• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Main
 Back Cover






Group Title: Message au President de la Republic
Title: Message au Président de la République
CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE PAGE TEXT
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00001572/00001
 Material Information
Title: Message au Président de la République
Physical Description: 21 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Dérac, A
Publisher: Impr. nationale
Place of Publication: Jacmel
Publication Date: 1894
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: A. Dérac.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00001572
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: African Studies Collections in the Department of Special Collections and Area Studies, George A. Smathers Libraries, University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001957001
oclc - 31533578
notis - AKD3603

Table of Contents
    Front Cover
        Front cover
        Inside front cover
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Main
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Back Cover
        Back cover
Full Text


-. ..-....
S .
S.**.^. *f"- -. .









i .. i; ,


NO ...



















t If












R's



































:11

". C4
rr~. -11 ~~



.- .1**

,*: *:: 4








,*,*~sj I I t

*P I.;c?'- :1.t.



































































I 4





























44












14













* .~ .- 'rd"

















FRATERNITY,


No 6.


RIRPUBLIQUE D'HAITI.

PORT-AU-PRINCE, LE 29 ABOUT 1894,
AN 91me DE L'INDEPEJNDANCE.


MESSAGE
AU PRESIDENT DE LA REPUBL1QUE.


MONSIKUI LE. PRtSIDENT,
C'est avec une confiance toute patriotiquc que 1'As-
semblee a entendu lecture de votre Message du 25 Mai
dernier, montrant ainsi, par son attention, tout 1'int6-
r6t qu'Elle attache aux communications qui lui vien-
rent de vous.
Ce n'estpoint, a ses yeux, seulemcnt l'irhportance


EGALITA,


LIBERTt,


- .


xxi^ 0^ L^"-* y -^1.


mfvff(fi J~j*** fj Vy* *__t+*^ fJ*jf &>*9 ^ u t





1 4 ) .


des matieres exposes qui explique l'atttulle gra'e des
mardataires du Peuple en cette circonstance; 'e-'t ewn-
core, notez-le bien, Monsieur le Pnr ideit. leur' assu-
rance d'entendre de vous des le.l.1rationis frarnlhes et
nettes, temoignant de \lr'e ciltoistL devouement au
bonheur de la Nation. A
Aussi, l'Assembl6e a-t-elle Inot avec satisfaction que
depuis la derni&re Ses=ion L-icilative. iios relations
avec les puissances t;r,:atigpres :ont d_-irIAn lF.ks bones,
et qu'a un point de vue general,, rien d'anormal n'a
eu lieu a 1'int6rieur.
L'Assemblee se rejouit de constater que votre Gou-
vernement est toujours preoccup6 de maintenir le cr6-
dit de la R6publique et d'asseoir les r6sultats obtenus,
depuis quatre ans, au prix de grands efforts, sur des
bases in6branlables.
Elle sera heureuse de rous voir poursuivre le main-
tien de l'ordre et de la regularity dans administration,
le d6veloppement gradual de nos principles ressour-
ces, l'emploi a la fois utile et 6conomique des deniers
publics, faisant reposer toutes ces conquBtes sur le
travail sagement organism, ombree de la paix que
vous avez d6finitivement restaur6e.
Vous exprimez, Monsieur le Pr6sident, avec 'auto-
rit6 et la competence d'un homme d'Etat convaincu,
combien il est n6cessaire qtie la defense de 1'honneur
et des interets de la Rlpulblique soit conliee a une ar-
in6e instruite, discipline, forte plut6t par les quality,
morales que par le nombre; vous traces toutes les d6-
fectuosit6s de I'administration d'une main 6nergique
et sAire ; vous montrez enfin sans faiblesse et sans d6-
gof~t, les maux qui affligent la Patrie et vous cotiviez
au travail de regeneration qu'il faut continue, le pa-
triotisme de tous les citoyens.
Vous faites encore mieux : vous indiquez les refor-
mes A op6rer, les remedes A appliquer.
Vous avez tr6s-bien fait, Monsieur le Pr6sident, d'af-
firmer apris cela que le Corps L.tVis-lr ftiendra h hon-
neur de vous aider A continue la realisation de votre
oeuvre de paix et de progres.





(5)
Mais toujours vous omettez de dire, Monsieur le
President, la part qui vous revient des aneliorations
et des succes d6jh obtenus.
Vous souffrirez dans votre extreme moelestie, que
1'Assemblde vous donne acte de ce que, personnelle-
ment, vous n'avez jamais 6pargna ni ~illes, ni fati-
gues, ni sacrifices d'aucune sorte, pour r6pondre aux
egritimes esp6rances de la Nation.
Reconnaissante envers vous de vos efforts, de votre
respect et de votre amour de la chose publique, 1'As-
semblee saisit avec empressement, Monsieur le PWsi-
dent, P'occasion de vous renouveler l'assurance de sa
plus haute consideration.
Le President de l'Assemblde,
A. DERA".





















t.8










II











MESSAGE '
AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE.


MONSIEUR LE PRESIDENT,
L'Assemblee, autant pour remplir un imp6rieux de-
voir que pour r1pondre h vos propres sollic-tations, a
examine minutieusement 1'expos6 de chacun des de-
partements minist6riels.
Partageant votre d6sir de voir la present adminis-
tration arriver A ex6cuter dans toutes ses parties, le
programme de Votre Gouvernement pour l'avancemnt
intellectual, moral et materiel du Pays, elle vient vous
presenter quelques observations sur la march des
affaires, assure que vous voudrez bien en tenir compete.
Relations Extrieures.
Le Chef de ce DBpartement, en faisant connaitre &
l'Assemblhe le movement peu considerable op6r6 dans
notre personnel diplomatique, lui donne I'assurance
que rien d'anormal ne s'est produit dans les relations
de l Republique avec les puissances 6trang6res;
qu'au contraire, I'occupation de la legation dominicai-
ne & Port-au-Prince, par un personnel diplomatique
complete du mdme rang que le notre a Santo-Domingo,
peut 6tre considdree comme le signe d'un heureux re-
serrement des relations des deux R6publiques Sceurs.
L'Assembl6e renouvelle son vceu de l'an dernier, de
voir reprendre avec activity et r6gler d6finitivement la
question des frontieres, sans que rien d'irritant vien-






(8)


ne trouble un accord don't toutes les partie, doivent
tirer advantage. Elle examiner ;,ve sa scllicihnIt? .wr-
dinaire les propositions que vous lui annoncez come
consequenses des n6gociations encore tpendantes avec
le Saint-SiAge.
Elle est d'ailleurs convaincue qe ces n ,;ciationis
anoutiront heureusement, car elles ont eu lieu sous
les plus favorables auspices.
Le Souverain Pontif n'a-t-il pas donn6 a la REpubli-
que un gage certain de sa haute bienveillance en ac-
cordant au President Hyppolite le oraind cordon de
de l'Ordre dePie IX, et celui de Saint-Gr.lgire le Grand
au chef du DBpartement des Relations Extbrieures ?
L'Assembl6e ne taira pas son regret d'etre encore a
attendre la publication du Livre bleu.
Le Departement donne pour raison de ce retard
qu'on pourrait qualifier s6verement, que cette publica-
tion ,:i:ae des soins de traduction et autres, et qu'elle
doit entrainer des d6penses qu'il n'a pas pu faire, fau
te de credit.
L'Assemblee n'a pas goiut ces raisons. Elle s'est
rappelled que les traductions sont n6cessairement et lo-
giquement faites; que le Gouvernement entretient un
personnel nombreux certainement capable de faire la
revision des textes h publier, et qu'enfin les .ili'ieint:s
imprimeries nationals doivent 6tre a meme d'execu-.
ter la parties materielle de l'ceuvre.
C'est pour cela qu'elle redemande au DApartement
de bien vouloir entreprendre cette publication don't
l'utilit6 se demand de plus en plus chaque jour.
En ce 'qui concern le corps consulaire, appoia ,iani
les d scisions du D6partement. 'Assemble, ie.tt...ii'il
ajoute qu'elle verrait avec plaisir restreindre la delivran-
ce d'exequatur aux seuls Etats en rapports politiques
ou commerciaux avec la Republique.
Comme preuve de bonnes relations qui exislItCi en-
tre Haiti et les divers Etats, I'Assemblee serait heureu-
se de voir les Nati,..nis amies ne plus confier la direc-
tion de leurs consulats aux citoyens ha'tiens qui ont
abandonn6 notre drapeau. Ces dictinctions obtenues





(9)


dans le Pays mnme par ceux don't le Peuple rtpudie
la conduite; sent froissantes pour l'orgueil national, et
S propres a encourage les r&~tgals.

Finances.
L'Assemblee, se souvenant de vos recommendations,
a examine avec soin les points sur lesquels-vous appe-
leztson attention dans la gestion linanciere du Pays.
L'Assemblee a not6 les esperances du Secr6taire
d'Etat des Finances concernant le rendement de l'exer-
cice en course. Elle pense que ce rendement a part la
n6cessit6 qu'il y a pour nous d'encourager .notre puis-
sance productive, sera satisfaisant si le D6partement
maintient partout Fordre et la regularith dans la per-
ception-des revenues de l'Etat.
L'Asseinblme a cornstate avec regret que les inspec-
teurs des Finances et des douanes semblent rendre
des services,, lorsqu'on lit 1'Expose du D4partement des
Finances et que c est le contraire qui est dit dans la
parties relative au DBpartement du Commerce.
Le D6partement a pour devoir de declarer si l'ins-
titutio' de l'inspection g4nerale des Finances et des
douanes de la R6publique a ou n'a pas rdpondu a la
provision du Gouvernement.
Cette institution cofite assez chore a la caisse publi-
que pour qu'on en demand la suppression dans le cas
oif le but poursuivi ne serait pas atteint. Le Departe-
ment devrait d'ailleurs publier les rapports des ins-
pecteurs de douanes.
A c6t6 de ces declarations de Monsieur le Secr6taire
S d'Etat des Finances, I'Assembl6e placera-t-elle les r&-
velations d'aprks lesquelles sous les yeux de Messieurs
les inspecteurs la contrebande se fait dans prosque
toutes les douanes de la Republique, enrichissant lea
fonetionnaires iniiddles et'des commergants peu scru-
puleux, en m6me temps qu'elle ruine L'Etat et les pe-
tits commeirants qui ne sont pas assez riches pour se
payer des complices ?
L'Assembl6e dira-t-elle que les fortunes 6difi6es eu





( 10)
quelques mois sont comme l'attestation mnatrielle du
dcsordre de administration i.;uanikre ?. Rappellera-t-
elle au D6partement des Finances ce fait extraordinaire
denonc6, ces temps derniers, par la prsse et confirm
par une note du Ddpartement des Fjances lui-mOime.
que des commergants des Gonaives du Port-au-Prince
avaient re St.-Marc ?
Elle croit devoir aussi demander l'execution des lois
contre les voiliers strangers qui profitent de leur s6jour
dans nos ports pour organiser une contrebande funeste
au commerce et au fisc.
L'Assemblee.a donn6 sa meilleure attention & lapartie
concernant le deficit budg6taire de exercisee 1 892-4893.
Le reglement du solde de P. 780.653.18 cts. dii sur le
compete recotte et paiements sera I'objet de son examen
le plus attentif; et elle souhaite que le moyen propose
pour cette liquidation puisse nous permettre de nous
d6gager sans imposer I Etat de lourdes charges et sans
surtout recourir A 1'emprunt.
L'Assemblee, tout en regrettant que les P. 500.000
gourdes emprunt6es la caisse de la substitution n'aient
pas 6t6 remboursbes aux 6poques d6termindes, prend
en consideration les raisons invoqubes par le Secr6taire
d'Etat des Finances.
Le D6partement constate-t-il la non realisation des
voies et moyens pr6vus, il en indique A peine la cause.
L'Assemblde pense que les revenues de I'Etat n'ont pas
6th l'objet d'un saint respect dans ces derniers temps
Elle estime que le moment est venu d'dtablir & 'aide
des agencies des steamers et de nos Consulats & l'Etran-
ger un bon system de contr6le pour nos exportations;
et d'exiger des fonctionnaires du DBpartement des
Finances, surtout des domaines, la competence et la
probity !
Le DBpartement a appel4 attention des Mandataires
de la Nation sur ce fait que 'administration des postes,
loin d'etre une source de revenues pour la R6publique,
entraine ;des d6penses, et il pense qu'on peut la rendre
productive en pregnant une initiative que laisse a sa







dilgeiin.-.I' lalilJ 3 de la loi du 7 Octobre '1880.
Iorslu'ull consid6re le text de cet article, on ne
voit pas trop ce que veut le DBpartement des Finances.
Ce qu'il faut, cette v6rite n'est plus h d'll!lill c-lr. c'est
d',1'.uisse le tarif ,iii port des lettres et assdrer la r6gu-
larit6 du service des postes. II ne seraois inutile non
plus. que l'Etat se reserve exclusivement la faculty de
l'emission des timbres-postes, la mime observation
doit 6tre faite au sujet du paper timbre que l'Etat peut
et doit donner de bonne quality, tout en y trouvant une
source de revenues considerable.
PenetrA de ce sentiment que l'Etat de nos Finances
command de n'aller au-devant d'aucune d"pense inutile,
I'AssembIle trouve qu'il n'est point necessaire de
procder a l'echeance des titres de notre dette ext6-
rieure.
L'estampille de reduction qui les marque, n'a pas
empAch6 ces titres de valoir des que la R publique a
pu faire r&gulibrement le service de cette dette.
L'importante question dans. l'Expos6 concernant le
retrait -de notre papier-monnaie par une emission de
monaie d'argent, comporte des d6veloppements qui ne
sauraient trouver leur place ici. Les diftfrents c6tes h
envisager de cette question seront plus mArement 6tudi6s
si jamais, du domaine purement hypoth6tique of elle esL
actuellement, elle tendait a passer a celui de la r6alite.
Comment l'Assembl6e exprimera-t-elle sa surprise
du silence du Departement des Finances au sujet de la
Banque Nationale d'Haiti ?
L'annee derni6re, le m6me Secr6taire d'Etat rappelait
& 1'Assemnble ( que cet etablissement joue un r6le trop
important dans notre rouage financier pour ne pas
attirer d'une fagon toute particuliere attention des
pouvoirs publics> ; cette ann6e, il aura consacr6 dix
lignes h la Banque Nationale d'Haiti. Et encore ces
quelques lignes ne contiennent que des sous-entendus
caches sous l'offre qu'a faite la Banque de porter son
pret statuaire a 500.000 ~.1 .1, et de s'associer d'une
fagon active au developpement de notre fortune.
Dans un temps oui tant de citovens se r6clament des






( 12 )


services qu'ils ont rendus, 'Assembler: -....pin,- 1 ,-wi
que, dans les Exposes de situation, 1i Iii, -it t(iLu I-le
ilftail et l'6xplication des operations qui ont eu lieu
afin qu'elle puisse, les faits a la maih, Ifire c":,I.ii,.lrr
ceux qui ont droit h la reconnaissace 11u1.iini.i..

Cominroce.

L'Assembl6e n'a pas trouiv dans cette partie de l'Ex-
pos, I'explication du movement commercial de la
priode qni vient de s'ecouler. Cette explication r6sul-
terait, d'ailleurs, d'Une statistique qui n'existe pas,
Le champ reste alors ouvert a des considerations plus
uu moins justes ; mais il est impossible de se former
une opinica raisonn6e sur le movement decroissant
des altaires.
Les irr6gularites de administration douaniire ser-
viront a 1'expliquer & un certain point de vue, mais la
dimenstration scientifique ne manque pas moins..
L'Assemblie retient que son attention est de nouveau
Sppelie sur la rt\i-inii de notre code douanier -et la
creation des entrep6ts et 1n.,a i,-in g6neraux. Les pro-
gres dc 1'industrie et du Commerce proprementdit,. de
mime que la rigueur de certain besoins nouveaux,
justifient a tons 6gards la revision de la I'.-i.1. tii
douani6re et du tarif.
L'Assembl6e constate, avec r..,'reli. que l'Etat ne tire
aucun advantage de la loi sur les timbres mobiles, pas
plus qu'il est possible d'assurcr 1'executioil de la loi
sur les courtiers et agents de change. Elle serait heu-
reuse que l'adtministration trouvat le moyen de rendre
I'une et 1'autre lois efficaces.
L'Assembl6e note avec satisfaction que la bourse du
Commerce va etre bientot etablie. Elle souhaite que
cette creation soit vraiment 1.l"ll..,*I.j au Commerce.

Int, rieur.
L'Assemblke est heureuse de constater que, pour le






( I3 )


maintien de 'ordre et de la tranquility pubi iic, Ip
Gouvernement continue a multiplier ses efforts,' et
qu'i cette fin, entr'autres measures qu'il a prises, it a
d6cid6 'expulsion de certain strangers qqi, :abusant
de la gracieuse hospitality du Pays, s'imwiscaient dans
notre piolitique intbrieure au point quevleur presence
6tait devenue 1 II gr-'.:.-e- pour la security publique.
En vous donnant acte de cette decision conform
d'ailleurs a notre droit de nation souveraine et ind6-
xlendante, et de la conbinaison en vertu de laquelle la
r NATHALIE ), petit steamer qu'avaient acquis les r6-
fugiBs de Kinl'..nri et de St-Thomas, se trouve actue!-
lement dans nos eaux, 'Assemblte espre qu e I Gou-
vernement s'efforcera de plus en plus d'op6rer la fusion
des ccurs, en li-,r..i-,la;it toujours a ceux auxquels ie
pouvoir est departi de rester les executeurs de la loi.
L'annme derniere, 1'Assemblke exprimait le desir do
voir reformer la police administrative.
Elle a le regret de constater que 1 Departement de
1'Interieur, tout en se rappelant ce desir ne donne
cette fois encore,. (que assurance que cette branch du
service public ne cessera d'etre l'objet tie sa constant
preoccupation.. S'il faut convenir qu'une bonne r6or-
ganisation do ia police ne peut s'oblenir que graduel-
tement, ii imported aussi que ceux qui sont places pour
op6rer cette reforme fassent de serieux efforts pour y
arriver et ne se contentent pas toujours-de renouveler
les m6mes promesses, a la r6alisation desquelles its
semblent ne'guere se soucier.
C'est ainsi que rien n'a W&t faith de ce qui a 6tW pro-
mis a -. .1 de nos prisons et du sort des prisonniers.
L'Assemblee espere que cette annie, le D6partement
pr&sentera a la sanction au Corp.- L l.isl:.t;f la loi pour
la transformation de la'Maison .-!.i.i .le .-i1 une veri-
table cole d'arts et m6tiers et celic sur les modifications
A intpoduire dans la loi sur les impositions directed.
II semble a l'Assembl6e que quoique les Ip,, ii,,. I I -
Nationales instalees i la Capitale, dans les chefs-lieux
des Departements du Nord, du Nord-Ouest de 1'Ar-
tibonite et du Sud; ainsi qu'a Jacimel et A .lIrenmie





( i4 )


fonctionnent avec regularity, ces Tnipinimrri wi ne ren-
dent aucun service appreciable. En deel:urs de celle du
Port-au-Prince, ces Imprimeries ne fournissent aticun
travail.
Ainsi les bulletins des lois, des ari~ts du Tribunal
de Cassation, lorsqu'ils sent publ voir mime l'Ex-
pose general de la situation sortenrt des Imprimeries
particulieres, et I'Etat, pour ce service, d6pense de
fortes sommes.
Cest 1l un 6tat de choses auquel, le D6partement
en conviendra, ii imported de porter remede.
L'Assembl6e serait heureuse de voir le D6partement
de l'Intdrieur veiller a ce que l'action du Jury medical
ne soit pas contrariee par le service de sante des ports;
souvent il nous arrive des navires contamin6s qui,
pregnant contact avec la terre, ont le temps de propager
chez nous ces 6pidemies centre lesquelles nous ne sau-
rions trop nous garantir. II imported que le service sa-
nitaire se fasse avec toute la vigilance n6cessaire, et
toute la competence voulue pour preserver efficacement
nos populations de ces fl8eux don't les ravages ont 6t0
si brands parmi nous a crtaines 6poques.
L'AssemblEe espere que le Gouvernt arrivera a ac-
complir son desir de jeter les premiers fondements d'un
Etablissement baln6aire A Cerga-la-Source, en profitant
du gracieux concours du Sriateur BienaimB Jean-
Bernard don't on ne saurait louer le devouememt A la
sant6 publique.
L'Assemblee s'associe aux felicitations du Gouverne-
ment en faveur du Docteur Gilles et du Dr Comeau
pour l'heureux succ6s de leur mission a Washington.
Elle suivra avec interkt tout ce que le D6partement
tentera pour arriver au fonctionnement regulier du
service acc6l1rB des bateaux h vapeur haitien, qui est
d'une utility si incontestable pour nos populations.
L'Assemblee desirerait surtout voir le Gouvernement
prendre des measures, aiin de laisser h la compagnie
toute la responsabilit6 de ce qui pourrait 6tre eoustate
d'irr6gulier dans le service.
Elle serait heureuse de voir le D6partement de l'ln-







( t5 )


eriour on flniravec cette costume de vendrea vil prix
.es proprit6s 'de L'Etat, tandis qu'il achite hl dcs prix
fabuleux celles qu'il acquiert au noni de jItat.

Guerre.
Ainsi qu'elle le disait, Flannue derniere, I'Assernbl6e
vous donne l'assurance pI le Corps L6gislatif pretera
le meilleur concours au Secr6taire d'Etat de la Guerre
qui, en guise do promesses, nr:tti'a resolument la main
a la reorganisation de notre arnee territorial.
Elle aurait voulu ne pas avoir, cette ofis encore, A
entendre seulement des promesses.
En attendant, elle s'empresse de t6moigner sa satis-
faction des resultats obtenus dans la garde du gou er-
nement qui, grace A sa direction nouvelle, promet
d'etre, dans un avenir prochain, un corps d armee
digne de ce nom.
L'assembl6e pense qu'il est absolument n6cessaire
que le D6partement de la Guerre s'entende avec celui
de lIntBrieur pour organiser d'une mani6re scientifique,
reelle et bienfaisante nos h6pitaux tant civils que mili-
taires, la question de l'assistance publique devantproc0-
cuper au plus haut point les grands pouvoirs de l'Etat.
Marine.

L'Assembl6e pense 6galement que le corps L6gislatif
sanctionnera avec satisfaction routes les measures qui.
lui seront soumises en vue de faire que notre Marine
reponde de plus en plus au service qu elle est appelee
A rendre.
Appr6ciant hautement ce qu'a dit le Dfpartement A
l'egard des hommes sp6ciaux qui manquent A notre
marine, l'Assembl6e esp6re que,. dans la measure de
nos resources, le Corps L6gislatif n'h6sitera pas A pro-
S curer au Departement les moyens n'cessaires pour
l'envoi A l'Etranger des jeunes gens qui voudront
suivre les course d'une cole navale.
L'Assembl6e approve hautement la measure prise






(16)
par le Gouvernement d'htablir un dock A la Capitale
pour la reparation de noS navires. De -meme, elle
s'associe a 1'heireurse idWe qu'a eue le Gouvernement
de demander aux Chambres'un credit tiffisant pour
l'acquisition d'une puissance navale (dp -i.iertr pouvant
r6pondre a toutes les 6ventualit6s et?-assurer aussi la
paix si necessaire au Pays et a la transmission lAgale
des Pouvoirs.
Travaux Publics.

Le D6partement des Travaux publics a mis en relief
les travaux executs, dans ces derniers temps~, mais il
a n6glig6 malheureusement, de faire connaitre les con-
ditions d'execution de ces travaux et surtout le temps
qu'il a fallu employer.
On doit computer sans doute, meme lorsque les d&-
tails n6cessaires manquent, que le DBpartement a rea-
lise des oeuvres d'importance ; mais if faut se rappeler
que les depenses de la Republique sont excessive.
que le budget des Travaux publics se chiffre par une
some respectable don't l'emploi fructueux pourrait se
reveler d'une mani6re plus satisfaisante.
C'est pourquoi le Corps Legislatif devra examiner
aussi srupuleusement que possible, le project de loi
sur Iex6cution des/grands travaux publics que lui a
soumnis ce DBpartement.
Mais il serait tres convenable, et c'est mime le seul
moyen d'avoir des travaux A bon marched, que l'admi-
nistration arritat son programme de grands travaux et
sollititAt, par des publications, attention d'entrepre-
neurs serieux.
En attendant, l'Assemble done l'assurance que le
Corps LUgislatif prdtera tout son concours au Gouver-
nement afin que les interessantes populations de 1'Anse-
a-Veau, de St Marc, de Jer6mie et des Cayes jouissent
des bienfaits d'un service de distribution d'eau.
L'Assembl6e ne peut cesser de redire combien il est
nfcessaire que l'Administration tourne ses regards
vers nos routes publiques don't le mauvais 6tat est la





17
cause la plus vraie des souffrances d& noire Agricilture
On ne saurait trop le rep.ter, ce qu'il faut A
I'homme des champs, A ce paisible et honn6te citoyen"
don't le travail remplit beaucoup plus ley caisses de
1'Etat que les siennes, ce sonl des routes sires qui lui
permettent de porter jusqu' la ville vfsine le produit
de son laheui.
11 ne r6ve pas des chemiris de fer; avant tout,
il souhaite trouver la route bien chausssee et des
garanties contre les eaux si souvent furieuses des ri-
vi6res.'
L'Assemblie gnmit encore sur les d6faillances de ces
derniers temps qui ont laiss6 la Fonderie Nationale,
nagu6re un etablissement utile, tomber au rang oi
elle se trouve; conmme le. D6partement, l'Assembl6e
pense quie la Foriderie devrait s'admdinitrer au
moyen de ses propres resources.
Cepenlndat, il ne doit pas 6tre iriposille de reorga-
niser cet 6tablissement de mani6re a obteriir des
services.
Le D6partement des Travaux publics doit se.rappeler
que de.'execution de son programme depend en g ran ide
parties des am6liorations apres lesquelles le peuplez
soupi'e sans cesse.
A riiculuro.
L'Assermilhe 6prouve le m6me regret qu'elle expri-
maitl'niin e derni6re, de ne pas pouvoir rnoter qu'une
amelioration quelconque a 6t6 obtenue dans la pins
importante,'l'unique branch de nos ressourses:
On n'a pourtant pas m6nag6 les sacrifices ; et, pour
qu'aucun moyen d'action ne manquAt au D6partement
de l'Agriculture, chauque anne,. on lui a :nriv- r jusqu'a
I'annee derni6re,: ti :c'rdit .important, destiny a en-
courager et A stimuler les cultivateurs laborieux.
" L'Expose est.-encore, cette annee, plein de promes-
ses; it reproduit toutes les ai!irimati...! d6duites d'es
theories qui ne sont pius contest6es: n6cessit6 de n-
rantir la s6curit, dans les ...inp.lne et par cons6-






puent riorganisation- de la poiicE ruralet Ii& essite
'incul~quer le go.t des iraaux njiicoles 'Ius IcN Ci-
toyens ; nccessit6 de crt-e *hles reniwe-&ose n;cessi-
tI de r~lia-ier Iijo, iC'ies ile corontiunkhifflin etc, etc*
Diais la seule aflirmation, (r1.1 a.r1r1it .iII fy trouver
Comnme le dOi.lPriineeint 'Jo uIuateIe nniiees -de labeans
iAcessants. celke ll'une ani~Iior;.in:in r~elle Au profit dui
Jabovieu-, patient el paisille culfivdAu(ri, cette affirnia-
ltioa West pias lite.
L'Assemblhebdonie tine autre rois I' 'uraiicq qu'elle
;aidera ce TliqxArteweitiu A realiser tous les project dou11t
panrle T'ExpoO inais ellce ne' pent s'ernip-he' oie dle-
iiiatider, qu'on ouvre entin la p.itriod.Ie uite C.IILa.

Justice., -

Dans 1'Expos, de c6 bipai -int*iit.l ;'A~en I Ie a Wt,
enlretenue des dfrci rtiIus cette It -nlhcl An
service ptplic.
I1 sembkc que rappeler la mission sacree de ,lra Jus-
tice r'a p1-s (ju'une valeur decamrative ; cependant itel,
est pour le 1peuple le hesoin de Justice, telles sent les
dMfectuosit:As de ce service lu'il .y esf h la fois juste et
n~cessaire ide -wwmnnmander une. vigilance de touts les
heures au CI-ef dte ce DNpartement.
Ricxi nest plus incompatible avec l'id6e, mnie -de
Justice que les coupables lenteurs des d6Iib~r6s quo
le Dnpartement sigruale A l'Assemhhbe.
Aussi l'Assembi e estime-t-elle que le Corps LtJi'-
latif doit, clans lc zcouv ( de -cette session, *1 iinccL sa
flus sgrieuse ate-PWtiOOI au project de loi. surn 19s d&-
nbees,'edt h tous les anitres qui ont e't 6 Rhoires dans
le but d'assurer ;:ie bonne: et prm ptri .eisti ibution de
'1a Justice.



Ainsi que le declare le Chef f1e ce. DepavLe. iut, les
questions relatives 'a IFIuStli,,cioo pulliqile, ot 1dans





/
ces driers teemips, particulirement attire et retenu
I'nttentiou publiqut.
C'est qu'un a compris que le salut du Pays -
pend de nl valkur morale et intellectuelle des itoyeiis.
Si indill'rent que puisse, (tre Un citoyea, ,il ne "tLhi-
Wle pas que soun cor ii ne palpite pas, i-i.In., iaux jours
de grande fete, il assisted au long et si fntbtressant dB-
filU des enfants des deux sexes, don't il faut se pr6oc.
cuper de nourir encore plus I'esprit que le corps.
L'avenir du Pays est dans le sort de la jeunesse;
bien armne pour Ja lutte par. une ihstriction solide,
fagonn6e aux lois de la morale, elle sera le plus grand
facteur de oeuvre de r6g6ndration de notre society
don't nous devons definitivement poser les bases.
Aussi bien, le movement h imprimer a cette bran-
che du service appelle-t-il toute la bonne volontW, tou-
te l'activit6 du ChFe de ce DWpartement et de ses. auxi-
liaires. Mais tout manque depuis le local propre, spa-
cieux, a6re, jusqu'au sentiment veritab e e la part de
certain instituteurs du r6le important qui leur' est
confib Que de fois, sans demander d'ailleurs une
transformation miraculeuse, n'a-t on pas' conscille au
I)Dpartement d'exiger des corps d'inspecteurs, des vi-
sites incessantes dans les Bcoles, h seule fiii de tenir
en 6veil le devouement des instituteurs et de surpren-
dre sur le vif, -les ddfectuosites de cette' admiinistrt-
tion? Qu'on le remarque bien,'de nos jOurs les citoyens
Sdsirent savoir c t lorsqU'ils s'eh rencontrent qui i'ont
point eu le, bonheur de fire de bones 6tudes, its out
assez la notion exacte du m6rite de) i'iustruction pour
vouloir que leurs en'ants p6netrent les utiles secrets
de la science.
De tels ddsirs, de tels sentiments mdritent d'tre .en-
courages. Les grands pouvoirs de 1'Etat sont-ils cou-
pables d'indifference sur ce point ? On ne peut le dire.
Chaque ann6e les Chamnbrcs L.gislatives ne votent elies
pas, sans parcimonie, les credits demands poiur assu-
rer cet important service ? C'est ici pour I'AssemblBe,
I'occasion da dlem:mtder utn tat datailt de la dislribu-
Stion faite dans Je, dill'frents itablissemcuts nationuux






(20.

et 'a IEtranber des bcoui-ses paytei par la c-.i is-;
puhH. rue.
L'Assernbhlse dunne l'asIurance aiu lt~parteianlit ptie
les 'Tivet's project de lois, don't Hi __n-bnce la Twrsenta-
tion,, serotit examinire., avee toq~e la soiijicaude diu
'Corps LUgisinfif. Elie pense tite ce W parternierT erra
accuedltir avec empres~lenent (outes I es propositions
don't F'1dOptation pew. amelierl' a r~alisatiion Wun pro-
gre, i'Fune amelioration quelcompjie.

C idles.

-Site la m~rne inie. l'a'liznintration .i'it.L pouvoir atix
besolifs spirituel s ties Cflijyens.
Clest 1Ia pratique'de ]a religiuln .jui I'Mrillu.ra les refi-
vreseii chassant-de-nos; tnUllVs1- les prt~jug~s. les cr-
yoaxces-lsr:s d~St 1111Lc trcouve, elicur, ~it: no.; joJurs,
L'Assrit-ndd- :i lippris, avec satiilacoimi, que lp z&e'l
du clterg-' -,itlwiq..ue 6st h la hawct'si,?I so silute eL
d~t-cat Iui.~ilc ;iinaoa li reste IJ'' Tit a 'j at, r
qu~e les ~''u~n -de- la hle!11a1-.rtnte religion
soicuit 1'~ps ii'Iii lishus le- mbinidres ret uliis dlu tierrik'iscr.
Elle en-tend dorn] que le p:eouildi~i clvrgrl SOitLill-
ginent6 selon -les bes~oins du- service, llans toiutelmuk
q'il., en resulte pour la flputib-pjie A.. iim.'.0: qui
soient au-dessus do ses forces. ai
(GesL-` uo, i1 W'i. i"" and int~ik cjue a'Assmb-s
le ominunications touchant le concours, -1kvuim et. iii-
t!~i.fo-unii douls ll'wmlr~ uI par eas, thi~l't
routes CJ43sieosms di L.protestant. Eji tio
des eacoui'agentents' i-it .1 ii auk 1-,,,.~1k i.t ti
-et -que le mn~ellteu Tifl9n~dfl h e e' ur -Ill ., ui.Urtr. uAi~
d'eatourer d.uiie e6'ale so lu iAiniIe. 101K t: 0k0 let s,II
de lecture et ls.3 '- '. que I es E'i~sE ., nttirei
En~finr quo. partout. oftun disciple du ind it. lq
oil profestanti I. wh ]a parole cle paix et dle L. hJ Vi.' iL
t'ouve- pol ir sa priotediton la I il ~i I 1s.d'i~umli~aiiae duLl
-agent du pouVOir l" I Ill,* II 1 erai f b i-ru I it'r U '1
NMonslour loIP;-3iV n, que J : ir u~



























i ill l l.twueI OS UIIIIa Jplljs U u"pe. :.
std it a 0eiWpresiAient, Maztxr'ne Jq
e"biasidn.de v~yii demanded d'affgec :




- / .. ..
IA .


* -.


* *.


.- i ,- s







kk ..
* / **' -:?

<"* T iJ 4


il _lil


~
~-aZ~;
I

'': ';


'' '

:'; '













v W
















































31




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs