• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Cover
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 I. Ilas de Cabo Verde
 II. S. Thomé et Principe et Fort...
 III. Guiné de Cabo Verde
 IV. Province d'Angola
 V. Province de Moçambique
 VI. Préliminaires
 VII. Méthode à adopter pour...
 VIII. Organisation, dans la métropole,...
 IX. Organisation administrative,...
 X. Administration des finances
 XI. Administration de la justi...
 XII. Services sanitaires
 XIII. Instruction publique
 XIV. Utilisation des territoires...
 XV. Mise à exécution d'améliorations...
 XVI. Concessions de terrains pour...
 XVII. Émigration, peuplement et...
 XVIII. Compagnies coloniales
 Table of Contents














Group Title: Colonies portugaises d'Afrique : colonisation, emigration, deportation
Title: Colonies portugaises d'Afrique
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00024750/00001
 Material Information
Title: Colonies portugaises d'Afrique
Physical Description: 2 p. l., 265 p., 1 l. : ; 29 cm.
Language: French
Creator: Araujo, Antonio José de
Portugal -- Comissão Exposição Universal de 1900, Paris
Publisher: Impr. Lalure
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1900
 Subjects
Subject: Colonies -- Portugal -- Africa   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00024750
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000598568
notis - ADC7541
lccn - 10009006

Table of Contents
    Cover
        Page i
        Page ii
    Half Title
        Page iii
        Page iv
    Title Page
        Page v
        Page vi
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
    I. Ilas de Cabo Verde
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    II. S. Thomé et Principe et Fort de D. João Baptista d'Ajudá
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    III. Guiné de Cabo Verde
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    IV. Province d'Angola
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    V. Province de Moçambique
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    VI. Préliminaires
        Page 55
        Page 56
    VII. Méthode à adopter pour l'exposition
        Page 57
        Page 58
    VIII. Organisation, dans la métropole, des services concernant les colonies
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    IX. Organisation administrative, normale, des provinces africaines
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    X. Administration des finances
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
    XI. Administration de la justice
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    XII. Services sanitaires
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    XIII. Instruction publique
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
    XIV. Utilisation des territoires coloniaux sous le point de vue industriel et agricole
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
    XV. Mise à exécution d'améliorations matérielles
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    XVI. Concessions de terrains pour des entreprises agricoles et industrielles; fouilles et exploitation des mines
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
    XVII. Émigration, peuplement et fondation des colonies
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
    XVIII. Compagnies coloniales
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    Table of Contents
        Page 267
Full Text













1N ke* L
;.~ *,


** A .j.


p~.


D'AFRIQUE


COLONISATION, IMIORATIN



D r


PAR


ANTONIO JOSE DE A-RAUJO

LIEUTENANT-COLONEL D'ARTILLERIE


1*h


SLISBON.B ,

",. .190 0


r vm -






* ; i .

-_.
'.. *' r,
V..'^


TI .


1.*


7 pi

- p..- .


. '. r "l


I g-


: ~J'[~:7,

4';$-


Jl






i 7


w I '


' '


I












.; ." '; '.i ". ,-* .i"^


























UNIV ER SIT


OF FLOOR


LIBRARY
...- "" -" :- -:L I B R A R"
















.-

i 2 ., .' "' ... """


4.-


i:.

=a


_..c~-.J!


~.~
-~i.-.-

:ri"~
r,
t-' I--' ~



i-;;'!




..

~


--



_ '


1~

.-i
I
i
'-I-


--


r-


i



i
i..


.ir -
;
4-
i.: iJ


IITY


IDA


I E

















COLONIES PORTUGAISES

D'AFRIQUE

1900








EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1900
SECTION PORTUGAISE


COLONIES


PORTUGAISES


D'AFRIQUE



COLONISATION, EMIGRATION
DEPORTATION



PAR 0"
ANTONIO JOSE DE ARAUJO
IlEUTENANT-COLONEL D'ARTILLERIE


LISBONNE
1900oo


I~_
~ ~









C-. zK













COLONIES PORTUGAISES


D'AFRIQUE








C'6tait vers les premieres annies du xvC sicle.
Du haut du promontoire de Sagres, l'Infant D. Henrique, accomplissant la noble
mission a laquelle il s'6tait vou6, scrutait d'un regard profound les mysteres de la c6te
africaine et sondait les abimes inconnus de cette Mer TUn6breuse don't il venait d'ouvrir
la navigation, et don't les ondes puissantes devaient ktre plus tard sillonnees par les
vaisseaux et les caravelles qui, deployant leurs blanches voiles oi tranchait la croix rouge
du Christ, sont successivement parvenues, grace a l'audace et a la bravoure de nos
navigateurs, a d&couvrir et a fouiller des regions de plus en plus 6loignees, et a 6tablir
des rapports commerciaux entire l'extreme accident de l'Europe et les plus lointains pays
de l'Orient, situes fort au delay de la Taprobana.
A Notre premiere tentative maritime fut couronn6e d'un brilliant succes. 11 en r6sulta
la conquete de Ceuta, entrep6t du commerce entire l'Asie, l'Afrique et 1'Europe, oi
l'Infant, outre les lauriers qu'il moissonna par ses valeureux faits d'armes, sut cueillir un
nouveau et pr6cieux encouragement pour ses nobles et patriotiques aspirations, dans les
recits que les Maures lui firent des regions africaines explores par les caravanes, au centre,
jusqu'a la ville myst6rieuse de Tombouctou, et a l'occident, au delay du parallele du cap
Bojador, devant lequel les plus redoutables 16gendes ont pendant longtemps tenu en
6' chec les efforts h6roiques de nos intrepides marines.
Ces renseignements, qui ne faisaient qu'augmenter de jour en jour, vinrent etendre,
en s'y ajoutant, les connaissances nautiques et astronomiques de l'6poque. Alors
commenqa cette sublime 6pop6e de decouvertes, cet accroissement du pouvoir portugais,
S si rapide et prodigieux qu'il ne fallut rien moins que l'intervention d'un Pape pour
mettre une barriere a nos domaines extra-europ6ens.
On ne saurait raisonnablement mettre en doute que l'enthousiasme pour les sciences
S geographiques et pour la propagation de la foi n'ait &t6 le puissant aiguillon qui, agissant
sur l'esprit de D. Henrique, l'incita a provoquer et a encourager les entreprises loin-
taines, soit en y faisant contribuer, en sa quality de Grand-Maitre de l'ordre du









Christ, les immense revenues de cet ordre, ainsi que la bravoure 6prouvie de ses
membres, soit en recourant, comme Infant, au devouement sans bornes des chevaliers
de sa maison, soit enfin en utilisant en faveur des d6couvertes non seulement le con-
cours d'6trangers hardis et entreprenants, mais encore cet esprit aventureux qu'une
longue p6riode de guerres avec les Maures avait implants dans notre pays.
Ces audacieuses entreprises, ces prouesses piques, le devouement et le courage avec
lesquels nous avons porter la croix et l'6p6e dans des regions difficiles et ignores, tous
ces travaux ont sans doute obei au noble et triple dessein d'avancer la civilisation des
peuples au moyen de l'Evangile, de faire p6netrer jusqu'aux points les plus reculcs du
monde la lumiere des d6couvertes, et de nous honorer aux yeux de l'Europe toonnde par
l'accomplissement de faits qui nous remplissaient d'une gloire eternelle.
La v6rit6 des faits, cependant, veut que l'ambition mercantile ne soit pas exclude
d'entre les causes d6terminantes de pareilles entreprises.
a Pendant le moyen age, dit Major', une grande variety de causes a concouru a
diriger l'attention des nations europyennes vers l'Orient. Les croisades, quoique leurs
premiers effects aient &t& funestes aux nations d'oi elles 6manaient, eurent toutefois pour
ces derniares l'avantage de leur faire connaitre non seulement l'existence de pays bloignes,
mais aussi ce luxe oriental qui devint un encouragement pour l'entretien de relations
commercials avec ces contrees. Un autre 6venement qui contribua beaucoup a inciter
les etats occidentaux de l'Europe aux decouvertes maritimes, ce fut la guerre entire les
Maures et les habitants de la P6ninsule. Les vastes operations marchandes des Arabes
remplirent 1'Espagne des riches productions de l'Orient, et les habitudes de luxe des
course mauresques de S6ville et de Grenade furent suivies par les princes catholiques
d'Aragon et de Castille. Mais, comme les hostilities entire conquis et conquirants
devenaient de jour en jour plus acharnees et implacables, le manque de ces objets de luxe
commence i se faire sentir par les premiers, pour qui, du moins parmi les classes
riches, ils constituaient des articles de r6elle n&cessit&. Aussi est-il loisible de conclude
hardiment que l'expulsion des Maures de la Peninsule a 6ti pour beaucoup dans les efforts
tents pour decouvrir un passage maritime entire l'Europe et 1'Inde.
u Dans le dessein et l'accomplissement de cette expulsion, cesont les Portugais qui
ont pris les devants et qui, par consequent, ont 6t& les premiers A eprouver les effects, le
besoin et l'incitation don't nous avons parle. La conquete de Ceuta 6tait -le premier pas
vers le but d6sire; et le prince Henrique, avec son amour pour l'etude et sa chevale-
resque intrepidit6, 6tait exactement l'homme specialement d&signe pour poursuivre un
tel but avec la perseverance que donne une resolution fixe et inebranlable. ,
Cette mrme opinion est exprimee dans le passage suivant d'une conference faite par
M. Oliveira Martins, touchant le commerce maritime portugais. ( Continuer A faire la
guerre aux Maures par delA l'Algarve, de l'autre c6te du detroit, c'6tait encore une
croisade; et si des relations pouvaient etre etablies par la Syrie avec l'Orient mysterieux,
nous aussi, nous esperions attirer en Portugal, par la voie de Ceuta, le commerce de
l'Inde. Pendant tout le moyen Age il s'6tait repandu en Europe une l6gende relativement
a un prince chr6tien asiatique, le Prktre Joio, don't on ne savait pas au just oih 4tait
l'empire. Le d6couvrir, c'&tait double profit, et pour la foi et pour l'interet. Ce fut ia ce
qui donna lieu i l'entreprise de Ceuta.

I. Pinheiro Chagas. Histoire du Portugal, edition populaire, vol. III. Major. T.s Life of Prin:e
Henry of Portugal.


- 2







-3-


a C'6tait 1A, en effet, que les caravanes apportaient, a travers le Soudan, les mar-
chandises de l'Orient; mais la conquete de cet entrep6t commercial marocain ne pro-
duisit pas le r6sultat qu'on en attendait, car les caravanes, changeant d'itin6raire,
prirent Tunis pour but de leurs voyages aussit6t que Ceuta tomba au pouvoir des
chrtiens. On ne d&couvrit donc pas le Pretre Joao par la route du Maroc. a
L'espoir d'attirer en Portugal, par voie de terre, les richesses de l'Orient, s'6tant
ainsi provisoirement 6vanoui, la voie maritime s'imposait naturellement pour cette
meme fin. c Les entreprises au Maroc, dit encore le meme auteur ci-dessus cite, avaient
cependant Wte l'origine d'un movement d'un autre ordre : c'6tait la navigation d'explo-
ration, d'investigation de la Mer T6n6breuse. Graduellement, les vaisseaux descendaient
et visitaient le littoral africain et en m&me temps, p6netrant fort avant dans l'ocean,
ils d6couvraient les archipels de 1'Atlantique. C'est par cette route que le Cap a 6te
double, c'est de cette facon qu'on est arrive dans 1'Inde. Le Pr6tre Joio 6tait
d6couvert'. -
On n'ignore pas cependant qu'il y eut, surtout de la part des grands du royaume
et pendant les premiers temps des tentatives dangereuses et sans b6n6fices appreciables,
une opposition profondement intense centre ces voyages d'exploration. On blamait des
entreprises qui livraient, corps et biens, aux perils de la mer tant de sujets portugais
envoys a la recherche de contr6es inconnues, que les ardeurs du soleil rendaient inhabi-
tables, champs de sable brulant semblables aux deserts de Libye, don't on ne pouvait
cueillir aucun fruit, ou don't le fruit, s'il existait, ne pouvait etre que tardif et incertain
et ne saurait en tous cas compenser les d6sastres sans cesse renaissants A la suite des
innombrables naufrages qui plongeaient dans le deuil tant de families etmultipliaient de
jour en jour le nombre des veuves et des orphelins.
Cependant, l'esprit de 1'Infant n'6tait point de nature a c6der devant les accusations
porttes centre lui; bien au contraire, il n'en persista que mieux dans la r6alisation de ses
entreprises, fort qu'il 6tait de l'appui inebranlable du roi D. Duarte. II n'ignorait pas
qu'il faudrait faire d'importants sacrifices avant de recueillir des r6sultats favorables, et
il avait suffisamment l'experience des hommes pour m6connaitre que ces griefs, souvent
trop vehements pour etre sinceres, que tout ce m6contentement de ses courtisans, que
ces sentiments hostiles d'une grande parties du pays tomberaient et se dissiperaient aus-
sit6t que les ev6nements rendraient manifestes les incalculables avantages achet6s au
prix de tant de dangers et de peines. Et ce fut justement ce qui arriva lorsque la culture
des miles, recemment decouvertes, commence A produire ses fruits, et lorsque, des regions
situees par delay le cap Bojador, de nombreux esclaves commencerent a affluer dans le
royaume. a Le sentiment public change immediatement; les accusations se conver-
tirent en louanges, le mecontentement en cupiditV2. a
Ce fut, en v6rit6, un effet prodigieux que celui que ces premiers succes produi-
sirent, tant en Portugal qu'A l'6tranger. ( Partout, dit D. Francisco de S. Luiz',
partout retentissaient les louanges faites a la nation portugaise. A partir de ce jour, le
Portugal fut considered eomme entierement restaur6 de 1'6tat d'abattement et de prostra-
tion oii l'avaient plong& les guerres de Castille et d'Afrique. On vit augmenter le
nombre de ceux qui aspiraient h servir sous ses auspices. De toutes parts, et jusque du
fond du Danemark, on voyait des strangers qui venaient lui offrir leurs services ou
i. Oliveira Martins. Le commerce maritime portugais.
2. Pinheiro Chagas. Histoire du Portugal.
3. Les Portugais en Afrique, en Asie, en Amerique et dans l'Ocdanie, 1849, vol. II.








-4--
solliciter des emplois ou des terres A cultiver dans les pays recemment d&couverts.
( Mais une heureuse circonstance vint alors favoriser considerablement l'extension
de ces entreprises. Jusque-la, l'Etat seul avait support tous les frais des armements,
don't les profits etaient loin d'6galer les sommes d6bours6es. Peu a peu, cependant,
commencerent A se former des soci6tes et des companies commercials, qui, movennant
certaines taxes que le roi leur avait imposees, ou sous d'autres conditions, se charge'.ient
de toute la d6pense occasionn&e par les expeditions maritime.
c( La ville de Lagos fut la premiere a armer six caravelles don't elle confia le com-
mandement A un officer, nomm6 Lancarote, qui avait servi dans la maison de l'Infant.
< Peu apres, cette meme ville, sous la conduite du meme chef, 6quipa une second
flotte de quatorze caravelles. Grace au concours de plusieurs proprietaires, don't les plus
notables 6taient Goncalo de Cintra, Soeiro da Costa, Alvaro de Freitas et Rodrigo
Annes, cette flotte se vit en peu de temps l6evee a vingt-six ou vingt-sept vaisseaux en
ktat de mettre A la voile, et qui naviguaient, en effet.
Nous n'avons certes pas le dessein de faire l'histoire, d'ailleurs trbs interessante, des
d6couvertes des Portugais dans les differentes parties du monde. Dans le present travail,
cette histoire est d'autant moins indispensable que nous visons seulement A fire une
etude d'investigation relativement A l'action exerc6e par notre pays, comme nation
colonial, dans les vastes regions qui constituent encore aujourd'hui son empire d'outre-
mer et, si nous nous sommes un instant arretes A sp&cifier les causes determinantes du
movement d'exploration inaugur6 dans les commencements du xve siecle, ce n'a &tL que
parce que ces donn6es peuvent convenablement nous guider dans l'appriciation des pre-
miers proc6ds mis en usage pour l'utilisation des decouvertes faites par nos ancetres.
Dans l'6tude des progres r6alis6s dans nos possessions d'outre-mer, nous avons a
consid6rer un fait trbs important qui constitute la ligne de demarcation entire deux
6poques bien distinctes. Nous voulons faire allusion a la prohibition express de faire
l'exportation d'esclaves, par terre ou par mer, dans toutes les possessions portugaises
d'Afrique, imposee par le remarquable d6cret du Io decembre i836, qui merite une
mention sp6ciale dans la serie des measures largement liberales et civilisatrices par les-
quelles l'implantation du regime constitutionnel dans notre pays fut brillamment signalee.
Digne complement de plusieurs dispositions ant6rieurement prises pour la repres-
sion de la traite des nigres, ce fait a Wet, peu d'annees apres, suivi d'autres measures
tendant A abolir tout a fait l'esclavage dans l'interieur de nos colonies. II forme donc, a
la v6rit6, le trait de separation, tranchant et d6cisif, entire une exploitation colonial qui
a ete pendant cinq siecles influence par les prejug6s, par les fausses theories commer-
ciales, par les abus de tout genre et surtout par le criminal et demoralisateur traffic de
chair humaine, et les proced6s civilisateurs du xixe siecle, introduits par les sages
measures du marquis de SA da Bandeira, mieux definis vers le milieu de ce siecle
lorsque finit la p6riode si agit6e de notre noviciat constitutionnel, et parvenus enfin a
leur parfait d6veloppement lorsque, par une exacte interpretation du r6le reserve aux
colonies dans l'existence &conomique et politique de notre pays, on fit converger sur
elles les efforts patriotiques, d6voues et pers6verants de nos modernes hommes d'Etat.
Dans 1'etude que nous allons entreprendre, nous aurons done a considerer deux
p6riodes diverse dans la parties relative A nos colonies africaines. La premiere periode,
qui va depuis la d6couverte et la conquate des colonies jusqu'a la suppression de l'ex-
portation d'esclaves, ordonn6e par le d6cret du o1 decembre 1836, a une importance
presque exclusivement historique et servira A d6montrer, comme nous l'esperons, qu'en







-5-


d6pit des fausses theories de ces temps recul6s, des erreurs que nous avons commises,
des difficulties de toute sorte que nous avons eues a surmonter, des guerres intestines
et 6trangeres, et malgr6 menme la perte temporaire de notre ind6pendance, nous
n'avons jamais completement perdu de vue le developpement materiel et moral de nos
colonies et l'utilisation de leurs resources. Un tel proc6de, que nous tenons a mettre en
lumiere, att6nue singulierement la gravity des fautes qui nous ont &t imputes, fautes
que nous avons r6ellement commises, mais que nous n'avons pas et les seuls com-
mettre, d'autres puissances coloniales de la meme 6poque ayant eu, sous le meme point
de vue, une conduite en tout gale a la n6tre.
L'etude que nous consacrons a la second p&riode, depuis i836 jusqu'a l'actualite,
montrera comment nous avons embrass6, d6fendu et mis en pratique, avec un v6ri-
table enthousiasme et souvent A notre propre detriment, toutes les v6rit6s d'un carac-
tare scientifique, toutes les measures humanitaires et civilisatrices, tabless ou proposes
par les penseurs et les hommes d'Etat de tous les pays, dans les lives, dans la press
et aux congress, dans le but d'arracher des millions d'individus aux t6enbres de l'igno-
rance, d'utiliser en faveur du progr8s et du bien-ktre de l'humanit6 d'immenses etendues
de sol inexploit6. Cette derniere periode, digne, par son importance pratique, de l'intr&t
de ceux qui voudront appr6cier l'Ftat actuel de nos colonies, sera, pour ce motif, traitee
avec un plus grand d6veloppement.















Colonies Africaines

PREMIERE PERIODE






CHAPITRE PREMIER


ILES DE CABO VERDE

Le 3 d6cembre 1460, le roi D. Affonso V fit donation a son frere D. Fernando
- pour lui et pour le plus age de ses enfants males des iles de Cabo Verde jus-
qu'alors decouvertes, savoir : S. Thiago, Fogo, Maio, Boavista(?) et Sal(?). Cette
donation fut augmented de fait en 1462, et de droit en 1466, par la concession faite
aux habitants europeens de ces iles du privilege exclusif du traffic et de l'&change avec la
parties de la c6te africaine comprise entire le fleuve Senegal et Serra Le6a, qui a di
cette cause son nom de Guine de Cabo Verde.
L'ile de S. Thiago eut pour premier capitio inor' le g6nois Antonio de Noila, qui
en avait fait la decouverte, et qui, avec un certain nombre de serviteurs du prince
D. Fernando et quelques couples venus de l'Algarve, y constitua un premier novau 'e
population successivement augment plus tard par l'importation d'esclaves de la Guine,
amenes pour le d6frichement des terres.
A la mort du prince D. Fernando, en 1489, le roi D. Jodo II transfera cette dona-
tion avec les autres miles de l'archipel a l'infant D. Manoel, duc de Beja. En cette meme
ann6e, l'ile de S. Thiago fut divis6e en deux capitanies, celle du sud avec son chef-lieu
dans la Ribeira Grande, et celle du nord ayant pour chef-lieu le bourg des Alcatrases qui,
sur un ordre du roi, fut ras6 et couvert de sel en punition d'un acte d'irrev&rence don't
les habitants s'6taient rendus coupables.
La capitanie de Ribeira Grande, dit Lopes de Lima', subsista seule a partir de
15I1, et les terres du nord commenc&rent a se diviser en sesmarias et en capellas'. Au
nombre de ceux qui institu&rent les premiers majorats, nous trouvons les noms de Diogo
Fernandes, Gongalo de Paiva et Christovio Dias. Dej aa cette 6poque, l'accroissement du
i. Gouvemeur.
2. Essais sur la statistique des possessions portugaises.
3. Parcelles de terrain.










traffic de cette ile et de ses d6pendahces y ayant attii6 nombre de marchands, de cheva-
liers et d'hommes notables du royaume, la ville de Ribeira Grande se d6veloppait de
plus en plus (malgr6 la grande quantity de d6ecs), et s'embellissait d'edifices de bonne
apparence don't quelques-uns en pierre de taille apport6e du continent, tandis que la
population croissait toujours davantage, grace a l'incessante importation d'esclaves de la
Guin6. Tout d'abord, une chambre municipal y fut constitute, des corr6gidors y furent
envoys par le roi; les redevances de cette ile et de l'ile du Fogo 6taient affermees pour
le compete du fisc. En I515, le roi D. Manoel interdit le sejour de cette ville aux gentils-
hommes et aux juifs, a moins qu'ils n'eussent des lettres de provision speciales. Le roi
D. Joao III commenca a nommer des capitaes mores' pour assurer le bon gouvernement
de ces lies. Ribeira Grande 6tait leur lieu de residence. Le premier don't il est fait
mention fut Martim Affonso, invest, en 153o, de grands pouvoirs pour distribuer
toutes les terres (non encore annexes) en sesmarias aux colons, comme il appert des
lettres royales du 20 septembre i53o, du 28 septembre 1532 et du I"' septembre 1534. ,
Pour ce qui est du peuplemient du reste de i'archipel, on sait que les gouverneurs
de S. Thiago ayant destine une parties de ces miles a l'elevage du b6tail, les premiers
qui s'y 6tablirent furent des bergers et des chasseurs de bestiaux, qui preparaient des
viandes et des chacinas', et des administrateurs pour le commerce de ces viandes et des
cuirs. Ces services exigeaient naturellement l'importation d'esclaves destines a exe-
cuter des travaux auxiliaires et a cultiver les terres pour l'alimentation des habitants.
Sur la mani&re don't se d6velopperent ces premiers noyaux de population, Feij6 nous
fournit, dans son Essai economique, les indications suivantes : ( L'ardente pi6t6 des
principaux habitants de ces deux lies (S. Thiago et Fogo) leur sugg6rant l'id6e d'affran-
chir, en guise d'oeuvre pie et d'expiation pour leurs ames, une grande quantity de leurs
esclaves, ceux-ci, pour ne plus s'assujettir au travail et a l'autorit6 des blancs, allerent
peupler les iles adjacentes, oi, en compagnie des esclaves que les donataires de ces lies
y poss6daient pour le labour de leurs propri6t6s, ils constituerent des villages habits
presque completement de negresfulos et de multtres provenant de la communication de
n6gresses avec les blancs portugais ou strangers qui y vont journellement pour affaires.
Ce furent ces memes affranchis qui donn&rent naissance au village de Brava, en y
cultivant de petites portions de terrain et se livrant a l'elevage des porcs, de la volaille et
de quelque betail, qu'ils vendaient aux caravelles et aux bateaux de p&che qui y abon-
daient; car ce fut seulement en 1680, a la suite d'une eruption volcanique de l'ile du
Fogo, qui d6truisit un grand nombre de propri6ets, que plusieurs families &migrerent A
l'lle Brava don't elles connaissaient la fertility et excellent climate.
Ces diverse provenances des colons de l'archipel ont donn6 lieu aux trois castes y
existantes : celle des blancs, descendants sans melange d'Europeens; celle des nrgres, issues
directement des esclaves venus de la Guin&, et celle des mulatres, n6s du croisement
de ces deux castes, qui plus tard s'est considerablement d6velopp6e, lorsque, au
xvie sikcle, la m6tropole commenca i envoyer ses deportbs aux lies de Cabo Verde pour
y purger leurs condamnations.
Diverses causes ont contribu& A emphcher le d6veloppement successif de la popula-
tion des miles de Cabo Verde. Au nombre de ces causes, nous devons citer les abus des
capitaes mores, qui, maitres d'une autorit& presque sans bornes, et ne cherchant qu'A


1. Gouverneurs.
2. Viandes sales.







-8-
servir leurs propres intr&ts afin de s'enrichir rapidement, trafiquaient des charge~
publiques qu'ils distribuaient entire ceux qui pouvaient le mieux satisfaire leur soif de
richesses. Leurs d6sordres occasionnerent des luttes fr6quentes tant6t avec aristocratice
insulaire, sous pr6texte de privileges et de franchises municipales, tant6t avec l'Pvaque
et le clergy pour des raisons specieuses de religion. Ces luttes, cette agitation, toutes les
sombres intrigues allant leur train a la faveur de ces dissensions, le manque d'organisa-
tion administrative don't les premiers indices ne se manifesterent qu'en 15-o, tous ces
troubles avaient naturellement pour r6sultat un malaise general qui, loin d'encourager
l'immigration europ6enne, suscitait au contraire des difficulties au commerce. Aussi,
celui-ci ne parvint A acqu6rir une certain importance que lorsque le port de Ribeira
Grande, et plus tard celui de Villa da Praia furent frequents par les navires de la Com-
pagnie du Grand-Para et Maranhao; mais il ne tarda guere a d&choir avec la dissolution
de cette Compagnie, ce a quoi contribuerent les lettres patentes de 1811 et 1822 qui
confirmerent la defense du commerce avec l'6tranger.
D'un autre c6te, le decroissement de la population a &te di soit a l'invasion des
mers de !'Archipel et de la Guin6, au temps de l'usurpation espagnole, par des pirates
de toutes les nationalities qui entravaient s6rieusement la navigation des caravelles
faisant le service entire les miles et la c6te africaine, soit aux sacs de Ribeira Grande en
1582, 1583 et 1595, soit enfin aux invasions des Francais en 112. Vers ce temps,
plusieurs blancs abandonnerent les miles pour rentrer en Portugal, et les colons noirs a
plusieurs reprises attaqu6s, voles et maltrait6s dans leurs villages au bord de la mer,
quitt&rent le littoral et allerent chercher un abri dans les montagnes et les gorges de
l'interieur.
En dernier lieu, des secheresses partielles et quelquefois generales amenerent le
fl6au de la famine, qui ravagea les les en diverse occasions et contribua plus que toute
autre chose A en d6cimer les habitants. Pendant la periode don't nous nous occupons, on
compete depuis 1747 trois disettes g6nerales : la premiere, 'qui dura deux ans; la
deuxieme, en 1773, qui s6vit pendant trois ans, fit perir rien que dans l'ile de S. Thiago
environ 12 ooo ames et fut suivie d'une horrible epid&mie; la troisieme, qui eut une
gale duree et fit aussi de tr&s nombreuses victims.
Suivant Lopes de Lima, la population de l'archipei de Cabo Verde, calcul~e
d'apr&s les donn6es officielles fournies par les administrateurs des communes, rtait, en
1834, de 55833 ames, formant 12694 feux, don't 5i 854 habitants libres ou affran-
chis et 3979 esclaves. M. Sousa Monteiro, dans son dictionnaire geographique, croit
cependant que ces donnees sont inferieures A la ralitL.
Il est pourtant certain que quelques-unes des miles les plus importantes de l'archipel
poss6daient une population tres restreinte, ainsi que le prouve l'ordonnance du 6 aoit
1835 autorisant le gouverneur de Cabo Verde A appliquer annuellement la some
de :ooo # ooo r6is A l'oeuvre tendant a encourager l'augmentation de la population de
I'lle de S. Vicente.

Nous avons dit qu'au commencement du xvi si&le eut lieu le premier envoi de
d6portes A Cabo Verde, et plus specialement a S. Thiago, a l'exemple de ce que le
roi D. Joao II avait fait relativement aux lies de S. Thome et de Principe, A l'instar
de D. Affonso V, qui les envoyait aux bagnes de Ceuta, d'Arzila et de Tanger. L'envoi
des formats aux colonies, consacr6 par les ordonnances de D. Manoel, de Philippe et
autres, avait en vue la double fin de seconder Faction de la justice en &artant de la







-9-
metropole les grands criminals, et de peupler les colonies en supplant par ce moyen
aux pertes que les guerres et le climate infligeaient a la population. Malheureusement,
cependant, il arriva que, pendant un grand nombre d'ann&es, ces criminals, a l'exception
de ceux qui 6taient employes au service militaire, ne se trouvaient pas assujettis a un
systime de colonisation reguliere, et, abandonnes a leurs mauvais instincts, ils ne con-
tribuaient certainement pas a moraliser les indigenes ou a ameliorer l'etat social des
colonies. II en r6sulta, dans la suite, que quelques miles manifesterent la plus vive r6pu-
gnance a admettre ces forcats, qu'on consid6rait comme un danger pour la propri6te par-
ticuliere et pour la s6ret6 publique.
Le d6cret du 15 novembre 1753 ordonna que les d6port6s, condamn6s a purger leur
peine a Angola et en d'autres points, fussent dirig6s sur l'ile de S. Thiago, et qu'A
certaines &poques la deportation en Afrique se bornat a Cabo Verde. II fut 6gale-
ment ordonn6, par une lettre royale du 20 octobre 1620, que les femmes bannies au
Br6sil seraient, en commutation de peine, transferees A cette colonies et a S. Thome,
dans le but d'eteindre la caste de mulatres existants dans ces miles et d'y d6velopper la
population blanche. Mais, en pratique, les r6sultats de cette measure furent tout autres,
du moins A S. Thome, ces femmes se liant de preference avec des nigres et des mulatres
qui se montraient moins rebelles que les blancs a faire des sacrifices considerables pour
les poss6der'.
L'archipel de Cabo Verde ne servit pas seulement de lieu de deportation des crimi-
nels. Lors du soulkvement liberal de 1820, quelques exiles politiques y furent envoys.
Pour ce qui est de ces derniers, s'ils n'ont pas contribu6 au progres de la colonies, en tout
cas, leur sejour n'offrait pas les inconvenients de celui des forcats.
Des que commence a prendre un certain developpement l'importation d'esclaves, -
lesquels, suivant le mot de JoTo de Barros, venaient recevoir le salt plutot que la captivity,
- l'arrivee des missionnaires pour les cat6chiser ne se fit pas attendre. Les pretres
franciscains descendirent dans l'archipel, en 1466; les j6suites, en 1604; et les capucins,
en 1647. L'an 1532, la capitanie des iles de Cabo Verde 6tait erig6e en 6vech6 qui ne
fut pourvu de titulaire qu'en 1534. Cependant, malgr6 les envois de missionnaires,
l'abandon spiritual de la population noire 6tait a tel point manifeste, qu'il merita les
justes blAmes du P. Antonio Vieira, quand, en 1652, faisant route pour Maranhao, il
fut force par une tempete a relAcher l'ile de S. Thiago. Cet illustre prdlat se vit
oblige de solliciter des measures imm6diates aupres du roi qui s'empressa d'envoyer
dans l'archipel huit religieux de l'ordre des capucins, hommes dignes et pleins de zele,
qui s'acquitt&rent tres bien de leurs devoirs et pour lesquels on commence A batir, en
1657, le couvent de Ribeira Grande.
A partir de 1674, les 6v&ques se livrerent avec zele A la mission d'instruire les chr6-
tiens et de convertir les gentils. II semble pourtant que le nombre du personnel capable
de seconder les efforts d'une si sainte mission devenait de jour en jour plus insuffisant;
car D. Fr. Jeronymo da Barca, qui assume l'episcopat en 1818, r6solut de commencer
A Ribeira Grande la construction d'un s6minaire, destine a creer de nouveaux pretres,
et le dota des revenues d'un domaine qu'il acquit A ses frais.
Le manque de clergy s6culier et r6gulier s'aggrava successivement, non seulement
dans l'archipel de Cabo Verde, mais aussi dans les autres possessions africaines, a tel
point qu'il y avait beaucoup de paroisses sans cure et presque sans d'autres eccl6sias-

I. Paula Brito. Subsides pour la chorographie de I'ile de S. Thiago de Cabo Verde.







- IO -


tiques pour instruire les foules dans les preceptes de la religion et de la morale, pour
pr6cher I'Evangile ou m6me pour administer les sacrements. Les temples aussi n'eraient
guere mieux entretenus, et grand nombre d'entr'eux 6taient d6pourvus des ustensiles
et ornements necessaires pour la ce61bration du culte. Pour remedier a un si grand aban-
don, il fut promulgu6, le 28 d6cembre 1833, un d6cret invitant deux cents prctres
d'entre le clergy r6gulier et s6culier, hommes 6prouves par leur vertu, leur science et
leur zele pour la religion et le bien-htre de leurs semblables, a se transporter aux
provinces portugaises d'Afrique, oi, distribu6s par les prelats respectifs, ils auraient a
exercer leur minister dans les 6glises de leurs paroisses, a precher l'Evangile et i
instruire ces gens pendant six ans. Le meme decret ordonnait la distribution, entire les
6glises des susdites provinces, des vases sacr6s, des ornements sacerdotaux et des usten-
siles du culte qui avaient appartenu aux couvents abandonnes ou supprimes.

Pendant de longues annees, l'instruction subventionn6e par le gouvernement fut
neglig6e dans les lies de Cabo Verde. Au college des J6suites, il y avait a peine une
chaire de morale en 1740, lorsque fut cr66e une autre chaire, celle de latin. Nous devons
aller jusqu'en 1817 pour trouver la premiere cole d'instruction primaire, cree par le
gouvernement. (( En 1794, dit Lopes de Lima, on fit venir a Lisbonne des jeunes gens
des miles de Cabo Verde; mais il n'est pas 6tabli qu'on ait donn6 de l'instruction a aucun
d'eux. Un seul, Simplicio Joo Rodrigues de Brito, abandonne A lui-mnme et s'etant
mis au service d'un c6lebre peintre italien, r6vela une telle vocation pour l'art de la
peinture, qu'il merita d'en devenif l'8lve et d'etre plus tard, par son habilet6 consom-
m6e, le premier peintre portraitiste de la cour de Rio-de-Janeiro. Cet e:at de choses
ne commenqa a se modifier que lorsque le regime liberal fut implanted en Portugal.
Ainsi, l'ordonnance du 26 f6vrier 1835, en vue d'acquerir des individus comp&tents
pour exercer le professorat dans les provinces d'Afrique, 6tablit qu'aucune chaire de
l'enseignement public ne serait pourvue qu'apres un contours ouvert dans les locali-
tes oh les susdites chairs se trouveraient vacantes ou seraient sur le point de le devenir.

Pendant les premieres cent cinquante annees de l'occupation des iles de Cabo
Verde, cet archipel fut gouvern6 par des capitaes mores, don't la jurisdiction s'etendait a
peine aux miles o6 ils r6sidaient'. A partir de 1592, les capitaes mores furent remplaccs par
des capitaes generals', exercant leur jurisdiction sur tout l'archipel, et avant pour chef-
lieu de residence l'ile de S. Thiago. Ces derniers furent a leur tour remplaccs, h partir
de 1836, par des gouverneurs g6n6raux, r6unissant simultanement les attributions
administrative, civiles et militaires, mais sans ingbrence d'aucune espece, directed ou
indirecte, dans les affaires judiciaires, et choisis parmi les individus avant l'experience
des affaires par la pratique acquise dans quelqu'une des carrieres de administration
publique.
Le decret du 7 d6cembre 1836 institua aupres de chaque gouverneur general un
comit& consultatif, appelk Conseil du gouvernement, compose des chefs des d6partements
judiciaire, militaire, fiscal et eccl6siastique et de deux membres choisis par le gouver-
neur parmi les quatre membres reunissant le plus de suffrages dans le Conseil de la
province. Ce Conseil remplacait le gouverneur en cas d'empchement. I1 n'etait point

I. Pinheiro Chagas. Dictionnaire poptlaire.
2. Capitaines g6neraux.







- II -


permis aux gouverneurs g6neraux de prendre aucune resolution dans une affaire
d'importance sans l'avis prealable du Conseil de gouvernement, qu'ils n'&taient cepen-
dant pas obliges de suivre ou d'adopter.
Pour l'exp6dient des affaires civiles et militaires, ce meme decret crea la charge de
secr6taire general, qui 6tait nomm6 par le roi, et auquel etaient adjoints des employes
auxiliaires, constituent le secretariat du gouvernement g6enral.
L'administration de la justice dans l'archipel fut confine, depuis l'an 1623, I des
licenciks en droit, ayant la denomination de ouvidores (conseillers-auditeurs). Cette
charge subsista jusqu'en 1834, et fut alors substitute par celle de juge de premiere
instance. A l'effet d'6viter aux detenus d'outremer les grandes defenses qu'occa-
sionnerait la remise de leurs proces au supreme tribunal de Lisbonne, le gouvernement
de la metropole cr6a, en 1811, les Juntes de justice des possessions africaines, pour juger
en derniere instance les causes criminelles. Cette Junte, cependant, ne fut institute dans
les miles de Cabo Verde que le 16 janvier 1837'. Les membres qui la composaient
6taient : le gouverneur, le juge de premiere instance, un d616gu& et trois officers des
plus grades de la garnison de la province.
Pour administration des finances publiques, on substitua en 1769 dans les
colonies, aux anciens vedores dafatenda (contr6leurs des finances), les Juntes des finances
ayant pleins pouvoirs pour percevoir des recettes et ordonner des d6penses sous leur
responsabilit& solidaire. Ce fut seulement en i815 que ce tribunal fut institu6 dans
l'archipel de Cabo Verde'.
II faut encore signaler la lettre royale du 18 septembre 181 I, qui cr6a dans chaque
province africaine une Junte d'amelioration de l'agriculture, compose du chef de la
province, president, du juge de premiere instance et de son supplant, et du contr6-
leur des finances, et ayant pour but de fire le partage et la distribution en sesmarias
des terres incultes ou en friche et de veiller a l'observance des conditions imposes
aux emphyteotes.
Nous citerons aussi le d6cret du 28 mai 1834, qui confiait administration civil
des provinces africaines i des magistrates administratifs, nommes prefets. Cette measure
r6sultait de la nouvelle distribution que ledit d6cret faisait des affaires coloniales
entire les secr6tariats d'Ltat auxquels ces affaires ressortissaient. Ce systeme fut de
court dur6e.

1. Paula Brito. Subsides pour la cborographic de l'ile de S. Thiago dIe Cabo Verde.







- 12 -


CHAPITRE II


PROVINCE DE S. THOME ET DE PRINCIPLE ET FORT DE S. JOAO-BAPTISTA D'AJUD.

L'ile de S. Thome, censee d6couverte le 2_ decembre 1470 par Joao de Santarem
et Pero d'Escobar, eut pour premier habitant Joao Paiva, a qui le roi D. Joso II en
donna la capitanie, en 1485. Ce roi accordait aussi de large exemptions et privileges
h tous ceux qui iraient la peupler; et, dans le courant de la mrme annie, par la premiere
charte octroy6e aux colons de 1'ile, il leur conc6dait, entire autres advantages et preroga-
tives, le droit d'exercer l'echange dans les cinq rividres situdes an deld de la fortresses de
S. Jorge da Mina.
A la mort de Joao Paiva, victim de l'insalubrit6 du climate, la capitanie de S.
Thom6 fut confide a Joao Pereira, gentilhomme de la maison du roi, en rIcowipense des
services qu'il y avait rendus. D&eced en 1493, un autre gentilhomme, Alvaro de Caminha,
lui succ6da a la capitanie, avec un traitement annuel de Ioo ooo reis. C'est a ce cap-:a
mor que furent remis les fils des juifs captifs, qui avaient 6th s6pares de leurs parents
et baptis6s, afin que, de compagnie avec plusieurs d6portes envoys dans cette ile pour
y purger leur peine, ils contribuassent a peupler la contrde de populace. A cet effet,
le regime 6tabli pour r6gler les questions relatives a la population prescrivait qu'il serait
donn6 une esclave a chaque colon pour qu'il en e6t des enfants. Par une amplification
de la premiere charte, realisbe en la meme annee de 1493, on accordait aux habitants le
droit de faire le traffic d'esclaves, de poivre, etc, sur toute la terre ferm jusqu'au fleuz'
Real, l'ile de Fernao de P6, et la cote de Manicongo, a l'exception des endroits oi il y avait
de l'or, avec obligation pour l'administrateur de la ville de S. Jorge da Mina de leur
acheter tout leur poivre pour un prix determine, et avec pleins pouvoirs a Alvaro de
Caminha d'octroyer un permis et un sauf-conduit pour un temps limited aux deportes
qui auraient besoin d'aller traiter de leurs affaires en Portugal'!
Tous ces b6n&fices et privileges, destines a attirer des bras pour le d&frichement de
File, donnerent une puissante impulsion aux plantations de la canne a sucre, entreprises
avec l'aide des maitres envoys de 'ile de Madeira. En peu de temps, le nombre de
moulins a canne s'elevait, au dire d'un voyageur du temps, a 6o dans toute I'ile de S.
Thome.
Le roi D. Manoel ne fut pas moins genereux que son prd&cesseur D. JoLo II. C'est
ainsi qu'en 15oo il exempta des droits de dime et de page les marchandises que les
negociants de S. Thom6 apporteraient au royaume, et celles qu'ils en emporteraient.
En cette meme ann6e, par une nouvelle amplification de la premiere charte, il 6tendit
le droit de traffic aux c6tes da Mina et de Benim. Par lettre royale du 9 janvier I5 5,
il prescrivit la restitution de la liberty aux femmes esclaves donnees aux colons suivant
les terms du regime de la population deja cite, pour elles et pour leurs descendants,


I. Lopes de Lima. Essais de statistiquie.








- 13 -


et, par une autre lettre royale du 24 janvier 1517, il 6tendit cette grace aux esclaves
donn6s aux premiers habitants de l'ile.
Enfin, D. Joao III accord, par lettres royales du 22 avril 1535, les droits de cite
au bourg de S. Thom6; il statua, par decret du 24 janvier 1539, que les muldtres
honorables et marines dans 'ile pourraient exercer les functions municipals, et, entire autres
privileges, il ordonna que les habitants de S. Thome ne pourraient etre mis en prison
qu'en cas de mort naturelle!!!!
Relativement aux d6portes, nous ferons mention, en dehors de ce que nous venons
d'exposer, de la lettre royale du 20 octobre 1620 deja citee, qui prescrit que la peine de
bannissement prononcee centre les femmes serait purge a S. Thom6 et dans les
iles de Cabo Verde, resolution qui sous le point de vue des causes don't elle drive -
forme un grand contrast avec les faveurs d6ja octroy6es a ces castes en 1539. Enfin,
nous citerons le d6cret du 21 f6vrier 1720, ordonnant que les tziganes, detenus
prisonniers a cette date, et ceux qui le seraient dans la suite, seraient d6port6s aux
colonies.
Apris la mort de D. Joaio III, il se produisit a S. Thom6 une sfrie d'Mvenements
qui en &branlkrent profond6ment le commerce, si prospere jusque-li, et r6duisirent de
beaucoup la population de cette ile. Nous en indiquerons les plus important.
En 1567, les corsaires francais, qui hostilisaient nos vaisseaux faisant escale a Mina,
attaquerent S. Thom6, pillerent les temples, ditruisirent les moulins et les planta-
tions de canne a sucre, et commirent des atrocities telles qu'ils obligerent les habitants
a se r6fugier dans l'int6rieur de 'ile, oi ces derniers, par une revanche aussi sauvage
que justifiee, empoisonnerent les eaux et firent ainsi mourir un grand nombre des
assailants.
Vers le milieu du xvI" siecle, un vaisseau porteur d'un chargement de negres
d'Angola echoua sur la c6te, a l'endroit appel6 Sete Pedras. Se sauvant a la nage, les
negres aborderent sur les plages d6sertes de la baie de S. Joao, se refugi&rent dans
les forts de l'int6rieur de l'ile, et construisirent leurs huttes (quilombos) dans les
anfractuosites et les pentes abruptes des montagnes, oi ils se propagerent rapidement.
Peu apris, en 1574, ils envahirent les plantations des colons, ravagerent les champs de
canne a sucre, brfl6rent et d6molirent les moulins, et s'enhardirent meme i assaillir
la ville. Repousses, grace a 1'insuffisance de leur armement, ils n'en continuLrent pas
moins pendant un siecle, mais avec quelques intermittences, a faire aux habitants une
guerre acharn6e et devastatrice qui provoqua l'6migration au Bresil des plus riches
proprietaires de S. Thom&, surtout en 16o1, of cet exode atteignit d'6normes
proportions.
Deji appauvrie par un violent incendie qui, en i585, reduisit en cendres la plupart
de ses maisons, la ville de S. Thome fut quinze ans plus tard saccagee par la flotte
de l'amiral hollandais Van der Hagen'. Ce furent encore les Hollandais qui, en 1641,
s'emparerent de la forteresse et de la ville, d'o6 ils furent cependant chassis en 1644.
Enfin, en 1709, les Francais bombard&rent la forteresse, brillrent la ville et empor-
thrent le tr6sor royal avec une contribution de 20 ooo cruzades don't ils frapperent les
malheureux habitants.
Les conflicts internes ne contribuaient pas moins a produire les memes tristes effects.
Dans l'histoire de 'ile de S. Thome, il y a r6ellement des faits tres curieux qui


I. Luciano Cordeiro. Mdmoires d'Outremer.







14 -
prouvent, pour le moins, un deplorable systeme administratif. Outre les bevues et les
folies commises par les gouverneurs don't l'un, par example, poussa l'effronterie
jusqu'au point de monopoliser tout le commerce de l'ile, et de se retire ensuite, sans
permission, important ses esclaves et des richesses consid6rables ii y eut tant6t
des dissensions et des conflicts entire les gouverneurs et les 6veques ou entire les con-
seillers-auditeurs et les Chambres municipales; tant6t des soulkvements de la force
arm6e; tant6t la division d'une Chambre en deux parties, don't l'un prenait pour chef
1'auditeur, et don't 1'autre 6lisait tumultuairement un gouverneur qui etait ultrieure-
ment envdye prisonnier a Lisbonne d'oi il 6tait d6porte pour cinq ans i l'ile de
Principe; tant6t, A l'instigation d'une autre Chambre, le soulvement du people centre
le gouverneur qui, assi6g6 dans la forteresse, se voyait oblige A s'enfuir a bord d'un
vaisseau anglais; tant6t des d6sordres entire la Chambre, l'auditeur, le Chapitre et
les grands propri6taires, et meme entire le gouverneur et le capitao mor de S. Thome,
au temps oa la capitanie avait Wt6 transf6ere a S' Antonio dans 1'ile de Principe. Un
fait plus strange encore, ce fut la nomination au poste de capitaine gnderal de
S. Thomr, du meme homme qui, exercant cette charge aux miles de Cabo Verde,
abandonna sans resistance aux Francais la ville de Ribeira Grande, en 1712.
Il serait cependant injuste de ne point mentionner certaines measures prises par
la metropole dans le but d'6viter les abus et les torts don't nous venons de parler.
Ainsi, en 1641, on accord aux habitants de S. Thom6 la libre culture du gingembre
et le commerce libre des c6tes de Mina, les navires devant aller payer les droits au fort
portugais d'Axem. Des lettres du 18 octobre 1721 ouvrent les miles de S. Thome et de
Principe au commerce avec 1'6tranger, privilege don't cette colonie 6tait la seule a
jouir. En 177o, un coup profound est port a la Chambre municipal, principal
instigatrice de toutes les discordes, par une disposition qui la rend inhabile A gouverner
desormais la capitanie.
Nous terminerons cette exposition en transcrivant textuellement ici le jugement
port par Lopes de Lima sur 1'Ftat o l'ile de S. Thom6 et celle de Principe se trouvaient
au debut et pendant les premieres annees du xix" si&cle :
( ... Les grands propri6taires de cette colonie, dit-il, etaient parties pour le Br6sil,
oh ils emportaient leurs capitaux, leurs chaudieres et leurs alambics, laissant les terres
a l'abandon et les moulins sans toiture. L'Europe n'y envoyait plus des agriculteurs
nouveaux, alors que les vastes territoires du Bresil offraient des fortunes non moins
rapides et un climate plus favorable. R6duits, par consequent, aux restreintes faculties de
pauvres cultivateurs, les habitants ne chercherent plus a produire des denrees colo-
niales, don't la culture exige un plus large emploi de fonds. Ils s'appliquerent done
tous a la culture du maYs, du manioc, des legumes, des fruits, etc., pour ravitailler les
nombreux vaisseaux anglais, francais, hollandaise, danois et portugais du Bresil, lesquels,
a cette 6poque, affluaient A cette c6te pour acheter des esclaves destines a leurs colonies,
et qui, au retour, relAchaient dans ces miles pour s'approvisionner de vivres et d'excellente
eau don't elles abondaient.
(( Les iles de S. Thome et de Principe 6taient donc, au commencement du
xix sicle, l'auberge du golf de Guinj : leur position sur la line 6quinoxiale, leur
fertility et la bonne quality de leurs aiguades, attirant dans leurs ports une si grande
multitude de navires, enrichissaient les fermiers par le grand debit de vivres et la caisse
de la province par les droits sur les esclaves que les vaisseaux negriers du Bresil 6taient
tenus par la loi d'y payer. Le commerce sur le fleuve Gablo, voisin de ces iles, etait








alors dans toute sa force; celui du fleuve Real au Calabar, depuis de longues annees
ferm6 pour nous, nous devint de nouveau accessible au commencement du si&cle, et, en
i8o3, le n6gociant Jose Antonio Pereira, de cette capital, fonda A S. Thome un
etablissement rural et commercant avec des factoreries sur la c6te voisine, oi les
Portugais sont toujours bien accueillis, et pr6f6res a toute autre nation.
( Depuis longtemps raybes du nombre des colonies exportatrices, ces lies conti-
nuaient a v6g6ter dans la. m6diocrit6 du commerce d'approvisionnements, don't se
contentaient leurs pauvres habitants. Bonheur 6ph6mere! Cette prosp6rit6 relative
elle-m*me ne tarda pas a disparaitre; les operations commercials commencantes furent
troubles par la guerre qui se dechaina avec fureur depuis 1807, et qui fut cause du
transfer de la cour de Portugal a Rio-de-Janeiro. A partir de 18o8, les navires bre-
siliens furent dispenses de l'obligation de relAcher a S. Thom6 ou a l'ile de Principe.
D&s 1811, la traite des noirs cessa au golfe de Guin6, oui n'eurent plus a venir les
vaisseaux de toutes les nations, qui le fr6quentaient dans ce but, de sorte que les facto-
reries furent retires et les forteresses resterent abandonnees, d'o6 ii r6sulta une
baisse considerable dans les prix des vivres fournis par les miles de S. Thom6 et de
Principe, et, par consequent, la ruine de leur commerce principal. Enfin, 1'6mancipa-
tion du Bresil, survenue en 1822, enleva des lors a ces iles la consignation de
9 : ooodooo de r6is qu'elles recevaient de la caisse de la douane de Bahia.
Depuis cette 6poque jusqu'A present, cette petite colonies, comme le compren-
dront sans difficult et sans etonnement ceux qui connaissent l'histoire moderne
de notre monarchie et celle de toute l'Europe, cette petite colonies, disons-nous, est
restee pendant vingt ans plong6e dans l'abandon, l'oubli et la mis&re ainsi d'ailleurs
que d'autres colonies plus importantes et connue A peine dans les marches europeens
pour son excellent cafe, l'6gal de celui de Moka. >

L'ile de Principe primitivement appel6e lie de S' Antao a dI le nom par
lequel elle est aujourd'hui connue a ce fait, que les imp6ts prelev6s sur les sucres qu'elle
produisait avaient 6t& donnes en apanage au fils ain6 du roi. La capitanie de cette lie
fut accordee par D. Manoel, en 15oo, avec droits h6r6ditaires, a un riche gentil-
homme, Antonio Carneiro, seigneur de Vimieiro, sous condition toutefois qu'il la
ferait peupler. Dans le courant de la meme annee, les colons obtinrent une charte et
des privileges 6gaux A ceux don't jouissaient les habitants de S. Thom&.
Les consid6rables resources d'Antonio Carneiro lui permirent d'importer de la
c6te d'Afrique voisine une grande quantity d'esclaves, qui peuplerent et defricherent
la partie septentrionale de l'ile, ou bient6t furent faites de grandes plantations de canne
a sucre et construits des moulins que les Frangais detruisirent plus tard, en i o6.
Moins opulente que S. Thomr, I'ile de Principe eut l'avantage d'etre consid6ree,
pendant le xvie sicle et une parties du xvi", plut6t comme une propri6et particuliere
que comme une possession national, ce qui en 6carta les revers et les vicissitudes don't
souffrait tant sa voisine.
C'est peut-&tre a ce fait qu'est due la lettre royale du 5 octobre I549 interdisant
l'envoi de d6port6s dans cette ile.
En 1640, la seigneurie de l'ile fut 6rigee en comtr, mais sans sortir de la famille
Carneiro.
Lorsque la ( Compagnie de Cacheu et de Cabo Verde a fut cre6e dans les condi-
tions que nous indiquerons plus loin, l'ile de Principe fut choisie pour servir d'en-







16 -
trep6t. II en r6sulta pour elle la creation d'une douane, en 1694, et la construction
d'uffe forteresse don't la garnison se composait d'une companies d'infanterie, venue du
royaume, aux frais de la Compagnie. Ce fut pendant ce temps que l'ile atteignit un
haut degr6 de prosp6rite.
Apres l'extinction de la Compagnie de Cacheu, quelques-uns de ses administra-
teurs et employs resterent dans l'ile, ofi, grace aux capitaux fort important qu'ils
poss6daient, ils se mirent A faire pour leur compete le commerce avec la c6te africaine.
Cependant, au lieu de faire leurs remises A la Havane et a Saint-Domingue, comme
cela se pratiquait du temps de la Compagnie, ils r6solurent de les exp6dier au Bresil,
au grand advantage de l'ile de Principe, don't la prosp6rite contrastait avec l'etat de
decadence oi, a ce moment deji, se trouvait 'ile de S. Thome.
L'importance commercial de l'ile de Principe 6tait encore si grande vers le
milieu du xvI" siecle, qu'en 1753 le roi D. Jos6 la fit incorporer aux biens de la cou-
ronne, a la suite d'un contract avec son propri6taire, Carlos Carneiro de Sousa e Faro,
a qui il donnait en change et A titre h6r6ditaire le domaine seigneurial du bourg de
Lumiares, un revenue royal de 7oo0 ooo r6is annuels et Iocoo cruzades pays dans
l'acte de la signature de ce contract. Au mois de novembre de la meme annie, le village
de l'ile fut l6ev6 au rang de ville, avec le nom de ville de S. Antonio de I'il- de
Principe, et sous pr6texte que l'ile 6tait considered plus salubre que celle de S. Thome,
aux terms du document official, mais aussi, peut-etre, a cause des desordres et des
intrigues r6gnant entire les autorit6s de cette derniere, la capital de la capitanie fut
transferee dans la nouvelle ville.
L'abolition de l'esclavage et de la traite au golfe de Guin6 eut pour l'ile de
Principe les memes effects que pour l'ile de S. Thome. Son commerce jusqu'alors pros-
pere, comme nous venons de le dire, d6chut considerablement, et se maintint en cet
6tat pendant'de longues annees.

D'aprbs un recensement fait en 1827, et existant aux archives du ministare des
Colonies, 'ile de S. Thom6 poss6dait, en cette annee, 2110 feux avec 4805 habi-
tants libres et 2807 esclaves, tandis que 'ile de Principe avait 821 feux avec 14o0 habi-
tants libres et 3700 esclaves.
Un denombrement relatif A. 1832 accuse dans 'ile de S. Thome une popula-
tion de 4922 habitants libres, don't 2091 du sexe masculin et 2831 du sexe feminin,
et de 2087 esclaves don't 879 du sexe masculin.

Compose de juifs, de forcats et d'esclaves, la grande multitude, la popuda:e
de S. Thom6 exigeait imperieusement une ferme et intelligence education morale et
religieuse, qui combattit, autant que possible, ses vices, ses superstitions et ses mau-
vais instincts, tache ingrate, s'il en fut, don't la difficult augmentait en presence des
continuelles discordes intestines d6chainees entire les autorit6s de l'ile, le clergy lui-
inme y compris, et peu propres certainement A constituer un example salutaire et un
encouragement suffisant pour Clever le niveau moral des classes inferieures. L'esprit
pr6voyant du donataire, Alvaro Caminha, n'avait pas ete sans comprendre l'utili:c de
se faire accompagner par des pr&tres destines A 1'exercice du culte, qui furent suivis,
quelques ann6es apres, en i5oo, des premiers missionnaires, les Ermites de Saint-
Augustin, don't le nombre fut successivement renforc6 par divers religieux d'autres
ordres.









17 -

En 1534, quand la population chretienne &tait deja tres nombreuse, la capitanie
fut 6rigee en 6vkch6, don't la jurisdiction s'6tendait a tout le royaume du Congo, et a
celui d'Angola qui s'en s6para en 1597. A S. Thom&, comme a Cabo Verde, come
dans les autres provinces africaines, le service du clergy r4gulier et s&culier traversa
les memes vicissitudes et difficulties dues a des causes similaires : le personnel en
diminua progressivement, l'abandon augment de plus en plus, jusqu'a ce qu'en
1833 le gouvernement liberal se decida A adopter les measures energiques que nous
avons deja d6crites en parlant des miles de Cabo Verde.

Pour ce qui concern l'instruction, il suffit de transcrire de Lopes de Lima ce
qu'en a dit le gouverneur Joao Maria Xavier de Brito, dans son rapport du
I"e octobre 1827 : II n'existe dans ces miles aucun ktablissement pieux et aucune
instruction publique. Il y a a peine dans 'ile de S. Thom6 un vieux et ranc4so' maitre
de grammaire latine, qui recoit du tr6sor public le traitement de 3o00ooo r6is par an;
et partout ailleurs quelques amateurs seulement enseignent aux enfants les premiers
rudiments aux frais des parents. >)

Le gouvernement des miles de S. Thomr et de Principe -fut d'abord exerc6 par
leurs capitaines donataires respectifs, don't la jurisdiction embrassait la matiere civil
et criminelle, A l'exception de mort d'homme et d'amputation de membres. En 1522, apres
la confiscation de tous les biens de Joao de Mello, gentilhomme et chevalier du Christ,
alors donataire du S. Thom6, l'ile fut incorpor6e aux biens de la.couronne, et son
gouvernement confi6, a partir de ce jour, a des capitaes mores nomm6s par le roi
et ayant les attributions et le titre de corregidors. L'ile de Principe commenca, en
1753, a etre aussi gouvern6e par des capitals mores, nommes soit par le roi, soit par
les gouverneurs de la capitanie. Aux corr6gidors succ6derent les gouverneurs, don't
plusieurs jouirent du titre et des honneurs de capitaines gen6raux, mais n'exercant
cependant jusqu'en 1753 qu'une jurisdiction tris restreinte dans 'ile de Principe. Enfin,
le decret du 7 d6cembre i836 constitua les lies de S. Thomn et de Principe en un
gouvernement subalterne don't d6pendait le fort de S. JoAo Baptista d'Ajudi.

Jusqu'a la fin du xvnI1 siecle, les divers pouvoirs des miles ont Wte confusement
distribu6s entire le gouverneur, le conseiller-auditeur, qui etait en meme temps provedor'
des finances et de la douane, et la Chambre municipal. La charge de conseiller-
auditeur subsista jusqu'en 1835 pour etre remplac6e par celle de juge de premiere
instance. Le service de la Junte d'amelioration de l'agriculture se limita a un rapport
succinct sur les terres en friche appartenant A la couronne; elle fut en fait dissoute
imm6diatement apres. En 1836, les divers services furent 6tablis d'apres la m6thode
d6jA indiquee lorsque nous nous sommes occup6s des miles de Cabo Verde.


FORT DE S. JOXO BAPTISTA D'AJUDA

Nous avons dbja parl& des privileges accords par le roi D. Affonso V, en 1466,
aux colons des miles de Cabo Verde. Au nombre de ces privileges etait le droit exclusif de

i. Rance.
2. Contr6leur.










faire le commerce sur la parties de la c6te de Guin6 comprise entire le fleuve Senegal et
Serra-Le6a. Peu satisfaits encore des large concessions obtenues, ces colons r6endirent
leurs privileges d'une maniere si abusive, que le roi se vit oblige de prendre centre eux
des measures r6pressives. L'une de ces measures, qui merite ici une mention a part, ce fu:
le contract fait avec Fern.o Gomes, en 1469, relativement au bail a lui fait pour cinq ans
du commerce d'6change sur la c6te d'Afrique, a partir de Serra-Le6a, limited m&ri-
dionale du privilege exclusif accord aux colons des iles de Cabo Verde et dernier point
atteint par les d6couvertes de Pedro de Cintra et Soeiro da Costa, moyennant un
payment annuel de 1oo ooo r6aux d'argent, et les clauses de reserver a la couronne
tout le commerce d'ivoire et de decouvrir chaque annie cent lieues de littoral.
Pour l'execution de cette dernitre clause, Fernaio Gomes choisit deux serviteurs du
roi, JoAo de Santarem et Pedro de Escobar, qui d6couvrirent, en 1471, la c6e appe!te
depuis C6te de Mina ,, choisirent 1'endroit nommi6 c Chama auprcs du fleuve
S. Jorge pour l'6tablissement d'une factorerie destinee au traffic de l'or, et pour-
suivirent ensuite leurs d6couvertes jusqu'au cap de S'" Catharina sous le deuxieme
degr6 environ de latitude sud.
Comme le commerce de la C6te de Mina se d6veloppait rapidement, et le
roi desirait consolider cette d6couverte par l'etablissement d'un fort qui servirait de
centre et de noyau a une colonisation commercial et militaire', il charge Diogo de
Azambuja de s'y rendre et de construire une forteresse don't les materiaux, conve-
nablement prepars, seraient envoys d'Europe.
Azambuja s'acquitta vaillamment de la mission delicate que le roi lui avait
confine. Parti de Lisbonne, le 12 decembre 1481, avec une flotte de 9 caravelles et de
2 ourques, qui transportait le materiel et I'artillerie de la forteresse, oo0 macons et
charpentiers pour la construire, et 5oo hommes d'armes pour la garnison, Azambuja
ne tarda pas h reconnaitre que le premier emplacement choisi pour la factorerie etait
d'un acces difficile et dangereux du c6t6 de la mer, et, en consequence, ii jeta I'ancre,
le 19 janvier 1482, a quelques miles a l'est de cette place, dans une baie situce prcs du
cap Corso. LU, dans un endroit plus approprie a son but, il fit commencer la con-
struction du Fort de S. Jorge de Mina u, aujourd'hui encore existant, et designed
sur les cartes geographiques sous le nom de < Elmina t.
Bient6t, autour de la forteresse, on vit se former un village auquel D. Jo3o II
accord une charte 1'6rigeant en cit6 par lettre royale du i5 mars 1486.
Le commerce entire la C6te de Mina et la metropole avait son importance :
pen aprts l'achivement de la forteresse, le Portugal recevait annuellement environ
16oo000 doublons de bon or fin en change de diff6rentes marchandises, tells que :
draps rays, 6toffes rouges et bleues, bracelets de cuivre jaune, mouchoirs, coraux,
verroterie rouge, vin blanc, cauris et autres articles. On comprend done que notre heu-
reuse exploitation ait eveillt la cupidity mercantile de quelques peuples europeens, et
particulibrement des Hollandais, qui, aprbs diverse tentatives infructueuses, parvinrent
a s'emparer de S. Jorge de Mina, le 24 juin 1637, grace a la conduite pusillanime du
gouverneur portugais de cette forteresse.
Letrait6 du 12 juin 1641, conclu entire le Portugal et la Iollande et stipulant une
treve de dix ans entire les deux pays, ne nous r6integra pas dans la possession de
S. Jorge de Mina et d'autres factoreries don't nous avions 6tt dtpossddes; ce resultat

i. Luciano Cordeiro. Diogo de Azambuja. Bulletin de la Soci~Wi de G~cirap'th di Lie?:',::; 1892.


- 18 -










i9 -

doit 6tre attribute au manque d'habilct6 diplomatique de Tristao de Mendonqa, nego-
ciateur du dit trait pour le Portugal, et a la mauvaise foi des Hollandais qui
voulaient conserver a outrance leurs conquetes. Apres que nous eimes perdu la princi-
pale defense de la C6te de Mina, et qu'eurent ete ras6es par les memes ennemis nos
factoreries armies de Benim, Lagos, Gabio, cap Lopes et autres, notre puissance dans
cette region 'souffrit un coup terrible don't elle ne s'est jamais complement remise.
Pour compenser les pertes 6prouvees, le roi D. Pedro II resolut de fonder, en
1680, la forteresse de S. Joao Baptista d'Ajuda, aujourd'hui encore existante et consti-
tuant le dernier vestige de notre pouvoir dans la Guin6 septentrionale. A cet effet,
et pregnant example du systhme adopted pour la construction du fort S. Jorge de
Mina, on expedia de Lisbonne le vaisseau de ligne (nciu) Madre de Deus et la frigate
Santa-Cruz avec materiaux, personnel, artillerie, munitions, etc.; et les travaux furent
conduits de facon que la forteresse se trouvait acheve en septembre de la mmne annee.
En 1694, cette forteresse servit de residence a quelques capucins italiens qui firent
des missions utiles dans les royaumes de la c6te de Guine; et, deux ans aprts, la
Compagnie de Cacheu et des iles de Cabo Verde fonda des factoreries sur quelques points
de cette c6te ou affluaient les navires du Br6sil et en particulier de Bahia, qui avait a
sa charge le paiement de la garnison d'Ajuda, constituent ainsi un commerce important
qui decrut notablement dans la suite, lors de l'abolition de la traite dans le golfe de
Guin6, et qui s'6teignit presque compl&tement lorsque la separation du Br6sil eut lieu.
Un village de chr&tiens indigenes se forma a c6t6 du fort d'AjudA. Ce village resta,
depuis 1824, sans pasteur spiritual, de meme que le fort resta sans garnison et sans
commandant. La conservation de 1'argenterie et des ustensiles de l'eglise ne fut due
qu'aux soins et au patriotism d'un Portugais, Francisco Felix de Sousa, ancien surin-
tendant et riche n6gociant, ainsi qu'a la protection.et a l'amiti6 du roi de Dahomey'.
Ce n'est que vers le milieu du siecle actuel, en 1844, que le gouverneur des iles de
S. Thom6 et de Principe, Jos6 Maria Marques, apporta un remade A un tel etat de
choses, en envoyant A cet effet A Ajudi un officer charge du commandement du fort et
un prtre pour desservir 1'6glise chr6tienne et donner aux chretiens qui y r6sidaient
les secours religieux don't ils avaient et priv6s pendant de si longues annes'.
Nous transcrivons ici, de Lopes de Lima, a titre de renseignement interessant, la
note suivante de ce que coftait au xvIIn siecle la forteresse de S. Joao Baptista d'Ajuda,
d'apres un manuscrit existant a la bibliotheque de l'Acad6mie royale :
REIS
Traitement du directeur. ... .. . .. 600o000
lieutenant .. . ... 200o000
cure ou aum6nier. ... ... 200O000
surintendant.. . .. 200000
greffier ............. I0 oooo
chirurgien.. . o. ....oo
barbier (qui etait un negre de la for-
teresse):. . ... 80 000
Deux presents d'usage envoys au roi vers les deux
solstices de l'anne. . . . 80oo0ooo
Solde de 60 soldats de la garnison du fort. . : 843oo000
D6pense 6ventuelle en poudre et en pharmacie.. 8oo0ooo
Total ..... 5 : 023(ooo
i. Lopes de Lima. Ouvrage cited.
2. Sousa Monteiro. Dictionnaire geograpbique des provinces et possessions portugaises.








- 20 -


CHAPITRE III



GUINEA DE CABO VERDE

Dans la Guin6 de Cabo Verde, il semble que, des 1448, on chercha a 6tablir des
relations d'amiti6 et de commerce avec le pays de Bodumel, a 5o miles au sud du fleuve
S6negal. Ce qui est certain, c'est que Luiz de Cadamosto trouva ces relations dqja
existantes en 1455, et que, vers le commencement du xvie si~cle, quelques habitants
de l'ile de S. Thiago de Cabo Verde y faisaient le commerce et v portaient des
chargements de chevaux, une grande quantit& de mais et de haricots, pendant les annees
de famine, pour les &changer centre des esclaves, du cuir, de l'ivoire, de la cire, de la
gomme, de l'ambre et de l'or. Plus tard, sous la designation de lancados (d&serteurs),
ces habitants se r6pandirent A travers les fleuves Gambia, S. Domingos, Casamansa,
Geba, etc., et, se familiarisant avec les naturels, ils se constituerent en courtiers de
commerce de toutes les nations europ6ennes qui voulaient utiliser leurs services, et
parvinrent meme a favoriser la contrebande des corsaires et des pirates anglais et
francais qui infestaient la c6te de Guine, au grand detriment des habitants de S. Thiago,
qui, sp6cialement pendant l'usurpation de Castille, eurent a subir tant de torts qu'ils
furent obliges d'abandonner peu a peu au commerce stranger les ports de Senegambia
et de concentrer leurs speculations au sud du cap de S"-Maria '.
En 1455, on avait 6galement engage avec le S6engal des rapports commerciaux,
qui se developperent plus tard consid6rablement jusqu'a l'annee 1488, oiI le prince
Jalofo Bemohin vint en Portugal pour ( demander aide et assistance au roi D. Joio II, qui
le fit baptiser a Setubal sous le nom de D. Joao, l'admit a prater foi et homage de son
royaume devenu feudataire de la couronne de Portugal, et envoya avec lui une flotte de
vingt caravelles, sous le commandement de Pero Vaz da Cunha, avec mission de le rein-
tegrer dans la possession de son royaume, usurp6 par un autre, et de construire a
1'entree du fleuve une forteresse du roi de Portugal et une 6glise. A cet effet, la flotte
portait les materiaux pour la forteresse et les missionnaires pour precher la foi'. -
Cependant, l'assassinat de ce prince, commis par Pero Vaz dans son propre vaisseau,
souleva les naturels centre nous et d6truisit toutes les esp6rances de maintenir notre
commerce au Senegal.
Relativement a la parties de la Guin6 portugaise comprise entire les fleuves Casa-
mansa et Grande et o6, de pr6efrence, les marchands de S. Thiago concentrerent vers le
milieu du xvic siecle leurs factoreries, nous lisons dans Lopes de Lima que, sous I'admi-
nistration d'intendants jusqu' la fin de ce siecle, puis sous celle de capitals wmres, les
Portugais eurent diverse factoreries tout le long des fleuves Cacheu, Guinala et Casa-
mansa et plus tard du G6ba, et que dans ces lieux ils faisaient un gros commerce avec
les gens du pays. En 1690, cependant, lorsque la traite des noirs destines aux colonies

I. Lopes de Lima. Easa;s de statistique.
2. Lopes de Lima. LEsais de statistique.








- 21 -


espagnoles eut supplant tout autre commerce, le roi D. Pedro II cr6a la Compagnie de
Cachen et de Cabo Verde a laquelle, moyennant la condition de ceder les 4/9e' du b6nefice
obtenu au tr6sor public, auquel elle avait emprunt6 la some de 200: 000 piastres, il fut
permis d'adjuger au Conseil des Indes de Castille l'introduction dans la Nouvelle-Espa-
gne, et pour un laps de six ans et huit mois, de dix mille tonneaux de Negres a raison de
trois tWtes par tonneau. Une autre concession faite a cette compagnie consistait dans
l'exemption, pour chaque annee de sa duree, des droits des marchandises valant
40:000 cruzades, sous la condition d'exp6dier annuellement, comme exportation ou
importation, A Cacheu et a Cabo Verde des marchandises d'une valeur non inferieure A
80:000 cruzades.
Apres avoir provoqu& un accroissement 6ph6mere du commerce de la Guine, cette
compagnie s'est dissoute, i cause surtout des vices de son organisation, et, par suite, les
places et forteresses de ce pays furent, d8s le commencement du xvIIIl sickle, aban-
donn6es par les blancs, qui transporterent au Br6sil le commerce important qu'ils y
faisaient. La Compagnie du Grand Parn et Maranhao lui succeda, en 1755. Esclavagiste
comme celle qui l'avait prec6d6e, cette compagnie ne v&cut que jusqu'en 1778, oi eut
lieu sa chute due aux erreurs de son administration et a d'autres causes. Elle fut rem-
plac6e par la Compagnie du commerce exclusif des Hles de Cabo Verde, Bissau et Cachen, qui,
aussi malheureuse que les deux ant6cedentes, mena une existence des plus critiques
jusqu'en 1786, date de sa suppression, sans avoir procure le moindre advantage au pays
et sans laisser des vestiges de son utility.

La force publique don't nous disposions en Guine ne fut jamais suffisante pour
faire respecter notre autorit6, qui finit par ftre si restreinte vers le commencement du
siecle actuel, que par d6cret du 9 janvier 1801 on chercha a y rem6dier en ordonnant
d'envoyer par la suite purger leur peine i Bissau et a Cacheu tous les criminals ayant
encouru celle de deportation en Afrique.

Le lamentable abandon dans lequel la Guin6 est rest6e pendant de longues ann6es
a singulierement facility les spoliations que nous avons 6prouv6es de territoires oi
notre influence s'6tait autrefois exerc6e de facon a en laisser jusqu'aujourd'hui des
vestiges bien 6vidents. ( Sur les rivieres Nunes et Pongo, dit M. Marques Geraldes',
on parole encore aujourd'hui la langue portugaise, quoique corrompue. Les Soupos
demandent de preference des ktoffes de fabrication portugaise, et les Frangais qui y sont
6tablis sont obliges de faire passer pour portugais leurs propres products afin d'en
faciliter le d6bit. u Ce meme abandon explique encore suffisamment les tentatives de
nouvelles spoliations pendant le siecle actuel. Ainsi, les Francais, tablis au Senegal
depuis 1626, ont commence en 1827 a porter leurs vues sur le fleuve Casamansa, et le
gouverneur de Gorea s'est efforc6 de s'emparer des embouchures de ce fleuve, point
important que notre imprevoyance avait m6prise. Bien que dans la meme ann6e notre
gouvernement eft kte mis au courant des projects franqais par Manuel Antonio Martins,
administrateur de l'orseille, ce n'est qu'en 183o qu'on chercha a mettre obstacle a ces
pr6tentions. Pendant ce temps, les Francais s'6taient 6tablis dans l'ile des Mosquitos, en
d6pit des stipulations du trait de Paris de 1815, sans opposition et sans connaissance
immediate, parait-il, de la part de notre pays.


i. Guine portugaise. Bulletin de la Socidte de Gdographie de Lisbonne, 1887.








- 22 -


De leur c6t6, les Anglais nous disputaient l'ile de Bolama qui nous avait &t offerte
en 1607 par le roi de Guinala pour nous y 6tablir et pour d6fendre son territoire contre
les incursions des Bijagoz, et oui nous avions fait d'importantes coupes de bois, non seu-
lement avec le consentement, mais meme avec l'aide gratuite des rois voisins. Les pre-
tentions britanniques cessarent, cependant, grace A la sentence arbitrale rendue en notre
faveur par les Etats-Unis.
Ces tentatives de d6sagr6gation de nos possessions en Guine eurent cependant
l'avantage de provoquer pour un moment quelques efforts de notre part dans le but
d'affermir notre pouvoir et notre activity. Apres l'6tablissement a Bolama, en i83-., de
la forteresse qui fut la cause premiere de notre litige avec la Grande-Bretagne, Lopes de
Lima fonda, en 1831, la forteresse de Bolor apres avoir dessache les terres marecageuses
oh elle devait 6tre construite, et le n6gociant portugais Joaquim Antonio de Mattos ini:ia
une exploitation rurale dans l'ile de Gallinhas, don't lui avait fait donation le roi noir de
Canhabar et qui fut plus tard incorpor6e a la couronne, movennant une petite indem-
nit6. Mais la guerre civil qui s'engagea dans la metropole avec tant d'intensite vint
arreter et paralyser notre renaissance activity qui ne devait se r6veiller que longtemps
apres.

Malgr6 les difficulties de la tiche, la civilisation par l'Evangile des differents peuples
de la Guin6 ne fut pas n6glig6e, et, bien qu'avec des intermittences plus ou moins
grandes, elle fut poursuivie pendant une longue suite d'annees. A partir de 1554, les
6veques de Cabo Verde envoyaient annuellement des missionnaires visiter les chrtiens
6tablis sur les bords du S. Domingos et du Rio Grande. Au commencement du
xvIIi sicle, le missionnaire jasuite Manoel de Barros parcourut toute la c6te de Guine
jusqu'a Serra-Le6a. Son example fut suivi vers le milieu du meme siacle par le-fran-
ciscain castillan Fr. Jos6 de Lisboa et par le frare lai Fr. Manoel, et, plus tard, par
deux autres missionnaires de la meme nationality, don't l'un, Fr. Joio de Peralta, con-
vertit beaucoup d'indiganes a Bissau, et y fonda une chapelle sous I'invocation de
Notre-Dame, o~ il a ete enseveli. En 1657, quelques religieux capucins firent aussi la
mission A Cacheu. C'est l'un d'eux, Fr. Paulo de Lordello, qui y fonda l'hospice de
Notre-Dame de la PiWt6. Enfin, apras l'ann6e 1674, de nouvelles missions furent envov\es
en Guin6 par les 6evques de Cabo Verde : l'une d'elles 6difia, en 1695, I'hospice de
Bissau. Vint ensuite la longue pariode de decadence de l'iducation et des pratiques
religieuses don't nous avons dajA parle.

Au regime des administrateurs des flenves et des capitaes mores succada celui des
gouverneurs subalternes relevant de la jurisdiction des gouverneurs ganbraux de Cabo
Verde. La Guin6 fut divis6e en deux districts, celui de Bissau et celui de Cacheu, avant
chacun un gouverneur nommi par le roi.
c( Jusqu'en 1834, dit M. Sousa Monteiro', les gouverneurs de ces deux districts
cumulaient chacun, dans toute l'6tendue de leur gouvernement, les functions de
conseillers-auditeurs, de prov6diteurs des d6funts, des absents et des finances, et de
juges des orphelins, des legs pour oeuvres pieuses, des chapelles et de la douane; mais
comme ils n'avaient pas de legislation d'apres laquelle ils pussent ragler leur conduite,
et come ils jouissaient du privilege de laYques et ignorants, le mal qu'ils faisaient


1. Dictionnaire geographique dUt cite.









- 23 -


g6n6ralement etait plus grand que celui que la loi, en leur accordant une telle autorit6,
les avait charges de pr6venir et de punir.
En 1834, les attributions sont s6par6es, et les gouverneurs conservent a peine
les attributions administrative : les designations de sous-pr6fet militaire de la Guin6,
et de prov6diteur du district de Cacheu (je ne sais si la qualification de militaire 6tait
aussi attache a ce titre) sont substitutes aux anterieures designations de gouverneur
de Bissau et gouverneur de Cacheu, et les attributions militaires leur sont conserves.
En consequence, des autorit6s fiscales furent nommnes et pr6pos6es a la perception
des imp6ts et aux operations douanieres; mais on ne s'occupa point de ce qui concernait
l'administration de la justice, et personnel ne fut charge d'en exercer les functions.
Les deux decrets du 7 decembre 1836, qui sont venus r6gler administration civil et
judiciaire des colonies, laisserent tout dans le meme 6tat dans la Guine, de sorte que
la force meme des choses investit de nouveau les gouverneurs des attributions de la
judicature, mais sans qu'il ftit possible de leur imposer aucune espece de responsabilite,
car ils procedaient plut6t en quality d'arbitres que comme juges. Ils s'esquivaient mome
quand cela leur plaisait A cette charge, qu'ils jugeaient volontaire de leur part, jpsqu'a ce
qu'en 1844 il leur fut express6ment ordonn6 de continue a assumer les functions de
juges, mais seulement avec la cat6gorie de juges ordinaires; on leur fournit quelques
courts instructions, mais on ne leur donna aucune legislation, pas meme celle de la
i Rkforme judiciaire car elle n'existait pas encore.








CHAPITRE IV


PROVINCE D'ANGOLA

A. Congo.

A son avenement au tr6ne, apres la mort de D. Affonso V, sous le regne duquel
avait kt6 realis~e la decouverte de la c6te d'Afrique jusqu'au delay du cap de S" Catha-
rina, sur la c6te sud du Loango, le roi D. Joio II envoya en 1482* son ecuyer, Diogo
Cao, en quite de nouvelles d6couvertes. De ce voyage est result6e la d6couverte du
fleuve Zaire, aujourd'hui connu sous le nom de Congo. Remontant le fleuve jusqu't
une court distance de la mer, le navigateur portugais rencontra des' naturels qui se
familiariserent facilement avec les explorateurs. Comme, cependant, leur language n'6tait
pas connu des interprites de Diogo Cio, celui-ci convint avec le roi du Sonho, Nisoio,
oncle et vassal du roi du Congo, de lui laisser des otages en change de quatre indigenes
qu'il prendrait avec lui en Portugal pour leur enseigner la langue portugaise, afin qu'ils

i. Luciano Cordeiro. Diogo Caio. Bulletin de la Societc de Geographie de Lisbonne, 1892.








24 -

fussent par la suite en 6tat de servir d'interpretes dans les futures relations a 6tablir
entire les deux nations, et il s'engagea A les ramener au bout de quinze mois'.
Arrives a Lisbonne en 1483, ces indigenes y furent bien accueillis par D. Joao II,
qui charge Diogo Cao, en 1484, de les ramener dans leur pays, avec des presents
magnifiques pour leur roi. Celui-ci recut avec une grande effusion de joie le navigateur
portugais, auquel ii montra le d6sir d'envoyer en Portugal quelques-uns de ses sujets
pour s'y instruire et se former dans l'usage de nos mceurs et de notre langue.
Du rapprochement de l'expos6 fait par M. Barroso, actuel &veque du Porto, dans
son m6moire deja cite ici O Congo, etc. a, avec ce que nous dit D. Francisco de S. Luiz
< Les Portugais en Asie, etc. a, il semble rhsulter que, parmi les otages laiss&s au Congo
par Diogo Cao, ii y avait un pretre qui, soit parce qu'il r6ussit a cat&chiser le roi Nisoio,
lequel a son tour convainquit plus tard le roi son neveu a embrasser le christianisme,
soit parce qu'il' ait su influence directement l'esprit de ce roi, naturellement bien
dispose A notre 6gard par le proc6d honnete et loyal du grand navigateur portugais,
sugg6ra au monarque du Congo l'id6e d'embrasser et de proteger dans son pays la
religion chr6tienne. En effet, apres avoir atteint le cap de Serra par 21048' de latitude
sud, lorsque Diogo Cao pass de nouveau a son retour par le Congo, non seulement le
roi de cette contree pers6evra dans son d6sir antbrieurement manifesto d'envoyer en
Portugal quelques-uns de ses sujets, mais il demand aussi qu'on lui envovyt des pretres
et des ouvriers habiles dans les arts m&caniques, des laboureurs pour enseigner
l'agriculture et des femmes pour apprendre a son people A p6trir et a fabriquer le pain.
Les d6sirs du potentat indigene furent satisfaits; les naturels par lui envoys en
Portugal furent instruits dans la religion chr6tienne et baptisms. Leur education fut
effectu6e au college de So'-loy oi ils resthrent jusqu'en 1490, epoque a laquelle ils
.rentrerent au Congo dans une petite escadre de trois vaisseaux, d'abord commandos par
Gongalo de Sousa, et, apres sa mort, par son neveu Ruy de Sousa. La mrme expedition
emmenait quelques religieux dominicains, plusieurs ouvriers pour construire une eglise
et se livrer aux travaux de leurs professions, une grande quantity d'ornements et de
vases sacr6s, des livres, etc.
Ce fut un veritable triomphe que le voyage de Ruy de Sousa depuis la mer jusqu'a
la capital du royaume du Congo, ofi, peu de jours apres son arriv-e, eut lieu le
bapteme du roi, de la reine, du prince heritier et d'un si grand nombre de naturels
que les bras des missionnaires itaient dejh fatigues". Le roi recut le nom de Joao, la reine,
celui de L6onor et le prince, celui d'Affonso. Pansa Aquitino, frere de ce dernier,
refusa cependant de recevoir le bapteme. Une victoire remportee par le roi immndia-
tement apres cet acte sur quelques peuples rebelles, a laquelle on peut croire que les
Portugais ont contribu6, et habituellement exploithe comme resultant d'une inter-
vention divine, favorisa singulierement l'oeuvre des missionnaires. II fallait cependant
computer sur l'opposition de Pansa Aquitino, avide du pouvoir, et de son parti,
opposition renforcee des regrets qui oppressaient les neophytes, le roi lui-meme y
compris, des jouissances mat6rielles que la nouvelle religion interdisait ou restreignait.
II fut done facile de d&consid6rer la ferveur chr&tienne du prince D. Affonso dans
l'esprit du monarque qui, oubliant les services tant de fois rendus par lui au pays,

i. Major. The Life of Prince Henry of Portugal. P. Barroso. Le Congo, son pass, son prcen:
ct son avenir. Bulletin de la Societe de Geographie de Lisbonne, i888-i88q.
2. D. Francisco de S. Luiz. Les Portugais en Asie, en Afrique, etc.
3. D. Francisco de S. Luiz. Ouvrage cite.







- 25 -


n'hesita point i le priver de ses charges et revenues, dans lesquels, neanmoins, il fut
ultrieurement reint6gr6 sur les instances de la reine, sa mere. Les intrigues et les
sourdes manoeuvres de Pansa Aquitino suivaient cependant leur course. II avait meme,
a la mort de son pere,' tent6 de s'emparer du tr6ne, mais il fut pr6venu par son frere,
D. Affonso, qui rentra dans ses droits par la force en infligeant une terrible d6route
aux partisans de l'usurpateur.
D. Affonso r6gna pendant cinquante ans, defendant toujours avec zele la foi
chr6tienne sur toute l'6tendue de son royaume, et se montra toujours tres attache aux
Portugais. Il envoya en Portugal pour y recevoir de l'Mducation quelques-uns de
ses fils et de ses petits-fils, don't deux furent plus tard consacr6s 6veques'.
D. Francisco de S. Luiz est d'avis que D. Affonso peut, t just titre, etre
consider comme l'ap6tre de ses etats.
c La noblesse des sentiments, dit M. Barroso, le d6vouement et le d6sint6ressement
ne sont pas un apanage exclusif de la race blanche, de la race civilis6e. Nous trouvons
au Congo un homme de genie, un chretien et un h6ros. Il est bien connu de tout le
monde cet Ap6tre qui, pendant un long regne, 6vangelisa le Congo. La v6enration
que les indigenes ont encore aujourd'hui pour son tombeau (1889) est une preuve
bien frappante du r6le important qu'il a repr6sent6. Un nrgre du Congo connalt les
noms de trois rois : le nom du roi actuel, celui de son predecesseur et celui de
D. Affonso Ier'. 2
Notre etablissement au Congo s'etant realise dans des conditions si favorables,
nous sommes naturellement portes a 6tudier quelle sorte d'influence nous avons exercee
sur la population, quels r6sultats nous a valus l'exploitation de son territoire.
Les premiers pas faits dans l'examen de cette interessante question nous r6velent
immndiatement une strange incoherence dans notre maniere d'agir, a la fois subor-
donn6e a l'influence de l'61ement missionnaire et du marchand d'esclaves. Le premier,
a travers les perils et A force de privations et de sacrifices personnel, arrachant le
pauvre indigene a son etat savage, faisant p6n6trer dans les tenebres de sa vie la
lumibre bienfaisante du christianisme; le second, aveugl6 par l'amour du gain qui 6touffe
en lui tout sentiment d'humanit&, faisant de ce meme indigene le plus vil objet de
traffic; le premier fortifiant les liens de la famille et les liens sociaux, le second rom-
pant violemment ces memes liens, s6parant les membres de cette meme famille pour
les trainer sur les lieux oI la quality de la merchandise put leur valoir les plus grands
benefices; l'un montrant au monde que nous 6tions un people chr&tien et civilise,
l'autre nous exposant aux yeux des autres peuples bien que frapp6s de la meme plaie
que nous comme des trafiquants sans dignit& et sans piti&.
Entre ces deux forces agissant en sens contraire, l'une creatrice et l'autre
destructive, la premiere travaillant sous le patronage de la couronne, et la second
n'6tant pas tout a fait contraire aux interits de cette meme couronne, nous trouvons,
comme consequence, l'interet et l'avidit6 du trafiquant supplanter le d6vouement
modest et parfois h6roique de l'ap6tre de la foi. D'ailleurs, il n'en pouvait etre autre-
ment. Comment croire, en effet, que la croyance en la religion d'un Dieu de paix
et d'amour pouvait s'enraciner dans le coeur du pauvre indigene, alors que ce sauvage
voyait des hommes qui, appartenant i la meme race, a la meme religion, au meme

i. Major. Ouvrage cite.
2. Le Congo. Bulletin de la Socie6t de g6ographie de Lisbonne, 1880.








- 26 -


pays peut-ktre, et parlant la meme langue que le missionnaire son ami, venaient
mettre un collier de fer autour du cou de ses parents, de ses femmes, de ses enfants,
et brutalement les conduire, charges de chaines, au fond des navires qui les eloi-
gnaient pour toujours des plages de leur patrie, dans des regions inconnues oni il
entrevoyait, malgre son ignorance, les tortures et le martyre qu'on lui reservait?
Comment done esp6rer un autre resultat de l'antagonisme manifest entire la civili-
sation chretienne et l'abject mercantilisme, lorsque, a measure que le climate inhospi-
talier du Congo moissonnait A foison les vies des missionnaires, et jetait peu a peu
la terreur parmi les plus intr6pides don't les rangs allaient s'6claircissant de jour en
jour, la decouverte de l'Am&rique et des miles des Indes occidentales, ouvrant de nou-
veaux marches a l'importation des esclaves de la c6te occidentale et imme de la
c6te orientale d'Afrique, vint imprimer une nouvelle et vigoureuse impulsion aux
transactions esclavagistes?
< Pendant des ann6es infinies, dit encore M. Barroso dans son m6moire diej
cit6, le commerce d'hommes fut presque le seul que nous ayons eu avec le Congo. Si
nous exceptions quelques nattes venues de Macuta, et des malbdlas, avec un peu d'ivoire,
tout le commerce ne se soutenait qu'au prix du depeuplement du pays. La celebre
enquete effectu6e en 1548 A S. Salvador sur les ordres du roi du Congo, document
remarquable sous tous les rapports et que l'illustre secretaire perpetuel de cette Societe
(de geographie de Lisbonne) arracha I la poussiere des archives, nous fournit les plus
interessants renseignements sur ce commerce. Graice a ce document, nous savons
qu'il y avait au Congo plus de dix Europ6ens exportateurs de pieces (c'est ainsi qu'on
designait les esclaves); que le port de Pinda recevait chaque annee de S. Thome
de douze a quinze vaisseaux, chacun desquels emportait un chargement de 400 A
706 esclaves, et que les n6gociants souffraient de grands prejudices sur ceux qui
mouraient a l'embouchure du Zaire. Ce nombre de vaisseaux etant insuffisant pour
conduire tous les negres destines A etre embarques, il s'l6evait souvent des querelles
entire l'6quipage de ces navires et les exportateurs, qui voulaient a toute force que tous
les esclaves qu'ils avaient fussent transports. Les choses en arriverent a un tel excts,
que de temps A autre plus d'un Portugais d6nonca ces abus qui menacaient le pays
d'une ruine imminent. Mais la voix de la raison et de la justice n'&tait point &cout&e,
et son &cho expirait &touffl au milieu du tumulte effr6en d'interets inhumains et
6goistes. Ces temps, heureusement, sont passes; mais les principaux effects derives de
tels proc6d6s 6taient un obstacle a la propagation de la civilisation chretienne en
Afrique, et aujourd'hui encore ils se font sentir et en rendent l'implantation lente
et difficile.
Et cependant nous n'avons epargn6 aucun soin pour introduire cette civilisation
dans ces parages, que parcoururent depuis le commencement du xvle si&cle des mis-
sionnaires de diff6rents ordres dans le but de remplir A l'envi leur tiche sublime
autant qu'humanitaire. Dominicains, J6suites, Carmelites et Franciscains se sont
succede pendant de longues annees dans l'apostolat de la foi. Plusieurs temples ont ete
fond6s, et meme, dans la sage intention d'utiliser quelques bons fruits de la prediction
6vang6lique, un s6minaire fut institu6 pour l'Mducation du clergy indigene. II n'est
done pas 6tonnant que notre influence dans le pays fit assez grande pour porter le roi
D. Affonso a se faire le vassal du roi de Portugal. Un corridor et un administrateur
furent alors nomm6s pour la ville de S. Salvador; le monarque du pays obtint le
titre de Seigneurie et la faculty& de nommer un conseiller-auditeur pour l'aider a expedier







--27
les affaires de ses vassaux conform6ment A la legislation portugaise. Notre aide et
notre assistance etaient toujours implorees pour r6primer les r6voltes et assurer aux rois
du Congo leur autorit6. A la mort du roi D. Antonio, les princes du pays sollici-
terent en 1689 notre intervention pour l'election d'un nouveau roi, et en 1814 encore,
le roi D. Garcia V se plaignait, par lettre du 20 mars, au roi de Portugal de ( l'6tat
d'abandon ou les choses de la religion avaient ete laissees dans son royaume, lui deman-
dant d'envoyer des pretres qui en prissent soin, et lui rappelant l'ancien usage observe
par les rois de Portugal A l'egard des rois du Congo, usage consistent a leur envoyer
a leur avenement la couronne, le sceau et l'anneau royal, le sceptre et tout le rest, come
siege, hamac, etc., et encore le parasol, toutes choses d'usage pratiqu6es par le suzerain
envers les princes feudataires' ,.
Si malgr6 tous les resultats obtenus, sous le point de vue de la civilisation, n'etaient
pas en proportion des efforts employes; si pendant une longue s6rie d'annees la traite
des negres a ete le trait caracteristique de l'exploitation de ce territoire, nous devons,
en justice, et ainsi que nous l'avons indique plus haut, attribuer entire autres causes a
l'insalubrit6 du climate la sterilite de nos tentatives. a C'est par centaines que les mis-
sionnaires s'y sont rendus, par dizaines que les colonies y ont ete fondees, par douzaines
que les expeditions militaires s'y sont succede, et, cependant, cette nation, qui a su
tout d'une traite constituer l'empire du Bresil, resserree maintenant ici (bassin du
Congo) dans le cercle de fer de l'insalubrite, en lutte centre l'impossible, voyait
tomber en poussiere toutes ses esperances sous les coups qui fauchaient les unes apres les
autres les vies de ceux de ses enfants qu'elle y envoyait. L'histoire de ces tentatives
est une vraie hecatombe, leur enumeration serait un long De Profundis entonne a la
louange des victims; car il n'y a la rien autre chose a signaler' >.

B. Angola et Benguella.

II n'est pas 6tabli que, sur l'initiative de la couronne ou sur la resolution de
nos navigateurs, on ait fait une grande attention au royaume d'Angola dans les
premieres annees de sa decouverte. Ce n'est pas 6tonnant, car le'passage du cap de
B6a Esperanca par Bartholomeu Dias, la nouvelle de l'arriv6e de Joao Pero da Covilhii
en Abyssinie, l'ambassade de Ruy de Sousa au royaume du Congo, la decouverte
du Nouveau-Monde par Colomb, de l'Inde par Vasco da Gama, du Bresil par Pedro
Alvares Cabral, et l'etablissement de notre domination en Orient ont ete en verite
des 6venements d'une si grande importance et devaient A tel point absorber l'attention
de D. Joao II et de D. Manoel, qu'il est ais6 de comprendre que l'exploration et
l'exploitation de cette possession portugaise, si interessante A tous les 6gards, aient
6et temporairement negligees.
C'est, en effet, de 1559 que datent les premieres measures prises par la couronne
portugaise pour l'utilisation de notre decouverte, ces measures ayant ete provoqu6es
par la rivalit6 d'interets n6e entire les rois du Congo et du Dongo, ancienne denomi-
nation du royaume d'Angola. Il semble que, vers le commencement du xvi' siecle,
les administrateurs de f'lle de S. Thome commencerent a faire un commerce clandestine
dans les ports d'Angola, et en particulier dans celui de Loanda, au grand detriment du


I. Sousa Monteiro. Dictio'naire geographique.
2. Capello et Ivens. D'Angola d la cdte oppose.






-- 28 -


roi du Congo, qui, non seulement voyait avec inquietude affluer vers ces ports le
commerce jusqu'alors effectu6 dans ceux de son royaume, mais qui craignait de perdre
la possession de F'ile de Loanda oui il avait le monopole du Rimbo, sorte de coquillage
cendr6 qui servit pendant longtemps de monnaie tant au Congo que dans la Guin6
et dans l'interieur de l'Afrique. De ces dommages et des inqui6tudes survenues au
roi du Congo est r6sult6 l'envoi au roi D. Jolo III d'une enquete (djai citee) faite en
1548 sur les navires que les administrateurs et autres officers de l'ile de S. Thome
envoyaient sans ordre ou permission aux ports d'Angola pour le commerce d'esclaves,
qui peu apres fut interdit.
Cette interdiction ne pouvait cependant ctre agreable au roi du Dongo, qui, A son
tour, r6solut d'envoyer des ambassadeurs au roi du Portugal pour solliciter son amitie
et des relations avec les Portugais. En vertu de cette demand, la reine D. Catharina
envoya A Angola, en 1559, Paulo Dias de Novaes avec les ambassadeurs du roi du
Dongo et quelques Jesuites, plut6t dans l'intention de sonder l'esprit de ce potentat
que pour arreter une resolution definitive au sujet du commerce sollicite. A peine
arrive i la barre du Cuania, en i56o, Paulo Dias apprit que le roi du Dongo etait
mort. Prenant alors avec lui vingt homes et laissant le rest i bord des caravelles, il
se dirigea vers la banta du fils du d6funt, et son successeur au tr6ne, qui apres avoir
retenu le navigateur portugais pendant quelque temps, le pria de retourner en
Portugal et de lui amener un plus grand renfort que celui qu'il pouvait lui offrir en
ce moment, afin de l'aider dans la guerre engage centre des sobas rebelles.
Les affaires du royaume et le besoin de pourvoir a la s6ret6 de nos possessions
menaces par les pirates franqais retarderent jusqu'en I574 l'envoi d'une escadre sous
le commandement dudit Paulo Dias de Novaes, nomm6 ( conqucrant, fondateur,
premier gouverneur et capitao nor de la conquete du rovaume d'Angola, etc., et
invest de pleins pouvoirs pour distribuer les terres conquises et pour conferer le titre
de serviteurs du roi (gentilshommes de la mason du roi), avec les prirogati-es et pensions
y inhirentes, a ceux qui (n'dtant pas de la gindration des nolnvauix chrltitns) s'en rendraient
dignes par leurs services et e'lveraient dans ces terres des forts de quince brasses de cjti sur
trente empans de hauteur et cinq d'epaisseur' ). Paulo Dias emmenait dans cette expedition
35o hommes d'armes, des ouvriers et artisans, des marchands, des domestiques,
des j6suites, des clercs, etc. Arrive vers le commencement de 1575 A la barre du Cuanza,
il s'6tablit d'abord dans 'ile de Loanda, puis il aborda sur le continent faisant face a
File, et y fonda la ville de S. Paulo de Loanda et la premiere 6glise sous l'invocation
de S. Sebastiio.
Pendant les trois premieres ann6es de notre etablissement, les meilleurs rapports
d'amiti6 r&gnerent entire les Portugais et les naturels du pays. Mais la trahison du roi
du Dongo, les soulivements des potentats indigenes, vassaux de ce roi, la dloyaute du
roi du Congo et les intrigues des j6suites qui ambitionnaient le pouvoir temporel en
meme temps que le pouvoir spiritual, provoquerent une s6rie de guerres, don't quelques-
unes peu heureuses, mais don't le r6sultat fut la fixation de la domination portugaise sur
les territoires d'Angola, le roi de ce pays s'6tant, en 1620, constitute le vassal de la
couronne de Portugal, avec l'obligation de payer annuellement un tribute de Ico
esclaves.
Ce fut pendant cette" serie de guerres que le besoin de career des points d'appui


i. Lopes de Lima. Ouvrage citi.








29 -
pour assurer notre domination et proteger le commerce nous obligea a construire les
premieres forteresses de cette province A Massangano, Adenda, Muxima, Cambambe,
Ambaca, etc.
Apres les indig&nes, ce fut le tour des Hollandais. En 1641, vingt navires de ce
pays se pr6senterent devant la barre de Loanda. Leur vue produisit une 6norme panique
dans toute la ville qui fut abandonnee par le gouverneur, les capitaines, les habitants
et la garnison sans opposer la moindre resistance. Les nouveaux possesseurs, cependant,
ne jouirent pas longtemps de leur facile conqu&te. Le 15 aout 1648, Salvador Correia de
Sai Benevides, venant de Rio-de-Janeiro avec 15 navires, aborda a Loanda, et faisant
aussit6t descendre a terre 900 Portugais, cet 6v6nement produisit une telle surprise
parmi la garnison hollandaise, qu'elle se hAta de se r6fugier dans la forteresse de
S. Miguel ou elle fut obligee de capituler; apres quoi les Hollandais furent chassis de
toute la c6te d'Angola et du port de Pinda, dans lequel ils s'etaient etablis et fortifies
avec l'assentiment du roi du Congo, qui ne tarda pas a recevoir le just chAtiment de
sa trahison.
A partir de ce moment notre domination s'est maintenue inalt6rablement, mais pas
toujours avec tranquillity. En effet, il nous a et parfois necessaire de repousser la rebel-
lion de certain potentats indigenes, celle du roi du Congo, et les discordes occasionnees
par l'ambition des j6suites, par les colons et par la garnison mime de la province.

n Ce fut avec des capitaines et des hommes d'armes, 6crivait Lopes de Lima en
1846, que Paulo Dias de Novaes fonda les premiers villages de Loanda et Massangano,
et probablement celui de Calumbo, et quoique des commercants, des marchands et des
artisans y soient aussi all6s sous la protection de ses armes,. ces premiers entrepreneurs
de trafics n'&taient tout au plus que des valets ou des gens de la famille des capitaines
conqu6rants et fondateurs sur la faveur desquels ils comptaient pour la prosp6rit& de
leur commerce, et auxquels, peut-&tre, ils c6daient une bonne part de leurs b6enfices.
Que de fois ne vit-on pas celui qui, dans la bataille, avait ite un intrepide arquebu-
sier, ouvrir, apr&s la victoire, une boutique de marchand, comme le faisait bien sentir,
en 1592, Domingos de Abreu de Brito dans son manuscrit cite ci-dessus' o6 il disait
qu'il 6tait d'usage dans ce royanne d'Angola de fire aller les marchandises des conmnercants
de Loanda avec la guerre et de se servir de ce moyen pour realiser des changes. On voit
par la que, depuis le commencement de la conqu&te, c'est la force militaire qui a t6
le premier et le plus essential element de notre colonisation et de notre domination
dans la region don't nous nous occupons. Il en a &t6 ainsi necessairement dans tous les
temps, et il en sera sans doute ainsi jusqu'a ce que la civilisation, si lente dans sa
march a travers des regions herissees de tant d'obstacles, et l'amour du travail, si
repugnant aux natures africaines, parviennent a reduire a 1'6tat s6dentaire et a trans-
former en agriculteurs et en artisans laborieux tous ces peuples presque nomades,
habitues A vivre de la guerre, de la chasse et de la rapine, et A passer le reste de leur
temps dans une oisivet6 brutale pour mediter de nouvelles incursions, centre lesquelles
il nous est indispensable de nous tenir toujours sur nos gardes et dans une attitude
belliqueuse et hautaine. n
De tres important renforts militaires ont et envoys jusqu'en 1620 par la metro-
pole dans notre possession d'Angola; mais les guerres continuelles, l'insalubrit6 du

j. Sommaire et description du Royaume d'Angola et de la deco verte de 'ile de Loanda en 1592.







- 30 -


climate, les travaux, les privations et la vie d6reglee de la soldatesque produisaient dans
les effectifs des vides considerables que ces renforts 6taientpresque exclusivement destines
a remplir, sans qu'il en restAt un excedent capable de constituer une augmentation
sensible dans la population de cette espece.
Avec les militaires sont ensuite venus les deportLs don't les vices, tant qu'ils
n'6taient pas r6primes par un travail regulier, une discipline severe et une action
constant de l'6ducation religieuse, de l'instruction et de I'exemple, n'etaient ccrtai-
nement pas une recommendation suffisante pour les considerer comme des elements
utiles de colonisation.
Voici ce qu'6crivait a leur 6gard, en 1769, au ministry de la marine le gouverneur
d'Angola, D. Francisco Innocencio de Sousa Coutinho : Comme les terres les plus
belles 6taient administr6es et possedees par des vagabonds et des voleurs provenant des
prisons de Lisbonne et du Porto, 6chappes de Benguella et de cette capital (Loanda),
ainsi que par des d6serteurs de l'arm6e r6unissant tous les vices du soldat et n'avant aucune
de ses vertus, il 6tait fort natural que de telles gens meprisassent les raretes agricoles
qu'une bonne administration en aurait su obtenir. Ils cultivaient par la main des ngres
ce qu'il leur fallait pour leur subsistence, et, peu a peu, grace a l'absolue autoritc qu'ils
conservaient sur les negres pacifiques, ils se firent marchands ambulants sans instruction
et sans discernement. Les grands capitaux que plusieurs d'entre eux ont acquis, l'entiere
jouissance d'une vie affranchie de tout assujettissement a la religion, au vasselage et aux
lois leur permirent de vivre arbitrairement et les firent mourir comme ils avaient vecu,
tres souvent sous les coups de negres sauvages, et abandonnes par leurs propres esclaves.
Ainsi, les biens qu'ils avaient acquis et ceux qu'on leur avait confines subissaient, a peu
de chose pres, un sort 6gal. Les enfants qui provenaient de cette vie molle et libertine
suivaient leurs meres pour la plupart, et comme ni la religion ni les mceurs n'avaient
point poli une matibre compose de tant de couleurs et p6trie de tant de vices, ils n'ont-
jamais 6et pour l'Etat d'une utility plus ou moins grande, il n'est jamais result de leur
part un bien quelconque, solide et permanent. La consequence de cette conduite cou-
pable et de principles si errones 6tait toujours la guerre, qu'ils etaient obliges de faire
pour chatier les violence commises centre eux par les negres, ou simplement parce que
ces derniers, en les commettant, ob6issaient a leur nature feroce et sauvage, ou parce
qu'ils y 6taient portes par l'exasperation due aux vexations des blancs. n
Nous avons deja eu occasion de citer le decret du 21 f6vrier 720 portant que les
tziganes, d6tenus A cette date et ceux qui le seraient dans la suite, devraient ktre remis
aux colonies; nous en citerons un autre du 25 juin 1754 ordonnant que les detenus
sachant exercer les m6tiers de charpentier ou de macon, qui m6riteraient la peine de Ia
deportation, fussent condamn6s a aller servir dans la colonie d'Angola.
L'envoi de formats, inutile et m&me nuisible a la civilisation de la colonies, vu
l'absence de proc6ds coercitifs indispensables pour assurer leur regeneration et leur
utilisation dans les premiers temps de la colonisation, avait encore a notre avis Ie
grave inconvenient de restreindre 1'emigration libre de la metropole, parce qu'elle
contribuait a enraciner encore davantage dans l'esprit public les craintes exagsercs
que lui inspiraient la province d'Angola et, en general, toutes les colonies.
Cette province a t, la vrit6, faussement et injustement appr&ibe pendant
longtemps. On en ignorait les ressburces, les faculties productive; on ne se faisait
point une id6e de l'existence de regions oh l'homme blanc peut presque impuncment
vivre et cr6er une famille, non la famille hybride provenant d'une liaison plus ou









- 31 -


moins 6ph6emre avec la femme indigene, mais la famille civilis6e, blanche, chr6tienne,
sanctionnee par la loi, celle enfin qui seule peut donner aux naturels un example de
travail, de d6vouement et d'amour. De la correspondence 6chang6e entire cette colonies
et la mere patrie par 1'intermediaire exclusif des navires a voiles qui mettaient un
temps si long a faire la traverse et don't les voyages d'ailleurs ne s'effectuaient qu'ai
de grands intervalles, de cette correspondence, disons-nous, il ne r6sultait pour le
public que la terreur exag6rbe qu'inspiraient les carneiradas (fievres du pays) et que
faisait naltre et subsister I'6num&ration du grand nombre de d6ces, tous mis a la
charge du climate, mais dus en grande parties A une vie de perils et d'6preuves, a
la guerre presque permanent avec les naturels, a la licence et au d6reglement des
mceurs que favorisait l'etat plus ou moins anarchique d'une soci6t6 naissante et d6fec-
tueusement constitute. Puissamment fortifiee par une notion erronee, mais que justi-
fiait en apparence le but auquel tendait, a cette 6poque, la deportation, c'est-a-dire,
a ce que croyait le vulgaire, l'l6imination du criminal par l'action dletere d'un climate
implacable, cette terreur n'6tait certainement pas de nature A encourager des esprits
timores a aller chercher fortune dans des pays que qualifiait de terriblement inhospi-
taliers leur imagination toute empreinte des prejug6s du temps. Qui ne se rappelle
encore aujourd'hui les horreurs qu'on disait du pays de Pungo N'Dongo, vulgaire-
ment connu sous la sombre designation de Pedras Negras, consid6r6 comme la n6cro-
pole des plus c6lebres criminals, et qui en fin de compete est un des points les plus
sains de la province d'Angola? Et n'est-ce pas apres que les expeditions de travaux
publics r6alisees de 1877 i 1880 ont pratiquement d6montr6 qu'il est parfaitement
possible, en certaines conditions, de vivre pendant quelques ann6es dans les colonies
sans grave detriment pour la sant6, que, meme dans les classes 6clairees, a commence
a disparaitre cette horreur si longtemps 6prouv6e a l'egard des colonies africaines?
Nous comprenons done parfaitement que la population europ6enne de la pro-
vince d'Angola se soit uniquement composee pendant une si longue periode de temps
de militaires, de missionnaires, de fonctionnaires civils, de d6portes, et, en dehors
de ces classes, d'un nombre fort limit de Portugais pour la plupart (( aventuriers
incapables, comme dit Lopes de Lima, de bien comprendre la signification des
mots liberty politique et igalite social, pas plus que la convenance de leur rigoureuse
application dans un pays d'esclaves >. A dire vrai, pendant les longues annaes oi la
traite constituait l'unique amorce pour attirer les Europ6ens aux c6tes africaines, seuls
des aventuriers sans croyances, sans remords et sans piti& pouvaient se decider, le cceur
leger, L aller assouvir en Afrique leur soif inextinguible de richesses, grice aux gains
considerables que ce commerce offrait souvent. Cette espece d'hommes ne composait
6videmment qu'une fraction trbs minime de la population de la m6tropole. S'il y avait
beaucoup de gens a qui l'idee de poss6der des esclaves pouvait 6tre agr6able, peu
nombreux ataient ceux qui, se d6pouillant de tout bon sentiment, se d6cidaient a
aller eux-memes en faire le commerce dans les marches de chair humaine. Dans de
telles conditions, la colonisation libre d'Angola par la metropole devait &tre effective-
ment, pendant des sidles, trbs restreinte; car en dehors de ces aventuriers don't la
mani&re d'etre et de proceder 6tait fatalement d6finie, il ne devait guere y avoir beau-
coup de gens, qui, volontairement, se seraient d6cid6s a quitter patrie, famille et amis
pour aller, sans capital disponible, tenter une fortune honorable dans un pays sau-
vage qu'ils ne connaissaient qu'a travers un voile de dangers exager6s outre measure,
de toutes sortes d'incommodites et d'epreuves incalculables.










- 32 -


Cette opinion est suffisamment confirmed par des faits de statistique puises dans
le livre tant de fois cite de Lopes de Lima. Ainsi, en 1845, c'est-a-dire 2-0 ans
apres notre 6tablissement dans la province d'Angola, la population civil blanche se
composait a peine de 1674 individus du sexe mile et de 156 de sexe f6minin, distri-
bues de la maniere suivante :


Capital : S. Paulo de Loanda ............. .
Muxima......... .....
Classangano ......... .... ....
Royaume Forteresses Cambabe . ...
d'Angola. .fAmbaca. .. . .. .
SS. Jose d'Encoue . . .
Icolo et Bengo et Barre du Bengo . .
Dande et Barre du Dande ........
Districts.. Golungo (y comprise Zenza, Ql.1l.uel et
Dembos). .. . . .. .
Barre de Calumbo . . .


11C.MMIE- fLY5I\:,
1 .466) 135
13
20
I0

2i 8
I) 3
12
6 2


10 2
2


Ville de S. Filippe de Benguella . . .. I
Novo Redondo. . . .. o1 I
Royaume Forteresses. Caconda. ... . . . 8
de Mossamedes ............ 20
Benguella. Dombe Grande da Quizamba. . 8 .
Bailundo. ................ 3 "
Districts.. Hambo, Galengue et Sambos. . I
Bih6, Quilengues et Sambos .. . .
Quilengues et Huila. . . .

Total. . .. .1.674 56

La population multtre 6tait dans la meme annie, comme il suit:


Hommes .

Femmes ...


SLibres. . . . . 3.229
S Esclaves.. . . . 15
. Libres ..... ............ 2.513
Esclaves . . . . 13


La comparison de la population mulatre avec la population blanche montre
bien le r6sultat du manque de femmes blanches don't la proportion au nombre d'hommnes
etait, en 1845, de 0,093 : I. C'est de 1593 que date la premiere introduction de femmes
blanches dans la colonies :ce premier envoi &tait represented par 12 penitentes de la
Casa Pia (asile).


On doit au gouverneur d'Angola, D. Francisco Innocencio de Sousa Coutinho,
don't nous avons d6ej parl, une s6rie de measures remarquables destinies a reliever la
province de l'6tat cahotique et de la d6moralisation oi elle gisait. Voici dans quels
terms Lopes de Lima d6crit les services rendus par ce distingue gouverneur: Vint
ensuite, dans I'ann6e 1764, le memorable gouvernement de D. Francisco Innocencio
de Sousa Coutinho. Jusqu'alors Angola n'avait et qu'un pays de guerre et de
commerce, ob, apres des luttes successives, chacun ne s'occupait qu'A prendre sa part
des d6pouilles. Gouverneurs, capitaines, magistrats, homes d'eglise et de cloitre, tous
trafiquaient d'une faqon scandaleuse. Cet excellent gouverneur fut le premier qui







- 33 -


entreprit de civiliser cette possession a demi barbare. Pendant son gouvernement de
huit ans et demi, il fit dans ce but beaucoup plus que tous ce que ses predecesseurs
n'avaient m&me pas imagine. I1 est vrai que le moment n'6tait pas encore arrive d'en finir
avec la nefaste traite des noirs. Ce cancer continue encore aprs lui a ronger pendant
plus d'un demi-siecle les entrailles d'Angola avec tous les maux, tous les vices et tous
les crimes qui y sont inherents, comme le d6peuplement des campagnes, le retrait
des capitaux, la d6moralisation, la rapacity, l'6goisme, don't l'extinction complete ne
pourra probablement etre obtenue qu'au bout de longues et de nombreuses annees.
Cependant D. Francisco de Sousa Coutinho initial au moins un system d'agriculture,
r6gularisa le commerce d'apris de nouveaux reglements de type europeen, bannit la
chicane des affaires et y introduisit la bonne foi, reforma toute la 16gislation fiscale et
militaire, et coupa par la racine de cruels exces et des vols inouYs qui avaient librement
course sous la sanction des anciens usages. Par ces measures, il parvint a soulager les petits
et les faibles, a r6fr6ner la cupidity des grands, et a doubler les revenues de la couronne.
II fonda le grenier public pour pr6venir les famines du people, si fr6quentes A Loanda;
il construisit dans les terrains contigus un petit arsenal, un d6p6t d'armes et une belle
douane avec un quai majestueux; il fit lever la splendid fabrique de fer d'Oeiras
aupres des mines de fer de Golungo et 6tablir meme une fonderie oi ont &t6 coulks des
canons qui font encore aujourd'hui (1846) parties des parcs d'artillerie de champagne,
avec leurs affAts; il construisit en dix-sept mois, sur un rocher au milieu de la mer,
l'importante forteresse de S. Francisco, la plus important pour la defense du port,
don't elle ferme completement l'entree; il fit la tresorerie ou h6tel du Conseil des
finances; il am6liora le palais de residence des gouverneurs; il fit r6parer tous les
forts de l'interieur; il transf6ra dans un meilleur emplacement le fort de Caconda
et vengea les habitants des outrages des Jagas leurs voisins; il r6forma toute la l6gis-
lation fiscal de Benguella et batit, depuis les fondements, sa forteresse actuelle;
il fonda le nouveau fort de Novo Redondo a l'embouchure du fleuve Gunza pour
servir d'6chelle au commerce entire Benguella et Loanda, et l'humanit6 lui doit encore
les h6pitaux de la Misericorde de Loanda et de Benguella. L'instruction publique mme
n'echappa pas a sa sollicitude; car, outre plusieurs &coles primaires fond6es par lui, il
institua un course de g6om6trie et de fortification qui a produit de tres bons 6elves.
Malheureusement un si utile 6tablissement d6perit apr6s lui par la mort des professeurs
qui ne furent pas dfment remplaces.

Nous avons sous les yeux une lettre officielle du 18 octobre 1769, adress6e par
D. Francisco de Sousa Coutinho au ministry, Francisco Xavier de Mendonqa Furtado,
et r6vlant d'une manikre remarquable la sagacit& et le bon sens don't il fit usage pour
preparer la civilisation de quelques regions de la province. Au sujet du d6placement du
premier fort de Caconda, l'illustre gouverneur ecrivait : < Ce fort, situ6 sur le plus
malheureux emplacement du monde, et servant de chef-lieu a toutes ces provinces,
grace au respect inspire par le capitao mor et la garnison, n'avait jamais pu conserver
ses habitants que la peine de deportation y envoyait, cette sentence n'ayant d'autre
signification pour les condamn6s que le prolongement de la vie pendant le temps
indispensable pour arriver jusqu'a cette implacable habitation; de sorte que, par suite
des vides successifs occasionnes par la mort dans cette miserable garnison, le fort n'a
conserve qu'un seul habitant, aveugle, et ag6 de quatre-vingts ans.
< J'ai done donn6 l'ordre de construire un autre fort dans la province voisine,






34 -

nommee Catala, A quelques jours de distance du premier, et d'y transporter artillerie,
munitions et garnison. Le travail a kt6 execut6 aussi bien que les conditions du pays le
permettaient, du mois de janvier au mois de juiller, au bout duquel 'etablissement se
trouvait d6ja entour6 d'une cl6ture et fortifi6 d'une palissade; et, les logements ncces-
saires, la tr6sorerie et l'cglise 6tant acheves, on proceda au transfer. Cette situation est
la plus belle et la plus fertile de toutes ces provinces; et, grice A 1'am'nite de 1'air, a la
bonne quality des terres et a l'abondance du b6tail, elle est destinee a constituer une
ville populeuse.
( A cette measure succ6da la foundation des etablissements suivants : Fun dans la
province d'Auhila, parallkle a Cabo Negro, mais fort loin dans 1'intcrieur des terres,
auquel j'ai donna le nom de Alma Nova; le second que j'ai appel Sarrc-as, dans la
province de Luceque, la plus voisine des fleuves de Sena;.un troisieme fait peu aprcs
dans la region de Quitata, nomme Contins; un quatrieme dans celle de Quipiro, que
j'ai denomm6 Passo de Sousa; un autre A Galangiu-grande, avec la designation de
Linhares, et, enfin, un encore A QOilengues en voie de formation, et qui sera suivi
de tous ceux que donnera lieu d'6tablir le nombre de vagabonds qui se reuniront dans
la suite en nombre suffisant pour cet effet.

a Dans chacun de ces etablissements nouveaux, j'ai mis un cure, un juge et
un capitio mor de la milice; je leur ai donned d'utiles instructions pour qu'ils se gou-
vernent chr6tiennement et civilement, et, enfin, j'ai faith tout ce qui dependait de moi,
suivant mes faibles lumieres, pour que cette oeuvre se maintienne sur des bases solides
et appropriees aux regles de la plus saine politique.... )
Le mrme gouverneur, apres une description des avantages provenant des
localit&s oh les nouveaux etablissements ont &t& fond6s, ajoute les considerations
suivantes :
,( Tous ces b6n6fices seront certainement le resultat de l'ordre que j'y ai introduit
et de la population, que Votre Excellence seule peut fournir. II y faut un grand nomnbre
de couples europ6ens, et non des couples simplement, mais composes de personnel qui
appartiennent A tous les arts, professions et metiers; car ce pays, extremement vaste et
n'ayant jamais ht6 habit par des gens habiles, reste encore completement inconnu,
de meme qu'on ignore ce qu'il content ou renferme en soi de tresors naturels ou
- ceux qui appartiennent aux arts et aux industries, toutes choses qui ne seront connues
que lorsque chacun des individus possedant un art quelconque trouvera le moven
d'appliquer son activity et son savoir. )
Api-s D. Francisco de Sousa Coutinho, d'autres gouverneurs g4n6raux se sont
voubs a affermir et a developper la grande oeuvre civilisatrice qu'il avait commence.
Pinheiro Chagas, dans son livre As colonias portiigneas no seculo xix (Les colonies
portugaises au xIxx sickle), cite le gouverneur general, Manuel Vieira Tovar de Albu-
querque (1819-1821), comme s'6tant consid&rablement appliqud a mener A bonne fin
l'ex6cution d'ameliorations publiques et A encourager agriculture dans la province
d'Angola.
Pour terminer, nous citerons encore l'ordonnance du 2 f6vrier 1836, qni prescrit
d'appliquer a la foundation d'un 6tablissement aupres du port, form par le fleuve Catum-
bella, l'offre genereuse faite par un gouverneur de Benguella, Justiniano Jose dos Reis,
de la some de 2 : ooo0 ooo de reis, c'est-a-dire, du montant de ses appointments de
sous-pr6fet de ce district, et qui recommande au merne gouverneur d'encourager les








- 35 -


cultures coloniales dans les terrains voisins du nouvel dtablissement, et de reserver,
dans la distribution de ces derniers, quelques-uns des meilleurs pour des colons des
Aqores et de Madeira qui devaient s'y 6tablir.
Cependant les secousses politiques de la metropole, en 1820, le regime absolu qui
les a suivies, le soulevement du Br6sil et, peu apres, la lutte fratricide d'oi a surgi le
regime constitutionnel, tous ces troubles, se repercutant fortement a Angola comme dans
presque routes les colonies, ont paralyse tous les progris naissants de cette province.

La civilisation des indigenes par l'tvangile a traverse les memes vicissitudes de
splendeur et de d6laissement que nous avons deja remarqu6es dans l'existence des autres
colonies anterieurement decrites. A la suite de J6suites don't l'action bienfaisante a ete
si souvent rendue sterile par une s6rie d'actes condamnables provenant d'une ambition
demesuree et qui donn&rent lieu a leur expulsion de la province, en 1760 sont venus,
en 1653, les Carmelites, qui fonderent la mission du Bango-Aquitamba, oi il y avait
une &cole de doctrine chretienne; et puis, en 166I, les Capucins italiens, qui 6ta-
blirent des hospices a Cahenda et au Bengo. Plus tard, en 1684, pour remndier au
manque deji reconnu de pretres, on ordonnait mais sans r6sultat appreciable la
creation d'un college dans le but de former 12 indigenes a l'etat eccl6siastique;
et, en 1698, on format une Junte des missions d'Angola a Loanda, et on allouait en
guise de rente une preference de 70o esclaves pour les frais de la propaganda 6vangelique.

Relativement au gouvernement supreme de la province d'Angola, M. Sousa
Monteiro s'exprime comme il suit' : ( Avant 1834, cette Capitanie g6n&rale 6tait gou-
vern6e par un chef ayant la denomination de gouverneur et capitaine-g6neral, qui joi-
gnait aux attributions militaires la direction des affaires politiques. La parties administra-
tive 6tait presque toute concentree dans les mains du conseiller-auditeur g6enral, et une
portion minime et sp4ciale a ce que son titre d6signait, dans celles de la Junte d'amelio-
rations de l'agriculture, don't le gouverneur etait le president et le conseiller-auditeur le
premier assesseur. La parties 6conomique et fiscal appartenait exclusivement au Conseil
des finances, qui 6tait 6galement prside par le gouverneur, et don't l'auditeur 6tait encore
premier assesseur. Le gouverneur 6tait aussi president du Conseil de justice, du Conseil
de grace et de justice et, si je ne me trompe, du Tribunal de la Couronne. Ainsi, toutes
les jurisdictions 6taient enchevetrees, confondues, dispersees entire trois pouvoirs diff6-
rents qui consommaient plus de temps a se dispute sur leur autorite respective que celui
qu'ils employaient a s'appliquer au b6ndfice du pays. Tel, a peu de chose pres, a ete le
gouvernement de toutes les colonies, dans quelques-unes desquelles ces luttes se trans-
formerent souvent en vrais soulevements arms.
e Dans les cas graves et urgents, le capitaine-general prenait une deliberation
dans l'assembl6e de la Chambre des principles autorites, des hommes de quality et de
gouvernement; les decisions qui y etaient prises restaient valables tant que la m6tro-
pole n'ordonnait pas autre chose.
( A cette anarchie morale succ6da en 1834 l'anarchie mat6rielle. L'application, sans
discernement et sans preparation de la legislation de la metropole a ces colonies, levees a
cette occasion au rang de municipalities, produisit les plus d6sastreux r6sultats, que la loi
du 25 avril 1835 voulut enrayer en prescrivant qu'au lieu de pr6fets il y eft dans les


i. Dictionnaire ge'ograp1iqiee,








36 -

provinces d'outremer des gouverneurs g6enraux avec des attributions civiles et
militaires, sous pretexte que seuls des militaires pouvaient etre charges de pareilles
functions. Le d6cret du 7 d6cembre 1836 vint ensuite definir ce qu'etaient ces
attributions, et, plus tard, les decrets des 27 et 28 septembre 1838, qui prtendaient les
r6glementer, ne firent en realite que les restreindre.
Pour ce qui regarded les gouvernements subalternes, jusqu'en 1834, et non comprise
les villes de S. Paulo de Loanda et de S. Philippe de Benguella, tous les forts et districts
6taient gouvern6s par des militaires avec le titre de capitaes mores ou regents, avant des
attributions militaires, administrative et m&me municipales et judiciaires, a Ia seule
exception du fort de Massangano, oh il y avait, depuis 1648, une Chambre municipal
et un juge ordinaire. La ville de S. Philippe de Benguella, apres la mort de son gouver-
neur et fondateur, Manoel de Cerveira Pereira, a 6t6 gouvernee par des capiltas nmores
jusqu'A la nomination, en 1779, du premier gouverneur subalterne de Benguelia.









CHAPITRE V


PROVINCE DE MOZAMBIQUE

Notre premier htablissement sur la c6te orientale africaine date de 15o5, annie oi
Pero de Anhaya posa les fondements de la forteresse de S. Caetano a l'embouchure du
fleuve Sofala, apres en avoir recu l'autorisation du roi maure Yucuf qui devait peu apres
payer de la vie sa trahison envers nous.
On avait deja reconnu l'importance de 1'ile de Mocambique comme entrep6t du
commerce entire l'Europe et l'Orient, et, cons6quemment, il convenait de la d&fendre
contre des agressions 6trangeres probables. Dans ce but, D. Duarte de Mello fut
charge, en 1507, d'y fonder une forteresse qui devait plus tard ctre remplacee par
celle de S. Sebastiao, construite dans un emplacement plus convenable, sur la pointe
septentrionale de l'lle.
D&s les premiers temps de notre domination, des commercants portugais s'etablirent
dans les factoreries cr6ees sur le littoral, comme celle de Quelimane en 1544, et celle de
Lourenco-Marques en 1546; tandis que d'autres se r6pandaient dans le territoire baigne
par les fleuves de Sena et fondaient, A une date incertaine, les etablissements de Sena et
de Tete. Ce fut cependant la nouvelle de l'existence de riches gisements mineraux dans le
Monomotapa et dans le Quiteve qui fixa pendant longtemps la march de notre exploi-
tation dans l'int6rieur de ce pays. Cette nouvelle 6tait reque dans la mtropole environ a
l'6poque of l'empire portugais en Orient avait acquis un si grand d6veloppement, qu'il
fallut le diviser en trois gouvernements independants, don't l'un constitum par nos
conquetes comprises entire le cap Guardafui et Ceylao, l'autre par les possessions allant








37 -
du P6gu jusqu'a la Chine, et le troisieme par toute la c6te orientale d'Afrique, entire les
caps Guardafui et Correntes.
Ce dernier gouvernement fut confi6, en 1569, a Francisco Barreto, nomm6 capi-
taine-g6n6ral de Mocambique, avec ordre de s'emparer des mines du Monomotapa. A
cet effet, une belle expedition composer de ooo1000 Europeens, de quelques guides musul-
mans et d'un grand nombre d'esclaves, fut prepare et pourvue de tout le n&cessaire,
comme de grandes quantities de provisions de bouche, d'outres pour le transport de l'eau,
de chevaux, d'Tnes et de chameaux venus d'Arabie'. Quelimane i6ant choisi comme port
de d6barquement, sur les conseils non d6sinteress6s du j6suite Monclaros, l'expedition
commenca par remonter le Zambeze jusqu'a Sena, oi Francisco Barreto laissa un grand
nombre de malades; puis, avec le restant de la troupe (560 hommes), elle poursuivit
une longue et p6nible march vers les mines d'Abutua et de Manica, que l'empereur
Monomotapa lui avait permis de visiter. A la suite de nombreuses attaques de la part
des indigenes, Francisco Barreto se vit oblige, faute de resources nouvelles, a rentrer
A Sena, puis h Mogambique, d'oi, apr6s avoir tout remis en ordre, il retourna a Queli-
mane pour renouveler son entreprise; et, s'6tant fait pr&ecder de nouvelles munitions
et provisions, il se rendit A Sena, oh il mourut.
Cet insucces, qui devait nous mettre en garde contre les hasards et les difficulties
des excursions dans l'interieur, ne detourna pas notre attention des mines d'or du
Monomotapa. Vasco Fernandes Homem, successeur de Barreto au gouvernement de la
capitanie, constitua une nouvelle expedition, compose de 500 hommes d'armes et
de quelques pieces d'artillerie qu'il fit d6barquer a Sofala. Le refus du roi de Quiteve de
lui livrer passage par son pays ne le dissuada pas de son dessein. Confiant en la valeur
de ses soldats, Vasco Fernandes Homem s'avance dans l'int&rieur de la contree, oiu il
trouve deserts tons les lieux anterieurement habits, et bouch6s tous les puits; il
incendie le Zimbaoe du roi de Quiteve, et pousse jusqu'a Chicanga, don't le roi le recoit
affablement et met a sa disposition les mines existantes dans son pays. Cependant,
reconnaissant que l'exploitation de ces mines exigeait beaucoup de travail en change
d'un b6enfice insignificant, et se trouvant d6pourvu de machines et d'hommes pour
les exploiter, Vasco Homem resolut de se retire apres avoir conclu la paix avec le roi
de Quiteve, ce qui assurait aux n6tres le libre passage vers les mines de Manica, objet
principal de l'entreprise.
SEn 1608, de nouveaux ordres sont donn6s par la metropole pour la r6alisation de
la conqukte des mines, et une ann6e apres le gouverneur D, Nuno Alvares Pereira,
profitant de l'occasion qui lui fut offerte de secourir le Monomotapa centre un roitelet
rebelle, obtint en recompense la donation, faite a la Couronne, de la montagne et
du territoire de Chicova avec toutes ses mines d'argent, donation qui, cependant,
ne fut jamais mise A effet.
Peu aprbs eut lieu un incident qui semblerait comique s'il ne r6v6lait une pro-
fonde d6moralisation. En 1612, le gouverneur interimaire, Diogo Simnes Madeira,
grand potentat de Rios de Sena, exp6dia en Portugal une quantity d'argent qu'il pr6-
tendait faussement avoir e4t extraite de certaines mines de Chicova. Cet envoi pro-
duisit, comme de just, une vive emotion; Diogo Madeira fut fait chevalier de l'ordre
du Christ, et D. Nuno Alvares Pereira, ayant Wet pour la second fois nomm6 gou-
verneur en 1620, avec le privilege exclusif, sous certaines conditions, du commerce


I. Francisco Maria Bordallo. Essais de statistique.









- 38 -


des fleuves de Cuama, ne negligea rien, comme on le comprend, pour trouper les
mines en question, mais sans succes naturellement. II fut suivi par le gouverneur
int6rimaire, D. Lopo de Almeida, qui,_ poursuivant le mrme but, se fit inutilement
accompagner par Diogo Madeira en personnel. La fraude ne tarda pas a 6tre d&cou-
verte, et, des ordres 6tant arrives de la cour pour proc6der centre le coupable, celui-ci
sut 6viter le chatiment qu'il avait m&rit& en s'internant avec ses Cafres dans les regions
sauvages et inconnues du pays.
Alors cesserent les efforts tents pour decouvrir ces mines extraordinaires; mais, en
compensation, deux important avantages furent obtenus peu apres : le premier, en
I63o, lorsque D. Nuno Alvares Pereira, pour la troisieme fois nomm& gouverneur,
defendit le roi Monomotapa contre les revolt6s de Mocaranga, et parvint ensuite a le
faire baptiser et a le rendre vassal de la couronne de Portugal, moyennant un tribute
annuel de trois pastas (plaques) d'or; le second, quand, en 1644, le gouverneur
Julio Moniz da Silva r6integra le roi Quiteve dans la possession de son royaume, et
obtint de lui qu'il se fit baptiser et devint tributaire de la couronne de Portugal, et
qu'il autorisat les n6tres A faire librement le commerce dans son pays.
On etait a l'ann6e 1645, et l'ile de Mocambique, jusqu'alors exempte du fl&au de la
traite, commence a exporter des esclaves pour le Br6sil, notre colonie de predilection,
a laquelle les Hollandais, maitres en cette occasion d'Angola, avaient ferm6 le marched
de l'Afrique occidentale. Ce n'6tait cependant pas lI l'unique malheur qui accablait
Mocambique: les rebellions des indigenes; les honteuses querelles entire Portugais sur
les territoires de Rios de Sena; les guerres contre les Maures du continent et centre les
Arabes de Mascate; les excursions des Hollandais qui a deux reprises mirent le siege a
la forteresse de Mocambique et interrompirent presque les communications entire la
c6te orientale de l'Afrique et l'Orient; et, apris eux, les tentatives des Anglais pour
etablir leur commerce sur cette c6te; enfin, la perte, en 165o, de la forteresse de
Mascate, l'ktablissement des Hollandais en I651, au cap de B6a Esperanca, et la fon-
dation en 1655 d'une factorerie a Madagascar oh 6chouaient nos tentatives d'exp!oita-
tion en I515 et 1525; toute cette s6rie d'6evnements mit Mocambique dans un tel
etat de d6sordre et d'6puisement, aggrav6 profond6ment par une enorme demora-
lisation, qu'il devenait tres urgent que la m6tropole se hatAt d'y intervenir par des
measures &nergiques, si elle voulait sauver la colonie d'une ruine complete.
Bien qu'insuffisantes et sans persistence, ces measures ne se firent pas attendre,
comme nous allons le montrer.
Tout d'abord, on d6truisit la cause premiere de la plupart des abus en retirant
aux gouverneurs le privilege exclusif du commerce a Mocambique, lequel, a partir de
1671, devint libre pour tous les Portugais. Peu apres, en 16.4, le meme privilege
qu'ils poss6daient encore A Rios de Sena fut transfer A la Couronne; puis, en iO,
par la suppression de ce privilege, le commerce rest libre dans ce territoire, pendant
quelques annees, pour les nationaux.
Vint ensuite le temps des measures colonisatrices plus accentuees.
A l'occasion de la decouverte de f'ile de Mocambique, nos navigateurs y trou-
verent ktablie une colonie d'Arabes de la mer Rouge et nombre d'Asiatiques faisant
l'6change des products d'Orient contre l'ambre, l'ivoire, 'or et d'autres richesses venues
de Sofala et de Monomotapa. Les Arabes faisaient le commerce sur toute la c6te et
dans l'interieur.
Comme nous l'avons deja dit, nos premiers colons 6taient des militaires, ou plut6t








-39-

des marchands militaires qui, introduisant sur la c6te orientale de I'Afrique les proceeds
adopts dans les regions d'Angola, trafiquaient durant les intervalles des combats, et,
s'avancant jusqu'au Monomotapa, laissaient au fur et a measure derriere eux des fosses
ouverts et des palissades construites pour la defense des niarch6s de l'or, oh le capital
mor 6tait le premier n6gociant et ou les soldats s'enrichissaient dans le traffic avec les
Cafres'.
Aprbs les militaires, vinrent les d6portes, qui s'incorporaient a la force publique
pele-mdle avec les Cipayes venus de 1'Inde et les Cafres recrutes sur les terres de la
Couronne.
Cependant les ouvriers manquaient. Il n'en 6tait venu qu'un fort petit nombre,
en 1633, de Goa et de Lisbonne, pour la construction des fortifications de Mocambique,
des barres du Cuama et de Mombaca. L'agriculture et l'industrie 6taient m6prisees;
la traite des noirs et le commerce de l'or se partageaient seuls les soins et l'activit& des
ambitieux. La population europ6enne, r6pandue dans l'int&rieur, oh elle se procurait
de l'or en &change des marchandises agr6ables aux indigenes, d6p6rissait peu A peu, en
butte h l'influence du climate et aux abus de toute sorte. En 1674, arrivent cependant
les premieres measures pour combattre cet 6tat de choses : quelques orphelines sont
dot&es pour qu'elles aillent se marier avec les Portugais resident dans la region des fleuves
de Cuama. Trois ans apres sont exp6dies de Lisbonne quatre vaisseaux transportant,
outre un contingent militaire de 600 soldats et d'officiers avec leurs families, divers
employes des finances et de la justice, des ingenieurs, des mineurs, des orfevres et
autres artisans, huit converties pour s'y marier, et quelques missionnaires pour la colo-
nisation des territoires baignes par les rivieres de Cuama, Sena et Tete.
A l'importation de Portugais europ6ens succdda celle des banians, commercants
de la place de Diu, auxquels le gouverneur de 1'Inde, le vicomte d'Alvor, accord
en 1686 la permission de former une compagnie avec le privilege exclusif du commerce
entire cette place et Mocambique, et la jouissance de grands avantages et prerogatives,
comme, par example, le droit de faire juger leurs causes par des juges priv6s et conser-
vateurs qui, aussi bien a Diu qu'a Mogambique, etaient les recteurs de la Compagnie de
Jesus'. Cette compagnie de banians monopolisa tout le commerce de la colonie, et,
lorsqu'elle s'&teignit en 1777, ses membres, continuant isol6ment leur commerce, se
r6pandirent sur tout le territoire de la conqukte et y provoquerent un tel d6sordre,
qu'il fallut les faire tous rentrer en 1783 dans la capital, d'oi il leur etait expresse-
ment defendu de sortir sans un passport d6livr6 par l'autorit6 superieure.
A ces resolutions devaient se limiter, durant une longue periode de temps, les
efforts tents pour peupler Mogambique, nonobstant l'insistance avec laquelle les
gouverneurs g6n&raux reclamaient l'envoi de manages europeens morig6ers, venan:
surtout des Acores, afin de mettre un terme i l'etat d'extreme retard ou se trouvait la
colonies. Une mention sp4ciale est due a l'id&e sugg6ree par le gouverneur Pedro de
Saldanha de Albuquerque, qui demandait qu'on fit venir de Macao de trois a quatre
mille femmes chinoises.
Dans un ( M6moire sur la Province de Mogambique 6, &crit par Manoel Joaquim
Mendes de Vasconcellos e Cirne, qui fut gouverneur de Quelimane dans les premieres
annees du si&cle present, on trouve un avis curieux sur la maniere la plus convenable
de provoquer la colonisation de Rios de Sena et de Quelimane.
I. Bordallo. Essais de statistique.
2. Bordallo. Ouvrage cite.








40 -

D'apres l'auteur du M6moire ,, on devait choisir 600 hommes et 60 femmes,
ages de trente ans environ, d'entre les detenus de la m6tropole, et les envover a Queli-
mane ou ils recevraient journellement un traitement 6gal a celui des soldats des com-
pagnies en garnison a Tete et- Quelimane. Devaient ktre envoys de prdf&rence des
d6tenus qui fussent de leur etat artistes, et, sp&cialement, menuisiers, forgerons,
peintres, etc., parmi lesquels seraient choisis les plus habiles et les plus aptes a se
marier avec des veuves, des orphelines et des filles de families possedant des proprie&~s
donn6es en emphyteose. Ils seraient employes, avant leur marriage, come inten-
dants judiciaires ou municipaux, et, aussit6t mari6s, comme intendants des biens
nationaux.
L'auteur du M6moire proposait encore que des bans fussent publics a Lisbonne,
Figueira, Aveiro, Porto, Vianna, Lagos et Tavira, promettant aux families et aux
individus de toutes les conditions, d6serteurs et criminals mnmes, qui s'engage-
raient volontairement a aller i Rios de Sena, les primes suivantes :
Io Concession faite dans la m6tropole, a titre de subside pour frais de route,
d'une some de 16,ooo r6is par t&te aux colons ag6s de plus de quinze ans, et de
oioooo r6is a ceux d'un age moindre;
2 Octroi d'une solde de soldat a tout colon et aux membres de sa famille durant
tout le temps qu'ils resteraient A Lisbonne en attendant un bltiment pour leur transport;
30 Fourniture de deux vetements a chaque colon, l'un 6tant donned a Lisbonne
et l'autre une ann6e apres;
4 Fourniture d'instruments agricoles;
50 Droit de choisir a Rios de Sena des terrains non occup6s par une agriculture
stable, suffisants pour la culture d'une famille de huit personnel, et de les posseder
en proprikt6, avec exemption pendant vingt ans de dime ou pension de tout genre, et
avec faculty de les vendre, apr&s dix ans, sur evaluation du cout des ameliora:ions v
introduites, exclusivement au propri6taire du domaine sur lequel se trouverait le
terrain concede, et, apres vingt ans, au plus offrant;
6" Traitement accord, pendant les trois premieres annees de sejour A Rios de
Sena, d'une demi-solde de soldat a chaque colon et aux personnel de sa famille, agees
de plus de huit ans, et, d'un tiers seulement, aux individus moins ages;
70 Pr6f6rence accord6e aux colons pour les marriages riches, quand ce serait du gr
des deux parties;
80 Exemption pour les colons et pour leurs esclaves du service de l'EItat, de
quelque nature que ce fit, tant que ceux-ci seraient en nombre infrieur a huit.
Si la colonisation europ6enne ne se developpait gu&re dans la province, d'un
autre c6t6, il y avait une immigration de plus en plus accentuee de Maures, de Parses,
de banians et de batias qui s'y venaient 6tablir, et mime de naturels de 'inde portu-
gaise, qui venaient i Mogambique, les uns pour y exercer des functions pub!iques
ou des charges dans les factoreries, les autres pour se liver au commerce, et que!ques-
uns pour s'6tablir dans les fires ou ils servaient en guise de courtiers aux commissaires
de Sena et de Tete, qui y affluaient.
II semble que la trop restreinte colonie europeenne de l'etat civil ne supp!ait pas
l 1'exiguit6 du nombre par l'excellence de la quality. De ce qu'ktait en 1806 la society
dans les domaines concedes par la couronne h Rios de Sena, le D' Antonio Norberto
de Barbosa Truao, alors gouverneur de ce territoire, donee les renseignements sui-
vants








41 -
c Tandis que les esclaves des deux sexes travaillent aux mines, dit-il, les
mussambases' parcourent les regions de l'int6rieur, et les colons' cultivent les terres.
Le seigneur, indolent et inerte, qui ne se donne meme pas la peine de faire la moindre
speculation ou combinaison d'idees pour son propre commerce,.passe les journees a
dormir, a fumer ou a prendre du the; et si parfois il sort de chez lui, lorsque le soleil
decline a l'horizon, c'est pour donner l'ennuyeux spectacle de son indolente stupidity
et de sa grandeur chimerique au public, devant lequel il se pr6sente couch dans un
palanquin et porter par quatre miserables esclaves.
( Les hommes blancs d'un ordre inferieur, confiant en l'abondance et le bon
march des vivres, ne poss6dant ni moyens ni fonds propres, subsistent sans travail
ni industries au moyen du meme commerce, car ils trouvent facilement des gens qui
leur donnent a credit toutes sortes de marchandises. Ceux qui sont arrives d'Europe, les
deportes ou les aventuriers qui viennent chercher fortune au hasard, se sont bient6t
d6barrass6s de leur m6tier, s'ils en avaient un, pour se livrer au commerce a l'aventure,
et trouvent dans la lib6ralit6 des autres habitants de quoi alimenter une oisivet6 aussi
funeste au public qu'a eux-memes, mais sans oublier cependant la pratique des arts
criminals qui ont t~ la cause de leur bannissement'.

Comme important facteur subsidiaire de la colonisation de Mocambique, nous
devons tenir compete de l'institution des pragos da Corda5, a laquelle nous avons d6ji fait
incidemment allusion, et don't nous allons donner une court notice, en pregnant pour
guide le remarquable rapport de la commission nomm6e par ordonnance royale du
15 novembre 1888 pour 6tudier les reformes a apporter au systeme de ces pramos.
En possession, par donation ou conquete, des vastes territoires de Rios de Sena et
Sofala, le gouvernement portugais a cherch6 a y consolider sa domination et A y encou-
rager et d6velopper la civilisation, en utilisant A son profit l'espece de f6odalisme exis-
tant dans ces regions. A cette fin, il r6solut de maintenir en principle 1'autorit6 des
suzerains indigenes, les fumos et les inhacuauas; mais en plagant aupres de chacun
d'eux un d6legu6 portugais donataire, avec des attributions et des pouvoirs don't l'exer-
cice donnerait lieu en faveur de ce dernier a l'absorption de l'autorit6 et de l'influence
du chef indigene. C'est ainsi que se sont transforms les anciens fiefs en prazos da
Corda, don't chacun est consider ( comme un district en soi-meme, peupl de villages
et de colons attaches au sol (serfs de la gl6be), qui vivent sous l'obeissance d'un.chef,
nomm6 funo ,. Ce chef est juge et arbitre de leurs differends; c'est lui qui les fait venir
a composition, qui les punit et qui les gouverne, avec suj6tion au capitao nor des
Rios, avec recours aux tribunaux et au gouvernement de Sena, et appel devant l'audi-
teur de Mocambique ou devant le capitaine general, selon la gravity des cas'.
A c6t6 du fumo, il y avait cependant l'emphyt6ote portugais revetu de tous les
attributes de la souverainet6 fEodale : 6 II &tait seigneur de la terre, puisque la terre,
apanage de la Couronne, lui avait Wte octroyee; il 6tait seigneur des personnel, puis-
qu'un esclavage plus semblable a la servitude de la glebe du moyen ,ge qu'a l'esclavage
antique les maintenait attaches au sol de l'emphyteose; et les serfs, assujettis au ser-

1. Negres qui vont trafiquer dans l'interieur en conduisant des chargers (Bordallo. Essais de statistique).
2. Ces colons sont les serfs attaches aux terres des domaines de la Couronne (Ibidem).
3. Bordallo. Essais de statistique.
4. Domaine c6ed en propri6et moyennant un bail emphyteotique. (N. du T.)
5. Botelho. Memoire statistique de Mocambique.







42 -
vice du mussocol, devaient n6cessairement voir en celui qui le leur imposait, leur maitre
et leur prince. Cet imp6t se divisait et se percevait (et il est encore percu) suivant le
mode de tous les pays oil il y a encore l'adscription a la glebe, mais dans les formes
d'usage particulieres aux indigenes2.
Pour atteindre le double but que le gouvernement avait en vue, on choisit comme
emphyt6otes des ( prazos ) et durant l'espace de trois vies, les femmes issues de
Portugais europ6ens qui furent obliges de se marier i des Portugais de la mme
provenance, d'am6liorer les terres et d'y resider. Pourdla succession, les enfants miles
6taient exclus tant qu'il y avait des filles. Grace a ces dispositions de la loi, non seule-
ment on pr6tendait provoquer l'6migration de Portugais en Mocambique, mais aussi
les contraindre a se fixer dans le pays, oh ils pouvaient se career des interets au
moyen des alliances contract6es avec les families libres auxquelles le gouvernement
avait octroye un patrimoine et une pension.
Les donations des ( prazos a devaient etre confirmees par le souverain dans un
d6lai de trois ans, sous peine de nullit6.
Les dimensions des prazos 6taient astreintes a des prescriptions d6finies. Ils ne pou-
vaient d6passer trois lieues de long sur une lieue de large, leur superficie devant mrme
se r6duire a une demi-lieue carr6e, lorsque le prayo contiendrait des minerals, ou serait
situ6 au bord de la mer ou sur la rive d'un fleuve navigable. Etait encore interdite
la concession de plus d'un prayo a chaque donataire. Ces prescriptions tres recomman-
dables, selon nous, parce qu'elles 6tablissaient une sage division de la propriety, n'ont
cependant pas e6t, a l'instar de plusieurs autres, rigoureusement observes. Il y avait
des donataires qui vivaient loin de leurs prayos; on fit des concessions depragos d'une
6tendue bien sup&rieure a celle d6terminee par la loi, des donations a des filles d'Afri-
cains et d'Asiatiques, et, enfin, plus d'une donation au meme individu.
Si ces concessions abusives avaient pour but d'attirer dans le pays les families libres
peu disposes a s'y 6tablir, on peut affirmer qu'elles n'ont pas produit le r6sultat desire.
a Les praTos de la Couronne Rios de Sena, dit Bordallo3, ne d6passaient guere
le nombre de cent, mais quelques-uns avaient plusieurs lieues d'6tendue...; or, si
malgre l'octroi d'aussi large domaines, il y avait si peu de families portugaises qui
voulussent aller habiter ces regions, que serait-il arrive si la loi avait ete observe
rigoureusement, et si chaque manage europ6en avait di se contenter d'une 6tendue
de trois lieues de long sur une lieue de large ? En combien de pragos ce territoire
aurait-il di etre divis ?
En dehors de cela, le possesseur don't l'6pouse 6tait sterile se voyait d6possede
du pra;o, don't il aurait pu avoir l'usufruit (du moins la loi l'ordonnait ainsi), s'il
devenait veuf, quoiqu'il eit ponctuellement paye les arrerages et les dimes du terrain
don't il avait joui. Quant a la proprietaire de la troisieme g6n6ration, lors meme qu'elle
aurait des filles, elle savait que toutes les ameliorations qu'elle apporterait a ses terres
seraient faites pour le profit d'un tiers et au detriment des siens qui se verraient d6pos-
s6d6s aussit6t apres sa mort.
( C'est ainsi qu'une legislation qui semblait, a premiere vue, sage et accommodate
A la locality, ne parvint ni A augmenter la colonisation portugaise ni A ameliorer les
terrains dans cette parties de la monarchie. Un petit nombre de families jouit toujours
i. Imp6t.
2. Rapport de la Commission susmentionnee.
3. Ouvrage cit6.







43
de ce vaste territoire, et la culture n'y progress jamais a cause justement de la grande
6tendue de chaque praqo.
( Les emphyteotes donnaient leurs terrains A ferme et s'en allaient jouir du revenue
dans un climate plus sain.
a De plus, les emphyteotes ou leurs agents, consid6rant comme esclaves les indi-
genes libres qu'ils d6signaient par le nom de colons, les vendaient ignominieusement
aux marchands de chair humaine.
Ceux qui voulaient 6chapper a ce sort, et ils ktaient nombreux, s'enfuyaient dans
l'intbrieur et allaient augmenter les forces des rois nos ennemis. )
Pour mettre un terme a tant d'abus et aux maux qui en d6coulaient, Xavier Bo-
telho, avec l'autorit& que lui donnait son experience de gouverneur et capitaine g6enral
de Mozambique, proposait la subdivision des praqos tres 6tendus, et partant non suscepti-
bles d'etre convenablement parcourus, surveill6s et cultiv6s par un seul emphyteote, en
d'autres de dimensions propres A faire disparaitre ces inconv6nients'; leurs donataires res-
pectifs s'obligeant a y resider et a les cultiver, pourvu que de son c6t6 le gouvernement
en favorisAt l'agriculture, en facilitant l'exportation des products et en mettant ceux-ci
d'accord avec le commerce. Ce sage gouverneur proposait encore qu'on punit s6vere-
ment les emphyteotes qui asserviraient, ali6neraient ou maltraiteraient les colons; qu'il
ne fit point laiss6 a l'arbitre, A l'ignorance et a la malice des intendants la faculty de
determiner les annuit6s, et qu'on fit executer la loi en envoyant a Mocambique des
ingenieurs, des instruments et tous les secours n6cessaires pour mesurer, verifier et 6va-
luer les terrains des pratos.
Xavier Botelho ne fut pas le seul gouverneur qui montra la n6cessit6 d'agir centre
les abus commis dans le regime des pra(os de la Couronne. Dbja, vingt ans auparavant,
le gouverneur Isidro de Almeida de Sousa e SA, proposait la division des pra(os de la
Couronne en petits lots, chacun desquels devait etre cultiv6 par une famille, sans
distinction de couleur, laquelle serait pendant un certain temps exempt6e du paiement
de cens ou de tout autre tribute, et il sollicitait la remise de colons des Acores pour
leur distribuer les parcelles des praqos ainsi divis6s. II proposait en outre l'organisatidn
dans chaque ville de la Zambezia d'une soci6et de cultivateurs intelligent, charge
d'examiner les terres labour6es pour conf6rer des prix aux bons cultivateurs et pour
d6poss6der de leur propriety ceux qui en n6gligeraient la culture. Cette soci6t& serait
aussi charge d'examiner les qualit6s du terrain, i quelles esp&ces de culture il serait
le plus propre, et la methode la plus avantageuse de semer, de crber et d'6lever du
betail,,etc. Enfin, dans le memoire djaL cite de Vasconcellos Cirne sur la province de
Mocambique, on trouve l'indication des principles measures a adopter relativement aux
prasos de la Couronne. Ces measures sont:
Io Que tous les praKos non confirms par le souverain dans le d6lai n6cessaire,
soient octroy6s a d'autres filles ou, a leur d'faut, a des fils de Portugais, a charge de se
marier a des Portugais dans l'espace d'une annee apres la donation;
20 Qu'a d6faut de filles ou de fils de Portugais, et vu l'exiguYt6 de la population,
ces pra(os soient octroyes a des Portugais pauvres, qui seront obliges de se marier dans
le meme d6lai A une personnel du pays;
3 Qu'aux possesseurs des pra(os confirms, mais habitant ailleurs, il soit interdit
de donner les memes domaines a ferme, sans avoir a cet effet obtenu pr6alablement la
permission royale indispensable;
4 Qu'il ne soit sous aucune forme ou pr6texte permis au possesseur d'un prao








44 -
d'obtenir la possession d'un autre domaine, lors meme qu'il lui echerrait en heritage;
5 Que les prasos poss6d6s par les freres dominicaitis A Rios de Sena et Quelimane
par concession a eux faite par les rois intrus espagnols (les Philippe) mais sans confir-
mation du souverain 16gitime, soient consid6rbs comme d6volus a la Couronne si, dans
le d6lai d'un an, les freres susdits h'envoient pas des missionnaires dans ce district,
auquel cas administration des memes prayos pourra ktre confine a un autre ordre reli-
gieux ou a des pretres seculiers a raison de deux pretres pour chaque prazo.
Comme r6sultat final de cette 6tude on arrive a cette conclusion : que la non-obser-
vance des dispositions 16gales inh6rentes a l'institution des pragos; la non-ex&cution de
measures complementaires, bien que dament ordonn6es; l'absence d'autres measures
qu'il aurait 6t6 convenable de prendre; et enfin la tolerance d'6normes abus, ont fausse
le but civilisateur de cette institution, sans qu'en compensation il en soit resulted au
moins pour l'Itat un advantage pecuniaire quelconque provenant des cens et des dimes
du territoire considerable occup& par les pra;os. D'apres Bordallo, le produit de
ces cens et dimes 6tait, en 1813, de 12 :000 cruzades, monnaie faible, et de
3:286 4 240 r6is, monnaie forte, au temps ouf Botelho, d6ej cit6, gouvernait la province
de Mocambique. Peu avant I'abolition d'une parties des prayos, en 1854, leur rapport
annuel etait A peine de 3:200 0ooo r6is, provenant des tributs pays par les colons aux
emphyteotes.
L'institution des prazos, telle que nous venons d'en faire la description, est done
tomb6e en grande decadence, mais elle a encore vecu pendant de longues annees en
d6pit du d6cret du 13 aoiit 1832 qui l'abolit de droit. Dans notre etude sur la second
periode des colonies africaines, nous aurons l'occasion d'exposer les vicissitudes que
cette institution a traversees.

Aux measures prises pour favoriser la colonisation de cette province et que nous
venons de citer, nous devons ajouter les lettres patentes du 13 novembre I 324 qui
cr6aient une compagnie commercial avec le privilege exclusif pendant vingt-quatre ans
dd commerce de l'ivoire dans la baie de Lourengo Marques, sans computer d'autres
privileges accords par lettre (alvari) du 27 octobre 1825; la compagnie prenait les
engagements suivants :
I" De former une factorerie A Lourenco Marques et une succursale A Inharbane,
dans le delai d'un an ;
2 D'avoir ces deux points toujours fournis du necessaire a leur commerce et de
provisions de reserve pour secourir en cas de besoin les troupes de la garnison;
30 D'envoyer chaque ann&e aux deux ktablissements au moins un vaisseau trans-
portant gratuitement jusqu'a concurrence de 12 personnel pour le compete de 1'Etat,
outre les enfants mineurs leur appartenant et les 6quipements et munitions de guerre
et autres objets de l'Etat, jusqu'a concurrence du poids de 20 quintaux;
40 De transporter en Portugal l'ivoire, I'argent et autres objets de la Couronne
jusqu'a concurrence de 20 ou 25 quintaux;
50 De subvenir pendant les six premiers mois A l'entretien des manages qui seraient
envoys au nombre de vingt-cinq par an, et composes soit de d6portes, soit de personnel
libres'.
Ayant commence ses operations en 1825, cette compagnie fut suspendue en 1835


i. Vicomte de Paiva Manso. Wie'nioire Sur Louret-ICo-Afanqties.







45 -
par le gouverneur de Mozambique, ses directeurs ayant 6t6 soupgonnes d'exciter les
negres contre la garnison du fort. Cette suspension fut confirmed par le gouvernement
de la metropole en septembre de la meme ann6e.

De l'6tude relative aux gerances des capitaines de Sofala, des gouverneurs de
Mozambique, Sofala, Rios de Cuama et Monomotapa, et, apres eux, des gouver-
neurs et capitaines g6enraux de Mocambique, ii r6sulte que s'il y en eut d'inutiles et de
nuisibles mrme m administration, au progres et au d6veloppement de Mocambique, ii
y en eut aussi d'autres qui ont grandement contribu6 par toutes sortes d'efforts a rele-
ver la colonie de l'6tat d'abattement qui constitua, pendant de longues ann&es et avec
de rares intermittences, sa maniere d'&tre habituelle.
Pendant les g6rances des deux premiers groups d'autorites, on construisit dans
l'ile de Mocambique la premiere forteresse, qui fut plus tard remplac6e par celle de
S. Sebastiiio a l'extr6mit& nord de l'ile et don't la construction train fort en longueur par
suite du peu de r6gularit6 avec laquelle furent fournies les resources necessaires. On
construisit dans la meme ile le fort de S. Lourenco et on fortifia les stations de Sena,
Tete, Manica, Sofala et Inhambane.
On fonda le premier h6pital de Mogambique, qui fut reconstruit par le gouverneur
Diogo de Sousa Meneses, et don't l'administration fut confine, en 1681, aux pretres de
S. Joao de Deus, avec une dotation de 3: 5oo cruzades. Ces pr&tres, cependant, furent
d6poss6d6s de ce service, en 1763, a cause de leur manque de charity' .
En 1635, on commenga la construction de l'eglise matrice de Mocambique, et plu-
sieurs factoreries furent fond6es. Le capitaine de Sofala, Vicente Pegado, fit a cette
occasion un important reglement pour les marches et les mines d'or du Cuama.
La periode des gouverneurs et capitaines g6neraux fut remarquablement commen-
cee par la g6rance de Francisco de Mello e Castro (1752-1758), qui s'employa avec z&le a
mettre en htat r6gulier de defense les points les plus important de la colonie; com-
menga l'arsenal de Mocambique; rebatit la douane aupres de laquelle il fit batir un
quai qui fut plus tard reconstruit, et fit transferer la station primitive d'Inhambane
dans la presqu'ile d'Inhalarique, oif il commenca la construction d'une forteresse et
d'une 6glise.
D6 i, en 1575, le roi D. Sebastiao avait charge Manoel Mesquita Perestrello de
reconnaitre la c6te d'Afrique, depuis le cap de B6a Esperanqa jusqu'au cap des Cor-
rentes. II r6sulta de ce voyage que l'illustre navigateur 6crivit un routier, of les lati-
tudes et les directions sont indiqu6es avec une remarquable exactitude, nonobstant la
d6fectuosit6 des moyens don't il pouvait alors disposer pour l'execution du service qui
lui avait 6t6 confi6. Ce routier eut une telle reputation chez les strangers, qu'il fut tra-
duit et ins6r6 par Mannevillette dans son Neptune oriental'.
Francisco de Mello e Castro resolut d'aborder au nord de la province un travail
semblable, auquel effet il charge l'ing6nieur Antonio Jos6 de Mello de dresser la carte
hydrographique de la c6te, depuis le Cabo Delgado jusqu'A Mocambique. Ce mrme ing6-
nieur commenca la carte g6n6rale de la province, carte qui fut plus tard achev~e par le
secr6taire du gouvernement, Ignacio Caetano Pereira, au temps du gouverneur Saldanha
d'Albuquerque. On doit joindre a ces travaux curieux la carte hydrographique de l'ile


I Bordallo. Ouvrage cite.
2. Vicomte de Paiva Manso. Memoire sur Lourenpo-Marques.







40 -

de Mogambique et des terres adjacentes, ainsi que les plans du port et de la torteresse de
Sofala, executes par l'ing6nieur Gregorio Thaumaturgo de Brito, lesquels furent remis
au gouvernement de la metropole en decembre 1758 avec l'histoire de cette parties de
l'Afrique, extraite de la bibliotheque des pretres de S. JoAo de Deus par le susdit
secr6taire du gouvernement'.
C'est encore pendant la g6rance de Mello e Castro que fut promulguee la lettre
royale du I"e avril 1757, ordonnant que les fonctionnaires de la colonie fussent paves
en monnaie courante et qu'il leur fit interdit de faire toute espece de commerce,
ce qui 6tait une measure extremement salutaire et indispensable pour refrener les consi-
derables abus qui decoulaient de cette funeste faculty.
Durant le premier gouvernement de Saldanha d'Albuquerque (1758-1763), on
distribua aux habitants de Tete, en quality de sesmarias, les terres des chefs Zuda-Zuda
et Chilengue, qui en firent donation plus ou moins authentique aux Portugais.
Ce gouverneur encourage l'agriculture et fit baliser la barre de Quelimane pour
en assurer l'entr6e A la navigation.
Pendant son second gouvernement (1782-1783), il se voua essentiellement a repri-
mer des abus d'administration, A exercer un meilleur contr6le des revenues de l'Etat et
A introduire la discipline dans la force militaire.
Un autre gouverneur, Silva Barba (1763-1765), mettant a execution les ordres de
la metropole, donna une nouvelle forme a l'administration g6enrale de la province; il
erigea en bourgs (villas) les etablissements de MoZambique, Ibo, Quelimane, Tete,
Sena, Sofala, Inhambane, Zumbo et Manica. II supprima le cumul de pouvoirs judi-
ciaires et fiscaux exerc6s par les capitaes mores, et crea une charge de prov6diteur des
finances, une administration de la douane, des Chambres et des juges ordinaires pour
tous les bourgs, et il fit en m&me temps un reglement portant specification des devoirs
concernant les differentes classes d'employes, les Chambres et leurs membres.
Balthasar Manoel Pereira do Lago (1765-1779) r6forma le college de S. Fran-
cisco Xavier, connu plus tard sous le nom d'eglise de S. Paulo, A Mocambique; il batit
le palais pour la residence des capitaines generaux A Mocambique, le palais et l'eglise
de Mossuril sur le continent faisant face a f'ile, des maisons pour les Chambres
municipales de quelques bourgs; et il augmenta l'h6pital de la Misericorde de cette
capital.
Vicente da MaYa e Vasconcellos commenca, en 1781-1:82, la construction du fort
de Lourenco Marques auquel fut destinee une compagnie pour garnison.
Le gouverneur Antonio Manoel de Mello e Castro (1786-1793) s'appliqua a
supprimer les abus de administration, lesquels avaient atteint un d6veloppement
considerable sous le gouvernement provisoire qui l'avait precede. II install le Conseil
des finances, et fit de nouveaux reglements et un tarifpour la douane de Mocambique,
don't la recette, en 1799, s'6leva 149:ooo00oo00 reis; il rebatit la douane, fortifia
Lourenco Marques et restaura les fortifications d'Ibo.
Dans ce louable d6sir d'am6liorer administration et les finances de la province,
il fut imit6 par les gouverneurs D. Diogo de Sousa Coutinho (I793-1797), et Francisco
Guedes da Costa (1797-1801), ce dernier parvenant a faire cesser la circulation du
papier-monnaie et a payer la dette de la province.

I. Francisco da Casta Mendes. Catalogue chronologique et historique des Capitaines ge:iraux et
gouverneurs de la province de Mocamibique.







47 -
Cette periode de prosp6rit6 relative fut suivie d'une decadence de plus en plus
grande, en d6pit des efforts de plusieurs gouverneurs, d'entre lesquels nous citerons
Paulo Jos6 Miguel de Brito (1829-1832), qui s'appliqua avec une remarquable 6nergie
h mettre une barriere au torrent d'une d6moralisation toujours croissante et a provoquer
les ameliorations materielles de la province. Ce qui concourait le plus A cette deca-
dence, c'6tait le d6sordre et la confusion que les gouvernements provisoires 6tablissaient
dans toutes les branches de l'administration de la province, et l'influence cu'y exerqaient
les 6v6nements politiques de la m6tropole a partir de 1820.

Ce fut en 156o que la premiere mission de j6suites arrival a Mocambique d'oi6
elle partit pour Inhambane. Son sup6rieur, Gongalo da Silveira, alla pr&cher la foi dans
les territoires baign6s par le Cuama et dans les domaines du Monomotapa, et mourut
martyr dans le Mocaranga.
D'autres j6suites vinrent en 1569 et, aprbs eux, les dominicains, en i577, qui
fonderent leur premiere station a Mocambique et se r6pandirent ensuite sur toute
la c6te et dans l'interieur, s'6tablissant en plusieurs endroits oif ils rendirent d'impor-
tants services par la foundation d'eglises, par l'impulsion qu'ils surent donner a diverse
cultures, et par la predication de l'Evangile aux indigenes. Suivant une liste pr&sentee
par Bordallo, le nombre de chr6tiens de toutes couleurs existant dans les possessions
portugaises de l'Afrique orientale vers la fin du xvIe siecle 6tait d'environ 2141, don't
1192 du sexe masculin et 949 du sexe feminin. Ce nombre s'l1eva en 1824 a 3541,
sans computer la chapellenie de Lourenco Marques.
Malheureusement, et encore d'apres les assertions de Bordallo, ce n'6tait pas
seulement a la propagation de la foi que plus tard se sont adonnes les dominicains,
au sujet desquels le secretaire d'Itat, Diogo de Mendonca Corte Real, ecrivait en 1756
qu'ils avaient dgendre' en de simples marchands opirant illicitement. Si l'on gagnait des
ouailles i la vigne du Seigneur, on negligeait compl&tement leur education. En effet,
ce ne fut qu'en 1799 que fut ouverte la premiere classes d'instruction primaire, laquelle
fut installed dans la maison conventuelle de S. Domingos, dans I'ile de Mocambique;
et qu'en 1818 que deux autres classes furent fondees, l'une a Quelimane et l'autre
dans l'ile d'Ibo. < Cependant celles-ci autant que celles-la ont souvent ete priv6es
de professeurs a cause de la modicite de'leurs traitements respectifs, ou, comme dit
le gouverneur Sebastiao Xavier Botelho, elles etaient rigies par des naturels de Goa, aussi
ignorants de la langue et aussi incorrects dans leur prononciation que leurs propres e'lves.
Plus tard, des 6coles pour le sexe f6minin furent ktablies A Quelimane, Sofala et
Inhambane.

A propos du gouvernement de la c6te orientale portugaise, Bordallo s'exprime en
ces terms :
A Au commencement, le gouvernement 6tait proprement dit militaire dans la
naissante colonies de l'Afrique orientale. Le capitaine de Sofala avait sous ses ordres le
chitelain de Mocambique; ensuite l'autorit6 des capitaines de Sofala, Mocambique
et Rios de Cuama s'6tendit sur les importantes capitaineries de Sena et de Tete,
lesquelles formerent plus tard ensemble le gouvernement ou capitainerie mor de
Rios de Sena. Jusqu'en 1752, cette parties de la c6te d'Afrique d6pendit du gouverne-
ment de l'Inde; mais a cette date elle fut d6tachee de ce gouvernement, et celui de
Mogambique fut declare independent par la creation d'un capitaine g6enral jouissant






48-

de la meme categorie et du meme traitement que celui d'Angola, mais disposant d'une
plus ample autorit6 que les gouverneurs en deck du cap de B6a Esperanca, en raison
de la plus grande distance oi il se trouvait par rapport a la m6tropole. Les attributions
des premiers gouverneurs de Mocambique ont beaucoup vari& a diverse epoques,
parce que le commerce de Rios de Sena etait tant6t libre pour tous les Portugais,
tant6t fait pour le compete du tr6sor royal, ou appartenait quelquefois en privilege
exclusif au gouverneur, qui le vendait au plus offrant dans la capital.
Dans chaque forteresse de la colonie, il y avait un capitaine, un alcalde major,
son second dans le commandement de la troupe, et un intendant qui s'occupait de
la perception et de la distribution des finances publiques....
c L'escadre qui croisait souvent dans le canal de Mocambique et a l'entree de
la mer Rouge, avait son capitao mor ind6pendant des gouverneurs de Sofala, mais
relevant de l'autorit6 du vice-roi de l'Inde, et qui chAtiait pour son compete les soule-
vements des habitants de cette c6te.
Le capitaine general ftait l'intendant en chef des fortifications de la colonie, et il
les gouvernait ainsi que toute la garnison militaire suivant le reglement des gouver-
neurs et celui des capitaines g6n6raux du royaume de l'Algarve, augment des lettres
patentes, instructions et ordonnances royales, qui constituaient le droit public de nos
domaines d'outre-mer. Il nommait par interim les gouverneurs subalteres et pour-
voyait aux postes vacants du cadre d'activit6 jusqu'au grade de capitaine, et a ceux
du cadre de reserve jusqu'a celui de lieutenant-colonel, ainsi qu'A tous les autres
emplois civils, eccl6siastiques et militaires de conqukte, lorsque les nominations royales
faisaient d6faut....
a Le gouverneur et capitaine g6enral, Fr. Jos6 de Vasconcellos, qui arrival a
Mocambique en 1779, 6tait revtu du titre de president des course de justice de
l'Afrique orientale, et, en cette quality, lui et ses successeurs, jusqu'en 1834, ont
presid6 au Conseil de justice avec vote de quality.
En cette m&me ann6e et apr&s la restauration de Lisbonne, on envova a Moam-
bique un gouverneur militaire, qui assume les functions civiles, attend que le
respectif prefet de la province n'avait point 6t& nomme, conformiment a la loi alors en
vigueur; et par une loi du 25 avril 1835, on ordonnait la nomination de gouvrlcars
reunissant les attributions militaires et administrative, comme les anciens capitaines
g6neraux, en attendant l'6tablissement d6finitif de l'organisation des possessions afri-
caines, qui fut effect& par un d6cret du 7 d6cembre i836, qui crea les gouverneurs
generaux.
c Le gouverneur de Mocambique presidait aussi la Junta do crime', cree par lettre
royale du 9 mai 1761 pour prononcer sur les faits criminals dans les cas tres graves,
pour faire executer les jugements, la peine capital meme, aussit6t apres l'arret, sans
appel d'aucune espkce. Cette Junte fut investie de tous ses pouvoirs par les instructions
du 24 septembre 1824; elle se composait d'un conseiller-auditeur, d'un jui de fora ou
juge d6legue par le roi pour connaitre des affaires civiles et criminelles, de l'echevin
le plus vieux, d'un colonel, d'un lieutenant-colonel et d'un commandant, outre le
gouverneur, president.
( Le capitaine general pr&sidait encore la Mesa do desembargo do paco ou court
supreme de grace et de justice, cree pour les colonies portugaises par lettre royale


I. Assemble faisant l'office de Tribunal criminal. (Note du T.)








49 -
(alvard), ayant force de loi, du o1 scptembre 1811, installed a Mocambique pour la
premiere fois en 1'an 1817, et ayant pour membres le conseiller-auditeur et le juii de
fora, et, pour secretaire, celui du gouvernement.
< Tous ces tribunaux sont aujourd'hui abolis,
(c Le gouverneur prbsidait, et preside encore aujourd'hui, le Conseil des finances,
cr&6 par lettre royale du 15 avril 1785, 6tabli Mocambique le I"' juillet 1787, aboli
en 1834, et restaur& par d6cret du 16 janvier i837. Etaient membres de ce Conseil,
conform6ment a la loi qui en fit 1'institution, le conseiller-auditeur g6enral, un
procureur des finances, nomme par le gouverneur, un tresorier 6lu par le Conseil et
le greffier nomm6 par le roi....

Si l'on ne peut, pendant la p6riode que nous venons de passer succinctement en
revue, contester des progres sensibles, quoique intermittent, dans l'exploitation des
territoires de nos possessions africaines; si encore sous le point de vue de l'6ducation
et de l'utilisation de 1'616ment indigene, quelques resultats ont Wte obtenus, il faut
avouer que ces progres, que ces resultats ont Wt6 A la veritd mediocres lorsqu'on les
compare aux connaissances encore incomplates que nous poss6dons aujourd'hui de ces
possessions, et aux regles imposees par les proced6s modernes de colonisation.
Soyons justes cependant, et n'attribuons pas exclusivement aux gouvernements
m&tropolitains et des possessions la responsabilit6 de cette mldiocrit6, due pour une
bonne part a des erreurs et a des vices qu'on doit raisonnablement imputer a l'epoque et
non aux hommes.
Si nous consid6rons specialement les provinces d'Angola et de Mogambique, nous
voyons que l'exploitation de leurs territoires ne pouvait avoir un d6veloppement
considerable, par suite de causes diverse don't nous allons indiquer les plus
importantes.
Pendant longtemps ces provinces n'ont Wte connues du public de la m6tropole que
par une reputation exageree d'insalubrit6, reputation jusqu'A un certain point justified
par la rigueur du climate des regions du littoral. On en ignorait les resources agricoles
et industrielles; les facilities plus ou moins grandes de leur exploitation; les conditions
d'habitabilit6 des differentes regions; la maniere d'utiliser les voies naturelles de com-
munication entire l'interieur et la c6te pour le transport et l'6change des products
obtenus. Cet ensemble de points, convenablement et pr6cis6ment eclaircis et r6pandus
avec profusion dans la metropole, aurait pu constituer un encouragement pour
l'emigration des personnel et des capitaux. Cette etude preparatoire de la colonisation
moderne n'6tait cependant pas dans les idees du temps; il ne faut done pas s'etonner
si, dans l'histoire de ces colonies, jusqu'aux premieres ann&es du siecle oui nous sommes,
on trouve a peine les traces d'efforts isolks faits dans ce sens par quelques gouverneurs,
soit que ceux-ci aient agi en vertu d'instructions 6manant de la m6tropole, soit que,
doues d'une intelligence claire et p6nitres de leur mission de chefs supremes de pays
encore vierges, ils ne se soient pas laiss6 6blouir par les.revenus provenant de l'inf~tme
traffic d'esclaves, et qu'ils aient pressenti, dans une r6guliere et m6thodique exploitation
des regions de l'interieur, la source de la veritable prosp6rit6 des colonies qui leur
talentt confides. On comprendra done qu'a la suite de notre 6tablissement d6finitif a
Angola et A Mogambique, et A la seule exception des entreprises plus ou moins
persistantes faites dans cette derniere colonie pour la conquete des mines de l'int6rieur,
l'exploitation industrielle et agricole, dirigee par des blancs, tent6e par les chefs subal-
7







- 50 -


ternes et prot6g6e par quelques gouverneurs g6n6raux, ait ~ peine 6te 6bauchee sur tel
ou tel point et se soit toujours conserve a l'6tat plus ou moins embryonnaire, malgre
le cott tres modique de la main-d'oeuvre repr6sent6e par 1'esclave indigene, 6elment
principal et presque exclusif du travail et du transport; et, enfin, que seul ait pu
atteindre un certain d6veloppement le commerce consistent A &changer centre des
6toffes, de la poudre, de l'eau-de-vie et de la verroterie les products que l'indigene
obtenait routinierement du sol et qu'il allait offrir dans les marches de l'int&rieur.
C'6tait plus commode, plus conforme a l'indolence du colon europ6en; mais ce n'etait
certainement pas le meilleur moyen de faire une bonne colonisation.
L'6migration libre 6tant donc -lente a affluer aux colonies, il aurait &t6 possible
jusqu'A un certain point de la renforcer en utilisant convenablement les deportns
pendant les premiers temps de l'exploitation du sol, au service duquel et moyennant
certaines precautions ils auraient 6t6 bien plus utiles qu'ils ne l'etaient soit dans
l'armee of on les incorporait, soit dans les prisons oi ils 6taient maintenus sans les
moindres soins re6g6nrateurs dans une atmosphere de vice et d'immoralit6.
Ce fut au moyen de formats d6portes que l'Angleterre, nation essentiellement
colonisatrice, fonda, entire autres, sa colonie d'Australie, oi, apres un temps de reclusion
extr&mement salutaire, car cette r6clusion etait mise a profit pour deposer dans l'esprit
du d6port6 les premiers germes de sa rehabilitation social, ce dernier, sous 1'energique
influence de Philipp, premier gouverneur de la colonie, se transform en un tres utile
colon, poss6dant non seulement une notion definie de sa responsibility morale, mais
meme un grand respect pour la justice et pour la loi, que ce gouverneur sut lui inspire,
et qui contribua si puissamment au developpement rapide de la colonie. Les depornes
r6cemment arrives et les plus recalcitrants des anciens forcats furent &galement utilises
pour la colonisation, au profit de laquelle ils eurent a construire des routes et A ouvrir
des canaux. Tous les autres 6taient places, en quality de domestiques, chez des colons
libres ou d'autres d6portes deja liber6s, qui 6taient tenus de subvenir a leurs besoins
et d'informer periodiquement le gouverneur au sujet de leur conduite et de leur
travail.
Un tel proc6de, convenablement modifi6, aurait bien pu 6tre adopted a Angola et A
Mocambique, oi, vu la grande insalubrit6 du climate, il serait toujours indispensable de
recourir a la main-d'ceuvre indigene coinme element essential de travail. Mais l'etendue
de nos domaines 6tait 6norme, les garnisons des forteresses et des presides exigeaient un
grand nombre de soldats, que la petite population m6tropolitaine ne pouvait fournir,
et de la la necessity de meler a ces garnisons des 6elments impurs, d6portes et mime
indigenes, au detriment de l'honneur de la classes et avec le sacrifice de leur immediate
cooperation au profit de l'exploitation du pays.
Le manque d'Europ6ens n6cessaires pour diriger les bras indignes dans la veritable
croisade de la colonisation africaine a encore 6et aggrave par l'insuffisante education
que ces memes indigenes recevaient du missionnaire, don't l'ceuvre civilisatrice, qui a
toujours suivi, souvent accompagn& et parfois meme precede 'action militaire, a td,
comme nous l'avons ddji dit, fortement contrari6e par la funeste influence de la traite
des noirs. Nous devons meme ajouter qu'en dehors de cette cause d'empechement,
cette oeuvre devait forc6ment rester incomplete, attend que l'organisation des missions
anciennes n'y r6unissait pas les elements indispensables pour preparer convenablement
l'indigene a assister l'homme blanc, non seulement avec la force physique de son bras,
mais vec la comprehension, quoique rudimentaire, de ce que sa cooperation au deve-








- 5I -


loppement et au progrbs du pays, qui avait Wt6 son berceau, tournerait plus tard A son
propre advantage.
Ce ne sont malheureusement pas les seules causes que nous avons t 6num6rer.
En admettant la possibility pratique d'une convenable exploitation du territoire
africain, quoique limited a la production des denrees don't la m6tropole ne se r6servait
pas l'usage, il eit Wt logique et n6cessaire que les products industries et agricoles
obtenus puissent 6tre librement dirig6s sur les marches europ6ens oii ils trouveraient les
meilleures conditions d'6coulement. A cette fin si louable et si just s'est cependant
oppose, durant un long space de temps, le regime de privileges et de barrieres que,
sous la denomination de system colonial, les Etats europeens ont 6lev6s entire eux, et
implants ensuite dans leurs colonies, consid6eres a peine comme des ktablissements
don't la m&re patrie pouvait seule jouir a l'exclusion des nations etrangercs avec
lesquelles tous les rapports etaient interdits a ces colonies, auxquelles on imposait des
reglements uniquement destines a en rendre l'exploitation aussi avantageuse que pos-
sible pour la m6tropole : systeme absurde a la lumiere de la science economique
moderne, denonc6 en 1613 par Luiz Mendes de Vasconcellos dans ses Dialogos do
sitio de Lisboa'; don't l'abolition fut quelque temps auparavant sollicit6e aupres de
Philippe II par les repr6sentants du people aux Cortes de Thomar, et qui ne- fut abrog&
qu'en 1755 et 1761 a Moqambique, en 1758 et 1761 a Angola et au Congo, et en 1767
sur la c6te de Guind. Cependant, dans le cercle borne par le systime colonial, subsis-
taient encore d'autres monopoles, tels que les privileges exclusifs de commerce ftablis
au b6enfice de la Couronne, des gouverneurs et des diverse companies. De tous ces
privileges si compliqu6s r6sultait le d6eprissement de l'initiative privee et la d&ca-
dence des colonies, out la d6moralisation s'6tait si profond6ment enracinee, qu'on en
trouvait encore des traces assez sensibles plusieurs ann6es apres les dates que nous
avons indiquees ci-dessus.
Nous ajouterons encore aux causes d6favorables a la colonisation africaine,
1'6norme disproportion existent entire le territoire et la population de la m6tropole et
ceux de ses vastes domaines coloniaux, qui constituaient de grands corps independants
repandus dans tout le monde. Nous avions notre domination en Orient, sur les deux
c6tes africaines et au Br6sil, tiche hercul6enne qui aurait 6t6 superieure a nos forces,
sans l'immense prestige don't jouissait alors le nom portugais. Qu'on s'imagine un
instant quelles 6normes depenses etaient necessaires pour maintenir A travers les mers
ces nombreuses flottes qui devaient faire respecter nos droits et notre autorit6 dans des
possessions si 6tendues; ces navires de long course, que l'Itat construisait pour le voyage
de 1'Inde, garnis et arms comme s'ils devaient directement entrer en bataille, et qui
6taient simplement destines a transporter des marchandises et des voyageurs; ces garni-
sons qui, r6pandues dans les forteresses et les presides de si vastes territoires, avaient
pour but de maintenir leur integrit& et de dompter les rebellions des peuples subjugu6s;
qu'on s'imagine enfin quelles charges entrainaient les organismes independants et aussi
varies que complexes de l'administration de toutes ces colonies, et l'on aura une id6e
assez just des grandes quantit6s de vies et d'argent indispensables pour assurer et pour
defendre ce pouvoir immense. Voici, par example, une note de quelques d6penses
extraordinaires faites aux colonies dans l'espace de temps compris entire 1524 et 1542'

i. Dialogues sur la cite de Lisbonne. (Note du T.)
2. Vicomte de Paiva Manso. Ouvrage cite.











Frais relatifs A la flotte de l'Inde envoyee en 1524
avec 2700 hommes. . . ... 80:ooo ooo
Flotte de Nuno da Cunha, envoy&e en 1528 avec
2800 hommes. . . . 80:ooo oco
Frais relatifs aux Moluques, 1529. . .. 140:000o ooo
Flotte de Pero Castello Branco, envoyee en 1533
avec 80o hommes, plus de. . .. 40: oo00 000
Siege de Safimn en 1534 et au Cap Gue, plus
de . . . . 40: 000oo oo
Subventions pour 1'Inde, en vertu de la lettre royale
du 20 f6vrier 1535. ............. 32: ooo00 ooo
Flotte de l'Inde, de D. Garcia de Noronha, envoyee
en 1538 avec 4150 hommes. . 120: 000 000
Travaux A Mazagao, secours A Safir et Azamor en
1542 . . . ..... 120: I ooo. 000
Frais au Bresil depuis le commencement du regne
de D. Joao III jusqu'en 1544. . .. 32 : ooo ooo

Total. . 684: ooo ooo

Pour subvenir a ces d6penses et A tant d'autres encore, le gouvernement fut
oblige de contractor, en Flandre et en Castille, des emprunts s'l1evant a la some de
778 : 400 ooo reis, dette qui fut att6nuee grace aux resources demand~es aux Corths
d'Almeirim, en 1544. La situation financiere du royaume, en effet, avait eti si difficile
en 1541, que l'6veque de Coimbra, D. Jorge de Almeida, offrit au roi D. Joao III le
revenue de 1'ev&ch6 et ses propres biens, pour les employer au bon success des troupes
portugaises des colonies.
Nous trouvons, entire autres, les suivantes d6penses extraordinaires faites au
xvII si&cle :


Secours pour 1'Inde en 1622 . .
Secours pour l'Inde, obtenus par un emprunt lev6
par la Chambre de Lisbonne en 1623 .
Idem, en 1624. . . . .
Idem, en 1627, pour secours au Bresil et recouvre-
ment de Bahia . . ....
Idem, en 163o, pour secourir Pernambuco centre les
Hollandais. . . . .
Idem, en 1637, pour 5oo soldats qui devaient aller
avec la flotte au secours du Bresil . .

Total . .


RPIS
6o : ooo 6 ooo

30:000 7 000
80:oon -j ooo
8o:0ooo- ooo

48: ooo000 ooo

40:000 o 000

3 : 300 000

311:3oo 0 ooo


Si done les difficulties pour maintenir honorablement notre rang de puissance co!o-
niale de premier ordre 6taient consid6rables, il est aisi de comprendre que les posses-


i. Vicomte de Paiva Manso. Ouvrage cite.


S2








- 53 -


sions d'outre-mer n'aient pas 6t& 6galement prot6eges, et que les plus favorisees aient
kt6 celles qui pr6sentaient les plus grandes chances de compenser plus t6t les sacrifices
6normes qu'elles coftaient ~ la metropole.
Et, effectivement, c'est ce qui est arrive. L'Inde d'abord, et en second lieu le Br6sil,
6taient consid6res comme les joyaux les plus pr6cieux de la Couronne, et attiraient de
preference toute l'attention et tous les soins de la metropole, au detriment des autres
colonies, qui 6taient pourtant notre champ de travail le plus natural. Nous lisons dans
un document ancien que le gouvernement portugais fit d6truire 17 moulins h sucre dans
1'ile de S. Thome, pour qu'ils ne fissent point tort a la culture de la canne a sucre
entreprise alors au Br6sil. Les provisions du 9 mai 1752 accord6es au marquis de Tavora,
vice-roi et capitaine general de l'ttat de l'Inde, lui indiquaient la resolution royale de
separer Mocambique du gouvernement de cet Etat, attend que cette colonie se trouvait
dans une grande decadence, qui cesserait lorsque la susdite colonie serait gouvernee
isol6ment. On peut logiquement d6duire de cet argument que la decadence don't il
s'agit provenait, sinon du m6pris, du moins de l'importance secondaire que Mocambique
inspirait aux vice-rois de l'Inde. L'affluence des emigrants suivait docilement les
preferences du gouvernement m&tropolitain, qui l'iniduisait a tenter fortune dans les
pays don't on vantait A l'exces les richesses et la salubrit6, tandis que les colonies afri-
caines 6taient i peine consid6rses comme propres a fournir des esclaves pour la colonie
am&ricaine, oui, par un contrast tr&s curieux, des documents officials de I5o7, 1595,
1596, 16o5, 1609 et 1611 proclamaient successivement les indigenes du Bresil libres
et egauxx aux autres homes, qu'ils fussent ou non convertis A la foi chretienne, et
d6fendaient sous de fortes peines leur asservissement. Une tell maniere d'agir envers
les possessions d'Angola et de Mozambique constituait 6videmment une flagrante injus-
tice, don't il reste encore aujourd'hui des vestiges, surtout dans les peuplades de
l'int&rieur de notre pays, oi l'on mentionne seulement les Portugais revenues riches du
Br6sil, parallelement a ceux qui p6rissent a la peine sur les vastes territoires d'Angola
et de Mocambique.
Toutes ces causes essentielles d'obstacle au d6veloppement de la colonisation
africaine ont 6t& aggravees par des influences perturbatrices, soit d'origine interne comme
les rebellions indigines, les abus d'autorit6 et la d6moralisation existante dans les soci6tes
coloniales, celle de Mocambique en particulier qui surpasse les autres sous ce triste point
de vue; soit de provenance exterieure, comme les hostilities que nous avons eu a subir
de la part des Hollandais, des Franqais et des Anglais, jaloux de notre pouvoir colonial.
Finalement, et en guise de cadre pour le tableau malheureusement peu brilliant que
nous venons d'ebaucher, nous ferons allusion encore une fois et ce ne sera pas la
derniere au traffic de chair humaine qui, r6pandant la guerre et le d6sordre partout
oh il jeta des racines, a aggrav6 tous les maux deji existants, fauss6 les meilleures
natures, absorbed toutes les activities, maintenu pendant de longues ann6es et au prix des
innombrables crimes qui en formaient le cortege, une vie factice de prosp6ritY, tari les
sources d'oi aurait d~ jaillir le vrai progris et arr&te enfin le d6veloppement des colonies,
uniquement possible moyennant un travail honnmte et civilisateur.















DEUXIPME PERIOD






CHAPITRE VI


PRhLIMINAIRES

11 y avait d6ej longtemps que le Portugal se preoccupait de la .rpression de la traite
des negres et avait meme pris des measures a cet effect, lorsque le docteur Peckard pr&-
senta a 1'Universit6 de Cambridge, en 1785, sa fameuse these : Anne liceat invitos
in servitutem dare? et que Clarkson, l'ap6tre anglais de l'abolition de l'esclavage, parvint
a eveiller en faveur d'un but si humanitaire l'attention publique de la Grande-
Bretagne.
C'6tait bien just.
Les Portugais, ayant Wet les premiers i pratiquer la traite des noirs sur la C6te d'Or,
puisque dans les destinies du monde ce fut a eux qu'il echut d'etre aussi les premiers
navigateurs le long des c6tes africaines, devaient egalement etre les initiateurs dans ces
measures anti-esclavagistes destinies a laver la tache qui avait d'abord terni l'6clat de
leurs faits heroiques et qui s'est ensuite &tendue sur les parchemins oil 6taient enregis-
trres les chevaleresques prouesses des divers peuples europ6ens.
Si done, et ainsi que nous l'avons d6ej dit, le decret du io decembre 1836, qui
abolissait l'exportation d'esclaves par terre et par mer dans toutes les possessions portu-
gaises, n'a pas et6 le premier document anti-esclavagiste sign par nos hommes d'Etat,
il a n6anmoins l'incontestable merite d'affirmer a la face du monde entier la realisation
des engagements pris par le Portugal au Congres de Vienne, au moyen d'une resolution
energique qui a embrass6 toutes nos colonies d'outremer et frapp6 d'un coup profound ce
commerce inique. Il est vrai que le r6sultat d&sir6 ne fut pas immediatement ni comple-
tement obtenu. Nous avons Wte, en effet, obliges pendant un grand nombre d'annees de
r6primer des tentatives re6p6tes, faites dans le but d'exercer de nouveau la traite sur les
c6tes de nos possessions, et le nombre des navires captures par les croisieres et les auto-
rites coloniales a 6t6 fort considerable.
A la v6rit6, l'execution du d6cret qui abolissait l'exportation d'esclaves devait
necessairement trouver de serieuses difficulties qui ont paru si graves a deux gouverneurs
gen6raux, qu'ils ont cru pouvoir prendre sur eux de ne les point observer rigoureusement.







- 56 -


A Mocambique, le marquis d'Aracaty, effray6 de la diminution que l'abolition de la
traite allait produire dans les finances de la province, tant qu'on n'aurait pas d&couvert
une autre source de recettes qui pot compenser cette diminution, pousse sans doute
par ceux que 16sait la suppression de ce traffic, et se trouvant d'ailleurs sans moyens
d'action suffisants pour etablir une croisiere efficace sur les c6tes et les ports de la pro-
vince, et sans l'aide de laquelle il eut et6 impossible d'ex&uter rigoureusement les
prescriptions du d6cret de 1836, en suspendit l'ex6cution et se borna a imposer aux
exportateurs d'esclaves un tribute de 18 d ooo reis pour chaque esclave exportL.
Manuel Bernardo Vidal, gouverneur d'Angola, porta plus loin encore la desobeis-
sance en d6clarant p6remptoirement qu'il ne consentirait point A la mise en vigueur de
ce decret.
Le marquis de Sa da Bandeira, l'un des ministres qui apposerent leur signature a
ce decret, n'6tait pas homme a laisser impunies des fautes de cette espece, et une lettre
patente de censure au gouverneur de Mocambique, qui mourut avant de la recevoir,
ainsi que la d6mission envoyee au gouverneur d'Angola ont 6t6 le just chitiment
d'une maniere d'agir aussi irr6guliere.
Au d6cret de 1836, ont succed6 en 1854, 1855, 1856, 185: et 1875, et mr me
pendant les ann6es suivantes, une serie de measures complementaires abolissant l'esclavage
dans les territoires des provinces coloniales d'Afrique.
D'aucuns n'ont pas manqu6 de taxer d'intempestive cette abolition, sous pr&texte
que l'indighne n'6tait pas encore bien prepare pour passer, sans transition ni pertur-
bation profonde pour les colonies, de l'etat d'esclave a celui de citoyen libre pouvant
jouir de droits don't son ignorance ne lui permettait pas de comprendre la porte.
Cette remarque n'est pas sans un certain fondement.
t1tant donn6 l'etat moral tres arri6re, certainement, de l'indigene, il est evident
que, lorsque p5our la premiere fois il entendit le mot : a Tu es libre! a il n'v a
pas attache le sens conform a la civilisation et qu'avait eu en vue le legislateur qui
l'a dict6; mais, au contraire, qu'il l'a interpret6 dans celui de pouvoir disposer de
soi-meme, suivant ses instincts et ses besoins, sans se croire le moins du monde
li6 aux devoirs que la sociWt6 impose aux citoyens libres. Une tell interpretation devait
n&cessairement produire une certain perturbation dans le regime de la colonie; mais,
A notre avis, les troubles graves occasions dans les provinces africaines a la suite
du d6cret de 1836, ont itd dus aux nombreux interets leses par une resolution qui
coupa court a des abus considerables et restreignit plusieurs moyens illicites d'acquerir
des richesses, puissamment favorises par I'agitation communique aux colonies par la
metropole, pendant l'installation du regime constitutionnel.
De plus, c'est un fait cite par de nombreux voyageurs, des fonctionnaires et
des 6crivains, que le negre s'6tait deja si bien accoutume a son 6tat d'esclave, qu'il
mdprisait bien des fois et refusait meme souvent la liberty que lui offrait la philan-
thropie du blanc.
II y eut, en effet, de profondes perturbations; l'abolition de l'esclavage et de la
traite des negres produisit meme un temps critique, plus ou moins long et intense, dans
le regime economique de nos provinces d'Afrique. Cependant, sous I'influence des
measures salutaires, postdrieurement adopt6es par le gouvernement metropolitan,
cette crise disparut a proportion que ces measures produisaient leurs naturels et logiques
resultats.
On lit dans un m6moire sur l'abolition de l'esclavage et de la traite des noirs dans







57 -
les territoires portugais, pr6sente A la Conf6rence de Bruxelles (1889-1890), que la
disparition successive des vestiges de la traite coincidait avec la production de certain
faits deriv6s en parties de ces measures et don't les principaux sont :
I" L'augmentation d'industries honnktes le long de la c6te, due a la multiplicity
des moyens de communication maritime;
20 La diminution sensible du commerce et de l'exportation de l'ivoire, et
l'augmentation de la r6colte du caoutchouc dans l'interieur;
3 L'augmentation graduelle et sans cesse croissante du commerce licite a l'int6-
rieur;
4 La presence d'un plus grand nombre d'Europ6ens qu'ant6rieurement dans
les regions autrefois inaccessibles aux communications avec des gens civilises;
5" La rapide amelioration des moyens de communication et de publicity soit A
l'aide de bateaux a vapeur, soit au moyen du tliegraphe;
6 Un grand nombre de points occupies par des factoreries le long des c6tes
sous la surveillance d'une police mieux exerc6e;
7" L'influence bienfaisante et civilisatrice des missionnaires a l'int6rieur.







CHAPITRE VII


METHODE A ADOPTER POUR L'EXPOSITION

Le chapitre pr6c6dent etait indispensable pour delimiter ou plut6t pour 6tablir la
transition d'une p6riode n6faste a une autre oi les id6es de liberty et d'6galit6, patrioti-
quement et h6roiquement d6fendues dans la m6tropole par un petit nombre de braves,
devaient se propager jusqu'au fond des contr6es les'plus reculees de 1'Afrique, oi le
nom du Portugal etait connu et respect. Les portes de la civilisation 6taient toutes
grandes ouvertes aux possessions portugaises d'Afrique, et il nous appartenait de mettre
a profit les r6sultats anterieurement atteints par l'action combinee de la croix et de
l'ep6e pour preparer un large avenir a 1'Afrique portugaise.
A notre mission de puissance colonial s'imposait le probleme complex de la
colonisation, d'abord pr6sent6 sous une forme ind6cise et mal d6finie, mais s'l6evant peu
apres 'au degr6 de nettet6 suffisante A lui assurer le caractere scientifique qu'il
a actuellement.
II n'entre pas dans les limits qu'une raisonnable division de travail impose a cette
monographie, de d6crire et d'analyser la maniere don't nous avons ktabli toutes les
donnees necessaires pour la resolution de ce problhme qui nous 6tait pr6sente, comme
il continue encore aujourd'hui h se presenter nos yeux, revete d'un certain cachet
d'originalit6, par cela mame que acquisition et le maintien de nos possessions colo-
niales n'ont point Wt6 un effet imm6diat des causes, qui justifient principalement
l'expansion d'un pays europeen vers des territoires, plus ou moins 6tendus et produc-








- 58 -


tifs, dans les parties du monde non encore soumises a l'influence de la civilisation.
S'il ne nous appartient done pas d'appr6cier dans toute leur generalit& nos pro-
cedes de colonisation; si nous ne pouvons pas analyser s6parement chacun des e16-
ments determinants de notre oeuvre civilisatrice, pour synth&tiser ensuite les conclu-
sions sugg6r6es par cette analyse en une appreciation g6enrale du resultat obtenu, il
nous semble cependant convenable de faire cette appreciation en pregnant pour base
l'initiative du gouvernement m6tropolitain dans les affaires relatives i la colonisation,
qui font plus directement l'objet de notre etude, et de rechercher quels ont et les pro-
gres realis6s dans les provinces africaines sous l'orientation impose par cette ini-
tiative.
C'est ce que nous allons faire.
L'efficacit6 de ces progres depend 6videmment, d'un c6te, de la nature des
dispositions adopt6es par le gouvernement de la metropole, et, de l'autre, de l'execution
plus ou moins judicieuse donn6e dans les colonies a ces dispositions, ainsi que
de l'avantage qui en est r6sult6 pour une parties de la population que ces measures
regardent.
S'il n'est pas toujours facile d'appr&cier parallelement et directement 'influence
de ces trois facteurs sur le progres et le d6veloppement de nos possessions, il est cepen-
dant possible en un grand nombre de cas d'apprecier indirectement la port6e des actes
les plus important du gouvernement par rapport aux colonies, en recourant a des
donnees historiques ou statistiques, qui, quoique n'etant pas toujours la consequence
exclusive de ces actes, en ont toutefois subi naturellement l'influence.
De ces actes, les uns regardent les dispositions prises dans la metropole pour con-
naltre, juger et r6soudre, d6ment et aussi opportun6ment que possible, les affaires co!o-
niales; les autres concernent l'organisation des divers services coloniaux suivant leurs
conditions speciales et le degr6 de progrbs des colonies; d'autres enfin ont directement
en vue l'utilisation, pour le progres et pour la civilisation, des large etendues de ter-
ritoires africains susceptibles d'&tre mis a profit par les Europeens, soit isol6ment dans
certaines regions privil6giees, soit, comme c'est la r6gle, avec le concours de l'indigene
qu'on s'efforce de rendre plus utile par une instruction morale et religieuse, tendant
a transformer ce dernier, et a fire d'un farouche et sauvage Africain un home apte a
entrer dans la soci6t& du monde civilis6.
Sous ce point de vue, nous aurons plus specialement a consid6rer et ia tudier
Faction de la metropole sur les provinces africaines par rapport aux points suivants:
I Organisation dans la metropole des services relatifs aux colonies;
2 Organisation administrative, normal, des provinces d'Afrique;
3 Administration des finances;
4 Administration de la justice;
50 Service de sant6;
60 Instruction publique;
7 Mise en valeur, des territoires coloniaux sous le point de vue industrial et
agricole;
80 Execution d'ameliorations mat6rielles;
9 Concession des terrains pour des fins agricoles et industrielles, pour les fouilles
et l'exploitation des mines;
Io Emigration, peuplement et foundation de colonies;
S11 Compagnies coloniales.








- 59 -


CHAPITRE VIII


ORGANISATION DANS LA METROPOLE DES SERVICES RELATIFS AUX COLONIES

L'organisation dans la metropole des services relatifs aux colonies a et dans les
premiers temps rudimentaire et ind6cise, a l'instar du d6veloppement de nos possessions.
Jusqu'en 1821, c'6tait au minist&re de la Marine qu'il appartenait de prendre con-
naissance des affaires coloniales et de les r6soudre. La loi du 8 novembre de cette meme
annee ordonna cependant que ces affaires fussent trait&es dans les bureaux de 1'tat
auxquels elles ressortiraient, ce qui etait manifestement incompatible avec l'unit6 d'ac-
tion indispensable dans l'administration colonial. Peu de temps apres, en 1823, les
services coloniaux furent de nouveau concentr6s au minister de la Marine, pour en
etre encore une fois s6pares en 1834, jusqu'h ce que la loi du 25 avril 1835 ordonnat
que toutes les affaires ayant trait aux colonies resteraient a la charge d'un seul bureau
intitul6 < Secretaria de Estado dos Negocios do Ultramar (Secretairerie d'Etat des
Affaires coloniales), lequel pourrait cependant &tre annex6e celui des ministeres
alors existants, qui r6unirait les meilleures conditions pour la facility de l'exp6dition
des affaires.
La premiere organisation bien d6finie du Bureau des Colonies date de 1859. En
vertu du d&cret du 6 septembre de cette meme annee, administration de toutes les
affaires de la marine et des colonies a kt6 centralisee dans un seul c Ministdre d'Etat
des Al.ii.. de la Marine et des Colonies a, comprenant le cabinet du Ministre, la direction
de la marine, la direction des colonies et la direction de l'administration des finances.
La direction des colonies se composait de quatre sections, don't l'une, apple
central, avait a sa charge l'ouverture, la distribution et le registre de la correspon-
dance, la delivrance des passeports des navires marchands, les archives, les patentes et
brevets, etc. A la premiere section des colonies ressortissaient les affaires concernant :
l'administration g6n6rale et municipal, 1'election de d6put6s par les colonies, les
ftablissements de bienfaisance, la sante publique, la sfiret6 et l'enseignement publics,
administration de la justice, le culte.
La deuxieme section avait dans ses attributions : l'organisation militaire, le recru-
tement, les retraites et les r6compenses, les affaires exterieures, la colonisation et l'emi-
gration, les esclaves et l'abolition de l'esclavage, les concessions de terrains, les affaires
de finances, la statistique g6enrale.
La troisieme section avait A sa charge : la poste, les travaux publics, les industries
agricoles, manufacturieres et commercials, les biens nationaux, les poids et measures,
les mines, bois et forts.
Pour servir d'auxiliaire au minister d'Etat, l'organisation de 1859 et toutes cells
qui s'y sont succ6ed maintinrent une institution tris utile, ddsign6e alors sous le nom
de ( Conseil des colonies a, laquelle etait destinee a donner a administration colonial
une unite d'action et de pensee que les frequents changements de ministres sont
susceptibles de trouble, au grand detriment de la colonisation.







- 60 -


L'institution du Conseil des colonies date chez nous d'une 6poque tres recule. Ce
Conseil 6tait compose d'individus qui, grace a leur connaissance et experience des
affaires coloniales, 6taient a meme de-mieux 6clairer et conseiller le ministry dans ses
resolutions.
Organism du temps du roi D. Joao IV par la lettre patente du 14 juillet 1642 et
par le decret du 14 janvier 1643, le Conseil des colonies fut aboli par le decret du
30 aofit 1833 et r6tabli, avec d'importants changements dans sa constitution et dans
ses attributions, par le decret du 23 septembre 1851 et le reglement (regimen!o) du
29 d6cembre 1852. En vertu de cette reorganisation, le Conseil des colonies etait
compose de sept conseillers effectifs, d'un m6rite reconnu, et d'un huitieme tres au
courant du droit administratif.
La consultation du Conseil 6tait indispensable pour connaitre des affaires
suivantes :
I Interpreter les reglements et decrets concernant administration des colonies;
20 Propositions de lois concernant les colonies, devant etre pr&senttes au corps
legislatif;
3 Conflits de jurisdiction et de competence entire les diverse autorites, avant de
les soumettre a la decision du Conseil d'Etat;
40 Recours pour excis de pouvoir forms devant le gouvernement par les autorites
superieures administrative des provinces d'Afrique;
5 Appels pouvant etre interjet6s des divisions administrative dans les colonies
en affaires contentieuses;
6 Pr6tentions a la concession de r6compenses pour services rendus dans les
colonies;
70 Affaires qui, en vertu de dispositions 16gislatives ou r6glementaires, devaient
etre soumises L l'examen du Conseil.
Par un d6cret du 21 d6cembre 1854, le Conseil des colonies obtint les attributions
de Cour des comptes.
Poursuivant l'ordre chronologique, nous citerons le d6cret du 23 sepembre 1868
qui supprima le Conseil des colonies et lui substitua la Junta consultiva do ultramar
(Junte consultative des colonies), organisee avec des attributions moins amples et
des proportions plus modestes, d'accord avec les preceptes imptrieux d'&conomie de
l'&poque.
Ainsi que nous l'avons d6ji vu, l'organisation de 1859 avait 6tabli une Direction de
administration des finances, commune aux directions de la marine et des colonies;
mais l'exp6rience d6montra que cette d6pendance encore subsistante entire les deux
directions 6tait d6favorable au service des colonies, service qui ne pourrait etre conve-
nablement pris en consideration que lorsque la direction des colonies se chargerait de
toutes les sections indispensables pour une bonne gestion.
Telle fut la base essentielle de la nouvelle organisation, ordonnee par la loi du
l" d6cembre 1869, selon laquelle les directions de la marine et celle des colonies
restaient a peine lies ensemble par la Section de sante naval et colonial a commune
a toutes deux.
La nouvelle organisation conserve le meme nombre de sections dans la direction
des colonies, mais elle distribua a trois d'entre elles les attributions et les services qui
correspondaient aux quatre sections de l'organisation anterieure, et 6rigea la quatrieme
en section de comptabilitd, avec les attributions suivantes :








- 61 -


I" L'organisation du budget g6ndral de toutes les provinces d'Afrique et sa promul-
gation; l'ouverture de credits supplementaires et extraordinaires; l'examen des comptes
de gerance et d'exercice des memes provinces, afin de les d6f4rer a la Cour des comptes
pour y etre juges;
20 L'exp6dition des requisitions de fonds vot6s pour les d6penses des colonies; la
comptabilit6 et l'inscription du transfer des sommes pergues par la caisse de la marine
pour les d6penses des colonies, et la comptabilit6 des comptes courants entire le minist&re
de la Marine et les diverse provinces d'Afrique;
30 La matricule de tout le personnel envoy du royaume aux colonies ou venu de
11 pour un motif quelconque;
4 La solde et le contr6le des diff6rents d6p6ts de soldats pour les colonies, ou de
tous autres corps organisms pour y servir;
5 Le service de liquidation et d'6mission de titres d'une d6pense quelconque
devant etre pays pour le compete des colonies par les fonds d6pos6s a la caisse de
la marine;
60 La tenue des livres, le service, le contr6le et la liquidation des appointe-
ments du personnel de la Direction g6n6rale des colonies et de la Junte consultative des
colonies;
70 La comptabilit6 des fonds encaisses par la marine pour les d6penses des colonies,
ainsi que.de tous les documents pays sur les m&mes fonds;
8" L'expedition des bordereaux d'appointements aux colonies ou dans d'autres
minist&res et sections;
9 La reception a la tr6sorerie de la marine des documents de la d6pense par
elle pays pour le compete des colonies;
io L'envoi mensuel a la section de comptabilit6 de la marine des comptes des
depenses faites dans les provinces coloniales pour le compete du minister, et la r6cep-
tion par la m6me section de celles faites par le ministere pour le compete des provinces
coloniales;
11 Le compete courant avec le ministere de la Marine, portant au d6bit la d6pense
faite pour son compete dans chaque province d'outremer, et au credit la d6pense faite
par ce minister pour le compete de la mime province.
Cependant le progrbs et le d6veloppement de quelques colonies commengaient a
s'accentuer, bien que sur une petite &chelle, a partir surtout de 1851; et, en consequence,
les services s'accumulaient-dans les bureaux de la Direction des colonies, oiu devenait de
plus en plus difficile la resolution, en temps opportun, d'affaires don't le nombre
augmentait successivement.
Base sur.des principles d'une parcimonie exag6r6e, l'organisation de 1869 n'etait
pas de nature k apporter une solution convenable a cette difficult. Et cependant, il
6tait urgent de donner un plus grand d&veloppement a la Direction des colonies qui
concentrait, relativement A chaque province d'outremer, toutes les branches du service
public, lesquelles, en ce qui regardait la m6tropole, 6taient distributes entire six minis-
teres d'Etat. Le personnel de cette organisation 6tait d'ailleurs si restreint que, peu
d'ann&es apres la mise en vigueur de cette derniere, il pouvait a peine suffire au service
des affaires courantes. Telle fut Torigine de l'organisation d6cretee par la loi du
19 septembre 1878, par laquelle furent cr66es dans la Direction des colonies deux nou-
velles sections.
Toutefois, lorsqu'en 1886 les services de la comptabilit6 publique furent r6orga-






- 62 -


nises, on incorpora dans la respective Direction generale la cinquime section de la
Direction des colonies qui conserve seulement cinq sections.
Si la r6forme de 1878 a amelior6 les services, elle n'a cependant pas apporte un
grand d6veloppement au cadre du personnel, qui ne fut augmented que de quatre em-
ploy6s. Les difficulties anterieures ont done subsist& et se sont plus tard considrable-
ment aggrav6es, comme il resort clairement de la lecture du passage suivant d'un
rapport qui a accompagn6 la proposition de loi du 24 mai 1889, portant une nouvelle
organisation du ministire de la Marine et des Colonies, mais qui ne fut pas discutme
par le Parlement :
< Les exigences de administration colonial se sont considtrablement accrues
depuis 1878.
( Le movement du bureau a augmented d'une maniere superieure aux forces de
ses employs.
(( Les chemins de fer introduits dans l'Afrique et dans l'Inde; le grand developpe-
ment donn& aux travaux publics dans ces regions; la constitution de companies pour
l'approvisionnement des eaux et pour d'autres entreprises importantes; les reformes
fiscales et administrative; les t6elgraphes; les missions catholiques portugaises A Huilla,
au Congo, et sur d'autres points; l'extension de notre sphere d'action; la colonisation
africaine, qu'il convient sous tous les points de vue de d6velopper et d'encourager; les
communications revenues trois fois plus fr6quentes; les travaux de statistique qu'il faur
perfectionner et developper beaucoup plus que jusqu'a present, et, enfin, la reforme des
finances d6cret6e le 20 d6cembre de l'ann6e derniere et qui sera sous peu mise A execu-
tion dans la ferme esp&rance d'ambliorer et de contr6ier I'administration des revenues
publics aux colonies; tout cela a produit un tel surcroit de travail, a cause surtout de la
grande c616rit6 qu'exige la resolution des questions y relatives, qu'il est impossible de
satisfaire complftement aux exigences de services si nombreux, si important et si varies,
avec le personnel don't se compose actuellement le minister d'Etat. II n'est pas juste
d'exploiter le zele, la bonne volont6 et le d6vouement des fonctionnaires superieurs
au detriment de leurs forces et de leur sante; et alors mIme qu'un tel sacrifice put
6tre exig6 d'eux, il ne suffirait point a assurer la regularity du service.
C'est en luttant contre les difficulties que nous venons d'indiquer, que nous arri-
vons a l'organisation du 19 d6cembre 1892, presque intigralement en vigueur a I'heure
pr6sente. Cette organisation, qui, d'apres les indications du rapport respectif, n'a rien
cre6 de nouveau, a specialement eu en vue une distribution meilleure et plus efficace du
service et un contr6le plus direct et imm6diat des finances coloniales.
Cette organisation a maintenu la division de la Direction gendrale des colonies en
six sections charges des services suivants :
Premiere section. Administration politique, g6nerale et locale des provinces
d'outremer; instruction publique; administration du culte et service des missions,
comprenant tous les 6tablissements destines i l'6ducation de missionnaires et aides de
missions, de sceurs hospitalieres et 6ducatrices subventionnees par l'tat, ainsi que la
Junte g6nerale des missions, cr66ee par decret du 16 septembre 1887; administration
judiciaire; expedition des affaires courantes de la Junte consultative des colonies; nomi-
nation, suspension, d6mission, revocation, retraite et conges de tout le personnel
respectif des colonies.
Deuxieme section. Administration des companies privilegiees et des respective
intendances; administration g6ndrale des finances des provinces d'outremer; banques







63 -
et companies; douanes et imp6ts directs et indirects; concessions de terrains; marine
coloniale, capitaineries des colonies et contracts de navigation; cartographie et affaires
diplomatiques et consulaires; nomination, suspension, d6mission, revocation, retraite
et cong6s du personnel des colonies.
Troisieme section. Service de travaux publics, commerce et industries, concer-
nant les provinces d'outremer et embrassant les questions suivantes : tudes, construc-
tion et entretien de routes, points, travaux hydrauliques, y compris le dessechement des
marais et l'irrigation; edifices publics, arpentage, agronomie et sylviculture, colonisa-
tion, chemins de fer, tel6graphes, phares, mines, carrieres, 6tudes geologiques; postes
des colonies, correspondances et coniptes avec les postes ftrangeres, industries manu-
facturiere, poids et measures; statistique g6n6rale des services coloniaux, sa coordi-
nation et publication, commerce, explorations scientifiques, expositions coloniales;
nomination, suspension, d6mission, retraite et 'cong6s du personnel colonial respectif.
Quatrieme section. Organisation militaire des provinces d'outremer; recrute-
ment; organisation des forces exp6ditionnaires et du d6p6t de troupes coloniales, cr66
par d6cret du 8 juin 1892; expedition de lettres de service aux officers; publication du
Boletim military do Ultramar (Bulletin militaire des colonies); tribunaux militaires; four-
niture d'articles militaires et achats pour les corps coloniaux; contracts de fournitures
d'articles militaires; service medical et hygi6nique, dans toutes ses branches; h6pitaux
des colonies et bulletins sanitaires; companies d'infirmiers.
Cinquieme section. Organisation du budget g6enral de toutes les provinces
d'outremer; ouverture de credits supplementaires et extraordinaires; examen des
competes de gestion et d'exercice des memes provinces, afin de les d6efrer a la Junte con-
sultative colonial, et preparation du compete g6enral du ministire en ce qui regarde.la
direction generale des colonies, pour le soumettre au jugement de la Cour des comptes;
envoi a la Direction g6n6rale de la comptabilit6 publique du minister des Finances de
tous les documents qui ont besoin d'etre vis6s par la Cour des comptes et dinment enre-
gistr6s dans cette direction g6enrale; expedition des requisitions de fonds votes pour les
d6penses des colonies, inscription du transfer des sommes encaiss6es par la tr6sorerie
de l'Amiraut6 pour depenses coloniales, et celle des comptes courants entire le ministire
et les diverse provinces d'outremer; execution de toutes les formalities et exigences
fiscales des reglements de comptabilit6 publique; reglement des depenses suivant les
determinations budg6taires; service, liquidation et emission de titres de toute d6pense
pour le compete des colonies, devant 6tre payee par les fonds depos6s a la tresorerie
de l'Amiraut6; inscription des comptes des fonds encaiss6s par la tr6sorerie de I'Ami-
raut6 pour les depenses des colonies, ainsi que celle de tous les documents pays
par le ministere; reception des documents de la d6pense qui aura ete faite pour le
compete des colonies par la tr6sorerie de l'Amiraute; matricule de tout le personnel
allant du royaume aux colonies, ou venant des colonies pour un motif quelconque;
revue et contr6le du d6p6t de troupes coloniales ou de tous autres corps organisms en
vue d'y aller faire du service; expedition des bordereaux de payment aux colonies
ou dans d'autres ministries et bureaux; compete ouvert avec la tr6sorerie de I'Ami-
raut6, mettant a son passif la d6pense faite pour son compete dans chaque province
d'outremer, et & son actif ce qu'elle aura depense pour le compete des memes pro-
vinces; envoi mensuel au Conseil de l'Amiraut6 des comptes des depenses faites pour
le compete de la Marine dans les provinces d'outremer, et reception par ledit Conseil
des comptes des d6penses faites parla Marine pour le compete des colonies; envoi A la







64 -

Caisse g6nerale des d6p6ts du produit de la vente d'objets appartenant aux successions
ouvertes dans les colonies; transfer de fonds de certaines provinces d'outremer a
d'autres provinces; contr6le de tous les revenues et des d6penses des provinces d'outre-
mer; execution de la legislation de comptabilit6 publique, dans la parties qui y sera
applicable et qui n'aura pas t6 alt6ree ou r6voquee par le decret de 1892 don't nous
nous occupons pr6sentement.
Sixieme section. Bref de serment et de possession; certificates, reconnaissance et
legalisation de signatures sur papers d'inter&t public ou priv6, expedies pour les colonies
ou en venant, aux terms de la loi du 24 mai 1837; garden des sceaux du minister;
expedition et reception de t6elgrammes et de la malle de la correspondence des colo-
nies; coordination des dcrets exp6dies par la Direction generale des colonies et de ceux
envoys par le Conseil de l'Amiraute; nomination, admission, suspension, r&vocation et
cong6s de tout le personnel de la Direction g6nerale, et expedition de dipl6mes du mime
personnel, ainsi que de celui des colonies; police et entretien de l'edifice du minist:re;
service des employs inferieurs du minister; bureau de la correspondence gcnerale;
bibliotheque du minister; archives de la Direction generale des colonies.
Cette organisation developpa la constitution de la Junte consultative des colonies
et l'augmenta de trois membres d'1eection populaire indirecte, faite par les representants
des colonies, et devant par consequent meriter la'confiance des habitants des provinces
d'outremer. Ces membres representent dans la Junte un renourivllement toifjozrs con-
venable lorsqu'il s'agit de consulter et de decider sur des affairs concernant des territories don't
la plupart ne font que de naltre pour la civilisation dans son acception moderne, et da:t la
manidre d'etre s'alhdre et se reform suivant des transitions bien plus rapids que cells qui
pauvent avoir lieu dans les sociedts definitivement constitutes .
Ainsi constitute, la Junte exerce, a l'instar de l'ancien Conseil des colonies, les
functions de Cour des comptes des colonies, et coophre avec le Ministre au control
des budgets coloniaux pr6par6s par la Direction g6nerale des colonies.
Comme corps consultatif, la Junte consultative a quality pour emettre son avis :
i Sur tous projects de decrets ayant trait a l'administration colonial et sur tous
reglements promulgu6s par les gouverneurs des colonies, mais qui doivent etre confirms
par le gouvernement;
20 Sur 1'octroi des m6dailles militaires pour services aux colonies, institutes par le
decret du II janvier 1891;
30 Sur les plaintes centre les magistrates, tant administratifs que judiciaires, de
nature a &tablir pour le gouvernement la n&cessit6 d'ordonner une enquete sur
leurs actes;
4 Sur les concessions de terrains;
50 Sur le budget des provinces d'outremer;
6 Sur le budget du Colltge des missions coloniales;
7" Sur les contracts d'entreprises aux colonies, ou sur la modification 'ou la resi-
liation des contracts existants;
8 Sur route consultation qu'il conviendra au gouvernement de lui fire, et
sur tout ce que, de sa propre initiative, elle jugera convenable de proposer au gouver-
nenlent.
Comme corps deliberatif, la meme Junte a dans ses attributions :


I. Rapport annexed au d6cret de l'organisation du 19 d&cembre 1892.







- 65 -


1 Le jugement des comptes des provinces d'outremer;
20 Les decisions d'instances inf6rieures sur des comptes coloniaux;
30 Le jugement des conflicts de jurisdiction entire diverse autorites.

II a et6 aussi donn6 une forme officielle permanent a une' institution nommee
Commission de cartographie, cr6ee par le d6cret du 19 avril 1883, et composee, jus-
qu'en 1892, de presque tous les fonctionnaires coloniaux qui, a leur retour dans la
m6tropole, pouvaient fournir d'importantes et plus modernes informations sur les
conditions giographiques et ethnographiques des colonies ou sur les nouvelles industries
et les genres de commerce qui y ont &t6 introduits. Suivant l'organisation actuelle, la
Commission de cartographie est compose du president et de cinq membres perma-
nents, choisis parmi les fonctionnaires civils ou militaires connus pour leurs travaux
et 6tudes geographiques et cartographiques, et en outre d'autres fonctionnaires
adjoints en nombre indktermin6, d'officiers de la marine ou de l'armee revenues des
colonies, ou de fonctionnaires des travaux publics don't la consultation sur les
questions techniques, soumises a la commission, sera jug6e convenable.
A la Commission de cartographie, qui a rendu d'importants services aux colonies
et au pays en g6enral, il appartient d'ex6cuter le travail usuel et le dessin des cartes
coloniales, de r6unir tous les 16lments de consultation et d'&tudier toutes les publi-
cations, afin d'informer le directeur g6enral des colonies sur tout ce qui est public
A 1'6tranger, en fait de cartes ou de notices geographiques, qui puisse avoir rapport aux
interets du Portugal.
Enfin, en vertu de la r6forme du service colonial de sant6, ordonn6e par le d6cret
du 13 juillet 1895, la quatrieme section de la Direction g6nerale des colonies a Wte
dedoublee, dans le but de constituer une nouvelle section appelee Section de sante colo-
niale, qui a dans ses attributions tous les services de cette sp6cialit6, et a laquelle est
annexee une Junle de sante compose du chef et du sous-chef de la section de sante et
d'un m6decin des colonies en retraite.. Cette Junte est charge de l'inspection des mili-
taires et des employs civils des colonies et de tous autres individus qui y sont soumis.
Elle se r6unit une fois par semaine en seance ordinaire, et extraordinairement toutes
les fois que le service l'exige.

Apres avoir accompagn6 les modifications successives qu'a traverses l'organisation
du minister de la marine et des colonies, en ce qui regarded les affaires coloniales,
on arrive a cette conclusion que, en d6pit de la coaction exerc6e par la situation
financiere souvent difficile de la metropole, cette organisation a toujours cherch6e se
conformer autant que possible aux exigences des services coloniaux. Si elle n'a pas atteint
les proportions plus grandioses des institutions similaires d'autres pays; si l'on peur
meme qualifier de trop modest l'organisation en vigueur, a laquelle on a le dessein
de donner une nouvelle forme et un d6veloppement plus en rapport avec la quan-
tite et l'importance des affaires coloniales, elle n'en a pas moins pris r6gulierement en
consideration toutes ces affaires, ce a quoi a contribu& l'adoption, depuis 1869, de
diff6rentes measures d6centralisatrices 1eargissant les attributions des gouverneurs, et
la constitution de companies coloniales auxquelles le gouvernement a d6elgu6 des
pouvoirs plus ou moins 6tendus.

Cependant, pour compenser ce qu'il pourrait y avoir d'insuffisant dans l'organi-







- 66 -


station de la Direction g6enrale des colonies, il existe un certain nombre de commissions
techniques d'un caractere permanent, formees d'individus comptents, presque tous
strangers A cette Direction et a chacune desquelles appartient la mission de consulter et
d'6clairer le ministry sur une sp6cialit6 du service colonial. Tr&s utiles, en verite,
ont et6 les services rendus par ces commissions sp6ciales, qui d'ailleurs ne sont pas
r6muner6es.
Nous'citerons les suivantes :
A. --La Junta Geral das Missjes portngtueas on do real padroado (Junte generale
des missions portugaises ou du patronage royal) institute par d6cret du 16 sep-
tembre 1887, ayant pour but d'6clairer et de conseiller le gouvernement sur le
maintien des droits et l'accomplissement des devoirs qui incumbent aux missions portu-
gaises, et de proposer au ministry les moyens propres a rendre utile l'exercice de ces
droits et la complete execution de ces devoirs. La Junte se compose de o1 membres
effectifs et de 7 supplants nomm6s par decret royal. La nomination doit tomber
sur des individus d'un m6rite reconnu et avant donn6 des preuves de zele pour le
service public, et sur des ecclesiastiques distingu6s et recommandables par leurs vertus,
de facon qu'il y ait au moins trois membres de cette derniere classes parmi les membres
effectifs, et autant entire les supplants. Sont a tous les points de vue considers
membres effectifs de la Junte, les prdlats des colonies resident temporairement a
Lisbonne. Le directeur general des colonies est membre-ne de la Junte, don't le
president et le vice-president sont nomm6s parmi les membres par d6cret royal.
Peuvent etre invites a prendre part aux seances de la Junte des individus don't elle
jugera devoir entendre l'avis pour l'6claircissement de toute question importance
relevant de ses attributions.
B. Le Conselbo superior da magistrattrai judicial ultramnarina (Conseil sup&rieur
de la magistrature judiciaire des colonies), cr66 par d6cret du io janvier 1895,
destiny a exercer d'une maniere permanent les functions consultative pour la classifi-
cation, la promotion, la retraite et la supputation du temps de service des magistrates
judiciaires, et charge de surveiller et de reprimer efficacement ces mnmes fonction-
naires pour le plus grand bien de la discipline et de la subordination hierar-
chique.
Ce Conseil, don't le president-n6 est le ministry de la Marine, est compose de
quatre membres, nomm6s de deux en deux ans par le ministry parmi les conseillers
de la Cour supreme de justice, les juges de la Cour d'appel de Lisbonne et les magistrates
superieurs du Ministere public du royaume. Fait encore parties de ce Conseil, o6 il
exerce les functions de secr6taire, le directeur g6ndral des colonies, ou, a son difaut
ou emp&chement, le chef de la section a laquelle ressortissent les affaires judiciaires
des colonies.
C. On doit citer, bien qu'elles n'aient pas eu un caractere de permanence, les
commissions nommies par les arrt6s du 28 novembre 1889 et du 6 septembre 1890
pour proc6der a une revision des tarifs des douanes des colonies, et la commission
nomm6e par arrkt6 du 9 juin 1894, dans le but d'indiquer au gouvernement quelles
modifications devaient &tre apportees au regime des douanes de la province de
Mogambique.
En 1896, cependant, il fut institute une Cownniissao perimanente de pautas ultrama-
rinas (Commission permanent des tarifs coloniaux), dans le but determine de pro-
ceder a la revision de ces tarifs; elle fut remplac6e, en vertu d d6cret du







- 67 -


12 novembre 1898, par un Conselho de pautas ultramarinas (Conseil des tarifs colo-
niaux), don't la composition est comme il suit :
o1 Le ministry et secr6taire d'Etat de la marine et des colonies, president;
20 Un vice-president, nomm6 librement par le gouvernement;
30 Deux fonctionnaires du minister des finances, don't l'un appartient a l'admi-
nistration general des douanes et des contributions indirectes, et 1'autre est chef de
la premiere section de la direction g6enrale de statistique et des biens de l'Etat;
4 Un fonctionnaire de la direction gennrale des affaires commercials et con-
sulaires du minister des affaires 6trangeres;
50 Un fonctionnaire de la direction g6nerale du commerce et de l'industrie du
minister des travaux publics;
60 Le chef de la deuxieme section de la Direction g6ndrale des colonies, secr&taire
du conseil;
Un repr6sentant de la Chambre du commerce et de l'industrie de Lisbonne, et
de chacune des associations industrielles portugaises, de l'Association industrielle du
Porto et de l'Union des industries du Nord;
8 Six individus de competence manifeste et de haut m6rite, librement choisis
par le gouvernement.
II appartient au Conseil, don't les functions sont gratuites, d'6mettre son avis
motive, lorsqu'il est consult, sur les questions suivantes :
a) Regime des douanes, du fisc et des tarifs, auquel doivent &tre soumises les
marchandises import6es dans les provinces coloniales, ou qui en sont exportees, et le
rapport de ce regime avec celui de la m6tropole;
b) Facility et bon march des transports des marchandises entire la metropole
et les colonies;
c) Organisation des douanes coloniales, de leurs reglements respectifs et des
instructions n6cessaires pour le bon fonctionnement du service des douanes;
d) Revision et codification de la legislation des douanes et des tarifs des posses-
sions coloniales;
e) Demandes de concession de privileges pour l'introduction de nouvelles industries
aux colonies; conditions dans lesquelles les concessions peuvent etre faites, et l6gis-
lation applicable aux cas;
J) Difficult6s survenant dans l'interpr6tation et l'application des dispositions rela-
tives a la douane et au fisc, en vigueur dans les provinces coloniales, i moins qu'il n'y
ait matiere de recours legal devant les instances compktentes.
Le Conseil est encore charge de la publication annuelle d'un Bulletin official des
douanes portugaises des colonies, contenant :
I Les consultations et avis du Conseil, quand le ministry de la marine et des
colonies le juge A propos;
2 Les dispositions d'un caractere official concernant les douanes des colonies,
ou ayant un rapport quelconque avec ces douanes, y compris le movement du per-
sonnel douanier et fiscal;
3 La statistique g6nerale et compare du commerce et de la navigation des
provinces coloniales, d'accord, autant que possible, avec la statistique similaire du
royaume et des iles adjacentes;
40 Les alterations des tarifs des colonies 6trangeres, limitrophes ou voisines des
possessions portugaises.







- 68 -


D. La Cominissao central permanent de geographic (Commission central per-
manente de g6ographie) cr66e par le d6cret du I: f6vrier 1876, charge de collec-
tionner, ordonner et utiliser, au b6n6fice de la science et de la nation, tous les
documents qui puissent elucider la g-ographie, l'histoire ethnologique et archbolo-
gique, l'anthropologie et les sciences naturelles par rapport au territoire portugais et
sp6cialement aux provinces coloniales. En vue d'6tablir de plus intimes relations entire
cette commission et la Soci6t6 de geographie de Lisbonne, afin de mieux realiser la
pens6e qui a pr6sid6 a l'organisation de cette institution, un d6cret du 12 ao.it 1880
modifia la composition de la Commission central permanent de geographie, qui prit
des lors le nom de Commission central e geographic, avec un president, le ministry de la
marine et des colonies, et 24 membres, au nombre desquels ii faut computer le directeur
g6n6ral des colonies et le president de la Soci6te de geographie de Lisbonne. Ce:te
Commission s'est fondue, de fait, dans la Soci6t6 de geographie.
E. Le Servico pernanente de informaoes. (Service permanent d'informations)
interessant l'industrie et le commerce, tant de la m6tropole que des provinces coloniales,
fut confie, par d6cret du 10 octobre 1898, A une Commission permanent, presidee
par le directeur g6n6ral des colonies et comprenant un employee de chacune des
directions g6n6rales de statistique, des biens nationaux, des consulats et des affaires
commercials, de administration g6n6rale des douanes et des contributions indirectes
et de la section d'industrie, d6sign6s par leurs ministres respectifs, ainsi que le chef de
la troisieme section de la Direction g6n6rale des colonies.
Cette Commission, don't le Conseil des tarifs des colonies constitute le comple-
ment natural, est charge de :
a) Collectionner toutes les informations reques en vertu des dispositions consi-
gn6es dans l'arret6 auquel nous faisons allusion, et don't nous faisons mention ci-
dessous;
b) Faire le n6cessaire pour r6unir toutes les autres informations qui, dans l'intere:
de 1'industrie et du commerce de la metropole et des colonies, peuvent etre obtenues
par les directions ou sections que repr6sentent les fonctionnaires faisant parties de la
Commission;
c). Obtenir r6gulierement par l'interm6diaire des fonctionnaires consulaires, non
seulement les informations auxquelles se rapporte l'alin6a precedent, mais encore
l'envoi d'6chantillons, de semences et d'exemplaires d'articles commerciaux don't
la connaissance puisse etre utile aux provinces coloniales;
d) Faire une publication reguliere de toutes les informations obtenues, au moven
d'un bulletin.
Les suivantes dispositions auxquelles se rapporte l'alin6a a) ci-dessus transcrit,
ressortent de l'article 2 du dit d6cret :
ART. 2. Les gouverneurs des provinces coloniales adopteront les measures
necessaires pour l'envoi r6gulier au minister de la marine et des colonies des rensei-
gnements suivants :
Io Prix sur les marches de la province des principles denrees coloniales;
2" Co6t moyen de transport de chaque denr&e jusqu'au port d'embarquement,
et conditions de fret et d'assurance pour l'Europe;
30 Quantites, calcul6es par approximation, existantes dans les d6p6ts des douanes
et dans les d6p6ts particuliers;
4 Conditions de la r6colte antbrieure ou probabilit6s de la recolte future;








69 -
5" Causes de l'accroissement ou du d&croissement du commerce de chacune des
denrees ou products coloniaux;
60 Statistique de l'exportation par les diverse douanes, compare avec celle de
la meme p6riode de l'annee anterieure;
7 Articles d'importation qui ont un grand debit dans la province;
8 Prix de vente des memes articles sur les marches coloniaux;
g9 Provenance des articles;
ioo Causes de la preference accord6e aux articles d'une provenance d6terminee;
11 Statistique de l'importation par les diverse douanes, compare avec celle
de la meme p6riode de l'annr e anterieure;
I2 Indication des ouvriers et artisans le plus r6clam6s par les besoins de l'agri-
ture, de l'industrie et du commerce coloniaux, et declaration des conditions auxquelles
doivent satisfaire les colons auxquels 1'Etat accord le passage;
13o Envoi d'6chantillons de routes sortes de plants et products ou minerals con-
sideres comme pouvant avoir une application industrielle et commercial quelconque,
et don't 1'6tude ne peut etre faite dans la province meme;
14 Lorsque des products similaires de provenance national et de provenance
ktrang&re apparaitront sur les marches de la colonie, envoyer des 6chantillons de ces
products, accompagn6s de toutes les indications mentionnees dans cet article et de
routes autres qui permettent a l'industrie et au commerce de s'orienter sur les meil-
leures conditions dans lesquelles ils pourront concourir a ces marches;
15 Envoyer tous les renseignements que les gouverneurs jugeront de nature A
contribuer a une plus complete information de l'industrie et du commerce de la
m6tropole.
F. La Commissao superior technical de obras publicas do Ultramar (Commission
sup6rieure technique des travaux publics des colonies) institute par arrWt6 du
19 novembre 1896, pour presider temporairement aux important travaux du port de
Lourenco Marques, soit en ce qui touche leur direction dans la m6tropole; soit en ce qui
concern leur execution, auquel effet, elle avait a exp6dier des del6gues, tant aux grands
centres industries, qu'en cette ville meme. Cependant les attributions de cette Com-
mission ont &t6 amplifiees successivement jusqu'au point d'etre consulted sur les questions
varies de travaux publics, de chemins de fer et de concessions de terrains aux colonies.
Pour bien comprendre le but qu'a eu en vue le ministry qui a nomm6 cette
Commission, il convient de citer les passages suivants de l'arr&te auquel nous avons
fait allusion :
(( Vu les services eclatants, l'int&r&t patriotique et le zele d6vou6, suffisamment
r6v6les et deji efficacement appliques relativement A ce genre de travaux (les travaux
ci-dessus) dans leur direction et execution, par l'ingenieur Adolpho Loureiro, A qui,
des le commencement et eu 6gard a son indiscutable autorit6 professionnelle, ils ont
ete confines; et, vu la non moindre competence et autorite, ainsi que le zele et le
d6vouement non moindres de l'ingenieur Joio Joaquim de Mattos, qui a collabor6
avec lui de la mani&re la plus habile et profitable :
Consid6rant qu'il 6tait de toute n6cessit6, pour satisfaire au double but de diriger
d'ici (dans la m6tropole) et d'executer ou de contr6ler hors du royaume de si impor-
tants travaux, de leur adjoindre d'autres fonctionnaires aussi distingu6s, attend qu'il
est materiellement impossible a deux hommes seuls de remplir la mission complex
en question;









Considerant le haut mrrite et les belles aptitudes don't ont fait preuve les ingenieurs
Joaquim Pires de Sousa Gomes et Silverio Augusto Pereira da Silva, don't le premier,
avec sa competence distingu6e, a deja coop6ere ces travaux, et le second s'est faith
remarquer dans l'ex6cuti6n d'autres entreprises;
Considerant encore qu'il convient d'attacher a cette commission un el1ment stable
et permanent qui repr6sente la continuity de la pensee et apporte les 6claircissemen:s
n6cessaires sur l'histoire des questions soumises a l'etude;
Consid6rant enfin que le chef de la troisieme section, Tito Augusto de Carvalho,
non seulement satisfait A ces importantes conditions, mais r6unit encore aux plus hautes
et pr6cieuses facult6s une longue pratique et une experience 6prouv6e de ces sores de
services, facultes qui concourent A recommander, comme ktant d'une grande efficacite et
du plus haut advantage, son adjonction a cette commission :
Pour ces motifs, Sa Majest6 le Roi, etc.
A cette commission ont 6t& posterieurement adjoints le colonel du genie Joaquim
Jos6 Machado, ex-directeur des travaux publics de la province de Mocambique et inspec-
teur des travaux publics des colonies, et l'auteur de la pr6sente monographie.







CHAPITRE IX



ORGANISATION ADMINISTRATIVE NORMAL DES PROVINCES AFRICAINES

Dans l'6tude de l'organisation des services des provinces portugaises d'Afrique, nous
avons a consider l'administration g6enrale de ces provinces, attend que c'est de la
convenable distribution de pouvoirs entire leurs autorites administrative, depuis le gou-
verneur g-n6ral jusqu'aux chefs des moindres subdivisions du territoire, combinLe avec
une gestion z6 6e des recettes de chaque province, d'accord avec leurs conditions sp5-
ciales et leur 6tat de d6veloppement, que r6sulte la confiance publique don't dependent
a un tres haut degr6 le bien-6tre, l'ordre et la prosp6rit6 des colonies.
Le premier document concernant cette question, auquel nous devons faire allusion,
est le d6cret du 7 d6cembre i836, deja cit6 plusieurs fois au course de cet ouvrage, et
don't les principles dispositions sont :
o1 Division des provinces coloniales africaines en trois gouvernements generaux et
en un gouvernement particulier, constitutes de la maniare suivante :
a). Gouvernement general de Cabo Verde, embrassant l'archipel de Cabo Verde
et les points situ6s sur la c6te de Guin& et dependances;
b). Gouvernement g6n6ral d'Angola, compose des royaumes d'Angola et de Ben-
guella et de tous les points de la c6te sud-ouest de 1'Afrique auxquels la Couronne du
Portugal avait alors droit;
c). Gouvernement g-neral de Mocambique, comprenant routes les possessions por-
tugaises de l'Afrique orientale;


-- i )







-- -t -
d). Gouvernement particulier des miles de S. Thom6 et de Principe, avec jurisdiction
sur le fort de S. Joao Baptista d'Ajudi.
Est restee d6pendante d'un decret r6glementaire la designation des districts et des
subdivisions territoriales qu'il conviendrait de faire dans les limits de chacun des gou-
vernements susdits avec les modifications exig6es par les circonstances particulikres A
chacun d'eux. Est rest& 6galement d6pendant de reglements particuliers l'etablissement
de la force de terre et de mer n6cessaire pour la defense et pour la conservation des
provinces africaines, ainsi que l'organisation des autorit6s judiciaires, administrative,
municipales et fiscales.
20 Choix des gouverneurs g6neraux parmi les individus ayant l'exp6rience des
affairs par suite de la pratique acquise dans une carriere quelconque de administration
publique, ces gouverneurs devant cumuler les attributions civiles et militaires, A l'exclu-
sion absolue de toute ing6rence dans les affaires judiciaires.
30 Choix d'individus aptes aux charges de gouverneurs subalternes des presides et
des ktablissements maritimes ou situes A l'interieur du continent, et.auxquelles corres-
pondent 6galeinent des attributions civiles et militaires.
4o Nomination pour chaque gouvernement de province d'un secretaire g6enral et
des employs necessaires pour le service ordinaire des bureaux respectifs.
5 Nomination pres chaque gouvernement des officers d'etat-major et des inge-
nieurs necessaires pour recueillir des donnees statistiques et faire ele1ev6 de cartes g6ogra-
phiques et hydrographiques.
60 Etablissement aupres de chaque gouverneur d'un C Conseil dut government
avec des attributions politiques, aussi bien qu'administratives lorsqu'il fonctionne en
quality de Conseil dii district, constitu& suivant la forme dejA indiquee, et substituant
le gouverneur en cas d'emp&chement de celui-ci. Le gouverneur ne peut prendre aucune
resolution sur des affaires d'importance sans entendre prealablement 1'avis du Conseil,
a l'opinion duquel il n'est cependant pas oblige de se conformer.
Des d6bats ayant Wte souleves A propos des attributions des gouverneurs g6n6raux,
celles-ci ont Wet mieux d6finies par le d6cret promulgu6 A cet effet le 28 septembre 1838.
Il y est clairement sp6cifi6 que le gouverneur ne peut faire aucune d6pense non sanc-
tionn6e par une loi ou d6terminee par le minister de la marine et des colonies, sans
entendre 1'avis du Conseil du gouvernement, qu'il n'a cependant pas l'obligation
d'adopter.
En 1845, il fut ordonn6 d'appliquer aux provinces africaines le code administratif,
en vigueur dans la m6tropole depuis 1842, sauf quelques modifications que les gouver-
neurs, en conseil, jugeraient necessaire d'y introduire.
Cette measure d6veloppa les attributions civiles des gouverneurs de la facon que
nous indiquerons plus loin.
En 1856, on institua dans les provinces de Cabo Verde, d'Angola et de Mocam-
bique des corporations composes de delegu6s des differentes divisions territoriales de
chaque province et ayant pour mission d'6clairer le gouvernement sur les besoins
les plus important des provinces respective.
Ces corporations 6taient d6sign6es sous le nom de < Juntes generales de province
analogues aux juntes g6n6rales de district de la m6tropole. La quality& des attributions
conferees A ces juntes ont parfois fait naitre des rivalit6s avec les Conseils du gouver-
nement.
II appartenait a toutes les Juntes generales de conseiller les moyens les plus conve-






-2
--_ .2 __

nables a adopter pour porter le dernier coup h la traite des nrgres; pour ambliorer
l'Ftat moral de la population indigene en lui fournissant l'enseignement religieux
et 6elmentaire, en lui inspirant l'amour du travail agricole et mecanique, en lui crcant
des besoins qui la contraignissent h travailler pour y satisfaire; et, enfin, pour la
formation d'associations commercials et industrielles, et pour la mise a profit des
terrains en friche.
Chacune des Juntes recut cependant du gouvernement des instructions particulicres
que nous gallons 6num6rer, non que le resultat obtenu de la nouvelle institution ai:t c:
important, mais parce que ces instructions revblaient de la part du gouvernemen: de
la m6tropole, ou plut6t de celle du marquis de S:i da Bandeira, une orientation clair~e
et un profound amour pour le progress et le d6veloppement des colonies.
La Junte g6n6rale de Cabo Verde devait delib6rer sur les questions sui-
vantes :
Plantation d'arbres; culture du ricin, de l'indigotier, du nopal et du tabac; encou-
ragement de la pache, des salaisons de viande de bceuf et de porch; introduction de
machines dans l'industrie; ensemencements de fourrages; introduction du svs:tme des
albufeiras (lagunes) pour la conservation des eaux pluviales; indication des measures
les plus opportunes pour les majorats de la province; etablissement de villages ou
colonies au Tarrafal, a l'ile de Santo Antao; ameliorations g6enrales.
II appartenait a la Junte g6nerale d'Angola de conseiller sur : l'tablissemen:
d'&coles; le d6veloppement du commerce des regions de l'interieur; l'accroissement
du commerce maritime; la colonisation au moyen d'individus venus du royaume et des
iles adjacentes; l'ouverture de routes carrossables; la culture des plants o!-agineuses
et de l'indigotier, du nopal, du tabac, de la canne A sucre et du coton; la creation de
companies de peche, specialement dans les mers de Mossamedes; administration de
la justice A l'intbrieur.
Enfin, la Junte g6nerale de Mocambique devait deliberer sur : l'tablissement
d'&coles et la convenance d'y joindre une &cole de langue arabe; le d6veloppement du
commerce des. regions de l'interieur; I'augmentation du commerce maritime; la colo-
nisation au moyen d'individus venant du royaume et des miles adjacentes, de chr&tiens
de l'Inde ou de Chinois; l'ouverture de routes carrossables et les moyens p&uniaires
pour leur construction; 1'elevage de chevaux, de chameaux et de betes a line; la
culture du ricin, du mafurra et d'autres plants ol6agineuses, du giroflier, du mus-
cadier, du cocotier, du nopal; la culture de la canne a sucre et la fabrication du
sucre; la culture de l'indigotier et du tabac et leur preparation pour les marches de
l'Europe; le d6veloppement de la culture du coton, l'elevage de la cochenille; la
meilleure distribution des terres qui constituent les p pranos de la couronne; la peche
du bicho-do-mar et sa preparation; administration de la justice dans les contrees de
l'interieur, en supprimant les autorit6s cafres; les points A occuper pour le develop-
pement du commerce.
L'administration publique des provinces d'Afrique a et& reformee par le dicret du
e"' decembre 1869, encore en vigueur avec quelques modifications. D'apres le rapport
qui accompagne la r6forme, celle-ci s'est inspire de la necessity de dcentraliser les
attributions, en accordant une plus large action a l'initiative locale et en pregnant pour
point de depart les progres r6alises dans certaines provinces coloniales, comme Angola,
qui promettait de s'agrandir dans un avenir prochain au moyen de ses propres sources
de recettes, et comme l'Inde don't la civilisation, la diffusion de l'enseignement








73 -

et l'aptitude de ses habitants conseillaient de lui permettre une gestion plus directed dans
ses inter&ts moraux et materiels.
En affirmant comme principle qu'il est essential pour les progres coloniaux que les
interess6s eux-mimes interviennent dans la proposition et la deliberation des moyens
les plus propres amdliorer l'etat sanitaire, a augmenter le nombre d'icoles, a 6tablir
des voies de communication sur de vastes territoires jusqu'alors impenetrables, ce qui
les mettrait considerablement en valeur, la r6forme de 1869 a eu en vue l'elargissement
de la sphere des attributions des gouverneurs, dans les branches de administration
qui leur incumbent, et la concession, ainsi que nous l'avons d6ej dit, d'une plus
grande initiative aux provinces, selon les circonstances speciales de chacune d'elles, ce
qui simplifierait en meme temps le service public.
En accordant aux gouverneurs la faculty de nommer, moyennant certaines condi-
tions, aux emplois don't les appointments ne d6passaient pas la some de 3oo#ooo r6is
par an, et d'acquitter d'autres charges qui leur taient r6serv6es, la r6forme de 1869
rendit accessible a la population provincial la carriere des functions publiques, afin
d'exciter en elle l'interet et l'amour-propre qui font naltre le zele pour 1'&tude et elivent
le niveau' moral. C'est suivant le meme ordre d'id6es que les attributions des Juntes
g6nerales ont et6 modifiees; que le plan et les moyens d'execution dans les affaires de
haute valeur out 6te confines a l'action locale, appelee a examiner et a decider les
questions qui devaient l'int6resser le plus, afin d'habituer ainsi les colonies h computer,
pour la resolution de leurs plus graves questions, sur les resources de leur intelligence
et de leur richesse.
La composition des Conseils de gouvernement fut amplifiee par l'admission dans
les rmmes conseils de tous les fonctionnaires important en 6tat de satisfaire aux
conditions d'intelligence, de probit& et de patriotism exigees. Ces conseils ne conser-
verent que les attributions legislatives, tandis que les attributions administrative
etaient confides a une nouvelle institution ( Les Conseils de province analogues aux
Conseils de district 6tablis dans la m6tropole par le code administratif.
L'attribution qu'ils avaient de remplacer le gouverneur dans les cas d'absence ou
d'empechement leur fut 6galement supprim6e : elle fut exercee dans la suite par un
( Conselho governativo extrait du Conselho do governor afin d'&viter le manque d'unit6
d'action existant dans ce dernier, comme l'experience l'a d6montr6, par suite du trop
grand nombre de ses membres pour l'exercice provisoire du gouvernement de la
province.
Finalement, la r6forme de 1869 introduisit peu d'alterations dans la legislation
anterieure relative aux Chambres municipales, attend qu'il a 6et reconnu qu'il tait
encore difficile de constituer completement dans plusieurs localities le regime du
municipe, en vue de quoi on htablit a peine les regles jug6es les plus opportunes pour
le remplacer la oiu il ne pourrait ktre mis a effet, tout en laissant les plus grandes facilities
a l'initiative locale pour tout cas oii elle se trouverait dans les conditions de se manifester
avantageusement.
Apres les explications que nous venons de donner et que nous avons puisees et
parfois litt&ralement emprunt6es au rapport si bien conqu don't nous nous occupons,
nous allons passer en revue les principles dispositions de la r6forme de 1869 :











CHAPITRE I

Art. 2. Les provinces coloniales se divisent en districts, et chaque district
comprend une ou plusieurs communes.
Art. 3. Dans chaque province, il y a un gouverneur avec des attributions civiles
et militaires et jurisdiction sur tout le territoire respectif. Dans chaque district, il v a un
gouverneur subalterne, except dans la capital de la province.
Art. 5. Aupr&s du gouverneur, il ya un Conseil de gouvernement et une Junte
g6nerale de province; il y a aussi dans la province un tribunal administratifavec le titre
de Conseil de province.


CHAPITRE II

Art. 7. Les gouverneurs generaux sont nommes par le roi; cette nomination
doit retomber sur des individus ayant l'experience des affaires, acquise dans une des
carrieres de administration publique.
Art. 8. A defaut du gouverneur, soit par cause de deces, soit par toute autre
cause, le gouvernement est exerc6, jusqu'a l'entree en possession d'un nouveau
gouverneur, par un Conseil de gouvernement don't seront membres :
o1 Le prelat du diocese, appartenant a l'ordre episcopal;
2" Le president de la Cour d'appel, et, lh ouf il n'y a pas de Cour d'appel, le juge
de premiere instance de la capital de la province, ou celui qui en tient lieu;
3" L'officier militaire le plus grad6 du cadre d'activiti se trouvant dans II
capital;
4 Le secr6taire general du government.
Lorsque, cependant, il y aura un gouverneur, mais celui-ci se trouvera emp:chc
par suite de maladie, ou par absence temporaire de la province sur 1'ordre ou avcc
l'autorisation du gouvernement, ou pendant qu'il sera all6 visitor quelque point
distant de la capital, le secretaire general du gouvernement le remplacera et expediera
les ordres en son nom.
Art. I Le gouverneur g6n6ral reunit les attributions civiles et militaires, i
l'exclusion absolue de toute esp&ce d'ing6rence dans la decision des affaires judiciaires,
hormis le cas oi, en vertu d'une loi express, il est declar6 president d'un tribunal de
justice.
Art. 12. Au gouverneur general, en sa quality de magistrate supreme de la pro-
vince, sont subordonnees toutes les autorites y 6tablies.
Art. 13. Sont du resort du gouverneur g6enral, en sa quality de gouverneur
civil, les attributions qui, suivant le code administratif, et autres lois, competent aux
gouverneurs civils des miles adjacentes.
Les attributions conferees par le code administratif sont':
a). Faire proc6der aux recensements et a l'election des d6putes de la nation et de
tous les corps et autorit6s electives du district (province) aux epoques et dans les
terms pr6vus par les lois;


I. Ernesto de Vasconcellos. L's Colonies prjr niiscs.









b). Convoquer, ouvrir, clore, ajourner et proroger la Junte genCrale de Icur
district (province);
c). Proposer au government et, sur son autorisation, ordonner la dissolution
de tout corps administratif l1u;
d). Transmettre les lois, reglements et ordres sup6rieurs aux autorit6s subal-
ternes, en leur donnant les instructions convenables pour leur execution;
c). Contr6ler sup6rieurement l'execution de toutes les lois et de tous les reglements
d'administration, en pourvoyant par leurs propres actes aux besoins du service, on
en repr6sentant au gouvernement lorsque des measures sup6rieures seront nCcessaires;
f). Uniformiser et perfectionner les m6thodes et modules de tout le service usuel,
conformement aux ordres du gouvernement;
g). Faire organiser la statistique et le cadastre du district;
h). R6gler, dans la measure de leur charge, le mode d'agencement des bordereaux
de payment et autres traitements;
i). Mettre ou fire mettre en possession de leurs charges tous les employs qui
sont sous leur inspection;
j). Nommer a tous les emplois d'administration qui, de par loi, n'auront pas un
mode special de nomination;
k). Suspendre l'exercice et le traitement de tous les employs qui sont sous
leur inspection, et en faire part imm6diatement au gouvernement, lorsque la suspen-
sion retombe sur un employ nomm6 par le roi, ou 61u par le people, ou sur tout
autre pay6 par le tr6sor;
1). Recevoir ou faire recevoir par leurs d6legu6s les serments des fonctionnaires
publics;
m). Encourager l'etablissement de Soci6t6s agricoles, industrielles ou autres
dans un but d'utilit6 publique;
n). Surveiller l'exercice de l'autorit6 ecclesiastique et rendre compete des abus
observes;
o). Exercer la surintendance sur tous les magistrats, fonctionnaires et corps
administratifs du district (province) et sur tous les objets de leur competence.
Il est encore de la competence du gouverneur general de :
i Presider au Conseil du gouvernement et A'la Junte des finances;
2 Nommer provisoirement a tous les emplois publics de nomination royale, lors-
qu'ils deviennent vacants ou quand les employs respectifs sont empkch6s, sauf le cas
oi une loi sp6ciale prescrit la maniere de pourvoir a la place vacante;
3" Nommer d6finitivement aux emplois publics don't les traitements ne d6passent
pas la some de 3oo dooo rgis, en monnaie du royaume;
40 Nommer des administrateurs ou chefs de communes;
5 Ordonner la dissolution d'un corps quelconque administratif 61u;
6 Faire ouvrir des enquktes sur des fonctionnaires publics, dans les memes
cas oh le government pourrait les ordonner;
"0 Choisir les membres votants pour le Conseil de province;
8" Ex6cuter tout ce don't il est sp6cialement charge par d'autres lois;
go Accorder ou refuser l'autorisation, dans le cas oh un magistrat administratif
quelconque serait poursuivi criminellement pour faits pratiqu6s dans l'exercice de ses
functions, de continue le proces jusqu'au prononce du jugement, apres avoir
entendu l'avis du Conseil de gouvernement auquel les juges n'assisteront pas.








--6

Art. 15. Le gouverneur peut, apres avoir consulted le Conseil du gouvernemen:,
prendre les measures indispensables pour parer A un besoin d'urgence telle qu'il ne soit
pas possible d'attendre la decision du parlement ou du gouvernement.
II n'est pas consider& urgent,! et, en consequence, il n'est pas permis aux gou-
verneurs :
i De lever des imp6ts et d'alt6rer ou d'augmenter ceux d6jA 6tablis, ou d'en
anticiper le recouvrement;
20 De contractor des emprunts, except dans les cas extraordinaires et de tres
pressant besoin, non toutefois sans avoir pr6alablement obtenu le vote affirmatif du
Conseil de gouvernement;
30 D'6tablir des monopoles;
4 De faire cession ou change d'une parties quelconque du territoire de la pro-
vince, ou de telle parties A laquelle la nation aurait droit;
5" D'alterer la loi des d6penses de la province;
6" De creer ou de supprimer des emplois, d'en augmenter les appointments,
ou de r6voquer les employs nomm6s par le roi;
70 D'accorder des graces pecuniaires ou honorifiques;
8 D'approuver l'6tablissement de companies ou d'entreprises avec des privilIges
exclusifs ou avec subvention du gouvernement;
g9 D'alterer l'organisation du pouvoir judiciaire ou les.lois de la procedure;
10o De suspendre les juges de leur exercise ou traitement;
S1 D'alterer la valeur de la monnaie;
120 De statuer en contravention des droits civils et politiques des citovens;
13o De gracier, de diminuer ou de commuer des peines, d'accorder des amnisties;
140 De conferer des b6enfices ecclesiastiques;
150 De d6finir les limits du territoire avec d'autres nations;
16o D'accorder l'approbation aux d6crets des conciles, aux lettres apostoliques
ou aux deliberations eccl6siastiques;
17~ D'alterer l'organisation du Conseil de gouvernement ou de la Junte des
finances ou d'autres corps administratifs.
Art. 18. Le gouverneur g6enral ne peut pas 6galement :
I Sortir des limits de la province sans l'autorisation ou l'ordre du gouver-
nement;
20 Accorder des cong6s aux employes pour sortir de la province sous aucun
pr6texte, except en cas de gravity manifeste, declare par la Junte de sante;
3 R6voquer ou alterer, comme acte d'administration ordinaire, les dispositions
prises par la Junte des finances sur des questions de sa competence;
4 Dkcr6ter, en cas ordinaires, une d6pense quelconque qui n'aura pas et& 'auto-
ris6e par une loi ou par l'ordre du gouvernement.


CHAPITRE III

Art. 23. La nomination de secr6taire g6n6ral ne peut ktre conferee qu'a :
I Un individu poss6dant le brevet d'un course d'instruction sup6rieure, ayant bien
servi en quality de secretaire d'un gouvernement civil prefecturee), comme administra-
teur de commune ou comme agent du minister public pendant plus de trois ans;








77 -
2 Celui qui aura bien servi pendant trois ans dans un bureau quelconque de
l'Etat, specialement au minister de la marine et des colonies;
3 Celui qui, en vertu de sa capacity manifeste, et de circonstances sp6ciales,
m6ritera la confiance du gouvernement.
Art. 24. Le secretaire du gouvernement est aussi secr6taire du Conseil de gou-
vernement et du Conseil de province, oi il a droit de suffrage.


CHAPITRE IV

Art. 26. Le Conseil de gouvernement sous la pr6sidence du gouverneur de la
province se compose :
Du secr6taire g6enral du gouvernement;
De l'autorit& sup6rieure ecclesiastique de la province;
Des juges effectifs de la Cour d'appel, et dans les provinces oh il n'y a pas de Cour
d'appel, du juge de premiere instance de la capital de la province, et a son d6faut ou
absence, de celui qui remplit ses functions;
Des deux officers du cadre d'activit&, du plus haut grade, qui se trouveront dans la
capital de la province;
Du procureur de la couronne et des finances, li o6 il y a une Cour d'appel, et en
cas de d6faut ou d'absence, de son substitute, et de meme, dans les autres provinces, du
d6legue respectif a la Chambre de la capital ;
Du secr6taire de la Junte des finances publiques, et en cas de d6faut ou d'absence,
de son substitute;
Du chef de service de sante;
Du president de la Chambre municipal de la capital de la province.


CHAPITRE V

Art. 32. La Junte g6enrale de la province se compose :
Dans la province d'Angola :
De l'6veque du diocese et, a son d6faut ou en son absence, du vicaire capitulaire,
ou du gouverneur du diocese ou du grand-vicaire;
Du secretaire g6n6ial du gouvernement;
Du.procureur de la couronne et des finances;
Du secr&taire de la Junte des finances publiques;
Du chef de service de sant6;
De l'ing6nieur principal de la province;
D'un professeur de l'Icole principal;
De trois membres votants, don't deux 6lus par les commerqants immatricules de
Loanda, et le troisieme par ceuxde Benguella, choisis en triple bulletin par le gouverneur;
D'un membre votant l6u par chacune des Chambres municipales de la province,
choisi de la meme maniere.
Art. 34. Dans les provinces de Cabo Verde, de S. Thom6 et Principe et
de Mocambique, il n'y aura pas de Junte g6n6rale tant que leur organisation ne sera
pas rggl6e d'accord avec ce qui est 6tabli par ce d6cret.








8 --

Art, 39. -- Outre les attributions que le code administratif confere aux Juntes de
district, il appartient aux Juntes gbenrales de province :
Io De voter les travaux publics exig6s par la province, except ceux relatifs aux
forteresses et aux edifices n6cessaires au gouvernement general de la province, a
l'administration de la justice et des finances, aux quarters des troupes et autres 6tablisse-
ments militaires;
20 De creer des &coles d'instruction primaire, industrielle ou commercial;
3 De voter tous les travaux ou services propres a l'amelioration de la santm
publique;
4 De statuer sur le regime des 6tablissements de piet6 et de bienfaisance, d'accord
avec les dispositions des lois, ainsi que sur les cas omis;
50 De lever les contributions directed et indirectes qui seront nicessaires pour la
creation et la conservation ou l'execution des travaux ou des services qu'elles auront
votes; mais sans pouvoir toutefois alterr les tarifs des douanes, faire des deductions ou
grever de contributions les appointments des employes publics, lorsque ces charges
ne seront pas de la nature de celles que la Junte peut creer ou supprimer;
6 De nommer, si la Junte le croit necessaire, un tresorier des revenues destines
au service de sa charge;
o Et, en g6enral, de pourvoir a tous les services, travaux ou institutions que la
Junte jugera utiles pour la province; elle n'a cependant pas de competence pour fire la
distribution des contributions directed de l'Etat entire les communes d'un district, ni
pour d6cider sur les reclamations des Chambres municipales concernant la reduction des
quotit6s imposes aux communes.
Art. 46. II est d6fendu a la Junte d'alterer ou de r6voquer une disposition
quelconque consignee dans une loi, un d6cret ou un ordre du gouvernement.


CHAPITRE VI

Art. 49. Le Conseil de province se compose :
Du gouverneur general, president;
Du secr6taire general du gouvernement;
Du procureur de la couronne et des finances, la ot il y a une Cour d'appel, et, 1a
oh il n'y en a pas, du d&16gu6 du district de la capital;
De deux membres votants choisis par le gouverneur g6enral sur la proposition
faite en triple bulletin par la Junte g6n6rale, et, en attendant que cette Junte soit con-
stitu6e, par la Chambre municipal de la capital de la province, les 6lus detant Ltre
recens6s comme eligibles pour la charge de d6putes, et resider dans la capital on i une
distance ne d6passant pas 5 kilometres.
Art. 5o. Les Conseils de province ont les attributions qui sont conf&eres par le
code administratif et par toute autre legislation aux Conseils de district de la metro-
pole, avec'les modifications exig6es par les circonstances sp6ciales a chaque province,
et ils jugent les concours pour les diffhrents emplois publics.


CHAPITRE VIII

Art. 64. Dans chaque district il y a un gouverneur subalterne, except dans







-19-
celui de la capital de la province. Pour la charge de gouverneur de district, sont
nomm6s des officers militaires.
Art. 66. Ces gouverneurs, subordonnes en tout a l'autorit& du gouverneur
g6n6ral, exercent des functions civiles et militaires.
Art. 67. Aux gouverneurs subalternes, dans les cas ot ils n'auraient pas des
ordres du gouverneur g6enral, incumbent les memes attributions qu'aux gouverneurs
civils dans leur district, et ils n'ont pas besoin, pour les mettre i execution, du concourse
du Conseil du district ou de la Junte general.
Ces gouverneurs sont les commandants militaires de tout le district.

CHAPITRE IX
Art. 72. Dans chaque commune il y a un administrateur et une Chambre muni-
cipale avec les attributions qui leur sont, assignees par le code administratif et la
legislation en vigueur.
Les administrateurs des communes peuvent cumuler les functions de commandant
militaire.
Les gouverneurs subalternes sont administrateurs de la commune dans le chef-lieu
du district.
Cependant dans les communes oi les individus aptes aux charges municipals
nc seraient pas en nombre suffisant pour permettre aux 6lecteurs de choisir librement
parmi eux les mandataires necessaires, il y a un chef qui r6unit les attributions civiles et
militaires, et celui-ci, concurremment avec deux citoyens nommes annuellement par le
gouverneur, constitute une commission municipal ayant des attributions semblables a
cells des Chambres municipales dans les autres communes.

CHAPITRE X

Art. 73. Le procureur de la couronne et des finances, dans les provinces o~ il
y a une Cour d'appel, et, dans les autres, le d6legu6 du procureur royal dans la circon-
scription du chef-lieu de la province, sont consulteurs du gouvernement, et, en cette
quality ils ont le devoir d'&claircir de leur avis toutes les questions de droit sur lesquelles
le gouverneur g-neral exigera qu'ils r6pondent. Ils sont 6galement obliges de r6pondre
sur toutes les affaires interessant la bonne administration de la justice.

Les modifications apportees aux diverse dispositions du d6cret que nous avons
en vue ont &t6 de peu d'importance; elles sont dues soit A la creation de quelques
nouveaux services speciaux ou a l'altdration des existants, soit encore aux conditions
sp6ciales de quelques provinces d'outremer. Ainsi, par example, le curateur des
affranchis, auquel se rapporte la loi du 29 avril 1875, a aussi fait parties du Conseil de
gouvernement; par l'abolition des Juntes des finances, le secretaire respectifa et6 rem-
place au meme Conseil general par l'inspecteur des finances; et, par decret du
24 d6cembre 1892, il a et6 ordonn& que le gouverneur g6n6ral de Cabo Verde
serait remplacE par le secr6taire g6n6ral, pendant son absence ou jusqu'a ce que lui ait
6t6 conf6ere la possession du gouvernement. R6cemment encore, ont Wet institutes
les charges de gouverneur des districts de Loanda, dans la province d'Angola, et de
Mogambique, dans la province de ce nom, la premiere de ces charges ayant Wt sup-
primee par decret du 4 mars 1897.







- 80 -


CHAPITRE X


ADMINISTRATION DES FINANCES

Comme consequence naturelle de l'insuffisance de la population colonial et de la
grande distance qui spare les colonies de la mere patrie, les finances ont ete dans les
premiers temps confides a des employs sp6ciaux, d6signes sous le nom de vcdores on
provedores, intendants ou prov6diteurs des finances.
Les abus pratiqu6s par ces employes eurent pour resultat de les remplacer par
des comit6s appeles < Juntes des finances ,, qui furent plus tard supprimes et reorga-
nis6s par decret du 16 janvier 1837, et avaient pour president, le gouverneur, et
pour membres, en Afrique, le juge de premiere instance du chef-lieu, le procureur
royal ou son d6legu6, le tr6sorier et le contr6leur des finances. Ces Juntes talentt
seulement tenues d'executer les ordres donn6s par les decrets ou les arretes contre-sign5s
ou signs par le ministry de la Marine et des Colonies. Les comptes, bilans, representa-
tions, etc., devaient ktre adresses au minister de la Marine et des Colonies. En 1838,
il fut ordonne la creation de Commissions succursales des Juntes des finances dans
les divers districts de la province de Mogambique, et l'on approuva le project d'admi-
nistration des finances pour la Guine; en 1855, la d6elgation de la Junte des finances
d'Angola fut 6tablie h Benguella, et, en 1859, celles de Mossamedes et d'Ambriz.
La delegation de Benguella se composait du gouverneur du district, president; du
juge de premiere instance de la circonscription, du ddlegud du procureur de la couronne
et des finances, d'un contr6leur des finances et d'un tr6sorier. Pres la delegation fonc-
tionnait un bureau de comptabilit6, compose d'un inspecteur qui tait le controleur
de la d6elgation, de deux comptables et de deux exp6ditionnaires.
La delegation de Mossamedes se composait du gouverneur, president; du juge
ordinaire, du sous-de16gu6 du procureur de la couronne et des finances, du controleur
des finances et du receveur de la douane. La delegation d'Ambriz n'6tait composee que
du gouverneur, du contr6leur des finances et du receveur de la douane : chacun
des bureaux de comptabilitd annexes a ces delegations comprenait le contr6leur des
finances, un comptable et deux exp6ditionnaires.
En dehors du contr6le et de l'administration des recettes et des depenses provin-
ciales, les decrets du 18 septembre 1844, du 4 decembre 1851, du jo septembre 1859 et
du 23 juillet I863, et d'autres documents plus recents, ont dilegue aux Juntes des
finances le recouvrement, la garde et administration des biens des d6funts et des
absents.
L'organisation administrative du I" d6cembre 1869 a d6crnte pour les Juntes
des finances les dispositions suivantes :


CHAPITRE VII
Art. 51. Composent la Junte des finances publiques:
Le gouverneur g6ndral, president;










Le procureur de la couronne et des finances, la oil il y a une Cour d'appel, et,
dans les autres provinces, le d6legu6 respectif de la circonscription du chef-lieu;
Le secr6taire de la Junte des finances;
Le tresorier g6enral.
Le secr6taire de la Junte est remplace, en cas d'empechement, par le contr6leur, qui
siege apres le tr6sorier.
En l'absence du gouverneur, c'est le secr6taire qui prend la pr6sidence, mais dans
les Etats de l'Inde et d'Angola, c'est le procurer de la couronne et des finances qui doit
presider.
Art. 53. Le secretaire de la Junte est nomm6 par decret royal et prete serment
entire les mains du gouverneur g6enral. II a les honneurs et le grade de colonel du cadre
de reserve.
Art. 54. Le. tr6sorier general est nomm6 par la Junte des finances, mais sa
nomination est soumise A la confirmation royale; il pr&te caution devant la meme Junte.
Art. 55. La Junte des finances tient une stance ordinaire par semaine, et
toutes les seances extraordinaire que le bien du service public pourra exiger.
Les affaires sont d6cid6es a la plurality des voix.
Art. 56. La caisse de la Junte des finances a trois clefs, don't l'une est confide
au tresorier g6enral, l'autre au president et la troisieme au secr6taire de la Junte.
Art. 57. Les ordres de la Junte des finances sont donn6s en son nom et signs
par tous les membres.
Art. 58. A la Junte des finances appartient administration des revenues publics,
aussi bien pour ce qui regarded leur perception que pour le paiement des d6penses, le
tout conform6ment aux lois et reglements y relatifs.
Art. 59. Le systime de comptabilit6 de la Junte des finances sera determine
par les reglements du gouvernement.
Art. 60. Des decisions de la Junte des finances il ne peut etre porter appel que
devant le roi.
Art. 61. Aucune d6pense ne peut etre payee sans l'ordre de la Junte des
finances.
Art. 62. Le secr6taire de la Junte exerce, par lui-meme ou par ses d6elgu6s,
les functions d'intendant militaire a l'egard des troupes de la province.
Art. 63. La Junte des finances a un bureau de comptabilit6 dirig6 par un
contr6leur sous l'inspection immediate du secr6taire de la Junte.
Unique. L'organisation des bureaux de comptabilite et l'ordre du service
respectif sont r6gl6s d'apres des lois et des reglements sp6ciaux..
Le d6cret du 6 d6cembre de la meme ann6e partagea la province d'Angola en
trois districts, ceux d'Angola, de Benguella et de Mossamedes, et charge les gouver-
neurs respectifs des deux derniers de administration des finances publiques sous
la direction immediate et le contr6le de la Junte des finances; ii y 6tablit encore les
charges d'inspecteurs des contributions directed, avec des exp6ditionnaires, et confia
aux receveurs des douanes des chefs-lieux des districts sus-mentionn6s la charge de
tr6sorier des finances.
Jusqu'en 1870, ce fut aux Juntes des finances qu'appartint la surintendance de
l'administration dconomique des stations navales : le d6cret du 4 mars de cette mime
ann6e retira cependant cette attribution aux Juntes, et l'exercice en fut confi6 aux
commandants des stations navales.


- 8I -







- 82 -


Le d6cret du 2- d6cembre 1877 r6gla la nomination aux emplois des finances dans
les colonies, en vue d'6viter les retards auquels donnait lieu la legislation anterieure,
qui, en outre, n'etablissait pas de sores garanties pour l'appreciation convenable des
qualities morales et des aptitudes des individus proposes pour l'exercice des emplois en
question.
Cependant, l'organisation elle-meme des dd16gations des finances etait imparfaite
et occasionna dans la province de Mocambique des erreurs et des irregularities impor-
tantes. Confier administration des finances dans les districts aux seuls gouverneurs,
quoique seconds par le personnel des d6l6gations respective, c'6tait retablir les incon-
v6nients signals dans les anciennes charges d'inspecteurs et de prov6diteurs des finances.
Par centre, les gouverneurs et les ddelgues du procureur de la couronne, quoique mieux
remun&drs, ne pouvaient, a cause des devoirs ordinaires de leurs emplois, apporter toute
l'attention et tout le soin necessaires a l'ordre et a l'exp6dition mthodique et compli-
quee des travaux courants du service des finances; et les autres charges de la delegation
6taient si peu r6mun&rees, qu'on ne pouvait s'attendre a voir affluer en assez grand
nombre des candidates avec les capacities et les aptitudes suffisantes pour regler et diriger
le service. Dans le but de parer A ces graves inconv6nients, le decret du 21 decem-
bre 1882 ordonna la creation d'inspecteurs des contributions directed, convenable-
ment r6munre's et devant prendre a leur charge dans les districts le service de
l'organisation des matrices, de l'6tablissement et de la perception des imp6&s, et
6clairer les d6elgations des finances, ainsi que les membres de ces delegations par les
connaissances pratiques de leur profession. Le meme decret commit administration
des finances publiques dans les districts non seulement aux soins des gouverneurs
respectifs, mais aussi de tous les membres de la d6elgation compose du gouver-
neur, comme president, du del6gu& du procureur de la couronne et des finances, et
de l'inspecteur des contributions, come membres; il annexa A chaque dL6gation
une section des finances, compose de l'inspecteur comme chef, et de deux commis
exp6ditionnaires, et il augment les appointments de tous les employs subalternes
des finances.
Quelques autres measures furent prises par le decret sus-mentionne, et diment regle-
ment6es par decret du 3 aoOt 1883.
Suivant l'ordre chronologique, nous devons citer la lettre officielle de la Direction
gen6rale des colonies, du 2 septembre 1887, qui approuvait la resolution par laquelle la
Junte des finances de la province de Guin6 cr6ait des bureau de receveurs particuliers
des finances publiques dans la commune de Bolala, ainsi que dans les presidios (forts)
de Geba et Farim.
Nous sommes arrives a la date de la promulgation du dcret du 20 decembre i8,
qui ordonna l'etablissement dans la Direction generale de comptabilit6 publique d'une
section sp6ciale pour les competes des provinces d'outremer et qui supprima les Juntes
des finances des colonies, ainsi que leurs bureau de recettes, leurs tresoreries, leurs
adjoints et leurs d6elgations, les remplagant dans chaque province par un Bureau des
finances provinciales (reparticgo de faenzda provincial) directement subordonne au
minist&re de la Marine et des Colonies, et place sous la surintendance immediate du
gouverneur. Ce bureau est dirig6 par un inspecteur des finances des colonies, auquel
appartient l'administration sup6rieure des finances publiques, le contr6le gen&ral et
l'inspection des services respectifs, soit des contributions et imp6ts directs et indirects,
soit de tous les autres imp6ts et revenues publics, y compris ceux des douanes, ainsi que







- 83 -


le contr6le special relatif au payment des d6penses publiques de tout ordre et de toute
nature, aux terms du meme decret et du reglement respectif.
Au Bureau des finances provinciales appartient encore la centralisation dela compta-
bilit6 des recettes et des depenses publiques des provinces, le reglement des comptes des
diverse caisses et des employes responsables respectifs, l'organisation du budget des
recettes et des d6penses provinciales, l'expedition des avis de credit, dans les limits des
ordres de paiement, et l'envoi mensuel a la section competente et t la Direction
g6nerale de comptabilite publique des bordereaux, comptes, documents et renseigne-
ments n6cessaires pour centraliser dans cette Direction toute la comptabilit6 des provinces
d'outremer.
Plusieurs autres dispositions importantes ont 6t6 ktablies dans ce decret; parmi
celles qui interessent notre sujet, voici les principles :
L'ordonnancement de toutes les d6penses coloniales par le ministry, ce mrme
ordonnancement devant etre soumis au visa de la Cour des comptes et a l'enregistrement
au siege de la Direction generale de comptabilit6 publique.
L'obligation de tirer sur les provinces, i l'occasion ouf sont r6alises des paiements
dans la m6tropole, lorsque dans la caisse de celle-ci n'existent point des fonds disponibles
des provinces.
L'octroi de pouvoirs aux gouverneurs des provinces pour parer aux cas imprevus
ou aux besoins urgents, ces pouvoirs ayant la latitude indispensable, mais l'usage en
etant regle de maniere a rendre bien 6vidente la responsabilit6 et a permettre d'apprecier
et de r6gulariser sans retard l'acte du gouverneur, au moyen de l'ouverture de credits
suppl6mentaires et extraordinaires.
Le reglement g6n6ral de comptabilite publique dans les provinces coloniales pour
la creation des dispositions du decret don't nous nous occupons porte la date du
7 novembre 1889. D'apres ce rIglement, il y a dans chaque province colonial un tre-
sorier general responsible des fonds confi6s a sa garde, et qui dispose des memes fonds
en vue des ordres de paiement de toute nature exp6dids par la m6tropole, ou en vertu
d'une requisition du gouverneur, faite en Conseil du gouvernement, conform6ment
aux terms du d6cret du 20 decembre 1888, ces ordres de paiement 6tant dans tous les
cas vises par l'inspecteur des finances respectif. Le service des finances des districts dans
lesquels sont subdivis6es les provinces coloniales, on des communes ou centres de popu-
latiorf qui, par leur importance, leur distance du siege du district, ou d'autres cir-
constances sp6ciales, l'exigeront ainsi, est fait par des inspecteurs des contributions et
par des percepteurs de premiere et de deuxieme classes, le gouvernement pouvant encore
nommer des percepteurs de troisieme classes.
Une modification important ne tarda pas i etre apportie au system de contr6le
des d6penses publiques 6tabli par le d6cret en question. Dans le rapport accompagnant
le d6cret du 21 d6cembre 1892, qui a r6form6 l'organisation administrative de la pro-
vince de Cabo Verde, on lit le passage suivant, destine a justifier une telle resolution :
(( On a alt6r6 d'une manitre fondamentale le systeme de contr6le des d6penses
publiques par la creation d'une institution don't nous avons lieu d'attendre les r6sultats
les plus efficaces : nous avons nomme la Cour des comptes provincial (tribunal de contas
provincial).
(( Comme la restauration des anciennes Juntes des finances 6tait peu sympathique,
attend qu'il est toujours difficile de determiner avec precision les responsabilit6s dans
l'administration des finances par un corps collectif, on a crU un moyen terme entire







84 -
l'ancien regime et celui en vigueur encore aujourd'hui, qui, en depit de la bonne volonte
de celui qui l'a d6crit6 et des intentions d'assimilation A la legislation m6tropolitaine
auxquelles son adoption a Wt6 due, n'a pas ete exempt des d6fauts attributes aux anciennes
Juntes, plus d'une fois, ii est just de le dire, sans une grande raison d'6quite.
( Le but du project se borne, dans l'espece, A &viter les conflicts d'autorite entire les
employes des finances et le gouverneur g6enral, a confier a celui-ci l'administration
supreme avec la responsabilit6 correspondante, a pourvoir, grace a une cour locale,
a la n6cessit6 de juger les comptes et de les preparer de facon que, avec la Junte consulta-
tive d'outremer pour instance de recours sup6rieur et final, on complete d'une maniere
plus rapid la pens6e g-nerale de concentration dans la Direction g6nerale des colonies,
l'exacte et parfaite connaissance de la facon don't les revenues publics sont administres
et contr61ls dans les colonies.
< En mime temps qu'on donne au gouverneur general les plus amples pouvoirs
pour administer, on place aupres de lui 1'6elment electif drive du contribuable, afin
que celui-ci, dans le jugement des comptes, puisse faire l'appreciation de cette admi-
nistration, qui a tout a gagner dans son prestige et dans la force de son action diri-
geante, lorsque, par l'accord avec cet 6elment, elle prouvera que cette responsabilit6 est
partagee par ceux don't il lui appartient de diriger les destinees. "
Conformement a ce decret, il fut institu6 au secretariat du gouvernement de
Cabo Verde une section des finances, dirig6e par un secretaire des finances, a laquelle
doivent ressortir toutes les affaires de administration des finances et oi est dressee
toute la comptabilit& de la province et sont prepares les comptes qui doivent ktre jugs
par les tribunaux comp6tents.
II appartient A ce secretaire des finances de diriger, sous les ordres du gouverneur,
tout le service des finances; de hAter la presentation reguliere des comptes des percep-
teurs des finances et de soumettre au gouverneur general l'exp6dition de toutes les
affaires sur lesquelles il y a une resolution a prendre.
Il est responsible de la comptabilite de toute la province; il lui est en outre
defendu d'avancer, sans un ordre 6crit du gouverneur g6enral, aucune chancee a tout
percepteur des finances qui n'aura pas pr6sent6 ses comptes trois mois apris le terme
de sa gestion annuelle, et il a la responsabilite devant le meme gouverneur de l'exacte
observance de la loi du timbre et de toutes les lois fiscales par tous les fonctionnaires
de la province.
La Cour des competes provincial se compose des fonctionnaires suivants :
Le gouverneur general de la province, president;
Le secr6taire des finances, secr6taire;
Le president de la Chambre municipal de Praia;
Trois membres 6lus par les 40 contribuables les plus important de la ville de Praia,
d'entre les citoyens qui A la condition d'6lecteurs r6uniront celle d'l6igibles a la charge
de d6put6s, trois supplants 6tant elus egalement et de la meme maniere pour servir de
substitute aux trois premiers.
Le d&legu6 de l'arrondissement de Sotavento est le contrbleur des finances pros
la Cour des competes.
Sont percepteurs des finances, et soumis, en cette quality, A la jurisdiction de
la Cour provincial :
Le tr6sorier g6enral;
Les percepteurs des communes;







- 85 -


Les receveurs des douanes;
Les Conseils administratifs des companies de police;
Les gouverneurs des forts;
Les directeurs des h6pitaux;
Les directeurs des pharmacies de l'ltat;
Les directeurs des postes;
Les capitaines de port;
Le directeur des travaux publics;
Et, en general, tous ceux qui sont responsables des finances de 1'lltat.
Par d&cret du 20 septembre 1894, l'institution des Cours des comptes devint
applicable aux provinces de S. Thome et Principe, d'Angola et de Mocambique.
Conformement aux terms de ce decret, le reglement relatif A la Cour des comptes
de Mocambique fut approuv6 par decision prise le 4 novembre 1895 par le commissaire
royal de la mame province, d'accord avec les dispositions en vigueur pour celle de
Cabo Verde, comme avait d6ejt 6t approuv6e celle de la province d'Angola par un
arrete provincial du 2 juillet 1895. Mais si la pens6e de faire intervenir la population
colonial dans la gestion et le contr6le des finances publiques est en r6alit6 s6duisante,
il n'est malheureusement que trop vrai de dire que le principle d'l6ection, 6tabli par le
d&cret du 21 d6cembre 1892 pour certain membres de la Cour des comptes, lutte centre
la difficult provenant du manque d'individus aptes a remplir les prescriptions de la
loi. C'est ce qui est arrive a Mocambique, oi le manque absolu d'un personnel qui,
dans les limits marquees par ce dernier d&cret, ffit en 6tat de satisfaire aux conditions
d'instruction et de respectability& n6cessaires pour garantir le difficile accomplissement
des devoirs attaches aux functions de membre de la Cour des comptes, obligea le com-
missaire royal de cette province a abroger, par son arrete du i" d6cembre 1896, le
reglement de 1895 en ce qui concern 1'8lection des membres de la susdite Cour, et a
ordonner que ceux-ci fussent remplac6s par le conservateur de la < Comarca (arron-
dissement) de Mocambique et par deux individus aptes nommes par le gouverneur
general.
Le tableau suivant fait voir comment les charges de administration des
finances ont augment dans les provinces coloniales d'Afrique a diverse periodes,
depuis l'annee financi:re 1852-1853 jusqu'a present. Les sommes budgetaires sont en
chiffres ronds.






- 86 -


BUbGET DES DEPENSES DE L'ADMINISTRATION DES FINANCES

DES PROVINCES COLONIALES D'AFRIQUE DEPUIS L'ANNEE FINANCIIRE 1852-1853

(En r6is.)


1852-1853 1854-1855


13.oo5.ooo 16.604.000


1864-1865


17.633.000


1870-1871


20.215.000


1875-1876


22.128.000


1882-1883 1888-1889 1894-1895


19.502.oo 31.134 00oo 53.989.000


CHAPITRE XI



ADMINISTRATION DE LA JUSTICE

Pour d6montrer le besoin de prendre en consideration l'administration de la justice
dans l'6tude qui nous occupe, il suffit de transcrire ici quelques phrases du rapport
annext au decret promulgu6 le 14 novembre 1878 dans le but tout special de rborganiser
l'administration de la justice dans l'etat de l'Inde.
Au nombre des plus urgents besoins des peuples, parmi les devoirs les plus
sacres et ineluctables des gouvernements se trouve l'administration de la justice
droite.
< Toutes les fois que des forces autoritaires dans la sphere administrative, que
l'exercice souvent peu paisible des droits politiques, ou que les carts manifestes de la
voie legale troublent et agitent les peuples, et tendent A alt&rer et ebranler la paix
general, le tribunal de justice repr6sente le port vaste, stir et accessible i tous les per-
s6cut6s, A tous ceux qui sont 16s6s dans l'exercice de leurs droits.
( Les excitations s'apaisent, les passions se modifient, l'injustice se cache, les
tyrannies sont continues A la seule id6e qu'il y a 15, vigilante et pleine de sollicitude,
une providence qui a la loi pour regle de conduite et l'impartialit6 pour devise....
( Lorsque la justice veille, la charity elle-m&me-peut vivre en repos.


095IGNATION


Cabo Verde.


1899-1900


53.737.000







87 -
Beaucoup de chemin a kt6 fait, et nos peuples d'Asie et d'Afrique sont A vrai
dire bien dignes de tous ces soins : ceux d'Asie, oi il y a encore et o6 il y aura pendant
longtemps des parias qui ne recoivent pas de la main de leurs maltres le salaire d6
a leurs services, parce qu'ils vivent dans l'habitude de le ramasser a terre; parias qui
6viteront par tous les moyens que leurs haillons n'efflelient les riches vktements de
leurs seigneurs de peur de les souiller de leur contact, ant ils ont la conviction de la
bassesse de leur origine, de l'ignominieuse inf6riorit6 de leur caste; ceux d'Afrique, oit
la justice reside dans la volont6 cruelle d'un sauvage, ou au tribunal du sorcier, et oh la
s6rie des chAtiments se reduit a la peine capital avec de capricieuses modifications dans
le genre de mort et une gradation a peine sensible dans les tortures qui la pr&ecdent.
( Introduire la justice dans ces pays, mais la veritable justice, la justice humani-
taire, paternelle, chr&tienne, celle qui donne A chacun ce qui lui appartient et qui nivelle
les classes et les individualit6s, voila de tous les b6enfices le plus grand que la domination
curop6enne puisse y implanter.
Nous ne saurions certes exposer de meilleure maniere le rapport intime existent
entire administration de la justice et le probl&me de la colonisation.
Nous avons eu pendant de longues ann6es a parcourir en difffrentes directions la
province de Mocambique; nous avons lu par simple curiosity personnelle un peu de ce
qui a Wt6 6crit sur les us et coutumes des races africaines, et, bien que nos impressions
particulieres s'6cartent sur quelques points des conclusions resultant des travaux don't
nous parlons, nous croyons pouvoir etablir comme chose certain que, d'ordinaire,
l'indigene des possessions portugaises d'Afrique a intuitivement une notion d6finie
de ce qui est just, et que, lorsqu'il comprend, a travers la rudesse de son humeur
plus ou moins sauvage, que cette notion coincide parfaitement avec la maniere don't
l'homme blanc agit envers lui, il 6prouve un profound respect pour les resolutions de
cet homme qu'il revere et qu'll defend meme, dans l'intime conviction qu'il a en face
de lui un ktre d'intelligence sup6rieure, devant lequel le pauvre sauvage s'incline hum-
blement, reconnaissant en lui le seigneur qui peut lui accorder un bienfait, jusque sous
la fdrme de chatiment qu'il est le premier a d6clarer just et merit&.
Quel meilleur moyen y aurait-il d'implanter plus profond6ment le germe duquel
doit surgir la civilisation de l'indigene, que de convaincre celui-ci de la justice de nos
proc6ds, justice qui saura reconnaltre et d6fendre ses droits ou r6primer 6nergique-
ment ses fautes, mais non sans motiver les arrkts qu'elle aura a prononcer centre lui ?

Le decret du 16 janvier 1837, qui a r6gl6 administration de la justice dans l'Afri-
que occidentale, a constitu6 la province d'Angola en un resort (comarca) comprenant
Loanda et les forts (presides) annexes, Novo Redondo et Benguella, et 6tabli a Loanda
un juge de premiere instance (de direito) et un juge ordinaire, et un fonctionnaire de
cette derniere cat6gorie a Novo Redondo et a Benguella. Les miles de S. Thom6 et
Principe ont form un autre resort ayant un juge de premiere instance et deux juges
ordinaires. Enfin, l'archipel de Cabo Verde a 6t6 constitute aussi en un resort, ayant
un juge de premiere instance dans la capital et un juge ordinaire dans chaque ile.
Chacun de ces resorts avait un d6elgu6 du procureur de la couronne et des
finances, trois greffiers, un contr6leur et les huissiers n6cessaires. Chaque paroisse avait
un juge d'l6ection populaire et un juge de paix.
L'importance acquise par l'ile de S. Vicente de Cabo Verde, depuis que sa
position a Wte choisie pour servir d'6chelle aux vapeurs de la Compagnie de paquebots







- 88 -


transatlantiques anglais, a concouru a la promulgation du d6cret du i- septembre 1851,
qui a divise l'archipel de Cabo Verde en deux resorts, celui de Barlavento (au vent) et
celui de Sotavento (sous le vent), don't l'un est chu a 'ile de S. Vicente, attend
qu'un seul juge de premiere instance ne pouvait convenablement pourvoir aux affaires
judiciaires d'un territoire tout partag6 en iles et comprenant la Guin6, situee a une
si grande distance, dans la meme jurisdiction.
Dans l'Afrique orientale, la province de Mocambique constituait un resort avant
une organisation judiciaire analogue a celle d'Angola.
Apres ces indications, nous citerons le decret, ayant force de loi, du 18 dcembre
1854, qui a mis en vigueur dans ces provinces le Code penal de la metropole, d&rt&e,
le to decembre 1852, avec les alterations suivantes :
(( Pour les crimes, important detention ou prison correctionnelle, commis par des
esclaves ou par des affranchis astreints au travail, ces peines seront toujours accompa-
gn6es de travail et proportionn&es par les juges suivant les limits traces dans le Code
susdit.
< Est 6galement declare en vigueur dans les memes provinces la loi du 18 aofit
1853, sur les limits du proces correctionnel, la forme etablie par la legislation en
vigueur dans chaque province devant toutefois ktre observe dans ledit proces.
( Quand l'exp6rience aura d6montr6 que les circonstances speciales de chaque pro-
vince exigent une alteration quelconque dans les dispositions du Code sus-mentionn6, le
gouverneur respectif fera opportun6ment son rapport accompagne de l'avis du Conseil
de gouvernement ainsi que de celui de la Cour d'appel de la province, ou des juges de
premiere instance et des d6elgues pres les memes juges, dans les localities oiu il n'y a
pas de Cour d'appel.
Le d6cret du Ii d6cembre 1856 a etabli le classement des Chambres coloniales
et r6gl6 la nomination des juges respectifs. Par ce decret, les juges de premiere instance
ont t6 divises en deux classes, don't la premiere comprend le resort de Loanda, et la
second, les resorts de Sotavento et Barlavento dans l'archipel de Cabo Verde et ceux
de S. Thom6 et Principe, de Benguella et de Mocambique.
L'6norme tendue territorial de la province de Mocambique donna lieu, pour cette
province, A une measure analogue a celle qui fut adoptee a l'agard de Cabo Verde.
C'est ainsi que le d6cret du 4 juillet 1865 crea dans cette province un aurre res-
sort, celui de Quelimane, comprenant les districts de Quelimane et de Tete, avec un
juge de premiere instance, un d61egu6 du procureur de la couronne et des finances,
deux greffiers et deux huissiers.
Dans le meme mois et la meme ann&e, on cr6a une jurisdiction de juge ordinaire a
Angoche.
Le I" decembre 1866, on publiait le reglement relatif a l'administration de la jus-
tice dans la province de Mocambique, a l'instar de ce qui avait deja et6 faith, en 1852,
par rapport a Angola et S. Thom6, et, en I856, a l'6gard de Cabo Verde.
Le decret du 17 novembre 1869 partagea toutes les possessions d'outre-mer en
deux districts judiciaires, sous la designation de district oriental et district c:cie"::al,
chacun d'eux ayant une Cour d'appel, don't le siege 6tait respectivement a Nova Goa
et a Loanda. Le district judiciaire oriental se divisait en six resorts, outre les juri-
dictions ind6pendantes, comprenant en Afrique les resorts de Mocambique et de Queli-
mane. Du district occidental faisaient parties les resorts de Loanda, Benguella,
S. Thome et de Barlavento et Sotavento a Cabo Verde. Par ce decret, il fut etabli







-89 -

que les vacations des magistrats du ministere public ou judiciaires, dans les limits
du district respectit, seraient permises seulement soit pour la convenance du service
public, soit L la demand de l'interess&, celui-ci devant prendre en ce cas les frais de
passage A sa charge. II fut en outre etabli, dans le but d'6viter que les charges de la
magistrature colonial fussent exercees, mrme provisoirement, par des fonctionnaires
illettrss, qu'aucun magistrat du minister public ou judiciaire ne pourrait quitter son
resort avant l'arrivee de son successeur, except en cas de maladie diment constat6e,
ou avec la permission ou sur l'ordre expres du gouvernement dans l'int&ret du service
public.
Enfin, pour attirer aux colonies les fonctionnaires judiciaires, on leur accord le
droit a la retraite, aux terms de la loi du 28 juin 1864, qui r6glait la retraite des
autres employs civils des provinces coloniales. Par ce mnme decret, on fit mettre a
execution dans les colonies le Code civil de la m6tropole, approved par la loi du
"r juillet 1867.
Sous le point de vue militaire, il faut citer la loi du 9 avril 1875 qui fit mettre
en vigueur tant dans la metropole qu'aux colonies le Code de justice militaire de
la meme date, don't le reglement fut approuve par decret du 21 juillet de la mmem
ann6e.
Cependant, par une lettre officielle du to juin 1876, la mise h execution de ce Code
dans la province de Cabo Verde fut ajournee, jusqu'a ce que la loi du 16 mai 1878 en
eCt ordonnu de nouveau l'ex6cution avec quelques modifications.
La division de la province de Mocambique en deux seuls resorts embrassant d'im-
menses territoires s'opposait a ce que les juges de premiere instance pussent, sans
porter prejudice i leur service, faire la tournee annuelle a laquelle ils 6taient tenus.
Pour parer a c.t inconvenient, et dans l'espoir de voir se realiser la construction d'un
chemin de fer entire le district de Lourenco Marques et la r6publique sud-africaine,
ce qui augmenterait certainement l'importance de ce district en raison du natural et
plus grand d6veloppement de l'activit6 commercial provoqube par un si utile progres,
- le d6cret du 30 novembre 1876 6tablit les deux nouveaux resorts d'Inhambane et
de Lourenco Marques dans la province de Mocambique.
En cette mrme ann6e eut lieu dans la Guin6 portugaise la creation d'un resort
judiciaire, ayant son siege au bourg de Bissao, et comprenant les jurisdictions de Bissao
et Cacheu et le territoire de Bolama. On 6vitait de cette fagon les graves inconv6nients
qui r6sultaient pour les habitants de la Guin6 du fait de ne pas avoir un juge de
premiere instance, avec residence permanent dans la province, pour leur administer la
justice.
En 1876, les deux nouveaux resorts d'Ambaca et Mossamedes furent cr6es dans
la province d'Angola, et le decret du 14 fevrier 1878 r6gla le nombre d'avocats a
nommer pour chacun de ces resorts, les fixant a six pour celui de Loanda, quatre pour
celui de Benguella et trois pour ceux d'Ambaca et de Mossamedes.
Quant S. Thom6, nous devons citer le d6cret du 4 octobre 1877 qui partagea
le resort respectif en deux chambres judiciaires desservies par des juges de premiere
instance, afin de mettre un terme au retard 6prouv6 par le service judiciaire a cause
de l'insuffisance du personnel respectif.
On voit par cette breve et incomplete notice, que l'administration de la justice aux
colonies d'une forme encore rudimentaire pendant la premiere p&riode de l'existence
des colonies africaines, que nous avons 6tudi6e plus haut s'est progressivement per-







90 -
fectionn&e et developp&e dans la periode immediate, oi faction judiciaire a de plus en
plus 6tendu son action protectrice sur les territoires coloniaux.
Les rfornnes introduites dans le Code p6nal de 1852 ont et, peu a peu appliques
aux provinces d'Afrique, bien qu'avec des modifications. C'est ainsi que le dderet du
11 decembre 1884 fait mettre A execution partielle dans ces provinces la reforme penale
a laquelle se rapportent les lois du 14 juin de cette mime annee.
Par decret du 13 aofit 1885 a 6te creI le resort de Tete dans la province de Mo-
cambique, avec un juge de premiere instance, un d61egu6 du procureur de la Cou-
ronne et des finances, un greffier et un huissier. On crea encore dans le meme ressort
un bureau de conservateur du registre foncier, suivant le mode de legislation qui rcgit
les bureaux des conservateurs des resorts d'Afrique. En 1891, on crea dans la mrme
province le resort d'Ibo avec une organisation semblable a celle des ressorts de
Quelimane et d'Inhambane.
Le d&cret du 16 juillet 1891 augmenta sur la c6te occidental le nombre des avo-
cats de provision (individus ayant la faculty d'exercer les functions d'avocat), qui fur
fix6 a dix dans chacun des resorts de Loanda et de S. Thom& et Principe, et a
six dans chacun de ceux de Benguella, de Mossamedes, et de la Guine portugaise. Le
d6cret du 21 mai 1892 eleva A sept le nombre de ces individus dans le resort de
Barlavento de la province de Cabo Verde. Enfin, le decret du 9 novembre 1i03
ftablit qu'il y aurait quatre de ces fonctionnaires dans le resort du Congo, cree par la
loi du 18 juillet 1885, et le meme nombre dans ceux d'Ibo et de Beira (Afrique orien-
tale), ce dernier resort ayant 6t& cree i l'occasion oil fut constitute la Compagnie de
Moqambique.
En cette meme ann6e, on supprima t Mocambique le resort de Tete, A la suite
de la division de cette province en trois districts : ceux de Mocambique, de la Zam-
bezia et de Lourenco Marques.
Le d6cret du 20 fevrier 1894 approuva un reglement de administration de la
justice dans les colonies, supprima les Juntes de justice coloniales et transfIra leurs
attributions, en ce qui concern les crimes ressortissant au tribunal common, aux judges
civils ordinaires, et, pour ce qui regarded les crimes de la competence du tribunal mii-
taire, aux conseils de guerre, avec recours au Suprime conseil de justice militaire dans
les provinces d'Angola et de S. Thom6 et du Principe, et a une institution semblable
cre6e par ce meme d6cret dans la province de Mocambique. Par ce mime decret
fut, en outre, 6tablie la peine de travaux publics pour les indigenes de Timor, de
S. Thom6 et du Principe et ceux des c6tes orientale et occidental d'Afrique, peine
don't l'application fut riglee par d6cret du 20 septembre de la mime annee. Nous
citerons encore le nouveau Code de justice militaire du royaume, qu'il a &t ordonne
d'appliquer dans les provinces d'outremer pour la parties correspondante i son livre I":
Criminalite et responsabilite criminelle, par d&cret du o1 janvier 1895. Dans ce d&cre: il
est ordonn :
lo Que la peine de prison militaire, impose dans les provinces d'Afrique, soit
subie dans les colonies agricoles; et que, dans les lieux o~i il n'y aura pas de colonies
agricoles, elle soit subie, avec isolement du condamn6, dans une des fortresses a
cette fin d6signees par le gouvernement;
20 Que la peine de deportation militaire soit subie dans des provinces coloniales
diff6rentes de celles oi0 le crime aura ete commis;
3 Que la peine de prison militaire soit subie, aux colonies, en prison dans les







91 -

forteresses ou dans les casernes, selon les circonstances de la locality et les measures
speciales prises par le gouverneur de la province oI le crime aura eti commis.
Poursuivant l'ordre chronologique, nous ferons mention de l'arret6 du commis-
saire royal de la province d'Angola, portant date du 12 d6cembre 1896 et r6formant
administration de la justice dans cette province dans le but :
i" De parer aux inconv6nients resultant de la trop grande sphere d'attributions
conferees, par d6cret du 20 fevrier 1894, aux juges municipaux don't les charges, a
d6faut d'6elments comp6tents, 6taient exerches par des individus depourvus des capa-
cites n6cessaires pour remplir de si importantes functions;
20 De fixer des d6lais aussi courts que possible pour l'ex6cution de certain actes
judiciaires, afin d'6viter de trop grandes lenteurs dans les process;
3 De simplifier le procede de recours interjet6 d'un juge ordinaire au juge de
premiere instance, vu le manque de procureurs et d'avocats comp6tents pres les divers
tribunaux inferieurs;
40 De delimiter de nouveau tel resort existant de facon a embrasser de vastes
territoires dejA soumis oui, faute de jurisdiction, l'autorit6 judiciaire ne pouvait etre
exercee;
50 D'ameliorer et de proportionner convenablement les Itraitements de certain
magistrats et fonctionnaires judiciaires.
Enfin, dans le but de modifier, relativement a la province de Cabo Verde, la
legislation judiciaire en vigueur, de facon a la mieux adapter a la disposition geogra-
phique de cette province, au natural et aux moeurs de ses habitants et au degree de leur
civilisation, un nouveau regime d'administration de la justice dans la province
mentionn6e a Wet approuv6 par d6cret du 23 d6cembre 1897.

Cet apercu des phases traverses par l'administration de la justice dans les pro-
vinces d'Afrique doit, sans doute, etre tres incomplete. Notre incompetence dans une
matiere si complex, aussi bien que la nature sp6ciale de cette 6tude ne nous permet-
talent pas d'entrer dans des details plus complete et 6tendus sur cette administration
et sur les services publics correlatifs don't l'histoire se trouve dispersee dans les
nombreux volumes de notre legislation colonial.
Cependant, le peu que nous venons d'en dire suffira, croyons-nous, a d6montrer
que, dans le but de defendre et de prot6ger dans les colonies les droits des blancs et
des indigenes, l'effectivite des obligations, la garantie de la propriety et la sfiret6 indi-
viduelle, le gouvernement portugais, non seulement fit modifier a difffrentes reprises
la legislation judiciaire conform6ment A l'6volution des provinces d'Afrique, mais alla
meme jusqu'a devancer les temps en cherchant A appliquer aux colonies les disposi-
tions conseill~es par le degree croissant de civilisation des societes du vieux et du nou-
veau monde, et qui ne pouvaient encore avoir leur pleine execution dans quelques-
unes des colonies, don't l'6tat social n'6tait pas encore pr6pare pour les recevoir et les
utiliser convenablement.
Dans son d6sir de hater le progres des colonies, le gouvernement portugais peut
avoir parfois caress des idles quelque peu chim6riques : personnel n'est en droit de
lui en faire le moindre blame. Au contraire, cette erreur, si c'en est une, tourne tout A
l'honneur et a la gloire des homes d'Etat qui ont ainsi affirmed leur profound amour
pour la cause de la civilisation et de l'humanit&.
Avant de mettre un terme a ce chapitre, nous croyons convenable de consacrer







92 -

encore un instant a une breve et rapide 6bauche des bienfaits considerables prodigues
aux indigenes de nos possessions par l'institution aussi sympathique que moralisatrice
de la charge de curateur de serfs et d'affranchis (curador de serlicaes c liber!os), ordonnie
par decret du 29 avril 1875. Ainsi que nous l'avons fait remarquer pr&cdemment,
c'est de 1854 que date la premiere tentative faite par le gouvernement portugais pour
l'abolition de la traite des noirs sur les territoires coloniaux, tentative qui a donnc
lieu au d6cret du 14 decembre de la mnme annee, don't les principles dispositions sont :
I La liberty de tous les esclaves appartenant a l'ltat;
20 La defense de consid6rer legalement comme esclave tout individu non enre-
gistr6 dans un delai determine;
30 La faculty accord6e a tout esclave de se racheter, ind6pendamment de la volonte
de son maitre, moyennant une indemnity fix6e par des arbitres;
4 L'interdiction des chAtiments corporels imposes aux esclaves par leurs maitres;
5 La defense de s6parer, en cas de vente d'esclaves, les femmes de leurs maris,
les fils mineurs de leurs meres.
Ce decret fut peu apres suivi de celui du 24 juillet I856 qui ordonnait que les
fils de femmes esclaves, n6s apres cette date, seraient de condition libre. Le d&cret du
29 avril 1858 vint ensuite declarer libres tous les individus alors esclaves sur le terri-
toire portugais, vingt ans, jour pour jour, apres la promulgation du meme decret.
Pour contr6ler les dispositions du decret de 1854, celui-ci cr&a dans chaque pro-
vince colonial une c Assemblee protectrice des esclaves et des affranchis ), preside
par l'6veque du diocese. C'est de cette assemblee sans doute que naquit, sous une
forme plus energique et appropriee aux circonstances, la curatelle des serfs et affran-
chis, destinee a exercer une tutelle publique, durant vingt ans, sur tous les individus
qui ont obtenu la condition de libres par le decret du 25 fevrier 1869, abolissant l'etat
de servitude dans les provinces d'outremer.
Cette tutelle 6tait specialement exerc6e par l'intervention du curateur dans les
contracts de prestation en nature que les affranchis, A I'exclusion de ceux qui exer-
caient des arts ou des m6tiers, ou qui savaient lire et 6crire, ou qui s'occupaient de
l'enseignement public ou particulier, 6taient obliges de signer de preference avec
leurs anciens patrons, l'intervention des curateurs consistent A empecher dans ces
contracts l'insertion de clauses peu conformes a la pensee du 1egislateur, dument
consignee dans les lois auxquelles nous faisons allusion en ce moment.
Ces contracts pouvaient ktre faits soit par simple prestation en nature, soit par pres-
tation en nature et colonisation, soit par concession de terrains, ou seulement par
cette derniere concession. En recompense du service rendu, on pouvait stipuler on un
salaire seulement ou un salaire avec nourriture et vktements.
Les attributions du curateur relativement A l'ex6cution des contracts etaient les
suivantes :
I Veiller, personnellement et avec le concours des autorites qui seraient sous sa
dependance, a ce que les engagements fussent fidelement remplis par les patrons,
pouvant proc6der ou faire proceder par des d6legues aux inspections qu'il jugerait
n6cessaires;
20 Recevoir directement ou par l'interm6diaire des autorites competentes les repre-
sentations et les plaintes relatives a l'execution du contract;
3 Retirer l'approbation donnte aux contracts, quand des infractions aux disposi-
tions de la loi ou des reglements y donneraient suffisamment lieu;








93-
40 Effectuer tous les actes necessaires pour faire ex6cuter et observer toutes les dis-
positions protectrices des engages et contraindre ces derniers a l'accomplissement des
obligations imposes par la loi et par les reglements.
Tel 6tait le desir que le gouvernement avait d'extirper d6finitivement le mal qui
pendant un si long space de temps avait d6vast6 les possessions portugaises, qu'il ne
dispensa pas de la presence du curateur general, r6sidant A Loanda, l'execution du con-
trat que, pour l'acquisition de travailleurs destines a S. Thom6 et Principe, certain
maison commercial pretendait faire a Cabinda, oi il n'y avait pas alors d'autorit6 por-
tugaise pouvant fairel'office de ce fonctionnaire.
Le meme gouvernement ne negligea rien pour maintenir et faire respecter les
dispositions du d6cret du 29 avril 1858; vingt ans apres fut promulgu6 le reglement
pour les contracts, non de serviteurs et d'affranchis, mais de serviteurs et de colons, dans
le deuxieme article duquel on d6clarait terminee l'obligation que les anciens affranchis
avaient de contractor leurs services, ceux qui seraient consid6res vagabonds excepts.
L'intervention des curateurs a cependant ete reconnue si utile et efficace que, non
seulement on leur maintenait par ce reglement les memes attributions pr6cisement qu'ils
avaient eues jusqu'alors, mais on reconnaissait encore par un arret& du 23 avril 188o
l'independance de ces fonctionnaires, tandis qu'on d6niait aux Cours judiciaires des colo-
nies la competence d'informer au sujet des services par eux rendus dans l'exercice de
leurs functions, et que, par un arrete du 22 septembre de la mrme annee, on reconnais-
sait au curateur g6enral et A ses d6l6gu6s speciaux la competence pour representer en
justice ou administrativement les serviteurs ou colons engages par contract en tout ce
qui concernait l'ex&cution des memes contracts.
On prot6geait les indigenes, mais sans negliger toutefois les droits des patrons.
L'arrete du 29 janvier i883 ordonnait au procureur g6enral d'Angola de faire sentir au
curateur general des serviteurs et des colons la n&cessit& absolue de ne jamais manquer
d'entendre les patrons sur toute espece de plaintes ou reclamations dirig6es contre eux
par les serviteurs et les colons A l'autorit6 publique, non seulement parce que c'est un
principle 6elmentaire de justice que d'entendre les accuses en toute sorte de litige, mais
aussi parce que faire droit aux reclamations sans une profonde connaissance de la
v6rit6 et sans que l'accusation et la defense aient kt6 diment confront6es, et avant
d'avoir la preuve complete du fondement de la cause, ce serait donner lieu a de
ficheuses consequences. En compensation, la lettre officielle du 9 juillet de la mime
ann6e, adressee au gouverneur g6enral de Mocambique, recommandait la protection A
tous les indigenes en general, dans les terms remarquables que nous 'llons transcrire :

< Les lois 6mancipatrices des indigenes africains ont place ces derniers dans les
conditions de citoyens portugais, et, par consequent, sous action g6nerale de nos lois
lib6rales qui ont pour objet la garantie de la liberty civil et le respect correlatif des
droits individuals.
I1 r6sulte d'informations parvenues a ce minister que certain indigenes, hours
de la tutelle du curateur g6n6ral de cette province, ont ete maltraites, publiquement et
particulirement, par des individus qui restent impunis, soit parce que les offenses,
ignorant encore leurs droits, ne se sont pas plaints aux autorit6s compktentes, soit parce
que ces autorites, au m6pris de leur mission 16gale et protectrice, laissent dans l'abandon
les offenses.
< Avant meme la complete emancipation des indigenes, r6alisee par la glorieuse








94 -


loi de 1875, c'eft &t6 une grave faute de la part des autorites de consentir, au detriment
des sains principles de 1'humanit& et des int6rkts de la politique portugaise, a des actes
portant une atteinte manifeste aux droits sacres d'etres humans que le hasard de la
couleur et de la latitude oa ils sont nes fait diff&rer de leurs oppresseurs impunis :
aujourd'hui, il est de tous points inadmissible que la loi tolere de semblables inCgaiitcs.
Un imp6rieux devoir income aux autorites administrative, judiciaires, et au minister
public de faire, dans les limits de l'action des lois en vigueur, que les attentats men-
tionn6s et toutes especes de vengeances particulieres soient d6ment reprimes, et de
s'efforcer de mettre en pratique la theorie des lois portugaises qui sauvegardent les
droits et les garanties de tous les citoyens.
( Son Excellence, le ministry et secr6taire d'Etat des affaires de la marine et des
colonies, tenant A l'ex&cution loyale des preceptes civilisateurs contenus dans les m1esures
d6cret6es pour l'Afrique portugaise, en vue d'obtenir la progressive le6vation du niveau
moral des indigenes, sur lesquels l'exemple de la justice exerce toujours une action bien-
faisante, veut qu'apres vous ktre bien p6nitr, de ce qui vient d'etre expose et avoir
communique& la mati&re de cette lettre au curateur general, au minister public et aux
autorit6s administrative, vous recommandiez a tous ces representants du pouvoir tout
le zile necessaire dans l'accomplissement des devoirs inherents a leurs charges, afin qu'ils
aient pour guide la justice 6galement due a tous les citoyens.
Les habitants des territoires qui sont sous administration de la Compagnie de
Mocambique ne sont pas rests exempts de la tutelle exerc&e par le curateur general,
comme il r6sulte de la lettre officielle de la Direction generale des colonies, adress&e
le 20 septembre 1892 au curateur g6n6ral des serfs et colons dans la province de
Mogambique.
Enfin le d6cret du 20 fevrier 1894, qui approuva le regime de administration de
la justice dans les provinces d'Afrique, supprima la charge de curateur general des serfs
et colons dans les provinces d'Angola et de Mocambique, toutes les attributions que les
lois et reglements leur conferaient etant exerc6es depuis, dans les memes terms et
dans chaque resort, par les- d6lgues respectifs du procureur de la couronne et des
finances.

Dans le tableau suivant, nous donnons, en chiffres ronds, une note des dLpenses
pr6vues pour administration de la justice aux colonies pour quelques ann&es de
la periode comprise entire 1852-1853 et l'actualit6.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs