• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Note de l'editeur
 Introduction
 Premiere partie: A travers...
 Deuxieme partie: Chasses au...
 Troisieme partie: La traversee...
 Appendice
 Mots etrangers et Francais comportant...
 Table of Contents
 Advertising














Group Title: Du Cameroun au Caire par le désert de Libye : chasses au Tchad ; avec vingt-quatre gravures hors texte et deux cartes
Title: Du Cameroun au Caire par le désert de Libye
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00020157/00001
 Material Information
Title: Du Cameroun au Caire par le désert de Libye chasses au Tchad; avec vingt-quatre gravures hors texte et deux cartes
Physical Description: 3 p., l., <v>-viii, 9-406 p., 1 l. : plates, fold, maps. ; 19 cm.
Language: French
Creator: Bruneau de Laborie, Emile Louis Bruno, 1871-1930
Publisher: E. Flammarion
Place of Publication: Paris
Publication Date: [c1924]
 Subjects
Subject: Hunting -- Chad   ( lcsh )
Description and travel -- Cameroon   ( lcsh )
Chad   ( lcsh )
Libyan Desert   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00020157
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000929746
oclc - 02908412
notis - AEP0545
lccn - 25000904

Table of Contents
    Front Cover
        Front cover
    Half Title
        Half title
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Note de l'editeur
        Page iii
        Page iv
    Introduction
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page viii-a
    Premiere partie: A travers le cameroun
        Page 9
        A travers le Cameroun
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
        De Douala a Yaounde
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
        De Yaounde a Yoko
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
        De Yoko a Tibati et Ngaoundere
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 68a
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
        De Ngaoundere a Garoua par Rei Bouba
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 92a
            Page 93
            Page 94
        De Garoua a Kousseri et Fort-Lamy
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
    Deuxieme partie: Chasses au Tchad
        Page 117
        Chasses au Tchad
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 140a
            Page 141
            Page 142
            Page 143
        Fort-Archambault - Le bahr Aouk et Kiya-be
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 164a
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
        Le bahr Hadid et le bahr Keita
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 188a
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
        Singako
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
        De Singako a abeche par Am Timane
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
            Page 236
            Page 236a
            Page 237
            Page 238
            Page 239
            Page 240
            Page 241
            Page 242
            Page 243
            Page 244
            Page 245
            Page 246
    Troisieme partie: La traversee du desert de Libye
        Page 247
        La traverse du desert de Libye
            Page 247
            Page 248
            Page 249
            Page 250
            Page 251
            Page 252
            Page 253
            Page 254
            Page 255
            Page 256
            Page 257
            Page 258
            Page 259
            Page 260
            Page 260a
            Page 261
            Page 262
            Page 263
            Page 264
            Page 265
        Preparatifs a Faya
            Page 266
            Page 267
            Page 268
            Page 269
            Page 270
            Page 271
            Page 272
            Page 273
            Page 274
            Page 275
            Page 276
        Journal de route - D'ounyanga a Alexandrie
            Page 277
            Page 278
            Page 279
            Page 280
            Page 281
            Page 282
            Page 283
            Page 284
            Page 284a
            Page 285
            Page 286
            Page 287
            Page 288
            Page 289
            Page 290
            Page 291
            Page 292
            Page 293
            Page 294
            Page 295
            Page 296
            Page 296a
            Page 297
            Page 298
            Page 299
            Page 300
            Page 301
            Page 302
            Page 303
            Page 304
            Page 305
            Page 306
            Page 307
            Page 308
            Page 308a
            Page 309
            Page 310
            Page 311
            Page 312
            Page 313
            Page 314
            Page 315
            Page 316
            Page 317
            Page 318
            Page 319
            Page 320
            Page 321
            Page 322
            Page 323
            Page 324
            Page 325
            Page 326
            Page 327
            Page 328
            Page 329
            Page 330
            Page 331
            Page 332
            Page 332a
            Page 333
            Page 334
            Page 335
            Page 336
            Page 337
            Page 338
            Page 339
            Page 340
            Page 341
            Page 342
            Page 343
            Page 344
            Page 345
            Page 346
            Page 347
            Page 348
            Page 349
            Page 350
            Page 351
            Page 352
            Page 353
            Page 354
            Page 355
            Page 356
            Page 356a
            Page 357
            Page 358
            Page 359
            Page 360
            Page 361
            Page 362
            Page 363
            Page 364
            Page 365
            Page 366
            Page 367
            Page 368
            Page 369
            Page 370
            Page 371
            Page 372
            Page 373
            Page 374
            Page 375
            Page 376
            Page 377
            Page 378
            Page 379
            Page 380
    Appendice
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
    Mots etrangers et Francais comportant une explication, avec le sens dans lequel ils sont employes au cours de ce livre
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
    Table of Contents
        Page 407
    Advertising
        Page 408
Full Text
BRUNEAU DE LABORIE



Du Cameroun

au Caire

par le desert de Libye

Avec vingt-quatre gravures hors texte
et deux cartes


ERNEST FLAMMARION, EDITEUR
26, Rue Racine, PARIS
Quatrieme mille












Du Cameroun au Caire
par le desert de Libye
Chasses au Tchad





BRUNEAU DE LABORIE


Du Cameroun

au Caire

par le dsert de Libye

Chasses au Tchad


AVEC "VINGT-QUATRE GRAVURES HOURS TEXTE
ET DEUX CARTES




PARIS
ERNEST FLAMMARION, EDITEUR
26, RUE RACINE, 26


Tons droits de traduction, d'adaptation et de reproduction resoryds-
pour toas los pays.
















































Droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
rdserv6s pour tous les pays.
Copyright 1924,
by ERNEST FLAMMARION.

















NOTE DE L'EDITEUR






Ce voyage, et plus sp6cialement la liaison du Tchad A
Alexandrie par de desert de Libye, don't l'itin6raire de
M. Bruneau de Laborie traversait la parties inexplor6e, a
value & son auteur la grande m6daille d'or de la Societe
de Geographie, puis la grande m6daille d'or de la Societe
de Geographie d'Anvers.




















INTR ODUCTION


SChargg en 1922 par le MinistBre des Colonies, la So-
ciet6 de G6ographie et Je Museum d'Histoire Naturelle
d'une mission au Borkou-Ennedi, au Ouadai, au Sala-
mat et au Cameroun, les considerations qui interve-
naient en faveur de mon passage 6ventuel par Ben Ghazi
et par Koufra pour gagner le Borkou, avaient, dbs I'ori-
gine, attire attention du Ministere et de la Soci6t6 de
Geographie simultandment.
Ces considerations 6taient les suivantes :
i Au point de vue moral, il 6tait A souhaiter, pour
notre prestige colonial, que la grande route tradition-
nelle des caravanes qui vont du Ouadai, possession
frangaise, A la c6te mdditerraneenrie, en traversant le
desert de Libye du Sud-Ouest an Nord-Est, fit parcou-
rue pour la premiere fois dans son entier par un Fran-
cais ; car la liaison n'avait encore Wte faite par aucun
Europ6en.
a2 Au point de vue scientifique, il 4tait vraisemblable
que mon passage en Libye me mettrait A meme de
r6unir des renseignements d'une certain portEe.
3 Au point de vue commercial, il n'dtait pas su-
perflu d'apporter des indications sur le coit, la dur6e
et les conditions de securitM du transport de l'ivoire,
des plumes et de I'or, principalement, par cette voie.
L'6ventualitE de me confer une- mission sur oes
bases avait d'abord 6tW favorablement envisage ; mais







INTRODUCTION


le souci de manager des susceptibilit6s 6trangbres avait
determine 1'abandon de toute initiative officiello de
cet ordre,
Cependant 1'intiret de cet itin6raire ou, a d6faut,
de l'itin6raire inverse subsistait entier, et ma situa-
tion ind6pendante me daissait la faculty, si les circons-
tances s'y pretaient, de 1'adopter a titre priv4.
J'ai rxei finalement du Ministere des Colonies la
mission de recueillir, au Cameroun et au Tchad, divers
renseignements d'ordre 6conomique; Ie Museum
d'Histoire naturelle me confiait le soin de lui rapporter
des documents anatomiques concernant notamment le
Thinoc6ros r enfin la Soci6t6 de G6ographie, et c'6tait
la partie important de mon voyage, me chargeait, sur
ma demand, de tenter la traversee du desert de Libye,
du Ouada'i A Alexandrie, par la route Tekro, Sarra,
Koufra, Djalo, Djerboub.
II m'atait accord6e cette occasion, par ]e Ministere,
une subvention de 2.000 francs, qui fut plus tard por-
tee 4.ooo, et .par la Societe de Geographie, une
subvention de io.ooo francs. M. Carde, Commissaire
de la lhpublique au Cameroun, M. Augagneur, Gou-
verneur G6enral de l'Afrique Equatoriale FranCaise,
et M. Lavit, Gouverneur du Tchad, ont bien voulu, en
outre, me manager des facilities d'ordres divers qui ont
contribute a llger le budget de ma mission. Celui-ci,
malgrd l'appoint de ma contribution personnelle, est
toutefois rest assez faible, et cette circonstance excu-
sera la modestie des resultats que j'ai obtenus sur
certain points.
Je renouvelle ici 1'expression de mes remerciements
sinceres & M. Sarraut, ainsi qu'A ces hauts fonction-
naires. Je tiens A mentionner 4galement l'aide pr&-
cieuse que me preta M. le Gouverneur Bonamy, 1e
courageux explorateur saharien, directeur des affairs
musulmanes au Ministere des Colonies. Ses suggestions
furent l'origine du project qui prevoyait mon passage







INTRODUCTION


par Ben Ghazi. Sa competence en matiere islamique,
.sa connaissance approfondie de tout ce qui concern los
liaisons sahariennes, m'avaient fourni alors ure docu-
mnentation qui me fut, par la suite, d'un grand secours.
M. le Directeur Duchesne, president de la Commis-
.sion des Missions, a suivi, lui aussi, avec un intdrdt qui
s'est manifesto h plusieurs reprises, la parties de mon
itin&raire sitube en territoire francais.
L'aocueil plein d'aimable courtoisie, P'aide cordiale,
l'hospitalit6 flatteuse que M. le Lieutenant-Colonel
A.-C. Parker, directeur de la Frontier District Adminis-
tration, M. Edwin de Halpert, Gouverneur du Western
Desert Province, representant le Gouvernement Royal
Egyptien, le Major E.-A. Bayly, Acting Governor, le Lieu-
tenant Howse, commandant la section du Camel Corps
'de Siwa, et Ali Abd el Wahab effendi, mamuir de cette
ville, me menageaient, & titre priv4 aussi bien qu'&
Ititre official, lorsque j'ai-repris contact avec les peuples
,polices, restent 6galement d'un prix tout particulier
A mes yeux.
Dans toute la measure oiule permettait le respect des
conventions internationales, j'ai trouv6 au Tchad, et
particulibrement au Borkou, aupris du Commandant
Couturier, du Capitaine Ledru, du Lieutenant Dufail,
-chef de la Subdivision de Faya, des Lieutenants Bren-
neur et de Bentzmann, de I'Adjudant Souverain et des
Sous-Officiers du post, de M. Trillant, Chef du Service
Radio-Tl16graphique, une collaboration active, effi-
cace, amicale, qu'en aucun cas, je ne saurais oublier.
Enfin 1'intervention financibre de la Soci6td de Geo-
graphie, la confiance et a'appui qu'elle m'a si large-
ment accordEs, la bienveillance de son regrett6 Presi-
dent le Prince Bonaparte, les encouragements, les con-
seils de son eminent Secr6taire G6neral, M. Guillaume
Grandidier, en qui l'explorateur unit les hautes qua-
lit6s de l'homme de science h cells de 1'homme d'action,
lui assignment, dans la preparation et dans la r6alisation






VIII INTRODUCTION

de ma tentative, comme dans ma gratitude, le premier
tang.
Le r6cit qui suit n'a pas la prdtention de presenter
une 4tude des regions que j'ai traverses. Je suis pass
trop vite dans la plupart d'entre elles. Mais on y trou-
vera, exposes avec sinceritY, h l'aide de notes sommaires
prises au jour le jour, en course de route, la plupart
des observations qu'un voyageur attentif peut r6aliser
dans ces conditions.
B. L.
1924.

NOTE. Pour les mots necessitant une explication, se
reporter au vocabulaire, & la fin.





Document ktabli par la SociML4 do G8ographic.

BiSkra f 2
ALGERIE S -F*
&STripoI
Ouargla eexand

TERRITOIRES
h-adama faaboue
DU SUD r s eeo
Jo/a~ 6em Siouah
B, Ptt to/ e/lad
tF]FFatter TRIPOLITAIN IGN

DESERT
F E Z Z A N
SMourzou K O 5
Ghat D E
.Gatroun
oJanet 'S
nuCan L I B Y E

OrMoty/inske .., GllCered0 Bechara
~ rr ------------------------------------------------------Cuadi alfa
TI B ESTI-.+
117Azaoua.9 ar
Bapao Don


AIR oBilma "' Ihem on.
AFRIQU AidII;
Agadas NAtdiBiO 43 r lpa;az
OCCIDENT LE ENNEDI
Cu/fl C/a/au/l

FRANqAI E ~Ara P \......
Madaoua Goue6 N-Guigmi 0Ma 8,/C.,
..... 9 1.0 LAC CAD 11ceraE
Zindert 0 -fd
FZ El er El bed
Kand" aRao
O Terz~edo Dara'
ZariaP B dja or n AmimaneOU
PO net
retonft, Tekmaaa j

Cat-en-Nah'a i
Djebba VVIa I tenI __. : -a- a
r % Re 8ub Ne' e
*~nt 00 BccI R
Lokocija G U I RI
-Assaba oFtsi

pr court Chang Bro~J Fd~ a ne a o
00Doaou r 44 be
aound6 I

c 0 N CO GO B E G E_
GOLFM-EGIHVEE1- [a ______ 000

(Page 9)









Du Cameroun au Caire

par le desert de Libye







PREMIERE PARTIES

A TRAVERS LE CAMEROUN





CHAPITRE PREMIER

DE BORDEAUX A DOUALA


Nous avons quitt6 Bordeaux a deux heures.
Le paqucbot c'est l'Asie, des Chargeurs Rdunis, -
glisse avec lenteur sur 1'eau jaune de la Gironde, entire
des rives basses et maussades qu'une pluie froide, un
ciel sombre et has, attristent encore.
La violent templte qui a marqu6 la fin de d6cembre
est a peine finie que d6jh les journaux, ce matin, o1 jan-
vier 1923, en annoncent une autre.
Nous stoppons quelques heures devant Pauillac, puis
nous repartons, dans le came et le silence. La nuit est
venue. AprBs le diner, que j'ai pris, pour ce premier
soir, a une table quelconque, je me suis assis dans un
coin du vaste salon. Deux personnel seulement y ont
pris place come moi. Nul ne parole. Voyageur d6sceu-
vr6, j'attends, presque sans pens6e, immobile et passif,









Du Cameroun au Caire

par le desert de Libye







PREMIERE PARTIES

A TRAVERS LE CAMEROUN





CHAPITRE PREMIER

DE BORDEAUX A DOUALA


Nous avons quitt6 Bordeaux a deux heures.
Le paqucbot c'est l'Asie, des Chargeurs Rdunis, -
glisse avec lenteur sur 1'eau jaune de la Gironde, entire
des rives basses et maussades qu'une pluie froide, un
ciel sombre et has, attristent encore.
La violent templte qui a marqu6 la fin de d6cembre
est a peine finie que d6jh les journaux, ce matin, o1 jan-
vier 1923, en annoncent une autre.
Nous stoppons quelques heures devant Pauillac, puis
nous repartons, dans le came et le silence. La nuit est
venue. AprBs le diner, que j'ai pris, pour ce premier
soir, a une table quelconque, je me suis assis dans un
coin du vaste salon. Deux personnel seulement y ont
pris place come moi. Nul ne parole. Voyageur d6sceu-
vr6, j'attends, presque sans pens6e, immobile et passif,







DU CAMEROUN AU CAIRE


,d6jh las de cette traverse don't les dix-huit jours me
paraissent d'avance interminables, le moment de rega-
..ner ma cabinet ; l'intimit6 de ce minuscule refuge me
,donnera du moins l'impression d'etre un peu chez
.moi.
Brusquement, un fort coup de roulis, un second plus
;fort, et, comme je me lve, un troisieme qui me jetto
,par terre, avec des chaises, cependant qu'en has, dans
:la salle a manger, don't les tables sont encore garnies
Ad'assiettes, j'entends un grand fracas de vaisselle bris6e.
.Nous venons d'entrer dans le Golfe de Gascogne. On
connait sa reputation. Les deux jours qu'on y passe en
sortant de la Gironde sont d'ordinaire deux mauvais
jours. La mer y est violent, dangereuse souvent ; la
brutality de ce d6but incommode nombre de passagers.
II est impossible, ce soir, si ce n'est pour un acrobate,
de circuler sur le navire autrement qu'en s'acCrochant
de place en place ; et c'est cramponn6 a la rampe que je
,descends, de mon mieux, l'escalier.'
Dans ma cabine, une de mes cantines, qu'on avait
placee sur l'autre, a Wt6 lance dans 1'6troit space
,m6nag6 entire la cloison et ma couchette ; la petite
-armoire qui se trouve au -pied de celle-ci, fixee au mur
comme elle, s'es,t ouverte, et les quelques objets quo
j'y avais dejh places sont maintenant 6pars sur le sol.
Je me couche en hate dans ce d6sordre, cependant quo
:sous mes pieds le navire s'dlve et s'abaisse, tout se-
dice, dans le tangage, sort de I'eau.
Le gros temps ne cessera que Je surlendemain.
Ce sent ordinairement des heures mclancoliques que
-celles du d6but d'une, traverse. jien de ce qui peut
s6duire dans un voyage n'apparait encore. La vie du
bord, que certain considbrent comme une transition
agr6able, s'organise a peine. L'agitation du depart a
pris fin ; a la hate, a Ja fievre des derniers jours ont
:succ6d6, dans le court space de temps que le paquebot
.a mis A quitter la terre, Je d4soeuvrement, 1'isolement.
La tristesse des separations r6centes se r6vile dans sa
plenitude. 'La pensee s'abandonne aux souvenirs du
pass, si proche encore, si loin d6jh. Mais bient6t ]e
goit de Faction reprendra ses droits chez ceux qu'a-







DE BORDEAUX A DOUALA


nime 1'esprit du voyageur. L'image de I'objectif appa-
raltra de nouveau, par6e des s6ductions que l'espoir lui
prAte ; sur tout ce gris, le soleil du tropique rdpandra
les splendeurs de sa lumiere.
Puis des relations se noueront, des sympathies par-
fois. II se former des groups; trois 616ments sont
d'ordinaire represents sur ces bateaux : fonction-
naires, officers, commercants ; la communaut6 de
carriere ou de profession, de destination aussi, contri-
buera aux rapprochements, C'est le plus souvent dans
,la salle a manger que le contact s'6tablit, que les pre-
mieres conversations s'engagent. Le commandant
Schoof m'a fort aimablement invite prendre place A sa
table. Je trouverai la M. Jore, qui va remplacer le gou-
verneur de la colonie du Niger, et Mme Jore ; Mme Ca-
dier, qui va rejoindre a Libreville M. Cadier, gouver-
neur, du Gabon ; M. Rousseau, agent de la Compagnie
des Chargeurs Reunis a Cotonou et sa jeune femme;
M. de Lasteyrie ; M. Sicard, agent de la Compagnie
Fraissinet. A Dakar, M. Michel, ancien s6nateur, d616-
gud du Dahomey au Conseil sup6rieur des Colonies, et
Mme Michel, enfin M. Ficatier, inspecteur g6enral des
Ponts et Chaussees, se joindront A nous. La chance
m'a favoris6, et les excellentes relations que je ne ces-
serai d'entretenir avec ces compagnons agreables vont
me faire paraitre la traverse moins longue et moins
monotone.
Pour moi, je sens naltre et grandir une joie pro-
fonde, la pens&e de retrouver bientOt l'Afrique que
j'aime. Je profit de mes loisirs pour me livrer a des
6tudes utiles. J'ai d6ja pris contact a plusieurs reprises
avec les populations musulmanes. Mais l'Ame islamique
est secrete et subtile, et je ne saurais trop me fami-
liariser avec elle. Je vais avoir cette fois un int6ret
capital, le mot n'est pas d6plac6, A ne pas faire de
fausse manoeuvre : l'exploration est une question de
psychologie, de patience et de sant6.
Partant .de ce principle que la conscience d'un people
est function de sa religion et de sa loi, je relis done
avec une attention particulire le Koran et le code mal6-
kite de Khalil. J'ai aussi un recueil de proverbes arabes ;
les proverbes jettent de pr6cieuses lumieres sur la men-








DU CAMEROUN AU CARE


talit6 des gens qui les ont faits ou adopts. J'emporte
le course d'arabe ouadaYen et tchadien de M. I'Adminis-
trateur des colonies Carbou, celui du commandant De-
rendinger qui va paraitre et don't il a bien vourlu me
confier les 6preuves, les ( Conseils aux voyageurs natu-
ralistes a, publiCs par Je Mus6um, d'autres ouvrages
techniques encore. Il me faut reduire ma bibliotheque
A l'indispensable, car tout bagage sera t6t ou tard un
imp6dimentum.
Mes questionnaires sont d6jh rddiges. J'ai pour habi-
tude, lorsque mon programme de mission m'a Rt6
d6fini, d'en 6tablir une sorte d'analyse, sous la forme
d'une serie de questions don't les r6ponses claireront
tous les ,points directement ou indirectement visis. Cela
fait, je procde d'abord en route aux observations que
je puis recueillir ddirectement. Puis, lorsque je ren-
contre un Europeen, ce qui est'loin de m'arriver tous
les jours, je lui lis mon questionnaire exactement
comme si je o'avais moi-m&me rien vu. Je fais de
meme avec les indigenes'qui me paraissent particuli&-
rement bien informs; mais c'est alors plus delicat,
parce que les questions, pour eux, doivent 6tre trans-
form6es encore ; il faut en Bliminer toute complexity,
les d6composer en el1ments absolument simple ; ce
n'est que par des sondages en quelque sorte recti-
lignes, directs, qu'on arrive A extraire de ces cerveaux,
d'une formation si different de colle que nous devons
A notre atavisme et A notre education de civilises, toute la
verite qu'ils peuvent exprimer. De ces divers resultats,
complites et v6rifies les uns par les autres, je tire en-
suite les 616ments de mes rapports.
Nous longeons bient6t, sur une mer apaisee enfin, les
cOtes portugaises ; elles ne nous montrent que des
hauteurs nues. Le temps est beau maintenant, mais je
m'accommode mal de l'existence confine du bord :
une prison au milieu d'un desert, tel est, et sera toujours
pour moi, le meilleur des navires.
Notre premiere escale, Dakar, que nous atteignons
le huitieme jour, ne nous apporte pas ]a chaleur. Ce
n'est pas la premiere fois que je constate que la r6pu-
tation du S6negal, en ce qui concern la temperature,
est surfaite. Torride en WtO, son climate est souvent assez








DE BORDEAUX A DOUALA


froid hiverr. Cependant I'aspect de la c6te reste celui
d'une terre brflee par le soleil : des roches jaunAtres,
des reliefs arides, qui se dressent au-dessus de l'eau et
nous font faire, un grand detour. Nous accostons aux
large quais sur lesquels de longs bAtiments has alter-
nent avec des spaces vides. Un group d'Europ6ens
attend le 1avire ; autour, une foule aux noirs visages,
oiu les longs boubous blancs se melent aux costumes ou-
vriers. Les passages descendent A terre en v8tements de
drap, beaucoup en pardessus.
Dakar, malgr6 les progrbs qu'on y remarque, de-
meure une ville banale et sans attrait, a laquelle man-
.quent a la fois le confort et 1'616gance de l'Europe et le
pittoresque de l'Afrique. La mentality des indigenes
s'y manifeste en outre trop souvent par une arrogance
qui donne A rxfl6chir sur I'o.pportunitM des privileges
-qu'on Jeur a si prematurement accords.
Je passe quelques heures a terre et j'ai la satisfac-
tion d'y trouver deux petites thei res d'un module par-
ticulier tres apprecid dans toute l'Afrique Centrale' et
le Sahara. Je m'empresse d'en faire l'acquisition. Outre
le plaisir que j'6prouve A poss6der ces objets dent la
forme 6veille mes souvenirs de voyageur, je me vois
de la sorte A meme de recevoir selon la mode et le
rite le musulmans qui viendront dans qudlques se-
maines, A chaque grand centre, me rendre visit A mon
campement. C'est souvent par ces petits details qu'on
dispose un h6te primitif A la confiance. Ils lui donnent
1'impression qu'on n'est pas tout fait un stranger.
L'infusion de th6 du th6 vert est une boisson
extremement r6pandue au Tchad, au Niger, au Sahara
et tres certainement, dans d'autres regions .oi je n'ai
pas Wte a mAme de Ie constater ; boisson de luxe, mais
que tres haut vers le Nord, lorsqu'on arrive aux d6par-
tements alg6riens, ou A la Tunisie, selon la direction
qu'on suit.
Nous sommes rests A Dakar tout le jour. A la nuit,
manceuvres coutumirres, Jo bruit des treuils succ&-
dant a celui de la grue qui, depuis notre arrivee, dever-
sait le carbon dans la cale, la legere trepidation des







14 DU CAMEROUN AU CAIRE

hMlices ; puis les lumieres qui nous montraient la
terre se sont l6oignees avec lenteur.
Nous touchons deux jours plus tard a Konakry, le
chef-lieu de la Guine Francaise. Avec ses palmiers
innombrables, ce coin de verdure est pour le voyageur
la premiere revelation des sites africains ; Dakar ne
saurait en donner T'image. Nous n'y restons que trois
heures, mouillhs aupres des iles de Los, routes vertes
aussi. Cette fois, les casques coloniaux et les vetements
de toile apparaissent. Le soleil r6pand enfin suT nous
sa chaleur et sa gaietW. L'6td, au printemps m6me,
nous ne I'aurions pas attend si longtemps, et des
avant Dakar, il se serait charge de nous apprendre que
nous approchions d'un sol brflant.
Deux jours encore, et c'est Tabou, sur cette parties de
la c6te d'Ivoire qu'on nomme Ja c6te de Krou, pres de
l'embouchure du Cavally. La chaleur est devenue torride.
Sous ces latitudes, certain services du bord, princi-
palement celui des machines, sont tres p6nibles pour
les Europ6ens ; aussi la plupart des navires prennent-
ils ici des manoeuvres kroumanes, qu'ils y laisseront de
nouveau au retour.
Les Kroumanes forment une race A part. C'est une
population de picheurs localis6e dans cette region, et
qui, en dehors de la pkche, a la specialit6 de s'engager
ainsi ; elle fournit 6galement les 6quilpes don't on se
sert pour passer la barre. La vigueur de ces noirs est
remarquable, et Je id6veloppement harmonieux de leur
musculature les classes parmi les plus beaux athletes
du monde.
Quant a la barre, don't je viens de parler, c'est un
ph6nomine qui se manifesto sur toute une parties de
la c6te occidentale d'Afrique. Elle est constitute par
une lame de fond d'une extreme puissance qui d6ferle
et se reform constamment A une distance assez faible
du rivage. D'of nous sommes, A quelque moment qu'on
jette les yeux sur celui-ci, on aperooit trois vagues
de volumes diff6rents ; la plus proche de la terre achbve
de s'y briser, et son rouleau pesant vient mourir sur
le sable ; la plus 6loignde se forme h peine ; celle du
milieu, en revanche, dans toute sa force, s'elhve pour
retomber avec fracas en une formidable volute ; elle







DE BORDEAUX A DOUALA 15

est capable, A ce moment, de culbuter le plus robuste
cannot.
Sur les points depourvus de wharf ils deviennent
heureusement de moins en moins nombreux on
passe la barre dans de lourdes baleinibres qu'action-
nent, assis cinq par cinq sur chaque bord, dix pa-
gayeurs sp6cialises dans ce sport assez rude. 11 s'agit
de manceuvrer de manibre A 6viter le rouleau tant qu'il
est dans sa force. Lorsqu'on d6barque et qu'on se
dirige, par consdquent, vers la greve, on progress tout
d'abord sans precaution dans la zone ofi la vague se
forme ; on atteint de la sorte la limited jusqu'A laquelle
elle reste sans danger; puis, au moment choisi par le
chef de manoeuvre, souvent apris une assez longue at-
tente au course de laquelle on se laisse d6passer plu-
sieurs fois par le leger pli qui l'aocuse, les pagayeurs,
avec des cris barbares, se lancent brusquement a sa
suite en donnant le maximum de leur effort. La parties,
des ce moment, est engage sans retour possible : il
s'agit de n'6tre rejoint par la vague suivante, qui, me-
nacante, arrive d6jh et gagne sensiblement de vitesse,
que lorsqu'on a atteint le rivage ou presque; alors
le rouleau mourant de l'ennemi se borne a soulever
I'embarcation qu'il lance sans dommage sur le sable.
Si on le rencontre, en revanche, trop t6t, en pleine
action, tout est culbut6 et le peril, plus encore que la
noyade et la voracitd des requins, est le choc brutal de
la pesante baleinibre qui capote sur ses passagers. Quand
on vient de terre, la manceuvre est inverse, mais elle
procede d'un principle analogue. Dans les deux cas, le
succes est une question d'opportunit6 dans le depart,
puis de vitesse dans la course qui suit. Les accidents,
deja rares autrefois, sont aujourd'hui exceptionnels.
Trois heures d'arrdt, le lendemain, devant Grand-
Bassam, vert et plat. La chaleur est p6pible, humid
et lourde. Depuis plusieurs jours, des le lever, on so
sent las. Ce n'est qu'un peu avant le coucher du soleil
que notre parties quotidienne de croquet met son ani-
mation et sa gaiet6 sur le pont sup6rieur ; on la joue
avec des palets, et des figures tracees a la craie repr6-
sentent les arceaux. Nous sommes toujours sept ou
huit a y prendre part : d'ordinaire, mes compagnons







16 DU CAMEROUN AU CARE

de table et moi, parfois aussi quelques passagers
agreables qui se sont meles a notre petit cercle. Le
navire suit de pros une c6te sans grace et sans diver-
site ; le tableau qu'elle ol'fre est form de trois
trenches parallkles : la mer rise et caline come un
lac ; une mince ligne blanche le sable, une
epaisse ligne sombre la fort : cela A perte de vue,
devant nous, derriere nous. Demain seulement la Gold
Coast presentera des reliefs et quelques ddcoupures.
Quant au ciel, il se charge de nuages 6pais qui ne cessent
de nous en masquer l'azur.
Notre prochaine escale est Cotonou. Propre, ombra-
gee, avec son sol de sable, ses allies bien traces, elle
nous pr6sente, fort avant dans la mer, l'invite de son
long wharf, avec la voie ferree qu'il porte. Le petit
group si vivant don't j'ai fait mon habituelle con-
pagnie descend ici ; je Wne joins a lui, pour les quelques-
heures de l'arrt ; nous nous asseyons dans une sorts
de benne qu'on vient de poser sur le point ; une grue
la saisit, 1 entlfve, Ja transport au-dessus de la mer,
puis la laisse lentement descendre ; une embarcation,
la regoit : elle la minera, avec nous, jusqu'au bas du
wharf, oh nous serons accrochds de nouveau et hiss6s de
meme.
M. Fourn, le gouverneur du Dahomey, est Th ; it
vient recevoir M. Michel, d616gu6 de Ia colonie, come
je l'ai dit, et Mln Michel. Je retrouve M. Fourn avec
grand plaisir. J'ai garden le plus agr6able souvenir de
son aimable accueil et de ses utiles conseils, au d6but
de ma mission pr6c6dente, et je m'empresse d'accepter
invitation qu'il veut bien me faire, avec la courtoisie
qui lui est habituelle, d'Wtre son h6te A dejeuner. I1 a
manage a M. et a. M" Michel la surprise d'une fete
pleine de pittoresque ; parmi les d6tachements d'indi-
genes rassembl6s pour leur arrivee, on remarque parti-
culibrement des Bchassiers vetus de costumes cha-
toyants et barbares qui, sans autre soutien que de lon-
gues perches de trois a quatre metres. fixees par des
liens a leurs jambes, se prominent, penches en avant,
a pas imnenses, h la hauteur des palmiers des ave-
nues.
Mon retour A bord est sans gaiet6. Tous ceux, ou







DE BORDEAUX A DOUALA 17,

presque, don't I'entrain de bonne compagnie avait
donnd pour moi un charge inaccoutum 6' cette tra-
versde, sont rests ii. Nous ne sommes plus que trois
j la table du commandant, lui compris, et nous pas-
sons la soir&e, qui nous parait longue, a c hanger des
impressions de spleen.
Cependant j'ai eu une satisfaction a Cotonou : mon
cuisinier Denis et mon premier boy Somali, qui m'ont
accompagn durant tout le cours de mon dernier
voyage, m'attendaient sur le wharf. Je les ai trouves
en d6barquant. Je les avais laiss6s il y a deux ans &
Zinder, centre de la Colonie du Niger, tout proche des
z6gions d6sertiques oh j'alilais enter ; je ne voulais pas
les emmener par trop loiea. Un officer, le capitaine
Barraillier, A qui j'ai demand dernibrement de vouloir
bien s'informer d'eux, m'a fait savoir qu'ils y 6taient
encore, et, gr&ce A sa grande obligeance, j'ai pu leur
faire teniT les indications n6cessaires pour venir me
rejoindre. J'en avais encore un, Ahmed ; ii est reparti
au Tchad, mais quand il me saura de retour, il s'ar-
iangera siArement pour me trouver.
Denis est un noir chrdtien de Brazzaville ; il a ses
defauts come tout .e monde; il est m6me un peu
Kc crapile s, au dire de ses camarades, mais c'est un
cuisirier de brousse de premier ordre, ddhrouillard,
infatigable et toujours de bonne humeur. Somali est un
Sara de Fort-Archambault, plus rude, plus sur aussi,
consciencieux & l'extr8me et, a occasion, chasseur
plain de sang-froid. Les bones figures de ces vieux
serviteurs m'ont donn6 l'impression que, dbjh, je me
retrouvais un pen chez moi. On .me demand parfois
*si je ne me sens pas isold, dans ces voyages oZ je' ne
suis accompagni d'aucun' blanc; nmais je me trouve bien
moins seul parii ces noirs d6vou6s qu'au milieu
d'Europdens indifftrents. Ce n'est pas au desert, mais
dans une foule sans solidarity que le sentiment de la
solitude est le plus poignant. Quant aux occupations,
je suis loin d'en manquer, et s'il arrive, par hasard,
que je n'aie rien S faire, je n'ai qu'A regarder autour
de modi; il y a, dans l'observation attentive et rdfl6chie
de la nature, des lemons pour tous.
Le lendemain, nous courons tout le jour sous un ciel







18 DU CAMEROUN AU CAIRE

noir, sur une mer sombre, unie et silencieuse. Plu-
sieurs averses torrentielles nous apportent un peu de
fralcheur. Nous d6passons les bouches du Niger sans
les apercevoir. Une derniere nuit, et nous stoppons au
large du port de Douala, invisible encore; un trans-
bordeur y conduit en trois heures les quelque vingt
passagers qui, comme Imoi, descendent. M. Carde,
commissaire de la Republique, a eu i'amabilit6 de
m'inviter b prendre place A bord de la chaloupe des
Travaux Publics, plus rapide.
C'est par Douala qu'on accede g6neralement au Ca-
meroun Francais ; l'ancien chef-lieu, Bou6a, est dans la
zone anglaise. Situ6 au fond d'un large estuaire qu'ali-
mentent cinq fleuves, Douala.est accessible, A marde
haute, aux navires tirant six metres d'eau. Get estuaire,
le proche voisinage du mont Cameroun (4.oi5 metres)
et de 1'lle 6galement montagneuse de Fernando-Po, y
determinent un regime de pluies exceptionnel : plus de
quatre mntres d'eau par an. De lA deux consequences :
une extreme fertility du sol; un climate humide, et
assez p6nible malgr6 que le thermometre monte rare-
ment trbs haut.
Le port comporte des am6nagements important,
ainsi qu'un outillage d'une puissance appreciable. La
ville elle-n me est verdoyante. Ses constructions, bien
sBpar6es les unes des autres, s'6talent largement sous
de beaux arbres aux feuillages 6pais. Le sol, d'un
jaune rougeAtre assez plaisant, n'apparait que sur les
chemins, d'ailleurs nettement trao6s et en parfait Rtat ;
une herbe verte, oh de vigoureuses cultures mettent leur
note claire, s'etend sur tous les spaces libres. Un beau
pare y a 6t0 cr66 par les Allemands.
Une banlieue indigene important forme a l'entour
une ceinture ininterrompue de villages disposes le long
d'excellentes routes, et don't la propret6 et la prosperity
frappent d'abord. La population de l'ensemble est d'en-
viron 25.ooo habitants, sur lesquels 4oo Europeens.
Les cases, construites en forme de rectangle allong6
avec des toits d6bordants a ar8te, et d'ordinaire soigneu-
sement alignies, sont spacieuses et en bon 6tat, encore
que d'un faible pittoresque ; bien que leurs mat6riaux
soient emprunt6s A la fort 6quatoriale, elles ni'ont







DE BORDEAUX A DOUALA 19'

rappel, sous des dimensions moindres, les baraque-
ments don't Je G6nie fait les camps. Mais, surtout dans.
les centres anciens, une admirable vegetation border la&
route, et ses rameaux has et touffus l'ombragent par-
endroits tout entire. Les arbres utiles dominen't d'ail-
leurs ; il y a la d'Innoanbrables palmiers a huile, des.
bananiers aux longues feuilles large, hautes, d'un
vert ol'air ; des cacaoyers, des rangers, des .manguiers.
Des maisons qui t6moignent d'une large aisance, pro-
pridtes de riches indigenes, se dressent fr6quemiment.
parmi ces cases. Dans ce d6cor, un movement, un
ordre, une activity labor.ieuse qui s'imposent a I'at-
tention et contribuent a donner l'impression tres nette
d'une evolution 6conomique et social orient6e vers le-
bien-6tre et le progres.
Le gouvernement allemand interdisait rigoureuse-
ment aux noirs, par measure d'hygiene gendrale, de
construire leurs habitations a moins d'une certaine-
di'stance de la ville europeenne. L'administration fran--
gaise obtient les mames Tesultats utiles en prescrivant,
pour toute maison construite dans Douala meme, quell
qu'en soit le propriitaire, un minimum de conditions-
d'a6ration et de salubritd. Plus libral, plus equitable,
ce proc6d6 a Wt6 apprdcid par les populations locales.
Je suis ieste a Douala trois jours, et j'en suis parti;
avec M. Carde, qui s'y trouvait justement lors de mon.
arrivee, pour me rendre au chef-1ieu de la colonies,
Yaound6, second tape de mdn itindraire terrestre.-
Le voyage est facile; on le fait parties en chemin de fer,
parties en automobile ; ii dure Ileux jours, qu'il est pos-
sible de r6duire a un seul. Cent quatre-vingt-un kilo-
metres de vole ferr6e d'un metre ont et6 construits 1M
par les Allemands, en dehors d'une autre ligne qui se-
dirige years le Nord; mais, lors de leur retraite, ils ont
eu soin de tout mettre hors d'usage, detruisant notam-
ment six pots, don't I'un de trois cent vingt metres.
de long. Nos services du G&Aie ont proc6d6 A la rxfec-
tion n6cessaire, et lorsque je suis passe, six mille indi-
genes, recrutbs et traits avec le souci le plus louable-
d'humanit6 et d'dquit6, travaillaient djA &I la cons-
truction d un nouveau secteur.

















CHAPITRE II


DIi DOUALA A YAOUNDA




J'avais trouv5, entire Douala et Yaounde, la grande
fort 6quatoriale qui occupe la region c6tbire du Came-
roun.
C'est tout d'abord, jusqu'h sept ou huit metres, un
erchevetrement inextricable de lines, de fougeres, d'ar-
bustes ; puis de cetite, brousse t6n6breuse jaillit, dans
le demi-jour d'une atmosphere humide et chaude, une
innombrable phalange de troncs immense, clairs ou
noiratres, tant6t droits et nus, plus souvent tour-
mentis, raniifi6s, garrottes de parasites aux liens mul-
tiples que noua la succession des ans ; au-dessus, fil-
trant avec parcimonie la lumiere du ciel, s'6tend, plus
agrienne, plus d4couipe, mais toujours formidable, la
zone d'expansion des sommets.
En cette region au sol acoidentW, des depressions
s'aocusent souvent dans le voisinage imm6diat de la
voie ferrde; alors l'cil domine, a travers un rideau plus
ou moins dense, le moutonnement d'une sombre mer
de cimes noybes dans un brouillard blanchatre par ofl
se revile un fond marTcageux.
Apres cinq heuTes de trajet, nous avons quitt6 le
chemin de fer a voie d'un metre pour prendre la drai-
sine qui, sur voie Decauville, A la faveur de travaux d'art
considerables, assurait le service des cinquante-quatre
kilometres suivants.
-Sans atteindre le degr6 de confort du chemin de fer







DE DOUALA A YAOUNDE 21

dI Nigeria, oh j'avais eu la surprise de trouver, deux
annees plus t6t, un sleeping excellent, nos wagons sont,
h cet Ogard, satisfaisants. Seule la draisine est d'une
rusticit6 qui n'a d'aiilleurs rien de surprenant pour ce
genre de vehicule.
Je n'avais pas manque, en course de route, de recueil-
lir tous les renseignements possibles sur une ques-
tion fort 6trang6re a ana mission, mais qui ne laissait
pas n6anmoins de m'int6resser au premier chef, la
presence de gorilles dans le voisinagd. A Eseka, vil-
lage oh notre train s'6tait arrWtO, on en avait vu
r6cemment encore; mais ils fuyaient, chassis par le
bruit des explosions des mines ; et malgr6 que tout
espoir ne fut pas perdu d'en rencontrer un peu plus
loin, les chances d'une chasse fructueuse restaient pro-
blmatiques. Je devais 6tre d6firiitiveiment fix6 trois
jours plus tard.
Comme je l'ai dit, je faisais route avec M. Card, qui,
apres un d6placementh Douala, regagnait le chef-lieu
de la colonie. A Makak, une automobile nous prit a
notre descent du train. Le paysage allait se transformer
d'une maniere complete, et se parer de graces que rien
ne m'avait laiss6 prevoir. Dejh la 16goret4 de l'air nous
rappelait que du niveau de la mer, nous 6tions passes
peu & peu A l'attitude de I.200 metres, pour redescendre
bientot d'ailleurs aux environs de 700oo. La fort, qui
s'f6tit progressivement 6claircie, ne se manifestait plus
autour de nous que par la presence de quelques grands
arbres largement espacds, sans brousse, sans lines ou
presque, centre lesquelis cet air vif circulait. La route,
rougeAtre avec des tons bruns, parfois violaces elle
emprunte cette coloration a la lat6rite don't elle est
faite (I), d'un entretien d'ailleurs parfait, serpente ici
entire deux 6paisses bordures de citronnelle don't les
touffes aux longues pousses vert clair l'encadrent agr6a-
blement. De chaque c6t*, des palmiers h huile penchent
sur nos tAtes l'ombrage de feuilles qui se rejoignent on

(s) La lat6rite est une substance d'un brun plus ou moins
rouge, produite par la decomposition des roches. Quoique dure,
elle se fractionne ais6ment, et est prdcieuse pour I'empierre-
ment des routes.







22 DU CAMEROUN AU CARE

arceaux. Ailleurs ce sont des bananiers que nous ddpas-
sons, plus loin des herbes de deux h trois mrtres de
hauteur. Souvent des enclaves de sol nu nous montrent
un rang de cases, aligndes parallloement au chemin, a
cinquante metres environ de celui-ci ; les plantations
sont alors reculees derriere elles ; devant restent seuls,
sur un sc d'une m6ticuleuse propret6, quelques pal-
miers ou rangers. Ce sont des villages. Cette zone est
tres peupl6e, et nous croisons de ncmnbreux convois d'in-
digenes, ordinairement charges de palmistes.
Le ton rougeAtre de la route, cette verte citronnelle
qui l'encadre gaiement, ces beaux palmiers 1l'ombre g6-
n6reuse, 6veillent I'imnpression d'un grand pare, et 'oeil
se repose, sur ce paysage riant et gracieux, du sombre
chaos de la fort ; la petite ville de Yaounde ne fait
qu'accentuer ce caractere. A 1'Est des montagnes ver-
doyantes qui la dominant de 500 mitres, elle occupe une
eminence d'une faible Etendue. Les m&mes routes, bor-
d@es de mime, y tracent des voices planes et paisibles le
long desquelles s'6rigent, espackes, souvent coquettes, les
maisons des Europiens fonctionnaires, officers, co-
lons, une centaine en tout. Des rosiers, des arbres au
feuillage touffu et aux innombrables fleurettes rouges,
des daturas aux fraiches, clochettes blanches skment ch
et la des touches charmantes. On apercoit, dans la direc-
tion du Nord-Est, de l'autre c6t6 d'une depression de peu
-de profondeur, un village haoussa assez important ; a
part un tres petit group de cases visible vers le Sud-
Ouest, les autres centres indigines s'6grinent un peu
plus loin. A elle seule, Ia population avoisinant la ville
atteint 3o.ooo habitants. Une mission catholique, & la
tMte de laquelle est un eveque, une mission am6ri-
caine, exercent respectivement leur influence sur ces
derniers.
Nous arrivons AL six heures au gouvernement. Je trou-
vai pendant Tmon s6jour a Yaounde, chez le commis-
saire de la RIpublique et chez Mm" Carde, qui, avec leur
jeune fille, avaient la leur residence, I'hospitalit6 la plus
aimable, et je serais heureux, si ces lignes leur tombent
sous les yeux, qu'i's veuilIent bien y voir le t6moi-
gnage du souvenir vivement reconnaissant qu'elle m'a
laiss6.






DE DOUALA A YAOUNDE


L'apres-midi se terminait parfois pour moi par :ne
promenade aux environs. De six a huit heures, M. Carde
avail coutume de reoevoir chaque jour les principaux
Europeens du chef-lieu, et, par leur presence assidue,
plusieurs manages de fonctionnaires ajoutaient quoti-
diennement a 1'attrait de ces reunions quasi-familiales. La
tenue blanohe des hoemmes, les robes lgeres des fenlmes
s'harmonisaient avec Fambiance et offraient aux lu-
mitres une game claire let gale.
Mon premier soin, le lendemain de mon arrive a
Yaound6, a Wt6 de me mettre en quite d'un maitre es
photographic ; car j'6tais neuf en la matiWre. La Sociedt
de Geographie m'avait confie un appareil. J'avais pu
faire, avant de partir, en comipagriie de mon frrre, le
docteur Bruneau de Laborie, qui s'est consacr ah la
science radiologique, quelques essais au course desquels
il m'avait donn6 de pr6cieux conseils. Mais ii me faillait
adapter ces premieres notions au milieu special oi j'al-
lais les appliquer. Muni d'un actinomitre, je faisais des
experiences a chaque heure et pour chaque degr6 de
lumiere.
Je notais, loTsqu'elles s'affirmaient satisfaisantes, mes
conditions de diaphragme et de vitesse ; et j'6tablissais
ainsi une sorte de tableau. Encore ce proc6de exigeait-il
souvent un guide. M. Julliard, chef du service des posters
A Yaound6, out I'amaabiiit6 df'accepter ce r-le. Dans la
journ6e, je preanais mes vues ; le soir, apres diner, j'al-
lais ohez lui; nous proc4dions au d6veloppement, et il
formuflait ses critiques. 11 poss6dait, dans la court de la
poste, une veritable menagerie qu'il traitait d'ailleurs
aved beaucoup d'humanitd. Ses h6tes de marque Etaient,
lors de mon passage, trois pantheres et deux chats-
tigres. Je m'empresse d'ajouter que tout ce petit monde
aux yeux luisants et aux griffes ac6ries 4tait soigneuse-
ment enferm6. I1 y avait aussi, dans une ferme voisine,
un jeune 16phant familiar. Je l'ai crois6 plusieurs fois
qui se promenait paisiblement avec son cornac, l'un sui-
vant l'autre. II 6tait accueillant A tous, sauf aux automo-
biles. Yaound6 en compete deux ou trois. L'une d'elles,
un jour, le decouvrant au sortir d'un tournant, n'avait
pas pu s'arriter assez vite et etait venue donner dans
son robuste arriere-train. It avait gard6, de ce procede






24 tDU CAMEROUN AU CARE

rude, une amertume qu'il n'hesitait pas A manifester N
I'occasion en se p6rtant au petit trot, d'un air irrit6, a la
rencontre de ces vehiculep, de sorte que les mecaniciens
l'&vitaient maintenant avec soin.
Mais M. Julliard allait jouer pour moi un r6le bien plus
considerable encore : il me signal en effet la presence &
Yaound6 du chef Mbala, un des meilleurs chasseurs du
pays, qui assurait connaitre la retraite, toute proche,
d'une famille de gorilles. L'instant d'apres, j'6tais chez
M. Card qui, avec sa bonne grace habituelle, voulut bien
interrompre quelques instants des occupations certaine-
ment plus importantes pour faire mander le dit Mbala.
J'eus. bient6t la joie d'apprendre de ce dernier que
M. Julliard 4tait parfaitement renseign6 ; Mbala d6tenait
bien ce secret 6mouvant, et de plus, se faisait fort de
me mettre, dans les quarante-huit heures, en pre-
sence des animaux desires. II fut convenu seance tenant
qu'iI partirait le lendemain matin pour se rendre sur
place, et que j'irais moi-mime le rejoindre le surlen-
demain. Le rendez-vous etait au minuscule village d'Ou-
koua, A une trentaine de kilometres.
Le lendemain 6tait un dimanche. Je me rendis a la
butte de tir pour essayer une fois de plus mon vieux fusil,
un Lebel 9go2 a charger de trois cartouches qui m'avait
servi pendant tout mon prAc6dent voyage, et pour pren-
dre contact avec une nouvelle arme du meme module
que j'avais achet6e avant de partir. L'aipres-midi fut
oocupde par divers pr6paratifs, puis, A cinq heures, par
une derniere promenade en automobile avec M. Carde.
Les villages s'6chelonnent, nombreux, le long de la
route; ils sont du type que }'ai d6crit djha.
Un peu plus loin, a partir de la Sanaga, I'enclave
d&frich6e s'arrondixa, les cases, jusqu'ici rectangulaires
avec un toit A arAte, deviendront cylindriques, avec un
toit en forme de c6ne..
Je rencontrai partout un grand nombre de chiens ;
contrairement a la plupart de ceux que j'avais vus chez
les indigenes d'autres contr6es, ils Ataient gras et en
bon 4tat ; c'est qu'ils sont admis come monnaie pour
ie pavement de la dot des femmes, et qu'on les entretient
en consequence. Chez les peuplades africaines, en effect,
c est g6n6ralement le mari qui achete sa femme, et le







DE DOUALA A YAOUNDL


proc6d6, devant I& logique, devant d'autres considdra-
tions m8me, peut soutenir la comparison avec le n6tre.
Je me mets en route le lundi matin en tippoy. C'est
un fauteuii de paille, parfois muni d'un abri de nattes,
que des perches de bambou adaptbes par des liens trans-
forment en chaise A porteurs. I1 utilise deux 6quipes
de quatre homes chacune qui se relaient 1'une l'autre.
J'ai avec moi un guide, un garde regional, Denis et
Somali. Nous suivons pendant plus d'une heure une route
parfaite avec, toujours, le meme aspect d'all6e de pare ;
puis nous tournons A gauche et prenons une piste 6troite,
mais facile, entire deux champs d'herbes serrdes de trois
A quatre metres de haut que les indigenes nonmment
isong ou isAn. Aux herbes succede la petite brousse ; elle
nous conduit dans la -forit.
Cette derniere est assez accidentee et je dois bien.tt
mettre pied a terre. Des sentiers capricieux, coupes de
racines fleur de sol, montent et descendent dans-
l'ombre humid. La temperature est chaude, lourde,
mais supportable; nous sommes abritis du soleil. Au
fond des depressions sent d'ordinaire de petits course
d'eau qu'on passe sur un tronc d'arbre ou siiapleinent
i pied plus ou moins sec. Nous ne tardons pas a arriver-
dans une clairibre au sol net don't le fond est oocup6 par
un rang de quelques cases, aligndes paraillllement au
chemin. Des cultures les entourent, ouf je remarque
bananiers, rangers, manguiers, palmiles A huile, ma-
nioc, arachides, etc. Les homines sont parfois habills.
. 1'europ6enne de quelle facon I le plus souvent
a moitie nus. Les femme.s portent, par derriere, un
petit balai Spais et assez court ; avec quelques verrote-
ries et un modeste.morceau d'6toffe par devant, c'est leur
seul vOteament.
Je remarque entire les mains d'un indigene une arme
curieuse, sorte d'arbalete d'un bois rouge sombre, poli
et dur, sur lequel des dessins sont graves en creux. Fort
ing6nieuse dans son fonotionnement, elle se compose
d'une tige de I metre 20 environ, en travers de laquelle
est fixn un petit arc. Cette tige est fendue longitudinale-
mnent sur les cinq sixiemes de sa longueur. En 4cartant
ses deux parties, rapprocheos au repos, et en tirant sur
la corde de 1'arc, on diminue doublement la distance qui







26 DU CAMEROUN AU CARE

spare cette corde d'une petite encoche, et on l'y engage.
La traction de la corde maintient des lors les deux parties
de la' tige disjointes sur toute la longueur de la fente :
l'arballte est arm6e. On pose devant la corde, dans une
rainure pratiquie A cet effect, une court fl1che grosse
come la moiti6 d'un crayon, empenn6e d'un petit
triangle rigide d6coup6 dans une feuille, tail'le en pointe
et d'ordinaire tremp6e dans un poison qui la revAt d un
enrduit tres clair. Ces flches sont continues dans un
large carquois cylindrique. Puis on vise, et en rappro-
chant, par une pression progressive, les deux parties
de la tige fendue, on ambne la petite encoche A se d6ro-
ber sous la corde, qu'elle libere brusquement. La flche
a one force appreciable; a une vingtaine de metres, elle
blessera ais6ment un oiseau ou un singe. L'arc est d'ail-
leuTs tres' resistant. On le tend en engageant l'une des
extr6mit6s entire deux piquets profondsnent enfonc6s
dans le sol, et en exervant une forte pression sur l'autre
A l'aide d'un troisibme pieu 16gmrement mobile autour
de sa base : il y a dans le village, install une fois pour
tou'tes, un dispositif de ce genre.
Un tam4tam qui se porte A ma rencontre vient a son
tour retenir mon attention. Trois musicians trots en-
fants composent l'orch'estre. L''instrument, le mime
pour tous, est constitu,6 par un certain nombre de
planchettes disposes horizontalement les unes A c6td
des autres ; au-dessous d'elles est un rang de calebasses
de grosseurs diverse. Ce piano rustique est maintenu
eloign6 du corps par une branch pli6e en cerceau, don't
la parties convexe s'appuie sur les cuisses ; une corde qui
passe derriere la taille le retient et assure le contact; il
reste ainsi plac6 et fixed devant l'artiste, qui, frappant
rapidement, sur les planches avec des batonnets, en tire
des sons nm6lancoliques et presses. Son nom est djaboum
ou dja, me dit-on. Ailleurs on le nomme balafon. 11 est
r6pandu, avec des variantes, dans une grande parties de
1'Afrique.
Cet orph6on m'accompagnera jusqu'a Oukoua. Nous
traversons ainsi une dizaine de petits groupements
d'habitations, fermes plut6t que villages, mais don't Ie
nombre surprend. II est rare qu'on voie la fort si
peuplIe. A onze heuTes et demie, j'arrive ; c'est la clai-








DE DOUALA A YAOUNDE


ribre habituocle, avoc cinq ou six cases ranges au fond.
Les quelques femmes du lieu poussent des cris aigus
en mon honneur, deux ou trois homes ex6cutent une
danse simpliste et niaise. Malgr6 la bonne volonte de
cet accueil, une seule chose m'int6resse : Of est Mbala ?
Pendant qu'on le cherche, Denis et Somali installment.
pour la premiere fois depuis 1a fin de mon dernier
voyage pres d'un an mes meubles de campement.
Dans la case qu'on a fait d6barrasser pour moi, je re-
vois mon vieux lit de camp, don't jadis, au Bornou,
j'ai faith remplacer la toile par du cuir; ma chaise de fer.
ma petite table, les trois bAtons assembles en trdpied
auxquels j'accroche bidons et effects ; les deux cantines
qui contiennent les objets don't je me sers tous les jours ;
un tub de toile, la toile de tente individuelle qui, par
terre, plide en deux, constitute ma descent de lit; mes
deux fusils encore dans leurs etuis : me voila chez
moi.
Ce domicile'et ce refuge, je le retrouverai desormais
tous les soirs, oi que je soils, toujo.urs ]e mxme, dans unc
case, sous ma tente, ou sous la vote hospitali6re du
ciel. Je le retrouverai au soir des jours heureux. Je Je
retrouverai au soir des mauvais jours. J'y gofterai do
grands repos, une paix rare. Peu de soucis franchiront
sa porte. Je I'aime profond6ment ainsi.
Je suis A peine install qu'un tirailleuT, de passage au
village, m'apporte un goliath : c'est un hanneton au
corselet noir ray6 de blanc, mais de la taille d'un petit
moineau. II y en a beaucoup dans la region.
Je fais maintenant mon premier d6jeuner de brousse.
L'une aprAs l'autre renaissent mes anciennes habi-
tudes ; en quelques heures je suis redevenu le voyageur
de jadis, et lorsque, ensuite, je vais m'6tendre sur mon
lit, car cette premiere tape m'a fatigue, je n'ai pas de
surprise A me voir tir6 de ma somnolence par la menace
d'un lourd bourdonnement qui tourne autour de mon
visage, par la preoccupation d'une tache de soleil qui me
semble progresser vers ma tete, par 'toutes ces petites
inqui-tu.des oublides, consequences de la nature trop
proche et trop riche, qui brusquement surgissent dans
ma vie et dans ma memoire pour me devenir A nou-
veau families. Alors, le sommeil etant passe, je me








DU CA3IEROUN AU CARE


MEve, regardant bien d'abord oi je pose mes pieds A cause
des insects Imalfaisants ; je fais quelques pas ; il est
quatre heures ; je redige mes notes quotidiennes, ces
lignes ; je sors, je m'assieds sur ma chaise; puis, dans
,e came de mon lair campement ot chaque chose et
chacun ont pris leur place, entire les murailles de ver-
dure don't la fort emprisonne mon village, j'attends,
presque sans pensde, des nouvelles de Mbala, le declin
du soleil, la chute de la chaleur, et la fin du jour.
Le lendemain matin vers cinq heures et de~pie, comme
j'achbve ma toilette, Denis vient me dire que notre chas-
seur est arrive, et l'introduit. Le voici, de taille moyenne,
vigoureusement muscle, le visage jeune et ouvert. 11
a trouv6 un couple de gorilles, avec des petits, mais
11 m'explique, dans un francais assez correct, c'est
un 61ive de nos missionnaires qu'ils sont dans un
ooin de la fort oi un Europ6en ne peut absolument
pas circular : la brousse y est imp6n6trable. II va done
:repartir de suite. Il fera corner les animaux par un cer-
tain nombre d'indigenes. On les effraiera au' moment
-voulu, en mme temps qu'on ouvrira un c6t6 du cercle,
et je n'aurai qu'h me placer sur leur chemin. Le proc6d6
ne me plait pas beaucoup; j'ai i'habitude de chasser
,autrement, d'une maniere plus simple, sans tant de
monde, en t8te A tite du presque avec le gibier ; et j'in-
siste vivement pour l'accompagner sans d6lai ; mais il
( Ici, me .dit-il, en montrant l'inextricable, fourr4 qui
nous entoure, la brousse est bien ; ia-bas, elle est tr&s
mnauvaise. ,
Gela me suffit, car ici deja je ne saurais passer. Je me
rends a 1'evidence. I1 report. J'attendrai. Cette chasse
sera d'ailleurs singulierement d6cevante, et si je lui
donne place dans ce recit, ce n'est que dans un souci de
vMrite. Plus tard, au. Tchad, je dedommagerai mes lec-
teurs.
Vers deux heures et demie, en questionnant autour de
moi, j'apprends que 1'endroitt oi oprre Mbala n'est
gurre A plus d'un here d'Oukoua, et je decide de m'y
faire conduire, malgr6 tout, pour voir moi-mdme.
A peine me suis-je engage dans le sentier, oh me
pr6cede un guide, que, pour un motif d'un autre ordre,








DE DOUALA A YAOUNDE


je me flicite d'avoir pris ce parti. C'est la v6g6tation
la plus 6paisse que j'aie vue; nous cheminons dans un
demi-jour sans &claircies, par une galerie si basse qu'il
faut se, baisser, s'agenouiller presque, A chaque instant ;
cette incommoditE se complique de pentes raiders, glis-
santes, oI le pied, pour se poser, doit chercher avec
sin les creux ; puis de markcages ou marigots -
nauseabonds et noirs, qu'on passe tant bien que mal,
non sans quelques chutes, sur des branches humides et
glissantes ; et je vois un tres appreciable advantage A
m'8tre familiaris& des aujourd'hui avec une gymnastique
qui remain, avant la chasse, m'aurait fatigue et 6nerv6.
II faut peu de chose pour'nuire A la justesse d'un coup
de fusil et, avec les animaux rares, lorsqu'on perd sa
chance, c'est fini. Le proverbe qui dit ( 1'oocasion est
chauve par derriere ; est ,particulibrement vrai ici.
J'entends bientbt des cris rep6tes, lointains d'abord,
qui parent de points diff6rents; et j'arrive peu aprb.s A
une sorte de palissade A claires-voies, faite de bran-
chages entrecroisks que des indigenes, r6partis A quelque
distance les uns des autres, achevent hAtivement de
constTuire en poussant ces oris. E'le spouse la courbe
d'une perc6e large d'un metre qui vient visiblement
d'etre frayee A l'aide de coupe-coupes, oar elle est jonchie
de branches fraichement tranch6es. Je m'engage dAns
ce chemin pour chercher Mbala, qu'on me dit tout prbs.
On me montre en route une petite place of l'un des
gorilles a mang6 la veille ; la consideration don't on en-
toure les quolques debris v6g6taux qu'il a laisses Ih me
confirm que j'ai affaire A un grand seigneur de la
fort.
Bient6t arrive Mbala. II a fait entourer, me dit-il, par
les gens du village voisin, que stimule la perspective de,
quelques centaines de kilogranmmes de viande, le lieu oi
gitent les animaux. Demain matin, A huit heures, il
m'attendra RA, of nous sommes. On fera une breche sur
un point de cette maniere de champ close ; nous entre-
rons tous deux, et si les gorilles veulent s'enfuir, les
clameurs des indigenes, les difficulties de la palissade qui
partout est un peu pench*e vers l'iinterieur, de maniere
que quiconque s'y accrocherait la ferait tomber sur soi
d'abord, les Tetarderaient, parait-il, suffisaminent. Les








DU CAMEROUN AU CARE


cris que j'entends sans cesse n'ont d'autre but que de
leur 6ter la tentation de s'approcher du cercle qui, d6jh,
les emprisonne. Ce programme, thdoriquement, peut
sgduire : pratiquement, il me semble d'une execution
difficile. Mais, blen que Mbala s'exprime assez clairement
en frangais, il est possible que quelque chose m'6chappe
dans ce qu'il veut me faire -comprendre ; 'le principal est
pour moi do joindre les gorilles ; il m'en donne la certi-
tude ; et il a 'l'expdrience de cette chasse, oi je suis
novice.
On peut penser que le lendemain, A huit heures, j'6tais
exact au, rendez-vous. Mbala aussi. Mais ses pr6para-
tifs, me dit-il, ne sont pas terminus. Ils le seront seu-
lement A deux heures. Je lui rTponds qu'il prenne son
temps, que je sais qu'il execute un travail difficile ; et
que meme si de nouveaux retards se produisent, je
ne lui en t6moignerai aucun m6contentement. Je rentre,
et A deux heures je suis MI.
Cette fois tout est prit. Mbala est arm6 d'un fusil
Gras. II a anren6 avec lui un autre noir qui a 6galement
un fusil. Je m'atonne de ce d6ploiement de forces, mais
il insisted, et fiddle A mon principle de m'en remettre aux
indigenes lorsque je ne puis me guider sur mon exp6-
rience personnelle, je cede a son desir. Somali, en arriere,
avec 1'interprete, portera mon apparel photographique.
Pour'moi, j'ai I'un de mes deux fusils, celui de mon
pr6c6dent voyage, que je connais bien; et dft-on
sourire de cette prudence un pistolet automatique du
calibre de ii millimntres 25. Les enrayages que j'ai eus
au course de mes chasses anterieures l'un a vingt
metres d'un 616phant bless m'ont rendu ciaconspect
A cet 6gard. Si je venais A me trouver en difficult, mon
pistolet, que je laisse au cran d'arrUt et que je suis a
mAme d'utiliser en une second, pourrait, de pres, en
raison de son calibre et de sa puissance, bousculer n'im-
porte quel animal et me donner du temps, peut-Atre
mnme me tirer d'affaire.
Nous pii6trons dans l'enclos. I1 circonscrit, je m'en
rendrai compete un peu plus tard, un grand entonnoir
sombre, tres boise, profound, presque A pic, au fond g6n6-
ralement mar6cageux. Nous nous engageons sur une piste
encadrde d'herbes trxs hautes, et nous la quittons pres-







DE DOUALA A YAOUNDI 31

que aussit6t pour entrer, A gaudhe, dans les brous-
ai!lles qui constituent le premier 6tage de la grande
forAt.
Tout de suite, la difficulty de la march est extreme.
11 n'y a plus aucun chemin. L'exubarance de la
nature nous emprisonne dans un reseau desordonnA. II
faut, A chaque pas, dviter une tige, une branch, une
racine en arcea.u, une liane ; puis s'arreter pour degager
vn pied, ou le fusil qui s'est accroch6 ; se baisser pour
passer dans des cerceaux, reculer parce que le casque
qui, lorsque d'on est ainsi courb6, masque la vue, vient
de heurter un enchevatrement trop serrd ; se coucher
parfois : la supreme resource, car le sol menage peu
d'obstacles et c'est tout un c6t6 don't on n'a plus A s'oc-
cupdr. Une descent glissante, tres raide, qui se pr6sente
devant nous, m'impose un surcroit de precautions. Je
dois, pour chacun de mes pas, chercher une place ; si
je n'en troupe pas, je me cramponne A des branches
souvent 6pineuses, mais don't le contact momentan6 est
pr6ffrable A une chute. Tout cela avec le soin constant
d'6viter le bruit, ce qui rend la tAche plus malaise
encore, et essouffle.
Un quart d'heure ainsi, et nous sommes au fond. Nous
y trouvons un marigot noir et f6tide, oA nous enfon-
sons jusqu'aux cuisses, an milieu de troncs morts et de
debris mystdrieux. Nous le traversons laborieusement,
lentement. Puis une nouvelle pente se dresse, couverte
d 11 faut la remonter. Nous suivons, depuis le commence-
ment, des empreintes que Mbala dit Atre cells du go-
rille male ; ce sont elles qui fixent notre route; ces
grands singes, en effet, cheminent le plus souvent sur le
sol. De temps A autre, de vagues relents de pourriture,
.communes d'ailleurs a toutes les parties de la fort, dd-
celent un cadavre d'animal qui retourne lentement a la
Uterre. La chaleur, A vrai dire, est temp6r6e par l'ombre;
.mais l'atmosph&re hufide et tiBde de ce sombre s6jour
reste etouffante. Au repos mame, on respirerait mal.
La brousse devient plus dense encore. Nous arrivons
A: un reseau tellement serr6 que nous sommes empri-
sonn6s de toutes parts. Cependant nous voici, soudain,
au haut de la pente ; un peu de solcil, maintenant, par







02 DU CAMEROUN AU CAIRE

endroits, transparait en petites teaches gales, encoura-
geantes.
Mbala se couche pour passer. II faith quelques mitres
h plat venture. Je le perds tout de suite de vue ; puis il
revient. Aller plus loin, me dit-il, est impossible. Seul, et
par ce moyen, il pourrait encore avancer. Mais pour moi,
,'endroit est impraticable ; il n'y a plus Tien A faire
aujourd'hui.
Une heure et demie seulement .s'est dcoulte depuis
que nous avons franchi la palissade. Devant moi sont les
traces fraiches d'un gibier int6ressant entire tous. Je ne
retrouuerai peut-Otre jamais I'occasion qui m'6chappe.
Pourtant je sens si.bien qu'il dit vrai, je suis tellement
ecras6 par la puissance de ce qui m'entoure, que je
m'epargne le geste vain d'insister.
Nous cessons-de nous pr6occuper de la piste ; tandis
que les hommes cherchent la direction A prendre pour
sortir du fourrA avec le minimum -de travail, je me d6bar-
rasse des fourmis, tombies des branches, qui me d6vorent
le cou et la nuque ; trop absorb par les obstacles que
tout opposait a ma march, j'avais renonc6, depuis
quelque temps, A les chasser. Avec des coupe-coupes, len-
tement, p6niblement, on ouvre un passage. Dix minutes
plus tard, je vois la lumibre cruel ; puis, presque tout
de suite, la palissade. Nous nous asseyons un instant.
II faut reparer cet 6chec. Nous tenons conseil.
Je suggdre A Mbala d'dpier les gorilles, de voir oh ils
giteront ce soir. Nous irons, A I'aube, les surprendre. 11
parait trouver l'idde bonne. C'est entendu. Je reprends
espoir. Je vais coucher ici pour 6tre sur place en temps
utile.
11 y a justement, non loin de nous, une case isol6e. Elle
occupe 1'angle median d'une clairidre, triangle d6frich6
don't les cdtes, d'une cinquantaine de metres chacun,
sont constitu6s par la fort, cependant que sa base est
la palissade mgme. Entre ce gite et la palissade, une
petite place bien nette, d'abord, oi le sol est nu ; puis,
ombrageant une herbe drue, une trentaine de beaux
bananiers aux grandes feuilles vertes.
La famille qui habite la case, spontanement, s'installe
rin peu plus loin ; dans dix minutes une hutte de bran-
chages, diligemment construite, I'abritera tout entire.







DE DOUALA A YAOUNDE 33

On m'apporte de l'eau, des bananes ; aussi, pour poser
ma tate, un billot de bois qu'on recouvre d'une feuille.
Je m'rtends sur le sol avec ddlices.
Un petit group d'honmmes et de femmes, de ceux qui
ont construit 1'enceinte, arrivent bient6t pour camper
lh. Au cr6puscule, un peu plus tard, ils allument trois
feux, presque sans flames, car l'humidit6 rBgne par-
tout, qui r6pandent dans'l'atmosphere une fum6e re-
dout6e des moustiques. Assis en cercles, ils causent gaie-
ment. Le jour achbve de tomber, et des lucioles saluent
la venue de la nuit qu'elles aiment en commengant de
voler dans l'ombre; elles multiplient autour de moi
le caprice de leurs 4tincelles intermittentes ; cela me rap-
pelle mes soirees dans les iles du lac Tchad, oui ces in-
sectes sont si nombreux.
Cependant Somali est alley chercher Denis A Oukoua,
et je suis inquiet de ne pas les voir. Je crains que l'obs-
curit6 ne les ait surprise en route. Le sentier est mauvais ;
ils le connaissent a peine.
Soudain, j'entends leurs voix joyeuses. Ils m'apportent
mon diner, avec une couverture et mes affaires de toi-
lette. La famille que j'ai expropriie a emport6 les quel-
ques calebasses qui constituent le principal de son mobi-
lier; la case, au sol de terre, car les planchers sont un
luxe inconnu des indig~nes -dans tous les lieux oi je
suis passe, content encore, toutefois, un lit, qu'on a
eu la provenance de laisser a mon intention. C'est un
cadre de bois sur lequel sont fixes, ranges dans le sens
de la longueur, les unes pres des autres, des tiges de
hambous. Un (peu court, toutefois. Les noirs couchent
d'ordinaire les jam'bes pli6es, en chien de fusil, et les
dimensions ont Wtd calculdes en consequence : le bord
m'arrive au genou. Mais sont-ce les fourmis de tout A
Iheure, cells don't la chasse m'a fait n6gliger 1'inva-
sion ? Sont-ce de petites mouches noires presque im-
perceptibles qu'hier soir, en dinant, j'ai remarqu6es sur
moi P toujours est-il que des d6mangeaisons cuisantes me
privent de sommeil une parties de la nuit. J'en souffrirai
pendant huit jours, et le mot souffrir, si disproportionn6
qu'il semble avec ce minime incident, n'est pas excessif ;
j'ai constant le matin que sur le dos d'une seule de mes
mains se gonflaient plus de cent piqlres ; je, ne pou-







3.4 DU CAMEROUN AU CARE

vais 'obtenir de soulagement qu'en me brossant vigou-
reusement la peau avec une brosse dure ; d'ailleurs,
quelques instants apres, je payais ce r6pit momentand par
mu redoublement de cuisson. Ce n'est qu'au bout d'une
semaine, comme cela ne s'att4nuait pas, que j'ai essays,
& tout hasard, de me faire des frictions de jus de citron ;
deux jours plus tard, coincidence ou efficacitE du remAde,
tout .avait disparu. Les petites mouches, je 1'ai su en-
suite, 4taient les coupables. On les nomme fourous. Elles
sont nombreuses dans certaines parties de la fort.
A cinq heures du matin, Mbala arrive. Rien a faire
encore, me dit-il. Les gorilles paraissent effrayes. Ils ont
passe la nuit dans un endroit absolument impene-
trable. Pourtant il rest une resource ; on va ressbrrer
le cercle autour d'eux ; puis on d6broussaillera un peu,
dle maniere a reduire encore 1'6tendue de leur refuge;
,alors, sfrement, je les d4couvrirai.
Je lui object que les gens qui sont 1a ont deja fait
un gros travail, mais il me repond aussit6t, sur un ton
de sinc6rit6e vidente, qu' ls le font avec empressement et
eont tout prits h continue. Je profit de cette occasion
pour lui demander s'il est exact que des femmes indi-
genes soient parfois captures par les grilles, ainsi que
me l'ont affirmed des gens dignes de foi. I1 me regarded
avec surprise et me repond negativement. Les indigenes
d ices singes, encore que les plantations souffrent quelque-
fois de leur app6tit; comme la plupart des animaux,
J'homme et 1'evite chaque 'fois qu'il le peut. Ce qui les
stimuqe en ce moment, c'est l'espoir d'une ample pro-
-vision de viande.
Je rentre a Oukoua, oil j'arrive a huit heures. On me
,fait prendre un chemin different, et je visit en route
une petite Bcole de la mission catholique, qu'un moni-
teur indigene dirige avec soin. Je reprends possession
*de ma case. Puis je profit de mon dsoeuvrement pour
fureter c et la. Je remarque d'abord le tam-tam d'appel
,qui figure ici dans les moindres groupements, sorte de
billot de bois creux sur lequel on frappe des signaux
convenus, transmis' ensuite de village en village ; un
autre instrument de musique, Ie mbet, arc a quatre








DE DOUALA A YAOUNDA


cordes qu'une cheville, fix6e selon le rayon de l'arc,
eloigne un peu plus de ce dernier au point median, pour
augmenter la tension. Une calebasse, assujettie au milieu
de la longueur du bois, du c6t6 convexe, enforce la so-
norite.
Voici que la situation se complique. A une heure
m'arrive un home de Mbala. 1,1 m'avise que les deux
gorilles viennent de s'6chapper de l'enceinte. C'est d'ail-
leurs la premiere fois, depuis le debut de cette chasse,
que j'y constate quelque chose qui r6ponde aux con-
ceptions de ma raison. Co qui me surprend surtout, c'est
qu'ils n'en soient pas sortis plus t6t. NManmoins, comme
ce porteur de mauvaise nouvelle me dit que Mbala
conserve un espoir, je-lui r6ponds que je vais me rendre
sur les lieux. Mais on me dissuade, Mbala n'y est plus;
il a suivi les fugitifs, il est loin, mieux vaut que j'at-
tende.
A cinq heures je dine, et de nouveau les fourous m'as-
siegent. J'ai laiss6 a Yaound6 les quelques paires de
gants que j'avais emport6es. Je supple a leur absence
avec une paire de chaussettes, ce qui d'ailleurs n'est pas
tres commode pour manger.
Je viens de finir, lorsque m'apparait Mbala. Les nou-
velles sont disastreuses. Le mile seul s'est 6chappB. La
femelle est encore l1 avec sa prog6niture, mais elle est
tres petite. En outre, elle est maintenant effrayee, sur ses
gardens. 11 estime que d6sormais, je n'ai nulle chance de
russite. Lui, en revanche,. se fait fort de 1'atteindre.
Je suis d'abord un peu vex6. Je manque Evidemment
d'entrainement ; trois semaines de traversee dans l'inac-
tion la plus -complete, le sbjour chaud et humide de
Douala, ne constituent pas une preparation sportive.
Pourtant j'ai conscience de n'avoir pas Wte au-dessous de
ce qu'il pouvait attendre d'un Europ6en. Pourquoi ce
brusque changement P
J'essaie de l'amener a une conclusion diff6rente et
1'engage a chercher s'il n'est, pour approoher le gorille,
de proc6d6 plus raisonnable que celui sur lequel il a base
son plan : l'affit, par example.
Raisonnable : voici pourquoi j'emploie ce mot. Dans
le fourr6 inextricable oh nous progressions, il 6tait im-
possible de voir a plus de oinq metres ; il y regnait en








DU CAMEROUN AU CAIRE


outre un silence suffisant pour que le plus l~ger bruit y
donnAt l'impression d'une presence anormale. Si meme
nous avions pu pers6evrer sur les traces des gorilles,
comment arriver si pres d'eux sans attirer leur attention,
c'est-h-dire sans les mettre immediatement en fuite P
L'aurions-nous fait, que le seul geste de les coucher en
joue, dans ces broussailles oiI le fusil s'accrochait par-
tout, aurait suffi pour leur donner I'eveil ; il aurait alors
fallu moins d'une second, a des animaux de cette agi-
lit6 et de cette puissance, pour tranchir les deux ou trois
mbtres aprbs lesquels nous les aurions infailliblement-
perdus de vue. Placer dans ces Iconditions un coup pr6ci-s
6tait presque impossible.
Je devais apprendre, un peu plus tard, que Mbala
parlait depuis longtemps de cette chasse, et surtout de la
capture des jeunes gorilles, qu'il esp6rait vendre avan-
lageusement ; mais qu'en raison d'une situation sp6-
ciale il ,.tait charge de la surveillance de travaux il
ne pouvait disposer du temps necessaire sans une per-
mission difficile a obtenir. A-t-il profit, de ma. visit
pour s'assurer a cet effet d'exceptionnelles facilities, quite
A m'liminer au moment d6cisif, ma complete igno-
rance des moeurs .du grille lui m6nageant en moi une
dupe facile P
C'est ce qu'on m'a sugg6re ensuite, et je reste d'au-
tant plus enclin h le croire que cette conclusion est
encore la moins d6sagr6able pour mon amour-propre de
chasseur. /
Le soir mAme, j'talis de retour a Yaound6, que je
devais quitter le surlerdemain.

II nest pas inutile de dire ici quelques mots de la
region dans laquelle va s'effectuer, durant pres de deux
nois et demi, mon voyage.
La superficie du Cameroun est d'environ 4oo.ooo ki-
lometres carrBs. 11 a 2oo kilometres de c6tes, et le point
extreme de son hinterland, le lac Tchad, qui constitute
sa limited nord, est a x.5oo kilometres a pen pres de
Douala, son port principal. II est borne a 1'Est par nos
Colonies de l'Oubanghi-Chari et du Tchad, et A I'Ouest
par la Nigeria, augmentle du Cameroun anglais. Au Sud,
il est limitrophe de la Guinde Espagnole et du Gabon.







DE DOUALA A YAOUND 37

On y distingue trois regions : la fort, qui couvre la
c6te, la parties sud et la parties sud-est, sur environ
I5o.ooo kilometres carr6s ; un plateau central accident,
d'une altitude moyenne de i.roo metres ; puis une plaine
immense qui va jusqu'au lac Tchad; la vegetation de ces
deux dernieres regions est plus clairsembe A measure qu'on
advance.
La temperature est assez chaude et trEs humide sur la
c6te, oit elle exerce une action deprimante sur ia plu-
part des Europ6ens.' Elle est beaucoup plus saine sur le
plateau central plateau de Ngaound6r6 ; dans les
plaines voisines du Tchad, elle s'dleve sensiblement, mais
reste relativement seche et n'est g6n6ralement pas
insalubre.
C'est Nachtigall qui, en i884, a pris possession du
Cameroun pour l'A'llemagne. Conquis par les troupes an-
glo-francaises pendant la guerre de g914-1918, il a Wtd
iartag6 ensuite entire la France et I'Angleterre, et la
France en administre actuellement, en vertu d'un men-
dat de la Soci6tO des Nations, la parties dAfinie plus haut.
Sa population se compose de Bantous et de N4grilles
pour la fort, et, dans les autres regions, de Noirs sou-
danais, auxquels s'ajoutent, sensiblement moins nom-
Ibreux, des Foulb6s, des Haoussas et, tout a fait au Nord,
des Choas. Les Fouilbs,. venus du Sokoto, oi ils 6taient
descendus du Fouta-Djallon, sont, d'apris les opinions
les plus autorisees, de race blanche, mais leur teint, sou-
-vent fori'c jusqu'au n6ir, trahit un m6tissage accentu6.
Parmi ies principaux products du sol, il faut citer,
outre des bois d'essences diverse, le caoutchouc, l'huile
et les amandes de palme, la banane, le cacao, I'ananas,
la patate, l'igname, le manioc, le mais, le riz, le macabo,
le gombo, le tabac, la kola, le cafe, le cotton, I'indigo, la
gomnne arabique, le anil, le sorgho, l'arachide, le
blE, etc..., auxquels s'ajoutent la plupart des I gumes
d'Europe lorsqu'on les cultive avec soin.
Son cheptel bovin zdbus principalement ddpasse
un demi-million de tetes. I1 possede aussi des moutons,
chevres, pores, Anes, de bons chevaux, des poules, des
canards, des pigeons, etc...
Le gibier y est vari6 et assez abundant. Les rivieres
sont g6ndralement poissonneuses.







3d DU CAMEROUN AU CAIRE

Les industries des indigenes sont rudimentaires ; ils
filent el tissent le coton, extraient et travaillent le fer,
fabriquent de grossibres poteries, des nattes, des plateaux
et des chapeaux de paille, sont teinturiers, etc...; dans
le Nord on trouve des sacs de cuir et des cousins oh
les couleurs sont marines avec goit.
L'6tude gdologique, et surtout miniere, du Cameroun,
n'a 6te que commence et promet des r6sultats int6res-
sants.
Les moyens de transport varient avec les rTgions. La
zone c6tiere est desservie par deux chemins de fer, 1'un
de x6o, I'autre de i8o kilometres actuelleament, ce der-
nier prolong, on 1'a vu, de plus de cinquante kilo-
metres encore par une voie Decauville ; elle possede aussi
des routes nombreuses, g6ndralement en trbs bon 6tat.
Plus au Nord, on emploie le portage a dos d'homme. A
partir de Ngaound6r6, 1a region .de la mouche ts6ts6, don't
la piqfire est si redoutable a certain animaux, ktant
franchise, le voyageur a la faculty de remplacer par un
cheval le tippoy, don't j'ai d6ja parld.
Les facilities d'exportation, nombreuses deja pour la
region c6tiere, sont malheureusement insuffisantes pour
le reste de la Colonie.
La density moyenne de la population est d'environ
huit au kilometre carr6, avec un minimum de trois dans
la region de Tibati, et un maxirhum de dix-huit, vingt
meme dans celle de Maroua. Je rappelle qu'elle est en
France de soixante-quinze, et au Soudan de trois b pen
pris. Mais les r6sultats des recensements coloniaux, jus-
qu'A present, sont rests, en maint endroit, sensible-
ment au-dessous des chiffres reels.
Ces indications ne sauraient, bien entendu, ktre consi-
d6rees comme un expos complete. Elles n'ont d'autre
objet que de donner une id6e g6ndrale, une vue d'en-
semble, et de repondre par advance a certaines ques-
tions qui se poseront, au course de mon recit, dans 1'es-
prit des personnel qui en poursuivront la lecture.



















CHAPITRE III


DE YAOUNDE A YOKO




J'ai pass encore un. jour & Yaound6. Puis, M. Carde,
qu'accompagnaient Mme et M110 Carde, a eu il'am.abilit6 de
m'emmeneT en automobile jusqu'A la Sanaga, a 70 kilo-
metres de la. Nous y avons d6jeun6 gaiment. Le
fleuve, a l'endroit oh nous l'avons traverse, a environ
Aoo metres de large. Il est coup, en amount, par les
chutes de Nachtigall, dent les cinq rapides roulaient tout
prks de nous, entire des lots boises, une eau dcumeuse.
A deux heures, mes h6tes ont repris le ohemin du chef-
lieu. Ma vie de nomade allait commencer.
Je me suis rappelA parfois, durant ma route, les roses,
les citronnelles, les ombrages, l'atmosphere paisible et
champotre de Yaound6. Cependant, qu'on ne s'y mb-
prenne pas ; si ces riantes allies, ces belles fleurs, cette
claire verdure m6nagent, au voyageur qui passe, un s6-
jour dent il ne s'61oigne qu'A regret, le s6dentaire, offi-
cier, fonctionnaire ou colon, a vite 6puis6 le charme de
ce perp6tuel sourire de la nature ; et la carribre du
colonial a poste fixe, on ne le sait pas toujours assez en
France, comporte des renoncements don't beaucoup m6-
ritent d'etre appeals sacrifices, et, tout au moins, com-
mandent l'estime.
A la Sanaga s'arrtait la zone des moyens de transport
m6caniques et, jusqu'A Ngaound6r6, oii je devais trouver
un cheval, j'allais avoir a employer le itippoy ; la prd-







DU CAMEROUN AU CAIRE


sence de la ts6ts6, comme je 1'ai dit A la fin du chapitre
pr6c6dent, rend la region dangereuse pour certames
espEces d'animaux.
La ts6ts6 est connue depuie longtemps pour ses pi-
qiOres douloureuses et pour 'action meurtriere de
celles-ci sur de, bltail ; plus r6cemment, oih signalait, A
l'aotif d'une de ses vari6t6s au moins, la glossina pal-
palis, un mefait plus grave encore, la transmission de
la maladie du sommeil. Elle vit dans les broussailles,
n'en habitant d'ailleurs que certain lots, et ne s'dloigne
guere de ceux-ci de plus de quelques centaines de
metres, ce qui permit la determination relativement pr6-
cise de sa zone et ses points d'habitat : je dis relati-
vement, parce que cette zone est susceptible de se mo-
difier. La ts6ts6 a cette particularity qu'elle recherche
l'ombre et se pose plus volontiers sur les \couleurs somn-
bres. Cependant, elle n'est A redo'uter que le jour ; la
nuit, son activity ne se manifesto pas.
Le b6tail auquel elle s'attaque n'est pas necessaiTe-
ment perdu. Mais ii a les plus.grandes chances de I'&tre.
La proportion des victims, relativement au nombre des
atteintes, est heureusement plus faible chez I'homme.
J'ai Wtd pique bien des fois par des tsets6s de diverse
varietes. J'ai ressenti sur le moment sune douleur vive et,
lancinante come si on m'avait louche avec un tison
d'alsmette encore rouge ; une petite tumeur, sige d'une
dnmiangeaison cuisante assez p6nible, s'est form6e ensuite
et a persist quelques jours. Rien de plus. Lorsque la
maladie se declare, en revanche, il est indispensable
de recourir, sans retard, A run traitement s6rieux. Elle
se traduit, notamment, par des aces de fire sur les-
quels la quinine rest sans effet, par un engorgement
g-anglioinnaire g6niraIis6, par une lassitude qui deg6nere
en somnolences, puis en coma. Sa duroe est variable;
elle Bvolue g6ndralement avec lenteur.
.La vie du voyageur, en course d'6tapes dans les regions
tranquilles, est faite 'de details. Aussi chacun de ces dd-
tails y prend-il de l'importance, et la determination
des heures de march, du mode de formation du convoy,
quanlit6 de questions analogues, tiennent-ils bcaycoup
de place dans les preoccupations. Le temps atait venu
d'organiser ma caravan.






DE YAOUNDE A YOKO


J'employais, pour mes bagages, des porteurs, puisque
c'est le seul proo6dd usist au Carneroun, en dehors de
1'etroite zone que dessert le chemin de fer. Les boeufs
ne manquent pas dans ae Nord, non plus que dans le
centre, mrais es indigenes ne les dressent pas, cormme au
Tchad, au portage. Quant au tippoy, sans la Trpugnance
que j'4prouve, en g6n6ral, pour les moyens de',transport
de roi faineant, je m'en serais assez facilement accom-
mod6. II est d'un comfortable plus que suffisant et repose
agrdablement de la march qu'a faison de .deux on trois
heures par jour, je considere come ndcessaire A une
bonne hygiene colonale.
On peut s'inspirer de plusieurs m6thodes pour fixer
les heures de movement.
L'une consiste a se mettre en route avant la fin de la
nuit, de maanibre & terminer 1'4tape avant Ia chaleur.
On fait, en lmoyenne, 5 kilometres a I'heure. Les tapes
normales ne ,d6passent pas 3o kilometres, et, le plus
souvent m6me, 25. En partant h 4 heures ou 4 heures et
demie, on arrive done avant io heures, et le rest du
temps est libre. II faut toutefois de bons chemins, ou
bien des torches, lorsque la lune n'6claire pas- jusqu'A
I'aube; autrement, les porteurs 'tr6buchent, et les
charges tombent.
Autre systeme : partir a 3 heures de 1'aprks-midi,
de telle sorte que la chaleur d6croit A measure que vient
la fatigue. 11 a 1'inconv&nient que 1'arrivee, A 8 heures
du soir, est beaucoup moins pratique qu'une arrive
de jour.
11 est encore possible de couper I'Atape en deux et
d'en fire une patti e e matin, I'autre avant le coucher
du soleil ; irais ce sont deux departs au lieu d'un, et
e1 second, pour simplifies qu'en soient les pr6paratifs,
est une fatigue supplainentaire pour les hommes. D'autre
part, lorsqu'on veut travailler, le came de I'esprit se
ressent de la preoccupation d'~n changement toujours
proche.
Enfin, on se content, quelquefois, de partir a 7 ou
8 heures du imatin, pour arriver entire' midi et 2 heures.
J'avais cette habitude pendant mon precedent voyage.
Si resistant qu'on soit a ia chaleur pourtant, les rayons
du soleil garden une action nocive ; le moins qu'on






DU CAMEROUN AU CAIRE


risque, avec ce procdd6, est de s'anemier tres vite, et, qui
plus est, sans s'en apercevoir. J'ai cru prudent, A ia
suite de 1'exp6rience que j'en avais fai-te, de l'eliminer
provisoirement, et j'ai d6cid6, pour cette pdriode de d6but,
oiu les chemins s'annongaient sans difficulties ni sur-
prises, de m'en tenir au premier de tous : depart de
trTs bonne heuTe, anrivde avant Io heures du martin ;
la journey consacr6e A la r6daction des notes quoti-
diennes qui constitueront plus tard les bases du rap-
port final; aux petits ddplacements susceptibles d'assurer
des 16ments de documentation compl6mentaires ; aux
conversations instructives avec les indigenes ; A 1'examen
oh a la reparation du materiel ; A la preparation du.
lendemain ; au repos. Je me rnservais de couper les
Tapes de plus de 30 kilometres et de marcher alors le
matin et le soir pour manager davantage les "porteurs.
J'en avait trente-quatre, vingt-six pour mes bagages
et huit, formant deux 6quipes, pour mon tippoy ;
j'avais encore uin interprAte et trois gardes, enfin Somali
et Denis, naturellement. Denis avait, en outtre, engage,
A Yaound6, un marmiton Sara du nom de Somana-
kandji : non qu'il eft beaucoup de .cuisine A fair :
mon regime, en voyage, est plus que fruste ; mais
parce que, si peu qu'il on edt, il souhaitait, par tem-
p6rament, en avoir moins encore. C'est d'ailleurs un
usage courant, chez les serviteurs noirs, de prendre eux-
memes des serviteurs ; j'avais constamment dans mon
convoi des igens que je ne connaissais pas et sur lesquels je
ne posais meme pas de questions ; c'dtaient des auxiliaires
temporaiTes ou permanehts de ces messieurs; ils les
assistaient, en change de leur nourriture, d'un vieux
vWtement, du seul plaisir de voyager en compagnie ;
pour le cuisinier, ce genre de combinaison. tait d'au-
tant plus ais4 a r6aliser, que le Inarmiton qu'il appe-
lait (( Marmata ) 6tait en meme temps une sorte d'ap-
preniti ; employ au nettoyage des assiettes et des casse-
roles, il assistant a la confection du repas.
Mes bagages etaient divis6s, selon I'usage, en charges
de vingt-cinq kilos au maximum. Tout ce qui etait sus-
ceptible d'entrer dans une caisse de petites dimensions
etait emballe dans des cantines m6talliques, grace aux-
quelles la voracity des termites et 'action de l'humiditM







DE YAOJNDE A YOKO


4taleut 4paxgnkes, dans la measure du possible, & mes
effects. J'expediais vers 3 heures et demie du matin le
gros des porteurs, accompagn6 du chef porteur et d'un
garde. Je consacrais I'heure qui suivait a ma toilette et
au d6jeuner. A 4 heures et demie je partais moi-mmme'
avec les derniers d'entre eux, charges des objets que
ma presence avait immobias6s jusque-lh, l'interprete,
mes serviteurs, un autre garden. Le troisieme garden me
prec6dait gEndralement d'tin jour sur la route, de ma-
nibre que je trouvais les villages avertis de mon arrive..
C'est dans ces conditions que j'ai quitter, Ie 12 f6vrier,
les chutes de NachtigalH Tout mon monde 6tait ras-
sembl6 A heree fixde, et Ic depart, qui, le premier jour,
comporte toujourT des' ttaonnements, h cause de la-
repartition des charges et, parfois, de certain remanie-
mrents, s'est effectud avec une promptitude satisfaisante.
A quelque distance de YaoundB, j'ai rencontr6, pour la
premiere fois au Cameroun, des cases cylindro-coniques,
au mur circulaire d'argile, au grand toit d6bordant de
chaume. Leur vue, depuis bien des ann6es, m'est fami-
liBre. Cette forme domine dans la plupart des regions.
de l'Afrique' auxquelles je suis accoutum6.
La piste traverse ensuite une sdrie d'ondulations asset
faibles. Peu ou pas d'arbres sur les reliefs ; des galleries
forestieres dans les depressions. Les panoramas sent
6tendus, mamelonins, et pittoresques. Les villages,.
petits, restent assez nombreux, les cultures frequentes.
La citronnelle continue & border les chemins.
Nous arrivons au campement vers Ii henres. Sur-
toutes les routes coloniales un peu fr6quent6es, des cases
spacieuses et propres sont 6chelonenies de 25 en 25 kilo-
metres environ, pour abriter les voyageurs et leur-
suite; une grande, pour l'Europ6en; autour, de plus.
petites, pour les noirs. Lorsqu'eIles sont bien entre-
tenues, ce qui n'est pas toujours le cas, la toiture neo
laisse rien filtrer des rayons du soleil ni de l'eau des
pluies ; on peut y 6ter son casque 4le jour, y domnir a
sec ,la nuit, et y prendre, m~algr6 les insects divers qui
y ~lisent.domicile, un excellent repos.
Les porteurs sont deja lM. Ils ont pose Jeurs fardeaux
et se sent assis a l'ombre. Sotmali dispose ma table eot
ma chaise dans un delicieux courant d'air; Denis,







DU CAMEROUN AU CAIRE


apris avoir stimul6 par des appeals imp6rieux le zlie de
son (( marmata ), m'apporte une 6paisse tranche d'ana-
nas ; mes meubles, en cinq minutes, sont A leur place;
je retrouve la route et tout son charme.
Je dejeune. Mon menu est simple ; je vis entibrement
sur le pays, et n'ai avec moi ni vin ni conserves. H ne
varie que lorsque la chasse lui apporte un 6l1ment
impr6vu, et je n6glige les resources de celle-ci dans les
regions d6pourvues de grand gibier : je n'ai apportd que
mes fusils Lebel, et tuer des perdreaux ou des libvres A
balls d6passe la measure de mon adresse.
J'6cris ensuite mon journal de route. J'inspecte mes
bagages, je flAne dans le camp, je vais voir les alentours,
je lis. Je dine & cinq heures pour profiter de la fin du
jour. Aprbs, j'attends sept heures dans Ia fraicheur de
la nuit tombante, en laissant errer ma pensee. Les cons-
tellations apparaissent. J'ai une carte du ciel ; je m'amuse
A en chercher le dessin, la place et le nom ; je connais
dejh beaucoup d'entre elles. Puis, loin des mornes
alv6oles oh se superposent en couches series les ing6-
nieux troglodytes de la pfriode quartenaire, fils de la
civilisation .moderne, devant ma case, car il ne pleu-
vra pas, je prends possession de ma chambre A coucher :
un sol soigneusement balaye, bien net; au-dessus, la
vote bleu sombre d'un ciel tout 6tincelant d'4toiles, un
air pur frais ce soir; au loin, le concert des cigales
oiu se melent parfois, du ofond de la brousse, des voix
plus graves que je connais bien : I'industrie des tra-
vailleurs consoients et organisms n'en a pas encore cons-
truit cornme celle-la.
Le lendemain, je pars un peu tard. Presque aussit6t
aprbs le village de Bilanga, la route entire dans une nou-
velle' region forestibre, qu'elle traverse sur une douzaine
de kilometres ; on retrouve ensuite un pays d6couvert et
accident. De petits rongeurs allong6s, assez semblables
h nos belettes d'Europe, sortent flusieurs fois de touffes
de citronnellle. Mes homes s'amusent A les poursuivre,
vainement. Un serpent centre A notre passage un bout
de queue noire qui d6passe la lisikre des herbes. Je des-
cends de mon tippoy pour marcher un peu; je devance
bient6t mes hommes ; puis, pour Tes attendre, je m'as-
sieds A I'ombre d'un palmier.







DE YAOUNDE A YOKO 45

Sur le sol, tout pres de moi, un beau cboloptere vert,
A reflects mdtalliques, de la taille d'un gros hanneton,
&volue, tranquille. De longues fourmis de plus de deux
centimetres, armIes de mandibules formidable, qubtent,
rapirdes, a et fla. Brusquement, i'une d'elles s'arrote et
saisit un petit ihsecte blanchAtre, allong6, lent sur ses
pattes faibles et courts, puis un autre, puis un troi-
simeo ; elle les emporte en grande hate vers un trou
voisin, disparait, resort, all-gde de son triple fardeau,
cherche un peu, retrouve le petit group sur lequel elle
a pr61ev6 ses victimnes, et fait une nouvelle provision
sans que des plus proches voisins de ses prisonniers
s'dmeuverit ni meme semblent s'en apercevoir : ce sont
de jounes termites. Bon d6barras.
Le termite est un terrible destructeur. Dans les en-
diroits, infiniinent nomtbroux, oih il reside, les effects,
le bois meme deviennent sa proie avec une inconceivable
rapidity. A mon dernier voyage, j'ai vu une paire de
bottes mise hors d'usage en une seule nuit. Quand, du
sol, ils ne peuvent grimper sur l'objet de leur convoi-
tise, ils gravissent les murs, gagnent le plafond, et se
laissent choir adroitement au point voulu. Lorsque
j'foris, A tout instant, il en tofnbe un sur mon paper.
En revanche, ils fouTnissent aux indigenes un hors-
dl'ocuvre opprScid : ceux-oi les exposent a la fumae et
les mangent ; c'est d'ailleurs presque insipid. D'un
autre point de vue, le termite present encore un
intdret : c'est un macon laborieux et habile :-il seme
litt6ralement certaines planes de constructions en forme
de champignons ou de c6nes grossiers qui peuvent
atteindre plusieurs mAtres; ce sont ses demeures.
Je regretted souvent de ae pouvoir apporter, dians 'ob-
servation des anoeurs des animaux, la anmthode et la
pers6vrance n6cessaires. Les tableaux de la nature sont
pleins d'enseignements. La volont6 du Cr6ateur y rest
inscrite dans sa for.me primitive ; devant le spectacle db
:I'ordre dtabli par sa main, il semble qu'on soit mieux A
mAme de le comprendre. Sans doute, simple et subtils
n'y discernent-ils pas les memes choses, mais les v6rit6s
qu'ils y lisent sont entire elles come les notes d'une
m&me et parfaite harmonie.
La nature parole un lanigage qui s'apprend avec la vie ;







4t DU CAMEROUN AU CARE

encore que le sens profound n'en puisse Wtre penltr&
qu'au prix de r6flexions et d'efforts, chaque homme
en possede. la clef dains son cceur. Par des lemons A la
portie de tous, elle explique 1I'me de l'univers.
Ces grands potes de lia philosophies que furent la plu-
part des prophetes se sont forms a son cole. Les plus
divins d'entre eux vivaient au desert. II n'est gubre
d'exemple d'uhe religion fondue sur les marches d'un
tr6ne.
J'ai repris ma route, et j'arrive au camipement vers&
midi. Les porteurs tardent trois quarts d'heure ; je me
suis pouTtant repos6 deux fois. Ils m'observent et
m'6prouvent, afin de savoir quel degr4 de discipline je
leur imposerai. Je fais les remontrances necessaires, et
comme on m'en signal deux qui ont retard, par leur
parisse, la file entire, je les fais sortii du rang et les
chasse au moment de la distribution des rations : rien
ne leur sera plus sensible. Je sais fort bien qu'ids-
mangeront au village, et j'hisiterais davantage autre-
ment; mais l'exemple a fait impression, c'est ce qu'il
fallait.
A cinq heures, je vais visitor la petite agglomeration
prBs de laquelle je suis cam.p. C'est Nguila. Il y a 1N
deux ou trois cents pauvres cases, habitees par des,
paiens tres primitifs, des Bafias. A c8tW, se trofive un
petit groupement IHaoussa et Bornouan.
Les Haoussas et les Bornouans sont originaires de la
region qui s'6tend ah 'ouest du lac Tchad. On en ren-
contre dans toute I'Afrique Centrale. n n'est pas deo
piste oii 'on ne cruisee, de temps & autre, leurs modestes
caravanes. De race noire, islamisis pour la plupart, ce
sont des artisans souvent habiles et des commercants.
toujours avises. Ils achWtent, dans les centres, des mar-
chandises d'importation europeenne, et vont les vendre
souvent fort loin ; puis ils reviennent avec d'autres
products, qu'its vendent encore, doublant ainsi leur be-
ndfice.
A cette sp6cialit6, les Bornouans surtout ajoutent
l'exercice de divers metiers. Nombre d'entre eux tra-
vaillent le cuir ; dans le nord Oameroun, au Niger rt
au Tchaddi, on pout se faire faire des bottles de filali pour
une quinzaine de francs.







DE YAOUNDE A YOKO


SL'dtape suivante a 34 kilometres. Je decide de la couper
en deux et de dejeuner dans un village A moitid chemin.
Cormme j'approche, les femmes viennent A ma rencontre.
files sont une vingbaine. Les unes out pour costume le
petit triangle d'.toffe et le petit balai que j'ai djha vus
Ah Oukoua ; ce petit balai, les autres le remplacent par
une branch de feuillage fraichement cueillie ; nous re-
trouverons la meme mode chez les Saras, bien plus loin,
A l'est de Fort-Archambault.
D'abord, elles poussent de longs cris d'accueil. Puis
elles m'escortent, cependant que l'une d'elles impro-
vise une cantate en mon honneur ; elle chante mes
louanges, A courts phrases, que toutes reprennent en-
semble.
Elles ont des voix glapissantes. On dirait un chceur de
chats. Une petite vieille, bient6t, se d6tache du groIupe,
et, seule, se met A danser. C'est 1'6toile. Comique, non
sans quelque grace, elle 4gaie la fin de ma route.
Nous repartons A une here et demie. C'est trop t6t,
mais que faire ici P Pour un voyageur, dans le vrai sens
do ce mot, le campement le plus desirable est, le matin,
celui du soir; le soir, celui du lendemain.
Les galleries forestieres se font plus 6troites et plus
espac6es. En traversant l'une d'elles, les homes s'ar-
retent pour se baigner dians un ruisseau qui, de part et
d'autre d'un pont leger, couple sons les lines des eaux
limpides et peu profondes.
Des singes, qui doivent 6tre assez gros, si j'en juge
parole bruit qu'ils font, d6gringolent lourdement d'un
arbre tout proche, mais si charge de feuillage que nous
les entendons sans les voir. Un group de papillons ad-
mirables est pos6 sur des detritus. Ils 6prouvent tant de
plaisir A plonrger leurs longues tronpes dans le mets
qu'ils savourent, que mon approche n'en fait envoler
qu'un. Trbs grand, d6licatement nuance de violet, de
brun et de blanc, on croirait une pens6e qui flotte au
souffle de la brise. Les autres ne dploient meme pas
leurs ailes paresseuses.
Comme nous venons de nous remettre en route, un
bruit de tam-tam m'annonce que j'approohe d'un point
habitA. Le prochain tournant d6masque une troupe qui,
lentement, s'avance vers moi. En tWte est le chef, un






485 DU CAMEROUN AU CARE

grand honmme sec et drdit vitu d'un ample boubou (i)
blanc ; derrire lui marchent un jeune home et deux
enfants, porteurs chacun d'un long tambour suspend
horizontalement centre leur c6tW gauche. De la main
droite, ils frappent durement sur sa peau tendue, avec
une sorte de crochet de bois dont une corde assure la
courbure, et don't I'extr6mit6, plus large, est aplatie.
L'avant-bras gauche, qui repose sur da paroi cylindrique
de l'instrument, le maintient immobile sous les chocs,
cependant que la main, par un movement cadence du
poignet, s'616ve et retombe doucement, A plat, centre la
face sonore. Cette succession de coups rudes et de rd-
sonances trbs douces, le rythme ingdnieux qui les
scande, donnent une impression singulibre, tout & la
fois harmonieuse et barbare, et je trouve A cet strange
concert un charme que je n'attendais pas.
Le lendemain, je couche a Mankin, petit village Ba-
bout6. Le chef est une fernme, par droit d'h6rddit6. Le
fait est frequent dans la region. Elle est vieille et d6sa-
grdable.
Le jour suivant, je m'occupe rioter heure par heure,
en provision du cas oti ma montre s'arreterait, la lon-
gueur de mon ombre et l'angle qu'elle faith avec le nord.
J'ai de la sort une serie d'indications approximatives,
et qui d'ailleurs vont perdre, A measure que j'avancerai,
une parties de leur valeur ; mais les postes qui sont sur
ma route me procureront l'boccasion de les rectifier, et,
doe touted maniere, cette 6chelle de temps fixera mes
idWes. Le Parlement nous a montr6 que l'intir&t de
1'heure est essentiellement relatif ; au lieu de l'heure
d'6t6, j'aurai I'heure de Mankin, qui, en some, en
vaut bien une autre.
Quant aux limits extremes de la journde, j'abandonne
A Ia logTque et aux faits le soin de les determiner. Je me
lve ici quand 1'6toile du matin la planete Venus,
pour 8tre plus exact fait un angle d'environ 30o avec
l'horizon il est alors 3 heures et demie parce que
c'est on mettiant les porteurs en r6ute peu aprEs que je
fais coincider la fin de la march quotidienne avec le

(r) Pour ce mot et pour-tous ceux qui n6cessitent une expli-
cation, voir vocabulaire, p. Box.







DE YAOUNDE A YOKO


debut de la forte chaleur ; et je me couche quand la
nuit .commence, ce qui m'6vite a la fois de diminuer
ma reserve de bougies et de voir'ma table devenir le
siege d'un ivritable meeting d'dnsectes. Sans cola, mon
potage, a peine apport6, et quoique je'diminue le champ
vulnerable en le pregnant dans un gobelet, parait assai-
sonn6 de cApres, qui ne sont que des mouohes victims
de deur gourmandise, et n'ont ni le m4mme attrait, ni la
mame saveur.
L'6tape qui suit est Bembl. A chaque village interm6-
diaire, le c6r6monial de 1'avant-veille s'est renouvelM.
Chef, musicians et femmes sont venus ma rencontre ;
mais je n'ai retrouv6 nulle part le rythme heureux du
premier ta'mtam. Des instruments nouveaux, en re-
vanche, se sent rv6d1s t moi : une petite bolte rectan-
gulaire sur l'une des faces de laquelle sent des lamelles
de bois fixes par une ide leurs extrdmit6s ; leurs vibra-
tions donnent des notes diff6rentps. C'est le tumbil6,
me dit-on ; deux cornets de m6tal accoupl's et paral-
lTles, qui rendent au choc un son m6lancolique et doux :
on les nomime kongsir6. Souvent,' un troisibme artiste
tenait, d'une main, un long baton de bois dur qui
portait une sbrie de petites entailles transversales ; son
autre main imprimait a un anneau de cuivre, au travers
duquel ce baton passait, un movement de va-et-vient
rapide. Le frottement du cuivre sur les eitailles produi-
sait un bruit analogue au souffle press d'une machine
A vapeur qui gravirait difficilement une c6te. C'est le
kaTa.
Les chefs me presentent aussi des cadeaux : des ba-
nanes, une poule, des ceufs. Je me borne ordinairement
a prendre un ceuf, car ces gens sont pauvres; et je leur
fais, en change, un don minime. Puis Denis, qui a
circul& partout, et sait quelques mots du dialecte local,
leur dit, de ma part, que je suis pourvu de toutes
choses, mais que leur, present m'est aussi agr6able que
si je 1'acceptais tout entier, et que je les remercie. Je
m'efforce ainsi de TApondre a la bonne grace de ces
humbles d'une manirre qui leur laisse le sentiment
qu'ils ont WtA appr6cids et compris, et que le modest
rang qui les 6T ve au-dessus de leurs voisins de village
n'est pas indifferent a mes 'eux.







DU CAMEBOUN AU CARE


Les femmes que je vois ici portent leurs enfants, non
-sur le dos, comme c'est si frequent en Afrique, mais sur
le c6t6, soutenus par un large baudrier.
La route descendra maintenant presque constamment
jusqu'A Ngliemi. Je traverse de petits centres Babout6s,
Vout6s, etc. Les m6mes cir6monies se succddent presque
sans interruption. J'arrive litt6ralemnent satur6 de mu-
sique et de po6sie. Le site s'est transform et de tous
c6tes apparaissent des collins.
La question de la nourriture des porteurs est com-
pliqune. Tant6t, ils n'ont pas assez, tant6t le fait se
produit A Ngliemi pour la second fois le manioc
qu'on leur apporte est nocif.
Un jour encore et c'est Yoko, poste francais. Une suc-
cession de montdes et de descentes, une v6g6tation plus
r6guiibrement r6partie, aux teintes fraiches et printa-
nitres; devant nous, A gauche, en arriere, s'e16vent
malintenant des lignes de vertes coldines ; nous fran-
chissons l'une d'elles par un col ombrag6 ; A notre
droite, en contrebas, au pied d'un ravin, un torrent
invisible couple avec bruit sous les grands arbres som-
bres ; nous b6n6fiions de sa fraicheur. Insensibles aux
beaut6s de la nature, Somali et Denis s'asseyent au board
du chemin pour extraire les chiques qui ont Clu domi-
cile dans la chair de leurs pieds. Cet insecte est la plaie
l'une des plaies de certaines contr6es. II se glisse
insidieusement sous la peau, s'y fixe, s'y nourrit, y vit.
Une d6mangeaison bient6t, puis une vive douleur, an-
noncent sa presence; il faut alors expulser le locataire
genant a 1'aide d'une 6pingle, en desquamant la petite
tumeur sous laquelle il est abrit6. L'op6ration est d6li-
cate, mais tous les noirs y excellent ; il n'y a qu'A se
confier & eux lorsque se prdduit oet accident; c'est I'af-
faire de quelques minutes. On d6sinfecte ensuite le logis
vide avec une goutte de teinture d'iode.
J'arrive au poste banal qui domine la region.
Petites constructions magonn6es, vast cour carr6e plan-
t6e de rnanguiers et d'orangers, ces derniers charges de
fruits; au dehors, bananiers, palmiers A huile, coton-
niers, etc... Le fonctionnaire europ6en qui y reside ha-
bituellement est en tourn6e. Je suis regu par un inter-
prtte indigene nomanA Martin, brave garcon des services







DE YAOUNDI A YOKO 51

et de I'empressement de qui je n'aurai d'ailleurs qu'a me
louer.
Le sejour dans un poste est, pour le voyageur, un
plaisir, un repos et une fatigue.
C'est un plaisir, parce qu'a part de rares exceptions,
il y est regu avec une cordialitM sincere et touchante.
A leur seul accueil, on distingue les v6ritables colo-
niaux, ceux de qui la mentality s'est form6e au contact
des pays neufs, parmi les luttes, les difficulties et les
satisfactions viriles.
C'est un repos, parce que c'est, pour un jour ou deux,
une impression de stabi4it6 ; aussi, et davantage encore,
parce que l'h6te, en pareil cas, s'il est de la cat6gorie
que je viens de dire, e'ing6nie amicalement a r6conforter,
par tous les moyens don't il dispose, le passage qui s'ar-
rate chez lui. II le fait avec cette ing6niosit6 delicate et
sensible qui se d6veloppe particulibrement dans la soli-
tude encore que ce ne soit pas son seul milieu. L'ex-
p6rience personnelle vient encore la guider. Chez les
voyageurs comme ohez les soldats, certain details, mi-
nimes en apparence, prennent une importance toute
particulibre. Est-il excessif d'employer le mot joie pour
traduire le sentiment du com~battant qui, dans un sec-
tour noyd de boue, durant la guerre, touchait une
paire de brodequins neufs, ou tout autre effet d'habille-
ment ? L'explorateur connait ces ambitions modestes et
cet ordre de satisfactions.
Enfin, c'est une petite fatigue: Les conversations, le
changement de vie, provoquent une effervescence cer6-
brale qui se d6veloppe d'autant plus que l'inaction phy-
sique succide brusquement a 1'effort accoutumd. La fire
est frequemment la consequence de cette absence de
transition.
Je m'installe avec satisfaction dans une grande pikce
sombre oiu sont une table, un sommier muni d'un mate-
las, trois fauteuils de paille. Ce mobilier d'un luxe
inaccoutume me ravit. J'en jouis une demi-heure, puis
je sors. II y a, pres du poste, deux villages, don't l'un
haouss'a. Je vais voiT ce dernier.
Le chef, averti de ma presence, m'invite a entrer dans
sa demeure. Je p6nitre dans une case cylindro-conique,
faite d'argile et de chaume. C'est son salon. Une entr6e







DU CAMEROUN AU CARE


s'ouvre sur le chemin, l'autre sur une cour int6rieure.
Ce salon ne content que quelques ustensiles miserables,
deux peaux de bceuf sur lesquelles il donne ses au-
diences, et un cheval attach. Bient6t entire un Bor-
nouan, qui vient me saluer ; puis un marabout haoussa,
home instruit qui a fait le voyage de la Mecque. Le
premier voudrait retourner a Garoua, qui est sur ma
route. II me demand la permission de m'accompagner
jusque-Ia. Ii est cprdonnier ; il travaillera pour moi, si
je le desire. Je lui r6ponds que je n'ai pas besoin, pour
l'instant du moins, de son travail; mais qu'il peut venir
s'il veut, et que je me chargerai de sa nourriture aussi
longtemps qu'il marchera avec moi et se conduira bien.
C'est un usage que j'ai adopt. II n'entraine qu'un tres
faible suroroit de depenses, et m'assure l'animation
d'une suite relativement nombreuse, fr6quemnment re-
nouvel.e. Cosmame mon Bornouan me dit, au surplus,
qu'il parole lb haoussa, le foulb6 et le toucouleur, outre
1'arabe et un peu le francais, je me promnets, si ma bonne
impression se confirm, de l'engager cornne interprete,
car Denis, ici, n'est plus suffisant.
Le soleil est tres ardent a Yoko. Le post est bien
construit et relativement frais, mais j'ai d6courvert un
endroit plus frais encore ; refuge special d'un usage bien
determine, oil d'ordinaire on ne se rend que par nkces-
site ; il est en outre trBs vaste et d'une m6ticuleuse pro-
pret6. J'ai grande envie de m'y installer pour la jour-
n6e ; je resiste toutefois A cette tentation ; je craindrais
d',tonner les indigenes, et de laisser derriere moi une
16gende strange et fAcheuse.
Je retourne au village l'aprs-amidi. On a moins chaud
quand on se d6place. Je vais voir le marabout de ce
matin, El Hadj Yakobou. Je lui pose quelques questions,
principalement sur la route qu'il a suivie en se rendant
A la Mecque. 11 prend, poir me r6pondre, un paquet
de vieux portefeuilles de toutes tailles, denoue lentement
le cordon qui les lie, les ouvre les uns aprls les autres.
I cherche longtemps. Je vols des feuillets enlumines,
converts de caractBres arabes. Enfin, il a trouv6, et j'ai
le renseignement que je desire.
II me dit ensuite qu'il serait heureux, lui aussi, de
m'accompagner, mais seulement jusqu'A la premiere








DE YAOUNDE A YOKO


tape. 11 va voir une de ses femmes, qui se trouve l1
pour le moment. J'acquiesce vd'ontiers. Je lui demand
combien il a de femmes.
c Six ), me dit-il.
Ce saint honmme exagbre. Le Coran n'en permit que
quatre. Mais deux d'entre elles n'ont rang que de
concubines ; de la sorte, tout est concili; ; et le jour du
jugement dernier yum ed din ne lui reservera pas
de surprises. Nou's alllons ensemble a l'autre village, tout
proche, qu'habitent des Bayas. Les Bayas sont l'une des
tribus pai'ennes qui forment la fruste population de cette
parties du Qameroun. T1 y a tam-tam devant la porte du
chef. Celui-ci arrive des environs oh il es-t all6 voir son
frbre. 11 1'a trouv6 en bonne sant6. Le tam-tam a pour
objet de r6pandre et de after tout A la fois, cette excel-
lente nouvelle. II est d'ailleurs parfaitement lubgubre.
Autour des musicians tourne lentement, a petits pas,
avec des dihanchements discrets, un cercle d'honmes et
de femmes aux mines graves, qui semblent remplir
un devoir plut6t que rechercher un plaisir. Puis voici
le chef en personnel, un noir robuste, A la face souriante
et brutale. 11 veut me montrer une nouvelle case qu'on
lui construit.
Nous entrons avec lui. Nous traversons la piece des
exceptions, oh je retro'urve la natte sordide et les peaux
de boEuf dejA vues, plus trois chevaux ; c'est, apris, la
petite court habituelle ; la case neuve enfin, cylindro-
conique comme 1'autre, mais avec deux particularitss :
elle est propre, d'abord ; ensuite ses murs sont couverts
de peintures blanches, noires et rouges, de formes g6o-
metriques, qui timoignent d'un certain goAt.
La journee s'est achevee, tranquille, et j'ai fix 'mon
depart au Beandemain matin; quelques Rtapes seulement
me s6paraient encore de Tibati, of j'allais prendre un
premier contact avec ces chefs important don't la pr4-
sence conserve au Oameroun une couleur locale' toute
particulibre.


















CHAPITRE IV


DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDERE





En grande pompe, pr6ced6 d'un drapeau, de deux
olairons, d'un tam-tain, des chefs, d'un group de
femmes, et escort de tous les chiens du pays, j'ai quitt6
Yoko e la pointe du jour. Yakobou m'a rejoint au pas-
sage. Il Rtait vetu d'une robe bleu fonc6, d'une calotte
rouge, et portait une lance, un couteau, un arc et des
flches. Nous arrivons de bonne here a Bongu&r6, petit
viillage'oii nous coucherons.
L'aprBs-midi, je lui offre le the, ainsi qu'aux princi-
paux du lieu. C'est pour moi une occasion d'apprendre
A Denis a le preparer et A le servir selon le code du
savoir-vivre.
I faut, autant que possible, deux thBires. Dans l'une
on fait I'infusion avec di th6 vert, le seul appr6ci6 ici;
dans l'autre, on met du sucre en abondance : de gros
morceaux qu'on d6tache d'un pain, bruyamment, avec
un petit marteau de cuivre. De la premiere th6irre, on
verse 1e th, dans la second ; avec celle-ci, on remplit
un petit verre il est d'usage de verser de haut, c'est,
parait-il, plus 61dgant et on golte. Si c'est assez
sucr6 et satisfaisant en tous points, on reverse le fond
du verre dans la th6ibre, et, dans d'autres verres ana-
logues, on sert ses h'tes. Cela se recommence trois fois,
en ajoutant chaque fois de 1'eau sur le th6, et en l'ad-
ditionnant, A la fin, de quelques feuilles de menthe.







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDBR


J'ai vu aussi, A Sioua, sur les confins d6sertiques do
i'Egypte y mettre des feuilles de oitronnier doux,
qui donnaient un parfum tris agrEable, et, a AbechM, y
verser quelques gouttes d'une lotion capillaire parfuanee
.qui portait l'6tiquette d'un. fabricant fran'ais; c'dait
d'ailleurs moins bon, je dois le reconnaitre. On s'accou-
tume au thd pris de cette maniere, de mdme qu'on s'acL
coutume a tout, meme a des choses moins plaisantes ;
et le mdlange qui s'opere chaque fois entire les verres,
rpartis au hasard, sans lavage pr6alable, entire lcs
.assistants, finit par Rtre indifferent.
El Hadj Yakobou ben Hadji Suleiman c'est le nom
exact de mon h6te s'est d6barrass6 des arms don't il
s'4tait h6riss6 pour la route. 11 a conserve sculement
un poigriard, qu'un bracelet de cuir pass au-dessus du
.coude retient h son bras. I1 me le montre. Je l'admire
poliment. II me confie qu'il le vendrait volontierls pour
dix francs, parce qu'il n'a pas de quol payer l'imrp6t,
.cette annee. J'ai compris. Je lui donne les dix francs, ot
je ilui laisse, bien entendu, son poignard.
Aussitot, il s'mmobilise, prend un air p6nitre, ap-
pelle sur moi la b6n6diction d'AMl'ah, et, les yeux A terre,
recite avec volubilit6 une longue prire. Puis, tirant
de ses v mtements deux grande feuilles de paper cou-
vertes de dessins gdom6triques mraladroitement tracks
,et de,caracteres arabes, il me les pr6sente : ce sont, me
dit-il, des ouargas, talismans extrmmement repandus
en Afrique, et don't la fabrication est le privilege des
gens cultiv6s dans la science de la religion, cornme
lui. II me demand timidoment si j'aurais pour agrdable
qu'il me fit present de l'un d'cux. Je r6ponds affirmati-
vement, et j'appelle mon Bournouan, Yahia, qui juste-
ment se tient a la porte, pour lui dire de me fabriquer
:au plus tot le sachet de cuir oh, comme c'est l'usage,
je le mettrai.
Visiblement flatt6 par ce t6moignage du prix que j'y
attache, ,Yakobou me declare alors qu'il va, de pr&f6-
rence, en fabriquer un expris pour moi. II me demand
A quel effet je desire qu'il tende. Je le remercie. Je
serais heureux d'etre assured de rentrer en France cn
bonne santA, par le chemin que j'envisage. Sur son
invitation, je coupe, a la grandeur qui m'agree, le pa-






5bf DU CAMEROUN AU CARE

pier qui va reoevoir le fruit de sa bienveil'lance et de son
savoir.
II y trace longuement, avec attention, des dessins, des
lettres. Je l'observe durant ce temps. 11 est d'un noir
franc sous sa calotte rouge. Ses traits fins, son nez court,
ses yeux petite et remont6s vers les tempes, font songer
A quelque faune. Tout h l'heure, lorsqu'il souriait, i]
montrait des dents teintes d'une couleur rouge. Des
large manches de son boubou bleu sortent des mains
desseoh6es et longues, des avant-bras decharn6s de
singe, avec des tendons apparent. II a fini le talisman;
.il me le donne ; je puis &tre tranquitlle. Je le prends,
tres satisfait de voir l'aveniT de mon voyage si prompte-
ment et si heureusement assurrA.
Puis il me remercie encore. Je sais que ce ne sont 15
que paroles.. Mais je pr6ffre cette exagdration dans les
signes de la gratitude, a la fausse dignity des gens qui
n'h6sitent pas dans l'acceptation d'un bienifait, mais
apprdhendent ensuite de se diminuer s'ils remplissent
les devoirs qu'il leur cr6e. D'ailleurs, cette gratitude,
pour le moment, est certainement sincere ; et par tl
m8me sa manifestation m'est agr6able. S'il existe un
ciel dans le sens oh les religions l'entendent, c'est par la
reconnaissance des faibles qu'on doit y 8tre le plus
sfirement port&. Le present naif de ce vieux marabout,
que j'ai encore, m'a fait plaisir.
La nuit est fratche, et jusqu'a huit heures du matin
le brouillard fermera la vue A 15o metres. Le nombre
des villages diminue, sans que nul gibier se montre. Il
y a bien quelques buffles dans la region, j'en ai vu des
corners a Yoko ; mais elles dtaient minuscule ; ce ne
sont pas les buffles du centre. L'absence de grands ani-
maux 6te beaucoup de change A l'impression d'un voya-
geur. L'dtape s'acheve, court et banale.
Le soir, le mur de 1'abri of je couche prssente un
certain nombre de teaches blanches, bien nettes, large
comme des pieces de cinq francs. Somali les voit, et, du
doigt, arrache vivement l'espIoe de pellicule qui ferre
I'une d'elles. II y a dessous, dans une depression, une
grosse araignde noire qu'il me dit dangereuse et qu'il
tue. II decouvre de meme les autres. Plusieurs sont
vides; du reste. Je m'habituerai bien vite A ce voisinage,







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDE R


car ii n'est guare de case Oh je ne sois appeal a trouver
disormais cette espIce de nids.
Je dois gagner le lendemain ae point dit Benjiri; ce
sera mon premier cafmpenment en pays Tibati. A quatre
heures et ,demie, au d6part, il fait si humide et si froid
que je prends le pas gymnastique pour me r6chauffer ;
vers dix heures, au contraire, la chaleur est devenue
presque p6nible. Alors je songe que ce soir la fraicheur
reviendra ; tout a 1'heure je pensais avec plaisir a la
chaleur prochaine. Que de vies ne connaissent d'autre
forme du bonheur !
L'&tape suivante est Mangueb, un pauvre village,
come ceux qui pr6cident, cormme ceux qui suivront,
mais noy6 de verdure et baign6 de' soleil, fait pour
I'insouciance, la misbre et Ia liberty. Les cases sont sur-
montees maintenant d'une sorte de champignon qui,
suT le grand c6ne de leur toit, met un autre c6ne mi-
nuscule; quelques-unes sont tout en pai'lle et h6misph6-
riques.
Pour la premiere fois depuis mon d6part, le cri des
pigeons verts, ce ( kourkourou ) que j'ai entendu si,
souvent, il y a deux ans, en Nigeria, et qui, je ne sais
pourquoi, a cause de son obs6dante r6pitition peut-8tre,
est rest dans ma m6moire comme 1'un des caractrres les.
plus 6vocateurs de ces regions, est venu ce matin frapper
mes oreilles, rdveiller mes souvenirs, oi tant de belles
emotions sont attaoh6es.
L'aspect, d'abord, varie peu. Les arbres, petits et clair-
sem6s sur les reliefs of I'herbe jaunie a cri sans ombre,
se massent et s'&e1vent puissamnment dans les d6pfies-
sions ; le fond de celles-ci ne voit jamais qu'une demi-
clart6 ; un ruisseau s'y cache d'ordinaire, qui glisse sous
les feuilles une eau brune, rapid et peu profonde. De
quelques points culminants, la vue s'ttend suf la con-
tree verdoyante et mouvement6e. Ensuite, tout s'aplanit,
la v6getation s'appauvrit, et quand je d6couvre Tibati,
important agglomeration de cases que j'apercois de loin,
6talBe sur une large eminence, il n'y a plus a I'entour
qu'un vaste plateau herbeux.
Hier, deux captifs du lamido sont deja venus me-
saluer de sa part. Une quinzaine de kiloma tres avant
I'arrivoe, un cavalier vitu de couleurs vives, coiff6 d'un







DU CAMEROUN AU CARE


turban blanc, apparait, met pied a terre, et me dit que
:son maitre s'est port a ma rencontre et m'attend tout
pros, sur la route. Je vais voir, pour la premiere fois,
un de ces chefs 4importants A qui l'autoritM franchise
<161lgue le soin d'administrer encore, sous son contr6le,
les vastes territoires sur lesquels s'exercait jadis leur
pouvoir absolu.
Les vieilles coutumnes, les d6cors d'autrefois se sont
r6fugi6s dans leur entourage, et j'attends curieusement
le c6r6monial de leur accueil.
Cent metres plus loin, je d6passe un nouveau cava-
lier, arret6. Puis des tanms-tams retentissent soudain,
.auxquels se melent les plaintes sauvages de puissantes
trompettes, et, d'un tournant, surgit tout un cortege en
tMte duquel march seul, a pied, un seigneur de belle
mine, de haute taille, au teint brun fonc6, vitu d'une
.robe blanche brod6e mais trbs simple, coiff6 d'une calotte
blanche autour de laquelle s'enroule un cheich bleu
fonc6, sorte d'Acharpe qui joue le role de voile et ne
laisse apparaltre que les yuux. Je descends A mon tour
-de mon tippoy, je lui donne la main. Je lui fais dire par
Yahia que je connais son nom, que je suis heureux de
le voir. 11 me r6pond avec une courtoisie d6f6rente, non
.sans dignity. Alors, c8te a cOte, en silence, avec 1a len-
teur qui convient a des personnages de nos rangs, nous
faispns une centaine de metres, aprbs quoi je le prie de
remonter a cheval, tandis que je reprendrai mon tippoy.
Par la route trop 6troite que des arbres maigres en-
cadrent sans 1'ombrager, le cortege, inverse tout A
l'heure, se reform, sous le sdleil aveuglant, dans la
poussibre, au milieu d'une brillante agitation. Des
hommes a pied, arms de sagaies, encadrant les tams-
tasms, font un premier group. Des cavaliers les suivent,
vitus de costumes oa le bleu fonc6, le bleu clair, le
banc, le rouge, le jaune, se milent sans se heurter.
AprBs eux, accompagn6 d'une vingtaine de captifs d'ail-
leurs assez d6guenill6s, le lamido s'avance sur un beau
cheval. Un homme qui march A cOt6 de lui el6ve au-
dessus de sa tete un haut et grand parasol jaune, auquel
if imprime, de temps A autre, un movement de rota-
tion rapide. DerriBre, deux porteurs d'dventail chassent
tour a tour, d'un geste prompt et d'un vif fremissement,







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDERE


les imouches qui tenteraient de se poser sur sa nuque ou
sur son visage. Enfin, viennent une dizaine de femmes,
tres simplement habillMes de pagnes bleu sombre, et
mon tippoy que pr&c&de un captif A cheval, serviteur de
confiance, et qu'entourent, en d6sordre, une trentaine
de pistons et de cavaliers. Le chef doit marcher devant
i'h6te qu'il honor.
Je suis lrapp6, une fois de plus, par le gout que
montrent les indigenes dans association des couleurs.
On a souvent prsent6 l'Africain comrme une pauvre
brute pour qui le comble de 1'616gance est dans l'oppo-
sition criarde des tons les plus violent. Partout of j'ai
vu, pour ma part, son initiative se manifester en cette
matiore, j'ai constat6 chez lui un sentiment tres sir
de ilharmonie des nuances.
Devant ie campement des h6tes de passage, vastes cases
disperses sur une large esplanade, parfaitement tenue,
'et que circonscrit une clOture base au-dessus de la-
quelle le regard s'6tend au doin, le lamido, commune moi,
met de nouveau pied a terre. 11 m'accompagne encore
jusqu'h la polte du logement qui m'est r4sery6, puis me
quite aprds que je lui ai dit que j'irais moi-m&me le
voir I'aprs-.midi.
Je m'installe, en attendant. C'est promptement fait.
J'ai At6 hier soir, A nouveau, 4a proie des fourous, et
j'enrage. Jeme efrotte les mains et le cou avec du jus de
citron. L'exp6rience, tout dernirrement, m'a montr6
I'efficacit6 de ce rembde.
A quatre heures, je traverse oe village par la rue cen-
trale, large d'aju moins quinze metres. Io est form de
groups de cases don't chacune s'isole des autres par une
frle enceinte de paille tress6e ou a seoco ). A l'int6rieur,
d6passant cette enceinte, des arbres, parmi lesquels des
bananiers nombreux, montrent leurs sommets disper-
s6s. L'entr6e est g6ndralement constitute par une case
isol6e intercal6e dans la cl6ture et don't le toit, par de-
vant, se prolonge et s'6tale en tablier pour abriter un
petit space rectangulaire, sorte de vestibule ext6rieur.
Entour6 de dignitaires, le lamido, que j'ai fait pr&-
venir, an'attend devant sa demeure; celle-ci procede du
mrme style, avec toutefois de hauts murs d'argile au
lieu de seccos. Nous entrons. Contrairement a ce que







60 DU CAMEROUN AU CARE

pourrait faire supposed, du dehors, l'ampleur de I'en-
semble, c'est une succession de toutes petites course, don't
chacune content une anodeste case, d'une affectation
d6terminde ainsi qu'il en est pour les pieces d'un appar-
tement. On passe d'une court N la suivante par une
case intermn6diaire, a double entree. Par endroits, quel-
ques metres' cArris sont converts d'un sable fin, presque
blanc, tres uni, entour6 d'une 6troite bordure d'argile :
nous sommes chez des musulmans ; c'est 'un lieu de
priere.
Je ne vois aucun meuble; tout est nu,; mais c'est Th,
me dit le sultan, sa maison nouvelle ; ii s'y install de-
main seulement ; et il desire maintenant me montrer
sa residence actuelle. Nous y gallons a pied, c'est tout pres.
Elle ne diffbre de l'autre que par sa v6tust6, et par les
naives peintures noires et rouges qui couvrent quelques-
uns de ses tmurs. Partout, la disposition est la m4me ;
presquepartout c'est l'a m6me nudity. II me prie, come
je vais terminer ma visit, de m'asseoir avec lui dans
*une chambre oh sont deux lits has. Nous causons par
I'interm6diaire de mon interprete. Les quelques hommnes
qui sont entr6s se sont eux-mnmes assis sur le sol;
chacun d'eux a pose une main sur un des pieds du lit
du lamido, et s'est imimobilis6 dans cette position.
Quand, par ailleurs, un indig~ne parole au souverain, ce
n'est que respeotueusement inclin6, les mains appuy6es
sur ses genoux. Notre entretien est d'ailleurs trbs banal,
et nous n'6changeons guere, Yahia se revlant assez
faille dans son r61e de traducteur, que des paroles de
courtoisie.
Nous sortons. Tout un group de captifs le precede, en
rT6ptant sans cesse, ? trrs haute voix, deux ou trois
phrases qui reviennent a tour de r6le. Ce sont, m'ex-
plique Yahia, des louanges; puis ils 1'exhortent a mar-
cher lentement, avec majesty, come il sled h un chef
de sa dignity, et sans accident. Ce 'c6rmonial barbare
n'est pas sans une certain allure. Le lamido me laisse
a la porte ; nous convenons que je reviendrai remain
pour prendre sa photogTaphie.
Au campement mn'attend un bceuf, don't il me fait pr&-
sent pour mes serviteurs. C'est la coutume, une sorte
d'hommage.







DE YOKO A TIBATI ET N'GAOUND1th


Le lendemain, je consacre *la anatih' e A mon courier,
"puis je regois la visit de deux niarabouts et de deux
hadjis; j'ai a peine besoin de rappeler' que ce dernier
titre d6signe les anusulmans qui ont accompli le pileri-
nage rituel de la Mecque. Pendant que je m'entretiens
avec ces graves personnages, un cavalier richement vitu
de blanc, de rouge, de jaune, s'arrete devant nous. II
a quelque peine A mettre pied -A terre; on le sent peu
accoutum6 A 1'effort. 1l est corpulent, avec des traits
mous, une figure de vieille femme s6vere. II vient me
saluer. Je me renseigne. C'est un eunuque charge de la
surveillance de 1'6elment f6minin.
Je prends 1'heure de midi pour verifier approximati-
vement la march de ma montre,
C'est une operation facile, qui peut se faire de plu-
sieurs fagons; la boussole Peignd, don't la description
technique d6passerait le cadre de ce livre, et que con-
naissent bien tous ies officers et les voyageurs, y suf-
fit ; faute die cet instrument, on trace sur le sol une
line oriented nord-sud, on tend une ficelle exactement
au-dessus d'elle, et quand l'ombre de la ficelle coincide
avec la lignde tracee, c'est que le soleil passe au meri-
dien. Bien entendu, l'indication que donnent ces moyens
rudimentaires demeure assez vague, et' d~pourvue de
toute valeur scientifique : nombreuses sont les causes
d'erreur.
Ma nouvelle entrevue avec le lamido n'a d'interAt que
par les photographies qu'il me laisse prendre. II 'y
prote avec satisfaction et me fait promettre de lui en
envoyer des 6preuves; il est un peu d6gu lorsque je lui
dis qu'il devra les attendre plus d'un an, car j'ai encore
un long voyage a faire.
Un instant, pendant que nous nous tenons dans une
case, il s'emeut d'apprendre que 'un de mes gardes
est entree chez lui derriere moi. Cela lui parait une
marque de defiance. Je fais cong6dier le garden aussitt ;
un Europeen ne court nul risque ici ; je ne me fais es-
corter que par necessit, d'apparat.
La serenit6 revient sur son visage. 11 se montre 6gale-
inent sensible a oe que, sollicitd quelque temps plus tot
par deux homnmes de r6e'ler une contestation, j'ai sanc-
tionnT son aulcrLe en renvoyant les gens p-r devers







DU CAMEROUN AU CARE


lui ; on le iui a rapport. Nous ne laissons a la plupart
de ces chefs qu'un faille pouvoir effectif ; ils s'en con-
tentent parce qu'il le faut ; mais toute atteinte A leurs
dernieres prerogatives les blesse et les inquiete inutile-
ment.
Le moment de mon depart me r6servait une demand
impr6vue; le lamido exprimait le d6sir que je lui fasse
don de la oh6chia que je portais. J'avais coutume, en
effet, aux heures oh le soleil est bas, de mettre cette
coiffure commode. Elle venait de Tamanrasset. Lorsque,
de Zinder & Alger, j'avais traverse le Sahara, I'officier
qui commandait au Hoggar me I'avait donn6e pour rem-
placer mon casque colonial.
Notre desert a ses usages. Quand on arrive dans un
post saharien, ii sied de s'habiller pour la circonstance,
et cette habitude est observe mIme par les indligenes.
DMs qu'on apergoit au loin la tache olaire du poste, avant
TnAme, on s'arr8te, et on revet une tenue impeccable ;
les maharistes suivent cet exemrple, et dix minutes plus
tard, la petite troupe qui oheminait depuis des jours (t
des semaines A travers la plus ingrate des contrees, se
trouve aussi nette, aussi correct, que si elle venait de
quilter un lieu plein de TOssources. Le commandant du
poste, en tenue aussi, vient a sa rencontre. Le premier
repas se prend dans ces conditions. Ensuite, tout cre-r
monial est abandonn6. Cette jolie tradition est d'une
416gance tres franchise.
On risque gaflement de faire sourire en se chargeant,
lt-bas, d'armes inutiles. On laisse porter les siennes a
son chameau, sauf dans les endroits, bien rares, oh la
rencontre d'un rezzou rest possible. Encore les rezzous
o'ont-ils g6ndralement nulle envie d'attaquer les Euro-
peens ; ce sont, le plus souvent, des troupes de pillards
qui recherdhent avant tout un butin facile, pr6lev
par surprise et sans pertes sur d'autres indigines peu
arms, et qui se proccupent ensuite, uniquement, de le
mettre en siret6. Enfin, le casque est ostensiblement
neglig6 par les Sahariens 6prouves. Je ne conseillerai
d'ailleurs a personnel d'exagerer le d6dain de cette coif-
fure protectrice. L'6te, et meme des le debut de ia cha-
leur, je n'h6siterais pas a l'adopter, ou tout au moins
a en emporter un, prit a le mettre si le soleil m'incom-







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDERE 63

modait ; la question de I'insolation possible doit dominer
les autres. En revanohe, l'hiver, je crois que n'importe
qui peut s'en passer.
Nous voici bien loin du Cameroun.
Revenons A, Tibati et a ma chechia. Je tenais surtout
h celle-1A en raison du lieu ofi je 1'avais acquise et du
souvenir qui s'y attachait pour moi ; mais son suoccs,
ici, devenait glnant. Depuis trois jours, c'"tait la cin-
quime demand don't elle faisait l'objet. Le matin en-
core, les deux marabouts que j'avais regus m'avaient
avou6 sans detour tout le plaisir quc leur eit fait un
tel cadeau.
Je dis au lamidlo le regret que j'6prouve A ne pouvoir
le satisfaire. Il me confie alors que son ambition de pos-
s6der un souvenir de moi n'est pas exclusive, et qu'une
paire de chaussettes, a defaut 'de la chechia, rdpondrait
A ses vceux. Je lui en ai g6n6reusement envoy deux.
Dans la nuit, ihynes et panthAres se font entendre au
loin, pour la premiere fois, depuis que j'ai quittd la
c6te.
Le lendemain matin, c'est un palabre. Somali m'aver-
tit que mon garde ayant trouv6 a acheter un tarbouch -
encore une coiffure rouge a pr6tendu, en fixer le prix
sans l'avis du marchand, et s'en est empar6, reiettant
cinq francs A celui-ci, qui en veut dix. Le d6possedl6 n'est
pas content et vient se plaindre. II est assis par terre,
aupres de ma porte. l ne dht rien. Impassible, il attend
que se d6clenche la justice reparatrice et vengeresse des
hlancs. J'admoneste le garde et je rends le tarbouch A
son propri6taire.
Je vais ensuite visiter des maisons d'indigines de
condition modest. C'est partout le meme labyrinthe de
courettes, avec une case, dl'ordinaire, dans chacune, et
d'6troits passages contourn6s pour se rendre d'une cour
A I'autre; la piece d'habitation content un lit couvert
de minces 6toffes, et quelques calebasses et poteries
grossibres.
En entrant, je ne manque pas d'adresser a mes h6tes
do quelques minutes, par 1'intermddiaire de Yahia, une
phrase bienveillante. Le caractere de ma visit est ainsi
defini d'une maniere A laquelle ils sont sensibles. Leurs
Ames frustes, leurs visages fermes, n'impliquent pas tou-







64 DU CAMEROUN AU CARE

jours F'indifference. Au surplus, n'y a-t-il pas une sprte
de bien-6tre a se montrer courtois Notre civilisation,
depuis quelques ann6es surtout, ob sont monthss a la
surface trop d'616ments inf6rieurs, manifesto une ten-
dance marquee a m6connaitre la valeur de la politesse.
Beaucoup sernmbent y voir un vain formalisme, une fasti-
dieuse complication. Je n'6prouve pas d'estime pour
JeuT mentality La politesse est mieux et davantage; elle
a ses racines dans le coeur ; 1'6ducation 1'oriente vers
certain rites, lui enseigne des modalites r6pandues
mais il est des 'gens sans education qui savent Mtre par-
faitement polis. Distant et froide, elle isole, et c'est &
ce titre une merveilleuse arme defensive ; sincere et cor-
diale, en revanche, elle s'Cleve jusqu'A devenir une forme
delicate de la bont6. Les gens impolis sont rarement de
braves gens.
Je regagne le campement; je me repose. Le garde,
Somali, Somanakandji donment a Il'ombre. Yahia et
Ahmed se prominent majestueusement a quelque dis-
tance, a,ec un individu d'un noir d'6bine, vetu d'un
superb boubou blanc que la brise gonfle coanme une
voile, et coiff6 d'une calotte bleu ciel. Important, Denis
les accompagne.
Je quite Tibati a deux heures et demie ; le lamido est
devant sa demeure et vient me saluer. Je gagne le
campement de Mayo Maure mayo, au Cameroun, si-
gnifie riviere par une region tres peu peupl~e, que
couvre une petite brousse claire. Piesque au d6but, nous
traversons le mayo Beli, 6troit, encaiss6, oi coule len-
tement une eau limoneuse. Je tire, mais sans succ6s, sur
*une antilope : elles sont la cinq qui nous regardent, a
deux cents mntres de la piste environ. Une outarde, gros
oiseau brun plus ou moins olair et blanc, don't la taille
d6passe celle d'une oie, se lbve ensuite. Je vais peut-6tre
voir un peu de gibier.
L'4tape du lendemain nous amine au pied du mont
Achom, d'un faible relief, mais presque abrupt. Quand
nous quittons ce'ddeuxi'me campement, a quatre heures
et demie du matin, les porteurs, que je fais toujours
partir les premiers car je march plus vite qu'eux, sont
en route d'epuis une heure. 11 fait'nuit noire. Sur le
flanc de la colline qui, tout pres, nous barre la route,







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDERE


un feu, soudain, met sa tache vive. Je questionne : ce
sent eux. Ils n'y voient pas, et ils s'6olairent en mettant
le feu aux herbes, devancant implement ainsi, d'ail-
leurs, I'initiative des gens du lieu.
Nous sommess a I'6poque oh on se d6barrasse des pe-
tites broussailes, des plants genantes, et, en mrme
temps, des mnille insects qui en font leur refuge, en
allumant des incendies dent l'usage estcomrriun a touted
une parties de l'Afrique ; ils se propagent, sellon le vent,
selon l1a continuitM et le degr6 de s6cheresse de la v6g6-
tation, sur des surfaces d'etendues tres variables, ne lais-
sant apres eux qu'un sol covert de debris calcin6s
sur lequel les arbustes dtessent les silhouettes pr6cises
de leurs squelettes noircis.
Mais voici qu'un second feu s'allume presque en meme
temps. L'6clat d'une troisieme flame, don't la lueur
rouge, sur la masse sombre, nait bient0t, s'eleve et s''-
tend, m'apporte un nouveau t6moignage de la progres-
sion du convoi. Je vois peu a peula succession de ces
brasiers s'6tager jusqu'au faite en une ligne sinueuse
qui jalonne les caprices du chemin.
Nous rencontrons, essoufles encore par la difficult
imprevue de la montIe, le premier d'entre eux. A la
faveur d'un champ oh les heroes sent sans intervalles,
il a form une haie ardente qui se d:6veloppe et s'avance
sur plus de trois cents metres de longueur. Je le laisse 4
droite, en passant vite, car il dgage une chaleur suffo-
cante. Nous retombons, cinquante metres plus loin, dans
1'obscurit ; mais nous avons fait des torches.
L'orient palit A peine, quand nous achevons de gravir
la pente meriidionale ; sur l'autre versant, un dernier feu
a pris une ampleur d'incendie. A travers un sombre
rideau d'arbres dent les branches et les feuilles se des-
sinent en noir avec une finesse de denteile, 6clate la
tache violent de sa flamme hardie aux cr6pitements
pr6cipites. Au-dessus des crimes, sa fumee, lumineuse
encore, tourbillonne vers le ciel en un panache oh
montent et descendent des 6tincelles. Une haute veg6-
tation, oh tout se tait, emprisonne cette bruyante ardeur.
Nous coucherons a Tekel. Le campement est sur une
eminence isolje ; on en d6couvre un panorama tres
6tendu, verdoyant, mouvement6, que bornent de plu-







DU CAMEROUN AU CARE


sieurs c6tls des hauteurs lointaines. La guerre y a atta-
ch6 Ie souvenir d'une action victorieuse pour nous.
Nous avons franchi dans la matinee, sur un petit pont
de bois, 1'6troite riviere Sirviri, limited du Tibati. Les
villages sont rares. C'est une region presque dssertique.
Les corteges et les tams-tams ont pris fin. Hier pour-
tant, un chef v6tu die loques, seul, est venu A ma ren,
contre, au galop raid d'un vieux oheval. Aprbs avoir
brand son arc vers moi d'un geste belliqueux, selon
la coutume locale, il a fait demi-tour, s'est mis A pousser
des claneurs, puis a r6p6t6 un certain nombre de fois,
trbs haut, une court phrase.
Je m'informe. 11 announce, mne dit-on A la brousse
sans doute l'arriv6e d'un grand personnage. L6giti-
mement flattW, je rectifie ma position dans mon tippoy,
oh je me trouve justement.alors ; ce n'est pas toujours le
cas : le terrain est tres accident, et j'ai dfi hier mar-,
cher quatre heures et demie sur six.
Voici plusieurs jours d6dj que nous sommes sur le
plateau de Ngaounder6, r6pute pour la salubrit6 de son
olimat. II y a peut-6tre l] un peu d'exag6ration. Sous le
soleil chaud, l'air y est vif ; imais, en cette saison tout
au moins interm6diaire entire la s6cheresse et les
pluies une brume fraiche 1'envahit souvent, matin et
soir, et vers l'aurore, lorsque la piste traverse la moindre
depression, on est saisi par une fraicheur humide et
p6n6trante centre laquelle on 6prouve le besoin de se
protgger. Je dois ajouter que la p6riode A taquelle j'ar-
rive est I'une des moins saines de 1'ann6e.
Vers la fin de qa derniere tape la sixirme depuis
Tibati la v6g6tation s'att6nue beaucoup. Ce qui est
arbres disparait presque completement, et les ondula-
tions qui, depuis quelques jours, se sucocdaient sans
interruption, s'aplanissent pour manager un'vaste es-
pace, a peine mouvement6, autour de quelques saillies
rocheuses qui, en revanche, s'accusent fortement. Au
pied de 1'une d'elles s'6talent les petits groups de cases,
ceinturds chacun d'une cl8ture, du village de Boka.
Ngaounder6 est tout pres, derriere la plus proche de ces
hauteurs.
Le plus aimable accueil rn'y attendait. M. Lozet, chef
de la circonscription, s'6tait port a ma rencontre ; il







DE YOKO A TIDATI ET NGAOUNDERE 67

etait accompagn6 du lamido, Ag6 de quinze ans seule-
ment. Celui-ci est beaucoup plus favoris6 en resources
que celui de Tibati. La richesse du territoire sur lequel
son autorit6 s'6tend lui assure un revenue annuel d'en-
viron 3oo.ooo francs. Aussi sa suite est-elle .imposanto
et ses dignitaires luxueusement vatus. Le parasol habi-
tuel l'abrite. II a, parmi ses soldats, des fantassins por-
teurs d'immenses boucliers, de l'effet le plus pitto-
resque, et certain de ses cavaliers sont revAtus de'cottes.
de mailles qui 6voquent le souvenir du moyen Age. Mais,
gris6 par une situation don't son Age comprend les
avantages' mieux que les obligations, il s'est fait un
Smaintien impassible et sans grace qui 6loigne la sym-
pathie.
Aprbs les salutations d'usage, nous avons gagn6 le
poste, oi un bAtiment spacieux m'avait 6t6 r6serve.
M. et M"e Lozet out bien voulu m'offrir, pour d6jeuner,
une hospitality don't le plaisir devait se renouveler plu-
sieurs fois pour moi durant mon s6jour.
Nous avions traverse le village en arrivant. 11 s'.tend
sur un large space. I1 est fait de cases presque toutes
cylindro-coniques, au milieu desquelles le march met
une tache grise rectangulaire. Ces cases, qui n'appa-
raissent, de Roin, que comn e un semis serr6 de points
jaunes ou bruns, mMl6 de verdure, sont associ6es en
petits groups de trois ou quatre, circonscrits, par un
mur grossier d'argile, et don't chacun forme une de-
meure. Deux arthres rectangulaires se dessinent, d'ohi
parent dans toutes les directions des ruelles 6troites et:
capricieuses. Deux rivibres longent ou traversent 1'en-
semble. Dix a douze mille indigenes en constituent la
population.
Une 'longue avenue en pente douce conduit ensuite
au sommet du mamelon sur lequel le poste est construit.
Les petits bAtiments de celui-ci se dispersent sur une
vaste plate-forme de terre nue, un peu en pente, of des
roaches arrondies affleurent par endroits. De h1, on d6-
couvre Ngaound6rE, le plateau, et les reliefs arides,
proches ou lointains, isol6s ou continues, qui achevent,
par Ia variet6 de leurs formes, d'assurer a l'ensemble du
tableau un pittoresque assez rude, mais lumineux et.
plaisant.







DU CAMEROUN AU CAIRE


Je comptais ne m'arriter que trois jours. Le premier
s'est trouv6 pris par des details d'installation et de r6vi-
sion de .materiel. Un movement de fi6vre, accompagn6
d'un violent mal de gorge, avec une forte inflanmmatiori
des ganglions du cou, m'a incommodd le lendemain. Le
jour suivant, je suis all6e oheval, avec M. Lozet, qu'ac-
compagnait M. Philippe, chef de la subdivision, et un
colon fort distingue, M. Bonhomme, de qui je parlerai
tout r l'heure, visitor, a une quinzaine de kilometres de
la, da mare de Tizon et le lahor6 de la M'Vina.
La mare de Tizon reormiit, presque au sommet d'une
colline, un ancien cratEre. Ce genre d'excavation est
assez frequent dans la region, oh des roches volcaniques
t6moignent en maint endroit d'6ruptions anciennes.
Nous montons jusqu', ses bords, d'oa nous tirons, 4
balle, et vainement, des canards. Nous redescendons par
un autre versant, mais des movements de terrain, oh
des arbres grtles et rares dominant un sol a 1'herbe
6paisse, limitent notre vue. Soudain, la pente se fait
continue et rapide. Invisible juisque-lA, un plateau
s'4tend devant nous. A I'horizon, des hauteurs I'enca-
drent ; un course d'eau, qui passe h nos pieds, en marque
le d6but. Des teaches sombres, oi 1'ceil percoit une ani-
mation, un grouillement, ponctuent son sol baign6 de
lumiere. Nous approchons. Ces teaches sont de grands
troupeaux de bceufs. Prbs de nous maintenant, de l'autre
c6t6 du course d'eau que dans un instant nous franohi-
rons sa larger n'atteint pas 1oo metres, et I'eau
ne d6passera pas le poitrail de nos chevaux I'un de
ces troupeaux se press autour d'un trou d'une ving-
taine de metres de diamitre, aux bords terreux, a pic,
que remplit presque une eau boueuse. Les sources qui
l'alimentent se tratissent en deux ou trois points par
un leger bouillonnement. De son p6rimitre rayonnent,
en guise de canaux, de nombreuses pirogues reposant
sur un sol fangeux et pi6tind ; on en a mis autant qu'il
en peut tenir. Quatre femmes, dans l'eau jusqu'aux
6paules, alimentent sans arret, A 1'aide de grandes cale-
basses, les ruisseaux qui s'dcoulent par ces pil'ogues. A
I'autre extr6mit6, le canal devient abreuvoir et des
homes y font boire les boeufs.
Ces mares constituent le lahord de la M'Vina. On




































tn camppiwiv aa u Cimerooun le villages lte Chollir.
(Pago 91.)


La place de Ri Bouba, vue de i'entre de la dcieure dii lamido, le jour de mon arrIvee.
(Page 86.)


I I







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDERE 69

'trouve dans la region toute une erie de lahor6s ana-
logues. Les principaux sent ceux de N'gao-Danzi, de Fal-
combr6, Galim, M'ba, M'boula, Yakouba, etc...
Is pr6sentent un int6ret particulier pour I'hygiene des
bovid6s. Les troupeaux viennent chaque annie s'y abreu-
ver a plusieurs reprises, et leur prosp6rit6 trouve un
A16ment tres actif dans cette eau charge de sels, et
notanmnent de nation. Le natron est un sesqui-carbo-
nate de soude plus ou moins pur qui joue un grand
rSle dans I'alimentation du bMtail de presque toute
T'Afrique Centrale. On le rencontre, en dehors de ces
sources, dans certaines cuvettes plus ou moins voisines
*du lac Tchad ; il forme le fond de ces derniires ; les in-
digenes I'y dooupent en plaques, et ii fait ensuite I'objet
d'un commerce relativement important. Sa presence se
revele encore en maint endroit.
I1 y avait la environ 4.ooo bovid6s. II n'est pas rare
d'en voir jusqu'a 3o.ooo. Les troupeaux t6moignaient
par leur aspect des soins assidus don't ils sont 1'objet.
Sans m6me parler d6 ceux de M. Bonhomme, qui, tri6s
par robe, sont exceptionneHement decoratifs, ceux des
indignnes se font remarquer par leur bonne mine. Ici
come au Tchad, du reste, le pasteur a, pour son btail,
de minutieuses attentions. Si ses m6thodles d'6levage
restent rudimentaires et empiriques, du moins peut-on
dire qu'eles ont emprunt6 A 1'exp6rience le maximum
-de ce qu'un observateur sans culture, mais attentif, peut
'en tirer. Le b6tail est pour 1'indigene une source, tout a
la fois, de richesse et de fiert6.
J'avais eu la bonne fortune de rencontrer, a bord de
1'Asie, M. Faure, et, a Ngaounddr6, come je 'ai dit,
M. Bonhomme. Ce sont les deux grads 6leveurs euro-
p6ens du Cameroun. AprTs avoir pass au Tehad un
certain nombre d'ann6es, ils sent venus se fixer dans
notre nouvelle colonie, of ils possedent actuellement de
riombreux et magnifiques troupeaux. Ils y offrent
1'exemple des r6sultats que peut obtenir 1'initiative in-
'telligente associ6e A 1'nnergie et A la perseverance. 11
arrive trop souvent, en effect, dans certaines de nos pos-
sessions africaines, qu'on voie dans le b6tail un objet
de commerce ou de speculation exclusivement ; ce n'est
pas I'intermrdiaire qui est int6ressant en pareil cas, c'est
4







DU CAMEROUN AU CARE


1'4leveur ; ce sont les progrbs que 1'61evage; par lui,
r6alise.
Notre promenade avait Wtd interrompue par la pour-
suite d'une antelope, qui s'dtait imprudemment montrie
.a 4oo imetres de nous et que M. Lozet, excellent tireur,
avait bess6e. Nous n'avions d'ailleurs pu la rejoindre ;
la vitality de ces animaux est extreme, et leurs jarrets
leur fournissent, pour 6chapper au chasseur, d'in-
croyables resources. Nous y avions gagn6 grand appetit,
et c'est avec cette sensation de bien-8tre qui suit une
saine d6pense physique, que nous nous somanes ins-
tall6s, pour d6jeuner, dans une petite ferme que M. Bon-
honme faisait justement am6nager tout pris de l ;
quelques grandes cases rondes, au toit conique de
chaume 6pais, sur une 6minence d6nud6e.
Le bellaka des M'Bums nous y attendait pour nous
saluer. Les M'Bums descendirent autrefois au Came-
roun d'une region qu'ils disent 6tre le Fouta-Djallon.
Ils soumirent les populations qu'ils y trouverent et s'ins-
tallerent dans le pays en conquerants. Les Foulb6s eui-
virent plus tard leur example, vinrent, et les soumirent
a leur tour. L'administration du pays est actyellement
confie aux.sultans Ifoutlbs les lamidos. Ils exercent
Sleur autoritW sous notre contrble et selon no's directives.
Par la nous neus rapprochons beaucoup, et avec raison,
,du systlme anglais, qui ,consiste a laisser aux peuplades
*indigenes leurs chefs naturels pourvu que ceux-ci fassent
'preuve, A 1'6gard de la nation colonisatrice, du loya-
lisme, et, au besoin, de la docility n6cessaires.
Mais le bellaka demeure, au-dessous du lamido, le chef
.des M'Bums. On assure qu'il continue d'accepter cer-
taines astreintes curieuse. que la tradition attache a
son titre, notarmment I'interdiction de se laisser voir,
mAme accidentellement, la t8te d6couverte, sous peine
de mort :. la tate, non le visage ; oar il ne portait ce
jour4a, pour coiffure, qu'uine sorte de chcehia rouge.
Un boubou blanc compl6tait son costume.
t Puisque je suis amen6 A parler des populations de la
region, je dois noinrmer aussi les Bororos, pasteurs no-
mades, les Dourous, les Baias, les YangB6rs, les Mberes,
les Lakas, les Nyiams-Nyamns, les Kakas, les Mabilas, les
iTikars,- les Ouaks, les Koutines, les Voutes. Les Mabilas,







DE YOKO A TIBATI ET NGAOUNDERW 71

notamment, voisins de la frontiere nig6rienne, se font
remarquer par cette particularity qu'il n'y a chez eux
ni cimetieres, ni tombes. Is paraissent &tre encore an-
thropophages, mais avec. tact, avec sentiment meme, en
ce sens que les morts d'un village ne sont pas mang6s
par les gens de celui-ci ; ce sont les centres voisins qui
ben6ficient, si I'on peut dire, de leur consommation : h
charge de revanche.
Ma suite s'est accrue, A Ngaounder6, d'une unite.
C'est une jeune foulb6 de i3 B 14 anis, du nom de
Faadematou, qui va rejoindre sa anre h Maroua. Un des
captifs de conflance du lamido m'a demanded pour elle,
de la part de son maitre, 1'autorisation de se joindre A
mon convoi, ce qui lui 4pargnera les difficulties de la
route, et, fiddle A mes habitudes accueillantes, j'y ai
consent.
Elle est petite, vive, rieuse et bavarde. Chacune de ses
oreilles porte deux trous ; il y. en a un, egalement, dans
sa narine droite; ce dernier est destine A recevoir, aux
jours de parure, un bouton de faux corail. Ses ongles,
le bout de ses doigts sont teints en rouge ; ses dents
vont I'6tre des qu'ele se sera procur6 les fleurs de tabac
don't le sic; mele avec celui de la noix de kola, lui per-
mettra cette definitive le6gance. Des gri-gris renfermCs
dans de petits portefeuilles de cuir pendent a son cou.
Elle a gard6, de plusieurs anndes passees au Tchad
malgr6 qu'elle soit bien jeune encore, 1'habitude de la
coiffure arabe, en tresses multiples et minuscules, re-
tombant autour de la tete A la Jeanne d'Arc. Elle la
complete, selon 1'une des nombreuses variantes par !es-
quelles se distinguent entire elles les modes locales, d'une
sorte de'cimier has auquel pend un trbs petit anneau
d'argent. E.lle s'habille de pagnes choisis avec un goit
discret, et noue volontiers sur sa tWte un petit mouchoir
de couleur.
De m&me qu'a Yoke et A Tibati, j'ai questionn6, A
Ngaounder6, le principal marabout et quelques indi-
genes connus pour leur instruction dans la religion
musulmane et pour leur pieth. Mais nos entretiens ont
Wt6 plus rapides qu'avec El Hadj Yakobou A Yoko et
avec le lamido A Tibati. Lorsqu'un voyageur a I'occasion
de sojourner dans un lieu ofi se trouvent d'autres Euro-







72 DU CAMEROUN AU CARE

ptens,,la plus grande parties de son temps s'6coule tres
natureilement hors de l'ambiance indigene proprement
dite, et s'il s'assure plus rapidement alors, grace aux
emprunts qu'il fait A 1'exp6rience toujours complaisante
de ses co mpagiions, une bonne documentation moyenne,
I'observation directed, toujours plus f6conde, intervient
dans des proportions bien moindres. C'est pourquoi
j'estime que la solitude oi je me complais, dans mes
voyages, n'est pas sans avantages A cet 6gard.
J'ai quitt6 Ngaounderd le 9 mars. Je resume en quel-
ques lignes les oaracteres de la region : pays peu peupl6;
climate relativement sain, grace a I'altitude moyenne -
I.ioo metres du plateau qui constitute toute cette
parties du Gameroun ; cultures indigenes a peu pros
limit6es au mats, a la patate, au manioc, au mil, A la
banana, auxquels il faut ajouter un peu de colon ; pos-
sibilit6 de faire produire aux jardins des ipostes, moyen-
nant des soins assidus, la plupart des legumes d'Europe.
Elevage, bovid6 surtout, florissant, cheptel djha consi-
derable ; circonstance exceptionneillement favorable des
puits natron6s ; constitution geologique vraisemblable-
ment interessante pour un prospecteur; int6drt de l'ex-
tension de la culture du cotton dans la measure des res-
sources en main-d'oeuvre, et d'exp6riences mdthodiques
dans ce but.
















CHAPITRE V


DE NGAOUNDtRA A GAROUA PAR REI BOUBA



r
J'esp6rais que la traverse de la region comprise entire
Ngaound6r6 et Rei Bouba apporterait a mon voyage un
pittoresque particulier. DBs qu'on a quitt6 le pays de
Ngaound6r6, c'estA-d-ire peu apras le depart, on entire
dans une contr6e d'administration indigene, sans fonc-
tionnaire europ6en, quoique place sous notre suzerai-
net6. Le lamido Bouba, qu'on nomme aussi Bouba Rei, y
exerce seul le pouvoir. C'est d'ailleurs un vassal fiddle,
et la situation qu'on lui laisse, 6tant donn6e sa person-
nalit6 considerable, a plus d'avantages que d'inconv6-
nients.
Le trajet, tout au moins, m'a d Fu. Le peu de gibier
que j'ai vu quelques troupeaux d'antilopes 6tait si
sauvage qu'i la fin je ne cherchais mume plus a 1'ap-
procher. Cependant, un peu de viande, pour moi come me
pour mes honmnes, eut Wt6 fort utile. D'autre part,
malgr6 la bienveillance avec laquelle j'ai coutume de
traiter les gens, le vide se faisait 4 mon approche dans
les villages et la question des vivres 6tait un probl&ne
tous les jours.
M. Lozet avait eu i'amabilit6 de me procurer un bon
cheval. J'6tais d6livr6 de mon tippoy, que je conservais
pourtant en provision du cas of j'aurais un malade en
route. On verra que cette precaution ne devait pas 8tre
superflue.
J'ai lou6 des ohevaux aussi pour Denis, pour Somali;
la petite Faadematou en a un. J'emimne encore, outre






DU CAMEROUN AU CAIRE


mes porteurs, Yahia et Somanakandji, un garde, un
cavalier du lamido de Ngaound6r6 et deux homrmes de
Rei Bouba qui retournent chez eux. L'un me servira de
guide, I'autre me pr6c6dera d'un jour pour avertir les
villages et assurer notre ravitaillement. J'ai d'ailleurs
pris des notes sur l'itin6raire, et M. Bonhomime, qui est
alle6 Rei Bouba, m'a donn6 en outre une indication
pr6cieuse : (( Pour tout ce que vous desirerez, m'a-t-il
dit, adressez-vous lA-bas A Gu6dal. C'est un des grands
captifs du lamido ; il a la confiance de Bouba ; par lui,
vous obtiendrez promptement satisfaction. )
Je ne quite Ngaound6r6 qu'a sept heures du martin,
afin de recevoir les adieux du lamido, qui m'attend,
avec toute sa suite, sur la place du march. Je traverse,
par une chaleur assez forte, un vaste plateau a peine
ondul6, sans arbres ou presque, covert d'une,herbe
sche et jaune oh les feux de brousse ont laiss6 de
large plaques noires, entour6 de longues collins -
les months Mbang et la montagne de Ganga d'oi se
ditachent quelques c6nes bien caractarises. J'y rencontre
plusieurs troupeaux de boeufs foulb6s. J'arrive A deux
heures A Gangassao, distant de 34 kilometres, et des ce
premier campement les complications commencent : six
porteurs a remplacer; trois sont malades, trois se sont
enfuis. Je fais appeler le chef du village, qui complete
mon effectif.
Nous atteignons le lendemaii des cd(ines bois6es a
travers lesquelles toute d'tape s'effectue. Vers la fin, je
mets pied A terre pour tire un grand oiseau noiratre,
aux ailes marquees d'in peu de blanco, qui court sur le
sol. Je ne puis l'approcher, et en le poursuivant, j'en
fais lever quatre autres, perches par couples dans les
arbres. Ces oiseaux, don't j'ignore le nom, et que je n'ai
vus que la, sont, parait-ia, bons a manger. Leur taille
atteint celle de l'outarde. C'est dans ces cas-lA que je
regrette de n'avoir pas avec moi de fusil A plombs. Mais
j'h6site toujours a compliquer mon 6quipement au delay
du strict n6cessaire.
Nous faisons halted a i heures du matin a un vieux
campement en pleine brousse. Je pensais y trouver des
vivres, grace a l'homme que je faisais marcher en avant;
un petit village, en effet, se trouve pris de la; mais mon







DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR REI BOUBA


envoy m'attend seu : tout le monde s'est sauv6, me
dit-il. La surprise est d6sagr6able. Les porteurs, fatigues,
peuvent difficilement doubler l'4tape. Cependant tout
s'arrange toujours. Je finis par apprendre, a force de
questions, qu'il y a deux autres villages un peu plus
loin ; j'y envoie mon garde ; il y trouve quelques indi-
genes, les rassure, et finalement les rations arrivent
pour moi, j'ai du riz.
Le pays, d'ailleurs, n'est pas aussi sauvage qu'on pour-
rait le croire d'apres cet incident. Des Europ6ens y
passent parfois. Mais les populations y sont tres arri6-
r6es., L'argent qu'on leur donne a pour eles moins
d'interlt que les vivres qu'elles cedent'en change, car
il n'y a pas de factorerie dans le voisinage, et comnme
elles ne quittent guere le pays, elles r'ont pas l'occasion
de l'utiliser ; aussi se derobent-eales de leur mieux k
des marches dans lesquels elles ont toujours l'impression
d'Atre 16s6es.
Quand nous repartons, le martin, au clair de la lune,
une panthbre nous accompagne assez longtemps; elle
est trbs loin, perdue dans ha brousse serr6e oh chemine
le sentier ; seuls de petits grondements brefs, de temps
i autre, nous rlvlent sa' presence. Je les entends A
peine-; les indigenes, au contraire, avec l'acuit6 de leurs
sens, les percoiXent tres bien.
Peu aprbs le lever du j9ur, j'apercois, non loin de la
piste, un troupeau de grandes antilopes'qui s'enfuient.
Je laisse mon cheval et, avec le garde et Somali, je pars
dans la direction qu'elles ont prise ; elles nous fourni-
raient une provision de viande fort opportune. Mais je
comprends vite l'inanitW de ma tentative. Le soi est
jonch6 partout de feuilles 6paisses, tresskches, qui font
beaucoup de bruit sous le pied, et qui leur annoncent
notre approche par des craquements sonores. Apres une
heure de march sous bois, je renonce h continue; je
regagne le sentier, et je mn'assieds sur un bloc de ktoche
qui affleure 1h ; je ne vois pas d'empreintes fraiches,
mon convoi nest done pas encore passe, et je n'ai qu'h
abtendre mon dheval.
Voici des voyageurs. Ils sont rares ici; nous n'avions
encore rencontr6 personnel. C'est d'abord une petite
femme tres maigre, presque une enfant ; elle porte all-







'lb DU CAMEROUN AU CARE

grem'ent sur la tete une 6norme corbeille qui parait
Jourdement charge. Derribre elle, le maria, avec unt
boubou bleu qui s'effile sur son dos et autour de ses
jambes en longues guenilles crasseuses, une calotte sur
le crane et des sandales aux pieds; sa seule charge, a
lui, consiste en une lance, un sabre, un arc et un car-
quois plein de flbches. ls me regardent avec un peu
de crainte, puis, come je ne leur dis rien, ils conti-
nuent leur chemin.
Bient6t apparait a son tour la file de mes porteurs,
qui out d6pass6 les chevaux durant le temps que ceux-ci
ont cru devoir miattendre. A peine v6tus de loques sor-
dides, ils marchent les uns apres les autres, a un metre
de distance. La procession de aeurs noires silhouettes,
differentes par la taifle, I'embonpoint, la forme de la
charge que leur tAte, bien droite sur le cou raidi, sup-
porte avec une surprenante aisance, me montre de
pauvres anatomies de serfs, des faces hestiales indiffe-
rentes plus que resign6es, des regards placides et sans
pensde; imais, maigres ou gras, tous sent forts ; la
vigueur et la resistance des noirs suffiraient & les diffe-
rencier incontestablement de notre race.
Les chevaux viennent, eux aussi, le mien en tete, et
me voici en selle, de nouveau. Nous franchissons des
hauteurs bois6es par un long col, nous descendons dans
une vall6e herbeuse oh passe, presque a sec en ce
moment, le mayo Dagala, et c'est Haldou, oh je compete
coucher. Les cases sont propres. L'endroit n'est pas
disagreable. La ration, copieuse, arrive presque aussi-
t6t. C'est un des charmes de cette vie,que la soudainet6
avec laquelle les circonstances faciles et apaisantes y
succhdent a des heures -d'inqui6tude et d'irritation. Les
besoins et le,s aspirations y sont simples, et si r6duits,
que la moindre hose suffit h les combler.
Le Tendemain matin nous reserve, d'abord, une monte
longue et rude. Puis nous cheiminons longtemps a la
m ne altitude, sous un air vif .et leger. Je remarque
pour la premiere fois de beaux cocons qui pendent aux
branches de certain arbres. Ils sont fuselds ; certain
ddpassent 'ingt centimntres ; j'en ouvre un : il contiAt
une vingtaine de grandes chenilles vivantes. Une bro-
chure de vulgarisation que j'ai entire les mains signal







DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR REI BOUBA 77

une sole qu'emploient les Haoussas de la Nigeria du
Nord. Ce doit 6tre celle-Th. Je demand le nom foulb6
de ces cocons : ( tounilagn6 ), me dit-on. A tout hasard,
je pr6l1ve qudlques chenilles pour le Mus6um.
Les difficullt6s materielles se renouvellent A l'4tape, et
ii en est de m&me le lendemain : le campement, proche
du village de Man, est sale ; il n'y a pas de vivres ; mon
envoy, parti la veille, n'est arrive que tard ce matin, et
il y avait au plus trois heures de route pour un indi-
gene sans charge. La faute est flagrante. Au surplus, il
faut que ces complications cessent. J'ai des chevaux et
des porteurs qui travaillent, ils ont le droit de manger
tous les jours, et suffisamment. Je fais ligotter le cou-
pable. Le chef du village a montr6 de la mauvaise vo-
lont6 : on l'attache aussi.
Hier soir, Denis m'a faith part d'une conversation qu'il
avait surprise. Le guide celui des homimes de .Rei
Bouba qui marchait avec nous avertissait Yahia que
tant que je ne leur aurais pas donn6, a lui et a son
camarade, une large gratification, les mnmes deconve-
nues m'attendraient.
Je dis au garde que c'est lui, desormais, qui me prd-
c6dera dans les villages pour fire preparer les rations.
Quant aux deux homes de Rei Bouba, je les previens,
sans mettre Denis on cause, que je les tiens pour res-
ponsables de ce qui se produit, et que je les remettrai
au lamido en arrivant, pour qu'il les punisse.
A peine ai-je communique cette decision qu'un col-
loque anim6 s'engage entire le guide, Yahia et Denis. Je
conprends bient6t, au ton violent qu'il prend, que
mon intervention est opportune, et je demand de quoi
ii s'agit.
Voici. Le guide veut me mettre en garde centre l'im-
prudence du proc6d4 auquel je viens de m'arreter. Si
j'envoie un soldat, tous les homes des villages fuiront;
et je serai encore moins avhane. II s'engage, au contraire,
si je veux passer l'6ponge sur le pass et ne rien dire
au lamido, A m'assurer d6sormais tout le ncessaire
promnptement et sans difficult. 11 va d'ailleurs s'occuper
lui4anime, tout de suite, si je veux, de la ration d'au-
jourd'hni. I1 est sfr que je serai atisfait.
Je le prends au mot. I1 part en courant dans la direc-






78 DU CAMEROUN AU CAIRE

tion du village. Deux heures plus tard, en effet, les
vivres sont l&. Ils sont abondants et de quality parfaite.
La maniere forte a r6ussi. En outre, les choses en sont
A ce point que l'homme ne peut plus se d'erober d6sor-
mais sans prendre une attitude d'hostilitA ouverte ; et
j'aurais alors d'autres resources. Mais cela ne se pro-
duira surement pas, me dit Yahia. Bouba est rude dans
Sses proc6dds. La moindre plainte de ma part aurait des
consequences capitals -- 'est bien le mot et l'int6-
ress6 n'aurait garde de s'y exposer.
Je fais d6tacher le chef et Phomme punis; on a c&dd,
il sied de rendre 16gerement la main. Le soir, de nou-
veaux vivres arrivent. Les chefs des deux villages qui les
envoient sont la aussi, craintifs. Je les reassure et paye
largement ce qu'on apporte. Es se confondent en hum-
bles remerciements : ( Ousoko, Ousoko ), r6petent-ils
en frappant doucenent dans leurs mains. Ce sont de
pauvres sauvages, sans ealculs m6chants.
AprBs Man, les reliefs boises deviennent moirls nom-
breux. On se sent d&ja moins enfertA, la route est facile,
sauf pros de Yet, a 20 kilometres plus loin, oti mont6es
et descentes font une nouvelle apparition. Eiles nous
rEservaient un incident.
A chaque escarpement, je mettais r6gulierement pied
A terre, pour manager mon cheval. Les hommes montes
Denis, Somali, les gardens m'imitaient. Seule, Faa-
dematou, invariablement, restait en selle. Je la laissais
faire, indulgent a sa nonchalance. Bile n'6tait pas bien
lourde. Elle ne faisait d'ailleurs pas parties de mon per-
sonnel, et je n'avais pas h m'en occuper.
Elle nous pr&o6dait, ce jour-lh, d'une centaine de
metres. Aix passages difficiles, je la voyais souvent
s'arrater, pour chercher sa route. Puis les petites jambes
noires s'agitaient de cheque c6t6 du cheval, une minus,
cule oravache entrait en action, et le mouchoir aux tons
vifs don't elle parait sa tate con nencait de s'enfoncer
lentement lorsque c'6tait un ravin, ou de progressed
tout doucement vers la crete s'il fallait monter.
Elle 6tait arrive devant une riviere a sec, encaissee,
au lit rocailleux ; il y avait un petit pont de bois, todi
vermoulu, qui semblait pret a s'effondrer ; elle s'dtait
arritde, et elle h6sitait. Je la rejoins, je la d6passe et







DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR PREI BOUBA 79

traverse. Le cheval de Tahia arrive a sa hauteur au
mAme moment et, dans une soudaine gaiet6, mord le
sien, qui se met A pointer. Elle tombe en arriBre, d'abord
.sur le sol de la berge, puis de pierre en pierre, de choc
en choc, else roule lentement jusqu'au fond.
On l'a relevoe ; elle semblait souffrir beaucoup. Je I'ai
fait asseoir sur le tippoy et on l'a port6e jusqu'au cam-
pement.
L'aprBssmidi, j'ai envoy un message au lamnido Bouba
Rei afin de l'avertir de ma venue prochaine. Puis je suis
parti sur les traces d'antilopes, que je n'ai pu rejoindre.
Nous continuions A manquer de viande, et je n'avais
mAme pas la resource du lait quand par hasard on
mr'en apportait, car les gens de la r6giqn y mAlent sou-
vent des gri-gris pour s'assurer les bones dispositions
du voyageur qui passe, et ces drogues, sans Utre dan-
gereuses, peuvent incommoder.
A la fin du jour, les porteurs sb sent groups sous
deux arbres immense qui couvrent de leur ombre tout'
le campement, et ont allum6 de grands feux. La petite
bless6e s'est assoupie dans une case. Ele paraissait avoir
une c6te fracture. J'ai fait monster mon lit dehors,
come d'ordinaire. J'Ftais presque endormi, lorsque;
confusmment dl'abord, un bruit vint frapper mon oreille :'
une galopade effrene, ponctuee de chocs, come d'un
animal afford qui train un objet pesant apris lui. Je
me reveille tout A fait, je vois des torches qui s'agitent,
courent, s'Oloignent dans 1'obscurit6. En mine temps,
un vent violent secoue rageusement ma moustiquaire,
qu'il menace d'emporter. Je n'ai pas de peine A coin-
prendre ce qui se passe : une tornado la prerriire de
la saison commence ; mon oheval a pris peur; il a
arrachg le lourd piquet auquel iHl tait attach, et s'est
enfui ; gardens et porteurs se sont 4lanc6s A sa poursuite
A travers la nuit.
Mais, dans leur hAte, ils ont abandonn6 leurs feux. Le
vent, de plus en plus puissant, disperse les foyers et
lance sur tout le camp des 6tincelles et des tisons incan-
descents. Les cases sont en paille shohe. L'une d'edles
abrite la jeune Foulb6, incapable de se mouvoir sans
aide ; dans une autre est mon materiel de mission. Un
incendie serait un desastre.






80 DU CAMEROUN AU CAIRE

Je rallie difficilement quelques homes, car le bruit
de la tornade domine ma voix. On 4teint avec de la terre,
cormme on peut, tout ce qui brile encore. C'est ensuite
un instant de r6pit, dans Jes t6nbbres profondes, au.
milieu des mugissements de l'ouragan, avec seulement,
de temps a autre, I'bIlouissement d'un lMair. Voici que
les torches, d'abord lointaines, apparaissent de nouveau..
se rapprochent, reviennent. Comme elles arrivent, nou-
velle alert, dans un fracas terrible : un des grands
arbres qui nous abritent vient de s'abattre, sous l'effort
de la. tempete. On crie que la case du cuisinier est ecra-
s6e et qu'il est dessous. Tout le monde se pr6cipite de-
ce c6t6.
A tAtons, on la trouve. Elle est intact, Denis indemne-
Le vent s'apaise enfin ; la pluie commence A tomber.
et tout se calme.
Je demand si on a rattrap6 mon cheval. II est 1h, d6ji
rattachd. Chacun regagne son gite. Nous nous ren.
dormons.
C'est la mauvaise saisqn qui s'annonce. Je suis parti-
six semaines trop tard, et l'6poque des pluies 6tant plus
tardive a mesire que j'approcherai du Ouadal, je vais
marcher jusqu'a Ab6chd, c'est-A-dire jusqu'au commen-
cement d'aoit, dans des conditions climateriques 6mi--
nemment defavorables. Le c6te pdnible de mon voyage
devait s'en trouver trbs accru.
Nous ne repartons qu'A I'aube. Tout le monde est fa-
tigu6, d'abord; puis le cidl est covert, et la nuit trop
noire pour que les porteurs puissent marcher plus tot..
La resource des torches nous fait ddfaut, toute I'herbe,
don't on les fabrique, est mouillde.
Nous sornlmes entries ce jour-l4 dans une zone v6rita-
blement torride, pour n'en sortir que deux semaines
plus tard. Nous sommes arrives a une heure et demic
au campement le village de Chollir6. Le soleil avait
tant de puissance que, pour la premiere fois depuis que
je voyage, je m'en suis senti incommode. J'ai envoy
Somali cheroher de 1'eau. 1 y en avait dans le voisinage.
Je me suis fait un couvre-nuque de mon mouchoir
mouill6, et je suis parti au galop de mon cheval avec
I'impression qu'il 6tait nMcessaire que j'arrive le plus t6t
possible, car la route n'offrait aucun abri..







DE NGAOUNDtRA A GAROUA PAR REI BOUBA 81

Chollir6 est un village 6tendu, oh jadis habitat Bouba,
me dit-on ; il est en parties d6moli maintenant. Qu'on.
imagine, au pied d'une colline qui forme la fin d'une
chaine, un vaste emplacement plan ,au sol sans herbes,
irr-gulierement plant de quelques arbres, notamiment
des baobabs, aux anormes tronos, a l'4corce d'un gris
argent6, aux branches relativement ch6tives, d6pourvues
de feuilles ; de petits enolos circulaires, circonscrits par
des seocos, et don't dhacun content quatre ou cinq
cases, en occupent quelques points, diss6min6s a des
distances qui varient entire ioo et 3oo metres. L'un,
plus grand, plus soigne, est l'ancienne residence de
Bouba.
L'effet de la lettre que j'ai fait parvenir a ce dernier
se manifeste A mon arrive. Un capital du lamidb est
lh, qui se porte h ma rencontre. 11 m'exprime les sou-
haits de bienvenue de son maitre, et me prdcede au
campement, oi m'attendent des-pr6sents : ce sont, soi-
gneusement align6es, quatre 6normes calebasses de riz,
dix bourmas de miel, six corbeilles d'ignames, quatre-
autres calebasses de gateaux de miel et de farine aussi
vastes que les premieres, des jarres d'hydromel. Le
lamido, me dit-il, me prie de coucher demain a Tapar6
et d'en partir le matin de maniere a arriver dans sa ville
vers dix heures : ii me prepare une grande reception.
Pour la premiere fois, j'ai revu 'tout h I'heure/des
talhas, avec leur bois rougeAtre, leurs petites feuilles
vert fonc6, leurs longues pines Mandhes, droites, poin-
. tuis, si dures qu'on en fait des 6pingles ; ils me rap-
pedlent tout A la fois la Nigeria du Nord, le Tchad, ]e
Ouadai, le Niger, le Sahara, et me donnent, come il y
a quelques jours le a kourkourou ) des pigeons verts,
I'impression qu'eux aussi sont la pour me saluer de la
part de ces contrdes si chores a ma m6moire.
Bient6t arrive un deuxibme 6missaire ; je m'enquiers :
un simple garde, esclave' quelconque, me dit Yahia. Je
devais avoir peu de jours plus tard, a ce sujet, une nou-
velle preuve de la facility avec laquolle se produisent les
mialentendus dans ces contr6es, et de l'inconv6nient des
interpretes insuffisants.
Vers le soir, ce m&me homme, accompagn6 de Yahia,
se prdsente et demand A me parler. II aurait une







82 DU CAMIEROUN AU CARE

communication important a me faire. Voici : le lamido
a un interprete, .mais il desire que nous nous entrete-
nions le moins possible devant cellui-ci, car sa discr-
tion est sujette A caution, et nos conversations risque-
raient d'etre rep6tees ensuite un-.peu partout. 11 con-
vient, si je desire lui 6tre agrTable, que je me serve de
mon interpr~te A moi.
Une communication d'un caractere aussi confidential,,
par un tdl intermediaire P C'est peu vraisemblable..
Mais un detail, que mon souvenir 6voque soudain,.
4claire pour moi la situation : il est d'usage, en pareil
cas, que l'interprete receive un cadeau, et Bouba Rei est
un grand chef, done un chef gen6reux. Or mon inter-
prete, c'est Yahia. C'est lui qui sera de la sorte le be-
n6ficiaire du present. Les deux comperes ont dui s'en-
tendre et pensent me prendre pour dupe de leur petite
combinaison. Je les cong6die assez brusquement. Ils s'en
vont, visiblement deconfits.
Je m'arrete le lendemain, commne me I'a demand le
lamido, a Tapar6. Ce n'est qu'A une demi-6tape, i5 kilo-
metres. Le campement est conitruit h la maniere des
demeures foulbbs; de petites course s-ablkes et nues,
contenant ohacurie une case, parfois deux, rarement
plus. Communiquant entire elles par des portes 6troites,
elles forment, dans leur ensemble, une sorte de laby-
rinthe' h compartments.
On ne tarde pas A m'apporter une lettre du lamido.
Elie est 6crite dans un francais assez correct par son
interprete. J'y note une phrase qui montre bien le carac-
tere familial que prennent frequemment en Afrique
les rapports entire esdlaves et maitres, et I'importance
des situations auxquelles peuvent acceder les premiers.
( Mais je vous fais connaitre, me dit Bouba, que je
silis un peu triste, car mon grand captif, nomrnm Mai-
code, est mort le jour de mercredi Ix mars 1923. a
( Mais quand meme, ajoute-t-il, je monterai dans ma
voiture pour vous recevoir a ma place nomm, Djoulol,
'et lh vous me trouverez. )
Certes la traite des esdaves, que la civilisation a d'ail-
leurs rdussi & reprimer presque partout, et don't elle
pursuit les rares et dernieres pratiques avec une s6v6-
ritd l6gitime, a Atd I'occasion de cruaut6s. Le oaractere







DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR REI BOUBA 83

de valeur d'6change qu'elle pretait h l'esclave, en dehors
des avantages directs qui s'attaohaient a sa possession,
incitait les tribus puissantes a s'assurer de gros contin-
gents de oaptifs. Celles-ci, pour s'approvisionner, mul-
tipliaient les operations guerrieres centre leurs voisines
moins fortes ou moins courageuses, sur lesquelles pesait
ainsi une lourde oppression. De v6ritables chasses mnlme
s'organisaient parfois; comnme je l'exposerai en parlant
du Ouadal. H y avait ensuite la vente, le voyage, 1'expa-
triation definitive, et c'6taient 1, meme pour des races
don't l'apathie et la passivity sont extremes, de dures
6preuves, qu'aggravaient encore 1'insensibilit6 et la ru-
desse naturelles de ceux qui en r6glaient les modalitLs.
Actuellement, dans toute la parties de I'Afrique soumise
A notre autorite, il n'existe gubre plus que des esclaves
en quelque sorte volontaires ; nos lois se refuseht partout
A sanctionner leur condition, et dts que 1'un d'eux se
plaint d'un abus, nos repr6sentants officials intervien-
nent et le liberent. Chez les gens de condition moyenne,
ils forment d'ailleurs une vWritable annexe de la famille.
Ils sont traits sans 'morgue, souvent affectueusement.
Les grands chefs sont n6cessairement plus distants ; ainsi
le veut leur prestige ; mais les esclaves auxquels ils ac-
cordent leur confiance deviennent vite riches, puissants
et respectss ; au Cameroun, la plupart des ministres des
lamidos se recrutent parmi eux.
Ainsi compris, l'esclavage ne presente aux colonies
que des inconv6nients bien att6nu6s. I1 n'est nullement
excessif d'ajouter qu'une modification prmnatur6e de la
situation actuelle 16serait gravement la plupart des inte-
resses, & coairmencer par les plus humbles. Si, par une
exaltation sentimentale inconsciente des r6alit6s, on
brusquait inconsid6r6ment l'6volution en course, une
prpfonde perturbation 6conomique et social serait la
consequence immediate d'une telle erreur. Nous avons
tari les sources de 1'esolavage. Nous en surveillons les
vestiges, nous en r6primons les exces, nous assurons la
liberation de tout captif qui fait appel a notre autorit&
Tel est le programmne necessaire et suffisant sur lequel
s'accordent a la fois les faits et les principles.
La d6pendance est une loi commune a toutes les so-
cietes. Dans les groupements normalement ordonn6s, la







DU CAMEROUN AU CARE


masse est sounmise A I'1lite. Aileurs, c'est l'inverse qui
se product, sans advantage ni pour les uns ni pour les
autres. Mais on ne vit sans contrainte qu'a 1''tat de
solitude. Ce qu'en Europe on nomme liberty se reduit
au droit d'opter entire un certain nombre de servitudes ;
c'est A quoi nous nous rdsignons d'ailleurs sans peine,
contents du mot. Les modalit6s du servage 6voluent
d'elles-mAmes avec la sensibility et .la mentality des indi-
vidus.
J'ai r6pondu au lamido, que son envoy me disait en
outre un peu souffrant, que je le priais de se corner a
me recevoir devant sa demeure.
Ce n'est pas sans curiosity que j'attendais mon arrive
A Rei Bouba. C'est, commne je I'ai dit, l'un des points
du Caneroun ofi les vieux usages et la couleur locale
subsistent avec le plus de liberty.
Le lamido, don't le vrai nom est Bouba Djana, exerce
sur un territoire 6tendu une autorit6 que null indigene
ne songerait impun6ment & discuter. Son grand-plre
est venu du Fouta Toro ,a LamB, pros de LUr,, avec un
certain noarbre de Foulb6s come lui. II a pouss6 en-
suite jusqu'A Djouroum, a une vingtaine de kilometres
de Ref, alors occupy par les Damras. Apris avoir guer-
Toy6 centre eux, il a 6pons6 la fille de leur chef. L'as-
pect de Bouba se ressent de cette alliance. Au lieu
d'avoir le teint cuivr6 ou meme presque Manc de la race
paternelle, ii est sensiblement noir. D'ailleurs, sauf un
tres petit no nbre de foulbbs qui constituent une parties
de son entourage immddiat, tous ses gens sont des noirs
paiens on ddsigne en Afrique Centrale sous le nom
de kirdi cet 616ment de population.
Je me mets en route au jour. Le paysage s'est trans-
form6. C'est maintenant une grande plaine oh le patu-
rage domine. Le plateau central du Cameroun est der-
riere nous. Je m',arrate a deux reprises, pour tirer une
sorte d'dchassier qu'on me dit fournir une viande appr6-
cide des porteurs, puis une oie de Gambie. J'ai remar-
quE que men tir, fate d'exercice dvidemnnent, n'avait
plus la m6me precision que lors de man dernier voyage;
j'ai senti la necessitM de m'entrainer an peu avant
dlaborder de nouveau le buffle et les grands animaux, et
toute cible m'est bonne. Je manque les deux fois.







DE NGAOUNDERW A GAROUA PAR REI BOUBA 85

J'apercois bient6t a l'horizon la longue ligne d'arbres
par laquelle se ravalent g6ndralement, en plain, les
villages indignnes. Les constructions n'atteignent nulle
part la ligne des cimes ; mais d&s qu'on regarded atten-
tivement, on remarque au-dessous de celle-ci de n5om-
breuses teaches grises, que font les cases.
Nous approohons. Devant nous, un group multico-
lore se tient immobile, an soleil. 1 y a l1 deux cents
soldats, fantassins ou cavaliers. Un de ces derniers se
d6tache et vient N ma rencontre; deux hommes le pr6-
cedent, hahill6s de rouge. C'est un des principaux cap-
tifs du lamido, et le premier par son rang. R me renou-
velle les souhaits de bienvenue de son maitre ; puis de
longues trompettes jettent des clameurs barbares, et
toute la troupe fait demi-tour pour me pr6c&der. Les
cavaliers portent de tres beaux costumes, avec des
casques de m6tal brilliant, a plumes. Leurs chevaux
sont couverts de longues houses oh les teintes se ro -
p6tent en dessins r6guliarement disposes. Les fantassins
sont vAtus de tuniques demi-longues aux nuances vives.
ls sont munis d'armes primitives, lances, arcs,
flaches, sabres, couteaux et d'6normes boucliers.
Mais voici la porte de la ville : une case a deux hautes
ouvertures, l'une sur l'ext6rieur, I'autre sur I'int6rieur,
interrompt le mur bas, de terre jaunAtre, qui forme
I'enceinte. Les fantassins sent da6j entrds. Je m'arrgte
pour laisser aux cavaliers le temps de les suivre. l7s se
present sous le saleill ardent, dans la blanche poussifre;
tour h tour, pour passer, ils baissent la tate, inclinant
en avant les longues plumes de leurs casques ; a measure
que leur group diminue, s'dgrenant lentement sous la
case, je vois par-dessus la muraille, en une longue file
irr6gulibre qui se hate au galop vers le centre du village,
le haut de leurs corps secou6s par les caprices de leurs
mOntures.
Je passe a mon tour. Quelques minutes de lente pro-
gression dans une rue modest, et j'arrive sur une petite
place d'environ cent mntres de diambtre, entour6e, sauf
d'un c6td, de seccos que 1'air et la pluie out brunis.
C'est vers ce c6t6 qu'on me dirige : un haut mur, qui
domine toutes,les cases avoisinantes, et, an milieu, une
sorte de pdristyle, abrit6 d'un toit de chaume que sou-






DU CAMEROUN AU CAIRE


tiennent de robustes piquets. Tout autour de la place,
sauf 1a, les soldats, maintenant, sont masses.
Sous le p6ristyle, dans un fauteuil, v8tu d'une ample
robe bleu sombre, le visage trbs noir, voile et laissant
voir seulement les yeux, le lamido est seul. I se lvy et,
lentement, s'avance A' ma rencontre. Je mets pied A
terre, je vais 4 lui, nous nous serrons la main et je
m'assieds sur un sibge pr6par6 A c8t6 du sien. Son in-
terprete, un jeune noir, celui-la meme qui m'a 6crit,
traduit, A ,demi prosterne, le visage tourney vers la terre,
les phrases banales que nous eohangeons.
Les soldats se livrent ensuite en mon honneur a quel-
ques evolutions simples et a des dances nalves qui se-
couent contre leur dos leurs lourds carquois. Puis je
prends cong6 apres avoir annonc6 a Bouba ma visit
pour l'apres-anidi.
Au lieu de se lever comme moi, ainsi que j'6tais en
droit de l'attendre, ii reste majestueusement assis dans
son fauteuil et se borne A me tendre la main n6gligem-
ment. Je crois qu'il n'a pas compris et je me rassieds
moi-am6me. Mais quand, un moment aprs, je recom-
mence, c'est la meme immobility. Alors je lui fais dire,
par son interprbte, que je le sais fatigue, et que je le
prie de ne pas se lever, puis je pars assez irrit6. Cette
d6sinvolture publiquement affidhde, bien que j'eie pris
soin de l'instruire de mon caraotfre official, d6passe ma
personnalit6 et est d'autant moins acceptable.
Je trouve, tout pros, le campement; trbs exigu, il est
incompletement nettoyd. Mon impatience s'accroit de
ce nouveau manque d'6gards. Je cherche l'occasion de
prendre ma revanche; et cohfme j'apercois, disposes-
avec ordre, les cadeaux que Bouba y a fait placer pour
moi une peau de lion, une peau de leopard, des sa-
gaies de cuivre, des arcs, des flbches, des chapeaux, des.
paniers et des plateaux de paille je fais appeler
I'hommne qui vient de me conduire et je l'invite s&he-
ment A les reporter sans delai. II semble atterrd. C'est
1'une des marques de mecontentement le plus caract6-
ristiques que comportent les usages africains. J'envoie
en outre uri homme prmvenir le lamido que le voyage
m'a fatigue, que je ne lui ferai pas la visit annonc6e, et.
que je repartirai dians la nuit.







DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR REI BOUBA 87

Une demi-heure plus tard son interprete arrive. Je no
*lul cache pas ma maniere de penser. Mais Je comprends
vite que, selon mes provisions, mon coup de cavevon fait
son effet et que les choses vont s'arranger. II excuse son
maitre. I1 argue de son ignorance. Si celui-ci me rend
visit le jouir meme, considererai-je sa maladresse common
r6parde ? Je reponds oui,,tout de suite. Bouba sait par-
faitement ce qu'on dolt a un h8te de ma qupli't ;
l'ignoranoe qu'dl al~ague est une vaine excuse ; il y a,
meme dans ces cours barbares, un vague protocol ;
dlans queSques jours, lorsque de grands chefs viendront
A ma rencontre sur les routes, mon interprete me dira
fort bien que certain d'entre eux s'attendent A ce que
je descende de cheval lorsqu'eux-imemes ont mis pied A
terre et s'avancent pour me saluer. Mais Bouba est un
chef, et un chef qui a donn6 aux Frangais, dans des
circonstances imrportantes, des preuves utiles de sympa-
Ahie. Je desire, autant que lui, dlore 1'incident, pourvu
que ce soit de fagon satisfaisante pour moi.
L'interprete part, revient. Le lamido sera 1a A cinq
'heures. J'acquiesce. On me demand de reprendre les
cadeaux; d'accepter, selon l'usage, un bceuf pour mes
porteurs; et, pour moi, un trbs beau cheval. Je reprends
les sagaies, les peaux, les flMches, les objets de paille;
j'accepte le bceuf qui renforcera la ration de mest
homese; je refuse le cheval, avec toutes sortes de re-
merciements toutefois, en donnant pour pr6texte que je
vais passer dans une region infest6e de tsd-tses et qu'il
y mourrait avant peu. Les lamidos envoient souvent,
aux gens de quelque importance, des cadeaux d'une va-
leur rdelle ; Bouba, notamment, qui est fort.riche. Mais ils
comprennent tres bien qu'on ait scrupule a les prendre,
et pourvu qu'on se retranche derriere un semblant de
motif, qu'on remercie avec courtoisie et qu'on accepted
les menus objets, on ne les d6soblige aucunement.
Je lui envoie moi-m ime deux 6p6es balonnettes, que
je sais devoir lui faire grand plaisir. Nous voila redevenus
bons amis.
A cinq heures, une foule ddbouche, se range sur la
place. Lentement, le sultan arrive; port haut dans un
grand tippoy. I descend. Je vais au-devant de lui, et
-nous ertrons, seuls avec son interprete. Un esclave,







DU CAMEROUN AU CARE


toutefois, se tiendra accroupi pres de la porte, de ma-
nitre A entendre tout au moins le son de sa voix; et,
a chaque phrase du maitre, il se penchera, les mains
jointes, A droite et a gauche, en prononcant d'une voix
nasillarde et trainante, le mot na-am (oui, c'est
bien), que toute la foule assise dehors r6p6tera aussi-
t6t apres lui, ce pendant que mes paroles, A moi, seront
accueillies avec la plus parfaite indifference.
Nous nous entretenonns ainsi pendant pros d'une
heure. 11 me questionne sur I'aviation ; puis, sur ma
demand, il fait venir deux marabouts important, de
qui j'essaie de tirer des renseignements utiles pour ma
mission. Mais la presence du lamido, la mienne, les
impressionnent visiblement. Sur 'chaque point ou
presque, ils se retranchent derriere une feinte ignorance.
II faut que Bouba me dise pour eux que tous les musul-
mans du pays appartiennenit au rite mal6kite, circons-
tance banale s'il en fit. II s'&tonne a cette occasion de la
science coranique dent je fais preuve. A la vdrit6, je n'ai
fait que placer quelques mots que je savais devoir lui
donner cette impression; mon instruction islamique
est encore rudimentaire.
Lorsqu'il part, nous sommes en tres bons terms.
La nuit passe lentement et p6niblement, etouffante
dans la cour exigu8, au milieu des ronflaments de voi-
sins trop proches ; une mince aloison de seccos me
spare seule des cases voisines, et la quasi-intimit6 de
ceute installation m'est insupportable.
Dis le matin, je me rends chez le lamido pour prendre
cong6 de lui ; sa demeure est sensiblement mieux amn-
nagee que cells que j'ai vues pr6cddbemment. C'est tou-
jours le mime style foulb6 pourtant, la mmme division
en petites course nueS don't chacune entoure une case.
Mais certaines de ces cases, chez lui, s'dloignent, par
leur forme et par leur structure,'de 1'habituel module
cylindro-conique; et 1'ornementation curieuse, A la fois
archaique et modern-style que pr6sentent plusieurs
d'entre elles. n'est ni sans godt, ni sans ing6niosit6.
Il se tient, quand j'arrive, dans une longue galerie.
Je remarque d'abord pros de la porte queiques usten-
siles de toilette et de vieux objets sans int6ret, entass6s
dans un coin; plus loin, un grand lit de cuivre et de







DE NGAOUNDWRE A GAROtA PAR REI BOUBA


fer peint en noir, d6cor6 de nacre, d'une Iabrication
tros ordinaire, mais recouvert d'un magnifique tapis
rouge brodM d'or. Bouba est assis sur un divan. E est
coiffe d'une simple calotte et son visage est d6couvert.-
Les traits 6pais ne nuisent pas h l'expression intelli-
gente et bienveifiante de sa physionomie.
Notre entretien est plus court que celui de la veille,
nous avons 6puisM tous les sujets. EI me montre 1'*toile
du B6nin, qu'il porte aujourd'hui. Je ne manque pas de
le f6liciter et de lui dire que c'est la une'grande d6co-
ration. Je le questionne sur la voie suivie par les mu-
sulmans qui, de Rei, se rendent au phlerinage de la
Mecque. Comme je vais paTtir, ii me demand un re-
mbde centre les maladies d*estomac.
L'aprs-nmidi, Faadematou, qui n'est pas encore re-
mise de sa chute, mais chez qui le souci de la parure
n'a pas abdiqu6, fait proceder A sa coiffure dans un
coin du campement. 11 y a, dans chaque village, des
femmes connues pour poss6der cet art. Celle qui est la
est une Bornouane. L'intBressle se confie a elle, en sp6-
cifiant toutefois que ce n'est pas la mode bornou, mais
la mode arabe qu'elle desire ; gravement, I'autre ac-
quiesce. Puis, au milieu de jacassements de perruches,
la coiffeuse d6fait une a une, en s'aidant d'un poincon
de fer, toutes les petites tresses, et les refait en agr6-
menitant l'ensemble d'un motif de fantaisie. Elle rase
ensuite ce qui reste sur le haut du front. Le tout dure
environ trois heures.
La soir6e ne m'napporte que sujets d'impatience. Ce
sont des provisions de route, n6cessaires, qui n'arrivent
pas ;un porteur, malade depuis la veille, qui n'a rien
manifesto, et qu'ill faut soigner, puis remplacer;au dier-
nier moment ; enfin, voici une diversion : une captive
que j'ai faith demander hier pour la petite bless6e, don't
1'dtat exigera pendant quelque temps des soins et une
aide, et don't je desire ne pas avoir a m'occuper. L'in-
terprete ne m'envoyait personnel ; alors, a tout basard,
j'ai dit qu'on s'adresse au garde, le fameux garden don't
j'ai si mal recu la communication Ai Chollir6, et qui,
depuis lors, par ordre, sans doute, est toujours lh ; et,
A.ma grande surprise, en cinq minutes, il tn'a donnT
satisfaction.







,90 DU CAMEROUN AU CARE

Faadematou la dsirait jeune, sa servante. Mais cellc-
ci, c'est un b6b6. Ele parait avoir tout au plus dix ans.
Blie arrive menue, sans voix, pleine de crainte, par
advance soumise a tout. Je caresse sa petite tMte pour la
rassurer, puis j'envoie Somali pr6venir que cola ne peut
alter, qu'il en faut une autre, plus robuste. II serait
v4ritablement inhumain d'exiger de cet Utre minuscule
une tape quotidienne de 25 a 3o kilometres et, a I'arri-
v6e, un travail.
En attendant, elle reste 1a, dans la case, sage, assise
par terre. Elde est enveloppde jusqu'd la taille dans un
petit pagne blanc bien propre, conmane un upon tres
serr6, qu'on lui a sfirement mis tout & l'heure pour
venir. Ses cheveux, co-mme ceux des paiennes d'ici,
sont courts, presque ras, et rases en rond autour de la
ttte, de manibre que seule subsiste une espece de calotte
de sacristain. Ses jambes sont jointes et allongees ; ses
reins font un angle droit avec elles. Au-dessus, son
buste enfantin se penche en avanit, et ses petites mains
do travailleuse, au bout de ses bras noirs, longs et
greles, viennent reposer sur ses tibias. Elle exprime avec
une intensity 6tonnante la passivity sans defense, la
resignation absolue, l'absence de touted conception qui
ne soit pas ceile de l'implacable fatality.
Mais l'autre arrive bientBt. Somali s'est adress6 au
mgme garde. Que n'ad-je eu recours & ses offices plus t6t!
Le porteur, les vivres, sont venus aussi, avec la mrme
el6ritA, des qu'il a su qiie j'en avais exprim le d6sir.
L'interprBte, lui, n'a pas reparu.
La nouvelle captive est plus vigoureuse, grande,
lourde, jeune, pourtant presque obese ; aussi passive,
d'aileurs. Elle s'appeale Hebbini. C'est chose faite, je
I'emmnnerai,.
Puis, comme j'entends me mettre en route dans la
nuit, je fais tout de suite les presents d'usage : au ohef
du campement, au garde. Je suis tres large avec ce der-
nier. Je viens de voir quelle est sa bonne volont6, et je
desire compenser mon accueil un peu rude de 'autre
jour. 11 n'y a que Guedal, le Gu&dal dont m'a parl6
M. Bonhomme, que je n'aie pas vu. Ce grand person-
nage n'a pas daign6 se deranger.
'A'u dernier moment, je me decide a m'en enqudrir.






DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR REI BOUBA 91

J'appell'e le garde, puisqu'il semble Wtre le plus d6brouil-
lard.
Gonnais-tu, lui dis-je, ici, un grand captif du nom
de Gu6dal P
Gu6dal, me r6pond-il simplement :.mais c'est moi !
Personne, dans mon entourage, oi on le savait, ne
m'en avait averti ; et Yahia, qui s.'tait si lourdemnent
trompd en me pr6sentant cet homme h Chollir6, n'avait
mAme pas pens6 aux consequences de son erreur, et
avait ndglig6 jusqu'A la fin de la r6parer.
Les insects et les faux renseignements sont parmi les
principles places des pays noirs. L'indigene donne
souvent des indications incompletes, parcel que son at-
tention se porte sur des points n6gligeables A nos yeux
et n6glige eri m&me temps ceux qui nous preoccupent.
II donne, en outre, des indications fausses parce que la
notion de la v6ritA n'est chez lui que relative ; et devant
une question, il arrivera qu'il croie bien faire en nous.
faisant la r6ponse qu'il suppose que nous desirons, eit
don't il imagine que nous serons satisfaits, plut6t qu'en
nous fixant avec exactitude sur le fait.
Aussi ne faut-il pas h6siter, lorsqu'on veut acqudrir
,une certitude, A multiplier les interrogations, A les rd-
peter en des terms different, h les reprendre un mo-
ment ou quelques jours plus tard, et s'il arrive qu'on
leur ait donn6 au d6but une forme qui semble attendre
l'affirmation, a leur donner ensuite le caractrre oppose.
Ce n'est qu'au prix d'une patient perseverance qu'on
d6couvre les sentiers qui percent la brousse de son cer-
veau. Le cas, ici, 6tait bien simple. Mais j'avais W6t
negligent.
Je me suis mis en chemin un peu avant le lever du
jour, pour me diriger sur Garoua. Une piste large,
sablee, plane, facile, a gauche de laquelle se profllent au
loin les hauteurs du plateau de l'Adamoua, que nous
avons desormais quitt6, nous conduit A Diouroum A tra-
Svers une v6g6tation clairsemee. Vers huit heures, un
hornne qui me pr6cede me signage, dans un vaste
6tang, & I kilamrtre de la route, des hippopotames. Ge
n'est pas une chasse bien int6ressante, mais elle me pro-
curera de la viande pour les porteurs. Je me dirige Vers,
I'endroit d'oi on les voit, et j'aperrois sur I'eau bril-






DU CAMEROUN AU CAIRE


lante, a des distances qui varient entire 200 et 3oo mitres,
un certain nombre de teaches foncees, a peu pros rectan-
gualaires ; c'est la parties supdrieure de leurs totes, leurs
fronts, leurs oreilles, leurs chanfreins, leurs naseaux
pro6minents. De temps A autre, I'une de ces teaches dis-
Sparalt sous I'eau, ou bien'c'en est une nouvelle, au con-
traire, qui surgit brusquement avec un grand souffle
sonore. Tant que la rep6tition des coups de feu n'a pas
alert la bande, on a beaucoup plus de temps qu'il n'en
faut pour adjuster. C'est du tir a la cilMe. Ensuite, les
apparitions deviennent tres courts, en mAme temps
qu'dlles se font rares.
J'en touche un. La tAte plonge, un pied se monte,
puis le venture ; tout s'enfonce encore, et c'est alors une
series de convulsions qui font merger A de brefs inter-
,valles tant6t l'une, tantbt l'autre des parties de ce corps
monstrueux. L'eau se teinte de rose, en mnme temps.
Mais come l'anima'1 tarde h s'immobiliser et que ses
movements m'6tent le moyen de l'aOhever par une
-nouvelle balle dans la tAte, j'en vise un autre qui, lui,
semble succomber presque aussit6t. 1I n'y a plus qu'a
'attendre le ,gonflement qui ne va pas tarder a se pro-
duire, et qui fera remonter le corps A la surface.
Je gagne un village voisin qui comporte un campe-
,ment. La chaleur continue d'etre franchement penible.
Oi est la s6eheresse, heureusement prochaine, des re-
gions tchadiennes! I1 y a, avec cela, tant de moustiques,
,que malgrD la temperature, je mets, pour dejeuner,
des gants 6pais, en coton tricot6.
Les gens te l'endroit vont voir ce qu'il advient des
hippopotames. Ils reviennent qudlques heures plus tard,
chargess d'6normes quarters de viande; le premier avait
disparu ; le second flottait, ils l'ont ramen6 au rivage et
,d6pece.
Nous repartons pour coucher h Dobinga, un autre tout
petit village oh je retrouve deux amis encore, deux amis
ede mon dernier voyage, I'un et l'autre apercus une ou
deux fois dljh, mais par exception, au lieu que mainte-
'nant on les sent bien chez eux : les gents du Came-
roun, au trone gris olair, aux feuilles vert pAle, aux
'longues gousses ; ils me rappeMlent la petite maison du
,conqudrant Rabab, qui subsiste a Dikoa, environnde





































Tam-tam chez les 11.undqngs, an village de IUr4 pres da 1ic ie Pe nom.

Log T janlflj Pa3v Iffl.


I.a place prineipale du village Mundan i de L6re et lentr&e de la demeure du chet
( Page 103.)


-7,







DE NGAOUNDERE A GAROUA PAR REI BOUBA


d'ombrage, et oh j'ai couches deux ans plus t6t ; puis
les palmiers doum, aux tronos nus assembles par la
base en bouquet trbs ouvert, aux tetes rondes, dvoca-
teurs de bien des regions, mais 'surtout, pour moi, du
Kanem, du Kanem aux dunes arides que s6parent de
longues vall6es vertes, du Kanem au lac immense et
perfide.
J'ai entendu, la nuit, distinctement pour la premiere
lois, le rugissement diu lion. Quoique lointain, il s'im-
posait a attention. Si sensible pourtant que je sois aux
manifestations des forces de la nature, je trouverais dif-
ficilement pour le decrire le lyrisme qu'il a inspire a
quelques voyageurs. C'est 6videmment tres puissant.
Mais le voisinage des menageries d'Europe nous a des
longtemps r&v616 ses accents.
Les Rtapes suivantes ne pr6sentent que peu d'int&rOt.
Toutefois, A measure qu'on approche de Garoua, la popu-
lation devient plus dense. Les villages se succedent, dans
!a plaine d6couverte, avec une continuity bien rare dans
l'Afrique Centrale. uIs sont tous a peu pres les mfmes :
un certain nombre de petites enceintes de seccos, tan-
t6t groupies au point de ne laisser entire elles que
d'6troites ruedles, tant6t disperses sur un large space
et isodles les unes des autres par de grands vides. Dans
chaque enceinte, souvent une ceinture d'arbres, en ce
moment presque sans feuilles, et les petites cases cylin-
dro-coniques habituelles.
Des hauteurs fortement d6coupees bornent la plaine.
Je couche, le dernier soir, au pied de l'une d'elles, A
Djebacke. II n'y a pas de campement, mais l'ardo -
c'est, come je l'ai dit, un chef dbnt le rang vient
immediatement au-dessous de cdlui de lamido m'offre
1'hospitalitd dans sa demure, semblable a cells que je
viens de d4crire. Il, me cede sa propre chambie, c'est-
A-dire la petite case oh il se tient. E'le est occupee, pour
un quart, par un gros tas de mil. Une moiti6 du sol est
d'argile durcie. Sur 1'autre, on a jet6 une couche de
dix centimetres de gravier tres fin, trTs propre, sans
poussiere. I y a, au milieu, un trou de la grandeur
d'un chapeau, dans lequel fume encore un feu mal
Eteint. Elle n'est meub e que d'un lit has dlpourvu
de toute espAce de literie qu'on nomme ici argao.







. 94 DU CAMEROUN AU CARE

L'ardo emportera, en me cedant la place, un chapelet
qui 6tait dans une calebasse, contre le mur, et une petite
bouteille de parfutn, A demi enfoncee dans le gravier qui
assurait son 6quilibre. IB n'y a rien d'autre. Je suis
d'ailleurs fort bien, et j'apprecie d'autant mieux la
fraicheur relative de I'endroit que le soleil continue
d'etre torride et que j'ai un movement de fire assez
prononc6.
Nous avons, ce jour-a, traverse le mayo Kebbi. INous
sommes & la fin de mars. B n'y a encore que tIrs peu
d'eau. Mon cheval s'y est a peine mouill6 les boulets.
La servant que j'ai engage nous a donn6 des tracas.
Elle est restee en route, on ne savait oi. J'ai fini par
envoyer a sa recherche un cavalier, qui l'a ramenee.
Elle avait une ampoule aux pieds et s'6tait arrftbe sans
rien dire, sachant qu'on ne la laisserait pas 1a. Cette
fille, qui chez Bouda Rei devait 6tre astreinte a un assez
gros travail, est devenue toute mollesse et paresse, et
ne voit dans la bienveillance que la possibility d'en
abuser. Rien de plus pros de I'aninal.
J'&cris une lettre au oapitaine Monteil, qui cornmande
a Garoua, pour lui annoncer mon arrivee. C'est un
parent 61oign6 du glorieux explorateur de ce nom.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs