• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Advertising
 Dedication
 Preface
 Sommaire
 Annexes
 Livret de licence - Droit de licence...
 Societes anonymes et immeubles...
 Annexes: Entreprises nouvelles...






Title: Licence d'étrangers, sociétés et commerce
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00001336/00001
 Material Information
Title: Licence d'étrangers, sociétés et commerce
Alternate Title: Législation haïtienne
Physical Description: 79 p. : ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Lamy, Amilcar F.
Publisher: Imp. de l'État
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1957]
 Subjects
Subject: Corporations, Foreign -- Haiti   ( lcsh )
Aliens -- Haiti   ( lcsh )
Customs privileges -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: At head of title: Législation haïtienne.
General Note: En annexe: Entreprises nouvelles--Nationalité haïtienne.
Statement of Responsibility: par Amilcar Lamy.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00001336
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000066103
oclc - 27409084
notis - AAH1318

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Advertising
        Advertising 1
        Advertising 2
    Dedication
        Dedication 1
        Dedication 2
    Preface
        Preface 1
        Preface 2
        Preface 3
        Preface 4
    Sommaire
        Page i
    Annexes
        Page ii
    Livret de licence - Droit de licence - Patentes
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    Societes anonymes et immeubles d'etrangers - Societes par actions - Banques privees - Cooperatives
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Annexes: Entreprises nouvelles - Nationalite Haitienne
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
Full Text





Legislation Hatlmnnr




LICENCE D'ETRANGERS


SOCIETIES ET COMMERCE

En Annexe: Entreprises Nouvelles Nafionali6e Haitienne


PAR

AMILCAR LAMY
Ancien Directeur du Journal Officiel .Le Moniteur.
et Avocat-Conseil du D6partement du Commerce
Professeur a la Facult6 de Droit de l'Universit6 d'Halti




Les lois sont de simples 4criteaux
places souvent dans des recoins oi
personnel ne peut les lire.
JOUBERT













DU MEME AUTEUR

AFFAIRS COMMUNALES, 1950.
(Attributions des Conseils Communaux, Tarif communal et Repertoire de
Legislation).
TABLEAU DE NOS PRINCIPAUX TEXTES CONSTITUTIONNELS, 1951-
(Liste des Constitutions, Dates des revisions et amendments. Refirences aux
wuvres d'Historiens et de Juristes).

AUTOUR DU RAPPORT LESPINASSE DE 1902, sur le Droit de Propri6te
Immobilibre des Etrangers, 1952.- (Resume des discussions de la Socit" de
Legislation. RWgle constitutionnelle de 1805 B 1950 et L.gistation actuele).

DEJA SOUS PETION (Extrait), 1953.
(La carte d'identith et le Service des Postes au lendemain de PINDEPEN-
DANCE).
NATIONALITE.-- 4~
(Lois et Conventions Doctrine, Jurisprudence et R6pertoire).
























DEDICACE


A la mdmoire
vbixrde
de mes pere et ere
et de ma tawte









PREFACE


L'Arr&t-.du 11 Mai 1898 du President Tir6sias A. S. Sam
ahargea une Commission, don't faisaient parties MM. Lger
Cauvin, Auguste Bonamy, etc, de collier, pour plus de corn-
modit6, nos prescriptions lgales de tous ordres. Ce project
rejoignait le vceu form sous Petion, par le S6nat, pour la
reunion en corps et Fimpression reguliere des LOIS ET ACTES
d'Haiti.

D'eminents Juristes, dans la suite, ont souhait6 Ia publication
de Recueils a l'usage de nos Bureaux administratifs. A son tour,
il y a une vingtaine d'ann6es, Me. FMlix Soray recommandait
cette initiative: ii completait alors une id6e heureuse de feu
Me. Luxembourg Cauvin, en regrettant, comme en 1906 Me.
LUonce R6gnier, le d6faut dune Table alphab6tique aux
collections du Journal official.

Certes, les d6crets, arrta6s et autres intervenus a des dates dif-
ferentes pourraient, pour des questions determines, 6tre fondus,
emondes et offers selon un plan coherent. Par son ensemble, une
tell ceuvre rem6dierait a la difficultM des recherches, et facili-
terait 6galement la pleine connaissance de F6tat de notre Legis.
lation dans une branch ou dans une autre. Mais les progres
de la vie social et 6conomique appellent sans cesse des dispo-
sitions .nouvelles: le Droit, quoi qu'on en ait pens6 ne saurait
atre fig6.
De cet amas de textes en vigueur, don't quelques-uns, sur la
question des terres par example, sont ant6rieurs a 1843, il test
guere inopportune de tirer, on en conviendra, des monographies
pratiques.

L'accueil bienveillant que I'on a fait a nos fascicules ant6rieurs
nous aura porter A livrer A la publicity cette modest compilation
aor la licence des contribuables strangers, le Commerce de
certaines categories d'artides, les Socidte, etc..., an espdnmt
que ceux qui la consulteront nous accorderent volontiera eur
indulgence.
F6vrier 1957
Am. L.













REPUBLIQUE D'HAITI
SENATE

Seance du 23 Juillet 1872

Presidence du Senateur Dupont

(d'apris le Proces-verbal)

Le Senateur Henri Theodore Granville fait remarquer qu'il convient
au bien de tous: Administration Sup6rieure, LeUislateurs, Juges, Offi.
ciere Publics, fonctionnaires, employes de tous ordres et citoyens priv6s,
que les Lois et actes du pays soient reunis en corps et imprim6a, afin
que chacun les ait dans lea mains, puisse y recourir, les 6tudier et lea
connaitre...
(Le Moniteur du 5 Octobre 1872)

REPUBLIQUE D'HAITI

SENATE

Procs-verbal de la Seance du 6 Septembre 1860

Pr6sidence du Senateur F. Lacruz

M. le Sdnateur J. J. Mendoza demand Pex~cution de Part. 101 do
la Constitution relativement au Bulletin des Lois qui ne s'imprime
plus......
(Le Moniteur Haitien, No. 44 du 6 Octobre 1860)








SOMMAIRE
LIVRET DE LICENCE.-DROIT DE LICENCE: (a, b, c,) PATENTES:
Patente d'4trangers, Patente des Commergants. Quotith des patentes.


1. Li du 27 Juin 1955 4tendant les attributions des Inspecteurs du Diparte-
ment du Commerce et instituant le .Livret de licence., a l'usage des
contribuables strangers. (Y font suite des prescriptions legales sur lns-
pection).
2. Loi du 11 Aoit 1903 cr6ant des resources propres a op6rer le retrait du
paper monnaie et tires d'imp6ts 6quitablement r6partis: Titre V.
3. Extrait de 1'Article ler. de la Loi du 16 Aoit 1913, modifiant quelques
articles de celle du 11 Aout 1903 don't, au Titre V sur le droit de licence,
1'article 63, ler. alinea.
4. Loi du 21 Mars 1941, modifiant I'art. 65 du Titre V relatif a la licence de
la Loi du 11 Aoft 1903, et prevoyant surtaxe et sanctions dans les cas
de retard et d'infraction.
5. Loi du 2 Juillet 1925 r6gissant le Commerce et l'Industrie et modifiant
la Loi du 24 Octobre 1876 sur la r6gie des Impositions Directes.
6. Loi du 25 Septembre 1925 sur les commergants strangers et Haitiens.
7. Articles 5 a 11 du Decret-Loi du 23 Septembre 1935 relatif aux Recettes
des Communes et au Tarif des Patentes.


SOCIETIES ANONYMES ET IMMEUBLES D'IERANGERS-SOCIETES
PAR ACTIONS BANQUES PRIVEES COOPERATIVES.


8. Loi du 3 Aoit 1955 sur les soci4t6s anonymes haitiennes et A trangres, et
modifiant les art. 33 et 38 de la Loi du 27 Mars 1826, CODE DE COM-
MERCE, don't le D)cret-Loi No. 484 du 22 D6oembre 1944 a op6r6 la
refonte (Loi sur le droit de propri6t6 immobilize des strangers reproduite
sous ce texte).
9. Loi du 14 Aout 1952 favorisant les entreprises de Banque et les Soci6ets
de credit d'initiative prive, et garantissant les operations financieres.
10. Loi du 27 Juin 1952 ajoutant un alinea a l'art. 38 du Code de Commerce,
quant aux obligations contracts par ou envers les Soel6t4s par actions
6tablies a 1'tranger. 4qf3
11. Loi du 14 Septembre MM r6gissant le fonctionnement des Soci4ets coo-
p6ratives, en vue d'ambliorer, par des avantages concedes, les conditions
de vie 6conomique et social de la population.


PROFESSION DE COMMERCANT (ET MARCHE NOIR.) VENTE
D'ARTICLES DE PREMIERE NECESSITY: a) Tissus; b) Comestibles;
c) Toilette, article de: d) Quincaillerie et Mercerie; e) Verrerie et faience,
etc.; f) Ferronnerie; g) Papeterie; h) Cordonnerie; i) Divers.








12. Loi du 16 Aout 1955 riglementant le commerce de gros et de detail et
determinant le Statut des importateurs. (Suivie de la Loi sur le Trafic
illicit dit .March6 Noir.).
13. Arrete du 23 Septembre 1955 sur les articles de premiere n6cessit6 appar-
tenant a la classes 1 .Tissus et autres articles de lingerie de coton, de
la Loi du 16 Aofit 1955.
14. Arrte& du 23 Septembre 1955 relatif aux articles de la cat&gorie XComes-
tibles et les boissons. prevue a 1'art. 2 de la Loi du 16 Aoet 1955.
15. Arr&tk du 23 Septembre 1955 reglementant la vente des articles de toilette.
16. Arrete du 23 Septembre 1955 fixant la liste et la quantity des articles de
Quincaillerie Bonneterie Mercerie don't la vente est autorisee par
l'importateur haTtien ou stranger.
17. Arrete du 23 Septembre 1955 sur la vente des articles de manage en fa-
ience, en aluminium ou 4maill et des articles de verrerie.
18. Arr&te du 23 Septembre 1955 sur les articles de la cat6gorie VI .Ferron-
nerie. prevue par la Loi du 16 Aoft 1955 sur le commerce en son art. 2.
19. Arr&te du 23 Septembre 1955 reglementant la vente aux detaillants par
l'importateur des articles .cahiers, paper enveloppes, etc.. dits articles
de papeterie.
20. Arr&te du 23 Septembre 1955 fixant les modalites d'application des art. 2
et 3 de la Loi du 10 Aost 1955 sur le commerce, en ce qui a trait aux
cuirs, aux peaux, au fil, etc., .ordinairement d6sign6s sous le nom d'Ar-
ticles de Cordonnerie..
21. Arrkte du 23 Septembre 1955 sur la vente par 1'Importateur et le detail-
lant de la k6rosine, du savon, des allumettes, de I'ail, des bougies et du
bicarbonate, Articles appartenant a la cat6gorie X de 1'Art. 2 de la
loi du 16 Aoft 1955 sur le Commerce.



ANNEXES

ENTREPRISES NOUVELLES NATIONALITE HAITIENNE


22. Loi du 8 Aout 1955 encourageant les entreprises nouvelles en vue de
developper la production industrielle et agricole.
23. Loi du 22 Aout 1907 et modifications sur l'acquisition et la perte de la
quality d'Haitien (texte mis a jour).
24. Extrait de la Constitution du 25 Novembre 1959.






(1)


Livret de licence.-
LOI DU 27 JUIN 1955
etendant les attributions des Inspecteurs du D6partement da Com-
merce et instituant le JLivret de Licence*
a l'usage des contribuables strangers.


Article ler.- Les Inspecteurs du D6partement du Com-
merce sont d6sormais habiles A verbaliser contre tout con-
tribuable qui, assujetti A la licence pour l'exercice du Com-
merce, aura n6glig6 de se conformer aux lois y relatives (1).
Article 2. Sans prejudicier aux dispositions de l'article
ler. de la loi du 21 Mars 1941, la licence pour l'exercice du
Commerce sera d6livrbe par la Secr6tairerie d'Etat du Com-
merce sous forme de LIVRET, pr6pare par 1'Administration
G6nerale des Contributions qui le fournira moyennant paie-
ment par le contribuable de la some de Cinq Gourdes
(Gdes. 5.00)
Article 3.- Ce livret pourra servir pour quatre (4) renou-
vellements annuels cons6cutifs. En cas de perte, d6t6rioration
ou autre, l'interess6 devra se munir d'un nouveau Livret.
Article 4.- Ce livret comportera le texte de la loi l'insti-
tuant et toutes autres specifications de nature A identifier
l'interesse. Il y sera fait mention du r6c6piss6 attestant que
les droits de licence ont Wth acquittes.
Article 5- Le contribuable d6tenteur d'une licence de-
vra, au debut de chaque exercise administratif et dans le

(1) Voir sous cette loi 1'Art. 2 de la Loi Organique du D6partement du Com.-
merce; (Section de 1'Inspection).
-1-







d6lai pr&vu a 1'article ler. de la loi du 21 Mars 1941 annexer
A sa demand de renouvellement:
a) son permis de sejour avec mention (Resident);
b) sa carte d'Identitk;
c) son Livret et Licence.
Article 6.-La presente Loi abroge toutes lois ou dispo-
sitions de lois, tous decrets-lois ou dispositions de decrets-lois
qui lui sont contraires et sera execute A la diligence des
Secr6taires d'Etat du Commerce, des Finances et de la Jus-
tice, chacun en ce qui le concern.

(1) Voir sous cette loi 1'Art. 2 de la Loi Organique du Departement dn Oam-
merce; (Section de 'Inspection).


-2-











EXTRACTS DE LA LOI ORGANIQUE


du 30 Aofit 1951 relatifs aux Representants du D6partement du Com-
merce institu6s dans certaines villes de province et a la Capitale
pour la protection du Consommateur


SECTION DE INSPECTION

Cette Section a pour attribution de faire appliquer, sur toute 1'4tendue du terri-
toire, les Lois, Reglements et Communiques relatifs A la vente des marchandises
Elle dresse les process verbaux constatant les infractions commises A ce sujet par
les commergants.
Elle est assure, A Port-au-Prince, par un Corps dInspecteurs et en Province
par des Bureaux d'Inspection, relevant directement d'un Chef responsible. Celui-
ci est un Agent asserment4 du D6partement du Commerce qui exerce les at-
tributions suivantes:
1) Contr6ler la besogne des Inspecteurs, supervisor les rapports et proces-
verbaux rediges par eux;
2) faire parvenir, pour les suites l1gales n6cessaires, les dits rapports et process
verbaux au Secretariat G&nral;
3)fournir les Blements necessaires a la r6daction des communiques qui, avant
publication, seront soumis a I'agrdment du Secr6taire dEtat;
4) rediger au besoin des rapports motives sur la situation commercial, et
compete tenu du cost de la vie, faire au Secr-taire d'Etat toutes les suggestions
indispensables;
5) entretenir une 6troite collaboration avec le Chef de Division du Contr6le
des Prix, en recevant de ce dernier toutes suggestions n4cessaires et en lui faisant
rapport sur les activities du Service d'Inspection.
Le Corps des Inspecteurs regoit directement ses instructions du Chef de la
Section int6ress6e. Son r6le consiste A:
1) rechercher les contraventions A la loi sur le Commerce;
2) dresser, centre tout ddlinquant, des procks-verbaux qui seront achemines
A l'Inspecteur en Chef pour les suites n6cessaires;
3) Contr61er les poids et measures, faire des investigations dans les Maioms de
Commerce et A la Douane pour veiller A application de la Loi et contr6ler ks
stocks de marchandises.
Le nombre des Inspecteurs varie suivant les circonstances.


-3-





(2)


Droit de licence: a)

LOI DU 11 AOUT 1903
creant des resources propres a operer le retrait du papier-monnaie
et tirees d'Imp6ts equitablement repartis.


TITRE V
Du Droit de Licence

Article 55.- II est etabli par la presente loi un droit de
licence auquel sont assujettis tous les strangers exercant dans
la R6publique le commerce, une industries ou une profession
quelconque soumis a la patente.
Article 56- Ce droit de licence est cr&e au profit de 1'Etat
et sera percu par la Banque Nationale d'Haiti, comme toutes
les autres recettes de 1'Etat.
En raison de notre nouvelle organisation administrative et des attributions d6-
volues a certain Organismes, le Bureau des Contributions par example, la fin
de cet article ne regoit plus application que le LAgislateur de 1903 lui attribuait.
Article 57. I1 sera, chaque ann6e, du ler. Juillet au ler.
Septembre, dress le r6le de tous les contribuables strangers
sujets au droit de licence.
Le fonctionnement de certain Services rgi par des lois plus ricentes met a
leur charge 1'application de ce texte. (V. Notes sous l'article suivant).
Article 58. Ce r6le qui indiquera, par colonne, les noms
et prenoms de chaque commercant industrial et profession-
nel; sa nationality, sa demeure, le genre de commerce, d'in-
dustrie ou de profession qu'il exerce, le montant du droit de
licence a lui appliquer, sera a la diligence du Secretaire d'E-
tat des Finances, dress dans tous les arrondissements fi-
nanciers, par les soins des Administrateurs des Finances de
la R6publique. A cet effet, le Secr6taire d'Etat des Finances
leur expediera, du ler. au 15 Juin de chaque ann6e des mo-


-4-







deles imprimes du r6le qui devra 6tre confectionn6 et re-
tourn6 A son Departement le 15 Septembre au plus tard.
a) La Loi du 6 Juin 1924 sur l'Administration Genrale des Contributions, les
decrets-lois No. 233 du 25 Novembre 1942, 426 du 13 Septembre 1944 ont abrog6
en parties le texte ci-dessus.
b) Les textes sur le rble de 1'Administration des Finances tel que le d6ter-
minait la Loi imp6riale du 18 Novembre 1854 par rapport a ses diverse sections:
la Tresorerie, le Bureau du Timbre, la Maison Centrale, etc... sont aujourdhui
sans objet.
c) Les dispositions de la Loi du 2 Aout 1953 sur le Budget, de celle du 19
Septembre 1953 fixant les attributions de la Commission Interparlementaire. Les
lois sur le D6partement Fiscal (16 Septembre 1953 et 25 Octobre 1954), 'art. 4
de 1'Arrete du 17 Aoit 1955 offrent un nouvel agencement de la perception et
du contr8le des recettes. (Voir notamment 'art. 8 de la Loi Organique du 6 Juin
1924 de l'Administration G4nerale des Contributions, la Loi du 13 Aoit 1928 sur
les contraintes et celle du 28 Juin 1933 en modifiant 1'art. 2, le d6cret-loi du
26 Juin 1940 amendant rart. ler. de celle-ci et les articles 3 et 4 de la 16re., les
decrets-lois Nos. 16 du 25 Juillet 1941, 21 du 18 Aoft de la meme ann4e et 156 du
4 Septembre 1942 sur le recouvrement des taxes, etc.).
Article 59.- Dans les chefs lieux d'Arrondissement fi-
nancier, le r6le sera dress par les Administrateurs, et dans
les autres communes, par les pr6pos6s d'Administraticn des
Finances, ces roles imprimes seront exp6dies a ces derniers
par les Administrateurs du ler. au 10 Juillet et ils sont tenus
de retourner le rl6e, confectionne, le 15 Aofit au plus tard.
Ces attributions competent aujourd'hui parmi celles du Bureau des Contribu-
tions dans ses rapports avec les Communes dotes d'un Statut nouveau par la
Loi du 17 Juillet 1951. (V. 1'Arr&te No. 20 du 3 Juillet 1941 qui a 6tendu I toutes
les Administrations locales celui du 13 Octobre 1932).
Article 60.- Le role des licences, don't il est parlM aux
deux articles prec6dents est dress en triple original. L'Ad-
ministrateur des Finances en certified 1'exactitude et le sou-
met au Secretaire d'Etat des Finances qui le revet de la for-
mule ex6cutoire et 1'arrkte. Le Ministre envoie deux des
trois originaux a 1'Administrateur des Finances qui en garde
un dans ses Archives pour servir, d'abord, A l'6mission des
mandates d'encaissement prescrits par l'article 67 du regle-
ment pour le service de la Tr6sorerie et ensuite A la confec-
tion du role de l'ann6e suivante, et annexe l'autre, comme
piece justificative a l'ordonnance de recettes qu'il dresse en
conformity de Particle 66 du meme reglement.


-5-







Le troisieme original du r61e reste au Ministre des Fi-
nances pour y faciliter le control de la perception de l'im-
p6t.
(V. remarque sous l'article 59 et la note b, sous l'article 58).
Article 61.--Les d6lais prescrits par les articles 56, 58 et
59 sont de rigueur et doivent 6tre strictement observes, sous
peine, en cas de contravention et de retard, d'une retenue
d'un trentieme du traitement du fonctionnaire par chaque
jour de retard; de la suspension avec suppression de la tota-
lit6 du traitement si le retard d6passe dix jours, et de la r6-
vocation, en cas de r6cidive; le tout, sans prejudice des peines
6dict6es par l'article 150 du Code penal.
a) Les sanctions prevues ici pour retards apportes A la preparation des r6les
des contribuables strangers concernaient plut6t des fonctionnaires que la struc-
ture administrative actuelle a remplaces par une autre cat4gorie don't le statut
est regi, quant A la discipline, par les reglements interieurs des Services inti-
resses.
b) Le fait par les employes ou les fonctionnaires de leser les interets de 1'Etat
tombe toutefois sous le coup de la Loi du 26 Aofit 1870 sur la responsabilit6, tel
que l'ont compl6t6e celle du 15 Aoft 1871 et le Dcret-loi No. 344 du 28 Decembre
1943. (V. 6galement Code Penal, Chap. III, Sections 1 et 2, art. 130 et suiv).
Article 62.- Les Magistrats Communaux sont tenus, sous
peine de destitution de communiquer aux Administrateurs
et aux PrOpos6s d'Administration des Finances A toute re-
quisition, le r6le des patentes de l'ann&e en course et de leur
fournir tous les renseignements propres a faciliter la con-
fection des r6les et A assurer la perception du droit de licence.
(V. note b, sous 'article 58 ci-dessus concernant l'ancienne administration des
Finances).
Article 63.-Le droit de licence sera de la moiti6 de la
quotit6 de la patente de chaque contribuable stranger.
La loi du 16 Aofit 1913, qui a modifi6 entire autres dispositions de celle du
11 Aoft 1903, cet article 63, fixe la quotite de la licence A une surtaxe de 25% or,
A ajouter A la patente. (V. ce texte reproduit ci-apres).
La perception en sera r6gl6e d'apres le nombre des 6tablis-
sements et non d'apres celui des personnel qui les exploitent,
de sorte que le contribuable qui a plusieurs d6bits separes
ou qui exerce plusieurs industries ou professions, sera tenu
de se munir d'une licence sp6ciale pour chacun de ses kta-
blissements.
-6-







Article 64.- La demand de licence sera adress6e desor-
mais au Secretaire d'Etat des Finances. Elle indiquera les
noms et pr6noms du contribuable, sa nationality, sa demeure,
le genre de commerce, d'industrie ou de profession qu'il
exerce, le nombre et la situation de ses 6tablissements. I y
sera joint le r6c6piss6 de la Banque Nationale d'Haiti attes-
tant 1'acquittement du droit de licence, sous peine de refus
de la licence.
(V. le nouveau texte de 1'art. 65 (Loi du 21 Mars 1941) selon lequel ]a demand
est adressbe plut6t au Secretaire d'Etat du Commerce)...
Article 65. La demand de licence, doit 6tre faite du ler.
au 20 Octobre de chaque ann6e, sous peine par le contribua-
ble, d'encourir une amende 6quivalente au quintuple du
montant du droit de licence auquel il est assujetti. En cas
de recidive, l'amende sera double, sans prejudice des pines
portbes par l'article 27 de la Loi sur la regie des impositions
directed centre le contribuable qui se livre A l'exercice du
commerce, d'une industries ou d'une profession qui lui est
interdite.
La loi du 21 Mars 1941 publiee ici au Chapitre Droit de Licence de ce Recueil,
a modifi4 cet article 65.
Article 66.- Il est dMfendu d'exercer dans un meme 6ta-
blissement deux ou plusieurs industries ou professions sou-
mises A des patentes differentes. Toute contravention aux
presentes dispositions sera punie des peines 6dictees par
l'article 65.
Le Dicret-loi du 23 Septembre 1935 sur les recettes communales et le tarif des
patentes permet au contribuable d'exercer dans un meme 6tablissement plu-
sieurs industries ou professions, A la condition toutefois qu'il paie autant de
patentes distinctes. (V. No. 7 ci-apris, 'art. 9).
Article 67.-Les Magistrats Communaux ou leurs rem-
plagants sont tenus de d6noncer sans d6lai au Secr6taire d'E-
tat des Finances, les strangers de leur circonscription qui
enfreignent les dispositions des trois articles qui precedent,
sous peine d'etre passibles de l'amende et des autres pena-
lites d6terminees par l'article 65.


-7-







Ils seront punis d'une amende triple de celle encourue par
le contribuable stranger contrevenant et, en outre, d'un
emprisonnement d'un A trois ans, avec interdiction d'exercer
toute function publique pendant le mmme temps, dans le cas
ou ils seraient convaincus d'avoir d6livr6, fait ou laiss6 da-
livrer des patentes a des strangers qui-n'auraient pas obtenu
la licence indispensable a l'exercice de leur commerce, in-
dustrie ou profession.
Article 68. Le droit de licence est dfi, non seulement par
tout stranger exergant le commerce, une industries ou une
profession assujettie a la patente, mais encore par toute So-
ciWt6 commercial ou industrielle, sous quelque denomina-
tion qu'elle soit 6tablie, dans laquelle entrera un stranger
comme membre a un titre quelconque de 1'Association.
Dans ce dernier cas, I'associ6 stranger sera seul soumis au
droit de licence que sera tenu, sauf son recours, d'acquitter
la Society a laquelle il appartient.
Article 69.-Lorsque l'6tranger assujetti au droit de li-
cence est employee a un titre quelconque au service d'ua
commerqant, industrial ou professionnel stranger ou Hai'tien,
celui-ci est responsible envers 1'Etat du montant de l'impot,
et alors, il est, en cas de contravention, possible des peines
port6es a l'article 65.
Article 70.-L'imp6t sera inscrit au Budget des voies et
moyens sous la Rubrique de Droit de Licence) et former
une des sections du chapitre des Recettes diverse, de ce
Budget.
Chaque ann6e, avec le budget des recettes, il sera remis
aux Chambres L6gislatives une copie certifi6e des r6les qui
auront servi a l'6valuation de l'imp6t.
La measure qui fait l'objet du second alinea de cet article prend aujourd'hui un
autre caractere en raison du rble devolu a la Commission Interparlementaire par
I'art. 5 de la Loi du 10 Septembre 1953 pour application des Art. 30 et 34 de la
derniere Loi sur le Budget et la Comptabilit6 Publique, etc...
Article 71. -Il sera tenu A la Banque Nationale d'Haiti
et dans les Administrations Publiques un compete special du
droit de licence.
-8-







(3)



Droit de licence: b)
EXTRAIT DE L'ART. ler. DE LA LOI DU 16 AOUT 1913
modifiant quelques articles de celle du 11 Aoeit 1903, Titre V,
sur le Droit de Licence.


Article ler.-

Article 63. ler. alinka: Le droit de licence consistera en
une surtaxe or de 25% A ajouter A la quotit6 de la patente
de chaque contribuable stranger.


-9-


i f







(4)

Droit de licence: c)

LOI DU 21 MARS 1941
modifiant 'article 65 du Titre V relatif a la licence de la loi du 11
Aoft 1903 et privoyant surtaxe et sanctions dans les cas
de retard et d'infraction.

Article ler.-L'Article 65 de la Loi du 11 Aofit 1903 sur
la licence est modifi6 comme suit:
Article 65. -La demand de licence doit 6tre adress6e h
Monsieur le Secr6taire d'Etat du Commerce du ler. au 20
Octobre de chaque exercise budg6taire, par le contribuable
qui avait obtenu sa licence pour l'ann6e fiscal pr6c6dente,
sous peine pour lui, d'encourir, s'agissant du droit du nouvel
exercise, une surtaxe de dix pour cent (10';) pour chaque
mois ou fraction de mois de retard, conform6ment aux dis-
positions de la loi du 6 Juin 1924.
' fession est interdit par la Loi, ou auquel la licence a Wte re-
fusee par le Gouvernement et qui, au m6pris de la Loi ou
de ce refus, s'est livr6 a ce commerce, a cette industries ou A
cette profession; celui qui a passe outre aux restrictions spe-
ciales continues dans la licence a lui delivr&e par le Gou-
vernement; enfin tout contribuable ne se trouvant pas dans
le cas pr6vu au premier alin6a du present article et surprise
a travailler sans licence, sera, sur le vu du proces-verbal
dress par un Agent de 1'Administration G6nerale des Con-
tributions, condamn6 A une amende de cinq cents gourdes
(500.00) a deux mille cinq cents gourdes (2.500).
*Dans les cas envisages au deuxieme paragraphe du pr6-
sent article, seront saisis conservatoirement par un Agent
de la dite Administration, assist du Juge de Paix du lieu,
diment requis, toute merchandise, tout materiel, tous meu-
bles et effects trouv6s en la possession du contrevenant, ex-
cept6:
10-







1) le coucher n6cessaire du saisi, ceux de ses enfants vi-
vant avec lui, les habits don't le saisi est v@tu et covert;
2) les provisions necessaires A la consommation du saisi
et de sa famille pendant huit jours. II sera statue sur I'in-
fraction par le Tribunal Correctionnel du lieu, sans d6lai,
remise, ni tour de r6le, toutes affaires cessantes, meme celles
en continuation, A la requite du Ministhre Public, sur cita-
tion donn6e a un jour franc, outre: les delais de distance,
sans 6gard a quelque opposition que ce soit.
des marchandises, materiel, meubles et effects appartenant
au contrevenant, pour le produit 6tre vers6 au Tresor jusqu'A
concurrence du montant de l'amende encourue et de tous
autres frais. La decision du Tribunal sera toujours ex6cutoire
sans caution, nonobstant opposition, appel, pourvoi en Cas-
sation ou assignation en defense d'ex6cuter.
,Le paiement de l'amende et des frais quelconques entrai-
nera l'application de 1'article 388 du Code P6nal.
Article 2.- La pr6sente Loi qui entrera en vigueur des sa
publication au Moniteur, abroge toutes lois ou dispositions
de lois, tous d4crets-lois ou dispositions de d&crets-lois qui
lui sont contraires et sera ex6eutee A la diligence des Secr-
taires d'Etat de la Justice, des Finances, du Commerce et de
1'Int6rieur, chacun en ce qui le concern.


-11-








S". "'" : (5 ) :; ':


Patentes: .
1) Patentes d'Ftrangers.-

LOI DU 2 JUILLET 1925
relative au Commerce et A l'Industrie et modifiant la Lol "
du 24 Octobre 1876 sur les Impositions directed.


Article ler.--Est et demeure abrog6 l'article 8 de la loi
du 24 Octobre 1876.
Article 2.- L'article 9 et le ler. alin'a de l'article 10 de
la dite loi sont ainsi modifies:
Article 9. ,Les strangers qui sont admis a faire le Com-
merce ou a exercer une industries quelconque, paieront un
droit double de celui exig6 des haitiens exergant le meme
commerce ou la meme industries .
Article 10.--ler. alinea: Tout stranger qui, aux terms
ci-dessus, aurait obtenu une licence pour exercer le Com-
merce ou une industries et qui, pendant l'annee, aurait con-
trevenu aux lois du Pays, par un fait qui tendrait A trouble
la sfrete de l'Etat, perdra la patente et ne pourra en obtenir
une autre sans une nouvelle licence du President d'Haiti.
Article 3.- La presente loi abroge toutes lois ou disposi-
tions de loi qui lui sont contraires, notamment les disposi-
tions contraires continues dans la loi du 10 Aoft 1903 et sera
ex&cutee a la diligence des Secr6taires d'Etat des Finances,
du Commerce et de 1'Tnt6rieur, ohacun en ce qui le concern.

(1) Cet article 8 disposait: .Les strangers ne seront admis a faire le commerce
qu'en quality de n6gociants consignataires et seulement dans les ports ouverts..
(V. l'Article ler. de la Loi du 16 Aofit 1955 au No. 12 de ce Recueil).


-12-








(6)



Patentes:
2) Patentes de Commerants. -

LOI DU 25 SEPTEMBRE 1925
sur les Commergants strangers et Haitiens


Article ler.-L'haitien, consignataire ou importateur, peut
fire le commerce de gros et de detail, en payant en outre
la patente special privue pour oe genre de commerce. (1)
Article 2.- Les strangers sont admis A faire le Commerce
dans toute 1'6tendue de la R6publique comme n6gociants
consignataires.
En cette quality, ils peuvent en outre exercer le Commerce
de gros et detail en payant une patente suppl1mentaire
double de celle reclambe aux commergants haitiens, confor-
m6ment aux dispositions de l'article 2 de la loi du 2 Juillet
1925. (2).
Article 3.--La presente loi abroge toutes lois ou disposi-
tions de loi qui lui sont contraires et sera excutke A la dili-
gence des Secretaires d'Etat de 1'Interieur, des Finances et
du Commerce.

(1) V. Les terms des Art. 6, 7 et 15 de la Loi du 16 Aoat 1955 sur l'exercice
de la profession du commergant.
(2) L'Art. ler. de la Loi du 16 Aout 1955 autorise 1'6tranger & exercer le
commerce en quality de n6gociant consignataire dans les ports ouverts seulement.
(V. Cette prescription de la Loi reproduite ici m&me).


-13-







(7)



Patentes:
3) Quofit6 des Patentes.-

ARTICLES 5 A 11 DU DECRET-LOI DU 23 SEPTEMBRE 1935
sur les Recettes Communales et le Tarif des Patentes.


Article 5.- Les Communes de la R&publique par rapport
a la quotit6 de l'Imp6t des Patentes, sont classes come
dans le tableau ci-annex6. (1)
Article 6.-Les quotites des patentes s'appliquant aux
commergants industries et professionnels de ces differentes
classes de Commune sont ktablies conformement au tableau
annexed a la present loi.
Article 7.- Outre les cas sp&cialement d6sign6s et sous
reserve des dispositions de la Loi du 25 Septembre 1925, les
strangers paieront le double des taxes prevues au tarif.
Article 8.- Les habitants des campagnes qui debitent
dans les villes sans y sojourner plus de deux jours par se-
maine, les products de leurs exploitations ne sont astreints
a aucune patente et ne patient d'autres taxes que celles de
leurs places dans les marches publics et de la garde de leurs
animaux dans les parcs communaux.
Article 9. -Le contribuable poss6dant plusieurs 6tablis-
sements de commerce ou exergant plusieurs industries ou
(1) a. La classification arr&tke par le D6cret-loi du 23 Septembre 1935 a eth
modifi4e par les Arr&t6s Nos. 186, du 7 Septembre 1942 et 300 du 28 Juillet 1943,
pris par application du Decret-loi No. 190 du 28 Aofit 1942 sur la suppression des
communes reconnues inefficientes.
b) Les lois des ler. et 3 Septembre 1948, 17 Mai 1949. 22 AoGt et 11 Septembre
1951, 24 Juin 1952, 23 Juillet 1953 et 14 Septembre 1953 pour n'en citer que
quelques-unes ont r4tabli depuis certaines communes.
c) Une nouvelle classification en consequence a fait I'objet de l'Arr&te du 26
Septembre 1953 pris conformement A l'article 55 de la Loi du 27 Juillet 1951 sur le
statut des communes.


-14-







professions dans un meme 6tablissement est assujetti a au-
tant de patentes distinctes.
Article 10.- Tous actes accomplish par les professionnels,
les industries et les commergants assujettis aux taxes pre-
vues au tarif relativement a leur profession, commerce ou
industries ne seront pas valables s'il n'y est mentionn6 le nu-
mero de leur patente pour 1'Exercice c6urant
Les actes, en ce cas, ne seront regus ni par les notaires,
ni par le bureau de 1'Enregistrement, ni par les greffes des
Tribunaux.
Article 11. -Les patrons et employers sont responsables
du pavement de la patente de tous employes, artisans ou pro-
fessionnels don't ils utilisent les services dans leurs entre-
prises.


-- 15 -







(8)
Socie ts Anonymes.-
LOI DU 3 AOUT 1955
relative aux Societes Anonymes haitiennes et etrangres
et amendant les articles 33 et 38 de la loi du 27 Mars 1826
(Code de Commerce)
don't le Decret-Loi No. 484 du 22 D6cembre 1944 a opere la refontc.


Article ler.-Le ler. alinea de l'article 38 du Code de
Commerce est ainsi modifi6:
Les soci6ets par actions ne peuvent exister ou fonctionner
en Haiti qu'avec l'autorisation du President de la REpublique
et avec Son Approbation de l'acte constitutif et des status
des dites soci6tes, apres rapport a Lui adress6 par le Secr-
taire d'Etat du Commerce.
Article 2.-L'acte constitutif de toute society anonyme
haitienne mentionnera:
a) La souscription et le versement de tout ou parties du
capital social suivant le prescrit de l'article 35 bis du Code
de Commerce. En aucun cas, ce versement ne pourra 6tre
inf6rieur au quart du capital social.
b) La Banque 6tablie en Haiti ofi le versement a ete fait.
Le versement sera prouve par un certificate de la Banque
oii le d6ept a Wte effectue.
Lorsque le versement aura ete fait autrement que par
titres ou especes, c'est-a-dire par transfer de biens mobiliers
ou immobiliers, des specifications y relatives seront inscrites
a l'acte constitutif, ce, sous la responsabilith du Notaire.
Le D6partement du Commerce devra, s'il y a lieu, mener
toute enquite A ce sujet.
Article 3.-Toute soci6te anonyme haltienne devra com-
porter un Conseil d'Administration de trois (3) membres au
moins don't un sera obligatoirement un citoyen haitien.
Seule 1'Assemblee g6nerale des actionnaires par suite
d'une decision dans ce sens reposant sur une majority des
3 4 des actions, peut autoriser l'allocation de salaires ou de


-16-







redevances aux membres du Conseil d'Administration d'une
society anonyme. ..
'Article 4.,--L'aliha; suivant est' jout A &l'article 33 di:
Code de Commerce: iEn :as de fraiide commise parles Ad-
ministrateurs, leur responsabilite personnelle est engage
vis A vis de la Societe, des actionnaires et des tiers,,.
Article 5.- En cas de declaration frauduleuse en. matiere
d'impbt sur le revenue, le President de la Soci6te Apnyme
et les membres du Conseil d'Administration seront person-
nellement responsables solidairement avec la soci6te du mon-
tant des taxes dues.
Article 6.--Toute soci6te anonyme haitienne r6guliere-
ment constitute qui ne fonctionne pas mais qui desire ce-
pendant conserver son existence 16gale, devra en donner
avis a 1'Administration GCn6rale des Contributions au plus
tard le 15 Janvier de chaque ann6e. Dans ce cas, la society
sera tenue de payer outre la taxe sur les actions une
taxe annuelle speciale de CINQ CENTS GOURDES (Gdes.
500.00). Cette taxe devra 6tre acquittee dans les trente jours
(30) de la date d'6mission du bordereau par le Bureau des
Contributions.
Article 7 Faute par la Societe d'accomplir les formalities
prescrites A 1'article pr6ecdent, 1'Arrkt6 autorisant son fonc-
tionnement sera rapport, conformement aux dispositions de
l'article 38 du Code de Commerce.
Article 8.--Toute society anonyme haitienne qui aura
perdu ies trois quarts de son capital devra tenir une Assem-
bl6e G6n6rale des Actionnaires afin d'envisager les measures
a prendre, soit pour rem6dier A la situation, soit pour pro-
c6der A la dissolution de la Societe. Une copie du proces-
verbal de cette reunion devra obligatoirement 8tre transmise
au D6partement du Commerce sous peine d'une amende de
MILLE GOURDES (Gdes. 1.000) contre le President du
Conseil d'Administration.
Article 9. Les soci6t6s anonymes 6trangeres qui d6sirent
s'installer en Haiti devront d6poser chez un notaire une tra-
duction frangaise certifi6e conforme de leur acte constitutif
et de leurs status, tels qu'ils ont U6t r6dig6s dans leurs pays


-17-







d'origine. Deux copies du proces-verbal de dep6t de Pacte
constitutif et des status seront achemin6es au Departement
du Commerce en vue de 1'arret& d'approbation et de 1'ac-
complissement des formalitis prevues a 1'article 38 du Code
de Commerce.
II est accord aux societ6s 6trangeres dejt 6tablies dans le
pays et qui d6sirent continue A fonctionner un d6lai de qua-
tre-vingt-dix jours (90) A partir de la date de promulgation
de la pr6sente loi pour se conformer aux prescriptions ci-
dessus.
Article 10.- L'existence des soci6tes anonymes etrange-
res autorisees a fonctionner en Haiti mais ne fonctionnant
pas momentan6ment est conditionn6e par les dispositions des
articles 6 et 7 de la present loi.
Article 11.- Le D6partement du Commerce pourra a tout
moment pendant le fonctionnement d'une societA anonyme
haltienne ou 6trangere requerir d'elle tous renseignements
qui lui font besoin sur ses activities et ses resources. Faute
par la Societe de deffrer a la requite du Departement dans
le d6lai a elle imparti, elle sera possible d'une amende de
Gdes. 500 a 5.000 qui sera prononcee sur plainte du Depar-
tement du Commerce par le Tribunal Correctionnel.
Article 12.- Lorsque les activities prevues dans l'acte
constitutif et les status d'une society anonyme, 6trangere
ou haitienne, comportent la sollicitation de fonds tels que:
primes d'assurance, versements anticipls pour travaux a ef-
fectuer etc..- le Departement du Commerce pourra a n'im-
porte quel moment exiger des dites societ6s un cautionne-
ment dans une Banque 6tablie en Haiti, don't le montant
dependra du genre d'activit6s de la soci6te et des responsa-
bilites qu'elle assume, et sera determine conjointement avec
le DIpartement des Finances. Ce cautionnement pourra &tre
depose soit en especes, soit en titres du Gouvernement
Haitien. soit en titres strangers approuv6s par le D&parte-
ment des Finances. Faute par la soci6et d'operer le dep6t
de ce cautionnement, il pourra etre proced6 au retrait de
1'Arrte6 d'approbation.
-18-







Le cautionnement restera en d6p61 aussi longtemps que
les D6partements du Commerce et des Finances le jugernt
n6cessaire. Cependant, la soci6t6 pourra librement disposer
des revenues products par ce cautionnement.
Le cas 6ch6ant, les m6mes dispositions serobit ap"p!ii'cab
A toutes les sociktks anonymes fonctionnant en Haiti, quelle
que. soit la nature de leurs activities. .
Arfidce 13.--1 est fait obligation A toute-socit6 :anonyme
d'exp6dier chaque ann6e, du ler. au 31 D6cembre, une co-
pie certifi6e de son bilan au D6partement du Commerce.
A' cette copie sera annex6e une declaration faite par la
dite society sur un timbre de CENT GOURDES (Gdqi1.1Q,)
dans les formes et suivant la teneur arr6t6e par l'Adminis-
tration G6n6rale des Contributions.
La patente ne lui sera d6livr6e par l'Administration. G6-
n6rale des Contributions et la licence par le D6parteirieit
du Commerce que sur presentation du regu attestant que le
bilan a W6t d6pos6 comme ci-dessus.
Faute de l'accomplissement de cette formality & l'expira-
tion de quatre vingt dix jours (90) A partir du 31 D6cembre,
l'arrWt6 autorisant le fonctionnement de la soci6t6 anonyr.e
sera rapport conform6ment aux dispositions de l'article 30
du Code de Commerce.
Article 14.- Les Pr6sidents, G6rants de Socift6s, Admi-
nistrateurs et notaires responsables, qui auront enfreint les
dispositions des articles 2 (alin6a 3), 4 et 5 de la presente loi,
seront d6f6r6s par devant le Tribunal Correctionnel. S'ils
sont reconnus coupables, ils seront condamn6s par le Tribu-
nal a une amende de cinq A dix mille gourdes ou A un em.
prisonnement de six mois A deux ans. En cas de r6cidive, ils
seront passibles des deux peines.
Article 15.--La pr6sente loi abroge toutes lois ou dispo-
sitions de lois qui lui sont contraires, notamment les lois du
12 Septembre 1951 et du 17 Juillet 1954 et sera ex6cut6e a
la diligence des Secr6taires d'Etat du Commerce, de la Jus-
tice et des Finances, chacun en ce qui le concern.


- 19 -














Immeubles d'6trangers. -


LOI DU 13 FEVRIER 1925
relative au droit de propriete immobiliBre accord aux strangers
et aux socites 6trang6res et abrogeant celle du 16 Juillet 1920 (1)


Article ler. Aucun stranger ne peut acqu4rir de propri4te immobiliere en
Haiti, s'il n'a sa residence dans 'une des Communes de la Rpublique, et si ee
n'est pour les besoins de sa demeure ou de ses entreprises agricoles, commercials,
industrielles ou d'enseignement.
Article 2. Aucune Soci4t& constitute selon les lois 6trangeres ne pourra acque-
rir de propriete immobiliere en Haiti, si elle n'a fait election de domicile dans
rune des Communes de la RWpublique.
Lorsqu'il s'agira de Societ6 Anonyme, la Soci4th devra de plus obtenir pr6alable-
ment du .Prsident de la R publique l'autorisation de faire ses operations en Haiti.
Cette autorisation ne lui sera accord4e qu'apres examen de son acte de consti-
tution.
Article 3. Aucune acquisition de propriety immobiliere a titre gratuit ou
onereux ne peut etre faite par une society constitute en vertu des lois 4trangeres,
si ce n'est pour son installation, pour la demeure de son personnel, ou pour des
entreprises agricoles, commercials, industrielles ou d'enseignement.
Article 4.-Les Soci4tds anonymes constitutes en Haiti, conform6ment aux lois
haitiennes et qui auront leur siege social dans le Pays jouiront sans restriction de
tous les droits attaches a la quality, de personnel civil haitienne, en ce qui con-
cerne la propriet6 immobiliere.
Article 5.- Toute autre Societe constitute en Haiti en vertu des lois haitiennes
sera considered come une soci6te 6trangere, si la moiti6 au moins du capital
social n'appartient a des Haitiens.
Article 6.-En cas de mort d'un stranger proprietaire de biens immobiliers en
Haiti, les droits respectifs de ses heritiers ou l6gataires ou conjoints survivants
sur les dits biens, seront determines, s'ils sont tous strangers, d'apres la loi per-
sonnelle du de cujus, conform6ment aux provisions de la presente Loi. Le tribunal
competent sera celui de la residence en Haiti du de cujus.
Si tous les heritiers sont haitiens, leur part sera ditermin6e par le Tribunal
haitien competent, conformement aux lois haitiennes sur les successions.
S'il y a des h6ritiers ou ligataires haitiens et strangers, le partage, s'il y a lieu,
sera effectu6 par le Tribunal haitien competent, conform6ment aux lois haitiennes
sur les partage et succession.
Si parmi les heritiers ou ligataires, il y a un stranger qui ne r6sidait pas en
Haiti au moment de l'ouverture de la succession, la propri4te lui revenant sera
vendue a la crine publique, A moins que ces co-hdritiers ou co-ligataires haitiens
se d6cident de garder la dite Dropriet6. En ce dernier cas, ces derniers paieront

(1) Voir a la fin du Recueil 1'Article 8 de la Constitution d'Haiti.


- 20-









a Phritier ou l4gataire une some qui sera evalude par experts choisis par
leI parties ou nommns par Justice.
Dans le s as oix l'hritier ou lgataire stranger aurait sa residence en Haiti,
il ne pourra recevoir en nature les immeubles A lui 6chus, qu'en les affectant a
l'une des destinations p6vues en l'article ler. au moyen d'une declaration faite
par devant notaire dans les terms prescrits par article 15 ci-dessous.

Article 7.-Au cas oi des strangers seraient appel6s, soit seuls, soit en con-
cours avec des haitiens, a succ6der a un haitien proprietaire de biens immobi-
liers, le partage de ces biens aura lieu de la maniire et dans les conditions pri-
vues par les alinias 3, 4 et 5 de 'article pr6c6dent.
Article 8.--Tout stranger qui possede une propriete immobilibre en Haiti ct
qui s'absente du territoire haitien pendant une dur6e ininterrompue de cinq
ann6es, sera considers comme dchu de son droit de propriety. En ce cas, la
propri6te sera d6volue au Bureau des Successions vacantes pour ftre vendue
conformement aux dispositions de 'article 12 de la pr6sente loi. Le net prodwit
de la vente sera vers6 au dit stranger ou A son repr4sentant diment autorisk.
Article 9.-En cas de d6ces ab intestat d'un stranger proprietaire de biens
immobiliers en Haiti, il en sera donned connaissance sans retard par le Ministere
Public aux h6ritiers connus du de cujus r6sidant dans le pays.
Si aucun hAntier ne peut etre trouv6, avis du deces sera donnA par le Com-
missaire du Gouvernement au Secretaire d'Etat de la Justice. Celui-ci en in-
formera le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures qui portera le dices A la
connaissance de 1'Agent Diplomatique ou Consulaire du Pays du de cujus.

Si dans le delai d'un an, apris le dernier avis, aucun heritier ne s'est pre-
sente, le bien immobilier laissA par le de cujus sera d6volu aux Bureaux des
Successions vacantes pour etre vendu conformement aux dispositions de Particle
12 de la present loi. Le net produit de la vente sera d6pose A la Banque Natio-
nale de la RPpublique d'Haiti au credit de la succession.
?endant ce delai d'un an ci-dessus pr6vu, les biens immobiliers seront admi-
nistr6s sous le contrble du Ministere Public, par un s6questre nomm6 par le
Doyen du Tribunal competent.
Les revenues des dits biens seront deposes A la Banque Nationale de la Ripu-
blique d'Haiti au credit de la succession du de cujus, deduction prealablement
faite du salaire du sqouestre et des autres frais.
Article 10. A la dissolution de toutes Soci6t6s 6trangeres Atablies en Haiti,
les liquidateurs auront un delai de cinq ans pour proc6der A la vente des biens
immobiliers de la Societe. Passe ce delai, les dits biens seront d6volus au Bureau
des Successions Vacantes, pour etre vendus conform7ment l'article 12 de sl
pr6sente loi. Le net produit de la vente sera vers6 aux liquidateurs ou lemus
reprssentants dfiment autoris6s.
Article 11.--Toute acquisition de biens immobiliers qui sera faite contraire-
ment aux dispositions de la Constitution sera nulle de plein droit.
Si l'acquisition a eu lieu a titre gratuit, le tribunal en declarant la nullite or-
donnera cue le bien fera retour au donateur ou A ses h6ritiers. L'action, dans ce
cas, appartiendra au donateur ou a ses heritiers comme au Ministere Public.
Lorsqu'il s'agira d'une acquisition A titre onereux, la nullit6 n'en pourra etre
poursuivie que par le Ministere Public, et le jugement qui l'admettra fera d6vo-
lution du Bien au Bureau des Successions vacantes, A charge de le rialiser dans
les forces et conditions ci-dessous pr6vues.


-21-









Article .12.-Toute propriety devolve au .Bureau des Successions vacantes,
pour etre vendu, au Service des Successions. vacantes; le Ministere Public
publiques par devant notaire a la requkte du Minist&re Public et conformnment
aux..rigles du Code de Procedure Civile en matiere de licitation. Le produit
de a :vente sera depose a la Banque Nationale de la RPpublique d'Haiti, deduc-
tion.'faite de tous frais, lesquels seront taxes par le Doyen du Tribunal de Pre-
miere Instance; le net produit sera vers6 a la parties interessee, amsi qu'il est
dit dans la pr6sente loi.
Dias tous les cas ou la presente loi dispose d'un immeuble, il sera devolu,
pour ttre vendu, au Service des Successions vacantes; le Ministere Publi
entreprendra sans delai la procedure necessaire. Si dans un d6lai de trois ans
apres la vente du Bien, aucun h6ritier ne s'est pr6sente pour justifier de ses
droits sur les valeurs r4alisees, ces valeurs deviendront propri6te de 1'Etat.
Article 13.-Au cas de saisie d'une propri6te immobiliere sur la poursuite
d'un stranger ou d'une Soci4t6 4trangere, 1~'tranger ou la Soci6t6 etrangere
poprra acquerir valablement dans le cas prevu par article 616 du Code de
Procedure Civile, mais seulement dans les conditions requises par les articles 3,
2, 3, 4 et 5 de la pr6sente loi.
Article 14.-L'etranger mineur ou interdit qui demeure en Haiti jouira du
benefice de 1'Hypothique legale sur les biens de son tuteur ou curateur haitien
ou stranger, si la tutelle ou curatelle a 4th 6tablie en Haiti.
Le m&me benefice est accord a la femme, r6sidant en Haiti, de l'etranger
propri4taire.
Article 15. -Tout acte d'acquisition d'une propri4et immobiliere par un etran-
ger ou une Soci&ete trangere devra contenir justification que acquisition est
faite conformement A I'article 5 de la Constitution. A cet effet, I'acte comportera:
1) designation de la residence en Haiti; 2) une declaration relative B la profes-
sion ou quality de 1'acqu4reur et le but de acquisition; 3) mention du num6ro
de sa licence si I'acquereur y est soumis.
Le but declare dans l'acte ne s'oppose pas A ce que l'etranger ou la Soci6et
etrangere done ulterieurement a l'immeuble une des autres affectations pri-
vues par Particle 5 de la Constitution.
Note.- -I s'agissait A l'epoque de la Constitution de 1918:
Article 5.-Le droit de propriety immobiliere est accord & 1'tr'anger r6sidant
en Haiti et aux soci&ets formees par des strangers pour les besoins de leurs
demeures, de leurs entreprises agricoles, commercials, industrielles ou d'en-
seignement.
Ce droit prendra fin dans une periode de cinq annees apr&s que l'4tranger
atira cess4 de r4sider dans le pays ou qu'auront cess& les operations de ces
companies.
(Voir a la fin du recueil 'Art 8 de la Constitution de 1950).
Article 16. En cas d'omission de l'une des mentions ci-dessus, le notaire
qui aura dress& l'acte d'acquisition sera possible d'une amende de Deux cents
a Mille Gourdes et, en cas de r&cidive, d'une amende du double et de destitution.
De plus, le Receveur de l'Enregistrement ou le Conservateur des Hypotheques
devra refuser d'enregistrer ou de transcrire tout acte notaries ou sous seing
priv equi ne serait pas conforme a ces prescriptions et de signaler sans delai le
fait au Commissaire du Gouvernement du resort, ce, sous peine d'etre pour-
suivi come complice du notaire et d'encourir les mrmes peines.


-22-









Les amendes prononcees conform6ment a cet article seront verses a la Banque
National de la REpublique d'Haiti pour compete de 1'Etat Haitien.
Article 17.-Les acquisitions faites ant&rieurement a la pr4sente loi confor-
m6ment a la Constitution demeurent pleinement valables.
Article 18.- La presente loi abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui
sont contraires, notammnnent les articles 479, 587 et 740 du Code Civil et la loi
du 16 Juillet 1920 et sera ex4cutee a .la diligence du Secretaire d'Etat de la
Justice.
Note.-Les functions de s6questre judiciaire sont aujourd'hui remplies par
le Directeur G6neral des Contributions,;eff vertu de la loi du 21 Avril 1940 mo-
difiee par le decret-loi du 16 Mai 1940 et par le d&cret-loi No. 65 du 5 Novembre
1941, etc...


-23-








(9)

Banques Priv6e&.-
LOI DU 14 AOUT 1952
favorisant les entreprises de Banque et les Socidts de credit
d'initiative privee et garantssant les operations finances.

Article ler.- Le President de la R6publique par arret6
pourra, sur l'avis du Secretaire d'Etat des Finances, autoriser
1'6tablissement de nouvelles soci6tes de banque et de credit
propres a favoriser le d6veloppement de l'6conomie hai-
tienne.
Ces societes devront se conformer, dans 1'exercice de leur
activity, aux dispositions de la pr6sente Loi et aux principles
g6n6raux contenus au Titre III, Articles 19 a 53 du Code de
Commerce, ainsi qu'aux conditions particulibres pouvant fi-
gurer dans tout contract passe avec le Gouvernement en vue
de leur constitution.
Aucune nouvelle society de banque ne sera autoris&e a
s'6tablir en Haiti si elle ne dispose pour le d6but de ses op-
rations, appert certificate de la Banque Nationale de la R6-
publique d'Haiti, d'un capital vers6 d'au moins Cinq Cent
Mille Gourdes (Gdes. 500.000).
Article 2. -D6sormais toute society bancaire ktablie en
Haiti devra a tout moment satisfaire aux regles suivantes de
liquidity et de couverture.
A.- Pour la couverture des d6p6ts a vue:
a) Une encaisse se composant des especes disponibles dans
ses coffres et de dep6ts a vue a la Banque Nationale de la
Republique d'Haiti a concurrence d'un pourcentage de 20%
au moins du chiffre total des dpp6ts A vue;
b) Des effects de commerce a hch6ance de moins d'un an
pour un montant tel que 1'ensemble de ces effects, des d6p6ts
et avances en compete courant et de 1'encaisse disponible re-
presente A tout moment 75% au moins du montant des d6p6ts
a vue;
-24-







c) Pour le solde de 25%, la contrepartie pourra etre re
pr6sent6e par des valeurs diverse cot6es r6gulirement sur
les marches mondiaux des valeurs, par des pr6ts hypoth6-
caires ou par des obligations de l'Etat Haitien;
B. Pour la couverture des d6p6ts a terme:
a) Une encaisse se composant des especes disponibles dans
ses coffres et de d6p6ts A vue a la Banque Nationale de la
Republique d'Haiti, a concurrence d'un pourcentage de 10%
au moins du chiffre total des d6p6ts a terme;
b) Des effects de commerce a ech6ance de moins de deux
ans pour un montant tel que 1'ensemble de ces effects, des d&-
p6ts et avances en compete courant et de l'encaisse disponible
reprbsente a tout moment 50% au moins du montant des
d6p6ts A terme;
c) Pour le solde de 50%', la contrepartie pourra etre re-
present6e par des valeurs diverse cotees r6gulierement sur
les marches mondiaux des valeurs, par des prets hypoth6-
caires ou par des obligations de 1'Etat Haitien.
Article 3. I est rigoureusement interdit A tout membre
du Personnel ou du Conseil d'Administration de toute soci6t6
bancaire 6tablie en Haiti de communiquer A qui que ce soit
des renseignements quelconques concernant les clients de
la society, A 1'exception des informations d'ordre profession-
nel communicables de banque A banque, ou de renseigne-
ments devant etre fournis A la Justice en vertu des Lois en
vigueur.
Les contrevenants A cette disposition seront passibles
d'une amende de Gdes. 5.000 A Gdes.: 10.000 A appliquer par
le Tribunal Correctionnel.
Article 4.-A la fin de chaque trimestre, toute soci4t6
bancaire 6tablie en Haiti devra soumettre son bilan au Se-
crtaire d'Etat des Finances et en publier une copie au
Moniteur et dans un journal local A grand tirage de son siege
social. En outre, elle devra tenir des livres de compete don't
les repr6sentants de la Secr6tairerie d'Etat des Finances
pourront a tout moment exiger la communication afin d'en
contr6ler la r6gularite et de verifier l'exactitude des bilans.


-25-







T6utef is' 'ette obligatiodntne pouirr'en! aUri cas 'atridre
i' la eothriiunicationl' d'infonations suisceptibles d porter
atteinte a PFinonyinat des clients de la Sotciet.
Article 5.-La pr6sente Loi abroge toutes lois 6u disposi-
tions de Lois, tous d crets-lois ou dispositions de Dcrets-
lois qui lui sont contraires et sera publi6e et ex4ctite k la
diligence des Secretaires d'Etat des Finances, de rEconomie
National et du Commerce, chacun en ce qui le concern.


-26 --







(10)


Societes par actions. -
LOI U 27 JUIN 1952.
ajoutant un alinea i l'article 38 du Code de Commerce
quant aux obligations contracts par on envers les Socites
par actions 4tablies a strangerr.

Article ler. I est ajout6 a l'article 38, in fine, du Code
de Commerce l'alinka qui suit:
Les dispositions .ci-dessus relatives. a l'autorisation et A
l'approbation des Societ6s par actions ne peuvent pr6judi-
cier au droit des Societes par actions 6tablies A 1'Etranger,
d'ester en Justice en Haiti, tant en demandant qu'en d6fen-
dant, A l'occasion de 1'ex&cution des obligations contracts
envers elles par des Haitiens ou des strangers en Haiti, et
reciproquement,.
'Article 2.- La presente Loi abroge toutes Lois, tous DB-
crets-Lois ou dispositions d'iceux qui lui sont contraires et
sera ex6cutee A la diligence des Secr6taires d'Etat de la Jus-
tice et du Commerce, chacun en ce qui le concern.


--27-







(11)


Coop6ratives.-
153
LOI DU 14 SEPTEMBRE 66.

regissant le fonctionnement des Societes Coopratives
en vue d'amfeiorer par des advantages concides
les conditions de vie economique et social


TITRE I
Dispositions Generates

Article ler. -La Societh Cooperative est une association
de personnel physiques qui, ayant reconnu la similitude de
leurs besoins 6conomiques, s'associent en vue de la satisfac-
tion de ces besoins par le moyen d'une entreprise commune.
Elle se compose d'associes don't le nombre ou les apports
sont variables et don't les parts sont nominatives, indivisibles
et incessibles A des tiers.
Article 2.- Les Soci6tes Cooperatives constitutes confor-
mement A la pr6sente Loi auront la personnalit6 civil; elles
peuvent acheter, transformer, fagonner, conserver, vendre
et faire en general tous actes leur permettant d'atteindre
leurs fins. Elles peuvent 6tre:
1) des Societes Cooperatives de production agricole et de
culture en commun groupant les agriculteurs d'une m&me
region et les propri6taires de parcelles voisines et ayant pour
objet le d6veloppement de la production de certaines den-
rees;
2) des Soci6t6s Cooperatives d'achat en commun des
plants, semences, engrais, materiel, 6quipement et de toutes
matieres necessaires A 1'Agriculture;
3) des Societ6s Cooperatives d'achats et d'utilisation en
commun d'animaux;


-28 -






4) des Soci6tbs Coop6ratives d'utilisation en commun d'eau
d'irrigation et de materiel agricole n6cessaire A la culture, a
la lutte contre les maladies et a la r6eqlte des products agri-
coles;
5) des Soci6tes Cooperatives de conservation, d'emmaga-
sinage, de transformation, de vente, d'importation et d'ex-
portation de denrees agricoles comestibles ou non;
6) des Societ6s Cooperatives de consommation ayant pour
objet la vente aux associes de tous articles alimentaires ou
non alimentaires n6cessaires A l'6conomie domestique;
7) des Soci6t6s Cooperatives de construction de logement
ayant pour objet de faciliter a leurs membres 1'achat ou la
location d'habitations hygieniques et A bon march;
8) des Soci6tes Cooperatives d'6pargne et de credit ayant
pour objet d'encourager l'kpargne et le credit individuals;
9) des Soci6t6s Cooperatives artisanales ou industrielles
destinies A diminuer les prix de revient des products fabri-
qu6s, A en ambliorer la presentation et A en faciliter l'6cou-
lement;
10) des Societes Cooperatives a services multiples exer-
cant deux ou plusieurs des activities ci-dessus 6numerees;
Cette 6num6ration est 6nonciative et non pas limitative.
Le President de la R6publique, par Arret6s, r6glementera les
details d'execution ide la pr6sente Loi. Le Conseil National
de la Cooperation pr6vu A 1'article 19 l6aborera les statuts-
types relatifs aux diff6rentes categories de Soci6t6s Coope-
ratives constitutes conformement A la pr6sente Loi.
Article 3.- Les Cooperatives existantes et A crier seront
bases sur les principles suivants:
1) Adhesion libre et cooperation volontaire des membres;
2) Taux d'int6rkt limits.
3) Contrble democratique: Un homme, une voix;
4) Ristourne du trop-pergu au prorata des affaires trait6es
avec la Societk;
5) Neutrality pohtique, ethnique et religieuse;
6) D6veloppement de l'rducation des membres.


-29-







TITRE II
Constitution

Article 4. La creation des Socift6s Cooperatives doit etre
constatee par 6crit, dans un acte authentique ou sous seing
priv&. Une expedition de l'acte authentique ou un des origi-
naux dCment enregistr6 au droit fixe de l'acte sous seing
priv6 sera, a la Diligence du Conseil Regional de la Coop6-
ration, expedi6 sans delai au Conseil National de la Coop&
ration qui le rendra public par la voie du ,Moniteur dans
le mois qui suit l'agrement de la Soci6t6.
L'agr6ment ne sera jamais refuse a une association coope-
rative, don't l'acte constitutif et les status sont conformes a
la present Loi.
Toute Societe Cooperative doit tenir un registre mention-
nant la liste de ses Membres et le compete des sommes versees
ou retires par chacun d'eux.
Article 5.- L'Acte Constitutif de la Soci6te doit d6termi-
ner, a peine de nullit&, les points suivants:
1) La denomination de la Socitk6, son siege;
2) L'objet de la Soci&te exprimant les activi.t6s qu'elle se
propose de d6velopper;
3) La designation precise des fondateurs;
4i La maniere don't le fonds social est ou sera ulterieure-
ment form et son minimum;
5) La dur6e de la Soci6te;
6) Les noms des Administrateurs et des VWrificateurs de
Comptes et de ceux qui sont autorises a signer pour la So-
ci6te.
TITRE III
Societaires Capital Social

Article 6. Toute Soci6te Cooperative doit 6tre compose
d'au moins sept (7) personnel. Nul ne peut etre soci6taire s'il
ne jouit d'une bonne reputation et s'il ne justifie pas qu'il pos-
s6de dans la circonscription territorial ou s'exerce activityt &
de la Soci6te, des inter6ts entrant dans le champ d'action de


- 30'-






cette Soci6te. Les Soci6tes Cooperatives peuvent A titre pro-
visoire, accepter des non-membres appel6s rusagers, don't les
obligations et les droits seront determines par les statuts.- I
Article 7;- Le Capital des Societes Cooperatives est cons-
titu6 par des parts nominatives, indivisibles, incessibles ades
tiers et souscrites par chacun des Societaires. La valeur
nominale de ces parts sera d'au moins une gourde; les parts
devront etre lib6eres A la souscription pour un montant mri-
nimum de 50%9. Le remboursement des parts ne peut, en
aucun cas, exc6der leur valeur nominale.
Les parts ne peuvent recevoir de dividend mais seule-
ment un interet annuel limit A 6% net au maximum. Le
taux de cet interet peut etre modified chaque annbe par 1'As-
sembl6e G6nerale. Le Capital Social peut etre complete par
un eCapital d'appoint, privilegi6, souscrit par des Societaires
ou non don't le taux d'interet ne pourra d6passer 9% l'an.
Article 8. I1 est fait annuellement sur les excedents nets
un pr6elvement d'au moins un dixieme affected A la formation
d'un fonds de reserve. Ce pr6elvement cesse d'etre obliga-
toire quand le fonds de reserve atteint une some corres-
pondant au double du montant du Capital Social. Le Fonds
de reserve est incessible et insaisissable et en aucun cas ne
peut etre partag6 entire les Soci6taires.
Cependant, dans l'eventualit6 oii l'existence elle-mnme de
la Society se trouve, pour un, cas de force majeure, en peril
grave, une Assemblee Generale convoquie d'urgence, pourra
decider a la majority des deux.tiers des membres presents, de
l'utilisation de ce fonds, en vue du sauvetage de la Societe.
Toutefois l'ex6cution d'une telIe decision doit Wtre prea-
lablement approuvee par le CONSEIL REGIONAL DE LA
COOPERATION QUI EN FERA RAPPORT au Conseil Na-
tional de la Cooperation.
Article 9.-A moins que les status n'en dkcident.autre-
ment, dans toute Coop6ratiye, les Societaires ne sont finan-
cierement responsables des engagements de la Sopi te,,ge
jusqu'a concurrence du montant de leurs parts sqciales. soys-
crites.
-31-






Sauf cas de force majeure dfiment justifi6 et soumis i
1'appr&ciation du Conseil d'Administration, nul Soci6taire
ne peut se retire de la Cooperative avant un d6lai d'une
ann6e pregnant course A partir de la date de son inscription
comme membre; la d6mission ou I'exclusion d'un associe
ne le libere pas, avant terme, de ses engagements envers la
Society, ni de sa responsabilit6 financiere A 1'6gard des cr6-
anciers de la Societ6, A raison des obligations de celle-ci an-
t6rieures a la admission ou A l'exclusion.
Toutefois, aucune action ne sera recevable centre l'associ6
d6missionnaire ou exclu, ou centre ses heritiers, tant de la
part de la society que de la part des cr6anciers d'icelle, apres
qu'il se sera &coul6 trois annees depuis la d6mission ou
l'exclusion. Le remboursement du Capital Social A un So-
ci6taire ne pourra jamais exc6der la valeur nominale de ses
parts augmenthes des interets et des ristournes qui lui re-
viennent.
Article 10.- Les droits de chaque associ6 sont represen-
tes par un titre nominatif qui porte la denomination de la
Society, les nom, prenom, quality et domicile du titulaire, ]a
date de son admission, le tout signed par celui ou ceux qui
ont la gestion et la signature social. Ce titre mentionne par
ordre de date les versements et les retraits de sommes ef-
fectues par le titulaire en conformity avec les Statuts.

TITRE IV
Assemblee Ginerale
Article 11.- L'Assemblke G6nerale est l'autorite supreme
de la Societ6. Ses decisions engagent tous les sociftaires
pourvu qu'elles soient conformes aux stipulations de la pr6-
sente Loi et des status. Aucun societaire ne peut voter par
procuration. L'Assembl6e G6nerale se reunit au moins une
fois par an, sur convocation 6crite et dans les 3 mois qui sui-
vent la cloture de 1'exercice. A titre special, elle peut etre
convoquee A tout moment en cas d'urgence par le Conseil
d'Administration ou sur la demand motivee du quart des


-32-







Soci6taires et 6galement par les VWrificateurs de Comptes.
Dans les Assembl6es G6nerales ordinaires annuelles ou dans
les Assembl6es Gen6rales spciales, les decisions sont prises
a la majority des membres presents. Lorsqu'il s'agit de mo-
difier les status, le nombre de membres presents doit etre
d'au moins la moitie du nombre des Societaires.
Lorsqu'il y a lieu de dissoudre la soci6te et uniquement
dans ce cas, il sera convoque une Assemblee G6nerale dite
Extraordinaire. Elle doit etre composee d'un nombre de
membres presents 6gal aux deux-tiers au moins de celui des
soci6taires inscrits A la date de la convocation. Si le quorum
ci-dessus n'est pas atteint apres deux convocations, l'Assem-
bl6e d6libere valablement quel que soit le nombre de mem-
bres presents. Dans une Assembl6e G6nerale Extraordinaire,
les decisions doivent etre prises a la majority des deux tiers
des membres presents.
Administrateurs
Article 12.- Le Conseil d'Administration est l'organe
ex6cutif de 1'Assembl6e G6nerale; il est charge de la Direc-
tion G6ndrale de la Soci6t6 et doit assurer son bon fonction-
nement. Les Soci6tks Cooperatives sont administr&es gra-
tuitement.
Les Administrateurs sont nommes par 1'Assembl6e G-
n6rale parmi les Societaires. Le Conseil d'Administration
sera Olu a la premiere Assembl6e G6nerale et comprendra
un nombre impair de membres non inf6rieur A trois. Les
membres sont nommes pour 3 ans et renouvelables par tiers
chaque ann6e; ils sont toujours reeligibles.
Le Conseil d'Administration se reunit au siege social aussi
souvent que l'interet de la soci6te l'exige sur la convocation
du President ou encore toutes les fois que le tiers de ses
membres en fera la demand. Pour delib6rer valablement,
le Conseil doit r6unir au moins la moiti6 des membres et les
deliberations seront prises A la majority des membres pr6-
sents. En cas de partage des voix, celle du Pr6eident est
pr6pond6rante.
-33 -







I.e President du Conseil d'Administration represent la
Sociktk en justice tant en demandant qu'en defendant. Le
Conseil d'Administration peut nommer un Comit6 de Direc-
tima tire de son sein et d&14guer ses pouvoirs A un Directeur-
Gerant; associe ou non.
Vrificateurs des Comptes
Article 13.-L'Assemblbe Generale ordinaire design
chaque annee un ou plusieurs verificateurs de comptes qui
ort mandate de verifier les livres, la caisse, le portefeuille
et les valeurs de la Societe, de contr6ler la r6gularite et la
sincerity des inventaires et des bilans. Ils peuvent a tout mo-
ment operer tous contr6les juges opportuns et en cas de n&-
cessite urgente convoquer 1'Assemble Generale. Les Veri-
ficateurs de Comptes etablissent un rapport dans lequel ils
rendent compete a 1'Assemblee Generale de 1'execution du
mandate qu'elle a confi6 et doivent signaler les irregularites
et les inexactitudes qu'ils auront relev6es. Ils sont religibles
chaque annie.
TITRE V
Liquidation Dissolution
Article 14.- Une cooperative peut 6tre dissoute pour les
causes prevues par les Statuts ou par le vote librement donn6
de deux tiers des membres reunis en Assembl6e G6n6ra!e
Extraordinaire. Lorsque la liquidation est prononcee, l'As-
semblee Generale Extraordinaire devra former immediate-
ment une Commission de 3 membres, au moins comme li-
quidateurs. Avis de la dissolution devra etre donned au Con-
seil National de la Cooperation et au Juge de Paix du lieu,
qui devra dans les 3 jours de la reception du dit avis, au
siege de la Cooperative, dresser l'inventaire des biens a li-
quider, le tout avec la participation des liquidateurs. Avis de
la dissolution sera public au Conseil National de la Coop6ration et affichk a la Pr6fecture
et au Tribunal de Paix du lieu. Le Juge de Paix devra, sans
frais, assister la Commission de liquidation dans ses travaux
et en dresser proces-verbal.


-34-







Article. 15.-'Sauf l'exception pr&vue a l'article 8,. le
Fbands de rbserven ne peut servir qu'A acquitter les dettes
au moment de la liquidation de la Cooperative. La Balance
devra imm6diatement 6tre d6pos6e A un compete special ou.
vert a la Banque Nationale de la R6publique d'Haiti par le
Departement de 'Economie Nationale. Ces valeurs seront,
apres deliberation du Conseil des Secretaires d'Etat, attri-
butes A des Soci6tes Cooperatives ou A leur d6faut, A des
oeuvres sociales fonctionnant dans la Commune ou, si aucunes
n'y sont, dans la region ofi tait 6tablie la Cooperative dis-
soute.
TITRE VI
Avantages
Article 16.-Les Cooperatives l6galement constitutes au-
ront l'aide et la protection de 1'Etat de la maniere suivante:
a) Il leur sera accord la pr6efrence pour 1'affermage de
toute terre vacant du domaine priv6 de 1'Etat, reserve faite
des drohs des associes ou des particuliers avec qui 1'Etat est
actuellement liH a cet 6gard par contract;
b) Les Coop6ratives agr66es seront de pr6efrence appelees
a ben6ficier des Dispositions du Titre V de la Loi du 12
Septembre 1951 creant 1'Institut Haitien de Credit Agricole
et Industriel.
c) Les Cooperatives agricoles correspondent A la d6fini-
tion des paragraphes 1, 2 et 3 de l'article 2 de la pr6sente loi
seront en outre durant 2 ann6es A partir de leur agr6ment
exonerees du paiement de l'imp6t sur le revenue et de toutes
taxes g6nbralement quelconques pourvu que leurs membres
soient tous des producteurs agricoles ou des 6leveurs. S'il
existe parmi ceux-ci des personnel exercant une autre pro-
fession, elles devront obtenir du Secr6taire d'Etat de 1'Agri-
culture une attestation qu'elles ne sont ni des exportateurs,
ni des Commergants grossistes et qu'elles n'ont pas d'int&rets
opposes a ceux de la Cooperative.
L'exonbration d'imp6ts sera accordee aux Cooperatives
agricoles sur attestation dfiment signed par le Magistrat


-35-







Communal et un agent qualified du Departement de 1'Agri-
culture, approuvee par le Service competent de ce D6parte-
ment et transmise par lui au Directeur General des Contri-
butions.
L'exoneration d'imp6ts pourra etre revoquee apres pr6avis
d'un mois, sur rapport motive du Departement de l'Agricul-
ture au D6partement des Finances approuve en Conseil des
Secr6taires d'Etat.
TITRE VII
Dispositions spleiales
Article 17.- A L'EXCEPTION DES COOPERATIVES
SCOLAIRES, toute Soci6et ne satisfaisant pas aux conditions
des articles 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 de la pr6sente loi ne pourra se
presenter sous la denomination de cCooperatives, ni utiliser,
pour qualifier ses operations ou ses membres, les expressions
Cooperateur,,, mende de Gdes. 50 (Cinquante Gourdes) a prononcer par le
Tribunal de Simple Police. En cas de non paiement de 1'a-
mende, l'article 386 du Code Penal sera applicable. Et en
cas de r6cidive, l'amende sera de Gdes. 500 (Cinq Cents
Gourdes) ou de 6 mois d'emprisonnement; le Tribunal pourra
en outre ordonner la cessation des activities de la Societe.
Article 18. Les Societes Cooperatives doivent tenir leur
Comptabilit6 selon les m6thodes arretses par le Conseil Na.
tional de la Cooperation; elles sont tenues de produire cette
comptabilit6 et les justifications n6cessaires tendant a prou-
ver qu'elles fonctionnent conform6ment aux dispositions de
la pr6sente loi A toute requisition des Inspecteurs du D6par-
tement des Finances, des Representants de 1'Institut Haitien
de Credit Agricole et Industriel, du D6partement de 1'Agri-
culture et de 1'Administration Generale des Contributions.
S'il resultait de ces inspections qu'il y a eu une violation
de la pr6sente loi ou un prejudice aux int&rits de la Soci6et
ou de ses Membres, l'agent v6rificateur en avisera le Conseil


-36-







d'Administration et le Comit6 des V6rificateurs de Comptes,
en vue de proposer les measures A adopter.
En cas d'infraction grave, les responsables tomberont sous
le coup des dispositions du Code Penal.
Les manquements a 1'article 8 et les irr6gularites graves
constatees dans les inventaires, compete de pertes et profits,
bilan et rapport, sont justiciables du Tribunal Correctionnel
et seront punis de 1'emprisonnement allant de 6 jours A un
mois ou d'une amende de Gdes. 100 A Gdes. 500 ou des deux
peines a la fois.
Ces cas seront jug6s, toutes affaires cessantes, sans remise
ni tour de r6le.
Article 19.-- I sera constitute au Departement de 1'Econo-
mie National un rCONSEIL NATIONAL DE LA COOPE-
RATION),. Ce Conseil sera pr6sid6 par le Secr6taire d'Etat
de 1'Economie Nationale ou son D6elgue et compose en outre
de 6 Membres d6sign6s respectivement par les Secretaires
d'Etat des Finances, du Travail, de 1'Agriculture, du Com-
merce, de 1'Education Nationale et par le Directeur de 1'Ins-
titut Haitien de Credit Agricole et Industriel.
Le Conseil National de la Cooperation est charge:
1) de conseiller le Gouvernement en matiere de legislation
cooperative et d'6tablir les statuts-types des diverse cat6go-
ries de Societes;
2) de veiller au respect de la legislation cooperative en
vigueur;
3) d'accorder sans frais, l'agr6ment official qui est obli-
gatoire pour les Soci6t6s Cooperatives;
4) d'orienter et de coordonner les activities des divers De-
partements, Services ou Institutions officials charges de pro-
pager 1'esprit de cooperation et d'encourager la creation et
le d6veloppement de Soci6tes Cooperatives dans le Pays;
5) d'arreter les m6thodes comptables applicables aux So-
cietes Cooperatives et de prendre toutes measures n6cessaires
pour assurer la supervision Comptable des Societes agrees.
Ce Conseil 6tablit son reglement interieur qui est soumis
a l'approbation du Secr6taire d'Etat de 1'Economie Nationale.


-37-







Les Membres du Conseil sont l1us pour 3 ans, leur mandate
est renouvelable.
Le Pouvoir Executif crbera des Conseils Rlgionaux de la
Cooperation presides par le Doyen du Tribunal Civil et com-
prenant en outre le Directeur de la Succursale de la Banque
National de la R6publique d'Haiti, le Collecteur des Con-
tributions, le Repr6sentant du Bureau du Travail, 1'A-
gronome du District et deux Notables proposes par les
Administrations Communales interessees a l'agr6ment du
Secr6taire d'Etat de 1'Economie Nationale. Les Conseils r6-
gionaux sont charges d'examiner les demands d'agr6ment
introduites par les Cooperatives de la R6gion, de transmettre
au Conseil National un Rapport circonstanci6 sur ces de-
mandes, de meme que sur le cas d'approbation pr6vu au 2e.
alinea de 1'article 8 ci-dessus, afin de lui faire toutes sug-
gestions susceptibles de d6velopper le movement coopera-
tif dans leur region.
La liste des Cooperatives agrees est publi&e au MONI-
TEUR, dans le d6lai d'un mois a dater de l'agr6ment. Un
numero d'immatriculation est attribu6 a chaque organisme
agr66 et il sera tenu au Conseil National de la Cooperation
un Registre National des Coop6ratives. Les Conseils R6gio-
naux tiendront 6galement un Registre des Cooperatives
agrees dans leur region.
Article 20.- La present loi abroge toutes lois ou dispo-
sitions de lois, tous d6crets-lois ou dispositions de decrets-
lois qui lui sont contraires et sera publiee et ex6cutee a la
diligence des Secretaires d'Etat des Finances, de 1'Economie
National, de 1'Agriculture, du Commerce, du Travail et de
la Justice, chacun en ce qui le concern.


-38-


























ANNEXES








(22)

Entreprises nouvelles. -
LOI DU 8 AOUT 1955
encourageant les entreprises nouvelles
en vue de developper la production industrielle et agricole.

TITRE ler. DEFINITION DE L'ENTREPRISE NOUVELLE
AGRICOLE OU INDUSTRIELLE;
Article ler. Aux terms de la pr4sente loi, r'expression cENTRE-
PRISE NOUVELLE, AGRICOLE OU INDUSTRIELLEj s'entend:
a) de tout atelier, usine ou manufacture utilisant, conform6ment
a la legislation en vigueur sur le travail, les services de vingt per-
sonnes au moins en vue de la production, par 1'elaboration ou la
transformation de matieres premieres d'origine locale ou 6trangere,
d'un ou plusieurs articles non encore fabriqu&s en Haiti sur une base
industrielle A partir d'octobre 1949;
b) de toute entreprise qui cultive une espece veg4tale, soit nou-
velle, soit non encore exploit6e sur une base commercial, ou bien
qui s'adonne soit l'elevage d'especes ou de races animals nouvelles,
soit a un elevage quelconque non encore 6tabli sur une 6chelle com-
merciale.
A titre exceptionnel, la quality d'entreprise nouvelle, agricole ou
industrielle, avec les avantages qui y sont attaches, pourra &tre re-
connue a un atelier, usine ou manufacture qui, tout en satisfaisant
aux autres conditions 6noncees A l'alin6a ler., utilise les services de
moins de vingt personnel, pourvu que l'tablissement en question
d6pense mensuellement, en salaires au personnel exclusivement af-
fect6 A la production, un montant de trois mille gourdes au moins et
soit en measure d'ktablir ce fait pour n'importe quel mois de I'annie
fiscal, A la satisfaction des autorites comptentes. Dans le cas de
['exploitation agricole, les salaires mensuels distribubs pourront s'6-
lever i un minimum de mille gourdes.
En aucun cas, la quality d'entreprise nouvelle, agricole ou indus-
trielle, avec les avantages qui y sont attaches, ne pourra etre recon.
nue a un 6tablissement don't les operations se limitent A la prepara-
tion, la modification ou 1'ach6vement, l'assemblage ou le montage

-59-









d'un produit ou article import en vrac, en el1ment, parties ou pieces
s9parzes ou detachees, sauf si le dit produit ou article, modifij ou
achev4, assemble ou month en Haiti est destine a I'exportation.

TT'RE II
AVANTAGES FISCAUX ACCORDS AUX ENTREPRISES
NOUVELLES, AGRICOLES OU INDUSTRIELLES
Article 2. Toute entreprise nouvele, agricole ou industrielle,
jouira pendant une p6riode de dix ann6es consecutives, des avantages
fiscaux ci-apris enonces:
L Exoneration des droits de douane B l'importation, non compris
les taxes consulaires, les droits de dep6t et les frais de manutention,
pour:
a) les materiaux de construction des bttiments ou locaux destines
a I'etablissement de l'entreprise ou a l'agrandissement des bftiments
ou locaux existants, lorsque ces materiaux de construction ne sont
pas products sur place;
Sb) les machines, appareils ou outils n6cessaires A 1'installation et
au.fonctionnement de I'entreprise, ainsi que les pieces de rechange
destinies a ces machines et appareils, les machines et appareils des-
tines exclusivement aux travaux de prospection et de recherches,
ainsi que le materiel et les products chimiques servant aux opera-
tions de laboratoire;
c)les matikres premieres necessaires aux activities de production
de l'entreprise, lorsqu'il n'est pas possible d'en trouver sur place;
* d) materiel et les fournitures propres a I'empaquetage et A l'eni-
ballage des articles manufactures, s'ils ne sont point products en
Haiti;
e) les camions, locomotives, remorques et leurs accessoires et pieces
de rechange, ainsi que les wagons et charriots affects exclusivement
au transport du materiel, des fournitures et products manufactures
de l'entreprise;
f) pour les combustibles utilises par les tracteurs agricoles et les
moteurs des stations de ponpage agricoles et industriels, quand 'in-
dustrie nouvelle r6pond aux conditions de Particle ler.
Cette exoneration ne pourra 6tre accord6e que sur le rapport
favorable du Departement de l'Agriculture determinant les besoins


-60-






trimestriels et annuels de l'entreprise, en function du nombre de
moteurs et tracteurs effectivement en service et de leur pulssane
en chevaux vapeur.
2.- Exon6ration des droits de douane & l'Feportation pour le
products manufactures de Pentreprise.
3.- Exoneration des droits de patente communale et de lience
d'6tranger en faveur de o'entreprise et de 'ent reneur.
4. Exoneration de l'imp8t sur le revenue au course de la premiere
annee de fonctionnement et reduction de I'imp6t sur le revenue dans
la proportion de 20% durant les cinq premieres annes d'exploitation.
Article 3. Les entreprises 4tablies sous l'empire de la loi du 8
Octobre 1949 beneficieront dosormais, pendant une p6riode de dix
ans, a partir de leur date de fonctionnement, des avantages suivants:
1. Reduction des droits de patente communal, droit de licence
d'6tranger et imp6t sur le revenue, dans la proportion de 50% pendant
la premiere ann6e et de 20% pendant les cinq autres.
2. Exemption des droits de douane A l'exportation pour les pro-
duits manufactures.
3. Franchise douanibre & l'importation pour les machines et ap-
pareils necessaires a l'entreprise et les pieces de rechange destinies
h ces machines et appareils, les matieres premieres qui ne sont pas
produites dans le pays, le materiel necessaire l'empaquetage et &
1'emballage des articles. manufactures.
Toutefois, cells qui pourront 4tablir qu'elles satisfont eux condi-
tions 6numrn4es h P'article ler. de la pr4sente loi ,bndficieront de-
sormais et jusqu'a concurrence des dix ans des avantages prevus
SlParticle 2 ci-dessus.
TITRE m
DE LA COMMISSION CONSULTATIVE ET DES DEMANDS
D'EXONERATION FIBCALE
Article 4. Pour application de la present loi, il est institu6 au
sein du Departement de 'Economie Nationale une Commission Con-
sultative compose de representants des Secritaireries d'Etat de 1'
conomie Nationale, des Finances, du Commerce, de l'Agricuture et
des Travaux Publics.
Article 5. La Commission Consultative exerce, sous le contr6le
direct du Secrtaire d'Etat de 1'Economie Nationale, les attributions
suivantes:
-61 -







a) Examiner sous leurs aspects financier, economique et social
les demands d'installation d'entreprises industrielles produites con-
formement a la presente loi;
b) Examiner et approuver la liste des machines, materiel et ma-
tieres premieres pour lesquels la franchise douaniere a 6et sollicitee;
c) Sugg6rer, pour chaque entreprise autorisee, la facon la plus
pratique de contrbler l'utilisation des matieres premieres pour les-
quelles la franchise douaniere a ete accordee.
Pour les fins envisages aux alineas a, b, c, la Secretairerie d'Etat
de l'Economie Nationale, sur la demande de la Commission Consul-
tative, pourra solliciter I'avis de tous autres technicians qualifies.
Article 6.- La Commission Consultative tiendra seance a la Se-
cr6tairerie d'Etat de 1'Economie Nationale toutes les fois que les
circonstances 1'exigeront. Les travaux de la Commission seront pre-
sid6s par le Repr6sentant du Secr6taire d'Etat de 1'Economie Natio-
nale qui aura la responsabilit6 du Secretariat de la Commission.
Article 7.- Toute personnel physique ou morale qui desire bin6-
ficier des exonerations privues dans la pr6sente loi, devra presenter
a la Secretairerie d'Etat de 1'Economie Nationale une demand men-
tionnant les renseignements suivants:
a) le montant du capital & investor;
b) la localisation de l'entreprise;
c) la listed d6taillee et le coft des machines at appareils qu'elle
compete utiliser, avec mention de leurs pays de fabrication;
d) le nombre approximatif des personnel qui seront employees par
1'entreprise, y compris les sp6cialistes strangers, s'il doit y en evoir;
dans ce dernier cas, mention devra ktre faite de la dur6e probable
de leurs services;
e) la nature des articles ou products qui seront fabriques par
l'entreprise; des modules seront soumis si possible;
f) la liste complete des matieres premieres, en sp6cifiant leur ori-
gine locale ou 6trangere;
g) les marches d'6coulement envisages;
h) les dMlais dans lesquels l'entreprise peut commencer ses tra-
vaux d'installation et ses operations de production.
La demand devra etre accompagnee des plans et devis des biti-
ments au cas oii l'entreprise desire beneficier de l'exon4ration doua-
aiere pour les mat6riaux de construction.


-62-






Article 8. Dans la huitaine de la reception de la demand d'exo-
n6ration fiscal, la Secr6tairerie d'Etat de l'Economie Nationale en
acheminera le dossier complete a la Commission Consultative, pour
etude et rapport motive.
Article 9. Dans les quinze jours au plus stand suivant la transmis-
sion de la demand A la Commission Consultative, celle-ci soumettra
le r6sultat de ses deliberations au Secr6taire d'Etat de l'Economie
National sous la forme d'un rapport avec recommendations et copie
dudit rapport sera exp6di6e A chaque D6partement int6ress6 par la
Commission Consultative.
Article 10.- Apres examen par le Secretaire d'Etat de l'Econo-
mie Nationale du rapport de la Commission Consultative, la decision
favorable ou non sera notifi6e par lettre recommandie l'int6-
ress6. En cas de decision favorable, avis en sera donn6 au public au
moyen d'insertion au M1Voniteur2 et dens un quotidien de fort ti-
rage. La publication dans le quotidien se fera aux frais du b6nifi-
ciaire.
Le Secretaire d'Etat de l'Economie Nationale informera celui des
Finances de la decision.
Article 11. Les industries d6ji 6tablis Idans le pays qui se croient
exposes a des prejudices graves du fait de la decision d'exon6ration
pourront, dans un d6lai de 30 jours a partir de la publication sus.
mentionn6e, presenter leurs dol6ances a la Secretairerie d'Etat de
l'Economie Nationale par lettre recommandee avec avis de r6cep-
tion. La Secrtairerie d'Etat transmettra le dossier a la Commission
Consultative qui proc6dera a un nouvel examen de la question en
effectuant, si elle le juge necessaire, une enquete supplementaire.
Si la Commission decide de revenir sur sa decision, elle adressera
un rapport motive au Secrtaire d'Etat de l'Economie Nationale qui,
d'accord avec le Secr6taire d'Etat des Finances, soumettra la ques-
tion au Conseil des Secr6taires d'Etat pour approbation ou desap-
probation. La nouvelle decision sera publike au VMoniteurm et dans
un quotidien a grand tirage, aux frais de l'int4resse.
Article 12.- Lorsque la decision est favorable, la Secr6tairerie
d'Etat de l'Economie Nationale fixera un dl6ai d'un an au moins et
de deux ans au plus dans lequel l'entreprise beneficiaire de 1'exemp-
tion devre commencer ses travaux de construction, d'installation et
ses operations de production.


-03-






La dur6e de 1'exemption comptera A partir du moment oi l'entre-
prise aura comment A fonctionner et a produire.
Article 13. Si les besoins !En matieres premieres d'une entreprise
excedent les disponibilites de la production locale, l'exoneration pr6-
vue a I'alin6a 1 de l'article 2 et A I'alin6a 3 de l'article 3, pourra
etre accord6e pour les quantit6s compl6mentaires de matieres pre-
nmires import6es. Dans ce cas, l'entreprise sera tenue de soumettre
au moins tous les trois (3) mois a la Secr6tairerie d'Et.at de 1'Eco-
nomie Nationale une estimation des quantities de matieres premieres
qu'elle se propose d'importer.
Article 14. Pendant les dix ann6es que durera 1'exon6ration ac-
cordee a une industries nouvelle et dans le cas oi il s'evidente que
la production de 1'industrie ne repond pas aux b-soins de la consom-
mation locale et pendant la p6riode qui restera a courir pour 1'expi-
ration des dix ans, le Conseil des Secr6taires d'Etat pourra sur leur
demand octroyer la meme exemption a d'autres fabricants devant
s'adonner a la m6me activity, a la condition ou'un rapport circons-
tanci6 soit present par la Commission Consultative en conformity
des dispositions de la pr6sente loi.

TITRE IV
CONTROL ET SANCTIONS
Article 15. L'Industriel qui aura recu des articles en franchise
devra etre en measure, a tout moment, de justifier l'usage qu'il en
aura fait. A cet effet, il sera tenu d'avoir un livre de stock qui sera
num6rot6 et vise par la Direction Generale des Contributions, et
dE.ra etre pr6sent6 a toute requisition. Ce livre de stock 6num6rera
les marchandises command6es et recues avec touted les indications
utiles au contr6le: Num6ro de connaissement, date d'arrive, quan-
tit6 et poids, etc
Article 16. Sous peine de se voir refuser l'examen de toute de.
made de franchise, selon la procedure administrative arret6e 1'in-
dustriel est tenu de presenter a toute requisition du service compe-
tent son livre de stock tenu a jour. En outre, il est tenu de fire,
au plus tard le 10 de chaque mois, un rapport statistique sur la
production de son entreprise suivant un formulaire qui sera pr6par6
a cet effet. Le dit rapport, certifi6 sincere et diment sign, devra etre
adresse a la Secr6tairerie d'Etat de 1'Economie Nationale.


-64-







Article 17.--Ds I'ouverture de taote entreprise b6znficiant de
la franchise douaniere a l'importation, la Section du Contr6le Indus-
triel du D6partement de 1'Economie Nationale, d'accord avec lintt-
resse; arretera, en vue de ses verifications, un bareme d'utilisation
des matinre premieres et autres articles requs.
L'acceptation de ce bareme sera constatee par proces-verbal dress~
par deux deligubs de la Secr6tairerie d'Etat de 1'Economie Nationale
et sign6e de l'entrepreneur interess6.
Article 18. -Aucun article ayant b6nkfici6 de l'exoneration doua-
niere ne pourra etre vendu ni detourn6 de sa destination sans 1'au.
torisation 4crite de la Secr4tairerie d'Etat de 1'Economie Nationale
et le pavement prealable des droits de douane afftrents.
Toutes ventes et utilisation d'articles recus en franchise faites con-
trairement a ces dispositions seront r6put6es frauduleuses et ill6gales.
Les articles ainsi vendus et utilis6s seront assujettis au double des
droits pr6vus don't le recouvrement pourra etre effectu6 par voie de
contrainte administrative, en conformity du d6cret du 25 Juillet 1940.
Le contrevenant sera de plus frapp6 d'une amende don't le montant
sera de Gdes. 5.000 a Gdes. 25.000 i prononcer par le Tribunal Cor-
rectionnel sur les poursuites du Ministere Public, toutes affaires
cessantes.
Ces amendes seront pergues par l'Administration Genkrale des
Contributions et versees au Tresor Public come recettes diverse.
En cas de r4cidive, I'emende sera double et la suspension des
avantages fiscaux sera de droit.
Article 19. Les inspecteurs de la Secr6tairerie d'Etat de l'Econo-
mie national, les agents de 1'Administration Douaniere et ceux de
1'Administration CGnrrale des Contributions auront quality pour
inspector et contr6ler, notamment par l'examen du livre de stock,
les 6tablissements industries b6nniciant de la franchise, en vue de
deceler tout abus des avantages fiscaux accords par la present loi
Les contraventions seront constatees par proces-verbal dress par
deux inspecteurs. Ce proces-verbal sera achemin6 per la voie hi6-
rarchique B la Secretairerie d'Etat de l'Economie Nationale.
Article 20.- Les exonerations fiscales prevues aux articles 2 t' 3
de la present loi pourront etre suspendues lorsque le bn6ficiaire
se sere rendu coupable d'une des infractions suivantes:


-65-







a) Lorsque I'entreprise n'aura pas Wte installee dans le delai fix4
par la Secretairerie d'Etat de 1'Economie Nationale, sauf cas de force
majeure diment constate;
b) Lorsque le bendfice des exonerations aura At6 obtenu aux
moyens de fausses declarations concernant l'importance et la nature
des activities de 1'entreprise;
c) Lorsque I'entreprise aura discontinue ses activities de produce.
tion, pendant une periode de trois mois, au course d'une m me annie
sauf cas de force majeure dfiment constatd.
Dans le cas prdvu au paragraphe (b), seront dus tous les taxes
et droits don't 1'entreprise avait t4. exon6r6e jusqu'au moment oil
est revenue effective la decision du retreit des exonerations. Les dits
taxes et droits seront alors calculus, imposes et pergus par les admi-
nistrations intdressdes conformiment aux lois y relatives en vigueur.

TITRE V
PROTECTION DE L'INDUSTRIE NATIONAL
Article 21. Les entreprises industrielles rigies par la present
loi qui pourront prouver a la satisfaction des Departements de 1'Eco-
nomie Nationale, des Finances et du Commerce, qu'elles sont exposes
a discontinuer leurs operations du fait de la concurrence des products
similaires imports, auront droit a une protection douaniere dans ]e
cadre des Accords Internationaux en vigueur.
Toutes les fois qu'une protection aura et6 accordee, sous une
forme quelconque, a une industries national les Secretaires d'Etat
de 1'Economie Nationale et du Commerce auront quality pour pres-
crire toutes measures utiles pour la sauvegarde des interets 16gitimes
des consommateurs et pourront notamment rdclamer communication
des livres et documents comptables en vue de fixer des prix maxima
de vente sur le march int6rieur.

TITRE VI
CLAUSE D'ABROGATION
Article 22. La present loi abroge tous lois, d6crets. ddcrets-loks
et toutes dispositions de lois, d6crets, ddcrets-lois qui lui sont con-
traires et sera publi&e et ex6cut6e a la diligence des Secrtaires d'E.
tat de 1'Economie Nationale. des Finances et du Commerce, chacun
en ce qui le concern.
-66-







(23)

LOI DU 22 AOUT 1907 SUR LA NATIONALITY
(tenue au courant des modifications)

CHAPITRE ler.

De 1'acquisition de la quality d'Haitien

Art. ler. La quality d'Haitien s'acquiert par la naissance,
par la naturalisation et par la faveur sp6ciale de la loi.
Elle peut se prouver par les actes de 1'Etat civil, par la
possession d'6tat et par les autres moyens l6gaux.
Art. 2.- Sont Haitiens par la naissance:
1) Tout individu n6 en Haiti ou ailleurs de pere haitien;
2) Tout individu ne 6galement en Haiti ou ailleurs de mere
haitienne sans etre reconnu par son pere;
3) Tout individu n6 en Haiti de pere stranger, ou s'il n'est
pas reconnu par son pere, de mere etrangere, pourvu qu'-l
descende de la race africaine. La quality d'haitien ainsi ac-
quise ne peut 6tre enlev6e par la reconnaissance ulterieure
du pere stranger.
(Voir note b) sous 1'Art. 8).
Sont aussi haitiens tous ceux qui jusqu'A ce jour ont 6t6
reconnus comme tels.
Art. .- Tout individu n6 en Haiti de pere et mere in-
connus ou de pere et mere connus, mais don't la nationality
est inconnue, acquerra la quality d'haltien, en vertu de la
declaration de sa naissance, faite A l'Officier de 1'Etat Civil,
a moins que, avant sa majority reconnue par ses pere et mere
ou par 1'un d'eux, il ne soit 6tabli qu'ils appartiennent A une
nationality 6trangere et ne descendent ni l'un ni l'autre de
la race africaine.
Art. 4. Tout individu n6 en Haiti de pere et mere 6tran-
gers qui ne descendent pas de la race africaine, tout individu


-67-







ne en Haiti de plre et mere strangers qui eux-memes y sont
n6s et ne descendent pas de la race africaine, tout individu
non reconnu par son pere, n6 en Haiti, d'une mere 6trangere
qui ne descend pas de la race africaine, acquerront la quality
d'haitien par une simple declaration faite dans l'ann6e de
leur majority au Parquet du Tribunal Civil de leur residence.
Cette DECLARATION comportera renonciation A leur na-
tionalit6 6trangere et adoption de la nationality haitienne.
(Voir note B sous rArt 8)
Neanmoins, il est laissk au Pr6sident de la R6publique,
pour des motifs relevant de sa souveraine appreciation, la
faculty d'autoriser la reception de cette declaration par le
parquet competent, lorsque l'interess6 n'a pu la faire A temps,
par suite de circonstances ind6pendantes de sa volont6.
Ainsi modifi6 par le decret-loi No. 288
du 5 Juin 1944 qui ajoute un alin6a au texte initial

Ancien article 4. -
Tout individu ne en Haiti de pere et mere strangers qui ne descen-
dent pas de la race africaine, etc...
Cette declaration comportera renonciation, etc...
(V. les deux premiers alinias
de 1'Art. 4 ci-dessus mis A jour).
ART. 5.-'(Le premier libell6 a fait place aux articles 1 et 3 du d6cret-loi
No. 8 du ler. Juillet 1941 sur la Naturalisation, et au texte constitutionnel aa-
jourd'hui en vigueur):
Article 1. L'rtranger ne pout devenir haitien par la naturalisa-
tion qu'apres DIX ann6es cons4cutives de residence en territoire
hartite
Article 3. L'tranger rnturalis6 haitien n'est admis l'aexercice
des droits politiques que DIX ans apres sa naturalization.

Article 5 de la Constitution de 1950, 3e. alinka Les rangers na-
turalises ne sont admis a I'exervice des droit politiques que dix ms
i partir de la date de leur naturalisati.
Anmd Artid 5 d la Li du U Ae6t lT:


-68-







Tout 6tranger pout devenir haitien par la naturalization apres deu
am de residence on Haiti.
Cependant il ne sera admie a fexercice des droits politiques que cinq
ara apres sa naturalization.
Ces dispositions ne derogent en rien A celles des art. 1 et 7 de la loi
du 10 AoBt 1903 sur les Levantins.
NOTE A): II s'agit de la loi du 10 Aout 1903 propose par le Corps IAgislatif
et publi6e dans LE MONITEUR No. 46 du mercredi 8 Juin 1904. Reproduits ci-
dessous les articles 7 et 1:

Article 7.-En attendant la promulgation d'une loi sur la naturalisation. il
ne sera desormais accord de naturalisation aux Syriens qu'apres un s6jour de
dix ans sur le territoire de la R4publique.

Article ler.-A partir de la promulgation de la presente loi. aucun individu
dit Syrien ou ainsi d6nomm6 dans le language populaire, ne sera admis sur le
territoire de la Rlpubliaue. Tout Syrien qui, dans le but de turner la loi, las-
serait le Pays pour revenir avec un acte de naturalisation, ne sera non plus
admis sur le territoire de la R6publique. Defense est faite aux Ministres, Charges
d'Affaires, Consuls d'Haiti A l'6tranger de delivrer des passeports & aucun d'eux,
sauf a ceux qui seraient munis d'un passport d'un Gouvernement Haitien, sous
peine de revocation.
Tout chef de movements du Port qui aura contrevenu aux dispositions du
vprsent article, en permettant le d6barquement de Syriens non munis de pas-
seports ou m6me munis de passeports irriguliers, sera traduit en police correc-
tionnelle et puni de destitution et d'une amende de deux cents gourdes.
NOTE B): La loi prise le 5 Septembre 1860, par application des art. 5, 6 et 7
de la Constitution de 1849 (V. LE MONITEUR HAITIEN No. 41 du 15 Septembre
1860), en vue de -faciliter A ceux qui ont les conditions requises pour devenir
haitiens les moyens de jouir imm6diatement des droits attaches a cette quality.,
modifiait comme suit l'article 14 du Code civil:
de citoyens haitiens, devront, dans le mois de leur arrive dans le pays, fair
devant le juge de paix de leur residence, en presence de deux citoyens notables,
la declaration qu'ils viennent avec intention de se fixer dans la R6publique.
Ils pr&teront en mame temps, entire les mains du Juge de Paix, le serment
qu'ils renoncent a toute autre Patrie qu'Haiti.
Munis de l'exp6dition du proces-verbal du Juge de Paix constatant leur de-
claration qu'ils viennent se fixer dans la RIpublique et leur prestation de ser-
ment, ils se presenteront dans les bureaux du Prisident d'Haiti pour recevoir
un acte du Chef de l'Etat qui les reconnaisse come citoyens de la Rdpublique..
NOTE C): En vertu de la loi du 21 Juin 1859 qui vint rigularier le maria
entire haitiens et 6trangr, esar porter atteinte a loa fardamentael de 1'tat*,


-69-






les enfants n6s du marriage ou de liaisons naturelles d'une haitienne avec un
ranger, etaient alors ,essentiellement haitiens.. (REf. LE MONITEUR HRA1DEN
No. 48 du Samedi 3 Novembre 1860).
ART. 6.'-Note: Le texte de 1907 et ceux du 29 Novembre 1937, des 29 Mai et
22 Juillet 1939 qui I'avaient moeifie, ont fait place aux terms de 1'article 4 du
decret-loi No. 8 du ler. Juillet 1941 tel qu'y a port addition l'article ler. du
decret-loi No. 340 du 28 Decembre 1943:
Article ler.- L'Article 4 du Decret-loi du ler. Juillet 1941 sur
la Naturalisation est ainsi modified:
Article 4. Le delai de residence prevu en Particle ler. est reduit
a cinq ans en faveur de tout stranger qui aura 6pous6 une haitienne,
oet a trois ans en faveur des membres du Clerg6 Catholique d'Haitis.
La dernire parties est une addition du decret-loi de 1943.
Ancien Article 6:
Le dilai de residence pr6vu en article precedent est reduit A un an
en faveur de tout stranger qui aura epouse une haitienne, qui aura rendu
des services important a Haiti, y aura apporte des talents distingu6s,
introduit une industries, un metier ou une invention utile, cr66 un 6ta-
blissement industrial ou agricole.
Article 7.-L'etranger qui aura accept une function ci-
vile ou militaire et 1'aura conserve pendant cinq ans, ac-
querra, par ce fait, la quality d'haitien, a moins qu'il ne de-
clare, par acte signifies au Parquet du Tribunal civil de sa
residence, vouloir conserver sa nationalist .
Article 8.-II est statue, par Arr&t6 du President de la
Republique, sur chaque demand de naturalisation. Cet ar-
r&et sera public au Moniteur.
NOTE A): L'article 2 du decret-loi du ler. Juillet 1941 No. 8 prescrit les
formalities a remplir par 1'6tranger qui veut binfficier de cet Arrete Prisidentie!:
Article 2. II adresse a cette fin au Departement de la Justice
une requete assujettie a une taxes de Cent Gourdes, payable au
Bureau des Contributions, centre r&6opiss6 defintif. Aucune autre
taxe ne sera percue pour I'acte de naturaisation.
A cette requete doivent ktre annexees les pieces justificatives
suivantes:
a) le permis de sejour de l'interess6;
b) sa carte d'Identit6;
-70-






c) un certificate de residence sign du Juge de Paix et du Magis-
trat Communal;
d) le ricepiss6 du Bureau des Contributions constatant le paie.
ment de la taxes ci-dessus pr6vue.

L'6tranger que l'article 15 du d6cret-loi du 29 Octobre 1940 dis-
pense des formalit6s relatives au permis de s6jour, doit supplier A
la production de cette piece par tous autres papers ou documents.
Parmi ceux que la loi du 19 Septembre 1953 dispense aujourdhui du permits
de sejour, sont plut6t susceptibles de solliciter leur naturalisation en Haiti, les
membres du Clerg6 catholique, les Ministres des Cultes reconnus et les 4tran-
gers travaillant par contract pour le Gouvernement haitien.
II est bien entendu:
1) que ceux-ci peuvent Wgalement itre exoneres du paiement de la carte d'i-
dentite selon une stipulation de leur contract ou en vertu d'un traits;
2) que les premiers sont dispenses de la carte d'identit6, sauf s'ils sont soumis
au pavement des droits de patente ou d'imp6t locatif ou sont demandeurs
en Justice, ce, conform6ment a la loi du 21 Avril 1939, article ler. modifi6
par le d4cret-loi du 6 Janvier 1940).
Apres enqukte du D6partement de 1'Int6rieur sur la morality de
1'6tranger, le Secr6taire d'Etat de la Justice transmit, avec son avis
motive sur la demand, la requite et les pieces justifioatives au
President de la R6publique qui, s'il accueille favorablement cette
demand, y statue par arr&te.

Et avant la publication au Moniteur, avis en est donn6 par le Se-
cr6taire d'Etat de la Justice au Doyen du Tribunal Civil competent
qui reqoit de l'interesse le serment suivant: Je renonce a toute autre
patrie qu'Heiti>.

NOTE B): Quant aux avis relatifs a l'Option et A la descendance africaine
mentionnks aux articles 2 et 4 de la loi du 22 Aoit, voici les prescriptions de la
loi du 13 Mai 1936 et de 1'article 5 du d6cret-loi du ler. Juillet 1941 supprimant
les droits de timbre etablis ant6rieurement.
Article ler.-Les declarations d'option en vue d'acqu6rir la na-
tionalit6 haltienne seront Eaibes au Parquet de la residence de ri'n-
t6ress6. Elles seront assujetties a un droit de timbre de Deux Oent
cinquante gouzdes.


-71-






Le D6partement de la Justice, si toutes les conditions de la lt
sont replies, donnera son apprdbation au bes de la piece et fera
paraitre au Moniteur Officiel un avis 6declrant l'option iagulie
et valuable.
Loi du 13 Mat 1&.
Article 2. Tout individu voulant fire reconnaltre par l'autorit6
publique que, par sa naissance en Haiti et sa descendance africaine,
il est dans les conditions pr&vues par la loi pour bnAficier de aI
nationality haitienne, devra, A cette fin, dresser au D6partement de
la Justice une requ te assujettie a un droit de tinvbre de Cent gour-
des. Les pieces justificatives seront ameba6es A cette requte.
Apres les verifications n a ssaies, si la demand est conform,
le D6partement de ia Justice fera publier au Moniteur un avis de-
clarant que l'int6ress6 est haitien.
Loi du 13 Mai 193
Article 5. Sont abolis les droits de timbre prevus aun articles 1
et 2 de la Loi du 13 Mai 1935 relatifs a la declaration d'option et a
la requite etablissant qu'un individu se trouve dans les conditions
requires pour b6nficier de la nationality hastienne.
DIcret-loi du ler. Juillet 194
Article 9.- L'6trangire marine a un Haitien suit la condition de
son maria. Lhaitienne marine a im stranger conserve sa nationality
haitienne.
Ainsi modifi6 par 1'article ler. du de6ret-loi No. 220 du 23 Octobre 1942, avec
1'addition suivante de I'article 3.
Article 3.--L'Hatienne qui, par 1'effet de son manage avec un
stranger avait perdu sa nationality haitienne, par application de
l'ancien article 9 de la Loi du 22 Aoit 1907, pour la recouvrer, n'aura
qu'a fire au Parquet du Tribunal Civil de sa residence, la d6clara-
tion qu'elle reprend sa nationality haitienne.
Cette declaration sera publiie au Moniteur OfficieL
Ancien Article 9:
L'etranjgre marine a un Haitien suit la condition de son man. La
femme haitienne marine a un stranger perd aa quality d'haltienne.
ART. 10.--(Abrog6): Le texte initial est abrog par 'article 2 d deret-ld
au No. 220 du 23 Octobre 1942, dent l'article 3 ci-demus reproduit, precrit Ie


-72-






formalities a remplir par l'Haitienne qui veut reprendrd la nationality qu'elle
avait perdue sous l'empire de Ifancienne 16gislation du fait de son marriage.
Ancien Article 10:
L'Haitienne qui aura perdu sa nationality par le fait de son marriage
avec un stranger, peut la recouvrer par la naturalisation.
ART. 11.--Le ler. alinea de cet article est et demeure abrog6 par 1'article 2
du decret-loi No 220 du 23 Octobre 1942, en raison du nouveau libell6 de 1'Art 9.
Les enfants mineurs, n6s strangers, garderont leur natio-
nalite 6trangere jusqu'A 1'ann6e de leur majority oi ils au-
ront la faculty d'acquerir la quality d'haitiens, par une de-
claration dans les memes formes.
II s'agit d'une declaration a faire au Parquet du Tribunal Civil de la residence
de ces enfants, come au ler. alinea de 'ancien article 11.
Les enfants majeurs nes a 1'6tranger, s'ils sont 6tablis en
Haiti ou s'ils viennent s'y fixer, pourront de meme acqu6rir
la nationality haitienne par une declaration au Parquet du
Tribunal Civil de leur residence.
Ancien Article 11, ler. alin6a:
En cas de dissolution du marriage contractM entire un stranger et une
haitienne. celle-ci n'aura, pour redevenir haitienne, qu' faire au Parquet
du Tribunal Civil de sa residence, la declaration qu'elle renonce A sa
n.tionalitM etrangere et qu'elle reprend son ancienne quality d'Haitienne.
Article 12.--La femme haitienne marine a un stranger
qui, apres son marriage se fait naturaliser haitien, recouvre,
par ce fait, sa nationality primitive, et les enfants majeurs
de cet stranger naturalist, n6s hors d'Haiti, pourront, s'ils le
demandent, obtenir la quality d'Haitiens, sans condition de
stage, soit par l'arret6 pr6sidentiel qui confure cette quality
au pOre, soit comme consequence d'une declaration faite par
eux au Parquet du Tribunal Civil de leur residence, dans
les terms de 1'art. 4.
Le nouvel article 9 laissant a la femme haitienne, marine i un stranger
quality d'haitienne, les terms du d6but de cet article 12 ne s'appliquent qu'i
la priode ant6rieure au decret-loi modificatif No. 220 du 23 Octobre 1942.
Les enfants mineurs n6s a 1'6tranger pourront, dans ran.
nee de leur majority, acqu6rir la quality d'haitien en faisant
une declaration pareille.


-73-





Article 13. Jouiront de la meme faculty, et dans les m6-
mes conditions les enfants mineurs d'un pere ou d'une mere
survivant qui se fait naturaliser haitien.
Article 14.- Les dispositions de l'article 12 sont applica-
bles a la femme d'origine non haltienne, marine A un 6tran-
ger qui se fait naturaliser haitien.
Article 15. L'haitienne don't le mari haitien viendrait a
se naturaliser stranger apres son marriage, gardera sa natio-
nalit6 haltienne, a moins qu'elle ne se naturalise 6trangere.
Les enfants n6s avant la naturalisation restent haltiens.
Article 16. Pour les jeunes gens a qui la loi conf&re, sans
condition de stage, la faculty de devenir haitiens, dans l'an-
n6e de leur majority, le fait de s'engager dans 1'arm6e hai-
tienne, ou de prendre part aux operations de recrutement,
et, en general, d'exercer les droits ou d'accomplir les obli-
gations attaches a la quality de citoyen haitien sans exciper
de leur extran6it6, a partir de l'6poque de leur majority,
6quivaudra a la declaration pr6vue par la loi et les en dis-
pensera.
CHAPITRE II
De la perte de la quality d'Haitien
Article 17.- La quality de citoyen se perd:
1) par la naturalisation en pays stranger;
2) par l'abandon de la Patrie au moment d'un danger
imminent;
3) en cas de conflict de nationality, par le choix manifesto
ou la jouissance active d'une nationality 6trangere;
4) par I'acceptation non autoris6e de functions publiques
ou de pensions conf6r6es par un Gouvernement 6tran-
ger;
5) par tous services rendus aux ennemis de la R6publique
ou par transactions faites avec eux;
6) par la condemnation contradictoire et definitive a des
peines perp6tuelles a la fois afflictives et infamantes.
Article ainsi modifi4 par la Loi du 21 Fevrier 1947
qui y ajoute le paragraphe 3.


-74-





Ancien Article 17:
La quality d haitien se perd: .
1) par la naturalization en pays stranger;
2) par Fabandon de la Patrie au moment d'un danger imminent;
3) par facceptation non autorisee de fonctions publiques ou de pen-
sions conf6res par un Gouvernement stranger;
4) par tous services rendus aux ennemis de la R6publique, ou par
transactions faites avec eux;
5) par la condemnation contradictoire et definitive A des pines per-
petuelles a la lois afflictives et infamantes.
Article 18.- L'haitien naturalist stranger ne pourra re-
tourner en Haiti qu'aprks cinq ans, lesquels commenceront
A partir de la date du d6cret ou de l'acte de naturalisation.
Article 19. -L'Haitien naturalist stranger et qui revien-
dra en Haiti, pourra 6tre poursuivi pour crime ou d6lit com-
mis avant sa naturalisation, A moins qu'il y ait prescription.
Article 20.- Dans tous les cas, oi soit un Haitien, soit
une Haitienne aura acquis une nationality 6trangere, il aura
un dMlai d'un an pour disposer de ses biens immeubles.
Passe ce d6lai, il sera sur la poursuite des parties interes-
shes, ou A leur d6faut, du Ministere Public, proc6d6 A la lici-
tation des dits immeubles, selon les formes tracees au Titre
VII du Code de Procedure Civile.
Article 21.-Aucun Haitien ou Haitienne ne peut se d6-
nationaliser en Haiti. II faut aller A 1'6tranger et y r6sider le
nombre d'annbes exig6 par la loi locale et la Constitution
d'Haiti.
Article 22.--Seront publiees au Moniteur, par les soins
du Secr6taire d'Etat de la Justice, toutes les declarations de
nationality, et A d6faut de declarations, tous les changements
de nationality op6ers par l'effet de la loi.
Article 23. L'acte de naturalisation d~livr6 a un Haitien
ou a une Haitienne qui n'aura pas reside a 1'Atranger pendant
cinq ans au moins ne pourra produire aucun effet legal en
Haiti.


-75-






Article 24. L'inscription d'un haitien ou d'une haitienne
dans une Legation ou dans un Consulat ktablis en Haiti ne
peut produire aucun effet 16gal.

NOTES
1) La loi du 22 Aoft 1907 fut votee sous le Gouvernement du General Nord
Alexis. En contresignerent la promulgation MM. Trasybulle Laleau et H. Pauleus
Sannon. Secretaires d'Etat de la Justice et des Relations Ext6rieures; Le project
avait et communique a l'ancienne SocietA de Legislation, don't le bitonnier
Stenio Vincent dira, au jubil64 hm~ i ^ -wmde Lespinasse, en 1927 qu'elle 6tait
une tres utile Academie de Sciences juridiques souvent consulate par nos an-
ciens Gouvernements... Certaines parties du texte soumis A ces juristes par
le pridecesseur de M. Sannon, le Secretaire d'Etat Murvile F&rre, furent amen-
d6es, selon les suggestions de M. Alexandre Poujol, particulibrement les arts.
1, 2, 3, 7, 10 et 23.
2) Le chapitre II de la loi No. 2 du Code Civil sur la Perte de la Nationalite
d'Hai'tien mentionne des causes que la loi du 22 Aoit 1907 a reproduites. Celles-
ci furent l'objet d'6tudes savantes publiCes dans la Revue de la Socit' de
Legislation, en 1892, 1897 et 1907: (opinions de Mes. Auguste Bonamy, Georges
Sylvain, etc...) De judicieuses considerations du Code annoth de Me. Abel N.
Leger s'y rapportent Agalement.
3) Sur la proposition des rapporteurs Georges O' Callaghan et Timoth6e Paret,
furent adoptees ,au ler. congris des Avocats d'Haiti, de sages rec- madatios
de 1'Internationaliste Me. Hermann Corvington. Eles devaient pemettre d'en-
rayer les conflicts de Droits de personnel et le ILgislatsur les a fort heureaee-
ment consacrhes.
4) L'Interpr6tation scientifique naguire donnie aux dispositions sur la nais-
sance en Haiti et la descendance africaine, par Me. Aon Alfred, suggrait, come
mode de preuve, en dehors des presomptions de fait, le recourse A la prdsomption
legale, en tenant compete au besoin des composantes ethniques d'une population.
pour confirmer les impressions du juge sur I'origine d'un individu... Notons que
le Dr. Clovis Kernizan signal aujourd'hui, dans ses commentaires, les articles
en parties abrog6s, 11 et 12 de la loi initial du 22 Aout 1907 ceux d'application
discutable, 14, 15, 21 ou contraires A une regle constitutionnelle (20). II rappelle
en outre methodiquement A ses Etudiants les tapes suivies par notre Legislation,
de 1860 A ce jour, quant i l'influence du marriage sur la nationality de la femme.
5) L'article 19 du COIDE CIVIL Enumire les consequences de la Perte de la
Nationality relativement aux droits politiques et aux droits civils... Des measures
concernant les citoyens immatricul&s dans une Legation etrangere ktaient djia
envisagees dans un decret du 9 Septembre 1845.
6) Le President de la Republique ayant fait part, le 29 Octobre 1941, au Se-
cretaire d'Etat interess6, de sa determination de surseoir A l'examen de toutes
demands de naturalisation, jusqu'au rtablissement de la Paix dans le Monde,
le D6partement de la Justice 6mit, le 30 du meme mois, un avis A cet effect. La
dipkche pr6sidentielle attribuait le desir de certain strangers d'acquerir la
NationalitB Haitienne a des mobiles peu avouables, dans les circonstances inter-
nationales de l'6poque, et A leur dessein non dissimule de se dhrober au paie-
ment des taxes fiscales.
7) La Secretairerie d'Etat des Relations Ext&rleures rappela, le 5 Julllet 1941,
aux personnel qui avaient requ A 1'Etranger le titre d'Haltiens, qu'elles devaient
acquitter annuellement une taxe d'immatriculation de vingt-cinq dollars, en
vertu du decret-loi du 22 Juillet 1939. Par application du ddcret No. 178 du 5
Aout 1942 d6clarant dchus de leur nouvelle quality pertains strangers (Voir


-76-







le pagrgraphe ci-dessous), on revint tacitement au Tarif ordinaire des actes
de chancellerie du d6cret-loi du 31 Mai 1939 (Cf. les terms de la loi du 13
Septembre 1947 sur le Service Consulaire art. 48, pararaaphe I, alina 11, et de
cells des ler. September 1948, Art. 8 modifiant I'art. 48 de la prCddente: nou-
veau paragraph II alin6a 12 et 14 Septembre 1953, art. 26, paragraph B, ali-
nea 3).
8) Faisant suite au d6cret-loi No. 108 et au d6cret No. 178 des 14 Fvrier et
5 Aoft 1942, pris en raison de l'6tat de guerre, un communique du Diparte-
ment de la Justice arr&ta la liste des naturalists en terre trangre quigardaient
ou perdaient leur statut selon qu'ils avaient ou non ob6i r'injoncton de gagner
leur nouvelle Patrie et d'investir des capitaux dans une entreprise national.
Les noms de Cent Treize b6n6ficiaires, en 1939 et 1940, de la naturalization
furent alors supprimis... (I faut aujourd'hui tenir compete des rectifications
parues dans la suite, pour cause d'erreurs, par example dans .Le Moniteur. de
10 D6cembre 1942, 11 Novembre 1943, 30 Mai et 14 Septembre 1946, etc...).


-77-






(24)



CONSTITUTION D'HAITI
DU 25 NOVEMBRE 1950
Extraits

Article 5.-Les rigles relatives a la nationality sont d6termin6es
par la loi. Les strangers peuvent acquerir la nationality haitienne en
se conformant aux rigles 9tablies par la loi.
Les strangers naturalists haitiens ne sont admis a l'exercice des
Droits politiques que dix ans r partir de la date de leur naturalisation.
Article 6.-Tout stranger qui se trouve sur le territoire d'Haiti
jouit de la protection due aux haitiens, sau les measures don't la n6-
cessitg se ferait sentir centre les ressortissants des pays oa lhaitien
ne jouit pas de cette mime protection.
Article 8.-Le droit de propriet6 immobiliere est accord A 1'6-
tranger r6sidant en Haiti pour les besoins de sa demeure.
Cependant l'6tranger r6sidant en Haiti ne peut 6tre propri6taire de
plus d'une maison d'habitation dans une meme locality. II ne peut,
en aucun cas, se livrer au traffic de location d'immeubles.
Toutefois, les Soci6t6s 6trangeres de constructions immobili6res
ben6ficieront d'un Statut special r6gl6 par la loi.
Le droit de propri6et immobiliere est Agalement accord 1' stranger
resident en Haiti et aux Socidtis Etrangores pour les besoins de ieurs
entreprises agricoles, commercials, industrielles ou d'enseignement, dans
les limited et conditions determinees par la Loi.
Ce droit prendra fin dans une periode de deux ann6es apres que 16-
tranger aura cesse do r6sider dans le pays ou qu'auront cess6 les ope-
rations de ces soci6t6s conform6ment A la loi qui determine les ragles a
suivre pour la transmission et la liquidation des biens appartenant aux
strangers.
Tout citoyen est habile a d6noncer les violations de ces dispositions.
Article 16.-La liberty de travail s'exerce sous le contrdle et la sur.
veillance de TEtat et est conditionn6e par la loi.
Neanmoins, il est interdit, sauf les exceptions et les distinctions 6ta-
blies par la loi, A tous les importateurs commissionnaires, agents de
manufacture de se livrer au commerce de detail, mime par personnel
interpos6e.
La loi d6finira ce que 'on entend par personnel interpose.


-79 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs