• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Main
 Notes














Title: Analyse du testament politique de Mandrin.
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000741/00001
 Material Information
Title: Analyse du testament politique de Mandrin.
Alternate Title: FRP: 0055
Physical Description: Book
Language: French
Publisher: Assemblee des Etats-Generaux
Publication Date: 1789
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France -- Paris
 Notes
Abstract: Louis Mandrel (Chuck Louis, Captain Chuck)
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000741
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Main
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Notes
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
Full Text

.AN ALY S "

DU

TESTAMENT POLITIQUE

DE MANDARIN.


Ouvrage dans lequel cet omme exsraor-
dinaire a prddt & prouve que Le
Jlmrne de la Ferme Ginirale fini-
roit Far appautrir & ruiner CErat
le Souverain.

DfiR av1 R-AVd&iENTANtS E IP
NATrIO; WI'ASEIBLtE DES TATi-
Gsants7v 8


r 7 8 9.







no- ';4. 'rS r '"urn
JAfS DEPUTAS
A U S

ETATS GENIRAUX.




LE 'efftament t~oliqu de a~i-
drin a. 6CFrppnme peu e rems aprds'
que cet, hmme courageux fut in-
mold k la vengeance des Fermlersr
GQnraux, don't Uil roir la teieur.
te. ennee rcour pultans arrekreo
la circulation de cet ouvrage,quid&-
maiquoir leurs manceuvres, & prou-
votr les inaux done is affligeoeni la
France. Le c-rs-petii nombred'e-
xemplaires qui fur foulrait ka l
Az





( 4)
recherche des avides Fermiers,
ni- produifi. qudti4 fenfatjony du
moment. On ne vit, dans cette pro-
duQion que des injures, ~eur-
irre quelques edritis contre les Trai-
tans & le flyfme de leur admi-
n'jirafign. lMivisqr a IL e fdovnna ,pa
la peine d'approfondir les grande
veritis a u'elle conrient ni de fuivre
le fil de fon r4ailoneaencLi la force
de fei preuve,. La France n'etoit pas
alors dans I'rat .d'affaiffement, oi
elle e troies auj )urd'hui le mal
n'ecoi pas encore :a fon come :on
ne voyoitdans Man'drin qu'un homrnme
divoue la mort; & un Ecrit, qui
.arbiroit fous fon nom contre la
Frme-Genirale devoir naturelle-
ment Crre fufpe&.
Le hazard vient de me procurer
un exemplaire de cet icrit entiCrt-
mniit oubliC. La curiofitC me V'a faith

.A





(.W-
lirei; lMg a ( taeirt
intdrikitan przMi4#to4wfSIdtb.
av4it .aiX0i danndaieer qi ie :fj4
t8me de laik Faie .-Gen&tale-finieditn
tot- outird, par ruirer, le R"i,a aprts
avoir ruinc PEtat. ,
Ce qu'il a predru, n'eft malheureu-
fement que trap arrive. Depuis fa
mort, le prix de laeeiwGne-Gndrale
a drt augment6A-:khaiqdt e Bail,.tel-
lempnt qu'aujourd'hni il ell plus que
double ( ). De:nouvelles Compa-
gnies de Finance ont dri formees
fur le module deS Fermes-Gene-
rales; & h chaque renouvellemenr.


(Q) DtasIc tentm dca fapplice de Mandrin le
Bail de la Ferme GdCraje dtoit de cents millions.
II paffe aujourd'hui deuz cens millions, y comprise
ks. baur particuliers de la Rdgie- Gindra le & de
I'Adminiftration des Domaines, qui faifoient alors-
partie de celui de la Ferme Gdndrale & q~ ea
cnt 6di depuis dimembrds.
A





( 6)
de Bail ,' la fauie d'unetangarpaix ,
malgrd l'augpentation excMtiine-du-
prfci, le Rei s'eft rrouvd plus lobidr
qi'aziparavai.. L'embarras eft de-.
vehu fi, grand quc cetre augmenta-
tion n'a pu iuffire aux befoins du
Prince, qui.s'eftvu rdduir Paffreafe
nceffiti d'einprnmter. Ce -pouveau
moyen, forced peut- &re par les cir-
cdnflances lj in delervir de remade
au .mal, n'a fair que l'aggraver, &S
accdldrer la ruine de 1'Etar & du
Souverain. Les emprunts exceffifs,
qui paroiffencreuls'dans ce'morient
avoir oDzr le Royauine .ae. font
que la caufe feconde de l1'at de
ddtreffe oh fe trouve la France. La
premiere la principal caufe, c'efl
fans contredit l rfyfteine ruineux de
perception par Compagnies de Fer-
miers ou de Rdgiffeurs.
DfZ s le mofimei..Meffieurs, o






charges q p it la
Nation & sfkt vous afldibler
fous le 'y*4 oaltrqu4e pour
vous oce 'avc Jai da grand
*uI 9QAotre ,ign.raddn, j'*icru
qui'l eri prA t& 'uTilde ae vous
offrir I'analyfred'un Ouvrage, quide-
veloppe & d6montre ceize premiere
caufe c~e nos niaux que vos lu-
mieFes, & vo re~imoisr pour la Pa-
trie voht Taire celeir.
J'airoiro? iu ddcompoTer cer Ou-
vrage I'adapre aux circonflances
aluelles, & m'en aitribuer rour le
mdrite. Le niom de Maridrih fes ra-
lens fa valeur & fon crime font
prefque oublids : Co Ouvrage I'eft
enridrement. II fur irouffi dans fa
naiffante, par leux qui firent piri
fon auteur. Mais quel fruit me re-
vicndroit-il d'augmenter le nombre
desplagiaires I &nevaut-ilpasmieux
A4





(8)
lahfer celii, qui fut la t qcur des
Fermiers-GinAraux, la glofred'un
6crit, qui dcveloppe cous les fan .
qu'ils oni fairs la France.
Je me flatte Meffeurs,
que dans certe analyFe importance
rien n'dchappera k vocre .pdn-
tration ; & que vous .dlivrerez
enfin le Royaume, d'une Compa-
gnie qui en eft le fliau, come
elle en a Ced la ruine. C'eft dans
cette confiance que je vous fupplie
d'agrder I'hommage de ma produc-
tion, ainfi que celui du profound
refpect, avec lequel je fuis,

MESSIEURS,


Vorre trns-humble & tres-
obeiffanr feriteur,

J. E. B. D. AVOCAT.









A -:.J, TT -A .. C^ -
ANALYSE
N -AL Y S L
'. *. : ; .

TESTAMENT POLITIQUE

DE MANDARIN.


O N pourroit fair pafer Mandrin pour
un hiros.. Son courage, fes exploits eton-
tierent le Public, & Pen firent en quelque
forte admirer.-On fe previent toujours pour
un particulier;, qui franchiffant les bornes
d'un rang obfcur, faith beaucoup de bruit
dans le monde. De cette prevention a
rheroifme il n'y a prefque point d'intervalle.





( zo I A
Je Lourrois comparer e i A.t-
xnndre I Cdar & i li ba-
rLeurs s advwt-r Dtu IW-SB ft l
clufe due troubles qu'tih erciitori-ie -
dffrence, les etfets farent les riemem.D'Yux
i MAndrin i. Ieule dilffrence ea danil'm-
portnce de l'objer.
Mon hIros, fous certain points desne,
erai, mime fupdriear A ces Mandrim de
I'.ntiquird. Ceou-ci, en troublant le monde,
fc virent roujoars les premiers. Leur armbil
sion rapporroit tout i ea'-monies; au lieu
que dains le revolutions excities par Man-
drin, il envif.gea Ie bien du Public.
II empocha que les richefes de plufieurs
Provinces ne s'dcoulalfent avec cette pre-
- tipjiion, qul tit toujours leor mrabehear;
reint, par le bas pri' des matieres nketf-
ires une plus grande parties de I'rgent
dans pluliiurs pays, oa 6 privation juf-
qu'ilors avoir caufd la ruine. II ddchargea
Ie people d'une parties des Imp&s don't
le p-ids I'accabloit, &c.
Mais c'll en vin qu'on voudroir rui
donaer lie e pompeux de proteC.tur





( is ,
du people. II y a -u i5ebuiiC stwrtile,
qui privaut moujour tfur 1'enthoufialife,
qu'excitent les adaioashdies. Taure vtrttu
cefe, IA aii 1 Albetlditelliotl Wit par
I'inlfruicma der loix. 11 tapprtiaet point
& un particulitr, qiulqe bit fee ytsexte ,
de j(uer le rIbl de rdk4Ib treur.
La premiere verm d'un fuier eil ctule
de I'obilffance aux loix. MindAin viola des
loix, dures A li virite faoguinares, en-
torquies aux befoins du SauveraB par
une compagnic de traiIans avide & bar-
bare, qui, fous I doom du Monarque ,
exerce fi le ptuple Ie monopo le le plis
tyrJunique. Mais ces loi i exiloienr : elles
ihfligfeoent la peirn .de mort. Mandrin rut
6ince cnupable i i m6ia 1 I mort : mnis
i I artudit avec ritighdean ; & II loCf-
frir fon fippice evsat coulige & i FPr-
metd, qu'on avoir remarqua dans toutes
.let aiions de iV '' -v k -i."
Cepend-nt I'r prison & fa mort forme-
rent uno poque rem.rquablepoutr l Fince.
II intfcila dins fon malheur; it artendrit





(u)
prefque ccux dint ilieroit auparvann tIa
Cerrew .,
Qual dtoit dwcn ce criminal, dost toute
la France parl qu. taxi It monde pli-
gntit, q? bciucoup regretrurent, don't une
inlirlli de gdni aaroient v(..ulu rherer ta
vie de leur propre fang GCel i mn ~t
que la pulhiqu de 'adminiftTartian ausoit
du percer ,qu'onne voulut pas nEuanoins,-
oa pcut-ctre qu'on ne put pas dicomvcir,
parcel qau fans doute L filrnme de nos mrux
n'toic pas encore allez forte, pour cher-
cher a ent pintres .s caufe .
Le moment troic fair cependant pour
ouvrir les eux. La RoyQ me.vanqia d:ef-
fuyer une grande crife. QuCeles. dironf-
tances auroientiut4, pour rarlveriafla plus *
belle de tOari les Monarchies : une.guene
duangrre, dans cet in(Lnt critique. & ti
France droir pesdue. Mandrin avoit deux
ient mille home, fous fes ordres. Le fe-
co.nd due de prelque troaes Irs Proninces
du midi,ce qu'on appelle les honniegenss,
n'sttendoit qu'une occsialn favorable do






f deolarer. Ltx empdledktlas eitr entraind
les suarre; & lI rtrliEfiiWdft o;iit&f6
ginrertr, Quauod luis rleitia esc ines
fhis dallar, il. cj, 16ia i s a-hl e'16 a
ii in Le-ptuluw i. ei alhthusr, cdun ernt
c'eft 'lofquiltW'i I I4 e I a ~te
cait-a 'urufme afoler Blsienattaarththmhti
dbeion audace.- WZi plu 4rfieudis rtwldti
tions, qui onE mis tou-r Ife & a fang
dans les plus puilfans Efupire; d& monde,
ont Iou)lous comrnmenrt:p dei dtinedles.
On dire que-ndus ne f i nmeT lus da n
Crs lieclet nrageu l iaPlbk .buvtierhmenft
avoient tout. caliidle de'iiipare'd'one
populs- effr;e 6et Mi flitIltopelrAl .-.-
c-elle pas offer plllieura eeemples dirs ce
iecie La France ne vient-Clle p~ise VOir
feI citoyens press i sa'gorgerf-Er Mandrin
lui-meme, ce', simple 'clef da coitrelin-
dietrs n dcll'' ip ute'n prmve que la torce
des pli ('grands 'Me'arques eA fouvcnt
impuilfante contre les plus plides dmeures
des peoples ?
* La Frairce'avoir lors plus de cent cin-
quntce mile homes de troupes rtgldes





(tt>
fur pied a eall pouvi wininae seite pe
enoore, das use bat4q tit ei, t. Kablt
la plus fr idable'PufiancaFtA-.iUC jumais
pu rd4kWi MadIria f fa-a-l Ra4 iwtjvwus
eu I'4vantqge ( qw qll, deans .lsgaopoBau
g(i~iaux 8 degp jle icmbus partktilisti
S'il fur pris, ce nefui pas de bone guerrze
11 rd4igit le GouvorenAnts i J4 hong
d'ufar avgc lui de frci Ati..a; yi4 Oa
fop ayife fur lte qgr4 di P~r iact i~s
gtr, a qui la Fwance fai ablig* d.:fiao
des excuL Saq usie wahii n,. Alodrin
amiok 4e6 long-eqpaip enioe A La teeb dA
fon a:mde, I'qffrti de tilq ou LIx Provinice,
Itne fiut poipFt v.i F rTours. 1. civrr
ds talitfans, peur ipliqs r ce q*ipu;
paroive un phbdmae. L.swllfheiaflAg
tra-aturelst. ,
ALxime gindirle : les troupes rgldes oan
toulours Urne forae d rEpugnance defq blctre
contrece qu'ellds appellpt dcs bandiqr.f4s
remplUfer mieux- leur devoir c nr lr l
ennemis milirjires de I'Ecar. 11 R .. ds
laix plus douces dans les braille rN ids.
En y c6dant i la foyre, on n'aft flt, do





part & d'autre, que prifoa ra de guerre
au lieu que dans 4let plita corP 44s
fujets rivolrtfs, 1 a %a rjl4 -
trieres : ceux-ci MvjmS w. s ,is fon prjs
dans le combat, wa t terming le.i vi,
fur ta edfaait ctt pe4pe&ivaffe!fe,
en tes re&D ; .o lyp Q c.w 4Prs
favanf tage r le rou e r es,
Mais le Franais 2 patriore : 1i aime
fon Roi & l'ELur. Si routes lsati lui
donnenr le titre de liger & d'inconflnr,
perfonne ne lui refuse celui de bon & d
finchre, En gEneral le people an .ranne
n'de point Cianuinrire il vois n 'e hnog -
reur le crog la cnrwh.r..Qg nmeat
e fldj-il que dens les troubm e de Mandrin,
on fe foirl gorge avec une fureur, rqi
tenoir de la guerre de religion? Comnent
fe a4si-il que deridregeau le. scpl i 4u'n
Proyino mairjiopjAe EI fqit.porre, dans
i'esv, de la faoreutartion, i& meuntres,
qui dienneat de la barbarie h plus. fIroce?
Ce renverfement de la nature, feloa Marn-
drin, n'et pas difiiile .expligqgo: c'eft,
dilrl, qu'il Aedllgliff un vice dtis k Gou-






vernement Fran'oiq tui p irritde r~~i~ e
de ce people, & ra .it w de on car
raftere. Ce vice e le t, 4e ij Fermes.
Voyons comment Maadri&y gy f5ptte
vierit, & tranfcrivons fes proprsWsp gr s.
i'L es Rois, dit-il, ne font reform .b
qu'a Dieu feul, de I'adminiflration de legs
revenues ( I ). Cependant cmme c'e de

*.l-*: I 'il -. -". .'-'' "

(I) Sous Ic regne dufuccqffleude Louis XflI
il dtoix ddfendu de parler I& de peofer deir
ment; &' ( andrin, fous le glaive de la juftica
be pouvoit pas cenir un autre angage. M'ail
Louis le Bienfaifant, le refiLrareur des droits" de
la.Nat!icm pastr dcanfed &dde dire. tour hat,
que le..onarqps 'do a-Fraztcew-c le. Cbhedla
Nacion Figoife, &t n'pp e& Pa4as 4ed poe ; gue
les r&iedius produit des fubfidqs & des impofi-
tions, ne~ ont pas les revedus du' oi', mais ceun
de 'Etat, don't le Roi n'eft que le fupreme ad-
miniftrtacqr. Le Souverain, qui a reconnu qu'il n'a
pas le pouvoir d'impofer la 1Natibnj & par con-
fiquent fans juflifier i la Nation .d .la nicaerd
& de 'eniploi de l'impolition, regarderoit come
un- vil :flaaeur, comme un maqa s pairiore in-
digne du nom Franjois, celai qui dtrroi- lui dire
cette






cetteplartie Au -&vnn eid h2
dent la richeffe z f.pi S"
de ta M h&tct &endifrH
le repos dde'ifi,; :i eIa -eis nbe'lui

rbiftrt t -i, n A 1e rfhKd
.on,"q4,,6i"A'n ,+.,,kfle I,,'4.
fir la corflitution' ~tewiTere du Gouver-
nemen't. '
Je puis dire, ajou e 'Marihn, que j'ai le
fecret de' PEtat daihs"''cet?'e'artie i toit.
ceux qui fe d6chalnent centre les Fertnei
Royales, n'alleguient contre elles que des
prdjugds 'gedraux : pour moi, j'ai des faits
A citer.
Uhe foule de fujcts de tous les ordres
de 1'Etat s'eft adreflfe A moi en diffdreis'
teams ,. en' dfferens lielx,' f6it par des
kettres circulaires, foft'patr e deputations,
pour coiAi-ner ensemble 4ele moyens de fe-


aujourd'hui qi 7ieft ret JBdfb qgu'd Diue feui
de l'adminiPtirtion de'fti reveus c'eft--dire de
I'argizjt que a Nation lni paye.
13 "





( i8 )
couer le joui d4 ce qu'ils appelloient 1A
tyranpie des .Frmiers.
Ceux qqi. ancnt connu, fivent que j'ai
exerce mton qjEploi de Gendrali nime, plus
en pplitique, q'i.:l partifin : j'ai cher- -
ch 'la caufe Ad ette t pade silencee d
peupl?, qvi yelioit .chau ejqur, ;',srr6le
fous n4 M jrpe* +W P.ir n 1' flaS
premiere force, r'ai- dcouvert- le
pronoit elle-.'lrm.f.p. origine dan; le fyf-
teme des Fermss. gui a renverf( en France
tous les princjpes du Gouvermant Ccona-
mnique, politiqge & civil.
peJI.e s plus d'un Gflec, une efpece de.
maladie a attaqud Ie minierc EFran'ois. L4
fpreur des lau.Y a prdvaiG fuir to. sI, u-
tres vfyIdres de l'adntinitration. T tj..l.
Ferme aujourd'hui en France ; tout eft
Contrat : biencrt il ne fera permis au peu-
pie, d. refpirer que par entreprife ().


( ) Combien de apwvellc esitreprifes, depais ia
mort de Mandrin oa fons sa 4d.Roi o des
Companies accrditdes e;Erccat pa privilgi Is





(( 0o 5
.Q O lqQuBsYpcAitiqes SlB' (fo* :tfdM
mneqr :poradiaMB q ts$W Iefih gfMls
aviitcnrag teflsM iryaicfiIThrldra GekiP-

es oi sa~ 1 W~.U. l r VaL
;ronmleJr .': "'l-ti p ; -'.'J) i' ,! ';- .; -'^


.iV4e 21 PertWRRa^i d ttla lEU4*a
Lde vingfliltiohs ;' & iujibrditiF lesFeff-
miersies ont fait tinierr eeht.mlinhi (4iis .
Tour 4e ioderod ddritew prede re co lad-
gage.-t :.fiAi fie -qt leaittetansdnt-'brtTe
les',R*~aim "'Pi'w, fAetie a.'Lbuis X.II,
a'riti* dSt3 kptsVt-p n'6toilent- pas't a-
S. .- ... -----
monopole On noe nifoit pas ,fi 'on vouloi; e
fair 1'cnumt ration.'Si le mal n'roit deven, ex-
trrme on auroit peuct-a 4 ul q;ue jour d.s en-
wtepieieurt i privf)giis 'p bd1Sbiquter a& vetid
1cula ticsa's*dumnct s3 a
A>jxNi.-.o b4 Pljiibgbrd qie idepujsnhLmoir
de 4dFrip IrS 'ofpys aqrs cqpppr4-jdapgt p
Bail Gendral de la Fermc dtoicnt pprn auLirg -
d'hui a plus de 00o millions, Aiaf dano I'cfpa e
*de b6autoup molni -,dhi d cT e lees bait o'
tiu #p' pbLtil; u*ftPdiei l qton a double is
chrtgqljrwbpiz 1 : -- WI .*i
Ba






( 20 )
(ao)
blis fous l regne de ce Prince. Or; fe
Souverain-n' pas befin des trains pour
trier des'istg 11 leroat mime o(ouhai-
tr. pour les fujets, qu'il ne i'en.fervit
jarpis : par'ui th: people leroil tcajours
filaeg d'un tiersau. waine de Is tae ; rar
Ii un coilrt ppaniculrfd.er r sfles Rol des,
.psr exdmple,..1 de:quirauB,,arilhons, ii
A e szei qsuvrpar-lflyiaoie detlrahns,
I'rmpir eil troujaou de foixinte eteitiffs, &
m~me plus ftr eI people. II iurE nicef-
'fairemanr la tin, que cci e mjniere d'id-
mininfrarion bouleveofe l'E.it,pire qu'Ille
jiete routes Is riche ]f d'un c.rid.
SSippofons unie"Monar.hie naiTani Fur la
terre, compolde de vingt' vingt-quatte
millions d'habirans, 4ui ert de siedi cent
millions 1 un millird d'erpece, & que Is
revenues du Roi ou de I'Et r iltlent de
quatre a cinq cent millions. Qu'on etabjiilT
damn cet idr naiif nt des Fermes Rt-jales,
d'une paric de ce revenue, a concurrence
de deox cent & quelques millions, .Voici
le movement quie ecs Fermes donneront
arux finances. Les Feriers re ireront I'r-





( n 2 ) .
gent du people, & I'everrmm au Prince,
qui, h Ion tour, le renverra au people. Mais
come, outre cee opEration gdndrale, les
Fermiers en frematt ave particuliere, qui
fera de dttoorer one parrie des richeffes
i leur profit, & que celles-ci te rentreronc
plus dans la rtna& commune, il arrivera
inlenfiblement, que les trnirans a.ronr A la
fin rout I'dugen; du Royjunrie, & qau ta
Roi & le people n'en auront point.
Pour reconnoirre le vuide de tous les
rallfnnemens, qui ont etd fairs en faveur
du fyfrnme des Fetime gentrales, il fudit
d'erablir an FTul point forrdamentl.
Toute la gellion du Fermier enr fonJde
fur la richeffe gentrale de l'Etr : il peur
bien donner tn movement plus ou moins
rapide aux.finances ; mais i ne Luroit les
augmenter : car il n'e/ point en Con pou-
voii de mettre, dans I'Eat, une richel e
qui n'y exifti point, & qu'il n'a pas lui-
mnme.
Quelque foit Ie prix du bail des FPrmer,
cela oil indifferent au Fermier : ce rn'll
B






pas lul qui pi fji;,4j fpnds'. e. (ont les
pepIes, ..
Le coi a&k 'rlt, d'autre, gFi--,p que.
cellc des deiierq du people : il.P'W d'atra
rnyen pou. r pa yere Roi, quea eldei des
propres finances de Etar. .
Les revenues de 1'Etat pourroient Ctra
perus,,d'une. xnanqi 5I us ~pf.i Pour.-
quoi fair uqr nterd..e tqi n'qnj 4At pAt.
etre un.?.- '
Plus de trois trois cent mille fuijts pour-
rolent etre empio)ys d'une maniere plus
av:,ntageufe a l'Etat. Ii ell certain d'aillturs
qcu'n v auroit plus de probitc en France,,
fi I'on abolifolt une proteflion qui fait que
trnt d'hohnet sple&d eneneritdeffdpp4ns,
Tel eft ergr'b aIntman i
convenient ns ftbY h' n'en connoft
point tes avantages : ntais i cr6it que ceux
de la regie font farns nombre (l). 11 cite,


(r) II ne faudroir pas que les Re'gilffirs Lfi-
vitcna pour la.,priepticn de d1r.tlr; 4.t lifur
feroir confiec le znem rciuim que flvevpt ris Fer-




(23
A ce fujet, le paffage fuivant du celebre
politique Francois, M. de Motefquieu.
r La" Rkgie, dlt ce favant auteur, el
SlPadmirtifration d'un bon pere de familfe,
, qui leave avec ordre fes revenues. Par h
R, Rdgie, le prince eft e maitre de lever,
So-de retarder la levee des Tributs, ou
s, fuivant fes befdins, ou fuivant ceux du
w people. Par la Rdgie il dpargne & I'Etat
, les profits immenfes des Fermiers, qui
r, appauvrifent d'une infinite de manieres.
" Par la Rdgie, il epargne au people le
, fpefacle des fortunes fubites qui I'affli-
.a gent. Par hla.Rgie, argent level paffe
a par peu. de mains : il va direolement qu
, Prince; & par confrquent revient plus
,, promrptement au people. Par Ia Regie, le
-- Prince ipargne ,une infinite de loix ,
,*,qu'exige toujours dt Tul l'avarice des
, Fermlers qui montrent un advantage


mirs- Gndraua : to alors les inacodnieas fe-
toient les maes; il n'y auroit que leIam do
Fernier cbangd an celui- de Regiffeur. Cct object
fcra difcJ I la fin de cette Analyfe. :
B4





( 24 )
Sprelent pour ds Rigierm.ns funelkspout
I 'iVinir. *.
M. de Montefquieu aurolt p ajoa.ter,
fu:':..t Ie tefamerit politique de.Mandrin,
que It Fermei donrnnt de I' utorit iAcr-
tines gens, qui, su lia naturee du G6Ou
e-rr. ment Monarfi hiqoe de ia France, ne
dct.r.icnt point en avoii.
II s'lEblir des.Tribunaux contraires fa
confitutipn. La Juitice eft exerce par des
OffiCiers, L a folde dis Feriiets Gen-
l.iu,", & qui mnt :ui.-mncmne Juges & Par:
tii.. P., leI Fermes, li Majef du Trone
i tt aville; & il n'y a plus de proportion
S dc l Puiffnrce du Sou\crjin, 'ctlle dei
Suitii. It tut nacflireement A la fin, que
les Maioriers deviennent les mairres de
I'Ert. Lj majeura prtie des richefles paT'e
infntibklmnt dLns leurs m2ins;& lePrince,
dani s ss begins, allt bligi de recetoir I1
loi de caux qi I'ont ruined, en dipouillnt
fon people. .... .. ..
Quel fpefacle liumiliant pout l France,
InrrrCu'on a vu Louis XV, dans Ie course
de Lfes Gu ties, i e iforcd d'ivoli serours





C( ,5 )
a ces financiers, & les prier, pour ainfi-dire,
de lui fournir les maoyens de sloppofer aux
defleins de. fes. ennemis ; tandis que d'un
autre co6t, ces homes durs & intraita-
bles, avoient l'orgueil de traiter d'6gal i
igal avec leur Souverain, & choilirouient
ces teams de calamity, pour exiger de lui
des loix onereufes i fes peuples ?
. Par les Fermes, la maniere de percevoir
les revenues de 1'Etat, devient une profef-
fion particuliere. II n'y a qu'une claffe
d'hommes, qui ait la clef des droits du
Prince. Les places de MaRlttiers font de-
venues hir6diraires ; & le merier de Fi-
nancier eft devetiu un art do famille(i).
Par les Fermes, le Roi & fes Miniflres
finiflent par n'avoir prefque plus aucune


( a ) Que diroit- on d'une famille de Traians ,
qui avoit 'art parriculier & bien precitur pour la
Ferme d'dtendre les impbts c'eft- a dire de
les fire payer fur des objets, qui ne les de-
voient pas ? Aufli ces hommes nds avec le wrai
ginie de la maltbte, ont mdritd dans leur Com-
pagnie It furnonm glorieux d'Extend urs.





(26)
idWe du detail des revenusde la Cour6nne
abandonnes aux Fermiers ; parce que ceux-
ci ont eu I'art d'embrouiller la perception,
p r les forces lies plus compliqudt, afin
d'en dirober la connoiffance A tous ceux
qui n'ont pas, par une longue experience,
le fil de ce dddale. Alors on a beau dd-
couvrir que les Fermiers font des malhon-
nets gens ; on eft oblige de former les
yeux fur leurs malverfations, parce qu'on
n'en a pas le remede, parce qu'ils font
riches, & qu'on a befoin de leurs richef-
fes parce qu'ils ont pr&Et des femmes
effTayantes, & qu'on ne peut pas les leur
rendre. C'ef1 Ie cas, oui, depuis long-temps,
fe troupe la France. Celt ce qui a caufd,
dans le principle, & dans la fuice atceldre
fa ruine.
Parcourons a prifent les branches*par-
ticulieres de ce defordre.
Les Fermes Royales, fur le pied de
lear regie aduelle, par les trois compa-
gnies qui les exploirent (i), occupent au-

( ) La Ferme gdndrale, la Regie gdnrale ,






delk de trois cnt mille hommes,' Commis,
Gardes, Enipoyds, Buraliftes, &c. (').
Ces noiuvlle profefllons ont e't fortiees
pour la tt~d-lajewue partie de la claffe des
laboureun i'c-. i a. ecaftonni un vuide
ipmefe dans J's~ r~clture Une grande por-
tiona d ir.oyumrtt:ft: deatmurie en friche.
La-plupart des terres, qui, du temps de
Charles IX, d'Henry III, produlfoient une
valeur & 1'Etat, n'en donnent aucune ac-
tellement. Beaucoup foht retdurnies en
communes. Ce royaume foumiffoit aute-
fois la fubflance i fas voifins : aujourd'hui
il. ie, d'eux une parties de la fienne (2).


& I'Adminiffratin generale &ds Donmanes. "
( ) Ce n'ef pas tout : les Diretaurs les
Sous-Direteurs les Chefs', les Sous-Chefs, les
RiceeVurs es Contrfteurs, les Infpedeurs &c. &c.
( 2)Lcs grains ont manque fur la fin du rcgne
de Luis-TXV. HI falln en fire vEri des pays dtran-
gers. ils manquent aduellement dans beaucoup de
Provinces ; & fi la rdftte e t crte annje eoit
tr;4s viiftl comnme it y avoir lieu de lei
craindre i la faitz de P'hiver rigourena quo nous





( 28 )
C'eft au contract des Fermes, qu'il faut
attribuer la veritable caufe de la dicadeoce
de la France. Sans cette maniere d'admi-
nillration ce feroit aujourd'hui leRoyaume
le plus floriffant de l'Europe. Les v6rita-
bles richefles d'une nation ne peuvent
venir qau de la terre : toutes les autres font
chimeriques ou prdcaires. L'agriculture pro-
duit feule dans I'Etat, une valeur qui n'exil-
toit pas.
Si le fyfteme des Fermes avoit et6 fta-
bli en Angleterre, ce Royaume ne feroit
jamais parvenu & i 'tat de grandeur & d'o-
pulnce, qui 1'a mis, depuis la fin du der-
nier Fiecle, au rang des premieres Puiffances
de I'Europe. C'eft la rigie simple & peu
difpendicufe, qu'elle doit fa richefle, &
par confequent fa preponderance. Cette
nation, adminiflrde comme la France, euit



venons d'efuyver la France ferbit la veille d'd-
prouver la famine la plus affreufc doac Hifltoirc
fale mention.






( as)
perdu un capital, en lands de terres de
pluleurs miliars, don't Gon agriculture lui
paye tout Jes an le rcv,:n. Elle no for-
meraoi dans Europe qu'ant Paillnce d'uh
ordre infiriear;' par des Fermes roaales,
le numbre des Employds out iti apgment6
dans la mme .propo'iion qu'en France.
Li recette des droits en Angleterre, o:-
cupe peu de faults. Lea revrrus de 1'Etc
ne font pls devenus l'ffaice piarculre
d'une Compagiie. On a'a point lait ur
fyfleme de li lev Je des dnieri publiis. Le
contract n'i point dimninud le noambre Jde
profetionsde premier befoin..L'agriculture,
le commerce & Ies arts, ne s'en lobn piarr
re rcrrt;. L'induilrie de chaque particulier,
fe rapp.ortc aa blen de I'Eta. Toure Ih
[omme du tavail des I'jets, elt relaire A
lh Rgpublique.
Li direCtion gindrile de lemploi des
fujers, en le ch.td Euv e de la politiquo
du minilr. : 'eft de cere combination,
bien ou md encendue, que depend tou-
jours la puitlnce oa lI foible&Te des Etars.
Catre ditcitian peuc feule expliquer com-







rent Ua Royaiume, rel que FAnglaterr,
don't le fol & la population ne formertuae
la moitid de i'dtendue territoriae & te la
population de la~France, eft deveniryour
le.moios aufli richb que la France. :
Les partifans des Fermes Gindrakes dl-
fent fans celfe, que la Ferme donne a vivre
i trois cent mills fujits, qui, fans 'cette
relfource, fermint einbarnras de leku fib-
fiflance.
C'elt pricif ment ~ette reffource, qui
ruine la France, en diminuant continuel-
lement fes richeffes naturelles.
I e t clair quo d'un Laboureur A un
SEmployd, c'ef-a-dire, d'un fujet qui crde
tous les ans, dates 1'ETat, une valeur:au
moins de qutre cent. ivres, avec cetui qui
la confuse () ; d'un hoinme qui entratieiit


(I) Le plus petit EmpLoyd des Formes coae
certainernent' I'Erat plus de 400 liv. Aminf en
les -calculant tous mEme les Direiteurs'7 doict
Ie traitnment exc&de 0o,ooo liv. fur'te plel Zoih-
mun de 400 liv. on he pourra g a -lii que lb
calcul efl exagerd. .."





<51 )
a uo atre 4 11t entretenu ; il- y a une
difisence, enre. ces deux fIjets, d'yne
valeur de huit~- t livres au defav.anage
de l',ftat ;c jqi4 p multiplid par trois cenl
mi Up a f.,:-pt .ls anndes, ung pertq
rf6tte : d uy: ,4u gn qn raats miligqas pour
la Macarchinij :. '
SDepis la creation ~ a perdu une valeur immenfe que luii auj
roic produit fon agriculture,. putre .un ca-
pital de richeffes, on fonds de terres dd-
fichies, de vingt milliars peut-etr qui



(r) Avec ces -Jiir cent quarante millions,
quand :tnme on w fetroit alcunse rdudion dans
les ddpenfes I deficit annuel frroit cover: &
bjep au-delk. Le furplus feroir verfd dans une
caife d'amortilfement u mnoyen de laquelle te
capital de la dette national difpar.iirroit bieno6t;
fur-tout Li I'on y ajontoi toutes les annIes i'm-
Isr&e des capitauS amoris, & le fonds des renters
l;ag&res dteintes. Au bput de trtcs-peu d'apodes ,
on pourroir deliver le Peuple du far4eau des im-
pofitions qu'il paye pour racquittement 4e I'internt
de la decte publique.






32 )
produiroit annuellement au moins neuf cent
millions; valeur d'autant plus rdelle, qu'd-
changee contre Finduflrie & Ior des aitres
nations, elle donneroit a I'Etat uhe tidielte
effective ; au lieu que la fomme du:pir
duit.des Fermes, itant prife uniquement
dans les richeffes de la nation, n'en aug-
mente point la mafle,' qu'elle diminue au
contraire. R
La plupart des hommes en France, ont
perdu la trace de leurs premieres profellions:
Toutes les clafles fe font replies infenfi-
blement les unes fur les autres. Celle des
laboureurs. fur-tout a diminue dans la'pro-
portion que les emplois-,dvs Fermes Ant
augmented. Les branches:ades fujets .qui
ont quittr les profellions de premier befoirri
pour embralfer cells qui ne produifoieht
rien a 1'Etat, fe font accrues. Cependant
ces nouvelles clafl's oat dti Iublifter fur la.
fomme du travail de ceux qui ont relPr a
la champagne ; & cette foiimme n'ttant pas'
fuffifante, il a fallu avoir recours a 1'agri-'
culture des autres -Etats, ce'qui a depiouillI
la France de fes richeffes.





T 33 )
.6hs*.&4a9i d de cette foaue dC ebsn-
FaLlFw l since efl rimptieraih
nae.oir -cc four II FePrnif es-
mt sp iidoea la cafe. La parrie dei
dgumP qi uii4td reiree de la campigne,
paIMPrvair dans les emplois fubalitones
de la efaWs, a forced one grande bancha
de gens uilifs. Un Cormmis qui a eu dit
enfans, n'a pa lei fLire tou Commnis
come_ lui. Qa'd done di devenii cieir
foale de gens fans profellion? Elle a Formd'
La majeure patie de cean drupei conlfdi'
tables 4t soanhsbndier. -
Madndin didare avoir remarqui que Ic
plus grand nombre de ceux qui prenoient
pirti dnas c is tronpes, droieni de; dc:l n-
dans de laborturrs, dom les emploii des
Feitms .voient reird les ancetres de la
champagne, & qui Ce trounoient ilrs aLi Un
talent. I olbfrrve trrs-ludiciflernmcnt que
.l.:s ili ou pent-his des Eimpl.ie font en
gendral peu prprres aux proefrions pdmbi;
de b foiddCt. D's gans don't kis ajiuls ont
endoi tI'dpd ,p &1 pAlle I ler vie I'c prJom-
ner au ronr d'une Vlle o's d'une Porte,
U






'( 3;i )
contr.,ctint un idgour n.turel pour te trl-
v%:l, donr pour I'odinclirelesen fsathTitent-
Pour promiTer carte vrite, M.aiidrifpro-
dult plufius: lettres, qui lui furaenidal-
I'es lors de la creation de leI TroupS ;
& pour dintelheencede cas lertra,itaverrit
qnl'd ne recevoir auc-un folder, lirsitre eupa-
rajant inform6 4er rYfcns qui le porroient
i demander du device foIs sir urdrs Le ddplicemEnr courinuel de, Clmmis
djns les Fermes, frme une source indpui-
fIbhle de conmakmndiers. Chique-Fermier
Gdndral a !~rs crirrcs parriculhere iA phcer
aux ddpenc de illes qui font places ; ce
qai remplit connauellement I'Erat de gens
Ians protenlion. Le dparratnenr des Em-
plot is a tolJours edi d diftrift des tilles
publiques, & come le gout pour ces
eriatures varie contiraelle erit, Iintabi-
litd des Employds des Fermes, augmnere
a l'ini i 121.
Li del ition & I milere, rdpandues

( I ) Vo!er ci Letires a la rnte premiec.
( 2) LeCIe: ormarnr a note feconde.






dl i-ljwu par les fommes -torbi-
,aSHe itf F miefr rs en rehaid; font
a tresigarce', si augmicnie aed' Btabre
dceomualm.banlt8 -a '
vW'fi4 drpI dsugands inconvdnins des
Fcue; 4ga & d s c l oWeditr cedir d'xvoir
jeniteousI lqihad"liu' ead& iE e quiL:maisb m tihgence dtnrs our
I RDoyau me.
. Les.Fermiesonat exn C"ul phird'sr &
darcgebr, qdue fdn o eonlermbkebut. Is
antres particuaiers de- France' Parce qu'wrc
cehtaid'individus, foua la dtnomminzron
de .Fanieirs Ginras te-RdgilTebrs & Ad-
aminltineurs dei Domines, onr les Fermes
de l'taat) plus de qutre cent miiHe mrnz-
gds ne peaveot pas lablflcr Parce jqu'un
trkfiitc. de MIaktda regorge des thofes fu-
fordihs4l dta d llns de IL iat manqLent
doe clQfes ndceffairc Toutei les richcire
de I'Etit vont fe p4rdre dan leairs cotfres.
On :ompro les Fermiers par le nombre da
l6.s mEdli.ns. -Leurs principaux Emptoyes
ipa ont bienr6tr amaffI par leurs malver-
fations, & dev\iennen Fermirs leur tour.
C a






((3W)4
Lcs derniens. des .lkbnrdenlne iani -ie'
le.,feu mpyen., 4'tqi reremanqno teturi
.urjirs .-Agterii, l ic. aancelitutr
c'eft de preffurer le penpJlefnazJifiiicBitm'
pw4p.jp .p 'ijer j44u'au;,dirnier finj6t
de la, Ferrme, tout pille, sut Fieviet opuLk
lent; &.', 'eift 1'Etat .'elrcjorp, qui. ootirt-
bpe, enriichi. e Qu&'ianji cfutfie-t^ Les;
malheureux, qu'ils ont impitoyablenicmano
eouiltis4fopt rtuituJ aud lefpdin; &ntva int
pas 4Xawtc midyan de, fiblfleri iLs.deriewii
neat. :ap rbandig.rip.s vivree i : ...
..Le-la ej : que la .inliwtaife-icnaomiides
richeff's faii e niceflaire dii fyllenm des
Fermeq ,aj occalionn6 aen France;j, ;une
:iutrlt%.frc. de covtrepaodiersq.Ua&elafi
d '}qp~r s.;~ qui nage daaS usaocean5ddezJ.i-
chKetes, Fxcite naturelletnent Its autiff -
lui'. fournir le moyen.-ei4'is: difiperL~,D4l
c~r~.akts de fuperfluitid ces'pfrofions, qu'ua
certain gout n'a pas ,plut6c former ;'l,'ui
a utre les detruit. Tan6te des mtodes extr@

S.() oycz I la rroifim-" ncau: Ics lcres qri
juftifient cctr e vdri d.






friendr c6i$es occupent unr grand
--idibt e de&ti fi' t 'otvent d'autres plus
fimples, qui leir fuccedent ,-croffeit les bras
A uthe quafirt prbdtigeufe d'artifans. Que
pfi iha biB d&,"riir tant d'hommes r'-
daits i la mifere ? Ils choitdent ia profef-
bh peut ;Ilei? d iqui danger qu'ill y trouvent.
L'anripathie naturelle, qu'on a contre les
malt6tiers, groffit encore confiddrablement
Ie ridmfbre des 'cdntrebandiers. La fortune
Sides Fermiers choque tout le monde. Cette
liini- eft d'ir be cnfquence infinie pour
'~ rfatr di- e pe.e Tfivant les circonftances,
iontribiuer a renverfer la Monarchie. Man-
drin fait I'aveu qu'il eprouva des douceurs
,dans fon emplpi de Capitaine Gdneral ,
qui liul on pefua~&d que le Peogle avoit
l~ cdur ulcier contre tout ce qui avoir
quinques: relations avec les Fermes ; & qu'id
eGt 6t6 cent fois arritd, fans les'avi i qui
lui furent donnis. (i)

(i) Ce fait eft coaftati par les kttres de la
poi e.q qlunren,







On ne s'eft pas contentdde lui donner
des avis : on lui a fouvent offet O four-
ni.des feeovr% () '
La plupart des commis lui ont a. em*I-
mes procured les moyens de leur enl~e4r
leur caiffe. (2)
II eft done evident que la contrebaapde,
& les maux. affreux, qui en font la fwi;,
n'a d'autre caufe que Je barbare fyfti~me
des Fermes Gindrales.
Si l'on ne change entierement cette par-
tie de l'adminiftration Franpoife, c ettr belle
Monarchie fera toujoars en danger. Quelque
remade qu'qn apporte aux maux pr6fens,
fi la Ferme Gindrale fubfifle, on'ne fera
que pallier le mal; & bient6t la France fe
retrouvera dans la mnme Frife de dire( re
qu'elle eprouve aujourd'hi (3). II faut done
profcrire a jamais ce fyfteme odieux, puif-


(I ) Jufifid par les letrres de la note cin-
quime.
(.-) Plufieurs letres fous la note -f inme
prouventrce fair.
(j) A quoi ferviit Louis XIV La recherche





( 39 )
quS'i qft proy4, que c'eft lui qui aff9iblit
Ioe qo0verce et politique en arritant les
progris de I'agriculture. On ne fauroit trop
Ie rdpFter.: l'Etat qui a trop d'employds ,
n'a pa 9 Is de laboureurs.
$ Si ans de guerre riduifent toujours la
France a la famipe. Elle ea,obligde alors
de recevoir la loi de ceu., a qui elle de-
vroit la faire.
On crie beaucoup contre les Fermiers
Generaux. Ils ne font cependant que Iks
inftrurens du difordre. Le mat eft, dans le
bail en luil-mme, & dans le haut prix au-
quel il et :portE. La plupart des combina-
.tours des interets pbblics prdfErent la r6gie.
Mais ont-ils bien approfondi cette matiere?
Si les rmmes impots donns a ball dtoient


des Financiers ? II leur impofa des raxes dnormes ,
pourleur faire reftituer ce qu'ils avoient vold, Certe
Sopdration lui produfit une immense quantlit d'ar-
gent. Mais il ne fe procura qu'une relTource du
moment. II laiffa fubfifter le mal qu'il auroit
Fallu ddtruire au lieu de fe borner a ransonner
ceux qui en avoient profit. Les Fermiers oat con-
C 4






( 4o)
perqus par des rdgiffeurs, ceux-ci ferolent
niceffairement leAr'recette, come la font
les Fermiers G6ndraux. Elle feroit aiffi cou-
teufe 84 aufft on6reufe aux peuples; qai fe-
rolent pills & ruins par des rigiffeurs',
aulieu de l'Etre par des Fermiers. Le mal -
feroit toujours le mrme.
Pour jester les fondemens de la grandeur
de la France, il faudroic commencer par
ha remettre dans la meme position ou elle
6toit avant le fyvteme des Fermes; c'eft-a-
dire iteindre une parties des imp6ts, don't
le contract n'a &td quo le prdtexte.
Pour remettrq les fujets en haeine, '&
les porter au travail il faut d'abord les
laiffer refpirer. Depuis un fiecle, ils font
accabl@s fous le poids de lur mifere. L'aug-
mnertation conrinuelle du bail des Fermes,
en tetirant tout 1'argent de la Nation a
jetti la confternation par-tout. L'Etat porte
en quelque forte le deuil d e e yfitme dd-


tinud a s'engrafer danslevleva champ du Royaume ,
dont ils opt dtvore la fubltlace.





( 4: )
fiftseux. Toost e moTnde g6mlt rout lk
mionde el acqibid fous le po;ds des cares
.iepta les Flfaqeielers & ceux qui ont
prout de im l 'vIre Fublique & des ref-
faurce.fi4qpfte. aluquulles le Gouserne-
ment dtoirl orcE daavoir recourI d'ns kis
beairiss pour s'enftihir de Aiotr,d6refle,
& parrager tes trilles rells de notrs dd-
pouillc.
La luppreilor de b Gab'lle h d;mi-
nUluon des droirs d'ntiree, du taba,, ac.,
cn laiffinr plus d'irgent dins les Proir cs,
rendraint l'nag :uhlurc plus sf.'jff tte. &
le people plui indufirieus. II I1 tormeroir
do nouvelle.i-aleurs, qui produiroient des
laschrolc rees i a'E.it.
Si le bjil des Furm; si li.; d'tre
fii.c esdivementrplusque double depuis rain's
de lienr a ns, avoit ekt dimmrnu. uin in-
finat de liuets, done 'emplqi til rel.cit'
auo ferines tuiroit tOurnd fei, tus da
c6t, de Pc'onomie ou du commerce; car
c'clt fur le pri des Ferm-e qu'elFl oulspars
combined le normbred'employvs. II aur mnen,
ou diminue, falvant I' ugmenutaion ou li





(4 ) -
diminution du bail. A Jiaqus dilinuiijan
de di., millions fur ki Fermnos, 1' t aur
rai ggnf. usei ypalur de pius dqinaisinnc
milhons ;. ce qui auroic renditle Mqiacqqre
de Frnf, pi pPis Li pteoi4t de
I'Europe.
L uni.-Iu maxime pour rendre un Sou-
verain opuloecr cill que IW people le falo. -
Li richelle da Prince n'a d'aucre foodemem
que colic de fes peupitk; & lorfqu'll fe
gl1i'1 no \Le dsn, I'jdminiLtrctioa qui les
:f.piunrr, coramc les Fermes G&dorales,
lI fi.t necelTi.rement 14 in, qua leur
inai entraei 1 li fnne. Au concr.,irr, un
Roi qu; a des fu .cs rilhcs, ef ioaujou.s
puilf.nt. Ls catess ne covtrenc rin aI
pauple I s')y-prtte roujwrs volonticrs.
lr)',iue les ri;hclls prerment leur force
Ad lns fyftdmes id Gousernerneri.'
II r.'y point de people fur It rero pla~
chrg%6 d'mpiro que iculi d'Anglererre;
& il n'y n a pas in miie-Ltmps qili le
fetne moins, parce que '.Eat lii done
toupurs plui quil ne lui 6be.
II I'ut qua is rickhiels, avint d'entrer





(48 )
dans:e1i. ttordi i.d Prince ayent con-
ttriltbl, a i~i .1 enrichir Ie peuples.
Votaifr paimle;-e tous les fyflemes de
Fiatdnind-. '
e.~~rodaiaton qui tend I diminuer
fa clalshit pluis tile, cell des agricul-
tttarsa. ui contribe suigrnenter Ie nom-
bre ide: profefliOnt inutiles, qui faith verfer
tout 'argent de I'Erat, dans les mains feu-
lememftde ceux qui le'pillent, qui fomente
Ie L4e, &c. doit, en dcruifant les fortunes
4.es, particuliers, renverfer, avec le terns,
cqle dti Souverain.
'Cdtbieni de millions fortent tous les
'ai 'ndi Royauiine ? is paffent chez les
Etrangr.s qui profitent du defordre de
rldmniniftration franqoife pour s'enrichir
.aux dpens de. catte Monarchie (i). Comme


(I) -Ls millions que la Ferme-Gindrale paye
aux Hpjindois pour le tabac qu'ils lui fqurnilent.
Co m6me argent yenapt .4a ,a France que cos
mimes lolhldois,.;o.r. aggraver nos maur, nous
ont prrit dans notre mifLre & dopt nous leur







cet argen; ne rentre plus, i forrne ua
vuide ril dans P1Eta.. CG~- wide rd'ef7 q
trop fenfible aujourd'hui : le peupile. et
cra(S ; le Souverain eft ruined, .k..force'
d'avoir encore records a fort people wrftr
piyer les dptres quil ta. ontra&es, .
Comment fe peut-il qie, jufqvici, ce
grande veiit6s n'aycnt pas.6te fenties ? .Us
plan qul auroit prdfPent qyC diminwbn:tdap-
paren.e dans les revenqs du Roi, .quoique


paynns toumes les annies I'ihtreir. Les millions ,i
la Compagnie des Indes porte i grands frais an
fond de 'Afie ; les marchandifes de lure que cerre
Companies noLs rapp.orte p que nous pavons bien
dcer, & .on Ic pris re'ourne encore aui granies
[Indes prior r convrCtif' d& nouveau e' Ma'-
chandifes, que nous ialkangeons fanes eefde rinrre
ncuit, or guii .e revient pip, Tous les, millions
que I'Angleterre par une fUie du fumefte Traitd do
Commerce a enleves dAe la France, don't elle a faith
tomber les Manufa&ures. Paur-il encore parler des
qil.lions qa'a ravi & la Frdice Il jeu perfide dc 1'a-
giotage ? Une perite Rdpubl-que notre vorie a
accumule dans fon fein des richeffes innombrAbles,
produit de ce jeu infernal don't fes habitats fem-
bl-ieat fculs avoir Ie f(cret.





( 4i ;
plus aSifrageux au peLpksle, & par con-
teqmuat, as Sai rain juroir rte cenlirm-
menit "ejed par Ie mniillere. On n'a guiArd,
on ea accueifli que lcs projis qi ten-
doieatl & ra.lgitenter les trecnus Ju NIJ-
narque; ',' me aux. depens de fis fuller.
- Iair entin le omenn eft vend, od I'w is
de nol nlaur nouo oblige d'in recihrcher
la caule : Is Nnon safl-ble poir Its rd-
parer Ics ctranofira mient que des Mli
nitlres diplatvs rapidemenr pir I mrnim
intrigue, qtui lei avoi mi en ph"ce. Les
ruprdfentns de la Njtion, fur lh'qull ILs
Ferniea OnUndraiuv ~tdndeit :dyuis trop
long rrmps liur mntin dliruiilrne, Irtnr r'-
oiris id ypocre mni-re qu'ils ptri.put,
& na peus\dni ps on i tonnoure lori-
gluiRrAIsift Ie b'll dau Termes ; on Croit
)' OILpronIe, ji. .!
e. lyime. ctrru te les pr.>rris te Ii po-
pul, ia.: ii eft us des plus gr indc oblb.
il.- 1 :P&anmoABi des riihelres, don't It
dCposdlle I.s ciroyens, poar in comibllr
ls pubkicain dons dl parw "ni lort






( 6)
pri;e dans I'Eranger & dQnu ; dcrruj la
primicLi fiou;rii, I'agiitlure. Ca I ktime
diminue 1'sururiei du P ince push j don-
ner A des homes a,.ides de la immune,
de la librd du ng dJ, people: il a cxs
torqud au Iouverain des lols crutlles, des
rlbuniL lInguinairs ou Is jges fonL
en meme etems paruoep: i a:hangri e gI
nie de Ia a ioan ik, r endaildc ets & rd .
bees une rulitrude de fujets, qo'il a r-
dumls I L plus aftlhul' nlrdere: il sreoverfl
b cordftiusion dc S spm rchie: il tiniroit
bleni6t p:ir anrntur I' s : ii faur done n6.
ceilriiencrt fe prefll't de I'aneintir lu;-
memoe.
Trop heureln Iis trains, qu'on na fruive
pt ui jaourdhui i'axa3mplelie' Louai XIV,
&t qis"'. Jesur laIi le .prtdit de kuri ra-
pins.. Trop hear ra encore, que lj Nation,
quirls arruinde -qars dot les jugr a
ifn roi'r, re I rl dlir,andle pa c~rOmpe dei
ml.heurasu pete; de ftinr;f. qu'sls onr-stA
r Ihdi dsc bursi lets rs por leur fai- re rei
ncr I. chase dE; lei-lovage deltinie art





a'1f )
-W" ij U .-oj.ut e eug que klen
A;--;f|a iCtles 4F 0 b1ur OrdIes fur tea dchla-
. ..... .. ,


. '. .i :, .:. -.. .









N 0 T ES


N o T l, page 34.

LET TR E 'PRE-M ER E.





JACQ U ES N. de la Ville de M. mon grand
pere, quitta de labourer un petit Domaine, pour
fe fair Garde de Tabac. II ect dix enfans ont uu
feul hdrita de fon emploi : les neuftautres s'adon-
nerent i la conrrebande. Mon pete, qui filr pendtl
i Valence pour avoir fuivi la profeflion de fes
freret, ne m'en laiffa pourtant point d'aurre i fuivre.
Je I'ai exercee pendant dix ans, trcs-lonorablement,
& avec beaucoup de courage : j'ai u, de ma main;
neufGardes de Tabac, j'ai fair contribuer fix Di-
re 'eurs des Fermes ; & j'ai ddpoailld dix -huit
"Commis. Aprcs cela, Monleur, je crois que vous
me croirez capable de remplir la place de Briga-
dier Honoraire, que je demnande dans vos troupes.
Je luis &c.
LETTRE





C 49 )


LETTRE SECOND.
Monfieur ,
fe labourois uue peite terre fur les frontieres di
bmDpiha qui ate produifoirttous les ans environ
di dmniaes.de ofrnAent ,-ldrfqute e Seigbetr do
nor Village q qi'fiWF da dtpuis long-reti i Piril ,
& qui avoit afliftid med n6ces, lorfque j'epoufas
une jolie Payfanne, que la calomnie, oi peut-erre
teulement lia midifance difit qlt'il avoit dpoulf
avant moi in natlralibus mec fit obtelir uni bri-
gade. Jo quittki dohe mon chanp pour endolfer

Mais les malhonn&ies gens, XM. Mandrin, qua
font ces Eniployjs II n'y a point de frijionneric
done. ceite canaille tie foic capable. Ne poFvain
point vivre avoc des gens fi corrompus & n'ayant
plus de gour pour labourer la terre je vous do-
mande one place de Maitre dans vos troupes Id-
geres. -
J'ai g rois les moyens nceffaires pour devenir yd
fameux Contrebandier. Je n'ai pas encore tue" per-
fonne : mais j'ai de quoi ruer la moicid des Fer-
miers. Mes atmes de guerre font quatorze fufils i
deux coups, lfx earabines, vingt piftolets, & cina
qiante bayonnectes : avec celA, je tire fi bien
que je me flatte de tumer un Commis des Fere
hait cons pas de moi, &c. e fuis ,
D -









LzTTRE TRO STl ME.

Monfienr le Gdnral ,
Je fgrs 4ps galeres, o ui'ai rel t pendant dix ant,
pour la contreband. Qe temrs eipiir coux qui
vinreMa- p ,dclyrar ane direct que lee Fermizrs-
Gdjrasus me pardonnoicat. En rmkwe tm-s its.
m'averrirent charitabkirppc dL'abadaaat se dau-
gereux. nrier, & de me. remsgttt .l'agricultmC ,
qui avoic sed lIa profefJFo de ries anchres. Maia,
crqyez-vpus, M. le G pcra! q.'Cn hbname..qui a
vogud pendant dix ans fur la mer air les brhpi
bien bons pour labourer a terre.
Pour moi .je e me tmou e- affer de force que.
pour reniplir 'emploi de Contrebandier. le vavs
prie dopc de j4onogr rd'u de vga brehats.



LETTRE QUATRIEME.



Fiites-moi la grace de me dire en repoofe fi ije
feral rompu, ou feulement pendi trant trouvd,
les armes a la main i vendre du tabac. Comme
depuis cinquavte ans, que nous asons abandopnd
agriculturee, nous n'avqns, de pere an fils, d4an





(51 )
taotm;atille, d'autret moyen pour vivre que la
inimbiwde une explication li-deffhs m'efi tris-
naceIfaire : car s'il eft question de la roue je me
nundrai l ttre de vos troupes, od, en furieur;
les armes ik lp awi, on me verra 4gorger autant
de foldata militaires qu'il s'en prdfentera. Je fuis, &r.


,.vki-'- '- -
N OTE II, page 34.




:. '. ,QO .SIU.B
.r T. P EMI.E R E.



AVANT que de vous demander de 1'emploi
dans vos troupes, il e(l bon que je vous dife ce qui
fair que je brigue l'honneur de devenir un de vos
foldats.
J'dtois Garde do Tabac aux environs de Paris,
Tapploi q~e-j'cxerjois depuis vingt ans, avec tout
rhonneur & la probite de ccux de mes pareils
lorfqu'une petite toupie de la rue Sr. Honored de,-
manda mon emploi au Fermnier de ce ddpartement,
pour un Valet-de-pied de fa connoiffanre qui le
iui accord. Ainli peu de jours aprds je vis arriver
M. la Violette, qui vint prendre poffeflion de mon
Smploi ; & je me trouvai par-li vis-a-vis de rian.
Me faire volcur de grand chemin, ce n'eft guereos
D3






( 52 )
Honorable. Item, cependant il fant vivre. Je vous
demand de l'emploi dans vos troupes legeres. Je
fuis, &c.


LETTRE SECOND.

Monfienr le Gdndral des Contrebandiers,

J'avois la plus jolie faeur de tout Paris. Vous
devez donc bicn jugar qce je no miaquri ias d'a-
toir un bon employ' dans les Fermes. Ma fcEur fe
ddshonora avec un Fermier-Gineral pour m'ho-
norer d'un emploi de Contr6leur de Tabac dans
une ville de Province. Mais hilas elle eut der-
nierement la petite vrolc ; & mon emploi vient do
m'etre S6t pour le frere d'une C*ur, qui ne la pas
cue encore.' '
Je paks inceffamment podr Ie Dauphind pour
iler reriplir I'emploi que vous voudrez bien me
donner dans votre troupe. Quel qu'il foit, je I'ac-
cepteria avec plaifir, pourvu qu'il me metre a meme
de me venger de cette engeance des Fermiers. Jo
fuis, &c.


S LETTRE TROISIEME.

Monlieur ,

J'ai appris que vous ne receviez perfoane dans





S63)
vorre cojs d troupes, fans atoir fu au prealable
la raifon-.qui filf tquln di'rf6fir devenir un do
v6s''"f6Mai.VVoli ;~anc mbn bhrtoirld[lMor pere',
fauf vorre effet&: i' 'ti un flatro Pli M 'MM8.f if'!
J'hriibs l:jofl garpri' quenl k- D4c.,, qui aimoftlias
beau'l mlWiifir4ts m'avoir gardi quelques armi&
cheel lt c-'srnfiW arvd'r un jimpli d Garde de Ta-'
brkch'?li$tdiiaipeas qui ibWe l *'attvoir & Si'cTl
qgat: 4 VinihWta pm:gtlt&h nu aPtrRIrtiiv r.nI a
CaroiT felyi5tplicdr. QuifbesU 'aiseses asis.'ti
Saint-lOGemaibl ie fit ppefde mod'pofic', Peu- db
ren's Spi t i Dlefau aBiae &Wtar ir.
Cepc aidoaatfa JDafnWartiet' taiiniek :Wklfe Mn1
p^lqae'AuOL if de& c6 qde .je-ise it'itB ols psl.PI-
toitl; at petite creature qu'ntahitf yas trair suces
dechaitdab fon corps. Pftrrfe vehger 4 elle me fiU
chaffer ie hans; Mptoi. 4ca&:rertis ry'Pinee, me
ki fit-riedre ; ikWFamchRid p In dotir6 M .fJoli Vt
-Gmignet m remi ce, cmmTifHor'iV&u('iia i leti8 4
vage ft xazfe qu'on. m'en ptrin:; la Il'doi v tfo
qu,'on me Ie rendir; P'ARanddrlI fqs'qn me i~cb
la Belnau la cadetre, par.lt&npyrin d 1sFlsFdeJnw,
erK.&.A1itc'ars.enrce. Enfin je fi4isomme cca la
navette pendant plu6iesr annies. Mals lorvque meC
protddions furds ds'tSupies d'un orre plus dif-
tingue j lot up.i tu2 grand iolq-; paitroutfoura
incertain : Mademoifelle Mets de I'qppr me tit
avoir un contrble ; maisla.-Cora4fi, dbjui j'avois
dic qu; I Piice d;p 1..... ,en, avrit pas. e .e,
.. 4 -. .-






( 54 $
gncs me le fit gier, La DhI4 C!onfiution fe
pakla de me le fire rendre. EUe, yolhpua. La Du-
pont n'y rdn4ipps *ion :- mR s la. (O og e .l'O-
pira cOBiqwue '.p.Be or ,Je ne slmpe*ai: ppslong-
e pP en patTer 4 a filles,da .idr ce e t. pefqitq t to* .wr la
caqfe de le raipIQq subJie, pour I'ordleairc,
gpe ces gr&eturqq gougement les Frtipirs ,~crm
!j Fetisca sgoRvrs epsllvr4tat Jla.;cus ps5 put&
lit 4iloa -fe othRn4&A'Opirti, qat.la yneis

remain. Ma'itble a t #Priniwr qutj m pwni l m-i
itmn Atifl:asetc tiir.qu'sl n'y a perfonmb qu'linc a
I'0pra. fl9i dafe hijesi, Gd oblrratleieusn fairq
eaudge BmoaKnrlo4aie!,rdl(dic. MaiSriq terms da
t. perde-, i;drreoblecM tpour avoirs d4i6t a une
pceiie crdtetra.aqu -i.prc.WL F figrTand afcWndanL
Mir doi. Ml 6helu u qarelc .cddue, J r cementt
IUclridtrl pat' ieAshlftks msn Aiahnfus'apsit-Jp]l5
dy inbiii dMtsacsniplao.4 aE lihygatpras Ait qpi
faibter:, njhipl&ibhide -Areqdrd -part? dans- vos
irapoa' 1I J khi r.& r. l 1
6%t. &j. i d. &4l 1

IN .Q T E ,I,L iage 36. ,
L.. ; E'T E PREM-ERE
!rt ;'TI 'i'r Lm I K r I' i I. r : i I .

z .rV.-owsEU ''*
S'-~is d'uitcri et VilI-geldna DJPoi&tii i ae i
lieues de Gulliefire mais ti pauvre & fi dpourvu






Afi~g~gePqit6 dans low'i la'Ctm iinaunt qui
lei'Voo aShtians ,1 i'y a a&ucileki'f qlte
tenirl. en pTijtdet AdlleuitardIh, lt1 a ome,
ieparlie en portions ^gales fait huti k.cs uci'ql-
qPre' deniers pos'wc'ihr 'Ciroyen'q "
-t cEuFi a' &Mute f6dis d1or, que tot te voi-
'MOi. =- 6" i- I. t'T:. '
A ,Alljb I j 0ut ,1r a G .. 216i fa' |
,' p i OI.e6 go l" e f* ans s 1r H
conserve avec aucanr de foin que les cureux en
prennnnf Pans pour coafVer.ii sle PdoLe mo;
,1. ... I' L .' ,.5,
1 ,
dadies aes Empereurs ]omaqas.

caiti e produifent rincp par. qu auction es
I" C i 1' .r. ,, .. .,. i
iOatiaS-a ls. moyens d avor oai 1ts outils, x
lbes.tat" ncceUairei pour Ie labourage.
' t oran fl 'Ie IS du.cilce Ae *deier
parmia q. ous ree i pren4re. Vous n'ave? u a
vdurs'Preht'r ave votre troupe & rout lI Viiage.
feria onrebanir r p deJtb arion.
I *. S ,; 1>. il ,,-,- 7 '


LETTRE S ECO DE.. .

.v onlteur .
Pr.Jant Lea irge l'i' ioienr rLdd ''etui
d*;Lnuts .IV'1 ,Ja petite vitt faije fuis n, id'ins
uas-PrfOvinse de FradacE joiffoia d'un capital ean
D 4






.4eces de dix-fept cent milj Jivres; ca qui avolt
fu4fi juqu'alaurj i (oqteir Con Coqprnerce & fon
Agriculture, &. par; conrdqve a .rftr, ricJpes 8q
FufreuF (e1 Habitan Mais dqpuit I'4uprpqnation
des Droits de Douage ,,clui'du tabac, & itftab ifc
rnent rqiienx des Bplreaux ,.la fomine dq,, sfi4-
&les s'ef in'enfiblenrnt fopqdge, de fawon que lea
trqs quarts des Habians n'ont plus. les movTes de
faire valoir lc ien c; qui a redu tkoy e la Comi ,
I .'"" R," "ft. ,' .' '.. -, .. .. .,.*
Amuhai y fe .. nfre.
Fcompte ft bien cait, pepul foiaqr anp; let.
Jfceverpts dr grniers a fel,, de la douane 4 d;u,ta,
ahe eprpertent qnnuellemrnt une (omme dQyingt-fix
mille fivr ce i en a faith une gndrale de quinzc
ceat f(xanre pile ill ies, qui Cl fiorie ns tour,
Yne n'us refle docne qu'un capirtl de richeles d4e
tqtarapre Inille francs, qui cans, deux ans o'exiftRra
lus chez nous. Ainfi it y a ltowCe aparelc; altqr
qu'. pe nous refipra d'nurre refflorce q ue 4 rep
dre la profeiTion que vous avez vous.-tnti liffe,
En atcendanr'quce a Commiinare fe decide, je
vous prie de inq re=voir dans vos troupes. Jo
fmis, .c.


S ETTRE TROISIEM. .

Ajtofleur le fameox Conirebandier,
J'i r,une femme & huni enfans ; & je 'ai pas de
quol lcur donncr du pain, Quel pArl- ;n relf-teil





( $7 I)
done aprandre que cclui de la coptzeharq4l,?.I,.Ic
Curt, q1A fut informed que clrcoi-lk, mors 4Efin-,,
vint M I rouver ces jours pafTs pour merrprdfen-
ter qua par-il j'a4ois filer ma core : qpais je le:.tiIl
4 quia par cetu interogntion : Qu'aimrice-y~-vut
mieut M.le C ,. lai disje cIre aiture dp. ourir,
dfaim .qu.rifuuer 4'eg .pcduiL? tl. far qual4 W
rqpqgdrp,.JC ptoep i fop IiicfmaRacp4 wos' dPr
maOder u nbrvte 4dM aq joqpes. JCfiLi, .


N OTE IV, page 37.
LETTRE PRE MIERE.

MIoNsIEUR MANDRIN,
r i k' 1 .1 .- '
NE paffeo point par-le chemin de B***ne. II a
dest *fdi.t m -es oti'di Aldes qi y ont eno
hembuft.de.'A.-.deffous de la mont'agne ef un fen-
tier qui'vous conduira en toute fih-etd L**ne ,ou
n6as sa'yvd appris qtou'' 'it vonllz a'ter. Si vouis ri'e
c6dindoHI z'fpast' hal du pays, c q8r lue vous ayes.
btFoirti'de guid&-r, bf is-noC' le favor &. noire
Cananunaurd rous en eiverra quatre. Je Nfiis &r. '
0, ry "
LETTRE SECOND.
Monfinr ,
A c6td de la petite valite de M**ne il y a un
Wois, qui a dc-u lcues de long fur une de large. Cet






irdekht pt6alfwWd a nst*hmbntv tis fervir d'afyte
oostif 1eTrmupes ts ees quirepaQ ii fetl Comr-
nmhitftl h'eh cbnnoirt ibanrd ni r-fi, &s qtauciun
Ifbi~dai dvttys ihi'letii-fefvira de gui&d.:Mais' en
ci de tftWdA, il y j'dtn retianchement hnturel au
Altlitflboit id Mr i tiuft i azus fIr 4ida-cn'sb' ti
ptA fibre :cibtaift dLa i tltro s les Rkgi'ne' dsb
Prancd y piHfBimit l 's"ul'apTcs le's autre's. Dan
une aflirie edglie, viht j6ti&ifir Iatke tiiminc Tr6le
que Ie oGdauaL-d.L.4oi Sanuigse jomrWrcopi do
I'Aliette. Je fuis, cc.
"*.-. -..--


LETTRE TROISIEM4 f
I.. f t "
Monfieur Mandrin


d C, s 1 w. p p, ,h h .
on Cot sCba4d: Ga.e.,a Ioin a G..zogik
L ,. Cqr
pqipn;u&ii-ec Uifc4S.fitP cWr.d1Xid.4. lari
Tou iroi voir tous peindis, aip i aipec leur-.agnCt
c'eftl ouiours la fommne qu. Il, &cide. Si elle.e1ft i j
peu .jolfdI.., C'pft ule, qup piril alors ne .cj
recent. Pour unc gratification il iroit arrcrer fon
pere. Je fuis, &c. .- !



S. ,.. i : fr f






, .- up ,. -
N o T-1 V, page 8;' '

LETTRE PREMIERE.

M w$ 5 Eo ,.11 G W.hrRB ^,
S I vous avez befoin de munitions de oerre &
.' ;"' .' W % -., 1.
de bouche nous fommrts prets vous en tournr.
Vct pountz,.cmrmq r d aq adtrp-.Cacrnqunam~ ur
quatri. ccna. fibfdhS dlms barrils -d ipcuSro, q4iS
quiarux de balk ,; fi rcesl :.unans. de; psimtr.tii
quaate fac, de farinsz& cont cai'atiiad.r itia ii q
* ", "I- *'ntE.," .J .i'-

't i^C.0 NyE.x

^*^EnS2' iaY '^s f '6F~ip bdoi A

Mgr clbftPS di folit rdaiV' oWb"CHkeu


a, .2u -1 .-: i7"I p sir
N OT E V I age .
t. TT.-/tE IE))l 'f l.J
.jI ETTlli; 0 1 S E E U R F

oTNSTEUR,
i' A I uhc receite i L'*"*ne # o uf ~ ft in e u i aeur
uiie s' de l'end'roit o vous vous trouvez. rous pou-





vez venir rcndre ma caiffe quand il vous plaira, i
condition que ious m'en lailTerez iri-filers. II Faudra
ponr la f(7me -ieurous mIeniqz cbtqxance bommes
avec vous. Je fls, &c.


,LE.T-TRE SEC-ONDE.

Monfieq r Mandrin ,.
Je par aprtt' emaiht pstr ..jp er-a:M tpeiecr
Pragea .a.itauicettm-Jle Awt pr4iae vultoitbia
mefaire.ta grace de venir ie L'Vrc-tr.;'Jo n'farai
qo'ueo';Brilide. de di: garden : reglez-vous Ii
dellus. Je fouhaitcrois que vous fufliez vous-mrme
----------- --T" ...........
a la thre 4e .ett1 cxpdditiQp, ~ ec poor ma
decharge &cn1fe paifta en pretence dupetit vil-
lage, d, L o ,if p. ji,,vouluJ une fois-me
uefr; "maycz x 5 i o-n Be J04t der fecoqis
ry!epaiw:' ne ,nec 1 4ix. )dggyi jq pFovef '
rions, j'ai ddji tour rigle. Portez un re: .dti it
quante miHe francs pour usa f(mm de vingt
mtrnlqare j'e vous ref bttral. Ye fTis c.
-. "v .;: ',) -

LIE r E T I t E I M R.

Monficur ,. -'
3$i puis. .dune recene., d'ou je fuis prt s. Itra
!rvoqud par :MM, les Fermiers -Gnc'rals ,ouT






quelques fautesd'arithm tique qui fC font trouvdcs
dans mes competes. Es ne trouvez-vous pas cela
admirable, Niordiefr Mandrin que ces gens -l
sent la man'irede vouloir voler I'Eral i I'exclu-
fion ide tous les autres fujets du Royiume? Pour
moi ,j'ai aufli bon appetite qu'eu. S'li aiment
I'argent je ne le hais pas. Enfin pour venir au
fait je vous attends pour enlever Ia moitid de ma
caiffe ; car l'dgard de P'autre je I'ai c&lf
moi- mrime. Je fuis, &c.



P. S. On dira peut-tire que je flis entraind par
Ie goli du fiecle, qui eft un idcle de deftruction ; &
qu'il eft bien aifd de propofer la (tppreflion des
Fermes-Royales ; mais qu'il- fudroit en rnmme-
emns, donner un moyen moins oncreux de procurer
a 1'Etat le mbme reveuu.
La Nation alfenible aura bientbt trouve le moyen
de rendre la France heare2fe, riche & puiffnte fi
elle ne laiffe pas dchapper l'occafion prdcieure de lui
rendre La liberty, & d'aff.irmir fa onAfitution far
des bafes inCbranlables. Le voeu de touss leBailliages
eft unanime ; & sil eft rempli, a 'France paffera
bient6t de i'dtat le plus mifdrable a la position li
plus brillante. La concorde paroit rtablie entre tons
les Ordres ;& tous femblent difpolds a contribuer
galemnent aux charges publicpes.








Mais qu'il ne foic pnitpr cnpW e Choyan ;d4
fair uae obfetvation auisDdt4p, *ii reprifeawen
anjourd'bui rintggralire dJ la Nridon, Le Goaverne.
meant I ur pr9pofqta fans doute de cpmmicnw
leurs .a opq ~ g p*a confolidation & I'acquittement
d. Ifa-deq.ooyaLc. S'ils ciddan, lou et perdu ; la
.ranc. va- yrouver replong& dans un bime de
manu. gient6t La mif&; rdduira les Ciroyens au dd-
foaiw-;i R'.g Ic fqiPqs affroeaes ire doit -op pas
craindre Mau is ftqIJesk I ;)Arki, Wa Dpcint
fAlvcnte n vc ro e & lirs Conlioyens ; s'ils exigent ,.
pour pblmianaire de kurs .psJ4 ons une confliru-
tion fixe & immuable, qui affure la Liberid de tous
ks.Ciroyans, gc les droius facrts a Impfcripr'bles
de la Nation ; alors la France eft fauvde ; alors it de+
vient jufe de le charger des derrej qu'on a fair co .
rrafer an Roi de les rep4 c detr s, nationales, &
de ps apqi F,,. .

1F 1-K'


: ,'. '*.; I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs