• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Main














Title: Procedure criminelle/
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000699/00001
 Material Information
Title: Procedure criminelle/
Physical Description: Book
Language: French
Publication Date: 1789
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000699
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
Full Text


DE LA PRWQ U RE

C RIM-T A IL E
INSTRUITE AU C'Aa. ARI. S
Sur la dinonciation des FAk ii qtAicirfaillue
darhs lajournee du 6 OGifeorsQ ,
'Contenant les Piece les plu'idnireflfnres relatives
A cerre Procedure.









Chez G 1're, rue du

L 7. 9 0,
f | ". i
,. : .. ,./",: : .





'3



VA


*" Up .:.


>1 'f_ 1

rr-?





~p.


-~ .. "Lr



-f


4
* "'V


..* ?





S .



PROC ltD VSS



Jnstruire au Clh telet de Paris, a
des fris arrives 4 & ri





-t rdvic corne t riche, puisse la parcourir. C'est an
Ocrakre 1.789. I r I v,




lide tii le prsnter c1'extrai, oa ii trotvera, d-as toud e
lopaue .awt, is dispositions stu n q co rllposent. on




D)Xnno.adon du Coanied des Recherches de Paris.
Lt co'fitl fast ats 4, cde sa crnatvon; faut qree
rer ap irc~n dorme riche puisse la parco rir. C'est




formde, u I o contr- t mtlt. c
Natdt lonc a nation doit payer a tous ceux qui la com-
posent,; sais cornme ce volumineux repertoire, et par





amni pri son par son ndue, n put cnvenir t[ut le
moLe cn cs't renrst un se-vice esscntiel au public, que











mateurs 'U-RC atre conu trnmio +a e'blit "p t avoi
& de ui a lever clandesxtraet, troupes, daexcer des
Uor pILete les disposiLions qui AeC COMipOsent.

Dni~'ri actionn dau Comsit des Recferches de Paris,





Loti c ct d aen profit poutnsr e r le tei loin de son
4Cer a"vcg'sn xl^ i& I a5trtur dc ; conhpola dili
formee Ail Mtools ,r coritn? :lKs~ eMk6l-T
vatiofnlle-jt pnye lf' P9os^ ttisra ,dant

~la refigfos-n dFuii4c "4 lid
ami de son peUple. i ;t, '
Le comie s'cst c'gaFei:nt^^t~ai1 ic e 'rtSh r ley
Inteurs tLule autre cop!fiop, 'dtit le bilt pazoit avoir
*k de lever clandes&ieefi'eki46s /exciter des
frotblc et d'en profifer pour entrert lc Wei loin de tda
A






tdjour, et rompre la communication entire lui at 1'Asseam
,bile Narionale. -
Le comiLt se propose aujourd'hui de dinoncer un aude
crime, don't la recherche ue l'a pas moins occupy depuis
son oriFine, crime gu paroit appartenir a une source
diff rete et qui a excite indignation et la douleur-de
toui les bons citoyens, crime d6ja coristati par la noto-
riete ptblique, et qui seroit ndf44 depuisdongtems si
le cormite -'avoit pas cru dev6ir employer d'abord tons
Ies moyens qui sont en son pouvoir pour ca rechercher
les-aateurs. .. -:: 4.- .. ...
Ce forfeitt execrable, qui a souille le chtcaA.dc Ver-
sailles dans la mainiee du Mardi 6 Octobre, 'ii' ea our
instrumers que des bandits qui, poussgs par des'ina-
nceuvres clandestinecs, se sonu m&lLs et codfondus Piufhi
les coixitoyens. Le comitd ne rappellera point :toid les
exces auxquels tous ces brigandse sont livresJ, et 'qn'ih
auroient muliplies, sans doute, s'ils n'avoient &t ar6tris
par des troupes nationals, dtstintes a reprimer les d&.
sordred et a assurer la tranquillity du Roi et de I'Assemn-
bl.e Nationale. Elles remplipet a loeu arrive. ct* oht
sacr6 don't elles s'6toient fait la loi par le serment dp
fidtlite, de respect pour le Roi,. qu'elles avoient reneauvej
a Versailles. Placees a l'extremite du chateau dansgles
.postes que le Roi avoit ordonne de leur confier ..cies
s'occuprecnt a y mainternir le bon ordre. Tout paroissoit
sage graces a leur zile et aux disposiLions sages de leur
commagdat.,. La confrairie et 1 harmonic rignoient' par-
tout; on ne parloit que de reconnaissance, d'amour, de
fEaterni4t, lorsqu'entrte tinq six heures de 14 matinde
da mardi une troupe do ces bandits arm's, accompagn te
de quelqjes fenmmes et d'hommcs diguiss en Rfeankij.,
fit, par des passages intvricirs du jardin, ne irruption
soudaine d4ns le chiteaT enfo~ga les gardes-du-corps ep
senlinelle dans 1interieui, for(a, ls portes, se prcipita
vers les appartemens de rla Rme massacre quelque-
uns des gardes qui veilloient a sa s'iret et pencira
daqs .t.t appartement que Sa Majestd avoit a peirq cie
le temarsde quitter pour se retire auprcs da-'R.q9 .
fiureui dle ss assassins ne fut r6primde que par les.grd
patioWals, qui, avertics de c carnage, accounrent d4






ars ppstes extrieurs ponr les repouser et axncher do
teas mains d'autres gardes du corps qu'ils alloient
Immoler.
Le comiti considdrtnt que des attentats aussi atroce.,
t'ils restaient Sans poursuites imprimcroient a l'honneu`r
dte la capital et au noin frangals une tache imeffaable :
Estime, que M. le procureur-syndic doit., ep vertu
de la mission qui lai a 6t donn6e par les repr4sentinL
de la commune, et en continuant les: dnonciaions pei-
c6demment faites d'apres'les memes pouvolrs, d&noucer
les attentats ci-dessus mentionn's ainsi que leurs aitrurs,
fauteurs et complices, et tous ceux qui, par des pro-
amesses argentn, uo par d'autres manoeuvres, le ent ex-
titeS et pbrovoq u. Fait audit comite, ce 1% Novembte
1789. Signed Agier, Perton, Oudan, Garan d C4QIlo
at Brissot de Warville, avec'paraphks.
Ddpositions. -
Ces dpositions faites en yertu d'un decret de l'assepblde
rationale du a Octobre, et d'arie ordonnance du Chatelct
du premier D6cembre suivant sont au noibre de 39,
don't on.va lire l'extrait. L'origihdlne content absoluMnent
jreln dtressant ni de curieuk, qul ne se trouve ici.
M. Pelletier, i Paris rue Neuve-des-Petits-Champs,
quti a appn par des bruits publics que M. d'Orleans
lomen9oflt n pard pour senipaser de administration di
royaame. QueMM. de Mirabeau et de la Clos spntses prta-
cipaux agens ; que le premier, s'efforqant de gagner
,M. Mouner lui avoit dt: h Mais, bonhomme que
o vous &ees Qui est-ce. qui vous a dit qu'il ne faut pas
niRoi Mals que vous importe que ce soit Louis XVI
on Louis- XVII. Voulei vous, que ce soit toujours it
bambin qui nous gouverc ? Que e l 6 Octobre ii entendit
M. de Nlrabeau dire a un particulier, en parlant des
citozycis"de Paris : a Le people a besoin qu'on lui fasse
faire db teams en teams le saut du tremplain. t tqu'enfig,
il avoit .entendu dire que ce jour la M. de la Clos,
habille en femme, dirieait cette portion du peuple qui
fit ine irruption dansles appartement du chateau.
M.Periilhe, professeur de Ghymie, a Paris rue duPaon,
ne a qe. a ...






*t. Camijpy, )cttalre fu fot, rib. Tflienot r eir
M. Btrgarse, deputC que le Octobrec, 6n disoit
Versailles qu'il toit teams d'egorger la Reine., et de se
'dellrerde la cabalequ'elte protegoit; et que depuis long-
ten.s divers persdnnes paroissoierit occbpdes d'un projitdy
fire M. le due 4'Orleans regedt du royaume.
M.Regnier, a Paris, rue du faubourg Saint-Denis ; qe
eI 6 Octdbte, il lut arret6 a Versailles par un groie
de feinres qui lui ont deiiandt sa cocardc; que,parmru
eles, -il a vu des hoinmes 'degnises en femmes, qui
"avoient du rdg'e et la barbe un Pcu. longue.
I1M de Rulhieres, de 1 accadmrie ranqaise, riea.
M. Magin, huissier auidienhie; de 'a prevotd, eri ; s
cc nest qu'il a vfi a Veisailles une femmne rdmuer an
cA~Abli W9ec iutant ae force et d'agilitd qu'un iomme.
M. Perseval ertiikt gdfiral, rien, si ce 'e's'i qi'il
avoit t6 saisi i Marseille, .par ks employs de la ferme,
sur un capitaine venant de Nice, izpoignards., et.peu
kprts 17 autres ar th tptrai re vinrent; qe i'is
'furent brishs a Paris, et qt'e e &garonwde'bateattfi tidmi
.'es &dbis a un epicer .prcs.'Saipt-Eustace.
M. Tar.divet, a Paris, phaftae 'des'petts perbs; qtt
le s Octobre, it at6 edtr eni it travers la gArife I'd
-titeau'de Versailles oil 'H 'tbit en fiction: 7..' F.. de
gatownne, ron togr virndhz aihi qil-.ottili tg-teis:,;
qp e c -6 an martin deant daus '1 grande salle iI
eterld&s -des gehfs criaf t: o 'eir cete sacrde "coqtuinei
'N fiJ*t ti "manger le crite #r pe.s'&nt pottd etAS l-
't-rtrienft de la reine,l pvour erinpcher *ces ets s
cntter its I'dnt fort rinlrAt ; qu'i a -ad '. l'ain-
'dosser Itabit de domesique k la faveur daquel s"eft
adVi'' i Slint-Cldud et *' e:h Paris.
M. 'Dagranetr ,,autre 'gat e-&u-corps; qtit, Parmi 1c
'femtes dgns4es en htnmire's, it en a temtnatqd tot
-celetire par ka jolie figure, htat chanie d'huitres, re m 1e
Aiachelitu.
M. 'tloliene, premidrt cdrmis des finances ,'rien.
,M. Breniont, avocat au parlemnnt ; qu'il i 'entenda
dire.par des femmes de la, Hie dtl peupi, data un
*ke7nrrt ol 1a eine &tot' dirs -hn 'peat -apMteinrt,
ice motsi Za voili la sarie purain : iljft'PemmeritA






0 A Val de. grae; que -d'autres femmes c&e h m6ma
4lasse aloutolent : nous n'avons pas besoin de soot
corps il frut sculement porter sa tee d Paris.
M. Duveyrier, avocat, que M. Bouchard, garden dt
Roi lui avoit dit qu'une foule d'hammes arms s'6tan;
prdcipites dans la salle dans laquelle itolent ciq sik
gardes du Rei, M. de Varicourt, en sentnelle 14
port de l'appatement de la reine entra dans I'anti-
,hambre, en.criant a Mlad. Thibaut de sauver fa reine i
que celu-ci ayant seau un coup de sabre sur le bras,
ra son coup de mousqueton et fut massacrS a 1Fins.
tant; et que ces bhmmaes so snt ensuite introdui sdat.s
I'appartement de la reine oti elle n'etoit plus.
M. Strop drapier a Versailles rien.
M. Lesiur, Huissier au biilliage de Versailles riaen
M. Arnad garde'du foi, rien si ce o'est qu'il a
vi le 6, un home, dans la court de marbre, tirer
un coup de pistolet d'arson, qui a porter sur un parti-
culler.
M. I'abbe Fauchet; qu'on lui a dit que, dans le nom-
bre des hommes deguises en femmes a journey du
6, etoit M. le du d'Aiguillon et que M. deMirabeau,
avoit dit,. dans un grouppe de dipntds rcunis, dans la
salle de l'assemble qu an home essential, et sur
sequel is devoient le plus computer leur manquoit plans
ce moment, et que M. l'abbd bunrez, pretre de Saihnt
Roch, Pui avoit dit qu'un cux depute a I'assemblie ,
itant retire dnns un angle de la sAle avoit entendu
M. d'Odlans et M. de la Touche, son Chancdlier, tenir
cinserpble une conversation qui tend.2it a des complots
nuisibles an bien de Yletat.
M. de Miomandre, garde du R"i; qu'on a entenda
l.. Destaing dire aux Gardes : a Messieurs, ne sortez
p pas, ou vous sexez massacre's moi-meme j'.i voulu
) sortir, et on m'a tired huit coups de fusils. Je ne suis
i> plus le maitre; et, si vous allez plus.avant ic ferai
former la grille qu'une foul de son ar;mde enfance-
rent les portes du chateau, et forcdrent les gardes i
quitecr les sales; qu'ils disoicnt, en parlant de la Reine
*N'ou.s toulons couper sa tfte, son ca'ur et fricasser
.e juies i et cela ne flin-a Pias i i qu'il vola a l'ai-
SA A







/ rtement de la reine, en ouvrit la porte, et cria i une
name qu'il apperqut: ( Madame sauvez la reine, on
en vcut a sa vie ; je suis seul cortre deux mills Uigres
mes camarades ont dte forces de quitter leur salle a
qu'itant a 1'infirmerie oil les blessures qu'il avoit regqes
dans cette journde l'avoient oblige de se retire, il avoit
oui dire a M. le marquis de VaLfond, que le 1 octobre ,
dans I'apres-midi M. de Mirabeau avoit pass dans les
rangs du regiment de Flanlires portant un sabre nud
pendant i sa main, et a dit anx soldats: a Mes am s,
prenez garden a vous: vos officers et les gardes du Roi
ont former une conspiraiion contre vous; Ics gardes du
Roi viennent d'assassiner deux de vos camarades devant
clur h6tel, et un trclsiime dans la rue Satori. Je suis
id pour vous defendre a.
M. Basset limonadier i Versailles, rien ; et Elisabeth
Panier sa femme n'en dit pas davantage si ce n'est
qu'elle a vu tombcr un garden du Roi de dessus son
cheval qu'un quart-d'heure apres elle a vu le memc
theval abandonni sur la place, ayant une jambe cassJe ;
que des gens l'on trained sur la place d'armes, I'nt fait
r6iir et 'on mnangd.
Claudine Normand vouve d'un parfumeur de Ver-
sailles> rien si ce n'est qu'un sieur Charpentier s'est
vante, chez elle, d'avoir casse le bras i M. de Savon-
nieres d'ui coup defusil.
M. de la Brousse ancien chevau-leger: que le sicur
Elaizot, libralre a Versailles, lui avoit dit, environ douze
ours avant 1'e\vriement du s que s'dtant trou.d chez M.
de Mirabcau; celui- ci, apras avoir falt retire troes secre-
tairec, et apris.avoir fermn la porte, lui dit! rc Que paramild(
pour lii il vouloit le prevenlr que, dans peu, il ver-.
roit de grands mallieurs, des horreurs, meme du sang
rdpandu a Versailles; qu'il l'avertlssoit pour dissiper
toutes ses inquietudes persbnnelles, parce que les bons
citoyens come lui n'avoient rien a craindre n ; et que
le sieur Blaisot avoit kt6 d'autant plus affected de cette
predictlon que M. de Mirabeap lui en avoit deji faith
Une, don't il avolt pris note, et qui s'ltoit virifide.
M. Voisin, chirurgien des gardes de Monsieur, rien,
SceC n'cst qu'll a soignd M. de Savonnirscs; qae les gons







arms ont fait les plus pulssans efforts pour assassner ce
garde du roi, et qu'il avoit entenda dire qie le sieur la.
Bouche, proprietaire des bains i Versailles avoit dit
que, voulant se rendre de Toulouse i Bordeaux, un che-
valier de Saint-Louis lui dit : vous ne trouverez pas
Versailles dans l'ctat oi vous I'avez laiss6 a.
AI. Blaizot, Libraire i Versailles, que d ia douze
jours avant la journey du 6 M. de Mirabeau lui avoit
dit : a qu'il croycit appercevoir qu'il y auroit des dvene-
mens malheureux a Versailles; mais que les honnetes
gens, et ceux qui lui ressemblcient, n'avoient rien i
Scraindre c. Que, quelques jours apres, il avoit entendu
dire i un particulier : i'ai une lettre qui m'est venue
d'un tel dans laquelle it me marque qu'il a peur pour
moi; qu'il se r pand dans les em irons un bruit qu'il doit
arriver i Versailles quelques evWnemens si,.ilres, qu'il Ie
prie de lui donner de ses nouvelles, &- que lui, sieur
Blaizot, croyoit que cette lettre venoit de Toulouse a.
Qu'il a entendu, par des parliculiers qu'il n'a pu distin-
guer, tenir des propos centre les gardes du roi, tendans
i assassiner et massacre; qu'il a entendu particulirenment
une voir qui disoit : a Que j'aurois de plaisir si je mettois
Ia main le premier sur cette bongresse-Ia, et lui coupes
le cou sur la premiere borne i.
Magdelerne Normand, parfumeuse, rien st ce rest
qu'elle sait que Ie repas'donnt par les garies-du-corps
aux officers du regiment de FTandres, avoit beaucoup
indispose centre eux eI people de Versailles.
Arnauld, premier varet de garde-robe de Monsieur
rien.
M. Manbuehon, perruquier, rien.
M. Gondran mdecin i Paris, rue des Saussaies, riea
que ce que tout le monde a pu vcir et entendre.
M. Bathe, fits, i Paris, rue des Boucherles Saint-
Honor6, pas plus que le precedent.
M. Erousse des Faucherets, lieutenant de maire i Paris
rend compete de tout ce qui s'est pass ce fonr 1a a 'h6tel-
de-ville, et que tout Iefmnnde sait; et ii a;oute que, sur
les trois heures apris-miniuit, anrva i I'H'.tel common une
troupe de femmes, a la tte desquelles etoit Magdeleine
Chabry. dire Louison qui diswit avoir en une audience
A 4






rarticuli're A.d roi qui l'avoit cmbrasse; nqe la pfnpatt
e ces femmes, soupant dans 'ane de6 sales de.1'hat6e
de-ville, se livrerent aux propos les plus scandaleux; que
s'6tant apprpche de l'une d'elles, i l'entendit irrs-dis-
tinflemeit dire : A Ah i cette petite Marie-Antoinette
sl nous l'avions attrapee, nous I'aurions fait danser common
ii faut i et qu'elle ajouta: a c'est bien ce qu'elle merite,
car elle seule est la cause de tous less taraux qu noas
souffrons K.
M. Roussile de Chantereux, mvdecin i Paris, rue dtc
auzard. QUe le premier octobre i a et niandi dans
une soietd, pour y recueillir par derit les motions qui
consistoient, il en un project, d'enrulement d'un no-,
veau corps de troupes, surniamnraires des gardes-da-
corps; ac. en une announce de divers regimens prets a
s'approcher de Paris et de Versailles 30. en un project
de fire enclouer 4 canons de Paris, en subornaut un
certain nombre d'hommcs par chaque district. Que les
Io et I il a recutilli d'autres particularites sons
la dictie de M. Rafii, mCdecin, relativement a la fac-
tion d'Orleans, qu'il s'agissoi, dans ce part, de crder
une rhgence du royaunm ; que M. d'Orlians toit design'
pour cette place ; et quo cctte faction devoit profiter
de I'occasion du voyage Ju Rci Metz pour assurer lI
success de l'entreprise, appuyee d'ailleurs par plusicurs
suffrages ca l'asseiblee national.
bl. Baudard, l'un des cent-suisses, rien.
M. Valdony, autre cent-sui.se, pas davantage.
M. Bernard, aussi cent-suisse, rien, si ce n'est qu'i
it vu n home d.guiss en fcmnnc, et v&tu d'un desha-
bille blanc, quc avcit pisst par-dessus les pierres d'appul
qui supportent la grille du chiteau.
M. e f, lois reprisentant de la commune de Paris,
ien, que tout Ie monde ne sache de cc qui s'est passA
Sl'h61tel-de-ville, o une troupe innombrable de citovens,
de tout sexe et de tout ge a Force MIM. Baillv et
de la Fayette i leur proicttre de partir pour Ver-
sailles.
M. I'abbe Dnpre, de S. Roch ; que M. I'abb6 Paul-
aler, son confirre, tenolt d'un la;c que cclii-di. avot
oui dire a ua ccvcsiastique, d"pute sn fassemblke i.-







tio;ale qau, Itant retire dans urn angfe dd la saffe
il y vit enter M. le due d'Orlans, et un autre qu'it
crut etrc M. de la Touche, a qui le premier dit :' ec
bien i le coup est done manque! et que I'autre Wan
avoit repliqu.a oui, parce qu'an troiseme nous a man-
que : at itda- on pu gagner Destaing, reprit M.
le due d'Orlans i Non, rdpliqua 1'autre, &c.
M. de Valfdnd1, lieutenant-tolonel du regiment de
Flandres. Qae le t octobre, dans I'aprts-dmin, ktant
4 la tate de son regiment, sur la place d'armes a Ver-
sailles il a vu M. de Mirabeau ayant urf sabre nud sonu
ke bras, et lai a dit : v vous avez Iair de Charles XII;
et i quoi M. de Mirabeau lui repondit: on ne suit
ce qai peut arriver; 11 faut toujours Otre en etat de
defense, &c.
M. Lourdet, maitre des comptes, rien, que ce qui
s'est passed publ'quernent i Phhtel-de-ville.
M. Lotrdet de Santerre; aussi'ma.tre des comptes,
lren de plus.
M: FIour, agent de change et reprCsentant de ta
commune; que, le 4 octobre, cwiq ou six grenadiers
frappantavec force a la port du comiti de Police, oil
dto t tranie la commune Ian d'eut dit a M. de
la Fayette : cc mdn gdnral, nous sommes deputes par
les six companies de grenadiers : nous ne vous croyoun
pas un traitre; nous croyons que le gouvernement vout
trahit; it est teams que tout cedc finisse ; nous ne pou-
vons pas touter nos armes contre des femmes q'l
demandent do pain ; le comite de subsistnce Vout
trompe; it fant ie renvover ; nous voulons aller ii Ver-
sailles exterminer les gardens du corps et le regiment de
Flandres, qoi ont fouled aux pleds la cocarde national.
Si le roi de France est trop foible pour porter sm
couronne, qu'i la depose; nous cotironnerous sdn fitS ,
tt tout ira micux etc. ; qu'au mamne instant, At. de
la Fayette sortit avec ses grenadiers, se rendit sPr la
place de Grave, od il harangua Ics grenadiers assemblds,
et remonta au comlte.
M. Duquesnoy grand maitre des cax ft forAts
r ien. '
AI, Scotes, adeccin, rierf






AM. de la Vigne ,- alocat; qn'i a eutendu ddire' qu
iaqsurrection du 5 octabre avoit commence par les
mouvemens auxquels a donn6 lieu une petite. file que
Ion dit etre partic da, quarter St. Eustache. u des
halles, &tre entree dans un corps-de-garde, s'-tre emn
pare d'un tanmbour, et poussant des cris relatifs a la
chert6 du pain. .. .c
M. l. 'abb6 le Fevre, elen, si ce n'test-pii a pensd
,tre accrocht 4 la lantern de la Grave, le 6 .octobre,
et. qu'il y a entendu, .dire que l'h6tel-de-ville 6toit
compose d'aristocrates qui s'entendoient avec le roi.
M. Miann Paris, khe du Four, Faub. St. Germ. que
sa blanchisseuse lui a dit qu'on dtoit venu sur son bat-
teau, proposer a elle et 4 sescompagnes 6 et iT liv.
pour aller a Versailles; que c'etoit un home d'guis6
en femme qui avoit fair cette proposition; qu'elle le
conncissoit, et qu'elle blanchissoit son valet de chambre.
M. 1'abb6 Paulmier, de S. Roch; qu'il a entendu
dire a quelqu'un, qu il ne peut indiquer, la conversation
que nous avois rendue plus but centre M. d'Or-
leans et M. de la Touche.
.M. I'abb6 Brujas, aum3nier du roi, rien.
M. Girin de la Morte, capitaine a la suite d'infan-
lerie; qu'il a entendu, pendant un mois, et toujours par
Je meme orateur, .les motions faites sons le passage
qui conduit au cirque du Palais-Royal, ct qui consis-
toient ace que les princes des branches de Conrti, de Condci
et de Bourbon fussent exiles du rovaume comme donnant
des conscils pernicieux auRoidont la foiblesse htoit connue,
et de chasser du royaume les Polignac, come donnant
des conseils honteux a la reine : que les citoyens devoient
fire le serment de dtfendre I'Asssembl6e nativnale,
iA. Necker et M. le duc d'Orldans; qne chacun devoit
caller signer ces motions au caf6 de Foir.; t,qu'il a lu
plusieurs placards, en verse ou en prose, aE'la porte
du cirque et sur les arbres i la luange de M. 1e
due d'Orlcans ; que le di.nanche 4 Octobre, i ce quelui
dcposant a apprise depuis quelques fours, par un particulier
gu'll croit ecc lisiastique, et loge rue Neuve -des-Rons-Fr-
fans, i l'hI.tel de la rcine et qu'il a vu au cafd Valni,
M. le comte de Mirabean arrive vers acufheures da-soir






audit h&tel pour y parler i 'h6tesse a laquelle il doit
16,ooo livrcs, dit devant des personnel don't il ne croyoi~
pas 6tre connu, et 'notamment du domestique audit
sieur abb que sous pcu d'heures on verroit bien des
choses; que Ic lundi, 5 octobre, a quatre hetires du
soir, il a tde t'moin itant an Palais-Royal qu'emiron
quinze particliers ral vetus, ar;.i6s cd batons, defen-
dirent entree du jardin & cinq, cents homes au moins
de la garde rationale, qui itoient commands par un
chevalier de Saint-Louis ; quil entendit des propos
affreux et des menaces contre les gardes du Roi, en aisant:
il faut aller a Versailles les massacrer tons. Que lui depo-
sant ayant &t6 precedemment attache a ce corps, panlit
sur-le-champ pour se rendre a Versailles et prevciir
de tout ce qui etoit i sa connoissance; que parvenu i
la pompe a feu pres Ch.illot, il fut arret6 par Ic
people qui vouloit 1'emmener avec eux ; qt'il leur reprs-
senta qu'il alloit i Chaillot au niusce des Demoiselles:
qu'on le menaqa de le mettre a la lanterne sil ne suivoit;
que lui, ddposant, se voyoit force de prendre ce part,
lorsqu'une quantity prodigieuse de femmes firent dier-
' sion don't le deposant prolita pour se derober et mon-
ter i Chaillot, d'od ii descendit par la montagne des
Bons-hommes, et replit la route de Versailles : il ren-
contra au Point- du-iour, deux personnel dans un cabriolet,
don't 'une vitue de 'habit national de Versailles, et
rautre en uniform du regiment de Flandre, avec des
dpaulettes d'officiers qu'il croit etre de colonel iil leur
dit ce qui se passoit, et rebroussrent chemic par Saint-
Cloud; qu'entre Sdvre et Viroflay il rencontra beaucoup
de people qui cheminoit vers Versailles, ai.si que quatre
soldats du regiment de Flandre: les premiers cricient
(et notamment les femmes) : qu'elles emmeneroirnt li
reine more ou rive, et que les homes sechargeroient
du Roi; et que les soldats qui lui\parurent de sang-
froid crioient: vive la nation et le regiment de Flandre !
A six heures ct demie ou environ, il arriva la salle
de l'Assemblce national qui 6toit remplie de people
qu'il fit part i M. l'dvique de Langres de tout ce qu'il
avolt vu et don't ce prelat n'avoit aucune connoissance ;
11 engagea, lui deposant, i fire part de tout qcla a







MM. de Saint-Priest et de la Tour-du-Pin; qu'il part
cffectivement dans cette intention et en passant devant
les grandes 6curies da Roi, il prevint MM. de oiortmorii
et de la Sonnoye, ofEciers sapfriers du rtghnent de
Flandre de l'artiive du people i Versilles ce qu Ri
iznoroicnt; qu'il monta au chAteau, court des ministres ;
quit y trouva un grand detachement des gardes duRci,
ranges en batille devant la grille ; qu'il s'adressa au con-
nandant de ce corps (M. le duc de Guiche et M. 16
marquis de Vilaine), qu parurent dans le plus grand
Ctonncment, et cornduisirent, lu d.:posant, jusques pros
le sation du Roi ; lui, deposant, monta seul dans la
pi ce qui precede le cabinet du Roi, et la il rendit
compete a plusieurs stigneurs, et notamment A M. le
garde-des-sccaux de tout ce qai lui dtoit ariivi; c4
der::ier str-tout lui fit nombre de questions, et entra
sur-lc-champ dans le cabinet du Roi; que de suite ii
fut a l'appartenent de la reine, parla a M. Campan.
et lui rendit compete de ce qui concernoit la reine; que
de l et aprcs avoir couru diff"rens dangers sur l1
place d'armes, oi l'on tiroit frequemment des coups de
fusils pris du corps de garde des gardes fransaises
il se rendit 1'Assemblee national, ol la seance tenoit;
qu'elle fut lev,"e vers trois heures, et od it resta fusqu'a
c qq; que de-la ayant entendu des coups de fsils ;
il se porta de nouveau Pu d iteau, oil 11 ne put p6netrer4
mais a vu deux gardens du roi massacres, et un troisieme
tenu sous les bras par deux gardes nationaux de Paris ,
qui cherchoicnt a le sauver, qui fut bless. d'un cCup,
de pistolet tired a bout-portant par un soldat de la mi-
lire de Paris q-.on lui a dit depuis &tre du district de
Saint-Honort et vit mener ce soldat par un d4tache-
ment de la garden national, dans une salle, place Dau-
phine, et qu'un des gardes qui tenoit le garde du roi ,
piqu. d'une tell action, vouloit dtrangler ce soldat avec
le cordon de son sabre ; que dans l'aprs.rmidi dudit four
6,, ii est revenue a Paris : observe qu'il y a envion cirnq
semaines it a appis d'un sicur Bouche, membre du dis-
trift des cmpucins di marais qte le fils de son ponies
avoit travaillA chcz l'armurier de M. le due d'Orlears,
I fabridq er dcs piques, et que cc particulier a dir l'avoak






dAnonc= I ont dstr.ct : observe encore qu'i a entenda \
dire .c I.: le cd mte.:'-d Mirabeau le lundi 5 octohrq
da sf'aM s-din7 v. oit traverse'les rangs du rdgimept
le Flaress, ayant un sibre'nud c la main, et une redin'
gote grisc cherchant a animer les soldats centre leura
oficiers, -er l gardes-du-corps et lear disant que
les gard.es-f p .corps avoient dqia ta deux de leurs ca-
marades ,pTeA .la .p e Satory, et que lu, deposant,
ayant nft iur parl d cc fati. a .ofwfier d'in.antcrie,
aont it ne saltt ioe ti, ni le rgimenit, ni la demure,
et qua' Slit alle? de teams en ters au catf de Valois
c't offcier lui r.pondit que ce ne pouvoit pas etre Ie
come de. MIlrahean mais qu'il avoit vq et connu is
come de Gi'be meld avec les soldats; que cette
assertion a paru vraisemblable ily, idposant, qui .sai
quil y a que1que resemblance crtsa tes deux personaes,
pour la tilf et la siature.
M. 'Dagvl.j e Gr4ndmaison, a Paris, rue de Richelieu.
Que M. 'da TU Mtte ancien garden anu Rol, et inspec-
teur des chases 8e feu M. ie due d'Orlkins, lui a dit
7 avoir vu betterr de 1'argent des fgetres du Palais-RoyalI
oti lpgent, a piite et ses enfaisi. et que lui-meme n
vru, e :iiflet t ctobre diffoccrtes pesonnes distribua
ie targent au Paai-41oyal.
lM. Pourin e Grandchamp, mernbre des repxrsernan
i 'hi etmnuoe ic.n que trut le monde n'ait vu, 1
6 ocLtoira.l'.h6l-de-ville. "l
;1. .HBrid, eirpvloy aux barrier ;ic, nn.
S vM. oi sous.brigadier des' feries ; nen.
'i Ma- 4 lan, icnanUtlIhstldela Reine rue Ncve.
^es-~bo^-.E.P s rein.
Anne bttev in yteant lhf rI defarsovie, meme rueg
que T'abb Re 'la 'oue fui avoitt t it enr de son dooilesr
tiq ue l P ton~e .m4de Wirabeiu a dit au potiier
'hil ,le, i llet aia des rrouvemens de
Paris : Qn .en vnrra b ie d'auztre., qu'elle s'est inform&
ie ce pr*oos 4 son porter, q leur a dit n'en avo:r
auct4e connoissanwe ; qu'elle, rcqnnoit .. de Mirabeau
epis .di.-eqfaj;s-; flu elle esi-sa cr.aciere de 5 q1(e
livreq,ppY ses 'habits de.noces., ull1a tranquility
iaqe r su~r s cxr6ace, en i 'ad t 'il aRi






hznistre, que cela, itit f sr et que cepcndant, potf
se liquider, envers ell, M. de Mirabeam lui a remis u
billet de o000 lilies, et des effers du sieur le Jay, fils,
libraire, a diverse dpo4ues.
M. La Fisse mn.deLi; rin.
Mad. Favier, supdrieure de l'infirmerie royale deVersali.
les ; qu'un des pardcullers armes, qui se p0rt'rent dans si
maisoin le 6 octpbre tira de sa poche Lne poignce de
pieces &'or et d'argent; et que ce pardfculier &toit ce-
pendalit fort mal vetu, ayant sur le corps une.veste blan-
chatre ut sale.
M. Lbnguet, limonadier, i l'h6tel des gardasdu roi,
5 Versailles, rien, si ce n'est que des troupes de gardes
nl ionales ont passI la unit,du s 'au 6 en cet hSte ; et
que le 6, il s'y prCsenta une foule de'gens genealepient
fort mal vefus, armdsde piques, fasils,"lkzihs d'epees
emmanchees sur des bAtons, et d'aurres-instratntens, les-
quels s'emparerent de quejques gardes-du-roi q'lls
dcsarmnrent, sans leur.faire aucun final. I
M. la Bouche, tha.tre de bains k Versailles, que Ic so
Septembre, dtant i'-Tbulouse, un partictlier tundi
qu'il soupoit dars une auberge de cette vile, lul ditch
dans la conversation : a fe vous entends dire, Monsieur
que vous devez alter a Bordeaux. Si vous dtes de Vcra-
sailles, come je vous I'ai pareillement entenduadire, rt
que qoucque chose vous y attache, vois ferez tien d',
retourner ; car si vous allez k Bordeaux, et qpe vous
restiez qulques jours, vous ne retrouverez plus le roi i
Versailles u. Que lu', sieur la Bouche, cut'de la pene
% croire cette nouvelle; que cc particulier la lui assura
encore plus positivement; et que, d'apris ee pbpos, ad
lieu d'aller a Bordeaux, il revint c Versaillies~ o' i arrive
le dimanche 4 octobre.
. M. Durre, capiraine am regiment de Plaidres; que,
tandis qu e e rdgtient ktoit sous lis armes sur I place,
plusieurs personnel 6nt fravers* I'es rangs et rle aux
toldats; qu'il ignore lei propose qu'ils ont ttius, maTf
qu'il est port6 a les croire dangereur; que ice fnCtie jour,
a actobre, a nearhetres du soir, il a y 1'Pin de scs sol-
dats, qui depuis a quitt6 le regiment pbii'vWiitra Paris,
unvelopper l'une de ses mains d'un lige-blti en si






distant blcssd par ", grd4e-du-corp s ,p Cela ae t
pas et en indisposant amna es candid Qpahpe aipgu
du roi. ,
M. Guerio, avqcat i Paris, rue de -a:,.MeoQt, rie
que personnel nesacie. -
M. de. Tcarg lieutenant des ga4cu do. In priv6td
rien; si cc n'lt ce qui s'est passed publiquement Ie S
soir a I'A~sipblie Nationalc ct ue. M. Maillard va nbus
ddveloppar. .
M. Le. Febvrk, graveur de l'Assbt'Wble.Natlonale, rien.
M. Boiurgeois, sergent-fouriie; 4d zi~pgant de Flandres,
rien.
M. Tallard, dit Dulac, sergent-m 4 diname& rCgih
ment, rien:; 1-
M. Bcanlard, a uircr gegci-q ci ntz:nt rien,
M. Thierry, se rg -a fr. -
Ml. Corazd igj.c arS n. "
M. Ma ,a .ral, rek. ,,;
M. Co a, ~,qiatir-mattre-trhsorer rien.
M. ~jqiYn ,~t andante du bataillon de Saint-Roch,
rien.
' M. Cavalier, chirurgien-major du regiment de Flandres,
que Ie sieur Masse, capitaine, a dit qu'un soldat qui lui
rend des services particuliers, n'ayant pas le sol la veille;
a paru:avoir beauqoup d'argent le lendemain 6 ou 7
octobrt; qu'il a entendu dire i MM. Dupuis et Duque-
elet,; gaI1.,Val fond aioit parl6 i M. le come de
Mirabeaq ,,aHc1 rgimept, et que ce dernier avolt
alors un sabreet ipistolcts qw.tb. de.Valfond aywnt
dit L MX de Mirabeau : Que penrtq-vqwc cela I Quapd
cela finira-i-il? Ce dernier avoit rdppF du :.11 n'y a que
Dieu .qi e sac e; aioute cncpre avdfrentendu dire i
M. de Valfond, qu'une femme I'ayant abordi, en lui
demandant d., pain, il lui avoit ofert sa bourse; cet
femme, en.scruaant sa poche, oi il y avoit de l'argentt
lui avoit dit.:'.' .n avons pas besoi -, nous deaq4f,
dons du pain; ,q ijedunanche 4 octobre lui d&posantr
tant chez M. le,4 dcd'Avray, 11 a I 11. n u'dire par 1
Ic 1 di r', d.-. .6 i A. F. i,
d, la Dominiere, ancien capataiuc d m t de Flan
dres, et acquellement ma' r de lat l ou fort d'Adr
gers, qte d'aprs ics bruins d Ej-i~ a-oya ii prisumoit






te* tfes gens de Pitts It porteroient elet1&d, Ah iSf
alslls; qu'il a cntetdw dire par l'aum6nier dur'xgimweut
que des femmes toutes mouilli;s et crottdes.en swcouant
teurs poches od 41-Vt ~ibit te I'argeht, eles disoient a
Voyeq comme nots sonmned jrrangees iou'r ta6l
faites come des d-AKdils; ihais la bougresse- aoi le
payera cher. .
M. Etienne ; fritierAe laReiWe qu-'~itcn des ardividus
qui se sont porto s vers le phiteau, n'est parvenu jusdt6
dant la chambre -a coucher Adp la RIne.;. et quc Im et
wdautres personries. qtti itotlet de sder 'ei la Reilt,
ont Ctecoitchces en joue par quelques-i p d4 ceT gens-1t
tt qu'ils se sort ietires, poir erwtii A~s s 'Qesdh'auroient
pu etre que tres-fa.Lheuses.
M. Gnncourt, tapissier, h Vertaiflt-j t le lc I Octo-
bre, a cinq heares du soir, 6tant sut It p t~ atgr' Aes,
il a vu arriver de' Pariasdes femmes du Ceurpif gir e leu
arrive a caus6 quelaue inquietude : les gardes duRoi se
soqt rassenmbl s si tp e; qaduo particular vetu fdun
htbit de garden af~t ea ayatt -ta;" td 'Ies rangs des
gardens du Roi, l'IA d'epx pst couru sur, lui I1 sabre nud
a la main, en voailt hil iortpr eror i tips que le
particulier dtvitit ?avec fon sabrf.e, et 'es ritigi dans
une baraque; que deux autres garden ii'd Ro1 sont auss
ills sur ce particular, soit pour arreter, sbit pour
iyiter des suites ftcheuses, et que c'est dans ce moment
ge M.. de Savannires a requ an coup de fusil qui lui a
te tired pyr in'par'ic'ulier v6tu tris-mesqaiherment, qu'on
a battu la g&nrtale : tiors les soldats hsti swi er Ver-
sailles se sont hiy sons les arms et rasi~e tsu asgrand
corps-de-garde, .place d'armesiu; que vqrs huiCS" tfrcs on
teur a donn6 prdre 'd;. ste 'titdr, icp't ci %t 'It; que
Fe gardes d '%tdf'ne font pareilIIelftb ;et et.cotnme
fts se rerirofettc, iftit bp k hus par des gems du peuplf;
que la qeuuede'.li cb16nne ayant t i quelques cops de
pistolets, .sAns 'riitFe pour en iripo0er au. pehpte car
personnel n'a Ot' bless., an moins h i 'i poja d6 since de
Itu deposant; qa'the decharge de soirarite jisis envious
X: 6t6 faite stirle gardens du Roi, ne 'ait i #i ques-lut
di ces derniers ont ont dt blesses, 'si.yArt pas con-
t*sManCe que .' Murd i& Orctbre', t sept herare ou
3evirou







.i. r mad t ifatl pirtr atie r ra t
teote; qu'f es~to'iaour de itrarbre,
'dfai-'parLiculier"' i 'bit la tite
fpartieulicri vyti- adI abit de ga
tenocat o$ tiH urn garde d, r
Ede. anquel ii fa*n&*
iui t la mort que' ce .- .i.tlo?
ide i pQtnce suzr ce- malhfie? ses protest
5 r eu&'r^plr "crioit : I 11aiet,?+'*i ', it 1 faut le
:11 M "6 il iut
eui dbposant et a Is'stant mis a
erier :I faut le condaire 'i'f 1 patrvenus 3
le'conduire jusqu'augrand )t ~s d ide la
Fayette dtant vent. t, 'it"'ins
de cetix qui vouloi ~si
M. Canceande, qci'at e
1edicoa 'nB pafoe ti Roi
"st, tIi'I. de dncert
aes quitbient dans ce mo-
i it cotienc a crirc une adresse a
1 5-, --" o et h la municipality do Versailcs, i
4'effet de les persuader que l'intention de leur corps
,r'avoit jamais dt6 d'insulter personnel; que si quelq'cs-
uns d'eux se'toicnt ecartes de ce principe ilu toient
prets k les faire punir que cette adresse, qui auroit
sui a doate produit Ie came, a ett empich'e par leur
iv .ine. ,
W.''ifi, tatltli, rueI e Ae l'Oraneerie; rien.
M. Lktfeti;fl, iiieuta;it Vedsiilles.; ien.
M. Cllmana, traftltf VeHiilles; rien.' .
M. Dutillf, iimaf d r:tdess ie la prevte; uh
detail tr's-imparftit '~c'e qut'est pasie s5 au soit a
'Assemble Natonal'. "
M:;Gailiard, cbmpagnonniTiraisier, 4 Parq ris h tn.
M'. d' Villeongue, a Pans, rue R~6afbd#,-'Eliteau;
rien, 'sP'ct';h''t qu'iI a vu courier pluseieus JbFkieir, avdc
la livrec d i et Raes. pscs armeS d& "it'p de
lances et de *ttRn :jiu;lc6tent resAs.i 'Ril"h%6tel
de Salm. .
'M. Marqui sous- iitek'irdks freatfirs du dist ict
djSlfaite-Marguerite t,."' .
M. Malallard, capft5iiie d s, vobtoi s de la Bastille,
B





n- I ."
A Paris., stuc de BRtliiL.C AL. Malltard ti|r
des femaes qui se prasentanti 1'Assemb.l.- o
ct.ili dpose que Ie lujdi $joctobre, sur les
.du martin, il se transportwR f. JiUe ia l'e
une xeclaimaion a la.cornuam .prsu nom des vol'
.nais que la commune nitaattt pri assemble li
etoient, au contraire, remphes4 f.e ipm es quI i g dut .
choicnt a .enfoacer et..enfontsiao t~p tea les portess L:.
sales de 'lioteide-v ile, ce quily-; 4P.uccdre a lt 1' '
major, a I'effet de demander .deso.s iA ,de Gojg-
vion, pour remedier et eviler les; t.I q es' umass
pouvoient commettre. M. de Gouvicsp;M insteecaxnt,
Jui deposant,' de ne point I'abandonn,. .t&di 4ide14t
calmer le people. Dans ce moment, oa vinta
a M. de Gouvion une insurrection dans le 6wh gi -
Antoine ; et come la compagnie desvolownsl4
.i la BasLille ,- t proihe du faubourg dans la
que lesdits volontaires auroient point eu de
M1. de Gouvion lui delivra un ordre pour avoir trois'eats
cartouches pour les vblontaires 4 lui dpoU t so ,tisaw-
porta an district de SainttrLouis, CtJlam.,4, t
viser cet ordre il se rendit o dtaiest -h.
leur demand ct fit I'inspection pour savoir s'i5k
assez de muniiicns qu'en ayant trouv6 sufisarwaasppplr
.leur defense, it ne fit aucun usage dudit ordr.-; osse
qu' nous represented ; que les ouvriers de la Bastille s
porterent elors sur la compagnie des volontaires qui iaoit
sous las armes, dans la court; que le situr Hulin tort-
mandant en chef de ce corps d'accord avec lu.dposant,
,ant employee toute I'honnktetd envers lesdits Ouvriers ,
en les assurant qu'ils Le vouloientse servir de leurs,'anrt
joe centre les ennemis de la liberty, et non rivers eux,
ctome- ils le pritendoient ; .t que pour les en con-
* aincre, ils firnt mettre- tes armes bas audits valon-
taires ; que le came 4tant retabli parmi ces oWavui p
et. apres qu'ils ont nu -vaRcul4 place de la Bas s4 1I
d6posant quitta le sieur Hulin, et vint.a I'hb6tl ,
seul, sur la priere que lui qn avoit faite M. de Q
Sde venir l'aider sc trouvant seul ; lui ddp a' ,dans
ce moment, ne put monter a 1'h6tel d(f ; it i t
*ccpe par. unc aflhmce do fenmws as ai voruige
in. ,. V9.






Maexa.gP4a i, r4pnakt -as% c=s1 ue
t cq o d'ista ; e ;kui dtpniBirt
gp. s & poiar p n pa"lbe Vstu de oioir, ete's ses reunics a son dntaiw:9 ce 9ii
tdbli eo 'aXr danger dok.. vraat Miw, earitsceI-
dant 4S.d gis de I'dla t4-4ville, il fift reite-pairivtq
S.4 jciwmes 3ui' l.ijitta ropter, en griitB tgutOs
Ie. a4.cs que r. Ctw 4Gu, veloritA4e ,de ih astille.,,~t
g'l .'y avdAt ien a. triaindre le. sa pertf; wq'alous lai
osant, .aantpdOeieC anu w'iicu'd'ctUcs it ite tronma
s une co forant Cles ,pEr d'en 1iA4as, -hs uitrtes wcv-
Lhant Is pa er s ,dns. lcssalts, disant que c&6teit rot
ace 'oq ilaou fai .aqpui ledpoqut de .l ikwoluiona, qt
'c.q' I bnilgroient q.e Jlui d6posunt lesinvita a
st g 5gaUqailles, a I&aide 4'a~ bomtnm Rickard Dapin;
S* qie ccs femmes rep.tenntq4a les hommes n'avrdkat point
&ssez de fXce .poir se veigor. et Squ'elles se montrcr4ieNt
mieu. quae tes hopitAesi que, dans un moment quc Wi
dp4nit ;itoik au fond de, la bur, e tse retoureiritll
tSWu mawter ate quanlit M d'hbm~acs -amrts :de -piequs,
lances,; fourcies et auresarmes ayant forcec lh femnes
de ,slaisser .enxtrer i e.; ces homes se jetcrent st lils
Spotecs .od ces fmmes amount ooetrmence i flapper, t cils
En ancmeent; i l'aide dc gross ~matefux -pA'ils avoint,
.t de.levicrs qulils trouveent dansl'h4*el-de-vi4e j qu'lls -
prircet routes les armo s l'ils trotvirecit, emt domirteit
aux femmes- qu'on, viat :iac -i lhi dposunt, 'qAle iAsq
enmtms irdvoient avec des touches pour bril-ta s Pa-
5 s, restoient dans ledit h6tel-de-vilbe ; qt ')di
Is. sotit dcl'hltudi -wville te prftipha vor &s
~nmes. newm s au .ambrede deux qui tewasrent hw-
gjAae .uu t6rche .aluamee, et Ie l gagoiicat 1'httelA-
i4erte la vie ,paree quil s'opposoil a ttkfr pof4 :
.il- tbeorva qu'ells pfeiuvient s e.)portr j paruie dld-
putal;o, -*a.,a commune 4 i'ffft dde deitnittieig ,(
t, ,der-. g&-ster 4a sittiioh toA elIles ptmvtpdae eftt ,
puisqwe .toiUte demandoiat du ptin nair eAs fl t-
.gent que.4to. Ia eommune isooitcoampw5 do fe't
aIs.4 y-psi qt rioitest t tottr dtI'e t ua lwtnw6h,
J .- J. ]y r]asattp 4Mt.-pntite Bs. .Ba
B







- Que,. pear Mditer 4ei BhetFqil mead tes dcet
ttas ..ainsi- que Thotel -tf41e luil d otatot trt
qu'il t qit- ne cessairb qS0l st *Iksportat di& 6a'iia h
ietatrmaor dudit hktel-de.vill', 'ot- i ne tt u'
S..Dermainy','*aide-shor-g Att',, a qui it ithlfei IL
lquoa moynens 1'on pouvoit empodyer pour calmer t4id
ce people qui ne demandoit 'jue le carnaagb.. M. Dt2
wiruy fit rpeokse ia l itpesarint, qu 'i le priott d f-ait
tout c' que sa sagtise et' a sa agdt6 pourtrdint. lui sug-
g6-er pour retablir le came au'sdin de la calitale i
quoi, lui deposant dit au 'sieur.Detdriny que toutes ces
dames ne vouloient entendre aucunds rats6tt 't qfu't W
pris avicr ais en ruine l'h8tel-de-ville, elles .vbuictA
.se porter a l'assemblee national 1 1'effet de conn6iit
tout ce qui avoit 6te decrete Ijsqu'a ce loay s. octbre;
Sa quoi li deposant dit a ces ames, qde tissembldt
n.tionale ne leur devoit aucun compete, et qa e,"si ellf
y alloient, eles causeroient une rumeur, et emp&che'-
,roient les deputies de s'occuper itrieusement des affitre
impartantes relatives a la drconstince prdsentt;ique cA
dames persistent toujours daustis ris deisciis, lui d6i
posan crut prudent qu'il se retirat de nouveau aaprek
de mbndit sieur Derminy, pour lui faire part de 1
resolution de ces femmes, en ajoutant audit sieur Der-
miny, ,que, s'il jugeoit a propos, lui dlposait'actuiiL
.pagneroit ces femmes a Versailles, pour prIveorir et
leur faire connoitre le danger od elles s'exposoient en
faisant une demarche aussi peu reflichie; i quoi ledit
sieur Derminy rdpondit i lui diposant, qu'il idu ibJ
donner un ordre de cette nature; que ce ioerA' cntre
les intdrets des citoyens etque lui ddposant pouvoit fire
tout ce qu'il lui plairoit, pourvu quc cela ne portft
aucun prejudice a la tranquillity publique : lui posai t
ajouta audit sieur Derminy, que cela ne pouvoit pre-
judicir et que c'6toit te seul moyen de ddbarrass&
l'htel-de-ville et la capital ; que par ce meme moyen
l'on'parviendroit i mettre les districts sur pied; que,
pendant le teams qu'elles feroient quatre lieues, 'armide
pourroit privcnir les malheurs que ces femmes so pro-
poseroient de commettre. Le deposant prit tn tambour
i la port de I'h6tel-de-ville, oG les femmes etoient







8jictypp!b? sn tri grgawn teaqbre'l-i tt- 4 r ctadcb
.~1r4"1 p rtires wf iFsa.c~sp f terswpeurnfaInp
xcp :: .4'a a faniswner, 1 iju, ui-clp idonnamet. ftan4ez
a0L a p ijece .Lopis,3 Y.; qud )lui dposuapcwit phHn
usufi-,ji.bf qesji qum f portqiet a le, ur.tte,., et!' ui
e~Wsspijeqt. 4cs Jarangae pptieps.- exciter .mune:sdi,
&?B-inqPpt qu'i' qtojutd; sop rivoiw dc CasEq.BoonaitrB
si Fa qaupp Ie c$%j,b4muBs.A l lo induiiroiehtii abricurj
oiwle q 4il f a, ',- -pj @ jemarqtude touiS crs0harnia
ppur pp9oWp1 ,..signalr'.; ep a seculirment renarqut
qau.rj l'lAy.op- dc'rw granek cltce eit d'une -este dd
Agrf ,,4oeyx roua sj e t;ltaatiq do taclhi Ae roWs
W.* t, lt iq4 y fasM ja T=edcingotte b6che ; prtant
*4iiPP4la4"1ng qunil.- oit, avoir conquis a 1 BastilLe'j
.f qui.5 u t ti d arbor en sign do pair w ce pajticu
f vls yp Tefsa p 1 tapsa.it,..ct-.plasieurs d'ales, d dao*
wper lri ^iq.prcnigr.;,rniculde* lui.auai rAot 's,%
a4pnau, et le mireBt dehors. dAs raags :o il H'itok
Poi q.Uig, pre).ier ,tasiaur ieits-itl a parld 'plus haut
A~94 pt4.s .-se .r4pnire*t, pfrienat ,leu. route lIa lonk
a ,q.'i, de OrfIvre -4 I'Eole, jusqtt'ai dernier
guicletdq LyvAvr ou au milieu de Ja place; une dame
avypon, .aJ, 4tant .4ans ,Uot voiture, phtsiears d. cas
pmeSire, poS;tkent a ladite voiture et firent descehdre
1to dame qi son maria. n'aha donna point, etpria lui
d4osti _d, d. ias'teesser iauprs de ces femnmes pour
qgSloj- leks 1aissa~sent libres, ce a. quoi il n'avoit pu
.at4 ir, ipalg tqntes les honnbtetea qu'il avoit mises
J, g1. fIw eLui Piat fit.faire.,halte aur ftcmmns., et
~ "r, ire cetta damre ne se refuseroit peut-4tre pas
.Aleec-Versaills avec elles ,. nais qu'u moins elles
.d4gie qigscntir qu.'clle .ait dans sa voitur avee son
q.si; ggllq .refuserent cetto.proposition et il n'y cut
q4~ le pb-ir rs de cette dane qui parurent attendrir
.qsIlq sR ,unes de ces femmes; que 'd'autres itoient
.itCkorab!es, ce qui occasionna une rumeur entr'elles,
et elUe se battirent ; que pendant ce teams lui dipo-
sant,. pria. cells des femm es qui tenolent cette dame,
delay laiss.r aller et il obtint. sa liberty ; que ces
fen'm~scoftiour&ent leur route, et forc&rent lui deposaht
i4spsa& pac Ie jardin des Tuileries : il leur object que cela
B 3






aidst .awii~salblei roe leisrdsMb 'f'btses df frIs t ,
1k)elcer t imanssherk ilses 'qdLie piss ists pt
or pardin:,c-t tuq -tzew Ue i#ilh rtti hnr ttibdt&st
Sqint~qie itsql~ ilidu,', Wt saht, 'ne ivbt r. pfit
qudescepdr6a"3le'drs vd, l te4 iq-I Afl Sr ir.Oas.
hi.ar:tB a, .-i .pliPrts., dftii le-.se '_.RdaT .i"a dei
de hbe!frappser m, c qa obliea'- I%"'ddbtam t I*or di.-
quil-'l[ditrial fbrkb, whrs-t'ial 'fMif k' qIhlit 1v't petS
ia.sidenptoyer s ...rldptiede. u'ieti iifC. a
iunihe atasi iininAidArej ;ct f ttN I* ryffthirt*
K.demanda uie des Ednarnm'e 'pati ~m prtvenki le-siM
dquit di'keii air-k& 4tpkiohe1, ot7&c't'&toiiMtsc hHftik
q mk impanadief Bi Vraglff& jr8ift', fVVFlsristecvbdtit
p(ritrdtaltI ascwp ddgit., et cit les se"e'om'iV 8iift
de. maoiee it e Rpoitil luii ti ct dte reror li ef(ib
iOBaDm Q nUnhiiMiWdaMeite LakrtwmW, ypatld dIr i lI
leal ; petibh&tel d'Allgif, haf@g e' de ce4ee Aiwimi'*f
Ja pirt deloi 4tpesarP aP~hf tek .e suissc ptbur'aui Ait
part.de cd A" d Oe it e 6lb aiP file. 'Ce it&de1firdi'i
fI'etendirel; 'ttra sda.i Opk & abR tIatdktier'avec:"*b fu
ram, at puimuivitoai md ril'oit F tn' A-*n
abilai a s i rqi', 4 t'q Issac's i ew' iti g r l idh
acaros.:.toutes cs.feommts IPWdfinrhes d% prot4b di'yif
vxdiuniia se:portet sUr lul.', et lhii' arrache la-ie-;"
'ldi i,.Eo t pos teat, ftr 66nn'ot e t tort tv iedIsvaii"
et leur rbjecta qu'u6ne senriIeld ou oft 'suis'e itffAt
dars um poste.quelcone,,l e,-qu.i-etIo? etrfie? sa Ritde,
zepresentoib ltI peds~ntieo ti' or e'tbi' t Assi reSi
taWeM eftsr ne votit4ntpoirt, 6atet n qttti 4-ere
sapyt, pouvott lc dt P& b w ngget .
autre rouae, ce qi, engage rte dei aintf .r re';I t'
fermmn s quil alldit aller 'ii parie : ii v 'tP fa &i1:t ,
mais'ce suisse, toujoutr'inn'ccessible, tiUa 'so IpC'hd-s
de son foureau pour en porter plisiedrs'edbipf ~ hd',
dcsptsant, coups qu'il parA' ks chercher a:i en sotrws d
suase i mait scatement pou se ddfendrk,; 'qe rcttc feirttfe
LavaienRe, voyant ainsii lii diposat traite; vi\t I& dn
.secours, crut devoir donmier an conp de mauichci a biffai
siir les deut epdes' qui- se'c-rdoiscnt; que dt e e coop,
Ii deposant et le tgis-e., farint dsaHrms ;le'saiss'reqt
un catp aune aitre femme qhtii Ic fit iombcr nir-pr-







ijrlk; arminE*l fhsit a; bout dnqudl Eitet sone fiW
trrtiitt amoexarsne Ie stAsse' on disait aecdrel vie, .
wbi 'acdeet Ie pemi de sa baseo ette qvuI
Ij kipossasE', asaritale coup, s itempai dp lkabaton-
n tte dc e ipartitali,: co&s tm do ~ pie #' saisse .
oe hlui, dpesat et les femmes trave s i ent lIt TIilel
nes pou ;gayper la place Lauis XV ., ln. d.I read k-
vwnuquacecs femmfap sC6icent donni.- am& Mimmne le
pCplSe 4tit. asseambli em grand nombre, et qne Ouwtt
pdc ne nd deiemif it s propre m lieu convana do l ta?
asypzpI, etles dcidieant dollar a mSaiiie dvechamps-
&ists, place d'*rsMes, d'e i iidpoiotivisas~hiver du
tb4tes parts detachemens de ferimmai airantt do
manches a ba ais' lances,, foarches, dpdes., pist:alts
fiuilsd .nsa sep dadit aacunq d'ellesa rolr: de .rcai.miew
p aasqiditM .ioaaisoit~ t felcer i alter etheichr! de I.I
peure ia Farsemal aver un i dcachemenat d&elles, maf
ju. h ii ddposant .e. servit de ro;&d .qu'il avok' d
i de-Goqvionr v, a Lia eahiba, .pstxctanti e oet
rprenr dl vi oip dcttm pomt lle ,- mals itW'i!: t. ry it
peai$,p poadst audit arsenal, uoquONe. apeCnt lui
ddposio'b savoit l ~ontiaize ; mais qu.il eroyot; prudent
quo paisqeiieaq ne iiuruient allc i LMasembl6W nadile
aalp u.pcjdwr e)pM udeprnice et -pdapa: ellio petrt
veianty a'leJ ,sihnwa 4e ft quaoelles: aatetndriroient plf.i
tk cetta Assembdea ea:se pre'senantnsanrsprMie qu'n
ynpdiyanti lafore : i free de prieresa v die pjotcesta-
tiour, ii parviqt de faiPo muttre huasi:s, aftes-4 cer
fhsaer-,, a: UlGxeptie de quelques-aness qub s'y refu-
e.ent 'tquidtb-utces plus. sages firencac~er. Cepen-
datO wtse priStanteeamr avec chacunit un' farls, eC
sahiiBeirhtw m'castoaq IVone de sept ans eat ,rauirede.
qtaijer e..deadi, disant quelUes avoient dt vivandires ,.
ctT'eflestoiens. ama dat det se difendre, at qu'elles lie
pements-de lalsaiser anmeas,; q'allesa It serrdoipenv
d gabida- l, ainii~.q'tiraas3es femmss ita lteur objectai
qtiq edeit, iqrposaf bi, p-rce 'que cell exFitok de tI fa-
wiwasieaux.auafqs fenmins qu'il pria de les fair reh-
ter.pasmi eOlis; mais use douzalhe d1) forlmi.s se per-
tre*h .surLetesidetiU et lewt (iteft readre let ames,.
.disawMquil .A'y, aurok peaot d'eocptia + qu'nsoiz- d4 -
B






.cimt M i .t audce de .fcwarsy : ,ttLa ,ui'de, *ihm.k
d ildtJebasquenmae poytZo &nedaamnaiii ssausMguisgEe:
qu l i^t4eao is'iasicsaoquis 'Jqceafiance de'resi fernse
< au,i:pftlt qb'icaj4rdibeo tutn ,ildindne vcax '.qihimne
qitlas qlbsoapfi4diec qpiueuit lpwsittCe >: .a e 4ii*gtIa
se,d6ftchpircM~ay u'rfaike- rentinr -teusales autres bhiartm
demrdaIel dh ks if-eri ef la- roIts dq .Versaille yMat
deva gUHss A oid opadi.ltasavours4 qnuearn fab nopaiae
pol siwm akre, a6ia bre de.six arept mille,' erps ps~ia
par.CbJi Uvi ayrl aloug de la iivicJi; :a toutes les baisorns
6etionwidfrt agSeBidans la :rfirnte~ -asiliX d so, d pillarr;
WP des t(lpesimrallg. cela ~atljoiestiafiper a:touts lei,
ptrto ;,1-ri qa M Aido so re~noitj;toi iri g- lej voulaitet
] Is ciflHupr,,#tbe ,mettoteist ,en( 'dvoir d''eetu A;l
Ce iAi3apont kA k. voulatnt pctriiivn L riMp de loaS jai&
tans,,il,6ft ,.ts trid a tours gesjfoinsbas, .elCeupcditr
q.a'll~iwSb feotiant point lhomwnm eit'a-coAiprtmtAis
4$tP snlTihani, st; qu lui ipopsant: ee retirert di leap
t1ep, iiRillMpija-mnportoieohtiaui; ea qp;on pourrot rdgM
garder .Ifurstiaioris de. mauvais,4al -.aiilieu qia. si illes
4lkWDJLpi*fblemnict, aiv.c -bonetani4 tauJq s j.tazopns
e.. l -.pitakc:teleti'n aroiesica:bsa gd Ellea e'6dap6b
cafin.aw !ramopfrances et aviside ui .deposant, 'tqca p
tipugeoaIflepAi-:Conte avec..saessleliasqtfa S&qiresi. qui
copdnlUot, idlansig tte inaervaUi: d.e,cheanin, delcsimte-r
ccptierens- A.puage- divers cowitielt, ioiarus;de 14!
coux. ,qj looiejntadu 6ote deVtais':iiksydkns l..cDaiCe'p
disoi.ntrl-c~s,,4u'In ne f.,feriier le pbnt ide Smrcest
pouri ls 3tbp6hes de;passer .,'sas faise f auwus nrai-:oast
pers9enes, Arim aail pont, deISe aspvS,i fisiiaicdlk&pic
pour, pf6Yvcrn das;malheursq ibdeanurmuBa il ,y A aI t
lIbnmjsirn,.mrsb:tepip au 'ioeude riphins sautsfaisantm ial
pa. di~t hbitairns de Siwes ,. a dirent!se cemaqnt Ique S&vrta. ett ,pdniA. & plusFiptaRde
oatanpon.a., qud4u:t5e;t etoit. 4,rm6I,- At'qiCil stroitaLiniq
p.oss4c ds,4 ielas'rr ucUh,raffEaichiseS dat:pqur es mdmisi
Ne, s#hapiM t queL-pati prcnre il aislte' opyenide lpiaI
pose* 4 .oel6 .se .ces femmes qui':rfi ,pyoDissoient-;Isi
m9pJ w:'s:iol aet qui mronrchcai t,.ffocordt ,..ldact*i
mandsr s'ita y.sboit des hoeames suite-ql'#4usiaui, rpcoandiaxne qgi'tud, et :cn' facra
U






rcA'i tbJ .giShar poisentrent i-li 44d anEt, &ts*
qpJsdi'swx l adewastitd la perniiora ldaidoawnudets
ao. qftelrxFatxls. )jjcelat e qc patiaricu toie ,tei-,np-stl
dirUocanicEist aquo:d-ui .dpbsast croy6ft ah fait .dA
scrvie. y my; cosantit jretui drins cpouo t sutwigne s 4'alker.
a AjSevr^p dLudbfonfE r. et dc.drCouUrwioi> 4tojelt 1Os'
boerangtrsbdakt.titde esiaite i 'd&oiner et 'i dis tibncr
opainqf; itsb ouuoiat> tavoai dciet ein e led 'assuraat
qta'ilpposIr entl.cQptC qudon nlascm ferkit ahcun inal,
a; ort, ct. feimmtids.t ayant assudtuiLdepolani D'atpsT
cet oudre d4oairan lui,. diposant. at es ifOinj esico4iAutJr
ratt- leuirjhFlaini ansi :encontmer audunuabstatle dans'
SSe Aiana." aucium gamde,;:qu'arrivas a S4&res, ils' tron-
uitt iifcLivmnemtl.ltbouutiques. d iimonrediers et cabal-
saitaisjImau:i asne4donaanpe de lam patsiwyf&aruioadien
pariAi4 ,a.M. .Sevres avec. sept. hdhmas.e virit e s
pMadrei a 4ui, dcposant x'it amtvc causu tons:' -les bot-bj
l3agers.,-et quiii 'avoit tapuv6. que.buit pains. de quatrc,
lires; .quq-hesrdbouJlaitcsics e6upoientc piad molceaux,
slpmI teipeQtis'iPpoui r les distribute aux femineso; a quoi.
lI'diposatit' repondim qu'il ait a retourner a son poite,.
et--qui y .fit,ftntti, .et engage ses camarades .d'arnes ai
imutie .c tt..srntrut:qur il observe ha.prudeoe (t 'iToa-n
iset. Ledi.ponrtiLhft obligd, dr retire compt.e a ces,
damauset -4rnppprt iqu'nn kiveqkide tui'faire eg qui excite
doer umurmures, cmr'edles et les, fit disperser a et li ,
pour tenir dt former des coniplots, ce qui &it craindre a
lui: dlposantpoaurv les hatbtns: de .Scvres. 11 crut devoir
PcisE.rappeUllcq popr~,nassambler-toutes.ces femnies : un
uand noiare .dpprocherent, mais ue quafntite aussi
rstreaat dceridero ce- .qui fit croire a lul depisant qu'il
y3-oil $e'l'4pssiMaisade a .part de cas dernieres pougt
Uimi:, Le al;.-.Le .6posant. se ervit de la v.ix de relles
im iparotsseient soumises et les epmgge a a se porter
a~ lksipelotondes ds attres, pour lour inspire uine facon
do-peser diffburut 4e de ellc qu'on disoit a lui diposant
qu'lIes ivoicni EUJes:nef -parent ricu gacilp, et biciLtit
iu pelotous scdispqrscneat et leS ferntc es se .porlercnt
S9!t'ltfe-d lI7p'rs~ti at boutiques dq, a ar4aands de via ,.
aibptisL4s, ji rn adidrras et: attres ci.toyew entrirent
.Ratt suar:.u'owt. ,.:ptitcout ds. ban~. at" autres moe.:







A(ati de& bi w ait se :aumeht -c dvoi p d'vm iafIeneir lip
orces et abatre: le 105 smignes ril. toe J1s l arwhands:L
lai depogsait ifit -b.iati l4 gearl .,pour nasuimbler ko
ditoyis de S4vrew,:', lep atnc~ v pn -ttr d.,'detf ei,
omntr leIs malbeurs :~at its d-didSt -menmMd,(, fiS' a2
]ii. de cc s d toyent livit arriauoefb'uil d m~lmode
arms, qu'il crovyoitrabord :tre dla'habia&s d e ceto He
au contrairv e'etesit des hommes..affilmusi4q h prter':
dtoyens da SEvrds et 'ui se pqrteraen, fwe le' feuietes
aUec furetrm sr toutes les portes od eUhbanftoint,r akion
lui dIposant pritl t partrt: en.orr'de di rfirtrapetr~ s o
dassembler: tousa;lia hammes,-st leafmrpmirnos Fetrlcatir
entendre qi'on les priMdrqit:phafsl:ew dea bandj.qi
pour des ctoyensi, cohmmne sils,'annoeadiqOe qit tlit
meiex qut~.isestauent tranqilles', que ihi:d6pusoemicual4
alhlr frappen't dibraqs portes posuaveii .:es alimaas w
du vin i. y ilr en .ania; qu'eflfeksmrmtam iLsbswaitihese
en face cdi laI ite du.parc, qbitiwie pr edaeaw JnJamhaM
malado, at lsiujdlri, pug -a derman4e dao ii deipgantLji
donner du-vin et dit. pain s'it en avoiorqpiliniavoit polPs
de pai,, Meai q~ib.LaiWoI du uinij qs~thidippmst- lui
en fit tirer "dx. oa daoze broad iquil 'itdeie 'pa
des homes armnir'atoutes ces femNaes; les. nts .paidati
ot les autpes ne payoient pas :..Ifti iidpoant: di, L ic
particulier qo'i) en donna cependapnt tptqqqces fesuar
en vamdroieti, que hli d4posantul ea'pravtritn aae x;o
gent ; et qute s'it.in .atoi:patsassdiz iktol don hoto alq
hon pour ftre pay6 i la a ville;, mai ee rdqulber dit qulif
regretloit de ne pa;e~n.avaoi davantagoW ; qa'll: aureit
fkit 'le sacriiicp sartv atmune -rriuttiSnq rpsirit-jfeoi ai
Ie rcmereinrent, it lui d6posant ecaagesa reII tafaitZ
de femmes a prendre des halebardasipour peivoakr former
une barritre devant etes, atin qu!iacute d'alltesaerpaissaeni
passer en avant : elles fuman dssarrmr treai. a qpatfr
hommes, et apporterent des hallebarde et fbtmermnate*
barriere; elles se mirent en route ,-teshlurtes restm=ei
derlicie ce qui ne lai&sa pas inins;de& raiinta ati idipoi
sant; mais un particulier sans co:, et 'qi a- dit 4 ht
dCposant, avoir manqud d'rtre pendu pour aveit sgmw*tle
tocsin dans mune iglise de Paits, tui ajosta que- iic.itp.
sant vouloit le charger- du -c.omqajdemeni d "mtnw&






.
tfmt ifoktb, f M eer,6t WAeb tonuf dee prience; umai
16f"~"liifi.rir a0ift, a ui A e6V oit pas plus 1e
lM f Id'l cifinanWdemtenft 'oue lul d etri
ctSldirtda~ I i sqie l s oit taire.'e '.i.n, on
tisardit ibd ef'' ii vic'ndrot"frdlit 'er
&l l tsa ,- el, rl" rendroi' cnsple a la lile de ses
if etiBt lit-.'ii' iter d'etfhinetc imetus ; ce partliquier,
ta .tcSi cite'aitrie ,et et Afdyant plusieurs a lui 'd po-
.M ,iff '-i dt Iet dn pratir duie', ce qe ui d posant tit.
i~i b~atf sabionStit Ia sienne a Heiiu ti. clle du suisse$
emitatle+h 6rtfit~rfibrdre cqmpte : ce parficalier lIcquitta'
i4thtoe riehde comptts'dka'coa'i'te N I'Assemnble
NIbteiride, en lui distant qn if Ices MM. s'toient co-
prat-tvet toieIl'ne-t ,ten t p'ssble et qua l rinettr lit
. ~i~-sri suri ip.e a Paris. Le dponsilnt ave~ ces
lrnkyWiiltindi&rrt po.ir l' trsaialles, et pass'
t l. 'iits t'ncontritr' p fieursiir particulicts a che-

vi4',. jfull'6thsbfent &tre des bourg'ois a'ant des .oc i0Ccs
jfmisa fvleuia edzjai .;, efles 1r hr rdrent al 'ou-
MteigIt s e i & dfs 6ic&i cohtte e ax disant qu iI
pliHitilptQ ri*nssent pour 5bir fe ihatImenM de ins,ilte
jriti'av6i rit-Fite '8c qu'-ils fisoient i la cocardcL intio-
il ~e'viie 'hfta pifpetr' tinu, le demonterent de -son
e li!- aihant 'shn tdcar-de: A'ire q6u'une d'e
A lft inht9S fitii'~ lui diptan t : it ti fire hate alu
atiTet &nnmes;, ie pelss'irert p'is leur barti-rc, et
ui d'p6wlf '-Fil "a o cnrs dii pari.culier qu'eles 'if-
Vrai#wf'-t i'id Ilrbfnt'sa 're','' sous cond-iioh qu'it
Atarlbit '"-he;rt, qtil hdAtcheroit derli-re enles, et
: 'p 'ip b5i ftir elies lui mettroient n ictiteaui dcr-
l"'if 'lf ibrime' tyahnt sinsuft la cocarde national 1.
C&opiaticiiret '~pwedrlt a tout, pourvu qu'on lui 1issat
lM iC :'une .de' cds fta-mes monta silt le chcval ct' parlit
vert 'r a-Verspileys qu'ellcs alloiept arriver : un peu plus
tii:d e 1t'lscpeti rent, dains tne ave nue qni fPi 'fot irlT c
Vai *r, tdhtib ,. detx -awtres'pitciculiirs veins de mnnme
en- bbua eoes, t quit atloient i' grancte course de cheval
-*erA VCrsmi-lt :plusieurs ferimes sortirer.t des raul,s c
'riMertepttritt- e pass. : ces 'demi prticuliers qui
Sitotarear'i- tetes des tlPh( tax ronds avec des co-
aritid-4te,- ;7f letr fuitcrit plis. Unc de ces femmes,






ui avot I'un des. 4 ;expeatx, t,to% nu I,
'd/emme Tournf,-x autres fc-me,.; treel
d posantles ded otj $ .Pnozrasr et. ewr s.,
t'rent .;sr.les liyau.xM, Ses d.eux:p r tY na. "!a-
c'riet deriire les flemrms. Ctte,:cxp ie 4n ipia ;j
fit nmettte ces Treumer sur tros ranges autta..aa, .
dan soi pounvrit, et fit faompr a a~ercle, ,,
pque ies deux pitek te caPPCs.4 e 4ini rtS^jg tiS
tra neecs a lur .titqq fu ", gr- qu'els -.qea p^a\
te inuii.ionIs', pn' Pbru les soupqg94p jfi A W951f
intentions qu'elles devoWlpt..p itqt apP r .deiJagpi4
que de causer unht :IIete. dns.:.S .e-',&i f.eQet
,ille t'cian.t pop, i..or.igfe ,,jl z 4 gPcxa ,. lhi,,
tans pourroicnt soupQpp er 'autres, vaf.. &IAI-
serotent lictimres de Icur d64loueri, ;.,I 1,.ptq
a itre ce qcuc ui doposalnt y .o -Ppa R go afi.i
cnoa. f.r. pja. erre .e Ies,, I 4p ia.i -J
femmes a ohanter VTive Henr' I: -e,,.; t lt;r
s'iltes et a crier: Vive le Ro..cp lpg'. e qf. pF
,deL r;pcter au i r.iu du, peup~ ds .et1t.~yfe., ui .;
, ndot t qui ctr i'it "e, VJu f e.4o j tk
parent i la porter de -1-AssembL= .lSai s (d lS
depoaint dit quj e6tit impruept-de s;,naJtregp1- ,A-f-
ci% ,u41 six fenmmrns : eJlese refu-erety e,,vou(~aun9
toute.s ertarcF; qi Up o xzi 4.4s rgaldefi;.uq *. tl.~' Av
sem tep natlonale,Se i Qgut.a lui d1.esant,i 'iEvir;ant
ces i6nunes a ne .poaii tpqer.davaage J e q om,' z ,. ".
Qte', diapres pl sietrs ,,4dagtsi.ogtre pes feazlpp, i
.s8 e st trouve quinz'; qui entrerent j*VeG c d4psaat
i lab,4i.rq de 'assembl.nation4ola gUnq. 'Iaz
fenmies, ii n'a .Gopnu qC., la feinme.-.Vqrga eskilot. u
a FprI'dernment p~le, eL.qm vient d'etre rag i ,fid'1n"
. n:-daille, par la -coinmtune..de Paris, ,QiiL,.ta tI.,. ig4 je
p.la eea lesdites fetnies se taire cL .lJ ,l ais. e .Aseal
fLire p-rt a 1'ass3g bl e de, Jlcurs dc4u4nd4, qu.'a'Ik1sli
a\oirent comrnuiimiques. en route ; quoz ~flc Iqpt:.,n-
.s~iti. Alors lui 'teposant demanda.la pIparolp. du.,prtsi-
dentt, M. Mlounier aiors president, la li,&accor4i et
lui d.-posant dit que dei, oi trois peoqpc't,& 5asl
voiture de la court, quits avoient' earwnt r ci4S,.i
route, Jui avoient dit qu'lls etoicy mstrW s Lr iunS ua -







d .hi .~-Tassembl aoit donn. & un meiuler deux
e*IiWVks pbit flrempnedicr de moudre avec ptomesse
d&.tlii ;en don*ie r'atant par scmhine : I'assemnLl'e
ftatioriale deftgdi forteinent que hri d.posant le nom-
mat; il zre' jt sti#faire leur dvmande atiendu qu'il
ne se ap *it'des nomns 4d ccux que ces gens hui
Iavciesit' tles, ni -des dUnbh'ci'teurs memes; que ce
:q pdt dire, c'est quil se rappeloit quils demeurricnt
rue'du P'icre St. Avoye; que I'assemblce pLrsistant
tonjours'a vouloirf connoltre le ddnotice, M. de Robes-
Vierre depute d'Artois prit la parole i et dit, quq
i'etranger int'oduit dans la diette auguste, vnit forte-
'nent laftt et qul croydit qu'il en avoit Ete ques-
tion-le 1 ati que M. '1abbe Gregoire pourroit donner
'des &eirdiss4mens; ce qui. dechargea, lui dJposant,
'em douner lui-mmme. Lui deposant ayant la 'parole,
il dlt; que pour etablir la tranquillity rendre les es-
prits. plustalrhes et pr6venir les malieurs, il prioit
MM., de i'as'mble3 de nommer une deputation qUi
voittlt Bicft se 'transporter prCs MM. les garde_-du-
corps, a Peffet de les engager 2.prendre la cxt:r je
rationale, et de fire reparation de 1irinure qu'oi di;oit
qa'ils avoient fdite i cette meme cocurde plusicurs
membres- de l'asemblie elevirent la voix et dircnt
qu'il etoit faux que les gardes du roi n'.aoicnt jamniis
insult 1a cocarce national; que tous ceux qui vou-
olieit' 6tr citoyens, pouvoient 'Utre de borne colcn:e,
et qton ne pouivoit forcer personnel. Lui dLposirL price
ia parole A et 'dit en montrant trois cocardes ncic; ,
qui dtoient celles don't il a ci-devant parlJ qu'au con-
traire, il ne devoit exister aucune personnel qui ne se
fit honneur de I'dtre ; que si il y avoit parmi cette au-
guste assemble des membres qui se trouvassent deshcn-
norCs de ce titre, ils devoient en &tre exclus sur-le-
champ : il fut fait plusieurs applaudlis:-mcns, et des
tris retentirent dans la salle : ( Oui tous doivent I',re,
et nous sommes tous citoyenn n Pendant ces applau.
dissemens, on apporta i lui deposant une cocarde na-
tionale de la part des gardes-du-corps qu'il montra i
totates les femmes pour fire connoitre la soumission de
ces premiets; les femmes cti-.rent toutes : Vive le roi






.er -MM. les gardes-du-corps ; I.di t st.~ti
ensuite .a. parole au president, et dit qiti tott essoar
tiUl aussi, pI4r or veigr-r des malheags, ft ,-is dount
qii etoient r-p ndus dlasn la capitate sur..'attiiee du
rtgiiment de Fladrie 'a VersMiUes de faire Alogoef cc
tgniment, parcel que les, acitycns craigaoi2d t a~s .dvQ-
Thli3an de leur part. M. Mounier rcpopdj q'oi i t
le roi, le soir, a son retour de la chasSe, 0o qu Ia
etre : li d.posant rpliqua qu'il avait bi u ~pu4p
a croire le contraire des soupqons et des cr qu5
soient se rpandre et agitet la capital ; que ru4
1l croyoit n.cm ssaire, paur le bien des citoyens, qppc
gent le roi a pronencer le -renvoi de ce r 7gia w;, .1
"donnant l iJde que c'dtoit, toujours rille p4ttm,4
hourrir, ct que dans le moment de calamity at et discte
de pain po nous t:tions, que cc rtgimc~t.. po rit pla-
t3t se pourvoir dans unt ville de pFovipcc, q. siW pr
dc !a capi.ale ou fe pain valoit 3 liv. i, sols za qtre
livres. Un membre chevalier de Sait-Louis', 'pdt
l; parole, et dit qu'il toit faux ; qu'il aurvokiAe a.is
qu il s'avoit qu'on avoit beaucoup de pcipea, avoir du
pain, mnzis quil ne valoit pas plus de x sols t4' denmi,
et que li deposant en imposoit i l'assemblie : lui-d-
posaut ripliqua quil alloit donner preuve de ce qa'iL
avan oit, et dit qn'aucune femme ne pouvoit:se mnwts
dars la foul a la porte d'un boulanger; qu'un hamme
seul pouvcit Ic fire, que par ce move cet home per-
dcant sa jourinie il perdoit 3 liv. et r3 sols que lui.coid-
toit le pain,; qa lui faisoit an total de.3 _li. 1x sols ;
qu'il etait csh eticl pour prevcnir de piardi sordrcs qui
etoient causes par des villes de proriince qu: se per-
rettoiant inteltc;pter des voitures de gaains on fni4 es
qui etoient desiljues pour la capital, sous OU yrtexte qu'ils
en manquoitnt dans leurs villes, et qu'on pourroit lancer
an dfcret centre toutes personnel qui-se permettroisnt ,s
faitss, is une c nse legitime; M. le president r6pliqua quon
formcrci: une d pdtatinn vers sa majeste, potr lui fire
agrder tout ce que lui deposant venoit de demander, mais
,qu'on n'l it que le soir, attendu que le roi pe, faisot
que d'arti.cr de la chasse : lui dposaat dit que s'ils
ae voulloieti sur-le-champ se transporter vers sa sq






s, ,jeurnc rpm babigw d'y al MI ah daw
proveni* des eti ijeoaaqoieat IW* # i4 *
d part; qal .L pws. doute DeC 5. f ..ut 4.
r7e=evoir.oo do MM.. les S .
avoit v YWOb4C3t vu op psitafsiA 4lia ps
Ai .i .Hga:. Versailles, .e*~.ige 'Lt
'qua !ctl dltot lui causer dia. qui c trts t pritsb-
IdCnt itL aQiloitaQommer:siW bI4- p s B deputation;
:rqi?'isefroi"" oit a elle et jis :.eadieebemite cheap
S II s paru rent en effect eaii isa' t de fire pren-
4t : patience a ces .dames.; qv<Iit.l.it. temps d'as-
jsenbler.les miiistres du roi, etr~y- u powiiorMs comp-
1ter qu'ul (croit tout son ponos v'ux.
LJorsqu'ils furent parts, lAi 'psevenir
:cvcore des pr.pos ", re.e r, t que
Jeurs tltes s'6ttetipwt aesi sslek:te preniue
;qu'il on fut:-,diot w *iq tawini|bbb, portaht
s:i 4.' de tti -baistr'sa main ; mis
sc Hai'i donna un coup.dessus en lui disant
iqi'olIe k'etot pas -f.;.. pour baiser la patte d'un ciien;
,que cet abbe s'est retire ; que les femmes se recaiirent
:toutes: A bas la calotte; c'est tbut le clergy qui a fdit
anotte mial. Pout evitdr la fitreur i laquelle ces femmes
.se seroieut iporskes lui dtposant demand la parole au
.p-Psidesti Qu'cll: lui-ftt accord6e., -et dit: Pour pr'-
.venir etatswfaire os dams, qte tots Ics cs toyens de
la :capifdat d*pianf tas aswars~s u'on s'occupoit s-rieuse-
-aent dadsin tte- wpuste Assembde a former une
bonne constitution- mais qu'il avoid extondu, et ce qui
rtoit- lei getirdl dans la capital, c'est que Ie clergd
.dAto sans cesst a la ctntrarier. Un mmbt-resur la gauche
.duAngtidet, cheudlier de Saint-Louis, prit la parole,
.et S- Qi e:Atrsqutun Ltranger introduit dans une dicte
augtte ,,tstensmusttait d'inculper des membres de I'As-
semblie sAsWekt mbir tnce ,panition t.emplaire sui-
Je-champ; ,ihirdAdpip.oant demands as prdidnat 't~te
entendu et dk Qnr M abU w janmau entendu inculper
Puican membre ; BqdV ok im =a coDntuaie 'rAidte service
A tes M. du C=lea-,:aik, eoa; it abad coupabLes,
mAis aUl 'ir niinpik b4 'Fs*de6sWioc na cannaoi





Art'k
aot. pomtifle it ft Be i & -Ion we
-judifier; 'qii priei'vMM. du Ctqrg& t
:vouloir "r .u'il. WavAt'it. cela quf mnsI.
.prevenir .ed esdisordes uc d 'clg e'. nCt
-qne M. de Robespire ta, l suite tin-
:de patriotism ice qui readititoathsLles fem
quilles, pour rie .nummet i an-kitat aiprtes fe' l
Sides garden db-a .ptrvtd iatdi;-int udw dkposant, .
etcit toujoars: ila barie,'qdon avtjt rpaWdu dans tous
ces enmnes qu'il.avoita td6 -fmpaifoau, et qu'elles for-
,otent absoluinent les, gardes'ir44les iscs..atrer : Ai
deposant sortit avec ce major,~.se 4watl. ?rfs iemme-ss
et les rassua ; elles demandirent'" teesi & intir, : "it
deposant leur dit qu il n'etoit pas posile,; quiLlFes peo-
voient computer qi'elles seroient victOAS iast ; qi. etit
plus bean de I'etre de cette maniere que sia'ztwki.statt
repandu du sang, come elles le voualoient-fainl'daS
la capital et on route. Elles lui prominent toAuts d4*ve
tranquilles. Il:rentra a 1'Assemblte national oa il e-
tendit le retour de MM. les deput6v qui '*tient chez
le Roi. Dans cq moment s'est prices f4apartizliierqui
avoit I'epee de lui ddposant, et dostil"wapufu bcdl"a'.,
qui dit a MM. ces Kdput-s qu'itlavoi- siitXE eW
pendu et qu'il se permit des incrctliie coiepla-
sieurs particuliers qui.avoient- attentia it It et dit; a
lui diposant, que les gardes-du.-.orps vaeoioent de faire
feu, et que, s'il vouloit donner ses ordres ii alloit,
sor-le-champ, s6 porter, avec les femmes qui 6toiadt
dehors chez les gardes dn-corps qu'ils les, brue-
roient tous et qu'ils se rendroient naitres :d'eux 3 ranis
lui deposant, bien l in de condaeendre a cc*t' td
-fit connoitre I'horreur d'un pareil proaet:, ~tque:?e
,n'etoit pas. bien se montrer que-de sto ptotr a desrc
semblables; que, tt ou tard, on co0ntfiroit la rit ,
et qu'on puniroit les coupables. Lui d6nosant lui orra
la cocarde, de la part de MM. les gardes du, R et
lui dit qu'ils paroissoient soumis, qu'il ne falloitpj.a
avide de sang. Au meme moment ou il parloit une
douzaine de fenimes entrrent dans I'Assemblieaitionale,
et dirent que les gardes-du-corps venoit$ad& faire fia
*.sur elles';.qu'il y en avoit un d'aretd :. -ntrendoint1,
z disoicnt-elles,






iifien ..elles que 1ui d6peant fr ea Jas pout fixer Ie
genre de more qu'il raeriroie. A .ee' rifanr on
todMix tnimrdctiaro ge de mo uufCa
JlAlIrdant Paitablee, & Fuw$
gB fifieurs d Aput &redoubler Fe
iour empicher es tlalheurs : ii d*
ces femNaeS :1 H superqut 0no #*
tenlj par -Ia .S0 de on cihet r
& d bns f'ais'les femmes irfae
S useS tmit, qce de lui tefr:f 5 i DIM tn or-.
que M garde-do-corps V lt fka s'approd'her de
hi. l p~r lui parler, ii lir w& btiopas les rehne
de fon cheval : le boat cj : t 'd'riue feqme
Sb fe Iauva. Lul dt ofim. i, i he put
tetraper & le iga d-4 d dtra t p
Coup de 4 a% t otn it luI
if6poanr. Lua 4' fls -
sprks avoir en ep es
di'vntaPeS y :I idi aa .
fC'ir, Dif i -n de ra dpytation,
"e .d.o ;Tes pardles du Roi, que
tailT i Lfti e entendit ,-& que le people part
tfpefter,, -puilqu'elles ne tendoient qu'a r6tablir la
tranquillity parmi fon people : enfuite 11 fit 16&ure do
tinq pieces relatives A la dentande que la garde national
avoit faite auprks de l'Affembl6e national & du Rol
pour les fbfiftances. Sa majeftt 'voit ofdonn6 que ce
rt-de~x officers qui accompagnarent lui d6porant pour
retournar h'Piqs, m Ies femmes s'y oppoferent & dirent
touces qu'eltef feules 1efcorteroient: is furent tranfcrits
fur les regiftre* de IPAfeembl6e, les copies delivr6es A lui
d6pofant par M. le vicomte de Mirabeau : & lui d6pbfanc
Intnmdiateent aprbs, revint a Paris avec line parties do
ses femmes dans une voirure de la court, & rencon'rrerent
dans 'avenue de Verfailles la garde national parifienne.
Arrive, a-Paris, lui depofant re fit condiire i 'h8tel-
de-ville, odil entra, accompagn6d'erwiron cent cinquante
femmes'qubj'avoient pireced dans l.a falle oil itoimm les
repr6rentans de la commune i M. e niaire fi6eant; que
lui d6pofant rendit compete de tout ce qui s'foit pafle
& remit a M. le maie cinq pieces qui lui tvoiett &e con-
5ies, comme il nous Pa dit lus haut, apres cepen1
dant qu'il en cut fait leciurf q''cnfuice lui dipofant dii
..




1'. '
34 t
a. l'affemblee qu'ayant ddearmi le (hi~h.ds Tuiteriec i
pe vouhlnt pas profiter de ectre d6poii t emetaoi
SM'. eI mare 16p6e de cc fuiffe; & etn' aii lai r6 -
lenta. M. le naire, au nom de I'affembl i .fiL pr.
fent, I lui dipofant, dirnt qu'elle dtrit. bi *i.fe "
mains & dit i un. fcrtaire, notnm6 M.
Faucherets de lui expedier tin, recu ds citq -
que lui dipofant lui avoin retites, & le don de -4V
qui fut ligni par M. le mair ,. -I. iouulon, de la CI
niere &, dudit fieur Brouffe 'des F.auch s. M. le mair i
offiir i four. A routes ces dames, qaics acceptorent~
en chargeant lui dipofant, au nom de raffemblec rde .
leur fire donner ce lqui etoit n6ceilaire & has aucune
retribution de la part de ces fkmmes. A fix culres du
matin, le mardi 6 M. le maire egagea ces fenaes aife
retiter chaCune chez elles ce qu'dalesrtircni .8t hilt di .
vinrent afccompagnes lui d6porant en fa d4404iir E-loVt
rue & hotel de Grenelle Saint-Honori. S$t; Is h1,
heures du martin dudit jour 6 otobre dix a doua
femmdt vinrent le chercher & Ic forcercnt de marched
avec elles pour aller au devant la garde national 8
prefenter a M. Ie marquis la Fayette une branch de 2an-
rier, i fon retour de Verfailles; mais qu'i-courieryf-&
fant devanc elles, leur dit qu'il alloit faire appezct Is
qhateau des Tuileries pour y recevoir fa majeft6 qui
venoit a Paris ce foir elles engagement lui d6pofant &
aller aeec eleg au-devant de fa majeft; que lui de-
pofanr. avec fps femmes, y alla, & rencontrerent le
Roi 5 Viroffla: elles Ite r6lerent parmi les fet:mes qui
6tolent la tate de la oituse du Roi, & re inrent
Paris jufqu'A lPh6rel-de-ville oi lui depoant quicats
routes ces femmes.
Jeanne Martin, garde malade, a Paris, rue Bauilei ;
rien ; fi ce n'eft I'extrait de ce qu'on vient de lire dean
la d6pofnion de M. Maillard.
Magdeleine Glain, Taileufe de manage, rue Fromen-.
teau ; ren.
M. Lefcaze, capiaine invalid ;, rien.
Dorothle Delaiffement; 4 Paris, rue Mauconreil.; rien.
Flifaberh Nolle, premiere femme-de-chambre de la
reine ; qu'Crant couche 1 c6td de la reine, dans la nuit
du n au 6 la reine lui demand ce que c'6toir que Je
bruit' qu'el e entendoit qu'elle lui r6pondit que oldtdi;


"







des. femA e 4e as qul fe. proqeno ent.,que cette rA
pnlb parut tranquillifer la reine, qu'eifuite elle & ma.
"- hm.AJAgu6, autre femme-de-chambre de la reine,
ientt que des 'rigands vouloient force la porte pout
Ltatrer; qu'effay elle entra pr6cipitamment dans la
chambre oti la reine 'toit puchcee; qu'elle Pa fart lever,
lui a paff6 un upon & des bas, & par un paffage d6ro-
b- ,'elle l'a, avec la dame Augud., conduit chez Io
rob, ou elle ne Va pas quite. M. dq Mafld ,. capi-
tafle c6 mmandant au regiment "e Flandre ; rien, fi'
ce' n'eft que le nomm6 Belceillet, 1'un de Les foldats,
h1avolt pas d'argent le 4. otobre & que le 6 il avois
des ecus. I. 9uval de Nani, capitaine au regiment
AB Flandre; qLe deux ou trois jours apria I'arriveO d -
* I oi Paris le fieusPGroux, garde du roi, a dit, dans un
dfnear^&t lui d6pofant. toit, que le maidi, 6 olobre der-
" fier, entire fix' & fept heures du martin, il avoic va
t. le due d'Orleaas en grande redingore grife, qui
6toit mal boutonpri lui aVoic laif&f,entrevoir fon cra-
chat, indiquer du bras au people arni qui 6toit la Is
g rInd efcaliet du chateau, & faifant figne de turner
SIroite; que lui dlpofant, dcarit fur la place d'armer
le matia dudit jour 6, il a entendu-le people crier '
grands cfis, pendant cinq ou fix minutes : vive le roi
d Orleands; a enfendu dire par uelques foldats de fa
cospagnie, qu'on avoit diftribu beaucoup d'argent aux
foldats le luadi on le mardi, mnme les deux jours, &
depuis tfentendu dire qu'on donnoic un petit dcu a chaque
fdllat pour quitter fes drapeaux, & venir & Paris; qua
ms8me un d'entr'eux tdoit revenue a plufieurs fois, difana
Squ'il n'avoit pas requ, & par ce moyen a touched trols
petits 6cus; a)oute que le mardi 5, 6rant A diner avec
plufieurs de fes camarades, un parliculier vetu de l'uni-
oae parifienne, qui s'ef dit chaircuitier a Paris, petit
de caille, & brun, & btre de Dreux, ayant des car-
touches plein les poches, hrant ivre, & syant drng
avec eux, malgr6 eux, leur dit : mes fr'rey, je vous
confelle de venir tous ee foir coucher .Paris, fans queo
r ous feret taus igorgis dans la nuit; qu'il dit mmra
que s'il defcendoit, il feroit le maitre de les fire tous
S egorger s'il donnoit un coup de fifflec.
M*Duquennelet, capicalne an rgiment de Flandres,
ricnt





.34
Elifabeth Girard I Pais, rue Comteffe d'Arroin.
Fien.' Si 'te n'eft qu'elle a entendu profdrer des parile
Sbompnables centre la Reine, & qu'elle a vu doner A u '
garde -du- Roi deax coups de croffe de fufi itr la 16re,
qui lui a et6 couple enruite a course de hache par us
bomme a grande barbe, habilli en etalave.
M. l'abb6 Veytard curd de S. Gervais; rienn.
. M. 'abb6 Laugler de Beaurecuejl, cur6 de Ste. Mar.
gderite; rien, f Ie n'eft que le 5 oaobre vers hait
heures do nation on frappa a coups redoubles a la porce
de fon bresbytere ; qu'il s'y pr6fenta deux particulier
affez bien vrtus, lefquels lui demanderent 4e facae for.
aer le tocdin; & ce, difoient its, pour avoir du pain.
* M. I'abb Gennetet, oure d'Etrigny ;. q'il a enueniu
dire que' trois femaines avant le 6 qdobre, il y avoiW*
& Paffi deux strangers, qu'on appeloit Claviere & di
Rouvr & hqu'on difoit bien dingereui pour la tran.
quillir6; que ces strangers excitoient le people -l'in-
furre&ion, & rdpandoient beaucoup d'argent pour cela;
qu'ils affiftolent tous les jours aux fCances de l'Aremi
b6ee- nadonale, o ils tenoient des propose fditieux, &
que M. I'6veque de Chartes connoiRioit bien particu-
eirement leurs mendes.
Madame Augu6, femme-de-chambre de la relne ;que
le 6 odobre A fix heures' & demie du martin, ayait
entenda un bruit confiddrable du c6te de !a' fallen des
gardes de la RAne, elle ouvrt la porte avec Mde. Thi.
autt; qu'elles virent M. de Miomandri qui barrbit la
porte avec on moufquecon & des gens qui vbuloient pC-
fer; qu'il fe tourna Vers elle, & dit... Madame fauvez
la Reine, fes jours font en danger, & qu'elle feArmaC
porte aux verroux; apres quoi, d& concert avec ma-
dame ThibaAlt, elle entra chez la Reine', lui palieent
un jupon & des bar, & la conduifirent cherle Roi par
un petit paffage qu'on appelle le paffage di' Roi.
M. Curtius; rien.
Julie Hqry, cloitre S. GermainlLauxerrois; rien
Lonard Chaillot, Tufiller au regiment de Fhandre;
rien.
M. Dupuy de S. Martin, officer au m8me rEgiment;
que le mardi martin il vir & Verfailles des hommes d&.
guifds en femmes, que le mardi martin il vif encore des
lommes SC des femmes; q4u'une qui 4toic nlonftruldu







.pal a groteur le frappa plus que lea auires; qiat dei
plrsicnliers qui 6toient prbs de ln, la remasquerent
mnufir; 'un dit ashl quelle groffe femme; Pantre dit
efti, je crois M. le due d'Aiguillon; oe diroit que
e'eft lui; qu'il n'en fat pas dit davantage; mals li
8 pofanc afaure que ne connoiffant pas M. le dut d'Al-
guallonf il ne peug rien dire fur ce diguifedent, &
observe qu'au ton don't oe propose s'eft renu, 11 a juge'
que c'6trit une .flifarfterie : qu'il a- vu prior fotl fe
yeux un grand june homme, garde da Roi, malgri
qu'il y euc beaucoup de gardens nationates.dans les envl-
rons & un home A gcande barbe lul coup le cou ;
a vu ce jedhe home fe d6battre encore contre ces
Smallhureux, "comme ce meme homme a grande barbe
I'exp6dioir : que ce fpe&acle le fit frdmit, & W~ ietit
chez lui.
M. Berci, valet-de-pied de la Reine riten
SM. oer'ci tbn free autre valet-de-pied de la Reine.
rien, -f ce n'eft qu'il a vu dans la foule du people
dae t l mndtitd e du 6, uae petite femme brune de peau ,
qti orioic : ah la garce, la bougreffe, fi nous a te-
Aions, nous larrangerions.
M. Chauchard, capitaihe d'Inf nterle, demeurant &
Verfaille : rien que tout le monde n'ait vu.
Frangoife Carpenrer, A PNris, rue Maucofeil : rien.
Marie Collinet, rue Tireboudin : tfen.
M. Ant6ine, compagnon ferrurier : rien.
Marie Nemery, rue de la Calandre: rien.
SCatherine Potheau : rien.
/,V. Deroux, aide mar'chal- des logis de I'arme : rifs
Anne Forets : rien.
M. Faure, ferrnrier i Paris : rien.
M. Diet, curd de Ligny fur Canche : hen.
Malouet diput A P'Afenmblee Nationale.
Le four de Parrivee du regiment de Plandre A Ver-
filTles dit-il, & lorfquitl idfiloit dans l'avenue je
me prpmenois avec MM. LaHy-Tolendal & Mounier-
onus renconltrames MM. du Port, Barnave & la Borde,
Sqi regardolent pafier de rEgiment; nous nou arreti-
rmes. un infant, pendant lequel je fus accofNt par un
autrer dEpute. Je 'ne fuis point s ez str de ce qui fut die
Sans c ourte oute converktlo, pour en repdre compte
aujourd'hui ; mais je me fouviens de l'impreffion vive
C





S 38
qu'ege fit fur MM. Lally & Mounier., & je ,fui pet.
4$adW qu'ils j'4n rappelleront mieuc que moi. .Nos.etions
slors ,accabl6s des plus noirs preffentimens y & i nous
revgnolt de routes parts qLu'i exifltic une conj)uatwio
centree le Jgoi & centree les d6putds .q'on connoiaFoiL
attach6Haux principles conflitutifs de la monarchic. NouM
btiops qyinze Qo vingt d6pputs vivunt dans une (ocidi6
Iatimne. De ce nembre 6coient MM. de Marmneaa spirit
de Longueve, l'6veque de. Langres, Lally, Mounier,
Virieux, Redon, Defchamps, Madier Dufraife, Ftydel,
Maifon-neuve, la Chaife, Paquart l'abbd: Machias,
SDurjer &-autres don't je ne me ippelle pa; les noms. Jo
recevois chaque jbur, ainfi que MM. Laiy & M.JAu,"
nier, des lettres anonymes & des li~es de profcriptions i
cil nous 6tions inTcrits. Nous avons enpoy6 plufieura
de ces lettres au comite de police de 'h tel-de-villq
de Paris, & je me rappelle en avoir comanuig~ &;
a divers d4putrs dans I'Affembne du nembre defquefs
eft M. le Camus. Ces lettret annonjoient toutes une
anort prompted & violent a cout dtput6 qui difendoiw
1'autoritg royale. Dans le mneme temps, M. Redonvi
me trouver & Montreuil .oi je ligeois ,. me, parii
avec effroi du danger que couroic Ie Rri. Pour reu-
iir ici tous les faits relatifs notre situation per-
fonpelPe j e rappellerai la d4ionciation faite i i'Affem-
ble natrfoiale par _M. Cocherel., qu'il avoitc r' ar-
rer a Sevres dans fa voiture, par des homes acm6s
qui lui demanderent s'il ne s'appelloit pas Malouet ou
Virieux, en lui difant qu'lls cherchoient ces deux dd-
pucs pour les tuar. TrsJ-infirults des motifs de la
perf6cution & de la diffamation a laquelle nous ,tions
Iivr6s come partifans de l'autoritr toyale que nou
n'avons jams. defendue que dans fes rapport avec la
conflitution & avec la libertc publique I nous avons
iffay6 pius d'une.fis d'excite; 'animadverfion de I'Af-
fembl6e centre lesltbellifles & les motionnaires inceny
diaires qui entretenoient des attroupemens habituels a4.
Palais-Royal; mais nos repr6fentitions & nos efforts,.
devegns fufpe& ont ec conftanmment repouffis. Je for-
tois de 1'Affembl6e a trois heures apras midi, le s.
otobre lorfque j'ai renconLtr dans la court un premier,
g- icahbmenc de femmes, qui- paroifl'ok coamande.par


a >


4 A






Slhoiusne iq mauvailfe mine enh tabir noir dcchirE .
init-iiT e peb Aita main, i demaiddat i enrer dans
I"fale. ih loih', j, rencontrai une airnt. 'troupe do
feFitr es & d'hpmtas arm's de pique & 'fufils quf
m 'atr6teknte sev rie' demandant fi j'6tois depute: | leu-
ofdis queb oM & UlI me lhiflerent paffer en me di-
'I'ts venoient demander du 'in' I'1'4ffewle
sitiofiale. Ye me-rexidis a Mohtreuil oft je logeois &^
syanf' Sppri 'tl y-avolt eu des coups de tdfilt d
ti6s & VerfaiUles, je retorfnai & 1'Afenemblee .fet
Iturn d& fair fe trouvai les fribunes & les banps der
.dpot6i oecup6s par un rres-grahd nombre 3e feunev
&:'iPonimei', don't j'avois renconrrd les piemeis de-
'*atbhemn-; M1 ,-Ev&cue de Langres-pr6fldoit en Pab-
ftIee:4*de M. M6fier qeil tbit cOhez le Roi I'Aff;bm-
J We nationale prfefitoit en cetre circonflance le fpec-
raclt'leepluat d4plemable; le pr6ident & les deputies du
therge"d'eoie'nt'irut!rt &meatcs par plufieurs etran
ters La barre ltoit remilpie d'une troupt do tes for-
Oidi V&'P tiun d*eux porrbit'un 6tendard une efpece de
S'ttinbar de bafque': je ptopofai de lever la f6anc &8
deClaous render O'ew- le'i-Rhi '" fur qaubi-il s'61eva 'tin
ahf bruit confuse & m&6finant de la part des strangers.
Uime-feainte rui-ctoit alfife a c6te de moi, me de-
miandade qudi je n'avilbis ; j'appelai'un huiffier pour
la 'fiirv fortir msis } rie -pbovois etre entendu: M. de
Mirateau fe'plaigrni aloes de P'audace de ces' rangers
&ti1 y &t: ai mn ment de fil'ice, bient6t interrommn
Par -ea :n6nvaux -ris des fernhies qui demancfi ;nc obf-
findmer qu'on taxtt le pain A deux fols la rliye ge
fortis pour alle'r thercher Voffiidr de garde, & ne pou-
'nti 'pit le. diffinguer datis ian grand nombre d'hom-
Ltfs att6s quit doient A 1Wetere de la falle j'allai
Atrihetdtr Al-m place. Bienti6 aprs le tcmulte croif-
ttfiv: & vie peuvant me fire entendre, & ne voyant
prendte autuwnpard raifonrihle4 le me retirai che imoi
A dl'heures & demie du foir : A onze hours I' demie,
des homioes arm6s frapperedft 1 ma porce 5 j'ouvris-la
fentcre & leur demaillal te quils vouloien : ils me di-
ent qoitls avoientr aimn, qu'. s pr6c6doient I'armie qui
Etoi' emn marche ; frleur'rderiandai ce que venoit fairs
Parmde '; Verfaillea ; ls mne rFpondirent qu'elle veaoit
corehecf I Roi pour 1o sc duiro & Paris. Je leur fie
SC4




4
.. .
dinner du pain &d do vin,,& biem6t aprk, -!ep-, te d
let tambours de la division qui pafloic A McaaKepil I
j'appris alors que .M. &de la ayeute dtoit A 4' ttwe de
I'arm6e & cetre neuvelle me raffura perruads.~queo
prrfence ir'viendroit lea defordres: j'.nveyai ai o t
i fix beures du martin pour favor ac qui s'y pa(foUi9..B
je m'y rendis auffi-iot que e j fus inftrii -des att~ "I
de la nutr. Je mtarretai chess M. de Montmoarian'a ~
trouvai M. I'evdque de rangres qui m'apprit I.
cre des gardes-du-corps, & les dagers qu'il a3oik Q4 .
rus lui- mr .ue en rortant de VAeltabide: j'alla de4 rJ
dans les apparremens en utraye.fnt fa c4F CI..w.P
bire, qui etoit remplie de gens aracd &c der favnmjqsi
a p waoiftoleni fort anim6s; le Roi ito Ufur. fon.~ da q 4
avec la famille royale, les minif1rep& pluftirsMrgrda* -
dui-corps; je m'arr6;ai 4n intanit peur wencpd e P que
lon d:foit. Au moment a pdIfiewri& a Bt frBdior~BZt F t-
polenr leurs bandoalieres a ,la fenAere, rne fcasA~qii
S toit a card de moi me di alors: ii faut letr 4ire
grace, n'eft-il pas vrai Monfieur? Non, ripenrni~cr
ouricer, qui 4eoit devant e.tte femnte ils fite t.Jnced,
lines 1 pre6fet &fi nous mangquo:l 'dF;.am d&e.no"
dAfaire de tou.e ette race nous no la retrouietol
plus. J'obferve que cer homnme paiitbit &tre urv::bbg:
langer, de la taille de cinq.-pitAe .fix poucesn nv ilod s
large de rarrure agi de trente-cinq i quaraaPe anls; '
ayant une mauvaire phifionomie : je gagnai les apputi
temens par le'grand efcalier je rincontrai M. le doad'Pfo
16ins dans 'ceil-de-beuF ; il mae denaud fid9a lltle s'Wt
feinble : je lui repondig que je"n'ef oi s rieta ,nMWAi, qs'.
mne paroiffoit trbs-n&4c( ire de ;s'affebler toecde &fiteti*I
chitesu pjur6t qu'ailleurs Oc de 9 -enir hd6s.du Relaij'siW
i divers ddputes en dire auteaGi & noeu, eontinoaekd 'wem
rdeCni, dans le gallon d'Heroule: otnoua at ay wqmW .-
trenre ou quarante. M.,legarde-dee-fceaux,Vy vint, & paedi
qu'on ,etit. all cherqher le pr injit: apr r s wit-rtE
tenpu PFrs d'une here -, .naup a'aprdee. qe Ic;r f t
ro-i ouverte au mteus ph i(rs; & i*rf(irPe j'y .rivai .
on avoit cdja d6libird de Re&pam fe 4Plawer, &4dt4i
cuffion avoit lieu fur.i'or4re -dp,, jor. ,qu tr iAI
e& ne me trompe, lea mupioipa'lis6s j:teis Crop viM
ment affe&q6 de tout ce que j'aoei vU;, Le 1eiadl .R:d
Ia famille royale dplorde o t6te s gdkaxlo-dtii-t9f





A 4 :
Tffs g y vu paffer :e -injuts & 1te
S'Fgl,.X e. a t uS e ,perfobnl Ipmentr qdtfftL s -
e teran'$,Jac d'6armns, par pl4ficur. hynmme
sBiii gde. 'gP -AIqit,-ne nowioient 6n juarant, touteS
ce~a .erteuptr n upnM. rop emu popr que j.i pljfe prerq
'di*( rra iog fur es municipaltto : j allai
-ag.geq0". ..'.- y"nue ota les r milices qui retrer-
.ye.nt rfaris ,:da h eolenc tm s prmes faifient un
J I* ciRl i d4inpadrations de je rolongeoient
e ~Ape 1.ip Ii qp de terreur qaarvoinp produces
ier owe& at f45s. de cetre -jeurnee & le fpe&aele, d'un
pe ,enfantQ .;uvert de fang, qui portoic au boat d'une
Slue la t8te.dun.garde du Boi. J'alla"i Ie tIi chei'M
LJ9 .: g4 ungqusS rV6qimes une@ vingain.e de 4putes
;r g), l ~ fprfm,, ayifer au part predre danE
popa c sir e a vialeppes. comiitfe dams La
e L atiaonale : le fang. r6pandu fiu, les yeux & dans
Te pala 4 o. o" "q~us ermettoiont plus de regarder
\ nqoM Oq.aRppe slip s jib : DDys examiniines ce
'hipage.-- le, de oir nots C9mmanndoiem & qie
rWpise des circoriflarces nous. interdifitc. Nous nc
f4Fe .sque .nuf d'.avi, 4e,.ddnoner 1.1'Aftembl6e na-
tI ," ous .s .tteAtata;, & d'en. pourfuivie la ves-
g djg e ~fs 4.onfid&rtions relatives a .1. sfArer~ du Rei
Snous arreterent, pmai j'ai feavent gemi de ce honeux
,tqpg;e, :,'prn je rog pis dams ~a fiaee du z1 no.
YqMpbre deraier, celle oil je fuis mnoi- m pln ddmnac6 ,
asgrs pvoir 4ernaad6. coqmpte au comit des recherches
lfs informaacion .ur 1ps crimes nommis les. .& 6
oqbre.
'-,WM, l fq.e, 4d, C artcres, le marqais de Temay,
Acr.e W- .Te Wnay. fien u'oun ne face. ,
;jM B. Irps ar e.,des Foffis S&aht-Gertin-l'Au-
i Sle t eA o&bre, -epcees AI &- ohzc hbure
p oir, .94ant. Iirre e la { l0ee 'armre t il entn4t
fipverfMtj q e r.trisho mme, i qr,tcolemt enfemble,
lit4^eq 4aois ,f,4 d'eayirpa create pa blond, figure
4vale, ilaled'enyire : ain pieds q oaTre pouce v6ta
,rLn. habitJrip:mar.4, & que Ie dpefant a recontou
dpaiver.. jOdicatioas, demeurer rue Saint-Hnord ,
&, .uere un home M.u-defTus du commun qui _difoit
smw deux autres, ave; chahlsr & agitation : Qu'an
f qoi; Hi"pwe 4 (forces; que ts miie a lisnt, arriver;





q -


ui' le, I nident ; qu'on n'avoit jas beffn 'd ''Os 4.
gens : que"prifquils ne faveient pas geaverneru il Ifli
ioit fe d htrafer de ce fardau-: qa'da ireff& iWti-
voit: un homme d' la mdlic iatiionnfe' tHt il6l! eitif'
stirs & qui-fetrohderoit bien tr: di n : qu'alotr
lui ddpofant ,, eut ait: Quoi! r ftAe, y do r
des comflpiff ? '?if 'ne horreur : &i n'ef p4S ae
fi fes miniftres one pri variqud: qu'ils Tpof tirefit s Jri
bon i qoi bon un ri ? plus de toidtcbfs: a: fifplfs
qu'tes-vous, monsieur? ites-vous d'Ar '.ai rnidea#onaf!?
qu'iileur r6pondi que non nmtilb q toit tbon ci-/
toyen, & frimiflant du propose iF 'sdIeitna: Obftet
le dpofant ,. que c'efd particulicrement- Phomme quIil t
ci-deflus "dfigni qui fe Jivroit i tueds ces dA ditam,
tions; q'un' des detr autres difldi ftileient. O'ui', i
as-raifoi ,- & que le troifime gardeit Je filenck e i -
Louis Gamanrn, ferrurier erraiHes Pierre Biflbl
doaieftique de M. Malouees '- Jean Blandhqin ,
domeftique de 9e dpurc ; M.. -de 'Fyutaauit,' M. 3
,fraiffe.Duchdy., -dame Cellet diaurteville ;"'Mit. l
marquis de Blaops Larcher A'Aubancoisrt; t ran1ii
Pepin, colporreur, daine de- Montaran, Tailhard -dd
la Mailonneuvet; rin qu'oin iet'ache. -
M. le vicomte de la Chktr., d6put6 a-I'Afl'emz e
natCioaalea Je d clare, dit-il, avoir vut, lidt'joury oc-
robre:. -entre fix & fepr heures les femmes 'ot
du. -ndins elies en- avoienrtt le -cfime entrer -
& apres A la fuire des dtputcs a l'AfWliWbl&
I ationate ;: qai alloient porter les d6crets ala I ~nioq
royale port, difoienr-elles 'fbrcer eette 'fAntAi 'OOd
voulut les einpOcher d'entrer chei le Ro',t M eh les
otficiers des gardes-du-corps qui etoiet de fervceg
fent ce qu'ils parent pour empEcher .qes dames .. -
prtenducs relies ,' dy entrer; quelque moments aipa
il en firtit quatte; don't one tr&sgrand qui einmie
un papier A la' tain, pergant la fiule & croipW to ti
Jhaur en jutlant : Nous.le favions blen que nous luf
ferions ranaionner. A ces paroles prononches tra-6
ferme & fort haut, il fe fit un bruit'de voix' nnbrmin
dans le chateau & dans les environs. MM. de la ddpou'
nation fortirent un moment aprbs de chez le Roi a t ,
'







' ird i mn a ilpe pndait quelques momeas : on
S d'dit g e treatseile .homidk des habitats 6i Paris
&leant a V.qfes.; beaucoup difoient, M. de la
yentie enC ai o averrira & perfonne ne
prenoit sauane 'itcnaution, du moins de ceUe's trrs--
Snombreuiqs .q int. a oeil-de-baedf & autres pieces
adjacemtes.au cabinet du Roi. fe declare que le meme
jour, vers -huit hiet uenviiron., 6cant fuo le baJcon
de la chaitbre dq ojnfeil j'ai vu.partir :de ancien
ow'4de. _de du radgiment des gardcs-francair-s, au
as de la premiere cour du chiteau.de.Verlailtes, une
d6ahrge d'envirob ciflquanre coups de fufils, dor.r la
SdiUe&ioa me pavot, quoique up peu eloignce, atre I
hautiur .'un .hIami~e s; a m'6tonna, & je dis a da
tri ,aacnaen ainitrtireso: Ah mon Dieu, il va arriver
degrads' malheurs; comment fe p 6ut-il gu'on n'y mette
pas orart? Ces.mnmes anciens militaires que je n'ai
- I'honneur de cawokre que de vue, ire fourinrent que
Sc't9it! une..r6joniffanoe, .& que ces coups de fulils
ioient. tirAs an .'air ; je 'outins aven force que non,
& .beaucoup de militaires, qui 6toient derriere moi,
curet I'hono6aet6 de dire : M. le vicomte de la Chitre
Sd6ic.asy.connoptre., &-il ne fe trompe pas; on a tire
,e -e pour u er quelqu'un. Ses anciens militaires,
d'ts ce propose, fe retirement chess le Roi, a ce qu'i-
tcrat .& on,ne fuct.as long-remps 1 6tre certain que
e' ne m'dtois pas trompe, M. de Savonnieres & beau-
a.lp, d'autrea ayant ete bleffds de cetre ddcharge, par-
eart ,'omme jol'ai ddja dit, du corps de-garde: d'ail-
aurs;. je r6clame o cer 6gard & beaucoup d'aurres
faits, qu'on veuille bien enrendre le nomm6 Fran9ois-
Claudi" Mire6our., man"domeflique, log6 h6tel de
lACUtrei,' rue de -'Univerfit. Je declare avoir reie
aifil la portedu cabinet du Rol, chambre du confeil,
dipus huit heures enviton, julqu'A' onze heures &
'demie aufli environ, qu'arriva M. de la Fayette ; qu'il
urwuafi i'cil-de-boauf & les appasremens y attenans,
dinant le bras a deux meflieurs en unifdrme de la
drde, national je crois de Paris ; qu'il a te6 checz
IRol trtspeu de temps. Je declare que le Roi fortic
-feil ququee mn9meis apres de fon apartment, &
qu'U me demand: M. de la ChItre y a-til beau-
Piu. d depuc6.i I'ceil-de-bouf ou dans le chiceau ?






Je lui dis, ci fire r Faites-les-aerir qui? pro'dfaiit
ici. 11 fie dit encore.: Y en' a-t- 4es c uommarnes? e
r 'pondis : Je n'en fais rien. Quslqu'dn que fe n'ai pas
I'honneur de corrtroire partit & fat y volt, &: revin
dire qu'il y en avoir trhs-pen. ;e Roi .6tant -& pr. Ia
feconde fois forti de fes appartemens demand d'aretair
Ml. Mounier, pour lors pr6fidentr & auff MM. lee Mi.
puts des communes. M. Mou*nr adrira : fa nmjut
brtit ave M. le garde-dcs-fceaux. La Rat dit M. Moua,
nier : M. de la Fayette m'a pedvenu; sfa ela. j'aurwi
idt au milieu de vous pour y profirer.dd vse confeli
dans cette circonflanc/e.,. mait M. de Ina aye't m'a
promise de me garder centre les pr6tendum rigada
qu'on dit arriver a Verfailles, Le Roi die & M ae Mi,
nier d'aller reprendre fa tiante : nous partftmes ve
lui pour nous rendre aux menus; & fpaifae au ots
lieu des deux ligaes des troupes, hitd hbmmess a .
mains d'hauteur : cs. deux lies prenosent ase la griUe
de la cour de marbre: jlfqii ,eelle des menis &
peut.6tre plus loin; que pafiant dan la4die ligne beaun
coup de ces gens m'ont nmutas M. de Vorhi, ea mous
injuriant. Las pofes toient de6a .relekBvsr lear usq
arrives dans ia nuit. Jo declare qu ramo, & ceax 40
MM. les diput6s rendus la falle des menus, NIW,m
avons fi6g6 avec des femmes & des homes, eapran
nombre, qui y faifoient beuicap de bruit, & )I rano
crupllement. Je declare qu'& trois heures an quart do
martin, du 6 odobre dernier, un honorable membrf
propoa a M. le' pr6fident de lever la fnwce, sons les
membres 6tant excedds de fatigue : on la leta. Je wm
rendis au pavilion de Talaru coir des nmisdrqs ea.
je logeois a Verfailles : j'efayai de monte' an .bhAee.
les grilles & portes en etoient fernides & gardes far.
les troupes arrives dans lI acit. N'syaoc pa entrsery
je' vins dans ma chambre oA j'&crlvs pent-*ere d3
heure, & me mis fur mon lit. A pine otois'-je ft&
dormi, que M. le oamte de la ChA re, premier .Wit
tilhomme de Monfieur, log6 dam la chambre demuer
fur la cour des minifires, me dit : Viens dofc M
train Les gardens du-corps, & on tear. oMpe le col,
je crois, fur la place d'armes, grbs la grille-d'ente-
de la court des miniftfes. Je reclame A cot Agard y .t
M. de la Chicre foit entenda. J'ai vu de cete chalnra





, /4 '
&.j'al etttndu Qle cris peransr de vi1e le rei d'Orl6ans; 1
i'ai fit mrs sigar4s da c6te de la court des minifires ;
i'ai ap ier4 coe pikee dans'ce m8nme moment Ibgeant
Sdigrm e destr ,' n dehors d'elles, -ayant Plair de
venl'de la place d'armes, oi les gardes-du-corps, an
sombre de det, Avoitnt tid, ledit martin executes.
prince p#at' focus la croif e 'oa j;etois au pre.
.ir,' v 9rvit tie badt' i- la miin une grofle cocarde
Sffi chapeau, & rrAfLbit de rire. Preois avec lea
Images Jacques .o ifjrey & -Antoine Hudeline tons
di~h~ dmiefliquts iAe M. le come de Ia Chbire, ce
dniur -tant alou- chez Monfieur. L'un des deux, je
ie "fai lequel, difcendit A la porte du fuiffe de Ma-
.dii e de TalaKtf,-A iVerfailles I'autre refa ave moino
--cette roiiee, ailifi que le nomind Frangois-Claude,
Aitx Mireurt, mon domeftique. J'aI viu longer M. Il
due dr rhians fuivi d'une multitude trts-nombreufe
& qui no dicontinuoit 'pas de rie en fai!int jouer lit
Sbadine. Lee premier avdit 'air de diriger fes pas verse
Ja' Pour des princes; je al 'apperqu jufqu'5 la grille
qui 'ferme cre' ebdr. II y avoit I cetre grille an
Sgroow de monde bien hibiftl, & fans armes qui
riont rien dit M. le duc d'Orlens, qui a rebroufl
sheta, & toujours fuivipar ceite multitude de monde
q"I'i'sont piri tous prefquer nuds, & dans le nombre
-ieauncodp de femmes, ou du moins, elles en avoient
le costume. Ce prince a forti par la grille a c6rt d.
pavilion Talaru, A Verfailles, qui done, je crois,
dins la, rd 'de la Chancellerie : je ne 'ai vu que
ja4fiuest mais j'al entenda long-temps des cris ou.
hurtemens, don't je no peux-en rendre le fens, & en-
core moins -les patrdols. .Je declare qte trts-peu de
Tasips'apr&s l'apparition de M. le due dOrldans, I'homme
I it grande barbe a paff6 a la porte dudit pavilion do
uarru qui a par1 aSu fuiffe, auquel il a demand une
"ri de tabav fes mains' routes en'anglantees.
MM. de Berville, Gueroult du Valmet, Gueroult
de Sairit-Denys, Fran9pis Dupont', fuiffe de Madame
-ie r'alaau, Frangois Mericourt domeftique de M. le
lrtomte de la Chitre, Jacques Gueniffey, domeflique
de M. le come de la ChAtre, Jacques de Coulome,
mifrrchal-dis-logis des gardes-du-c6rps du Roi, Francois
I Angle, Umonadicr; 'rue Balleul, Antoine Eudelihe,






miftflque e M. I. le'comre de 1f Cf *. AS
Poujet. logeur en chambregarnie, rue du Champfleuri
Michel de Marcenty prerpier comnts6 an Adpartemien
de Corfe, & M. le comte de i! Chifq i eni qu'
s/p fache. V O
M. de Virien, ddputr & AfembleM national. Per-*
fuadd,.dir-il, que ler'fairs du I o'obre dernieriw
en ncell'airemenr des rapporrs avecde fair anterieu
qui m'avoient frappi, je crAis'dv* po. readre'
la v6eite I'hommage complete que `iLor'ijr rendr
de plus haui le rEcit de' ce qui eft ena i&t~mna can"
noiffance. Le 17 juilIpe dernier yant Cedr, clmee mem.
bre de I'Affemblee narionale, d6putE pour;miompagnef
le Roi, j'eus occasion', en attebdant ah iae *Rd Ia
phtce Louis XV, de nr'entreenir affez longuement avec
in dfficier des troupes bourge o'rs, qui.y etoient-pof.
taes. Son hono6ter6, fa lmplicir6, fi.mdeLfie, I'el it
nature & fa jufteffe, m'ayant interrefi61i nonn mrin
qu'a la confiance qu'dl me marquoit je'ccos pcmvia
enter avec loi- dans qielqnies details aflez approfondi
, fur 1'(car prdfent des chores; ii m'avoua les crainrw
extremes qu1'il avoir eues, ainfi que tros fes cocGDy as
pour. I'Afemblee national en general, & po -e
membres en partic.tliey ; i m'a ifra qu'ils etoient rdfo.
us, rout facrifier'pour les difendre, & il convict qiu
ft on eut attenti a la shretC de I'Affemble on de quel-
qu'un de fes membres ils droient determined a pro.
clamer M. le duc d'Orlians, faith prote&eur, foit lieu.
tenant-ginaral du foyaume; fur quoi je lui fis des ob-
fervarions qu'exigeoit le bon ordre gn&ral, la fdidelitd
due au .roi que les erreurs des miniftres ne peuvent.
emp&cher d'etre notre feul & legitime fouverain, nbrr
snoins l'txpirience conftante'-de l'hifoire, & le vet-
table &tat des chores a&uelles dout ( l ii avoit exagdrd
les dangers; il y part fenfible & tdmodigna une vive
fatisfation de cc que le.Roi venoit de cider au vaiO ..
public, en fe je:ant dans les bras.de la nation, enforce
que nien ne pouvoit plus trouble les feiztitnens d'af.
fefion qu'on lui porroit, & don't cer officer paroi0hit
particulierement pnedtrd; j'obferve an fiirplus que ce
officer, don't j'ignore le nom droit d'affez belle taille.
m'a paru agd de %t a 3o ans, proprement mis, m'a'
dir 4tre marchand, & demeure rus do Stpulcre ; co mme






,,j'toi an I lnt .e e.d Wi -f en q., entreties ,ra e lt*
tncip od4ts jl t itY I evrt fans meusaaedop deasg
sle.rfglemnt 4 'ft4e-de MoDfiew, & qui pour:lra
aynr rtu I e : 6-.oit dtabli Paris, & comma s
plue coq tfpigie je cinquante hommes-y ayant ap.
pris de meo: que M e.'comte d'Artois n'accampagnoit .
ias"le ri, it. A parut fort aife.*en m'avouami que s'il
t venue. ll y ot un paffeport pour le gartler a Paris,
CK qIat.iaoir rf6(lu 4ta L fire. Je crois encore devoic
,er acompe p d'aqsp onverfation que j'ai eue avec.M.
oe ',troeede Mireibj ie I; foir .du second jour de la '
.di0fi~1on qui a.p u'lieu & IAfembli., iationale au fu-
jac des drojts de,- ranch de Bourbpn rignante en
'Ef tI la punro.pe de France ,'dans le cas de i'ex-
tioritin 4e Faanche rdgnante en France: come it
S'wtoit qettedent priooncG dans une opinion cntraire
S1 la miqne qu'i4 paroiffoir appuyer avec force celle
S d'ajurner finple pent la quefiion ou de la decider en
faveur de la aton 'Orldans, je crus important de
cberche avec lui des reI p&ramens propres & concilier
les efpritsfans naire li itoriet national, qui exigeoit,
fuivpdt mai qu'l fit prononcd fans ddlai,' foit for
ajournement & I'poque oi le cas fe prdfenteroit, foit
fa ddcifion en faVeur de l'Efpagne que nous ne pou-
S vioon fans le plus grand danger armer cpltre nous, par
one exqtufin ddcidie dans ce temps de detreffe excef-
five oh la folidite de fon alliance eft notre feul appui
centre les entreprifes ~e nos rivaux, foit enfin 'effa-
cement total de la -queftion, comma fi 'elle n'etc pas
d, d6 ieve e je crus devoir infifter fur diffirens moyens
de conciliation; j'appuyai particulidrement fir-Nce que
rien no us engageoit k nous en occuper dans ut temps
vh le grand aombre des teres exiftantes dans la famille
royale, &leur ge ,'nous mettoient heureufement a I'abri
Sde craindre de long-tomps I'ouvercure de cetie dange-
rqafe difficult. M. le comte de Mirabeau me rdpondic
qu'elle n'&tot peut-etre pas aufli eloignde dans le fair
qu'elle pouvoit le parotre au premier conp-d'oeil.- que
Ietat plithorique' du Roi & celui, de Monfieur qui
poaVoit abriger leurs jours, faifoit apen-pris dependre
la rueftion de I'exiftence de M. le Dauphin, qui n'e-
toit qu'un efant ; je lui marquai mon 6tonnement de
ce qt"il onblioic M. le come d'Artois & fes enfans;






fur Fi i m rfndic q d 'T -
mam fe jr*Fcateron 4'sci & ui'n ua$ isg 02
falloit awohe qu'.on. pbav regawiMe iH tpre d'AW.
cois coimns fugiuif aril que es esefsis, capryrs c
4jui iTfroir pSiPl comrae a-pen-prhs ajt kO poi*
au rpoais anriviPs dix Sao:t cotre convekatfio pmant
t. lien dis un coritdir derritrc IfCs Ecboe Dn I 1gtr-
che du pfidentt, plufieurs d6i.tt : iapprocherdit '-i
rous odiverfes reprifes, & fu #ervipobrre denrqirdrb
tine .grande parties de noire coniDiWtiBn, qtrf fui trN
longic; de'ce nombre fontMM.' i ie td'iavhv. 6
come d'Egrmont, f je e me rrempe, 16 Stiqtiis d'Ati'-"
bly & le marquis de Fournes: quelqpetw jirszapts s
me trouvant darfs le veftiule de. la fil l de.-. m-
bld qui done far la rue des OChariers, dati*' W cot~
de la matinee, j'ai eu'une nolweffe' donerfiatiot fteic
M. le come de Mirabeau;' nous elOarlttme encdre de
M. le dtc d'OrldCas, & de Plappui qunit .e pioifToi
lui donner; il s'en difeBdit us peu, en me.-ftrenanc
ti'il avoit rroF pe de cataftre & detennre'pbr quf'oi
pQt rdellemnen e.nfaire on chef de part, center de
grandes entreprifes par fon moyen on arec lit & pour
Rme donner un example de fa rlmiditti it me dir avec
un ton mEdl de ddpic & de didai-, A petiispfbt'es pa-
roles : fa tinmidite Ia' fair manquer de grands. fuccbs -
on voulit le fire lieutenant-gindral du royamd ; il na
tenu qu k lui on lui avoir fair fin thrme; on' Ith dvoit
prepare ce qu'il avoit A dire. C'droir t .rpoque de la
revolution de juillet, lorfqu'e la prife de la B9aiife avcit
jerd la court dans la terreur & l'embarras; it.ldevoit te
'prdfenter i h porte di confeil, s'y.faire introdnirepe-'.
dant fa tenne, fe porter pour miediateur eptreeiel' t \
& a ville deParis, &W mettre poui condition W 'ribmi-
Mation 1 cette place imporranre: mais ai lien de,cela
parvenu i a porte du cdnfeij, ifni'oa pas y enrer,
fe borna, apres fon iffud, i demander an, ftR6 h pr-
mifiion de paffer en Angleterre, fi les affaires preinOint'
une tournure fachenfe. Le 5 o4obre, quadiq'aya'ntret
mnarqud les jours precddens grand nombre dq circcnf-,
tances, de details qui me prouvoient qu'on travairitii
-beaucoup le people, & qu'il fe priparoit de4 oragls,
je n'avois aucune notion de ce qui fe rgiparibir; fe fus
fuppris de la roideur d'un certain nvmbre d'opinions &
de






k4,rLsa jeno* ftfQr'Vetm,, e v urC en t4
rmenn aijmOnSd.idlans VAre bSft4bIgiA ayoit, .daai
14ulilluth oipik ^ d. qub/ fpbpefta^Paae^^ Ie ppin
y 1 lt*l^W nprn, J.tRi, w9U9sly;4 de3ph
inkpbiuatqriatesrJa(qie vers quaaE hq ues pu arwra
Beerekd im :q oA wqga ta6rw.qpgiy 4arrrivoi., de.-ka
US uarasrp BSe eqnty ftd tcy1enaoWr des' C4fr
chances; 'Aefremblde ordonna qd'on fit encrer'une djpmca
*ili'en(e a.Mellses JygP:;gcmreu., ppqr.apporter hqirs
laltotasJF- H iP14t rte dci usqatign eptra ayant
. -ra4e dIyn-, n e...anc l aef extr mepq...nd
aufleH^.ayt h F id -ct.i^ wqO. a p t pcpu le rpa-
tufbf' l.,. Y alu. f. ., 9 ,.. I awtre., bhahilli
de ,~ af r, ep afemcs, Apr&s avoir parli
t~t~. ~a ncetg,1 parl des aiarmes de.Pariss
HU t ac i.tS, p mantid Lt en xiqryes
sjls Irle Aacikales& .fur
nvo, f rgi dja dre, employan
c)l lcBirs.: 'got qo& o, lU s exgeons; /ll,
Mn que *ofif qn. p ulieurs 3Jputie le
al f? 6, .pe rfan e r ece. Peide4t ce temrps,
e I ZX f.@ ,ue.ent lese z a rlet Via"tn-
e~ege.. M. ;, J ^ j t halc t ae tenills l 1 abbe dens *e


,g Vi~t e i s.b Qy f% b, %" .-.& le ardi



t. ce prudte iSq ^i a.mndiu deux per-
p, d.. f '- aI.-- ,, o,


e t 0 regie ,Ale4:)"t qur j,0p i Jeoit dinputs,

W'r rr% r ;"r ?u e qt 9 f6irmoPi. Ie corridor:
14t mln r r 11 LIP 141 i4e *Dnzosue ,Ldip
"1, '... i t r. (,v d.y, f ru' er
Aqpp oU I .to mn e rcpondlF: ,. d Orleans m'a dif
,..p po, yp4 j ,qnn,, .. qun,.l'.i t ,4e ;.,.go ,,i ep c o -
igP n t aia -.rc. edi.a Reine &
fairM artie d'ul reup!q9u4 p qlit ontpphAut lir ce qul
4 4,. -s en' & z *D5 -urs *yet
X)






ptsrJ ofrs v6ir& iun va*de ch4ambre*Ce M. it e d f
I. Mnas, qa.: 4Sfl amtrrdritfti,- je ne faisoim rf't.. *
M dtachee, &pai. ;Fydaeld, 4 ~dl~4e GuWtr-
say, iem tdlu, gem odd ud dhev alter YF ine he,Sainte,
Lue.e; Benjiin Dardigni' cordoiuier N4i6ow ler
aetr, priltcipau tumnis de la uerre ,Dtt 4c'& Def-
Otamp, dpu-ct;, ri qui n* bit cbftb des toe w i
i lde. .
SM. Henri de Lounueve, ,:dputE d'Ort.rt. Q'ue M. de
Marguerite ,'dpPdt 6de .inres. lai 'a" it14, 4oeS, ut'
dinlh t foirie dih ,'"tarit' pres de 'l tiWht., a fwlv
deux des finrtnes venues de Paris, dbnt -Pue montrdlW k
FPirre u- morceau de paidrtre-nuir & dilMt 'dlte fo
I it faire avarer he mcrceaLtte pain % Au kriitvi 6
lui tordr'ee .l olI' qIu'inm iitbdiW h r' i' tblIue ,MiL l
Sriles, dipurd de Me'rz, lii a dit"adU fj i' ilaat AlfNt l
Ie 6 oitobre danifa votrli'e,ill fat art &:au P tfa ae
9Sves, par dix h bl'dre petronqes qu 16fAtert ft'ei
retournAe a VeiAdls 'S .4 t ft r rt
dans fa voire ure & arre dcrrl&e, en 'In lait qu al :
hiffeFralent piffepQ pcribnne qua. ttu'fibe Rf l fiha Vr-
firlles qire, -fur lfa '4ande td'ifetllh fit &e tdi plu:
ee mprpos, iks Tl ripshlftAi retil.euirefi 1t
u'il falloir que le Rpi flit amene a Parij' i .e-~' id
f;'t Igorgie & Vqn/ di4 fait ides teii' S dcs
rin x., '
AMM. Cort1iern d`NeodWht&, & rr tde u1
'M. 'e comree 'eSaint-Aultare. 'Lt 6 ob Ire' air-If
uyant paff'tjtnte la drii`A. I, lh & vyciift 'ti tilt d i
ailledes, gardt&irft M. le Dtuplit 'li'l! il le h to~rte'dde
irHniftlrcs, un (bidit de 'la gaude ti ttlisl- de VerfaitiW
chi delris ifM'a, au t rvdri les barreiux iE la4ie il e
atongd uf coup de 'bybn:uii.'k'& l A Ctif6Lid mawt
habit, & ne 4i'a ~cef leuid la poirrine -eiWite diI~jap :.
&IB ..., a la lantern e; il' fera j'our dent. i.'"Si ta'i aoi
jue tious fonimes ehius i puizrdds p unts e ff 'irpnpe
bien n. A la oinre du jout, le peupl elft Alikt jar deo'
en&bits dans leg' 6oibs du ":i.fteiau 14 'ifanga de 'la
vbitta, & la gHlletde'la cour det priAce's 'tdtitre l'fal
m oi.t cof n la g4rde nationale parifitnie. .il rcniar-
tiqum le pouplpe ne hoit qu 've, iWfiiatir' d6 orsi4te.
Ua plus 4aardi nthnf bou lAt Mafl Van j s fiA iteOur






G iafbrer'9li 8ix 4ld5s o* iTl &'1 ank, if Ie
-krtdbt Wi M~ n, 3 f 't uibd6 d li, A.& ul s c i
t' trnieWe "s bnit tecourn vtl if dA : Ce oh.r les
"-tdls'dil c6rps y idIinit tin- m Ars Aprd l'avdir vi t1 ,
1s,,tc o*oteihnd ti il hb'voit'aitcrn rie di'e e tdup da
fi ..'. 'h avot h Tre6' fer.dne iptt 'hctite. Le 'tot
*'ft rtd& @afvioih uWe Ltedue n place & a li ;C nlehe
'enAAre. Pdbr 16rkd, 'ttchSteayi iftril entlroWf-'di tout&
toawsf iTr hr &yt^; j'al -ihr hz Riv. Ie *DIjplird', 1' 'aftfi
VfdlesF rtadie lA'it* ni"M4ff de T44ke' &ti pardiftl
*Wbu'bwr ru IV ?ted te foi5 lit ie 1M A Af' 4 Mdaii te
zV6r nbavSi n litie '^dirate 3 lprdlf ^loaryb$ I. 1
rDapMth'fBWA' I (ol Le people qui tbt ,b fcrs Ir
3tWraie, d% coit dii iipii ven&rt s -tslCtifer res crias':
MIt fi Jdphibt& DbatizpAh. M. bI glDfl ir t.e
1oint de fe rendre chez le Roi, ji- IYv inu I af ia ie
f! jdtci dect& bfrtfitle .e3-idiet wiit6ihdWi kCam
q&i&d& Itl eahl c t qI'l% ro-av t b t nli, Jt I 6itVMo
Nk phfiYErt dit' Rdi dt ai Farie de i6 "0 Arfril ,
41,i4ht4'iu dilefer&i t'lA d ihiu dA 8ercie de e
WittF pi afrs jiktin rciders da1u i d-1lfa. C'E
k2irt hbini je ine fuii reidu chet le toi pl ids M.e
WMitphlit : li At'e y eft pa'rit offii6b todrM deitVel'e,
IBvec une petite redingotte de tone rayee :eli tas
wahlsffih If id aI-d-aVfgardcs-franguil rs r dfit
'Vi*t ird tiro arriv6b de PaKis. Je lhi r4p6tis: he ij
Slt Wis Vid ariveri tine hecudie du m tfgrit b 1'. ttdtiu
e& Vl iAlli de s gtSJeS-du'-cirPs obt dE fkireSC r
diWej0it WsI- femmres fotirenes par les tri6ujes tart d
fd0i'qr, dd t6rfah es & fi tout les gaRit n'di pos
'4tw iiftfcks", fi s fr devons It rec ,bitThcd au* at rr-
ifSSrririfaiek ,tt i pSifteiiaeiherit atit %thdidrs. iedk
ripf W-.o 0t i fta e dig cbtiS; j'ai u. a Ptter lets tei r
t ti- IlleI d cht'eau at vu ertihi e1 k P.i
fltvgYs d4qfSRiihk & rarticiulthezMihiAr M. de Coigwy4
wI.'vuto i'flir i le iletoir v4thi dh'i fracg.is
Afri 6ttalr,'reflihr A It in mnin 41 dpedt zror&a & uiK
g*fi 1taWt43. Ie ri'a cquti M. 16 i u rh&uuC n
W^tife atdtbir'^f^ef~chkt cotnr Civentt aa brim
&e11ki kIwiM.aI" niwt; Pi %tadn;id di aie& d1 u i4
'W-Attrtt er4146a I Al iAMI dejgehi -wA 'a de i i
W& # & dt a& i P$ftbd4ti tdit'I biza vtutS
-itle pIc* tarns ft'tbaillbt' A filer'I, It dw dait
D *






peaun Un des,pffiiers m'a donpi Eon firfil queo
puorte tr soon.epaule depuis VerFiUlsJ j4j Paris. Fob-
ferve qoe Ie brigadier de Ia fae. Uauga.ne.'j.repd
compete qu'nayant &e arrre aveneruf ucre. garde-du-
corps,, & conduits aux grilUel du chaceau,pqur y,,;r
penus its avoie.,ettd dilivr.d de mnaiqs deefezpmme.
dupeuple, .parles dres de M. le marquis de la Fayett
a fes grenpdigs ., qui auflir6t s'en iCot empards. M,.le
*,arquis de la tayette a parl6 ainfi a feditigrenadiere :
as. f'ai-onqn mi parole d honneur au Roi qp'd ne feroi:
fait awj9ira, iqal a M M. les gardes-du-corps ;,fi vous.m
'faies "nian.uer a mi p rple d'honneur, je ne fuis pki
digne d'etrre Lorre~ pal ,.& je yous abandonne... Gq-
nadiers .';ab; ., 'lls n'ont. poinq lbr4 mais ilU.anc
.fndu fxri .e .4e4plej~e& Ie iuntemy.prs Aes neufgardei.
du-corps t 4u byjelier.
.Mar'ielz E",enne. de. Colqmmi'ra i. Charles..
'fiouthilyr,'dp 4 rp le 1Aiemb e ,nipionale ; Cbarlts
Tarpin ,~eaer nrinnel a Io us Jacques Lemire dp
anhay.. hre des guerreg; :A.uguftin Rouffeap,
mantrab Ses eZecices militairs. es, epf~ap de Fran4Ci
JeaR Ori i, p i.i e la i guerre ;. FrangQis de Sallevtrn,
commaidant.Yi ri e e la Reine.,, & ClBide Pogpi riep
"qu 'onln.e. s:e
M. .e ipe A dputd a 1'Affembl6e national; ,qu
dansi Ta ,' 'aain, qi 6 odobre ii paffa dans le paSip
"pgartme' 'qFil trouva ouverr ;..q.U ., 4e dp Vunoe ,de
ciaiibreidcroie Ia reine, deboic dans j'eioignure h'une
fen tre, .aa,4 a f droite.madamne .lilab.eth, a I gau;he ,
& tout,'contr'elle nadame, fille .da Rpi &, dvqyqc
elle, debod,.tui une chaife moznlleigeur Ie Dauphia. ,
qfui tout hi l dinant avep les.chjipux e fa. f e, dioibs
nmapan ,j f.fin im a q .la Reine, lui rppndis- le
larnics ai1x y 4'j,..qu'il falloit prendy-p rieziqe & at-
tendre que le tup4wte fit paft.; moraofir pmadame.
& merdames 'Fites du Roi, etoient, dqns I mea
piece dans .,j,momgnt quelqu'ua,, que le dippf"ant,
connoit pas, vilt dire a la hein.que 'le pupV la.dp -
nandQiti au baloup, togte feule j .;"e. part, hfifer ii
elle s'y rendtoi.; mis s M dea Fiaette epnrt arrive,
cIui ayan qdi _que cetem dmrFrhi etei;, ,eflaire popr
calmer l multitudee ; elle d4t: en ce cas,, duf6-je aller
pplie, je n'lihite plius, j'.Y ais ; ell prici (i






epfend'parIwbam rs-E s'y rendit ;le.dEpo(nt'y acceatn-
pagoa, & forir.A enfuire du chireati pour fi rendre a'
1'Aflemrbl.e. Obferve le d6pofant, equ. le uIndi' I le
dier dea .gades'du-corpA far d6noac & l'Affeinblie
cpnme. unk orgie impardoanable. Un'd4pu5t officer
ds ;gardds-du-corps .tiercha i .lescueoe fi% lqusi
M. le come de Mirabeau dit qu'elle 6toit d'autant plus
imprudente, s qPiil di6ti b pfblqu?mvanr-peu on fevrengit
des perfonne. "hsL, l'avoient occafionne fur quai Unm.
autre d6put6, qu'. croit 9tre le lieur 'marquis d'Awmbly ,
le fomma de nommer ces. perronnes ; M.de Mirabeau,
r6ondit alors que fi.l:Affembl6e ddcrdroit que la per-
fQan a. u Rfoi 6to'ik ful-e facr6e & inviolable, ii feroit
far dinonciation.;'& damnle nm&e iftif ti, il dit b dcmi-
vir: cdx qui Broient iprbs de' Iik,, & sna haut pour
que lai d6pofans I'entendt : C'efl la' Reine & AM. le due
d'i-Guiche iqucje ddranofcrai. Dans Ic m6me infant, dans
laUtribune, de \drriere, oil iroient -es enfans de M. le
Wi.d4'O;ianIur imddase4p Sylery.&d'saures perfonnes,
o.e voix di .tComment Ul. Reine ? A'itfubri fut tipondu.
Spar use perfonne de 4a nm6me tribusei, &a Reirn comment
hse astre, f elle-eft coupe.
MMr Toloan Madier d epnr:, ; e; e .. *
: M. Lucas de Blaire, coneiiler i:4 a our des sides
di Paris, & fupplianr & PAffembl6ee aomine i e pro-
mno6 dans Pavenue-, il entendit. divrrfes converfarians
iWne entr'aur-s qui 4-rfrappa ; &'doaeparrcote raifon
il..oit deffir .d4parlr. On parloit -de .':.l nenent du
jotin les uns difoient, que la .gardfl fold6e avoir fenl-
fnar6 lecomplot pour s'emparer de ia garden durRi ; lea
aswres queM. le dur d'Olaians 6eoik tza.vte d6 complor.
Un grs home a'cria : a- A'1 rntelgal de croire qui
r eft-ce qui eft i la ite du complpt; } d demand feu-
o element quet eft lesmayen d'en avdlr la.prcutre ? rUn'
avi.re rpondit : cc Je -le-connois ce r.mno'r.t; *l; a- fall
". employer beaucoup. de monde pour ;aurfer une infur.
P region g6n6rale ,; e'fuis-pertiradque' tou s les exempts
&. & les efpionst de police font d cimplro;:&.coflmes
). les files dela rue:du Pl6ican & dout ceque -rib peut
n~-produire de; plui-it & de.plus. cifcu I a. jo.- rua-
w: grand r6ledana.r.ce ..afFdire,- cux -des exempts do-
n, police qui avoiencri. linrc6t'iont --dir retre cleffe d-
u.fenmmues., fourroac donner de tr4,;g.akdes luruipr1cs,
a3






:w ma:ls c iee bat pnpcu:-tre eprcfue rosne om aRlie ,
, I' (eul" rdoyen 'd les iUre parlor eft de leur. proepet:re
> appifftie ricoprnpanf .-
,Mi. le -comte d'Egmono, Chammnat, brigadier d&n
garde-dq-corps; de Ferrires, dodeur ea droic; Guichardi
SVocartgn parlement, & d'Ambly ddput ai''Affemi.bl6e
Rat.i0iale; rte, "
M do Ftondov ile, deputd Al'A5emble national; vers 's
dix heares du rojr., dit-il, je me rendis 5 l'Affemble natio-
r.le, qui rcndit une iance; maisau lieu de la :rouver garnie"
de dtpur joi n'y en vis qn'un tres-petit nombre i travers -
iuarre ou cinq cens femmes qui dcCupoieni les banve, &
une rroupe. de brigands arms depiqaiea, de hallebrdes ,
de bitoni fcrrs & de routes fertes d'ar.nis bil'rfts."
Une des femmnes approcha de moi, & aprbs m'avoir
rontid un poignard hien aigniti'; elle re. dcrnanda avrc
uno fotre de myftcre, Ii I'atpartemoat de 1s R6ne &ok,
aulli bien garden qu'an ledifoit, & s'iln'y avoit aucun
rpoyen de s'y introduire. Je lui r6pondis qu'd broir imp oflble
d'approcher claridefinemcnr de la perlonne de. leurs majof-
tis, i ns court les riques d'tre. urr&s & puntr-t-eiv6re-.
ment, & qu'u surplus j'Fdois carieux de favoi poufr-
quoi clle paroiffait defirer fi fort de s'inrroduire chcz
Is Reine mais cette feme ne ae n r6pondic q.c'en me
fixant avec doe yetx thincellans de fureur, & rn faid
fant jouer fon poignard de maniere i indiquer qu.elle
croic d6vorde pir le defic de commettre on horr-ib!e af.
fafIinar. Pea fatisfaite de ma. converfhrion eMe m',- quir-
tait, forfque j. la: retina, & lui demrnini qu.i rouvbic
lui avoir inipird le. mtcontentemcnt qu'elle toriignory ;
mais elle me rourna le dos, en 'chanrant d'uqe voikr
fort aigre, quoi que je puffe fire pour la rerehir & aura'
par deffs I0s bips en frappant & r6vciilant p'ufiturs
de res compagnes. II me feroit affie diffiile e fire le
fignalement de cetre femme par la railbn que 'yvrefle,
It fueur, la fatigue & Pe'ta de fureur ov elle 6toir ,
la ddfigaroient entiriement; ceperdant )e crois pouvoir
aurer qu'elle n'avoit pas trente an ; ne pouvant dE-
figrer pofitivemcent laquelle des f-anccs j'ai Fai'; cetre
venco nre, par la rairon que lPAfemblIe narionale en a
tenu beaucoup ce jour-la : je crois pouvoir alibrer que
ce fut 5 cell- oil, au milieu des femmes & dcs brigands,
Pon reuut le don patriotique des formats de Toploa, jqui:






'95
m?.y# podntd'tets t onner, offplent FAA&'teibl
auionale, leurs bras & leurs services pour le maldtien d
ib, co.tfthtion.
Aiom. 'ai quirtt la fall, & me tendis rout. de fuie
dans Pappartemenr de la Reine, od tout, except elle.
"e part coi fternd; peu apris il arriva queJqu'un, autn
tour daLquel on fic un cercle, pour apprendre ce qai (E
rpafot u dehbr s nuais la Reihe impofa silence, & ce
fut je orois, M. d'Aftorg, qui me dit : gardez-voak
de parler en me monceans un valet de chambre de
M. le due d'OrlIanrm je vis, en effect, I'homme qu'on
me .dirigrioit, fe retojurner & fortir de la chanmbre; )e
cros e rappeler que c home etoic de la taille de
cinq pieds deux &i rois pouce-s d'une figure aflez mmigte,
bran dc cheveL & vW6t. din habit gris. Au furplis,
rma m.~r5oire pouvant ne par &re fidelle fur un fair auAi
inmd4eren,. en comparaifon de ceux. qui m'occupoienc
certe difignation.ne peut Orre rpuree que come vague;
plufieurs, perconnes qui arrvoent fucceffivement., annor
goient Iarriveq de la milice parifienne; la canflernatiop
augmencoit, e la Reine feue occupie de raffurer les
perlionei qui ientouroieni, ne montroit pas ra moindre
Saleration; il dtoit ih.pea-pres minuit, lar qwe pJafieius
gentilshomnmes me firent demander a la port: e fIoti
f fus engage par eux, i f(likiter un ordre de la Reinr,
qui pFri les autdrirer a prendre des cbevaux dans ids
dcuries pour e% dre la famille royale, au oas qu'elle
fit att3zqee ; YIe chargrai de la commifi8on, & m's-
dreflai a madame Elifabcth qui fortit auffi.rbt por en
parker & fa majefid, re:ir6e alors dans un autre app?.j-
tement ; la Reine rentra, & m'ayant appel6, elle dirt:
Je conlens a vous donner l'ordre que vous me de-
Smandez i cette condition, que fi les jours du Roi
font en danger vous en ferez tn prompt ubfge,
a que fi moi fLule je ruis en Firil, vous n'en uferez
n pas I,. La milice de Paris Crant arrive, la Reine fb
coucha.
MM, Lefage, mercer, a Verrailles, Maric-Charlo-te
fa femme; Jhan Rouffeau, fondeur a Paris, & Hilairt
Dault, garjon marchand de vin & Paris, rien qu'oh
me face.
M-. le come de Montmorin; que le 6 oaobre, ayarnt
reFu I'edre d'aller rejoihdre ls d apeaux du rdgimtei
S4






le -Fladdres qgew Ppit conduitiWrSc i Prla'bth-Yi ttreqra
pagn6. &uni aide}dq-aamnp 6dM,. daelaftyeattge an da
1'elpace de temps qu'il leur falrut pour aller de. Vdbillei
i Seves ,-eelui-ci tui rintdes pribps peaunco.verawbes;
qu'il lui dir entr'autres.: MatieiAhroinmee t1!dahRjf ydr
fon -pIaifir nous laJ fronts maiitattnar dan fea pour 1t
7noire. ~ 2 ru V
Louiie Chabry, dite Louiron: Anne*'de CoaimdymDs
le come de Farel, Nicolas de Ia S1ld' deputy iO'Af-
fembl6e national ; Fran6oife Rollin, fille bmurutue iee
Etienne,' notaire "au chiretr ; -Louis de. SaintGonbe& s
le come de Jouflard d'Yreriay., ddpot a i Ajfiemsl6e
vationate ; Anoine P.accard & Adrien DIrport, d6put"
A 1'Affemblie nationate, rien qu'on -ne fache.
t. de la Fayeti declare qtuI lorfTue la garde.natio-
male parifienng fut irrivie pres de Ia falie de I'Affe'miide
national Verfailles, if arrita cerre colonne pour prer
-re- for ferment, i la nation, la loi & au 'Bei, & fe
rendie enfuire i la falle de 'ffemble oti it- trouva
plufieurs des hommes & fnuimesie Paris,'qui s'y dtOier
:rendus en troupes longeemps, avant la gardeanarional. 4
i} patra a IE. Mounier, -piidentr, pour I'alurer des
;fentirmns qui animoient Varmie parifienne ; i fe. rendit
enfuire au chiteat, avec les ieux dCeptie de Ia conr-
janne, qui avoient ere evoyes avee i'anmiei il requZ
J'ordre du rei,.d prendre les. pofles anciennenment.oo-
tcupis par les gardes-franqaifes, & r eB:a' ia t rare de la
-coonne.pour la fair avancer. &t.exdAe cez ordre, bien
nrtenidn que es gardes-du-corps, fbiffe & cent-fuififs, con-
.ferveroient leurs poftes; it retourna enfuite- a falk de
-J'Affemblke, & y attendit avec queIques meribres; dans un
cabinet voifin que le prdfident fiic farti de Ia falle ; i
caufa alors avec lui, & ils fe dernercent ycnden-vnou
pour le leaderm2in martin i 'fept heares,..N. Mousier
difant qu'il alloit .e couches; lui, dipofant, fe rendit
alors chca le Roi qu'on.lui dit itre couch; & ayant-oui
dire qu'on avoit quelques inquidtudes pour I'h6tel des
Sgardes-id-- corps, i s'y rendir, & appiit i quilques pas de
cer hotel qu'un corps le gardens nationalR p.ariliennes,
5'y ctoir hr;bli en for bonne inellrgnce avec des gat-
des du Roi; lui, dcporanr, alia enfuite chez M..deLMonf-
morin, cour des minifires; ii yfut accompagvd pat wne
.paLau iic patilenne', quw sien aUa pendan. .%fil dit





17
clre le.meifti;ieparce qm'fl y et'd t4isAdnlt
Mi- de LuaembdiTrg y frupe ifitur; ,y af~i~'d f 6 l
ques. tirdirts ,f.anu': tdippruwni' do peupfl conrte Irt
gardos..iuicorpt I ddpefjf.ru(.i'tr" Mi S:ce fiP'tfoitfril..
pe irt tdistpsvy lt j jootr;t pSa*rt.Yans IS 1'Cbtr
do sxbhea iLa iy aBoBva toueoMinive Itr'voeivpo hrtif
f'es 4d ;l atigueduB matfin 'l sde iJr fid ache & dd itLt"f'
wistQitpprj,jYoitftr charchi-i'tp logeri& a pftdir'i
cppp rJnitc Ed4 flans fer-rewaihr I'hb'trf: de & ffe
a se dap Fsrqi,:a e oitoidfin lingemn a'r3- dafrS it
kftrdir-pfifcarsaofficiers, Sc&limatnfmAr' wfijor i
nraLt.o irtuirois quarts dAhe11sbrpris ,Il fur avcTir ,i
Fnetg.inlsau. chhecau, & evtyk or gfe W'tx tfiertlkt
d'y couri.. iis enwirent dams Ia&lepitmia Wt;.c-hiffdd
sbsrigans, iluent lesagardes duwcd psen sdPei,; b far-
Pettir Jkers pofes-dans Iinotkric'r as5 tiis nouveffiedft
prnt;r exakouri .ae ai plus gAibe. nsdter u ti', A pdd
faent, f udic d4voles cPut';- b.piedi;' ar6e qtit,.
heal m-6,ek-p a pr&c; rencomr .en dch ifei dem-it te
d .garde;-du-corps ; .il fur.joint pnr .tin cEel q2'dl An-
pi, ;& court au milieu desdirpn g8ro'iis ds femmes
. Ab-3h ,pes ara s tde piques. 4esiviamsi defquels il'tinr
pl fiuurA gardCSu-.tdutos-eiy qunbi1' for did Jpa I\es gar-'
dles nationtles, avecte~aubup de zlfe.' Penidanr t d teilpl
Jes.bataJifds de gpAle$sajtionales patiferenvqsgarfsileiIatn
ess st i- JrA y c.Btei' -en eme remps un tiiLgraWd nmanm
brfS J~iarta .s &id'lomnmes atmis de. piques; Nr,Jd_
pofaira* eovagl, I pllcursrl fr rerirdc par Ja:grandegnti
Ie,, rtaiSjil c arriv-a far routeals -em trie'il mon4t e1,
farie ltjz.'le, Rdaii il. trova Ick appacremens .gnrrfspat
Ja-gaide national, s it .rifrtit.c d cabiper' avec r-Rbi,'
S!u.i;. pfirita les-t nupes narionales, places Aistnlet
ppparrtnces, qui ti moignerent i fT majefd leu:zele &
jIrw amour luj, depofant, fatendit; enfiiire arec ItaRol
& une.-pa'ie.e.'-la farpille.reoale fur klericon, d'tl
lui d.po(aint ,par2a au pkrepej. I 'expriance ii, ay;ahif
appris a difcernes les (entimenwsdu peupTe parifien i qu~
ps6rq,cpelqefoi'ei etre egart, mais qul zime entendse la
voix dcla raloen & Ade I'honneur,d'avcc ler effortisde quel-
quC&ett'j eux pYqy ou intrreff6s au.'dffordre,1 & qio
darvi'wus Ips grand !ouvemRsn ,:il ell aifi de dittin-
g Serf i[-fe.rappell avoir parlP'.ans.cctre occafio-., Adc
ptojeS qu6.-q qqe.s fdigux: Ipouvaidm.coatx e.oit::.o
qui cobient trafngers, nuifibls mcme j la r6vcdluio









rUe{, tFb e h Ar tlaboue tli -dwsruyotifW "atenntJ
ftxiO*tk le fovcwr v iae propose qd itaivok lnnindis
l Juaiaj i Ita4wc ,b Aiiuques foldati, 'nm preaft i
dis pres. PwsVrfles aDrfv ponarcd lede trr coltfti
dc fronCa"re1c u ra exprffions qui no paroidfoiint dti'
ku boeh. T t 1re qu nsAr riphrikion dd ce qu'is po'u
voie t vair enlendti Le-depolant annMa apie l I
par du Biao I project tsavoit fa maj ift'de.pan i pout
"Piq:: rntcr dAnm !e cabiertLdu;Radi, kAt, doA rt, puit
ai. OPer es. nceff ires pdu itaionr lees sOrt, Af mas
icei pmrafewof ai&qtces g$acfs do Rol H?&led -itaed
de YVa9fiJ1es It, *att'cc lr- k. Rq i i Vhtel-dec4- a
ualdtu ia Tiil i, 8e pria les jrsn fbivrnslesmabita
qu'il GaE,popmes i. ainer la tnanquillktpubiqque.
M.P aditi, roQCe at- palremrnt, de Ia Bordc, amat.
pcmir viafe1d chaube ida Aii, h0Iortnle rie l'Chniritif
Ls. baron dIe M M ,d4cp i YrAffIen fr nratisrals ,!b
dec 4'Aycn,. r ibb Mathias, d eput, Piert3-Gbhiard
ioideti, & le baronde Bata, dputi; rimnqua'ne fathie
M. Thierry AFt Vdejle'vry, commur eiwigenal de
A rmaifon.dt Roij re k oEtobre daemifr, dh-itr 'p, apo
wteq lI jouitnm dans i'inrdritur da Rai. t F Ut ai
df la piece Meign&e la piece de la Pendule: le rmn t
rpn" am foit, j'invadnifis M. de a FayeRoe prts du Rri d
4w cbin compete 1 f majeftd, t. v tes les 40eu hegrfe
dM weiole Rei fc couch: & pdind ft mateffi Atvi-ele
ders es ridesau, que baron de Pent I'Abbh niot
weds, vine' me diue que M. l :tomte de Goureinre
W'av'oit charchM: it vouleit me eharbtgt me dlitlK, d&
p part du miiftrc de Ia. guerrt, d'after Is ie i qefi-
poQwi is &reranrquiHle,c que les gardes-fran&ifres venotent
de. peeadra testpeftes; cn ieto on wes eritendbit alors miin*
W ia gar*tj e revdis compte i Ca amu aeftrd& m aumt,
fivamt )'ufat-, coucht dans fa chambre, je fus r6veill&
rnm cinqe t& f&u heures du martin par des pris 6ponvan-
table u; iet l lvsai & j'apper us, dans t'obfcurkd l e Ro
rui l le evot i: foan ct ; j'alui It1 pIcmiere Feri8tre
d' cabinet de !a Pendule, j'y. vis des frmmes en grand
sombre, & des gens arm's & habiliis de ttwes 'Tons;,
ft pricipiver A fots-w dans Pcfraliet qui ntAmte i 1'appiarJ
t4ment dAe is cine. Leaoi, qui swoir rendu a I a mwer
fei&tre. fia timoinMconmmemdoi de ce cruel Cpe&Ctce. f. It
come de Luuembourg Ifrviea avee plufreurs gardts4







do cotp*, pour meatr le joi en sAret, Je profital d
ce nmtent pour aler m'habiller le plus p Oy3ptcment
que ie pus: r ois A pcine de(cenu, qce la fting m4i
fit I'hor.neu de me dire: Thierty, fans mes gard'es-4d
corps, Iitors affafinfe. Je croi devoir obseer qoe q cette
ptrifnccIlTe s la veille, entire huir & neuf heures dU foit
m'aye.i au failt Ihonneur de me dire qn'on en vouloa
a a fpeCnTne, & noa a ceHe du Roi, & qu'elle tioi
perftuec que beaucoup d'hommes croient i i flite de4
fimmdsqui &toient venues demander du pain; c'eft d'a
p'as6 ctne convidion que la reine, iu lieu dec f rctirer*-
Xak boniHet, ainfi..qu'on en avoit parl6 depuis l'arHvd
des feirmnw de Paris A Verfailles, ce foir-. m&nt s'6toie
dWterminjn rafter avec les enfans d France, foss lar
Chave-gare do Roi.
: M-['abbi Tournachon en Svwbonne ; quIe cinq
abftlve ; .ntre quarrel 8& cinq heures du foir; e nt
lh6hl4j di FhmimaneaMs, iuo de POrangerie a VerfaiHfes,
prdfqu'aioin de cello dre ki Shirntendonce, &. une fe-
neite vec madame de Monta3an & plufieurs femmes dq
lh Tmfion & du voifinag-, ii auriek vu arriver pliffeur
fammaeo &. hommes xd.'k-ifds' a femmaes, parli -lefquela
tls une v6tue d'un habit de cheval 6carlate, i chcvnal
8' f.'bie d'iin jokai .p'billtmbn t'n rotage PVari;
firguliement fraippe; que certe femmo, qu'on kii die
&re abrpi mladtmoifAle Th rounne cde M1bricour qu'it
axpit vue pricCikma~en t.m.1.'Affezs lIe &. qu't a recon-
nw, dapihia, fe feroit approche~ede la femin-Pe places
en dedans ke la grilH de 1'Orangerie ; qu'auffir.& prs k,
I1 fearinelle, &uc d'un habit unifornme de.lamilice na-
tionale. de Veifailks -aurai fcured. ladite gCl le; qua
tout .I~ mRcDne awio alos jugi. que c'ctojt d'apr ir.tlKtpnrs de ladi:e .dtmoiflle Thcvouenae, qua catte
grille aurpit rtc ferm6e.
Que kidire del:iflelkl Thisouenne, Caivie des mnt ms.
'f&oies, eS rrncwrde par la me de la SrimenwLdnce.:
M. !l wacquis dc. &aigopra : Thomas Dodemain :
Jean Michfl, m.decit: Jean Simon. gravair.: Eiiazc
I.wfifto lyubers 'aiOeI .. cot.l iller ua chitefe :
CbrJndasd.i a.iAi,, OeJlronoret. Le1 marquis d'Aguesf$
fria rI'bbd d'Ay.mraa d&pujI & lAf'AFiem e nariona! a
BJife, garden do.Rei Decaultl, procurouraanpat lemenr :
1 ca"yalyIrd.e.Valo cy. BrAyer, etaillier, -V'Vfi iltes,
Durcy, garjon du chiteau de Verfaiiles, I'abbi Dubois,






rfo
T.... c: Mr"i .;'A 4;l' I.pbi4 .~ Cle "
nw, .(i dpp P:g 1 Rige d e Ysfidreuil, eg.enen,
58pur6 :?e Gqoo Jt.Pajq eWs Iqla gardagtifnalq.
& .C b 'ril er., -",,.o .fp e .4. ,, ,
A. s Clymont .T9 erAi. d.B 6 le. huit qai i er-
er ,e.nC;e rFeres : i, ,efte.prep4n.cheez iuoi .frly; a
if~~ goifI!mainps ,,,Ain femrnaw ,ue d'ln ca Iiqvl
e,,-enoe ,l yanrt 'Ri'gi;d'poir r rar-p ;ipq a quaraapte
and, v jage maigre & l .yeux blejp, 1*ayqueji~e .ii'z ;
Snorpomer 4pdelle, fpmise .o yeyve du iex.IEauee~4
de euranr r edie ,delaeha3pv.reria.,.nO. 1., laqualle n';
"'dtans .ay. s )vilelf :\e f oaobre ,,.ik. gqjiw
; fiau bas de4 l'C *ie af.!4: .Reine avec 1" ftipn
rpky font mondrep, dopi iell uiqi. a difign6 une. grad
rouffe que je crois avoir vue la veille, 1 h Affeule w-r
les; qi e l a *neairfli grand, ayaRn es dcauts
emcrins au4edvant 4aJa.boulce ,dlesyeux caves, une
croix 4le Alitre, des. bpries & a1uniforne d.e lz ote
.ationple ,leur a donn6 de, I'rgent., eua Ics exho'eapt i
hin. firee, adice lemnae ln 's 6j ourd qu'elle avoit 1cu
c recopnp depuis daas les Tuileries homee ..u'eamlea
dfig1e!, A. dans Paris la femnne rouffe don't ellertra'
.M. Berpad ga rde.du Roid qu cle lundi u o&obre,
ifor lek cipq.hures. di fair, lui depoint, tant avec
is ,gamarades au-devant de la grille du chateau Vers
frltps, ;ure:femme du peuple arm6e d'une lance, voulua
en partt.un coup a M- de S.,Martin, marechal-des-logis
.es. girdes d gonfeuir.: vque lui, d6porane releva la
laine avec. fon iepe., & faifir la femme par la main ,
peIdaricquune hutre fenrme aui dibfit avoir 'td ame-
.ae de force, la d6farmoit au imme inflant'un group
de fnames.sIavana : une:d'elles, en.npncrant le poing
3 lui d6polant, lui dit : cc e n'eft point du pain query
,a poi* demandons : c'eft Au fang qu'il nous fanu : voUs
w Ates tons des gueux : voe Reine eAt une coquinme, &
x maous voulons. fa peau pour; te faire des rubans da
,a dia(riaw.
: le.chevlier de la Serre: Educd'Aluillon : PrO-
se5twV lieutenant-aw bailliage -de Verfailes, le duag de
CrGoys Roy-, r4erp "d'AngourI'rei. Biflon riodiltuar
des gibiers du Roi: lea marquis de!laitiheuilll: rien.
l. Azire, porte-manteau di Rqi : que -le oClbtre
'. ; .. .. 1 ." '






astvibhfthe deYvritwes #$fV.1rbf &fsM ieoir
fratves envttlfo. ff) w is L'4fte 'h l s-ma it:1
tRei"-.ntle Itftn : ltd 'ltsi'iti hjftfa s'eIt iet
dai l e i'. e voix t ftlt on vltiitYW 'n 4 i l'
*ML i tIt6 btn4 nskdt# uhJheIlieri t tii9,' lkiu
4'a"'j*Oi.. pfs IquiaA4Ujt it -qizM'tfttiifl e ai n
Weu:a-. ea i edilq .idefi'- f d'.ncese vijitn 'or
&feit"nEeux .brmre ta rji, 'utn habi grisAtre &
-MludaM ..fag MUteZ rpondiet; 'c u petrrfonne h'r oit vu,
tarais euq court dle 4i hWf&ade ta lkjefti s'efd jetd
ogewomucsrin. pied-duehAiv.l a a d a iajdl6 & la? a
dit kkfile voix : fire, on vIt -tcrtmpe j'.iri.ei I'inf-
it'damAEdele~o-aisae jey'ai vi ielc&: iqne'defltne'
MeahiW lf qs gardes-d MP a hL;t' es-p6u or defhritae
4rLpahrrn jett vcIntnajeilhd tsIdQ4pit nI!ri"jW
U- ir. lee Re i Jv rEpondlt piur, on.eut Y t-
e mains u eur ldo na i, d 'f bouchmajeft, pitu t aiV il.
$ .'pdB.Te rend. s in chttetr. a
*nr A La iviere, cocher* dlh R & Marie K eap e
*rrhar-de biniftt en.fa re'rI4 .' r r rer'a W
nr.1tAen.Andelle, vetnt 'aivel;y ctliree en r ngP 1ftli'
iWirlWiWnzeni&t :Qftle a ur'aid moment iol''obH enritir
loitpufuieurs 'gardes-du-oips hori'des-cetdi ao th8te*A
oycr iles. ueb, i & cdi, 'Oi'Crdti, rid gvatrpe-Ita~ld iK
dcue fenines, ae aun-' WriceHmes fih inTiri tat
d'un haJile d'n for tie dr-grldlare a'ontile ded'Pa'is &
*e VbrfiSlies, myas~~ l&ptihlc ts' te BC? &ahlierah dt
Hlei9thp a fa bonrotwmd&e# E a1 iidlmaille-, Tu1'ialbitL
gd, uiats'greade bAwih&, =ie aHMfr, qpdfiBart-A snf n
de manque rur le devant de la bouche, yeux cave&r, it
cournlI-noti yls, lhoeustnIa eiaiuoetv fetyrks:
qudaie^y ipa ise1ie& eillr& &e group & vht;;ces
friela dsYndins la I tiut aUetiadr"BeI cer ?af4itie; & reced
Ywanease6d epreplIftmh fs'ni "u1 tNIir'ddinhic- quoe ce'i
inirma difolenc en-.h*nse rciprs 1 OlIla gr&e laurera Id
Las nusleteons F 4 te pir IWf'at resd rtune gtaridb
fkinue- ToufTe qni dtoii IdIige,",fevafrnrtabli f
akcitkrtuncfauctle & dit ta KtaL% valfa' Zeiirvt
4A1lr: qa Bte,4diofantnd .&' t-e appr6lfe-6fi
die o getupe, iianda & fe4itmes fti ''en ^uittde
cioyrne;; erllepouvor&Atrtl'-dda confident : qti'aiMt&a
awfiwqIelos jairoim c ieW qifeion ,-M novset i- a d93









Ber-w &m i$ts F#HVMa salS4 eW fe4 ln4q.p
' t Iu# 1nAe (4,. ,quigJa aein.e6 1eit Pu4aesp 4
i ei qomanuS ;,q 'cLUe % r riiys fi, on Jaf4014P
SRfine, la c;oupe les balierpit:,A q.ops-.suie :4ql%'
c'Qz:itpas prliAmable 4n'ell fAt veto, pylfratu rige S
a Ri&& xe Cbn f;ci: qu!e, s faimm; alors lortIiqnjer
i nsirairaiise t: q'ile gca4 pilUieurs oipsi dtfwrle
I fi 4F9n &le a ea gpyjdJZo itjuocsnaoaeQe% f n'6tast
.,arfe :teuflet gburieqyp ^Appipryde'i fAReaistaMrs.
;,.: ;. fg'i1ion.jPrt1y1-p Yed Uteff^ Gayrxe^ todGf
ft. i P'ig -i, biLMiothoauibriwrfl
ois ,d J hvvlierLtld i .fci ocw.we d OS.epeut
ukid i 4.(' ex 1 ?1-. 1^"^ k S lattts M JafcnthaM.
sin 4Aiffifatp gOPr.gl q4cha. I *. 1 v1:
M. Perri'n, avbcat au oE i,.. Q8u'l|nr a Vtsdaillte i,
;il iojav6wupv t9gur frynines ,.don, plNlsefLursi;ar-
la nifeicmble lui onr dic : Nausuans vula vtir-MariejAm.*
Pytpe i4tnS e;dguffuyu. \I qaoi4gssc,, 1U itrSvfecfaon
1439 nipj s,- bn s ... .yRF W y&s, B tnpwle MtaidLtflteras
iAlyL IP P4 qqqc oilAui1s toit accomijan-t de
eunip ni actiop,.:" qyH'ellt iS;,;l ,ajouj qiu'is 1 wildsiqt
fraiaew crapprger .;4PJhu% ahfer e:e Marie-Ambjeflina
PfC- 4 i. t 'u194. 34EW pp. crlfle : unse abure, j'un audi
Iearqirps,:, & ep ,diranc ces. &chofe, pluficurs r&ind&Met
Iepretabliers cqnque 4y lesugflen;t eu dedans ce qtdllSk
fe pFoU Foiin d'avoir, 4'& a dans etse attitude, e.dlp
panioicw. ., .. i. '
]AM. Riamond; jeayne le Brn, fedai ; i4rtihrqvis
ade t'oi, Louis IJr4pr rcoflfnd#Ie ..U Mr-ghrcj Katie
pale e e Vyfa s ,M Jopetjt,; btirgwias -dte VtillIes
ioadier, rececpr .(e; N9itutP W e dro eM.f Bbuilhap
garde tje M. 4A'Artpi J'Jjr leff ,,viicOaitd *airal dt
Jourges; RI iher r iRpFi3u F PEis .rue du parics!iaBs
Royer, prchbreur amu q l t'IS Qoanee, coeap dCiTrM
Panellier Laupnot z jiqrag'n60) Aes Yv9qakire 1idsr&A
Ifazvche; Jobort dopfflE ie d. 44. Pandier ;aMurif4
jfdiniter iA MantrongfB Wi(ri9. Tahrafiter Aiee Grad6
Cillou it pO i 4Tr aw. Giw CGiHtMU ; Dwziei
ponier M M. e loux.manschzta4& de rsap 3 LwMBaeu&a






.arAtui~i ~de~hagrric pa ffipotII: ;:Po e eijbn, 1he..hit
smhi tIp4o et'AThb
d a taw-do 4he;okoil T'b~oi ftdfe: % de'

ftaiymu ~M ib, ;enil uidn~ q I.1-. .C45 e
mbumwmo-ii 3%xoae el o -thld -di
& tatr*O i'p'
poinrmko S-. &M:keab thaye Ito Ap vrO~~ ylaiv, je te P,_l jv~
ImunQ~t dodbt~~~m r ide "U"T6, A OS&Al~ji~ iL~

p !eM& 'PVwdSii N B*%,Yu i "?or~i~
moqR Siifibe, Pit 09 as s gard
foitlfdiae w4itsf. 4re Id&Tcb











le ~ lT~~ ?Imt Deauy Laal ; ih L.

J. r., 09 ; I p
rpr~b; tlod41Aat~~orplori~l ~t i A pd




pa~~de Y A~j )k~Yd~ jn~;. 'cp~~
ler oomcer Debautoy i Lafalle dMA-ftrihiv o Tot

k Q~trte i Q~3~~J 9aw '' 1 -W ~d3'~







4b -.M1wz* i kdlfthh n -Wm!i ddq





rle e f. p4
Nbdeotro i*Uta
px. ILI-T

So *Wqje- L'- d V, M f'Yr~gG-
P44V *44,10C (Aiif 'Jig' L., e Ito qqtan,-

*!*aft' J~pirf Oif t diti-ip Bilie Am idplwrftl~c
t % Inall a ?e Vul- 6 ml~Whj





q~1ais~RI .A~h~,64.
el -1;4. 1k; R ~;~rp rt ul A .4kc*(~
ir& Wita .9 F. ,,mw Bp6r Jueo




e:fJ~S~t~~ lal1nq 4aaeroim
~ns




S q ji~ .,j vp 4-hii.n-
rron la dige cim w
kou fins' MeL4mf
ic dornefl: 1e'ii q@Mjdo Woifi pWu




A1. Yn ri 3 93
Up 6U ciYF1aj r)if~r

wrvoirw n 15~
%!a SA t8 i V ~ I. 9,Z~~ l1



Dill; 1 -441r[~1 '~~~r~ .
?,W 1; a p i X W


tq,,:'T r Li
~~'Jos;
F, PA i PA* A
1.7.



mr-Rifamitli 22 tea per o~nn eS-' a' MA ~a~floi J!g90
led meffln tole 0'un dedrles voflgs (KJ, fle en e`Mi
40a~ evdel~
R9~'t'iEIJ,ri~l?~2i .931L6 CA'






p'Oi Ad tgi ltr Alu. htknuin ..
.. tr,'a+ a %a f S; u i IeS
W A e A, Ai, 'en- pA
a asn_ l1i Upolate jqui 1i kndeb
usa aner le iful 0inatewt, poor Iri fairs
i is qu.flI a'vo;t .co;cus,& &engager i fair
yeni~t ., iqu, pour -ther de dconrvir 4.aeli
Source de cart apparence deb cubio
ondu qpe deprWkl mair it faifit x r
h+o ique, (ie, f mit nacore pu It rejoididie
S .onfe ,lui, dEpdatlc ft charges do le other
_i-mnme; apt'r a4iC, faij d'iftua&eufes perquifi
,an.s route Ia.maifMln il-fC.tlit infornd que ce
que oit rtgied. awli7ts des course dans un poim
abianaani; que s'y t-t trTI porti.il y. rrauw
pti i:nme, monte fur an perehair, pirlffqle mud tab
S je tinceians, avet .rot les fyntpt6mes de I eranl
pofat, demotndB ce qu'il faiftir-t;wibk
i .I. 4 i whr d~ws lopng-temps, & quit
S is *u)tl -e. fti.ates rescind fuh devoir qus
a... iui .-r.endit aved I'expefl'rot la pluIl vihA
Sui 'il fentoit bien qu'll ieoit dn home perdir
a~ qunil s'en f....; qu'll fe reffbnienoic biett qufl saott
1t vlille qu'il lui avoit -.i offer. de i'argent pour aft
m eia;ine; pui& cet homrte robuffe fe prcipirant
i km d bon pa erehoir phit ld:di0ofanr pat fes vtre-
ier ai.gic de la poittknad &. l tranfportahr a p4li d
ag.J-h i place ei &hrt i'avoit part~ confidtenttti-
SinpFoquot'affez hbrut pour etrb entendn par un nommif
rre, eqgraiffeur de vdlaille* I la menagerie lors prd,
.nt ; q'ii vaeic effetiv% ment le delfein d'affaffiner. I
vtae; qu'il avoiz refuft Fargent pour comnmettre ce
purce qn'il fenCtit le courage de I'extuater fat's
t que Damien b'avoir pas lei heureux dans fa teY.
ps qua'il efpiroir l'etre davitiage; a quoi il ajoura plw-
4a.autres propose qui manifefioient de plus en piua It
JdiUred.tl colere, & anndhtioient Con regret d'fvoir mafl.
a beval 1 la croifiere de la faifanderie, pour exdcuter fdOl
.iPj; quo lui, depbf nt, erit d Voir n'aoplfer ted.
l' iS"eitie que laplhgrtond douceur, qui pft ramdner cet
M agsc i iam du t d tranquillitr qui p(t le riettrel
Ei




66
porne d'ena btfr4046h clirciffemten plus pofiti ; qu'eft
confdquence it I og avec douceqr & repremc
fes epriat, ps i mqmu ne pouvoitnt pas tw
trer dans fon ca te pouvoient etre u'uine ftite
des excas auxqlr livrd la veille; qu'ilne ptu-
voti avoir aucp o vouloir perfonellefement
a la Reine j qu g .i fait aucun mat &: qut e
pouvoit pas ai qu'elle en eht fait r tuit
quece foi qit 9q1'il s'babillit, & mte
caerp rrC B l df tre, ce qu'il ne fit
Qu'a" W. .1'ant qu'il feroit
tout ce jui d uendoW d it fnes de fes
crininelles indifcricons de -o l -moiniS
prjudiciables qu'il fereoi pofb Hf 'rt et
rendit.dans I'appartement dEdit i t ~l~aet ie
home ne tarda pas afe rendre ;,1 spriFavdi i ferater
les portes, le d6pofant & le fieur Lemeit -s'Ocuperent
de nouveau a calmer lea efprirs dudit jeune bittame, afia
d'en obtenir les lumieres qu'ils defiroient; parveniiis le
tramquillifer i n peu, ils lui demanderent les details de fa
co.duite de a vedlle, .& engagementt a n'en trire aucune
circoftafnce; alors iI d6clara- qu'il avoic edr gfeter sl
veille avec deur de fe amis de Paris, dans Atbitet de
la rue des REcollers de Verfailles ; qu'il avr l"tiilEs
amis vers les fept heures da foir; qu'dant foAt ddit ca-
barer, un peu pris de vin il 6roit redefcendu, en chan-
tonnant, de la rue des REcollets dans celle du Vieux-Ver-
failles; qu'au moment oh il ditournoit lai rue, pour fe
rendre dans celle de la Surintendance, il avoir erEaccofti
par un jeune homme, de la taille de cinq pieds fixi fet
poucef, forrant de I'auberge di Julie; vIta d'un Eabit
garni de boutons d'acier, un giler, deux moantteu & e
gEneral fort bien mis; que ce june home, en tabor-
dant, le filicita fur fa gaiert, I quoi, lui domeflique; re-
pondic qu'il chantoit, mais qu'il n'en toit pas plus gai
pour cela; qu'il toir aufli affect que tout le monde des
malheurs publics; qu'il avoit entendu dire que c'Etoit
laReine qui en atoit caufe, qu'& ces mots le jeune home
lui parla avec plus d'interdr, & l'exeita I entrerdaps de
plus longs details fur les griefs qu'il prdteidait avoir
scontre la Reine, qu'alors il fe livra i beaucoup de propot
centre la Reine, il en vint jufqu'& dire qu'il feroit heu-
feux. s'il pouvoit en ddlirrer la France, ces dernieret
paroles firent un effect tel fur le jeune home, qu'il 1






aita 'urfesii 'aeSe,qn'l quaifioit patrioti4ues, &
Ji rant i 'car.rAs ta boutique d'un cordoniher 6tabli
p, O coin de a.re w:,dVieux-Verfailles, lui avoit offer une
Ati gI'qQi pngl~peine d'or & d'argent, pour entre-
fanir .ee .d|fr icns qu'il annnonfoir, & lui promit une
pI4tSQ uf^ bien plus confidrable s'il excmuoir ce pro-
et ., e tdaielleurs il n'erok pas feul dans ces difpofinitos,
lode foixante perfonnesavoieht part a ce complot.
&4hEiiUt interreff6es & payEes pour qu'il eht du fucc&s,
qup (i! vouloit fe rendre le m&me jour i Paris i Ia
*p.i6 L s XV, il y fouperoit avec fes confideres,
qiieroiebt bien aie de fair connoiffance avec lui;
qFl avoit rdpondu qu'il n'avoit pas befoin d'argcnt,
q4i0 awcoir bien le courage d'agir fans inctr&ts; que
quint au voyage de Paris, ii remercioit des invitations
qui lui droienr aites, parce qu'il avoic fon service au-
pris de fon mature; qu'il pourroir computer fur hii, mais
qu d4roit favor comment ii lui feroit poflible de le
4; que ts jeune-bdame lui rdpondit que fout
ju fiw jobur il lui feroic parvenir de fee nouvelles,
.,ma qu'il ne perdir pas fon obiet de vue, & qu'enfin,
Oprbs plufieurs ddmonflrations d'amitid, il fe f6parerent;
qu'il 6toit revenue i la mEnagerie, en penfant i centre
converfation, ce qui avoic de plus en plus cchauffd fa
tire au piint que fur la route il avoit pourfuivi i coups
de Iiton un home jufqu'k la porte de la menagerie ;
que .11, m lui avoit 6td cel homme des mains, & qu'il
me favoir plus ce qu'on avoit faith de lui, domeftique,
depuis ce moment, & qu'il n'avoic repris fes efprits
que le martin o ii s'6toit trouvd couch dans I'dcurie
du dipofant qu'au refte, dans le moment ou il par.
loit, ii fentoir de vifsremords de rous les excs pro-
pos, auxguels il s'6toit livr6 depuis la veille, & qu'il
oeftiweroxn fort heureux fi fon repentir fincere pouvoit
Ie fouftraire aux pines qu'il reconnoifloic avoir encou-
rues; que lui, ddpofant, & le fieur Lement l'avoienc
qncouragd dans ces bones difpofitions, & lui avcient
*Ame lailff efpirer de fair ce qui ddpendroic d'eux
pour obsenir fa grace, fi fon repentir Ctoit fincere, &S
fi changeant de rifolution, & reconnoiffant combien
elle d~oit criminelle, il vouloit faire cc qui pourrois
d4pendre de lui pour faire connolrre les pefonnes qui
Jui avoient infpird d'auli coupables deffein le depofanc
SE





68
& ledit fieur Lemnent s'y" engagerent, A la sonditidn
ue' ledic domffiq'ue efofvi f i pia de qtjite jiZ'i
Ss lIoin' & Te promeneteir feulemeir nutoui delas ial
fon, pour voir d'il ne .iereit pas accofta.par quelquee
smes des perfmanes qui avoient ford uh f funeftc cdi t-
pat ; que Il domefthque s'drant retire, le dpofavt &'
edit. fieur Lement ne crurewC pas devoir preAdrerie flif
de garder un fecret d'ane rtlle imparrance, & s'~trd(
derent A en fire part i M. de Viledeuil ; que edftAa
pofant fe ch.rgea de cerre ddmnarche, & tiir-1,-tha~
alia chez M. de ViiledJunil, 'dpofer toul .e faiis c d
deffus, apris favoir fupphi de dronAer fon apprbfttib
aux conditions faites areC le conpabe ; que M. :de'Vif-
ledauil approuva lea mefires provifoirers qtui a4enitfri
prices, remercia hli 4porant', lui promir de fifFe fu*-
veiler le Ijeuoehomme de fon c&b & recmmnrtian
qu'on mit le plus grand fain d'4ictirer fte (Rjitchek'
dans Vintnzieau de la ndifon.;
M. Verdier, maitre des poftes i Verfailles :'M arjd,
notaire A Vrfailles : Chbffe procurcu a Vierrme:
Viveque de Clermon : le baron de Cruffol : Jarmalft
S(nemhre de I'Afferbbl'e national : Gouge, htrtQger dai
loi : Maret d'Aubancotur garde de M. 'Aitais":
Bluteau ndgociant i Verfailles: Pulieur ,'garde du
Roi : de Canecaude garde d- la manche du Rbi:
Dechautmanel, ecuyer fouirier des gardes du Rod.:
Rore Barrd ouvriere en dentelle : Lonife Pierer ,
goavernanre d'enfans : Francois, officer de Merf-
dames : Borg, muficien de ha chapelte du Roi :
Hivert, commis des bureau de Fa guerre: Boufhtrird,
d&prt6 Y i'Affembee nationale: DtrTs, Rard dde M. 'cmte
dArrois : Depocher, membre de FA:ffemb!'e arknilt: ;
Laimanr, in4petteur de la menagerie du Rni: BouelH ,
engraiffeur de voliltes A la mdnirgerie du Roi: Adutyy,
rkenuifier & Verfaills: Maury apothcaiie a Vertaill's:
7Titffet. marchand de drap Vei Y aits : Decuverviffte
capitaine aa rigiment des chaffetrrs cheval des Ev.-
chi : Dufrrfne de Saim Leon : Jeanne MongTn :
Luce, boularner A Verfaili: : F'abbe de Nejac cha-
petain de la ]teme: Bouchard, gartd e du Roi Rdibtn-
ger d'e Rbourceat, garden Ai Roi : de la Bar9 fer-
rriier A Paris: Lincour nreociat-ai Verfajiles: .eanne
Tilet., taiteu A Yerfaitics: MariCGuyloc, d YVetrfai-ls:






r k ", ..tha ..
Beti~l^e ,nc ,t' S des itasik
bd 0u Rof: f1et coi
rid8 :te la Pdre du RP desiop
ilAe r, es ; fec.taire-tomm ,s a

f '7 i: "n(err ci la ma.'"' o. t
SQh atradd J1' StCwkhoffer jt de
e$ : ,aid ero pde 4 nadarme
P_'e .rranie : r'..tttf, a< v.rir le, coa.s .de. la mi -




& rttuari, garot&de la chambore du mo : de cc1 et
d fitae a an sres: e & A
I.pdre J ~ly Adueair r ids
h. Tvalire Jhyfa An 4na c i. d




s' jqz me ainfi: : ',
,., wis de (epvemb wln;iqa4 id~.In '4 t s~&FJe-'
dis iifanterie fit.dm4and4.~pr 1k municip'dit,4e Y&Mpir
1ai, 8ipprouse par 'A f em najrie re p, P lat ide--
rusJ edre &.asmpe.hcLb Isep itenScs PepwcsfsoSe t plu-
CI$gSmqsgnn,.& nonamclent Centfl uUdietiqapr, 4cataeur
rit p tgadeC la rue des.Touraeies ,. q~,u 4A aira i 6i dqtfemn
jja p~,a17.aflCuL s lega rdasw-corps. Un apcieo- .tgo
*t9a 5WyguesuCi d as Iartne Ir-angajayi$;ef1
d..imn q.epasi t d cops, .a r .gmo, qui. arrive, .
f 'eri i p4i&,, Baqodf ,iit"in, La mifon du. Rei fle i nti
W41yr Aerpuni tpr cq,1fprmaliti avec c'auuprt pirs, dt
efbpp. 4aveiojt It .rar n vlayaose ru0 A m i
.l a.,par .phlj:ri)Ti~ ipon d&infant~re i,. S notain
rapJn i Ei !e,, 14i 44 riincns diinfanctrie i ai daent
Raft p I r ge Tah4$to qNipurs; tit iqrlit4acs pre
fer tix a premier otobrc; tout ce qui etot miliRtairc u
d~ 1 2ci qn~,4u. L iifn 'u Ri e.E5 u






inut.P d4 s' treiver; vint mpg brW),4dost a .es ntr
dfcs :a e siice national de Y.crifles teureat dCdpu
tidowdJe fiilieuts les gai -d rps 4e Ql
M. le idc c'de .Villeroy 4e fervIcqaaprs diu i
cens gardes-du-corps q6aorire Ia iqalon dii Ioi, it r
en cut que quatre-vingt qui aflffternt au repas; onl c
fit pouo local la Tat de I opera dui chMteau. J fus ivi
a cerepas a caufee de dcox freres que jai gardes.da-xorps
dans Ta compagh tie Le Lxembourg, & pJum pare
dans les quarre companies, a trois heures midi
Ie point 'de raliement fur i ha ttilte'da cha eas rl,
tranportta cahs la fall de ropira, & chacu, n qftil d
maniere a ce que les uniformeas fuffent eai.!; ,
hazird'snt piCa dans we erca-cheyal, vis-3 vis I Ie duor
de Villeroy :i mna droite ioitr M. Durepaire, gade-du-,
corps. coffois, & b mna gauche M. de Saint Nri$tn; i,
plus grau'de d&cence rigna 1n ce repas milfaire it.a miniuql
de F1anres, & les rrompe;ett de MkiM les gardens ftule-
ment drofenc i l'orcheftre: au second fertice, les gen&.
diertdhk.rsgiment de Flandres parurent i I'amphit6itre.
M.tl dat deVilleroi tnr fit 1'wnrhetic de le fire eptrer
dafs'lrnturieur du far-a-clihil : cette flaeuE c*caod
engagea le capitaine des gardens d'accorder menie faveur &
une pairR des grenadiers des gardes-fidffes & des chafflurs
des trois Evechis. es. grenadiers de Flandres.demancje-
rent a' pei rltdnr die portrr des'fantis pour Ie Rbi &
la prscph1fr de la aMrlle royale, ce qui fur extcut6 :
tons les fpetateurs fe ruunirqnt au vocu de ce mili-
taitesT Ad cmtif' ericnerit du defferf dans une des iogel
griMes,, on apperqut la Famille royale : 1'alle: gi & .
recotirrn ena -& chacun etoit p4nir6 d'amour' & de
reflftdt por' la perfonne du Roi. Sa majeltt ne pot te-
nitr -an rminignage du plus refpedlueux attachiie~eni
qotrhui timoignerenr tous les fMlitrares; elle defedWdi 'd&i
lh Ige,' & horiora de fa prefence, dans I'intdiedr dit fer-
a-cheval;, tos les militaires rdunis: elle fitr I tor di 1I
table eh bottes, accompagne' pc M,. le prince de PowxI
qul Favoit fuivie a la chafle le mnitt jour. Apres te re-'
pasu o ficla motion de fire tranfporter la mafique fC it
terfaffe de imonfeigneur le Dauphin ; ii pouvoi ecil rioA
neaf'heures environ du foir i'!tfolt Ic avoir deapeure environ un qtfatt-d'heite fur tir maPlf:
site -tpofds de montc r' irtiAl btrnf, Ibtt ftd
.T .* : ;-*. ; 'r ~* '.;- LI





71
Nati a$ s 1 paffage qui communique au graUd $caliew
i#'dd i ci t -des-gards .dis Hocquitons, par un.chb-
fi^j^s totli eches, qul 'toic froip appuyi fur le
p'bedude fon fabre hours du fourceau; cec hoilme eq
men voant paier, me faifit par le poignet gaucbhc,
me dit ii'1 6toit bien malheareux ; la douleur la plus
profbt ftr6't peinre fur fa figure. Je lui demnindai sil
avy6k ues chagrins domeftiqucs, s'il avoic befoin
ddenUr artiuliers; ii tne rdpondit quui n'avoit befoin
e rien qui de la mort, qutl avoit ao p'wds fur le coeur qul
ProuffoLr. Jelai r6pondis qu'il pouVdi t se'rapporteri moi,
%EWye ferois mon poiffble pdur lui ftre utile.
' Tetlarmes ''edchdient de s'expliquer: Rnais fe voyant
rtafet rt 14 rtaonent avec moi ii proion9a ces mots
fthoa ilikne laitibn : notre bon Roi cete brave mai-
fbn du Roi, je fuis un grand gueuxilea m hft~es qu'eui-
gent-Is de moi ? qui ? luI denia6dai-je : es jean- foutres
de cojimandant & d'Orl6ans: dans 1'inftnt il y eut
beatbup de monte qui nous entrorerent. Cet home
dwvinT i fieux & il ne fur plus poffible de Ip conte.
nir: il -'e mit la pointe du fabre fur Peftomac : & ne
pouvant larrr8er j'appergus M. Duverger, parde-du-
cl ps, Tcompagnie de Luxembourg & je m criai : a
smt Duverger : il vint auffi- tt & ddfarmpa ce chaffeur:
malgr6 la force que M. Duverger & moi employames,
nous ne plmes empicher que le niliraire ne fe blefsAt,
le fang vint aufli-t6r & Phpmmne devint plus furieux:
plufieursperfonnes a moi indohiPnes'donnerent du fecours,
pour traHr cer home & 1'emporrer au-deli des coura.
Je fis avancer les porteurs, snais it ne fut pas poQibl'
de ie placer plans la chaie & 'ai dirig6 ma' march
pour d.paofer cet home au corps-de-garde des ci-devant
gardeitfrafigaires, qui communique de 'efcalier du mi-
ntifre de ia hinifon du Roi, oi ce regiment de4 chaf-
feurs 'ds trois- Evech6savoitriabli une vedecre. En trp-
veiafnt la cour rpyale, j'apperuus' M. le come de Saint-
Mtcreau, officer des gardes du-corps, je Pappelai & Ie
priai de vouloir cre temoin des avetx que nous efpe-
rions avoir de cet homme: en arrivant dans le local,
ci- is 1fign6 je fis trendre une botte de paile, &
y, placer e6t home qui 6toit tombW dans un ab-
baiat total; oh lui he donner tous les fecqurs 4.
tridieat: mais, lorfque nous elrpeions 6cre feuls aveo
E4





. .. . ,,
fi ~ f lort t'rvdhus plls .r & A ..ema
irpe ,i ,iar de ce. ohA#i. C, font y..n4sf
erat&f d cacha d.ezx ;pys de gPied. 4 aw.
i Int _qu cq', ,n ajiis. .'f. ,
id int fe difaire, ;Si %., q eti jr g
ateau oC tte, affaire avi "t.. 4` 1 i B
rive6 'il d4- b Vu;4, ns 0 .
&derendeli'i Wt s, f M.le f t.r
des gare, Ie rviceay sRr



mdanga d9s cs dp. ,o s
trou dmes .. ,i I.!, e l .. ..fpr.p eC..B
Ol t a eas e r ,er. V s
erris is r i rs4, n.. hde la sle

4re tos1 r de9r r nt u i :
trouvij e, ru,,o IJ i ti dD i. .


m lum S i4n aH cpt ae Ve sf. ,


A pei 1, 0i P~ris .qp diA i pe
toiI s d@4ilj 4 1.u i itj i t rles d jrler: 4ptJ i



Wrkt.4 4 ,.aL4WA, a4 4 -p a.pl tif
s a vec 8 s f r rr, s. -e. *dR i i .aF lFSeiq


fcse Lc 14 ,na i.on d v .!, J i me dec i.al t.r. L y
*rfhiiesj, j'croyyhi c@herg deux cbhevawe c q ?is


.i i vn A qri 4,s Apte.r, h l t4'i.d,
ttre'..a unej vo ireic r ty.r Ii t' cil~e d;'.. i"
Wci.hup dei fet mes arnees( giqs T pu t
ci n- u ea 4 4 i de,,r b L li t'
iponajede Paris, a ctva du s ca s
s a greoifes u foul ns "oi bItT EqiCAo la .fCigws
Se.r; C ommes port ePnt 1 iFt c paj S3. ii
4; Ta B'; tifi. utt mu1t;rud qn. f pa v ott
igot njour n i argrerq .kI^ lp< J b4oa, d
ep rdho4fhru chemiren i-d ne. hd J^ 21d
rv6n6t roa^ Y ;ru, B,; k, 4 "n
tionle e' ira at ^a~ce t 0ne ZAEl Jollpsde UmNA











6 ~ ~ 4 it'l me uats4eii uj
a'A'r f x$r ~i~3~41

t6l;4aI .i5 191LICCs~ ~'met



~ 4 teji j IQP. gv-lcdiOi~se dU~Qup
s- fe ir s tihi leioueau. mj c e
hee 4o hrei":cj qnw ihor.Wreni
Iw~tC'~~Bs~~eIrre -9 U,-,ent6~






0,41tquiqJA ducsd 'L u
t t.ivit igs.~s nquvic'Ailj 6uleva &
a.. us i'a rl idire que toyz erIt







M~ ~& ~lh~kez cor .e 4114-f

td~': e e co(Flr--eI, 1rr aur~rsqc aLc,.!gR~pc~r
~ I~~~f RNX _euzj
cl, tc.e Iaru ur ned




a~c~4e, iQ,~ ke '.~ee1Q qn 'e4~

t ~cwe~io ntu s hA aU M'd
ll liiel fes 6 4 C Sai%-k .o 2p

B' .ao~r ndn' o s.









~ar f t-t fi
I. hit-2-nd ssl$ otts. &S. lipow
d~Fi~~~ltale 1 sni r~gpodirenx que~roxr itoki
es 49 kyq 1 ay~olt.Suiqu; VASes~e
2r IMA ct V' WU A-_ V913 Cfpj;,,Iqitb f~~~q
dti 'ti ~ 4 wjonaiqucl1 t lila Mer ik* PU
kn n La couQ: ji aui W.'sIJfii
~~Cci~ 11?71 qc, Wfalh-ul1t 4t ifviraI ~lir
e6 court vvenrrrqA`-cjr"& 1*a'trqa4,

eb;cbt tin' ll oute your.eur ra~a a
,BF~n~S LA' 4`f'cint I r. un.cIV
bu v n f A-Mbl o)iji 4Ire.4i quc'fa maiecU 14i awcur
,~ ~J, gra rids cnlit

F C4 C' lip; e

"fSV i~; afli






Nalc ernf: a a" s l lacri dBaip 9 a lia
l' i ttr6u;V ai k ittorn tc 'a'o
duoi e rtoir he' f 1 Fe'raireas j. "
chaffiris des T6itfS c eit.pir ie .
mtiatiarfai A M. te 'u cikde bri
avir f'Pouertur r. la gr & me coj du ,
Roi; ce'que c'n l Ikaire cut aon1 bnno e i i .re .1
a i'Poil-de-bfn df; on me fit paiir dp 'Rai, aI
tirleS o iai trouvd M.A Ie mar&.a1ll ow. l
reau:, i. de Cice, tl- dets-fceauxJ T.
Prielt, M. de 1a LiLidnz f' irp rde a mrap. J'
taing, qui g'itst CCLI is poi 1r6ei poi
extraoniinaire'; nioti me &frinda lea lus'gritis4 iI
ft 'wtideif de m dn vopyge, & plufliurs de ceii
txigeetbr que jE Idur diffe Ie volume des tW
ivoient le projce de fe talre ja Veraic4 i s -
pondis que daos 1a trveide .depiis Ie 5
1fordie' de Parls, raylis'. per qu toute pcec i
litaiire armrs s & qule i genfrale battoit dans outes
les rues.- Dans le time ilianit on annonja a AMN. les
mriniftres, une d&puraion des dmes di la Iall qgij
furt intoduire cheit e Rof par M. Mboiiier lpk t
'de Pffemblde national frur la rdclamati6n di ce
dames, fa majetl eiut la bonar de leur donner r p FAi
la certitude de la diminutiqn du pain, & de I afro-
vifiornnment de la capital; j'ai profit da' il cirro-f-
tance pour fortir 'des apparremens, & me rendri~
I'obilIde-boeuf avet M. Mi omandre premier garden dit
cotts, mon frere. La d6putition fortih de che. Ie RcP.4
-en triant vet ernthbulifrie,; vive le riiildlTurt4'iJ
& fa mairon : I'on remarqua que plufieurs di fes 'fe S
dirent aux gardes du corps Pon nous a bien troR es,
meffieurs, I'on nous avoit affurd que vous veie Ious
en cdcardes noires,: M. de uilulier, inar&cMil die fgiS
coifois leur rtpondit : voilt mes bonpes amies, comtni
Ion -hehrchc 3 abufer de votre criduliti: 11 ajoua 4
cette court harangue, un bienfait.
Peu de temps aprbs Pon vin; announcer dans les ippar
temens que M. de Sav nic, chef de brigade I, ve-,
noit d'avbir le bras-. quatre paroles pr un fo '"'
do ~isr* Verfailles :he
Na. de 1 halle t9
.





7;
iarl, & l'on fur oblige de les introdulie cdez 1
t up A Orqiue f'nioahcetieur fut a-iccoride eljes creteMi
4 9v en traerfant les appartremens, vve. le Roi.,
tl'f.~ arsa*si la econde d6putation de retour fur Is
p 'ieSa4Li es, Ia i'ponFe rftisfaifante qu'elle apportoir
ir t p'a fr u lue I mode ; la fureur s'empara do la
ilae'-ds crai affreux, les expreflions les plus cri-
Idelle4:0' fiie tt eniendre dans t6ns les appartemons.
U- O6atei dana cette pofitlon eft reffle immobile, la
4ei8i& a gagn6 Flandres & les chflfoirs des Trois-
# *Mf ; qli ]uaufiealors avoient gard6 Il neutraliY,
i paP leartoliciers & repoles fur les armes; la
nda Rot dMft trionve feule pour ddfendre Pafyle
du kinoafque i fept beures & denie du fbir un officier
lveOirW' rta'mipMe natforiole de Verflilles vint dire
,i g & Is jb. Ul Rot, que fi I'on faaiolt remettre le fabre
7 d 'p feiirtreau, il rdpondoit de tout; A huit heures
r:i 4 a it afn du foir du m0me jour, le m me of.
-fik viIt~t &Aie' dire que fi 1'efcadreh iouloit fe retire,
ii t. :Bp le tahme alloir fB.cEder; M. le due
det ,li commandant la cornette s'eft tranfrrte
e d*ifRol pour prendre les deux 6rdresr que MM. les
Sg4 d dw Roioht e xcutr avec enthouiaflae ; ils ont defild
parl~uitafe pqr ft rendre i leur h6tel, au milieu des
crisTi'des hues de la populace: lorfque l'efcadron a
t e drploy6 i-peu.prs Ia toili lon a faith un feu fur
hi colonfie, o a tu6 deux cheval x & blefli plufieurs
S4. i's ineflegurs ils ont fuivi le cl1emin de la rampe
pett fe reidre a' leur h6rel, & re font forms en ordre
de'irairle dans fa cour du manage. A minuit environ
Iitn: 'ft venu porter I'ordre i la cornette de fe rranf-.
pi~ert' fir l'avenule de Sceaux; I'efcadron eft forti au
aig & dIns 1i plus grand orc;te, pour fe porter &
ctVrl hauteur. J'avois quite alors l'efcadton, & mn'tois
rfini dans la grande fall de meffieurs les gardes au
chateai. M. le due de Guiche, qui -toir remont6 chez
SlRFir' me dit: conime vous n'&tes point en uniform,
jIv iroispde de vous transporter A l'h6tel, & rafluref de
aiktrti b garde dudit h6rel. 1 me denna un cachet
f halre, reennotcre aux Suiftes des grilles da
icectse amlon1 & fi ivi le chemin
4 1& narya vis-&-vid les volcures
.p8.rth .lp lleiar lp ptrdwis


A- -





76. -
f#a4p; le me fit .pppnnoicre & l'oaft A.'spves ?t4
yFy_ ,jitrrouvg .ei mrlieffura daq zne Zibafil S
^pr4ji'asi rernoqqiqag phAccau, accoia)Jeuigua'dewi
a.pi4; arrirreys k iOefa d; 'a rue feia C Iselas
atris vpoiwuaniges, (E fmipient ateanxe fsar'
4'rIrsz, )A ,p$lfieurs petfonesA iA moi inGanxlea10
f'tos juo e wros de I'arnae 6tUe.l arei6,s,6 lr.. 'i ita
4 pa.ra 1 4, la hauteur ,d'uan hAre qypi oftAprl 3o Sdatfi
Iakerc, )e 4 mn p des crairin, r4.5 Afelctei S
Qamue~l : l. garde.du-sraps qui 4eiW't p i pt* tI
tprb4 BA mssc6;s '%q 'ai-6,u i-i wplatr dueau tse*ti4j
v up hturna 0,4'e, mnyenfte caUie a rimlif hfealti
s&,4vwit pirts d UilT-rego. S
*, Jai double pa mazche & thisi vFalr bdti brti
gvieH 'W l caur dep yrincesa,,i1 A 6 rt r* a T *uq
%%iro-. V'ai tVouN A j ap & q'ieprtepyn4Wnii-
da. ai4i4e qaric4 wAuwae4? 4nWnqiith taW
rnoui^k a, u oeSdrf Isy du r6gimonsr 3 I b1P oas*
ame Obtir'1fajfr d .desriye. rut SaissiS
ss arls celie jivx a9tfq pm sl fseft A 4
tP417hh kL4,u6oIp.dte taw Le fen f4ut S
$mic da.os a'acdq4 t w^twifcr.hnfltr, -t
&w*nirre in c ra.l.p- we fuis x6fG4w k lgfijille.tAC
tau qnl elb la ipJ. pr did granE4!capQi ii
jan cachert, teAJ .m1 n'4Qie4rrg ih mIw4 l.a.4Vh
4d 9(6i ogL it syr ariuyer IM. 42 -i 4ysie2 qJL,4 ani.rt
ti duas Vino*rieur U4s appcrtme8sp-& ra.4,f rAe,'o'QJc
a&Ipo le costah r tnarqi.a q Jaucl ,a ppn i
naCros ot fai't4prtrr tpjIe znande de 'pl4a a*ctAlfmr
fis aeuri de, agFasd WTalle des gardptpop ifiysr^I
Wlopjgu4nemnefpereas la. mailfonu.t Uoi-uft rq%6eatj
d taCe Ip nau,, tis chaqup fpia qpelar fweryi
Scmmant avoient a ccaii4e rq lco*p4 dqf
ii5s u vimngi. A f, $ire, au 'rUatin, envirc la; giWllen AiA
cour 4e, prSncy..3 i farc4 .,, l.ri~gan4di.kwjf
rri6s'ea ,fbule dan aFs caUs ;f, 4i4 pq
'iii. 6ans ripier4dr 4e 'er d4Fg efe ijyt &
o meui-irAs coroIai Itf ff


prne: 0O q & Oct





te. au grand ercilicr pour dam:nder coso forcenr
I lear hbiefle dans le nombre des gardes
i~d&e l9e premier qu'ils oht faifi & poat
t$ d g erc;ictr.
e miles brigands qui troit furvenue a cau d
ux ha v faveur auquel ce garde-du-corps a pr-q
PmO Ae' uer fon mourqutrnt & 1e fauver pat Ie
"ier de ls''Rein ; it a te fgfilid mais paa
o 'a pprte ii s'eft retanchi derriere li port,
Wtaletb-de-pied de 14 Reire i'a fait enter dalta
tem6es, il s'eft reuai avec M. de S. Aulaite,
S ie- b t je me fuis retrancid chez Madamo
-Syl.wrs garden du Roi que 'on a diguif6 avia
&tt*i l& ivree & autres habillemens de ce
otteperplnetde i patient de favcir tl
l freuts, je fuis frt de ma retraite & &
is.r brigands, j'ai gagn6 la porte de la faile da
deit'estmr6a mn'a &te reftiie; j'ai decrendu la
ql; s If ati pied duquel j'i trouv6 deux ceit-e
lBeV qui communique au petit appar-te
.emin e. L un des cent-filTes a 6td fan ch~a
,ie fit ai demanded qui it faluoit, il me r.pondit
A* evois ~tpercevoir M. le duc d'Orlians, a Ctd
iemt de"x femmes, don't ja tournure glgatn
a.ifoit entrcvoir des homes, fous ce dcgule-
S.leat en fouliers avec des cordons cu rubans; j'ai effteC
:"i.tivemeatt appersu ces trcis prlonnages ; M. le duo
..d'Orleans 6toi en chenille gris ardoile. J'ai renttontr I
S ,nd ercalier, il eoit.alors huit heures un quart en-
,ev ain i, ai reconnu a la porte de la falle du Roi, lI
Mpinte otficier, le fieur de Chaffaigne, qui avoit fluvid,
fi.t-il nombre de gardes du-corps; il m'a fair entrcr
nts la falle du Roi. Jc me leis mis a une croire6, 8
.'ai Apperu, au milieu d'une foule de people, M. da
a Motte, garde-du-corps du Roi, deshabill 5 mnoittle
tail., peu commune, fix pieds quatre pouces la
sit appercevoir au milieu des brigands. L'on opinolt
j genre de mort on lui flroit fubir, & ai intelll*
voix, il s'ccrioit : ne me faites pas tant langulr,
'une minute pour tuer on home, affou-
SUPn icie de la garde nairLaila.f,-
Mii-- .i a w ti des greradleu
4$ ~#jM. aH .b-n .r.td




',. y. ,'" .*-. *, ..^.^ ,
79
'Invincible supris de lul, dans cet ordre a c
vilime au chai;esu malgrd certe efconrt mpoq
lun des brigands a tire un coup de piftolet;a %.
la Motte, qui a .iaporgd l'toffe & leSaw &d
habit fans lui faire dB Pal; j'ai recon nu A
bre des officers -' iliace national de P 'S
conduifoieni e I .,, de Gui~guerlor, ano
darmp, *. JI; "Melot. J'ai -forti d
fite 4d' oi iCjai reacontr6-
cap~it~ d a de Paris
n'as frui pour BMme H sole asU
deafireufe, nbos avompCRw w 4a
quent au' contr6le-g eiri. a ide
la fortie du chateau, j'ai rmncoat
colonel du regiment de Flandres, -.en o
qui me font inconnues; il toit en cilea duj A
mouchet6 un chapeau rond; il a parau CS el
prdfence. J'obferve ,ue j'ai oubli6 de fignaler le'
feur des Trois-Evlchs, don't j'ai parl6 prc6demmenrts
il etoit vOu en grand uniform A a taPlle de cinq
pieds fix A fept pofas, tris-fec6., es o O t
le lendemain, avetM. de Vcrgi MW
plus yives perquifitions pour favor a qu't devaena
cet home, mais nos recherches ont e6e iafruiaeul e.


FI N.







.1


-, ".s

Pa ..'Lmp.,.um".:.j




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs