Title: A messieurs les cures de France : sur la tenue prochaine des Etats-Generaux.
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000693/00001
 Material Information
Title: A messieurs les cures de France : sur la tenue prochaine des Etats-Generaux.
Physical Description: Book
Language: French
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000693
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Full Text
N IPL- 5


, ., ,.,M.E :$S I E U R S
SI'tUR ES DE FRANCE,
ur. t nr prc94Lin- 4s Etasu- GCdnraux. -

Vo c MESSIEUtR S, -te moment de biifcr tc
hatines' don't Ie de(rtifmoe pifcopal vous aeca-
ble depuis fi loriegtcnps. Vorre liberty e& crtrt
vos mains; it id 'agit; pour la rccouvrer, que
de profiler deg moyens que la bienfaifance de
Roi vous prdferte. S. M. vous appelle rous aux
Afembl6es qui doivent nommer les D6putis pour
les Etats-G n6raux.. 1 ne tient done qu' vous
d'avbiei:ui ban nombre do rep rfemnanls, q uiAi-
pulent vos intrr&ts.
11 eft fur-tout bien important, Meffieurs, de
vous concerter pbur Ia tonfe&ion de vos cahiers:;
vos doliances doivent Etrc en raifon des injuftices
que vous eprouvez de la part'de Noffeigneurs.
Voici quelques articles fur lefquels il convient
d'infiter fortement.
i". Demander la fuppreffion de la DCclaratiohi
de o 6y6, qui vous defend de vous fyndiquer, &
de vods affembler podr trailer de vos affairs comn.
m.nes; & d'une autre D6claration du Roi, pa-
bli6e ii y a quelques annies, & nregiftre aui
-Parlement de Paris, qui vous defend de vous
-Tfferiibler fans la permiflion du Roi, porr6e par
*, Lettrcs-Patcntes. Tours les corporations c.
A.

4 Op
roI~fif







Royaame ont la facult de Te r6ani pour dli-
b6rer fi rr cjqdi Is lni4rkc. Pciourqiidr done le
caQ ..Ir.p..Jce4cr, Iga*reTcfpe taei-, It
plus nombreux, feroit-il privi d'un droit fi 16gi-
time'? c -irai la privarion do t" dreoi q'ie les
Evtques oaStrdowlrner -& qri'ils empichent yqs
plus ifts-46~ir~.PlaMaden. ,.
s o. AnciennemenT, MAIiqurq., vos ehoiftilipr
vo Vicairtes., & l&ar coo'W4ie la JLW~f4iiQio
Aujourd'hmi on ne daigne pas mime vo'S etr
faler frl It chciix deIvos Qsop rierts,- Lacipdf
de conjf4 PirocEAi .'aft plus qug de(tfylp .pour pliat
icu-ts Prlatrs, & omife par. I plus graqd. non >
br;. Vous ices forces de recevoirle'Prctre qui
vous&alI tavoye, ou tIon .fe Yous-en done pus
d'autre. It en r6fulce de grands inconveniens PQpu
eI pattear S&-le-troupeaAu. IL vus imported done
infiniment, de renrrcr dans vos.droics primitifs
a.cer kgard. InfLtefz fur-zout pour la fuppreffion
ztotale des intcrdits arbitraires, pour la r6vor
cation de l'Edir de 169 Qu'un Pr&re, qu'a.
Vicaire ne'puiffe plus 6tre iNerdic de fes func
tions,, que:pp; upn Jugement canoniq:e. N'o- ice
,pas un .iniqftice revoltaamerqyi!'un Eccleaftiqre
yertueuy puitie perdre foan hb.neur op. tac,
&tre rcduiki l'indigence par- une fimple miflidy
Ade l'Evque pu de Ib' gamd Vicaire ? Le dernier
des.Huilliers ne peut .&re.inter4li de fes fondioqs
,que par un jugement I4gaL t Noairigrg~cs
continueroient de~ f- iouer "ampunnaFp c 4e


4 0 ,
polR,






rftswirndkafuortanrws P!Atr#.wjUqi'wF

yexatrsipiLtrfquoq les C QCes Pr q4jgaapJ safr
fepiptoirltrpi riodiqusgep;, les qE'a a 2Itsrait&, par ksIEv qre es j y i44f4ict,4.
Jprs ; iuiuftices,6%pipctjirtS Aim i'."Avjii'
ik :font, imp w6 oi e -q~ui s q:isvec^r .;A
#crafnccdic .ur '1 k w;Fqipq4qrr r64
& au, bloiij~gIs les~ rrs du Confeil a9 iur
wapqeunp Jjgi fi~4t de marine pW;
pp; .q]v'p 6. p4oioyupli.( ; :pagpaW r ; vsR
jrt ; Asi.,s'unifent, 4 copi~c~ue.q.,-t fp ,fow
infli t n- fiel CiTW[4- depppn sc C zi4
4Pptfsl, Ii )i'ft dp qui,}rf optc va-
^fiC~i4w^^w^ ;4j^^BSt^..J^^ S
84 rc1 etewtyrafn ir r:-, -
Lid'~Pi ySo .w eg plus
- 'fli ",'-,,t r4 .itS ,lqu tS -i igq qu'1
pj4ayr apaiisi Arnmbi s. g4rirpics
. ..'.-j ps ,w.tcux, en efe., powr
- gg'gjges, dpn xcldre es. Plteurs ifErjeucurs,
d. ~"i $fpuvpt il, f'y trouve des -Poficiers
.qciifqnt ) pcip4anR lCs ordres facrbi AtteezL-
:.Vu9 rjsM#FVPrA.YrP perppcuellepinnt Souls ,
tamt, que vous nl*yurarpais u n nopbrpe impofanr
.,e reprfectans! courageux., I e a,.. de mnmec
-.piA cles ,Chawbrce Ecp(ifiaiqucs juiensent
-89llflAs Chahmbre Tqirs, p.rce q ertput. s'y pa4gi
k6rk04 tnbrpef4c1tnoui que dans un Etu
A ij







"licdk il f'ubite 'n tribuinl tonteie'tesinjuftts
euRtiel 'on ne puiffi f-t eioWvoir. II eftrikAga
uju les Ev6ques aient affet peu d'equtk pout
f6titenir ces &tabliffemen.: Nrat-on pas aifoAi
iten ef ilurc qu'ils na Its d4feiiditnt qiie pitrict
qtfils. y font les mirres? Lts- Officiersr'ddie
thambrre leiar fone ferileftide'C d&toue't its '
&enct i tdufes les r6parftitidrs itifuftes 'dtfir66
tr tles Ptlats. 'L'Evcquc ni fes :p+r9s';" rf
iSCt ritn, ou ptqtr e 'ritt h &'rour'tie'
'tan des contributions- tetonrbe fur miles Cutf
Sales Vicaires. Prenet 'ahc, Mefieuts, 1ek
*icftutes us- jilizfftiicV flhr lre cCfl^t tfiante& veixldds. Vai ifb Vittliiit feCiiIr~liv
jitictr tdiy a d'iMnpofr Miftieurs Ier Vfitir
lt&1s Cids ak pord6fi ih6ngitri'. 'Si. Pon *t&i
cette modiquc portion, ell;eflfe d rr'i&0i*Ht4.
4'. Rn M1eirs -iffc ottre ipltW Ss ible
& plus hdmiliant, potr towt PYtre, que VL,:h
"cttilt de rcctvoir Ie cafiel. Oittc tre 'el t'itif
L-barge .pour les pauvres, 'cela iuit foiknl4t
conhance & au refpe& que le people d&(fWid a f
p:.our fon Pafleur. 11 ferdit dB6nFi rouliitdt qi
tout cafuel Mfi abfolument fupprime. L'hbndrir
de la religion, Ie falur des Pritres, demafnAer6itit
Sauffi qu'il n'y edt plus d'hondrnire pout les. Mei b.
11 n'cft'perfotne qui n'en fenre ies ihconv6Eieis.
te Clerg pdffede d d'ltez graiids biens potr Obu-
v6ti abtndat8ri ent aux befoins de tons fes 9fdsnm-
bles & Its theiture. sbndtc de A Bi i ;








acfuel& de la retribution des Mefes. Qn'ori fafe
uoe r6partition plus gale. Qu'on r6uniffe aux
Cures & aux Vicariats les benkfices fimples. Eft-
il raifonnable, en effect, que ceux qui ne font rien
dans 'tghife foient dans I'abondance, pendant
que.tes ouyriers les plus utiles manquent fouvent
du nceffaire? :
.o5 Dans .es beaux fiecles de I'Eglife jamais
lps premiers Pafteurs n'entreprenoient rien d'imin
portant fans conrulter leur Clerg6. -es Synodes
troient r6guli6rement convoqus ; &, de concert
;avec leurs cooperateurs, les.Prelats y rLg-oient
ce que les circonftances& le bon ordre exigeoient.
Aujourd'hui ils fe font affranchis de routes loix.
Ce n'cft plus que pour la forme qu'lls confiltent
leurs Chapitres. Le plus abfolu Monarque ne
gouverneroit pas avec plus d'cmpire. A les voir
agir, il paroit qu'ils fe croient infaillibles. A peine
un Eveque a-t-il pris poffeflion que tout change
dans un Diocefe ; Catechifme, Theologie, Ri-
juel, MilTel, Breviaires, Ceremonies, Lil e des
Cas r6ferv6s... Tout elt renouvelle, ounvent
fans autre raifon qu'tn vil intret ou l'amour de
la nouveaute. Les Cairs ne font conihltls fur
rien. Le d&p6t de la Foi leur a cepenJant 6tc
confi6 comme'aux Eveques. Le Saint-Efprit les
a 6tablis comme eux pour gouverner l'Eglife ,
qtiocque .fubordonn6ment. Faire de fi importans
ihangemens fans les confulter, c'eft done violer
kurs droirs effentiels.
A iij






(C)
Afin donc, Meflieurs, d'"bvier I de-rf grand
abus qui,infenfiblement, pourroient occafionner
d'importantes alirations dans la fot, il feroit
tres a-propos que vos Dpurt6s demandarient aux
Erats G6n&raux qu'dl fir aflemblI le plus t6t
poflible ,. un Concile national dans lequel,
outre la reform du. Haut-Clerg6, it feroit ftdtu6
qu'il riy aura, dans le royaume, qu'un feui Ca-
t6chi(me, un feul Breviaire, tin meme Rituel 8
un mcme Coors de Theologie & qu'an Evque
ne piffe d6formais introd'iire aucun changement
fans le concot'rs de fon Clerge, & mtme des
Conciles Provinciaux don't le retabliffemnent
feroit fi avantageux. Poir 6viter les disputes,
occafionnees par la diverfitc les opinions, il con-
viendroir de rediger un Corps deTh6ologie don't.
perfonne ne po'orroir raifonnablement fe plain-
dre. De l'aveu de plifieurs Papes, de plufieurs,
Conciles &des plus celebres Dodeurs, la Somme
de S. Thomas renferme une do rine exade. II
feroit facile de l'abrege'r, d'efaguer les quelfions
peu importantes, & de luii donner une forme
moderne en en conrervant filellemernt les prin-
cipes. De cette maniere l'enfeignement devien-
droit uniform; les divisions theologiqtes fe-.
roient bannies pour toujours, & l'Lglife & I'Etat
s'en trouveroient mieux.
6. Les malheurs de la Nation font, en grande
parties, la faute du Haut-Clerg&. Cerre aflertion
ae paroitra injufte qu'i cenax qui no 1'approfon-







diront pas; inis qu'on y r6flcChife, & Pon fe
convaincra que nos calamirts 6tant une fuite de
J'altCration des mhoeurs & de tout principle reli-
gieux, ceux-la en font vraimcnt la caufe qui,
par ceur conduire, hAtent la depravation gen&6-
rale. En effer, Mefieurs, pourquoi y at ii au-
jourd'hui fi peu de probity parmi ceux qui, de
prds ou de loin, adminiftrent les finances ? Pour-
quoi les Sully, les Colbert font-ils des prodiges
d'intrgritt? Pourquoi ne voit-on plus ni loyaute,
ni moeurs, ni patriotifme parmi nous ? C'eft que
la Religion eft ~teinte dans tous les cceurs. C'eft
que ceux qui devroienc nous donner l'exemple
de routes les vertus, ne nous montrent que la
voTe du vice. Si nos Pr6lats 6toient ce qu'ils doi-
vent etre, modeftes, dfintereff s, ennemis de
la domination, du luxe, du fate, de la bonne
here & des plaifirs; fi, appliques 1 route bonne
ceuvre, ils ne fe montroient dans le monde que
pour convaincre, par tout l'enfemble de leur
conduit, qu'ils font perfuades de la v6rite des
promeffes & des menaces de 'Evangile; n'en
doutons pas, Mefileurs, bientot on verroit une
revolution univerfelle. Le Clerg6 du second ordre
s'emprefferoit d'imiter de fi parfais models
& la Nation entieve, animee par les inftru6ions,
les examples & la fageffe de fes Prtres, chan-
geroir de face.
Ce qui indigne, fur-tout dans nos Prdlats,
c'ft la hauteur r6voltante avec laquelle ils trai-






(8)
tent les Cturs, les Pr6trcs rocutiers &kles-Rel -
gieux. Aux yeux de plufieurs ,le Sacerdoce n'eft
plus un titre fuffifant pour tre admis i .leur ca-.
ble. A peine ui Ecclfiaftique du Tiers-Etar a-
t-il la permiffion de.s'affcoit en leur pr6fence
comme fi, dn Jesus-CHRIST ,Je nobtt c it
diftinguE du roturier ; comme ( S. Picrre ,. les
autres Ap6tres, euffent tre appell6s l'a poftilat
a raifon die leur nobleffe. Selon les regles, tout
Cure ,tout Ecclifiaftique qui vient pour affaires a.
la ville epifcopalc, ne devroir avoir. d'aucre au-
berge -quela maifon de i'Evique. C'efit'anfi.qLtr
Pont toujours'pratiqu6 les pius faions Pr.lats.
Mais nosEvkq'ios du dix-huitieme file. re crui-
roient d6shonorks de recevoir, dans-leurs.pal'ais;
tin pauvre Ckire ou Vicaire de village. Quicon-
que n'eft pas .noble on .richE eit il d'ailleurs
tout le m6rire poffible, neft rien t leurs yeux.
Ne reclameriez.vous do:ic.pas, Mcllieurs,.contre
cet irifultanr m6pris 8c ces pr6rencions:fi humi-
liantes pour vous ? Connoilfez vos dro)ts. Apris
1'Epifcopat rien de fi-grand de fi noble, te :fi
int6reffant pour la focibeA que ''ordre de.s.Gures,
Le Gouvernemlent, & tous ls citoyens 9aiupei
ferit, ont convaincusqu'ils peuvent avoir la plis
grande influence fiar le bonbeur public.; Ils foot
parties effentialles do tOrdre..hikrardhique, 4&
fort au-deffus des Vicaires-G6nraux, qui netfoat
qtre des delgues. Dats- les premier ficlots.de
rEglife y awit .pea:de difficence :-nzte it






t&qualeritftt l z 9IMi alibte, ettIIMdmIe
rece, ilgrstiWa, rha& it .; EeqiS d(M6fsal
*ftn& ^6h*Dflb tMWM $CVMI9, iW.
8t,'aE t, V+:'h6 ^tiiAthe.ai s:,cam
,fafellAtircl: ',, dHt,-i" .~ca ~ .' ,'Gtii'l..



,l."tlo i EfA4&P its ....s f- ,d h c,; V ,t
fartildifiiTs'E :s "d'*^i d
DcAtef aoiic; !latW^ f hkiluteiret*

lion. UBt &Pbutedrta PEtif t,9n1t tEB 6H
Spitls pdWt udiQuefie -6'i Pitla'cat'&L e&-
cheffes. Infifte~idt, at' iot, tti i t j idth4'h
act'cault"hile tbrte' a Iidcs frtr ite;drhfit tc.
koU l teWr iAntftcs deti-entt, a'aite p6i r2'A-1lC
'- teath&ft1& Thicfeit,a l gh-ehliehtidritblj th
itflS tuBriii lbrfri acliflffIvbt1;BEtht '
ofirofrdift rfais iougi 4tA v^ tiwF hii-
bn &hei&hW tro-it ai daqhb*qil/e ? zi.FPdiA-
-qu'ts fdi 6 Y &id ai a; r dafis leur' Ai6ib' f.
30 bq 'pdui Phils hbti fA fi iiaili %ft'jt
lers Hi h ,sciinf s i; k h i lh 'n e'i laif-t P.adcIt-
Miiiratfdn y que de ce' qruit I. lf e p6ur 'i-
tieirf'db telifhkifil ? & de ic fbthtspdic
ver& *das dhi~a*e l'l8tigi6h au prtlkdds
panirbIdl&didcre, *afmimhd p.a tfes Migit-
trats & Curks dr tW.' kiit aihfi 'iju'dn t riife
kans lel'EiitI&'Afk &f aeTEfnire(5. '
i t. h l r r I I v r- .. -%i' 1
(i)O ehcequee e propp&f'au httkdg lrMea r'dus
plus fointq.E^jgxeq; qpelAr ( 6 taJvr** 3i
Martyrs, Archevaque de Brague.






s rn4?TilsRpfpafflttf 4afrgiqpubrna atltiirnil ts.
tit)lt;ppplpucq ggstlrns^ la verm.
9q tkpfayc&urs.A Qgwr ,uffrtafps unique-
,urypouu Jfrcp4j;4q fiuesqee Ahbonoac
:a5iFE .$ryg ..F P 4.)r9 p& pnewr

par Ca nai1fance memc, foipFiiS ypjijyrm
hkFiPPtiagw~-9l4fc'pjiqrs ros *i gi-;
JI.lW t;ck!# A94tsil1rc (4W Jax Or
j5f9 r f1 jr74atfr r, pqW'FljytPZ ppu pp.9 yfcPai 1 4ites

oikepgreases, AR*oiFr- k, Wifoqu Ac
&tpkbsggfi fl elPa#jWtir IB F ci$n .zt!4
.,,PryffifiRw% h.R5gFp(Q^plPagew

1.fgggyp^^w^^^I oid'pbijty daf-,

-Egkqu .CWys Cpveajyl Ftip 5 1 !'i 5 Or6gu-
fe i $,pp(ryp1 'Fy( H kFaLep rexi-
w-yP^ 4i4t5hs^a} satis. Siivos Hq ifont
&ayUpCsb. A) o a qr% It9u. es

4ftr1on.& s pc it $e 4ci;x ce.,yoirs., le
-S31i; d'gi^le igS 4.gg .r'eieicquggyme ne
Les Cominlpcqs, I fpfo i rmc. QqcJs
fkriccesk.rcadsnt & VEglihfezu.ntlolde.dCoam-
zibeodataires ,sq4i tauMent dans un tros- ample
ia9sf -Jd* 4bohi fattfaire lar tmourttir -tIur te
a^-.. .' .* < IL *- ,-.






( II )
luxe & pour Ic plaifir Qu'on remette routes les
Abbayes en regle. On laiffera aux Religieux cc
qui eft n6cefaire pour lear entretien, & les r&-
parations des bitimens ; le futplus fervira a doter
les Cures, les Vicariars, & des places de Prcres
habitues dans les Paroiffes. On trouvera par-li
le moyen de fupprimer les dimes, qui font une
charge lourde pour les cuhivatcurs. L'Eglife
fera debarraffee e tous ces Abbis Commenda-
taires, qui n'y caufent que du fcandale. On
affurera une fubfiftance honnAte a ceux de fes
Miniftres, qui portent feuls le poids du jour &
de la chaleur; & qui, I la home de notre fiecle,
femblent condamnns i lindigence & au m6pris.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs