Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10573
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: December 11, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10573
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text










C'onlorI'n 'mmenl llu coinl -
imuntiqutl d Ie Ia IEecr6talre-
ri c' d litut, a I 'iiforni'fl.o:n
ltVilaltis1i.I' Ilnembrtes de
In tCoitinl.i,,lOii cliasRge de
l'x'ialllli Ti t. In Lol sirl ]'I
I'le'sst, fslit s' uin r it la Cintl'
eIll thu-, rcux-cl ont tesui
lOiUir i)ti'unit'r t since de tra
vail hliier ulpr;s-inldl. d


Meslsieurs les Membres fde
it Couninssion.
Je voun diral sans amba-
ges coilb.en j.e sne'stime
cosmbi de reniplicr a mis-
s:on de ce so'l.

Vous convinudrtz, en ef-
fct, avec mnoi,. quil est ex-
treemenent rare que I histoi
re cunsente liune tell concern
station de privileges a un
.'iil home et eln un seul
temps. Je dirii d'abord ce-
luil qui mest lait par 'ins
Sigateur de vos travaux,
Son Excellence le President-
a Vie de la Eepublique M.
Jean Claude Duvalier, dans
Sa determinar'on d'ajuster
l expression et la, diffusion
de Ia penser aux exigences
de Sa politique de liberali-
sation.

Ce qui aurc .le le messa-
ger du jour l'incompara-
ble densite un moment
chargC de t1i&e 1'esperance
d avenir de la communaute
et de Son Chel.
J'y ajouterai la fiertc de
donner en queique sorte le
branie au diaiot'ue construe
tif de onze honorable com
patriots qui (nt etc desi-
gnus pour cette noble et de
licate mission, non scule-
ment et ra'son de clurs ti
tres et qualifications intel-
lectuels et academiques,


Elle fin ouverte par le
Secritaire d'Etat Jean Nar
crsse qui prononqa h cette
occion un11110 hello alloctu
lion dont snow; publlons ci-
aprcs le tcxte.

II prit alors congd des memr
bres de ],t Commission qui
elitamorelnt leurs travaux


mais encore a la lumiere de
leur enviable renommee de
catoyens de grande probity
intellctuele/'et d esprit de
sohlIdarie social eprouve.

Le choix du Leader de la
Democratisation haitienne
eat hautement significatif
.it prometteur de resultats
positifs en raison mmem de
la diversity de vos discipli-
n'ss professionnelles. Parce
que vous constituez un aero
page compose de praticiens
aguerris dants le. juridisme
et de sociologues du terrain
perfectionnas danssle jour-
nal sme, la confrontation de
vos connaissances et de vos
experiences laicsent augurer
de l'aboutissement favora-
ble de vos recherches en
common.

C'est sur catte note dop
lifmsme, Mcssicurs les Mem
bres de la Commission, que
vous me permettrez de pren
dre conge de vous et Ie
iransmettre a oui de dre t
la casrtitude que voous sau-
rez mener a bien l'une des
plus patriotiques entreprises
de la conjoncture.
La Rioubl'oue et son Lea
der vous en savent d&jiS
gre.
Jean NARCISSE
Secretaire d Etat
Ce 10 Dceaenbre 1979.


LA COMMISSION

SE REUNIT


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme Max CHAUVET


INSERTION DEI




DECLARE/


Telephone : 2-2114 Boite Po
Rue du Centre


MANDEE

A props de la Direction du 'etit Seminaire College St Martial


%TION DE Mqr. FRANCOIS WOLFF L


A
ARCH E VEQUI DE PORT AU PRINC


Le public a droit A n
v6ritL. Et une vdrit no.
fardle. publique dans 1'Eglisea d
sait Pie XII
Le public s'est pose beaa
coup de questions.., au s
jet des incidents intervene
au Petit Seminiare Colleg
St Martial, le Vendredi
Ddcembre 1979, asprs 1'in
tallation du Ncuveau Co
seil du Grand Seminair
Que s'est-il pass ?

ORIGINE DU PETIT
SEMINAIRE -
COLLEGE ST MARTIAL
Le Petit Sraminaire Coll
ge St Martial a etd fond
par Monseigneur Testar d
Cosquer, premier archer
que de Port-au-Prince, e
Juin 1864 et fut ouvert er
1865 apras Pdqies.
Les Superieur et les pr
fesseurs du Petit Stminai
re sont nomrnet dis l'orig


L'OUVERTURE DU 3eme.


CONGRESS NATIONAL DU TRAVAIL


LE MESSAGE DU PRESIDENT A

VIE DE LA REPUBLIC UE


Mesdames,
Messieurs les Congressi-tcs

J'inaugure ce martin le 3e.
Congress National du Tra-
vail avec la conviction reconu
fortantt quue le depait le de
veloppemtent ct les projec-
lions evcntuellement tfcon
des de cette refhl'xion concern
tee sur luenemble des coin
partiment de la production
hailiennm se rcvelcront a la
hamilieur de 1,iniere l 6gltimen
soulev6 par vus Assises dans
low. les secteurs dc opinion
publiqusi eat accederoni, aux
dimensions exc"Iptioinelles
d, nolre REVOLUTION ECO
NOMIQUE.

J'en suls d'autant plus con
vaImnu qu,il i.e.st certaine-
ment, pas un seinl muinbre
de votre Assemblee qui ne
Ic soilt enrichi des prealables
historlques indispensables B
l'obtention d,une pagticipa-
Lion digne de la conjonctu
re et de l'ivenement. Il
n'es!. pas un siol d'entre
nous qui nail retremp le
metal de l'outillage spirl
tuel et intcllectucl a la
source, a travel la lunineu
se retrospective offertc a no-
tre quete constant de just
ce social pour 1'iddologue
Francois DUVALIER. Car a
cet Illustre Homme d'Etat
entr6 debout dans l'immorta
litd, echet mtrite incontesta
ble d'avoir int.roduit dans la
pensee social haitienne de
nouvelles categories, pre-
nant en consideration les pa
rametres humans du deve
loppement et posant eplui.
ct en tarme.s de promotion
collective, a l'exemple des
conducteurs de la guerre de
liberation de 1804.

Depuis lors, en effect, It
prebleme de la conversion
et de la qualification des
forces de travail issues de
1'hlritage colonial se po-
saient avec riguiieur eu Igarc
A une just rtpartition des
richesses et des biens de pre
diction. 11 revient au Doctr
nnire Francois DiVALIEF
d'avoir sk degarer/du chem
cement historimnu des avant
gardens successives orientles
dans la recherche d'une si
ciltl haitiennp 6quilibrfe
les elements d'une doctrine
ds'unit u national susceptd-
ble d'assurer la rise es
charge det dlmarahes deP-
salinipnnes de .jiistice socieil
L's diff6renis ialons no4d
nar le thloricien Pi PRO
BT.-R%, DES (T,ARqFq A
TP A IVTER, S .'HISTOTRE
D'HAITT. tout P n s r6v(
I nt, astes I assurer rides oen
dit;ons d'exislenre dtcente
an' clnssps lnbnricpses cnc
de6 renfnrees nnr des .reIn
rev ,t des intPrrop'.gntons nD
rindin'ns dues h l'5nitialesn
1i'-memp.
.T np vyouIl annr 'rlrni ri',
Mosdameps Pt Mnssieurs 10
Co..gre.. 'ete.-t. en ,_,us; r.:ppr,


lant lej reterencts clhronulo
b-quo ecs A trCUiitXiois ctUsL
a. uire ie Z 7avrlnl 19 uite
'tjOuve.ture au rreruter Con
%,ra6 mansonal du Trava.1 a
i,iULti QAe vtil de rurt ae,
Prince et le 21 avril 1969,
date dOuverture du Second
au Palais National. Je ne
ni,etentrai pas non plus les
d.mcncions anecdotiques de
ces deux Assises parce qu'el
les attendent peut-etre un
peu plus de recul pour bene
ficier dtf nitivement du sceau
de 1'histoiie. Cependant il
Me parait imperieux de met
tre in evidence l'e pace d'har
minisation dtfini par des
demarches entire les forces
du Capital et du Travail
D'avoir su maintenir toutes
nos recherches d'equilibre
social et tconomiQue dans le
'trict aiguillage d'un Code
6ihique du Travail, comme
enl att.estent lePs interventions
ponctuelles de Mon Gouver
noment, dans Ie domain des
i'lair's nar expmnle, nous
vaut de narvenir an seuil de
co Trni mne nosnir~s Na;tin
1nu1 du Travail avec ce sen
timent d, plenitude que pro
cirp aux bltisseurs de civil
lisation la certitude d'avoir

(Suite Poge 7)


NOUVEAU CONSEIL D'AD# 4ISTRATION AU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST. MARTIAL

a ne de l'Institution par I Ar ne exemrlaire. a travalller Aofut 1989, a voulu assurer
a chevcque de Port-au-Prtn- efficacement au bien du la rentrde des classes. Une
n ces.- .S pays. solution de compromise a
i Le Pre A GABON s Le Petit S6nunalhe-Col- eti adoptue avec quelques
son ouvrage historique lge St Martial, est un col prftres choisia ici et lB.
i Monseigneur Alexis Jean 16ge catholique fondd par C'est cette solution de comn
u Marie Guilloux et Monsaej 1'Eglise, i1 est plus qu'une promise, solution provisolre
s gneur Jean-Marie Jan, dans' simple cole qut dispense qui a permits au PIre AT-
e son ouvrage : Port-au- l'instruction. C'est un petit TIS d'etre directeur du Pe
7 Prince; Docuniats pour S6minaire fond6 pour re- tit Sdminaire solution
as 1'histoire religieuse, nous cruter et eduquer les 'can agrdee, a cause des cir -
n renseignent abondamment didats au sacerdoce constances et lour server
e. sur les origins et 1'histol Il est rcgi par le Concor le pays. par l'Archev6que
re du Petit Sdminaire Col dat de 1860 slgne entire le de Port-au-Prince.
l1ge St Martial. Saint-Siegs A i'Etat Hai-
Le Petit Seminaire Colld tien. Mais nous affhmons que
ge Saint-Martial est done ceate solution \nz"visoire a
une institution de 1'Eglise Article 7 : value des d6boiresa l'Egli
I Catholique aes.tinde & la a formation des inturs pre- Stminaires qut, selon Ve Port-au-Prince,.
i t'es et Ba l'ducation chrii besoin, prurron- etre t%- Quelle esL la s'tuiation ac
e tienne des enfants et des blis, le regime, 1'adminis tuelle du Pet.i, Seminaire-
"I adolescents qui trdquen tration etIl'insteuccion se- College Sr Marnial ?
n tent le Colleie pour leurs ront r6glt zonfoemdment 1- Le PFee ATTIS dtcla
ltudes classiquene primaires aux lois tanoniques, par re pdrempo:.o Q ment .;ue le
o et secondairea et pour une les archevtques ou les Eve Gouvernemr.ent i i 2 confide
- formation qui les prepare ques, qui so imeront libre le Petit SeminalrcC olle-
;i B mener une vie chretien ment austi lea sp!triecrs, ge St Martial avec l Droit
directeurs let professors de de nommc A.t ie i, voquer
ces tablidsementi,,a les profess, a.s a5 d'admi -


LE DISCOURS DU MINISTRY

H. DE RONCERAY


Excellence
Monsieur le President a Vie
ua la R,-pubihqir?
Honoraole Premiere P Dame
de la Republique
Messieurs les membres du
Cabinet Ministiriel
Messieurs les Representants
des Organismes Internatio
naux
Messieurs les Representants
des Missions Diplomatiques
Autorites Civiles,
M litair's et Religieuses
Mesdemoselles, Mesdames,
Messieurs,

II y a de cela dix ans,
dans cette salle, I'Immortel
Frangois Duvhlier inaugu-
rail les assises du 2e. Con-
gres National du Travail en
invitant les participants Bh
rechercher Ies parametres
ihumains de nos problems
de croissance et de develop
pement. Aujourd'hui le des
tin a reserve a Son Fils, Pre
mier Mandataire de la Na-
tion, le privilege de dresser
le bilan de la derniere de
cennie du Travail et de fi
xer les contours de la revo
lution economique. Hier cornm
me aujourd'hui les forces
du travail se retrouvent un-
nies autour dcj memes i-


Un amour de podsie
Par Fresnel LINDOR


Affichant uine attitude ap
paremment dPs.nvolte mais
au fond recherchec et pen
see, Michele; Divers part
cipp lui aussi a la f1te de
1'esprit avec sa s SERENA-
DE POUR UNE NOUVEL -
LE LUNE,. Sa noesie est un
cliquetis de vibrations, de
sons ondulatoires et de mou
vements modules oPf cha-
que clich6 est la naissan-
ce d'une vie; une vie qui
a tout d'uiis6 de son exis-
tence et qui, comire un e
clair, s'engouffre ddj dartns
le reve le temPs d'une se
conde

La ponsie d-'I Michelet se
complaint dans un monde
image comm' une source
de lune oi la sensibility
des hoses fr6mit B. chaque
clignement doeil toil.
Ici tout prend oimet, mmnie
le rIve aii recule b. grands
Pas les ftontimres du possi
ble au foyer du silence; si
lesce oui s'harmonise d?
<,sanglots craguelts aux cor
des des bandjosa et de
bruitsts sourd de ceux qui
naviguent leurs .aurs dans
c"'ternels combats,
L'exnression ri poete a
quelque chose d'obscur et
de poreux. Mais cette porun
site traduit justement unt
Itat d'eme singulier, prt Ba
a3 laisser p6nsit er par tou


tes les sensations visuelles
ou tactile: sensations qui
emportent parfcis le poete
dans l'anonymat ofi la no
tion du temps lui echappe
et lui failt Derdre toute lu
cidit6
aLe clair de lune n grene
ses cigales la naissance
de mon polme
J'habite un rIve dIsolt
et la hole mar. retourne
en echo leas refrains de la
voix de Nerlade.s

C'est unitile de deman-
der a Michelet Divers quest

ce qu'il cherche, qu'est-ce
qui linttresse 11 n'a cons
science de rien ou plut6t it
a conscience du hasard de
1'existence ott la vie est
une continujit deP rves en
trecoupds, oP le reveil
r.'est pas prevu Ce reveil
peut-Itre h la fois brutal
et doulo;ueux. comme il
peut-8tre aussi tendre et rn
antique. Dans le Dremier
cas, hommee rest figt fa
ce au Spectacle visaueux
et macabre d'une vie qui
tchappe A, sa raison. N'est-
11 pas le tmGcin de cette...
q...danse des jours qui cou
lent leur venin d'agonie
ses chagrins balbutient
ldur yanvalou
sur les trottoirs du vent.,

(Voir suit, page 41


deaux et des- mImes aspira
tions.
Gest Lirn e" ba tiur
pour nous aut,.es d-a Mii -
tere des Affaires Sociales de
pouvoir apporter notre mo-
destea contribution l'orga-
nisation de ce troisaeme Con
gres National du Travail
place sous le theme: ministration publique du
Travail ct son role dans le
developpement economique
et social d'Haitb>.
Monsieur le President a Vie
de la Republique,

Le people laitien, sous
votre habile leadership, s'at
tache a definir et a edifier
un nouveau noojet de socie
te. Votre Gouvcrnement a
signed la convention internal
tionale sur la liberate syndi-
eale. Vous avezn cr le tribu
nal de travail, rouvert I'Ins
titut du Bien Etre Social et
de Recherches, lie la tech-
nologie informatique a 1'ad
ministration publique du
travail. Par cette nouvelle
vi"a'on de notre reality so-
ciale, Vous avez Excellence,
augment considerablement
vos chances d'optimiser les
decisions politiques, de res
tructurer de facon rapide et
rationnelle administration
publique, da reussir une
comptabilit6 efficace de
Faction gouvernementala
Instruit de y vos directives, le
Ministare des Affaires Socia
les s'est dotie d'un novel
organigramme ax6 prencipa
element sur la recherche
scientifique, la planification
et la gestion automatique.
II pursuit 1'actualisation du
Code du Travs'i Fran'4ois
Duvalier et attend les con
clusions de ce troisilme Con
gres National du Travail
pour soumettre a la Haute
attention de Votre Excellen
ce le textc definitif qui de-
vra rdgir les relations de
travail dans les prochaines
annees. La Direction G6ne-
rale de la Securite Sociale
don't l'imposant batiment
va commences b sortir de
terre rechcrchera dans le
traltement automatique des
donnees le moyen de' satis-
faire aux obligations decou
lant .de i'augmentation cons
tante de ses responsabili-
tes. Desireux de rattraper
un sitcle et dpmi de retard
le Jean-Claudisme a atteint
une vitesse de croisire qui
nous demand a nous tous
le dPplolement optimum de
nos resources Intellectuelles,
techniques et humaines.
Mesdemoiselles Mesdames,
Messieurs,
II est peut ltre superflu
d'insister sur importance
dun Congres National du

(Suite Page 71


La Conndtion du 25 Jan
yer 1940 eItre le Saint-Sie HAITI SURINAIA
e et la tepublique d'Ha:-
tasur'les biens de l'Eglien
Ca holique an Haiti et sur A
l'organisatci et, 'admins
traction lea paroisses dita A VA N
galement. AVANT

Article II La Stlection Nationale de
des dioceses appartient sdances,, d'entrainements au
+'nurs 8vspr'-res~iect.tts.. iadSte SylVio Gator,.Ge -esir
[ Adnlfi'tgrafdt0W"-'ds bieta-availtson depart pour Para
des grants et petite semi- maribo.
naires selDn l'Art 7 du Con La d6ltgation haitienne
cordat, s5ra regl6e confor qui sera prts'dde par Mon
moment 3ux lois canoni- sieur Daniel Beauvoir laisse
ques. c ra Port au Prince demain
Le Peti Seminaire Colle apres midi par le vol de la
ge St M, rtial, institution AT M et affrontera vendredi
ecclesiastjque de d lArchidio soir san homologue surina
cese de ort-au-Prince a maen dans le cadre de la 2e.
ete de 1864, date di sa fon manche d'un tournoi qualifi
nation at 15 Aout 1969, da catif pour le triangulaire fi
te de sa farmeture par un nal des liminatoires des
communi nu du Ddparte jeu x olympiques de 1'Union
ment des Ciu;tes, toujours Sovittique.
administer par l'Eglise.
L'Archcveque de Port-au- Apres uns r. ulta 2-0 neu rcs
Prince, name le Superieur suras mas favorable A l 'is
Le Sup rieur rpsente sue du match aller ,isoutd
assupentiment deur r hevte vendredi dernier au Stadium
aque les p rofesseur..ch Svlvio Cator, notre selection
'ue lea professeu r t. national a pris une import

Princeh anomme d la fonda nte option pour snn admis
tion du seuit Seminaire des se joiner au dtournt de 1980.
pretres dioce'sains comme su et qoi re' dnuuera 1 Etats
perieurs et professeurs. Unis d'Amnriqne 1 ."sina Ri
Aprts quelques a-7nles, il ca et nrnenabl-ament HHai au
a confi6 la direction du cas l's ordvisions seraient
Petit Scmminare a la Con G onfirm vs os
gr6gation des Pere: du St Cert q1 v a b*-- lieu d'l
Esprit. tre opiimift nnr le mo
Au mois de septembre meant dans 1o r-c n haitian
1969, le Ddpartemaent des mais l1 srait s-1si prefera
Cultes, apres avoir ferme ble dP fair ncontrp d ne
le Petit Seminaire le 15 at+t..,,w- -.- une


L

du s

Monsleu
de la R
Madame
de la R
Messieur
Sous-Sec
Messleui
Corps D
Messieui
des Org
naux,
Messieui
et les 1
Congress
Travail,
Messieui
civiles,
religious
Mesdam
Messieui

1979 c
tries aexs
jours, es
en dvdn
signifiesa
et, tous
transcrit
de Notne


J'ai A
ces dv6r
peut-tre
ler, puit
du 22 S
les 22 a
Duvalidr
tion; pt
gnue po


nist
gliE
2
au
16l
19'
de
Ct]i
tal
tel


VI
pl
tit
so
Al

co
br
ho
re

NI
do
sit
I1
de


J-


qua
sec
ch
aie
tos
de
de
ma

vI
de
pa


mn
fe
po
Sn
do
m
re


ns
m
le
pa
m


e Discours du~ Pdt.

yndicatde la Reynolds


le President a Vie
epub lque,
la Premiere Dame
ipublique,
s ies Secretaires et
rdtaires d'Etat,
s les Membres du
plomatique,
s les Representants
snismes Internatio-

s les Reprdsentants
lembres du 3eme
National du

s les autoritts
nilit' es et
es,
es, Medemoiselles,
s.

ui va se terminer,
cement dans 21
t une asnn6e riche
ements, les uns plus
tifs que les autres,
mdritent d'etre re-
s dans les annales
histoire.

l'esp-it parmi tous
ements quil serait
e inutile de rappe-
que r6cents, celui
eptembre marquant
is de !a RIvolution
ste, note rdvolu-
isqu'ehie s'est assl-
ur toute tacbhe: tLa


Reparation Sociales; et plus
pres de nous, celui du 30
November coincidant avec
1'inauguiation du barrage
des PEDERNALES. Vient s'a
jouter a cette listed : le 3eme
Congress National du Tra-
vail p 1 1 c e s o u s
le theme fort Ivocateur :
< du Travail e' son role dans
le develop rn 'nt dconomi-
que et social ,

Pour bien couiprendre l'im
portance de cet lvenement
il est obligatory d'en faire
1'historique. Deux Congres
de meme naturee se sont de
jA rdai'ses B6 Port-au-Prince
et tous deux avaient pour
'objectifs : eL'evaluation du
chemin parcouru et la for-
mulation de rpcommmanda-
tions. apres analyse en vue
de 'amntoratinn des condi
tons de la vi dconomique
et social d'Ha:itl.
Ces deux dvtnements his-
toriques he penvent pas e-
tre apprehends sans un 6-
clairage pol'tique, large -
ment accentue pour le se-
cond, surv-nu fous la pr6si
dence de Feun le Docteur
Frango's Duva'ier. Ne disait
il pas dans oin adresse inau

svoir suite page 41


F
M


i~_: -1..1).1-~-_I .i~~X~-i- i i I -li ... \111


plaisir notre confrere et a
mi Julien LAU'IURE, Se -
cr6taire General de la
CHAMBRE DE COMMER vPrtWwr des
CE D'HAITI de retour de vS ert' redes
important symposium te Travaux du 111e
nu a Nw Delhi (Ihdes du Coeurts National
19 au 21' Novembre lcoul. Travail
Cette rencontre B 1 chesss du Travail
le mondiale avait pour ti- C'est ce martin que s'o
tre : tional sur un Programme les travaux du IIIme Cou
de cooperation technique a rs National du Tra
vec les Chambres de Co gres National du Trava
mercer lionales. sous le theme gdenral: 1'
Cette rduaion 6tait patro ministration Puolique d
nde par des Organismes spd Travail et sou role dans
cialises des Nations-Unies: dcvelfppement tconomiqu
Centre de Commerce Inter et social d'Halti
national, CNUCED, GATT Aujourd'huit 1'ouvertu
et la Fddtration des Clam des travaux, on parlera
bres Inc' -nes de Commer la Situation de l'emploi,
ce et dl idustrie. I'dducation ouvriere et
Le disco.ura inaaural a la formation rofessionn
etd prononc6 par le Minis le. Cette commission est a
tee Indien lu commerce et si formde: PrFsident: 1A
de 1'Approylsonnement M Ernst Trouillot. Vice-Pre
Hiltend f-sai. dent: Edouard C. Paul, Rs
Les Dldtguns et les repred orteur: Toussaint Desn
sentantsl des Orgsnisations tiers: Coordonnateur: Isaa
sptcialisees atteignalent le Salvant; Dtltgud Patronal
chiffre de Cent quatorze Roland Acra; DIlegud Os
personnes vrner: Josenh Doune; Secr.
Notre confrer. Lauture taire Gentral: Max Fou
nous a pcomis de dgager Max ou
pour les lecmturs du Nou- chard.
velliste le sens profond de Cette commission est Is
cette rencontre interna- Tement comPosde d ei
tionale et son impact pos eous-commission:
sible sur le,- rlatiohs co a) Sous-Commission Empl
nomiquese store les SecteArs Conditions de travail e
publics et privds tant des 'ch6fage:
pays en voei de Develop- M Elie Jean, M Rao
pement que des Nations in Bapaste, M. Ernst Trouilco
dustrialisdes. Mlle Putate Fr-ngols. M. C
}ous f6licitons notre ami mille LeEros, Dr Cldantus
,pour son intelltgiunte par lie, Me Lou's Lamarre. I
ticipation aux travaux du dibert Piquion, M Jean
symposium d8 Nrcw Delhi rie Bazile, M AndrdEdouar
,et attendons avec linpatien
ce ses commentaires. (Vo'ir .sl4 pag 6)


L 0 aLAAAA. C . .- --


0 -

L'Allocution du Ministre Jean Narcisse


MARDI 11 DECEMBRE 1979
N .No31.22T

IOD EN 16 ED EBme ANNEE B









FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAI MEMBRE DE ASSOCIATION tNTERAMERICAINE
a


u-
.if,
n-
il
Ad
i
ae
ne

re
de
de
de
;el
in
Me
6si
ap
o-
ac

u-

-

ga


oi
t

ul
it,
Ca
E
M.

'd


6 11 I I I II I I II b I II I II 1111 I


/


COLUMBUS OEMOP JAL
M PROGRAMME DE.

LA VISIT EN
HAITI
DE SON
EXCELLENCE LE VICE
ADMIRAL RAMON EMILIO
JIMENEZ HIJO
SECRETAIRE D'ETAT DES.
AFFAIRES ETRANGERES
D E LA REPUBLIQUE
DOMINICAINE
cDE PRESS MRCREDI 12 DEC. 79
9h10
Arrive par le Vol 436 de
stale : 1316 la PAN AMERICAN*' 'A6
No 212 report International Fran-
g qois DUVALIER de, Son Ex-
cellence le Vice-Amiral Ra
mon Emilio Jimenez, Secrde
taire d'Etat des Affaires E-.
trangtres de la R6publique
Dominicaine.
Accueilli par Son Excellen
l Ce M. GEORGES SALO- ,
IG O N L/ MON, Secretaire d'Etat des'.
Affaires Etrangtres, Son Ex-
E rellence Monsieur Fritz CI-
E NEAS, Ambassadeur d'Haiti
en Republique Dominicaine,
Son Excellence Monsieur Ma
nuel GUERRERO POU, Am
trer cette institution d'E bassadeur de la Rdpublique
se. Dominicaine en Haiti et Son
2- Les prntres nommCs Excellence Monsieur Rene
Petit Sdminaire Col- Hyppollte. Chef du Protico
ge St Martial de 1969 & le, il est conduit a son Hotel
79, ont tons dtd obligds
partir a cause de 'indis llh30 .
pline qui rbgne dans 1e Visite du Chancelier Domi
blissement et du compor nicain au Chancelier Haitien
ment du Pere A:tis 12h30

C'est*d'abord Pere Alix Son Excellence Monsieur
ERRIER, prefet de disci- Jean Claude DUVALIER, Pr
mine etdifetu desp-sident 'l Vie de la Rdpubli-
ine et directeur des pe- que recoit en audience pri-
ts sminariates, qui lasse ee Son Excellence le Vice.
n pose, a cause du Pre Amiral Ramon Emilio Jime
ttis. nez HIJO Secrtaire d'Etat
Le Pire Albert GO OIN, des Affaires Etrangres de
nomee, deneace en septernm la Republique Dominicaine
re 1976, la <,situation ca- au Palas National.
otique, du Petit Seminali A is re de l'audience, ol
et remet sa ddmission frand l1oras e au marron
Le Pare Claude ETIEN rand morale au maroonnu
E, professed: de lettres,
inne 6galenient sa demis 19h00
fon. Diner-Buffet offort en 1'hon
taut ajouter les noms nur dii Secretaire d'Etat Do
s PFres Octide JEAN, Si m'nica'n nar le Secrdtaire
don JEANNOT, Jean-Bap d'Etot haitien et Madame
(voir suite page 8) Georges SALOMON a Caba-
ne Choucoune.
TENUE SOMBRE

JEUDI 13 DECEM-BRE
lOhO0
^EN CET CtCeramonie de signature d'ac
1E C cords par les Secretaires
d'Etat domrnicain ct haitien
TO UT an Palais de la Chancelle
rie.
and on se rappelle que la
;onde parties se ddroulera 13h00
ez 1'adversaire qui dvidem Dejeuner offer par le Se-
ent ne fera pa, de quartletr cretairp d'Etat SALOMON au
ut en caressant le grand' S.eci uAu d'Eltal imenez au
sir de restituer la monnaie restaurant aLa LANTERNEb
sa piece B notre june for
action olympique. 19h00
L'dquipe surinamienne s'a Raeption offerte par le
re loin d,6tre la sensation Secretaire d'Etat des Affai-
la Caraibe mais pourrait res Etrangeres dominicain
s'-er generalement pour en 1'honneur du Secrdtaire
le formation physiquement d'Etat des Affaires Etrange
en armde et psychologique res haitien et Mme. G. SALO
ent assez motive pour d6 MON a 1'Hotel Villa Crdole
ndre ses intdrtts. Ses es TENUE SOMBRE
irs pour arliver a bout d'u
s election nmnoir et rouses VENDREDI 14 DECEMBRE
)it le cot6 monte sensible 8h00
ent restent limits et enco Visite a la Citadelle et au
assez confus. pourtant i1 Cap Haitien.
nst ras moins vrai que les
-.iltats surprenants sont 12h00
;sez courants dans le do Dejeuner offert en 1'hon-
aine du sDort, notamment neur de l'Illustre Visiteur
Sfoot ball. Nos concurrent par le Prefet du Cap Haitien
artent anssi avec cet avan
ao capital d'tvoluer a do 14h00
icjle, devant leur propre Retour a Port au Prince.
19h00
(voir suite nage 8)
Depart
Le Secretaire d'Etat des Af
ETOU DE fires Etrangeres de la R&
SION publique DominicaiA est sa
ISSION lue a son depart par es m
mes personnalitds qui l'a-
Nous avons :-evu avec vaient accueilli.


-- -


auituripB


m







PACE~~~~~~ 2 AD 1DEBE17


MItAN M. VANCE
MANIFElTEIlI-Al' AU
.1AI'ON L',INQU irrUDmIE
t)PS KiI'AT UNITS

P'AR1S, 10 lDEC. (AFPT) -
I.i'tNEL 11

I.e sven'trtaire d'Ettit, am6
[,::III M V rnce, 1 !'livV6 .1
Pails 'liindi uii oabutl de
1 npri's-nildil, rece-en oen dai
but, di sir'0C M. Subaras
Okida, minister de.s affal-
rcs itin' rites du Japon,
lihtdicqe-t-on a I'arn.bassade
de.s EtaLs UIn;s.

Solon dr leindicaLtons do
uce )fficiella amiriciti-
1.'h. M, Vance inunifcstera
ZI sOn ilterlocutcur Japo -
nils 1 'inlqtii0ite aes Etats-
Units it Ia stawe de 1'attita
de qua le Japon a adopt6e
dans l'alffair iraniennec

SN011 selslo'MI'rt Jes ban-
qe *s jlapn.iuo sas accordient
ine ;tide a 'Iran, dit-on de
e.ince source, in"'s a's crum
.1a"n ies petrnli, .res japonai
sos sc oln pI'ortees acqudt
rctirs, a des prix ex'remin
men't elevL'.,, du petrole
I's Etats Uris nnt dldeid
dl ne pas achdter i lI'ran
M. Okid't participe t P
ris laux trLv-LuIX de 1'agel
c' da l'"nergie tA1E).


( RAN :
CREATION D'UNE
'COMMISSION SUR
LHS CRIMES
AMERICAINS$,
TBIHERAN (AFP)
.Une Commission inlerna
,inlnale compose de mem-.
brts Ind6pendants et libres
sc rtilnria At Tehdran pour
fire conna Ire au monde
les crimes commis en Iran
par les americains au course
ou dernier quart de sieclen,
a announce mardi le M nis-
Ire iranten des Affaires E-
trangeres, M. Saddh Ghotb-
zadch.

Dans un message radidIf-
fuse, M. GhoTbzadeh indi-
que que pour s(faire connal
tre au monde les activities
des impteralistes et des slo
nistes centre les desherites>s,
son Ministere procede a la
<,centralisation des docu-
ments concernant des acti-
vi-tes americaines en Iraun.
Le message du Mknistre
souligne en outre queada pri
se d'otages Ai Teheran (...1)
constitute bieno ine reaction
naturelle aux activities ame
ricaines dan eLe pays>.

Lorsque cettle documenta-
tion sera assemble, a a-


Joutd M. Gholbzada4, le Mt
nistere .procrigrp p, lps
voles 1gales agx ppgq~sutep
atW responsables d.s er ries
du despotIsme en Irans.
11 a souligi6 toulefols que
Tceux qul, actif sous l'an-
cien rgigme, contribueront &
la central station de cos in
formations, bdndflcieront na
turellemont de la sympathie
et du pardon de 'Ismam et
du people, s'ill se repentent
publiquement et sincere-
ment de leur attitude pas-
sie)>.

x x x x

IRAN :
INTERVIEW i)E L4
SOESUR DE L'EX-CHAH A
UN QUOTIDIEN
FRANCATS
PARIS (AFP)
La prrncesse Achlraf, soeur
de 1'ex-Chah d'Iran et me
re du prince Chahyar Mjas-
tapha Chafik assassin ven
dreri a Paris, a declare qu'el
le tiersv sa vie comme son fils
ttait pret a le fairer, et
celle de ses autres infants
esi cela pouvait aider l'Iran
it sortir du malheur>>.


L'Ecol de Commerce Julen CRAAN
AVENUE CHRIST'OPHE ET Rr 6

Inaugure a la rentree de Janvier les Cours suivants
1.- COMPTABILITE AMERICAINE:

a) Cours Intensif
(ler et 2e. CYCLE DE JANVIER A SEPTEMBRE).

b) COURSE SEMI-INTENSIF
(Uer. CYCLE DE JANVIER A JUILLET).
2e. CYCLE D'AOUT A DECEMBRE OU jD'OCT. 80
i FEVRIER 81).

2.-- AUDITING.
3.- DACTYLOGRAPHIE BILINGUE (Cours de 3-6-10 mols)
4.- STENOGRAPHIE FRANCHISE GREGG de Janav a Aout
5.- SECRETARIAT COMMERCIAL (Frangais).
6.- ANGLAIS USUEL T COMMERCIAL
7.- IBM KEY-PUNCHI

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS: TOUS LES JOURS SAUF LE SA-
MEDI ET LES JOURS SERIES A L'ECOLE DE COMMERCE JULIEN CRAAN,
AVENUE CHRISTOPHE ET RUE 6, DE 8:00 DU MATIN A MIDI ET DE 2,00
t. G:00 DU SIR *


OR


1!9


Sersilie i eeremique d'ke


Notlonale No.1-Chancereles
Port-au-Prince
Haiti (W.I.)


RETROUVONS LA TRADITION DE L'AR(

POUR UN MEILLEUR ENVIRONNEMEI

DISPONIBLE'DESORMAIS EN NOS USI1

PRODUCTS EN TERRE CUITE


Dans une interview pu-
blide mardi par le quotidien
paris'en cesse qui gp trouve t New -
Yp.rk, a dolaIa. gAtalsmanot:
rPour une mAire, la prte
d'un fis eat tr~s dolilourau
se. 1Mis cette douleur m'a
peut-6ttre raporocphe encore
plus de mes compatrlites
qui ont succombi sous les
balls de criminals. 1I1 faut
prier pour tous ceux qui,
comme mot ont 6t6 at-
teintsv.

La princess a ajoutd a6
propose de son fils: sMon
seul regret, c'est de 1'avoir
empiche de pprtir dans son
pays. Chaque jour qu'll pas-
salt hors de 1'Iran 6tait
pour lui un enfer. C'dtalt
un vrai soldat. II voulait a&
tout prix rearouver son
sol...

X_ X X 7


IRAN AMBASSAPDE
L'AFFAIrE DEVANT LA
COUR DE LA HAYE
LA HAYE, 10 DEC (AFPi-
Le ministre de la justice
des Etats-Unis, M. Benja-
min Civiletti, est arrive
lundi i la Haye pour ex-
poser devant la court inter
national de justice les rai
sons de la plainte depose
le 29 novembre denier par
son pays contre 1'Iran la
suite de la prise d'otag's
1'ambassade des Etats-U
nis a Teheran.


LA SITUA TION EN IRAN


Le gouver:
affirmed enco
bleAle soun
plailnti al
pas celui de
tion de trle'
des relation
tats-Unis e.t
nieres annei
inclut stous
mis par las
puis le coup
te par a C
notamment
mert du Sh:
d'intirets a]
te le t616gil
Enfin les
niennes atfft
court re. p,:t
la demand
measures cor
raison du ca
ral de cettl


sntemnt iranien
are que le pro
eyV -par la
nsrlcaile n'est
e l'interpreta -
Ltes rnais cafe
s entire les E-
1hsuran cas dei
-s. Le dossier
les crimes corn
Eptss-Unis de
S'Etat < !IA en .953z et
ele "etablisse-
ah sous control
mTricains agjou
a.mme
authorities tra-
rnjent. quae la
sut statue sur
americaine do
servatoires en
aractbre unilat6
e demand


prihcipes des lois interna- 'IRAN-AMBAbbADE :
tionales. C'est une menace, INTERVIEW DUN
non seulemenT pour les UTAGE
otages, mais aussi pour Washington (AFP)
1'ensemble de la commu Les oaages'de i'Ambassade
naut6 international, a america.ne de Teheran sont
declare landi martin devar^-oien traits par les eiu-
la press lc ministry qui d ants isiamiques, a inuique
devait fire a l'ouverture I un deux oans une inter-
de audience publique de view enrLgistrce lundi A Te
cour GMT) un expos de vingt Unis par la Cnaine ae tele-
minutes environ i n am nicaine NBC.

M.Civilesti a appel6 qu't L ouage, e Caporal de
titre de measure conservator <> Batly uallegos, a
re son gouvernement avail indlqu qu < demand a la cour d'ordon altit biene, co. qui .pourra.t
ner la liberation immediate indiquer que 1'ensemble des
des otages la requite quant otages se trouve encore
au fond pouvant dtre exa dans 1'Ambaesade americal-
mine ullterieurement ne. II a ind nue que ses comn
Le gouvernement iranien pagnons et luli-mme a-
de son col6 a refuse de se vai'nt ete informs par
fair representer devant. leurs gardiers que certain
lsa 40urr laquelle- 411'- en d'entre eux seraient juges
cq,'e'dimt,thIle un tdl pour espionage si lex-
gramme don't le contenu. Chah n'etait pas livre A
6ei rendu public lundi l'Iran. cJe ne sais pas ce gqu
va se passe ensuite>, a-t-
il dit.
Les 6tud ants ont 6ts
vraiment geatils avec nous.
a affirmed le caporal Galle-
ill a. s. gos. Je sais que c est diffici
le A croire, ma s on ne nous
a pose aucune question con
B.P.636 cernant notre role> 1'Am-
bassade. Cet u declaration,
l1l.:2-2811 noteni les obseivateurs, cGni
credit des ir formations pre
cedentes selon leasquell t cer
LE trains otages avaient et Ioon
1lL E gu-ment nteirngts, et par
fois menaces par leurs gar
4 diens
c.Tout le monde veut ren-
NES trer a la maitson, a declare
le caporal. aftirmant qu'il
ignorait of en sont les ne-
gociat ons mais faisait con
fiance aux autorites de son
pays.
Le caporal Gallegos a en
fin indique que les otages
etatent autorises A recevoir
du courrier et des appeals te
lephoniques, mais que tou-
tes les comirnnlications avec
16 x 18-15cm 'exterieur talent soumises
& une >.
Le jeune marinee> avait
dji ete interview il y a
une semamne par la televi-
Sion britannique.Ses parents,
invites par NBC>> i voir
i'enregistrement realise lun-
dlt, ont declare gnorer les
raisons qui out pousse les t-
tudiants a aermettre que
5x41/2-20 Billy Gallegos soit intervie-
10x41/2-20 we a deux reprises.
Une ieune
israfliew-e
Sx 9-20 meurt perkl trois
5x 9-20 ans et demi
fte) 5x 10X10 x o
12-20 MEURT APRES TROIS

",, TEL AVIV, (AFF"
4 040, Une jeune Israelienne est
0 more, Lundi a Tel Aviv, at
pres 6tre restde dan,d le co
ma pendant trots ans et de
ml, a la suite d'une anesthd
sle locale pratiqu6e chez
un dentist rapport la
press israelienne.
0. =*.' Pour ,itrte plus jolie,
Irlth Mosner, 22 ans, avait
d6cid6 de se soumettre A
la echirurg e dqhtaire es-
th6tiqueo. L'operation de-
vant etre delicate, le chl-
yurglen. dentist avalt faith
appel i un anesthsliste
quallfi6.
SadmLGlca 9 Peu apris le dedbut de
l'anesthisie, Irith tombs
dans un coma p;ofond.
Tous les efforts tents pour
1'en sortir t rent vains.


a........ ...... .... ... --


I


i'ambassade dea Etplt-Un'S
t la Haye pair" 4at tfqpc-
tionnaire unreL'ignlln
Dans ce tAl6greamp..
ls8 autp4lt6 iple~IepS eax-
nlimaenl fleur poct pOuT
19 court interpt4oiplsp a-
jouLtnt tnutelid que ctlli
ci krne paut p et ne dce-
vreit pps se s \lpir de l'a
faire c4s otages,
Qette qwjglltvii pOurglit
le .gouvernemcnt Iranlen.
ne reprseonte qu'un aspect
marginal et secondaire d'u
ne situation rksultannt dp
25 ans d'lng5rence aimrical
ne dans les affalres intI-
rieures de 1't'a,-. et honteuse exploitation de
notre pays JAontaire _a tou
tes les lois :nter-nationales
et hupmanitalesa


D sCATUS! ses beaux
I S i. les lilies Max I
'Fl pt,. ee et dame Carm6n ID
L'Wtn*rTpZhe Ceacis et La phael;
Nouvelist ,qqnnoncent ayna p
pelne le 40.s C e Madamr o mills D
Flora. Hud'court asryanu e val Nicolas Del
sa rdsldence i Chemin de& vats, Nicolas, DLI
Dallas le lundi 10 decembra Alexandre, Josue
En cette dloloureuie cr B'us-oserm Th
r'~.,'eoa, IFrirpetn 051


A

le
PI
Vi
31
re
gf
E]
ni
R
A





s


AVIS DE IWORCE
Le public est intpory que
es formaflits Cae 4g lol rem
Illes 1 ,ffdcler .de l'Etab LA
w'l de ',Prt au Brince Section
3ud-Est a transcrit, ans ses
6gdistres le dippopitif du Ju-
lement de divorce des ipoux
Ephbse Alphonse, la femnme
lee Judith Cyprlen.
(oger M. ANCION
VQCAT
1112

AVIS BDE DIVORCE
II est port a la connals-
sance du public en general
qu'en vertu dun jugement
rendu par le tribunal' civhl'
de Port-au-Prince le vingt
neuf juin mil neuf cent sol
xante dix neuf dfiment si
gni-fid et pat.se en force de
chose jugie pronongant la
dissolution des liens conju-
gaux existent entire les i-
poux Serge Louis Bernard
Lara, la femme nee Marysc
Laguerre, 'Offic'er de 'E-
tat Civil de la Sections,
Nord de la capital a trans
crit le Trois Octobre Mil
Neuf Cent Soixante Dix
Neuf le dispqsitif du dit ju
gement dens les registres t
ec destines.
Port-au-Prince,, ce 10 de-
cembre 1979.
Cabinet Lgmarre
Flor'an DUMORNAY.
av.
1112 \
xxxx

Dtces du ieune
Michelet St. Vil
Les Pompes FWunebres Pa
ret Pierre Louis vous annon
cent le d6cis du june MI
CHELET ST.V7L age de 17
ans.
A ses pere et mire Mon
sieur Dicius ST. VIL et Ma
dame nee V6ronique Claude
A ses freres et saeurs Jo
sph PAUL SAINT VIL Va
lSs SAINT VIL, Yolande,


Sa belle soeur: .Madame u l .e 5 c-,ec
Max Hudicourt. bre at 4 heures P
Ses neveux et nieces, cou se paroiss:ale del
sins et oousines; Bouquets.
Aux families Hudicurt Le convoy part
Scott. C'ardozo, Desvarieux, Funraire Gnus
Tippenhauer, Pierre Louis. Fnoeaire Gnus
Fau.bert. Roy. Sajous, Lissa-
de Evald Martlneau Rocourt
Rouzier Jirome, C(dras x X
et 6t tous les autres parents
et all:es affligis par ce DeirS de
deull.. -AnarlI' A
s-os. ~


Les fun6railles de Made
me Hudicourt seront chan-
t6es en l'Eglise Methodist.
it co6t du College Bird le
mercredi 12 d6cembre 79 i 4
heures PM.


Pax Villa rarpp
funirailles de M
eel Alphonse
tees le mercred
bre i 4 heures
gllse du Sacru C
aeani


Carnet Soia


Le convoy partira de 1'E- ..
glise ofil 'exposition aura Le convo! partira de Pax
lieu dis 2heuresPM. Villa Sacro Coeur oih la d6
1112 pouille mortelle sea expo
see dns 2 hcurrs PM.
xxxx
1112
Dkevs de Vye
Wilson DECATUS NATIONS UNIES:
Les Pomnrs Funibres Pa-
ret Pierre Louis vous anPon Projet d2
cent le dices le Vve wil-Convention
son DIcatals -Ia"'enu ven- t..4rnationale
dredi i Mahotitres. Itrnatoale
sur les prises
A ses enfonts William, D 'd'otapes -
catus et Madame, Joanem NATIONS (UNIES) AFP
Decatus, R6my Decatus Mi- La Commis ion Juridique
chelet Alexandre et Mada- ae IAssemblee Giniraie des
me nie Fernande Nicolas Y- Nations Unies a adopt ven
ves Delbeau et Madame nee dredi soir par consensus une
Lourdes Rondeau, Camille resolution centre les prises
Josud et Madame. dotages.


Ruth et Anne Marie SAINT Ses petits enfants Docteur Aux terms de cette reso
VIL. Wilson D6eatu;, Docteur lution cheque tat signa-
Mie-Carmelle Deatus, Wil taire de la future conven-
A sa grand mere Madame liam Jr Jean-Robert et Da- tion international s'engage
Anglade Pierre son parrain niel Decatus, Emmanuel rait t cons:derer la prise
Monsieur iafortune Auribe Brau, Yves D6catus et Mada d'otages comme un d6lit cri
son beau frire Monsieur me, Carl Barnave et Mada minel et a cooperer avcc les
Boisrond Latortue. me nde Danielle Ddcatus, nutres 6tats .pour en assurer
A tous les autres parents et Marie Lucie, R6my jr. Linda la repression.
allies nous adressons nos et Nadine Ddcatus Chantal La convention internotio
vives sympathies. Alexandre, Marcos Gaspard nale stipule Igal-isR'tst '"
Les obsaqdes seront .chan et Madame nae Jessie Ale 1'tat of ase triuve .,%ur
t les le 'mercredi 12 Decem xandre, Michelle et Miche d.une prise d'otages serait
bre i. 4 heures pma en 1'Egli let Alexandre jr. Fausta Y oblige sans exceVton nossl
se Baptiste de la Rue de la ves ir et Secha Delbeau: ses obie. de sansletrde on ilis
Reunion oft la d6pouille mor arridres petits enfants Dani tce s.'l np provide pas a son
tell sera exposee dis 2 heu ka et Jovana Barnave, Betty extradition.n
res. i Dcatus; e
1112 Ses frere Pt soeurs Fred6 Le texte ne s'aF.plique tou
0 r'c lictere et Florencie GER tefo;s faa aux prises d'ota-
VAIS; ges eJifctudes oU course de
conflicts arms tels qu'ils
D cCs de Mile Ses neveux et nieces Conmer sont dofinis dans les con-
AmliHe ARMAND ve Gervals cL Mme Mme Ci ventions de Geneve de 1949
lomme Dieujuste nee Ghis ou au courn des conflicts dans
Pax Villa announce le de laine Gervais, Dutlera Bap lesquels les pcuples corn
ces survenu le 11 decembre tiste et Madame nee Vierge battent ulne domination colo
1979 t 1'hopital du Canape ma Gervais, Vilbrun Gervais niale, une occupation etran
Vert de Melle Amelie AR et Madame, Yvonne, Andre gere nu des regimes racists.
MAND. li Rosita Thbodore Yrene C'est la Republique Fdd6
En cette penible circons Mtrie Jaser, Claude Pierre, rale d'Alleragne qui avait
tance Pax Villa et Le Nou Bertin Thechener Gervais, propose d'elaborer une tell
velliste prdsentent leur sym Gonus Engine elt Madnme, cnnvcntion international
pathie a sa oeur Veuve Euge Andr6 Excel"1nt ci Madame lors de I'As emblee Ginera
ne Kerby nie Iris Armand Gerarde Rateau et Madame Il de 1976, i la su'te de la
a son beau frtre Monsieur Lucenre et Erm;te Gervais ; prise en otare par des nales
Simon Desmangles, a ses e Sos beau freres et belles tiniers d'athletes israeliens
veux et nieces Monsieur R' soeurs G rard, Victor C6bas qui participaient aux j',,x o-
ger Armand et enf. Melle tien Hermance et Victoire DE lympiques d't6 a Munich.
Lissa Armand, Monsieur et
Madame Maurice Kerby et
enfants Monsieur Jean Kerby
Monsieur et Madame Georges Mercrdi 12 Decembre
Drew Madame nee Jeanine
Kerby et enfants Monsieur et
Madame Gerard Kerby et
enfants Monsieur et Madame L rc
Max Kerby et-.enfants. Mon
sieur et Madame Georges
Kerby et enfants Monsieur
Rend Kerbv at infants Mon 3eme. defile de mode
sieur et Madame Serge Gra m
bm met enfants. Monieuret Yolande Montas 980
Mine Jean Desmanrles et olande Montas 1980
infants. a ses cousins et cou
sines.
Aux families Kerby Des PRESENTATION FINALE
mangles Armand Lafond,
Drew Graham, Dominique et eS da rniers et plUs bdaux
A tous les autres parents et
allies 6prouv6s par ce deuil
Les fun6railles de Melle. models da la Collection.
Aminlie Armand Feront chan
tdes le mercredi t2 dicem-
bre 1979 a 4 hres pm. en 1E Danse et ambiance avec
glise Saint Pierre de Pition
Ville of la ddpouille mor EB O T
tell sera expose dds 2 heu WEBER SIC OT
res PM.
1112 t son Saxo
Sxxxx

Avis Matrimonial ATTRACTIONS
Je soussignd, Emmanuel GRANDE TOMBOLA
JEUDY, announce au public
en g ndral, et au commerce dotde d'e nombreux Lots
en particulier que je ne suis
plus responsible des actes
et actionsdemone ouses Ne manquez pas cette apotheose
Madame Emmanuel JEUDY
n6e Anne Marie Castor, et ce 7 iHalC
pour incopmpatibilit6 de ca-
ractere et abandon du toit -'
marital.
En attendant o'l'uno ac-
tion en divorce lui suit Inten 1-
tie. VOTRE RENDEZ VOUS
Port n, Prince le 1 dcem-
bre 1979 7rVATIONS TEL 2-480
M. Emmanuel JEUDYVATIONS TL
112 .- -.-
5 .. ,.. . . . . _. : _-


Cu,,ra'nct, 1 Entreprlise Cel-
cis et Le NduvelliF.te pre-
sentent leurs sympathies A
Ses frbres et soeur Mada-
me Maud Hudicourt, Made
me Marthe Scott, Monsieur
et Madame Pierre Rudicourt
Dncteur et Madame Georges
Hudicourt


fils et bel
Dieatus Ma
6catus Ra

t)oatus, Ger
beau Pauyo
Georges,
idodate The

nts et alls6s
et Le Nou
t 1hurs sin


le la regret
Decatus nre
ais auront
1 12 d6cem.
'M en 1'Egli
la Croix des

ira du Salon
Eugene.
1112
K x



Dhonse
elle que les
[onsieur Mar
serohf chan
di 12 d6cemt
PM en h'E
aoeur de Tur


A tons les parer
Mr. Pierre-L'u'.is
velliste adresscn
cires sympathies.

Les obseques d
t&e Veuve Wilion
Clairdoia Gory
lipi, l1 npreei


_cC- -


1


I


PAGE 2


'MARI 11D'V~M13R 197





MARDI II DECEMBRE 1079


Noel et le

moments


nouvel An

pour offrir

OR I


sont deux

in cadeau


grands

special


~v


&UNE MONTRE (
Pour les en

"" ..-- - .


FRERES


Vous presenter la


DES MONTH


complete


ORIS


ORIS La Montrn
a la portee d
VERSAILLE
POUR CEUX QUI NE


e Suisse d
e toutes lI
'S BIGIO
VEULENT QUE


e confiance


3S


bourses


FRERES
LE MEILLEUR


BI


10


A GENT


- 1- w


PAG 3


----------- = I I--~~--' -- -- -- -- --


L_.... .~~~~. .~ .~.~~~.~- -- ------ -- --- -- -- -- --- ---1------- ,,~,;L,,.--Uik--~Cj;.LY*s~


~e~~Pi


92


090,t~(


I-/


I


,~p"'


VERS.AILLks-











MICHELE SCOTCH CLUB


VENDREDI 14 DECEMBRE




The U. S. Senior



Class of 1980




PRESENT



LE PLUS GRAND DEFILE DE L'ANNEE

A10 EVE VEUX MANNEQUINS

10 MERVEILLEUX MANNEQUINS


ET LA PARTICIPATION


de Jeaffa

Biba


Me and my Man

Caprice

Le Grenier 0Royal

Lady Louise

Frivolite

Ti caille Banda

Pierre Richard Pratt


Distribution


de ca'deiauxde valeur au course


de


la soiree par les U-S. Senior class of 1980

- -- - - - --: "*



FRANCS CA VALIERS,


GRA CIEUSES CA VALIERES ...


ET VOUS TOUS, GENS DE BELLE


HUMEUR ET DE BONE COMPAGNIE ....



Vous serez la Samedi prochain 15 Decembre



POUR LA REOUVERTURE EN FANFARE DU



DJUMBALA


AVEC



LES AMBASSADEURS


Un DJUMBALA renove, amenae6 pour que chacun y soit a Paise,
/
confortablement install, avec toutes facilities pour circuler de la piste

de danse a la table, avec des loges spacieuses cour les families et les

groups. Tout est pret, le cadre est la, r'Orchestr2 est chauffe a blanc,

,'Ambiance sera extraordinairement 2olle


RESERVE VOS TABLES ? APPELEZ E 7-1961


Pour cette soiree d'ouverture, seulement $ 5 d'admission, some

immediatement remboursee par la contre valeur en

tickets de consommation.


UN SENSATIONNEL COUP D'ENVOI POUR LES FETES



Samedi prochain 15 JDeembre au Djumbdala


------- ----aa----DSDoe oG >ao B Dao(


Uni amour de poesie


(Suite de la Iie t- ge


Tristesse t
nyme que ,)1
baume diun
nissante fait
de fadeur eu
te sensatilor
faut 1adr
qu'une facet
du po6te q
quand le be
tir le magn(
ges heureus
son ouphoric
pareille
4Les astrps
dans lP vole
rambnent a
nuaes d'hirc
qui fleurisse
leurs ivressi
Ainsi Ie p
saisons mort
La lumitre
lugubres
meant. La Y
circle. a ais
de terre
C'est une n-
tion incarne
lont6 de sul
qui nest :qi
a pour aissi
tion de ma
profit de no
qui vlhicu'm
porter d'es
trouve et d
iuit
j'ai s6ch6
chagrins
balayv les
tume
< des chemnin
Des lois.
chelet Dive
son petit bo
min au-del;
phere. a t
sideral que
tte de son r
d'autanta
plus obseda

SALVADOR.
Trols i

manift
SAW SALVAI
Trois pe,
tutes et vin.
blesses lune
Salvadeor, pa
reurs qui on
sur une ma:
nisee par' 1
tionale de 1
vees (ANEP
dans la Ca
rienne.
L'ANEP ava
manifestation
ma ader au g
faise Preuve
meth vis a
d'Extrtme ga
Les onups
tires par '&des
bloc popu lai
sre (BPRI sur
manifestatior
figure parrr
mes a-t-on
Capital sal
L'armie a
y6 daens les
fin aux inc
desquels de
Sturecs et a i
cendits.
D'autre pa
6t tau et.
lundi prts
(135 km A 1
piteale), au c
tement arm
trouille rail
pe do gueril
Spris A San S


out aussi a
jreuse qui s
Sfiortture
. deo brouilla
m de vague.
r fande -
mettre n'
ite d9 1'6cril
u sair trout
0oin se fait
etisme d'lma
:1 traduis
e a nulle au
qul CouVens
can des asso
.:ndlles
.snt a mes y
es marines.s
aysage avec
tes et ses fo
se transform
umilre iitre
s c1'aqie po
mctamorpho
ouvelle inca
6e dans la
cplanter tou
U'app '.. elt. Ii
Sdir e ie
ivais sujets
uovelles .acs
Ais-, dy s-l
d'amour 6ter
es a6les de
a Dluie

Faisons d'a

Vrsr l'alsror
s d'esp&ranc
La noisie ide
rs Deut fa
n honlme de
a de la str
avers t'uni
represented
fve. Ce de.sir
pI s puiss
n t qu!l aug



morts al

'station
OR (APP)
:sonnes ant
gt cinq at
di soir at
.r des franc
.t ouvegrt le
nifiestaten
t'Association
.'Entreptise
, 'a-t-ce aP
pitale salva
t organise c
a afin de
;ouvernemen
de < vis des gro
auche.
,de feu ant
s partisans
re r6volutio
r l'arrire de
n et un en
i les trois
precise dan
vErdorienne.
a aussirot d
-rues de la
idents au c
nombreuses
tres ont et
rt, un sold
un autre bl
de San Mi
'Ouest de l1
cours d'un af
1 entire une
itaire et un
Ileros a-t-on
Salvador.


e) te 'sIIai-Atiton. ccfiatilf
du pofte out voudralt aller
no- au-deli ou possible pour
em sntisfaire sori besoln fou
ago d'aimer et d'etre an-.c, Tra
ard. %eiser des inteidictions. at
Cet tUndre uns ie edlt6i itr ice..
a1 vabie. volat ilser avec cet,
est ti rtalf.lt ccmme dans -si
ture vision cltarnelle devien
uver neht 0po0 le oette un bp
sen soln d'abstracJoi, concrete
a qul peut provoquer ties ssen
sant stations physiques et me-
utre me un certain volupte dpor
game bienfaisant.

tars cDis-lksi doneei oase trou
des ve ton nid
car j'aliierais ,me chagffer
h ton dcel
'eux sans traces de laimes
et sculptor au creux de tes
ses lvres
)rits
un navire pour nous deux3c
* La vivaciti de ces images
e et vous coupent le souffle coin
ouce me un miracle d'arc-eln-
%ce. ciel. C'est ou'elle va dans
anta les profondeurs des choses
vo- pour enfanter 1 leLverie dn
t ce pote qui des lors n'auia
Li y dsaUtre 1(4 unlverselle oua
cvwa sa prwp.e Imagination et
au son pertptuel voyage dans
cses 1*'ther.
ell Qu'on se ga de d croiris
e re que te poelte g5gae dans
ne.j un monde fait d'lHusionsI
la 11 vit son rlee et chez lut
tout s'assemble et se lie.
des L'expression de sona dtslr
nest nullemenw i-ind6en -
dante de ses explriencea,
Imer de son v6cu. Its forment
mime une entire tailque Qul
e offre sa ircaui dans la re
ces. cherche d'une c-silunica-
-ML tein humaine qui se veut a
al la tfs amour, intimnite er
c a 4motioMn.
atos
yvers <5e caherche le tot le lies-
1'g d es songes bparpilles
r est les ecseaux nous font es ,-
sant, cot6e l
men entire snas deax Ie silence
insenss
eous emnpurie conmme la va
fgue au printlemps.s
51 A sune poqcue oif la plu-
part des jeu nes %i la g1 A
is&ratisn mnontanie ecri-
vent coassme 4des aveux, Mi
chelet Divers fait figure
6e de poebe original. Son 6cri
tres t'tse imagSe passe sans 2f-
San Iort Ia raIMpe, ma-grt le
s ti cot6 clair-obscur eusi mail
feu 1e 1e recueil et qui nous
orga irate parfois SERENADE
Na- POUR UNE NOJESELLE LU
pri-. NE R iemfure ava t tout Jri
psis. :pee me eliarmanfl vporen-x,
ado- msalaA d'angoissa *t de d6
sir de chagrin daainour et
cette d'espoir pour uae vie nou
de- velle


t de
* fer
upes
6t6
du
nnai
e la
fant
victi
s la

a pa
ours
S voi
i in
at a
less
guel
a Ca
ffron
pa-
grou
i ap-


Les eniaaments
des navs de
1'AIE pour 1980
S PARIS, 10 DEC (AFP)
Los 4inpt pays do 1'agen
ce international de 1'iner
gie se so tt engages lundi
s Paris 6 reduire en 1980
leurs impbrtations de pltro
le a 24,5 millions de ba-
rils/jour. soit 1..05 (bien
1.205) millions de tonnes),
a-t-on appris de bonne
source a haris en marge de
la conference ministirielle
Les Etats Unis s'enga -
gent a ie pas importe-
plus de 437.2 millions de
tonnes (8,9 millions de ba
rils/jour), 1s Japon 265,3
millions de tonnes (5 4
MBJ), la RFA 143 millions
(2,86 MBT,111, Itale 103.5
millions de tonnes (2.09
MBJ).
Les engagements des au
tres pays d I'A',T'E exprimis
en millions de tonnes an
sont: Autralie :3,5, Autri-
che 11,5, Belgique 30, Dane
mark 16.5, Grece 14,8, Ir-
lande 6,, Luxembourg 1,5
Pays-Bas 42, Nouvelle ZS
lande 4,2, Royaume-Uni 12,.
Espagne 51, Suide 29,9, Suis
se 14, Turquie t7
La Nor'ege, en tant que
pays producteur, s'engage
a exporte- 15,5 millions de
tonnes. LE France qui nest
pas memtre de 1'AE s'atait
engaged semaine dmrnire
SBruxelles a n ie as impor
ter en 1980 plus de 117 mil
lions de sonnes centre 119
en 1979


Fresnel LMDOR


PAbEr 4'


(Suite de la 16re. page)
guralei le cite : tJe tradutl
sals ainsl publftuement un
aes tniptratfsa dA tiM cons
caenoe de Revoiutlonnairr.
dormer l parole h la classes
des travailieurs afint u'elle
analyse ses conditions de
travail, d6termnne les para
metres humans de son de-
veloppement et dispute les
nlethodes d'appr.-jche de nos
prublises de cro.ssanes .
Excellence, est-ce vmys of
fenser, qu.e de vouloir Vous
prlter ces foTtes partes?

Vos actes, Excellence, ne
nous pe.rmettent-ils pas de
vous qualifier: Fils de Revo
lutionnaire, Rivolutionnaire
lul-mIme.
En effet, Excellence, vous
avez passe des instructions
pour que nious snyons utfoi-
tement associe's ces tra-
vaux .afin que nous devoi-
lions les problems de tous
ordres rencontres par nos
mandants et proposions des
measures, en vue d'une ame-
lioration substantielle de
nos conditions de vie qui
laissent 'beaucoup A ddsirer;
mais tant un people traJl
tionnellement courageux,
nous acceptons d'affronter
ces problems 6 Vos ci6ts,
parce qufr Vous nous don-
nez la preuve, Excellence,
que notre cause est Votre
cause.
Conscient" de cette ouver-
ture rille vers la democra
tie integrie qe nous ap-
prouvon. sanL reserve et de
Vos louables efforts pour
permettre A lIhomme hai-
tien de s'exprIner libre-
ment et en toute lucidity,
Nous representant du "mon
de salarial, avions deman-
di.' anos colleagues et nous
le faisons solennellement en
core aujourd'hun, de. faire
preuve d'objectivite et d'in
telligence parce que les su
jets qui vont etre s voques
au cour. de cLs assises sont
d'une extreme importance,
Vu le r6le del-icatl de l'Ad-
ministration Publique en
tant qu'agent de contr6le
du phqcomene tres comple-
xe qu est le Travail.
En effect, le term Travail
peut-il ltre enlendu comme
la simple activity humaine
de production?
S'il en otait ainsi, bon
nombre de donnies nous e-
chapperaient et nous risque
rions une fois de plus de ne
pas dicrire fidelement la


MESSIEURS

AIMft VOTRE FEMME!

PJPaTGEZ LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALF .


i


Les

calculatrices iectro

Texas Instrumei

mettent la vitec

-la precision, la m6e

et... les risultal

a bout de vos do


vrale r6alit6 que vivent fnos
braves ouvriers tant.des vii
les que des zftos sraales.
Car le logeaMt, t Sant6,
e asKrleti., les satlres, la
lormatnm, 1 Educaton, les
assurances sont tOst des
coMni lmenti -dp 1'acivit6. de
base quest le travail.
Le deficit est grand dans
tous ces domaines et la t:-
che pour le combler est 'dif
ficile, nous en sommes con
vaesncus. Mais, il le sera k
roup sft si Ses trois grou-
pea en presence, Patronat,
ca-lariat,. geevernetment, ad
mettent que le succ6s ne
depend que d'une collabora
tion franche, loyale et intel
ligente.
Le monde ouvrler espbre
que ce dialogue construc-
tif qui s'est engage depuis
quelques temps, s'amplifie
dans le cadre de cette ren-
contre fraternelle et se
pursuit au course des con-
tacts ult rieurs devant con-
duire a la concretisation des
voeux et recommendations
qui soytiront de ces ichan-
ges de vues. .


Je m'en voudra:s, au ter
me de cette altocution, de
ne pas presenter au nom de
tous les ouvriers manuels et
intellcctuels d'Haiti, ainsi
qu en mon nom propre, nos
chaleureuses felicitations au
Dr Hubert de Ronceray,
President du IIIe. Congress
National du Travail, pour
son dynamisme et son sens
de la mfesure, ainsi qu a
tous les membres du comite
a organisation.
Excellence M. le Prisident
a Vie de la Republique
MMme la Premiere Dame de
la Republique
MM. les SecrAtaires d Etat
et Sous-Secretaires d Etat
MM. les Membres du Corps
Diplomatique
MM. los Representants du
Patronat
MM. les Delegues des
Organiisations Syndicaies
MM. les Congressistes
MM. les Autorites Civiles,
militaires et rpligieuses
Ma voix sera-t-elle assez
forte pour traOuire 1 intense
te de cette ferme volonte de
toute la classes ouvriere de
participer sans reticence A
la rtalisation de tous les no
bles objectifs que lui aura
fixes le gouvernement de la
Rtpublique, car nous som-
mes conscient d'etre l une
des prlncipales forces vives
4e la Nation 1 un des aPO-
TO-MITAN>' don't l'apport
est indispensable au Succ6s
de la Revolution Economi-
que.
Vive Haiti
Vive le IIIe. Congris Na-
tional du Travail
Vive la Solidarit6
Merci
Rahoul DUPERVIL
President du Syndicat des
ouvriers et travailleurs de
la Reynolds Hait'an Mines






niques

nts,

sse,

moire

ts

igts.'


2


En vente
et -service a -


Electronics "

LA BELLE CREOLE rue bonhfoi'
L /


-~ -- ~--s~s~ aa: aa5iur Pq~a~as~sss a~n~ ~ --- ~aanxta*a ~ ~ ~-res ~5gg~ aassl -L- srs a~a. ~


I ---- -- --


-01 21r le -Lrl' ~WbMl~IC.I~rC~~~~l(~dal~lrY'L


op


MARDI 11 DECEMBRE 1979


Le Discaurs du Pdt.

du sindicat de la Reynolds







MARDI 11 DECEMBRE 1979


CITE DU VATICAN, (AFP)
In 'ongn lr' tii)on pour la
Dutilrine d1" 14 to:l se r6unit
Liltll n illn l ian piilals d i
HSint Office. Les.25 consul
tinItsl r1'i'61 ls ss la pr6st-
deinc dli Sue.rti tre de la
I'lIgr I1it ion 1 ArchevequIc
.1iriiule IInmer cidclvient met
ir-i i point h'I. iiprillmtinal
iets Ic i pri ccs ciu h1601o-'
t tll 1iol andals Edouaru
Schtllceb-,klc.
-'Lst or qu'on app]rend rtil
Vat lcani. en tld6iipt u se -
cret poniilfical>. auquel
soLnt tennis les interesses.
Le Pirie Schilleebeckk,


Pnarmacles
assswa t le
serve cctze fteuit
MARDI 11 DECEMBRE 1979
VINCENT
Rue Mgr Gullloux
CHRIST ROI
Chris- Roi
ST ANTOINE
B JJ. D..-salines

xxx x

PETI6N VILLE
STE THERESE
Rue Villate


convoqu6 pour Teudl et ven
dredl par le Tribunal Sli
prmec ,pour la Doctrine,
dolt, ripondire sur neuf
points oonceriun' son 11i-
vre 'J6sus., une tentative d%.
Christologie-, auouel 11 est
reprochi de inettre en dou
te la nature Divine dui
Chilsc.

Le Donminicain 'ient A Ro)
me confortnneient aux re-
gles. de la spr( clure pour
I examenn des Doctrinu, s
fixes par Paul VI le 15 Jan
vier 1971. Auparavant 11 a
vit dej.i rpoondu, dans un
delai d'un mois, & une siria
de questions, qui 1ui &vaient
et6 poses par ecrit.\ Cms
reponses n'avaeicnt pas n n,
considerees comine satisfal
santes.

Jeudi et Verdredl, seion
la procedure courante, lea
delcguns de 1'ex-Saint offl
ce devront rediger un pro-
cos verbal rendant compete
d 1l'audience et le signer
avec 1'auteur mts en cause.
Ce documinnt sera pr6sent6
aux neuf Cardinaux men,
bres de la congregation qu.i-
se reunissent chaque same
di sons la prsi.litce di
Cardinal Franpo Seper
Toute decision est souml


se automatiquemcnlt au Pa
pe.
Depuls 1970, une dizainb
de th6ologgieid mu 2witns ant
eu affairs ,avec 1'ex-Saint
Office : lIe uisse Hans
Kung, pour sa tharlp atur
'linfaillibilit6, le Domini-
cain franqais Jacques Po
hier, condamnsd pour son
livre gquand .Je dia Dieu>,
le Jisulte Hollandais Piet
Schoonenberg, auteur de
1'essatl Dieu des Hommiess,
le Dominlcain franeals Ma
rie-Dominique Chenu, pion
nier de la nouvelle Thio
logie, le Salislen Italien
Giulio Girradi, expert en,
Maraisrme, le Suisse Fran-s
Boeckle,,f1vortbie & la eona
traception,.e cdominicain Al
lemand Stepkan Psuert -
ner, favorable au marlage
des pritres, le J ssuite Es
pgnol Jose Diez Alegria, fa
vorable au. divore, ie Theo
logien Italien Ambrogio
Valsecchl, expert en moral
le sexuelle.
La coagr6gation pour la
Doctrine' de la Ioi dolt sa
cr6tion 6L Paul III en 1542
Elle a 6t6 transform6e pai
Paul VI par un document
public le dernier jour diu
Concile Vatican IL le 7 D1c
cembre 1965.


COLEMAN




vous propose





I 'eclairage total






1) Eclairage a la kerosene


LE PLUS ECONOMIQUE ET LE PLUS COURANT EN

HAITI ACTUELLEMENT EN STOCK UN NOUVEAU

MODELE UTILISANT AUSSI LA KEROSENE POUR

LE PRECIIAUFFAGE RAPIDE


2)Eclairage au propane


(Nouveau)

POUR CEUX QUI VEULENT UN ECLAIRAGE INS-
TANTANE. LES LAMPES PROPANE COLEMAN ONT
UN CONTROL EFFICACE DE L'INTENSITE LUMI.
NEUSE, DONNANT AINSI JUSQU'A 30 HRES D'E.
CLAIRAGE PAR BOUTEILLE, UNE AIGUILLE DE
NETTOYAGE INCORPOREE ET SONT PORTATIVES.
CES QUALITIES PARMI TANT D'AUTRES LES PLA-
CENT BIEN AU DESSUS DES AUTRES MARQUES.


3) Triple eclairiage

Charger SP "

Ce nouveau Modele evolutionnaire

de Coleman fonctionne de 3 facons
SUR 110 VOLTS PRISESS MURALES AC)
SUR 12 VOLTS PRISESS ALUMES-CIGARES-DC)
SUR SA PROPRE BATTERIE INCORPOREE ET


RECHARGEABLE SUR 110 V OU 12 V

LE COUT D'OPERATION A LONG TERME DE CE MO
DELE EST 10 FOIS MEILLEUR MARCHE QUE LES
LAMPES A PILES...


IQ 0 1O 4U

CHARGEgIS SP 535KB710


Colenran



ECLAIRE SELONi VOTRE BESOIN





VOYEZ VOTRE REVENDEUR 'a'::l/M

K3D*77 4s



Agent Distributeur Ets Y e W. Bondel

143 Rue du Centre Phc 2-4727


'Une Lampe Coleman

fait un beau cad,:iu...'


m*A*AAAAAAA*A*AA*AP,.P.A *AA *,,A*RAiAA


Interview du Senateur Remaedy

au journal <

PARIS, (AFP).
Le Senateur Am6rlcaini
Edward Kennedy, candidate
D6mocrate it la Maisoin
Blanche, a vivement criti-
que le President Jimmy Car
ter affirmani, qu'll fallalt
ides dlrigeants neufs et de
terminus pour ielever le.L
ddfis plus complexes A-
plus divers des anunes a30.
Dans une interview pu
bli4e Lundi par le quoti-
dien parisien Monsieur Kernedy a a.lou
t6 : tle people americain
n'a pas perdlu la folv mais
< a besoin d'un leadership>
a la hauteur de sa mission.
un leadership faisant en
sore que les Etatet-Unis de
meurent la Nation la pius
puissante iu glabei.

Monsieur Kennedy a esti
mi, it ce propos. que <.Wa-
tergate et le Vietnam sont
des excuses, des biquillea
don't 1'Amcrique urait ^''
se dibarrasser depuis long
temps> et constituent cause de ceux qul ont ehoud,
c'est-A-dire de ceux qui
n'ont pas fait leur travail,
Interrogi sur le renforce
meant militaire de 1'URSS.
le Sdnateur a soulign6 que



Les Etats-Unis
mecontents de
attitude du Japon
dans la cruise

PARIS, (AFP1
Les Etats-Unis ont fait sa
voir au Japon qu'ils n'6 -
talent pas satfsfaits de 1'at
titude adoptee par Tokyo
a legard dc l'Iran, depuis
la prise des otages amer--
cains a T6heran, appprend-
on Lundi de source amiri-
caine autorispe i Paris

Le micontentement de
Washington, pr6cise-t-on,
a 6et exprimi Dimanche a
Paris par Monsieur Richard
Sous Spcr6 tairc d'Ebat

aux Affaires Ecrnomiques,
au Ministre Japontis des Af
fairest Etrang&res, Monsieur
Sadiro Okita, alors que M
Cyrus Vance, Secr6taire d'E
tat. est de passage dans la
capital fianqaise.

Monsieur Vance, qul a eu
'Lundi- un enritunn avec
Monsieur Jean Frangois -
Poncet, Minitte' frangais
aes Affaires Ftrangeres,
doit rencontrer le Presi -
dent Fanqais, Monsieur Va
lery Giscard d'Estaing,
lors d'un diner au Palais
de i'Ely.ce.

Le chef de la Diploma -
tie amfricaine, indique-t-on
de meme source, devait re
prendre les arguments de
Monsieur Cooper, au course
de 1'entretien qu'il devait
avoir en fin d'apres midi
avec son homologue Japo
nais, immidiatement avant
de se rendre a 1'Flysee.

Les repro.ehes amiricains,
indique-t--on toujours de
mime source, sont de trois
ordres : en premier lieu,
Washington estime qu, ro
kyo a reagi des mianin ur am
bigue ia la prise desotages
amIricains. En privC, on es
estime, que la reaction ja
ponaise n tti on ne peut
plus molle.
En second lieu, les Etats
Unis diploren-, dla hAt
mise par les japonais a
se pr6cipiter sur le mar-
ch6 libre d,u istrole de-
puis que les Etals-Unis ont
interrompu leurs importa-
tions de irut iranien.
En troisiemi lieu, les a
m6ricains considirent qu'en
fait, les banquet japonai-
ses aident, par leur politi
que, Teheran 6 turner le
> dcrit6 par Washing
ton sur les avoirs iraniens
aux Etats-Unis R
De manisre plus genMra
meant que lnes Eats-Unis re
prochent au Japoan de nua
re au front des solidarity en
tre pays innustrialisxs, fa
nce l'Iran. A cetl igard, on
juge, de source amriocaine,
beaucoup pine comprihen
iye i'attitude des pays d'Enal
rope Occldent'ie, sans que
i'on precse, de maniere
concrete, cognment ils pour
talent aider les Flats -Unis
Ssurmomnier la cruise actuel
le.
Le passage a Paris de M
Vance, qui s'ets! diji rendu
a Londres et poursuivra sc
tournne .'uropienne par Ro
me, Bonn et Bruxelles, a
un double objectif, doal
les amiricains ne font pas
mystire : recueillir les
reactions den personnalitis
Officielles francaises sur la
rise amiricano-itanilenne
et surtout leur demander
de timoigner a uns solidari
ib agissanie dans les cir-
constances actuelles, no -
tamment sur le plan See
nomique.


dles forces
tats-Unis
sans deales
d'une base
nologique
fniment u
cun avanta
la solidit.
nos allies.

Monsieur
mi, d'autre
Etats-Uni.s
dental id
come des
ge ztres ba
tions entire
Paris, cenn
ce aux co'
1'homme d
President (
taing.
Le Senat
6galement
ipolitique
vise a 'la
ment du
re et des
< pour le co
ments. A c
didat Dtmt
cite de 1'-
tive choisl-t
lier Schmi
nonci en
fiction de,
2> sans le
problems.
Definissan
entire les
I'URSS, M
a estimi q
binificier
nouvelles,,
de 1'quilib
ration et d
la confront
Abordant
jets de po
americaine,
rejete sl'it
ial et a in
dait prit d'entri
le genie d
Ion lui, il
pouvoirs p
conomie d
nier recoup
tire de s,
rit&


Les am
doiven
le Pre
Carter

LONDRES,
Le S6nat
nedy, cand
a la Mais
me que <<
cains doive
ment soute
Carters da
otages de
Etats-Unic
Dans un
Deputy coi
unique Hugt
public le
Monsieur E
que 1'Amri
de tirer de
de sa con
I'Iran.

Le Sdnat
tique en
de du Gou
ter dans 1'
gade de c
base h Cu
des Etats-
affaire a
me d'une
tione>, il n
stupid ra
de crner
en cachan
(Avec l'Un
nest pas
language ret
temps d'at
sea, ajoutc
Le Sdna
time p .
zones grise
de) cons
grand probe
que des a
economies
celles en
pement dc
plement tr
vivendi etff
Le rival
President
galement
Washlngt.
ses relatio
que, fail p
se a li'a
liens et
regimes t;
rique cent


Ar-mies des W
sont touiour.
s' et' disposent
5ciMomiaoe. tfhi
et pflit.lque 'sin
us solid. aven
ge sans pareil :
et 1 fiddlitU de 4


Kennedy a esci 4
part, que les
et 1'Europe Occi
a'vent cooperer '
dgauxx. Il a iu
nunes-. les rela-
Washington e.
-rade parties gra 4
ntributtons de
Etat, qu'est le
aisnard d'Es

eur americain a
souhaiti une
de sdcanitis qui 4
fois un accroisse
,otentiel milital
accords n6gociis,
e; tquitables3
itrble des arme-
e propose, le can
ocrate s'est ef611i
sproche construct
par le Chance
dtf et s'(t pro 4
faveuir d'une ratio
accords aSALT
s lier k d'autres

nt les relations
Etats-Unis ct
onsieur Kennedy -4
u'elles devraient
d'une optique
< ire, de 11 mqe
le I'Euphorie
ationr.
, gnfin, des su- 4
litique intlrieure
le Eenateur a
tiquettes de libU 4
dique qu'il enten
renaitre cet es
reprise qui a 6te
E 1'Amnriquee Se
I intervention des
ublics dans 16-1 -
oit Ctre le der- 4
rss, sauf en ma
it et de s6cu-



n6ricains
it soatenir
silent


(AFP)
tEur Edward Ken
idat Democrate
on Blanche, esti
tous les amiri -
?nt en ce mo -
enir le Pr6sident
ns 1laifaire des
1 Ambassade des
1 Th1iran.
entretien avec le
nservateur Britai
hi Fraser et que
eTimes> Lundi,
Kennedy estime
rique est en train
e < frontation avec


eur Kennedy cri
r'vanche l'attitu
siervenmpnt Car-
'affaire de la bri
ombat Soviitique
u'ba. La politiquc
Lt nis dans- cette
6t6 le type mi-
mam aise rmac -
n'y a pas de plus
iEonnemcnt qne
I cise inutile
t certain faits.
union Soviitinue il
bun d'avoir unl
Crm. et en mame
g r avec faibles-
e-t-il.
teur Kennedy es
ailleurs que lies
es (le Hiers mon
iltuent le plus
blemn giopoliti -
innqes 1980. s diveloppies ft
voie de divelop-
Sven' tout sim -
ouvner un modus
ticacee,
I Democrate du
Carrier critique
la iacon don't
n a senivenime
ns avec le Mexi
uneuve de ,faibies
rd du iigime chl
'a soutenU les ,,
yrannlquec d'Am.
,iale.s


En matiere economique,
Monsieur Kennedy se d6cla
rere partisan du libre i
change, aflirm's que flation es, le principal
problime du pays le Prisi
dent doit alors s'en occiiu-
per en toute priorit6e. 11 e?
time en outre qUe la polite
que pitrolicre de prix ele
v6s n'a pas fonctlionni car
elle n'a eu que peu d'effet
sur les investissements
marginaux des compagnles.
Enfin, 13 Sinateur Kenne
dy ne se prononce pas s"ur
les eventuelles retombea.
de 1'plseode de Chappaqui-
dick au c-urs dd la campa
gne 6lectorale. ell revient
a chaque electeur de se d(
terminers dans cette affal
re, estime-t-1l.


FIEOLOGIE : Avant le process du Pere Schilleebeckx


-PAGli


B~Ti.- ~- ~FI --~n~ sia~-?-~-r----- I ~81~IILeb~


- - - - - -








,7


Ouverture des Travaux du 3e.

Coneres Hational du Travail


(Suitell d( Ia l e .pag)c


Srlentation Professlonnelln
DcP Chavannes Douyon,


ot Mime Frnanieii lI'inlh. Mmni Rutih Joseph, Mine MI
I) Sotus Cominiss! il d Edi- c h 11 I e D o u y q ii
rilton Olivrli'ro M tlPi Luclenne FeilOx. M. Da
M ITsue Sinivanni., Fer- nil] Jenn. M. Reynold An-
rilnilnd Anloine Mile Adell tolne et M Dijon.
11V Sitllonon, Ing Max Alc6,
M Alex Turnier M Marcel 1e1 Sous-Commission de I'Ar
IVnl briten, MTIc- Josephine tisanat
Birtlhilenly. Mine Anacaona '
DRy, Mine Paul Bordes. Me M Max Ewald, Me Pierre
lJl D. Mileho ( Chavenet, M Evell ard Val-'
fi Sous-Comir.nrsion de ]a cin, Mme Edwige Kolbjorn
Formation Professionnelle sen. Mine Marie Helene Co-
M Henry Roc. M. Andre Da hen, M Geoiges M. Celcis,
rius. Ing Jean" Sasimir, Mme M Emile Dolce, M. Guy An-
Siiotlle Montas, Ing Max dre et M. Toussaint Desro-
Tphaine, Ing. Isaac Sal- skiers.
vant, M Max G. Casimir,
Mine Lucienne At. Leroy, M. Rappelons qu-s les diff6-
Esnold Baptiste, M. Sully rentes commissions de tra-
Bellancourt, Deputo Antonio vail siegeront en seance ple
Decayette. Mmine Raoul'De- niere les matins de 9h i
nis et M. Roland Acra. 1-3h et que les sous-commis
sions se runinont danas la-
d) Sous Commission de 1'0 prds midi.

-Jwwwt ^ aw e oasaa0~~wa'xio


AUTOROUTE DE DELMAS TEL: ti

TOUTE LA MUSIQUE HAITIENN
TOUS LES SUCCESS LATINS
TOUS LES HITS AMERICAINS (DISC

SUR DISQUES
OU ENREGISTRES POUR VOUl
SUR MINI-CASSETTE
SUR CARTOUCHE & TRACK
SUR BOBINE MAGNETIQUE
PAR UNE EQUIPE DE SPECIALIS'
EFFICACE GARANTI PAR UNI
HAUTE TECHNICITE
LUNDI A VENDREDI i1 : A.M. 5


PETITES ANNONCES


A VENDRE
1. une volture Chrysleri
iLE BARON*, 1974 8 cycl.
Offre mlhimum 2.000.00 dol
lars
II. une voiture Plymouth
Fury Scdail, 1975 8 cycl Of-
fre minimum 1250 dollars
Ces voltures peuvent dtre
inspecties a 1'Ambassade a-
m6ricaine.
Les offres sous pli cache
te p'ortant la mention soffre
pour voitures seront reques
jusqu'au vendredi 14 ddcem
bre 8 4 heures PM A l'Ami
bassade americaine, Citu de
1'Exposition.
Les droits de douane et au
tires frais seront 8 la charge
de l'acheteur.
1312

x x x x

CENTRE MEDICAL

27 Chemin des Dalles 27
Conference du mercredi 12
Decembre 1979


1 LdEnfant H
sin de la pei
Par le Dr J



Le divor
Christine
PRECISIONS

ATHENES (A
Me. Stelios
avocat atheni
Christina On,
-2180 mardi a 1'AF

4E Christine Ona
lem-nt ddpos<
en divorce.
CO-JAZZ Chargo Par
preparer le 1
made d div
S guei Kaouzov
clare ignorer
quel pays se
procedure. < ,il ajout6, ce
TES sairement a
vra etre d6po
S L'avocat a
que selon 1:
: P.M. Madame Ona
marine, puisq
riage religie


dans ce Iayt


ait'en et le de..
rsonne
eanne Philippe



ce de
a Onassis


FP)
Paradimitriou,
en -de Madame
issis, a pracisd
'P que M. Ser-
ov, 1'dpoux de
.ssis, allait 6ga
ir une demand

sa client de
texte d'une de-
orce de M Ser
1'avocat a de-
toutefois dans
era entamee la
n tout cas, a-t-
n'est pas neces
Moscou que de-
s6e la demand
enfin indiqud
a loi grecque,
assis n'est pas
ue seul le ma-
ux est reconnu
S.


A LOUER

POUR LOCATION
IMMEDIATE
1) Deux belles VILLAS
dans les hauteurs de PA-
tion-Ville ENTIEREMENT
MEUBLEES, comprenant
3 chambres A voucher, 3
sales de bain, meubles et
tableaux de valeur, t6le-
phone, bar, terrasses, par-
king pour plusleurs voltu-
res, eau en abondance, pis
cine filtr6e, vaste court,
beaux jardins, accas tres ai
se, pas de bruit Tr6s con
enable pour DIPLOMA -
TE ou membre ORGANIAa
TION INTERNATIONAL
Conditions de location ex
cellente
2) Dans les ftauteurs de
Pdtion-Ville Tres belle
VILLA SANS MEUBLES 5
chambres a coucher, 4 sal
les de bain, grace salon,
living, office, terrasses,
beaux jardins et gazon, vue
sur la baie, parking plu -
sieurs voitures, telephone,
eau en abondance, pas de
bruit, accis ais,. -- Con -

vient 8 DIPLOMATS Bon
nes conditions
3) On chercne a LOUER
A 1'annde, a un prix raison2
nable, un petit chalet aur
la plage -- cbt Nord -
comprenant une (1) cham-
bre a coucher cntidremunt
beublde, salle de bain, Et-

APPELEZ -
2-2326 matin
2.1107 apres midi

xxX

A VENDRE
2 Haut Parleur Cabinet
Compris Marque FISIE-R
XP65 10 pouces 13x23x10'
Tdlephone: 21-568
xx '( x

A VENDRE
CAMIDNETTE PEUGEOT 504
Module. 1976
S'adresser au numdro 38
CHEMIN DES DALLES'
* 1312
-0-
Exoose!
Scientifique

La Faculty de G6nie Pri
vd ou chez Leconte se faith
le plaisir de votis annon-
cer en son local 1'lAvenue
du Chili 8 la date du Jeu
di 13 Decembre 1979 a 6
heures P M Ingenieur Alix
Gornail recemment venus
de Paris (France) et des
Etats-Unis. Ainsi il aura a
piesenter aux Etudiants un
expose sur la RESISTAN-
CE DES MATERIAUX, 1'ex
pose sera de nature a ex-
pliouer la relation perma
nente qli existe entire
CROSS, BRESSE ET BER -
- TRAND DE FONVIOLANT,
c'est-8-dire le calcul d'Os-
sature, les rotations et les
deplacements lindaires. De
meme les Ettidianta de la
Faculty des Sciences sont
j'aime la Science.
cordialement inmites. Moi
La Direction
N B La Conference sera da
35 pages.


Vente- par
de Justice

II sera proc
que 1'cn comn
D6cemtre ail
soixante dix-r.i
res du martin
par le minist
Claude Romal
Port-au Prince
des Miracles,
au plus offrai
enchfrisseur lI
suivants :

lo.- Une pr
et batisses sis
Prince, Avenu
Ambroise de 1
de Treize mei
de fagade a 1'
nue Magloiri
Treize metres
pos4 ofi Quest,
fondeur ie dix
cinquante, soit
cie de Deux a
,trois mres t
au Nord par
Christian Lano
-par la ruelle
par l'Avenue
broise et a 1'(
h6ritiers Ph.
la maise -L pri
mille dollars
noraires et le
1'enchere;


2.-Un E
cite Mani
Martissan
contenan(
six mdtre
Nord par
au Sud
No 4, 8
te et 8 l'Ou
sur la mi
Dollars (
res de 1'
ges de 1
3.-Un
mesurant
carries, b:
l'Emplacu
Sud pa
No 6, A
te et 8
ridor sur
Mille do
Koraires
nchdre


*mpli
gat,
t au
ce de
3 car
Mac
par 1
l'Est
,s'a pa
se a
outr
Ivocat
5nch,
Impla
cen
orne6
ement
r 1
1 'Es t
1'COu
la n
llars
e. le


4.-Un Empl:
de la contena
vingt quatre
born au Nord
cement No 4,
l'Emplacemen
1'Est pa- une
1'Ouest oar
sur la -ie a
dollars oatre
res de 'Avoca
ges de 'ench

50o. Un
No 8, mesur
vingt oi ze m
vingt cinq, b
par I'E place
au Sud par t
No 10, 'Es
te et a l'Oue
ridor, stir la
de Millh dol
honorair s de
les charges
6.-Un mpla
mesuran cen
carries cnqua
Nord par 1
No 8, at Sud
cement ino 1:
une roune et
le corridor su


AVIS DIVERS

autorite prix de i'lle Dollars, ou
tre les honoraires de 1'Avo
Ce cat et les charges de len
c6dd le Jeudi chores;
Iptera vingt
t neuf cent 7.-Un Emplacement No
nuf a dix hen 12, mesurant cent trenie
en l'Etude et cinq m tres carries, born&
ere de M au Nord par 1l'mplace -
re notice M ment No 10, au Sud par
i. notaire 8 Charmant Louks-teune, a
sis 8 la Rue l'Est par la route et A
a la vente l'Ouest par le -corridor,
nt et dernier sur la mise a prix de Mil
es immeubles le Dollars outre les hono -
raires et les charges de
oprl td fonds 'lenchdre;
e 8 Port-at- 8.-Un emplacement No
e Magloire 9, mesurant cant quarante
a co.tenance metres carries, born au
tres quarante Nord par la route, af- Sud
Eat buriAse par C16dinor Pierre, 8 l'Est
au ^mbro. par l'emplacement No 21.
au c opt a l'Ouest par la route, sur
scr une pro la raise 8 prix de Mille
c-nc-uf metres Dollars outre les honorai
sune superfi- res de lAvocat et les char
ent cinquante ges de 'enchre;
carrds, borne
lue, au Sh d 9.- Un emplacement No
Titus, a d1 t 21, mesurant cent seize me
Magloire Am tres carries cinquante, bornas
Oaest par lea au Nord par une route, au
Baudin sur Sud et l'Est par Mada-
x de Dix-hdit me Serge Paul et 8 l'Ouest
outre les ho par l'emplacement No 9.
s charges da sur la mise a prix de Mil
le dollars, outre les hono
raires de l'Avicat et les
-cement a la charges de l'enchere;
Qnartier de 10.- Un emplacement N:
No 2 de la 15, mesurant trente metres
s ent borne carries soixante, born au
erds. bor au Nord par f au
lanarr Richard r p \ an
emplacemen Sud par la route. I'Est
par ne ront par Gabriel Vital et 8
alr un cornr l'Ouest par sur
ari n coN r la mise a prix de Mille
prx de Mil'e Dollars outre les honoral
le honora- res de 1'.vocat et les char
e.tr les char ges de l'ench-:e..

cement No 4, En vertu d'un jugement
t dix mitres du Tribunal Civil de Port-
au Nord par au-Prince en date du 4 D6
t No 2, au cembre mil neuo cent soi-
Enmplacemen. xante dix-huit 2o.- d'un
par une rou jugement du Tribunal Civil
'alt.ar un cor de Port-au-Prenct en date
raise a prix de du 27 Novembr," mil neuf
outre les ho cent soixantl dix neuf, en
s charges de terinant le rapport des ex
perts;

Et a la requ6te de Me
cement No 6 Jacques Ch. Rosemond, avo
sace de quatre cat, demcuraut et domicilh6
mrtres carries. a Port-au-Prince, identified
d par 1'Empla au No 234-j et Mme Jo-
au Sud par seph Feld Long, n6e Pros
t No, 8. a pdra Manigat, demeurant
route et 8 aactuqlement 8 Chicago,
le corridor.-- Illinois, domicilide a Port-
prix de Mille au-Prince dument ,lutorisee
1t:. honorat'- de son mari, clemn rant et
at et les char domicilid a Chica Illi-
e'e: nois tous deux ay. nt pour
avocat Me Webert. Michaudi
Emplacement identified, patented et impo-
ant ouatre s6 aux Nos 630-j 6765-j et
ietres carries 10543 avec election de do
.irnd au Nord micile -n son cabinet sis
tement No 6, en cette ville, Rue de 1'en
I'Emplacement terrement, No 59.1


t p l" une rou
sti par uan or
mise 8 prlx
lars outre les
l'Avccat et
de 1'nchdere;
cement No 10
', eize metres
tate, born au
1iEmplacement
I par 1'Empla
2. 8 1'Est par
1 1'Ouest par
ir Ja mise a


AIR FRANCE




VOUS INFORMED




Qu 'a partir du 26 Novembre 1979






SON A GENCE ET SES B UREA UX




SERONT TRANSFERS AU CHAMP DE MARS



Entre l'Hotel Plaza et le Triomphe



TEL.: 2-1700


8 H 12 H 30 ... 14 H 16H.



8H--12H


Les encheres seront ou-
vertes sur ]a mise 8 prix
plus hauft fixes pour cna
que immeuble

Pour tous autres lenseigna
ments, s'adrosser au notal
re Claude Romain, deposi
taire du Cahier des Char
ges ou a 1'Avocat soussignu
Port-au-Prince, le 11 D-
cembre 1979
Webert MICHAUD, AVqpa-


Avis de Formation
de la Societe
Anonyme
,Comnagnie de
Developoement
de Lasaile, S. A.
(CODELASA)


Conform6ment a l'article
2 du ddcret du 28 aout 1960
sur les Societis Anonymes.
il est porfd a la connaissav
ce du public qu'il a 4td depo
sa le 15 octobre 1979 au Dn
partement du Commerce et
de l'Industrie et le Dix 10 D6
cenibre 1979 en 1'Etude dc
Me. OGrard D. Charles, No
taire A Prt, a'" Prince une
couple de- sthituts de la So
eteL6. A'norvcne en formation
d61iommcn6,, C'POMAPAGNTTP
TIM l'5 ,IP,)PPEMFENT DT
LASAI.TE S.A. (CODET.ARAI
nit cinltal sointl d,, VTNGT
MII,l' IDOLLARS (20 000 diol
lir divosn cn Deicx Cent.z Ac
i'1ltm, d. (ent Dollars cha


I,'l]tiu rnr dit u l Canital
r'nt Miiitm'rtIte nnr les fonda
ii1' n it In otnert ,, moins
',.';i nev's s f P tio n lrt-e A fnn.
Mi,,v tuit, OtrPARD t'rIOfii ,
O T-tTVNPy M. ARTY ET
T tAN ATTrN sicnr o nn,' nh
it, mrtlnvinn I I" dvplnnn-
'-nnt nfrrrinlo et s n e6n6ral
la promotion cononminnou
snils touts ses fnrmes de la
r6rrlnn de -c. Ilp dans la
ntaine de Ldovane.

Port au Prince 1 10 Ddcemn
bre 1979 7
CABINET SALES par:

JEAN FREDERIC SALESi av.
1012


IMPERIAL 1I
Mardli 4 D6cemhre 1979
12 h 2h 4 hres
Entr6e Odes 5-00
6 h 8 b 10 hres
Entree Odes 8-00
LE TEMPS DES
VACANCES
x x x x-

IMPERIAL 2
Mardi 4 D6cembre 1979
12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 5-00
6 h 8 hres 10 heures
Entree Gourdes 8-00
VERTIGES

IMPERIAL 3
Mardi 4 Ddcembre 79
12 hres 2 hres 15 4 hres 30
Entree Gourdes 5-00
6 heures 45, 9 heures
Entr4esuo Gr 1DBmI-, ..
Entr6e Odes 8-00
UN JUGE EN DANGER
x x x x

MAGIC CINE

LUNDI &. 5h 7h ET 9h
TEMOIN DE CE MEURTRE
grand drame policies avec
BARBARA SRANWICK,
GEORGES SANDERS.
Gdes 3.00 ET 4.00
Mardi 8. 6h et 8h
RAISON D'ETAT
Entree G. 3.00 et 4.00
Mercredi h. 6h et 8h
SARAH
Entr6e G. 5.00 et 6.00
Jeudi 6h et 8h
SARAH
Entree G. 5,x8 et 6,00
xxxx



CINE TRIOMPHE
SALLE 1

HULK
Entr6e $ 1.50 et 2.00

s I.I.if ,
TOUTE UiIE VIE
zntr6e : $ 1.50 e( .0M

1SAL.E IIm
L'AFFAIRE MATTEOTTI
ntLree : $ .uu

MISTER MAJESTIC
x xxx

CINE OLYMPIA

LUNDI a 12h 2h ET 4h
h 6h30 -8h30 Gde 1 50
DESTINATION PLANET
HYDRA
Mardi a 12' 2h 4h
Entree G. 1,50
LE CAVALIER
LE TUEUR ET LE BANDI']
6h30 et 8h30
Entree G. 2,00

Mercredi a 12h 2h 4h
Entree G. 1.50
a 6h et 8h30
LE CAVALIER
LE TUEUR ET LE BANDIT
Entr6e G. 2,00



CINE LIDO
LUNDI 10 DECEMBRE
12h 2h 4h
l Gde. 1.50
6h 8h 10h
Gdes. 2 00

LES HEROINES D'ACIER


LUNDI 10
APRES 5 h

7h30, 11.00

CAPITOL 2
6h 8h ET 1
L'ARGENT
BANQUE


CAPITOL
DIMANCH:
4hl5, 6h115
LE CHOC


CAPITOL 4
DIMANCH
3hl5, 5h00,
CHINESE


ACTI


DECEMBRE
ieures x.i
Odes. 8.00 titi


0h o
DE LA ,

Gdes. 5.00 ihy

3
E 9 DECEMBRE i
8hl5 10hl5
DES ETOILES
Gdes. 5.00
4
E 9 DECEMBRE '
6h45 8h30 10hl5
MECANIQUE
Gdes. 5.00

X X X X


VITES


CULTURELLES

DE LVNSTITUT

FRANCAIS

D'HAITI
LUNDI 10
17 heures 30
CINEMA: eLa guerre est fi-
nles. Un film d'Alain Res
nais, avec Yves Montand, Ge

nevidre Bujold, Ingrid Thulin
(La guerre nest jamais finie
pour ceux qui luttent pour
un ideal dans la clandestine
td).

ENTREE Gourdes 2 00
(1 gde sur presentation de
la carte de la biblioth6que)

Mercredi 12
20h et
Jeudi 13
20 h

RECITAL LIONEL BENJA-
MIN : xLa Noel avec Lio-
nel Benjamin et ses invi-

Entree G. 25.00

ETOILE CfNE

LUNDI 10 DECEMBRE
A 6h30 ET 8h30
DRAGON ,DU, KUNG-FU
ENTREE Gde s 1.50 ET 2.50

Mardi a 6h30 et 8h30
NANOU FILS DE LA
JUNGLE
Entree G. 1.5G et 2.50
Mercredi a 6h30 et 8h30
SOS CONCORDE
Entree G. 2,00 et 3.00

x x x x


REX THEATRE

Mardi a 12h 21, 4h 6h 8h
10h
LE GRAND SOMMEIL
Avant 5h 2.50
Apr6s 5h G. 4.00 et 5,00

Mercredi 8 12h 2h 4h 6h
8h 10h
LE GRAND SOMMEIL
Avant 5h 2.50
Apres 5h G. 4.00 et 5,00


Pour vous Mesdames

La Mode 1980

chez Mme Edma Large

Rue Riviere No 16 Tel 5-5038

De preference sonnez avant de vous deplacer.
Des rubans pour routes occasions models unique
lavables.
Des chapeaux, de jolies fleurs pour garnir vos robes
et cheve.ux etc.
Des diademes pour chaque type., e beauty, gerbes,
voiles et porte-alliances.
Vous serez aides dans vos choix en toute discretion
Des rosettes de c6r6monie pour hommes et coupe de
cheveux tons les styles.
Produl.ts efficaces centre les peaux grasses, aches etc.
Hatez-vous pour vos achats et commander de fin
d'annde car pour cause de depart le petit studio sera


fcrm6 pendant plusieurs jours.
vbgkqj cmhfy cmfhy cmfh y


itb


LA DIRECTION


A VENDRE OFFRE SPECIAL
1 OGn6ratrice 8D kw Marque Berliet
1 Camion Atel1er avec.citerne, et comresseur Marque
SAVIEM
1 Niveleuse (Sraper)

PqOrl tout Renseignement appelef au 2-2793 entire
8 heures et 12h30, 2h et 5h.
jour ouvrable ou Ecrivez a B. P. -1670
MENTION: OFFRE SPECIAL

------ ^vr.sa --s'ssswss~v-iw


I .~_~~~.._ .... .. .----- .~


HORAIRE D'OUVERTURE -



SAMEDI


rAGF'V?


4cooocov)CP)--)b-r-- //fU~r~


i


MARDI 11 DECEMBRE 1919,



DANS NOS CINEMAS
IMIPEBAL ..i,






MARDI 11 DECEMBRE 1979" .

AAAA*AASASAASAA4AAAAAAA a&A-AA AR a AAamAA AAtAAAAAASAAtAA--A
PANORAMA Lh MuSSA@W P SIDM A VS- f Mt MSUM M 9N-

MIr Thrpa Tn nnrv Nnh ol nni. 1'wnfani Mee 5U 4 if. Dt1 ONCERAY


1it nr (ll11 s i-,sI TINI
I'AliiLe, Ali il
8lhoba. 1 o 11l, Krlshl l...
(C '.'i noD is c(l- so II nil.ssoIls i
lainedoiilin qul i;'tialent lr
di. e : o b nri' ;Ix di f('rluni e .1
. .lhisB-iu ehavanp, la MAt .
io1. drs ei;'.tinls des nils-
sioli nlires d In C aritls a
C:rl tuba, Lumolgnennt plus
ii';n uIK idl.sCti'rs i.ll ti-'
vill ailh noe et de Ia rTusi
site de nirt.e I' lUlecsa. Ps r i
Nobel de la IFiex 1979
E1n reconip-os'i.:, a!'isi.


11ns, los enfants ll6glit! -
nimes, 1(s hiandcoanes me -
oi'iS ot Ineliitanx...
Parmnil l i. nouvpuix n(-,
.de -ashsnu Bhavan cpr -
tains, njarques par une na's
sance diff!iile et pr6matui-
re, reseon rncosetardes Doiur
toujoinrs. Oloicant la tlto
vur des dashArites iaas siur
emais s'arrteur et poussant
de longuiss plauntes au ryth
tne de son bolancemren.t,
Siindar quatr. anl, :-- ma's
qui en partk deux) ne vi
v a prob iblemeqi, ps longg
f. '.1 A i A- -


I.uindi 10 DTere re h la e- temps. -En .qepPj q .pins p t
I'in doe unne0 !niernatutona tensifs, son re-tard de de-
1e de leenfance, cette reli veloppem.ent du a la s oi',
ti-use nde terr.nm. le jury nutrition du:4nas. le. pro -
de Stockholm net it I 'hn miers pos de ga vie, je, eQo
neunr une fuint'e ou a conl -damn6 -ri (L. diabl.elnu-i
sac.ire so vie nn sculllement Sans les .,L .1E Ote Csi
a .1'action d.recteo on ta- cutta 'la malnutritlon t,-s
-'ur des dish"cites mais sur che 95 pour cent del en-
1toutl aux plus 'ii tsa- -i aints, silon 1ps crin eres .es5
Lliur affronter la bat'.l e organisarions in- .rrnatioqvi
la vie : I (nfans les, 317 npur cent d'enr.s
"Ds 1'-;ube a f,tlcit eux sont n rie s6veiemr.nt
ino tl de -1part ti.s 11 F- touc1es.
sionnaires de in char -'te
dans leur ltutte e con l x Les cons6quen(es son-n
n.si','re, l-s sours qouaale- trIs graves, affirmed un dea
lEs bob-As abanuunniIs, jns SANGII SAMITV, une orej
que dans e.s b.dnnvilles. n station b unanitnaire qui
lIles acc-illil on orple dicalq en plei <>. El



AVMS
LA CAMEP AVISE LES ABONNES QUI ONT UN
COMPETE ARRIERE DE BIEN VOULOIR SE BIEN
VOULOIR SE METTRE EN REGLE, SINON ELLE SE
VERRAIT DANS L'OBLIGATION DE SUPPRIMER
LEUR ABONNEMENT.





A I'occasion dzs fites de fim

LA LIBRAIRI

L 'ACTION SOCI

S(ue Bonne Foi e du C

VOUS OFFRE
CHERCIIES, PERSONNAGES POUR CRECIES, AI
MENTATION POUR ARBRES DE NOEL, LIVRES DE
ASSORTMENT DE CARTES DE SOUHAITS POUR N
D.ES CALENDRIERS, DES AGENDAS, DES ARTICLi
PLUS DELICATS.


los marquerqint l'eatnt dp
rant touted -son existence :
diminution deI globules
routes, les'ons Irr6versibl"s
flux cellules snerveuses dfu
cerveau qui so tradulsent
souvent par 1rte eparesses
apparent 9t i ne apathic
intellectuelle maindle pay
cho-newotiquea, a Ajlpi
par manque de fer...
TouteL 4 BWe l B 4es CQn-
te l'orpan s ia rwnenent
lenfamit plus vulnerable A
la maladte en 4 ininuant
sa capaclt6 de res stance
potaminLoaf centre \ p tuper
close et la 1n.pre
De l., paigEgjppa V huit
alois la plAp.at, .4-s l40.,
qui ne pisq qe a1,.2 kg, ne
rencAnfsefjIt oags de difficil
t1s iagdMpeg 5. ig w ere 'Fe
Spit une angniysion au-
isante.

De huit mo's a deux qpg
le enfarits d6favoris6s de
C lqijta rver i la
plus danv,ereuse p6riqe dtle
leur vie, r"lle qui decidera
de leur s&nt6 physique et
psychologique.
L'enfant, en eiffet, A cet
age n'est plus assez alimep
ti par s-a .ier el. ingurnl
t6 une nourriture liAsdsp-
tdep et commenr9 a boirs
l'eap plus que 4oetise 6c
Calcutas Par Lbsence d c-
diicatios hvginoQije et di6
te ique ie ce.:cle infernal
la malnutrition common
ae. Les diar-heks a, rdpeti-
tion qui sont le premier
symptome de c2 desdqu:ll
bre, sont tron sGuvent sol
gnus par... Des massages a
I'huile de ri-in moutar-
de) ciui aait comme un Dur
gatif.
Davant ce manque d'hy-



n d'anne



ALE

-eXtrv


RBjRES DL NOWL, OJtNE-
PRIERES, LE PLUS BEL
OEL ET LE NOUVEL AN
ES POUR CADEAUX LE-1


LE RENDEZ VOUS DE TOUS

LES SOIRS




HIYPPOPOTAMUS



DISCO CLUB



MERCREDI SOIR


Bacou lou Disco Night



AVEC LES


Ballets Bacoulou d.Haiti



VENDREDI SOIR




Catribbean Night

S AVEC t;



Caribbaun Sextet



SAMEDI SOIR




Disco Ferer


A PLUS TARD!


cwna eit ceqtt'Igoranqe fAt
dicale d'une Ires grande
partle de la population, Ips
mlssionnaltes de la cha-,it6
ont entreprls do.Duis plu
nseurs anndes uie qampas
gne de preven-ionu et d'ddu
cghIpt Dans ,les. centres pa
ra-f'ddlcaux. l4S religieu-

thodes nnatur'lles. dbe cOn
traceution. Mere 'Ehkressa
ql rejette castgoiFgeipent
1'avortement,. ayvur-ee Va-
doption des tres jeunes or-
phelins.
Plusileirs org nBiatiousL
indlennes' et utrangires Sent
ropenennes nutanient) s'oc
cupent oe trouver un foyer,
pour, Ip a, wts gapsngn--
nis.a Caer,.As .IA&efs, iapl
.,icnaR.p n im,tPrs graves,
aont ad'opj4s en Epirope, 1P
plus soiw.nt pgr des m ge
c ns.,e sles inJirmiereqs.
AyvAp 16 Prix Nbl de ais
Palx. 05cern6e a Iisere Thnre
. ga, sline isternationale
de 1'enfajpe s'ach vera
done spr one petite note
d'optLmn.ipme, malgre le dria
me gdes enfants cambod -
glens et la miis-u ord,
nalias dans l.nquf.Ile a d, 6
battent des dizltnes de mll
l ions d'enfants be par le
monde.
x x x
STOCKHOLMi, iAFPF) -

Damns son discourse d'in-
troductipn, le professeur
Sune Bergstroem, Pr6sident
de la fon.latlen Nobel,
rappelA le nouhait exprimd
stlans so- tesament par .1
fred nobel be vurt rec.,i
penser les cherniheurs qui
ont sre.. Ii a 1'humanstf
les pcus grand serviqp.
< mie de Phfslque et de Me
decline, a-t-il dit, ont soi
vent couronne des recher-
ches plonniereos ux fron-
tieres de note Co.naisali"
ce et fy.i, pojr cts raisonl
ne pouva'rit I'%re c.umpri-
ses que par quielqucs sp
cialistes,. a-Ceci est confo
me a.x soulhaits d'Alfre
Nobel. v a-t-il 'L )utA eAt c
isery.lcs rendae A 'huim
tA c.rresnpneair 3a deso b
ndfices future r-acre sat c(
tains pinx r,5qjoepensenI do
ddcoiverbes q li ont djAi
qu uine application prati
queP.
Cotti .id. ubie postula
tions est p ,rfaotempn t'
lustree par en pr'ix de (
te annse : le Physique recompense tr
chercheurs, les america'
St -.'en. Weil,-trr cet She
dor, C' G isIshn,' ainsi q
le PakiAln:,t SA ibdus i.
lam, nric-i. ; dan' la re
les lauri.als du pr6x de
decline. rAnitscn'nic A
lan Macleod CopTack
les Bit.ii'i-4u uGodfre
Hounsfield ont contrib
A la mise au point d'un
parell qui a dbja lnvolii
tionnd la technique d
diagnostic ladiologique.
Le prQfesseour Bergstroe
a ensuite souliand 1'imp
stance de la recherche po
.le d6veluppemenet du tie
mqnde. cpmaliaw des tra
vaux des laureats du pi
d'counome de cet'e annu
I'America!n Thdodore
Schultz ot le Britnniqn
d'origine anil.li.ie, Sin
thur Lewis, II a a he prop
c 'ti Odysseus iZytis, Lau
i at du prix it; littdratu
qui s'exprimats avec opti
misme dans une de res o
vres en proo sur cla j
ce du dvavloppement sci
tiflque,.
La rem'sc dens cheques 9
accompagnent les sprix
ra lieu mnardi au cou
d'ure ceremonies inoins
tueuse, au siege e la F
-dation Nobel
Les dix laur6ats qui (
valent ass.ster dans la
re A un banquet dtindn
leur honneur i iwaotel
Ville de la capltale iAI
dolse, sont :
Prix ic Mcedet'.ne -
lan Maclqgid Cormas
(USA) et Goebirey Houn
field (.GPR) pour le d
veloppemen pt.e is tnmoI
phie par ordinspeur
Prix de Physique Shie
don C Glaslow (U'lAi,
ven Weirbn'g (VSA) et
dus Salam (Pak) pour
trayaqx au l.cs particu
elementait es.


b-I.E-t 1. t tL5lte t f3 i 5 ieu -


(Suite de In late page-) oi
p
employ6 des moyans effica
ge, ,poqr conqrbtiger leurs rA n
ves grandloses. Qar si l'oeu n
vre quil nous -faut rdaliser o
ne se reqonnalt 4,aptce Adpg. q
tit6 que dans -le dplolement e
du g6nie strategic gul q
reunssnssait en 1804, 1'6difi
calqjfii QLe is Prem r' R pp 1
blique Noire Indhpendnite .v
du Nouveau Mpnde, 1 .est C
popr le moins exaltant de;se Ir
spvoir 4igiene ,de l'hbrl:a.
le6u6 par les Perei de la.Pa
tre et de pouyolr,s sas fep- d
pr6hension gucune revndlk-
quer Pt arsumer anio.rd'hui t
et detain, le commmnde- 1
Talent sur les frints no- In
v'enuxn t diversifies de la r
B-te lle Fononmirnle Pn vue
du Bien Etre g6ndral;s6. v
Je sales d'ailleurs, Mesda (
mes et Messieurs les Qon-
gresslstes, que vous formtz
ln stat major aguerri. Le 1
th6me general de vos debats
s dy Travail et son Role dans
le Developpement Econqmi-
que et. Socal d'Hait! per-met
non seulement de deviner
l'espace historique de votri'
reflexion mais encore de dd
termilif-r le v.tite chimp de
projections qui resultpnt
de vos travaux. Parce que
vous aurez identift6 avec n)A
cns;on le- moindres spirales
du miuvement ininterrompu
imprimA par ie RAvolution
au Pouvoir a la croissenre
nrnogressivp du corps social
L haitien. J'aimo A nenser nur
vous saurezie d6terminer svc'
- autant dpo iaeneur 1-s fnrrn'
1--, susceptlbles de qarantir
1'ind esensaple harmonlsa-
tion des int6rnts collectifs
6 tonit i ionl r deos rapTisons Pn
question irhdrentes o a la ~-ic
oi cssion m6mne dcs cnjonctu
6,res.
Comme voUis le seven l'i
rnolitioie global de Mon
G-iivernemOpyft .Ids Tustlc,- ,o
s e'loi no slest iqmal'- drierr-
tie du so e nrimordlnl d'Pq
6 snocPr Is nrarsini ver f In
Svenirj\dos classes laboreu
)r so. 5 toil'. s;, 0 d6miiohes
d Inas ", ormatnes dp la ens
l tlon et de l l prominoton. Le


VOTPF IwnJPnCCOrPF
MARDI 11 DECEVMBRE 1979 PENSEZ-VOUS AUX CADEAUX
-.... 1I -1- ,1-

El MiUs Alt 19 AVRHIL 2 DEC. Mt 1I zAwvT w
(BELIER) '04PR1CW NE Pensez done b qffrlr ies meiileurs
Poursuvez cette rdaliss- Prenez co ntatt avec epux S ffrr les meillei.rs
tion pro es'donnelle. La mu qui s3nt 4u loin. Bonnes con
sloue ou lune rtcr.ntion cuilu versat:ons avec nle cuoneil areS,
rIla voils anpnrter 1 dI la onrs. L'nprs mildi favorslse
dfepntS vitlos anplrs eauls a le trvail crLteur personnell LA BOUTIQVE DU GRAND HOTEL OLOFFSON EST
sujet d"ssignifiances. Croyez en voire intuition. 4A VOTRE DISPOSITIPN POUR LE MlyEILLEUR
20 4aIL A --, m 20 JANVncW AU IS FLn. CHOIX DE CIGARS
(TAUREAU) (VERSEAU) TEL: 2-0139 PROPRIETAIRE MADAME SUE SEITh
Prene: des decisions dans Agreablis conferences d'af
Vi-n rbk c vc i .e Laies snse- em -1i1


vos probe mes avec la jeu
nosse. LiS c6libataires amou
reux songeront au mar'age.
Sulvez vitee intuition dons
is-- enterprises profession
nelles.
31 MAl 1r 7-. 3-IN
Spyez direct dans les affat
res. FaitEs un effort pour A
tre compps. Ne counez casn
les cheveux en quntre ma'si
acenmnli$sez vos trOches me


n




E-
t:
v
V
te



cc
jC
'
f1
r
n
c



y
v


laires. Presentez vos id.es
aux suprieurs. Vous recevec
ulne invitation inattondue
sTuyauo financier vcnant
d'un amit
1j I EVRIElt AU OI MARSb
(AVOISS)N)
Conversations favoriAecs
avec jurisae et consetllers.
ioussqlVuZ vas reul-saiousn
de carrier.
L atteniton eat sur vous
Profltez de occasion.


Employee qualfife Soielet cherche

pour position !mportate, de

Vpjetfregc3 avec eprieace.

) aans eI domain Commercial


ageres. S V)US EWEaS N1
AUaOUKI tUl A
21 JUIN A .,i Trr.eLLT Si vous etes nU aujovrd'hul t AGE EOAL 25 A 35 AN
ICANCFR) Vous avez le. gout de lox :
Puveill1es -"s nljins d prtssion dcrte et par-iee. Vo
,nn16 il neinvent Atre d'~ri ire cuiviction vous sert dans t CONNAISSAI.CE DE L'ANGLAIS
'ne psachnsomaninup. T 1.s affalres et fera de v6ous
riva pre1Atesur est trns fa un bon home de 101. Votre ENVOYEZ : CURRIWglJIUM- VITAE
ir;ae. Partaez vo-i passe plus grand succ6s vent avec I
emps avec lPs jeunes. le developpement de vos ten 40 sdr6tu sdrt sdr sdr6 dd rERENCES
dances sociales. Ayante -e
23 JUITILOET AD sfM A sUT sens de la responsabillt6 A
iLIONI ) regardd d'autrul, vous runsi cmft6 f h 1 PHOTO IDENTITE
Affasre de coeur d'apparen r:ez come dducateur et
e bitll.aste mais A cheque dans le service public. Trst
our suffeit sa peine. De la artiste, vous ferez un eXcel AL'ADRESSE SUIVANTE ;
inesse vsus aidera loans la Sent animateur, auteur dra/ A R S T '
echerche' de l'occa lon. Un matique, romancer, dessina*
membre de la famille a un teur uu acteur. Vous savez Port an Prince 89 XO 0 'd
:arnantretedi-tdiS.e v-'ndre ne que vous produl
sez et Ates aussi en mesute m
3 AOUTy B SEU E be~commerclaliser vos dons
(VIERCFM) arListlque.L
Vous te s6rieux mais essa *e
ez d'approcher di succs a
c ez ,,lu rde 16 t6ret6 Evitez- J-Ao 1 ... .


le desordre ? la malson
mals n'allez pas aux extr&

23 SEPT. AU 22 OC'T.
5P4- fAINQB)
L'occasion est dane des on
droits insso-upnonnds. Forte
Inspiration crdatrice EmploI
ymz la. Sulvpz vote sent
mInW mans 6vitez de ratlori


PRIX DE CHIMIE naliser. "-.
Herbert C rao.mv (U4S) et i la
Georg Wlttig (i."Am pour 23 QCT ft a NOV e
des trava.ix rplats a 1? ] "mOIpBO.)
synthese organiqu La matnee favorite les
contacts ntre am:s. Envo
PRIX D'ECONOMIE yez gies vyitLtis Un Uo 9 k--,4eo
Thdodore W o4wAtW (i;A) let d'act qoptionel au -AE
et Sir Arthur Lewis Gbr) tente. Ne veWeg pas. ---'
mite de 1'Unipp Franco-Hai LE -' .. -
pour dps nrchqclles sur le 22 NOV. AUn Z I-I -
tiers monde iSA lsI ...
Un rol'o"en ,,coulsse "" ..... .
PRIX DE LtfUEli.ATURE pLeui v-W -nigre:..Laissn "'. .f SS.. t1^
Odysseus ,Illt,,$ pqiLe ap plqce A 1 4- --- -
Orec polur ,;e p.skMbl.e .LU .uqnte.
son oeuvre po.Ique (3Cn aqryz -biut 6lev&4 -


-, .-- ..- .... . . . . ..-.


It


%


l(l--------~u---~----~Y-~---~--2~~~C~


..........


a~siir~i~


I


adre de cette philosoph!e
uolilge r6gllgte q rjaentera
n'an pnas douter, le Tro s,
me Congres dans le iens d'u
e recherche de sblutlons
pportunes aux problepati-
ues dp trava.l lesquelles
mbrassent eAioiiement. 1'6
uLl pre aouhabp centre les
forces -- de productions, et
' a m. n a g e men t bde-
oil's elarsies qui perm ettent
1,- renrorcer l'gction de 1'Ad
roinlstradilon Pqbllqpe sur le
En effet, point n'est besoln
i'8tre grand clere pour corn
irendre, A cette Atape de no
are Revolut'on Economiqih:;
'imnfrieuse necessitA de dAfi
it"7 Ids -trrqes ctine just
rdpartition des initiatives et,
des charges sociales du d6
'eloppsment C'est Ip pour
iuoi rnmme de vas Assc'sa;
e'pit 1'a.efiau, le mobile et la
unslitA de dV.os trvaux: e'sRt
i'oensinn d.ine copeertatinn
lntelVgg',l-nt nw. .1-Ailtte h b
t- rip d thoreiafins f .4de
nrst'sfeni qu; fnrm"'i- votre
As'lnhI"p ,To" so'sheit. ne"
vri' vs'11 e oniiu'nsci'f
'rmnlp-i -n-l1r d.on -A voTps
rr,-"-etinn i- rnysq vonlll?
r" !'n--''l-'bo d vi- s nrono
9 l+nrri i i t neanur s q is
djii r'nn 'nisums de rA
f6rene's s's;rfsrn'.t-fpsl s -n
to+r- - ^'"I *n ^- T )_

'" et Mol attendons de
volus.
MIesdames et Messieurs les
CongresAistes.
Je veux, en termlnapt, sou
literr que vos travaux con
naissent le plus grand stUc-
c6s afin que la tenue de ce
Tro siAme Congres soft un in
vest!sWlAit au profit de la
prosperity nOt'onale et con
tribue A renforcer le profll
d" 1'heopine de LA NOUVEI,
LE HAITI campA par 1i RE
EVOLUTION AU POTMTOIRT -I
v's; A sash rer LE PI USt
GRaRrATn aRTV .pTT pIT.TS
GRAND NOMSRE., Vans la
Paix lt'V'ti et le Travail
r'nnstlqotif
AN (nT.TTE DTTVALT ,R
Pl-OQTDF'NT A VIE DE LA
REPUBLIQUE


(SIilte de la 16re page) connaissants d'avair' honor
7 de Votre Haute Prdsence
Travail dans un pays en dans cAttc seance inaugural
vole d'industrialisation. Faut Laurent II
11 rappeler que c'est I'occa- le du 3e. Cougre.s National
slon dune praise de conscien du Travail. Nous adressons
ce collective, dbin inventai- nos sincejs. gcgmaec ements-
-re' des experiences accumu- au Cormnte d'Organ station,
l6.s, d'une evaluation fu s ,* cgrpemn- !aolE de diffe- -
besolns prt-seos et futras, inteo Commlisions. 'a nos

Stional du Travail -a la possi des Alia rrs Socialei, au-
bilit6 extrdordLnagie de M4ellectuels, a g tp-.ng e;
nous rdvdler A, nouas-mines, de science, aux chercheura,
d'apporter tige A0Lkate -tous nos amis du monde -'
contribution A l'amn6lioration industrial iqpTercgi,1 e
'de la d gnlt et du.,blen e- syndLl qui, .A .~ 41 lA
tre :4e la varte nmaqse des record nous qnta 'ds met
travaillpurs r'raqX et ur- 1re en bran-c qette ia pr-
bains, des temmes .et des en tante organisation. Nous ex
,fants. primong nctre .gratitu4p ou
Bureau InterxationAl gu
Si nous lions 1. p probl- Travail, 4 topit es us organl-
mes iA., qhQ.gge, de 1'4nal stations iriternationaces qlu
phabitAmek A qepy.de la nous -ont'apportd Ile fruit de
crotsjgje ta~.q9graphigue, laur science ser de leurs-ex-
de l'exqae rg-tal et de. -la periences. Nous remercions
pression a;ccrne des 4 eul n egalement la press parole,
sur le marciie c(u travail, acr',e et tildvis6e pour 'lim
nous rdEalso.s 1'Immense,s portant ,trava jde, mftivy-
pou'iab'lte qul oUs lncoWp- tion qu'elle nous p tpermls
be et 1 asppor nou-rl par U acci-:gir' eg fgyaeur de ce
des million. d rhomimes e( d To''ro-me Congr s lpnal
Sfemmes demunis de. i.-itre -cu'uToaail, Nrup -or ins
pays d e lous *vo r tdyruyeo .RAs *wuY s' ereas uogr qW
rapsdemsnent eIs moyen -.46_ les riasiltats 4e ,c:p as.fsess
quats pour promog tpir los pernta1 tep.t ea. Tecao-gl.udis
structures etigtes par. I dp me du'atteridre pleineent
veloppement, ,pcur limlner le osbjectifs de dAveloppe-
la cr'se du lpgenernt, le cho meit a moyen term et' c
mage, le manque. de qualfl) long terme.
nations profens'dnnelles, -tc.
II nous appartient de re- Je Vous remercie
doubler d'efforts pour trans
former Ie paysag& soelo-qo Dr Hubert de RONCE-
nomtque haltien par d s.pro RAY
jets de m'se en valour ces Secretaire d'Etat.
resources humalnes, d'.eleva 10 D~cembre 1979
tion dc-s ie'veaux'\de vie de Paalls National
masses rurales et urbalnes
de. promouvoit 'emploi pio -
ductif et tout ce qui peun
ontr'buer A- iun e ut re -
parittion-du lreru nato o
n l., C'. st c P c i'tll v a d it
Snlis urgent A faire pnur sau i
Svpgarder ini o. fi r gliii,)
If .s b'enifalt de la ryv-u k r. -
Slu \'o0"

Mons'- sle Pisrdsident A Vie
-I. la Pp'ipiin.io .i a
HnorsiOhlp Pricmnlre Daone
dpe la FAniblioue s
Nous Vos on sommes tres re .. .








E M NOUTflWhOM MARDI 11 DECEMBRE 197i
PE --- -______ __-B---- ------_- -



CINE THEATRE TRIO PHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanent e) 6 heures 30 et 8 heures 30


Sl CE SOIS

Salle I $ 1.50 et 2.00 Salle II $ 1.50 et 2.00 Salle III $ 2.00 Sane IV $ 1.50
HULK DE PARIS rOUTE UNE VIE L'AFFAIRE MATTEOTTI MISTER MAJESTIC

cooACESTIo


Las Vins
Caia'crnieiis '

DES VINS AMERICAINS
k;LASSEES AU NIVEAU DES
FRANCAIS A DEUX
DEGUSTATlONS

THE NEW -,ORK TiMhES
Deux degu-tatioms de vins
tcnues receinmment oint donnAe
uie evidence collnvin caite
que de bons vins amnericains
n 'ont rlen a envier aux vins
'franqais.
La double epreuve compor
tail 17 vins rouges don't huil
Franqais, huit Californiens
et un rioja Espagnol. Tous
except peut-dtre le rioja
provenant de raisins cabernet
sinnvignon.
Les vins Itaient degustds
avece lc yeapx band&s'et sans
ordre particulier par cinq
connaisn turs. Au course de la
d6gustation. chacun remarn-
quait qu'un vin numerote 17
sortait de ,1, Inaire. Et 1'6
tonnement fut/considerable
quand il ful !e'vele que 1"
No. 17 s" lroiv;iit el re to
SEBASTIANI NONVINTAGFG.
Ainsi dnne. Sebastiani :wait
mvidemm'nt crel la surprise.

Convention de
l'Union Franco .
Haitiene des
Adventistes
Ce mErin a commend la
Convention annuelle du Co
mite de 1'Union Franco-hai
tienne des Adventistes du 7e
Jour. Raplelons que ce Co-
mite supervise le travail
des Organisations Adventis-
tes d'Haiti et des Departe-
ments francais, de la Guya
ne, de la Martmniquu et de la
Guadeloupe qui grouipint
89.354 membres. Des d6legues
venant du siege mondial de
1'Oeuvre, Pasteur David
Baash. Joe H. Figueron. G
vert Gustaveson cucx de la
Gutyane et de Ant;lles. G.
Sablier. R. Marie Meadelei
ne A Occuli D. Carbin M.
Pereau A. Cidolit M. Roseau
ont rencontre des d6'1"'gu6s
d'Haiti sous la presidcnce
deo Robert J. Kloost'rhusis
pour examiner les rdilisa-
lions dc ; ... qrui s'n ch v'"
ve ,I, .elaborer di's plni.s d'e
vaiig lisalion (I rl't-yninsinil
nour 1'avenir. Ils nvisaelat
1 'otuverturp' prochttinp d it
hospital modernie a Diriini.
li developpement de l'Insti
lilt, de Dirniini (,t l'.exle, nsioni
di Secours Advenit islp d.Hniit;
Nous leur souhoaitolns boia
succcs!


OMNWA

SERVICES

Louis AUGUSTIN
Compi;:ble
125, Rue du Centre 125
Phone 2 1548
-- O --
LICENCES
VIGNET rEd
'- ASSURE l'E
VEHICU ES j
RAPIDiTE 9,
ET SER,.ETJX
ETC.


LA VIE

LuLluAELLE

CUS join's-c., la vie ari ti
quc ccL tres' dense, C'est
piusqu ail jUis ic juur qu uo
1nicitistie, cu.'s ce unmalne.
une activity nlotaoDlc expos
Lions, conlcreinces i n1ms eue.
in eilet, il cst de coutu-
me cilcz nous qu l'appro-
che des fetes de fmin a an-
nee, les artistes peintres
aigan.sent des expositions
de leurs dern&res oeuvres
acLuenement, et pour cette
seule sema-ne, on note au
nmoins trois vernissages: Ce
sera le jeudi 13 a la Galerie
Marassa 1'exposition des oeu
vres de Jean Rene JerCme.
Du 13 au 21 Dec Jean Rene
Jerome exoosera ses dernie
res creations.
Ce sera le vendredi 14 a,
la Galerie Panamericaine, le
vernissage des oeuvres de
trois artistes don't cells de
Jean Claude Castera.
Ce sIra egalcmenlt 'exp2-
si, on chlez Nader a Despin
des oeuvres dc l'artiste Lio-
nel Laurenceau. A partir du
14 Ddecmbre
De plus, on doit noter la
, .. , -. a Institut
Francais dMHn'ti des deux
dern ers 'films de Jean Ma-
rie Drot: Art, Africains et
Ocecaniens et Saint-Solell
ou le dernier voyage en i-ai
ti d'Andre Malraux. Ce der
nier film est atendu avec
un certain ineret dans nos
milieux intellectuals parce
qu'on se souvIent qu'apres
la visit de Malraux en Hal
t'. il cut a consacrer un
ltapitre do sun livre 1'sn-
tenmorcl iI la peinture hai-
tienne dans Pleuel il a dit
des choses subimes sur -no
tre peinture naive. Rapp-"
lons que ces films spront
projiots le vendrqdi 14 A 7h
30 P.M avec ic concourse dp
1ONTRP et d'Air Frqnce fA
lInsttut Frnnva's d Haiti.



Remise d tropheee
a Theodore
beaubrun

LLi smina ns -elrhilifrc nousu
est revenue de New York le
gnrand auteur aceur Theo T
clore BSn-.'trl]ii qui a el in
site pa1r la Caribbe'n House
inc. i roclrvoir un trophee
pour sa 'mogna,)nimc contri
hiulion ; tIeHr aige cultural
ide's peoples d& la Caraibe,,.
C'e.st, e qui cst inscrit en
tinigiLs slir e ilnm;iinifiquc
srophee.

Ln remise nes trnphees a
divs rs grants artistes des
Caraibes a eu i(Iu au ULn-
coln C-inter l Dtimanche 25
Novembre erecule.
Lc grand dti-',eur J ;in
Leon Destige a requ aussi
un trophec ce jour-la.
NOul prt(-auitluns nos feli-,
ifniltion: a Thdodore Beau7
brun etc. T i


DECLA


(Suite de la lere page)

tiste SALOMON qui ont d1i
laisser le Petit FEminaire
a cause du Plre Attis
En 1977 le Pere Florian
JEAN-MARIE, directeur des
petits selminarntles, nous
supplies de 1'enlever du Pe
tit Seminaire.

En 1976, le Pre Roger
BAPTISTE est nominee Eco
nome du Petit Seminaire
pour remplacel ie Plre
Albert GOUIN.
Un Conseil d'Administra
tion est form. II est presi
d6 par 1'Archevlque lui -
mIme. Mats bien vite, des
paroles anmeres, des r6cri-
minations contre a.'Econo -
me rlvilent que 1P Plre
Attis veit dinrger le Col
lge tout snui
Discussions, menentente
entire le Pere Attis et le P1
re Baptiste cundu'sent aul
refus du Pere Attis d'accep
ter la division des iftches
dans 1'Administration.
Le Pere Atfs occii i'
son propre gr6 de recevoir
'argent de L'ecolage 1
veut garden la Dinection et
Economat du Ietit Semi-
naire.
Bien plus, ii s'en prend
a Monseigneur Albert DO-
RELIEN, Vicaire General,
qui durant notre absence
de l'Archidiocese a dui in-
tervenir dans le conflict en
tre le P ne Attis et l'Econo
me du Peti4 Seminaire, P1
re Baptists.
Enfin, 1e conflict a degd-
inere etn scandal devant,
ceitains parents d'eleves,
le Mercredi 26 SOptembre
1979 quanl1 le Pere Attis de
manda a pertains parents
venus a l'Economsaut ),our Ie
paiement de 1'6colali, e
lui remettre personnelle-
, ment 1'argent de ecolage
i la Direction

SITUATION IN'iF/NE
DU COLLEGE

Nous avons reCIu en notre
bureau les doelances de
plusieurs caL6gories de per


La prudence avant
tout

(Suite di la iere page)

public qui come on ne sau
rait l'igiorer, represent un
appui moral a-sez consider
ble.
II serait assez penible
pnur les surnamiens de re
monster 1'handicap de 2 buts
d'ecart face aux footballeurs
haitiens. Pour atteindre tou
tefois l'objectif f:nal le con
,ilgn,. du chef d'orchestre Re
na VERTUS doit ltre respect
t6e la lettre: de la press
station assez opportune des
joueurs dependra la perform
I mance escomptee.
ALIX CARE


n ~ Deratisation




BO C R Fumigation


PEST OI Extermination





Protegez votre mason



1 centre les termites et chauve souris


i Delmas is, Buflding Curacao Trading Tel 6-0431

l a ccoessosec


RATION DE Mqr. FR


ARCHEVEQUE DE I

sonnes, des parents. des cettl regrettable alfaire du
grands 61'ves, des anciens Pere Attis avee U'Econome,
du college, sur la march Pire Roger BAPTISTE, 1 au
du Petit Scminaire Col torit6 c vile a ted inform.Se
lege St Martial par l'intermediaire du D6
patement des Affaires E
LES FAITS : tranglres et des Cultes
Aprls avoir lout tent
Il n'y a pas de discipline pour ramener ce pretre
au Petit Sdminaire dans la voil de 1'obdissan-
Un professeur a. prefe- ce, nous avcns infoime 1 au
rI offrir sa mission par torit6 c.vile e former un
ce qu'il ne peut pas trn- Conseil d'Administration
vailler dans le climate d'in pour use meilleuie ges -
discipline de certaines class tion do Petit Sdminaire
ses. College St Martial.
Voici le communnique an


Le materiel a l1'6ta-
blissement nest pas pro-
tege et se deteriore.
- Le laboratory de scien
ces naturelles, oeuvre de
toute la vie du P. Gasser
est abandoned a Ia pous-
sidre
- La cour du Petit Semi-
naire est sale.
-On a organism plusieurs
bals au Petit Sem'iniare.
Une religieuse qai est an
service di Petit 8minaire
declare que 1'on peut corn
parer 1'etablissement au
Night Clu .iau Larnbi>.

Voila le- faits; qui ont .t(d
denonces au Plre Atss-
dans plusieurs lettres que
nous lui avons kcrites corn
me avis et munition.

Nous n'avorin pas seule-
ment cnrit de, lettres, nous
avons convoqu. le Pere At
tis et le Pere Baptiste, tl
jeudi sain,, jour de la fete
du sacerdoci, et nous les
avonfs exhorts a pretidre
conscience du scandal
cr6e par leur dcesnion et
leur comportment au Pe
tit Sdmlnaire. Le Pere At
tis a refuse categorique -
ment d'accepter la collabo
ration du Pere Baptiste.

DIX ANS DE
GESTION (190C-1979)

Dix ans de deterioration
du material
Dix ans d'indiscipline
Dix ans de gaspillage de
certain fonds du Petit Se
minaire
Dix ans d prodigalitL
pour garden une popularice
douteuse-
Dix ans de dolaeans re -
ques et cd patience pour
qui fame encore>, pour
aider un uretre a se refor
mer. Mais holas, peine per
due. Ca l, rdsultat obtenu,
c'est 1'arrogance, li d6so-
beissance, la rebellion et
la diffamation centre l'au
torite diocesain

Mais dira-t-on, comment
expliquer les success sco -
laire ?

Nous fnme,: prolesseurs
d'enseignemeint secondaire
durant huit 18) ans au Col
lege St .i.ouis de Jfrmie
(1956 a 1964). Nous nous ex
pliquons bien les success
scolaires au Petit Seminal
Ce College St Maitial Lie
Petit Seminaire College
St Martial regoit une bon
ne clientele d'eleves, bien
does II ainSpJs.' uce i ninS
necessaires pour assurer un
bon snlai 'e o '' e -fessp1-s
Il dipose encore de 1'enegi-
drement protessoral laisse
par les Pe,-es du St Espnt
Voila ce qui peut expliquer
les succe;, scoldires
Mais bonne clientele,
corps professoral compe-
tent, locaux adnquats, lne
reglent pas le problem
moral de I'ddiucation chri
tienne de la .-unesse

D'ailleurs le Pbre At ig
S 'a jamals assure e course
au Petit Serninaire. It n'd.
jamals prononce de confe-
S rence spirituellE II n'a Ija
mais faith de course de cate
phisme ou de morale au
Petit Semnaia"e duriant cea
dix ans de direction.
A toutes les phases de


nongant, la formation du
Nouveau Conse.l d'Adminis
tration

COMMUNIQUE /

Nous avons 1 avanta -
ge d'anp:oncer au person-
nel ens igians, sax reli -
gneuses responsables des
services interned. nux family
les des leaves du PETIT SE
MINAIRI COLLEGE ST
MARTIAL que les dispose
tions snivantes a ct ete prl
ses par 1'Archeveche de
Port-au-Prince pour la bon
ne marche de cette Insti-
tution ecclesiastique dio -
cesaine

1- Le titre de Supdrieur
du Petit dem natrr, Uolle
ge St Msrtial est et demeu
ie supp rime.

2- Un Consci'. 0 edminis-
tation Iforma par Monsei
gi ur llArcheveciue de Port
au-Prinqe ea' prsioa par
Lui ou Ipar sin Vicaire g&
neral assure b. partir de
cette date, la gestion du
Petit Siminaire College
St Martial.

Le Consseil d'Administra-
tion est ,iinsi compose :
President : Monseigneur
1'Archevlque de Port-au-
Prince

Vice-Prdsident : i aonse -
gneur le Vicai're glndral
Co-DireqtEurs Feies Jo
seph ATTiS t Jecan-Baptis
te SALOMON
Membred du Conseil
Sec etaie IsLenrl :1 Perte
Calixte 7HILAIRE
Tresorier : Pere Roger
BAPTISTE

3- Les I attribulticar des
Co-Directeurs sont d6ter -
minees par 1 Archevlqune
d e Pqrt-au-Prince 9
fixes par des etatuts.
de Pprt-au-Prince et
Port-au- rince, le 7 Dlcemn
bre 1979
Frangcois Wolff LIGONDE
Archeveque de Port-au-
Prince. |
I1 est | a nober que le Plre
Roger B' PTISTE ayant re
mis sa idemission par let
tre a la date dui 7 Ddcem-
bre 1979, le uPre Calixte HI
LAIRE sta devenu Secre-
talrer gd eral et _', sorier.
Nous uvons invite par let
tre le ere Jo.-eoh Attis d
etre present I- vendredi 7
Decembrl a 8 heures pour
1'envoi .es coulpurs. Le
Pure Attis ne se prlsenta
qu a 9 a-ures, elarant
qu'il vaneait dce recevoir lI
lettre. fous nous sommes
present, Mcnseigneur le
Vicaire 'enral, Albert DO
RELIEN, le Fere Jean Bap
tiste SALOMON le Pere Ca
lixte HILAIRE, le Pere Ro
ger BAPTISTE, au Petit Se
minaire College St Mar -
tial, pour announcer aux I
nlves ea aux professeurs
prdsents la formation dn
nouveau Conseil d'Adminis
traction, lie vend-edi 7 DL
cembre 979 A 7 hres 45, du
mating. .jus .vons preside
a lenvqi du drapeau, prd
sent 1 nouveau Conseil"
Nous avnIs exhortd, les e
l1ves, Al l'rurdre. ladisci-
pline ea a' la gaix en ces
terms

e1) tit Sdminaire- College St.
Martial : .


ANCOIS WOLFF LIGONDE,


PORT AU PRINCE


Une JEUNESSE QUI CROIT
EN DIEU, Plre de Notre
Seigneur Jdsus-Christ -,et
qui prie, car une jeunesse
indifferente ou incroyante,
athbe, est une catastrophe
pour la soci6td et une pro-
messe de violence pour le
monde.

2) Nous voulons au Petit
Seminaire

Une JEUNESSE STUDIEU-
SE, QUI TRAVAJLLE et
se preoccupe d'acqulrir le
savoir et l'elucatlon pour
un deventr meilleur du
pays haitien-

3) Nous voulons au Pe-
tit Sdminaire :
Une jeunesse qui pratique
la GYMNASTIQUE et les
SPORTS qui fortifient le
corps et ennoblissent t'me
par la tenacitd, 1'en -
durance, 1 e courage.

4) Nous aioulons au Petit
Seminaire :

Une jeuness-e qui s'interes
se aux arts, a la poesie, a la
mus que, au theatre, etc.
et qui valorise les richesses
culturelles et artistiques du
pays.

5) Nous voulons au Petit
Seminaire:

Une jeunesse souc euse des
pauvres, conscience aes pro-
blemes socio-economique du
pays et dIcidUj a travaillei
au developpement human
integral du couple, dans l'or
dre, la discipline et la paix
Pour prendre nos respon-
sabilites devant 1'histoire,
car I'histoire nous jugera,
pour vous aider, jeunes eie
ves de St. Mart.al, a reali-
ser cet ideal nous avons yvou
lu prendre auiourd'hui cer
taines dispositions et assu-
mer la Direction effective
du Petit Semlinaire College
St Martial avec le concourse
d un Conseil d'Admin stra-
tion.
II n'y a plus de Supeneur
au Petit Seminaire.
Le respensba le effectif
du Pet bennmnaire College
St Martial c'est l'Archeve-
ehie de Port-au-Prince avec
le concours d'an Conseil
d'Administration.
Je souhaite que vous so-
yez fiers de votre College.
El pour ce;a, dts projects im
portants seront realists qui
reclament I'ordre, la disci-
pline, le respect de la hie
rarchie, l'obeissance, la
paix.
Prions le Seigneurn t la
Vierge Mare de nous aider
i maintenir haut le flam-
beau de notre Petit Seminai
re. 4 B
PROJECTS

Auditorium
Laboratoire ,te langues
Gymnasiumr
Cabinet -Ife Sciences nats
relles
Bibl'0theque pour les ele-
ves
Orchestra et Fanfare
Theatre
Observatoire A entretenir
Ateliers d'artisanat et d(
bricolage pour les jeunes>.
Nous avons recite le No-
tre Pere, la priere de St-
Frangois d'Assise, < fais de mol un instrument
de la paix>, le Je vous sa-
lue, Marie. Tous les aelve:
rassembles sur la court on
price avec nous. Et ensuite
nous avons demand qu'ilt
rentrent dans leurs classes.
Tout s'est pasre dans 'or-
dre. Les membres du Con-
seil d Administration se son
rendus alors au rnfectoirc
du Petit Semnaire College
St Martial pour une prembi
re prise de contact. Le Pier
Attis nous a rejoints a ci
moment. II dtait 9h30 du
martin. Je lui ai lu le com
muniqu. formant le nou
veau Conseil. It dlclara a
press la lecture du common
que: jours dit que j'etais dlmis-
sionnaire. Je donnerai mi
dtim'ssion au Chef de I'E
tate. Suivit catte declara
tion, un change de propo
tres series entre le Pere A
tis et Mgr Albert Dorellei
sur le sacerdoce, 1'obelissan
ae a I'autoritld etc. Tous ce
propos abotttirent a un
conclusion du Pere Attdi


cVous, Monseigneur Ligond6,
C'est moi qui vous ai fIit,
nommer Archeveque de Port
au-Prince. Vous, egalement,
Monseigneur Dorelien, c'est
moi qui vous ai propose
So mm e V i c a ir e
GenCralan. tout 6 t a i t
dit. Les Ordinaires de 1'Ar-
chidioclse doivent passer
sous les fourches caudines
du Pere Attis, puisqu'il les
faut nommer...
Le Pre Att.t part ren-
contrer Mr Julien Bright,
son econome. It etait dix
heures et dix minutes.
Nous nous rendimes alors
au bhtement de la section
primaire. Sur la court de re
creation, lesn petits enfantg
de 7 t i ans qui prenaient
leurs bats, vinrent m'en-
tourer, me prendre les
mains, la ce'nture. Je por-
tais une soutane blanche.
J'eus mille pines la pro
teger centre l poussilre et
la sueur de eurs mains.
Nous voulions mettre le Di-
recteur de la section primal
re au courant de la nou-
velle orientation du College.
II est ddjAL 10h40 Monsieur
Fritz Gousse vint announcer
au Plre Calixte Hilaire que
des leves de plusieurs class
ses ne voulaient plus tra-
,ailler. Un chahut s'organi-


zes garcons: Kills ki met a -
fl-a. Ils ont dit naivement:
Se Ryswick. Ryswick Jean
est 1'ancien Prefet des Etu-
des nomm6 par le Pere At-
tis, c'est dit- un, un ancient
professeur du College St
Pierre qui a et6 remercie
pour une aftaire peu digne,
dit-on encore, immoral me
me. II a 6te recueilli par le
Pere Attis qui en a fait un
Prefet des E',udes.
Morality: tout se fait dans
inotre petit-pays. Les eieves
mnmea sontestaqaress ne
garden pas tous les se-
crets...
II faut avouer qu'il est "
vraiment troublant que des
educateurs fomentent la gre
ve, apprennent aux en-
fants la rebellion, l'indisci-
pline.
Si les eleves de ce Coll,-..
ge catholique ont pu dire:A
bas Ligonde, a has Dorelien,
leur a-t-on appris le res-
pect de I auto'ite religieuse.
de 1 autorite eivile?
Aujourd'hui, C est 1 autori
te religieuse qui fait les
Prais du desordre. Si l'on ne
retablit pas 1 ordre, demain,
c'est le principle d autorit6
lui-meme qui croulera. Et-
1 on prepare une jeunesse
d'anarchistes, sans foi ni


et dans la comta. II y a un scenario assez
et danus appri. qulque dgoutant mis en oeuvre
Nous apps tard quelqdes par le Pre Attis, chaque
minutes plus tardt pqu e 1 lois qu'un pretre decide de
eleves mane certaent poured lui lesser le Ptit Semtiai-
maintin de certain proves re-College St Martial. Ce
seurs, et du Pere Attis. pretre recoit les appeals tcle
Essayons d'exercer note phoniques anunymes ou des
bon sens devant, ce revere mises en garden qui confi-
ment de l'attitude des ele- nent au chantage.
ves. Ainsi le pere Verrier fit
A 8h.70, les eleves ont e- la douloureuse experience
coutn silenc.eusemeni men d'un group se tenant dans
paroles. Mgr Dorellen decla la rue duranc la n u i t
re qu ils ebuva'entl, les pa et a h a u t e v o i x
roles que je lemr ai adres- proferant d e s menaces
sees. A 9h.30, ils sont en centre lui.pere Albeit Gouin
classes. A 10h30, au moment a requ des coup ,des telepho
oal pere Attis venait de re.- ne anonyme au moment ou
jo ndre ses hommes, il ya 1il.donna sa demissi, f au Pa
chahut, manifestations etc. tit Seminaire. II y a eu un chmnas qui est intervene ou>...
pour creer ce changement. Nous avons I l'Archeve-
II y a eu des manoeuvres che, subi la mnme exper:en
d adults inconscients et in ce, le vendredi 7 decembre
disciplines qui n'ont pas pe et le samedi 8 Decembre.
se les consequences de l t rs Des coups de telephone ano
actes. nyme ont ete regus interpel
lant Mgr Ligond6 ou Mgr
Un educ,.teur qui se cons Dorelien. eDoi6lien, Ligonde
Uitue fautcur de troubles ret lan rol nou Kite Pe At-
dans un etablissement, en tis trankil veye zo-nou>.
demandant l des eleves de Notre Vicaire general e-
se soulever centre une dec-' tait a 1'Archevech6, samedi
sion de l'autc.: nI lgitime matin, il requt un appel a-
mnerjte-t-il le n- m de forma nonyme. Avec sa repi que vi
teur de la conscience, du ve, il fit une bonne legon
jugemen*, du civisme? de courage h cc lIche qui
ProvoqueI un souleve- n osait pas donmer son nom.
meant de jeuncs eleves de 11 Comment croire que le
a 17 ans conte lautorite chantage, les moye s d'inti
lcgi't'mc n'est-ce point sa- midation peuient erjcher
per a la base le prinipe de condamner 1 immorality,
d'autorite: pierre fondamen la betise et le desordre?
tale de touts e sciete organic L'Archevlch6 de Port-au-
see. N est-ce-point jetel Prince a longtemps patien-
dans i'esprit et le coeur des te, a subi aeaacuup d'huml-
eleves urne graine de violent -'ltions au corrs de cette at
ce, une se-nenee d'anarchie faite du Pere Attis. Il a
Le vendredi 7 d6cembre, pris son temps. II a pris
des adtites indisciplines conseil des hommes pru-
ont pousse des leaves & di- nents. II a tout essay pour
re: A bas Dorel en, A bas Li ramener le pretre rebelle a
gonde. La leqon bien appri la raison droite. Mais tout
se peut-etre rspetee non fut impossible.
seulement a St Martial,
omais dans un autre College. Dix ans de gestion (1969-
Un group d'eleves se soule 1979) "du Pere Attis au Pe-
vera ca tre eurs profes- tit Seminaire College St-
seurs ou 'le Dirccteur. Des Martial.
groups d'employls de 'lAd Nows recueillons auyour-
min'stration publique se d'hui les fruits ameres
,,ouleveront centre leur C est linsoumission, la re
chef. PLD ouvrters se sckil& billion, la remise en cause
veronL centre leur patron de 1'autoritd le mdpris, 'ir
Atc. respect, les outrages con-
Des adulies inconscients trei lautorit6 religieuse.
dtcores du .tire d'dduca- Et avec ce mcpr.s de l'au
teurs. ont seme un vent de torite, chest la pagaille de
violence dans un College l'administratiot, le recul de
catholique qui est en mme la discipline cti b en d autres
temps un Petit S6miiasire. choses plus sordides enco-
N'est-ce-point une honte. re... Et alors, comment ne
Nous somnans dans un pas mettre en tutelle I'admi
pays oft les indiscretions nistration de ce pretre indis
sont faciles.Nots avons conr ciplind, rebelle, qui oublie
pres immediatement quels les obligations les plus sa-
element agissaient dans cet crdes de son sacerdoce, pac
te rebellion. BIen plus, une tise avec le disordre, tolere
petite enquete aupres de un marchandage lhontd au
certain l6eves du voisinage 'Petit Slminaire.
du College. no, a perm's L'Archevechr estime a
de savoir des ]e samedl ue voir rait son levo:c et tout
lundi, comme dissent ces 6le son,*devoir pour Phonneur
ves quoi? Et ils out avo.u6. Nou gar e de I autorite, 1'hon-
pral antr6 slminl-a, nou neur dt, pays.
pap travay Nap di: Se At- Port-au-Prince, le 10 de-
t's nou vla4' cembre 1979
Le mot d'ordre a 6ti don Francois-Wdlff LIGONDE
ne. La legor bien apprise. Archev6que de Port-au-Prin
Et qtand cr a demand & ce


1~11 1111~1 11~161 ~1~1 611 _~ I a II r 1 ~~31 IIII~ILI ~ III bl


II LI




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs