Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10571
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: December 8, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10571
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




LA MULTIPLE RELIEVE
Par Rend PIQUION


1 i:u 61uard aux cruelles
condillhonsI de la :trite, I his
iorlle elt' slgno queo 'Afrl '-
eII]] arrive, (i.dtpoulllCe de
pr.sque tlult, dalls le Nou-
venaU Monde. Comnlie eell.
,st comprond, lit brutality
cit. son arriaclhcnienli de son
.sol nnl.ial n lui a;vail r! p
re pernnis d'eltmport'r avec
lii ce qui cfit, pu servir de
riltreiotce a oun l tel niveota
de cul, ITr

S'i( itV.i:l l)t,sei nti9n loin0
dt rricre hnli mnasques, sta-'
litr tS, itffigiis sacries J-1
ses dieux t'L d sCs anucitre
en bois, .,' terit" cuite, en
pierrei on en brou'ze, usten
sile's, arnmes t l intlrumcsts
dc mnustIqU', ies melodies,
les myth's. lea rylt'mes et
les danses, qui avaient en
chint soin exittncoe pre-
umire, reountalnit't a ccr -
tains monnonte dan.s1 sa n
moire pour l'iiner a sup-
porter son purg1;:tonre.

Quant ses erryances, al,
lerees ceries au fil du
temps, malgr" les bapte--
-mes d'autorite ct les cul-
tes obligatuires, "lies e
talent reste.os vivaces on
lui, avec cOtte ptifticula-
rite que, neos nans des mi-
lieux sep.ire, si (lies se
differenciaictnt, oeles avaient
neanmoins c'cs points coin
muns qui rcridtierit leur
fusion possible e m6me na
turelle. /

Ainsi s'explique que les
esclaves des ateliers et
des champs se rotunissaient
parfois en cache'tte pour cu
lebrer leu- cult. Les co-
lons toloraien., *1 condi -
tion que ce ftf souMS leurs
yeux, certaiies rejouissan-
cos. Ils sa' mintrtient, par
centre, I ostilets a toute cen
centre, apoareinment ri -
Luclle, pouvant degenerer
en preparation a la rebel
lion cont) tl'ortire des cho
ses colonialec. c'ost-a-dirc
1'esclavage.

Cependant. rcertalnes
nuits particulie.rement nol
res et calin"i, i'occasion
d'un revel, d unre insommie
on d'une mialadle, ils pou-
vaient entnde darns 1
lomtain, charttrie par la bri
se, le martOllement sourd
de tambours, indiquant.
que, en dipit des inte--
dits, les ''scltn.ves se retro
vatlelt-ponr stAcrifier 5 leurs
divinites ou pour conspirer.
Alors,, brusquement cons-
cients de leurs forfaits, ils
fremissaiontt d angoi.sse ou
tremblairntL d'une peur ;e
compagnte do ,;ucurs froi-
des et abhu.cndanitc.

Le proeoiid mensric dans
lequel led's Blanca tenaient
les Noirs les (n il';ignaient
ia un point tel qu'lis igno-
raicnt presquc tout deo la
mentality, des ctutumes,
des aspiirat io o en un moe
dc la vie ciilLo:tcile cLt spl-
rituelle de ctux (itui, pai
precaution, excccllaicnt .
les dissimulcr.

Toutclefoi, cer;amn co -
Jons, plus oirtt que 1 Cli
autres, S;ava:Lnt assue
nI ctopmior tntii ittin t
des Noirs,. our. iluto6t ia'
Inadvertance le pls soil
vent, jetltei c desairol dani


le cohur des autres an
cqurs de conversations de
salon roulant sur l'avenir
de la colonie

Telle tai la toile an
fond morale, A St Domin-
gue jusqu'au jour oi 6cla-
la cotte fameuse rdvolu
Lion qui justiflait les crain
tes morbides des oppres -
sours.

Dordnavnut, les Haltiens
6taient condamnea vivre-
entre eux pour le meil
leur ou pour le pire.
A l'egard des croyances.
la plupatt des) nouveaux di
rigeants n'etaient pas mieux
intentions que lee co -


En souvennlu e mes grands
amis d:sparus, le Dr. Jean
Price Mars, Me. Jean-BapLis
Le Cineas et t'Ambassadeur
Philippe Cantave.
Dondon est un joli villa-
ge site dans les monta-
gnes du Nord. Je crois que
son nom amrmindien etait
Kano, car la riviere du
bourg porte encore ce nom.
Dans les temps procolom
biens, la -provirnce, of il se
trouvait, s'appelail Ca-Ana
Hou, ce qui veut dire la re
gion des fruits, des flours et
des noix.

Si elle mdriLoit cc nom
dans ccs temps-lI, elle le
merite encore aujourd'hui
car on y rotuve oen plus
maintenant des a bres fruit
tiers mItroduits d.as un pas
se assez recrnts, tels que 1
manguier, I'or nper, le ca
feier et le bananier.
II y a quand meme une
ombre au tableau, car les


Par Elysee EUSTACHE D.M.V

hautes montagnes qui sur-
plombent la valley ont ete
denudecs par la dense pope
nation a la recherche de
bois pour le chauffage ou
la constructimr des maisons.
Mais quand meume, la val-
Ien, arrosee par des course
d'eau nombreux et des
plu es assez frequentes, et,
rafraichie pat les vents ali
zs., a garden plus ou moins
bien sa fertility. sa beauty
ct son eternel printemps.

Du temps de la colonies,
Moreau-de-St-Mery n'avait
pas hesite aeclarer que
c'etait F'un des plus beaux
coins du monde. C est done
avec raison que les Aborige
nes en avaient fait leur pa
radis t'rrectre. Ils en a-
vaient fait anssi leur lieuj
saint et la ploce de la cream
tion du monCe pour une
autre raisin, car tout press
du village se trouve une
grotte qu'ils appelaient Ya-


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme Max CHAUVET



IRAN: ASSASSIN T

CHAFIK


ions Pour paraitre ecivilt- TEHERAN (AFP)
ses,> ou supirieurs a leur? M. Chapour Bakhtiar der
compatriotes, ils afflche nier premier ministry de l'ex
rent une opposition a tou- Chah, figure en bonne place
te pratique rcligieiuse popu sur la listed noires de l'A
laire, la tax)irent de supers yatollah Sadegh Khalkhali
titibn et edicttrent des lois qui vient de revendiquer la
pour arrive" a la poursul- responsabilite du meurtre
te des contrevenants vendredi a Paris du neveu de
1'ex Empereur d'Iran, Chah
Jusqu'a une date relative ryar Moustapha Chafik
ment recent, ceux qui et- L'Ayatollah Khalhkhali a
diaient la civilisation afr ordonnr lui mime une cen-
caine ou les cultures afri- taine d'executions aru Kurdsi
caines avaient cru qu'elles tan alors que, juge islamique
foimaient un tout com itinerant nommi par l'Imam
pact. Mais une observation Khome-iny, 1'ete dernier, en
plus poussie do leurs sue- pays Kurde il installait ses
cesseurs a faith ressortir leur tribunaux dans les villes de
variety, sans pour autant la region a measure qu'elles
nier leur profonde paren-- itaient rioccupdes par les
to' C'est peut-etre ce fac forces armies iraniennes.
teur qui, dans la fournaise C'est egalement 1'Ayatollah
de St-Domingue servit de Khalkhali qui a personnelle
ciment 1' lclosion d'unc meant sign l'arrit de mort
ideologie de la liberty, du souverain dichu de fern
1'egalit etl, du 1'indepen -
dance,


me et de ses proches, A l'ex
delusion de ses enfants. C'est
lui qui annongait en juin der
nier qu'il avait lance IeCar
los et plusieurs autres cqm
mandoss sur les traces de
1'ex Chah pour labartre ou
qu'il se trot eoti le ramener
en Iran pour y itre extcud a
Quelques jours plus tard,
il revendiquait la responseii
liti d'un oattentat manquo6
centre Mohammad Re-za X
lavi, alors au Mexique. eDeux
ou trois h6licoptirese, affair
mait-il a 1'dpoque, ont 6td
engages dans cette operation
qui. touiours selon- lui, .de-
vait pricider une deuxi.rme
me.
Le 28 juin il pridisait que
cette deuxieme tentative d,ex6
caution de sa sentence de
mort serait menie a bien

(Voir suite page 8)


baina et qui possedait un
vestibule et ure chambre in
terieure. Celle-ci est ordinal
recent sombre. Mats elle
est percee danm son plafond
par une cheninee qui lalsse
entrer la lumiere a lheure
de midi de telle sorte qu'au
solstice d'te on voit appa-
raitre le soleil dans toute sa
beauty. S'il faut en cro'.re
Charlevoix, chaque annie,
au solstice d'ete, une foule
nombreuse venue de tous
les coins de 1ile, s'y ras-
semblait pour feter solen-
nellement LOUKC, le pre-
mier homme cre6.

Yabaina, appelee aussi Yo
vana-Baina, n'-st pas la seu
le grotte de li region qui
joue un role dans la mytho
logie des Tainos. Comme le
rapport le Frere Romain
Pane, ils croyaient que le
monde a 6it peupl6 a par-

(Voir suite page 2)


TelWplone : 2-2114 Baite Postale : 1316
Rue du Centre No 212


"POUR ETUDIER LE DOSSIER

DES CRIMES DES ETATS UNIS "
*' M. GHO1 ZADEH DECIDE DE FORMER UNE COMMISSION INTERNATIONAL

TEHERAN -- (APF) lont6 pour obair le plus ra- IRAN :
-M. Sadeh Ghotbzadeh, Mi pidement possible> (aux DECLARATION DU
nistre des A fairies Etrange souhaits de l'Imam). -Le DEPARTEMENT D'ETAT
res, a decidV de former une Ministere, pursuit le com- AMERICAIN SLTR LA
.Commisslorli comprenant munique, va csonc concen- Bet4 trsonn e ten libres d'I- trer ses efforts afin d'aider INTERNATIONALE.
ral- et du nde pour e- au reveal des peuples et A Washington (AFP)
tudler le daos'-ier des crimes information de ceux qui Le D6partement d'Etat
:des Eats in;s>>. ne sont pas informs de ce inr niu, samedi que 1'Adi


Le Minislre. dans un
coipMuniquti public samedi,
prclise que, rtei. commis-
sion sera formres en colla-
.boration aqc les1 groupies
,anti-'mp6riallstes et anti-
slohistes du monde.
"La volon de e1'Imam e-
tant que. le crimes des E-
tats Unis spent portes a
la connaissance du monde,
le Ministire a decide, decla
re le commsnique, d'adap-
ter sa politique a cette vo


qui se passe a travers le nistration americai
monde>,, faisait pas d'illusiot
eDans les conditions ac- role qu'aurait la
tuelles, pursuit le Commu sion Internationale
nique, l'entreprise de notre de juger les Etats
m nisttre est indispensable noncee par le iMin
afin que soient portes a la n'en des Affaires
connalssance de tous les de res, M. Sadeh Got
sheritis les agissements de ces vampires, et ce a seule cisions tise la coi
fin de les preparer a affron asent eib6 prises av
ter les mithodes criminel- me qu'elle ne se
les de l'impiralisme et du a declare M. Geor
slonisme>. ton, porte-parole
Les evenements\ survenus tement d'Etat.


MI-FIGUE MI-RAISIN a lAmbassaae amercaine,
La signification et 1im- indique enfin le communi-
portaunce e ce phenomene \ que, one consistent pas en
avaient peut-etre echappe oL TY ATT une smple prise d'otages
aux hommea d'autrefois mais n un a.te rvoluton
UE'm -'-----n '-te'rtvolutionJ


jusqu'a les convertir en in
quisiteurs pour faire plai-
sir aux ancient maitres 1
s'ensuivit des consequences
facheuses nour la mentali-
te d'un people, ayant diej
subi de fortes pressions ma
terielles, morales, intellec
tuelles et spirituelles.

Pendant que les politi-
ciiens d'alo-is, apres avoir,
dans des textes lSgislatift,
denonce les pratiques ju-
gees superstitupuses, s'ing
niaient e apprt-liender ceux
qui s'en etaient rendus
coupables, puur pouvoir
eux-mnmes ecnapper k
'tout soupcon de conniven-
ce avec eux et a'elever sans
effort au-dessus d'eux, de
leur cote, les clercsi de 1'e-'
poque se taisaien', res -
talent indifierents, au.fond
visant, eux aussi, a un press
tige a bon mareho.

On s'explique done que
la literature national, si
fiemissante de larmes de
detresse, de cris dc colere,
demeurce presque muette
sur ce drame. CCelte attitu-
de temoigne d'in maique
llagimait de solidarity, d'un
d6faut de conscience, occu
pes tqu'&taloCnl itusn cote,
li's autorites a disscrter sur
les doctrines poulttiques a
la mode ailleurs, et, de
1 autre, les litterateurs a
adopter lets coles litterai
res en vogue, en .un mot a
poursuivr" do vaines demar

s (Voir suite page 5)


Je me souviuns d'un petit
appartil de raoio qui, dans
mon enfance, sans quil y
ait besom d'uns coupure de
pourant, s'arretait de fonc
tionner quand bon lui semr
blait. Plusieurs techniciens
s'itaient deja reconnus im
pussants apres maintes re-
parations, quand un nou-
veau revela que la seule fa
gon de remettre l'appareil
on marched tait de lui ad
minister queiques bonnes
calottes, faute de pieces de
rechange sur le marchi..
Nous qbeimes. Vlan! une-
neux, trois calottes et nous
entendions le speaker qui
s'etalt tu brusquement, re-
commencer h nous conseil-
ler d'aller sans plus tarder,
(parfois a huit heures du
soir), acheter le vase a
fleurs de nos reves ou tout
autre article aussi urgent,
dans tel ou te! magasin.

J'avais cru que nous e-
tions les seuls a vivre une
tell experience jusqu'au
jour ofi, incid(-mment, deux
personnel raconterent a
peu press la mime histoire
en ma presence: elles aussi
possedaient un apparel rea
gissant aux caiottes, faute
egalement sans doute, de
pieces de rechange. (Que
lon me pardonne le mot
jet, mais puisque c'etait le
haut de 1'appareil qu'il fal


Par Mona GUERIN


ait frapper et que les
lottes se donnent L la tete
par definition, j'ai pens6
pouvoir, a la suite du tech-
nicien, me payer cette peti
te incartade.
Cela se passait il y a plus
de trente ans, S une epo-
que, n'est-ce-pas, ot la tech
unique 6tait moins avanc6e,
oft les entrepiises et les ma
gains specialists ne rece-
vaient pas aussi rapido-
ment qu'A present des 'jtie
ces de recharge pouvaht
permettre db diner fc'utes
sortes de satisfactions aux
clients. Au poist qu'on de-
vrait pouvoir jurer que -les
appareils sensibles aux ca-
lottes, eh bien c'est le pas
se.
Mais on m'a rappele qu'il
ne faut jurer de rien car il
y a, semble-t-il. tout au
moins dans le domain des
reparations, la technique
tout court et la technique


haltienne !qui sont parfois
deux chose tntaiement dif
ferentes. La premiere est
destinee a ,out home en
droit de jouir, a travers le
monde, dosi progress qui se
multiplicnt !A son bonifice,
e ela second est destinie A
]'hrime lamitien livri S nos
bosses e et leurs patrons et
souvent obligi de pratiquen
syst6matiquament let bon
enfantismeit afin de s'ipar
gner des iongestions ceri-
brales par cite reconduc-
'ii0n ou la Ipure perte de-
son- temps at de sa saliva.
Deux aut-es petites histoi
res nous p rleront de ces
techniques.
11 y a environ douze ans
de cela, mla raconte un a-
mi, un s pepialistet m'a
propose d'enlever de ma voi
ture tous Its bruits qui i'ap
parentaient A une vieille

(Voir suite page 8)


naire et (n iancaitoir. Ils
sont 1'emanation des senti-
ments, non seulement de
tout un nir-in'' mpais de
tous les de;h"itos diu mon-
de)>.


t
a
mi-


ne ne se
n sur le
commis-
tchargee
Unis,. an
istre ira-
Etrange-
bzadeh.
1ue les de
mission)
vant me-
reunisseo,
rge Halnil
du Dipar


Cette commit'on, a indi-
qud M. Gotbzadeh samedi
martin a Teheran sera corn
posee de bres d'Iran at u mondet
charges en collaboration a
vec les groups < tes et anti-'mperialistes>>
d'etudier les crimes des E-
tats Unis.


ECHOS ET
INFORUATIONS 1

LA TELEVISION
NATIONAL: TRES
BIENTOT?
Des rumeurs persistats
circulent, sur la mise pTh'-
chaine en fonctionnement de
la T414vision Nationale d'Hai


FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIENT QUOTIDIEN D'HAITI EBR DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESS
JP


SOCIETY LES ENQUETES DU NOUVELLISTE

L 'IAITIEN A PEUR DE TOUT,

MEME DE SON OMBRE
Par Carlo A. DESINOR -


Nous mtions y p enser,
qam.4 .biUsitiienittt un
abpt -fouillie de Carrefour
passa devant nous, heuhc
lant sur sa carrosserie une
inscriptionn aui resumait
toute 1'intimite du' drame
HAITIEN: (Puisse Dieu me
proteger contre mes amise

En Haiti, la m6tiance est
un trait de caractire qui
s'apprend. Et de facon ra
tionnelle. L'eniant haitien,
des le .-out jeune Age,


SPECTACLES (HIER SOIR AU CINE THEATRE TRIOMPHE)

BRAVO GILBERT FOMBR UN MAIS...
a- Par CAPLO -


Quand nous enti
retard, hier suir, a
de salle du Cmne I
Gilbert Fombrun e
train de changer cc

< de famille
On aime les me
femnmies
On lit les mimes
puis vient la pol
et le dialogue s':
Adieu t'ami ..
Comme lui dans
son, sous avions ri
me toujours) l'arri
nous etions pret
toujours ausst) po
part. Pour la co
Nous etions, au f
rieux de savoir co
spectacle allait se
Serait-ce la coi
d'un amateur aud
la naissance d'un
chanteur?

LE SPECTACLEt

Gilbert Fombrun
merit do prendre
son spectacle ct de
a bon port sa,'s g
titti TI Wt it cot


rames en
la gran-
Triomphe,
etatt en
eci :

ine gran-

mes

poetes
litique
arrete...

cqsn han


dans ses habitudes de repe
tit on.
L'agencemcret des chan-
sons eut la vertu d'empe-
cher le spectacle de som-
brer dans l'ennui, plutot
dans la mono'onie, malgre
que certaines interpreta-


tions se retrouvacent de fa
con trop voyante, dans 1'ins
piration, et le manque de
divers ie dans les melodies.
Gilbert Fombrun manie
I'humour avec aisance et

(Voir suite page 8)


Une nouvelle line d'avialfln
a Port-au-Prince


Mardi apres midi, 4 Decem
ate (com- bre, vers les cing heures PM,
ivee, mais a atterri a l'aeroport Fran-
s comee gois DUVALIER, venant de
ur le de Miami, un superb avion
inclusion. flambAit neuf de la Marque
ond, cu- CESSNA (Station air II, Tur
moment ce bo) de 7 places et de deux
terminer.' compartments pour bagages
nfirmation Pilote 'par Frantz Bennett
dacieux ou et Christian Guichard, deux
nouveau aviateurs chevronnts, Ce nou.
veau apparel ainsi qu'une
autre places modulee 1980) attend
du pour la fin de D6cembre
a eu le serviront aux vols charters ou
en main air-Taxis entire Port au-Prin
- le mener ce, les villes de i'interieur
rands dom et d'autres pays de la Carai-
Su1n ro-n be.


mages. ii nes pas un piu-
fessionnel du show busi-
ness, mais il s'en est tirn a-
vec advantage, mime st le
public ou plutot la grande
parties du public hesitait
quelque peu a le suivre dans
des refrains peu entrai-
nants (il faut le dire) et
qu'elle ne retrouve pas


Tous ceux qui s'inquitaientt
autrefois pour leurs deplace
ments d'urgence a travers les
communes de 1'int6rieur non
desservies par Haiti Air Inter
ou en dehors de 1'horaire eta
bli pour les vols rigulters.
pourront disormais s'adresser
a eSONAVESAs section Hertz


(Tel: 61132i au bureau de la
62048) ou podr de plus am-
ples ren ,T.e.ments a la mai
son E iu.s BENNETT, Rue
Travers o;e Lfel: 20147).
Le nouvel apparcil de la
eBET Ati SERVICE>, coin
pagnie nouvellement fondee
a eff.ctut son premier vol
charter international Mer-
credi inatin par une liaison
Port au Prince Saint Thomas
et Tortola aller et retour et
ses prom-ers vols en Haiti,
vendredi t Jir&mie et Samedi
aux Borgne

I1 est he le doute que la
B et Gainr i rice, autorisa b
fonctionne r le gouverne
meant de la -'ipublique est
appeal a rendr" des services
appriciables S la communau
t6 Des primes importantes
d'assurances couvrent les ap
pareils, les passages et les
dommages centre tiers
Nos fel'citations aux pro-
mof-urs de cette line d'a-
viation.


prend consoienee du stress
de sdn entourage et e rtl-
trouve vite & 1 aliprehtis-
sage de ses modules immin
diats : ses parents

L'enfant re(t;ti des in -
tructions formelles : ne rten
accepter d'un camarade de
classes ou de quaitier, no
pas repondre A un interlo
cuteur qu'on ne connait pas,
fair ou crier a,i secours s'll
le faut, ne pas laisser train
ner ses objets personnets.
ne pas preter sa plume, ses
cahiers., ses ivres. etc. .


I1 ievient d;plonate, po
litielen e feaisani pas de
pOliiIttlib pour, autant. It
devient tout le .nonde et
personnel i la fIis. Son es
prit deformed, sous 'ten -
siotn est un laboratoire de
nigativitt.
L'haitien semble avoir
peur de tout, mime de son
ombre. I1 est mieiant par
education, il est mifiant
parcel qu il est sociable.
Une bonite femme nous
d;sait ceci : eVeOus ne poa
vez pas savoir a quel point
on D.nt tre cypnique dans


Au fur et S measure qu'il ce pays. Vous etes jeunes,
grandJ, le cadre des res- mais je te vous souhaite
trictiots augsrnteo. It ap- pas de fare crtaises expa
prend a p.artager les appre riences)>.
tensions de ses parents au Une autre
sujet de telle onu de tel- ((Cela me fast 30 ans da:s
le pprsonne, de telle ou de mon travail. Mais il faut
tell famille. Tri-s tot. il
apprend it mettre en dou- (Voir suite page 3)
te la valour et la reussite.
II apprend S trouver une W
explication a tout dans le Pour la proprete
sens de I'anormpil. Mme de la Ville
parfois au sujet dc ses ca-
marades de classes. II ap- LAdministration Commu-
pruend qu' n'estpase nor- nale de Port a Pnce est
mral qu'un coipaun lmusse a e train de prendres dis
veo'r du talent dans tel positions nocesas.es pour
d o m a i si e d e assurer la propret a e laI
termini et lui, non. Et an viurer la prophet la
lieu de se fire, de se career I1 semble que de nombrou-
un talent propre dais un ses brigades de journaliers
autre domain, l1 apprend nt eti embauehees en con
a s'obsseder de la reussite sentence
de 'autre. La verite est que 1'un des
Tout l e trouvo bien en plus gros probl6mes de 1'Ad
place ppur fabriquer ura ministration Communale a
sous-dev'Iloppe authentic toujours ete le fait d'arriver
que. Lesa structures lui ap a maintai-ir la Capi -
prennent, parfois de facon tale dans un tat permanent
douloureuse, l'illogique ct de propreti.
17rrationnel. Le gout de C'est que la ville s'est dnor
1'effort, du travail, de la moment d6veloppie. De nou
conviction s'evanouit, car veaux et vastes quarters se
le jeunt element haitien a sont ajoutes aux anciens, c
1 impression d tre uno qui, ividemment cree une
pieces de trop ou non prtvue tuati1m nouvelle et de nou-
oans une mecanique qui velles difficulties dane les
doit rou-c- cooute que coute travaux de nettoyage de, la
\ Citi.
11 a besoin d'amis. 11 a Toutefois les travaux qui
peur d'en avoir, II a vu s'effectuent et 1'organisation
trop souvent des amis cou mise sur pied sont appel6s
ler des aImis justement par bien stir, a donner des rcsul
ce qu'ils etaient des amis tats positifs. Ii le faut abso
11 aura donc des amis de lament Car Port an Prince,
situation. de toutes les mnnitres doit
itre propre. Et l'Administra
Dans 1'6chee come dans tion resnonsable doit faire
la reussite, il est sous tout Ce qui est en son pou-
stress. 11 est meliant. voir pour que cela soit.


En ventechez les bijoiutiers de la rue Bonnefoi PORT au PRINCE

BIOUX IJOUX

AT et aux Galeries.BERNARDIN CAP HAITIEN. Exigez a arque AT
MUA e uxG'M A


ti. ,
La derni6re imissioh date
du 24 octobre et tout- porter
a croire que la prochaine sor
tie sera la definitive.
Daas certain secteurs, on
advance dtj& la date du 22
dicembre pour l'inaugura-
tion de la Tilivision Natio-
nale.
Dans d'autres, si cette da
te Pst confirmed, il ne s'agi
rait pas encore d'inaugtr&a-
tion. La station fonctionne-
ra't quotidiennement pen-
dant un certain nombrq
d'heures jusqu'S l'inaueura-
tion officielle.
De toutes fagons, les
rumeurs persistent aet vont
bon train. I1 faudra atten-
dre le communique ou un
avis de'1'organisme intdressi

LE MINISTRY BERNARD A
L'ETRANGER
Au dibut de la semaine'
a pris 1'avion i destination,
du Mexique le ministry de
1'Education Nationale, Me.
Joseph C. BERNARD
II a 6t particini a une con
firence des minisees de 1'e
education Nationale de 1'A-
merique Latine
xxxx
Depuis inauguration du
barrage des Pidernales, il est
question dans certain mi-
lieu de 1'orection sur les
mimes bases de Cooperation
haitiano-dom'nicaine, d'un
barrage sur la s Rivire du
Massacre, dans la region de
Ouanaminthe.
On sait que solvent des 11
tiges opposent dans cette zo
ne, cultivateurs haitiens et
dom'nicains. rs d-rn ers o it
pris 1'habitude do drainer, S.
1'aide de petitPs pomnes hy
draulinues places tout le
long du l't de la rivlire,
toute 1'eau sur lours plant
tions.


DONDON, VILLE SAINTE

DES TAINOS ET DE L 'OCCIDEXNT


i


---'


------


(


r=----,





SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DECEMBRF .,1979


PAGE 2


DONDON, VILLE SAINTE DES TAINOS ET DE L'OCCIDENT


(0,ulld de l( lhr'c pagre) '

lir Id it ro tie' Ci ibnyo t-
It'oui it lt tlClelleni ll; l Volt
lt -(l -Il )ttmn'r,, sitlu e dun ,
.li ltiot ltai t l tt' C ott l, J oste A
i mil]t' nord-onlit (dlu bourg
>or Doln)olI Us mIunic'mnilenlt
tili' llt (t I tlI O osllaouayouial
ilih-rocicl y avait raIfir routes
Irs It-Ilines (i l s'y troLu-
vitnI pupollr lis tlrasporter
( n ls I'll c dc il Martinlique
po ir lu Lout s i-l. L'episode
dcl Gouagouyona dolt avoir
tni floi.d d verlit'e histori-
inte, car j'ai t.:ouvd des con-


c-rdanccs di ns 1 h!stoiro
0 aires 0eJithls de 'Amritl
que quem je devollerai dnas
inre llute elude.
Doildon eslt ;ionc un tr6
sor pour Hulaltl cause de
ses r1eliesses agricoles, sos
sites magnifiques, sa va I
Iur arclihtolog'que, ses nom
breitcs grotto', crocuses 6L
la base des montagnes
quand la terre jou'ssalt par
tout d'un climat torride,
11 y a de cela quelques mil
lipis d'annecs, que la vallde
du Dondon etait recouverte
par l'ocan et que des, va


Mercredi 12 Deceml


Le Bistri


3eme. defile de

)Yolande Montas

PREaSNTATION FINA
ude"1 h a C ol n


bre


ot


mode

1980

ALE
hAiuv


gues furlcuses vena'ent.hcur
ter les montagnes dmergees.
II l'est ausui pour tout
SlOcc dent et cela pour une
raison extraordinaire. Los
Indigenes, qui dlsalent a
Frore Rqmain Pane qcu'llds
s'appelalent des Altlens, u-
talcnt en r6alite originaires
d'Europel Ils fa'salent par
tie de ce meme group d'Ho
mo sapiens qui avalt dessi-
nd les magnifiques fresques
des grottes de la Dordogne.
Les grottes de Dondon sont
aussit prophtitques que ca'
les de la Dordogne! La preus
ve irrefutable se trouve
dans la langue que par-
lalent Irs AItiens. Cette lan
gue, que j'at pu ressusclter
de sos condres, grace h de
ncmbreux vocablrs encore
utilises dans le creole ha'-
t Erns et h ceuxtque j'ai trou
ves dons 1'excellent petit Ii
vre de Jean Fouchard l gue et litterature des Abort
genes d'eAytl>, est la lan-
gue-mire de o'Occldent, 1Eu
ropeen original qu'on cro-
yait d sparu f jamais.
Jo m'etonne rdellement
que les ingu'stes, avec les
mots a't!ens qui se trouvent
dans le Tdmoignage du Fre
re Roman Pane, n' n alent
pas pu fa re le rapproche-
ment. Prenons un example.


a donn6 et Qelul dle Pont- 10) Guyenne, comme .ui
dcs-Dames, au peti ruisseau ana voudrail dre-lFa c6te
qul couple tout pr6s. Pour- de la petAte mer*.
quol n'ont-Ils pas rv416d ces
secrets? Je ignore. Tou- 20) Dordogne, 3t l'4tymo-
Jours est-11 que s'lls a-' logl est Dorodo-lana, sign
vaJent falt, on auralt sU liberal, l rivli6re tees rapl
qu'on 6talt en presence de "de"e la petite mere.
parents de sang et on ne
les auratt pa privd de leurs 3o) Gascogne seralt cla
biens, de Icur liberty et de cote lest do la belle peti-
leur vie de l'borrible fagon te mere.


deorite dans le terribe re
quisitoire du Pere Las Ca-
sas. Pour mot, je n'a! aucu
ne raison de me taire.
Un passage dt Temso:gna
ge de Frere Roma'n Pane
stable indlquer de fagon
precise 1'endroit de l'Europe
d'od talent part s les .aned
tree des Aitiens qui etaicnt
venus s'iostaller dans la
presqu'ile du Sud de 1ile.
En effect, il ecrit ceci: eL2
premier qui se trouva en
Coaibai fut, dsent-ils, un
qui se nommalt Machletaun
rie ,Gouainaw. Le deuxieme
nom de cet indlvidu, Goua
lana, semble mnd'quer d'a
pres son etymolog e, le Gol
te de Gascogne. Gua'ana
pourrait Itre aussi la Guya
ne actuelle. Mais me basant
sur des concordances lun-
guistlques, je penche plu-
t6t pour le Golfe d, Gasco-
gne. En ut.lisant les ract-
nes de l'ait en on peut re-
trnu1er la s]n ifta -otion 1.r!r-


40) Lourdos, dtymologl-
quement, serait cla riviere
teds rapider.'
Comment des homes du
Mesolithique ont pu, 11 y a
au moins 7000 ans, traver-
ser l'Atlint qu? Je l'ignore.
Ma's ils devatent pcsseder
des moyens de transport im
portants puisqcL'ils ont ame
n6 avec eux des Cemmes qui
cnt p'uple l'ile d'Haiti et
toles le pays avois'nants, et,
aussi des hommes instrults
qu,. ont pu assurer la pure
te de lcour league a travers
lrs millenalirrfs.
Plusieurs auteurs ont par
16 de voyages prdcolomb ens
dO Phjn'cens, d'E-yptiens,
d'1 b.reux. de Celtes, d Ibb-
r*s, de Vik'ngs. D'autres
cnt parlo de s.mi'litudos en
tre des mots amtrtsdiens et
des mots sdmn tiques. D'au
trs enf'n ont trouvd un
moi qui, extraord'nair-
ment. s" retruove un pee


Rcma'n Pane rapport que ru oe '.... ,'- pw-tUtI uuai U ie m uut 10
lhs ind'genes dilsent que le motive de b-aucoup de.noms P. pturt designer une O 6va
d':ne personnel do leux jouxtLnt le Golfe. tion conique naturelle ou
norte leur apparat souvent Par example: artif.ic'elle ssar qu'on pusse
us la forme d un homme
ou d'unc femine>&.Un bon eli
ve du secondary, fort en ?U cuig a Mulaiia2giua
time, n'aurait pas de diff.
cult A vo r ue ce mot Cou eCieMi $2rne Sr ce
GOEIZ, qui s gnif"e done
fant6me, est preoque le mI ..E TAROT, CARTES MAGIQUES de 1'anci'enne EGYP
me mot en anglai GHOS' 'rE VOUS OFFRE LA SOLUTION DE VOS PROBLEMS
ou en allemrnapd GEIST. Ja.
pu du reste me rrndre comp qu'ils soient d'ordre 'psychologique, economy qu,, s: n-
te que de vieux malins de timental Social ou spirituels.-
l'ancien temps ava e't de. Consultez: LUNE D'ANTAN de Retou: au p;;ys apres
Le debut decoiuvrt Ie pot- vyg dtd
aux roses. Car ls avaien 8 ans de voyagFs d'6tudes et d'cxpdrenc.s pour vous
pu tavo'r PoU Ie pnys apple. serviX an Kreol, en Frano.'s In Enzl'sh auf Deut.ch
1e GOUANINE. ot le fa- En E pagnol
meux Goagouivona allait
s'approvisionner en (gouani Dat Mardi au Vendredl de 9 heurcs 'a 1 houre ct 2
nes> d'or et en < de jade pour en couvrir ses Lundi Service a Domicile
maitresses, n'etait autre qlue
le Costa Rica et que la grot Avenue Panamsricaine No. 184. Pdtionville (en face
te Cacibayaguoa se trouvait de 1lEnseigne de 1'Hotel Montana)
Voau Dodon. d'o lames qu nomn lu de
Voftte-des-Dames qu'on lui


savoir son origlne.Mgis tout
cecl ne d6montrait pas de
Iagon conva'ncante et cla -
re lrs relations nolennes
qui auratent pu exister en
tre Vanclen et, le nouveau
continent. IL y avilt surtout
cette form'dabie objection:


durs; pi, po'ntUts; ta, aetna,
T4p6 ou pita,' c'est la meme
chose; Certits ,eollines res
semblent. des\selns, 'lea
seins do notre mrre Terre:
d'o l1'explication tde e niot
qu'on trouve partout. Kar..
tepee et Karpathesi sont


b(
Ic

ti


St de tells relatlorts a- des months blen eonnus' dans d
vaient exist, pourquot ne le vieux continent et leur d
trouve-t-on pas meme dans ddnomiLnattidn provient de la i
les civilisatlons precolom- mlnre etymologle. I
b)ennes les' plus avancees li
de l'Amerique ni la roue, ni Tous ceux, qui jusqu-a t,
le fer, ni le bronze, ni les present ont ecrit. sur la d
an'maux domestiques de langlie att enne, ont donna C (
I'anci.n continent, et, nl des explicatory fantaisis-
.mime 1 criture et les chif- tes sur la signification des 1
fres, sauf chlez les Mayas mots, frolant smame la pu
pour ces derniers? Avec la re mystification Je me pro
ddcouvcrte de !a langue pri pose d'6crjre un article des
-mitive de l'Europe tout de- tind t' tre public dans une
vent d'aune eblou ssante rvoue speclaltseeooa j'expqse
clartde et tout s'expie.-"1.rai les raclne, de cette lan
Quand ces ancirns dmi- gue merveUleuge. Alors on I
grants avaient quittd l'Euro pourra gosater toute ,la sa t
pe, leso nventions mention- veur des anecdotes, cons es o
nues plus. haut ne'taicnt par les Tainos au Frert Pa- .
pas encore connurs. Ce sont' ne Dour 6tre transmtses Is
leg Keurganes. venus des la postdritd. Meme s'ils ne
conflns de lAsie, avrc leurs savaient lire et derire, ils
chevaux, leurs chars et n'dtaient pas d's savages.
leurs times de fer qui ont O1h sdait mdprts sur leur
apport et l'Europe ces nou compete. C'etait m~me de
v autds en mlme temps .
ou'ls bnt d6truit la vief-le
c'v stationn europsenne et
mis fin probablement aux LARGE S
voyaces transatlanques,
n'6tant pas eax-mem s un I USTRY
people mar'n.


La langue-mren dnmontre
auss! qua 1 Occdent n'&tait
pas seulcmenr, 'Eurcpe ou
les Indo-Europeens, mais
aussi tout le Moyen-Or' ent
la cote occidentale de 1'Afri
que, lAfrique du Nord, la
' -e orcntale de l'Amdri-
qe. du Canada jusquat la
Patagon'e rt m me une par
te de 1 O2an'r et de I'Aste.
Et 'pour expl quer le fa-
rnrux "t universal mot TE
PE niws gallons rerourlr au
bon Frtre Pane. Il nous dit
que qusnd les femmes part
rent touites avec 1 vaurien
cde Oouagouyona. leurs en-
fants abendonnes et affa-
mes crrurent avec atdeur :
To. to pour reclamer le se'n.
Donc Dans un autre endro't, 11
dlit que la mere de Dieu s'ap
0elait tGuacarapitas. Ce
mot dtymologiquement se
ddcompose atusi: Gua, la
personnel (qui a); cara,


e:lleurs, chrAttens nue
eaucoup d'autrcs, car ils at
latent leur prochain com-
ie eux-mimeE, #1nal que
olomb. lul-jMpme lavait. at
est6.
Il y vAra binnt6t Drs a lun
emi-mUldnaire qu' .l out
tisparu d leour Hle au otel
uimneux et pur. Ma's leurs
nmnes ne sont pas conso-
6es. Justice n'n pas et6 tat
eo leur m6nkoire. On lour
ot ,un geste de reparation.
Aornme ils ont cd61bre leur
iern'er solstice llbre en
.492 V'al Ie sentiment que
:e serait quelque chose de
deccnt s! toum les peuples,
qul se sentient cone]rnes,
organlsa'ent n leur hon-
neur un rassetnblrment so-
Ivnnil h la Grotto Yjvana-
BaIna au Dondon ptul fe
ter Ie solstice du. Quintecen
tlna re.
AYA BOMBE !
SALUT. HEROS I
e'"'"e EUSTI CHE.
D.M.V
Greenfield Park,
F Novembre 1979


;EWING

SFERIFirs


TECHNICAL SKILLED DIRECTOR ASSISTANTS OF

PRODUCTION (3 LINE CAPITALS) TO DIRECT EN-

TIRE PRODUCTION.


MUST SPEAK ENGLISh KNOWLEDGE OF ALL PHA

SES OF SWING VITAL.


ALSO OFFICE PERSONNEL (3 LINE CAPS)

OPPORTUNITY TO JOIN EXPANDING COMPANY


Send resume Salary

Requirements to Box 1419,

Port-au-Prince, Haiti


AU MONIDE


CHIC


SA GRANDE LIQUIDATION


anc prix nouv prix


PIQUE BRODE SUISSE. 54" DE LARGE

RODERIE BLANCHEET COULEUR 45" ET

S54' DE LARGE

OiKU lOLANCHE SUR O.GANDIB

B1ODERIE A CAMPAGNE

VILE SUISSE BRODE POUR ENFANT

SATIN DE COTTON M1PRIME 54" DE LARGE

lRibEAU POUR DOUCHE,

PIQUE SUISEM EN COULEUR W"

1lRODERIE IMPRIMEE

MtLON ElODE
NYLON BIRCDE 72,

CREPE IMPRIME

GABARDINE LMFRIMEE a'
CrEPE A BAMEES


$ 60.00


45.o00

30.00


$ 40.00


35.00

25.00


50.00 et 40.00 20.00


25.00
10.00
6.00 et 7.00

6.00

5.00

6.00i

6.00

3.00

5.00

3.00


18.00

6.00

5.00

4.00

400

4.00
03.00

2.40

2.40

2.00


TISSUS POUR NAPPE54" DE LARGE
SERVIETTE

VOILE IMPHIME 4"

DACRON COTON tMPRIME 4"

PONGE IMPRIME

CRETONNE

SEUVIETTES DE AIN

PLASTIQUE 72"

SERViETTES DE BAIN

SERVIETTES D E SAIN

NYLON PLISSE

PLASTIQUE 54"

INDIENNE IMPRIM E
TAFFETA


3.00


2.40


1.00 3 pour 2.00


3.00


1.80


2.00 2.40 1.60

.00 3.00


2.00

2.00 1.69

2.00 -MO


1.60

1.20

1.20


1.40 1.00

6.00 3 POUR 10.00


1.20
1.00
1.00

1.2,


80

80

89


VOUS TROUVEREZ EGALEMENT D'AUTRES ARTICLES QUI VIENNENT D'ARRIVER

ET NE SONT PAS EN LIQUIDATION

DEPECHIEZ VOUS LE STOCK EST LIMITED


JOYEUX NOEL 1979


AU MONDE CHIC

RUE DU MAGASIN DE L'ETAT No. 89


HEUREUSE ANNEE 1980:


_______________ ~ ~ -~' -'~.~-


S---------------- ---- -------. .- .


Us eaUru.1ers et pi us ua
; eodeles de la Cotlection.

Danse eyambiance avec

WMBER SICOT

et son Saxo

ATTRACTIONS

SGANDE TOMBOLA

otte da nombreux Lots

Ka, wi=S-u2z pas ce&tid avoth.S3




Le Bistrot
VOTRE RENDEZ VOUS/
RESERVATIONS TEL 2-1809


PURSUIT


anc prix nouv. prix


_ i\ _I _____i__*l_~_ ____l(i____;lilll___~__;____~_;__~_~_i ~_ii~_~l_~~__i_~__~__~I___Y~ ___~~ it ~1 _^iil~ 1Rj _Yj_; _____:__li/_l_ I


-A


. . . ? .


ia


- Cl~i;


---------------- -


=sx;-I~s~ ~c~s~s~


sx~-~i-~-,~.~w~--*i-uu~M-~uu~~


-----


`






SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DECEMBRE 1979

.na


AU CINE


IMPERIAL


Present cette semaine:












SALLE 1


LE CONVOY

4


Un film de Sam Peckinpah avec Kris Kristoffersen, All Mac Graw et



Ernest Borgnine



N Une explosion de colere, Un d6chainement de forces













SALLE 2


HARO ...





Un film oi personnel ne fait de cadeau a personnel. La tendresse est mise



au rencart et la haine fuse entire les dents serrees ....



et l'arme en bandouliere.


SALLE 3


UNJUGE EN DANGER




Le film de Damiano Damiani avec Gian Maria Volonte








Imperial de bons films.





un bo cinema



Vt


.. ....... ..... ........ PAG E



Carmt Socil PETITES ANNONCES


Dicks do Capitaine
retraltt
thridade
RobiHard
Pax Villa announce le d-
ces survenu le mardi 4 dd-
cembre en course 4 PM du
Capitaine Retraltd Mithrida-
de Robillard.
En cette pdnlble circbnstan
ce Pax Villa et Le Nouvel
liste prdsenteflt leur synipa
thie i sah Mere: Veuve Justin
Robillard, a ses enfants: Im
macula, Benedick Yolette
Sendra, Hervd, Betty Nadm.
Lemercier, Jean Joseph Em-
manuel Eddy Tony;
A ses soeura: Madame Le-
roy Voyard Mmine. ne Concep
tie Robillard, Mme.. Present
Joacilnthe Madame noe Marie
Thrdse5 Robillard, Anasta-
sic sl Robillard Madame Hugo
Pierre Mmie. n6e ARDREL Ro
i blllrd, Madamet Anne Marie
SRobil~rf;;.-;t
A sea WPrres: MocasSe Ro--
b'llard, Bertrand et :Sicrate
Robillard, '
A: ses cousins et cbusines:,
SRaPhafel Robillard, Prival
Robillard, Rh asson Feerdi
hand, Madame. L on Joseph
Aux Families, Robtllard,,
Voyard Joacisthe Pierre For
dinand Josepl. et A. tous les
atntres parent et allies Iprou
v6s par ce deull.
Les fun6railles du Capitai.
ne Retralt6 Mithridade Ro-
bilrlar .seron4 'chahties -le
mardi 11 d6cembre A 4 heu-
res PM en' 1Auditorium Ad
.venriste Champ de Mars ou
la d'pouIlle mortelle serg
expose des 2 heures pm.
812


DECEs DE MADAME
_CARMEN NELLY
LUMARQUE

Pax Villa announce le d5
eds survenu le 6 Ddcertbre
79 a l'Hopital Saint Frangois
de Sales 6L l,age de 57 ans
apres une longue maladie
coilragenisement supported
de Madame Carmen Nelly Lu
marque.
En cette pdnible circons-
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste prdsentent leur sym
pathie A ses enfants Mon-
sieur et Madame Mecanord
Charles n6e Marie Carmelle
Lumarque, .Beatrice Lumar-
que et Redgina Benjamin, a
sa petite fille Mithsou Char
les actuellement I New York
A ses freres et soeurs Cbri
ne, Denise et Roney Lumar-
que actuellement & N. Y.
Marie Lumarque, Lucien Lu-
marque, Hermite Lumarque.
A Monsieur et Madame Lu-
cien Louis Jacques, Docteur
Lionel Louis Jacques, G6rard
Auto et Charles Louis Jac-
ques, Marcelle Roger et Co
letter Louis Jacques.
A ses Tantes Luciana Esta
nice et Ldonie Lumarque, a
ses neveux et nieces Mon-
sieur et Madame Raoul Jo-
seph actuellement a New
York, Monsieur et Madame
William Ddeclien nee Car-
mdlite Saba actuellement a
N. Y. Monsieur et Madame
Renald Ddsilien nee Carole
C6nat act. A N.Y. Mimose
Harry Robert Cdnat ac-
tuellement a N. Y. Estervia
Joseph Lesly Saba, Jonel et
Bellande Bellegarde, Occile
Lumarque, Hugues Lumarque
Daniella W6bert Eddy Car-
melle, Yvon Ketly Chantale
Pierre Moise, Ydelmonde, Y-
vette Serge Eddar Lumarque
Martha Delanois Victor Jean
Jacques Madame Emmanuel
nde Marie Marthe Hayant A
son filleul Robert Jean Fran
gois actuellement k N. Y..
A ses cousins Ot cousins
Antoine Jean Frangois Hubert
et Marie Th6rdse LUmarque
Verndge Lumarque, a Mon
sieur Fritz Dipiton, a sot
associ6 Me. Ren6 Benjamin.
Aux families Lumarques
Charles Louis Jacques Jo-
seph, Ddsilien Saba Delanois
et aS togs les autres parentt
et allies dvrouvdt par ca
deuil.
Lea fundrailles de Mada-
me Carten Nelly Lumarque
seront chantdes le mardi 11
Ddcembre a 4 heures P.M. ar
lEglise du Sacre Coeur de
Turgeau.
Le convot partira de la
Salle Parolssiale ofu la d-
poullle mortelle sera expo.
Spouse dds 2 heures P.M.
xxxx

DECES DE L'AGR
PHEDHE JOSEPH
DIRECTEUR DU PROGRAM-
ME D'URGENCE ET DE
PRODUaION VIVRIERE A
DAMIEN.

Pax Villa announce le de
ces survenu le 6 Ddcembre 79
en sa rditdence privde i Car
refour a 1'age de 53 ans de
Monsieur L'Agronome Phd-
dre Joseph.


A V AL I.


A WERnn
POUR LOCATION
IMMEDIATE


to prdsentent leair sympathie
A son spouse Madame veuve
PhMdre Joseph, seph, s enfants
Mademoiselle Claire Andrde
a PhBdre JOSEPH
Jr. G T Y LUCKNER et
Ginefte Joseph, aes tfrres
et soears Mademoiselle Si-
mone Bien Ailm, Brissot
Bien Aime et Madame, a ses
Oncles at Tantes Madame.
Eugene Dauphin et famille,
Monsieur Henock Joseph Ely
s6, Madame veuve Lamartine
Ele et tamille, a sa consine
Mademoiselle Emilie Jean,
M. Mathurin Saint Hilllen et
famille, Monsieur Jean Jo
seph hsa filleule Mademoi
sell Yveline Latry.
Aux families: Joseph Saint
Die, Blen Aime Dauphin El4e
Elizs, et a tous, les autres
parents et allied 6prouv6s par
ce deuil.
Les tundrailies de M. I'A
gronbme Phddre Joseph se-
ront chantdes le mardi 11
ddpembre a 4 heures PM. en
l'Eglise du Sacrd Coeur de
Tsrgeau. .
Le convoy partira de Pax
ViXla'Sacr e' Coeur oft la d
pouil.le mortelle sera expo-
s6e. dds 2 heures.
NB. La tamille regolt des
condoldances At Pax Villa
Sacr' Ooeur le Lundl 10 d6-
ce mnbre 79 de 6 a 8 heures du
soir.


- rwr ,-ww


-j En cette pdnible circonstan
ce Pax villa et Le Siouvellis


ASSOCIATION DES
ANCIENNES DE LA
SAGESSE ET
L'INSflTUT MONFORT
POUR SOURDS-MUETS

INVITATION
Dans le cadre de l'annee
international de 1'Efa~t et
sous le theme L'enfant
dans la vie haitienne un
group d'artistes du foyer
des Arts plastiques vous in
vite m une exposition d'oeu
vre d'art qui aura lieu le
dimanche 9 D6cembre A 9h
hres A.M au local de l'Ins
titut Monfort situd prds de
'Asile Communal.
Cette manirestatlon cultu
relle, promue par les mem
bres de I'Association des An
clennes de la Sagesse, dans
le but d'aider 1'Oeuvre debu
tera par une messe animde
par les enfants handicaps,
suivie d'une causerie.

Des comptoirs varies se-
ront offers aux visiteurs,
le tout au profit de l'Oeu-
vre.
Nous comptnns sur votre
aimable presence A cetti
matinee consacrde a venir
en aide aux Sourds Muets
de notre milieu.
Mercl

xxx


Jane Feldman Offre
de: la Culver and sensationnele !
associates VOITURE NEUVEI
1 Ford Mustoag Turbo-
Hier soir, au Grand Ho4 cylindreSa- power brake-
tel Oloffson, a 1'heure oU power steering- climatis6-
le petit orchestra animait Radlo cassettes AM-FM St6-
latimosphre pour 1 e S ro- Amplifies 60 watts
clients comma pour ceuxvitres teintdes- Pneus ra
qui y dtaient venus pour diaux- couleur blanche-
prendre un verre, la jeune Intdrieur rouge-
et p6tillante Jane FELD- Sonnez le 6-1923
MAN occupait le role de 812
vedette tant sa joie de vi
vre 6tait contagleuse. Elle
dtait avee Madeleine x x x
EWING, eDesigners qui faith
a New York la reconver AID informed
slon des anciennes usines Nous tenons a vous infor
dn appartements de luxe et mer que le nouveau nume-
son abeaus Alex GREEN ro de t6l6phono pour join
WOOD qui fait la recover dre a 1'Agence pour le Dd
sion, comme entrepreneur veloppement Internatio -
en construction, des gran nal (AID) les bureaux du
des dcuries de New Jersey Directeur et d- personnel
en luxueuses maisons d'ia responsible des projects de
bitation, et avec le profes sant6, du d6veloppement a
seur Ashisli SEN ce 1'Uni- gricole et de la -prograin-
versitd d'Illinois et sa char motion, sis au 141, rue du
mante femme Colleen, E Magasin de l'Etat (Edifice
ditorn travaillant pour Saliba) est le 2-5500
1'Institute of Gas Techno-
logy de Chicago. Les numdros i former


Jane Feldman une dan-
sause Spatante, est de li
CULVER & ASSOCIATES
(El Tordo St Drawer 1, Ran
cho Santa Fe. California)
une grande Socldtd s'occi
pant d'investissements dans
les biens immobiliers.

Dans le voisinage de ce
group se trouvalt Ruth A.
DIEM qui venait d'arriver
de New York ots elle tra
vaille dans le :ecrutement
d'avocats pour le grand Ca
binet Paul, Weiss, Rifkind,
Wharton et Garrison (345
Park Ave, N." Y
Dans la belle et nom-
breuse assistance qui se
trouvalt hier soir sur Ia
vaste terrasse de I'Haita-
tion Leclerc ofs la Tirupe
Bacoulou de Madame Odet
te Latoui Wiener allait ani
mer le Buffet du Vendredi,
on remarquait Monsieur An
drd Leduc, photograph ca
nadien et sa ;eune et bel
le femme Louise de Mont
Laurier Qudbec Monsieur
Wolfgang Neumann pro-
,idtaire .de l'Hotel EL
CONSUL a Milano Marlti-
ma et sa jolie femme Ga
briella, M Lyle Haber et
sa charmante etitpagne
Jay Follmer de Houston,
TLds, et' Michael Mad -
sen et son sPartya Plus
tard la plupart des toin-
ristes entrdrent dans la
Disco Hippopotamus dirt -
gde par Lionel Lavelanet
pour libdrer la rianse de
leUrs pieds. Les plus admi
rabies danseuses -talea kf
belle Louise Ledue, Gaoy
Neumann et Nancy Mer-
rill, mannequin S New
York.
A.J.


pour joindre les bureaux
charges de 1'Administration
et de la Comptabilitd, .,is
A li'mmeuble Behrman, No
1, Rue Paul VI sont les
suivants : 2-4052, 2-4953,
2-4811, 2-4812. 2-4819
1012


L'HAITIEN A PEUR DE TOUT, MEME

SON OMBRE


(Suite de la 16re page)
savoir se comporter. Je ne
suis pas pressee. Toutes cel
les-la qui 1'etalent jus -
qu'S avoir augmentations
surn augmentations et deve
nir.meme les chouchous du
patron, oil sont-elles au-
jourd'hui ?.

Une autrc :
aJe d's toujaurs a mon
marl de faire tri:s attention
quand il s assied a son bu-
reau Il n'y a pas long -
temps qu'il a 6te promu.
Vous connaissez la reality>
Un home d'age mfir :
all ne Caut jamais dire
ce que vous pensez. Dites
de preference le contraire.
Cela ne vous coute d'ail-
leurs rlen.
Une mire de famille :
fants de ne jawais s'aban-
donner aux amis Les coups
les plus rudes qu'on re-
eoit das la vie, vous vien
nent des amle de vote
sein. Je leur apprends aius
si A nous considered, leur
pdre et moi, comme de vi
ritables amis de utul ils
n'ont ri'en a craindres.\
En Haiti, la mdfiance et
la pear sont des structu-
res sociales. Et en cela.


nous pensions quc le sous-
developpenient peut-Stre
& la fois une consequence
et une cause. -
Nous sommes un pays on
il semble n'avoir pas as-""
sez de place pour tout leI
monde. Le soleil est chaud.
Mais il semble petit et loin
tain

Daas chaque 9oma'ne.
dans chaque corridor et m&
me dans chaque famill .--
il y a un petit solell loin
tain sous lequel chacun .S,;
cherche une place. A n im
porte quel prix.
D'aucuns desent souvenir '
qse ceux-la qui rdussissent
sOnt des genies Mais no_.
sont-ce pas parfois les g6
nies du sous-dSveloppe. ;.
ment. Ces g6nes qui d6 E
truisent, q w divisent.
Dans ce 'pay;, come difI
la chanson, litomme res-
te un loup pour l'homjmn
C'est la civilisation de l'in
dividual'sme grossier. c'est
le chin-mang6 chin
C'est le dralue de ce
pays,
Et c'est dommage, qua
tout ceci semble etre 1'apa
nage d'une certain classes,
ou de certaines\classes :
cells de l'avenir.
CARLO -


A F'occasion des fetes de fin d'annde

LA LIBRAIRIE

L 'ACTION SOCIAL

(Rue Bonne Foi et du Centre

S/ VOUS OFFJP
S CHERC S, PERSONNAGES POUR CRECHES ARBRES Dh NOEL, ORNE-
| MENTATIN POUR ARBRES DE NOEL, LIVES DE PRIERES, LE PLUS BEL
I ASSORTMENT DE CARTES DE SOUHAITS POUR NOEL ET LE NOUVEL AN,
DES CALENDRIERS, DES AGENDAS, DES ARTICLES POUR' C DEAUX LES
PLUS DELICATS. '


^t3o*ll*oo9oeoalel^0^aaWWDWO OC

1) Deux belles VILLAS .
dans lea hauteurs de Pd-
tlon-Vllle ENTIEREMENT
MEUBLEES, comprenant
3 cbhmbres s voucher, 3
sales de bain, meubles et
tableaux de valeur, t16e--
phone, bar, terrasses, par-'.
king pour plusieurs voitu-
res, eau en abondance, pis
cine filtrde, vaste. court,
beaux jardins, accs trds at
sd, pas de oruit Tres con
enable pour DIPLOMA -
TE ou membre ORGANISM
TION INTERNATIONAL
Conditions de location ex
cellente
2) Dans les nauteurs de
P6tion-Ville Trds belle
VILLA. SANS MLUBLES 5
chambres a coucher, 4 sal
les de bain, granny .salon,
living, office, terrasses,
beaux jardins io gazon, vue
sur la baie, parking plu -
sieurs voitures, t616phone,
eau en abondance, pas de
bruit, accis aisd. -- Con -
vient A D)IPLOMATE Bon
nes conditions

3) On chercne a LOUER
A l'annde, a un prix raisoa
nable, un petit chalet our
la plage cotd Nord -
comprenant une Q1) chamin
bre a coucher cntilrement
meublde, salle de bain, Et

APPELEZ -
2-2326 matin
2.1107 apres midi
)
X x x X

A VEiNRE
2 Haut Parleur Cab' nt
Compris Marque FISHER
XP65 10 pouces 13x23x10"
Telephone: 21-508
x x

A VENDRE
Terrain A Bourdon 80 x
138, plantL, vue paoranm.-
que sur Port-au -Prince
Information .
Jusqu'a 11.30 A kT 5-0710
partir do 2.30 P M
6-1968
10)12
xxx x
La Philo du Lyct.
des Jeunes Fillaes
vous invite a sa tete heatra
le traditionnelle qui aura
lieu le d!manche 16 Decem-
bre 1979 5 6 heures 30 pm.
en son Auditorium.
au programme
WILLIAM MOUGHAN
Frais de participation $ 1.00


a.,. iii


Ip~






PAOE 4






SEBASTIANI




LES ME ILL URS VINS DE CALIFORNIE !



Dix Neaf Prix, don't trois Medailles d'Or a la Foire de


Los Angeles !



Six Medailles d'Or a la Foire Internationale de


Dequstation tenue d Ljubliana, Yougoslavie !


lasses .au meme ransa que les meilleurs vmis eeurpeens


Vins SEBASTIANI : Du tres bon



vin a meilleurs prix!


Du ler D6cembre 1979 au 13
Janvier 1980, Aucun exc6dant de
, bagage.ne sera accept sur les
vors d'Amefican Airlines au depart
des Etats-Unis vers la Republique
Dominicaine, Haiti, ou la Jamaique.


23"-


SA


T

d
ol
ti
le
tc
c
te
r.1

bi
tr
P(
cl


Chaque passage r6gulier sera accept avec deuk (2) colis
enregistres et un (1)' a !a main de dimensions suivantes:

En registreme6fif-Un colis don't la En'registrement-Un colis don't la
some de la longueur exterieure, some de la longueur exterieure,
la larger et la hauteur ne depasse la larger et la hauteur ne depasse
pas 1,57m (62 inches). Aucun pas 1,40m (55 inches). Aucun
colis ne doit exceder 70 livres. colis ne doit exceder 50 livres.


A la main Un colis don't la some
de.la long eur ext6rieure, la
larger et a hauteur ne depasse
pas 1,14 (45 inches). La larger
et la haut ur ne doivent pas
depasser 58cm (23 inches)x23cm
(9 inches x33cm (13 inches),
approxim tivement. Aucun colis ne
doit exce6er 40 livres.



TOUS L S BAGAGES DOIVENT
ETRE ID NTIFIES AVEC VOTRE
NOM, V TRE ADRESSE ET
VOTRE UMERO DE
TELEPH NE







i o - -











hauteur









larger


nauteur





9",


A Is main
45 incheS 40 livres


longueyr *
En registrement
55 inches 50 livres 62 inches 70 livres





AA Ame ricanAir ines


Reactions -apr6s 'es repr he de -M.
a la TieVisiou
Now York ,AM) sident de oz BC-News, a-
Les trols grande chalnes joutant qu'iucun joursalise .
do e616vision a6Orioalnesa n'a 616 complaisant a 1'6-
mt vivement rCagl aux cri- gard de l'A~atollah.
,Lques que leur a adress6es
e porte parole ,du JD6par- M. Roon-e Arledge, ;pr&sl-
cmcnt d'Eltat, M. Hodding dent :. -- X:C ,,News and
carter, a propose de leurs in Sports;, a ouinN6 gqiue 1'A
erviews de 1'Ayatollah Kho yatollah ap ar atpour ,,au
rleiny. tant que n us le sachions
come la figure central
eHodding Carter ferait derriere li qaptivit r des
len de s'Qccuper de son otages et 'arbitre ultime
ravail et de laisser les re- de jeur sort', et que ses
porters faire le leur>, a de- vues sont par consequent
clar6 M. William Small, pre centrales p4ur tout report


IIoddint-Carter


ge responsible sur.l'affaire
de l'Ambassade,.
M. B ll Leonard, IPresident
ide ,OBS N iws,. praon'6re
chalne de'.TV hmawtrAnLer
vlaw6 .AystaoMah .lpteds la
praisee diaotages. .a aM. ga6
que lpamer en JVgae'nt .ites
;otaes .u'aL pas aet&.mdaidW&
par l'Ayatollah au course des
intervietasz. M. Hodding Car
ter avatt reproch6 aux 3
chains d'avoir provoqu6,
par leurs interviews, le dur
cissement de 1'Ayatollah
Khomeiny.


Le Porte parole du Dpt d'Etat reitere ses critiques a la

oresse americaine


Washington (AFP)
M. Hodding Carter, porte
parole du Departement d'E
tat, a reagi vendredi soir a
vec une certain irritation
aux reproches .qui lui ont
ete adresses par les trois
grandes, chain de televi-
slon nationals ides Etats -
Unis, qu'il avait critiques
pour leurs interviews de
1'Ayatollah Khomelny.
M. Hodding Carter avait
notamment declare mercre-
di qu'il estlmit que les
chaines de television a-
vai'nt provoqiu par leurs
interviews un durcissement
de la position de 'Imam de


Qom face la prise d'ota-
ges 'de l'Ambassade. 'Cette
d6ciaration, faite & titre pri
ve devant des 6tudiants par
le, porte-parole du Dfparte
ment d'Etat, a provoque
vendrdini mat'n une reac-
tion des re'sponsables des
trois chains. <,ABC>,,
et sNBC', qui ont notam-
ment demand a M. Carter
laisser les reporters faire le
leur>>.
Vendredi, celul-ci a souli-
gnp qu'il re regrettait abso
lument pas ies critiques
qu'il avait faites, et les a
meme reitf6rdeq en affir-


mant qu'avec cette inter-
view, les trois chaines a-
vaient rendu un mauvais
service au journalism. Les
responsables de interview,
a-t-il ajout, ont soum's sb
l'avance leurs questions a
l'Ayatollah, ce qui a selon
lui permis a 1'Iran utiliser a des fins de propa
gande>>.
Bien que ses commentai-
res talent 6t6 faits a titre
priv6, M. Hodding Carter a
entin souligne que person-
ne,' au sein de 1'Administra-
tion, ne lui avait sugger6
par la. suite de -mesurer ses
paroles.


IMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DECEMBRE 1979


.DANS NOS C-fEMAS


fMPEWmL
I. WPIAL
IMPERIAL 1 /

Mard 4 Ecamlre IM
22iai 2 h IL-blgw
Sxree Gdes i6tO0
46'.-h 8 h l0.hm.re
iri;tr6e Odes rih0
LE TEMPS DES
VACANCES

X X x X

iI1PERIAL 2
MajIlji 4 D6eemnibre 1979
12 h 2 h 4 hres
Entr6e Odes 5-00
6 -h -8 -hres 10 -heures
Entr6e Gourdes 8-00
VERTIGE3
IMPERIAL 3

Mardi 4 Dacembhre 79

12 hres 2 hres 1J 4 hres 30
Entr6e Gourdes 5-00
6 heures 45, 9 heures
Entr6esuo Gr X.DBmPl-,
Entr6e Odes R-00
UN JUGE EN DANGER

x x x x

MAGIC CINE
.Samedi A 6h ,et 8h
LE-at;IEL tft OI
SntreeG.' (.'3.00 ,t A4.00

GAGIC CINE
DIviANCHE 9 DECEMBRE
a 5h 7h ET 9h
SARAH
Entr6e Gdes. 5.00dFT 6.00
LUNDI 6 5h 7h ET 9h
TEMOIN DE CE MELJRTR
grand drame pQl-cier ave,
BARBARA SRANWICK,
GEORGES SANDERS.
Gdes 3.00 ET 4.00
: X X X

CAPITOL
DIMANCHE 9 DECEMBRE
CAPITOL 1
AVANT 5 heures
009 sapo
APRES 5 heures
Odes. 8.00
12h00, 2h30 5h00
JESUS DE NAZARETH 1
LUNDI 10 DECEMBRE
APRES 5 heures
Gdes. 8.00
7h30, 10.00


CAPITOL 2
6h 8h ET 10h
L'ARGENT DE
BANQUET


REX THEATRE
Saritedi tb 12h 2h 4h 6h .8h
0lh
nlN".VOITUIKE WMONE
Avant 5h 0.E.50
ApIts 5h G.A4.00wet 4O0


IMA NCH E W49RIM "E
AVANT 5 SRERES
Odes, 2.50
APRES -, HEURES .50
Gdes. 4.00 et 5 00
LE GRAND SOMMEIL
12 2. 4 6 8 10 HEURES
Gdes: 2.50 400 ET 5.00

LUNDIO. DECEMBRE 79 s
S12,2,446 t140 SEURES
AVANT 5 HEURES
Gdes. 2.50.
APRES 5 HEUTRES
LE GRAND SOMMEIL
Gdes 4.00 Et 5 00



CINE TRIOMPHE
SALLE 1

MAMITO
lntr6e $ 1.50 et 2.00
C TT,,.P -e
TOUTE LA VILLE DANSE
intre : $ 1.50 e 2z.00
SALLE Il
SCORPIO
lntr6e : $ 200
SALLE IV
LES MAFFIOSI

xxxx

CUk' OLYMPIA
Sa-medi aL 12h 2h 4h
6h30 et 8h30
E DEBOUT LES MORTS
c Entree G 1.50
DIMANCHE 9 DECEMBRE
I2h 2h ET 4h
Gde 1.50
6h30 ET 8h30
Gdes. 2.00
LE CAVALIER LE TUEUR ET
LE BANDIT

LUNDI 6 12h 2h ET 4h
a 6h30 8h30 Gde 1 50
DESTINATION PLANET
HYDRA



CINE LIDO
LIIMANCHE 9 DECEMBRE
10h 12h 2h


10h 12h.2h :4h
Gde. 1.50
LE FILS DU KUNG FU
LA 6h 8h 10Oh
Gdes. 3.00
Gdes. 5.00 LES HEROINES D'ACIER


CAPITOL 3
DIMANCHE ;9 "DECEMBRE
4h15, 6h15 8hl5 ..10hl5
iEE. CKOC DES .ETOILES
Gdes. 5.00

CAPITOL 4
DIMANCHE 9 DECEMBRE
3hl5, 5h00, 6h45 8h30 10hl5
CHINESE MECANIQUE
Gdes. 5.00
x x x x

ACTIVITEs
CULTUI ELLES
DE L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAITI
LUNDI 10
17 heures 30
CINEMA: nie>>. Un film d'Alain Res
nais, avec Yves Monfand, Ge
nevitre Bujold, Ingrid Thul'n
(La guerre n'est jamais f'n'e
pour ceux qui luttent pour
un iddal dans la clancestini
t1).
ENTREE Gourdes 2 00
(1 gde uUr presentation de
la carte de la bibliotheque)
x;x x x

Pharmacies
assurant le
service cette nuit
SAMEDI j8 DECEMBRE 1979
DU COIN
Rue 'Mgr Gutlloux
EVE
Rue St Martin
Des Dalles
Ave Fouchard

DIMANCHE 9 DECEMBRE

APOTHICAIRE
B J J DESSALINES
BON SECOURS
RUE TIREMASSE
LEhbERC
JMARTISSANT



PETION V1iLE

DIMANCHE :9 IAIEMBRE

REGINA.
PLACE DU MARCH
LUNiDl 10 DECEMBRE
GALLIEN
RUE ESTIME


LUNDI 10 DECEMBRE
121f 2h 4h
Gde. 1.50
6h Bh 10h
Gdes. 2 00
LES HEROINES D'ACIER
'. xXXX

RANCHO, CINE
Samedi 8
PAPILLON

DIMANCHE 9 DECEMBRE 79
PASSION POUR LE
DANGER
LUNDI 10 DECEMBRE
CAMPUS

x x x X

ETOILE CfNE
Samedi a, 6h30 et 8a
IL ETAIT UNE FOIS
DEUX SALOPARDS
Entree G. 1.50 et 2.50

DIMANCHE 9 DECEMBRE
ET 8h30
SOS CONCORDE
,ENTREE Odes 3.00

LUNDI 10 DECEMBRE
A 6h30 ET 8h30
DRAGON D'b KUNG-FU
ENTREE Gde s 1.50 ET 2.50



Artivee a( P-au-P
d1'uasimaostant
'hommne d'affaires
amcricain
Au co "- .-"
per son avion uriv6, le Jet
Commander, eA't arrive a
Port-au-Prince pour une
visit de quelal-s io',"-
1'Industriel amr'caitn MI'!
v'e N''-,"'1 T1r"r-
Plains M'ssorun, accompa-
gn6 de son p'lote Wayne Vi
nes
.Monsieur Newman, qui
:est 1Ilnvit4 de ]'Honorable
onsul -du GOhili en Haiti,
Hans Allen Th.ophil6, est
un important leveur et
prppriltaire d'une raffine-
rie de p6trole de Sainte -
Croix, la plus grande des
Iles Viergos am6ricaines
A' Ntre distingue Visiteur,
ne m6nage pas de propos 6
loglfux a 1' gard de notre
vous' dirigeants.> ct de son
h6te Thdophile


.. 1.


e tt-i tiue Dae, e






des Etats-UnisiVers Haiti, la Republique Dominicaine, cu la Jamaique.


.--- ~.T~I --- --------- ;------ ---- -;--


- M 17 r- w 1-1 I - - 11,11,- i-l -- ,' ll-N l- I I 11 -- .


,t


*r-


PV


r





SAMEDI 8 "ET DIMANCHE 9 DECEMBRF 1979


(Siilt.e de la lire. page)
lt; poillur itl11 p r lelur l den
I llll e cHel r a
Si dilonel i Is ci'0tlractneiirse
li-bis nt les in Is.ionCieri s
it h I t litore, o; ivliles hi0
co I I Inll] ' I I I Im illpn mc nt
lIn r c lnlipligln dr (1acnire--
lnl vI contr"- les pStlliqulaunis
%h v:1;,l'nI. e'eost. qu'lls a
IvtIlil bvbeI li.oI' Ie Io d ,la trai
lhisionl des Hleresr. Coux-ci
ni iivalent, cutire de 4'ournii'
:;lix liltioens el aux etrain-
el'rs des rensreis tnents
qill i-usseLnt pu toiUt alln
imotns tenir lieu de se et iillhislraloi,, onu toutlt
simplement d'expl!cations.

D'abandon en abandon,
de desertLon en desertion,
de lchelt en lichet6, de
tristesse en tristesse, on a
boutissait a la parution
d'In livre hilstorlqulc par sa
p ofoulde repercussion, par
sa inouvepitl et son origi-
\ llit, sans ouhlier seel
lharmes litoraires.

Ce touvrage le'entit corn
me un coup de clairon
dans le silence. Ce qui le
caracterise c est le fait
cque, a ,A0 aid dc distance,
il reste dunc actualite inl
deniable. Et d autires ter-
mes, apres lne longue pe-
Siode de comvtniiitc. il ou-
ve une11 vote et des persp-c
lives illiInitues. renfer-
natl,. en effect, 4,? pensee
qui invita't a laf/recherche,'
a la mithodt,, a 1'observa
lion. el, par vole dc conse
la fantais-: eLt t 1 pa'.tOe-
quentce, lermaiit 'a porte a
se.

En 1928, il eta't enfi-
temps quo quelgtt'un prit
la responsubilite de mettre
en lum:er., la variable
identite du people haltte-i
Dans cet essai qui, jus -
qu'i preseii,, n'a rien per-
du de sa fo ce, en meltant
a nu une entalite, les
causes qui la rend:-ient tell?
qu'elle apparaissailt alux
yeux des observt ucs.

A cette communaute corn
pose d'une bourgeoisie p
trie de complexes et d'un-
paysannene affligee de mi
lait d'abord leur rappeler
seres et d'ignorance, il fal
lait d'abor rappeler leur
leur origin lointaine.

De plus au petit nombre
de cuex q'il entendaient s'ap
pliquer aix joies ci 1'es-
prit, il conscillail de re-
nouveler leur inspirationii
en se plongeant dans les.
richesses infLnies de la cul
lure populaire. C'est ain-si
que, apies mainte.s etudes,
(nquites et. reflexions, le
Dr Jean Prie MaIrs ftlt a
men(e a diflii le vaudoau,
foyer cde 1 i tiiltlure nat'.o-
nale et source de son origi
nalit6. .

*-Le vaiidou eo': une rell
gion parce que tous les a
deptes crolent a 1 existence
des traces spirituals qui vi-
vent quelqje plrt dains 1 i
n.vers en "(roire intimld
aveec les i'mains don't 11is
d uninent I'activitd.

Cos -tre.- invisible cones
1 tuent un Olynme innrim
I "able formii de cieux don't
1 ;s plus grand d'ent re
( ux porteni le litre de Pa
]ia ou Grand Maitre et ont
u:oit a de. homnmages pai-
I cullers.
Le vaudou es, uine reli-
fion parcel que le culte d6
volu a ces dieux reclame
un corps sacerdotal hidra-
chise, une soe-ile de fide-
les, des temples, des au -
tels, des c:r6moinies et c


fin tout une tLadllion oFa-
lei gilice a laqn'elle so
tlransmettent les parties es
sentlelles do ce culte.
.e vaudou -esta unc 'rell-
g!on, parc,' que, travers
le fatlras des lirendes et
la corruption des fables, on
pout dem1ler une theolo-
gie, un systtme de reprd-
sentatlonni

f Los spcialitie.s qui 'ont
falt du vaudou. un ddrivd
de. croyanees af'icawnes lau
ralent du d'abord r6flechir
-ur l'analyse c6ltbre ole
le pere Tempels voit en
elles un ensemble de my-
thes, de preceptes selon
lesquels l'un-vers iorme un
ensemble oU les elements
lids les uns aux autres,
sont domuases par la forge
vi ale et ,ounis une hie
ra-chie au faite de 1aquel
le tro6ne 'Etre supremo.

La dielnition du vaudou,
invitation au -etour auy
sources to'ntaines, a l'en1"1
cinement dans 'les campa-
gunes proches, autant de su
jels qui, non seuleinent pro
voquerent un emoi dans le
pays, mais y exercerert
une influence decisive sur
la vie politique, Fociale et
culturelle, sur 1'approche
aux sciences sociales, en
general, ia l'histo.re, en par
ticulier, sur la literature
at les arts plastiques.
En' publiant la l'Onclev,, le Dr Jean
P ice Mars diclencha la
premiere revolution cultl-
-elle danes 1'histoire d'Hai
ti. Bien qu'l semble quii
'laueiur m reusset pas: a
conva;nc ". sa generation
du b'en foand do sa those.
clle-ci r-?cLu; un accue 1
-nthousia i:. de la part del,
i unes du nIoment qui, se
lon toute aprarence, at' en
da'ent a"demmen, un tel
message. Cest qu'ils avalent
obscureimernllt perqu en eux
que la terre haitienne cou
rait le risque de rater sa
vocation ou de devier do
si mission.

Leonc Viaud. griot con-
sacr et elh.lOlog-ue averti,
dans sa copieuse preface au
recent ouvrage de Claude
Plansor. a lumineu'sement.
ret'rac i'origine jt 1'histoi
re du vaudou, ff.y- le role
dui Docteur Jean-Price
Mars dai's 1 'exlication
scientifiqic du ph.,nomene
et rev6-l a ceux aui peu -
vent .les ignore les etudes
de ses nombreux disciples
sur la mrni-re., tout en son
l'ignant les difficulties aux-
vaient en butte d-nt' un rni
quelles Ccux-ci se trou -
1eun refractaire, alars sub-
jugu6 par un clergy et
des ass!milis piitssants.

D'autre in-T Max Antoi-
2,0. un autre griot incorru -
t:ble, ausi ficiele a. la doe
trine du naltre qu'b celle
du Dr Frangois Duvalier ni-
manque jamais l'ocasion
de rappeler leurs idciees-for
ces et de mention -
nor leur apporl, a la pro-
motion social et politique
d'une classes
L'histoire rLvile que, par
tout ob les Noirs sont as-
servis, tis trcuvent toll -
jours en eux les germes
de la rebellion. De meme
partout o ils e ,ont degra-
des par l'assimilatiop, cer
tains eprouvent aussi le
besoin de s! renouveler
Semblable A la negritude
i la renaissance de Har-
Iim, a la personnmlit6 afr:
ceine, etc, 1'haitianisme con
nut quelques annces de glio
re et mem" un0. ipotheose
a Paris en 1956 en la per-
sonne du Docteur a la ce-
i sonne du Docteu: Jean-Pri


,.Qae Mars s ,la e61bration
d'de san jnhll., rar .Ina n "on
ferecae des.,;ecilvaiis tet arn
tistes moirs.
Dans iln saitc, name tnaou-
velle tendance devalt se
manifester, marquee par
la rdpugnance de certain
jeunes A s'linspirer de tout
ce .Quil a :rrii. lla race noi
re et leur propension a cul
tiver des valeurs ,dites uni
-vereselles 'pour. -ohapper ad
un enoirisomeo qu'lls ratta-
chent iau acisine. ,
A vrai dire, 11 convient,
d'autre part,; de noter
qu'au fur et *m anesure que
les jaunes s'l61oignaient deo
la source doctniuale origi
nelle, celie-ci -perdait :gc.
.duel-ement A leurs :yeux
un peu de son souffie-aiu
profit diinitiatives .dAce -
vantes .i .plustpurs egards.
C'est qu'ils ont abandor-
nd la vole royale trace
dans son message bistori -
que par le maitre, pour emc
p hunter, :des :cbemins sus-
pects .debouchant dans des
planes ridess raute d'en-
-tretiens. 11 en est result-i
une littdraLure aberrante.
une peinlure facile et une
science approximative sans
espoir d'un renouvcau im-
mediat.

Le vaudou qui aurait du.
selon le DocIteur Prce
Mars, Itre Itudi6 objectivn-
ment, est ranen au niveau
dun corps de mysteres im
penetrables, saul aux servi
teurs des loas et au pet t
nombre d. ceux qui s'en at
itibuent le monopole
d L'opPosiUis n de ces appro
chos est t-elle quie 1on s&
rait tentid d'admetire qui,.
s; i Doecur Pice Mars.
se:vi par une luciditd et
un talent remarquables,b ;
la suite d.? patientes rechier
ches et de uertinenes re-
flex:ons, ast parvenu ..a la
conclus on que le vaudou
est une religion, certain
de ses -dlsc'ples es ont fait
plutot une suoers.ition
C'est 'ce .qui explique, qu-,
air cr6puseule de sa vie, chi
que fo:s an'on lui rap-
porLait les ecrits ou les
propos ,de ceux-ci. t1 raRils
sait en proclantant avec ii
dignation oa'il mais enseigne colai
D'gpris certain signed
non equo1oques. 11 paraic
que dans ce domain, on
est descendu t.'r-s bas dans
la pente glissante des fa,
taisies. II est temps d'arrn-
ter cette chute et d'entre-
prendre une remontee pour
un nouveau depart a par-
tir *d'un effort blen com-
prts et poursuivi sans reli
che. Qu'il y e't perte de
temps et gaspillage d'nei
gie, nul ne le contestera.
Le peuple huitlen comptt
neanmoins siffisamment de
resources morales et in -
tellectuelles pour reme -
dier a cos accidents de
parcours, pourvu qu'il er
ait & temps une conscience
claire.
La plupart du temps cee
taines institutions tnt vu If
jour, en Haiti & la faven:
de la volonte de puissance
des uns, d.- la strategie 01
Sde l'ambiton ae promotion
des autres. Dans l', prati-
ques, leur functionnemen
laisse beaucoup i. desiree:
, si bien que si e11es parvier
nent a survive ce n'est
r qu'au gr6 d'une suite de pi
tits miracles.
Aussi 'ct aspect des chon
, ses condult-il l'observa -
teur a les considered ave,
i circonspection, -avec le
souci de sortir des ornikee:
i du passe polnr dresser de
, monuments slides et imp(
sants capable de dcfier 1i
temps et de imposerer au:
hommes.


tr
t
E


Quant a0u personnel qui l .enua abaser de ,letUU
animerait cette nouvelle purile i magnaLtion. "I
institution, il Saudrait do I nei faudrit toa t .de m -
res -et .deja ponser a recr-u- me pas pendre prtexte de
ter de s ailments jeunes. me Pas prandreapretextedeo
manIfestement .injiresses a cotte recommendation kl-
'AIffique et aux Africans. mentaire, pour crier une
Pour 3'assurer de cette nouvelle fis a pel.-61tismea '
tendance de la part des Tersme a sen- pejorati quL
cendidats, il sera't recorn- ce'tains, fraprs Cdindigen.
mande de leo sn..imetre .i ce Intellectuelle, em 4
,des examens dc concours ploient, en ianiere de re
pour diceler en onutre leurs p sa.lles, contre toute for ,
aptitudes intcllectuelles. motion tendart a honorer.,
Comme les e6tdes africal une, catdgoric d.i e ens, class .
nes demeureni encore s 1'e s1 s au-dessuo dun niveau,
tat vierge en Haia, ceu:i moycn, grScei a lears con
qui auralen tssi i ce e aissaces genrales ou spe
preuves, hunificieraient ee ciales execptionne l-es, 'bar t
bourses -4etude tpci ec-ali moeuses et ddsintdressees
sales en Allemagne, cn -An Au lieu d un plaidoyr
gleterre, en2 France ou coa'nx Au lveu dun paidoyier
Etats-Un s ou ils sc fami- eon faveur d' b elisisme dleio
larise'aieii., avcc les mu bon a a bus e de selecon
des et les archives de ces raCse el a fos on
pays e' lisvraenr. tIes cours eregist-e cete prise de po
paytensifs d rant des acours siton dangeceuse pour b'a-
nensio olasgun al a .vnir, e1 en e oiens que, si
canes. d'htesteis, oe prehs- oDar matlhcn I, elle parve-
iroe, cd e geogra1hiea, deso .nit bIh, tI e pr
clologie, ave sufli-'ammenLo a a t-rmpha-, rc le pour
d'accent m:s sir les cou- ralt condu0re la collect-vl
~tumc~tes, les croan la se atiffre d'une- mdd:o
cu-s-ne, 'lscroyanles.mt, la ct dramatilque. Certes, il
..!.9n se des clercst qui. dill-
folklore des pavs africain- e dee
On sait que depdis quelqui-11- beiment, resent enfer -
temps, mntr e les grancids mes Gans leur tour d'ivoirc
puissance s, accordent :'Ui nour y distiller- le minris
soin particulier d ces pro- et 1'enoisme. II faudraib-es
grammes appelJes dans te-s o&er quoe les noiveanx
unlvess t-i americaines Peirerc ne ,relamrc '-ont d'ln'i
cb.lack tudiese. tout autre tat, d'esnrit
Das une 1 .2mmorable Do
Ces .etudes sernnt cont.i', lemie avec le futur aau j
lees, juiqu'A lobtention teur d'UN CHANT NOIT -
d'un diplome daln niveau VEAU au sujet d'-une ppl-


S p


LA MULTIPLE RELE-VE
.I1, ust-ertain oue 1idae 61e.. par le rr Ii'tstre corm nion de Langs
ULestaO.erentain uCell raLtent. On -cootp-fmdra. 1km -aur la oatU
rea tdueds et dP 'relaerboes poa.anc, e .ce to lorma as haltienoex.
or.d1eeis,- cet:tc eois,vtherXlc tion, sl I'onlpcne quel'ins ma xa en -:plt.
-,continet afroiTn-,a.e "par- tlut eu .Olque.in i e iaeea i ea ebrer .cc ;qi
de commentaire., tant i. rO point ,un rcre ,e Tlerm -on i oomsid6ltwt no
fond is ne niressit6 aCt un temple semet of se rdu C'6ialt une mi
cette fin de siicle. I1 est niront des lniti6s bjn6vo 1e distinguoe
aussi certain qtl s a bonnI les pour se cngratuler, ple,, come r
volont des dripgeants dbo" exalter 1curs lmites "r6ci vrait se mont
vanlsatlons internationales, proques. 11 sera -un eridroit -que en tant-q
come 1'Unesco, li.Agee .austere o i des &:udits tran repr6sentait
de Conopdration culturelle gers, tlnt.?1le:nent en 1'arbre. Ce jc
et technique, desdirecteur voyage L il.r'nation e"-n les Moravia s
de bibiothque, des directeur Haiti, poursort trouver des misable .de e
sides. du clief o Etat dHaulti interlocuteotrs -dignes -'d'eux courage.
et .de ceax d'autres pays a Ainsi, volia dpnc en per,
fricains. l'acque:siion dun. pect've des universitairts Avec ,aon re
terrain appreprid et gur qualifies qui. ayant recu lentfld'hlistari
tout Parn ur ont u une preparation acaddmi- lard a reprod
tout l'a gent pourk.ont ga
antir la construction rapi- que adequate. saffranchi cette control
de d'un immeuble confor ront dou cu-a desa .procdds
table et pnurvu ae le'qu'ps ron sappeleus rA se seubsti-
ment 'indispensable. ronl -tappeles .a ise suobsti- ,
tuer a ceux qui -sent -roll,
nein -,A


emarQuable. -t
in. i.Roger .Gail
uit le film.da
erse. 13 a 'mm


,point un corpsartifioiel et
parasitaire. Au -terme de
sa -remontee, apris sa -des-
:cente dans les ocouohes les
plus profondes des masses,


con Hughes me signal que de tous les
on der mas earivains de iepoque. seatt
S.Charles .,1o Franqois '.iuvalllr estimr.
occasion pour ji6cessalc d'ipporter I
ue. .(lers, .1 :1'auteur d'tN OCHANT -NOLt
mine lite. VEAU, l1appui lde sajpttme
norilt socda- en soutapant avec convio-
dont le peu tion les arguments de son
acine, de comapagnon de route
rer Lier, pults '
ue flour, elle L l-ite propose. non
1'orguell de ,aux adults *,ir;:ecup6rables
our-3a, Char- ;de;par -leur formation d6 -
se r6v6lait ad fectueuse, mais la parties
andeur et de consclente et studieuse de
la jeunesse ne sera .done


LE PA VILL ON


335 Blvd. JJ Dessalines

Pho le: 2-2318


Chaine Ste Meophonique complete partir de $ 250.-

lToutes dimensions -et Vattaees de Haut Parleurs.

Amnplificateurs -- Tunnr -- Cassette Deck et Reel to

eel d2 la 'ta rque AIAlI

'Headphoees -- Antenn2s pour Tl6vision et Voiture

\ Radios et Tapes pMur Voiture

Pieces de xechan *2 et AccStmres Electreniques

telsaue : Circuit Inegr6 ---Transistors --

Tubes -- ERs.stances etc.


tBicyclattes de la muarque EASTERN

ifceAlefrethcmh2ng t accessoires pour Bicyclettes

Letmeilleur.v-pu Ae la marque

SIWR -... STAR -- 'EXTRBAJFINE.

.- ~ ~ ~ 0 1 1,l, .el i.,+. +. a. ,. ..+, -- ,iPO .


CYC Lr TT | MA

l1.CYCLETT -ESI.|


ROBIN


/ POU HeOIe







porte-charge,.phares

et dynamo en option


P 7




P


I ^hEURArAO TRADING i
RUE PAVEE ET- OELMAS
W Wj Aow 10


'UNE SOLIDITE ET UNE DURABILITE LEGENDAIRES, CELLS ,DE LA i
-TOYOTA

P.-L VU S

UN COUT ET UNEiCONSOMMATION TERRIBLEMENT ECONIMIQUES, CEUX
D'UNE VOITURE JAPONAISE


iP.L US i

'ENFIN, :TOUTE .LA SOPHISTICATION D'UNE VOITURE MODERNE
L'EQUATION A UNE RESPONSE: LA CARINA


L'US


SUSPENSION A -TOUTE EPREUVE, INTERIEUR PRINCIER, DE
COMME DANS -UNE LIMOUSINE


L'ESPACE


CARINA


S'EUATION DEFINITIVE DU SUCCESS
9EQUA TONvFNT


HINOTO. S.A.


RUE PAVEE


TEL. :2- 0658


-- I


.* ... A. .- .


~~~~ 7i~~~~~~~s~~~~~~ b~~~~A izs~-c a r.-sa ~ $~ s~.s -k i ~~s-~-~ j


r l


5


'PX~


- -- b~ I -p ~s --I I CC 1 I


rlll~


YZ-5-


elle rejoindra, avec le 'ges
te de la main tendue, el
les qui comme .elle, a 1'6-
chelle national, rdgloriale,
ou international, auront
une conception altilre de
la vie pour essayer de la
transformer, selon les nor
mes du'.progris 4orLna
vant admises partout.

Si .Aa prochaine exprlien
* ce tab tit &is une concep-
tion plhs claire de la cul-
ture populaire, grice ,au, re
crutement en question, on
assisterait pour ainsit dire a,
la irel&ve des .o'eux, .des
-pobtes, des temples et. des
professeurs.
Reni PIQTTION


* 1


"Il


L


- 1*4,,. r, -.-- AW








SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DECEMBRE 1979


LA VIE ECONOMIQUE


C( UCED : APPEL EN FA VEUR

DES PA YS PA UVRES


N:A\I)NS UNIES i GENEVE pIur cent de lCur product
lit "pTl'r, ..cits apays dcv ae tlonial brut.
t"ittt |' 1 i In I} ilt' develop Sel.) des statistiques de
pinI lli ll nC uLti' appell -1977, seuls quatre pays ont
4i,;u[ >il' 1 ;'at i aux pays les depasse ce niveau, la Suede
I lus i :.iiires iu moncde soit 10,246) la Nor.ege (0,241),
liul.t ,pl'rc )irt qu1itre pour le Danemark.et'les Pays-Bas
ISii0 i O iti titn'ee ln.rdl le S" i0.193 chacun) La moyenne
I 'l;",!'l -I' lli CNUCED de l'aide fournie par les
iitilcivitie d.s Nalions U- pays developpes aux pays les
lh lipouir li comminere.e t 1 moins avances s'est etablie
c^',elo,..p'nlmctii. pour 1977 a 0,051 pour cent
element du PNB, la France
C't :iwcroi-ismlint d e J'aide ddpassant legdrement cette
(Lim (livi. t I i';-,:';r de 3,5 mil rnoyenne avec 0,059, les E-
l1a'rds di dollars en 1977 1 itats 'Unis restant nettement
11 elill1ards 'ia prix cons- en dessous avec 0,025 pour
i 'lu i t s, l i r!n 'iar!p e, re- cent.


\con nii tfl,ili'on rm:'uleo par
Iii n),ri' ,,, d'experts quli o'psi,
tli Ge;l eve souis ls liauspi
tcs die l CNUCED.
Parill 'lemnent a 'ctte augi
)t n'.,ii'.. ii volume do l'ai
,. '. :, a's Ites moins deve
oppe- es ex.ctrts ont souli
nlS'qu'il 6tatti n'pl.sbl, ,nour


. Les recommendations du
group d'experts font suite a
la decision prise lors de la
cinquifme CNUCED a Manil
le de lancer un programme
d'action en faveur des pays
les plus pauvres. Elles se-
rent examines lors id'une


Selon la classification des
Nations Unles, lea pays les
moins avances sont ceux don't
le ievenu par habitant est
inf6rieur a 200 dollars par
all.
30 pays sont dans Ce cas,
notamment 1'Afghanstan, le
Bangladesh, le Benin, le
Bosawana, le Burundi le Cap
Vert, la Republique centra-
fricaine le Tchad lea Como-
res 1,Ethiopie, Gamble Guinoe
Haiti, le Mali le Nepal la
Somalie, l'Ouganda, la Tan
zanie, la Haute Volta, le YI
men du sud et du nord


A I'INAGHEI
3 nouveaux
Professeurs
de l'Universite
d'Ottawa


h:i qiue pays devlovppe de reunion intergouvernementa- Sont arrives a Port au Prin
ic nualer noir la pridde de le in fedvrier prochain avant ce trois eminents professeurs
1980- 1985 5 fournir1une as la tienue d'une conference des de l'Universite d'OttaWa qui
istnce ,au drtv' penmeiit a Nations Unips sur les pays dispenseront chacun 15 heuo
S' 11 pl panvrOs. "le. moins avances qui devrait res de course aux 6tudiants
a 1. , au ni oi- i 10,15 avoir liou en 1981. de 1'INAGHEI du lundi 10 au
S____ _________ vendredi 14 dlcembre.
PsTRGiE L'arrivee de ces professeurs
S BECLATRA I BlU MINISTRE coincide avec le depart du
.B. .LA A. Br,:,f'..f--ur Jean Marie Guiot
ZOWE'ITIEN. ,me du 3 au 7 -
S. .' .,iir, I Sminaire sur la
H l m '.Ri tFo P1 0 ii H r ,in- q ,,-- d e group e et 1'ef
H 'I-' lr. ,' '( ..i. ,,' rauoi i p t ., I'OV1 -9ie ,i 0 -s reunions.
1:.! h .I, Kr-, i n' -t .,- 1- -'s ?,n Iieit, L n to,-ieaux arrives sont:
r. ; i i_ ..ir, -.;1 ,: rt1 dii .Chni.- i, i a r;1 tlt F ..t.:-seur C. Henin pour
i .- .i .... l i i. c ri i ',:,r ur le R61e des Ins
",, 1 i -U ,1 i n t l I -l.- .i l '. i / i : ii fi n a n c ie r e s d a n s l e
'1 'i! i i''lt otn' se, l, tt. .-:,' ti ., viv 1a l qu.l -.,4 i 'll. ',r,-m ent.
.t ..'t l vrasonus fu on s'accord. r:,. n ', ti Professer J. Doutriaux
,i, ',I' trol- brul. ma s I'OPEP. nous n'e pourrions pour lecours de < ; .r la tabii du pas les maintenir dans la tion industrielle et Ddvelop
.m rit'..P et d ; investisse conjoncture aLuellee>, a-t- pement agricole>.
1nt,- internationaux,. il ajoute. 3) Professeur J. Lef6ll pour
"' i.. int i v i a la le course sur la decision d'in
r''uoe c.-onom'oue libanaise I1 a enfin declare que vestissemento
ide lantiue.ic ani1- se a Al- < 'N"ahar' A,"- ) ri)rt ind me but de 1'annee 1980 une de ,lusivemont aux etudiants
'rio. o minr'isf,"e' test oar cision concernant son ni de 'INAGHEI.
iillur ldar seeptiqu yevau de prodlition pdtro- Par a;ilours A l'intPenfon
auant a l .. i I.,.. d'u- liere>. it n a pas precise, rio fonctionnairps. I'INA-
nitler lis I1< :u wi d(it mais a ddmenti les lumeurs OHT-'T organise du 10 au 22
I'OPEP ;ni'h ton Jo, qui fixent la production tu c6ceprnbre ni rjmnair s iur
pays vxno;I.: '*lI: do nettrc ture du Kowelt a un pla los MoNrehp niblice "f 1')r
t). 'tO. .divn.'s pas on- o fond de 1,5 -million de ba rrnan;atiun d'nn serv' e d'a-
core, a t- l di'. s. les osay rils jour. La production ac liia,, intniinq n r"n i--q
itpo1la It1'-, l;ssront tuelle du Koweit est de t-'nn vepc 1'niversiteTd'Ot,.
Ircnii 'i l".ir e.iic. andeit. 2.2 MJB. 1 .rn.,


LE DIRECTEUR DUFMI

LANCE UN TRIPLE

APPEL AU MONDE
NEW YORK, 6 DEC (AFP) epolitique rdaliste des prix
Le directeur du fonds mo de 1'6nergie est la condi -
netaire international (F.M.I., tion de tuut effort de con
M. Jacques de la Rosidre servation ea de ddveloppe-
a invited mercredi le monde ment de sources supplement
A faire face. avec < me et former.>, a la dinni
nation des resources p6tro L'inflation, a egalement
lidres, a inflation, et a indiqud le directeur du
1amdlioration d'un syst& FMI., doit etre combattue
mondtaire international drop centr>>, seloin lui, sur unis tiom>, l'objeclif dtant
seule momnaie, le dollar d e m e t t r e a u
M. de la Rositer a lan- point des politiques fisca-
cd ce triple appel dans u'1 les et mondtaires cr6dibles
discourse prononc6 devant destinies a rdtablDr la con
le conseill americain de la fiance.
chambre de commerce inter Enfin, M. de. la Rositre
national, rduni a New espere que la creation d'un
York. Le F.M.I., a-t-il pro "fonds de subscitutions, des
cisd, est prdt a aider les tind a ameliorer le systame
pays qui connaissent des monltaire International,
difficulties de balance de eopourrait diminuer 1'instabi
paiements, a condition qu' lite inhdrente a' un syste-
ils adoptent aes plans do me trop centre sur le dol-
stabilisation. lar>. Le principle de la crea
tion d'un tel fonds a dtd
A propose de la crise p5 adopted lors de la reunion
troliere, M. de la Rosiere a annuelle du F.M.I a Bel-
notamment declare qu'une grade.


LA 2eme. REUNION

DE LA COMMISSION MIXTE

HAITIANO DOMINICANE


Le Department des Af-
faires Etrangeres informed
que la deuxieme reunion de
la Commission Mixte Hai-
tiano-Dominicaine se tien-
dra a Port-au-Prince le lun
di 10 courant.
La delegation dominicatlne
sera compose des represent
tants de la Banque, du Corn
merce et de Transports.
Le Gouvernement haitien,
de son cote, a former une
Commission interministeriel
le composer des fonction-
naires suivants:
1.- Departement des Affai-
res Etrangires
Paul N. Constant
Directeur des Affaires Poll
tiques
Stanley Theard
Directeur dcs Affaires Eco-
nomiques
Durcis Mirville
Directeur des Affaires Juri
diques
Jean Fortin Chfry


i A4 GTIVITE ECONOMJQUE A UX

ET4 TS I 'INIS REST SOUTENUE
Y'ASHINGTON ,AFP) tendances de 1'economie Les ventes d'automobiles
vite J 4 '.5; u- note en effelet que dans 'en baiss6 de 21,3 pour cent
L'activito e.--_r,: misI1 gjo- semble, el'activitl Iconomi- novembre ceppndant
bale aux E. ito uti. r6t4--que rest bonne malgre un, pour le mx me mois, 1'in
'soutenue, m'mne si elle'amlr- fllchissement continu.. des prix de gro8 a progr
que un certain raleritise- A nouveau de 1,3 pour
ment depuis le ddbut d'octo- centree 1 pour cent en


bre et la recession moddree
attendue depuis la fin du
printemps ne devrait pas arri
ver avant le ddbut de 1980.

Telles sont Ou moins leto
conclusions que 1'on neut ti
rer des plus recentes stnAlsfi
ques off'cielles et des conda
ges effectues dans le monde
des affaires

La dern'ere enquite m-onoul
le de association des A-
gents ri'nhat epcqate ni
fq., gedneial6ent consaid I
come reflotant les grandes


N VEUX AUSSI


Les plus recentes statistic
ques tendent a confirmed ce
jugement. Malgrd les mesu-
res de resserrement du credit
et _es liquiditis prises d6but
octobre par la ,(rIser
ve federale, les comma,,des
a l'industrie n'ont fltchi que
de 0,4 pour cent en octobre
et la situation del'emploi,
contrairement a 1'attente qua
si-gnerale, s'est lgerement
ameliorde en novembre, le
taux de chomage 6tat redes
cendu de 6 a 1,8 pour cent.

Les statistiques indiquent
encore que la progression des
exportations se maintient, en
trainant une reduction du de
ficit de la balance commer
ciale malgre la hausse du
cout des importations pdtro
1eres.

L'economie americaine con
tinue toutefois a pr.-enter
les memes deux noirs>, a savoir: les graves
difficulties du secteur de 1'au
tomobile, due notamment a
la criae petroliere, et une in
flation toujours tres forte.


AVI !

La Direction G6nerale de
l'Organisme do leveloppe-
ment du Nord avise les en
trepreneu'is interessds qu'cl
le lance cct appel d'olfre
pour la construction des cu
-rages suivants dacns 1 aire
du project, et ca, dans lc ca
dre du programme S'appro-
visionnement en Eeau Pota
ble.

Un (1) chateau d'eau 'su
relevd de 50m3 la ville
de Plaine du N.ird
Un (1) chateau d'eau sa
releve de 50mj a Qua'rtier
Morin Les entrepreneurs in
tresses peuvent 1psser aux
bureaux do 1'ODN rue 16?
Cap-Haitien de 7 lires A M
a 13 heures tous les jours
ouvrables du 11 Decembre
au 27 Decembre 70 pour
retire coutre poiement de
($ 30.00) Tiente dollars le
dossier d'Appel d'Offres
Seuls sent demands A
soumissiomner les entrepre
neurs represents en Hal
ti disposant de 1'experien-
ce dans cette .orto de tra
vail et ayan5' sur place
(Haiti) la capacity d'exlou
ter rapidemetit.

Les ouvrages indlquds
sont identiques et seront
construits en beton armsi,
impermeable a la parties re
servoir Les britereos de ju
gement seront cssentielle-
ment les prix, d6lais d ex-
cution et le dossier des rd
ferences (ouvrages execu-
tds, capacity en dquipement
et en personnel a presen-
ter avec la soummission
Les articles sus desi -
gnds sont prdvus dans le
cadre de 1'accord do cr6-
dit 675-HA. La Rlpublique
d'Haiti a obtenu un credit
de 1'Associatian Internatio-
nale de Developpement
(AID) d'un mintant de di
verses monnaies equiva
lent a 10 Million, de dol-
lars (USA) en vue de finan
cer le project de Ddveloppe


bre et 1,4 en septembre'
qui entrainera une nouv
hausse du cout de la vie (
le rythme annual est ac


ont
t en
que,
dice
ressd
cent
octo
), ce
elle
don't
ottep


element de 13 ,pour cent
Malgr6 ces tacteurs ndga-
tifs, souligne-t-on clans let
milieux compdtents le main
tien d'une activity economi-
que global relativement sa
tisfaisante donne davantage
de temps et, peut 6tre de
chances, aux autorites nour
letter centre 1'inflaton. La
eFED) devrait pouvoir ain-i
poursuivre sa olitJ uIe monM
tairiste qui a deia "rmis de
ramener la progri ;ion des
lquiditds et du cre it des li
mites plus rais nnubles,
crant ansi tilln climat ilus
favorable pour le dollar.

Elle dcvrai, egalement fas
voriser, malgre les imnera-
tifs de la defense et 1'appro
Che de la champagne eloctora
le, 1'orthodoxie budgetaire du
chef de I'tEat. M. Carter doit
en effet presenter on janvier
son irojet de budget pour
1980-1981.


S

ment Rural dpe;s le Nor.J
Los Sommes accorddes anl
titre de cc credit seront en
parties utilisees pour (ef=
tuer les paiementes au 't
tre des marches pour leo
quels le t :'sent appeal
d'offre est effEctue.
L'AID n'Pffectuera les
paiements qu'aprea les a
voir approuves conform -
ment aux clauses et condi
tions de I'Accord ce Credit
Ces paiements ,eront son-
mis a tous-tgards aux dis
positions et conditions doe
cet Accord Le i l edultats du
jugement devront recevoir
1'approbation de 1'AID.
LA DIRECTION GENERA-
LE DE L'ODN 812


Assis-Directeur des- Affaires
Politiques
2.- Departement des Tra-
vaux Publics
Fritz Etienne
Ingenieur en chef
Yves Bertrand
Unte de Programmation
Wilfrid St. Julien
Directeuir du Service autono
me des Travaux Publics
Rene Dorsaint
Directeur du SetNce de I'A
aviation Civile
Pierre Foucault
Directeur de 1'Autorite Por-
tuaire Nationale.
3.- Ddpartement des Finan-
ces
Alix Paret
Directeur de la Divisibn du
Revenue Public
Albert Boyer
Directeur de la Douane de
Port-au-Prince
Jacquelin opericlis
Chef du Service des Recet
tes Douanieres
4.- Departemeot du Com-
merce
Imbert Legros
Secretaire General
Lionel Desir ,


Pierre A. Guillaume
Carl Ferrailleur
Attaches a la Direction du
Commerce Exterieur
5.- Departement du Plan
Max Antoine, Jr.
Directeur de la Cooperation
Externe
6.- D6partement de 1'Agri-
culture
Marie Therese Louis
Attached a l'Unite de Pro-
grammation
Brunet Georges
Attache a la Direction Ge-\
nerale
Eric Pierre
Membre du Personnel d'Ap'
put
7.- Banque de la Republi-
que d'Haiti v,
Edouard Racine
Gouverneur Adjoint
8.- Office du Tourisme
Leslie Voltaire
Directeur Technique
Hubert Labbd
Coordonnateur.
Port-au-Prince, le 7 De-
cembre 1979


Le Venezuela
.!!_ _ 2


WASHINGTON tAFP)

L'utilisation du Gosohol-
melange constitute pour 10
nour cent d'alcool et pour
90 pour cent d'essence ten
dra a se developer aux E-
tats Unis, dans les annees
a venir, mais ce developpe-
nient sera moddere stiment
de nombreox experts
Ils font notamment valor
le court l1eve, en argent et
en energie, de la fabrication
d'alcool a partir de products
vdg6taux Ainsi, la produc-
tion d'alcool a partir du
mais, ou < neces'l
te robs de 2 fois et dcmie
plus d'energie qu'il ne s,en
trouve dan le product fini.
Les exp f.s reconnais ent
toutefois a si tous les vdhi
cules am- icaitns fonction-
naient au Gasohol- qui as
sure a peu pres le meme ren
doment, au kilonmtres parcou
ru. quo l'ess"nce-- tne econo
mie annuelle d'inviron 175
millions de barils de p6trole
brnt, so;t ouelque 2.5 m;l-
liao-d, de dollars, pourrait
etre roalisde.
Touiours solon les experts
I'nvenir du Gasohnl pourrnit
etre plus favorable si 1'al-
cnnl entrant dans sa compo
a mpilleur comote a partir
di cha'bon et non du mais.
Mois nour le moment, 1s
procAddes dc fnbircalin du
G:-so01l 5 noartir di charhon
on < au a;int.
Assez lnnremns reticentes
a 1'enard du oGsohol plu-
siours cnmnaonies pptroeli-
ros camerien'nos ont toutefois
donuip auelnues mnis effec
ti dris pss as de distribution
de Gacohnl a In nomrne
I,a ridoc;on ri-s cnnsornmaa
tours n's na- et6 d6favnrablt
-t la snciete Txaco aull fait
figure do nionnipr dnns lo drn
maine. vipnt d'nsnoneor mn''ol
1n 6,,I l:q't la nosq;bilit6 rie
construire ine unPil d fnabei
nation rd'Pthsanol. nortir rin
mais. avant unp nrorde'cf'n
annuello cle'nviron 220 mil
lions de litres.


Le Ministre venezuellen
de 1'energie et des Mines
M Humberto Calderon Berti
a declare, mardi & 1'issue de
sa visit de 24 heures a Pa
rs que son pays continuerait
a demander le reglement
de son petrole en dollars
M. Calderon Berti, qui don
nait une conference de press
apres s'etre entretenu avee
le president Valery Giscard
d'Estaing et le ministr- de
IItdustrie Andre Giraud, a
precise que la question du
mode pavement du optrole re
levait de la souverainet6 de
chaque pays producteur
Le minietre venezudlien a
cependant indiqu qu'il n'6
tait pas oppose a l'utillsa-
tion d'un panier de monnaies
pour la determination du
prix du p6trole afin de com
penser les variations mond-
taifes.
Evoquant la reunion de L'O
PEP, le 17 ddcembre a Cara
cas, M Calderon Berti a in
diqu6 que le problem des
prix n'6tait pas la prloccu
pation essentielle de 1'OPEP
Le plus important rdside
dans .le ddveloppement glo
bal de 1'energie des pays de
I'OPEP, a-t-il estime, ajou-
tant que le V6nezuela sou
haitait arriver Sa une entente
sur un syst&me unique des
prix
Le minlstre v6nezuellen a
par ailleurs indique que la
reunion de Caracas examine
ra't la situation, qu'il a qua
lifite d'inacceptable> des
marches SPOT. Si les prix
sur ces marches demeurent
pros du double de ceux de
I'OPEP et si le volumBe train
te demeure aussi Ilev il
sera tries diff'cile de mainte
nir les prix du ntrole, a-t-
il ajoutd.
D'autre part. M. Calderon
Berti a demand at president
G.icard d'Estaing d'utiliser
ctoutb son prestige personnel
et le prest'Re de la France
pour sensibiliser les Days in
dustrinli ,s .t la nocessitl
d'un nouveau dialogue avec
les nays en voie de ddveloppe
ment.>


P AC1. .C


contiuiera a
demander
Les oersrectives le reelement de
pour le Gasohol son petrole
aux lEtats Unis en dollars


La Premiere Pate de Tomate Haitienne


lil~ ~~ B~Em~sa~ k.g-%9a~ahn ~L--~ --a~ I~ 3~*PF~-hx~ IliX~ ~"----~-~^~eJI ~xe~ -"~-F~i~FaBj~~


P rzr ---


'Aidem


II


tl




SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DECEMBRE 1979



CINE THI

PRESENT DIMANCHE


- BAG!E


IATRE TRIOMPHE


5 HEURES
flIM


7 HEURES


9 HEURES


SALLE 3


SALLE 1


'1 j'V ~ ~


r-


.W^-, ..,- F --" WI i
Une Production UNIVERSAL Pictures

HULK DE PARIS
DE NEW YORK A PARIS A LONDRES a TOKYO LE PLUS
GRAND SUCCESS ACTUEL DU CINEMA, DANS
TOUS LES GRANDS MAGASINS DU MONDE LES
GADGETS DE SON EFFIGIE SE MULTIPLIENT.
JEUNES ET GRANDS, PETITS ET VIEILLARDS
SONT UNAPIMES. L'INCROYABLE HULK
LE FILM LE LUJS SURPRENANT ET LE PLUS.
SPFECACULARRE DE L;AN!EF.


\ L'AFFAIRE MATTEOTTI
LE FASCISME PREND LE POUVOIR AVEC LA
COMPLICITE DE L'APPAREIL D'ETAT ET LE
SILENCE DES INSTITUTIONS JUDICIAIRES. LE
REQUISITOIRE-LE PLUS BRULANT PFESENTE POUR
DEFENDRE LES LIBERTES ESSENTIELLES
Sr-NACEES.




SALLE 4


SALLE 2

1 M.0 "' *


IA MIRISCH CORPORATION mac AL LETTIERI
r Lte BO NO LINDA CRISTAL LEE PURCELL
CHARLES BRONSON ..cA par ELMORE LEONARD mosque do CHARLES BERNSTEIN
dan une production product par WALTER MIWSCH rtallsd par RICHARD FLEISCHER
WALERMRS -RICHARD FLEISCHER COULEURSItriHbu6 par LES ARTISTES ASSOCIES
Mister MAJESTYK


ie_ -


IOUTE UNE VIS ,1
UN SUPERBE FILM D'AMOUR SI VOUSAIMEZ, SI VOUS
AVEZ AIME, OU SI VOUS NE DESESPEREZ PAS
D'AIMER UN JOUR. CE FILM VOUS BOULEVERSERA
- __,- -. __ -^--


MISTER MAJESTIC
INTERPRETE PAR CHARLES BRONSON UN CONTESTAIRE
A VISAGE HUMAN REVOLTE CENTRE LES REACTIONS
ODIEUSES DU RACISM. ON A TORTURE SE
AMIS, IL TORTURERA SES ENNEMIS,
Jf- ~ ~ =4-- ^ ^ ''J '. r-- 's-^- ^'^^' ; "^'


rcC-~L~U~u~~


--~ ~s~s~ ~ --------------~- ~ssa~--s;asw~ ---~~


ii

















Fl


. . . . . .








FARao9


- -w- v-


tS'ilte do laa ler pageo1

ferratilc.Enipresse,je lul r mi s
iiLs clels et J atliendis dans
I1 uphor c. Vingt-quaLre hlou
res apres, ma volture m n-
tairt rendue. Sans un bruit!
J avais I impres.siou de rou
ler sur de Ii'hile. Admira-
tif, je clianuais ,ans ces&se
1, s lotuanges de ce mecan -
cirel aux dogt.; dC mag c.en
qui avail realise ce miracle.
SLo dit mi.rac- dura huit
lourss au bout desquels quel
quo chose d'insolite appa-
iuit au bas no ma volture.'
Jo me suis ba!sse et j'ai ti-
re cette chnse vers moi. C'o
la't un vieux morcrau de
tissu graisseux, qui .me res-
la entire lces mains. Je me
mis alors a examiner plus
attentlvment !e deisous do
la voiture. Cola me permit
de voir comment le mi-
racle avait e1uxrealse: 4l'en
levcur de bru- s,, avail lout
implement aYtache avec de
vieux morceanx de tissu
tout ce qu'il avait juge sus
ceptible d'etre attache lts
uns aux autres ct les avait
largement badigeonnes d'hui
le. C'etait le premier mail-
lon de cette solid chain
qui m'etait rest entire les
mains... (Fin du recit).

Si vous preferez les vioeux
tissues aux calottes, attended
quand meme avant de vous
prononcees car ii y a enco-
re autre chose.
Recemment, le propr'etai-
re d'une voiture de ma-
que reputee prestigieuse, a
conruit son vhiiicule don't le
frein-a-main ne fonction-
nait pas, au garage tenui
par les represe-niants de eelt
te marque en Haiti. (Je
vous signal en passant que
je souffre horrihlement do
ne pas vouloir dire aujour-


OMNkA
SERVICES
Louis AUGUSTIN
Compiable
125, Rue dlu Centre 125
Phone 2 1548

LICENCES
S- VIGNETFES
ASSURANCE
VEHICUI ES
RAPIDITE
ET SERtEUX
ETC.


d hui de quelle marque 11
s agAL. Alh! ces g' ns discrets
queis Ileaux! ).,
Au bout d 'ue semaine, le
proper tauire doe la voiture,
un honmme auss; presugleuxX
que son vehicle l este tou
te la scmaine, chaussettes

Mise au smint de
Distributeurs
automnatioues t
parlant

NEW YOR., 4, 1IC (AFP'
La fire Japonaise sushita Electric,> a annon-
ce jeudi la mise au point
d'un distributeur automatli-
que oParlant, pour denrees
boissons, cigarettes etc.
A l'approche d'un client
don't elle ddtecte la presen
ce grace a ides rayons infra
rouges. la machine lance
un >. puls enumt.'e
d'une voix douce les pro -
duits don't "lle dispose.,
La m ( m m e v o x
i n t e r v i e n t ens -
te pour signaler eventual
lemen; a l'ache;.eur qu'il
n'a pas r nsn', Ia qouantlte
de monnate re:!uise, qu'elle
no neut tendre la monnal!e
qu'il s'est tromp, dans une
manoeuvre, etc... et pour
le remereier une fois son
achat effectu.
precise la firm" japonaise,
non seulemenc attire davan
stage de clients et permet
une meilleure promotion,
des marque.s, mals encore
elimine la frustration des
acheteurs qui se trompent
dans leur choix iln danrs
ieur monnoie.'.

AV S
La Loge artinez de Pas-
qually aVlMOrLU. rental plai-
sir a announcer ai tous les
itosiaruciiaS a 0haiti, l'arri-
vee le 8 F'evrier procnia n Lie
Frattr Christian Bernard
Grand Maitre de 1'Orare Io
s'crucien AMORC pour les
pays de lanigue iranqaise.
A celte oceasoion, sora orga
niise a;u local de la Loge ill
Concl.ave auquel to0ts les
mimbres actifs et reguliers
de l'Ordie snt iraiternelle-
ImLnt invies. Its voudront
b en sc meLttre en contact a-
vwc le S1ecrelari:ti de Ia Loge
Matii-lnz de Paisqually A-
MORC a Dslmis i ptr tcus
irensiginemlenls complmen-
tai res
LO o Martinez de Pasatially
AMORC Bo:te Poslale 1033
Pr'l ,;m Prince HAITI
TEL: 6 1892


IL Y A TECHNIQUE ET


TECHNIQUE
dans les Ambassades, pla-
ge pr.vee le dimanctie, vous
voye7 le genr?)- s'entendit
declarer qu on ne pauvait
pas changer le levier-a-
main, attend qu'll n'y en
ava.t pas sur le march et,
de plus, qu'on n'avait pas
raussi au garage a reparer
celui qui etait abime. Ma's
come le mecanicien res-
ponsable etait un homme
toujours aimable avrc la
clientele il ne voulut pas
laisser le clifnt en panne
et lui annonga avoir troupe
pour lui l,. solution ideale,
en attendant I'arrivee (dass
plusleurs semaines...) de la
piece de rechange indispen
sable.
- Mrin mette, lui dit-il, 2
gros roches, nan coffre-la
pour-ou. Conca oua capab
cord caoutchouc-yo 16 ou ri
ve ou cote.
Maintenant, apres ces 3
rec'ts authent ques, chois's
parmi plusieurs autres du
meme genre. recapitulons
pour ceux qui aiment fair
le point :
- les calottes, c'eta't 11 y a
plus de trente ans de cela;
- les vieux tissues, c'6tait il
y a environ douze ans de
c-la;
- les grosses roches, e'6tait
le mois dernier.


Conference a
l'Institut
Pedago ique
National
L'Institut Pedagogique Na
tional invite lesenseignants.
les etudiants des Ecolts
-o l males d'Instituteurs
ceux de l'Ecole Normale Su
perieure et le public en ge-
seral A une conference que
prononcera, le mardi 11 de
cembre, a 7 bres p.m; au
prononcera, le mardi 11 do
dain), M. Saidou Tall, sur
le theme
Une experience de refor-
ne de i'ens, e gnement dans
un pays en voie de develop
pemcnt: le Mali
M. Saidou Tall, de natio-
nalite malienne, est expert
de l'UNESCO el mission en
Haiti. Anceen M'nistre de
'Education au Mali, M. Tall
traa Aile actuellement com-
me Conseiller aupres de la
Secrctaircrie d'Etat de 1'E-
oucation Nationale.
La conference de M. Tall
lniaugure iune series de con
ierenees, exposas-debats oN
tables rondrs que 0'IPN or


Les funirailles d'Axel MADSEN


Qui est Miss
haiti 11a 0

Mile. Connie Frances Jo-
s-ph a 6te chaleureusem.nt
applaudie vendredi soir au
spectacle Gilbert Fombrun
sur presentation du chanteur
Elle etait accompagnee de
sa suivante Mademoiselle
Fddora Camille et des mem-
bres du Comit& organisat-ur
du concours MISS HAITI. ,
Mademo selle Jo eph qui
reprnsentera notre pays aul
concourse Miss Univers 1980
est nee A Brlvn N. Y USA 1o
26 Fev 1962. Elle a done 17
ans. Ell" est en annee termi-
nale A 1'Union.School.
Elle me'ure 5 pieds 9 pou
cps. Eloe pose 130 lives.
Les dimensions, pTuble1ps
dns la i nresse officielle,
Font les suivantes:
Tour de ts',le 17
Tour di-o nnotfri-o 1
Tour dp hanche: 24
Elle paile couramment le
creole, le frangais el 1'an-
glas et a un clagre moindie
1'espagnol. Elle s'adonne au
dessin avec une tencaance mar
quee pjur le portrait. D'a-
pres ses declarations, elle
-e lancera, apres son cycle
classique, dans 1'etude de la
diplomatic.
Rappelons que les suivan-
tes Adlie Leger (or.ginjre
des Caycs) et Fedora Cim.l
le representeront le pay., la
premiere au concours MISS
monde et la second a tout
concourse a caractere regio-
nal.


SBRA VO\ GILBERT

'FOMBR UN MAIS...


(Suite de la lO.re page)

bonheur. C'est son point
fort sur scene Mais aussi,
ceci peut-etre son point fai
ble: il ne salt pas souvent
ofu s'arreter et parlois ii
role carrtment la gaffe.
Fombrun ctante exclusi-
vement en frangais. Hier
soi, il i inte t 1.re1 e Jul'o I-
glesias en espognol. Une
fois. II est a marquer que
la soiree n'a cu d'elemelits
haitieons que le chanteur,
les musicians et le public.
C'cst IA notre sens, le c6
t6 fragile du spectacle. Gil
bert Fombrun ne change
pas seulement en francais.
I] chante f'an g a i s.
EL pere: il chante franga s
a 1. xces. Les models qu'il
choisit et qu'l imite abui:i-


pas s- pout contribuer a vement ne suut
odilxurer le maximum d'ele- segment pas trop
AER OCONDOR ments de connaissances et Haiti. Ses propri
de reflexion sur les proble- fIonI mnnqurnt
Umt",:: edlducatifs, ]a r chcrche te. Et pourtant,
NOUVEL ,AIR&E ues~o~n a oqu- en general et le talent qui :n
sur difference aspects de chanteur qui seo
Tous les Mardi et Jeudi Ia r6forme en course du sys- nier d'une situa
leme 6ducatif ha ten. choix lfusde A 1l
PORT AU PRiN'E MIAMI DEPART 12:10 Le public est card'alement lion, nous avons
PORT-AU-PRtINE BARRANQUILLA BOGOTA invite A la conference de qu,ll ne se soit
DEPART 17:50 M. Saidou Tall, come A public et de foiu
cellos u111i W 'vrnnt G:Ilbert Fonwbr
RE TN TEL 0101 275 Victor BASTIEN de s'exprimer
RESE ATIONS TEL 2-0101 2-3675 D'recteur de iInst tut Pcda m-ntil cn frantc
--- gogique Nat onal. son droit lI pl





reclamez le vot r




TIRAGE : HAITI COLOR LAB
31 DECEMBRE 1979 SPECIAL FIN D'ANNEE
ler Prix : 1 Cam6ra 35 mm Lentille interchangeable
Flash Electronique et 1 Film gratuit
26me Prix : 1 Camera 35 mm Flash 6lectronique incorporS
A et 1 Film gratuit
'3Sme Prix : 1 Camera Instamatic 110 Flash 61lectronique
S1incorpor6 et un film gratuit
4 Prix de consolation : 4 Cambras Instamatic avec Film gratuit
/ Autant de d6veloppements...... autant de chances vous aurez de
gagner ces primes all6chantes.
ler LABORATOIRE PHOTO COULEUR EN HAITI
HAITI COLOR LAB 157 RUE DU CENTRE, TEL. 2-0945 HAITM
COLOR
LAB
No






I bonne chance


Set meilleurs voeux


malheureu
connus en
es composi-
d'originali-
ce n'est pas
anque au
mble prison
tion, d'un
a base. Si
bimn peur
trompd de
al te.
un a chols
Sexclusive-
ais. C'est
us enter.


mgsilig e '-I ~- rDOW


Ma's, il faut ,avouer, on
se retrosvc. ditficltcment, en
tant qu'halLten dans son
I a n a g e, dans son
e s p r i t dans les si-
tuation' qu'il derit, dans
son tulour cle situat u1ii
Ce quig r aturclr-ment en-
trave tOute communication
entire le chanteur et son pu
blic enile 'e chant ur et Ic
public qu'0l petit avoir plus
large qu'on ne le pense. il
bert Foilhb-'tn pu1 t, .
chanter! en francais et 0tre
ull gra1 g d '-hiii.nt' iur ial lti.
II a du talent. II a de la
voix cet de griindes pcssibil
tes qu'il g'-igerait A utili-
ser plu(ot dani le sens de
]a recherclhe origunale.
Le spectacle d'hier soil
est revrlat-uir dune chose:
Gilbert Fombrun est un
chanlt'ur qui a quand me
me de ka per:onnalite. Avec
la comn)licitd hier soir de
Max Piqu'on pianoo, Chat
ies Delta batterie) et d'un
jeune blassistc don'tt nous a
vons oubl-e le nom), il s'eot
fait oui plutol, il s'est dans
notre milieu, confirmed une
personrialt., une image
qu'il parait avoir choisi.
Bravo Gilbert Fombrun.
Mais.i. On itiend mainte
nant 1c chanleur haituen.
Car 1 so pourrai, bien
qu'on ait vite marre du
chanter trancais (et hon
francophone)n garden omme
d:rait l'autre, sous los Trc
piques.
Carlo A. DESINOR


SECR8JTAIRERIE
D'ETAT DE LA JEUNESSi
ST DES SPORTS
INVITATION

Mesdl-ltnls los Dirfetrices et
viessiehrs les Directeurs do
L'Ensefignement i-rimaire et
Seeonairire
La Comlmission Nationa
le du i Sport Scolaire vous
presence sos compliments
ct vous invite A la- roniot,
qui se tiendra le Lund" 1t
Decenbre a 5 bres 30 P IMl
S1' alnphitheatre de 1 IPN
(Rue du Docteur Audain)
pour 1'organisation des
champioinats interscolai-
res d' Foot Ball (saisor
1979-T1980). La Commtssion
avise lies interesses que cet
te anuee, elle prevoit des
Championnats nirn seule
ment) poy.r les MINIMES
les CADETS et les JU -
NIOR" OPEN, mais encore
pour les BENJAMINS (e1-
ves nus en 1967-1968).
Peruadce que vous repon
drez ombreux A son invit.
tion, a' Commission Nat.
nale du Sport Scolaire
vous present 'ses saluta -
tions sportives.
FRERE ERNEST
'ecretaire General de la
Commission.


mammon@_____________


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Mid1 2 heores 4 heures (en permanent) 6 heures 30 et 8 heures 30

CE SOIR

Salle 11 $ 1.50 et 2.00 Salle III $ 2.00
TOUTE LA VILLE DANSE LES .MAFFIOSI


Hier apres-midi se sont
derouldeo en 1'Eglise du Sa
cre-CoeuO de Turgeau les
emouvaltes funelailles
d'Axel MADSEN, l'un des
piliers de Jacmel Renais-
sante.

La foile qu, comment -
cait A se presser des 2 heu
res au Salon Funnd'aire Pa
ret-Fieire Louis et la quail
tAt6 de couronnes qui en -
touraient son cercueil di.
saient assez la conslide-a -
tion dott le nom Madsen
jouit dans le pays mais la
consideration toute sp6cia-
le don't jouissait Axel Mail
sen A Jacmel etalt fondee.
sur ce oens civique qui fail
que le gitoyen d'un pays
oun d'une ville tend son ea
psit, et sei nerfs vers la
grandeur de son pays ou de
sa villi
Nous gqui aim cr. earnel
element tnotre ville, nous a
vons toujours rencontre
Axel IVadsen -a la pointe
de 1'action pour tout cee
qui pouvait contribuer a 1.
regeneration de la v-illan
te et Fe-'e Cit6 de Mri-
sier Jeannis, Alcius Chr -
mant, Michel Ores
Seymouo Pradel Rous -
sant C A M I L L F
FeFelix Morissenu-Leroy, de
Teniers Jolicoeur, des Bon-
card de Rene DL'pestre d'A-
lexandre Vital, de Leon
Baptiste, d'Eric Danies ei
d'Axel MVadsen.
Avec Serge Gaillard, unt
plomot ar benevole, de Jac
mel, et nous, Axel a pass
en revue tous les projects


D









0


La stance d'inauguration
de i'Academie des Sciences
Humaines et Sociales aura
lieu le Jeudi 13 Decembre A
7 heures P.M. au local de
1'Institution au 202 Lalue.
Les Communications suivan-
tes seront presentdes:
1) LE COLLOUE DES SEY
CHELLES SUR LE CREOLE


ET LE DEVELOPPEMENT,
par le Docteur Pradel POM
PILUS.
2) L"ECOLIER HAPPE
DANS LA MECANIQUE DE
L'IMAGINAIRE DES AU-
TRES, par le Professeur Ber
trand EDOUARD.
Le present avis renouvelle
1'ancienne invitation.


qui pourraient contribuer
tout recemnment encore,
a. cette reg6ndration, Et il
etalt sur son lit d'hopital
quand Gaston Baussan, con
tracteur en construction ma
ritime etait appel4 Jac-
mel pour considdrer s.,vec
l'EdilitI de la ville un de
ses projects sur 1'am6nage-
ment de la jetee et la cons
truction d'une Marina a la
quelle se prate si admira-
blement la Bale de Jac -
Rien de ce qui intressait
sa ville ne le lsassait indif
ferent. Comme 1' oi -
seau don't le chant est su-
blime poesie quand son
nid est fait dans un
'b e 1 a r b r e, i I
revait d'une Jacmel pro -
pre et belle, r6genere,;
pour la montrer avec fiery
te A ses parents et amis e
aussi a ceux de sa femmi
nee Monique Mathieu qu
affluent de France.
Axel est mort mais let
reves quil a communi -
ques a ses meilleurs amil
de Jacmel ne meureni
point.
Que sa femme Monique
et ses enianO j .rouvent e0
ces propos l'expression de
nos regrets les plus sinci
res.
Aubelin JOLICOEUR

Mort de Mile Luce
Mondedtin
I0ous annongons avec pel
ne la mort de Mademoiselle
Luce Mondestin survenue le
vendredi 7 decenbre A 7 heu
res P.M.
En cette douloureuse cir
constance, nous presentons
nos condoleances aux pa-
rents eprouves.
Les funerailles auront lieu
A une date ultdrieure.

Au Dpt des
Sciences du
beveloppement
Faculte
d'Ethnologie
La Direction informed lea
etudiants adm;s au Departe
ment des Sciences du Devi
loppement de la Faculte
d'Ethnologie que les course
commencent le Lundi 11 D
cembre prochain A 4h. P.M
Local 202 Lalue.

iran Assassinat
Chafik
L'Ay.vatollah
Sadegh Khalkhali
(Suite dc la lore page
. II declarait alor
etre en contact permanent
avec ses c xique, precisant que la pri
me de cent-trente mille do
lars promise par lui a qui
conque executera;t 1,ex
Chah provenait de eo
non do fonds publics.",
A 1'annonce de 1'hospit
lisation du Souverain dech
a Now York. 1'Ayatollal
Khalkhali avait simplemen
declare aue lo sort de l'e
Chah < les mains des medecins d
I'Hopital Newyorkais
Samedi. le note parole d
l'Ayvtolla Khalkhali a a
firm ii 1'AFP 0Ue des con
mnndos eponursuivaient avp
arharnemont l s ennem;s d
l'ran, tant en Elrone qu'aul
Etats Unis Sur la list
noire>> de 'Avalollah figi
rent. outre les mombres d
la famille Pahlavi. d'ancie:
ns nprsoninalits civiles e
militaires de i'ncien r6gim
iranien. au premier pit
desonunllo trouve M. Ch
nour Bakhtiar.


Derati


isation


iBOUC) R1 Fri i\i tio


$EST N Extermination




Protegez votre mason


contre les termites et chauye souris


Delma4 48, Building Curacao Trading


Tel 6-0431


Salle I



$ 1.50 et 2.00
MAMITO


LES VINS

CALIFORNIENS
SEBASTIANI REMPORTE 19 PRIX POUR SES VINS

Les vignes Sebastiani de prcstigieuse de tou 1,Etat.
Somoza ont enlev6 le con- Sebastiani remportait des
course des producteurs de la meda lles d'or poutr son A-
vall6e de Somoza a la fire more Creamr Sherry, son
de Los Angeles avec 19 prix. Mountain P not Noir et son
y compris trois medailles Pinot Chardonnay 1976.
d'or
La foire de Los Angeles est (Independant Journal, San
consid6rAS comme la plus Rafael, California)










CA1OLE HOLLANT
VOUS PRESENT SES COMPLIMENTS

ET

VOUS ANNOUNCE

Le Transfert de son Jardin

de Plantes a Petion Ville,

a 'angle des rues Faubert et

Louverture.

VOUS TROUVEREZ UN GRAND CHOIX
DE PLANTS NOUVELLES

ENTRE 8h ET 18h30
CHAQUE JOUR EXCEPT LE DIMANCHE

Egayez votre vie qrdce aux plants

aue vous propose


CAROLE





ORCHESTRA PHILHARMONJIUJE

Ste TRINITE

j GRAND CONCERT

DE NOEL

Direction: Julio RACINE
Solistes Nicole Saint VICTOR Soprano
Rudy PERRAULTe Violoniste

Oeuvr:s de: Vivaldi Haendel -Haydn
Madina ANDERSON

Samedi 15 Decembie a 7 h 30 p.m.
ENTREE ADULTE: $ 2.00
ENFANT $ 100


Salle Ste Cecile Rue Mgr Guilloux
N.B. LES MAGNETOPHONES NE SONT PAS ACCEPT
TESIDANS LA SALLE DE CONCERT.

o^aooocooacaowcomaar


Sane IV $ 1.50 -
SCORPIO


A l'Acad6emie des Sciences Humaines


'~I


rwi---LrJiL~br-'~'YI~I"'`YL"~~ LY'Y~---I---~ ~--Y-Y- 7_ _


~_;__________~~ __ __-----l~----j- --------Y-~ ~I;---1_1----- -I-Li; __~_~.~---C--l.l ---I~- --L~-~---ILI~-F-~ -ICI1


.


i


I


\',


i


SAMEDI'B E DIMANCHE 9 PECEMBRE 1979.l~


"l
'F


BE snwoeavdaff


Pnfff


\
j


<

I
I
(




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs