• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Hippos, anes et canards
 L'allee des Baobabs
 L'introduction de l'elevage du...
 Histoire de chasse
 Atrocites congolaises
 Un boche au Congo
 L'omelette escamotee
 Une visite officielle a Librev...
 Dibwe, le leopard du command...
 Un incident a Matadi en 1893
 L'Education physique au Congo
 Un truc de soiffard
 Genievre at porto - absinthe...
 Absinthe, absinthe, quand tu nous...
 La garde qui veille
 Le fou
 Le viuex Capitaine de steamer
 Fiction capillaire
 La mort du Colonel ou le cadavre...
 Un bleu
 Le levrier du Sankuru
 Une histoire de teatotaler
 Question de s'entendre
 Question de s'entendre......
 Le crocodile
 Les bananes et les ananas
 Comment j'ai tire mon premier...
 Pateat!
 Histoires de chasse
 Le voleur de bananes
 Hors-d'oeuvers coloniaux
 Table of Contents






Title: Anecdotes du vieux Congo
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00016282/00001
 Material Information
Title: Anecdotes du vieux Congo
Physical Description: 105 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Tshérika
Publisher: Éditions "Notre Colonie"
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1925
 Subjects
Subject: Anecdotes -- Congo (Democratic Republic)   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Tshérika ; préface du Dr. Dryepondt.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00016282
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001153665
oclc - 03967358
notis - AFQ3698

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
    Title Page
        Page 2
    Preface
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Hippos, anes et canards
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    L'allee des Baobabs
        Page 11
        Page 12
    L'introduction de l'elevage du porc dans l'Ubangi
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    Histoire de chasse
        Page 16
        Page 17
    Atrocites congolaises
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Un boche au Congo
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    L'omelette escamotee
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    Une visite officielle a Libreville
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Dibwe, le leopard du command Michaux
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    Un incident a Matadi en 1893
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    L'Education physique au Congo
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Un truc de soiffard
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Genievre at porto - absinthe scandinave
        Page 48
        Page 49
    Absinthe, absinthe, quand tu nous tiens!
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    La garde qui veille
        Page 54
        Page 55
    Le fou
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Le viuex Capitaine de steamer
        Page 60
        Page 61
        Page 62
    Fiction capillaire
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    La mort du Colonel ou le cadavre recalcitrant
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    Un bleu
        Page 70
        Page 71
        Page 72
    Le levrier du Sankuru
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Une histoire de teatotaler
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    Question de s'entendre
        Page 80
        Page 81
    Question de s'entendre... encore!
        Page 82
        Page 83
    Le crocodile
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Les bananes et les ananas
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Comment j'ai tire mon premier hippo
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Pateat!
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Histoires de chasse
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Le voleur de bananes
        Page 101
        Page 102
        Page 103
    Hors-d'oeuvers coloniaux
        Page 104
        Page 105
    Table of Contents
        Page 106
        Page 107
Full Text



Anecdotes-

cdu


Vieux Congo
par


TSHERIKA


PREFACE DU Dr DRYEPONDT


'I,


" EDITIONS SNOTRECOLONIE,I

:" ,. "' . '* >-: -







Anecdotes
du

Vieux Congo
par


TSHERIKA


PREFACE DU Dr bRYEPONDT


EDITIONS NOTRE COLONIE,,



















Preface


Le vieux Congo! Le Congo de la piriode hdroique!
Que de souvenirs de gloire et de misere, d'audace, d'initia-
tive, d'hdroisme; de divouement, d'abnegation, mais aussi de
privations, de dangers, surmontis sans murmures, pour la
belle cause d'une plus grande Belgique.
Les homes qui osdrent alors se lancer au ccur de
I'Afrique inconnue et sauvage, d quelques-uns; d peine arms,
vaguement ravitaillis, avaient, comme dit le vieil Horace, le
ceaur barde d'une triple cuirasse d'airain.
Beaucoup sont morts d la.tdche, vaincus par la maladie et
le climate, et dorment la-bas leur sommeil 9ternel, sur ce sol
sacred, devenu Belge, grdce a leur noble sacrifice.
Ils manquaient de tout, ces pionniers de la premiere here,
ils forgerent eux-memes tout ce qui leur manquait. Ils ne
recevaient pas de. farine, pas de vin, pas de beurre; ils cla-
querent parfois la faim, entourds par des peuplades belli-








-4--


queuses, sanguinaires et sauvages, ils ne desespirerent jamais
et suppleaient par leur gaitj d toutes les bonnes choses
absences, en faisant la nique aux dangers qui les envi-
ronnaient.
Cette bonne et franche gaite belge, oit s'allient l'humour
anglais, l'esprit gaulois et la bonne vieille zwanze national,
les soutenait dans les moments difficides et ne les abandonna
jamais.
Ce sont ces souvenirs, le c6td dr6latique et joyeux de l'hI-
ro'que venture congolaise que <( Tshdrika ) a voulu rappeler
dans les anecdotes veridiques qu'il fit paraitre, pour la plu-
part, dans Notre Colonie, bulletin de I'Office belge de colo-
nisation au Congo, qui ont dte rdunis dans cette brochure.
Beaucoup de ceux auxquels ii est fait allusion dans ces
recits vivent encore; certain occupent de hautes positions en
Belgique, donnant ainsi un sanglant dimenti a ceux qui,
n'ayant ose etre de cette belle piriode du Congo, s'en didom-
'magent en insinuant que les pionniers de la premiere here
itaient un ramassis de rats et d'aventuriers, ruins physi-
quement, matiriellement et moralement.
D'autres, hilas,! ont disparu, car le temps fait tous les jours
;de nouveaux ravages dans les rangs des anciens.
II dtait bon, il etait utile, que les vieux souvenirs qui se
-rattachent d cette epoque ddjd lointaine la Grande Guerre
fait apparaitre, aujourd'hui, bien distant, tout ce qui la
pr~cida soient reunis et i,,rr,'r',, car ils affirment la
.serdnite d'dme, la confiance en eux-memes, la gaitd triom-
phant des obstacles, de ceux qui fonderent le Congo et rdpon-
dirent, jadis, au premier appel de I'illustre fondateur de notre
belle colonie du Congo belge, notre grand roi Leopold II.








( Tshjrika ) fut un de ces Belges, ii a vicu les anecdotes
qu'il raconte, fut l'ami, le collaborateur, le compagnon
d'armes de ceux don't ii nous entretient dans ses recits anee-
dotiques qu'il itait temps de recueillir et de publier, avant
que la pieiade des anciens Congolais ait disparu a jamais.

D' G. DRYEPONDT.






















Hippos, anes et canards


Ceci n'est pas un conte; mais comme le principal heros de
I'aventure est encore en vie, nous tairons son nom.
Un beau matin, certain chef territorial vit arriver chez lui
le chef d'un poste assez proche, I'air penaud et contrist6,
contrastant singulibrement avec son attitude habituelle plut6t
altiere.
Que s'btait-il pass?
Laissons la parole au visiteur qui vient expliquer a son
collogue ce don't il s'agit:
Tu connais, mon cher, le marigot qui se trouve derriere
la factorerie A c6t6 de mon poste.
Tu sais aussi combien les vivres sont rares et quelles peines
j'ai a nourrir mon nombreux personnel!
Done, hier soir, A la brune, je me rendis, arm6 d'un bon
fusil, aupres du dit marigot, of les noirs m'avaient dit que
des hippos venaient frequemment.







-8-


Tu penses quelle aubaine si j'e parvenais h abattre un de
ces 6normes pachydermes.
La nuit tombait. Tout a coup, je vis une masse sombre qui
remuait dans les herbes. Je.vise, je tire, jeme pr6cipite! et
qu'est-ce que je vois?
N... de D..., dit son interiocuteur, malheureux, tu as tu6
un noir?
Non, reprit X..., non... c'etait... un ane!
A cette revelation, un eclat de rire sonore r6pondit; mais
R..., d'un geste large et indign6, arreta cet aces, disant:
Attends, ce n'est pas tout!
Ah, il y a-une .suite!
Hklas! oui, r6bondit R... AprBs quelque temps d'une
nouvelle attente, je vis bient6t une nouvelle masse sombre
qui remuait dans les herbes!
Je vise, je tire...
N... de D..., fit son interlocuteur, cette fois-ci c'est un
negre!
Non, mon cher, reprit R..., lugubre; non, c'6tait I'autre
Ane.
En .effet, une mission d'6tudes 6tait venue camper dans le
voisinage et le chef de cette mission poss6dait deux pauvres
bourriquiots, malheureuses victims de l'adresse do notre ami,
adresse' qui, naturellement, menagait de lui colter gros, sans
computer qu'il fallait affronter le chef de mission, terrible
meridional A la faconde aussi eniflamm6e que pittoresque, que
la perte de ses lines devait avoir plong6 dans une indignation
qui promettait quelques invectives choisies et bien senties
don't la nouveaut6 et 1'inattendu avaient fait la reputation du
bonhomme.






-9-


C'6tait done aide et presque protection que R... venait
demander a son voisin don't les'rires bruyants ne faisaient
nullement son affaire et lui donnaient come un avant-goilt
de la bordee qui 1'attendait chez le redoutable chef de mission.
iMais le voisin avait bon cceur, et quand ii eut suffisamment
ri aux d6pens du pauvre R..., qui n'en menait pas large, il lui
proposal le moyen de se.tirer d'affaire.
Certain haut fonctionnaire avait laiss6 h la station un bel
ane de Mascate, qui ne figurait pas aux 6critures; on l'offri-
rait au chef de mission en Behange de ses deux petits bourri-
quots, qu'il valait largement, et tout s'arrangerait pour le
mieux, ce qui arriva d'ailleurs grace a certain flacon d'ab-
sinthe (1'histoire remote a bien longtemps) qui toucha
d'emblee le coeur du terrible meridional.
On aurait pu croire qu'apres cette venture, R... aurait 6t6
gu6ri de toute passion cyn6g6tique. Cependant, a quelque
temps de la, le jardinier du poste... pardon! le chef de culture,
accourut chez lui en criant : ( Venez vite, venez vite! Il y a
quatre canards sauvages dans le potager! )
R... sauta sur son fusil de chasse et court sans m6fiance
vers le potager : quatre splendides canards s'6battaient parmi
les choux et les carottes!
'Pan!!! un canard -tombe et se _dbat par terre; les
autres, au lieu de s'enfuir, regardent 6tonn6s et comme
ahuris. Sans doute comes betes sauvages n'ont-elles jamais enten-
du le tonnerre du fusil?
Pan!!! IDeuxibme victim. Les deux betes restantes ne
bougent toujours pas et semblent de plus en plus ahuries.
Soudain une voix s'elbve :
Espece de... avez-vous fini de tuer mes canards! Qui
m'a f... un abruti de ce calibre! Triple c..., etc., etc.







-.10 -

C'6tait le factorien voisin qui venait de recevoir du haut
les quatre canards 'en question et comptait sur cet arrivage
pour constituer l'embryon d'une basse-cour.
H6las! il ne lui restait plus qu'h ramasser les deux canards
occis; mais il se vengea salement, car il declara au pauvre R...
tout marri : Si vous avez compt6 sur mes canards pour
corser votre menu, vbus pouvez vous fouiller, car je pr6f6-
rerais me pendre plut6t que de vous inviter h venir les
manger avec moi!...



















L'aliee des Baobabs


Ceci se passait au temps du gouverneur Wahis.
Celui-ci 6tait venu inspector un camp d'instruction et par-
courait, en compagnie du chef de l'endroit et de son adjoint,
les installations.
Chef et subordonn6 s'entendaient plut6t mal.
Pendant la visit du Gouverneur general, le premier ne
manquait aucune occasion de mettre son travail (trWs reel et,
trbs effectif d'ailleurs) en valeur; mais son adjoint trouvait
qu'on parlait un peu trop -peu de lui.
La v6ritd nous oblige A dire qu'il n'en etait pas meme
question dans les discours que son supdrieur tenait au Gou-
verne'lr.
Voici, disait-il, un champ de manioc plant par moi!
Un peu plus loin :
Voici un champ de mais plante par moi!







12 -

Puis :
Les tables construites par moi!
LUs arbres fruitiers plants par moi!
Un champ de patates douces plant par moi!
Etc., etc.
Soudain, on d6bouche dans une superbe et large avenue.
C'Utait I'ancienne artere central d'un ancien gros village
indigene et des deux c6t6s s'6levaient, majestueux, des bao-
babs seculaires.
Quelle superbe avenue! s'6cria le Gouverneur Wahis.
Plant6e par le commandant R..., intervint I'adjoint, la
bouche en cceur.
L'histoire ne reconte pas la suite de cette intervention d'un
zele excessif.



















L'introduction de I'levage du pore
dans I'Ubangi






Qui n'a pas, parmi nos vieux coloniaux, gard6 le souvenir
de excellent et bouillant commandant H... et de son ins6pa-
rable, le commandant Chr...
C'6tait en 1892. H... montait a 1'Ubangi, tandis que Chr...
devait rejoindre V. K. H., comme on disait alors.
H... avait toujours eu dans le coeur un ( gentleman farmer
qui sommeillait. Aussi, sachant que dans l'Ubangi ou il se
rendait, les pores etaient inconnus, avait-il r6solu d'intro-
duire dans cette province ce pr6cieux animal.
Il demand done, en passant par L6opoldville, qu'on lui
procurAt un couple de pourceaux.
Les vivres etaient rares a Leo, a cette 6poque, et il fallut
battle le rappel parmi les indigenes pour se procurer la paire
d'animaux. Cependant on y parvint.







- 14 -


Le jour du d6part de H..., que Chr... accompagnait a bord
du vapeur jusqu'a Equateurville (aujourd'hui Coq), l1s amis
Mtaien't tous au (( beach ) pour saluer les deux sympathiques
camarades et leur serrer la main.
Le bateau sifflait d6j& et il ne restait plus qu'A monter a
bord et a retire la planche, lorsqu'arriverent quelques indi-
genes emmenant un .cochon magnifique, gras, 6norme!
A cette vue, H... s'ecria, s'adressant h ses amis de LBo :
-Reprenez votre sale petit verrat! Achetez-moi ce superb
cochon! (a au moins, c'est un cochon! tandis que ce que
vous m'aviez donn6 c'est de la gnognote, un demi-cochon, un
avorton, cr6 nom de nom!
Aussit6t dit, aussit6t fait! Le prix du gros cochon est
d6battu et le march corilu avec les natifs.
Le gros cochon est embarqu6 et le sale petit verrat renvoy6
h terre, sans honneurs, tambours ni trompettes.
Les deux voyageurs arriverent a Coq, ou ils devaient se
s6parer; ils devaient passer ensemble la derniere soir6e.
Mon cher H..., dit tout & coup Chr..., est-ce que tu
comptes beaucoup sur ton cochon pour faire de l'61evage
dans 1'Ubangi? Ne penses-tu pas qu'un beau morceau de pore
ferait admirablement dans notre menu, ce soir d'adieu!
SComment, s'6cria H..., tu oserais songer A tuer cet ani-
mal qui.doit implanter dans l'Ulbangi la race porcine? Tu n'y
penses pas? N'en parole plus, ou sinon nous cessons d'Otre
des amis.
-Mais, reprit Chr..., es-tu bien sir que cette bete ait...
mettons toutes les qualit6s requises pour la mission repro-
ductrice que tu lui veux confier?
Que veux-tu dire?







- 15 -


Pour toute reponse Chr... entonna les paroles d'une march
de clairons bien connue A l'armee belge, mais que notre
respect du lecteur nous interdit de reproduire, bien qu'il s'y
agisse pr6cis6ment de 1'impossibilit6 de la chose pour ceux
qui sont priv6s de eartains avantages personnel qui man-
quent, dit-on, a ces messieurs du s6rail.
H6las! c'6tait vrai! Le gros, le beau cochon 6tait come
Ab6lard. Il y avait longtemps que Chr... s'en 6tait apergu;
mais le gourmand n'avait eu garde d'en rien dire avant que
la distance de L6opoldville enlevAt la possibility d'un retour
lh-bas pour changer le cochon. contre le sale petit verrat.
Il ne restait qu'a manger le cochon gras, ce qui fut fait, a
la grande satisfaction de Chr...; mais h la profonde mortifi-
cation de H..., auquel il fut par la suite impossible de sortir
de I'esprit que le coup n'avait pas Wt6 mont6 A LBo, avec
pr6m6ditation, et que tout avait Wte pDrpar6 d'avance, y com-
pris 1'arriv6e h la derniere minute du gros cochon don't la
pr6cipitation'de l'embarquement ne permit pas de v6rifier...
I'identit6.
Et apres tout, peut-6tre n'avait-il pas tout :fait tort.




















Histoire de chasse


H... 6tait un grand chasseur devant I'6ternel. Qui dit grand
chasseur dit grand blagueur! C'est tout au moins le proverbe
qui l'affirme.
II aurait. 6t, confessons-le, difficile de le contredire en
ce qui concern notre ami H...
Un jour, dans un salon de Bruxelles, il racontait une
superbe histoire de chasse oA il avait successivement tu6 un
hippo et un crocodile, tandis qu'un buffle le chargeait par
derribre, mais il avait eu .e temps de se retourner pour
1'abattre a son tour.
,Son ami Chr... l'accompagnait et H... n'h6sita pas, le
prendre a t6moin du haut fait qu'il racontait.
Docile, 'Chr... r6pondit: Oui, L6on! J'y 6tais.
Encourage, notre h6ros report de plus belle; cette fois c'est
un 416phant monstrueux don't il se d6barrasse en meme temps
que d'un gorille 6norme qui le menagait.







- 17 -


D'ailleurs, ajoute-t-il, si vous ne me croyez pas, deman-
dez a Chr..., il 6tait 14.
Oui, L6on! parfaitement, r6pondit l'ami Chr...
IMais, H... ne veut pas rester en si bon chemin et cette fois,
il se d6bat au milieu de cinq lions et quatre 16opards, tandis.
qu'e d'horribles nains de la fort tentent de le cribler de
fleches et que.le poulpe de l'Uell6 lui barre toute retraite par
la rivibre.
--N'est-ce pas, Chr..., ajoute-t-il, tu 6tais la!
iNon, Leon, repondit tranquillement Chr..., cette fois-ci
je ne puis plus prendre sur moi de dire que c'est vrai.
Les deux amis restkrent brouill6s dix jours a la suite de
cet incident.



















Atrocites congolaises


Il y a des Congolais qui pr6tendent que nos excellent
amis Casement ,et Morel, Thesiger et consorts, ont inverit~
de toutes pieces ces histoires d'atrocitds qui n'ont jamais
exists que dans leur imagination bocho-britannique.
Cependant, j'ai'connu, un cas authentique d'atrocitW, au
Congo. Voici l'histoire :
C'Qtait en 1903, et cela se ipasssait aux boards d'un certain
lac congolais, qu'il est inutile ,de designer par son nom de
bapt6me. J'6tais aller fair une visit au haut fonctionnaire
de l'endroit.
Je fus admirablement regu, mais, mon s6jour devant quel-
que peu se prolonger, le ,haut fonctionnaire en question, si
hospitalier qu'il ffit, dut bien consacrer certaines heures de
la journ6e ha l'exp6dition des affaires courantes, comme on
dit en style administratif, et me laisser seul avec mes pens6es.
Je profitai de ces moments pour me promener dans la







- 19 -


petite locality, fort agr6able et bien construite d'ailleurs, en
attendant l'heure de 1'ap6ro.
Pdssant devant une maison, coquette d'apparence, mais
herm6tiquement close, j'entendis un phonographe qui jouait
la Brabangonne. Rien d'6tonnant, au Congo, A ce qu'un pho-
nographe joukt la Brabanconne!
Mais (j'ai dit que la localit6 6tait petite), repassant au
mAme endroit, vingt minutes plus tard, j'entendis encore
la Brabangonne.
A un troisimme et A un quatribme passage, toujours la Bra-
banqonne!
Aprbs l'ap6ro et le dejeuner, excellent d'ailleurs, mon ami,
le haut fonctionnaire, me quitta pour continue h exp6dier
les affairs courantes ou pour piquer une sieste, peu
imported; d'ailleurs, moi, j'allai piquer une sieste et a mon
r6veil, je refis la promenade du matin.
,Oh! surprise, de la maison close du matin, sortaient tou-
jours les 'accents de la Brabangonnq, moulus par un phono-
graphe.
Et une demi-heure aprss la Brabangonne continuait.
Au bout d'une heure, elle n'avait pas encore pris fin!
Retrouvant alors mon ami, je lui demandai confidentielle-
ment le nom du pauvre alien6,qui habitat la maison close.
'Ce n'est pas un fou, me dit-il, c'est ma musique!
S ??,?!!!
Mais oui, continua-t-il, tu comprendras. On m'a envoy
de Boma deux tubas, une grosse caisse, un bombardon, ainsi
qu'une douzaine de tubes Bender, qui permettefit, come tu
ne l'ignores pas sans doute, de transformer les clairons en
cornets A piston.







20 -

Cela comprend, 'videmment, 1'ordre d'avoir une musique
pour ma force publique, et tu me sais trop bon fonctionnaire
pour ne pas comprendre un ordre A demi mot.
Malheureusement je n'ai ici aucun Europ6en qui connaisse
la musique pour l'enseigner a mes clairons; alors j'ai pris un
parti Bnergique. J'enferme tous les jours mes clairons avec
un phonographe, et, come cela, ils coninaitront I'air et sau-
ront ex6cuter une Brabanqonne quand le G. G. viendra passer
1'inspection.



















Un Boche au Congo


iCeux qui ont connu au Congo ce type extraordinaire qui
avait nom Boschart, ne sont plus nombreux.
Avant qu'ils n'aient tous disparu, ce qui 6viterait h notre
ministry des Colonies de majorer leurs pensions civiques, il
est bon de rappeler quelques ventures de cet oiseau singulier.
Justifiant son .nom de Boschart, ii 6tait Boche.
IMais c'6tait un Boche bavarois, qui avait les Prussiens en
horreur.
Un jour, A bord d'un steamer allemand, alors qu'on avait
servi du porridge, aliment qui n'avait pas l'heur de lui plaire,
il s'ecria bien haut, A la consternation de ses voisins de table :
( Chez nous autres, Allemands tu ,Sud, on tonne Ca a
manger aux couchons!
'Puis, regardant fixement le capitaine du bord, Allemand
pur sang, qui ne comprenait pas le frangais, meme prononc6
avec un accent boche, il ajouta froidement:
(( C'est encore trop pon hour un All6mand tu Nord!







- 22 -


Cette petite histoire indique d6ja Ie genre du type.
II n'y avait qu'une sorte de gens qu'il d6testait peut-etre
plus encore que les Prussiens; c'4taient les enfants d'Israel,
qu'il accusait, je ne sais sur quelles bases, d'avoir contribute
A la folie et A la mort du feu rpi Louis de Bavibre, pour la
memoire duquel il avait une veritable v6neration.
I1 dBelarait A qui voulait l'entendre, A bord du bateau qui
le conduisait au Congo, qu'il ( ferait 'des. calMgons avec la
beau du premier chuif qu'il rencontrerait au Congo!


*
*


A un de nos amis, medecin, il joua un tour pendable.
Boschart 6tait tomb6 l6gbrement malade, atteint d'un com-
mencement de dysenterie, peu grave, d'ailleurs.
I1 fit appeler notre ami qui appartenait, en qualitV de
m6decin, au corps exp6ditionnaire don't Boschart faisait
parties.
Apres l'avoir examine le m6decin lui dit qu'il lui enverrait
une bouteille don't il lui recommanda de ne prendre que deux
cuiller6es toutes les deux heures, insistant sur ce que Ie
contenu du flacon suffisait ,pour assurer deux jours de
traitement.
!Ceci se passait le matin, vers 8 ou 9 heures.
Vers 1i heures, Boschart fit rappeler le m6decin.
Croyant que peut-Utre le mal s'Btait aggrav6, contrairement
a ce qu'il avait prevu, colui-ci se rendit imm6diatement aupres
du malade .qu'il trouva, a sa grande surprise, debout et
occupy A verifier ses malles.







- 23 -


--(( Ach! dit-il, c'est fous le m6tecin. 'Che fous ai temant6
pour afoir une noufelle pouteille de m6teeine.'
(( Comment, fit I'autre, vous 1'avez done vid6e, capi-
taine; je vous avais cependant recommand6 de ne prendre
qu'une cuiller toutes les deux heures. "
( Voui! mais, dit Boschart, fous tevez comprendre; che
fous connais pas, che sais pas.si fous .tes un pon in tecin
et si fous connaissez les m6tecines. Alors, afant de brendre
le m6tecine moi-meme, che feux pas 6tre emboisonn6 et ch'ai
fait boire la m6tecine par mon boy.
Comme le boy, il a pas Bt6 malade, alors che temante un
noufeau m6tecine!
Notre ami en piqua une fire carabin6e!






Boschart fut charge par le commandant L... de construire
la premiere maison du poste d'E.... pendant .une court
absence de celui-ci; quelle ne fut pas sa surprise, quelques
semaines aprks, A son retour, de trouver une maison don't
portes et fenetres 6taient places du c6te de la fort alors que
pas une ouverture ne donnait sur la riviire.
Questionn6 par L..., stupbfait de cette disposition, notre
Boschart lui r6pondit tranquillement:
( Tes venetres... sur la riviere... bourquoi vaire! bour foir
toute la chourn6e des sales negres. qui bassent tans tes
birogues!.:. ch'aime mieux foir les veuilles tes'arbres et la
bo6sie te la nature!







- 24 -


Mais la surprise du commandant L... devint de l'ahurisse-
ment quand il apprit comment Boschart avait pass son temps.

11 y avait, A c6tt de l'endroit ofi devait s'6lever le poste
de E..., une factorerie de socite, installed depuis quel ue
temps djA et don't le grant avait un petit troupeau et une
basse-cour.
Or, voici ce que Boschart, peu dispose a se donner du mal
pour son ravitaillement, avait imagine.
I1 y avait fait tracer' la machette, sur le sol, une ligne,
s6parant ses possessions de celle du voisin et il appelait pom-
peusement cette ligne ( la grenze n, la fronti6re.
Install sur une chaise longue a un bout de la grenze et.
tout en surveillant d'un ceil les noirs qui construisaient sa
maison, Boschart ne perdait pas cependant de vue sa grenze,
et quand un malheureux volatile appartenant au voisin venait
A s'aventurer au delI de la line fatale, Boschart appelait les
boys et leur disait:
( Che crois il a pass la vrontiere; il faut le vaire bri-
sonnier.
-Et de la prison a la casserole, ii n'y avait qu'un pas.


*
*


A Boma, il en fit une autre, qui faillit avoir des cons6-
quences diplomatiques.
Un navire' de guerre portugais 6tait entr6 dans le port et,
selon le protocole, les officers devaient, en grande tenue,
aller saluer le gouverneur du Congo.









Notre Boschart, qui revenait d'on ne sait quelle expedition
au Mayomb6 et ignorait ce don't il s'agissait, rencontrant sur
sa route la deputation portugaise qui se rendait au plateau
et remarquant que les officers portaient leurs armes, ne
trouva rien de mieux que de leur intimer l'ordre de s'arreter,
en commandant au petit d6tachement noir qui l'accompa-
gnait, d'appreter ses armes.
On juge de l'effarement'des marines portugais, en presence
de cet 6nergumBne qui croyait s6rieusement A un d6barque-
ment armn et a une tentative de surprise pour s'emparer de
la personnel du gouverneur general.
Heureusement, les .ngres, Ataient moins toqu6s que leur
commandant, et ils refuserent d'ex6cuter ses ordres, de sorte
que tout finit par s'arranger.
Mais, tout de m6me, intervention de Boschart jeta un
froid.




AprBs eClle-l1, il ne restait qu'A renvoyer, en Europe ce
brave Boschart, don't personnel ne voulait au Congo. Mais
1'Etat ind4pendant du Congo (ai-je dit que tout cela se passait
il y a plus de trente ans) n'en avait pas fini avec ce singulier
type.
Un jour, diverse autorit6s, civiles et militaires, de Bru-
xelles, voire des hauts fonctionnaires de l'Etat du Congo,
recurent, une belle invitation, grave sur beau velin, les
invitant a diner A l'H6tel des Flandres (qui existait alors
palace Royale).
iC'tait sign ( capitaine Boschart ,.


- 25 -






- 26 -


L'animal s'etait tranquillement install dans cet h6tel, alors
un des plus chics de Bruxelles, et, tout aussi tranquillement,
il avait d6lar6 au grant que 1'Etat ind6pendant du Congo
r6glerait sa note.
Tout aurait bien march et la situation aurait pu se pro-
longer, s'il n'avait eu cette id6e baroque d'un grand diner,
auquel ii eut le culot d'inviter non seulement les autorit6s
civiles et militaires de ,Bruxelles, mais aussi les hauts fonc-
tionnaires du Congo.
Ceux-ci se pr6cipiterent ha 'H6tel pour arreter ce Balthazar
aux frais de la princess; mais.il 6tait, h61as, trop.tard, les
violons 6taient d6jA commands, et ils n'eurent qu'une seule
resource, qui fut de participer au banquet pour profiter,
au moins en parties, de la d6pense force que Boschart impo-
sait a l'Etat.
Inutile d'ajouter qu'apres celle-l1 il fut pri6 de retourner
en BaviBre retrouver son idole, le feu roi Louis le Toqu6.




















L'omelette escamotee






Ceci se passait, il y a bien longtemps, a une epoque que
nous pourrions presque appeler la p6riode pr6h6roique de
notre Colonie, a l'6poque ofi celle-ci se composait presque
exclusivement ,de la capital, Boma, et oi l'oecupation int-
rieure ne d6passait guere LUopoldville.
Les Bomatraciens avaient, nous ne savons plus a quelle
occasion, organism une fete.
Le programme comportait un concert ou divers chanteurs
et artistes d'ocoasionr se firent entendre et une seance de
prestidigitation: Le prestidigitateur 6taiit 'un brave garcon,
aujourd'hui disparu, nomim6 G... Les autorits di'alors, don't
le gouverneur L..., hl6'as! .6galement disparu, avaient apporth
a la c6r6monie I'appoint de leur auguste presence.
G..., a la fois bon chansonnier il composait lui-m6me
ses chansonnettes d'actualit6 congolaise, don'tt plusieurs se
sont conservees et prestidigitateur habile, faisait a lui
seul, presque tous les frais de la reunion.









Le concert avait eu un joli succbs et les premiers tours"
,de passe-passe avaient admirablement reussi. Bref, un
succbs de bon aloi. Le (( clou de la journ6e devait Atre
le fameux tour d'escamotage connu sous le nom de ( 1'ome-
lette instantan&e ,.
Le prestidigitateur emprunte la coiffure d'un-assistant,
y casse ostensiblement des ocufs, se livre h diverse passes
cabalistiques, puis pr6sente dans le chapeau une omelette
cuite A point, le tout sans aucun dommiage pour le couvre-
chef.
Les talents de G... 6taient bien conn'us; aussi le Gouver-
neur n'h6sita-t-il pas a lui prater son casque /pour y exmcuter
son fameux tour.
H6las! la realisation de ce tour exige, come on le conoeit
bien, le contours d'un compere.
C'est celui-ci, .qui cach6 sous la table servant ,de -trdteau
a l'escamoteur, laquelle table 6tait recouverte d'un tapis
tombant jusqu'h terre pour le dissimuler au public, devait
substituer un couvre-chef celui. obligeamment prt6 par
le Gouverneur, afin de permettre les passes cabalistiques
qui devaient durer le temps n6oessaire a fair cuire l'ome-
lette et ensuite, celle-ci pr6paree, op'6rer une nouvelle
substitution.
,Mais le compere en question, un ouvrier charpentier,
avait la veille eu vivement h se plaindre rdu Gouverneur.
S'6tant pay6 une cuite de ,dimension et ayant provoqu6
du scandal, il avait d6croch6 quinze jours de suspension
de traitement! et avait bien jur6 de se venger.
L'occasion etait propice.







29 -

,Quand le pauvre G..., terminant le tour de prestidigita-
tion, lui reprit le casque du Boula et le present h celui-ci,
en disant tout fier :
( Voyez, Monsieur le Gouverneur, voici l'omelette, toute
chaude, toute fumante! !
Horreur! le Boula constata qu'au fond de son casque
il y lavait bien quelque chose qui fuimait; mais si g'avait
peut-etre 6te une omelette, I'omelette avait Wt6 diger6e!




















Une visit officielle a Libreville


L'aventure se passait' une epoque lointaine, bien que
certain de ses heros soient encore vivants.
Le gouverneur g6neral J... rentrait en' Europe, accom-
pagn d'u.n brilliant 6tat-major. Sur le m6me bateau avaient
pris passage deux officers belges, descendus du Haut-
Congo, deux vrais broussards pour lesquels les bureaucrats
qui accompagnaient le gouverneur g6n6ral n'avaient qu'une
mediocre consideration. Les lieutenants J... et T... leur ren-
daient d'ailleurs copieusement ce sentiment.
Le gouverneur J... passait, a tort.ou h raison, pour inaimer
guere les *militaires, ce qui n'Btait pas de nature h rendre
plus 'cordiaux les rapports entire ses subordoinn6s de Boma
et nos deux amiss.
Tout alla cependant bien jusqu'a Libreville.
Le steamer faisait scale h la capital du Gabon frangais,
oi le gouverneur, M. de Chabannes, croyons-nous, devait







- 31 -


recevoir officiellement son college beige, avec toute la
pompe administrative.
Hatons-nous de dire que M. de Chabannes, officer de la
marine frangaise, avait auparavant voyage dans le Haut-
Congo et qu'il y avait rencontr6 les lieutenants J... et T...,
don't il avait gard& un excellent et imical souvenir.
Nous avon's dit plus haut que ceux-ci revenalent de I'in-
t6rieur; aussT, leur 6quipement laissait-il fort a d6sirer et
ne pouvait soutenir la comparison, avec la blancheur imma-
cul6e, ni avec les cols amidonn6s de l'6tat-major du gou-
verneur g6n6ral J...
Quand done le cannot envoy par M. .de Chabannes accosta
le steamer, le gouverneUr g6n6ral, constatant 1'6tat de d6la-
brement de la tenue de nos amis, leur exprima ses regrets
de ne pouvoir, dans ces conditions, les prendre avec lui.
Sans doute J... et T... s'attendaient-ils 6 cette decision, car
A la surprise du Bula, qui croyait pour Ie moins A quelque
rousp6tance, ils s'inclin6rent sans la moindre observation.
Le Bula et son escorted descendirent dans l'eribarcation
officielle, qui s'l6oigna du vapeur h force de rames.
La-bas, sur l'estran, le gouverneur de Chabannes attendait.
Le canon tirait les salves d'usage.
IMais'r'attention du gouverneur frangais et de sa suite ne
tarda pas h se porter sur une petite pirogue indigene, de
I'espkce que nos voisins appellent du nom bien: m6rit6 de
(( mouille-cul qui suivait le sillage de l'embarcation offi-
cielle et dans laquelle ils croyaient distinguer des EuropBens.
C'6taient nos hmis J... et T... qui, peu d6sireux de moisir
h bord a attendre le retour du Boula, s'Ataient arranges avec
un de ces,indigenes qui viennent aux escales offrir aux pas-







- 32 -


sagers toutes sortes d'objets en vente, et avaient obtenu qu'il
les conduisit A terre.
Ce n'est (et pour qui connait les ( mouille-cul ceci n'est
guere surprenant) pas I'habitude d'Europ6ens d'adopter ce
moyen de transport.
A measure que les deux embarcations se rapprochaient de
la c6te, I'une suivant l'autre, don't les occupants, commod&
merit assis A .l'arriere, ne se doutaient de rien, il devint
evident que deux Europ6ens occupaient la pirogue.
Et voici qu'avec ses jumelles, M. de Chabannes reconnait
que ces deux piroguiers sont ses amis J... et T...
Les deux barques accostbrent presque en meme temps.
Le gouverneur frangais, un peu 'interloqu6, donnant un
accroc au protocol, ne put s':emp6cher d'interrompre le
Bula, lequel avait commence un compliment, en lui disant A
brfle-pourpoint:
Mais, Monsieur le Gouverneur, ne sont-ce pas mes amis
J... et T... que j'apercois 14 qui d6barquent d'une pirogue?...
Mais, ouil ce sont bien eux!... Voyons les amis, venez done
par ici!... Mais quelle idee d'arriver en pirogue? Pourquoi
n'avoir pas pris place avec ces messieurs dans le capot que
j'avais envoy!
Et alors, la bouche en cceur, devant le Bula absolument
sidWrb, nos amis r6pondirent:
Certainement, mon cher de Chabannes, nous aurions
pr6f6r6 venir par le cannot, mais voilh! Monsieur le Gouver-
neur Genbral a trouv6 que nous n'4tions pas assez bien
habills!
Tableau!





















Dibwe, le leopard du Commandt Michaux





La mort du regrett6 Oscar Michaux a rappel6 a certain de
nos confreres quelqu'es histoires savoureuses lont il fut le
h6ros.
Pourquoi pas? n'en voudra pas a Notre Colonie pour y
aller de sa modest contribution au souvenir copieux du
brave Oscar.
Ceci se passait en 1893; Michaux revenait, covert de gloire,
de la premiere champagne arabe et ramenait avec lui un
superbe 16opard, auquel, en souvenir de sa victoire en cette
localit6, il avait donn6 le nom de Dibw6.
Le transport de cet animal f6roce (car Dibw6 avait d6ji
la taille d'.un gros chien) n'avait pas Wt6 sans complications
et difficulties.
II avait fallu payer Ire& cher les porteurs charges de trim-
baller la cage de I'animal par la longue route des caravanes.






- 34 -


Dans les villages traverses, les indigenes, d'abord attires
par la curiosity pour savoir ce qu'il y avait dans la grande
( sanduku ) transportee avec tant de soins, s'enfuyaient 6pou-
vantes quand Michaux, desireux *de donner de l'air -son
cher Dibw6 ouvrait le couvercle.
Cette fuite ne facilitait pas, on le congoit, le ravitaillement
en vivres frais, don't Dibwe avait cependant un absolu besoin.
Le vieux Fumu Koko disparut huit jours dans la brousse
et oublia du coup de faire contempler sa barbe h notre ami
Michaux.
Fumu Koko 6tait un chef venerable qui avait une barbe
longue de I m. 50, mais qu'il portait habituellement tressee
et roul6e ( en crotte ,. Quand on lui demandait de la
d6rouler, il .repondait invariablement qu'il ne faisait oela que
les grands jours; mais quand on lui offrait un verre de
schnik, il n'h6sitait pas h d4clarer qu'alors c'etait pour lui
un grand jour, et il defaisait ( sa crotte tant qu'on voulait.
HBlas! pauvre Fumu Koko, 'qu'est-il devenu depuis que le
( grand frere qui fume a remplac6 la route des caravanes
et qu'il ne passe plus jamais par son village de voyageur qui
puisse lui faire c616brer un grand jour?
Mais cette digression nous a fait perdre un instant de vue
Dibwx et Michaux.
A cette 6poque, il arrivait que l'on fit usage de la route dite
a de la rive droite ), qui partait de iManyanga et aboutissait
a Vivi, au lieu de prendre la voie habituelle Lukungu-Matadi.
Par cette rive nord, deux jours de baleiniere dans le bief
navigable IManyanga-Isangila remplacait quatre jours de
march par la rive sud.





0-'
35 -

Michaux, tres corpulent, arr6ta son choix sur cette route
<( nord moins fatigante; mais, h6las! quand'il fallut intro-
duire la caisse dans la baleinibre et que les rameurs durent
prendre place A c6t6 de Dibw6, il fallut la croix et la ban-
nitre pour les y decider. A Manyanga, Dibw6 avait assassin
un mouton de la factorerie. de la S. A. B. qui s'6tait impru-
demmeht aventurr a sa port6e et, moyennant finances pour
indemnity, Michaux crut ainsi s'6tre procure de la viande
pour son animal pour plusieurs jours. Les rameurs de la
baleiniMre lui prouverent des le premier jour qu'il avait eu
tort de computer sans eux, car toutes les recherches effectu6es
A bord ne permirent pas de retrouver, fit-ce une livre,, de
la chair du feu mouton.
A Boma, il ne pouvait -tre question de loger Dibwe &
l'h6tel. D'ailleurs celui-ci 6tait comble et il n'y avait pas plus
de place pour Michaux que pour Dibw6.
,On faisait a cette epoque flche de tout bois.
I1 y avait en construction un bitimeht destiny aux Sceurs
de l'H6pital, qui devaient arriver d'Europe prochainement,
et qui venait d'etre mis sous toit.
On y logea notre ami Oscar, en compagnie de Florent Cas-
sart, son inseparable pers6cuteur, du commandant Nelis et
du docteur Braekman, tous disparus aujourd'hui.
iDibw6 fut rel6gu6 dans la cuisine encore inoccup e et
attach a une forte chaine, car il n'y avait encore ni portes
ni fen6tres au bAtiment.
Par.une singuliere conception de l'hygibne, le w.-e. se trou-
vait adoss6 au bftiment de la cuisine.
Le matin, lendemain de l'arriv6e de Michaux, le docteur
Braekman se rendit au w.-c.; il ignorait que le local voisin






- 36 -


abritait le fameux Dibw6. Celui-ci, d'humeur sans doute
folAtre ce jour-la et d6sireux probablement de lier connais-
sance avec son voisin d'occasion, reussit a passer par la
fenetre et la longueur de sa chaine lui permit d'arriver tout
just A la porte du w.-c., porte cqu'il ouvrit d'un coup de
patte pour apparaitre tout ih coup aux yeux du pauvre
Braekman 6pouvant6.
Sans meme remonter ses gregues, le malheureux docteur
grimpa sur la lunette, voulant mettre entire lui et son agres-
seur suppose la plus grande distance possible, et se mit a
hurler au secours.
Dibw6, retenu par sa chain, ne pouvait approcher davan-
tage et restait h la porte ouverte, jouant de la patte pour
s'approcher et semblant inviter le docteur h venir prendre
part a ses jeux.
On juge de la terreur de celui-ci, qui ne pouvait se rendre
compete de 1'existence d'une chaine, qu'il ne pouvait voir, no
permettant pas au 16opard d'approcher davantage.
Ses cris attirerent Michaux et Cassart.
Vous croyez peut-6tre qu'ils s'empress6rent de d6livrer le
pauvre Braekman?
Erreur profonde. Ils se rendirent imm6diatement compete
de ce qu'il n'y avait aucun .danger et de oe que la longueur
de la chain ne permettait pas h Dibwb d'atteindre le docteur,
et alors ils appelerent tranquillement les camarades pour
jouir du spectacle de la faculty deculott6e, grimp6e sur un
siege monocl6 et continuant h hurler de plus belle, en melant
A ses cris une s6rie d'invectives choisies et varies a l'adresse
des imbeciles qui se chargent d'animaux'frooes et ne savent
pas les garder chez eux, et se paint pour le surplus la t6te
du pauvre monde.








37 -

L'illustre Dibw6 eut une fin malheureuse. *
Michaux voulait en faire cadeau h L6opold II, qui d6clina
I'offre avec empressement, tout en entourant son refus des
fleurs les plus rares de ses parterres.
Alors Michaux voulut emmener Dibw6 chez lui, a Ghlin;
mais le chemin de fer refusa 6nergiquement de transporter
ce voyageur, et alors il n'y eut plus d'autre resource que de
l'offrir au Jardin Zoologique d'Anvers, qui voulut bien 1'ac-
cepter, h titre gracieux, non sans difficulties d'ailleurs, apres
que Dibw6 eut oependant encore r6volutionne l'h6tel dans
lequel Michaux etait descendu.
Pauvre Dibw6, il mourut sacrifi6 comme tous ses cong6-
nbres, lors du siege d'Anvers.




















Un incident a Matadi en 1893






Les Congolais (et par Congolais j'entends non, pas les
indigenes, mais 16s Europeens sejournant au Congo) n'ont
jamais port les substitute dans leur coeur.
Peut-6tre les substitute firent-ils, pour la plupart, tout
ce qu'il fallait pour arriver A ce resultat.
Toujours est-il qu'il 6tait de coutume de poser aux no-
phytes .dbarquant au Congo, la colle suivante:
( Quelle est, au Congo, la difference entire un malheur
et un accident? ,
La reponse 6tait:
a Un substitute 4ombe h I'eau, c'est un accident!
a On I'en retire, c'est un malheur! ,
Disons d'ailleurs tout de suite qu'aujourd'hui la men-
talit6 des substitute, et par consequent aussi oelle des Con-
golais en gn6eral, s'est sensiblement modifi6e et que les
rapports entire les repr6sentants de l'ordre judiciaire et les
Europeens. de la Colonie se sont notablement amilior6s.







-'39 -


Des petites scenes come celle que nous allons raconter
ne pourraient plus d'ailleurs se passer aujourd'hui et c'est
a titre .de souvenir des temps anciens, dits h6roiques, que
nous la rappelons A nos lecteurs.
On 6tait, en .effet, alors, en pleine p6riode h6ro'ique : la
revolte aralbe venait d'6clater et la reprise des Falls, la
d6faite de Rachid avait termin. victorieusement la premiere
parties 'de la champagne. L'enthousiasme 6tait grand pour les
hros de Stan'leyville, de RomBe, du Lomami, de Basoko,
de Dibu,6; pour les Dhanis, les Chaltin, les Tobback, les Five,
les Doorme, les Cassart, les Daenen.
Aussi, ceux d'entre eux qui rentraient en Europe 6taient-
ils accueillis dan's, le Bas-Congo en triomphateurs, comme
ils le m6ritaient.
A Matadi, les ing6nieurs .du chremin *de for, don't la con-
struction debutait, recevaient le commandant T... et quel-
ques-uns de ses compagnons d'armes, entrant fin de terme.
Un souper avait Wte organis6 en leur honneur A l'H6tel des
Magasing Gindraux (le seul existant h cette 6poque) et la fete
.battait son pleim.
Malheureusement, on avait n6glig6 d'inviter le substitute
de la looalit6.
Grave manquoement aux 6gards. que celui-ci, connu pour
son caractere plut6t reovche, estimait lui Atre dus; manque-
ment d'autant plus grave que les honneurs donn6s a des
( soldats et trainers de sabre ) lui portaient sur les nerfs,
que cet home avait sensible.
Aussi, profitant de certaines ordonnances locales qui
prescrivaient que les 6tablissements publics (j'ai dit qu'ils
6taient... un seul) fussent ferm6s h'10 heures, notre substitute







- 40 -


envoya, h 10 heures sonnant, un policeman pour rappeler
qu'il etait l'heure ,d'aller dormir.
Naturellement, le policeman fut pri6 d'aller lui-meme se
voucher et la petite fite, trbs digne d'ailleurs, continue.
Mais le policeman, conduit, alla rendre compete a son
chef, le substitute, du peu de r6sultats Ide sa d6mardhe a
I'h6tel.
Sans plus tergiverser, le substitute se ceintura .de son
6charpe, insigne de ses fonctions, et, accompagn6 de quatre
policemen, se rendit a l'h6tel pour faire respecter ses ordres.
II faut ici rappeler qu'A cette opoque la Force publique et
la police n'rtaient pa's encore recrut6es parmi la population
indigene; la police, notamment, 4tait compose presque
exclusivement par d'anciens soldats zanzibarites.
'Le substitute fit done une entree digne et sensationnelle
A I'h6tel, escort de ses quatre acolytes de couleuT, et signifia
aux Europeens ahuris que I'heure ,de cloture des 6tablisse-
ments publics 6tant d4pass6e, ils avaient h quitter sans retard
la salle du diner.
Les ing6nieurs s'efforgaient *de faire comprendre au.
r6ba'rbatif repr6sentant dde la loi qu'une fois n'est pas cou-
tume, qu'on 'n'a pas tous les jours l'occasion de recevoir
les vainqueurs des Falls, etc., etc., faisant, en un mot, tous
leurs efforts pour lui faire comprendre ce que son inter-
vention avait d'intempestif et pour obtenir un r6pit; mais,
pendant que attention du substitute 6tait accapar6e par ces
objurgations, le commandant T... d6visageait le caporal des
policemen.
Tu es bien Risasi? fit-il tout h coup, en suwahili.
'Oui, Bwana (chef), fut ila r6ponse.







- 41 -


Alors tu me connais?
Certainement! Tu es Bwana Tumbako, notre grand
Bwana!
Eh bien, fit T..., puisque je suis ton grand Bwana,
empoigne-moi cet individu et fl...-le moi a la p'orte! Et plus
vite que Ca hein!
IEt avant que le pauvre substitute ait pu revenir de sa sur-
Sprise et rien comprendre a l'aventure, il 6tait empoign6 par
ses quatre policemen et expuls6 manu military, a la jubilation
de I'assistance, qui continue la f6te, un moment interrompue.
Naturellement, il y eut le lendemain,/plainte en haut lieu;
mais la v6rit6 ne put se faire jour, car le substitute n'avait
pas remarqu6 la conversation que T... avait cue avec son
.subordonn6 et ceux des assistants qui comprenaient le suwa-
hili n'eurent garde de jamais vendre la mbche.




















L'Education physique au Congo


II 6tait une fois un chef de zone (c'6tait, A l'Npoque, la
denomination officiellement consacr6e), fervent adepte de
1'athl6tisme, don't il est, d'ailleurs, encore un des dirigeants
en Belgique.
Appliquant, en Afrique, les idWes qui lui 6taient chBres, ii
avait ajout6, aux exercices militaires reguliers des soldats
sous ses ordres, une s6rie de movements tir6s des principles
les plus purs de la gymnastique suddoise.
Pour obtenir un meilleur ensemble dans I'ex,6cution de ces
movements propices au d6veloppement physique et A I'am6-
lioration de la souplesse de ses homes, il leur avait enseign6
divers chants don't le rythme, se mariant a chacune des phases
de 1'exercice, en assurait une execution plus parfaite et plus
homogene.
Les r6sultats furent remarquables et bient6t ces troupiers
en auraient remontr6 aux meilleures 6coles d'6ducation phy-
sique m6tropolitaines.







- 43 -


11 en fit, comme de raison, rapport A 1'autorit6 colonial
sup6rieure, .en pr6conisant l'excellence de ses m6thodes et
en vantant, A just titre,* les heureux resultats qu'il avait
acquis.
A quel'que temps de 1h, le gouverneur H..., en tourn6e
d'inspection, passa par le poste du commandant C...
,Se souvenant du rapport qu'il avait recu, il demand a ce
dernier d'assister A quelques exercices de gymnastique de
la garnison du poste.
Le commandant C... s'empressa de donfier des ordres en
consequence; mais en recommandant (et pour cause, come
on le verra) au sous-officier europ6en instructeur de
prescribe aux soldats de ne' pas acoompagner leurs mouve-
ments de leurs chants ha'bituels.
Le sous-officier avait-il une dent contre son chef de poste?
Ou bien oublia-t-il simplement la recommendation de son
chef?
Toujours est-il que lorsque tout fut pr6t pour la stance
et que, le commandant C... ayant demand au gouverneur
son assentiment pour donner le signal du commencement
des exercices, le sous-officier command : ( Premier exer-
cice! Flexion successive du torse en avant, les bras Btendus! ;
les vingt ex6cutants, ob6issant a l'ordre recu, commencr.ent
le movement en I'accompagnant du choeur appropri6...
Et h la profonde horreur du gouverneur et du commandant
on entendit toute la troupe chanter en cadence:

Pompons la m...
Et pompons-la souvent,
Et envoyons ch...
Ceux qui n' sont pas contents!








-44-

Inutile d'ajouter que la stance ne continue pas plus avant
et que les notes du commandant C... se ressenjtirent forte-
ment de l'aventure. c



















Un true de soiffard


Ceci se passait aux temps h6roiques.
11 n'y avait alors que la .route des taravanes, et dans le
Haut-Congo, vin, bibre, farine, tout cela 6tait inconnu.
Par centre, il y parvenait, r6gulibrement, parmi le ravitail-
lement que la munificence de l'Etat Ind6pendant accordait h
ses agents, une certain quantity de genievre, excellent d'ail-
leurs, le Geni6vre de la Clef (r6clame gratuite pour laquelle
nous esp6rons que la Maison Meeus accordera A la R6daction
de Notre Colonie les deux litres d'honneur comme aurait
dit Oscar Michaux dont Vandervelde a permis de disposer
come minimum.
Les agents de ce temps-la n'6taient pas tous sans dfauts
et si d'aucuns ont parfois exag6r6 ces d6fauts des anciens,
oubliant de tenir compete *des admirables ,qualit6s don't ils
firent preuve et leur inalt6rable d6vouement, il est just de
convenir qu'il y en eut parfois qui avaient, come on dit, un
trou sous le nez.






- 46 -


Parmi ces derniers, la v6rit6 nous oblige, a classer le com-
missaire de district N...
Son d6faut avait meme 6t6 cause qu'il n'avait pas WtB rden-
gag6 apres un premier terme; mais, devant son insistence et
ses belles promesses, Van Eetvelde s'btait laiss6 attendrir, et
'lui avait permis de repartir, tout en exigeant de lui un enga-
gement formel qu'il s'abstiendrait de toute espece d'alcool.
Get engagement n'4tait pas ignored du personnel du district
et N... semblait le tenir scrupuleusement.
II 6tait de rmgle A cette 6poque que les agents prissent I'ap&-
ritif avant de se mettre A table au mess.
Le seul aperitif existent 6tait le fameux Genievre de-la Clef.
N... invitait r6gulibrement ses agents A 1'aperitif.
II leur disait: J'ai promise de ne plus boire d'alcool;
mais je n'ai pas promise de ne pas en laisser boire par les
autres. Toutefois, mes enfants, buvez mod6r6ment.
a Un verre, c'est bon!
Deux verres, c'est beaucoup!
Trois, c'est un poison!
( Quant a moi, ajoutait-il, vous me permettrez de me con-
tenter ide boire de 'eau.
Et tandis qu'un flacon de Meeus etait mis A la disposition
des employs, une carafe paraissant remplie d'eau limpide et
claire restait I'apanage du seul commissaire de district qii
s'en versait une large rasade dans un verre a biBre.
Un jour oependant, jour de malheur, un nouvel agent
arriva anu district.
H6Ias! cet agent 6tait un veritable abstinant et, a l'ap6ritif,
il demand, lui aussi, un verre d'eau.
Malgr6 l'insistance de N..., il refusa obstinement la petite






47 -

goutte qui lui 6tait offerte et se versa ur verre de la carafe
commissariale!
tHorreur! 'C'tait du schnick!
Le brave N..., profitant de ce que le genievre Meeus est clair
come de l'eau de roche (toujours la r&clame gratuite), fai-
salt tranquillement decanter un flacon de schnick. dans sa
carafe et grAce A cet heureux (?) subterfuge, il pouvait boire
A son gr6 sa liqueur favorite, sans que ses agents se doutas-
sent qu'il trahissait la foi jur6e.
Car cet home avait, malgre tout, une grande quality.
SII n'etait pas de ces buveurs qui se cachent dans leur
chambre pour y lamper a I'aise; il aimait, lui, A boire en
soci6t6.



















Genievre et porto Absinthe scandinave


L'histoire du commissaire de district N..., que j'ai racontee,
me remet en m6moire celle d'un autre vieux, brave.
Celui-ci n'6tait pas buveur; mais, n6 dans les Flandres, il
6prouvait pour les boissons d'origine 6trangBre un manque de
sympathie bien national et leur prkf6rait la boisson vraiment
belge, le genievre.
II plagait au-dessus de tout, un bon verre de p6quet.
C'6tait, d'ailleurs, un excellent serviteur de la Colonie,
strict observateur des rbglements et de la consigne. Aussi,
comme 1'Etat, dans sa sollicitude, envoyait aux commissaires
de district, comme frais de representation, quelques bouteilles
de porto, pour leur permettre de recevoir, Ape pe prs digne-
ment, les quelques rares h6tes que les circonstances ame-
naient chez eux, pour rien au monde, V... ne se serait abstenu
de leur offrir le porto de I'hospitalit6.
Et malgrb son m6pris pour le vin de liqueur, trop 6dulcorB







-49-

A son avis, il jugeait de son devoir de boire un verre de porto
avec ses invites.
Seulement, quand l'invit6e tait un ami, apres avoir accom-
pli le rite que sa conscience et son respect de la consigne lui
imposaient, le porto lui ayant 6t6 envoy pour 1'offrir, V...
disait, en clignant de I'ceil, et le sacrifice accompli:
( Dis done, mon cher, si maintenant on buvait un bon
verre de schnick pour faire passer ce sale goft de portol... )





'Une autre histoire du meme flacon, si j'ose m'exprimer
ainsi :
rC'tait au temps beni oif l'absinthe n'etait pas encore bois-
son interdite et condamnke au Congo.
S11 y avait quelque part, ,dans le Haut, un chef de poste
scandinave.
Un jour, un passage vient A passer par lk, et naturellement
X... l'invita a I'ap6ro.
Sur la table il y avait une bouteille de Pernod et deux
verres A adere, qu'X... remplit consciencieusement avec le
contenu de la bouteille.
Stup6faction du passage; mais X..., tranquillement, lui
r4pondit :
(( Ah, oui! je sais; on m'a dit qu'en France il y aurait des
gens qui mettent de 1'eau lA-dedans; mais je ne monte pas
dans ce bateau-la! )




















Absinthe, absinthe, quand tu nous tiens!






Le gouverneur C... et le directeur D... 6taient des amis de
vieille date.
De passage h Boma, D..., arrive vers le soir, alla faire visit
A son ami le gouverneur.
Il remarqua que celui-ci ne I'accueillait pas avec son
empressement habituel et qu'il devait y avoir, come on dit,
de I'eau dans le gaz.
Leur vieille amiti6 permettant cette indiscretion, il en fit
la remarque a C... en lui demandant le motif de sa froideur.
'Eh bien, oui, fit C..., autant s'expliquer franchement
et te le dire tout de suite! II m'est revenu...
N'en mange plus, interrompit D..., ainsi cela ne te
reviendra plus!
Trve dde badinage, dit le gouverneur, je t'assure que
c'est tres serieux.
Alors, fit 'D..., inutile d'employer le style radis, viens
au fait! Je t'Vcoute respectueusement comme il convient.









Voici la chose, dit alors C... Les capitaines de vapeur
de ta socikt, se livrent h une fraud important d'ab-inlie.
Je te prie ,de fire le n6eessaire pour fire cesser cet Rtat
de hoses contraire a la loi et aux reglements de la colonies.
Mais, se r6clia D..., fti ne peux ignorer que j'ai donn6
des ordres .s6vres, defendant tout transport d'absinthe aux
capitaines de ma compagnie.
Si s&v&res, que je n'ignore pas, j'ai la certitude et
des rapports dignes de foi me l'affirment, ,que toi-meme,
non seulement tu as de 1'absinthe chez toi, mais tu en offres
h des h6tes de pas-.s.age.
S- a,,dit D..., permets-moi de te dire que celui qui a bu
mon absinthe et puis te fait, un, rapport, c'est pas un
monsieur tres chic et *des lors peu digne de foi; mais j'aime
mieux te le,dire tout despite, il est exact que j'ai chez m.o
de 1'absinthe et qu'il m'arrive d'en offrir; mais je t'en
donnie ma parole, je nr'achte pas mon absinthe aux capi-
taines de ma compagnie!
Alors, of I'achetes-tu?
-- Moi, repondit D..., mais je I'achkte a board des bateaux
de 'Etat!
Puis, apres r6flexion, il ajouta :
Peut-Atre bien, le commissaire du district .achte t-il
la sienne h board des bateaux de ma compagnie, car tu com-
prendras que nous ne pouvons ni I'un ni 1'autre 6tre com-
plices de nos subordonnis!
Le brave gouverneur C... h6sita un instant puis, regar-
dant son ami, il esquissa un sourire, auquel. D... r6pondit;
les sourires .s'agrandirentet bient6t un frane eclat de rire:
terminal le diff6rend.


- 51 -






- i2 -


Alors D... insinuant:
Dis done, il est pros de six heures, il ne viendra plus
personnel, si tu ni'en offrais une pour l'ap6ritif?
Eh bien, soit, fit C... ,Boy!... tu la prends en pure?
Non! TassBe alors?
Non, creme d'opale seulement, cela nous permettra d'en
prendre chacun .deux au lieu d'une! Mais dis-moi, entire nous,
oii diable te procures-tu la tienne?
IMoi, fit le gouverneur, mais... je ne I'achete pas.
Alors, comment fais-tu?
C'est bien simple! Tu connais mon vieux secretaire, le
brave E...; tu sais que ce vieux serviteur a, comme on dit, le
d6faut *d'avoir un trou sous le nez; mais je lui passe bien .des
choses, car ii est d'un admirable d6vouement. Eh bien! dans
F'interet de sa sante, et comme je crains qu'il s'adonne a
l'absinthe, je fais de temps en temps une descente ohez lui
et chaque fois, je saisis le corps du d6lit, c'est-A-dire une
bouteille de Pernod!
Oh! se recria ID...
Non, repartit C..., tu te trompes; ce brave n'a pas un
traitement bien r6mun6rateur; alors, je ne voudrais pas lui
fire du tort! Je Tindemnise chaque fois que je fais une
saisie!
A ta sant6! A la tienne!


*


Notre regrett6 ami Prosper, surnomm6 Dibala par les
indigenes, A cause de la surabondante absence de sa cheve-









lure, s'6tait embarque a Kinshasa sur le m6me vapeur que
son directeur.
Arriv6s A Kwamouth, visit de la douane.
Les douaniers se montrent bons enfants et acceptent volon-
tiers le verre que leur offre le directeur.
Celui-ci desire que son chef de secteur, Prosper, prenne
un verre avec les autres. II le cherche en vain du regard.
Pas de Prosper sur le pont!
Serait-il descendu A terre? Non, il n'y a rien a fair ou
4 voir a Kwamouth.
Le directeur prie les douaniers de bien vouloir 1'excuser
un moment et part a la recherche de Prosper.
Il le trouve dans sa cabine, en pyjama retrouss6 haut sur
les jambes, lesquelles sont plong6es dans 1'eau continue dans
une malle-bain; Prosper prend un bain de pieds.
En voilA une idee, fait le directeur.
Chut, fit Prosper, je vais vous dire : l'eau du Congo
n'est pas, vous savez, pr6cis6ment limpide; alors! avec du
savon, cela devient tout A fait opaque! Or, j'ai emport6 de
Kin six bouteilles d'absinthe et, comme je ne voudrais pas
que les douaniers me les chopent, je les ai mises au fond de
mon bain de pieds.
Vous comprenez, ajouta-t-il, souriant, s'ils fourrent leurs
mains dans l'eau dans laquelle je lave mes pieds, c'est que ce
sont de fichus cochons!


- 53 -


















La garde qui veille...






Le commissaire du district P... recevait ce jour-1a, a diner.
les principaux agehts'et particuliers du poste.
P... faisait toujours bieh les clhoses.<
L'e diiier fut xquis, la'chaire dBlicate, les vins suffisants
(pour l'endroit et l'poque) et la conversation anim6e.
SOn en etait presque au dessert.
Quahd,-t6ut h coup, IA porte s'ouvrit et p6n6tra un soldat
noir; lequel faisant, raide et automatique, six pas bien caden-
c6s dans la place, fit halte et front derriere le commissaire
de district, plaqua un port d'armes irr6prochable avec bat-
tement bien marqu6 sur la bretelle de son fusil, puis d'une
voix claire et nette qui resonna dans le silence provoqu6 par
cette entree insolite, prononga a l'intention de P... cette
phrase lapidaire:
< Commandant! Clairon Koluma mokashi na-we!
(( Commandant, le clairon est couch avec ta m6nagbre! )






- 55 -


Aprbs un moment de stupeur, P..., plut6t embWt6 de la
publicity ainsi donn6e a son infortune extra-conjugale, s'avisa
de r6primander l'officieux message qui n'6tait autre que la
isentinelle charge de veiller sur la porte de sa maison et
lui dit:
( Niama (imbecile) pourquoi ''as-tu laiss6 entrer?
Mais fort de son bon droit et certain de n'avoir pas manqu6
a ses instructions, le brave soldat lui r6pondit:
( Consigne na mi, idiko n'djilbi na m'Pala! Clairon, yandi
kulua na n'djibi na niuma!', ,
(', Ma consigne est de veiller sur la porte de devant, or,
'le clairon est entr6 par la porte de derriere! n)
Faisant centre mauvaise fortune bon cceur, le commissaire
P... dit h ses h6tes que le mal 6tant fait, il n'y avait plus
de remade et qu'il valait mieux continue le diner, d'autant
plus que la sentinelle ajoutait comee renseignement com-
pl.mentaire: ( Ibidi kuniema! ) (< Tous deux se sont sau-
v6s! n) Puis plaquant un nouveau et irreprochable port
d'armes, le brave serviteur fit' ui demi-tour aussi irr6pro-
chable et sortit reprendre sa faction.



















Le Fou


iQeci se passait aux temps h6roiques de la route des cara-
vanes et de la champagne arabe.
Le commandant L... et son ami Aristide Doorme, dit Malu-
Malu, rentraient fin de terme et faisaient la route des cara-
vanes ensemble vers Matadi.
Quand on a fait c6te a b6te toute une champagne, qu'on a
voyage cabine a cabine pendant quinze jours en steamer sur
le fleuve,- i est concevable qu'on n'ait plus grand'chose h se
raconter, en route.
Aussi, les deux amis, quoique voyageant de concert, se
s6paraient parfois, selon les hasards de la march.
Ce jour-l, Dieu sait pourquoi, Ddorme 6tait rest en
arriere et marchait h un bon kilometre derriere L..., peut-tre
pour raccoler les porteurs trainards.
J'ai dit que ceci se passait aux temps h6roiques; aussi la
tenue de route de L... laissait-elle a d6sirer sous le rapport de









1'16lgance, car, pour 6pargner, en vue du s6jour sur le vapeur
d'Europe et des visits officielles a Boma, ses frusques plus
on moins encore d6centes, L... avait emprunt6 un complete
usag6 de m6canicien. C'etait un costume en toile bleue, rap-
pieci6 par places et qui avait perdu sa couleur initial.
A un detour de la route, L... se trouva, tout a coup, nez a
nez avec deux nouveaux qui montaient.
Ce qu'ils 6taient beaux, ces futurs explorateurs du centre
africain : tenue blanche, ceinture munie de revolvers, casque
de forme anglaise, guktres et toute la lyre.
'Le commandant L... en 6tait tout 'berlu6.
Les deux nouveaux venus,ne se figurant pas que la d6froque
d'un bleu pisseux cachait le vainqueur des Arabes, lui adres-
serent la parole sur un ton d'ind6niable sup6riorit6 :
(Dites-donc, I'ami, est-ce que l'6tape est encore longue?
Oh! fit L..:, qui comprit de suite l'erreur et se disposa
& s'en amuser encore deux petites heures, Messieurs!
lEt -dites, a Leo, comment cela va-t-il? Y a-t-il des vivres?
des logements convenables?
Pour ca, r6pondit L..., vous ferez bien d'ajouter quel-
ques trous a vos ceinturons pour les mieux serrer, et quant
aux logements, vous ferez mieux de computer sur vos tentes
et lits de camp.
,Cependant les deux nouveaux, deux jeunes officers, esti-
merent qu'ils devaient quelques 6gards au brave homme qui
se trouvait devant eux et se dirent qu'ils ne pouvaient cepen-
dant pas le ,quitter comme cela, qu'ils lui devaient un brin de
conversation et d'int6ret.
IDonc, fit l'un d'eux, vous avez fini votre terme?
Oui, r6pondit L..., je rentre en effet, j'ai fini!


- 57 -








'Et vous avez 6t0 content?
Content, je ne peux pas dire que j'aie 6t0 content, et je
ne puis pas dire non plus que je ne suis pas content; mais
ce qui est d6goftant,sc'est qu'apres avoir pein6 trois ans, on
n'a pas encore la paix et qu'on vous fL.. de sales commissions.
--'Vous avei 6t6 charge d'une sale commissionn?
Je vous crois. Figurez-vduis, dit L..., qu'ils m'ont donn6
un fou a ramener.
-'- Un fou?'
Oui, un fou, et dangereux par-dessus lemarch6. C'est
tout de m6me pas une mission a confier h un honnete home
qui bien servi pendant trois ans.
Mais, qu'en avez-vous fait?
Or, pour ga, vous comprenez, j'ai fait mon term et je
m'en f..., ii duit. 6tre quelque part derriere. Je ne m'embar-
rasse pas de lui. II nha qu'a tirer son plan.
-Un silence.
--Ei vous dites qu'il est dangereux.
Oh! seulement quand on irrite et qu'on ne faith pas ce
qu'il veut!
L-dessus, on se spare.
L... connaissait le temperament plus qu'irritable et impulsif
du brave Aristide et rigolait en lui-meme en pensant i sa
prochaine rencontre avec les deux bleus.
Ce fut, en effect, plut6t dr6le.
Apercevant le fou *a quelques deux cents mbtres d'eux, les
deux officers s'ecarterent prudemment dans la brousse.
Mais Doorme les avait vus, et, d6sireux d'avoir des nou-
velles fraiches, d'Europe, il s'avanqa rapidemerit dans leur
direction.









Eux reculbrent -un peu plus loin dans la brousse.
Doorme les appelle, gesticule, crie.
Mouvement de retraite plus accentu6 des deux autres.
Doorme se fAche, crie plus fort, gesticule plus fort, jure,
et se met a courir A leur poursuite.
Fuite eperdue, qui se termine a l'avantage des fuyards.
Le brave Aristide n'y comprenait rien, et L... n'eut garde
de lui expliquer les motifs de la singulibre attitude des deux
Europ6ens.
Mais iquand ceux-ci arriv6rent i Leo, leur premier soin fut
de se plaindre de l'impr6voyance et de l'imprudence-de I'auto-
rit6 qui confiait l'escorte de fous furieux A un simple m6ca-
nicien qui s'en f...outait.
Stupeur du commissaire de district.
11 n'y a pas eu de m6canicien fin de term et encore
moms de fou; mais, dites, vous avez dfi rencontrer L... et
Doorme?
--L... et Doorme, non!.nous ne les avons pas vus; quel
dommage! nous aurions Wt6 si heureux! etc.
e ne fut qu'aprbs explications d6taifl6es decrivant les deux
amis que la verit6 se fit jour. ,
Et l'on pense l'immense 6clat de rire don't fut secou6 LBo-
poldville quand on connut le tour pendable jou6 par L..
L: es deux jeunes officers se prominent bien de ne plus, A
1'avenir, se fier aux vetements des Europeens qu'ils rencon-
treraient.


- 59-



















Le vieux Capitaine de steamer


Feu le capitaine Bailey avait navigu6 un peu sur toutes les
mers et sous toutes les latitudes et longitudes.
Etait-ce en quality de capitaine, de lieutenant ou de simple
mathurin, nul ne I'a jamais bien su, come a dit le pokte.
Toujours est-il qu'h un age d6ji respectable, il finit par
6chouer au Congo, a la maison (feue 6galement) Daumas et
B6raud.
Quand la 'S. A. B. reprit les ktablissements que cette
maison avait au Congo belge et frangais, elle reprit aussi le
materiel naval de cette society, don't feu, lui aussi, le vapeur
Ville de Paris, et naturellement son capitaine Bailey. Quand
1'Etat du Congo reprit ensuite la marine de la S. A. B., tous
deux passbrent au service de I'Etat.
Le Ville de Paris, bateau h aubes, 6tait c6lebre au Congo
pour son manque absolu de c6Clriit4, et Balley n'avait pas peu
contribute h cette reputation.






- 61 -


11 n'6tait jamais press et les noirs avaient donn6 au stea-
mer le nom significatif de: Soko lero-te, kesho. (Si pas
aujourd'hui, demain.)
Le brave Balley, avec son Ville de Paris, devait done mon-
ter dans l'Ubangi.
Le petit capiitaine Koch, tout I'oppos6 de Bailey pour la
c616rit6, I'avait devanc6, avec le steamer Ville d'Anvers, dans
le couloir.
A son retour de Stanleyville, Koch trouve le Ville de Paris
amarr6 au confluent du Congo et 'l'Ubangi. II accoste prbs de
I'autre bateau et monte A bord serrer la main A son vieux
camarade Bailey, et s'empresse de le f6liciter d'6tre d6ja
revenue de Bangi.
Mais Bailey, indign6 et d'un ton de souveraine contemp-
tion : ( Qu'est-ce que tu penses, dit-il, Je monte seulement! ,
Le meme Bailey avait pour mecanicien une sorte d'anar-
chiste, avec lequel il faisait le plus mauvais menage possible.
Ceci ne faisait pas avancer le bateau plus vite, on le con-
goit; aussi les passagers 6taient-ils plutbt rares sur le Ville
de Paris, qu'ils 6vitaient soigneusement,
Cependant, un jour, certain fonctionnaire dut prendre
passage A bord.
,Balley, toujours tres aimable, I'invita a prendre place
aupres de lui sur la passerelle. Cette amabilitO n'6tait pas
cependant absolument spontan6e, car, on le verra, le capi-
taine avait son plan. II avait remarqu, la stature de son
passage.
A peine en route, Bailey s'approche de son porte-voix (le
Ville de Paris manquait de 1'attirail perfectionn6 d'un tei-
graphe et les ordres se transmettaient par porte-voix du capi-
taine au m6canicien).







-- 62 --

Done Bailey, don't une des particularites 6tait de boire du
cafe du matin au soir et du soir au martin, mit sa bouche au
porte-voix et cria : (( Force la vapeur! )
Et tout aussitbt, vidant dans l'entonnoir du porte-voix sa
tasse de cafe, il crie: < Mange! >
Qu'est-ce que vous faites, Capitaine?
Eh! fit le capitaine, ce cochon de m6canicien, quand je
lui done un ordre, a la sale habitude de me r6pondre:
( M... par le porte-voix.
SAlors, come il est plus fort que moi, mais qu'aujour-
d'hui vous Ites 1 pour me d6fendre, j'ai f... mon caf6 dans
le porte-voix et il aura tout attrap6 dans la g...
En effet, une s6rie de jurons se faisait entendre par 1'esca-
lier et le m6canicien, inond6, arrivait furieux.
Heureusement pour Balley, le passeger 4tait de taille et put
6viter un pugilat.




















Friction capillaire






Je ne d6signerai pas par leurs initiales les deux h6ros de
l'ayenture que je vais narrer..
Je me.bornerai a dire que I'un servait dans I'intendance et
I'autre dars l'infanterie; que tous deux sont parvenus A de
hauts grades dans l'arm6e et que I'histoire se passait il y a
une trehtaine ,d'ann6es.
L'intendant &tait de.passage chez son copain le fantassin.
Le soir, a table, la conversation vint a tomber sur la chute
pr6matur6e des cheveux et les ennuis d'une calvatie pr6coce.
Le fantassin craignait cette 6ventualit6 autant qu'un negre
peut craindre le travail .et laissa voir cette horreur, un peu
trop clairement, a son commensal.
Celui-ci ne d6testait pas ce que les Bruxellois nomment
une bonne zwanze, et, trouvant le milieu bien prepare,
pouss6 aussi par ce qu'il savait de la reputation de son
camarade, saisit I'occasion, c'est bien le cas de le dire, par
les cheveux.







-64-


iMoi aussi, dit-il, mon cher, j'ai craint cette calamity;
mais, maintenant, toutes mes craintes ont disparu.' es
cheveux tiennent au crane come des tiques sur une peau
de chien; car j'ai trouv6 un remade 6patant. Depuis que je
I'emploie, je n'ai plus perdu un quart de poil et cependant,
auparavant, il en tombait, il en tombnait, A rembourrer un
oreiller, chaque fois que je me peignais!
iOh! fit l'autre, donne-moi ce remade, je t'en supplies,
ma reconnaissance, etc., etc.
C'est que, r6pondit I'intendant, le remade est un peu
special et je ne sais pas trop si tu te risquerais A l'employer.
H6siter? quand il s'agit de mes cheveux! Jamais de
la vie! Je ferais tout pour les conserver, ces laches qui
veulent' m'abandonner!
FEh bien, puisque tu le veux, je.vais te le dire:
Tous les soirs, avant de me mettre au lit, je fais une friction
Bnergique du cuir chevelu avec... avec... avec le r6sidu de
ma boisson du jour. C'est pas tres ragoftant, tu vois; mais le
r6sultat est 6patant et, comme dit le sage, la fin justifie les
moyens!
AprBs un petit temps, la nuit avancant, les amis se' sou-
haitbrent le bonsoir, et chacun s'en fut se coucher. -
Le lendemain martin, ils se retrouv6rent au d6jeuner.
A peine le caf6 servi, Ie fantassin, 'confidentiellement,
s'approcha de son camarade et lui dit tout has:
Tu sais, j'en ai mis!
'Quoi? fit I'autre, ayant plus ou moins oubli6 ce qu'il
avait racont6 la veille.
'Eh bien, les cheveux! la friction! enfinI






--65 -


N. de D., sale cochon; fous-moi le camp! tu me ferais
rendre mon dejeuner! Non mais, oui a-t-on 6t6 me prendre
un saligaud de ton acabit! Fous-toi la t6te sous, la pompe,
hein, et plus vite que cela!
Le plus dr6le de l'histoire, c'est que I'intendant mourut
chauve ou presque, tandis que le fantassin a toujours ses
cheveux et ,sa belle raie (( luizegang ) fait encore son orgueil
et l'admiration des jeunes.



















La mort du Colonel

ou le cadavre recalcitrant






Cette histoire ne s'est pas d6roule au Congo; mais, come
elle eut pour h6ros un Congolais -notoire, elle trouve nean-
moins 'sa place dans ce recueil, bien que les Mvenements
qu'elle rapporte aient eu Bruxelles comme th&6tre.
C'6tait quelque temps avant la guerre; or, le colonel en
question est itoujours en vie et plus recalcitrant que jamais,
bravant des ans I'irr6parable outrage.
Par un dimanche apres-midi, il pleuvait (naturellement,
puisque la scene se passe en Belgique) et, faute de mieux,
pour passer le temps, j'6tais entr6 dans un cinema de la
porte de Namur.
Le film termin6 et la lumiere 6tant faite dans la salle, je.
trouvai que je m'.tais assis pres d'un camarade, officer
congolais, qui me dit:






- 67 -


-Eh bien, tu connais le malheur arrive & ce pauvre colo-
nel Ch..., il est tomb6 mort subitement, hier soir, rue Neuvel
Le colonel Ch... est de mes bons amis.
SSurpris et tres pein6 de.cette triste nouvelle, je demandai
des details et mon ami me dit que le malheur Mtait tres cer-
tain, car il 1'avait lu dans un journal du matin..
Je sortis imm6diatement du cinema et voulus me procurer
le journal qui m'avait 6t' renseign6, a i'aubette, au coin de
la rue du Bastion. Le num6ro n'existait plus; mais la brave
femme de vendeuse, qui me connaissait et connaissait aussi
le colonel .Ch... crut devoir me dire:
Si c'est pour la mort du colonel Ch..., il y a un article
n6crologique dans I'lndipendance de trois heures.
Plus de doutte! Un 'bel article n6crologique, cle6brant les
hauts faits du colonel iCh... au Congo et d6plorant la grande
perte que la Colonie faisait en sa personnel, s'6talait en pre-
mibre page du journal.
J'ai dit que j'6tais tres liB avec le colonel.
Sauter dans un taxi et me faire conduire a son domicile
fut l'affaire d'un instant.
Au moment oii le taxi arrivait h destination, la porte de la
maison se refermait sur une personnel qui me pr6c6dait.
Je .sonnai, et apres de courts instants, la porte me fut
ouverte et j'eus la profonde surprise et la trbs grande joie
d'entendre la voix du colonel (il habitat le rez-de-chaussee)
et cette voix disait d'un ton courrouc :
Sacr6 sale pochard, quand on est plein comme toi, on
ne vient pas d6ranger les gens le dimanche apr&s-midi!
Je poussai la porte de J'appartement et je vis le monsieur







- 68 -


qui venait d'entrer avant mnoi, 6croul6 dans un fauteuil et
suffoquant dans les larmes, tandis que le colonel, furieux,
me prenait a t6moin:
As-tu jamais vu pareil abruti! II entire ici, se met a
braire comme un veau en criant : ( Alors tu n'es done pas
mort! Non! Mais regarde-le, l'ivrogne, le sac a vin et A
biere, sans computer I'alcool! As-tu fini d'inonder mon tapis
en pleurant le scotch que tu as bu en trop!
Pardon, fis-je, mais permets-moi de te dire .que c'est
lui qui a raison et toi qui as tort. Tu es parfaitement mort
et en voici la preuve, ajoutai-je, en lui montrant le journal
et l'article n6crologique.
Nom de iD..., dit le colonel, nom de ID... elle est un peu
raide! Alors c'est pour cela aussi que tu es venu?
SNaturellement; mais, comme tu vois que c'est s6rieux,
il s'agit de couper les ailes a ce sinistre canard. Excuse-toi
d'abord aupres de ton ami qui m6rite mieux que des engueu-
lades et puis t0liphonons aux journaux. Reprenons mon taxi
qui m'attend a la porte.
Le taxi nous conduisit au cafe, don't le dit ami 6tait le
patron tout heureux de retrouver un de ses meilleurs clients
qu'il croyait disparu 'a jamais et le colonel demand la
communication tl16phonique, pour faire rectifier la fausse
nouvelle de son dkeBs.
II n'en avait pas fini avec les misaventures, car je I'enten-
dis qui criait dans le t6lIphone:
Nom de ID:.. c'est toi le sinistre plaisant, puisque je te
dis que c'est moi-m6me, le colonel Ch..., en chair et en os,
qui t6l6phone. II en faut une- sant6 pour me repondre que
tu n'apprkcies pas la sinistre farce de to t6l6phoner que je







- 69 -


suis vivant, alors que c'est moi seul qui ait le droit de me
plaindre de ce que tu m'as assassin dans ta sale feuille de
choux, D'ailleurs, je passe le cornet a mon ami, qui va to
confirmer que je suis bien vivant.
AprBs un bref change de communications, le correspon-
dant du journal, enfin convaincu se r6pandit en excuses et
le colonel terminal la conversation en disant:
A propos! merci pour l'article n6crologique! il '6tait
tout h .fait bien, compliments au redacteur!
AprBs cette fleche de Parthe, il raccrocha le cornet et nous
nous mimes en route pour Ia Porte de Namur, afin de rassu-
rer les nombreux amis du colonel qui fr6quentaient les
nombreux caf6s de cet endroit.
Come le colonel a beaucoup d'amis, qu'il y a beaucoup de
cafes Porte de Namur et que la joie de le revoir vivant, aprbs
l'avoir cru disparu, exigeait de boire h la sant6 du (( rescap6 )),
je vous laisse a penser la noce qui terminal cette venture.




















Un bleu






Au Congo, comme pantout ailleurs, les bleus ont souvent
h pitir de la malice des anciens.
C'est un pays de course d'.eau, alors il est tout natural qu'on
y monte des bateaux quand l'occasion parait proprice.
Au course du voyage en mer, les deuxieme et troisieme
terms ont le plus souvent eu l'occasion de se rendre compete
du degr6 de nalvet6 de leurs jeunes compagnons.et ne man-
quent pas, a l'arriv6e, de renseigner leurs copains.
Je me souviens d'une blague 6norme don't fut l'innocente
victim, il y a nombre d'annees d6ji, un brave garcon qui
mourut hiroiquement au course d'une revolte indigene, mais
don't le moindre d6faut 6tait d'etre susceptible d'avaler tout
cru non pas une simple couleuvre, mais un boa tout entier.
Qu'on en juge.
L... avait remarqu6 qu'A Boma, le niveau du fleuve chan-
geait au course de la journne. I1 ne se figurait pas que l'action







- 71 -


de la mare se faisait encore sentir a si grande distance de
la mer et s'avisa de demander I'explication du ph6nomene A
un ancien de la capital.
Or, je vous done en mille l'explication qui fut fournie.
N'as-tu pas remarqu6, dit l'ancien, que c'est le soir que
l'eau baisse et le matin que le niveau remote?
Certainement, r6pondit-il..., trop poli pour contredire
un v6t6ran.
Eh bien! ne sais-tu pas, 6 bleu de mon coeur, que le
soir les hippos sortent de l'eau pour aller piturer et qu'ils
y rentrent le matin? Tu congois que la sortie de 1'eau de
ces enormes bates, nombreuses comme les 6toiles du firma-
ment, fait naturellement baisser les eaux du fleuve .et que le
niveau remote d'autant plus le matin, quand elles y irentrent,
qu'elles sont gonfl6es de nourriture!
Ce brave L... prit I'explication pour de l'argent comptant.
Une autre fois, L..., stupefait de voir les noirs se baigner
a la riviere, alors qu'il la croyait peuplee de crocodiles,
exprime son 6tonnement de l'inqualifiable imprudence des
moricauds et surtout de la negligence des autorit6s qui la
tolrent.
II s'attire imm6diatement cette r6ponse :
Mais, mon cher, il n'y a plus de crocodiles dans le
Congo!
Plus de crocodiles dans le Congo?
Mais non. Il y a eu dernierement une grande 6piid6mie
de variole parmi les indigenes du haut, et les survivants,
epouvant6s, ont jet6 h la riviere tous les cadavres des d6c6d6s.
Naturell6ment, les crocodiles les ont mang6s et ont attrap6







- 72 -


la petite v6role. Is en sont tous crev6s, ce qui fait qu'on peut
maintenant se baigner impunement dans le fleuve.
Heureusement -que L... communique le renseignement A
quelques Europbens, qui le d6tournbrent de'son project, ear
il ne parlait :de rien maoins que de faire a son tour une
pleine eau qui aurait pu avoir de graves consequences pour
lui.
C'est toujours au meme L... que ses compagnons de route
firent, sous pr6texte de chasse, sur la route des caravanes,
tuer un malheureux cochon indigene, au Palabala et qu'ils
lui ,designnrent comme un sanglier.
L... ignorait qu'au Congo, le pore domestique est noir de
peau, et, aussi brave qu'il 6tait naif, n'h6sita pas A tirer sur
le monstre et A 1'abattre.
Le r6sultat ne se fit pas attendre! Le chef de Palabala,
accompagn6 d'une bande d'indigenes et de femmes, accourut
A grands cris se plaindre du meurtre de son cochon et L...
dut payer le gros prix pour 1'indemniser, tandis que ses amis
profitaient largement de l'aubaine sous forme de c6telettes
et de r6tis de pore.
L... jura d'etre moins cr6dule i 1'avenir; mais sa reputation
I'avait precede et il eut fort a faire pour 6chapper, ce qui
lui arriva d'ailleurs rarement, aux embiches qui l'attendaient
dans le Haut-Congo.




















Le livrier du Sankuru


Un de nos amis, rentrant en Europe, mettons vers 1903,
car la date exacte ne nous est pas pr6sente h la m6moire, et
passant par Boma, etait assis A la terrasse de (( 1'Africa ), le
caf6 chic du Boma d'alors, sirotant un aperitif (il 6tait vers
les 5 heures du soir), lorsque vint A passer un fonctionnaire
important, de ses amis, qu'il invita naturellement.
Notre ami, le rentrant, 6tait accompagn6 d'un chien qu'il
ramenait en Europe (cela ne coftait pas encore alors le prix
actuel) et qui avait un aspect trbs particulier.
iC'tait une trWs jdlie b6te, 'tres Bl1gante de forces, fine,
de robe noir et feu, rappelant 1'antilope par ses deux grande
oreilles dresses, son joli museau fin, ses yeux noirs et bril-
lants et ses membres delicats. Ce chien avait la taille d'un
de nos malinois.
A quelle race appartenait-il? Notre ami n'en a jamais rien
su, I'ayant achet6 pour une bouteille de schnick A un meca-







- 74 -


nicien de vapeur qui le maltraitait, et ce plut6t par charity
et piti6 que pour tout autre motif, car le chien n'6tait devenu
joli qu'apres avoir 6t6 mieux nourri et soign6.
On sait que les gens du Haut n'ont pas pour ceux qu'ils
appellent les Bomatraciens, un respect exag6r6 et que lorsque
1'occasion s'en presente, ils ne manquent pas d'en center 4
ceux qu'ils considerent un peu comme des Africains de
contrebande.
Le fonctionnaire bomatracien remarqua le chien et surprise
par son aspect insolite autant que par la grace reelle de la
bete, dit A notre ami :
Quelle sorte de chien as-tu la? Je n'en ai jamais vu
comme cela. II est vraiment beau, tu sais.
(a, c'est un 16vrier du Sankuru, r6pondit l'autre.
Comment, il y a des chiens sp6ciaux au Sankuru, autres
que ces sales bAtes de chiens indigenes que nous connaissons,
et qui n'aboient mmme pas? Gelui-ci aboie-t-il?
Comment s'il aboie! je te crois; mais vois-tu, le l1vrier
du Sankuru est une race sp6ciale, unique, et c'est tout A fait
par des circonstances heureuses et exceptionnellement favo-
rables que j'ai pu me procurer oe specimen.
Tu as entendu parler du roi des Bakubas, Lukengo, qui
regne sur une peuplade d'environ cent mille sujets, rebelles
jusqu'ici A toute p6netration europ6enne, et tu sais sans
doute aussi, par les rapports qu'on,a ,recus au gouvernement,
que j'ai recemment r6ussi a rencontrer Lukengo qui, jusqu'a
present, n'avait jamais voulu voir un blanc. Comme tu dois
le savoir aussi, j'ai reussi a acqu6rir l'amiti6 de Lukengo.
Or, ce Lukengo a, par privilege, vingt chiens qui- chassent
I'antilope. Lui seul a droit de possdder ces betes il y a









dix males et dix femelles et on sacrifice les jeunes en
exc6dent.
Lukengo a consent A m'en donner un et m'a laiss6 choisir
entire un male et une femelle, mais il n'a pu me donner la
paire, car ceci 6tait trop contraire h la 'tradition don't les
Bakubas sont des gardens jaloux. C'6tait &d6jh 6norme de
m'en donner un... et le voici!
Admirable b6te, fitle fonctionnaire enthousiasm6, ad-
mirable, mon cher, tout simplement. Il n'y a pas a dire, cette
chienne est merveilleuse, c'est moi qui te le dis, et je m'y
connais en chlens.
...Et en bateaux aussi, fit notre ami, en sourdine.
Le lendemain tout Boma connaissait l'histoire du l6vrier
du Sankuru et d6filait devant (( I'Africa pour contempler
I'animal extraordinaire.
Mais notre ami, connaissant les regles de la politesse et les
devoirs d'un simple particulier, s'en fut faire une visit au
Gouverneur g6n6ral.
Celui-ci le regut tres bien; cependant, a peine dix mots
avaient-ils 6t6 changes que, A la profonde horreur de notre
ami, le 'Gouverneur G6n6ral lui paria du 16vrier du Sankuru
et lui sugg6ra tout bonnement soit de le sacrifier et d'en
confier la d6pouille au Mus6e de Tervueren, soit de le donner
au Jardin zoologique d'Anvers.
'Cette fois, la (( zwanze )) d6passait la limited. Sans professor
a I'6gard de l'autorit6 un respect f6tichiste, notre ami se dit
qu'il ne pouvait pas cependant laisser aller la plaisanterie
plus loin et ( zwanzer l'autorit6 dans son plus eminent
repr6sentant.







76 -

E* t puis, il tenait h son chien et n'avait nulle envie de le
sacrifier A la science.
Aussi confessa-t-il la v6rit6 au Bula en lui disant qu'il avait
racont6 & son ami fonctionnaire bomatracien, la premiere
blague qui avait pass par son esprit ap6ritifiM, sans songer
que, comme toujours, les plus grosses blagues sont celles qui
sont gobees le plus facilement, alors .que les choses vraies
rencontrent souvent l'incr6dulit6.
Le IBula comprit tres bien; mais ajouta : Puisque votre
chien passe pour un 16vrier du Sankuru, qu'il le reste pour
le restant de votre sejour a Boma. Ce n'est pas moi qui
lAcherai les chiens! ))



















Une histoire de < teatotaler


Le missionnaire Baptiste G... 6tait un abstinent total.
II refusait meme de boire un verre de champagne lors des
toasts, quand il assistant A un banquet official.
Ceci se passait A L6o, au beau temps de la route des
caravanes.
J'ai exerc6 beaucoup de metiers a Leo, il fallait bien cumu-
ler de ce temps-lA, faute de personnel, et parmi les cumuls
en.question, je remplissais les functions de substitute.
La mission avait une succursale A l'Inkisi. Or, le mission-
naire de cette succursale 6tant mort, je dus me rendre la-bas
(quatre jours de march) en compagnie de G... pour faire
l'inventaire des objets appartenant au dMfunt.
Nous nous mimes done en route.
J'avais r6ussi A me procurer une dame-jeanne de vin, pour
la route. Le vin 4tait bien rare, alors, A Leo, t .je m'6tais
procure le pr6cieux breuvage au Congo francais, en r6mu-







- 78 -


n6ration de soins donn6s et comme faveur extraordinaire.
Je crois meme me souvenir que je m'6tais quelque peu,
abaiss6 A mendier.
Quatre jours aller, deux jours'de s6jour, quatre jours de
retour, cela me faisait un litre par jour. De quoi satisfaire
le plus difficile.
A midi, dejeuner (lunch disait mon compagnon).
Je d6bouchai la dame-jeanne et, par pure politesse, con-
naissant les habitudes extra-temperantes de G..., je erus
devoir lui dire :
Ne prendriez-vous pas un verre de vin? Cela vous fera
du bien apres la march que nous venons de faire.
Imprudent!
G..., contrairement a mon attente, accept.
Qui pis est, ii ne se content pas d'un, verre; il en prit deux,
le traitre!
Le soir, au diner, ce fut pis encore : il en prit trois!
Et le lendemain, apres une nouvelle tape, il r6cidiva!
Je la trouvais plut6t saumAtre! vous pensez bien.
IDe sorte que le soir, quand il demand au boy de lui
remplir son verre de vii, je ne pus m'empkcher de lui dire:
Mais, je vous croyais (( teatotaler )!
Certainement, dit G..., je le suis. Jamais je ne boirai de
boisson alcoolis6e en presence ad'trangers; mais vous, voilit
d6ja deux ans que je vous connais, et vous n'6tes plus un
stranger pour moi'.. A votre sani6... Cheerio! )
i6las! il n'y avait qu'A m'iiicliner.
Ma pauvre dame-jeanne, acquise a la sueur de mon front,
Dieu sait apres quelle insistence et quelles supplications, loin
de durer les dix jours, 6tait vide le soir du troisieme!







- 79 -


Et je dus me contenter d'eau pour le restant du voyage.
Ma seule consolation, d'ailleurs bien mince, fut que cet
animal de G... dut en boire aussi!
Mais depuis lors, j'ai conserve une m6fiance justified
quant h la sinc6rit6 des abstinants intransigeants.



















Question de s'entendre


Ancien haut fonctionfraire de l'Etat du Congo, le Colonel
Ch... avait pris la direction d'une important compagnie com-
merciale congolaise.
Les agents de factorerie 6taient tenus d'envoyer un rap-
port commercial, en> m6me temps que leur comptabilitO
mensuelle.
SDeux on trois mois successivement, Ch... remarqua que la
recolte d'une factorerie avait baiss6 et que, dans son rap-
port, le grant inscrivait :
c La r6colte du caoutchoucc a encore baiss6 ce mois faute
de brilliant stripes (un tissu en vogue en ce moment). Si je
ne regois pas ce tissu, la r6oolte baissera encore le mois
prochain. )

Ch... en aurait bien volontiers envoy, lui, du brilliant
stripes; mais voila, le stock 6tait 6puis6 et il fallait attendre







- 81 -


le prochain envoi d'Europe; mais en attendant, il prit sa
plus belle plume et 6crivit au g6ran.t:

( Monsieur,

( Faute de brilliant stripes, tAchez .d'6couler vos autres
marchandises.
(( Quand un soldat n'a plus de cartouches, il se sert de
sa bayonnette!

Et :il s'endormit content de cette phrase bien militaire.
La r6ponse ne se fit pas attendre.
Elle arriva quinze jour apres, le temps que la lettre de
Ch... soit parvenue u g6ran't et que celui-ci ait pu r6pondre.
Ch... faillit en fire une maladie.
La aTpon'se consistait simplement en une feuille de paper
A entete de lIa Compagnie et portant les mots i

( Requisitiona urgente.

( Six caisses de bayonnettes.

(Sign6) Le grant. ,




















Question de s'entendre... encore!


Le juge Le F... de P... 6tait convaincu qu'il 6tait venil au
Congo pour remplir une mission divine. II avait ceci de
common avec les Boches, que Si ces derniers se croient le
people elu, lui se croyait le juge 6lu pour prot6ger les
pauvres noirs sujets aux mauvais traitements des infAmes
colonisateurs Manes.
( La parole d'un seul noir, avait-il coutume d'affirmer,
vaut mieux que celle de dix EuropBens.
Aussi les condamnations pleuvaient, Ia terreur r6gnait.
Un beau matin, un Europ6en se pr6cipite dans son bureau :
Monsieur le Juge, dit-il, je viens me plaindre. Je de-
mande justice! Figurez-vous que tant6t, je passais par le
quarter noir. J'avise, une habitation qui me parait plus
inthressante que les autres. La porte 6tait ouverte. J'entre;
mais a peine entr6, je suis empoign6 par un grand bougre







- 83 -


de negre qui me jette dehors en me mettant le pied quelque
part!
Et vous venez vous plaindre a moi, Monsieur, r6pondit
Le F... de P... Vous ignorez done que vous aviezvidl6 le
domicile ide ce noir? C'est vous qui 6tes coupable et je me
demand, en ce moment, s'il ne convent pas que j'entame,
sans tarder, les poursuites centre vous!
Alors, fit 1'Europeen, il est bien vrai que le noir 6tait
dans sor droit *et qu'ayant p6n6tr6 chez lui, isans son autori-
sation, il pouvait m'expulser, (( pedibus cum jambis ); mais
qu'encore celui qui p6netre ainsi dans une habitation privee,
sans la permission de l'occupant, risque des poursuites judi-
ciaires?
Sans l'ombre d'un doute! dit le juge.
Je vous remercie beaucoup pour le renseignement, fit
i'autre, car je dois vous dire que j'ai commis une16ghre erreur
dans ma narration. Ce n'est pas moi qui suis entr6 chez le
noir, c'est lui qui 6tait ehtr6 chez moi, et c'est moi aussi qui
l'ai f... dehors avec ma botte au c...



















Le crocodile


II arrivait souvent, qu'arriv6s h LBo, -apres avoir fait la
route des caravanes, les nouveaux, quelque peu Tartarins,
raoontaient -des ventures extraordinaire qui leur taiient
survenues, sur cette fameuse route, paisible entire toutes
cependant.
Ceux ,de L6o etaient pr6pares a ces vantardises et avaient
imagine un system tres simple pour couper le siflet ,des
blagueurs.
UGn6ralement, c'6tait au mess, que les histoires Btaient
racont&es, alors, tranquillement et sur un signed du chef de
table, le boy serviteur s'approchait .du Gascon, lui tapait
sur l'paule et avec le plus pur accent parisien lui d6elarait:
IMonsieur, c'est 6patant!
Cela suffisait le plus isouvent; mais avec le lieutenant
Colignon cela n'avait meme pas eu un success d'estime.
II continue ses histoires de plus belle en plus belle.
Cela *'e pouvait pas se passer ainsi!







85 -

Collignon avait entr'au'tres blagu6 du fusil extraordinaire
qu'il avait emport6 et l'arme une simple Martiny-Henry
d'ailleurs -avait circul6 de mains en mains.
Comme si uun accord tacite 's'tait 6tabli, chacun s'6tait
exclam6 sur la merveilleuse arme et note ami D... de
s'ecrier :
Magnifique! avec un pareil fusil, il faudrait avoir
1'occasion de tirer sur le crocodile du ( beach ); cette sale
bhte ne viendrait plus se fiche de nous.
Qu'il se montre seulement, dit Colignon, et je vous
promets que je lui ferai son affaire.
Je l'espere bien, r6pondit D..., mais nous, avec nos
armes, nous 'avons beau tirer sur lui, c'est peine perdue,
il nous nargue et chaque fois qu'un noir imprudent se'
baigne, cette horrible bete se jette sur lui et l'emporte pour
le d6vorer.
Puis chacu .s'en fut se coucher; mais les assistants
avaient bien, conmpris que .D... avait, une ide de derrire
la t&te.
Xussi, quand le lendemain Al'appel, on entendit tout a
coup les Bangalas du ((beach ) crier : (( Gandu! 'Gandu! )) (au
crocodile) et qu'on les vit accourir a la place d'Armes, on
se pr6cipita chez Colignon qui, arm6 dde son flingot, descen-
dit h la rive, escort de toute la population noire et blanche
de la station.
( Kuna! kuna! montr6rent les Bangalas. (Lh! IA!)
En effet, il y avait 1h, a une cinquantaine de m6tres,
come une t6te de crocodile qui apparaissait. Oui! et voici
le .corps, et la queue!
Pan! c'est Colignon qui a tit6.







- 86 -


Le crocodile disparait. ( Touch6! touch! ) hurle la foule.
Mais, voici le crocodile qui reparait.
Pan! et ainsi trois fois de suite.
Au quatrieme coup de feu, le crocodile ne ,disparait plus;
il flotte a la drive. On se precipite, avec Colignon, dans
une pirogue et on hisse a bord... une perche, couverte
d'6touppe qui, de loin, figurait plus ou moins un crocodile,
et dissimulait, points sur la perche m6me, les mots : ( Salut,
Colignon! ), pour bien prouver au pauvre zwanz6 que c'6tait
A lui que la mystification s'adr;essait.
C'etait D... qui, .ds l'aurore, 6tait venu a la rive et'avait
confectionne le crocodile qu'il faisait monter h la surface
et ,disparaltre au moyen d'une corde passee h travers I'an-
neau d'une ancre immnerge et qu'un noir dissimul6 dans
les herbes de la rive actionnait; mais la corde s'etait cass6e
le noir ayant tire un peu trop brusquement au quatribme
coup de fusil.


















Les bananes et les ananas






C'Utait avant les temps de la Commission d'enqukte, a
1'6poque de la champagne de calomnies haineuses que feu
E. D. Morel, dit Delvil, ou Delvel, Frangais de naissance,
Anglais par naturalisation, mais Boche de cceur et d'Ame,
menait contre le roi Leopold II et l'Etat Independant du
Congo.
'E. D. Morel avait si bien soulev6 Y'opinion publique en
Angleterre et acquis une tell influence qu'il parvenait A
faire envoyer des homes A lui, dans notre Colonie, pour y
representer I'Angleterre officielle, hommes don't la mission
secrete, confine par Morel, 6tait de d6couvrir et de lui faire
connaitte tout ce qui pourrait servir de pr4texte i alimenter
sa champagne abominable.
Du nombre de ces ( missi dominici > fut le consul T..,
avec lequel un de nos amis eut le d6sagrbable advantage de
voyager sur le paquebot qui les emmenait tous deux au Congo.






- 88 -


~M. le consul avait les honneurs de la table du capitaine;
notre ami 6galement, ainsi qu'un haut fonctionnaire de
I'Etat, inspecteur d'Etat a cette 6poque, ou haut-commissaire
royal, nous ne savons plus au just, don't la parfaite platitude
diplomatique h l'6gard de M. le consul avait eu le don d'exas-
p6rer notre ami et les .quelques autres convives de la table
privil6gibe.
Au bout de quelques jours de navigation, notre ami fut
avis6 par divers autres passagers que M. le consul se mon-
trait tres large en invitations a prendre un verre avec lui au
Bar, mais adressait toutes ses amabilit6s aux anciens, don't,
manifestement, il cherchait A tirer les vers du nez.
Vers pour verres, semblait 6tre son principle dirigeant.
Notre ami eut alors l'id6e de se payer la tAte de M. le consul
tout en se promettant, en mbme temps, de mettre en s6rieux
danger la (( respectability ) un peu excessive de l'inspecteur
d'Etat don't la gourmet lui portait quelque peu sur les nerfs,
qu'il avait sensibles.
11 s'arrangea pour se faire offrir quelques tourn6es par
le consul, choisissant pour ce faire ile moment qui pr6c6dait
le diner, quittant le Bar, avec le consul, just a temps pour
venir se mettre A table, oii il affect de se montrer un peu
trop gai, si gai m6me, que M. le consul, croyant trouver le
moment opportun, mit la conversation sur les (( atrocit6s ,.
La gait6 affect6e par notre ami n'avait pas et6 sans preoc-
cuper l'inspecteur d'Etat et l'on juge de I'horreur de ce
personnage official, quand tout A coup il 'I'entendit pro-
noncer:
-Des atrocit6s, monsieur le Consul; mais oui! et j'en
ai vues et connues. Tenez! je vais vous raconter la triste
venture du chef Makondo.






- 89


Signes d6sesp6r6s de l'inspecteur d'Etat; satisfaction indi-
recte se peignant sur la face glabre de M. le consul.
< iMakondo, continue notre ami, se pr4senta au poste de
l'Etat, en retard de cinq jours pour payer son imp6t.
(( Makendo 6tait impose en bananes qu'il devait fournir au
post.
< Le chef de post lui adressa une s6evre semonce :
S- Miserable negre, dit-il, fils de chienne, tu m'as faith
attendre cinq jours les bananes que tu dois payer. Tu vas
.tre puni et apprendre de quel bois je me chauffe. ,
( Le vieux ,Makondo voulut s'expliquer. Peine inutile, le
chef de poste ne voulut rien entendre.
( Puisque, dit-il, tu m'as fait attendre cinq jours,
mes bananes, je te condamne h avaler conskcutivement
cinq bananes; mais au lieu de les absorber' par le haut du
tube digestif, c'est par I'autre c6te qu'on les introduira!
< Ainsi dit, ainsi fait.
( iMais, des la deuxibme banane, on vit un sourire se des-
siner sur les giosses levres de Makondo; a la troisieme
baniane le sourire s'1largit, et a la quatrieme il fait place a
un rire manifesto, Bclatant et sonore.
( Comment, miserable, crapule, canaille, dit le chef de
poste, au lieu d'etre honteux et repentant, tu rigoles come
un gouverneur general, je ne sais ce qui me retient!...
< Je te demand pardon, puissant chef blanc, dit alors
Makondo don't le rire s'6tait momentan6ment calm, je ne
me moque pas et ne ris pas de toi; mais je n'ai pu m'em-
pecher de penser A mon voisin et ennemi intime, le chef
Bintou... il est en retard d'imp6t de dix jours et il est, lui,
impose en ananas! Alors, tu comprends!... Hi! hi! hi ... ^







90 -

Les convives pouffaient dans-leurs serviettes appliques
devant leurs bouches. Seul, l'inspecteur d'Etat regardait notre
ami d'un ceil torve et s6vere, cette histoire manquant
incontestablement de (( respectability ), tandis que le consul
de Sa Majest6 britannique regrettait manifestement la d6pense
qu'il avait faite au Bar pour obtenir un renseignement,
some toute pay6 fort cher, notre ami ayant eu soin de
choisir des consommations les plus cofteuses possible.
Et cette fois, Morel ne regut pas le rapport qu'il espbrait.



















Comment j'ai tire mon premier hippo






C"'tait en 1891. La famine regnait a Leo et chaque Euro-
peen avait, a tour de r6le, a partir tous les samedis soirs a
la dhasse a l'hippo, pour ravitailler blancs et noirs.
On partait oen pirogue le samedi soir et on campait sur
le terrain de chasse, dressant Ia tente sur quelque banc de
sable, afini d'etre sur las lieux le -dimanche matin, au lever
du soleil, meilleur moment pour chasser les gros pachy-
dermes.
Quand vint mon tour, je m'arrangeai avec mon ami
Camille E..., attach a 1'exp6dition antiesclavagiste, pour
partir ensemble.
Le chef de GCamille E... venait de ,desoendre a Matadi pour
y rechercher certaines choses en souffrance, et don't il avait
besoin pour partir aux Falls; il avait, l'imprudent, laiss6
a son sous-ordre les clefs du (( ftiche ) (on appelait ainsi
le magasin A vivres qui 6tait ( tabou ) vu la famine habi-
tuelle).







- 92 -


Oamille E... logeait dans les bitiments de la maison
hollandaise a Kinshasa, et je devais le prendre en passaant.
II 6tait au poste; *mais, en route, il -me confia qu'il avait
fait quelques menus emprunts a au ftiche, et que nous
aurions un super decent; il avait mAme annex, chose rare
et prioieuse alors, une bouteille de cognac.
A Ia soir6e tombante, notre pirogue arriva sur le terrain
de chasse terrain, c'est beaucoup dire, car, on sait que
1'hippo se chasse dans l'eau et dressAmes notre tente
nous n'en avions qu'une pour nous deux.
On fit pr6parer le super.
Je ne sais plus de quoi il se composait; mais il y avait
cependant, je me souviens, pour finir, une terrine de foie
gras h laquelle nous fimes fete et une boite de poires de
Californie, d~licieuses.
'Pour bien dig6rer un souper d'autant plus exquis que
nous 6tions, Leo, au regime 'des petites et grosses boulettes
de (( corned beef ,, frites a l'huile de palme, nous debou-
chAmes la bouteille de fine Martell et appr6ciAmes la divine
liqueur.
Nous l'appreciAmes m6me si bien que, devisant, au clair
de lune, de nos souvenirs, nous la beimes en entier h nous
deux et puis nous nous couchAmes tranquillement.
Hlas! le cognac -ous -procuira une excellent nuit, si
bonne m6me que, nous ne nous reveillAmes qu'h dix heures
le lendemain martin.
Nous rendant compete ,de l'normitO de notre faute, car
on attendait A ULo, l'hippo hebdomadaire pour manger un
peu de viande fraiche et surtout ravitailler nos noirs' affa-
mis, nous bondimes hours de notre tente.







- 93 -


Stup6faction!
Devant nous, sui le bane de sable, nos noirs dbpecaient
un hippo magnifique.
Avions-nous tu un hippo, sans le savoir, dans quel-
que accbs de somnambulisme?
Qu'importe! I1 6tait l1, nous 6tions sauv6s, nous ne ren-
trerions pas bredouilles et ne serions pas conspu6s!
L'hippo ,d6pec6, on embarqua les quarters dans la
pirogue et, en avant! Retour triomphal A Leo! fiers comme
Artaban, tous les ,deux, Oamille et moi.
'Nous fumes, en effet, accueillis en triomphateurs.
HOlas! note triomphe ne dura que l'espace d'une apres-
midi. Au diner ,du soir, nouas fumes accueillis par un 6clat
:de rire et nous sdmes alors que notre Capita, ayant vaine-
ment essay de nous r6veiller, avait tout simplement pris
nos fusils et s'6tait charge6 lui-anmee de la chasse, intbress6
qu'il tait, gastronomiquement, ainsi que nos pagayeurs,
a ne pas. avoir fait expedition ( pamba! ) et le Capita avait
6tB indiscret.




















Pataet!




Feu Henri Vanden Bro'eck, chef de station de Dima, avait
l'hospitalit6 large et ecossaise. Tous les passages le savaient
et en profitaient. Les agents de Dima 'frBquentaierit d'ailleurs
aussi sa mason accueillante of I'on 6tait toujours certain de
trouver un bon verre de gueuze que Vanden Broeck, grand
amateur de Iambic, faisait venir sp6cialement d'Europe A son
intention et A celle des amis.
La reconnaissance du gosier n'avait cependant pas q te
excessive chez d'aucuns il y a partout des ingrats car,.
un beau matin, Vanden Broeck se levant pour assister A
I'appel constata que sur le mur blanc de son habitation en
torchis s'6talait en large lettres noires 1'inscription

In den Zoeben Inval.

Mais il n'ttait pas homme A se formaliser d'une plaisan-
terie et l'enseigne dura longtemps.
Certain jour, le commandant R..., 'qui avait sous ses ordres







--95 -


la compagnie de la Force publique, ayant la police de la
region, 6tait en visit chez Vanden Broeck, et tous deux
savouraient une gueuze authentique et d6licieuse.
Le commandant R..., toujours en route, manquait parfois,
sinon du n6cessaire, tout au moins de certain supplements
qui font l'agr6ment d'une bonne nourriture au Congo.
11 savait que Vanden Broeck venait de recevoir quelques
caisses de pommes de terre d'Europe et se risqua a lui en
demander une.
Certainement, rdpondit le brave Henri, certainement,
avec le plus grand plaisir, faites venir votre boy, je lui ferai
donner une caisse.
Le commandant R..., enchants, siffla son serviteur et
celui-ci ne tarda pas a se presenter.
Vanden Broeck toujours assis dans sa chaise, s'adressant
A son propre serviteur present A la reception, car nul mieux
que ce negre colossal, aux formes athl6tiques et sculpturales,
ne .s'entendait mieux a doboucher, sans provoquer de trouble,
une bouteille de gueuze et A en verser adroitement le contend
dans des verres idoines, sans provoquer une mousse excessive
et intempestive, Vanden Broeek done, designant le boy de
R..., dit au sien :
< Apesi yandi pataet. ,
Voulant lui faire remettre une caisse du pr6cieux tuber-
cules, si rares alors dans le Haut-Congo:
(( Pang! )
Une giffle majestueuse, retentissante, une giffle a assom-
mer un bceuf, envoy6e de vol6e sur la'joue du malheureux
boy de R... par le colosse, &branlait I'assiette du pauvre type,
et I'envoyait irouler par terre,' la profonde indignation de R...








- 96 -


Apres les premiers moments d'6moi, Vanden Broeck, qui
avait compris le malentendu, s'expliquait avec le com-
mandant :
Voilh, dit-il, je suis ici chef de station d'une Soci6td
commercial; j'ai trois cents noirs A diriger; or, la loi m'in-
terdit d'infliger la correction paternelle, n'Atant pas agent de
1'Etat. Alors, come il faut bien s6vir quelque fois, j'ai soin
de ne jamais intervenir moi-meme et je charge mon boy,
choisi costaud, comme vous pouvez le voir, de quelques
petites executions necessaires de temps en temps I la sauve-
garde de la discipline.
Oui, fit R..., mais je ne vois pas ce que cela a de
commun avec la giffle administr6e a mon serviteur.
Mais si, dit Vanden Broeck, vous allez comprendre.
Je suis Bruxellois. En bruxellois une giffle cela se dit:
a Pataet! >, alors quand mon boy doit exercer, je lui dis
d'administrer une pataet! Mais j'avais perdu de vue cette
particularity quan'd j'ai voulu lui dire de donner une caisse
de patates a votre boy; alors, lui, le mien, il a mal compris!
L'affaire se terminal par une gratification A la victim, et
par un autre verre de gueuze.



















Histoires de chasse






Tout Congolais qui se respect a des histoires de chasse
A raconter quand il rentre au pays, m6me s'il n'a pas quitt6
les bureaux de Boma ou Matadi et si la brousse est restde
pour lui aussi myst6rieuse et ignoree que pour un d6pute
qui n'laspire pas a devenir ministry ,des colonies.
Deux anis, Congolais tous deux, anciens camarades
d'6cole, et qui, tous deux avaient oependant connu la vraie
brousse, avaient t60, a leur retour, convi6s h un diner que
leur offraient leurs anciens condisciples.
A l'hleure du, Saint-Marceaux, la conversation se porta
su'r la chasse et les ventures de chasse.
'Ce qu'il y a de remarquable, dit le premier que ses
amis appelaient Ventrecreux, autant & cause de son bel
app6tit que par une corruption de son nom, ce qu'il y a de
remarquable, c'est I'extraordinaire intelligence des grands
animaux du Congo.







98 -


(( Ainsi, tenez : un jour, nous avions tir6 un hippo. Vous
n'ignorez pas, ou, si vous I'ignorez je vous I"apprends, qu'il
existed au Congo une loi qui defend de tuer les hippopotames
femelles.
< MalheuTeusement, ces animaux, tres pudiques, ont
I'habitude de cacher leur sexe dans l'eau en, ae montrant
que I'knorme tWte qui surmonte leurs corps 6normes.
( Cet exces de pudeur, cofta done la vie'h notre madame
hippo que nous avions, par erreur et ignorance, prise pour
un monsieur hippo.
< Ce qui est pire, c'est que madame hippo tait une
-amnan hippo; elle 6tait acconmpagnoe d'un jeune enfant que
nous n'avions pas remarqu6 et qui ne voulait p'as aban-
donner le -corps de sa pauvre mere d&6ed6e, lachement occise
en d6pit do la loi.
(( Force nous fut bien ,de recueillir l'orphelin.
( On I'6leva au lait ours toutes les reserves de la
station y passerent; mais, nous eimes le bonheur de le.
voir grandir, croitre et embellir. II 6tait charmant,, nous
suivait come un chien, jouait come un -chat; en un mot,
il &tait devenu la coqueluche du poste.
(( Bientbt, il fut suffisamment 'd6velopp, pour pouvoir
paitre et se passer de lait.
(( Hl6as! une belle nuit, il disparut; ,mais aux traces que
nous pilmes reliever -sur la berge, nous pdmes constater. que
c'etait un gros hippo, le pere, qui 6tait venu le chercher.
(( Cet animal avait eu intelligence et la patience d'at-
tendre que son rrejeton soit assez grand pour pouvoir se
nourrir tout seul; mais d&s qu'il efit acquis la certitude qu'il
en etait ainsi, il ,tait venu le reehercher! '










Ventrecreux regard un instant ses interlocuteurs qui
ne paraissaient pas, malgrI le Saint-Marceaux, 6tre absolu-
ment convainous de la v6racit6 de 1'histoire; aussi, s'adres-
sant a son' ami D..., I'autre Africain, i1i le prit a t6moin.
C'est vrai, dit D..., et, ajouta-t-il,' pareils examples
d'intelligen'ce des grands pachydermies ne 'sont pas excep-
tionnels.
( Un jour, nous 6tions -alls h la chasse a 1'616phant.
< La presence d'une de ces grosses bates avait .6t6 signal6e
dans les environs du post.
(( Apres *d',assez longues recherches,'nous finimnes par le
d6couvri'r.
( Un coup de fusil! Une ball en plein front de la bete!
( L'l416phant s'6croule, touch a -mort, pensons-nous.
Nous arrivons prbs de lui. Immobilit6 complete. Alors, nous
grimpons a trois sur son' dos, tandis qu'un quatribme braque
sur nous l'objectif de son, Kodak.
( Tout a coup, un barissement! Notre pi6destal se remue,
nous roulons en bas du dos de notre Blephant qui se remet
sur ses pieds et detale en quatribme vitesse. II disparalt a
nos yeux ahuris.
( Que s'6tait-il passe?
( Pendant que nous prenions la pose, un de nos noirs
s'6tait approch6 de la bete et voulant se faire un troph6e,
s'etait mis a I'ceuvre pour lui couper la queue.
(( La douleur avait ranim6 l'el6phant qui n'avait 6t6
qu'assomm6 par le choc et s'6tait sauv6, ne nous laissant pour
tout souvenir de l'aventure que sa queue que notre noir
tenait lamentablement.








100 -

< Rien a faire, ,il fallut rentrer, la queue basse, c'6tait
le cas de le dire.
(( Nous. attachames le troph6e a un poteau de v6randah
afin qu'il put s6cher.
Eh bien, mes amis, le lendemain martin la queue avait
disparu!
(( Et iaux traces que nous p6mes reliever, nous prmes nous
nous rendre compete que c'6tait notre 61;6phant qui Atait, de
nuit, venu reprendre sa 16gi'time propri6tb! )




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs