les roches, en un mot en entreprenant tous les tra-
vaux durs pour lesquels les paysans ont besoin d'aide, ou ont peu de gouit.





TABLEAU STATISTIQUE
DU
TRAVAIL FAMILIAL ET DE L ASSOCIATION PAYSANNE (ronde)




nombre heures nombre homes durde Superficie
S rp rati 0n d'hommes pr jour de rondes jours cycle en jr carreaux


Ddfrichement (ronde) 15 4 2 15 17 25/100
Defr. (Travail familial) 2 6 15 10 25/100
Semailles (1) (ronde) 12 4 2 .12 13 33/100
Sem. (1) (travail fam.) 3 4 3 2 7/100
Semailles (2) (ronde) 12 4 1 6 6 40/100
Sarclage (ronde) 12 4 2 12 13 20/100
Sar. (travail familial) 2 4 10 10 16/100



(1) Pois et maTs intercalaire.
(2) Millet.



TRAVAIL ACCOMPLI PAR LE SYSTEM DES CORVEES


nombre heures homes dur4e superficie
0 p r a t i o n d'hommes pr jour jout:s cycle en jr carreaux


Ddfrichement 60 8 60 1 1 carr.

Semailles 18 8 18 1 1 carr.

Sarclage 60 8 60-70 1 1 carr.







- 62 -

DIVI S ION DU TRAVAIL

Le tableau suivant done en detail la liste des diff4rentes activities caract4ris-
tiques de l'4conomie paysanne, avec 1'indication du sexe des personnel qui s'y adonnent :


Travaux agr i c o es Hommes Femmes

Sarclage .. . .. x x
Nettoyage et bralis .. . . .
Ouverture des poquets . . . . . x
Semis et couverture .. . . x x
Grattage . . . . x x
Plantation bananes . ... .. x
Plantation arbres et cafdiers . . . x
Plantation patates . . . . ... x x
Plantation manioc . . . . . x x
R4colte c4r4ales . . . . x x
R4colte pois . . . . x
Recolte bananes. . . . x
R4colte patates . . . . x x
RPcolte manioc . x
R6colte pistache . . o x x
R4colte caf4 . . . . x x
Cueillette des fruits. . . .. x x
Mise en lines du mals en 4pis . . x
S4chage, battage des pois, du mais d4cortiqu., 4grenage du mals,
conservation des graines. . . . x



Commerce Hommes Femmes

Quincaillerie, .. ..... x
Vivres alimentaires, lait, teufs x
Vente du b4tail et des peaux brutes et prdpardes . x
Vente du caf4 par petits lots. . .. x x
Vente du cafe par charges . . . x x
Abattage x
D4bit de viande ............ x




Re 1 a t i ons avec a Vi l e Homnes Femmes

Achat mat4riaux de construction . . x x
Transport mat4riaux de construction ....... x
Paiement des fermes ........... x
Emprunts de faible importance . . . .
Emprunts important . ....... x x
Emplettes en ville .. . . x
Transports fardeaux moyens A dos d'homme .... .. x


B 4 tai Hommes Femmes

Gros et menu b4tail . ....... x
Volailles. x
Ponte . . . . . . x
Traite des vaches ......... x











Industries et professions Hommes Femmes

R4colte et preparation liane pour paniers . x
Fabrication paniers en liane. .. .. x
Fabrication paniers en latanier avec ossature de bambous x
Preparation tissus latanier et cocot.ier x x
Confection paniers et autres articles en tresses de latanier et
cocotier ... -. . ., x x
Tailleurs et cordonniers, .., x
Rapage manioc pour amidon, cassave x
Preparation amidon. .- o o o -. x
Preparation cassave ... .. .. . . x x
Preparation planches et poteaux o .- x
Orfbvrerie o o .. . x
MWdecine de rebouteur .. o x x
Preparation peaux autre que Tannage .. ... o .. x x
Tannage .. c o .. x
Fabricationedes cordes.. o .n x
Travaux de construction en g4n4ral .. . x
Preparation fosses pour inhumation .. .. x
Toilette morts homese) ,. -; .. x
Toilette morts (femmes) ...o o x
Transport bire .. .. x
Inhumation .. .. ,.. x
Sarclage cimetieres .. ... x





Travaux m nagers Iommes Femmes


Transport de 1'eau de boisson x
Preparation eau de toilette du matin et du soir .. x
Preparation du feu, x
Preparation du caf x
Entretien general maison et literie o x
Cuisine ,. o c x
Preparation mais "gro tbt" pour consommation, x
Preparation farine de mais .. ... x
Preparation mais moulu. .. x
Couture: pour femmes et vetements d'homme autres que complete o x
Repassage et lessive. o o x
Soins donnis aux enfants, .. .. x




Service re 1 igieux Hommes Femmes


Entretien chapelle. .. .. x
Ornementat ion n. o o oo o x
Preparation des hosties x
Servants de messe . x
Ministres du culte vaudou .. o x x
Neuvaine de pribres pour les defunts. .. x






- 64 -


!MERITES ET INSUFFISANCES DE L'ASRICULTURE PAYSANNE
*

Bien que agriculture paysanne de cette region puisse etre jug4e arridree par rap-
port a nos connaissances modernes en matibre d'agronomie, certain de ses aspects t4moignent
d'observations justes et sont 1'expression d'un empirisme efficace. La culture m4lang4e ou
intercalaire est une rdplique intelligent au morcellement et au manque de terres, Nous avons
d4ja vu que le paysan qui veut refaire son champ aprbs une jachbre, y 4tablit une culture
sur buttes, ce qui l'oblige a remuer le sol plus profondmment, D'ailleurs souvent, il ne
pratique qu'une demi-jachbre et amdliore le sol en y semant pendant un an des pois Congo.

Il reduit syst6matiquement i1dcartement des plants en deuxieme saison, la veg4ta-
tion A cette epoque 4tant moins abondante. Cette disposition permet aux plants de mieux
couvrir le sol, et par consequent r6duit les pertes d2eau par evaporation,

L'6cobuage ou system de brfilis repose dans une certain measure sur un principle
agricole irreprochable. Lorsque le paysan prepare son sol pour les cultures sous irrigation,
il ne brale que les grosses sarclures et les brindilles lignifides, mais il a par centre
soin de laisser la paille fine sur le sol pour qu'elle s'y decompose et l'enrichisse, Mal-
gre toutes les interdictions, il continue a mettre le feu aux herbes et aux racines qui jon-
chent le sol aprbs le d4frichement. Cette pratique, nous l'avons dit, rend au sol un peu de
la potasse don't il est priv,4

Rappelons une fois encore toute llingeniosit4 que le paysan manifesto dans la dis-
position de son system d'irrigation.

Cependant, a c6td de ces proodds qui traduisent une certain finesse et des ob-
servations exactes, que d'erreurset d'insuffisafbes Si le paysan present que ses brulis
am4liorent la terre A certain 4gards, il ignore que l~41imination total des sarclures empg-
che l'enrichissement de son champ en matibre organique. Il d4truit meme cette matibre par--
tout oh il allume de grands brasiers.

Il devrait recueillir son fumier ou constituer des fosses a compost pour l'4pandre
sur les champs. Mais lA, sa bonne volontd se heurterait a cette malediction de l'agricultu-
re paysanne le manque de temps. L'emploi du fumier ou des compost exigerait deux nouvelles
operations. Or, quand la saisgn arrive, le paysan doit se hater d'achever le defrichement,
de fagon & profiter des premieres pluies pour semer. Il doit se presser encore pour "grat-
ter" (sarcler) afin d'arr8ter la competition menagante entire les cultures et les mauvaises
herbes. La selection des semences et des plants est ignore par le cultivateur de Marbial:
pour lui toute bouture et toute graine sont bonnes A& tre plant4es ou semees, quelle qu'en
soit la qualite4

La bribvet4 des saisons, 1'ex4cution A la main de tous les travaux, limitent les
possibilities qui s'offrent a lui. Faute de temps, il r4duit au minimum le nombre de ses
operations agricoles et les simplifie pour les adapter A son outillage et a sa faible r4sis-
tance physique C'est une des raisons pour lesquelles le paysan parait hostile A toute nou-
velle m4thode qui surcharge son horaire saisonnier.

Ceci dit. il ne faudrait pas en conclure que le paysan haltien est refractaire A
un enseignement nouveau, Il apprend vite et s'adapte de meme. Les habitants de la vall4e
de Jacmel ont adopts il y a trente ans la culture de la pomme de terre, et pratiquent tou-
tes les m4thodes qui leur ont 4t4 enseign4es.

Tout r4cemment encore, A Marbial, les paysans ont appris A accumuler les sarclures,
le long de rampes de branchages 4tayees par des piquets. Ces faibles barrages sont insuffi-
sants pour la protection du sol, mais ils ont 1'avantage de lui rendre un peu de matibre or-
ganique don't il est privet. Par centre, 1'humus ne r4cupbre pas aussi rapidement que jadis
les potasses que les cendres lui fournissaient.

A 1'heure actuelle, les paysans sont bien renseign4es sur la nature et les causes
du ph4nomene d'erosion don't ils sont victims. -Cependant ils continent a ignorer les fac-






- 65 -


teurs qui 4puisent le sol. Si un arbre meurt, c'est, disent-il, la faute des vers qui pi-
quent les racines ou de la mousse, Ils n'ont aucune notion des maladies cryptogamiques et
ils expliquent g4ndralement le d4pr4issement des plants par la "terre qui rechauffe les se-
mences". Ils connaissent l'4poque a laquelle les chenilles font leur apparition et n'igno-
rent pas qu'elles se transforment en papillons, Si le "printemps" est en retard, la germi-
nation coincide avec 1'4closion des chenilles et il en r4sulte des d4gats considerables dans
les cultures.

Un paysan nous a dnumB4r dans les terms suivants les hasards de agriculture a
Marbial: "Personne ne rious a jamais rien enseign4- Nous autres, habitants des mornes, nous
luttons contre tout. Nous travaillons parfois sans manger. Nous avons beaucoup de temps
et pas assez de temps. Avant de pouvoir transporter le fumier et retourner nos champs, la
saison serait finie.- Seuls ceux qui ont de l'argent peuvent ex4cuter ces travaux avec des
corv4es ou des journaliers. Beaucoup de nos terres irrigu4es sont des hypothbques prises
sur la rivibre.et il faut lui remettre son bien A l'4ch6ance Les terres non irriguees,el-
les, sont des hypothbques sur la saison pluvieuse qui en fait ce qu'elle veut.

Nous ne pouvons preparer nos terres trop t6t en novembre par crainte d'une crue
tardive de la Gogseline.. Nous ne pouvons pas attendre trop tard non plus car les pois de
janvier sont d'un mauvais rendement. S'il pleut trop t8t en mars, la Gosseline peut mena-
cer nos plantations riveraines avant la r4colte. En-outre, mars est l'4poque des grands d6-
frichements et nous ne pouvons alors nous occuper des terres irriguees.

II est difficile de nourrir nos animaux. Nous devons nous occuper d'eux a l'aube
et tard le soir. Nous ne pouvons travailler au grand soleil. Quand vous voyez les habi-
tants ne rien faire, c'est que vraiment, i}| n'ont rien a faire".

Ces propos traduisent bien la misbre de agriculture paysanne. Les connaissances
que les paysans possbdent leur viennent d'une 4poque oh la terre 4tait abondante et oh 1'on
pouvait faire un "bois neuf" chaque saison, Depuis lors, personnel ne leur a rien appris.

Il a manqu4 aussi au paysan une certain stability foncibre. Peu de'patrimoines
ont dt4 cultiv4s de pere en fils pendant plusieurs generations. S'il en avait At4 autrement,
nul doute que le gaspillage de la terre eft 4t4 moindre et la tradition agricole plus riche.
L'instabilit4 don't souffre l'4conomie paysanne n'a certes pas*favoris4 son progress,





L ELEVAGE

L'4levage pratiqu4 & Marbial est restraint, mais il n'en est pas moins une des
chevilles ouvribres de l'4conomie locale don't il maintient l'4quilibre. C'est la seule ac-
tivite qui vienne dans une certain measure compenser le rendement de plus en plus faible de
la terre. Chaque annde pendant la saison shche, la vente du gros et du petit b4tail sauve
de la faim ou de la ruine de nombreux cultivateurs qui ont pr4maturdmento 4puis4 leurs re-
serves ou qui, faute de moyens, sont incapables de se procurer les semences don't il ont be-
soin.

Le paysan fait fructifier ses gains par des achats et des ventes successifs de
b4tail jusqu au moment oh il retransforme ce capital en argent pour faire face A quelque
d4pense impr4vue, telle que les frais d'enterrement d'un parent ou pour realiser un project
qui lui tient a coeur: acquisition d'une nouvelle terre. construction d'une maison, marriage
d'un fils ou d'une fille. Tout come notre voisin Diram, plus d'un habitant se privera de
manger, et empruntera m@me & des taux usuraires pour avoir de quoi vivre, plut6t que de tou-
cher aux economies qu'il destine a l'achat d'une vache, d'un cochon ou d'une chbvre. Du
jour. o il rambne chez lui 1'animal convoit4, il en prend un soin jaloux. I1 1lengraisse
dans la measure de ses moyens et veille a sa reproduction. La chance aidant, l~1evage re.







-- 66 -


* compense tant de zble et tant d'espoirs. Ainsi, A ma connaissance, un chevreau 4tique, ache-
te 4 gdes., devenu une belle chbvre pleine fut vendue 20 gdes, un an aprbs.

Le b4tail est done pour la paysan 1'lquivalent d'un dep8t en caisse d'4pargne ou,
Ssi l'on veut, d'un placement susceptible d'etre convert rapidement et ais4ment en argent
liquid. La notion d'interet et celle de b4tail sont si 4troitement associates que le paysan
presque toujours emploie le mot letere quand il parole de ses b8tes et de leur croit.

Le rSle que le b4tail joue dans 1'lconomie derive en parties de la mauvaise techni-
que de conservation des products agricoles. Mais et pois se piquent-trbs vite et les makon
de mais sont exposes au vol. En outre, le paysan'a tendance a vendre une parties de sa re-
colte soit pour varier son menu soit pour se procurer de l'argent liquid. Il arrive done
un moment oh, malgre ses precautions, il a epuis4 ses reserves. C'est .alors qu'il se defait
de son tire" pour acheter souvent le m8me produit qu'il vendait quelques mois ou quelques
semaines auparavant.

TCe betail, objet de tant de soucis, est par lui-meme de peu drutilit4 directed. Les
boeufs ne servent ni au labour ni au transport. Les vaches sont mauvaises laitibres (1) et
souvent on ne se donne meme pas la peine de les traire. Le lait de chbvre ne jouit que de
peu de faveur. Ce nest qu'en de rares occasions que 1'on abat une bete de boucherie pour
la consommation familiale, Un paysan ne tue un animal que pour en debiter la viande au mar-
ch4 ou pour la vendre A ses'voisins (2). Meme s'il entame sa basse-cour pour faire un bon
repas, il prdfbre n4anmoins vendre sa volaille, Quant aux oeufs, il en fait commerce, ou
plus souvent encore, il les conserve pour 8tre couvss.

Un trbs grand nombre de families paystpnes de condition modest possbdent un ane
ou m@me un cheval. Les mulets, par contre, sont plus rares et revblent une certain. aisan-
ce chez leuispropri4taires.

Les b8tes de some et les montures, malgre leur prix et les difficulties de leur
entretien, ne sont pas achetees, come le reste du b4tail, pour etre reve'ndues avec intiret,
mais uniquement en raison des trbs reels services qu'ils rendent dans un pays escarp4 oh le
transport est difficile et oh tout le monde est vou4 aux deplacements frequents. Quant aux
chevaux de sell, a leur utility immediate vient s'ajouter 1'le4ment de prestige que leur
possession confbre. Dans tout le territoire don't nous nous occupons, on ne trouve de vdri-
tables 4leveurs de chevaux que dans la plain de Jacmel oh il existe quelques paturages.

Les chbvres sont avant tout des animaux de boucherie. Leur viande est celle qui
se consomme le plus dans la region. Les peaux rapportent 4galement de bons benefices.

Les porcs que 1'on voit errer autour des maisons ont le dos en lame de rasoir, de
longues soies noires et les pattes hautes, cre qui leur pr@te cette apparence de sanglies que
tant de voyageurs ont notee. Quand il est possible de pourvoir a leur alimentation, on les
tient dans des enclos ou on les attache & un poteau ou A un arbre. S'ils sont livrds & eux-
memes, ils recherchent les endroits humides et ombreux pour s'y vautrer pendant que les por-
celets fouillent le sol en quete de vers.

Les jeunes verrats sont chatres avant d'Ptre mis A 1'engrais dans un parc. L'op4-
ration se fait de pr4efrence trois jours avant la pleine lune, afin que 1'astre en croissant
favorite le d4veloppement de 1'animal.

(1) Une vache selon !a season donne par jour de deux h trois litres de lait quS se vendent & 0,15 ou
0,20 gourdes le 1itre,
Ce sont princ'palement les hommee qui se chargent de traire, mais aucun tabou n'empeche les fern-
mes de les remplacer si les circonstances 1'exigent.
On spare laivache de son veau pendant toute la nuit. Au matin, on amene le veau que 1'on fait
teter A chaque pis pendant quelques instants. On I'lcarte en tirant sur son licou et on 1'atta-
che pres de sa mere. Sans cette precaution prealable il serait impossible de traire la vache.
Pour ce fair, on s'accroupit et on tire les pis en Tes pressant entire le pouce et 1'index. De
temps & autre on s'humecte les doigts de lait pour faciliter le movement. Le jet.de lait tombe
dans une marmite en fonte. Apres la traite, le veau est detach6 et libre de teter pendant toute
la rest de la journdeo
(2) Prix du b4ta'il Boeufs, de 175 & 225 gdes. Porcs, de 30 & 150 gdes. Cabri, de 6 h 27 gdes. Poules,
de 1,50 I 2,50 gdes.






1- 67 -


II nest famille si pauvre qui n'eleve au moins une ou deux poules, Celles-ci
pourvoient elles-memes a leur nourriture en allant picorer aux alentours de la maison, Ce
n'est gubre qu'a l'dpoque du millet qu'on leur jette des graines malvenues ou qu'on les lais-
se s'approcher du mortier ou du van, pour dispute aux autres animaux de la basse-cour le son
qui tombe A terre. Au moment des semailles, la volaille doit etre attache, pour l'empecher
d'aller faire des incursions dans les champs fralchement ensemenc4s. Il devient alors mal-
ais4 de la nourrir et beaucoup de paysans cherchent A s'en defaire, m@me a bas prix,

Les poules ne sont 1'objet d'aucun soin particulier. On leur aminage cependant des
nids pour qu'elles puissent cover en paix A l'abri des rats et autres ennemis. Ce sont des
sortes d'entonnoirs en vannerie que l'on place au sommet d'un piquet ou de trongons de ban-
bous don't le bord supdrieur fendu en divers endroits est largement 4vas4. Les poules couveu-
ses dont souvent install4es dans une des chambres de 1'habitation.

Quelques paysans 4dlvent des dindons pour les vendre en ville & la Noel., On ren-
contre parfois dans les basses-cours de la region des canards ou des pintades.

Toute mason, A moins que ses habitants ne soient trbs pauvres, est gardee par un
ou plusieurs chiens, de race douteuse. Ces malheureux animaux, squelettiques a force de mai-
greur, en sont 9vduits souvent A d4vorer les pelures de mangue, du son de millet et autres
d4chets vdgetaux que les humans ne leur disputent pas. A part quelques chiens dresses a
faire la chasse aux "chats marrons" et aux mangoustes la plupart ne rendent d'autre service
que d'aboyer si un stranger s'approche, mais ils s'enfuient au moindre geste agressif, La
frequence des vols leur confbre une utility indeniable et leur donne une valeur commercial
si bien qu'on les offre parfois en vente au march,.

Les rats sont une telle plaie A fa champagne que 1'on s'6tonne d'y trouver aussi peu
de chats. Ceux que nous avons vus avaient tous les oreilles couples, pour les empecher de
devenir marronss". S'ils slenfuient, la pluie qui pinbtre dans leurs oreilles mutildes leur
rend, a ce qu'on dit, le sejour des bois insupportable et ils ne tardent pas a regagner le
logiso

ALIMENTATION DU CHEPTEL
II n'y a pas de piturages proprement dits dans la region de Marbial, L'herbe que
l'on voit pousser sur de petites parcelles dans les jardins e'st le plus souvent destine a
servir de chaume pour la toiture de quelque hutte en voie de construction, Cependant le pro-
pridtaire d'un cheval ou d'une vache laissera sur l'un de ses champs des touffes d'herbe' de
Guinee (Panicum maximum) qu'il fauchera pendant la saison pluvieuse pour en nourrir son b4 -
tail-

Presque tous les propridtaires font paltre leurs b@tes sur les champs laiss4s en
friche oh il leur faut se contenter d'une maigre pature jusqu'au moment de la r4colte.

C'est a ces diff4rentes dpoques, principalement en d4cembre et janvier, lorsque
V'on moissonne le millet, que les animaux nourris avec les chaumes et les feuilles des c4r4a .
les sont le plus gras, En attendant ces braves periodes d'abondance, on leur donne souvent,
en guise de fourrages, les tiges chitives de mais ou le surplus des touffes de millet trop
denses. Les vaches regoivent en outre des feuilles et des troncs de bananier hach4s menus
qui sont census stimuler la lactation,

Vers la fin de la saison sbche quand il ne reste m8me plus de ties de millet ou
d'herbe A brouter sur les friches, on attache les animaux en bordure des champs ou sur les
berges de la rivibre.

Quelques paysans A bout de resources descendent en plaine pour obtenir d'un ami,
A titre de present ou contre argent, des bottes d'herbe ou des feuilles pour leur b4tail af ,
fame,

Changer les betes de place est lun des premiers devoirs qui income aux enfants
et rest le souci quotidien du campagnard. Le paysan qui a une vache ou un cheval a& 'attache.,






- 68 -


se montre nerveux et preoccupd sit6t qu'il craint de ne pouvoir arriver a temps pour 1'abreu-
ver ou le mener brouter en un autre parade.

La question de l'eau devient un problem serieux pendant la saison shche pour tous
les propridtaires de betail qui vivent loin de la Gosseline. Quelques-uns d'entre-eux sont
obliges de faire parcourir chaque jour de longues distances a leurs b8tes pour les conduire
& la rivibre ou a un point d'eau.

Les chbvres, sobres de nature, trouvent a s'alimenter mgme sur les terrains les
plus arides. Qu'un sol ne produise plus rien, on dira de lui qu'il est "bon pour les chb-
vres". Ces animaux sent friends des feuilles de manguiers et d'avocatiers qu'on leur donne
parfois comme fourrage. La nuit par crainte des voleurs qui s'emparent de preference des
chvres, on attache celles-ci dans le voisinage des habitations.

L'Wlevage des porcs ne se fait pas sans frais. Leur nourriture consiste non seu-
lement en ordures mdnagbres et en herbage, mais aussi en graines de palmistes, e- mangues.
avocats, bananes bouillies et mats. L'appauvrissement du paysan lui permet de moins en moins
de se livrer A l'dlevage syst4matique des pores. Pendant la disette de 1948, ces animaux
devenus fameliques cherchaient eux-memes leur pature.
*
Quelques paysans confident leurs pores a des "swagne" (soigneurs), qu'ils payment
10 gdes. par mois. Ceux-ci sont census leur remettre, au bout de 3 mois, un animal don't le
poids a double.

BAIL A CHEPTEL
Beaucoup de paysans ne peuvent nourrir sur leurs terres les quelques tites de b6-
tail qu'ils possbdent. Ils les confident alors "'fadinaj" A un autre paysan qui les garde
moyennant un contract de "bail a Cheptel"(de moitie) don't les clauses habituelles sont come
suit

La premiere port4e d'une vache ou d'une jument revient au propridtaire, la second
au preneur et ainsi de suite. Pour les truies, chbvres et volailles don't les porttes ou
couv4es sont multiples, celles--ci sont toujours partagdes par moitie, Si les nombre des pe-
tits est impair, on convient d'un prix pour l'animal en surcrott et il appartient a celui
des deux parteriaires qui accepted de rembourser A l'autre la moiti6 de sa valeuro

Si 1animal mis en gardinage est castrd ou male, le propridtaire paye une some
convenue d'avance par mois ou par an. Il est d'usage de donner une gourde par mois pour un
cheval et de permettre au preneur de s'en servir occasionnellement. La some est la i&me
pour un boeuf. Pour un proc mis A 1'engrais pendant six a sept mois, on paye facilement de
huit a douze gourdes.

Lorsque le preneur regoit l1animal trbs jeune et s'en occupe pendant longtemps il
a droit au quart du prix de vente.

Dans le cas d'une vache laitibre, bailleur et preneur disposent alternativement de
son lait pendant un mois.
*
Un animal mis en gardinage peut 9tre rkclam6 a n'importe quel moment, m8me en plei
ne gestation. Si c'est la premiere portte, le preneur a droit a la moitid de celle-ci ou
de la some rapportee par sa vente. Si la portee attendue doit lui revenir, il peut rdcla,
mer la moitie du prix de la port4e precddente.

LES DIFFICULTIES DE L'EIEVAGE
Les charges trop lourdes et les mauvais harnachements provoquent frequemment des
plaies au dos des bates de some ou de monture. Bovidds et 4quides souffrent aussi de la
gourme, des tiques et du "crabe" (maladie des sabots).

L'4pizootie qui cause les plus grosses pertes est le cholera des pores qui s4vit
en juillet et aoGto Le paysan est impuissant contre ce mal que l'on peut prevenir avec le







69 -


vaccin distribu4 par le Departement d'A ricu liure, Le carbon fait queiques victims parmi *
Sales bovides. La volaille est souvent decim6e par le coryza.

Les traitements que les paysans appliquent aux animaux malades sont peu efficaces.
Par example, ils administrent aux poules atteintes du coryza du marc de caf4 ou frottent avec
du citron les nodules ou "pian" qui sont des manifestations de ce mal, Les paysans posshdent
divers remedes a base de plants mddicinales pour la gourme et ils font inhaler aux'chevaux
qui en patissent la fumde que d4gagent en brulant les nids de termites, La chirurgie vet4-
rinaire se limited a couper un filet membraneux (lapag qui se developpe sous la langue du be-
tail et l'emp8che de manger,

Ces soins sont le plus souvent donnas par des sp4cialistes dokte choual qui prati-
quent aussi les castrations (1) et peuvent intervenir en cas de parturition difficile (2).
Ces viterinaires du cru sont egalement habiles a faire d4gorger aux bates les noyaux d'avo-
cats ou les fruits verts qui, avales par mdgarde, leur causent des 4touffements,

.On se plaint beaucoup dans la region de Marbial des d4pr4dations que les malfinis
(Buteo Jamaicenlsis) commettent parmi la volaille, Beaucoup de paysans d4courag4s vont jusqu'&
dire que ces oiseaux de proie, les chats marrons et les mangoustes, rendent difficile sinon
impossible le maintien d'une basse-cour, Ils se d4fendent des chats marrons au moyen de pib-
ges semblables a ceux don't il usent pour capture les ortolans. Ils dressent 4galement leurs
chiens A courir sus auxchats marrons et aux mangoustes,

Les vols sont une menace constant pour les propridtaires de menu b4tail, En temps
de disette, ils prennent des proportions presque catastrophiques et en plus d'une occasion
ont ruin4 des families pour qui la perte d-ane chbvre et d-un pore signifie disparition to-
tale de tout leur avoir, Quelques paysans qui attachent leurs animaux a des piquets sur une
pente raide courent le risque de les voir perdre pied et s'7trangler avec leur licou,

CT.2UMES REGISSANT LA CAPTURE DES ANIIAUX MARKWNS rll CAUSSDVT DES DEGATS
Au nombre des querelles qui troublent la rai:. des champs figurent en bonne place
les disputes qui naissent toutes les fois qu'un animal, ayant rompu ses attaches, s'introduit
dans le jardin d'autrui et y cause des digatso

Toutes sortes de precautions sont prises pour 4viter ces accidents, Des que les pre-
mitres pousses apparaissent dans les jardins, les b8tes sont soigneusement attachees. Mais
ces measures ne sont pas toujours suffisantes pour empScher un cochon ou une chevre de devas--
ter une r4colte sur pied. Le maltre du champ a alors le droit d'abattre l'animal coupable
en ayant soin de lui couper la tete au ras du colo Il est autoris4 A harder, a titre de com-
pensation, le train avant et la patte arribre de sa victim, Il suspend le rest de la car
casse a un arbre et monte sur une colline ou ouke' crier de toutes ses forces. Met kocho a
(kabrit-a), mmwe jrad pam, vin Prd Pa ou, (Maitre du pore (ou de la chevre). j'ai ma part,
viens prendre la tienne"),

Celui qui constate la disparition de son porc ou de sa chevre s'empresse d'aller
verifier s'il s'agit bien de sa bate, Apres identification, s'il juge gue son voisin est
dans son droit, il prendra la carcass que celui ci lui remet et laffaire en restera lA,
mais s'il estime que l'autre a fait preuve de trop de precipitation, il refusera de recueil--
lir les depouilles de sa bete et ira se plaindre au chef de section,

(1) 11 y a h Marbial, plusieurs paysans qui font m6tler de chatrer les animaux. Voici les tarifs du
plus connu de ces specialistes: Cheval 30 gdes. il garde la bete 1 mois et la remet quand elle
est gudr'e: on lui verse alors 5 gdes, pour la nourriture- Boeuf et ane, 25 gdes. Porc, 0,50 gdes.
Bouc. 0,25 gdes. Chien et chats, 2 gdes,
L'hab:tude de chatrer les animaux est trbs r6pandue dans la region, soit avant de les engraisser,
so't afn de les rendre Pi vagna (plus vaillants). On bourre la plaie du cheval ou du mulet avec de
la cendre, de la ciboulette et du sel; cell du boeuf, de 1'ane du bouc et du chat avec du poivre
et de la cendre; celle du porc. avec du piment,,de la ciboulette et de la cendre; celle du chien,
avec un n'd de gubpes et des insectes appeals kanga, afin de le rendre tres mdchant, II est S noter
que, malgr4 ce traitement, le chien gudrit en g6ndral tres vite: les Marbialais prttendent que c'est
parce qu aI 16che tout le temps la blessure et que la salve est le meilleur des onguents.
(2) 1! y a,, & Cochon Gras, deux "ddlivreurs d'animaux". L'un d'eux pratiquait deux sorts de "delivran
ces:"; 'a :ddlivrance naturelle", dans laquelle il aidait de ses-mains les bgtes en g6sine, et la "dd
livrance divine", dans laquelle ii se contentait de r4citer des prikres et des oraisons & Ste, D0 li
vrance, sans toucher 1'animal, Les honoraires du "d6livreur" varient entire 5 et 15 gdes., selon la
difficult du cas,







- 70 -


Les poules, dindons ou pintades qui vont picorer chez le voisin s'exposent & avoir
le cou tordu et a& tre suspendus A la cl8ture qu'ils ont violde.

Le cultivateur qui surprend une vache ou un cheval "marron" dans son champ le con-
duit au chef de section ou A son adjoint qui le met "au piquet". Deux arbitres, d4signns
par le chef de section, vont estimer le montant des digats commis par l'animal: mais c'est
au reprdsentant de l'autorit6 a fixer l'indemnitd que le proprietaire de la bete doit payer.
Si ce dernier refuse de donner satisfaction A la parties 14sde, 1'animal est envoy A la Com-
mune de Jacmel, oh, aprbs les delais 16gaux, il est vendu aux enchbres, Avec l'argent qu'il.
rapporte, on dgdommage le maitre du champ et le solde est encaiss4 au profit de 1'Etat.

En fait, on ne recourt pas A la 14gbre aux measures autorisees par le code rural
et la coutume. Le paysan qui ddcouvre les d4gats causes par la bete du voisin, s'empresse
d'aller avertir ce dernier et s'entend avec lui A 1'amiable pour une just reparation, On
ne s4vit que s'il y a r4c.idive ou lorsque la parties responsible n'a pas fait cas des recla-
mations qui lui ont 4td presentees. Si le proprietaire d'un ane tolbre que celui-ci aille
a la maraude, les victims de ses depr4dations peuvent, pour se venger, couper les oreilles
de l1animal. C'est sur le maitre de celui-ci que retombe la honte de cette mutilation.
*
L'opinion publique se montre severe envers un individu qui sans autre forme de pro-
cbs, abat un beau verrat ou une chbvre pleine, quelle que soit la perte subie. Un paysan de
notre connaissance qui dans un aces de colbre avait tue et depece une chbvre qui avait brou-
te ses 4pis en herbe, dprouva un vif regret de son acte lorsqu'il apprit que l'animal appar-.
tenait a l'un de ses bons amis.

DRESSAGE DES CHEVAUX
On connalt dans la region deux dresseurs de chevaux et de mulets. Un propridtai-
re de cheval s'occupe de son poulain des que celui-ci a 6 mois, d'un mulet A partir d'un an.
Le dressage proprement dit ne commence qu'A 18 mois. La bete bien dressbe doit obeir a la
voix et A la main, se cabrer quand le cavalier le desire, sauter, grimper les mornes et ne
pas avoir peur des autos et des camions. Le prix du dressage complete est de 25 gdes., ou
plus s'il s'avere difficile,

SAILLIEES
Les propridtaires d'animaux reproducteurs consentent g6ndralement A les croiser
sans rien exiger de ceux qui viennent leur demander ce service, qu'un cadeau de peu de va-
leur, par example une corde ou une tftibre dans le cas d'une vache ou d'une jument. Pour
une truie, on exige un porcelet de la portde.

Le croisement d'un baudet et d'une jument est beaucoup plus coqteux, sans doute
parce qu'ils'effectue avec quelques difficultss. Le maitre du reproducteur se fait payer
cinq gourdes A lavance et r4clame cinq gourdes plus tard si la saillie a rdussi.

On ne se soucie gubre de selectionner les sujets et le resultat de cette indiffe-
rence se manifesto dans la quality mediocre du betail et le faible rendement en lait que les
paysans obtiennent de leurs vaches.

L:' ABATAGE
Chaque mardi, les rives de la Gosseline, prbs du march, se transforment en abat--
toirs. En moyenne on y tue deux boeufs et une douzaine de cabris, et tout au plus un pore.
Mais de novembre A janvier on y massacre quelques vingt porcins les jours de marched. Les
proprietaires tuent eux-m8mes leurs b8tes ou confident ce soin a de jeunes gargons qui sont
heureux de se faire ainsi quelque argent. Boeufs et chevres sont abattus d'un coup de cou-
teau ass4n4 a la nuque, mais les jeunes bouchers ne savent g4neralement pas oh frapper et
torturent 1'animal pendant de longs instants. Sit8t que la bete s'effondre, on lui tranche
la gorge pour recueillir son sang dans une calebasse. On procede ensuite a l'corchage:
une incision est faite A hauteur du jarret dans laquelle on introduit entire peau et chair
une longue baguette de bambou; puis on souffle dans ce trou avec toute l'dnergie possible.






- 71 -


Un acolyte fait courir l'air sous la peau & grands coups de baton ou de poing si bien que
l'animal enfle A vue d'oeil. On rdpbte l'op4ration sur l'autre c8te pour un boeuf, mais
non pour une chbvre, qui se boursouffle plus facilement. Ceci fait, on entaille la peau
sur la poitrine et le venture, en laissant cependant une bande de peau le long du sternum.
Grace A l'air qui a dtir6 tous les ligaments l'4corchage se pursuit ais4ment.

Comme avant de d4pecer un boeuf on a toujours soin de boucher avec un tampon la
plaie par laquelle son sang s'est could, on trouve dans la cavity un sang a demi caill4
sur lequel les assistants se ruent pour le puiser A pleines calebasses. Boeufs et chhvres
sont dcoupds en quatre quarters' (kdr)) La tete s4parde du cou est mise dans un feu pour
9tre roussie. Les tripes sont immddiatement lavdes dans la rivibre. Les vendeuses de vian-
de hachent ces quarters en petites portions informed. Les pieds de la b8te trouvent beau-
coup d'amateurs, car ils donnent un excellent bouillon, surtout, paratt-il, les pieds de de-
vant. Rien dans la bete ne se perd. Le d4pegage est une bonne occasion pour faire un peu
d'anatomie : les poumons s'appellent fwa mou (foie mou), le foie proprement dit, fwa di ;
avec le coeur, la trach4e artbre ils constituent les frizi. Les tripes sont les t6be- et
l'afiba est 1Iintestin grble ainsi que les membranes graisseuses qui y adherent ; lajwa sont
les rognons, et la vesicule biliaire est le fydl don't on fait divers rembdes. Le sternum
que l'on decoupg A part est la bisk$t.

La fagon de tuer les porcs est diffdrente: on leur troue la gorge avec un couteau
et on recueille pr4cieusement le sang avec lequel on fait du boudinC. On roussit les poils
en exposant l'animal aux flammes d'un feu de paille. On le gratte, puis on le ddpece (1).

Dans le course de la semaine quelques b8tes sont abattues dans les marches secondai-
res de la region. Les dimanche on dkbiteprbs de la "gagubre" la viande d'une ou deux chb-
vres. Il n'est pas rare non plus qu'un paysan fasse boucherie a domicile. Il gardera alors
une portion de la viande pour lui et sa famille, et enverra sa femme vendre le reste au mar-
chd ou dans les boutiques au bord de la route.





CHASSEi, PECHE ET CUE L LLETTE

LA CHASSE
La chasse est peu pratiqu4e et n'a aucune valeur 6conomique. Le gibier, qui con-
siste uniquement en oiseaux, principalement en ramiers, perdrix et pintades, est devenu rare
dans une region aussi peuplee. En outre, il est difficile et coiteux d'obtenir de la Garde
une licence pour la possession d'une arme A feu.

Les oiseaux se divisent en deux categories trbs distinctes, selon leur taille :
les bet volay, qui sont les gros oiseaux, tells que les ramiers, et les zzizo proprement dits,
ou petits oiseaux.

On capture les gros oiseaux A la glu ou au moyen de pibges copsistant en une gaule
portant un noeud coulant. Pour les petits oiseaux, on se sert de cages (karaban, ou kay-
zotold), soulevees par une baguette, qui tombe au moindre choc. On y attire les oiseaux en
mettant des gralnes comme appit.

Les paysans cherchent A capture les oiseaux moins pour les manger que pour prot4--
ger les rc4oltes centre leurs ddpr6dations.

LA PECHE
A 1'1poque des crues, on peut attraper diffdrentes espbces de poissons dans la Gos-
seline. La plupart des paysans p8chent pour se divertir ou pour les besoins de la famille.

(1) On paye un droit d'abattage de 3,20 gdes. pour un boeuf, de 1,20 gde,. pour un cochon et de 0,45
gde.s. pour une chbvre.






- 72 --


Ils se servent de lignes et d'hamegons, qu'ils appetent avec des avocats ou des crevettes.
Un seul individu, qui possedait un epervier, attrapait suffisamment de poissons pour en rem-
plir une macoute, qu'il vendait 8 gdes. Les enfants attrapent les poissons au moyen de nas-
ses, qu'ils fabriquent eux-memes avec des baguettes. Ils les placent sous des barrages don't
ils coupent quelques bras de la rivibre. Ce sont egalement les enfants qui vont a la peche
aux 6crevisses, pourtant peu nombreuses dans ce course d'eau.

LA CUEILLETTE
Le rl8e que la cueillette joue dans 1'4conomie paysanne est trbs restreint. Quel-
ques fruits mangues, calmites, grenadilles, corossols, goyzves, queneppes- que l'on cueille
le long des sentiers ou dans des ravines loignees, rapportent A ceux qui les vendent quel-
ques maigres profits.

Il existe cependant un certain nombre de plants sauvages qui acquierent une cer-
taine importance en temps d'extr8me disette. C'est, au tout premier chef, les marikld,, don't
on mange les feuilles et le pourpier (kouye, Portulaca oleracea), qui sert a preparer une
soupe rappelant la soupe aux 4pinards. Une liste complete des mje' mize'rab ou mdje malere'
(nourritures misdrables, ou nourritures de malheureux) comprend les plants suivantes : les
l6me (Solanum nigrum), les zepina (Anaranthus Paniculatus), don't les bour eons et les feuil-
les sont comestibles, les motad (Sisymbrium offinale), le kaya (Cleome spinosa), les pdzou
mazouba, don't les feuilles ont quelque valeur nutritive, et enfin les lidn dous et les lidn
dnnye que l'on recherche pour leurs bourgeons.

Les noix de la pomme acajou sont a la fois une friandise et un aliment d'appoint.





LES PETI TS MET I ERS

Un nombre considerable de paysans des deux sexes s'adonnent A des metiers ou a des
occupations qui leur permettent d'accroitre leurs revenues. La listed de ces activities artisa-
nales ou professionnelles est donn4e en appendice. Ici, nous examinerons chaque m4tier d'un
point de vue strictement 4cdhomique.

ARTISAN S DU CUIR
Le travail du cuir est l'industrie la plus important de Marbial. Certains tanneurs
qui sont a la fois cordonniers et sellers travaillent toute l'ann4e, tandis que d'autres se
consacrent A ce metier pendant la "recolte" et ch8ment en "morte-saison".

Presque tous les tanneurs habitent le quarter de Jacqueline, Il y a quelques an-
nkes encore, la plupart d'entre eux 4taient des membres de la famille Leriche ou lui 4taient
apparentes, mais, A 1'heure actuelle, des strangers sont venus s'7tablir parmi eux et ont
adopted leur metier.

Le tannage d'une peau demand prbs de 6 semaines et permet de r6aliser de 3 A 6 gdes,
de bendfice sur une peau brute don't le prix oscille entire 30 et 40 gdes.

Un artisan du cuir don't nous avons 6tudi4 le commerce faisait 770 gdes. de be4nfi--
ce sur une douzaine de sandales qu'il vendait a 3 gdes. la paire, 9 gdes. sur 24 gaines de
couteaux et de machettes; 5,50 gdes. sur 4 douzaines de ceintures. Ni les brides, ni les
croupibres ou les etrivibres ne rapportent grand chose. A ce m4tier, notre home gagne envi-
ron 2 gdes. par jour.

VA N NI ERS
La vannerie est pour quelques paysans une industries d'appoint appreciable. Un pay-
san de notre connaissance se faisait environ 5,20 gdes. par semaine en vendant 6 paniers A
0,75 gdes. Un autre paysan avait un veritable atelier de vannerie avec deux apprentis. II










travaillait sur command et vendait dans les marches de la region. Il fabriquait des pa -
niers en latanier et en lines, des vans, des tamis, des cordes et des tetieres.

De temps a autre, il se rendait A la capital pour 4couler les paniers et autres
articles en vannerie qu'il avait fabriques avec tes assistants. Ses b4ndfices 4taient de
1,50 sur les gros paniers, de 0,70 sur les petits paniers en lines et de 0,50 sur les pa-
niers en latanier. Les tamis se vendent 1 gde, piece, les vans de "tache" 0,20 gde.; les
vans de lines 1,20, les tetibres 0,40 gde.

CHAPELIERS
La confection des chapeaux de paille est souvent une industries familiale. Les
femmes tressent la paille en attendant les clients derriere leur 4tabli, les hommes le soir
tout en causant sur le pas de la porte. Le b4n4fice hebdomadaire d'un chapelier varie entire
OW60 et 1,10 gdes. (1)

(i) Le coeur (tichd) de latanier cogte 0,30 gde, 11 donne 6 chapeaux de grandes personnel et
9 chapeaux d'enfants de 8 & 12 ans. Le chapeau d'adulte cogte de 0,25 & 0,40 gde. celui
d'enfant de 0,10 & 0O20 gde. Le coeur de latanier blanc qui cote de 0,50 & 1 gde. done
une paille beaucoup plus fine et plus souple don't on fa!t des chapeaux pour adults qui
se vendent*de 0,75 a 1,50 gde et des chapeaux pour enfants qui reviennent & 0.50 gde.

ORFE VR E
La region compete trois orfbvres don't deux se consacrent entibrement a leur metier
et ont abandonn4 leurs terres A des m4tayers ou A des fermiers. C'est surtout A l'1poque de
la rdcolte du caf4 qu'ils font leurs meilleures affaires; pendant la morte-saison ils lie re-
9oivent de commander que pour des "alliances" ou des chaines de bapt8me. Ils demandent g4-
ndralement une advance pour acheter l'or don't ils ont besoin. Ils realisent en moyenne un
benefice de 10 A 20 gdes. par semaine en vendant les bijoux au meme prix qu'A la capital.

EBENISTES
Il y en a plusieurs dans la region. Ils ont 4t4 forms en ville et disposent de
tous les outils ndcessaires a leur m4tier. Ils travaillent le bois de pin, de ch8ne et d'a-
cajou. Comme ils demandent le meme prix pour l'acajou et le chene, les paysans donnent gi-
neralement la preference au premier. Chaque 4b4niste ne peut gubre computer que sur deux ou
trois commander par an. Pour un mobilier complete il demand de 500 a 600 gdes., la moitid
d'avance pour couvrir l'achat des fournitures et la moitid au moment de la livraison. (1)

(1) Ses prix, fait et fourni, sont : lit d'acajou trbs simple: 110 gdes,, armoire k deux bat-
tants, acajou : 200 gdes.; table, acajou : 50 gdes; dressoir, acajou : 50 a 60 gdes,~
chaise cannee, acajou : 10 & 20 gdes. ; fauteuil : 30 gdes.; 4tagere, acajou : 25 gdes,;
banc & cruche, acajou : 25 gdes.; garde-manger, acajou : 75 gdes.; garde-manger, pin :
45 gdes., banc a cruche, pin : 12 gdes.; porte-manteaux, acajou : 25 gdes.; plateau : 3
gdeso
On peut se procurer des meubles grossiers en faisant travailler un menuisier, par exem-
pie : une table en bois blanc a 3,50 gdes.; un lit de camp (kad) ou divan en bois blanc
avec des planches non jointives en guise de sommier a 20 gdes.; une 6tagbre en bois blanc
& 5 gdeso; un plateau a 0,50 gde.

FABRICANTS DE CHAISES
La fabrication des chaises est un m4tier d'appoint pour quelques paysans qui vivent
sur les hauteurs, assez loin de Cochon Gras. Les modules different quelque peu ainsi que les
techniques car seul un de ces artisans a 4tudi6 en ville et possbde un tour, II faut A ces
specialistes 1 A 2 jours pour faire une chaise et la rempailler. L'un d'eux demand 25 gdes.
pour faire une dousaine de chaises ex4cuties sur command, alors qu'il vend a Jacmel le meme
type de chaise pour 3 a 4 gdes. la paire. Il explique la difference en faisant remarquer qu'il
accord plus de soin; aux commander afin de "conserver sa bonne reputation". Le prix de re-
vient d'une chaise, main-d'oeuvre et amortissement non compris, varie done entire 0,25 et 0 28
gde. La journde de travail de l'artisan qui ne fait qu'une chaise par jour et la vend a Jac-
mel (transport 0,21 gde.) au prix de 150 gde., lui rapporte A peu prbs 1 gde. (1)

(1) Le bois rouge avec lequel on fait les chaises cote de 3 -a 4 gdes, suivant la grosseur
de 1'arbre quand on I'achete sur pied. On obtient 2 douzaines de chaises dans un bois de
3 gdes., 3 douzaines dans un bois de 4 gdes. 11 faut deux coeurs de palmiste pour rempai









ler une chaise et les coeurs achet4s sur p.ed valent de 0,50 a 1 gde,, suivant la loca-
lit6. Les clous sont achetes en ville a raison de 1 & 1,25 gde;. la livre, Une livre suf-
fit pour 18 chaises.

BOISSELIERS
Il y a quatre personnel dans la region qui fabriquent des mortiers (pild) de dif-
f4rentes tailles (mortier a caf4, A mais, A millet, a akasi, a spices), des pilons de mortier
(mdnch), des kanbt. (grande auge dans laquelle 50 homes peuvent piler du caf4 en meme temps),
des gm#dl petitess auges), des batwel (battoirs a linee, des cuillers de differentes dimen-
sions et des tambours.
Ces artisans travaillent toute l'ann4e et emploient des journaliers pour cultiver
leurs terres. Lorsqu'ils ont taille un mortier, ils s'en vont le vendre a Jacmel avec une
paire de pilons, perdant ainsi une journde a chaque fois (1).

(1) Un arbre de 10 gdes, (chine. acajou ou amandler), donne 25 mortiers de 0.50 & 4 gdes. Un
mortier & cafe de 4 gdes, demand un jour pour etre taiT1, En un jour on peut fabriquer
3 mortiers & millet don't le prix est de 1.50 gde::, Les petits mortiers se vendent de 0;20
& 1 gde. Un gros pilon se vend de 050 a 1 gde.-
Les auges (gaiml) sont tailldes en bois de gommier, avocat ou mombin. On peut fabriquer
6 auggs moyennes par jour. Les prix varient suivant la dimension entire 0,50 et 0,80 gde.
Les kanbt se font avec les memes essences que les mortiers. Un bel arbre de 8 & lOgdes,
peut donner 2 kdn to I1 faut 15 jours pour tailler & la hache et a la tile un knot qui
se vend 25 gdes,
Les battoirs se vendent de 0,10 & 0,15 gde. piece.

L'industrie des cuillers en bois qui s'4tait beaucoup d4velopp4e pendant la dernie-
re guerre est de nouveau en pleine regression. On continue cependant a vendre au march de
Cochon Gras de grosses louches (OpO5 a 010 gde ) qui servent a brasser les aliments. Elles
sont de fabrication plus grossibre que les petiteg cuillers a caf4 don't le fini est remar-
quable, mais que 1'on ne fabrique plus gubre.

Il est rare que l'on entende battre le tambour a Marbial, Cet instrument qui sym-
bolise les cultes vodou a 4t4 proscrit et ce n'est qu'en de rares occasions que quelques au--
dacieux le sortent de sa cachette, Aussi il est rare que nos boisseliers en regoivent com-
mande. Les tambours se fabriquent toujours par pair (Mazn, PNtro, Payet et OlQde) ou par
s4rie de trois tambourss Rada, Congo, Djouba, Ibo). Les essences employees sont le chene,
l'amandier (Terminalia catappa), l'acajou, le trompette(Cecropia )eltata) et le maodmo. Le
prix de revient pour une s4rie 'e tambours est de 11 gdeso; comme 1'artisan la vend 25 gdes.,
il gagne environ 14 gdes. Les modules les plus demands sont les tambours djoubafmdnd, se'gd,
boulatye') et les tambours yayet. La paire de tambours Mazon ou Petro cotte 20 gdes., parce
qu'ils ne sont que deux (kds et foulay pour la serie Mazon, mm^a et boulaty4 pour la series
P4tro).

FABRICANTS DE CERCUEILS
En thdorie n'importe quel menuisier ou 4beniste est capable de faire un cercueil,
en pratique certain d'entre eux seulement sont sp4cialis4s dans ce genre de travail. (1)

(1) Le prix des cercueils varie selon 'la quality du bois et le fini du travail, 11 va de 10
a 60 gdes, !Les pauvres achetent quelquefois d'avance les planches de leur cercueil; aprbs
leur mort 1a famjlle s'adresse a un menuisier qui fait le travail pour 2 ou 3 gdes.

TAILLEURS DE PIERRE
Ii en existed un seul dans la region de Fond-Melon. Il travaille deux varidtes de
roche calcaire qu'il "roch &dyd et pye masak"o Il les extrait d'une carribre pendant la sai-
son sbche, taille les pierres et les conserve dans son d4pSt. Il est surtout charge de pr4-
parer des pierres tombales.

CHAUFOURNIERS
Tout le monde peut faire de la chaux si l'occasion s"en pr4sente, Quand on decide
de preparer."une meule" (pil locho), on commence par rdunir les pierres puis par couper le
bois de chauffage, travaux prlliminaires qui prennent facilement quatre jours si on est seul,
Parfois on a recours a des sp4cialistes ou bos si l'on desire une grande quantity de chaux,,
Ils sont assists par une corv4e d"environ quinze individus (1)






- 75


(1) On paie le bos lacho 2 gdes, Le baril de chaux se vend de 1150 a 2 gdes. Une meule
de 35 barils rapporte done de 42,50 gdes a 70 gdes, si on compete 10 gdes, de frais, Un
bos lacho de la region fait jusqu'b 6 meules par an.

M A C ON S
Les quelques magons que compete la region ne travaillent jamais seuls. Ils emmb-
nent avec eux un ou plusieurs manoeuvres ou apprentis qu'ils se chargent de r4tribuer. Du-.
rant la morte saison, les maSons quittent souvent la vall4e en quSte de travail; les meil-
leurs se rendent au Port-au-Prince.

Pour faire une tombe, un magon regoit jusqu'? 50 gdes. en plus de sa nourriture.
On lui donne pour n'importe quel autre travail de magonnerie 20 gdes, par semaine.

ETAMEURS
Quelques homes gagnent leur vie en reparant des chaudrons, des seaux ou des as-
siettes en m4tal. Ils les ressoudent avec du plomb fondu et sont pays environ 0,50 gdeo
par article repard.

FABRICAN TS DE BOU'GIES
Il een a deux dans la region. Ce sont des femmes qui recueillent elles-m8mes la
cire des abeilles sauvages don't elles vendent le miel. Elles regoivent des commander pour
une valeur de 4 A 5 gdes. de families qui doivent veiller un mort. Les fabricantes confident
leurs bougies a des boutiquibres ou a des revendeuses qui les vendent moyennant une petite
commission (prix des cierges : 0,05 et 0,10 gde::i .)

FABRICANTS D'OBJETS FEN PITE
Dans toute la region, il n'y a qu'une femme qui fasse des articles en pite (sisal)
Elle a appris ce metier d'une institutrice qui fit un bref sejour dans la vall4e. Elle cul-
tive elle-meme la pite don't elle a besoin. Pour une paire de pantoufles qu'elle vend 4 gdes,,
elle ne d4pense que 0,17 gde, en fil et tissu,

CORDIERS
Les paysans font des cordes en fibres de palmistes quand ils ont besoin d'argent
liquid, Ils se rendent au march avec 2 ou 5 douzaines de ;ordes qu'ils vendent a 0,40 ou
0,50 gde, pibce.

FABRICANTS DE MACOUTES
Les sacoches en latanier (makout) se fabriquent trbs rapidement: 6 par jour, avec
un benefice de 0,80 & 1,10 gde. Bien que fabriqu4es par les homes, elles sont invariable-
ment vendues par les femmes. (Les grandes macoutes se vendent 0,50 ou 0,60 gde., les peti-
tes 025 gde.).

FABRICANTS DE NATTES
Les nattes sont faites de torsades en feuilles de bananier sbches relies par des
cordelettes en fibres de palmisteso Une natte demand une matinee de travail et se vend
1 gde, au march.

COUTELIER
Il existed A Marbial un coutelier qui fabrique des couteaux A manche en gaia in-
crust4 de motifs en cuivre. Le prix de revient pour une douzaine de couteaux, vendue 5Ogdes.,
est de 6j25 gdes. La journey de travail de cet artisan luirapporte A peu prbs 2.85 gdeso

COUTURIERES ET TAILLEURS
Prbs de la moiti4 des femmes de la region s'intitulent couturibres de fagon A pou-
voir gagner A 1'occasion quelque argent durant la r6colte. La couture est consider4e comme
un des 4elments indispensables d'une bonne education. Les fillettes qui ont la chance de
passer quelque temps A Port-au-Prince ou a Jacmel travaillent dans un atelier et apprennent
A couper. Celles qui restent a Marbial et manifestent des dispositions pour ce m4tier vont
.1






-- 76 .-

faire leur apprentissage chez une amie de leur mbre qui salt couper et possbde une machine
a coudre (1).!

(1) Les robes en coton des grandes personnel coGtent de 1 & 3 gdes. de fagon, en soie de 3
a 6 gdes, (6 gdes. pour les robes longues d'un cortege de marriage Les robes d'enfant
coeTtent de 0,50 a 2 gdes, et les costumes des petits gargons de 1 a 2 gdes,

Certaines de ces couturibres sont fort habiles et peuvent imiter les confections
europ4ennes ou amnricaines trbs compliqu4es. Durant la "r4colte", une bonne couturibre par-
vient A gagner jusqu'A 10 gdes. par semaineo En morte saison, elles choment presque toutes
et n'ont de travail qu'A occasion des marriages et des fundrailles.

Queiques femmes savent 4galement confectionner des vetements masculins, en parti-
culler des chemises et des pantalons. Elles sont moins habiles A faire des vestes. Il exis-
te dans la region un bos (expert) tailleur don't les prix sont jugds excessifs (2)o

(2) 11 demand 3 gdes, pour un pantalon, 6 gdes, pour une veste et 2 gdes. pour une chemise.
Les couturibres se font payer 1,50 gdes, pour un pantalon, 3 gdes, pour une veste et
0,65 gdeo pour une chemise.

Quelques couturibres sont obligees de louer leurs machines A coutre A raison de
10 gdes. par mois. En ville la location mensuelle d'une machine est de 25 gdes.

BRODEUSES
Il y en a plusieurs dans la region. Elles brodent au point de croix, au point de
tige, au point de chainette et au plumetis. Comme broderie blanche, elles ne font que du
plumetis et des jours a l1aiguille. Les prix varient de 8 A 12 gdes, pour broder un drap,
de 3 A 5 gdes. pour un napperon, 4 A 5 gdes. pour une tale d'oreillero On demand 5 gdes.
pour broder une robe et 1 gde. pour un mouchoiro Certaines brodeuses regoivent des comman-
des de la ville qui leur permettent d'obtenir des revenues r4guliers de ce m4tier.

COI FFEURS
Il y a beaucoup de coiffeurs pour hommes dans la region. Ils se servent pour
leurs operations de tessons de bouteille ou de lames de rasoir. On pr4fbre toujours se
faire couper les cheveux par un coiffeur de sa parents qui vous reserve une lame neuve et
chez qui on est sar de ne pas attrapper de parasites ou la pelade0 Le prix courant pour
une coupe de cheveux est de 0,20 gde. pour les adults, et de 0,10 gde. pour les enfants.
II n'existe pas de coiffeurs pour dames.





LES AUTRES METI ERS

REBOUTEUSES ET HERBORISTES
Le m4tier d'herboriste et de rebouteux (doktd f&y) est pratique exclusivement par
de vieilles femmes* L'une d'elles, 'Grn Mfvdyy avait atteint la cinquantaine et tenait bou-
S tique A Port-au-Prince, "quand Dieu est venu la chercher et lui a ordonn4 de gurrir son pro-
chain", Elle a commence alors A mangne", c'est-A--dire A masser ou a imposer les mains, sui-,
vant le cas, en r4citant .interieurement une priere. Puis toujours inspire par Dieu, elle
a cherche des feuilles et des racines pour composer, des "bains", des tisanes ou des potions.
L'amour du prochain n'empiche pas Grdn AMvey de se faire payer ses traitements, et d'exiger
un acompte, quand elle juge ses clients peu solvables. Une autre dokt --fdy, presque aussi
"fe-' dit avoir tire les 4elments de son savoir des conseils d'un m4decin de Jacmel et avoir
d4veloppm ses connaissances par 1'exp4rience acquise en levant sa nombreuse famille. Une
troisieme "docteur" aurait appris sa profession en aidant son pbre et en l1accompagnant quel-
quefois dansses visits.


Les dokt--zo Les homes qui soignent les fractures et les foulures






77 -


sont moins nombreux que les dokte-fdy; aussi arrivent-ils a etre un peu mieux pays, mais le
m4tier, de toute fagon, n'est pas trbs remundrateur. Quoique sp4cialis4s dans la reduction
des fractures, ils pratiquent aussi la mddecine g4n4rale,. la fagon du XVIIIeme sibcle, en
administrant des clystbres ou en appliquant des sangsues.

Les sages-femmes. Celles-ci sont trbs nombreuses dans la region.
Par suite de la concurrence qu'elles se font, leurs honoraires sont forc4ment tres bas: de
1 A 2 gdes, pour un accouchement ordinaire.

CHEF DE STATION
Le chef de station, quail soit catholique ou protestant, est un catechiste employ
par le curd ou le pasteur. Il dirige les prieres dans 1'apres-midi, et le dimanche matin,
quand il n'y a pas de messe ou d'office. Il enseigne le cat4chisme ou la Bible, et veille
autant que possible A ce que les fidbles pratiquent leur religion. Quelques femmes ont 4t4
designees come chefs de station. Le salaire d'un chef de station varie entire 5 et 10 gdes.
par mois.

PERE-SAVANE
Le pewsavan est un sacristain qui a garde d'une chapelle catholique. En tant que
chef de station, il doit etre capable d'enseigner le cathechisme, de preparer un bapteme ou
une premiere communion. Il faut, en outre, qu'il 'sache lire et 4crire et puisse chanter en
latin, Le pd-ssavan fait les enterrements en l'absence du cure On l'appelle 4galement pour
les bapthmes de maison, les liberal" les prive salou et les denyd priyd. Les parents d'un
d4funt font chanter un liberal sur sa tombe a occasion de 1'anniversaire de sa naissance
ou de sa mort ou quand il "vient le demander en-reve". Ia priyd salou. qui dure toute la
nuit. se fait pour demander l'aide de Dieu apres une succession de maladies ou d'ennuis dans
une famille. On r4unit alors la famille, les amis intimes, on distribue du the, du cafe, du
clairin, on prie et on change. La denyd priyd est une fete fundraire qui a lieu dans la se-
maine qui suit le d4cbs.

On remet au P--savan 4 ou 5 gdes, pour un bapteme de maison, 3 gdes. pour un "libe-
ra", 2 a 5 gdes, pour une priyd salou, et 5 gdes. pour une denyd priyd. II est cense garder
une gourde chaque fois et remettre le rest au cure,

PRETRE DU VODOU
Il y a deux houngans dans les environs immidiats du Poste Pierre-Louis, Du fait
de la propaganda incessante du curd et des predicateurs protestants, leur clientele rdgulib-
re est considerablement r4duite. Elle n'a pas entibrement disparu, grace & leur reputation
bien Atablie de gudrisseurs. Leur pharmacopee et leurs m4thodes de traitement ne different
gubre de celles des nombreux rebouteux et herboristes de la region. Cependant, ils font por-
ter a leurs clients des amulettes et leur recommandent de c4l4brer des c4ermonies et de faire
des sacrifices aux Iwa.

En plus des malades, le houngan regoit aussi la visit de quelques chefs de famil-.
le qui, quoique ayant renonce officiellement au vodou, le pratiquent tout de meme en aba le-
vit (litt4ralement, "sous la veste", c'est A-dire. en cachette), pour qte les Iwa les lais-
sent en paix. Car, croient.-ils, il est des lwa qui ne peuvent etre controls que par le houngan.
Celui-ci est pays pour leur offrir un "service" et. en outre, il regoit des dons en nature.

ECRIVAIN
Les 4crivains publics ne portent pas le titre de savL, come sur 1'autre versant
du Morne de la Selle. Ce sont des moun ki fe'metye dkri p5tdk, c'est-a-dire, ceux don't le
m6tier est d'4crire des otek. Avec la g4n4ralisation de instruction, le m4tier ne rap-
porte que lorsqu'on est install dans les mornes, C'est g4n4ralement le sacristain, le ca-
t4chiste ou le maitre d'4cole qui fait function de scribe. Celui qui prend la Po'tek fournit
paper, plume et encre. L'4crivain r4dige 1'acte en presence du "mar4chal" ou de son ad-
joint, des deux parties en cause et de t4moins. Il le lit a haute voix et le signe avant
les autres, qui font de meme, ou apposent leur croix. Pour une potek de 3 gdes., on donne
0,50 gde. a l'4crivain.







- 78 -


MANDATAIRES
Les mandataires sont des individus frott4s de droit et avec des relations dans le
monde des avocats et des fond4s de pouvoir a qui les paysans confident la conduite d'une af-
faire 14gale, Nantis d'un mandate notari4, ils prennent sur eux toutes les demarches que leur
client ne saurait entreprendre faute d'instruction ou de temps. Il se font payer en terres
ou par une some forfaitaire convenue d'avance. Certains avocats peu scrupuleux ont des man-
dataires A leur solde qui enveniment les querelles entire paysans et procurent par ce moyen
des causes fructueuses A leurs patrons.

INSTITUTEURS
Quelques paysans sachant lire et 4crire font m4tier d'instituteurs dans de petites
ecoles privies don't les 41eves payment de 0,30 a 0,50 gde. par mois. De tels 4colages rebu-,
teraient les maitres les plus desinteressgs, s'ils ne pouvaient computer sur les cadeaux que
leur font les parents des 4lbves et sur les services qu'ils ont le droit d'attendre d'eux et
de leurs enfants.

Depuis quelques annees, les paysans font une difference entire les inbtituteurs
"frangais", qui enseignent A lire en frangais, et les instituteurs "Laubach", qui enseignent
a lire en creole. En ce moment, ces derniers relbvent tous du Service de 14enseignement.
Avant 1948, il y en avait une quinzaine qui dependaient du cure.

Les instituteurs "frangais" appartiennent soit aux ecoles presbyterales, soit aux
4coles privies. La plus important des dcoles presbyt4rales 4tait celle de Cochon Gras (1
directeur et 3 maltres pour la section des gargons, 1 directrice et 2 mattresses pour la
section des filles). La plus important des 6coles privees, celle de Fond Melon, fonctionne
sans interruption depuis 125 ans, sous la.direc9ion de la famille Lohier. Les instituteurs
actuels, trois frbres, sont en meme temps agriculteurs et regoivent une petite subvention du
Gouvernement.

MUSICIANS
Le m4tier de violoneux (vye6l6gn&) nest plus pratiqu4 que par deux personnel dans
la region. Un violoneux ne se d4place pas sans les musicians qui constituent sa bateri (bat-
terie). Alors que lui joue du violon, ceux-ci l'accompagnent avec un tambour de type euro--
peen (deboch), un tambourin et un triangle (tiyyg) On convoque cet-orchestre pour une der-
nibre priere", un bal de Nouvel An ou toute autre occasion, Les musicians regoivent copieu-
sement a boire et a manger, et le violoneux est pay4 5 gdes. pour sa peine. (1)

PROPRIETAIRE D'UNE ARENE POUR COMBATS DE COQS
I1 y a deux "gagubres" (arknes pour combats de coqs) dans le voisinage immediat de
Poste Pierre Louis. Le propridtaire de la gagubre (met-gadye) exige 0,05 gde. de tous les
spectateurs, 0,10 gde. de chaque porteur de coq, 0,10 ou 0,15 gde. des marchandes qui n'ont
qu un petit 4tabli et 0, 20 gde. de cells qui ont une grosse "barque" (bak) ou plateau, avec
du rhum, du clairin, du tabac, du kola ou du pain). Le m$t-gadye gagne ais4ment 7 A 8-gdes.
sur les entrees en morte saison, quand il fait beau et qu'il n'y a pas d'autres distractions
qui lui font concurrence. Comme il ne manque jamais de parier sur les coqs, son b4nefice
net est aussi al4atoire que celui des spectateurs.

I1 y a un arbitre(jij) dans chaque "gagabre", qui est choisi par le propridtaire
parmi les gens les plus respectable de sa connaissance. L'arbitre gagne 0,05 gde. par aprbs
midi. Il ne doit jamais parier lui-minme. Ce m4tier est compliqu4, car il y a souvent de
gros parieurs et, come il est la plupart du temps illettr4, il doit computer sur sa m4moire
pour se rappeler les divers enjeux.

(1) Les danses susceptibles d'atre accompagn6es au violon sont: le krabigng (quadrille des carabiniers)
le magouls, la k6tr4das, le oliid (quadrille hollandaise la polika (polka), la matinik, Ta mazon,
Ta maniba, la m4reg, le mosSdi, le k6go et 1'ibo.L'ibo est la seule danse ob ii n'y ait ni dan-
seufrcsni cavaliers: tous ceux qui y prennent part dansent 1'un derriere 1'autre, en formant une
vaste ronde. Toutes les autres danses se font par groups de 8 ou de 16. ii y a diverse figu-
res communes h plusieurs d'entre elles=






- 79


Les propridtaires de coqs de bataille les confident souvent A des "soigneurs" .iswagne-
kok) quand ils ne s'estiment pas assez experiments pour s'en occuper eux-memes. On paie
d'ordinaire 5 gdes. par mois pour maintenir un coq en 6tat. Ces sp4cialistes apprennent leur
m4tier d'un acatd (amateur) c'est-A-dire d'un homme qui a dej& acquis quelque renomm4e dans
ce genre de travail. Ils l'accompagnent, le regardent et l'aident. L'apprentissage est tou-
jours gratuit.

En plus des soins m4ticuleux don't il entoure les coqs qui lui sont remis, le swagnd
joue un role trbs important dans la gagubre, C'est lui qui indique au propridtaire et au
cariador comment carrier disposer le coq pour le combat.





L EXPLO ITATI ON DU BO I S

Beaucoup de paysans trouvaient jadis dans exploitation d'essences forestibres
une source de revenues qui, sans 8tre considdrables, n'en repr4sentaient pas moins pour eux
des resources 'ppreciables.

La deforestation trbs poussee des mornes a fini par inqui6ter le Gouvernement, et
des lois skvbres ont 4td votees pour enrayer le pille.ge, don't nous avons dejA signal les ef-
fets desastreux, Aujourd'hui, la loi interdit formellement de couper un arbre sur une pente
ou sur la berge d'une rivibre. Meme pour abattre un arbre en terrain plat et A une certai-
ne distance de la rivibre, il faut une autorisation dcrite du Bureau du DUpartement d'agri-
culture.& Jacmel. A Marbial, en l'absence d'un agent de police agricole qualifi4, la sur-
veillance est exercee par le chef de section, qui a regu A cet 4gard des instructions trbs
strictes. En d'autres regions d'Hafti, ce sont les agents de la police agricole qui donnent
l'autorisation d'abattre un arbre. Parfois ils ne l'accordent que moyennant un petit-pot-de-
vin. Ces fonctionnaires ont quelquefois des sous-agents b4n4voles dans les quarters qui
leurs signalent des coupes ill4gales. Ceux-ci, d'ailleurs, en profitent pour faire chanter
les coupables.

En depit des risques trbs reels d'amendes et d'emprisonnement, la coupe frauduleu-
se continue a 8tre pratiqude dans une certain measure, Le paysan a besoin de bois pour ses
constructions, pour la fabrication de la chaux et aussi pour en tirer quelques planches don't
il est toujours sur d'obtenir bon prix lorsqu'il est A court d'argent. Aussi la tentation
est-elle grande. Ceux qui n'y succombent pas recourent A l1'mondage des branches ou utili.-
sent des arbres d4racinss, mais, m me pour ceux-ci, une autorisation du chef de section est
n4cessaire. Aujourd'hui, les habitants de Marbial vont chercher le bois dur pour les poutres
de leurs huttes dans la region situde vers les limits de Cap rouge et de Montagne-la-Volte.
Ils le font transporter par des corvees de 10 a 15 homes.

Les bois exploits dans la Vall4e de Marbial sont, par ordre de valeur: l'acajou:
(Swietenia mahogany), le chine (Catalpa longuisima). le fr8ne (Simarula glauca) et le coma,
Ces essences, en particulier l'acajou, sont revenues rares. A l'heure actuelle, le ch8ne
est le seul bois qui soit encore de bon rapport pour la vente. Le palmiste, don't la valeur
marchande est faible, fournit les planches grossibres don't les paysans font les parois de
leurs huttes ou les baguettes qu'ils utilisent pour le clissage.

Pour abattre et debiter un arbre, la plupart des paysans ont recours a des profes-
sionnels, appel4s "scieurs de long". Ce sont des specialistes qui, tout en restant cultiva-
teurs, ont fait une p4riode d'apprentissage et ont achet4 la."scie de long" et la "scie tau-
reau" (deux instruments indispensables a leur travail, mais excessivement coqteux) et une
tille, Leur metier, m8me, s'ils ne l'exercent que de fagon intermittent, leur procure des
gains relativement 4levss, surtout s'ils ont A couper et debiter un arbre don't le bois est
hautement cotd, comme par example 1'acajou.







- 8o


Autrefois, ils etaient nourris par l'employeur durant toute la durke de leur tra-
vail. Mais, en raison de la duretd des temps, on pr4fbre aujourd'hui convenir d'un prix
forfaitaire plus fort, plut6t que d'avoir a satisfaire l'appetit d'un group de scieurs.

Les troncs, ddbites en grosses billes, sont scids sur des 4chafaudages (ras) dres-
sks sur place. Les planches sont transport4es a dos d'homme ou d'Ine. Par surcro.t de pre-
caution, dans sa lutte contre l'exploitation clandestine des essences forestibres. 1'Etat
ne permit le transport des planches que si l'on se procure un permis special et une licence
pour la vente.

La disparition des espbces forestibres, ainsi que les entraves lgales mises a la
coupe des arbres, ont considerablement reduit le commerce du bois. Il est devenu difficile,
a Marbial, d'acheter des planches, et le prix en est fort 6lev4 (1). Plus d'un paysan gar-
de precieusement chez lui celles don't on fera son cercueil. D autres les conservent comme
leur dernibre reserve, pour en tirer de 1'argent en cas de nccessit6. Quelques individus,
presses par le besoin, vendent encore frais des bois qui ne peuvent 8tre utilis4s en menui-
serie que s'ils ont et6 mis A secher pendant plusieurs mois et Migme pendant un an.


*



LA CONSTRUCT ON DE LA MA I SON

Le paysan construit sa hutte lorsqu'il a intention de se marier ou de se placer.
Elle repr6sente le premier effort et le premier acte d1'mancipation d'un jeune home. La
demand en marriage ne peut se faire si le pretendant ne prouve le serieux de ses intentions
en jetant les fondements de la future maison familiale,

La nouvelle hutte est batie sur le terrain que le jeune homme'reoit. de .ses.parents
lorsque ceux-ci ont decide qu'il est en age d'affirmer son indcpendance. La jeune fille
peut aussi apporter un terrain en dot, mais il est considdrd come peu convenable et poten-
tiellement dangereux de construire une mason sur une terre appartenant A sa femme.

Le toit, en chaume qhez les pauvres et en plaques de t8le chess les richer, est a
deux et, plus rarement, a quatre pans (kay a koup). Les parois ext4rieures sont faites en
planches de ch8ne ou de palmiste, ou sont constitutes par une armature de clissage en bois,
cr4pie de terre ou de mortier. Le sol est en terre battue ou, si les moyens de la famille
le permettent, en ciment.


(1) Les scieurs travaillent g4ndralement a deuxo Un arbre de 10 gdes. donne ordinairement 4 billes,
don't on obtiendra 48 planches. L'entrepreneur, g4ndralement le proprietaire de la scie, demand
25 gdes, avec la nourriture, ou 30 gdes, sans la nourriture, et pale lul-meme son compagnon. 11
arrive quelquefois qu'aucun d'entre eux ne possede de scie. I1s en louent une, N 7 gdes., pour
3 semalnes,
Le travail comporte 3 phases: l'abattage (jetd), le trongonnement (trose) et le ddbitage(green).
Un arbre de 4 billes demand 12 jours de travail (3 jours par bille.
Quand I'arbre est abattu et ddbarrass4 de ses feuilles, on le partage en billes. Les branches
trop minces;sont revenues come poteaux ou come bois & brGler, les trongons trop courts pour
etre debitgs en planches sont revendus au fabricant de mortiers, gamelles et tambours. Celui-
ci peut faire un prix global, "pou tout retay", gendralement dans les environs de 5 gdes., qu'il
payera au fur et & measure de ses ventes.
Certains scieurs de long travaillent toute I'annde, Ils emplolent des ouvriers agricoles pour
cultiver leurs jardins. D'autres, au contraire, travaillent de fagon sporadique, tres souvent
par gott.
Le prix d'un arbre sur pied varie selon son essence: un acajou vaut entire 12 et 25 gdes.; un
chene, environ 12 gdeso; un laurier, 7,50 gdes,
Les acajous de la grosseur la plus commune dans la region se divisent en trois billes, don't la
premiere donne une douzaine de planches de 14 pouces, la second un nombre dgal de planches de
12 pouces, Ta derniere, 8 & 10 planches de 8 pouces, La planche d'acajou se vend facilement de
4 & 6 gdes. Un scieur demand 100 a 150 gdes, pour abattre, d4biter et scier un acajou de la
tailTe indiqu4e.
Les bois de construction sont le coma, le campSche, le chgne, le tendra, le frene et le palmis-
teo Un poteau de maison revient N environ 4 gdes,








La kay est peu spacieuse, si 1'on considbre le nombre de personnel qui y habitento
La demeure paysanne typique comporte trois pieces: la salle, la chambre, et un depot (cabi-
net, ou south mais de nombreuses huttes n'ont que la chambre A coucher et la salle. En ce
cas, elles n'ont pas de galleries, ou seulement une petite galerie frontale, car la south, ou
dep8t, est toujours le prolongement ferme de la galerie lat4rale.

La salle est la piece oh la famille se reunit pendant la journ4e et le soir pour
causer ou pour y entreprendre de petits travaux domestiques. Elle est meubl4e d'une table,
de quelques chaises, de deux ou trois petites ftaghres supportant des verres et des crutches.
Une famille aisde posshde g4ndralement un garde-manger et un vaisselier. La chambre a cou-
cher attenante A la salle est & peu prbs d'dgale dimension. Elle s'en distingue par un nom-
bre moindre d'ouvertures. Son ameublement consiste en un lit, en chaises et en deux ou trois
malles (malit). Autrefois, on y trouvait toujours un grand lit d'acajou, avec une armoire
de meme bois.

A proximity de la hutte s' 4lve une construction modest ou un simple abri, qui
sert de cuisine, et, parfois, un petit silo sur pilots pour l'emmagasinage d'une parties de
la r4colte et la conservation des semences. Chez les families ais4es, on trouve une plate-
forme en ciment glacis pour le s4chage du cafe, Autour de la hutte, la famille laisse
toujours un space libre, qu'on appelle la cour (lakou). C'est IA que s'ex4cutent la plu-
part des travaux domestiques. Sur le pourtour de la cour poussent des arbres fruitiers, des
plants m4dicinales ou ornementales et des legumes les fameux diabdiab.

Les frais de construction d'une hutte moyenne, sans toit en tole ni plancher en
ciment, revient A peu prbs & 400 gdes. Selon un bon informateur, les depenses se rdpartis-
sent comme suit :

Poteaux avec traverses et chevrons ... 50 gdes.
Paille pour toiture, 100 paquets A 0O50 gde .. 50
Clous, 20 livres A 2 gdes. ...... 40
Scieurs .. .... 35
Palmistes, A 5 ou 4 gdes. chacun 20
Charpentier . . . 4
Gonds, serrures .. . .. 36
Total .. 292 gdes.

A ces depenses, il faut ajouter les frais de nourriture pour le charpentier et les
ouvriers, les frais d'une corvee de 10 homes et ceux d'un "vajou" pour tasser le sol de la
case. Ces d6penses, impossible & 4valuer de fagon precise, se montent a environ 100 gdes.

Le devis suivant a At4 4tabli par un paysan d'une famille trbs aisee, qui a bati
sa demeure avec 1'aide de son pbre :

T81e . . ....... . 250 gdes.
Corv4e pour transporter les tSles . . .. 10
Bois . .. 40
Corvee pour transporter le bois. . . 11
Charpentier. o ....... ..... 160
Menuisier. ....... .... ... 70
Magon. ................ ... 110
Corv4e pour 4riger la hutte. . . 15
Ciment ... .... .. . .. .. 36
Garnitures .. . . . 40
Total .. 742 gdes.

A cette some, il faut ajouter le prix de 1'entretien du bos charpentier pendant
un mois. Les crochets et autres ferrures ne sont pas compris dans le total. Les corv4es
ont A4t retribuees par des repas qui ont consisted en viande, semoule de maTs, bananes et
caf4.






- 82 .-


LE MARCH

Les marches jouent un rSle de premier plan dqns la vie 4conomique des campagnes
haltiennes. Celui de Marbial, qui se tient tous les mardis, est situ4 au confluent de la
Gosseline et de la rivibre de Fond Melon, a peu prbs de la jonction de quatre sections rura.-
les. Cette position central, A la crois4e des principles voies d'acces aux vallees du
Massif de la Selle, lui assure la pr64minence sur tous les autres marches de la zone monta-
gneuse entire Jacmel et Port-au-Prince. Il est aussi une foire a b4tail qui ne le cede en
importance qu'A celle de Mayard a l'entree de Jacmel. A l'epoque oh le Gouvernement suppri-
me la plupart;des marches ruraux dans le but de favoriser les villes au detriment des campa-
gnes, celui de Marbial dut etre dpargn4 en raison des grands services qu'il rendait aux habi-
tants de la region.

A la Gosseline, il existe un march secondaire 'oi beaucoup de paysans et de "reven.-
deuses" se rendent les vendredis pour y acheter les products venant des "terres froides" don't
le cycle agricole est, comme nous 1'avons dit, different de celui de la basse vallie.

Le marched de Cap-Rouge, quoique plus distant, fait parties du system economique
de Marbial. A certaines dpoques de l1annee, il devient un centre d'approvisionnement im-
portant pour quelques products tels que les pommes de terre et leriz.

Les gens de Marbial en d4crivant le march de Fond Melon comme un machi- je'ou je'
marchede yeux pour yeux) ou un mache sd twel march4 sans toile), veulent indiquer par ces
terms qu'il s'agit d'un march secondaire que les marchandes professionnelles ne fr4quen-"
tent gubre et oh les transactions se font entire personnel inexpdriment4es.

Le march de Marbial, situ4 a une co ite distance de 1'4glise catholique et du
presbytbre, fait parties des biens de la Fabrique (1) de la paroisse qui le loue A la commu-
ne de Jacmel moyennant une forte redevance. Le terrain qui lui a At4 affect entire les
bords de la Gosseline et le sommet d'une petite eminence offre de nombreux inconv4nients.
Il est tout d'abord-trop exigu, ensuite, A lP'poque des crues, beaucoup de vendeuses snt
obliges de s'installer dans la boue et dans l'eau, alors que les autres s'entassent aux
endroits secs. guelques constructions marquent cet endroit come un lieu de marched; ce sont
de maigres abris faits de bambous et de feuilles de palmier pour les vendeuses et une hutte
qui sert de bureau des contributions et de prison.

A l'interieur du marched on distingue diverse sections affectees A certain types
de transactions ou A certain products. Le b4tail se vend sur les bords de la Gosseline oh
les bouchers abattent les animaux don't la rivibre charrie le sang et les excrements. C'est
l1, 4galement, que se tiennent les "restaurateurs" en plein air qui offrent du boudin, du
grio, du riz ou du bouillon. -Sur la pente de la colline se massent les marchandes de "vi-
vres". Le sommet par contre est presque entibrement reserv4 aux 4tals des "pacotilleuses"
et aux marchandes de tissus. Les mangues se vendent de pref4rence derriere le cimetibre;
les friandises et le pain, le long de la route. Certains products de 1'industrie locale
tels que les chapeaux, sandales, gaines et ceintures en cuir ont 4galement leurs emplace-
ments traditionnels. Cependant la localisation des articles de vente nest pas rigoureu-
sement marque et les limits entire secteurs ne sont pas respectdes.

PRODUCTS VENDUS
La nature, la quantity et le prix des products agricoles ..arient selon les sai-
sons. On s'en fera une idee par une liste qui a 4t6 4tablie en 1949, 6poque A laquelle le
march 4tait particulibrement bien achalandd. (2)

(1) On appelle "fabrique" le conseil de notables qui gbre les blens d'une cure et vdrifie la compta-
bilit6 du presbytere.
(2) Produits offers en vente au marched du 10 mai 1949: mangues, banane.s, arbres & pain pois incon-
nus, aubergines, cresson, lirlitons,ignames,raves,arachldes,riz,dybdo (champignons),6pices,gin-
gembrepains,biscuitsakasa,poissons s4ches,caf6,graines de ricin,tabactafiafanes de patates,
plants d'arbres vdritables,suff,calebasses,coeurs de lataniersbois.-chandellepeaux brutes,gaines
de couteaux et de machettes,pipes,serpes,couteaux,,tissus,vetements,fil,aiguilles,boules de bleu,
savon,passoires,clous,cahiers,crayons,llivres,pipespaniers.






-83 -


Tout un secteur du marched est reserv4 aux tissus ("toilerie"). L'appauvrissement
des campagnes a presque fait disparaitre la grosse toile bleue gross bleu) don't les paysans
aimaient a se vetir, mais -qui cofte aujourd'hui 4,5 gdes. l'aune et n'est accessible qu'a
peu de bourses. Les tissus qui se vendent le plus sont ceux que l'on tire des sacs de fa-
rine ou de sucre, don't ies femmes font leurs robes ou leur vetements de dessous. Leur prix
avantageux compense l'inconv4nient des marques de fabrique qui les recouvrent. Les commer-
9ants des villes important des sacs vides par milliers, s'4vitant ainsi les droits de doua-
ne 4lev4s qui frappent les tissus ordinaires. En plus des cotonnades, on trouve au marched
des vetements de confection: chemises, pantalons, jupes, etc.

Les "pacotilleuses", qui sont toujours nombreuses, vendent du fil en pelotes et
en bobines, des boules de bleu, des aiguilles, des 4pingles, des boutons, des d4s a coudre,
des miroirs, des peignes, des savons de toilette, des allumettes, des chandelles, des ciga-
rettes, qui sont disposes dans les casiers de grandes boites A c8tt d'4pices de toutes sor--
tes (gingembre, anis 4toilM, canelle, pimprenelle, thym, poivre, girofle, ail et cives).

Le marched est 4galement trbs frequent4 par les marchandes de kola, de clairin,.de
"tremp4s" et par les vendeuses d-akas&, de tablettes et d'autres friandises. Quelques bou-
langers transportent des petits pains dans d'4normes paniers.

Les industries locales sont repr4sentees par les chapeaux en paille, les sandales
et gaines de couteau en cuir, des cordes, des nattes, des calebasses, etc.

TAXES
Chaque vendeuse paye une taxe de 0,10 gde., mais si elle occupe beaucoup d"espace
avec sa merchandise, la Pomme est double. En outre, elle doit payer un droit "de piquet"
de 0.10 gde. pour chacune de ses betes de some.

Par ailleurs, 1'Etat pergoit un droit sur la vente du grand et du petit bdtail et
sur l'abattage des betes de boucherie. (1)

Ces taxes (2) sont prelev4es par le prdpos4 des marches ruraux qui, outre un sa-
laire fixe, touche 8 % des sommes qu'il pergoit. Il est assist &a Marbial par 5 adjoints
ou percepteurs (3 pour les marchandes, 1 pour les bestiaux et 1 pour la boucherie.). En
cas de contestations, le prdpos4 peut faire office de juge.

MAINTIEN DE L'ORDRE
Un ou deux chefs de section sont toujours presents les jours de marched pour main--
tenir lordre. Il est rare qu'une matinde se passe sans qu'une personnel ou une autre soit
traduite devant ce fonctionnaire sous inculpation de vol. La personnel coupable ou soupgon
nee est enferm4e dans une hutte situde au milieu du marched qui sert de prison. Si l'accusa-
tion est serieuse, le suspect est conduit a la prison de la ville.

Les voleurs les plus redoutes sont les aousa (Haoussa) qui ont la reputation de
pouvoir soustraire l'argent A leurs victims par des moyens magiques. Ils savent, par exem-
ple, attirer tout le contenu d'une caisse en y introduisant une pibce monted" ou rangede.
c'est---dire ayant 4t4 soumise a des manipulations magiques.
*
LA VIE DU MARCH
Tous les mardis, dbs 1'aube, il rbgne une grande animation sur tous les sentiers
qui convergent vers Marbial. Les paysannes en route vers le march forment des files pres-
que ininterrompues (3). Les unes poussent devant elles un ane lourdement charge ou sont

(1) Les taxes de vente ont 4td 4tablies comme suit: Boeufs et chevaux; 2,35 gdes, Porcs; 1,35 gde'.
ChBvres; 0,60 gde. Droits d'abattage: Boeufs; 3,20 gdes. Porcs; 1,20 gde:. Chbvres; 0,45 gde:,
(2) La patente anuelle pour la vente de 1'alcool est de 6,70 gdes. Le march de Marbial rapporte au
Bureau des Contributions de 600 & 800 gdes. par mois.
(3) En avril 1948, au milieu de la disette, il y avait 322 vendeuses et 60 vendeurs de b6tail. Selon
le percepteur des contributions, mgme en temps de prosp6ritd, le nombre des vendeuses d6passe
rarement un miller.






- 84 -


assises sur le bat de 1'animal, les jambes ballantes. La plupart cependant vont a pied. La
taille ceinte d'un foulard pour"se donner de la force", elles avancent a pas rapides sans
avoir l'air d'etre incommod4es par le lourd panier ou le plateau qu'elles portent sur la te
te. Dans cet interminable d4file les homes sont en minority. Le marched est avant tout
l'affaire des femmes. Les homes ne le frequentent que pour vendre leur b4tail, pour dispo-
ser de quelques articles de leur confection ou simplement en flaneurs pour boire des grogs
avec quelques amis, discuter du prix des denrdes, des combats de coqs et apprendre les der-
nibres nouvelles de la vall4e. Les jeunes gens espbrent rencontrer les jeunes filles don't
ils sont 4pris et changer quelques paroles avac..ell s.

Arrivees au marched, les vendeuses prennent leur place habituelle sous une tonnelle
ou en plein soleil. Elles talent leurs marchandises par terre. celles qui n'ont pas eu
soin d'emporter une chaise avec elles, s'accroupissent sur leurs talons en ramenant pudique-
ment leur robe entire leurs jambes. Elles attendent derriere leur 4tal les acheteurs even-
tuels sans toutefois les importuner par leurs sollicitations. Tout au plus encouragent-relles
ceux qui montrent quelque interkt pour leurs products, et, a 1'eloge qu'elles en font, elles
ajoutent l1assurance qu'elles se servent de measures honnetes. Une commergante qui desire
liquider son stock criera: "pillage, pillage" pour indiquer qu'elle est pr8te a se d4faire
de sa merchandise A vil prix.

Vendeuses et acheteuses se traitent amicalement de bdl-md (belle-mbre), de ma kome
(ma commbre), de matelot (concubine du meme homee. Un client regoit le titre de pratik.

Les achats s'accompagnent toujours de longs marchandages. Voici une scene typi-
que saisie sur le vif. L'acheteuse demand le prix de deux harengs-saurs que la vendeuse
lui offre pour 0,45 gde.-. Le dialogue s&engage come suit: "Votre dernier prix ?". La ven-
deuse hesite, puis dit: "Je vous les laisse A t;40". "Pour vendre cher, vous vendez cher,
vous croyez que les gens mangent I'argent come 9a ? Je vous en donne 0,35" ''Vous plaisan-
tez". Sur ces mots l'acheteuse, devenue indifferente, fait semblant de s'en aller. Aprbs
quelques pas,i elle rebrousse chemin, et sur un ton conciliant dit: "Allons, donnez-les moi
pour 0,35 gde., si j'avais 0,40 gde:, je vous les donnerais". La.vendeuse dans un bel 41an
d'indignation s'exclame: "Ma commbre, videz les lieux". D4que, l'acheteuse sl'loigne cette
fois-ci pour de bon. Elle est dejA loin, quand la vendeuse 1'appelle et lui dit: "Bon, pre-
nez-les".

Les mimiques des partenaires dans ces d4bats sont aussi expressives que leur paro-
les. La vendeuse affectant d'etre outrage par les propositions des clients, recouvre sa
merchandise pour manifester son intention de ne plus rien vendre A des gens aussi totalement
denu4s de s4rieux. Elle adopted un air boudeur et tourne la tete pour exhaler brusquement
sa colbre dans de violentes vitup4rations. Toute l'assistance est prise A temoin de l'af-
front qui lui est fait.

Les acheteuses, lorsqu'elles examinent la merchandise, affectent volontiers une
expression m4prisante et choisissent chaque article avec une lenteur calcul4e. Parfois
aprbs avoir tat4, soupes4, change chaque fruit ou tubercule dans une pile de 0,10 gde., elles
finissent par s'en aller en protestant d'une voix aigre.

Le moment de payer donne lieu 4galement A quelques petites comedies. Une fois le
prix convenu, 1'acheteuse, comme saisie de paralysie, est incapable de trouver son argent.
Elle hesite longuement puis, A contre-coeur, se met A donner ses sous un par un. Elle s'ar-
r8te quelques instants dans l'espoir toujours d49u que la vendeuse se montrera satisfaite
ou qu"elle pourra provoquer une nouvelle discussion. La marchande sur un ton dur et impa-
tient exige son du ou menace de reprendre les articles vendus. Lorsqu'elle a At4 pay4e,
elle recompte selon le dicton, lajd fet pou kdte' (largent est fait pour Stre compt4). Il
arrive parfois qu'une client peu scrupuleuse essaye de confondre la vendeuse en lui assu--
rant qu'elle lui a dejA pay4 une parties du prix-convenu. Il en r4sulte de violentes querel-
les au course desquelles on se menace mutuellement de 1'"Etat" (chef de section). S'il s'agit
d'une some important, du prix d'un cochon par example, le vendeur fait contr6ler le mon-
tant par 1'agent des contributions.






- 85'


Pour certain products, 1'acheteur exige un de'gi, ou r6jmd, c'est-a--dire un petit
supplement. II est 4galement d'usage pour la farine, les haricots ou le.mais de met tiy6,
c'est-a-dire de laisser un petit c8ne d4passer le bord du recipient employee come measure
de capacity Les marchandes sont souvent accuses de perp4trer de petites fraudes don't la
plus commune consisterait A fair usage de godets a fond bossel6 ou imperceptiblement plus
petits que ceux qui constituent l'unit4 de measure regionale. Quelques vendeusestrempent
dans l'eau les haricots sees pour augmenter leur volume et leur poids.

LES REVENDEUSES
Le paysan ne se rend en ville pour y vendre les products de ses jardins que lors--
qu'il a besoin d'y acheter des articles qu'il ne peut trouver sur place ou lorsqu'il a quel--
que affaire A traiter, Pour 4viter 1'4norme perte de temps et les fatigues de diplacements
constants sur des routes mal entretenues dans un pays trbs montagneux, il prefbre ceder les
fruits de son labeur aux revendeuses qui viennent se fournir chez lui et sont les vdritables
intermediaires entire la champagne et la ville.

Parmi les revendeuses, il faut distinguer les "sp4culatrices" qui dispodent d'un
petit capital, achetent A Cochon Gras ou dans les mornes et vont revendre A Jacmel, A Loo-
gane et A Portuau-Prince, des "d4taillantes" qui achetent et revendent sur place ou se ren-
dent a la ville une fois par semaine et dcoulent leurs products dans la region gdndralement
avec un b4nefice minime.

Ce sont les revendeuses qui assurent dans une trbs large measure 1'approvisionne-
ment des villes. Elles en profitent parfois pour stocker les denrdes don't il y a penurie,
provoquant ainsi des disettes temporaires. Les pauvres gens qui les rendent A tort ou a
raison responsables de la chbrt. de la vie, les surnomment "Madame Sarah" du nom d'un oi-
seau pillard, fl4au des r4coltes.

Quelques paysannes de Marbial qui possbdent un mamd-lajd (capital) appartiennent
A la premiere cat'gbride -es reverideuses, cependant celles que l'on voit le plus frequemment
dans la region viennent de la ville. Ce sont pour la plupart des spouses ou des concubines
d'ouvriers ou d'artisans.

La principal difficulty pour une femme qui veut s'adonner au commerce est de trou-
ver la some qui lui permettra d'acheter son premier lot de marchandises. Il lui faut trbs
souvent emprunter de 20 A 30 gdes. A un taux d'intergt qui varie de 5 A 10 gdes. pour une
ou deux semaines. Certaines revendeuses font fructifier l'argent que leur remet 1'homme
avec lequel elles vivent ou celui que leur confie leur fille ou leur gendre (1).

Les revendeuses sont g4n4ralement initides au commerce par une parent ou une amie
plus ^age,' qu'elles accompagnent dans ses voyages et qui leur explique la loi de l'offre et
de la demand, les pr4sente A leurs clients (pratik) et leur fait connaitre des families
chez qui elles peuvent loger au course de leurs diplacements. Le secret du succbs pour une
revendeuse est d'7tre inform4e trbs exactement de l'endroit Oh elle pourra trouver A bon
compete uri produit don't elle obtiendra un prix plus 4lev4 a Port-au-Prince ou ailleurs. Pour
cela, elle est obligee de voyager constamment, soit en autobus, soit A cheval ou A pied.
Elle vend les products qu'elle est allee.chercher, aux marchandes de la ville ou des bourgs.
Celles-ci sont souvent d'anciennes revendeuses qui, a force d'7conomie ou de sens commercial,
sont parvenues A acqu6rir un fonds de roulement important. Elles achetent au prix de gros
et approvisionnent d'autres revendeuses qui font le commerce au detail.

L'exemple suivant peut nous donner une idee de la complexity des transactions aux..
quelles se livrent les revendeuses. Une.pacotilleuse de Jacmel venait acheter au march de
Marbial des avocats, des poules, de la viande de pore et du sirop. Elle vendait ces products
a Jacmel oh elle s'empressait d'acheter des oranges, du Biz, du mats et des gros pois qu'elle

(1) Voici & titre d'exemple une affaire conclue par une riche revendeuse, Elle avait achetd en Arti-
bon!te 200 marmites de riz (soit. 1000 livres) a 3,50 gdes. la marmite. Ses frais de transport,de
taxe et de manutention s'6levrent & 46 gdes. Elle vendit ses marmites L 3,90 gdeso, rdalisant un
b4ndfice de 34 gdes,






- 86 --


allait vendre A Port-au-Prince. Elle se procurait la du gros bleu, du tissu de Siam, des
pantalons, des blouses, des robes, du savon et des articles de quincaillerie ou de mercerie
qu'elle 4coulait dans les mornes pour recommencer ensuite le cycle de ses achats et ventes.
Elle rdalisait ainsi, la chance aidant, un bendfice qui pouvait etre de cent pour cent.

Son succes lui crdait des inquitudes et elle craignait les jaloux qui s'efforgaient
d'envoyer "un mort sur elle".

Les detaillantes qui constituent la second cat4gorie de revendeuses sont des pay-
sannes entreprenantes qui se livrent au commerce pour accroitre les revenues de leur manage.
Leurs transactions sont de la plus grande simplicity et ne leur apportent que de modestes
b4n4fices. Une paysanne de notre connaissance se rendait une fois par semaine & Cap Rouge
pour y acheter des pois et du mats 4grend qu'elle revendait & Marbial sur le bord de la
route.

Ses b4ndfices se r4partissaient comme suit :

Achat Vente Beinfice
6 godets de pois inconnus .. . 5,30 gdes. 4,20.gdes. 0,90 gdes.
Pois Congo. . . .. . . 1,00 ,20 0,20 "
35 godets de mats . . . . 8,75 10,50 1,75

Total. . 1,05 15,90 2,85

Cette meme femme achetait les jours de march une chhvre de 8 A 12 grds. pour en
d4biter la viande sur place. Deduction faite des droits d'abattage et de vente, elle rda-
lisait un b4ndfice oscillant entire 1,50 et 3 gdes. Cette vendeuse estimait que son commer-
ce de boucherie lui rapportait en moyenne 6 A 7 grdes. par mois. Elle allait vendre les
peaux en ville & raison de 2,30 grdes. la livre.

BOUTIQUES (1)
A Marbial l'ambition de toute revendeuse est d'accroitre son commerce pour pou-
voir tenir boutique. Il y a 2 bonnes boutiques a Cochon Gras et deux autres A Petite Rivibre.

Nous avons particulibrement 4tudid l1une des boutiques de Cochon ras afin de nous
rendre compete de la fagon don't la marchande 4tablissait ses prix de vente, de la valeur de
son stock et de la vitesse d'dcoulement 42.des divers produits, enfin du b4ndfice r4alis4.
Nous avons suivi et particip4 aux ventes, A l'une qui s'annongait bonne au dire de la mar-
chande le lundi matin et qui en effet s'est averke fructueuse, et A une autre qui se pr4sen--
tait mal et qui, par suite de deux jours de mauvais temps s'est effectivement trouv4 8tre
"trbs mauvaise".

Nous nous somies livrds a de multiples inventaires et avons ai8d A la vente durant
des matindes entibres. Les quantities vendues ont dtd calculdes dans le tableau ci-joint
d"aprbs les differences entire les.quantitis acheties ajouties au stock du debut de la semai-
ne et les*quantitds invendues A la fin de la semaine, Les bdndfices ont 4td estim4s d'aprbs
la difference entr le prix d'achat et le prix de vente durant chaque semaihe en particulier.
S Certains articles ont plusieurs prix de vente suivant qu'on les dcoule A la piece ou A la
demi-douzaine par example, suivant qu'on consent ou non A un rabais A cause de tel ou tel
d4faut. Dans chaque cas la marchande se rappelait fort bien la raison pour laquelle elle .
avait consent une diminution du prix. En depit de toutes les precautions prises, ventes
et b4n4fices sont repr4sent4s par des chifffes approximatifs, car le total obtenu pour les
ventes ne correspond pas au total des recettes quotidiennes: 88 grdes. environ pour la pre-
mibre semaine et 72 grdes. pour 1'autre. Ce fait peut s'expliquer de differentes fagons:
1) Il y a eu plusieurs ventes A credit et plusieurs remboursements de crdances; 2) La mar-
chande a puis4 dans la caisse pour de petites d4penses courantes, principalement 1'alimen-
tation; 3) Elle a fait des prklevements sur son stock lorsqu'elle manquait de sucre, de cafe,

(1) Ce chapitrela 6td r6dige par Mme. Suzanne Comhaire-Sylvain.







- 87 -


PETIT ,COMMERCE (Mine. P p6-)


BENEFICES
(en gourdes)


1lre sem. Z~e sem. 1re sem


Pain ..... 26,40 18,60
Tabac 15,70 13,50
Sucre . 14,15 11,35
Savon. ... 7,70 5,00
Kola . 3,60 5,60
"Tablettes" 5,30 6,00
"Douces" menthe. 6,00
Biscuits 2,40 1,80
Cigarettes . 4,95 1,50
Graisse de porc. 2,40 2,00
Pois.Congo . 2,50 2,50
Oeufs . 2,50 1,85
Cafe . 7,00 2,00
Epices . .. 1,30 135
Fil . .. 1,50 1,50
Aiguilles. 0,20 0,20
Allumettes .. 1,35 0,40
P4trole., 0,35 1 25
Bananes fires. 1,35 1,05
Mais moulu .. 2,40
Legumes. .. 1,50 -
Millet .. 4,80
Sel . 0,30 0,30
Indigo . 0,35 0,40
Amidon .. 0,50 O,25

TOTAL 113,90 78,80


4,40

1,65
1,40
o,60
0,80
1,00
0,40
1,20
0,40
0,50
0,50
3,50
0,30
0,30

0,45
0,20
0,45
._-
0,80
0,80
-0,05
0,15
0,10

19,95


2me sem.,


3,10
1,50
1,35
0,50
O,60
1,00

0,30
0,25
0,20
0,50
0,35
0,50
0,35
0,15

0,10
0,75
0,35
0,40



0,05
0,20
0,05

12,55


ARTICLES


CAPITAL DE ROULEMENT : 100 gourdes environ,


de savon, etc., ou lorsque les mendiantes venaient la solliciter le jour de march.

Les deux semaines consid4rdes sont deux semaines de la morte-saison. Selon la mar-
chande, non seulement les ventes augmentent durawit la r4colte, mais les b4ndfices sur chaque
article sont plus 4leves parce que les clients ont davantage d'argent en poche et regar-
dent moins A la depense.

A certaines p4riodes de 1'annde, notre marchande 6coule les products des jardins
de son mari: millet, mals, bananes, noix de coco sbcheso Les bnefiices qu'elle r6alise ser-
vent a habiller les enfants.

Il est souvent trbs difficile pour les revendeuses de se rendre compete du profit
qu'elles realisent sur chaque article. Dans le cas particulier, notre boutiquibre avait fini
par remarquer qu'elle ne gagnait rien sur les feuilles de tabac qui lui venaient.de Montagne
la VoGte, bien qu'elle en venditt pour 25 grdes. par semaine. Elle se d4cida & planter du
tabac & grandes feuilles derriere sa maison de fagon a dviter les intermddiaires et a obte-
nir un b4nefice entier. Enfin, ajoutons que la marchande don't nous avons 4tudiE le commerce,
vendait 4galement des articles appartenant a des amies ou a des personnel lui ayant rendu
quelque service. Elle ne pr4levait aucune commission sur les gains qu'elle leur faisait r6a-
liser.

Les chiffres ne peuvent donner qu'une id4e imparfaite de ce commerce des mornes.
Quelques details suppl4mentaires.sont n4cessaires pour en compl4ter le tableau. Notre


'VENTE
(en gourdes)


FREQUENCE DE RENOUVELLEMENT
DU STOCK


3 fois par semaine
Chaque semaine
Toutes les 2 ou 3 sem.
Chaque semaine
Chaque semaine
Chaque semaine
1 fois ou l'autre
3 fois par semaine
Chaque semaine
Chaque semaine
Chaque semaine
Plusieurs fois par sem.
Plusieurs fois par sem.
Tous les 15 jours
Tous les 15 jours
Tous les mois
Toutes les 3 semaines
Toutes les 3 semaines
Une fois ou l'autre
Une fois ou 1'autre
Une fois ou 1'autre
Une fois ou 1'autre
Chaque semaine
Tous les 15 jours







- 88 -.


commergante s'approvisionne A Jacmel. La principal denrde qu'elle s'y procure est le sucre
don't le sac de 5 lives lui est vendu 1,50 grde:. par les revendeuses qui l'ont achete 1,25
grder. & Port-au-Prince. Elle verse le contenu de ce sac dans 12 sachets de paper (4 cuil-
lerees et demiepar sachet) qu'elle vend 0,10 grde. et dans 10 sachets a 0,05 grde. (2 cuil-
lerees par sachet). Le papier don't elle fait les sachets lui revient a 0,05 achete au de-
tail et 0,02 grde.lorsqu'il est achet4par "main" ou "demi-main". Elle en tire 40 sachets. Elle
les colle avec de l'amidon qui lui cotte 0,02 grde. pour 50 sachets.

La boutiquibre estime qu'elle gagne ainsi 2 sachets de 0,10 grde. par sac de sucre
et qu'elle fait un b4ndfice de 0,20 gde. don't elle deduira les frais de paper et de colle.
Les jours de march il lui arrive de ceder 6 sachets de 0,05 grde. A 0,25 grde. a des reven-
deuses qui les 4coulent dans les mornes. Ce sacrifice reduit son benefice A 0,10 ou 0,12
grde.

La principal concurrente de notre marchande qui est installed A Boucan Patate en-
voie sa nice s'approvisionner A Jacmel deux fois par semaine. Celle-ci achete le sucre par sac
de 30 grdes. Son b4n4fice est de 3,75 grdes. par sac,

En rggle generale les marchandes cherchent toujours A gagner 0,20 grde. sur la
gourde, mais, A cause de la concurrence, elles sont souvent obligees de se contenter du 10%.
I1 arrive meme qu'une marchande vende sans b4nefice ou a perte: elle s'y r4signe pour ne pas
m4contenter ses pratik. Elle se console en disant sa ou P di sou 16dg ou gagpn-l sou laj6
(Ce que lron perd d'un cStd on le gagne de 1'autre).

Beaucoup de producteurs confident a des boutiquibres des articles A vendre, payables
environ toutes les semaines, moyennant une commission d'environ 20 %. Quelques marchandes
n'ont presque pas de stocks personnel.

Certaines commergantes achetent et revendent au meme prix en se servant de measures
14gbrement altdrdes ou de sachets imperceptiblement plus petits que ceux qui sont d'usage
courant. Ainsi un marchand de safran nous avoue qu'il avait 4cart4 tous ses concurrents en
payant pour la livre de safran le m8me prix qu'A Jacmel ou elle 4tait cotre a 0,10 grde.
Afin de r4aliser un benefice, il se servait de deux series de poids, "du pays et de 1Ytran-
ger". Les premiers marquis 4 livres 4taient en rdalit4 des poids de 5 livres. Pour derouter
ses victims, il avait garde de se servir continuellement de ses faux poids.

Meme lorsque les fonds de la boutique ont 4tg fournis par le maria, les b4nefices
reviennent entibrement A la femme qui les utilise pour son entretien et celui de ses enfants.
.Quand les dettes ne rentrent pas assez vite ou lorsqu'il s'agit d'effectuer une depense ex-
ceptionnelle, le mari peut 8tre appeld A pr8ter de 1'argent, mais contrairement a ce quia Eu
lieu pour le capital d'etablissement, la femme est tenue de le lui restituer en temps voulu,

A c8td de ces boutiquibres relativement prosperes, il y a dans la region un trbs
grand nombre de jeunes filles ou de femmes qui se tiennent le long des routes ou des sentiers,
sous un ajoupa ou au pied diun arbre, pour vendre de la quincaillerie, des bonbons tablett
et dous), des fruits, des legumes, des cerdales, des spices ou du tabac. Les mangues, calmites
ou avocats sont disposes en petits tas pour lesquels un prix fixe est 6tabli. Le caf4, les
haricots en cosses se vendent 4galement par piles. Les marchandes qui vendent du kola, du
clairin, des bonbons et des.biscuits sont constamment en voyage. Elles se rendent A tous
les endroits de la vall4e, oh, pour une raison ou une autre, un group se rdunit service,
marriage, assemble politique. Les veilldes mortuaires, pendant lesquelles parents et amis
festoyent et slamusent sont pour ces marchandes des aubaines inesprd4es. SitSt qu'elles ap-
prennent qu'une personnel est morte dans quelque kay, elles s'y pr4cipitent A n"importe quelle
heure de la::. nuit portant sur la t8te leur lourd plateau. Ces memes revendeuses se diplacent
aussi de marches en marches sans autre espoir que de gagner quelques sous. Leur vie errante
est particulibrement dure et le moindre accident un vol, une chute, une maladie peut A
jamais d4truire leur petite entreprise commercial.









BOUCHERS
La personnel qui achete un animal dans l'intention de le d4pecer et d'en vendre la
viande, ne le tue pas. Cette besogne income A des sp4cialistes qui regoivent en paiement
un morceau de viande, le cou de l1'animal g4ndralement.

La viande de boeuf ou de pore est ordinairement vendue par des homes, celle de
chevre, par les femmes,

Le boucher n'a pas seulement des revendeuses come clients, mais aussi les mar-
chandes de mdje kwit (nourriture cuite), celles de soupoudre, et les bonnes m4nagbres. Ces
dernieres se contentment souvent de prendre les pattes et autres detay, mais lorsqu'elles
ont une corvde ou une f8te A preparer, elles peuvent acheter une tete ou un carr6 de boeuf (1)

MARCHANDES D'ALIMENTS CUTS, DE BONBONS, ETC,
Les marchandes de mnje'kwit font d'habitude tous les marches de la region. Elles
s'installent de bonne heure, chacune arrivant avec une ou deux servantes qui transportent
le materiel et surveillent la cuisson tandis qu:elle meme achbte sur place le millet, la
semoule de mais, les pois, les frizi, ou la viande.

Ceuxqui pour aller au march ont fait dhs l1aube une longue march sont les meil-
leurs clients de ces'restaurants en plein air. Les vendeuses se servent de recipients en
fer blanc ou de cuillhres pour mesurer la bouillie de petit mil ou de mais et les pois.
Elles d4coupent la viande en petits morceaux d'4gale grandeur.. Leur b4nefice sur la mdje'
s~l cho (nourriture sale chaude) est d environ 1,50 gourde ou m8me davantage quand elles
peuvent se procurer la viande de bonne heure.

Les marchandes de tablet, d'akasa et de doukounou se postent sur 1'uno des routes
conduisant au march afin de ne pas payer de taxes,

Ces marchandes font aussi vendre leurs aliments cuts ou leurs friandises par
leurs servantes qui, un grand plateau sur la t8te, circulent a travers le march criant
leurs spicialitts, ou se rendent de maison en maison pour colporter les products de leur
patronne.

Il y a A Marbial trois jeunes gens qui se sont sp4cialis4s dans la vente de la
cassaveo Ils s'installent tous les matins au bord des routes les plus fr4quent6es avec
leur sac de farine de manioc et leur platine, allument un feu de bois et commencent A prd-
parer leurs galettes. Comme ils produisent eux-memes le manioc qu'ils utilisent, ils r4a-
lisent chaque jour un benefice de 1 A 1,20 grdes.

MARCHANDES D AMIDON
Les marchandes d'amidon se rendent de temps a autre dans la plain de Jacmel pour
acheter un baril de manioc A 80 grdes. L'amidon qu'elles obtiennent aprbs avoir fait cou-
ler et decanter le manioc qu'elles ont soigneusement pile et additionne d'eau, se vend A
raison de 1,25 grde;.: A Marbial, 1,50 grde. A Jacmel et 2 grdes. A Port-au-Prince. Les

(1) On vend les chbvres par kare (2 kare devant et 2 kard derriere) quartiers, -A une renvendeuse.
Si la propri6taire est elle-meme une marchande; elle pr6fhre d4tailler les kare, c'est-&-dire les
d6couper en morceaux de 1,10 & 0,40 grdeo qu"elle dispose dans son plateau. La peau se vend en- *
viron 1 grde. Si 1'on dddult Tes 0,50 grde, de droit de vente et les 0,20 grde. de la carte des
contributions, une chbvre de 6 grdes. rapportera 1,50 grde. .:si 1'on s'adresse & des revendeuses
et environ 3,50 grdes. sl la femme la detaille elle--mame.
Un boeuf de taille moyenne se vend environ 180 grdes. Le boucher donnera & celui qui a tud I'ani-
mal le cou. 11 vendra s6pardment les 4 kard de 30 & 33 grdes.,, seTon leur apparence; la t6te (lan-
gue et cervelle comprises)'5 grades ; les tripes (toled) 25 grdes.; la biskst, qui est consid6rde
comme un bon morceau, 3 grdes.; la peau 30 grdes,; les frezi 7 grdes.; les pattes 0,70 grde, cha-
que. 11 garde pour sa famille les restes d'abattage (detay), a moins qu'il n'ait tu6 plusieurs
b6tes. En ce cas 11 vend le ddtay, 3 grdes, et reserve les cornes pour les 4couler a la douzaine.
Son b6enfice total peut 6tre estime entire 13 et 25 grdes, en plus des comes, aprbs qu'il aura
acquitted Tes taxes du march, La revendeuse qui d4taille'un kare ne fait jamais plus de 1,50 grde.
de b6nefice, C'est g6enralement une marchande d'aliments cuts qui achhte les frezi. Quant aux
pattes elles vont g6ndralement A des meres de famille qui en font un bouyo pyd bef, consider
comme trEs fortifiant, La t ate est decoup6e en 8 morceaux de 0,50 grde.
Le kare d'un porc de 125 grdes, se vend 30 grdes,; la tgte 11 grdes,; les frezi, tob6 et sang, 8grds.






S9go -


boutiquieres de Marbial d4bitent 1'amidon A 0,20 grde. le godet ( 1 marmite content envi-
ron 7 godets) ou A 0,05 grde le petit verre (1 godet content 5 petits verres), Les reven-
deuses achetent ce produit par godets pour le revendre par petits verres. On pretend que
les marchandes d'amidon font de 20 A 50 grdes, par baril.



VARIATION DES PRIX DU MOIS DE MAI 1948 AU MOIS DE JANVIER 1949

POIS RIZ PAYS POIS MAS MOULU
M MAIS ROUGE MILLET ARTIBONITE LOCAL INCONNUS MAMOULU

Mai 1948 0,45 0 80 0,50 0,90 1,00 0,50 0,50
Juin 0,45 0,80 0,50 0,75 0,50 0,50
Juillet 0,35 o 50 0,50 0,70 0,50 0,40
Aout 0,20 ,30 0,50 0,70 0,55 0,40 0,25
Septembre 0,25 0, 30 0,50 0,70 0,50 0,45 0,20
Octobre 0,25 0,30 0,50 0/70 0,50 0,40 15 et 2 pour 25
Novembre 0,20 0,30 0,50 0,75 o,60 030 15 3 pour 10
D4cembre 0" O,15 0 30 O,60 0 30 15 p 05
Janvier 1949 0.10 0, 5 3 p. 20 0,50 10 p 10


CREDITS PRETS ET I NTERETS

Au course des chapitres pr4cedents, il a 4t4 maintes fois question des problkmes,
souvent insolubles, que le manque d'argent liquid suscite chez les families paysannes. Le
paysan a besoin diargent, non seulement pour se vgtir. lui et sa famille, pour se soigner,
pour diversifier son menu, mais aussi pour pouvoir produire. Le concours qu'il obtient de
ses voisins, sous forme de corvees ou de djob, exige des d4bours important. Il lui faut en
plus de 1rargent pour ses semences. Or, s'il achbte A la baisse, trois ou quatre mois avant
les semailles, il immobilise son argent, qu'il pr4fbre employer pour des transactions profi-
tables. Il se decide g4ndralement A se procurer des semences A l'epoque oh les revendeuses
en les stockant font monter les prix. Il cherche alors & obtenir de 1'argent liquid par
toutes sortes de moyens. Certains paysans vendent leurs volailles ou leur petit b4tail,
d'autres se louent comme journaliers ou prennent des djob pejyd (travail a la tache), d'au-
tres enfin.ont recours A leur femme, qui leur fait une advance sur son b4nefice ou sur son
fonds de roulement. La situation nest r4ellement grave pour le paysan que lorsqu'il doit
subitement faire face & une grosse depense, telle que les frais d'enterrement (de 150 A 300
grades ) ou de maladie. Un marriage, la construction d'une maison, 1'achat d'une terre A un
moment favorable sont 4galement des circonstances qui, pour nl'tre pas aussi urgentes et
inevitables, constituent n4anmoins 1 ambition 14gitime de tout paysan. En de tels cas, fau-
te de poss4der des economies suffisantes, il est oblige d'avoir recours aux usuriers de la
ville.

Le paysan aux abois, s'adresse de pr4efrence au "sp4culateur" auquel il vend son
cafe. Celui--ci lui consent un pret A 50 % d'int4ret, remboursable en argent ou en caf4, A
1'4poque de la r4colte (janvier). D au-tes "sp4culateurs" sont plus exigeants. Voici, A
titre d'exemple, le genre de pret quails consentent: le prix du caf4 4tant de 0,75 gde. la
livre, le "sp4culateur" advance A son client 50 gdes., pour lesquels il lui demand en retour
200 livres de cafe. Si le course se maintient, le bailleur. ralise un profit net de 100 gdes.,
mais il s'expose A perdre si le cafe baisse l'ann4e suivante. Pour faire face A une gch4an-
ce, harcelg par le crediteur, le d4biteur se voit contraint de livrer son caf4 A bas prix,
sans pouvoir attendre la hausse.






- 91 -'


Quand le paysan ne peut s'acquitter de sa dette en caf4, il est oblige de donner
en garantie ses titres de propriety, ou, si la some est peu important, l'alliance en or de
sa femme. Jadis, il consentait m@me A une vente A remer6.

Quelques "speculateurs", il faut le dire, pr8tent de 1'argent A leur client sans
inter@t, dans la seule intention de maintenir sa clientele.

Les sommes que le paysan emprunte varient de 10 A 30 gdes., mais certain d'entre
eux encourent des dettes de 500 gdes.

A la champagne, quelques paysans pretent de 1'argent A des taux usuraires, Ce sont
gd6hralement de petites sommes. remboursables A bref delai par example, 10 gdes., pour les-
quelles ont rendra 15 gdes. dans une quinzaine de jours ou un mois, Ces usuriers campagnards
sont parfois de pauvres diables, qui exploitent plus miserable qu'eux. Lorsqu'une femme veut
faire du commerce, elle peut se procurer un capital de 3 gdes. auprbs d'une amie et partager
avec elle ses maigres ben4fices.

Les gros propri4taires qui pr8tent de 1'argent cherchent par ce moyen a 4tendre
leurs terres en confisquant la terre ou le b4tail .dun d4biteur insolvable.

Autrefois, 1'habitant des mornes achetait volontiers A credit dans les magasins
de la ville, qui 4taient souvent tenus pa: les femmes des speculateurs avec lesquels il 4tait
en relations d'affaires. Il s'acquittait de sa dette au moment de la recolte du caf4.
Aujourd'hui, alors que le pouvoir d'achat du paysan est faible et qu'il est A la merci d7une
mauvaise saison, son credit est bas et les boutiquibres se montrent moins tolerantes. Nean-
moins, les femmes qui font un petit commerce continent a acheter la quincaillerie don't elles
ont besoin a credit et payment a la quinzaie ou mensuellement. Pour parer au risque du cre-
dit, les commergants font payer le prix fort aux clients qui le leur demandent.

Parmi les nombreux paysans que nous avons questionnEs, il n'en est pas un seul,
mrme parmi les plus riches et les plus instruits, qui ait un dep6t en banquet. Comme nous
avons dejA eu l'occasion de le dire, trbs peu d'entre eux accumulent de l1argent liquid.
Ils ne thesaurisent que dans le dessein d acheter une terre ou des animaux, Quelque paysan
riche d4posera, par precaution, son argent chez un sp4culateur honorable et honnete et effec-
tuera des pr41evements au fur et A measure de ses besoins.

Un paysan qui prevoit une forte depense marriage, achat de terre, construction
d'une maison apportera ses economies chez le "sp4culateur" jusqu'au moment oh il ar a com-
plet4 la some n4cessaire. On trouvera, en appendice, le detail des dettes contractees par
les 147 families sur lesquelles nous possedons des renseignements statistiques. Quelques
families ne peuvent specifier le montant de leurs dettes, parce que celles-ci ont A4t encou-
rues par le grand pere ou le frbre.





RELATIONS ENTIRE LA VILLE ET LA CAMPAGRE

La misbre croissante des campagnes force un nombre toujours plus grand de paysans
a allege chercher fortune en ville. Ces deracin4s gagnent peniblement leur vie comme gargons
de cour, ouvriers des travaux publics ou des rares entreprises industrielles, ou enfin comme
marchands ambulants les femmes, comme vendeuses, blanchisseuses, repasseuses, tresseuses
de pite, domestiques ou prostitutes.

Il est cependant une categorie de paysans pour la plupart des individus ayant
quelque habilite manuelle qui sont des migrateurs saisonniers. Ils passent chaque annde
quelques mois a la ville et rentrent chez eux pour s'occuper de leurs champs.

L'"habitant" qui quite d4finitivement sa vallde est souvent le co-propri6taire
d'un bien indivis ou le possesseur d'un petit jardin. Il renonce alors aux maigres bnh4fices






.- 92 -


que sa terre lui rapporte ou se content de redevances en espbces que lui font parvenir de
temps a autre ceux qui en tirent partio Il ne revient chez lui que pour assister aux fund-
railles de quelque proche parent. Ce n'est que quand il a perdu tout espoir de trouver du
travail en ville qu'il se resigne a revenir au pays natal oh l'attend un sort a peine meil-
leur que celui auquel il a essays de se d4rober. Paysan sans terre, il vivra au jour le
jour comme ouvrier agricole ou peinera durement pour partager sa r4colte avec le propri4-
taire de ses jardins.

Les families trbs pauvres cherchent a placer leurs enfants comme domestiques chez
les bourgeois de la ville. En fait elles les "donnent" pour qu'ils ne meurent pas de faim,
Cette forme de servitude a pris une telle extension qu'une loi sp4ciale a dG etre l4aborde
par le Gouvernement pour protdger les petits campagnards.que leurs parents ont remis aux
families bourgeoises. Selon des statistiques recentes il y aur-ait 7.100 mineurs qui se
trouveraient dans ce cas a Port-au-Prince, don't la population est de 152.000 habitants.

I1 ne faut pas confondre ces serviteurs avec les fils ou filles de paysans ais4s
que leur famille met en pension chez des parents ou amis de la ville pour qu'ils y poursui-
vent leurs etudes et y apprennent un m4tier. Les frais de leur entretien sont pays soit
en argent, soit en nature. En fait l1enfant rend A la famille qui 17accu.lle divers ser-
vices qui en font souvent des domestiques d4guises par biensgance. Le term "domestique"
est consider par les paysans comme une grave injure.

Les relations entire habitants des mornes et des villes sont 4troites et constan-
teso Le paysan de Marbial se rend en ville pour de multiples raisons. pour sy habiller,
pour acheter des meubles, des outils, des denr4es, pour vendre son caf4, pour aller en que-
te d'un mddecin ou pour se faire traiter A l'hipital, pour voir son notaire, son avocat,
ou pour comparattre devant le juge, s'il est protestant pour assister au culte baptiste une
fois par mois0

Rien d'4tonnant done si, a plus d'un 4gard, les gens de Marbial sont semi-urbani-
ss,. Ils imitent volontiers les citadins dans leur fagon de s'habiller, dans leur parler
et partagent leurs prejug6s. Ils ne different que peu des prol4taires qui s'entassent a
Port-au-Prince dans les quarters insalubres de la Saline ou du Bel-Air; chez les uns come
chez les autres, f6mes coutumes, memes croyances et m$mes ambitions. Cependant l'assimila-
tion n'est jamais complete et les moun mon ne percent jamais leur sentiment d'inferiorit4
devant les bourgeois de la ville et aujourd'hui cette conscience de ce qui les en spare
prend parfois une forme aggressive.

Les homes d"affaires, dans les villes, se montrent ouvertement hostiles A l'avan-
cement des communautds rurales. A plus d'une reprise ils ont fait champagne dans les jour-
naux ou sign des petitions pour abolir les marches ruraux sans se soucier du tort qu'ils
faisaient ainsi subir a l~conomie paysanne. Les citadins voient aussi avec d4faveur la
creation de nouveaux quarters, bourgs ou communes dans les campagnes. Sur ce point ils
n'ont pas toujours tort, car ces reformes administrative ne visent trop souvent qu'a des
fins politiques sans 4gard aux conditions sociales et 4conomiques de la region.
*



L A L I M E N T A T I 0 N

L'alimentation du paysan depend naturellement de la saison. La rdcolte de juin
et de juillet lui permet d'attendre celle d'octobre et de novembre. En d4cembre et janvier,
il peut computer sur le millet et, s'il possbde une terre susceptible d'etre irriguee, il
est assure d'une quatribme recolte de pois et de mals.

Cette succession de r4coltes risque de crder l'illusion d'une abondance continuel-
le. Celle-ci a pu exister jadis, mais elle n'est plus qu'un souvenir. Plusieurs annees de
s4cheresse et 1'4puisement du sol-ont rendu le raccord entire les saisons de plus en plus






- 93 -


precaire. Le moindre cart dans leur rythme jette le trouble et la disorganisation dans
l'4conomie paysanne, A la fine de la morte-saison, qui va de decembre A mai, le paysan qui
ne possbde pas de terres irrigudes passe par une periode de penurie et meme de disette. Ses
reserves s'dpuisent rapidement et le marchd devient son jardin", en d'autres terms, il se
nourrit grace A l'argent qu'il a 4conomis4 ou qu'il realise en vendant son betail. Combien
de fois, au course des mois qui precedent la premiere recolte et meme la deuxibme, le paysan
ne doit-il pas jenner ou se contenter d'une infusion sans sucre ou d'un bouillon de bour-
geons..o Circonstance aggravante, il est soumis a ce regime deficient a l1'poque du defri-
chement et des semailles, c'est-a-dire au moment oui il doit fournir les plus gros efforts
physiques (1).

Consid4r4 dans son ensemble, le regime alimentaire est relativement bien 6quili-
br4, mais le menu quotidien est peu diversifi4. Comme partout ailleurs sous les tropiques,
les carbohydrates predominent. La grande source de protdines vegdtales est reprdsentee par
les haricots et les pois, mais les corps gras ne font pas d4faut, m^me dans la cuisine des
pauvres. Le paysan ajoute toujours un peu de graisse ou de lard dans la plupart de ses
aliments cuts. S'il en est empech4 par la misbre, il.fera de cette incapacity le symb8le
meme de 1'extrdmit6 de son denuement.

Maislet millet forment le fond de l'alimentation chacun pendant six mois de l'afn-
nee le millet, de janvier a juin, et le mals, de juin a decembre. On ne peut, cependant,
parler d'une saison nettement delimit4e pour chacune de ces cerdales, puisque leur consom-
mation coincide souvent. Les haricots et les pois, ces compagnons inseparables des c ar4a-
les ne manquent a aucune 4poque de l'annee, si les r4coltes ont 4t4 favorables. (2)

D'aprbs les recherches de Mr. et Mme. Jean Comhaire-Sylvain, les habitants de
Kenscof apprktent le mais d'une quinzaine de fagons diffdrentes, tout en 4tant loin du to-
tal des recettes connues en Haiti. Les m4nagbres de Marbial n'ignorent pas, elles non plus,
les nombreux mets que l'on peut preparer avec cette c4erale, mais, dans 1'ltat pr4caire de
leur 4conomie, elles ne servent a leur famille que les plats les plus simples et les moins
coqteux. Le paysan cherche avant tout A se remplir l'estomac et ne se soucie gubre de gas-
tronomie.

Le plat de resistance pendant de nombreux mois de 1'annde est le mai moule, sorte
de polenta faite avec de la semoule de mais, que 1'on obtient dans de petits moulins A braso
Elle est cuite a l'eau et est rendue plus nourrissante par I'addition d'un peu de graisse
ou de pois inconnus (mai-a-pwa). La proportion est alors d'un godet de pois pour 5 godets
de mass.

Au moment de la recolte, les 4pis de mais encore tendres, souvent proteges par
leurs feuilles, sont boukane (r6tis) pres du feu. Parvenu A maturity (mai rak), ils sont
bouillis (mai bouyi) dans de 1'eau salee. Le mai rek raip donne une farine qui, si elle
est particulibrement fine, porte le nom de ke mai (coeur de mais), don't on fait une bouil-
lie a l'eau ou au lait.

L'atol est une bouillie de mats don't le nom et la preparation indiquent une paren-
tU avec l'"atole" mexicain. A Marbial, si 1'atol se fait avec du mais ~ert, on se content
de le piler une fois, de verser la masse pulpeuse dans de l'eau pour enlever les pailles et
autres detritus et, de la cuire dans une chaudibre jusqu'A ce qu'elle devienne suffisamment
4paisse. Mais, si l'on emploie du mais mor (mai rek), il est pile a trois ou quatre repri-
ses, aprbs avoir A4t chaque fois lav4 et tamise. Finalement, il est bouilli, seul ou avec
des haricots et un peu de graisse.

(1) Cependant, beaucoup de'paysans vendent une parties de leur recolte saisonnibre, qu'elle soit abon-
dante ou non, pour se procurer du pain, de la farine de froment, de la viande ou des patates.
(2) La saison des pois inconnus(pwa koni) correspond auxmois de juin et d'octobre; celle des pois Con-
go commence en novembre. Vers mars et avril, on les mange sees. Les haricots noirs, rouges et
blancs (Phaseolus vulgaris) se r4coltent sur terre irrigude & partir de fUvrier. Ces memes pois
sont plants dans les terres froides en juin et rdcolt6s en octobre-novembre. Les pois plants
dans les terres froides en decembre sont des puw sere ou Pwa sek. On les rdcolte en mars.






94


On d4signe du nom de pd mai (pain de mais) un dessert A base de mals, don't nous
parlerons plus 'loin, et aussi un mets qui se fait avec de la semoule, ou farine de mals.
Celle-ci, humectee d'eau salee, est envelopp4e dans des feuilles de bananiers en petits pa-
quets, que 1'on cuit sous la cendre.

Les grains de mais secs, ramollis dans de l'eau, sont concass4s dans un mortier
vann4s et piles encore A deux ou trois reprises. Ils donnent une farine grossibre (mai.gro
tet) que lon fait cuire avec des pois et des morceaux de giraumont. On grignote aussi les
grains de mals grills, ou on en fait une farine sucr6e (chdmchft). Le mais entire 4galement
dans la confection de nombreux desserts et friandises, don't il sera question plus loin.

C'est A partir de d4cembre, jusqu'en juin, que le millet se substitute en grande
parties au mais. II est cuit A l1eau & peu prbs comme le riz et est souvent m4lange avec
les pois Congo. Exceptionnellement, on le fait griller A la marmite ou on le r4duit en fa--
rine (chemchzm pitimi).

Le pois et riz, (diria-pwa) le mets national d'Haiti, est un luxe A Marbial, ou
haricots et pois sont les compagnons ins4parables du millet et du mals.

Le plantain (banane) et la figue-banane sont des elements trbs ,jportants de
1'alimentation. Les plantains sont r8tis A feu ouvert ou bouillis dans de 1'eau0 Ddcoup4s
en trenches, sdch4s et pil4s, ils sont transforms en farine, que l'on sert en bouillie,
surtout aux enfants. Les figues-bananes vertes sont cuites dans de l'eau, mais on prdfbre
les manger crues lorsqu'elles sont parvenues A maturity.

Par ordre d'importance, aprbs les bananes, viennent les patates douces, qui sont
r8ties avec leur peau ou bouillies, les ignamessles malangas et autres espbces d'Araceae
qui sont invariablement bouillies.

La culture du manioc est trbs rdpandue, mais. come aliment, cette racine est loin
d'avoir a Marbial, l'importance qu'elle a dans d'autres regions tropicales. Un petit nombre
de producteurside manioc se font quelque argent en vendant des cassaves le long de la route.
Ces galettes de manioc s'obtiennent selon la technique que les Noirs ont heritge des Indiens,
avec quelques modifications. Les tubercules sont pel4s et laves dans la rivibre, puis graje
(rapes) sur une ripe en metal. Pour retire de cette masse pulpeuse le suc toxique qu'elle
content, on la met dans un panier souple, que 1'on place sous le levier de la press a can-
ne d4crite plus haut. .: :. On ajoute un battoir supplementaire, que l'on alourdit avec
de grosses roches. Le suc ne tarde pas A s'.couler, pour Ztre recueilli dans un recipient
quelconque. On exprime aussi le suc en mettant la pulpe dans un tissu ou dans un sac, que
lon tord A lanmain. La pulpe. sdch4e et retire pour etre pile dans un mortier, est pas-
s4e au crible.' La farine blanche et fraiche que l'on obtient alors est 4tendue sur une pla-
que de fer ronde, aplatie avec une planchette et r8tie sur les deux faces. Le bikwach est
une varidt4 de cassave 4paisse que 1"on prepare au fond cune marmite en fer. La farine de
manioc se mange aussi sous forme de bouillie.

Les arachides representent plut8t une culture de rapport qu'un appoint alimentai-
re. Lors de la r6colte, on en fait griller une certain quantity que l'on grignote avec du
sel. A Marbial, les arachides ne sont jamais bouilies avec d'autres plats. Un role encore
S plus insignificant 4choit au sesame, qui est cependant cultiv4 par beaucoup de paysans, bien
qu'en trbs petite quantity. Il sert surtout A preparer des sortes de pralines ou "tablettes"
et une farine grille, m4langee de sucre, le ch6mnch&m roroli.

LEGUMES
Les legumes ne sont ni trbs nombreux ni trbs appr4cies, a exception des aubergi--
nes et des choux, don't on fait des "toufe". Les autres legumes sont classes sous la rubri--
que de diabdiab. Comme le mot le suggbre, ce sont des aliments d'appoint, que l'on plante
en petite quantity et un peu au hasard pour varier le menu, rehausser une sauce ou come
reserve au cas oh la nourriture se ferait rare. Les mirlitons, les giraumonts, les'gombo,
les piments, les petites tomatoes indigenes sont les diabdiab par excellence. Ces dernifres






- 95


ne sont bonnes qu'& donner du goat et de la couleur & la sauce. En temps de disette, on con-
somme 6normement de bourgeons de giraumonts ou de pois inconnus, On prelbve sur les pousses
de cette dernibre plante un bourgeon sur trois. Les legumes verts (choux, bourgeons de pois
inconnus, pourpiers) sont ge4nralement servis en bouillon aprbs une longue cuisson. De plus,
les bourgeons de pois inconnus et certaines plants ont une saveur acre qui rend ndcessaire
une cuisson rdpetee dans plusieurs eaux, Les grosses tomatoes, que les indigbnes commencent
A peine a cultiver, et le cresson que l'on vend au march sont consommes crus.

FRUITS
Combien de fois n'avons-nous pas entendu les paysans dire que. sans les mangues,
ils seraient tous morts de grd gou. De tels propos n'ont rien d'exag6re. Ce fruit parvient
a maturity en avril et en mai, au moment oh les paysans sont le plus depourvus, *C'est alors
que grd moun kom ti-moun tit &di... (que grands et petits regardent en l1air) et qu'ils peu-
vent s'6crier, come l'un de nos informateurs: Papa, nou sove'.! "Papa, nous sommes sauv4s".

Tous mangent des mangues & longueur de journ4e et se dispensent mhme de leur d--
jeuner et de la collation de midi. En 1948, ces fruits devinrent pour beaucoup un aliment
de base; cependant, les paysans ne se font pas illusion sur leur valeur nutritive, et ceux
qui doivent en aire leur nourriture ne cessent de rdp4ter : m&go se pa rnje' !

Les manguiers qui poussent en bordure des grands chemins sont proprie6t commune.
Les enfants passent des heures entibres A les bombarder A coups de pierres, ou ramassent
les fruits mtrs que secouent des grimpeurs audacieux. La maraude des mangues est tant soit
peu toledre et ne provoque pas de reactions bien vives de la part des proprietaires.

On cueille souvent les mangues encore vertes pour les faire murir dans un endroit
obscur sous de la paille (mdgo toufe ou mago chode).

La saison des mangues est suivie de prbs par celle des avocats. Plus riches en'
matibres nutritives et fort got4es des paysans, ils ne jouent pas cependant le rl8e de fruit
providentiel, puisque leur maturity coincide avec la recolte qui rambne un peu d'abondance.,
On les mange toujours crus, avec n'importe quelle autre nourriture. Avocats et epis de mais
sont etroitement associds et, A eux deux, ils constituent le dejeuner et la collation tradi-
tionnels pendant la second parties de 1'annee.

Les calmites prennent une certain importance alimentaire pendant une brbve perio-
de, au mois de mars, avant la maturity des mangues. Ils deviennent alors un aliment d'ap-
point pour quelques families pauvres.

A partir de septembre, les oranges et les pamplemousses (chadek) abondent. On en
fait grande consommation, bien qu'une parties des oranges soit destinee A la vente en ville.
Il en est de meme pour les ananas, corossols, grenadilles, abricots, pommes d:acajou (Ana-
cardium occidentale); le paysan, n'estimant que peu leur valeur nutritive, prdfbre de beau
coup le peu diargent qu'ils lui rapportent en ville. Au course de l'ete, petits et grands
mangent beaucoup de queneppes (Melicocca bijuga) don't les fruits peu charnus, mais acidules,
sont trbs rafratchissants,

LA VOLAILLE
Les quelques gourdes que le paysan retire de la vente d'une poule ont pour lui plus
d'attrait que le repas don't celle-ci ferait les frais. Toutefois, la viande de poulet est
fort goqtde et passe, de plus, pour etre un aliment fortifiant. Une personnel qui se sent
faiblir, don't 1'estomac est "casse", se decidera A sacrifier une poule de sa basse-cour.
Voici comment on s'y prend pour preparer un poulet: on lui coupe la gorge et on la laisse
se debattre sur le sol pour qu'il perde son sang. On 1'4chaude pour le. plumer, on le roussit
au feu, on le vide et on le decoupe en quarters que l'on frotte avec des trenches doorange
sure. On le fait cuire dans une marmite avec de la graisse et des spices.

LA VIANDE
La consommation de la viande, qui est un aliment fort appreci4, peut etre prise
comme indice du niveau de vie des families paysannes; mais meme les riches n'en mangent






_- 96 -


guere que deux ou trois fois par semaine, en particulier les jours de march. Les plus pau-
S vres, par centre, n'achetent de la viande qu'une ou deux fois par mois. Quelques individus
particulibrement miserables m'ont dit n'avoir pas go0t4 un morceau de viande pendant plu-
sieurs mois.

La viande de chevre est celle que les paysans se procurent A meilleur compete. Non
seulement elle se vend aux differents marches, mais on la d6bite 4galement dans les petites
boutiques situdes le long des routes et entire voisins.. Le pore et le boeuf sont de consom-
mation beaucoup moins courante.

La viande est cuite "a la chaudiere" (dans une marmite en fonte) ou bouillie. La
recette de la viande r8tie m4rite d'8tre donnde en detail comme illustration du raffinement
de la cuisine paysanne. La voici: commences par 4chauder la viande en versant sur elle de
l1eau bouillante; faites-la mariner en la frottant avec des trenches d'orangeo sure, sale
et mettez--la dans la marmite avec plus ou moins d'eau selon qu'elle est tendre ou dure.
Ajoutez un peu de graisse et cuisez sur feu ouvert en maintenant le couvercle fermi. Quand
la viande est presque a point, soulevez le couvercle et arrosez 14gbrement pour faire dorer
le morceau,

Le grio est de la viande de pore r6tie A la chaudibre dans sa grmsse. On la vend
dans les boutiques foraines, par morceaux minuscules, don't le prix est de 0,10 gde.

Si l'on recouvre la viande d'aubergines ou de choux et que 1'on cuise le tout dans
la marnite bien fermee, on aura un toufe, qui est un des grands plats de la cuisine paysanne.

Au dire de presque tous les informateurs d'un certain age, le bouillon figurait!
jadis beaucoup plus souvent qu'aujourd'hui au mipu paysan. De multiples denrees entraient
dans sa composition: tout d'abord une tranche de viande et de la graisse, puis .des patates,
des ignames, des malangas, des mirlitoris, des bananes, des haricots, des bourgeons, du cres-
son et enfin des boulettes de farine (d6wnbwey). Ce plat national, "donneur de forces",
s'est fait de plus en plus maigre et de plus en plus rare. Les"vivres" (ignames, plantains,
etc.) sont souvent remplaces par des legumes" bourgeonss, choux, feuilles diverse) et la
viande a c4d4 la place A des morceaux de porch sal (soupoudre) ou a des tripes.

Le soupoudre joue un grand rl8e dans la cuisine marbialaise. C'est de la viande
de pore et du'lard, 4chaudes a l'eau bouillante, copieusement sal4s et mac4rds dans du jus
d'orange sfrearomatis4 avec du thym, du persil, du piment, des clous de girofle et des 4cha-
lottes. Le boeuf et la viande de chbvre se prdparent de fagon identique (vin sale). Si la
saumure est faite selon les bonnes rbgles, la viande ainsi traitee se conserve environ un
ou deux mois. La viande peut etre aussi pr4serv4e sous forme de taso: on la dcoupe en tran
ches minces qui sont sales et s4chdes au soleil.

A d4faut de saindoux, de lard (kwdn) ou de margarine, on tire de la graisse de
morceaux de suif ou d'dfiba trenchess de 1'intestin grele avec des membranes graisseuses)
que 1'on frit au fond d'une marmite.

Aucun morceau d'un animal ne se perd. Les frezi (poumons, foie et coeur),- les
t6be (tripes), la jb'a (les rognons), la t8te et les pieds, qui forment le cinquibme "carrd"
S (kard) de toute bete depecde, ne sont dedaign6s de personnel.

Les jours de boucherie, on achbte au march du boudin fait avec du sang de pore.
On'mange 6galement du sang de chbvre cuit dans une marmite avec du piment et des persils
come condiments.

LE POISON
Malgre la proximity de la mer, on ne voit jamais de poissons frais A Marbial,
sauf les quelques sardes que l1on peche a 1l'pervier dans la Gosseline en dcembre. Par
contre, les haran*s sal6s (rard sel) et les harengs saurs (rard so) qui se vendent par me-
nues trenches de 10 cms. trouvent toujours acheteurs. La more (l&nori) a ici, comme dans
tout Haiti, beaucoup d'amateurs. On la fait bouillir et frire pour la manger avec la polenta,






- 97


le millet ou des vivres. On en "boucane" (rotit) quelques petits morceaux, que l'on mange
avec des "vivres" (tubercules).

LE LAIT ET LES OEUFS
Dans la plupart des families don't nous avons 4tudi4 le regime alimentaire, les en-
fants en bas age regoivent du lait. En effet, meme les paysans relativement pauvres posse-
dent une vache en toute propri4t6 ou en fadinaj. Si elle produit du lait, les enfants de la
maison en profiteront, mais peu nombreux sont les parents qui achbtent le lait d'un voisin.
La quantity de lait que l'on fait boire a un enfant est trbs faible. Elle ne depasse gubre
le contenu d'un demi godet par journee, les adults aiment le lait et boivent occasionnelle-
ment mais ils pr4fbrent le vendre a la ville. Le lait figure aussi parmi les boissons don't
on r4gale les visiteurs de marque.

Si en bouillant le lait monte et d4borde, on s'empresse d'y ajouter un peu d'eau,
de crainte que cet accident ne dedsbche par voie magique, les mamelles de la vache don't il
provient. On ajoute 4galement du sel au lait pour l'empecher de cailler, et on 1'aromatise
avec du gingembre, de la cannelle et des pelures de citron.

Beaucoup de paysans ne se ganent pas pour baptiser abondamment leur lait par es-
prit de lucre, Souvent aussi sa valeur alimentaire est diminude par la fagon don't on le
cuit. Aprbs qu'il a 4t4 port a ebullition, on le laisse refroidir et on le remet ensuite
pendant quelques instants sur le feu. Ce procdd4 contribuerait, dit-on. a la conserver
dans un climate chaud et sans moyens de refrig4ration.

Les habitants consomment rarement les oeufs, qui sont vendus a la ville ou con-
serv4s pour etre couv4s. On s'en sert cependant pour la suralimentation des malades et les
changes de civilit4s. On les consomme lorsquvune coquille s'est fendue ou lorsqu'on n'a
rien d'autre a se mettre sous la dent. Presque toujours les oeufs sont frits dans de la
graisse.

DESSERTS, FR I A N D I S E S, Etc,
Les paysans de Marbial partagent le gout trbs vif de leurs compatriots pour les
sucreries. Adultes et enfants d4pensent volontiers 0,05 ou O10 gde. par jour pour acheter
au march ou chez les vendeuses foraines des bonbons a la menthe (sik mdt), des sortes de
pain d'4pice (b'b6 siro) et de minuscule gateaux indigestes (Penke'). Ces friandises vien
nent, pour la plupart, de Jacmel, mais. dans la region, on fait des pralines rustiques (t.
blet) aux arachides, aux trenches de noix de coco ou au sesame, pris dans du sirop de canne
solidifi6. On ne fait pas commerce des tablettes en noix de pomme cajod ou de mais grill-
(boug6ne), qui sont fort populaires en d'autres regions.

Le menu paysan ne fait pas de place aux desserts, sauf a l'occasion d'un banquet
de noce ou, autrefois, quand on offrait un repas aux lwa. Il connalt toutefois divers plats
doux qui, de temps a autre, remplacent les mets sal4s. Bien souvent les m4nagbres ne font
que substituer le sucre au sel, comme dans le cas des bouillies ou de 1'atol. Le "manger
doux" le plus couramment consomme est l akasa. qui est un mets dahomden qui jouit d'une
grande faveur dans tout Haiti. La recette en est la suivante: les grains de mais sees sont
l4gerement bouillie et mis A mac4rer dans de l'eau pendant toute une nuit. Ils sont ensui-
te piles dans un mortier, verses dans de l'eau chaude et passes dans un tamis trbs fin. Ces
operations successives sont rep4tkes 3 ou 4 fois avant que l'eau chargee d'amidon soit mise
a decanter; C'est cet amidon et cette fine farine qui, aprs .avoir bouilli dans de grands
bidons de fer blanc qui deviennent lakasa. Chaud, il a toute 1'apparence d'une crbme 4pai-
se, mais il se solidifie en refroidissant et est alors d6bit4 en de petits paquets envelop-
p4s de feuilles de bananier. Les paysans le mangent avec du sirop de canne et non come en
ville, dilu4 dans du lait sucr4.

Nous donnerons bribvement la recette de trois autres "desserts" qui. bien que ra-
rement prepares, n'en sont pas moins connus de la plupart des paysannes de la classes moyenne,
Tout d'abord, les doukounou: a du mais tendre rape et tamis4 on ajoute du lait de vache ou






-98 -


de noix de coco, des essences, des spices; cette pate, mise dans de petits paquets de feuil-
les de bananiers, est cuite au bain-marie. L'akote est de la semoule de mals, cuite avec du
lait et aromatisde avec des spices varies; le pd-mai est une sorte de gateau de farine de
mais petrie avec les nombreux ingredients que nous venons d'4numerer. Ces plats, qu'affec-
tionne le menu people hattien des villes, se vendent parfois au marched de Marbial.

En outre, les paysannes savent faire diverse geldes et confitures avec les fruits
de la region (pamplemousse, goyaves et abricots, pommes d'acajou, fleurs de 1'arbre v4rita-
ble) mais n'ont que rarement la possibility de manifester leurs talents.

DENREES IMPORTEES DE LA VILIE
Le principal produit imports de la ville est le sucre en poudre rouge ou jaune,
que l'on achete en petits sachets de 010 ou 0O05 gde. chez toutes les marchandes foraines.
La culture de la canne A sucre est si peu developpee dans la region que l'on n'y fabrique
que peu de sirop de sucre et encore moins de rapadou sucree brun indigene qui se pr4sente
sous forme de cylindre envelopp4 de feuilles). Le pain est 4galement un article venant de
Jacmel, don't il se fait un commerce trbs actif A Marbial. Chaque jour de march, on croise
sur la route des homes transportant des centaines de pains dans de gigantesques paniers.
Le reste de la semaine, ces pains a trois points, caract4ristiques de cetw region, s'achb-
tent pour 010 gde. chez les marchandes installees sur les chemins.

Pendant longtemps, la farine de bl4 a 4t4 rare et chbre, mais, au fort de la diset-
te, le Gouvernement, dans le but d'y porter rembde, encourage l'importation de stocks impor-
tants, qui firent baisser les prix. Cette measure fut accueillie & Marbial avec la satisfac-
tion que 1'on imagine. Un des avantages de cette denrde, au dire des paysans, est qu'elle
se prete facilement a 8tre partagee entire tous. On la mange surtout sous forme de dodnbwey
(boulettes) cuites dans le bouillon, ou avec les pois. Lorsque tout autre aliment 4tait rare,
une famille de 5 personnel mangeait environ une livre de farine par jour.

Les vermicelles et les macaronis 4taient autrefois d'usage assez courant pour etre
considers, avec les giraumonts, comme un des ingredients essentiels de la soupe paysanne.

Il aid4ja e4t question de la place qu'occupent, dans l'alimentation, les poissons
s4ch4s ou fum4s. Eux aussi s'ajoutent A la liste des products imports qui viennent grever
si lourdement le budget des habitants.

Le ris ne se cultive que sur les hauteurs. Il n'apparait au march qu'en faible
quantity et seulement A certaines 4poques de 1'annee. Une parties du riz, don't les paysans
sont si friends, leur vient de lPArtibonite ou de l'1tranger.

Le sel, don't il se fait une si forte consommation, est tire des grandes salines
des Gonaives.

Enfin, parmi les denr6es comestibles qu'on se procure en ville, il faut mentionner
le saindoux et la margarine, don't quelques families font usage. Les spices -- cannelle, mus-
cade, vanille, clous de girofle, anis 4toile don't toute vendeuse ambulante a un petit stock,
sortent des 4piceries de la ville pour p4n4trer dans les vall4es les plus reculdes.

* BOISSONS
Comme en beaucoup de sections rurales d'Haiti, il est difficile de se procurer A
Marbial une eau qui soit entibrement propre. Les sources de la Gosseline et de ses affluents
sont aux confins de la zone qui nous interesse. Pour son approvisionnement regulier, la plus
grande parties de la population se sert de l'eau de ces rivibres et de ruisseaux qui sont tous
plus ou moins pollues sur tout leur parcours par le linge qu'on y lave continuellement, par
les animaux que l'on nettoie ou que l'on abat, par les gens qui se baignent et par les peaux
que 1'on y tanne. Lors des crues, toutes les petites sources 4parses sur les rives, qui don-
nent une eau plus claire, sont envahies par les eaux limoneuses de la Gosseline et il faut
alors un jour ou deux avant de pouvoir A nouveau venir y puiser. On voit alors les enfants ou
les femmes s'avancer jusqu'au milieu du courant pour remplir leurscalebasses, qu'ils tiennent
a fleur d'eau, afin de recevoir le moins de limon possible.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs