Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10551
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 15, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10551
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text



ETATS IJNIS IRA

LES TATS UNIS

MA RQUENT

DE POINTS
\\'iH1NOTON.') ) J V (1u' il d, ull rc ol'.i A
iA QUIJ 00('0up pour COi
SI O.e', I e Tre ( l-ln rI oil.

*l si>. W lilsh li 'dtt l(tt, T6hL II l'l (adlmouler (
I.c i':(t ;(.-Ullts( riar- p]c)( dhinl d'abord les
(lit'Ill (h.s |M iil';. IJt1c r .-I' S iA s d'os lInes f:l]l l
t' .' l *): l Ih 1' il1 ti:g' s it iani puls 'n ord
It i 1t t n.J n 'xpil asion cti 3 6t
n'-l eni siou; a WashIiingi litalens en sit'iliGrn
oll' lieie,, en interdi'aint
instporl alionS amel
I.a l .n':,1v, ;'rs piiCi.C1 d ti dce petiole iranicn.
itll t Il :\1 Ill I vL:t v titnl I lin l lardi en blo'4u:
-' c hill (it see' t iLt' ides Na tivoils iraniens
ltill.' Ule;s e.o' heurtne :1 dans les banuue a
U11 c'hec. La (mofmum'nmau!6e nles.
Ili rt'llallonal. Q:;;si unaI' li x x x
Mie condlunn ie e I lli 1 i, .,.
1 la t'rrur r ;I] i, pour La guerre ces ne
la premiere f is. Nlh pavs pouisuit, mais les
.s- livi'e contre dLs diploma posscdent encolo div
lea don't 11 e,. I-iote. Me tes de retorsion econ
le 1'UIHSS 1 aLppuye lea qu ;ls n hesiteront. r
I.'atIs-UILs Idans les trac jouer centre un pa
ittIdons Ide cutOItlI. qui se s'est place au han c
Sont deroule-; a t ONU tions. Ilnl'ldi. tion est dure comm


DIans la lua12 stnguliere
dIent Carter it cDemontre
tollah Khomie y, le Prsit


roc. INous ne cederon
-un seul pouce Ce
tant que nos otages

(Voir suite pag


repll
p, eL I


en sus-
llivral
rlcalnes
lonnant
udiants
irreiga
it les
'Icainis
et en-
anl les
deposes
mrricai



rfs se
Etats
ers car
omique
vas a
ys qui
des Na
mina -
ne le
is pas
terrain
seront

ge 8)


LIBR MOOFRAL


SEUDI 15 NOYf&MBRE 1979
No. 31207


OND LE PLU NIEN QUOTIDIAN D M BREmeCIATIO ER CINE D P








PONDE RN 190L : E PLUS ANCIEN QUOTIDIEN DMAm M ,BRE DE L'ASMCIATION "iNm E NCAIN' DE Pja


VIRBU.EUR !LUCAEN MONTHS
ADMINISTRATETR :Mine. Max CHNAUVKZ


T6lphrne : -2114 Bolte PNale : 1216
Rue du Centre NP 21I


CONFERENCE RHODESIE :L 'ACCORD DU FRONT


LONDRES. )AFP)
Apres onze ours d'apres
marchandages, le mouve-
ment de Guerilla du Front
Patriotique (FP) a accept
jeudi le plan britannique
pour la p6riode pr-61lec
torale en Rhodesie. ouvrant
ainsi la voix aux ndgocia
tions sur un accord de ces
sez-le-feu troisieme .et der
nitre phase de la conf6ren
ce de Londres sur la Rhod6
sie
La decision du FP d'ac
cepter les propositions bri


DISCOURSE D'INSTALLATION

DU MINISTRY JEAN NARCISSE


Monsieur le SecrTtake d'E
it, sortant
Mes.siLrs les Rep)r6sentants.
(., la Prease;
Me.:,cilnles
Medemoiselles
Mltsicturs;

PermeLttz qu'1n guise cde
lr p ,s 1 lni;o !rs .- iccon-
til'.S. an irn.plr'e-cu d voer:
I. primer ia pr)folond,l 4:a
I-tide ia SA)n Excellence le
Prisid-nt it Vie de la Re
publique, Monsieur Jtan
Cl:iude DUVALIER et Ai
l'Honorable Prem ;re Da-
mn de la RPpubliqu?. Mada
me Simone Ovide DUVA-
LIER qui ont bipn voulu
m'inv,1st;'" une nnluvlle f'is
d- lour haute eonf;,in" en
mn'elevant au ran dic Titu
laire du Ddpar'emcnt de sla
Coordination et d l'Ilnfor
mation
Je veux: Lur dire publi-
criemn tit 1'icclled tieur que We
pi'lionore l'rt'ir 'e nac a i'. aut
service du G(;9uverlCemlTentr
d. lai Renubl'iue et de la
Patrie Commtllne '. a p.0or
ir 1e meillir.ur de lui-me
nwe' nor 1n;' dynamique ad


nmnistrative fructueuse
dana son ,role d'agent is
oursiateur et dans ses raplk
phrts avc les agencies in
formatrices>
Je suis d'autant plus re
connaissant au President a
Vie de la Republique d'a
voir bien voulu m'associer
si intimmment a Son action
'gouvernementale au mo-
ment ou il pursuit sur
tous les fronts la Bataille
econonioue pour le plus
prand bian de la Nation
Haitienne
Je trends engagement
asolponnPl d consacrer le '
meilleur de moi-ineme dans
l'aceomnlissement de la de
rIcte tache i1u m'incombt
dcsorm'ais afis que1 je n' i
jmi is rougir de confu-
sionl ni devan Mon Chef ni
devant 1'opini n publique

Mon Cher ULZiSE,
Comment vous remer-
o'ir des paroles/ affectueu
ses et clogi.uses que vous
vOnez de m'adresser avec
trnt de delicate1s? d'esprit
Jc sais qu',n formulant vos
souhaits encourageants, ce


nest guere pour cmder au
scrupule du ciremonial d'in
vestitures mais plutot pour
obiir b cette impulsion de
la grande amitit que vous
m'avez toujours t6moignie
,J'en suis vraiment flatten:

(Voir suite page 61


tanniques a tt arinonc6e
apres que le Secritaire au
Foreign Office Lord Carring
ton. organisateur de la eon
fdrence eut accept& -d'accor
der un statut 6gal aux rho
desiennes et aux Maqovi-
sards du FP pendant la p6i
rode transitoire
Cela signifle que le gd
verneur britannique qui
prendra en charge le regi
me de Salisbury des la fin
de la conference de Lon-
dres controlera tant les for
ces gouvernementales que
les quelque 50.000 guerille
ros nationalists du FP
L'acceptation du plan bri
tannique par les chefs du
FP MM Joshua Nkomo et
Robert Mugabe. depend tou
tefois de la conclusion d'un
accord final entire les trois
parts aux n6gociations,: la
Grande Bretagne. le Front
Patriotique et le rfglm3 de
Salisbury dirigt par l'EvE
que Abel Muzorewa
Le compromise sur le sta
tut des forces en presence
permettra aux participants


LE DISCOURSE

D'INSTALLATION

du Secretaire d'Etat aux T. P.
Alix Cinias


Messieurs les Se,:rtaires et
Sous-Secretaire; d'Etat.
Mesdames, Mesdlmoiselles
Messieurs,
Chers Amis,
En mnanguran- ce martin
magestion ministnrielle, j es
time devoir, en tout pre-
mier lieu, dedier une pen-
see de gratitude a Son Ex
cellence Monsieur Jean -


Claude Duva
A Vie de la I


DISCOURS DE M .JEAN

FRANCOIS-PONCET

lMi istre trancais ties ACfaires Etrangeres
drvant I'Assemblee Rationale


I 'A T ,r?TS I ,
I"OVIMiR 1M's -
tDEUXll1EME pIIITIE)
I 1I;, DOITS 11
I 'IIOMMi
,1 ;,N VIEKNS A PTiECOND
].)1; L IIOMM1T

La Fr'-l r' it t -it' hill
Wdirn t, I ', 1wroviitnll mi)
I;:c 1 11iu ill (, I I('l n it tll i
l~t)' p;trlti'nliei, .>' ce do0 -
lllIl ', IrII 1 .m l 'i-lo
ri 1(- 1. C 'rItau s ien tirent



VIN D'H U-EUR
A LA MAI IE

L'Edc ili or.-au-Prins
ce a lf orlt cc mrdi une rt-
ceplion cn l'h:oltn;ur dets
dilstinguds rrmet ibres de la
Troupe de ball -L dc Santo
Dominrio I, vmitet de court
toisie a Port-n -Prince.
Dans uni belle allocu-
1 ton it M:tire G6t ard
Theard qu'tii t!u[raicntl Se
atsscsssurs Alm nvC Delimon
et, Antoine I.. ,e;m magni-
fia 1'amili6 exlstant entire
l's deux pourpl q(aui se p-r
talent la so',ileitnetC do-
I'Ile. -
La charmantec artiste do-
minicaine Imgprd Desprad
y rupondit avc[' elegance
ln mei tanc al st n tour 1'ac
cent sur 1'esrit, dc cordia-
litd qui prDseid aux rela-

La TrouneI d '11 et 1 cla;
sique dc Sande Domln"o
dent les 18 Membres eur(:nt
lonpportun'tc di Siancr in
livre d'or re lil ytlirie of-
Ire le 16 ci 1, ,IJ6 Novmnbrc
courant cux 'pveslcntI-
lions an Stadc Jean Clalndl
DUVALIER '-;L"t-au-Prin
co sous le'id(e de l:Opera
tion Koumbite en vue de
contiibuer ailisii bien aus
resserremrnt cIt liens de
!'Amitie Haitiaino Domini-
raoie qu'p l'epainouissement
de la revolution verte sur
toute Ifle d H'spaniola.
Li' Nouvelliste prend plai
sir a presenter Pe souhaits
dte cordiatlc bienvenue s ces
distingues arti:teca ainsi que
ses voeux d'agreable sejour
parmi nous.


m'lmlao artlumTent dans les
debats p l1itiques internes,
,l)ti critiquer i tllc on telle
initiat'vc diplomatique du
'tluvernemenl. Mais il faut
quite ceuxl,-lt se fassent 1une
r'lis l : Hors des fortieres,
l:t Fralecp eet et demure
r, 'arde common e l'un des
'lrnnmpons di's droits de
1'honmme t, t nolamment,
pour la raison qu'elle est
el n'a iamais cesse detre
uni l'os prem'pres t'rres
d'asiles du monde. Prts de
1.0 000 personnel benifi-
'itt. cirhz nou. du statute
de TefuRie politique. Nous
nous honorons .d'avoir ac-
cucill le plus grand nom
bre de Chiliens plus de
6.000 et tous ces refugids
du Sud-Est asiatique qui;
grace a tant de concourse
publ;cs et priv6s se sont ins
talls chez nous-pres de
65.000 en q u a t r e
ans Et n o u s ve -
?ioins,. New-York; d'expri
mer notre solidarity avec
le people Khmer. I1 me
semble que notre devoir
common est de consolider
et d'ameliorer cette image
Ide liberty et de g6n6rositi,
non de l'alterer par nos
divis ons.

Stir la sc6ne international
lc comme sur le plan inte
rieur, la question des droits
de 1'lhomme met a 1'epreu
ve notre s'ncerite. S'agit-
il d'exploiter cette grande
idee pour se donner bonne
rncseclnr Oil de tout faire
pour qu'elle devienne une
r6aliti v6cu? L'hypocrisie
iet le calcul se saisissent vo
lontiers d'un theme come
celui-li L'indignation s,>lee
live et las proclamations
creusas sont plus fr6quen-
Ie. on ro arimaine qu'Lune
action responsible qui, pre
nint, n consideration les
r6alit6s du monde tel qu"l
est, entend s'attaquer aux
racines du mal et creer par
tout les conditions permet-
tent un progris effectif des
dlroits de la personnel hu-
maine. C'est ains! que les
droits de l'homme s'inscri-
m'rct. dans le dessein fonda
mental de notre politique
6trangire. ..


La nation;
press de de
proclame 1
1'homme est
convaincue d
universelle.
soient les di
tuat'on; il
chose d('irred
les droits de
s'attache; en
et enI tout 1i
de la person


usant de ses pirogatives
constltutionnelle,1 et presti
gieusement conseille par
Sa Vine6re Mere, Madame
Simone Ovide Duvalier,
Premiere Dame de la R6-
publique, abi2n -voulu me
confier 1import-ant porte-
feuille des Travaux Pu-
blics, des Tmn'sborts et
Communication-s.


lier, Pr6sident Je sais infiniment gre an
R6pubiique qui Premier Magistrat de la
Nation de cette haute mar
que d attention et je prends
publiquement 1 engage -
ment solennel cle consa-
crer tous mes cftorts, du -
rant mon passage a la it
te de ce Dpartement. t
j justifier peinenent la
Sconfiance prisidentielle.
par un dtvouement de tons
les instants a la tache qui
qui il y a in income desormais; 1
ux siecles. a cet egard, je feral monitre
1es droits de d'un sens de responsabili-
profondement it et dun sourC du devoir
de leur portie bien fait qui me permet -
Quelle que tra, avec 1 aide -.indispenia
fferencs tde si ble de mes collaborateurs.
y a quelque dinsufler i cette Adminis
uctible dans tration un nouveau dvna-
1'homme; qui misme propre i nous enm a
Stout ti-mps ger dans la vole lumineu
ieu; au respect se du prgores e: du dive-
ene humane; loppement


de sa vi.; de son integrltt
physique et de sa conscien
ce individuelle

Ma s nous savons aussi
que le monde est divers,
dans scs identities cultural
les, ses options politiques;
ses niveaux de developpe
ment economique et social
et clque cette diversity ne
peut pas ne retentir sur
la mise en oeuvre effective
des droits de 1'homme, soit


(Voir suite page 2)


Mon Cher St COME,

Je porte au cumpte de
nos excellent lapports a
micaux et confraternrls lea
propos ilogieux par les -
quels vous me transmet-
tez aujourd'hui 1 Adminis
tration de ce Ddna-tement
que vous avez clirigd pen
dant plus de 30 mois. En
vous remerciant, Cher Con
frere, des mots aimables
que vous avez cus monr


(Voir suite page 3)


HAITI IBAT ST VINCENT : 3 t

L 'EQUIPE HAITIENNE

PREND LE LARGE


L'effrontee formation de
St Vincent n'ira vraisemble
ment pas trop loin dans le
2e tournoi des Nations de la
Caraibe. Elle a ete ramenee
t ses dimensions hier soir
i Paramaribo. par notre e-
quipe national' qui vient
ainsi de preurre une s6rieu
se option po- la victoire fi
nale.

3 buts A 1 au coup de sif
flet. final (m.-temps 1-0).
Gerald Romulus. Fritz Bobo
et Carmin Vlima se mon
trerent impitoyables pour le
keeper adverse qui n'a fait
que constater les digats.
Tout comme la rencontre
de ce soir qui opposera la
selection trinidadienne it
celle de Surin'm, les 2 der
nitres jurn&es de la compi
tition s'av6rent ddeisives
pour le all haitien decidt-
ment tris motive et impress
sionnant. Une nouvelle vic


toire de St Vincent cette-
fo's-ci aux detcns de Trini
dad samedi soar, remettra
certainement nm cause les
ambitions de la formation
haitienne qui aura alors
rien i perdre face i Suri-
nam lors du match final
dimanche prochain.
En tout cas nos reprisen
plants sont parties du bon
pied et, mathcmatiquement
parlant, sont bien places
pour cueillir la palme.
A'ix CARRE



UN ,le, EN TROP
Tris grave erreur dans no
tre numiro d'hier: II a ueti
public en grande manchet
te, cAcritts PresIdentielles>.
Un ele pques titreuro a lais
s6 passer en trop. Nous en
sommes vraiment navris et
laous nous en excusolis.


ATRIOTIQUE
d'entamer des vendredi ma
tin les negociations sur un
accord de cessez-le-feu,
destiny & mettre fin a la
guerrilla qui a fait 21.000
Les ..dtirieants britanni-
,morts depuis 1972
ins caiculeant qu'ill -au
a environ quinze jours
pour qu'un cessez-le-feul
prenne effect. les discus-
sions sur la cessation des
hostilitis Se ddrouleront en
grande parties au niveau des
experts militaires, et on


pense qu'elles se poursui-
vront jusqu'a la fin de-,la
semaine prochaine
Le plan britannique pour
la piriode transittoire. qui
avait ete formellement ac-
cept6 il y a onze jours par
1'Eveque Muzorakd, pr6voit
d'autre part que le premier
ministry rhoddsian se disis
tera dis lIarrivee du gou-
verneur britannique. don't
la nomination pourrait in
tervenir au couis des pro-
chains jours


11 prevoit 6galement la
dissolution du Parlement
rhoddsien pendant la cam
pagne Slectorale, qul sera
organisde sous surveillance
britannique et sn presence
d'observateurs des pays du
Commonwealth

Lord Carrington s'est vi-
vement f6licite de la dtci
sion du FP et a rendu hom
mage i attitude positive
et reconstructive de MM
Nkomo et Mugabe


POUR UN DIALOGUE SECOND
VISIT AU NOUVELLISTE DU NOUVEAU SECRETAIRE D'ETAT A COORDINATION


Nous avons eu le grand
plaisir de recevoir ce midi
la visit du nouveau Secre
tire d'Etat it la Coordina-
tion et A !'Information, no-
tre am] Jean -Narcisse.
Cette visite. aulendemain
meme de son installation, 1%
duit effectivement sa volontN
d'engager un dialogue avec
la press, comme il 1' a sou
lign6 dans son discours d'ins
tallatioi. Les terms memes
employs par Ie Ministre Nar
cisse soit significatifs :
sNous sommes a-t-il dit
partisans du, dialogue, mats
dans ie respect reciproque,
d'un dialogue fructueux, eons
tructif; g6nirateur d'id6es
npuvelles, profondes, lumi-
n0uses et capable de deve-
lopper un processes de com-
munion et d'dchanges multi
lateraux.
Car trop souvent des ma-
lentendus naissentd'une sim
pie incomprehension et creu
,en b des fosses-qiu'. certasts
tournants de i'histoire dine
Nations il imported de combler
pour uviter qu'ils naboutis
sent a des divergences si
profondes qu'elles devien-
nent irreconciliables, .

II a par ailleurs, s'arcbou
tant sur il'Qppion volontaire
du President Ma Vie de la
Republique que... N rement orient l'organisa-
tion de i'Etat vers la demo
cratisation de nos institu-
tions.,i il a declare : < veux engager le dialogue a-
vec la Preise afin que l'opi
nion publique national et
international soit mieux
informee des grandes lignes
de la politique d'ouverture
du Premier Mandataire de
la Nations>> .
Le Ministre Narcisse, en
s'adressant aux repr6sen-
tants de la Presse, a eu ces


La reouverture
solennelle de
l'istitut du Bien -
Etre Social et de
Retherches
(IBESH)

AURA LIEU LE LUNDI 19
NOVEMBRE 1979 a 5 heu-
res PVI.

C'est le lundi 19 novem-
bre a 5 heures P.M. qu'au
lieu la ceremonie de reou-
verture solennelle de l'Ins-
titut du Bien Etre Social
et de Recherches t la rue
du 22 septembre sous le
haut patronage de Son Ex-
cellence M. Jean Claude Du
valier President a Vie de
la R6publiqlue et de la Pre-
miere Dame de la Republi-
que Son Excellence Mada--
me Simone 0 Duvalier.
A cette occason l'investi
ture sera donnee au Direc-
teur General de I'IBESR M.
Jacques Preval, i M. Emile
Legros Secritaire General
et aux differents Chefs de
Service que le Chef de l'E-
tat a nomm6s par Commis
sion.
De 1'avis des observateurs
hait'iens et etraniers la de-
cision du President Jean -
Claude Duvalier de faire
renaltre de ses cendres I'Ins
titut du Bien Etre Social et
de Recherches si cher at
l'Immortel Francois Duva-
lier et de le restructure sur
une base technique a une
trts haute signification
dans la noqvelle philoso-
phic politique du Jean-Clau
disme.
Ministire' des Affaires So
ciales


propose sign ficatifs
des horizons et de r
perspectives :
<.Si la lol definite
ges et attribut'onn d
there de la Ccordina
de I'Informati.n, il
te pas moins viai qu
les details d'appl'ca
y toujours lieu d'ha
les prescr'e t1eit 16'
normes am':n trati
les relations hum
L'interessant entire
nous avons eu c rn'd


ouvrant


Ministre *karcisse nous


)i


mominaitions a


nouvelles permis d'estimer toute la IUHAARC
parties de ses declarations.
les char Nous le remcrcions de sa Pour combler -a vacancy
du Minis vicite II Stait _accompagne cree par le depart de Ma
ition et en nos bureau de nos con dame AndrSe St Lot, pro-
ne res-, freres Carl L5.ssiere, Mem mue Sous-Secretaire d'Etat
ne res- es r L'ssiere, timde iEducation Nationale, le
ue danm ore du Cons.il de Direction Gouvernement de la Ronale, pu-
ltion I et Gerant-Responsable da Gouverement de la Repu-
rmonise6 -.es, !le souhaitons frultueuse beso- cateur DominSo Thtronler
ivres et gne et de Roger Bissa'nthe au posted d e Secrtaire Gind
aines> de la Redaction du quoti- ral 1I'ONAAC.
etien que epn de l'Av-nue Marie Monsieur Theronier est
: aqvec le Jeanne. un Normaleen. un avocat,
v un ancien Prefet de l'Arron
dissement dPs Coteaux. I1


LE DISCOURS

DE L'EX-CHANCELIER

GERARD DORCELY

A l'Installation du Chancelier
Georges Salomon


Nous publions les textes
du D1scours de V1ex Secr6
taire d;Etat G6rard DOR-
CELY et de 1'Allocution dfo
Monsieur Yves 'RANCOIS
Secritaire Gendral du D6-
partement des Affaires E-
trangires a 1' occasion de
1:nvestilture de on' Excel
clnce Monsieur Georges
SALOMON.

Port au Prince le 15 No-
vembre 1979

Monsieur le MIinistre,
Mesdames, Messieuirs

Je tions en rnutL iremier
lieu a iemercice &cn Excel
lence Monsieuir Jean Clau
de DUVALIER, Prisident a
Vie de la Rlpublique, de
m'avoir honors de sa haute
confiance pendant les doa
ze mois passes ai la direct
tion de te Minislere.

J'6prouve une grande sa
tisfaction it vous remettre
Monsieur le Mnistre, le
maillet pur et sans tache.
Au course de 1 annie ecouO
lee, je me su,' efforcde te
donner un cc atenua raliste
it la politioulIP cxtirieure
de la Rinuiblique, de lui
assigner des ob.iectifs pre-
cis, de la sortir des sen-
tiers bat us pour lui ouvrtr
de nuveaux horizons. En
bref. jc-'mulata lealiser le
desenclavementl de notre
politique extelieure tout en
maintenant les bonnes re
lations d'Haiti avec les
puissances traditionnelles-
ment amies.
Certes, une annae ne suf
fit pas pour attcindre tous
les object Is dune politique
exterifure qu'il fallait d'a
bord definir dans la mou
vance des relations inter-
nationales actuelles. De
toute faoin, J y ai mis le
mcilleu- r0, moi--meme.
C'est tni ore -.ne grande
sat stactii d; proceder
Monsieur 1 M nistre, a vc
tre install on
Vous Stes un diplomat;
chevronne. Depuis votre al
sivie ia ce Miniastere vert
la fin des annsiea 1940, vous
n'avez cesse de conner det
preuves maniestes, de vw
tre talent qui your a per
mis de gravir les echelon
et de fire une carnrifte re
tiligne, sans heurt et sans
acet oc. Nul chois ne pore
rait itre plus heureux. Ic
vous souhaite tout. e suc-
c6s escomptd et je vous az
sure de -.na franche et lo-
yale collaboration si, par
impossible, lea antecedents
d'un dossier vous parais-
sent obscurs. Je suis prit
i vous apporte" cette mi
me collaboration oui a tou
jours exist' centre nous.
Je voudryis remercier les
distinguis mcmbres rIuII
Corps Diplomatlique dont


militait dt6ii i 1'ONAAC
comme Chef du Service du
Recyclage et de Formation
des enseignane'-.
II Pst remplacth ce post
par un autre normillen etsp6
cialiste de 1'O0A1&C, M. Tho
mas Petit.


1'esprit de Cooperation ma A LIDAI
'randemfnt f acilit4 la ta
che. M6me qliand nos G- i-at4n, ic Sous-Secr6-
points de vie talent di taire l'Etat au Commerce,
vergents. il y avait toujours M. Ligonde a proced6 i 1'ins
la possibility de dialogue tallation de M. Guy Bau-
pour les ententes futures duy, dans ses nouvelles fonc
Je remercie egalement tions de Directeur-gineral
les Eviques e't les pritres de I'IDAI
de l'Eglise Catholique, 1'E Il y eut change de dis
vque et les urtes de E s entre lSou r-
glise Episcopele, les Pas-co rs enire Li Sous-Secrit-
teurs des Egises protes- te d'Etat Ligonde- et M.
tantes de leur precieux con Gy Bauduy. 'Des allocu
course. n- tions furent 6galement pro
A Monsieur les Ambassa- noncees par le Directeur sor
deurs Consultanis, tant M. Georges Louis et
A tous les mambres du l'Assistant Directeur, M.
personnel, i adresse mes Robert Fathon.
pour leur intelligence col-
laboration ainst que mes
sinceres felicitations pou:- DERNIERE HEURE
leur ddvouement et leur
ze la 1 gestion dp e la choVIOLENT INCENDIE
se publique. A A RUE DU
Mon cher Ministre, LnA RUED_-
vous renouvelan it res voeuxCENTRE ". "
de success, Je vous pris d'ac


cepler mes vives filicita
tons pour votrl nomination
bien mrittne ta la direction
de ee Ministire.

GER/I--D DORCELY
xxx


un violent incencne a d-
clatd aujourd'hui en fin d'a
pros midi A la rue du Cen
tre, secteur comprise entire
la rue des Fronts Forts et
la rue des Cesars. L'annexe
de la Banque de la'epubli
que d'Haiti a et6 srreuse-


TEXTE DE L'Ai,LOCUTION ment affecte. Demain ae-
PRONONCEE PAR L'AM- tails.
BASSADEUR YVES FRAN
COIS SECRETAIRE GENE
RAL DU DEPARTMENT
DES AFFAIRES ETRANGE HALTE DU JEUDI
RES
I DE Mme. MARCEL CARDUC
Monsieu le Secretaire ti'E
tat, IL EST .A VOUS

Au nom des membres du
personnel, je souhaite a Le chemin qui mene A
Votre Excellence la plus Lul
cordiale bienvenue au De Est tout rempli
partement des Affaires E- De ronces et d'6pines.
trangeres que vous connais Elle est etroite et rude,
sez parfaitement. Entr6 corn La Voie qui conduit .
me stagiaire a cet important A sa-Lumiere.
Department MIN1STERIEL -
Vous avez par votre culture
et votre competence ravl Le long des jours
tous les echelons de la Tu as scrut6 les visages,
hieiarchie. Cherchant un reflect
Votre, nomination par De son amour immense.
Son Excellence le Prdsi- Q -
dent i Vie de la Rdpubli
que a la Direction de la Son Amour tu !'as trouv :
Diplomatic haitienne est la Chez la mendiante,
consecration d'une brillon La Marchande de l gumes
te carerire. du Dimanche de PEques,
Que ce soit comme Direc La Victime expirant
teur des Institutions Inter s d
nationals, Memores de la Sur son lit de dou leur .
Mission Permanente d'Haiti Le mapons sous la pule-
aux Nations Unics, Serc La porteuse d 'eau
.taire Gineral dtiu Dtnarte- Et la lavandtiire...
ment des Affaires Etrang6 O -
res, Ambassadeur en Equa-
teur, en Argentine, au Me Voyageurs sas -oagages,
xique, i Washington et a Ne sachant plus;
1'Organisation des E A Ou refusant de savoir,
miricains, Voua vous 6tes Inf4tmes et estropits
rdvelS un home du devoir Portant sur ves. faces,
un diplomat Smirite un Un rayon de Lumiere,
fonctionnaire soucieux du Pauvrep et d6 munis
blen public. PerdlaTdans la foule,
Nous avoms eu 1'insigne Et don't le courage
Eat une prietc! '
(Voir suite page 8) Le Ciel cat a Vous...


--------------... ....


I rc y


CARAIBES

Entretiens
Franco .,
Britam ilques
a Paris --
PARIS, (AFP) s 1
Les 'problimes d'Amnri
que Centrale et des Carai
bes ont faith, mercredi A Pa
ris, l'objet d'un change de
vues entrs M. Olivier Stirri'
Secr6taire d'Etat frangals'
aux ,Affaires Etrangires, et
son homologue britannique
M Nicolas Ridley e ', ,-
Au course d'un diner of
fert en l'honneur de tAM
Ridley, M Stirn a soulignd
que la France et la Gran
de Bretagne avalent, d6pa!s-
si le stade des itchangeo
et des rapports strictement
diplomatiques. pour 6tablir
des relations de confiance
ecncessaires face aux ris
ques de stabilisation, sinon
de conf lit, dans les Carai
bes ,
De son cote. le Secrital
re d'Etat britannique a sou"
lignin la nncessiti de nomr
brtux dialogues, notam
meant europlens. pour rt,,
soudre leS problrmnes du
monde. I1 n'y a pas de sa
lut pour lEurope hors de
Ia communaut iconomqpue
europ6enne. et des, liens de
plus en plus troits ne'
pourront que renfioer cette
communautie a dielari M.
Ridley










S ..l' <' 1, 1 "Ir.e pagot

I' 1, 'i r,tli i ; s o il, l'ti
(d 'l. ll ,N r .n q l '(' l l i ,l'rl | |
11l ( V", I ( I I I'( Iv I (l n n II I l' l 1 I;.
Nom ,,'l l VIrt 1 nr~nil (ille
t llc s it Ir l r ill, hidt"tli)lt







t' m it i (lr i i prtoi 'i't h-
I'' i'I'i t nt IIi'tt it'i Clt/ I'n
(Ime lIes I t times 1,; liui



. rut rl ittl 1'it n tni q(it
( it(lits de I i mIpt eI t :ta; ri Ic''
N o r ( tl li' e rit snt)t :I ,
I .i o p r viell' ic




it l\ li t n l ll ll t ) i't r 'c I
I (t0in taroln cl n .ino 1 'i r l t-
*,o tll, ('Itl d e[O tc l ll'
. I i (lr : ,1 1 t u on nI l h(' t:1






i', lii',' e t it Ittot' l s i ] '
itl' t t df id t I t mI '. it 1



\'tt II" t di vo' rhiti. t tr cjiH l.
t' tn t, e chorche 1'etfica




Pr, tlutinfo t lr tts ittd oit-
1 doltt O te patiipt, d. ctir '
to lilt'(is III:'.S ob. Ithi (q
j:fl(11v h" S r I'e:",;, IIt., I
Nous savors a use Q ,.
V 1 ('1n o .et S n' I






lit libre circulation dIos hom
vTis rt d s ilees I .. i'
I"x valeurs f1ndclme:1; I l II'
i to nrows defendonsti i or ra
i-tilr dro r:vonnu meI et,.
o is( dire, de contauion.
Pour tonies ces rI' sons
ol proimot on der dro s;d&:

mrilbmeclnt ullne action dp
1-nsIew halpinv ft nor &Kj
i:,r suite de cops i'cla'
A r itre, ils ne son ,pas
n chapitru parmi cl ai1ms
vo la polt'nue Gra qr; p
r;i.s l'inspiration mnorn
0 un grand dessein na ional
(t inittrna tonal.


C'.st dtans cett" perspectl
ve qtuei i,t volldiails situier
Il1s )prih(\p-s don't 'llnspirhp
S1(i l (oi 111n Inl'r l':1 'onnit, de,
)a F I'- ti n mi e mnitlbra
( oiis ti 1 liinicelle.
t '2ii pi'o mi,"-r iHt la FrIali
's pI'iti- ]t IS sts pr6seni'ei
itl l; I inemirn: -onr tlt
( 1oi 0 i tt' .tI l tl> ei trits dP 10
1'o It :Io .s <'bll crol it liht
IT(' i( l' i:ie ple. Et[ ellr,
S bl i p1 i s. it a c t, 'ai.'(lI
o h' po!]lr e a mond" enter
I F'lrope Occl inl denta cleinti
rt It (o s.re .rviloeair li-
I'r'tis (tt solvent le retilage
dc's li!'ovcrils. Pu- cons6qtiep
toll! i(T ('li pt tIL cqItZriblIcr
it coniol der chez no's m Ics
1 brtis piubliques et pri-
ve x" 1 .e s capaciles
de t o 1 6 r a n e .ret
d'hosp'talite do note society,
renl 'rce notre vocation in-
ptrna"tionale in matiere de
ciroAs die 1'hiomme..

-Fn second lici, la Fran
,' altnrtlt' la plus grande
imnportniaco A toutes les in,
t'alives qui pouvent entre
praises sur le plan multilae
tTra o Sins renoncer cn rcen
it sa 1 berte d'action d'Ftat
souverain, la France recon
nait' le role que peuventf
joucer l1,s organizations inter
rat onals non pas comme
tribunal polit que car a-
lors el-les risquent d'dtre
a la lois partiales et sans
i ffIcacite maos comme
1rbulin' ct come carrefour
ou *os'elaborent progresstve-
tine'nt tune conscience eL peut
'%re une morale intrnatio .
nale. I a definition de nor
ties iurid'quts, les proceduf
rid's i'information stir Iest
violations concretes des
-droits de 1'honme les ini
tiat ves prises en matiere de
1illxion et d'6ducation


dans ce domain : autant
ade progrs qu il ifait saluer
Ct Iitcourager.
Mais ce ne sont pas scule
ment les institute ons comrn-
mie les Nat'on. Unless Jill
gnt un role ai Jouer : Les
organisatilns r6gionales -
on l'a vu r6cemment en A-
Ircique les autorites sp ri
tells comment ne pns
ivonuer le discoirs de Jean-
Paul II aux Nations-Unies
PL toutes les associations
pr vces qui' i travers le
imonde; ttinnenlt en veil
1'opinion publique : Tout
cela contribute l'emergen
c" dl'une morale internat'o
nale qui. bien sur. ne trans
lormera pas d'un coup les
loups en agneaux mais ren
dra cheque jour plus diffici
le 1'6touffement des l'bpr
tls du d'edification de socid
ts fondels sur le m6pris
de la personnel humaine
1 in6gal tI des races et le
viol des consciences.

En troisi'.me lieu, la
France prend en cqnsidera-
tion le problem des droits
de 1'Homme dans la dafini-
tion et la conduite des rela
tions bilaterales qu'elle en-
tretient avec let pays qui
sont ses amis, on ses allies ou
tout implement res partenai
res.C'est a qu in position du
Gouvern- ment nest pas tou
jcurs comprise, de bonne ou
de mauvase toi. II est aise
-et je dirai mfme conforta-
bl"- de tfaie des droits de
ieomme ie critere absolu
eV exclus'f des relations in
ternationales i-t de pronpr
en consequence le refus de
tout rapport avec les regi-
mes qui meconnaissent les
flroits de 1homme. Que 'on
me pormette ide dire qu'l
&'agit la d'une demarche a-


cad6mlque qu'Aucu2n Etat a9u
monde ne peut, a ma con-
na'ssance, adopter s'llprend
on consideration l'ensetrble
des donn6es qui comman-
dent sa posait'on Intertatlo-
nale, sa s6curit6i son rayon
rement, sa pulssance, sur-
tout lorEqu'll se reconnatt
une vocation mondiale. les
relations que nous entrete-
nons avec pratiquement
tous les Etats du monde
nous condulsent a definir
une approche sp6cifique div
problem des dro'ts di
homee qui tient compit
ties situations concr6tes L"(
sembl6e doit avoir que no.
tre apparel diplomatique
est tout. enter mobilis pour

(Voir suite page 4)


RHODESLE :

Front patritiqut
accepted les
oroDositioms
Britanniques
LONDRES, (AFP)
Le movement' de gurill
la du Front P'aTriotique
(FP) a accept Jeudi l s'
propositions Britanniques
pour la Deriods pr6-&lecto-
rale en Rhode:ie, a d6cla
r6 un Porte Parole de la
delegation du F P a la con
fbrence le Locidres sur le
Zimbabwe -Rhodesie.
L acceptation par le F P
de ce plan, qu i prvoit no
tammernt la prise en char-
ge du regime rhodesien par
un gouverneur Elitannique
e)a 1 organisation d 6lec -
tions g6norales, est cepen
dant assujettie a un accord
final & la conference ide
Lancaster House. Les part
cipants doivent en effet en
tamer prochainement les
negotiations sur la troisil
me et derni6e-a phase de3
travaux qui portent un ac-
cord de cessez-le-feu.
x x X :.


SL R Lord Christopher
Soames pourrait

etre le Gouverneur
de la transi'tionf
LONDRES. (ATP)
MOSLER Lord Christopher Soa-
mes, 59 ans, pourrait lrn,
le gouverneur Britannique
h., r,,'h s g n d e m e n e r l a R h odt i
Ion des rumeurs persista-a
tes qui circulen_. dans l.
capitalue Britannique aU

Aprbs 1 accord qui est in
tervenu Jeudi matin h la
conference sur la Rhod6-
sie, les observateurs font
remarque que Lord Soames
avait accompagni le Secr6
taire au Foreign Office
Lord Carrington, lorsque co
lui ci est asll rendre como
te au premie- laicEistre tde
la nouvelle tape franchise
Les fonctions actuelles
de Lord Chistopher, qui est
Lord President du conseil,
un poste plut6t honorifi -
que, ne le datilfe norma
element pas A tice asesoc
de pris aux nii~ociations sur
1 avenir de la Rhodlese,
soulignent les observa -
teurs.
Lord Chistophei' Soames.
gendre de Winsttla Chur-

LE GARDEN FIDELE DE VOS BIENS cr"l P ocp,'t o esnom-
lite, tant en Orande-Bre-
tagne oti il a 6td plusieurn
E C ois ministry, qu'a 1 tran
ger oft il a dtd Ambassa -
Ets.R.Flambert deur de Grande-Bretagne
Paris de 1968 a 1972, puis
-oco.1 J1k 1 "vice-president de la com--
n__ _ _ _ _n _ _ _ l mission de la CI.E de 1973
a 1977.




CHAQUE 0OIR, LE 'IENDEZ-VOUS EST A L'HABITATION LECLERC


HYPPOPOTAMUS



DISCO CLUB j







IhIank God it is friday every friday





CARIBBEAN NIGHT


LE CARIBBEAN SEXTET


Lundi av Jeudi Vendredi et Samedi

No cover charge Cover Charge



r /# //,- Jac //M >QCCCC. ne. ///- om /- -,- o b"


JEUDI 15 NOTTMBRE ig-g


PA;E I


DISCOURS DE M JEAN FRANCOIS -PONGET


ECOLE PATIQUE
DE COMMZUCE
Cours de Dactylographtl:
SIcrltarit; Stinographie et
Cormptabiltli.
18' Averuil du Chill
(IDEC) INSTITUTE D'ETi-
DES COMMERCIALS.
Tel. 2-2462


IRAN ETATS-t NIS :
Les relations
commercitles
privUes non
aftetlees par
la cruise

WASHIN.TON. t kFFI')
Les relations commercia-
les et financitres priveas
entire les Etats-Unis -et 11
ran a l exception des
transactions sur le netro-
le nont pas 6tl- tou -
choes th6oriquement par
les diverse roesures do
crepri ailles a6,tonomiques-
ancioncees dernitrement
par les gouvernements cle
Washington et de Tehdran
II n en rest pas moinn
que 1 atmosphere de criso
qui s est instauree entire les
deux pays n est gtu6re pro
pice aux kchaznes, soul
gne-t-on mercredi, dans


" I '








A recu de tries beaux
tissus pour les robes de fin
d'annee, de jolis dessins
pour enfants.
Rue du magasin de 1'Etat
89


UN COURS
INTERESSAIT


les miLietux ;UUhLiptents Vous qui vous trouvez e n
Les measures de retorsion gages dans une profession
prises jusqu'A present dans oft votre plus ou moins
le domain ecoic.tiique par grande habilit6 i vous ex-
le gouvernement .mrioa primer correctement contri
es lencontre de 1 Than sont bue a votre advancement a-
essentiellemen,t les suivetan v intlrt a vous inscrire
tes aux course de Diction de Ma
dame Robert Denis.\
- Suspen-on does livral Adresse :' lire Impasse
sons de materiet militaire Lavaud No 13 - 23497 Del
- Arrct des :Importations : as 19 No. 12 6-1349.
de petrole iranien. Beaucoup ont explrimen-
- Blocage des avoirs gou td ce course avec succs. A-
verne m enta ux ira- lors pourouoi pas vous.
niens aux Etats-Unis et
dans les sucaursales des
Banques amerioaines ai 1 t
tranger. ?NDIA FALACE

De son ct--, le gouverno Le Bazar des cadcaux exo
ment de T61iran a seulo tiques Tc t 1i'Orient el
ment dcide de ne plus eA s0s myscires pour pla're et
porter de patrole veis l clharmer.
Etats-Unis et to inonce so Bicentenaire du 6te de
irrterkion retire set ca- la Douane. grande facili-
pttauAt dlposes et investis tds de Parking.
aux Etats-Unis
Du cote gouvernemen
tal amleicain. on indiquo .
que les measures prises t
1 encontre de 1 Iran visent,
avant, tout, a fair pre
s!on sur les autorit6s de- .,
Teheran afin que lies re-- ,
lAchent los otates ddeanus
et on ajoute, qatil nest pas JoP,'sse
question de r c o u r i r
i, l arme ealimcntairp ern i Salon Beaut
bloquant les deportations
de products agricoles am6 156, Rue des Miracles, IFl
licains vers 1Iran. (Entre des Rues M ntalais
Ces exporta'ions, consti- eC Geifrard) I
tubes en grande parties do -
riz et de cerdates s elbvent
actuellement h quelque Gener~ l ServieS
500 millions de Dollars Genera; erviS
par an. Elles representent A nIlcy
environ le quart des ex
portations de produits agri ROUTE DE DELMAS
coles des E'ats-Unis h des EN FACE DE DELMAS II
tination des pays de 1 O0 Box 13145 Dclmas Ha'.ti -
PEP, Section de languas
Cependant, si rn dehors Avise le public et les
du petrole, le ( commerce clients que les course d'an-
entre particultert iranens glais de frangais et de
et amcricains est toujou"s creole, commenceront t par
16galement licbre: les gou tir du I und' 8 Octobre 1979.
vernemants doivent comp- Pout information sonncz
ter avec les rfaclions pulaires>.
C est ainsi qu aux Etats-
Unis, les syndicals des em HOSPITAL ET
ployes des alroports refu- MEDICAL
sent itepuLs plusieurs E A
ours de ravitailler les a SUPPLIES
'ions de la conmpagnie gou
vernementale iranienne Rue des Miracles, No. 84
eIranair, qui, en cos ns Location et Vente
quence, ont etI d routes de Lits d'Hip'taux Chai-
New York sur Montreal. ses Roulantes Illquilles
et Civieres.


DESARMEMENT : CENTRE "PE
LUSS RaLA CE SA METAPHYSIQUE
DEiANDE DE T A SI U
NEGOCIATIONS Unit6 Universelle en As-
soeiateon avec la SIRD. So
MOSCOU (AFP) cfitt Internationale de R(a
L',URSS, malgr6 la decn- lisation Divine. Rue La-
sion de principle de 1'OTAN marre No. 12 Port-au-Prin
de moderniser son arme- ce.
menti nuclaitre, a claire- La SIRD est fondue par
ment indique feudi qu'elle tin grand MaWtre de lInd0
continuait t souhaiter i'ou- Spirituelle. le Swani Guru
overture de nigociations sur Devand Sirasvatl Ji Maha-
la base des propositionss pa raj. plus connu sous le nomr
cifiquess avancles par M. d' SwLmi.
Leonid Brejnev le mnis der Por to renselgnements
nier a Berlin-Est. compl6mentaires adresse7.-
vous) a India Palace. (Bi-
Si l'Agence Tass., dans un eentenaire).
commentaire public par .N.B.- Le MYM ou Marn-
(L'Etoile Roupfs,organe des tra Yoga meditation ne de
forces armies, condamne vi made aucune preparation
vement cette decision, con- au prialable pour passer ai
tre laquelle toui l'appareil la phase pratique.
de la propaganda soviltique
avait tent& de mettre en
garde l'Occ:dent, elle reliance ROLACO
igalement les propositions
sovidtiques sur le disarme A g e n c e immobiliere
ment. Ces propositions, 6- No 102 Lalue
crit le commentateur, pour - Rail Estimation etc...
raient servir de base une AWlfo'none : 2-57'.i-
nouvelle attenuation de' la i
tension interationale> a CONTROL,
condition que I'a-utre part'e INSECTERAT
fasse preuve de bonne volon
t6 eII eXiste un seul mo- Exterminor rapidement
yen de rdsoudile ce proble- les insects et les roig.urse
me, entamer sans tarder cheh vous contacted cor
des pourparlersa. trol Inseeierat A-4091


KIUD PoWERK

soecs-Veten'antm MtIllatit
Si'ENCEICS
LA'Yl'TLTTES
S(AN'JWET
LITS l'AltC.
CRAISES POVIt ENVA NT9


Lit ecAleathew,' .a~ttICOs
qul veas' PT45oms- de-.'*lvri!
Imr a:e l Ip~ujstccpzu. la Soda
I'cgle, DI aPsychouogle, IPAn-
Ihropologle- eta.,.., Act#Jl*.-,t
ment enM Lbraira ;:Iaw 2*nw
Edition de sSiseuilsuet* Ig
pricici deigramrnalre crboir
comparic, -t cons'diratlminp.
Ifthno-Psychanal~itiques suic
le ('arnaycil Hwitlens.

HAIT-


COLOR LAB

Pour de melileures Phe
Sts Service Garantt, '
heures Tout pour I'ama
teur et le profess'onrel 1)
Raiu n dn Centre : Tl. : 2-094

Grand Rue en face BATA


Tout ce qui fait la diffi-
rence entre une femine not
male et une femme elegant
te -- 3? KR" 'les Miracles


Lunettes de haute quality
Optiques et solaires t7 ex
ceusivitl cutez 3. M. Maxime
Celestin opt cien diploma 98,
Chemin deti Dalles
lel : 2-5f15


iffUIj 1DfIJAts x a px xx x
'AACTTP&V.


LA QUALITY EST AU SE
VICE DU SPORT Puma
Spalding Sledae. Maresub,
Fred Perry, Recordage de ra
quettes,
-3, Lalue Tel. 2 4991



Qualitex

LA MAISON DES
PRODUCTS DE UALITF
Port-au-Prince. Tel. 2-:113
Peton-Ville Tl. : 1-0082.


Exactement ce qu'il vr. 4
haut pour etanbhei raturef
element votre soif


Nuttaent

Les sportife, etualants, hom
men actifs boivent NUTPRA
MENT, la boisson de Sant6
1AN POIN GRO NEG SAN
NUTRAMENT















Transports Genfraux I
0. BoX 73, Port-au-Prince
TEL. : 2-OR53


ENGLISH SCHOOL
Gagn,2z d advantage; apore
nez rapidement I'Anglais
sans effort; sans fadgue.
Professeurs Haitimns et Am6
r;cains. Cours tous les ours
du lundi au vendredi. de
6h30 a.m. a 7h.30 am et de
3 heures pm a 8 heures pm.
PRACTICAL ENGLISH
SCHOOL
Me. Jacques Andre; Av.
F-Directeur
18 Avenue du Chili
Tel. 2-24(2



PHARMACIES
SANTA MARIA

JEAN PARDO
Rue du Centre race as
NTuicH ste Ext donnances, soins, conscleai
ornfessionnelle









Danse bien
en apprenant









/es danses mondaines: Salsa,
Disco. Tango. meringue etc...
caller No. 16
licraire Ilistique
Appelez 1:'ry POLICARD
au 2-1389.

Rue du Dr Auda'n on Ave
Jean Claude Duvalier No
16


SERGE S. GAILLARD r omp
AGENT GENERAL
38 Rue du Montalais Tit 2 3131 -
Porl-su-Prnice, Ham lI"


L'Furope ou I'Amerique du
Sud Via Santo Domingo et
tan Juan.


7TOYOTA
La marque viable, robuste
61hgante, la Marnup que
ehoisissent les gens senses.
HINOTO A. Rue "avke
Tel. : 2-03,J






Le Magasln qut 7ransfor-
me vos enfants en oPetits
Bijoux" avec ses nr6t-a-
porter 39 Rue des Mira-
siee


.j1 vous souhalte- avoir le
dlable au corps. Faites
vitc de sauter jusqu's Minl-
Rtecords








CETER

Si vous payez omq ffollars
le Disque Haitten e'est que
vous ne l'avez as acheti tA
ta Rosenthal
126 Rue Pavee


AVIS AUX
m INGENIEURS
Tous types de rernneturet
Sroiantes mftallliquss de st
ret6 TURN, ITALIE -
Grilles articulesa extensl
bles
Rideaux m6talliques aveo
on sans mapfvelle Epals-
seur : 10-10; 12-10; 15-10
-Portes glissantes m6talli-
ques etc...
D1al de llvralson CIP
SHaitl-Franco Douane : 60
mBATIMAT jours
Achat Vente Locat'or S'aqresser au Magasin
BATIM kT DISTRIBUTEUR VITTELLO FREES 303
DE 1IA MARQUE FORMICA Blvd JJ.JDessaIines, PtJne
Rue du Quai 77 2-3741.


JEUDI 15NOBNOCESRE 1979



ANNONCES GROUPEES


X4
s-
[P
P"


I I


IL-U------------- L----------- --~-~-~--__~____ ____~_1______ ~~


-a WW amAw %-, I, 51i -


AU PETIT
BATEAU
D6positaire le, tampons hy
gi6niques Vetements -
Sous-vttements Petit Ba
loau articles pour Bdb6.
Electro managers Prests


t


MLW TRlR -




JEUDI 15 NOVEMBRE 1979 PAGE3 3 ..


IRAN AMBASSADE :

Les 6tudlants
arrktent trois
journalists
amdricains
TIlldERAN, (AFP

Trots journ lli.ts ani6rl
C(lns di II th: i.n l r di e Ti -
Svi%,l.sln arnm rilca eii 4NBC ',,
nirt, 6 I6 nrrI tiA6s .Iludi par
l.s ict dtiliiita s slarniqiies-s
ociiupant 1 Ambassade dr"s
Eitas-Unils ia T'rhran, et
sont retenliis 1 ,ni los lo-
cnux de cetue representa -
tion diplomaticue
MM. Martin fletcher,
Barry Fox, et Dprex Erix,
ont ert Interpelleg par les
etudiants aloes qu il at -
tendaient devant 1 Atnbas-
sade amdricaine. Deux den
tre eux dtaient rlors rete-
nus 1 lintdrieur de 1Am-
bassade, cependant que les
etudiants, en arnies, ame-
natent Martin Fletcher a
on hotel, on Ptait entre-
prise la fouille codhplAte
des chambres de 1 equipe
de television.

Apres cette perquisition,
au course de laquelle les e
tudiants unt saisi divers ma
tdrlels, Monsieur Martin
Fletcher a 6te lamene a
1 Ambassade amrincaine, oh
il a rejoint ses deux com.-
pagnons. I
La meme 6quipe de Teld
vision avait deja ete inter
pellde Mercred, apris-mi-
di. Devant 1 Ambassade des
Etats-Unis, alora qu elle
venait de terminer ,le tour
nage des exterieirs de la
representation, films du
tolt d'un immeuble proche.


AUTOROUTE


Avis important
relatif a
l'Habitation
Dupin Marcelin


AVIS DIVERS
pin; sa vocation h6rddital
re et ses droits sur le un d
cinqui6me rdclamd. n
Port-au-Prince; le 15 No-
vembre 1979


la aQussigiide, Madanme Madame Helen1e ilvera
Helene oSilvera, A la suite 1511
d in amrpentLhtge rdallsd 1116
galciniit iau profit de la x x x
dame Josisla Casimir ayant
.puor soi-disail imandatat- AVIS AUX ABONNES
re Madame Medrick Barbot 'E
du utin cinquieme des ter- DE L'EDH
res acqullss depuls environ L Direction re 1b.ccl-
six ams par la soussignee. La Direction re -
suit 23 carreaux 41 cenLie- cite d Halt: informe ses a-
-mes aux terms de divers bones en general qu'il
actes authnutiques, met en leur est tait obligation
garde le public en general. d'installer un fil de terre
le commerce. 16s homes a leurs installations elec-
d'afiaires; les diverse ban triques, ce, pour les prote-
cithes de Port-au-Prince les ger centre tout danger de
Notaires et les arpenteurs survoltage eventual A pa-
taut de Duvalier-Ville de raitre sur le rdseau. Cette
l'Arcahaie que de Port-au- prise de terre a pour but
Prince centre totes offres de neutraliser tout desequl
de vente; d'echange; de libre d'une provenance quel
transactions g6nrdalement conque survenu sur le sys-
quelconques; toutes deman tame en cas ae defauts ou
des do constitution d'Hypo d'acecidents.
theques ou de garantie rdel Enconsdquence, la Direc
le immobilifre relative- ion ose Ele,-riitd d'Hai-
.ment h la dito portion de tio
qui serait d'une conteniance ti decline d ores et dejA tou
de 4 carreaux 80 centid- te responsabilit6 si apres
mes pour le motif serieux enqudte il eat prouv6 que
que la dame Jesula Casi- les installations trouv6es
mir; vivant A l stranger en defaut n'auraient pas
depuis plus de deux annees ete reguliererment prot6gdes
n'a jamais Atd d6possedde selon le voeu de 1'ED'H.
d'une quelconque parcelle Rend JOLICOEUR, Ing.
de terre defendantt de l'Ha Directeur Technique
bitation Dupin Marcelin si- Port-au-Prince, le 20 Octo-
se en la huitieme Section bre 1979
Rurale de Montrouis; Trou
Forban; Commune de 'Ar x x x x
cahaie et qu'en outre la di
to dame Jesula Casimir 4 e
don't Madame MTdreck Bar AVIS de formation
bhot se dit. la mandataire n'a de Ia Socete en
jamais etabli; par la repred flcti
spntation des divers actes nOm cOlctif
de naissance prouvant sa AGROCOM -
filiation par ranport A 1'alu GARNIER 8 CO
teur commun Georgette Du


E DE DELMAS TEL: 0-2180


TOUTE LA MUSIQUE HAITIENNE
TOUS LES SUCCESS LATINS
LES HITS AMERICAINS (DISCO-J

SUR DISQUES


OU EN
S1
SUR
SUR
PAR UNi
EFFIC.

LUNDI A V:


REGISTRES POUR VOUS
UR MINI-CASSETTE
CARTOUCHE & TRACK
BOBINE MAGNETIQUE
EQUIPE DE SPECIALISTS
lCE GARANT1 PAR UNE
IAUTE TECHNICITE
iNDREDI 11 : A.M. 5 : P


Ctnrecrc cctzBcoacariraiBCc/iort/cBs/cB


r



I


I






AZZ










'.M.

/M CAbol4


11 est port& lha connais
sance du public ct du Corn
merce en particulier qu'il
a dte former a F-rt-au-Prin
ce une Socidtd en Nom Col
lectif denommee AGRO -
COM GARNIER & Co
don't le si6ge social est a
Port-au-Prince. Ce siege
pourra etre tranfdrd dans
'toute autre ville du pays
selon les besoms de la So
cidete.
Cette Societ6 a pour ob
jet la Production et la comn
mercialisation agricole. El
le pourra posseder, ache -
ter, vendre, hypothdquer,
faire tous actes de commer
ce et en general exercer
routes actions fonsdes sur
les droits reconnus aux so
cietds de commerce par la
Constitution et les lois de
la Rdpublique d'Haiti,

Les associds sont : Mes-
sieuis : Henry Louis Jeune
Rick Garnier
Claude William, tous trois
demeurant et dowicilids ah
Port-au-Prince.

Le Capital social est de
Dix Mille Dollars. L'Admi
nistration de la Societ6 se
ra assure par les trois as


Deux Originau. de 1'Acte (S
de Socit6 ont &66 confor-
mdment A la luo deposds end
au Ddpartement du Corn re
merce eit de l'Industrle. sent
Port-au-Prince tc 14 No Mon
vembre 1979 M 1
M
Henry Louis JEUNE MM
Rick GARNIER tect
Claude WILLIAMK
1511 Fon
Port-au-Prince, le 14 No de
vembre 1979
Mes
xx x x Che

AVIS vn
une
Dans le cadre du pro unlit
gramme d'amdlioration qj le
tltutionnelle du SNEP, la qu
Direction Genenal du Snep ten
Porte a la connaissance an
des intdressds qu'ella de- C
sire recruter des ingenieurs 1 att
civils diplomAs ryant au Dire
moins trois annees d'expA- si b
rience dans le domain d A plo
tudes et de construction de sair
reseaux hydraultques. Les ble
Candidates non qualifif lat
sont pries de s abstenir, cou
ceux qui se crolent quali col:
fids pourront s'adresser t a
1 Administration du SNEP bieo
pour loes ormalitds neces -
saires. 1611 I
Paul H ROUX, Ingdnleur nou
Directeur Gdenral plo
gen
x x x fonx
ma:
Port-au-Prince, le 7 Novem me.
bre 1979.- que
pre
DEMANDE DE son
COATION No 30 g
gat

L Electricity d'Haiti avi- sen
se les interesse5 que les pou
articles suivants i fontd'u
besoin : tio
ver
QUANTITE vet
DESCRIPTION qu
1) 3000 d
Complete 175 W Mercu- de
ry vapor, 120 J self regu- 1e:
lasting luminaires- vo
REF. : Westinghouse CaVo
talog Type IMA 10 pa
Quadro Liner
2) 1600 7,1
-- 250 W Mercury vapor Lu 1
minaires, equipped with se
120/240 V auto-regulator u
ballast, glass refractor
and ohoto control recepta o
cle le
de
REF. : Westinenouse Cata Rd
log Type ru-DOR DV-
15 Mercury
3) 200 -
Same as Item 2 but 400
Watta,
4) 50
250 W Lucalox lumina.-
res eauiped w;th 120-240 V
airto-reeulator ballast, ga
les refractor and uhoto con
trol receptacle
5) 50
Same as above but 400
watts.
6) 2400
High intensity mercury
lamps 250 watts ANSI co
de H 37 kb 250 clear. 6
7) 300
High intensity mercury
lamps 400 W ANSI Code H
33 CD-400 clear
8) 3000
High in density mercury
lamps 175 watts mogul ba
se clear.
9) 210
400 w High Pressure So f
dium Lamps (Lucalox) Cat
No LU 400 clea' (Burn any
position) mogul base
10) 210
250 watts Hign pressu-
re sodium Lamps (Luca -
lox) Cat No LU 250
clear (Burn any position)
mogul base.
11) 800

Incandescent street lighr
ting clear bulbs 189 watts.
medium base, G E or wes
tinghousI
REF. : westinghouse Cata
log : 189 PS 25/64
12) 6500
Photoelectric outdoor
Lightning control for Mer
cury Lamps, 1 000 watts
lamps load 105/120 volts
AC, 50/60 Hz. *
REF. : Fisher Pierce Mo
del 6660 or equivalent
13) 100
Ditto except 105/285
VAC
REF. : Bell 61ttric Co
Scr. No 5790975 or equiva -
lent.
14) 200

Astrodome Photocon -
troller 120 V 50/60 Hz !
Load 1000 watts
REF. : G. E Catalog No
35-201700-04 or equiva -
lent

Les prix seront C IF
Port-au-Prince, les da -
tes de livraisan rigoureuse
ment tenues et les clau-
ses de pdnalitd ppliqudes.
LElectricitd d Haiti in- S


vite les interesses a sou-
mettre personnellemen,;
leurs offres le Vendredi 7
Ddcembre 1979
LA DIRECTION


uite de la l6re page)
roit, je vous pile de crol
h la sincnrit de mes
4ments d amiti6.
sieur 1 Ingdnieur en
l'Ingdnieur on Chef,
le Secr6taire G6ndral,
les Ing6nieurs et Archi
es,
ctionnaires et Employds
ce D6partement,
sdames, Messieurs,
rs Amis,
otre empress accueil
autorisant a attendre
e collaboration de qua-
de cette grande family
administrative et techni
Sa laquelle j ai appar-
i pendant plus de 15
e6es A des ltres divers.
ette collaboration, je
tends de vous tous, des
ecteurs de Service aus-
ien que des Eimples em
yds, car ell3 est ndces-
e et meme indispensa-
a 1 accomplissement de
tMche immense, mats
bien noble, que Sonl Ex
lence, le President A
imported que chacun de
n voulu nous confier.
1 imoprte que chacun de
s, technician ou em -
yA d Administration, in
ieur ou ouvrier, haut
ctionnaire aussi bien que
noeuvre, secretaire au
ssager, il imported, dis-je,
chacun de nous fasse
uve, dans 1 execution de
n travail dune conscien
bien nette c.e ses obli-
,ions et accepted de con
ntir certain, sacrifices
ir se ddpasser et se dot3
n supplement d ame,1
vue de la conrcrdtisa -
n des objectifs du Gou
rnement de la Republi-
le.

Tout ceci n est pas au-
ssus de nos moyens. Avcc
effort renouvele de cha-
n et la conjugaison dos
lontds de nous tous, nous
.rviendrons a atteindre
tle tape du ndveloppe-
ent oh le biern ftre de
.population haitienne ne
r plus un reve, mais
.e r6alit6.

Je me fdlicite dc l'occa-
n qui mest ciferte par
Chef a Vie de la Nation
participer A 1 Oeuvre de
;novation Nationale. An


LE DISCOURS D'INSTALLATION


ma quallt6 de Secr6taire
d Etat des Travaux Pu -
blics, des Transports ot
Communications, je me
sens honor de la haute
confiance plactc en mot
Aussi, soyez assurds que je
consacrerai tous loes ins -
tants de ma vie A ne pas d6
mdriter de cette confiance.
Par dessus tout, je veille-
ral au rdgne' de 1 harmonies
et de 1 entente au sein de
cette Administration, car
sans 1 esprit d cquipe et,
surtout, sans le sens de
la discipline, inspire par
le respect des nosmes de
la hidrarchie administration
ve, tous nos efforts s avdre
ront vains. Suivanrt les di
receives pr6sidentielles, -e
m emploierai ta mobiliser
routes les energies crdatri-
ces du personnel de ce De
partement pour fagonneal5
conjointement aivec les au
tres Ddpartements Minis -
tedriels, le bien-etre de la
collectivitd. Et l'une de
mes premieres preoccupa-
tions, a cet Agaid sera de
sortir de cette lenteur qui,
trop souvent, a, caracteri-
sed nos ddmarches. Nous de
vons atteindrp ce dynamis-
me dans 1 acti a qui doit
permettre, non seulement
de rattraper le temps per-
du, mais encore de mon -
trer a tous que le pays peut
fonder de ldgitimes espoirs
sur loes technicienF prepa-
res et les patnlotes cons -
cients que nous summes,

Parmi vous, chers Con-
freres, je serai a 1'instan-
ce de decision de .eo Depar-
tement, Ie PRIMUS INrE4
PARES. C'est moua souhait
le plus' fervent, expression
Sde mon plus legitime es-
poir, que nos efforts com-
muns contribuent 1'execu
tion optimal des program
mes de developpcment du
Gouvernement de la R6pu
blique. En particulier, je fe
rai en sorte d accentuer la
participation da D6parte-
ment des TPTC dans 1 or-
ganisation efficieite de
nos Communes, dans 1'am
nagement addqu.r du terry
l toire, afin d etablir les com
editions prdalables A la m
s se en place definitive de,
structures ndcessaires at
developpement National.

Voila esquissda, en quel
ques brefs propos d ordre
S g6neal, mon' approche con
I ceptielle de 1 Administra-


tion du D6partennet des
TPTC. Etant plutit un homr
me d action qui ne se corn
plait pas dans les longs
discours, il me plalft de
terminer ici mon allocu-
tion decidrconstainc., en ex
primant ma vive gratitude
a tous ceux, parents amis et!
camarades de toujours, qug
sont venus m apporter ne
martin le rconsort de leurs
chaudes sympathies, A 1 oe
casion de mon installation
comme Secr6taire dEtat
des TPTC.


PETITES ANNONCES

Offre d'Emploi MAISON A LOUER
A DlQUINl


Maison de commerce desire
employer un ddmarcheur
medical r6por.dant aux con
dit'ens suivantes :
Etre pharmacien diplo-
me
Parler une langue dtran
gere, de prdfdrence I'anglais
Etre dynamique
Avolr une volture
Priere adresser curriculum
vitae ainsi qu'une photo A
boite postal 1311 Port-au-
Prince, Haiti.
1611



OFFRE D'EMPLOI
Organisation de Develop
pement cherche gestionnai
re de production ,our le
Project Artisanal CANO. Con
naissance de l'anglais obli
gatoire. Les intressds sont
prids d;envoyer leur curri
culum vitae A CANO P.B
773 Port-au-Prince, avant
le 26 Novembr 1979.
L 1611

xx &

COIN DE NOEL
Le Comit6 Necliste re-
d mercie bien viv 'ment tous
ri ceux qui ont contribud A
n la rdussite de ,;on EXPO-
.i VENTE dfs premiers jours
s de NOVEMBRE Ocoulds.

La porteuse du No. 443--
Cecile Arnold Talley-
1 rand a etd favoiisde par la,
chance.
LA DIRECTION


Je leur promets de ne
pas ddcevoir leur attente
A eux tous, j adresse urn.
cordial merci.
Que le TOUT PUISSANT
MAITRE des vies et des
biens, le Grand Architec'e
de 1 Univers, me vienne on
aide dans la prise en char
ge de mes nouvelles respon
sabilitds. Merci
A X X X
Ce 14SNovemb:e 1979
Ingenieur Alix CINEAS
Secrdtaire dEtat


4 Chaml.res a .oecher -
4 Salles de B:.in Ddpen-
dancea Vue magnifique.
Sunnez le t 5-1302 entire
1 hre. P.M. et 6 hrea P.M.



HOUSE TO RENT
AT DIQUINIl
4 Bedroom 4 4throomn
Maid's quarters.
Call 5-1302 between 1 h,
P.M. 'iod 6 hrle P.M.


Hall a vendre

A iAvenue Jean Jacques
Dessalines au No. 396, cons
Lruite sur propriete de 189
pids ae profondeur entlere
ment cloturde en mur.
Grand d6pot l1'in!'er'eur
Cl en main.
Pour Retdez-Vous, son-
nez le 2-3849 de 8 heures
30 a.m. a 1 h-ure 30 p nim.
Courtier s'abstenir. X
x x x x

ON DESIRE
EMIPLO L.K.
Eiiltrei" oe NoLuvelle dn-
sire employer un nonib' e
important de .-uturier-"s
ou couturiers expdeimentls
sachant travailler sul mtt
chine ia coudce
Priere de se p'e:;nt' Ie
lundi 19 Novcni,:h,.. 1979 A
9 heures du martin 175 Rue
du Centre 175
N 1711


socorrsrrcccccccoc~r ~~-- ocooc


75 ans et toujours jeune...



quand on sait se rajeunir










C'est n visa6 out neC qlse po presente pour 0so
cei .tuvesa ire- mas" cin lebre oi des gene"
aversair de choisir s cadeaux de f1"
75Ome tadde use de

rIC atos C ntoute circonstan eh reuse

Ste 0toute saisone en


SCent ille AriclS le c ia bea e rYont

SCent o bibjouterie, la cristale e bonhea r de

la parfume"e et tout cc qflu orymbll etere

vivre.o eme s'est aejtc in por mieUXmtr



en yaieur les merveilles P P s5 sot vei bre,V0
eoyez les bienvenS, dOs ce jeudi 15 e


e isiter da* cce ro enprlude
oe nou sms fies de ous accuelr
















CENT MILLE AR TICLES \

-- -- ---- ---- ----"' U
a --------


Les

calculatrices electroniques

Texas Instruments,

mettent la vitesse,

la precision, la memoire

et... les rdsultats

:at bout de vos doigts.


En vbnte
et service a


ace. Electronics

LA ELLE CREOLE rue bonne fok


rc~u~-r~u ~l~,~zzl-nr/~v~-,~ss~,3


a Boa ao SG> G ssAd


~~~-~. ~~~....~~~-- .. ~~~---------------- ------- - - -- '


socies.





PAGE 4 .




iSulte do la 21\me page)

it, urer rni nolr. (Id II F'ran-
re la de(leil s de, dr< Is de'
i'hlini nlit, il;ar pi-,rirle poutll
nMIs rI S; s Nrll' t,!, l', et poulr
S (cIix (11ll ol d ', I len.' I parI',l
c l' ', ii'vrr I. l'' in ,, Cial
11011, ill O i l'i., i de s i111

rhlll| ,'s (I hlilit l v i lr: aiil-de
I\A dt, el-, fl.r,, 101o1s nt lnIlll
(111011s plis ( adl'gir, Iovt 1111
sinlt',l pr iurilt.anl d'eff cacie
null skills excliu'r -o I l'Ia
encore yu toutl r6centlent-
It s d1lilrlrche', pIlubllqi e- lI's
pro'statilons on les gT'stes si
gnillicCtIt lorlnu'il lnpparait
que In solution dllun roble-
me. ou un propres. effectlf
des liberies en dop ndent.
Je pouIrrals dresser Une ioni
gue liste de cos actions* qui
sont mienlis pour tlrbr du
malhlur, de la sep ration
il de l'oppositon tant
d'hommes et, de femn es qui
Sont place en la Frante leur


espoir. Il s'agit d'allletirs
d'une action don't le slices
menie lai se "toujours insa-
Stila a., ltnt la l.iche cst
ImnlenseeC eL tLoujours A re-
crmmlncnccr
Pour le Gouvernement
d'in pays 6pfis do liberty ct
de dlgnllc hluinilne, l'ldeal
teraelt evidelmniCr d(Wc n'a-
vuir que des partenalres re
courant non seuilement au
rnmn vocabulaire mais au
mCnme Idal. Mais on ne peut
-*". y contraindre, ni rdver.
de je ne sais quelle conver-
sation nilraculeuse qui les
transformeiralt ci chevalier
des droits de I'homme. C'est
eri'ore une fol-, par la press
sion constant et par 'lexem
pie que nous pouvons" le
mieux servir un. Ideal qui
est pour nous universel.C'est
aussi en creant les condi-
tions objectives qui permit
tent aux droits de homee
do s'atfirmer et de s'6pa-


nouir, et cecl dans trols di
reactions :
Le refus de l'ostracis-
me: quand un pays rompt
tout lien avec la communau
tO International, 11, voue
won people I l'abalssement,
voire A l'cxterm'nation. De
recents exermples, en Asie
et en Afrlquc, le montrent
& evidence. A inverse,
tout ce qui contribute A in-
serer ou i rein.,erer un pays
dans la communaute des
Nations, b lui faire accepted
les normes et les controls
du droit international et de
l'opinion publique, tout cela
permet d'evitor le pire et
de crder les conditions mi-
nimales du respect de la
personnel hunnaine, en ame
nant les Etats h assurer
leurs responsabillt6s sur le
plan international.
La detente: L'experien
ce proiuve que c'est par la
consolidation et le develop-


q on~ssc/Hs-;c~~sRI/~


I



A


pement de la detente que
pourront ceder lea obstacles
idWologiques qui s'opposent
dans un certain nombre de
pays, A la reconnaissance ef
fective des droits de l'hom-
me. 11 est stir en tout cas
quo l'atmosphLre de la guer
re iroide et de l'ingerence
Intempestive nuilt plus b la
cause des droits de hommee
qu'elle ne la sert.

Le developpement :

Gardons-nous de la tenta-
tion trop repandue de faire,
du haut de notre prosperl-
te, la legon aux pays d"mu
nis. La pauvret6, le sous-de
veloppement ne ordent pas
un terrain favorable aux
droits de I'hqmme. Nous ne
devons certes pas en dedui-
re que les pays don't 11 s'a-
git sont condamnos A la
dictature. Nous devons au
contraire tout mettre en
oeuvre pour alder les popu
lations dans lour d6veloppe
ment, car nous savons que
le refus de' cette aide les eni
foncerait dans la voie don't
nous voulons les voir sortir,
en redoublant la misfre sur
laquelle proliffre le mdlris
de la personnel humaine.
II reste encore 6norme-
ment a fare, chaque jour
apporte sa sinistre moisson
d'outrages ;a dignity hu.
maine. Mais i y a desor-
mais une sensib'litf, une vi
gilance de l'opmioh mondia
le qui font qu'aucun Etat
ne peut plus se soustraire
absolument a cette pression
international et qui, d'une
fagon ou d'une autre, lobli
ge a rendre dec comptes a
cette conscience universelle
qui emerge.


LA POLITIQUE AFRICAINE

J'en viens maintenant a
mon troisiem'' point.
La politique africaine de
la France nest ni une im-
provisation de circonstance.
ni un calcul d'6conomie ou
de puissance, mais un de-
seln d'ensemble, continue et
concerts avec ces pays d'A-
frique qui sont nos partenal
res.

1- A la base de cette po-
litique, quatre donn6es :

1- La dimension histori-
que des rapports franco-a-
fricains : d'un si6cle de pr6


sence active des frangais
sur le continent noir ont re
sult6 des liens linguistiques
et cultures, dconomiques et
humans que nous ne pou-
vons ignorer. Le polds de
cette communautn de 150
millions d'(tres. dans les at
fares du monde, la port e
du rayonnement de la Fran
ce dependent 6galement de
la consolidation et du dfve
loppement de ces relations
privligl6es

2- Nos relations fconorrm
ques et humans avee l'Afrl
que ne sont pas moins im-
portantes. Dans cette region
vivent 160.000 de nos com-
, patriots, don't le plus grand
ndmbre contribute directe-
ment a son dfveloppement.
Nos besoins croissants d'd-
nergie et de m a t i& res
p re m 1i r e s A une
epoque ofi l'accfs aux res-
sources est marque par une
insecurity croissante, et
d autre part, la demand
pressante des pays africains
en technologies, en investis-
sements, en formation et
en products elaooles consti-
tuent deux volets parfaite-
ment complementaires d'u-
ne mdme exigence: accroi-
tres nos changes et multi
plier nos activities en direc-
tion de l'Afrique.

3- L'impsrtance des def's
auxquels le ,monde africain
est confront est une troisif
me donnee de base. L'Afri-
que, qui ne connaissait que
quatre Etats independants
en 1955, en compete aujour-
d'hui 50, soit le tiers des E-
tats du monde. Ce boulever
segment general a provoque
des crises et laisse derriere
lui des tension politiques et
sociales difficilcment con-
trolables. La poussee d6mo-
graphique fait sailter les
structures traditionnelles et
pose des problems difficile
ment solubles d'alimenta-
tion, d'fducation, d'urbanisa
tion et d'empoii, doublant
sa population actuelle, 1'A-
friqlie atteindra 880 mil-
lions\d'habitant, a la fin
du sifcle, et des A present,
elle ne produit plus que 82
pour cent de sa nourriture,
130 millions d'Itres s'entas-
sent dans des agglomera-
tions souvent informes.
4- Enf'n, I'Afrique voit
se developper en son sein
une cimpktition internatio-
nale qui a moins pour ob-
jet son propre developpe-


ment que 1'affrontement dl
rect ou indirect de puissan
ces exterieures. ]'imitation
de modules de d6veloppe-
ment qui leur sont proposes
de I'extdrieur risque d'en
trainer de nombreuses na-
tions africaines dans des
r6allsations inadapties A
leurs possibilltes reelles et
Sleurs traditions profondes.
Ces ingeronces conduisent
d'autre part la multiplica
tion des confit interafri-
chins.

Ainsi une douzalne de na
tions se trouvent-elles impli
quees dans des luttes vio-
lentes qul ruinent tout es-
poir d'essor economique et
human et font que I'Afri-
que detient avec 4 millions
de personnel deplacees le re
cord mondial des rdfugles.
Dans un tel context, la
France n'a d'autre objectif
que d'aider I'Afrique A dtre
elle-mnr e, de fare surgir
dans 1'qullibrc mondial de
lan 2000 cette force nou-
velle, faute de quoi elle ne
serait qu'une masse inerte
de malheur et de misere,
champ close de la rivalit6
des grande puissances et
t6moin silencieux de sa pro
pre impuissance. La France,
qui connait l'Afrique, sa sa
gesse et son hsmanite pro-
fonde, sait ce qu'elle peut
apporter au monde si elle
est en mesurc de faire en-
tendre sa voix. La France
n'a pas d'ambition africai-
ne. Elle a, avee les afri-
cains, une ambition, pour
l'Afrique.

S Pour don.aer sa chance a
'Afrique, il faut A la fois
contribuer a Aon developpe-
ment et travailler au main
tien et a la consolidation
de la paix qui est la condi-
tion indispensable de ses
progr6s.

A- Le Develnppement. De
puis plus de trente ans, et
done avant m me 1'indipen
dance, la France k adopted
une veritable strategic d'ai-
de a Afrique. Tous les sec
teurs ont beneficid de cette
action. En depit des problem
mes que connarit sa propre
economic, la France a re-
double d'efforts et son aide
global a 1'Afrique atteint
aujourd'hui 6 milliards par
an, qu'il s'agisse de nos con
cours diree's, de nos ,contri
butions aux organes de coo
operation multilaterales ou


de l'annulatlon des deltes
des pays lea plus pauvres.
La nouvelle convention de
Lome approfondit et Aend
les relations dconotniques et
privildgides ds I'Afrique a-
vec la Communautd Euro-
pderpne. La France en ou-
tre ne nrgllse aucune oc-
casion de mobiliser davanta
ge les moyens des pays in-
dustrialises en faveur du
(ddyeloppement de l'Afrique:
Dialogue Nord-Sud, program
me exceptionnel pour la
promotion de I'Afrique, trt-
logue entire pays europ6ens,
africains et arabes.

B- La paix. Pour les ral
sons que je rappelais tout a8
l'heure, de graves menaces
de destabillsation et des
conflicts ont rclate ces der
ni6res annees en de nom-
breux points du continent a
fricain, allant jusqu'a mena
cer existence mdme de cer
ta'nes nations. Des 1960, la
France avait redoutn ce pe-
ril et prdconis6 des accords
de defense afim d'eviter des
charges militatres insuppor
tables (ide jeunes Etats as
pirant d'abord A leur d(ve
loppement pacifique. Cette
organisation a joud son ro
le, permettant la mise en
place ordonnae des institu-
tions nationals et 1'entr6e
des Etats dar.s la Commu-
naut6 interkationale. Mats
au fil des ans, la plupart de
ces accords sont venus 8 ex
piration. 11 n'empeche que,
dans l'ad.versif6, les diri-
geants afrlcains s- sont tour
nos vers la France. Je dis
b'eh: verss la F nce.- Ils
n'ont pas mis leur ind6pen-
dance aux enchfres mais'
se sont adrtssis ,au pays sur
1'amitid et I'impirtialit6 du
quel ils savatent pouvoir
computer.

Nous ne pouvions nous di.
rober a 1'appel d'autorites
legales qui demandaient a
notre pays de les aider a
enrayer des processus de
destabilisation, le plus sou
vent entretenus de 1'exti-
r'eur, a r6tablir des fquili-
bres menaces, a favoriser
des reprises de dialogues et
de reconciliation.

En Mauritanie, notre in
tervention miiltaire a per-
mis a ce pays de maintenir
son intfgrit6 et de se reti-
rer du conflict Faharien dans
des conditions qui ont ren
contre l'agrement unanime


de la Communaut.-. internal'
tlonale.

Notre .sodien au go i-
vernement zaltois, .appliqui
bi deux reprises au Shaba, .a
dti dcifsif. II a permis a
une force Interafrlcainepuls
. l'armde naticnale de main
tenir l'intigrlti du Zaire
face 8uone aLression d'origl
ne exteteure, mats aussi de
retablir la paiLx Intdrieure,
de renforcer; et d'assaini
les structures du pays, d'o-
perer un rapprochement 'a-
vec tons ses veisins don't
l'Angola.
Tchad, touted hypothM-
ques ne sont pas encore le-
vees en raison des divisions
profondes entire tchadlens,
attisdes de l'e.xtdrieur, 'mals
des progress out dti accom-
plis dans la bonne voie.
Nous. espdrons qu'lls .por-
ront tre consolidds par la
mise en place Drochaine d'u
ne force neutre inter-afri-
caine et la constitution d'un.
veritable gouvernement d'U
union national-

- Tout recer ment, en Ceni
trafrique, nous avons iet
places devant une aWtuatlon
exceptionnelle. Le principal
dirigeant de ce pays s'est
trouvc convaincu, par des
africains qualifies et dfi-
ment mandates don't nous
devions attendie le verdict,
d'avoir gravement port at-
teinte aux droits de i'hom-
me. Des oersonnalitfs cen
trafricaines representatives
ont alors faith appel 8 notre
pays. Nous avons r6pondu A
cet appel sans qu'aucune
goutte de sanC ne soit ver
see.

Dans ces di' rents cas,
1 Gouvernement W'est fixd
des regles prncises qu'il a
strictement appliquees :

N'agir qu'- la demand
des autorites elles-memes,
et ainsi respecter l'indepen-
dance t la souverainet6
des Etats.

defense o retablir 'in
tigritd territorial des Etats
dans leurs functions internal
tionalement rcconnues,

ne pas peser sur la I1-
bre determination des sys-
times politiques,

limiter "intervention,

(Voir suite page 7)


S. "' JEUDI 15 NOVEMBRE 1979, i


DISCOURSE .DE M JEAN FRANCOIS -PONCE T


AMPROSA INTROD UIT





turtle wax




La plus large game du monde de4rodiuts pour


l1 netoyage le lavage le lustrage de votre voiture...



CIRAGE en pite en creme en liquide

COMPOUND en liquid en pate

VINIL TOP CLEANER, en spray; en cirage

PROTEGE CHROME


Produit pour le nettoyage du capitonnage des houses.

"des pneus du tableau de board etc...


POUR UNE VOITURE COMME AU ler JOUR



.AMPWROSA.Rue pave

- - - - - - - - - - - - - - - -


~F---


woaosoaogsssososaa99sogos


P~-~nlu~iku//rc', "'~V/.//I.~;V~C~r~~r,~-~-lrrrrzzr~tu


~olps;nua~dL~.~~'~s;1~:~;~r~p~7~.~;7~;


j






JEUT 15 NOVEMBRE 1979


LIBRES OPINIONS


Port-il-'Prince, le 12 No -
vmllbre 11079
Monsietr le Directcur :

Dnall; 1une t Intt' isant e
C:i I.narl-i.Lrai'vsIiew an crI0o-
Ia i In Radio ac) l nllalli'
le lI)oe 'tur ('adet n hbi'n
'sIt'iaiin le public sur 1-'
gliaui iii'l. se's niillfesla -
(lon se daiilngrs, son [lrl i
te 'lni Ih1t, pour conclilur,
1 opliilaJlmologue a d6ecla -
10 : A 1 Hopita! de 1Uni-
vertsllt d Etat. nous recom,
niiincdonas a chlirurgle acux
indivldus de In: classes pau
ire atelllin de cetta minla
die. etiant done le coUt i
aorine dcu u'alltemnit mndi
cal.


Il faut le dire vite rt
tout haut. Cc conseil esat
le mellleur qu un home
dc coeur puisne oalfrir dan-s
Sces conditions en Hailti.
Qutand on sait, le p ix 6nor
me tG. 47.50) du dernier
product d couvert, le .timdo
tic, vendu en un 1ninuscu
lc flacon et qui i act sod
vent necessaire dis socicr
d autres medicanlcrts. gout
tes ei; comprlms, 'presque
aussi chars, )ni doit; se ran
dre a 1 evidence qO.un ce
tit employed iport-ltu-prln-
clen, ou meime un :juge do
Paix de Province rj a pas
le choix. Inutile dq parler
des paysans, des jduena -
liers., des ,marchiandes, am
bulantes. Ce qui r nd la
situation plus 4ragilque,
c est que 1 adain istration
des medicaments ne peut at
tendre le moment oii' le
malade dispose d assez d ar
gent pour aller enez le me
decin ou le pha-maciein.

Les gouttes doivgnt etre
mises et 1's comorimes a
vales quotidignnremnt. nlu
sieurs fois par .jur rell -
gieusement, comma dit un
autre ophtalmolicrne in-
croyant. C est la seule fa-
con de reduire Ia 'Dression
oculaire intern,; qui care
terise le glaucomea A dr-
faut de la drogue! rgula-
trice, arrivent A i grandsi
pas la d6terioratton du
nerf optique ct la cecite
En trminant sacauserip.
le Docteur Cadet a ajoutV,
comme par plaisanterip *
On prt.end que la marijun
na est parfois employee.

Le ton enjou" du speelIa-
liste prove a:"sez qu;l
nest pas du i'mbre do
ceux ,qui so per:nrttent cee
employ. Apr6s ilut, 11 ex's
te en Haiti un 10oi sev6r.
con'tre la possession et 1 II
sage de la marijaana, et 11


CORRESPONDENCE


flut blen la respecter. La
controveilso m8me sur Ia n05
civil du stupl'iant ran -
dalt' nclccssire'-; in public.
lion et application do
measures Idgislatives et Ju-
diclaires rigouroI-Use-s. Ceset
ulic protection prise en fa
vyur dic notra jeunesse
donit, la Il.rndanc. fIcilecs",
malis comnprihe'. ible, A 6Lil
t"r lai jcilnesse d vroyde d ou
tre-nmer dolLt rLe freinfe.

Vois des retlefions -
respectables a'.l foncd au
qcllll's sc sonl Ivres nos
imodecnms, sans,'acute tous
nos mcdtecins. et qui les
it ports toun i s h abstea
nit.


Sans mettre 'n doute i-.
sens qu 11s ont 0 e leurs tes
ponsabilit s cicnlfcIiques
et humanitairts. ne peut-
on pas so demander si cet-
te attitude pa-as ve est eel
Sle qui convient en la cir-
constance. Celats pour des
liaisons precise. Insistons
|encore une fois sir le fait
que 1 intervention chirurai
nale constitute v ne b6nr -
diction pour lee person .-
Snes pauvres de clIhe nouse
atteintes de glaucoma.
c est-a-dire pour 1 immen-
se majority des plauco -
imepx. Mais est-elle la so
lution id6ale Elle l est.
certes, pour la moment. Ch
cause de la mistre gen6ra
ip et de la falblesse de nos
moyens d assistance social
* le publique. II cst averd
erppendant que mneme dan'
e s grants centres hosoita
liers de 1 stranger, cette
intervention nc se fait
qu exceptionnellcment, dans
IP cas surtoub ol la pres
sion oculaire engendre des
douleurs intolerables. C'est
que la delicate operation
ne manque pas 0 a:las slue
par definition, icT chirur -
gien, en depit de toute son
habilete. ne saurait Scar-
ter. Incertain cuant a un
resultat neureux. 11 rede-
vient simple mddecin et
prescrit des gcuates et des
comorimis qui Oans les con
editions normal; meneront
le patient, encore dou6 d '
no vision sattsfiisc-nte. ah
la vieillesse. (si. bien en-
tndu. 11i nest pas reteniu
en chemin pour alutre cau
se La benfdictlon n est done
pas total Le mnalade oiue
* toujours en qsul')cue sore
a pile ou face. Ses chsin
cps sont estimees statisti-
quement a 50 pour cent !
cp qul est loin cri'trp ni-
gligeable. Mais la roulet-
te russe en ofir. davanta-
ge.


On comDrend des -:omrs
1 importance clue pren -
dralent des extwilonca nl I
tiennes sutir un lp'oduit na
turel utilisable t auils .1
lutte centre la ec0ltW. 11
s'aglrait do s ssurer, lea
normes de ]a science ros
pectees, sl la marijuana
est ce proda-t. La plupart
des 6tudes publices pla -
cent le principal danger
du stup6fiant dans le be-
soin qu il provoque chez
ealui qui en fa-,- usage de
passer Li des rogues dies
lourdes, absolminent tox'-
qucs, come heroine, be
sin que, pour son blen, a1.
classes envisage est inca-
pable de satisfaire faute
de moyens prcunlaires.
D autre part, le glaucoma
se declare geniralement
dans la ouarantaine ou la
cinquantaine. age auquel
la procreation s( rar6fie ou
meme s arrite, chez la
femme a cause de la lcnn
pause, chez 1 homme par-
ce quil ne v2as plus aug-
menter ses charges avec le
nombre de ses infants. -1
l y aurait pas ].eu alors
de craindre des incidenc'-e
genetiquos, memcu si des e
tudes faites etablsLaient
leur existence danr la pro
geniture de ceraines fu -
meurs Invetares .

Par onsequc -, sans pour
autant renoncec- 1 inter
vention chirurg; ale, noas
ophtalmologues devraient
considerer de traiter i la
marijuana, pour une durse
limit6e aux pos:;ibilites .ie
preservation du nerf opti-
que" de chaquc iridividu,
des volontaires atteints do.
glaucoma. Un programme
serait arrt6 soias le con-
trlae de 1 Eta, pr voyant,
parmi d autres conditions,
la possession de lE, drogue
par les reuls s ecialistes;
les autorisations n6cessai--
res; 1 exclusion eventuelle
des adults de omAins de '10
ans et des adolescents; le
relev6 quotidien dc la pr.'s
seon oculaire et l examen
du fond de 1 3eil, la p"!bli
cation de tous lJs rdsul-
tats obtenus.

Entre-temps ]S lci serait
maintenue sans modifica -
tion.

II n'est pas concevablhi
qu'un gouvernencent com-
pose d'un president ienne
et fier et de jer.aes hardis
technocrats sefuae de con
courier a un tel piojet dex
pdrimentation.
L arsenal de la pharm~a-
copee na pas p'e garnim a
trement. D'intrfpildes pion-
niers au course dc 1 Histoi


re, parfols au D6ril Ge lIjar
vie menace par le tanatic
me rellgieux ou politiq"a
ont mis a contribution 1A
nature enticra : planted
metaux, animoux, prn'ultC
toxiques mimes, 'n vue d0O
soulager la mlisre do,
1 home on proi2 la m:a
ladle.

N'oublions piS Que 1u
recherche est 1 honneur (1l
1 homme de science; quel
le trdponeme DAle qui. ua
dire des Europeens, fuL
transported chez eisx avpet
le premier chargement
d'or fauvo de no; splendi-
des Caralbes. a ItS cdmbat,
tu dSs le XV[eme siccle
par des rnitaux. RtS par un
poison violent, 1 arsenic,
des les ann6es 20 du nhtrs
jusqu a la dinesuverte heu
reuse de la peiticilline.

Sachons tous ci- sl c
glaucome n 6pargne aucun
people, (n est ce pas ? Ho-
mere,) il frappe par Dredi
election les tribus africaines
et leurs descenaDants. mO-,
me m tissues.

Cette le-tre, Monsieur 1e
Di ecteur, proc'dr, d uP
humble esprit de bienve!'-
lance et d humanity. E11i
a est destinee a nuire et
oe nuira a person:ne.

Publiez-la done.
II nest pa; impossible
quelle arrive a oouer, eo
compagnie de ,otie presti
,ieux journal, ane sorte do
role mineur... catalytic
que au milieu de la lutte
quil faut bien r cner afin
que des hommcs et des
femmes de chez noui
n aient pas l peter avcc
desespoir, dans Icur langa
ge, en levant les yeux vers
notre cil si oleu. Ile vers
angoissant d -idgar Allan
Poe :

Darkness '. aere and no-
thing more.
Cast notre simple sou
halt.
VeuilleZ agreer 1 express
s'on de nos senarnents les
nicilleurs.
Marcel PRtEMION


PAGE 5



ENCORE- ANTOVNEWBE RVIN ITI' OUJOURS L U.-
DEDIE AUX EPOUX EDDY BAIlLY' BOUILLON

Par Maur.ce P. llII ,


Aucun 6tre lrimala vi-
vant sous la calotte des c]
Cicux ne peut re vanter sc- n
ricusenrnt de s'stre affran f6
chi un jour ou 1'autre de cer le
ta:nes 6preuves endures. La 16
preuve, c'est que ces ours L
derniers, comme je fouillals M
dans mes archives pour re- n
.trouver une p'ece, qui me c'
faisalt beso'n, il m'est tom c,
be sous les yeux un Ouvrage sc
signed : Antoinc Bervin et 1l
titre REFLECTSS D'HAITI*, hl
que j'ava's dilA lu aupara- P
vant et que i'Auteur avait p
eu la gentillesse de m'en fai I
re remettre un exemplaire ]
h son edition, "vec cette de
d'cace.


"A mon eminent Ami
Maurice P. D.?.ille, qui s'est
consacre avec conscience et
devouemcnt au service et
de I'Educa.tinn, Hommage
cordial de l'Aiteur. (S) An
tone Bervin, b-4-78. Pou-
va's-je me defendre, s la
vue de l'Ouvrage,' centre
l'envahissement spontanr du
Souvenir du grand Ecrivain,
qui me temoignait de tant
d'am'tie au course de ses pe
regrinations te restres? La
response affirmative condui-
ra:t indubitablement & 1'i-
nexistence d6liberee de la
Loi des Relativits, qui gou
verne PER FAS ET NEFAS
toutes choses crc ce monde.


Antoine Bervln! Intellec-
tuel itinerant... Tel elt, 4
rons-nous en language jour-\
nalstique, le chapeau qui
lui sied positivement, no-
nobstant tant d'autres plu-
tot acad miques qu'il mdri-
te egalement nos yeux et
aux yeux sans doute de touw
ceux qui l'observa'ent. Corn
me l'abeille, 1'61egant Tri-
bun du Siecle finissant bi-
tume sur toutep, les fleurs et
fabrique son gateau, qu'll
'offre gracieusement aux au
tre membres de la commu
naukt qui veuient s'en delec


MESSIEURS

I AIMEZ VOTRE FEMME !

8 PROTEGEZ LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALE I
.- _ _.-- -_


REft2T6 D'HAITIi,
hant de cygne de l'Auteur,
ous le montre dans ses dif
lrente courses & traVaitI
es Continents avec Panta -
con Guilbaud, a PARIS, a
aon, au Graind Palals, a la
amrne, i la Flane; au Ca
ada, et puis apres ce Pays,
talentt des iandonnies en
ompagnie d'lllustres per-
onnallt6s amlricaines; de
M, il se transportera en Al
emragne avec Louis Edouard
ouget, oati fut accred'td '
res le Gouvernement de
prlin en qualt* de Diplo-
nate Hualtien: il suhra Be


Ne le d'ites plus
avec des fleurs
LONDRES, (AFP)
OffrIr une doulzeine tie
roses rouges a sa fiancee
n est plus de bnn ton, des
lemons de pilotage ou une
carte de 1 Am rirbain Ex -
press sont preferables : Ce
Conseil est address& anx
Brilanniques de bonne fa-
mille par le denier ou-
vrage iDebrett*, sp6cialis-
te des moeurs de la haute
socitd..

Demander la main dune
.jeune fille a Lon pkre se
fait encore en 1979, sur -
tout si la families a de la
fortune, dselare 1 auteur,
Neil Mackwood, apres qua
tre anndes de fri(quenta -
'tion des milieux aises Bri
tanniques.

Pour 1 educaLion des jeu-
nes gens, le college d Eton
a perdu un pen d' son pres
tige au bnedfice de Gor -
donstoun, La Public School
ecossaise du Prince An -
drew, second isls de la sou
veraine.

Devenir officer de Ma-
rine ou restaurateur est
plus A la mode que-pilote
de llgne qu hotelier. Une
jeune fille de la haute so
cirtd peut aussi a permet-
tre de travailler, mais seu
element dans ee'taines sphi
res come la danse classic
que ou les professions pa
ra-medicales.

Glbnduire une c oa
une Jaguar nest plus en
vogue, apprecier le pianis
te Andr6 Previn non plus,
1 heu)re est a la passion
pour les pianists Sovieti-
ques.


a'to sylval chi.e 1 itI ol bt ish6es, ce Comparliote, dis
nelik I? pour plaider la cau tingua, lidentifieptx pleiie-
se des Noirs d 'ifrique. Ne le ment ses sentiments altruis
le -oyons-lDoUs pats gale- tnm, son entregent et ses ta
mevt &. Cuba? Mais, cette letts orato'res. Nous lul d6-
foi non pour accompagner dions ces lignes par deli la
un Ami de m a r que, tombe, en hommage de sin
pour dtidler sculement le-"-cp atn'ration, pour vdnd
dcgr6. de civ:lisation du rer sa m6moire et montrer
Pays, mals pour exercer ses aux g6neratlons futures, qui
Fonctions de Charge d'Affal meferont 'honneur de -is.
res pr6s le Gouvernement l1re, qu'll f.valt bien rempli'
c.e la Havane. sa journ6e.

Les Oettvres, que nous a Mauclice P. E.ELILLE,


Le Bistrot


Ouverture Saison 1980


MERCREDI 21 NOVEMBRE

MERCREDI 28 DECEMBRE

MARDI 4 NOVEMBRE


DEFILES DE MOD


E
,E


t. COLLECTION

" YOLANDE MONTHS 1980

PRESENTATION DE 80 NOUVEAUX MODELS
SPORT. COSKIAIL; ROBES DU SOIR AU COURSE DE
3 PRESENTATIONS COMPLETES
ANIMEES PAR DE RAVISSANTS MANNEQUINS


ATTRACTIONS TOMBOLA -

CADEAUX

3 SOIREES EXCEPTIONNELLES

EXPOSITION DES OEUVRES ET POTERIES DE
L'ATELIER POTO MITAN DANS LE CADRE DU
MANOIR




Le Bistrot

LE MANOIR

VOTRE ENBEZ-VOUS

RESERVATION TEL 2-1809

146 LALUE


PAYEZ


pour


n'importe



qu.i


DESORMAIS


AA [AIDE


CHEQUIERR PERSONNEL


BANQUE ROYALE DU CANADA


ou nous avons la solution ..

5cuale: se/nas i ace /f aud. f -


LE TRAITEIMENTDU GLAUCOME


J~e~-~-~~ ----~-~ --~s~-~s~-~as~~-~x~i ~---~--Q~saa~ rr~


C


I-'----- ~-


~Wvk-


,w;;;,wfa:r->An wre


t






PAGe- s r 6_ JEUD 16__~__~ NOV~WR 57 L


(Suite de la 1 re page)

Et pourtant. a seuil de
cotte nouvelle experience
politiquc. j'eprouve une con
fuse apprehension Car. tou
Lets cas qualit'a que vo'us
vous plaisex me reconnaitre
ne sont-elles |p .s autant
d'hommages quh votre na
ture genereuse :jouhaite que
je partage.
Comme nagurn, a 1'Ecolec
Normale Superiure. je de-
vrai m'efforce a profiter
des lcquns du brilliant Pro
fesseur qui. par [ses exposs
savants, s',ngenlait deve-
lopper chez mes camarades
de promotion et moi-meme
le culte et le respect des
valeurs lntellectuclles et
morales qui conferent ai
1'homme une authentique
dignity. ,

,Mes sentiments. O0 gratitu
de. je les adresse encore
au Professeur Ulysse Pierre
LOUIS qui. ici a ce Depar
tement et dans un 61an
tout empreint de fraternity
aimait A m'initier aux ar-


IRAN :

Pas de liberations,
dit un etudiant
islamique
TEHERAN, (AFF)
II nest pas question de
libtrerer un seui tage de
l'Ambassade amnl'caine a
Teh6ran dansa 1 immediate,
a rdaffirmd Jadih 1 un des
quelque 450 ,st'udiants Is-
lamiques,> qii j occupent
l'Ambassade dIeuis onze
jours. Cat dtl daP.t, joint
au telephone, a declared que
talent membrds de la CIA>>,
et que leurs a.1ittcedents
continuaient '1 Itre exami-
nes, Il a eti f-rmel : au-
cun otage ne era libere
dans limmddiat.
fous les otages detenus
a 1'Ambassade nmericaine
seraient liberes atres pro-
chainement> a ;.'exception
des americains de race blan
che avait, quant 5. lui, d6
clar6 Monsieur Abolhas -
san Banisadr, lesponsable
iranien des A fa.ires Etran-
gtres, a lla c.aine de teld
vision amdricaine

canes de la polltique. le
mot etant pris dans son.
sens le plus Slevae, -

J'incline a penser que les
voles de nos destins de-
valent nous conduire des
points de rencontre. En ef
fet. 11 y a quelque six mois
je vous succedais a la Direc
tion Generale du Journal
LE NOUVEAU MONDE. Au-
jourd'hui. vous procedez a
mon Installation comme Ti
tulaire du Departemant de
la Coordination et de 1'In
formation. ,

Mes Chers Amis du Departe
ment de la Coordination et
de 1'Informatlon
Un viel1 adage veut que:
tLant vaut l'efficacite des
fonctionnalras. tant vaut
1'Administrations :,
C'est vous dire tout le
devouement et tout le souci
du travail bien fait que
j'attends da chacun de vous
a quelque Service que vous
apparteniez et ouelle que
soit votre function:
Je me retrouve en conflan
Ce dans cette grande famll
le a laquelle je n'al ja-
ma.s cesst d'appartenir
Malgre les sentiments ne
gatifs qui trap souvent 1h-
las ddterminent 1e compor
tement de certains hu-
mains et les poussent h s?
dresser centre d'autres hom
mes qui, ne voalnt en eux
pourtant que des camara-
des de travail, que dis-je,
des frers. je garde le fer
me espoir que vous m'appor
terez une collaboration
franche et loyal., depouil
lde de toute arriere-penste
,Car Titulaire du D6part.e
ment de la Coordination et
de 1'Tnformation; je ne
veux tre que le premier
parmi mes pairs Pour re-
prendre un mot de Lott
,Nous travaillerons ensl m
ble comme des collobora-
teurs blen accords.
Mesdames et Messieurs
lSe Reprdsentants de la
Presse ., ,

S la lot dSfinit les char
gas et attributions du Mi
nistere de la Coordination
et de 1'Information, 11 ne
reste que moirds vrai que
dans les details d'applica
tion il y a toujours lieu
d'harmoniser les prescrip-
tions l1gales, les normes


administrative ,:t les rela
tlons humalnes.

Dans le cheminement de
ces considerations j'tprouve
une 16gitime fierte et un
indicible plais'r adresser
un cordial aalut a tous les
Representants de la Pres
se indistinctement. Eux qui
s'honorent d'etre les porte
paroles de 1'opmion public
que.
Qulnze anndes de carrier
dans 1'enseignement a ins
truire les jeunes, A partager
leurs success, leur enthou-
slasme, leurs prtites d cp
tons, a eVivre leur Vles
toute de spontanditd; quin
ze anntes de ce dialogue
anime avec eux inais tou-
jours cordial sur le plan
des relations humaines,
m'ont fagonnS & une disci
pline personnelle plus ri
goureuse a laquetle j'ai eu
lt bon esprit de consentir.
aLa ddformation profes-
sionnelle qui s'cptre chez
tout Professeur de carri6re
le porte a prendre la paro
le a prendre la louable
habitude d'iouter, a s'ar
me de patience A se per-
suader que a 'interlocuteur
ou le partenaire peut avoir
ses propres Idees et peut n'A
tre pas toujours du meme
avis que vous.
Aussi, m'inmpirant de
1'option du Prdsident h Vie
de la Rdpubllque, Son Ex
cellence Jean Claude DU-
VALIER qui, dis Son ave-
nement au pouvoir, come
11 l'a souligne avec force
dans son path6tique Messas
ge du 22 Septernbre 1979 a
cddlbdr6ment orlentd l'or
ganisatlon de Ihtat vers la
democratisation de nos ins
titutlons, et ri'a cess6 ade
donner les preuves de Son
souci de la parsonne dls-je
humaine et du respect des
drolts fohdamentaux de Ses
Concitoyaens, mi'insplrant
des nobles iddeaux qui anl
ment le Chef de ( lEtat,
malgrd la deplorable in-
comprdhenslon- de ceux qui
oveulent tout d3 sultes, je
veux engager le dialogue
avec la Presse afin que 1'o
pinion publique national
et international solt mieux
informed des grandes 11-
gnes directrices de la poll
tique d'ouverturc du Pre-
mier Mandataire de la Na
tion.
Nous sommes partisans
du dialogue, ma's dans le


respect reciproque d'un dia
logue fructueux, construc-
tif, g6ndrateur d'id6es nou
velles, profondes, lumineu
ses et capablas de develop
per un processus de corn
union et d'echanges mul
tilatdraux.

x x x x

Car trop souvent des ma
lentendus nIalscnt d'une
simple incomprehension et
creusent des fosses quo' cer
trains tournants de 1'His-
toire d'une Nation il Impor
te de combler pour Sviter
qu'ils n'aboutissent ides
divergences et si profondes
qu'elles devierment irrtcon
cillables.

En guise de pdroraison je
voudrais propose; a la me
ditation de tous ,e.ux qui d
sent aimer ce coin de terry
qui est notre, ces fortes r
flexions d'un eminent hom
me d'Etat haitlen. Et je citi
eNous concevons que 1a
d6mocratie pour realise
les justes fins qu'elle se
propose et qui sont le biej
ttre, la dignity et le bo:
heur pour nous comport
des exigences 'harmoni
et d'equilibre, suppose qu
chacun comprend et acce
te les justes limits de se
droits de ses devoirs ainm
que les dis ipxlunea n6cessa
res. Elle ne sauralt, san
se renier, permrttre les e
ces qui menacent la stabi
tI soclale, 1'ordre public e
1'autorit6 de i'Etab. Ell
n'est pas le droit pour n'ii
porte quell opinion, o
n'lmporte quelled alliance
d'intdrets individuals, que
que opposee qu'elle soit
l'inttrtt collectiT, de s'ir
poser par n'importe que
moyen S. la libre volont
de la majority. L'ordre dd
mocratique et les g6ndre
ses aspirations de justice
et d'6galitt qull pose, 1
ddal de libdrition intdgr
le de 1'homme qu;il pour
suit, c;est 1'ordre rlime d
people, qui en assurera to
jours la defense, car il a
sure ainsi la defense et 1
triomphe de sea droits e
sentiels.
Merci
Jean Narcisse

Secretaire d,Etat de la Coo
dination et de lInforma
tion


PAGE 6


MlUcHELE SCOTCH CLUB


VENDREDI 16 NOVEMB6RE


ENFIN EN HAITI, LES PREMIERES VEDETTES

de


THE INTERNATIONAL STARS REVUE


grande soiree spectacle


Avec


LA GRANDE CHANTEUSE DE JAZZ


Zabethe Wilde


et


LES RAVISSANTES CLAQUETTES ETOILES


The Toesters



Un pre entateur prestidi ltateur



UN SPECTACLE A NE PAS MANQUER




SAMEDI 17 NOVEMBRE




Saturday NightExpress



AVEC



D. P. EXPRESS

- - - -


DISCOURS D'INSTALLA TION

DU MINISTRY JEAN NARCISSE


A LA MEMOIRE DE
RAYMONDE
SICLAIT
Le samedi 17 Nevembre )
prochain; A 5 heures de 1'a
prts midl sera chant6e' en
1'Eglis.e Saint Pierre de P6
tion ville la messe de prise
dedeeuil A la mdmoire de la

regrettee Mademoiselle Ray
monde SICIAIT d6c6d6e le
lundl 5 novembre dernier.
Ses soeurs; Madame veuve
Lucien Volmar, nde Myrtha
SICLAIT Melle; Yolande SI
CLAIT; sa tante Mlle. Al-
ceste Albert print les amis
allies et parents de bien you
loir considerer cet avis corn.
me une pieuse invitation A
cette messe de prise de deuil
Pltion Ville le 12 novem-
bre 1979.
x xx x x

DECES DE Mile
MARIE CARMEL
RAMEAU
Les Pompes Funebres Pa
ret-Pierre-Louis vous an-
noncent le de.es de Made
moiselle Marie Carmel Ra
meau


A son pere Monsieur An Des-Bouquets le lundl 12
tonio L Rameau, sa m&re novaebre 1979 l 4 heeura
Madame limee novembre 1979 4 heures
Madame(p^limen Volci- P .M.h Vlags de 66 ans a-
mus, ses freres et soeurs : PM.uel'age de 6 manad-
Raymond, Og6, Philippe, prs une lgue maladie
Jean-Claude, Paul-Arthur, courageusement supported.
Pierre Andrd, Marie-An- En cette penible circons-
ge, Ginette, Yolette, Gla- tance Mr GENUS EUGIENE
dys, Florence, Margareth et et Le Nouvelliste prdsen -
Maryse, 5 ses oncles et tan tent leurs sympathies: a
tes, ses cousins et cousi- sa veuve nde Odette Balan;
nes. Aux families Rameau, a ses enfants: Marie-Clau
Volcimus, Dorcin, Vilndus,%dette; Sulvie; Mr et Mine
Ferdinand, Juin, Demos aocelyn Halaby; n6e Maud
thenes. Bellevue; Wadner; Gerda
Marle-Lourdes; Denise; Jo-
A tous les autres parents celyne; Josnel; Emelyne;
et allies nous adressons Carole Craan; Edwing; Her
nos vives sympathies. la Bellevue; a ses petits
Les obseques seront ce- enfants: Erick; Marie-Da -
16brdes le samedi 17 No -
v a h p a nialla; Marc Gragore; Ma-
vembre a 4 hres p men 1 E niel eemM c G we Ma
glise du Sacr6 Coeur de e Bernore; Jho Hawey; a
Turgeau. Le convoy partira Mine Phelo Brutus; a Mme
du salon funeraice de e1 n Clemence Dorcdly; h Melle
treprise. 1511 Julia Pauy; E a SA soeur
Mme Vve Edgard Stark
S x x n6e Antonia Bellevue : ses
cousins et cousins Dr Va
DECES DE Vve nes Bellevue et famille;
Mile Cldante et Frangolse
LOUIS ETHEART Bellevue; h Mr Pierre Bel
levue; Guy et Nold Balan
Les Pompes Furntbres Pa- et famille; Mr et Mine
ret Pierre-Louis vous annon Frantz Bellevue et famille
cent le dcites dA Vv Louis Jose Bellevue et famille
ETHEART nde ANNA LA- a Ldonie et Simo-i, Belle
rELANLT survenu mardi en vue et famille; a Rolande
sa residence Vixamar et famille: a Mine
A ses enfants, M. Max Dagar Sdnecharls Mine
Ethdart, Mile Pimone E- Jean Lapierre Minme An
thdard M et Mine Roger dr6 Guerrier; a Mr Domi
Nicolas, M et Mme John unique et Victor Pauyo et fa
Dooley, Dr Louii Ethdart fille Mme Michele Pauyo
et Mme, M et Mime Roger Mr et Mme Jean Pauyo; a
Corvington, Melle Claudet Josephine et Virginle Pauyo
te Etheart M et Mme Ma- Mrs Solon et Hubert
thew Krishner, ses petits Mirville et famille. a son
enfants : Max lils et Ma- fils adoptif Mr Luc Fran
rie-Jos6 ETHEART M et 'ols et famille


r








-
r








e


e
a
r
e





i
n
e






ii
Ti

sx
U
et
le
m



m



,e

5
a
a
-
u

Le
is




r
t-


Mme Jean-Marie Corving-
ton, M et Mmo Joseph di
Paola, MM Leslie et Ralph
CORVINGTON, M et Mme


BANS NOS CINEMAS

CAPITOL MPEITAL
CAPITOL 1 IMPERIAL 1


Avant 5h G 5;00
Apres 5h.0 8;00
,4 CHAMPIONS DE "
SHAOLIN


Robert Nicolas, M et Mmn
Bernard Nicolas M et Mine
Franck Kelly;
Ses arrlire petitss-enfants,
sa belle-soeur Vve Antoine
Lavelanet; ses neveux et
nieces : M et Mme Lionel
Lavelanet; M et Mme E-
douard Lavelanet, Mme
Gladys Lavelanet, M. Fltx
Lavelanet M et Mme Paul
Logan & tous les autres
parents et allies, MM Pier
re-Louis et Le Nouvellis
te adressent leurs sinclres
sympathies
Les obshques seront chan:
tees le vendredi 16 Novem
bre a 4:00 PM en 1'EglLse
du Sacrd-Coeur de Turgeau
Le convoi partira du salon
fundraire de 'sentreprise.
i 1'Ave, Josd Marti. 1511



DECES DE M.
LEOPOLD
BELLEVUE
Les pompes funabres G"
nus EUGENE de la Croix
DES BOUQUETS vous an-
noncent avec infiniment
de peine; la triste nouvel
le de la mort de Mr Leo-
pold BELLEVUE; survenue


(

1

(




c



1
C


...Aux .families : Bellevue
Balan; Dorcely; BrutuS
Halaby; Frangois Taylor;
Thenor; Pierre-Lys; Cadet
Etenne; Archille; Vixamar.
Mr G. EUGENE et Le Nou
vell'ste renouvellent leurs
plus vives condoldances.
Les fundrailles du re-
grett Ltopold Bellevue au
ront lieu le samedi 17 nov.
a 4 heures P.M. en 1'Eglise
Notre Dame du Rosaire de
la Croix-Des-Bouquets. Le
convoi partira du salon fu
ndraire de M G EUGENE ofd
le cadavre sera exposed a
partir de 2 heures.
1511


12h h 4h G b;0
6h 9h 0 8;00
JESUS DE NAZARETH
2eme partle

IMPERIAL 2

'12 2h 413 0 S;00
Sh 8h 10h 0 G 8;00
SENATE D'AUTOMNE
IMPERIAL 3

12h 2h h 0 5:00
6h 81h 10h G G 8;00
JESUS DE NAZARETH
l6re parties




CINE TRIOMPHE

SALLE 1
HAIR


CAPITOL 2

PRIX UNIQUE
$ )-o0
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
EN VOITURE SIMONE
CAPITOL 3

PRIX UNIQUE
12 h 15, 2 h15 4 h 15
6 h 15 8 h15, 10 hb 3
$ 1-00
MELODIE POUR
UN TUEUR

CAPITOL A

PRIX UNIQUE
$ 1-00
h11345 1h45 3h45 5h45
%h45 9h45
TRINITA VA TOUT
CASSER

XX X X

MAGIC CINE
Jeudi a 6h et 8h
L'ESPION QUI M'AIMAIT
Entree d, 3.00 et 4.00
Venoredi *6n30
Seance unique
GRAND GALA
ARTISTIQUE :
lere partle: SKETCHS spe
tackle varid, MsLEO LE
GOURMAND, VERTULI
BARTHELEMY vftette
la chanson, et guitariste.
26me partle:NEUF SKETCI
COMIQUES SUC LA V
DE MAITRE VICTOR Z.
BELBOQUE d'apres les t
moignages de deux octoge
laires.
Entrde G. 5,00
Samedi b 5h et 8h
ORPHEO NEGRO
Toute la f3erie du carnal
de RIO
Entrde G. 3.00 et 4.00


Dr. FRANCOISE
GAILLAlRD

ntrde : $ I.O

SALLE IV

L'HOMME EN COLERE

z x x I

ETOILE CINE
a X X

PARAMOUNT



CINE LIDO


-)b



(1p
)II


IN]
.11


C'


BAR-APPERITIF A VEC


UN QUARTET DE JAZZ


IAITIEN.



SPECIALITES


JHAITIENNES



SEA-FOOD


CUISINE FRANCHISE



BOURDON PHONE 2-2987


- -: -1: ~ ----:--- --- -T


JEUDI 16 NDVOIBRZ 1970


1111111~1~~


I _______,________~.~_~iu"' -~iL,-,L-r-~Y--IYY _______


_;-------------r--- --------------:-- -----1---- ~~~ ~ --~----~~------i ------------- ---~~-----'4--'-"~-RI:'-- ~F----~------~~


CARNET SOCIAL


Entr6e' $ .50 et 2.00
SALLI b

LE SAUVAGE

Intrude : 1.50 m .00
BALLE IM


If1






JEUDI 15 NQVE:dBRE 979



DISCOURSE DE M.JEAA
iSult, de lat 4ime pa e) (21- It arcro't les moyens les actions sulvantes : mentes de 32 pour cent, a-
d'une poltiqur. en tfavour Unc augmentation de cre- vec pits de 6MIT' de me:ures
tu11;s *o1111 itni itnFtire eOtiI- des fraina d- 1I'tranger, dits de 29 pour cent. suppl6mentilires).
llie ditlis s:a tlttr', Int '.[iet t (3- II prefigure la relan Pour Ia premirc fois,
IIIttlii1tiUiU. ce des o(.ltitllons culturelles le:i credits destines A corn- Ces measures dordre bud-
qut a .J a la volonit d 'tilt- penser V', ffel sur les remu gotaire complftent des r6for
(,otte pollt t n e:st n pr.ln:lre. nliratlons ft l'etranger des mes adm ni' tratlves qul sins
etetir par iper' .olle anil til haiusses locales de prix ot crivent elles aussi dans le
till Stlitr:t. I, Alitile tit t L 1- Le niveau 6e ce bud- dis variations des Laux de mime effort de renovation
)teul (iIue il iiII 1o i t, p: I.s gp Iniltarque ti ie nouvelle e- clansges sont d I r e c de l'out.l d'plematique.
daulre (lhjil: qt: i do l ai tape. dan, l'efioct de redres t L m e n t r a t t a ches
ire' (iti iiic dide ectna n ell deceyseuis. Pour la trois c- trangures. ne structure de cr'se, per-.
ItjIintiiit nos lhltos alx ite rnnee con cutivellv, sa L.s remunerations des per mettira, d'antre part, en cas
,'ien. pour Hit permettre de cro's.,ance est 'upfrtoure a 'onm Is dexecut on de ua- do- situation exceptionnelle,
exprimier et etic progresser. celle du budRget 4t' itit-dans t onalitf etrangbre qui 6- de centraliser, pour le comp
lii1 l'riice t lt t enid pas se soni" rensemble lnu'squ elle tit t- ent anormalemcnt basses to des diffdrents d6parte-
lit ser decourager par Ilee t nt 149 pour cent. Je n sent rev'ilrieres de 18 pour ments m nasteriels, les infor
(tlitinimtes de touted sri-te me livr-er;t pa'. derlalt I'As- cent so't tn credit de 69 mat arts, de diffu er les. ins
iqul nrreompaanicnt iovi luo,-e-rmtblee 1 ui; calcium tFop MF), les ndimnites des ch.f tructions du gouvernemest
tion du count nont afr c n. .Aibticlde pnurc(ntages. Ma's freur.; de 38 rour cent. et de r6pondre aux deman
Que crux qul chez nousd crn 'ob-erve que- hs credits ai B) Ensulte, des liaisons des de la prepse et des par
i quent cette politique all- loues a man department p'us sitres et plus rapides ticul'ers. Enfin, la creation
lernt au bout de Icur ,logl conna:ssent un taux de cro's (ntre les posters et Par-s do; dun ser-ice des affaires
uo'' s'absten r d'ag r, e.Mt -nnce ou'. chriaue anneo de vent 6tre etabl.is. stratigiques et du ddsarm'-
ivrer les afrlcains fa 1'ain- pui, 978 ret -nn'r:nr ? ment et I'achtvement de la
I're. d'abord les plus Pfal- colui de 1'cnsemble des bud T -r fCr --- ra''"-''- geographisat on de l'Admi
cs d'entre les mains de gets civ Is et militia res d: tVon du chiffre pourront 6- nistraton central contri-
',sances qui n'ont d'auitrc lElat. tre achev6s- en meme temps buerit f micux adapter le
ald'intre cux et belietol que s ra assure la forma- M nl'tdre f l'Etat nouveau
.utres. c'eat en fa re des De cp fa L. : rn-"r re"- t on profess'onnelle des a- des relations internat'ona-
entre les mansa de. fil'ke Etrangeres dans i'en- gents sur le nouveau mate les
i.sIlaices quii n'onit d'autr.' renble de- c's budg t. o. ai riel. Par a'lleurs 14,4 MF
inti nation, a 1'sgard de I'A- PraIt ,.-clne riepu's le de- ont etI deg'ages pour reali- Ces r6formes seront com-
tr.que. que de 1 unliser pour I ut cdes onn es 1970. se re ser, des 1980, la premiere e- pletees par un effort ten-
curl flns propres. Cc nest rerve ft denT vra in 1980, tape d'un programme ou n uant a rationaliser les rela-
sas la pol.t que de la Fran pnur la preTmiere fois depu s qu-nnal visant b reler l'en tons entire les postes et 1Ad
:e. Ce n'cst pai ce que -1 s 197", le seuil de 1 pour scmble de nos posts a un m-n'strat.on centrale.
itricains attendant delies'. crnt. r"- a.u r'd'o Oui permettra
J'en viens pour term'ner de communique avec 1'Ad- B- Si la priority budgetal
I la prsen'alion du budg t 2- J'en viers ma'ntcnant ministration central, mo- re dem ure attachee A l'ou
Jes Affaires Etrangt-r.s. aux gr-,'.l ehctx qu2 c e o e p c t til d.plomatique, la renova
bu 3ifte'rlt t:ap" I'. d'l"nterriintinn de cnrammnii tion ,ritresse agalement les


Vo' rapporteurs orn ont
mul'gne les a pects post fs1
,t les insuffisances. Ce qul
ame parait le plun impor
:ant, c'ect la tendance et
:es'c ausni la ftcon don't le'
budget reflete des cho:x po
[;tique. Or, dro crs deux
points de vau.m l bitdget omie
IJ vous pr[,enie est dans
on niveau et dan- res op-
tions, en confoAn'te avec
los objcctifs que j.' me suis
Fx-s :

ilt- I1 'onflrme et accrns
iue le redressement eritrp-
r"'s c-s dern'res annees et
[ast franchir a'nsi une' non
e''le tape a !a renovation
,e l'instrument diplomati-
l U'C,


A/-' C"anformn mnt aux da
c s uno r :es epar le gouver
nicjtrn. ncp octlobre 1976. et
r'app: Ie s par le pre !dent
de la Rtopubliq'te lors de ma
vis'te au Qual si Osay Ic 19
avrl dern or, c' st l'out 1 di
p'.cmat'qu'e qui continuera
; bt"aeiic'er eo priorite de
ce redrer:-em nt. Les crid t-
uli y sont cnneacres aug--
mrntent de 17,9 pour cent.
L'exocut'rn du p'an de cinq
ans so plursulit

A '-nend', d'abord assu
rerr I dlgnite de la represent
station franchise f l'etran-
get.
i cet egarri, 'attire l'at-
trnt'on du Porlement sur


ca'on c viles
C) Ce budget permet
Ilerent d- m'enox gara
lI. V-rerii d"s pprsonne
de, ed'fices. Sur 20 MF
tor'si "on de program
nouvelles. 14 onot consa
i 1a c, rcrite ori-ae a de
t'm de cer-f cnn et d'a
m'. 30 (emloi- rli garde
s6cir!6 =nnt e""'s. don
nu titre der mesur-s no
les.

Di Fnlin ;e budget s'a
cia fa Ial iat'onal nation
'ln vtrumcnt, dr plomnt q
Cett' annee 'era mart
par la premicre tape
p"oneramme d d6evrlo
ment de 1'informat
don'tt l's crdcits sont


)utres champs d'act.on du
Oga Mnistfre. L'interft que
ontir mon Departement accorde
s et aux frangais de l'etranger
d'au n.cst pas un fait nouveau.
mine Ma's 1'evolution des colo-
.cres n es franchises l'etranger
sys- exige du Ministere une a-
ilar- daptation. La creation d'u-
s dc ne direction des frangais fa
t 20 letranger, ;mportante en el
uvel le meme, s'acr.ompagne de
m.sures concretes dest:nees
f facil'ter l'insertion de nos
atta- compatriots dans les pays
i de d'accue 1. Une attention crois
tue. sante sera notamment ap-
quee port6e f la scolarisatIon.
do La ,mo!tie des employs nou-
ique vtaux crees fa 'eiranger y
aque seront consacrer, avec i'ou-
aug v. rture de 30 posters d'ensei
gnants supplementaires. La
construction d'ecoles nouvel
1'. era entreprise et les cre
d ts de fonct onn.ment de
ce programme augment
ronL de 27,5 pour cent.

Les moyens de 'onctionne
ment des consulats seront
accrus de pres de 23 pour
cent et leur personnel, qui
rn prO ente deja press de la
moit'e (46 pour cnt exacte
ment) des agents en po- tes
f l'etranger, sera renforce.
Ce personnel reccvra la for
nation professionnelle ne-
cessaire pour realiser 1'ex-
tension effect ve fa partir de
1980 du regime general de
security social aux fran-
qais de 1'etranger. Parallle
mrnit, ies credits consacres
I l'action scale en faveur
do nos ccmpatriotes sans
re ,sources, servant reeves de
23,7 pour cent.


P TOE 1


FRANCOIS-P CKET


Ma' l'accent a ete mas
sur :

- L'P.udlovisuel: aux 64,8
ritllons de francs destines
a assurer la contlnu't6 de
note action en ce domalne,
s'aouteront 1l,1 millions de,
m:surer nouvelles.

- La cooperation scientifi-
que: Les services sclentlfl-
ques A I'6tranger seront ren
forces par l'ouverttare d6 10"'
posters r ipplem-ntaeres. Le
fonds de la recherche fran-
chit cette annoe le scufl des
10 MF.

- La formation d'etudiants
strangers: 11 est prevu de
port:r a 1.500 F par mols
le taux des bourses qui leur
sont accorddegs.-

- La cooperation avec les
pays du tiers monde: Les
measures nouvelles benefi-
cieront en priority fa des
projects de d'veloppement
en .matifre d'Fnergie et dP
Patieres premieres dans lea
poysr let monis avances (18
MF), A la reliance de notre
cooperation avec 1'Algeres
(21 MFI et avec la Chine
(3,5 MF).

J'ai bien conscience du
fait que ce budget des rela
tons culturelles, s'il expri
me certain inllochisse-
ments dans le sens d'une
modernisation' des formies
de notre presence ne tra-
duit pas globalement la
croissance vitgoureuse que
pTeconisent notammint 5v5
commissfiions depuis plu
sieurs annfes. Et J2 t;,ens A
m'expliquer clairement sur
Ce point.
Des mon arrive au quai
Dl)rsay, j'ai prescrit un.
6tude en profondeur sur
1'avenir des relations cul
tuirelles extfrieures, cons
client Je suis de l'importan
ce capital de cette dimen
sion de notre presence dans
le mond'. C'tte Otude. a
laquelle d'ailleurs certain
d'entre vous ont.et0 person
rill'mpnt assocnis. vienit
de s'aIhever. Ello me met
en meair.? de presenter au
gouvern aent on certain
nombrP dp nro-nosltiot t"' ni
sont de nature e r4nover
cette act-uin clillurpll.' sun
sens leerpe, nut inclit I''tn
seignem' nt. la recherche.
la cooperation en vui le
,.,d6v onnement 1'- bchan
ges intelleefuels, artistic'
ques, scientifiques at jus


qu'aux Ochanges de Jeunrie
ce qpi lmplique d'allleurs
una conecrtation c profmun
deur avec les adinlnstra
tiois qul, ,aur le' pla intO
rieur, r6pondent de ces actl
vlt6s. Une relanc2 d'ensem
ble de nos relations cultu
relies extdrleures est dds-ar
mals possible. Je ne cache
rai pas u'el1fe n'a de sens
que si elle s'scdcomnagne
de Certlam.ps r6tributions de
moyens, sutir 1s lan des
priorits g .grarh ques ou
sectoriellcbVs.t d'une reftes,
en cause dte blen- d2s habi
tudes administrative. II ne
,s'agit pas prirncnalement
d'qtit's f-s'.eS dp dirmran
der des credits stnpl6men
taires qui s'ajouteratent pu
r-menm et simnl.irnnent ft
line mass ouit rre'r&esntp.
je le rannelle rates de la
nfiftl don Iriefret tie rmn did
parte'ment. II s'agtit d'un'. r6
nnv-tion en nrnfale'nr s'ei'
conmnagnant. 1 epsrifti re c
rnsve'ns stmrl"rsOmntaires
danes -on perspective pluri
annuelle.

Le present buddrpt n'pst
drnnr pas une premiAe 6ta
r- d-o et-P rpei'e.'*. T1i n'
est, nar les inuix qu'il Px
prime, que la orfieirati, n
Pour conclur-' -tp ,'
spntstion ri, nroipt de bud
P'Pe nmir Iq80 i'ain', "P
1'Pffort pntrnrt- n-nr r-1l
vets lee prnntr'vftnti'e tnet'
ti'ceq anh dp o' trI ib:uOttons "n

Cette anne la roontribut'"on


Pour ami orer I'nforma-
tion, un service d'accu il
special se a etc6 ouvert au
sein de la nouvelle direct on
des franca's b. l'tranger .

C Les credits de la di-
rect!on general des rela-
tions culturelle:, sc.entif -
que et technique progressent
cette annee de 13,02 pour
cent. Je net ens pas comp-
te, dans Ics comparisons
des 5 MF destines a la ville
de Strasbourg pour faciliter
la construction du future sie
ge de l'Assemblee Europeen
ne. Je precire d'a.-leurs au
parlement que ces 5 MF
nWont pas 6tt preleves sur
1'enveloppe pre'ue pour la
d reaction general, mais ont
fa't I'objet dune decision
particuliere du Prem'er Mi-
nistre, hors enveloppe en
quelque sorte..

Meme si une progression
de 13 pour cent a pu parai
tre insuffisante ?& vos com-
missionq, ce taux n'en est
pas mo'ns nettement tupe-
rieur a celui des depenses
'e meme nature prevues a
l'ensemble du budget de 1'E
tat (12,3 pf,ur cent). En ou
tre, 1 s actions de coopera-
t i o n ben"ficient de
la plus important des me
sures nouvelles du budget:
elles req.oivent 220 MF sur
Irs 535 prevu: a catte fn
soit 41 pour cent).

A 1'intdrieur de cette en
veloppe, les formes -les plus
moderns de nrtre pr6eence
culturelle ont ete privile-
giees. Cela ne signifie pas
que les formes claesiques de
notre rayonnrm-nt culture
soient ndglgges C'eF.t ainsi
que les credits -destines aux
changes artistiques seront
ports a 23 9 MF. en aug-
mentation de 15,6 pour
cent.


de la Frafice au CNUO prhlt
c'nal organ sm& d'asslstun
ce 'multlaet6rale des Na
tlons Unlcs sera augmented
de 55 pour cent, ce qui per
mettra de la doubler en
dtux ans.

CONCLUSION

onsleur le president,
Mesdames 'les deputies,
Messieurs les deputes,
Pour ies ra!,ons qug' o 'al
Indifques au d6but de cette
intervention, je n ai pu trail
ter 1'ensemble d.s capt.aux
da la politique 6irange-_'.
Mais je voudrats souligner
devant vous, pour terminer
la capacity ae proposiuoin
de la diplomatic frangaise
On pourrait dresser une
longue listed de, ses initiati
ves:

En matlere europnenne a
v2c le Con'seil .renf n, le
systfme monO '.cre, le de
mantelemrnt da montants
compenesatc'o v.
En matie'e de s.curitt et
d' d6sp-"'ptnnt eir 1
plan mondial et .?n ce qui
a-ncerne le continent euro
peen.
En atifrt h'umanitaire.
av" lI conf6ren"-' ,t (e
neve sur les refugi6s in
Surl Vet Ai;nti'e et c'elle
de Nefiw York, il y a d 'ux
jours. sur i'sid' a,,"' nopu
nations cambodglennes.

-En mnatitre nerg6tique
avec les in'tatitivs prisess


en julTI NTokyo et To- dtalt.
gue euro arabe.
-En tnati6re . 'ia'
tons nord sud. avec la pro
position dd trilogufe.

-En matlnre de rela
tlons st ouest, avrc le de
veloppem-nt des rapports
franco sorv tiques,

Au Proche Orient, a-
vec la a3ticipatlon fran-
cais' f Fl INUL et nos inl
ttatives r"ur In normalisa
1 tIn de la situation aus L
ban.

--vec l'Algrie,' un dia
logue renoue.
-En Amerique Latine a
vec le dev'loppement de
nos relations avec le Br6
s'1l t le Mexique notam
ment.

J'a; 1? sentiment que les
srandes orenattimns de no
I nlitique Otranpre, Pt
"Sli, Oi'. soipnt les dif"
f["',-cr.s d'annreciation ren
--"-^,-p ,lnp ] rin adhesion
de l'opinion puiblolaqe. Cel.a
pe- d'autnnt nvi\s rvcessaire
roep In r6alit'a international
lP avc iCs dfi'as et ses chan
co-q pitrfA" e d plus enplus
rdns 1s dsstin6e de la 'Na-
tion et dans la vie des indi
"'dis. c,
Une 'diplomatique acti-
v. irv-ntivw rtinOreus?: Tel
en 1l'objeetif don't le bud
-t mr- i'ai l'honne,,r di
vnous rtr6epntPr est l',ndis
pensable moyen.


".. -. w '^ .-i- f- ;'_" f"- "i


r ---


TROPIG3S,

L RUE PAVEE TEL.: 2-3936, 2-0341


Il~bbl~ ear rr Ir I


r ---I ----~---- -------I--- ~---lf I--- I~~--- -~~~-'I~--*~~-.- _r~~-~-'---~--- --ill-'-~- -"T.--~.i.---~'--l-- --7 ----- -----;--~~- --n-~-r


----------------- --------,-------;-- 11 I ,-- __ __ __--- -r -- - - - -, - -I - - - - 1 .1 1L I


1'


3




eq
"'4
WA

ci


S

'5
We
p
Sr
i's




*


14
is


'5
'I
5'

is
"C"'
ii
is




I'


'p
'5


,






~4Il NOUVKLI1IUTZI


raTnllWr 1R wr'7Orc'TD1' ifl


- -- - -1- V NNW


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


$ 1.50 et 2.00


Midi 2 heures 4 hewren (n permanence) 6 heures 30 et 8 hemes 30


CE SOIR


Salle II


$ 1.56 et 2.00


Le Sauvalge


Salle III $ 2.00

Dr. Francoise Gailland


Sane IV $ 1.5

L'Homme en colere


-- - --- -- WAO


LES ETATS UNIS Depart pour Cuba
MARQUENT DES de 1.200 ecoliers
(Sei,te de la lee age", ehiopiens
l boursiers


ditenuso a declared mercre
dl un hait It nctionnaire
du d&partement d'Etat
Tout en ecounaissant
que l'ex-Chah pourrait quit
ter les Etats-Unis d'ici une
quinzaine de jours, kon indi
que en prive a la Matson
Blanche que le President
Carter souhaite mime retar
der le depart d' 1'ex-souve
rain tant quo l'Ilan n im
ra pas ced6

Quelque soit le sort des
otages, une chose est cer-
talne: Les relatic.ns diplo
tiques amdricanouiranien -
nes ne survivron', pas a la
crise, et les mea'4-'es odop-
ties par M. Cart .t- inter
diction des impor atioris de
petrole iranien.[ blocage
des avoirs public iraniens
seront maintenues pour
longtemps. estlinn 4'ensem
ble des milieux iDolitiques
amerlcains.

Sur le plan ini.orieur, la
fermeti dimontile oar M.
C rter est egaleeent payan
t(. Sa cote pqrsonnelle
remote et le def de l'Aya
tollah Khomeini lui per-
met de corriger aux yeux
de l'opinion pubLique ami
ricaine, tpute entire der-
riare lui, le poir.t le plus
faible de son image de
marque: Sa quality d'hom
me d'Etat sur dm l lui mi-
me, le fameux ,Ijeadership


Addis Abeba -~ (AFP)
Mille deux cent orphelins
>'fthiop'emr, ag6s de neuf a
seize ans ont qu:tte .mercre
di I'Ethip'e pour Cuba ofl,
ayant obtenu. des bourses
du gouvernement de la Ha
vane, ils poursuivront leurs
etudes, annonce-t-on jeudi
a Addis Ab.,ba

Ces dcoliers, orphelins de
puis la guerre de l'Ogadeao
et le conflict irythrien, pr6-
cise-t-on, se sont embarques
au Port d'Assab. Ils rejoin-
dront a Cuba, mille deux
cents- tudiants thiopiens
qui y benefi,'icnt deja ,de
bourses d'etudes.


OMNIA
SERVICES
Louis AUGUSTIN
Comp*ai.ble
125, Rue du Centre 125
Phone 2 1548
0 --
LICENCES
VIGNETFES
ASSURANCE
VEHICLES
ETC.
RAPIDiTE
ET SER.EUX


INSTITUTE FRANCAIS D'HAITI


1804


NOUVELLE VERSION DE TI-CRAB ET GREN'ADINE
ENTIEREMENT REMANIEE, PRESENTED LE ler

JUIN '79 AU PALAIS SANS-SOUCI



L'histoire du Combat d'un people

pour sa LIBERTE


Vendredi 16 novembre a 6 h p.m,


AU PROFIT bES ALLIANCES FRANCHISES D'HAITI


Cartes en vente a 1'INSTITUT FRANCAIS; a 1'IPN

et & La Boite a Musique; Rue Pavee
Xzf= -.


Nouvelles de l'Amerique Latine


CUBA : LIBERATION DE
QUATRE CENTS
PRISONNIERS
POLITIQUES

LA HAVANE, iAFP)
Quatre cents personnel
.ont' ete lib6rees Mercredi,
aL la Havane, dans le cadre
d'une amnistie accord6e en
Decembre defnier par le re
gime castriste et don't 3.600
prisonniers politiques Giont
bfndficide, apprend-on dans
la capital cubaine.

Soixante six des person-
nes liberdes aeaient eu
des liens avec I ancient pr6
sident cubain. Fulgencio
Batista, renversa en 1959
par la revolution castriste
Parmi elles, figure le fils
de 1 ancien Maire de la
Havane, Monsieur Luis Po
zo Jimenez, qui avait part
ciph k une conspiration or
ganisea centre Monsieur Fi
del Castro par le directeur
dominicain Rafael Trujillo
Dix des personnel lib6
rfes sont d anciens mem -
bres de la Police et de 1 c,,r
moe, emprisonnas par les
gudrilleros avan' la prise
du pouvoir par le Pr6si -
dent Fidel Castro.
Parmi les amiutstids, fi-
gurent dgalement cinq fern
mes don't Madame Marta
Frayde, ambarsadrice de
Cuba k 1 UNESCO en 1960
qui, de retour a la Hava-
ne, avait collabore a un re
,seau d espionnage.
' Les prisonniers lids A
des organizations terroris-
tes ainsi que kles crimi -
nels de guere.e, membres
du regime de Filgencio Ba
tista qui ont 1.e reconnus
coupables d assassinats mas
sits eo de service particu-
lierement graves par le re
gime Castriste, dtaient ex
clus de 1 amnistie.

De source inmp endante
du gouvernement, on indi-
que qu il rest moins de
500 prisonniers politiques
dans les gioles cubaines.
Le nombre de plisonniers
6tait estime, de mime sour
ce, il y a quelques annees,
a 20.000

X x x x

COLOMBIE :
OCCUPATION DE
L AMBASSADE DU
MEXIQUE A BOGOTA

BOGOTA, (AFP)
Une vinstaine d emplo -
yes du Ministire Colomn -
bien des Finanes, en gre
ve depuis 84 .ours, ont oc
cupe Mercredi 1 Ambassade
du Mexique a Bogcta pour
attirer 1 attention sur leur
action, apprend-on dans la
capital colombienne.


De source officieuse, on
indique que les grevistes
ont remis 1 Ambassadeur du
Mexique,. Monsieur Ricardo
Galan, une lettre d6non-
gant larrestation de 923
de leurs cambrades, les
mauvais traiteioents infli
gfs A 70 d entire eux patio
les forces de ,,ordre et le ,
licenciement de 400 em-
ployes.

Deux 6glises ont gale. -
m~net te occuae.% par dcS',
employes du Mflnis'er& dans
les le les-s de Mo meda. ca
pitaie du Deparlement le
Cotdoba, et Baranquilla,
capitale de 1 Atlantique.
Une dglise de Popayan,
capital du D6partement
de Cauca. est, quant a elle,
oecupe depui3 roardi der-
nier par des grevistes qui
tentent d obtenir le regle
m'ent d un confllc du tra-
vail.

S xx 2 x

IRONDATIONS
CATASTROPHIQUES EN
AMERIQUE CENTRAL

SAN JOSE, (AIFP
Le grossissemcnt des Fleu
yes dAminriqu' Centrale,
consequence des pluies di-
luviennes qui se sont abat
tues Ces jours derniers sur
la region, ont entraine des
deghts tris imprrtants dans
1 Agriculture du Panama,
du Costa-Rica et du Hondu



Sandwich
informatise

BOSTON
(MASSACHUSETTS)
(APP)
Le -premier Sandwich in
i.rmatie va faprc prochai-
nemear -on apparition aux
Etats-Unis Un inginieur


ras, apprend-on 6 San Jo
soe.
Au Honduras, le 'gouver
nement vient de decriter
1 itat d urgence dans la zo
ne Cotitre du No0d, tandis
qua Panama les banane-
rates et les rizieres de la
region de Chiriqui ont ted
,lies plus touches par les
intemperies. ,
Au Costa Riza e:nfin, les
eaux des Fleuves et riviy-
res de la region frontalid-
;se avec Panama attei -
gnaient mercredi le niveau
du premier dtage des mat-
sons.


IRAN : COMMUNIQUE
PALESTINIEN

BEYROUTH, 15 \'OV
(AFP) -
Le aCommandement de
la revolution palestinien -
ne>> a annonc6 jeud' dans un
communique, quo ales ma
noeuvres militaires anglo-
amiricaines dana la mer
d'Omag, visent non seule-
ment 'Iran mais gale -
ment la revoluti' S. palAti
nienne, qui ne peut resp r
les bras croisis devant de
telles menaces>.

Le communique' de cet or
ganisme qui reg'oupe tou-
tes les organizations pales
tiniennes, y complis cells
qui ne font pa; parties de
l'OLP, a 6t6 p _lie a Bey-
routh par 1'agence palesti-
nienne d'information < fa>. Selon le communique
acla revolution palestinien
IA, affirme son soutien to
tai a la population iranien
ne face aux complots tra
mes par 1'imo'inr.lisme a-
mericain>). I1 auute que
les banques amriicaines ap
partiennent au seul people
iranien et pesaenne ifa e
droit de les gi.e."


du Mssachusetts, Monsieur
Iobert Hanson, vient en ffet de mettre su point nienne qui su
ne machine uermettant situation en If
de confectionner un san- contacts direc
dwich en un temps record dirigeants ira:
sans aucune intervention a encore ajou'
humaine. nique, Cet appareil, 1 Matice, pourra preparer un people iranien
sandwich sur measure se- evolution .
Ion le gofit du client qui
disposera de touches pour
choisir viande, condiments,
beurre L'ensemble du pro
cessus ne prenant que 15 se HEUREUX
condes. GAGNANT
L inventeur de cet appa-
reil revolutionnaire pre- C est le nu1
voit d ouvrir plochaine a gagne la pr
ment dans la banlieue de par la maison
Boston, son premier maga h l occasion d
sin qui : emploiera qu uns anniversaire. T
seule personnel : le cais- pliments a 11
sier. gnant.


ution palesti-
it de pris la
"an grace aux
ct' avec los
niens frres>,,
t le commu-
3ous tes mo -
ilsosition du
a t de sa ro


mero 093 qui
rime ,offerte
Joe Etienne
le ron 24eme
ous nos com-
heureux ga-
1511


UN GROUP 1000 TOURS
EN VOYAGE DE
FAMILIARIZATION AVEC'
J. -F HUSTACHE


Au d6but de la semaine Caski
est arrive & Port-aurPrin- vain
ce; Mme Jury Manning; Sand,


NTRES
e Stinett c6elbre ecri
americain arrive aVec
ra cGarih an.


UI.YXVII II-SC-ULULUadrlia..
Dvrect-ricle dud Progr~amme DO1-ous avons revu avee
de la Calaibe pour L'Op6 plaisir notre excellent di


Mercredi est arrive avec ration Carrefour Afrique le journalist et crivain
M. Jean-Frangois Hustache, qui facility les contacts amiricain Caskie Stinett au
de 1000 Tours de Parin\un avec les jeunes d'Afriqueteur de quatre ouvrages don't
group d'Agents de voyages et ceux de la region pour le dernier The Grand and
venus en visit de familiar 1'aider a mieux se connai- dernier The Grand and
risation en Haiti Nous avons tre et a s'entr'aider. Private Pleasures dans le
rencontre ce group A 1 Ha Cette operation a dmjp quel il. dicrit tous .les en
bitatton Leclerc. II se corn depuis quelque temps jeat. droits qu'il a visits et
pose de Jacqueline Deck, de ses bases en Haiti en ins- qu'il a aims don't Ha'ti
Montmartre Leclerc, Serge tallant un Centre nutrition auquel il a consacre deux
Simon de Printemps Hauss a Kenscoff; entire auties chapitres.
mann, Pierre Streff de Tho initiatives Caskie Stinett a 6t iV6
mas Cook; Parts. Ma Judy Manning et arrive diteurde Travel et .Leisure
Frangoise Delhorbe de Dili en compagnie de Mine,In- Magazne de l'American
genre b Compiegne Claudine na Holbreque de France Express dans lequel il a-'
Paradzinski de Transcar et sa fille Isabelle Holbre vait consacre en 1974, un for
Paris; Isabelle Galp'n de que; interpreted au D6parte mdable article a Haiti qu'li
St Fargeau ; Paris; Odile ment dps Affaires Etrang6 avait illustri avec une pho
Lebouder de Tourismes et e des Etats-Unis a Wash'ng to de la Citadelle et une
Voyages; Joelle Marvy. de ton Judy Manning a rencon autre d'Aubelin Jolicoeur.
Friedland; Rue de Rennes; tr6 mard soTr' Edith Hu- Il et accompagni de sa
Michel Renaud de Air Mer dicourt; eminent m6decin belle Sandee Garihan qui
Voyages; Nogent Yvette Da pathologlste haitien. vint d'abandonner son pos
vid de CIT Muette; Paris t Public Relations du
Christine Tenaille de Diners Sheraton Cntrelationse -du
Voyages; Chauss6e d'Antin Shew York pour jouir d
Annick Cavanna\ de Trans FOOTBALL J 0 temps a autre des plais'rs
car; IBM; Serge Granler u'apporte la vie
de Sembat Tour'sme Ah m u'apporte la vi


Le Group loge au
Hotel of il rest
mardi.

x xx x

Robert Henry
GOURMET fait un
ge sur Haiti

Nous avons e
plaisir notre excel
frire Robert HEBI
vel Consultants d
MET (The Magazin
living) de New Yo
Robert Henry
n'avons pas revu
queloues annoes mi
tite a la Heming'
une barbe marmon
11 est venu pre
tact avec le
General de 1'Offi
nal du Tourisme
Relations Publiq
Jean E Saurel et
sistant M.. Thdo
pour un grand
sur la bonne ch6r
ti.

II itait hier soi
bitation Leclerc e
gnie de M. Dennis
de la Western U
New York et sa f
rothy maris le s
Novembre a New
venus ici en voyage
ne de miel
Judy Manning
du p:ogramme d(
raibe pour Opirat
refour Afrique


Prince LA L RFV A AI jaaA M
e jsqu, PAR LA NORVEGE
l BAUNATAL (F'A)
(AFP)
Les Footballeurs ama -
teurs Ouest Allemands
ntoe de ont perdu tout espoir de se
report rendre S Moscou pour les
Reports Jeux Olympiques 1 an pro
chain en se faisant battre
a domicile par la Norvige,
vu ave- Mercredi soir b Baunatal
llent con (Hesse), par 1 but a 0 (0-0)
RY; 4Tra a la mi-temps).
Ie GOUR Ces rdsultats acquis a
e of Good la 786me minute par les
rk. Norvigiens grace b. line t
que nous te de Larsen-Oekland n au
que ra dt que la concrdtisa-
depuis tion logique de leur domi-
ontre une nation tout au long de la
way avec parties. Nerveux. les reprO
reenne. sentants de la RFA n ont
ndre con jamais reussi a prendre le
Directeur control du jeu devant une
ice Natio 6quipe visiblement plus ex
et des p6riment6e, qui bndnfi -
ues; M. ciait diejS des deux buts da
son As- vance marquis lors du
Duval match aller, a Trondheim
reportage Les norv6giens terminent
e en Hai donc premiers avec 7 pts
du group europden No I
de qualification pour les
r S l'Ha J O., devant la RFA ( 3
n compa pts) et la Finlande (2).
Goodard
union a
emme Do Sondane sur le
samedi 10 pOUVOir et
York et information
ge de Lu
e de Lu en France

D-rectrice
rectrice PARIS, (AFP)
Sla Ca Quarante pour cent des
ion Car- ,frangais estiment que lusb et dirigeants franqais
son0 plutot corrompusl>,
centre trente-six pour cent
qui les jugent eplutot hon
netes, indique un sonda
ge publid -Jeudi dans le
quotidien regional fran -
cais aSud-Ouestn.


Texte de
I'Allocution
nrononcee par
I'Ambassadeur
Yves Francois
(Su'.te de a loere pa.j,

honneur de collaborer a-
vec Votre Excllence a Sl'
representation du Gouverne
ment Haitien a plusieurs
conferences de l'Organisa-
tion des Etats Americains.
Ce fut pour nous, Excellen
ce, l'occasion d appricier
votre lucidity, votre ponder
ration, votre apnroche ra
tinnelle des problimes en
tant que chef de de16gation
Monsieur I Secritaire
d'Etat, votre experience de
1'Administration publique
et votre maitrise des ques
tions de l'actuaiii i politi
que international font an
gurer orientation dynamic
quc que vous doninerez la
dip4omatie haltienne sous
1'6gide du Chef a Vie de la
Nation.
Nouo sommes convaincus
que les initiati' es heurea
se de l'ex Chancelier ,&
rard DORCELY sciont pour
suivies et amnliiies.
Nous saluolis le depart
de Monsieur Gerard DOR-
CELY et accueillons avec
satisfaction le retour S l'Ai
ma Mater de Son Excellen
ce Monsieur Georges SALO
MON, l'un des beaux 6chan
tillons de la diplomatic
haitienne.
Excellence, Monsieur le
Secretaire d'Etat, les Mem
bres du Personnel Vous for
ment des voeux de success
et attendant vos instruc-
tions.
YVES FIRINCOIS
Secretaire Gen1ral 1.


Le sondage, .ealis6 par
1 institute de snndage FRES& entire le 9 e&. le 12
Novembre 1979 sur 900 per-A LA FACULTE
sonnes, indique igalemeutD'ETHNOLOGIE
que 51 pour cent des fran-
qais interrog6s jiment' sou UNIVERSITE D ETAT
hai able que les homes D'HAITI
politiquej rendent publi- FACULTE
ques des informations sur D'ETHNOLOGIE
leur fortune, leur sant6 ou ETUDIANTS.ADMIS
leur vie prive. cEmme ce AU DEPARTEMENT DES
la se faith aux Etats-Unisl. SCIENCES DU
Interrogis sur la census DEVELOPPEMENT
re de 1 information, 48 D.S.D
pour cent des francais es- Molon J s Albert
timent JU elle existed dans Moleon JArnes Albert -
la pressed audiovisuelle en Emmanuel Armand Phi-n
France, et pour 31 iour lom6 Beliard Jean Fritz
cent, cebte cenAure touche Bernaael MAlix Boucard
la press ecrite. 25 our Maxime Briny Nico-
cent des interreg6s pern las R. Come Christophe
sent que les lournalistes Charles Pierre Romain
ptatiquent ((1 autocensures, Chery Georges Chery -
ode peur d avoir des en Calxte Cldrism" Ijoa sin
nuis. Clermont Spencer Com-
47 pour cent des fran .- pere Joseph JB. Ddsau-
vais interroges repondent guste Jacques Lionel De-
enon,) h la question de sa Daniella Devesin Franc
voir si un journal dof pu klin Dorval Raymond E-
olier odes informations d tienne Alceste Etienne -
sagrdables concernant 1n Yvette Augustin Fievre -
homme politiquo dans ses Joseph Antenot Gagaud-
activltds privees Jean-Claude Gcrlus Ro-
Ce sondage inltervient a r -
pr s les arievilati.ens d F tger Jea Jean-Franqo's -
hebdomadaire satirique suritz Jean-Pierre Ron
des cadeaux de diamanLs Joseph -- Jean-Baptiste Ju
de 1 empereur Fiokassa a lien Guy Lamontant -
Monsieur Valjyj Giscard Louis Lassegue Girard
dEstaing et ajpres le uo- Leseot filss) Alphonse J.
eide le 29 Octobre du'4ii_ Roge Frese'el P. Rosalva
nistre tdu travail Robert ...... ...........
Boulin, qui, dans sa lettre Ijenri Robert Sivere -
posthume b 1AFP, sesti Xavibr St Louos Salnave
mnJit impllqu a tort dans St Fop t- Agousse Telfort
un candale immobller, Eloi Wilbert.
quavalenir rovdld peu a B) plus 3 6ttidiants audl-
va41 deuax jourlsauw, teurs. i


PAGE I


Salle I
I


Hair


AU FIL DES RENC0J


a


le passe-partout






.




















la voiture economique z


pour leconomie daujourd'hui





SV"WSUBARU



automeca, route de Iaeroport


11"~ i"P


JrULPI10NUEM kt; 97


~I-` -- 7--------%


-------------


----,- ______ - I!~-- ---,--,----r-----------,


[


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs