Title: Rapport au nom des comites des contributions publiques, et project de decret sur la vente e fabrication des matieres d'or et d'argent
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000734/00001
 Material Information
Title: Rapport au nom des comites des contributions publiques, et project de decret sur la vente e fabrication des matieres d'or et d'argent
Alternate Title: FRP: 0048
Physical Description: Book
Language: French
Creator: D'Allarde (Depute du Departement de Nievre)
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France -- Paris
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000734
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Full Text



RAPPORT,

AU NOM DES COMITES

DES CONTRIBUTIONS: PUBLIQUES

E .'

PROJECT DE ,DCRLET

Sur .la vente et fabrication des maZidres
d'or et adargent.

Pat M. D'A L LA R D E, DdTt du Ddpartement de
Nigvre..
.




4o E ri de travailler, de vendfeou d'acheer ce "'il
lui 4 ltc, un des droqty itaithrlde rhomne eh feoc'rL.
Slibrt= du commerce &'dl'Mindulrie naj du'te chof/
qui la 1brre ri ttte tgile'poit tbue. Un jotu les hopi es
Wenfes refuferont de ctoire qu'il aM exifld &sA gote nme-
mansatMa iblirdes pout vetndafi di(ytM w I tacit de
fe frvirde leus bras, & de tairt valor leurs taleS.
SV'os rez biee fenties, v.riees, lorfque, par votre
46ret dt a mAa, vow aye~.pol ivrment pr on4ndrabo.
A


U. Of %
pLORIDA








Irioni des jurandes Sr des ntrifes, dija vote &dns la
fameule nuir du 4 aouc, & deja implicintent decide
par vore declarduon des drolis.
S'il ctl vr2i que le monopole des jurandes, le plus
immoral par la legalue nCmem, le plus erendu dans fre
erfers, tIoic une des causes les plus tecondes de Ia mif re
des pcuples & de certe iile mrendicite, la honre'des lo-
cltctc modernes,connme lb t1ervirude etnit le crime dos -
ainciiis gaumernemiens; li ccte serit eft dcinonrree, I'a-
bdotar p-es: mairrifes etl us des pls grandsbienfairs qpe
vos trasiux aient rdpandu fur la'Franee.
Ce pendant quelqu'evident, que lbir dans la gendtalit6
ie prmyipa, qite le cmmnnnere a ptus Iefoitb de .hette
que de lot,, i1 elt quelques. profelliops don't I'exercice
,, p dut donner lieu des'abus qui intereirent 1a foi pu-
,, blqui on la police gncrale de 1 Leat, ou meme la
. suritd de,la vie des .hommrs. Ces proftl A iiia gent
, une furveilance &- dev.prdcaiirions paiciculires de la
,. p.rt de I'autoritd publique,,. Telles font les exprellions
de lEdir de --6, redige par Turgor, l'immorel pre-
curfeur de vs s faei iO .- -
Lortfvrerie eft une de ces profeflions don't I'e,'-rcice el
fiuklpuble, non pas d'une moindre hbertri, mais de ces
prrcauuons rgiemenraies inusles pout leI aurres. .
SC'e auli..e quL a p irn6 horre dCre 8 itn r
1791, P leq1iel vous avzecz ciSr"h vs co'd -iis' de.)'
propcfer, n,r'a7~eme rnr etl police 1o dP frvrie
dans te rvaume. ,
G'eslct Orojertqui, efb:nsjard'hui foumial veiit ddli-
beractmn. : : .- ., .
C n;Alie'r ia surete i' I fihberte, tt ied raed po-
blttfie a'rt Liial&'"laiftieLce dleifla'tiV-tkdltlod








d'u ce problcme, en cc qc ioncern e e d' ir des ou'ravf
dbr & d argen prefenre des difficulres d tumnr ph l
grades que a:t meraux fonr plus prccieur, & que It ur,
,rpports Jec I: t'yflerme lnonetaire parollTint rendre lea
: alteration ifulcpsible de quulques inconvd~i.ns poll-
liques.
Avifnt d'cntrcr Adn; I'..xa!nen dc ces ditHikulcs, & de's
molyciie pu lfTl:ls nrui s vous prnpoflobi de lis refou.ire,
nauio dcewins apofer les mooi'i qui onr ldilc Irs premiar.s
dlifpoliIii~n de nore dkict. Nous parlekon d'.abord! d Je
fuppic4lloni du ,onztrie oa de hI marjue d'ur & d a.rget.i
ai li que des droI&" qai n ,provenoine m
I.Lt nation tire feurent un revenue d'in service public-
infiflu6 pour I'urilire commune. L'drecdde'des bclefin',
d,-s dtepinfes pbihliiues., t tUifi e ce rylittnr, tidnr I''t~
bblilenciir des droics d'cPraeillremint & d hsl pothequc
foin'dsi confqequenrcea 1Lt;iritincs.
S Mais lorfu'on n'etablit un service public que comme
le pretete dune raxcwparticulire, lorfqu'on degui'e del
*'xadteurs faus la trme & le rtne dt fonctionnaires, c'e&
un abut de 1s filfclite qui ne.convlcnt qu'au dep.onftefeI
c'cl une inconflrqucnc qii dCihoV.noDEr;it l egitla-
tei;ri d'un plnipl libre.
Le contrble qur nous iis propofols do fipprimer.
d rre e ntutec. On a tru jurqu'ici, flns atucnun 7ndemcntr
qu'il &tdir urile pour alfurir la Igalitr du rirre des oa-
vrages & garantir anx confommatruri 14 valeui inrrin-
stque de la marchandife. T1 ef demieabir que ce prdjugi
Vulgatre n'eft qu'un rnm iionge financier. Les drux pom-
mons nommis, fe premier.poinSo. de charge, & le f
6cri' ,'pdincon de de'harte, qui d~6ient fucccliTvemenr
appofss par Ie cuntrbles r fur les hpices d'urfrierie com-
aneucees,oa terinmes, tie prouvtoeiea ren, linon que tou-








(4)
vrage avoir aqqlir6 la raxe. Le poinion appliqud par le
erfvres april; I elf*r de la maritr.[e ectoir feule atreftaion
nelle de a id.lird du rirre. 11 ell mnnier notoire que le
concrbkur chargai par la loi de furveilkr l'appolition du
pino on comm ,n neglgebit roujours certe'pattie de fa
surveillance; indifirence naturelle a rout fnrnier qua ne
fonge qu'A grofflr i rCcette.
D'illeurs la mfure de ct imp6t itoir fans proportion
avec la mlatrre impofable.De minme que pour la conn-i-
bezion rerritoralee le produit net de la terre eft la Teule
partic du r0.c.'en tl'on paiirfe impofer avec fruit & avec
jullice, ii 1 mble qur ii i'on peur faIre conrribuer les te-
venus indufridls., cft dans la proportion de leurs bine-
fices que le marchand & louvrner peuvent cre tax6s.
Or le droir de'conrr8le erabli au mnpris de ces prin-
cifei, aroic elo nefuire en raifon de la valeur intrinsique
de Ia mac&rc- prtfrare. Les benifices fur la fabrication de
roate elphrec d'argentrie s'dlivenr au plus depuis i jufqu'i
d & demi pou cent, tandis que la taxe eroit de to pour
Fent fur ces rnwmes fabrications.
Quels &toient les offers de cerre exalion impulicique ?
i". Les profits de la conrrebinde &tant normes,elle de-
venuir id irkble. Elle droir mcfme force en ce fens, que
le marchind conrrebandier fe rrouvoit par Ies produirs
de fa fraude, en deat de bailer d'aurant le ptix d fes mar-
chandifes, & d'attircr, par Ic bon march la foule des
cunfommnrears; d'o 11i arrivoit que le marchand fid61e F
fcrupuleux vouoir fon ddbit annulle par cerre concurrence
&8 fe crouvoir fins celfe prelfe encre 'alternative dela ruine
o de la frahde.
*". La. contrbande de la rare produifbol nr6e laieamenr .
I'aldiration du tire. Tout conetrbandier calcule fes bene-







fices en raifon de fes rifques. Le profir dc frauJe du droit
n'eur pohin cornmpc.fi la cha'cI d 1neds me s & des pemes
portces conrr'elle, Ii le marchand n'' bct ajou.r- le profit
coupable di faux tirre, d'aur.nt plus rpre i le tenter ,
que cc Le .re de. fraud s'operoi & dcullbit par Ies
memes moyens qit iervoient I cachet le premier c ef-i-
dire, la contreftac n dEs poinSons & la coiruprion dcs
ag.ns de la fuvLill a ce.
C'ell ainli que I'. un tngen>dre abuses c'eft ainli que de-
puis qutlques annes, 'accroitlement e'ceflit des doirs de
conrio avoit ruined 'oifevrerite, en dtiruifant la contiance
publique. A.ini la perttiAon & Ic bon r&bo de nos ou-
siagS ii; furfil6ir plis paur airer le coniummareur ; 'e-
trir ribe t rb tonut--la-fois par Ii furcharge de ta axe,
& p.r I'incetrirui de la i aleur rcelle dcs marchandifes.
n'etoir point dedommiag- par la refution des drors de
contrIle, 1 Ia Irtie pour let pays errangrs, parce que
cetre tftiturion etoit compenfee par dts droats de Doua-
Ine qui are: lesi fls pour livre, s'elcvoienr a fepr &
demi poix cent de la vAeurir: nos expotcrtions aoicnc pref
q.ie nulles ; li France mntie iroir inond-e d'ouvraga
dttaigers ; Ce plus habile ouvriers d6fertoient; le com-
mirce natiLnal pernirti dans uine de fes branches les plus
Iruuaeufes.
C'en elt aCt fins douce, pour monrrer combien cet
jmp6r etoit oppose ai but d'ut:lir' commune qu'on lui
fuppofoir. Faut-il done encore ajoutrr pour jullaier fa
fupprelTionm qu'il n' e eft poinr done la perception entri-
nit d'auffi duress sestnom ? e(pionnage, violation de do-
micilb, emnprifonnemens arbhrraires, procas diffamaroires,
conlifcarios rumenfes pemin.- artr:ces -, tls cdoienc les
moyens quri -fLfhti(.enr. pe i, nont i puur empecher,
mats rmeme pour reprimer la nultiphllit des fraudeu*.
Et que prodiifa~int enfin ces inventions & cer efforts de








L. tyrannie Kfl.11- ? Une recetre qui dans fa plus grade
v.al.r. ne sell jan.lis elesc- i s:.:,:o hv. pou~ tout le
SnCvAiime &" qu4 decroillint d'annel eli anne,, coi.-:nl it
rrri e a rout impoc aulli mal cakul.k, s'I t rdun ctin -89,
ai n15 mlle Inies, & en 1790 1 moins de 5o,oo l.iV.
Sans doure il ii eft pas vraiemblable quI't aL'.'r t
bhl I f'linime enter d.s .njitibution nI .inal' lan
iune irle -.lite domicilaire vous vouietA conrofever ane
rmtxt milli conraire a la libcea pblique qu'clk eft nuiti-
ble a I'mntc t diu comnmrce national & sterile pii le
trelor public.
Vou; aez ua qu'en fupprini.nt es dioits de contle,
.ouI Il dinulll ez n il-n L ,ux.td publiquc, [re;llu[imnt
au d4bt di;; olt ratcisS d'or & d'argenti. I1 el clt d, nm.me
dc la fe;, nde ftppiliol que notis ,nus piopofon's d c do-
clircr. C tl cell; du regme dI lfuricllhimc .rjbti julqu'.
prle.r p.aur ce genre de comimrce. Nous epermn., vous
la denmonrer. Mi, nous dc.ans d'abord vmIL e;pofer la
nccllici de la fupp.rellion complete d'uin r-eg''ie eniim e-
mlent fonde flut 1'eilleince des nmlarit.s qluc vain aVrz.
abolia.
En effer pir qels moitirs I'ot~ vrerie richnimroir-elle
la conleiration de fon regime? PaF lei intmes riut~ls qtLI
avoiLnLt tirvt de preten:e 1 1 inarii.i-in de tou, :, c ops de
mentir.Letoir, dUion-on, pout alluti au.coiifonmmateuir
des inarihandifls dc 'mtillkLIut qialiLe dts outrages de
meillcure fh o, i c'cLoil pout la picfervat dasi ii Lprtl qu'il
Seft fi aclc d fire 1 fon inexperciice. "Sous Li pictexre,
on avoir circcnfcrit le nombre des marchan.i1'i on ue Iks
adnmetroic qu'a dies condiions igenantes &, dCipeindIteiuf
.Q lIs founierrtir a l'infp;d:!on tV auis vtliitas .nr4gu lei
.des plus conoiderables d'eir'Leuts, roujouts ppelc de.prel
frenr.. i ce g.rwie de Mlagilltra.uIe & qua tL.vmte-ric







S ( 7)
danr ces corps, une forte d'ariftocrtie d'autant plus vi-.
cieufe, qu'elle donnoir aus plus riches des moyens de mo-
nopole, au prejudice des lus mal-aifes.
De routes ces corporarions. I'orfivrerie eft celle fur qui
ce regime avot L'influence la plIs nuilible, l'n origmne
&eant trs-anienne. Ses biens etoint consider blei fun
admmillration inrcrieure plus compliqucc. De Ia il ctoit
arrive que I'ancienne police coalifee au chef de cu corps,
avoir mul iplie les reglemens qui Ies tavorifoient, ou au-
torif6 l'in~lhcTon de ceux defliies defendre le corps
mime de leur defporifme : aufli la fupprellion de ce re-
gime avoir djii 6td demandee en grande purie, p.r la
generality des orftire fuivant leur petiron d'Oltobte
179y. L'mnrert du plus grand nomtre des marchands fl-
liciroit done an moins uine reform i cer regard randis
que son abolition rorale ft cbmmian&e par I inr rer des
confommateurs; inrtrrt qui eft fans doute le leul que la
lot dive confid6rer dans les inftliurions commercials,
pat la preeminence natLrelle du rout fur la palrie.
Mlais la fippreflion Cqu nous vaus propofons de dicre-
rer vous paroitra plus necalaire encore, lorfque nous au-
rons eYpofG des rggles nduvelles qu'on peur y lfblticuer.
Nous &rablitfons d'abord la liberr6 indifinie de la venre
& fabrication de I'or & de I'ar.ent i rout rire. Pour juf-
rifler cerre libette jufqu'i prefent infllite en France, il
convienr dexaminr er ee premiere question. Le rire des
m nliere doit-il Etre fixe & urntorme?
PR MIER E REFLEXION.
Nous obferverons prenmiircment que rintr&t du con-
fommareur eft uniquemsnt d'r-tre zir que la marchandile
qu'il achre renferme une valeur intrinsdque proportion-
nee au prix qI'l la pae : or. ce n'et pas la plus ou morns
grande purer c mel.,uge plus ou moms fort des mdraux
A4








qui rend care garanrie plus farile. On va voir que les mh-
me, mov..'s pa l kfquilsi on s'aftrre un recurs fur celii
qu;i ,' s a -...6 un blru d or .1 2o karas Ih garairmon
ega ncillin pour 1 a IL ats.

SECOND R FLEXIO '.

C'~l fans doute bldTferla libsrtr eperale,& enquelque
fasgon, 1I jultce conwnun n, d'fmpicher ds perfonnes
pea ril hes, dti fe procurer une argenterle ou d'aurres effes
"i ...ilcs on commodes a in prix infeiieur 1 celii oi
I;. fait onnrer I'~levarion du uttt e la marikre 61t-
.mion qui d'ailLur%, najoute rien i la fante qui leur
Lf I1inI clir. Dei-q1el droit, en citer, ie force-r-on i
renir- n .-e vanfflle lul riche & plus rchre qu'il ne me
con lent? e [O LIV, des draps des toiles de oures les
quaLlacs, & de ouus le prix ; pourquoi ne puis-je trouver
i:. ul|.niiles d'or & d'argent, de route valeur? II eft
iii 1 l que Iar rirre vairk fuivanrt 'ufage diffdrnr auqael
un dftfhil la piece fabiquce.
One ti I'on confultel'irerEt national & Its principles
gentraax d'cconomie pohrique; on verra que le ifvfleme
L. uu tLqr. iLs forme & dcleruine, fair confomnmr en pure
pLt' Line grand mall, di fub(lances precieufes que
p.-Mionci ahln.riter la circulation des lines moneraires.
On-Ln -i Iwil1 qu'en auroufamn la fabrication Ibre des
.'u- i r, Uai is tliEs, on va augnienter prodigieu-
,i. rr la ..nl;inmation & le debit de ces ouvrages;
,,i va r-,, .iner una nonuvdle vie a ce genre ie commerce
& e lt i.a.iitacture, jadis Ii flrillant & aujuurd'hui pret
d s'andaitir."
., Cts iutWrs f(mblenr dvidens, lorfqu'on refl'chirque
ce 1. lIbcltr table a Gencve, en Su iTe, en Hollande, &
4elgs..luieturs vleU i d'l lksagne, leur pricuie, avec hof







r9)
propres provinces,. un commerce confiddrable qui, depuai
quedques anneei, contribuoic au ddfavantage de norrc ba-
lance gendrale.
D'ailleurs la France n'a jamais en-un tire uniform.
L'Alface, la Lorrane la Flan re, la Franchc-Comte,
& plulicursaurres provinces, fabriquoient a des tirres diff-
tens.Et miAme de;-'is quelques ann6es, les abuse des fant
poimons multiplies dans la capiale, maleri rant de gSnes,
de vitnes, de riguers, ont demantr l'irnpoffibil6 d'y
m'intInir cette uniformir~ tres-inuule.
Enfin il eft certain que fi un rirre uniform pouvoit
eire veritablement mainrenu ce ne feroir que pat une
surveillance perpeitelle, par f'oppolfion juqu'ici prati-
qude d'un poingon commun fur lfcs ouvtages ; or, certe
infpelion & ceere tormalite ne s'ezecuteront pas 1i les
homes qui y font fouhiais ne font pus rous connus, en-
regiltres; li elles ne font amrinifiiees par un perti nom-
bre d'agens de i'trt, ne fulhenr-ils qu adjoints aux ofli-
ciers publics: il faudra done raffrmbler les marchanJ
ouvriers du meme genre. Alors renainont rous Iej
des jurondcs. Vous aurez fair, au bien general, une excep-
tion impolitique ; vous aurez conllirud des privileges ,
fans -aurre moCnf qLre celii d'une prerendue siiret d'une
police ineticace que vous oplrerez bien mieux, par ia li-
berr de la concurrence aidte de quelques loix repri-
mantei.
Tel eft en etfet, i'efpti de la loi trts-sure, trrs-courte
& ucts-limile que nous vouc propofons de fub(ftuerA
cer ames de reglemens aulli mcomplers qne mulaiplis.
Ccux-ci ezotent tondus fur cette faufle policique des goa-
vernemens ignorant & arbirraires, qui pretend prevenir
'les delht, tandis que prefque roujours une bonne legir-
lanion ne doic & no peuc les unir. Norre loi an con-








Wiite, n'a rien de prohibitif ni d'obligatoire. Les ripteft
fl>n qL'elkeentaine e rapp nt qur fur une fraude reell:,
& non fir unt contravclivin purirmcnt rglrteentaire -
tlle na' bcloin d'aI2CLune in'fpclion, d'aucun urvcillance :
& ai rourfois elle. garanuti l sfirte la plus Lompl-te,
fon eqacuton mncme ell mainrenu fans aucuni moye.a
coati L, par Ie co.cours de dc:x forces plus puitlanes
qui TOWis ci rgls'meis, par rinciret du coulfomareur,
c 1'inrcr da nmicrha.n'i, cous d'.u. dLiaSga$ & coincidens
au m;nmc bar.
II tfuc que rout ache[:ur LIir .uir qu',.n lui a donned de
la m.irchandife pour fon argenr, i& l il .it unl recourse
irtim s'il eft tronp. 'S'i vous atreignei ce but qu avez-
iaus b-foin.de veilfl: d'avaice a ce que des mi rchtndifes,
qUi peut-'rtc ni 'fernt jamai ci idue foianr de te!le
ou relle aalcur ? Or cet objei feral tempp in grande pr-
iie, Ii I'orfetre eft in3virbtbiqimntn & fal refponfablc,
ii rl'chrenir, trompd par lui peut dtnlIrnaIr, ci. qu'il a
eru acheret & qu'on a prerendu lIni vendre rclle pitce :
d cre ; 21'. que c'ef An rel qni. ii a veendt cerie

Pour cer effer, chaque piece d'ori% vrerie devra crre re-
vvrae de trcai p;oinoisi deaaX d'enurr'-ux Inr l j-llits i
cercioiel I~ 1h.r1'c d. la .perfonne dii mnirh ,nd rcfpon-
(i' le; Iti LIrir.s nii leaki fij o 11 1101n et in gr ,'c, IjLu
kI pinmilr & Ic I .ooid contl;lt'i d.an, in Iaiiron ou
a2izre lilogn qui lui .It ]'..pr. & pS.in.l. L'..npriinte
de ces de.!a p;.inSons inkiilpLe fur une plaqcr.' le Heivre,
fra dep,'afc. i h minni:ipalahe .da livi p..'.r v fin'ir a.x
verilirations necefiaires dana les cai d'matrrirudE fa r lear
verire dans ld s circonftances ou la r.el'poril'ibire dil
Smarch.i d feroit reclaauc;S
Le rroiaicme poin ol niarqucra Ic tir. auqurl la








p rie aljra 6[' vendite & vaian:ie iar i marchand.
A ce, lii;ne' du recoinn.ullancc i scene triple grantle
oflferte .u confminmrn.itur, nouSL joignoni enore deu sArc-
ret auxil arIt qui aihIvenr de donner uae biafe irebran-
JlbiL i.la conian- L publique.
i.-'0anr tous les eItix or Ie commerce de Yorf&vterie
etlt radilqie ds Lflayeurs publics. ..dmis au contours,
feron aurorlts aa lairc, fbio pour les orfrvres, foil pour
le-abtic fiir dei tr Its rribunaur, l'elhi des mraietes
& dAi ou.ra.-', & a en declare' I ~% rirable rirre.
'Aiifi dans 't6rs t c rnemps, avair inMmec de conclure.
fort ).urr:he tour .A'i r pjurr.s ..saflurir de la te. ah'
de'li valeur initrrfi lJe aiulce par 1ieirrirchand. Rien
d.'lu, tPU il qtue aist" prbrninliri?. Le fabricanr
pIbt laillir hors dc I e'u 6age erntifi-e.bu rion termine une
srangaene ou urrtrn Jdellirtf 'e'1 ~et're, derache pour
picce diN.. 11 n eli p.I d ureux qiie" t/trk precaution he
Mir gcnralentimid Pt I pour routes llea plues impor-
rares.
I.'Q Outre les"pih~a pertfnreli do marchind qui
Sformteit pour ani dir dcex figi larpres inealliqiues, ne
penr-on r cxigcr une itidure ouitcrite par liu, comEi-
iuMt la dlignarion praeitt des objetss u'd vend & I't-
teirion polfrwe du poids & du ritre auqael ils les livre
an conilmnunI.lrr ? C'cl uane dilpoliion fublliiaire de
Ij.ape Jccree.
Ici nous feroi pmut-drre arrr&is par ceut qnii s'cffraiietr
nrtir-'-la-Fois &- d la fIberre & dela'noureauic, ne voyanr
po-int pr q lle c lIul'e obLlr:acoire nii par queile pulf-
mnce coercirive lI garantie principalO, celle des pomnons,
lera necefflirenment i3iee aux achereurs, d'auranc plans'
que mulle peine n'Ctanr prononc& ecotre le marchand
qii ne poinquine poinc fes ouvrages, il- f(n0bl e ue tos








feront int&irdefs i l refponfabldlk, en Cf difpetiant d ha
formalird des poinons.
II ef vrai que nous n'ardonlons pas polirivement 'ob-
fervarion de Ia rizek erablie. Ii eft %rai que nous ne pu-
nifons point celui qui s'en affranrhir, mais la r gle n'cm'
fera pas moins fcrupuleufement firivie. Que ceux qui s'e-
pourantat graruitemeru d'ln fyfteme fi libre Sc i con-
fiant, Lfent 'article X du decret : its fGroit raffues : its
connorironr la force qui nous rdpond de t'execution de
norre loi.
Un individu vient en jufiice frplaindre d'avoir ed
rrompe fur le rtice d'une' pice d'orFvrerie; on examine
d'abord fi la piece eft revcare des poirons dircrmirds
par la loi. L'eell-le ? l plainte eft admiflible. Ne 'eil-
lle point ? la-pLinre eft rejetee & le vendetr tromp i et
prive de fon a&tiou ftrr-il mime pourvuade la fabure fouf-
ignee du natchand.
Que r fu!te-z-il de cate difplirion,, ufte autanc qu'ef-
ficace ? D'abord que perf-une ne vou3.ra aaherer des o4-
rages 1 on poinconnes. Enfuite que runt marchaod fcra
force: de rev&rir Fes marchan lifes des eWhpreintes legak-,
fons peine de ne rien vendre.
Le prob'ime de lI: plus gr4nde sirere joinre i la plus
grande liberty, ne fe trouve-t-il pas hRureafemcnt rifoh
par cerre li ?
Qu il r.oac" fir mime permis de vois prifenrer sne
riflexion bien digne des prln.cpes qui our infpire vos de-
cre-s, & qui je re un nouveau jour tur iT'eprit de celui
que nous propolons.
Le vice conmmun des difpoliuions rigltmensaires, c'ell
u'elles forcenr-i klegifateuE i erablir oe pine pour un-
timple cQntravention, delii purernrit oonvenrioniel.; Ad
tdluefc fi le riglemena porae .taux, on mime eit







( '3 )
inutile, la pine de ient par-li ineme ui.e itijufice 16gae.
Au coitrraiu dJan I 's0 preenct, poaut d'injon4iaon,
roint de can revenaiis rien d'aibucir. ni dans la rle,
ni dail Ji dlir ,.iii d ns la peine. La v.olaxron des dtJm
4l'ut'uii f. laude r dlle & palpable. la fraud faule
blelT lh ioi ; le friudeur leLd eft puni par ( e.
Quanr iu qua rire. poinon ctrbli par I'arricle XI ,
Iob;si enelt ~ail- ahaijlr. 11 ell un grand q.ombre de mirt
calja4s qiu vcntden't .c qu':ds n'ont pas fabrque & n' xncme poini ta it fabriquier. Ces marchands font des inert-
diers 4qu dtcailleuns, a miL-n L ls mars.handi des petits
%illes qu rt:cent. l[rs unschandifec des villcs de graride
fAbrcque. Pour q il y ;'t to ijours tine ierpon(abilitrepro-
chaine, il eft bun qi't pipitTent .appofer lkir pomngan
prloniel' fu: lspes qs ql peur, tn
elfec en rcpnd er.pr ld cowin i pcw qu pii r* de
leur ihiand,& I-s ruves 4 o.t pu falr <\Us
msarci ndlire. el I 1objet du qUA fpeni poing~n.
Mait" 1 aufIl s'arrirent Its prccactlon3i. e l lio & l.
moayens der courl Ufne pilce d'otafvrqrig nt peut receroir
pl isdde quarre emrpreiilce. Cet 'ai co:'ommAtcIlr qqi
ci'nnoiCr 1 Io. a 'e defier d'une mrclhandi.i qu'il ie dtnt
quo de ,a rrolliOre ou d li v .ngri&me' 'maini.. Obfervez
benin que cerre dilpolirinn fi raifounab'e ne peur Lnuie
, te nom de brontpa e & ce n'(; pi Ii fans douri16
commerce qu'il fur criindre de difcridirer.
Nous ne feweas mairitenant qu'indiquw les autres ar-
rices de ce proet dOn lc teee announce aferz I'in-
rttllioD.
Lee eTayeurs ptblicr dnonces dans article VII, ferone
btablis lur le dertanrdedes deparrtneen, parce que les
willed o f f air le commerce dle roaivrerie font en peth






( 14)
nomnbre, & que ces adminiflrations peuvenr feul.s ju.er
de laneceflirt des efflTyuts.
On a fiid 1 ritibution qul doic lui 6rre 4l'brue,
parwequ'il n tautr lj teltu lail~li faiulte d'Ve14vrarbi-
Trxirdmenr les prit de tcurs er.i &. de ranyr ner lie bfat'-
'rtqt'qnii d'clrfeurbenfiie mr n 'tr les a'.'ac.,, drnt
il ic rembourfc7 li.i leckrfoniT 3iur.
". 1I eft MiutitS qIre la' nIaion' r~glge anitiqn~ hohoraires
tv. co efiATvrcra. Ik. *nEi tahrb diapers les Ibefoir dst
l.abhucatl ils feConrpltx par I 'prik de leurs elins & de
oIts viti.,arkions parnculicres ou fritdklues: car fiuivant a1
tdicc is lfnr luesiradtions d'exptets dns les cas de process.
*Let rcmdcid 'Ji?. ftis par l'arrcl XIV c'lt-A-dire'
lcslinirets de la ifl*ktC~te qui' etpe'.'fns dlitr., Te rioy-
Yeftc'iAe ld-tre' Skiele par le ponriconr, & IE tire vbiitq'-
lc i h Iic ,'Tfont'les ftiniai qU hrter toujours d e dL-
teriTrte', & rtaritW''tt l a'lnes li n rNglemena L'ex!a-
rii& pretion irtn I oiuve; au peti auiphs de 'retl,;
*nrcl-ittiude jdit ir&r' doiinc pnlrh ric 'low extcii .iw
encifts. i lhl1Yd6t6l'eikce jic ,ieft 'A niin polii-
aie & et: tend a 6i ivi Lt' n tgueu I
re Ai'oir inc xurlble.. ,


o a liom l ,puCN t e .es 1 at' c.


ne.oi, font iomme.idul., fit' tibre .de ... .ui
tibhiqnaen ceslrt.Macr'l,'tiftiMl dTE ihg.ats' n'thfitffe
oint 1a sirete puil.lLque. ('n a vu quce le poinSontr ii ao-
^,,*y iB qk es lout sI- garans e*'ifai-
..-. .t8g,4de or queies.prc.des
i bte fbic a .gent qu i~ i 4g._r toi. 4 yq 4~gr6
iiu.) I .. ... ,.,?3 3- L"P [. .








Sde fin d6termind, en orre qule I ireur n'cn poaurrolr
bafitr le Ie tre lins s'expofer a une perre bim phis couli-
dcrable que le gain qu'd pourroit fe procurer par cetto
S ald.ation.
( priil- e d'ail'eus, griee finuliiremntr Ie com-
mercc : I'ortt;re & le itrcli dor i eprouvent des rc-
cards, des periEs & des dehets conlld.-r:bls. 11 porce le
prix de cetie piemicre taSon a un taux immodre qui
rencherit ie aouiragcs & nuit diatuanr a Is confrnm'n.tion.
fa furvellance cnmraine aulli des prtecurions vexaroares
pou )'arriflan, & decourageanres pour l'ilndrltrie. Nons
i''heliroan point a VOus proporer d'ert decreer I abobrion,
& de laiffer la pr6parjtii.nI de larlfiiage A l'indnulril des
fabrica.s onu a l libre coricurince ds affineurs qui la
propolteront p.:.ur e\ercer exclulitemiunt ce genrt d'nduf-
TYit.
Tel iLf le plan gnCdral que nous vous prienron' pour
fire jonir, autant ri qd ell polfiblu le commerce des ma-
tieres & des ounages d'or & d'argent de I hberte ge-
ntrale qut vous a\,z rmndue i toures It branches de I'n-
dullie naiionale. Vous y reconnoirrez Its principles que
vous avez conflamment luivis. Enin il eft fjnde fir Cettr
vwrite de rous les ren-p,: i'intrrit lerl;inel dies confomiza-
teurs, /I coi'iarrence mat e'le des mar.hm.cdi fiemulation
attentive i ides ovrn a ': la miedieure paoie pourle com- r
ner e & Jv* r litndujlric. ,


TW!''IMP'I'KIER.IE NATIONAL.




































PROJEr DE OLCRET




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs