Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10559
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 24, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10559
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text



EN MARGE DE

L 'ETUDE

DE P. PL UCHON
'UN NEGOCIANT JUIF ET, DEUX ESCLAVES
NEGRES' A PARIS.
ASPECTS DU RACISM AU SIECLE DES LUMIERES.

tUIECUERCHES HAITIENNES. No 1. Octobre 1979)
Par Zvi LOiKER


J'iI lu avec grand inte-
ret l'essti psoittice-histori-
que axe sur le process a e-
iiiunc pation des esclaves
qu isaalc Mendes France aS-
al i tatlendes avec lui en
France. en 1775.
C'est un travail scrieux et
serrc qui traite magistraie-
ment de l'ideologie de I'An
cee Regime finissant, ainsi
que des ambiguites philoso
phiques des maltres a pen
ser du Siecie des Lumieres.
Lexpose est lucide et sti-
mulant, car 1 auteur a reus
si A recreer 1'atmosphere
d une spoque en la repla-
\ ant dans son context con
Ltemporain.
Neanmoins, une entrepri-
se de cette envergure, dans
un space aussi restreint,
impose d'emrblee 9ertaines
limitations. Par ailleurs, l'au
teur, en plus de passages
descriptifs fort judicieux,
cherche des causes a cer-
tains plhenomenes, causes
qui ne ressortenl pas to-
matiquement de l'hisioire e-
venementielle. Il y a, par
consequent, quelques sup-
plements et petites correc-
tions a apporter. afin d'a-.
voir une meilleure vision de
1'6poque trait.
Me cantonnant dans ma
specialist, j'airmerais fair
les remarques suivantes :
Le rdsumt succ'nt sur les
juifs bordolais est exact et
bien documented, l'auteur a-
yant consulate l'ouvrage de-
sormais classique de Th6o-
phile Malveztn et base son
expose sur des documents
legaux.

Monsieur Ptuchon pose
une question important a
la page 35: <'A quoi, les por
tugais devaient-ils de s'inte
grer avec un te(l success dans
la society de la mdtropole
aquitaine?,. Apres avoir pro
pose plusieurs raisons possi
bles (respect des lois, discre
tlion, nombre restraint), i1
propose une synthese de ccs
different 61iments. Ici, e-
videmment. la dimension
historique fait ddfaut. Cet
te reussite est due, en effet
ia une accumuoltion de fait,
et de causes complexes,
ceci sur deux plans parallt
leas. A savoir:
a sur le plan gnnrsl.
b sur Ic plan ]u;f-intei
lip
Surit e ninn 'ncratl Pes
h dire eelui des conditions
socio-historiq'ws prec6dant


1'etablissement de la sNa-
tion PortugasiFeb.et au course
de ect etablissement, a Bor
deaux, il faut noter :
la lassitude des guerres
Ile religion

le debut e, l'eclosiont
du mercantilisrte, avant Col
bert et sous Colbert
la non-existence de l'In
quisition en France (ni pa-
pale ni nationalel
le cosmopolitisme d'une
ville portugaise prosper.
la situation fut totale-
ment difference en Alsace-
Lorraine).


Sur le plan juif, 11 faut
considered, en plus des rai
sons dejSa mentionndes, que
evolution de la com-
munaute fut un processes
graduel assez lent (200 ans)
- les excellentes relations
qu'entretenaient les dics> (dirigeants) juifs a-
vec les ordres catholiques
- l'introductuon de mdtiers
nouveaux n'entrant pas en
competition avec ceux de
la bourgeoisie locale
- la double inyaut>s des
marchands portugais, c'esa
a dire: bapternes, mariagesA
enterrements dans la foi
de l'Egl'se, alors que chez
eux, ils etaient fiddles a la
loi mosaique ancestral.
SJ'ai consacri une 6tude
detaille a ce probldme,
mais elle nest publiee qu'en
Hebreu. (1)

A ma connaissance, les
meilleurs ouvrages publics
sur les Juits d' Bordeaux,
sont ceux de Georges Gl-
rot.
II existed une these de doe
torat consacree A la commu
naute juive sneur de Bor-
deaux, c'est-a-dire, Bayon-
ne ISt Esprit.-les-Bayonne)
et a ceux du Suo Est de la
France. L'auteys en est Gd
rard Nahon, REdacteur en
titre de la eRevuq des Etu
des Juives> a Paris.
La discussion de Voltaire
versus Judaismc est d'un
interest particulier. On y
apprend, entree autres, que
le grand sage ipossede des
interets chez certain ne-


Voir Socitel Hiitorique d'Israel,
Jerusalem), Vol XLII, No
1211977, pp. 49-94, resume
en anglais, p. III.

(Voir suite page 8)


BAMEDII 24 DIMANCHE


CC'-1


-- 25 NUVIEMBRE 1979
No631.214

84me ANNEE








ND IN 1896 : LE PLUS ANCIENT QUOTIDIEN D'HAT MEMBER DE LA880CIATION INTERAMERICAINE DB PR


DIREIOEUR : LUCIEN MONTAS
ADMINISTIATEUR : Mm Max CHAUV E


-1
T616phne : 3-2114 Bolte PNtgle : 111
Rue du Centre 1N 212


situation dans le monde musulman


Au moment ot lea otages
de Teheran s'apjprtent a
entamer une quatridme se-
maine d'dpreuves 1l'mam
Khomelny a lance samedl
un appel b la guerre saint
cependant qu'a Washington
au lendemain de 1'avertis-
sement solennel du presi-
dent Carter les chefs d'E-
tat major des trois armes
devalent se rdunir pour ntu
dier la situation.
A ce propos 1'Arabie Saou
dite a ddmenti une infor-
mation de l'Agence TASS
concernant 1'arrivde de corn
mandos amdricains en civil
sur la base saoudienne de
Tdheran.
A Tdhbran 1'Imam Khn-
melny dans un message a-
dresso aux dirigeants alg6
riens et diffuse par la ra-
dio iranienne a affirms (no
tre revolution est une r6vo
lution mondiale avant d'6
tre une rdvolutlon region
le)i Apres avoir accus Ile
pre-ident Carter de substi-
tuer au droit internationals il
s'est 6crid a 1'adresse des
Musulmans: Levez vous por
toz vous a la defense de
l'Ismam En avant la victor
re est proche. Elle est cer
taine.
Pour sa part le r-snionsq
ble iranipn dos affaires 4
trangeres M Abolhassan Ba


nisadr a dcartd tout corn-:
promis. Danrs ne interview
vendredi a une chain e t
revision americaine 11 a d&'
fini a nouveau la position,
du gouvernement de T&hM-
ran: Le Chah est un crimi'
nel qui doit dtre extradd et
jugS en Iran par un tribu
nal international. 11 a prItl'
sd que le depart du Ohah
pour un autre pays ne chan
gerait rien au problem.
La cruise peut 6tre facile
ment rdsoluee affirmed d'au
tre part M. Banisadr dans
une lettre ouverte au presi
dent de l'assemblde gdndra-
le des Nations Unies pu-
blide dans sop journal evolution Islamiqueo. La so
lution dit-ii c'est 1'extradi
tion du Chah et la restitu
tion de ses biens (sans que
les Etats Unis se voient
dans 1'obligation d'agiter
le spectre de la guerre
pour sauver ses cinquapte
fo,-'nnnaire; Tdhdran.e
caine serait un acte de fo'
lie don't les Etats Unis ne
prendront jamais le risque
tell est enfin 1'opinion ex
prime samedi & Trhdran
par M. Sean Mac Bride prix
Nobel do la paix et chaftrr
de mission par 1'UNESCO
en Trnn.
A Islamabad des ambas-
sadeurs ont address& same-


Un livrp d.t suIbihi- Savaille
sur la ereve de 29


Un des chevrcnnes de Da
mien. Ruthiere SavaI1le
vient de publier aux Ate-
liers Fardin un livre sur
dla greve de 29 ('la premid
re grive des e diants hial
tea'sL- 31 Ortobre-19294.
C est pn desi'rekiers taU-
vres consacres a cet impor
tant ivenement L uteuir le
souligne d ailleurs dans
son avant-propos 11 ecrit :

xxx

AVANT PROPOSE

En pregnant la decision
d crire la grvi dpe Damien
a un moment of ii n exists
encore malheureusement.
aucun texte complete cons;
cre a cet Svinement, 1 au-


Sainte Cecile 1979

INA UG URA TION DE L 'AUDITORIUM

SAINTE CECILE

Par Georges F DUPLESSY


Cet auditorium lait par-
tic de 1 Ecole de Musiqaie
dirigee par lea Sisters de
Couvent Saii '. Margueri
tp avee la, collaboration de
professeurs Lant Haltiens
qu strangers
L'orchestre Ps' en scene
recherchant son la et natuo
rellement les musicians
a en donnent a coeur joie.
histoire de se chauffer lea
doigts Une ritournelle par
ci une ritoiinelle par la
J adore cette sonorite Dlei-
us de 1 orchestra mdmeme a
elle est quelque peu caco
phonique cettI sonorit auil
respire la santi orchestra-
le avec tout ce oue cells
Imnplique : souci de bleak
fire, souci de s.; surpasser,
resDect de 1oet:vre. res -
pect dS public et respect
de la devise 'ous pour un
(1 oeuvre) un (1 orchestra)
pour tous (le P'ublic)
Le gouvernement s est,
fait representer per '
Monsieur Ldonce Vlau : rec
teur de 1 Univers'itA:
Monsieur Alix Jean-Bart;
On distinguait aussi daiis
1 assistance Sotn lxcellen-
ce MM les AInj'assdeura
des Etats-Unis t du Libe-
ria

II y avait certainement
d autres membres du Corps
Diplomatique, u;ais perdus
dans la foule h;s 4taient
probablement plutot la
par gout personnel dona
plus a titre l'liv6
Monseigneur Jai.ques A
Luc Gamier procede S la
Bdnddiction de la Salle c;,
des assistants
Ling6nieur Gdrard Du-
bois r6alisateur de la sal-
le nous dit q-ialques mots
I sur la genese de sa crda-
tion. I1 nous prdsente aus-
si Monsieur Fred Chris
tiensen architeoiac et trom


boniste A cause de certain
resultats piteux obtenus
dans la construction do
ert.aines sales de con-
cert. il a pref:'d s padres -
ser a un home C exp6 -
rience pour s occuper de
la question d aeration et de
la distribution uiniforme du
son L travers la salle

Pierre Monosiet du Mu
see d art haities eat -le tra
ducteur official de la soi-
ree parce que come bien
vous le suppose les dis -
cours qui vont suivre vont
se fair en Anglais


Monsieur Christiensen a
la demand de l ing6nieur
Dubois nous dit, quelques
mats.


Puis c CsL au tour de Moac
sieur Tod Pery laepresen -
tant de 1 orchestra Sympho
unique de Boston (BSO) de
nous refaire la gendse del
relations entrn le BSO et
Sainte Trinit En finale il
pr6senite une phcto de 1 or
chestre de Boston avec la
signature de toua les mem

(Voir suite page 8)


teur ne s est pos6 aucuu
but d historian. 1 n a vou
lu rdpondre qu a un besomn
urgerit et meme yr'cis, en
degager d aboard en dehors
se fixant comme thche, do
degager daboid. i n dehor*
de toute -sentimeniallIt. eL
au delay de tout intdrdt,
l entire vdritd Et ensuita
d exposer, rn utilisant ses
experiences vecues et des
documents offi:ietl, 1 Svo-
lution de ce ph6nomdne, da
montrer 1 incomnrthen -
sion des faits sociaux des
dirigeants dalors; de si-
gnaler l 1 attention des lee
teurs 1 astuce et 1 ingrati-
rtude des po liticiens e0
d expliquer, cnfin de como
te. comment -1 a pu arri-
ver que les premieres lut-
tes des Jtudianis haitiens
aient 6td une odmite

L amateur salt qu il ne sa
lisfera pas les previstes qui
ont edt au contact, dis la
debut de la reve, avec les
politicians et qpui sent, sur
ce sujet, plus savants que
lui et qui les rouveroit su-
perficiel I1 salt aiiussi qu il
ne satisfera pas certalns atu
giants qui se sort revdlea
6loquents pendant la grd
ve et qui vouct:ont sans
doute entendre citer leurs
noms dans ce, exposd

Peu lui imported. Cet ecrit
n a pas d autre pretention
que de mettre A la portea
du lecteur uia ensemble do
faits se rapporTant a la
grdve entire les autorites
gouvernementates et lA
Comit Gendral aes gr6vis-
tes, d une part el. entire le
ciens et les grevistes d au-
gouvernement, les politi-
tre parts


Problems du Sport

LES DANGERS

DE LA NAVIGATION A VUE/l
Par Jean Claude SANON


Une logique apparcnte
basee sur certaines echean-
ces nous porte A penser Que
la salson de football ne
s'ouvrira pas avant le moois
de Janvier. A moins bien stir
qu'un retirement imprevisi-
ble ramene la famille spor-
tive au pgint de depart.

On aboutira alors a u
revoir 5 u n e d a t e
,ulterieuremnrt imprevisi-
ble de toute la procedu-
re engagee en p r 4 -
lude a l'inauguration de la
saison. On recnmmencera la
progression au jour le jour,
a naviguer S vue sans bous-
sole ni radar.

Toutes choscs etant dga-
les par ailleurs la presen-
tation des statutsett regle-
ment, leur discussion, leur vo
te la solution des probldmes


financiers, l'adoption doun
plan de competition, le ca
iendrier international en-
trainant 1'incisponibilite de
cerrains joueurs: voilS des
contraintes capables de
imangers le mois qui nous
6dpare de 1980. Faites le
calcul 1
La nouvelle annie mar-
quqra egalement 1'entr6e
en competition eliminatolre
Dour le championnat du
monde Espasne 82).
Le mdme problem de la
mobilisation 'les joueurs in-
ternationaux va done se po
sur.

Au regard des competi-
Lions locales cette indisponi
bilitd des meneurs de jeu aS
son importance. D'un cotl.
leas clubs recilignent leur
formation, de 1'autre le Bu-
reau Federal veut prdsen-


ter la meilleure selection
possible.
C2 aui se present au pri
me aboard come une diver
gence d'interets peut Stre
resolu par une programma
SCon cohdrente.

Un effect caralyseur s'exer
ce d'alleurs .,ir les deux
plateaux. Le niveau tech-
nique des clubs se reflete
(en principle) sur la Selec-
tion Nationale et les victoi
res de celle ci rejaillit sur
les clubs.
II y va done de l'int&ret
de tous lu'une solution soit
trouvde a partir d'une con
certation permanent.
C'est lS que le torchon
brile. Les clubs et ligues re
clament pSle mele: status.
i6glements plan, de comp6

(Voir suite page 8)


di au government pakia
tariais une note critlquant
intervention trop tardive
des forces de l'ordre lors
de 1'attaque de l'ambassa
de des Etats Unis brulde de
fond- eli comble mercredi
pat des manifestants.
-En Arabie Saoudite a
la Mecque la, situation 4-
tait inchangde en milieu
d'apres midi samedi: La
polgnde d'hommes une
vingtaine pense--t-on qui
occupent les deux minarets
de l'aile de la grande Mes
qude re s'taient toujours
pas rendus ni n'avaient ten
t6 d'effectuer une sortie.

Par lassitude ou pour 6-
conomiser leurs munitions
les rebelles avaient cessdl
de tirer sur les forces de


MI-FIGUE MI RAISIN


lorare qui continuaient d'i Evaluation de
soler l'enceinte.
I1 semble de plus en plus larmn ee iranienne
certain que les insur-gs aa Pentagone
sont des illuminds ou des
faiatiques religieux. L'I- WASHINGTON (AFP)
mam de la mosque e Cheikh L'armde iranienne san
Mohamed Ibn Cabil qui a discipline et don't le mat,
vu leur chef de prds mardi riel moderne n'est pas en-
matin 1'a reconnu. comme tretenu serait incapable d
dtant un dtudiant de 'uni fire face A un opposan sa
versitd de la Mecque un cer rieux estimait-on vendred
tain Jahimane. Selon lui S Washington de sources m
son lieutenant est un autre litaires.
6tudiant stranger de la m8 Ces mImes sources qui on
me university. tenu a garder 1'anonyma
Contrairement a certaines ont prdcis6 que depuis le d
informations publiees a 1'6 part du Chah la discipline
stranger l'ordre le plus corn dans les diffdrentes arme
plet n'a pas cess6 de rdgner s'est 6vanouie les officer
durant ces 48 dernidres heu supdrieurs ont quittd 1
res tant a la Mecque qu' pays ou ont dt ddgrades
Djeddah qui n'en eat distan
te que de 65 km. (Voir Vite page 8)


s


e
S6




4
.i
tt
t
e
es
s
s
e
it


NOUVELLE


Assises .
Criminelles sans
assistance du JuY.

Les Affaires qui
seront e6vqu6es
Le '7 ddcembre prochain
,'ouvrlront lea assists criml
nelles sans assistance da
Jury. Voici les' affairs aul
seront 6voquees.

(7 DECEM3RE 79)

Jea"anot Noel accuse ", I
vol au prejudice de Res-
mond Coles
(Juge Doyen. Rock Ras-
mond)

LUNDI 10 DECEMBRE

Rockefeller Lafontant accu-
se de vol au prejudice Pas-
cal Industries.
(Juze Emmanuel Svlves-
tre)

MARDI 11 DECEMBRE 79

Jonas Daniel
Evans Thomas
Jean Robert Hilire
accuses de vol au prejudiee
de la Royal Haytiian Club)
(Juge Ertha Pascal Trouil- '
lot)

MERCREDI 12 DEC 79
V
Diogene Raphael Frias et
Pedro Belode
accuses d'avoir introduit de
faux bullets americains sur
Ip territoire national
(Juee TheoDhile Jn-
Francoisl


DE LA TRUELLE A LA CUILLERE..Trmbment
Par Mona GUERIN terre en Colombie
rTT


Quand les rnes Fyrt chan2As
(Voir le numero de samedi dernier)


Aurelia, plus agitee qu'elle
ne voulait le laisser parai-
tre par la presence de Boss
Luc sous son toit, se reveil
la le lendemain plus t6t que
de coutume et resolute de
quitter la maison un quart
d 'eure avant heree habi-
tu le. Cela luir; permettrait
de darreter deviant le chan
tier du capitinei pour ten
ter une petite enquete et
puis aussi, de rester un peu
moins longtemps en compa
gid de sdt traotdgd. Ellel
s'habilla done rap'deminnt
sans faire de bruit et laissa
bien en vue sur la petite ta
ble de la cuisine, le cafd et
quelques uns des biscuits ap
portes la veille. Indecise, el
le se demandi!t si elle de-
vait-prevenir Boss Luc de
son depart qpand celui ci
Jui dit, a travers la cloison,
de nr pas s'5nou eter, que sa
maison serait bicm gardde
et qu'il preparerait le re-
pas du soir, 4i toutefois el
le laissait des provisions...
Estomaquee, Aurelia emit
un grognemert en guise de
response et deposa pres du
cafe un sachet dans lequel
il y avaiT du mais moulu
et quelques morceaux de ha
reng-sel.


Boss Luc elova ae nou-
veau la voix pour lui de-
mander s'il peuvait utiliser,
pour laver css vttements,
le savon apercu au haut
d'un buffet. En un chnl
d'oeil, Aurelia imagine ses
voisines en train de contem
pier Boss Luo mettant son
linge a secher dans sa pe
tite cour... Rageusement, el
le alla prendrc dans sa
chambre un pantalon et
une chemise de son pere
qu'elle avait toujours pieu-
semcnt gardd en souvenir
de lui... Memc 6 ses freres,
elle avalit refue- le droit de
les porter! Elie ecarta lege
rement le rideau toujours
maintenu par eI bane et les
tendit a bout de bras dans
la chambre voisine. Boss
Luc se precipila et en gui-
se de remerciement press
vigoureusement le poignet
qui suivait une main si ge
nereuse. Aurelia tira vive-
ment son bras et s'en alla
en disant qu'elle essaierait
en passant de trouver quel-
qu'un a qui parlor sur le
chantier.

Bonne marcheuse, elle s'y
rendit rapidemns-it. Le capi-
taine Stait dejt sur lea
lieux, donnant des explica-
tions a un ouvrier. De son
air le plus natural, Aurelia
salua et lui demand si
c'etait sur ce ehantier qu'el
le pouvait trouver Boss Lv"-
Alphonssin. Le capitaine
fronga les sourcils et repon
dit qu'ill ne voulait plus
qu'on lui parole de celte lopris. Aurelie marmonna
alors une vague histoire
de parent de passage a
Port-au-Prince, et deman-
da, inquiete, ce qu'avait fault
son cousin. Heureux de de
verser sa bile, le capitaine
parole d'insolence, d'incom-
pdtence, de psressse et ter
Mina par une belle envol6e


dans laquihe 1 predit la
mendicite pd -,n ancien
magon. Auij.ia hliuna la te
te en signed ,c u n-.-a-
tion et s'en ai a, ia main a
la machoire. En reality el-
le etait plutot satlsfaite car,
a travers le, imprecations
du capitaine eile avait de-
couvert les deux choses qui
l'interessaient: premiere-
ment, Boss Luc etalt peut-
etre impertinent t t pares-
seux mais 1i n'etait pas un
.voejpe deux.cuemenui, le
capltaine qui aVait 1'ar sur
tout d'etre un colereux, n'a
vait rien dit qui permit de
cro.re qu a l coJuilnuat aUs re
churches.

Tout en poursuivans jun
ci, mn vers iep icerie, Aure
l ia se mit a re-flechir, a pe-
ser le pour et le cont rn
me ellc le fsasast quand 11
s ag.ssait daheter du la it
ou du sucre aux meilleurs
prix pour son commerce. Ce
n etait plus le faith dheber-
ger un fugitif et le derange
ment qui s'ensuivait pour
eile qui la preoccupaient
mais plutot la personnalite
de ce fugitil. Elle n en reve
nait pas de la faqon don't
il s'etait. occupy de la mai
aon et du repas et de son
offre de continue aujour-
d'hu,. II n'asa't pas l'air
press dS' s'en iller! Et voi-
Ia qu'il envisagea t sereine-
ment de fire sa Icssivel

Dans t'apres-m'di, lasse
de reflechir et d atermoyer,
Aurelia pass i :x decisions
Pu sque Boss L'ce semblait
etre un's,
elle allait le mettre a l'e-
preuve. Ce s' rait sa faron
de payer acni sciour impre
vu chez e'le. D'autre part,
Aurelia s ;.voaait que l'expe
rience cu /rtper trouve
tout preiare ne manquait
pas d'interet pour une


EN BOLIVIE



G

D'UNE
LA PAZ. '"P)
La Bolivi. est entree ven
dredi dan ",ne shouvelle
crise Un Gendral medcon -
tent des nou.-'lles nomina
tions affectant 1 Etat-Major
des Forces Armies, le G6,1
ral d Infantenre Luis Gar-
cia Meza est entr en rd-
bellion Il s est enferme
dans la caserle Miraflo -
res de la Paz, oa est can-
tonn6 le ler corps d armte
avec des v4hicules blin -
des, des chars et des com-
mandos. et a recu 1 appui
de 2&me corps d armee, ba
sa A Santa Cruz de la Sier
ra, et qui couvre la d6fen-
se des frontlires evec 1 Ar
gentine, le Brdsil et le Pa
raguay

Le General Meza qui
avail ete nomm Fpar le Co
lonely Natuscn Busch lors
du coup d Etat militaire du
ler Novembre, puis verse
dans le cadre'de serve a
pres la designation de Ma


femme aussi absorbde qu'el
le 1'etait par l'epicerie. Aus-
si, avant de iermer la bou
Qut un choc au coeur. La
chemise et ie pantalon de
elle fit de la lumiere, elle re
curite commengait. Quand
ciait d'etre attendue. L'obs
nees de solitude, elle appre
compete, apres tant d'an-
tout en lui demandant des
nouvellet du capitaine. Au
relia lui raconta ('entrevue
tique vers six heures, elle
fit ce qu'elle n'avalt enitore
jamais fait: elle prlt des
provisions sur les etrange-
res et en remplit un grand
sachet. Le geste lui cotitait
provisions avec precaution
chet. Boss Luc deballa les
et lui tendit le grand sa-
lit pleurer mais se ressaisit
allure sur Boss Luc. Ell fail
son pete avaient fort belle
et au fur et S measure que
le sachet se remplissait, el
le lanqait des < ( la tracasa>
Boss Luc et le fumet d'un
de plus convanecus...
Aurelia arrival chez elle
ies bras charges. Boss Luc
et le fumet d'un hareng sel
i accueillirent '.1es son arri-
vee. Sans .eme s'en rendre
mais, instinctivement, elle
omit de precie r que le mi
litaire ni'aait pas dit qu'il
poursuiv ait sea recherches.
Elle nota avec une certain
satisfaction que ce point n'a
vait.dpas lair de le preoccu
per outre mesure...

Toujours prompted a 'ac-
lion. Aurelia ouvrit toutes
les fenetres. Elle avait'pris
la decision de ne plus ca-
cher Boss Lur Demain, elle
annoncerait aux voisins 1'ar
rivee d'un cousin de sa me
re venu en convalescence.
Et puos, elle n'avait de
compete S rendre a person-
ne, les vois n s'en etaient

(Vpir suits page 4)


DERNIER BIIAN
50 MORTS 600
MOR'iS B00 BuESSES
BOGOTA kAFP)
Le dernier bilan provisol-
re du tremblement de ter-
re survenu dans la nuit de
vendredi & samedi en Co-
lomble, etabli a 04h00 Gmt,
fait etat de 50 morts et de
plus de 60Ut blesses, selon
les informations de la d6-
fense civil et de Croix
Rouge.
La plupart aes morts ont
dte derases sons lps murs et
les tolts qui e sont effon-
drds. Les sans-abri se comp
tent par milliers dans la r6
glopr du centre, la plus .tou
che.
Les pluies diluviennes qui
se sont abattues dans la nuit
sur le pays rendent encore
plus- difficile la situation
des sinistres.

Creation a la
Chancellerie
dune Section des
Droits de 1'Homme

Le D6parteiment des Af-
faires Etrangeres informed
que, dans le cadre de la po
litique de bien-etre collectif
entreprise par le Gouverne
ment Haitien, e' sur instruct
tions du President a Vie de
la Republiqup, it vient d'e
tre cree au dit Departement
une section des Droits de
'Homme.
CetHe section rattachee S
la Direction des Institutions
Internationales Congres et
Conferences, s'oecupera de
toutes les questions relati-
ves aux Droits Humarns et
assurera la liaison pntre le
Gouvernement Hait et
toutes les Institutions Spd-
cialisees dans le doma'ne
des Droits de 'Homme tant
sur le plan national au'in-
ternational.
Port-au-Prince, le 22 No-
vembre 1979
Department des Etrange-
res.


LLLION MILITAIRE

ENJeRA TRICE/

NOUVELLE CRISE


dame Gueiler a la presl -
dence exige de la prdsi-
dente quelle revienne \ur
les nominations auxquel -
les elle a pruocdd vendre-
di, et expressement sur eel
le du notiveau eomman -
dant de 1 arm6e de terre,
le Gdnedral Rend Villareal
Pour sa part, le Colonel
Rend Herrera Valda, chef
du 2dme corps, rdelame le
ddpart du Ministre .de 19
Defense, le Colonel Mi -
guel Ayoroa
L aviation come la ma
rine se maintionnent en tde
hors du conflict mais avec
ses 80.000'hommes, 1 ar -
mede de terre dirige en fait
la politique militaire de
la Bolivie
L impression prevauoue
la rebellion s est g6ndrali
sde coittre la pr6sidente
Gueiler, voir pas respectO les pro
messes fornlelles faltes aux
Forces Armees 'uasrt aux
nomination efltectudesa


' Le climate politique s est
de son cot6 degrade avee
les accusations ae 1 ex-dd-
putS Willy Sandoval
Monsieur Sandoval accat
se formellement 1 ancien
President Paz Estenssoro
detre comd romis dans sle
coup dEtast du Colonel Na
tusch Buscn curtainss mili
taires affirmant quil s agis
salt moins de laisser pren
dre le pouvoir par un mt-
litaire que de renverser le
President elu Guevara, en
nemi politique personnel
d Estenssoro) Monsieur San
doval rdelame egalement
la dSmission duno soirani-
taine de parlementalres
pour avoir trempd dans le
coup d Etat
La contoncture polltlque
ajotft6e a la rebellion '-A.-
lita re pourrait aboutir A
la Premiere rise du gou-
vernempnt installe deputy
seuletfient une semaine, es-
time-t-on maintenant A
la Paz


~-- -7~---~--


----- -- I~PPYL~s~yl---.Cr.--I-L~--W-*Vr*- --- -.;i-:l----. ....;~


r


T ~ --





SAMEDI 124- DJIMANCHE '25 NOVEMBRE, 1979 '.


PAGE 2


LA VIE ECONOMI.U



" LE TIERS MONDE A MIEUX A FAIRE QUE LA PROCHAINE ,A


I. lI'i oi ,io'nic D'veloppi)en'tll

nish.la i t'l [)ierna iill ial'l u'
',liilll :.1oO el de r lae.1l l'llrit
a hill i n lucr It .i ll doilt le
..e e sI a New. Hnven Con
n ie. thc LI'EI)B :; etI jurie
on 19!) p:1r le D1tf ir" I-
ti 1:1i1 N I ,esilttk prolesseur
m i'i-i'iiii' ir 1 'Unis rsit y
C( ll 1,'1 Dlilr Es Salanni'
Ta'rniiizanli iof il a :tsisine
li's ifoliir onlls do oiriseiller
rioYnomi riqp au min'st.ire du
Plan. Le Docteur Reiick
(: ':alimuent tnseignne 1''.)
11n0 iW "lix tilliv '-1i "
i n' ti)n il de Columbia.
L. 'DlJi proposed' dc plunuiO
).r line a)pproci-i Lou .L.-
i'en Il nia te cl icnv'lolOppO
lhOnt. 11 espere etlibir alitsi
Ulle lorimule iledie o' aIlue
plus cuniurnie avec les
Dutls sOciLux ( L ecohoni -
ques des pays nit dwvedloppe
liienll t LIU I ; de classiqsue
qu i ll, o;uit i);i ve bilatetia-
lr mi u lluinal.on.il
Cott d' ii.rch eslen:re
dics t.clhtiques de p.irtl i'a
tlon pour le dnvrlopp -
mii'nt claborecs par PaLi'o
I'r, -ir'.
lI' Bi:r', au opire A aide
d'on r's;au d'a ssorins ou
'tonsullanllts specialist (cans
d verls diom lines technol)
cPc villateoise nutrition e
li'var, trion-;ports etc. L'E
DB effiec'u- no'ammnnt des
etudes do factibilito Pt rii,
srefn '*hbilito fnoirit des
csntseilltrs en matilres dc
ncgoeiationsl contribute n i-
dentifitr cdq- norets T')-
erammes et stratdgie rt eva


Q: Mais pas la realisation
elle-mome?

R: Non et ceci en parties
pour des raisons politiques.
Notre position est que tout
-ce tavail y ecmpris les ac
t-v;tis deo consultants peut
oet realise par les gens du
Tiers monde cux-mm ns.
Noes essayon done tde mtns
ver des solutions realsa-
bls avec un minimum d'ai
de exterieure. C:est plus
facile ? dire qu'a fire. Na
turellempnt aussel nous
comm"ncsf.m"' a explor-er
1's pc.ssib'lites et a contsc
ter le c responsables des
pays di T:ers mond- qui se
montrrovnt int6ress6s.

Q: ?Nous., tant?

R: Les personnel de plus
en plus nombreuses a qui
j'avais ecrit pour les inte
rrsser meon idle. J;avais
fini par le fair a ple:n
tImps et j'avals besoin d;ai
de; ics gens ont r6agi. L'i
di? est que les progrersis
tes sent des g ns tres occui
pes: ils ent un trava:l
plecn temp, et sont en g6
noral engapgs dons des ac
tivIts politiques; ils nont
dnne pas de trmos supnIld-
mentai'e a con-acrer A de
nouvell-s act'vitls quel
nu'en soit 1:ont6rlt. J:y ai
b-aucoup pens6 et i'ai deci
de que si 1;on subdivisalt


NATIONS UNIES, 'AFP)
La .dette total de 1EN-
rope Orientale b 1 6gaid
des pays Occidentaux at-
teignait a la fin 1978 eni
ron 47 milliards de Dol-
lars contre 40 a la fin
1977,,indique un rapport 'de
la commission economi -
que pour 1 Europe des Na-
tions Unies (CEE-ONU)
La CEE-ONU proc'se que,
selon d autres cstimations,
la dette s elevalt a quel -
que 55 milliards de Dol -
lars a la fin de 1978
Les perspectives du corn
merce Est-Oues= pour 1979
erestent incertaines, indi-
que la CEE-ONU qui prc-
volt cependant que les im-
portations agricoles des
Pays d Europe Oriental e
vont beaucoup augmen-
ter apres des recoltes
moins bonnes que pr6vu
La CEE-ONU considered en
outre que la demand des
machines Importbes des
-pays Occidentaux et des au
mtres pr.duilts de haute
ntechniditl restera forte


lue Is lutiics prdselitdes
par d':uil res consult tants ou
iiurgailsmes d'aide et lnves-
ls Lo uIrS prices.
* Le Docw'eur Renick a ete
- Interview par Marie Chris
trhe Conltp redcltrice uce
ccr0s on juillel1 978.

x X -x x

Q Doctcur esnick pour
quelles raisons ave7,-vi''s
cree le Bureau de d6ve-
loppenmnt economiquee
R: Le BDE cst ne de mcs
acviLes en 'lanzanie aloas
que j'y remplissais les fonec
-.ous d'economiste au minis
t,-re du Plan de 1970 a 19172
A cette epoque j'al pu cons
ta.er comma blen d'aLltres
que l'enorms quantlt6 d'ex
poert'c etrangere 'A laquelle
la Tanzanie s'etait soumise
.s' traduisait par en Ichec
fraci-sant. Par aillours uan
ernnd nombre de gens aue
j'cbscrvais talent politique
ment a gauche. Ils talent
en train de prndre leurs
distances de la fs"on 'rchq
dxe Iormale de fire leur
t-avall ct 'e lanpalent dons
une enuroche neuve pon con
os'1 A "v cr ine, )'8rso' 'i
v irs al"oinu dn ged"l'b,
'1 '- d,,n-nt dro -,s r'iil-
tats trs i itdr-oss'nts Il v
-, ... n ;,i b-PoL rao n de
T,, lrpoi nri en oarfeiterm't
Scanablrs do fair 1- rnor"
,r,.vil nolP bnn nombre de
i'.,'5l1".*tts Pel"t tard i' i

S, nnqoet da'sd- lr6e Tisi-
v 'rs partout dens le T~crq


question politique. Nous
soummes tres conscients du
fault que les femmes ont eu
une experience progressiste
tres serleuse et qu'elle est
en regression apres la revo
lution lorsqu'on a depose
Ics fusils les femmes reour
nent A leurs conditions pre
rnvol-utionnaires. "Nous a-
vons des femmes sur notre
conseil dlidmnisstration.
Nous comptons deux feop-
m-s sur trois personnel
darns notre qiu:pe de pros
pectlon mnnlA're y com pris
le resppnscable de l'4gulpe
Notre personnel compete 7
,nersonnes don-t trois sent
des femmes. Mais c'est un
processes de conscientisa-
tion permanent: nous n'a-
vons pas du tout la preten
t'on d'etre des homir's li
bIrds ie ne cro's pas que
cela ex'ste. Jr crois qu' tOut
le monde retourne i sc nr'o
pre clas'e en derniore ana
lyse: si on en vient a se
battre les homes se retrsu
veront hommes. Comm-
Faulknpr 1" di-a't.: Si or "n


monde et j'ai commence A
comprendre que la gauche
avail quelque chose de tres
concrete f apporer en plus
de i'organauon pollque
dct la critique et de 1'explo
ration inLoilecLuelle. Li y
avait aussi en 1,972 un dlbat
qui allait s;clargiss.ant ide
lius en plus au sujet do
1,autosuffisanuce collective
puis un an' plus tard on a
commence A parler ,du Nou
vel Ordre international etc
Je me suis dit alors < rigeons cette formula con-
cr1te;' mleux rounlssons les
progressistcs d.u Tiers mon
ds pour la raliser:s et ne
rnortedons na toujours du
Nord au Sud; avec des
Blanes radicaux on marxis
teUs donnont encore au Tiers
monde. Tous caux qui ont
irsva116 dans le Tiers mon
de avent qu'll y a la beau
couo de progressistes extre
mementcompetents qui font
slur travail mais qui peu-
vitnt auss: etnstituer une re
serve d'exoerts consells
pour 1e rest du Tiers mon
J'a' et Iencourage en 1973
et 1974 p'r los geons at"
j:ai contacts ma's la plu
q'art d'entre eux pensaoent
tie c'6tait une idle mrrveil
louse qui n'avait absolu-
ment aucun" chance de rlus
s'r Je fis crculer un" po0
position initial narrni 2n0
personn-s environ fa-sant
'hypaotse qu:un group.
d:exp,-rts de c- -oire pol
vait etre rcuni implement
en ecrivant. Je nastula's
que la ga.uchs etait inces-
tueuse et en effet nous le
sommes: ecrivez des lettres
t6lephonez et les gens r6
pondent. Nous voulions ega
qu;il existed une demand
element verifier 1'hypothes'
pour ce genre d. travail mnl
me a tout le monde s'ac-
cordait deji a penser que
nous pouvions faire ce tra
vail prtliminaire mieux aue
les consultants profession
n9ls et meme v mettre quel
que chose de plus: nous nou
vions fire la parties techni
ou" au-si bien ou'eux et
dins cetto nouvell" persnec
tive y ajouter quelque hose.


STOCKHOLM. AFP)
Une society p,;ur le deve
loppement des resources
energetiques du Tiers Moni
do. 1 Internatiohal Ener -
gy' Deveqtopmei'r Corpora
tion IEDC, va ftre cr-ee
Sl inilian:ve p 1i eutrepsi-
se suedoi'e d.?, 'utomobi-
l'.' VOLVO, nlin ique drs
ficmnes- aonad',cttt' rt amn
r oainc' lSulpeto Itds et
,Azl Resource' IICsI, ap -
i-endcl-onii Jeudi a Sock -
holm

L'IEDC au-a pour Otache
idet lrav;iller .t la prospec-
'in el. it 1 exnlointe on li's
icssourcle; en p6itolc et ell
Pw', des I) tys ion e'1 lc dc I t1'
velopipeimenit n u cilabora-
Lion av'c Ole; ;ionverne -
mni'-r.s inlteres.s.- L accent s.c
r'a iunoumrnent ii' siri 1 tap
port de coiitaiO-saniccs tech
niqutes et adinistjratives
(ue 1 IEDC puurra fournir
auLx puys avec l.Sqoels cot


PROGRAMME DU WEEKEND END



LAMBI




Night Club



SAMEDI ~ NOV.

A PARTIR DE 4 I PM


COCKTAIL JEUNS AVEC SHOOGAR CO1V


SAMEDI 4 NOV. (SOIR)-

SHOOGAR COMBO POUR UNE SOIREE I
LEUSE
LA FOLIE DU JOUR ADMISSION $ 2.G


DIMANCHE 25 NOV

A PARTIR DE 11 IIEURES AM
'JOURNEE DANSINTE AU L.IMBI AVEC
ET CHANNEL Nol 10

DIMANC&E 25 NOV (SCl'R

AMBASSADEURS $ 2.00


LUNDI z6 NOV.
TOTO NECESSITY


M PPARDI 18 NOV.
AMBASSADEURS $ 1-00


MERCOME-Dl 28 NOV
ET CEO TOUS LOS MERCREDIS SOIRS A
SHOOGAR COM1O ET JO JACQUES


SSE


ANNUELLE DU G


GENEVE, (AFPi
Laprts -- cYTokyo Rounde,
ces n6gociations commer-
ciales multilat.hi.les aul
ont dur6 f> ans et se sont a
rhev6es en Avrildernter, va
cons.ituer le principal sa
jet a lordre du jour dp
1 AssemblJie asinuclile da
GATTi qUi s ouvre Lundi -1
Geneve

Le -GATT (accord gen4,
ral sur :les tarnsi douanlnrs
et le ,commerce) est un or
ganisme qii v.se i donner
tous ls pay m nmbra.
des poss'blites de commor
ce lauItacle afin d assu -
rer 1 exnansions du corn -
merce international eon r
du-sant e:, en 61i.iinant leo
obstacles aux changes
Cette trence c;ijiutem
sss on des pa'Tlifes con -
tractantes du GATT dott,
notammunt, examiner la
question des measures de
sauvegarde. seoul sujet aut
n a Dass aboui a un accord
au title du T.,k.c Round


Ie travail en petites fac-
tions allant de deux heu-
res a deux jours pour le
travail d'appui les gens au
ralent alors la possibility
de participer sans etre sur
charges. La meme notion
est applicable aux activities
de consultation. Si vous di
viscz le problflme en petl
tes composantes vous voyez
ce qui est faisable .dans Je
nqvs on termpes d'61ments
disponibles localement; ce
que le pays dolt fire af:n
a le fire otout sul; et los
muiilt'pls possibilities d'ln-
tdresser, beauGcoao .d;tran-
gers plutOt qu'une firm'.
ou tin seul organize d'ai
de. On fournit un tracteur
un peu de ceci et un p-u
d- celr 1'dde 4tait onue
nlus 1'unit6e poorat'onnol-
1I dans "1-s ma'ns de or'"
P"',+ pi+ not'+p 1 "nloins
de pouvoir cela .confLr" )'
ros mqin.s -+ t c trovell.
Q: Et les financemeats?

R: Nous en avons trIs pen
rdua just quelques dons
de la part de foundations as
.Q,, ,"',r onlis ma'ntenir en
vie a un niveau tros mod, s
te. Je savais qu'a'part'r du
moment oaf nous commence
r 2o a a reussir argent s'-
ralt.notre po'nt 1- 'l" v-"l
n&rable; c'est toujours le
ceas avre les organizations
de gauche avec tout le mon
de. mais surtout avec 1 's
orgacsfetinns nnolt"'iPos.
J'ai decide que nous devions
etre financitrement indd-
pendants; pour cel no''s
iOl's falsons simplemeint
payer pour ce que nous fai
sons moins qu'aux tarifs
commerciaux mais assez
pour subsister sans trop de
nein,.
f- Votrp porronnel est-il
important? Y a-t-ilt dps
femmes dans votre person
nrl et dam les 6quipes de
consultants?

R: Certainement C'est tries
important pour nous et ce
n;est pas 1'approche du gen
re < veloppement>; c'est une


1a;,vons nousa e ur uun-
nons sans attendre. Nous e
tablissons beaucoup d- con
,(Voir suite page 5) -


Le nouveau comite, Dre-
cise-t-on de phones sour -


PETROLE:

STA TISTIQUES DE L'OCDE


PARIS, (AFP)
La consommea;ion petro-
lifre des sept -rincipaux
pays Occ dentau:' a progries
se d un pour cent au course
des huit premiers mois de
1979 par rapport a la pe
riode :orrespondAnte 'de
1978 et est inf6rieure d iun
pour cent aux provisions
inotiales, indiqnen. des
statistiques publiees Mer
c edi par 1 OCiE torganisa
tion de -ooptration et de
d'velonnement (conomi -
ques)
Aux Etats-Unis, la con -
sommaaion a Ite inf6rieu-i
re de 0,9 pour rent (molns
3,8 pour cent pour les car-
burants-Auto), resultat de
la politique dt conomie me
nee par le Gouvernement
et 1 Industrie, ciais aussi
du niveau 61e./b de consom
ma;.ion au debtit de 1978 en
raison de la ,reve des mi
neurs
La consommailon de pro
dults pltroliers a sur cette
mbme plriode en revauche
progress de 2,7 PC au Ja-
pon et de 4,2 PC dans les
c:nq principaux pays Eu-
ropbens (dont RFA 3,2 Frap
ce 3,8 PC ITtalie 3,6 PC, Ro-
.aume-Uni 2,9 PC


La hausse des Aprix des
combustibles et de l or *'se
ra neut-ltre un adjuvant I
la balance global de 1 Eli
rope Orlenoale en particu
i1er de Union Sovi6ti -
que., mais m&me sera un frein impor
tant a la croassance des i-i
portations de la region pen
dat les prochains mois, o-re
ilve le rapport
Le deficit des paiements
de ces pays t 1 guard Coe
1 Accident a atteint, se -
Ion la CEE-ONT, environ
4C milliards de Dollars on
1978 centre 6 onhliards en
1977 et pres de 10 mil -
liards en 1975 Pour 1979,
le rapport est ie qu il de
vrait atteindre 9 milliards
La croissance des pays
d Europe Orientale a 6tb
moins rapid en 1978 qu en
1977, note en outre le rap-.
port Pour 1 eoseable de la
region, 1 actl\'it 6 cono-
rnque a progress de 4,1 en
1.978 soilt 0,'7 pour cent de
moans .que 1 annie prbceden
te, prcdise-t-on


Les stocks se sent forte do 1980s, a an
ment reconstituiis en Occi- cd' le M'n str
dent (6,7 PC au dessus du dii P4trole to
ncveau de la,fin Aout 1978) he'-tn Calde o
pour atte'ndre 2 C12 mi- Quot'd:en ko
lions de barils a jour le p1e Watlans
trole b ut (plus 13,4 PC),
don't 1272 millions aux Dans lune i
Elats-Unis, et 6;5 r mil bli6e samedi,
lions de barlls pour les Venezuelien a
products -affina (plus 2.9 KowvOit deputy'
PC), don't 857 peur le-i reveled que, du
Etats-Un!s niun en Deci
Les sept prineopaux pays chain h Cara(
Occidentaux ont accru de seil des Misi
2,6 PC leurs on:i.t-itlioin, PEP. of-xera
petrolleres sur les huot go de la hau
premiers mois de 1979 ec etudiera l:
mais, pendant cette perio -
de de 1978, les comoagnies
petolieres avaicnt beau -o *~,,------
coup tired sur les stocks et
reduit leurs importations,
emarque 1 OCDE
C est aux Etats Unis que
les importations oe pdtro-
le se sont le moins accrues
avec un pour cent alors
qu en Europe, re chiffre est
dp 2,7 PC, et au Japon de
5PC Ces fortes import -.
tons rCpondent au souci
des pays consommateurs de
reconstilijer leurs stocks deo
petiole, qui avalent forte-'
ment diminiu pendant 1 Ii
ver passe, et de aemontre-
ainsi leir inquiltude surly
la sdcuritd de 1 opplovi -
sionnement future
La production p6trolieret Chaine
des pays Occidentaux a, i
de surc:oit, pour la premn e
re fols depuis le debut 'et Toutes
1979, depasse le niveau cor
respondent de ]958 avec Amplif
une hausse d( 5 FC pour
lns huit preniie s mo .s deo
1978 Toutefois, auix Etats -
Unis, elle a iegrcssi de
0,9 PC Headp
Sur les sep: premiers
mois de 1979, i produce -1
tion mondiale de petrole
est suprieure d'- 6,7 PC Ici
au niveau de 1978 avec Pic
65,77 millions de barils -
jour LOPEP a relevl sa4 te
production de 5,1 PC sur
les huit premiers mois a;
vec un niveau n'oyen de
31,45 millions de barills-'
jotir

x x x

Augmentation Pices
debut 1980
selon le
Venezuela i
IKOWEIT, (Af) 1'
Les orix du titrole cse -
ront augmentb6. au debut ,,


s1Ioniec sama
o Vinzeueli!".
Ion.scur 1iiiin
:' Rerti. -"
etvl.'ien <

itel vlew Du-
le Ministry
5n v.site ti
Vor.nireli, a
urarnt sa reu-
emis e Dar -
cas, le con -
stres de 150-
1e pourcenta
sc.e des prix"
Sinoyen dc


c

g
S


D'ATTENDRE LE NORD "


LE PA VILLON


335 Blvd. JJ Dessalnes


Phone1: 2-2318


Stertophonique complete t partir d" $ 250.-

; dimensions et Wattages de Hlaut Parleurs.

ficateurs -. Tu kn r -- Cassette Deck et Reel to

3ael de la marque AltAI

hones -- Antenmas pour T616vision et Voiture

Radios et Tapes pour Voiture

es de rechange et Acc2ssoires Electroa1lues

els one : Circuit Jntfr6 -- Transistors --

Tubes -- Rsistances etc.



Bicyclattes de la marque EASTERN

de rechange et ccessoeres our Bicyclettes

Le melileur pn-u de la mart34

SILVER STAR -- EXTRA-pIE.
/


vent, a se battrp it re r h-t Slon un con.promis qui
t,-, nr n, q-'s 1 "q va 1.re soumis A 1 approba
'o'n pn' .s ro"rntnb ion des narte conitactan
-d' ,-A.''- o1 l u te, en acomit cva .tre ins
femmes confiance Soyez toujours en uu suavre ces ne.gociations
Veat d'alerte.>> ou vsena aa instaarer une
Q: De qualle maniere se "otaine discipline dans
met-on en contact avec%\1 application des measures
vous cL, OCn kcc.i qu. on do bosaveUde, indique-t-
fi or do bones sources.
i: On nous conLiacte de tou Les travaux sur ce suet
ics l.s manieres possibles avaient achoDpd en raison
Nous recevons dts lettres d oun d.fterenu enIre -e
du Secours catholique du coemmunnuts 6eoComiqur
Gualtemala: ils ont e eittnuu euroadenne el le tiers mat
parler de nous. Nous en re de La EE oulai. intro -
cevons de divers fonctionnai duire une certain s6lectl-
res administrateurs et poll vilt dans 1 apDlic-tion "le
ticiens des organismes de ces clauses qui permettent
developpeiment dans les de Dotgenr des ,ecteurs me
pays du Tiers monde: ils nacs par des on"porta -
de Iandent en general des 'tions sauvages, Les pays
infoi nations a notre sujet; eu developpement invo -
.quelquefois uis veulent une auant le caracco-P tradi-
aide immediate sous forme tionnelletnenc non discrimi
d'informations et, si nous natoire des regles ou GATT
,.......... lou ,,r don- avaient refuse


to nouvelle sociatd coope'e
ra /

Le PDG de VOLVO, MIn0
mar; a d autre pa-t precise
Cue 1 IEDC setforcerait 6-
pletment de ,vaincre la
mefiance dcs pays du tiers
monde vis-a-vis des compa
grines p'trnoliJre.
Le conseil n a,'ministra-
tion de 1 IEDC inomprendca
notamemnt MM Miaurice F
Strong, Pr6sldont d Azl PRe
sources,. Per G Gyllenhain
mar, Nou-redine Ai LaoJis
s'ne, a n"o'n lespensnble de
]a ,Sonatrach Algr fer
ne. G A V,'n We"lingen
Prds'dcnt doe LTD, et Francisco R Par
ia, ancient Secietaire Gd-
neral de 1 OPEP
'Eulpetro LTD- est une
compagnLic pi"tLr'si.e'e cana-
d'ciine et <-Azl Resouices,>
est spci'-l'see dans 1 Agri-
culoure et le commerce
des matlir'-es. prenm res


-;


.i


MBLEE

ATT

torit6s gouvernementales
ou parlementaires des Days
qui les .nt paraph6s

Cette adoDtin pa.r cog -
s'nsus lo's de ) Asse. ,
blde annulle dou GATT no
devra'.t DIS. selon les mi
lieux d nlomatiues,. squla
vpe de orobrl rOe- blen cUe
dc nomb ux pays eon d6va
lonnement Tn aent pas pa-
raurhe les textes El1e Der-
mettra. sou'line-t-on d4
mFrme source aux pays du.
Tlers Monde rle b6ndfleier
dps accQ'tds .ian'; -. engager
torrtael.toest 1 2i line 1-
gnature

C"tI" an' oc6dure offre. en
nu. e. 1 avantaca cl int6
vner les reoultats du cTn
kvn Roundo deaiIs le GATT.
aueastcn cul tAit dtlicatq
: r6soudrp en raison ecga-
lemont de la i6.icePce ma
n frstee na-' le tiern Mon-
d'. aioute-t-on

La duree 'd 1 Assembl6o 0
:nmihclle du GA'TnT na pDa
L' tX:eep ma-.s ell& pour -
r- r e soaursuiv-I atoue I-e
s-minine, ndiqi'--i-on aa
bhnne sou"ac

Eno GATT ecmnte actuel
1.(ent U81 Darties c.oaitra-
:'"ntes dont 0Ls export -
L:ocs renresente::. ,.vlrom
.I DOUi c'nt des exDorts -
--GS moihLl ai-


Society erT le d&ve!loppement

des ryssOMf~C2s eergtiques du

Tiars Mos2de


L'6tat du Commerce Est Ouest


IBO



I8ERVEIL-


'0


SHOOGAR









$ 1.00


AU LAMBI:
AD. $ 2.00


i--n~rulc~unk~N~m~~eara ~ ~ -s


---~ -----~ LII~ -- -- aar~ ~ I ah~at~ a r~WI ab ~ I I I la~ar! ~ I ~Jdk~ a 6~ IAl 1611] ~ ~ -aaraaP~s~-P~ -a~ ~


Flpolv -4*7


-;.o


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -re~h-Al~a~p~= lrr. ~3C


es. sera unauemernt char- t
'6 de la negooiation et n aui
ra pas de onimpetence en
matilre de rcurveflance
des measures ;. caracte.'e
nrotecfonniste, ahinsi que
I aurait souhaitt le tiers
monde

Mais. slcon une pronosi-
I.'op alU sola 6g cement t sea
mi e s a 1 apprulatton dc's
Dnrties contractarntes. 1 cxa
men des mesures prntection
r'so.es p-'ses a 1 encontre
des exportations du tiers
monde sera' coufi i un au
tre comits. indiqnie-t-on Cd
memes sources Un engage--
ment en ce sens avas d all
lpui's et6 pr's cn imai der-
nier lo"s de la conflreneo
de Manilie de l. CNU -
CED (Conf6reace des Na-
t'ons-Unies pbur le cornm -
me ce et I ,ievelsppe -
menl)o

A' course de crt1tf Assaem
blee annually, les part'e -
pants devraven,. en ou'.:'.
adorter forroellemrnent p'r
consensus fts r'sultats du
o Totvo Round 'ajoute-t-
on Les accords cti1 sTok, 'o
Round',> avaten' ee para -
nhi.s en Avril de'srier nor
los D';nc'.ilaux pays induis-
tril! s:s mn s non par les
pays on ddvoloj;enent .
1 excOetion da 1 Agent n'
Ts sent acticllii iuint soni
mis a l apsrobtl oi d.s cLo


-


,





SAMEDI, 24 DIM~NCHE 25 NOVEMI3RE 1979 PA~E~A4


CINE OLYMPIA
Ihnlmteiiit 12 n 2 i 4 hres
Entrre Ode 11, o
6 hires 30 et 3 lhite 30
lltr'l ( Odes 2-0)0
I,A l'EMME VIPiREE
I,idll 12 h 2 It 4 Itres
Eltro" Ode 1 -3t
ShIt 30 -1t Bi hran 30
IlE: TI'ESOR
IJ1 BOX CANYON


PARAMOUNT
Stniedi 12 h 2 h 4 hres
Entree Ode 1-50
6 I A hires i0 lrees
Entrte Odes 3-00
TRINITA VA TOUT
CASSER
Dimanchie 12 hI 2- 11 4 hres
Entrde Cdes 2-00 '
Lundi 6 h 8 ihres 10 hres
EiSrde Gdes 3-li
LES 4 CTIAMPfOn4
DU SHAOLIN



RANCHO CINE
Samedi 24 Novtmqpre 1979
SLEDGE
UN NOMME
Dimanche 25 Ncvodmbre 70
HORIZONS PERDUIS
Lundi 26 Novembro 1979
FUNNY GIRL ..


CINE TRIOMPHE
SALLE 1
LIENFANT DE NUIT
Intree $ 1.60 et 2.00
IIAIR
axntr6e : $ 1.50 el 2.00
SAILE III
ATTENTION" LES
ENFANTS REGARDENT
Entire ; $ 2.00
"-'tALLE IV
ADIEU POULET


REX THEATRE
Dimanche 12 2 4 6 8' 10 a
Enatree Gdes 2-50, 4-00.
et 5-00
Attention :
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-59
Apies 5 hrea
Gdes. 4-00 et, a. CO
BLACK JOY
Lundi 12 2 4 5 8 .tO hres
.Avant 5 hres
Entree Odes 2-50
Apris 5 tires
Entrde Odes i-00 et 5-00
BLCK JOY


PETITES ANNOUNCES


I
Hall a vendre
A iAvenue Jean, Jacques
Dessallnes au No. 96, cons,
truite sur propriet de 189
piods de profondeut entire
ment cl6turee en mur.
Grana depot A. lintdrieur
Cl en main.
Paur Rendez-VOus, son-
ne7 le 2-3849 de heures
30 a.m. a k1 here 0 p.0.
Courtier s'abstenjr. X
S. X X X X! I

OFFRE D'ENPLOI
Maison de Commerce cher
che un demarchetur mocani
que possedant les qualifica
tions suivantes:
-Avoir la connaiisarce de
pieces vehicles, .d'6quipe-
ments roulants, et du gara-
ge.
-Parler anglais.
-Etre dynamique.
-Avoir mue voitune
Salaire, frais commissions.
Prilre adresser C.V4 avec une
photo h Capital Caraibeen,
B P. 164, Port-aui-Prince.
x

x x x

Grande Maison de
2 arapartements
a vendre a Delmas


Chaque appartement com
prend : 3 chtrmntres a cou
cher, 2 1/2 tiletfcs, un huI
zeau, un salon, line salle
a manger, un Oa;lce-Dinet
le, 4 Balcons e. les dlp.on
dines Conmprcnld tussi une
ligise 'tiLtphmniqe, cable
de T V ,' gre.id t, joli iar
din a 1 ivant. L.,lout des-
servi par re'seivoir do
15000 gallons 1' tnr inform
tions Sonnez le ,'4712 (ma
tin) ci 6-2131 iir)
X
0 -

A VENDEE
BMW 2200 Model 74 type
SDN Excellent Et t Prix
intressantt
Tl61phoner au 2- 118
Monsieur MUFFA'1
2711


x x x Y ix

HoUse for rent
Delmas
House for rent D lmas two
bedrooms, tw' bathrooms
house never occupied Hot
and Cold Wat'r, screens
Asking $ 300 m'.nth Call
6-2794 aik for Mrs Im-
perial 2411







C 2


AVIS

L Ambassade Am6ricai
ne organise le 28 Novem -V
bre 1979 au d6e_6t sis a iLa
Rochelle a. Martissanlt uoe
vente au plus offrant d ar
ties divers comprenant
des s6choirs a uinge Olectri
.ques, des Freezers, des
Fours, des machines a la-
ver, des clinmailseurs, des
generatrices, C t
Les artiesarticles seront expo-
ses au dp le 2i3 Novem.-
bre 1979 h parLir de 9 hres
A M et les offres seront re
cues de 9 hrese a midi
2711



Offre
exception nelle
Voiture /
ENTIEREMENT NEUVE 79

Ford Mustang Turbo.
blanche, 4 cylindres Intd
rieur rouge Po er St-
rieur rougher Pover Stee-
climatise Radio AM -
FM Cassettes --- Ampli-
fids 60 watts Equalizer
- pneumatiques radials
Phone : 6-1923 2711
-O-

Cherche in
Correspondant
June africain de 18 ans
aimant les lettres, la music
que cherche correspondent
parlant anglais en Haiti.
Les intaresses peuvent ecri-
re 5.: Jonas N.A Miller -
PO Box 1020 -
Mamprobi Ghana West
Africa.
x X X

A LOUER
POUR LOCA'[ION
IMMEDIATE
1) Deux belles VILLAS
dans les hauteuo s de P.-
tion-Ville ENTIEREMENT
MEUBLEES, comprenant :
3 chambres a voucher, 3
sales de bain, meubles et
tableaux de valeur, tel1-
phone, bar, terrasses, pa--
king poor plusieurs voitu-
res, eau en abondanee, pis
cine filtree, vaste court,
beaux jardins, aces tres ai
s6, pas die bruiit Tres con-
venable pour DIPLOMA -
TE ou membire ORGANISA
TION INTERNATIONAL
Conditions de location cx
cellente
2) Dans les hauteurs de
Petion-Ville I res belle
VILLA SANS MtEUBLES 5
chambres coucher, 4 sal
les de bain, granc, salon,
living, office, terrasses,
beaux jardins e(I [tazon, vue
sur la bale, parking plu -
sieurs vottures, telephone,
eau en abondance, pas de
bruit, acc,"s ais. --- Con -
vicnt a )DIPLOMATE Bon-
nes conditions

APPELEZ -
2-2326 matin
2.1107 apres midi


IMPERIALL


IMPERIAL 1 1
Samedl 24 Novembre 1979
Dimanche 25 Lundl 26
Novembre 1979
12 h 2 h 4 bres
Entrde Gdes b-0ID
6 h 8 hres 10 bres
Entr6e Gdes 8-00
UN JUGE EN DANGER

IMPERIAL 2
Samedi 34 Novembre 1979
12 h 2 h 4 lhre
En.(iree Odes 5-00
6 h 8 h 10 hrea
Entree Gdes 8-00
LE CHOC DEL;
ETOILES
IMPERIAL 2
Dimanche 25 Lundi 26
Novembre 1979
Samedi 24 Novembre 1979
12 h 2 h 4 hres
Entr6e Gdes 5-00
6 h 8 hres 10 hres
Entr6e Gdes 3-00
DERNIER AMOUR
IMPERIAL 3
Samedi 24 Novambre 1979
Novembre 1979
12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 5-t_'
6 h 8 h 10 hree
Entree Gdes 8- 00
L ARGENT DE 1A
BANQUE
IMPERIAL 3

Dimanche 25 -- Lundi 26
Novembre 1979
12 h 2 h 4 hroe
Entr6e Gdes 5-00
6 h 8 h 10 hras
Entr6e Gdes 3-00
LE CHOC DES ETOILES
x x xx

CINE LIDO
Samedi 12 h 2 h I hres
,Entree Gde 1-50
6 h 8 hres 10 hres
Enstr6e Odes 3-40
IL ETAIT UNE FOIS
DEUX SALOPARDS

Dimanche 10 h 12 h 2 hI
4 heurpa
Entree Ode 1-00I
LE JAVELOT D ARGENT
6 h 8 h 10 hree
Entree Gdes 3-00
6 0 S CONCORD.
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entree GOde 1 50
6 h 8 h 10 hreo
Entree Odes 3 00
S 0 S CONCORDU
x x x x

ACTIVITE5
CULTURELLES
DE L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAITI
Lundi 26 -
17 hres 30
CINEMA : vUrit>> Ui film de Jean De
lanoy, avec Mi'i.hle Mor-
gan, Jean Gabin. Daniel Ge
lin
(Un couple s pprete a i6
ter leur 10em? anniversai
re de mariaga Le maria d6i
couvre que sa femme )e
,trompe. Le premier bon -
hour, les premiers desac-
cords, les premieres tenta
tives Le tcmps passe...
Entree Gdes 2-00
(1 Ode sur presentation de
la carte do la bibliothe -
que)


Pharmacies
assurant le
service cette nuit

SAMEDI 24 NOVEMBRE 79
SANTA MARIA
RUE DU CENTRE
DIMANCHE 25 NOVEMBRE
PERPETUEI. SECOURS
Rue du Centre
BON SECOUR:-
P-, Tiremasse
SIMON
lcr Ruelle Beauboeuf
LUNDI 26 N\)Vv.MBRE if
MODERNE
Rue Pavee
ST ANDRE
Ruelle Alix Roi
COTE PLAGE
Carrefour
S x x x


PETION VII LE
SAMEDI 24 NOVEMBRE 79
STE. THERESE
RUE VILLATE

DIMANCHE 25 NOVEMBRE
VILLEJOINT
Rue Faubert
LUNDI 26 NOVEMBRE
HAITIENNE
Pan American


DANS NOS CINEMAS


1979


Samedl 24 Novembre 1979
12 h 2 h 4 hree
PRIX UNIQUE $ 1-00
6 h 8 h 10 hres
LES FILLES DU
REGIMENT
CAPITOL 3
Samedi 24 Novembre 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 15, 2 h 15 4 hres 15
6 h 15 8 hres 15 10 h 15
SONATA D AUTOMNE

CAPITOL 4
Samedi 24 Nuvernbre 1979
PRIX UNIQUE S 1-00
11 h 45, 1 h 45 3 hres 45
5h 45, 7 hres 45, 9 hres 45
LE CAVALIER.
LE TUEUR
LE BANDIT
CAPITOL 1-
Dimanche 25 Lundi 26
Novembre 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h 4 hres
6 hres, 8 hres 10 hres
LES FLICS AUX
TROUSSES

CAPITOL 2
Dimanche 25 -- Lundi 26
Novembre 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h 4 hres
6 hres 8 hres 10 hres
LES FILLES DU
REGIMENT


CAPITOL 3
Dimanche 25 Lundi
Novembre 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h15, 2 ih 15, a h 15
6 b 15 8 h 15, 10 h 15
SONAT!E DAUIOIUMNE
CAPITOL 4
PRIX UNIQUE $ 1-00
LE CAVALIER, LE
TUEUR ET LE BANDIT


x x x x

ETOILE CINE
Dimanche 6 h 30 'et 8 h
LA MALEDICTION No I
Entree Gdes 3 0
Lundi 6 n 30 et 3 h 30
LE SOLEIL BFiUiANT
EntrLe Odes 1-50 et. 2-50
xxxx

MAGIC CINE


Samedi & 66h t 8h
LA RACE DEN
SEIGNEURS
Entree G. 3,00 et 4.00
D.manche 5h 7h 9h
JE VOUS FEPAI AIMER
LA VIE
Entree G. 5.00 et 6,00
Lundi a 6h ct 8h
CORSAIRE DES
CARAIBES
Entree G. 3,00 et 4.00
Mardi 6h et 8h
TON FILS DOIl
NAITRE
Entree G. 3,00 et 4.00
Mercredi . 6h et 8h
JE VOUS FERAI AIMER
LA VIE
Entree G. 5,00 et 6,00


MAGI


xxxx

[" CINE


D'manche 5h 71 9h r
JE VOUS FE.IAl AIMER
LA VIE

avec : MARIE DUBOIS, JU
LIEN GUILLOMAR

Un path6tique drame d a
mour interpreted avec des
acteursce cla,'c C'est 'his
toire mervillause d'un cele
bre cnirurgien, esclave der
son hopital, admire de ses)
eminents coli gues et d'une
mere celibata-irce, assumantI
avec courage et dignity son
devoir, leurs dcAinees de-
meurcnr d:sse:ablables mais
un jour, elics vont se croi
ser: le chiru'-.en et la di-
gne mere vona prouver a
la vie n-ie ti,ule ame est
sour, dune autre Smne.
Lcur drctil, ",I1 de se ren-
con'rer. MARLE et JULIEN
vont done connaitre les p1e
nitudes du bonheur at
course d'un inmmense amoui
partage. I urs vies vnnt se
souder pou' it me.lleur et
le pire. Le chirurgien aban
donnera-t-il son hospital,
ses grands opires pour au
tant que aim'r c'est s'abdi-
quer? Ft la femme s'acrifie
ra auchi sa 'ibert6?
Vous vivrez cette histoire
inoubliable avec un interet
sounenu:
Dramne d'amnur, drame de
]a vie tiagfdie du destin.
Je vous fera aimer la
vie un spectacle a ne pas
manquer- un spectacle pas-
sionnant, un real aux at-
traits des plus purs.
P dfr6 "I 600t n


26I


CAPITOL
CAPITOL 1
Samedl 24 Novembre
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h 4 hrehi
6 h8 h 10 hres
LES FLICS AUX
TROUSSES
CAPITOL 2


VO US PROPOSE




8 Jours au MEXIQUE



DU 1 AU 8 DECEMBRE 1979




au prix incroyable de


$699.00


CE PRIX COMPREND:





S.. Le ballet aller- retour Port-au-Prince



Miami Mexico Acapulco'Miami



SPort -nu -Prince


.0 .


L'hebergement' au Mexique,


en chambre


double, dans des hotels de luxe [3 nuts


a Mexico a I'Hotel Maria Isabel, 1 nuit

a Taxco a l'Hotel Holiday Inn, 3 nuits a


Acapulco a l'Hotel


Hyatt Regency]


... Les transferts aeroport hotel aeroport



... La visit de tl ville de Mexico


.. La visit des,


fameusee Pyriamides


de Teotihuacnn et de La Biasilique



de Guaddlape


* Une excursion a Cuernavgca et


Taao


Une mini-croisiere dans la Blie



/ d'Acapulco


S.. Le port de 2 bagages; les taxes et


services a


I'hotel


... Un Guide-accompagnateur



... Un arret facultatif a Miami au retour




Le nombre de places est limited Contactez nous au plus vite pour

inscription et reservation.-





AGENCE CITADELLE

35 PLACE DU MARR ( INCONNU35

STJL L:25900


a --------


-- -- -- -- -- -- - - - ... .. .. - -, - --- "L.


CI A DEL


LE NOUVELULSTE
PROPRIITAIRES : PIERRE CHAUVET

S T MAX CHAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS

ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET

///&<& ^3coccf^c<^o/ **@ste


1,


I


IL~X. ;PQ;1~-~Jy,~JI,


PACf ft.S


SAMEDI 1 24 DIMINCHLP


25 NOVEMBRE 1979


,I


]


Entr e 3. 5,00 et ,


I q





PAGE-. 4 .. ". ,


DE LA TRUELLE A LA CUILLERE .,


(Suhll dc la li'e.i pagol)




v '(-l lti, ,e : [ -'ll t
P. l vs' soi itranis ...

ql k tl II n i ili' (ltt'sufL 5
II's kir.sisii I 1k IlIe n nk I



I I ,l I Cr t I< i k 1I
i, l' sol I5 mii .'Clli ,l -


imulldlllt l l ,i II, l 1; sIIm.ll l i lSor
lt 'r l l, .Sde i' i ) CJ)) i l" 1't r in
)tilicei n';s I, s 'iillhi', t'nu



ld I) llvlr :;l, i a o iu r doIn sill-


Tiisn url>gi's pl0r I es denroies
ai p p )o ) t s' s p a r
,, bien f .1 I t r i c. De


teImps A autre, t11 ricanal
enl ptCIsaltuI ii bonbons-si.
ir'p v'rittics avalcs le n'cidl
,siur le chantlur di; papitoa-
un. il cr'lnatill aussi eln cap-
Iaint tIs rewards obliques
dles volsins.
Aiurclla gigna deux kilos,
Boss iLue en gp,an:1 qtuatre.
ti pi'nlYitlon-so)uvenlr obll-
gelnmmont preto t.alt sur tle
point de lui .icl.pr la taiiea.
Le thint frast, Ia mine re-
po)se, it, so d alnasdait corn
mntil, it avait lu accepted
'utrefols d'et-e un macon.
II se sentait 5tOs ICs coura
ges et meme cOlui ds e rn-
verser ce malencontreux
bane qu'Aurelia, fidelet a
ses principles, continQ.alt h.
appliquer chaque soir con-
tre le rideaut qtl( stparait


et's deux '!a'iinbres. Mais It
etalt tintoi] bul tat'lclen
jour preciplter les c ioses.
De pits, s'll s't.alt habitue
a la laideur d'Auril6ia, a sa
gendrouse brusqueric, quand
t11 dvoqualt la grassoulclette
Ti-Mncncne e0n la regardant,
11 fallail biern qu'll mette
dans un camp la piece mi
unable qu'il habitat si r6-
cemment et dans t'autre
tp'tp la coqlnfrtilbe mason
netted dans laquelle it re-
gnait toute la journey, pour
que le score volt en faveur
d'Aurelia...

L'absence de cette derrn!&
re les trois quarts du temps,
etait sans doute pour beau
coup dans l'entente qui s'lns
talla tres vite entire eux.
Mats, tries vite aussi, Aure
lia sentit qu'un jour vien-
drait oft elle oublierait peut
etre de mettre le banc con
tre le rideau, oubli que Boss
Luc guettait assurement,
mats sans exaltation. Elle
tut epouvantec a la pensee
du solide m.Adichone quo
sa pieuse mere lui lancerait
de sa tome, et comme elle
avait la tctp assez froide
pour se rendre compete que
Boss Luc viva.t sereinement
a ses crochets sans avoir
lair d'eIre presFe de reme-
dier a cet Litt de choses,
elle dec'da que ce serait
donnat-donnapt.
Un snor, apr.-:s le super,
elle lui annon,0'a quoe les voi
sines jasaient au sujet de
sa presence 'Ihez elle. Boss
Luc haussa les epaults. Au
rel;a ajousa que c'etait la
premiere fois do sa vye
qu'on jasait A son sujet.
Boss Luc haussa de nou-
veau les epaules Vexee, Au
relia declara brutalement
qu'il n'y avait que deux so
lutions: son depart ou le
marriage. Boss Luc avait son
ti venlr la chose. It rappro
c,he sa chaise et avec beau
coup de charme. sa dent en
or brilliant dans la penom-
bre, il expliqua que sa si-
tuation prdcaise ne lui per-
metlait pas de penser aux
fra's d'un marriage, ma's
qu'il priait Amelia de 'ac-
cepter come compagnon...
Aurelia secoua farouche-


ment la tte. Boss Luc lul
demand ators en quol ils
scralent diff6rents d'un bon
nombe de leurs volsins si
elle acceptalt sa proposi
lion. Aurella le regarda de
haut et repondit d'un ton
mnpr'sant:
- Est-ce que maman-yo te
sacristinc nan pu gros 1'e-
glise?...

Boss Luc comprit qu'il
avail peut Ctre sous-estl-
m6 les fameux principles
d'Aurnla don't :1 riait sous-
cape, mais cantonne dans
sa position de maqon sans
eMpleot, i ne capitula que
lorsqu'elle d1clara pour en
f nir qu'elle ferait tous
les frals du marriage. Boss
Lue, toujours souriant, s'ar
range pour lui laisser 1'im
prcssion qu'il lui faisait un
grand honnour en accep-
tant...

Le lenqle.rin, quand 11
fit l.es noir, il alla cher-
cher srs effects dans la pie
ce loune et ftt accueilli .-
vec assez d agiessivitS par
le proprista're qui logeait
dans une p)ice voisine.
Pour Iviter It ut esclande
qu'il lui seralt dangereux
de provoquer dans sa situa
tion actuelle, il lui abandon
na le lit, le matelas et In
bon pantalop en pavement
des semaines d'arrieres.

Les pr6paratifs- du maria-
ge commencereit. Pour ne
pas bouger dn la mason, le
future epoux fit ressurgir le
Epectre du capitaine don't
on ne parlait plus depuis
quelques temps. Aurelia
s'afaira pour tout regler, et
i force d'etre par months et
par yaux, perdit non seule
ment los deux kilos qu'elle
avait gagnes nia's uae par
tie de ses economies car, a-
yant I'habitude de bien fai
re les choses, elle avait ju
g0 que 1'alliance devait im
mnnouablfmen't i're accom-
pagtlee d'une e:sute>..
Affectueux, moderpmentf
entrenrenant quand il le
fallait. Boss Luc, lui, impor
turbable. ne so preoccupait
que de sa tambouille...
Le marriage fut c l]bre de


-DTMNQHE25NOyEMBRE 1979


yant une malgre assistance,
la marlee ayant peu de re-
lat ons et Boss Luc no vou
plant pas afttreV sur Iul i'at
tention du capittine decided
meant devenu indispensable
a son image de marque
rmais en rftallt pour ne
pas attire surtout cell de
Ti-Memene trop reemment
separse de lul pour ne pas
se sentir offeniie d e cette
position de (oMudan Marieb
qu'il offrait ih une autre.
La lune de Minel s'6coula
sans histoirce -lans une
cliambre don't lentrde ne-
tait plus barree par un
mince bane de bois. Si
BOss Luc, une fois de plus,
regretta Ti-Memene et ses
hanches rebondies, poli-
ment, il n'en laissa rien
voir. La boutique avait ete
fermIe pour deux jours. Le
troisieme jour, Boss Luc, en
mart d6voue, accompagna
sa femme a 1'cpicerie et res
ta ayec elle pendant toute
la joutnee s'int6ressant aux
prix eA aux acheteurs. Sa
femme n'osa pas lui deman
der ce qu'ils mangeraient le
soir leur retour... Prise de
court, quand ils retourne-
rent chez eux, ellt prepara
rapidement une infusion
qu'elle servit avec des bis
cuts gross mites>.

- Comment, dit Boss Luc,
pas ga'n du riz? Pas gain
soupe?

Aur61a, honteuse, promit
qu';l y en aurait le lende-
main...

Le lendemain, Boss Luf
ne se leva pa? pour prepa-
rer le cafe comMre d'lgabitu
de, estimant qu'il avait mal
dormi. Aurelia s'en charge
pndant que son dpoux s'ha
billait puur t'accompagner a
1'epicerie. II y resta pen-
dant toute la journee et Au
relia ddcouvrit, dans son ma
ri un blagueur qui amusait
la clientele et lui plaisait.

Vets quatre heures, Boss
Lu regard sa montre, ves
tige de 1'epoque des grands
chantiers, et conseilla a sa
femme de remonter chez
elle, si elle voulait que la


mason soit en ordre et le
souper prft h t'heure. II for
merait lui-meme l'epicerle.
rdlia, bras mrsn prend nan
moulhn...e Mais comme 'son
epoux, profitant de l'aosen
ce do touted clientele accom
pagnait ses conseils de quel
ques galanteries, A iTella
(pour la remiere fois I de-
puis cinq ans!) laissa !son
commerce entire d'autres
ma;ns et remonta chez :elle.

Au bout d'un mois, Mada
me Luc Alphonesin recevait
l'ordre former de ne :plus
se rendre 4 I picer:e, la
place de la fmrnme gtant
au foyer... Tout ap phis
pourrait elle venir Cde
temps a autre rpettre ltp'Su
cre et la farine dans '.s pe
tits sachets, Pmpaqueter la
cannelle et lunis et ale et
surtout aller se battre chez
les grossistes achalandes
pour reapprovisionner les e-
tageres, autant de besognes
que Boss Luc detestait...


Aur61ia, cette femme inde
pendante, cette commercan-
te aviseo, avalt-elle, sans
se l'avouer, souffert ce
po nt de la solitude, pour
ne pas vouloir y retourner
ou alors aimait elle A ce
point Bon Lue ou, encore
possedait-elle, trop d'or-
gu.il pour staler sa d~con-
venue en > le
nouveau marc' Toujours
est-il que sans Fe rebeller ap
paremmt-nt et nussi incroya
ble que cola oaraisse, elle
pass la haute main & Boss
Luc qui, tourrant definiti-
vement le dos 4 la truelle
et apr6s avo r remis la c'uil
lere Aureiia. venait de
choisir le floriesant metier
d'6picier.

Mais si un jour, par ha-
sard, vouj er,tendez utine
grande et an'ui;euse femme
reponde a quelqu'un qui lui
demand des nouvelles de
son mar; : -sDiable-la bien
oui...>, vous saur5 z que
vous avez rencontre Aure-
lia, car elle no l'a jamais
appeal autrement depuis cet
te Ipoque...


VOTRE HOROSCOPE'
DIMANCHE 25 NOV. Q.9


21 MARS AU 19 AVYIL 1
(BELIER) t
Avant de'voUlt miler du p
programme financier d'un
aml, consulted vos proches
allies. Ne prenez pas de ris
ques avec les resources
d'autrul.

20 AvRIL AU IM mw,
(TAUttEAU)
Vous progressez dgns vo-
tre m6tier maid avez des d'f
ficultts a persuader vos pro
ches allids,de la valEur de
vos efforts Vous rencontrez
une opposition verbal.
21 MAi r' It 3-,IN
Voyage agreable mais 1p de
placement est termin, 1
cause des responsabplitis de
votre trava'. YVo'
tendance a vous -dcrochet
de votre taIhe.
21 JUIN AU S 2 1ILLET
SCAqCFR)
La nervositei affected vos
sentiments. Les enfants
vous dsconceiltent. De nou-
veaux plans au sujet des in
terets communs valent la
pe:ne d'etre suvi!s.

23 JUILLET AD~ &OUT
(LION )
L'harm eple sera mainte
nue l 1'egard des proches
en allant A un endroit par
ticulier. A lt maison, vous
risquiz de vouis porter mu-
tuellement sur les nerfs.
2' ABOUT AL.12 SEPT
VERGEG)
Les nerfs jounnt dans vo-
tre concentration. Evlt:z de
prendre des dc:stions sous
la tension. Essayez de gar-
der la tete frolde. Occupez
vous de l'essentiel.

23 SEPT. A 22 OC'r.
(UAnANCE)
Evitez les discussions d'ar
gent aux diners pris dehors
Il y a une histoire de fac
ture. Autrement, le coeur ct
les passe-temos se montre-
ront stimulants.

23 OCTOBRE All 21 NOT,
t(SCORPION)
Vous vous sentez lie par


a fanille. Eyltz Pjpp atti-
tude indpepandp.ae. giosez
personiljeeieezret mias pas
au detriment d'autrqi.'
22 NOV. AU Z1 icFEMBRB
(SAGITAIRE)
Ne soupqonnez pas les mo
biles d'autruo. Une converse
tion personnelle avec un 'a-
mi vous convaincra de sa
sincerte. Suiveillez votee'
langua.

22 DEC. AU 19 ,JAlVIEB
'OAPRICORNE
Suiyez l"s otuyauxe finan
ciers. L'argept dolt stre de
pense pour des mobiles de
carriere. Refuse une sortie
si vous ne ppv'ez pas con-
troler vos dspenses. Les a-
mis seront imprevisibles.

20 JANVIER AU I.18 FE.
(VERSEAU)
Acceptcz une invitation A
une reunion vxceptionn"lie.
Que les agitations de carrie
re ne bouleveosent pas vo-
tre comportment! Discutez'
de Vos probl6mes avec vos
proches consc'lcris

19 YEYR.IE A AU 20 MARS
(POISSON)
Un depart to6t facility le
voyage. II faut du temps
pour la v!e privee. L'auto-
critique peut etre destructrl
co. A 'hicure ectuelle, vous
n'etes pas d'humeur sui
vre un conseil.
SI VOUS ETES NE
AUJOURD'IHUI
Vous etes intuitif et prati
que. Vous avez des dons par
ticuliers pour la mus.que, la
pointure et la sculpture.
Vous avez des tendances spi
ritualistes puissantes et,
une fois votre timidity vain
cue, yous travaillerez pour
1'interet de tous. Votre plus
grand success viendra avec
le developpement de vos
tendances hi.manitaires.

D'autres champs d'action
qui vous conviennent com-
prennent le droit, architect
ture, 1'enseignement. la psy
chologie et 1'industrie.


AU MONDE CHIC






GRANDE LIQUIDATION



Du 26 Novembre au 15 Decembre 1979


anc prix nouv prix


ODE SUISSE 54" DE LARGE


BRODERIE BLANCHE ET COULEUR 45" ET

54' D E LARGE

BRODEIME BLANCHE SUR OFGANDI

BRODERIE A CHAMPAGNE

VOILE SUISSE BRODE POUR ENFANT

SATIN DE COTON IM)PRIME 54" DE LARGE

RiDEAU POUR DOUCHE

PIQUE SUISSE EN COULEUR 3

BRODERIE MPRIMEE

NYLON ERODE

NYLON BRODE 72,,

CREPE IMPRIME

GABARDINE IMPRIMEE 60'


$ 60.00


45.o00

30.00


$ 40.00


35.0Q

25.00


50.00 et 40,00 20.00


25.00

10.00

6.00 et 7.00

6.00

5.00

690

6 )0

3.00

4.00


18.00

6.00

5.00

4.00

4.00

4.00

3.00

2.40

2.00


anc prix nouv. prix


TISSUS POUR NAPPE 54" DE LARGE

SERVIETTE

VOILE IMPRIME 45"

DACRON COTON IMPRIME 45"

PONGE IMPRIME

CRETONNE

SERVIETTES DE BAIN /

PLA'STIQUE 72"

SERVIETTES DE BAIN

SERVIETTES DE BAIN

NYLON PLISSE

PLASTIQUE 54"

INDIENNE IMPRIMEE

TAFFETA


3.00


2.40


1.00 3 pour 2.00


3.00

2.00 2.40

2.00 3.00

2.00

2.00 1.60

2.00 1.40


1.80



1.60

1.60

1.20

1.20


1.40 1.00

6.00 3 POUR 10.00

1.20 80

1.00 80

1.00 80

120 80


CREPE A BARRES i3.9 0 2.00 |


#OUS TROUVEREZ EGALEMENT D'AUTRES ARTICLES QUI VIENNENT D'ARRIVER


ET NE SONT PAS EN LIQUIDATION


DEPECHEZ VOUS LE STOCK EST LIMITED




A U MONDE CHIC


RUE DU MAGASIN DE L'ETAT No. 89 1

- - - - -


PIQUE BR


~rxas~ aJagis IEl bl~ .g~B6~C~IS ~C .F~q~BBP~Bi~L~ ~





SAMEDI 24 -- 1 DMNCHE 25 'NOVEMB3P 1979


LE TIE
(Silts fe In l 26i1ft p g) Vyoulons dire des a
(qil proifitci aux f
tacts dlirect.s l noilus itirolu ls plus, pauvres d(
rinunniii et chUoslso i s des pullation, qui so pr
Iltiys il out des Clmers iI ve.i listioun co lie
dI 1i liiiill.lc" piitrl.li huli'r- quiii ife benln ficleront
ilentll Inl'reismsq, colmine li rectlneill soil i4 dgs
(C lnev, -issiil. lv MOini.iiInh listIes interleurs o0
qlii Cc ii'tcst 1ias qui mious riuiirs- IInos In
ino voiloniihl ps tralvailli r pIs (s purIlsltes
illIrii-r.'i Wonll cllr /hill,, 11il rcl cnruvIa 11 y aurla
l :il )iiiioi) I 1) i lp itr s ;p ys Viii'(' -t des acltvit
b1s1 Iuiiinuis rhi I SUi.i us t' dependance et qui, ji
i IvattilItr. re cntraineront direct
Une moindre d&pe
Q Par excnlmpeC? Nous reconnalsson
St tot celli petit paral
I Eil blen, si un pays est k z vague pas suffisa
ouvelrt'.mnt notottreenti rgoureux pour beauc
url'i'essif nouls n 'rols sinm mouvements e po
plemeiii. pas y trauvlller. ialis cest pour n,
S. l y a Une gauche orlani point de depart.
see duns un pays at qui slt. ouls 4arilons d'une
it l'opposltion, nous suivons n0ous nous demand
sas decisiollns et c:est fc qui elle est possible. Di
est arrive nau Lesotho Le pays progressistpB,
gouverneii nt du Le otho nous attendons en i
nous a demanded do travail a ce que cola le soit
lir p l" lu l nous avonls noius ayclqs refused de
reiissi a contacter le r's- tes, d" la part de pt
Sonis-ihle du PPC in ex'l gri s stcs concern
Iu ak:s. Nons avons disrutL activities que nous
Dpenidnt des hours., et i1 a no pas 1'etre. On
dt non absolument non. demand de conc-vo
Que nous sivons d'accord stratig'e du tourf
oni non avoec letr Dpiitlntine Tanzanie par exemn
ifnus lai'sons ces Arifcsons nest pas que nou
anx re nonsu:blp. N-ns ni mions qu'une st.rat(
crovons nas nlue des .tran- tour;smB progressis
por plissent nrendre ce imnensablc mai.s,
genre de diclson. nays on divelonpimi
la capar't6 d:en me
Pu)s il y a lne 6eit me n ba, execution. Not
quantity de pays qui/ont trots pas on discus
une position b mi-chetiin, vee un eoivernem-]
comnme lc Kenya. Dans css suiet mqiq dins lp
pays no1u cherchors les con -n nrogres'lstes ni
traditions nous disons qre f-r -"nn, 'ie nqlvl'
noil ;ivons dies activity' pro s'rr. niur vel'- s
grnssistes. Par cila nous tuellment 1'action


ler PRIX Skoda 120 LS 4 portes

2eme PRIX Seiko Quartz LC

3eme PRIX Seiko Quartz LC

4ema PRIX Seiko Quartz Chronometer

5eme PRIX Seiko Quartz Extra plate

6eme PRIX Montre Seiko

7eme PRIX Montra Seiko

Seme PRIX Montre Seiko

9eme PRIX Montre Seiko

10eme PRIX Montre Seiko

10eme PRIX Montre Seiko

LES GAGNANTS SONT PRIES DE SE P" RSENTER
LEUR BILLET NUMEROTE AU KENTUCK FRIED C
ET CE AU pLUS TARD LE 15 (QUINZE) 1 1CEMBRE


RS MONDF A MIEUX A


ct ivit6s
ractiolns
i la po
ritent ia
active et
i pas di
q pptg-
somlmeas
0 patl-
des ba
its d'ln
e l'esp6
tement
dance.
s que
itre as-
ilmment
coup de
litiques
ous un
Quand
action,
dons sl
ans les
nqqg
g nsral
en que
s requtl
ays pro
nt dps
jugiols
nous a
)lr une
;me en
ple. Ce
s esti-
'sie du
ste soft
ailcun
ent n'a
ttre u-
us n'en
sion a-
nt i c9
Ps ,naus
ous "f-
s" trash
i. pvonr
a pour-


ralt avoir un impxctpppp-
gresssto,.
J'ai dit que nous cher-
chons A dLcouvrlr les con
tiudiiL-ons" un temple en
scrait la santd en milieu
tra4, Npg4 arAlyAn4 la
prQarah"aUtjn 0' t in ati-
me de ann 9w essayant c p
iW 1 4ie au Voetq
des relations sociales d'une
sopjo~t Ri4t6t que d;avoir
1;air de croire qu'elle flot
te sur un nuage. Nous ap-
prochons le probl6me de
plusieurs points de vue:
santd eau nutrition sons
des enfants. Nous soummes
centre les centres de soins
avec lits &midiliamg.ts im
povtes aqptrg Is topitau.x
etq. pgr Cltrg njs qgiMmeps
egq fay pr d'tq pprgqt11el
paramg(lpal yivt) fgans
leg villageg ct prganlsp co1
lectiveyipgtg. Stall dintae
qg J plipart ies pays
s' iner'eset un systepne
dpe saqtf en nlilleu" rural
la question qui ; pone est
on on peut le fair et la r6
reponse est que cela est rei,
lisably dans un Davs qcj 1
n'v a pgs pne pdmirnnitra-
tidin e la sant& publique
blAp 6tabl;e pnrce que ce
sopt precisement Pcs maens
1, (ri0 Vous aurez ".ntre
Vnus. Ft PP quti est a'sez sir
niena-t ;1 v a b"auc"n-dri'
osnvq du Tiers mnrlidp niil
n'nnt. nw di: administration
de ce genre.

Le Bqtswana est un cas
qui Illustre ce point': cE
n;est up pays ni progress's
te ni repressif et il a un
syst me de sant6 organism
mals 11 est dirig6d ar dis


4ranrger., 1 palo pP
ite cit gtuH'.trpi-.L
pnt prtts & lIutter o.
la resistance de ces i
gers 'eat; u4 ctnLradi
progresslste. En Zambi
pl sge lIrigeante n'a pi
gros glntr6ts it gblLs
des raisons historlques
sa ppurralt-t-on onvis
O'y qyoir qtue qp gril
progresslstes sans ren
trer de Vsistgnce bien
la Zambie ne soit pa
pays particull&rement
grpsslste.
Q: Comment faites-
pour formulir un pro
e:Nous sommes enrei
contact avec un ce
nombre de gouverenem
J'ai faith un voyage en
que en 1975 a la suite
queL un project de stock
de creiales en Tapzas
vu le jo i. J.e eur ait
qi cae qu'dtait notre qi
sag;ion je leur at dit qu
re; ls ount eu d'autres
ri.nces avec des consul
et ils ont vu que nou
tons diff6rents. Notre
proche r.';est utile qu;i
edition que les gens du
controlent 19 travail at
xlmum. Pour cela ils
vent y etre irmpliqu(
nous estimcns qu il y o
aspects important dui
vail qu.eux sculs pel
faife. J,essaie de fair
sorte que notre role
aussi riduit que possib
n;intervenir que lorsqu
gens du pays ne peuver
fire popr une reason
conque. Quind le tiavi
marre. aui lieu oue cell
nous a donner limpu
Pt h entranorr -1 s a
c'est nous oui slmmPs
tra'nds asins nous nou,
mettons vraiment a ni
e'sus noliltiirp ntrti
dc prise de decision.
Nous nous engageon
sa h envoyer du person
qui a une connaissance
fonde du pays-,'t qui e
profonde sympathie pi
que que lul. Nous disc
ensuite des ,problmese-
mode d'intervention. (
la que mon experience
sonnelle entire en je
que j'appelle mon ima
tion creatrice et progi
te: j;ai une excellent
tuition de la manitre
on peut modifier les
ses de la faqon de les c
ter pour que le pouvo
hdrent en elles passe
mains des personnel qui
touches par ces acti
tout en court circiu
le'~pTuvoir venant de 1
rieur- je ni' sais pas
ment 1'exnliquer mieu
Npus finissons par to:
d'accord sur ouplique
'ii somble inphtressin
je commence it coll
t'is informations sur li
blWme en noistinn. Nc
-ayons de firte e qn s'-
10 pavs s'nccunTi ri,) fi
ment no -co u;l:1 "voU
faire mi ::x que nous.
De retour :ci je sou
la proposition it mcs
cl6-- nous sommes m
nant trois cents dans
quarantine de pays-.
culitrement a ceux qu
un savoir technique d
ou indirect et des co
sances politiques Noun
sistons pour que les tci
ciens fassent une cva
tion politique des as
techniques pour o
soient critiques nova
etc. Nous nous attend
A tre fortement critique
cette facon outre le
oue noun pavons en de:
des tarifs normaux-
payons nos consul
cpnt dollars prt ici
cnous esprons leS a;
nnlitinuemrnt hinnn
ls n'ont absolument n
IntCrct commercial A
vailler pour nous.
Q: Comment recrutez-
vos consultants?
R: Nous utilisons notr
scau pour produire des
didats qu'ils appartien
dejit au rseau ou non
d;autres terms nous
verons une viugtain
personnel qui pourraie
Ire candidates ou qui
naissent des gens. Le
seau les value en pa
1ler nos politiques les
algus et les plus digni
foi parce que l'valu:
politique est d;une im
stance crucial. Nou
leur faisons pas un ate
sallve non ce qui nous
porte c'est un sentimen
ne attitude e'est d:
des gens qui ont de la
pathie pour les camat
du Tiers monde et qui
capables de travailler
des pay-ans sans les
ser ou leur faire aval
manuel. Nous ne cro
pes forcement que ce
vall produira de g r
changements- la lutt
classes et la pour eel
N-gus n'nyons pas
lusrons polltiquement
nous nensons nu'll v a


trips nossilb1it6i la n
Que nous ppliqugpns
villages coprceCpnt le
gempnt des relations co
tants-villlageois a tr


No. P2.217

No. 04.949

No. 76.226

No. 31.548

No. 3 .246

No. 89.442

No. 57.348

No. 27.354

No. 25.127

No. 09.216

No. 69.108

AU PLUS VITE AVEC
CHICKEN DE DELMAS
1979 11 HEURES AM


S PAGE-


FAIE ;QUE D'ATTENDRE LE RD "- ..
pili- I prci' de dialogue .Q Consldrpsz-vo4g que a dealermni le role du con tire anialyse aura ft erro-
p"-t tt _limpt poor i n r i cac- en ipI .Ln parl-pit :. sultant,? ie ou nous amurons fait le.
niii. i N-Is N otii-li.ants 6 en favour dp 1A teohnolp t: Le corisultant a un role je de" quelqiun ou encore
tran br i l de .l'aylon avec : occidesntale'de p1,neiensbe e cl-une Importance vitt(le. La ult de nos consultant s
Liui W C u ritq1 p 2 1 ent .rjoiivo jporihiestes i vou rdv envenii psycho tquq
le la p lr t'l'ont les R. JC-rtalnement"' .: o diiez a de nombreosia i 1
as rde tc e'tions g t Ie J'" .C paes et seulemeni -vo n'iit
ppur stt a^ dIvoiT A h ire Q: Seulement parce ue tes 'tats nations peuvent op d donner un cop de bar
aus v ni ldes gens d'autres pays c est occidental? poser unl autre formule et de modifiera direction
sager pour vons dire comment l pntrlon du capital o le conditions chanent?
t's Loder s Bet dans u- lR: Non Je Ppurrailsa fre rigOaire ,s grano ps. VqiS copvrez qul
con- ne Post"on subalterne. Com lpe criliqpe ae la bourgiol Mis a s nous crnideroi e 1- i g aiednnen e ce
que ment en sqrtir.? INoUS corn sie bureaucratique mats e- Sride et les pets projects u e n t oreul
s un mengonp a preparer notre la n'ajouterait rlen a.'ce i y o une phase preliniin ,
pro- personnel en parlat dou que tout el monde suit de- re tl In mnis e oeuvre pro R : Qui nous pouvons le
Paiys des processes et nous ja. !! y a 4esi un auire as preni ,nt due di probjt Cet- telktr q ',retourner ches
vous pensnn qu'il est important pect. Le u bQueauciates s t pia. eat deermrnanLt A s. Ifersonne ne nous met
jet? r t- 1t s sultants en gfndral des gens "r car 'it 6 ce mment la l '.crde au cou ni les Kou
is en is-.A nez avoc 1ur nron-e blement surxmenrs qui cnn (Iu"' on choisit les techn i, e ;n-ments ni les clients'nt
esain "in*n'ne 01 s' 1 o u'l n.nt naisscnt trees peu les :.ques 'Iqu l mipcnt le$' pr'te foundations Nous .fo-
eaien cn l,'e t fnre ct cr 1si pcts techniques di lur etc. Tu;s les devils impor tinrinohs a un itiveau mo-
Afni p'ys ofl ils vont se rendro. travail; 1ls 9ut tris peu d tInts sont mis au point. Ain et nous sommes prets
Siu- temps pour lire lis sont o- m eux irs consultants snnt h continue sur cette lan
ekage 11 est important de d6nmys blig6es 1g arppggp t rant les agents involontaires d'u e, Nous ne nous falsons
nie a tiL.ur leur tEchnologie 4e demept des d6cis'ons et i. ien dd5pendaice accrue de laI s dillusicns nous ioe
expli leur montrcr que c' t sou font alors du mieux qu'ls extension du sou--develon soiumes ni des paysuns ni
*gani lemenut en la 'demystifiant peuvent. Cela veut dire p~netration du capital de des'ouvriers; pas sommes
.e fai qu'ille peut devenir la pro re ce qu'ils savfnt et "cp mpment Pt au ire d.s ,I- ad mieux' ds intpllec.tuels
expel priete de ceux qui sont de qu'lls savent vieni de 1 3. ints petifs des pliltintIh bourgeois 'remune.res qpi
tanis i;autre coLe. Ii est impor ciden' il sortent d'ecol. 'qc n"I.~- des i',tdrts du canti- veulent, tre des allies pt
us 6- tant pour eux de susceter c'dentales los organisraias tal et c. L'Et n'est d',i- naus sommes tres conscients
ap- un process qui continuera d'a;de occ'dentrv- ont r lears vas'miep flOue 1lO-t die tout etla. Mais il y a
acon u ur 1'avion et dnns le pays g lesur esprit denuis qgi 11 im".nt des tlux din d former d'autosuffisap-
pays Ils doivwnt commencer par z o014 vinet ans leurs i cbt t"-l alev6R et 1p ae -l ce en collaboration do t
u ma ecnuter. C'est extremement nlc'eps o t f "mitssjp qu'is fqurni-sent d tnus lcs les pays pebuvnt se pr6o a
dol difficile et ii y a biauucou Occident. .11-Us.lat des l1:' n-1itrm i' cni al onoI o a. r 1s ont pas k atten a
ds et de resistance mais c'est en naux itrangers,ett Cl vIe'c d "-al- i 1pc j'rnttqn d es' re que la revolution se fgs
a des mime temps tres excitant. leur parle7 de nuelou rh i') Chino's cenendant. e. Le Tiers monde n'a pps,:
ira 0: Je suppose que vous en sa di rtdicalpemnt matift-' Le consultant exAcute un o k attendre que le Nord pu
uvent t:ndez utiliser leos ressour r-nt ils Re sen"-nt rnu sirt* travail dour leauel 11 est .i monie develoOnp donpn
e en res pt les matiriaux locaux d'eux. I.nrsnn'is ecihnulnt. sous coaltrat II a tiTd reru Ic i feu vprt pour le Nouvel
solt R:Nous'n'avons aucun tar i, qont dest.bo ,es dm'ic e\- t. hn-.r in organisme d'aide Ordro iconominue interna-
le de ti pris en faveur' Cu local rn': '*'neranlmrnp 1 t(echni national ou international tlonal: cela n'arrivera .ja-
e les en sot. Nops essayons doe "I'mn l'nnttn OP n'-st pour fire auelaue cap- p ma). Pourtant je cro's que
nt le nous rendre compt_ d'abord nri ccs, n trcce'crnmnnt '- mii qae ceat ort nlsmo ot le nonu I l'fn rienp- du Bureau de
onl si on peut fair les chose vis.e str4ti'i pi rni.t,,ii yinint ePstment" nArs- d veloppoment 6conomine
ill d6 av lIes rossourct,. lcailcs n+iI' vn's 3"p,'- tnct g 're: ]p consnltact s'inscre mnttre aux nroer'ssistes
snit et l'exunrience qui j:ai eu -ui '-r la 'lnec" at "ine ysar" n t dn c Rat rr-in nrit ce n ronS'b' d ni p-s
lsion en Tanzanie m'a nrouvi cIous 6tts vllne"ablps pnm r t --' 1 i I'affrnu-. oni f cent"'r: ec oedi n inrt
utres quil n:y avait nu'nn netit me 1s so--t la plitart r'n 'ni flrb' 'i l-llPnic cnnt .'vr lutt rie libAira
s Pn- effort a fare: il fant boll tre ,lix. Pourqip dPvrajflnt ao'-li rmert N.o" ", n t1, 'nn.u cln tc Oll's se bt
s son ger un peu et regar(ler an- tls tre parttculig14rmtt n ll e-t ,'- ..-.---t. t-nt noti v5m-nt c on' nln crt
con tour de Foi et voici ou'si% ereatcurs? Pour 1'itr{ 'il p pric irhnci-'1sl-s d il il'n ns 1 t" innna r
ional y a toutes sorts di ns et % faut que les conditions h5n luc..bcal ','ie i" -,t. i.iier p+-;'t n '!vent i-s npn
de choses a11i s- nrksct=t- soliet bonnes: 1 faut se ien Tij, Pn rnm-,i + n ,-6- tqinenr F incr nirprCf- --s'
a votre attention. Enifite u r sniterlu gi, Di s chan. gli oni. eil,,.i'h'os lcre.-t piuvwz dev-nlr un aille
saus noun vovons s'il y n d'autr-, gempnts iltpprtants cela. afr I, T1 n v ^. e- "o
nnel pavs du Tiers monde nut signtfie des ch tgritmeT ii l, sai font ,-1m,1 1..'" Q: Quelles relations aver-
e pro ot ouplnu ehose a control structuraux,. an ,*'H a I l\ -s i. ci se ct vous avec les organusatiqns
st en buer tant au niveau. de 1'as socta. LSa t'rhilougie ar tisp+t tii 1" iAt.:.ri.nt .:jIlfi
oliti- distance technique 'niau tuelle rdpond auix itiri i, i.. ci ni evemnl ole ,
tons plan dpe l:quiplunt. Noqs de la class diu'gsiite d, o "ar n, 1t n Jene crots pas que nous
et du savons que beaucoup do s classes canitaliste.t eid 1-.i drR., 'Bur I ,, .existons pour rout le monde
C;est payl ne vont pas ne icessal velqpwnement. Si ltol in c e^ Noi sommes ii petite t e
e per recent accepter .cete manis logie anuropride crre.e. ndi v 5' u t",n'l peu connus. Un iour quand
u ce re de procder- et l'exp6 sux intrts des trille-.f' ho..nt.p nous auronls travaille da-
gina rieice de beaucoup d;entre et cles paysans elle nea pch i -o c lv 'n a. 'iI- vantage nous attirerons
tn- ep fait Les diletuds vont ve ceux d es . cai ten.. cj. ec'e-vwiucc e crois e up n la sera n6


don't
cho-
orien
ir in
aux
son
vites
utnlt
t'exte
com
x
mber
chose
t et
ecter
e pro
i1s Ps

t le

Imets
asso-
ainte
une
Part
i ont
direct
nnais
s in-
chni-
alua-
pects
qu'ils
-teurs
nns a
as. De
faith
ssous
nous
tants
sur-
crder
ites:

tra-

-vous

re r6-
s can
anent
n. En
trou-
e de
nt i-
con-
rd-
articu
plus
es de
ation
ipor-
I ne
st de
im-
it u-
avoir
sym
rades
sont
avec
6cra
er le
)yons
tra-
rands
e des
La.
d:il-
mais
d'cn
otinn
mavx
chan
pnstil
avers


A des conferences internna-
tionales font de-beaux dis
cors matis lorcou'il faut
Pn venir a parLaoer des in-
formations sur les multf.a
fcn-o,,Is nv'c. lpurs yoicns
il n'y a alors plus personnel


LorsqWun ailrontefTent P-
clate il ne Deut itre r6solu
progressivernent oue s'll v
a unp force nolitinu' dcars
IP navs nri onrnd le Dartil
des travailleurs
Q: Comment voyec-vouIs >-


reurs. Nous ferons du tra-
viail qui sera ditournd de
ses fins Pland nnus ouitte
ron- Io npaiv nprpsc oue no
siient anrfqsit.' 1 t .5 t-n,-
-s autres sont terrible. II


galtif. Ce qui est int6ressant
c'est qu'il y a des socialls
tes partout h Ia Banque
mondleia a 1'ONU et ils se
font connaitre: ce sont des
amis et il5 nous aident.
CERES3


N'VEUXAUSSI
)


S --.


VOICI


LES NUMEROUS GAGNANTS


DU SUPER TIRAGE




KENTUCKY




FRIED CHICKEN




11 PRIMES A GAGNER


POUR UNE VALOUR TOTAL DE PRES DE








$ 7500


/ MERCU




d'avoir participe si nombreux





Kentucky



Fried Chicz en.


-~ ~~--- --~ 1~- -~..~ ---~-~-~~ ------------7--~ --1-- -- --~----~--r ---- --~_~--.~.-- --.~_~ _T~~T--.~ ~-~- ~-`-; ------I----;--- s--- ------- ---------------


~


_ _


















iSult l ti I fi 2''rif. pI ag

iilU i' ; t rel'lup x abuse
deI s sciel li s 'niclAdllnirs'
qi sp)eulellt I ,ut lagetlse
(liii iil)ir'i' li't f nil (it'isa-
ril ;iu m lir libreiCal
Motnlseur Htllnib.l'r1O C:tl
deron 3renti a i',1fflc qu
10 Vt'neziela ,jpoera
la reunion dit 1 UPEP un.
acroisefmn'it do 1 aide f'l-


niinlL'orc des iti',ls pdtro -
liers au'x pays en vole de
ddveloppineiL ,Notre con
rilbuilion dollt peimeltre A
ces pays de mener une ac-
tion plus 'etflcice contre
le sous-ddveldppement, a
precise le Minnitir eL'O -
PEP ju'squ i present a mis
-,1 milliard 600 millions de
Dollars k la disposition
des gouvernemints d Afri-


que, d Asie .t d AldrilquO
Latino. Ce n Ces pas asse
eLe dialogue avec 1
pays ndustriali8-ds rested
un dialogue de sounds tai
que les pays industrialist
n envisageront pas serieL
cement un traisfert de,
technologies vers les Na
tons defavoriseess, a con
clut le Ministre Vendzu6
lien


e
es
ra


nt Washington (AFP)
us La confusion et l'incerti
u- tude, qui marquent actuel
5 element les relations finan-
- cleres entire les Etats Unis
* et I'ran, provoquent un ma
laise dans la communaute
financier international,
estime-t-on, vendredi, dans
les mdheux ccmpetents, aI
Washington.
On se referee, dans ces mi
lieux, a l'escalade des mesu
res de retorsion economi-
ques et financifres ameri
caines A l'egard de l'Iran,
aux initiatives des groups
et interets prives ameri-



Une grande
kermesse
organisee par
le Club -Atlanta.
Dimanche 25 Novembre
1979' venez en foule vous
amuser sainement chez les
Soeurs du Sacre Coeur de
Turgeau des 9 heures du ma
tin et jusqu'a 5 heures pm.
Une grande kermesse or
ganisie par le Club Sportif
de Volley-Ball !ALTLAN-
TA> en effect le 25 Novembre
1979 chez les Soeurs du Sa
cr4 Coeur de Turgeau pour
les enfants avec un grand
nombre d'attractions;
PECHE A LA LIGNE
TELEPHONE
ANNEAUX A LANCER
COURSE EN SAC
LOTERIE
CADEAUX SURPRISE
MARIONNETTES: Plus de
100 Marionnettes en -scene
pour divertir les petits:
MUSIQUE par une fanfare
JEUX DIVERS ETC ETC
Enfant amenez vos pa-
rents, frnres et soeurs a
cette fete d'enfants: La Ker
'mesee. au Sacre Coeur de
Turgeau' le 25 Novembre
1979 daians le cadre de 1'An
nee Intes'rnationale de 1'En
I ant.
Les cares su prix d? 3
Gourdes peuvent I'tr ache
tees a l'awance an Magasini
-* .i' Manchot' a LaluP No.
214 on le infr dp la Ker-
messe' a la barriere du Sa-
cr4 Coeur..


calns et aux ripostes des la banque. Tous deux isont
autoritcs iraniennes. des amis personnel de l'ex
La decision praise par la Chah d'Iran et ont large-
, mint -contribu6 a sa venue
mardi dernier, de declare ab New York pour y subir
'Iran en edeaaut de paie- des soins m6dicaux.
menti (pour ne pas avoir
verss les initrets dus sur La Banque Centrale ira
un pret de 500 millions de nienne a dementi qu'elle pit
dollars c o n s e n ete en defaut de' pavement
ti en 1977) parait reliever des interests sur le prft de
d'une initiative privee que 500 millions de dollars e
le Dfpartement americain affirme que son ordre de
du Tresor s'est abstenu jus- pavement avait ete bloque f la
qu'a present de commenter. suite du Certains observateurs font novembre dernier par le
le rapport entire la decision President Carter, des avoirs
de la Chase Manhattan> officials iraniens aux Etats
qui n'a pas, jusqu'o pre- Unis.


sent, et6 suivie par d'autres
institutions financieres ame
ricaines et les accusa-
tions formuldes par les au
torites de Teheran centre
M David Rockefeller, presi-
dent de la banque, et Henry
Kissinger, anden Secretaire
d'Etat et Administrateur de


ELIE DUBOIS


Solon le Departement du
Tresor, ces avoirs geles,
aux Etats Unis et dans les
filiales etrangeres des ban-
ques americaines, represen-
tent un peu plus de huit
milliards de dollars.
Selon des informations en
provenance de Teheran, M.
Abolhassan Banisadr, Char-
gn des Affaires Etrangeres i
raniennes, aurait toutefois
declare, vendredi. que les


A la chapelle de 1 Eco autorites iraniei
le El;e-Dubois, une Messe geaient de ripI
de Souvenir sera celebrae ment et sirp lp
le Dimanche 25 Novembre les dettes cont]
courant a 10 hres a m pour
le repos de 1 ame des Af
ciennes E16ves dccedes, d IRAN-DETTES:
leurs parents et des Amis


Le comAte invite tous les
intlressfs, les 1hab;'tues a
cette Messe dominicale
2411

UN DEPARTMENT
DE MEDICINE
SOCIAL ET
PREVENTIVE
8A\ course du mois d'avril
a ece iiaugure ea lihopital
die l'Universit6 d'EIat o'Hai
ti un department de mede
cine social et communau
taire. Cette nouvelle sec-
tion de la Facultl de Me-
decine est appelee a jouer
un role important daiis la
nouvelle direction impri-
mee au curriculum medi-
cal.
Cette nouvelle section n'est
pas encore fonctionnelle (il
est a souhaitcr qu'elle le
sera bientot) mais de 1'avis
de tous' elle sera d'une im
portance capital pour 1'e
tude du milieu' les rfalitfs
sanitaires pour la pro:psc
tion et l'evaluation des
programmes' des projects
des rdsultats' et surtout
pour l'entrainement des
nouveaux cadres de la m6
decline communautaire.
Cette initiative du Dfpar
tement de la Sante Publi
que revenue reality grace
h l'aide de L'AID eot un 4-
chelon capital dans la mise
en place des structures dc
base ea vile de garantir le
success de la nouvelle politi
que de couverture sanitaire
de toutes les regions du
pays.
II s'arit maintenant d'in
teresser les etudiants. de
les oriented mIme dans cet-
te direction, car noutr la
construction d'taiblise--
ments d- s"nt6. la misc sur
nanier rp beauiix nroiets. il
fnut sirtoiit I 'existe-nce I'f11n
perononl rip csdr.q nrbna-
rfs imbiis des re-lit6s et des
nroblhmps et surtout cona-
riPnti-61 n1ans le sens de
1le-r solution.
Cp('i drpminde 17 travniil
dio rnnrnintionn rn6thodique
et b;ein nrnernmm6.


nnes envisa-
idier pure-
ement toutes
ractfes par


Reaction des
milieux Bancaires
New Yorkais
New York (AFP)
Le refuse eventuel de lI
ran d'honorer sa dette ext
rieure contracted sous lan
cien regime, '*il ke confir-
me, constitueri. la ropudia
tion de dette la plus impc
tante de il'histoire, indiquc
t-on vendredi vendredidan
les milieux bancaires new
yorkais.
Les annulations de detti
nationals les plus marqua
tes depuis le d6but du sir
cle ont ite cells dlcrataE
par 1'URSS et la Chine
pres la prise ltu p uvoir pa
lIs communists ins c
deux pays.
La measure env agee
Teheran, ajoute-t-jn dae
les memes milieux, ne dc
vrait pas leser les banqu
americaines creditrices
lIran. En eflet les avoid
olfic els iraniteis geles>>ai
Etats Unis et dans les 1
liales des banques ameri
caines A letranger, souligi
t-on. asont tres superieu
au monlant di; aux Etat
Unis par l'Iran au titre
la dette cxtericure. Un ba
quier qui a dcmande s g
der l'ancnymai, a laisse
tendreatoutefoj que le re
boursement de Ia dette i
nienne envers les banqi
amlricaines a partir c
fonds ageless> dans des
liales de basques americ,
n-s a l'etrang r -- en pa
culier en Europe-- ne po
rait sans doute avoir li
sans le recourh- a des prc
dues longues ct complex
(A Teheran, M Banisaf
Ministre de l'Econom:e
des F;nances ct responsal
desesAffares Erangeres a
clear vendredi que l'Iran
fusera de reiler 1'cnsrml
des emprun's et des det
contractdes par les flia
a 'Itranger dos banques r
v~es iraniennes nationa
sees apres la revolution.


I ~ U ~ I"4A iiiPUNE VOII


'F


PAGE. -8 -


LA VIE ECONOMIQUE


Augmentation debut 1980 selon le Ven6zuAla


CARINA :


HINOTO.S.A.


UNE VOITURE TOUT ADVANTAGE


RUE PA VEE


TEL.: 2


-0658


- ---.----- --------- '-. -. ,a-Mi-


LA CONFUSION DANS LES RELA

FINANCIERES ETA TS UNIS -


i I


MICHELE SCOTCH CLUB






SAMEDI 24




Saturday Night Express



AVEC




D.oP. Express


EN SUPERFORME


III II-


1 gs


SA I 24 MIMANCOH 25 NOVEMBRE 1979 9

IRAN :
DECLARATION DE
RADIO MOSCOU
Moscpu (APP)
Les Etats Unis pr6parent
gun dossier juridique pr6-
ciss afin de justifier d'even
tuelles actions l'ensontre
M ONS de l'Iran a adclare venridre
di Radio-Moscou en com-
IA N mencant son bulletin de
A N nouvelies en langue russe a
19 GOlt.
l'ancien regime iranien.
Evoquant les diverse a cF-
Selon les milieux Jinan- tions enterprises par ls au
ciers an6ricains, l'ensemble torites amfricaines apres la '
de la dbtte exterieure ira- prise d'otages amfricairis
nienne representerait quel- Teheran, Radic-Moscou ci-
que six milliardss de dol- te Ie quotidian eWashing-
lars. Q4arante pour cent ton Posts selon lequel las
de ces sitx billiards seraient Etats Unis envisageraient
constitute par la dette de des bombardments aeriens
lIran enmvers les Etats Unis. d'objectifs iraniens xdont
S1ile de Kharkic situee au
Selon es milieux compe- Nord Est du Golfe ,pas tres
tents, lei malaise> de la loin des raffineries de pe-
communaute financiere in- trole d'Abadn, ainsi que
ternatio4ale nest pas seule centre des adrodromes milli
ment du la decision de la talres>.
eChase Ilanhattan Bank>.
II traduit ausci les incertith Apres avoir soulign6 que
des relatives la validite,ou des reunions de 1'equipe de
de certaines lois nationals cr'se se tiennent tous les
de la decision de ggeler> les jours 9 la Maison Blanche,
avoirs iraniens dans les filia Radio-Moscou declare qu'au'
les des banques americaines moment ofu deux Porte a-
l 1'etranger. I1 est enfin du vions amfricains s? dirigent
A la remise en question, vers 1'Iran, on constate des
par I'Iran, du dollar en deplacements d'ensemble
tant que moyen de paie- des unites de la marine de
ment du p6trole. guerre des Etats Unis .



MESSIEURS
A

AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGE LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALFI






e Le Bistrot
-
_- OUVERTURE SAISON 1980
or L'evenement dans
e-
is la mode hatienne


es MERCREDI 28 NOVEMBRE

IDEFILE DE MODE
a- '
esar COLLECTION

a YOLANDE MONTHS 1980
ins
e-
es 30 MODELS INEDIT DU SOIR ET VILLE
de ET DE SPORT
rs PRESENTS PAR.5 RAVISSANTS MANNEQUINS

fi-

-ne Une Soiree exceptionnelle
lrs
avec Saxo Weber Sicot
de
n
gar ATTRACTIONS TOMBOLA -
en
em
ira CADEAUX
ues AVEC LE CONCOUS DE LA BRASSERIE NATIONAL
de j
fi-
al- EXPOSITION DES POTERIES ORIGINALES DE
rti L'ATELIER POTO MITAN
our
ieu


I Le Bistrot
le LE MANOIR
de
re VOTRE RENDEZ-VOUS
ile
eies 'RESERVATION TEL 2-1809
pri
li- 146 LALUE







TURE TOUT ADVANTAGE, LA CARINA!? VOYEZ PLUTOT! -
CANIQUE PLUS FIABLE QUE LAMAIS, EXCELLENT MA-
ABILITE, SECURITY, FAIBLE COUT D'OPERATION COM-
TRETIEN ET ENFIN LA FAMEUSE QUALITY SUPERIEURE
. AJOUTONS A CELA QUE LA CARINA POSSEDE UNE STA-
LEMARQUABLE ET QU'ELLE EST SPACIEUSE COMME UNE
NE. SES MOINDRES AVANTAGES: UN INTERIEUR HA-
RINCIEREMENT; RIEN QUE DE HAUTE QUALITY ET UN
[ENT GRAND LUXE TELS: UNE MONTRE A QUARTZ DE
PRECISION ET DES ELEMENTS EN BOIS SUR TOUS
)ELES GL.





SAMEDI 24 DIMANCHE 25 NOVEMt3RE 1979



CINE THEATRE TRIO

PRESENT DIMANCHE 5 HEURES 7 HEUI
DOCTEUR ZIHIVAGO 7 HIEURES SEANCE -UNIQUE SALLE
SALLE 1

I .. Z..


4i ;


MPHE

?ES 9 HE JRES

4


'I

,iit,


C" A


Tire du roman de Boris PaslernacE, cEtte oeuvre cinematographique
puissante a l'impressionnante mise en scene, est avant tout Faventure


huimaine de quelques etres meurtris par la vie, poursuivant un
in possible bonheur dans un monde de violence.
Ce film grandiose est une condemnation des Etats exploiteurs qui
briment la liberte et la dignity humaine.-


SALLE 2


ALAF
" .. "
-) "


!4,44F ILION.
Ann t V,A " "'114
AI )XNNI


La bataille ia plus traniscendante qu'un pere
pulse entreprendre est celle qu'ii livrera envers
et centre tous, famille, socdet,, Institution ocur
sauver la vie ae son entant aciase de crimes.-

SALLE I Dimanche 5 Heures G 0 L D 0 RAK K
'1 Spicialement pour les jeunes


1 DU LUNDI AU SAMEDI


MIDI, 3h, 6 h,9, h EN PERMANENCE


Le chef du gang se present au tribunal
Le principal temoin est a la bprre. Le process
devient difficile. -LES MAFFIOSIS, est P'histoire
passionnante de 1'affrontement des factions
rivales de la mafia.-

SALLE 3

LE NOUVEAU-NLM DE MILOS FORMAN
SELECTION OFFICIELLE FESTIVAL DE CANNES
Laissonsentrer
le solely!


Let the sun
shine in!


Unt ..P.n LESTER PERSKY e MICHAEL BU LER
UN FILM DE MILOS FORMAN dp, "HAIR" &. RAGNI, RADO e MacDERMOT
JOHN SAVAGE TREAT WILLIAMS BEVERLY DANGELO ANNIE GOLDEN
DORSEY WRIGHT DON DACUS CHERYL BARNES ,,MELBA MOORE
I ...."... GEROME RAGNI ., JAMES RADO 49;.p,at GALT MacDERMOT
...... ROBERT GREENHUT O..Add....,..g..ph.. MIROSLAV ONDRIC K sn...n. MICHAEL WELLER
caft. TWYLA THARP P.. LESTER PERSKY., MICHAEL BUTLR u,,,., MILOS FORMAN
PaPFa siE f I Bande Smoe' Onginate A da es dn~ues el bandes RCA OO [ ] Oistibu par les ARTISTES ASSOItS UnIled Artists

Produit par LESTER PERKY et dirigd par le celebre MILOS
FORMAN qui produit VOL AU DESSUS D'EN NID DE COUCOU
Ce film fat presented au festival de Canne$ 79 et declare hois
competition it recut les eloges les plus fl tteurn de o. presse
franchise. Un divertissement total an del ce a chaoue Instanit
nous dit FRANCE SOIR, un festival pour eas yeux, les oreilles
et- le cocur declare L'AURORE CHAIID, eOntreux et
merveilleux plein de vie 6cri LE MONDE.


LA SALLE


- -- - - -I 7 r , .- -7 -- --7 7, - - - -I -. -


,PAGE I


PUUMUW~WUr _--_----~L~---~


- '- ^a
" '*&-


----- ---- ---- ---- ---- -v -7 1 ----i* -* -, W., Tft T -T~


~,~S~,'~C~C~-r~CI-**c------VI~UW~^~-UV U~-CWU


-- II


>
/












CINETHEATRE TRE IOMPHE PRESENT
MIdi 2 heures 4 heures ~ n permanence) 6 heures 30O et 8 heures 30

i 1CE SOR
Salle I $ 1.50 et 2.00 Salle II $ 1.50 et 2.00 Salle III $ 2.00 Salle IV $ 1.50
L'ENFANT DE NUIT HAIR LES ENFANTS ATTENTION REGARDENT ADIEU POIULET
,'Q,, ,^^ -'^ ^, 9------------., 7-, ,- --- ---- aa r .. . .MeM 'o--------_----o-- -- _


LES DANGERS DE
LA AYtVGAT ON
(Suite de la Icre page)
titIon inunediaLe, .finance-
Ient, elections:
La confrontation tend a-
lors A se substituer & la con
certation.
L'feurtitulde risque de so
pcrpL'luer tant que les 11-
gnes de force d'une politi
que sportive .lalrcencnt defi
me at accepted pai tous no
ra tablle
Corte vague de finds serm
ble. pour le moment se limi'
ter au foot ball notre prin
qlpale discipline sportive.
Cela vient pent ttr. de son
imt act sur une grande par
fie de la popvlaticn.
Les autres disciplines sem
blent pour le moment & 1'a
bri de la contestatioQ. Leur
Walblcsse relative sur Tlchl-
que national legiti nisel dans
une certaine mesrec le pa
tecrnalisme de leufs diri-
gcfants A croire comme di
sait Georges Orwell :. Je
tire ma force de ma fai-
*Plesse.
Mais cec' n est peut etre
tlu'une illusion. L'expansion
du cyclisme, du volley, du
,basket-ball par example peu
vent dans le future aboutir
h des interrogations du gen
re :eQui t'a fa't roij

Dans le sport comnme dans
tnut autre chose, il vaut
mieux aller devant de 1'eve-
ment. La politique de l'au-
tfruche et le chemincment
sur les sentiers b ttus par-
ludtlelti pario!,. ie gagner
da temps. Mais pour comr
b en de temps9 La naviga-
tion & vue reste une dange-
reuse solution de facility.
JC.S


-AU FIL DES RENCONTRES

Zabethe Wilde et the Toesters aun ichele iesta;rant


Apres MICHELE SCOTCH
CLUB, la Discotheque la
plus huppee d Haiti, v3i-
la que Michele Cassanove
qui, il y a deja plus de dix
ans a ddcouvert Haiti et qui
cinq ans plus 'lard s est
faith decouvrir par 1 Ile Ma
gique, tend les charms
de sa beauty laquelle re-
fuse de se confiner au seul
effet sensuel, et augmente
les initiatives de son intel
ligence iusqu transporter
ses admirateurs a mi-che-
min du ciel, au MICHELE
RESTAURANT SUR LE
TOIT (ON THE ROOF) ai
Bourdon ofi sous des per
golas, entire le ciel et la
mer, Port-au-Prince et sa
baie magnifique, sa plaine
splendid et son ombrel
le' de montagne, se monitre
le jour et davantdge la
.nuit come un joyau dans
son ecrin t
Le Michile Restaurana
ON THE ROOF a ete inau
gure vendredi dernier corn
me le souhiaitalt Michele et
le voula'., Dr ferge Tar -
dieu qui a mis au service
sde la joie a donner et ia
partager, une tete de PDG

Serge ayant d6couvert a
New York au course de ses
visites de ttalent scouts a
vec son sympaLhique Re -
presentant dans la Gran-
de Ville Bob FRIEDHOP-
PER, Prsentat'.ijr Pres-
tidigitateur la grande artis
te Zabe'-ihe WILDE Song
Stylists) de stature internal
tionale 1 a fait venir ici a
vec un Duo sensationnel de
danseuses de claquettes
THE TOESTE.r E compose
de la ravissan-e Jackie RA


AEOCONDOR

Port-au-Prince --

Miami -- Port-au- Prince
Port-au-Prince -- Barranquilla -

Cartagene -- Bogota -- Call -

Port-au-Prince





FESTIVAL D'INAUGURATION

DE L'ECOLE DE MUSIQUE

STE TRINITE



Dimanch9 25 Nov. a 7 h t0 a.m.


COFCEr BE MUSIQUE DE

CHAMBRE

PAR LES PROrESSEURS ET LES ARTISTES INVI-
1.. DE L'ECOLE DE MUSIQUE Ste TRINITE

OEUVREo DE : VIVALDI MOZART SCHUMANN
BRAHMS DVORAK


Salle Ste Cecile !ue Mer Guilloux

ENTREE: ADULTE: $ 2.00

ENFANT $1.00


VEN et de la gentille
Carmen APELOREN pour
annoncer la salson au MiA
chile Scotch ea inaugurer
le Restaurant dancing ONf
THE ROOF.

xxxx

ZABETHE WILDE

Chanteuse de Jazz, est
une belle jeune noire au
charme envoutant Elle a
dlAbli son palmaris sur
troit Continents en chan-
tant aux Etats Unis et mn
Am6rlque Latine, en Europe
et en AfrnqUe E21e a 6t6
tout recemment an Nairobi
Hilton du Kenya Pour elle
1 influence n dtant qU un
autre nomr pour I cole de
la vie ou 1 experience, elle
se laisse volontiers in -
fluencer par les plus gran
des Dames de la chanson,
Sarah Vaughn, Llla Fitzge
rald, Nina Simone, Shirley
Bassey, Aretha Franklin,
en in'erpritant les crea -
tions des incomparables
Diana Ross et Donna Sum
mer
On la rencont:e aussi 6
merveillie et dmerveillant
dans les thansons de Jac-
ques Brel, Charles Azna-
vour, Duke Ellington Elle
chante en anolais, espa-
gnol, congolais, nigerien,
'etc Ses disques ont dlt en
registers par CA-ITOL RE
CORDS Zabith qu; est tom
bde littdralem-nib sous les
charmes de la famille
WIDMAIER, nous dit quel
le est ha.Tre par le d6sir
de produire des enregistre
ments sous la direction Idu
Grand Maitre Herbie Wid-
maier dont le lils Hansi


beces de 1'adfic1
amnericaine
teriAe Oberon

LOS ANGELES (AF)
L'acLnrce americaine Mer
le Oberon heroine du film
aLes Hauts de Hurlement
est more vendredi i Los An
geles des suites d'une atta
que cardiaque.
Merle Oberor qui avouait
62 ans mais ca hait son age
verltoble a tourn6 depuis
plus de 40 ans des dizaines
de films.
Marine quatre fois l'actri
ce amdricaite etait cgelbre
pour son extravagance et
possddait plusieurs demeu-
res somptueuses don't un
palais de marbre 5. Acapul
co au Mexique.



L'acteur M Cl
Ferrer dans
12 role de Pex Chah
MALAGA (ESPAGNE)
L acteur americain Mel
Ferrer interprita le role de
1 tx-Chah a'lrans en exil
dans un film qui sera tour
nes prcs de Marbella dans
le sud de h'Espagne a-t-on
appris vendredi dans les mi
lieux cinematographiques
do Maliga.
La Chabanou sera inter-
oretee par l'actrice Gayle
Hunnicut dans ce film du
metteur en scene espagnol
Vasquez Fuigeroa Celui-ci
a parait-il trouvd 6 Marbel
In une residence qui ress'm
ble beaueoup a celle tu'a
reeupee l'ex- nh Cuer
navaca au Mexique.


rlnad~3oULI -j


lj


Protegez votre mason



Icontre les ter-mites et chauve souris

Delmas 48, Building Curacao Trading Tel 6-0431

l aa ..n....M n. a namKs0.aur>>>..>>'^^^^yuMg..aa s.


Widmaier, gultare basse
conduit les ieunes et talent
',tueux musicians animant
Michele Restaurant Le
Propriitaire de Radio Me
tropole est nous confie
Zabethe un rangers extraordinaire
eJ at la certitude que cet
homme et ses tils m ont
Wet envoys pour m aider ai
ouvrir de nouveaux hori -
zons a ma carrieree

Zabithe est comlme ine
reing quand elle se prisen
te sur scene tElle est habil
16e par Yves Saint Lau -
rent et Zoli de Santo Do-
mingo

xxxx

THE TOESTERS

Zabethe forme ,ne ex-
cellente enulip iP-v Bob
Friedhopper, un artiato 1M
gicien qui a connu les plus
grands success a New York
Las Vegas, dans les meil
leurs hotels et 'asinos, a
vec les captivantes Etoiles
de Claquettes Jackie RA -
VEN et Oarmen APEL -
GREN qui se sont produi-
tes dans les meilleures boi
tes de nuit de New York
don't Copacabona. Reno
Sweeney> Ballroom Caba-
ret Leurs danses sont ins-
pirnes par les plus grands
danseurs noirs don't Honi
Coles, danseur de claquet-
tes extraordinaire Ralph
Brown, Charles Cook.
Les Claquettea, rous con
fie Jackie Raven sont une
danse indigene unique aux
Etats-Unis et The Toes -
ters rendent liommage aux
grands artistes noirs qui
1 ont cr6ee et imnosee dans
toutes ses former Jackie et
Carmen nie se contentant
Itffre des pas tlslqiies an
pris des grands Maitres, y
ont apporte une cxpres -
sion et une emotion qui
leur sont. propres Ces dan
ses conna.ssent actuelle -
ment aux Etat -Lonis une
pdriode de raieunissement
qui les faith apprrcier par
la jeunesse actuelle
The Toesters trouvent,
nous dit Jackie, un nou -
veau champ d accomplis'e
meant sur le Tooi ON THE
ROOF de Michele Restau-
rant ei soprit heureuses de
presenter leur nurneto de
Claquettes aux haitfiens Ct
elles sont certaines quits
vont 1 aimer.
Zabethe, Jackie et Car -
men sont unanimes a van
ter 1 gance de Michule
Restaurant et 1 exquise hos
pitalite de la belle et ta-
lentueuse propciftaire don't
1 etablissBment est un pur
produit de son imagina -
tlon
Zabethe nous dit quell
admire 1 initiative et 1 am
bition des jeune.s musicians
Hansi Widmaie', Guitara
bass, (Yves Lafontant
tant actuellement t New-
York pour des enregistre-
ments a la CBiS Records',
Evans Baptiste, batteries, Os
wald Durand, flfte, Clif-
ford Pignat, premiere gui-
tare
Ces jeunes gens qul con
sacrent cent pou; cent d3
icur temps e. de leur ta-
lent aux rdpdtitions afin de
contribuer avee le maxi -
mum de professionnalisme
au succes de la prisenta-
',Lion montrent qu ils ont
malgrO leur jeune auge mal
tries leur art, "bien quils
soient des autodidactes
Zabethe, Bob Fjiedhop -
per et Jackie Raven et Car
men Apelgren tont tombs
sous les charmes de Miche
le, de Serge at de Jean Ca
mille qui leur ont donni
Sde faire la plus merveil-
leuse expe ienc2 dc 1 hospi
talit6 des hattlens
Ils logent a iChristo-
pher Ho'el, -n face de Mi
chile Restaurant
Samedi dernier, Zabethe
a presents un .cctacle sen
sationnel devant Les Ldt
pards commandos par le
Colonel Acedius Saint

it se prodmre en Mars prt
chain devant la famille
I prisidentielle, f- i occa -
sion de 1 anniversaire de
la Premiere Dame de 1a
Republique, le 19 Mars
Zabethe et The Toester
font bouger ces jours-ct
tous ceux qui sont capa -
F bles de joie Et leurs desti
nations : MichIle Scotc
Club et Michele Restau -
rant ON OLHE ROOF.

AUBELIN JOLICOEUR,'


(Suite de la lere. page)

griers>. Les apologues juwfs
de son temps (Isaac Pinto v
en panicuitir 2i (xx) reia
tent que sa mauvaise hu-
meur t i'6gard des julfs est
base nan seulement sur
une curtane interpretation
de la Bible, mais egalement
sur une experience d'affai-
res tout a tait contemporai
ne, et contradictoire, avec
un negociant ju f.
L'Auteur dvoque le ro-
le de >
des j u i f s bordelais
joud par deux families
les Gradis et les Peyrere,
puis il a ajoute spossesseurs
de belles fortunes et habi-
les manoeuvriers, occupant
la premiere place (page 50,
in fine). Ceci est just en
ce qui concern Abraham
Gradis, mais pas du tout a
propos de Jacob(Rodrigues)
Pereire (1715-1780), nomme
de la Nat'on Portu
gaise a la capital. Il doit
sa renommee, et ses boT
nes relations avec les auto-
rites, sous Louis XV et
Louis XVI, principalement
i ses efforts de pionnier
dans 1'aducation des sourds
muets. II vecut modeste-
ment, jouissant d'une peti


OMNIA
SERVICES
K Louis AUGUSTIN
Comptable
125, Rue du Centre 125
Phone 2 1548
-0--
-- 0 --
LICENCES
VIGNET FEA
ASSURANCE
VEHICLES
ETC.

ET SEREUX



Evaluation de
Farmee
iranienne au
Pentagon

(suite de la lere page)

l'approvisionnement de 1'ar
mee est dans un tel chaos
que meme les armes ultra
modernes achetdes avant
la revolution sont inutilisa
bles.

( une plaisanteries et sa ml
se en etat d'alerte maxi-
mum est un bluff a indiqud
l'un de ces experts militai
res Les onze navires de
guerre de l'Iran sont tom-
bis en panne au course do
manoeuvres r6centes dans
Golfe at-on affirm de m&
me source.
La flotte de guerre ira-
nienne comprend quatre fri
gates trois destroyers et qua
tre petietes corvettes. Avant
la chute du Chah le gouver
nement iranien aval com-
mand6 aux Etats Unis qua
tre destroyers ultra moder
nes. Cette command a t60
annulhe ainsi qu'une autre
portant sur un grand nom-
bre d'iquipements sophistl
ouds d'un montant de 12
milliards de dollars.

mL'armie iranienne n'est
pas une force opirationnel
le a-t-on ajoute sauf peut
itre contre des tribusi. Lea
experts ont pricise que 1'ar'
m6e de tprre coomntait envi
ron 150 000 hommes pour la
plupart des annels et oau
; e laux de desertion dtait
blev.
L'arm6e de 1'air compete
460 appareils don't des F-14
Set F-4 amiricains mais la
plupart sont inutilisables
par manque d'entretien ont
Sajoute ces experts. Plu-
Ssleurs specialists du Ddpar
tement, de la Defense onut
irealse uOe le manque de
e pieces ditachies dei:lis is
Sdicision amdricaine de n'
plus en fournir a 1'Iran
n'itait pas seul en cause
a entasseas dans des dipots
mals ta ne peuvent pas 1eB
a trouvers a oricisi 1'un d'en
tre enx.

Toutefois a-t-on sou~ignd
hi de meme source certalns
F-4< iraniens ont survoli rc
comment des destroyers amA
ricains, patrouillant dans
S les eaux du Golfe.


- -- - -


ic pension de la Cour ainsi
-iue des emoluments de la
Nation. E 11i mourut pau-
vre Ce ne son: que -ses
pets enfants. Emile et I-
saac, qqi devirrent beau-
coup plus tard, banquiers,
constructeurs de chemin de
fer, etc... Il s'agit done d'u
ne erreur temporelle de 2
generations et d'une ant ci-
pation de puissance mate-
rielle, trop facilement attri
buoe aux julfr...

S'il y avait un certain
nombre de juifs a Saint-
Domingue, en depit de 1'ar
ticle premier du Code noir
de 1685, ceci ne decoule u-
niquement ni des Lettres Pa
tentes accordies aux Juifs
de la Gironde en France, nt
aux seules demarches de la
famille Gradis, comme le
jaisse entendre l'auteur (v.
p. 49). Meme A l'epoque de
Louis XIV veillissant, tous
les portugais ne se sont pas
convertis. (Beaucoup d'en-
tre eux 1'etaient encore offi
ciellement). Le aussi, la to
lerance des Juifs et des
CONVERSOS par les Gou-
verneurs et les Intendants,
s'explque eqsentiellement
par des motifs economiques:
ils se sont rendus utiles i la
Colonie, comme amateurs,
exportateurs, artisans, etc...
L'Amiral Charles d'Estaing
lanca i leur regard une me
nace d'expulsion qui oau
rait pu &tre applique con-
formement au Code noir -
a u x fins d' e x -
torsion, mais tarret o fut
revoqud en 1765. Par centre
l'expulsion a frapp6 les quel
ques juifs de la Martinique
en 1783, mais. ceci est de-
jt une autre histoire.

Finalement, une coquille,
et un mystere. La coquille:
les Juifs du Sud. aux Ca-
yes et i St Louis fdrent des
Levis, pas des Lewis. Le mys
there ensuite: Le Marquis
de Condorcet etait-il vrai-
ment un si oui, pourquoi l'appeler:
<,Schwartz, alias Marquis de
Condorcet)? Y aurait-il tel
element de piquant si d'aven
ture un Schwartz devenait
marquis? Cela me semble
peu approprie dans une e-
tude de cette quality.
Malgrd ces quelques de-
fauts mineurs, l'essai de
Monsieur Plure'on est in-
contestablement une lecture
edifiante, l'image d'une
epoque riche en enseigne-
ment.
Zvi, LOKER


(xx) PINTO (1717-1787).
Dans son oeuvre eApologie
pour la Nat'on Juive>, Ans
terdam 1762, il montre l'in-
venteur de l< men signante Voltaire chre
tien, gentilhomme de la
Chambre du Roi trees Chre-
t ens, nouvelle contradic-
tion parmi tant d'autres.
A ce sujet, voir aussi: A.
GUENEE: ques juifs i Monsieur Vol-
taire>, 1769.

LEON POLIAKOV: < re de 1'antisemisme>, 3 volu
mes, Paris 1918.


D

SA


INAUGURATION


EL 'AUDITORIUM

INTE CECILE


(suite de la lre page)


bres actt
tre. Mon
sonal M!
chestre
Boston,
d Orchest
Il nous
le second
tre de
tion de
tastique
lioz) cet
le utili;
annees I
cadeau
able c
vent cor
notation
des ann
Et po
philosot
gneur C


-els de l1erches -
sieur Moyer, tPerr
anagera) de 1 Or -
Symphonique de
au nom du Chef
re Sergi Ozawa
pr6sente ensulte
i don de lorches-
3oston : la parti-
la Symphonse Fan
de Berlioz (Ber-
te partition original
see pendant des
ar le BSO C est un
une saleur inesti
r ces partitions doi
atenir toutes les an
s faites pendant

1 finir le discourse
,hique de Monsei -
aamier


Je ne Deux vous donner
ici, mime un r6sum6 de
tous ces beauxc Jscours car
mon education commercia-
le est nexistante en st6no
graphite Pendant la b6nd -
diction, sous 4a direction
de James Smith la chorale
Schola Cantorum accom -
pagnie de 1 orchestra sym-
phonique entonne deux
hymnes majestreux : une
cantata de Ralph Vaughan
Williams : Les demeures
sont agrnables et Tollite
Hostias de Camille Saint
Saens C
Immpdiatement apres 1I
cIrdmopie et les discourse
souis 1 rdirec',ion de Julio
Racine chef '1 orchestra at
tiltr, a parPie musical dd
bute vec :
Iphignie en Aulide over
ture de Gluck
Cet !opira sur un livret
de Francoi3 Louis Gand Lt
blanc du Rouller, de 1 am-
b'assad de France a Vien.
ne estbasd sur la tragidie
de Racine qui s dtait inspi-
rc lui mime dh la tragndic
d Euripide C est sur les ins
dances! de Monsiieur du


Roullet que CltUck se tour-
na vers 1 opera airieux corn
me on 1 entandait alors en
France avec lea compose -
teurs de Lully Rameau
Toutels les quali'ts de
Gluck se manifestent dans
cette ouverture : Impres .-
sion de sublime avec cepen,
dant une simpl.cite extr.-
me des moyens; des melo-
dies qui vous emeuvent pro
fonddment Malgre 1 utilisa
tion de la game majeure,
il salt d6gager le caracti-'
re poignant des etuations
Ahizan de Johm Jost est
bas6 sur un thbme vou-
douesque;

douesque; Aprns une en -
tr6e sombre et un peu mys
terieuse, suit le thime dans
les bois avec acompagne -
ment des basses, puis les
violons rentrenL et cest le
tubti orchestral debau -
che de cordes, trompette so
lo avec ponctuation des
tymbales : festival des
trompettes sur une tremo
lo des cordes;
Et le programme prend
fin avec 1 alleluia, extrait
du motet < Exultate de W
A Mozart avec comme so-
liste Nicole Saint Victor
Le morceau est archi con
nu en Haiti ainsi que la can
tatrice

L execution en a ete par
faite.
Et la cerimonie se clotura
avec come encore le Pro
cessional March de Men -
delssohn
Georges F DUPLESSY


MAISON A LOUER
A DIQUINI
4 Chamtres a ..ivcer -
4 Sales de B-,In Depen-
dances Vue magnifique.
Sunnez le 5-1302 entire
1 hre. P.M. et 6 hrea P.M.


GRANDE SOIREE

DE GALA

Au profit de la -NOEL. des

Orphelins.
C'EST LE SAMEDI 8 DECEMBRE PROCHAIN DE
9:30 PM A 3:30 AM QUE eL'AIDE A L'ENFANCE OR
PIPELINE D'HAITI, REPREND SON
A NUEL A CABANE CHOUCOUNE AVEC LE SU-
PER ORCHESTRA BOSSA COMBO.

A IMINUIT IL VOUS SERA PRESENT UN SPEC-
TA LE SANS PRECEDENT ET RICHE EN COU
LE RS PREPARE UNIQUEMENT A CETTE OCCA-
SION DE PLUS IL VOUS SERA OFFER LU-
SIEURS SURPRISES AGREABLES DE LA PART
NOS GRANDES ENTREPRISES COMMERCIALS.
ICHETEZ VOS CARTES DES MAINTENANT AU
L6CAL DI:
L,A E.OH ou chez J.J HOGARTH
17 P lace du Marron 167 Ale du Centre
Inc6nnu
Phone: 2-3028 Phone: 2-4249

AU PRIX-.DE 12.00


PAfRI I


EN MARGE BE

.L 'ETUDE


PI (QM^ bn Furmigation


0 PEST HT Extermination


TOUT POUR LA MUSIQUE


TOUTE LA MUSIQUE










oit vous trouverez les disques que vous desirez

ainsi que les fa eux instruments de musique

I et eits haines hi-fi stereo


AMAHA-


- -~ ~ ~- .a -~


.I'~Y~' __II --~;-.-- -- Pb-~_i.- .i:---i,~.~;y I__~~~-- I.----.------^- -- I~U~I~-; ~--I~-I--~--dFLII -i__ r~_ I----C-IIL-~-. - ----.-l--k


I I-I


ns~;~o~ooo~c~-n~L--~YL--+n~"MIYYh-~=CC


H 24 DITANCTM


25 NOVEMBRE 1979


MS wNOUTITEMISTB


SAME]




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs