Title: A messieurs du Chatelet
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000691/00001
 Material Information
Title: A messieurs du Chatelet
Physical Description: Book
Language: French
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000691
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Full Text




fNESSIEURS DU CHATELE'

Sui lear premier Art ( )1

S A v o, Meffieurs du Chiaelet
Come votre Arrtd me plait I
IQu'il eft vigoureux.... Inergiquei
Car c'eft le mot, le mot technique ;
S Confacrd pour bien exprimer
SLa fage. & noble rdfiftance
Des Magiftrats a la puiffance
Qui veut envain les reformer !
Les reformer! en confcience
Y penfe t'on ? Qui put jamais
S Concevoir F'ide inouie,
Le project defaflreux, impie,
Le plus monfirueux des projects
Celui de porter la rdforme
Dans notre Idgiflation;
De vouloir qu'un plan uniform (zj
S () Cet Arritr, par lequel lc Ch&tlet a fair e ahnr Ira
Sairement qu'il prrfiroit de ddiobdir au Rot qutb di ifCquM
de diplaire an Parlemct a &6 corrobord par tr fecoand
S Ion up remarquc du marns aucuaes cprdtli bamcSl$i




S .... Y 'A
t' 3'. 2 'st'






aI .
De loix d'adminiftration ,
Sous le prtexte d'harmonie,
Subftitue aux joyeux ddbats
De Cows 'qtii he s'accordent pas, (3)

justice & de fageffe en general, qu'il faut vouloir former les yeu;
i l'evidence, pour en mconnoitre les avantages; aufll entend-on
dire par.-tout, Mmme aux gens les plus entiches des prejugds
parlementaires, qu'il y a dans le nouveau Code une infinir6 d'ex.
cellentes chofl1, & que tbuc palferoit peu-pr's,. cc font leurs
terms, fi le Ro vouloic fe dcider 1. .
Au furplus i faut etre jufte': la Cour pl'niere offre dans ton
organization plufieurs imperfedions, don't 'effentielle, qui ne me
paroit pas avoir t&6 fentie, eft de n'avoir nullement pourvu aux
inter&s da Tiers-ttat, qni a tour droir de r&climer, & qui eft le
feul qui ne Ce plaigne pas; tandis que ceux i qui on Ie facrifie,
jettent les hats cris, fans trop favoir pourquoi. II fat peur-Stra
un terns oi la Magiftrature pouvoit reprdfenter cec ordre utile 8s
fi prcieux: ce n'eft plus sirement aujourd'hui: la Robe eft prefque
toute noble; aufi la voyons-nous fe lier etroirement avec la haute
Nobleffe, qui autrefois la dedaignoit. Cette revolution, qu'on c
remarque pas affez, doit-allarmer le Tiers-art ; c'eft au Souverain
i pourvoir i fa sfited. 11 y a au refle dans fon fein au moins iutanc
de lumieres & de connoiffances qtre dans les deux aurres Ordres:
qu'il y'choifiire lai-meme fes Deput&s I'Ordre des Avocats fur-
tout en fournia d'exceUents. .*
Mais ii e t toujours inconteftable .qu'il eft de toute nceflire
qaI xifte fous use d namination: queconque un Tribunal au.
&dias:des Parlemens, qui air le pouvoir de juger les Magiftrats,
puifqu'il et de la plus grande evidence que ni le Roi ni la Nation
k doivenr difirtr qu'ils foient jug& par lears Compagniesg....
( ) Aurant de Parlemens, aurant d'enregiftremens,. & Couvent
ijlant d'opitions diffrrentes fur JlammeLoi: on en voir arjoutd'huj






L'ennuyeufe monotonie .
Qui ddplait tant a nos FranCqas,
De la concorde & de la paix;
De prdtendre que des barbares.
Comme Poitevins, Lyonnais ,
Et tant d'autres peuples ignares
A peine ayant vifage humann.
Puiffent fans faire un long chemin
Dans leur pays trouver juftice
Comme fi fans le facrifice
EtC fon tens & de fon or
On pouvoit trouver en province
Cet ineffimabh trdfor,
Le plus grand des bienfaits du Prince ,
Don't on ne jouit qu'a Paris,
Oh l'on le paye a jufe prix.
0 vous, que des fots fans fcrupules
Ofent trailer, 6 nefandum!
De gothiques, de ridicules ,
Vous le facrd Palladium .
Des libertds Nationales, "
Refpec7able v6nalid ,
Vous fa digne poftdritd;
Sainte inamovibilite,
un bel erempe. Peut-on de bone fai fouhalter de voir fe perp&
zuer dans la Monarchic unc parcill bigarrure







Auguftes Loix fondamentales: (4)
Vous aufli celefte flambeau
'Qui brillez pour vos feuls Miniftree
Et qui n'en fes que plus beau:
0 vous, que des efprits fiaiftres
Voudroient nous fair envifager
Comme archives de 1 ignorance,
Code, qu'a fi bien ffi venger
Par fa foudroyante eloquence
Un Magiftrat plein de candeur;
Code divin, puifqu'il faut croire .
A fon fameuk rdquifitoire
Chef-d'oeuvre de 14giflateut ( )

( 4) Prdpares depuis quelquc teams au affertions les plus hardies
les lu~: i ,vraifemblables, les plus abfurdes, pouvions-nous 1'tre
a nous entendre dire qtue l'inamovibifitr des Magiftrats &roit line
Loi f:.n.,Lrentale de la Monarchic? Peur-on. raifona r a.ec des
gens qui, pour s'exagerer leur importance ofent f. mentir ainfi
i eux-memes, & qui ne rougiflent pas de tirer vanity de ce qui
les avilir rCellement de la honeufe venaliti des Charges cette
lipse bideuCe & fliriffance, qui en ddgradant les plus nobles
fon&ions, rend mnprifably atu yeux- des aures Nations, ine
conflitttion on non-feulement ell. eft encore tolire, malgr~ le
vru du Monarque, mais ou elle trouve encore de' apologiftos
qui veulent en faire un pzticipe confitutif de ltart!
(.) Vous tous, petits aboyeursitbalhernes, Dicho fi complai-
fants, ,.qii cyrez anut au .defppormc, ur la foi de vos Doteurs,
qui s'efforcent de nous perfuader que tout ef perdu, parce qu'on
attaque Iers ufurpations, curs eeiiziitiaons, Icurs odi~ux aboai







Vous furtout, fainte Hidrarchie
De Tribunaux petits & grands,
Qui ftres, dit-on, dcablie
DI s qu'on jeita les fondemens
De notre vafle Monarchie,
Peut-&tre m&me avant ce teams:
Vous tous, monumens vdndrables,
Des lumiTres de nos ayeux,
Que des Philofophes coupables
Voudroient avilir a nos yeux,
Mon Die dans ces jours ddplorables

xmens; voyez-le done cet affreux defpotirmne. ou it eft en effer,
dans ce precendu farifnaire de la Juflice & des Loix, ou regne
'dgoifme fous le nom d'elrrit de corps, ou l'on fe dir patriorc,
quand on n'eft que fa~ieux, & d'oa fortent ces effrayants ri ui-
fitoires oi inddpendamment de mille abfurditcs qu'on y erige en
maximes, it n'y a eut-etre pas iune affertion qui ne foit un attentac
a la liberty national, c ces odieufes denominations coatre des
citoyens raiment r-epetables qui ont commis le crime irrcmitl-
ble de ne pas penfer come des Magiftrats, & de voir lek abus od
il y en a rdellement cant.-- Dices-moi s'ii y a vengeance plus I
craindree qe cell dekParlemens ? Ils en raven. quelque chofe ceux
quit, fous Ie feu Rei, accepterctc des places dans les nouvcatr
Tribunauz. O Vous, fon Succffeur, Prince vraiment bicafaifant,
qui Rates dtermini a rtrablir liancienne Magiftrature par un
Miniftre feul, qui vouloir fe venger dt votre Ayeul, en ditruifinc
fon ouvrage, Vous voyez come elle a itC reconnoiffante de ce
bienfaic; voye auffi quels embarrass on Vous a prdpards, en
f ifant trouver linfamie e4 i'on nc' devroic voir que zele
honneur & ddvoueucnt '







Que j'ai trembld pour votre fort I
J'ai crm que fans aucun effort,
Ce vieux, cet antique edifice,
Si noble, fi majeftueux,,
Qu'ils appellent avec malice
Coloffe informed & tdndbreux,
Alloic crouler... Main facrilege
Qui voulez faire notre bien,
Mais en 6tant au Citoyen
L'heureux, le rare privilege
De voir comme on voyoit jadis
Dans le bon fiecle d'Amadis,
SArrhtez... Fidelle aux maximes
Du Cr6ole D *** *
Qui fier de fes oeuvres fublimes
Y met le fceau par 'on exil, (6)

(6) Res facra mifer; oui fans doute fi le Confeiller don't it ef
ici queflion n'avoir mdrir6 fa trop rardive disgrace par des excCs,
que fa companies ne peut trop difavouer, quoique par une fatality
bien inconceivable ,cette mime compagnie, qui dans les focidds
favoit fi bie l'appietier, air fini par les partager, exces qui one
cu & qui ont encore les plus funeftes confequences. Cet homme
d'ailleurs eft fier d'avoir provoque P'indignation de fon Seuverain,
il fe regarded, & combien d'imbecilles le regardent de meme,
come le martyr de la bone caufe, la vidime du Parriorifne ?
compare fa conduit i la reprefenration des ordres du Roi, i celle'
de 1'Avocat-GenCral du Parlement de Touloufe, quelle difference I
quelle dignitY, quelle nobleffe, quelle dclicateffe mrme dans la








Une compagnle unanime (7)
Jaloufe de gagner I'eftime
Des Procureurs du Parlement (8)
Ec de Meflieurs de la Bazoche (9)

refpecueuie foumillion de celui-ci 1 Le Magiftrat de Paris an con-
traire femble vouloir exciter une fedition en fa faveur, & compro-
mettre tous fes confreres. Voila cependant 1'homme pr@hant
d'ailleurs au ridicule a rant d'egards, iti eft venui. bout de fubju-
guer, de maltrifer un Corps oi I'on ne peua nier qu'il n'y ai
beaucoup de lumieres.
(7 ) Remarquez bien certe unanimid quand ii s'agit de difobdir
Sfon Roi, & convenez que des Corps capables de donner de tells
exemples dans uneMonarchie, font bien dangereux. "Ventre- faint-
tlris, diroit ici le bon Henlry, je puis reformer, fupprimer des
SCorps Militaires, de la bravoure & de la fidelity defqaels je n'eis
Sjamais qu'a me loner, & don't les Chefs m'avoient auffi donnd urn
Finance, & je ne pourrai reformer, modifier meme des Corps de
SRobins qui me tracaffent fans relache qui trompent mon
a people, cherchent 'a 'indifpofer centre moi, & font meme ua
3 crime a rues Ofliciers de mte refter fideles! ,
(8) Plaignons ceux qui doivent perdre par le nouveau plan
mais n'Qublions jamais que 1'intrdrt de quelques particuliers n
peut balancer I'inr&& general.
(9) Oh! pour MM. les Ckrcs, moins ii en refAcra Paris;
plus il en refluera dans les campagnes, leur pays natal pour la plu-
part, tant miex. Ie fais qu'il y en a parmi eux de tres-66lgants,
tres-bien tournds, bien farreaux; ii y a fans doute de la barba.ri
a enlever a la Capitale des perfonnages de cette importance;
mais il faut avouer auffi qu'ils font un peu murins, infolents &
tapageurs, & en verit4 ii faut biea fair quelque sacrifice a la
tranquillity publique, duffent fouffrir de leur absence quelques
C outuriercs, Ravaudeufes & Filles de boutique.





4 ,-' "* ,

Par fon gdp x hdvoAmenI ... ....
S'oppofe & vos coups, vou; accrocho
Par un, Ir6td tout drclet ,
Fait en douze heures fi bien fait
Qu'il rdunit tous les fuffrages ... (1i)
S0 bravo, difent tous les ages,
Bravo, Meffleurs du Chatelet.
(o) Toute plairfaerdq part les gens fents aurolent ddlir
quc Ie Chkelet, parqu' vt vuloic fair ufi Arrefd, cn eft tppri m
le pRrambule, & I'eat commend au mot confidiran ..... St
profeffion de foi n'cn auroir pas rtd moins claircment ei prim e,
& c'toic tout ce qu'il devoir fire, puifqti'f fe croyoir oblige do
donner an Parimecn cctte preuve de fon divoucmcan. ...




i., -;...~ iFa: *:?'. :


~I


M a '.
-s r.ir j ifE


it-^




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs