• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Martinique
 Guadeloupe
 Saint Pierre et Miquelon
 La Guyane
 Table of Contents
 Maps














Group Title: Colonies francaises : notices illustrees
Title: Les colonies françaises ..
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00016840/00001
 Material Information
Title: Les colonies françaises ..
Physical Description: 6 v. : ; in 23cm.
Language: French
Creator: France -- Commission chargée de préparer la prarticipation du Ministère des colonies à l'Exposition universelle de 1900
Guy, Camille, 1860-
Lecomte, Henri, 1856-1934
Roux, Jules Charles, 1841-1918
Dubois, Marcel, 1856-1916
Terrier, Auguste, 1873-1932
Arnaud, Ambroise Cécile, 1855-
Méray, Hugues Maurice André, 1859-
Froidevaux, Henri, 1863-
Tantet, Victor, 1862-
Imbart de Latour, Joseph Jean Baptiste, 1859-
Dorvault, F
Publisher: A. Challamel
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1900-02
 Subjects
Subject: Colonies -- France   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00016840
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000586576
notis - ADB5259
lccn - f 01002220

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page
    Preface
        Preface 1
        Preface 2
    Martinique
        Page 1
        Page 2
        Precis historique
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
        Description geographique
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
        Administration
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
        Economie politique et sociale
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
        Renseignements statistiques
            Page 93
        Bibliographie
            Page 94
            Page 95
            Page 96
    Guadeloupe
        Page 97
        Page 98
        Precis historique
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
        Description geographique et ethnographique
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
        Partie politique et administrative
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
        Partie economique
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
            Page 236
        Renseignements statistiques
            Page 237
            Page 238
        Bibliographie
            Page 239
            Page 240
    Saint Pierre et Miquelon
        Page 241
        Page 242
        Precis historique
            Page 243
            Page 244
            Page 245
            Page 246
            Page 247
            Page 248
            Page 249
            Page 250
        Description geographique
            Page 251
            Page 252
            Page 253
            Page 254
            Page 255
            Page 256
            Page 257
            Page 258
            Page 259
            Page 260
            Page 261
            Page 262
            Page 263
            Page 264
        Administration
            Page 265
            Page 266
            Page 267
            Page 268
        Economie politique et sociale
            Page 269
            Page 270
            Page 271
            Page 272
            Page 273
            Page 274
            Page 275
            Page 276
            Page 277
            Page 278
            Page 279
            Page 280
            Page 281
            Page 282
            Page 283
            Page 284
            Page 285
            Page 286
            Page 287
            Page 288
            Page 289
            Page 290
            Page 291
            Page 292
            Page 293
            Page 294
            Page 295
            Page 296
            Page 297
            Page 298
            Page 299
            Page 300
            Page 301
            Page 302
            Page 303
            Page 304
            Page 305
            Page 306
            Page 307
            Page 308
            Page 309
            Page 310
        Renseignements statistiques
            Page 311
        Bibliographie
            Page 312
    La Guyane
        Page 313
        Page 314
        Precis historique
            Page 315
            Page 316
            Page 317
            Page 318
            Page 319
            Page 320
            Page 321
            Page 322
            Page 323
            Page 324
            Page 325
            Page 326
            Page 327
            Page 328
            Page 329
            Page 330
            Page 331
            Page 332
            Page 333
            Page 334
            Page 335
            Page 336
            Page 337
            Page 338
            Page 339
            Page 340
            Page 341
            Page 342
            Page 343
            Page 344
            Page 345
            Page 346
        Geographie
            Page 347
            Page 348
            Page 349
            Page 350
            Page 351
            Page 352
            Page 353
            Page 354
            Page 355
            Page 356
            Page 357
            Page 358
            Page 359
            Page 360
            Page 361
            Page 362
        Administration
            Page 363
            Page 364
            Page 365
            Page 366
            Page 367
            Page 368
            Page 369
            Page 370
            Page 371
            Page 372
            Page 373
            Page 374
            Page 375
            Page 376
            Page 377
            Page 378
            Page 379
            Page 380
            Page 381
            Page 382
            Page 383
            Page 384
            Page 385
            Page 386
            Page 387
            Page 388
            Page 389
            Page 390
            Page 391
            Page 392
            Page 393
            Page 394
            Page 395
            Page 396
        Economie politique et sociale
            Page 397
            Page 398
            Page 399
            Page 400
            Page 401
            Page 402
            Page 403
            Page 404
            Page 405
            Page 406
            Page 407
            Page 408
            Page 409
            Page 410
            Page 411
            Page 412
            Page 413
            Page 414
            Page 415
            Page 416
            Page 417
            Page 418
        Renseignements statistiques
            Page 419
            Page 420
        Bibliographie
            Page 421
            Page 422
            Page 423
            Page 424
    Table of Contents
        Page 425
        Page 426
    Maps
        Page 427
        Page 428
        Page 429
Full Text















LES


COLONIES FRANCAISES



I I

COLONIES D'AMERIOUE






EXPOSITION COLONIAL DE 1889


LES


COLONIES FRANCHISES
NOTICES ILLUSTREES
Publi6es
PAR ORDRE DU SOUS-SECRETAIRE D'iTAT DES COLONIES
SOUS LA DIRECTION DE M. LOUIS HIENIIIQUE -- bc.
Commissairo special de 1'Exposition colonial.


II

COLONIES D'AMERIQUE
MARTINIQUE
GUADELOUPE-SAINT-PIERRE E QUELON -G UY A NE












PARIS
MAISON QUANTIN
COMPAGNIE GENERAL D'IMPRESSION ET D'EDITION
7, rue Saint-Benoit, 7

Tons droits reserves.














Cette publication, concue sur un plan absolument nou-
veau, est, avant tout, un ouvrage de vulgarisation, qui a
pour but de faire connaitre au public nos possessions
d'oufre-mer sous l'aspect le plus r6el, le plus vivant et le
plus attrayant tout A la fois.
Ce n'est ni une simple description geographique, ni un
pr6cis historique BcourtO, ni une banale 6numbration de
noms et de products, ni un recueil de chiffres, tableaux et
renseignements statistiques, encore moins un plaidoyer
en faveur de tel ou tel systeme de politique colonial:
c'est une oeuvre sincere, impartiale.
C'est la description fiddle des pays lointains, mal connus
et mal jug6s souvent, qui forment notre domaine ext6rieur,
la peinture exacte des habitants qui peuplent ces petites
Frances diss6min6es a travers les Oc6ans, une sorte d'in-
ventaire de notre richesse colonial.
C'est pour le colon, le commergant, ie voyageur, une
source de documents pr6cieux sur le climate, l'alimenta-
tion, l'hygiene, les prix des denrees, le taux des salaires,
les genres de culture et leur production, les voices
et moyens de transport, le coit des voyages : en un
mot, sur tout ce qui constitute la vie 6conomique et
social dans chacune de nos colonies; nous signalons
mime ce chapitre des notices comme particulierement
nouveau.

L'ouvrage comprend cinq parties, formant chacune un
volume, divis6 chacun en quatre fascicules :
I. Colonies et protectorats de 1'ocdan Indien.
La Reunion. Mayotte, les Comores, Nossi-B6, Diego-
Suarez, Sainte-Marie de Madagascar. L'Inde frangaise.
Suivis d'une notice sur Madagascar.









II. Colonies d'Am6rique. La Martinique. La
Guadeloupe. Saint-Pierre et Miquelon. La Guyane.
III. Colonies et protectorats d'Indo-Chine. -
Cochinchine. Cambodge. Annam. Tonkin.
IV. Colonies et protectorats de 1'oc6an Paci-
fique. La Nouvelle-Cal6donie. -Tahiti, les Iles-sous-
le-Vent. Wallis, Futuna, Kerguelen. Suivis d'une
notice sur les Nouvelles-H6brides.
,V. Colonies d'Afrique. Le S6n6gal. Le Sou-
dan francais. Le Gabon-Congo. La Guinee. Obock.
- Suivis d'une notice sur Cheik-Said.

M. Louis IIENRIQUE, commissaire special de 'Exposition
colonial, a 6t6 officiellement charge par M. le Sous-
Secritaire d'etat des Colonies d'l6aborer le plan de l'ou-
vrage et d'en diriger la publication. Il a eu pour colla-
borateurs :

MM. CIIARVEIN. -MM. Baron MICHEL.
CLOSE. MORICEAU.
DEL'ONCLE J.-L. PELLEGRIN.
DULUc, Jean. RAOUL.
EBRARD ST-ANGE. BIEVOIL.
DE FONVIELLE. TREFEU.
FRANCOIS. VERIGNON.


Toutes les illustrations ont 6t6 dessin6es d'apris nature
sp6cialement pour cet ouvrage; une ou plusieurs cartes
dressees par M. PAUL PELET, d'apres les documents les plus
r6cents et lcs plus complete, accompagnent chaque mono-
graphie,







































































AMERIQUE.







r "~-'


- ~rt- -'

;i .ii---


FORT-DE-FRANCE. ElntiCe eics bassins.


LA MARTINIQUE



CHAPITRE PREMIER

Precis historique.

D6couverte de 1ile (119:1).- Pierre Belain (I li2). D-yel Dupari iuet
(li501). Hourille die Tracy (16ll). Glierlir entire LIt F]raince t FAn-
gleterre. Ri6union ai la couounne (1671).- La guerre civil (17901). -
Aprfs 1815.

DECOL'VERTE DE L'iLE (1 '93). l'ile de( la Marliiique fut
dl6couver'te ni 14)93, le jour (i ]; fI 'le de Saint-Marlin, parU
Christophe Colonib, qui lii 1onii le uoni de Martinico :
Ses Cairaibes iui la peuplaient almos I'appelaieni Madiana.






4 LES COLONIES FRANQAISES.

D6ja maires d'un continent immense, les Espagnols ne
fond6rent dans l'ile aucun 6tablissement, et les indigenes
en restarent Lranquilles possesseurs jusqu'en 1625.
PIERRE BELAIs (1625). A cette 6poque, un petit gen-
tilhomme de Normandie, marin intr6pide, qui, par ses belles
actions sur mer, avait obtenu le grade 'de ( capitaine du
roy sur les mers du Ponant ", Pierre Belain, sieur d'Esnambuc,
partit de Dieppe sur un brigantin mont6 de quatre pieces
de canon, de quelques pierriers et de cinquante homes,
et fit voile verss le nouveau monde en qukte d'aventures.
Attaqu6 dans le golfe du Mexique par un gallon espagnol,
il lui 6chappa apras une lutte h6roique, mais il dut pour
rdparer de graves avaries relAcher a la premiere terre
qu'il rencontra : c'6tait 'ile de Saint-Christophe.
D'Esnambuc extermina les Caraibes indigines qui
l'avaient traitreusement attaqu6; il favorisa la culture
du tabac qui devait faire la principal richesse de l'ile,
et revint en France das 1626, avec nn pr6cieux charge-
ment, pour solliciter des secours de la couronne. I1 6nu-
m6ra an cardinal de Richelieu toutes les richesses qu'on
pourrait tirer de ces pays, et le cardinal favorisa la creation
d'une Compagnie des lies d'Am6rique, ayant pour objet
de. < peupler et 6tablir les isles d'Am6rique, avec privilege
d'exploitlr les terres et mines pendant vingt anndes, a
charge de tenir ces isles sons l'autorit6 du roi, et de lui
rendre le dixiame du produit n.
Revenue a Saint-Christophe, d'Esnambuc songea a occuper
et a coloniser les lies voisines, encore aux mains des sau-
vages et fermo es au commerce. II fut devanc6 et supplant
h la Guadeloupe par un de ses lieutenants, le sieur Lya-
nard de l'Olive, qui ddbarqua mWme a Ia Martinique et y
arbora le premier drapeau de la France, mais l'abandonna,
l'ayant trouvie trop montagneuse. Le 1t septembre ,635,







LA MARTINIQUE.

d'Esnambuc d6barquait a la Martinique avec 130 homes,
choisis parmi les habitants de Saint-Christophe et munis
d'abondantes provisions. II trail avec les Caraibes, fit
bAtir sur la riviere de Roxelane (aujourd'hui riviire
Saint-Pierre) un fort en palisades qu'il arma de-canons,
et prit solennellement possession de File, le 15 septembre
suivant, au nom de la Compagnie des lies d'Am6rique.
Ayant ainsi jet6 les premiers fondements de la colonie,
il revint A Saint-Christophe, laissant la Martinique sous
lqs ordres de son lieutenant Jean Dupont. Celui-ci eut A
repousser une aggression des Caraibes qui 6taient venus
attaquer le fort, puis s'embarqua a son tour pour Saint-
Christophe, mais un coup de vent jela son petit bAtiment
sur les c6tes espagnoles, of il fut retenu prisonnier.
DYEL DUPARQUET (1650). II fut remplac6 dans le gou-
vernement de la Martinique par un neveu de d'Esnambuc,
Jacques Iyel Duparquet, qui prit possession quelque temps
apris, au nom de la Compagnie, de Sainte-Lucie, de la
Grenade et des Grenadins.
Cependant la Compagnie des miles d'Amerique, ne reti-
rant pas de l'exercice de ses privileges les avantages
qu'elle avait esp6r6s, se dkcida h vendre ses lies. Duparquet
les acheta en 1650 au prix de 60,000 livres, et devint ainsi
opopri6taire et seigneur des lies qu'il gouvernait. A sa
mort qui suryint le 2 janvier 1638, la guerre 6clata entire
-les Francais et les Caraibes, Presque tous les indigines
furent massacres ou expulsEs de 'ile : en 1664, il n'en
restait plus dans la colonies.
Les enfants de Duparquet oblinrent d'ailleurs du roi des
lettres patentes, du 15 septembra 1658, les maintenant en
possession des biens et des dignites de leur p:re. Mais des
d6sordres ayant 6clat6 dans le gouvernement de ces colo-
nies, la cour r6solut d'enlever ces lies a la domination des






6 LES COLONIES FRANQAISES.

particuliers, et de les donner a une companies nouvelle.
ROUVILLE DE TiiACY (1664). A cet effet, un membre
du conseil priv6, le lieutenant g6n6ral Alexandre Rouville
de Tracy fut envoy h la Martinique, ofI il arriva le 4erjuin
1664. La couronne racheta les lies aux h6ritiers Dupar-
quet, au prix de 240,000 livres, puis ceda ses droits A la
Compagnie des Indes Occidentales, qui venait d'6tre cr56e
et qui devait avoir pendant quarante ans le droit exclusif
de commerce et de navigation dans les mers d'Am6rique.
GUERRE ENTIRE LA FRANCE ET L'ANGLETERRE. La guerre
qui 6clata en 1665 entire 1'Angleterre et la France ouvre
une p6riode an course de laquelle la Martinique fut sou-
vent en proie aux attaques de nos ennemis. La courageuse
resistance des colons fit 6chouer en 1666 une tentative
de lord Willoughby, gouverneur de la Barbade, pour
debarquer A la Grand'Anse tdu Carbet, et, en 1667, une
nouvelle aggression de la flotte anglaise sons les ordres du
g6n6ral Jones Harmant.
Un pen plus tard, durant la guerre de Hollande, le
cel'bre Ruyter recut l'ordre de s'emparcr de la Martinique,
et le 30 juillet 1674, il arrivait devant la rade de Fort-de-
France, accompagn6 du come de Stirum, que les Etats
gendraux des Pays-Bas avaient djhA nommn gouverneur
de la Martinique. Mais, apres avoir d6barqu6 6,000 hommes
t la pointe Simon el tent6 de s'emparer du fort Saint-Louis,
il fut contraint de s'6loigner pr6cipitamment avec sa
flotte, en abandonnant les bless6s, une parties de son ma-
t6riel et l'6tendard du prince d'Orange.
Enfin, en 1693, les Anglais firent une nouvelle exp6di-
tion centre la Martinique, an mipris du trait sign a
Londres le 10 novembre 1686 entire la France el. la Grande-
Bretagne, qui sfipulait que les colonies ne prendraient
pas part aux guerres qui pourraient eclater entire les mW-







LA MARTINIQUE. 7

tropoles. Ils oper6rent une descent entire Saint-Pierre et
le Prccheur, au Fonds Canoville, avec 3,000 homes de
troupe. Mais les milices de Saint-Pierre et du Precheur,
renforcces d'une troupe de noirs africains arms pour la
circonstance, leur opposerent une elle resistance qu'ils
regagnerent leurs navires en laissant leurs baagages, leurs
munitions, 300 prisonniers et 500 A 600 morls.
REcNION A LA COURONNE (1674). Celte periode d'hos-
tilit6s continuelles n'tlait guire propice au dtveloppement
de la prospirit6 de la colonies. Aussi la decadence de la
nouvelle Compagnie des Indes Occidentales fut-elle ra-
pide; la Soci6ti fut dissoute, par un edit du mois de de-
cembre 1674, la propriiet, la seigneurie et le domain utile
de ces miles rdunis t la couronne, et tons les FranSais,
sans distinction eurent d6sormais la liberty de s'y fixer.
Les colons de la Marlinique formaient alors deux clas-
ses. La premiere se composait de ceux qui tlaient venus
de France A leurs frais et qu'on appelait habitants. 11s ob-
tenaient du gouvernemnent local des concessions de terres
en touted propri(tA, moyennant une redevance annuelle en
tabac ou en colon, qui fut plus tard payable en sucre.
L'autre classes comprenait les engages, c'est-a-dire les tra-
vailleurs recrut6s en France, principalement h Dieppe, an
IHavre et a Saint-Malo, et qui 6taient contraints de tra-
vailler pendant trois annees consecutives sur les planta-
tions des colons qui avaient payv les frais de leur passage
d'Europe dans la colonie. A l'expiration de 1'engagement,
les engages recevaient, pour la plupart, des concessions
gratuites de terres don't l'6tendue, reduite plus tard de
moiti6, 6tait de 25 hectares environ. D'un autre c6lt, la
traite des noirs, qui avait pris rapidement un grand d6ve-
loppement, introduisait h la Martinique un nombre con-
sid6rable de travailleurs : d&s 4736, la population esclave







8 LES COLONIES FRANQAISES.

de la colonic ne s'dlovait pas h moins de 72,000 noirs, et,
deux ans apris, il no fut plus necessaire do fire venir des
engages d'Europe.
Le trait d'tlltrccht (11 avril 1713) ayant enlcv6 h la
France Terrc-Neuve, l'Acadic et Sainl-Chrislophe, la cou-
ronne s'int6ressa davanlage aux colonies qui lui rcstaient,
et notamment aux Antilles. Affranchio en 1717 des droits
excessifs qui avaicnt pes6 jusqu'alors sur scs products, la
Martinique vit grandir rapidement son commerce et son
agriculture. Grace a la shret6 de ses ports et a son lieu-
reuse situation gdographiquc, elle devint le chef-lieu et
I'entrep6t g6n6ral des Antilles franchises. C'U6ait a ]a Mar-
tinique que les lies voisines vendaient leurs products, et
achetaient lcs marchandises de la m6tropole. Malheureuse-
ment la guerre qui 6clata en 1744 entire la Grande-Bretagne
et la France vint arrtler de nouveau 1'essor de cette pros-
perit6 : ls colons n6gligerent l'agriculture etle couimerce
pour consacrer leurs capitaux h l'armcmemn de corsaires.
Termindes en 1748, les hostilit6s contre la Grande-Bre-
tagne reprirent en 17:i6, et les corsaires des Antilles firent
alors subirdes pertes consid6rables an commerce anglais:
leurs prises s'l6everent au nombre de 950, d'une valour de
plus de 30 millions, de livres. Mais le 16 janvier 1702
une forte escadre anglaise, composer de 230 voiles el por-
tant 15,000 homes do troupes rigulires, mouilla devant
la Case-Navire, oh le d6barqucment se fit pendant la nuit.
Les 1,200 hommes do troupes et les 2,400 miliciens qui se
trouvaient alors A la Martinique ne purent resister a des
forces aussi considrables, et, le 13 f6vrier, A la suite de
plusieurs combats, le gouvernour, M. de la Touche, capi-
tula h Saint-Pierre. La Martinique resta dix-sept mois aux
mains des Anglaisjusqu'au trait6 de Paris (10 f6vrier 1763),
qui la restitua a la France.













































RAMA DE FORT-DE-FRANCE.





,k' .1 <.'i '(- .i .- --, ^ ^ ^^ -^ ''^ !. A tr: '.N.,3 4


P~ c~;s4~-~~*~~nl~ ~ ari


-;il







10. LES COLONIES FRANQAISES.

La colonies jouit alors d'une assez longue p6riode de
paix, qui permit a l'agriculture ct au commerce de so re-
lever. Au course de la guerre de l'ind6pendance americaine,
la baie de Fort-de-France devint en 1778 le centre des
operations nmritimes des flottes franchises. En 1730, Ie
movement commercial de l'ile atteignait le chiffre de
44,003,539 lives, don't 30,246,286 A l'exportation et
12,538,496 h l'importation. La population de la colonic
6tait de 99,284 individus, don't 83,414 esclaves.
LA GUERBE CIVILE (1790). La lHvolution franchise lit
naitre h la Martinique de graves 6v6nements. Des 1790, la
guerre civil 6clata dans la colonies entire les partisans de
t'ancien regime et ceux de la RBvolution, et l'abolition de
l'esclavage proclamde par la Convention en 1794 aug-
menta la violence de ces dissensions. Dans les premiers
jours du mois de septembre 1792, a la suite d'une court
trove, le gouverneur g6n6ral, de B6hague, qui avait (et
rappel6 le 3 juillet par un d6cret de l'Assembl6e l8gisla-
tive, donne le signal de la contre-r6volution, le bruit
ayant couru que les Autrichiens et les Prussiens venaient
d'entrer a Paris. Le drapeau blanc est arbor; on re-
pousse, i son arrive de France, le nouveau gouverneur
general, Rochambe'au, et, le 13 d6cembre, l'assembl6e
colonial et de Bihague d6clarent la guerre t la Repu-
blique en ouvrant l'ile aux 6migr6s et aux Bourbons.
Bient6t, une reaction s'opere: de B6hague se voit oblige
de quitter l'ile avec un certain nombre de royalistes; l'as-
sembl6e colonial rappelle Rochambeau de Saint-Domin-
gue, od il s'Etaitretir6, et vote une adresse a la Convention.
Mais en avril 1793 le parti royaliste prend les armes sur
plusieurs points de l'ile et il sollicite l'intervention des
Anglais, qui, malgr6 la resistance h6roique de Rocham-
beau, finissent par s'emparer de la Martinique.







LA MARTINIQUE. 11

La domination anglaise dura huit annbes, et prit fin A la
paix d'Amiens. En 1809, l'ile retomba aux mains des An-
glais, qui ne l'6vacutrent que le 2 d6cembre 1814, en ex6-
cution du trait de Paris, en la remettant aux commis-
saires du roi Louis XVIII. Ils revinrent pendant les
Cent Jours, et occuperent les forts, h titre d'allis. Enfin
le trait du 20 novembre 1815 fit rentrer difinitivement la
Martinique sous la domination franchise.
APRis 1815. Les plantations, jusque-la n6glig6es,
attirirent alors les soins et les capitaux des colons, qui
ne retard6rent pas a renouer des relations commercials
avec l'Europe. Malheureusement l'esclavage maintenu de-
vait bient6t faire naitre dans la colonies des troubles graves.
Les noirs, qui 6taient a la Martinique 80,000 environ en
face de 10,000 blancs et de 11,000 muldttres, sentant leur
superiority numbrique, tentrrent A plusieurs reprises de
recouvrer la liberty par la force.
Dans la nuit du 13 au 14 octobre 1822 6clata un complot
qui devait Otre le signal d'une r6volte g6ntrale, et qui
6tait dirig6 par quatre noirs : Narcisse, Jean-Louis, Jean
et Baugio. Des colons furent assassins, leurs demeures
pill6es, les rdcoltes incendites. Une rigoureuse repression
arrita le soultvement dtls le d6but. Soixante noirs furent
arret6s et livr6s aux tribunaux : sept des accuses eurent
la ttte tranchte, quatorze furent pendus et dix subirent
le supplice du fouet.
Deux ans aprts, un mulatre, nomm6 Bisette, organisait
un nouveau movement, ayant pour but l'expulsion de
tons les blancs. Mais la conspiration fut d6couverte.
Bisette fut arr616 avec ses complices, et condamni avec
trois d'entre eux aux travaux forces, tandis que trente-sept
autres 6taient punis de la peine du bannissement.
Le 27 avril 1848 l'abolition de l'esclavage 6tait .pro-







ry.^ .- -.;---':.r ;-,- .. ... ..-. -..-r,;-_-. .-y^:...;... .,,,, .igw. i.i.i. g,
1.2 LES COLONIES FRANQAISES.

S clam6e, et cet acte eut h la Martinique comme dans les
autres colonies d'importantes consequences 6conomiques.
I1 en fu~ de m8me de I'abolition du pace colonial, effec-
Itue par la loi du 3 avril 1864 qui accord aux colonies
la liberty du commerce et do la navigation.
Eniii, si depuis le commencement de ce siicle la
Martinique n'a plus eu h souffrir de la guerre, 1'exp6dition
du Mexique (1862-1867) a mis une fois de plus en evidence
l'importance strat6giquc de i'ile; le vaste port de Fort-de-
France devint, co qu'il avait 6t6 pendant la guerre de
l'independance am6ricaine, le lieu de relAche et de ravi-
taillement de Loute la flotte franeaise.
La Mar inique a vu nailre Jos6phine Tascher de la Pa-
gerie, premiere femme de Napoleon, don't la statue est h
Fort-de-France.


Crdole blanche.




























FORT- n -FRANCE Rue du Gouvercmenit.


CHAPITIE 1i


Description gdographique.


Situation. Etnduile. Connliguation ri'raul. -- Monttag.no. -
Sources thrmiiiale.. Nature dll Sil. Forl'. C'ones dI'.l.
Coiniiguration dll s c tos. RoinI. -- Canaux. ('InIIins do for. -
Climatologic. Vents. -- Cyclone's. -Raz de mlarce. Trembnilmicnct
e terrO.


SIT.ATION. L'ilP dv la Marliniqui silu' dailns l'om''; n
Atllnlique, fait plarlic dt gronpr dils A.\nills ld6 sign(cs
sons lo nomi dL'lcs sous le VentI. Ello se Irouve par li-o 23.:1'
el, i1;2'i;" ie la ilm o liorid l par 603" I'19" l (i3'31 '3'i.
do longitude o ,ns dI tll mrideii dI Paris. Plae6 tniitr,
I'ile de la Dominique, dis.,aii dilans It noird do 33 kilo-







14 LES COLONIES. FRANQAISES.

metres, et Sainte-Lucie, don't la spare un passage de 35 ki-
lomitres d'dtendue, elle est a 400 kilom6tres sud-est de
la Guadeloupe. Sa distance approximative du port de Brest
est de 1,270 lieues marines.
ETENDUE. Sa forme est celle d'un parallhlogramme
irr6gulier, h bords trEs d6coup6s, qui measure 70 kilomrtres
dans sa plus grande longueur; sa larger moyenne est
d'environ 31 kilomitres.
La superficie est de 98,782 hectares. Un tiers de l'le
environ est en planes; le rest, en montagnes.
CONFIGURATION GIENEALE. La Martinique offre l'aspect
de deux p6ninsules rdunies par l'isthme qui est entire le
cul-de-sac Frangais et le cul-de-sac Royal; le terrain
s'6live graduellement depuis Ie rivage jusqu'au centre ol
sont les montagnes.
Elle est traverse, dans le sens de son grand axe, par
une ligne de faite de hauteur variable, don't les cOtSs
sont occupies par des reliefs escarp6s et des valldes pro-
fondes et 6troites, oh coulent de-petils course d'eau. En
6tudiant une carte de la Martinique out la direction et
l'l66vation des montagnes se trouvent marques, on voit
que 'ile peut etre .consid6r6e come form6e de deux
massifs, un septentrional, l'autre meridional, reunis,
vers le tiers de l'etendue total, par tune petite chain de
montagnes beaucoup moins Mlev6e que les points ex-
tremes.
MONTAGNES. Toutes les montagnes sont d'origine vol-
canique. On compete dans File six volcans 6teints. Lorsque
les reliefs des hauteurs ont gard6 la forme conique, on
les appelle des pitons; les montagnes moins dlevnes et
don't les pentes sont plus douces que cells des pitons
sont ordinairement d6signEes sons ]e nomr de mornes.
Au nord se trouve li montagne Pel6e (1,350 metres), la






LA MARTINIQUE. 15

plus haute de l'ile; elle a de nombreux contreforts et a
son sommet on trouve le cratere 6teint des Palmistes, qni
forme aujourd'hui un lac d'une circonference de 150 mitres,
don't l'eau abondante et limpide a un 16ger go6t herbac6.
Ce lac et celui qui est situ6 aux pieds des pitons du Car-
bet (l'6tang Larcher) sont les seuls que l'on connaisse a la
Martinique.
On pent encore citer, parmi les montagnes les plus Ble-
v6es, le mount Conil, le piton Pierreux (596 mitres), Balata
(597 metres), les pitons du Carbet (1,207 mitres), le morne
Saint-Gilles, lepitonV( i I '.22 Ii- Vert-Pr (310mnitres),
la montagne du Vauclin (505i mitres), la R6gale, le gros
morne du Diamant (478 mntres).
Ces montagnes, couvertes jusqu'a leur sommet de la v6-
g6tation luxuriante des tropiques, sont encore plus escar-
p6es que ne le laisse voir leur manteau d'arbres, et quand
on s'en approche assez pour pouvoir en sonder les con-
tours, on est vraiment stup6fait parfois en apercevant les
falaises gigantesques qui se dissimulent sous l'exub6rance
de la v6g6tation. Ce qui paraissait de prime aboard un pli
onilulant de terrain, une 16gEre depression entire deux col-
lines, est une vallbe extrtmement profonde, encaiss6e par
deux parois presque verticales, et ce qu'on croynit ttre un
tapis d'arbustes se trouve Otre le sommet d'arbres 6normes
ayant de 50 A 60 mitres de profondeur.
SOURCES TIERMALES. Il existed quatre sources d'eaux
min6rales en course d'exploitation A la Martinique, sans
computer cells de l'Esp6rance, de Lareinty, du Lamentin,
de la Fr6gate et du Francais qui ne sount pas encore
exploit6es.
Sur ces quatre sources, cells de Reynal, de Roly, d'Ab-
tsalon ont leur foyer dans les pitons du Carbet el hn qua-
ri6me, colle di Pricheur, dans la monta gne Pel6e.







16 LES COLONIES FRAN RAISES .

La source Ieynal est situ6e a 4 kilomitres environ dans
le nord-est de Fort-de-France.
Cette eau a fourni a l'analyse les r6sultats suivants pour
le r6sidu do 4 litres pesant lr,88 : acide carbonique, envi-
ron un quart du volume; muriate de soude, 0,59; mu-
riate de magnmsie, 0,30; sulfate ie soude, 0,04; carbonate
de chaux, 0,37; oxyde de fer, 0,25;; silice, 0,28; matiere
animal, 0,05. La chaleur de l'eau est moindre que celle
de la source d'Absalon.
La source d'Absalon est situee a 10 kilomntres dans le
nord-ouest de Fort-de-France; elle a une temperature qui
varie de 3;5 a 360 centigrades; ses eaux possedent les
propri6t6s des eaux gazeuses et ferrugineuses; elles con-
tiennent uin tiers de leur volume d'acide carbonique et du
fer en petite quantity.
La source Roty, a 8 kilometres de Fort-de-France, est
d'un aces plus facile que la pr6c6dente; sa temperature
est de 30 au-dessous de celle d'Absalon; elle est a peu
pres de maine nature.
La source du PrIcheur est situde sur le versant de la
monltague Pel6e, dans le nord de Saint-Pierre.'La tempe-
rature est de 34o a 3;i0 ,. ,,1;, ,,1. .lln litre d'eau a donned
a l'evaporation un r6sidu de 5i cenligrammes qui con-
tient: carbonate de soude, 0,09; muriate de soude, 0,19; car-
bonate de chaux, 0,06; carbonate de magn6sie, 0,14; si-
lice, 0,10; matiere animal, 0,03.
NATITRE DU SOL. Le sol n'est pas parloul de m8me
nature : dans la region de la montagne Pelee, du Morne-
Rouge et de la Calebasse, et dans les quarters du Ma-
couba et de' la Basse-Pointe, il so compose.de pierres
ponces qui, miles aux detritus v6ggtaux; forment une
terre legere, mais assez fertile. Le sol du Pricheur, de
Saint-Pierre et du Carbet est a peu pres de mume nature.







LA MARTINIQUE. 17

Les terres de la Trinit6 et, de la parlio meridionale de 'ile
solnt grasses, ifoues elargilenses. D)ans la parties nord-ouest
le sol esl, an conulraire aride lo pierr(iux.
FoITrs. Los forOls qui couvrlln la pinparl, des nion-
taines de I'ile occupcnt le quarl, environu de la superlicie
Clotale.
CUtRS D'E.\U. Dans les profondols vnalles qui siparen,


Los Pitons de Blalata.


les monlagnes te File on trouve 1un nombre prodigioux ide
course d'eau. Soixaniil-iiqinze riviireis principles Iravri-
sent successivement, danis leur ours accidentt(, la rt'gioin
des forel.s coinine celle des cnlliius ot votl, so jleer dans
la nier. Ces rivilrcs souil, pelllnilllt, lta miison dIu re'nouill
ol, surloiul, pomlant la piase eslivalo dI mars I, d'avril,
de paisibles ruissealx qui pretvoil tI M traversis ii gu6 of
liime it pied sec, en passant, uii lIs quarliirs de lave
AM ER I Q E.






18 LES COLONIES FRANCHISES.

don't leur lit est parsem6 : leur profondeur n'est alors
que de 75 centimitres'h a matre a pine. Mais lorsque
vicnnent les pliies de l'hivernage, ces rivirces presque
dess6ches deviennerit des torrents imp6tueux qui dB-
truisent et emportent tout sur leur passage et s'l66vent
quelquefois jusqu'au niveau de leurs rives escarp6es.
Parmi ces nomibreux course d'eau, on peut citer princi-
palement : au vent de 'ile, le Lorrain qui se jette a la
mer en deux bras, le Lorrain et,le Masse, le Galion, la
Capote, la Falaise, les rivicres du Macouba,'de la Grande-
Anse, et de Sainte-Marie; sous le vent, la riviere Pilote, la
riviere Salee, la Lizarde, la Jambette, la riviere Monsieur,
la riviere Madame qui passe a Fort-de-France, la riviBre
du Carbet, la riviire du Fort Saint-Pierre et de Case-
Navire.
L'etendue du course de ces rivi6res n'est le plus souvent
lque de 4 kilomnitres et ne d6passe jamais 28 kilometres.
Les seules navigables sont la riviere Pilote et la riviere
Salee.
CONFIGURATION DES c6TEs. -- La forune irrigulierement
quadrilatere du littoral permet d'y consid6rer quatre c6t6s
bien distinct.
Le cote sud s'ttend de la pointe d'Erifer a 1'est, au
morne Diamant a l'ouest etmesure en ligne droite environ
30 kilometres. Cette parties de la cOte affected la forme d'un
arc don't les deux extrtmit6s s'avancent dans la mer. Celle
de l'est determine une profonde ichancrure, la baie du
Marin. Aux environs de cette baie s't6ive le piton Crave-
Cacur, d'une altitude de 202 mttres. Tout ce c6tW sud-est
est constitu6 par des pentes abruptes, couvertes d'une
riche v6g6tation qui, de prime aboard, les fait paraitre
moins escarp6es qu'elles ne le sont en r6alit6.
Le c6tt ouest comprend toute Tl'tendue de c6tt qui







LA MARTINIQUE. 19

court nord et sud depuis le more du Diamant jusqu'a
l'embouchure de la riviere du PrEcheur.
Aussit6t apres avoir double le cap du Diamant, on
rencontre la petite anse de ce nom, puis une pointe
abrupte et escarp6e qui domine 'anse d'Arleth Aprs la
pointe Bourgos ct le cap Salomon commence la grande
baie de Fort-de-France bornee au sud par l'ilot a Ramiers
et au nord par le sommet basaltique de la pointe des
Ngres.
Tout le littoral de cette baie est bas, essentiellement
marcageux, constitute par des terres vaseuses, tant6t sub-
mergies et tant6t decouvertes, prisentant un melange
incessant d'eau douce et d'eau sale. Ces terres, plantses
de palttuviers, peuvent Otre considerees come le type du
marais ftbrigene tropical.
A partir de la pointe des Nigres, ]a c6te d6crit une
l6ghre concavit6 don't le centre est occupy par le bourg de
Case-Navire, puis une second, plus petite encore, oa se
trouve Case-Pilote. Le littoral suit vers le nord une line
h peu pres droite jusqu'au bourg du Carbet; puis elle
s'infl6chit pour former la baie pen profonde au centre de
laquelle est la ville Saint-Pierre.
Cette vaste depression du littoral se termine A l'embou-
chure de la rivixre la Mare.
Le c6t6 nord s'ltend sous forme d'une ligne convexe de
cette riviere a l'embouchure de la riviere Capot. Le som-
met de cette courbe correspond au cap Saint-Martin.
Le c6t6 est, c6te du vent, a pour limits, au nord la riviere
Capote, au sud le cap Ferr6. Cette parties de la c6te diffbre
absolument d'aspect avec celle e 1'ouest; c'est une terre
abrupte incessamment assaillie par la mer que poussent
centre elle les grandes brises de nord-est. Vers sa parties
moyenne s'en d6tache une [. -.i'di. aux bords 6chancr6s,







20 LES COLONIES FRANQAISES.

la presqu'ile de la Caravelle, entour6e de rochers, d'6cueils
et de dangers sous-marins. Elle former au nord la baie de
la.Trinit6 et au sud celle du Galion.
A partir de cette presqu'ile, la c6te est extrimement
d6coupee. C'est'd'abord le have du Robert, et ensuite la
baie du Vauclin. Jusqu'au cap Ferri, ]a c6te prtsente tou-
jours le mime caractire et est trbs dangereuse pour le
navigateur.
Telle est la physionomie g6n6rale du littoral de la Mar-
tinique.
ROUTES. Le r6seau principal des voies de communi-
cation de la colonies comprend 31 routes coloniales entre-
tenues, presentant une longueur total de 500 kilomitres
environ.
Ces routes forment deux reseaux distincts aboutissant
l'un a Saint-Pierre, l'autre i Fort-de-France.
Voici l'indication sommaire des principles voies reliant
entire eux les centres de 'ile : la route de Fort-de-France A
Saint-Pierre par l'int6rieur a 36 kilometres de longueur.
Celle de Fort-de-France a la Trinit6 par le Gros-Morne a
30 kilomitres.
Celle qui va de Saint-Pierre. par le Morne-Rouge ot
Agoupa-Bouillon a la route de la Trinite h la l asse-Pointo
comprend 21 kilomitres.
Cette dernirre de la Trinit b la Basse-Pointe par Sainte-
.Marie, le Marigot et la Grand'Anse est une des plus longues:
33 kilometres.
On trouve cnsuite les routes du Petit-Bourg au Marin
par la RiviBre-Pilote avec 21 kilomitres; de Fort-de-France
a Saint-Pierre par Case-Navire, Case-Pilote et Carbet avec
29 kilometres; de Saint-Pierre a la Grande-Riviere par le
PrOcheur avec 31 kilomitres, et de la Riviere-Pilote aux
Anses-d'Arlets par Sainte-Luce avec 35 kilometres.







LA MARTINIQUE. 21

I1 semble que, malgr6 les d6penses que la colonie a con-
sacr6es t cet objet, le r6seau g6n6ral des routes, quoique
tres 6tendu en apparence, soit encore d6fectueux et insuffi-
sant, et ne puisse pas permetire d'assurer des communica-
tions faciles et rapids entire un tr6s grand nombre de points.
CA.NAU. 11 y a dans la colonie deux canaux princi-


Fontaine Gueydon.


paux, celui de Lamentin et celui de la Riviere-Sal6e. C'est
par ces canaux que les communes du m6me nom commu-
niquent avec la mer; ils sont navigables en toute saison;
leur profondeur moyenne est de 2 mitres et leur larger
de 6 mdtres.
L'ensemble du r6seau de voices navigables pr6sente actuel-
lement une longueur de 14 kilometres.
CHEMINS DE FER. I1 n'y a pas de voics ferries t la
Martinique. L'6tude d'un r6seau de chemin de fer a sou-


Is







22 LES COLONIES FRANQAISES.

vent 6tW faite et notamment en 1881 et plus tard en 1884-
1885 par une mission dirigde par M. l'ing6nieur Jourjon
don't les plans, levers et devis seront tres utiles a consul-
ter quand les projects seront repris un jour.
A la suite de ces 4tudes, un r6seau de lignes ful mhme
'conceadl a un concessionnaire francais, M. Duparchy, qui
no donna pas suite a ses premiers projects.
Depuis lors, la question est toujours i 1'6tude et appelle
frdquemment attention des pouvoirs publics de la co-
lonie.
Seuls des chemins de fer industries et agricoles a voice
6troite ont Wte jusqu'ici dtablis pour l'exploitation des
usines centrales a sucre : ces lignes out atteinL un d6ve-
loppement total de 182 kilometres.
CLIMATOLOGIE. Le climate de la Martinique, come
celui des Antilles en g6ndral, est chaud et humide. L'annde
se divise en trois saisons bien distincles et de durde irr6-
gulidre: la saison fraiche, la saison chaude et sdche, enfin
la saison chaude et pluvieuse.
La saison fraiche ou cardme commence en d6cembre et
finit en mars; le thermomitre marque de 210 minimum A
280,7 maximum; la temperature moyenne est de 240,5, et
il tombe 473 mnillimtres d'eau. C'est le printemps, la plus
belle saison, celle pendant laquelle les Europ6ens se por-
tent le mieux. Pendant cette pEriode, le ciel, presque tou-
jours radieux, est d'une beauty incomparable don't le ciel
d'ltalie ne peut donner qu'une faible id6e. Quelques
rares flocons de nuages flottent dans une atmosphere tou-
jours limpide et transparent. C'est surtout le lever du
soleil qui pr6sente un spectacle merveilleux : prceded
d'un faisceau lumineux cclatant d'or et de pourpro, il ap-
parait brusquement et aussit6t 6claire magnifiquement
tout l'lorizon. Le coucher du soleil est plus beau encore :







LA MARTINIQUE. 23

une seule teintc d'or envahit alors le ciel, so refl te sur
la mer, recouvre les montagnes et faith briller toutes choses
d'un eclat inoui. Tons les objets prennent des tons ardents
qui leur donnent un incroyable relief. Les briques devien-
nent cramoisies, les murs d'un blanc d- nacre, les arbres
d'un vert glac6 de pourpre : e tableau est foerique.
La saison chaude et seche commence.en avril et finit en
juillet; le thermometre oscille entire 22 et 310,8; la temp6-
rature moyenne est de 26o; il tombe 140 millimOtres d'eau.
C'est Cdtd.
Vers la mi-juillet commence la saison chaude et plu-
vieuse qui se prolonge jusqu'en novembre : c'est l'hiver-
nage, l'6poque des grades chaleurs, des tenmp6tes, des
ouragans, *des pluies abondantes, parfois torrentielles.
Pendant cette saison, la mer s'd6lve friquemment et forme
des raz de mare redoutables aux navires et aux c6tes. Le
thermometre marque de 23,4 a 31,4; la temperature
moyenne est de 270,4 et it tombe 1,121 millim6tres d'eau.
Une grand humidity, resultant de la situation mrme de
File au milieu de l'Oc6an, et une temperature 61ev6e presque
constant, tels sont les traits caract6ristiques du climate de
la Martinique. L'atmosphEre pr6sente presque toujours une
liumidit6 voisine de la saturation : 1'hygromntre de Saus-
sure ne tombe jamais au-dessous de 700 et marque en
moyenne 850. La temperature, don't la moyenne est de
260,6, est d'une tell constance, qu'entre la moyenne
mensuelle la plus levee qui a lieu.en aoit on septembre
et la plus basse, il n'y a qu'une difference de 30. Quant aux
chiffres extremes de l'ann6e entire, ils n'atteignent qu'ac-
cidentellement 319,7 et nedescendent pas au-dessous de
210,8, soit un simple cart de 9,9.
En raison de cette grande humidity et de cette temp6ra-
ture presque invariable, le climate de la Martinique peut







'24 LES COLONIES FRANQAISES.
produire assez rapidement 1'annimie chez les Europdens,
qui habitent les regions basses voisines de-la mer. Mais
a measure que le niveau de terrain s'6lve, la tempera-
ture s'abaisse, d'environ 1 degrd par .100 metres d'61h-
vation.
Au camp lialata, par exeniple, qui est siltud anne alti-
tudle e 438 mitres, la chaleur est trWs supportable; la
moycnne de l'annie est de 22o,7 tandis qu'elle est de 260,6
a Fort-de-France. 1.e camp Balata s.e trouve ainsi sur la
minme ligne isotherme que ]e Caire, alors que Fort-de-
France est sur cell de Calcutta. Sur tous les plateaux de
File qui se Irouvent au-dessous de la region des forts, A
,400 ou 500 mitres d'16vation, oh l'atmosphbre est moins
charge d'humidit6 et la chaleur moins vive, le climate est
agr6able el sain et l'Europien est a l'abri des.influences
palud6ennes et de I'atteinte des 6pidrmies graves qui lui
rendent redoutable le s6jour du littoral.
La fiUvre palud6enne est d'ailleurs pen fr6quente h la
Martinique :elle ne faith de ravages que dans les parties de
'ile basses, humides, tal assainies oh se produit une fer-
mentation putride des matiires organiques, et dans les
parties rapprochies de la mer, oh les pal6tuviers et les
mangliers retiennent une quantity extraordinaire de d&-
bris v6g6taux et animaux. Quelques progris dans l'hygiene
pnblique suffiraient du reste pour am6liorer beaucoup
1'6tat sanitaire de cette parties de la colonie..
Dyssenlerie et flivre jaune, telles sont les deux mala-
dies qui.font le plus de victims a la Martinique. De 1866
h 1870, sur 1 000 d6cis, la dyssenteric en provoquait 311,
et la fiUvre jaune 307.
Originaire du golfe du Mexique et de la c6te de l'Am6-
rique tIn Sud, ol elle est endemique, la fiUvre jaune est
souvent apporl6e aux Antilles par le vent du sud-ouest.














































\UF. GENERALE DES EAUX DIDIER.







26 LES COLONIES FRANCHISES.

Elle ne frappe guere que les blancs, et surtout les Euro-
peens non encore acclimates; les creoles ont en general
un certain degrd d'immunitW, mais ils perdent'souvent
ce privilege lorsqu'ils reviennent aux Antilles apres avoir
fait un s6jour en France.
Le cholera fait parfois de dangereuses apparitions; la
phtisie est extremement fr6quente et suit une march
rapide.
VENTS. Le vent din nord souffle pendant les mois de
novembre, d6cembre, janvier et fcvrier. En traversant
I'Oc6an, il perd un pen de son apret6, mais il rafraichit
le littoral.
Le vent du sud est chaud et humide; il souffle pendant
les mois de juillet, aoft, septembre et octobre d'une facon
pen r6gulibre.
Le vent d'est, qui domine en mars, avril, mai et juin
participe un peu des propri6tes des vents du nord, quoi-
qu'il souffle avec moins de force. Tantque souffle ce vent,
il s'6tablit ah la Martinique une temperature douce, rare-
ment trouble par les perturbations atmosph6riques.
Les vents d'ouest sont rares; ils tournent rapidement
vers le sud et se confondent avec les vents de cette direc-
tion. Comme eux, ils poussent vers F'ile une 6cume blan-
chatre.
CYCLONES. Les ouragans et les cyclones sont beau-
coup plus rares, et no sdvissent sur 'ile qu'h de longs in-
tervalles : de 1635 a 4817, vingt-neuf ouragans seulement
ont ravage la Martinique. Le plus terrible fut le cyclone
uin 10 octobre 1780, qui fit p6rir dans l'ile 9,000 hommes. A
Fort-de-France, la cath6drale, 7 6glises et 440 maisons
furent renvers6es; plus de 4,500 malades et blesses furent
ensevelis sous les ruines de l'h6pital.
Dans ces dernieres annues, on cite surfoul, 'ouragan







LA MARTINIQUE. 27

qui 6clata sur la ville de Saint-Pierre dans la nuit tdu
4 septembre 1883. Un grand nombre do maisons enrent
leurs toitures enlevdes par le vent qui soufflait accompagn6
d'averses diluviennes. Dans la rade. une vingtaine de na-
vires se perdirent; les d6ggals
a terre furent evaluss i plus
de deux millions. ,
I AZ DE MA\RIE. La haulteur
des maries n'excide pas 48;
a 486 millimutres.
Mais lorsque la mer se pro-
cipite violemment au delit de
ses limits naturelles, il y a raz
de mare.
Le pli6nomn ne n'est rien
moins que rare i la Martinique,
otl il se product g6ndralenment
de aoit a novembre inclus.
D'ordinaire c'est brusquement
que la mer envali les terres et
qu'elle rentre ensuite dans ses
limites, enlportant dans ce
mounvemenit (dt rapid reprail, Mulatrcsse.
tout ce qu'elle renconlre sur
son clhemin. Mais il arrive quelquefois que le raz de Ima-
rde se prolonge; on l'a vu i Saint-Pierre durer plusieurs
jours.
TREMBLEMENTS DE TERRE. Pendant une periode de
562 mois (46 ans et 10 mois) on a senti a la Martinique
109 fois des monvemenls du sol : cc qui 6quivaut it plus tde
2 tremblemenis tie terre par an. Le plus violent que la
Martinique ait subi, dans le courant de ce si~ele, fut celni
qui eut lieu pendant la nuit du 10 au 11 janvier 1839. La




.- -* *** -


2 LES COLONIES FRANQAISES.

ville de Fort-de France fut renvers6e presque en enter.
On suppose que les Iremblements de terre et les raz de
maree ont une origin commune, car ils apparaissent
toujours dans la nieme p6riode (aout h octobre).


Ndgresse, charbounuirc.











rqP~ -


FORIT-I)I E-FR ANC C. Place doe la Savane.


CHAPITRE III


Administration.


Ilistorique. Administration ginndrale. Conseil privi-. (onseil gi'n1'-
ral. l giime municipal. Culte. Organuiation judiciaire. Avo-
cats ct avotous. Notaires. Ilissiers. Instruction publique. -
Jardin des Plantes ct Laboratoiro agricole. Service sanitaire.
Ouvroirs. Blureanu de binfalisance. Etlinoraphiie. -- ills prin-
cipales. Fort-dc-France. Saint-Pierce. Mo, ens do dldfenus. -
Service militaire. Division naval.


IIITOBRIuE. Redgime rinu rietinr 1780. Di)ns 1'ori-
gine et tout Ie temps quec dmuia le plrivilige seigionurial Ile
la Conipagnie ds miles de l'Am6rique crse, puar iclelieu.
le gouvelrnnillent m6tiroipoliaini no s'allribua qu'un droil,
de suzeriinefl sur la colonies de la Martinique. don't l'ad-
ministralioin lait abaltdonulle a 1'initiative di la Soci6ts;






30 LES COLONIES FRANQAISES.

c'6tait elle qui nommait les gouverneurs particuliers, com-
mandants, directeurs, commis g6n6raux, etc. Les 'bdits
de 1055 et de 1642, qui confirmnrent les droits et 6tendi-
rent la dur6e du privilege de la Compagnie, consacr6rent
la faculty que, des le principle, le roi s'6tail r6servee de
nommer un gouverneur lieutenant g6ndral de toutes les
miles, avec autorite sur les gouverneurs particuliers 6tablis
par la Compagnie. Le gouverneur g6ndral ne pouvait
toutefois s'entremettre du commerce, des distributions de
terre, ni de l'exercice de la justice. Aprbs la reunion des
lies A la couronne, les functions de gouverneur g6n6ral
furent maintenues.
La Martinique fut pendant de longues ann6es le siege
du gouvernement gS6nral, d'abord de toutes les Antilles
franchises, puis des miles du Vent seulement.
Le gouverneur g6n6ral 6tait charge du commandment
des armies de terre et de mer, de la garden, de ]a defense,
de la conservation et de administration g6nerale des
miles. Sous 1'autorit6 hi6rarchique du gouverneur general,
mais ind6pendant comme fonctionnaire civil, 6tait I'inten-
dant don't les vastes attributions embrassaient toutes les
matieres concernant la justice, la levee des imp6ts, les
marches, les payments, les fonds, la solde des troupes,
le commerce, I'agriculture, la marine militaire et la
marine marchande.
Tel fut le regime qui subsista dans la colonie jusqu'a la
Revolution franchise.
Regime actuellement en vigueur. L'administration et le
commandment general de la colonie sont confines A un
gouverneur, qui r6unit aux attributions militaires du
gouverneur general les attributions civiles de l'intendant.
Sous ses ordres sont places les chefs d'administration et
de service de la colonies.






LA MARTINIQUE. 31

ADMINISTRATION GENERALE. L'ordonnance du 9 fd-
vrier 4827, celles des 31 aoOt 1830 et 22 aodt 1833 qui
Font modifide, et le senatus-consulte du 3 mai 1854 ont
d6terminin avec la plus grande precision les pouvoirs
actuels du gouverneur.
Le gouverneur est le repr6sentant du chef de l'Etat
dans la colonie : il remplit ses functions sous l'autorit6
Sdirecte du ministry charge des colonies. I1 a le comman-
dement g6ndral et la haute administration de la colonie.
Il exerce seut l'autorit militaire, mais, dans 1'exercice
de l'autorit6 civil, il est assist d'un conseil prive qu'il
dolt ou peut consulter, suivant le cas, sans etre jamais lid
par ses avis.
Le gouverneur ne peut, pour quelque cause que ce soit,
etre ni actionn6 ni poursuivi dans la colonie pendant
l'exercice de ses functions. Toute action dirigde centre
lui doit etre portde devant les tribunaux de France. Aucun
acte, aucun jugement ne peuvent 8tre mis a execution
centre lui dans la colonies.
Les chefs d'administration sont : le directeur de l'intC-
rieur et le procureur g6nbral.
Le directeur de I'intdrieur est charge de l'administra-
tion int6rieure de la colonie, de la police g6ndrale, de
la police sanitaire, de administration des contributions
directed et indirectes, de la direction g6ndrale des travaux
int6ressant la colonie, y compris tous les travaux des
ports et rades, et de la comptabilit6 du service local. Ses
attributions ont 6t6 augmentdes depuis 1827 de la plupart
des reductions op6rees sur le service de 1'ordonnateur. 11
assisted aux s6ances du Conseil g6ndral et est entendu
quand il le demand. 11 exerce pris de cette assemble
les mimes attributions. que les prdfets press des conseils
g6ndraux des d6partements. C'est lui qui replace au-






32 LES COLONIES FRANQAISES.

jourd'hui le gouverneur en cas d'absence ou d'empeche-
ment.
Le procureur general est le chef de I'administration
judiciaire. 1I a une s6rie d'attributions ind6pendantes
de cells do chef du Parquet : il est charge notainmeut de
suivre les affaires do recours en grAce, de surveiller- Ja
curatelle aux successions vacantes, de preparer les pro-
jets de d6crets et de rgglements concernant les matiores
judiciaires; il exerce directement la discipline sur les
notaires, avou6s el autres officers ministeriels; etc.
En dehors do I'administralion active fonctionne l'inspec-
Iion des services administrations et financiers de la marine
et dJs colonies, qui est charge du control des diff6roils
services, au point de vue financier. L'inspcctcur exerce les
functions dans une entire ind6pendance de touted autoril,6
locale : il ne depend du gouverneur que hidrarchique-
mcnt; imais ii ne petu ni diriger, ni suspendre, ni empt-
cher aucune operation, il n'a que Ic droit d'observation.
CONSEIL PRIvi. Les deux chefs d'administration sont
membres du Conseil prive, que preside le gouverneur, et
cqui se compose, en outre, ie deux conseillers choisis par
les habitants notables et nomm6s par le Pr6sident de la
116publique.
L'inspecteur assisted aux s6ances du Conscil priv6, avec
voix representative.
Le Conseil priv6 juge les comptes des comptables locaux
(receveurs de l'enregistrement, receveur-comptable des
postes, receveurs des communes et des Ctablissements de
bienfaisance). Ls decisions qu'il prenld h l'gard de la
comptabilit6 de ces agents pcuvenL 6tre frapp6es d'appel,
et la Cour des Comptes statue alors sur les pouvoirs.
Le Conseil prive, avec l'adjonction de deux magistrates
nommns tous les ans par le gouverneur, connait du con-







LA MARTINIQUE. 33

tentieux administratif et forme une jurisdiction conten-
tieuse du premier degree. L'inspecteur y remplit les fonc-
tions de minister public. L'organisation et la competence
du Conseil du contentieux ont etd r6glenientles en dernier
lieu par le ddcret du ; aoi t 1881.
l,'ordonnance e 1 827 a attribu6 aux 'chefs d'adminis-
tration, dans l'exercice de leurs functions, une respon-
sabilitl propre. A cause de leur subordination au chef
de la colonies ils cessent, cependant, d'etre responsables
lorsqu'ils justifient, soit avoir agi en vertu d'ordres for-
mels du gouvcrneur et lui avoir fait sur ces ordres des
representations qui n'ont pas t16 accueillies, soit avoir
propose au gouverneur des measures qui n'ont pas 6td
adoptees. Dans cc cas, ils doivent adresser au ministry
de la marine et des colonies copie des representations et
des propositions qu'ils ont faites an gonverneur, ainsi que
la decision intervene.
Ces dispositions s'appliquent, par analogie, aux autres
chefs de service.
CONSEIL GliNIlRAL. Le conseil gdndral qui se composait
sous le dernier Empire de 24 membres, nomm6s moiti6
par les conseillers municipaux, moiti6 par le gouverneur
(article 12 du s6natus-consulte du 3 mai 1854), comprend
aujourd'hui 36 membres (d6cret du 7 novembre 1879) Mlus
par le suffrage universal, conformdment au d6cret du
3 novembre 1870. L'dlection a lieu par canton.
La commission colonial de permanence, institute par
le d6cret du 12 juin 1879, est compose de dquatre membres
au moins et de sept au plus, elus chaque annie par le
Conseil gdndral h la fin de la session ordinaire.
REGIME MUNICIPAL. -La loi m6tropolitaine du 5 avril 1884
sur l'organisation communale estapplicable h laMartinique.
La colonies comprend 32 communes 6numEr6es ci-aprds :
AMEIRIQCE. 3








34 LES COLONIES FRANCHISES.


CANTONS.


Fort-de-Frai

Lamentin .



Saint-Esprit




Diamant. .



Marin. .


ice .


Saint-Pierre (IA



Saint-Pierre (F





Bass-Pointe .





Triniti.....


[onillagc)..



ort) .


COMM UNES.


Fort-de-France.
Casc-Navire.
Lanentin.
Saint-Joseph.
Saint-Espril.
Ducos.
Francois.
Rivibrc-Saldc.
Anses-d'Arlets.
Diamant.
Sainte-Luce.
Trois-Ilets.
Marin.
Vauclin.
Rivi6rc-Pilote.
Sainte-Anne.
Fonds-Saint-Denis.
Carbet.
Case-Pilote.
Saint-Pierre.
Morne-Rouge.
Prechlur.
Basse-Pointc.
Grandc-Rivierc.
Alarigot.
l Macouba.
Ajoupa-Bouillon.
Lorans.
Trinit6.
Sainte-Marie.
Gros-Mornc.
Robert.


. '


.







LA MARTINIQUE. 33

CULTE. L'organisation des evhch6s coloniaux date de
1882.
Le siege de I'Mvich6, plac6 d'abord A Fort-de-France, en
1830, a d6t transf6rb A Saint-Pierre en 1853.
SL'6v6que siege an conseil priv6, avec voix d6lib6rative,
toutcs les fois que le conseil s'occupe d'affaires relatives
au culte.
Les paroisses de la colonie sontadministrees par des des-
servants assists pour la plupart d'un ou plusieurs vicaires.
ORGA\NISATION JUDICIAInE. I existed A la Martinique neuf
justices de paix, soit une par canton.
Deux tribunaux de premiere instance sont lablis, 1'un
A Fort-de-France, 1'autre A Saint-Pierre et 6tendent leur
jurisdiction chacun dans l'arrondissement de ce nom.
Quant A la cour d'appel, don't le resort porte sur 1'ile
entire, elle a son si6ge a Fort-de-France.
AVOCATS ET AvoUnrL. -- Une ordonnance du 15 f6vrier 1831
a rendu libre l'exercice de la profession d'avocat, selon
les lois et riglements en vigueur dans la m6tropole.
Quant aux avonus, leur nombre a etd fix6 a 8 pour Fort-
de-France et a 8 pour Saint-Pierre.
NOTAIRES. Le notariat a 6td organism A la Martinique
par un ddcret de 1864, modified en 1878.
II y a dans la colonie 19notaires r6partis ainsi qu'il suit:

I au Francois .. .....
3 a Fort-dc-France ......
I au Lamentin... . Arrondissement de
I an Vauclin. . . Fort-de-France.
Sau Marin .. .......
I au Saint-Esprit ...
8 a Saint-Pierre . .
I au Gros-lorne . .. Arrondissement do
I a la Trini6 . . Saint-Pierre.
I a la Grand'Anse. . .







36 LES COLONIES FRANQAISES.

HUISSIERs. Le service des huissiers, leur mode de no-
mination, ont et6 rdgl6s en dernier lieu par un decret de
1864. Leur nombre a Wt, fix6 a 16 pour les deux arrondis-
sements. Leur r6partition par canton esl faite par le gou-
verneur en conseil privn, sur l'avis de la Cour et le rapport
du procureur g6n6ral.
On en comptc actuellement dans le

Canton de Fort-dc-France. 4
du Lamcntin .. 1
Arrondisscmcnt de
du Saint-Esprit .. 2 Fort-dFrance.
Fort-de-France.
du Diamant ...... .
du Marin . 1
do Saint-Pierr . 2
de la Trinit. . 2
Arrondissemcnl de
de la Bassc-Pointc. .. 1
Saint-Picrre.
du Mouillage (St-Pierre) 1
du Fort (St-Pierre). .. 1

INSTRUCTION PUBLIQUE. Le gouverneur surveille tout cc
qui a rapport a l'instruclion publique. Aucun college, au-
cune cole ou autres 6tablissements d'instruction publique
ne peuvent etre forms sans son autorisation.
Les d6penses de l'instruction puiblique sont enti6rement
a la charge du budget de la colonic, en ce qui concern
1'enseignement sup6rieur, l'enscignement secondaire et le
personnel de l'enseignement primairc ;le loyer des maisons
d'6coles primaires, la furniture et l'entretien du mobilier
de ces 6coles tant seuls a la charge des budgets commu-
naux, conformdment a l'arritd du gouverneur du 8 oc-
tobre 18i55.
Un arrWtd du 14r juillet 1868 a r6glement6 le regime de
l'inslruction publique dans la colonies.
Enseignement primaire. Un d6cret du gouvernement
provisoire du 27 arril 1488 avait 6tablila gratuilt et l'obli-







LA MARTINIQUE.


gation de l'enseigunenenit primaire. Un arrit6 di gouver-
neur g6n6rnl dtu ; imai 1849 r6glait l'ex6eution de cet acte.
En 1853, la gratuib6 fut abolie (arrlt6 du gouverneur du
21 novembre).
Elle a ktt r6tablie, sur une d6lih6ralion du conseil g6-


FORT E-FRAN cE. Bassin do radoub.


n6ral du 2i fIvrier 1871, par un arrit1 du 20 mars de la
mmeno ann6e.
Enseignement secondaire el supidricur. Ecolcs libres. -
Aujourld'hui, ouire des 6coles primaires graluites do gar-
;ons et dtie lilies dans ls deux villas t dans tous les bourgs
et hameaux, it existed i. la Martinique :
Pour I'enseignement sup6rieur, une cole pr6paratoire
de droit;
ourl I'enseigniment seconldire, unlycee oit l'instruclion


** -^







38 LES COLONIES FRANQAISES.

est donn6e parades professeurs do I'llniversit6, et un s6mi-
naire-coll6ge oh elle est donn6e par des membres du
clergy;
Un lyc6e de jeunes filles of l'instruction est donn6e
conform6ment aux programmes arreths par le conseil
superieur de l'instruction publique pour i'enseignement
secondaire des jeunes filles;
Une cole normal primaire de garcons et une cole
normal primaire de filles;
Diffhrentes 6coles particulihres de garqons ot do filles;
Des sales d'asile.
La colonies posshde, en outre, une cole d'arts et mtliers
dirig6e par des officers d'artillerie. Elle entrelient cinq
boursiers A l'Icole des arts et metiers de ChAlons.
L'effectif des Wlves inscrits dans les Ccoles communales
6tait, en 1887, do 4,3i0 gargons et de 3,970 filles. II est A
noter que sur un budget de plus de 4 millions, la.colonie
consacre plus d'un million a l'instruction publique.
JARDIN DES PLANTS ET LABORATOTRE AGRICOLE. Etabli A
Saint-Pierre par arrWtt des capitaine general et pr6fet co-
lonial du 30 pluvi6se an XI (19 f6vrier 1803), le Jardin des
Plantes est situ6 au pied de la montagne dite le Parnasse,
dans l'habitation Corinthe, ou Poirier, ci-devant d6pendant
du couvent des dames Ursulines. L'habitation domaniale
Tivoli y a W6t annexhe en 1861.
Cet 6tablissement est destiny A la culture de toutes les
plants tiles, tant indighnes qu'exotiques, At des (piceries
de touted espice, A l'amhlioration de la culture des fruits
de la colonie, et, autant que possible, A la culture des"
fruits d'Europe.
II fournit au Jardin des Planles de la mltropole et A la
Phpiniare central de 1'Alg6rie les planes qui pourraient
y manquer,







LA MARTINIQUE. 39

L'exposition permanent, crie6 par arrit4 du 21 jan-
vier 1856 et Etablie depuis 1869 dans la parties du jardin
dite Tivoli, est ouverte an public deux fois par semaine.
Tontes les plants du jardin botanique sont dMlivries
gratuitement.
Le laboratoire agricole a 6t6 cr.6 par decision du con-
seil general du 19 novembre 1884 et install sur l'habita-
tion domaniale Trouvaillanf, snivant deliberation du 9 dN-
cembre 188:i.
Par decision du conseil general du 16 d6cembre 1886, le
laboratoire a 6t6 rattach6 au service du Jardin des Plantes.
SERVICE SANITAIRE. En 1881, le service sanitaire, qui
avait 6 t execute jusqu'alors par des medecins de la ma-
rine, fut confiU h des medecins civils suivant le va'u du
conseil g6niral.
Les medecins arraisonneurs sont repartis dans la colonies'
de la maniire suivante :
2 h Fort-de-France,
2 A Saint-Pierre,
I dans chacune des communes de Francois et de la Tri-
nitd.
COMMISSIONS SANITAIRES. A Fort-de-France, la commis-
sion comprend :
-Le medecin en chef de la marine, president;
Un adjoint au maire, un conseiller municipal, d6signis
par le maire;
Le chef de bureau de la direction de i'l.-, i, ayant le
service sanitaire dans ses attributions;
Deux membres du conseil de sant6 de la marine;
Le commissaire de l'inscription maritime;
Le capitaine de port;
Deux m6decins civils nommn s par le gotiverneur;
Un pharmacien civil nomm6 par le gdtiverneur;







40 LES' COLONIES FRANCHISES.

Un n6gociant l6u par la Chambre de commerce;
Le v6t6rinaire du gouvernement, ou, en cas d'empcche-
ment, le v6t6rinaire communal;
L'interpr6te dui Gouvernement, secr6taire, avec voix con-
sultative senlement.
A Saint-Pierre, la commission est compose de la ma-
ninre suivante :
Le maire, president;
Le commandant des troupes ouun officer d6lgu6 par lui ;
Deux membres du service do sant6;
Le commissaire de-l'inscription maritime;
Le capitaine de port;
Le chef du service de la douane on son d616gu6;
Le v6terinaire du Gouvernement, ou, .en cas d'empeche-
ment, le vet6rinaire communal.;.
Un m6decin civil, un pharmacien civil, deux conseillers
municipaux, Clus pour un an patr le conseil municipal.
Deux n6gociants 61us pour un an par la Chambre de
commerce.
L'interpr'le du Gouvernement, secr6taire, avec voix con-
sultative seulement.
LAZARET. La direction du lazaret de la Pointe dfuTout
appartient au m6decin arraisonneur, charge de la quaran-
taine, qui fait 6galement le service medical.
MAISON COLONIALE DE SANTE. Cet ttablissement, cr66 en
1837, est situC dans une des positions.les plus pittoresques
de Saint-Pierre. Sa destination sp6ciale est le traitement
des ali6nCs; rion n'a 6tk n6glig6 dans cette mason pour la
mettre en harmonic avec les plus beaux 6tablissements de
SFrance. Outre les personnel traits (i la charge de la co-
lonie, on y admet des pensionnaires aux frais de leur fa-
mille; la colonies de la Guyane franchise y envoie Cgale-
ment des malades au compete du service local.







LA MARTINIQUE. 41

OUVROIR POUR LES JEINES FILLED. II exispe t Fort-de-
France un ouvroir pour les jeunes files place sous le pa-
tronage du gouverneur et sous la surveillance du directeur
de 'Int6rieur.
Destinies h embrasser plus lard les professions d'ou-
vribres,debonnes d'en-
fants, de domestiques.
lesj eunes filesadmises
dans cet 6tablissement
sont principalement
occupIes a des travaux
d'aiguille, aux soins du
mnlnage, i la cuisine, i
la Luanderie, au repas-
sage. Une here seule-
ment. le martin et l'a-
prbs-midi, est consa-
crde h l'instructioin
religieuse et i la lec-
ture.
Indbpendanmment des
orphelines qu'elle en-
trelient gratuitement,
I'insLitution rec-oil, Mulhtresse.
moyennant une 16gbre
retribution, les enfants que leur famille vondrait fire
participer aux hienfaits de cette education toute sp&-
ciale.
HOSPIcES. Les hospices civils de la colonies ont 6~[t
fond6s en i80O. lls sont, instituds pour recevoir et soigner
t la fois :
1 Les indigents maladies, les inlirmes, vieillards indi-
gents, les el'ants trouvrs et abanlldonll6s


`: n,







42 LES COLONIES FRANCHISES.

2 Les prisonniers malades (soit condamnes, soit pr6ve-
nus) et les aliens en 6tat d'observation;
3Les personnesqui demanderaient ay tre trait6es leurs
frais et les salaries de l'Etat(officiers et soldats on assimi-
lis).dans les localit(s oi il n'existe pas d'h6pital militaire.
L'administration de ces ktablissements est confine A un
conseil compose des maires des diverse communes de la
circonscription hospitaliire, du cure de la paroisse et de
trois habitants notables, sons la presidence permanent
du maire de la commune ou 1'liospice est situ6.
Le nombre des hospices civils est de six, savoir :
A Fort-de-France (comprenant les communes de Fort-de-
France, Case-Pilote, Lamentin, Trois-Ilets, Anse-d'Arlets et
Diamant);
A Saint-Pierre (comprenant les communes de Saint-Pierre,
Carbef et Pricheur);
A la Trinitd (comprenant les communes de la Trinit6,'
Gros-Morne, Sainte-Marie et Robert);
Au Saint-Esprit (comprenant les communes du Saint-
Esprit, Ducos, Francois et Riviere-Sal6e);
An Marin (comprenant los communes du Marin, Sainte-
Luce, Riviere-Pilote, Vauclin et Sainte-Anne);
Au Lorrain (comprenant les communes de la Basse-
Pointe, du Lorrain et du Macouba).
BUREAUX DE BIENFAISANCE. Des bureaux de hienfaisance
sont installs dans la plupart des communes de la colonies.
On en compete actuellement 26 Rtablis dans les communes
suivantes : Fort-de-France, Saint-Pierre (Fort), Saint-
Pierre (Mouillage), Case-Pilote, Carbet, Pricheur, Macouba.
Basse-Pointe, Lorrain; Sainte-Marie, Trinit, Gros-Morne,
Robert, Francois, Vauclin, Marin, Sainte-Anne, Riviere-
Pilote, Sainte-Luce, Anse-d'Arlets, Diamant, Trois-llets,
Riviere-Salbe, Saint-Esprit, Ducos et Lamenlin.







LA MARTINIQUE. 13

PRISONS. L'administration p6nitenliaire de la colonies
est confile A un inspecteur special qui a sons ses ordres le
personnel des prisons fixed en dernier lieu par un arreL6
du 6 septembre 1880.
Les 6tablissements p6nitcntiaires se composent :
10 D'une prison central h Fort-de-France oi' se trouvent,
dans des compartments distincts, les prcvenus, les con-
damnes et les dettiers;
20 D'une maison d'arrit, Ah Saint-Pierre, ofi sont detenus
les prevenus et les condamnes h un mois de prison au
maximum.
11 existed de plus an Jardin des Planles, a Saint-Pierre;
un p6nitencier destiny aux jeunes correctionnaires.
Les malades de la maison central sont soignes h la pri-
son meme, oi se trouve une infirmeric h laquelle sont
attaches Ie medecin du service local et cinq scmurs de
Saint-Paul de Charlres.
La maison d'arrdt de'Saint-Pierre envoie ses maladies a
l'hospice de cette ville.
ETHNOGRAPHIE. Population. La population 6tait, au
31 dicembre 4887, de 17i,391 habitants, don't 84,138 homnies
et 01,233 femmes.
Dans ce chiffre n'est pas comprise la population flottante
qui, A la meme date, tail de 1,687 individus.
D'apres le lieu de naissance, les habitants se repartissent
ainsi :
Nis dans la colonies. . .. . 166,074
N6s dans les autres colonies franchises. .. 318
N6s en France.. . .... ..... 652
Nes h l'tranger. .. . . .. 10,031
Races. La race autochtone, les Caraibes,a depuis long-
temps completement disparu. Europeens el noirs, m6tis
issues de leurs croisements, se sont substitu6s A eux et







41 LES COLONIES FRANCHISES.

constituent uniquement la population sedentaire de la co-
lonie.
La population suit depuis longtemps une progression
constant a la Martinique : tandis que les naissances
Etaient, en 1867, de 4,964, en 1872, de 5,133, en 1877, de
5,792, en 1882, de 5,406; elles ont atteint, en 1887, le chiffre
le plus l6ev6, soit 5,797. Compare a la some des habi-
tants, cette natalit6 correspond A 34 naissances pour 1,000
habitants, chiffre sup6ricur a celui de la France et a peu
pros egal h celui de l'Angleterre et de l'Allemagne.
La moyenne annuelle des marriages est de 550 environ,
ce qui donne, par rapport h la population total, une pro-
portion plus faible qu'en France.
Quant aux deces, ils se sont 6lev6s, en 1887, A 5,083,
chiffre inf6rieur A celui des p6riodes prtc6dentes. It dqui-
vaut a 20 dec6s pour 1,000 habitants, proportion relative-
ment pen 6lev6e.
L'6tat civil ne faisant plus mentibn, depuis l'abolition de
l'esclavage, de la race de chaque individu, il est difficile
d'6tablir quel est, exactement, le chiffre de la population
blanche et de celle tio coulcur. Quoi qu'il en soit, ii est
constant que cette derniire va so d6veloppant num6ri-
quement.
VILLES PIuNCIPALES. Les deux centres les plus im-
portants de la colonies sont Fort-de-France et Saint-Pierre.
Fort-de-France est le chef-lieu de File et la residence du
gouvernement. Saint-Pierre est la ville commercial.
Ces deux villes sont relies ensemble par un fl t0l6gra-
phique, le seul qui existed dans la colonies et qui a une lon-
gueur de 32 kilomntres, gale a la distance qui les spare
'par terre. Par mer, elles sont relies centre clles an moyen
d'un service de bateaux fonctionnant deux fois par jour et
effectuant le trajet en une here un quart.







LA MARTINIQUE. 45

Fort-de-France. Fort-de-France compete 12,000 habi-
tants de population urbaine proprement dite.
La ville, elle, est situde sur le c6t6 nord de la magnifique
baie de ce nom. Elle a pour limits les derniers contre-
forts du morne sur lequel s'6live le fort Desaix, du c6t6
de l'est; au nord la riviire Madame ; l'ouest el an sud la
mer.
Le terrain surlequel elle est bdlie, 61ec6 de 3 h 4 nmitres
au-dessus du niveau de la mer, provient d'alluvions rela-
tivemcnt r6centes.
Rien de plus regulier que cette charmanto ville; plu-
sieurs rues principals parallles h la plage courent nord
et sud; un nombre 6gal perpendiculaires h celles-ci, diii-
g6es par consequent de l'est a l'ouest, d6coupent Fort-
de-France en ilots quadrilatires.
Les rues sont large de 8 metres et borddes de trottoirs
le long desquels couple un petit ruisseau limpide. Les mai-
sons, presque toutes en bois depuis le tremblement de
terre de 1839, n'ont en general qu'un ktage sur rez-de-
chaussee. Pendant longlemps la ville a manqu6 d'eau;
mais, en 1836, I'eau des Pitons y fut amenbe par un canal.
Depuis, F'eau courante abonde a Fort-de-France et dans la
cour do chaque maison, une fontaine donne constamment
de l'eau fraiche et claire.
Fort-de-France sort d'escale aux paquebots de la Com-
pagnie transatlantique; son port recoit les plus forts na-
vires qui peuvent accoster a quai.
Ie port de Fort-de-France posside une forme de ra-
doub, comme il n'en existed pas dans toutes les Antilles;
cette forme est A la disposition du commerce maritime.
Le prix, pour entrer au bassin de radoub, est fix6 i 2 fr. 80
par tonneau de jauge et I fr. 15 par tonneau, pour frais
d'6chouage et d'accorage; les jours suivants se payment







46 LES COLONIES FRANQAISES.

72 centimes-par tonneau de jauge; ces prix ne sont pas
beaucoup plus elev6s que ceux de la m(tropole et les Ira-
vaux de reparation des grands et petits navires se font tres
promptement. Cette forme do radoub peut recevoir des
navires d'un tres fort tonnage. Elle a 120 mitres de lon-
gueur, 34 metres de larger ct 8m,70 de tirant d'eau. Son
entr6e est tres facile.
Cet ktablissement a ui bon personnel d'ouvriers et un
materiel a 1'aide duquel il pent entreprendre avantageuse-
ment tons les travaux que peuvent n6cessiter les repara-
tions des navires a vapeur du plus grand inodile.
I1 n'y a pas A Fort-de-France de cale de halage ni de
pontons pour abattre en carene. Le port possede des ma-
gasins ofila flotte pent s'approvisionner de tout cc qui
lui est utile.
La colonies possdde toutes les resources necossaires aux
iravaux des bAtiments en bois et de bons ouvriers pour
les entreprendre.
La main-d'muvre n'est pas plus 6levee qu'en France. II
y a des scaphandriers, habitues aux travaux sous-marins,
qui peuvent visiter la canine des navires sans enter au
bassin de radoub.
Le port offre toutes les facilities d6sirables pour le ravi-
taillement on vivres frais, en vivres do champagne et en
liquids.
Les bAtiments payment une faible retribution pour les
droits d'aiguade dans les deux principaux ports. Ils y
trouvent de 1'eau en abondaice et toujours facile A fair.
Fort-de-France a des dnbarcadRres pour les bateaux a
vapeur et les canots de toute sore. Les paquebots, quel
que s.oit leur tonnage, dibarquent leurs passages sur un
nagniflque quai du port du Carenage, port qui n'est ja-
mais tourment6 par la mer.






LA MARTINIQUE. 47

Saint-Pierre. Saint-Pierre cst la ville conincereante de
la colonies, le centre ties affaiires. Sa population urbaine
est de 20,000 habilants.
Adossee it des nlornes qui s''tentlent 'une de ses extrt-
milt's at 1'autlre, la ville court dIu sud-sud-est au nuord-nortd-
eost tanls l'eslpace ti''sOr colnpris entire ceux-ci It ia nler,
et forme ainsi une espi ce tie croissant lont l a poinle sud

t7'Q .--2 -,















A NT- E R. La ra d

csl la plus saitlantl. C'vsI dans Ie segmen l plus rap proc InI
de ce[le poinfe qu'est situc la portion de la ville que I'oil
nomnie l Moufillae, separie de I'aufre partie appelee le
I--












Fort par la rivire loxelan.



Par la suile dela tmps, les deux parties de la ville pri-
miiive out -marcl-'- n F e v.rs 1'atilre e, le Mo-illayge mar-
clhant vers le Fort, IC Furl s'approchant du Moutillage, le
quarlier du canlre s i trouva constiu ti peu i peou.
l.a parlie siud cistruile entire la falaise tL la iCer esl
Laja-i. sdcis -iteeuioL atioc nue a






48 LES COLONIES FRANQAISES.

peu salubre; la ville haute occupe une situation beau-
coup plus saine. Un vaste plateau incline, don't I'altitude
est de 70 a 100 metres, lui est contigu et laisse arriver
les vents aliz6s sans obstacle. Ici les habitations s'kten-
dent librement des deux c6t6s de la riviere Roxelane dans
la vallee dite le Parnasse, tandis que sur la rive droite de
la riviere les maisons s'etalent sur la pente de la col-
line pour constituer le quarter du Fort. En remontant Ie
course de ]a rivibre Roxelane jusqu'an lieu appelb le Troi-
sieme Pont, on trouve de charmantes petites habitations
de champagne; quelques-unes sont meme d'616gantes villas
ofi l'on jouit d'une temperature plus rafraichie.
Les rues de Saint-Pierre sont pavees ou 'macadamisees,
a ruisseaux lat6raux, except dans les anciennes voies oh
le ruisseau est an milieu.
Los constructions en bois sont ici l'exception; les mai-
sons sont g6n6ralement en batisse, 61ev6es de deux et
nime de trois stages sur rez-de-chauss6e.
La ville de Saint-Pierre est abondamment pourvue
d'eau; outre la riviere Roxelane, la source Morestin, si-
tu6e h 272 metres d'altitude,fournit une eau potable.
On trouve & Saint-Pierre un Jardin des Plantes, qui est
incontestablement le plus beau des Antilles.
Saint-Pierre ne possede qu'une rade foraine, expose
aux coups de vent; les temputes viennent presque toujours
du nord-ouest, et le vent tournant par le nord, l'est, le
sud-ost, elles s'Etendent dans le sud-onest.
Saint-Pierre possede de nombreux appontements; il y a
des moments od leur accus est tres difficile. Dans ce cas,
une flamme, hissde an mit du semaphore de la place Ber-
tin, indique le danger aux navires sur rade, et ceux-ci
allongent do bons grelins et les amarrent sur les coffres
des corps morts.







LA MARTINIQUE. 19

11 arrive quclquefois que les coffres d'amarrage chassent
sous I'effet do la grosse mer ou des grands vents, vu la
d6clivit6 du fond; quand les coffres ont rompu lears chains
on que celles-ci so sont d6maillecs par lour frottement
sur le fond, ils durivent plut6t par ]a force tid vent qu'ils
ne sont entrain6s par les courants, toujours tres va-
riables.
La ville de Saint-Pierre a des d6p6Ls de carbon appar-
tenant a l'industrie privde. Le dtchargement se fail au
inoyen de gabares; le prix varied de 40 a 50 francs le ton-
neau.
Un appontoenint est affect aux navires charges pour le
compete du gouvernement.
Le carbon est en g6n6ral de provenance anglaise et la
quality pr6f6rde est le carbon de Newcastle. Viennent
ensuite le cardiff et l'abercam. Le carbon franrais, pour
le gouvernement, est la briquette prise en France, A Dun-
kerque, an IHavre, A Nantes, A Saint-Nazaire, etc.
Autres villes importantes.-Apris ces deux villes, les lo-
calites les plus importantes par leur population sont la
Trinite, le Francois, le Luenntin, le Carbet, le Prdcheur,
le Martin, Sainte-Marie.
MOYENS D DEFENSE DE LA COLON1E. Los troupes em-
ploy es A la Martinique, sons les ordres d'un lieute-
nant-colonel d'infanteric de marine commandant d'armes,
consistent en 4 companies d'infanterie de marine, une
batterie d'artillerie de marine, un d6tachement d'ouvriers
d'artilleric de marine et une compagnic de gendarnmerie,
cette derniire emprunt6e au d6partement de la guerre.
L'artillerie de marine est aussi charge du service de la
defense du tcrritoire, de l'armcment des troupes et du ser-
vice des constructions miiliaires et des fortifications.
Le port de Fort-de-France est d6fendu par des forts assez
AMERIQUE. + 4







50 LES COLONIES FRANQAISES.

important: le fort Saint-Louis, le fort Tartenson, le fort
Desaix, et plusieurs fortins on batteries.
Quant au port de Saint-Pierre, il n'est proteg6 que par
quelques fortins insignifiants, sa rade foraine ne lui per-
mettant pas d'dtre une ville fortifi6e.
SERVICE MILITAIRE. Les lois sur le recrutement avaient
6t6 rendues applicables aux colonies par le mnme d6cret
du 3 mai 1848, les diverse lois et les r6glements qui
r6gissent cette institution en France ont etd promulgu6s,
A la Martinique, en 1849.
;DIVISION NAVALE. La Martinique fait parties du rayon
d'action de la division navale de l'oc6an Atlantique.
Cette division compose de 4 croiseurs, 2 avisos et une
canonniere, visit la colonie deux ou trois fois par an.
En dehors de ces visiles, l'un des bitiments de la divi-
sion passe fr6quemment dans les eaux de la colonie et se
tient pendant son sejour A la disposition du gouverneur.


Nbgre, chasseur do serpents.












..... ... .

















Fontaine Absalon.




CHAPITRE IV


Iconomie politique et social.


Divisions dui sol. Cultures. Productions dii bhtail. Terres en cul-
ture. Concessions tic terols. Flore et falue. Industrie. -
Fabrication du icre. Rhumn et tafia. Conditions du travail. -
Immigration. Rdgime commercial. Moouvement commercial. -
Moluvemenlt maritime.-- ;tablissements de credit. -Chambres de com-
merce. Communications avoc la lMtropole. Contributions et taxes.


DIVISIONS DU SOL. Li,('s euClls 1PO ]i1 Ma'l inliqll SP
diviscnLt pn Irois grandles calgot'ies : 1 la cuillur'e printci-
pale, colle tie la canine i sure; 20 ls cultures vivri'ros,
produisant ]o manioc, la palale, l'ignaiim, la banana, les
16gumes et fruils divers; 30 les cultures secondaires com-
prenanut le card, le cacao, le labac. II y a quelques ann6es,







52 LES COLONIES FRANCHISES.

la valeur de l'hectare 6tait estim6e a 1,100 francs pour Ies
terres plant6es en canne et en tabac, A 1,200 francs pour
cells en cacao, A 1,500 francs pour cells en caf6 et en
vivres. a 3 on 600 francs pour les terres en savane, en bois
ct en friche.
CULTURES. Canne A sucre. C'est en 1634 qu'un juif
venu du Ir6sil, Benjamin Dacosta, apporta la canne h sucre
A la Martinique. Des pluies abondantes et un sol riche
en azote et en silice firent de la Martinique une terre 6mi-
nemment propice A cette culture qui prosp6ra rapidement.
Aussi la canne A sucre couvre-t-clle plus du quart de la
superficie total de 'ile, un peu plus de la moiti6 des terres
cultiv6es; elle occupe A ello seule 28,000 travaillours.
LIA canne est surtout produite par la grande culture et
sur 310 habitations, qui out en moyenne une 6tendue de
150 hectares don't 50 sont cultiv6s; chaque habitation pos-
side une cinquantaine de tltes do b6tail ct occupe environ
73 travailleurs don't trois quarts sont creoles de la colonic
et un quart, des immigrants indiens.
Jusqu'a ces derniers temps, la culture de la canne s'6ten-
dait tous les ans. Elle occupait 18,565 hectares en 1867,
19,263 en 1877 et 28,450 hectares en 1886; mais depuis
lors, par suite de la crise sucriere, it s'est produit un mou-
vement de recul et au 31 d6cembre 1887, la canne ne cou-
vrait plus que 21,300 hectares. La Martinique n'a pourtant
pas eu A letter contre la maladie de la canne, qui a fail de
si grands ravages A la Il6union, mais en presence du bas
prix des sucres, les habitants sucriers ont r6serv6 lours
resources pour les terres fertiles, et ont renonc6 a fire
de la canne sur les terres d'une culture coAteuse, soit par
leur Bloignement, qui entraine des frais de transport
61ev6s, soit en raison de L'appauvrissement du sol, qui
exige beaucoup d'engrais.







LA MARTINIQUE. 53

La culture do la canne, assez semblable A celle du inais
dans le Midi de la France, comporte un on deux labou-
rages a la charrue, la plantation des boutures en ligne, a
une distance qui est en g6ndral do 3 pieds et demi, deux
op trois binages, n6cessaires pour 6touffer les mauvaises
hcrbes taut que les jeunes cannes ne sont pas assez vigon-
reuses, enfin l'6paillage des fanes siches. La plantation de
la canne a lieu dans les quatre derniers mois de l'anne :
la coupe, vers le premier trimestre de la second ann6e
qui suit. On laisse en terre les racines des touffes dbjh
couples et on utilise leurs rejetons pour deux on trois
rEcoltes, tant que le rendement est suffisant. Au mois de
janvier de chaque annce, une habitation prisento, en
g6enral, un quart des terres en jeunes cannes fraichement
plantees, un quart on cannes aig6es de 12 h 16 mois, une
moitiC en rejetons plus ou moins voisins de la maturity.
Le rendement de la canne h sure pourrait d'ailleurs
Atre augment dans des proportions considtrables par une
culture perfectionnee.
Les machines agricoles sont encore peu .connues, et
presque tous les travaux sont faits par des fravailleurs
don't la main-d'cuvre revient a un prix sensiblement
6leve, si on tient compto de la quality et de la quantity
de travail qu'ils fournissent. Los principaux instruments
de travail sont encore la houe ot le coutelas, lame do
Om,45 de long, un pen course, veritable sabre, qui est
1'outil a tout faire : c'est avcc le coutelas qu'on coupe la
canne, qu'on enlive labrousse, qu'on fauche meme l'herbe
des savanes, car la faux n'est pas employee.
D'autre part, le sol est trop souvent mal nettoyv et mal
fum6; de plus, il se fatigue rapidement, l'allernance des
cultures 6tant inconnue. La culture de la canne pourra
neanmoins donner encore de beaux r6sultats. Un bon






54 LES COLONIES FRANQAISES.

management des eaux des rivibres qui sillonnent la Mar-
tinique et qui pourraient dtre utilisdes sur beaucoup d'ha-
bitations rendrait do grands services a cette culture,
don't les rendements seraient bien souvent doubles s'il
6tait possible de supprimer les dommages resultant des
s6cheresscs prolong6es.
Cultures vivrieres. Tandis que la culture de la canne
tend a se restreindre, les cultures vivribres sont en progris
constant et rapid : elles comprenaient 12,732 hectares
en 1867, 13,423 hectares en 1877, et 17,146 hectares A la fin
de 1887. Ces cultures sont exploit6es presque uniquement
par la petite propri6tW, les gros capitaux ayant jusqu'h pre-
sent donn6 1a pruf6rence'h la canne, et les habitations su-
crieres ne produisant g6neralement point de vivres, pas
m6me laquantit6 exig6e par la consommation de leur per-
sonnel. D'ailleurs, les vivres ne sont produits h la Martinique
qu'en quantity strictement suffisante pourla consommation;
aussi leur prix est 61eve, et le rendement des cultures
vivri6res tris r6mun6rateur. I1 le serait plus encore si l'on
amuliorait les proc6d6s de culture. Alors la situation g6ogra-
phique de la Martinique offrirait de belles chances d'avenir
a l'exportation des vivres. Les cultures vivrieres pouvant
reussir sur les terrains 61ev6s, il serait desirable qu'elles
s'ktendissent de plus en plus, aux dlpens des 53,000 hec-
tares (soit plus de la moiti6 de la superficie de l'ile), qui
sont encore en savanes, en forts ou en friche.
Ces cultures ont pour objet les diverse racines alimen-
taires, les ignames, les patates, le chou caraibe, qui est
fort recherche, mais surtout le manioc, qui, apris la canne,
est la plante la plus g6ndralement ciltiv6e A la Martinique
oh elle occupe 5,75i hectares. La farine do manioc rem-
place en effect le pain pour le plus grand nombre des
croles et se voit journellement sur la table des plus






LA MARTINIQUE. 55

pauvres comme des plus riches habitants de l'ile. Cette
plante est d'ailleurs v6ritablement pr6cieuse : outre qu'elle
parait ne pas fatiguer les terres, que la culture en est
facile et peu cotiteuse, elle pr6sente le grand advantage de
pouvoir itre plant6e ou rscoltee A n'importe quelle
epoque. Le petit cultivateur, au fur et a measure de ses
bcsoins, avant mdme que la plantation ne soit arrive h
maturity complete, pent faire la r6colte sur une parties de
son champ, qu'il replantera immddiatement, et la vente
du produit est toujours assure, h un prix remundrateur.
A cBt6 de ces vivres, la Martinique peut 6galement
produire les legumes d'Europe. Depuis quelques annies,
divers essais de culture de nos plants potagetres ont W6t
couronn6s d'un plein succes. Sur les terrains situps entire
300 et 600 mitres au-dessus du niveau de la mer, le melon,
la carotte, le navet, l'oignon, le radis, la pomme de terre,
la laitue, l'asperge, l'artichaut, le chou, le chou-fleur, et
mime la fraise, la framboise viennent sans difficulty. Ajou-
tons que ces plants trouvent des prix tres r6mun6rateurs
sur les marches de Saint-Pierre et de Fort-de-France.
Dans toute l'ile, mais a uine faible altitude, on trouve
quelques treilles de vignes qui donnent de tres belles
grapes de raisin muscat. Quant aux fruits, ils sont extre-
mement varies ; ce sont plus particuli6rement :
Les mangues;
Les ananas;
La pomme de lianc, tres appr6ci6e des Europtens;
L'avocat, ou bcurre veg6tal, don't le godt peut itre com-
pare a celui du beurre frais avant le goit de noisette;
La pomme Cythdre;
La barbadine;
Les merises;
Le cachiman, etc...






56 LES COLONIES FRANQAISES.

Les bananiers et les rangers sontnombreux et donnent
d'excellents products, et la Martinique pourrait, an besoin,
comme la Jamaique, exporter aux Etats-Unis des quan-
tit6s consid6rables d'oranges ct de figues-bananes.
Le cocotier, qui vient tres bien, n'est cultivi qu'en
vue de la production des noix de coco fraiches; il pour-
rait facilement couvrir les terrains brulants situs au board
de la mer, et alimenter une exportation de bourre et
d'huile de coco.
11 faut rcmarquer que, jusqu'a present, la quantity con-
siderable de fruits que product le pays n'a rien fourni a
1'exportation : les fruits sont consomm6s sur place on
transforms en confitures, qui, 6tant pr6par6es tres 6co-
nomiquement, grdce au has prix du sucre et du vanillon,
entrent, pour une large part dars l'alimentation des creo-
les. 11 semble qu'elles pourraient avantagousement 6tre
importies en France, oil elles no paicraient aucun droit
d'entr6e.
Cultures sccondaires. Les cultures secondaires com-
prennent le cacao, le cafl, le tabac et le coton. Elles'out
Wet, au silcle dernier, une source de richesse pour la
Martinique. Elles out disparu presque compl6tement au-
jourd'hui, par suite e la fiveur g6n6rale don't la culture
de la canne a joui jusqu'h cos derniers temps.
L'introduction du cafe I la Martinique est due au capi-
taine du genie Desclieux, don't le d6voucment est restL
c6lbre. Quand Desclieux partit de France en 1727, Jussieu
lui remit trois petits plants de caf6 qu'on voulait acclimater
A la Martinique. La travcrsee fut punible et longue; quel-
ques jours avant d'arriver au port, l'eau manqua A bord, et
l'on fut oblige de rrduire A la demi-ration matelots et pas-
sagers. Desclieux aima mieux souffrir de la soif que lais-
ser mourir les plants qu'on lui avait confils, et il se priva










































FORT-1E-FRKNCI. RIVILRE \I DAML.






58 LES COLONIES FRAN(AISES.

de sa ration d'eau pour les arroser. Nkanmoins, sur trois
plants, il ent la douleur d'en voir mourir deux pendant le
voyage. C'est le troisi6me qui, cultiv6 par lui avec le plus
grand soin, donna, 'la longue, naissance a toutes les
riches plantations de caf6 des Antilles .
Le caf6 r6ussit en effet si bien a la Martinique qu'en
1788 cette culture couvrait 6,000 hectares. L'exportation
atteignit cette annee-lh 3,334,000 kilogrammes d'une va-
leur do 8,3t1i,000 francs.
Le caf6 de la Martinique 6tait alors presque aussi estim6
que celui d'Arabie. Le grain est plus volumineux, plus
allonge, arrondi vers ses extrnmit6s et d'une couleur ver-
dAtre. I1 conserve presque toujours une pellicule gris ar-
gentin, qui so d6tache par la torr6faction. II a beaucoup
de force et d'arome.
Malheureusenment, vers 1830 les caf6iers furent attaqu6s
par un insect (elucchysta coffeola) et cette maladies amena
la disparition presque complete de cette culture qui ne
couvre gubre plus aujourd'hui que 200 hectares. A la Mar-
tinique mime, il est difficile de se procurer une provision
de caf6 indig6ne, et l'immense majoritW de la population
boit du caf6 import des colonies voisines.
Toutefois on a reccmment introduit A la Martinique une
vari6t6 de caf6, dite Liberia, qui, plus rustique que le caf(
du pays, parait r6sister i lan maladie, et don't la culture
semble devoir s'6tendre.
Tabac. Comme le caf6, le tabac a 616 durant tout le

1. Un arr6t0 du capitaine gfndral et prdfet colonial, en date du 30 plu-
viise an XI, d6cidait qu'un monument scrait tlevd h Saint-Pierre, prbs
de la salle de spectacle, h la mdmoire do Desclicux qui, le premier,
porta des plants do cafi i la Martinique ct fit a la conservation de co
ddpot pr6cieux le sacrifice do sa ration d'cau, dout il les arrosa chaque
jour pendant la travers6c ). Cottc parties do l'arrt6c no parait pas avoir
6td mise a execution.






LA MARTINIQUE.


xvine sikcle une des principles cultures de la Martinique;
I'on salt que le tabac a priser de lacouba jouissait d'une
reputation europcenne. Neanmoins cette culture a 6t6 pen
A peu abandonnce, sans que les causes de cot abandon
soient bien connues.
La culture du tabac est actuellement r6duite A 2 hec-
tares, et la Martinique lire d'Am6rique le tabac qu'elle
consomme. 11 y a lieu de regretter la disparition d'une
culture qui avait sa place indiqude dans le jardin du pelit
propri6taire.
I1 en est do mime du cotonnier qui est indigine la Mar-
tinique et don't la culture, couvrant, en 1779, 2,500 hectares,
est reduite aujourd'hui A 20 hectares.
Seule entire les cultures secondaires, la culture du ca-
caoyer, introduit h la Martinique par Benjamin Dacosta,
apris avoir 6t6 d61aiss6e durant la premiere moiti6 de ce
siecle, est aujourd'hui en progres : reduite A 200 hectares
en 1859, olle occupait 9,673 hectares en 1887. Le cacaoyer
ne vient pas sur tous les terrains; il exige une terre
fralche, fertile, profonde et abrit6e contre la violence
des vents. Mais il done un rendement 61eve, et les de-
penses de culture se rtduisent presque aux frais de ricolte,
quand la cacaoyire est en plein rapport. 11 est vrai qu'il
ne produit qu'au bout de la quatribme on cinqunime ann6e,
maisla terre ne reste pas pendant ce temps completement
improductive. En attendant que les cacaoyers aient acquis
un certain d6veloppement, on y fait des cultures vivriere.
et principalement des plantations de manioc et de bana-
niers, qui donnent nn certain revenue et pr6sentent en
mime temps i'avantage d'abriter le j eune plant de cacaoyer,
qui est tris d6licat.
Bien d'autres products pourraient d'ailleurs etre cultiv6s
h la Martinique. Le poivre noir y est depuis longtemps






60 LES COLONIES FRANCHISES.

acclimate, mais sa culture, quoique facile praliquer, n'est
pas ripandue.
Le jardin bolanique de Saint-Pierre a r6comment faith
une plantation do quinquinas, qui a reussi et promet de
beaux r6sultals. Ily a la un produit largement remundra-
tour qui pourrait rapidement se d6velopper.
On a enfin conscill d'acclimater a la Martinique le
cafdier du Mexique, magnifique arbuste qui atteint souvent
des proportions consid6rables, que la maladio n'attaque
jamais, et qui donned des r6coltes extremement abondantes.
De mime la canne it sucre duMexique a 6 t signalee come
pouvant 6tre implantee : elle est beaucoup plus rice on
sucre que la canned des Antilles.
PRODUCTIONS DU nliTAIL. Le climate de la Martinique
passe pour etre, en raison de son humidity, trbs favorable
a 1'6tablissoment de prairies naturelles et artificielles qui
permettraient d'entreprendre frucfueusement I, 1.'. des
animaux. Mais l'levage est une induslrie absolumeilt ne-
glig6e dans la colonie. Les cultures fourrag6res n'existent
pas, et le litail est nourri d'abord pendant la r6colto avoc
les sommets feuillus de la canne, et ensuite avec les
products dela vYgitation spontanee du sol dans les savanes.
Ces savanes repr6sentent un cinquibme de la superficie de
l'ile; elles sont abandonnees a elles-mimes, sans soins,
sans entretien. Ilen r6sulte que g6niralement les animaux
de travail, bcoufs et mulets, recoivent une nourriture insuf-
fisante. De plus, on les fait travailler principalenmwnt pen-
dant les hours les plus chaudes de la journey.;' le plus
souvent, a la rentr6e du travail, on les rassemble'sous des
hangars plus on moins converts, et m6me'dans des enclos
on plein air oh ils ont i subir routes les intempiries de
l'atmosphiere. Aussi les animaux ne r6sistent-ils pas long-
temps ct L'on est oblig6.de les remplacer, fr6quemment, ce
f




:' --


LA MARTINIQUE. rI

qui enlre pour ule forte part dans les d6penses de culture
ile la caine.
Chaque anni(6e, la Martinique recoil, tant pour la )on-
cherie que pour l'agriculture, un mlillier de biuefs de
Porto-Rico ct ldu Vini6zu61a. Elle inporlke d'Am6rique
des cluevaux de trail, et des inulels, qui sont la bbte de
soniie par excellence sous les clinials Iropicaux : le che-


I---- ^


F RT 1 E F RA N c L. Coilsltruction d'ull ijasilt.


val cr6ole, de petite laille, est excellent coinie )i"'le tie
selle, mais insuflisant comme hleli de trait.
TEBRES EN CULTURE. St1r une superlicie (Otale de
08,782 declares, 4-;,200 heclares soulemitenl, c'esl-A-dire
mnoins de la mnoil.ti, sont culliv6s : le reste est on savanes,
en forOls ou en friche, soil 8,000 hectares en savanes, 13,000
en forl s, 21,000 en friclhe. 11 reslo done encore beaucoulp i
fire pour la naise en valour doe ile, ini'me en ayant soin
d'Cviter le deboisement des montagnes, qui serait funesle.


'/ .. fv







-62 LES COLONIES FRAN(QAISES.

CONCESSIONS DE TERRES. La colonies possede dans l'in-
tErieur de l'ile une grande 6tendue de terres, don't la su-
perficie n'est pas exactement connue; l'administralion a
done les moyens de faire de nombreuses concessions de
terrain. Voici les conditions auxquelles ces concessiofis
sont donndes actuellement. Les concessions ne peuvent
comprendre plus de six hectares; elles ne portent que sur
des terres debois6es et doivent Atre affect6cs, pour les cinq
sixi6mcs au moins, aux cultures secondaires, a l'exclu-
sion de la canne et des cultures vivrieres. Cliaque conces-
sion est faite gratuitement pour une duroe do dix ans: au
course de cette p6riode, administration peut, apres avoir
fait visitor la propriWt6, et s'il est constat6 qu'elle n'a pas
6td mise en valeur, prononcer le retrait de la concession,
sans aucune indemnity pour l'occupant, qui a seulement
le droit d'enlever ses constructions et ses plantations. A
l'expiration des dix ans, le concessionnaire maintenu en
jouissance a le droit d'oblenir en location les terres qu'il
a mises en culture et les conditions du bail sont r6gl6es h
l'amiable entire l'administration et I'intdrcss6.
FLORE ET FAUNE. La flore de la Martinique a les
plus grands rapports avec celle de la bande 6quatoriale de
l'Amerique du Sud, h part celle des stations 6lev6es des
Cordilltres. La v6g6tation qui est d'une richesse et d'une
vigueur teonnantes, pr6sente" le caractlre tropical. Les
palmiers, les fougeres arborescentes, les acacias, les cara-
tas, les catalpas, de gigantesques bambous, etc., couronnent
d'une verdure 6ternelle les mornes de 'ile et forment de
splendides forts vierges. Sur les hauts plateaux et surtout
sur les montagnes.6levies, les planes et les arbres attei-
gnent des dimensions bien moins grades quo dans la region
inf6rieure: on y renconlre surtout des magnolias, des rho-
dodendrons, el, mime quelques arbres des forces d'Europe.







LA MARTINIQUE. 63

Les animaux domestiques sontles mimes qu'en France;
quant aux animaux sauvages, ils sont peu nombreux : on
trouve surtout le rat musqud, remarquable par la petite
poche qu'il posside et qui s6crete une liqueur fortement
impr6gn6e d'odeur de muse; le manicou, animal tid genre
sarigue, i oreilles bicolores, ennemi dangereux des oiseaux
et des volailles, et don't la chair fournit un nlets fort
appreci6 des crdoles; et l'agouti, rongeur, de la famille
des caviens. Les agoutis sont de jolis animaux, de la taille
et presque de la forme des lapins; ils.vivent dans les bois,
se retirant dans les troncs d'arbres creux, sans creuser
de terriers. Ils se nourrissent de fruits et (d'corces, et
constituent un gibier pr6cieux et fort recherche.
Les rats ordinaires pullulent a la Martinique, o ils font
subir A l'agriculture des pertes consid6rables. Ils rongent
dans les champs les cannes A sucre, qui sont leur aliment
favori, et toute canne rong6e est une canne perdue. Iarfois
leurs d6gats font perdre un quart on un tiers delaproduction
total de certain champs. Aussi leur fait-on une guerre
acharn6e : chaque grande habitation entretient un chas-
seur de rats, c'est-A-dire un homme qui toute l'ann6e est
uniqueinent occupy a les pourchasser avec des chiens, des
pibges ct du poison. Comme moyen de les d6truirc, on a
preconis6 r6cemment l'introduction d'un petit mammifEre,
originaire de l'Inde appelr mungoose, ressemblant au furet
ordinaire. Les mungooses ont 61t facilement acclimates h la
Jamaique, et ils ont rtussi sur les points oh ils se sont
multiplies A faire disparaitre presque compltemcnt les
rats.
Les serpents d6truisent aussi de grandes quantit6s de
rats. Malheureusement, A la Martinique, cc remede est pire
que le mal; on y trouve en effet en abondance un serpent
venimeux, le trigonocdphale on bothrops lanceold, on vipire A







6 LES COLONIES FRANQAISES.

fer de lance. Le trigonoc6phale, qui n'existe qu'h la Marti-
nique et a Sainte-Lucie, se rencontre surtout I ot il troupe
sa pafure : dans les champs de cannes a sucre oh fourmil-
lent les rats, pris des habitations des campagnes, au voisi-
nage des course d'cau qu'il traverse A la nage et of it piche.
Chaque ann6e cc serpentfait-un certain nombre dt vic-
times.
On a tenit d'acclitater a la Martinique l'oiseau td Cap
appeal serpentaire, qui fail unc guerre acharnee aux rep-
tiles, et qui est en ni6me temps un grand destructeur de
rongeurs.
On retrouve, a la Martinique, presque tous les oiseaux de
France. Pendant l'hivernage, des vols consid6rables de
pluviers viennnent s'abattre dans l'ile et deviennent ans-
sit6t la cible des chasseurs. On y trouve aussi les colibris
et les oiseaux-mouches, joyaux anim6s de 1'Ncrin des An-
tilles, et l'oiscau moqueur, an plumage magnifique d'or,
de pouipro et d'azur, qui semble moduler des accords
railleurs.
Les poissons sont abondants et varies, et dthbit6s sur les
march6ts h des prix niodters. On puche sur les c6tes le
thon common, la raie, et rouget, la dorade, la bonite, etc.
Leshultres elles Ecrevisses sont abondantes et savoureuses.
La;drevette so trouve dans les rivibres jusqu'a 500 ou
600 mitres de hauteur pros de leur source. II faut enfin
citer la'langouste commune, qui atteint des dimensions
consid6rables, et unc torque de mer, le caret, don't la chair
n'est pas tres agreable, mais doant la carapace fourni la
plus belle dcaille que l'on puisse rencontrer dans le com-
merce.
INDUSTilE. L'ile est riche en bois de construction,
d'6b6nisterie, de charronnage et de teinture; mais la diffi-
cultl des transports au milieu des bois, l'absence de voices




Fr- ~W"~'


LA MARTINIQUE. 65

de communication 'ont que los immense forkts qui cou-
vrent eI centre dto File restent inexploities.
Toute 1'industrie dans la colonies consist dans la fabri-
cation dii Secre el, du rhlum.
FABRICATION DU SCCRE. La fabrica-
tion du sucre s'effectue h la fois dans
17 grandes usines diles usines centra-
les, et dans 200 petites sucreries, an-
nexes des habitations sucrieres,
oii les antiques moulins a bcoufs
ont Itd remplacCs par des engines
plus puissants, mus par i'eau on
la vapeur. Dans ce dernier cas,
c'est le propribtaire lui-mime qui
transform sa canne; dans le pre-
mier cas, an contraire, il rest
strangerr h la fabrication du sucre
proprement dite et ctde sa canne
a l'usine, h des conditions d6ter-
minees.
An point de vue economique, la
creation des usines, puis-
samment outilles, a r6alisd
un grand progres. Tandis
que les sucreries prodnisen.111
un sucre g6neralement tres
colorE, tris impur, souvent
humide et fermentescible,
l'usine donne, au confraire, Une cr-ole.
un sucre parfaitemeni blanc, lit sucre turbin6 ou sucre
d'usine, qui a A peine besoin d'Otre raffin6. Les memes avan-
tages se retrouvent en ce qui concern la quantity pro-
duite : l'usinier retire, en effel, de 1,000 kilogrammes de
AMkERIQTE. 5


Y







66 LES COLONIES FRANCHISES.

canne 75 kilogrammes de sucre turbine et 19 litres te tafia;
I'habitant qui fabrique lui-mOme extrait seulement 60 kilo-
grammes d'un sucre impur et 14 litres de tafia. Aussi, d6s
a present, les deux tiers de la production total sortent
des usines. I1 semble qu'elles devraient attirer toute la
canne produite; mais il arrive qu'en raison du poids de
la canne qui rend tres cotteux les longs transports, le
rayon d'action d'une usine est assez limit. D'ailleurs les
usines ne so sont guire 6tablies, jusqu'h present, que
dans la parties sud de lile. Dans la parties nord, qui ren-
ferme les terres les plus fertiles et les plus grands do-
maines, on continue h fabriquer sur les habitations mmnes
1'ancien sucre brut, qui est export aux Etats-Unis presque
en totality.
FABRICATION DU RHUM ET DU TAFIA. A c6tL de la fabri-
cation du sucre se place, nous l'avons'dit, la fabrication du
rhum et du tafia.
Le tafla est le produit incolore et de nmdiocre quality
obtenu par la distillation des molasses 6coules du sucre,
tandis quo e lrhum est le produit, color et de quality su-
perieure, provenant de la distillation du jus de la canne
on veson. Toutefois on fait rentrer dans la catlgorie des
rhums le tafia de bonne quality, purilif par le carbon de
certaines huiles empyreumatiques et ayant vieilli dans un
logement en bois de chine.
Les rhummeries sont beaucoup plus nombreuses que
les usines a sucre. Toutes les grandes habitations sucrieres
fabriquent du rhum, et il y a en outre, particulirrement a
Saint-Pierre, des industries qui ne s'occupent que de cette
fabrication, en achetant les matirres premieres soit dans
la colonie, soit dans les iles voisines. Un quart environ du
rhum et du tafia products a la Martinique est absorb par
la consommation locale, qui est excessive; le rest est







LA MARTINIQUE. 67
export. La disparition des eaux-de-vie de vins resultant
des ravages du phylloxera cl l'avilissement du prix des
sucres ont favorisI le d6veloppement de l'industrie du
rhum, qui a pris, dans ces dernieres annees, une grande
extension dans tous les pays producteurs et principalement
A la Martinique, qui pent produire des rhums rivalisant
avec ceux de la Jamaique.
CoNDITIONS DU TRAVAIL. Main-d'Cauvre. En dehors des
ateliers permanents d'immigrants employes sur les ha-
bitations, c'est le travail h la tAche qui est le plus usit6.
Une tAche consiste dans la plantation ou le sarclage de
400 pieds de canne en moyenne; la dur6e du travail est de
4 a 5 hcures et l'ouvrier reqoit un salaire qui varie peu,
suivant la locality, et qui est en moyenne de 0 fr. 75 h
1 franc. Un travailleur actif pent assez facilement accom-
plir deux tiches par jour; mais le creole ne fait ordinai-
rement que 4 on i tAches par semaine. II double ais6ment
son gain quand, habitant pris d'une agglomeration ur-
baine, il porte au march des herbes pour les chevaux ou
quand il cultive le jardin attendant A sa case. Aux environs,
du Gros-Morne, entire les deux rivieres LUzardes, sur les
hauteurs de Sainie-Marie et de la Grand'Anse, on trouve
un assez grand nombre de petits proprietaires qui font sur
leur domaine des cultures vivrirres et vont travailler sur
les habitations voisines.
L'ouvrier d'usine gagne ordinairement de 0 fr. 20 a
0 fr. 2:5 par here do travail effectif. Le domestique mAle
gagne, en sus de sa nourriture, de 30 a 40 francs par mois;
le domestique du sexe f6minin, de 1li h 20 francs.
L'alimentation du travailleur creole a pour base les ra-
cines indigenes, le manioc, la more et le poisson sal. Il
trouve chez les marchands la more A I fr. le kilogramme,
la viande salec ambricaine A 2 francs le kilog., laviande de







68 LES COLONIES FRANCAISES.

bceuf a I fr. 60 on 2 francs et le poisson frais A 0 fr. 80. Le
vin cofte de 0 fr. 70 A 0 fr. 90 le litre. La demeure du creole
consist dans une case en planches, 6tablie sur une solive
maconn&e et couverte ordinairement en paille de canne,
assez rarement en tuiles.
IMMIGRATION. A la Martinique, comme dans nos autres
colonies, les noirs, A la suite de 1'dmancipation, d6sert6-
rent en grand nombre les habitations agricoles : c'est alors
qu'on fut amend h, les remplacer par des travailleurs
strangers.
An debut, on songea a provoquer une large immigration
europ6enne, et quelques speculateurs propos6rent en 1852
aux administrations des Antilles d'amener dans ces deux
colonies plusieurs milliers de cultivateurs francais qu'on
devait recruter en Alsace et dans la rCgion pyr6neenne.
Mais ce project ne fut pas adoptE. Le conseil priv6 de la
Martinique fit ressortir avec force qu le cultivateur euro-
p6en ne pouvait etre employ a la culture de la canne
sous le climate des tropiques, qu'il ne pourrait Btre occupy
qu'aux soins A donner au b6tail et aux travaux accessoircs
d'une habitation, et que, dAs lors, de nombreux\immi-
grants europ6ens seraient plus nuisibles qu'utiles. La cul-
ture du sol paraissait exiger des Asiatiques ou des Afri-
cains.
Immigration indienne. On se tourna d'abord vers les
Indiens qui commencaient Ah tre fort apprEci6s h la R6u-
nion. Un decret du 27 mars 1852 autorisa un capitaine au
long cours,M. Blanc, h transporter aux Antilles 4,000 Indiens
en six ans, moyennant une prime de 500 francs par immi-
grant. La d6pense devait etre supported parties par les en-
gagistes, partic par la colonies. A cet effet, il 6tait crE6 une
caisse d'immigration, dot6e avec 1'indemnit6 accord6e la
colonic pour les noirs 6mancip6s du domaine, et qui devait







LA MARTINIQUE. 69

reccvoir de l'Elat une subvention annuelle do 100,000 a
;i0,000 francs.
M. Blanc introdui sit i la Marliniquu 1,191 Indiens, puis
renon:a it la concession qu'il avail oblenue. Le niinistlre
de la marine trail alors avoc la Compagnie gi6nrale mla-
rilime pour le transport de tous les coolies indiens, qui
seraient recrutds pour le compile lds Antilles par la Socict6


t I-


L'avrre du voI aCgur.


d'immigration de Pondiclhry. La caisse immigration
devait payer une prime d'introduction de 41;5 francs par
immigrant adult, et cette soimme lui tlait remboursioe a
pen pres inigralemenlt par cihaqnue engagiste en trois ou
quatre lannuili's. ('sl dillns ces conditions que ]a Comt-
pagnie maritime inlroduisil it la Marlinique, de 18ms; i 1862,
9,1:i8 Indiens. La plupart de cs immigrants se rengagiaient
dans la colonie ia 1'expiration de lour engagement primlitif,
qui 6tait de cinq ans. Ceux qui pr6firaient relournerdans







70 LES COLONIES FRANCHISES.

l'Inde 6taient rapatri6s gratuitement, aux frais de la caisse
d'immigration : le nombre des rapatri6s s'l6evait en
moyenne pour la Martinique a 200 par an.
Immigration africaine. En meme temps on demandait
des travailleurs h la race africaine. Un capitaine au long
course, M. Chevalier, amena quelques centaines de noirs
recruits dans les parties de la c6te occidentale d'Afrique,
ofl l'esclavage n'existait plus; mais bient6t les difficulties
de recrutement devinrent telles qu'il dut renoncer a pour-
suivre l'op6ration. Le d6partement de la marine prit alors
une measure decisive: il autorisa le recrutement des immi-
grants parmi les esclaves des populations africaines. L'es-
clave devait tre radheti a son maitre, ettransport6 comme
travailleur libre dans nos colonies, out il aurait la meme
situation que l'immigrant indien, avec droit au rapatrie-
ment gratuit a l'expiration de son engagement. M. R16gis,
n6gociant h Marseille, introduisit ainsi h la Martinique,
moyennant une prime de 485 francs par immigrant
adult, 9,090 Africains recrut6s exclusivement au Congo
et a Loango.
Immigration chinoise. On essayait aussi des travailleurs
chinois, et 754 Chinois recrut6s a Canton 6taient amends
a ]a Martinique. Les colons furent pen satisfaits de ces
nouveaux travailleurs, et immigration chinoise en resta la.
Mais le recrutement des immigrants parmi les esclaves
des peuplades africaines part. aux abolitionnistes une
forme d6guis6e de la traite. Us formul6rent des protes-
tations qui aboutirent ala convention conclue le lerjuillet'
.1861 entire la France et l'Angleterre. Ce trait avait pour
but, d'une part, de mettre fin au recrutement des immi-
grants sur la c6te d'Afrique et, d'autre part, de r6gler les
conditions de 1'immigration des coolies indiens dans nos
colonies.







LA MARTINIQUE. 71
Pendant cette nouvelle phase, ce fut administration qui
se charge de fournir des immigrants aux colons qui lui
en adressaient la demand. Elle se procurait des travailleurs
par l'intermidiaire d'agents 6tablis les uns dans les comp-
toirs francais de Pondich6ry, de Karikal et de Yanaon, les
autres dans le grand emporium anglais de Calcutta. Ces
agents enr6laient les immigrants en leur donnant des
arrhes, et leur faisaient signer un contract d'engagement
en presence d'un fonctionnaire charge d'assurer et de
constater le libre consentement de l'engag6. Le contract
une fois sign, les immigrants etaient embarqu6s sur des
navireg nolis6s par administration. A leur arrive dans
la colonies, les Indiens, divises en lots de dix, 6taient
rtpartis entire les colons par voie de tirage au sort.
Les 1] i, i-ih devaient fournir aux immigrants un sa-
laire fix6 a 160 francs par an pour les hommes et a 100 francs
pour les femmes; ils leur devaient en outre la nourriture, les
vitements, le logement et les soins m6dicaux. C'est ainsi
que, en vertu des riglements, toute exploitation ayant vingt
immigrants, devait tLre pourvue d'une infirmerie conve-
nablement installed et approvisionn6e, et justifier d'un
abonnement avec un m6decin. Enfin les engagistes payaient
a l'administration pour frais d'importation une'somme
fixe de 373 francs par tite d'immigrant. D'autre part, le
budget local de la colonies supportait une parties des frais
d'introduction, la totality des frais n6cessaires pour leur
rapatriement, quand il 6tait exig6, et les frais de la sur-
veillance exercte sur les engagistes : la d6pense total A la
charge du budget s'l6evait a 250,000 ou 300,000 francs
par an.
C'est dans les conditions qui precedent que, de 1853
h 1884, l'immigration indienne a fourni h la Martinique
25,509 travailleurs, don't 4,541 seulement furent rapatrits.







72 LES COLONIES FRANQAISES.

Mais en d6pit des reglements administratifs qui d6finis-
saient minutieusement les obligations des engagistes, en
d6pit de la surveillance exerc6e par des fonctionnaires
sp6ciaux, des abus inevitable se produisaient. Au mois de
d6cembre 1885, le Conseil g6n6ral de la Martinique, se
rangeant A l'avis de ceux qui depuis longtemps critiquaient
l'immigration come 6tant une nouvelle forme'de servage,
et surtout comme faussant les rapports naturels du capital
et du travail, puisqu'elle introduisait, dans'la colonie, des
travailleurs, avec l'aide du budget, a vot6 la suppression
de l'immigration officielle et subventionn6e.
Depuis lors, aucun convoi d'immigrants n'est arrive h la
Martinique. N6anmoins on y trouvait encore, au ier jan-
vier 1888, 9,966 immigrants indiens, 6,087 Africains, 454
Chinois.
Immigration europdenne. D'aprEs ce que nous venons
de dire, il ne semble pas y avoir place pour une immigra-
tion de travailleurs europ6ens. En effet, I'Europ6en peut
difficilement se livrer A la culture des champs sous le
soleil des tropiques; d'autre part, on emploie tres pen
d'Europeens sur les habitations comme g6reurs ou 6co-
nomes. On pr6fere g6n6ralement les employs du pays,
qui content moins et sont mieux acclimat6s.
Quant aux petites industries (serrurerie, menuiserie,
magonnerie, etc.), elles ont assez d'ouvriers indigines : le
salaire serait d'ailleurs tres modique pour un Europ6en
relativement A la some qu'il devrait d6penser pour se
maintenir en bonne santW, l'alimentation 6tant coftteuse
et les logements d'un prix 61ev6.
Il est cependant une cat6gorie d'Europ6ens qui trouve-
raient a s'6tablir utilement la Martinique : ce sont les
agriculteurs qui viendraient avec des capitaux pour se
livrer h la culture du cafe, du cacao, de la vanille, etc., sur

















F ORT-D E-FRANCE. -- LA 1'LACE DCU MARCHIE.


r^----






74 LES COLONIES FRANCHISES.

les sites 6lev6s, oi ils pourraient s'acclimater facilement.
RIGIME COMMERCIAL. Le regime commercial de la Mar-
tinique est r6glement6 par le s6natus-consulte du 4 juil-
let 1866, qui donne pouvoir an Conseil g6n6ral de la colonies
de voter : 10 les tarifs de douane sur les products strangers
imports dans la colonies, sauf homologation par un d6cret
rendu en Conseil d'ltat; 20 les tarifs d'octroi de mer sur
les objets de toute provenance.
En fait, les droits do donane ont Wt6 s'upprim6s en 1867;
on n'a plus conserve que 1'octroi de mer, qui n'a qu'un '
caractere fiscal et qui est percu au profit des communes;
ces droits frappent 6galement les products francais et les
products strangers.
C'est pour ce motif qu'a diff6rentes reprises ce regime
commercial a provoqu6 les dolhances des producteurs
francais, qui demandaient pour lours products la protec-
tion sur les marches coloniaux. Cedant a la demand de
l'administration central des colonies, le Conseil general a
vot6 en 1884 et en 1886 le rdtablissement de certain droits
de douane, frappant les marchandises 6trang6res sui-
vantcs : tissues, draps, peaux et pelleteries ouvrdes, paper,
orf6vrerie et bijouterie.
MOUVEMENT COMMERCIAL. Depuis fort longtemps, le
movement commercial.de la Martinique est presque in-
variable, oscillant entire 28 ct 30 millions A I'importation,
et 24 et 28 millions a l'exportation. C'est a peu pris ce
qu'il 6tait d6ja avant l'abolition de l'esclavage: en effect,
en 1845, les importations atteignaient 25,800,000 francs et
les exportations 24,400,000 francs. En remontant cinquante
ans en arriere, on retrouve encore la m6me proportion;
en 1790 les importations et les exportations rtunies s'd1e-
vaicnt a 43,638,000 francs.
Mais, dans les quatre dernieres ann6es, qui viennent de







LA MARTINIQUE. 75

de s'6couler, par suite de l'avilissement du prix des sucres,
le commerce de la colonies a 6t6 inf6rieur h ce qu'il 6tait
dans la periode antlrieure; en 1887 par example, I'impor-
tation n'a Et6 que de 23,461,450 francs et l'exportation n'a
atteint que 20,859,310 francs.
11 convient de remarquer que, dans ce dernier clliffre, le
rhum et le taria entrent pour i,401,211 francs ct le sucre
pour 11,873,774 francs, soit, en some, les 17/20 de l'expor-
tation. Du reste il faut reconnaitre que l'exportation du
rhum a grand depuis le milieu du si6cle, suivant une pro-
gression constant et tris rapide. Partie de un million de
litres en 1850, elle arrive a 4,400,400 litres en 1857, A
6,200,000 litres cn 1867, a 6,600,000 litresi en 1877, enfin,
par un bond 6norme, ai 8,800,000 litres en 1887, oh elle
atteint son maximum. Aux mOmes dates, l'exportation du
sucre att successivement de l5 millions de kilogrammes,de
26 millions, de 29 millions, de 40 millions, enfin de 39 mil-
lions en 1887.
On doit remarquer que la quantity du sucre export
n'a done pas sensiblement diminub dans les dernieres
ann6es que nous avons signalees plus haut comme moins
favorables au commerce; ce point, rapproch6 de la pro-
gression de l'exportation du rhum dans la mime p6riode,
semblerai indiquer une situation prosp6re de la colonies;
mais ii n'en est rien, la crise 6conomique que traverse
actuellement la Martinique provenant, non d'un ralen-
lissement de la production, mais uniquement au con-
traire de la baisse considerable survenue dans le prix du
sucre; tandis qu'en 1877 les 40 millions de kilogrammes do
sucre exposes repr6sentaient 24 millions de francs, en 1887
la mime quantity A pen prOs, c'est-a-dire 39 millions de
kilogrammes, ne valait plus a l'exportation que t1 millions
de francs, soit un cart de moitid dans le taux de la valeur.






76 LES COLONIES FRANQAISES.

COMMERCE AVEC LA FRANCE. Sur les 44 millions qui
ont repr6sent6 en 1887 le movement commercial de la
Martinique, la part de la France est de 9,060,000 francs a
l'importation, de 18,333,000 francs h l'exportation.
Les principles marchandises que la Martinique recoit de
France sont : vin (1,600,000 fr.); huile (4 million); tissues
(960,000 fr.); engrais (276,000fr.); fer en barres et ouvr6
(256,000 fr.); sucre raffinm (197,000 fr.); vltements confec-
tionnes (175,000 fr.); porcelaine et poterie (147,000 fr.);
puis des armes, de la parfumerie, des liqueurs, des
cristaux et verreries, des meubles, etc.
La colonies export principalement en France du sucre
(10,821,000 fr.), des rhums et tafias (5,450,000 fr.); du cacao
(579,000 fr.); des liqueurs (30,000 fr.), etc.
Quant aux autres colonies francaiscs, la Martinique ne
demand guire qu'a Saint-Pierre et Miquelon de la more
(450,000 fr.) et a Pondich6ry du riz (148,000 fr.), sans qu'il
y ait une exportation notable correspondante.
COMMERCE AVEC L')JTRANGER. Parmi les marchandises
que la Martinique recoit de 1'Etranger, il y a lieu de citer
par rang d'importance les tissus don'tt l'importation
a Wtd de 3,500,000 fr. en moyenne, dans les dernieres
annees); le froment et la farine (3 millions); les engrais
(2,500,000 fr.); la more et les poissons sales (1,400,000 fr.);
le riz et grains (1,200,000 fr.); chevaux, bmoufs et mulets
(150,000); bois de construction (750,000); viandes salves
(700,000 fr.); beurre (700,000 fr.); machines et m6taux ou-
vrts (600,000 fr.) ;futailles et ouvrages en bois (450,000 fr.);
tabac (400,000 fr.); houille (360,000 fr.); bougie (325,000 fr.);
eau-de-vie (300,000 fr.); savons (300,000 fr.); caf6 (225,000 fr.);
p6trole (200,000 fr.).
Les principaux pays strangers avec lesquels la Marti-
nique entretient des relations commercials sont les Etats-







LA MARTINIQUE. 77

Unis, ofi clle envoyait en 1882 pour 7 millions de products
et don't elle en recevait pour 5 millions; et l'Angleterre et
les colonies anglaises qui figuraient dans ses impor-
tations pour 7 millions et dans ses exportations pour
4,164,000 francs.
Ce que la Martinique envoie aux Etats-Unis, c'est le sucre
brut don't le tarif douanier amnricain favorite l'importa-
tion dans l'int6ret des raffineries; par centre, elle en recoit
presque toutes les farines qu'elle consomme, des viandes
sales, du beurre, des houilles, des machines, des
meubles, etc.
La Grande-Bretagne envoie A la Martinique soit directe-
ment, soit par les voices du Havre, de Saint-Nazaire et de
Bordeaux, des tissus de lin ou de chanvre, de la houille,
des fers, des aciers, des engrais, de la quincaillerie et de
la mergerie.
De la Nouvelle-EcoSse, elle recoit de la more et d'autres
poissons sal6s, et des bois a construire; de Porto-Rico, des
becufs et des chevaux; de Haiti, du caf6; de Cuba et du
V6n6zu6la, du tabac.
MOUVEMENT MARITIME. En 1887, le movement ma-
ritime de la Martinique comprenait 862 navires, jau-
geant 371,948 tonneaux. Dans ce total, la part du pavilion
francais est de 342 batiments repr6sentant 227,470tonneaux.
CENTRE DU COMMERCE. Le commerce maritime se fait
soit par 1'interm6diaire de courtiers asserment6s nom-
m6s par l'administration, soit directement entire vendeurs
et acheteurs. La totality du movement commercial de la
colonies est concentr6 h Saint-Pierre oh resident les prin-
cipaux n6gociants en gros et detail, ainsi quA les com-
missionnaires, courtiers et consignataires. Ces derniers
pr6klvent environ 5 p. 100 de commission sur la valeur des
marchandises d'exportation.







78 LES COLONIES FRANCHISES.

Tout Ic commerce est dans les mains de maisons fran-
caises : il n'existe qu'une ou deux maisons EtrangEres.
TAUX DE L'INT RET. La loi du 13 septembre 1807 n'a
jamais Wte promulgude dans la colonie: le tauxde l'interet
n'est done limit ni en matiere civil, ni en matirre com-
merciale, et en fait, il est relalivement 1lev6. Sur pre-
miere hypotheque, l'argent vaut h la Martinique 8 p. 100
pour des prets important, et 10 p. 100 pour les petits
prIts.
ETABLISSEMENTS DE CREDIT.-Banque. -Il existe une Banque
colonial, sorte de Banque d'Etat qui a le monopole de
1'6mission des billets de banquet, et qui est place sous la
surveillance du gouvernement. La Banque escompte les
effects de commerce a deux signatures, a un taux qui varie
de 8 a 10 p. 100. Elle fait aux propri6taires des prets sur
r6coltes pendantes au taux de 5 p. 100. Enfin, jouant en
parties le r61e d'un mont-de-piWte, elle fait des prets sur
d6pits de matieres d'or et d'argent et rend ainsi de grands
services a la population ouvriere, qui peut de la sorte se
soustraire aux exigences usuraires des priteurs sur gage.
Voici du reste en quoi consistent exactement ses op6ra-
tions :
1 A escompter les billets a ordre ou effects de place A deux
ou plusieurs signatures;
20 A n6gocier, escompter on acheter des trails on des
mandates directs on a ordre sur la m6tropole on sur l'6tran-
ger;
3o A escompter des obligations, ni'gociables on non n6-
gociables, garanties :
Par des warrants et des r6c6piss6s de marchandises d6-
pos6es soit dans les magasins publics, soit dans des maga-
sins particuliers dontles clefs ont 6tt r6gulierementremises
a la Banque;







LA MARTINIQUE. 79

Par des cessions de r6coltes pendants;
Par des connaissements h ordre ou r6gulibrement en-
dosses;
Par des transferts de rente on d'actions de la banque de
la colonie;
Par des d6pots de lingots, de monnaies on de matieres
d'or et d'argent;
40 A se charger, pour le compete des particuliers ou pour
celui des etablissements publics de l'encaissemcnt et du
recouvrement des effects qui lui sont remis, et h payer
tous mandates et assignations;
50 A recevoir, moyennant un droit de garde, le dip6t
volontaire de tous les titles, lingots, monnaies et matieres
d'or et d'argent;
60 A souscrire a tous emprunts ouverts par 1'Etat, par la
colonie ou par les municipalities de la colonie jusqu'h con-
currence des fonds verses h la reserve;
70 A recevoir, avec l'autorisation du ministry charge des
colonies, les products des souscriptions publiques ouvertes
soit dans la colonie, soit dans la nmtropole;
80 A 6mettre des billets payables h vue au porter, des
billets A ordre et des traites ou mandates;
90 A faire commerce de m6taux precieux, monnayes ou
non monnayes.
Pour l'exercice 1887-1888, le chiffre des operations de la
Banque s'est Mlev a :
12,805,985 francs en escompto d'effets de commerce, et
en prIts sur actions,
3,630,007 francs en prets sur r6colte,
Et 274,621 francs en prets sur dep6ts de matieres d'or
et d'argent. -
CREIDIT FONCIER COLONIAL. A c6t6 de la Banque se trouve
le Credit Foncier Colonial, qui a le monopoly des opera-







80 LES COLONIES FRANhAISES.

tions do credit foncier, et qui fait aux propri6taires des
prets h long term. Sur hypothqque, le taux dcs emprunts
est de 10 p. 400, y compris l'amortissement en 30 ann6es.
On peut 6valuer A 12 millions environ le montant des prets
de cet 6tablissement actuellement en course A la Marti-
nique.
Cette Societt, don't le siege cst a Paris, a 6t~ appel4e a
remplacer l'ancienne soci6t6 du Cr6dit colonial crE66 en
1860 en vue de priter soit a des proprietaires individuel-
lement, soit h des reunions de propri6taires les sommes
n6cessaires A la construction des sucreries dans les colo-
lonies franchises ou au renouvellement et A l'amilioration
de l'outillage des sucreries existantes.
Les prets 6taient alors garantis par une premiere hypo-
thlque sur l'usine'a conslruire on par tous autres gages
immobiliers ou mobiliers agrees par la Socite : les de-
mandeurs devaient, en outre, justifier de r6coltes suffi-
santes pour l'alimentation de l'usine en vue de laquelle le
prdt 6lait effectu6.
L'int6rit des sommes a prAter ne pouvait ktre 61ev6 au-
dessus de 6 p. 100, A moins de d6lib6ration du conseil d'ad-
ministration de la Societ,, approuv6e par le ministry des
colonies et par celui des finances. L'emprunteur devail en
outre A la Soci6te, pour droits de commissions et frais
administration, 1 p. 100 par an du capital emprunt6.
Mais la SociEtl de credit colonial fut autoris6e, en 1863,
A se transformer et elle prit le titre qui lui appartient au-
jourd'hui, celui de Societd de credit foncier colonial.
Actuellement les opieations consistent :
1 A priter, A des conditions d6terminies, soit A des
propri6taires individuellement, soit A des reunions de
propribtaires, les sommes n6cessaires A la construction
de sucreries dans les colonies franchises on au renouvel-







LA MARTINIQUE. 91

lernent et i lrnmemioration de 1 outillage des sucreries
actuellemeni existantes
20 A prkter sut hypoLhque aux propriktaires d'im-






Af -


TIuuff do haInbous.


nienbiles siluis dans Ics nnimes coloiijes, des sommes
rembo ursab es par ics en prunlieurs. soil, "L lon1g Lerine at
moyen d'annui I.s con prenaiit les iinti4li~l,s, Iainoiillisseiuiiit
et les frais d'aI111ini.[ral ion. soi, i coin- tormne, avec on
sans amoroisserent;
A 11 El, T Q U Ei. *6






82 LES COLONIES FRANQAISES.

30 A acquErir, par voie do cession ou autrement, et h
rembourser avec on sans subrogation, des cr6ances pri-
vilegikes ou hypoth6caires, dans les conditions d6termi-
noes par les status;
40 A priter aux colonies et aux communes dans les co-
lonies, avec ou sans hypotheque, soit A long term avec
remboursement par annuit6s, soit A court terme, avec ou
sans amortissement, les sommes qu'elles auraient obtenu
la faculty( d'emprunter;
Bo A crder et h n6gocier des obligations pour une
valeur (gale au montant des prets.
La Societ6 s'cst engage A effectuer des prets jusqu'A
concurrence d'un minimum de 10 millions de francs, a
realiser lesdits prits en numr raire et h en stipuler le
remboursement par annuit6s comprenant :
o1 L'int6rtt, qui no peuti d6passer 8 p. 100;
20 La some n6cessaire pour amortir la dette dans le
d6lai de trente ans au plus;
30 Une allocation pour frais d'administration qui ne
peut exceder 1 fr. 20.
La colonies s'est do son c6t6 engage A garantir (ventuel-
lement A la SociWt( de credit foncier une some (gale h
2 1/2 p. 100 du montant des obligations 6mises par elle en
representation des prits realis6s dans la colonic. La limile
de cctte garantie a (6t fix6e h 250,000 francs par an. Lorsque
la garantie colonial doit fonctionner, la SociWtl remet au
directeur de 1'Int6rieur un (tat des sommes qui lui sont
dues, soit sur les annuities, soit sur le capital, apres r6ali-
sation des gages hypoth6caires liquids dans l'ann6e pour
que le payment de la some lui revenant soit inscrit au
budget de la colonies. Les effects de la garantie sont 6puisus
dans lo course do deux somestres et 1'imputation de la dette
d'un exercise ne pout (tre reportee sur l'autre.







LA MARTINIQUE. 83
La colonies a la faculty de s'affranchir du service des
annuitis en provoquant l'execution du gage. Cette execu-
tion ne pent etre diff6r6e que de son consentement et
dans un intnrdt commun.
La colonies profit, jusqu'a concurrence du' capital
qu'elle a fourni en execution de la garantie, de la plus-
value des revenues d'immeubles adjug6s primitivement au
Credit foncier moyennant un prix inf6rieur A la some
restant due sur le prit.
La garantie de la colonies ne peut etre invoqu6e pour
couvrirla Societ6 des pertes qu'elle pourrait 6prouver par
suite de l'irr6gularit6 de ses titres ou de toute autre faute
lourde de sa part.
Une disposition particulirre de la convention du 9 aodt
porte que, dans le cas ofi la Socidt6 du credit foncier colo-
nial s'Etablirait dans une autre colonies, soit sans exiger
de garantie, soit moyennant une garantie moindre que
celle stipul6e par la convention, le b6nefice de l'6galit6 de
traitement serait acquis A la Martinique.
CHAMBRES DE COMMERCE. Cette institution, cr66e par
ordonnance locale du 47 juillet 1820, sous la d6nomina-
tion de bureaux de commerce, a 6t6 de nouveau regle-
ment(e par les arret6s du 5 avril 1848 et du 17 mars 1835.
Les chambres de commerce sont composes de dix
membres A Saint-Pierre et de six membres A Fort-de-
France. y compris le president.
Le dirccteur de l'Int6rieur est membre-n6 de ces deux
chambres, et il preside de droit les seances ofi il assisted
en personnel.
Les membres de la chambre de commerce sont 6lus
pour six afs et toujours r66ligibles. Ils sont renouvels'
par moiti6 tous les trois ans.
Le president est choisi par le gouverneur parmi les







84 LES COLONIES FRANCHISES.

membres de chaque chambre de commerce; il est nomm6
pour trois ans.
Les chambres de commerce sonL charges :
1 De presenter des vues sur les moyens d'am6liorer a
situation' du commerce;
20 De faire connaltre au gouvernement les causes qui
en arrntent les progrEs;
30 D'indiquer les resources que l'on peut se procurer;
4 D)e fournir des padres, etc.
En toute occasion o les chambres de commerce auraient
I s'occuper de matieres don't la discussion serait susceptible
d'Otre 6clairie par l'avis des capitaines de navires de com-
merce, elles peuvent, a cet effect, appeler dans le:ir sein
le nombre de ces capitaines qu'elles jugent convenable.
Des capitaines de navires de commerce peuvent Otre
g'alement d6sign6s par le gouverneur pour assisted les
chambres dans l'examen des questions qui sont dans le
cas de leur Otre soumises par le gouvernement.
COMMIssAiRES-PRISEUns. Les offices de commissaires-
priseurs ont CtC cr6 s dans la colonie en 1832 et r6orga-
nis6s en 1876.
Les commissaires-priseurs sont nommas par le-gouver-
neur en conseil priv6 sur la presentation du directeur de
1'IntGrieur et du procureur general. Its sont places sous la
surveillance du minist6rc public et de la direction de I'in-
t6rieur, ct soumis A la mrme discipline quo les autres offi-
ciers minist6riels.
Leur nombre'a t6 fix6 h deux, un h Saint-Pierre et un
h Fort-de-France.
Leurs attributions sont les mames que cells des com-
missaires-priseurs 6tablis en France.
COURTIERS DE COMMERCE, AGENTS DE CHANGE. -En 1851, Ule
bourse de commerce et des charges de courtiers furent







LA MARTINIQUE. 83

insti iies i Sainl-Pierre soulemeilit. Le nombre dcs charges
fit fi, fi t h quate.
Mais on 180 iinte second bourse do commerce ful, cri t"
a Forl-de-Frane iLt to nolmbre do courliers fixi it doux
pour colte ville.
Les couriers exorcent enmulativeoment les fonclions
d'agents do change, de courtiers de inarchandiss et d'as-
surances cl de courliers inteiprites conducteiurs do nnaires.




*. -4-.... "













U Piton.


Pour exercer ces derniriices fonclions, les rounliers do com-
merce soln aslrinis it subir uin txamcln 1porlanl i rinicipa-
lement sur los langues espagnole el anglaisp, aux terms
de 1'arrl6I du 19 mars 1852.
COMMUNICATION AVEC LLA VIITROPOLE. La Marllinique
est relief h la France par des services riguliers de pa-
quleols francais el anglais. Le service franeais est confi6
it la Compagnie guinrale Iransatlantique, don't I'ls paque-
bots parent une fois par mois de Saint-Nazaire (IL 10),







80 LES COLONIES FRANCAISES.

une fois do Bordeaux (le 26), et une fois de Marseille (lo
Ier do chaque mois).
Les paquebots qui vont au Mexique relachent h Saint-
Thomas, tandis que les paquebots de Colon par La Guayra
relichent un ou,deuxjours h Fort-de-France. #-
Le service anglais, faitpar les paquebots de la Royal Mail
Company, est effectu6 deux fois par mois de Southampton.
De plus, une Compagnie amaricaine de navigation i va-
peur fait le service postal centre New-York et la Martinique,
moyennant une franchise de droits de quai qui lui a 6tc
accord6e par la colonies. Le passage des bateaux a vapour
de cette Compagnic n'a pas lieu i date fixe : il en'part un
environ tous les cinq jours.
Enfin la Martinique est en communication avec l'Europe
par le cable sous-maiin t6l6graphique des Etats-Unis aux
Antilles et it l'AmErique du Sud-: ce cable atterrit A Saint-
Pierre et relic de la sorte la Martinique au r6seau te61gra-
phique g6n6ral.
P)RX DES PASSAGES. Les prix de passage entire la
France et la colonic sur les paquebots de la Compagnie
g6narale transatlantique sont fix6s a 900 francs pour une
place dans une cabinet de ir' classes, a 800 francs pour la
28 classes, it 750 francs pour la 30, a 300 francs pour la
place d'entrepont.
PRIX DU FRET. Le taux des frets de France h Saint-
Pierre, invariable depuis plusieurs ann6es, est de 50 francs
sur les vapeurs, de 40 francs environ sur les voiliers :
celui des frets de Saint-Pierre en France est le m6me
pour les vapeurs, et tombe A 37 fr. 50 pour les voiliers.
SERVICE POSTAL ET SERVICE TILIGRAPIIIIQUE. La Colonies a
6tt admise dans l'Union ganarale des posts a la suite do
l'arrangement conclu a Berne en 1876.
Le service postal dans la colonies est centralis6 par un







LA MARTINIQUE. 87

receveur comptable r6sidant a Fort-dc-France qui recoit
toule la comptabilit6 des receveurs des posters de la co-
lonie.
Tous les agents titulaires du service des postes appar-
tiennent h l'administration m6tropolitaine.
En 1874, un service de mandates de poste a t6 (6tabli entire
la France et les colonies. Ce service est confiU aux agents
du tr6sor (tr6soriers-payeurs, tr6soriers particuliers ot
percepteurs).
Un arrkt6 du gouverneur, rendu en 1883 conformement
a un vote du Conseil general, a 6tabli des mandates d'ar-
ticles d'argent dans l'inttrieur de la colonies. Les compta-
bles du tr6sor sont Egalement charges de la delivrance et
du payment de ces mandates.
II n'existe dans la colonies qu'une line tlhegraphique,
6tablie en 1866 entire Fort-de-France et Saint-Pierre.
SERVICE DES CORRESPONDANCES ECHANGEES A L'INTERIEUR DES
COLONIES. Le transport de la correspondence entire les
deux villes est effectute par bateaux a vapeur on par ca-
nots. Les departs pendant la semaine ont lieu : De Saint-
Pierre, A six heures du martin et a deux heures de l'apres-
midi; de Fort-dc-France, a huit heures du martin et a quatre
heures de 1'aprus-midi. 11 est effectu6 le dimanche deux
voyages seulement, I'un de Saint-Pierre h Fort-de-France
a trois heures du matin, et I'autre de Fort-de-France i
Saint-Pierre a trois heures du soir. Pour los communica-
tions entire Fort-de-France, Saint-Pierre et les communes
rurales, administration emploie des courriers don't l'iti-
n6raire et les heures de depart et d'arriv4e sont fixes
d'avance.
SERVICE DES BATEAUX A VAPEUR DE LA COLONIE. DC Saint-
Pierre a Fort-de-France, tons les jours (les dimanches ct
fetes exceptss, a 6 heures du martin et a 2 heures du soir.







88 LES COLONIES FRANQAISES.

De Fort-de-France a Saint-Pierre, A 8 hours du matin
ct A 4 heures du soir.

Premires. . . 4 fr.
Secondss. . . 2 fr. 50

De Saint-Pierre au Marin avec scale a Fort-de-France,
aux Anses-d'Arlets, et au Poirier et vice versa.
Depart de Saint-Pierre le mercredi et Ie samedi A 6
heures et demie du martin, et du Marin, lejeudi et le lundi
a la meme here.
Lcs voyages se font de deux en deux semaines.
Les prix sont de 5 francs (1'r classes) et de 2 fr. 50
2e classes) de Saint-Pierre au Marin).
Du Lamentin a Fort-de-France et vice versd.
Depart du Lamentin, tous les jours A 6 heures du matin
et a 2 heures du soir.
DWpart de Fort-de-France, tous les jours h 8 heures 3/4
du martin et A 4 heures 1/2 de l'apris-midi.
Le voyage a une duree de une here un quart.
Les prix sont de 1 fr. 50 (I1r classes) et 1 franc (2e classes .
PRESSE. I1 se public a la Martinique, en outre du Mo-
niteur de la Martinique, qui est le journal official de la
colonies et qui parait deux fois par semaine, les journaux
politiques suivants:
La Petite France, qui parait Lous les samedis; le Pro-
pagateur, la Ddfense colonial, les Colonies, les Antilles, qui
paraissent le mercredi et le samedi de chaque semaine.
Le premier de ces journaux est public A Fort-de-France;
les quatre autres, A Saint-Pierre.
Le regime de la press est le meme que cclui en viguour
en France et la loi de 1882 est ex6cutoire A la Martinique.
BUDGET. Nous croyons interessant d'indiquer ci-aprcs







LA MARTINIQUE. 89

les recettes 'et les d6penses du budget local de la Marti-
nique pour l'ann6e 1888:

Recettes ordinaires.
Fr. c,
Contributions directed.. ....... 09,9S85
Contributions indirectes et divers pro-
duits et revenues. . . 3,615,703,75
TOTAL. . 4,307,688,75

Ddpenses.


Chapitre unique : Contingent fix6 parla loi
de finances envemplacement de la pres-
tation des Invalid s. . . .
CHAPITRE I. Gouvernement colonial .
II. Direction de l'Intericur..
III. Service du Conseil g(hnral. .
IV. Police g6nirale.. . .
V. Immigration et Prisons .
VI. Justice et cultes.. . .
VII. Instruction publique......
VIII. Subvention a l'instruction..
IX. Enregistrement.. .......
X. Contributions diverses. .
XI. Poste, t6legraphe, etc...
XII. Douanes et Laboratoire. .
XIII. Tresor . . .
XIV.. Imprimerie. . ..
XV. Assistance publique. .
XVI. Laboratoire agricole . .
XVII. Accessoires de la sold .
XVIII. Points et chaussies . .
XIX. Routes coloniales . .


A reporter .


54,410 H
31,370 ,
136,820 u
12,099,12
104,363,47
269,319,10
103,024 ,
846,127 ,
76,227,14
87,881 ,
S293,518 4
124,350 ,
200,488,62
81,000 )
65,443,20
247,138,40
22,365 >
55,000 ,
141,319,80
332,435 )
3,284,698,85


. .







90 LES COLONIES FRANCHISES.


Report . .
CHAP. XX. Service des ports et rades et du
bassin de radoub .. .
XXI. Subventions aux communes et
aux 6tablissements publics.
XXII. Accessoires de la solde..
XXIII. Depenses non classees ..
XXIV. D6penses diverse . .
XXV. D'penses d'ordre et dppenses
impr6vues. .... .....
XXVI. Dtpenses des exercices clos et
perimes ...... ....


Fr. c.
3,284,698,83

167,641,48

8,000
14,787,62
481,564,49
267,430,87

433,726,06




TOTAL. . 4,3i57,849,37


PIINCIPALES CONTRIBUTIONS ET TAXES LOCALES. Contribution
foncire. Propridtds bdties et non bdties. 5i p. 00 du revenue net.
Droits de sortie sur le sucre, le sirop et le tafia. Pour les
sucres de toutes qualit6s et les molasses. 0,75 les 100 kilos.
Pour les tafias. ..... . . 0,01 par litre.
Contribution mobilidre. 2 p.. 100 de la valeur locative
de habitationn personnelle de chaque contribuable, a
l'exception des loyers inf6rieurs a 250 francs.
DROITS DE NAVIGATION. -- Conges, passeports et per-
mis. Cong6s des b'timents francais, par acte. 0 ,
Passeports des b&timents strangers, par bAtiment. 6
Permis de charger et de d6charger. ...... 5 .
DROITS SANITAIRES. Par tonneau de jauge. 5
FIANCISATION. Batiments. d construction fran-
raise :
Au-dessous de 100 tonneaux, par tonneau. 09
De 100 et moins de 200, par batiment. . 18
De 200 h 300 inclusivement, par batiment. 24 ,
Pour chaque 100 tonneaux au-dessus de 300, idem. 60







LA MARTINIQUE. 91

Bntiments de construction 6trangere, par tonneau. 2
DROITS DE PILOTAGE. Par batiment francais on
stranger venant de France, des possessions
franchises ou de l'6tranger :
Do 50 tonneaux et au-dessous . ... 2
De plus de 30 a 60 ... ........... 18 ,
de 60h 100.. .. .. .. .. .. 43
DROIT DE PHARE POUR TOt'S LES PORTS DE LA COLONIES. -
BAtiments francais ou strangers naviguant an
long course on au grand cabotage .... 20 ,
Caboteurs francais naviguant hors des ports de la
colonie on petits caboteurs strangers. ... 3 .
DROITS DE LICENCE. Fabricants de spiritueux dans
tous les lieux . .. . . 2. 5 2
Marchands en grosdespiritueux dans tousleslieux. 100 ,
D6bitants de spiritueux : Droits sur la d6livrance
des acquits-h-caution, cong6s, laissez-passer,
ampliation, quittance du service de spiritueux. 10
TAXES DE CONSOLATION SUR LES SPIRITUEUX. Sur les spiri-
tueux imports, 4 fr. 50 par litre d'alcool pur. Sur les spi-
ritueux fabriqu6s et consommts dans la colonie, 0 fr. 80
par litre d'alcool pur.
DROITS SUR LES TABACS. -Importal ion de routes provenances:
En feuilles. . . 30 fr.
les 100 kilos.
.Fabriques. .. . 7i s fr.
DROITS DE DOUANE. -- Des droits .de douane, ktablis par
d6cret du 25 avril 1885, frappent les tissues de coton, do
lin, de chanvre, de laine et de soie, ainsi que lo paper et
ses applications, les peaux et pelleteries ouvr6es, les on-
vrages en mMtaux et les ouvrages en mafiires diverse.
DROITS D'OCTROI DE MER. Des droits d'octroi de mer, don't
le tarif est vot6 annuellement par le Conseil g6niral, frap-
pent les marchandises suivantes :




4, '4


92 LES COLONIES FRANCHISES.

Animaux vivants; products et d6pouilles d'animaux;
pkches; farineux alimentaires; fruits et graines; denr6es
coloniales; sues veg6taux; espices m6dicinales; bois;
fruits, tiges ol filaments i ouvrer; products et dichets
divers; pierres, lerres et combustibles min6raux; mitaux;
products chimiques; couleurs; compositions diverse;
boissons; vitrifications; fils; tissus; paper el ses applica-
tions; ouvrages en matibres diverse.


Coolieq inlions.







LA MARTINIQUE.


Renseignements statistiques. Comparaison
entire les ann6es 1867 et 1887.


POPULATION

1867. . 150,693 gmnt n
1887. . 175,391 tat : 2 696

INSTRUCTION
(sachant lire ct 6crirc).

1867. ...... 23,91ntation :
3 aulgmcntalion : 18,386


IMrPORTATI O

1867 ... 28,126,530
1887.'. . 23,461 50 diminution : ,66,100

EXPORTATION

1867 ... 18,915,009 me n 1,91,
1887 ..... .20,859,130 augmenttion : 1,9i1,12I

CAISSE D'EPARONE


Fondle en 1876 .
1887 .


228
173,668 augmentation : 173,110
173,668


rECETTES ET DEPENSES DE LA COLONIES
\


1867. ......
1887. . .



1867. . .
1887. . .


Recettes.

3,5i68,326
,869,123 I augmentation: 1,300,797

Depenses.

4,750,63 augmentation : 1,201,883
4,770,613 a






94 LES COLONIES FRANCHISES.


Bibliographie.

AUDE. La Martinique, son present et son avenir (extrait de
la Revue maritime et coloniale. Paris, Berger-Le-
vrault, 1882, gr. in-8.
A. D'AVRAINVILLE. Expose gdenral de la situation de la Mar-
tinique en 1875 (extrait de la Revuemaritime et colo-
niale). Paris, Berger-Levrault, 1876.
BEAUJEAN. -- Immigration incienne (extrait de la Revue algd-
rienne et coloniale. Paris, Hachette, 1860.
Dr BERENGER-FERAUD. Traitd clinique des maladies des Eu-
ropdens aux Antilles (Martinique). Paris, Doin, 1881,
2 vol. in-80.
CORNILLAC. Etudes sur la fidere jaune observee d la Marti-
nique de 1669 d nos jours. Fort-de-France, impri-
merie du Gouvernement;Paris, J.-B. BailliBre, 1873,
in-80.
CO~MTE DE LA CORNILLIERE. -- De la Martinique en 18'2 : Inte-
rdts coloniaux, souvenirs de voyage. Paris, Gide,
1843, in-80.
SIDmEY DANEY. Histoire de la Martinique depuis sa coloni-
sation jusqu'en 1815. Paris, Arthus Berton, 186-47,
6 vol. in-80.
ALEXIs GARNIER. Le Code c'Instruction criminelle de la
Martinique de 1828 d 1871 inclusivement, colla-
tionne sur les textes ofliciels. Paris, Cosse et Mar-
chal, 1872, in-4.
T. IHuc. La Martinique; etude sur certaines questions colo-
niales. Paris, Challarnel ain6, 1877, gr. in-80.
LOMBARD. La Martinique et les crreurs des geographes.
Revue scientifique, 9 aoft, 23 ao0t et 6 septembre
1884 et 10 janvier 1885.






LA MARTINIQUE. 05

' MARGAY. Belain d'Esnambuc et les Normands aux Antilles.
Paris, 1863, in-80. Origines franchises des pays
d'outre-mer; les Seigneurs de la Martinique (Revue
maritime et coloniale).Paris, Berger-Levrault, 1878.
PARDON. La Martinique, deputis sa ddcouverte jusqu'a nos
jours. Paris, Challamel, 1877, in-80, avec 2 cartes.
1)r I1. EY. Eltude sur la colonies de la Martinique ; topo-
graphie, mdelorologie, pathologies, anthropologie,
demographic (extrait de la Revue maritime et colo-
niale). Paris, Berger-Levrault, 1881, gr. in-80.
Dr E. HUFZ. C/'i,.i,.,..i.-. des maladies de la ville de Saint-
Pierre (Martinique) depuis l'annee 1837 jusqu'd l'an-
nee 1856 (extrait des Archives de la mddecine navale).
Paris, Bailli6re et fils, 1869, in-80.
D' E. Rurz. Enqudte sur le serpent de la Martinique (vipere
fer de lance, bothrops laneole). Paris, Germer Bail-
liere, 1860, in-8.
Cn. SAINTE-CLAIRE DEVILLE. Voyage g6ologique aux Antilles
et aux iles de T4ndriffe et de Fogo. Paris, Gide, 1847.
Recherches sur les principaux phdnomnnes de
mdetorologie et de physique terrestre aux Antilles.
Paris, Gide, 1861.
V. SCH(ELCHER. L'arrdtd Gueydon 4 la Martinique et l'arrdtC
Husson a la Guadeloupe. Paris, Le Chevalier, 1873,
in-80.
V. SCII(ELCIER. La Grande Conspiration du pillage, de I'in-
cendie et du meurtre d la Martinique. Paris, Lb Che-
valier, 1875, in-8.
V. ScIImLCHER.-- Evdnements des 18 et 19juillet 1881 4 Saint-
Pierre (Martinique). Paris, Dentu, 1882, in-80.
Annuaire de la Martinique. Edition de 1889. Fort-de-
France, imprimerie du Gouvernement. I vol. in-18.
(Publication annuclle.)






96 LES COLONIES FRANA'ISES.

Economiste franfais. -- La Martinique, son passe ct sa situa-
tion actuelle (extrait du no di 7 juillet 1877).
Revue maritime et coloniale.- Etude sur la fidvre bilieuse d la
Martinique (extrait du no de septembre 1878, p. 656).
Paris, Berger-Levrault.
.lr;,,l. .* de la marine et des colonies. Notices statistiques
sur les colonies franchises. Paris, Imprimerie royale,
1837. Notices sur les colonies franchises, accom-
pagn6es d'un atlas de 14 cartes. Paris, Challamel,
1866. Collection des tableaux de population
de culture, etc., des colonies franchises, A parlir de
1831. Paris, Imprimerie national. (Se continue.)
Notices coloniales, publiees l'occasion de 1'Exposition d'An-
vers en 1885. Paris, Imprimerie national, 1885-
1886, 3 vol. in-8.
Carte general de la M11, /"irpi, Paris, D)pbt de la Marine;
no383.
Collections photographiques de l'exposition permanent des
Colonies.
Collections photographiques de la SocidtI de *.i'.i,,l,7i, : col-
lection Fabre.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs