• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dedication
 Introduction
 Notes linguistiques
 Glossaire
 Table of Contents
 Arabic text
 Back Cover






Group Title: Institut des hautes-Études marocaines Publications, v. 21
Title: Un manuel hispanique de hisba
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00023255/00001
 Material Information
Title: Un manuel hispanique de hisba traité sur la surveillance des corporations et la répression des fraudes en Espagne musulamane; texte arabe, pub. avec une introduction, des notes linguistiques, un glossaire en une traduction française
Series Title: Institut des hautes-études marocaines Publications, v. 21
Alternate Title: Hisba
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Abu ʻAbd Allāh, al-Sakatī, al-Mālakī
Lévi-Provençal, Evariste, 1894-1956 ( ed )
Colin, G. S. ( ed )
Publisher: E. Leroux
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1931
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par G.-S. Colin et E. Lévi-Provençal.
General Note: No more published.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00023255
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001648137
oclc - 04372349
notis - AHV9682

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
        Title Page 3
    Dedication
        Dedication
    Introduction
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
    Notes linguistiques
        Page 1
        Phonétique
            Page 1
            Page 2
            Page 3
        Morphologie
            Page 4
        Syntaxe
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
        Vocabulaire
            Page 9
            Page 10
    Glossaire
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Table of Contents
        Page 73
        Page 74
    Arabic text
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
        Page A-10
        Page A-11
        Page A-12
        Page A-13
        Page A-14
        Page A-15
        Page A-16
        Page A-17
        Page A-18
        Page A-19
        Page A-20
        Page A-21
        Page A-22
        Page A-23
        Page A-24
        Page A-25
        Page A-26
        Page A-27
        Page A-28
        Page A-29
        Page A-30
        Page A-31
        Page A-32
        Page A-33
        Page A-34
        Page A-35
        Page A-36
        Page A-37
        Page A-38
        Page A-39
        Page A-40
        Page A-41
        Page A-42
        Page A-43
        Page A-44
        Page A-45
        Page A-46
        Page A-47
        Page A-48
        Page A-49
        Page A-50
        Page A-51
        Page A-52
        Page A-53
        Page A-54
        Page A-55
        Page A-56
        Page A-57
        Page A-58
        Page A-59
        Page A-60
        Page A-61
        Page A-62
        Page A-63
        Page A-64
        Page A-65
        Page A-66
        Page A-67
        Page A-68
        Page A-69
        Page A-70
        Page A-71
        Page A-72
        Page A-73
        Page A-74
        Page A-75
        Page A-76
        Page A-77
        Page A-78
        Page A-79
    Back Cover
        Page A-80
Full Text






PUBLICATIONS DE L'INSTITUT DES IIAUTES ETUDES MAROCAIIES
TOME XXI



UN MANUEL HISPANIQUE

DE HISBA

TRAIT
D'ABU 'ABD ALLAH MUHAMMAD B. ABI MUHAMMAD
AS-SAKATI DE MALAGA

SUR LA SURVEILLANCE DES CORPORATIONS
ET LA REPRESSION DES FRAUDES EN ESPAGNE MUSULMANE


TEXTE ARABE
PUBLICE AVEC UiE INTRODUCTION, DES NOTES LINGUISTIQUES,
UN GLOSSAIRE ET UNE TRADUCTION FRANtAISE
PAR
G.-S. COLIN ET E. LEVI-PROVENIAL

I
TEXTE ARABE, INTRODUCTION, NOTES LINGUISTIQUES ET GLOSSAIRE




PARIS

LIBRAIRIE ERNEST LEROUX
28, RUE BONAPARTE


MDCCCCXXXI







I;



PUBLICATIONS DE L'INSTITUT DES HAUTES ETUDES MAROCAINES.

A LA LIBRAIRIE ERNEST LEROUX:
I. E. LAOUST, ttude sur le dialecte des Ntifa ....................... 5 fr.
II. L. Mu.LIOT, Demembrement des Habous .................. ..... 3o fr.
II-IV. L. MILLIOT, Recueil de Jurisprudence ch6rifienne(2 vol.) ensemble. 150 fr.
V. L. BRUNOT, La Mer dans les traditions et les industries indigenes de
Rabat et Sale ........................ .... .. ............... 30 fr.
VI. L. BRnNOT, Notes lexicologiques sur le vocabulaire maritime de Rabat
et Sal ....... ......... ......................... ............ 15 fr.
VII. E. WESTERMArCK, Les ceremonies du marriage au Maroc, trad. J. ARIN. 45 fr.
VIII. E. LIVI-PROVENVAL, Les manuscrits arabes de Rabat............. o fr.
IX. E. LtVI-PROVENCAL, Textes arabes de l'Ouargha .................. Ao fr.
X-XI. M6langes Ren6 BASSET, ttudes orientales et nord-africaines (a vol.). i ho fr.
XH. S. BIAnNAY, Notes d'Ethnographie et de Linguistique nord-africaines. 45 fr.
XIII. L. MILLIOT, Recueil de Jurisprudence cherifienne, t. II .......... 75 fr.
XIV. V. LousIGNAC, itude sur le dialect des Zaian et des Ait Sgougou.
Premiere section : Grammaire; deuxieme et troisieme sections : Textes et
Lexique (2 vol.) ............................................... so fr.
XV. J. SERRES, Memoires concernant l'etat present du royaume de Tunis,
par M. POInON ................... .............................. 18 fr.
XVI. D'" L8GEv, Contes et legendes ropulaires du Maroc ............. 37'5o

A LA LIBRAIRIE PAUL GEUTHNER :
XVII-XVIII. M4morial Henri BASSET, Nouvelles etudes nord-africaines et
orientales (a vol.).............. 300 fr.
XIX. E. LivI-PROVENCAL, Le ,Sahihi d'al-Buhari. Reproduction en photo-
typie des manuscrits originaux de la recension occidentale dite rrecension
d'Ibn Sa'adan dtablie A Murcie en aga de I'hegire (to99 de J.-C.), ol. I.. aS,. fr.
XX. L. BRUNoT, Textes arabes de Rabat........ ............... 5 fr.

PUBLICATION PIRIODIQUE

HESPERIS ('
ARCHIVES BERBERES ET BULLETIN DE L'NSTITUT
DES HAUTES tTUDES MAROCAINES.
La revue HESPERIS est consacree A l'6tude de la langue, de la literature et de
tore de I'Occident musulman; A l'6tude du pays et des populations du Maroc.
Elle comprend deux tomes de deux fascicules par an.
Chaque fascicule comprend en principle :
i" Des articles originaux;
a" Des communications;
3 Des comptes rendus bibliographiqucs.
(Onze tomes parnis : 19.2-193o.
(I) A la likrairie L,arose. it, rue Victor-Cousin, Paris.


I





i





















UN MANUEL HISPANIQUE

DE HISBA


I

TEXTE ARABE, INTRODUCTION, NOTES LINGUISTIQUES,
GLOSSAIRE



























A MONSIEUR WILLIAM MARAIS,
MEMBRE DE L'INSTITUT,
PROFESSEUR AU COLLiGE DE FRANCE,
DIRECTEUR DE L'ECOLE SUPERIEURE
DE LANGUE ET DE LITERATURE ARABES DE TUNIS,






HOMAGE D'AFFECTUEUSE GRATITUDE.

G.-S. C. E. L.-P.


As-SAIATT.


















INTRODUCTION.


Le court trait don't nous publions le texte inddit et don't nous
comptons pouvoir donner a breve 6chdance une traduction frangaise,
appartient '~ un genre assez peu repr4sent6 dans la littgrature arabe :
c'est un guide de hisba, une sorte de vade-mecum destined des fonc-
tionnaires (muhtasib) charges de veiller, dans les grandes villes musul-
manes, au maintien par les syndics (amin) des usages corporatifs
etablis et d'y reprimer les fraudes d'artisans et les d6lits en matiere
commercial. II a non seulement le mdrite de constituer, dans ce genre
d'ouvrages int6ressant directement 'histoire du travail dans les pays
d'Islam, un document nouveau et assez d6tailld, mais aussi celui de se
rapporter sp'cialement A I'Occident musulman du moyen Age. C'est en
meme temps un ecrit qui, bien que de langue et de style classiques,
presente une terminologie et un certain nombre d'acceptions et de
tournures emprunties au dialecte arabe hispanique. A ce double titre,
il nous a paru susceptible d'interesser h la fois les historians de la
civilisation musulmane occidentale et les historiens de la langue arabe.




La hisba dans l'lslam. L'institution de la hisba dans IIslam eut,
on le sait, a l'origine, un caractere specifiquement religieux : elle 4tait
en rapport direct avec le devoir, pour tout membre de la communaute
musulmane et en particulier pour son chef, d'appliquer la censure
des mceurs, le tagyir al-munkar. Le mulitasib ne fut done d'abord que






- II -


le deldgue, pour cette tAche 4minente, de l'inuim on du calif (1). Mais
it semble bien que la function correspondent a ce titre ne tarda pas
en fait A se modifier assez sensiblement, tout en conservant en thdorie
I'ensemble des attributions qui lui avaient dtd ddvolues aux premiers
temps de l'histoire musulmane. Bient6t, le role du muhtasib s'orienta
vers des fins plus pratiques, plus adaptees aux n6cessites de la vie cou-
rante. L'opportunitd de P'application rigide de la formula du tagyir
al-munkar se fit de moins en moins sentir; cette formule dut, par la
force des choses, parattre p6rim6e le jour ou la communaut4 religieuse
fut obligee de s'accommoder de cadres sociaux et d'une organisation
administrative. II fallut 1'exaltation morbide d'un Ibn Tamart pour
essayer de la faire revivre pratiquement a une pdriode critique de
'histoire du Magrib; encore faudrait-il demontrer qu'elle fut, chez ce
thdologien double d'un homme politique assez avcrti des contingencies
humaines, une fin veritable et non pas simplement un moyen (2).
En tout cas, et bien qu'aucune restriction n'ait thdoriquement dtd
apport6e a la hisba dans ses rapports avec la socidte musulmane, bien
que la function du mulhtasib ait continue a consister en principle dans la
censure des mceurs et la repression des faits de toute nature considers
comme munkar au regard de I'Islam, on vit s'etablir dans I'appareil
social un depart de plus en plus net entire les d6lits de foi ou manque-
ments aux prescriptions de la loi religieuse, les delits criminals et les
ddlits commerciaux. C'est, tres vite, la recherche et la repression de ces
derniers qui devint, dans la cit6 musulmane, le principal objet de la
mission confide au muhtasib.
D'ailleurs, cette mission, meme ainsi limitee, n'en demeura pas
moins de caractbre thdoriquement religieux, les transactions de toute
nature entire musulmans ktant, on le sait, soumises A un ensemble de

(1) Cf. la definition de la 4isba donn6e par I. GoiDziumn, Introduction au Livre d'lbn
Toumert, Alger, 19o5, p. 85. L'article hisba de E. V. ZA IAUR, dans I'Encyclopldie de
l'Islam, t. II,.p. 337, est insuffisant.
(1) Dans le mathzen almohade, le r61e du muhtasib fut a la fois religieux et politique.
La function semble s'y etre confondue avec celle du mirwar (chef de fraction) on du
Bufz. Cf. M. GAUDEFROY-DEMOMBYNas, Introduction a la traduction des Masalik al-absar
d'lsB FADL ALLu AL-'UMAiT, Paris, 19a7, p. xxxvi; E. Livf-PnovENCAL, DocTments inMdits
d'histoire almohade, Paris, 1928, passim.










- III -


regles fixees par la Sunna. On se rappelle qu'al-Gazzali, qui a expos
avec clart4 dans son Ihya 'ulem ad-din (1) les grands principles de 'dthique
commercial de l'Islam, met en axiome qu'il faut, en gagnant sa vie
ici-bas, ne point perdre sa place dans 'autre monde. Les s6veres
prescriptions qui rdgissent les ventes et l'interdiction rigoureuse de la
speculation font de la hisba dans ses rapports avec les fabricants et les
n6gociants un office naturellement religieux : le muhtasib, rdprimant
les fraudes, s'assurant de la probity des artisans et des vendeurs, exi-
geant de tout objet de transaction qu'il soit de quality loyale et mar-
chande, est sans doute un d6dlgu6 du prince, soucieux de voir I'in-
dustrie et le commerce prosp6rer dans ses Etats; mais c'est aussi et
surtout le garant, vis-h-vis de la communaute, du respect de la tradition
en tout ce qui a trait aux fabrications et aux changes, dans le royaume,
la province, ou, plus simplement, la cite.
Les droits et les devoirs de ce fonctionnaire, a partir du moment ou
sa charge se sp6cialise, varieront sans doute dans une certain measure
suivant les lieux et les 6poques. Al-Mawardi, qui 6crivit son Kitab al-
ahkam as-sultaniya dans la premiere moitie du xi" sibcle de notre ere, a
longuement fixed dans ce trait de droit administratif musulman les
limits iddales de la competence du muhtasib (). Mais il semble qu'en
fait, les prerogatives 6tendues que cet auteur lui accord ne correspon-
dirent jamais, dans leur ensemble, a la r6alit4. L'appreciation de deux
autres dcrivains arabes sensiblement contemporains, mais de tempdra-
ment et de genie trWs diffdrents, Ibn Haldiin et al-Makrizi, parait plus
conforme A l'idee qu'on se faisait de la hisba a leur epoque. Pour le
dernier de ces historians, qui s'occupe bien entendu surtout du muh-
tasib dans 1'Egypte musulmane, la charge, qui est de nature religieuse
(diniya), est l'une des plus considerables du pays. Le titulaire dispose
de d6l4guds dans les principles circonscriptions; ils ont mission de
faire des tournees de surveillance chez les maltres artisans et les mar-
chands de products d'alimentation. Lui-mgme siege dans I'une des

(1) Edition du Caire, s3a6, t. II, p. i8 et suiv. On pourra, sur la question de 'at-
titude de la religion musulmane vis-h-vis du commerce, se rapporter h excellent
article de W. HrFENITNG, Tidjara, dans I'Encyclopddie de 'Islam, t. IV, p. 785-790.
(1) Cf. ENGER, Mawardii Constitutiones political, Bonn, 1853, chap. xx.










IV -
grandes-mosqudes et regoit un traitement mensuel de trente diners.
II a aussi sous sa d4pendance directed le bureau official de verification
des poids et measures, qui a le monopole de leur vente et exige qu'ils
portent son poincon ().
Dans sa Mukcaddima (2), Ibn Haldun consacre h la hisba un paragraphe
du chapitre sur les charges religieuses d'Etat (butat d~nya hilaftya).
II la definit d'abord comme une function religieuse en rapport direct
avec l'institution de la censure des moeurs (amr bi'l-maraf wa-nahy 'an
al-munkar); puis it passe aux devoirs pratiques du titulaire et de ses
aides (a'wan) : veiller a I'application des rbgles d'intiret public (al-
masalih al-'amma) dans la ville. II termine son court expos par des
considerations d'ordre historique : dans un grand nombre de dynasties
musulmanes, dit Ibn Halduin, ainsi chez les Fatimides d'Egypte et du
Magrib et chez les Umaiyades d'Espagne, la charge de mubtasib
ddpendait du cadi, qui en d4signait lui-meme le titulaire. Puis,
lorsque apparurent des souverains musulmans rdgnant sans tires cali-
fiens, its la firent passer au nombre des charges politiques, et ce fut
par I'administration civil, et non plus par les magistrats religieux,
que se fit la designation des muhtasibs.
Cette remarque d'Ibn Haldfin est int4ressante : la hisba ne prit en
effet place parmi les institutions d'Etat, soumises au control direct du
souverain, que pour des raisons d'ordre g4ndral, et cela est assez carac-
t6ristique des tendances qui se firent jour a la fin du moyen Age,
quand les corporations d'artisans et de marchands devinrent assez
influentes pour constituer h l'occasion des foyers de resistance, en op-
position avec le pouvoir central. II semble que, par necessity pratique,
la hisba, charge religieuse a attributions d'abord tres large, et ensuite
plus rdduites, devint, pour le dernier stade de son evolution, une

(') Hitat, edition du Caire, i 30a, t. [I, p. 34a. Les renseignements fournis par AL-MAL~nizi
sont reproduits par M. GAUDEFROY-DEMOMBYNES, La Syrie a l'epoque des Mamelouks, Paris,
1923, p. LXVII, note h. Cf. aussi pour i'Orient AL-KALIASArDi SubB al-a'ia, le Caire, 1331-
1338 H., t. V, p. 45a. Gurgi ZAinDN a dtudi6 la iasba dans son Tamaddun al-Islam,
le Caire, 19o2, t. I, p. 19o.
(1) Edition du Caire, 13ag H., p. 2a7-248; Proligonmnes, ed. QUATREMIREB, t. I,
p. 105-107; trad. DE SLANE, t. I, p. 458-46o (reproduction de la traduction de S. D,
SACY, Chrestomathie arabe, t. I, p. 469).










V -

mission de surveillance d'un group social et le mubtasib, un agent de
confiance ayant pour tAche essentielle de maintenir dans I'ordre les
corporations, sinon de lutter ouvertement centre elles et d'employer
tous les moyens pour rdduire au minimum leur r6le social et I'activit6
de leurs syndics.
Au Maroc en particulier, cette attitude confdr6e au muhtasib par le
mahzen a dtd tres nette dans les derniers si8cles (1), et sans doute en
fut-il ainsi h partir du moment oh ce pays dut, pour des raisons d'ori-
gine politique, vivre de sa vie propre, dans un isolement presque
total du reste du monde musulman.
II serait toutefois hasardeux d'affirmer, surtout quand il s'agit d'un
Etat aussi conservateur que le Maroc, que ce fut grAce a cette prdoccu-
pation des sultans que la hisba put demeurer dans leur empire une
institution islamique vivante. II y a toujours eu et il y a encore des
mubtasibs dans les principles villes marocaines, de m6me qu'il y en
eut, pendant la domination musulmane, dans toutes les cites hispa-
niques. En Espagne meme, ii semble que les attributions du mubtasib
furent beaucoup plus nettement d4finies que dans le reste de f'Occi-
dent, et sans doute qu'en Orient(2) : cela ne fut pas sans doute
sans relation avec la remarquable multiplicity des magistratures
civiles et judiciaires dans les Etats musulmans de la PNninsule, et la
limitation effective, pour chacune d'elles, des questions de sa compd-
tence. La meilleure preuve de leur existence et de leur activity pratique

(c) Cf. pour le Maroc, les remarques suggestives et fort exactes de L. MASSIGNON, En-
qudte sur les corporations musulmanes d'artisans et de commerFants au Maroc, Paris, 192h,
p. io5-1o6.
(2) On I'appelait, sous les Umaiyades et les mulak at-tawa'if, le sahib as-salc. L'espa-
gnol IBN SA'D, qui vivait au xim siecle, d6finit ses attributions de la fagon suivante
(in MAginA, Analectes, 1, p. 134-135) : rQuant A la charge de l'ihtisab, elle est chez
les musulmans d'Espagne confine h des gens h la fois instruits et intelligent. Celui
qui en Btait invest 6tait auparavant un eadi. La coutume voulait qu'il visitat les marches
lui-m4me, sur une monture; aupres de lui se tenaient ses auxiliaires (a'wan); l'un d'eux
avait a la main la balance qui 6tait destine au pesage du pain : le pain doit en effect
chez les Andalous 4tre d'un poids d6termin6, suivant son prix de vente, a un quart ou
a un huitieme de dirham... De m4me, la viande doit porter une etiquette avec le prix
marqu6, et le boucher ne saurait vendre a un prix infdrieur a celui que porte la mercu-
riale dtablie par le muhtasib...










VI -
fut d'ailleurs le maintien de ces magistratures par les rois chretiens au
fur et a measure de advancee de la c reconquista Et il est curieux de
constater qu'on retrouve parmi celles d'entre elles qu'a conservees en
Espagne la chr6tient6 victorieuse, celle de la hisba, pourtant essentiel-
loment islamique a la base : le terme arabe muhtasib passa en castillan
sous la forme almotdcen, qui designait le fonctionnaire charge de la
verification des poids et measures. Les documents arabes des archives
de la cathddrale de Tolbde nous ont conserve le souvenir de trois almo.
tdcenes de cette ville au xinI sibcle: Domingo Esteban, Domingo Assaar
et Domingo Micael ben Ruy Diaz (').



Les traits de hisba. II est nature qu'une institution islamique de
I'importance de la hisba ait donned lieu h la redaction d'4crits particu-
liers, ouvrages de portde g4ndrate destines un public etendu, et sur-
tout traits sp4ciaux ayant pour but de faciliter aux mubtasibs exercisee
de leur mission, en les mettant en garde centre les fraudes et les
malfacons don't la connaissance ne saurait etre exigde d'un lettrd musul-
man uniquement vers4 dans les sciences religieuses. Cette littdrature n'est
pourtant pas tres abondante au regard de l'ensemble des productions
de langue arabe qui nous sont parvenues. Faut-il en conclure que les
traits sur la hisba, destinds pour la plupart t un nombre de lecteurs
forcement restreint, ne surv4curent pas a leurs auteurs ? En Orient, en
tout cas, on n'en a signal qu'un tres petit nombre; en Occident, on
n'en connaissait jusqu'ici aucun; une enquete recent avait simplement
laiss6 esperer 1'existence possible de quelques manuscrits d'ouvrages de
ce genre (2).
Un travail, excellent pour l'dpoque, du Dr W. Bernhauer(s), et un

(1) Cf. A. GONZALEZ PALENCIA, Los Mozdrabes de Toledo en los siglos xit y xilt, vol.
prelim., Madrid, 1930, p. 295, S s 8. Cf. le mgme, Historia de la Espafia musulmana,
Barcelone-Buenos-Aires, 1925, p. 168.
1) Cf. L. MASSIGNON, Enquete sur les corporations, p. 2as et suiv.
(3) Mimoires sur les institutions de police chez les Arabes, dans Journal asiatique,
V* seric, t. XV et t. XVI, 1860-1861.













autre plus recent, du P. L. Cheikho (I), ont d6dj attire I'attention des
orientalistes sur les quelques ouvrages arabes orientaux, relatifs t la
hisba, qui nous sont conserves. Is sont au nombre de quatre. On les
passera rapidement ici en revue :
Le premier, que HIBa i Hahfa signal sous deux rubriques voisines N(),
est 'ceuvre d'un dcrivain qui le composa pour Saladin et mourut en
589 (1193), 'Abd ar-Rahman b. Nasr b. Muhammad an-Nibrawi il
s'intitule Nihayat ar-rutbafi talab al-Jisba et comprend quarante cha-
pitres (3). Le second, qui content soixante-dix chapitres, le Kitab ma'ahm
al-kurbafi ahkam al-hisba, existe en manuscrit i Oxford (4); c'est 'ceuvre
de Muhammad b. Muhammad b. Ahmad b. al-Ahwah (?) al-Kuragi. Le
troisieme est le Kitab al-muhtarft kasf al-asrar, euvre d'un secrdtaire
des Urtukides de Maridin, 'Abd ar-Rabman b. Abi Bakr al-Gawbari
ad-Dimaski; ii content trente bab et a Wtd public (5) h Damas en 13oa
et au Caire en 1316 et 198 (6). Le dernier, enfin, qui parait le plus
important, a fait I'objet d'une analyse du P. Cheikho; if a pour auteur
un muhtasib du nom de Muhammad b. Ahmad ibn Bassam, qui n'a
rien de commun, h ce qu'il semble, avec son c6lbre homonyme espa-
gnol, l'auteur de la Dahira. Le titre de ce trait est le meme que
celui de l'ouvrage d'an-Nibrawi : Nihayat ar-rutba f talab al-hisba.
II semble avoir Wtt 4crit au Caire t la fin du xi" on au debut du
xive siecle de J.-C. et ne comprend pas moins de cent quatorze cha-

") En arabe, dans al-Machriq, Beyrouth, 1907, t. X, p. 961-968 et 1079-o186,
sous le titre de aw .b a yl ;.43 LUtS.
(') KaiJaz-zunan, edition de Constantinople, i3io-i3i1, t. II, p. 6so : ."I iL.43
jl.74t\t 4 4 4 -t-1, par 'ABD AR-RAHMIN b. Nasr b. 'Abd Allah AL-'IDwi et
.-J4 fb .iJl Aj t.S, par Galil ad-din 'ABD An-RAHMIN b. NAsa Ar-TIBRIZI a;-
Safili.
(1) II en existe un manuscrit A Vienne (FLiGEL, Ar. Handsschrift. zu Wien, t. II,
p. 265); un manuscrit & Leipzig (VoLLERs, Katal., p. 193); un manuscrit & Gotha
(PEnTscH, Katal., t. III, p. g29); deux manuscripts a la BibliothBque royale du Caire
(Catal., t. VI, p. 2og).
(1) N* 97 du fonds oriental de la Bodlienne.
(') 11 en existe un manuscrit a Vienne (FLGEL, t. II, p. 5ot). Ce sont les deux manu-
scrits de Vienne, de cet ouvrage et du prec6dent, qui ont W6t utilises pour son etude
par BERNHAUER.
(') Cf. E. J. SARKIs, Dictionnaire de bibliographies arabe, le Caire, 1928-1930, col. 719-











VIII -
pitres; ii pass- en revue tous les mdtiers que le muhtasib doit surveiller
et les diff4rentes questions d'intdret public qui sont de la competence
de ce fonctionnaire (1).

*

Les manuscrits du traitd d'as-Sakati. L'un de nous eut, voici plu-
sieurs ann6es, son attention attire sur un recueil manuscrit, figurant
dans une bibliotheque priv6e de Sal6 et qui se r&v6la au premier coup
d'ceil comme une collection de traits de hisba, diff6rents de ceux qui
avaient 6td signals en Orient. II s'agissait d'un manuscrit ac4phale,
sans date de copie ni nom de scribe, assez ancien et comprenant
62 feuillets d'une 4criture magribine courante (ai cm. x 15 cm.;
25 lines par page) [ms. B : cf. pl. II]. Le premier trait du
recueil, qui matheureusement est dans ce manuscrit privd de son
debut, fait l'objet de la pr4sente publication. A la suite en vient
un autre, sans titre, attribu6 dans lincipit a Muhammad b. Ahmad
b. 'Abd Allah an-Naha'i 'Abdun et qui semble devoir constituer un
document de premiere importance pour 'histoire de la vie urbaine
dans l'Espagne musulmane : l'un de nous se propose de l'utiliser
ult6rieurement pour une 4tude de cette question. Puis, dans l'ordre
du recueil, se pr6sentent, toujours priv6s de titre, le trait d'Ahmad
b. 'Abd Allah Ibn 'Abd ar-Rafif, sans nisba d6sign6e, et celui de 'Umar
b. 'Utman b. al-'Abbas al-Garfisi(?).
On salt la difficult, sinon, dans bien des cas, l'impossibilite qu'il y
a d'etablir le texte d'un ouvrage arabe d'apres un unicum. Aussi bien,
P'6tat du manuscrit de Sal, la plupart du temps incorrect et transcrit
par un scribe mediocre, qui, a chaque page, avait certainement
d6figurd plusieurs graphics, ne pouvait-il permettre la rdalisation
d'une publication que le jour oh au moins un autre exemplaire de tout

(1) On peut ajouter les autres sources mentionnies par L. MAssIGroN (Enquete sur les
corporations, p. 2aa-a46) dans sa vbibliographie sommaire de rhistoire du travail en
Islam : IBN TAIMIY, al-tHisbaji 'l-Islam, t. II, p. 35-91 du Magma' ar-rasa'il, le
Caire, 13a3; ouvrages sp6ciaux sur les trues professionnels, ouvrages d'ethique etde
mystique sur la loyaut6 en matirre commercial, etc.










- Ix .-


ou parties de ces traits occidentaux de hisba nous serait signal. Grace
a des recherches entreprises B cet effet, nous avons pu retrouver, a
Rabat meme, un second manuscrit, complete et plus correct, du trait
initial du magmru saltin. II figure, lui aussi, en tate d'un recueil
factice, qui comprend en outre divers opuscules strangers a la hisba.
II content 51 feuillets [ms. A : cf. pl. I et III]; la copie n'est pas date,
mais semble remonter a une 4poque un peu plus ancienne que celle
du manuscrit de Sale; elle est en cursive magribine assez bonne
( o cm. x 15 cm.; 18 lignes par page). II fait parties de la bibliotheque
de Si Muhammad al-Hagwi, d61dgu4 du Grand-Vizir de Sa MajestW
Cherifienne h l'Instruction publique. Grace b f'obligeance de ce haut
fonctionnaire du mahzen et A celle de son secretaire, notre ami
Si Muhammad b. 'Ali ad-Dukkali as-Salawi, qui ont bien voulu nous
confier chacun leur manuscrit et a qui nous adressons nos plus vifs
remerciements, nous pouvons aujourd'hui presenter le texte d'un des
traits occidentaux de hisba, dtabli avec un minimum de lectures
douteuses et de lacunes.
Le manuscrit de Rabat dtant complete, il nous a revl64 le nom de
F'auteur de ce petit ouvrage : Abi 'Abd Allah Muhammad b. Abi Ahmad
as-Sakati. C'6tait un andalou qui exerga les functions de muhtasib a
Malaga, sans doute A la fin du xie siecle ou dans la premiere moiti6 du
xnI. On n'a pu retrouver sa trace chez les biographies arabes occidentaux
et l'on n'a sur lui que les rares indications qu'on peut tirer de son 6crit.
C'est ainsi qu'il dit au debut qu'il avait entrepris de nombreux voyages
et visited plusieurs pays, au moment oh, jeune encore, il accomplit le
phlerinage de la Mekke. II dcrivit son traits, A un moment oh il n'4tait
plus mubtasib, pour obeir a une suggestion de ses amis, qui l'inci-
taient A r4diger une sorte de manuel qui content tl'histoire des frau-
deurs parmi les marchands et les artisans qui sont sur les marches,
leurs tromperies en matiere de measures et de poids, les moyens qu'ils
emploient pour d6pr4cier les marchandises, les ruses qui leur sont
coutumieres dans les transactions, leur dissimulation dans leur facon
de presenter et de traiter les affaires ; qui montrAt aussi la violation
A peu pres permanent des rtglements de la hisba et l'incompdtence
frdquente des magistrats charges de cet office.












Le trait d'as-Sakati est divisg en huit chapitres, preced4s d'une
introduction faite de considerations g4ndrales sur l'application de la
hisba aux premiers temps de l'islamisme. Ils traitent successivement des
poids et des measures, des peseurs et des mesureurs, des fariniers,
des boulangers, des bouchers, des restaurateurs, des parfumeurs, des
droguistes, des marchands d'esclaves, des courtiers et des fabricants et
vendeurs de products manufactures. On n'en trouvera pas ici une ana-
lyse d4taillne, qui ferait double emploi avec la traduction frangaise
don't la publication suivra celle du texte arabe.



Les emprunts au traits d'as-Saka.t. La decouverte a peu pres simul-
tandc de deux manuscrits du manuel d'as-Sakati donne a penser,
jusqu'a un certain point, que cet ouvrage connut une certain vogue au
Maroc, au moins a partir du moment oh beaucoup de musulmans
chassis d'Espagne vinrent s'dtablir dans ce pays. Ce qui tend aussi h le
prouver, c'est son utilisation, de premiere main sans doute, par deux
ecrivains marocains, datant 'un du xviie sibcle, l'autre de la meme
4poque ou d'un peu plus tard.
Le premier de ces 6crivains fut 'Abd ar-Rahman b. 'Abd al-Kadir
al-Fasi, le grand polygraphe marocain, n6 en iol4o (1631) et mort
en o096 (1685). Parmi ses nombreux ouvrages se place une sorte
d'encyclopddie des connaissances humaines, intitulee Kitab al-Uknam
ft mabadi 'l-culfm (1). Dans cet interminable pomme didactique en vers
ragaz(2), 'Abd ar-Rahman al-Fasi passe en revue, en deux cent quatre-
vingt et une sections, toutes les branches du savoir de son 4poque;
parmi les 'ulmn qu'il Atudie tour a tour, il accord, comme c'est nor-
mal, une place assez important a ce qu'il appelle le 'ilm al-hisba(.

() Sur cet ouvrage et son auteur, ef. E. LIVI-PROVENVAL, Les Historiens des Chorfa,
Paris, 1922, p. 266-269.
(2) I en existed trois manuscrits a la Bibliotheque general de Rabat. Cf. E. Liv-
PROVEN(AL, Les manuscrits arabes de Rabat, Paris, 19g1, p. 96, nO" s84, a85, s86. Les
references renvoient ici au meilleur de ces manuscripts (n' 284 =n" 9go de I'inventaire).
(C) T. II, fol. 48 v'-61 r'.










XI -

A cette science, qui forme la quatre-vingt-quinzibme section de
'Ulknam, I'auteur ne consacre pas moins de neuf bab, don't i'4numd-
ration des titres rappelle deji curieusement ceux du manuel d'as-Sakati.
Ce sont:

ec eW am qi .-rien .J l Io



\ **










permis de constater que le plus souvent celles-ci constituent un ddmar-
quage pur et simple, en vers raaz, du trait d'as-Sakati, sans qu' au
J ..K J Lx i b VII





ILa lecture des pages de rUknam qui traitent de la hisba nous a
permis de constater que le plus souvent celles-ci constituent un demar-
quage pur et simple, en vers ragaz, du traits d'as-Sakati, sans qu'au
surplus l'auteur utilisd soit nomm6 une seule fois. Mais la preuve de
l'emprunt direct est 6vidente : 'Abd ar-Rahmin al-Fisi suit pour ainsi
dire pas a pas l'ouvrage de l'ancien muhtasib de Malaga, en le glosant
parfois, en le transposant toujours, sous une forme plus ou moins
abrigee, suivant les cas. II ne se dispense de reproduire la source qu'il
met a profit que dans les d6veloppements ou la signification de quelque
expression du dialecte hispanique lui 4chappe, on bien quand il se
trouve en presence d'une anecdote un peu longue. La reproduction a la
planche IV d'une page de l'Ulknum(~) donnera le moyen, si on la com-
pare au texte correspondent du trait d'as-Sakati (), de se rendre compete

() Fol. 58 v'.
(2) P. ir-ir du texte imprim6.










XII -
du parallelisme complete des deux passages. Deux vers de 'Abd ar-Rah-
man al-Fasi (1) prouveraient encore d'une faqon plus Evidente, si c'dtait
n4cessaire, que l'auteur eut sous les yeux le manuel andalou en com-
posant sa section relative a la hisba : as-Sakati, en effet, rapporte, a
propos de la panification (), qu'il se trouvait aux environs immediats
de Malaga une caverne d'oui l'on allait extraire une terre ayant le pou-
voir, une fois melie a la pAte, de la faire lever rapidement; l'auteur de
l'Uknam a tenu a signaler cette curiosity dans son poeme didactique et
voici comment il la rapporte, sans laisser ainsi le moindre doute sur
t'origine de son emprunt :





Malgr6 les nombreuses chevilles que 'Abd ar-Rahman al-Flsi a du
insurer dans ses vers pour obdir aux exigences metriques de I'urgaza et
qui rendent la lecture de son ouvrage particulierement penible, nous
devons reconnattre qu'a plusieurs reprises, sa transposition du manuel
d'as-Sakati nous est venue en aide pour obvier aux incorrections des
manuscrits qui ont servi de base a notre edition. Nous n'en pouvons
dire autant du second 4crivain qui, a notre connaissance, est le seul,
avec 'Abd ar-Ral.man al-Fasi, a avoir utilis4 ce trait' de hisba. II le
fit d'ailleurs plus discretement que l'auteur de l'Uknim et mit 4gale..
ment a profit plusieurs autres sources d'epoque et d'origine diffirentes.
II s'agit d'un opuscule de vingt pages, intituld at-Taisir f ahkeam
at-tastr (3), qui a pour auteur un personnage que nous n'avons pu
identifier, un cadi marocain du nom d'Abu'l-'Abbas b. Said. Son titre
montre deji que ce petit dcrivain vise plus a traiter de la fapon d'dtablir
des mercuriales (tas'8r) que de la hisba proprement dite. II se compose
d'une introduction et de dix courts chapitres sur les qualities

() En tte du folio 51 r".
(2) P. "r du texte imprime, 1. in-i5.
(3) 11 fait parties d'un magmn', tout entier de la m4me main, de copie trbs recente,
qui a Wtd recemment acquis par la Bibliothbque g6ndrale de Rabat.









-- XII -


requises des candidates a la fonction de muhtasib, sur le tas'ir
l'Npoque du Prophkte, sur les denrdes don't il imported de fixer ou de
ne pas fixer le course, sur les commergants auxquels ii y a lieu d'im-
poser ou de ne pas imposer des prix de vente, sur la theorie des poids
et mesures-types de la Sunna, etc. L'auteur ne cite point de passages
de l'ouvrage d'as-Sakati, mais se borne a invoquer a quelques reprises
son temoignage : il ne le nomme d'ailleurs que sous sa nisba gEogra-
phique; al-Malaki, I'homme de Malaga.
11 est permis de pr6sumer que de nouveaux traits de hisba seront
encore d4couverts au Maroc au course des prochaines annees : sans
doute proc6deront-ils, eux aussi, plus ou moins directement, du trait
d'as-Sakati et peut-etre aideront-ils a expliquer plusieurs passages de ce
traits qui demeurent obscurs. Mais, malgrd les difficultis que peuvent
presenter sa lecture et sa comprehension, ce petit livre n'en constitute pas
moins l'un des documents les plus vivants que l'on possede sur la vie
social de I'Espagne musulmane, au course de la pdriode confuse oh ce
pays, ayant perdu son independence politique, continuait pourtant,
dans tous les domaines, a donner le ton au reste de I'Occident musul-
man.

















NOTES LINGUISTIQUES ().



Dans le domaine de la linguistique, c'est de beaucoup au point de vue
du vocabulaire que le trait d'as-Sakati pr4sente le plus d'interet; il ne
pouvait d'ailleurs guere en ttre autrement puisque, thdoriquement du
moins, son ouvrage est redig6 en langue classique. On y relkve toutefois
un certain nombre de faits qui int6ressent la phondtique, la morphologie
et la syntaxe du dialect hispanique; on les trouvera r4unis et classes plus
loin.
Le glossaire apporte, en some, peu de mots entibrement nouveaux.
Mais, si le Vocabulista(2) et le vocabulaire de P. de Alcala(3) nous ont fr6-
quemment servi a verilier des lectures, te texte d'as-Sakati nous a, de son
c61t, permis de pr6ciser la valeur de nombreux terms don't le sens s'y
trouve heurcusement dclair6 par le coutexte; des traductions insuffisantes
ou meme errondes, enregistries dans le Supplement de Dozy ("), out pu
ainsi 6tre am6liorees.


PHONETIQUE.

ALLONGEMENT DE VOYELLE.

1 Plur. Ji provenant du pluriel j classique et hispanique :
(ea, sl) Knattesn; U.s (rw, 9) tsorte de voilesn;) (rF, 5, 7; l-, i3).

(1 Dans Pindication des references au texte, le premier nombre du group entire
parentheses renvoie a la page, le second h ta line.
(9) Vocabulista in arabico, public par C. SCHIAPARELLI, Firenze, 1871 (= VOC.).
(3) Petri Hispani de Lingua arabica libri duo, public par P. DR LAGARDE, Gottingae,
1883 (=ALC.).
(1) Supplement aux dictionnaires arabes, Leide-Paris, 1927 (a edition) [= D.].
AS-SAATT 1

















NOTES LINGUISTIQUES ().



Dans le domaine de la linguistique, c'est de beaucoup au point de vue
du vocabulaire que le trait d'as-Sakati pr4sente le plus d'interet; il ne
pouvait d'ailleurs guere en ttre autrement puisque, thdoriquement du
moins, son ouvrage est redig6 en langue classique. On y relkve toutefois
un certain nombre de faits qui int6ressent la phondtique, la morphologie
et la syntaxe du dialect hispanique; on les trouvera r4unis et classes plus
loin.
Le glossaire apporte, en some, peu de mots entibrement nouveaux.
Mais, si le Vocabulista(2) et le vocabulaire de P. de Alcala(3) nous ont fr6-
quemment servi a verilier des lectures, te texte d'as-Sakati nous a, de son
c61t, permis de pr6ciser la valeur de nombreux terms don't le sens s'y
trouve heurcusement dclair6 par le coutexte; des traductions insuffisantes
ou meme errondes, enregistries dans le Supplement de Dozy ("), out pu
ainsi 6tre am6liorees.


PHONETIQUE.

ALLONGEMENT DE VOYELLE.

1 Plur. Ji provenant du pluriel j classique et hispanique :
(ea, sl) Knattesn; U.s (rw, 9) tsorte de voilesn;) (rF, 5, 7; l-, i3).

(1 Dans Pindication des references au texte, le premier nombre du group entire
parentheses renvoie a la page, le second h ta line.
(9) Vocabulista in arabico, public par C. SCHIAPARELLI, Firenze, 1871 (= VOC.).
(3) Petri Hispani de Lingua arabica libri duo, public par P. DR LAGARDE, Gottingae,
1883 (=ALC.).
(1) Supplement aux dictionnaires arabes, Leide-Paris, 1927 (a edition) [= D.].
AS-SAATT 1










-2-

- Comme pluriel de hasir, Ic Vocabulista (s. vo storium) ne connalt que
la forme a vocalisme bref : husur; P. DE ALCAL. (s. Vo estera) donne hasir,
qui pent repr6senter un *ahs.ir ou provenir de husir par suite d'une assi-
milation .u > ha provoquie par la laryngale. Quant ,as, le VOC. parait
ignorer son singulier; P. DE ALCALI (s. vo velo) ne donne que le pluriel
akniea; on trouve pourtant U ap. AL-MAKanAI, citant IBN MARZVK, Musnad
(cf. Analectes, II, p. 711, 1. 3). Quant au pluriel ;., Dozy en a relev6
un example dans le Kirtas (ouvrage historique marocain du ddbut du
XIVe siecle); il ne s'agit d'ailleurs pas du pluriel de ). mais de celui
de )-. A propos de ce pluriel Jyt < jj, on peut rappeler
que, dans les parlers de I'Afrique du Nord, le pluriel classique J)4 a pour
repr6scntant dialectal ff'l (ex. ktib c livres,, mdtn c villes,) qui, thdorique-
ment, report plutot h un ancien Jy qu'a un J". D'aulre part, it faut
remarquer que I'adjectif classique y! a donn6 en hispanique suhitn (cf.
VOC., s. vo calidum) et en magribin shftn.
Ces allongements de voyelle ne paraissent done pas devoir etre consi-
derds comme de simples phdnomenes purement graphiques de
scriptio plena; it faut plut6t y voir des attestations de I'atlongement d'une
voyelle sons 'influence de P'accent ().

20 Quant a tL. (14, 7), pour i ou i, i a un precedent dans
le diwan d'In Kuzmn (2): c'est nahibak (42 ro, 2t) eje te donnerai n, pour
!4-; d'autre part, c'est vraisemblablement par l'interm6diaire d'un
aoriste a voyelle allongee *yat-k que le verbe classique 1 --S3 estdevenu,
en marocain citadin, le verbe concave secondaire mtak-itfk cavoir con-
fiancen. On notera que, dans les trois cas, il s'agit de racines oh R1 = W
(t-, Mais 'a cotd de 'influence de l'accent, it se peut que pour p", it faille
aussi penser a fIaction du 'ain qui suit la voyelle. En hispanique, en effet,
it arrive parfois qu'une voyelle a accentuee (classique on dialectale)


(1) C'est ainsi que de nombreux singuliers classiques A *fa'dla sont devenus, en
hispanique, fa'ala avec un pluriel dialectal fa'dyil. Cf. ar. ancien AiJj i> hispan. zandkca
(cf. VOC., s. v callss, plur. zandyik (cf. ALC., s. vo calle); ar. class. iSL >hispan,
saddka, plur. saddyik (cf. ALC., S. v limosna).
(P) Le divan d'Ibn Guzman, public par D. DI GUNznBRo, Berlin, 1896.










-3-
devienne longue devant un 'ain; c'est notamment le cas pour dau (')
Celaisse-leI, < ; ma'i(2) e avec moi; j'ain < .M; amdaa (3) ociergen

3 La graphie Jl ,1 (ev, 4, 19) t rate, pour le classique JUp, est
confirmed par le taihal du Vocabulista (s. vo splen) et de P. DE ALCALi
(s. vo bapa), par les pluriels tawdhil de VOC. et taydhil de P. DE ALCAL(,
comme par les verbes denominatifs taihal et attaihal de VOC. (s. vo splene-
ticus). Les parlers marocains emploient encore tehan.


ABREGEMENT DE VOYELLE.

Pour les pluriels du theme C'aC2iC3iC4, on relieve plusieurs examples
d'abrdgement de la second voyelle longue i: (wv, i5), 'i.L (Fv, i9),
*yf (ov, 4). Get abr6gement graphique correspond A une prononciation
r6duife due au transport de I'accent de la second voyelle longue sur la
premiere.

M]TATHESE CONSONANTIQUE.

La racine classique uc.,- est repr4sent4e dans le trait d'as-Sakati
par le verbe t fetirer, attirern (iv, 3, 1o), creplier [: pouce], (io, 6)
et par le substantif LxcJ (vi, 17) sorte de corde?,. La forme mdta-
thetique &+ 6tait dUjh connue de la langue ancienne. Quant au passage
de l'interdentale 'a 'occlusive, ii est abondamment attested pour I'hispa-
nique (cf. Hespyris, 1930, p. too).


FAITS D'ALTERNANCE 6 X J.

L'un de nous(4) a deja 6tudi6 cette particularity du dialecte hispa-
nique; le texte d'as-Sakati en fournit quelques nouveaux examples; il

(') Cf. Kuz., 29 r, it, 29 v, 15 etpassim.
(2) Cf. Kuz., 88 v, ii etpassim; VOC., 142/2.
(3) Cf. Kuz., 15 vY, ai; 38 ro, la; W. MABCAIs, Tanger, p. 350, s. v ima'a.
(') Cf. G.-S. COLIN, Sur une charte hispano-arabe de i3i dans Islamica, vol. III,
1927, p. 374-375.










1-b
s'agit dans les trois cas de mots non arabes; pour deux d'entre eux, cette
alternance graphique parait correspondre a une prononciation g.

a. ib (or, 8) et 34 (or, 5) clitharges. P. DE ALCALi (S. vo espuma de
plomo) donne martak qui peut Atre restitu6 aussi bien avec un qu'avec un
i; 1'espagnol a emprunt6 ce mot sous la forme almartaga, avec un g.
b. Ljykl (m,, 19) et (U.6 (ms, 12) esaucisse-. Les textes hispa-
niques donnent en general ~Lt3. La prononciation actuelle (Alger juif,
Tunis) est en g.
c. i~.g (i., i5) ~ fournilt Les parlers magribinsne semblent connaitre
que la forme avec un J et prononcent tous kuita. Le Vocabulista cependant
(s. vofurnus) ne donne que ktfa.




MORPHOLOGIE.

THEMES NOMINAUX.

--Theme iJ~ h valeur concrete : iy (cv, 6) erugosit4, plaque
rugueuse,; f( sv, 16; 14, 2) esdrosit6i.
Theme J.X servant a former le nom d'action de verbes n'impliquant
ni un bruit ni une lueur intense ni un movement vif: cy (tr i;
14, 18) action de moudre(t'); (re, 11) action de fermenter
[pain],. Au Maroc, dans les parlers citadins et montagnards, c'est un
theme fl' qui s'est g6ndralis6 pour les noms d'action de la plupart des
verbes sains de la Ire forme (sauf pour ceux qui emploient un theme J'il
h6rit4 du classique).
Theme h suffixe -. servant i former des abstraits : io.A (o, 1o)
amour de la plaisanteries; S (iA, i1) eodeur de soufre; vert-de-

(1) Cf. VOC., p. 229, s. v" acuere, et p. 48o, s. v molere; ALe., 316/8 : adar at.
ahi~n = muela para amolar.












gris (?)n; iJ L () (IA, i) c situation de fortune ; A (2)(. (, 4) e6tat d'un
poulet r6ti bien enduit de beurre fondun; o dL,.- details, minutiesi
(,, i8).
Thme ,i&U servant de pluriel pour des noms d'artisans : g)1.l (t -,
7, 20). Ce pluriel est tres rare en hispanique pour les noms d'artisans.
En effet, si l'on en relive quelques examples dans li Vocabulista pour des
noms d'agents intensifs, il ne semble pas quo t'on en trouve s'appliquant
a de veritables noms d'artisans,. les pluriels de noms d'ouvriers : slk
(s. vo mesores), ,.. (s. vo operarius) et s)Lo (s. vo deportare) ne parais-
sant pas devoir etre classes dans cette derniere cat4gorie.
Dans les parlers magribins, au contraire, il est actuellement au moins
aussi courant que le pluriel sJ Dans les villes, les deux pluriels
coexistent; mais .2.J vraisemblablement le plus ancien, designe exclu-
sivement la rue 6u le quarter oi est (ou : dtait) 4tablie une corporation;
AiUZ s'applique aux artisans eux-mimes.
Le pluriel mayydra est donn6, 'a cb6t de mayyarln, par le Vocabulista
(s. vo deportare) et par P. DE ALCALA (S. Vi' hariero, recuero, vinatero). On
trouve de meme, dans le Vocabulista, les deux pluriels earbala et arbihn
Ccribleursn (s. vo cribrum).




SYNTAXE.

GENRE.

A. F6minins classiques traits comme des masculins.
II s'agit toujours de f4minins d'usage, morphologiquement non carac-
thrisks. Deux sont des mots qui, dans la langue classique, etaient exclusi-
vement feminins : i &.; on lit (1-, 5) : sl3WJ &.JI eela second
cuisse,; 20 r ,.j : W i5c x Ddjh dans la langue d'lBN KUZMX;, de nombreux mots appartenant h la

(1) Se retrouve dans la langue d'BIn AL-HATIB (cf. Dozr, Suppl., sub verbo).
( Cf. ALC., 229/16 : duhnya bi-zeit al-kittn= enbarnizadura.











-6-


s6rie des tnoms de parties doubles du corps sont traits comme des
masculins(ex. : 'ain, Badd, yadd); c'est notamment le cas d'un mot voisin
de &i, par le sens : sak (1) jamben.
Pour deux autres mots, il s'agit de terms ayant en classique les deux
genres, mais que l'hispanique dialectal paralt avoir stabilisds au masculin.
Ce sorit:.b, in L Jl a j0.o (rs, 6) tun chemin conduisalit a un
moulin, et in t..w, yL^ s% (ls s i ... sa (W"3A, a).
Le mot est masculin chei IBN KUZMK : cf. tarik al-wad yadrth
(91 ro, 9) ele cheinin de la rivibre, ii le connatt ; on lit aussi, ap. P. DE
ALCALi (136/ 1) : tarik ddyyik vchemin 'troits.
Le mot (ya est aussi du masculin pour IBN KuzMIiN : Jarasu al-nmaghir
(89 ro, 22) (son cheval fameux,. Pour l'auteur du Vocabulsta, faras
Sequus, mais non equa.
Un traitement inverse est subi par cpL_ qui, dans le passage suivant,
est trait comme un f4minin : ~Ay .. (6, 12) eil prend
une boutique en location et la garnit de nattess. Ce mot est encore f6mi-
nin dans la plupart des parlers citadins du Magrib (cf. W. MAIcAIS, Tanger,
p. 269) et ce traitement s'explique par la presence de la finale -t qui. est
caracteristique du feminin, notamment dans quelques mots du type
Csexuel, comme c;. et .

B. Masculins classiques traits comme des f6minins.

to Dans cette categorie, on trouve d'abord un mot muni d'une finale
don't I'aboutissement dialectal a une allure feminine : s.i.. Thdorique-
ment, il devait donner en hispanique *halfd; mais, par suite du passage
de I'accent sur la premiere syllabe, la terminaison -a s'est abrigee et,
venant apres trois radicales consonantiques, elle a Wdt sentie et traitle
comme 1'aboutissement dialectal d'un ta' marbuta(2); d'ob les traitements
syntaxiques suivants : i~8ll A.il (ri, 18) ~l'alfa que l'on a fait trem-
pern; A I alcic (w i i) nl'alfa d'automne .
2 A c6td des Bi6ments de cette sdrie, oh le changemeni de genre s'ex-
plique par la nature de la terminaison, se placent encore deux terms
pour lesquels le phenomene est plus obscur :

(1) Cf. Kuz., 89 vo, a : tara (a)s-sak abyad t.ar'i tu vois la jambe blanche et tendre,.
(2) Cf. VOC., s. vo spartum : i~j ALC., 2a3/2h-a9 : 4dife.










-7-

a. 5bx4t 1 (OA, 8) acet achat, ces marchandises ; le changement de
genre est sans doute imputable ici a la notion de collectif incluse dans le
mot.
b. jc.,. ehalle : Jl j l l ,;l ujuJ (n, 2) fla
halle oh I'on vend la farine qui vient de l'exterieurn. II faut d'ailleurs
remarquer qu'& c6t6 de I.a, la ngue connatt une forme e fminine
.i w, qui est seule attestie par le Vocabulista (s. vo porticus) et P. DE AL-
CALA (s. vo portal); neanmoins les parlers berbbres de I'Afrique du Nord
ont connu J qu'ils ont emprunt4 sous les formes berbdrisdes ask y et


PRONOMS.

Emploi de Lo avec la valeur d'un neutre: t.ba. (ri, 9) caprEs celan.

Emploi de J.5i apres un antdc6dent pluriel() :
b5Jl I ii (6, 20) celes apothicaires qui. .

A reliever un curieux usage de IO, l ou la langue classique n'aurait
aucun pronom:
U: -, L i 1 b ,' 0I ll (,v, 2) t hmoins qu'ils ne soient avec leur
mere qui les accompagner.

On remarque plusieurs examples de non-emploi des pronoms dits
de rappel:
I.3swl ,. ~S i .,.s (os, a 0-2 ) ou qu'il soit un home de con-
dition libre qu'ils ont transformed en esclave, ;
Jd ;& .5JI (iv, 9!) e... que je lui ai remiss;
e .lt gSLi (rA, 15) le temps qu'il fautn;
o% 6J L< ft I .L (F4, 7) t'esclave noire que X t'a amen6ek;
..dI, .&JI (I4, 11) ace qu'il avait demand6n.

(1) On trouve de m4me, ap. IBN KCZMnT : al-miltah... alladi garu (93 r", 6) ctes
belles qui se sont montr6es tyranniquesn.










-8-


VERBES.

On relive quatre examples d'emploi de la VIII forme avec la valeur
d'un ctmoyenn : ax .i (r', 9) cremporter avec soi; 2)ja (F4, 2)
passer chez quelqu'unn; L .2p (vr, 19) eattacher sa mule; i $t (rv,
ii) clever (pate)n.

PREPOSITIONS.

Emploi de o, avec la valeur de J, pour marquer la possession et
rendre notre verbe c avoir, (1) :
A"W yL^ 1 (6SV, 19) "S'il an;
,,* LJ. Wi (oN, 13) cqu'il n'a pas".

Emploi de J avec la valeur locative de a sans movement () :
IJ bLs!. Lr' (o, 9) "il veillait h la lueui de la tampe,;
J).J L j. (lca, 19) eon I'etend par terre l'ombren;
S*., ,' J, ~5 iI (rs, 13) eles foies 6miettds au soleilt;
I ... (r, 7) Placerr au soleil.

Emploi de Jt avec ia mime valeur locative (sans movement) qui
vient d'etre relevee pour J :
..i 1-L. Ji ("r, 7) "au bord, sur le bord du cheminn;
8a LJ (te, 18) ectendu par terre h c6td, de c6tEn.

Le meme emploi se retrouve chez IaB KuzuiN :
wa-'igs'~ kad tarahtu (i)la(3) gnib (33 ro, 5) cet mon amour, je l'ai mis
de c6td, j'y ai renoncen.

(1) La fr6quence de cet cmploi en hispanique est abondamment attest6e dans le
diwan d'lBN KUZMIN; cf. en outre VOC., p. 11, s. vO habere; ALC., p. 23.
() On en relive plusieurs examples chez IBN KUZMAN; cf. notamment galast~... la-dall
al-angam (93 v*, 12) cje m'assis & Pombre des ormesn.
o() crit Ji.










-9-


-- Absence de preposition entire un verbe de movement et son re-
gime :
)1v131 sL J. [L ,i ifi ] (i, 8) ten raison du grand nombre
de pays et de regions que j'ai parcourusn;
l (xias (rc4, 13) cet elle y montan, h la chambre haute on uX .
On retrouve la meme absence chez IBN KUZMXN avec les verbes ga,
maS mar yamtr et harag; le mAme proc6de syntaxique est encore
courant en cairote.



VOCABULAIRE.

Tous les mots remarquables du texte ayant 4td r6unis en un Glossaire,
on se bornera a signaler ici :

o1 La presence de quelques mots d'origine romane : JLs.., _.
plur. &I ,Z,

o2 La presence de deux mots berberes : c,..> s et yJ.o, don't ii
est impossible de dire s'ils ont 6td empruntds sur place, aux parlers des
Berberes 6tablis dans la PNninsulc, ou s'ils ont 6td imports d'Afrique en
meme temps que les products v6g4taux qu'ils d6signent. II est h remarquer
que ces deux mots sont employs avec particle arabe, et que I'article ber-
b6re masculin t- (dans a-mhbls) a et6 supprim6 cependant que l'article
f6minin ta- etait conserve.


















GLOSSAIRE.





3i tl crdevenir; se presenter sous tel et tel aspects (wv, 9). Chez IBN
KuzMIN, on rencontre frequemment, avec cette meme valeur, le verbe
synonyme ga-yagi; cf. tamamtu wa-ga 'amal 'ammal (h7 r, 4) Cje P'ai
achev4 et ii s'est trouvY come 'ceuvre d'un maitre ouvrier,. Le meme
emploi de ce dernier verbe se retrouve en marocain citadin : kff itek
Tania? e comment trouves-tu Tanger ?. idtni makncta tje la trouve
ennuyeusen.
j yL. l s'approprier quelque chosen (ri, 19). -- 1 j la
suite de, apres, (rn, at); f4 .i ah la suite de, apres [quelqu'un]b
(wic, 16).
-" iL (4"a.u "et travailleurs louds a la journey, journaliers

1 tc., ^ &.l timposer quelque chose h quelqu'un, (IA, 2o;
14, 12; iw, 16; ws, 12). Uilt action de prendre une esclave
pour concubine (a., 8; as, i4).
3)1 1 Kriz,; on en fait de la farine (v4, it).
Ui,.A)il e6pine vinetter (pi, 17). Cf. espagnol alarguez.

I Plur. )Lj (B = v.iL) ) pagnes ports par les garcons d'un bainm
(sv, 19). Ce sens special n'est pas signaled par D. qui, cependant, cite
un passage d'un texte magribin ot le mot est employ avec cette valeur
precise.










12 -

i0.y.wl ccvestibule, galerie d'entr6e d'une hotellerie ou ha ~ (Iv, so).
T A.sL nom d'un mets, blanc-manger (?), (w, 1).
(wl cb sous pretexte de.... (I, 8).

).i,<^ .-kp ~.~-l ~.e pithyme crtoisn (ipt, io), du grec nr/i-
OVzqov. IBN AL-BAITIR (trad. ILECLERC, I, p. 99) signal qu'on l'apporte
de Crete et de Jerusalem (pr, 8).
ji l transcription du latin acacia que le Glossarium latino-arabicum Mdith
par Seybold traduit par .4. ~,j ~ejus de caroube cuit,; anciennement,
Llit~ designait le suc extrait du fruit d'une espkce d'acacia appeal lay5
(Pr, 8).
Jl. A ecnlou pour fixer la ferrure d'une btle de sommer (v., o2); dans
l'Uknum (1), ce terme a pour correspondent ),Ac couture L'Espagnol
IBN AL-'Awwa i emploie j..JI avec la valeur de ela core, traverse par
eI clou, chez le cheval qu'on ferre, (cf. D., II, 387). Le mot paralt
d'origine romance et n'est pas h separer du J.1 donn6 par le Vocabu-
lista, s. vo aculeus; on peut le rapprocher du castillan agujuela ecsorte
de clou,.

I ji semble avoir ]a valeur de njusqu'h, dans .-Jl Jt Sj etle
laisser jusqu'h ce qu'il soit cuit, (1,., 15); dans la meme page, on trouve
avec le meme sens .-Jil a, Jl. Sous l'influence de l'usage his-
panique dialectal, Ji apparait pour J dans I'cxpression : Al J
eraconter hn (vr, 9).

a\ Plur. ). : N L O L e il ignorait tout des affaires com-
merciales, (oq, 18).

ALoI : Lo AlU U) u e vingt dirham d'argent du type
de la monnaie frappee par l'imam- ( I, 15). Il peut s'agir aussi bien
de l'imam theorique de la communaut4 musulmane que de l'un des
souverains musulmans d'Espagne qui adopterent ce titre dans leur pro-
tocole.


(0) Sur cet ouvrage, ef. l'Introduction.










13 -
va) ccechef d'une corporation, ; as-Sakati signal celui des apo-
thicaires ( Ip, 21) et celui des commissionnaires en chaussures : y.M
&iW (s1, 13); il parole aussi d'un GJi .l. I (04, 18, 21). Une ,u'ud
ou tfemme de confiance, 6tait charge par le muhtasib de diffhrentes
missions relatives au commerce des femmes esclaves (PA, 3; ,s, 8, 13).
Sur L..l en general, cf. W. MARIAIS, Tanger, p. 223; sur les functions
de l'amin des boulangers h Tanger, cf. p. 136.

I MJ, -c ij> t d'Espagne (miel) (iw", 16), s'oppose h y
fd'Afrique ."

J,0 I- LAI csa femme, (CA, 18); cf. VOC., s. vo uxor. C'est'par une
metonymie de convenance que, du sens de families ce mot a passe a
celui de femme, 4pouses; un processus analogue se retrouve dans les
parlers citadins du Maroc pour ulad, et en Algerie pour 'yal(cf. W. MAR-
CAIS, Tanger, p. 398).

3 Dans la phrase : s ,, I cl eEh! Une Telle! Te voici done
venue I! (o, i 1), ii semble que l'on retrouve l'interjection hispanique t1
qui figure dans les A1 53 ecme voici n, sal.t cle voici!, d'IBN KuzMrN.

\ Une ukiya, h Malaga, 6quivalait a vingt dirhams imamiens
d'argent (it, ih).

J Plur. ~f: LO.i l A*i t- J les cables des navires et leurs agrEs,
cordagesn (vi, 13).

-A.j y.jl raau moment de sa mise en vente h la ride,
(Y', 17).




JSP. IY l-J elemi, (Ff, 6).

v cc qui a 4t6 fraud; dans lequel on n'a pas vers6 la
measure complete a laquelle il avait droit recipientt], (Ir, 20).

.. Kcampagnard, (11, 8). Cf. VOC., s. vo rusticus.










14 -
1,.. sf. wEtiquette collie sur la marchandises (,i, 13) [D.]. -
a.Il eacte constalant qu'une femme esclave a accompli sa p4riode
de retraite 1egale (CA, 16).

.-.? --.pB jt les Berberesr (p., 19).
Jt J c "vendre 'a la criee publique pour le compete de
quelqu'un [courtier] (04, 18).

.- : sy .lx e4crit magique provoquant la frigiditd sexuelle-
(4, i); plur. tI. chors-d'oeuvren (ow, 13). e a sorte de
jonce : cc.. .Y un brin de jonc (1s, i i).
S-- 1 ext6rieurn (iwv, 19), ~qui vient de l'extdrieur, (n, a). -
4i1 corps de logis extdrieur d6pendant d'une maisonn : .. itJ
(pi, 5, 14); ii comporte une chambre haute ou iys.
e tbeaut6, : 4 1AS cesa verve, (a1, 12).

f Plur. .y. ec espadrilles, sandales en corde d'alfa (espagnol alpar-
gata)n (i1c, 11); cf. ALC., s. vO espartefia.

)j -- ,y- I ".a tnom d'un certain 4lectuaires ( ev, i5); il 4tait
sans doute a base de graines de lin car, chez les botanistes et apothi-
caires hispaniques, y seul signifie ,egraine de linn [D.]. )I
e6pices, (w 9; tr-, i; ws, h et passim). Ce term hispanique (cf.
VOC., s. v salsamentum; ALC., s. v especia) n'est pas h considerer
comme un nom d'action de IVe forme mais comme un pluriel dialectal
(JL > JSaJl) (1) de c=c -grainess ; avec la valeur secondaire de
c6pices,, il a fini par etre consid6rg comme un collectif auquel on a
donn6 le pluriel secondaire fbl (t, 12; Pv, 7).
I) --y esorte de tissu [de coton ?] (,r, o2).

ij4 y) esorte de grand vase servant de baignoire (a., 18). Ce
(0) Pour des examples de pluriels hispaniques en if'al, cf. VOC. : idras rdents,, h
c6t6 de adras (s. -odens), isdag s tempes,, a c6t6 de asdag (s. v tinpanus), iidak ejouesn,
i c6t6 de aida@ (s. v facess. Ce type de pluriel est courant en cairote; cf. SPITT-BEY,
Grammatik der arabischen Vulgardialectes von /Egypten, i88o, p. 1s, no xv,










15 -
mot est le persan yT que VULLERS, dans son Lexicon persico-latinum,
explique ainsi d'apr6s les lexicographes indigenes : a i Cisterna (uL-.)
parva; o2 Vas vel solium, ex aere similive material factum, stature
hominis exaequans, vel minus, in anteriore parte aperta, in quo me-
dicis corpus aegroti deponunt, capite per aperturam exeunte, ut aquis
calidis medicatis utatur.n Du persan, le mot ktait pass dans t'arabe
medical et on le retrouve dans l'oeuvre du mndecin hispanique aS-
SAI.CRI [D.].
w.3 6a., absolument, e tendre par terre un tapis pour y 4taler
les products qu'il vend [apothicaire qui vend sur les places publiques]w
(FF, 9); cf. t ,L. ~ (fE 3). A Tanger, bast signifie aetalage,
6ventaire, bane d'une boutique ; dans un passage d'AL-MAIPARt cite
par D. (s. vo i ), c6U.*Jl iL.ot semble Atre un quasi synonyme
de .. .JlI e les herboristesn.
-* .. ~.~. j (?) Kfix6 dansn (14, 4). Peut-Are : y-.J(?).

. ~s c action de jeter le discredit sur... (A, 2).
;Ib edestind a des mulets [fer], (v., 18).
J. f abate de boucherie abattue, appartenant 'a espkce bovines
( 22, 22; to, i). adj. ede bovid6 (viande), (Uic, 2).
JJi.- Plur. J. ermauves sauvages, (1 ~, it).
5 .. sorte de patA de gibiern (w4, i ; 2, 7).
3- ,fx appartenant a la locality [=individu], (rs, 18).
S- -. ((action d'effectuer un certain travail avec un soin ex-
treme, (iP, 8).

S-- J ~edtat de ce qui est mouilli6 (IA, 20).

S- Plur. L. : fl ,,, y cdes clous usag6sn (so, 4t).

- );ll p ccmurer l'orifice d'une grotten (rv, th); plur.
.o ccpetites mosques sans minaret,; pour crier l'appel h-la priere,
le mu'addin monte sur ]a terrasse (A, 5); it s'agit peut-etre du dimi-










16 -
nutif dialectal bunayya, plur. bunayyat, que le Vocabulista donne,
p. 36o, s. vo hedificium. Une inscription califienne de Cordoue datee de
358/969 content le mot iA mais sans que la valeur de cmosqueen
y soit pricisee; cf. E. LiVI-PROVENCAL, Inscriptions arabes d'Espagne,
Leide-Paris, 1931, no 1h, p. 19.- ,L; : J. Lt. ,U I yx.lw f ils
en lutent les couvercles an moyen d'une sorte de mortier, (rv, 18-19).
&x+ cconstruction, bAlisse, (ir, 13); il s'agit d'une chambre
haute.
-- e.. semble signifier rbaladin, (iv, t). Peut-6tre est-il h
rapprocher de l'hispanique ; rbouffon, que cite D.

-- (# vitiligo" (av, 5).
-- (e- i ,(, 2), plur. tp. (r4, i6) ebete de boucherie abattue,.-
e. wanimaux en g6ndralt : L( 63 L = .iy ,le poil du
chat et des animaux qui lui ressemblent, (F 2).

".. Plur. 'i~f torts causes a autrui, (v., 19).
... -- ob. fben, (cf. IBN AL-BAITin, trad., II, p. 119 : .U 19).
.;A.j o., plur. Lz,1 ,cterme technique du tissage; il y en a qua-
rante-deux sur un metier et chacun comprend quarante .Yo (ir, 3).
A Tlemcen, on nomme bit chacune des divisions du peigne du metier h
tisser; chaque bit comprend quarante dlars; selon la larger du tissu a
fabriquer, le peigne compete trois a trente-quatre bit, ce dernier chiffre
correspondent au ksa ayant deux mitres de large (cf. BEL ET RICARD,
Travail line Tlemcen, p. 167-169). -.~- b qui date de Ia veille
[pain, viande, poisson, beignet], (io, 5; iv, 11).
wa.. i (e6tamer, (PA, i i); nom d'action : t (PA, i ). -
,y ,. : .b.J l .t blanc d'oeufn (iv, i); .L. cle blanc de l'mil,
(bv, i3); ,. rtaie blanche sur 'ceiln (or, ih); Lia cepoix pour
calfater les galbres (vr, 9), par antiphrase (cf. VOC., s. v pix). -
b4 a blanchie, raffinde [cire] (1r, 15), parait synonyme de
(pI, i); ablanchie, purifi6e [lithargej] (oi, 8).
9Y Om x.r conclure avec X un march moyennant tell ou










- 17 -


telle condition (iv, 17). L ermesure de longueur pour les cAbles,
(vi, ih); en hispanique, bdi signifiait tpas, enjambde) (cf. VOC.,
s. v pasus; ALC., s. v0 passo. a~ tepiece de toilet (4e, 7); cf.
VOC., s. vo tela panni= baia. t..* objets vendus : ElU4 &l-
(6A, 8).

-- (~L f leur service, sous leurs ordresn (CA, 6-7).



k A.w Employe avec t'article arabe, sorte de condiment utilis6
dans les pAtes nommes i.^. (i4, Ih; icp, 19). II s'agit d'un mot
berbbre qui dUsigne d'ordinaire le pyrethre,. P. DE ALCALi, S. vo pe-
litre, donne tagdndes et 'akir kdrha; c'est ce second terme que l'on retrouve
dans l'Uknam pour le passage correspondent.
.. X cmesure de precautions (P4, 15).

S-- 3 four de r6tisseurn (P., 1t, 16, 18), sans doute different
du .. du restaurateur (c., 3). Originairement, le ) tait creuse
dans le sol (cf. D.).
-" llS cc cle courant de t'eau, (ri, 2).




-j ~ action d'ex4cuter une tache avec soin, (~r, 17)"
I -J .-JS e trou pratiqu6 dans le fl6au d'une balance et dans lequel
pinetre le pivot, [i (ip, 3); h la meme page (1. 3), on trouve
aussi j3 avec la mmme valeur.
_AA3 Ojl eece qui sert a attacher une b4te de some; entrave?
(rY, ai). Cf. D. qui cite ABU'L-WALID. ~Aj (action de mettre en
lieu suir (i., io).

jA I ou IV : AoJIt oj5! .i JAit ceil s'absorbe, il se consacre
entibrement a peser sa farine et h en computer le nombre de mesuresn
(iv, 1).
AS-SAATT. a










18 -
- edJ JAs esorte de crutches, (vi, 9).

.jt et, absolument, ( crmesure de volume equivalent h un
huitieme d'arroban et servant a mesurer le miel, le raisin sec, le vinaigre,
le lait (iw, 15-19) et l'huile (-q", 5-7); un tumn de vinaigre pese de
deux ritl-s et demi a deux ritl-s trois quarts; un tumn d'huile pese deux
rifl-s et quart.

-O' -- sY. 1 tissuen en g4n6ral (4F, 1); 20 e pieces detoile (i1, 3, 4),
la demi-piece measure dix couddes de long; 3 npikce de soie qui doit
mesurer seize coudees de long sur quatre empans de large (,r, i, 2),
synonyme : .,i) (r1, 19); plur. ol.j (,1, 18); AI tvetement, ou
iespice particulibre de vetement, (4F, io) : L.SJtl L,!i3f (*-, 3);
UGsr o!1 t (4 ", 5 ); i yo,^ (1 20).



AS sorte de tunique, passe par-dessus la W~;' (ri, 16).
ectirer, attircr, (ir, 3, 10; io, 6). Nom d'action :
>..'e. action d'extrairen (m"1, i). >l ecvari&t6 de cordage?,
(vi, 17).
O=- 1) Oa.+. eplatre, (wi, 3); plur. ,yol.. efabricants de
platre, ( 1~, 19). La racine classique correspondante a un ,, et non
un ,.
-w Plur. cL. sorte de gateaux au fromage, (i, 2 2; !, 20);
its dtaient frits dans t'huile ("v, 3).
S- c l- reaction de chatier, (i., 8).

(Jy ) t a Plur. J e I>. ruisseaux (re, 17).

S- t Kesacoche [en cuir], (s1W, 2 ).
-f t- et clochette, don't doivent se servir les vidangeurs pour
prevenir les passants d'avoir a s'4carter (1v, 12); cf. VOC., s. v cam-
pana = garas.


(') Cf. infra, racine vau .









19 -

j -. u)!. sorte de pate pharmaceutique, (F i, 3). Etymo-
logiquement, ce terme repr4sente le persan guwaris' digestif(remade)n,
d'oh le singulier arabe guwaris, plur. &uwarirst; cependant, les auteurs
de basse epoque considerent tort ce mot comme un pluriel de forme
fRawtR2iR3 : gawaris, ce qui explique que, dans notre texte, ii soit
trait syntaxiquement comme un ftminin: u .4 k. .... .
Ly. Remarquer aussi que, par une curieuse inconsequence, ce mot,
trait syntaxiquement comme un pluriel bris4, est cependant muni du
tanwin comme s'il s'agissait d'un singulier guivaris.
(.a f -sy. se disjoindre en parlant des fils d'un tissu lache qui
s'effiloche (ir, o1). 4, usage courantn (it, 12). -
cliquide, claire [bouillie]n (t*v, 9; WA, 18).
p.-Plur. ,I l it ingredients entrant dans la composition d'une prdpa-
ration pharmaceutique, (iW, 17). C'est ce pluriel qui, ayant recu le
suffixe ture ., a donned 1'6gyptien moderne eziagi m pharmacien -
c : 3oY l .. cles details des affaires, (t, 18).
.j -- .'. eboucher?,, (w, 18). bete de boucherie abat-
tue (,ri, 8, 7; ~*, 18); -plur. y,. r btesde boucherie, (wr, 5, 7;
f', 3). ?- edu type employed par les bouchers [Jl,] e; le
ta. j6) pesait soixante-quatre fklya (wv, 18).
(1) al. fenduit de platren (we, 9); it s'agit des murs int&-
rieurs d'une boutique.
-x J.ac. prime attribute par le muhtasib a celui de ses agents qui
dcdouvre une fraude ou une malfacon (i., 7). Cette prime dtait sans doute
constitute par une amende payee par le ddlinquant; car, si le Vocabu-
lista (p. 566, s. vo sagio) glose gu'l par salarium sagionis, P. de Alcald
(316/6-8-19) donne pour le meme mot le sens de pena de dinero.
c action d'importer des esclaves pour la vente (tP, 6, 16).
U a4. s6same en grains (v., i ).

-* t~. cwexercer la profession de c,~ (OA, 9).- -- .,

(1) Cf. supra, racine j...







20 -
plur. y~k_. ecommissionnaire qui reqoit, d'un importateur ou d'un
fabricant, des objets manufactures qu'il vend pour leur compete en demi-
gros ou au detail n; ces commissionnaires possedent une boutique et ont des
courtiers ( hJa) a leur disposition. Cf. s 61 Li u.l (a, 5);
sjy3l ..J ,r*- (41, 7);._ y) y.L. ('s1, 15); c'est cette
derniere catlgorie de commergants que se rattache le eellis, plur. gel-
llsin=mercader de seda de P. DE ALCAL que D. transcrit a tort par
o..-. (cf. Suppl., I, 207), alors qu'il s'agit d'une prononciation grena-
dine avec imala. A Rabat, on connalt encore le gellas cvendeur de pain,
install sur le trottoirr, qui correspond au u.. evendeur de pain,
retribud par le boulanger, (e., 16). Cf. infra, s. v0 J.

JJ. J. a une valeur douteuse dans : JJAL J t (we, 2);
peut-4tre cet adjectifa-t-il, dans cet emploi particulier, un sens ana-
logue a celui dejZ dans i'expression ". rargile noble,, c'est-a-
dire ne contenant ni sable, ni pierres (cf. D., s. v .L_); grave, im-
portantr, oppose a x.jA, en parlant d'une tare physique (i, i1; ", 2).

S- c* quarter, (tr, 13). L'hispanique connaissait dans ce sens
A'tl: que P. DE ALCALL donne come traduction de collacion de ciudad,
avec rabad (propr. c faubourg ) pour synonyme. c mixture
pharmaceutiquen (Ie, 9, 13). Plur. ca.=ji : P.l 0zl uit. tles
endroits oa la populace se assemble, (ifE, 9).
S-- .J-. totals (i 2); cf. s. vo 4z..

! ,- }: 'a. t ,4 it d au bord du chemin,, sans mouve-
ment (Vr, 7); ,a. &i Jx A mettre sur le compete de... r (14, t 1).

f aun6ee (o-, 16, 2o), mot particulier a I'Espagne (cf. D.).
Le mot arabe signifie litt4ralement caile,; or, en espagnol, l'aun&e
est pr6cisement appelte ala; lis. pourrait done bien Atre un emprunt
epar traductioni fait h un parler roman hispanique.

sa. Jt -erochen (|A, 15).
6-s> tl experience personnelle, estimation personnellen
(01, 20).










21 -

). J cA la. e tre accept6e par X [excuse], (r', 9); plur.
_l c. epoutres du plafonds (lo, 8). iij. pomme d'Adam d'une
b6te de boucherie? (wr, 17); P. DE ALCALA donne #duze=nuef del
cuello; d'autre part, dans le passage correspondent, I'Ukcnum a Kml
qui s'applique au larynx, en totality ou en parties.
(^e ,. ( int6rieur d'un localP :Sf 6 et l'interieur du moulin,
(vp, 15), ...jo. ea l'interieur de. .. (r, o2).
J ." Jl., suivi d'un regime direct, cparcourirn (1, 8).
c --.,. c passer h la chauxn un tissu pour le blanchir (4 t, ih).
P. DE ALCALi, s. v encaladura, donne tagyira comme synonyme de tabylda
ablanchiment". )... chauxr (yv, i); -plur. y)14. cchaufour-
niers, (mp, 18).



Jl.if ,.l. pilules, pastilles centre la toux, (es, 18).
-JA fabriquer des semelles d'espadrilles avec de la corde
d'alfan (4s, 13). J.-. ecorde d'alfa avec laquelle on fait la semelle
des espadrilles" (si, 1i, 13). plur. J.A.I c cordages, (vi, 13);
les deux manuscrits ont cette forme de pluriel qui represente le ahbul
du Vocabulista (s. v funis).
a---. : 1 J, ii \ bt faire grief a X de. (i1, 6).-
iA- eann6e, : I sL t ii une femme de neuf ansr7 (o., ii,
13, 13); cf. VOC., s. v annus.

3 sein du vetementn, chez un individu qui n'est pas assis
(9v, i6).
Z.1 .- craffuter [: scie], (4a, il).
6 ,, UL&.a. 6tat de ce qui est recent : r..JI L. .j4 .LUxJ .
ele fait de venir recemment de se riveiller, ( 1., i ); plur. hS. ? :
Lt Jit 1,C. eL,1 A~. (i, to) cceux qui rapportent les 4v6-
nements d'un lieu a l'autre,.











- 22 -


Sj-^ (- "chair 4 saucisser (tr, 1; i1, 16).
r.:.. JA r c veiller a ce que. .. (OA, 3). .r cconni-
vence?. (ri, 8).
.) )i- = cJ p sans mesurern (,1, 9); ;j.L= yji .,
) sans pesern (ii, ii), en parlant de c6rdales.
--. ~ botte de brins d'alfaw (vi, 17); plur. ,. abottes
de roseauxn (so, 3). x. eespace libre existant entire le corps et le
vetement, au-dessus de la ceinture serree y --l ,J. &JS .,JIj
s (r, 6).
'Ma ,- A K gardes du corps d'un seigneur, (v, 16).

t.A a_. ~ action d'introduire la chair A saucisses dans un boyau,
(~, 18); ccgarniture compose de sucre, de pate d'amandes et d',pices,
don't on fourre une pAtisserien (w4, I). is :-~t.4 L cfs doublI
de rouge [kisda] (P, 13).

I" -, Plur. cy.P ~semelles d'espadrilles, en corde d'alfas (,ip, 12);
plur. ),a fnattesn (oi, 12); pnlr. v lv.. cnattiers7 (4 i ).
i )La.I action de faire comparaltre un dlinquant devant le
muhtasibn (i 13; 11, i).

(ja O tsuc du lycium des Anciens (icr, ih; iy, 1; rp, i).

l s .. ..o tdiminuer le nombre de... [personnes]- (rv, 18),
wdiminuer la quantity de. .. [objets], (rA, 11), tdiminuer un prix
(I'i, 16).

a -. S care dentairen (av, 17).
..La ... I ki z* _j. c veiller attentivement a ce que X fasse...
(iE, 18; 4A, 22), ., i JLj ..J.J esurveiller X au sujet de...
(O0, 3). iLi..L i tIiction de se hAter, (re, 5); cf. VOC., s. vofesti-
nare.

... (S cl'action de puiser quelque chose (grains) par
poignees, (r h).










23 -
E. Elatif tj i la plus just [balance], (ic, 3); le contraire est
..ia. 4 cf. .. -AI ec tat de ce qui est just r (.-, 2).
Plur. Jl.A ~frottoirs, utilis4s au bain (iv, 18). Cf. ALa.
(2 &4/28): esponjadura= mahdkka.

-- IV : .t savoir parfaitement, (v, 18), eposs6der a fond
[: une langue], (o, 5). officer de police judiciaire n (o i3).
iStc rendu prudent par 1'exp4rience, (iv, 6).

(c.f. &iA eanneau [d'un poids]n (14, 4); plur. AL. (1o, 1h;
IA, il4).

J j,. dissoudre, (ow, 7). -J,. adjectif: j1l lit ~la cuis-
son requise, normalen t laquelle un aliment a droit (1-, 2). J. i
rditrempd) : J^. (e (It-, 3); tlache, reliche, non serren :
&i. L e, une couture lachen (sr, 19).

S- ,la., absolument, esorte de nougat, oh ii entire du miel, de
l'amidon, de l'huile, de la cire et des amandes (\., 1o). 4,t
p L.4? ~varidt6 de nougat compose de miel et de sesame (v-, 1 ).

^S .U dUS' ,. -t faire' une faveur a un acheteur en ...
(1l, 5). by : i& l isa scammonde d'Antioche, (Ip, 9;
CW 12). IBN AL-BAITIR indique en effet que la meilleure scammonde
vient d'Antioche (cf. trad. LECLERC, II, p. 960).

j" --J t donner une belle teinte rouge au-dessus du pain, le dorer,
(rt, o2). -- c- rune cat6gorie de farinen (rE, 13), cf. VOC., s. vo
farina. i1.7 cd'4ne [charge]n : ~~- Jt.l (vi, i); cdestind A un
ane [fer], (v., 19).

S- ,J.. (Stransporter, amener [: esclaves]n (m,, 18); Jc iU .-
...y1 imposerr a X de... (ei, 8).- A JC.it ~ emporter avec soin
(ri, 9); porter, un remede dans le vagin (vs, 12). J- echargen :
deux chargesn de bid sont composees de 24 arrobas (r-, 5); sorte de
corbeille pour transporter le raisin frais, le raisin sec et les figues
(vi, 8). ,La. dispute, rixen (r4, 3).










24 -
-- -(. cl habilel6 due a la pratique, A l'experience, (1i, 4).

I9~jT J txl'&J 'eviter, par precaution, de... (oo, 4).
.y > Plur. o[=6L tparois verticales d'une mesuren (it, i i; 14,1 1).

J JL se gater, devenir mauvais [farine], (rr, 2). -
eperdre ses qualit6s, se gater [produit trop vieux]n (F !2, o2). -
JL cddecolore, flitri [teint]n (ov, 3).
.L immediatement, aussitbt, a l'instant : &-,. (&A, 1),
&. y (rYi, 13); o L.d ccaussitot quen (06, 9;9 4, i). Jt
ejusqu'a ce queen : (J.I "l.. dL (,o, 3).
ai .a. provenant d'une bete 6gorgee vivante [viande] (iF, 12);
le contraire est u .



S- .a.L examiner les connaissances techniques d'une esclaven
(0, 15). I)x, nom d'action du verbe precdent (er, 12); Ic
contraire est vi nexamen physique,; plur. cL .I cprocedds
d'expertise permettant de verifier si un produit est falsifi0 ou nonn
(F, 12).

j.a eboulangern (1i, 16; i4, so; v., 3), plur. ,l..
(rv, i5).
s. Plur. ,ja-. ~jarres o6 I'on met des figures, (vi, 6).

a N&.i femme esclave,, mais non exclusivement noire; cf.
o .!,.r r! .{(o, 16 et t4, 19-21).- pa. eserviteursn, opposes
a (v, 16); plur. los. couvriers, employ6sv d'un artisan
(1., 4h), "garqonsn d'un bain (4v, 18).

it d..g. camie, compagnen (to, it).

~-y> genre de couture execute par le cordonnier,, s'oppose 'a
>4 j (4F, a),










- 25 -


(. ,. action de mettre en vente a la cri6e?n j
<,A (Ct, 7). Le Vocabulista donne la Ve et la VII" forme de cette
racine sous la rubrique existimare; au Maroc, la IPI forme harras signifie
cestimer la valeurn; 'hispanique ioj. pourrait done s'appliquer la
fixation de la mise h prix initial d'un objet vendu a la cri6e aux en-
cheres n.
i lo retrancher, inciser,, dans un tissu (,i, i); nom d'ac-
tion: b. (si, 2). Au Maroc, on nomme harta une piece d'4toffe
triangulaire ins6rde pour donner de I'ampleur a un vbtement; pour
Rabat, L. BRUNOT note hdrta (cf. Noms de vetements masculins a Rabat,
in Milanges B. Basset, I, p. i ho).
J .a cca cordelette avec quoi 1'on coud entire elles les tresses de
sparterien (vi, 9); plur. (41r, 17). C'est I'hispanique hazama,
plur. hazam du Vocabulista (s. vo funis), le hazdma, plur. hazdm de P. DE
ALGALi (s. vo tomiza, cuerda de esparto).

l ^ -- ? aistockin (,,, 9).

i .i l fire subir un tort, une perte a quelqu'un, en
lui faisant mauvaise measure ou mauvais poids (io, 6), nom d'action:
^Lu (i 2; Ii, 9; i;, 5). Elatifya c qui fait subir le plus de
perte [balance], (Ip, 4); le contraire est _.

-- mXi, rugosite, plaque rugueusen (sv, 6).

"pas t~.sl a rarreter le total d'un compten (1-, 2). Cf.
ALC., 43/1 : ihtisar al-hesib = cassacion de cuenta, e arret d'un compten.
Plur._ ,,& parties d'un v6tement correspondent aux hanches, a
la taille, (i,, 2).

La.A. -A-L- cseulement, (IA, 9; rw, 13; v, 5). Cf. VOC., s. v
tantum; ALC., ho3/25, s. v solamente.

r Ji xJI .passer chez quelqu'un pour le voirn (i 2).

S- .AIma= : .pl 6l6--' ensemble des rayures blanches- d'une
figue (iv, 14).










26 -
(.IE ,.s &A cc agiter un 6ventailn pour chasser les mouches
(,, 16).

S- -:i plus sombre, moins vif,, en parlant d'une couleur


-j J ~ 4etre en contact imm6diat avec. (r-, 5).

k i.k& kvie de d4bauche, (00, 7). .k debauch6, bam-
bocheurn (no, 1), cf. VOC., s. v complices= hul.t. L agisse-
mentsillicites, (Is, 5).

k- "A sorte d'aromaten (Fv, 3),
)Z' -- action de fermenter [ pte pour le pain] (rr, 1 1). )Lj5I
fermentation, ("r, i3). Cf. ALC., 361/37 : mnuteminr=pan leudo.

a n [chanteur] qui imite les femmes par sa voix et par son
accoutrement, (4A, 9); cf. VOC., s. v" efeminatus. C'est a cette catigorie
d'individus que Ldon l'Africain fait allusion quand il parole de ccette
m6chante line d'hommes, qui sont vicieux et eff4minesi et chantent
des vers en s'accompagnant d'un tambourin, Iors des ceremonies fun6-
raires (cf. 4d. Schefer, II, description de FBs, p. 127).

Jt- -u anom d'une droguev (pr, 17). D'apres IBN AL-BAITIR, ce
serait le meme produit que le a..

r, .li ecru [tissu]n (es, 5); e6cru [toile]n (is, 18); le con-
traire est .io.. Le Vocabulista ne connalt que hamm (s. vo crudus, avec
alternance vee X vc) qui est vivant h Tanger et Tlemcen (cf. W. MAn-
CAIS, Tanger, 285).

0.y~ U&t cih6tellerien comportant des chambres pour des commer-
Cants en voyage (iv, 17). L'usage, en hispanique, de ce mot d'origine
persane est attest par le Vocabulista (p. 92) : l' = stabulum.

-.B_ A..desti ~ dcassia (che, 11).

;X.! cc destiny6 h des chevaux [fer]n (v., 18).















.. --fa traiter spdcialement [: un produit], pour modifier ses pro-
pridtds) (prr, 3, 5). fi qui a subi un traitement special [pro-
duit, en vue d'une fraude]n (i-i, i 16; yi, i).

tb action de tanner, ( ', 19). Le Vocabulista (s. v" coriarus)
et P. DE ALCALA (s. V curtidura) attestent 1'emploi hispanique du nom
d'action dibag.

j lj tsorte d'abc&s qui survient au-dessus du sabot, (41, 7);
cf. D., sub verbo.

a. 3 Passif J>.. (r tre pris d'assaut, mis au pillage, (v, 20). -
III -3it rchercher a dupern (IPA, 2); ,il cc action de chercher a
tromper quelqu'un en le persuadant d'une idde faussen (i, 16).

.) J P e)s prendre habitudee de. (A, 18). .->, glose
par kjia j.U. s (wv, 7), c'est-h-dire c bouillie de marine, cuile
et 6paissen; en g6ndral, g s'applique a tout ce qui s'introduit, s'in-
sere entire deux 614ments.

) .5l : t., I .t ) cc lie de vinn (or, i).

3 cS c eouleur de perle; nacr6 (?), en parlant du teint (b., 17);
c'est un defaut physique.

.) -- U pilern, dans un mortier (ioe, 9); abattren l'alfa, avant
de employer a faire des cordes (vi, 17); tpitrir une second fois,
triturern (v., i) la pate qui sert A faire le pain; dans le passage cor-
respondant, l'Uknifm replace ce verbe par J)A qui s'employait aussi
en hispanique a propos d'un p6trissage special; cf. ALC., 341i/ : hobz
ma'rfik= pan hemenciado, e'est-h-dire fcpain tres fin, qui a Wt6 fort
bien p6tria; voir en outre D., s. vo d. -. u c, ,pil e [ail]
('o, o1), [viande] (w, ih); cbien tass6n [charge de terre] (vl, i).

-- tits nsorte de tunique, serree par une ceinture et port6e par
un meunier (ric, 15); cf. VOC., s. v camisia=tunique de coton.


- 27 -










28 -
1cdad oa) 1o blt de quality sup6rieure, : LoI ,Jt e farine
de darmak, (nl, 15); 2 absolument, afarine de quality suphrieuren
(ri, 13; r4, 4, 5, 9, 17; I~v, 2; w4, h). Cf. VOC., s. vofarina, en tte
des qualitds de farine. P. DE ALCALi donne ddrmak avec la valeur de
pan blanco (34h/3); mais pan a ici le sens de cdrdale panflable (cf.
341/4 : pan : trio, cenada, centano=zard'); ddrmak s'applique done
bien I~ h une espkce de bid de quality sup6rieure.

LwMw)- J b% LpS ceenvoyer secretement une personnel vers une
autre/ (iv, 8).

j 5 i'adjectif, cpetit, fin, menu,: OJ, JlJ I (f i; t, i3);
ctI O^JtI (lwv, 2; Pr, 16), qui est tire des ,J-%.Z_ (wv, 2);
,>YJI i,.j.J (r4, 8); 20 substantif: (.L a. I J JI (r, i)
esorte de semoulen. c" eeminime, de peu d'importancer, con-
traire de ..L., en pariant d'une tare physique (A, 2); plur.
pj'ia, second produit du blutagen, vient apres le ,Lo,) (n, 7). -
1aL cfariniern (i *, 15), plur. y.4l (rv, 15).

JU h, eruse, imposture, (IA, 2); cf. VOC., s. v'i calliditas et
dolus : madakka.

'isJ -y3- e tre tass6, comprimdn, grains dans une mesure(it, 5).
tS- 5 boutique (i-, 20; 11, 5; FA, 22; iq, 2, 4); plur. .yL
( 2i, 2); a pour synonyme ,e L. (I, i; ~4, 12, 17, 2o; -., i).

(YIJ RJ cfraude, falsification, (1., 5, 6, 1t); cf. VOC., s. vo
falsitas : dulsa. Ja, le manuscrit A porte Lt4NJ,, (jeton pour
comptern (Iv, 9); cf. ALC., 0o9/31 : tanto, o contante para contar=mu-
ddlles, qui, une ligne plus bas, a pour synonyme: dinar min sofar c dinar
de cuivre jaune,.

.J ...~ Ai J U c e> rendre quelqu'un trop familiar avec une
certain fonction, faire qu'il soit familiaris6 avec toutes les ruses du
m6tier en lui en confiant la surveillance pendant trop longtempsn
(4, 13), en parlant du muhtasib et des surveillants qu'il a sous ses
ordres.










- 29 -


3JJ Jyt : J~,~ilt action d'en prendre trop a son aise avec
quelqu'unr (a, 19; si, io).- J; Kcourtiern, charge de vendre a la
cride aux enchbres, passimm).

CYo L e1peindre, (9A, 18). L huile parfumee pour la
toiletten (al, 2); "huilen, mais differente, semble-t-il, de 0.1 : La;
e.J. c whuile de sesamer (s, 7), a c6t6 de IJi co (i4, 7) et de
olqJ41 .4 (s4, 8). L)L.S peinturen (ic, 6). .> rtat d'un
poulet r6ti qui est bien enduit de beurre fondun (ic, h). ls
cpeintrer (A, h; 4A, 18). ,;tf o 1 equality de bl ?n : .s>
.trl1 (ri, 16), cette farine est inferieure au Vuod I c ; sa une
certain quality de farine, (H, is, 13; 74, ii, 17; 1tv, i) j*iJt
Yll t (r4, 12). Cf. VOC., s. vo farina : madhin, qui, dans L'num&-
ration des qualitds de farine, vient apres le darmak et le said; cf. espa-
gnol almoddn.
)3 ., actionn de turnerr, en parlant d'une meule de moulin
(rt, i). ~a, plur. )~t esorte de recipients non pr6cises, faits en
folioles de palmier-nain et dans lesquels on met Ia farine pour la peser
au moment de la vente, (vr, 3, 6, 7; t", 9). i~ !lI'ensemble
des tripes d'une bAte de boucherien (wri, i). Cf. VOC., s. v0 rota, glos6
par venter bestie.

s .3 ee sans que... (i 8). -- s, adjectif, ctinferieur, :
tt1,\al1 Lb (0dMt edont le rendement en poids est infdrieur [e6r6ale]n
(ir, i); cT. VOC., s. vo malus==dmn.
iY*. :i _\. (,* us, "un brin, une tige de papyrus (14, i );
cf. VOC., s. v juncus = disa.



i- ~ esorgho (ii, 2o); cf. VOC., s. vo panicium=dura s).
S- Plur. ,S : I )S e poudres de senteur, poudres parfum6es,,
pour mettre dans les vMtements (ar, 9).
~t3 S measures, dimensions, d'un tissu (4,, 2), &- )5 epr6-
text@ abusif, (uo, 15),









30 -
.S. i^ ll si! aebois de figuier malew (iw, ih), sert a hAter la cuis-
son der ,ia tfm.
&, ;A! edoat Ia p i. unae teinte dorde en parlant d'une
femme (.', 19).




w,. t Ly rune certain quantity de brins d'alfan, il eon few cent
pour faire une corde (vi, 18-19). fe J tout pros d'eux,at
leurmain, ieur portde (i*,, so);- plur. L4., e dignitaires d'un rang
particulier,, 'a '6poque almoravide (v, 16).
-) ) evin cuit" (v., il).

(, ) u) ~faubourgr (oa, 6).
. I" JL IL j esi k astreindre quelqu'un h une pratiquen (i 21).
j) c attacher [: bAte de somme]~n (ro, 19).

S-_ ~ .~2), plur. 1l, litteralement quartn, measure de volume qui
portait sans doute ce nom parce qu'un rub' de farine pesait vingt-
cinq ritl-s ou quatre cents onces, soit un quart de ikin tr (rv, 11);
deux charges' de bl se composaient de vingt-quatre rub'-s (r4, 5);
it exislait des measures r6elles d'un rub', !)t JL (irt, io); cf. s. vo
.'C. jJ plan rectangulaire dans sequel s'inscrit un vetementn
(*w, 2); plur. lf surfaces rectangulaires come, par example,
des couvercles de cercueils (wy, 15). It ccompos6 de quarante
torons [cable] (vi, il, 18).

t. r laisser crottre [: meches de cheveux]j (4A, 9); on dit
encore a Tanger: kIa-irabbi llaya il laisse pousser sa barbe ; plur.
ubQL wnourrices sbches, bonnes d'enfants, gouvernantess (Qow, 7). -

(1) Sur cette propridt6 du bois de figuier mile, cf. Ian ZuH, c6lbre m6decin hispa-
nique du ii' sidcle, manuscrit de la Bibliothbque de Rabat n D. 768, fP 37 r : (loe,
L+ -.2. usJ 6lU r|aJI -*, JI & -s) -S )ljJI
t() Prononc6 dialectalement rdbi', d'oih 'espagnol arroba qui s'appiique aujourd'hui h
une measure de poids equivalent h 25 iivres, soit un quart de quintal.









- 31 -


'.* adjectif, cdulcifibn, en parlant d'un produit pharmaceutique :
aJr ,Lc Jl jjtyll (or, 8). j,, substantif, electuaire ; (ICIC, 11,
i 2, 4). Cf. VOC., s. vo electuarium.

.. -i.^ Ktumulte, agitation (v, 21).

L.4 E.) mettre en 6quilibre les deux plateaux de la balance,
(IA, 3).- f action de mettre en 4quilibre les deux plateaux
de la balance (la, 9).
S- Plur. tJ) tretours, extr6mitds, replies vers le haut, de
i'anse d'un couffinr (4c, i5).
). Plur. JL,.) agents, du muhtasib (atl..) charges de la sur-
veillance des artisans et des commereants (4, 1i, ih. t); dans le
passage correspondent, I'Uknuwm emploie ,t*. A epied, : yj
_.,JI rela plante dun pied (,1w, i a); i .L._ .) litt. cpied de pigeon,
plante qui sert a teindre en rouge (w4, 16; ci, 16; rr, 17; pv, 8) :
c'est l'orcanette, anchusa tinctoria L.
L..) Plur. L,) ceplaces publiquesn (mc, 9).
& -- L.) voyage en Orientn, pour s'acquitter du pdlerinage
canonique (i, 8).

Lzo) ) emoulinn passimm); dans deux passages (rt, 21; er, 15), ii
s'agit nettement d'un moulin a eau, plur. )\ (re, 8; re, t1). -
em) cemeunier, (11, 12); cf. VOC., s. vo molendinarius=rahawi; AL.,
s. v molinero = rihawt ().

Ua&.) -_r") ttendre,, en parlant de pierre (rF, 4), de marbre
(lic, 16). *y,) c6tat de ce qui est tendre,, en parlant de bid
humeetW (rl, 19). Cf. VOC.. s. vo tener=rahs.
-i) i e ) cr tat de ce qui est tendre,, synonyme de ii.;) (ri, 2o).
Cf. VOC., a. v tener=rihw.

() C'est & tort que DozY (Suppl.) a transcrit ce mot par L,.., car, A deux reprises
(313/i-a24), P. Dx ALCALA place l'accent sur le i final; il faut done restituer en graphite
arabe : q- .










- 32 -


t3) ,)fi pouvoir tre refrin6, rdprim,, (r., 16).

() r>) rcombler (rr, 1t). -pl) equi est employ par ceux qui
transportent les d6combres [couffin]r (vi, 3), oh ot cjISi a pour
Equivalent 6W. cd. Pour rlI), cf. VOC., s. v inplere.

I*) ef,) (dcorer, de broderies d'or un tissu de soie (s1, 19);
z Z ( fixer (un prix) au (marchand) [muhtasib], (r-, 18). -
cempreinten d'une clef, prise sur de l'argile ou de la pate (4s, 1);
"d6cor brod6, broderie, (11, so, 21; w, 16); plur. (it, ih).
p. pour" : ,._, .... ~ils les vendent [= de vieux ob-
jets] pour (ou : au prix) des neufsn (is, 4).

,*.). -. inspire, marquer, (r., i4; i, 9). w etiquette
attache a une merchandise par le marchand et sur laquelle il en
inscrit le prix d'achatn (e to), inscription indiquant le prix d'un
objet mis en vente n (11, o). Cf., ap. Dozy, Su~ppl., les nombreux syno-
nymes que le Glossaire latin-hispanique de Leide fournit pour :
< _AG < L: 'x o (). action de mesurern des pieces
de toile avec ietalon official ou ( l, i). fy cetalon official
au moyen duquel on measure la longueur des pieces de toile () (9., 21;
41, 2).

Ao ) o s Kse tassern, en parlant du grain vers6 dans un boisseau

.) tbJJ3L eWl efes fruits fraise (14, 2), s'opposant a JW 1
&M..l I (les fruits secs, 4~3s) esrositd, (ov, 16; 99, 2).

J%) Jo) e measure de poidsn 4quivalant ordinairement a seize onces
(a. i), soit, approximativement, 5o4 grammes (il, 15); cf. It..
CU) )Ltw clou appartenant a un type don't le cent psse deux
livres- (4s, 5).

LjC) P i .l) t e tenir compete a quelqu'un de quelque chose, ({, 13);
() Cf. aussi r y qui, dans 1'usage hispanique, dssignait une marque apposee sur
les marchandises a la douanen [D.].
(1) Au Maroc, sous les Marinides, t1'talon officiel pour la coudee portait le nom de
,.S. Cf. A. BFL, Inscriptions arabes de Fis, Paris, 1919, p. 6-7.









33 -
plur. ce : t~stlcYo x edes actes qui lui permettaient d'ob-
tenir la rescision de ]a transaction don't elle avait Wtd l'objet, en
parlant d'une femme de condition libre qui, par fraude, avait 6te vendue
comme esclave (aP, i4).

, ) ~esoulever" (1 17); etsoulever, soutenir,, au moyen de pierres
servant de cales (IA, 18); adonner, produiren (Fr, 7).- b6) eun cer-
tain employee du boulanger, (rA, 2); ii s'agit vraisemblablement de
celui qui enfournait le pain.

WI -)LW ) S ~ mettre sur le feun un chaudron (1-, 8); C.%
Smettre de c6t6 dans. .. (r~, 15); &., emettre en reserve : 3,
Jlr.ASI : JI (oi, 9). &)l eelever,, h propos de la pate (rP, 11);
nom d'action Wl) (rv, 11) action de lever [pate]n; ccaction de se
disperser, de se disloquer [marche]n : i.xJlI ULjI (11, 2o). -
atlxiy femmes esclaves appartenant A la categorie superieuren (-A, 8,
t5; ai, 12, 1l).

C ) j "- eavec douceur, sans brusquerie [physique], (ir, 8;
I, 2l).

S Plur. ejl ) ravaudeurs,, qui r6parent des tissus dechirds


-f-- lxj) j pikce, de soie (11, 19); semble Wtre le synonyme de yS,
plur. o.A,.

&.') J ecsorte de cordage, plus mince que le J. (vi, 16); it
v en a deux et demi dans un cAble du type I.

S- ... ecce qui vient en surplus du comble normal dans une
measure don't les parois sont trop 6paisses, (14, 12); plur. L.yf
Confectionss, preparations pharmaceutiques (PFI, 7).

Lp#J etcy esaucisse oi il entire de la viande pilee, de la graisse,
des spices, de I'ail, du vinaigre et du selt (m:, 19); on trouve aussi
une autre graphie ty, (-4, 12, 16), mais, dans le passage corres-
pondant, le manuscrit B a il.i. Dans I'introduction linguistique, on
AS-SAg ITT. 3










34 -

a indiqud que ce flottement, dans la graphie, entire cJ et 6 devait
correspondre h une prononciation rtelle en g; et, de fait, h Alger et
a Tunis oi ce mets est encore consomme, ii porte les noms de margaz
et mfrg!rsa(). L'origine de ces mots est inconnue. SIMONET (cf. Glosario,
p. 365) propose d'y voir un derivd du latin murtatum eintestin garni
d'une farce aromatishe avec des babies de myrte,. Dozy (Suppl.) pense
que c'est peut-etre une alteration du grec fdi5ns xplas. STUMME (loc. cit.)
envisage la possibility d'une 6tymologie ridicule par la racine RKS
cdanser". FLEISCHER (Studien tiber Dozy's Supplement, II, p. 2h) ratta-
chait ces noms a la racine RKS-RKZ presser fortement ; mais lt.L_
ne pourrait gubre representer alors qu'un nom d'instrument. Comme
le mot ne paralt actuellement attested que dans les milieux trBs hispa-
nis6s que sont Alger-juif et Tunis et que, d'autre part, il se prssente
avec un g (qui ne saurait ici representer un 3 prononc6 a la bedouine),
nous croyons que I'on a affaire a un emprunt roman hispanique.
On pourrait penser aussi 'a un mot berbere emprunt6 anciennement
en Espagne. Mais quoique M. LAousT (Mots et choses berbbres, p. 79,
n. 7) ait rapprochd le tunisien jly, enregistr6 par Beaussier, de dif-
f6rents terms berberes significant csaucisse, seriess kurdas, kurdellas),
il ne semble pas que l'on puisse s'arreter a cette supposition, car la
saucisse du type *mirgas semble bien Atre particulire h la cuisine
citadine.

) re (raccommoder des vases de terre cuiten (1v, i).

eexposer a I'airo un corps mouill pour le s cher (Fv, 5);
iflaisser e spacec" entire deux pains voisins, dans le four (rA, il),
litt. edonner de l'airP. i To chasse-mouches, (a, 16); cf. ALC.,
p. 3 o, s. vo mosquear = nirawwdh; p. 315, s. vo mosqueador = mo-
rdwweh.

.<) ~ cbl rchercher une combinaison, un moyenn (ce, 15).

.,A .cqui a une maladie de poitrine(?)n, en parlant d'une bete de
boucherie (~r, 12).

(1) Cf. M. COHEN, Parler arabe des Juifs dl'Alger, p. 8s; STUMME, Gramm. Tunis. Arab.,
p. 180,










- 35 -


-3

3.) --~ t Jkt ? os de seiche, (-i, ih); pour les traducteurs de
DIOSCORIDE en arabe, ce serait t'dquivalent du grec ahxv6vtov c alcyonn,
sorte de produit marin. (Gf. D., sub verbo). .bj cccivetten ( r, i).
.. -g evernisser, des vases de terre cuite (vi, i). -j ever-
riern (v, 5).
... .j ~epousser, une bete de some (io, 2).
'_tt 1melia azederachtn, nom d'un arbre (ai, 3).


ti(lj ) frugality, tendance a la vie simple- (i1, 12).
3 ~,, plur. v1 epaire, (v., 18, 19, 2o). g. action de
se marier, d'gpouserB (o-, 18).
3o ,..I t plus, davantage, (in, 19; t", i; Fr, 16; 6, 17). -
,L,, le manuscrit B a le pluriel :>,4 r enflure qui survient aux
membres antirieurs d'une bete de sommen (us, 6); pour IBN Hu-
DAIL(I), c'est une grosseur qui survient aux membre anterieurs, au
point de rencontre du canon et du paturon; plur. X6y en-
choresr (4-, 11).



Plur. c., e. attirailn d'un artisan ( 4, 15).
-- e: < aboisseau du type usit4 a Ceutan (rA, si);
mais on pourrait lire aussi : c .
S- A sorte de pierre tendren (IA, 5). On trouve, dans D., pour

() Cf. al-Fawa'id al-musa.tara j] 'ilm al-baitara, trait d'hippiatrie par 'All b. 'Abd
ar-Rahmln Ibn Hudail al-Fazari, manuscrit de la Bibliothbque de I'Acad6mic royale
d'histoire de Madrid, collection Gayangos, n" XLII.










- 36 -


,-N.,w,, la valeur de tufaceous gypsum, mais ii s'agit d'un terme recueilli
en Nubie; on ne peut penser ici a e jaisn.

)% its. maladie de 'ceil caracthrisde par l'apparition de nom-
breuses veinules rouges n (av, 1 5).

6 9: c fqui est de la couleur des nuagesn (4s, 7); it doit s'agir
d'une vaiidtd de bleu car, dans le passage correspondent, I'Uknu- a


parties fibreuse, ligneuse, de l'alfa (FI, 18). Le Vocabulista
done suhag comme synonyme de ustubb, s. vo stupa; ce mot est a
rapprocher de LS c cKlin battun que cite D., d'apres InN AL-'AwwaM,
et qui est sans doute a corriger en r4:.
i it i e sorte de bouillie de farine, (cv, 7). Cf. VOC., s. v
pultes; ALG., s. vo farinas. A Tanger, la shina est un mets special aux
Juifs d'origine marocaine; on le trouvera dBtaill ap. W. \. MAI IS,
Tanger, p. ih9, n. 3, et ap. J. GOULVEN, Les elleahs de Rabat-SalM,
p. 61.
.j .tl ,w esorte de sue noir d'origine veg6tale, (F 11); cf. D., s. v
U 1 b Lw.
^I Cf. ^Cf

&i~.- t sorte de pustules, (,v, 13). Cf. D., sub verbo.

LS m- Plur. ii e mendiants,) (i, 5). Cf. VOC.,s.vomendicus=sud;
ALC., s. v mendigo=so'd.
S- i.L, nom d'artisan tire de eiL ebeignetn; mais, pour
As-SA ATI, le tji, n'est pas seulement un prdparateur de beignets; it
emploie aussi de la viande (to, i) et, dans le passage correspondent,
I'Uknifm a evpr6parateur de harisav (cf. infra); il a aussi sous ses
ordres, non seulement un p4trisscur, mais aussi un hbcheur, tUli
(*, 17)-
.4L..i u.1M ebeignetn (oi, 2o). Cf. W. MAkncAs, Tanger, p. 3l6,

Jw- j-.I- l JI vers le basn (i i, 16).










37
liLw 6 ljAi d6duire d'(un total)" (w, 19, 20). aiw tl'en-
semble des abatsn d'une bete de boucherie (w-, ti; pUP, 20). -
,1St ,LM henn6 en feuillen et non en poudre (rI, io).
LJLw -- ,i* (~hallet : t.I .j-*J L el )> .4-! .ijLl Ola
halle ou l'on vend la farine qui vient de 'ext&rieur, (i ', 2).
m- l coutelasn pour decouper les rotis (r., 19).
,,, carmement, 6quipement, : VIJ .t (v, 17).

e w,, verbe technique exprimant une phase de la preparation
de la pate, entire le pesage et la mise en forme de pains ronds (v., i).
J ticaL" edpendant du pouvoir temporel, oppose c
(r, 6).
/ a. -36A, ,sorte de maladie caract4ris4e par le dechaussement
des dentsa (44, 12).
-"w e J. oh ii passe beaucoup de monden, en parlant d'une rue,
l. (4v, 21).
M- h : Ol ,,JI l ..cJI ala semoule fine,, qui est tire des
J..Lp (Y4, 8),= JI \ .JtI (Fv, 2; p 16). lW tcelui qui
prepare la semoule, (mt, 17)-

y;4 4O cepivot du fleau de la balance, qui traverse le trou, .j,
de ce dernier (ic, h). 11 est a remarquer que, pour P. DE ALCALA
(252/34), musnmir designe l'aiguille indicatrice, la languette de la
balance, en espagnol fie. ).Jl ) e clous vendus au poidst et
non a la piece (vi, o2).
9l*w ncourtiern, synonyme de JVa (OA, I i).

i4w -Plur. 'L r epatisseries composes de farine, de beurre et
d'huile, (wm, 3).

yC -- cs,^ fixed, d6termin6,, ilku. LgjL .J eaux prix fix4s, (i-, 3).

iyM- .. .: .., rboisseau conforme h la loi religieusev










- 38 -


(rv, 21); on pourrait lire aussi bien u'w; J' du type normal,, en
parlant d'un cable (vi, 13); pour ui emplii industrial analogue de
terms provenant de la langue juridique, cf. JA.

- c- JA- Knard, lavande, (.ic, 12; bi, ii);..Il3 J.~ nardn
(i5, i5).

w -- .l .i p mauvais criblagen (v., 6).

.*q -- tOI J )3 416min (-r, 6).

I.W Plur. )UO sorte de paniers, munis d'un couverclen dans les-
quels on porte les figures (vi, h). Cf. VOC., s. v sport : mascara
epanier pour le raisin seen; on trouve chez AL-MA.KARI (Analectes, II,
p. 88, 1. 18) ce mot glos6 par) ,.o SAL litt6ralement rcoussin
rondn; pour un paralldlisme analogue de valeurs, cf. I'hispanique
mdrfala qui signifie tant6t (esac pour mettre de la paillen (cf. Charte,
p. 389) et tantot toreiller, traversin, (cf. ALC., s. Yv cabecera de
cama) (1).

'j, Verbe tL.M eapporter, porter (rt, 8), camener, quelqu'un
(4, 7). ((~mettre en vente a la cri6e, sur le march6e (.-, 18);
nom d'action p 1> (ei, ih; 11, 17). } : .l J.t crles mar-
chandsn, oppose 'a LJt L I les artisans, (4, 8).

m (y...) ).w (se promener dans... (iv, 20).




Oj ylUl mr6te, devoir, : ... JO I LiU3i (IL, h, et
ensuite souvent).

esorte d'euphorbe, euphorbia pityusan (fr, 7); cf. D.,
sub verbo.

(1) Que DozY, dans son Supplement, a eu tort de traduire par dossier du lit, chan-
tourn6n.










39 -
- 2fse coincer, s'enrayer- en parlant de la meule d'un
moulin (i, so); cf. ALC., 213/2 : enpalagarse (el molino) -neSbek. -
j genre de couture employed par le cordonniern (,li, 3), s'op-
pose a j5.; cf. VOC., s. v sure : gabbak= bastir.
-w J A*s j ressembler n, (1F, 15).

.j ( re6primandern (4A, 1o); dans le passage correspondent, l'Uk-
num a, j.
uim
1. .- ^, e product servant a falsifier I'ambre grisn (ir, 6); -
plur. cr eonguents, pommadesn (ia, 18).
b- S SCIl ese solidifier; prendre consistance; devenir ferme,
(wr, 21; Fr, 15). &Z : &1Jt 3 corde qui sert a assujettir les
charges, (vi, i ).
.jw -- ') L esiropr (is, 4); plur. 4,t (i,4 7; Is, 3); cf. 1'espa-
gnol jarabe.
S- c t4a large orifices, recipient don't on peut bien voir tout
I'intgrieur par I'ouverture, ,_A. L &?.i y) o 3.j (14, i).
-- $y A f, epolicen (w, 3).
.jr* .*l4I evieux, Ag, en parlant d'un arbuste (ir, 5).
jy. 1J. ~ retrecin s'oppose A ,^ (IF, 3, 5).
(, & -- ,yA eeprix d'achatr (mw, 17; OA, 8, io), plur. G.yt (si, ih).
v (envies, peaux qui poussent h ]a naissance des ongles,
(er, 5).

* -- w pitales?n du carthame (FI, 15).- enom d'une
variedt de figue de Sdville,, aJLb cytl ~ (). i." (Iv, 11).
Cf. D., sub verbo; dans le Maroc du Nord, on c'nnait encore la figure
Sa'r (cf. MICHAUX-BELLAIRE, Quelques tribus de montagne de la region du
Habt, in Archives marocaines, vol. XVII, p. 201).
-& JA.itl rendre peureux,, par suite d'une premiere exp6-
rience malheureuse (19, 17).










40 -
A ja cl transparent a propos d'un tissu (aw, 6).
-- IV former : y Al t aeprouver un vif sentiment d'inquietude
me1te de curiosity au sujet de (Yr, 18; m4, ; a~, 13).
S- "'une des deux moiti6s du corps dans le sens vertical
(-, 5). i s machoiren (4', to).
J -, J. (?) : C i nc en tenant compete des diffdrentes va-
ri6trsn (vi, 8); cf. .. .
-- sic, dans les manuscrits A et B, esorte de corde d'alfan
don't on fait des enveloppes de crutches (vi, o1).

,-c r sorte de vetement, port par le domestique d'un meu-
nier (rw, 17), plur. "kU (w", to). Ce vetement paralt avoir fait
parties du costume particulier aux meuniers (cf. E. LUVI-PROVENCAL,
Deux nouveaux manuscrits de la Rawdat an-Nisrin, in Journal Asiatique,
oct.-d6c. 1923, p. 952-253 : L. y3o .U. LtwLa et
D., sub verbo). AMc. donne le mot s. v0 paletoque. A Tanger, tidmir s'ap-
plique a une Kchemise de dessous,; a Titouan, il dbsigne une csorte
de surtout en laine (cf. W. MAn AIS, Tanger, p. 257). Etymologique-
ment, il devait s'agir d'un vetement de travail h manches raccourcies,
litt4ralement ceretrousseesr.

iwJy 4 exposer au soleilk pour faire secher (iA, 18).

r- epartie brul6e du pain, (mi, 8); cf. ALC., p. 170 : cha-
musquina =hark, tagwit, teWmim.

<^L -Ax .cseigle, (11, 19; vi, t3;tr4, 19), ,,Lia-. (rr, 9);
c6rdale panifiable, cf. ALC., s. v pan : trio, cevada, centeno. Sur cc
mot, qui drive du latin centenum, ef. G.-S. CoLIN, Etymologies magri-
bines, in Hespiris, 1926,p. 70.
j --i.. ~niellen (ei, 20).

iyJ l- 4 csoude v4g6talen (or, 7).
~F promenade ignominieusen, infligee comme chaliment
aux marchands on artisans coupables de fraude (4, 6).










- 1l -


S- -Az "action de r6tir, (P-, 13). 4 ccr6ti- (i-, th, 18;
t 13). '5,9 z Kr6tisseursr (1e-, 13).
S Plur. .ly seiche, (ir, 4). P. DE ALCALX et les naturalists
arabes d'Espagn6 donnent seulement le singulier irbiya qui repr6-
sente le grec oawla, latin sepia. (Cf. D., sub verbo, et SIMONET, Glosario,
s. vo sibia).
S Plur. .LA .z sorte de paniersn, pour transporter les amandes
(vi, 5, 6). Cf. VOC., s. vo sporta==Saira, plur. Sairat; ALC., s. v pa-
nera=s ira, plur. Sawayir; Glosario, p. 576. C'est a la famille de ce
mot qu'est apparent le magribin iwari panier double pour bete de
sommer, pluriel du singulier ~arya peu usit6.


U0

tI, s femaquillern un esclave pour dissimuler des teaches de
lepre au moyen de cautdrisation ou de tatouages (ov, 9); nom d'action
lo(Ov, 11).
& : e r-o. fail entier (i-., to), s'oppose a ~ ),, epile6.

Lt 1 to ccour int6rieuren d'une maison (v, 16), cf. ALC., s. v
corral (como patio de casa)=sdhdi2; 20 el'une des sales des thermes,
ou l'on se dishabille (rI, 21); 3 csorte de plat, ("v, 5).
cAo .tol mmche de cheveux qui pend sur la temper (IA, 9);
cf. AL., s. vo aladar de cabellos = isdqa (transcrit : izdia).

Njo Ire forme esKrendre, en poids, en parlant d'une c6r6ale
vendue au volume (is, 5), cf. 0 J.I &1 j I 3 ao L. (14, 8). -
IVO forme a,.~l rendren en poids, en parlant d'un volume donn6,
ou en produit fabriqu6, en parlant d'une matiere premiere passimm);
nom d'action G .l~o rrendementn en poids (11, 17). 11 convient de rap-
procher de cette valeur de p, les d6riv6s d'une racine dialectale 6,j
que le Vocabulista enumbre s. vo ponderosus, rubrique qui a embarrassed
DoZY dans son Supplement; il s'agit simplement d'une assimilation de
sonority sd>zd; cf. W. MABRgAI, Tanger, p. 316.










42 -
J >s,, Plur. ..lo tpharmaciensn (icl, 2).
Lj -- 6.a employer un produitn (ni, th; PicP, t6).- J~t c6 ;eren-
voyer .; retourner quelque chose h... (p-, 16). coaj ; etre
employed, en parlant d'un produit (pv, i ).
."i &4la2a cestrade, bance du farinier (r', 5); cf. VOC., s. v
bancus = mastaba.

i o cplat [adj.]s en parlant d'un plat (v, 5); du class.
o Ao sublimer,, terme de chimie (iv, 11).

7 -A f : variWtl speciale de livre :xaj4 J.I6 ,)1 (ix 3).
-- iu., spplaquer de plomb servant de poids (1e, 12); plur.
LC io fern pour ferrer les betes de some (v., 18); 2o plaque
de fern placee autour de l'orifice d'une measure de volume et en travers
de cet orifice (iw, 17, 18); cf. L1.31w 4 ,i .ia I JL6lt eLO .-
IV.I U L: o I W k (,L 8), "_J313 yLL ...'.LZa (,4 1o).
r. couchen de grains dans une measure remplie (i 17).
0. %- epaisn, en parlant d'une bouillie ou S& (iv, 8).-
l6,,8Ji Jlo membrane qui envelope le cerveaun (iw, i3).

Plur. IAJo 4bandes de enforcement croisees, dans un
couffin (s'i, 15). u cpourvu de bandes de enforcement croi-
sees,, h propos d'un coffin (slI, 15).

-- tr. ua.l JLduo eargile blanched (rs, 3; P 18).
q e poids pour peser : Jl~ti. io poids d'une livre
(,A, 16), tAfJIt LO u cpoids de deux livres ( A, 16; PA, 19); plur.
U..o (JA, ih) et o (i., 9); teJ i 3' 11 ). t)&. ? (11, 5).
L to tsorte de recipient, .c3y, en alfan (14, 3); le manuscrit porte
sans doute parce que ce mot avec sa valeur de epoids, revient
souvent dans le chapitre, mais le context ne permet gubre de douter
de la restitution; cf. VOC., s. vo canistrum =sannnd; ALC., s. vo capacho
de molino de aceite=sanna; Glosario, p. 83. L'espagnol a cenacho










43 -
esorte de panier h fruits"; de nombreux parlers montagnards du
Maroc connaissent sannii avec la meme valeur. Pour 1'Algerie, BEAUS-
SIER donne ILo c panier en roseau, A deux petites ansesn.

t Ao ffposer, mettre, placern (14, 15). Dans la plupart des par-
lers magribins actuels, les verbes qui signifient cfaire, ont aussi la
valeur de mettren; c'est, au Maroc, le cas de 'amel, dar, kka (cf.
W. MARCAIS, Tanger, p. 435). As.o : Walt b.I lles artisans
(4, 8), oppose h 6.JI JAIt eles commercants,; oiLiAJl lJ35 ces-
claves appartenant A la categorie superieure et dou6s de talents d'agr6-
ment" (PA, 9).

-- ijL r categorie de commerqants (r., to; vr, 6); plur. cLol
(r-, 15; i*, 5; fr, 6); plur. LotI ccat6gories, de salaries (IA, 13).
En ture osmanli, l'emprunt arabe esnaf, consider comme un singulier,
a le sens de artisan ,, boutiquier .

9 .g ebassinr d'eau chaude, aux themes (vr, 22).
(.w_ kU.Lo Krecolten (11, 9). .lv.=a dbon, solid, : ....
JkIJt i.4~, cun lot de marchandises de bonne fabrication (04, 7).

-* > egibier de plume- (ri, 15; F4, it; *., i), plur. .
(14, 16). Chez P. DE ALCALI, said correspond a conejo clapinn; mais,
en espagnol, l'emprunt arabe zaida ( hbron ou de petite grue (cf. D., sub verbo). a piece de gibier
tue6 la chasse, : x6 (Pc-, 6); cf. tunisois masyed.




,.3A I ,a pourr emp&cher que, de peur que, (ri, i).
,.. --lol~ 1t~A r coudre a grands points, batirn (1t, 3); il faut
rapprocher ce verbe de darrab que donne le Vocabulista, s. vo suere,
avec la glose: bastir suturam vel arcere cbatir une couture (') et de


() Ce verbe a B6t omis par Dozy dans son Supplement.










ht -

.,, eepiquer un matelas, une couverturen, d'od r'hispanique muddr-
raba c matelas piqu6n. plur. ,i forgerons, (Ar, t).
.w)to U dl, : dans le language technique du tissage, un t est
compose de quarante ,yM (", 7); il doit s'agir d'une des sections
de fils don't se compose la chaine. A Tlemcen, on nomme dars chacun
des petits bAtonnets constituent les dents du peigne du metier a tisser;
ii y en a quarante par bit (cf. BEL ET RICARD, Travail laine Tlemcen,
p. 162). f. (action d'user par frottement, (vr, 1), sens qui
conviendrail mieux A un d4riv6 de la racine us.
F ~e ramasser, r4unirn (rw, 11).

-^ x ia cperte : Alt i". (r~, h).
~ LLt : gl L.b. epar rapport h... (iP, 5).

.6

.4Ss ----,, ainsi partout dans le manuscrit A, econcretions du
bambour (er, 8; mp, 13, it), pour ryl .
S lo t mets cuisines, mijot&s (w,, 13), s'opposant aux hors-d'ceuvre
et aux r6tis.- -;A e d4coction, (Fr,,6,1 17).- tG; restaurateur,
cuisinier qui vend des mets qu'il prepare, (wo, 8). &&.IC cccuisi-
nibrer, en parlant d'une esclave (i, i ). .. ((bouillon, decoc-
tion, (rv, 5). i'L caliments cuits, destinds A la vente
(iV, 5).
t 10 to lduter, : .LS "_*S. i .i cils en lutent les cou-
vercles avec une sorte de mortieri (wv, 18); 20 tetachern un tissu
(i 18; tv, 1). t, etachen (IE ", 17). Uo sorte de cachet
au moyen duquel le boulanger imprime son nom sur ses pains (i., 1 2).
(5 f c qui est naturellement dou6 pour. (t-, 21). -
ZI.Al "qualitW de celui qui est naturellement dou4 pour un travail
sp6cialt (ow, t3).

"a e sorte de plat en bois (Pic, 5). .AI ,instrument
dans lequel on fait griller la semoule (ic 16); ii 6tait parfois en
terre cuite: L. 6Uo (Ii, 17)-










&5 -

-..t. CaS casserole, plat dans lequel on fait cuire les mets, (t4, 16;
.*, 2), mais aussi ..Ll, (P., 7) etplur. g (V., 6); cf. VOC.,
s. v cazola (p. 273).
-J. JI.s3 craten (ov, 4, 19).
.Je ~e action de moudre du grains (r, i; 14, 18); synonyme
S((4, 2o). Or6 ,meuniern, plur. yWp (Fi, 8, 15; rt, 15);
dans un passage (Fr, 2i), il s'agit du meunier d'un moulin 4 eau;
pour 'auteur du Vocabulista cependant, a., est emoulin A manage,
et non cmoulin a eaun : molendinum bestie, sine aqua.
_Jr Cr,7 10o ctare?; d6chet admis ? (r4, 6, i3); .2 reaction de
perdre, un sabot, en parlant d'une bete de some (si, 8). A.J
1o cefabrication A la t4che : ,L,),J! i' Ra. (tr, 17); 20 clot d'objets
vendus en bloc et comportant un nombre determine d'unit6sn
(st, 9); plur. 'l6: i Jt telots de chaussures, (si, 8).
.J 5 s >du genre de ceux qui sont fabriqu6s dans les manufac-
tures royales (tirdaz),, en parlant d'un tissu (5cr, i). plur. )3l
abrodeursn de tissus (sw, 16).
J -oo rphte de farine' que I'on melange au fromage pour pr6-
parer la mugabbana (tv, 3; IA, io); plur. c6joI 1o ~ parties ind&-
termin6es d'une chaussure ~si (4s1, 5); 20 rles mains et les pieds,
(a1, i, 13); cf. W. MARQAIS, Tanger, p. 370.
j i 4or forger, martelern (se, 4); nom d'action (d. (se, 8).
.s -- Plur. 6.i esorte de farine ?c, cf. tajl 5 (rs, 13).
Ce pluriel doit se rapporter au singulier t. que donne DozY
d'aprMs IBN AL-'AwwxM; le mot d6signe une espece d'orge et represente
I'espagnol trees qui se recolte trois mois apres avoir et6 sem6i; DozY
rappelle le trimense triticum d'IiDORE DE SVILLE et notre bl trimois (). Le
mot n'a rien de commun avec le (var. i, ) de la
langue ancienne qui 6tait un cepain cuit dans la cendre, (cf. Rein-

0) P. DE ALCALA connatt le trigo tremesino (2o/i 5) mais it l traduit par mars, litt-
ralement vdu mois de marsn.










46 -
hard MIELCK, Terminologie und Technologie der Miller und Backer im
islamischen Mittelalter, 191 p. 52).

S- (,..) 9- "apparaitre, survenir (or, 15). Cf. VOC.,s. vb acidere.
L;~j pAtes alimentaires, (t., 4; m-, io).
.o ceraales panifiables, (n, 9, ii, 15; iw, 2, 3); (blde
(v, 6). Cf. VOC., s. vo bladumn= ta'am; Charte, p. 389.
.a <_y1 "qui est responsible de. (,, 17 9; ; I,7).
i kto es'ajouter, aprbs fermentation, au poids initial de la'
patent, en parlant d'un certain nombre d'onces (rA, i).
-, L6 cftailloirn sur lequel le boucher d4coupe la viande (W-, 18,
2i). II "s'agit du mot roman *taglio, prononce *talyo, d'oo la graphie
arabe .Jo; i'espagnol moderne a tajo cbillot de boucher,.
.sw -y-s .. grandd chaudron, de cuivre (Fe, 7).
j i "amour de la plaisanterie, (oo, o1).
(jyo -- cA (vi, 4).
[- 6L6, elucarne, (ri, 13). Cf. VOC., s. vo fenestra= tfaia et ta1i.
.f --.6. Kvolailler, collectif (mF, 15; 14, i6).

S- plur. ,qcl ecouffins servant au transport de l'argile, (1,I, 16;
r4, 16).



S- cnourrice) (at, 8).
J tllI~ Ai "1 ~charge du JUllli .Lo, magistrate charge de la
repression des abus de pouvoir en Espagne (r, 5).

j& ea cprendre connaissance de. (i, 1 ); cf. D. --~U
e-paradern (v, 16). js_ lxw l Iprendre des precautions contre...,
se garder de... (,, 9). -- cdos- d'une chaussure 5 (sE, 2).










- h7 -


m J-. ev6rificationn par le muhtasib du volume des divers products
employs par le boulanger a la fabrication du pain (rv, 15, 21; rA, 1;
., 6).-- Verbe (rv, 1i).

L "S 1 'parfumern avec du muse (Iv, 7); le Vocabulista donne
le verbe z sous la rubrique imprimere colorem avec, pour synonymes,
1 et t&; on ne peut s'emppcher de rapprocher de cette sgrie le verbe
,a. qui a, a peu prbs, le meme sens premier et s'emploie frdquem-
ment a propos de mets et de boissons: M4 ri AI.., etc.;
20o preparer excellemment,, en parlant du pain (rA, 16), avec .s l
pour quasi synonyme. jx ctrbs parfum6n, h propos du myrte
(1i, 19).

A 4 lnangue non-araben (aa, i). .. rromane [langue],
('i, 5).

-, cc p6trisseurn du boulanger (,, 16; rA, 2), du saffa (i, 17),
du pr6parateur de mugabbanat (mi, 13). Plur. ja-b Kpdtrins,
( t*., to). .... epte pharmaceutique, (Ic, ti); onguent,
(ai, so); plur.. ..l ecdelectuairesn.

L5c. -- cc qui se vend la pi6ce,, et non au poids, en parlant
de clous (vF, 4).

J,). Js. action de mesurer 4quitablement, yla" '3 iai5 A n
(if, 7). Jac ecsac, pour des figures (iv, i3), du carbon, de
la farine (1s, 13), du bl6 (re, 6); plur. JIxl, pour du bl (ni, 18);
cf. VOC., s. v sacus, et ALC., s. v saco 'idal; mais le Vocabulista
donne aussi 'Cddl, s. vo sporta, parmi divers noms de couffins et de paniers
de sparterie; ii s'agit sans doute h1 des coffins destinds aux figures. -
Jx.c emieux condition, don't les divers ingredients sont mieux
proportionn&sn, en parlant d'un mets (PA, 16).

,. c, Kcourir, : L c,) t\,xo et il court apr's sa mule, (ri, i):










- 48 -


cf. VOC., s. vo currere. r

-oj .- y f~march4 ofi les esclaves sont exposes pour la vente,
(i A. 20); cf. VOC., s. voforum (ubi captivi vendmutur) = marad.

k.! Js t os anommer quelqu'un 'arif d'une corporations
(1', 17). A. t chef d'une corporation des restaurateurs (-c., i),
des saaffjin (wv, ao); a Tanger, 'drf s'applique au chef de la corporation
des bouchers; 'adra est le nom de ia femme de confiance charge de la
prison des femmes ou dar &t-tka. Le Uj.~ hispanique parait done bien
Wtre a peu pres synonyme de l. L~ e~ qui est digne d'une
charge, (r, 7).

A y action d'essorer la toile blanchien 1) ( (s, 12). plur.
J~gy.J ,,.x fpressoirs a olives, (sA, 21).
ui, s 2c e~serrern, J. s,.3. (,A, 4; .A, 6); cf. VOC., s. vo
stringer= 'add, qui represent le classique la, plut6t que .

LSA: bLas esorte de 14zard, (oi, 5), repr4sente le classique


ua eprir de fatigue, en parlant d'une bete de some
(t1, 2), cf. VOC., s. vo mori=ta''tab ad-ddbba.

i aA, : Peyp i la principle des spices qu'ils utilisent,


-AL <.ifJs parties postdrieure, talon, de la semelle des espadrilles
(4, 13).

,>A &iz to 1tprendre, se durcir,, en parlant du platre (s, i); a
pour synonyme, une ligne plus has, jil ; 20 composer un remede,
en en combinant les divers ingredients; nom d'action : X (isi, 3).
ej devenir former, a propos d'un fromage qui skche (Iv, 6).-
Plur. AiLs enceuds, dans le bois de pin, sy., (Fv, io).- s>iszl

(1) Le tangdrois connait 'apsar ttordre du lingen avant de le fair s6cher.










49 -
econsiddration, (i, 12), sens voisin de celui de ..... xju-o ecoa-
gul6, ppaissin en parlant de vin cuit (v., 16, 17).

c ,.jl .Gi alie de l'huile, (crv, 15).

.. A se communique a... en parlant d'une odeur
(9A, 21).

JJS (. 'jl"I : il semble s'agir du nom d'une maladie particulibre
non pr6cisde (ov, i4).

er ~base certain, bien d6terminde, (iw, 8). XA rpa-
Iron,, d'un ouvrier (11, 2), d'un moulin (rie, 3); plur. .-:
.^,, i. e. de cLL,"ol, ,. (vr, 15); 5 L), c. maitres d'ecole,
(IA, 4). r apprentin d'un meunier (rc, to, i3; r, 21).

A jA i1 tsur le module de..., en copiant... :. J Li~o .
.(c1 p j.;At.I ( fabriquer une clef d'aprps une autre servant
demodele ou d'apres une empreinte prise sur de l'argilen (d, 1o);
20 pour, en guise de, comme si c'dtait, en.faisant passer frauduleu-
sement pour. (Ia, 2, 16). Le J o rdans les conditions
oil... 1 (i,, 1); 2o ccommen : iji x Lo ji, Jj. ((cil agit [en appa-
rence] comme il agit lorsque... (is, i3). JL : J L~ lxS Ji .1J
vd'un rendement supdrieur, en poids,, en parlant d'une cdrdale
(ir, i). ;j echambre d'ktage, chambre hauten (n, 13). -
parait signifier ntrop-plein, (ir, 21) d'une measure pour les liquides;
peut-Atre a rapprocher du L que le Vocabulista donne sous altitude.

C Jl ,s- eprendre, employers quelque chose, (IA, 20). -
iA?, cf. Sj9. plur. s~s. rjointsn de plomb qui entourent des
poids en for et recoivent 1'empreinte du poincon du multasib (1 i ).
a barre de bois h laquclle on suspend la balance) : b
) (l, h), y( 5(y, 8); J CJ 3^ y (, 5

(1) L'un dc nous a vu recemmcnt ce proceed encore employed Grenade, sur le
march aux 16gumes : la barre de bois repose sur I'Npaule du vendeur et celle de
I'acheteur : ia balance (romaine) est suspendue au milieu,
AS-SA. ,TI. 4










50 -
v., 3); i yll ( I l- (1s, 19). Dans l'Uknmim, le mot z.y cor-
respond au 4j: "fleau de la balance d'AS-SAYATI.
, JL. I a une s4rie de poids( (t., 9); il faut peut-Atre restituer:
i L. yl : .yLJ, JiI ccvaridt6 de blW ; le manuscrit A porte
..,tk: il pourrait s'agir d'un d4riv6 de_,l A ecultivateur, colon,; peut-
rtre s'agit-il aussi d'un ethnique en rapport avec le nom de la ct4lbre
famille espagnole des Bani Abi 'Amir? i)L n density4 de la] popu-
lationn (ii, 1i); cf. ir.
, -.- JS, e operation,, : .JI J $ operation au course
de laquelle le muhtasib value le prix de revient de la fariner (rv, 15);
j.iJ"t i&l meme sens (.w, 6).- ,J. fabricantn, plur.: t s.
(4r, i 1); 20 :j L^ t t(I', ; r-, t 4),) &A&,x., i),s*I
.Ai tl L,) OI tbluteurs de farine, (11, 7).-- JL. couvrier, du
boulanger, autre que le peseur, le p4trisseur, le fournier et le vendeur
au detail, ,Yj. (;., 5); cf. VOC., s. vo operarius. JI.xjl trvte-
ments faits sur command, (,r, 19).
y" KUpour, en vue der : es pour constituer la garniture qui
fourren (v4, 9), t_ ,-XSI l o- I J .j l le boisseau de b16 trait
defacon a obtenir la spkcialitO de farine dite ytto n (r4, 1 ). Pour
r*, dans le sens de hors den : 3J! Lf il sortit du moulini
(t-, 16; rf, 9); &z ".A ecje sortis d'auprbs de toi (rle, 18);
4iJI LY (IP, 8, 16), en parlant de l'aiguille de la balance; -
emoinsn : f j. ,o emoins un quarts (m-, 19; vt4, 5).
3.A als redevenir, devenirn (6., 9, 17). bt eemanche en boisn
d'un Lci. (rP, 16).
C -Plur. ,Ll e especes, argent liquiden (a4, 15); plur. ~L9A
epousses, boutons, d'arbustes (ic, 6, 8) et, avec le mgme sens, plur.
I (~Fc, i8). (jZ notable,,, en parlant d'un commerqant
(eo, (5).


w. L-) efolle farinen (nv, 16; 14, so); cf. ALC., s. vo harija=ga-
bara.










51 -
i )a Cf e(tre surprise par 1'ennemi (v, 19). Cf. le meme sens
dans une inscription de Badajoz: E. LIVI-PROVENAL, Inscriptions arabes
d'Espagne, no 48, p. 59.

AI cet u I "la langue berbbrea, mot a mot la elangue du
Marocn "(v, 19). Cf. E. Livi-PROVENQAL, Documents inidits d'histoire
almohade, Paris, 1928, p. 67, 1. 7, du texte arabe etpassim.

S- L., action de tamiser, de cribler, (v., 6). Cf. VOC.,
p. 1 9 : arbala=cribrare.- plur. J3 7) cribles ) (I*, 7),-xJI .
efcribles don't le fond est en crin, (JA, 16). J6 ceemploye du
farinier, qui crible le grain et blute la farinen (I., i5; v4, 18), plur.
4 yl. (ri, 7), cf. ,lt Li .. jL' 4 AJi ibs euceux qui vendent ia
farine et ceux qui la travaillnt dans les criblcs- (11, 8). Le Vocabulista
distingue bien girbal, plur. garabil= cribrum, de garbal, plur. gar-
banl et earbala =garbelador (sous la mgme rubrique cribrum).

3 ." e .s action de duper?, (m, 3).
(c. s- y epoigniee, prelevee en puisant (ji, 16).
ySc .. .t ly 3A -S c imposerr a quelqu'un de faire quelque
chosen (44, 3).

/.oj7 g.it gruen, gibier comestible (I-., 6).

- Jrwt eproduit de beauty, en patent (ei, 15), sert pour
rougir les joues (o., 2o). J,,,op elav6n, en parlant de I'huile
(wv, 5).
-A Plur. -I enveloppes, en corde d'alfa, pour les coffins de
figures, les jarres, les cruches, etc. (vi, 5, 6, 8, 9).

-iAa L A etoronn, dans un cable (vi, ih).
-- iLA "2 sorte de plat, d'4cuelle, (iA, i). Cf. VOC., s. vo scu-
tella= gidara, sic avec d.

L,,hi Plur. "L. ec couverclesn de marmites (Fv, 18-19).
.JAk --7iw cprocd6 frauduleux des fariniers, qui consiste a recouvrir










52 -
d'un d6me de bonne farine la marine mediocre pour tromper I'acheteur
et A servir celui-ci en puisant 'a 'int6rieur du tas (r-, 2o). La racine
.ic exprime la notion de ccacher, protegern; le terme hispanique
drive peut-6tre directement du .7iL ccasque, de la langue classique,
par allusion A la forme du sommet de ce dernier(1) et A son role pro-
tecteur.

l -- L-JL= "chercher h persuader quelqu'un qu'il se tromper (iv,
2, 8).

.4ij jla i.: IJi .L' ceun doigt replied (F-, 7).

ic .A.i vserviteur, domestiquen (rr, 17).
).. 4 cenduire d'une pate, ou d'une creme de beautld (.-, 16, 21;
1i, 15). iyj acremede beaut,, (o-, 15). -c fy cf. L.

-A | A ctrimie de moulin, (ri-, 16); cf. tangdrois gonsa (ap.
W.MARcAIS, Tanger, p. ho6).

f)o S 10 mouton abattu, ( r, i), cf. ALC., s. v came de oveja
=ldi, gn anami; 20 e(de brebis [lait]n (it, 19).

.c" -- 4. reaction de s'absenter (4, 18).

( gAter (A-., 3). .J ase gatern, en parlant de la farine
(rl, a1). L. c aussit6t que (i\, 8).



J lASt la ~cmien du pain (A-, 16).

S .s s rouvrir, des sacs de ble(ri, 18). t teciste, (icr, 6);
c'est ce mot que DozY, tromp4 par de mauvaises graphics du manuscript
d'IBN AL-HASSI, a enregistr6 sous la forme ei; chez les Jbala occiden-
taux du Maroc et jusqu'aux portes de Tanger, cet arbuste est encore
appcldfta.. -9 .~i : ,JI ij ?, en parlant du pain (r,, ih).

(1) On sait qu'un des noms du ecimier de casque oen arahe ancien est L.;j, L"j
ui represcnte lc grec xvos, latin cons,










53
jL Plur. eKS. ventures n d'une vie de d6bauchd (00, 7); plur.
dJtL epaillards, debauches, (6,, i ).
-j jjZ reaction de fabriquer de la cordelette d'alfa ou r.a
(Iy, 17), action de corder un cables (vi, 15). J3, : .0f~
( turbans d'un genre sp6cialn, peut-etre : entortilles sur eux-memes
(4i, 9).- jxi eappareil pour essorer la toile blanchie, ('tI, 12).
& -;1a e du type employed par les charbonniers [sac] (vr, i).

y. ) e. ustensiles de cuisine en terre cuite, (w, h).
). iis "eunit6, P'un des deux elements d'une paire, (v-, o2). -
.sj rcomposde d'un seul brin,, cordelette d'alfa ou i&. (vi, 9). -
>Ly3t : ltjly Jp;.s ermis de co6t, a part (pI, 1).
.-' Plur. efL parties impr6cisbes des cercles en sparterie des
criblesn (,ii, t6). (, .?, propos des memes cribles (411, 16).
j- J edonner quelque chose en la versant hours d'un recipient
dans un autren (i1, 1i). i. evidern une measure de son contenu
(i,, to), nom d'action : (i(', 22). .i) rverser pour vidern :
a 4 I y ~r l(iv, 18). cendroit vide, cavity, (iA, 7).
_-- "f (four, de boulanger (rA, 1i), de restaurateur, different du
,i (j., 3), du fabricant de plAtre (4i, o2); ..It uy (four de
refroidissement, utilise dans la preparation du verre (iv, 5). li
efourniern, employ du boulanger (il, 16).
-J- i~Uh epartie d'une piece de tissu, coupons ('1, 4).
ja --).i ~pate sans levain, (IA, 13).
3,jt- e Kexaminer, passimm).
-- e~J se relacher,, en parlant d'une couture (,i,, i).
Lj 4j53) ~tJ-? dans le plateau d'une balance; pourrait 6tre une
sorte de bouton se trouvant au centre de la parties convexe de ce plateau
(iE, t l), en tunisois, felsta ddsigne un certain nombre de petits objets
en forme de bouton rond et aplati. j .- '? (1a, 3); a cause des










54 -

corps strangers qui peuvent s'y attacher, il est prescrit de fire subir
friquemment aux recipients dans lesquels on pbse les fruits frais un
lavage et un ,t egrattage ? ; le Vocabulista donne taflts comme dqui-
valent du latin retundere don't la traduction a embarrass Dozr. On
pourrait aussi penser a I'hispanique t;j. elisser; polirn (cf. ALC., s. vi'
acepillar et cepillar).
3.M9 >>J.l ? ese ratatinern, en parlant d'un beignet que l'on
serre dans la main (wA, 6); mais peut-Atre faut-il lire tout simplement


jkii Plur. Jsj veytements, rouges ou jaunes, ports par des nd-
gresses esilaves, (','-6). BARTH., ap. DOZY, donne "j. Cespkce de
tobe(1), pour 'Afrique central; ce serait done un genre de vetement
particulier aux negres; cependant, la langue classique connaissait des
&ULL* .L LS tissus semes de pois, ressemblant a des grains de poivren.
j J6 bande de sparterie, qui sert a faire des coulfins ('i, 17;
v1, 3); cf. ALC., 231/39 : empleyta=fal c.
Fi Cf. s. v 0 .
\J \ 0 ujl sucren,en poudre? (ic, ih).
.j3;j n1j nfondoucn (wi, 3). Cette vocalisation *fundak est h
remarquer, car le Vocabulista (s. vo stabulum) et P. DE ALCALi (S. vpo-
sada) ne donnent que fundak, fdndak; il est vrai que la vocalisation en
u du d se retrouve dans des derives cites par le Vocabulista : fundukair
et fundui= stabularius; mais ALa. ne connait quejbndakldir= bodeguero.
O; a. c action de s'enfuir, (rr, 18).
-,4 ,.S ccbPnedfice, (a4, 9); cf. VOC., s. vo utilitas-=fi'ida et
fa'id.

a 3 -s etaromatiser, (Ic, 9). .. cXaromates, entrant dans la
confection de la garniture (. .)d'une patisserie (14, 9; i', 4; P1, 18).
plur. atil : 3~ tl stl "les debouches, les entrees des rues, (laic, 9);
cf. Maksad, p. eiue : elal S.

(i) C'est-h-dire : de tunique, de I'arabe y.0.










- 55 -


-- 9: epartie d'une balances dans laquelle se meut l'aiguille
indicatrice (1i 8, 16); cf. VOC., s. v0 statera, oi l'on trouve kubba cit6
parmi les noms des parties de la balance, entire 'amfd efl6aur et lisan
caiguille ; DozY, Suppl., traduit par chasse d'une balance, le mor-
ceau de fer par lequel on soulbve une balance lorsque V'on pese quelque
chose. A Tlemcen, fobb designe I'6videment interieur de la poign6e de
la balance, dans laquelle l'aiguille se dtplace (cf. BEL et RICARD, Travail
line Tlemcen, p. 34).
yAs erepliero un doigt vers le has (lc, 6). U cqualitd
d'un produit astringent (pi, 2).- ii poigndea de brings d'alfa;
ii ya mille de ces poignees dans une botte, Ly (vi, 17). plur.
tUlit e anses, poignees d'un couffin (ir, 15).
? -- JlI-. rggle de magon (,1, 9), emprunt roman qui remote
au latin cubitalis; cf. VOC., s. v regular= kubtal. jla=ijL bien plat,
bien union, comme 6galis6 avec une rbele de maron, en pariant du pain
(TA, 14).

- -_ .I. i c a concombre savage, (as, 2s).
,4, 'mesuredevolume" pourlesgrains (w, i4); uriadah de bl
pese de 3o a 34 rifl (1, 17), un kadah d'orge ou de seigle dquivaut
parfois A une arroba-poids (it, 19); un kafiz, mesurede Ceuta, se com-
pose de quarante kadah (rA, a2 ) (. plur. li\ : ,.~l e,.i vases
contenant I'eau avec laquelle on procede aux ablutions, (4v, 3).
3, )m S (. w une distance d'environ. (rc: 16). .'1j ?
esorte de nougatn compose de miel et d'amandes, le manuscrit B porte:
Y3>j (v, 3
03 jA tS fvddsigner quelqu'un comme mukaddam ou amin

1) D'apris les dimensions qui nous ont kt6 conserves par un auteur arabe d'Espagne,
le kadah y aurait en une capacitM de i litres j 25 (cf. H. SAUVAIRE, Numismatique et rnod
troogie musulmanes, in Journal asiatique, 8' s6rie, t. VII, 1886, p. 434).










56 -
d'unc corporation, (4, 8; i1, 5);- -i snommeruneamina (c, 8).
di r ,.j\ donner des ordres h l'avance, prescrire a quel-
qu'un au sujet de... (o, 22); ...It NI J ..j (wr, 9);
... M ...&uJJ r jX(',., 21); adonner par advance a quelqu'un
l'occasion de faire ou de subir quelque chose : ,J-. J S jt dr3J,
^Jb (4, i3); ,J. P.i r~,i.~l i ts'il ne les en a pas informs
a l'avance, (., 20o). r..JLo parties ant6rieure, de la semelle des
espadrilles (ip, 13). j rXjLo prepos6n charge de la surveillance
d'une corporation et choisi par le muhtasib parmi les membres de celle-
ci (wi, 6).
)& Plur. a,.iyb malpropretis [au moral]; actions malhonngtes,,
avec pour synonyme : LL (A, 17).

y I rciters des passages du Coran, dans des ceremonies fund-
raires (IA, 11).

.._- .-,l Js. ~en g6n6ral, le plus souventn (ip, 19). .-i
estimation approximative, (wa, 2).

J i3i Plur. lMy troisieme produit du biUtage,, venant aprcs
le Ji, et les %iit; on en tire, secondairement, de la petite semoule
et du son (r4, 7, 12; tv,- 2). Dans le Magrib, garsgala, plur. grSal,
d4signe en g6neral du v son dans lequel il reste une certain quantity
de farine,. Le mot parait driver du latin cor(ti)cellfm "pellicule Les
parlers magribins emploient plus couramment le pluriel graial, comme
collectif, que le singulier gargala; on peut rapprocler de ce fait 'em-
ploi, par le berbhre, du pluriel ;ilIirwii, litt. epeauxr, pour designer le
cson, (cf. LAOUST, Mots et choses berberes, p. 77, n. 2).

(ye) <. donner h la pate la forme de pains ronds, (v., i).
.. S Plur. cL:,) L eramenees par des corsaires ?, en parlant de
femmes esclaves (5., 8).

y9 ""1 f provenant de Creten, a propos du 1got (r, 1o). -
: j.JI )lu, varidt6 de clou employee dans la construction des
galtres (vr, t o).










57 -
.UJ 9 Plur. (Ltjay cornets de papiern pour mettre des remedes
({v, ,, 16).
j'j-- ", plur. i" (1P, I) chaussuren non pricisee (11, 7); elie
comportait une parties de cuir (si, 2 t).
J. .dj ..iI : .jIJl f. basilic a odeur de clou de girofle,
(0, 18).
es E6s eferme,, en parlant d'une pite de farine dans laquelle on a
mis peu d'eau (rv, 18).

(U 24 A; ,j ( bedtoine, (Pic, t ), represente le x6 oapov de Dios-
CORIDE.
j.A.j Plur. pyl : JI a ~pellicules, debris d'encens, ( v, to).
7J c action de s'dcailler [peinture], (MA, 19). )J e amonde
[bl6], (v, 17). -- "~digarni?,, en parlant de la enoixn de la
cuisse de boeuf (i,, i).
S- ~~RAU efleau, de la balance (ly, 3, h).

_7A 2 I S ) blanchissage des tissus 4crusn (11, 2; 4t, 1 ). & .3
cuveau, (mr, it), plur. ,g)63 (iwv, 6). plur. U)L 3 blanchis-
scursn de tissus 6crus (1W, to) et i)Lu (oq, 8). yio (blanchien,
en parlant de la cire (rt, i) et de la toile ecrue (r., 18).

..M w it tcouteau, de fer pour hLcher la viande, utilis4 par
le fabricant de saucisses (ti, t4); cf. VOC., s. v cultellus=kadib;
20 4fer en barren (vi, 20).

fOAi -- biJ : d~,.6lUJ Ke credit [vente]n (,(, i3).
f q- j, 1c morceaun de viande (iw, 7); 20 pibce,, a propos de
clous : *I 4 ) .. I J,1) un quart de livre se compose de qua-
rante pieces (vr, 1). Cf. VOC., s. vofrustum et les examples donnes
par D.

S- Ss, plur. la : k a navires, galeres de haute mern
(vv, 6). a a: 6i>JI ALlai fsorte de plaque, (I-A, so); on pour-










58 -
rait lire aussi aLi et g. ll 1 (d6coupeurn, dans la pre-
paration des (ow" (ti, 13); ao ahacheur, qui travaille pour le ~iLi
(0*, 17).

.A Plur. 4lUai (?): le muhtasib doit veiller a ce que les fabricants de
platre n'y melent pas de *tZsii ni de terre (,F, 20).

a: Plur. j.i' wecardeurs de cotton" (s11, 8).

,.. t.t cla plante du pied, (ic, 12). --i e eprofond4ment
concave i (i, 7).

.fi. -j-.A fmesure de volume pour les cedrales; le kafiz, measure de
Ceuta, content quarante kadah (i\, 21; rs, ii).

-_^2A9 ytL" j ffabricant de cages, (oo, 6, 13).
-iA R RS tcouffinn de sparterie [Kia,,A] (y1c, i4, 15); plur. o.Lis:
Ai jlS (vi, 3); j.. i *. ,fcouffin dans lequel on met le produit
pes6 (i., ii; 1I, 13).

-j; --Plur. .'j: : 4oj-.. .J j coeurs de pierre a platren ( Ic, 16);
}YLJi ccu cours de grenade, (br, i ); dans une recette marocaine
ayant le mdme but, on preserit la bouche d'une grenade (cf. A. R. DE
LENS, Pratiques des harems marocains, p. 56). r ncxamen phy-
sique" d'une esclave (IP, 9); s'oppose a .LIa. YLJu4o : i, Ul.
t dl'envers du plateau de la balance (1e, ih).
.- crane, d'un animal (rt, 7). C'est 'espagnol calavera;
cf. VOC., s. v calvaria = qalabaira; Glosario, p. 74.

(J3O. -- Xais (se contractor, se retracter n en parlant des brings de safran
(PI, 20).
.w.j,. -~JiX; nom d'un produit chimique (oi, 17). C'est le
gaXx~lt de DIOscoRIDE; pour I'auteur de la Tu4fat al-ahbabb(', c'est le

(1) Glossaire magribin de terms botaniques et pharmaceutiques, actuellement sous
press.










- 59 -


vitriol blanc; pour P. DE ALCALA (128/39 =kalkadhs), c'est le vidriol
romano ou caparossa couperose .

i ~c i, nom d'un produit chimique, sorte de vitriol (lpi, A).
Represente les terms alchimiques grecs xaha'xavSos et zaxcxa'vs (cf.
Dozy, Suppl., s. voUaJ).

,JJ. -Plur. i,, l JSA e sorte de cruches, (vi, 9).

j -Ulij measure de poidsn equivalent 1i6oo onces (= oo rit),
soit approximativement 5o kilogrammes hoo (rt, i). -.v L., se dit
de paniers a fruits : I~~l ,L ...o i C,.. (vi, 4, 5). Dans les par-
lers magribins, i.antra d4signe la parties mediane qui r4unit, comme un
pont, les deux 616ments constituent le panier double ou swari; dans le
texte d'as-Sakati, il s'agit peut-etre de paniers accoupl4s de faqon ha tre
charges a droite et a gauche d'une bete de some.

L.5 -- iLj sillonn longitudinal du grain de ble (rM, i).

j ii e sln, (rr, io). Peut-etre s'agit-il d'un pluriel de .

Plur. J,.aIJt l.1lit tcercles de criblesn en sparterie (i,, 16).

Plur. Lt.a fondsn de measures de capacity en cuivre (ir, a2),
synonyme : .ju (ir, 7); efonds, de L (sv, L).

-. &~i : ,.xJ1 sN r evaluation du rendement du grain en farinen
(rw, 15); absolument : : ;Jil A&t (1", 7). i r li proc6-
der h i'dvaluation du prix de revient du pain chez le boulanger
(rv, 7). ~itS unit de mesureo pour la longueur des cordages
(vi, to). l61 t preparation d'un mets, (w~, 12, 5 17, i ~g;, i).
c chaine d'un tissu de soie (ir, i), cf. VOC., s. vo stamen = kayyim.
plur. Lo.yj rindividus charges de l'entretien d'une mosquien
(14, 3).

i^.. rfermen, en parlant d'une viande r6tie que l'on est oblig6
de decouper au couteau (F., 18); rdur,,=, .. en pariant d'un
bois (,i, 9).










- 60 -


4-- t- f eodeur de soufre; vert-de-gris?m (vA, 11).
J,"- y x uedcrit magique, talisman : ,x pour provoquer la
frigidit6 sexuelle, AU .-lx; pour provoquer 1'inimitid; 4sa yL. pour
faire naltre l'amour (,i, i).

id-- uLZ e(lin; 4toupe de lin? pour calfater les galres (ve, io).
-, I, en parlant d'un ceil et s'opposant hi ) (or, 13). -
<, adjectif de couleur (fs, o); il s'agit en g6ndral du noir bleut6;
mnis le Glossaire latin-arabe hispanique de Leyde donne cet adjectif s. vi
purpura et carbunculus oi il semble bien s'agir d'une teinte rouge.
..,rJ- SL ccfaux, artificial [sang], (ei, 15).

ujg>Jc-- u'& ,sorte de pierre tendren (re, 1).
wJ -- .s~- : .Cs"jc. les bancs sur lesquels ils exposent leurs
marchandisesn (ja, 19).-
J- jiy wcaecumv dans les intestins d'une bete de boucherie, dif-
ferent de uly-O (wv'', 32). Cf. ALC., tripa ciega rboyau aveuglen
Sker.
(S -- A'. (curcuman, employed pour remplacer le safran (r4, ih).
.j fcoriandre, (i,, lh).
-J-. ? ese ratatinern, en parlant d'un beignet que l'on serre
dans la main (w, 6); cf. j J YJI1 fire montre d'une coquet-
terie langoureuse aupres d'un acheteur eventuel,, en parlant d'une
esclave expose pour la vcnte (,w, 4). -Nom d'action: )l"I (pc, 21).
Pour cette acception sp6ciale, penser a l'expression ) A1 L.~Jt action
de cligner des yeux en regardant qu'a enregistree DozY.
.. S-.- A.L vvgtementn fEminin drap6 (ic4, 13).
-J J J. [?](vi, 8).










61 -
S-'- AJ e~gimblettes,, fourrees d'une pate faite de JL) de levain
et d'huile (w4, 3).
,N .-S- ,x.L. epapier, (pi, 4). La vocalisation de ce mot avec f est a
remarquer, car le Vocabulista ne donne que kagid, s. vo papirus; mais
,.l est cit6 par Dozy d'apris le Rawd al-kir!ts, texte historique ma-
rocain, et kdit iaLa semble la seule forme connue aujourd'hui dans
les villes du Maroc. IBN KUZMXN et P. DE ALCALi ne connaissent que kiaad
(cf. W. MARQAIS, Tanger, p. 451).
i.AJ .J ourlet, : c ,J l ~4 l'int6rieur de I'ourlet,
(s', o2). Dans le Vocabulista, s. vo suere, on trouve un verbe kaff-yukuf
accompagnd de la glose :plicare suturam vel arcere que Dozy a eu tort de
n6gliger. tplateaun d'une balance (ijc, 6, th); .J I j.
(celui des plateaux dans lequel on met les poidsn (l1, 8; P'", 5); a
)j31 tcelui des plateaux dans lequel on place la merchandise pes'en
(I,, 5). Cf. VOC., s. vo statera: kafa, duel kafatain, glos4 par scudeles
de peses.
A0. f- .t fsorte de teaches de rousseur, sur le corps; diff6rentes du
j.j (ci, 20). Dans la po6sie hispanique, les teaches de la lune sont
souvent compares au n ikX du visage (cf. Inn KvzM~rA, 81 vo, 3;
95 vo, 03).
J.Xi.- ,JAA dispose comme un diademen de perles (,r, 13).
d-- .' "~~esorte d'4lectuaire, (icF, 15). DozY ne donne que p.,
e electuarium diacyminumn.
-(j*- LL tbalayuresn (mi, 17). P. DE ALCAL(, s. v barreduras,
donne kens, a c6te de kunds.
.j.S-- Plur. u& cflatrines, (iv,, io).
"y& -- &L- action de dire la bonne venture, (sA, i).
-r- seaun, utilisd au bain (ri, 22); plur. .Ii cc seaux,
de vidangeurs (iv, 1o), mot d'origine romane. Le Vocabulista, s. vo
situla, donne a cot6 de kub, plur. akwab, le doublet kubb (plur. akwab,
sic) qui est encore vivant dans les villes du Maroc, Tiemcen et h
Alger (cf. W. MARAIS, Tanger, p. 4o2).









62 -
,i.j,- i uefournil du boulangern; A 0 i. (I, 16), et non
four qui est Uy (v; 12); dans un passage du Kirtas cit6 par Dozy,
on lit : ... Y" J.J_ i.I jtj le mot semble s'appliquer non pas
au seul four, mais l'ensemble de l'installation servant a la fabrication
et a la vente du pain; on pourrait done traduire par aboulangerien. La
graphie avec un J est h noter, car les formes hispaniques attest6es ont
un ,; cf. VOC., s. vo furnus uta, et D., s. v &S,. Ce mot est
d'origine romane, en rapport avec le latin coquere; Dozy le rapproche
plus pricis6ment du bas-latin chochia, cochia c cuisine cf. aussi Glosario,
p. 147.
.~J '- .~ eouvrier qui actionne le souffletn du forgeron (vr, 2).
J -J- Plur. .L,.i wrhabiles, rus6s4 (rfi, 7)*
j. L. a~nom d'une measure de volume d6terminde, servant pour le
blt (ms, i5). plur. L.. JL ) ccles measures et les poidsn
(I., 1o).- Jl, plur. amesureur official, : f.t.2laL yJl
(i,, 16), QLt JltI A1. l (ir, 19). JLAi5 : JL;L J.J,.I action
de mesurer en faisant measure combler, s'oppose A C",I. (14,
11, i8).


S- J, preposition dialectale, employee avec le sens de A : J <...
(rp, 8), A.-" eccontinuer sa router (rr, 8), J L' eenvoyer
secrbtement a quelqu'unn (iv, 8), J 6Ulw amener & quelqu'un (14, 7).
S Plur. abJ pieces de feutren (IA, 22).
y K.J ., reaction de conclure un marchin (1, 17); le Vocabulista
donne la Ille forme labas, sous la rubrique contracts (in mercatione), avec
mu'amala et safka.

S A.JIl j esuc laiteux du figuier (mi, t8). Cette expression
entierement arabe est a rapprocher du L d'lnN LvYUN (ap. D.) et
du iL du Vocabulista (s. vo lac fcus) qui parait bien compose de L
et d'un element roman d6riv4 du latin lact- (cf. Glosatio, p. 291).










63 -
"- .J cedetrempern un corps sec dans du miel pour en faire une
pAte (pC, i).
-- &-zjL onguentn (ci, 13).
,->J -- ,J etendre, mount, en parlant du bois; le contraire estS
(14, 9), ct. VOC., s. v tener.

WSJ UjY eladanumn, sorte d'aromate (pr, 6); le VOC., s. v aro-
mata, donne 6galement ce mot avec un S point.

-J- .,LJ elanguette, indicatrice de la balance (ip, h, 16); cf.
VOC., s. vy statera : lisan.
,AaJ j rmauvaise qualit6e d'un produit, (v., 3, 6). -
emauvais, (r., 19; *", 15; i4, 17; v., 4), & ixa ~i eede mau-
vaise fabrication, (4, 19). Cf. VOC., s. v malicia, et ALO., s. v peoria
= lu.t; cf. VOC., s. v malus, et ALC., s. vo mnala= latf.

C5*J -- Oj. elecher,, en parlant d'un chien (w, 22).
.iJ i-j a genre de paralysie, ('1, 11). Cf. VOC., s. vo paralisis
=lakwa, glos6 par : quando ostorpet; voir aussi W. MARbAIS, Tanger,
p. 458.
S3J jUJ egomme laque, (ic, 18).
j^J -ij~ cnoix, de la cuisse du boeuf : _A y iL_..IJ. 1) ,Ji~
Vyjl (Wv, i); cf. ALC., s. v pantorilla de la pierna= I=uze.
y- Plur. u 1 e varidt6s de plats cuisines, differentes fagons d'ap-
preter une viande, (wi, 4).

.S. ,) Js cog efse soucier de quelqu'un, (Ip, 8).



09 A*i frais de main-d'ceuvren dans la fabrication du pain (n, 17);
p-ur. e (A, :6).
tA L'* cetoiler : IZ4tl .L-I eL"-.I (la toile 6crue et la toile blan-










- 64 -


chien(-, 18); A.o,3 t"tI Jc (,j -, 21); au blanchissage (sI-, i ).
Cf. VOC., s. vo telapanni=mata'.
*L -~a dans la terminologic du tissage, designe un group de
cent vingt fits; it s'agit peut-etre des fils de la chain (iv, 8). JLo
eformule-typen fondue sur i'exp6rience et qui sert de base A l'dlabo-
ration d'un produit determine (its, 8; rv, 21; HI, 12, 15, 17, 19;
w-, 1); .yUJi. l y JUW J1J csi vs on a 6nonce A cc sujet une
formule-type qui sert de regle, de loin (wt, 13).
Plur. :sL ejaunes, d'muf (Fi, 22).

-A- ,. ncesophagen (iw, i4).
(. et O 'a deux lignes d'intervalle, elitharge, (ov, 5, 8).
e.wAt fctifthargel (li, 8), autre forme, plus conforme au prototype
persan murda sang.
I i- e fieln du bceuf (or, 11).

CS, -j. ecgarumn, sorte de sauce, de saumure (m, ao; i9, 19);
du latin muria.
,o L4 e reraser, une measure contenant du grain (Ir, 7; 14, 17);
cette operation se fait avec une regle de bois (14, 9); cf. ALC.,
356/3, s. v rasar la medida=namsah. vy*. : u, l ,. J eac-
tion du nesurer A measure rasen, le contraire est JLi. (14, 11);
r.y 3J, measurer e rase, (ir, 15).
Lw -w.M 1Ile forme LLo ? frotter sur quelque chose, passer sur quelque
chose en frottantn (14, o1).

v .,A JA : .-LI J ( r.r.- elles se pavanent dans de beaux
costumes, dans leurs plus jolis atours, (w', 4).
.J C.. de chbvre [lait], (,w, 19).
-
"f. .~I remblic, variWtd de myrobolann (ici, o); t ~p (oi, 3);
cf. VOC., s, O mnira,











65 -
S- "j arbuste don't t'ecorce sert a teindre en rouge (r, 15;
fi, 16). IBN AL-BAITAB (ap. D.) donne amildis come synonyme berbere
de I'arabe j.L ; P. DE ALCALA connait ce dernier mot sous la forme
sufdira=fustete palo efustet,, espece de sumac don't le bois jaunatre
sert pour la teinture; quant au mot berbere, on le retrouve en kabyle
sous la forme mhls calaterne, (cf. HUYGHE, Qamus qbaili-rumi, !a ed.,
p. 28). II est a remarquer que, dans les deux passages o0 il est cite, ce
nom berbere se pr6sente comme arabis6 grAce au replacement de l'ar-
tice berbere a- par l'article arabe.
2 --. : t,~.x1 la pupille de l'ceil (or, h); cf. VOC., s. v0 pu-
pilla oculi=mimmi. Le mot appartient au language enfantin (cbebbn,
mpoupon,) [cf. Glosario, p. 36h].

r -- Emploi de la proposition avec une valeur partitive a tendance
substantivale : L)JI Ly rcune certain quantity de [pain] froid (wi, 4).

(3>4. Plur. I AJ.z f pieces de tissu servant de tabliers pour les
mitrons (i., o1).
L o ad6preciern (ii, to); nom d'action : wLo. reaction de traiter
sans consideration, de diminuer, quelqu'un (0i, to).

Jt .iL. o situation de fortunes d'un individu (i\A, 11).

S- Plur. g l., glos6 par : sI z J iJ uL._ "L .
J O. ( .SUJ .sy. yY4 -.. ecomnmerGants don't
les moyens d'existence consistent 4 acheter du bl4 et h I'amener sur leurs
bAtes, puis a le faire moudre et a introduire ia farine en villen (rvc,
7, so). Le Vocabulista donne un verbe mar yimr, s. v deportare de loco
in locum, et un nom d'artisan mayyar (plur. mayyarin et mayyara) qui
est glos6 par : aventurer proprie; pour P. DE ALCALX, mayydr est un mu-
letier transporteur (hariero, recuero), specialement de vin (vinetaro); tous
ces mots sont en rapport 4troit avec le classique ii, vravitaillement en
vivres que l'on ambner.

p.. t estaphisaigre,, produit employ centre les poux (5i, i),
d'oi son nom marocain de bhab arrays tgraine pour la tgte,. Le mot
repr6sente le persan matwizag epetit raisin see,; cf. latin passula (mon-
tana).
AS-SA4ATI. 5











- 66 -


-- ,4 e repoussern en parlant du sabot d'une bAte de some
(vi, 9); epousser, en parlant d'une dent (s4, s1).

.;3 -- e dtirer de la viande de la marmite ou elle a cuit (tv, 21).
.S.F -- .i. action de procreer, d'engendrern de beaux enfants
(C4, so).
.yP i)L. actionn de tailler du bois, (, i, 12).

j#. e~L K action de pratiquer la surenchbre a propos de quelque
chose que P'on n'a pas I'intention d'acheter (1,, 9; O, 9; *', io).
'.\ "qui est en cuivre measuree de capacit6]n (ir, 22; I~,
2, i ).
K iA.b : i l e il la mit de c6te (t4, 8); L~i 3 JIl l
cit le mit de c6t06 (n, 16).

-ii ,y t courtier pour la vente des esclaves, (oci, 5); e courtier
pour la vente des betes de sommen (so, 18) : c61 ,0l L JlI.
Cf. ALC., nahhs = corredor que aprecia.
i) J-L : >J Jt.pJL (r', 20; ri, 13); a6JLs tson, (mi, 8).

s,3 i .g., (5 cct Kmettre en vente a la crime au prix de.. .
(A, i1). ibL cri6e aux encheresn (6A, 16). P. DE ALCALi traduit
1'espagnol empruntd Almoneda par su7. i ~cw traces d'humidith6
(14, 3).
Ej .3P- : hJl v j il descendit de sur la b4te de some,
(re, 8).
J;j ,Jj :a y .. .i J~L. (eA, 9), ^ 3.. J, J_ j (9., 9) Ildepo-
ser ses marchandises chez un commissionnaire ou sA n, en parlantd'un
negociant en gros ou b. En hispanique, une auberge ou posada s'ap-
pelait mnnzil (cf. ALC., 353/18); aussi, h la faveur des indications non-
velles apportees sur la profession de par le traits d'As-SATITI,
nous proposons de traduire le posadero -gells, plur. gelilis de P. DE










67 -

ALCALL (353/27) non plus par respece de siege de nattes de sparte, (1)
comme 'a fail DozY (cf. Supply sub verbo) mais par ctenancier d'une
posadan, c'est-a-dire d'un JpjL, d'un u-., chez qui les gros n6gociants
strangers descendent et qui se charge de l'coulement de leurs pro-
duits. 43J cmorve7, maladie des b6tes de some (44, 3); cf. VOC.,
s. v reuma -nazla.

SA? Lcb echercher a s6duiren, en parlant d'une femme (A, 6).
n c mItier tissern la soie (,i, 5, 6).
.i Sj eordonnance m4dicale, (Fo, a1), plur. j ( 8).
J.o -- .ib r~fistulen a l'oeil (ov, t6). P. DE ALCALL qui donne nasdr'
s. v fistola, traduit fistola de ojos par coro' al-'ainin (2).
.A
L.4 Plur. Ly4 inventions, (io, 9i). Cf. ALC., s. voforja=nezsiye.
Le &,b tforgeron", enregistr6 par DozY, est a remplacor par -inven-
teurs, espagnolforjador.
._olJ ccommencer, entreprendren (ro, o2). Peut-6tre fau-
drait-il lire S.y l o0f le texte (14, 4) porte sty Le Glossarium
latino-arabicum donne en effet yJ s. vo infixus, ce qui conviendrait
au sens de la phrase.
J.. Plur. 0 3)Lj escieursH (I4, i ). )Lzj t cdouleur qui atteint
les betes de some au genour (10, sh). Pour Ibn Hudail, c'est cune
enflure qui survient au tendon appeld 'ugaya, a la parties post6rieure
du boulet d'un membre ant6rieur ou postlrieur; elle est provoqu6e par
la fatigue et iexces de travails.
L tJ gr6siller, en parlant de la cire (ipc, 6); tbruire,, en
parlant du vinaigre vers6 goutte a goutte sur le sol qui entire alors en
effervescence (14, io).
pj -- Plur. zlk t cormes?, (vt, 17).
S ^ .a investor d'une function, nommer, (FIA, 3); ceinstaller.
1,,w alU jJl .Jk ,:s J I aJ les apothicaires qui se sont in-
stall6s sur les marches (io, o0).

ct) Malgr6 le tangerois gellds ri.: vase de nuit".
(') Peut-Otre faut-il lire : koroh.









- 68 -


Ar- i conscience professionnellen avec laquelle un produit est
prepare ( A, 5; Js, 3).

r. e qui est extinu4 par un voyage long et peniblen (cp, 8).

xai 3,1 acnatronn (fr, 22), produit employed dans le pain. Cf. D.,
s. vo .. :Le .a est appeal aussi .i etjt y; it porte
ce dernier nom parce que les boulangers, en lgypte, apres l'avoir
dissous dans de l'eau, t'dtendent sur le pain avant de le cuire, afin de
donner plus de lustre et d'4clat a la crofite.

8b Ij sorte de petit fourneau portatifn (pa, 7). Cf. VOC., s. v
arula = nafih.

J 4;a, : j 3t Ai.. edont les parties vitales ont Wte atteintesn
par suite d'un accident, en parlant d'une bete de boucherie (wr, 12).
cc. &i action d'administrer la justice, (r, 7).

j 4jiU repiquer une meule, (ri, u2).- trl.ic (sorte de mar-
teau pour repiquer les meules, (rlc, 16; ra, 3). Cf. ALC., s. Y picar
muelapara moler=nanqo; DESTAING, Voc.fr.-berbere Soils, s. vo marteau.

jiaJ PaS b, pris substantivement : pain qui n'a pas le poids, :
o0tWJ y (ll, 7); LjWt t*a>. (t, il).
,.. III JiUl rapporterD (mi, ii).-- 3Jis taren du recipient qui
content les objets peses (i, 4); mais peut-Atre faut-il lire jjs.

j .J ~edevenir furieuxn, en parlant d'un chat ("i, i ).

Ly2 .5 (j caller rapidementi (ca, 5).
3 -Plur. ~y ppleureuses funebres, (MA, 0o).

) ii)p cchaux vive, (ir, 5; Iv, 5); epApte 4pilatoire h base de chaux
viven (oi, 4).

SE- tclasser par categories, (ci, 6). .Z ,rvarid6 : )Lfl
ep. cdes clous varies, assortis (vr, 6).










69 -
J. J, reaction de proc6der aux diff6rentes operations propres h un
mdtier (l *, i); ~ action de s'occuper de, de prendre soin den (r, i).

enon cuit,, en parlant du plAtre (lc, 2o; ia, s); edcru,, i
propos de la soie (tr, 9).




..A -4 reduit en poussibre, : J I = c~g ..t I f tea farine
qui, au course de la mouture, a 4t0 r6duite en fine poussiere, (q1, i8);
le contraire est: Lf t r.l tegrossierement moulue,. Dans le pas-
sage correspondent, l'Uknam porte : l5>Jt l ta farine fine,
iittdralement tdouce au toucher,.

N0 j )&6 s raconter des sornettes a...n, comme ceux qui
disent la bonne venture et 6crivent des talismans d'amour : lO
4i:. L. (iv, 2 a). )i3 qui raconte des sornettes; devin, ma-
gicien?n (iv, 21). Peut-&tre faut-il rapprocher ces terms de )itl
Sparoles magiques, recueilli par D.
,!J; A cechat, (,I, to; 4i, 16); cf. VOC., s. vo murileus-=hirr.

4 e. sorte de metsr, plur. 5tZI (wi, 2o). As-SAATI dis-
tingue: 10o Jt composee de bed, de viande et de graisse
(mt, i5), don't l'Uknftm donne pour equivalent : J it l.;
20 iJfl; :0 ..O ( 17; fv, 7; -A, 16). Sur ce mets, cf. W. MARAIS,
Tanger, p. 15o, notes et les refdrences qui y sont fournies; y ajouter
GOULVEN, Les Mellahs de Rabat-Sald, p. 61.

j J3 efqui n'est pas gras,, en parlant de la viande; le contraire
est w ( 8).

--( .;. : .. .lil icc nom d'une droguer (pce, 5).

J A.6 ttaccompagnern (ov, 2); cf. ALC., s. v accompanar al mayor
-nihawwdd. DozY a enregistrd ce verbe sous la III forme; mais I'ac-
centuation de P. DE ALCALi : nihawwdd hawwdtt- hawwdd, a cbtd de
celle du synonyme de IIP forme: nisdhiab-sahabt-s dhab ne permet
gu6re de douter qu'il ne s'agisse r6ellement d'une 11 forme come chez









- 70 -


as-Salati; toutefois, P. DE LCALc donne h quatre reprises (150/17-k2-
97-36) le nom d'action de II former muhdweda, mohdMeda com-
ipaia. II se pent que ~~a de IP forme ait &t6 influence, au point de vue
de la forme, par ses synonymes plus courants : L,..Lo et pl) qui appar-
tiennent h la IIl. iil afaiblesse, manque de s6v6riten d'un ma-
gistrat (o, 18).

L) .js 5J to reprbsenter h quelqu'un une action comme 6tant
de peu d'importance, obtenir facilement quelque chose de quelqu'un,
(.., 3).
LU- A c facon d'agirn (r, 6).




.. --. ,cpoil des animaux en ge6nrala : (S I J1." d. L la iJri.^


C 3 -- jt nattachern une b4te de some (ri, 2).

S 3. 42, 2 a. ct envoyer chercher quelqu'unu (rF, 3). q. :
&.L,_j m. Kenmaniere de divertissement (r", 17); .d adevant
soi,, apres un verbe de movement : A,.l A il continue sa
routes (rr, 8), L.. c I ,il s'en allan (wC, in), A1-tJ Lvo .il
partit, (q,, i5); t ren aucune faqon,, apres un verbe n6gatif
()*, 10; 14, 10; tYe, ii). .). : devant, d'une boutique ( 12, i2);
plur. dtl : l & .,t (IA, 20; rt', 17).
3 ,.\J : o,.i Jxl el'un des [deux] sacs, (rF, 21).
-) 6 tcse fendiller en lamelles,, en parlant de clous fabriques
avec du fer insuffisamment cuit (is, 8).
Plur. Asz agents d'exdcution du souverain, (i., 9).

).3 W tcc peser pour vendre, vendren (A, h), nom d'action : y
(is, 7); payer, (,e, 18). y cc tre pes,, (ti, 6). u., cf.
) .- a u e peseur public (Iw, 2); efpeseur, chez le boulanger










71 -
(1i, 16), chez le farinier (i-, 15). b&l5 ou Aslj e recipient imprecis6
dans lequel on place des figures pour les peser sur la balance; ii a un
fond, ,x, et parait &tre angulaire,G.V (IA, a s2; 14, 3, L); cf. OCt.
U 1l et uj31 ,o .-Uj1I -pesant le poids normal (pain), (t-, 2).
LW- Adj. ",3 ,dtiede, d'une temperature moyenne,, qui n'est ni
froide, ni bouillante [eau] (v-, i). A6t1l cindividu servant d'intcr-
mediairen (ao, 1); ii s'agit d'un interprkte.
3 ,a "poingon, avec lequel le muhtasib poinponne les poids et
les measures (I,, io).
Ao u, eraconler ,: Y J1 ef raconter B quelqu'unn
(w, 9), ," I uz J .W ~craconter quelqu'un des histoires sur
le compe d'un tiers, (s., i). o : kLt ,i reaction de raconter
une histoire, (cda, 15). Cf. VOC., s. vo narare=nasif-wasaft; IBn
K.zmxN : wa-'in wasaf cissa cet lorqu'il rapporte une anecdotes (9, vo,
ao). Juo tformule, recetten d'un produit de beauty (-', t5, 2o).
o 3 3 "morceau de cuir servant d'elargissuren dans une chaus-
sure ou y'S (61, 2); plur. uA5s traccords, dans une cordelette
d'alfa, endroits oh se rejoignent les extrimitds de deux brins d'alfa
contigus ('11, 17).

( .f\$ efdonner comme tapis a quelqu'un, : ~ ~..> y^ U'lk
(nP, 21).
i3s(3 cs~ tengager' des employes (11, 15).
_C lS} (recipient imprecise contenant de la farine (11, 23), des
tigues (iv. 18); J.31 lts, errcipient dans lequel on depose les objets
que i'on veut pesern (14, i).
,- -- 1 r epargner, economiserr (tA, 13); s2 tdiminuer, retran-
chern : Aami! Jz t.L l nk til enleve du grain au-dessous du niveau
de la ferruren (iV, 17). -;- 3 e4tre economisB, (rv, g1).
~.,\ eeffectuer complbtement, (14, ih, ",, 7); c. VOC., s. v*
complere.

".









72 -

& t"3 action de plaisanter avec hardiesse, (ae, to).
3. -Plur. :tI.;. fours 7 des verriers (iv, 7).

J tLbl traction de s6virn (rv, t); [cf. JWLb. i. l Li1" (,", i)];
reaction de s'adapter a..., de coincider avec.. (i, 5).
A3S cl5} wfournier du boulanger, charge de la chauffe du four et
de la surveillance de la cuisson7 (rA, 3, i i); cf. VOC., s. v fornarius
=waVkaf.
L~- a --^, plur. 131\ conce,(i), measure de poids dquivalant au poids
de vingt dirham imamiens d'argent (wi, 15); il faut seize onces pour
faire un ridl ordinaire (it, il).
<



j. &. ,plante a latex visicantn (iFr, 13); plur. Als, (Fr, 7).
S- ,.. : c1 ..J ,k. cmettre la main i, la pate (v., i). -
apiece de corde entibren : Cy.J Ll .4J_ J .. (vI, 9); cf. JOLY,
L'industrie Ai TPtouan, in Archives marocaines, XV, p. 12t : yedda epaquet
de corde ayant de douze h Ireize metres de long.
i ..qM. c.un peu de... : j un pen d'aromates,
(vy, 18); oij,.. yL a sun peu de sue de lycium, (FP, i).

(1) D'apres H. SAUVAIRE, cette once aurait pes6 31 grammes 5:8 (ct. Journal asia-
tique, 8" s6rie, t. IV, 188!, p. 3oi).
























TABLE DES MATIERES.



Paget.

INTRODUCTION ........ ........ .................................... .

NOTES LINGUISTIQUES ............ ..... ................................ 1
Phon ttique .................................................. 1
Morphologie ................... ..............................
Syntaxe...................................................... 5
Vocabulaire.................................................... 9

GLOSSAIRE ........................................ .. .......... 11

























.......................~~~~~~~~................... ........do~Z


....... .... I ........ e, l I *,.A L." L,-4 ca

.I.:................. ..... .....................I~j




rl................... .......... JL6:013 LJ.Jl 3 ClJI ,3~ltllW


PV ............... U-J 13 Lv--5o3 iSp/W13 L,.J3!Al L Ci :.jwl ywl
.' ...................'.....
JJ,Y Ls Ubwl~












IDA ................... ................... ....soo
S................... ........, I1 1
A P

vi ~ ~ ~ *h~J~ ................ rv L;. 9L.
IC70
























214,s1: "*

A, 4:A l

1,6, 21; le, 19 :46 Lo

a., 11:

wI, ih, 16; rf, s1, 14 :& .Lo

c., 1 : 3.o


v, 10 : 9
.0, 18 :A





., 1 :





a., 4:


C., t : i ,y

a1 *, 18 : ~J

Il, I a

1., 19 :yJ

Fq, 19; a*, 3 : ^j

tie, 6 : rjl a.



q4, 2o:S

aF, 9 :JaJ

F4, g0; OF, t6 :

v 1: 1




v., 1 3 : &.L. ,


d*. 12 :


CjL 1 A A











Vy -



,Y-e;t4>Jl > c, \I L de i4^, ^ sy b a, i )I3 Lx

o-j*t L3 o^-M M L_*ei3 ?b) J 1l3> O U &St aU- I dw 10) 4- X. l "41



P us


la.^jlxJl -,- I Le tx J
6.* /
L l y LAg J t La?-s Lt aV ala
U-43


C) Ms. B :5 LJ ( Le manuscrit A ajoute ici: ...o4 ~. () Ms.: ij.










VI -





L Du I Jw [fol. 5b v] j c li l ;s l yAlJ!
L

, <; _






9 f
u.5yd1 (M p LY 1 uM Jul v:t L




J~ ~FJ..+.- L [fol. 51 rL] 1 JL,. iXall b 1 dUl
It gas, 11 ines 1 l 3rbLs, F d 0t






p< y-Icvjt e9lj iSU9 9* 9s I 9X P> J L




1 ) M B J 'L- i d an L dn LL it-4, UJ- o at g
SMs. B [fol. insi dans es deuJ manuscrits; on pourrait longer L


c tj jit )tl(j L' l);w ~
















0> LJ yI5.: xPJ JUd 3i &Y 1 Jo a: ^i1 Vj.V3 4 31

JL9JI A J"% Nl Ljl ZV )Lx- 'L) 5



[fol. 50 re ULU3 LA JI e L(Y0 Ai33 yAL J) 3 y 3 e-)?



S*ilA I (J< JL6) J^)9 LJI* (W L,; yl UlJ LO t j,
u ... ..tJa ld ..l 2 S j t


C/ S^-0 0I37: jiioj ^ ^ xj' JIi Led ILI JL&-


J 3 JI ,.UL ys>
[fol. J50 U. )34, LI





y~-A l>JU, 0jj; JLl 56 jq4 Z^ Lt ^1 U


(;/;- h U.Z, vylt I5^ XLLA "^! LWy iN?> OL3 4W, x3Jt



t3131 6
1 4.
W Ms.: ,1. Ms. A : ( .












14 -






w -















5 t






















no L.A.A.is c a ~ F. A.. ; 5 41
(< E ap Jl s







io IL aZ, "j J ILIk J
,,j fta. j i& s \t \ SIL3 l E J a a












Eb d m r
LL -0











4A -

* < -l J. Jy [fol. 48 v"] WaJ us. l
&- -J* 2 N3













i ms 1 J







< jU ji1 xt? 1.< S4L .ILio J LI y- WI g Al 10


pP









+, MZ ULS31 Ar* Lj ,Aaju U ,3q











'1V -





S-5

JcM b e u' u1- 1 f,

5 An u 1 .* p ^ i .

^.L U, / jJ J& -5 ], J^ y U [fol. 48 r'] WA,





<6"^LojI^JL yy u6-,l jz bLu3

10 USjU L. 4ip &1,



.13 rJ l U -T.









S






10 J (, L .I ( yi iUj J U4 i
_S y* -L-a jj~.S<-a y} ^Si J.LI -y5 jc ^A

re?




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs