Title: Adresse des Dames de la Hall, a L'Assemblee Nationale
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000711/00001
 Material Information
Title: Adresse des Dames de la Hall, a L'Assemblee Nationale
Alternate Title: FRP: 0025
Physical Description: Book
Language: French
Publication Date: 1791
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France -- Paris
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000711
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Full Text

A'DR' E ES SE

DES' DAMES DE LAI HALLE,

A L'ASSEMBLLE NATIONAL.

Stance du 27 Aoqt 1791, au.foir.

IPRl-I- i PAR ORitr D L'AtE tBLK..E NATIONAL.





M ESSIEURS,






grand Peuple une Conflitution vraiment admirable,
qui frra f1 gloire & fon bonheur & que toutes les
Nations lui envieront; les citovens de routes les claifes
fefentent brkWfs du feu facrd du pkriotifme.
L'idde de la liberty a agrandi les ames, enflammd
A.es efprits, Ile&rifr6 les coeurs. Pour 'acquerir, aucun
facrifice n'acoutd ; pour la'conferver, la vie mmetn
ne fera comptce pour rien.
Prow-verbal N. 748..




CwMa





(.2)
Les habitantes des halles, pour qui toute politi-
ue, tous ratinemens font eurangers, ne connoif-
fent d'autres vertus que d'etre utiles, & de favor pour
leur patrie.
Nos cpoux nos fils font enr6les fous fes dra-
peaux; nous,nous vLnons offrir fur l'autel de la li-
bert6, dins le temple auufle de la nation 84 de fes
loix,notre offrande. Nous fommes jaloutes de con-
tribuer, autant qu'il ell en notre pouvoir, i Pentre-
tien des gen4reux Fran;ois qui violent aux fron-
tieres pour les drfendre cortre les trattres A les
tyrans, qui voudroient nous redonner des chatnes.
Nous formions autrefois une corporation une
confrairie dddiee a la Vierge, patrone de la France.
Pour lui dicerner un cult, nous avions une caiffe,
des orriemens, de largenterie ddpofls en I'glife du
Sepulbhre.
Aujourd'hui nous n'avons d'autre corporation qua
les Francois d'autre,confrairie que les patriots,
d'autre culte que celui de la liberre. Ainfi nous con-
facrons t la ddfenfe de la patrie le fond d'un con-
trat de rente, largent que nous avonsen caiffe, les
ornemensa I'argenterie. La Vieige dtant la protec-
trice de la France, recevra come un hommage
agreeable notic devouement pour elle. L'obje4 que
nous offrons ne ronte gucres que de 12 a i cents
livres : nais, Mellieurs, cell l'offrande di pauvre, le
denier de la veuve, & ce demer ef precieux lorfq' i
efl offers par let.eur.
Vertueux Ler:lateurs, fauveurs de la patrie, dai-
gnCe agrcer Ie iufle tribut de noire ierpr.L, de qotui
CfppnnoiiTf!nce & 4e noutt i~uour, .





(3 )


A MONSIEUR

LE PRESIDENT DE L'ASSEMBLEE NATIONAL,




Mio. 0"4 ols I E U 't^J."" .:"1.

*t

L F s Marchandes de Monie, A la Halle, de la
confrairie de Saint -Louis, ont Ihonneur de reprd-
fenter a I'Aflemhle Nationale %ue le 2 novembre
1789, elles ont portd a la monnoje les effects de
leur cogfrairie, montant i la romme de 3000 liv.,
don't elles en ont port le r6cdpiff a t Bailly,
.pour que cette fomme foit -offerte en pure don t la
nation. Nous avons fuivi avec attention les.diffcrens
journaux a cete epoque & nous n'avons pas vu que
cette fomme a e dtd infdree dans arotre proces-
verbal. Elles oient efpdrer, M. le Prdident, que vous
voudrezibien permettre qu'elles profiteit du moment
oi leurs confoeurs font leur don, pour vous prier
tres-humrblement de vouloir bien inr&er les deux
fornrnes, que leurs coeurs & le ddvouement pourla
Vatie leur ont intpirt de fire. '







RESPONSE DU PRESIDENT.




t" M ESDAMES,



CE n'eft pas un des moindres bienFaits de la conf-
titution, d'avoir ddtruit I'efprit des corporations par-
ticulirest., pour ne former de tous les Franrois,
qdune famille de freres dtroitenmert units par le lien
indilloluble & racr de I'amour de la patrie. En con-
Jacrant aujourd'hui a la caufe publique ce qui n'avoit
ete pr&cedemment qu'un figne d'union entire quel-
ques individus, yous donnez une nouvelle preuve
u palriotirme q*. vous a fi avantageurement diflin-
guees depuis le commencement de la rivolutiojn.
Recevez le timoignage de la fatisradion de l'Ar-
femblie Narionale : elle vous invite a afifler a fa
fdance.






DE L'IMPRIMERIE NATIONALE.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs