• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 Repertoire des tableux
 Preface
 Introduction
 Livre I. La population et...
 Livre II. La developpement des...
 Livre III. La developpement de...
 Livre IV. La developpement minier,...
 Livre V. Developpement de la recherche...
 Livre VI. Les moyens de realis...
 Back Matter
 Back Cover
 Spine














Group Title: Plan decennal pour le developpement economique et social du Ruanda-Urundi
Title: Plan decennal pour le developpement âeconomique et social du Ruanda-Urundi
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00020166/00001
 Material Information
Title: Plan decennal pour le developpement âeconomique et social du Ruanda-Urundi
Series Title: Plan decennal pour le developpement economique et social du Ruanda-Urundi
Physical Description: xxxix, 598 p. : fold. maps (part col.) tables. ;
Language: English
Creator: Belgium -- Ministáere des affaires africaines
Publisher: Les âEditions de Visscher
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1951
 Subjects
Subject: Economic policy -- Ruanda-Urundi   ( lcsh )
Social conditions -- Ruanda-Urundi   ( lcsh )
Rwanda   ( rvm )
Burundi   ( rvm )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00020166
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltqf - AAB2859
ltuf - ACR7997
oclc - 01215547
alephbibnum - 000498650
lccn - 52040741

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Page v
        Page vi
    Table of Contents
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
    Repertoire des tableux
        Page xxvii
        Page xxviii
        Page xxix
        Page xxx
        Page xxxi
        Page xxxii
        Page xxxiii
        Page xxxiv
    Preface
        Page xxxv
        Page xxxvi
    Introduction
        Page xxxvii
        Page xxxviii
        Page xxxix
        Page xl
    Livre I. La population et ses besoins
        Page xli
        Page xlii
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 8a
        Page 8b
        Page 9
        Page 10-11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24-25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 64b
        Page 64c
        Page 64d
        Page 65
        Page 66
        Page 66a
        Page 66b
        Page 66c
        Page 66d
        Page 67
        Page 68-69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76-77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82-83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 106a
        Page 106b
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114-115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 140a
        Page 140b
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174-175
        Page 176-177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Livre II. La developpement des services publics
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204a
        Page 204b
        Page 205
        Page 206
        Page 206a
        Page 206b
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 220a
        Page 220b
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242-243
        Page 244-245
        Page 246-247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253-254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278-279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 298a
        Page 298b
        Page 299
        Page 300-301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 308a
        Page 308b
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312-313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 316a
        Page 316b
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 320a
        Page 320b
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324-325
        Page 326-327
        Page 328
    Livre III. La developpement de la production vegetale et animale
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 332a
        Page 332b
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344-345
        Page 346
        Page 347
        Page 348-349
        Page 350-351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355-356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378-379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 394a
        Page 394b
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 416a
        Page 416b
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 438a
        Page 438b
        Page 438c
        Page 438d
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 452a
        Page 452b
        Page 452c
        Page 452d
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
    Livre IV. La developpement minier, industriel el commercial
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 468a
        Page 468b
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 476a
        Page 476b
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487-488
        Page 489-490
        Page 491-492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
    Livre V. Developpement de la recherche scientifique
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        age 549-550
        Page 551
        Page 552
    Livre VI. Les moyens de realisation
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559-560
        Page 561-562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566-567
        Page 568
        Page 569-570
        Page 571-572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577-578
        Page 579-580
        Page 581
        Page 582-583
        Page 584
        Page 585-586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590-591
        Page 592-593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
    Back Matter
        Page 599
        Page 600
    Back Cover
        Page 601
        Page 602
    Spine
        Page 603
Full Text










PLAN DECENNAL

POUR LE

DEVELOPPEMENT ,ECONOMIQUE

ET SOCIAL DU


RUANDA-URUNDI







1951
LES EDITIONS DE VISSCHER
17, Rue du Grand Cerf
BRUXELLES


































PLAN DECENNAL

POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL

DU RUANDA-URUNDI


















PLAN DECENNAL

POUR LE

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

ET SOCIAL DU


RUANDA-URUNDI








1951
LES EDITIONS DE VISSCHER
17, Rue du Grand Cerf
BRUXELLES


__




































TABLE DES MATIERES



PREFACE

INTRODUCTION

LIVRE I

LA POPULATION ET SES BESOINS

PREMIERE PARTIES

LA POPULATION AUTOCHTONE ET SES BESOINS


CHAPITRE I : LA POPULATION AUTOCHTONE ... ...

Introduction ... ... ..... .....

Section I : Analyse des statistiques ... ... .. ......
1. L'6volution g6nerale de la population .........
2. La population coutumiere et la population non-coutumiere ...
3. La density et la r6partition de la population .........
4. La composition de la population ... ... .. .. ...
5. Les taux de natalit6 et de mortality ... ... .........
Conclusions ... ... ... ... ... ... ... ... .

Section II : Regroupement de la population ... ... ... ...

CHAPITRE II : LA MAIN-D'CEUVRE ... ... ... ... ...

Introduction ... ... ... ... ... .... ... . ..

Section I : Main-d'oeuvre employee au Ruanda-Urundi ...
1. L'6volution et la r6partition de la main-d'oeuvre ......
2. La stability de la main-d'oeuvre ...... ... ........ ..
3. Le rendement de la main-d'ceuvre ...............
A. Obstacles d'ordre coutumier ........ ......
B. D6ficience sanitaire et alimentaire ............
C. Carence de formation professionnelle ... ... ......
D. Ddfaut de qualification ..................
4. La r6muneration de la main-d'oeuvre ...... ... ... -


XXXV

XXXVII


Page
... ... ... 14

. ... ... 15

.. .. ... 15
. ... ... 21
... ... .. 8
.. ... ... 22
. ... ... 1 1
... ... ... 14
... .. ... 15

... . ... 15

... ... ... 2 1

... ... ... 2 1

... ... ... 22
.. ... ... 22
... ... ... 23
... ... ... 26
. .. ... ... 28
.. ... ... 29
. .. ... ... 3 1
... ... ... 32
.. . .. .. 33











Page
5. Les conditions de travail et 1'inspection du travail ... ... ... ... ... 37
6. La main-d'oeuvre et la micanisation ... ... ... ... ... ... ... ... 37
Section II : Emigration de main-d'ceuvre. ... ... ... ..... ... ... 39

1. L'6migration de main-d'ceuvre vers le Congo Belge ... ... ... ... ... 39
2. L'6migration de main-d'ceuvre verss les territoires britanniques ... ... ... 40
CHAPITRE III : L'ALIMENTATION ... ... ... ... ... ... ... ... 42
Introduction ... ... ... ... ........ ...... ... ... ...... ... 42
Section I : Situation actuelle ... ... ... ... ... ... ... ... ... 43
1. Les 616ments de l'alimentation ... ......... ..... ... ... ... ... 44
A. Produits des cultures vivrieres ... ... ... ... ... ....... ... 44
B. Produits de l'61evage et de la pfphe ... ... ... ... ... ... ... 45
2. Les contingencies de 1'alimentation ... ... .. ...... ... ... .... 45
A. Influence du milieu social et- de la race ... ... ... ... ... ... 45
B. Nature et composition des repas ... ... ....... ... ... ... ... 46
C. Incidence des pratiques culinaires ... ... ... ... ... ... ... 48
1. Haricots ... ... ... ...... ...... ........ .. 49
2. Manioc ... ... ... .. ... .. ... ... 49
3. Patates douces ... ... ... .. .. .... ... ... ... 50
4. Ignames < ... ...... ... .... .. ... ... .... 50
D. Caract6ristiqiies nutritionnelles ... .....' ... ... ... ... ... 51
E. Boissons fermenties ... .. ... ... ....... ... ... ... 52
3. Le bilan alimentaire actuel ... .. ... ... .. .. ... ... ... 54
A. Besoins alimentaires ... ............ ... .... ... ... ... ... 54
B. Disponibilit&s alimentaires .. ..... ...... ... ... ... ... 54
C. Differences entire besoins et disponibilit6s ... ... ... ... ... ... 56
Section II : Programme d6cennal ... ........... ...... ... ... 56

1. Les measures d'ensemble ... ... ...... ... ... .. .. ... ... ... 56
A. Am6lioration quantitative ... ... ....... . .. ... ... ... 56
B. Amelioration qualitative ... ..... ... .. ..... ....... .... 57
2. Les measures particulieres ... ... ... .. ... .. .. ... ... ... 57
A. Mesures relatives aux groups prioritaires ... ... ... .. .... .. 57
B. Education et measures diverses ... ... ... ... ... ... ... ... 58
3. Le bilan alimentaire dans dix ans ... ... ... ... ... ... ... ... 59
A. Besoins alimentaires ... ... .. .. ... ... ... ... ... .... 59
B. Disponibilit6s alimentaires ... ... ...... ..... .. ... ... ... 59
C. Differences entire besoins et disponibilit6s ... ... ... ... ... ... 61

CHAPITRE IV : L'APPROVISIONNEMENT EN EAU ... ... ... ... 63
Introduction... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 63
Section I : Principaux problkmes hydrologiques ... ... ... ... ... ... 63

1. Le cycle hydrologique... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 63
2. Les particulariths du regime hydrologique ... ... ... ... ... ... ... 64
A. Lithologie du sous-sol ... ... ... ... ... ... ... ... ... 64
B. Orographie et relief ... ... ... ... ... ... ... ... 64
C. Pluviom6trie ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 65
D. Hydrographie ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 65


VIII











E. Eaux souterraines et sources ... ..... .. ... ... ...
F. Tendance a l'assechement ... ... ... ... ...... .. ... ...
Section II : Programme d6cennal ..... ....................
1. L'6quipement des agglomerations en eau potable ...... .......
2. L'amelioration des conditions de pr6 lvements d'eau dans les milieux coutu-
miers .. ..... ... . ... ... ... ... .. ... .. ...
A. Regions h resources abondantes ...... .......
B. Regions resources r6duites ... ... ... ... ... ... ... ...
C. Regions h resources rares .................. .... ...........
3. L'approvisionnement de certaines regions particulierement d6pourvues d'eau ...
Regions particulieres ... ... .. ... ... ... ... ..... ...
A. Regions dens6ment peupl6es :. le Bugoye et le Mulera ...... ... ...
B. Regions peu peupl6es : le Mutara, le Bugesera, le Mosso, la Basse Ruzizi
4. L'accroissement des superficies cultivables ... ... ... ... ... ... ...
A. Assechement des marais ... ... ... ... ... ... ... ... ...
B. Irrigations ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. .. ..
5. La lutte centre l'assechement ... ... .. ...... ... ...
6. La surveillance et l'entretien des installations ... ... ... ... ...
Section III : Moyens de r6alisation ............ ..... .. ......
1. Les besoins en personnel ... ... ... ... ...
2. Le cofit du programme ... ... .. .. ... .. ... ..
CHAPITRE V : L'HABILLEMENT ... ........... .... ........ ...
CHAPITRE VI : LE LOGEMENT ET L'AMENAGEMENT DES AGGLO-


Page
66
67
67
70

71
71
72
72
72
73
73
73
73
73
74
74
74
75
75
75
85


M ERATIONS ... ... ... ... ... ... .. .. ... ... ... ... 88
Introduction ... ................. ...... .. ... ... 88
Section I : Logement dans les milieux coutumiers ... ... ... ... ... ... 89
Section II : Logement dans les milieux extra-coutumiers ... ... ... ... 90
Section III: Centres administratifs indigenes ... ... ... ........ ... 93
CHAPITRE VII : LA SANTE ............ ............... .. ... ... 95
Introduction ... ... ... .... ... .. ....... ... ... ... ... 95
Section I : Apercu retrospectif ............... ... ... ... ... ... 97
Section II : Problmes de sant6 et d'hygiene publique ... ... ... ... ... 97
1. Les maladies end6miques et autres ... ......... ... ... ..... ... 99
Maladie du sommeil ... ......... ... ...... ..... ...... ... 99
Malaria ... ... .. .. ... .. .. .. .. ... ... ... 100
Typhus exanth6matique ... .... ... ..... ... ... ... ... ... 101
Variole Minor ... .. .... ..... ... .. ... ... 101
M6ningite c6r6bro-spinale ... ... ... ...... ... ........ ... 101
Fievre typholde ... ... ...... ...... .. ... ... ... ... ... 101
Affections de 1'appareil digestif ... ... ... ... ... .. ... .... 102
Dysenterie amibienne et helminthiases... ... ...... ... ..... ..... 102
Fi6vre r6currente ... ... ... ... .. .... ... .. .. .. 102
Tuberculose pulmonaire ... ... .......... ... ........ ... 102
-- L pre... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 102












Pian ... ... ... ... ... ... ... ... ... ....
Affections des voies respiratoires ...... ... ... ...
Maladies v6n6riennes ...... ... ... .......
Maladies des yeux .......... .... ...
Ulceres b6nins et ulceres phagedeniques .........
2. La protection m6dicale de la mere et de l'enfant ... ......
3. Les probl6mes d'hygiene publique ..........
Section III : Situation actuelle ......... .. .. ..


1. Les h6pitaux
2. Les dispensaires ruraux
3. Les consultations pr6natales et les consultations de nourrissons
4. Les formations itinerantes ... ... ... .. ... ... ...
5. Les laboratoires m6dicaux .
6. L'enseignement medical
Section IV : Programme d6cennal .....................

1. Amenagement, extension et multiplication des formations sanitaires
2. Intensification de Paction protectrice de la mere et de l'enfant
3. Construction de deux sanatoriums pour tuberculeux. d'un asile


Page
.. ... ... 103
... ... ... 103
... ... ... 103
... ... ... 103
... ... ... 103
... ... ... 103
... ... ... 104
... ... ... 104


d'ali6n6s ;


creation de deux villages agricoles de 16preux; managementt du lazaret de
Rugombo
4. Intensification de la lutte pour l'assainissement du pays, par l'organisation de cam-
pagnes massive de d6parasitation, de quininisation et de d6pistage de la tuber-
culose ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..
5. Mise a la disposition de chaque h6pital d'une ambulance destinde A assurer le
transport rapide des malades graves des dispensaires .
6. Construction d'un nouveau laboratoire medical A Astrida et d'un laboratoire


d'hygikne A Usumbura ... ... ... ... ...
7. Construction d'un d6p6t parmaceutique A Usumbura
Section V : Moyens de r6alisation ..........


1. Les besoins en personnel .........
A. Personnel europ6en .........
B. Personnel indigene .........
C. Instruction des cadres indigenes ...
2. Le cofit du programme .........
A. D6penses d'investissement ......
B. D6penses ricurrentes ..........
CHAPITRE VIII : L'ENSEIGNEMENT ...
Introduction ... ... ... .. ... ...
Section I : Aperiu r6trospectif .........


1. L'enseignement officiel......... ... ...
2. L'enseignement libre subsidi6 ou subsidiable ...
Section II Programme d6cennal .........

1. L'enseignement des gargons ...... ... ...
A. Enseignement general pour la masse ...
1. Ecoles gardiennes et preprimaires


... ... ... ... ... 106
... ... ... ... ... 107
. ... ... ... ... 107


... ... ... ... ... ... ... 10 7
... ... ... ... ... 10 7
... ... ... ... ... ... ... 108
... ... ... ... ... ... ... 108
... . ... . ... ... 110
... ... ... ... ... ... ... 1 10
. .. . ... ... .. .. 1 10
... ... ... ... ... ... ... 1 17
... ... ... ... ... ... ... 1 17
... ... ... ... ... ... ... 120


120
121
124
124
125
125












20. Ecoles primaires du premier degrt ........... ....
3. Ecoles primaires du deuxieme degr6 ordinaire ...... ...
B. Enseignement sp6cialis6 pour la masse ............ ..... ...
10. Centres d'apprentissage p6dagogique (C.A.P.) .........
20. Ecoles d'auxiliaires ... ... ... ...
3. Ateliers d'apprentissage artisanal ...... ....
40. Chantiers routiers des R6sidences ...... ....
5. Ecoles professionnelles agricoles (E.P.A.) ........ ...
6. Cours d'adultes ... ... .... ... ... .. ..
C. Enseignement de selection ... ... ... ... ...... .. ...
19. Deuxieme degr6 primaire de selection ...... ....
20. Ecoles de moniteurs ........................
3. Ecoles moyennes ...........
40. Ecoles secondaires scientifiques ... ... ... ... .. ....
50. Ecole secondaire latine ...... ....
D. Enseignement professionnel ... ... ... ... ... ... .. ....
E. Enseignement sup6rieur ........ ... ....
2. L'enseignement des filles ........ ....
A. Enseignement g6ndral pour la masse ... ...... .........
1. Ecoles gardiennes et pr6primaires ...... ....
2. Ecoles primaires du premier degree ......... ...
3. Ecoles primaires du deuxikme degr ... ... ........
B. Enseignemrnent sp6cialis6 pour la masse ............... ...
10. Ecoles m6nageres primaires (p&riprimaires et postprimaires)...
20. Centres d'apprentissage pedagogique ... ............
30. Ecoles d'aides-accoucheuses ... ... ... ... ... ...
40. Centres de formation de monitrices sociales ... ... ... ...
C. Enseignement g6ndral de selection ..... ............
Classes de sixieme preparatoire .......... ....
D. Enseignement sp6cialis6 de selection ......... ....
10. Ecoles moyennes menageres ..................
2. Ecoles de monitrices ... ... ... ... ... ... ... ...
3. L'enseignement professionnel ...... ..... ....
R6alisations projetes .... .. .. .. .. .. .. ..
A. L'6cole professionnelle d'Usumbura ... ... ... ...
B. L'6cole professionnelle de Kigali ... ... ... ... .. ...
C. La section professionnelle de Kitega ......... ....
D. Les ateliers d'apprentissage des Missions ........ ...
E. Chantiers routiers de R6sidence ... ... ...........
F. Ateliers de territoire ... ... ... .. ... .. ....
S61ection et orientation professionnelle ......... ....
Formation des cadres ... ... .. ... ...
Section III : Moyens de r6alisation ........ ... ...........
1. Les besoins en personnel ... ... ... ...... .. ... ...
A. Personnel europ6en du Service de l'enseignement .........
B. Personnel indigene .. ... ... ... .... ...
2. Le coft du programme ... ...... .......
A. D6penses d'investissement ... .... ... ... ** .. ..


B. D6penses r6currentes .. ...


Page
... 125
... 126
... 126
... 126
... 126
... 127
... 127
... 127
... 127
... 127
... 127
... 127
... 128
... 128
... 128
... 128
... 129
... 129
129
... 129
... 129
... 130
... 130
... 130
... 130
... 131
... 131
... 131
... 131
... 131
... 131
... 131
... 132
... -133
... 134
... 134
... 134
... 134
... 134
... 134
... 134
... 140
... 140
... 140
... 140
... 141
... 141
... 141
150


... ... ... ... ... ...









Page
CHAPITRE IX : L'ACTION SOCIAL ET CULTURELLE ... ... ... ... 165


Section I : Programme dicennal ...

1. La Presse ... ... ... .. ...
2. La Radio ... ... ... ...
3. Le Cinema ... ... ... ... ...
4. Le Th6 tre ... ... ... ... ...
5. Les Sports ... ... ... ... ...
6. Les Bibliotheques... ... ... ...
7. Les Cercles pour 6volues ... ...
8. L'assistance social ... ... ...
9. Hospices et orphelinats ... ...
10. Autres organismes sociaux ... ...
Section II : Moyens de r6alisation ...
1. Les besoins en personnel ... ...
A. Personnel europeen ... ...
B. Personnel indigene ... ...
2. Le cofit du programme ... ...
A. D6penses d'investissement ...
B. D6penses ricurrentes ... ...


DEUXIEME PARTIES

LA POPULATION NON AUTOCHTONE ET LE COLONAT

CHAPITRE I : LA POPULATION NON AUTOCHTONE ... .......
Section I : Analyse des statistiques ... ... ... ... ... ... ... ..


1. La population europ6enne ... ... ........ .....
A. Subdivision par pays d'origine ..........
B. R6partition par sexe, par Age et par profession ...
C. R6partition par principles localit6s .........
2. La population non europ6enne .......... ...
A. Subdivision par pays d'origine ............
B. R6partition par sexe, par Age et par profession ...
C. R6partition par principles localities .........
Section II : Privision d'6volution ... ... ... .......
1. La population europ6enne ... ... ... ... ... ...
2. La population non europ6enne ...............
3. Les sang-m&l6 ... ... ... ... ... ... ... ...
C(.HAPITRE II : LE COLONAT ... ... ... ... ... ...


... ... ... ... ... .... ... ... 166
. .. ... ... ... ... ... ... 166
... ... ... ... ... ... ... ... 166
.. .. ... .. ... ... ... 166
... ... ... ... ... ... ... ... 16 7
... .. ... ... ... .. ... ... 16 7
... .. ... ... .. ... ... ... 16 7
... .. ... ... ... ... ... 16 8
.. .. . ... ... ... 168
.. ... ... . .. .. ... ... 170
... .. .. ... ... ... 170
... . ... .. . .. ... ... 172
... .. ... .. . .. ... ... 172
... .. . . .. ... ... 172
... .. . ... ... .. ... ... 172
... ... .. .. ... ... ... 17 2
... ... ... .. . ... ... ... 172
... ... ... ... ... ... ... ... 172


... ... ... ... 184
... ... ... ... 184
... ... ... ... 185
... ... . ... 189
... ... ... ... 189
... ... ... ... 189
... ... ... ... 190
... ... ... ... 19 1
... ... ... ... 19 1
... ... ... ... 19 1
... ... ... ... 192
... ... ... ... 192
... ... ... ... 193


Section I : Conditions particulieres du colonat au Ruanda-Urundi ...
Section II : Possibilites d'avenir .....................

1. Le colonat agricole et d'61evage ... ... ... ... ... ... ... ...
2. Le colonat industrial et minier ... ... ... ... *** ***...
3. Le colonat commercial ... ... ... ... ... ..... ***


XII











LIVRE II


LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES PUBLICS


PREMIERE PARTIES

LES TRANSPORTS

Page
INTRODUCTION ......... ... ... ... ... ... ... .. ... ... 205
I. Elements de gdographie ... ... ... ... ... ... ... .. .. ... 205
1. L'orographie du pays ... ... ... ........... ... ... 205
2. Son 6loignement des oceans ... ....... ... .. .......... ... ... 205
3. La density de la population ... ... ......... ... ... ... ... ... 206
II. Cofit des transports par les voies de 1'ouest et par les voies de P'est ... ... 206
Comparaisons des tarifs ... ... ... ... .. .. ... ... ... ... 209
A. Prix de revient rdel du transport ... ... ... ........ ... ... 210
B. L'intervention de l'Etat ... ... ... ... ... ... .... ... ... 213
III. Divers moyens de transport ... .. ... ... ..... .... ... ... 214
1. Les transports par air ... ... ... ... .. ... .... ... 214
2. Les transports par eau... ... ... ... .............. ... 214
3. Les transports par route ou par rail ... ... ........ ... ... ... 214
CHAPITRE I : LES TRANSPORTS PAR ROUTE ... ... ... ...... ... 216
Section I : G6ndralit.s ... ... ... ............. ... ... 216
1. L'6tat actuel du r6seau routier ... ... ... ... ... .... .. ... ... 216
2. Les caract6ristiques du nouveau r6seau routier ... ... ... ... ... ... 216
3. La conception g6ndrale du nouveau r6seau routier ... ... ... ... ... 217
Section II : Programme d6cennal ......... ... ... .... ... ... 219
1. Les axes routiers ... ... ... ... ... .. ... ...... .... ... .... 219
2. Les feeder-lines ... ... ... ... ... ....... ... ... .. .. ... ... 220
Section III : MWthode de calcul ... ... ... ........ ... ... ... 221
1. L'infrastructure ... ...... ... ... ... ... ... ... ... ... 221
A. Terrassement ... ... ... ... .. ... ... .. .. .. ... ... 221
1. L'am6nagement des routes existantes ... ... ... .. ... .... 221
2. La construction de routes nouvelles ... ... ... ... ... ... 223
B. Drainage de la route ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 224
C. Petits ouvrages d'art ... ... ... ...... ... ..... ... 224
D. Signalisation ... ... ... ... .. .. .. .. ... .. .. 224
2. Les points ... ... ... .. .. .. .. . .. .. .. .. .. .. 226
3. Le revetement ... ... ... .. ... .. .. .. ... .. .. .... 226
A. Empierrement avec une couche d'asphalte ... ... ... ... ... ... 226
B. Gravelage avec une couche d'asphalte... ... ... .. ... ... .... 227
C. Empierrement simple ... ... ... ... ... ... ... ......... 227
D. Gravelage simple ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...*** 227


XIII










Page
Section IV : Main-d'oeuvre n6cessaire et mecanisation possible ... ... ... 228
1. La main-d'oeuvre a prevoir dans le cas de chantiers partiellement mecanises... 228
A. Main-d'ceuvre indigene (manceuvres) n6cessaire pour un kilometre
d'infrastructure ... ... ... ........ .... .... .. ... ... 228
1. Terrassement ... ... ... ...... .. ... ... ... ... ... 228
a. L'amrnagement de routes existantes ... ... ... ... ... ... 228
b. La construction de routes nouvelles ... ... ... ... ... ... 229
2. Drainage (dalots) et petits ouvrages d'art ... ... ... ... ... ... 230
B. Main-d'oeuvre indigene manoeuvress) n6cessaire pour les points ... ... 231
C. Main-d'ceuvre indig6ne (manoeuvres) n6cessaire pour ex6cuter un kilometre
de revetement ... ... ... ....... .. ... ... .. ... ... 231
Travaux h ex6cuter ... ... ... ....... ..... ... .. ... .... 232
10. L'infrastructure ... ... ... ... ..... ... .. .. ... ... 232
2. Les points ... ... .. .... ... ......... ... ... 232
30. Le revetement ... ... ... ... ... ... .. .. .. ... ..... 232
Effectif total de manoeuvres n6cessaire ... ... ... ... ... ... ... 233
10. Pour l'infrastructure .... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 233
2. Pour les points ... ... ... ... .. .. ..... .. .. ... ... 233
30. Pour le revetement ... ... ... ... .... ... ... ... ... ... 233
Effectif de travailleurs affects h 1'entretien du r6seau routier actuel ... ... 234
Effectif total de main-d'ceuvre n6cessaire a la construction et h l'entretien du r6scau
routier, dans le cas de chantiers partiellement micaniss ... ... ... ... 234
10. Main-d'ceuvre indigene non qualifiee ... ... ... ... ... ... 234
2. Main-d'ceuvre indigene qualified ... ... ... ... .. ... 234
3. Main-d'ceuvre europ6enne ... ... ... ... ... ... .. 234
2. La main-d'oeuvre n6cessaire dans le cas de chantiers entierement mecanis&s ... 235
A. Nombre de chantiers ... ... ... ... ... ... ... ... 235
B. Personnel n6cessaire ... ... ...... ... .... .. ... ... ... 236
C. Personnel d'6tudes et de direction ... ... ... .. .. ... ..... 237
3. Le materiel n6cessaire et cofit de celui-ci dans le cas de chantiers partiellement
m ecanises ... ... ... ... ... ... .. ... ... .. .. ... ... 239
4. Le materiel n6cessaire et coot de celui-ci dans le cas de chantiers entierement
m6canis6s ... .... .. .. ... ..... ... ... .. ... ... ... ... 239

Section V : Coit du Programme ... ... ... ... ... ... ... ... ... 241

Section VI : Economie pouvant resulter de 1'ex6cution des travaux routiers
projects ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 248
1. La reduction du prix de la tonne kilomitrique ... ... ... ... ... ... 249
2. L'6volution du traffic ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 249
3. L'6conomie r6alisable par transports lourds ... ... ... ... ... ... ... 256
4. Comparaison entire le b6nefice r6alisable pour traffic lourd et la charge financiere du
reseau routier project ... ... ... ... ... .. ... ... ... ... ... 256
5. Conclusion ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 257


XIV










Page
CHAPITRE II : LES TRANSPORTS PAR EAU ... ... ... ... ... ... 259
Section I : Amenagement des ports ... ... ....... ... ... ... ... 260
1. Le port d'Usumbura ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 260
2. Les ports secondaires du lac Tanganika ... ... ... ... ... ... ... ... 263
A. Rumonge ... ... ... ... ... ... .. ... ... ... ... ... 263
B. Nyanza-Lac ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 264
3. Les ports du lac Kivu ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 264
A. Kisenyi ... ... ... ... ... ... ... ... . .. ... ... ... 264
B. Kibuye ... ... ... ... ... .......... ..... ... .. ... ... 265
Section II : M oyens de r6alisation ... ... ... ... ... ... ... ... ... 265
1. Les d6penses d'investissement ... ... ... ..... .. ... .. ... ... 265
2. Les d6penses r6currentes ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 265
CHAPITRE III : LES TRANSPORTS PAR AIR ... ... ... ... ... ... 271
Section I : Am6nagement et construction des a6rodromes ... ... ... ... 273
1. L'amenagement et l'6quipement des aerodromes existants ... ... ... ... 273
A. A&rodrome d'Usumbura ... ... ....... ..... ..... ... 273
B. AMrodrome de Kigali ... ... ... ... ...... ... .... ... ... 274
2. La construction de nouveaux a&rodromes ... ... ... ... ... ... ... 274
A. A6rodrome d'Astrida ... ... ........ .. ... ....... ... ... 274
B. A6rodrome de Kitega ... ... ... .... ....... .... ... ... 274
3. Les a6rodromes d'int6ret local ... ... ... .. ... ... ... ... 275
Section II : Moyens de r6alisation ... ... ... ... .......... ... ... 276
1. Les besoins en personnel ... ... ... ... ..... ... ... .. ... ... 276
2. Le cofit du programme ... .. .. ... .. ...... ... ... 277
A. D1penses d'investissement ... ... ...... ... .. ..... ... 277
B. D6penses recurrentes ... ... ... ... .... .. .. ... ... ... 280

DEUXIEME PARTIES

LES SERVICES PUBLICS

CHAPITRE I : L'URBANISME ... ... ... ... ... ........ ... ... 281
Section I : L'urbanisme au Ruanda-Urundi... ... ... ... ... ... ... 281
Les premieres r6alisations : ... ... ....... ... ... .... ... ... 282
Usumbura ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 283
Astrida ... ... ... .. ... ... .. ... .. .. . .. .. ... 284
K isenyi ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 284
Shangugu ... ... ... ... ... ... ... .. .... ... .... ... 285
Section II : Moyens de r6alisation ... ... ... ... ... .. ... ... 285
CHAPITRE II : L'ENTREPOSAGE ET LA CONSERVATION DES PRO-
D U IT S ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 286
Section I : Silos ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 286
1. A. Les hangars-silos de, stockage A 1'int&rieur ... ... ... ... ... ... 286
B. Les greniers pour semences ... ... ... ... ... ... ... ... ... 287
2. Les silo et hangar de stockage d'Usumbura ... ... ... ... ... ... 287










Page
Section II : Entrep6ts ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 288
1. Les entrep6ts de douane ... ... ... ... ... ... ... ..... ... ... 288
2. Les magasins des companies de transport ... ... ... ... ... ... ... 290
Section III : Installations frigorifiques ... ... ... ... ... ... ... ... 290
Section IV : Tankage et distribution des products petroliers ... ... ... ... 291
1. Les besoins actuels et futurs en carburants ... ... ... ... ... ... ... 291
2. L'importance des installations futures ... ... ... ... ... ... ... ... 292
3. Le coft du programme ... ... ..... .......... ... ... 292
CHAPITRE III: LA CARTOGRAPHIE ET LE CADASTRE ... ... ... ... 297
Section I : Lev6s aerophotogramm6triques ... ... ... ...... ... ... 298
1. Programme d6cennal ... .... ... .. ... ... ... ... ... ... 298
2. Cofit du programme ... ... .. .. ...... ...... ... ... 299
Section II : Travaux cadastraux ... ... ... ... ....... ... ... 302
1. Programme d6cennal ... ... ... ... ... .. .. .... ... ... 302
2. Coft du programme ... ... ... ... ... ... ... .. ... ... 303
CHAPITRE IV : LA GEOLOGIE ET L'HYDROLOGIE ... ... ... ..... 307
Section I : Geologie ... ... ... .. ............ ... ... 307
A. Programme d6cennal ...... ....... ..... .... ... ... 307
B. Moyens de r6alisation... ... ... .. ... ... ... 309
Section II : Hydrologie ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 311
A. Programme d6cennal ...... ...... ... .............. ... ... 311
B. Movens de :6alisaticn... .. ....... .. .. ... .. ... ... 311
CHAPITRE V : LA METEOROLOGIE ... ... ... ............ ... 315
Section I : Programme decennal ... ... ... ... ... ... ... ... ... 316
Section II : M oyens de realisation ... ... ... ... ... ... ... ... ... 317
CHAPITRE VI : LES TELECOMMUNICATIONS ... ..... ... ... ... 318
Section I : Programme d6cennal ... ... ............ ... ... ... 320
A. Stations de radiotelegraphie ... ... ... ... ... ... ... ... 320
B. Stations de radioprotection ... ... ... ... ... ... .. .. ... 320
C. Service t6l6phonique ... ... ... ... .. ... ... ... ... ... 321
D. Services de radio-diffusion ... ... .... .... ...... ... ... 321
Section II : M oyens de rdalisation ... ... ... .. ... .. ... .... 322


XVI









LIVRE III

LE DEVELOPPEMENT DE LA PRODUCTION VEGETABLE

ET ANIMAL

Page
INTRODU CTION ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 331
1. Le sol ... ... .. . ... ... ... ... ... .. ... ... ... .... . 331
2. L e clim at... ... ... ... .... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 332
3. L'occupation des terres... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 332
4. Les regions naturelles ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 334
l'Imbo ... ... .. ... .................. ... ... 334
le M umigwa ... ... ... ... ... ... .. ... .. .... .. ... 334
l'Impara et le Rusenyi ... ... ... ... ..... ... ... .. ... ... 334
- le Budaha ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 335
le Bugoye et le Mulera ... ... .... .. ... ... ... ... ... ... 335
le Buberuka ... ... ... ... ... ... ... ... .... ... ... 336
le Bushiru ... ... .... .. ... .. .. ... ... ... .. .. ... 336
le Mugamba et le Bufundu... ...... ..... ...... ........ ..... 336
le Rukiga ...... ... ... ... ....... ...... ... ....... ... 336
le Bututsi ... ... ... ... ... ... ... .. .. ... ... ... ... 337
le Buganza ... ... ...... ..... ... .... ... ... 337
l'Umugongo ... ... ... ... ... ... ....... ... .... .... 337
le Bwanamukare ............... ... ... ... ... ... ... ... .... 338
le Buyenzi ... ... ... ... ... ... .......... .... ... ... 338
le K irim iro... ... ... ... ... ... ... ... ... .... .. ... ... 338
le Bweru ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. 338
le Buyogoma ... ... .. ...... ...... ... ... ... ... 338
le Mutara et le Mubari ... ... ... ..... ....... .......... 338
le Gissaka ... ... ... ... ... ... ... ....... .... ... ... 339
le Mirenge ... ... ...... ... ... ... ... ... ... .. ... .... 339
le Bugesera ... ... ... ... .. ... ... ... ... ... .. .. .. 339
le Mosso ... ... ... ...... ... ... ... .. ... ...... ... ... 339

PREMIERE PARTIES
LA PRODUCTION VEGETABLE

CHAPITRE I : L'AGRICULTURE ... ... .... ... ...... ... ... 343
Section I : Situation actuelle ... ... ... ... ... ... ... .. ... ... 343
La surcharge des terres et ses consequences .. ..... .. ... ... ... 343
Section II : Programme d6cennal ......... .. ................ ... 347
Introduction .......... ......... ........ .... ... ... ... 347
1. Les cultures vivrikres ... .. ... ... .. .... .. ... ... ... ... 353
sorgho ... ... ... ... ... ... ... .. .. ..... .. ... ... 354
m ais ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...... 354
6leusine ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 354
froment ... ... ... .. ... ... ... ... ... ... ... ... 354

XVII












- riz ... ... .. .... .
- haricots et pois ... ... ... ... ... ...
- pois cajan (ambrevade) .........
- orge ... ... ... ... ... ... ... ...
- arachides ... ... ... ... ... ...
- soja ... ... ....... ... ...
- patates douces ... ... ... ......
- manioc .........
- pommes de terre .......
- autres tubercules ... ... ... ... ...
- bananes ... ... .. ... ... ... ...
- cultures domestiques ... ... .........
- tournesol ... ... ... ......


2. Les cultures industrielles


caf6 arabica ............
cafe robusta .......
coton ... ... ... ... ... ...
palmiers ... ... ... ... ...
tabac ... ... ... ... ... ...
quinine ... ... ... ... ...
pyrdthre ... ... ... ... ...
ricin ... ... ... ... ... ...
piments ... ... ... ... ...
fibres ... ... ... ... ... ...
divers... ... ... .... ... ...
3. Le paysannat indigene... ... ....
A. Regions densement peuplees ...
B. Regions peu peupl6es ...... ...
4. La valorisation des products agricoles ...
caf6 ... ... ... ... ... ...
coton ... .. ..
manioc ... ... ... ... ...
b16 ... ... ... ... ... ...
huile de palme ... ... ......
ricin ... ... ...... ......
arachides ... ... ... ... ...
riz ... ... ... ... ... ...
fibres ... ... ... .
piments ... ... ......
5. Les r6sultats escomptts .........

Section III : Moyens de r6alisation .....

1. Les besoins en personnel
A. Personnel europ6en
B. Instruction des cadres indigenes ...
C. Personnel indigene
2. Le coflt du programme
A. D6penses d'investissement ......
B. D6penses r6currentes ... ......


XVIII


Page
354
354
354
347
357
357
357
357
357
358
358
358
358
358
358
360
360
360
361
361
361
362
362
362
362
363
363
364
366
366
366
366
367
367
367
367
367
372
372
372


..: ......


11 111 111


'''


... ... ... ... ... ... ...

... ... ... ... ... ... ...
... ... ... ... .. ... ...












CHAPITRE II : LA SYLVICULTURE ... ... ... ............
Section I : Situation actuelle ... ............ ......
1. La situation particuliere du Ruanda-Urundi au point de vue forestier ...
2. L'insuffisance de la production ligneuse ...... ....
3. Le probleme du bois de chauffage ...... ....
4. La reconstitution du manteau forestier... ... ... ... ... .. ....
Section II : Programme d6cennal ................ ......
1. Le programme de production des massifs forestiers ...... ....
2. Le programme de production de bois de chauffage ...... ....
3. Le programme relatif h la reconstitution du manteau forestier ......
Section III : Moyens de r6alisation ................ ......
1. Les besoins en personnel ... ... ... ...
A. Personnel europ6en ... ... ... ...
B. Personnel indigene ... ... .. ...
2. Le coait du programme ...........
A. D6penses d'investisement ... ... .... ...
B. D6penses recurrentes ... ... ... ... ... ... ... .. ...


DEUXIEME PARTIES

LA PRODUCTION ANIMAL


CHAPITRE I : LES ELEVAGES INDIGENES
Section I : Situation actuelle... ... ... .
Section II : Programme d6cennal ... ... ...
1. La solution du probleme de l'overstocking ...
A. Suppression de 1'ubuhake ... ... ...
B. Creation d'une cooperative indigene ...
2. La selection et l'am6lioration du cheptel ...
A. Fermes de selection ... ...... ...
B. Selection en milieu indigene ... ...
3. L'am6nagement des paturages ... ... ...
A. Drainage des marais ... ... ... ...
B. D6broussaillement ... ... ...
C. Irrigation des paturages ... ... ...
4. L'amendement des conditions de 1'61levage ...
A. Regions a vocation agricole ... ...
B. Regions a vocation pastorale ... ...
Rotation m6thodique des paturages
Fanage et ensilage ... ... ...
Organisation des feux de brousse ...
5. La lutte contre les maladies et les. parasites ...
A. Lutte contre les maladies ... ... ...
B. Lutte contre les parasites .........
10. Les glossines ... ... ... ...
20. Les tiques ... ... ... ... ...


XIX


Page
381
381
381
382
383
383
384
384
384
385
386
386
386
386
387
387
387


... .. .. ... ... 39 1
. . ... ... ... ... 39 1
. ... ... ... .. .. 394
... ... . .. ... ... 394
... . ... .. ... 399
... ... ... ... 40 1
. .. . . ... ... 40 1
. ... . ... ... ... 40 1
. ... . ... ... ... 402
. ... ... . .. ... 402
... . ... ... ... 402
. . .. ... ... ... 403
... . ... ... .. ... 404
... .. .. ... ... ... 405
... . ... . . ... 405
. .. ... ... . ... 406
. .. .... ... ... 406
... . ... . ... 406
... . . ... ... ... 407
... ... ... ... ... 407
. ... ... ... ... ... 407
... . ... . ... ... 408
. ... ... . ... ... 408
... ... ... ... ... ... 409












6. L'organisation de 1'6conomie animal ... ...
A. Viande ... ... .. ...
March6s de b6tail .........
Prix minima et maxima ......
Centres d'abattage .........
D6bouch6s ... ... ... ... ...
Installations frigorifiques ......
B. Lait et d6riv6s ... ... ... ...
C. Peaux ... ... ... .. ... ...
Section III : Moyens de r6alisation ......

1. Les besoins en personnel ............
A. Personnel europ6en ............
B. Instruction des cadres indigenes ... ...
C. Personnel indigene .........
LT tsjt dAl + A a


e co u programme ... ... ... ... .. .
A. D6penses d'investissement ... ......... ..... ... ... ...
10. Constructions ... ... ... ...
20. Equipment technique et divers ..................
3. D6penses de fonctionnement de l'6quipe de d6broussaillement
B. D6penses r6currentes ........................... ...
CHAPITRE II : LA PECHE ET LA PISCICULTURE ... ... ...
Introduction ......... ... ...............
Section I : Peche ... ... ... .. .. ... .. ...

1. La peche dans le lac Tanganika ......... ...... ..... ...
2. La peche dans le lac Kivu ........................... ...
3. La peche dans les lacs de l'int6rieur ........ ......
4. La peche en rivieres ... ...... ... ... ...
Section II : Pisciculture en 6tangs artificiels ...............
Section III : R6sultats escompt6s et moyens de r6alisation ......

1. Les r6sultats escompts ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2. Les moyens de r6alisation ... ... ... ... ... ... ... ... ...
A. Besoins en personnel ... ... ... ... ... ... ... ... ...
10. Personnel europ6en ... ... ... ... ... ... ... ...
20. Personnel indig rie ... ... ... ... ... ... ... ...
B. Cofit du programme ... ... ... ... ... ... ... ... ...
10. D6penses d'investissement ... ... ... ... ... ... ...
20. D6penses r6currentes ... ... ... ... ... ... ... ...

APPENDICE
LA MISE EN VALEUR DE LA VALLEE DE LA RUZIZI
I. Monographie de la valley de la Ruzizi .....................
1. Le milieu physique ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
A. Nature des sols ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
B. Orographie ... ... ... ... ... ... ... .. .. ...
C. Hydrographie ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
D. Climatologie ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...


XX


Page
410
410
411
412
413
415
415
415
417
418
418
418
420
420
422
422
422
423
423
423
426
426
427
427
428
428
429
429
430
430
431
431
431
431
432.
432
432




437
437
437
438
438
438


--- --- --- --- --- ...
... ... ... ... ... ...
... ... ... ... ... ...


111










Page
2. Le milieu human ... ... ... ... ... ... ... .. ...... ...... 439
A. Situation statistique ... .. ..... ... .. .... ... 439
B. Composition ethnographique ... ... .... ... ... ...... .. ... .... 440
C. Density de la population ... ... ...... ... .. ... 440
D. Evolution d6mographique ... ... ... ... ... ... .... .. .. ... 440
E. Particularitds de la vie coutumiere ... ...... ..... .. ... .. . ..... 441
3. L'occupation des terres ... ... ... ... ... ... ... ... ... .... ... ... 441
A. Regime foncier ... ...... ... ............... ... ...... 441
B. Situation actuelle ... ... ... ...... ...... ... ..... .... 442
4. L'agriculture .. ......... ... ... .. ... ............... 442
A. Cultures alimentaires et industrielles ... ... ... ... ... ...... ... ... 442
B. Cultures en bas-fonds et cultures irrigu6es ... ... ... ... ... ... ... ... 448
C. Rotation des cultures et protection des sols ... ... ... ... ... ... ... ... 448
D. Instruments agricoles ... ... ... ... ... ... ... ... .. ... ... 448
E. Industries agricoles indigenes ... ... ... ... ... ... ... ... .. ... 449
F. Forets et reboisement ... ... ... .... .. ... .. ... ... .. .. 450
G. Statistique de la production agricole ... ... ... ... ... ... ... ... 450
5. L'6levage, la chasse et la p&che ... ... ... ... .. .. .... ... ... 451
A. Elevage ... ... . ... ... ... ... ... .... . . .... 451
B. Chasse ... ... .. .. ... ... ... .... ... ..... .. .. 451
C. P che ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 45 1
6. Les autres aspects 6conomiques ... ... ... ... ....... ... ...... ... ... 452
A. Resources de V'indig.ne ... ... ... ... ... .......... .. .. .. 452
B. Marches indigenes ... ... ... ... ...... ... .... ... ... 452
C. Industries locales ... ... .. ... ... ... ... ... ... ... ... 452
D. Rdseau routier ... ... ... ... ... ... .. ... ... ... ...... .. ... 452
E. Colonisation europ6enne ... ... ... ... ... ..... . .. ... 452
II. Programme d6cennal ... ... ... ... ... ... ... ... ........ ..... 453
1. La mise en valeur de I'Imbo-Nord et des sous-chefferies Rutaganda et Binonde ... ... ... ... 453
A. Disponibilit6s en terres ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 453
B. Paysannat indig.ne ... ... ..... .......... .. .. ... 453
C. Assolements adopts ... ... .. ... ... ... ... ... ... ... ... 454
2. La mise en valeur de l'Imbo-Sud et des sous-chefferies Rwakayero et Sinanse ... ... ... ... 454
3. Le d6veloppement de la mise en valeur de la plaine ... ... ... ... ... ... ... 455
4. Les rgsultats escompt6s ... ... ... ... ... .. .. ... ... ... ... 456
A. Dans le paysannat ... ... ... ... ........ ... ... ... ... 456
B. Dans le reste de l'Imbo ... .. ... .... ...... .. ... ... 457
5. Les moyens de r6alisation ... ... ... ... ... ... ... ... .. ... ... 459
A. Besoins en personnel ... ... ... ... ... .. .. ... ... ... ... 459
B. Coft du programme ... ... ... ... .. ....... ... ... ... ... 459












XXI










LIVRE IV

LE DEVELOPPEMENT MINIER, INDUSTRIAL ET COMMERCIAL


CHAPITRE I : LE DEVELOPPEMENT MINIER ... ... ...
Introduction ... ... ... ... ..... ...
Section I : R61le de 1'Etat ... ... ... ... ... ... ... ...
Section II : D6veloppement de la production ............
1. L'6volution de la production et des reserves...... ... ...
2. Les recherches et les prospections ... ... ... .. ... ...
3. Les probl6mes d'exploitation ... ... ... ... ... ...
4. Le contr6le de l'exploitation ... ... ... ... ... ... ...
Section III : Prospection dans le Parc National de la Kagera


1. La mission de prospection ... ... ... ... ... ... ... .. .. ..
2. Les moyens de r6alisation ... ... ..... ... ... .. ... ...
CHAPITRE II : LE DEVELOPPEMENT INDUSTRIAL ET COMMERCIAL
Section I : Situation actuelle et perspectives d'evolution ......... ...
1. Les exportations et les importations ... ... ...... ... ...
2. Le march int6rieur ... ... ... .. ... ....
3. Les perspectives de d6veloppement ...... .......
Section II : Moyens de d6veloppement... .. ... ......... ...
1. La valorisation des products des cultures et 6levages indigenes ... ... ...
A. L'Office pour la valorisation des products des cultures et 6levages indigenes
du Ruanda-Urundi ... ... .. ... ...
B. Les cooperatives indigenes ... ... ... .. ... ... .. .... ..
2. L'6lectrification ... ... .... .. ... ... ... .. .. ..


Page
... ... 465
... ... 465
... ... 466
... ... 467
... ... 467
... ... 469
... ... 470
... ... 473
... ... 473
A "70


It/
474
476
476
478
485
497
499
499

499
506
508


LIVRE V


LE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

INTRODUCTION ... ... ........... ...... .. ... ...
CHAPITRE I : LE PROGRAMME DE L'INSTITUT POUR LA RE-
CHERCHE SCIENTIFIQUE EN AFRIQUE CENTRAL
Introduction : L'I.R.S.A.C. et le Ruanda-Urundi ... ... ..... ...
Section I : Programme d6cennal ......... ...............
1. L'etude du milieu physique ... ... ... ... ... .. ... .. .. ..
A. Exploration g6ograpn' que complete ... ... .. . ... ...
B. Geologie ... ... ... ... .. ..
C. Delimitation des regions naturelles ... ... .. ... ... ...
D. M&6torologie et climatologie ... ..... ... ... ... ...
E. Hydrologie ... ... .. .. ..
F. Etude de la couverture v6g6tale naturelle ... ... ... .. ... ...
2. L'6tude du milieu natural ... ... ... ... .. .... ... ... ...


517


519
519
522
522
522
522
522
522
523
523
524


XXII










Page
A. Etude du milieu v6g6tal ... ... ... ... ... ... 524
B. Etude du milieu animal ... ... ... ... ... ... ... ... ... 524
C. Etude du milieu microbiologique... ... .. ... ... ... ... ... 526
3. L'6tude du milieu human ... ... ... ... ... ...... .... ... ... 527
A. Anthropologie physique ... ..... ... ... ... .... .. 527
B. Physiologic ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 527
C. N nutrition ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 527
D. Palkontologie humaine ... ... ... ... ... ... ... ... ... 528
E. Sciences sociales ... .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... 529
4. L'ordre de priority des 6tudes a entreprendre ...... ......... ... 531
Section II : Moyens de r6alisation ... ... ... ............ ... 533
1. Les besoins en personnel ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 533
2. Le coat du programme ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 534

CHAPITRE II : LE PROGRAMME DE L'INSTITUT NATIONAL POUR
L'ETUDE AGRONOMIQUE DU CONGO BELGE ... 536
Introduction... ... ... ... ...... ...... ...... ... ... ... 536

Section I : Programme d6cennal ... ............ ... ..... ... ... 537
1. Le d6veloppement des cultures vivrieres .. ........ ...... ... 537
A. S61lection et amelioration qualitative de la production vivri&re ... ... 537
B. Perfectionnement et micanisation de la production vivri&re ... ... ... 538
C. Conservation des denr6es alimentaires ... ... ... ......... ... 538
D. Usage des engrais ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 538
E. Lutte centre les maladies et les d6pr6dateurs ... ... ...... ... 538
2. Le d6veloppement des cultures industrielles ... ... ... ........ ... 539
A. S61ection des vari6t6s et am6lioration-des m6thodes culturales ... ... 539
B. Perfectionnement et mecanisation des travaux agricoles ... ... ... 539
C. Utilisation des engrais min6raux ... ... ... ... ... ... .. ... 539
D. Lutte centre les maladies et les d6pr6dateurs ... ... ... ... 539
3. Le d6veloppement social ... ... ... ... ... ... ... ... .. .... 540
A. Paysannat indigene ... ... ...... ........ ... 540
B. Amelioration de l'habitat rural ... ... ...... ...... ... 540
C. Installation d'une cole d'application agricole A Rubona ... ... ... 540
4. L'am6lioration de l'61levage et 1'6tude des problkmes zootechniques ... ... 541
A. Amelioration des paturages et alimentation du b6tail ... ... ... ... 541
B. Selection des races de b6tail indigene ... .... ........ ... 542
C. Essais d'acclimatation de divers types de b6tail ... ... ... ... ... 542
D. Recherches sur les products laitiers ou d6riv6s ... ... .. ... .. 543
5. La recherche des gites agricoles et la determination des regions 6cologiques
naturelles ... ...... ... ............ ... ... ... ... 543
A. Prospection des sols ... ......... ...... ...... ... ... ... 543
B. Etude des caracteres p6dologiques ... ... ... .... ... ... ... 544
C. Enforcement du r6seau d'6coclimatologie ... ... ... .. ... ... 544
D. Organisation d'exp6riences de <> et mise en valeur des
regions peu peuplies ... ......... .. ... ...... ........ ... 544
6. Les probl6mes forestiers ... ... ...... ... ... ... ... ... ... 544
7. L'incidence du programme sur les services g6neraux de l'I.N.E.A.C. ... ... 545


XXIII











A. Enforcement des services g6ndraux de recherche ...
B. Enforcement des services administratifs .........
C. Diffusion des r6sultats... ... ... .. .... .. ....
Section II : Moyens de r6alisation..................
1. Les besoins en personnel ... ... ... .... .
2. Le coft du programme ... ... ... ... ... ... .

LIVRE VI

LES MOYENS DE REALISATION


Page
545
545
545
545
545
546


INTRODUCTION ... ... .... .......... ... ..... ... ..... 555
CHAPITRE I : LES BESOINS EN CONSTRUCTIONS ... ... ... ... 557
CHAPITRE II : LES BESOINS EN PERSONNEL ..... ... ... ... 574
Section I : Personnel europ6en ... ... ...... ...... ..... 574
Section II : Personnel indigene ... ... ................ ..... 575
CHAPITRE III : LES BESOINS FINANCIERS ... ... ... ...... ... 587
Section I : D6penses d'investissement ...... ... ....... ... ... ... 587
Section II : Dpenses r6currentes ... ... ... ...... ..... 588
Section III: Repercussion du Plan D6cennal sur le budget ... ... ... 589
A. Quant aux d6penses ... ......... .. ... ... .. ... ... ... .. 589
B. Quant aux recettes ...... ... ... ... ... ... ... ... ... .. 594
C. Quant aux charges financieres ... ... ...... ... ... ... ..... 596
D. Quant A la balance du budget de 1959 ... ... ... ... ..... 596


XXIV


















NOMENCLATURE DES CARTES

Entre les pages:
No 1 Organisation territorial 4 5
2 R6partition de la population 8 9
3 Carte hypsom6trique 64 65
4 Carte des isohy6tes 64 65
5 Carte pluviom6trique 66 67
6 Regime hydrographique 66 67
7 Service medical 106 107
8 Etablissements scolaires 140 141
9 Voies d'importation et d'exportation 204 205
10 Voies de communication 220 221
11 A6rophotogrammetrie 298 299
12 Carte g6ologique 308 309
13 Postes mt6iorologiques 316 317
14 Tilicommunications 320 321
15 Rdgions niaturelles 332 333
16 Repartition du cheptel bovin 394 395
17 Service v6t&rinaire 416 417
18 Plaine de la Ruzizi I R6partition des sols 438 439
18 bis Plaine de la Ruzizi II Repartition des sols 438 439
19 Plaine de la Ruzizi I Programme de mise en valeur 452 453
19 bis Plaine de la Ruzizi II Programme de mise en valeur 452 453
20 Carte miniere 468 469
21 Occupation commercial 476 477



GRAPHIQUE HORS TEXTE

Voies d'importation et d'exportation 206 207











XXV




























REPERTOIRE DES TABLEAUX


Pages
POPULATION AUTOCHTONE
No 1. Evolution de la population indigene coutumiere, par territoire, de
1936 A 1949 ... ... .. ....... ..... .. ..... 10/11
No 2. Evolution de la population indigene coutumiere hommess, fem-
mes, enfants), de 1935 a 1949 ... ... .. ... .. ... ... ... 13
No 3. Evolution de la population non coutumiere, de 1929 a 1949 ... ... 14
No 4. Evolution des indices d6mographiques, de 1935 a 1949 ... ... ... 16
MAIN-D' (EUVRE
N 5. Evolution de la M.O.I. h l'int6rieur du pays, par categories pro-
fessionnelles, de 1932 A 1949 ... ... ... ... . .. .. ... 24/25
No 6. Evolution des salaires A Usumbura, de 1939 h 1949 ... ... ... ... 34
NO 6 bis Evolution des salaires a Kigali, de 1939 A 1949 ... ... ... ... 35
N 6 ter Evolution des salaires A Kitega, de 1939 A 1949 ... ... ... ... 36
APPROVISIONNEMENT EN EAU
No 7. Besoins en personnel europ6en et indigene ... ... ... .... ... ..75
N 8. Cofit du programme repartition par nature de d6penses, de
1950 A 1959 ... ... ... ... ... ... . .. .. .. ... 76/77
No 8 bis Coft du programme recapitulation par annee, de 1950 A 1959 78
NO 9. Estimation de la consommation journaliere d'eau dans les divers
types d'agglom6ration ... ... ... ....... ... ..... 81
No 9 bis Prix de revient d'un captage de source avec station de pompage
et refoulement h 2 km. .... ... ............. ... ..... 81
No 9 ter Prix de revient d'un captage de source avec adduction par gra-
vit6 suivant une distance de 4 km. ...... ... ..... ... ..... 82/83
No 9 quarter Prix de revient d'un captage 616mentaire visant a l'amilio-
ration des conditions de prdlevement d'eau potable ... ...... 84
SANTE
No 10. Formations sanitaires pour indigenes et personnel medical, de
1921 A 1949 ... ... ... .. .. .. .. ... . .. .. ... 98
No 11. Assistance m6dicale aux indig6nes, de 1921 A 1949 ... ... ... ... 99


XXVII











No 12. Besoins en personnel europ6en, de 1950 a 1959 .........
No 12 bis Personnel medical europ6en de 1'Etat, de 1950 h 1959 ...
No 12 ter Personnel agree des missions belges, de 1950 a 1959 ... ...
No 12 quarter Personnel agr66 des missions autres, de 1950 h 1959 ...
No 13. Besoins en personnel indigene sous statut, de 1950 a 1959 ...
No 13 bis Besoins en personnel indigene sous contract ou journalier,
1950 h 1959 ... ... .. .. .. .. .. .. .. .. ..
No 14. D6penses d'investissement, de 1950 h 1959 ... ... ... ...
No 15. Depenses recurrentes, de 1950 A 1959 ... ... ... ... ..


Pages
107 "
113
114/115
116
108


.. 108
... 11I
... 112


ENSEIGNEMENT
No 16. Statistiques de 1'enseignement, de 1930 a 1949... ... ... ... ... 122/123
No 17. Ecole professionnelle d'Usumbura population scolaire, de
1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 135
No 17 bis Ecole professionnelle de Kigali population scolaire, de
1950 h 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 136
No 17 ter Ecole professionnelle de Kitega population scolaire, de
1950 h 1959 ........ ...... ...... ................ 137
No 17 quarter Ateliers d'apprentissage des missions population scolaire,
de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. .. 138


No 17 quinquies Chantiers et ateliers de l'Administration populat
scolaire, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ...
No 18. Besoins en personnel europ6en suppl6mentaire du service
l'enseignement, de 1950 h 1959
No 18 bis Besoins en personnel indigene suppl6mentaire du service
l'enseignement, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ...
No 19. Enseignement pour garcons provisions de constructions,
1950 a 1959 ... ... ... ... ..... ... . .. ... ... ...
No 19 bis Enseignement pour filles provisions de constructions,
1950 a 1959 ... ... ... ... .......... ....


N 19 ter Enseignement professionnel -
1950 h 1959 ... ... ... ... ...
No 20. Enseignement pour gargons -
1950 a 1959 ... ... ... ... ...
No 20 bis Enseignement pour filles -
1950 a 1959 ... ... ... ... ...
No 20 ter Enseignement professionnel -
1950 a 1959 ... ... ... ... ...
No 20 quarter Service de 1'enseignement -
1950 a 1959 ... ... ... ... ...


provisions de constructions,
d.penses d'investissement,

d6penses d'investissement,

d..penses d'investissement,

- d6penses d'investissement,
- d6penses d'investissement,


ion
... 139
de
... 142
de
... 142
de
... 143
de


... 144
de
... 145
de
... 146
de
... 147
de
... 148
de


.. ... 149


No 21. Enseignement pour garcons personnel enseignant, de 1950
a 1959 ... ... ... .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... 151
No 21 bis Enseignement pour garcons d6penses recurrentes pour le
personnel des 6coles, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... ... 152
No 22. Enseignement pour garons nombre de classes, d'6leves et de
dipl6m6s, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... 153
No 22 bis Enseignement pour gargons d6penses recurrentes pour entretien
des locaux, fournitures, internal et primes de sortie, de 1950 a 1959 154
No 23. Enseignement pour filles personnel des 6coles, de 1950 a 1959 ... 155
No 23 bis Enseignement pour filles d6penses r6currentes pour le per-
sonnel des 6coles, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... ... ... 156
No 24. Enseignement pour filles nombre de classes, d'd61ves et de dipl6-
m ees, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ... 157


XXVIII









Pages
No 24 bis Enseignement pour filles d6penses r6currentes pour entretien
des locaux, fournitures, internal et primes de sortie, de 1950 a 1959 158
No 25. Enseignement professionnel recapitulation de la population
scolaire, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... .. 159
No 25 bis Enseignement professionnel depenses ricurrentes, de 1950
h 1959 ... .. ... .. .. ... ... ... ...... .... 160
No 26. Service de l'enseignement d6penses r6currentes aff6rentes au per-
sonnel, de 1950 a 1959 ........ ...... ...... .......... 161
No 27. Enseignement pour gargons recapitulation des d6penses d'in-
vestissement et des d6penses r6currentes, de 1950 a 1959 ... ... ... 162
No 27 bis Enseignement pour filles recapitulation des d6penses d'in-
vestissement et des d6penses r6currentes, de 1950 a 1959 ... ... ... 162
No 27 ter Enseignement professionnel recapitulation des d6penses
d'investissement et des depenses recurrentes, de 1950 a 1959 ... ... 163
No 27 quarter Service de l'enseignement recapitulation des d6penses
d'investissement et des d6penses ricurrentes, de 1950 a 1959 ... ... 163
No 28. R6capitulation gen6rale des d6penses d'investissement, de 1950
a 1959 ... ... ... . ... .. ... ... .. .. . .. 164
No 29. Recapitulation g6nerale des d6penses recurrentes, de 1950 a 1959 ... 164
ACTION SOCIAL ET CULTURELLE
No 30. Besoins en personnel europden et indigene, de 1950 a 1959 ... ... 173
N 31. D6penses d'investissement, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 174/175
No 32. D6penses r6currentes, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... ... 176/177
POPULATION NON AUTOCHTONE
No 33. Population non autochtone, de 1923 a 1949... ... ... ... ... 182/183
No 34. Repartition de la population non autochtone, de 1923 a 1949 ... ... 185
No 35. R6partition de la population europ6enne par age et par categorie,
au 31 d6cembre 1949 ... ... ... ... ... ... ... ... ... 187
No 36. R6partition de la population europ6enne par profession, de 1929
a 1949 ... ... .. .. ... .. .. .. ........ ... .. 188
No 37. R6partition de la population non europdenne par profession, de
1930 a 1949 ... ... ... ... ... ... ... ... 191
LES TRANSPORTS INTRODUCTION
No 38. Cofit de transport de certain products a l'importation ... ... ... 207
N 38 bis Cofit de transport de certain products a 1'exportation ... ... ... 208
TRANSPORTS PAR ROUTES

No 39. Tableau comparatif du personnel temporaire personnel euro-
peen temporaire supplementaire a recruter par le Gouvernement,
de 1950 a 1959 ............ ....... .. ... ... ... .... 238
No 40. Calcul des investissements I. les axes routiers ... ... ... ... 241/245
No 40. Calcul des investissements II. les feeder-lines... ... ... ... ... 246/247
No 40 bis Recapitulation des investissements ... ... ... ... ... ... 248
No 40 ter Repartition annuelle des d6penses d'investissement, de 1950
a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 248
No 41. Prix de revient actuel du transport par v6hicules dquip6s de mo-
teurs a essence ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 250
No 42. Tonnage kilom6trique a l'importation en 1949 ... ... ... ... 251
No 43. Tonnage kilom6trique a l'exportation en 1949 ... ... ... ... ... 251
No 44. Evaluation du traffic a l'exportation en 1959 ... ... ... ... ... 253/254


XXIX









Pages
No 44 bis Tonnage kilometrique prevu h 1'exportation, en 1959 ... ... ... 255
No 45. Nombre de vehicules en service, au 31 d6cembre, de 1939 h 1949 ... 258
TRANSPORTS PAR EAU
N 46. Tonnages transit6s dans les escales du lac Kivu pendant les ann6es,
de 1943 a 1949 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 266
No 47. Flottille de la Compagnie C.F.L. sur le lac Tanganika, de 1932
a 1958 ... ... ... ... ..... ... .. .. .. .. ... . . 267
No 47 bis Flottille de l'Otraco sur le lac Kivu en 1949 ... ... ... ... ... 267
No 48. Mouvement du port d'Usumbura a 1'importation, de 1939 a 1949 ... 26.8
No 48 bis Mouvement du port d'Usumbura a 1'exportation, de 1939 a 1949 268
N 49. Mouvement du port de Nyanza-lac A 1'importation, de 1939 h 1949 269
No 49 bis Mouvement du port de Nyanza-lac i 1'exportation, de 1939
a 1949 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 269
No 50. Mouvement du port de Rumonge 1'Fimportation, de 1939 h 1949 ... 270
No 50 bis Mouvement du port de Rumonge h 1'exportation, de 1939 h 1949 270
TRANSPORTS PAR AIR


No 51. D6penses d'investissement, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 278
No 52. D6penses recurrentes, de 1950 a 1959 ... ... ... .... ... ... ..278
ENTREPOSAGE ET CONSERVATION DES PRODUCTS
No 53. Tableau des constructions privues de 1950 a 1959 ... ... ... ... 289
No 54. Tonnage des essences importdes au Ruanda-Urundi par le lac
Tanganika, de 1939 h 1949 ... ... ... ... ... ... ... ... ... 293
No 54 bis Tonnage des p6troles imports au Ruanda-Urundi par le lac
Tanganika, de 1939 a 1949 ... ... ... ... ... ... ... .... 294
No 54 ter Tonnage des huiles minerales de graissage importies au Ruanda-
Urundi par le lac Tanganika, de 1939 a 1949 ... ... ... ... ... 295
No 54 quarter Tonnage de mazout import au Ruanda-Urundi par le lac
Tanganika, de 1939 A 1949 ... ... ... ....... ... .... 296
CARTOGRAPHIE ET CADASTRE
No 55. Adrophotogramm6trie r6partition des travaux et des d6penses,
de 1950 h 1959 ... ... ... ... .. . .. .... ... .. ..300/


No 56. Cadastre Besoins en personnel, de 1950 a 1959 ......
No 57. Cadastre -Depenses d'investissement, de 1950 h 1959 ...
No 58. Cadastre D6penses r6currentes, de 1950 h 1959 ... ...
GEOLOGIE ET HYDROLOGIE
No 59. Geologie D6penses d'investissement, de 1950 a 1959 ...
No 60. G6ologie D6penses r6currentes, de 1950 h 1959 ......
No 61. Hydrologie D6penses d'investissement, de 1950 a 1959
No 62. Hydrologie D6penses r6currentes, de 1950 a 1959
TELECOMMUNICATIONS
NO 63. Recettes tdl6graphiques, de 1938 a 1949 ... ... ... ...
N 64. Besoins en personnel europ6en et indigene, de 1950 h 1959
No 65. D6penses d'investissement, de 1950 a 1959 ... ... ...
No 66. D6penses r6currentes, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ...
AGRICULTURE
No 67. R6sultat du recensement des terres au 31 decembre 1949 ...


No 68. -


/279
/279


'301


... 305
... 305
... 306


... ... 310
... ... 310
... ... 312/313
... ... 312/113

... ... 320
... ... 323
... ... 324/325
... ... 326/327

... ... 344/345


Superficies et productions des cultures vivrires indignes, de
1930 h 1949 ... ... ... ...... .. ... ... ... ... ... .... 348/349


XXX









Pages
NO 69. Superficies et productions des cultures industrielles indigenes, de
1930 a 1949 ... ... ... ....... ... ..... ... .... 350/351
N 70. Superficies et productions des cultures industrielles non-indigenes,
de 1930 a 1949 ... ... ... ...... ......... ... ... ..352
No 71. Productions vivrieres superficiess et quantities par region natu-
relle, en 1948-1949 ... ... ... .. .. ... ... ... ... ... 355/356
No 72. Evolution des superficies et des productions des cultures indigenes
et non-indigenes, de 1948-1949 A 1959 ... ... ... ... ... ... 368
No 73. Superficies des cultures indigenes, de 1948-1949 A 1959 ... ... ... 369
No 74. Production des cultures indigenes, de 1948-1949 A 1959 ... ... ... 370
No 75. Plus-value de la production des cultures indigenes, de 1948-1949
h 1959 ... ... ... ... ...... ..... ...... ... ... 371
No 76. Besoins en personnel europ6en, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 373
No 77. Ecoles professionnelles indigenes d6penses et personnel, de
1950 a 1959 ... ... ..... .. ... ... ......... ... .... 374
No 78. Besoins en personnel indigene, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... 375
No 79. D6penses d'investissement, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... 377
No 80. Privisions de constructions, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 376
No 81. Depenses ricurrentes, de 1950 h 1959 ... ... ... .... .. .... 378/379

SYLVICULTURE
No 82. Besoins en personnel europden, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... 386
NO 83. Besoins en personnel indigene, de 1950 A 1959 ... ... ... ... ... 386
No 84. D6penses d'investissement et d6penses r6currentes, de 1950 h 1959... 388
ELEVAGES INDIGENES
N 85. Inventaire des paturages et du cheptel bovin, par territoire, au
31 d6cembre 1949 ... ... ... ... ....... ... ... ..392/393
No 86. Inventaire des paturages et du cheptel bovin, par region natu-
relle, au 31 d6cembre 1949 ... ... ... ... ... ... ... ... ... 395/396
No 87. Besoins en personnel europ6en, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 418
No 87 bis Personnel europ6en, de 1950 h 1959 .... ... ... ... ... 419
NO 88. Besoins en personnel indigene, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... 420
No 88 bis Personnel indig6ne, de 1950 a 1959 ... ... .... ... ... 421
No 89. D6penses d'investissement, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 424
No 90. Previsions de constructions, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 422
No 91. Depenses r6currentes, de 1950 h 1959 ... .... ... ..... ... ... 425
PECHE ET PISCICULTURE
No 92. Besoins en personnel europden, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 431
No 93. Besoins en personnel indigene, de 1951 a 1956 ... ... ... ... ... 431
No 94. Depenses d'investissement, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 433
No 94 bis D6penses recurrentes, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ... ... 434

MISE EN VALEUR DE LA VALLEE DE LA RUZIZI
N 95. Population recens6e au 31 d6cembre 1949 et density au km2. ... ... 439
No 96. Occupation des terres de la plaine de la Ruzizi superficiess inutili-
sables et superficies disponibles)... ... ... ... ... ... ... ... 443
N 96 bis Occupation des terres de la plaine de la Ruzizi comparisonn
entire les superficies disponibles et les besoins) ... ... ... ... ... 444
No 97. Statistique de la production agricole en 1948-1949 ... ... ... ... 450

XXXI









Pages
N 98. Valorisation de la production au d6but et A la fin du programme
d6cennal... ... ... ... .. ......... ... ... .... 458
No 99. Recapitulation des d6penses pour la mise en valeur de la plaine de
la Ruzizi, de 1950 A 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ..461
DEVELOPPEMENT MINIER
No 100. Evolution de la production miniere, de 1933 A 1949 ... ... ... 468

DEVELOPPEMENT INDUSTRIAL ET COMMERCIAL
No 101. Evolution des principles productions locales, de 1938 a 1949 ... ... 479
No 102. Exportations 1949 par principaux products ... ... ... ... ... 480
No 102 bis Exportations 1949 par pays de destination ... ... ... ... ... 481
No 103. Importations 1949 par principaux products ... ... ... ... ... 482/483
No 103 bis Importations 1949 par pays d'origine ... ... ... ... ... ... 484
No 104. Valeur de la production vendue aux non-indigenes, en 1949 -
A. Production de l'agriculture ... ... ... ... ... ... ... ... 487/488
No 104 bis Valeur de la production vendue aux non-indigenes, en 1949 -
B. Production de 1'6levage ... ... ... ... ... ... ... ... ... 489/490
No 104 ter Valeur de la production vendue aux non-indigenes, en 1949 -
C. Autres products ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 491/492
No 104 quarter Revenus provenant des prestations salaries, en 1949 ... ... 491/492
No 105. Pr6visions de la consommation indigene d'articles de traite, en 1950 494/496
PROGRAMME IRSAC
No 106. Besoins en personnel europeen et indigene, de 1950 a 1959 ... ... 534
No 107. D6penses d'investissement et d6penses r6currentes, de 1950 a 1959 ... 535
PROGRAMME INEAC
No 108. Besoins en personnel europeen, de 1950 a 1959 ... ... ... ... ... 547
No 109. Besoins en personnel indigene, de 1950 A 1959 ... ... ... ... ... 546
No 110. D6penses d'investissement, par nature de d6penses, de 1950 a 1959 548
No 110 bis D6penses d'investissement, par secteur d'activit6, de 1950 a 1959 549/550
No 111. D6penses ricurrentes, de 1950 A 1959 ... ... ... ... ... ... ... 551/552
BESOINS EN CONSTRUCTIONS
No 112. Constructions Service medical, de 1950 A 1959 ... ... ... ... 559/560
No 113. Constructions Service de l'enseignement, de 1950 A 1959 ... ... 561/562
No 114. Constructions Action social et culturelle, de 1950 A 1959 ... ... 563
No 115. Constructions T616communications et m6dtorologie, de 1950
a 1959 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 564
No 116. Constructions Service de l'agriculture, de 1950 a 1959 ... ... 565
No 117. Constructions Service v6t6rinaire, de 1950 a 1959... ..... ... 566/567
No 118. Constructions Habitations Plan D6cennal, de 1950 a 1959 ... ... 568
No 119. Constructions <>, de 1950 a 1959 ... ... 569/572
No 120. Recapitulation des constructions, de 1950 A 1959 ... ... ..-. .... 573

BESOINS EN PERSONNEL
No 121. Tableau comparatif des cadres de personnel europ6en ... ... ... 576
No 122. Tableau r6capitulatif des besoins en personnel Plan D6cennal -
I. Personnel europ6en, de 1950 A 1959 ... ................ 577/578
No 123. Tableau r6capitulatif des besoins en personnel Plan D6cennal -
II. Personnel indigene, de 1950 A 1959 ... ... ... ... ... ... 579/580


XXXII










Pages
N 124. Tableau recapitulatif des besoins en personnel Dkcennab>l I. Personnel europeen, de 1950 h 1959... ... ... ... 581
No 125. Tableau ricapitulatif des besoins en personnel < Hors Plan
D6cennal II. Personnel indigene, de 1950 h 1959 ... ... ... 582/583
No 126. Recapitulation g6ndrale des besoins en personnel europden et indi-
gene, de 1950 h 1959 ... ... ... ... ....... .. .. ..584/585
No 127. Tableau r6capitulatif des besoins en personnel temporaire euro-
p6en et indigene Plan D6cennal, de 1950 A 1959 ... ... ... ... 586
BESOINS FINANCIERS
N 128. R6capitulation des investissements, de 1950 a 1959 ... ... ... ... 590/591
N 129. Recapitulation des'd6penses r6currentes, de 1950 h 1959 ... ... 592/593
No 130. Tableau d'amortissement de 1959 a 1983 ... ... ... ... ... 598


XXXIII



























PRtFACE


Le Ministere des Colonies present aujourd'hui le << Plan Decennal pour le ddvelop-
pement &conomique et social du Ruanda-Urundi >. Cette publication revet une signification
qui mirite d'etre degagee.
Au lendemain de la premiere guerre mondiale, la Belgique accept le mandate sur ces
territoires qui avaient appartenu d l'Est Africain Allemand. Ces regions itaient pauvres,
totalement depourvues d'e'quipement et cependant surpeuplees. Notre pays se donna pour
mission de les developper et d'amener l'ensemble de leur population a un niveau de civili-
sation comparable au notre.
En 1943, le Gouvernement Belge accept spontanement de substituer au regime du
mandate celui de la tutelle, institute par l'Organisation des Nations Unies. Cette convention
fut ratifide par le Parlement. Nous confirmions ainsi l'engagement d'assurer la primauti
des intjrdts des autochtones et de promouvoir le progres de ceux-ci.
Le <> est l'expression formelle et precise de cette volontd.
Il n'est pas une construction de l'esprit, ni un programme purement economique. Base
sur une conception humaniste, il est fait, avant tout, pour les hommes du Ruanda-Urundi,
il leur announce de profondes et substantielles amiliorations de leurs conditions d'existence.
L'agriculture et l'elevage seront perfectionnes, des industries seront installees, on creera
des hdpitaux, des ecoles et une university. II rdpond aux besoins spirituels et intellectuals
comme aux ndcessitis matirielles.
Pour les habitants du Ruanda et de l' Urundi, le << Plan Decennal >> est une promesse
que leur fait la Belgique : c'est aussi la garantie d'un avenir meilleur. Voild sa veritable
signification.


XXXV









Le Plan a ete congu d'une fa;on trWs large. Avant d'exposer les projects pour I'avenir,
il dresse un inventaire minutieux de la situation actuelle. Il constitute ainsi un ouvrage
d'ensemble sur les problems economiques et sociaux qui se posent au Ruanda-Urundi.
II prdsente de ce fait un interdt exceptionnel.
II a ted elabord par l'Administration de ces territoires sous l'impulsion et la direction
du Vice-Gouverneur Gindral PETILLON. Ensuite, il a dte examined et discute a Bruxelles
au course de conferences presides par le Ministre des Colonies.
Tous ceux qui ont participd & ce travail ont droit a nos felicitations et nos remercie-
ments, mais une mention special revient aux fonctionnaires et agents qui, sur place, ont
fourni le plus grand effort.

**

Il ne suffit pas d'dtablir un programme de ddveloppement, il faut encore l'executer.
Nous rencontrerons certainement des difficulties, car nous voulons operer d'importantes
transformations. Les obstacles que.nous aurons & vaincre seront parfois d'ordre technique,
d'autres fois, ils auront un aspect psychologique.
Pour ces raisons, nous devons obtenir non seulement le concours des hommes de science
et des technicians mais aussi celui des fonctionnaires et l'adhision des populations du Ruanda-
Urundi. Travaillant pour leur mieux-etre, nous attendons d'elles un complete appui.
Quels que soient leur bonne volonti, leur science, leur courage, les hommes voient
parfois les eivnements decevoir leur attente : puisse la Providence nous apporter son aide
dans la grande oeuvre que nous avons entreprise.

Andre DEQUAE,
Ministre des Colonies.


XXXVI




























INTRODUCTION

Voici, apres celui du Congo Beige, le Plan D1cennal pour le d6veloppement 6co-
nomique et social du Ruanda-Urundi.
L'introduction en sera plus breve : ce qui fut dit, avec tant de maitrise et de clartd,
il y a un an et demi, par M. WIGNY, Ministre des Colonies de l'6poque, ne doit plus
etre rep6t6 ici. Car, il faudrait, dans une introduction plus longue, redire les memes
principles, d6velopper des considerations identiques. II faudrait notamment rappeler
qu'un Plan relive de la provision et meme de la provision lointaine; or, on ne peut tout
prdvoir. II faudrait dire aussi qu'l1abor6 en un temps donn6, on a tenu compete des l16-
ments connus et, dans une measure raisonnable, des tendances de la conjoncture; que
cette conjoncture 6volue diff6remment, le Plan se trouvera modified dans son execution.
II faudrait encore preciser que, pas plus que celui du Congo, il n'a un caractere contrai-
gnant : chaque ann6e, le Parlement, qui l'aura approuv6 dans son ensemble avec les
6ventuelles corrections qu'il jugera opportunes, sera appel6 A voter les credits n6cessaires
a son execution progressive; il pourra ainsi en contr6ler la r6alisation et se prononcer
sur les adaptations que, suivant les circonstances, le Gouvernement proposerait.
La politique de la Belgique est une au Ruanda-Urundi et au Congo. Dans les
deux territoires, c'est le meme precepte fundamental qui la domine, la primaut6 des
inter8ts des indigenes; ce sont de similaires soucis qui hantent ceux qui, a des degrds
divers et sur des plans differents, assument des responsabilites; ce sont de semblables
m6thodes, inspirees de communs id6aux, qui regissent leur action.



Comme celui du Congo Belge, le present Plan D6cennal est une oeuvre de bonne
foi livree a la meditation et a la critique de ceux qui voudront s'y int6resser. Assurement,
elle est incomplete et imparfaite. Mais, il semble bien qu'on puisse 6crire ici qu'on a
tout fait, dans le delai imparti, pour 6viter les erreurs et privenir les lacunes. Celles
qu'on d6couvrira, malgrd tout, 6taient sans doute in6vitables : car ceci n'est pas l'oeu-
vre d'un homme, ni d'un group d'hommes mais le travail collectifde tous ceux qui, a un
titre quelconque, devaient ou pouvaient normalement y participer.
D1s avril 1950, ce Plan fut expose, dans sa structure et dans ses details, au Conseil
du Vice-Gouvernement G6neral h Usumbura; de nombreuses personnalit6s, represen-
tatives de tous les interets, furent convides a l'entendre. Le Conseil l'6tudia, en commis-
sions et en s6ances pl6nieres. II 1'approuva, A l'unanimit6, < avec conviction et enthou-
siasme .


XXXVII









Ensuite, a measure que sa r6daction se poursuivait, on continue de consulter, en
particulier ou en group, les comp6tences dans tous les milieux : indigenes et non indi-
genes, officials et priv6s, civils et eccl6siastiques, belges et strangers. On sollicita la critique
et on obtint toutes les collaborations demand6es. On fit, au course de longues conferences,
connaitre le project de Plan a l'interieur, a des auditoires principalement composes d'in-
dig6nes et on veilla a ce qu'ils en comprissent le sens et la port6e. Lorsqu'il fut termine
sur place, on l'envoya a Leopoldville, out les services du Gouvernement G6n6ral l'6tu-
dierent pour permettre au Gouverneur G6neral de formuler ses observations. Enfin, le
Ministre des Colonies en fut saisi qui, avec des fonctionnaires de son D6partement,
l'amenda avant de l'approuver.


Bien qu'il offre, a bien des 6gards, de grandes similitudes avec celui du Congo
Belge, le Plan D6cennal du Ruanda-Urundi devait etre distinct. Le statut juridique des
deux territoires est different; leurs budgets sont s6pares; enfin et surtout, leurs problemes
sont profond6ment dissemblables.
De sorte que la m6me politique, de mimes m6thodes, appliques a ces deux regions
de I'Afrique, pourtant voisines, par une meme nation aux traditions fortes et claires,
doivent se traduire par des programmes d'architectures sp6cifiques.
Les populations, leur density, leur r6partition, leurs moeurs; les sols, leur texture,
leur valeur, leur vocation; les resources, leur nature, leur ampleur; le betail, sa race,
sa signification politique, social, 6conomique; les coutumes, leurs origins, leurs imp6-
ratifs, leurs fins; la structure politique, ses prolongements sociaux et judiciaires tout
cela, qui est complex et nuance a l'infini, differe essentiellement au Congo et au Ru-
anda-Urundi.
C'est pourquoi, il a fallu, ici et 1a, donner aux problemes des solutions ad6quates,
souvent opposees.
C'est a l'expos6 des problkmes du Ruanda-Urundi et des solutions techniques
preconis6es pour les resoudre qu'est consacr6 le present ouvrage.

**
Mais, au Ruanda-Urundi plus qu'ailleurs peut-etre, les solutions techniques ne
seront que des solutions mortes, si l'on ne s'attache, avant tout, au seul probl6me vivant,
pr6judiciel et fundamental, de l'indig6ne et de son comportement.
A quoi servirait-il de r6aliser au prix de beaucoup d'argent et de sueur, les pro-
grammes exposes, si les populations du territoire y demeuraient 6trangeres et insensibles?
A quoi aboutirait l'immense labeur coordonni de ceux qui congoivent, ordonnent et
ex6cutent ? II faut se convaincre que sans les indigenes, en dehors d'eux, tout serait,
a priori, irr6alisable et que rien ne vaudrait meme d'8tre tent.
Le Ruanda-Urundi est un peu le Tibet de l'Afrique. Haut pays bordant les grands
lacs africains, il est demeur6 pendant longtemps isolk du monde. Aujourd'hui encore,
remarquablement homogene sous les divers, aspects qui le caract6risent, il est foncikre-
ment original et contrast avec les territoires qui l'entourent.
Etrange pays en v6rit6.
Region de prestigieuses collins peupl6es de vaches a la robe soyeuse et aux corners
immense en forme de lyre; contr6e de pasteurs et d'agriculteurs, de danseurs et de
troubadours, gouvernee par des aristocrates qui sont aussi de fins politiques. C'est d'eux
que vient l'id6al de vie qui, il y a plusieurs siecles, s'est propag6 et fortifi6 partout :
6tre un < shebuja >>, un seigneur, qui vit dans la contemplation de ses troupeaux et des
corvees de ses >; 8tre l'>, le client, d'un shebuja qu'on sert,
qu'on flatte pour en obtenir des faveurs jusqu'a devenir soi-meme le seigneur d'autres
abagaragu plus humbles en quote de servage et constituer ainsi sa propre cour.
Ce sont la un id6al et un mode de vie qui se peuvent comprendre mais que la plu-
part des indigenes considerent eux-memes aujourd'hui comme p6rim6s. Du reste, aucun


XXXVIII










mode de vie n'est immuable ni permanent, sauf peut-etre chez des peuplades strictement
isolkes, qui vivent de la terre et en respectent les lois. Or, le Ruanda-Urundi qui fut
longtemps sans acc6s, s'integre de plus en plus dans le circuit du monde; en outre et
surtout, il y a longtemps qu'il ne respect plus les lois de la terre. Pour les troupeaux,
on abattit la fort et on reduisit progressivement les emblavures cultivables, alors que
cependant le nombre d'hommes a nourrir augmentait. La vache devint l'objet d'un ve-
ritable culte. Le cheptel prospira sur des patures sans cesse plus itendues tandis que les
hommes, oublieux des lois de la nature, exigeaient de la terre qui se r6trecissait, des
rendements de plus en plus d6raisonnables. Et la terre se lassa. Epuisde, elle se refusa
aL nourrir encore ces hommes et ces betes toujours plus nombreux : ce furent les temps
de la famine.
Il eut fallu, il y a des sikcles d6ja, pourvoir A cet 6tat de choses. Mais, tout 6tait
fond sur la vache : regime politique, structure social, aspirations et destin des hommes.
Dans leur isolement pas seulement celui du pays mais leur isolement individual,
les bahutu vivaient dans leurs ingo>>. Sans relation entr'eux, incroyablement indolents,
invraisemblablement insouciants, attard6s dans leurs croyances 6troites, sans horizon,
sans besoins, sans desirs, une seule chose les dominant et les animait h la fois : l'obsession
de la vache qui assignait a chacun son rang. << Apres le Mwami, rien n'est sup6rieur a la
vache >> proclame la sagesse indigene.
C'est cela qu'il faut combattre. D6ja, au contact de la civilisation nouvelle que
leur apporterent les gens du dehors, d'autres preoccupations s'insinuent dans l'esprit
des l1ites nouvelles, mais l'obsession ancienne demeure et la masse continue de vivre
suivant les coutumes d'antan.
C'est avec le concours, d6ja acquis, des Bami, des Chefs et des gens influents que
la r6forme fondamentale doit se poursuivre au prix d'un intense et opiniAtre effort d'6du-
cation et de persuasion. Il s'agit non pas seulement d'accomplir des teaches materiel-
les diverse, mais, plus profond6ment, d'atteindre l'indigene dans son for int6rieur,
dans son esprit et son cceur, pour redresser sa mentality et transformer sa vie. C'est l1,
h c6t6 et au-dessus des solutions techniques que preconise le Plan, la solution vivante
et premiere h laquelle il faudra consacrer le meilleur du souci de tous. C'est en cela
aussi qu'avant d'etre un Plan de d6veloppement economique, le present programme, qui
se pr6occupe en premier lieu de l'Homme, revet un caractere social dominant.



Mais, il y a plus. Dans ce Territoire sous Tutelle, il n'y a pas que 1'6conomique
et le social qui se comp6netrent : par la vache, le sol, les institutions coutumikres feo-
dales, le politique est impliqu6 dans presque toutes les solutions projeties.
Lui aussi, dans l'ordre nouveau a instaurer, devra subir sa r6forme.
L'Organisation des Nations Unies place au premier rang de ses preoccupations
le progres politique du Territoire. C'est nature puisque la raison d'etre de la tutelle est
de conduire les populations a la capacity de s'administrer elles-memes. Toutefois, avant
d'accider a l'autonomie, il faut qu'elles 6difient, sur des bases solides et definitives, leur
6conomie; il faut qu'elles adaptent leur structure social aux principles d6mocratiques;
il faut qu'en s'instruisant et en s'6duquant, elles acquikrent une formation politique
suffisante.
Quel moyen plus efficace de realiser cela que d'associer de plus en plus intimement
les indigenes h la grande oeuvre qui va s'entreprendre, que d'engager dans les responsa-
bilit6s que son execution comportera, les Bami, les Chefs et la masse elle-meme ?
C'est ce a quoi tendra la reforme politique, don't 1'6tude est sur le point d'aboutir,
qui, par l'institution de conseils a un certain degr6 6lectifs, d6mocratisera l'Adminis-
tration du pays.
Cette reforme est le complement n6cessaire du present Plan Decennal : elle per-
mettra de resoudre les probl6mes politiques li6s au d6veloppement 6conomique et social,
elle repondra au voeu du Conseil de Tutelle, elle fournira a la Belgique un instrument
nouveau pour 1'accomplissement de la tache 6minente qu'elle a assume de faire de ce
Territoire, naturellement d6sh6rit6, une des contr6es heureuses de la terre.


XXXIX


















LIVRE I


La Population et ses besoins.




















PREMIERE PARTIES


La Population autochtone et ses besoins.










ANISATIO


Mugao


ushasho '
Sud
-.."'- /


TERRITORY


UGANDA


Buyenzi /**

SBu eye ,.J \

M ramvyo Kin iro

: Myramvyo
f' C" ,-......K IT
'Mugomba Norad
I URA ... ...I ....
4 U u A bi. Bweeezi
*: Gitora
mba
l.i .-\ /).
S Mura b
/Mugamba /. o Ru y
Sud ( /
... .... ../
S'Bututsi Buzibira /. %


.. Buru'
ika Bunyambo
S Bututsi -




......... ..
*' one Bukugalimwe


i Mosso Nord

nya J* -....
"* Nkoma
Mosso Sud


Rutana ""
*.... .


Mubari


LEGEND


--.
.. ..


Muromba



din


Frontiere ou Territoire
Chef-lieu du Ruando-Urundi
Limite de Residence
Chef-lieu de Residence
Limite de Territoire
Chef-lieu de Territoire
Limite de Chefferie
Appellation de Chefferie


Rivieres
Lacs
Routes


Echelle : 1/1.000.000






CARTE No 1


ORGANISATION TERRITORIAL

























CHAPITRE I.


LA POPULATION AUTOCHTONE







INTRODUCTION


Qu'il s'agisse de l'6volution g6ndrale des populations, de leur density et de leur
repartition, de leurs coefficients de natalit6 et de mortality, de l'importance respective
de leurs milieux coutumiers et non-coutumiers, les caracteres demographiques du Ruan-
da-Urundi sont profond6ment diff6rents de ceux du Congo Beige.
C'est ce qu'indiquent les statistiques h l'analyse desquelles est consacr6e la Section I
de ce chapitre. Ces donnees ne peuvent toutefois etre utilisees qu'avec une extreme circors-n
pection, par suite des conditions jusqu'h present d6fectueuses de leur 61aboration. Amender!
ces conditions est l'une des teaches les plus urgentes, en raison de la n6cessit6 qu'il y a de
poss6der des statistiques d6mographiques aussi pr6cises que possible pour la correct ex6-
cution du Plan D6cennal dans tous les domaines.
Ces statistiques proviennent de deux sources d'investigation : le recensement et
les enquetes d6mographiques.
Le recensement est fait par inscription sur fiches, don't la tenue A jour income aux
sous-chefs coutumiers. Tout indigene de sexe masculin 6tabli ou arrivant dans le Territoire
du Ruanda-Urundi est tenu de se faire inscrire, qu'il soit valide ou non, contribuable
payant ou exempt ; outre son identity complete, la fiche comporte les mentions relatives
h sa famille.
Les enquetes d6mographiques portent, dans chaque territoire, sur un certain nombre
de groupements consid6r6s comme repr6sentatifs; une fois comments et interpr6tees,
les constatations recueillies sont appliques i l'ensemble de la population. Leur but prin-
cipal est d'6tablir les taux de natalit6 et de mortality, d'6valuer ainsi le degr6 d'6quilibre
d6mographique du pays, de rechercher les causes d'une situation d6ficitaire et les moyens
d'y rem6dier ; elles permettent, en outre, de recouper les r6sultats du recensement et d'en
corriger les erreurs ou les d6ficiences 6ventuelles.









Le choix des 6chantillons repr6sentatifs, don't depend la valeur des enquetes, fera
l'objet d'un examen scientifique bas6 sur la determination, dans chaque territoire, de
<>. Le Ruanda-Urundi compete quatre types principaux de regions : les rd-
gions pastorales, les regions agricoles, les regions mixtes et les milieux extra-coutumiers.
Les echantillons devront etre comparable entr'eux A divers 6gards pour permettre les
6tudes qu'implique la mise en oeuvre du Plan.
Les investigations seront mendes par un sp6cialiste don't la tache comportera
notamment :
- le contr61le des <> et l'analyse des variations possibles entire r6gions-types
homologues de territoires diff6rents ;
- le contr6le des collins choisies dans chaque territoire pour la constitution des << rdgions-
types >> ;
- 1'6tude de la variation du nombre d'habitants d'une colline a l'autre ;
- l'analyse p6riodique et d6taill&e des variations dans le temps des << regions-types et
des collins choisies ;
- l'analyse d6taillee des variations lies au terrain, a I'altitude, a la composition de la
population, aux maladies, aux coutumes matrimoniales, a l'6migration, etc. ;
- la revision des echantillons avant chaque enquete particuliere en vue de s'assurer
qu'ils peuvent etre utilis6s sans modification ;
- l'utilisation des statistiques m6dicales ;
- 1'dtablissement et l'interpr6tation des taux d6mographiques usuels : taux de natalit6,
de mortality, de reproduction, de fecondit6 sp6cifique.

Section I : ANALYSE DES STATISTIQUES.

1. L'6volution g6nerale de la population.
La population indigene total du Ruanda-Urundi, recensde au 31 decembre 1949,
6tait de 3.882.392 habitants. Celle du Congo Belge, qui est d'une superficie 43 fois plus
6tendue (1), est a peine trois fois plus nombreuse.
A la meme date, on comptait 1.870.410 habitants au Ruanda don't 381.322 hommes
adults valides et 2.011.982 en Urundi parmi lesquels 402.526 hommes adults valides.
De 1935 a 1949 (2), la population a dvolu6 comme suit :

Annde Population total Diff6rence

1935 3.404.273
1936 3.530.345 + 126.072
1937 3.718.362 + 188.017
1938 3.781.770 + 63.408
1939 3.810.652 + 28.882
1940 3.853.572 + 42.920
1941 3.877.875 + 24.303
1942 3.877.637 238
1943 3.812.657 64.980
1944 3.422.233 390.424
1945 3.434.242 + 12.009
1946 3.649.559 + 215.317
1947 3.776.194 + 126.635
1948 3.860.747 + 84.553
1949 3.882.392 + 21.645

(1) La superficie du Ruanda-Urundi est de 54.172 Km2, celle du Congo Belge de 2.343.930 Km2.
(2) Les statistiques recueillies avant 1935 sont trop incompl6tes pour etre comparees avec celles des annies
post6rieures.










Ces chiffres permettent de constater que l'6volution d6mographique, ascendante
jusqu'en 1941, subit ensuite une regression sensible, pour se redresser a partir de 1945. Ce
renversement de tendance r6sulte de l'incidence d'une piriode de mauvaises rdcoltes qui
s'6tend toujours l'expirience l'enseigne sur plusieurs saisons et qui entraina une di-
sette grave don't le maximum d'acuit6 se marqua pendant les annies 1943-1944.
Ces donnees ne peuvent toutefois 6tre utilisees qu'avec une extreme prudence. Elles
r6velent que la population indigene, apres s'etre 6levie au maximum de 3.877.637 indi-
vidus, en 1941, aurait d6crfijusqu'h n'en plus totaliser que 3.422.233, en 1944. Or, aucours
des ann6es de guerre, le recensement et les enquetes d6mographiques durent etre niglig6s,
voire abandonn&s dans beaucoup de regions du Territoire, tant a cause du manque de
personnel qualifi6 que de l'intensification de l'effort de production n6cessit6 par les con-
tingences internationales. Aussi, les evaluations fournies pendant ces annies par les auto-
rites indig6nes, en 1'absence de contr6le suffisant, ne le furent-elles qu'avec une approxima-
tion tres relative.
Simultanement, la disette de vivres,. qui provoqua 1'augmentation du taux des de-
ces, amena une important parties de la population des regions les plus atteintes A 6migrer
provisoirement vers des countries 6trangeres limitrophes plus favoris6es. Or, dans la plupart
des cas, les indigenes qui prirent part a cet exode furent ports manquants par leurs chefs
coutumiers. C'est ce movement qui explique, en majeure parties, la diminution anormale
que fait apparaitre le chiffre de la population en 1944 par rapport a l'annee precedente.
Par centre, ainsi que le prouve l'augmentation massive que revelent les chiffres de
1946 et 1947, un movement en sens inverse se produisit d6s que la situation fut redeve-
nue normal au point de vue alimentaire.
Depuis 1945, la courbe ascensionnelle semble reprendre. Cependant, une nouvelle
reserve s'impose, parce que le recensement et les enquetes d6mographiques n'ont pu 6tre
repris qu'en 1948. Ce n'est qu'h partir d'alors que les chiffres recueillis retrouvent pro-
gressivement la rigueur qu'ils avaient perdue par suite des circonstances de la guerre.
Compte tenu de ces reserves, on ne peut, en ce qui concern l'6volution demogra-
phique future du Ruanda-Urundi, tirer des statistiques disponibles depuis 1935 que l'in-
dication d'une tendance, les chiffres relatifs aux ann6es ant6rieures a la guerre 6tant les
plus stirs. Sur base de ceux-ci, la population du Ruanda-Urundi parait, dans des circons-
tances normales, susceptible d'augmenter annuellement de quelque 100.000 ames, c'est-
a-dire de 3 % environ (1). Cette moyenne, qui fut largement depassee pendant les annies
1936-1937, semble pouvoir etre retenue comme l'indice probable de l'accroissement de-
mographique, d'autant plus qu'il faut tenir compete de l'incidence favorable qu'auront,
au course des ann6es a venir, les measures destinies a parer au danger des disettes et l'in-
tensification de Faction m6dicale.


(1) L'estimation du taux d'augmentation d6mographique, base sur les donnies du recensement pour l'en
semble du Territoire, est corrobor&e par les statistiques tenues par les Vicariats Apostoliques.
C'est ce qui resort des chiffres suivants, portant sur les p6riodes allant du lerjuillet 1948 au 30juin
1949 et du ler juillet 1949 au 30 juin 1950 ; il n'y est tenu compete que de 1'accroissement de population pro-
venant des naissances (baptisis) et des d6ces survenus dans ces chr6tient6s, non compris les adults venant s'y
agr6ger par le bapteme, ni les departs ou les retours qui s'y produisent pour des raisons fortuites.
VICARIAT DU RUANDA :
P6riode du 1-7-48 au 30-6-49
Population chr6tienne pr6sente au 1-7-48 : 315.212
Modifications intervenues du 1-7-48 au 30-6-49 :
enfants issues de cette chretient6 et baptis6s au course de cette p6riode : + 15.186
d6ces survenus dans cette chritient6 au course de la meme p6riode : 5.227
Accroissement net : + 9.959 soit 3,16 %
P6riode du 1-7-49 au 30-6-50
Population chr6tienne presente au 1-7-49 : 333.679
Modifications intervenues du 1-7-49 au 30-6-50 :
enfants issues .de cette chr6tient6 et baptis6s au course de cette p6riode + 15.157
d6ces survenus dans cette chretient6 au course de la meme p6riode : 5.472
Accroissement net : + 9.685 soit 2,90 %










A cette cadence, la population du Ruanda-Urundi pourrait bien augmenter d'en-
viron 1.000.000 d'ames d'ici dix ans et doubler en l'espace de moins de 40 ans. (1)
Or au Congo Belge, 1'examen des donnees d6mographiques a permis d'6valuer k
environ 70.000 ames 1'augmentation annuelle d'une population qui est pres de trois fois
aussi forte que celle du Ruanda-Urundi.

2. La population coutumiere et la population non coutumiere.

Les chiffres ci-apres indiquent quelle a kt6, de 1935 a 1949, l'6volution de la popu-
lation dans les milieux coutumiers et dans les milieux non-coutumiers:

Population Population Population Pourcentage
Ann~e coutumi~re non total
Annie coutumi~tu mcout re total (A) par (B) par
(A) (B) (C) rapp.q a (C) rapp. a (C)

1935 3.385.583 18.690 3.404.273 99,451 0,549
1936 3.509.094 21.251 3.530.345 99,398 0,602
1937 3.693.304 25.058 3.718.362 99,326 0,674
1938 3.752.742 29.028 3.781.770 99,233 0,767
1939 3.775.335 35.317 3.810.652 99,073 0,927
1940 3.814.854 38.718 3.853.572 98,995 1,005
1941 3.843.436 34.439 3.877.875 99,112 0,888
1942 3.830.101 47.536 3.877.637 98,774 1,226
1943 3.768.002 44.655 3.812.657 98,829 1,171
1944 3.378.396 43.837 3.422.233 98,719 1,281
1945 3.386.362 47.880 3.434.242 98,606 1,394
1946 3.596.997 52.562 3.649.559 98,560 1,440
1947 3.718.185 58.009 3.776.194 98,464 1,536
1948 3.793.922 66.825 3.860.747 98,269 1,731
1949 3.808.191 74.201 3.882.392 98,052 1,948

L'exode vers les milieux non-coutumiers a donc '6te jusqu'ici insignificant, n'attei-
gnant pas 2 % de la population total, alors qu'au Congo Belge il a pris de telles propor-
tions que la progression de la population non-coutumiere, qui y represente maintenant
pres de 20 % de 1'ensemble, pose d'ores et ddjh un probleme d6mographique tres grave.


VICARIAT DE L'URUNDI :
P6riode du 1-7-48 au 30-6-49
Population chr6tienne pr6sente au 1-7-48 : 563.442
Modifications intervenues du 1-7-48 au 30-6-49 :
enfants issues de cette chretient6 et baptis6s au course de cette periode : + 31.546
d6c6s survenus dans cette chretient6 au course de la meme p6riode : 15.410
Accroissement net : + 16.136 soit 2,86 %
P6riode du 1-7-49 au 30-6-50
Population chretienne pr6sente au 1-7-49 : 609.037
Modifications intervenues du 1-7-49 au 30-6-50 :
enfants issues de cette chretient6 et baptis6s au course de cette periode : + 28.914
d6ces survenus dans cette chretient6 au course de la meme p6riode : 15.452
Accroissement net : + 13.462 soit 2,21 %
Ces coefficients sont certainement inf6rieurs a la r6alit6, si l'on consid6re qu'ils sont ktablis sans tenir
compete des naissances d'enfants issues d'unions irregulibres, qui ne sont baptisms qu'une fois parvenus a
l'Age adulte.
(1) Ce rythme d'accroissement d6mographique correspondrait a peu pres a celui de la population indigene
de l'Union Sud-Africaine qui a plus que double en 42 ans, 6tant passee de 3.491.119 en 1904 a
7.831.915 ames en1946.








CARTE No 2

REPARTITION DE LA POPULATION














REPARTITION DE LA POPULATION


00 006

:'.. 0:
@05 *5* 00. S 0* 0 5


55 5 05o5 0050. 0




~ ~ ~ e 000. .* 0.0
555 0&0 0s OsS
0.5040..e






0 000..v5


.00.5 5 #5005
5 5 55 04, 0


: * o *
* ..


S
S.
@0~
S
S


S
55~550
.0.55 50
0

~ :

000


"*
5i
,* S


60 -


* 5


5 5 0






00* $000*5

:~~~~ so0~ 5 0 *:*.. : so


5 5 5.0**so
*~ ~ so~ 5


6 0 0 . s* *I
0e*SS**s..* 0 0 5


1 1. a.0*0 0. a : s

00 0



0. So


0 00 *-:s
0 0 0 0*000555 6,

V A 05
o too 0 so 0.50 00-. k


0 *** ** St

0, .o... 00. 0


06 0 5 0 0 ~ 5 5
05 -*%*-'0* S .00Jgx*.s*4.
*~~~~~ :.~W. s~'*-:':~V

00 *** I -.. ,"
o*O


*o4os *o. 055 .5 000,


500 00 0 4
0: 00 0. 55* 550 *

0. 00
***ORlie


55
S
S
50
SO
505 *~
54


0* Ole0005 "Of. :?~s*~~ .

.0 0. .5~ jI 0.*0 : O0 0 55 0



*S 0 50 5 s6 *0s

0 0 5 00****



0 * **0*











* 0 0* 0 5




To\\."0* 100069


S. * S
0.
0 oS
50 *~*S *
50 5 5
00
0 *0
05 S
*5 0 5 5
*** ** 0
S
000 5
55
5~5



S
* 0 0
S
S
5G
S
*0
5 0
0 5


*. .*.* .*
* .S 5
0

0 0

0 *
1 5 0
00 0
..5*
5. 0
0e


* @05
.5

A
A
I.
5*5
50g
I.
fr

5*
* A
* 55
54
4
S
I.
I.


* *4.4
A
A

4.

A
4


S
A


~.5' 1~p ~


* v


A
A
A
A
O U.
* I-
0
* I.
b
* p
t.
I.
1~
A
0 A
* A
--- a


0
0 50 A-
0~@

0


0 0 a 0
0 6 5. 00
00

o 0 o
0
500-0

*CT r


LEGEND



- 500 habitants


p
V
V
V
p
p
V
S
-Es
1
1.1
.0


0

* 0


0 4
4
V
.4


S S
Is 5~ S S
05 50 0
00. 5
~50 50 5


0

S


*


00*


0~


00


t


0


. *


* A


P
,4









Un movement analogue n'en est pas moins amorce au Ruanda-Urundi, puisque,
en l'espace de 15 ans, la population non-coutumiere a presque quadruple. II est signifi-
catif notamment de constater l'importance croissante qu'ont pris, particulierement depuis
ces dernieres annies, les deux centres extra-coutumiers d'Usumbura dans la migration en
provenance des milieux coutumiers. C'est ainsi que, de 1935 a 1949, la population de ces
centres est passee de 6.071 a 14.740 habitants (1).
La cause essentielle de la difference constatde entire le Congo Belge et le Ruanda-
Urundi dans l'6volution des populations coutumiere et non-coutumiere, reside dans la
mentality particuliere et plus arridrde.des gens de ce pays et dans le moindre d6veloppe-
ment dconomique du Territoire sous Tutelle que souligne le fait que les entreprises euro-
peennes y occupent une place nettement moins important qu'au Congo.
Sans doute, la mise en valeur que favorisera le Plan D6cennal entrainera-t-elle une
augmentation sensible de la population non-coutumiere. II n'est guere vraisemblable.
toutefois, en raison de l'inertie traditionnelle plus marquee des indigenes du Ruanda-
Urundi, que la progression soit rapide et qu'elle atteigne, avant quelques dizaines d'an-
n6es, les memes proportions qu'au Congo.

3. La density et la repartition de la population.
La repartition de la population du Ruanda-Urundi est fort in6gale dans 1'ensemble
du pays, comme il appert des chiffres suivants qui indiquent la superficie et la population
de chaque subdivision territorial, ainsi que la density correspondante :

Territoire Superficie Population Densit6
en Km2 coutumiere au Km2

I. RUANDA
Kisenyi 3.108 260.581 83,84
Ruhengeri 1.696 217.453 128,21
Biumba 2.734 130.012 47,55
Kibungu 6.080 161.671 26,59
Kigali 3.624 226.808 62,58
Nyanza 3.674 363.956 99,06
Shangugu 2.610 162.435 62,61
Astrida 2.812 305.860 108,77

H. URUNDI
Usumbura 415 54.906 132,30
Bubanza 3.922 207.463 52,89
Kitega 3.436 406.146 147,01
Muramvya 1.565 183.581 117,30
Ngozi 2.862 394.900 137,98
Muhinga 3.690 299.509 81,19
Ruyigi 4.268 153.623 29,53
Bururi 5.202 191.626 36,84
Rutana 2.474 86.661 35,02

L'in6galit6 de repartition se traduit par des coefficients de density extremement
variables, allant de 26,59 habitants au Km2 dans le territoire de Kibungu h 147,01 dans
celui de Kitega. C'estce que met en lumiere, de fagon frappante, la carte no 2, sur laquelle
la r6partition de la population est figure par des points repr6sentant chacun 500
habitants.
La density moyenne est d'environ 71,67 habitants par Km2 density la plus forte
de l'Afrique Centrale alors qu'elle est a peine de 4,72 au Congo Belge (oil le district
du Bas-Congo realise le coefficient le plus 6lev6 avec 14,80 habitants au Km ).

(1) II y a toutefois lieu de tenir compete du fait que dans ces chiffres sont compt6s un certain nombre de con-
golais et d'arabis6s originaires de la c6te orientale.









TABLEAU No 1.


EVOLUTION DE LA POPULATION INDIGENE


COUTUMIERE PAR TERRITOIRE DE 1936 A 1949.


Usumbura Totaux
Ann6e Kigali Nyanza Astrida Shangugu Kisenyi Ruhengeri Biumba Kibingu et Kitega Ngozi Muhinga Ruyigi Rutana Bururi Muramvya Totaux
Bubanza generaux

1936 225.854 308.319 290.272 160.900 205.000 228.668 180.000 163.580 254.155 391.167 354.000 305.031 182.496 76.860 182.792 3.509.094
1937 226.709 347.400 300.350 160.900 249.000 234.694 179.500 165.751 269.853 442.000 384.912 307.108 183.440 65.880 175.807 3.693.304
1938 227.059 348.805 306.139 148.981 276.000 233.064 180.327 168.515 292.184 435.306 354.964 324.454 198.969 77.183 180.792 3.752.742
1939 229.857 329.896 307.494 151.077 293.000 237.892 182.400 176.014 294.967 442.799 363.994 307.674 206.681 77.454 174.136 3.775.335
1940 228.791 355.854 306.149 149.825 293.000 237.256 169.504 172.943 304.016 454.904 366.772 314.883 202.999 80.356 177.602 3.814.854
1941 226.761 363.262 302.729 155.277 293.000 241.555 166.746 170.285 214.207 478.042 372.275 318.263 190.918 78.599 179.029 92.488 3.843.436
1942 236.000 366.646 307.204 149.692 287.285 242.363 168.031 173.015 214.343 464.757 368.535 311.548 191.099 80.460 178.008 91.115 3.830.101
1943 226.077 353.993 305.857 156.000 263.759 198.116 148.413 154.700 224.125 464.823 406.703 314.656 191.876 80.663 181.156 97.085 3.768.002
1944 195.609 307.132 250.273 152.993 193.369 167.228 107.862 149.260 214.581 442.557 400.499 292.176 180.406 83.044 170.821 70.586 3.378.396
1945 196.134 315.505 260.464 141.873 224.696 173.802 118.317 154.657 218.107 459.233 376.659 257.753 176.799 76.135 163.976 72.252 3.386.362
1946 207.749 335.178 274.459 145.740 243.668 190.922 129.787 158.541 237.617 478.454 420.714 280.112 154.302 81.312 182.915 75.527 3.596.997
1947 214.379 342.588 293.306 155.110 251.653 201.509 130.095 162.344 248.933 500.890 423.178 290.360 154.299 83.504 187.413 78.624 3.718.185
1948 221.854 353.447 298.746 163.413 256.737 212.961 128.419 170.794 252.579 513.935 407.523 300.358 156.452 86.168 189.029 81.507 3.793.922
1949 226.808 363.956 305.860 163.435 260.581 217.453 130.012 161.671 262.3690t' 406.146 394.900 299.509 153.623 86.661 191.626 183.581 3.808.191

(1) don't 207.463 pour le nouveau territoire de Bubanza.


Le tableau n0 1 ci-dessus permet de suivre, par
lation coutumiere, de 1936 h 1949.


territoire, 1'dvolution de la popu-


La density exceptionnelle de la population du Ruanda-Urundi et son augmen-
tation numerique constituent le probleme d6mographique le plus angoissant. de ce
pays, probleme qui n'apparait dans toute son ampleur, decrite ailleurs (1), que si,
des chiffres prdc6dents, on rapproche ceux qui traduisent la surcharge des terres et
leur productivity insuffisante sous l'influence de la degradation des sols, des conditions
climatologiques d6favorables et de la carence en eau. Sous 1'action de ces divers facteurs,
de lents d6placements de population se sont products vers les regions moins d6sh6ritees,
crdant ainsi des zones de surpeuplement tandis que de vastes contr6es sont demeurees ou
revenues presque inoccupees.
Les migrations vers le Congo Belge ont jusqu'A present remedi6 dans une mo-
deste measure A la sursaturation du pays.
Elles ont commence en 1947 vers le Gishari, region don't 1'aspect general et la
structure social ne different guere de ceux du Ruanda. L'occupation d'une superficie
de 37.000 Ha. est actuellement achev&e: on y compete environ 6.500 hommes, 5.600
femmes et 11.800 enfants, soit un total de pros de 24.000 ames. Cependant, le mouve-
ment ayant provoqud une density excessive de population dans la zone d'immigration,
il a 6te necessaire d'dlaborer un programme de redistribution des immigrants sur d'autres
terres inoccup6es.
Une migration analogue sera organis6e sous l'6gide du gouvernement vers les
regions de Washali Mokoto Mushari Bwito (territoires de Masisi et de Rutshuru)
oui quelque 33.000 families pourront trouver place, ainsi que vers la region du Binga-
Nord (territoire de Kalehe) qui pourra en recevoir 500 environ.
Des 6tudes pr6paratoires a ces movements de population sont actuellement
en course, portant notamment sur la question de la nationality des immigrants et de leur
statut politique, sur le partage des terres, sur les moyens a mettre en oeuvre pour or-
ganiser la lutte anti-6rosive, le reboisement et la rationnelle exploitation du sol.


Un d6placement de population sera 6galement envisage vers la region ouest de
Sake (Karuba Gungu Mumba) oui pourraient s'installer 5 a 6.000 families.
Les trois groups de regions don't il vient d'etre question offrent des perspectives
d'immigration pour pros de 40.000 families. Toutefois, on ne peut escompter que le
movement atteindra plus de 2.500 families par an, soit 25.000 en dix ans, 6tant donn6
qu'il sera freine par 1'imposition d'un programme agricole sdvere exigeant la preparation
minutieuse des collins avant l'arrivee des immigrants.
D'aucuns consid6reront qu'en raison de la gravity du probleme de la surpopu-
lation au Ruanda-Urundi, ces measures ne constituent que d'insatisfaisants palliatifs.
II va de soi cependant que d'autres possibilities seront 6tudides, notamment dans les
territoires de Fizi et de Mwenga (Itombwe), et qu'il faudra, dans l'avenir, vraisem-
blablement organiser les movements de populations sur une plus grande 6chelle.
Mais, pour les dix annies prochaines, outre le repeuplement projetd des regions
disertees de l'int6rieur du Territoire (1), le programme expos a 6td jug6 suffisant.



Ind6pendamment de son inegale density, la population du Ruanda-Urundi
pr6sente un autre trait saillant, qui ne resort pas des statistiques: c'est, de colline a
colline, son extreme 6parpillement, que traduit 1'absence complete de villages. Cet
aspect de la situation d6mographique constitute a lui seul un probleme social qui d6ter-
mine toute possibility d'action et de progr.s. Aussi est-il projetd d'y porter progressivement
remade suivant 1'expos6 qui en est fait dans la section suivante du present chapitre,
consacrde au probleme du regroupement de la population.

4. La composition de la population.

Les donnies suivantes permettent de degager une nouvelle caract6ristique de
1'ensemble de la population du Ruanda-Urundi: 1'6quilibre de sa composition:


(1) Cf. Liv. III, Ire Part., Chap. I, Sect. I. (1) Cf. Liv. III, Ire Part., Chap. I, Sect. II, 3, b.










Ruanda Urundi Total %


A. Milieux coutumiers.

Hommes 431.661 434.728 866.389 23
Femmes 474.705 543.410 1.018.115 27
Gargons 453.253 503.157 956.410 25
Filles 470.157 497.120 967.277 25

Total 1.829.776 1.978.415 3.808.191 100


B. Milieux non-coutu-
miers.

Hommes 14.647 11.200 25.847 35
Femmes 10.347 10.273 20.620 28
Gargons 7.882 6.211 14.093 19
Filles 7.758 5.883 13.641 18

Total 40.634 33.567 74.201 100


Totaux (A + B )


Hommes 446.308 445.928 892.236 23
Femmes 485.052 553.683 1.038.735 27
Garcons 461.135 509.368 970.503 25
Filles 477.915 503.003 980.918 25

Total R.U. 1.870.410 2.011.982 3.882.392 100


En ce qui concern la population coutumiere, le rapport femmes-hommes est
6gal h 1,17 et le rapport enfants-femmes A 1,88. Ce ph6nomene d'dquilibre se retrouve
avec une remarquable constance dans les r6sultats des recensements des ann6es ant6-
rieures (cf. tableau no 2).
Par centre, la composition de la population non-coutumiere est loin de presenter
des indices aussi favorables: le rapport femmes-hommes n'y est en effet que 0,79 (1),
proportion toutefois plus dlevee que dans les milieux extra-coutumiers du Congo, ol'
le rapport n'atteint que 0,68. Quant au rapport enfants-femmes, il est de 1,31. Des
constatations similaires ressortent des chiffres relatifs A la population non-coutumiere
pour les annees de 1929 A 1949, que fournit le tableau no 3. Cependant la minimeimpor-
tance numdrique de la population non-coutumiere ramene a des proportions insigni-
fiantes l'influence qu'elle pourrait exercer sur la composition global de la population
du Ruanda-Urundi.
II s'ensuit que la situation d6mographique du Ruanda-Urundi est saine. Elle
ne manifeste aucun ph6nomene de vieillissement du milieu coutumier qui repr6sente

(1) II imported cependant de noter qu'en ce qui concern les milieux non-coutumiers, le rapport est fauss6
par la situation particuliere des C. E. C. arabises oil la polygamie est fr6quente. Pour la population
total des deux C. E. C. d'Usumbura, le rapport femmes-hommes gale 0,88, alors que dans le C. E. C.
swahili, il atteint 1.15 centre 0,70 seulement dans le C. E. C. beige.








TABLEAU No 2.


EVOLUTION DE LA POPULATION INDIGENE COUTUMIPRE DE 1935 A 1949.


846.339
873.274
892.297
895.494
901.003
922.368
921.862
934.139
897.841
796.689
799.213
838.456
862.281
866.588
866.389


946.630
942.290
1.009.038
1.048.305
1.050.108
1.054.431
1.055.246
1.060.173
1.024.325
922.450
870.339
981.694
1.015.112
1.017.718
1.018.115


807.657
846.768
904.976
916.742
924.877
921.978
932.794
915.627
917.686
824.662
846.940
881.832
915.445
946.724
956.410


784.957
846.762
886.993
892.201
899.347
916.077
933.534
920.162
928.150
834.595
869.870
895.015
925.347
962.892
967.277


3.385.583
3.509.094
3.693.304
3.752.742
3.775.335
3.814.854
3.843.436
3.830.101
3.768.002
3.378.396
3.386.362
3.596.997
3.718.185
3.793.992
3.808.191


776.290
787.788
805.693
816.810
819.387
829.524
827.543
828.385
808.615
738.068
738.390
794.120
783.913
784.252
783.848


1935
1936
1937
1938
1939
1940
1941
1942
1943
1944
1945
1946
1947
1948
1949









TABLEAU No 3.
EVOLUTION DE LA POPULATION NON COUTUMItRE DE 1929 A 1949.

Annie Hommes Femmes Enfants Totaux


1929 5.602 3.823 3.285 12.710
1930 7.198 4.807 4.181 16.186
1931 5.306 5.505 5.015 15.826
1932 5.019 5.337 4.517 14.873
1933 5.536 5.924 5.715 17.175
1934 6.532 6.719 6.458 19.709
1935 6.253 6.372 6.065 18.690
1936 6.772 7.815 6.664 21.251
1937 8.542 7.970 8.546 25.058
1938 10.694 9.314 9.020 29.028
1939 12.413 11.191 11.713 35.317
1940 14.413 11.747 12.558 38.718
1941 13.419 10.917 10.103 34.439
1942 18.015 13.054 15.467 46.536
1943 15.421 13.708 15.526 44.655
1944 15.406 13.496 14.935 43.837
1945 17.552 14.262 16.066 47.880
1946 19.082 16.170 17.310 52.562
1947 21.612 17.079 19.318 58.009
1948 24.397 19.844 22.544 66.825
1949 25.847 20.620 27.734 74.201

la presque totality de la population, alors qu'au Congo Belge, ce meme milieu a vu
jusqu'a present diminuer de plus en plus ses effectifs, diminution d'autant plus grave
qu'elle affected surtout la population male adulte.
5. Les taux de natalit6 et de mortality.
D'apres des sondages effectues en 1949, ces taux s'6tablissent de la fagon suivante:

Ensemble
Pourcentage Ruanda Urundi du
Territoire

Des enfants par rapport aux femmes adults ....... 257,66 217,50 248,64
Des homes adults par rapport a la population
entire .............................................. 18,99 20,34 19,26
Des naissances par rapport aux femmes adults ... 20,76 19,82 20,54
Des naissances par rapport aux adults des deux
sexes .......................................... ........... 10,73 10,57 10,69
Des naissances par rapport h la population entire 4,22 4,60 4,29
Des d6ces des vieillards de sexe masculin ......... 4,80 8,51 5,27
Des deces des vieillards de sexe f6minin ............ 3,04 4,30 3,24
Des d6ces des vieillards des deux sexes ............ 3,64 5,49 3,93
Des deces des adults des deux sexes .............. 0,89 1,17 0,95
Des d6ces des enfants des deux sexes .............. 2,48 2,52 2,49
Des d6c6s par rapport a la population entire ... 1,95 2,11 1,98
De l'accroissement de la population .............. 2,27 2,49 2,31










La situation 16gerement plus favorable de l'Urundi par rapport au Ruanda provient
d'un coefficient nettement plus 6lev6 des naissances par rapport h la population total.
Des indices analogues ont 6t6 trouv6s depuis 1935 et sont repris au tableau no 4.
II en resort que, compete tenu de la regression enregistree de 1942 h 1945 par suite de
la famine, l'indice d'accroissement d6mographique marque une tendance h d6passer
le niveau atteint au d6but de la p6riode consid6ree, ce qui serait dfi a un abaissement
du taux des d6ces plus qu'a une augmentation du taux des naissances,restd relativement
le meme.
Si 1'on admet le plus recent indice d'accroissement comme 6tant celui suivant
lequel la population est susceptible d'dvoluer dans l'avenir, on peut d6duire qu'elle
ne serait pas loin d'atteindre, en dix ans, plus de 20 % du chiffre actuel, ce qui rejoint
la provision avanc6e au d6but de ce chapitre que la population serait susceptible d'aug-
menter de pros d'un million d'individus dans le meme temps.
Au Congo Belge, oi l'indice des naissances est inf6rieur a celui du Ruanda-Urundi
(3,15 % centre 4,01), oi l'indice des d6ces est par contre plus 6lev6 (2,48 % centre
1,69 %), l'indice de survivance est estim6 h 0,66 % (contre 2,31 % au Ruanda-Urundi),
ce qui explique que l'accroissement annuel de la population n'y soit que de 70.000 ames
environ contre 100.000 au Ruanda-Urundi.

CONCLUSIONS.
10) La population du Ruanda-Urundi est susceptible de s'accroitre au rythme d'environ
100.000 ames par an et il est a presumer que cette tendance s'accentuera encore
par suite de l'amelioration des conditions de vie.
Aussi faudra-t-il vraisemblablement moins de quarante ans avant que la
population ait double.
20) Il en r6sulte que la density, d6jh exceptionnellement forte, doublera elle aussi dans
le meme d6lai, aggravant progressivement le probleme de la surpopulation et de
l'overstocking.
L'aspect le plus urgent de ce probleme est d'ordre alimentaire et l'on peut
dire qu'il domine le d6veloppement 6conomique et social du pays.
30) A condition de rem6dier au danger des famines qui ont p6riodiquement d6cim6
le pays, cette population, anormalement dense au cceur du continent noir, pourrait
devenir l'un des facteurs essentiels du d6veloppement du Ruanda-Urundi, en raison
du potential de productivity et de consommation qu'elle repr6sente.
A l'instar de la Belgique, petit territoire dens6ment peupl6 et incapable de
nourrir sa population, le Ruanda-Urundi, situd au centre de l'Afrique, se sp6ciali-
serait dans l'importation et la transformation des matieres premieres des vastes
territoires voisins oi la main-d'ceuvre manque. II pourrait edifier sa richesse sur
le travail de sa population, incorpord dans les products manufactures qu'il expor-
terait. Ces exportations lui procureraient les resources necessaires pour acquerir
au dehors l'indispensable compliment de vivres ainsi que les biens n6cessaires a
son essor et a son bien-etre.

Section II. REGROUPEMENT DE LA POPULATION.

Le Ruanda-Urundi est un pays surpeupl6; le Congo Belge, au contraire, a une
population clairsemie. Mais, outre cela, ce qui diff6rencie le Ruanda-Urundi du Congo
Belge c'est l'extreme dispersion de ses populations. L'organisation social y est limited
au group familial, rassembl6 dans le <, de sorte qu'a l'oppos6 des soci6tes villa-
geoises, le pays offre le spectacle d'une multitude de collins sur lesquelles les <
sont diss6mines, sans autre 616ment de cohesion que le lien de d6pendance politique.
Les causes de ce ph6nomene sont.multiples et complexes. II ne peut etre question
de les exposer ici dans le detail.
Sur le plan structure, la domination des batutsi sur les bahutu, qui forment la majo-
rit6 de la population, s'imposa h la fois par le b6tail et par une habile politique de mor-
cellement; cette politique marqua profond6ment le pays, lui imprimant un caractere nette-










TABLEAU No 4


EVOLUTION DES INDICES DEMOGRAPHIQUES DE 1935 A 1949.


POUR C ENTA GE
des naissances par rapport de dcs de
des infants des hommes ________ec______________________ de 1'ac-
Sadule par p de vieillards par croisse-
Anne par rapport rapport adult aux aux la de viillards d'adultes d'enfants rapport ment de

adultes la population femmes adults population de sexe de sexe des deux des deuxdes deux ou- tila popula-
totale adults deux sexes total masculin f6minin sexes sexes sexes nation total
I__ I___ _toiale

1935 203,28 22,28 17,78 9,14 4,19 7,13 4,35 5,30 1,16 2,76 2,18 2,01
1936 209,38 21,83 17,88 9,22 4,16 7,95 5,10 6,15 1,13 2,70 2,21 1,95
1937 189,22 22,17 18,99 9,87 4,56 9,28 6,80 7,85 1,55 3,21 2,73 1,83
1938 207,78 21,74 18,49 9,59 4,33 8,69 9,45 9,17 1,73 3,06 2,79 1,54
1939 212,87 21,27 18,43 9,65 4,31 8,27 6,52 7,17 1,45 2,62 2,36 1,95
1940 217,24 21,17 18,87 9,81 4,33 9,36 5,86 7,22 1,55 2,79 2,80 1,53
1941 221,16 21,08 18,69 9,69 4,24 10,18 7,75 8,73 1,90 2,97 2,85 1,39
1942 (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1)
1943 (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1)
1944 (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1)
1945 234,41 20,55 16,53 8,49 3,59 7,48 5,22 5,94 1,77 2,78 2,58 1,01
1946 233,27 20,54 21,36 10,98 4,64 7,47 4,70 5,59 1,34 3,46 2,72 1,92
.1947 232,91 20,20 18,93 9,83 4,13 7,01 3,91 4,88 1,28 2,28 2,05 2,08
1948 240,86 19,91 17,78 9,19 3,78 4,58 2,81 3,40 0,92 1,97 1,65 2,13
1949 248,64 19,26 20,54 10,69 4,29 5,27 3,24 3,93 0,95 2,49 1,98 2,31

(1) Les donnees de base relatives a ces annees ne permettent pas le calcul d'indices comparable a ceux des autres annees.










ment feodal. C'est probablement sous l'influence de ce fait que les populations bantoues
du Ruanda-Urundi, contrairement a la plupart de celles du Congo, ignorent le grou-
pement tribal: la base de la societ6 est la cellule familiale c'est-h-dire l'ensemble des
membres issues d'un meme seuil vivant jalousement isol6e dans son isambo>>.
Originairement, le muhutu, devenu cultivateur, s'associa peu h peu et s'identifia
a la terre nourriciere, vou6 au meme sort que le monde environnant: germer, croitre,
porter fruit et mourir pour renaitre ensuite. Ainsi naquit la vinerati6n fondement
du culte des ancetres d6di&e au pere qui a franchi le seuil de l'inconnu et don't l'inter-
vention dans la vie courante est consid6ree comme certain. C'est du centre occupy>>
que rayonna la vie et que, les champs se repartissant a l'entour selon les possibilities
du milieu, les 6tablissements s'6parpill6rent de plus en plus sous l'influence d'une pro-
lifiration intense ou d'autres facteurs naturels ou sociaux.
Seul le pays cultiv6 6tant, pour des cultivateurs, digne d'appropriation, les spaces
vacants permirent 1'infiltration insensible du pasteur mututsi. Les conditions nouvelles
qui r6sult6rent de cette intrusion et de la domination qui y succeda alt6rerent et d6sint&-
grerent le caractere original de la paysannerie muhutu: 1'exclusive futjet6e par le conqud-
rant centre 1'homme de la houe et des labours s6dentaires.
Le regime de la r6partition du b6tail parmi une infinite de vassaux, grands et petits,
chacun responsible vis-a-vis d'un >, accentua la dispersion; il exigea l'utilisation,
par chaque <, d'un terrain propre ofi les vaches puissent vivre et se multiplier
sans provoquer d'interminables conflicts d'appartenance ou de responsabilit6. Le morcel-
lement excessif que provoqua ce systeme de tenure engendra chez l'occupant un sentiment
tres aigu du droit d'usage et la crainte d'etre spoli6 s'il ne reside pas sur son terrain.


Or, la dispersion des populations constitute 1'obstacle le plus important et le plus
insidieux a l'action civilisatrice.
Tant qu'elles demeureront dispersees comme elles le sont aujourd'hui, subsistera en
elles la lourde inertie centre laquelle viendront se briser toutes les tentatives d'am6lioration
de leur sort. Qu'il s'agisse d'intensifier l'action morale et d'6tendre l'enseignement, de faire
progresser l'hygiene individuelle et collective ou d'introduire des besoins nouveaux et
diversifies ce que postule l'ambition que nous avons de faire sortir le people de ce
pays de son cadre 6triqu6 toute entreprise demeurera vaine.
Le salut ne peut naltre que de pressions prudentes et tenaces vers un regroupement
progressif.


A la faveur du regroupement, se formeront des agglomerations, au sein desquelles
se d6velopperont, come ce fut dans tous les temps et dans tous les lieux, les ferments
fondamentaux du progres: l'exemple, limitation et 1'6mulation.
Le village cr6era la sensation commune d'un plus grand bien-6tre et un esprit collec-
tif d'616vation; il fera s'6panouir une vie social qui se substituera peu a peu a la mentality
exag6r6ment individualiste, hostile ou indiff6rente a toute innovation qui caract6rise si
profond6ment les populations disperses.
Il suscitera des besoins que l'individu isolM ignore, qui peuvent 8tre entretenus et
stimulus par des moyens qu'il serait impossible de mcttre en oeuvre en dehors de popula-
tions groupies. Il en sera ainsi pour l'habitation, son aspect ext6rieur, son agencement
interieur, son mobilier et les mille details qui en peuvent augmenter le confort et 1'agr&
ment. Il en sera de meme pour ce qui a trait h la nourriture et l'habillement. Le voisinage
multipliera les contacts et de ceux-ci naitront la curiosity, l'envie, la stimulation a faire
plus et mieux.
Concourant h 1'Nclosion de besoins nouveaux et a la prospirit6 6conomique, le
hameau sera le milieu propice a l'installation de boutiques indigenes, oui 1'habitant se
procurera les products necessaires a sa subsistence, multipliera et diversifiera progres-
sivement ses achats, tent par les productions varies des artisans et les 6tals des ditaillants.










Ce sont la les levains interieurs qui aideront a Pdclosion d'une veritable vie social.
Cependant, le groupement en villages facilitera aussi les apports ext6rieurs de la civili-
sation qu'une action, si opiniatre soit-elle, deployde parmi des individus 6pars, rend inef-
ficaces sinon impossible.
il permettra 1'introduction et l'application rationnelle de m6thodes d'hygiene et
d'assainissement, inconcevables en milieu coutumier disperse: il sera plus facile d'isoler
des villages atteints par l'dpidnmie que des collins h peuplement clairsem6; il deviendra
possible, avec une population rassemblee, d'adopter des measures prophylactiques g6nd-
rales, inapplicables dans l'6tat de dissemination actuel;
il facilitera l'acc6s des malades au dispensaire et en rendra plus ais6 le d6pistage et le
contr6le;
- il favorisera la fr6quentation r6guliere des 6coles et des oeuvres d'assistance social pour
la m6re et l'enfant, telles les consultations prdnatales et de nourrissons;
- il rendra possible la creation de multiples oeuvres d'dducation, d'information ou de
propaganda pour adults, qui, a d6faut d'agglomerations, seraient souvent inefficaces
voire inutiles. Ainsi en sera-t-il des reunions 6ducatives qui ne peuvent, aujourd'hui,
que tres difficilement int6resser la masse de l'int6rieur. Isoles les uns des autres,
craignant les esprits malfaisants, les fauves et les rodeurs, les paysans ne fr6quentent
guere les assemblies qui ont lieu le soir ou n6cessitent de trop longs d6placements;
- il assurera une application plus efficace de meilleures m6thodes de culture; les champs
seront mieux lotis, r6partis et surveillks; il creera des conditions propices au traitement
mecanique des r6coltes;
- il offrira plus de facility pour la r6alisation des travaux d'amenagement et d'amiliora-
tion du site ou de la colline;
- il autorisera la creation de services communaux qui, rudimentaires au debut, se perfec-
tionneront a measure des besoins.



Le regroupement des populations est une tAche malaise et d'une ampleur telle que
sa rdalisation d6borde le cadre des dix ans a venir. Ce sera avant tout une oeuvre de pru-
dence et de tenacit6, don't la r6ussite exigera une 6troite convergence des efforts de tous.
Aussi est-il pr6matur6 d'en dresser, pour l'avenir imm6diat, un programme de
rdalisation pratique. Tout au plus, peut-on tracer, d&s a present, les lignes directrices
suivant lesquelles ce programme pourra, au course de longues annees, se d6velopper.
10- Le programme de regroupement se conjuguera avec ceux du paysannat indigene (1),
des centres administratifs de chefferie (2), des centres de negoce (3) et des habita-
tions en mat6riaux durables (4).
2- Les obstacles au regroupement n'ont rien d'insurmontable, quoiqu'il paraisse de
prime abord. Ils se trouvent beaucoup plus dans l'inertie du people, qui d'ailleurs
s'allkge deji, qu'en des raisons profondes lies aux conditions d'existence des popu-
lations.
Le caractere feodal imprim6 au pays depuis l'arrivie des batutsi se d6teriore A
measure qu'y pen6trent des concepts d'origine europ6enne. Toute trace en disparaitra
quand, au regime du b6tail instrument de richesse, se sera substitute une concep-
tion 6conomique de l'l1evage, ce vers quoi il est priconis6 ailleurs (5) de tendre.

(1) cf. Liv. III, Ire Part., Chap. I, Sect. II, 3.
(2) >> Liv. I, Ire Part., Chap. VI, Sect. III.
(3) >> Liv. I, 2me Part., Chap. II, Sect. II, 3.
(4) Liv. I, Ire Part., Chap. VI, Sect. I.
(5) >> Liv. III, 2me Part., Chap. II.










La survivance du culte ancestral cedera devant les efforts d'6vang6lisation et
d'dducation, comme ce fut le cas chez la plupart des peuples primitifs mis au contact
de la civilisation chretienne. II en fut ainsi au Congo Belge, oii le culte des ancftres,
qui y 6taient honors autant qu'en ce pays, a cess6 depuis longtemps de faire obstacle
aux migrations vers des endroits plus salubres et plus propices.
30- Le programme de regroupement doit etre 6chelonn6 sur plusieurs dizaines d'annees
et devra etre amorc6 par un petit nombre d'experiences, qui seront ensuite multi-
pliees selon un plan pr66tabli, de facon h doter le pays d'un ensemble de villages
susceptibles, par le rayonnement de l'exemple et avec l'aide d'une propaganda intense,
de faire < et de se multiplier, ensuite, a travers l'ensemble du Territoire.
Dis h present d'ailleurs,- des conclusions nettement encourageantes peuvent etre
tirees des quelques essais de regroupement ddja r6alises au Ruanda, notamment dans
les territoires de Biumba, de Nianza et de Kisenyi.
40- Le regroupement sera 6troitement coordonn6 avec le paysannat indigene tel qu'il
est pr6vu sous forme de villages-pilotes, dans les regions dens6ment peupl6es,
notamment dans le Bugoye-Mulera, le Bwanamukare, le Bushiru et le Mirenge (1).
Le fait d'amener le cultivateur indigene A ne plus vivre sur sa parcelle isol6e,
loin d'etre une nuisance comme d'aucuns naguere l'ont craint, constitute au contraire
1'experience l'a prouv6 un facteur de progres don't il ne tarde pas h appr&-
cier le bienfait. Le regroupement coincidera avec une redistribution equitable des
terres de culture et de paturage, rendant possible l'instauration de parcs communaux
et l'obligation de faire paitre le b6tail en un seul troupeau, sous la garde d'indig&-
nes au service de la communaut6.
5- Le plan de r6alisation, pr6cid6 de 1'6tude minutieuse des conditions locales aux points
de vue politique et social, agricole et 6conomique, comportera une premiere phase
exp6rimentale, portant sur le regroupement des habitants d'une colline par territoire.
Chaque experience de regroupement s'inspirera d'une double ndcessit6 fonda-
mentale: l'existence d'eau potable et la possibility ais6e de l'approvisionnement en
vivres. Les points d'eau d6termineront le choix de l'emplacement et l'importance de
I'agglom6ration h cr6er. Quant a l'approvisionnement en vivres, il sera function du
programme agricole.
Le sch6ma de d6placement tiendra compete de la n6cessit6 d'assurer immediate,
ment aux populations le gite et la nourriture; a cette fin on constituera, s'il le faut,
des stocks de vivres qui compenseront l'insuffisance de la rdcolte faite sur I'ancien
terrain et l'insucc6s partiel de la premiere r6colte sur le nouveau. Le nouveau village
sera construit de facon : etre termin6 de pr6f6rence h 1'dpoque des cueillettes: les
indigenes d6plac6s r6colteront sur leurs anciens champs et engrangeront aussit6t sur
les nouveaux emplacements. Le nouveau village sera occupy, avant d'etre entierement
achev6, d&s l'instant qu'il offre un abri sommaire mais suffisant; I'achivement en
sera assure une fois les provisions et les semences en lieu stir. L'ensemencement des
nouveaux champs se fera soit pendant soit apres l'achevement du village, selon les
exigences agricoles; A cette fin, le travail sera r6parti de facon que des 6quipes travail-
lent les unes aux champs anciens, d'autres aux champs nouveaux, d'autres aux
constructions.
Les habitants de la nouvelle agglomeration seront exempts de tout imp6t
pendant un an ou deux et decharg6s de corv6es autres que celles que n6cessitent
leur installation.
60- Cette premiere phase ira de pair avec un intense effort de propaganda, la colline
experimentale devant devenir, dans chaque territoire, un centre d'attraction.
La propaganda s'inspirera de la psychologie gr6gaire du noir, beaucoup moins
r6ceptif au raisonnement qu'h l'exemple et a l'image; a fortiori, quand il s'agit de


(1) Cf. Liv. III, Ire Part., Chap. I, Sect. II, 3, a.









populations rurales. La mentality du paysan est essentiellement conservatrice : pour
le vaincre, la demonstration doit etre a son niveau, a sa portee immediate. II faudra
lui montrer des villages bien organisms et lui faire constater les avantages que leurs
habitants en retirent. II sera indispensable que la champagne de persuasion atteigne
en premier lieu les notables, en raison de l'influence qu'ils exerceront sur leurs admi-
nistres. II faudra inculquer a ceux d'entr'eux qui seront melds aux premieres
experiences un complex de sup6riorit6, fait de la conscience d'etre des pr6curseurs
dans un domaine capital pour le d6veloppement du pays.
70- La propaganda fondue sur les premieres rdalisations preparera la second phase, au
course de laquelle le programme sera mithodiquement 6tendu a plusieurs collins,
dans les diff6rentes chefferies. A cette fin, il importera que les premiers groupements
soient effectuds dans les meilleures conditions de i-eussite. Travailler en surface sur
une grande 6chelle comporterait le risque grave de rendre les masses rurales indiff6-
rentes voire hostiles a la r6forme, d6s ses debuts. C'est dire l'importance du r6le qui
income aux europeens charges de l'organisation des nouveaux centres.






























p






















CHAPITRE II


LA MAIN-D'(EUVRE







INTRODUCTION


Le problkme de la main-d'oeuvre au Ruanda-Urundi, ofi les activities 6conomiques
europdennes sont encore relativement rares, oi 1'indigene reste fortement attache sa
terre, est loin de presenter la meme ampleur qu'au Congo Belge, oi l'attirance des centres
sur le milieu coutumier est devenue telle qu'elle en compromet 1'dquilibre et la vitality.
Au Ruanda-Urundi, 1,95 % seulement de la population vit en dehors des circons-
criptions coutumieres, contre 18,31 % au Congo. Quant A la main d'oeuvre, si l'on se
rdfere au total des hommes adults, quelque 25 % de ceux-ci sont au service d'entreprises
europ6ennes au Congo, alors qu'au Ruanda-Urundi il n'en est que 13,94 %; la propor-
tion s'l66ve toutefois h 19,3 % si 1'on tient compete, outre la main-d'oeuvre employee dans
le Territoire, de celle travaillant en dehors du pays.
En v6rit6, tant que le pays ne sera pas plus industrialist, la density de la population
du Ruanda-Urundi est telle que 1'6migration d'une parties de cette population devra 6tre
envisagee sous forme de main-d'oeuvre (1) pour remidier a la surcharge du sol, don't l'ap-
pauvrissement constitute un danger croissant pour le ravitaillement en vivres. Deux obsta-
cles principaux s'y opposent : l'attachement de l'indigene a sa terre, mentality qui ne s'est
guere modifide jusqu'h present en raison de l'insuffisant d6veloppement 6conomique int6-
rieur, et certaines differences de climate avec les regions congolaises demanderesses de tra-
vailleurs. Le movement est toutefois amorc6 depuis quelques annies : dejh actuellement
il y a quelque 18.000 ressortissants du Ruanda-Urundi en service au Congo Beige, tandis
que 30.000 h 40.000 travailleurs (il y en eut 61.270 en 1940) 6migrent, chaque annie
pour quelques mois, dans les territoires britanniques.

*

Les principles dispositions 16gislatives relatives a la main-d'oeuvre sont mention-
nees ci-apres :

(1) Pour les migrations sans esprit de retour cf. pp. 10 et 11.









10 le d6cret du 16 mars 192?, d6nomm6 << decret sur le contract de travail >> s'applique
a tous les types de contract de louage de services entire indigenes et maitres civilis6s,
a 1'exception des agents indigenes au service de l'Etat qui jouissent d'un statut pro-
pre. Ce d6cret consacre la liberty des conventions, tout en y apportant certaines
limitations, telles celle relative a la durde du contract qui ne peut exc6der trois ans et
cells d6coulant de l'ordre public.
20 1'ordonnance legislative no 82/A.I.M.O. du 17 mars 1946 instaure l'organisation
professionnelle indigene et reglemente notamment les syndicats professionnels indi-
genes, les comit6s locaux de travailleurs, les commissions du travail et du progres
social indig6nes et les conflicts collectifs de travail.
30 le d6cret du 15 juin 1921 sur l'hygiene et la s6curit6 des travailleurs, rendu execu-
toire au Ruanda-Urundi par l'ordonnance no 45 du 13 novembre 1926, confere aux
autorites locales le pouvoir de prescrire les measures propres a assurer la sicurit6 et
I'hygiene de la main-d'ceuvre; les principles measures d'application en sont :
l'ordonnance no 476 bis/A.I.M.O. du 8 decembre 1940, rendue ex6cutoire au
Ruanda-urundi par l'ordonnance no 52 du 31 octobre 1941;
l'ordonnance no 21/78 du 31 juillet 1950.
40 le d6cret du ler aofit 1949, relatif aux accidents de travail et aux maladies -profes-
sionnelles, reglemente la reparation des dommages qui en r6sultent pour les travail-
leurs indigenes; ses measures d'application sont :
l'ordonnance n 21/79 du 3 aofit 1950 determinant le montant du salaire mini-
mum des travailleurs;
1'ordonnance no 21/80 du 3 aofit 1950 determinant la contrevaleur des avantages
en nature compris dans la r6mundration des travailleurs, ainsi que le minimum
vital.


Section I. MAIN-D'(EUVRE EMPLOYEE AU RUANDA-URUNDI

1. L'6volution et la r6partition de la main-d'oeuvre.

Des 109.340 travailleurs employes au Ruanda-Urundi au 31 d6cembre 1949, il y
en avait 61.024 au Ruanda et 48.316 en Urundi, soit respectivement 16 et 12 % du
nombre d'hommes adults valides, la proportion pour l'ensemble du Territoire 6tant
de 13,94 %.
A la meme date, la r6partition de cette main-d'oeuvre par categories d'employeurs
6tait celle figurant au tableau de la page 23.
Le tableau no 1 montre l'6volution de cette main-d'oeuvre et sa repartition, au course
de la p6riode allant de 1932 a 1949. (1)
Il en resort que, a ne consid6rer que les dix dernieres ann6es, la M.O.I. a plus que
double, alors que, dans le meme temps, celle du Congo Belge n'a augment que d'environ
75 %, ce qui est caracteristique du d6calage entire le d6veloppement economique de
chacun des deux pays.
Quant a la r6partition d'apres le genre d'activit6, elle marque, au course de ce mnme
temps, une evolution ascendante sensiblement plus forte en ce qui concern 1'agriculture
et le commerce que pour l'industrie. La M. 0. I. permanent occupde dans 1'industrie
represente un peu plus du tiers du total, alors qu'au Congo, la proportion atteint pros de
la moitid, ce qui est l'indice, cette fois, d'une difference de structure entire les deux econo-
mies, l'une 6tant plus nettement ax6e que 1'autre sur 1'exploitation industrielle. Les tra-
vailleurs miniers interviennent pour 54 % de la main-d'oeuvre industrielle du Ruanda-
Urundi, centre 42 % au Congo, ce qui est significatif de 1'evolution plus poussie de la
Colonie, ot 1'activit6 industrielle est ddjh moins 6troitement lide que dans le Territoire
sous Tutelle A 1'extraction des resources minerales du sous-sol.
(1) Lire tableau No 5, 99












Travailleurs permanents

Industrie (1)
Agriculture
Commerce
Missions
Administration
Divers

Total

Travailleurs non permanents
Administration
Missions
Particuliers (2)

Total


Total Gendral

M. 0. I. des Entreprises Minidres.
(comprise dans les chiffres
ci-dessus).
travailleurs permanents
( compris dans (1)
travailleurs non-permanents
( compris dans (2)

Total


Portage (equivalent en hommes/ann&e)


Ruanda Urundi Total


18.667 5.883 24.550
7.041 1.687 8.728
3.398 4.173 7.571
7.333 6.280 13.613
6.984 6.280 13.264
1.055 2.235 3.290

44.478 26.538 71.016


5.263 9.870 15.133
3.435 4.794 8.229
7.848 7.114 14.962

16.546 21.778 38.324


61.024 48.316 109.340





12.051 1.437 13.488

2.121 312 2.433


14.172 1.749 15.921


1.509


2. La stability de la main-d'oeuvre.


La main-d'oeuvre employee en 1932 au Ruanda-Urundi comprenait 5.167 travail-
leurs permanents et 13.267 non-permanents; fin 1949, ces chiffres 6taient devenus respec-
tivement 71.016 et 38.324. Ainsi, de 1932 a 1949, le nombre des permanents cst pass de
28 % a 65 %.du total des travailleurs.

Il imported de noter que le terme < permanents >> ne d6signe pas exclusivement des
travailleurs engages sous contract et prestant leurs services de faqon ininterrompue; s'il en
est un certain nombre qui r6pondent A cette definition, surtout dans l'industrie miniere,
ils sont loin de constituer la majority. En fait, le terme s'entend par opposition a celui de
< non permanents > qui vise les travailleurs auxquels les entreprises ont recour; pour reali-
ser des travaux exceptionnels. Ce dernier mode .de recrutement, qui fut 1'un des obstacles


Ruanda


Urundi


Total


















EVOLUTION DE LA M. O. I. A L'INTERIEUR


TRAVAILLEURS PERMANENTS


Agriculture


Commerce


Missions


i 1 I i I I


899

646

594

811

877

984

1.204

2.069

1.603

3.552

4.205

6.176

7.542

8.108

10.212

8.803

7.289

8.728


468

529

428

469

702

1.232

1.445

1.667

1.718

1.964

1.900

2.280

2.447

3.407

3.379

5.004

5.869

7.571


751

779

750

979

1.630

3.223

4.026

4.033

5.399

5.859

7.699

7.888

8.497

8.154

10.082

12.207

14.215

13.613


Adminis-
tration


1.788

1.700

1.778

1.543

1.520

1.961

1.960

2.659

2.578

3.101

3.925

4.183

4.108

4.829

5.042

5.716

7.178

13.264


TABLEAU No5 5.


DU PAYS PAR CATEGORIES PROFESSIONNELLES.


"-I-- _________


_______________ I


Divers


696

896

886

939

914

1.289

1.864

1.616

1.748

1.744

1.827

2.196

3.074

2.752

2.968

2.810

3.308

3.290


Total


TRAVAILLEURS NON-PERMANENTS


Adminis-
tration


Missions


Parti-
culiers


Total


I----I I I-- ~ -~-- ii -


5.167

5.589

6.104

7.470

11.177

19.622

27.568

26.710

31.080

38.582

45.500

43.630

42.604

44.640

46.247

51.948

59.515

71.016


7.900

8.225

10.301

11.686

13.743

18.187

13.985

13.021

11.533

9.027

15.015

17.570

14.803

15.763

15.583

15.327

16.583

15.133


1.998

1.646

1.846

3.360

3.995

3.966

3.572

3.849

3.398

3.970

4.954

5.658

5.964

6.782

6.179

7.964

7.363

8.229


3.377

4.602

8.307

11.298

13.943

12.863

6.037

7.056

11.311

13.585

18.019

13.951

13.636

15.060

14.352

15.422

14.598

14.962


13.275

14.473

20.454

26.344

31.681

35.016

23.594

23.926

26.242

26.582

37.988

37.179

34.403

37.605

36.114

38.713

38.544

38.324


TOTAL
GENERAL


18.442

20.062

26.558

33.814

42.858

54.638

51.162

50.636

57.322

65.164

83.488

80.809

77.007

82.245

82.361

90.661

98.059

109.340


I I I _________________ I I -"I ____________ S _I I_ ______________________


Industrie


ANNEE


1932

1933

1934

1935

1936

1937

1938

1939

1940

1941

1942

1943

1944

1945

1946

1947

1948

1949


TOTAL
M. A. V.
recens6s


722.966

751.869

765.852

776.290

787.788

805.693

816.810

819.387

829.524

827.543

828.385

808.615

738.068

738.390

794.120

783.913

784.252

783.848


565

1.039

1.668

2.729

5.534

10.933

17.069

14.666

18.034

22.362

25.944

20.907

16.936

17.390

14.564

17.408

21.656

24.550


% de tra-
vailleurs
par rapp.
auxM.A.V
recenses


2,55

2,67

3,46

4,36

5,44

6,78

6,26

6,18

6,91

7,87

10,07

9,99

10,43

11,14

10,37

11,56

12,50

13,94









principaux h l'amelioration du rendement des travailleurs, eut la preference pendant de
nombreuses ann6es, tant que rien ne n6cessitait une main-d'oeuvre stable. MWme quand les
besoins se mirent a croitre, ce systeme pr6valut encore, ainsi qu'en temoigne le Rapport
sur l'Administration du Ruanda-Urundi en 1936, oi l'on relive le fait que le nombre
<< des travailleurs journaliers est rest beaucoup plus 6lev6 que celui des travailleurs per-
<< manents. > Le rapport ajoute qu' il y a lieu de s'en rejouir car au point de vue social, il
<< est pr6ferable que les ouvriers rentrent chez eux chaque soir et continent A vivre de la
vie de famille >. (1)
On s'aperqut cependant, peu apres, qu'il 6tait impossible de s'en tenir plus long-
temps a un tel regime de precarit6. Le retirement est exprim6 dans le Rapport de 1938,
qui mentionne que I'Administration a poursuivi ses efforts en vue d'amener la stabili-
station de la main-d'oeuvre. A cet effet, elle a favoris6 la substitution d'engagements
o prolongs, d'une duree d'un an au moins, a l'embauchage journalier. Une evolution
s'est ainsi op6r6e, qui a eu des consequences heureuses.
1. Le movement qui faisait se succeder des dizaines de milliers de natifs sur des
<< chantiers oui il n'en fallait que quelques milliers a cess6. Une enquete a 6tabli qu'aupa-
<< ravant une seule soci&t6 miniere avait dfi organiser un roulement parmi 50.000 hommes
pour en avoir 6.000 constamment presents sur le terrain. Le gaspillage de temps et de
<< main-d'oeuvre qui caract6risait de pareilles pratiques devait prendre fin, d'autant plus
<< que celles-ci desorganisaient aussi le travail des champs.
2. Les chefs et les sous-chefs connaissent d6sormais avec certitude les effectifs sur
lesquels ils peuvent computer pour les travaux de leurs communautis.
3. Une main-d'oeuvre sp6cialis6e s'est cr66e, d'un rendement bien superieur a
celui des temporaires. > (2).
Ces considerations restent valables bien qu'elles concernent quasi exclusivement les
travailleurs des entreprises minieres.
Danris les autres secteurs de l'activit6 6conomique on ne recourt guere a des engage-
ments h duree d6terminde: les ouvriers, sans contract, travaillent a la journ6e et sont g6n6-
ralement pays apres 30 journ6es de travail qui se repartissent parfois sur plusieurs mois.
Les employers sont ainsi amends a multiplier les cartes de travail, alors que bon nombre
de leurs d6tenteurs ne s'en servent que pour.echapper aux obligations coutumieres pr6tex-
tant, dans le meme temps, de ces obligations pour ne pas travailler dans l'entreprise oi
ils sont engages.
Les abus de ce genre ne peuvent etre combattus, tant dans l'inter6t des chefferies que
dans celui des employers, qu'en substituant progressivement 1'engagement par contract
6crit au systeme actuel des engagements journaliers.
L'Administration y poussera de tout son pouvoir. Mais, pour que la masse des tra-
vailleurs demeure int6gr6s dans la vie coutumiere, h 1'inverse de la main-d'oeuvre des
centres ou des camps, le contract ecrit portera sur trois cents journees de travail a prester
a raison de 21 jours par mois. Jouissant de journdes r6gulieres de liberty complete et dis-
penses de toute corv6e coutumiere, les indigenes embauch6s de la sorte ne seront astreints,
avec l'aide de leur femme, qu'a maintenir sous culture la terre qu'ils occupent et, le cas
6cheant, a entretenir leur champ de caf6.
En vue d'encourager cette forme de recrutement, le taux de l'imp6t de capitation
a 6t6 r6duit, a partir de 1950, de 50 % en faveur des indigenes engages sous contract icrit
d'une durie de trois cents jours.

3. Le rendement de la main-d'oeuvre.

La faible importance num6rique de la population salariee du Ruanda-Urundi ne
minimise pas la gravity de l'insuffisance de son rendement.

(1) cf. Rapport 1936 p. 118
(2) cf. Rapport 1938 pp. 131, 132.


, 26









II n'est pas excessif d'affirmer que c'est le d6velopement 6conomique et social du
pays dans son ensemble qui est en cause. Ce rendement deficient, qui se revele surtout dans
une parties encore fort restreinte de la population la main-d'oeuvre est en rdalit6 le
reflet d'une situation qui s'dtend A toute la population active du Territoire.
Cet 6tat de choses, aggrav6 au Ruanda-Urundi par des facteurs particulierement
defavorables notamment l'intervention plus tardive qu'ailleurs de l'influence europ6en-
ne se retrouve A des degr6s divers dans tous les territoires africains.
De nombreuses 6tudes ont 6td consacr6es A ce probleme et toutes aboutissent A ran-
ger parmi ses elements essentiels: les obstacles li6s A la psychologie et aux traditions coutu-
mitres de l'indig6ne, les d6ficiences de son etat sanitaire et de son alimentation, les
carences de sa formation professionnelle.
En plus des remedes qui doivent ftre recherch6s et appliques dans chacun de ces
domaines, d'autres facteurs devront contribuer a l'dlevation de la productivity du travail-
leur indigene; ce sont: 1'adoption d'une politique de r6muneration adequate, I'ameliora-
tion des conditions de travail, notamment du logement, et l'organisation de 1'inspection
du travail.

Avant d'entamer, dans les paragraphes suivants, l'analyse de ces divers points, il
s'indique de citer quelques chiffres, tirds d'exp6rimentations locales, qui ddfinissent mieux
l'ampleur du probleme, en ce qui concern le Ruanda-Urundi:
- le paysan muhutu laboure en une journde environ 250 a 500 m2, suivant la nature du
terrain et la profondeur du labour, alors qu'autrefois la tache de l'ouvrier europeen
correspondait A quelque 6 a 8 ares de labour A la beche;
- le paysan muhutu rdcolte de 4 a 5 ares de sorgho, de mais ou de haricots, alors que
l'europ6en fauche a la main quelque 35 ares de froment, de seigle ou d'avoine;
- 10 travailleurs bahutu font environ 1.500 briques par jour, soit 150 par homme/jour,
alors que 3 europdens font 1.000 briques A 1'heure, ce qui reprdsente 2.600 briques par
homme/jour;
- un maon muhutu place en moyenne 150 briques par jour, alors qu'un europden peut
en placer ais6ment 1.500.
Bien que les donnees disponibles ne permettent que difficilement d'itablir des rela-
tions chiffrees, il semble que le rendement de l'indigene du Ruanda-Urundi soit en moyenne
infdrieur A celui d'autres regions africaines; il ne peut 6videmment s'agir que de differences
de degr6s, variables de cas a cas, la d6ficience par rapport a la productivity du travailleur
europ6en 6tant constatde partout.
Ainsi, dans un rapport de Mr. Armistead M. Lee, vice-consul am6ricain A Dakar
(1) on trouve des appreciations analogues en ce qui concern les travailleurs de l'Afrique
occidentale franaise: les avis varient, constate ce rapport, quant au nombre de travail-
leurs indigenes qu'il faut employer pour accomplir le travail d'un seul blanc, mais la
proportion donn6e est g6neralement celle de 5 A 1.
En Afrique orientale britannique, les constatations sont identiques. Sir Granville
Orde Browne note que (2) < le probleme dominant en Afrique orientale, c'est le niveau
< d6plorablement bas de rendement du travailleur; il s'agit ici de la productivity extra-
<< ordinairement faible du pays tout entier. Ce point a toujours 6t6 une faiblesse per-
<< ceptible de l'dconomie de I'Afrique orientale, mais cette faiblesse s'est gravement
<< accentu6e du fait des conditions de guerre.
L'6cart, par rapport au rendement obtenu dans les pays civilises, est beaucoup plus
frappant encore si l'on tient compete de l'aide apportee par la technique moderne. Ainsi,
l'agriculteur americain, utilisant cette technique, atteint un rendement 6gal a celui de
3,5 paysans frangais, de 50 paysans tonkinois ou de 80 A 100 paysans congolais.

(1) Cit6 dans le Rapport du B. I. T. sur salaires minima>, pr6sent6 a la Conference Africaine du Travail, Elisabethville juillet 1950, page 3.
(2) < p. 15.










Une conclusion se degage a l'dvidence des indications fournies par les 6tudes con-
sacr6es au problkme de la productivity du travailleur noir : << dans toute l'Afrique
<< central, les memes plaintes se font jour au sujet du manque de rendement des travail-
<< leurs africains. L'6tendue du mal indique clairement qu'il ne peut provenir unique-
<< ment de causes locales, ni de particularit6s propres a une peuplade d6terminee. > (1).

A. OBSTACLES D'ORDRE COUTUMIER.

Les populations du Ruanda-Urundi, dans leurs activities traditionnelles, ignoraient
l'organisation du travail en vue du rendement individual.
Les prestations qui devaient 8tre fournies par les sujets a leurs chefs politiques ou
par les clients A leur maitre 6taient en effet d6termin6es non par individu mais par famille.
Celle-ci 6tait tenue a un certain nombre de journees de prestations pour l'ex6cution
desquelles il incombait au chef de famille de designer un ou des membres du group, avec
faculty de se faire remplacer. Il fallait que le travail s'executat, mais le nombre de bras
disponibles 6tait tel qu'aucune importance n'6tait accordde a la foule de ceux qui y
prenaient part ni au temps qui y 6tait consacrd. De plus, 6tant dii, il n'impliquait aucune
remuneration.
Ce regime suffisait aux besoins de la socidtd indig6ne coutumiere, mais il excluait
l'individualisation des teaches et la regularity de l'effort, 616ments essentiels sur lesquels
est fondue l'efficience du travail selon toute conception rationnelle.
L'occupation allemande n'ayant guere modifi6 cet 6tat de choses, I'Administration
belge, devant l'ampleur et l'urgence des teaches auxquelles elle avait a faire face, ne put
dans les premiers temps border la realisation de reformes profondes, que l'absence de
tout recensement rendait d'ailleurs provisoirement impossible. Aussi fallut-il construire
des routes, 6tablir des boisements, drainer des marais, en se contentant, sans pouvoir
remedier d'emblee a la pratique ndfaste du replacement, de recourir a de la main-
d'oeuvre recrut6e et conduite par les autorit6s indigenes.
La rdforme du regime du travail, lentement amorc6e par l'Administration, fut
acceldree sous l'impulsion des entreprises privdes, pour lesquelles le rendement normal
de la main-d'oeuvre, fond6 sur la r6gularit6 du travail sans possibility de replacement,
est devenu un postulat de plus en plus imp6rieux.
L'habitude du travail gr6gaire continue cependant de marquer fortement la main-
d'oeuvre de ce pays, car la masse des individus, rest6e fruste et craintive, n'est guere
accessible a une amelioration don't le sens lui dchappe. D'autre part, bon nombre d'au-
torites coutumieres persistent a se montrer hostiles ou retives h l'6gard des engagements
reguliers de travailleurs; elles redoutent, en effet, les pertes de bras pour les prestations
en travail et les travaux d'int6rft g6ndral qui leur incumbent et qui, selon la m6thode
traditionnelle, sont ex6cutes sans souci d'6conomie de main-d'oeuvre.
Un autre obstacle d'ordre coutumier rdsulte de la survivance du contract de bail a
cheptel, par lequel 1'indig6ne pauvre se lie, en vue d'acqudrir une vache, vis-a-vis d'un
proprietaire de b6tail, s'astreignant, lui et ses heritiers, a prester a son maitre des services
qui vont de quinze a soixante jours par an, sans possibility de rachat.
Sans doute, l'6volution de la mentality coutumiere se poursuit-elle insensiblement,
mais il serait utopique d'escompter qu'on pourra inculquer h la masse indigene une ra-
tionnelle conception du travail autrement que par des efforts patients et tenaces r6pet6s
pendant tres longtemps encore.






(1) Rapport du B. I. T. sur <>,
pr6sent6 a la Conf6rence Africaine du Travail, Elisabethville juillet 1950, p. 4.'










B. DIFICIENCE SANITAIRE ET ALIMENTAIRE.


La constitution peu robuste du travailleur, qui r6sulte A la fois d'un regime alimen-
taire deficient et de son mauvais 6tat de sant6, est l'une des principles causes de son faible
rendement.
C'est qualitativement surtout que l'alimentation s'av6re insuffisante, ainsi que
l'expose le chapitre consacrd a ce probleme (1), et les 616ments qui lui font defaut sont
pr6cis6ment ceux qui conditionnent 1'6nergie musculaire de l'individu. L'organisme rendu,
par la malnutrition, peu resistant, est d'autant plus expos aux effects d6bilitants de la
maladie, notamment du paludisme et des verminoses intestinales (2).
Ce point a &t6 mis en lumiere de fagon tres claire dans 1'etude sur le rendement de
la main-d'oeuvre africaine entreprise, pour le < << Un chapitre de cette 6tude est consacre aux aspects mddicaux du manque de rendement.
<< L'auteur y analyse les effects products dans le corps human par une dficience alimentaire
<< grave et prolong6e. Suivant les observations recueillies, la majority des enfants africains
<< souffrent, souvent depuis l'age de six mois, d'une sous-alimentation plus ou moins
<< prononc6e, plus ou moins longue. Au course de cette periode, les enfants ne gagnent
<< pas en poids comme il faudrait. Leur peau pilit, leurs cheveux cessent d'etre noirs et
<< cr6pus pour devenir bruns et soyeux. Ces changements sont accompagnes d'alt6rations
du sang, de lesions du foie, du pancreas et des reins. Beaucoup d'enfants surmontent
ces troubles et peuvent, avec un bon regime alimentaire, retrouver int6gralement leurs
<< aptitudes physiques et intellectuelles, mais un grand nombre d'autres enfants ne gu6-
<< rissentjamais completement. Leur apparence est normal et l'examen clinique ne revele
<< rien. Leur comportement est apathique. A leur mort, l'autopsie r6vele une structure
<< anormale du foie, du pancreas, des reins, des glandes salivaires et endocrines. Sur 500
<< travailleurs des chemins de fer du Kenya examines, 207 pr6sentaient certain signes de
< d6ficience alimentaire perceptibles sur leur 6piderme.
L'enqufte don't question ci-dessus s'est effectu6e en Afrique orientale, mais Sir
Granville Orde Browne, dans son rapport sur l'Afrique occidentale, attribue 6galement
< le manque de rendement des travailleurs de cette region A une d6ficience alimentaire,
et M. Armistead Lee fait de meme pour les peuhls ou foulahs de l'Afrique occidentale
<< franqaise. Il s'agit donc bien d'un ph6nomene general. >> (4)
II est remarquable de constater, a cet 6gard, que dans les entreprises oui la ration
est distribute en nature, oi l'Ntat sanitaire du travailleur est l'objet de soins particuliers,
la main-d'oeuvre t6moigne de moyennes pond6rales plus 6levees, de pignets plus normaux
et d'une morbidity plus faible qu'ailleurs.
Il est plus significatif encore de reliever le fait que les banyaruanda et les barundi
transplants au Congo Belge atteignent, au service des entreprises qui les ont recrut6s,
des rendements analogues a ceux des travailleurs congolais de ces memes exploitations,
grace au regime alimentaire plus riche et plus 6quilibr6 don't ils b6ndficient. C'est ce
qu'6tablissent les observations effectu6es systematiquement sur des individus, recrutes
au Ruanda-Urundi par une important soci6t6 miniere congolaise, qui sont soumis, avant
d'etre envoys dans la Colonie, A une p6riode d'entrainement. Cette periode comporte
d'abord deux mois pendant lesquels la recrue mange au rdfectoire, puis un cong6 de
marriage d'un h deux mois, auxquels succedent les deux derniers mois d'entrainement;
au course de ceux-ci le travailleur mange au camp la nourriture prdparde par sa femme,
don't la formation m6nagere est assure par des monitrices attaches A 1'entreprise. Sur


(1) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. III, Sect. I.
(2) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. VII, Sect. II.
(3) <> C. H. Northcott Colonial Research Publications no 3 -
His Majesty's Stationary Office 1949.
(4) Rapport du B. I. T. sur Le rendement de la main-d'ceuvre africaine et la question des salaires minima>>
pr6sent6 a la Conf6rence Africaine du Travail (Elisabethville -juillet 1950) page 7.










ce laps de temps de quelque six mois, le rdsultat des observations m'dicales fait apparaltre
une augmentation moyenne de poids de 3 Kgs sur 60, tandis que le pignet atteint la nor-
male et que le rendement arrive A 6galer celui du travailleur congolais. (1)
Le programme d6cennal d'action midicale et prophylactique (2), qui prdvoit
notamment l'accentuation de la lutte centre la malaria et se doublera d'un effort consi-
derable dans le domaine de l'6ducation et de la propaganda en matiere d'hygiene, aura
indirectement une incidence tres favorable sur le rendement de la main-d'ceuvre. II en


(1) Le tableau suivant, extrait de nombreux autres semblables, illustre les resultats obtenus par le regime
de surnutrition que cette soci6t6 applique a ses recrues.

Poids pendant l'entrainem. Durde du Poids au
Pignet au recrutement cong6 de retour Pignet au depart au
1 mois 2 mois 3 mois 4 mois marriage de cong Katanga

170 -(60 + 86) =24 67 1 mois 67 170 (67 + 86) = 17
169 (66 + 84) =19 69 1 mois 68 169 (66 + 85) = 18
169- (60 + 84) =25 65 1 mois 68 169 (67 + 85) = 17
177- (68 + 87) =22 76 1 mois 75 177 (74+ 88) = 15
163- (58 + 85) =20 62 60 1 mois 60 163- (62 + 85) = 16
160- (57 + 88) =15 62 2 mois 64 160- (65 + 89) = 6
165 -(55 + 85) =25 62 2 mois 61 165 (62 + 85) = 18
174- (70 + 93) = 11 72 73 1 mois 72 174 (72 + 92) = 10
165- (57 + 86) = 22 61 3 mois 62 165- (62 + 86) = 17
167-(66 + 85) = 16 69 69 2 mois 66 167 (67 + 85) = 15
157-(55 + 86) = 16 59 61 61 1 mois 59 157 (60+ 87) = 10
169- (63 + 86) =20 68 1 mois 66 169- (66 + 88) = 15
172- (63 + 87) =22 67 2 mois 69 172- (70 + 87) = 15
173 (63 + 89) = 21 67 68 2 mois 63 173 (65 + 90) = 18
166 (63 + 88) = 15 66 2 mois 64 166 (65 + 88) = 13
170- (64 + 86) = 20 67 2 mois 69 170- (69 + 86) = 15
173-(72 + 93) = 8 75 1 mois 74 173-(74+ 94)= 5
161 (60 + 87) =14 66 1 mois 65 161 (64 + 87) = 10
169-(70+ 90) = 9 75 1 mois 75 169 (72 +.90) = 7
170 (59 + 85) = 26 60 62 65 1 mois 64 170 (64 + 85) =21


Ces chiffres appellent le commentaire suivant:
Au course de la premiere p6riode, correspondent au premier type de ration, l'ascension pond6rale
se fait en fleche ( 4 Kgs. en moyenne durant le premier mois ), pour se stabiliser ensuite ou augmenter
tres 16gerement durant le deuxieme ou troisieme mois.
Par centre, dans certain cas, on voit apres le premier mois de monte en fleche, c'est-a-dire au
debut de la mise au travail, une 16gere regression de poids qui va de pair avec une augmentation
progressive de la tAche sur chantiers. Cependant, malgrd cette regression, le poids reste supdrieur
a celui note lors de l'engagement.
L'influence du cong6 de marriage est moins facile a d6finir en ce qui conserne l'6volution pond6rale,
notamment parce que la dur6e de ce cong6 varie pour chacun. D'une maniere g6ndrale, plus il est
long, plus l'individu a tendance a perdre ce qu'il a gagn6 au camp. Il n'existe que de rares cas of la
recrue, apres un cong6 de marriage particulibrement prolong ( 6 mois ) soit revenue avec un poids
inferieur a celui de l'engagement. Certains garden intact le b6ndfice de leur s6jour au camp: g6nd-
ralement ce sont des gens mari6s et peut-8tre des habitudes plus r6gulibres de vie interviennent-elles
dans leur cas.
Une fois rentr6 de cong6 et soumis h la ration du type congolais riche en farine de mais qu'ils n'ont
pas coutume de manger, on voit certain individus r6gresser en poids au d6but pour le regagner par
apres. Cette r6gresgion ne concern cependant qu'une infime minority de cas dans lesquels vraisem-
blablement les femmes s'adaptent difficilement au mode de preparation de la nourriture enseign6
par les monitrices.
Pendant cette second periode, la croissance pond6rale est moindre que durant la premiere et elle
est function de la dur6e du s6jour au camp. Tenant compete de cette constatation, il fut d6cid6,que
cette second p6riode serait prolong6e de 1 mois a 2 mois.
(2) cf. Liv. I, 1re Part., Chap. VII, Sect. IV.










est de meme pour le programme alimentaire (1) don't le but est d'atteindre, d'ici h la hn
des dix prochaimes ann6es, une production vegetale et animal susceptible d'assurer une
alimentation plus complete et plus 6quilibr6e, remediant aux lacunes actuelles.



Parallklement a la r6alisation de ces programmes qui interessent l'ensemble de la
population indig6ne, il est souhaitable que certaines modifications soient apporties aux
obligations des employers en ce qui concern la ration de leurs travailleurs. Le d6cret
du 16 mars 1922 prescrit au maitre de fournir a !'engage une nourriture saine et suffisante
qui peut ftre remplac6e par sa contrevaleur en especes, sauf dans les regions d6termindes
par le Gouverneur. Or, dans un pays oui la d6ficience alimentaire est l'un des facteurs
principaux de l'insuffisance du rendement de la main-d'oeuvre, l'application du principle
de la contrevaleur est d'autant moins indiqu6 que l'indigene fait g6ndralement un mauvais
usage de la ration qu'il recoit en especes. Aussi l'obligation de remettre la ration en nature
a-t-elle 6t6 instaurde au Ruanda-Urundi, en vertu de l'ordonnance no 21/78 du 31 juillet
1950, don't les principles dispositions a ce sujet sont les suivantes:
- Le maitre a l'obligation de nourrir l'engag6, nonobstant toute stipulation contraire;
- La remise de la ration en nature n'est pas obligatoire:
lorsque le salaire net de l'engag6 est 6gal ou sup6rieur a 650 frs. par mois ou 25 frs.
par jour,
lorsqu'il s'agit soit de travailleurs agricoles soit de travailleurs affects de fagon
permanent a des travaux reput6s 16gers, a condition qu'ils present leur services
dans leur sous-chefferie d'origine ou a moins de 5 Kms. du lieu de leur residence
habituelle;
- Sauf pour le personnel domestique, la remise de la ration en nature est obligatoire
nonobstant toute stipulation contraire :
en totality ou en parties suivant decision du R6sident, dans les cas oi l'engag6 ne
se procure pas sur place tous ou certain des l66ments entrant dans la composition
de la ration,
en totality aux travailleurs employs dans les chantiers d'exploitation ou de pros-
pection minieres,
en totality aux recrutes et aux engages au course de leur acheminement vers le
lieu de travail.
Outre ces obligations, il serait souhaitable que les exploitants occupant au moins
trente travailleurs soient tenus de fournir chaque jour un repas chaud, don't 1'exp6rience a
prouv6 1'heureux effet sur la resistance physique et le rendement de la main-d'oeuvre. La
valeur de ce repas chaud viendrait en deduction de celle de la ration a laquelle est tenu
1'employeur. Comme la ration en nature, le repas chaud cesserait d'etre obligatoire a
partir d'un certain niveau de r6mun6ration.

C. CARENCE DE FORMATION PROFESSIONNELLE.

< II a 6t6 dit maintes fois>>, relive le rapport pr6sent6 par le B. I. T. h la Conf6-
rence Africaine du Travail (Elisabethville-juillet 1950), << que le travailleur africain a
< pour principal handicap sa profonde ignorance de toute technique. Il ne peut remplir
< efficacement sa tache qu'apres un certain degrd d'instruction. Le gain obtenu par l'effet
< de l'instruction professionnelle est si evident que dans les mines de Johannesburg ofi
< les travailleurs ne sont normalement employes que pendant neuf mois, deux mois sur
< ces neuf sont consacr6s a instruire des contremaitres indigenes qui ont pour charge
< d'instruire a leur tour les nouveaux travailleurs. L'instruction technique a pour effet
< de reliever le travailleur a ses propres yeux. Elle le relive aussi aux yeux des autres,

(1) cf. Liv. I, 1re Part., Chap. III, Sect. II.










<< ce qui est un 6lkment tres important pour les travailleurs africains. Ce r6sultat consti-
<< tue un reclassement social, et la satisfaction que le travailleur 6prouve ensuite A
< exercer son m6tier est un facteur tres effectif de rendement. >
Le progres dans le domaine de la formation professionnelle r6sultera des efforts
conjug6s de l'Etat et des entreprises priv6es.
A l'Etat income l'oeuvre d'enseignement proprement dit : le Plan D&cennal
pr6voit A cet 6gard une orientation plus pratique de l'enseignement primaire, le d6velop-
pement de l'enseignement professionnel et la formation intensive d'un personnel ensei-
gant qualified en nombre suffisant.
Le chapitre relatif A 1'Enseignement en fournit le detail (1). On est pri6 de s'y r6f6rer.
A l'employeur revient le r6le d'apprendre au travailleur, d6s son arrivee sur le lieu
du travail, avec toute la psychologie et la competence n6cessaires, les pratiques les plus
usuelles de son m6tier. La bonne volont6 ne suffit pas dans ce domaine : tout m6tier
s'apprend, et plus encore ici qu'ailleurs, puisque ni l'atavisme, ni les habitudes du
<, milieu ne sauraient, de longtemps, y jouer le r6le de catalyseur de l'effort qu'ils rem-
< plissent dans les pays 6volu6s > (2), (3).


D. DEFAUT DE QUALIFICATION.

La demand de travailleurs s'&tant faite tr&s forte ces dernieres ann6es, notamment
par suite du boom de la construction et la suppression radical des requisitions, beaucoup
d'employeurs se livrerent A la d6bauche de main-d'oeuvre et A la surenchere des salaires.
Un des resultats les plus regrettables de ces proc6d6s fut l'aggravation de la dis-
proportion entire les r6mundrations des diff6rentes categories : exag6ration de certain
baremes, insignifiance des autres. Ils favoris6rent d'autre part, l'acc6s aux chantiers d'une


(1) cf. Liv. I, ire Part., Chap. VIII.
(2) Rapport de la d6l6gation de l'Afrique Equatoriale Frangaise A la Conference Africaine du Travail
( Elisabethville -juillet 1950 ) p. 94.
(3) Une important contribution a l'6tude du problme de la productivity du travailleur africain a 6t6 four-
nie par Mr. Stanton, dans un article public par la revue sud-africaine The British Foundryman )>
reproduit par le Bulletin du D6partement de la main-d'oeuvre du Kenya ( no d'octobre 1948 ).
Cette 6tude est le fruit des observations faites par l'auteur au Natal pendant la guerre, au course de
laquelle il fut amen6 A former A un rythme rapide plusieurs centaines d'indigenes A des travaux semi-
qualifi6s A base de r6p6tition.
Pour arriver A chiffrer, en terms de rendement, l'importance de la stability des travailleurs et celle
des measures de selection et de formation professionnelles, l'auteur se base sur un apprentissage normal
qui, dans le cas d'un travail manuel A base de rep6tition, permet d'obtenir un rendement normal en six
semaines, pour un travailleur europ6en; << apres ce temps >, remarque l'auteur, << il n'y a plus d'amelio-
ration appreciable. Au course d'une p6riode de travail de douze mois, la totality du travail effectu6
repr6sente 97 % du rendement continue optimum d'un travailleur europ6en .
<< Or, les r6sultats de tres nombreuses experiences faites par l'auteur l'ont amen6 A constater qu'un
<< bon travailleur indigene demand une fois et demie le temps indiqu6 ci-dessus pour apprendre A faire
son travail. Son rendement normal, lorsqu'il est complktement instruit, repr6sente environ 85 pour cent
de celui d'un europ6en. Au course d'une p6riode de douze mois, sa production repr6sente 81 pour cent
du rendement normal d'un travailleur europ6en.
<< Cette proportion ne vaut pas dans tous les cas. II arrive parfois qu'un indig6ne atteigne le rythme
< normal de progres et de rendement d'un europ6en, mais, d'un autre c6te, certain europdens d6passent
< le degr6 de rendement mentionn6 de 25 pour cent. D'ailleurs, la productivity moyenne des indigenes
< engages par contract verbal, c'est-A-dire pris au hasard, est tres inf6rieure A 85 pour cent. D'apres les
<< r6sultats enregistrds au course d'une longue p6riode, la productivity peut 8tre 6valu&e A 65 pour cent
<< et la p6riode d'apprentissage de ces indigenes se prolonge pendant trois mois. Leur production total,
< au course d'une p6riode de douze mois, s'6leve seulement A 60 pour cent du rendement normal continue
optimum d'un travailleur. Cette production ne peut 6videmment etre obtenue que des indigenes qui
<< restent douze mois au travail.>










multitude de parasites sans competence, camedlons du travail, changeant r6gulierement
de maitre pour r6clamer, a chaque nouvel engagement, des augmentations de gages,
se d6clarant tour a tour, au gr6 de leur caprice et suivant les variations de 1'offre et de
la demand, masons, 6b6nistes, chauffeurs ou 6lectriciens.
L'organisation des jurys de qualification vise a porter remade a ces abus.
Les jurys de qualification, qui se fixent pour tAche de faire subir aux artisans des
divers corps de m6tier un examen h l'issue duquel il est status sur leur habilet6 profes-
sionnelle, r6gulariseront peu k peu cette situation en dotant les ouvriers compitents de
cartes ou certificates, en 6cartant les amateurs et les vagabonds et en proposant aux em-
ployeurs des baremes de salaires fondes sur les resultats des 6preuves de qualification.
Le Gouvernement, don't la position dans ce domaine fut d6finie notamment par
les Conseils de Gouvernement de 1948 et 1949, a d6cid6 de donner son appui le plus
complete aux jurys constitu6s. II s'est toutefois jusqu'ici refus6i lIgifrrer, craignant de
porter atteinte au librejeu de l'activit6 6conomique. II estime que la creation et le fontion-
nement des jurys de qualification, de mame que application des baremes de salaires
qu'ils 6tabliraient, sont du resort de l'initiative privee.
On comprend, d&s lors, combien le succes de institution depend de la bonne foi des
employers, du < fair play > avec lequel ils consentent a appliquer les decisions dujury et
a parfois y sacrifier, en vue du bien general, leurs int6rets du moment. Seule une sincere
et adequate << mentality social > des patrons rendra efficaces les conclusions theoriques
des jurys.
Au Congo Belge, des jurys ont &t6 cre6s a Elisabethville et h Costermansville ; ils
ont about a des r6sultats appriciables, que limited cependant 1'insuffisant esprit de coop6-
ration des employers. Ces jurys comprennent des ddl6guis des employers, pour les
diff6rents corps de mitiers, et des d6~lgu6s du Gouvernement. Ils jugent sur l'ex6cution
d'une piece, construction d'un pan de mur pour les masons, fabrication d'un meuble
ou autre objet pour les menuisiers, etc. avec diverse modalit6s et exigences suivant la
cat6gorie a laquelle le candidate pretend acc6der. Sur un maximum donn6, une parties
des points est consacree au rendement, une autre h l'ex6cution, une troisieme, dans cer-
tains cas, a la theorie. Le Gouvernement a contribud aux travaux de ces jurys : ses d616-
gu6s les ont conseill6s, aides, guides. Les certificates ou cartes ont 6t6 d6livres lors de c6re-
monies destinies a leur conf6rer de 1'importance et du prestige.
A L6opoldville, une classification provisoire des travailleurs fut tent6e en dehors
de tout jury. Cet essai 6choua et le project qui avait 6t6 concu de d6velopper l'experience
par la creation d'un jury charge d'6tablir une classification definitive, avorta faute de
la collaboration des employers.
Au Ruanda-Urundi, des reunions furent organisees h Usumbura, en 1948, entire
les d6l6gues des employers et ceux du Gouvernement, en vue de la creation d'un jury qui
eut examine en premier lieu la qualification de quatre categories de travailleurs : artisans
du batiment, menuisiers et charpentiers, chauffeurs et mecaniciens, clercs. La tentative
n'aboutit pas par suite de l'impossibilit6 d'obtenir l'accord des employers, une parties
d'entr'eux contestant l'utilit6 et la port6e pratique de l'institution.
En v6rit6, il semble que, contrairement a ce que le Gouvernement a cru jusqu'a
present, la solution organique ne peut naitre que de intervention du l6gislateur.

4. La remuneration de la main-d'oeuvre.

Les tableaux nos 6, 6 bis, et 6 ter indiquent, respectivement pour Usumbura, Kigali
et Kitega, l'6volution du taux des salaires par principles categories d'emploi, de 1939
h 1949.
II en resort aussi paradoxal que cela paraisse que ce sont les salaires relatifs
aux m6tiers les moins qualifies qui ont subi, au course de cette periode, la hausse la plus
forte. Quant aux salaires des travailleurs qualifies, ils auraient sans doute 6t6 plus ~lev6s,
si la qualification avait 6t6 rdelle.











TABLEAU No 6,


EVOLUTION DES SALAIRES A USUMBURA


1939 1944 1945 1946 1947 1948 1949
Categories -- -- ---- --- ---- --- -----
Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration. Salaire Ration
quotid. hebd. quotid. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd.


Manoeuvre 1,50/3 3,50 a 6 4 a 6 6 8 6 h 8 7 h 9 8 a 10 -
Ouvr. agric. 1,5/2,5 2,75 h 4 2,75 4 4 7 6 8 7 l10 -
Clerc 5 a 20 20 a 60 20 A 80 20 h 100 20 A 100 20 h 125 25 a 150 -
Dactylogr. 20 h 60 20 h 60 20 A 80 20 h 100 20 h 100 25 a 120 -
Macon 6 h 30 15 h 35 -- 15 h 40 15 45 30 A 50 15- 45 30 h 50 15 h 45 30 a 50 15 a 45 47 a 50
Aide-magon 2,5 h 4 6 h 12 6 h 15 8 a 15 25 A 30 10 a 15 25 a 30 10 a 15 35 50 10 h 15 45
Menuisier-
Charpentier 6 h 30 15 a 35 15 40 15 h 45 30 h 40 15 a 45 30 h 40 15 h 45 35 h 40 15 45 47 50
M6canicien 8 40 20 h 60 20 80 20 h 80 25 h 30 20 h 80 25 a30 20 A 80 30 h 40 30 a 100 47 a 50
Chauffeur 8 a 40 25 A 50 25 h 50 30 h 75 30 h 75 30 a 75 40 h 100 -
Cuisinier 3 h 7 10 h 25 5 A 7 25 a35 5 a 7,5 25 a 40 6 a 10 25 h45 6 a 15 25 a 45 7 a 15 40 a 60 10 a 35 45 a 60
Serviteur 2 a 5 10 h 25 4 6 25 a35 5 a 6,5 25 h 40 6 a 7 25 a45 6 h 10 25 45 6 h 10 40 h 50 6 a 13 45 a 50
Planton 2,4 a 3,6 3,5 a 5 4 a 6 4 h 10 4 A10 6a 10 6a 10 -
Cantonnier 2,4 h 4,8 4 A 5 4 a 6 4 h 6 4 6 5 8 7l 10 -
Capita-Vend. 4 h 6 15 A 25 15 a 25 15 h 30 15 a 30 15 30 -
Forgeron 12 h 20 15 a 25 15 h 30 25 h 30 15 A 30 25 a 30 15 A 30 30 h 40 15 a 30 47 h 50








TABLEAU No 6 bis


EVOLUTION DES SALAIRES A KIGALI


1939 1944 1945 1946 1947 1948 1949
Categories
Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration
quotid. hebd. quotid. hebd. quotid. hebd. quotid. hebd. quotid. hebd. quotid. hebd. quotid. hebd.

Manoeuvre 1 a 1,25 8 (1) 1 a 1,50 en nat. 1 a 1,50 en nat. 1 4 1 A 5 en nat. 1 a 5 en nat. 2 A 5 en nat.
Ouvr. agric. 1,50 h 3 1,5 3 id. 2 h 4 id. 3 a 4 id.
id. (monit.) 3,8/6,6 4,1/8,1 5 h 9,35 5 10 5 10
Secret. ind. 3 h 3,25 4 h 12 4/16,40 -
Clerc 10 h 38 10 50 10 50 -
4 A 14 4 A 40 8 h 50 8 h 38 -2038 20
Dactylogr. 20 a 38 20 a 38 20 a 40 -
Macon 2 a 15 8 (1) 4 h 17 en nat. 4 h 20 en nat. 2,5 a20 ennat. 3 h 25 en nat. 3 a 25 en nat. 5 a 25 en nat.
Aide-magon 1,50 h 5 id. 1,50 h 5 id. 1,50 h 5 id. 3 A 5 id. 3 h 5 id.
Menuisier-
Charpent. 1,50 a 8 8 3,25/16 id. 2,25/21 id. 5 a 30 id. 5 h 30 id. 5 a 30 id. 5/30men. id.
5/25 ch. id.
Micanicien 5 a 15 7 h 35 id. 3,50/35 id. 6 h 35 id. 10 A 50 id. 10 h 50 id.
Chauffeur 10/15(2) 7 h 54 id. 7 a 35 id. 7 a 45 id. 7 a 45 id. 10 h 50 id. 10 h 50 id.
Cuisinier 3 a 4 10 h 15 3 A 7 15 A 25 4 a 7 20 h 25 4 h 7 20 35 4 h 9 20 a 35 8 h 20 25 a35 8 A 20 25 A35
Serviteur 2 A 3 10 a 15 2 a 7 15 a 25 3 h 7 id. 2,5/6,5 20 a35 3 a 7 20 h 35 5A 10 25 A35 5A 10 25 35
Planton 1,50 A 3 1,75 A 6 en nat. 2,50 h 7 en nat. 2,5/6,75 en nat. 2,5/6,75 en nat. 2,5 /6,75 en nat.
Cantonnier 1,50 A 3 3 h 5,60 3,5 A 5,6 4,50 h 7 4,75 A 9 5 a 10 5 a 10 -
Capita-vend. 2 h 2,50 1*,75 h 8 en nat. 2a3 10 2 3 10 3 A 5 10+ /o 4 h 5 10 +
s/vente s/vente
Forgeron 3 8 (1) 1,75 a 9 en nat. 2 A 10 en nat. 4 h 18 en nat. 5 A 20 en nat. 5 a 20 en nat.

(1) pour les travailleurs des mines.
(2) plus une prime de 0,03 fr. par km.









TABLEAU No 9. ter


EVOLUTION DES SALAIRES A KITEGA


1939 1944 1945 1946 1947 1948 1949
Categories --- ---- - -- -- -- -- -- -- -- -- ----
Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Ration Salaire Salaire
quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd. quot. hebd.


Manoeuvre 1 A 1,5 2 3 2 3 2,5 A 4,5 3 5 4 8 4 h8 -
Ouvrier agri-
cole 1,5 A 3,5 3,5 h 7 3,5 A 7 5 A 8 5 A 8 7 A 10 -
Clerc 4 A 10 6 A 30 6 A 30 10 A 30 10 a 35 10 A 35 10 A 50 -
Dactylogr. 10 h 20 20 h 30 20 A 30 20 40 20 40 -
Macon 6 a 12 6 a 25 6 A 25 6 a 25 7 a 25 7 h 25 10 h 30 -
Aide-magon 2 3 3 6 3 h 6 3 6 3 A 6 4 8 5 a 10 -
Menuisier-
Charpentier 5 A 10 6 h 20 6 h 20 6 h 25 7 h 25 7 A 27 -- 10 a 25 -
Chauffeur 8 a 16 10 a 30 30 10 a 30 30 10 A 40 30 12 A 40 35 12 a 40 35 15 A 50 35 A 50
Cuisinier 3 h 4,5 10 a 20 4 a 8 18 A 30 4 A 8 18 A 30 4 A 8 18 A 30 4 A 8 25 A 35 4 a 8 25 a 35 5 a 10 25 a 50
Serviteur 2 A 3,5 10 A 20 4 h 8 18 A 30 4 a 8 18 A 30 4 A 8 18 a 30 4 a 8 25 h 35 4 a 8 25 a 35 4 a 7 25 A 50
Planton 2,5 h 3,5 4 6 4a 6 4a 6 4 .8 4 6 4 7 -
Cantonnier 2,5 A 4,5 3 5 3 A 5 5 A 8 5A- 5 5h8 7 10 -
Capita-Vend 20 h 40 -










Force est en tout cas d'admettre que, sur le plan strictement 6conomique, le niveau
actuel des remunerations est equitable eu 6gard A la mediocre qualification de la majority
des travailleurs, A leur irr6gularit6 dans la presence au travail et dans 1'effort, A leur
manque de conscience professionnelle.
Mais, si les salaires sont 6conomiquement justifies, ils ne le sont pas socialement.
La politique gouvernementale, dans ce domaine, est de tendre par paliers vers le
minimum vital et de le d6passer, meme largement, lorsque les diverse measures qui seront
mises en oeuvre pour l'amelioration de la main-d'oeuvre, auront produit leurs effects.
L'6tude approfondie des conditions de vie, du revenue et de la consommation des popu-
lations indig6nes contribuera t atteindre le but poursuivi, en fournissant des 616ments
precis sur ce qu'il convient de consid6rer comme besoins vitaux du travailleur et de sa
famille.
Des A present, le salaire minimum est fix6 annuellement par ordonnance, sur la
base d'un tableau de minimum vital 6tabli par le Service des affaires indigenes et de la
main-d'oeuvre, et suivant les propositions faites par la << Commission du Travail et du
Progres social A laquelle income d'examiner et de commenter ce tableau.

5. Les conditions de travail et l'inspection du travail.

Les conditions de travail constituent un autre facteur influant profondement sur
le rendement de la main-d'oeuvre : la remundration (1), le logement (2) et, d'une facon
g6nerale, les relations entire travailleurs et employers.
Le r6le qui income a ces derniers, a ce point de vue, est dominant: il a 6t6 maintes
fois constatd que les employers qui y veillent sont g6neralement ceux qui r6ussissent
a maintenir leurs effectifs et a en tirer un rendement raisonnable.
La lIgislation social ne peut ici remplir qu'une function suppl6tive. Mais, il est
un domaine oii l'intervention de l'Etat peut &tre extremement f6conde : celui de l'ins-
pection du travail. Le Ruanda-Urundi sera dot6 pour cette tAche d'une organisation
distinct de celle du Congo Belge en raison des differences profondes qui separent les
problemes des deux pays. Ces differences sont, en effet, nettement marquees, qu'il
s'agisse de la main-d'oeuvre employee au Ruanda-Urundi composee en majeure parties
de salaries demeurant dans leur milieu d'origine, ou de la main-d'oeuvre migrant vers
les territoires limitrophes pour laquelle se posent des problemes de relais, de voices
d'acheminement, de police sanitaire, de contacts avec les autorites des lieux de travail.

6. La main-d'oeuvre et la m6canisation.

A premiere vue la mecanisation peut paraitre contre indiquee au Ruanda-Urundi.
II semblerait en effet que, pendant longtemps encore, sa population trop dense suffira'
pour faire face aux besoins en main-d'oeuvre.
Rien n'est moins certain, cependant, si l'on tient compete des aspects suivants du
problem :
- En raison de son manque de terres, le Ruanda-Urundi doit faire face a de grandes
difficultis pour assurer son ravitaillement. La micanisation, applique dans certain
secteurs de I'agriculture particulierement pour les travaux pr6- et postculturaux et
de l'Nlevage, en accroitrait la productivity au profit de la communaut6.
Ceci appelle toutefois une reserve important, la mecanisation de l'agriculture
africaine 6tant encore loin d'etre au point. II reste beaucoup de recherches a faire au
sujet de l'application aux sols tropicaux de proc6des mecaniques de culture. Par ailleurs,
pour mecaniser un travail, il ne suffit pas de disposer de machines appropriees; il faut

(1) cf. p. 33 et suivantes.
(2) cf. Liv. I, 1re Part., Chap. VI,










surtout pouvoir les confier a des mains experts, assurer leur entretien et determiner les
conditions de leur meilleure utilisation par le choix de m6thodes resultant de calculs
precis, consacris par 1'exp6rience. C'est a ces recherches et experimentations que s'appli-
quera l'I.N.E.A.C. (1).
Si modestes que soient les resultats qu'on peut escompter de la micanisation dans
le domaine de l'agriculture et de l'6levage, ils contribueront n6anmoins 6ilever progres-
sivement le rendement individual de l'indigene et A augmenter de ce fait son pouvoir
d'achat.
- Dans les secteurs de l'industrie et de l'artisanat, le faible rendement de la main-d'oeuvre
a pour effet de la rendre fort cofiteuse et par consequent de freiner le d6veloppement de
la production. La mecanisation peut y remedier dans la measure ou[ l'6conomie de main-
d'ceuvre qu'elle permettra entrainera un abaissement du prix de revient. On doit meme
consid6rer qu'elle constitute une n6cessit6 dans bien des domaines, particulibrement
ceux des productions a techniques ddlicates mises en oeuvre pour obtenir la quality et
le fini incompatible avec le travail manuel de la main-d'oeuvre indig6ne.
Sans doute, au niveau actuel de la production, pourrait-on craindre de voir la m&-
canisation engendrer le ch6mage.
En v6rit6, ce danger n'existe qu'au sein d'dconomies hautement ddvelopp6es oiu,
souvent, la surproduction est plus h redouter que la sous-production.
II n'en va nullement de m6me dans une economie naissante comme celle du Ruanda-
Urundi. En effet, dans les branches d'activit6 oii la'mecanisation se serait aver6e efficace,
la reduction du prix de revient stimulera le volume de la production, don't l'augmentation
tendra a absorber un effectif accru de main-d'oeuvre. Ce n'est cependant li qu'un
aspect limit du probl&me, si l'on tient compete de l'expansion 6conomique d'ensemble,
sp6cialement dans le sens de la valorisation et de l'industrialisation de la production,
que le Plan Decennal vise A promouvoir par tous les moyens, notamment par l'dlectri-
fication, par l'amilioration du reseau routier, par l'6quipement portuaire. On peut
escompter qu'il en resultera, sur le march de l'emploi, une demand croissante largement
susceptible de compenser les reductions de main-d'oeuvre qu'entrainerait la mecanisation.
D'ailleurs, dans l'Ftat actuel des choses au Ruanda-Urundi, parler de ch6mage
est souvent un non sens. Sauf les cas rarissimes qui se presenteraient dans les centres
extra-coutumiers d'Usumbura, le travailleur sans emploi reprend.sa place dans le milieu
coutumier que pratiquement il n'a jamais quitt6.
Le progres, dans le domaine de la micanisation, sera essentiellement I'oeuvre de
l'initiative privie, encore que I'Etat ait un r6le important a remplir. Ce r61le est double :
- encourager et stimuler les initiatives par des r6alisations telles que l'orientation pro-
fessionnelle (2), le d6veloppement progressif d'un enseignement professionnel formant
des hommes de m6tier rompus aux travaux m6canis6s (3), l'organisation d'une inspec-
tion du travail (4), etc.
- proc6der a la mecanisation progressive de ceux de ses services publics qui s'y pretent,
tels les chantiers routiers, comme le prevoit le programme d6cennal des transports (5)









(1) cf. Liv. V, Chap. II, Sect. I, 1 b et 2 b.
(2) cf. Liv. I, 1re Part., Chap. VIII, Sect. II, 3.
(3) cf. > >
(4) cf. page 37.
(5) cf. Liv. II, Ire Part., Chap. I.










Section II : EMIGRATION DE MAIN-D'OEUVRE.


1. L'6migration de main-d'oeuvre vers le Congo Belge.
Cette migration provient tant des.recrutements effectues par des entreprises minie-
res et agricoles congolaises que du movement de main-d'oeuvre qui trouve emploi, pour
quelques mois chaque ann6e, dans les regions du Congo avoisinant le lac Kivu.
Le tableau ci-apres mentionne quelle fut, de 1935 a 1949, 1'6volution de cette 6mi-
gration.
EMIGRATION DE MAIN-D'(EUVRE VERS LE CONGO BELGE DE 1935 A 1949.
(nombre de travailleurs en service au 31-12 de chaque annie)

ANNES En provenance
ANNIEES TOTAL
du Ruanda de l'Urundi

1935 2.358 131 2.489
1936 3.501 492 3.993
1937 2.988 1.446 4.434
1938 4.522 3.105 7.627
1939 4.993 3.024 8.017
1940 4.790 2.910 7.700
1941 3.691 2.415 6.106
1942 2.670 2.299 4.969
1943 5.919 1.804 7.723
1944 4.437 .1.765 6.202
1945 10.505 2.361 12.866
1946 9.287 2.190 11.477
1947 10.862 4.418 15.280
1948 13.391 5.061 18.452
1949 10.992 3.379 14.371

Lorsque, en 1929, 1'6tude du problme de la main-d'ceuvre ndcessita l'envoi au
Congo Belge d'une commission metropolitaine charge d'6tudier les repercussions du
recrutement de travailleurs sur la soci6t6 indigene, il s'avera opportun de constituer un
sous-comit6 au Ruanda-Urundi. Celui-ci aboutit A la conclusion que, dans les planes
basses du Tanganika et de la vall6e de la Ruzizi, dans les regions de faible altitude situdes
a l'est du Territoire, aucun recrutement pour 1'exterieur ne pouvait 6tre autoris6; que,
par centre, dans les zones d'altitude sup6rieure a 1.400 metres c'est-A-dire dans la
majeure parties du Territoire le recrutement pouvait se faire sans limitation.
Actuellement, les planes basses du Tanganika et de la vallie de la Ruzizi restent
fermees au recrutement. La measure a 6t6 6tendue a la region d'altitude situee en territoire
d'Usumbura, parce que c'est principalement de l1 que provient le contingent de tra-
vailleurs qui supple h la d6ficience d6mographique de la plaine. 11 en est de meme en
ce qui concern le territoire de Kigali oii il s'agit d'assurer la stability de la main-d'oeuvre
n6cessaire a une activity miniere tres important ainsi qu'a son ravitaillement.


Les recrutements de M.O.I. du Ruanda-Urundi effectu6s par les entreprises con-
golaises, ont commence en 1925. A la fin de l'ann6e 1929, il y avait au Katanga, originaires
du Ruanda-Urundi, 3.573 homes, 1.396 femmes et 726 enfants, auxquels s'ajouterent,
en 1930, 1.633 hommes, 620 femmes et 365 enfants.
En 1931, la crise 6conomique provoqua non seulement l'arrht de ce movement
mais aussi le rapatriement d'une main-d'ceuvre devenue fort on6reuse, 4tant donna qu'en
cette meme annee 1931, sur une moyenne de presence de 2.438 hommes, il y avait eu
7.677 cas de morbidity, encore que le nombre de deces ne se ffit 6~ev6 qu'a 45.










Le recrutement reprit en 1935, surtout pour les societes minieres, et atteignit 25
travailleurs cette ann6e, 622 en 1936, 1.810 en 1937 et 3.193 en 1938.
Interrompu de 1939 a 1946, il porta en 1947 sur 2.151 hommes, sur 1.375 en 1948
et sur 811 seulement en 1949. Ce flichissement s'explique par le fait qu'auparavant
1'acheminement vers le Congo de travailleurs c6libataires avait 6t6 tol&r6, et qu'il s'av6ra
n6cessaire, A partir de 1948, d'op6rer un recrutement familial afin d'assurer la stability
de la main-d'oeuvre et son bien-etre, tout en 6vitant de provoquer un dis6quilibre dans
les milieux coutumiers. Dans le but de faciliter les operations de recrutement, il fut cepen-
dant admis, a partir de 1949, que 10 % des effectifs pourraient 8tre composes de c6liba-
taires.
Sur le total de 14.371 travailleurs en service au Congo Belge au 31 dicembre 1949,
5.929 l'6taient dans les entreprises minieres, don't les provisions de recrutement pour
dix ans, en provenance du Ruanda-Urundi, portent sur quelque 1.000 a 1.500 travailleurs
par an.
2. L'emigration de main-d'oeuvre vers les territoires britanniques.

L'6migration de banyaruanda et de barundi vers l'Uganda et le Tanganyika Terri-
tory prit naissance des 1'6poque de l'occupation allemande, sous laquelle le Ruanda-
Urundi 6tait consider comme le reservoir de main-d'oeuvre de l'Afrique orientale.
L'importance du movement ne fit que croitre ensuite, en raison du d6veloppement
economique de ces regions, ofi la main-d'ceuvre etait insuffisante, par rapport au Ruanda-
Urundi. Le niveau des salaires en fut favorablement influence, advantage auquel s'ajouta,
jusqu'd la recente devaluation de la livre sterling, celui du paiement en monnaie A change
elev6 comparativement a la monnaie locale.
Ces motifs d'ordre iconomique ne furent pas les seuls qui inciterent A l'6migra-
tion saisonniere vers les Territoires de 1'est. Pour l'indigene, elle pr6sentait en outre
l'int6rft de lui permettre d'dchapper, pendant la dur&e de son absence, aux presta-
tions et aux corvees coutumieres ainsi qu'aux travaux d'interet general. Par ailleurs,
la psychologie de l'indig6ne n'est pas etrangere a la chose : le sdjour du jeune travail-
leur en Uganda affirme sa position social vis-a-vis de son entourage.
La statistique ci-apres indique quelles furent, depuis 1935, les variations de cette
emigration saisonniere.
EMIGRATION SAISONNIERE DE M. 0. 1. VERS LES TERRITOIRES
BRITANNIQUES DE 1935 A 1949.
(nombre de travailleurs en service au 31-12 de chaque anne.)

| En provenance I I


du Ruanda

24.118
20.949
25.734
24.202
10.763
22.384
13.000
17.770
16.908
6.441
4.784
10.241
8.647
7.504
11.053


de l'Urundi

12.811
29.391
19.089
24.601
15.193
38.886
26.122
31.944
29.187
' 25.006
22.775
27.017
33.340
24.117
16.543


ANNEES


1935
1936
1937
1938
1939
1940
1941
1942
1943
1944
1945
1946
1947
1948
1949


TOTAL


36.929
50.340
44.823
48.803
25.956
61.270
39.122
49.714
46.095
31.447
27.559
37-258
41.987
31.621
27.596










Ces chiffres appellent le commentaire suivant :
- Le faible movement d'6migration en 1939 fut dfi aux rumeurs fantaisistes qui avaient
circulk parmi les indigenes au d6but des hostilitis, au sujet de l'enr6lement d'6trangers
dans les armies britanniques; en 1940, le movement avait repris de plus belle.
- La nette diminution de 1941 est imputable notamment au succhs de la champagne
du caf6 au Ruanda-Urundi et a une brusque demand de main-d'oeuvre de la part
des exploitations europdennes.
- La diminution de 1944 resulte de la decision prise par les autorites britanniques,
a la suite de la disette qui regnait alors au Ruanda-Urundi, de n'autoriser l'acces de
1'Uganda qu'aux indigenes aptes au travail.
- La recrudescence de l'emigration en 1946 est due au licenciement de quelque 3.000
travailleurs miniers du Ruanda-Urundi et l'intensification du recrutement des
entreprises 6tablies en territoires britanniques.
- La diminution de 1948 coincide avec une nouvelle phase du d6veloppement 6cono-
mique du Ruanda-Urundi.



Les inconv6nients de cette migration 1'emportent sur les avantages.
Si elle assure un afflux relativement important de devises ( 2.450.000 shillings en
1948 et 2.650.000 en 1949 ), par contre elle entraine pendant de longs mois de l'ann6e
l'abandon d'un grand nombre de femmes et d'enfants.
Au point de vue sanitaire, si en principle l'emigration est subordonnee at certaines
precautions telles que l'examen medical et le passport de sortie, en pratique elle a lieu
dans la majority des cas en marge de tout contr6le, la frontiere 6tant trop 6tendue pour
pouvoir 6tre efficacement surveill6e.
D'autre part, bon nombre d'6migrants s'engagent au service de planteurs indighnes
ce qui ne favorite pas la discipline dans le travail.
Enfin, cet exode saisonnier ne constitute pas un remade bien important h la surpo-
pulation du Ruanda-Urundi puisque les emigrants parent seuls et laissent leur terre
at la garde d'une femme ou d'un parent.
A cet 6gard, il faut cependant mentionner que, depuis 1946, une important asso-
ciation de planteurs du Tanganyika Territory recrute au Ruanda-Urundi pour autant
que les travailleurs qu'elle achemine vers ses chantiers soient accompagn6s de leur femme ;
il est probable que la plupart de ses recrues se fixeront outre frontiere. En 1948, 1.014
families avaient ainsi 6t6 install6es au Tanganyika Territory; en 1949, leur nombre
s'61evait t 1.789. Ces chiffres sont peu important au regard de ceux de l'6migration
saisonnikre, mais ils sont le signe d'une evolution dans la mentality des indig6nes qui
marquaient, il y a quelques annees encore, une repugnance quasi unanime pour tout
engagement qui les eft obliges A quitter leur terre pour une duree relativement longue.
























CHAPITRE III


L'ALIMENTATION






INTRODUCTION


Les populations africaines, et plus particulierement celles de la zone tropical,
souffrent, a des degr6s divers, de sous-alimentation et de malnutrition.
Les d6ficiences nutritionnelles qu'on relive presque partout pr6sentent d'6troites
analogies : insuffisance des elements inerg6tiques; deficits en provides d'origine animal,
en lipides et en 616ments inorganiques; satisfaction inadequate de l'organisme en acides
amines et en vitamins, tandis que les apports en glucides sont anormalement 6levis.
La coincidence des effects correspond, dans l'ensemble de ces regions, a celle des
causes, don't les principles sont :
- les conditions ndfastes du milieu physique et climatologique. Les ph6nomenes de
degradation des sols, de s6cheresse ou d'irrigularit6 des pluies sont les plus graves
parce qu'ils ont le caractere de processus naturels ineluctables, don't les effects ne peu-
vent 8tre que partiellement enrayds ou attinuis.
- la predominance du v6g6tal dans l'alimentation indigene en raison des d6ficiences
de l'61evage et des interdits qui frappent la chair de certain animaux. Sans doute,
l'ingeniosit6 de l'indigene a tirer parti des resources v6gitales est-elle remarquable;
mais, la pauvret6 des sols imposant de strictes limits h la vocation des terres, celles-
ci ne servent qu'A des cultures peu diversifiees donnant une nourriture dangereuse-
ment uniform. Aussi importera-t-il non seulement d'abolir, grace a une lente per-
suasion, les <> qui frappent encore certaines nourritures d'origine animal, mais
en outre de cr6er un 6levage rationnel, auquel rien n'incite l'indigene tant que le
betail n'a pour lui qu'une valeur symbolique.
- la faible productivity de l'agriculture coutumiere qui risulte d'un systeme archaique
de cultures extensive, d'une technique agricole insuffisante et surtout de la d6bilit6
physique du paysan indigene. On voit ainsi, une fois de plus, le cercle vicieux se former:
le faible rendement est cause de sous-alimentation, cause elle-meme d'une moindre
vigueur et resistance aux maladies, d'oti incapacity de l'individu, livr6 h lui-meme,
de produire plus.










*- les difauts des pratiques culinaires don't l'incidence sur la valeur nutritive des aliments,
est encore mal d6finiejusqu'a present.

Les consequences des d6ficiences alimentaires, qui ne se manifestent pas n6cessai-
rement par des troubles pathologiques visible, exercent une influence permanent et
profonde sur l'individu don't elles ralentissent le d6veloppement physique et mental. (1).
Si un certain 6quilibre physique se maintient malgrd tout, c'est grace vraisembla-
blement aux effects conjuguds d'une certain accoutumance physiologique et d'une com-
pensation, encore mal connue, due a 1'efficacit6 relative de certain d16ments naturels de
substitution.
Mais,'in6ductablement, la malnutrition des populations tropicales entraine des 6tats
de pr6carence ou de carence latente qu'ont soulign6s les travaux de la << Conf6rence Inter-
africaine sur l'Alimentation et la Nutrition >> qui s'est tenue h Dschang (Cameroun
frangais) en octobre 1949.
Le rapport final de cette conference constate toutefois qu'il existe encore de nom-
breuses lacunes dans les connaissances sur l'alimentation et l'dtat de nutrition des popu-
lations de l'Afrique noire, notamment en ce qui concern le m6tabolisme de base, la phy-
siologie digestive, les 6tats polycarentiels, la valeur biologique des protdines v6g6tales.
A cet 6gard, une contribution scientifique important a 6t6 apport6e & l'analyse
du probleme alimentaire au Ruanda-Urundi par la mission pour << l'6tude sur l'alimen-
tation et la nutrition dans les milieux indigenes > don't le Ministere des Colonies charge
M. Adriaens, en 1948 et 1949. Cette mission, place sous l'6gide scientifique del'I.R.S.A.C.,
se fit par le moyen d'enquetes sur la nature et la composition chimique des aliments -
tant frais que prepares consomm6s en milieu coutumier, ainsi que sur celles des bois-
- sons fermentees.
Les r6sultats de ces travaux tout fragmentaires qu'ils soient encore marquent
le point de depart du programme d6cennal d'6tudes, de recherches et d'enquetes que
prevoit 1'I.R.S.A.C. dans le domaine de la nutrition (2).
Parallelement a la rdalisation de ce plan de caractere scientifique, la solution du
probleme alimentaire sera recherche par la mise en oeuvre d'un programme de ravitaille-
ment r6gulier, suffisant et 6quilibr6 de la population.
A l'adoption de dispositions g6ndrales devront par ailleurs s'ajouter un certain
nombre de measures susceptibles de remidier aux dificiences nutritionnelles des << groups
prioritaires >> : femmes enceintes, jeunes meres, nourrissons, 6coliers et travailleurs.

Section I : SITUATION ACTUELLE.

Aussi loin qu'elle remote, la tradition orale des indigenes relate que le Ruanda-
Urundi n'a cess6 d'etre en proie aux famines et aux disettes p6riodiques.
Le ravitaillement y est difficile, ce qui s'explique ais6ment : il s'agit d'un pays
escarp6, A sol generalement erod6 et pauvre, au climate capricieux et, de surcroit, trop
dens6ment peupl6 en ses regions favorables a l'agriculture.
C'est centre cet 6tat de choses que I'Administration a dfi, sans relache, mener la
lutte la plus apre. Tout le poids de l'effort d6ploy6 au course des annies 6couldes tendit a
enrayer la degradation croissante du sol et a augmenter la production agricole par la
multiplication des cultures saisonnieres et 1'extension des superficies emblavies.
Quant au b6tail, il n'est dans la mentality traditionnelle de l'indig6ne qu'un signe
de richesse ou un moyen de capitalisation, a telle enseigne que les 6leveurs se refusent
h le sacrifier m6me quand, en cas de famine, des vies humaines en dependent.


(1) cf. Liv. I, 1re Part., Chap. VII, Sect. II.
(2) cf. Liv. V, Chap. I, Sect. I, 3, C.










1. Les 616ments de P1alimentation.


A. PRODUCTS DES CULTURES VIVRIPRES.

Les principles productions vivrieres sont : les patates douces, les haricots et les
pois, les bananes, le manioc, le sorgho, le mais, les pommes de terre, 1'dleusine; accessoi-
rement le froment, les colocases, l'arachide, les ignames, l'ambrevade, les courges et
l'huile de palme.
Les patates douces sont cultivies dans toutes les regions, except celles de tres
haute altitude; elles sont le plus souvent consommies cuites, sous la cendre ou a l'eau,
seules ou avec les haricots.
La culture de ceux-ci est tres repandue et, en maintes regions, elle fournit la base
de 1'alimentation; les indigenes les consomment cuits h l'eau; parfois ils en mangent les
feuilles comme 16gumes et ne coupent les gousses vertes que lorsqu'ils sont a court de
vivres.
Les pois dominant parmi les cultures des populations vivant a plus de 1.900 m6tres
d'altitude.
Les bananiers occupent une place pr6pond6rante; la premiere notamment dans
le Gissaka, le Bugesera et tout le centre de I'Urundi; la second ailleurs, exception faite
pour les regions situdes h plus de 2.000 metres d'altitude, oti ils ne poussent pas. Les
bananes sont generalement recolties avant maturity; elles sont consomm6es cuites sous
la cendre, mais servent le plus souvent A la fabrication de la biere.
Le manioc, autrefois connu aux abords des rives du Tanganika, est aujourd'hui
cultiv6 partout, I'Administration belge ayant d6couvert, en cette euphorbiacie de con-
servation facile, le meilleur moyen de constituer des reserves de vivres pour parer aux
famines.
Le sorgho, qui occupe partout une place important, constitute la premiere culture
en plusieurs regions du Ruanda et du nord-est de l'Urundi. Ses grains sont transforms
en farine qui sert a preparer une bouillie 6paisse mais, la plupart du temps, ils sont uti-
lises, eux aussi, a la fabrication de bikres.
Le mais est principalement cultiv6 dans les regions de haute altitude de l'Urundi;
les indigenes en recoltent une parties en 6pis encore verts qu'ils consomment imm6diate-
ment; l'autre part, cueillie a maturity complete, sert a la fabrication de farine ou est
consomme cuite A l'eau ou grille sur la braise.
Les pommes de terre, don't l'introduction date de ce siecle, occupaient plus de
30.000 Ha. avant 1943, annie au course de laquelle le Phytophthera infestans sevit pour
la premiere fois dans le Territoire. A la suite de cette 6piphytie, le culture en fut aneantie,
mais depuis lors, grace a la multiplication de varietis r6sistantes, elle a regagn6, dans
les territoires du nord-ouest du Ruanda, le terrain perdu.
L'61eusine est cultiv6e un peu partout, sa farine 6tant utilisee comme celle du sorgho
pour faire de la pate, de la bouillie ou de la biere. En regions de haute altitude, cette
culture a toutefois perdu du terrain au profit de celle du froment que les indig6nes lui
pr6ferent.
Les colocases font l'objet, dans le sud de l'Urundi et sur les collins qui dominant
le lac Kivu, de cultures assez importantes, intercal6es dans les bananeraies; leurs tuber-
cules sont estim6s et les feuilles sont consommees en guise d'6pinard.
Les col6us et les ignames, plus rares, compl6tent la game des plants don't les
indigenes appricient les rhizomes.
Les arachides sont cultiv6es sp6cialement dans le Gissaka et la plaine de la Ruzizi;
ailleurs il n'en existe que des parcelles tres r6duites.
L'ambrevade, que les indigenes consomment comme les haricots, ne se trouve
pratiquement que dans le sud de l'Urundi.










Les courges se rencontrent un peu partout mais en culture derobde; A moins qu'il
s'agisse de vari6t6s convenant A la fabrication d'ustensiles de menage, elles competent
parmi les 16gumes les plus estim6s pour compl6ter les repas.
Outre les courges, les indigenes connaissent les champignons divers ou d'autres
v6g6taux herbac6s subspontanes ou croissant en brousse, parmi lesquels des amaran-
tac6es, une urticac6e et surtout une capparidac6e, l'< qui, avec le sorgho, l'6leusine
et les courges, figure parmi les quatre plants sacrees du Ruanda.
Cette description des principles cultures vivrieres montre combien celles-ci sont
diff6rentes de region A region, fait qui est de nature A favoriser les changes et A promou-
voir la creation de zones compl6mentaires.

B. PRODUCTS DE L'ELEVAGE ET DE LA PECHE.

L'un des aspects les plus paradoxaux de ce pays reside dans le fait que l'alimentation
indigene soit principalement d'origine v6g6tale alors que le Ruanda-Urundi possede
un cheptel considerable qui compete quelque 970.000 tetes de gros betail.
L'indigene n'est cependant pas v6g6tarien par gofit : de tous les aliments, celui
que les banyaruanda et les barundi pr6f6rent est incontestablement la viande de bovid6.
Malheureusement, malgr6 la surcharge des terres et pour des raisons deja exposees,
cette viande est trop rare et d'un prix trop 6lev6. Elle est toutefois la seule qui ne soit pas
>; toutes les autres viandes font i'objet d'interdits, don't la rigueur s'attenue cepen-
dant peu a peu. II en est ainsi de la viande de chevre et de mouton. On voit la consom-
mation, jadis proscrite, de viande de porc, de poules et d'oeufs s'itendre et s'accroitre
lentement. Seuls les batwa, qui ne repr6sentent que 1 % A peine de la population total,
sont friends de toutes sortes de viandes; il n'y a que les poules et les fauves qu'ils meprisent.
La viande de chasse, telle celle du zebre, de 1'antilope et de l'hippopotame, con-
tribue pour tres peu a l'alimentation de la g6neralit6 des indigenes.
Par ailleurs, pratiquement rien ne correspond, chez les populations du Ruanda-
Urundi, A l'appoint que constitute, chez les noirs du Congo Belge, la consommation de
bestioles diverse, telles que chenilles, termites et celle des petits mammiferes, des oiseaux
et des reptiles, don't la valeur nutritive n'est pas n6gligeable, bien que la chasse en soit
saisonniere ou occasionnelle.
Cependant, il faut noter que les sauterelles sont apprecides dans l'Urundi, que bon
nombre de bahutu sont friends de termites ails et que, dans la region du Mulera, certain
indig6nes mangent de petites grenouilles, fort nombreuses A certaines saisons de l'annee.
Parmi les products de l'61evage, seuls le lait caill6 et le petit lait jouent un r6le
important dans l'alimentation, surtout des enfants.
Quant au poisson, il fait l'objet de transactions commercials assez importantes
entire indigenes. Au lac Tanganika, les gros poissons sont consommis frais; les petits
clup6ides, d6nommes >, sont en majeure parties sich6s et vendus sur les marches
de l'int6rieur. Dans certain course d'eau, la peche pratiquee A l'aide de plants stup6-
fiantes fournit une nourriture apprecike par les riverains. Par centre, la production du
lac Mohasi est principalement vendue aux europeens, les populations du nord 6tant
jusqu'a present demeurees irr6ductiblement hostiles au poisson.

2. Les contingencies de 1'alimentation.
A. INFLUENCE DU MILIEU SOCIAL ET DE LA RACE.

Au Ruanda-Urundi, dans une meme region, la nature des aliments et les quantities
absorbdes varient encore selon le rang social ou la race.
Une premiere distinction doit etre faite entire les agriculteurs, les possesseurs de
b6tail et leurs voisins de colline qui se rendent journellement A leur travail dans un centre
ou dans quelque exploitation agricole ou industrielle.
Les premiers mangent plusieurs fois par jour, les autres ne prennent habituellement
qu'un seul repas lorsqu'ils rentrent chez eux.









Une autre distinction s'impose, selon qu'il s'agit des batutsi, des bahutu ou des batwa.
Pour chacune de ces races, I'alimentation 6tait dans le passe moins de nos jours
- nettement diff6rente. La civilisation europeenne a peut-6tre op6rd une certain dvo-
lution des choses ; elle n'a cependant pu d6raciner des traditions s6culaires.
Race noble, les batutsi vivaient jadis dans l'oisivet6, passant leur temps A faire la
cour A leur << suzerain ; ils 6taient astreints a faire de longues stations a la cour, a accom-
pagner le Roi dans ses diplacements ou k le suivre dans des guerres de conquete. Ils con-
sommaient des lors des aliments concentres et principalement de <, lait de
la traite du soir, qui a la reputation d'empecher la soif. Pour eux, d'ailleurs, manger 6tait
une occupation servile et la chasse n'dtait pas faite pour approvisionner le << rugo > en
viande mais consid6rde comme un sport et un ddlassement. Eleveurs pour qui le b6tail
est signe de richesse, ils se ddlectaient de lait et d'aliments lactes, mais ne sacrifiaient
qu'exceptionnellement une tete de leurs troupeaux. Quant A la terre, des bahutu A leur
service la cultivaient et 6taient d6dommag6s en biere de sorgho ou par le pret d'une va-
che. Une lente evolution est toutefois en voie de s'accomplir et la coutume perd peu A
peu de sa rigueur.
Les bahutu, qui forment pros de 90 % de la population, sont agriculteurs. Poss6dant
quelques ch6vres en propre ou une vache en pret, ils ne sont pas consid6res comme des 6le-
veurs. Leur alimentation est n6cessairement moins lact6e, plus v6g6tarienne et surtout
plus copieuse que celle des batutsi.
Nomade et chasseur, le mutwa ne possede aucun bien et ne cultive guere. II admet
l'ostracisme don't il est l'objet de la part des autres. Ceux-ci, tout en le consid6rant comme
un 6tre inf6rieur, veulent bien troquer les quelques products de son industries il est
surtout potier centre de la viande de mouton ou de chevre, du lait et des fruits de la
terre. Autrefois, quand le gibier abondait dans un pays couvert de forces, la chasse 6tait
l'occupation favorite du mutwa ; les femmes r6coltaient les fruits et les ldgumes de la
fort. Ces temps sont revolus : les forts ont disparu et le gibier ne suffit plus A faire vivre
la famille ; c'est pourquoi le mutwa s'est fait artisan.

B. NATURE ET COMPOSITION DES REPAS.

En milieu coutumier, les repas se prennent en famille, les parents mangent les
premiers, les enfants ensuite ; aucun stranger n'y est admis.
D'apres l'enqufte qui a 6t6 faite dans diverse regions du pays, leur composition
serait, dans l'ensemble, la suivante (1) :
- Les batutsi consomment :
le matin : des pommes de terre ou des patates douces, voire du pain ;
le midi : de la biere, du lait, des bananes cuites a l'eau ;
le soir : des haricots cuits avec des 16gumes, des patates douces et du lait.
- Les bahutu consomment :
le matin : des patates douces, iventuellement du lait (repas non habituel) ;
le midi : des patates douces et des haricots, reliefs du repas de la veille ;
le soir : des patates douces, des pois ou des haricots, 6ventuellement avec des
bananes vertes, cuits ensemble ;
- Les batwa mangent tout ce qui se pr6sente, a n'importe quelle heure de la journ6e.
De nombreux sondages effectues au sein de families indigenes appartenant a des
milieux sociaux tres varies ont permis d'estimer que la consommation journalire oscille
entire 2 et 4 kgs par individu. C'est ce que confirm l'dvaluation figurant dans le ta-
bleau ci-apres, qui est base sur la production vivriere de 1949, divisee par le nombre
de rations annuelles correspondent h la population total. Suivant ce calcul, la ration

(1) Rappelons que certaines categories d'indigenes n'absorbent qu'un repas par jour.










EVALUATION DE LA CONSOMMATION DE PRODUCTS VIVRIERS
(Base : production vivriere 1948-49)

Produit Production Consommation
tonness) tonness)

C&erales
mais 108.700 108.700

sorgho 147.200 25 % pour fabrication de biere 110.400

froment 14.900 14.900

61eusine 30.100 25 % pour fabrication de biere 22.600

riz 235 soit 60 % de riz paddy 100

LUgumineuses
pois 97.900 97.900

haricots 205.200 205.200

pois cajan 2.900 2.900

arachides 5.500 30 % correspondent au poids des
coques 3.900

soja 1.000 1.000

Farine de (x) equivalent en farine 105.200
manioc

Total vivres secs 672.800


Tubercules
manioc 958.000 50 % pour transformation en farine
(x) 479.000
patates douces 1.110.500

pommes de terre 93.100 5 % de perte par grattage 1.280.700

autres tubercules 144.500

Bananes 984.100 45 % du poids des regimes et 75 % de
la difference pour fabrication de biere 135.300

Total Tubercules et Bananey 1.895.000


Total gindral 3.903.835 2.567.800

Ration journaliere par individu (1) vivres secs : 720 grs.
tubercules = 2750 grs.
bananes : 2030 >>
(1) Sur base d'un total de 932.575.000 rations par an. ( cf. page 54. )
47










moyenne serait d'environ 2,750 kgs par jour, don't un tiers serait compose de tubercules
et de bananes et deux tiers de vivres secs, c'est-A-dire de c6reales, de 16gumineuses et de
farine de manioc (1).

C. INCIDENCE DES PRATIQUES CULINAIRES.

II est difficile, dans 1'6tat actuel de nos connaissances, de determiner dans quelle
measure les habitudes culinaires des indig6nes modifient la valeur nutritive des aliments.
Les analyses chimiques effectuees par M. Adriaens sur des 6chantillons de vivres, tant6t
frais, tant6t cuits h l'eau, pel6s ou non pel6s, ont cependant permis un certain nombre de
constatations, don't il resulte que le mode de preparation entraine, dans certain cas, des
pertes importantes d'616ments nutritifs, alors que dans d'autres cas, il peut en augmen-
ter la teneur. Ainsi, la valeur alimentaire brute de la patate douce, cuite avec la pelure,
est tres sup6rieure a ce qu'elle est quand la cuisson est pr6c6dee de 1'6pluchage. Le resul-
tat de l'analyse peut d'ailleurs varier sensiblement selon la varikt6 de 1'6chantillon ou la
region d'oii il provient.
Les examples ci-apres, empruntes aux donnies recueillies par M. Adriaens, se
rapportant a un ou deux echantillons de quelques products vivriers caract6ristiques,
illustrent ce qui precede (2) :


(1) L'enqukte effectuee par M. Adriaens dans la region de Biumba pr6sente la particularity de porter sur
le regime alimentaire d'6coliers se nourrissant a l'6cole de vivres apportes par eux.
Les donn6es ci-apres sont emprunt6es aux constatations relev6es A cette occasion :
< Le Ruanda 6tant un pays A forte density de population, les 6coles de Missions n'ont pas d'internat
comme dans d'autres regions de l'Afrique.
Les eleves font ainsi journellement A pied A l'aller et au retour le nombre parfois important de
kilometres qui spare le rugo> de 1'6cole. Pour 8tre autorises A suivre les course 1'apr6s-midi, les 616ves
<< sont tenus d'apporter des aliments qu'ils pourront consommer pendant la pause de midi. On estime en
<< effet que 1'effort demand est trop grand.
<< A 1'Fcole de Kiziguru, le 18 fevrier 1949, quasi tous les enfants mangeaient des patates douces
<< froides, cuites A 1'eau; un seul allait consommer une puree de 50 gr. de feuilles de bananiers.
A 1'6cole de Buhambe, le 15 f6vrier 1949, la quantity de patates apport6e par les 616ves oscillait
<< aux environs de 1 Kg. II n'est pas rare dans le Rukiga de les voir apporter de l'ikivuguto> (sorte de lait
battu) moins d'un litre et meme de l' (sorte la plus repandue de biere de sorgho). Les diri-
<< geants ont d6fendu de consommer des boissons ferment6es.
<< Le Ndorwa 6tant moins peupl6, on n'a pu exiger de tous les enfants qu'ils rentrent journellement
<< au rugo> paternel. Comme, d'autre part, la vie en commun n'est pas dans les habitudes au Ruanda et
qu'on devait n6anmoins pr6voir des internes, on a fait construire une certain quantity de cases rondes
<< pouvant h6berger des l66ves. Ils y vivent A plusieurs avec un ou meme cinq serviteurs de leur pere. Le
< r61e des serviteurs consiste a faire r6gulierement la navette entire la colline et l'Fcole pour approvision-
<< ner les enfants en vivres, A chercher de l'eau, laver le linge et preparer la nourriture. Quand le pere du
<< ou des 616ves vient A la Mission il loge habituellement chez son ou ses fils.
Voici la composition de quelques repas observes a 1'internat de la Mission de Buhambe le 15 f6vrier
< 1949 au soir :
1. Deux enfants de 13 A 15 ans allaient consommer : 2,5 Kgs. de patates douces, soit 1,25 Kgs. par per-
sonne, et 600 grs, de haricots, soit 300 grs. par personnel.
Le matin, ils mangeront les reliefs ou quelques patates cuites a l'eau, le midi, des patates et des
haricots, et sensiblement la meme quantity le soir, de sorte que la quantity de patates douces con-
<< sommies pendant la journey atteint 2,5 Kgs. par personnel. La quantit6de haricots d6passe rarement 400 grs.
<< Comme ils sont plus Ag6s que 10 ans, Age limited pour la consommation abondante de products
< lactis, la quantity bue au course de la journee ne d6passe guere 600 ml.
<< 2. Dans une autre case vivent cinq 6coliers et quatre serviteurs.
Les quantit6s consommies par tate sont les suivantes : le matin, 700 grs. de pommes de terre, le
<< midi, 800 grs. de patates douces, et le soir, 1.300 grs. de patates douces, soit par jour : 700 grs de pommes
<< de terre, 2.100 grs. de patates douces, et 250 grs. de pois secs cuits a l'eau (de pr6f6rence aux haricots).
<< D'ge relativement bas, ces 6lves consomment assez bien de lait. A chaque occasion r6cr6ation ou
<< repos ils vont boire un bol de <, don't la quantity peut etre 6valude A 1,50 litre par jour.>
(2) Les techniques utilis6es par M. Adriaens pour ses analyses ont 6t6 les suivantes :
1. Matieres minirales : incineration de la matiere dans des capsules en porcelaine. Apres pes6e, les
cendres sont lixiviees A 1'eau chaude: le r6sidu calcine donne les cendres insolubles. Dans le liquid d'extrac-
tion on dose l'alcalinit6.
2. Azote : m6thode de Kjeldahl, facteur 6,25.
3. MatiHres grasses : extraction au Soxhlet par l'ether de p6trole 16ger.
4. Cellulose : m6thode de Weende : attaque A l'acide sulfurique A 1,25 %, puis A la soude A 1,25 %.
Le r6sidu est lav6, s6ch6 et pes6.
5. Sucres ; 6bullition dans la liqueur cupro-alcaline (pr6par6e et contr616e par le chimiste) jusqu'A r6-
duction complete.










1. HARICOTS.
Composition chimique de 1 kg de materiel brut.

Matiriel frais
Cendres totales 4
Prot6ines brutes 18
Graisse
Cellulose brute 3
Hydrates de carbon 58
Materiel cuit a l'eau


Cendres totales
Prot6ines brutes
Graisse
Cellulose brute
Hydrates de carbon


Rdsultats selon I'echantillon analyse


K0,10
36,30
3,60
36,10
86,50


21,02
162,69
9,56
60,29
489,04


Differences entire materiel frais et materiel cuit a l'eau.
Pertes


S6chage
Cuisson
Cendres totales
Prot6ines brutes
Graisse
Hydrates de carbon
- Augmentations
Cellulose brute
Prot6ines totales
Graisse


2. MANIOC.
Composition chimique de la parties comestible
Matiriel frais
Cendres totales
Proteines brutes
Graisse
Cellulose brute
Hydrates de carbon
Matiriel peld cuit a l'eau.
Cendres totales
Proteines brutes
Graisse
Cellulose brute
Hydrates de carbon


137,40
120,00
19,08
23,61
4,04.
97,46


24,19


39,20
186,30
12,97
34,10
558,53

40,10
153,76
13,60
65,90
458,72



168,90
199,00

32,54

99,81

31,80
0,90
0,63


de 1 kg de materiel frais.


6,33
5,38
1,00
3,61
305,54

5,00
5,40
0,84
6,03
295,11


4,60
7,12
1,11
5,17
317,76

3,89
4,87
0,48
6,57
281,26



139,52

606,48
524,72
38,70
0,71
2,25
0,63

36,50


Differences entire materiel frais et materiel cuit a l'eau.
Pertes
Epluchage 136,20
Sechage
Fruit entier 632,98
Partie comestible 541,95
Cuisson 9,47
Cendres totales 1,33
Prot6ines brutes
Graisse 0,16
Cellulose brute
Hydrates de carbon 10,43









Augmentations.
Cuisson
Cellulose brute 2,42 1,40
Prot6ines brutes 0,02 -

3. PATATES DOUCES.

Composition chimique de la parties comestible de 1 kg de materiel frais.
Matiriel frais
Cendres totales 4,08
Prot6ines brutes 6,98
Graisse 4,37
Cellulose brute 5,98
Hydrates de carbon 218,59
Matiriel cuit a l'eau Peld Non peli
Cendres totales 4,00 4,38
Prot6ines brutes 6,36 6,93
Graisse 2,77 3,01
Cellulose brute 6,68 5,75
Hydrates de carbon 204,99 224,95

Differences entire materiel frais et materiel cuit a l'eau.
Pertes
Epluchage 253,00
S6chage
Fruit entier 693,60
Partie comestible 507,00
Cuisson 15,20
Cendres totales 0,08 -
Prot6ines brutes 0,62 0,05
Graisse 1,60 1,36
Cellulose brute 0,23
Hydrates de carbon 13,60 -
Augmentations
Cuisson 5,02
Cendres totales 0,30
Prot6ines brutes -
Graisse -
Cellulose brute 0,70 -
Hydrates de carbon 6,36

4. IGNAMES
Composition chimique de la parties comestible de 1 kg de materiel frais.
Matiriel frais
Cendres totales 6,97
Proteines brutes 11,85
Graisse 0,50
Cellulose brute 11,55
Hydrates de carbon 146,83
Matiriel cuit a l'eau Pele Non peld
Cendres totales 5,23 8,21
Proteines brutes 11,03 7,53
Graisse 0,63 1,25
Cellulose brute 11,15 11,36
Hydrates de carbon 143,43 190,66










Differences entire materiel frais et materiel cuit ai Ieau.


Pertes
Epluchage 280,70
S6chage
Fruit entier 850,00
Partie comestible 531,60
Cuisson 6,24
Cendres totales 1,74
Prot6ines brutes 0,82 4,32
Graisse -
Cellulose brute 0,40 0,19
Hydrates de carbon 3,40 -
Augmentations
Cuisson 41,32
Cendres totales 1,24
Prot6ines brutes -
Graisse 0,13 0,75
Cellulose brute -
Hydrates de carbon 43,83

Les pratiques culinaires primitives sont une cause certain de la carence alimentaire,
notamment par la lenteur apportde dans la preparation des aliments (1). Ainsi, la trans-
formation des cossettes de manioc en farine, suivant les proc6dds rudimentaires des indi-
genes, exige un nombre dejours tel que chaque annee des quantit6s importantes de carottes
pourrissent dans le sol, faute d'avoir pu etre traitees.
Une conclusion se degage de ce qui precede : les habitudes culinaires devront faire
l'objet d'6tudes aussi d6taill6es et aussi completes que possible, afin de determiner les
ameliorations qui pourraient y etre introduites et les moyens propres a les instaurer peu
h peu en milieu indigene. C'est l'une des tiches que se propose P'I.R.S.A.C., dans son
programme relatif a la nutrition (2).

D. CARACTERISTIQUES NUTRITIONNELLES.

Dans l'ensemble, l'alimentation de la population indigene pr6sente les caract6ris-
tiques suivantes :
lo- Abondance de glucides, fournis principalement par les patates douces et, en propor-
tions moindres, par le sorgho, l'1eusine, les bananes, le mais, les 16gumineuses et
divers tubercules ; grande qu'antit6 de provides vegetaux, fournis surtout par les
haricots et les pois.

(1) Un example caract6ristique est cit6 par P. Gourou, dans son ouvrage < Les pays tropicaux Edition
des Presses Universitaires de France 1948. Paris page 83 in fine, et suivantes :
<< La preparation du grain par les m6thodes habituelles des populations tropicales est longue et
<< p6nible. Chez les Bemba la femme charge de la cuisine pilonne chaque jour le millet (l1eusine) n6cessaire:
< il faut une heure pour ce travail qui comporte un pilonnage, un vannage, un second pilonnage plus court
<< que le premier, un second vannage, puis la reduction du grain en farine sur la meule dormante au moyen
d'une pierre. Mais la cuisiniere doit aussi chaque jour aller chercher du bois de feu, et cela exige une
< petite heure, chercher de l'eau, ce qui demand parfois une heure quand le point d'eau est 6loign6. Elle
doit aussi cueillir, dans son jardin ou dans la fort, les products indispensables a la preparation de la sauce
( qui accompagne la bouillie de millet, et cela peut aussi demander une heure. II faut enfin faire bouillir
< 1'eau pour la cuisson de la bouillie et faire mijoter la sauce. La preparation du repas exige au moins trois
< heures. Aussi n'est-il pas 6tonnant qu'il y ait seulement un repas par jour; bien que les Bemba soient aptes
< h absorber d'6normes quantities de bouillie de millet, on peut penser que cet unique repas ne leur apporte
pas une nourriture suffisante. L'heure du repas est tout a fait irr6guliere; elle se place entire midi et
< 17 heures selon les occupations agricoles des femmes, et les Bemba, parfaitement habitues a ce r6-
<< gime, ne sont pas r6volt6s par l'irregulariti et l'insuffisance de leurs repas. Il arrive que la mena-
<< gre soit trop fatigue pour entreprendre les trois heures de dur travail que n6cessite la preparation
<< du repas; elle s'assied et ne fait rien; les membres de la famille mangent alors ce qui leur tombe sous
<< la main, un 6pis de mais, une patate cuite sous la cendre. >
(2) cf. Liv. V, Chap. I, Sect. I, 3, C.










2- Absence quasi complete de lipides d'origine vegetale et, pour la majority des indi-
genes, d'origine animal ; apport insignificant en provides animaux.
L'altitude ne permet pas a 1'dlaeis de croitre ; les autres ol6agineux ne sont guere
connus dans le pays. Quant k la graisse d'origine animal, repr6sent6e par le
beurre indigene qui 6tait dans le passe 1'apanage des batutsi, elle depend 6videm-
ment de la quantity de lait et de sa richesse en matiere grasse ; or, les vaches
ruandaises ne donnent que 1,5 a 2 litres de lait par jour, don't la teneur est tou-
tefois 6lev&e, oscillant aux environ de 55 0/00.
La viande ne repr6sente, pour les raisons exposes plus haut, qu'un tres minime
appoint aux besoins nutritionnels en provides animaux. Par ailleurs, le poisson
n'est consomme que par un faible pourcentage de la population.
30- Consommation occasionnelle de quantitis importantes de 16gumes verts.
Normalement, la consommation de 16gumes a l'Ftat frais est faible. Lorsque
l'indigene se met a manger des v6g6taux verts en abondance, c'est que ses pro-
visions de pois et de haricots diminuent et que la disette est proche. Ceci se produit
frequemment pendant la soudure qui suit une p6riode de secheresse prolong6e.
40-- App6tence pour le lait, bien que seuls les batutsi en absorbent r6gulierement.
Les products lactes occupent toujours une place de choix dans l'alimentation des
batutsi, encore que les quantit6s consommdes paraissent moins 6lev6es que dans
le pass ; jusqu'd l'age de dix ans les enfants en vivent uniquement.
Le mauvais gouit du lait est dfi au manque de paturage de quality, principale-
ment en saison s&che, alors que la plupart des vaches sont obliges de brouter les
jacheres ou les terres en friche.
50- Importance des boissons fermenties.
N'6tant pas considdrdes comme aliments, elles ne sont qu'accessoirement men-
tionnees ici. Cependant, en raison de leur consommation extremement repandue,
le littera suivant leur a 6t6 consacre.

E. BOISSONS FERMENTEES.

II est caracteristique que, dans toute 1'Afrique central, l'indigene soit parvenu,
dans 1'art de la fabrication des boissons fermentees, au stade atteint par les peuples civi-
lises d'Europe il n'y a guere plus de cent ans. Les diverse boissons alcoolis6es que l'afri-
cain fabrique, vraisemblablement depuis des si6cles, jouent un r6le important dans sa vie
social, notamment lors des naissances, des marriages, des fun6railles, de toute fete ou
ceremonie.
Au Ruanda-Urundi, chaque famille fabrique ou fait fabriquer les boissons don't la
nature varie selon le rang et la region. Elles sont consommees, vendues ou troquees.
II en existed trois sortes principles : les boissons a base de sorgho, qui peut 6tre
employ en mdlange avec d'autres grains, tels 1'6leusine et le mais ; les boissons A base de
jus de bananes, et 1'hydromel. Celui-ci, ainsi que les bieres de bananes se caracterisent
par un degr6 alcoolique 61ev6 qui peut atteindre 1105 G.L.
Ces boissons, par suite du manque de soins et de l'empirisme de la technique cou-
tumiere, sont mediocres de goft et peu hygi6niques. Leur valeur iconomique est faible
en raison de 1'utilisation irrationnelle des matieres premieres qui entrent dans leur
composition. Leur importance alimentaire est cependant tres appreciable. C'est ce que
mettent en lumiere les chiffres du tableau d'analyse ci-apres, extrait du rapport de
mission de M. Adriaens.











Pour 1.000 ml. de liquid

d' Specification Alcool Extrait 'Cendres Pro- Acidite Sucres
teines en acide
ordre 15oG.L. sec totales brutes sulfuri- Gluco- Saccha-
que se rose

1 Jus de fruits 6crases 165,96 0,49 0,63 2,21 94,40 62,32
(moat)
2 idem 197,12 11,14 traces 3,28 93,74 80,29
3 Urgwagwa >, boisson
ferment6e en milieu in-
digene en partant du
moat no 1 90 46 36,40 8,82 4,91 4,36 2,55 4,04
4 Urgwagwa >>, boisson
ferment6e en milieu in-
digene en partant du
moat no2 90 46 52,63 9,87 3,15 4,21 19,16 2,95
5 << Urgwagwa >> no 4, ad-
ditionn6 de miel, non fer-
ment6 80 50 149,20 10,88 5,08 4,90 116,54 11,91
6 << Inkangaza >, provenant
de la fermentation en mi-
lieu indigene du no 5 110 50 52,88 5,34 3,75 3,92 12,45 4,33
7 << Urgwagwa >> venant du
moat n02 ensemenc6 par
une levure s6lectionn6e 4 40 120,70 8,77 3,22 5,83 61,60 39,51
8 Idem 100 34,87 8,22 3,85 4,12 2,98 -
9 Boisson fournie par la fer-
mentation spontanee au
laboratoire du moat no 2 50 40 74,09 9,28 4,24 4,80 17,11 14,27
10 Solution aqueuse de miel
(moat d'hydromel) 365,26 10,78 3,15 1,62 250,- 12,45
11 << Ubuki >>, hydromel pro-
venant de la fermentation
en milieu indigene du
moat nh 10 80 60 115,28 6,20 1,93 5,78 66,11 4,29
12 Boisson fournie par la fer-
mentation spontanee au
laboratoire du moat no 10 (1) 294,22 10,10 3,19 4,49 165,04 3,78
13 Suspension de farine de
sorgho dans l'eau,
(moatd'<>) (2) 172,90 5,16 6,08 2,11 43,02 5,57
14 Idem (3) 127,72 3,06 10,26 0,93 14,90 13,68
15 << Amargwa >>, provenant
de la fermentation en mi-
lieu indigene du moat
no 13 30 75 256,80 6,86 26,56 5,98 16,06
16 << Amargwa >>, provenant
de la fermentation en mi-
lieu indigene du moat
no 14 00 50 71,61 3,23 4,88 2,74 traces 7,89
17 << Amargwa >> no 15, addi-
tionn6 de miel, non fer-
ment6 10 10 244,83 7,08 10,68 3,92 105,17 traces
18 << Inturire>>, provenant de
la fermentation en milieu
indigene du no 17 60 40 136,24 7,37 3,15 10,14 37,43 traces




(1) Le volume de l'Nchantillon n'a pas permis de proc6der au dosage de l'alcool.
(2) Les graines de sorgho ont 6t6 mises a germer dans les cendres de feuilles de bananiers, proc6d6 indigene
habituel.
(3) Exp6rience faite avec des graines de sorgho mises a germer dans de l'eau sans cendres de feuilles de
bananiers.









3. Le bilan alimentaire actuel.


A. BESOINS ALIMENTAIRES.


Une alimentation rationnelle comprenant les principaux 616ments nutritifs neces-
saires a l'organisme human doit, pour l'indigene adulte, correspondre a une ration
quotidienne 6quilibr6e comme suit :


provides (matieres azotees) : 60&h 75 grammes
on considere qu'il faut, par jour, une quantity de proteines gale, en grammes,
au nombre de kgs. repr6sentant le poids moyen de l'individu.
de ces prot6ines, au moins un quart doit 6tre d'origine animal, encore
qu'un regime parfaitement 6quilibr6 en exigeraitjusqu'A 50 %.
lipides (matieres grasses) : 70 grammes
glucides (hydrates de carbon) : 500 grammes


La ration requise pour la femme 6quivaut aux trois quarts de celle de l'homme
adulte, aux deux tiers pour les enfants de plus de dix ans et au tiers pour les enfants de
moins de dix ans.
Or, la population indig6ne du Ruanda-Urundi 6tait 6valu6e, fin 1949, A 892.236
hommes, 1.038.735 femmes et 1.951.421 enfants, don't on peut admettre qu'environ
700.000 avaient plus de dix ans.
En se basant sur ces donndes, les besoins alimentaires de l'ensemble de la population,
exprimes en rations d'hommes adults, reprisentent actuellement 2.555.000 rations
par jour, ou 932.575.000 rations par an, ce qui, pour chacun des elements nutritifs men-
tionnes ci-dessus, correspond aux quantities suivantes :


provides
minimum (base : 60 grs) 56.000 T.
don't provides animaux :
minimum (25%) : 14.000 T.
t maximum (50%) : 28.000 T.
maximum (base : 75 grs) 70.000 T.
don't provides animaux :
i minimum (25%) : 17.500 T.
( maximum (50%) : 35.000 T.
lipides 65.300 T.
glucides 466.300 T.



B. DISPONIBILITES ALIMENTAIRES.

L'application, aux statistiques de production de 1949, des pourcentages repr6sentant
la teneur en 61ements nutritifs donne les r6sultats mentionn&s dans le tableau ci-apres:








DISPONIBILITES ALIMENTAIRES 1949.


proti- lipi-
des des


liie guie


des I des desI


I. Produits vivriers (1)

Patates douces et autres
tubercules
Haricots, pois, ambrevades,
etc.
Manioc
Bananes
Sorgho
Mais
Autres c6reales
Arachides, soja
Huile de palme


1.348.100

306.000
958.000
984.100
147.200
108.700
45.200
6.500
600


6.120


4.416
5.435
904
2.600
570


Totaux I 150.601 20.045 1.090.843


II. Produits de l'levage

Viande (2) 9.700 17,5 3 1.701 291 -
Lait (3) 15.000 5 5 5,5 750 750 825

III. Produits de la pdche (4)

Poisson 2.000 12 240 -


Totaux Ilet III 2.691 1.041 825


Totaux I, H et III 153.292 21.086 1.091.668



(1) cf. Liv. III, Ire Part., Chap. I, Sect. II, 5.
(2) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. I, Sect. II, 6, A.
L'6valuation des quantit6s de viande consommies a &t6 calculke comme suit :

Nornbre de tktes abattues Quantit6 de viande de boucherie
Nombre moyen de kg. par tete

b6tail bovin 80.000 x 90 = 7.200 T.
betail ovin et caprin 158.000 x 15. = 2.370 T.
b6tail porcin 2.500 x 60 = 150 T.
Total = 9.720 T.
Chiffre arrondi aux 100 T. 9.700 T.

(3) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. I, Sect. II, 6, B.
La quantity de lait consomme par les indigenes pouvant 6tre estimee h 15 millions de litres, le poids
correspondent est d'environ 15.000 tonnes.
(4) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. II, Sect. III, 1.


310.063

174.420
181.600
216.508
101.568
78.264
27.120
1.300


provides


26.962

73.440
9.580
9.841
14.720
9.783
4.520
1.755


Poretg de quait (tnns)d


Production
1949
tonness)


-ourcentage de


|Quantite tonness) de


Produit


lipides


gluci-
des


glucides









C. DIFFERENCES ENTIRE BESOINS ET DISPONIBILITES


La comparison entire les donnies indiquees
donne les r6sultats inscrits dans le tableau suivant:


respectivement sub A et B ci-dessus


Disponi- Diff6rence
Besoins bilits
tonness) tonness) Exedent Deficit
tonness) tonness)


Protides

v6getaux minimum 28.000 122.600

maximum 52.500 98.100

animaux minimum 114.000 2.700 11.300

maximum ?35.000 32.300

Lipides 65.300 21.100 44.200

Glucides 466.300 1.091.700 625.400


Ce tableau decele une carence important en provides animaux et en lipides, alors
que le bilan est largement exc6dentaire en provides v6g6taux et en glucides.
II s'ensuit que l'effort des dix prochaines annees doit porter sur la production de
provides animaux, qui contiennent en abondance les acides amin6s essentiels a l'homme,
et sur celle de matieres grasses, qui, tout en r6pondant a une moindre n6cessit6 6nerg6tique
dans les pays chauds que dans les regions A climate temp6rd, constituent n6anmoins une
source important d'apports en vitamins A, D et E.

Section H. PROGRAMME DECENNAL.

1. Les measures d'ensemble.

A. AMELIORATION QUANTITATIVE

Le programme pr6voit, avant tout, la poursuite de la lutte centre les famines et
les disettes. A cette fin, les measures prises depuis que la gestion du Territoire fut confide
t l'Administration belge doivent non seulement 6tre maintenues mais intensifies. II
serait, en effet, illusoire d'essayer d'amiliorer quantitativement et qualitativement
1'alimentation des indigenes sans veiller, dans le meme temps, a ce que le ravitaillement
soit r6gulierement assure, meme pendant les ann6es oi l'irr6gularit6 des'pluies bouleverse
1'6conomie des travaux agricoles et en rdduit les rendements.
Dans cet ordre d'id6es, le probl6me essential est d'arreter la degradation du sol qui,
surcharge, s'appauvrit de plus en plus et s'avere d6ji incapable en certain endroits de
nourrir ses occupants. Pour y parvenir, il faudra proc6der a une reduction selective du.
cheptel bovin lequel, par surcharge pastorale, provoque 1'6rosion et limited la superficie
des terres cultivables (1); il s'imposera de degorger les zones surpeuples en provoquant
1'exode d'une parties de leurs populations vers des regions moins occupies, situdes dans
les limits du Territoire ou en dehors de celui-ci (2). La seule am6lioration des m6thodes


(1) cf. Liv. III, ire Part., Chap. I, Sect. I,
(2) cf. pages 10 et 11.










culturales ou pastorales ne pourrait compenser les consequences de Poccupation crois-
sante des terres qui se d6veloppe selon une progression g6omitrique.
Dans le meme but, il faudra sp6cialiser les productions agricoles des regions natu-
relles (1), orienter les populations vers d'autres modes de vie (2) et promouvoir la
valorisation des products par la creation d'industries locales (3).
Le programme de d6veloppement agricole vise notamment a mettre en valeur cer-
taines regions (4), telle la plaine de la Ruzizi, qui doivent devenir des greniers A vivres
capable de ravitailler, en cas de besoin, les populations des contrees d6favoris6es. L'inten-
sification localisee des cultures vivrieres, sp6cialement celle du manioc qui est la plus
indiquee pour assurer d'importantes reserves, aura pour r6sultat que la production
des regions mises en valeur dans ce but d6passera les besoins des producteurs. Les surplus
de vivres qui ne seraient pas absorbs par la consommation locale devront pouvoir
s'6couler a des prix normaux, sous peine de voir les indigenes ramener leurs emblavures
aux strictes superficies n6cessaires a leur propre alimentation. La position geographique
du Ruanda-Urundi faisant obstacle A l'exportation 6conomique de products de faible
valeur, l'installation d'industries de transformation devra etre privue.

B. AMELIORATION QUALITATIVE.

L'alimentation doit etre amdlioree par la multiplication des sources d'approvi-
sionnement en matieres grasses et en protdines d'origine animal. A cette fin, le programme
agricole privoit notamment l'intensification des cultures d'arachides, de soja et de palmiers
61aeis, ainsi que 1'extraction de l'huile de coton.
L'arachide est apprecide par les populations, bien qu'elles la consid6rent comme
une friandise plut6t que comme un aliment. Le soja, d'introduction assez r6cente, est
encore peu apprci&. L'huile de palme ne peut etre produite que dans une zone tres
limit6e situde aux abords du lac Tanganika et en quelques parties de la plaine de la
Ruzizi. Quant a l'huile de coton, elle n'est guere encore connue des populations de ce
pays, mais il est permis d'esp6rer que son introduction se fera aisement.
En ce qui concern les prot6ines d'origine animal, une meilleure organisation
de l'l1evage indigene, double d'une exploitation rationnelle des products du b6tail (5),
de mrme que le d6veloppement de la peche et de la pisciculture (6), permettront de rem6-
dier partiellement aux deficits actuels.

2. Les measures particuliires.

A. MEASURES RELATIVES AUX GROUPS PRIORITAIRES.

Certaines categories d'individus doivent beneficier d'un regime de faveur pour
leur ravitaillement. On peut les qualifier << groupements prioritaires >>, parmi lesquels
se rangent les femmes enceintes, les jeunes meres, les nourrissons, les enfants et les travail-
leurs.
L'action protectrice de la mere et de l'enfant indigenes, d6veloppie dans le program-
me medical, portera notamment sur la multiplication des consultations pr6natales et
des consultations de nourrissons (7). Grace a elles, une propaganda efficace sera faite pour
une alimentation judicieuse, non seulement de la mere et du nourrisson, mais igalement
de l'enfant ayant d6pass6 l'age de fr6quentation des consultations.


(1) cf. Liv. III, Introduction, 4.
(2) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. VIII, Sect. II, 3.
(3) cf. Liv. IV, Chap. II.
(4) cf. Liv. III, Ire Part., Chap. I, Sect. II, 3.
(5) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. I.
(6) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. II.
(7) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. VII, Sect. IV, 2.









Au profit de I'enfant en age de scolarit6, un important effort sera r6alis6 par la
creation de cantines scolaires oii un repas chaud, du type << soupe scolaire >, sera servi
aux jeunes 6coliers. Cette measure, prec6dee d'une enquete aupr6s des directeurs des
6tablissements scolaires du pays, commencera par 6tre appliquee dans un petit nombre
d'6coles. Les resultats de l'exp6rience, notamment quant a son incidence sur le d6velop-
pement physique et mental des enfants, permettront, s'ils sont favorables, de d6cider
de la g6n6ralisation progressive de l'ceuvre, en donnant priority aux regions les plus
d6sh6rities au point de vue alimentaire. On peut esperer que l'effet de cette measure sera
double parce que, tout en exergant une action directement bienfaisante sur la sant6 de
l'enfant et sur son rendement scolaire, elle est susceptible d'une repercussion, tres lente sans
doute mais reelle, sur le milieu familial, I'enfant s'habituant peu a peu a exiger chez lui
une nourriture plus substantielle et une hygiene alimentaire moins sommaire.
Quant aux travailleurs, les experiences faites dans des exploitations minieres occu-
pant un important personnel salari6 ont 6tabli qu'une relation 6troite existe entire le ren-
dement de 1'individu et la fagon don't on le nourrit. C'est pourquoi le programme d6cennal
relatif aux problemes de main-d'oeuvre prevoit la substitution d'un repas chaud a la
ration en especes et la distribution a tous les salaries d'une quantity suffisante de matieres
grasses (1).

B. EDUCATION ET MEASURES DIVERSE

Le probleme de la sous-alimentation et de la malnutrition ne saurait etre r6solu
uniquement par les ameliorations que r6aliseront les programmes de production agricole
et d'6levage. II exige, en outre, un intense effort d'6ducation et la r6alisation des diverse
measures prevues ailleurs (2) pour lever le niveau d'existence des populations de ce pays.
En matiere d'6ducation, la contribution essentielle viendra de l'enseignement a
orientation surtout m6nagere de la femme indigene (3) ainsi que du d6veloppement de
l'assistance social (4). On peut escompter aussi qu'une action intensified d'information
et de propaganda exercera sur la masse une influence similaire tendant a r6pandre peu
a peu la conviction que l'alimentation doit 8tre plus saine et plus rationnelle (5).
D'autre part, le ravitaillement des populations sera amdlior6 par la creation d'ins-
tallations d'entreposage et de conservation des products ( magasins, silos, entrep6ts,
frigos ) de meme que par le perfectionnement du r6seau routier et des moyens de transport.
Enfin, l'elivation g6ndrale du revenue (6) constituera un facteur favorable h 1'ac-
croissement de la consommation et, il faut l'esp6rer, a la naissance chez l'indigene d'un
souci plus 6clair6 de sa sant6 et de son bien-6tre.













(1) cf. page 31.
(2) cf. Liv. IV, Chap. II, Sect. II.
(3) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. VIII, Sect. II, 2.
(4) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. IX, Sect. I, 8.
(5) cf. Liv. I, Ire Part., Chap. IX, Sect. I, 1, 2, 3, 4, 6, 7.
(6) cf. Liv. IV, Chap. II, Sect. I, 2.









3. Le bilan alimentaire dans dix ans.


A. BESOINS ALIMENTAIRES.


En admettant, comme il semble plausible (1) que la population s'accroisse de 25 %
d'ici dix ans, et en supposant que l'6quilibre d6mographique demeure sensiblement le
meme qu'actuellement, le nombre total de rations annuelles passerait de 932.575.000 a
1.166.000.000. Si l'on tient compete des perspectives d'6migration au course des dix pro-
chaines annees (2), ce nombre de rations se ramene a 1.147.000.000.

Sur cette base, les besoins en l66ments nutritifs correspondraient aux quantities
suivantes (3) :


B. DISPONIBILITES ALIMENTAIRES.

Ces disponibilit6s apparaissent dans le tableau ci-apres.












(1) cf. pages 7 et 8.
(2) cf. pages 10 et 11.
(3) Les bases et le mode de calcul sont identiques a ceux utilis6s pour 6tablir le bilan actuel; cf. page 54.


- provides
minimum (base: 60 grs.) 68.800 T.
don't provides animaux:
minimum (25 %) : 17.200 T.
( maximum (50 %) : 34.400 T.
maximum (base: 75 grs.) 86.000 T.
don't provides animaux :
I minimum (25 %) : 21.500 T.
maximum (50 %) : 43.000 T.
- lipides 80.300 T.
- glwucides 573.500 T.









PROVISIONS DE DISPONIBLITES ALIMENTAIRES DANS DIX ANS.

Production Pourcentage de Q| uantit6 tonness) de
Products proti- lipi- gluci- --
Produits tonness) prodesti- des gdesuci- provides lipides glucides


L Produits vivriers (1)
Patates douces et autres
tubercules 1.793.700 2 23 35.874 412.551
Haricots, pois, ambrevades 368.800 24 2 57 88.512 7.376 210.216
Manioc 1.258.000 1 20 12.580 251.600
Bananes 1.082.500 1 22 10.825 238.150
Sorgho 147.200 10 3 69 14.720 4.416 101.568
Mais 150.000 9 5 72 13.500 7.500 108.000
Autres c6reales (2) 65.600 10 2 60 6.560 1.312 39.360
Arachides, soja (3) 14.000 27 40 20 3.780 5.600 2.800
Huile de palme 1.800)
< < coton 450 2.135 -

Total I 186.351 28.339 1.364.245

II. Produits de l'levage
Viande (4) 13.000 17,5 3 2.275 390 -
Lait (5) 80.000 5 5 5,5 4.000 4.000 4.400
III. Produits de la pdche (6)
Poisson 17.500 12 2.100 -

Total II et III 8.375 4.390 4.400


Total I, 11 et III 194.726 32.729 1.368.645

(1) cf. Liv. III, ire Part., Chap. I, Sect. II, 5.
(2) Dans l'hypothese ofi la production de riz passerait a un rendement de 4.000 kg/Ha. (cf. L. III,
le Part., Chap. 1, Sect. 2, 7.) il en r6sulterait, par rapport aux chiffres ci-dessus, une augmentation
de disponibilit6s a concurrence de 375 T. de provides, de 75 T. de lipides et de 2.250 T. de glucides.
(3) Dans l'hypothese oii la production de soja, au lieu d'6tre triplee, serait d6cupl6e en dix ans, ce qui est
techniquement possible, il en r6sulterait, par rapport aux chiffres ci-dessus, une augmentation de dispo-
nibilit6s a concurrence de 1.890 T. de provides, de 2.800 T. de lipides et de 1.400 T. de glucides.
(4) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. I, Sect. II, 6, A.
En supposant
que le cheptel bovin soit r6duit, d'ici 10 ans, a quelque 500.000 tetes fournissant chaque annie
15 % d'animaux de boucherie, d'un poids moyen de 150 kgs. de viande,
que les fournitures de viande provenant du b6tail ovin, caprin et porcin restent inchang6es,
l'6valuation des quantities totales de viande consomme s'6tablit comme suit :
Nombre de tetes abattues Quantit6 de viande de boucherie
Nombre moyen de kg. par tete

b6tail bovin 70.000 x 150 = 10.500 T.
b6tail ovin et caprin 158.000 x 15 = 2.370 T.
b6tail porcin 2.500 x 60 = 150 T.
Total = 13.020 T.
Chiffre arrondi aux 100T. 13.000 F.


(5) cf. Liv, III, 2me Part., Chap. I, Sect. II, 6, B.
La quantity de lait, disponible d'ici dix ans pour la consommation indigene,
comme suit :
production .. .. .. .. .. ..
alimentation des veaux : 40.000.000
fournitures aux laiteries : 15.000.000

(6) cf. Liv. III, 2me Part., Chap. II, Sect. III, 1.


peut 8tre estimbe
135.000.000 litres
55.000.000 litres.
80.000.000 litres.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs