• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dedication
 Introduction
 L'animisme et la création...
 Les Limites de la création...
 Les Regions D'art
 Conclusion
 Bibliography
 List of Illustrations
 Table of Contents






Group Title: Art et religion
Title: L'art nègre
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00023238/00001
 Material Information
Title: L' art nègre l'art animiste des noirs d'Afrique
Physical Description: p. cm. : ;
Language: French
Creator: Hardy, Georges, 1884-
Publisher: H. Laurens
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1927
 Subjects
Subject: Art -- Africa   ( lcsh )
Animism   ( lcsh )
Blacks -- Africa   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00023238
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000628487
notis - ADF8006
lccn - 29015618

Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Dedication
        Dedication
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    L'animisme et la création artistique
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Plate 1
        Plate 2
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Plage 3
        Plage 4
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Plate 5
        Plate 6
        Plate 7
        Plate 8
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Les Limites de la création artistique
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Plate 9
        Plate 10
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Plate 11
        Plate 12
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Plate 13
        Plate 14
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Plate 15
        Plate 16
        Page 113
        Page 114
    Les Regions D'art
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Plate 17
        Plate 18
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Plate 19
        Plate 20
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Plate 21
        Plate 22
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Plate 23
        Plate 24
    Conclusion
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    Bibliography
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    List of Illustrations
        Page 165
        Page 166
    Table of Contents
        Page 167
        Page 168
Full Text




ART ET RELIGION




L'ART NEGRE

L'ART ANIMISTE DES NOIRS D'AFRIQUE

PAR ) /'

GEORGES HARDY
DIRECTEUR DE L'ECOLE COLONIAL





S:.. vingt-quatre planches hours texte.







PARIS
HENRI LAURENS, tDITEUR
6, RUE DE TOURNON, 6


1927













ARCH &
FINE ARTS
UI3RARY






A LA MEMOIRE

DE

MAURICE DELAFOSSE



SoN DISCIPLE ET SON AMI,

G. II.


















/







L'ART ANIMISTE

DES NOIRS D'AFRIQUE





^ INTRODUCTION



PoUR peu qu'on ait v6cu parmi les races noires de
1 'Afrique, on se rdsigne malais6ment a les grou-
per sous ce vocable unique, traditionnel et, pour un
Europden s6dentaire, charge d'un sens bien net : les
Negres.
Ce n'est pas seulement parce que, dans les colonies,
, les Europdens, comme les indigenes, pretent a ce
terme une nuance pejorative : quand on se soucie de
ne froisser personnel, on ne dit pas ( un negre ), on
dit: o un noir ). C'est surtout parce qu'on ne tarde
guere h d6couvrir, entire les divers groupements
sociaux de la Nigritie, des differences aussi tranchses
qu'entre les groupements de race blanche. On parole
couramment d'un art n6gre, d'une religion negre,
d'une langue n6gre : ne trouverait-on pas quelque
abus de g6ndralisation a parler d'un art blanc, d'une
religion blanche, d'une langue blanche?
II paralt done indispensable, en abordant une 6tude






2 L'ART ANIMISTE
aussi large que celle-ci, de mettre le lecteur en garden
contre des idees trop simples et de ne lui point laisser
croire qu'on adopted sans resistance une vue aussi auda-
cieusement synthetique. L'Afrique noire est un monde
immense : elle s'dtend, pour ne citer que ce chiffre, a
peu pres sur quarante degr6s de latitude. Elle est
occup6e par des formes de relief et des types de veg6-
tation beaucoup plus varies qu'on ne 1'imagine d'ordi-
naire. Elle est peuplee de plus de 100 millions d'habi-
tants appartenant a des races don't les genres de vie
different sensiblement et qui, pour la plupart, garden
farouchement leur individuality elhnique. On subit, a
la parcourir, tant de rappels a la prudence intellec-
tuelle, on est tenu de briser, sous la pression des fails
qu'elle d6couvre peu h peu, taut de concepts appa-
remment solides, qu'on en arrive a se demander si le
Negre existe.
En fin de compete, il semble bien qu'il existed. Mais
il n'est pas cet animal-homme, tout d'une pi6ce, iden-
tique a lui-m6me du Sdn6gal a la Rhod6sia, que l'ima-
gination populaire se represente et qu'elle revet, selon
le caprice du moment, de belle innocence ou de f6ro-
cit6. II faut longuement frequenter les i,"i:i!. !ii -
africaines, il faut suivre pas & pas les travaux, de plus
en plus abondants et s6rieux, qui cherchent le type
sous les races, pour apercevoir, entire les n6gres
d'Afrique, une parent vraiment accuse. I1 faut aussi
se garder de succomber a certaines tentations de
l'ethnographie et de confondre, notamment, ce que







INTRODUCTION


Renan d6nommait ( le primitif de l'esprit human ,
et ce qu'on peut appeler l'ini:, n6gre. Au prix de ces
precautions et de ces reserves, on peut chercher a
tracer une image de 1'ensemble et se permettre de
pr'.-lr au monde des noirs africains, autrement que
par une simple opposition de couleur, quelque unite.

Une unit de race..
Si l'on prend soin d'excepter la grande masse des
Absi-;n I, qui, nm. .i1,,t sa couleur, se rattache au rameau
s6mitique de la race blanche, et la plupart des tribus
m.i'-lgl:h ., qui s'apparentent aux indon6siens de race
jaune, il est A peu pres certain qu'on se: trouve en
presence d'une veritable famille humane, don't les
principaux elements sont venus d'un m6me point et
dans laquelle se sont fondus, par une frequentation
prolonged, des 61ements strangers, come les Peul
du Soudan et les Hottentots de 1'Afrique australe.
Les, Noir.s d'Afrique ne sont pas, autant qu'on puisse
l'affirmer, des autoehtones.. Les vrais autochtones, ce
sont ces petits hommes rouges et velus, les N.griillr-.,
dont il reste quelques temoins dans les parties les
plus d6sh6ritees de I'Afrique et que les Anciens nom-
maient Pygmees: Itran.:ment sauvages, n'utilisant
come abris que les hautes branches des arbres,, sans
autre industries que la chasse et la peche, ils etaient
bien incapables de resister aux populations vigoureuses
et prolifiques qui s'abattaient sur leur pays par vagues
succe4sives, pouss6es par les moussons.







L'ART ANIMISTE


C'est, en effet, vers le soleil levant que se tournent
les Noirs d'Afrique, quand ils dvoquent le pass de
leur race : leurs traditions les plus coh6rentes s'accor-
dent pour fixer leur berceau quelque part vers la ren-
contre de I'Oc4an Indien et du Pacifique. De grandes
migrations, don't on ne saurait, du moins pour le
moment, determiner la date, mais qui semblent fort
ant6rieures aux temps historiques, les ont amen6s
sur diffirents points de la c6te oriental d'Afrique :
de 16, se heurtant, se bousculant, se refoulant avec
plus ou moins de violence, parquant les autochtones
ou les absorbent, les derniers venus s'imposant par
leur vigueur toute fratche aux premiers apports amol-
lis d6jA par l'action du climate et la vie s6dentaire, ils
ont essaim6 vers la fort, les savanes, les steppes, les
massifs montagneux ou les mar6cages, a la recherche
d'un 6quilibre qui devait longtemps demeurer pr6-
caire.
I1 6tait natural qu'une grande diversity rdsultat de
ces difficult6s d'installation : les differences d'habitat,
l'in6galitW de resistance, le degr4 d'acclimatement,
1'importance et la quality des m6tissages, etc., tout
cela devait, a la longue, creer des courants divergents
au sein de cette masse primitivement homogine. Des
families ethniques se substituaient a la race, le par-
tage du sol obligeait le flot migrateur a rompre son
unite originelle.
Pourtant, ce morcellement trouvait de fortes limits
dans la nature meme du sol africain. 11 s'op6rait sur







INTRODUCTION 5
un continent massif, a peu pres ferme aux influences
ext6rieures, fort different a cet dgard de notre Europe
ou de l'Asie orientale: la race noire, sil'on peut dire,
travaillait sur elle-meme, restait livree h ses seules
forces internes, se bornait a remanier ses propres
el6ments. Par ailleurs, la gdographie de 1'Afrique
n'offrait aux diff6rents groupements rien de compa-
rable aux ( pays ) d'Europe, A ces regions naturelles,
franchement d6limit6es et pourvues d'une Dconomie
complete, dans lesquelles un meme people, malgr6
les traverses del'histoire, peutdurant des siecles mener
une existence suivie, accumuler ses progres, emprun-
ter largement A ses voisins et lier fortement sa per-
sonnalit6 & tout un assemblage de conditions physi-
ques. C'est le climate qui imprime a la nature africaine
ses caracteres essentiels, et c'est la zone climatique
qui command l'histoire : A travers ces large bandes
parallBles, ce n'est pas, comme chez nous, une ( civi-
lisation de circulation ) qui peut s'organiser, c'est
une vie de poursuite et de refoulement qui se perp6tue
et qui, ne laissant au groupement nulle security,
1'oblige A se replier sur lui-meme, a conserver, en
depit des frottements et des heurts, son individuality
ethnique.
Qu'en Europe on refuse A l'id'e de race tout contenu
reel, rien de mieux; le people, chez nous, a remplac6
la race; dans le creuset qu'offrait la nature, I'histoire
a fondu mille apports divers, et c'est pur jeu littdraire
que chercher aujourd'hui, dans les actions et reactions







6 L'ART ANIMISTE
d'une Ame national, des retours d'hli:'.litl celtique
ou ligure. En Afrique, le people n'apparait qu'a 1'6tat
d'exception trWs rare : il y a Ih comme des lots d'his-
toire, don't le soubassement gdographique :illpiral.
clairement. Le massif abyssin, par example, a donn6
naissance A un lpciieli, tir- resistant, mais il fallait un
group montagneux aussi different du reste de I'Afrique
pour que ce phbnom6ne inaccoutum6 ptft se produire,
et le fait 6chappe si nettement aux conditions ordinaires
de la vie africaine que ce nom d'Abyssin traduit 1'6ton-.
nement des voisins : Abyssin n'est pas un nom de
race, c'est un terme de mpris qui signifie (,\.i'.rlrnent
(( ramassis ). Nulle part ailleurs, du moins jusqu'a
l'6tablissement des dominations europdennes, les grou-
pements e-llniltue, ne sont parvenus A s'accrocher for-
tement au sol; ils ont, depuis l'aube des temps, vecu de
leur propre substance, et les quelques changements
qui sont intervenus dans leurs coutumes et leur genre
d'existence n'empechent pas qu'on retrouve en eux,
sans grande d6pense d'ingeniositU, l'essence d'une
race unique.

Les langues memes semblent rv-dler la survivance
d'une souche commune.
Elles sont, au premier examen, bien diverse. Elles
varient, non seulement d'une race A I'autre, mais de
tribu A tribu, voire, en certaines rDgions, de village A
village, et rien n'est d6cevant, d'un point de vue pra-
tique, comme i'6tude d'un de ces dialectes choisi entire







INTRODUCTION 7
mille : un Europ6en qui, au prix d'efforts prolongs,
est arrive a manier couramment la langue serere, par
example, se trouve a peu pres aussi d6pourvu dans le
rest de l'Afrique qu'un Frangais qui pr6tendrait ne
parler que le bas-breton.
11. reste, pourtant, qu'on peut aujourd'hui, sans
scandaliser les linguistes les mieux informs, parler
d'une certain ( unite des langues nigro-africaines :
leur parents au point de vue de la grammaire, de la
phonetique et meme du vocabulaire, parait ~tablie'.

Les preferences communes de la race sont plus nettes
encore.
Tant qu'a dur6 leur p6riode de migration et que les
circonstances ne leur ont pas permis de s'installer,
les divers groupements ont mend la vie nomade ou
semi-nomade des chasseurs et des pasteurs; mais leurs
goits les portaient vers un genre d'existence moins
aventureux. Le n6gre d'Afrique est essentiellement
cultivateur; des qu'il peut, il se donne des occupations
sedentaires et rurales. On ne le sent heureux que dans
son petit village, a l'ombre de ses grands arbres, ou
dans les champs quiavoisinentsa demeure; il est alors
capable d'un effort prolong, sinon tres vif, et d'un
soin de bon jardinier. La guerre, la razzia, les longues
marches derriere les troupeaux, la tente qu'on plie

Cf. notamment M. Delafosse. Sur 1'Unit6 des langues n6gro-
africaines. (Revue d'Ethnographie et des Traditions populaires, 20 tri-
mestre, 1920.)







8 L'ART ANIMISTE
chaque matin. et le pauvre mobilier qu'on attache au
dos des chameaux, des anes oudes booufs, tout cela,
que d'autres races d'Afrique, comme les Berberes,
admettent joyeusement, deplait a son Ame paysanne
et n'apparait dans son histoire qu'a titre d'accident.
Et ce trait de nature se complete par cet autre, qui
n'est pas moins marque : les socidt6s noires de l'Afrique
'sont essentiellement collectivistes et fortement hierar-
chis6es. L'individu n'y compete pas; il est absorb dans
cette unite social, plus ou moins large suivant les
regions : la famille, et 1'Etat, quand il existe, n'est
qu'un groupement de families, don't les chefs garden
une autorite reelle.

Soliditl de la famille, attachment A la vie rurale,
ces deux tendances profondes des Noirs d'Afrique se
rejoignent dans leur vie religieuse, qui est intense, et
qui, mieux que tout le reste, fait apparaitre l'unit6 de
race.
Religion avant tout agraire et familiale, l'Animisme
des Noirs d'Afrique tient vraiment aux plus secretes
fibres de leur Ame, et l'on ne saurail trop insisted sur
1'6tendue et la profondeur de son emprise. L'Islam,
certes, a taill6 de large brkches dans le domaine des
vieux cultes animistes; mais l'importance et la valeur
de ses conquetes ne r6pondent nullement a la some
d'efforts qu'il a d6pens6s lA depuis tant de siecles.
On s'exagere trop souvent, du reste, 1'etendue r6elle
et la force d'expansion de l'lslam en Afrique. En dehors







INTRODUCTION 9
des populations de race blanche de l'Egypte, de la Ber-
berie et du Sahara, l'Islam n'a guere touch, et depuis
un temps assez recent, que les populations noires qui
vivent en bordure du desert ou de la c6te oriental; il
s'est infiltr6, surtout par l'interm6diaire d'une race
commercante, les Dioula, en quelques points des rives
du Golfe de Guin6e; mais le bloc de la Nigritie lui
6chappe, et rien ne fait prevoir que son expansion
trouve, dans un avenir prochain, des conditions plus
favorables. Bien mieux, on signal, en maint endroit,
des regressions de l'Islam, un franc retour aux religions
locales.
Notons, par ailleurs, que, meme dans les regions
oit il semble le plus fortement acclimate, lIslam est
tout p6n6tre de croyances animistes. 11 n'est dejh pas
trWs pur chez les populations blanches de l'Afrique du
Nord : chez les populations noires, il est, en quelque
sorte, 6touffd sous les pratiques animistes, il apparait
tout defigurd, on sent qu'il n'est pas le fruit du sol et
qu'il lui faut lutter sans trove centre les retours offen-
sifs des cultes indigenes.
C'est cet Animisme, si nettement g6ndral et si resis-
tant, qui impose du meme coup a l'art des Noirs
d'Afrique une certain unit de tendances et d'expres-
sion. C'est lui seul qui permit d'expliquer cet art,
dans la measure ou semblable entreprise est possible.
Or, rien n'est plus difficile que de p6netrer a fond,
non seulement les dogmes, mais les manifestations
ordinaires des religions animistes. Nous avons affaire







10 L'ART ANIMISTE
ici t des cultes qui ne se pratiquent gu6re au grand
jour, h des initiations qui imposent un secret absolu,
a des rites qui sont fr6quemment en opposition avec
notre politique et notre morale, et qu'on nous cache
soigneusement, A des religions qui sont tout a fait
depourvues de litterature 6crite, a des concepts qni
sont 6trangement 6loignes des n6tres et que notre
vocabulaire est impuissant h traduire. 11 a fall des
enqu6les multiples et toute une education des informa-
teurs pour que quelques lueurs commencent d'appa-
raitre, et 'on ne saurait trop admirer soit dit en
passant la patience, l'ing6niosit6 et l'avidit6 de
comprendre don't temoignent la plupart des coloniaux
d'aujourd'hui : sans leurs travaux si m6ritoires, la
synthEse la plus timide nous serait interdite, ce qui
ne veut pas dire qu'elle puisse encore Wtre bien solide.
Quant 1l'art que nous 6tudions en function de ces
religions obscures, il semble bien qu'il soit en train
de sombrer ou du moins de se transformer complete-
ment. Ses manifestations les plus int6ressantes ne
sont plus guere que des fossiles. 11 nous est a peu pres
impossible de saisir sur le vif ses rapports avec I'ani-
misme et meme ses rapports avec les races et les
regions.
Voilh hien des difficult6s, qui commandent mainte
precaution. I reste assurdment, en dehors des lacunes
d6finitives et des simples vraisemblances, bien des
faits solidement acquis, d'oft peut jaillir quelque
lumiBre. Mais on devine qu'il serait insens6 de tenter,







INTRODUCTION 11
meme & grands traits, une ( histoire un ( manuel >
de l'art negre.
Oserons-nous done parler d'une philosophie de l'art
negre? Ce ne serait 1A, malgr6 l'allure pr6lentieuse
des mots, que prudence et modestie, en tout cas,
quelque chance d'dchapper a la fois a Pamas d'6pi-
thetes don't on nous a souvent fatigues et aux savantes
m6thodes qui, pour s'appliquer utilement, exigent
d'etre appuydes sur une connaissance gale de la flo-
raison artistique et de la vie historique.













CHAPITRE PREMIER


L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE

I. LE DOGME ANIMISTE. II. LE CULTE DES MORTS. III. LE
CULTE DES FORCES PHYSIQUES ET DES GENES. :- IV. MAGIE
ET RELIGION. V. LES SOCIETIES SECRETES. VI. L'ART AU
SERVICE DE L'ANIMISME.


I. LE DOGME ANIMISTE
PIERRE Mille conte quelque part l'histoire d'une
jeune negresse qu'un Blanc, son 6poux ( A la mode
du pays ), am6ne, du fond dela brousse, A Saint-Louis
du Sdnigal et conduit devant les principles curiosit6s
de la vieille capital. Ils entrent A l'eglise, et la petite
sauvage d6couvre, dans l'ombre de la nef, un Christ
de cire, grandeur naturelle, cloud sur sa croix, la
lividity de la mort sur son corps tourment6, le chef
couronn6 d'6pines, le sang degouttant d'affreuses
plaies : elle pousse un hurlement d'effroi et s'enfuit,
convaincue que ces Blancs, d'apparence paisible, pas-
sent en cruaut6 les plus barbares des Noirs.
C'est une impression du meme genre, tout aussi
fausse, qu'un Parisien non prdvenu peut emporter
d'une exposition ( d'art negre ). 11 sait confus6ment,
par le catalogue ou par des articles de press, que cet






14 L'ART ANIMISTE
art est d'inspiration religieuse; mais ce qu'il voit, ce
pdle-m6le de masques grotesques ou terrifiants, de
statuettes aimables et de monstres composites, se
ramene dans son esprit A cette id6e simple que
traduit un vieux mot commode, mis en circula-
lion au xvinI siecle par le president de Brosse : F6ti-
chisme.
Pour lui, comme pour la plupart de nos contempo-
rains, la religion des Noirs d'Afrique, c'est essentiel-
lement l'adoration des f6tiches, des idoles, des images
qui incarnent les forces bonnes ou mauvaises de la
nature. II se repr6sente les indigenes de la Guinee ou
du Congo prosternes devant cette statue de femme,
que d'audacieux ex6getes donnent pour la DWesse de
la F6condit6, ou devant ce guerrier a tate de caiman,
qui pourrait bien Wtre le Dieu du Tonnerre.
Par ailleurs, devant cette abondance de statues, il
est naturellement enclin a supposed que, chez les
Noirs comme chez certain autres peuples, toutes les
forces de la nature, plus on moins divinis6es, trouvent
dans l'art une expression correspondante. 11 luimanque
de d6couvrir, a c6t6 de la statue ou du bas-relief auquel
on peut essayer d'attribuer un sens, le a f6tiche
informed, le monolithe ou le tronc d'arbre, covert de
sang, de plumes et de coquilles d'oaufs, qui ne pr6-
sente plus aucun caractere d'art et qui, pourtant, tient
une place non moins large dans les manifestations de
la vie religieuse. It en vient ainsi a rapprocher cette
religion idolatre de la religion grecque, par example,






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 15
et pronounce volontiers, au course de sa promenade, les
mots de Paganisme et de Polytheisme.
Pour peu qu'il soit frott6 d'ethnographie g6n6rale,
il ne manque pas non plus d'attribuer une importance
exag~r~e aux representations plus ou moins exactes
d'animaux; il croit deviner, on lui suggere aussi, que
cette participation des animaux & la vie religieuse
implique une parents que d'autres peuplades primitives
dressent au premier plan de leurs croyances, et il est
entendu que cette religion f6tichiste, idolrtre, poly-
th6iste, est en m6me temps toute p6netree de tot6-
misme.
Autant d'erreurs, autant d'id6es priconques, don't it
faut se dl.li i1r', si l'on vent s'approcher de cette Ame
profondement religieuse qu'est I'ame negre. La reli-
gion des Noirs d'Afrique est fort 6loign6e de cette
imagerie grossiere on de ces analogies simplistes. Sans
doute est-elle particulierement encombr6e de pratiques
f4tichistes et de superstitions; mais nous allons voir
qu'elle ne se confond nullement avec elles, pas plus
que le catholicisme ne se confond avec tant de survi-
vances magiques qu'on d6couvre an fond des campa-
gnes. Sans doute aussi trouvons-nous en Afrique noire
un veritable fourmillement de religions, assez diffi-
rentes les unes des autres, au moins dans leurs mani-
festations ext6rieures, et sans rapports avec des doc-
trines coh6rentes comme le Bouddhisme ou l'Isla-
misme; pourtant, mieux on connalt ces religions, plu-
on est autoris6 h affrmer qu'elles procedent toutes






L'ART ANIMISTE


d'un dogme commun, dogme qui doit Wtre bien fort et
bien profound pour avoir resist6 h tant de tribulations
et s'Otre maintenu aussi ferme malgr6 l'absence g6n6-
rale de livres saints.
Selon les regions, les cultes proprement dits pren-
nent des aspects varies, les organizations religieuses
se.diversifient, les noms surtout changent; mais len-
semble des croyances et les rapports des divers 61e-
ments de la religion entire eux restent sensiblement
les memes. Partout on d6couvre, comme le notait di6j
fortjustement un missionnaire, le R. P. Baudin, (( sous
l'exterieur grossier et repoussant du f6tichisme, un
enchainement de doctrine, tout un syst6me religieux
ofi le spiritualisme tient la plus grande place... ).
Tout au sommet de cette doctrine plane un Dieu
unique, qu'on n'esp6rait guere rencontrer dans ce
Pantheon sauvage. 11 acr6d, directement ou non, toutes
les choses et tous les etres, visible ou invisibles : l8-
dessus, l'accord est bien Rtabli et il n'apparait de
divergences que dans le plan et les proc6d6s de son
oeuvre. Pour les uns, il s'est surtout occupy de cr6er
les g6nies et les a charges de continue l'entreprise;
pour d'autres, il a crd6 le premier homme et la pre-
miere femme, qui, pourvus d'un pouvoirexceptionnel,
auraient a leur tour cr66 la terre, le soleil, la mer, etc.;
pour d'autres encore, il aurait cr66 le premier homme
et la premiere femme en parties double, soit un couple
blanc et un couple noir, ce dernier Rtant naturelle-
ment le pref6r6. Ailleurs, ces conceptions d'une cer-







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 17
taine ampleur se r6duisent h des interpretations
6troites el toutes locales : par example, au Cameroun,
les Yaound6 affirment que ce Dieu unique, apres avoir
cr66 la terre, y est descendu et qu'il a eu quatre
enfants : N'Kokon, le savant, I'ancetre des Yaound6,
Otukut, I'idiot, Ngi, le gorille, et Wo, le chimpanz6;
Ngi et Wo se sont enfuis et vivent dans les fourr6s oh
les homes les chassent pour mangerleur chair; pen-
dant son sdjourterrestre, Dieu a enseign6 aux hommes
le moyen d'ecarter certains maux, et il a trace le devoir
de chacun, que les Yaound6, aux heures difficiles,
resument en cette formula: ( Zamba (Dieu) a fait neuf
charges, je porte la mienne. )
Quoi qu'il en soit, ce Dieu createur a cess6 de prO-
ter attention aux choses humaines des le lendemain
de la creation. Les Diola du Fogny, pour exprimer
cette abstention syst6matique, disent : ( Le Cr6ateur
est morl. C'est done un Dieu essentiellement immo-
bile et indifferent. 11 n'a rien d'un Dieu-Providence.
On ne lui reconnait nul pouvoir sur le present ni sur
l'avenir; il ne peut ou ne veut intervenir en aucune
occasion sur les E6vnements don't il a r6gl6 I'ordre une
fois pour routes ou don't il a remis la conduite h des
interm6diaires. En certaines regions, des 16gendes
expliquent par des fautes humaines, par des manque-
ments a l'6gard de la divinilt, cette sorte de retraite;
il semble aussi que ce Dieu soit trop au-dessus de sa
creature el trop different d'elle pour 'entenedre; on
d6couvrirait sans peine, au fond de ce dogme s6v6re,
2







18 L'ART ANIMISTE
un profound sentiment d'humilit6 et comme une impres-
sion d'ecrasement en face de la nature.
Partout on retrouve, sous des traits plus ou moins
accuses, cette divinity sup6rieure, cr6atrice et indiff6-
rente, mais nulle part on ne lui rend un culte, tant
on est convaincu qu'elle ne peut ou ne veut rien pour
am6liorer le sort des humans; nulle part on ne lui
adresse de prieres r6gulibres, et c'est tout au plus si
son nomse trouve m6ld a quelques formules de souhaits,
de serments ou de lamentations: on la prend a timoin
plut6t qu'on ne l'invoque. On ne voit pas l'utilit6 de
demarches propitiatoires; on en redouterait pldtbt
l'incorrection et, dans l'6merveillement que provo-
quent, aux yeux des Noirs d'Afrique, les relations
directed des musulmans ou des chr6tiens avec Dieu, il
serait bien difficile de determiner ce qui l'emporte, de
l'admiration sincere ou du scandal. Quand, par
hasard, ces prieres apparaissent, quand ce culte prend
forme, il faut y chercher une influence de l'Islam ou
des religions chretiennes, ou bien encore une confu-
sion qui s'est 6tablie entire le Dieu cr6ateur et 1'une
de ses principles creatures, le Ciel ou la Terre, par
example. Encore ces manifestations sont-elles fort
limitees et tout a fait intermittentes. Comme l'a fort
justement note M. Delafosse, il s'agit la, en some,
d'une croyance d'ordre cosmogonique plut6t que
d'ordre religieux.
On comprend que cette divinity inaccessible n'ait pas
pris dans l'imagination des Noirs une figure bien arre-







L'AN[MISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 19
tee. Partout elle porte un nom, un nom bien A part,
qui ne permit nullement de la confondre avec les
autres forces surnaturelles : c'est, par example, au
Congo, selon les idiomes, Nzam6, Nzamo, Nzambi,
Nzapa, Gumpa, Amyamb4, etc., mots qui derivent
pour la plupart de la meme racine; Ngala chez les
Bambara, Nisaoua chez les Kroumen, Emitay chez les
Diola du Fogny, Zamba chez les Yaound6 du Came-
roun, Mahou chez les Dahom6ens, etc... Mais A cette
denomination se limited A peu pr6s sa personality. 11
semble bien que nulle part elle ne soit repr6sent6e par
des statues ni meme par le moindre symbol. On ne
lui pr6te aucun caract6re ext6rieur ni aucun attribut
determine. On ne dit rien de son s6jour ni de ses
occupations; certaines peuplades se contentent d'affir-
mer qu'elle reside en haut ,; d'aucunes vont, semble-
t-il, jusqu'A lui attribuerune spouse quile distrait dans
sa solitude ; mais tout cela demeure extremement
vague. Les Noirs, tout en admettant l'existence d'un
Dieu crdateur, se d6sint6ressent de lui comme il se
desinteresse d'eux.
On voit qu'il serait fort inexact de designer, comme
on l'a fait parfois, une telle conception sous le terme
de th6isme ou de monothdisme : il s'agit bien d'une
divinity unique et creatrice, mais d'une divinity don't
le r6le s'arrete A la.cr6ation et vers qui ne montent
jamais les voeux ni les actions de graces des hommes;
nul lien proprement religieux ne la rattache h son
ouvre.







20 L'ART ANIMISTE
C'est la, du reste, une des raisons pour lesquelles on
peut affirmer que cette conception ne repr6sente nulle-
ment un apport, plus ou moins d6form6, de l'Islam
ou des religions chr6tiennes : un dogme aussi sec,
aussi nu, persistent & travers les temps et les deplace-
ments de races, constitute certainement un 616ment
primordial de la religion originelle. Enfin, il est tout
aussi fort, sinon plus, chez les races qui n'ont en aucune
facon subi l'influence des religions monothbistes et
qui sont le plus 6loignees du domain de ces religions,
notamment au cmour mime de la fort dense.

En dehors de la creation de l'Univers, qui ne repr6-
sente qu'un moment dans l'histoire du monde et qui
n'est pas une creation continue au sens oi nous l'en-
tendons, les forces surnaturelles don't depend le sort
des humans et qui exigent des cultes sont exclusive-
ment constitutes par les c( esprits ,, et ces esprits ne
sont pas des divinites, comme on le croit volontiers,
mais des emanations, des agents de la divinity -".1'-
rieure, revetus une fois pour toutes de sa puissance.
Tout dans la nature, objets inanim6s aussi bien
qu'etres animds, content une parcelle de l'6nergie uni-
verselle, et cette parcelle n'est pas, si l'on pent dire,
un placement temporaire, une delegation passage de
l'dnergie universelle : elle est personnelle h l'Mtre ou
l'objet tant qu'il dure; elle constitute ce qu'on a pu
appeler un esprit dynamique ou efficient, dou6 d'in-
telligence et de volont6, mattre de 1'6tre ou de l'objet






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 21
qui lui sert de representation materielle. Invisible,
mais toujours present, pourvu d'une exceptionnelle
sensibility physique et morale, cet esprit dynamique
est d'une psychological nettement anthropomorphique: il
voit et il entend tout, et par 1l, il est fort redoutable,
car il est tres susceptible et se venge cruellement de
la moindre offense; en revanche, il est, tout comme
les lommes, accessible a la flatterie, a la piti6, a la
reconnaissance, et les prieres, les offrandes, les sacri-
fices propitiatoires font de lui un alli6 pr6cieux.
En plus de cet esprit ou principle dynamique, les
Atres anim6s renferment un principle ou souffle vital,
de nature et de destination tout a faith diff6rentes. C'est
ce souffle vital qui anime les homes, les animaux et
les plants, mais a cela se limited son role. 11 n'est pas
lie a l'existence de l'homme, de l'animal ou de la
plante; il passe d'un corps h l'autre, et c'est en ce seas
seulement qu'il est 6lernel. 11 est sous la dependance
immediate de 1'esprit dynamique; il n'a, par lui-meme,
ni intelligence ni volont6, et il suit de la qu'il n'est
l'objet d'aucun culte.
Le souffle vital ne pr6sente done d'interet que dans
la measure oi il assure la dur6e de la vie individuelle.
On le menage comme, d'une fagon g6n6rale, nous
menageons notre sant6 et notre vie; mais il ne prend
pas figure d'esprit, il ne peut rien par lii-inii,,, on
ne lui doit rien. On cherche simplement a le main-
tenir dans le corps qu'il habite. En dehors iin.'-- du
simple movement de la vie, an devine sa presence a







22 L'ART ANIMISTE
diverse manifestations: ainsi, pour beaucoup de races,
il apparalt dans l'ombre port6e par le corps ou dans
limage donn6e de ce corps par une surface rdfl6chis-
sante; il abandonne momentanement le corps pendant
le sommeil, le rave constitute une forme de sa vie
propre, des bats qu'il va prendre hors du corps en
compagnie de ses semblables; chez les Bambara, par
example, il est regard comme dangereux et presque
criminal de r6veiller brusquement un homme endormi,
car son souffle vital pourrait Atre absent a ce moment-
la et n'avoir pas le temps de reint6grer le corps, ce qui
occasionnerait la mort.
Il est vrai que, selon certaines populations, ce souffle
vital communique aux corps qu'il habite successivement
quelque resemblance : 1'air de parents qu'on constate
dans une mime famille vient pr6cisement de ce que le
souffle vital, a la mort d'un individu, se r6incarne de
pr6f6rence dans un individu de la m6me famille; par
example, chez les Bambara, si les traits d'un nouveau-
n6 rappellent ceux d'un ancktre d6funt, on dit : 11
est revenue ). Il est possible, d'ailleurs, qu'il se r6in-
carne loin de sa premiere famille : on conte, en pays
bambara, mainte histoire de d6funts qui, plus ou moins
longtemps apres leur mort et plus ou moins loin du
lieu de leur d6ces, ont 6et vus vivant une nouvelle vie.
11 semble done que ce souffle vital, du moins aux yeux
de certaines races, sans avoir une personnalitd aussi
accuse que l'esprit dynamique, soit dou6 de quelque
individuality, mais d'une individuality qui se borne a






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 23
quelques caracteres ext6rieurs et qui ne comporte pas,
comme celle de l'esprit dynamique, un pouvoir sur
1'existence des survivants.
Des deux principles que porte en lui tout Utre anime,
1'esprit dynamique ou efficient est en some le seul
qui compete au point de vue religicux : le souffle vital
ne passe jamais dans une region suprasensible, il est
toujours en circulation, et il explique simplement la
croyance des Noirs a la reviviscence, A la transmigra-
tion des ames ou du moins d'une parties de l'tme.
Quand le souffle vital quite le corps qu'il habitat et
que par lA il provoque la mort de l'individu, ce n'est
nullementpar sa propre volont : c'est que l'esprit dyna-
mique qui le commandait a 6td vaincu par un autre
esprit dynamique plus puissant. Tout d6ces apparatt
ainsi aux yeux des Noirs comme l'effet d'une interven-
tion spirituelle et la manifestation d'une volont6 indi-
viduelle; les causes mat6rielles (maladie, accident, etc.)
ne sont que des causes apparentes, des causes seconds,
et le veritable auteur est un esprit, qui a agi de sa pro-
pre volont6 ou qui s'est fait l'instrument d'un vivant.
Quoi qu'il en soit, l'esprit dynamique, au contraire
du souffle vital, qui se r6incarne, se trouve lib6r6 par
la mort de l'individu; mais il garde sa personnalit6, son
caractere, ses gotts et ses passions. Surtout, debar-
rasse d'une envelope charnelle qui limitait son action
et du souffle vital don't il fallait constamment guider
les demarches et maintenir la presence, il gagne en
ind6pendance et en puissance; il va grossir le nombre






24 LART ANIMISTE
des forces surnaturelles qui interviennent A tout instant
dans la vie des homes, et il.devient nUcessaire de lui
rendre un culte, si l'on ne veut pas qu'il se venge cruel-
lement.
Ainsi, la vie des hommes est dans la d6pendance
constant de deux sortes de forces suprasensibles : les
esprits des ph6nomines de la nature et les esprits des
anc6tres. Ces forces, qui pr6sentent les memes carac-
teres, sont les seules qui fassent l'objet d'un culte
constant et organism : on doit seulement noter que
l'importance relative du culte rendu aux esprits des
phenomenes naturels et aux esprits des anctres varie
avec les regions; il semble, selon M. Delafosse, qui
pr6sente d'ailleurs cette id6e gen6rale comme une
simple hypothbse, que le culte des [manes predomine
chez les peuplades les moins influences par l'ext6-
rieur, tandis que le culte des g6nies ou esprits des ph6-
nomenes de la nature l'emporte chez les plus influivii-
cees.
Esprits des ancetres ou esprits des forces naturelles,
tous sont 6galement capable d'etre bienveillants on
malveillants, ou simplement de rester indifferents aux
soucis des humans. Autre'ment dit, il n'y a pas, come
on a parfois Wt6 tent6 de le croire, de bons et de mau-
vai's g6nies, des esprits du mal et des esprits du bien.
Tous manifestent une raison et des passions tout
humaines, et c'est pourquoi I'interkt des hommes est
de rechercher leurs faveurs par desmnoyens appropri6s,
don't 1'ensemble constitute le culte.






L'ANIM1SME ET LA CREATION ARTISTIQUE 25
Pour pouvoir agir sur la volont6 des esprits et s'as-
surer leurs faveurs, on destine A chacun d'eux un objet
materiel, oiu certain rites l'amEnent a r6sider. Cet
objet materiel, c'est proprement le f6tiche, le ( boli )
des Mandingues, qui sert de support ou d'asile a
l'esprit, mais qui ne se confond pas avec lui : c'est
seulement la foi populaire qui, en pays noir, comme
dans des pays beaucoup plus civilises, finite par identi-
fier la puissance surnaturelle et son image et par
faire profession inconsciente d'idolatrie.
On voit que la religion des Noirs d'Afrique consist
essentiellement dans le culte des esprits, et c'est pour
cette raison que le nom d'Animisme parait lui conve-
nir mieux que tout autre.
Elle n'est f6tichiste que dans ses a c6tes, dans ses
manifestations accessoires. Certes, le Noir d'Afrique
fail un usage particulierement abondant de fetiches,
de talismans, d'amulettes, de recettes magiques de
toute nature, mais ces pratiques ne constituent pas le
fond de sa religion. Elles ne lui sont pas sp6ciales; il
est bien d6monlr6 qu'au moins en principle il rend un
culte non point a la pierre on a l'arbre, mais h 1'esprit
qu'il croit rdsider dans la pierre ou dans l'arbre. La
meilleure preuve, c'est qu'a la mort du feticheur qui
a uni l'esprit a l'objet materiel, l'objet matdriel est le
plus souvent laiss6 & l'abandon; aux yeux des fiddles,
l'esprit cesse d'y r6sider.
Elle n'est pas non plus, cette religion des Noirs, un
th6isme, ni surtout un monotheisme, puisque la Divi-






26 L'ART ANIMISTE
nit6 sup6rieure el creatrice cesse d'intervenir dans les
aflaires humaines aussit6t apres la creation des pre-
miers l16ments du monde et qu'elle n'estl'objetd'aucune
adoration.
Ce n'est pas davantage un polyth1isme, puisque les
esprits des ancktres et les esprits des ph6nomenes
naturels ne sont que des emanations de la divinity
superieure et ne semblent pas prendre figure ind6-
pendante de dieux.
Enfin, le totemisme ne parait y avoir aucune part,
si l'on s'en tient aux definitions courantes de ce mot.
Il reste entendu que le souffle vital d'un home peut,
aprs la mort, 6lire domicile dans le corps d'un animal;
il est entendu aussi que certain animaux sont consi-
d6r6s comme sacr6s, parce qu'ils sont census servir
de residence habituelle a des g6nies; enfin, certain
groupements sociaux honorent des animaux d6ter-
mines, parce que lesancktres deces animaux ont rendu
tel ou tel service aux ancetres du groupement. Mais
il paralt Rtabli qu'en aucun cas l'animal n'est consid6ri
comme un ancktre de 1'homme et que les honneurs
on meme le culte rendu & des animaux relevent des
pratiques magico-religieuses plut6t que de la religion
proprementdite.
La seule denomination qu'on puisse opposer a ce
term d'Animisme serait peut-ktre le mot de Natu-
risme, qu'A. Reville a introduit dans l'ethnographie,
en le definissant ( la religion en tant qu'elle a pour
objet direct des ph6nom6nes, des corps ou des forces






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 27
de la nature, tenus pour anim6s et conscients' ).
M. Br6vi6, surtout frapp6 par le caract6re agraire de la
religion des Noirs, a repris vigoureusement a son compete
cette expression, en opposant le Naturisme, religion
de cullivateurs, A, l'Islamisme, religion de nomades ef
de commergants, et en donnant d'ailleurs au mot
Naturisme un sens plus large et moins sp6cialement
religieux que R6ville'.
Mais il semble bien, en fin de compete, que le terme
d'Animisme reponde exactement aux r6alites. Toute
la vie religieuse des Noirs est concentr6e dans le culte
des esprits, les uns repr6sentant les Ames des d6funts
d6barrass6es du souffle vital, les autres, que nous appel-
lerons les g6nies pour plus de commodity, et qui cor-
respondent aux forces naturelles.

II. LE CULTE DES MORTS

Les iddes des Noirs sur le mode d'existence dans
l'au-dela sont, dans le detail, assez varies; elles pr6-
sentent, pourtant, de nombreux points communs, et
il est possible d'en donner un apergu d'ensemble.
En general, ]a notion de r6compenses et de chati-
ments supra-terrestres leur est 6trangBre. Elle n'appa-
ratt avec nettet6 que dans certaines soci6tes influences
par l'Islam : par example, les Hab6s de la falaise de

1. A. Reville, La Religion des peuples non civilisis, I, 67.
2. J. BrBvi6, Animisme contre Naturisme au Soudan frangais, pas-






28 L'ART ANIMISTE
Bandiagara, au Soudan, admettent qu'apres la mort
les hommes qui ont men6 une vie honn6te sont reunis
dans une sorte de paradise, rempli de vivres excellent,
tandis que les criminals sont pricipites dans un grand
puits of brile un feu 6ternel. Sur d'autres points, tr6s
rares, elle est simplement 6bauchde et sans lien avec
l'idde d'une justice proprement divine: ainsi, pour les
Bomitaba du Congo, quand 1'ame d'un mort arrive
dans I'au-dela avec une reputation de mauvaise lt~e,
les esprits de sa famille refusent de la recevoir et elle
est r6duite h errer sur la riviere. Mais ce sont lI des
fails d'exception, tout locaux : partout ailleurs, les
ames des morts dependent, pour la security et le bien-
Wtre de leur vie dans l'au-delA, non pas d'une divinity
quelconque ni des ames dedj passes au rang d'esprits,
mais des vivants.
Les conditions de cet au-dela sont fort inddtermi-
n6es. On rencontre bien par endroits quelques tradi-
tions un peu pr6cises, de caract6re tout local et qui
refletent les traits du milieu physique. Par example,
pour les Atti6 de la C6te d'lvoire, les ames des d6funts
s'en vont dans un village don't le chef s'appelle Sampa
(d'oi le nom du village : Sampa-Koua) et qui se trouve
sur la cote de Krou ou COte des Graines; c'est de la
que proviendraient tous les articles qu'apportent les
commerqants strangers. Pour les Bomitaba du Moyen
Congo, 1'esprit, une fois evade du cadavre, s'en va
rejoindre la parties de riviere ) familiale oh rodent
d6ja les ames de ses ascendants et parents, et les feux







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 29
follets qui se voient le soir sur les marecages sont les
lumieres don't les ames se servent pour 6clairer leur
route, etc. Mais quelles que soient ces pr6cisions topo-
graphiques, il ne semble pas qu'elles enlvent jamais
au sejour des morts ce caractere de tristesse et d'ennui
que lui pretent en g6n6ral les Noirs.
C'est un lieu sans lumi6re ni chaleur, sans autres
joies que celles que peuvent procurer les vivants et qui,
partant, sont assez incertaines. La vie qu'on y mene
parait morne et monotone au possible et dans l'en-
semble plut6t malheureuse, aussi soucieuse que celle
des humans et moins assure de grosses satisfactions
mat6rielles. Aussi la mort est-elle trbs redoutde des
Noirs : ils ne vont jamais vers elle joyeusement,
comme d'autres peuples qu'attendent des f6licit6s par-
ticuliires; ils la fuient par tous les moyens possibles,
et il faut leur promptitude aux enthousiasmes collec-
tifs pour les amener a risquer leur vie en faveur d'une
cause quelconque. En tout cas, il est extrimement
rare qu'un Noir se donne volontairement lamort; on
ne connait guire d'autre suicide que le suicide par
vengeance, pratiqu6 notamment chez cerlaines races du
Moyen Congo : avant de se suicide, un homme qui
croit avoir a se venger d'un autre et qui n'y parvient
pas par des moyens couran ts, declare que ( son esprit )
tuera son ennemi et punira ceux qui, de son vivant,
ne l'ont pas soutenu, menace qui terrorise d'ailleurs
le village tout entier et produit g6inralement le r6sul-
tat vis6.







30 L'ART ANIMISTE
Les habitants de ce terne sojour sont dans un dtat
mi-materiel mi-spirituel. Ils 6prouvent des besoins
tout humans : ils ont faim et soif, ils se passent malai-
sement de femmes et d'esclaves, ils conservent les clas-
sifications sociales de la vie terrestre, ils recherchent
les satisfactions de vanity et de vengeance, etc. Ce
sont, pour ainsi dire, des ames humaines exasp6rees
et qui n'ont plus les moyens d'agir directement pour
satisfaire leurs besoins ou leurs fantaisies. II ne reste
a leur disposition qu'une action indirecte surles vivants,
et ils l'exercent d'une fagon fr6netique.
Quand ils n'ont qu'a se louer des vivants, les esprits
des morts sont pour eux d'une grande utility. Ils les
protegenten toute occasion. Ils tournent en leur faveur
les ph-nomenes atmosph6riques. Ils leur apparaissent
en rave et les conseillent, inspirentleurs decisions, leur
indiquent le jour favorable pour la peche ou la chasse,
les mettent en garde centre leurs ennemis et contre
les dangers de toute sorte : par example, dans le Moyen
Congo, ils veillent sur la parties de riviere familiale
pour empecher des strangers d'y venir p6cher et, quand
un vivant voit en reve un enfant qui se noie, l'approche
du fleuve est interdite aux enfants du village pendant
deux jours.
Par centre, leurs vengeances sont terrible quand
ils sont m6contents, et il n'est pas necessaire pour
cela que la faute des vivants soit volontaire. Un esprit
se venge notamment quand le meurtrier du corps qu'il
habitat de son vivant n'a pas 6t6 puni, quand les rites







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 31
de ses fun6railles n'ont pas 6tW scrupuleusement
observes, quand sa tombe a 6t6 viol6e, quand ses
descendants negligent de pourvoir a ses besoins
mat6riels par des offrandes d'aliments, des libations
ou m6me des sacrifices humans, etc...
11 se venge de faqons tres diverse. 11 r6pand la
maladie et la mort dans le sein de la famille oublieuse.
II va habiter le corps de certain animaux malfaisants.
Souvent aussi, il manifest son inqui6tude en venant
habiter le corps d'un homme ou d'une femme du vil-
lage, en se substituant au propre esprit de cet homme
ou de cette femme et lui communiquant ainsi une
sorte de folie qu'on consider comme sacr6e : c'est
le cas, par example, de ce que les Bomitaba du Moyen
Congo appellent les ( femmes de l'eau ) :
Une femme est prise de malaises, de sensations de
froid; son humeur s'assombrit; soudain, elle s'enfuit
a toute allure, grimpe sur le toit de sa case, chante A
tue-tote et tient des propos incoh6rents : c'est que
les esprits de la famille viennent de s'emparer d'elle
et de la transformer en ( femme de l'eau ). Tout le
village s'assemble au son du tambour et une ancienne
( femme de I'eau ) s'6vertue A calmer la poss6d6e.
D6sormais, elle ne sortira plus qu'enduite d'huile de
palme, une longue baguette a la main, la tate coiffde
d'un chapeau cylindrique en plumes de marabout,
d'aigrette, de coq, de perroquet, les reins entour6s
d'une ceinture de sonnettes, les bras et les jambes
cercl6s de bracelets de cuivre en spirale. On ne l'ap-







32 L'ART ANIMISTE
pelle plus par son nom, mais par celui de la parties de
riviere familiale. Elle ne va plus au travail avec ses
compagnes, ne boit plus d'eau, ne so lave plus et, les
jours de tornade, s'enferme. Sa nourriture consisle
exclusivement en bananes et poissons, et sa boisson
en vin de palme. Si elle se d6place, elle doit, dans
chaque riviere qu'elle rencontre, jeter un peu (le vin
de palme, a peine d'etre insult6e par les autres habi-
tants, qui l'accusent de faire injure aux morts. Elle se
considere comme transformed en homme : quand au
course de sa folle vie il lui arrive de faire une conquete,
elle appelle son partenaire ( ma femme ), et public
sa bonne fortune. Elle va chantant une sorte de tyro-
lienne, elle interpelle les passants au gr6 de sa fan-
taisie : on la respect, car les coups qu'elle parait
meriter atteindraient tous les esprits qui la possddent1.
D'autres fois, la possession se pr6senle sons un
aspect beaucoup moins innocent : elle se produit A la
requete meme d'un homme ou d'une femme qui
cherche a se venger d'enncmis ou implement a satis-
faire de mauvais instincts et qui, par des procedds
magiques, donne en lui-mnme asile a l'esprit d'un
mort pour b6nificier de sa puissance surnaturelle. Ce
poss6dd volontaire et, au contraire des autres, inter-
mittent, peut des lors accabler de malheurs ceux que
lui-mmme et l'esprit don't il est poss6d6 ont choisis; il
peut se changer en animal, en hyene ou en pan there,
1. Cf. pour plus de details, E. Darr6, Notes sur la tribu des Bomi-









PL. I.


STATUE D'UN CHEF DE LA TRIBU BUSHONGO (Congo11).
(British Museum).






PL. II.


Cl. Lemare.
LE FILS AINE DU CIEL ET DE LA TERIDE (C6te d'[voire).
(Collection Paul Guillaume).






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 33
par example, et terroriser toute une region. On le
trouve dans toute I'Afrique noire et m6me dans les
r6gionsislamis6es : lesMandinguesle d6signentsous le
nom de jeteur de sorts, ( soubarha ); on le redoute,
mais on le tue sans piti6 qu.anid on le ddmasque.
On comprend que, pour 6viter, dans la measure du
possible, ces vengeances des esprits, les Noirs
attachent une importance considerable au culte des
morals.
Le premier devoir des survivants, c'est de rechercher
les causes de la mort qui, nous l'avons vu, ne sont
jamais des causes naturelles. C'est tout au plus si, chez
certaines peuplades, chez les S6noufo par exernmpl, le
soupcon de maldfice est 6cart6 quand il s'agit d'un
homme tres ag6 : la mort est alors atlribu6e a la volonte
du ( maitre de tous les g6nies ). En g6n6ral, la mort
est due aux esprits des ancetres, qui manifestent ainsi
leur m6contentement d'avoir 6td n6gliges; il faut,
dans ce cas, leur offrir des sacrifices particuliers pour
les apaiser et rechercher au besoin comment et par
qui les rites n6cessaires ont Wt6 omis. Plus souvent
encore on recherche le mal6ficient qui a ( mang6 )
l'Ame du d6funt; on pratique l'autopsie du corps pour
d6couvrir les traces de poison ou d'envofitement, et
les enquetes aboutissent fr6quemment h des ordalies
imposes aux suspects (absorption d'eau bouillante,
application de fer rouge, poison d'6preuve, etc.) ou a
des meurtres rituels que notre intervention ne peut se
vanter d'avoir tout a faith supprim6s.






34 L'ART ANIMISTE
En maint endroit, le mort est en quelque sore con-
sult6 sur les circonstances de son d6ecs : en particulier,
chez les Kissiens de la Guinke frangaise, le mort ou
quelquefois un habit qui lui a appartenu est plac6
sur un brancard que portent deux hommes; trois vieil-
lards se tiennent debout sur le c6t6 droit, et celui du
milieu frappe de petits coups de baguette sur le bran-
card pour attirer l'attention du mort; celui-ci repond
aux questions qu'on lui pose en faisant pencher le
brancard h droite pour affirmative, a gauche pour la
negative. Enfin, il est des cas oii le d6funt est consid6r6
comme une victim de sa propre sorcellerie, et sa mort
passe alors pour infamante. Si, pour comble, cette
mort parait entrainer d'autres calamit6s et si l'on croit
d6couvrir que le d6funt avait le mauvais mcil, certaines
peuplades (notamment les Bomitaba) jettent le cadavre
dans la brousse, estimant que l'esprit du mort, ainsi
puni, fuira la presence des hommes et deviendra inof-
fensif.
11 est non moins important de faire au disparu des
fun6railles d6centes, et don't les rites soient rigoureu-
sement observes. Nous ne pouvons songer A donner un
apergu, m~me tres rapide, des diff6rentes coutumes
qui r6gissent les funerailles; elles sont extr6mement
variees et ne prdsentent un reel int6ret que si on les
6tudie dans le dernier detail. Mais il semble qu'elles
offrent routes ce caractere commun de preparer la
transformation de l'homme en esprit.
Comme les rites de fun6railles, les tombes different






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 35
de race h race et de region a region. Chez les Habds de
la montagne de Bandiagara, elles'sont installees dans
des grottes; dans le Haut-Oubangui, on utilise les termi-
tieres; chez les S6reres, on les expose longuement dans
des arbres; ailleurs encore, on enterre dans les cases
memes ou dans un cimetikre voisin du village, etc.
Certaines commodit6s sont fr6quemment pr6vues
pour faciliter a l'esprit du mort son passage dans l'au-
delh : chez les Habes, par example, une ouverture est
manage dans le tombeau pour que l'ame puisse cir-
culer et s'6vader; un petit tabouret est plac6 devant la
case s6pulcrale, pour que Fl'me puisse se reposer.
Partout aussi, des precautions sont prises pour que le
mort ne manque de rien : un conduit en bois ou en
poterie permet de lui faire parvenir des libations ou
des aliments; les Attid mettent une pipe dans la
bouche du cadavre et de la poudre d'or dans une de
ses oreilles ; on dispose Ogalement dans le tombeau
des pagnes, des poteries, des armes et des outils, et
parfois, comme il arrive en C6te d'lvoire, toute une
maison avec son mobilier en miniature. Enfin, les
sacrifices de femmes et d'esclaves, qui procedent du
meme principle, ont Wt6 longtemps en usage, et il serait
os6 d'avancer qu'ils sont tout a faith disparus.
Le corps est quelquefois assis, le plus souvent
couch, mais, en general, la tite tourn6e vers l'est,
dans l'attitude du sommeil ou dans la position d'un
enfant dans le sein de sa mbre, comme pour une
second naissance.






86 L'ART ANIMISTE
Le culte des morts ne s'arr6te pas aux funirailles;
on pourrait meme dire qu'il commence surtout aprBs
les funarailles, puisque c'est alors seulement que le
mort est devenu un esprit et que ses relations avec la
famille ou le groupement social se regularisent. 11 suit
de lA que ce culte comporte surtout des fetes mortuaires,
commemoratives, qui sont les unes periodiques, les
autres extraordinaires, et qui constituent les c6r6mo-
nies les plus pittoresques et certainement les plus carac-
teristiques de la religion des Noirs.
Chaque famille, en plus de ses membres dic6des
r6cemment et qui tombent plus ou moins rapidement
dans l'oubli, a ses defunts de marque, ses ancetres, et
leur rend un culle regulier, qui faith l'objet de c6r6-
monies toutes familiales. Mais on honore aussi les
ancetres communs du village et de la tribu, don't le
souvenir est pieusement conserve.
Ces ancetres, dans la memoire populaire, font tout
h fait figure de heros, de demi-dieux ou de saints; on
leur prate des exploits nombreux et magnifiques, et
leur 16gende, avec le temps, va, bien entendu, s'embel-
lissant et s'augmentant; surtout, elle finit par ressem-
bler h nombre de legendes voisines et h entrer, comme
nos vies de saints ou comme les 16gendes h6roiques de
tous les peuples, dans un cycle.
En general, ce n'est pas le tombeau ou le cimetiere
qui est adopt come centre du culte des morts. On
admet, par example, que ]es esprits des ancetres out
choisi pour residence un arbre ou un arbuste, qui se







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 37
trouve le plus souvent A quelque distance des lieux
habits, sur le bord des chemins ou dans les planta-
tions, et qui, de ce faith, est considered comme sacr ;
personnel ne voudrait y toucher autrement que pour y
suspendre des offrandes, pour garnir d'aliments
l'6cuelle place dans la fourche des premiers rameaux,
ou pour r6pandre h sa base des libations; on y laisse
les toiles d'araignees, et, meme pour des profanes, il
est ais ,de le reconnattre : il est entour6 de vestiges
des sacrifices, sang, plumes et poils, coquilles d'oufs ;
un sentier assez creux y conduit, une petite place est
aminag6e alentour.
En plus des arbres sacres, le culte des anc6tres dis-
pose en general d'autels en bois, en pierre ou en terre
battue, qui supportent une 6cuelle pour les libations.
Ceux de ces autels qui sont consacr6s aux ancetres
d'une simple famille se trouvent le plus souvent dans
la case mnme, ou du moins dans une parties de la case
specialement r6serv6e a cette destination ; ceux qui
sont consacr6s aux ancetres protecteurs d'un quarter
ou d'un village se dressent sur une place publique ou
dans un carrefour voisin des premieres habitations et
sont, come les autels familiaux, souvent abrites dans
une case ou du moins sous un toit. Dans ces cases
et autour de ces autels, ilestfr6quent que des I I.lii,-lt.-
repr6sentent, avec plus on moins d'art et plus ou
moins de fid6lit6, les ancetres, car il est admis que
l'esprit de l'ancetre peut r6sider, i son choix, dans
l'arbre sacr6, dans l'autel ou dans la statue (P1. I).







38 L'ART ANIMISTE
C'est 1, autour de ces autels et de ces chapelles
funeraires, que se cdlbrent les grandes c6r6monies
commemoratives, qui presque partout ont une impor-
tance particuliere et qui ont subsistl meme chez la
plupart des races islamis6es. Elles varient beaucoup
avec les regions, mais partout elles consistent essen-
tiellement en offrandes destinies h attirer la bienveil-
lance des esprits sur le groupement familial ou social,
et ces offrandes prennent I'allure d'une communion
des vivants et des morts. Partout aussi, ou presque
partout, elles sont organisees, comme tout ce qui con-
cerne le culte des morts, non point par un clergy
sp6cialis6, mais par le chef de la famille ou le chef du
village, selon qu'il s'agit des ancetres familiaux ou des
anc6tres du village. Si brillantes qu'elles soient, elles
garden done un caractere fort curieux de ferveur et
d'intimit6; meme chez des races ob le culte prend en
g6n6ral un certain 6clat et dispose de toute une orga-
nisation, chez les Habds par example, elles ne compor-
tent que des manifestations ext6rieures tres reduites;
elles sont le plus souvent d6nu6es de chants et de
danses, et elles ne se terminent en beuveries que
parce qu'elles commencent par des offrandes et une
communion.
Ainsi, ce culte des ancetres fait de la society indi-
gene une communautd des vivants et des morts et con-
tribue singulierement A la force de la famille noire.
( Dans le monde visible, 6crit fortjustement M" Le Roy,
le Noir se serre autour de sa famille, qui a sur lui tous







L'ANIMISME ET LA CREATION ARITISTIQUE 39
les droits; el, parvenue dans le monde invisible, cette
m6me famille, sous forme de manes... se perp6tue
dans une sorte de prolongement ind6fini, qui relie les
survivants au dernier mort et celui-ci h l'ancetre pri-
mitif. ) C'est done la famille qui constitute l'unit6 reli-
gieuse par excellence.
Par ailleurs, ce culte des morts, essentiellement
familial, soutient la famille dans son effort. 11 est d'une
port6e morale incontestable; tout empetr6 qu'il soit
dans des rites compliqu6s et don't la raison d'etre est
souvent effacee, il place les vivants sous le contrble
permanent des morts et leur fait craindre des repr6-
sailles que d'autres peuples attendent d'une Divinit6
superieure, des represailles immediates, terrestres,
don't la menace, pour des ames frustes, est certaine-
ment plus efficace que la crainte plus ou moins eloi-
gn6e d'un enfer. Bien mieux, chez ces races insou-
ciantes, le culte des morts repr6sente ( le levier le
plus puissant de leur 6nergie productive ) : chaque
famille, par inter6t plus encore que par amour-propre,
tenant a honorer dignement ses morts, on ne recule
pas devant la d6pense et l'on travaille pour y subve-
nir. Le Noir ne craint gubre les privations pour lui-
m6me, et sa paresse I'emporterait souvent sur son
app6tit ou son confort, si les morts n'attendaient
impatiemment ses offrandes.
Enfin, ce passage dans l'au-delh, sans modification
sensible des conditions de vie et surtout sans boule-
versement de la hierarchie social, sans revolution






40 L'ART ANIMISTE
6galitaire, contribute fortement a maintenir les soci6tes
indigenes dans leur statut original, malgre les menaces
de d6sagr6gation qui present sur elles. A travers les
misbres de toutes sortes, a travers les migrations et
les guerres, les chefs traditionnels conservent a peu
pros int6gralement leur puissance, leur prestige et
leur inviolability, car il est entendu que l'au-dela les
r6tablira, si c'est n6cessaire, dans leur pleine autorit6
et qu'un attentat sur leur personnel attirerait sur ceux
qui vivent dans leur d6pendance les pires calamites.
Ainsi s'explique, pour une bonne part, que I'histoire
tourment.e de l'Afrique noire n'ait pas about a un
6miettement d6finitif des organizations sociales et que
les races indigenes manifestent une si surprenante
vitality.


Ill, LE CULTE DES FORCES PHYSIQUES ET DES GENIES

Tandis que le culte des ancetres correspond a l'or-
ganisation g6enrale des soci6t6s noires et met en va-
leur le role eminent de la famille, le culte des forces
ipihiiq,:i. et des genies exprime excellemment le ca-
ractere surtout rural de ces socidt6s et refltle le genre
de vie de ces paysans, en rapports permanents avec une
nature singuli6rement violent et tyrannique.
Pour les Noirs, tous les phenomenes de la nature,
come tous les 6tres humans, nous I'avons vu, con-
tiennent, sous l'ensemble de leurs apparences mat6-
rielles, un esprit dynamique. Cet esprit, ils lui ren-







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 41
dent un culte, soit sous le nom meme du phenomene
ou du corps natural qu'il incarne (le ciel, la terre, le
vent, la rivibre, etc.), soit sous le nom d'un g6nie, a
qui la divinity a remis la disposition d'une ou de plu-
sieurs forces de la nature. Il est assez rare, en some,
que 1'origine et les attributions de ces diverse 6ma-
nations soient parfaitement nettes et correspondent
exactement A un ph6nomene on A un group de ph6-
nomenes naturels bien arrkt6s, du moins a nos yeux :
l'imagination des Noirs s'est emparke, pour les inves-
tir d'une action divine, des ph6nomenes qui interes-
saient le plus directement leur vie pratique, qui frap-
paient le plus fort leurs sens au course de leur mode
particulier d'existence; d'autre part, ils ont fr6quem-
ment group des ph6nom6nes qui pour nous sont inde-
pendants les uns des autres, mais qui leur apparais-
sent solidaires ou meme confondus en un seul. Enfin,
leur imagination, leur invraisemblable cr6dulitl, leur
rdceptivit6 ont brod6 sur le tout; et c'est pour nous un
travail fort d6licat et souvent vain que de reconstituer
tout un Olympe nbgre, d'autant plus que nous sommes
hant6s par le souvenir de l'Egypte ou de la GrBce ou
meme d'autres races religieuses, et que nous nous
hatons volontiers d'6tablir des analogies.
II reste, pourtant, que la plupart de ces g6nies ont
une personnalit6 don't les principaux caracteres nous
sontaccessibles et qu'ils sont g6neralement groups en
families mythologiques, du reste variables avec les
regions et surtout avec les conditions physiques du







42 L'ART ANIMISTE
milieu: selon qu'il s'agit d'un pays de savane ou de
forts humides par example, l'6chelle des valeurs supra-
sensibles se modifie, le groupement et la hierarchie
des g6nies preanent une allure particuliere.
Dans l'ensemble, la souche principal de cette mytho-
logie, c'est une sorte de manage, issu plus ou moins
directement de la Divinit6 sup6rieure : le Ciel, principle
male, et la Terre, principle femelle.
Le Ciel occupe dans les dogmes animistes une place
a la fois fort important et assez vague. II arrive sou-
vent, par example, qu'on le confonde avec le Soleil,
et m6me avec la Divinite superieure. Pour beaucoup de
peuplades, et notamment pour les Habds, c'est l'Ntre
bon par excellence, celui qui ordonne la pluie et qui
ficonde le monde entier; il est le maitre incontest6
dans son menage, et rien ne se faith sur la terre sans
son agreement. Mais il regne d'un peu haut; il n'a pas
de forme bien arret6e; les regions oi il plane semblent
d6jh trop 6lev6es pour la pauvre imagination et pour
les pressants soucis pratiques des Noirs.
La Terre est plus pros d'eux. Principe femelle, don't
tous les products naturels sont les enfants, elle incarne
a la fois la MaternitO, qui compete si largement dans
les preoccupations des Noirs et qui est li6e dans leur
esprit a l'existence meme de la famille, et la FconditW,
qui int6resse 6troitement leur activity de cultivateurs.
A ce titre, elle touche au plusprofond de la religion des
Noirs d'Afrique, et elle opere d'assez curieuse fagon
la liaison entire le culte des g6nies proprement dits el







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 43
le culte des ancktres. C'est ainsi que, chez la plupart
des peuplades de l'Afrique noire, sinon chez toutes, la
terre n'appartient a personnel; m6me en cas d'exploi-
tation collective, il n'y a pas de propri6td veritable; il
y a simplement, come dirait le droit remain, pos-
session et usufruit. Elle est consid6ree comme le bien
inalienable des premiers occupants, les Negrilles,
passes dans l'esprit des Noirs al'etat de genies, ou des
g6nies qui sont census les repr6senter. En some, elle
est divine, et l'idde de s'en emparer uniquement par
mainmise ou meme par achatne peut venir a personnel;
c'est seulement par des operations religieuses, des-
tin6es & rallier le consentement des puissances supe-
rieures, qu'on peut en obtenir une cession toute pr6-
caire, et c'est si vrai que les conquerants les plus
brutaux, en Afrique noire, ne se sont jamais appropri6
le sol sans se soumettre a cette procedure.
Celui qui veut disposer d'une portion du sol doit au
pr6alable rechercher par lui-meme ou plus souvent par
P'interm6diaire d'un specialiste, de ( celui qui sait ),
le genie maitre de la terre, et determiner le gite de ce
g6nie, source, colline, rocher, arbre, puis s'informer
des conditions poses par le g6nie et passer avec lui
une sorte de contract. Dans certain villages hambara,
par example, une des clauses ordinaires de ce con-
trat consist a consacrer un animal vivant, souvent
un bouc, qu'on regarded comme la monture du genie,
et qu'on laisse vaguer librement, qu'on choice et
qu'on caresse. Un autr.e fait caract6ristique de cette






44 L'ART ANIMISTE
simple possession, c'est, chez les Mossi en particulier,
la persistence, A cote du chef politique issu de la con-
quute ou de l'occupation brutale du pays, d'un c mattre
de la terre ), qui est A la fois ( le grand-pretre de la
religion locale etl'administrateur du sol ), et qui tient
son titre de l'h6redit6 : il nejouit en general d'aucun
pouvoir politique, mais il est revetu d'un grand pres-
tige, il preside a la rdpartition des terrains de culture;
de plus, il est l'interm6diaire oblige entire les ancetres
et leurs descendants vivants, il decide de l'organi-
sation des ceremonies mortuaires, des measures a
prendre au cas ofi des malheurs publics, des 6pi-
demies par example, fondent sur la collectivity et
semblent indiquer un mecontentement des esprits
ancestraux.
Pour toutes ces raisons, les Noirs se font en g6n6ral
du g6nie de la Terre une idWe plus precise que du g6nie
c6leste. La Terre est, sans doute, sous la d6pendance
du Ciel; mais elle a son humeur toute particulibre, et
elle est, aux yeux de la plupart des races noires, de
caractbre plus difficile que son 6poux. Elle est, notam-
ment chez les Mossi, la grande divinity moralisatrice,
justiciere et vengeresse; elle est vivement irritee par
le crime, par le sang repandu ; c'est elle surtout qu'on
invoque dans les serments : par example, on jure sur
de la ferraille, vieux outils, fers de lance, etc., enfouis
dans un trou. Elle est l'ennemie inflexible des par-
jures; elle se venge par toutes sortes de moyens, la
s6cheresse, les 6pid6mies, les 6pizooties, la famine, les






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 45
sauterelles, et il faut l'apaiser par d'abondants sacri-
fices.
De l'union du Ciel et de la Terre et de l'union de
leurs enfants sont n6s la plupart des autres g4nies qui
incarnent les differentes forces de la nature et de qui
depend le bonheur ou le malheur des hommes. Le plus
connu et le plus puissant de ces enfants, c'est l'ain6,
qui participe h la fois de la nature male et de la nature
femelle et qui, comme tel, apparait souvent comme le
veritable interm6diaire entire la Divinitd supreme et les
hommes, d6passant ainsi en importance le Ciel et la
Terre. II semble bien que son culte soit commun h
toutes les populations non islamis6es de l'Afrique noire
et m6me a plusieurs peuplades islamisees; on le trouve
sous le nom de Komo ou Koma chez toutes les tribus
Manl.uis, sous le nom de Do chez les S6noufo, les Agni-
Assanti, etc., en some depuis les limits du Sahara
jusqu'aux limits m6ridionales de la Forkt dense, et
revktu de caracteres sensiblement analogues. 11 fait
l'objet de ceremonies compliqu6es et particuli6rement
secretes, d'oui sont exclues les femmes et meme les
hommes non inities; il semble resumer dans son her-
nal.illrLi,,lilii.n, les forces essentielles et le prineipe
meme de la nature el tendre a chapter pour son compete
les tendances monothEistes de l'Animisme noir (P1. II).
Les autres genies n'ont en general qu'une impor-
tance toute locale, ethnique tout au plus. D'autre part,
leur culte n'est pas loiij,.il. tres solidement ancr6
dans les coutumes, comme celui des g6nies que nous






46 L'ART ANIMISTE
venons de citer et qui sont li6s aux origins m6mes de
la race noire ; ils apparaissent et disparaissent, se con-
taminent sous l'influence de cultes imports. Aussi
ne retiendrons-nous que les plus connus ou les plus
caract6ristiques.
Un peu partout, on reconnalt l'existence de g6nies
des montagnes, des cavernes, des course d'eau, de la
brousse. Voici, nettement dessin6s, chez les habitants
du Haut-Oubangui, le g6nie des Eaux, de forme
humaine, mais couvert de poils, la tete garnie de longs
chevehx nattes et cercl6e d'un diademe de coquillages :
il vit au fond du fleuve, dans une case, au milieu de
plantations qu'il fait cultiver par des captifs ; il entralne
dans son domain aquatique des gens de son choix,
qu'il ne faith pas mourir, mais qu'il retient en esclavage
si, dans un certain delai, leurs parents ne viennent
pas les d6livrer par des offrandes; par des offrandes
aussi, on peut se d6barrasser d'un ennemi, qu'il se
charge d'attirer irr6sistiblement au fleuve.
Chez les riverains du Mouri, au Cameroun, les
( miengou ), qui ressemblent a de petits homes,
mais qui sont aussi couverts de longs poils et qui ont
les yeux largement ouverts, la bouche fenduejusqu'aux
oreilles : ils sont dou6s d'une oule si fine que les mien-
gou du Mouri conversent avec ceux du Batanga; ils
sont les Atres les plus forts du monde; ils ont des
villages dans la fort, mais ils habitent de prefdrence
les eaux, et les poissons leur ob6issent; on devine que
le succes de la p6che depend d'eux. Ils sont, d'ailleurs,






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 47
assez bien disposes B l'6gard des hommes; mais leur
amiti6 est exigeante et susceptible : ils accablent de
malheurs ceux qui les froissent. Si quelqu'un se noie,
ils s'emparent de son corps, et si l'on retrouve son
cadavre, c'est qu'il a refuse de vivre au s6jour des
ombres.
Le Wokolo des Bambara, petit chasseur nain, noir
et velu, qui se plait dans les arbres, au bord des ruis-
seaux, et qu'il faut ou bien saluer respectueusement ou
bien frapper brutalement et a l'improviste, si l'on ne
veut pas recevoir ses flMches ac6r6es.
Le Tonnerre, qui a pour sdjour les nuages et pour
attribute la pierre de feu : partout oi il regne, la mort
par la foudre est consider6e comme infamante, et le
cadavre de la victim est insult par toute la popula-
tion du village, puis laiss6 sans s6pulture; quand une
maison est frapp6e de la foudre, elle est mise au pil-
lage par les feticheurs qui recherchent la pierre de
feu, et des offrandes sont n6cessaires pour apaiser le
genie.
La Mer, entourde, au Dahomey notamment, d'une
nombreuse famille, la barre, le clapotis de l'eau, la
sirene, l'esprit des lagunes, le serpent-python ou o bon
serpent ).
Le Serpent Arc-en-Ciel, serviteur du Tonnerre, qui
le prend dans les nuages pour l'apporter sur la terre :
dans I'intervalle de ses apparitions, il rampe dans les
sinuosit6s des vall6es, qu'il a creus6es lui-m6me bien
avant la naissance des homes; ses excrements






48 L'ART ANIMISTE
marquent son passage, ils procurent la richesse, et
c'est meme lh l'objet de tout un petit commerce au
Dahomey et atu Togo.
La Variole, fort redoutee, et ldol:, les autels, au
Dahomey, par example, se dressent nombreux aux
carrefours d'entr6e des villages et devant les mai-
sons, etc., etc.
En plus de ces genies d'action tres d6terminee, on
trouve un peu partout les genies du lieu, qui ont pour
mission de protdger le pays, le village, la maison ou
tell parties de la maison, la cuisine, le grenier a
grains, etc., et qui sont particulierement v6ndr6s. Le
village porte souvent leur nom.
Enfin, a c6t6 des genies qui interessent toute une
tribu ou toute une famille, il existe des genies person-
nels aux individus, qui ne sont pas moins important:
ils font l'objet d'une devotion d'autant plus fervente
qu'elle est surtout in time, et ils naissent et disparaissent
avec l'individu. Tels sont pour les Dahomeens les
deux genies Legba et Fa. Legba estle compagnon cach6
de chaque individu : c'est une sorte de petit lutin,
toujours pr6t a faire quelque farce et meme a com-
mettre les pires m6chancet6s, mais facile a apitoyer
par des pri6res et des offrandes; il reside dans le
nombril, d'of il se plait a insuffler la col6re, car la
colere, comme la joie, la douleur et les sentiments en
general, vient du venture, et on l'appelle couramment
( agitateur du nombril ) ou ( chef de la colre ) ; c'est
lui qui, pour manifester son mecontentement ou sim-









PL. III.


DOLE A CLOUS (Congo Belge).
(Musce de Tervueren).


,a


CI. A. Level.








PL. IV.












C .










































C1. A Le.el.
MASQUE (C6te divoire).
(Collection A. Level).
c -1
















(Collccehon A. Levcl.







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 49
plement son mauvais caractere, provoque la plupart
des accidents; c'est par sa faute qu'une femme brise
sa cruche en allant puiser de l'eau, c'est lui qui suscite
des disputes violentes parmi les femmes d'une meme
maison, etc... Fa, c'est le g6nie qui preside au destin
de chaque individu male et qui, comme tel, le conseille
et le guide toutes les fois qu'il doit prendre une d6ci-
sion important, voyage, marriage, gu6rison d'une
maladie, etc.; mais pour que Fa puisse jouer ce r6le,
il est indispensable qu'il ait au prealable indiqu6e
l'homme int6ress6 le symbol qu'il desire lui voir por-
ter : de sorte que chaque individu male, parvenu a
l'adolescence, cherche, en g6n6ral par l'interm6diaire
d'un devin, a connaltre le signe cabalistique qu'il doit
adopter pour lier la volont6 de son Fa; une fois qu'il
est fixed sur ce point, il ne se spare plus du symbol,
il l'attache autour de ses reins, au cou d'une de ses
femmes ou d'un de ses enfants; a sa mort, le symbol
est jet6 a un carrefour, non loin de la demeure. Ce
n'est 1 qu'un example, mais on trouve des concep-
tions analogues chez les Bambara, chez les Balouba du
Congo, etc., etc.
Si nombreux que soient les g6nies, il ne faudrait
pas croire, cependant, que la variet6 en est infinie. I1
est ais6 de voir qu'ils se ramenent h quelques types,
diversement affubl6s et colors selon les races et les
regions, limits aux manifestations courantes de la
nature africaine et pour la plupart fortement rattach6s
a des g6nies centraux; de sorte que l'Animisme noir
4






50 L'ART ANIMISTE
parait se ri:iimer', selon les cas, soit dans un mono-
thWisme approximatif, qui aurait pour centre le fils
aine du Ciel et de la Terre, soit dans un dualisme, qui
aurait pour poles le Ciel et la Terre.
D'autre part, il est a peu pres certain que des forces
naturelles qui, chez d'autres peuples, ont fait l'objet
de cultes pr6dominants, manquent dans l'num6ration
des g6nies de l'Afrique noire : notamment, le Soleil
et le Feu, et le fait est d'autant plus remarquable que
des traces de ces deux cultes subsistent en de nombreux
endroits de 1'Afrique noire et paraissent reliever d'une
Bre de civilisation ant6rieure h l'arrivee des Noirs en
Afrique. On trouve, par example, dans le Bas-S6n6gal,
au Soudan, en Guin6e, en C6te d'Ivoire, au Chari, en
Afrique orientale, en Afrique australe, des empreintes
pediformes, des cupules, des sillons et autres gravures
sur roches, don't les caracteres et I'orientation
r6v6lent l'existence d'un culte solaire fort actif et qui
ne r6pondent plus a rien dans la religion, ni meme
dans la m6moire des Noirs d'aujourd'hui.
11 apparait, du moins, que le fiddle a fort a faire
pour se maintenir en accord avec ce monde tumul-
tueux et inquiet des g6nies. Tandis que le culte des
ancetres est relativement simple et ne sort gu6re de la
famille, le culte des g6nies suppose un ensemble de
connaissances et de dons tout a fait special : la liai-
son, si l'on peut dire, n'est pas naturellement Rtablie
entire les hommes et les genies comme elle l'est entire
les vivants et les morts, membres d'une meme famille







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 51
ou d'un m6me groupement social et raisonnant a peu
pros de la meme fagon, unis par une 6troite r6cipro-
citd d'int6rAts. Les g6nies ont leur vie propre, leur
caractere; il faut deviner leurs desseins, interpreter
leurs interventions, connattre les moyens de s'assurer
leurs faveurs ou d'enrayer leurs mal6fices, et cela
suppose toute une education.
Cette education, dans la plupart des regions de
l'Afrique noire, se trouve d'ailleurs organis6e. II est
prdvu, dans ces soci6tes qui de loin paraissent si
informes, tout un enseignement religieux, de v6ri-
tables ecoles, un cycle d'6tudes trbs prolong, qui pent
sembler excessif et plaisant a nos esprits d'Europ6ens,
accoutum6s a des preoccupations plus realistes, mais
don't il serait imprudent de n6gliger la forte emprise
morale et l'importance social et politique.
Prenons comme example l'initiation chez les S6n6s
de la C6te d'lvoire : it ne s'agit pas 1, notons-le bien,
de l'initiation qui pr6cede l'entree dans une de ees
soci6tes secretes sur lesquelles nous aurons A revenir,
mais bien de la religion elle-meme et d'un enseigne-
ment que tous les hommes sans exception doivent
recevoir, sous peine de se trouver A l'age mcr dans un
6tat d'inf6riorit6 irrdmddiable. Elle n'est done pas
reserve n une categories qul4,oidnIque de privil6gi6s;
tous les hommes y sont admis, et I'on peut m6me dire
qu'elle est pour eux moralement obligatoire, comme
l'6tude du Coran chez les Musulmans on le cat6chisme
chez les vieux peuples catholiques.







52 L'ART ANIMISTE
Elle est tres longue : elle comprend trois cycles de
plus de six annres chacun, auxquels correspondent
trois classes distinctes de mystes, les Nailib616, les
Phab6le, les Tyolob1l6; aussit6t apres leur consecra-
tion, les inities sont dits Kafokombhl6.
Le minimum d'age des neophytes semble Wtre de
onze ans, c'est-a-dire un Age proche de la puberty;
mais comme l'admission dans les classes ne peut se
fire que tous les six ou sept ans et que ce d6lai peut
meme etre prolong pour diverse raisons, la premiere
classes comprend en r6alit6 des neophytes don't l'age
va de onze a dix-sept et meme vingt ans. De sorte que
le terme de l'initiation se trouve en moyenne fix6 vers
l'age de trente-cinq ou quarante ans.
Les Bcoles sont situdes a quelque distance du village,
sous un toit de feuillage ou sous un grand arbre; elles
sont, en general, entourees d'une enceinte. Des
prktres, des vieillards du village, aides par des moni-
teurs pris dans les classes sup6rieures de mystes, y
donnent l'enseignement.
Le plus souvent, l'ecole n'est fr6quentde que dans la
soiree. On entend jusqu'a une heure avanc6e des
chants, des cris percantset des tintements de clochettes:
les cris n'indiquent nullement des mauvais traite-
ments; ils sont pouss6s, & intervalles presque reguliers,
par tous les 616ves A la fois, (( pour bien montrer aux
vieux qui sont couches dans leurs cases qu'on ne dort
pas a 1'6cole ). Dans la journ6e, tous les 6l6ves vont a
la plantation familiale; le lundi et le vendredi, jours de







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 53
repos rituels, la plupart des neophytes restent au vil-
lage, ils prennent leurs repas en commun et s'acquit-
tent par 6quipes de corv6es qui leur sont fixes par
les anciens : tel group doit reparer la toiture chez un
vieillard sans enfants, tel autre doit construire une case
d'usage commun, un troisieme ira nettoyer les abords
du village, etc. On voit qu'h cot6 de l'enseignement
religieux, 1'6cole sen6 pr6voit une sorte d'enseignement
moral tout a fait pratique, et notamment s'efforce
de communiquer le respect envers les vieillards,
l'ob6issance et l'assistance envers tous les membres du
groupement, l'habitude du travail collectif sans int6-
ret personnel, qui constituent les bases de la soci6td
s6nn.
Dans 1'ensemble, le programme comporte la pratique
de danses riluelles trbs compliqu6es, I'apprentissage
d'une langue secrete, des exercises de musique sacr6e,
1'6tude des mystbres de la religion, le tout sanc-
tionn6 par des examens et des concours. 11 pr6voit
aussi des 6preuves terrifiantes ou p6nibles : simulacre
de mort et de resurrection, fustigation, corps a corps
dans l'obscurit6 avec un fauve suppose, obligation
prolong6e de silence absolu.
En maint endroit, une education analogue est r6ser-
v6e aux filles. 11 y a, par example, dans le Bas-
Dahomey, de v6ritables couvents ofi les jeunes filles,
avant de se marier, restenttrois ans sans voir leurfamille
sous la direction de f6ticheurs.
,Si longue et si compliqu6e qu'elle soit, cette 6duca-







54 L'ART ANIMISTE
tion ne suffit pas A faire du simple fiddle an pretre :
elle le prepare simplement au role qu'il doit jouer
dans la vie religieuse et social du groupement; elle
ne supprime pas la n6cessit6 d'un veritable clergy,
fortement organism, hi6rarchis6, et place, dans chaque
groupement, sous l'autorit6 d'une sorte de grand
pontife. Tel est, chezles Habds, le Hogon : il est choisi
par les notables parmi les repr6sentants des plus
anciennes families, et ce choix est entour6 de pr6cau-
tions minutieuses. C'est ainsi que deux ou trois ans
s'6coulent entire la mort d'un hogon et l'lection de
son successeur, et que les candidates possibles sont mis
patiemmenten observation: en fin de compete, le choix
se porte sur celui des candidates retenus qui a pu, en
Rtat d'extase, retrouver certain collier de trois boules
cachb dans la brousse. Le Hogon est consid6r6 comme
retranch6 de la sociWet des hommes; il est soumis A
quantity d'interdits; il se distingue des autres hommes
par un costume special: il est coiff6 d'un bonnet rouge,
s'appuie sur un baton noueux, sa peau est frott6e
d'huile, il porte des sandales, car il ne peut toucher la
terre de ses pieds nus. 11 a en principle droit de vie
et de mort sur tout le groupement, et il trouve souvent
le moyen d'exercer ce droit malgre notre police : au
moins une fois par an, avant les semailles, il se pro-
cure, par enlevement ou par achat, un homme qu'il
sacrifice et don't la chair, melangee a de la chair de
chevre ou de mouton, fait I'objet d'un repas rituel, -
communion qui doit assurer la venue de la pluie et les







L'ANIMISME ET LA CREATION ART1STIQUE 5M
bones recoltes.Personne n'entre dans sa maison, don't
l'ext6rieur est orn6 de nombreux ex-voto, cranes d'ani-
maux, comes, etc., et devant laquelle tous les passants
s'inclinenten r6p6tant unevingtainedefoislemotNaba.
II a des pouvoirs judiciaires Rtendus et group sous
son autorit6 toute une s6rie de dignitaires.
De meme qu'il exige un clergy special, le culte des
g6nies, en vertu de son caract6re surtout public,
demand d'autres temples que la case familiale. Ce
sont des endroits r6serv6s, d'allure mysterieuse, aux
abords du village, et surtout des bois sacr6s : des bos-
quets de grands arbres bien entretenus, des oasis dans
la vegetation rabougrie de la region ou des clairibres
dans la fort; au centre, une place oi se dressent g6nd-
ralement quelques cases, entour6es d'une enceinte de
terre ou de branchages, et des autels pour les sacri-
fices.
C'est 1h le foyer de la vie religieuse pour toutes les
manifestations qui presentent un caractere commun A
tout le groupement. C'est lA que se font les sacrifices,
c'est de lA que parent et c'est l qu'aboutissent le
plus souvent les grades processions periodiques, les
danses rituelles, les ceremonies secretes et surtout
nocturnes qui frappent si fortement la sensibility des
Noirs; c'est l1 que se trouvent les statues des genies
ou les symbols de toutes sortes qui les repr6sen-
tent.
Ceremonies sur lesquelles nous sommes assez mal
renseignds et don't les rites ne pr6sentent pas toujours






56 L'ART ANIMISTE
un sens bien net, mais qui dans l'ensemble apparais-
sent en function de la vie agricole, sauf exception en
ce qui concern de grands malheurs publics comme les
epidemies. Le caractere des g6nies, la p6riodicit6 et
la date des fetes, tout cela semble bien indiquer que
I'objet principal du culte est d'oblenir la quantity de
pluie qui convient et de bonnes r6coltes.


IV. MAGIE ET RELIGION

II est assur6ment difficile, en ce qui regarded sp6cia-
lement la vie religieuse de soci6t6s arridr6es, de dis-
tinguer nettement la religion proprement dite et la
magie. Comme l'a fortjustement no(l M. Monteil, on
ne sait (( s'il faut consider la religion comme une
manirre de magie 6purde ou bien dire que la magie est
une perversion de la religion, ou encore que la magie
est un parasite de la religion... ). Le depart entire
l'une et l'autre, entire le licite et l'illicite, varie conti-
nuellement, selon les lieux, selon les circonstances et
les individus, et il serait tout a fait inexact, par ailleurs,
de limiter la magie aux pratiques criminelles. Pourtant,
la distinction s'impose et, m6me en ce qui concern la
religion des Noirs les plus barbares, il semble bien qu'on
ne soit nullement autoris b. confondre les cultes pro-
prement dits et les pratiques de magic.
Magie et Religion, chez les Noirs, reposent sur les
memes dogmes essentiels que nous venous d'exposer,
- divinity cr6atrice et indiff rente, espritsdes ancetres,







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 57
esprits des forces physiques; mais, tandis que la reli-
gion pose en principle la dependance de l'homme A
1'6gard du monde invisible et s'efforce d'Rtablir sim-
plement l'accord entire les deux mondes, la magic
pretend imposer la volont6 de l'individu A tout ce qui
existe, visible ou invisible. La religion recherche une
protection, la magic donne des ordres. La religion est
fondue sur une certain morale, la magie n'a en vue
que le profit materiel. La religion s'ouvre a tous les
fidles, la magie demeure secrete. La religion trouve
son principal point d'appui dans la famille et les com-
munaut6s qui en d6rivent, la magie ne connait que
1'individu ou des groupements artificiels, comme les
societes secretes. En some, la religion peut 6tre, en
maint detail de ses cultes et de ses rites, p6n6trde de
magie, mais il reste que la magic garde une existence
ind6pendante, des caracteres particuliers ct des fins
toutes sp6ciales.
Les manifestations les plus courantes de la magic
chez les Noirs sont les amulettes ou talismans. Nul
people assuriment ne fait un usage aussi abondant de
grigris. Amulettes centre les maladies et les blessures,
centre les voleurs et les assassins, amulettes pour avoir
des enfants, pour empecher les querelles, pour attirer
la richesse, pour achalander les boutiques, pour ins-
pirer l'amour et pour mille autres fins moins avouables.
La composition n'en est pas exclusivement livr6e au
hasard ni au caprice du sorcier : elle est fondue sur
un raisonnement (par example, les e14ments d'une






58 L'ART ANIMISTE
contre-amulette pr6senteront une force de resistance
propre, une herbe qui pousse, malgr la frequence du
feu, autour des foyers ofi Ton cuit les poteries), ou
bien surune analogie (les noeuds qui lient la volont6de
l'adversaire), ou sur une vertu rdelle (c'est le cas des
multiples l:i-:n-.L des poudres de toutes sortes), etc.
11 y a des amulettes pr6ventives, d6fensives centree
les maladies, centre les m6chantes gens, centre les
sorciers) et des amulettes offensives, qui sont g6n6ra-
lement peu innocentes. Il faudrait aussi distinguer les
simples talismans (grigris, sachets qu'on porte au con
ou au bras, statuettes qu'on dresse & I'entr6e des
demeures et qui sont destinies a absorber, a arreter
au passage le mal qui menacerait les habitants) et les
compositions mndico-magiques, don't l'efficacitd est
malheureusement trop certain (P1. III).
.On peut faire entrer dans la magie les pratiques de
divination, fond6es sur la croyance a une revelation
permanent par les manes et les g6nies. Divination
intuitive par le rove, par l'extase ou la possession, ou
divination inductive, par les animaux vivants ou sacri-
flis, par les jeux de cauris, par les noix de colas, par
le frottement d'une pierre sur une autre, par les mou-
vements de l'eau dans une calebasse, etc., etc.
Enfin, c'est aussi de la magie que relkvent les mul-
tiples interdits qui present sur les individus ou les
groupements et qui rendent la vie indigene 6trange-
ment compliqu6e. Chaque clan, chaque village, chaque
famille, chaque individu a son ou ses tana ), qui lui







L'AN1MISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 09
ont WtB imposes par quelque magicien a la suite de cer-
taines circonstances. Par :ei 'lm :, dans tel village, on
ne peut ni manger ni introduire des arachides en
coque, sous peine de voir surgir des animaux mal-
faisants; les membres de telle famille ne peuvent
toucher le corps de tel animal; tel individu ne peut
manger de bananes le samedi, etc. Nous imaginons
malaisement le nombre, la variWt6 et la force de ces
entraves.
11 est clair qu'une science aussi confuse exige une
specialisation encore plus accentu6e que le culte des
forces naturelles et des g6nies et surtout une puissance
particulibre, des dons, et l'on ne saurait pr6ter trop
d'atlention au r6le que joue le magicien ou f6ticheur
dans la sociWt6 indig6ne.
Les magiciens ou f6ticheurs ou sorciers sont des
hommes ou des femmes, mais surtout des hommes.
Ils constituent parfois une caste A part, mais ce n'est
nullement oblige, et il n'y a la rien de comparable au
recrutement et la classification des pretres propre-
ment dits : le f6ticheur pent Utre isol6, il peut faire de
la magie un vrai m6tier, qu'il lui alpparlic l d'illustrer
par des rdsultats et de rendre profitable, ou bien il
peut l'exercer accidentellement, en ami, en voisin
plus renseigne que les autres; il peut aussi reunir en
sa personnel un pretre d'un culte public et un f6ticheur
agi~-uanL de sa propre initiative, voire un marabout
musulman et un f6ticheur; enfin, sans 6tre rang6
dans une caste sp6ciale de f6ticheurs, le f6ticheur






60 L'ART ANIMIST
r6put6 appartient tres souvent a une caste d'artisans
et notamment de forgerons : c'est peut-6tre parce que
le metier de forgeron oblige l'individu A plus d'atten-
tion, uine observation des ph6nomenes de la nature
plus exacte et d6veloppe en tout cas son habilete; on
peut supposed encore sans tme6rit6 que le travail
manuel, A I'origine, a do consister en rites magiques,
sans lesquels il eft sembl6 impossible de dompter la
matiere. Le chasseur aussi tient une large place dans
cette activity magique : il est bien oblige pour son
propre compete de disposer d'une puissance particulibre,
puisqu'il est en relation ou en lutte continuelle avec
les animaux, don't on connatt le caractere myst6rieux,
et tout son attirail, compose d'armes 'magiques au
moins autant que d'armes ordinaires, alteste ces pr6oc-
cupations.
11 faudrait, d'ailleurs, distinguer entire les feticheurs
avouds et ceux qui se cachent, ceux que nous appelle-
rions de predfrence des sorciers. Sans doute, pour un
feticheur, la limited du licite et de l'illicite demeure-
t-elle assez incertaine, puisqu'on ne recourt jamais B
lui que pour un interet trbs d6termin6 et qu'il est dif-
ficile, en g6n6ral, d'obtenir quelque chose sans en
frustrer le voisin. Mais il est des exc6s auxquels un
feticheur reconnu ne se livrera jamais, d'autant qu'en
mainte region il est place en quelque measure sous le
contr6le des chefs religieux ou politiques. Au contraire,
les sorciers isoles sont en general prets & toutes les
besognes; bien mieux, la plupart d'entre eux se sp6-







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 61
cialisent dans les besognes criminelles : ce sont les
jeteurs de sorts, les ( mangeurs d'ames)), les hommes-
panthBres ou les hommes-hy6nes, etc., tous les envod-
teurs, tous les homes de mauvais oeil, tous les loups-
garous de l'Afrique noire, qui ne se contentent pas
d'dpouvanter leurs cong6neres et contre les malefices
desquels il est souvent tres difficile de lutter.

V. LES SOCIETIES SECRETES

C'est surtout dans l'organisation et le fonctionne-
mentdes associations religieuses, fr6quemment denom-
mees confreries, qu'apparaissent k la fois les diff6-
rences et l'union intime de la religion et de la magie.
Nous nous trouvons 1a, comme pour le culte des
ancetres et le culte des forces physiques et des g6nies,
en presence d'institutions proprement indigenes,
expressives des tendances profondes de la race : elles
ont pu, en de certain points et surtout en ce qui
regarded leur organisation materielle et leur discipline
int6rieure, 6tre influences par l'lslam et ses confrdries;
mais ce n'est 1l qu'un accident, une influence occasion-
nelle et toute superficielle ; il y a manifestement un
occultisme africain, sensiblement different de l'occul-
tisme oriental et ant6rieur A lui sur la terre d'Afrique.
II semble que, pour s'assurer la protection du monde
invisible, le Noir ne puisse se contenter du culte des
ancetres et du culte des genies; il y a la encore trop
d'incertitude, il lui faut lier des volontes exterieures A






62 L'ART ANIMISTE
la sienne. 11 part du dogme essential de la religion
proprement dite, il continue A se tenir en relations
avec les esprits des anc6tres et les genies, mais il ren-
force ces relations naturelles, ces relations en quelque
sorte traditionnelles et dans lesquelles il ne joue qu'un
rble subalterne, par une union spirituelle beaucoup
plus forte et plus intime avec les puissances de l'au-
dela.
Les sociEtds secretes, en effet, ne se proposent pas,
A I'ordinaire, l'enseignement de v6rit6s dogmatiques,
ni l'expansion d'une morale quelconque : elles s'ins-
pirent d'intentions 6troitement utilitaires, elles ont
pour objet ((d'enchainer ) une a puissance ) determinee,
et le meme fiddle peut appartenir a plusieurs associa-
tions, afin d'enchainer plusieurs puissances qui l'int6-
ressent A lafois.
Pour atteindre ce resultat, un magicien a oblige la
puissance en question B se d6tacher de l'6nergie uni-
verselle et a se materialiser, i r6sider dans un symbol
qu'on a toujours A portee et sur lequel on peut agir.
11 la ( nomme ) et par 14 I'attire, il la retient par des
sacrifices et des offrandes, il se lie intimement h elle
par la communion, il ne faith plus avec elle qu'un seul
et meme Otre, don't les deux e1bments, visible et invi-
sible, ne peuvent se passer I'un de l'autre et ob6issent
au meme sort, sont asservis aux memes int6rets. Autour
du magicien qui la repr6sente et I'incarne, I'associa-
tion pratique un acte de communion; c'est toute une
famille nouvelle, une famille spirituelle qui se cree, qui







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 63
se superpose aux families naturelles sans en tenir le
moindrecompte, et c'est si net que la ceremonie d'ins-
tallation du symbol dans un village porte en g6n6ral
le meme nom et pr6sente les mIlnles caraeteres rituels
que la c6r6monie du marriage.
Ce symbol, ce support materiel de la puissance
captie, ce n'est pas n6cessairement, comme on pour-
rait le croire, une statue, une representation anthro-
pomorphique. On lui prAte un sexe, et it est entendu
que, del'accouplement mystique d'un symbol male et
d'un symbol femelle, naissent, a l'6poque de l'initia-
tion, les fils spirituels de la puissance. Mais il affected
les formes les plus diverse, les plus imprevues et souvent
lesplus eloigndes de toute conception artistique. 11 y a l
des apparences plus ou moins nettes d'hommes et
d'animaux, maissurtout des boules, des couronnes, des
fourches, auxquelles ii serait fort imprudent d'attribuer
une signification un peu precise : rien que pour la
fourche, comment savoir si, comme le pr6tendent
certainsethnographes, ellereprdsenteunesorte d'chelle
vers le ciel ou bien, comme sembleraient I'indiquer
certain details d'orientation, les vestiges d'un culte
solaire ou encore, tout bonnement, un support com-
mode pour les offrandes? Quant a la composition, les
symbols r6velent 6galement une variedt deconcer-
tante : il y entire, selon des formules 6videmment
d6termindes, du bois, des icorces, des racines, des
comes, des polls, des ongles, des griffes, des ossements
humans, etc. Comme, par-dessus le march, on y







64 L'ART AN1MISTE
laisse collis les debris des victims, sang, plumes, etc.,
1'aspect en est g6n6ralement repoussant. Ilest d'ailleurs
cach6 aux yeux des profanes, dans un sac ou un r6ci-
pient, et abrit6, hors le temps des ceremonies, dans
un temple special avec les objets du culle.
C'est autour de ce symbol que rayonne toute la vie
morale de l'association. C'est lui qui est le centre du
mystere et doni la personnalit6 command, dans des
conditions bien obscures pour nous, le caractere des
ceremonies, les modes de travestissement des offi-
ciants et des fiddles, etc. Par ailleurs, c'est cette con-
ception d'une famille spirituelle 6troitement groupie
autour du symbol, qui nous dclaire sur l'allure g6nd-
rale des manifestations ext6rieures de l'association.
C'est ainsi que, dans les c6ermonies, le travestisse-
ment est de regle : pour la tete, une coiffure et tres
souvent un masque; pour le corps, un costume plus
ou moins adapt a la forme humaine et agrement6,
par example, de longues lanirres veg6tales. Or, on a
pu croire que ce travestissement, que ces masques sur-
tout, qui figurent souvent des t6tes de fauves emprun-
tdes a la nature ou composites, 6taient destines a
inspire la terreur aux adeptes et aux profanes, la
nuit, a la lueur des feux, ou bien encore a donner de
la puissance int6ress6e une figuration quelconque;
mais les masques, comme le symbol, avec les-
quels ils ne pr6sentent aucun rapport ext6rieur, ont,
a ce qu'il semble, un tout autre objet : d'une part,
s'ils sont a dessein Mloign6s de la representation












PL. V.


SIi';E SACRE (Ouroua).
.(Musdc ethnographicque dc Berlin).











PL. VI.


MhASOUE (C6tc d'lvoire).
(Collection A. Level).


.-ii


L. A. Leel.












PL. VII.


C I. Lemare.
MENAGE CELESTE (?) (Soudan).
(Collection Iaul Guillaume).









PL. VIII.


CI. A. Lexeo.
STATUE DE FEMME (Soudan).
(Colleclion A. Level).






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 65
humaine, c'est pour bien marquer que le travesti perd
sa personnalitd humaine, qu'il s'abstrait du monde
natural, qu'il est retranch6 de ce monde et que toutes
sortes de measures sont prises (costume, gestes, danses,
chants, musique) pour I'introduire dans le monde
surnaturel, pour le mettre en communication directed
avec la puissance a laquelle il est moralement uni;
d'autre part, si les masques et l'accoutrement general
rappellent fr6quemment des formes animals, c'est
que 'animal, nous l'avons not6 d6ja, est tenu lui-
meme pour une puissance surnaturelle et que revetir
sa forme donne des chances de participer a ses vertus.
Si les assistants sont saisis d'effroi, si les officiants,
de leur c6te, prennent leur travestissement au serieux,
s'autosuggestionnent, comme il arrive souvent, et se
conduisent reellement en fauves, ce n'e'st qu'un rdsul-
tat accessoire et ce n'est pas, du moins a I'origine de
institution, un effet voulu.
En plus de ces liens moraux, association est sou-
tenue par une forte organisation. Elle a a sa tete un
clergy distinct de celui qui preside aux ceremonies
ordinaires du culte; ce clergy, qui se recrute soit par
hMredite, soit par election, soit encore par achat de
charge, rbgle les ceremonies, dirige I'initiation, gore
les revenues; il jouit d'un prestige considerable. Elle
dil-poqe d'un trWsor qui est alimented par des sortes de
droits d'admission, par des cotisations a l'occasion des
grandes c6ermonies et de la promotion des initids a la
classes superieure, enfin par des amendes infligees aux
5






66 L'ART ANIMISTE
associes et m6me a des strangers sous les pr6textes
les plus divers. La discipline interieure est tres rigou-
reuse : elle impose aux initi6s une discretion absolue,
sous peine des pires chitiments, une ob6issance pas-
sive aux ordres des dirigeants, une solidarity parfaite
entire les membres, le tout assure par des serments
terrible et rep6tes, par un espionnage permanent et
minutieux, par des tortures morales et corporelles
vraiment effrayantes. Ces obligations expliquent qu'en
general les associations n'admettent que les hommes
capable de les remplir et qu'elles excluent systema-
tiquement les individus qui ne sont pas absolument
libres d'eux-m6mes ou qui sont r6putes pour leur
indiscretion, les femmes, les enfants, les membres de
certaines castes. Cependant, l'institution tient si fort
an gofit profound de la race que les femmes et les
enfants, en maint endroit, constituent de leur c6t6
des associations don't le reglement n'est pas moins
severe.
Les societes secretes sont extremement nombreuses
et il est tres difficile de les connaltre, tant le secret
est bien observe par leurs membres; il est difficile
surtout de savoir au just quel est leur objet, quel
interUt particulier elles recherchent. 11 parait Rtabli
qu'elles sont surtout, comme la religion proprement
dite, interess6es par les profits de l'activitN agricole :
les deux plus grandes c6r6monies coincident avec
l'6poque des semailles et celle des moissons; on
retrouve sans trop de peine dans le detail des fetes et







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 67
dans la mimique des danses rituelles I'idWe de f6con-
dation et d'enfantement; d'autre part, le travestisse-
ment des officiants qui forment le cortege et qui reprd-
sentent avec plus ou moins de precision les betes mau-
vaises de la brousse ou de la fort, les ennemis des
r6coltes et des troupeaux, lions, pantheres, hyenes,
singes, etc., symbolisent assez clairement l'intention
de lier les forces qui risqueraient de s'opposer a la
prosp6rit6 des entreprises agricoles. Mais on trouve
aussi, dans nombre de soci6t6s, tout un appareil de
police contre les mauvais sorciers, centre les jeteurs
de sorts, contre les mangeurs d'ames, en some,
une organisation de contre-sorcellerie.
Celles de ces associations qui, pour le moment,
nous sont le mieux connues sont : le Nama, qui
semble n6 dans le B6ledougou ; le Komo, surtout dans
le Segou; le Nya, dans le cercle de Dienn ; le Kor6,
dans la region du Bani, a hauteur de S6gou ; les Simos,
dans le Rio Nunez; les Ouangos, dans le Mossi; les
Do, en pays s6n6; les Prodji, chez les Tomas; les
Yasi, chez les Mpongou6; le Nkimba ou Nkisi, dans
le Bas Congo; le Sikkta dans le Moyen Congo; le
Labi chez les Baya, etc.
On devine la puissance de telles institutions en
dehors meme du domaine religieux. Elles jouent pour
la plupart un rble politique et social fort important.
Elles fournissent a l'occasion des cadres aux souleve-
ments; elles sont a l'origine de la plupart des grandes
convulsions dynastiques qui ont fait crouler les







L'ART ANIMISTE


empires noirs, notamment l'empire soudanais de
Sgou; elles constituent de vigoureux barrages contre
l'lslam et il faut vraiment toute la force de resistance
de la famille en pays noir pour qu'elles ne soient
point parvenues a la dissocier completement, a
absorber toute la vie religieuse.
Ce qui peut-6tre contre-balance un peu leur influence,
ce sont les progrbs ind6niables d'un rationalisme
encore un peu vague, dui A la pacification et a la faci-
lite plus grande de circulation : ceux des Noirs qui
ont voyage, qui ont v6cu dans les villes et don't l'es-
prit a eu le temps de se liberer, si peu que ce soil, de
l'emprise du mysticisme collectif, ne peuvent man-
quer d'apercevoir les ruses grossieres des dirigeants
de societes secretes; la sortie du Nama, si elle 6pou-
vante ais6ment des gens qui n'ont pas boug6 de leur
village depuis l'enfance, laisse assez calmes et meme
fait rire les commergants, les anciens soldats; ils
savent que l'administration europ6enne, toute res-
pectueuse qu'elle soit des coutumes et des religions,
ne laissera pas s'accomplir des crimes mnme d'appa-
rence rituelle, et les supp6ts du Nama ou du Komo
rdduisent leurs audaces et leur propaganda.

VI. L'ART AU SERVICE DE L'ANIMISME

11 nous est ddsormais possible de r6sumer ce que
1'art des Noirs d'Afrique doit, d'une faCon g6nerale, a
leur religion.






L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 69
11 lui doit avant tout des types de manifestations
tris d6termines et qu'il est non seulement commode,
mais n6cessaire de classer d'apris les principaux 61l-
ments du dogme et les pratiques.
L'etre supreme, nous 1'avons vu, ne prend dans
l'esprit des Noirs nulle forme precise; les rares repre-
sentations figures qu'on ait pu en citer doivent 6tre
report6es, semble-t-il, sur telle ou telle force natu-
relle, don't 1'importance aurait grand et qui tendrait
h prendre une place 6minente, par example, le Ciel
ou le Fils ain6 du Ciel et de la Terre.
Le Culte des Ancetres est, au point de vue artis-
tique, beaucoup plus f6cond. 1 a provoqu6 la nais-
sance d'une multitude de statues fun6raires ou com-
m6moratives, supports de l'esprit de l'ancktre, en
bois, en argile, en fer, en bronze, suivant les regions
et, suivant les regions aussi, plus ou moins r6alistes,
plus ou moins interessantes. De plus, il a exig6 la
construction de tombeaux, d'autels et de chapelles
funeraires.
Le Culte des forces de la nature et des g6nies est
peut-6tre, dans ses manifestations artistiques, plus
original, plus strange a nos yeux que le culte des
ancetres; mais il est beaucoup moins f6cond. En
dehors des trois grandes puissances, le Ciel, la Terre,
le Fils ain6 du Ciel et de la Terre, il s'abstient g6n6-
ralement de preler une forme artistique aux puissances
qu'il honore d'un culte: il s'en tient A des symbols
qui pour nous sont informed, des troncs fourchus, des






70 L'ART ANIMISTE
boules assemblies, des comes, des recipients, etc.;
les genies secondaires n'ont guere de statues; c'est
tout au plus s'ils donnent lieu, ici ou IA, a la repre-
sentation d'un animal qui leur est consacrd ou qui
passe pour leur servir de monture. En revanche, ses
autels, ses temples, pr6sentant un caractere d'interkt
commun et sortant du cadre familial, ont un peu plus
d'ampleur, sont plus soign6s, portent des decorations
plus frequentes ; surtout, les objets liturgiques (vases
a libations, couteaux de sacrifice, tambours sacrds,
instruments de musique, clochettes ou cr6celles des-
tinees A evoquer l'esprit ou A convoquer les fiddles,
batons sacerdotaux, etc.) sont tres souvent de v6ri-
tables objets d'art, aussi interessants que des sta-
tues.
Ce n'est pas non plus par la statuaire proprement
dite que brillent les pratiques magiques, qui sont si
intimement lies a la religion et qui trouvent leur plus
forte expression dans I'organisation des soci6t6s
secretes. On ne pourrait citer que des examples isolds
de statues qui doivent leur existence a ces a-c6ths de la
religion : par example, au Dahomey, les statuettes
(botchies) qui veillent devant la maison pour arreter
et absorber le mal (encore peut-on s'attendre a ce
qu'elles rel6vent en grande parties du culte des
ancetres). Quelques amulettes ont pris tournure de
bijoux : notamment, le serpent python, qui s'enroule
en bagues, en bracelets, en pendants d'oreilles et qui,
en C6te d'lvoire, passe pour absorber la maladie du







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 71
sommeil; le cameleon, qui, dans la meme region,
port comme bague, preserve de la l6pre ; la petite
poule de cuivre qu'on suspend au cou des enfants
et qui tient en bonne sant6 les enfants et leur
mere, etc.
En revanche, ce sont les societ6s secretes qui pro-
duisent ce type de manifestation si curieux et si abon-
dant, le masque, instrument indispensable des danses
rituelles et signe du degr6 d'initiation. Si l'on songe
& la multiplicity des soci6t6s secretes, a leur vitality,
A la diversity des puissances auxquelles elles
s'adressent et aux nombreux degr6s d'initiation que
comporte leur organisation, on comprendra que cet
art du masque ait pris en Afrique tant d'extension et
qu'il ait donn6 des products si nombreux, si divers et
souvent si remarquables (Pl. IV).
En some, c'est surtout sous forme de sculpture
que se manifesto l'influence de la religion sur l'art des
Noirs d'Afrique : statues, bas-reliefs des temples et
des autels, decoration des objets sacr6s, bijoux,
masques. La peinture est rare, 6troitement localisde.
L'architecture est A peu pres inexistante, reste limi-
tde A d'infimes dimensions, A des mat6riaux sans
consistance, A des formes grossierement adapties
au milieu physique et en general sans style appr6-
ciable.

Quant aux caracteres gen6raux de cette inspiration
religieuse, voici, en dehors des tendances locales et







72 L'ART ANIMISTE
des a 6coles ), comment on peut, jusqu'a plus ample
inform, les r6sumer.
La statuaire la plus d6velopp6e demeure rdduite h
de petites dimensions. Les plus grandes statues
depassent rarement un demi-metre; ce sont plut6t des
statuettes que des statues. Elles font en effet l'objet
d'un culte surtout secret. Elles ne se dressent pas dans
des temples ofi se press la foule; elles s'abritent dans
des cases m6diocres et sans ampleur.
Les statues qui repr6sentent des d6funts r6cents ou
des ancetres portent la marque touchante de l'intensit6
de la vie familiale. Elles garden, A travers les diffe-
rences de types et les degres d'habilet6, un air de
douceur, de s6r6nit6, de bienveillance, d'humanite,
qui saisit. Ce sont de petits portraits qui n'ont rien
de tragique, qui se reposent dans la paix d'une
second vie, qui competent avec confiance sur le sou-
venir et l'aide matdrielle de leurs descendants et
qu'on sent tout disposes h reconnaltre ces services
par une tendre protection.
Au contraire, parmi les statues qui repr6sentent les
forces de la nature, celles qui conservent I'allure g6nd-
rale de la forme humaine s'eloignent sensiblement du
type reel. Elles presentent en g6ndral des jambes
courts, torses, une tete d6veloppee et bestiale. Si
l'on se rappelle comment les premiers habitants du
sol, les Ndgrilles ou Pygm6es, sont passes dans
l'imagination des Noirs sous forme de g6nies et com-
bien leur souvenir est attach & mille traditions et







L'ANIMISME ET LA CREATION ARTISTIQUE 73
16gendes a la fois religieuses et sociales, il ne semblera
peut-Atre pas t6m6raire d'avancer que le type de ces
petits hommes sauvages constitute une des plus fortes
traditions de la statuaire n6gre et qu'en principle
toute representation des g6nies principaux est, si l'on
peut dire, non point anlhropomorphique, mais
n6grillomorphique (Pl. V).
Quant aux masques, dus surtout a l'activit6 magique
des soci6tes secrBtes, ils sont, nous l'avons vu, de deux
sorts principals. Les uns ont surtout pour objet de
retrancher l'officiant de la famille naturelle et de la
sociWt6 humaine, de le mettre en relations directed
avec les 616ments invisibles de sa famille spirituelle,
et il semble, par consequent, qu'il y faille chercher,
meme quand ils conservent quelque parentW avec la
figure humaine, mime quand ils ne sont pas de pure
invention, un effort antiraaliste. Les autres corres-
pondent plus particulierement h des rites agraires et
tendent a representer surtout les animaux de la
brousse, don't il faut incarner la forme pour acquerir
la puissance ou pour dMtourner les m6faits; mais, de
toute faQon, c'est comme puissances myst6rieuses et
sup6rieures A l'homme que les animaux sont repr6-
sentes, et lh encore cet art Imagico-religieux se pro-
pose, non point de figure exactement l'animal ni
d'effrayer les assistants ou les profanes, mais de faire
entrer dans la figuration une part de ce surnaturel,
de cette puissance extrahumaine A laquelle l'homme
veut participer : come pour les masques a figure







74 L'ART ANIMISTE
sensiblement humaine, il faut done se garder d'y cher-
cher un effort de r6alisme. Le r6alisme, dans ces
divers cas, apparaltrait plut6t comme une maladresse,
comme une impuissance d'expression et la marque
d'une imagination pauvre (PI. VI).













CHAPITRE II


LES LIMITS DE LA CREATION ARTISTIQUE

L LE PROBLEM DE L'ART NEGRE. II. UNE AME DE PLEIN AIR. -
III. LA TYRANNIE DES FORCES NATURELLES. IV. LA TYRANNIE
DE L'HISTOIRE. V. LA TYRANNIE DU GROUPEMENT SOCIAL. -
VI. LA STERILITE DE L'ISOLEMENT. VII. UN ART REFOULE.


I. LE PROBLEM DE L'ART NEGRE

UNE forte disproportion apparatt entire l'intensite de
la vie religieuse des Noirs et l'abondance de ses
manifestations artistiques.
Nous nous trouvons en presence de religions vigou-
reuses, qui ont resist6 aux pires 6preuves, qui tiennent
au fond meme de 1'1me ethnique et qui sont install6es
en Afrique depuis un nombre de si6cles incalculable ;
ces religions s'accommodent de representations figu-
r6es et mome, en bien des cas, les exigent; elles ont
besoin de temples et d'autels, au mime titre que la
religion des anciens Grecs, par example. On pourrait
done s'attendre a rencontrer ici un art singulibrement
robuste et touffu, vari6 au possible, puisque les divi-
nites se pretent t mainte adaptation locale et que la
religion s'6tend sur des regions fort diverse.
Or, si int6ressant que soit cet art religieux, il faut






76 LART ANIMISTE
bien reconnaltre qu'il est fort limit dans son inspira-
tion et dans ses oeuvres : des statuettes fun6raires qui
ne prennent qu'accidentellement un caract6re d'art
veritable, quelques statues fort curieuses de g6nies,
relativement rares et consacries aux g6nies princi-
paux, des masques, un art industrial d'objets sacr6s
assez developp6, mais & peine un soupcon d'architec-
ture religieuse. Un ensemble de religions qui group
plus de cent millions d'adeptes, et d'adeptes fervents,
aurait df produire, semble-t-il, un art moins 6troit,
moins avare de manifestations.
En d'autres regions aussi, comme 1'Egypte ou
l'Orient, l'art est demeur6 asservi h la religion ; pour-
tant, il ne s'est pas priv6 de manifestations gran-
dioses, il s'est impose a l'attention du monde, il a fait
cole, il n'est pas rest cet art secret et petit que l'Eu-
rope vient toutjuste de d6couvrir.
Bien mieux, cet art si vivant aurait pu deborder
largement sur toutes les autres productions de la vie
social. Si tant est qu'une tell expression convienne
a des peuplades don't routes les pens6es et tous les actes
sont impr6gn6s de religion, on s'6tonne de constater
I'absence d'un art civil ou laique : architecture de
forteresse ou de palais, sculpture d6tach6e du culte
des ancetres et du culte des g6nies, decoration dis-
persee. Or, rien de tout cela n'apparatt; des qu'on a
fait la part de l'art proprement religieux, on n'arrive
a d6couvrir, ici ou 1, en cherchant bien et en se mon-
trant complaisant, que quelques arts mineurs, a peine






LES LIMITS DE LA CREATION ARTISTIQUE 77
imancip&s d'une industries toute primitive : ceramique,
vannerie, armes, objets de toilette en bois ou en
metal, calebasses pyrogravees, 6toffes de raphia, de
line et de coton, peintures et sculptures sur les murs
des cases ou sur les proues des canots. En some,
rien de puissant, rien qui indique un exces de force
cr6atrice, ni le moindre app6tit de liberty.
Ce n'est pas le sens artistique de la race qui peut
6tre mis en cause. II 6clate dans ces manifestations de
l'art religieux ou dans les products humbles et timides
des industries locales; il est autre chose qu'une vague
tendance de peuples enfants au divertissement esthd-
tique, au ( jeu ); il s'exprime vraiment par d'autres
qualit6s qu'une naivetd de primitifs, ilesten possession
de moyens multiples et fort personnel. On le retrouve,
d'ailleurs, sans le moindre effort, dans la fr6quenta-
tion de la race, dans les actes de la vie quotidienne
des Noirs : les Europ6ens qui n'ont v6cu qu'en Europe
et dans les pays noirs n'en sont pas toujours frappes,
mais ceux qui ont frequent d'autres races 6galement
attarddes sont bien forces de le remarquer. Pour tout
ce qui regarded son corps, sa demeure, son village, et
dans la measure of les circonstances le lui permettent,
le Noir d'Afrique fait preuve de ces qualities de soin,
de gofit et d'ordre, qu'on peut consid6rer comme une
manifestation primordiale du sens esth6tique : il est
bien sup6rieur en cela au BerbBre, par example, qui
se r6signe si ais6ment a la crasse et don't les villages
les mieux batis ont toujours un air de campements






78 LART ANIMISTE
mis6rables; il est rare qu'un village noir ne s6duise
pas par la nettet6 de ses ( carries ) soigneusement
balay6s, par la coquetterie de ses interieurs of tous
les objets ont une place, par un air d'intimit6 tout
idyllique.
Dans ce village circulent des hommes et des femmes,
qui sont plus ou moins vetus, mais qui, en general,
attestent un goat tres vif pour la parure et font preuve
A la fois d'une singuliere imagination et d'un sens
achev6 du sacrifice pour la beauty : 6 ne retenir que
ceux don't les conceptions se rapprochent le plus des
n6tres, c'est une joie pour les yeux que ces foules indi-
genes don't la peau frott6e d'huile, de beurre de karitd
ou d'autres products gras, donne de beaux luisants,
fournit des plans franchement accuses, et don't les
vOtements, mnme rudimentaires, teints de tons justes
et drapes avec art, composent une game & la fois
sobre et gaie.
Ces peuplades qui, pour la plupart, ignorent l'6cri-
ture, ont une literature orale d'une varidt6 et d'une
f6condite reelles; surtout, elles sont passionn6es
d'dloquence, elles aiment la ( palabre ) pour elle-
meme. I1 y a dans tous les villages une case A palabres,
qui est comme la maison commune : on s'y r6unit
sous le moindre prdtexte et meme sans pr6texte du
tout, et ce sont des joutes d'dloquence, des discours
en forme, des tirades qui n'en finissent plus et que
les auditeurs ponctuent h leur fagon.
Enfin, la musique et la danse tiennent dans la vie






LES LIMITED DE LA CREATION ARTISTIQUE 79
des Noirs une place beaucoup plus grande que nulle
part ailleurs : en dehors des c6ermonies religieuses et
des danses rituelles, le tam-tam constitute pour eux un
besoin permanent, quotidien, et c'est les punir s6vere-
ment que les en priver.
Au fond de tout cela, on retrouverait sans peine ce
qui se rv6le si timidement dans l'art religieux ou
dans les manifestations sporadiques de l'art indus-
triel; on retrouverait ce qui constitute vraiment le
temperament des races artistes : une sensibility tou-
jours en 6veil, une 6motivit6 facile, une aptitude par-
ticulibre A l'abandon de soi-meme, une capacity
d'enthousiasme, une tendance joyeuse a la creation
d6sint6ressde, d'autant plus desinteressee et digne
d'etre retenue peut-6tre qu'il n'en reste rien qu'un
souvenir apres la palabre ou la danse et que la cr6a-
tion est toujours a recommencer. ( La source d'of les
arts ont jailli, 6crit Gobineau, est 6trangBre aux
instincts civilisateurs. Elle est cache dans le sang des
Noirs. Et encore : ( Le n6gre possede au plus haut
degr6 la faculty sensuelle, sans laquelle il n'y a pas
d'art possible ). C'est 1A une th6se qu'on serait fort
tent6 de d6fendre, pour peu qu'on ait v6cu parmi les
Noirs.
11 faut noter, par ailleurs, qu'A certain moments de
son histoire ou en certain points de son 6tendue,
l'Afrique noire a produit, en dehors meme de ces
manifestations 6phimeres ou de son art religieux, des
efforts artistiques qui affirment la force de son sens






L'ART ANIMISTE


esth6tique et qui semblaient l'orienter vers une pro-
duction plus large et plus libre : il y a la comme des
lots d'art civil ou l iiqui,. et en meme temps d'art
monumental, tout a fait diff6rents, comme importance
et comme tendances, de la sculpture de statuettes, de
masques et de tambours sacr6s. Des lots dans le temps,
comme a Ghana, la vieille capital du premier empire
soudanais; des il6ts dans l'espace, comme au Dahomey
et au BInin.
Telles sont les donn6es de ce qu'on peut regarder
comme le probl6me essential de 1' art n6gre ) et
qu'on pourrait formuler ainsi : comment expliquer
qu'ane race, exceptionnellement doude au point de
vue esth6tique, animee d'une vie religieuse intense et
pourvue de religions qui se pretent aux repr6senta-
tions figures les plus varies, capable par accidents
d'efforts artistiques vigoureux et relativement libres,
se soit a peu pres confine dans l'art religieux et que
cet art religieux lui-mn,'m,' n'ait fourni qu'une produc-
tion r6duite ?

II. UNE AME DE PLEIN AIR

On n'a, selon nous, rien dit du Noir d'Afrique, tant
qu'on s'est content de ramener sa psychologie aux
traits g6nBraux de l'ame primitive. On pretend
retrouver en lui, plus qu'en tout autre, les iddes et les
tendances de l'humanit6-enfant ou de l'enfant tout
court. Rien ne semble plus faux, du moins si l'on s'en













PL. IX.


' 2-


CI. A. Level.
ANTELOPE (Soudan'.
(Collection A. Level).











PL. X.


























































CI. A. Level.
STATIEF CONGOLAISE AVEC RELIQUAIRE.
(Collection A. Level).







LES LIMITS DE LA CREATION ARTISTIQUE 81
tient 1I et si l'on ne cherche pas dans le negre quelque
chose de plus specifique. A force de gratter l'6corce
pour trouver le germe, les sciences morales de notre
temps ont souvent perdu de vue leur veritable objet,
qui est la connaissance des ames, et non point seule-
ment la construction de cette ame universelle, de cet
homme en soi, si nu, si pauvre de traits precis que ce
qu'on nous dit de lui explique tout et n'explique rien.
I1 y a done une ( ame negre ), qui n'est pas seule-
ment une ame de primitif ou d'enfant. Nous n'en
retiendrons ici que ce qui int6resse l'origine et le carac-
t6re de ses manifestations artistiques; nous ne nous
dissimulons pas combien il est difficile de la saisir,
mais nous n'avons pas le droit de nous r6signer a
l'ignorer.
Ce qui frappe avant tout dans l'ame du Noir, c'est sa
mobility, c'est l'inconsistance des impressions, des
sentiments, des vell6ites. On serait tent6 de croire que
le Noir, au moins h l'Ftat fruste, n'a pas de m6moire
ou dispose d'une mimoire tres diff6rente de la n6tre.
Son insouciance, en tout cas, est prodigieuse. Vous lui
parlez du lendemain, vous vous Epuisez A lui tracer des
obligations pour l'avenir : il a Fair de vous ecouter,
on le dirait persuaded fond ; mais h peine 1'avez-vous
laiss6 A lui-meme que votre discours est sorti de son
oreille.
Ce papillon noir, est-il bon? Est-il m6chant? 11 a des
moments d'amour et des moments de haine, il passe
sans le moindre effort de Fun a 1'autre. 11 est surtout







82 L'ART ANIM1STE
la proie des entralnements passagers et collectifs, qui
s'accompagnent de manifestations bruyantes, et l'ab-
sence de vie inthrieure, de vie personnelle, lui inter-
dit toute continuity d'6motion. A 1'occasion d'un enter-
rement, par example, les families, les voisins, les amis,
se r6unissent autour du defunt pour pleurer en cheur ;
on verse de vraies larmes, on sanglote pour de bon,
mais si par hasard un farceur lance un mot plaisant,
l'assemblee rit aux eclats. Apres quoi, chacun seressai-
sit, se rappelle pourquoi il est 1A, et les larmes
reprennent leur course.
Pour les mWmes raisons qui le privent du sens exact
de la bont6, le Noir, a l'6tat fruste, n'a pas le sens du
vrai. Cette v6rit6 objective, ind6pendante du sentiment,
que nous concevons, cette concordance des idWes et de
la realit6, il est incapable d'y atteindre de lui-m6me.
Nous l'appelons menteur et certes nous n'exagerons
pas; mais nous nous exprimons mal: dans la plupart
des cas, il ne d6forme pas sciemment la verit6, il ne
parvient pas a donner au vrai des contours pr6cis, il
le modifie suivant l'humeur du moment, il se ment A
soi-meme autant qu'il ment aux autres.
En tout et toujours, c'est la legeret6, c'est la mobility
des impressions qui intervient. L'id6e n'arrive pas a
prendre corps; 1'abstraction et la g6n6ralisation ne
peuvent s'exercer que sur des materiaux suffisamment
solides et groups : elles n'ont pas' de prise sur les
nuages qui traversent cette tate ouverte a tous les vents.
De 1l cette incapacity de jugement et de raisonnement,






LES LIMITS DE LA CREATION ARTISTIQUE 83
cette pure logique de sentiment et ce verbalisme magni-
fique, ce psittacisme, cette grandiloquence oij les
mots ne se pr6occupent nullement de recouvrir des
id6es et prennent une valeur inlll,.pid:lallt, tout
esth6tique.
11 en va de meme pour l'activitM. 11 est assez inexact
de dire que le Noir est paresseux : il aime l'activit6 et
il est capable de vifs efforts, mais non d'efforts soute-
nus. S'il est maitre de son labeur, il travaille tout ju-Ic
pour ses besoins imm6diats ou a peu pr6s; car son
impr6voyance est inimaginable. A la fin de la mfoisson,
la plupart des populations noires c616brent de grandes
fAtes; l'hiver est tout proche; pourtant, la ijpriime
616gance, a ce moment-la, c'est de faire dix fois plus
de couscous qu'il n'en faut pour la nourriture de la
famille et de jeter ostensiblement devant la case ce
qu'on n'a pas consomm6. Un mois apr6s, on meurt de
faim, mais cette experience ne corrige personnel pour
l'ann6e suivante. Jamais on n'empAchera un Noir de
computer sur l'impr6vu plus que sur le pr6vu.
Le seul point d'attache solide dans cette mobility de
1'iinnm n6gre, le seul pilier dans ce flux d'impressions,
c'est quelque chose qui vient du dehors, qui <'impOle
au Noir comme une loi exterieure a sa volont6 : c'est
la force, qu'il admet sans peine et qu'il rdvere. 1 est
perdu s'il demeure livr6 A liii-mnime, il est capable de
grandes et belles actions s'il trouve les mattres qu'il
faut.
Comment cet Atre momentand, successif, en quelque






84 L'ART ANIMISTE
sorte priv6 d'identit6, concevrait-il les grands espoirs
et les vastes pensdes que suppose un d6veloppement
artistique? I1 lui suffit de jouissances passageres,
mediocres A la v6rit6, mais renouvelables sans grand
effort, et la vie de plein air qu'il mdne les lui permet,
les lui indique, le dispense de chercher autre chose.
Comment serait-il amend de lui-mdme h de grandioses
entreprises architecturales, lui qui vit sous le ciel a
peu pros tout le temps et qui n'a besoin d'un toit que
pour les heures bralantes de la journde et les quelques
jours de pluie de l'hivernage? Pourquoi, en dehors
de ]a sculpture religieuse, qui pr6sente un int6ret sur-
tout pratique, ddsirerait-il la multiplication des
oeuvres plastiques, lui qui, chaque jour, a la nuit tom-
bde, bondit au tam-tam et vibre intens6ment au spec-
tacle d'admirables statues vivantes?
Car on n'insistera jamais trop, semble-t-il, sur la
place de la danse dans les satisfactions esth6tiques
des Noirs. C'est tous les soirs qu'ils se donnent cette
joie, et tous y participent, jeunes et vieux, hommes et
femmes : les uns dansent, les autres regardent, a la
clart6 de la lune, d'une torche ou d'une bougie; la
foule chante, frappe ses paumes en measure; une
expression de beatitude rayonne sur tous les visages,
et les audaces ou les trouvailles des danseurs sont
salutes par des rires de connaisseurs.
Surtout, cette danse, mdme pour des yeux d'Euro-
peens, est en g6ndral d'un rare intdret et d'une r6elle
beauty. Elle est fort different des lourds d6hanche-







LES LIMITES DE LA CREATION ARTISTIQUE 85
ments de l'Afrique du Nord; elle est, dans une meme
region, fort varide; elle allie fort savamment la grace
et la fren6sie, les exhibitions individuelles et les 6vo-
lutions collectives; elle fait derouler des ( figures ,
6trangement expressives, elle est solidement compo-
see; elle pr6sente des ensembles harmonieux sans
sacrifier la plastique de l'individu, sans jamais per-
mettre, par example, l'enlacement de deux danseurs;
elle menage des pauses dans le movement, des arrets
sur une attitude choisie. 11 y aurait la de quoi decou-
rager le sculpteur le plus maitre de son m6tier, et l'on
admet fort bien que des hommes qui, quotidienne-
ment, 6prouvent des joies aussi fortes puissent, tout
en se distinguant par un vif et profound sentiment
esth6tique, se passer de la froide immobility des sta-
tues.


III. LA TYRANNIE DES FORCES NATURELLES

La mobility de 'ame negre est peut-6tre cong6ni-
tale; en tout cas, elle est entretenue, sinon provoqu6e,
par toutes sortes de circonstances. On pent dire que,
s'il n'avait pris inconsciemment le parti de se rdfugier
dans 1'insouciance, s'il n'avait acquis, a un degr6 que
nous sommes tents de juger excessif, le sens du prd-
sent, le Noir d'Afrique m6nerait ou. du moins aurait
mend jusqu'ici une vie intolerable.
Sauf quelques regions polaires, il nest guere de
pays oa les forces naturelles se d6chainent avec plus







86 L'ART ANIMISTE
de puissance et de f6rocit6 qu'en Nigritie, et ces forces
naturelles sont places dans la poigne d'un maitre
absolu, le climate.
Ailleurs, I'influence du climate rencontre maint
obstacle et subit toutes sortes de temperaments :
m&me dans les regions tropicales et 6quatoriales du
reste du monde, elle est attenuee, contrariee par la
proximity de la mer, par la disposition du relief, par
l'altitude, etc. Ici, elle regne sans contest, elle ne
troupe rien devant elle : 'Afrique, et tout particuliere-
ment la parties de I'Afrique occup6e par les Noirs, est
un bloc massif, surgi tout d'une pikce aux plus hautes
6poques g6ologiques, demeur6 inaccessible aux rema-
niements tectoniques et aux s6dimentations marines.
Elle affected la forme d'une cuvette, relev6e sur ses
bords, opposant aux influences marines un 6cran &
pen pr.s continue. Nul systeme montagneux vraiment
important, sauf dans la region tourment6e des Grands
Lacs, ne vient compliquer les conditions de latitude,
introduire des nuances de climate dues a la hauteur ou
a l'orientation. Les fleuves r6alisent de vrais tours de
force pour parvenir A la mer et n'ouvrent pas de ces
couloirs oft se combattent les influences marines et
continentales. D6serts, savanes et fort dense, saisons
des pluies et saisons seches, tout cela se pose et s'op-
pose avec une strange nettet6, s'inscrit sur le terrain
par des lignes branches, presque sans transitions.
On a l'impression que la nature africaine ignore la
measure, vit d'exces : exces de secheresse ou d'humi-







LES LIMITS DE LA CREATION ARTISTIQUE 87
dit6, exces de misere ou de somptuosit6. Ses formes
les plus inhumaines, le desert, le marecage, la sylve,
dominant largement; bien pis, elles ne restent pas
cantonnees, l'une ou l'autre recouvre en certaines
saisons les regions les plus favoris6es; pis encore, elles
sont toujours en march, comme des invasions de
monstres, irresistibles; elles menacent sans cesse la
plaine cultiv6e, on fuit devant elles. Chaque zone cli-
matique est specialisee dans un nombre tres limit de
productions, ellejouit d'une sorte de monopole natu-
rel, elle ne pr6sente que tres rarement cet ensemble
de resources compl6mentaires qui, dans nos pays
d'Europe, 6tablit une moyenne de compensations et
diminue les risques de disette; si bien que le moindre
d&calage des saisons, le moindre changement dans la
quantity ou la distribution des pluies condamne a la
famine des territoires immense. Contre cette puis-
sance capricieuse, l'homme est desarm6.
Jusque dans ses manifestations courantes, dans ses
plinom6nes les plus divers, la nature africaine affected
cette brutality d'allures; on ne peut se tromper sur
ses intentions, on n'est guere tent6 de se reposer en
elle, d'y chercher, comme font nos pontes, un sein
maternel et des consolations aux miseres humaines :
elle est fauve en tous ses actes. Les phenom6nes
atmosph6riques, les vents, la pluie, les orages, y sont
violent au possible et trouvent leur expression accom-
plie dans cette crise de rage qu'on appelle la tornade:
la tornade, si souvent d6crite, qui passe en hurlant,






88 L'ART ANIMISTE
qui courbe tout sous son galop de bMte affol6e, qui
fait haleter d'angoisse les animaux et les hommes. Les
fleuves sont tantbt des squelettes decharnes et sans
vie, tantot des torrents sauvages, ou bien des mers en
march, trainant des miles flottantes, large, majes-
tueux, puis 6trangles dans des rapides, bondissant de
chute en chute, rugissant, poussant leurs flots a tra-
vers les roches come des troupeaux 6pouvanlts;
ailleurs, toute penle directrice disparue, les eaux se
confondent, s'etalent en d'immenses marais-6ponges,
h6risses d'une folle v6g4tation de roseaux, 6tant au
sol toute consistance et communiquant aux hommes
qui vivent dans ce bourbier la t[te minuscule, les
membres 6lances et greles, la morne agility des hchas-
siers.
Elle est hostile encore par les pi6ges qu'elle tend,
par les mille embiches de sa brousse ou de sa forAt,
par les resources d'attaque ou de revanche qu'on sent
toutes prates dans ses buissons 6pineux, ses arb.es
difformes, ses lines gigantesques, ses fourr6s humides
et t6n6breux. Lafaune, enfin, est plus furieuse encore :
grands fauves qui rodent dans le voisinage des habita-
tions, tribus de singes qui saccagent les rdcoltes et
qui ne ressemblent en rien aux ( paisibles enfants
de la nature ) c6elbr6s par Bernardin de Saint-Pierre,
serpents de toutes sortes, fourmillement d'insectes
cruels ou transmetteurs de maladies effroyables, tout
un people d'ennemis semble s'6tre assemble l1 pour
tourmenter I'humanit6.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs