• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Front Matter
 Half Title
 Advertising
 Title Page
 Dedication
 Preface
 1. Constitution de 1804
 2. Constitution de 1805
 Constitution Imperiale d'Haiti,...
 3. Constitution de 1806
 4. Constitution de 1807
 5. Constitution Royale de 1811
 6. Constitution Royale de 1816
 7. Constitution de 1843
 8. Constitution de 1846
 9. Constitution Imperiale...
 10. Lois Constitutionnelles Modifiantes...
 11. Constitution de 1867
 12. Constitution de 1874
 13. Constitution de 1879
 14. Les Amendements de la Constitution...
 Conclusions
 Post-Face
 Errata
 Table des Matieres
 Plan d'Haiti






Group Title: Les constitutions d'Haiti, 1801-1885
Title: Les constitutions d'Haïti, 1801-1885
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00001569/00001
 Material Information
Title: Les constitutions d'Haïti, 1801-1885
Physical Description: 4, iii, 1, 624, 4 p., 2 leaves of plates (1 fold.) : port., map ; 23 cm.
Language: French
Creator: Janvier, Louis Joseph, 1855-1911
Haiti
Publisher: C. Marpon et E. Flammarion, libraires-éditeurs ...
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1886
 Subjects
Subject: Constitutional history -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Louis Joseph Janvier ; avec le portrait de l'auteur et une carte d'Haïti.
General Note: Includes errata.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00001569
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001087931
oclc - 13568393
notis - AFH3300

Table of Contents
    Frontispiece
        Page 1
    Front Matter
        Page 2
    Half Title
        Page 3
    Advertising
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Dedication
        Page 7
        Page 8
    Preface
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    1. Constitution de 1804
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    2. Constitution de 1805
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    Constitution Imperiale d'Haiti, 1805
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    3. Constitution de 1806
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    4. Constitution de 1807
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    5. Constitution Royale de 1811
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    6. Constitution Royale de 1816
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    7. Constitution de 1843
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
    8. Constitution de 1846
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
    9. Constitution Imperiale de 1849
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
    10. Lois Constitutionnelles Modifiantes de la Constitution de 1846
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
    11. Constitution de 1867
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
    12. Constitution de 1874
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
    13. Constitution de 1879
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
    14. Les Amendements de la Constitution de 1879
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
    Conclusions
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
    Post-Face
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
    Errata
        Page 635
        Page 636
    Table des Matieres
        Page 637
    Plan d'Haiti
        Page 638
Full Text
















































LOUIS JOSEPH JANINIER


























JUSTIFICATION DU TIRAGE DE LUXE.


I exemplaire sur paper du Japon.
10 exemplaires sur paper de Hollande (marque Van Gelder).

















LES

CONSTITUTIONS D'HAITI
(1801-1885)












DU MEME AUTEUR.




La Phtisie pulmonaire. Causes, Traitement preventif. i vol. in-8.
Paris, 1881. Chez Asselin, 6diteur, place de 1'Jcole-de-MWdecine.
(Ouvrage couronnd par la Faculte de mddecine de Paris.)
Les D6tracteurs de la Race noire et de la R6publique d'Haiti. Deuxieme
Edition. Paris, 1882. Chez Marpon et Flammarion, galerie de 1'O-
ddon et 26, rue Racine. (En collaboration.)
Promenades an Quartier-Latin. Les Statues du Luxembourg. (Revue
de la Jeune France du jer novembre 1882.) Paris.
La R6publique d'Haiti et ses visiteurs. 1 vol. in-8. Chez Marpon et
Flammarion, 26, rue Racine. Paris, 1882. (Ouvrage medailled l'Ex-
position universelle d'Anvers.)
L'.galit6 des Races. In-18 jesus. Juillet 1884. Paris.
Le Vieux Piquet. In-18 j6sus. Juillet 1884. Paris.
L'Ivolution litt6raire en Haiti. Revue international littdraire. Paris
(Avril-Aoft 1884).
Les Antinationaux. (Actes et Principes.) In-18 jesus. Aofit 1884.
Paris.
Haiti aux Haitiens. In-18 jesus. Aoft 1884. Paris. 2 edition.
Les Affaires d'Haiti. (1883-1884), in-12. Paris, 1885. Chez Marpon et
Flammarion, galerie de l'Odon et 26, rue Racine.




POUR PARAITRE SUCCESSIVEMENT:

Histoire economique d'Haiti.
L'Evolution litt6raire en Haiti. 2e parties.
La Constitution haitienne de 1879. Annuaire de la Socidt de Legisla-
tion compare, tome XIV, 1885.
Les Divisions administrative d'Haiti.
La Revolution frangaise dans I'Ambrique latine.


Paris. Typ. A. PARENT, A. DAVY, siuc', 52, rue Madame,et rue Corneille, 3.


I _







LES


CONSTITUTIONS


D'HAITI

(1801-1885)

PAR

Louis Joseph JAN ER
Docteur en m6decine et LaurBat de la Facult6 de Paris,
DiplomB de l'ecole des Sciences Pdlitiques de Paris (Section Administrative),
Membre de l'Association Litt6raire et Artistique Internationale,
de la Soci6t6 franchise d'Hygiene, de la Soci6t6 d'Anthropologie de Paris,
de la Socie6t Zoologique de France, de la Socie6t de Legislation compare,
DiplomB de Ptcole des Sciences Politiques (Section Diplomatique),
D616gu6 d'Haiti au CongrBs diplomatique de Berne en 1884 et en 1885,
M6daille decorative d'Haiti,
M6daille de l'Exposition Universelle d'Anvers.



Avec le portrait de l'auteur et une carte d'Hafti.




PARIS
C. MARPON ET E. FLAMMARION
LIBRAIRES-tDITEURS
RUE RACINE, 26, PRLS L'ODION


1886

























A LA PATRIE





< Prends le et le devore : il te causera de

l'amertume au venture; mais, dans ta bouche,

il sera doux comme du miel. >





(Apocalypse, X, 9.)


s
-. -















PREFACE







De inmme que l'organisme du corps human, l'orga-
nisme du corps social obdit h des lois rigoureuses.
Le people haitien appartient a la race noire, il habite
une ile montagneuse qui, quoique situde dans la parties
boreale de la zone torride, jouit d'un climate marin rela-
tivement tempered, il ne lit que les livres francais: il aime
le movement, les institutions democratiques, les theories
6galitaires.
Etant jeune, il a les defauts et les qualities de la jeu-
nesse: l'enthousiasme et l'impatience, la petulance et la
candeur.
De 1h ses agitations, son ardent desir du mieux.
Les problems sociaux se resolvent moins par la vio-
lence que par les discussions pacifiques et scientifiques
auxquelles ils donnent lieu.
La politique est une science experimental. L'histoire
J. i



A_






I PREFACE.

qui, selon le mot de Gambetta, est la science maitresse,
en content toutes les lemons.
L'histoire d'une nation raconte son existence depuis
ses origins, comme l'observation medical raconte la
maladie depuis sa naissance.
Le fait historique ordinaire lorsqu'il parvient a notre
connaissance est quelquefois entache d'erreur. Souvent
on le contest. II peut etre controuve.
La Constitution est un document d'une valeur reelle,
absolue, incontestable. La le fait se r6vele, parole; 1'idee,
qui a anime telle epoque, tels homes, apparait claire-
ment.
Je reunis les constitutions haitiennes les reliant entire
elles par des apercus historiques, des considerations so-
ciologiques.
Aux principles qui sont immanents, je subordonne et
sacrifice volontiers les individus qui ne sont pas meme
constants; aux interets particuliers qui sont locaux ou
passagers, je prefere systimatiquement l'interkt national'
parce qu'il est general et permanent.
Il est possible que ce livre enseigne et renseigne.
Parler avec franchise des hommes et des choses de son
pays, c'est user d'un droit. Fouiller son pass;, interroger
son present pour lui preparer un avenir meilleur, digne
de lui, c'est remplir un devoir.






PREFACE. IIl

L'histoire abat les grandes impatiences et soutient
les legitimes esperances, a ecrit Guizot.
Embrassant 1'ensemble du movement progressif de
ma race, celui du devenir de ma patrie, je crois qu'elles
accompliront leurs destinies, qu'elles rempliront tout
leur merite; comparant leur sombre, leur douloureux
:passe a leur present, j'affirme qu'elles grandissent;
voyant qu'elles commencent a ne plus etre trahies ou
renides par leurs brillantes lumieres, j'espere qu'elles
sauront marcher d'elles-memes, d'un pas ferme et sir,
sans defaillir.

LIS-JOS-JVER.


Paris, 4, rue de 1'Ecole-de-M6decine,
4 Septembre 1885.



I ,; .












LES CONSTITUTIONS


D'HAITI


(1801- 1884)





CHAPITRE PREMIER

CONSTITUTION DE 1801


En 1799, la parties occidental de 'ile d'Ha'ti 6tait connue
sous le nom de colonie frangaise de Saint-Domingue; Tous-
saint-Louverture y exercait les functions de gbuverneur-g6n6-
ral pour la France; le Directoire executif de la Rpiublique
frangaise y entretenait un agent, Roume, auquel il avait d6le-
gu6 ses pouvoirs.
Le 27 janvier 1801, le g6enral noir fit son entree dans la
ville de Santo-Domingo et prit solennellement possession de
la vieille capital d'Hispaniola. II avait eu le droit d'agir
comme il le fit; en vertu du trait de Bale, conclu en 1795 entire
la France et 1'Espagne: par une des clauses de ce trait, la
monarchies espagnole cedaitle territoire de l'audience de Santo-
Domingo h la R6publique francaise.







2 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Boume ayant Wet oblig de quitter son poste en 1801, toute
f'ile se trouva reunie sous l'autorit6 immediate du Premier
des Noirs. Toussaint-Louverture crut le moment venu de con-
solider par une constitution le monument qu'il avait fond6.
((J'ai pris mon vol, disait-il, dans la region des aigles; il faut
que je sofs prudent en regagiantla terre. Je ne puis plus etre
place que sur un rocher, et ce rocher doit 6tre l'institution
Sconstitutionnelle qui me garantira le pouvoir tant que je serai
parmi les hommes (1) ,.
Pour mettre a execution son project, il convoqua a Port-au-
Prince une Commission de Constitution. Dix membres devaient
la former. Leur election se fit h deux degr6s. L'un d'eux,
Francois Morillas, ne si6gea jamais, '6tant mort quelques
jours apris son'ledtion. 'Les neuf autres 6taient: Etienne
Viart et Julien Raymond, elus par le departmentt du Nord;
Bernard Borgella et Lacour, par le department de l'Ouest;
Gaston Nogerie et Collet, par le d6partement du Sud; Jean
Mancebo, par le d6partement de l'Engafio, qui avait aussi
choisi Morillas; Carlos Roxas et Andre Munoz, par le depar-
tement de Samana.
Reunie A Port-au-Prince, le 22 mars 1801, elle y prit le nom
d'Assemblee Centrale et y commenga ses travaux. Elle les
acheva le 9 mai suivant. Le 8 juillet 1801, la Constitution fut
promulgune en grande pope dans la ville du Cap.
Elle declarait Toussaint-Louverture gouverneur-g6neral h
vie, lui donnait la facultf'de.choisir son successeur et ne lais-
sait plus a la France qu'un droit de suzerainet6.oi plutbt de
protectorat sur Saint-Domingue.
Elle pr6voyait, en son article 77, qu'elle pouvait etre mise


(1) Placide Justin.'Histoire politique et statistique de 'ile d'Haiti.
Paris, 1826.







CONSTITUTION DE 1804. 3

en vigueur dans la colonies avant meme qu'elle eit eti sanc-
tionnee par le gouvernement m6tropolitain.
A la lire, on s'apergoit facilement que Toussaint-Louverture
entendait rendre ind6pendante de sa metropole Saint-Do-
mingue qui, depuis que la guerre.avait 6clat0 entire 1'Angle-
terre et la France, avait 6t6 presqu'abandonnee par celle-ci.
Contraire a celle exprimre par Gragnon-Lacoste, dans sa
biographies de Toussaint-Louverture, par Victor Schcelcher et
par plusieurs publicistes haitiens, cette opinion est partag6e
par Wendell'Phillips, qui en a d6montr6 la v6racit6 dans son
discours.sur Toussaint-Louverture, par Pierre Lafitte, qui l'a
d6velopp6e dans sa legon sur Toussaint-Louyerture, par Jules
Lermina, qui l'a exposee dans son Histoire de CentAns, par
Thiers, par Michelet et par d'autres encore. Mieux que per-
sonne, Pierre Lafitte, l'6minent sociologist frangais, a mon-
tr6 quel puissant politique fut Louverture, a d6truit les calom-
nies accumul6es, mime par ceux qu'il a libHrbs, contre
l'homme le plus genial qu'ait produit la race noire. L'histoire
est une resurrection, a ecrit Michelet. En histoire, la v6rite
perce toujours, quelque precautibn qu'on ait pris dela cacher,
quelque soin qu'on mette a la travestir.
La Constitution de 1801 merite de trouver place ici, en son
entire et rigoureuse teneur, tell qu'elle fut vote par l'As-
semblee Centrale de Port-au-Prince etproclamee sur la grande.
place de l'Eglise du Cap, devant le people et devant l'armee,
au bruit des salves d'artillerie, pendant que la voix des clo-
ches chantait.dans i'air limpide d'une splendid matinee d'6t6
tropical.
La Constitution promulguee par Toussaint-Louverture est
precede' d'un discours prliminaire don't ii est difficile de la
s6parer. 11 sera necessaire de la reproduire, indispensable de
l'invoquer pour mieux faire saisir l'esprit de cette constitu-







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


tion, pour mieux faire comprendre les motifs sociaux qui la
dict6rent, les circonstances economiques aussi bien que les
preoccupations politiques sous l'empire desquelles elle fut re-
digee.
SDISCOURS PR.LIMINAIRE.

La colonies de Saint-Domingue existait depuis plusieurs an-
n6es sans lois positives; longtemps gouvernee par des
hommes ambitieux, son neanissement .tait inevitable sans
le g6nie actif et sage du g6enral en chef Toussaint-ILouverture,
qui, par les combinaisons les plus justes, les plans les plus
reflechi et les actions les plus 6nergiques, a su la delivrer
.presque en meme temps de ses ennemis exterieurs et int6-
rieurs; 6touffer successivement tousles germes de discordes;
du sein de l'anarchie, preparer sa restauration; faire.succ6der
I'abondance A la misere, I'amour du travail et de la paix h la
guerre civil et au vagabondage, la security la terreur et
enfin la soumettre tout entire a I'empire frangais. La Revolu-
tion avait renvers6, avec violence, tout ce qui constituait le
regime par lequel l'ile de Saint-Domingue 6tait anciennement
administree. Les diff6rentes assemblies e1gislatives de France
yavaient substitute, h diverse 6poques, des lois nouvelles,
mais l'incoherence de ces lois, aussit6t rapportees que ren-
dues, leurs vices et leur insuffisance reconnus par ceux-lh
meme qui en avaient 6et les auteurs, la maniere don't elles
6taient executes par des factieux et des hommes de parti,
habiles a les interpreter suivant leurs int6rets, contribuaient
plutMt a propager le d6sordre qu'. le compriner; et la con-
sequence naturelle de cet ordre, de choses avait Wet de faire
regarder des lois qui n'auraient di eti re ires qu'avec un sen-
timent de respect, comme des objets d'alarme, ou Iorsqu'elles
6taient impuissantes, come des objets de m6pris.







CONSTITUTION DE 1804.


Les hommes sages qui ont cooper & la Constitution fran-
caise de l'an VIII ont, sans doute, senti la necessity d'adopter
un nouveau systime pour des colonies 6loignees, et de con-
sulter dans la creation des lois qui doivent les regir, les
mceurs, les usages, les habitudes, les besoins des Frangais
qui les habitent, meme les circonstances dans lesquelles elles
se trouvent. Serait-il facile, en effet, de peser toutes ces con-
siddrations d'apres les rapports souvent infiddles, d'apprecier,
A une aussi grande distance, les changements op6ers dans
l'esprit d'un people, de connaitre ses maux et d'y porter
des remrides&. propos et efficaces, surtout pendant la
guerre?.....
L'article 91 de la Constitution frangaise aurait pu seul au-
toriser les habitants de Saint-Domingie A.presenter au gou-
vernement frangais les lois qui doivent les regir, si l'expj-
rience du passe ne leur en avait pas fait un, devoir imp6rieux;
et quel moment plus propre a choisir pour cet important
ouvrage, que celui of le chaos d6brouille, l'ancien edifice de-
blay6 de ses ruines, les pr6juges gueris et les passions cal-
mees, semblaient avoir, marqu6 comme l'instant propice off
il fallait en poser les fondementss!
Il est des circonstances qui ne se presentent qu'une seule
fois pendant une longue serie de siecles pour fixer les desti-
n6es des peuples, si on les laisse 6chapper, elles ne se retrou-
vent plus.
A ces causes fondamentales, qui faisaierit sentir la neces-
sit6 d'une Constitution pour 1'ile de Saint-Domingue, combi-
nee d'apres les interets des habitants lies a ceux de la
metropole, se joignaient des motifs 6galement pressants : les
justes reclamations des d6partements -de la colonie pour
rapprocher les tribunaux des justiciables, la necessit6 d'in-
troduire de nouveaux cultivateurs pour laccroissement des







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


cultures, la revivification du commerce et le r6tablissement
des manufactures; l'utilit6 de cimenter l'union de la ci-devant
parties espagnole avec I'ancienne parties frangaise; l'impossi-
biliti pour la m6tropole de secourir et d'alimenter cette im-
mense colonies pendant la guerre avec les puissances mariti-
mes; le besoin d'6tablir un regime simple et uniform dans
l'administration des finances de la colonies, et d'en reformer
les abus; l'obligation de tranquilliser les propri6taires absents
sur leurs propri6ets; enfin l'importance de consolider et de
rendre stable la paix int6rieure, d'augmenter la prosp6rite
don't commence h jouir la colonies apr6s les orages qui l'ont
agit6e, de faire connaitre h chacun ses droits et ses devoirs,
et d'eteindre toutes les mefiances, en presentant un Code de
lois auquel viendront se lier toutes les affections, se reunir
tous les inter6ts.
Tels ont Wet les motifs qui ont decide le G6enral en chef a
convoquer une Asseibl6e legislative charge de proposer au
gouvernement frangais la Constitution la plus convenable a la
colonies de Saint-Domingue. Ainsi cet ouvrage sera encore un
de ses bienfaits.
Le pen de membres don't il a form cette Assembl6e an-
nonce qu'il a voulu 6loigndr de ses discussions les passions
et les tumultes; mais en m6me temps, il'a voulu qu'elle fAt
environnee des lumieres et des r6flexions de tous les hommes
instruits, afin qu'un ouvrage d'un aussi grand interet ffit, pour
ainsi dire, celui de la colonies entire.
Si 1'Assemblee central n'a pas completement rempli les
vceux de ses commettants, si elle n'a pas atteint le but que se
proposait le General en chef, elle aura fait au moins ce que
les circonstances lui permettaient. Elle n'a pu proposer a la
fois tous les changements qu'on pouvait desirer.
La colonies ne peut parvenir a la plus grande prosp6rit6


I







CONSTITUTION DE 1801.


qu'avec le temps, et par degree. Le bien, pour 6tre durable, ne
peut s'op6rer que lentement; il faut, a cet 6gard, imiter la
nature qui ne fait rien avec precipitation, mais qui mfrit peu
& peu ses productions bienfaisantes. Heureux si cette premiere
tentative peut contribuer a am6liorer. le sort de ses conci-
toyens, et h lui m6riter leur estime et leur indulgence, aussi
bien que les temoignages de satisfaction-de la France, quand
bien mime elle n'aurait pas atteint une certain perfection.
Tous les articles de la Constitution ont Wte discut6s et ar-
ret6s sans passion, sans pr6jug6s, sans partiality, et finale-
ment, ce Code a 6t6 adopt comme le seul propre i conserve
h la colonies sa tranquillity ,et h la ramener h son ancienne
splendeur. D'ailleurs, tous les deux ans, les Assemblies:
centrales suivantes pourront operer les changements que le
temps etll'experience rendront necessaires.
L'Assemblee central n'a pas la vanity de croire.qu'elle a
propose la meilleure Constitution possible; mais ce qu'elle
peut assurer a ses concitoyens, c'est-que tous les membres
qui la composent ont constamment eu l'ardent d6sir du bien,
l'intention d'affermir la tranquillity actuelle avec la colonies,
de rendre sa prosperity durable, de l'augmenter, et de prou-
ver leur attachment au gouvernemernt frangais.




CONSTITUTION DE 1801.


Les d6putes des d6partements de la colonie de Saint-Do-
mingue, r6unis en Assemblee central, ont arr4t6 et pose les
bases constitutionnelles du regime de la colonies frangaise de
Saint-Domingue, ainsi qu'il suit :


----- -- -







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


TITRE PREMIER.
Du Territoire.

Art. 1j'. Saint-Domingue dans toute son 6tendue, et
Samana, la Tortue, la GonAve, les Cayemites, 1'Ile-a-Vaches,
la Sa6ne et autres lies adjacentes, forment le territoire d'une
seule colonie, qui fait parties de 1'Empire frangais, mais qui est
soumis A des lois particulieres.
Art. 2. Le territoire de cette colonie se divise en d6par-
tements, arrondissements et paroisses.


TITRE II.
De ses Habitants.

Art. 3. I1 ne peut exister d'esclaves sur ce territoire, la
servitude y est i jamais abolie. Tous les homes y naissent,
vivent et meurent libres et Frangais.
Art. 4. Tout homme, quelle que soit sa couleur, y est
admissible A tous les emplois.
Art. 5. II n'y existe d'autre distinction que celle des vertus
et des talents, et d'autre sup6riorit6 que celle que la loi donne
dans l'exercice d'une function publique.
La loi est la m6me pour tous, soit qu'elle punisse, soit qu'elle
protege.

TITRE III.

De la Religion.

Art. 6. La religion catholique, apostolique et romaine y
est la seule publiquement profess6e.
Art. 7. Chaque paroisse pourvoit a l'entretien du culte






CONSTITUTION DE 1801. 9

religieux et de ses ministres. Les biens de fabrique sont spe-
cialement affects a cette d6pense, et lesmaisons presbyte-
riales au logement des ministres.
Art. 8. Le gouverneur de la colonies assigned a chaque
ministry de la religion I'6tendue de son administration spi-
rituelle, et ces ministres ne peuvent jamais, sous aucun
pr6texte, former un corps dans la colonies.


TITRE IV.
Des Moeurs.

Art. 9. Le niariage, par son institution civil et reli-
gieuse, tendant a la puret6 des mceurs, les 6poux qui prali-
queront les vertus qu'exige leur etat seront toujours distin-
gues et specialement protg6es par le gouvernement.
Art. 10. Le divorce n'aura pas lieu dans la colonies.
Art. 11. L'6tat et le droit des enfants n6s par marriage
seront fixes par des lois qui tehdront a r6pandre et & entre-
tenir les vertus sociales, h encourager et h cimenter les liens .
de famille.
TITRE V.
Des Hommes en society.

Art. 12. La Constitution garantit la liberty et la siret6
individuelle. Nul ne peut Wtre arrWte qu'en vertu d'ordre for-
mellement exprim6, eman6 d'un fonctionnaire auquel la loi
donne droit de faire arreter, d6tenir dans un lieu publique-
ment d6sign..
Art. 13. La propriWte est sacr6e et inviolable. Toute per-
sonne, soit par elle-mnme, soit par ses representants, a la
libre disposition et administration de ce.qui est reconnu lui






10 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

appartenir. Quiconque porte atteinte h ce droit se rend cri-
minel envers la society et responsible envers la personnel
trouble dans sa propriet'.


TITRE VI.
Des cultures et du commerce.

Art. 14. -.La colonie etant essentiellement agricole, ne
peut souffrir la moindre interruption dans les travaux de ses
cultures.
Art.. 15. Chaque habitation est une manufacture qui
exige une reunion de cultivateurs et ouvriers; c'est l'asile.
tranquille d'une active et constant famille, don't le propri6-
taire du sol ou son 'repr6sentant est necessairement le pere.
Art. 16. Chaque cultivateur et ouvrier est membre de ]a
famille et portionnaire dans les revenues.
Tout changement de domicile de la part des cultivateurs en-
traine la ruine des cultures.
Pour r6primer un vice aussi funeste a la colonies que con-
traire a l'ordre public, le gouverneur fait tous reglements de
police que les circonstances n6cessitent et conformes aux
bases du r6glement de police du 20 vend6miaire an IX, et de
la proclamation du 19 pluvi6se suivant du g6enral en chef
Toussaint-Louverture.
Art. 17. L'introduction des cultivateurs indispensables
au r6tablissement et a l'accroissement des cultures aura lieu
A Saint-Domingue; la Constitution charge le gouverneur de
prendre les measures convenables pour encourager et favo-
riser cette augmentation de bras, stipuler et balancer les di-
vers interits, assurer et garantir l'execution des engagements
respectifs 'rsultant de cette introduction.
Art. 18. Le commerce de la colonies ne consistent unique_






CONSTITUTION DEW 1801.


ment que dans l'6change des denrees et productions de son
territoire, en consequence, lIntroduction de cells de mmme
nature que les siennes estretdem prohible.


TITRE VII.
De la legislation et de 1'autorite 16gislative.

Art. 19. Le regime de la colonie est d6termin6 par des
lois proposes par le gouverneur et rendues par une assem-
blee d'habitants, qui se r6unissent h des 6poques fixes au
centre de cette colonies, sous le titre d'Assembl6e central de
Saint-Domingue.
Art. 20. Aucune loi relative a l'administration int6rieure
de la colonies ne pourra y Wtre promulgube si elle n'est revetue
de cette formule :-
IL'Assembl4e central de Saint-Domingue, sur la, proposi-
tion du gouverneur, rend la loi suivante :
Art. 21. -- Aucune 16i ne sera obligatoire pour les citoyens
que du jour de la promulgation aux chefs-lieux des d6parte-
ments.
La promulgation de la loi a lieu ainsi qu'il suit: Au nom de
la colonie franchise de Saint-Domingue, le gouverneur or-
donne que la loi ci-dessus soit scellee; promulguee et exdcutde
dans toute la colonie.
SArt. 22. L'Assemblee central de Saint-Domingue est
composer de deux d6put6s par d6partement, lesquels, pour
6tre eligibles, devront etre Ag6s de 30 ans au moins et avoir
r6sid6 cinq ans dans la colonies.
Art. 23. L'Assembl6e est renouvelee tous les deux ans
par moitt6; nul ne peut 6tre membre pendant six ann6es con-
s6cutives. L'election a lieu ainsi : les administrations munici-
pales nomment, tous les deux ans, au 10 vent6se t~1r mars),






LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


chacune un d6put6, lesquels se r6unissent, dix jours apres,
aux chefs-lieux de leurs d6partements respectifs, oi ils for-
ment autant d'assembl6es 6lectorales d6partementales qui
nomment chacune un d6pute h l'Assembl6e central
La prochaine election aura lieu au 10 vent6se de la onzieme
ann6e de la Republique frangaise (1r mars 1803). En cas de
d6ces, admission ou autrement d'un ou de plusieurs membres
de 1'Assembl6e, le gouverneur pourvoit a leur replacement.
II d6signe 6galement les membres de l'Assemblee central
actuelle qui, & l'6poque du premier renouvellement, devront
rester membres de 1'Assemblee pour deux autres ann6es.
Art. 24. L'Assembl6e central vote l'adoption ou le rejet
des lois qui lui sont proposes par le gouverneur; elle exprime
son vote sur les r6glements faits et sur l'application des lois
d6jh faites, sur les abus h corriger, sur les ameliorations h en-
treprendre dans toutes les parties du service de la colonies.
Art. 25. La session commence chaque anhie le 1"' ger-
minal (22 mars) et ne peut exc6der la duree de trois mois. Le
gouverneur peut la convoquer extraordinairement; les seances
ne sont pas publiques.
Art. 26. Sur les etats de recettes et de depenses qui lui
sont pr6sent6s-par le gouverneur, l'Assembl6e central d6ter-
mine, s'il y a lieu, I'assiette, laqotit6, la duree et le mode de
perception de l'imp6t, son accroissement ou sa diminution;
ces 6tats seront, sommairement imprim6s.


TITRE VIII.

Du Gouvernement.

Art. 27.-Les r6nes administrative de la colonie sont con-
fiees a un gouverneur qui correspond directement avec le gou-


_ _






CONSTITUTION DE 1801.


vernement de la m6tropole, pour tout ce qui est relatif aux
interats de la colonies.
Art. 28. La Constitution nomme gouverneur le citoyen
Toussaint-Louverture, g6n6ral en chef de l'armee de Saint-
Domingue, et, en consideration des important services qu'il
a rendus a la colonie, dans les circonstances les plus critiques
de la revolution, et sur le voeu des habitants reconnaissants,
les r6nes lui en sont confiees pendant le reste de sa glorieuse
vie.
Art. 29. A l'avenir, chaque gouverneur sera nomm6 pour
cinq ans, et pourra etre continue tous les cinq ans en raison
de sa bonne administration.
Art. 30. Pour affermir la tranquillity que la colonies doit
4 la fermet6, a l'activit6, au zMle infatigable et aux vertus rares
du general Toussaint-Louverture, et en signe de la confiance
illimitee des habitants de Saint-Domingue, la Constitution
attribue exclusivement a ce g6n6ral le droit de choisir le
citoyen qui, au malheureux Bvenement de sa mort, devra.im-
m6diatement le remplacer..Ce choix sera secret; il sera con-
signe dans un paquet cachet qui ne pourra Wtre ouvert que
par I'Assemblie central, en presence de tous les g6n6raux de
l'armee de Sainrt-Domingue en activity de service et des com-
mandants en chef des d6partements.
Le g6n6ral Toussaint-Louverture prendra toutes les measures
de precaution n6cessaires pour faire connaitre a l'Assemblee
central le lieu du d6p6t de cet important paquet.
Art. 31. Le citoyen qui aura et6 choisi par le general
Toussaint-Louverture pour prendre & sa mort les renes du
gouvernement, pretera, entire les mains de l'Assembl6e cen-
trale, le serment d'executer la Constitution de Saint-Domingue
et de rester attach au gouvernement frangais, et sera immm-
diatement install dans ses functions; le tout en presence des






14 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

g6n6raux de l'arm6e en activity de service et des comman-
dants en chef de d6partements, qui tous, individuellement et
sans d6semparer, preteront entre les mains du nouveau gou-
verneur le serment d'ob6issance a ses ordres.
Art. 32. Un mois au plus tard avant l'expiration des cinq
ans fixes pour administration de chaque gouverneur, celui
qui sera en functions convoquera l'Assemblhe central et la
reunion des g6neraux de l'armbe ern activity et des comman-
dants en chef des departements, au lieu ordinaire des seances
de 1'Assemblee central, h l'effet de nommer, concurremment
avec les membres de cette Assemblee, le nouveau gouverneur
ou continue celui qui est en fonetions.
Art. 33. Le d6faut de convocation de la part du gouver-
neur en functions est une infraction manifesto a la Constitu-
tion. Dans ce cas, le general le plus 6lev6 en grade, ou le plus
ancien a grade legal, qui se trouve en activity de service dans
la colonies, prend, de droit, et provisoirement,. les runes du
gouvernement.
Ce general convoque imm6diatement les autres generaux en
activity, les commandants en chef de departements et les
membres de l'Assemblee central, qui tous sont tenus d'ob6ir
a la convocation, a 1'effet de proc6der concurremment a la
nomination d'un nouveau gouverneur.
En cas de d6c~s, admission ou autrement d'un gouverneur
avant 'expiration de ses functions, le gouvernement passe de
meme provisoirement entire les mains du general le plus eleve
en grade, ou le plus ancien a grade 6gal, lequel convoque, aux
m6mes fins que ci-dessus, les membres de I'Assemblee cen-
trale, les g6neraux en activity de service et les commandants
en chef de d6partements.
Art. 34. Le gouverneur scelle et promulgue les lois; il
nomme a tous les emplois civils ct militaires. II command en






CONSTITUTION DE 1801.


chef la force armee et est charge de son organisation; les bAti-
ments de l'Etat en station dans les ports de la colonies regoivent
ses ordres.
II determine la division du territoire de la maniere la plus
conforme aux relations int6rieures. 11 veille et pourvoit, d'apres
les lois, a la siret6 int6rieure et exterieure de la colonies, et,
attend que 1'Btat de guerre est un 6tat d'abandon et de malaise
et de nullit6 pour la colonies, le gouverneur est charge de
prendre dans ces circonstances les measures qu'il croit n6ces-
saires pour assurer a la colonies les subsistances et approvi-
Ssionnements de toute espece.
Art. 35. 11 exerce la police g6n6rale des habitants et des
manufactures, et fait observer les obligations des propri6-
taires, fermiers, de leurs representants envers les cultiva-
teurs et ouvriers, et les devoirs des cultivateurs envers les
propri6taires, fermiers ou leurs representants.
Art. 36. Il fait & 1'Assemblee central la proposition de la
loi, de m6me que tel changement a la Constitution que 1'exp6-
rience pourra necessiter.
Art. 37. II dirige, surveille la perception, le versement et
I'emploi des finances de la colonic, et donne, a cet effet, tous
les ordres quelconques.
Art. 38. II present, tous les deux ans, a l'Assemblhe cen-
trale les 6tats des recettes et des d6penses de chaque d6par-
tement, ann6e par ann6e.
Art. 39. I1 surveille et censure,. par la voice de ses com-
missaires, tout 6crit destiny h l'impression dans l'ile; il fait
supprimer tous ceux venant de l'6tranger qui tendraient a cor-
rompre les moeurs ou A trouble de nouveau la colonie, il en
faith punir les auteurs ou-colporteurs, suivant la gravity du cas.
Art. 40. Si le gouverneur est inform qu'il se trame
quelque conspiration contre la tranquillity de la colonies, il fait







16 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

aussit6t arr6ter les personnel qui en sont pr6sumees les
auteurs, fauteurs ou complices; apres leur avoir fait subir un
interrogatoire extra-judiciaire, il les fait traduire, s'il y a lieu,
devant un tribunal competent.
Art. 41. Le traitement du gouverneur est fixed, quant h
present, a 300,000 francs. Sa garde d'honneur est aux frais
de la colonies.
TITRE IX.
Des Tribunaux.

Art. 42. II ne peut 6tre porter atteinteau droit qu'ont les
citoyens de se faire juger amiablement par des arbitres a leur
choix.
Art. 43. Aucune autorite ne peut suspendre ni empecber
1'execution des jugements rendus par les tribunaux.
Art. 44.- La justice est administr6e dans la colonies par
des tribunaux de premiere instance et des tribunaux d'appel.
La loi determine l'organisation des uns et des autres, leur
nombre, leur competence et le territoire'formant le resort de
chacun.
Ces tribunaux, suivant leur degr6 de jurisdiction, connaissent
toutes les affaires civiles et criminelles.
Art. 45. I1 y a pour la colonies un tribunal de cassation,
qui prononce sur les demands en cassation contFe les juge-
ments rendus par les tribunaux d'appel, et sur les prises h
parties contre un tribunal entier. Ce tribunal ne connait point
du fond des affaires, mais il casse les jugements rendus sur
des procedures dans lesquelles les formes ont Wte viol6es, ou
qui contiennent quelque contravention express a la loi, et il
renvoie le fond du proces au tribunal qui dolt en connaitre.
Art. 46. Les juges de ces divers tribunaux conservent
leurs functions toute leur vie, a moins qu'ils ne soient con-







CONSTITUTION DE 1801.


damn6s pour forfeiture. Les commissaires du gouvernement
peuvent etre r6voqu6s.
Art. 47. Les delits des militaires sont soumis & des tri-
bunaux speciaux, et a des forms particulieres de jugement.
Ccs tribunaux speciaux connaissent aussi des vols et enle-
vements quelconques, de la violation d'asile, des assassinate,
des meurtres, des incendies, du viol, des conspirations et r6-
voltes.
Leur organisation appartient au gouverneur de la colonies.


TITRE X.
Des Administrations municipales.

Art. 48. Dans chaque paroisse de la colonies, il y a une
administration municipal; dans celle oi est plac6 un tribunal
de premiere instance, administration municipal est com-
pos6e d'un maire et de quatre administrateurs.
Le commissaire du gouvernement pr,6s le tribunal remplit
gratuitement les functions de commissaire pros l'administra-
tion municipal.
Dans les autres paroisses, les administrations municipales
sont cbmposees d'un maire et de deux administrateurs, et les
functions de commissaire pros elles sont remplies gratuite-
ment par les substitute du commissaire pres le triburial d'oft
relevent ces paroisses.
Art. 49. Les membres des administrations municipales
sont nommes pour deux ans; ils peuvent etre toujours conti-
nues. Leur nomination est d6volue au gouvernement qui, sur
une listed de seize personnel au moins, qui lui est presented
par chaque administration municipal, choisit les personnel
les plus propres a gerer les affaires de chaque paroisse.
Art. 50. Les functions des administrations municipales






18 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

consistent dans l'exercice de la simple police des villes et
bourgs, dans l'administration des deniers provenant des reve-
nus des biens de fabrique et des impositions additionnelles des
paroisses.
Elles sont, en outre, sp6cialement charges de la tenue des
registres des naissances, marriages et d6ces.
Art. 51. Les maires exercent des functions particuli6res
que la loi determine.

TITRE XI.

De la Force Arm6e.

Art. 52. La force armee est essentiellement obeissante,
elle ne peut jamais deliberer; elle est h la disposition du gou-
verneur, qui ne peut la mettre en movement que pour le
maintien de l'ordre public, la protection due h tous les ci-
toyens et la defense de la colonie.
Art. 53. Elle se divise en garde colonial soldee et en
garde colonial non sold6e.
Art. 54. La garde colonial non soldee ne sort des limits
de sa paroisse que dans le cas d'un danger imminent, et sur
l'ordre et sous la responsabilit6 personnelle du commandant
militaire ou de place.
Hors des limits de la paroisse elle devient soldee, et sou-
mise, dans ce cas, a la discipline militaire, et dans tout autre,
elle n'est soumise qu'h la loi.
Art. 55. La gendarmerie colonial faith parties de la force
arm6e; elle se divise en gendarmerie a cheval et en gendar-
merie a pied. La gendarmerie a cheval est institute pour la
haute police et la sfret6 des campagnes; elle est h la charge
du tresor de la colonies.
La gendarmerie a pied est institute pour la police des villes







CONSTITUTION DE 1801. 19

et bourgs; elle est a la charge des villes et bourgs ofi elle fait
son service.
Art. 56. L'armee se recrute sur la proposition qu'en fait
le gouverneur a 1'Assembl6e central, et suivantle mode 6tabli
par la loi.
TITRE XII.

Des Finances, des Biens domaniaux s6questr6s et vacants.

Art. 57. Les finances de la colonies se composent: 1P des
droits d'importation, de pesage et de jaugeage; 2 des droits
sur la valeur locative des maisons des villes et bourgs, et ceux
sur les products des manufactures, autres que celles de cul-
ture, et sur celui des salines; 30 du revenue des bacs etpostes;
4o des amendes, confiscations et paves; 50 du droit de sau-
vetage sur bAtiments naufrag6s; 6 du revenue des domaines
coloniaux.
Art. 58. Le produit des fermages des biens s6questr6s
sur les propri6taires absents et non represents fait parties
provisoirement du revenue public de la colonies et est applique
aux depenses d'administration.
Les circonstances d6termineront les lois qui pourront 6tre
faites relativement a la dette publique arri6rbe, et aux fer-
mages des biens s6questr6s pergus par administration dans
un temps antirieur h la promulgation de la pr6sente constitu-
tion, et a 1'6gard de ceux qui auront te pergus, dans un temps
posterieur, ils seront exigibles et rembours6s dans l'ann6e
qui suivra la levee du s6questre du bien.
Art. 59. Les fonds provenant de la vente du mobilier et
du prix des fermages des successions vacantes, ouvertes dans
la colonie sous le gouvernement frangais, depuis 1789, seront
verses dans une caisse particuliere, et ne seront disponibles,
et les immeubles r6unis aux domaines coloniaux que deux ans







20 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

apris la publication de la paix dans 1'ile, entire la France et
les puissances maritimes; bien entendu que ce dMlai n'est re-
latif qu'aux successions don't le delai de cinq ans fixW par I'edit
de 1781 serait expire; et a l'egard de celles ouvertes a des
6poques rapproch6es de la paix, elles ne pourront etre dispo-
nibles et r6unies qu'h 1'expiration de sept ann6es.
Art. 60. Les strangers succ6dant en France a leurs pa-
rents strangers ou frangais leur succederont 6galement &
Saint-Domingue; ils pourront contractor, acquerir et recevoir
des biens situ6s dans la colonies, et en disposer de meme que
les Frangais par tous les moyens autoris6s par les lois.
Art. 61. Le mode de perception et administration des fi-
nances des biens domaniaux s6questres et vacants sera de-
termine par les lois.
Art. 62. Une commission temporaire de comptabilit6
regle et verifie les comptes de recettes et de d6penses de la
colonies; cette commission est composee de trois membres,
choisis et nommds par le gouverneur.

TITRE XIII.
Dispositions g6enrales.

Art. 63. La maison de toute personnel est un asile in-
violable. Pendant la nuit, nul n'a le droit d'y entrer que dans
le cas d'incendie, d'inondation ou de reclamation de l'int6-
rieur. Pendant le jour, on peut y entrer pour un objet special
d6termin6 ou, par une loi, ou par un ordre 6man6 de l'autorit6
publique.
Art. 64. Pour que 1'acte qui ordonne 1'arrestation d'une
personnel puisse etre execut6, il faut : 10 qu'il exprime for-
mellement le motif de I'arrestation et la loi en vertu de laquelle
elle est ordonn6e; 20 qu'il 6mane d'un fonctionnaire a qui la


j _*L







CONSTITUTION DE 1801. 21

loi ait formellement donnI le pouvoir de le faire; 30 qu'il soit
donn6 copie de l'ordre a la personnel arretee.
Art. 65. Tous ceux qui, n'ayant point regu de la loi le
pouvoir de faire arreter, donneront, signeront, executeront
ou front executer l'arrestation d'une personnel, seront cou-
pables du crime de detention arbitraire.
Art. 66. Toute personnel a le droit d'adresser des p6ti-
tions individuelles B toute autorit6 constitute, et specialement
au gouverneur.
Art. 67. 11 ne peut Wtre form, dans la colonies, de corpo-
rations ni d'associations contraires a l'ordre public.
Aucune assemble de citoyens ne peut se qualifier de society
populaire. Tout rassemblementseditieux doit Wtre surle champ
dissipe, d'abord par voie de commandement verbal et, s'il est
n6cessaire, par le developpement de la force armee.
Art. 68. Toute personnel a la faculty de former des 6ta-
bliss6ments particuliers d'.ducation et d'instruction pour la
jeunesse sous l'autorisation et la surveillance des administra-
tions municipales.
Art. 69. La loi surveille particulierement les professions
qui interessent les mceurs publiques, la sfret6, la sant6 et la
fortune des citoyens.
Art. 70. La loi pourvoit a la recompense des inventeurs
de machines rurales, ou au maintien de la propri6td exclusive
de leurs decouvertes.
Art. 71. I1 y a dans toute la colonies uniformity de poids
et de measures.
Art. 72. I1 sera, par le gouverneur, d6cern6, au nom de
la colonies, des recompenses aux guerriers qui auront rendu
des services 6clatants en combattant pour la defense commune.
SArt. 73. Les proprietaires absents, pour quelque cause
que ce soit, conservent tous leurs droits sur les biens & eux


__







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


appartenant et situes dans la colonies; il leur suffira, pour ob-
tenir la main-lev6e du sequestre qui y aurait ete pos6, de re-
presenter leurs titres de propri6te et, a d6faut de titres, des
actes suppl6tifs don't la loi determine la formula. Sont n6an-
moins excepts de cette disposition ceux qui auraient 6et
inscrits et maintenus sur la liste g6nerale des 6migres de
France; leurs biens, dans ce cas, continueront d'etre admi-
nistr6s comme domaines coloniaux jusqu'A leur radia-
tion.
Art. 74. La colonies proclame, comme garantie de la loi
publique, que tous les baux des biens affermes legalement par
administration auront leur entier effet, si les adjudicataires
n'aiment mieux transiger avec les proprietaires ou leurs re-
presentants qui auraient obtenu la main-levee de leur se-
questre.
Art. 75. Elle proclame que c'est sur le respect des per-
sonnes et des proprietes que reposent la culture des terres,
toutes les productions, tout moyen de travail et tout ordre
social.
Art. 76. Elle proclame que tout citoyen doit ses services
au sol qui le nourrit ou qui I'a vu naitre, au maintien de la li-
bert6, de 1'6galit6, de la propriety, routes les fois que la loi
J'appelle a les d6fendre.
Art. 77. Le g6enral en chef Toussaint-Louverture est et
demeure charge d'envoyer la present Constitution h la sanc-
tion du gouvernement frangais; neanmoins, et vu l'absence
des lois, l'urgence de sortir de cet 6tat de p6ril, la necessity
de r6tablir promptement les cultures et le vceu unanime bien
prononc6 des habitants de Saint-Domingue, le g6enral en
chef est et demeure invite, au nom du bien public, la faire
mettre a execution dans toute 1'6tendue du territoire de la
colonie.


_ _I I







CONSTITUTION DE 1801. 23

Fait au Port-R6publicain, le 19 floral an ix de la R6publi-
que frangaise une et indivisible.
Signed : Borgella, president, Raymond, Collet, Gas-
ton Nog6ree, Lacour, Roxas, Muiioz, Mancebo,
E. Viart, secretaire.


Apres avoir pris connaissance de la Constitution, je lui
donne mon approbation. L'invitation de 1'Assemblee central
est un ordre pour moi; en consequence, je la ferai passer au
gouvernement frangais pour obtenir sa sanction; quant h ce
qui regarded son execution dans la colonie, le vceu exprjm6 par
l'Assemblbe central sera egalement rempli et execute.
Donn6 au Cap-Frangais, le 14 messidor an ix de la R6pu-
blique frangaise une et indivisible.
Le general en chef:
Sign : TOUSSAINT-LOUVERTURE.


Contrairement h ce que l'on croit generalement, I'expedi-
tion de Saint-Domingue se pr6parait dejh dans les ports de
France, lorsque l'envoy6 de Toussaint-Louverture, le colonel
Vincent, vint presenter a la ratification du Premier Consul la
Constitution elaboree et redig6e d'apres les ordres du dicta-
teur de Saint-Domingue.
Le gouvernement consulaire la consid6ra comme un acte
d'ind6pendance de la part du Premier des Noirs. Bonaparte
d6cida d'acc61erer les pr6paratifs commences dans les ports
de France afin de replacer Saint-Domingue sous le ,oug
6troit de la m6tropole.
(( La Constitution que vous avez faite ,, ecrivit le Premier
Consul & Toussaint-Louverture, (( en renfermantheaucoup de
bonnes choses, en content qui sont contraires a la dignity et


_ _II







24 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

a la souverainet6 du people frangais, don't Saint-Domingue ne
forme qu'une portion ) (1).
Toussaint-Louverture fit une fibre r6ponse h la lettre de
Bonaparte : K Saint-Domingne, colonie qui forme une parties
int6grante de la Republique frangaise, est-il dit dans votre
lettre, tend i l'ind6pendance. Pourquoi ne le ferait-elle pas?
Les Etats-Unis d'Amerique firent de meme; et, avec l'assis-
tance de la France monarchique, ils r6ussirent....
( Le poste Blevd que je remplis n'est pas de mon choix : il
m'a et6 impose par des circonstances imperieuses.
(( Si trente millions de Frangais trouvent leur bonheur et
leur sfiret, comme on l'assure, dans la revolution du 18 Bru-
maire, sans doute on ne m'enviera pas l'amour et la confiance
des pauvres noirs, mes compatriotes....
<( Vous me demandez si je desire de la consideration, des
honneurs, des richesses. Tres certainement; mais point de
votre part. Je place ma consideration dans le respect de mes
concitoyens, mes honneurs dans leur attachment, ma fortune
dans leur fid6lit6 d6sinteressee. Cette idie mesquine d'avan-
tages personnel que vous me pr6sentez ne cause-t-elle point
l'esp6rance ofi vous 6tes que je pourrais etre amen6 h trahir
la cause que j'ai entreprise ? Vous devriez apprendre a estimer
les principles moraux des autres hommes d'apres les v6tres.
Si celui qui reclame des droits au tr6ne ofi vous etes assis,
vous sommait d'en descendre, que lui r6pondriez-vous ? Le
pouvoir que je tiens a Wte aussi legitimement acquis que le
v6tre, et rien que le vceu prononce du people de Saint-Domin-
gue ne me forcera de le quitter ) (2).
Cette lettre donne entierement raison aux ecrivains qui sou-

(1) Lettre de Napoleon Bonaparte a Toussaint-Louverture, date du
27 Brumaire, an X (18 novembre 1801).
(2) Placide Justin, p. 371.


I






CONSTITUTION DE 1802.
I


tiennent que Toussaint-Louverture, apres l'avoir habilement
concu et pr6par6, 6tait sur le point d'ex6cuter, en 1801 et
en 1802, son plan d'independance.
Au commencement de 1802, une armee frangaise, com-
mandee par le general Leclerc, op6ra son d6barquement sur
plusieurs points de 1'ile. Le general Toussaint-Louverture, trahi
k la'fois par ses lieutenants europ6ens, par des pretres catho-
liques qu'il avait appel6s h Saint-Domingue, par des officers
indigenes plut6t que vaincu, se vit contraint de d6poser les
armes en mai 1802.
Peu aprbs, victim d'un acte de perfidie a jamais d6shono-
rant pour la m6moire du general Brunet, il fut mis en 6tat
d'arrestation simple, puis garrott6 comme un vil criminal, et
embarqu6 pour France.
Separ6 de sa famille, jet6 dans un cachot du fort de Joux,
priv6 d'air, de lumiere, d'aliments et de feu, il y mourut de
phtisie pulmonaire cause par misere physiologique dans la
nuit du 27 avril 1803.














CHAPITRE II

CONSTITUTION DE 1805


L'ile d'Haiti 6tait presque toute entire reconquise, pacifi6e
et sons la domination du g6n6ral Leclerc avant la fin de juin
1802.
Un seul chef indig6ne ne posa jamais les armes encore qu'il
cut requ de son sup6rieur, le general Toussaint-Louverture,
I'ordre formelde faire sa soumission aux Frangais. Cet homme,
un chef de bataillon, un noir, se nommait Sylla. Retire daffs
les montagnes qui environment Plaisance, il organisa le pre-
mier la guerre de partisans. Le general Leclerc, obeissant aux
ordres qu'il avait regus du Premier Consul, voulut r6tablir
1'esclavage.
On sait que I'ile d'Ha'iti, d6couverte en 1492 par Christophe
Colomb, occup6e par les Espagnols qui en exploiterent les
mines d'or et en massacrerent les Indiens autochtones, com-
menga d'6tre colonis6e par les Frangais dans la premiere moi-
ti6 du dix-septieme siecle. Cette colonies, apres avoir connu
des jours prosperes sous Louis XIV, grAce au systime de la
petite culture, atteignit a son plus haut degr6 de richesse ma-
terielle et de misere morale sous Louis XV et surtout sous
Louis XVI, grAce A l'esclavage des noirs. Les noirs, enleves
d'Afrique pour aller cultiver les champs de Saint-Domingue,
s'y trouverent bientot dans la proportion de vingt.contre un
blanc. Des unions naturelles entire les n6gresses et les Euro-






CONSTITUTION DE 1805. 27

peens naquirent des mulAtres et des mulAtresses. Maintenue
dans la servitude ou m6pris6e par les blancs, toute la popula-
tion indigene de race noire qui habitat Saint-Domingue salua
avec enthousiasme l'aurore de la Revolution frangaise. La
colonie ayant Wte envahie par 1'Espagne et 1'Angleterre, aux-
quelles la France avait declare la guerre en 1793, les noirs de
Saint-Domingue, commands par Toussaint-Louverture, con-
battirent avec vaillance et succ6s contre les Espagnols, batti-
rent les Anglais et conserverent h la France le plus beau ter-
ritoire de son empire colonial americain.
En recompense des immense services qu'ils avaient rendus
et parce que les principles de la France r6volutionnaire la for-
gaient & decr6ter partout ofi p6n6traient ses armies l'abolition
de toute servitude corporelle ou morale, en 1794, la Conven-
tion frangaise abolit solennellement l'esclavage dans toutes les
colonies. La loi du 30 floral an X (20 mai 1802), votee au
Corps e1gislatif le 27 floral, au Tribunal le 29 floral, loi
relative a la traite des noirs et au regime des colonies, 6tait
congue dans des terms qui indiquaient une reaction contre
les idees de la Convention. Elle disait :
Art. 1". Dans les colonies restituees a la France en exe-
cution du trait d'Amiens, du 6 germinal an X, l'esclavage
sera maintenu conform6ment aux lois et r6glements ant6rieurs
h 1789.
Art. 2. I en sera de m6me dans les autres colonies fran-
gaises au delh du Cap de Bonne-Esperance.
Art. 3. La traite des noirs, leur importation dans lesdites
colonies auront lieu conform6ment aux lois et reglements
existant avant 1789.
Art. 4. Nonobstant toutes les lois ant6rieures, le regime
des colonies est soumis, pendant dix ans, aux reglements qui
seront faits par le gouvernement.


1






28 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

La loi du 30 floral an X concernait d'abord les colonies de
l'ile de France et de l'ile Bourbon, oft l'esclavage n'avait pas
Wte aboli, parce qu'on n'y avait point promulgu6 et mis en vi-
gueur la loi du 16 pluvi6se an II par laquelle la Convention
abolissait la hideuse institution; elle concernait encore la
Martinique, Tabago, Sainte-Lucie, les 6tablissements de l'Inde
frangaise of les Anglais, qui les occupaient avant la paix d'A-
miens, n'avaient pas supprimi l'esclavage; elle visit enfin la
Guadeloupe et Saint-Domingue, d'of l'esclavage avait d6ej
disparu. A peine la Guadeloupe 6tait-elle reconquise par le
general Richepanse etpacifi6e qu'on y appliqua cette loi qui,
dit Faustin-H6lie, ( ne fut pas digne de la France >.
Quand, en 1802, Leclere voulutretablir l'esclavage h Saint-
Domingue, dans une population nombreuse, 6clair6e, qui
connaissait ses droits, qui vivait en liberty et presque en pa-
rit6 de situation social avec les blanks depuis pres de dix
ans, l'insurrection ne pouvait manquer de devenir generale.
Des montagnes de Plaisance, elle rayonna dans toute l'ile.
Partout les indigenes reprirent les armes. Ils conquirent leur
liberty apres dix-huit mois d'une lutte acharnee.
Le erijanvier 1804, r6unis en f6edration arm6e sur la grande
place de la ville de Gonaives, ils proclamerent solennellement
leur ind6pendance et redonn6rent a leur pays le nom abori-
gene d'Haiti (1).
Jean-Jacques Dessalines, g6enral en chef de I'armee indi-
gene, fut proclam6, par ses compagnons d'armes, gouver-
neur g6enral h vie du jeune Etat don't il 6tait le fondateur.
La liberty politique est un bien inf6rieur a l'ind6pendance
national. Les peuples sacrifient facilement la premiere a la

(1) En langue caraibe, Haiti signifie Terre boisde et montagneuse.
11 est plus correct a tous les points de vue et plus euphonique de
dire c en Haiti P que a Hati >>.






CONSTITUTION DE 1805.


second. ils pr6f6rent avec raison une dictature national, fut-
elle tyrannique et inintelligente, A une domination ktrangere,
alors meme que celle-ci serait la plus lib6rale, la plus douce
du monde, la plus prometteuse d'enrichissements, la plus
prodigue d'embellissements superficiels.
L'acte par lequel le pouvoir dictatorial fut confi6 a Dessa-
lines est d'une mile brievet6.

Au nom du people d'Haiti.

( Nous, g6neraux et chefs des armies de 'ile d'Haiti, p6-
(( n6tres de reconnaissance des bienfaits que nous avons
( eprouv6s du g6enral en chef Jean-Jacques Dessalines, le,
( protecteur de la liberty don't jouit le people;
(. Au nom de la Libert6, au nom de l'Ind6pendance, au nom
( du Peuple qu'il a rendu heureux, nous le proclamons Gou-
( verneur g6n6ral, a vie, d'Haiti. Nous jurons d'ob6ir aveu-
( gl6ment aux lois 6man6es de son autorite, la soule que
< nous reconnaitrons. Nous lui donnons le droit de faire la
( paix, la guerre et de nommer son successeur.
( Fait au quartier-g6n6ra! des Gonalves, ce premier jour
o de janvier mil huit cent quatre et le premier jour de 1'Ind6-
< pendance.

( Signed : Gabart, Paul Romain, P.-J. Herne, Capois,
( Christophe, Geffrard, E. G6rin, Vernet, P6tion,
C Glervaux, Jean-Louis Frangois, Cang6, F6rou,
Yayou, Toussaint Brave, Magloire Ambroise,
L. Bazelais. ,

Le titre de Gouverneur general dcern6 & Jean-Jacques Des-
salines ne remplissant pas d'une maniere satisfaisante le vcEu
general, parce que, dans l'esprit des contemporains, il suppo-






LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


sait ( un pouvoir secondaire d6pendant d'une autorite 6tran-
gire (1), fut change, par les g6n6raux haitiens, en celui
d'Empereur d'Haiti.
Le deuxi6me pacte fundamental qui r6glait les destinies
de la nation antil6enne fut accept et sanctionn6 par I'empe-
reur Dessalines a la date du 20 mai 1805.




CONSTITUTION IMPBRIALE D'HAITI (1805).

< Au palais imperial de Dessalines, le 20 mai 1805, an II :
< Nous, H. Christophe, Clervaux, Vernet, Gabart, Petion,
Geffrard, Toussaint-Brave, Raphael, Lalondrie, Romain, Ca-
pois, Magny, Cang6, Daut, Magloire Ambroise, Yayou, Jean-
Louis Frangois, Grrin, Ferou, Bazelais, Martial Besse,
STant en notre nom particulier,qu'en celui du people
d'Haiti, qui nous a 16galement constitu6s les organes fiddles
et les interpretes de sa volonte,
< En presence de 1'Etre-suprbme, devant qui les mortels
sont 6gaux, et qui n'a r6pandu tant d'esp ces de creatures
differentes sur la surface du globe qu'aux fins de manifester
sa gloire et sa puissance par la diversity de ses oeuvres;
Ic En face de la nature entire, don't nous avons ete si in-
justement et depuis si longtemps consid6r6s comme les enfants
repousses:
<, Declarons que la teneur dela pr6sente Constitution est
l'expression libre, spontanee et invariable de nos coeurs et de
la volonte g6enrale de nos concitoyens;
< La soumettons a la sanction de Sa Majest6 1'Emperieur


(1) Madiou. Histoire d'Haiti, tome III, page 171.


I _







CONSTITUTION DE 1805.


Jacques Dessalines, notre lib6rateur, pour recevoir sa prompted
et entire execution.


DECLARATION PRELIMINAIRE.

Article Ier. Le people habitant l'ile ci-devant appel6e
Saint-Domingue, convient ici de se former en Etat libre, sou-
verain et ind6pendant de toute autre, puissance de l'univers,
sous le nom d'Empire d'Haiti.
Art. 2. L'esclavage est h jamais aboli.
Art. 3. Les citoyens haitiens sont freres chez eux; 1'6ga-
lit6 aux yeux de la loi est incontestablement reconnue, et il
ne peut exister d'autre titre, avantages ou privileges, que ceux
qui r6sultent n6cessairement de la consideration et en r6com-
pense des services rendus a la liberty et h l'ind6pendance.
Art. 4. La loi est une pourtous, soitqu'elle punisse, soit
qu'elle protege.
Art. 5. La loi n'a pas d'effet r6troactif.
Art. 6. La propri6t6 est sacr6e, sa Violation sera rigou-
reusement poursuivie.
Art. 7. La quality de citoyen d'Haiti se perd par l'6mi-
gration et par la naturalisation en pays stranger, et par la
condemnation & des peines afflictives et infamantes. Le pre-
mier cas emporte la peine de mort et la confiscation des pro-
pri6tes.
Art. 8. La quality de citoyen est suspendue par l'effet des
banqueroutes et faillites.
Art. 9. Nul n'est digne d'etre Haitien, s'il n'est bon pare,
bon fils, bon 6poux, et surtout bon soldat.
Art. 10. La faculty n'est pas accordee aux peres et mbres
de d6sh6riter leurs enfants.
Art. 11. Tout citoyen doit posseder un art m6canique.







'LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


Art. 12. Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne met-
tra le pied sur ce territoire, a titre de maitre ou de proprie-
taire et ne pourra a l'avenir y acquerir aucune propriety.
Art. 13. L'article pr6ecdent ne pourra produire aucun
effet tant a l'6gard des femmes blanches qui sont naturalisees
haltiennes par le gouvernement qu'a l'6gard des enfants nes
ou naitre d'elles. Sont compris dansles dispositions du pr6-
sent article, les Allemands et Polonais naturalists par le gou-
vernement.
Art. 14. Toute acception de couleur parmi les enfants
d'une seule et meme famille, don't le chef de 1'Etat est le pire,
devant necessairement cesser, les Haitiens ne seront desor-
mais connus que sous la denomination generiques de noirs.

DE L'EMPIRE.

Art. 15. -L'Empire d'Haiti est un et indivisible, son terri-
toire est distribute en six divisions militaires.
Art. 16. Chaque division militaire sera command6e par
un general de division.
Art. 17. Chacun de ces generaux de division sera ind&-
pendant des autres, et correspondra directement avec
1'Empereur ou avec le general en chef nomm6 par Sa
Majeste.
Art. 18. Sont parties int6grantes de 1'Empire les iles ci-
apres dsignes: Samana, la Tortue, la Gonave, les Cayemites,
'ile a VAche, la Sa6ne, et autres iles adjacentes.

DU GOUVERNEMENT.

Art. 19. Le gouvernement d'Haiti est confiU a un pre-
mier magistrate qui prend le titre d'Empereur et Chef supreme
de l'armee.







CONSTITUTION DE 1805. 33

Art. 20. Le people reconnait pour Empereur et Chef su-
preme de l'armee Jacques Dessalines, le vengeur et le lib6ra-
teur de ses concitoyens; on le qualified de Majeste ainsi que
son auguste spouse l'Imperatrice.
Art. 21. La personnel de Leurs Majest6s est sacr6e et in-
violable.
Art. 22. L'ltat accordera un traitement fixe h Sa Majeste
I'Imp6ratrice don't elle jouira m6me apres le deces de 1'Em-
pereur, a titre de princess douairiere.
Art. 23. La couronne est elective et non h6r6ditaire.
Art. 24. II sera affectO, par l'Etat, un traitement annuel
aux enfants reconnus par Sa Majest6 l'Empereur.
Art. 25. Les enfants mAles reconnus par l'Empereur se-
ront tenus, A l'instar des autres citoyens, de passer succes-
sivement de grade enr grade, avec cette seule difference que
leur entree au service datera dans la quatrieme demi-brigade
des l'6poque de leur naissance.
Art. 26. L'Empereur d6signe son successeur et de la
maniere qu'il le juge convenable, soit avant, soit apres sa
mort.
Art. 27. Un traitement convenable est fix6 par l'Etat A
ce successeur, du moment de son avinement au tr6ne.
Art. 28. L'Empereur, ni aucun de ses successeurs, n'aura
le droit, dans aucun cas, et sous quelque pr6texte que ce soit,
de s'entourer d'un corps particulier et privil6gi6 a titre de
garde d'honneur, ou sous toute autre denomination.
Art. 29. Tout successeur qui s'6cartera des dispositions
du pr6c6dent article ou de la march qui lui aura et6 tracee
par 1'Empereur r6gnant, ou des principles consacr6s par la
present Constitution, sera consid6r6 et declare en etat de
guerre contre la society.
En consequence, les conseillers d'Etat s'assembleront, A







34 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

l'effet de prononcer sa destitution, et de pourvoir a son rem-
placement par celui d'entre eux qui en aura Wte jug6 le plus
digne, et s'il arrivait que ledit successeur voulfit s'opposer a
l'execution de cette measure, autorisee par la loi, les generaux
conseillers d'Etat front un appel au people et a l'armee, qui
de suite leur preteront main-forte et assistance pour mainte-
nir la liberty.
Art. 30. L'Empereur fait, scelle et promulgue les lois,
nommeet r6voque, a sa volonte, les ministres, le general en
chef de l'arm6e, les,conseillers d'Etat, les g6neraux et autres
agents de 1'Empire, les officers de l'armee de terre et de mer,
les membres des administrations locales, les commissaires
du gouvernement pris les tribunaux, les juges et autres fonc-
tionnaires publics.
Art. 31. L'Empereur dirige les recettes et depenses de
'Etat, surveille la fabrication des monnaies; lui seul en or-
donne l'6mission, en fixe le poids et le type.
Art. 32. A lui seul est reserve le pouvoir de faire la paix
ou la guerre, d'entretenir des relations politiques et de con-
tracter.
Art. 33. II pourvoit h la surete interieure et h la defense
de l'Etat, distribute les forces de terre et de mer suivant sa
volont6.
Art. 34. L'Empereur, dans le cas ofi il se tramerait quel-
que conspiration contre la sfret6 de l'Etat, contre la Consti-
tution ou contre sa personnel, fera de suite arreter les auteurs
ou complices, qui seront jugs par un conseil special.
Art. 35. Sa Majest6 seule a le droit d'absoudre un cou-
pable ou de commuer sa peine.
Art. 36. L'Empereur ne former jamais aucune entre-
prise dans la vue de faire des conquetes ni de trouble la paix
et le regime int6rieur des colonies 6trang6res.







CONSTITUTION DE 1805. 35

Art. 37. Tout acte public sera fait en ces terms: ( L'Em-
pereur d'Haiti et le chef supreme de l'armee, par la grace de
de Dieu et la loi constitutionnelle de l'Etat. ,


DU CONSEIL D'ETAT.

Art. 38. Les g6n6raux de division et de brigade sont
membres-n6s du conseil d'Etat et le composent.


DES MINISTRES.

Art. 39. I1 y aura dans l'Empire deux ministres et un se-
cr6taire d'Etat:
Le ministry des finances ayant le department de l'inte-
rieur;
Le ministry de la guerre ayant le d6partement de la ma-
rine.
DU MINISTRY DES FINANCES ET DE L'INTERIEUR.

Art. 40. Les attributions de ce ministry comprennent
administration g6nerale du Tr6sor public, l'organisation des
administrations particuli6res, la distribution des fonds a met-
tre a la disposition du ministry de la guerre et autres fonction-
naires, les d6penses publiques, les instructions qui r6glent la
comptabilit6 des administrations et des payeurs de division,
l'agriculture, le commerce, l'instruction publique, les poids
et measures, la formation des tableaux de population, les pro-
duits territoriaux, les domaines nationaux, soit pour la con-
servation, soit pour la vente, les baux h ferme, les prisons,
les h6pitaux, l'entretien des routes, les bacs, salines, manu-
factures, les douanes, enfin la surveillance et la fabrication
des monnaies, 1'execution des lois et arret6s du gouverne-
ment a ce sujet.







36 LES CONSTITUTIONS D HAITI.

DU MINISTRY DE LA GUERRE ET DE LA MARINE.
Art. 41. Les functions de ce ministry embrassent la le-
vee, l'organisation, l'inspection, la surveillance, la discipline,
la police et le movement des armies de terre et de mer, le
personnel et le materiel de l'artillerie et du g6nie, les fortifi-
cations, les forteresses, les poudres et salpitres, l'enregis-
trement des actes et arretes de l'Empereur, leur renvoi aux
armies et la surveillance de leur execution; ii veille speciale-
ment a ce que les decisions de l'Empereur parviennent
promptement aux militaires; il d6nonce aux conseils spiciaux
les d6lits militaires parvenus a sa connaissance et surveille
les commissaires de guerre et officers de sante.
Art. 42. Les ministres sont responsables de tous les de-
lits par eux commis contre la sfirete publique et la Constitu-
tion, de tout attentat a la propri6te et a la liberty individuelle,
de toute dissipation de deniers h eux confines; ils sont tenus
de presenter, tous les trois mois, a l'Empereur, l'.apergu des
depenses ifaire, de rendre, compete de l'emploi des sommes
qui ont 6th mises A leur disposition, et d'indiquer les abus
qui auraient pu se glisser dans les diverse branches de l'ad-
ministration.
Art. 43. Aucun ministry en place ou hors de place ne
peut 6tre poursuivi en matiere criminelle, pour fait de son
administration, sans l'adh6sion personnelle de l'Empereur.

DU SECRETAIRE D'ETAT.

Art. 44. Le secretaire d'Etat est charge de l'impression,
de 1'enregistrement et de l'envoi des lois, arretes, proclama-
tions et instructions de l'Empereur; il travaille directement
avec l'Empereur pour les relations 6trangeres, correspond
avec les ministres, regoit de ceux-ci les requites, petitions







CONSTITUTION DE 1805. 37

et autres demands qu'il soumet a l'Empereur, de meme que
les questions qui lui sont proposees par les tribunaux; il ren-
voie aux ministres les jugements et les pieces sur lesquels
1'Empereur a statue.
DES TRIBUNAUX.

Art. 45. Nul ne peut porter atteinte au droit qu'a chaque
individu de faire juger a l'amiable par des arbitres a son
choix. Leurs decisions seront reconnues legales.
I Art. 46. Ily aura un juge de paix dans chaque commune;
il ne pourra connaitre d'une affaire s'6levant au delh de cent
gourdes, et lorsque les parties ne pourront se concilier a son
tribunal, elles se pourvoiront par-devant les tribunaux de
leur resort respectif.
Art. 47. Il y aura six tribunaux s6ant dans les villes ci-
apres d6sign6es:
A Saint-Marc, au Cap, au Port-au-Prince, aux Cayes, a
1'Anse-h-Veau et au Port-de-Paix.
L'Empereur determine leur organisation, leur nombre, leur
competence et le territoire formant le resort de chacun.
Les tribunaux connaissent de toutes les affaires purement
civiles.
Art. 48. Les d6lits militaires sont soumis h des conseils
speciaux et & des forms particulieres de jugement. L'organi-
sation de ces conseils appartient A l'Empereur, qui pronon-
cera sur les demands en cassation contreles jugements ren-
dus par lesdits conseils speciaux.
Art. 49. Des lois particulieres seront faites pour le no-
tariat et a l'6gard des officers de l'6tat civil.







38 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

DU CULTE.

Art. 50. La loi n'admet pas de religion dominant.
Art. 51. Lalibert6 des cultes est toleree.
Art. 52. L'Etat ne pourvoit a l'entretien-d'aucun culte ni
d'aucun ministry.
DE ADMINISTRATION.

Art. 53. I1 y aura, dans chaque division militaire, une
administration principal, don't l'organisation, la surveillance
appartiennent essentiellement au, ministry des finances.

DISPOSITIONS GINtRALES.

Art. er. A 'Empereur et l'lmp6ratrice -appartiennent le
choix, le traitement et l'cntretien des personnel qui compo-
sent leur cour.
Art. 2. Apres le d6ces de l'Empereur regnant, lorsque la
revision de la Constitution aura 6et jugAe n6cessaire, le con-
seil d'Etat s'assemblera & cet effet et sera presid6 par le doyen
d'age.
Art. 3. Les crimes de haute trahison, les d6lits commis'
par les ministres et les g6neraux, seront jugs par un conseil
special nomm6 et presid6 par l'Empereur.
Art. 4. La force armee est essentiellement obbissante,
nul corps arm6 ne peut deliberer.
Art. 5. Nul ne pourra Otre jug6 sans avoir ete l1gale-
ment entendu.
Art. 6. La maison de tout citoyen est un asile invio-
lable.
Art. 7. On peut y entrer en cas d'incendie, d'inondation,
de reclamation partant de l'interieur, ou en vertu d'un ordre




r


serve.
Art. 19. Dans chaque division militaire, une cole pu-
blique sera 6tablie pour l'instruction de la jeunesse.
Art. 20. Les couleurs nationals sont noires et rouges.


6man6 de 1'Empereur ou de toute autre autorit6 l1galement
constitute.
Art. 8. Celui-l m6rite la mort qui la donne a son sem-
blable.
Art. 9. Tout jugement portant peine de mort ou peine
afflictive, ne pourra recevoir son execution, s'il n'a ete con-
firm6 par 1'Empereur.
Art. 10. Le vol est puni en raisin des circonstances qui
I'auront pr6eced, accompagn6 ou suivi.
Art. 11. Tout stranger habitant le territoire d'Haiti
sera, ainsi que les Haitiens, soumis aux lois correctionnelles
et criminelles du pays.
Art. 12. Toute proprit6 qui aura ci-devant appartenu & un
blanc frangais est incontestablement et de droit confisqu6 au
profit de l'Etat.
Art. 13. Tout Haitien qui, ayant acquis une propri6te
d'un blanc frangais, n'aura paye qu'une parties du prix stipul&
par l'acte de vente, sera responsible, envers les domaines de
l'Etat, du reliquat de la some due.
Art. 14. Le marriage est un acte purement civil et auto-
rise par le gouvernement.
Art. 15. La loi autorise le divorce dans les cas qu'elle a
pr6vus et determines.
Art. 16. Une loi particuliere sera rendue concernant les
enfants n6s hors marriage.
Art. 17. Le respect pour ses chefs, la subordination et la
discipline sont rigoureusement necessaires.
Art. 18. Un code p6nal sera public et sevirement ob-


9


CONSTITUTION DE .1805. 3







40 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Art. 21. L'agriculture, comme le premier, le plus noble
et le plus utile de tous les arts, sera honoree et protegee.
Art. 22. Le commerce, second source de la prosperity
des Etats, ne veut et ne connait point d'entraves.
II doit 6tre favoris6 et sp6cialement protege.
Art. 23. Dans chaque division militaire, un tribunal de
commerce sera form, don't les membres choisis par l'Empe-
reur, et tir6s de la classes des n6gociants.
Art. 24..- La bonne foi, la loyaut6 dans les operations
commercials seront religieusement observees.
Art. 25. Le gouvernement assure sfret6 et protection
aux nations neutres et amies qui viendront entretenir avec
cette ile des rapports commerciaux, a la charge par elles de
se conformer aux r6glements, us et coutumes de ce pays.
Art. 26. Les comptoirs, les marchandises des strangers
seront sous la sauvegarde et la garantie de l'Etat.
Art. 27. Il y aura des fetes nationals pour c6elbrer 1'In-
d6pendance, la fete de l'Empereur et de son auguste Epouse,
celle de l'Agriculture et de la Constitution.
SArt. 28. Au premier coup de canon d'alarme, les villes
disparaissent et la nation est debout.

Nous, mandataires soussignes, mettons sous la sauvegarde
des magistrats, des pares et meres de famille, des citoyens et
de l'arm6e, le pacte explicit et solennel des droits sacr6s de
l'homme et des devoirs du citoyen;
La recommandons a nos neveux, et en faisons hommage
aux amis de la liberty, aux philanthropes de tous les pays,
comme un gage signalM de la bont6 divine, qui, par suite de
Sses decrets immortels, nous a procure l'occasion de briser
nos fers et de nous constituer en people libre, civilis6 et ind,-
pendant.







CONSTITUTION -DE 1805. 41

Et avons sign, tant en notre nom priv6 qu'en celui de nos
commettants.

Signed: H. Christophe, Clervaux, Vernet, Gabart,
P6tion, Geffrard, Toussaint-Brave, Raphael, La-
londrie, Romain, Capoix, Magny, Cange, taut,
Magloire Ambroise, Yayou, Jean-Louis Francois,
Gerin, Moreau, Ferou, Bazelais, Martial Besse.

Pr6sentBe a la signature de I'Empereur, la Constitution de
1'Empire fut sanctionnee par lui.

Vu la pr6sente Constitution,

Nous, Jacques Dessalines, Empereur I" d'Haiti et chef
supreme de l'arm6e, par la grace de Dieu et la loi constitu-
tionnelle de l'Etat,
L'acceptons dans tout son contenu, et la sanctionnons,
pour recevoir, sous le plus bref delai, sa pleine et entire
execution dans toute l'etendue de notre empire;
Et jurons de la maintenir et de la faire observer dans son
integrity jusqu'au dernier soupir de notre vie.
Au Palais imperial de Dessalines, le 20 mai 1805, an II de
l'Independance d'Haiti.

Signed : DESSALINES.
Par 1'Empereur :
Le Secretaire g6ndral,
Sign : Juste CHANLATTE.

Le gouvernement imperial de Dessalines fut malheureuse-
ment de court duree. Les circonstances tragiques au milieu
desquelles sa chute se produisit ont W6t causes de facheux
dissentiments politiques don't la nation haltienne a beaucoup







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


souffert et don't l'ceil exerce du sociologue peut encore saisir
les agonisantes manifestations.
Le pacte fundamental de 1805 ne survecut pas a celui qui
avait si legitimement m6rit6 d'y Wtre d6sign6 par ce titre a
jamais glorieux : Liberateur .de ses concitoyens.
Le veritable fondateur de la nation haitienne c'est Dessa-
lines. Donner ce titre a un autre qu'b lui c'est le lui contester.
Non seulement on le lui a contest, ainsi que cela se voit, dans
plusieurs ecrits, ignores des superficiels, composes par des
Haitiens ou des Europeens, mais encore, en Haiti mime, on a
faith la nuit pendant trop longtemps autour du nom glorieux de
celui qui brisa d6finitivement les chaines de l'esclavage dans
lequel la race noire croupissait auparavant.
AprBs Toussaint-Louverture, apres Dessalines, la race noire
leva la tete, osa regarder fierement l'avenir; la race blanche
sentit mieux que l'exploitation de l'Africain, de l'Americain
par l'Europ6en 6tait chose ignoble, d6gradante, monstrueuse;
du Mexique au Chili, les populations autochtones ou indigenes
de l'Amerique latine s'habitu6rent plus que jamais a l'idee de
vivre ind6pendantes de leurs m6tropoles; Iturbide, au
Mexique, Bolivar, Sucre, dans le Venezuela, au PBrou, en
Bolivie, O'Higgins et Saint-Martin au Chili, Belgrano, Moreno,
Pueyrredon au Buenos-Ayres, surent mieux comment il fallait
commander, combattre pour lesser la patience des domina-
teurs don't ils abhorraient le joug, pour Blectriser leurs soldats,
pour reporter les decisives victoires.


42














CHAPITRE III

CONSTITUTION DE 1806


Dessalines avait des idees politiques large, grandes, g6ne-
reuses. 11 ne lui a manqu6 qu'une seule chose : le temps.
II a 6chapp6 h un des publicistes haitiens qui ont le plus
charge sa.m6moire de forfaits imaginaires, qui lui ont prWte
le plus de rancunes mesquines, de projects absurdes, encen-
sant h ses d6pens des individualit6s inferieures qui n'auraient
jamais gouverne Haiti si, au pr6alable, Dessalines n'en avait
Wto le librateur, cet aveu, bon a retenir: <( Prenez Dessalines
avec ses idWes originales et son experience de la revolution
de Saint-Domingue, vengeresse des crimes du regime colonial
pendant trois siecles, et vous le trouverez consequent -avec
lui-meme, logique en tout point. Malheureusement pour lui et
pour son pays; ii ne put comprendre que, son rble de r6volu-
tionnaire Rtant rempli, celui d'administrateur, de gouvernant,
commencait apres ses glorieux succ6s dans l'ceuvre de l'ind6-
pendance ) (1).
Ce 'r6le d'administrateur-, de gouvernant, Dessalines le
comprenait admirablement lorsque, immediatement apres
l'Ind6pendance, il voulait fonder la veritable ind6pendance
du paysan en faisant de celui-ci un propri6taire du sol.
On rapporte de lui ces paroles qui prouvent que non seule-


(1) Ardouin. Etudes pour servir d l'Histoire d'Haiti, tome VI, p. 243.


_ _:_ _


-r--






44 LES. CONSTITUTIONS D'HAITI.

ment il avait a un haut degr6 le sentiment de l'6quit,, mais
encore qu'il entendait bien maintenir la paix et la concorde,
6tablir l'ordre dans un pays oi tout 6tait v6ritablement a
crier.
( Nous avons faith la guerre pour les autres ), disait-il au
palais de Port-au-Prince, dans l'ete de 1805, se plaignant
amerement, (( en presence des g6n6raux Bazelais, Martial
Besse, Mentor, du commandant de l'arrondissement Germain
FrBre, du commandant de la place BBdouet, de l'administra-
teur Og6 et du directeur des domaines Inginac ) (1), de ce que
les biens qui avaient appartenu aux colons et qui auraient dfi
revenir au Domaine national en vertu de l'article 12 de la
Constitution avaient Wte occupies par des particuliers qui s'en
.pretendaient propri6taires sans l'6tre 16gitimement.
(( Avant la prise d'armes contre Leclere ,, ajoutait-il, (( les
hommes de couleur, fils de blancs, ne recueillaient point les
successions de leurs peres; comment se fait-il, depuis que
nous avons chass6 les colons, que leurs enfants r6clament
leurs biens; les noirs, don't les peres sont en Afrique, n'au-
ront.donc rien; j'ai su qu'il n'y a pas dans tout le Sud cent
habitations ou maisons sequestrees, et cependant j'en ai fait
disparaitre toutes les families de colons. Ah! messieurs, si
cela doit continue ainsi, les affaires iront fort mal. On ne se
content pas de dilapider l'Etat, on conspire, on veut se sou-
lever contre moi; mais qu'on prenne les armes et on le paiera
cher; est-ce qu'on aurait deji oubli6 la guerre civil sous
Toussaint et sous Rigaud? J'ai, dans chaque locality, des
gens sur lesquels je puis computer ; tant pis pour les insenses
qui s'agiteront. 11 6tait plein de colere. II dit au directeur
des domaines : < Sans doute, il n'y a plus de biens domaniaux


(1) Voir Madiou, t. III, p. 247.







CONSTITUTION DE 1806.


dans la deuxieme division militaire de l'Ouest; d'apres vos
rapports de complaisance, les Vastey, les Blanchet auront mis
en possession des biens de l'Etat les fils de colons au preju-
dice de mes pauvres noirs. Prenez garde a vous! negres et
mulatres, nous avons tous combattu contre les blancs; les
biens que nous avons conquis en versant notre sang, appar-
tiennent a nous tous; j'entends qu'ils soient partag6s avec
6quit6e (1).
Ces trois derniers membres de phrase contiennent une vue
de g6nie. Toute la popularity que P6tion acquit plus tard, il la
dut a la mise en pratique, partielle et partial, de cette idee
de Dessalines. 11 est fort a regretter que Inginac et Ardouin,
alors qu'ils 6taient les conseillers et les collaborateurs du
president Boyer, n'aient pu le porter meme a dire autant que
l'empereur noir. Si Boyer, qui resta vingt-cinq ans au pou-
voir, avait appliqu6 les idees de Dessalines, continue d'appli-
quer, et sur une plus vaste Bchelle, les lois agraires de Petion
et de Christophe, il eut laiss6 le pays prospere, les classes
agricoles amoureuses de la paix et du travail. Toute la nation
eut Wt6 enrichie par Boyer et cut b6ni sa m6moire.
Quoique president assist de deux Chambres et gen6 par

(1) Madiou. Histoire d'Haiti, t. III, p. 247 et 248.
Ardouin,,t. VI, p. 208 et 209, a reproduit ces paroles de Dessalines
d'apres Madiou. Quand on cite un auteur, on n'a le droit ni de pone-
tuer autrement que lui, ni de souligner des mots qu'il n'a pas souli-
gn6s. Aidouin a ponctu6 autrement que Madiou et souligne foule de
mots que Madiou n'avait pas soulign6s.. Encore que la ponctuation
d'Ardouin nesoitpas irr6prochable, elle est plus grammaticale que celle
de Madiou. Quant aux soulignements, Ardouin ne les a faits que
pour commenter le discours de Dessalines et lui faire dire des choses
qu'il n'avait point dites. Dessalines, empereur', gourmandant des
fonctionnaires infideles, concussionnaires ou prets A le trahir, n'avait
nul besoin de mettre des r6ticenices a l'expression de sa colere.
Parmi ceux devant lesquels il parlait, il y avait des mulatres a
c6t6 des noirs purs.


___~_~ __







46 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

une Constitution qui fourmillait de m6ticulosit6s, Boyer, qui
n'avait pas les memes droits que Dessalines a la reconnais-
sance des Haitiens, exerga cependant une autorit6 au moins
aussi dictatoriale que celle qui avait Wte constitutionnellement
confine & Dessalines, empereur.
Quand Dessalines ordonnait h Inginac d'examiner scrupu-
leusement les titres de propriety et de rejeter ceux qui 6taient
ill6gitimes, il ne voulait que faire rentrer d'abord dans le
Domaine national les plantations et terrains'qui devaient 6tre
partag6s entire tous. C'est parce que cette measure fut prise,
parce que Inginac, envoy aux Cayes, commenga d'executer
les ordres qu'il avait regus de l'Empereur, qu'une insurrection
eclata dans le Sud, qu'elle se propagea dans 1'Ouest et que
Dessalines fut massacre.
(( En 1806, le premier empereur d'Haiti voulut porter quel-
ques-uns de ses concitoyens .h produire les titres en vertu
desquels ils pr6tendaient exercer des droits de propri6t6 sur
certaines portions de terrain qui auraient di revenir au
Domaine national, mais don't ils s'6taient empar6s par fraude
ou par force; en m6me temps, il exigeait d'un petit nombre
d'individus qui avaient occupy, sans en avoir le droit, des
plantations ayant appartenu i d'anciens colons don't ils por-
taient les noms, de prouver, par actes ou t6moignages authen-
tiques, qu'ils 6taient les fils ou les parents de ces anciens
colons et qu'ils en pouvaient h6riter. Ces titres, ces actes ou
ces t6moignages, peu de personnel 6taient en measure de les
produire. Les faux propri6taires fomenterent une revolte a
laquelle on prit la precaution de donner une couleur politique
pour en masquer la veritable cause ) (1).
Deux des principaux lieutenants de Dessalines, Etienne-Elie

(1) L.-J. Janvier: Les Affaires d'Haiti (1883-1884), p. 155.


- __ I







CONSTITUTION DE 1806.


Gerin, d'abord, qui commandait dans le Sud, et Alexandre
Potion, ensuite, qui commandait dans l'Ouest, au lieu de
reprimer l'insurrection, comme il 6tait de leur devoir de le
*faire, se mirent a sa tate.
Le 17 octobre 1806, le chef d'Etat 6lev6 sur le pavois a
Gonaives, le 1"r janvier 1804, fut assassin au Pont-Rouge.
D'apris les ordres de Petion et de G6rin, une jembuscade
avait 6t6 postee contre lui en cet endroit, situ6 a une demie-
lieue a l'est de Port-au-Prince.
Dessalines a 6t6 arrit6 dans son ceuvre des le premier pas.
Ce serait une imposture que de soutenir qu'il n'a e6t qu'un
tyran qui ne congut aucun programme civilisateur. II avait des
plans de gouvernement excellent, bien congus, parfaite-
ment ex6cutables.
Lalibert6;des personnel et des biens ne peut 6tre donn6e
qu'h ceux qui aspirent a sauvegarder la pleine dignity de leur
.personnalit6 et qui possedent des biens. Si on la donne a des
serfs, a des paysans qui ne possedent rien en propre, on con-
stitue l'anarchie. Ils se dechirent pendant longtemps entire
eux avant d'arriver a se pacifier, avant de parvenir h se gou-
yerner sagement.
Dessalines mort, trois g6neraux jouissaient d'une assez
grande popularity pour recueillir son heritage : Christophe,
G6rin, Petion. Christophe portait d6ja le titre et exergait les
functions de g6n6ral en chef de l'armee haitienne. Le 21 octo-
bre, on le proclama chef provisoire du gouver'ement. Par
une'circulaire du 3 novembre, adress6e aux'commandants des
six divisions militaires : Romain, Toussaint-Brave, Vernet,
Petion, G6rin, Ferou, il les invita a ordonner auxparoisses
de se constituer en colleges Blectoraux a la date du 20 no-
vembre pour proc6der a la nomination des Imembres d'une
Assemble national qui serait charge de donner au pays une







48 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

nouvelle Constitution. Le texte de la circulaire de Christophe
est des plus clairs:
< Etant instant de travailler & la formation d'une constitu-
tion; voulant, autant qu'il est en mon pouvoir, acc61lrer la
conclusion de cette oeuvre necessaire ; et attend que le plus
siur moyen d'y parvenir est de r6unir les plus sages de nos
concitoyens et les plus eclaires sur leurs droits, pour, d'apres
les vceux du people, convenir d'un pacte qui 6tablisse les
devoirs de toutes les branches du gouvernement ainsi que les
obligations des Haitiens, je vous invite & donAer des ordres
dans chaque paroisse de la division que vous commander,
pour faire assembler, le 20 du present mois, tous les habi-
tants de chacune de ces paroisses a l'effet d'61ire, dans cha-
cune, un citoyen connu par sa morality et son amour du bien
public, pour la repr6senter et travailler a notre Constitution.
Ces citoyens se r6uniront le 30 de ce mois dans la ville de
Port-au-Prince pour faire, d'apris les vceux de leurs commet-
tants, une Constitution; et je n'ai pas besoin de vous recom-
mander d'aider de vos lumieres le choix du people, en lui
indiquant au besoin les personnel qui, a votre connaissance,
sont dignes de la confiance publique, et pouvant, par leur
discernement, concourir h cet important ouvrage.
t Vous voudrez bien leur faire observer, que la non-r6si-
dence dans la paroisse, n'est pas une quality exclusive de
l'election : tout citoyen d'Haiti a droit a la nomination, par-
tout ofi il en sera reconnu digne.
Lorsque les divers envoys des paroisses seront arrives
dans le lieu qui leur est d6sign6, ils n'auront pas besoin
d'autre lettre de convocation que les proces-verbaux de leurs
paroisses respectiyes, pour proc6der de suite, apr6s que la
16galit6 en sera reconnue, a terminer le plus t6t possible leur
travail.


__






CONSTITUTION DE 1806. 49

( Aidez de votre influence et devos sages conseils, autant qu'il
sera en votre pouvoir, I'assemblee de nos concitoyens, afin
qu'avecla nouvelle ann6enouspuissions, s'il estpossible, offrir
au people l'6trenne pr6cieuse de la nouvelle Constitution.
L'Assemblee constituante qui sortit de ces elections ouvrit
ses travaux & Port-au-Prince, le 18 decembre 1806. Elle
nomma une Commission de constitution compose de Ption,
Cesar Tl16maque, David-Troy, Th6odat Trichet, Bruno Blan-
chet, Magloire Ambroise, Manigat, Bonnet et Lys. Cette Com-
mission charge Bruno Blanchet de la redaction du rapport
qu'elle pr6senta & l'Assembl6e le 27 d6cembre. Ce meme jour,
lAssemblee adopta les conclusions du rapport et vota la
Constitution.


CONSTITUTION DE 1806.

Le people d'Haiti proclame, en presence de l'ltre supreme,
la present Constitution :
TITRE I.
Dispositions g6n6rales.

Art. 1. II ne peut exister d'esclaves sur :le territoire de
la R6publique; 1'esclavage y est a jamais aboli.
Art. 2. La RMpublique d'Haiti ne former jamais aucune
entreprise dans les vues de faire des conquetes, ni de troubler"
la paix et le regime interieur des iles 6trangres.
Art. 3. Les droits de l'homme en society sbnt: lalibertd,
l'6galite, la saret, la propriety.
Art. 4. La liberty consiste h pouvoir faire ce qui ne nuit
pas aux droits d'autrui.
Art. 5. L'dgalite consiste en ce que la loi est la meme
pour tous, soit qu'elle protege, soit qu'elle punisse. L'6galit6






50 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

n'admet aucune distinction de naissance, aucune h6r6dite de
pouvoirs.
Art. 6. La sfirete r6sulte du concours de tous pour assu-
rer les droits de chacun.
Art. 7. La propridte est le droit de jouir et de disposer
de ses biens, de ses revenues, du fruit de son travail et de son
industiie.
Art. 8. La propri6et est inviolable et sacr6e; toute per-
sonne, soit par elle-meme, soit par ses representants, a la
libre disposition de ce qui est reconnu lui appartenir. Quicon-
que porte atteinte A ce droit se rend criminal envers la per-
sonne trouble dans sa propri6te.
Art. 9. La loi est la volonte g6n6rale exprimbe par la
majoritM ou des citoyens ou de leurs representants.
Art.'10. Ce qui n'est pas d6fendu par la loi ne peut etre
emppch6; nul ne peut etre contraint a faire ce qu'elle n'or-
donne pas.
Art. 11.--Aucune loi, ni civil, ni criminelle, ne pent avoir
d'effet r6troactif.
Art. 12. La souverainet6 reside essentiellement dans
l'universalit6 des citoyens; nul individu, nulle reunion par-
tielle de citoyens ne peut s'attribuer la souverainete.
Art. 13. Nul ne peut, sans une delegation 16gale, exercer
aucune autorit6 ni remplir aucune function publique.
Art. 14. Les functions publiques ne peuvent devenir la
propri6t6 de ceux qui les exercent.
Art. 15.-La garantie social ne peut exister, si la division
des pouvoirs n'est pas 6tablie, si leurs limits ne sont pas
fixes, et si la responsabilit6 des fonctionnaires publics n'est
pas assure.
Art. 16. Tous les devoirs de l'homme et du citoy.en d6ri-
vent de ces deux principles graves par la nature dans les cceurs:






CONSTITUTION DE 1806. 51

< Ne faites pas a autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on
( vous fit. ( Faites constamment aux autres tout le bien
(( que vous en voudriez recevoir. )
Art. 17. -Les obligations de chacun envers la soci6te con-
sistent A la d6fendre, A la servir, A vivre soumis aux lois et A
respecter ccux qui en sont les organes.
Art. 18. Nul n'est bon citoyen, s'il n'est bon fils, bon
pore, bon frBre, bon ami, bon 6poux.
Art. 19. Nul n'est homme de bien, s'il n'est franchement
et religieusement observateur des lois.
Art. 20. Celui qui viole ouvertement les lois se declare
en 6tat de guerre avec la soci6t6.
Art. 21. Celui qui, sans enfreindre ouvertement les lois,
les elude par ruse ou par adresse, blesse les int6rkts de tous;
il se rend indigne de leur bienveillance et de leur estime.
Art. 22. C'est sur le maintien des propri6t6s que repo-
sent la culture des terres, toutes les productions, tout moyen
de travail et tout l'ordre social.
Art. 23. Tout citoyen doit ses services a la patrie et au
maintien de la liberty, de l'6galit6 et de la propriety, toutes
les fois que la loi l'appelle A les d6fendre.
Art. 24. La maison de chaque citoyen est un asile invio-
lable. Pendant la nuit, nul n'a le droit d'y entrer que dans le
cas d'incendie, d'inondation et de reclamation de l'int6rieur
de la maison. Pendant le jour, on peut y entrer pour un objet
special, determine ou par une loi ou par un ordre 6man6 d'une
autorit6 publique.
Art. 25. Aucune visit domiciliaire ne peut avoir lieu
qu'en vertu d'une loi et pour la personnel ou pour l'objet
express6ment d6sign6 dans l'acte qui ordonne la visit.
Art. 26..- Nul ne peut 6tre empeche de dire, 6crire et pu-
blier sa pens6e.






52 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Les ecrits ne peuvent etre soumis a aucune censure avant
leur publication.
Nul ne peut etre responsible de ce qu'il a 6crit ou public
que dans les cas prevus par la loi.
Art. 27. Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne
pourra mettre le pied sur ce territoire A titre de maitre ou de
proprietaire.
Art. 28. Sont ieconnus Haitiens les blancs qui font par-
tie de l'armee, ceux qui exercent des functions civiles, et ceux
qui sont admis dans la RBpublique a la publication de la pr6-
sente Constitution.
TITRE II.
Du Territoire.

Art. 29.-L'ile d'Haiti (ci-devant appel6e Saint-Domingue),
avec les iles adjacentes qui en dependent, forment le territoire
de la R6publique d'Haiti.
Art. 30. Le territoire de la Republique est divis6 en
quatre d6partements, savoir:
Les d6partements du Sud, de l'Ouest, de l'Artibonite et du
Nord. Les autres d6partements seront d6signes par le S6nat,
qui fixera leurs limits.
Art. 31. Les d6partements du Sud, de l'Ouest et de l'Ar-
tibonite (ci-devant Louverture), et du Nord, conserveront
leurs limits ainsiqu'elles sont fixees parla loide 1'Assembl6e
Central de Saint-Domingue, en date du 13 juillet 1801, sur la
division du territoire.
Art. 32. Les d6partements seront divis6s en arrondisse-
ments et en paroisses.
Le S6nat fixera le nombre d'arrondissements et de pa-
roisses qu'il y aura dans chaque d6partement, et d6signera
leurs limits.







CONSTITUTION DE 1806. 53

Le S6nat peut changer et rectifier les limits des depar-
tements, arrondissements et paroisses, lorsqu'il le juge con-
venable.
TITRE III.
Etat politique des citoyens.

Art. 33. L'exercice des droits de citoyen se perd par la
condemnation a des peines afflictives et infamantes.
* Art. 34. L'exercice des droits de citoyen est suspend:
1" par I'interdiction judiciaire, pour cause de fureur, de de-
mence ou d'imb6cilit6 ; 20 par l'6tat de debiteur failli ou d'h6-
ritier imm6diat d6tenteur. titre gratuit de tout ou parties de
la succession d'un failli; 30 par l'6tat de domestique a gages;
4 par l'6tat d'accusation; 50 par un jugement de contumace,
tant que le jugement n'est pas aneanti.

TITRE IV.
De la religion et des mceurs.

Art. 35. La religion catholique, apostolique et romaine,
6tant celle de tons les Ha'itiens, est la religion de l'Etat. Elle
sera specialement prot6ghe ainsi que ses ministres.
Art. 36. La loi assigned h, chaque ministry de la religion
1'6tendue de son administration spirituelle.
Ces ministres ne peuvent, sons aucun pretexte, former un
corps dans l'Etat.
Art. 37. Si, par la suite, il s'introduit d'autre religion,
nul ne pourra 6tre empeche, en se conformant aux lois,
d'exercer le culte religieux qu'il aura choisi.
Art. 38. Le marriage, par son institution civil et reli-
gieuse, tendant a la puret6 des moeurs, les 6poux qui prati-
queront les vertus qu'exige leur etat seronttoujours distingues
et specialement proteges par le gouvernement.






54 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Art. 39. Les droits des enfants nes hors marriage seront
fix6s par des lois qui tendront a r6pandre les vertus sociales,
a encourager et cimenter les'liens des families.


TITRE V.
Pouvoir legislatif.

Art. 40. Le pouvoir l6gislatif reside dans un Shnat.
Art. 41. Le Senat est compose de vingt-quatre membres.
Art. 42. Le S6nat a exclusivement le droit de fixer les
d6penses publiques, d'etablir les contributions publiques,
d'en determiner la nature, la quotit6, la dur6e, le mode de
perception; de statuer sur administration; d'ordonner,
quand il le juge convenable, I'alienation des domaines na-
tionaux; de r6gler le commerce avec les nations Btran-
g6res; d'6tablir des postes ou des routes de poste; -
d'6tablir une rngle uniform pour la naturalisation; de fixer
la valeur, le poids et le type des monnaies; d'6tablir 1'6ta-
lon des poids et des measures, qui seront uniforms pour toute
la R6publique; de favoriser le progres des sciences et des
arts utiles, en assurant aux auteurs et aux inventeurs un
droit exclusif a leurs ecrits et h leurs decouvertes; de les
recompenser de la manibre qu'il le juge convenable; de
definir et de punir les pirateries commises en mer et les vio-
lations du droit des gens; d'accorder des lettres de marque
et de repr6sailles; de faire des rbglements sur les prises;
- de d6clarer la guerre; de former et d'entretenir l'ar-
mee; de faire-les lois et r6glements sur la manibre de l'or-
ganiser et de la gouverner; de pourvoir a la sfiret6 et de
repousser les invasions: de faire tout trait de paix, d'al-
liance et de commerce; de nommer tous les fonctionnaires
civils et militaires, les commissaires pres les tribunaux excep-


__________1






CONSTITUTION DE 1806. 55

t6s, de determiner leurs functions et le lieu de leur residence;
- de faire toutes les lois n6cessaires pour maintenir l'exer-
cice des pouvoirs de~inis et d6legu6s par la Constitution; -
en un mot d'exercer 1'autorit6 legislative exclusivement et
dans tous les cas.
Art. 43. Les relations exterieures et tout ce qui peut les
concerned appartiennent au Senat seul.
Art. 44. Les s6nateurs, pour cette fois, seront nommes
par l'Assemblee constituante d'Haiti.
Un tiers sera nomm6 pour trois ans, un tiers pour six ans
et un tiers pour neuf ans.
Art. 45. Les s6nateurs, a 1'avenir, exerceront leurs fonc-
tions pendant neuf ans et seront nommes ainsi qu'il est dit
ci-apres.
Art. 46. Tous les trois ans, du 1"l au 10 du mois de no-
vembre, les assemblies paroissiales se convoqueront de
pleii droit, dans chaque department, et nommeront un 6lec-
teur.
Art. 47. Du 10 au 20 du m6me mois, les electeurs nom-
m6s par les assemblies de paroisse se rendront au chef-lieu
de leur d6partement, pour se constituer en assemblee 6lec-
torale.
Art. 48. L'assemblee 6lectorale etant constitute nomme,
du 20 au 30 novembre, douze personnel de son d6partement
qu'elle croit les plus propres & remplir les functions de s6na-
teurs. Ces personnel ne peuvent etre prises que parmi les
citoyens qui exercent ou qui ont exerc6 une function civil ou
militaire avec probity ou honneur.
Art. 49. Les elections faites, les assemblies electorales
adressent au Senat une liste des personnel qu'elles ont choi-
sies et d6posent un double de cette liste au greffe du tribunal
civil du chef-lieu de leur d6partement.






56 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Art. 50. Le Senat choisit, dans les listes qui lui sont en-
voy6es, la quantity de s6nateurs qu'il a d6signes pour repre-
senter chaque d6partement, et pour remplacer ceux de ses
membres qui viendraient h manquer par mort, d6mission ou
autrement.
Art, 51. Les assemblies electorales peuvent maintenir,
sur les listes qu'elles auront d6jh failes, les citoyens qui y
seront inscrits ou les remplacer par d'autres dans lesquels
elles auront plus de confiance.
Art. 52. Nul ne peut etre ray6 d'une liste qu'h la majority
absolue des suffrages.
Art. 53. Les citoyens qui seront nommes pour la for-
mation du S6nat front parties necessaire des premieres
listes.
Art. 54. Les assemblies paroissiales et electorales ne
peuvent s'occuper d'aucun autre objet que de ce qui leur est
prescrit par la Constitution.
Leur police leur appartient. Les elections se font au scrutiny
secret.
Art. 55. Tout citoyen qui est 16galement convaincu d'a-
voir vendu ou achet6 des suffrages est exclu de toute function
publique pendant vingt ans; en cas de recidive, il l'est pour
toujours.
Art. 56. Le commissaire du pouvoir executif pros du
tribunal civil de chaque d6partement est tenu, sous peine de
destitution, d'informer le SBnat de l'ouverture et de la cloture
des assemblies electorales. I1 ne peut se meler de leurs op6-
rations ni entrer dans le lieu de leurs s6ances, mais il peut
demander communication du procbs-verbal de chaque stance
dans les vingt-quatre heures qui les suivent; et il est tenu de
d6noncer au S6nat les infractions qui seraient faites a I'acte
constitutionnel. Dans tous les cas, le S6nat seul prononce sur







CONSTITUTION DE 1806.


la validity des operations des assemblies paroissiales et 6lec-
torales.
Art. 57. Pour Wtre 6lecteur, il faut 6tre g6 'de 25 ans,
accomplish.
Art. 58. La session des assemblies paroissiales et 61ec-
torales ne pourra durer plus de dix jours.
Art. 59. Les premieres assemblies paroissiales et 6lec-
torales ne pourront 6tre convoqu6es que dans le mois de no-
vembre de la troisi6me annee qui suivra la publication de la.
pr6sente Constitution.
Art. 60. Si, d'ici 4 ce temps, il vient a manquer quelques.
membres du S6nat par mort, d6mission ou autrement, le S6-
nat pourvoira & leur replacement, et ils seront pris dans les.
membres qui ont compose 1'Assembl6e constituante.
Art. 61. Les s6nateurs sont repr6sentants de la nation
entire et ne pourront recevoir aucun mandate particulier.
Art. 62. A l'avenir, a la session qui pr6c6dera chaque
mutation des s6nateurs, le Senat pourvoira & leur remplace-
ment, qui se fera la majority des suffrages.
Art. 63. Un s6nateur ne peut 6tre r66lu qu'apr6s un in-
tervalle de trois ann6es.
Art. 64. AussitOt la notification faite aux s6nateurs de
leur nomination, ils se r6uniront au Port-au-Prince pour
exercer les functions qui leur sont attributes; la majority des
s6nateurs etant r6unie constitute le S6nat et peut faire tout
acte 16gislatif.
Art. 65. La residence du S6nat est fix6e au Port-au-
Prince, comme le lieu le plus central.
Art. 66. Le S6nat s'assemble le 1"' janvier de chaque
ann6e au lieu d6sign6 par la Constitution.
:Art. 67.- Le S6nat a le droit de s'assembler toutes les fois
qu'il le juge n6cessaire.







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


Art. 68. Aussit6t la reunion d'un nombre quelconque de
s6nateurs au Port-au-Prince, les presents prendront un arrWt6
pour inviter les absents a se joindre a eux dans le d6lai de
quinzaine au plus tard; ce delai expire, si la majority des se-
nateurs se trouve rdunie, cette majority, dans tous les cas,
constitute le Senat et peut fair tout acte legislatif.
Art. 69. Si, par invasion de l'ennemi ou par empdche-
ment quelconque, le S6nat ne pouvait s'assembler au Port-au-
Prince, il a le droit de determiner le lieu de ses seances.
Art. 70. Le Senat a le droit de police sur ses membres;
mais il ne peut prononcer de peine plus forte que la censure
et les arrets pour quinze jours.
Art. 71. Les seances du Senat sont publiques; il peut
cependant, quand il le juge nucessaire, ddlibrrer h huis-clos.
Art. 72. Toute deliberation se prend par assis et level;
en cas de doute il se fait un appel nominal, mais alors les
votes sont secrets.
Art. 73. Les membres du Shnat regoivent une indemnity
annuelle 6valu6e a quatre gourdes'parjour.
Art. 74. Un fonctionnaire public nomm6 au Senat, et
auquel l'6tat donne une indemnity, ne pourra cumuler les deux
indemnit6s : il optera entire son mandate de s6nateur et celle
de la function qu'il occupait.
Los functions militaires seules ne sont pas incompatible
avec cells de s6nateur.
Art. 75. Tous les neuf ans, le Senat determine le nombre
des membres qui doivent le composer.
Art. 76. Aucune proposition ne peut 6tre delibdree ni
adopted par le Senat, qu'en observant les formes suivantes :
I1 se fait trois lectures de la proposition. L'intervalle
entire ces trois lectures ne peut 6tre moindre de cinq jours :
la discussion est ouverte aprds chaque lecture; et, neanmoins,







CONSTITUTION DE 1806. 59

apris la premiere et la second, le S6nat peut deliberer qu'il
y a lieu a l'ajournement ou qu'il y a lieu a d6lib6rer.
Toute proposition doit 6tre distribute deux jours avant la
second lecture.
Art. 77. Apres la troisieme lecture, le S6nat decide qu'il
y a lieu ou non a l'ajournemcnt.
Art. 78. Toute proposition qui, soumise a la discussion,
a et6 d6finitivement rejetee apres la troisieme lecture, ne peut
etre reproduite qu'apres une ann6e r6volue.
Art. 79. Sont except6es des forces prescrites par les
articles ci-dessus, les propositions reconnues et d6clar6es
urgentes par une deliberation pr6alable du: S6nat.
Art. 80. A quelque. poque que ce soit, une proposition
ou project de loi, faisant parties d'un project qui a 6et rejet6,
peut n6anmoins 6tre repr6sentd.
Art. 81. Le SBnat envoie dans les vingt-quatre heures,
au President, les lois qu'il a rendues.
Art. 82. Le Senat a le droit de police dans le lieu de ses
s6ances et dans 1'enceinte ext6rieure qu'il a d6termin6e.
Art. 83. Le Shnat a le droit de disposer, pour le main-
tien du respect qui lui est di, des forces qui sont, de son con-
sentement, dans le d6partement off il tient ses seances.
Art. 84. Le pouvoir ex6cutif ne peut faire passer ou
sojourner aucun corps de troupes dans le d6partement oil le
Senat tient ses s6ances, sans une autorisation express de sa
part.
Art. 85. Les citoyens qui ont compose l'Assemblee con-
stituante, et ceux qui sont ou ont Wt6 membres du Senat, ne
peuvent 6tre recherch6s, accuses ni jug6s en aucun temps,
pour ce qu'ils ont dit ou ecrit dans l'exercice de leurs fonc-
tions.
Art. 86. Toute action civil peut 6tre dirig6e centre les


__







60 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

membres du SBnat, mais la contrainte par corps ne peut etre
exercee contre eux.
Art. 87. Pour faits criminals, ils peuvent 6tre saisis en
flagrant d6lit; mais ii est donn6 avis sans d6lai au S6nat, et
la poursuite ne pourra etre continue qu'apres qu'il aura or-
donn6 la mise en jugement.
Art. 88. Hors le cas de flagrant delit, les membres du
Senat ne peuvent 6tre emmen6s devant les officers de police
ni mis en 6tat d'arrestation, avant que le Senat n'ait ordonn6
la mise en jugement.
Art. 89. Dans les cas des deux articles pr6c6dents, un
membre du S6nat ne peut etre traduit devant aucun autre
tribunal que la haute, Cour de justice.
Art. 90. Ils sont traduits devant la m6me Cour, pour
faits de trahison, de dilapidation, de manoeuvres pour renverser
la Constitution et d'attentat contre la sfiret6 interieure de la
R6publique.
Art. 91. Aucune d6nonciation contre un membre du
Senat ne peut donner lieu & poursuite, si elle n'est r6dig6e par
ecrit, signee et adress6e au S6nat.
Art. 92. Si, apres avoir d6libere en la forme prescrite
par l'article 72, le S6nat admet la d6nonciation, il la declare
en ces terms : la dinonciation contre..... pour fait de.....
sign6e du..... est admise. L'inculpe est alors appel6; il a
pour comparaitre un delai de trois jours francs; et, lorsqu'il
comparait, il est entendu dans I'int6rieur du lieu des seances
du SBnat. Soit que l'inculp6 se soit pr6sente ou non, le S6nat
declare, apres ce delai, s'il y a lieu ou non a l'examen de sa
conduite.
Art. 93. Toute deliberation relative a la prevention ou
A l'accusation d'uri s6nateur, est prise a l'appel nominal et au
scrutiny secret.







CONSTITUTION DE 1806. 61

Art. 94. L'accusation prononc6e contre un s6nateur
entraine sa suspension.
Art. 95. S'il est acquitt6 par le jugement de la haute
Cour de justice, il reprend ses functions.
Art. 96. Lorsque le S6nat s'ajournera, il laissera en
permanence un comit6 compose d'un certain nombre de ses
membres qu'il d6signera.
Art. 97. Le comit6 recevra les paquets adress6s au
S6nat, et le convoquera en cas d'affaires importantes; il pourra
preparer le travail sur les lois et r6glements a faire; mais
il ne pourra prendre d'arrte6s que pour la convocation du
Senat.
Art. 98. Les citoyens d6sign6s par le Senat pour rein-
placer le tiers sortant de ses membres, ne prendront rang au
Senat qu'h l'expiration de la derniere annee des functions de
ceux qu'ils doivent remplacer.
Art. 99. Ils ne jouissent de la prerogative attachee A la
quality de s6nateur, que du jour ofi commencent leurs fonc-
tions.
Art. 100. Pour Wtre s6nateur, il faut 6tre Ag6 de trente
ans.
TITRE VI
Promulgation des lois.

Art. 101. Le President fait seller les lois et les autres
actes du S6nat dans les deux jours apris leur reception.
II fait seller et promulguer dans le jour, les lois et actes du
Senat qui sont prec6d6s d'un decret d'urgence.
Art. 102. La publication de la loi et des actes du Corps
16gislatif est faite en ces terms :







62 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Au nom de la Rdpublique
(Loi ou acte du S6nat).

Le President d'Haiti ordonne que la loi ou l'acte 1egislatif
ci-dessus, soit public et execute, et qu'il soit revetu du sceau
de la R6publique.
TITRE VII
Pouvoir ex6cutif.

Art. 103. Le pouvoir executif est de16gue a un magistrat
qui prend le titre de Prdsident d'Haiti.
Art. 104. Le President sera nomm6 pour cette fois par
1'Assemblee constituante.
Art. 105. Le President est nomm6 pour quatre ann6es.
Art. 106. A I'avenir, le President sera elu par le SBnat a
la majority des suffrages, et exercera son office durant un
terme de quatre ann6es.
Art. 107. Tout Pr6sident, avant d'entrer dans l'exercice
de ses functions, pretera le serment suivant :
Je jure de remplir fiddlement l'office de President d'Haiti,
et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution.
Art. 108. Si le Pr6sident n'a point prete le serment ci-
dessus dans un d6lai de quinze jours, a computer du jour de
son Mlection, il est cens6 avoir refuse; et le pouvoir legislatif
proc6dera i une nouvelle election, comme le S6nat en pareil
cas, proc6dera de la meme maniere.
Art. 109. Le President pourra 6tre reelu tous les quatre
ans, en raison de sa bonne administration.
Art. 110. Pour Wtre President il faut avoir atteint 1'Age
de trente-cinq ans.
Art. 111. Tout autre President que celui nomm6 par la
pr6sente Assemblee constituante, ne pourra 6tre pris que







CONSTITUTION DE 1806.


parmi les citoyens qui auront t6 -ou seront membres du Senat
ou secr6taires d'Itat.
Art. 112. En cas de vacance par mort, d6mission ou au-
trement, du President, le ou les secretaires d'Etat s'assemble-
ront en conseil pour exercer l'autorite executive jusqu'k l'elec-
tion d'un autre President.
Art. 113. Si le S6nat n'est point assembly, son comit6
permanent le convoquera de suite pour qu'il procede sans
d6lai & l'6lection d'un President.
Art. 114. Les lois et actes du S6nat sont adress6s au
President.
Art. 115. Le President pourvoit, d'apres la loi, h la sfret6
exterieure et int6rieure de la R6publique.
Art. 116. II peut faire des proclamations conform6ment
aux lois et pour leur execution.
Art. 117. II command la force arm6e de terre et de
mer.
Art. 118. II surveille et assure l'ex6cution des lois dans
les tribunaux, par des commissaires a sa nomination, qu'il
peut revoquer a sa volonte.
Art. 119. Si le President est informed qu'il se trame quel-
que conspiration centre la sfret6 int6rieure ou exterieure de
l'Etat, il peut d6cerner des mandates d'arret contre ceux qui en
sont pr6venus, les auteurs ou complices; mais il est oblige,
sous les peines port6es contre le crime de detention arbi-
traire, de les renvoyer, dans le delai de deux jours, par-devant
l'officier de police, pour proc6der suivant les lois.
Art. 120. Le Pr6sident recevra une indemnity annuelle
de vingt-quatre mille gourdes.
Art. 121. Le President d6noncera au S6nat tous les abus
qui parviendront & sa connaissance.
Art. 122. Le President peut en tout temps inviter par


_ 1 __~_







64 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

6crit le SBnat a prendre un objet en consideration; il peut lui
proposer des measures, mais non des projects r6dig6s en forme
de lois.
Art. 123. Le President donne par 6crit au S6nat les ren-
seignements que le Senat lui demand.
Art. 124. Hors les cas des articles 89 et 90, le President
ne peut Wtre appel6 par le SBnat.
Art. 125. Le President surveille la perception et le ver-
sement des contributions, et donne tous les ordres a cet
effect.
TITRE VIII

Pouvoir judiciaire.

Art. 126. Les juges ne peuvent s'immiscer dans I'exer-
cice du pouvoir 16gislatif, ni faire aucun reglement.
Art. 127. Is ne peuvent arreter ni suspendre l'ex6cution
d'aucune loi, ni citer devant eux les administrateurs pour
raison de leurs functions.
Art. 128. Nul ne peut etre distrait des juges que laloi lui
assigned, par aucune commission ni par d'autres attributions
que celles.qui sont d6termin6es par une loi ant6rieure.
Art. 129. Les juges no peuvent etre destitues que pour
forfeiture legalement jugee, ni suspendus que pour une accu-
sation admise.
Art. 130. L'ascendant et le descendant en ligne directed,
les frrres, l'oncle et le neveu, les cousins au premier degree,
et les allies a ces divers degr6s, ne peuvent etre simultan6ment
membres du meme tribunal.
Art. 131. Les seances des tribunaux sont publiques; les
juges deliberent en secret; les jugements sont prononces a
haute voix, ils sont motives.
Art. 132. Nul citoyen, s'il n'est Age de 25 ans au moins,


r







CONSTITUTION DE 1806. 65

ne peut Wtre juge ni commissaire du pouvoir executif pres les
tribunaux.
De la justice civil.
Art. 133. I1 ne peut etre port atteinle au droit de faire
prononcer sur les diff6rends, par des arbitres du choix des
parties.
Art. 134. La decision de ces arbitres est sans appel, si
les parties ne font express6ment reserve.
Art. 135. Le SBnat determine le nombre des juges de
paix et de leurs assesseurs dans chaque d6partement.
Art. 136. La loi determine les objets don't les juges de
paix et leurs assesseurs connaissent en dernier resort; elle
leur en attribue d'autres qu'ils jugent a la charge de l'appel.
Art. 137. Les affaires don't lejugementn'appartient point
aux juges de paix sont cependant port6es imm6diatement de-
vant eux, pour etre concili6es; si le juge de paix ne peut les
concilier, il les renvoie par-devant le tribunal civil.
Art. 138. Le S6nat determine le nombre des tribu-
naux civils dans chaque d6partement, les lieux od ils son t
6tablis, leur mode d'organisation, et le territoire formant leur
resort.
Art. 139. I y aura pres de chaque tribunal un commis-
saire du pouvoir executif, un substitute et un greffier.
Les deux premiers seront nomm6s, et peuvent 6tre desti-
tues par le President.
Art. 140. Le tribunal civil prononce en dernier resort,
dans les cas determines par la loi, sur les appeals des juge-
ments, soit des juges de paix, soit des arbitres, soit des tribu-
naux d'un autre d6partement.
Art. 141. L'appel des jugements prononces par le tri-
bunal civil d'un d6partement, se porte au tribunal civil d'un
des d6partements voisins.







66 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


De la justice criminelle.

Art. 142. Nul ne peut 6tre saisi que pour WtPe conduit
devant l'officier de police; et nul ne peut. tre mis en etat
d'arrestation, ou d6tenu, qu'en vertu d'un mandate d'arret des
officers de police ou du pouvoir executif, dans le cas de l'ar-
ticle 25, ou d'un decret de prise de corps d'un tribunal, ou d'un
d6cret d'accusation du Sknat, dans le cas ohi il luiappartient de
le prononcer, ou d'un jugement de condemnation a la prison.
Art. 143. Pour que l'acte qui ordonnne I'arrestation
puisse 6tre ex6cut&, il faut 1 qu'il exprime formellement le
motif de l'arrestation et la loi en conformity de laquelle elle
est ordonn6e; 2 qu'il ait et6 notifi6 & celui qui en est l'objet,
et qu'il lui en ait ete laiss6 copie.
Art. 144. Toute personnel saisie et conduite devant l'of-
ficier de police, sera examinee sur-le-champ et dans -le jour
mime au plus tard.
Art. 145. S'il r6sulte de l'examen qu'il n'y a aucun sujet
d'inculpation contre elle, elle sera remise aussit6t en liberty ;
ou s'il y a lieu de I'envoyer a la maison d'arret, elle y sera
conduite sous le plus bref delai, qui en aucun cas, ne pourra
exc6der trois jours.
Art. 146.- Nulle personnel arretbe ne peut etre retenue si
elle donne caution suffisante, dans tous les cas oi la loi per-
met de rester libre sous caution.
Art. 147. Nulle personnel, dans le cas of sa detention
est autorisee par la loi, ne peut Wtre conduite ou d6tenue que
dans les lieux legalement et publiquement d6signes pour ser-
vir de prison.
Art. 148. Nul garden ou ge6lier ne peut recevoir ni re-
tenir aucune personnel, qu'en vertu d'un mandate d'arret, dans
les formes prescrites par les articles 25 et 142, d'un d6cret de






CONSTITUTION DE 1806. 67

prise de corps, d'un decret d'accusation, ou d'un jugement
de condemnation a la prison, et sans que la transcription
n'ait 6t6 faite sur son registre.
Art. 149.- Tout garden ou ge6lier est tenu, sans qu'aucun
ordre puisse l'en dispenser, de representer la personnel dete-
nue a l'officier civil ayant la police de la maison de d6ten-
tion, toutes les fois qu'il en sera requis par cet officer,
Art. 150. La representation de la personnel d6tenue ne
pourra Wtre refuse & ses parents et amis, porteurs de l'ordre
de l'officier civil, lequel sera toujours tenu de l'accorder, a
moins que le ge6lier ou garden ne pr6sente une ordonnance
du juge, transcrite sur son registre, pour tenir la personnel
arretee au secret.
Art. 151. -Tout home, quelle que soit sa place ou son
emploi, autre que ceux a qui la loi donne le droit d'arresta-
tion, qui donnera, signera, ex6cutera ou fera executer l'ordre
d'arr6ter un individu, ou quiconque, dans le cas meme d'ar-
restation autorisee par la loi, conduira, recevra ou reliendra
un individu dans un lieu de detention non publiquement et
legalement d6sign6; et tous gardens ou ge6liers qui contre-
viendront aux dispositions des trois articles precedents, se-
ront coupables du crime de detention arbitraire.
Art. 152. Toutes rigueurs employees dans les arresta-
tions, detentions ou executions, autres que celles prescrites
par la loi, sont des crimes.
Art. 153. Le SMnat d6terminera le nombre des tribunaux
criminals dans chaque d6partement, les lieux oft ils seront
etablis, leur mode'd'organisation, et le territoire formant le
resort.
Art. 154. L'appel des jugements prononces par le tribu-
nal,criminel d'un d6partement, sera porter au tribunal criminal
d'un des d6partements voisins.







68 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Art. 155. Les juges civils peuvent exercer les functions
de juges criminals.
Art. 156. La Constitution reconnait au Senat le droit
d'dtablir la procedure par jury en mati6re criminelle, s'il le
juge convenable.
Art. 157. Le president 'dnoncera au Senat, par la voie
de son Commissaire, et sans prejudice du droit des parties
int6ressees, les actes et les jugements en dernier resort par
lesquels les juges ont exced6 leur pouvoir.
Art. 158. Le Senat annule ces actes; et, s'ils donnent
lieu & forfeiture, ii rend un d6cret d'accusation apres avoir
entendu ou appel6 les pr6venus.
Art. 159. Le S6nat ne peut prononcer sur le fonds du
process; il le renvoie au tribunal qui doit en connaltre.
Art. 160. Les delits des militaires sont soumis a des tri-
bunaux sp6ciaux et a des formes particulikres de jugement.
La loi dCtermine l'organisation de ces tribunaux.

Haute cour de justice.

Art. 161. I y a une haute cour de justice pour juger les
accusations admises par le Corps 16gislatif, soit contre ses
propres membres, soit contre le President ou contre le secr6-
taire d'Etat.
Art. 162. La haute cour ne se forme qu'en vertu d'une
proclamation du Senat.
Art. 163. Elle se forme et tient ses s6ances dans le lieu
d6sign6 par la proclamation du S6nat; ;ce lieu ne peut etre
qu'h douze lieues de celui oi reside le Senat.
Art. 164. --Lorsque le Senat a proclam6 la formation de
la haute cour de justice, elle se compose alors d'un certain
nombre de juges, pris au sort dans chacun des tribunaux eta-







CONSTITUTION DE 1806. '69

blis dans les diff6rents departements; ces juges choisissent
entire eux un president et deux accusateurs publics.
Art. 165. Le S6nat determine le nombre des juges qui
doivent etre pris dans chaque tribunal pour former la haute
cour de justice; ce nombre ne peut Wtre moindre de quinze
juges.
Art. 166. Les jugements de la haute cour 6tant sans
appel, I'accus6 aura le droit de recuser un tiers de ses juges,
et le jugement ne se rendra qu'aux deux tiers des voix.

TITRE IX.
De la Force Arm6e.

Art. 167. La force arm6e est essentiellement ob6issante;
elle ne peut jamais delib6rer; elle ne peut etre mise en mou-
yement que pour le maintien de l'ordre public, la protection
due A tous les citoyens, et la defense de la R6publique.
Art. 168. L'arm6e se divise en garde national soldee et
en garde national non sold6e.
Art. 169. La garde national non sold6e ne sort des
limits de sa paroisse que dans le cas d'un danger imminent
et sur l'ordre et la responsabilit6 du commandant militaire ou
de la place.
Hors des limits de sa paroisse, elle devient sold6e et sou-
mise, dans ce cas, & la discipline militaire; dans tout autre
cas, elle n'est soumise qu'i la loi.
Art. 170. L'arm6e se recrute suivant le mode 6tabli par
la loi.
TITRE X.
De la culture et du commerce.
Art. 171.- La culture, premiere source de la prosp6rit6 de
l'Etat, sera prot6g6e et encourage.







70 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Art. 172. La police des campagnes sera soumise a des
lois particulieres.
Art. 173. Le commerce, autre source de prosperity, ne
souffrira point d'entraves et recevra la plus grande pro-
tection.
TITRE XI.
Du secr6taire d'Etat.

Art. 174. I1 y aura un secr6taire d'ltat nomme par le
S6nat, et qui r6sidera dans la ville of il tient ses s6ances; il
ne pourra 6tre nomm6 que par le Shnat seul, ,une fois as-
sembl6.
Art. 175. Le S6nat fixe les attributions du secr6taire
4d'Etat.
Art. 176.- Les comptes d6taill6s des d6penses publiques,
signs et certifies par le secr6taire d'Etat, sont rendus au
S6nat au commencement de chaque ann.e.
Il en sera de meme des etats de recettes des diverse con-
tributions et de tous les revenues publics.
Art. 177. Les 6tats de ces recettes et de ces d6penses
sont distingues suivant leur nature; ils expriment les sommes
touches et depens6es, ann6e par ann6e, dans chaque parties
,de l'administration g6nerale.
Art. 178. Aucune some ne pourra sortir de la caisse
publique sans la signature du secr6taire d'Etat.
Art. 179. Les comptes des d6penses particulieres aux
d6partements seront aussi rendus au Shnat.
Art. 180. Par la suite, le SBnat aura le droit d'6ta-
blir d'autres secr6taires d'Etat, si les besoins du service
V'exigent.






CONSTITUTION DE 1806.


TITRE XII.
Revision de la Constitution.

Art. 181. Si l'exp6riehee faisait sentir les inconvenients
de quelques articles de la Constitution, le S6nat en propose -
rait la revision.
Art. 182. Lorsque, dans un space de neuf ans, h trois
6poques eloignes l'une de l'autre de trois ann6es au moins,
le S6nat aura demand la revision de quelques articles de la
Constitution, une Assembl6e de revision sera alors convo-
qu6e.
Art. 183. Pour nommer les membres de I'Assemblee de
revision, les assemblies paroissiales nommeront chacune un
Blecteur.
Art. 184. Les electeurs nomm6s par les assemblies
paroissiales se rendront, dans les dix jours qui suivront leur
nomination, au chef-lieu de leur d6partement, pour se consti-
tuer en assemblee electorale.
Art. 185. Les assemblies 6lectorales nommeront, dans
les dix jours qui suivront leur reunion, la meme quantity de
membres que leur d6partement fournit au Senat.
Art. 186. Les d6putes nomm6s pour composer l'Assem-
blee de revision, se r6uniront au lieu indiqu6 par le S6nat,
pour proc6der a la revision des articles constitutionnels don't
la revision aura et6 demandee.
Art. 187. ,- Le lieu destin6 pour la tenue des seances de
I'Assembl6e de revision sera-distant de douze lieues de l'en-
droit oft le S6nat tient ses seances.
Art. 188. L'Assembl6e de revision pourra changer le lieu
indiqu6 par le Senat pour la tenue des s6ances, en observant
la distance prescrite.
Art. 189. Les citoyens qui seront membres du Senat,






72 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

pendant la convocation de l'Assembl6e de revision, ne pour-
ront etre membres de cette Assemblee.
Art. 190. Pour 6tre membre de l'Assembl6e de revision,
il faut reunir les conditions exig6es pour etre s6nateur.
Art. 191. L'Assembl6e de revision n'exercera aucunes
functions legislatives ou de gouvernement; elle se borne a la
revision des seuls articles constitutionnels qui lui ont Wte indi-
qu6s par le S6nat.
Art. 192. Tous les articles de la Constitution, sans ex-
ception, continent d'btre en vigueur, tant que les change-
ments proposes par l'Assemblee de revision n'ont pas Wt6
adresses au S6nat.
Art. 193. Les membres de l'Assembl6e de revision d6li-
berent en commun; les deliberations seront prises a la majo-
rit6 des suffrages.
L'Assembl6e de revision adresse imm6diatement au Senat
la r6ponse qu'elle a arretde.
Elle est dissoute des que ce project lui a ete adress6.
Art. 194. En aucun cas; la duree de l'Assemblee de revi-
sion ne peut exceder trois mois.
Art. 195. Les membres de l'Assemblee de revision ne
peuvent etre recherch6s, accuses, ni jug6s en aucun temps,
pour ce qu'ils ont dit ou 6crit pendant 1'exercice de leurs
functions. Pendant la duree de ses functions, ils ne peuvent
Store mis en jugement, si ce n'est par une decision des mem-
bres memes de 1'Assembl6e de revision.
Art. 196. L'Assemblee de revision a le droit d'exercer
ou de faire exercer la police dans la paroisse of elle tient ses
S sances.
Art. 197. Les membres de l'Assembl6e de revision re-
coivent, pendant leur session, le meme traitement que coux
du Senat.







CONSTITUTION DE 1806.


TITRE XIII.

De la mise en activity de la Constitution.

Art. 198. La Constitution sera mise de suite en activity.
Art. 199. En attendant que les membres qui seront nom-
mes par I'Assemblhe constituante se r6unissent au Port-au-
Prince, dans le nombre prescrit par la Constitution, I'Assem-
bl6e constituante se former en Assembl6e 16gislative, et fera
tous les actes lgislatifs attribu6s au Senat.
Art. 200. Aussit6t que les s6nateurs seront rendus au
Port-au-Prince, ils en donneront connaissance h 1'Assemblhe
16gislative, qui sera tenue de se dissoudre de suite.

Signed: Pierre Bourjoly-Mod6, David Troy, Boyer,
P1lage Varein, Pl6sance, J.-B. Sudre, D. Rigaud,
B. Tabuteau, Malette ain6, Jean Simon, J. Barlatier,
Jacques Simon, Laviolette, Desgrieux, C. Basquiat,
J.-L. Larose, Hyacinthe Datty, Nissage Saget,
Linstant Pradine, Aubin, Orcel, Fonrose BriBre,
Delaunay, Cincinnatus Leconte, Rollin, Pinet, La-
mothe-Aigron, Roumage aine, Antoine May, La-
groue, Frangois D6sormeaux, Auguste Dupui,
J. Isaac, J.-J. Masse, Bonniot, P6tigny fils, Fran-
cois Andre, Rousseau, Charles Daguilh, J. Giraud,,
Jean Neptune, J.-B. Masse, Fl6ix F6rrier, J. La -
montagne, Guillaume Manigat, Pierre Timothee,
Gellde, Martel aine, Voltaire, Beaubert, CUsar
T616maque, L.-Aug. Daumec, Bertrand Lemoine,
Galbois, J.-L. Depas-Medina, Fresnel, Bruno
Blanchet, J.-B. Bayard, Lys, Bonnet, Magloire
Ambroise, Petion, F6quiBre ain6, Theodat Trichet,
Louis Leroux, R. Bataille, Juste Hugouin, L. D6-
paloir, L. Dessalines, Almanjor fils et Montbrun,
secrdtaires ;.Blanchet jeune, president.






74 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

La Constitution de 1806 se trouvait vici6e dans son origine,
6tant I'ceuvre d'une assemble politique ill6galement con-
stitu6e.
Les deux divisions territoriales du Sud et la deuxieme divi-
sion de l'Ouest n'avaient droit d'elire que 24 d6put6s, car, a
cette 6poque, 1'6tat d'Haiti comptait 59 paroisses: 35 dans
les deux divisions du Nord et la premiere de 1'Ouest, 24 dans
les deux divisions du Sud et la deuxieme de I'Ouest.
Les trente-cinq paroisses des deux divisions du Nord et de
la premiere de I'Ouest 6taient: Ouanaminthe, Laxavon, Ter-
rier-Rouge, Fort-Liberte, Trou, Valliere,Limonade, Quartier-
Morin, Grande-Riviere, Dondon, Marmelade, Petite-Anse, Cap,
Plaine-du-Nord, Acul, Limb6, Port-Margot, Borgne, Petit-
Saint-Louis, Gros-Morne, Port-de-Paix, Jean-Rabel, M6le
Saint-Nicolas, Bombarde, Gonalves, Plaisance, Saint-Michel,
Saint-Raphael, Ennery, Saint-Marc, Marchand, Verrettes, Pe-
tite-Riviere, Mirebalais, Arcahaye.
Les vingt-quatre paroisses des deux divisions' du Sud et de
la deuxieme division de l'Ouest, 6taient: Saint-Michel de Mi-
ragoAne, Anse-&-Veau, Petit-Trou, Corail, JBrBmie, Abricots,
Dame-Marie, Anse-d'Eynaud, Tiburon, Coteaux, Port-Salut,
Cayes, Aquin, Torbeck, Cavaillon, Saint-Louis, Jacmel, Bai-
net, Marigot, Petit-GoAve, Grand-GoAve, LBogane, Port-au-
Prince, Croix-des-Bouquets.
Aux terms de la circulaire du 3 novembre, adressee par
Christophe aux six commandants des divisions militaires,
59 constituents 6taient & 6lire, h raison de un par paroisse.
De leur propre autorit6 et pour avoir dans la Constituante
une majority favorable & leurs projects, P6tion et GBrin osB-
rent eriger en colleges .electoraux trois bourgades de la
deuxieme division de l'Ouest: Sale-Trou, Cayes-Jacmel,
CUtes-de-Fer, et douze bourgades des deux divisions du Sud:






CONSTITUTION DE 1806.


Miragoane, Pestel, Petite-Riviere de Dame-Marie, Trou-Bon-
bon, Irois, Anse-du-Clerc, Les Anglais, Port-h-Piment, Char-
donnieres, Petite-Riviere de Nippes, Baraderes, qui n'etaient
pas des paroisses et qui, par consequent, ne pouvaient pas se'
fair representer a la Constituante.
C'est de .cet acte coupable qui n'a jamais Wt6 fl6tri assez !
energiquement par les historians haitiens et don't l'un d'eux,
Ardouin, s'est constitu6 l'apologiste, c'est de cet escamotage
politique commis par P6tion et par Gerin que devaient sor-
tir tous les maux, toutes les calamities qui, depuis 1807, ont.
si durement eprouv6 la nation haitienne.
Soixante-treize constituents se trouvaient presents a la
seance de signature de la Constitution; soixante-douze y ap-
pos6rent leur nom. Boucanier, un d6put6 du Nord, fut le seul
qui refusa de la signer. Le soixante-quatorzieme d6pute,
Gerin, etait dans le Sud.
< La fraud manifest qui avait pr6sid6 aux elections diri-
g6es par P6tion et G6rin n'avait e6t qu'une grande honte sans
n6cessit6e dit Saint-Remy.
Les d6put6s des deux divisions du Nord et ceux de la
deuxieme division de l'Ouest sign6rent le pacte fundamental
de 1806, mais ils ne le firent que parce qu'ils avaient eu la
main force et qu'ils craignaient pour leur personnel.
La Constitution avait 6t6 signee le 27 decembre. Le meme
jour, mais h l'insu de l'Assembl6e constituante, vingt-quatre
deputies redigerent et signerent une protestation qu'ils en-
voyerent imm6diatement par deux d'entre eux, Juste Hugonin
et F. Ferrier, au g6enral Henri Christophe qui, quoique chef'
provisoire du gouvernement, 6tait rest dans le Nord.






LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


Protestation adress6e d Son Excellence le gindral en chef de
l'armie d'Haiti.

( Aujourd'hui vingt-sept du mois deDecembre mil huit cent
six, an III de l'ind6pendance d'Haiti;
<< Nous, d6put6s soussign6s des deux divisions du Nord et
de la premiere de l'Ouest a l'Assemblee constituante, pour
former 'acte constitutionnel, nous nous sommes rendus au
Port-au-Prince, lieu indiqu6 pour cette operation.
(( Ds le trente du mois dernier, nous aurions commence
ce travail: le g6n6ral Petion, commandant la division, nous
object que les d6put6s du Sud n'6taient pas encore arrives,
que nous ne pouvions pas faire la Constitution sans la parti-
cipation de ceux de toutes les paroisses de 1'ile. Pour prouver
A nos compatriotes le desir que nous avions de tout sacrifier
au bonheur de notre pays, nous eimes la patience d'attendre
jusqu'au 18 de ce mois, jour auquel on nous prevint pour
commencer. Ce n'estpas cepjendant que nous manquassions
de temoigner tous les jours notre impatience au general P6-
tion, quiremettait I'ouverture de I'Assembl6e de lundi en lundi,
et refusait meme d'indiquer le lieu oh les s6ances devaient se
tenir.
(( Le jour enfin arrive, quel fut notre 6tonnement, apres la
verification des pouvoirs, de trouver 74 mandataires au lieu
de 59 que nous devions 6tre! DWs lors, consid6rant cette As-
semble comme ill6gale, nous en fimes l'observation, qui fut
rejet6e par la majority absolue qu'eurent les d6put6s des
i divisions du Sud et de la deuxieme de l'Ouest. Nous f6mes
convaincus qu'il nous serait inutile d'6mettre aucun voeu ten-
dant au bien du pays; nous nous r6servames le droit de pro-
tester centre tout ce qui se ferait dans l'Assembl6e, et de ne






CONSTITUTION DE 1806. 77

fire connaitre notre 'protestation que lorsque nous serious
en lieu de sfirete.
< En consequence, nous protestons contre notre signature
appos6e sur l'acte soi-disant constitutionnel de ce jour, fruit
de l'intrigue et de la malveillance, et centre tout ce qui s'en-
suivra, jusqu't la dissolution de I'Assembl6e, comme 6tant
ill6gale, et contre tout principle de justice et d'6quit6.
< Fait au palais du Port-au-Prince, les jour, mois et an que
ci-dessus.
Signed: Juste Hugonin, Lagroue, Auguste Dupui,
J. Isaac, Hyacinthe Datty, Galbois, L. D6paloir,
Jacques Simon, Roumage ain6, Baubert, Bonniot,
Cincinnatus Leconte, P6tigny fils, Boucanier, Ber-
trand-Lemoine, Almanjor fils, Timothee Aubert,
Lamothe-Aigron, Bataille, C6sar T6lemaque, J.-L.
Larose, Pelage-Varein, F. Ferrier, J.-L. Des-
grieux.

Le 28 DWcembre, a la majority de 56 voix sur 71 votants,
Christophe fut nommd president d'Haiti. P6tion eut'une voix;
quatorze voix 6churent au g6n6ral Paul Romain. Au course de
la meme stance, la Constituante proc6da & l'election des
s6nateurs. On d6clara s6nateurs, pour neuf ans: Petion,
G6rin, Lys, David-Troy, Fresnel, Lamothe-Aigron, Paul Ro-
main, Toussaint-Brave; pour six ans: Cesar T616maque,
Barlatier, Magny, Chareron, Depas M6dina, Magloire Am-
broise, Timothee Aubert, Blanchet jeune; pour trois ans:
Daumec, Daguilh, Simon, Felix Ferrier, Bonnet,' Th6odat
Trichet, Yayou et Guillaume Manigat.
Christophe ne pouvait pas et ne voulait pas accepter une
pr6sidence qui lui avait 6te confine dans d'aussi tristes condi-
tions. Les nouvelles des elections frauduleuses faites dans le






78 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Sud et dans I'Ouest et celle de l'ouverture des s6ances de la
Constituante lui 6taient parvenues.
Chef du gouvernement provisoire avant la convocation de
la Constituante, il en restait encore le chef apres la constitu-
tion de cette Assemblee. Les elections don't elle sortait Rtant
ill6gales, tous ses actes devenaient ill6gaux puisque quinze
des d6putes qui votaient ces actes n'avaient aucun droit de
les voter.
Refuser de reconnaitre la 16gitimit6 des actes de I'Assem-
blee 6tait le premier droit de Christophe. Si, en m6connaissant
son devoir, il acceptait d'observer la Constitution et de la
faire observer, il lui fallait au moins, connaitre cette Consti-
tution en sa complete et exacte teneur apres en avoir regu
communication officielle.
11 marchait sur Port-au-Prince avec les troupes des deux
divisions du Nord et de la premiere de l'Ouestlorsqu'il apprit,
en parties et par voie officieuse, les nouvelles des Wvenements
accomplish dans cette ville le 27 et le 28 decembre. II continue
sa march.
L'Assemblbe constituante d6sirait la guerre civil. Elle au -
rait df 6puiser tous les moyens pour 6viter un conflict san-
glant. Elle aurait pu envoyer une deputation au chef provi-
soire du gouvernement, lui faire remettre une copie de la
Constitution. Elle n'en fit rien. Elle rejeta toute motion paci-
fique faite dans son sein et prit, au contraire, une attitude
belliqueuse. La Constitution qu'elle avait votee sans discus-
sion, en une seule stance, cette Constitution qui lui avait 6te
imposee par les amis et les creatures de PWtion, apres qu'ils
l'eussent r6dig6e sous les ordres de Petion, elle charge
Potion de la d6fendre par les armes.
Les constituents protestataires oublierent en plusieurs fois
les plus 616mentaires de leurs devoirs ou furent mauvais







CONSTITUTION DE 1806. 79

oitoyens pour avoir, eu peur de les remplir. Ils eurent tort de
ne pas protester publiquement, et des la premiere seance, et
chaque jour, contre la scandaleuse admission dans la Cham-
bre des quinze faux d6putes du Sud-Ouest; de consentir 4
singer a c6t6 d'eux; de ne pas discuter la Constitution pied a
pied, article par article; de ne pas appeler & Port-au-Prince
le chef du gouvernement; de signer la Constitution.
En'vertu de la teneur de article 199, la Constitution votee,
la Constituante devait se transformer en Assemblee 16gisla-
tive jusqu'h ce que le S6nat eut commence ses travaux. Le 31
d6cembre 1806, le Senat s'6tant r6uni, proc6da a l';lection de
son bureau, se d6clara en permanence, donna avis de ses
premiers actes l1'Assembl6e legislative afin que celle ci eut
a se dissoudre imm6diatement.
La Constituante de 1806 se montra au-dessous de sa tAche,
indigne de remplir la noble mission qui lui avait Wte confine:
celle de creer une nation forte par son homog6neit6 et ses
lois. Elle se separa sans gloire 16guant au pays une Constitu-
tion que personnel ne devait respecter, une guerre civil qui
dura quatorze ans, un malaise politique qui dure toujours.














CHAPITRE IV

CONSTITUTION DE 1807


On a 6crit que la cause unique de la guerre qui Bclata en
1807 c'6tait la lutte du despotisme et de l'autocratie repr6-
sent6es par Christophe contre la d6mocratie et la liberty
representees par Petion (1). C'est prejuger, c'est conjecturer,
c'est errer. C'est complimenter l'un a tort et calomnier I'autre
sans raison. Tous deux se montrerent despotes et liberaux,
autocrates et democrats quand ils devinrent, l'un, pr6si-
dent, puis roi dans le Nord, l'autre, president a terme, dicta-
teur, president h vie, dans l'Ouest. A la fin de 1806, aucun
acte politique de Christophe ne prouve qu'il soit moins r6pu-
blicain que Petion. Celui-ci, au contraire, se revele d6jk
comme fort peu liberal et tres autocrate: il a fait voter toute
une Constitution de deux cents articles en uneseule stance,
sans discussion aucune, par une Chambre don't il a terrorism
une parties des membres et oh siegent quinze individus qui se
pr6tendent deput6s de par ses ordres ou ses conseils et qui
pourtant ne sont point constituents.
Madiou affirme que, apris la chute de Dessalines, (( le Nord
et I'Artibonite voulurent faire dominer les principles monar-
chiques; l'Ouest et le Sud, au contraire, proclam6rent les
institutions d6mocratiques ,.

(1) Ardouin. 1~tudes pour servir d l'Iistoire.d'Haiti, t. VI.






CONSTITUTION DE 1807. 81

Cette opinion ne repose sur aucune base serieuse. Pendant
la colonisation franeaise, les trois parties du Nord, de 1'Ouest
et du Sud 6taient soumises a une administration civil et
militaire exactement la meme partout. Toussaint-Louverture
donna aussi l'unit6 administrative a tout le pays quand il
i'eut sous ses ordres; Dessalines, dictateur ou empereur, en
fit autant. Oh done, en d6cembre 1806, le Nord et 1'Artibonite,
auraient-ils puis6 l'amour des principles monarchiques, 1'Ouest
et le Sud la passion des institutions d6mocratiques ? L'histoire
des idees, comme celle des faits, a sa chronologies que les
Bcrivains, les penseurs doivent respecter.
Le 1" janvier 1807, on se battait & Sibert. D'un c6te les
forces militaires des deux divisions du Nord et de la premiere
de l'Ouest, de 1'autre celles qui composaient habituellement
la garnison de Port-au-Prince. De quel c6te 6tait le droit? Du
c6te de Christophe (1). Au premier engagement, les soldats
du Nord-Ouest pliirent sous le choc des bataillons de I'Ouest;
mais, entrain6s par leurs officers, ils reprirent l'offensive et
remporterent une victoire complete. Sibert est a trois lieues
de Port-au-Prince: le soir meme ils vinrent donner 1'assaut
aux murs de cette ville.
Defendue avec opiniAtret6, elle resista atoutes les attaques.
Le 8 janvier, Christophe leva le si6ge et reprit le chemin
du Nord.
Le 19 janvier, le SRnat proc6da a l'election du secr6taire
d'Etat. Bruno Blanchet, un des anciens constituents, fut l6u.

(1) Ardouin soutient le contraire. On n'a qu'A le lire pour constater
qu'il se laisse trop dominer par les faits au lieu de les dominer; qu'il
sacrifle trop les principles politiques A la renomm6e des hommes
d'Etat qui devaient observer ces principles et qui les ont transgresses;
que son opinion est entibrement celle des acteurs des 6v6nements
tous partisans int6ress6s de P6tion, Naturellement,: ceux-ci ont mis
tous les torts possibles et imaginables du cbt6 de Christophe.






82 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Dans la stance du 27janvier, le S6nat, par un acte qu'il rendit
public, d6clara qu'il d6gageait l'armee de toute obeissance
envers Christophe, le r6voqua de ses functions civiles et
militaires et le mit hors la loi.
Christophe ne tint aucun compete des decisions du SBnat de
Port-au-Prince. Ce S6nat, n6 du vote dict6 a une Assemblee
constituante ill6galement, frauduleusement constitu6, comptait
19 membres sur 24 qui sortaient de Ia Constituante. S'ap-
puyant sur I'acte de protestation sign le 27 decembre 1806
par vingt-quatre des deput6s du Nord-Ouest, Christophe con-
voqua au Cap une assemblee des mandataires dupeuple,
laquelle Blabora, discuta et vota une Constitution qui fut pro-
mulguee le 17 f6vrier 1807.
La Constitution du 17 f6vrier 1807 convenait mieux aux
besoins politiques des Haitiens de cette 6poque que celle de
1806. Celle-ci 6tait bien trop complex, trop minutieuse pour
regir s6rieusement un pays a la tate duquel on croyait ne
pouvoir placer que des militaires de profession pour d6fendre
son ind6pendance vieille *a peine de deux ans. On peut se
convaincre de la veracit6 de cette assertion, non-seulement
en comparant entire elles les dispositions essentielles et pure-
ment politiques de ces deux Constitutions, mais encore les
resultats qu'elles produisirent lorsqu'elles furent en. vigueur
simultanement: l'une dans le Trans-Artibonite ou Nord-Ouest,
I'autre dans le Cis-Artibonite ou Sud-0uest.



CONSTITUTION DE L'ITAT D'HAITI
S(Fvrier 1807).
Les mandataires soussignes, charges des pouvoirs du
people d'Hatti, e1galement convoqu6s par Son Excellence le
general en chef de I'armee,







CONSTITUTION DE 1807.


P6n6tr6s de la n6cessitW de faire jouir leurs commettants
des droits sacr6s, imprescriptibles etinali6nables de l'homme,
Proclament en presence etsous les auspices du Tout-Puis-
sant, les articles contenus dans le present Pacte constitu-
tionnel.
TITRE I.
De 1'dtat des citoyens.

Art. Jer. Toute personnel, r6sidente sur le territoire
d'Haiti, est libre de plein droit.
Art. 2. L'esclavage est pour jamais aboli Haiti.
Art. 3. Nul n'a le droit de violer l'asile d'un citoyen, ni
d'entrer de vive force chez lui, a moins d'un ordre 6man6
d'une autorit6 superieure et comp6tente.
Art. 4. Les propri6t6s sont sous la sauvegarde du gou-
vernement; tout attentat contre les propri6t6s d'un citoyen,
est un crime que la loi punit.
Art. 5. La loi punit de mort l'assassinat.

TITRE II.
Du Gouvernement.

Art. 6. Le gouvernement d'Haiti est compose:
1 D'un premier magistrate qui prend le titre et la quality de
president et g6ndralissime des forces de terre et de mer
d'Haiti.
Toute autre denomination est a jamais proscrite.
20 D'un conseil d'Etat.
Le gouvernement d'Haiti prend le titre et sera connu
sous la denomination d'Etat d'Haiti.
Art. 7. La Constitution nomme le general en chef
HENRI CHRISTOPHE, president et generalissime des forces de
terre et de mer d'Haiti.







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


Art. 8. La charge de president et de g6n6ralissime des
forces de terre et de mer est a vie.
Art. 9. Le president a le droit de se choisir un succes-
seur; mais parmi les generaux seulement, et de la maniere
ci-aprbs indiqu6e.
Ce choix doit 6tre secret, et contenu dans un paquet ca-
chete, lequel ne sera ouvert que par le conseil d'Etat, solen-
nellement assemble h cet effet.
Le president prendra toutes les precautions necessaires
pour designer, au conseil d'Etat, le lieu of sera d6pos6 le
paquet.
Art. 10. La force armee de terre et de mer est A'la dis-
position du president, ainsi que la direction des finances,
qu'il fera r6gir par un surintendant g6n6ral et des intendants
a son choix.
Art. 11. Le p6rsident a le pouvoir de faire des traits
avec les nations 6trangeres, tant pour 6tablir avec elles des
relations commercials que pour assurer Find'pendance de
1'Etat.
Art. 12. II traite de la paix et declare la guerre, pour
soutenir les droits du people haitien.
Art. 13. --II a le droit d'aviser aux moyens.de favoriser et
d'augmenter la population du pays.
Art. 14. II fait la proposition des lois au conseil d'Etat,
qui, apres les avoir adopt6es et redigees, les renvoie h sa
sanction, sans laquelle elles ne peuvent 6tre executees.
Art. 15. Les appointments du president sont fixes a
quarante mille gourdes par an.







CONSTITUTION DE 1807.


TITRE III.
Du Conseil d'Etat.

Art. 16. Le conseil d'Etat est compose de neuf mem-
bres, a la nomination du president, don't les deux tiers, au
moins sont des generaux.
Art. 17. Les functions du conseil d'Etat sont de recevoir
les projects de loi presents par le president, de les r6diger de
la maniere jug6e convenable par le conseil.
Art. 18. Sur la demand du president, le conseil d'Etat
fixe la quotit6 de l'imp6t et le mode de sa perception.
Art. 19. Le conseil d'Etat aura la sanction des traits
faits par le president avec les nations 6trang6res.
Art. 20. Au conseil appartient le mode de recrutement
de l'armee.
Art. 21. II lui sera present tous les ans, par le surin-
tendant general des finances, d'apres l'ordre du president, un
6tat des d6penses et des recettes de I'Etat, et un apergu de
ses resources.
Art. 22. Le conseil d'Etat s'assemble, dans le lieu de
residence du president, chaque fois qu'il y est convoque.

TITRE IV.
Du Snrintendant des Finances.

Art. 23. I y a pour le gouvernement d'Ha'iti, un surin-
tendant g6enral, qui est charge des finances de la marine et
de l'int6rieur.
TITRE V.
Du Secretaire d'Etat.

Art. 24. II y aura un secr6taire d'Etat nomm6 par le
president, qui sera charge de la redaction et du contre-seing







LES CONSTITUTIONS D'HAITI.


de tous les actes publics du gouvernement et de la correspon-
dance exterieure et int6rieure.

TITRE VI.
Des Tribunaux.

Art. 25. I1 sera 6tabli dans chaque division un tribunal
qui connaitra tant des affaires civiles que criminelles.
Art. 26. I1 sera 6tabli un tribunal de commerce dans
chaque division.
Art. 27. II y aura dans chaque paroisse un juge de paix,
qui peut juger en premiere instance, jusqu'h concurrence
d'une some determine par la loi.
Chaque citoyen a n6anmoins la faculty de faire juger ses
diff6rends a l'amiable par des arbitres.
Art. 28. II sera aussi 6tabli des Conseils speciaux pour
les delits militaires; ces Conseils speciaux seront nomm6s
par le president et dissous apres l'ex6cution de chaque juge-
ment.
Art. 29. La maniere de proceder, tant en matiere civil
que criminelle, sera r6gl6e par un code particulier.

TITRE VII.
De la Religion.

Art. 30. La religion catholique, apostolique, et romaine,
est seule reconnue par le gouvernement. L'exercice des autres
est tol6re, mais non publiquement.
Art. 31. II y aura un pr6fet apostolique charge du culte
divin et de tout ce qui y est relatif; il communique directe-
ment avec le president, lui propose les reglements concer-
nant 1'Eglise et lui d6nonce les irr6gularites qui pourraient
y avoir lieu.







CONSTITUTION DE 1807. 87

Art. 32. L'Etat ne pourvoit point a l'entretien d'aucun
ministry de la religion; mais la loi fixera les emoluments et
retributions accords a leur ministry.
Art. 33.- Nul n'a le droit de trouble l'exercice d'aucun
culte.
TITRE VIII.
De 1'Education publique.

Art. 34. I sera 6tabli dans chaque division une cole
central et des 6coles particulieres dans chaque arrondisse-
ment.
Il sera cependant loisible a tout citoyen de tenir des mai-
sons d'6ducation particulieres.
Art. 35. Le traitement des professeurs et instituteurs,
ainsi que la police des 6coles, seront r6gl6s par une loi parti-
liRre.
TITRE IX.
De la garantie des colonies voisines.
Art. 36. Le Gouvernement d'Haiti manifesto aux puis-
sances qui ont des colonies dans son voisinage sa resolution
in6branlable de ne point trouble le regime par lequel elles
sont gouvernement6es.
SArt. 37. Le people d'Haiti ne fait point de conquites horse
de son ile, et se borne a conserver son territoire.

TITRI X.
Dispositions g6ndrales.

Art. 38.- Aucune association ni corporation qui tendrait &
trouble l'ordre public n'est toler6e en Haiti.
Art. 39.-- Tout rassemblement seditieux est dissip6 par
la force arm6e lorsqu'un ordre verbal d'une autorit6 compe-
tente n'aura pas suffi.







88 LES CONSTITUTIONS D'HAITI.

Art. 40. Tout Haitien, depuis l'Age de 10 ans jusqu'h
celui de 50, doit ses services A l'arm6e chaque fois que la
surete de l'Etat le requiert.
Art. 41. Le Gouvernement garantit solennellement aux
commergants strangers la sfret6 de leurs personnel et de
leurs propri6t6s, et leur. assure la protection la plus effi-
cace.
Art. 42. A raison des avantages don't jouissent les Btran-
gers en Haiti, ils y sont soumis pendant leur s6jour aux lois
et coutumes du pays, comme le sont les sujets haitiens.
Art. 43. Une loi particuli6re divisera le territoire de la
maniere la plus convenable.
Art. 44. L'effet de la Constitution est suspend dans tous
les endroits du territoire d'Haiti oh il y aurait des troubles au
point d'etre oblige d'y envoyer la force arm6e pour r6tablir
l'ordre.
Art. 45. L'uniformite des poids et measures est general
dans Haiti.
Art. 46. Le divorce est .rigoureusement d6fendu dans
Haiti.
Art. 47. Le marriage, 6tant un lien civil et religieux qui
encourage les bonnes mceurs, sera honor et essentiellement
prot6g6.
Art. 48. Les peres et meres n'auront pas le droit de
d6sheriter leurs enfants.
Art. 49. L'agriculture, comme le premier, le plus noble
et le plus utile de tous les arts, sera encouragee et pro-
tegee.
Art. 50. Les fetes nationals pour c6elbrer I'Ind6pen-
dance, la Constitution, l'Agriculture, celles du President et de
son spouse seront institutes et d6terminees.
Art. 51. Aucune loi ne peut avoir d'effet r6troactif.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs