• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Main














Title: A l'ancienne noblesse. 1789.
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000688/00001
 Material Information
Title: A l'ancienne noblesse. 1789.
Physical Description: Book
Language: French
Publication Date: 1789
 Subjects
Spatial Coverage: Europe -- France
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000688
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - X

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
Full Text







-A L'ANCIENNE


NOBLESSE.
*" v


178 9-









U.
jl&OAQA







AL'ANCIENNE


NOBLESSE.

".. '



SMESSIEURS, .

LEs Reglemens pour les Etats du Dauphind,
-confirmes par Lettres-patentes donndes A Ver-
failles le 2z O&obre 1788, admettent, comme
Ele&eurs dans l'Ordre de la Nobleffe, les per.
fonnes qui l'ont acquire, & tranfminible ; maij
ils veulent que pour etre Eligible, I'on air cent
ans ou quatre quarters.
Cette difpofitioa, en marquant parmi la No-
bleffe la place des nouveaux Nobles, les- prive
de la faculty don't jouiffent tous les autres Ci-
toyens : elle les declare incapables, eux & leurs
defcendans, jufqu'I la quatrieme generation, de
fervor perfonnellement le Roi la Patrie.
Tandis que la bonte paternelle du Monarque
s'occupe des moyens qui peuvent rendre & af-
furer & tous fes Sujets 1'exercice des droits, don't
I'homme libre doir jouir, fous. un gouvernement
dirig6 par les lois fagement combines de la
nature & de la fine politique, par quelle fa-
talite arrive-t-il qu'une claffe de Cioyens, don't
i'amour pour leur Roi, don't le zile pour la
Patrie, font dignes, & des regards bieafaifans
A






-4 1
du Souverain, &de la confiance de cette Patrie;
par quelle fatality, dis-je, arrive-t-il que cette
clWte de Citoyns'fetrouve frapp6e.d'anatheme,
i6dulte unrvtat de nulit6 -humiliant, decou-
rageant pour eux, & malheOreux pour la chofe
publique!
Cet dtat eft humiliant Confultez vos cocurs;
ils vous diront que la certitude de fe voir rays,
pour toute leur vie, & leurs defcendans, jufqu'A
la quatrieme geniratien du nombre des Sujets
fidelles, des Ciloyens zdids, eft veritablement
humiliante.
.Cet &at eif d6courageant Jamais le difir de
la gloire ne fermenta dans une ame B qui 'efpoir
en fut interdit.
SCet tat eft malheureux pour la 'dhffe publi-
que! Daignen Medieurs, confuttr: votre fa-
geffe; elle tous diCa que la nature, formant
les hommes, n'a pas mefurd fes'bienftss' A l'il-
luffration de li naiffance. Que de grantds fetvices
ont der rendus A la France par les Faber, les
Vauban les Catinat, les Chevert, 'es Jean-
Bart les Dugu6-Trouin les IPhf'ital les
Colbert, & par tant d'autres Hornmes illuffres
qui ne comptoient pas quatre gen&ratib s nobles
dans leur famille Er cette vdritd frappante,
Louis XVI vient de prouver combien it en eft
pdndtrd, en accordant, dans cette crife difficile,
foute fa confiance au Minifire dclair qui dirige
aujourd'hui les finances de I'Etat.
Votre fageffe vous dira que I'aifance de 'for-
tune en procurant aux gens riches Ies moyens
d'acqu6rir les charges qui anobliffent, les a mis
aufli A portce detperfetionnertpr iimne dduca-







.tion precieufe, les.talens que le Ciel-a pu donner
A eux & A leurs enfans.
Que 1'exclufion du service de la Patrie, lorf-
.qu'elle n'a pour but luctine utility g6drale, elf
une injuftice., fur-tout quand on la fait d6pendre
d'une condition qui n'eft pas au pouvoir du Sajet
exclu. .. ; :
A la coofiddration, du. bien public ,. uquel
vous etes fi fortement attaches Mefieurs A
J'id6e d'une .injuflice fi tloignae de vos prin-
cipes j'ajouterai .quq 'intr&6t de votre Ordre
vous follicite d'andantir,la diftinAion choquante
qoe *es ancient NoWhes du-Dauphin6 out mile
-ntr'.eux & les nouveaux. En effet, en laiffant
a ceux-ci la faculty d'etre elus, vous vous r&-
fervez celle do sourner 3 votre advantage les ta-
lens:, les conneiBffaices iui pourroientafe trouver
dans cette claffei I-d4pendra toujoursv de vous
de leur donaer s4e keinent I'exclufion : mais s'il
arrivoit que le mdrite le plus ddciddfe trouvac
dans un nouveau Noble :&.que:vous rrufliez
devoir tout atteadre de ce merite pourquoi
vous metre par une lai imprudeike, dans
i'impoffibilit6 d'eh pr6fiter I
J'obferverai ed outre, Mefflieurs, qu'il eft de
la dignity de i'Ordre de la Nobleffe..de rendre
tgalement honoaabled, tous les Membres admis
A prendre dance parmi elle,
L'intdrCt public, 1'intir&t particulier, la juf-
tice tous les motifs puiffans qui agiffent fur le
cceur de l'homme, fe reuniffent ici. Quel autre-
motif, quelle autre consideration pourroit donc
vous arreter-? Seroit-ce l'illufion de l'amour-
propre? d'un amour qui .. ? Mais, loin de







nous une pareill idde, come' ce motif eft
loin d'une Nobleffe gindreufe & patriore:! .
Vous ne balancerez done pas, Meffieurs., En
admetant parmi vous les nouveaux Nobles ,
vous les traiterez entiirement en frires : vous
-ferez difparoitye une :difitinion. dangeraufe ,
fous tous les rapports. En pregnant pour module
le regime des Etars du Dauphin&d, vous leur
donnerez, A vorre tour, un example d'dquitr ,
de moderation & de patriorifme que leurs amevj
vraimeat grades s'einprefferont bientbt d'i-
miter.
Ils s'emptefferont d'autaht plus d'imiter cet
example, que c'eft cec efprit de moderation &
de patriotifme qui a di&t la r6ponfe des Cam-
meranes .du Dauphine, au corps des Commer-
ans- de Paris ( r4ponfe a laquelle vous avez
unanimement applaudi.) Eh bien I'hypothefe
eft abfolument la m6me. Ladi&tin&ion adaptre
par la Nobleffe du Jaupphin, ,introduit pofti-.
vement les m&mes incohi~6iens, prevus;par le
corps des Commergans. .Certe diftinaion impo.
litique ," en formant deux claffes dans I'Ordre
de la Nobleffe, la clafre des Ele&eurs purement
Eleeieuis ; & la claffe des Ele&eurs eligibles,
va en affoiblir I'union, en divifer les intdrets,
en ralentir les operations; fomenter des tiddeurs,
des jaloulies & caufer, peut-&tre, de-grands
maux, des maux tels qu'on doit les attendre de
l'amour- propre humili & humili6 par une
profcription fans caufe..
Quelle difference, me'demanderez-vous, fans
doure, Meffieurs, quelle difference, quelle dif-
.tindion reftera donc A l'ancienne Nobleffe ?.








Quelle diflinnion i .. une immenfe... la cer-
titude d'etre prefdree mdrite dgal. Que
d'avantages vont en rdfulter pour le bien public I
De-lh. une emulation, conftante parmi cette
Nobleffe. De-la l'aonur de la vraie gloire,
qui feul faith les grands hommes & les grande.
chofes. De-la centre dnergie patriotique qui,
apris lui avoir fait prodiguer fon fang pour
ddfendre la patrie au-dehors, lui fera facrifier
fes veilles pour la difendre au-dedans. C'ef
alors, que forte de fon m6rite & de fes services,
elle s'affurera une diftin&ion que les autres
claffes des Citoyens fe decideroient difficilement
a accorder aujgurd'hui au feul advantage de la
naiffance.
Que fi ces observations ces raifonnemens
nefufifoient pas pour vous empecher de tom-
ber dans une erreur funefte j'ajouterai une
reflexion, & ce fera la derniire.
SLa Nobleffe eft fouvent accordde pour fer-
Svices rendus. Ce ritre 6te aufl-tr6t de la claffe
Sdu Tiers le Citoyen utile, qui en eft gratified,
& le range dans I'ordre de la Nobleffe. Voyez
en ce cas effectt de I'inftitution adopt6e en
Dauphin6. Rdfl6chiffez & imagine, fi vous le
pouvez une loi plus inconfiquente, plus de-
faflreufe que celle-la qu'une loi qui diroit:
Tout homme tout citoyen qui, pour
prix de es services pour prix de fes talens,
a de fes lumieres ,\de fes vertus, de Ton zele,
n aura reoa de la patrie la plus flatteufe des
) rdcompenfes, la Nobleffe ; tout horime des-
) 19rs ne pourra plus pr6tendre A l'honneur
a de reodre de nouveaiu fcrvices A cette








,s patrie.;.- i cette patrieqi le rejetie, qui
5 le profcrit prdcifement parce qu'il.a bien
, mMite d'elle.... A cette Patrie qui le di-
i clare incapable de la fervir' diformais prd.
> 'cifdment p'atce' qu'il a prouvd combien il
,t eft dignede la fervir, Cdtnbiben il elt capable;
v de lia bien fervir '
Poutroit-dn imaginer ue'inkofAfdquence plus:
rivoltante,' que cetle qui renfermeroit tout-A-
la-fois, dans le meme a&fte', Ut trmoignage
de la gratitude publique & W arr&t d'humi-
liation 8&.de rtprobation?
'Oh! je v6us en conjure, Meftieurs, au nom
de cefte Patrie, qui-vba vous ~rre.rendue apris.
tant de fi.cles, hAtez.vous, par une fage pr..
vbyanc~, d'-cartter tofs -es obftacfes qui pout-
roient retarder, tloigner ces jours de paix ,
de profpiriii & de glkte qu'ane harrbonie
heureufement combine va vous affurer pour
tOujutrs. 'Raffemblez confolidez re faifreau
des 61rnionis ; des. volontds, des fortes. A
cette #tpaximr fatite du defpotifme miniftriel,
DIVISER,, oppoeez cette maxime falutaite
de la liberty, REUNIR,. Idftruits par les annales
dke 'unFvers', bdnilTez le ciel du bonheur qu'il
vbus prepare fous le Gouvernement ,prtfent;
nais pfdparez A votre tour fe bbnheur des gdn -
rations futures & n'oubliez jamais qu'il d6-
pend uniquement d'un accord parfait d'&ne
reunion abfolue,


.F N *




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs