Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10548
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 12, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10548
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text

-~ .-.~.---*. ...------------. .--- I


l' I lx li s.


Nii pirl'mllli'l Collo
1 evl u 1 o]l jru ri 10u
thu Iii lkit1 iiig eral li-i

I A I I I ", 1.t ,Isidencet
dr.. M ini rei''.' ,Ir 1 Edu(c'.-
lis N.ii lonit l de Agri -I
r lll I li'u, i l i' I, (ii OUSi i ,I
I'ill inllw' (i t vlO'.lSle r It
Sr rl'eleI I I' G YZI rI do 1 A
genct d Coop ration Cul
trlt l le ,L TecihlcT -- i i
hlicic d) ins fluclquc c i1,e -
t tlll. IV'C ceC lla:iqllet.


Ce Coiilqtiil'-: ii)pIlons -
Ie s vu),llai' uiC rCenicol >
1iw di (moH1 ln inill d ethan-
g', cd i riml ruli'on'tilon, de [or
ini liati un ci' ipr,'igrani -
nier d'aciolii, hbrt' tn part"
g,, d experiencee' ui rlendce-
vou. S du dounoTr eI du re-
ctvoir>.

L ei s i i s o ni l i .i.n tre q1 1ii
nOU. 11 avonls r' ,.' <'tol:W
d aliii tlt int. '.x's.iveC 'il
I veC imiip.s.iblie

DEROULEMEN'W DUI
COLLOQUE

Le culloqtil a hiurd trel-
ze jours, Cteul' 'ngt sean
cs couiivrnt qu itre-vingit
d:x hli uir's dc tl'ivail tIl
course dc-squelit- un audi'oi
re. to ujollrs -'il r -ng serr5.
ai elnendu et C d' i ute uiiL-
rint deux :o.uitiunica -
Llous


La reunion tenue hier
niatin au Stade Sylvio Ca-
tor centre l'exdcutif transi-
tuire de la Federation Hai
tiennic de Foot Ball ct les
delegues d(c.s Ligues de pro
vince et ceux des clubs de
la Coupe Prad( 1 aiirait an
l ic u()11 n nouvull i u tiournanti
(dinws tus alftalres dul foot-
ball local. II ;urnllt lallu l

;il(,;] 's Iu NI ltiii ir Iiii-C /ier

vil ;'i (tlia t I mits ulli d 'li
',urlll t { )I rs(

I) rl lui O (-i lilt Il dri a

l,. orthunell ]l l dl F i a


I)i Itiltlluul ., I t! i ', I'-us
liiI'. i U it s, iu I I' ii.. iii ii
V;I ll, t nil t iul u i i1 iim0 -
Vu1t iid tll l, 'iri.so' de tii hCue



c(, 1ouvcr-tun somnbl'e d'Ulle
,,l',ri dcl 1)(1i-;' iL di nIII-(ntl rou
v(r' c, i ivu !uit IinUX ain .w ils

c i mnblait happier beau -
coup d ('entre 'eux ct, mnmec
d 's Ji'tuti-s et des enfants,
commit une nicuvre cache
danl. un tllrou i 1 en ilntraitr
des centaines voila : c'e-
tait tout smplemcnt 1'en-
tre' d'un
La dernierc till de voitu
rn all;nt vr Pttion-Ville
villtait Ife ptis'cr et lis der
n"t ; eimlonsUiinnettcs se fai-



AVIS

Les SaltsitC:- du B)ouievard
J. J. Dt.'sailni.; qui, i"I toulte
bunits It( avai'nt Ilamis leur
sal.e a dispio1 ition de la
L:guc Hait eniut des Droits
humain.,, pour une confheen
cc destiinee au giaind public,
regrcettnt, alr ,l enut les
hontu'ux ct dou ilifur inci-
dents de vcndr,.di uoir. 9 no
Svembre en coiuiC.
| II s'excus' ul. aupres des
SuolnbrtU.si's vict imas dc ]a
b ut alit ine ii ,' vabie du
Ci Commandia o ,iii nytus' cuit
a a buc de li-'r hospilit ite.
i M, ri gpr TC l'u'' f li. I's coupiS
et les njures dolt ils ont ete
seux-atusi victims, ils reste-
Srounlt 1iaux 1 Ouix-mInmes.
i C'e-t-a-dire d,-" rel'gieux e-
; educate curs qui eroient ftrm(e-
ment que la promotion deo
Dro'ts Humains fait parties
integrate do touted educa-
. Ltion libcratricc, celle qui per
-|sonnalise ct humanize I'indi
E vidu.
S.P Jacques MESIDOR SDS
Super:cur des Salesiens.


PARTICIPATION AU
COLI.OQUE

95 pom-i ceni des orateur's
pressiintis oi, 1 pnondu A
l'aipi 'l. Dc-i Insci iptllois 1
deinltre here, trop nom-
breuses. n'ont ou- 6tre pro-
gramminies, noun.s cblgeant.
ainsi a laisser maintes corn
MnLniiicaLioiti 3lr les galdess

MATIERES DUL
COLLOQUE

Le d6vwloppem nt rural.
toile de fond. a ete envisa


gd sous de
pets : in
alphb6tisa
ve agricole
logic et te
tra'.sfert, p
miliale, pr
nine, santd
tour a tot
isoles, equ
nationals
les telles
NO, ONA
DRIPP, OP
CHO, GRE
apportcrent
&e leur ex
ta's appuy
graphiques
giques.

ESPRIT DL

Un chroi
velliste fai
suivante i1
est daboit

(Voir su


;:,i PtI d( plus 'tn plusl rarcs.
C cltit une de ces apres-mii
di d elt ouil It .oleil tom-
bait plus lon-'.temps sur to
tC et leCs comm( rqunts fur
naleit Ilours portes plus tot
que d habitude des va-
pours de chalo ur faisa ent
danser la chautsee et des
chiell". n,' pou"ant memo
pas la traverse r se laisaientt
tomnbFer sur le trottoir a
l'ombre d une vendeuse
inuirchandei, e quives de
justesse par des pistons ha
lehtants et complement de
slhydrateu. D'enormes nuages
gri.s sombres s'accumulaienta
tiut haut de la montagne et
lcur poids so faisait sentir
dans 1'humldite qui baignalt
la ville. Un marchand de
i, giP qu' I avaitl tout ven
du) divalait la pente sans
Jlare du bruit, press, il'
retournait ver son point de
depart.

On pouvait entendre le
vol des rnaluIChes Le silent
ci plat et fasc'nant de cet
to rue, d'habitulde si mouve
mentee etait entrecoup6 par
des clameurs provenant des
iKorid6> : les <'clacs> sees



AVIS

A 1"ocons'on du DES FORCES ARMEES
D'HAITI le public e st cor
dialemnent invite a assisler
a la Grande Par'ade Mili-
Stasire qui aura lieu sur les
nelouses du Palais Natio-
nal le Dimanch- 18 Novem
bre 1979 a 10 hres, en 1 hon
neur de t!on Excellence M
s le President i Vie de la
Republique, Chef Supreme
et Effectif des Forces Ar-
r m6es d'Haiti.
i
Roger ST ALBIN
3 Chef d'Etat-Maior Gendral
des Forces Armies d'Haiti


COLLOQUF INTERNATIONAL SUR LE
DEVILOI'PEMiEN'] RURAL EN HAITI ET
DANS LA CARAIBE

ALL OCUTION

DE CLOTURE

par le professeur

J. B. REMAIN


UIRECTEJR LUCIEN MONTAS
ADMINJSTReATEUR Stin. Max CEEAUVECT


T616phone : 2-2114 Bolte Pballe : 131
Rue du Centre Ne 31i


LES OTAGES DE L'AMBASSADE DES USA A TEHERAN



L impuissancedu gouvernement



de Carter


mu tiples as La cruise iran'enne est en-
struction surtout trade lundi dans sa deuxieme
ttion, coop6ratt semaine sans que le pres-
e, cremt, techno dent Carter ait apparem-
s co'ucitions do ment enregistrc le mnoindra
planification >a success dans ses efforts pour
romoion femi fire liberer les otages ameri
, rel-.ion. Et cains de Teheran par des
ur, conterenciers moyens diplomatiques et pact
ipes, institutions fiques.
et international M. Carter a r6un a nou-
quet ODN., PIR- veau lundi martin ses princi
ADG TECADE pauy conseillerr de politique
PINT CRUDEA, H etrangere, come il le falt

PIN, CRsultaDE pratiquement tous les jours
perience, resul depuis dimanche dernier,
es Icitjdications pour evaluer la situation et
et nmlchodolo- les options tre' limitdes cqui
restent ouvert's au gouverne
ment americam
U COL.LOQUB Dimanche snir, h la suite
d'une de ces reunions de tra
niqueuc du Nou vail autour du president Car
it la remarqua ter, le porte p it-ole de la Mai
ce propose : an son Blanche ava't repete une
I atuird par l es fois de plus que toute tnitia
tive militaire pour fa re 6vo
Aite page 6) Juer la ituaticn etait e>clue
Les Etats Unis a-t-il dtt con
tinuent t s'en remettre aux
patients efforts diplomat
)ERA L ou et a 1'aidr que leur ap
portent sur ce plan un grand
.F TS 'nombre de pays ou d'organi
I M. 0 stations.


tions sportives/ affiliees ha
la FHF, sansi(vouloir sous-
estimer la complicit- du
fair-play et de 1,'esprit con
ciliatoire des actuels diri-
geants federaux. La suite
des debats prevus au diman
che 25 novembre prochain
contribuera probablement .a
it denouer line cr;se assez
comprometttante pour la-
venir de notre sport rol et
ne devra surtout pas ter-
nir cttCe bonne impression
laiusic par le conseil fedd
rlt. ,'ordre du jour de la
convocation adressee aux
inthere.'ssts in'a pu etre epui

(Voir suite page 31


La presence de M. Harold
Brown, Secretaire 5 la De-
fense, A la reunion de lundi
matin, ne sign:fie absolu-
ment pas que le gouverne-
ment pourrait changer d'i
dee et envisager dc regler ia
situation par la force, affir-
me-t-on de source officielle.
Simplement, le Secretaire
A la Defense, qui dispose do
tous les rense:gnements par-
venant au Pentagone, a tou
jours ete parnj les conseil
lers du president pour toutes
les affaires de ftcurite.
L'impuiisance Gu gouverne
ment Carte.- est d'autant
plus ameremenlt ressentie a
Washington que opinion pu


blique americaine manifesto
des sentiments anti-iraniens
de plus en plu- violent. Le
spectacle de la soixantaine
d'otages americains retenus
a 1'ambassade a provoque
dans tout le pays un sursaut
de patriotisime don't le gou
vernement est oblige de te
nir compete.
A cet regard, la decision,
annoncee samedi, d'expulser
les etudiants iraniens en si-
tuation irregulicre est beau
coup plus psycholog'que que
pratique. Le Departement
de la Justice, charge d'appli
quer les directives president
liclles, a reconnu qu'aucune
measure d'expulsion ne pour


Hier, Aujourd'hui

et Peut- tre Demain
Par Carlo A. DESINOR


Alexis Carrel disait ceci:
Cia qui imported, cc n'est
pas d'ajouter tes annoes a
.,la vie, mats d'aiouter de
la vie aux anneasc.


EXPOSITION DE PEINTURES t L INSTITUTE FRANCAIS

LA VISION

DE L'ARTISTE

Par Fresnel LINDOR


Un peintre cat avant toeat
un artiste dans toute 1 nc
ceptation du I-ot II esta
comme 1 arcnilecte, 1 ecri-
vain romancer, le miu-
sicien vrat oun n metteiir
en scene de talent. Par -
fois. il lPs c'rpasse tons
dans une cnvol c fantas-
tique par son sens de 1 (,b
servation, la i;ut'e desciip
tion imagee, niime qtui
sy decoule: sa lure vision
des chose ;menite les plus
abstrai'ex. En \li ai on chlfr


chera une coeretlion da.ns
la plus petite touche appa
remment la plus anodine.
Tout survient, tout s'expli
que, tout simoose dans un
monde micr(',s;conique 11
est vrai mais iiut possede
la cosmouomne du verbe a.
nulle autre ji-:eille. Le
language des closes est ex
ploite a souh;tn ett ce mri-
me language peut servir
d'habitude de tiremplin I
la creativity de tarchitec
te. de 1 eerivain it le p1 is
souvent di'l neilte'ur ell S'6
nie. Nous avon, u tne pr-u
ve tiilgibitl ,7;'c La -iN
ya Nueuo de Gaya, le cdl-
bre peinuie espagnol, qui
a ete portee a I ei an, gii
a servi *1'ossatu'ce au film
qui port l mLme nom
que la celecbr' tlole
Cos artistes qui exposent
Icurs toiles a 1 Institut
FrianQals ni'al ie'nent pas
encore ce souffle magna-
nime, mais sont-ils touss
pour autant de jounes pre
miers ? Ccrtains d'entre
eux, par leur touche nmagi
que, front blernir plus
d'un de chez niOtiS qui sont
reconnus pourtaut come
les maitres en la matidr-.
II ne fait pas de doute que
Ie ehoix du jury n'a a as
edt facile .. s'_lriout avc
les nouvelles ori-ntations
de la peinture moderne qui
chevauchent nialgre tout
avec les tenadcieus ancien.-
nes dites <,dip;ssees oi0
chcz nous la iitp:liture dite
naive oceupCe Lnc.re haait
le pave.


Le bonheur i xi',te quand
seulement un hinmme peat
se dire eon tout, franchise
et toute honnttetc que mou
rir a n'importe oetl mio-
ment. c'est commrne retirer
ses chaussures et. s'endor-
mir lesprit efaigue mais
cmble aires lune journey
biun remplie.

Le boniieur, (' st quand,
dans la grande liphlosophie
de DIEU. on so sent etre a5
la fois dans Stn plan et
de son inspiration, 'u
pLoipt de pouvoir lui dire
le plus simplen-ent du
monde : ',quan.d tu veux...,>
Les annees passent. Elles
n'existent vrai',ent quo
par la VIE doii nlious les
comblons et lite nous em-
magazinons en miles pour
nos enfants, -jour les en-
fants.
CARLO -



QUI SERA MISS
DAITI 1979


Comma on le sait, l'Offi
ce Natinall du Tourisme
i ganise cen cette fill d'an-
nce le contours national
de beaute en vue de 1'elec
tion de Miss Haiti. Les ins
crptions siont cd6j ouvertes
et les candidatures ine ce's
sent d'affluer a cut orga-
nsnme.
Vers la1 mi-novembre, une
premiere selection sera ef-
fectuce par le Jury et scu
lemcnlt lCs quinze premine-
res elues participeront a
la grande finale du 5 de-
cembre, of seront lueis Miss
Haiti et ses deux suivantes.
Miss Haiti representera
le pays at] concours de
Miss Univers.
La premiere suivante re-
presentera Haiti au con-
cours de Miss Monde.
Et ta deuxieme suivante
rosters disponible pour
tout concours a caractere
region 1.
C'est une excellent initial
lve de 1'Office National du
Tourism. initiative qui,
une fois de plus a provoquie
l'enthousiasme parmi nos
jeunes filles don't les plus
houreuses ont sfi allier la
beaute A intelligence.


rait etre prise avant le mois
de decembre
Mais la colYre provoquee
chez beaucouo d'americains
par le spectacle de ces etu-
d ants iraniens defiant dans
les rues pour crier leur haine
des Etats Unis et leur fiddlite
a 1'Ayatollah Khomeiny o-
bligeait le gouvernement a5
Dans le merme ordre d'idee
les sources officielles com-
mencent a evnquer la ripos
te des Etal, Unis centre I l
ran apres la crise, meme si
elle se term P par la liberal
tfon de tous les otages. La
rupture de routes relations,
y compris la cessation des
achats de petrole, apparait
deja comme devant etre la
prem. re, et la mo.ndre, de
ces ripostes.
Sur le plan oolitique, I'affai


re iranienne n'a pas encore
servi a alimenter la camp
gne electoral des differends '
rivaux de Jimmy Carter a1
la presidence. Qu'il soient
democrats oi. republicanss,
les pretendants a la Maison
Blanche s'abstiennent de cri
tiquer trop ouvertement le
gouvernement et louent me
me parfois le -ang-froid du
president.
Par centre, L'anclen Secre
taire d'Etat Henry Kissinger
qui avait toujours fait press
sion poulque le Chah d'Iran
soit admis a ve.nir vivre ent
exil aux Etats Unis, ne mon
tre pas la meme reserve quo
les hommes p -litiques.-Poul
la second tois en 48 heures,
M. Kissinger parole diman
che soir du danger d'elever
ver l'impuissaice au mnveau
d'un principle polit'que.


et briefs d'un joueur de Do
nluno qui gagitait sa parties
et lun cochon qui gueula.t
avoc Loute l,. force d'un
cochon deji pa:;se par 1'abat
toir avail rcussi 5 s'echap-
per d un gains essayaient de le dis
suader de part'r plus loini
Le came etait revenue et la
chaleur ccrasante etait la
scule chose qui existait;
l'cmploye de 1 Etat en py-
jama sur son balcoll, ve-
nait de rentrer et avait fer

(Voir suite page 5)

Apres les
regrettables
incidents de
vendredi soAr


Consid.rons par example
LE DEPARTEMFNT D'ETAT la vision de i'irliste H'-
ATTEND UNE REPONSE A rio Duplan : e n'est pas
SA PROTESTATION
(voir suite page 2)


WASHINGTON (AFPI
Le Departement d'Etat a
indique dimanchc que le got
vernement ha'tien n'avait
toujours pas rdpondu h la
protestat'on americaine fai-
sant suite a 'incident de
Port-au-Prince au course du-
quel un dilplomate americain
ava:t ete pris A parties par
des inconnus.
Le Department d'Etat at-
tend toujours que le gouver
nement haitien lui fournisce
des informations sur ce qui
s'cst product a Port-au-P'rin-
ce vendredi so"-.
Des incidents, rappelle-l-on
ont marque une conference
de press donni e par un avo
cat, Maitre Gerard Gourgue,
president de 1P Commission
Hait'enne des Droits de
l'Homme. Quatre diplomats
(Etats Unis, France, Canada
et RFA) ont ete molests par
des inconnus et ont du etre
reconduits A leurs voitures
sous la protection de la Poll


SUR LA TOMBE DUJUGE

TONY RICHARD
LE DISCOURS DU JUGE MENAN PIERRE-LOUIS

Mr le Rpresentant du Pre C'est pourquoi, a tous
cident a. V-e dc la Republi .ceux que leur conviction
que philosophique explique la
Excellences MM les Secre mort come l'anneantisse-
rcs dEtat menti total, 1'effacement ab
Mr le Vice President de la solu et irre mediable, la de
Cour de Cassassion proc action de homee et
Mr IE President de la Cour de la vie, je demand la
d'Appcl faveur de ne pas manifes
M. le Doyen du Tribunal ter leur enn i et leur de
civil de Port-au-Prince sappointement devant le ca
II est des circonstances ractere insolite de mon lan
ofi 1'on dolt s'efforcer de gage. Car pour moi, en face
roster soi-memo autant que de la mort, je n'ai jamais
possible: celles-ci ne sont pu me soustraire a la seduc
perceptibles qu'au regard tion de ces contradictions fe
interieur, cet organe de no condes de tette dialectique
tre equipment mental qui merveilleuse qui seules ont
demeure ferm6 1a chypocri- la vertu de nous liberer
s'e et h travers lequel notre ,du desespoir: obscurity et
nature se refl6chit toute sa, clarte, vide ct plenitude,
purete. (Voir' siue page 5)


LUNDI 12 NOVEMBRE 1979
No. 31.204

84me ANNEE









FONDE EN 1890 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRE&32


x x x x
De soi cote, l'Iran a an-
nonce la suspension de tou-
te vente de peirole aux E-
tats Unis.

TROIS BUREAUX
LA JEUNESSE ET
DES SPORTS

Trois Bureaux Reg onraux
de la Jounesse et die's Sports
ont ete inaugures en fin de
semaine a Port-de- Paix
(Nord Ouest). Gona'ves ATti
bonwte) et Cap Htiten inord
Les membres de ces Bureaux
ont ete installs par une de
legation du Min:.stere de la
Jeunesse et dsc Sport., corn
posee de M. Fritz Trouillot,
directeur de La Division de
Planification et de Coordt
nat on, Monsieur Franck Jo-
seph Directeur de La Division
socio-educative., de Monsieur
Jean Claude Francois. Secre
taire General. et de deux
membres do 1iUn te de Pre se
AIM. Pierre Ro- rt Fugene
iVoir suite page 3)


CONSEIL NATIONAL DE LA FHF

4 LA RECHERCHE D'UNE IDENTITY
(Par Jean Claude SANON)


Une caricature, celle de
la couverture de la revue
sportive lustre parfaltement 1 etat
d'esprit qui r6dgtait hier ma
tin au Conseil National
de la F6ddrat ion Haitien
ne de Football.
7n bon samraitain non
Idefiteid essaie di caller 'tr
pedestal en ruines du Bu-
zeau Federal.

La revive, alsti.buee gdene
reusement aux congressis-
tes a servi tantot de cata
lyusiur pour ceux qui par
taint a l'assaut du pic-
de.ta.l branlant,> tantot
...dceventail pour atte -
nuer la chaletir suffocan
te de la petite salle d.e rou
union.


Les cl;inatitseurs avaie.it
beau souiller, et' sessou-
ler., la alntie'u,- pIt'elut ec
gulicremn t Ir dsus.
Corps 'haufife et esprits
surchauffcs.
Repliques acrljes, mor -
dantes, :'gres.ives conci -
liantes. La tei apertutire di
tuve n'a 'as sui crpecha cer
taines cibles i a'-i.'.'oir de
temps nel temps fruid
dans le dos.
Les pienmiires pa -,.ses d ar
mes furent bl-ves. Salula
tions ducoage et pun Pre
miCre victim : 1 ordre du
jour hui mn-ue
Celui de il'au 'ite de co.s
vocation Ie Biieau Fede
ratl offrait It, cquesLions
dinteret -,., .. come
plat de rccss'.ince
Celui prop) -6 et adopted
par le cerrfsie, comportait
les neuf points statutai -
res... c'lDii des elections
comp)ris.
Le conse:l extra-ordi -
naire,, rrdalt ainsi son...
extra. Le tona 1,ah tique du
Docteur Conitle, l'argu -
menta tion meticuleuse et
la mnailtr's du ...subjonc-
tif de Me Charlmers, l'a-
gressivite a la Isis court -
toise et feutrec du Doc-
teur Romiain. le provincial
lismes> incurndi.ionnel de M
St Remye iJonaivei, la pro
fCss on dci fois sportive
football ii. Bureau Fddd
ral .ie m'en iihei de Me
Ryswich Jeii. I 1 inspire
tion l'& apas fa.t cefaut aux
congresstites. Malgre la
mise sous tuulslle de la F
deiation Haitienne de Foot
ball.
Au fait: la titelle c'est
(uo'i ? Sur pr,iposition de
la Commission Nationale
de Football Ft'",iinn, le
Conseil Nationual a. charge
le Bureau Fcni-ral de sol-
lcuter de i'aiorite conm-
petante sa dtidflition cxac
te dans le cas de la FHt'
Sa couleur, sa longueur,
sa larger, sa hauileur, sol
goft, soIl poids, son voli
me, soil comnniencement,
sa fin.

Sa carte cd'gentitt en
some.
Les nolveatx status ont
ainsi gagnd un mot. une
phrase, unatarUcle 0ou me-
me tout us chaalitre,


Ca vaut le otio. car cro-
yez le ou non, de la tutel
le. tout le more en par-
lait. Personnel n'en savait
mot.


Nous etions, nous som
ms:; nous serons en tuptu
re '1t.identitA 3usou'au pro'-
chain Conseil National eS


traordinaire.
I' se reunlir t ICtnns 11un?
quinzaine dc ours pour vo
ter les statute; elire un
nouveau Bureau Federal
La Feddratin Haitienne
de Football connaitra a
lors sa nouvelle identity:
Peut-etre !

J CS


x x X


A SURINAM


PREMIERE VICTOIRE

HAITIENNE


En battant Trinidad par
1-0, la Selection national
de Football a tranchi un
premier pas dans sa camp
gnu vers le titre Caraibe

Dans oun sl de national
de Paramaribo ricnpli com
me una ocuf, Jean Joseph


Mathelier marqua uni -
que but de 1 nlqipe hait ,-n
ne au term iine' blle
action collect'
Hai'ti ]outera recre '(li
contie 1'i'quipel d, St Vin
o'nt avant de i opposir Di
mancho dans un veritable
sommet face .1 Surinam.-


LA (F.H.F.)MENACE

DE SUSPENSION
Le Bure u F-ideral vient t'on... et un supplemennt de
d'etre informed de la me- Gdes 50.000 niton encore ver
nace de suspensios qui g Pe s. a
se sur la Federation Hai- Le football haiti6 avec
tienne dc Football. L af- tous ses problcmes finan-
faire Beerschoo: Sanon ciers peut-il vertcr $10.000
rebondit ainsi de faqon '*-a ces messieurs du Beers -
inattendue. choot d'Aavers ?
La participation d'Emma Le club de Manno Sanon
nuel Santn a'ix elimina- si prompt a5 reCourir aux
toires du chatinimunat du bons offices de 1 Union Ro
monde de 1978 aura cou- yale Belge a-t ;1 de son co
te tries cher au football, te rempli toute' ses obli-
haitien. nations envers le Don Bos
Les premiers debours 'ie co de Pdtionville ?
la Federation Haitienne de L'equipe _fu pere Diebels
Football, le p-oduit (Gdes va-t-elle recourir aux boos
115.000) du marathon Se offices de la Fcdfratiou
Radio Metropole les frais Haitienne de Football ?
d'avion, primes, autre frais Quelle que so!t ia procedu
constituaient ddja un total readoptee 1'urgence s'im-
tres impressionnant. pose
Le deuxieme voyage dei
Manno Sanon pour le tour Le, texte delay P FIFA A
not final de Mexico a en ,ce sujet est el.Suent.-t
trained une nouvelle addi- J C S
xx xx


FEDERATION
HAITIENNE DE
FOOTBALL
STADE SYLVIO CATOR
PORT-AU-PRINCE
HAITI
cc. : URBSFA
(pour information'
ZURICH
HITZIGWEG 1i
K/df

Litiee K. Beerschot
V.A.V. / Emmanuel
Sanon
Monsieur ? See 6taire
General,
Plus de 10 mois se sonltfcou
1fs depV's que nous vous a-
vons ecrit a ce sujet; vous
prions de nous communi-
quer vos remarqiurs ou rpn
seignements stomplemen
tires a prosos dv ce litt
ge, afin aue nous npuissons
rdpondre a 1'URBSFA
Noua s4a 3ts tOU4dQ 4'&


tre rests sans rdponse do
votre Dart 5a ce siije,. L 1R
nion Royale Be.lge vient
de nous crirre en disant
oue ce cas est toujours en
suspense. Nous niousd voyons
donc contraihts d inLerve
nir encore une fois en vous
priant de recnittre le men
tant rfclam Ide $ 10,000 a
1lUnion Royale Belg- sans
plus. de retard. Si ce cas
nest pas liquid' rapide -
ment, la FIFA dovra pren
dre des mesur'c energy -
que et suspendre votre fd
duration.
Veuillez croiie, Mon -
sieur le Secrdtalie Gend -
.ral,'a nos sentiments les
meilleurs.

FEDERATION
INTERtNATIONALI
DE FOOTBALL
ASSOCIATION
Le Secrdtaire tIendral
DI. I. RASER


DERNIERE HEURE

WASHINGTON (AFP)
Le President Jimmy Car-
ter a confirm, lundi;,qu'll
avait ordonne la suspension
des importations de petrole
en provenance d'Iran. IL a
indique que dies consulta-
tions talent en court s avec
les allFes des Etats Unis sur,
d autres measures eventuel-
les.
14 President Carter a qua
llfiD de grave, la situation
creee par la rise d'otages
A. l'Ambassade americaine
de Teheran. II a ajoute que
les Etats Unis rejettent le
recours au terrorism pour
obtenir des resultats ,politi-
ques.


UN NOUVEAU COMITE A LA FHF?

LE B UREA U FEL

DANS SES PE1

SOULIERS
Par Allx CARRE


LES SPORTS


"LAKOU"ET "KORIDO"

URBANISME

Par Sacha i IIEBAUD


--- -----------~---- ------------- ------- ---- ------ -- -----i- ..--Y--------;-"".'-~;;l(l:...-~;ii L~. I-i_i_i;~-~ --:~--u


" "~










I;: MF ,AI-'T

111 n '
I I t', I :. v; e I l I-iI I l'v l I -1
,III t'ill I" Iln 'o Ii ljFA 'O i )r
; i i l'!l l de ,, N. :i ont i I u -
it, ii r I Ai Ii in lnion I
'-I !\r'. nill re d(ii l ;]: :101\

itn 'l :'I 1nn1979.



4',, ]i Vir -lII. r :1 r 10 7,i
I mli l lI' ld;i tiII III, ]NrO I lt ( -



7 iI lr ut 1 nt tI I t'vail potI



l.il : lt. Vc i d 1978. El pour


l;i potl' r iir lois depuls 5
;:I.s 11 udlini p cl.l dalls

Ill (hlii;,>il. 'Scion la FAO,

qit Irs lirspjies (di'mIIpOI'l n-
Ittn iiitiunt iirniot l 1 plus.
ItoIll t I~lit [1111 imiitll i [)IfS.

l,:l st!nh l l o ln;i tlelle nf-
lteI' rI j' l-; pays le 3s plus
ualvr-s (]>i :irontl du mtil
! liii1i;ili1 ours imnorln a-
t'lNl i'itinII"rciaIlse. Eli ouil
I rn Its clisi'lln ilil s di'a'doi
ali1litnl!ire risqilelnl d',tr r
,ii lt'iciu-it"s par Ia halls'
la confl'rnc dc" l'a FAO.
rlillnis pour ctidipr, les mo
yei.s de renforcer la sctu-
i'1i atl' nela;' p mondiale.
depvrot l ':ire stir ce point
un constat d'echec.


,LApris plus de trente ans
de cooperatLion InernatlO-
linale. I nonmb"l des affa-
om6s na' c'ss de croltrei, a
ciclnre, elln ouvIrnlt In con
firencfe, M. Edolard SaoUll
ma, Directeur GOTiral de
la FAO. Les derni6res esti
matilons de lan FAO, qui re
monfn't ft 1974, F'ohl, dtat
de 450 millions de persnn
nes snuffranllt d mnalnutrli
tlon.

Ies objiectif's frixcs par les
oriaiaismes des Nations U-
nics dans I domain de
1'alni'tntation. n'ont ja-
m:ils el atteinls. La crois
sance de la production a-
grirole dans tle; pys n
d1veloppement fix6e a 4
pour cent par an n'a pas
atteint un pour cent. L'ai-


DU NOUVEAU EN HAITI:

UNE ECOLE DES BEAUX- ARTS


Vient d'etre creee a PORT-AU- PRINCE la

Premiere cole oil I'ensemble des Arts Plastiques

est enseigne.de A a Z. Ainsi que la Ceramique, la

Tapisserie et ie Tissage

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD'HUI MEME A



L 'Ecole dB s




Beaux-Arts


56,' Rue Micolas, 56 (Ancienne Avnue Bouzon,

Bas Peu de Chose). Et apprenez vous Aussi, les principles

elementaires da dessin, de lapeinture et de la sculpture ,

2 CLASSES TOUS LES JOURS OUVRABLES

Matin de 9 beures a midi; Seir de 4 heures a 7 heures

COURSE SPECIAUX POUR ENFANT ET ADOLESCENTS

LES VENDREDIS APRES MIDI ET SAMEDIS MATIN


HAMBURGER


FLE


SAUCISSES'


Produits de *Boucherie


et de 3 Charcuterie




MORTADELLE

GRILLADES


'JARRET


POULET









ROGNON <


COTELETTES"DE PORC'


les meilleurs en vente partout

Place vos commander au 2-1841

ABC Meat Processing Co


LUNDI 12 NOVEItBRE 1979


LA VISION DE L 'ARTISTTE


do publique a-u d'6veloppe-
niment ne represent qpu'
pcein plus de la mo:L1n du
montant de 8.300 millions
de dollars que le Consell
Mondial de l'Alimentatlon
estime ndcessaire.

En ce qui concerned 'aide
alimentnlre, elle rest In-
fdrieure a l'objectif mini-
mal annual de 1; millions
de tonnes par an fixs par
la conference monduale de
l'allmentation ;'n 1974. Cet
te conference demandait la
institution d'une reserve
d'urgence de 500.000 tonnPs,
r'o-1 P chiffre n'a pas dte
atteint.

L'engagement internatio-
nal sur la sncoti'ft al'itien
taire, qul prdvoyait la mise
en place d'un systtme de
reserves nationnles coordo-
nLes au plan intiesnafional,
n'a et6 que pa'ttaellenent
souscrit.

Sur le plan du commer
ce international, les diri-
geants de la FAO souli-
gnent le probldme des po
litiques protect'onnistes des
pays d.veloppns qui restrei
gnrnt l'acds des products
agricoles des pays en dove
loppement et dn la lenteur
des nsgociations sur le corn
mere international.
Les dltiguos des 144 pays
membres de l'Organisation
tenteront par ailleurs de
dresser un tableau de ce
que sera la situation ali-
mentaire a la fin du siecle
lorsque le globe cofitera
ouaplnoop 6 milliards d'hom
mes. Selon M. Saouma, me si des efforts immensps
sont fails d'ici 1A. 250 mil
lions de personnel continue
ront de souffrir de la faim,>.
La conference, qui durera
trois semaines. devra ega-
lement voter le budget de
l'Organisation pour les
deux prochaines annoes. Lai
disciuss.on sur ce point s'an
nonce vive. M. Saouma de
made un accroissement
substantial drs resources
de son organisation don't
le budget 1978-79 s'elevait.
pour les seules depensecs dc
fonctionnement. i 211.3 mil
lions di' dollars.
Les principaux pays in-
dustrialises front vraesem
blablement valor leurs dif
ficuiiis financieres lies a
la crise ..- r;. I ,'e', pour
justifier leurs rericences.


vter un d6lai trls court. Elia
Be 'lIrouleront unique' iimp
EurT e territoire amdr cain r


(Suite de la 16re page)

seulement le cot. dessrip
tif ou le cote physlonomie
qui fat le polds dc sa crea
tion; 11 y a chezi lc ce 1e
soin Immnuable d explorer,
de sonder, dinr entotier .at
de montrer cei te comniuni
cation, ce lien lruait d'union
entire l'trn et son environ
ement; entire Ic sujet c-
1 objet; entire cc CLui fait 0la
toLalit6 de l'5trCe ct la
conscience et t inconscien
ce du ltout et de la parc.?l
le; ne serait-ce qu'une
fleur, symbol d- 1 inno-
cence, de la pudodur et Ije
la franchise de tout ce
qui e..alt au commence -
ment et de 1 ihmnme dans
son intlgritl d la fois an-
ge et demon ct qui possn-
de encore dans son subs-
couscient les traces de la
royaute d'une existence d I
ne vie sans ombre a 1 onr-
gine. Femrnes et Fleurs' de
NORMA SAPLAM ine pour -
rait mieux tradiuire cette
reality Et ce tableau de
Herio DUPLAN montrasit
un home, tel un poten-
tat dechu assis, vide, sur
une chaise; le visage rava
ge par des sie'les d en -
nuis avec sa -.ipe tentantt
en vain de reciauffer son
ame; meme .on verre, ren
verse sur la table n a plus
la force de re-nplir sa I'.o
lo;ude. A la r.,aniire du
Charles Baudeliire de -'A
une passante.>, il observe,



Une interview de
M. Banisard -
Ce sont les
americains que
nous voulons
jugerp.....
PARIS, (AFP)

A'cun compromise. auculne
rn,:. .. n'et possible, a
declare dimanche l. Abol-
ha-san Banisadr. charge den
Affaires Etranores, pre -
sent que tles otages seronti
buen railte meme s il y a una
lnterve tion mlitairore.

M. Banisadr s'exprimalt
aux micros des radios fran
raises 'France Inter, et rope-1s.

M. Banisior a rappeli
quil 1 y a tine loi internatic
nale c'e-t pour tout Ie moil
de, f- cette loi no permet pas
aux Etats Un s de proteger
un criminal int-national.

Expliquant que les Etats
Unli sont accept le Chah
pour humilier Iran.,. M. Ba
nisadtr a dit qi:,; s' le Chah
meurt aux EL{:. Unis, si on
l'expluse vers Inl autre pays
son pays foremrait un tribu
nal. Ce sont les americains
que nous voulons juger, a-t-
il a ajoule, s.ir leurs dlitis
Irurs crimes on Iran depu s
Mossadegh. Ic coup d'etat, jus
qu'a ce qui s'est passe aujoutr
d hui.

Selon Monsieur Banisadi
,pour tout ce :1' 'est p s
ce n'etait pas la Cour Impi
riale qui decrdait, c'enait
1'Ambassade des EtatL Unisl
et ii ajoute, ambassade, c'est un vrai cen
tre de gouveri)ement,>.

Evoquant I'ventuelle oxpuil
.ion de crertains iranions par
les Etats Un;s M. Banisadr a
ajoute < ls empechent Iran-
Air d'atterrir, es embarque
ments dans les ports, atla-
quent les consulats et les ira
niens, mais quand la casep
est juste, il faut ubir et no
pas codet4.



Manoeuvres
americaines
d' rapide,

WASuINGTON lAFPI
Deux mille sepl cents mi
litaire' de i'armle de terre
amcrioa!ne vontl porLiciper
aujourd'hui luni I dies mn
noeuvres d intervention ran
de a Fort Hood (TPexas;. on-
nonce un responsable du Per
tagone.

Selon des ;ourcrs ;nfor-
mees, deux div.ions dr para
chutistes y prrndroni part
,reflexe rap' de n'ont aunur
rapport aver ten Ivenrment'
d'Iran. a derilar tle porter
parole du Penlagone. te cap;
taine de frdoate Williani
Gengler, elles 6ta'ent pro-
vues depuuis un certain
temps deji. et sont destined
u juger de la capaclte deo
unites oul vont y participer
& irtervenlr en ca sde beso n
ol0t instantan"ment. soil -


da'ns la. measure
ra eottinue-r Ai
ser dans le r6el
pisrait abstract.
leux.. '


oh il pour
Mat6rlal-
tlout e ul
flob. n6ba


l volt nulle part allleurs
dans le vide; 1i1 s sou -
vient; 11 soupi'e... ( Car
j'ignore ou tu firt; tu ne
sais ofi iec vals .) Saura-t-
on jamals la piofondeur
de ses obsessions ?
Et qio dire de ce frleo
esquif, toujours de Duplan,
tout prts du putt ayant a
son bord son nimarin, son
pecheur, zigzaguanr. sous
utine pluie de r'(lands ou
de gerfauls a lat manitre
de sLes conqu6rants. de
Hlrcdia. C'est i dternelle
communion de ce que 1'on
ne saurait voir sous un
oiel vulgaire ...


Le tableau de Ramcr, Ci1ete eL ue Iessence d. donned Cdlor. 1 -rtist R.n-
SRm hoses 1 abstraction appa- se-Marie Desrusser.u. le
etegrn a va'r impere as rente de l'tre tot l pa- rcteur du Mase. d'art
sonnistt, ahn detmere pa raitre qui s impose dans Pierre Monoslet. M5dleine
gnant, Cest l inevitable 1 e p s y ne b s m e PTaillere. Chris.tian Raccurt
Se Cel enuti di matea des chses, cc ligncs e. Luce Turnoe. 171 toilets
1 aelots le lue dnmes meu- et des couleurs; tout cela avaient (e soirm es a u DU
lots aver S ne loures meur-
.Lricres de'seaux, cette for fail de Jean Me isElls ry dent 47 de 29 artistes
ce ininncible de la nature ont 6t6 s1lecto.nie s L Px
Remarquez qu'ici le langa card un peinlro-artiste vi position p-endra fin le 15
ge bouillonne au niveau sionnaire qui a le culte des Novembre' 1979 tparelons
de ces deux enlito s eaux- contraintes internes et 1- elniin que la toile matelots 1et beiitre elles penchant des r fTiuves d.s et Fleurs de Nri.ima Salam
c est toute une vie qui se hoses qoui s'anir.ent au de a tobteni Ile ore-rner prix pt
faufile. s'chelonno et se la dune simpl existon le ,Diieu si boei de Hera
termine rageu,'Iicnt ilu ce: des chose; oui aigui- Duplan a eu Ie second purix
profit des profondeurs a sent en nous la nos:altue Si voius ites ulints par
byssales Pour Ramener, de ce que t 'lon t'a pas v6- l'univers Dicl '.-il. il fait
mmem dans 1 obscurity cu>>. Sera-t-il Ln eranr vous ddp-7chec d'iller voir
dans le glouffr' des chr- peintre ? Le coi'trairp m ain ca, cr les. .hturo's sont li
ses il y a 1 air, la lumicee rait Itonn6 I ui s tit .s i mit'es .
et autres qui c ient de tou no sera pas notre Phidlts Fresno-i LNDOR
tes leurs forces a la vie.
Victor Huig o tg avail -itiA'.--
pas compris en icrivarint sa
piec n,,eno etriv-nt sPORT-AU PRINCE I SAN
Plus pre.s de us, de PRIN
laissant 1 insnridable, 1'm m
palpable, Henri Lamour aller retour
dopte une attitude verte -
ment materialiste; avec I
tin petit gouft de 1 exis'.en 78 L I AE
*tialisme 1 la 1, unire de
an a .' I no' PORT-AU- PRINCE /
tiste uit sisoaine. Pqi sv LUXEMBOURG :
done, q:li Se tue pendant
dos helt is et no. hetures aller retour a partir de

...hosdbioatilet $52200. PLUS TAXE
quti daos bitlu n esie-s cre;-
tellt ii 1 11I.ull oe iunC0otnI,1
tandis qae legrocait de a TRANSIT A NASSAU SANS VISA

lus pansns s pboches Renseigrz-vous sur ces tarifs a
d'un potron, d uti propris-
taire dei all'ci- d arts et
ses acolytes... C,. rt comme tNN
impassdanls1ille Southerland Tours
trouen le proletaiire qui
demeu .e pourtant, incons-
cient de sa force. Quellet Oil vous vous procrerez
e strange apparent e. quelle t
range similtturd tavec la auSSI Vos cheques de voyages
celubre p pee ,V.onu1S de o
e Carl Brouard Naturelle- AMERICAN EXPRESS.
Smerint il y aur toujours
L des protesiati'ous de la
5 part des pIatron; des pro-
* testations valablst il n s n w
demeure pas mo':is vrai que
le malaise est eti i demeu
re...
En at'endatni Norma SaL
lam. commune uti vague neu i
tre. peint. la lenime, cet le --""
c eature dii reva ant vIna
r''e et qui a inspit tlanL de
gnies depinlis e.-; ssicles 30 AVENUE MARIE-JEANNE
Sdobli 'Au cmumeieCe TEL. : 2-1600
uiunent etlit 1 omitlur !i Ce 00
n* est pas un Goys., encore L'AGENCE QU'I NE PERD JAMAIS
moins iin Picasso. mais ce DE VUE L'INTERET DE SES CLIENTS
que decent Saiin Iest la
S f Iemime. a-ei 'on e('orL"i e deC
hI buidoirs aiureole, ses yeux -
iiystcre. s, ios.s i sa -p


SBLOCS E.R.F.


ETS.RAYMOND FLAMBERT

Materiaux de Construction ,
- 4-- -r a


SSituation alimentaire mondiale incertaine. elon la FAO


'I
'I


~___ __


--llyl-


~


deur, sa beatitude Se cache
la chair passicnnYe, la
sensualit tqui invite i 1 a
mour et qu i faith oubll'er
les horreurs d? ce fmonde.
Enfin celul, qui m a beaa
coup impressiohnd eAtire 'u
tre, c es 1 artiste Jean Ma
rie Eliscnrd. 11 na paus
1 allure dun debutai't 11
possede un don rnagiqupe -"
visualiser les choses dans
un jeu d introspection qui
se veut h la fois vivante
et uniformdment multlfor-
me. La lluiditd de son ,x
press:on, 1 intolcrence du
superflu. la corrmbinaison
Intelligent et Ilastiq;ie


Tt in ?t pns posalbl
dnans le adre J un s'rr -
Di) antile d! 'arler da o
tons leS a-Ises de pt.te
position. D'aill Irs 11 v oti
a des dimensions autres
0ue IJ cy saua' s voir il
Pxnrlmer. N'em';-cbhe oI
cette exposition est. v al-
ble dans son insembale
Rappelons que le jury '
tait compose d, sept merm
br'es : Geciner A-mand. Dieu
IC0.1 0. 05010 .0 doit C.l..i. ...e 40


t"
i


SAL,1/0


Ql4Co~v


JAh"BO~*I





LUNDI 12 NOVEMBRI 1979


. -v


LE BUREAU FEDERAL DANS SES PETITS
SOULIERS


(bultle I lit premiOre page)
:,' in i l n d(it In lulte du
Wtilnps et d I 'limportanrcti
deC.s tilt' itions i idoplter,.

IN MARGE DIES DEBATS
LarrIver de Mvr Rlswick
itiln n eniviron plus d'illuti
hlitn dt I'applle nominal
devtail in linll de compete
relallilr l' strilcl qulortluml
:Io ,viml (hIi Buireail Fdedrnil
hll[, It nlnbre des nmein-
ibri' pre i'li.s '1i tcette oc-
t',uion it' cdepassait pas 6.
l o toiseilll'r iGuy Dumes-
Ii' est demissionlnaire (oil
lgtori la reason'), Me Rodri
gui' Caslmir est indisponl-
ble depils sa maladie
iloits liii prdsentons nos
sympaithllusi; M Max Guer
rIr et Gerard Eveillard
soint actuellcmennt t Situ-
rinam: Ic ler preside la
delegation de la selec-
tion national engaged
dans lc iournoi des Na-
tions de la Caraibe. le se
cond reprfsentait Haiti aux
assists de l'Union Caraibe
dc F'ool Ball .
Officlellement, le coml-
tc federal avait enregistre:
la presence de 37- dedgues
inandatecs par ces socictes
du foot ball membres de la
FHF: Aigle Noir, Areahaie,
Bacardi, Commission de
foot ball feminin, Cx des
missions, Cx des Bouquets,.
D c s sa l i n e s, Des
dunes Don Bosco, u Du -
valier Ville, Etolle Haitien
ne, Excelsior, Estere, Gonai
ves, Grand Goave, Gros
Morne Hinche, Jacmel, J6
remie, Lascahobas, La -Go
nave, Leogane, Liancourt,
Milot, Mirebalais, Mont-
rouis, Po't de Paix, Petite
Rivitre de l'Artibonite, Ra-
cine St Marc, Verettes, Vic
tory, Violette; Les Anglais,
P-au-P, Petion Ville, Ca-
yes. Pourtant outre les re-
porters sportifs (Radio M6
tropole, Radio Nationale,
Nouvellis/e, Tel Haiti, Ra
dio Lumiere, Radio Caci
que, Les Gradins, Le Ma-
tin), la petite salle de con
ference du stadium Cator
regorgeait de supplants
delegues et de curieux
friends d'altercations et de
tripotages. Les retardatat-
res s'entassaient debout
comme des sardines b, la


polrtle d'en, rde, comnpll-
quant i nsi In la tche aux re
pc'tseitants (d' la press.
Ont avalt dllu mal A respirer:
le syslInm dei ventilation
de la salle Oet.ai trup chi-
che pour ipourvoir supplier
,11 elte rarelte d'oxygenei'
(11'l'mpotisonli iient, davanta-
ge' Is disaugeables boufli's
de cigarette.

Le Cap ilailtlen qui pourI
rait i'prz'sel i ter I tn alout
majeur sur la balance pro
vencial no s'etait pas faith
representer son absence
d'ailleurs se faisait-elle sen
tir ? On eltait plutot preoc-
cup ah defendre tout tiun
cliacun ses propres intderts.
D'un autre cote les maitres
de la ceremonel accepitrent
courtoisement le d1legue de
la Commission de Foot Ball
Fdminin qui ne faisai.tt pas
parties de la convocation.
x X X X

UN DEBUT COMME A
L'ACCOUTUME


ont vote en favctur d'une
proposition forniulle par
le Dr Conillt dcllegue duI
Bacardi qui ctil', defavora
ble a F.l'tffiliation deflniti-
ve des nouvrllr-; Llgies dlii
Limbc, de Miragoane, de
l'Anse ia Vecai, de Petite
Dcsdunes et des clubs
Shelby, St Louis et Arse-
nal. On suboruoiait au
fond la vraie iracion de
I'appui incondjiioln'el des
clubs de P-aui-' 5 la pro
position du Dr Conillr,
mals qua'n it CVeuille ou


non la province a r&at. une
exeellente occasion de fai-
re valor sa pu;ssance. Cer
tains observateum n'ont pu
catcher leur 6tou.nemen-t vis
a vis de 'ablituae negative
des villes Io provinces
tout comme 11s 1'ont lait
lorsqu'il ont "ipolls la noui
velle demands d'affilia-
tion des clubs St Louis et
Shelby qui sint eni reality
dejai affilles depuls 2 an
nees h la Federation Hai-
tienne de Foot Baill.
(a suivre


DANS NOS CINEMAS


CAPITOL
CAPITOL 1


IMPERIAL
IMPERIAL 1


MARDI 13 NOVEMBRE 1979 MARDI 13 NOVEMBRE 1979


Avant 5h G 5;00
Apres 5h G 8;00
4 CHAMPIONS DE
SHAOLIN


On le chuchotait de.i tA
Cu beau milieu des dimbats MARDI 13 NOVEMBRE 1979
traditionnel. L'on aurait PRIX UNIQUE
cru que finaleimcnt on n'a $ 1-00
bouitirait b rien. Des inter 12 h 2 h 4 hres
ventions semillanies mats 6 h 8 h 10 hres
inutiles, des palables in- EN VOITURE SIMONE
terminables pour se met-
tre en evidence' ou tout CAPITOL 3
simplement pou" se centre
dire soi-mnme. e MARDI 13 NOVEMBRE 1979
C etait tantot uine verAIa
ble lutte en're Bureau F PRIX UNIQUE
deral et delegues manda 12 h 15, 2 h15 4 h 15
tes, tantot paradcxalement 6 h 15 8 h15, 10 h ,!-
un combat d'inuluence en- $ 1-00
tre les clubs de la Coupe MELODIE POUR
Pradel tres solidaires it UN TUEUR
impitoyables .t les ligues
regionales aplsaremment
divis es et inde'osives. 0-' CAPITOL 4
pouvait et n maii,'es fots
conjecturer qugs le.s direc- MARDI 13 NOVEMBRE 1979
teurs du congres sem-
blaient au fur e a measure PRIX UNIQUE
perdre le control, de la si, $ 1-00
tuation ou du moins voa- 11h45 1h45 3h45 5h45
laient en leur Tpofit lais- 7h45 9h45
ser davautage cLargir le TRINITA VA TOUT
fosse entire 2 tendances hosti CASSER
les au aein m,'me de 1'As-
semble. x x I
La mesentente au niveau
des Ligues r6ionales dt- f i I
vait frayer sa confirmation ETOILE CJNE
h 'igu du jnt nrr


nant les dema.des d'affi-
liation. Presque tous les
dlegu6s de la province


Trois bureaux regionaux d la
Jeunesse et des Sports

(Sv'Le de la lere page) a degage le symbolisme que.
revet installation, la cite
Assistanl- Chef et Mario de l'Independance, d'un Bu
Viaud photo'!raphe. reau Regional do la Jeune.sse
Letu cerlmniuoie d'nvestitu et des Sports. Cela nota-t-il
re ont domin lI u 't de sobres il, s'ascrit danis le cadre de
iniairestat oins. mais ires si la pol tique de decentralisa
a gitlfitatives dauns la measure tion du gouvernement.
ou clles ont p; rmil de dega A sa suite; le DUrecteur, du
1er lts grades lines de la Bureau regional des Gonai
politirque du Mn store en fa vyes M. Frantz Jean Charles
veur de la J nei,se. Charles, exprtma son engage
A Port-de-P' x, don't le Bu mi nt de s'acquitter de ses
arit11 Regionil '.'ra dirlge par devoirs pour qtc dema n e.s-
M. Fritz Philippe, le Secre perl2-t-il on puisse d're:
ta re-Gl'iiLral du M'nistere <,ceux-la ont bien trava'll.
M. Jean Claude Franqois a Au Cap Haiten, Monsieur
decrit a I'attenlion du rect Franck Josepl., Directeur de
Iliendairc la ta"he qui lui ca,. la Dtv'sion-Socio-educative,
issignde. Celul-ct, dans sa"--ont les propose ont etc pre
repon.s, fort applaudie par cedd de ceux du pr6fet M.
I' assistance composiec en ma F. DUGUE rcnversa pour
jorite de Jeunes, a promise assistance le mythe qui
de cleverr a ;a hauteur de veut faire passer le Minvstere
cette tache, tout en promet de la Icunesse et des Sports
plant a tous lcs responsables pour un Min'stere de l'Orga
de, autres sectour-, son appui nisation du foot-ball.
total, sa collaboration fran- Les deux orateurs lui
che pour le p!,in epanouisse ont succede; Monsieur Jo-
men t de la Jeunesse de Port zilc inspecteur a ce meme
de Pa x. Quant au Prefet M. Bureau Regional du Cap et
Michel A Sylvain, i1 n'a pas Monsierr Loui, Archange Ba
manqui de souligner dans zile, isnpecteiit a ce meme
son *allocution que 1I Minis Bureau ont abonde dans le
there de la Jrunesse et des mome sens, en mettant l'ac-
Sports a eu la main heureutse cent sur les att ivites cultu
oan, le choix du personnel, reles et soe o-irducatives.
du Bureau re'-ional de Port Regional
de Paix. Chaque Burcau Regional


A Gcnaivrs, M. Frantz
Trouillol, dirreicur de la Di
vision de Planification et de
Coordinat on. mtroduit par
le Prefet Gldhrt Barthold.


est compose d un d recteur,
de deux inspecteurs don't
l'un s occuoera des Sports et
lautre des act.ivltes socio-e
ducatives, de moniteurs et
d'animateurs.


For sheer delight...
Toble ~one Switzerland's
world famous chocolate
with milk,
almonds and honey







Chocolal obler
SKnowvA the world over

II*^ *


Lundi h 6h30 et 8h30
BRUCE FUREUR AUX
POINGS
Entree G. 1.50 et 2,50
Mardi L 6h30 et 8h30
LA FEMME VIPERE
Entree G. 2.50 et 3,50
Mercredi b 6h30 et 8h30
LA FEMME ViPERE
Entree G. 2.00 et,3.00
Mardi 6h30 8h30 G 2;50 3.50
LA FEMME VIPERE



REX THEATRE
Lundi i 12h 2h 4h 6h 8h1
10h
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No. 2
Avant 5h G 2 50
Apres 5h G. 4,00 et 5.00
Mercredi a 12 2h 4h 6h
8h 10h
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No. 2
Avant 5h G 2 50
Apres 5h G. 4.Q0 et 5.00
Mardi 12h 2h 4h 6h 8h 10h
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No 2
Avant 5h G 2:50
Apres 5h G 4,00 5,00



CINE OLYMPIA
Mardi a 12h 2hs 4h
6h30 et 8h30 G. 1.50
ASSAULT SUR LA VILLE
Mercredi a. 12h 2h 4h
Entrie G. 1.50
6h30 et 8h30 G. 2.00
7 HOMMES L'AUBE
Mardi 12h 2h 4h 6h30 8h30
G 1:50
ASSAULT SUR LA VILLE

x :: x

ACTIVITIES
CULTURELLES
DE L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAITI
Lundi 12
17 h 30
CINEMA: 'Paris nous appear
tienl. Un fln. de Jacques
Rivette. avec Betty Schnei-
der, Giani Espacito, Fran-
cose Prevost, Daniel Gra
ham. (En s'aidant d'une In
trigue a forme polic:re,
I'auteur essay" de raconfle
Ihistoire d'ure idde).
Entree : 2 g' :"d',s
(1 gde sur presentation de
la carte de la bibl'otheque)
Mrerredi 14
16h30

CINEMA: la rosees
Entree libre
'cartes a ret'rer au Secreta
riat de 11'Istitut franqais).


12h 2h 4h G b;00
6h 9h G 8;110
JESUS DE NAZARETH i,
2eme partle

IMPERIAL 2 ,

MARDI 13 NOVEMBRE 1979

121- 2h 4h G 5;00
6h 8h lOh G G 8;00
SENATE D'AUTOMNE
IMPERIAL 3
MARDI 13 NOVEMBRE 1979

12h 2h 4h G 5:00
6h 8h 10h G G 8;011
JESUS DE NAZARETH
lere parties

Exxx

CINE TRIOMPHE
SALLE 1
HAIR
Entr6e $ 1.60 et 2.00
SALLfc it

LE SAUVAGE

ntr6e : $ 1.50 et 2.00
SALLE III
Dr. FRANCHISE
GAILLARD

Entre : $ 2.00
SALLE IV

L'HOMME E'N COLERE


PARAMOUNT
Lundi 12h 2h 4h G 1;50
6h 8h 10h G 3;00
LES 18 PINCES
DU SHAOLIN
Mardi 12h 2ht 4h G 2;00
6h 8h lOh /G 300
LES 18 PIECES DU
SHAOLIN .



CINE LiDO
Lundi 12h 2h 4h G 1;50
6h 8h 10h G 3;00
LES MOEURS CACHEES
DE LA BOURGEOISIE
Mardi 12h 2h 4h G 1;50
6h 8h 1 lOh G 2,00
LES MOEURS DE LA
BOURGEOISIE
XX X X

MAGIC CINE
Lundi a 61h ec 8h
COEUR FROID
Entree G. 3.00 et 4,00
Mardi a 6h et 8h
ADIOS CALIFORNIA
Entree G. 3.00 et 4.00
Mercredi hi 61 et 8h
LA PETITE
Entree G. 5.00 et 6,00
Jeu'di A 6h et 8h
L'ESPION QUI M'AIMAIT
Entree G. 3.00 ct 4.00
Vendredi ft 6h30
Seance unique
GRAND GALA 4
ARTISTIQUE :
lere parties: SKETCHS spec
tackle vari6, MuLEO LE
GOURMAND, VERTULI
BARTHELEMY vedette de
la chanson, et guitar ste.
2eme partie:NEUF SKETCHS
COMIQUES SUrR LA VIE
DE MAITRE VICTOR ZA-
BELBOQUE d'apres les te-
moignagcs de deux octoge-
niaires.
Entree G. 5.00
Samedi a 5h et 8h
ORPHEO NEGRO
Toult la feerie du carnival
de RIO
r Entree G. 3.00 et 4.00
xxxx

RANCHO CINE
Lundi 12 Nov.
FUNNY LADY
Mardi 13 Nov
e PAPILLON
Mercred' 14 Nov.
PAPILLON
SMardi 13 Novembre 1979
PAPILLON


" a'i-* %- .v -3 -" s -" _--. -_ -_






CITAOELLE




VOUS PROPOSE




8 Jours au MEXIQUE



DU 1 AU 8 DECEMBRE 1979




au prix incroyable de





$699.00




CE PRIX COMPREND:


A.#


... Le billet aller- retour Port-au -Prince



Miacni Mexico Acapulco Miami


SPort au -Prince


... L'hebergement au Mexique, en chambre


double, dans des hotels de luxe [3 nuits


a Mexico a l'Hotel Maria Isabel, 1 nuit


a Taxco a l'Hlotel Holiday Inn,


3 nuits a


Acapulco a l'Hotel Hyatt Regency]


... Les transferts aeroport hotel -neroport


.. La visit de Ia ville de Mexico



.. La visit des fameusee Pyriamides



de Teotihuacian et de La Basilique



de Guadalupe


Une excursion a Cuernavtaca et Twao



S.. Une mini-croisiere dans la Bfaie



d'Acapulco


.'.. Le port de 2 bagages; les taxes et



services a l'hotel



... Un Guide-accompagnateur



... Un arrest facultatif a Miami ihu retour




Le nombre de places est limited Contactez nous au plus vite pour

inscription et reservation.-





A GENIVCE CITADELLE


35 PLACE DU MARR( I VCONNU 35


TEL : 25900
d/ "/


bC


I--


---------------------- -m--__ ____ ---


PAGE 3


I

If






PAOS 4


~o~3)--ISUUUSU~


,M1 CHELE SCOTCH CLUB



VENDREDI 16 NOVEMBRE


ENFIN EN HAITI, LES PREMIERES VEDETTES


de



THE INTERNATIONAL STARS REVUE


Grande soiree spectacle.


Avec


LA GRANDE CHANTEUSE DE JAZZ



Zabethe Wilde


et


LES RAVISSANTES CLAQUETTES ETOILES



The oesters


plus



Un presentateur prestidiqitateur


UN SPECTACLE A NE PAS MANQUER




SAMEDI 17 NOVEMBRE




Saturday Night Express



AVEC



D. P. EXPRESS


S ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ 7 ooocooocsoscscosc soooaosoesx"ocosoooooco~o~og


Deces de Mme
Servius St UUrel
NORDELINE PIERRE
Pax Villa announce le d6
q cds survenu le 9 Novem-
Sbre 79 l'Hopital St Fran
cols de Sales de Mme Ser-
vius St Urel nde Nordell-
ne Pierre.
En cette pinible circons
tance Pax Vl.11a et Le Nou
velliste prdsentent leur
sympathle 9 son frere M.
Trayssaint Pierre. a ses en
Sfant M. et Mine Josapha
Cilicien et. ses enfants, M.
et Mmine Antonio Michel et
ses enfants M. et Mme
Marc Marion Dolcde et ses
enfants act a N.Y, M. et
Mine Marc Jeanty et ses
enfants act en France, 9
ses neveux et niegce M.
et Mme Hirard Quatorze,
S M. et Mme Lys Emmanuel,
M. et Mme Cetoute, et ses
enfants M. et Mme Appr6
deus Doled et enfants,. M.
et Mme Aurelien Thertu-
lien et enfants, M. et Mme
St Jean Tertulien et en
fants M. et Mme Tercius
Dolce et enfants, M. et
Mme Andre Sauveur et en
fants A ses petits enfants
M Frantz Chaperon, Fran-
qois Chaperon, Micheline
Chaperon, Gertha Chape-
ron, Louizanette, Renold
Nanotte, Jacqueline, Ludy,
Fifi Dume a son beau fils
M. Anold Chaperon, M
et Mme Michel, M. et Mme
Edgard, Mme Adde Jean
Baptiste, M. et Mine Kes-
nel Edouard et enfants.
Aux families: St Urel,
Pierre, Lizette Dolce, Flo
rene, Dolce, M6rida Dol
ce, Phadael Dolce, Ma-1
Th6rese Dolce, SelondieO
Clerissier, Mrio Jean, Jo
sue Jeanty, Illne. Colin
Quartoze, Emmanuel, et
ous les autres parents e
allies 6prouves par ce deuil
Les fundrailles de Mme
Servius St Urel nee Norde
line Pierre seront chantees
le mardi 13 Novembre 7'
h 4h P.M en 1'Eglisc
du Sacr6-Coeur de Turgeas
Le convoi nartira de Pa:
dlla. Sacre-Coenr ot l19
depouille mortelle sera e:
posdc des 2 heurns.
1211
X x x x

Deces de Mme
Emmanuel Joachin
nee Corine
Zephirin
Pax Villa announce le d
ces survenu Il 9 november
1979 a 4 heures PM. a l'ag
de 48 ans de Madame Em
;06 manuel Joachin, nee Corin
Zephirin.
En cette pen ble circons
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste presentent leur syn
pathie b. son epoux Monsieur
;Emmanuel Juachin, a se.
enfants Monsieur et Madame
Erick Joaoh n, Monsieur Wes
ner Joachin, Monsieur Emi-
lio Joachin, M. Jacques Joa-
ch n, a son fIre Monsieui
et Mme. Lucien Zephirin ac-
tuellement A Wa-hington a sa
sour Melle. Irmene Zephi
rin, a ses neveux et nieces
Mons eur Lyonel Zephirin
Monsieur All:: Zephirin
Mons eur Gerald Zephirin
actuellement A Washington
Monsieur Lanery Zephirin,
M. Harry Zephirin M. Robert
Zephirin act au Canada Ma-
dameme Rachele Zephirin,
Mile. Elisabeth Zephir n 9
a sa Tante Madame Mar
guerite Dalenrourt, Mile.
Ghislene Zeph:rin, actuelle
Bpc 0 'uou,9sqISM i uam
me Rodolphe Franqois; Mile
Evelyne Z6phlrin; actuelle-
nienta Washington; Mile.
Nadia Zephirn act. A Was
hington: Mile Marguerite
Zeph'rin acluellemint A
Washington a sa belle
soeur Madame veuve Mom-
brun Ziphirin; Madame Sa
fina Duvivier; Madame Jac
ques Romulus; Madame Geor
ges Ipasse Monsieur Dorce-
lus, 9 ses petits enfants G'na
Joachin, Richson Joachin.
Aux families Joachin; Ze
phirin; Augustin; Ipasse;
Duviver; Dalencourt. Romu
lus: et a tous les autres pa
lents et allies eprouves par
re deunl.
Les funerailles de Madn
me Emmanuel Joachin nee
Corine Zephirn seront chan
ties le Mardi 13 Novembre
9 4 hnures P.M. en l'Eglise
du Sacrn Coeur de Turgeau
Le convoy partira de Ia
Salle Paroissiale ofu la di
pouille mortelle sera expo
si des 2 heures.
3 1221



DECES DE Mile
FRANCINE
CHENET

Les Pompes Fur bres Pa
ret Pierre-Louis vous an -
noncent le deceis de Made
moiselle Franclne Chenet


A ses soeurs Mesde -
moiselle Jeanne et Sophie
'/ .


Chenet, ses neycu.x et nieces
des Familles Joseph Cas-
sagnol et Maurice Fabius;
ses cousins etb ousines des
families Mirambtnu, Chc-
net, Coupet, ArO>el, Sa -
vain, Laforest, Lilavols 9
tous les autres parents et
allies, MM Plerie-louis et
Le Nouvelllste adressent
leurs sinceres sympathies


par l'Envoyd Sp6cial
de 1'AFP, Elie MARCUSE
LA HAYE (AFP)


seques seiont chan L'Otan doit avoir les mo
heures P M en 1 E yens atomlques de frapper
Pierre ce Petion- directement Moscou pour
oredi 14 Novembre se proteger centre les nou
ivoi parica de la velles fusees soviftiqu..s
aroissiale SS- 20 : c'est le sens
nation aura lieu des crecommandations) que
tire de Port-au- feront mardi et mercredi A
1211 La Haye onze Ministres de
la D rfense de l'Otan dans
x x x x le cadre du group des
plans nucleaires (GPN), es


DECES DE M.
JN-CHARLES
RIGAUD
L'Entreprise Celcis et Le
Nouvelliste annoncent avec
pe ne le deces de Monsieur
Jean Charles Rigaud surve
nu le 8 Novembre A l'age
l e 85 ans.
En cette douloureuse cir-
constance, I'Ertreprise Cel-
cis et Le Nouvelliste present
tent leurs sincere condo-
leances a :

Ses enfants Madame Pau-
e lette Rigaud, Madame Laura
R'gaud, Mons'eur Gerard Ri
gaud, Monsieur et Madame
Hermann Rigaud, Madame
nee Gladys Jean Joseph, Mon
sieur Andre Rigaud, a 'Inge
- nieur Serge REgaud et Ma-_
dame nee Lunie Bernard et
enfants, Mons eur et Mada
me Jean Claude R'gaud et
enfants, Montieur Philippe
t R'gaud, Madame Viergella
l Edouard;

Sa soeur Madame Veuve
s Carmen Trasybule nee Car
9 men Rigaud et enfants;
e Ses petits enfants: Mon-
u s'eur et Madame Gardy Ri-
x gaud et enfant Docteur A-
a lix Rigaud, Madame Vanda
x Rigaud et enfant. Monsieur
et Madame Yv,- Memnon et
Madame nee Marie Carmel
Willy, Monsieur et Madame
Frantz J a c q u e s nee
M y r t h o Willy, Ma-
riel Willy, Mile Judith Willy
1 Mons eur et Madame Rene
Leon Jr. Madame nee Da-
nelle Willy, MM. Hermann
Rigaud Jr. Monsieur Lesly
e Rigaud, Jean Mario Rigaud,
e Sandra Rigaua, Gerald'ne Ri
e gaud, Rudy Willy Antonin
- Willy;
e
Ses neveux et nieces Mon
sieur et Madame Fritz Emi
1;en nee Rolande Bercy et
n enfants; Mon.ieur et Mada
r me Jean Marie Em'lien nee
Marcelle Jean Noel et en-
e fans, Monsieur et Madame
s Stenio Bernadotte, nee Ma-
- rie Marthe Emil'en et en-
- foants, Mile Eudovia Julien,
r Monsieur Thales Julien et
enfants. Mile. Julie Julien,
A et Madame Irom V'ellot nee
i Aline Julien et enfants.

Ses beaux rT:'res et belles
soeurs: Madal.2e Andre Emi
lien., Monsieiir el Madame
Jul o Desrochps et enfants,
Madame veuve Charles Du-
val. M. Roger Lange, M. An
dre Lange. Aux families :
Rigaud, Jean Jo eph Bernard,
Trasybule, Emilen, Willy,
Julien. Viellot Duval, Lange
Edouard, Bernadotte, Jean
Jacques. Menron, Narcisse.
et a ltous leS autres parents
et all es affe.tes par ce
deuil.
Les funcerti es de Mon-
sieur Jean Ciarles Rigaud
seront chantees en la Basili
que Notre Dame de Port-au-
Prince mardi 13 novembre
9 4 heures PM.
Le convoi partira de la
Nouvelle Cathedrale of 'ex
position aura 1.eu des 2 heu
res pm.
L'entree au cimet'ere se
fera par la Btrrlere Princl-
pale.
1211

x x x x

Avis de Divorce
II appert d'un jugement
en date du 8 ju:n 1979 que
le Tribunal C vil de Port-au-
Prince, jugeani en ses attri
butions civile-:, a idmis et
pronounce la dt solGt on des
liens matrimnoniaux ayant
existed entire les epbux Gerard
JEANTY la femme nee 0-
dette Zulrrat.
La transcription du dispo
s tif de cette decision a ete
opera sur les registres de
l'Officier de l'Etat Civil de
la Section Nord-Est de Port
au-Prince aux requete, pour
sute et d igence de l'poux
demandeur.
Port-au-Prince, le 12 novem
bre 1979
Emmanuel NERE-TE, Av
Francois E. NERETTE, Av.
S 1211


omen tlea observateurs at
antiques.


Les recommendations des
Ministres belge, cana-
dien, danois, ouest-alle-
mand, grec, italien, neer-
landais, norvigien, turc,
britannique et amiricain -
seront alcrs transmises 9
leurs gouvernements en prn
vision de la reunion des Mi
nistres des Affaires Etran-
geres de l'Otan A Bruxel-
les (du 11 au 14 decembre)
qui doivent prendre la di-
cision politique de doter 1'O
tan de pouverles armes.
Les travaux du GPN, indi
que-t-on de bonne source.
porteront sur les points sui
vants:

1) Un econstats de dis6
quilibre croissant en Euro-
pe entire las anoplie Nu
cl6aire Sovidtique et celle
de l'Otan. Moscou dispos-
en effet d'une centaine de
fusees SS-20 4.500 Km de
portie) 9 trois tites de ren
tree ind6pendantes don't la
precision permet par exem-
ple, a chacune de detruire
simultanemeni Rotterdam,
Anvers. et Bruxelle. L-
commandent sovi.tique a e
galement une centaine de
bombardiers supersoniques
TU-26 (Backfire, (8.000 Km
d'aiitonomie dquipes de mis
smiles. de croisibre A capacity
Nucleaire) et dP nouveaux
missiles SS-22 de 800 Km
de portee
De leur cotd, les strate
ges de 1'Otan deplorent
leurs equipemnnts vieillis
sants et de n'avoir rien re
qu de nouveau depuls Pin
production en Europe a la
fin des annies 60 de 190
bombardiers americains rap-
pellent que leur mineil -


PETITES At

GRANDE MASON
A LOUER
Grande Maison a Carre-
four Brochette, 4 cham-
bres a coucher, grand Li-


1 e u r missile se -
tuaylment est le Pershing-
1, don't 108 sont bases- en
RFA, qui ne porte qu'h 700
Km ett les missiles <(Pqsei-
don> amiricains tirds 'de
sous-marinss sont <,pretess
a l'Otan.

2) L'examen d'un plan
de d6velopp-ment d'e 572
vecteurs, a tetes atomiques,
des 1983. dans cinq pays eu
ropiens de'l'Alliance IRFA,
grande Bretagne, Pays Bas,
Belgique, Italie). Il s'agit
de 108 fuses pershing-2 de
1.800 Km de portie et de
464 missiles de croisiire de
2.400 Km de portee. Les pre
miers pourraient t rapper
des objectifs en URSS oc%
cidentale tandis que les 'se
conds pourraient atteindre
Moscou. L'Alliance, en dis
posant des moyens de frap
per le territoire Soviitique,
pour la premiere lois de
: L .. .... ,


son nistoire. renrorcera reel
element sa capacity de dis-
suasions, a comment un di.
plomate.
La reparation des novel
les fusees sujette a 1'ap
probation du plan par les
gouvernements serait la
suivante selon les premie-
res indi.caiontions. Pays
Bas : moins de 10 pour cent
soit environ une cinquan-
taine de vecteurs qui se-
raient des missiles de croi
siere.

Italie: Environ 20 pour
cent du total, soit tune cen
taine de missiles de croi-
siore. RFA: Environ 30
pour cent du total, soit
108 fusees pershing -2 et 70
missiles de croisibre.-
Grande Bretagne: trente
pour cent du total, soit en
viron 180 missiles de croi
siere.

3) L'approbation d'un do
cument synthetisant le
plan de deploiement Nu -
cleaire et des offres de r6
duction du nombre de te-
tes atomiques de 1 Allian
ce, et intitule6 > (inte
grated decision document).
La proposition americaine
de retire d'Europe un mil
ler de tetes Nucleaires sur
les cent mille presentes se
Tra examine lors de la reu
nion -iAHI




NNONCES

Prix : 3000 dollars
Contacter Ge6rald Merre
ron, au in rmro de telepho
ne 2-0993 La voiture peut
&tre -xamin&e chaque ma-
tin, entrt 6 et 8 heures au
numero 25 de I Avenue Hen


....m-n m .. ............. ri Christophe, Port-au-Pris
et salle A manger, evier, cc 12-1
grande salle de bain, tol.
letter, une vaste galerie fer
m6e derriere pouvant server x x x x
de sdjour. 2 grandes d6pen
dances pou i lynes et gar Hall a v.infre
gons. Grande court.
Pour renseitnements tI- A i Avenue Jean Jacques
lephonez : le martin de 8 Dessalines au No. 396, cons
heures a mldi, l'apris-midi truite sur propriete de 189
de 4 heures 9 6 heures n.m. pieds de profondeur entire
iu No 2-W16. X meant cloturee en mur.
x x(rmr dnt. 14,f5G~~


A VENDRE


Ltrand[ dclpot a 1' rieur
Cle en main.


Pour Rendez-Vous, son-
Voiture CHEVROLET IM- nez le 2-3849 de 8 heures
PALA en bon ntat 30 a.m. a 1 here 30 p im.
Annie 1970 3 cylindres Courtier s abstenir. X


1--~---


CARNET SOCIAL


LUNDL 12 NOVEMBRE 1979

ONZE MNPIST'ES DE LA DEFENSE

SAIIALTsrir A RECSMWANDER.


LE DEPLOiEMENT EN EUROPE DE

MISSILES POUVANT ATTEINDRE

MOSCOU


POUR VOUS MADAME



TOUS LES PRODU-ITS


-"---` ~L


~ :1


- -- -- -------- ------


'^'i-Y"--~~~~'-""'---------Y-~---~--- -----------y _________________L-------- ----------- --y____________-- ---L-


Les obs
ties a 4
glise St
ville Merr
Le cor
salle pi
L'inhur
au cime
Prince.-


rl


I


,


n
1


s






LUNDT 12 NOVEMBRE 1979


isuiie de la 10i're page)

nii tll, cl e. stilce. di .parl-
l ioln l t re uii'a tloll, v '.el,
.'i. iiils c lace i ti lace dill
hlI, i u quoSie 1 'epi'Ouv'
pole v n s-,It ile'tihal pout
l i it1 li i ssl! i .Sl 1 ll lio'
I ,' pnriils l ti4 jueaillir
,InIIIn, I I te I( r e la souI"I, v

i It I ie l d d| ,'I i c la Ie I i I
i ( I eeI c I t l( l iY vie.

Ali\ piarmen, et anins qiuxI
c re (ilttil aflll fl', l. J \l, ux
Wll ll n r'spiK eint lour o f l
i I'III IlDrappel "r que c' est
li.s CIl 'elvenemiellt appiremi
ll l l I1r stt- vl illl ureix
qili' la vi e ii lorise et ac-
illI'rt tolii t son intensity;
Ili' la imort c'est la \1ie C'est
i Ili inos lai rieocoiiuverte do
nlls orli, 1i's it 1 accromplisse
(r"ig niO. et I acconpli, sc-
nii'iit d' nltri distin. c'est
li l 'r l ntri' tiant des ree.
ci piiour (mii iepu qiii pleu
ilt 1 occasion d ulnle me-
dililion profonde ct d'un
ciiricl' issemen'i t in te llectuel
Ircoell rtnilt.


Je n'il fail ici que. re-
prI iidre 1l'eni, ['iii(meint de
'e maillie excellent quie de
nIIos jour, menu1 lie s plus
scepiiques respeetent et ve
nllrenllt.

Au moutnl d iniuguirer
son l nlmisti re, et' au grand
secaidale de sis amis, celut
qiii'on appelait :ilors le fll,
diui harpent.ei de Nazareth
s, lall iiurpre'ldre, calusant
aim ealelnent, iltimnient i a-
v c la iiSunuirlit:>ine, fenimme
d ecinq mar's. C'est encore
lui qi, r( poussant lis ri-
gerirs d line li, revenue ar
chaiqlue et inhuma ne. abra
ve le s fureur., de la foule
pour placLr sous 1'egide de
son amour la f'-mme -adulte
re. N'est, cec pas lui qui lors
du renit meant 'de Pierre a
transperce de son regard di
vin le coeur iu prince des
apotres? N'e.ct C' pas encore
lui qui au moment, de mou
slir la croix, au moment
renletire son esprit entire
les mains or son Pere, a ac
cept( come compagnon de
route pour le grand voyage
un larron, brigcnd condam


LE BISTROT

Restaurant -- Bar *- Gril

Pizzeria Creperie

LE RENDEZ VOUS DE L'AMBIANCE

CHAQUE JOUR


Menu special Lunch

a So,60

CHAQUE 30IP

DINER DANSANT.

AMBIANCE MUSICAL


Avec "Bistrot Combo"

Mardi Soir -,Vendredi soire


)

Z TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT CHA-
QUE SEMAINE

Dans lei Jardins du Bistrot

Une nouvplle Attraction


<
GOLF MINIATURE
UN DIVERTISSIMENT POUR TOUS CLUB hOUSE
JEUX BAR CLIMATISE


BISTROT

I Tous les jours de

midi a 1 h du matin

Le Manoir 146 Lalue Tel. : 2-1809
>%Kx~cowj<-Mao~otq


ne a mort pair Ics tribu-
nauLx tl'rrestre.';'
Que nous .uggere la r'e-
flexion philo, ophique sur
celloe attitude de 1'Homme
Dieu? Elle nous relive' i
I analyse' l scins profound
de la vie. Elle nous reveled
qiiue la vie so manifesle
dans l'appel pre'sant d'l-
denux qui c'lonnent par
ieiur nobl(;ct pour cer-
tains c'est l 'appel de D' e
qu'elle so pr6eic, la repon
e" qiii est done a
cet apparel de Dieu qu'elle
se precise dans la r ponse
qui rst cdonne a cet
a pi p e 1 ou d a n s
l'indiffcrence tLu'elle rencon
tre c'est le omportem'nt
du eroyant oi celui de 1in
d fierint-; qu'elle se subli
mise dans 1 rencontre de
i'homme vaiiql'eur de Fes
faiblesses avec ces id6aux
qu'il concretise et mpt en
quelque sorte *, la portee
des possibjilitfs humane; -
C'(st pour 1ns Lius la v'c du



LE NONCE
APOSTOLIQUE
TRES EMU
TEHERAN, AFP)
Le Nonce Apostel que el
Iran, Mgr. Ann:bale BuggnL
n', iest sorti vioibi meant e-
prouve de la vi -ite qu'l1 a fai
te dimanchie aiix quelque
soixante otage detenus de-
puis usne scma'ne dans 1'Am
assade dei E"'ts Unis '5 Te
heran par deo ietud.ants s
lamIQuesp .
1le, otages ort dit u'rte mo
raut'enl iatiguei> a souligne
Mer. Buggsninu, clul a pu iois
les voir. ' m s a genoux devant mol.
i'n me distant 'Moll Pere,
je suis catch ioque, donne.-
aloi vote ben('d:cion,, a-I-
1 dit. Ires ntmui. :a sortie.
de la m ;sion DFiplomatiquue.
he reijresenlu, tnt du Pape,
lui s'etail !rein' samedi au-
pris de !'Imam Khome.ny
pour tenter vainement d'oli
ni r la libratlion des otage.
i D parler brievemoent .
'harcul d'enl e eux. Tro's
ou quatre inte 'roegs par lii
int assure. a-t-:l d.t, ne p:-
svoir 6t-' fore: doe igler I
P.tit.on pronsnusLe ps'andi
iqr les tiudiait: la pren c
'nr laquelle il', souli3iia nst
niJr le proeidcLt Carter re-
nettre l'ex-Cl,'h it IIran.



Pharmacies
assurant le
service cette nuit
LUNDI 12 NOVEMBRE 1979

VINCENT
Rue MgR" il:;l lix
ADON I
Rue St M'1 rtin
CuIr.
DELMAS



PETION VILLE

LUNDI 12 NOV''MliRE 19179
ST PItRMRE
'Ice du MarIt'riL


LE PA VILL ON



335 Blvd. J.J Dessalines


Phone : 2-2318





Chaine Stereophonique compete a partir de $ 250.-

Toutes dimensions et Wattagcs de Haut Parleurs.

Amplificateurs -- Tunner -- r 'ssette Deck et Reel to

Reel de la mart, e AKAI

Headphones -- Antennas pour '. levision et Voiture

/Radios et Tapes po Voiture

Pieces de rechange et Access: res Electroniques

tels que : Circuit Integre -- Transistors ..

Tubes -- Resistance etc.



Bicyclettes de la marque EASTERN

Pieces de rechange et accesseires pour Bicyclettes

Le meilleur pneu de la -a arque

SILVER -. STAR -- E. TRA-FINE.
" f .. .


chrietiOn pour d'autre celle
uii heros.
Ii nest pas duns notre
intention d'ouvrir ioi le re
gistre philosophlque et me
taphys que. Il nest que ba
inal de reconniAtr'e clue c'est
parcequtil piut latteindre cet
te transcendanc que 1'1oilm
me continue a forcer 1'ad
migration et le respect m6me
apris la mort

C',sl parce qu'il a connu
cette transpendance clue le
juge Toly Richard nous a in
vites h cette meditation sur
le sens de ia vic el celui do
la most.

Nous parlors maJ parfois;
et puree que nous parlqns
mal, parce que nous ne re
chissons pas ascez sur le con
tenu des terms que nous
employons, porce que nous
transformons on insticts des
hab tudes simnlement acqui
.es, nous persiStons S appe-
i r heros le meurtrier qui,
san< savoir pourquoi abat son
fr6re sur un champ de ba-
taille. Le veritable heroisme
est plus modeste et moins
tapageur. Nallons pas ben!
loin, mes am s pour decou
vris le veritable heroisme. La
vie du juge Toly Richard est
le plus bel example du veri
table heroism'. Car le veri
table heroism, c'est 1'objec
tivation de la tsanscendance
Toly Richard avait coura
getusement pris la resolution
de consacrer sa vie a 1'eta
blissement et aiu maintien
des rapports d'equilibre entire
les membres de la commu-
naut6 humaine dans sa sphe
re d'action. II a done choisi
de lutier pour le tiromphe
de la just ce.

Nous le trouvons d'abord
juge de paix de Tosbeck. pos
te d'licat qui ex:ge nron seute
mi nt une bone preparation
intellectuelle et de solides
connaiissance juridiques, mais
encore de l'habilete, de la
eoupies-e, une finesse psycho
log.que qui sait de couvrir
les manoeuvres destinses a.
masquer la v( ritc, une prit
ie coun.iliaion qui renvoie
la main clans la main des
adversaires irreconciliables,
liu lquis sii'nutes auparavant
ACes dffulcutec n'cmbra.:so-
rent pas le jugc Toly Richard
car i1 posscda't toutes les
qualit6s pour s'nacquiter meo
veilleus mEst c.c sa missior.
II ful alors ermarque par
lautorite superieure et pro-
mu juge de paix des Cayes
C'etail l'occas on pour lui de
faiir( disparait:- les rancu-
ines. de rapproclier lc, coeurs
cid' inontreir it la population
cayuennii le prix et de la cor,
corcid It acqui.! t uine renom
min'e de magis'-ral iintegre et
competent qui l'impoa rcom
me Siibstitut do Commissaire
du gouvernmement puis com-
mus Commissa.- du gouvernc
menl pri's le tribunal civil
de- Cayes. Bientit il est nom
m1 jl1g( a cc tribunal. Sa
per('cionnnlii' anueegmiite eni
prestige et en rayonnement,
I' lor -que I'u,asioin sc pro
inita de plactr un Ihomme
de valcius la t te du Tribu
ial c.vil di's Cayes, ce fut
a lui qile nature ilemelnt oP
penisa. Qulelqile annees plus
inrd. le 14 marn; 1977. il v ent'
preindre place parmi nous
au tribunal civil! de Port-au-
Prince. II n'y )',sta helas que
deux ans.


Cepenldant, nouts avons on
It' temps de fire ample coln
naisua unce avec le persona
Li ; la demrnirche lente
tunjoturs souranct et ton
jours maitre de luhi, nc se
departisant jamais de son
ciulme ainant "1 parler des
figures proerninentes de la
v'ile des Cayes et des mai-
tries du barreau de cette
-ill'.

Co qu il convent surtout
de souligner, c'esti qu'il n'a
namais pl'e sous les poids
de la TACHE qu'Il na
janait essaye d'obtenir des
affectations plu aisees et
moinss imbarassantes. II a-
vait a-signe un but a sa vie.
11 avait entendu les appeals
de l'ideal, il a repondu a cet
appel et la rencontre sublime
s'est rcalisee. La maladie ne
Favait pas deteourne de ses
louirdes responsabilites. L'ap
proche de la mort n'avait pas
enlcve a s vie sa pl6n'tude
et sa grasdeur. II a vu venir
stoiquement son dernier souf
fie.

Et maintenant Mag strats de
no,. Cours et Tribunaux, pa-
r nts et ammis afflig6-, nous
tous quli pour-uivrons opur
quelqEts instant' encore no
tre peler sage terrestre, a-
yons un moment de ser6nite
pour saluer le depart pour
'et-rnit6 du juge Toly Ri-
chard. Que I'au dela l'ac-
cueille dans I'alldgresse; qu'il
entire glorieusement dans l'im
mortality.


SUR LA TOMBE DUJUGE TONY RICl4RD


.. *1


"LAKOU"ET "KORIDO "


(Su.te des a ere pa.,',

me la porte & persiennes
hautes; le petit restaurant
AK-100 FOSCAO s'etat
vide; le coiffeur dormant
sur sa chaise entouree d'un
amas immobile de cheveux
coupes dans la matinee;
l'odeur du Diesel avait d s
parl; les derniores marchan
des s'en etaient, allees et
le soleil le plus chaud bat
tail les chiens, inertes. Pas
un chat dans les rues. Ca
y est, la vie s'ita.t arretee...
Soudain come des casse
roles degringolant un esca
lier, St-Anto.ne connait trois
heures... tres peu de temps
apres des e',Liudiants filles
et garcons sort ent du koun et se mirent aller
et a venir sur le troittoir
balbutiant ca par-coeur;
quelques minutes plus tard
des femmes sortaient gale
ment des Korido6 balan -
qant au bout d'une main,
une toute pet ,e chaise en
bois et paille sur laquelle
elles s'asseyaient centre un
mtur et ( la chai
se pour profiter d'un mince
filet d'ombre il y en avat
dejh une trentaine et elles
suivaient comme pour une
balle de tennis t1'ternel
volte-face des etudiants puis
venaient les meres et leurs
bamb:ns decuilottes pour
mieux tout vpntile et ve-
naient les garconnets; des
v;eillards en c-iemisettes a-
vec des petits banes uses en
bois et une plume de pou
le dirrt re l'oieille.


Le silence... oujours 1l...-
personne ne p, rlait.
Les portes des galcries
s'ouvraient tones d'un seul
coup et claqaiaient en re-
bond ssant; tilates les chai
ses et, etaient tires au dehors et
la: des chucho'ttements, des
cris. des hurlements, des
conversations, di s converse
tons a haute voix, di-s
(zins sorta s'nt de partout
Les Lakou> at 'Kor:dw, se
degonAlaient it degorgaientI
tout. leur mrnae sur les
troittoirs et dans la rue
comime iune liiimiliere enc
feu il deve t faire trl.s
chaud la d'oi ils sortaicnt
car ils semblafenit tos plus
detendus qu'au moment d'e
ire sdftis, La chaleur des
rapports humans, ce specta


cl'e de lermesse availent sOU
dainement faith sfondree
pour eux la chaleur de l'ete

Ils eta ent 1I au moins
deux mille; tout grouillait
les marchandes de fritures
et les < avalent reap
,parus enoerolps par des af
fames et assaifes, c'etait sfi
rement I'atienfe dmun dfile
de Camaval ? .Pourtant,
non! chaque jour c'etalt pa
reil, a 5 heures c'eta.t la
Kermesse 1'lrrdsistible
poussee vers la rue ood eLa
koune rencontre cKoridob;
la grande galerie avec
leurs milliers de gelus qui
se connaissent ou ne se con
na'sscnt pas mais s'affec-
tionnent, 'un sensible ,
l'autre. L'lntenstt des rap
ports humajss 6tait 1,. Les
escaliers etaient couverts
d'enfants qui ria'ent et se
racontaient des histoires,
d'autres se courraient apr s
en se cachant, sans crier
ni hurler de.v groups de
jeules filles cn promenade
s'arretaient pour causer aux
jeunes gareons merchant
en sens inverse; les grou-
pes se dissolvaient finale-
ment laissant, e et tl,
une belle jeune fille bavar
der longuement avec un
garqon les grades cau-
diencess celles oil sont ra
contest avec humeur les


faits de la vie, talent dans
les 1salons-sur troittoirs
ofi routes les former de chai
ses talent adm'ses : petites
chalses et grande chaises
en paille, xdod nes>,, petits
banes, etaient places en de
mi-cercle, cette disposition
permettalt S thacun de voir
1is passants, oe leur cau-
ser et placer leurs comment
tires.

Apres la journee de tra-
vail c'eta t le i Bouillons,
d'ichanges, de
communication, de commu-
nion affection, ne donne pas de
sons S la vie. Dans ce 'Bouil
lon il. n'y avait aucune ti
midite, aucune ieur, aucune
barriere, aucune classes, au
cun mur, aucun niveau -
juste des gens simples qui
n'ont rient, ni sur eux,
ni chez eux; des gens s'm
pies parce qu''ls n'ont rien
dan 1'esprit: ni haine, ni
envie, ni prestige, ni jalou
s e, ni ambition,

Quelques individus, i pieds
et en auto, timides et iso
ls, la tite baissee, replies
sur eux-mmss, fatigues et
ple'ns de sou0cs passaient,
empress6s; et disparaissa'ent
sans contaster qu'ils traver
salient un de gens samples qui vivent


I ur vie ple'ne' d'affec -
tion.
It .plouvalt au loin sur
la montagne; des nuagc
lourds de plui'c se dislo -
qualent au fur et a meure
et lassaient entrevoir un
cl"l violet tros pale. 1l-bas
au-dessus de 'a 'bae 11 y
avaittdes suages, pleins de
lumiere, blanre-, avac une
lumnere de c.tleur rose A
'lnte6rieur. Et iuste au-leks
sus, il y ava:t des nuages,
qui passaient 16gers comme
des plumes. En face : 'une
foule, une kermesse, un
beau visage un sour re. C'e-
tait un spectacle merveil-
leux ct il y vait 19 une
grande beauty Une briss
fraiche descendait mainte
nant l'avenu balayant de
vaunt la pouss'bre d'une
journey






ft .Ai- ,




P


L 'Ambassade du Caniada desire


inviter l'ensemble(du public haitien


;a visitor 1 exposition


de photographies de scenes de


l'hiver Canadien intitule :-


"KALEIDOSCOPE D HIVER"


AU MUSEE D'ART HAITIEN DU COLLEGE ST PIERRE

DU 13 AU 27 NOVEMBER 1979


'COtA-tOLA ET'COKE' iONs MARQUESItPDStS DE5THE COCttA-COLA COMPANY.


vCoca- Cola



c'est fait pour ca...



...pour etre ensemnibe

CDURTOIS(IEOEl VOTRE EMIOUTEILLEUt" DE "CQCA COLA". | t '
- -
* *it


Nr wrywwwmanasersessemne:->vy


rC~USQOG~QQVAC~cr-~Vr~'/~L4~'~'~'YZJ~'~'


I


PAGE 5


I -CDC;~~ C~


ot








PAGE' 6


p I 'l1''H l )!'(;A( 'vI s IAU
( l'.)U [Ill Co I O iUEI,


I ,{ l .., ,, 1~ 1
It I i ] ) t .
L',i, i i i k I i ''I i(
,, i ] < i i ll' i t it



'' < l i t!H, ,I li t''II!




S I .t t I i ttI


.1 I



I ' t I 1


(.1 1Co l'
c ll, 1 ,i li 1 1
l t l tttl't't t
lilt ii' ut'hk ,t t i, t St I'V t

il l i. l i I t I tl I

It' l~t l~lt 'I ii' i





it's' 1155 11' it

I l .t45 I i litli-il 1


it ~l Il lt i 1s ttt sit i
1, 1 nl i
CI II I I o:i I
I ll, i t In t i tl' ,'' ''I ,Ii ]






t 'l ,Iq 'I~ w il d' ( l 1
IjV Ic w 1 i. z 11:
1 h ,, I I ,I ,' > Io l l c I ,it II-
I I (I i It i t I'll ( '))/ {ill t{lt






''t I lit'ii l
'"IJ It l i'5'ltl, ,ili:,l I c




U (I' ,6l i-' itt I
5 lit ,o sk,- t i1< [ ( ,ilt' 's -




i, :Ito' )if'P u sD s sI'Iu
II,,-' li r', II/ 'It i' tilt itl




1 tl dt ttlill 5 p it 55555 -l
it' pp)}lo, 1 ,- int6 } -


Si-( s I oI u Olly l hi : 5 rnII I 'r
Ic p'l s ,lll i n ro I 'l I '



i tIl l it' 'li, i ,It' t I It I{ [ i tll
Ii; |); Illn r **I' s ])i cp I
l (is r l ,' I ,' 'l (iii
vri-'t 1 1 ( ll4It x ( i'' C Il. )I





i l 1 otil ll I I ''stiI '


t l'' :1 55' t'.s, s t'* r t'I .st 511' ii'Olt

11d5' i 51l51 ti's i l i I i sutoh'];
itt 1 lili D, 'I'. i ,te -(


\v % t 1 l e ( t 1 ?1, r 1 0 ) -




i' I.'' 1 Ii, tlSiui il -Itlu
, l( sut 1 '10 I I ctul II( 'IsI ilthod' -
ml(' '!oy1 1 l6 les 1 111t"1es 1 in tii





citi' 1 cl ir lls ;, ni u la c id ',s

qiue 1llo f in ?t 11 lI hod:-


[i ill .7'1s ma11 sti1 ('. s I "
V 'itis'P 'siiiX ci I(- trillts Ills-

Sl i' l il t ills t l :, l'a r








hi s sint m ll ., II Ill t'l)l'II


lsi' 'I s ltst ,


1 o r. I 'ii PI 1 tt I -I


'C els rt l lli ,a l' D1 II it'n

ill }(Ill)rilliris;, I, sI', tlCl'
I 'l t r 11( i ll d e",1 ,Ii ,(I I .'11









i ai i i t' a 1". 11ll d L oi ,

'Ne ti ;,I it .
mnti. iss n rici i )I ,' (
n'iL ci ,l ts l
I 'II lI JIui n .l dt dir



l11CL 0l Ch ls U UViCILI '- ]) I ,


or b:C~~fSi~e


lo.Incm' : san.; VOs tLous,

i\ "r vS its Lo ls. tin a p il [ il
i trali'oupl. C e t'A pour-
(| ol(). Ilk) i: rrjI'IVA 'loIs, a-
lh plailsil, 11s rre e'rletu-
iltllks.

a LL Excel inc tr Jo
pllt C FPBERINARiD. Ranioul
iHsEnETiT. Edoslrtc1 BER -
ilOUFT, respect ivement, So,
et:ur e d ;tia'l "t 1 Educa-
l;,ii Nalionsal, Scer6tairep
cl .t 11 aau Plan, Secretaire
ti E t i t 1 AnI ;'ltl; ur'e aiux
r ,,Srlircs Ntliturellc I et au
ese oi n'o 1i a ti' 1 '1 : ai l.
Son Ex'3'ciler:ce IL.ouis
T)i':[LE, Aiim i ,( i ,o ur (de

it Monisiep', Dain Di-
'ikoI See etsite C(i:eral d
1 A,"elie de C ,'opiratino ,
cullurelle c, er-chnique.
-a M >nsit.'t S Ald-".i
,,ii. eprsen'a' de l'a
YAO
liinux rcprsientants d ur
i 31 ,11(sis d iu d '( lIaoni -

s- ?les 'nol lligues dus
U t' n- liT n'Ct t C' ; Seelln-
cati d( DevelonDeminelt t.t

d' la FaLf lilt c ri LE:hloo -

R' '. lb -or l't's( i A belt y
Il'". pL ,)' l '. ( i 'uorboly 'll .
J.J A.ll JtcC!U,.s' HONORAT
(I'dosI:lIt Ii'l (1iI Collo.iee
I T J i4at Hailli I;
1( !;id!o M ,':, 'pol R' a-
(I a Natin'iale. Radio PPort
i I i L i Jou l s-

M n!1. P l.i nelI..In H tit

:[x dives-; orateurl'
1 ) i 1 1'" I1', ,1' n l



. i i. .. ... n I. t (' i rl
I i l' i I 1 < i
st '1.1 it-i r' llt5 il


ISRAEL

DEUX DECISIONS LOURDES CONSEQUENCES


Jerilsalemn -I (AFP)
1, Gouvernmenjil israelien-
a pris dimianche deux deci-
sios los1011irdes de consiquen
ces ell jetant en prison 1'u-
lle des personnalitls les
lus one vue elsn C(i*.".l. l ,m
M BassaiU Chakaa: Maise
de Naplouse; puis en adop
lani iun noLuveau progralm-
1niL de colonies de peuple-
inent dans les territories oc
cupec's depu's 1967.
L"s deux affn'res ne sont
Pas likes mais elles son t tol
tes les deux de nature corn
promettre idav'ntia' e le
prniet d'autononie actuelle-
merit nRegocie entire 1,Egyp-
Ite t Israel pour les hqbi-

tantes Cisjordanie et de Ga
7a. Dans les deux cas: lei
Couvivernement israelien a
:,ussi donned i.imnression
d,impression d.6tre pris
dans suns esarenage radica-
lisation.

L'affaire Chakaa a conm-
mene6 mard' dernier quand
tle i-en6ral Dany Matt; qui
coodonne l'adminitration mi
1l aire dans les territ.oires
occupies par Israel: a convo
que le Maire de Naplouse
(Jains le bureau d'i Golveer-
ieur d la ville. La onv'r
station; al laquelle assis-
tuililnt un commandant et
un L'elutelnant Colonel; a
port6 sur 10 terrotisIme et
lit ii1mment1I sur IFaltentatl
corilais en mars 19'8 sIur
1 aut.orito Tel Avivs Haifa.
Cpt atentlatL avail fait 34
morts .
La conversation as elt ra',
pnrtle des i, lendima'n Oen
tI's til-iri's I'r h r i ti' 'rs m aiss
l~tlnort's In's dill rs par la

p:opr'e Vr,'sion M. Chakkaa


AVIS DIVERS


AVIS











'I'.p (.I l ci uctoi con




S l i1 respon-ll





i) l ( ql r FJl d ll i sit.


S, t l 'lu'{ 6 e





l'{ d'1 1 M (1t1d."ll 1 )1 tlll1


it 5 'ii' 'I'
ii' i'll'
'''I III i '' liii

ii 5 I' I' .'. It


i 1 'I
1411


A'YIS


(, :I : : i. '* l ,it' { i


4;n ) 5 i't I tItll (lipli -


- i'trlr unc lllall e etran
"ere. de prelex ,ei t l'anglais


,avail indiqu1 qu de ie tels ac
tes de fiday'n dil n'em-
ploit l pas le mot, de terroris
te ) etaiti que de 1occupatioll isra,.-

Celtte justif'eation; ben,
qu'elle soil pastLage de fa
ton notoire par 1'ensemible
des notables de Cisjordanie
(t de Gaza; a souievi F'indi
glnation on Isra 1 et a con-
cturt les autorites israelien-
nes L ordonner l'expulsion
du Maire. Mais la publica-
tion par les jolurnatlx Lsrad
lifii5 d'une conversalion pr'
vee a pris rtipidument les
allure d'ulle provocation.
L'epouse d," M. CnaKkaat
our qui coes rev61ations
font parties d lune (,'ampa-
glt centre ILS ima'res pa-
tnl .'s qu; s'opposentt au
iprojts' clalltonoln ie .: a f fail
aiipi di vant la Coir Siupi'o
mn5e israelitnn Celle ci do-
vrait stat u'r prochlni.ent ntl
sur la validid d c s 111o lily's
d expulsisonl Ctela iilempithe
IL l1e notable s' st vu 1111
fier dimanche son eximl-
s'on en Jordanie et a 6et6
conduit: en a'ltintlanl ei
prison en lsratul.

.ERUALEMI
ImnmLdiatlatiiil In villa
do Naplulse est aiise n11
, reve to i ll Itlt le lons ils
Municipal a de(ilin s' lllv (11
bloc. .Avc -i la les Cistorr
daLienils son1 i ]lus unl S (t(
jamaisa a d:Clare lit 11s's
adjoint: M. About Gaz'aleh
Enl l let. lP eoturs 11k
t'"se spunts elltl s1 l I
]-s eco ss io ; eeit s 1 lls ,1i'
Fires villas. Sr les rlutLEs:


res. Les nl'airesL d, C'.illsrla
1,e (,I d t O}ta .; (11 o ,'! it,
Il lit 5 1"'1111t,111' t ( ,".
lal,'n : se -isauent dL, t UMIS

M. Chak atJ est lltCIv{ M llH ilC
cxpulse


Du eote Israellen; M.
Shi mon Pores; chef de 1'op
po.sitlon travel iis e; a -x
pillque que le goUverne-
llenit ne poluvaiit pas fare
aul'tr'iment que de r6agir.
May's un" oautre formation
l'e ,Shilli,,; a cstime que
ne n' d' l'ision le project
i atlionoml pour li Cisjor
dani" et v'di de Iier conta
ni les accords de Camp
Davids
QLilh L an ullkn ve.a r
f'ramllllllme deOloiSitiSionlrar
rtci iahmnche.; ii vi.le a.
' rdllsdil les iiiiplailtlions
:,s 1 alt ts ei Cs si'ordtii n
sit5lls lhl Z,)le de Gaza et
'1" le's hIa l i etls Syriennes ,
I(tl Gsoln; et a deplacer
ci' qcikltues kilom6tres la
''ilt' d Elionl Moreh

Seial'on de ce'te der
i 'es' av'ait s6 di'ei'e 1di
22 (lctobiC. par la Coll- Su
'1r(inc qme u 'I c 1peD:r a mis
ill all confi'scatio s de ter
I' it'ive( i rs 'abes fa'.tes
,* .'t l ere'e mais qui; d'au
e part a '()cont il 1(' gou
vi rniiient Bcgil r a decide
llie a ml en('laion d's ac-

ir" slutes tltl cadastre
DlulLs 1 altenl des rea;C-
llns aI 1 etl nll '1", 11 l (st,
t l(l I qu I'srl ;el ta ilolli'
I tPt'ti lel, Etats-Unis et
1 !styple dans 1 emlbasnPss.


E C1e .Iillalini>iB SS
Avoir 11" voiture
Pri ert. actress,"' ,r curnUlitlunl.l
vta si qua nii le poto a LE NOUVELLYSTE
lii 'e ill tiale 1311 Port-au-
1P11ll e. II:.1ti. PPROPRIETAIRES : PI'ERRE CIIAUVET
1611
lET MAX CIIAUVET
x xxx
DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
AVIS AUX ABONNES
DE L'EDH AIMINISTRATEUR : Mme. MAX CIIAUVETT

Li DI r 1ti, re I1 cetri-, t
c'it d -H all, C l es L1-
0(,Ill,> n ( g e ral quL'll I
Irtr cI L alljn obllgationl
d till l IIIr u! lt l de terre


t lIi,." Im'l dcI>i .er si V
,il'!t''.,i',e 1v'tl I 'l as pi' -
Is ii is CitO

li s- u,' l 1 tI ilill' r il'ul l ,
l.. d( 1 nll' l noI] cL l 0,' O V



A Its S,. 'a. |. c IsI-
oc d( tda lts(on)I


oI' t ll M it. I P. i lu l i
Il llw d I 1 c1 Ci.' n ', d I Ial-




( I t( 1 ,i o r s lt )m ,


I Iso i itroo t int I

] -Pnne le 20 ON" O-





vI isSi I orma tion
de la F nation Dri '
Klaus Wasser








I'/ltill I' (it I' iiq l D' 7 G jli MW
i) it cii I s ( 'It l l'III' si













i t i I I...' si i nI' .
1 h, 1- (-1, 7 1OAcll2













d( P-( ._ \010 1,id. 7 O c T

fOUR EXTRACT/
"'IBINLT LAMIARRE

Lou,,s al. Ln.rurr


ALLOCATION DE CLOTURE


-- II -------- ---------~- ---- -~ --I--r-l ---- --- --- r---~.- ~- ~1---~-. -1.~~-~-. ~-~--~ -~~-.


-


-r


LUNDI 12 NOVEMBRE f97Y.


"


A




I U'Ni 10' NUVEMUN E lNl i


Rafraichissant



D'un gouit ddlicieux



oui fait la ioie des families haitiennes




depuis plus de 50 ans.


LUNIVERStTE DES MUTANTS


CISJORDANIE : ATTENTE ET TENSION


I \KAIH Ill N \V I"P -i
1 ,. Il h ( i ',,n '-I! r in ll )a
~i ,*' d 1 1 I i t I I
I1,1: i i il'ii iiil d uii





S ] I i It I

li l l i l ll I'

('i, it 1 ,1 Ni i i 1lil '
I [)i tii i i i pi ix i'i) l ] ii'
\i I 1 I i' ]i i' i (ili I (
i ii il 't la 111
v, si I ( Ir Ii' 'i i1 1'i
'i l r i 1',\ l I i i I il!ti l o



I' -' dlI iv t 1 at ii v
I iI i I l 11 ( d ill v i, r
) l l 1 I, i v' vI l p Ii'

,i d' ii' I% r l p'ii I''





c I l dli i, i 1 '' T l i' 11
,ii' i r 1 i t i d l i{ 1 1v' y




11t,' i l ii li'


"XXW YORK APT')
Muhdlml K,vtvii iivn' Gr-l-

piii' ioii ii I' nom -
f'i ti ii nn ii' la dc ii s ,ln-

-1ii i l ",rll e 1P'.' i;i. r IPi
Wi ld Almnv':n r i n l(''ci in
i'dii a n '" 'ii I' ;. u1i l -
] p blHli'' pl.i' 126'i Cir -





I f ill' (; .Iim;Lm
ii diil.i (u i;al,'r"'. (Iii

l 'l 1[! 1 :'!"'d m 1 d h






I, i ll i| i .l 1 i l |li; ( li
ii 'i "ll X v Ii ,,ili
] lili lll ';. :\ 'd ln i [g


co 'tidi vll rt nm1 a ,n''r et
1 i li r a p,'rtic .p r 11la
di',l ll ( ill I ll, il ldil
i ,i I, p n pa x bi, ll id
1Cac tt l \n '', r Lit, 11 l ivil
I' 11,1"I i ,i 'M I Il II' i' (, idc iL I
/ i(111 II' d1 i ihd dll vi '
Iv )o)phl' F1 i i'::, HoRmrr GaI
I ;l(;\ i dll' po '.- 1 Lvopiold
S Idar S, lh rr, II'r% d' lil d



l f ",(. i .u1 ,l d. I drl i 11 p
H" F, (1111' l iLu i l (




1 11 ii l i opi ls inii'it
l;t1 r i "
don I ( r li' ii' v ill' U'.




rons unr d I ,lr: on ex
r 1F '1 r i ,ic v'
'' Vi n ]', i ' \ '' r
i l, V :' 1 r'! an' 'i. I t
(i" ') i ]' '" Iii
vlr t (, (1 I 5 .I11, .- n ius
-ir:>vi .lliv.- t li,.rilv lv c vi
I1 : n (l I i1': v ,r 1 (Ce t,'

s ro m i i;:1i 1 I.p ind

v i~il sC I'c ii t i' Pi n I c Ii I
r' l','i 'lppl' C" I I, i htiil r '


sv:l 1vi 1 ( C '.1 1 'I i r r.
lislei Ann L nlld s I'l 1.
lIou'nal t ;Io' a mnil u x.
payve dcs Ettls -Unii I,"
Ibaia Walltes Maiv Wal
teri s fii-'vo rf i'ps ('Pi i i
it dlpuis 197)
Madamil' C':ar1 ind' -
(iII M .tl(l m' ,: v11 ,J:ulvO
Flait. c-- o 'lr"'i ci i iW world
Alma r" n'lt V pa 0 ]l'
1 [ oS'lit :;." (1 'Ila !n s

clent11 p N ,I plus ,, ] -
L:I d: n a)T1n111 .r,- r
n. de 1 'w N Y () Y ,' .
IHi \irl Hi l M' 1
IIll lio 1 I Madai, J n l Hl '





1 'i I, ;


cutr'l '1n 1 ill v:-ng Tl em e s O-
c nc I o1t1.; 1101 d1 jr p,( ins

SI 1. (Qi j i i l la symb.o
wt v l it l '. 1'cm pl ni' n ii1
Si vl. .Lion:; d lfir
dt .


N jj Mi dima d ns sa r, -
3 t i, '.h Cbl I L' G' c. I('
pi nl' n],s '-'r leis forms
c e'd lol 1 niti''; o n C O u- t
d ul t (' ; ci preocis. silon
uii!,,, mni hode qni privilege,
1 cli'an (t 1t 1' r1i'llexion
11 '(iii'w, d'abord un ani
nrl i e 1 I pli'; souviitl tun
t ;',,ni'ri' i. 54 liviommen dCI
r'ti i 1 dI cC'Cence's luil
ni r li In pos6 distri
t I':ivnne '. oV e C tll
oI i'lt bih i i "iphip pollr
,cinor'i a.ix ,l'ldiants di
l 1 is'R 1 ;r.'" vi ,vic Ie 1it
' Un dt b'.it "'in' taure a-
pi s 1 xpo-e -t l''1 iid tln
I i 11u c d ,' t ('r des
v'y 'iics Ir ivyil. d d


1)v i i[ I 'i sl r 11 1 1 i1r'cl
ii 'v i. ''l t i s it '1 pouril1'
p:tv11,/ O l-lc oi


li' dCeux 'nme stai l des 5.lMu
'i s .i i qlr. vi', lt de io l -
ni. Il;'I r v' c l:iiiio stlag iai-
Ir, \' %vi mnan die 1l i pays aflri
t.i;. 1IDomn Helder Camara"
arci''h v i'i>;r d I'e r'cIi'., Aim6R
Sl a ri', ci'Inva n nimirtinli-
(qi 1 is, Ki Zt'Fi;,, histlorle'n
k.t.llUi1iL, Ivan Illvicih. Roi
gir ar (F ii"idy iC .... ont at
L e 111' Li-,.

Los niouvi'vux stalai4'are1-
pson' pour la plupart des
ri sponsivbl s i 'ent reprises,
di' la plan lfirtiion oiu cl
s ctleurs socio-eOicatifs dcans
1I'lr pays. Avvui d'-ploom'
n'a er' oxig( purr liur r"
crutement. Pourl 1 IUniver-
sje dts Mlutantl- 1 e'-entill
O( ql' 'itsildlviant sit prit
ai reni'e1 r' i l 1 cause se s C'I'
I iit-i -e plluisst dir' corn
me M.. Iba Dr Th'am, agre
V,' d li.s'oirn dirr'ct'ur de
1'UL:i\iv'isCt l Je C comprnnds
ml', cux 1 atrei lomm1n l difli'
itnt dp moi piP, .sa cultlir'
.1'"ii pluIs (1' I oli pel -

s 1 s olivai'ull'll q 11
dev, loppt'ment snvi cult u-
r.' n t que n I't' r' i [o d( 1'amn .


LE MONDE EN BREF


TrH.ER1\';. Vi i
Lp N(1 p* Apons'l;-11 ('1

I e Bi ul n'ne ar pa .e o' r`Ii '
6 ,' d 't': 1i1 'iii Ii!mv 'u i('
]i/:' ii' ii1 I i' 'i 'l'r.\s li't'v' -

vims a 1 Amhisir ad di's E
i's-Un'" a "T'l'ii ran et an
dec'larid i 'll 'ut. i-inor-
malemenl faclv,:i'us, nimais
oi s ainit ulpa: d I 1 pIons '
bli. en miuvin so ecnOdi -
ition phvsiqlu D'a'ltre
)l'an. l'Ayat.ilil. Khi "me-
nv a vfa.t savoil d'manche
(11il 1 11 I eC V"t 11lls de
io r' oln lt'i 'i' S tils a Tit(r o;
l !ilf I 1111' ve''Jvi' ilI) ii1 li
''itr drs otat ,'

WASIIllaGTON, FP I

IL ,s 50.10(00 t l:rI inls ira-
ions (i ui allIx El 'its
llnis dl 'Iv'i )loi'c laine -


(',s d I i m ml i',' i (nL. l ;l
(ii ii'!P .iivi.viv!''i'u 0 Iv lv ii.


I (i c i w'll li t lvi 1 'i :1
I o i irS "' I1i i'if lI ', -' 111' v "-I'

li Ienll I' 'i- n i)rion niv ,i
i o:i vi',t 'i.'v I ll Oii r' i1 vvi
ii! "-Ulis. lvii' 'inIiili 'Ii l
shiiv'ho '~' diI 11 ,It lic e a

-deS (, I (i'ti 1';" 0v' t i', iii'
c(rymoel'nes pour disper-Mr

vavll t Am i t- ir.- Iir;ni

PARIS, -P i

Allculli r'ITmomis. al -
ciuie comepromii nuCin' nle

driclir DimaniC'e a la ra
dioi I'ranrAiso .'iMIOsiO9' Ba
lisadr, mon0 b- C d1 consoil
i la rv voill i 1ni ir i5 '
i l i FI 'V v iii 11 ii vI i i l '
il ,'s, I1 Yi ,/v Hit' CIi's

i'[[[(' .s'l V a uvv i. ii'V' i
11on m ill'.1i .

Ht)NN

I.ts 1lmill d All -
laids dI. 1 Ot1'a 'l Ii 1 -
I ij Illi i' i l ii -1 i 'iv' vi -




l a l viiA vn i : :i l u l l i' l




TO ONTO

Ui r a :' d" I 1i ( ']i 'l di -

itll ls vil iiO i' il i'.-rli I i '- -
t 'in l a m n lm a b l 5s 4 di(l '-!O
iii)1'l'ii ''I ill 's I"D-

ie1, p)i' -sv ll 'iia ( vi x 'ii
(1, i 1 ()! l l v / v 1 I'( i ,l 11



'oill lot11' i 'in 'i',-
ri pi t I 1 iV" l l.si s Ii'
1011 ) io l i it 'i i l '
(lll


Ni 1 OU N d


NN la rtile dNplvriv.i
Ir'lSI'IDI(ANII"'

T I' M ,I)Il c' vI h o th lS. "i S
Illt01,Iin1s iS'vIvI a ii' I it-
](it '(s l i I'I c pI it' lli l
c/1 JoIrl n lc A c1t St1111 P Io
oii t lIdi''lvi' N 1't v -xti.ll"e ii
S A t "d :e Cisionl. 1 S n111oivi I s
Id 's p 'nn ) .pai IIi 's v 11-s5 t I
C sl; i'TdilivicI I. e i 111C' (1t
dri ll s r lll p" I, n t
IM ,v )s11II'C Chalkv' I i !ili i)ll
p(i do Iiiee insure de -
vinl la Coui" Supl(mi I.s


VARSOVIE -

5.0001 pesollnn. Oli]nt uris
pi rti Dinm:lchrI a vliie noi-
Inifes tilon d (,inpo'it v ii
Vi rsi v li V31 -D iss'iO1ivs 11i
oi s vaeint etc vrrts
v"'s i iiirs des decri res qua
ravt-hnit hetlires. Mons'peir
AId: 7ej Czomsai 1 itill d's
pincipaux i ganisatevurs
di' Ce rasspmnsicmenlt, a
el e appreliendi it la fin
de la nimanifLstaion


JERUSALEM, (AFP,
La tension devrait s',o'-
'roiIren mardi in Cisjordia-
ime avec la viSmission col-
lective des niaires, iproie
.lnt cuintre 1 it 0eU'tion Oi-I
Irall de MonsieurI Bass'!l;
Chalka. mairrI de Naplou-
s:,, actuellemnn. sou.s I
ou) d une se d'ecsioni d'ex-
SLlllson i on oluikanie, sti.i
111c-t-on .llndi

Mons:rur Chakaa est, ac-
cuse d avoir ]us.il[ie le r''
ours auil terrcr:'me dani
tine conversation inlformel-
lo, it en plincipe confind
t.i lloe, lavec u "'en :-al isr.ii
liel qui 1 avIi'vt C'iVOquLo:e
Par solidarity. les Mains
die's prin ilpalc- villes dI
C.siordanie et de Gaza, Liun
v'inf.aiiie atiu l(ual. e soi
Oiigages Dimai'clie soir, par
('i'I, a denmi sionner "!
bloc mardi st dc'ii l i M i
sictir Chakaa n a p')s ri'lpr
libi'l lmIno l s ,s c ,'viltes

La Conir Siiprer l Is-rI
1Oiviviv 'ivvivlt vii'Ii' Lunlid
oun d mande drc mise in
lili 1rilv Irov'i'o.ai('. les M i
res dovIrollnt. ioln x'clitu l
Il11ir vnicia I' 11s "iiinol 'i
rai'i i litl' dr'i'sSi olli 4
ft' r' e l.J il";ansn il' r('in 11
uilbl cqu,' nimardi micli v Bothl
lot' 1 (i '(' I )o 1ii ,(1[ ii i r i ;
on 1111 s observalti'v rsll : vi-

Dl i a l's 1 1ibol teilli .O l I
(ti'.ls onW f 'lcl{ loirs pn
t"- Lunmdi d:ins plus irsr
vlv.svt la tl:vi pouir
I ii: nllon '"r I pidr men .
])rc N;x lmois l d'llu area
ni' i llii 'l oi.'i' ll i i' 1

Los objervai ii'is sintier'
l''ogent pou-,11,(Ii) i Monsieul
Ch:tk:t;i 1( pn',qiioil main
t" a t, 't ciquellcO s seroni
I,-;s co' it.s ci nceL'C a Ia on :, l1 '
me ? '. Monhsiotn Chlakaa. '
an s. -11 ideon. f6i cor


me 1'crivent des journaux
Is'La6iens, av'e les auteurt'
de 1'attentaiIt qul, ei lliar';
1978, aafiL 31 inorts et 7'
blesses sutr l'iiLiuroi te Tel
Aviv -- Haifa ?:


t( r'itoires r exprimer 1i-
brimont. De pxhis son "V-
pulson co e inlr, *i;, ;i totl tl
m lent 1'ill.i : ill io, Ol
vernemi ent 1' -,: i 1 :' -
dir 1 a ruto. i, i' :.i cv i:l. -
tanti s de C .1 id, .' t: do


\illtI'ion. L taulo'omie
crit-il, risque iiieni do n'i
t nQ Ln r'i-i'p 'i ner 1i'C S
c'I',,1' O!'ie'r Si lo t(* l lvc'no -
ir aI ,a voiilvi riiit' l
p .'p I'' piol l k iioii e' et aider
i ,i lilv is n". '2 y ri 1 S. i


A-t-il s slnlv nient exprli G::a C's. >i1clil il. il Ce
me. coimme il i frmllii 1ii -is p i,,ba l. e q 'l es' l
mo mne' Il po;i! c.te VuP de I, ,J, tal;':en t::l iir 1 n a'n "lbii ni, par lo s
touts les Arab:s dcs terri iiin: In*'' ndai l .i.d i s toirn's occupies depiis 19G7 vin U c'.'in 1 oppos x'.,v Jnr pout plus lir: de ma
par Israel. coosiddrant cliuo s'illl.'"i i L'iin : cr'' ,,, .'. 0 1 o i '" liati onn]l'lo lOs 1'-
de tels iltteii t:ts sr-ront itci les iits I tiiis Pt I b' s ii.'s sul!a:s do se' s decisionss
vitables aussi longtenmps
Squie dureront i'oc'cupatlion: .i i r.'.w-.5c ,'3SO's/-".scc'--.,.,
en Cisjordanie et ls
bombardments dio camps lSS UR
palestniens au Liban '? 'IES I URS
TToijoiurs es i-.1 qi Mo)n
s.eur Chakaa. o allure Il h' A1r B
Sple eserver. a sie d unS A Z V TRE FEMME !
e F'dayin Le LCineral Israel
t lien Ben Eliezr, qui conv PROTEGEZ LA FAiTES LA
r mainde lo C1.voc'vnIe, :v
pas aclie 1- moi:-s dernier F
i Jut dos ,j H.irn.r!i.stes PLANIFICA"XIO F AMILIALF, r
s angg'eis, qui'l appreci uit
son honn eteto lolIdamI nta -<., iO- .-c . C` r.- s-'-.
'^ C'stsl ctt 's'ctl de sa ________________
s v1aiii ivlilt' q:i lai t la ipo
l lvtiri ^ ii di ,oiolir dCivi IELP WANTED
i i kaa, ri q11iili vavlt do Isis
I'r li" 1 hli nme Numnit o A- LARGE GARNMIENT MAINUIACTUIER IIAS NOW
1 de 1 OLP da,.s lies terri
t iviv's. OPENINGS FORi SUl'PEIlVI-OHS \VI F11 SP'i('IAL E'X-


J


PERIENCE IN Sl:\(;ING M.1(HINI.S I OR LING(IIIE:I
Di' sor ,"li-'s d'l I, 1' iANT'I' S.
I'i. 0 i' ro Iiraeliein id la

son U l su l ALSO Ni'l:) FOR EX\I I 'lNL' ) IOKKl I'i:RIS
tirn'' 11 i, pIa: illdr ri'' rll IL1UEN1' IN I':NGLI(.SI.
oiln )ar 'l ialv' illalult'. ')n',
l'r'ndti nubll s l 's 1opos Ie I'.LEANS1 MAll, T'l' \Y C('URRI(''LI'M VITAE ET

Chl tklm e AI.L RI'IEFERI: DO If'1MINTS 1W11(11 II.L STlATE
Lai lnitioni. lion li.s mn QI' A. LIIt ITIONS. P'lHON)NI-: NUM'EI, MITINIMl 1 RE
I's sou';M s, I dvv' nail all s t ()UIIlii) SAIARY TO:
il'Vltahlr O. Poi a"l~ Moll-
S, l.i;, ,1a :. i. o M s NIr AI. GREI':N
..I , o a.n c lo le cn l

lio's dt.I' pn triu's ele"c r P.O 13 ix 13108 D1 I- lmas
Ollon.4 democrui .i' tiul nt '.1 Piol t-au-Prince. Ii.i'lr
ia'rn si s ;-n 197'i.; a linit' 1211
tiv'e t sous la supervision
d Israol. ri 11 vtu icO lesser


Les Semmes Elas5 v Efi~ 1uens ,

d'es Etats Unis


NOUVEAU NOUVEAU NOUVEAU



Pour vous faciliter la tache



Mesdames des Hamburgers



Patties deja appretes












ha


DE VOTRE FREEZER AU FOUR

CUISSON RAPIDE


EN VENTE DANS TOUS LES SUPER MARCHES


Chaque fois que vous viendrez prendre livralsonld'oun rouleau de film Kodak
developpb aux 3 Patrick Color Lab vous tiouverez dans le sachet une "peplte d'or"
Grace a cette "pepite" vous choisirez dans le "coffre au trsol" I'un Cies '. i.'
de cadeau que PACO le petit lapin vous a reservd. II y a des :


i... I I I u I-u. LI I -L I L~P~B~LI


- -----r-- la ---- c


:i now-r~a ~ -~L


UP~ ~~I -C I I sbAl -I C131ICP--sP


w--~Ur


-""-"'--~---~---'---""------------ ---------------------'-------'---------- ~------------- `-~ ----~----------------- '---~


1






s

a;
1





t
r
9
nl


1











CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midl 2 heures 4 heures 4tn permanence) 6 heures 30 ef 8 heures 30


CE SOIR
Salle 1 $ 1.50 et 2.00 Salle II $ 1.50 et 2.00 Salle III $ 2.00 Salle IV $ 1.50

Hair Le Sauvage Dr. Francoise Gailland L'Homme en colere
^joooootififii~ff-***^l^y~^-r^*^"n'*1>1r"Y^ -- ~~n~ff~o -~r^ __r__rrr______r__.________ --'''''*". ^c^^nrl^c*f wr~ ce'-qe' **<^*~ *"otsc V* wd'* r r


CIHAMPIONNAT DE
FRANCE DEI FOOT-BALL

La 16eme journey du chain
piolnnat de France de lcre
division de football a don
no los resultats sulvants :
Levil bat M, tz 4-1
Anlgers bat Nancy 1-0
Nice bat Lens 1-0
Pa.ris S.G. bat Bordeaux 1-0
Bastia bat, Brest 1-0
Lille et Sochaux 1-1
Nentes bat Lyon 2-1
Mitnaco bat Marspillth 3-0
Nim"s et Strasbourg 0-0
Vailenciennes et St.
Ellenne 0-0
CLASSEMENT
Monaco 25 pis
Nantes 23 pts
St. Etienne 21 pts
Snchaux 20 pts
Nimes 20 pts
Strasbourg 19 pt3


M11e Vie T'Iolly Richard
lIwe l, cih';I l F] |n d ,l "I s -I i
lo NllinI' (ilatlys Elhtdi 'et
m's ifantils rcmerll 'rtent b.en
i 'iii t l Ston Excellence
ii.siittr J1n Claudlte Uitva-
Ier-: PIres:dent 1t Vie die la
t"' nlt iltllI ', "itadall .s'
iIIci 11100nere Mi. Simonlle
l) DUtvallri. preitere duine
dc lt Republique, Messieurs
1, Secte airs UEi lt dr' i]
Juit ce. de la Siame Publi-

1,s Offllcers du Haul Etat
M.Oluor dIs forces arillecs)
(1 la1 :ti M1 .ssiO irs Is l m -l-
Sres dli Protocole: MFr I Pre
sident de la Cour de Ca(n.Isa
ton Mr Ie President de la
Cour dAppel Mr le Doyen


Assas.sina d'un
Depute Liberal
en Colombie
Bootia i(Colornble)i Arp)
Ad. Arcot nde Franco Car-
(hiia. Depute liberal tt
presdentt --fle 1 As.semblc
provitnIll'laci' dio Qtuitdio
Ou(.it c deI la Ctolomnbie) a
ete ai.sssissll dimlanche soir
Dar balls. a LIannoncc lunl

lie. ...b ...
it x l polict t o on -sets

IM. Ctrdona, i44 sits, est
t)clnbe da:1)s Ul1e mcnbuscade
lt''ndu( plar un group d'in
(tonnuiais de>as ;i a prot ricdt,
a prcr'sc la police, qui a
afflI'ime ielnl' r les mobi-
les du crime.


A LA MEMOIRtE
DE RAYMONDE
SICLAIT

Le st'amnd: 18 Novembre
prochtan. at 5 heures de la
lai-rs i, idt. it.r: cl'.antee en
f l '. Sauit P erre de Pe-
tion V lie la me.- e de prise
de deutil la a memoi;re de la
regireter Madam' RAYMON
DE SICLAIT rrecodee le lun
di 5 Novembr' dernler.
Ses soeurs. Madanme voveu
Luc en Volmal. nee Myrtha
SICI.AIT, MIt'. Yolande SI-
CLAIT. sa taste. Mile. Al-
ceste Albert pl'ent lo, amis,
all cs et parents de bien yvou
oir con-idecrei cet avis corn
me une piht'ti' invilat on h
cttre messe de virise dde deuil.
SPotion Viiie ir /2 Novembre
1979
VAVAL


dii Tribltunal Civil dc Port-
;i-Prt' : Mi~ioesi tiur';s ti'.s II
e'.s, substituts;: Mr Charles
inBayard Me Anlto ne Amlazon
du ib i-rctal n t's ,Cav' s -
Le personnel dul Pax V1i
la la famille David,: Bt
gtlidy' Alex;ndii'd Vilmar
Francisque: Devot., Mondes-
i:n: Fleurant 'n Tous les a-
mis de la Capitale; de la
province doe 1'tranelltpr qui
leur ont timnoigne d, la symn
pathie 1 l'occas on de la
rnort de leur regreLte cpoux
et beaut-pirIe Juhge Tolly
R'chird enlev6 a leur affeel
tion I, 5 Novembre dernier
Et les prientt cdi trouver ici
1'expression de leuro profon
gratitude 1211


Me DAVID ADES NOUS
DIT UNE ,CUTvr STORYs,
EN PRESENCE DE
RAYMOND ET GiSELE
HABER

Dimanche sotr, Me David
Ades, revenue outL rceem -
ment de New Yolk a ante
no at Grand HIotcl Olof -
fson ses amis G0 st e et Rav
mtond -IABER pour ut'i
e,po't comrme or dit a Pa-
ris. El TI-Da de nous rap .
porter une < se trouvait dan- un magL
sin de textiles a New YorKc,
quand ses connai;,sances on
ce domnaine reiitr(.nt 1 at-
tention d'une rclente, qui
l'approcha pour p:ofiter de
son experience. EL le dialo
gue suivant eut lieu : -
D'oi etes-vous lui demonau-
da la danme-Ds haiti, lui r6
pondit Me David Ades
- J'ai d t en l t 'laitLi, il y a
pout dtr" 20 ans. J ai se -
journe au irand Hotel
Oloffson Jai tri0e le mell
leur souvenir de ma visit
en ce pays,- Si vous etiez ia
l'Oloffson 'vous devez vo:ts
rappeler mon excellent a
mi Aubelin Joulioeur (TI-
Da decrit le personnage) --
Evidemment lui repondit
la dame, je sutis ortie aveo
lui J'ai danse av e lui Coan
meant va-t-il ? Ei, elle dllon
na sa carte ;i David
C'est Madame F lolence Bent
jamin (tui a u ne mgsitn dc
Tissus 5 Westlchester, N Y
La <,cute story > nous a.
beaucoup amuses come el
le a amuse Monsic r Ratev-
mond Haoer tL sa capli-
vante femme Gisole Mon-
sieur HaRer esL proprietai
re d'une chain.e de ' Stores a.' New York SAN -
TROPE (7 WcIt 42 tid :t
NYC qui eOst 1C rc'nda,
vous de touted les belles
fillies, de N Y clqui y appro
'tisionnent en t rtiIcles *J
S p o rt, n o u s d i t
R a y in o 1 d. Le cha'-
niant couple lo e a 1 H.I-
bitation Lecetrct c. il 11sat
arrive Venidredi.

i iayi'Iond eet e,',r i sI't
tombes coimmno tant de ce-
leabrets personnt: itcs atant
eix., sous les c'loiimes d's
oeuvies de Geo-,'es Augus
Ie, le SEVRAT l1,nitient



I Monsieur Lu ,in Andreoti,
commenlrcanlt dol I'(Ioue, Ia
lie est rrriv6 a Pori-aa-
I Prince 1;) seniiie derrni",
1re avec '-ai bclIt flm e !Li
lianal. Le chamnutn cou -


ple a pris logerteonlt a 1 Ha
bitation Leclerc cl nous
S'avonts rencoei :" lo10s 111
magnifique speltacle de )a
Troupe '3acoulou de Mada
me Odette l.ulour Wiener.
Dans cc cadre ,e trou -
vaient MVonsiur I O ,e'f,
Courbage arrive t iut reot'a
ment auec sa ;,ie 'etimIe
Fttncoaie Yo t," s'l Cour-
bage est Cit- du Pro-
jet de 1 Unite d i atlyse et
des Recherches ditemogra -
Piiques a 1 SIU0ttutt lita
Lieon de 'tlatlaSLti. '.

x x x x

CAROLLE CARR
ECONOMIST CHARGE
DU PROJECT URBAN DE
LA BANQUE MONDIALE
ICI

Dimanche natin, nteus .i-
von rcvu r ve tt' llai -
sir CAROLLE C A R R
que noust aviuns perdue d
vue depuls si lontemps. El
le cst A a sour cadette ca
Gladys' Spillet, Evelyng"
Me Gurck et de Olaz Froetn
dit Ti Boy. Sa lt!e rous-
se et sa face' pouipO)nne re
tenlaltnlt 1'l altenion T \
passantls de la t ii 5 'u
Haut de Lafl"ur Duchleine
quand 11ce n'toiti qu'une
fillette danrs li alncOs 50
Sa mere Lair;n Mvs, qili vilt
aux E U esr tre':te 10
charm e fail tenmmn-.
Nous avons rl'-'cona r' Cn'
rolle sir la 1pltii de T Ti
no ou 1 e1c 110'11o p il 'lti
tccueicl iihal uret esit une tran deJ,, fite ern-
me EEll a fai'i. (e brillia
1 Mtudes On eco:nomie ain-
EF ts-Unis, a 1 Univers'ite
de Miami.
Celltte reo'(ii-re ell-,
I i e u at C'.i'n s d ulne
visi'e effectuSe timanche
a Taino Beaen Iotel dle
Ca 1"inel ieraux. (tripe taa
Mxichel Pcirei. *jvec 1 as;is
t tl ce d la ojile I iabell".
d e S u 1 , N ot i :
etions 'ivec GC a s o
Bauils',ll quw (";mm'a , rite Bit ldler ni Ellt!c)p:-
inlur de e'on'i, actions m -
ritime.s. vient de tclikts"r
ino manti" lique Qe.QI d a,l
proche poutrl 1,'s er..tat'c;I
tons qui ifrdeitentent TAT
NO Be'a0 Ho; 'I
Car: oll Cai'". lt0iiours ic
te rolsse Ht r 1 11 l '
1poupoilni. est ( 0 icier de
Pro,let Urbaint iour la Ban
lite IM oldlile E. .I i' estO res
)on tble i du P',oict lrblm 'll
de' la Worldl l.iik pour
tailti.


Mme. Joseph V. LACOMBL !



Lincoln Plaza Delmas


PHONE 62369





LA VIE EN ROSE


Vous propose:

POUR VOUS MESDAMES

LA FINE LINGERIE FRANCHISE ET AMERICAINE
LES TISSUS FRANCAIS ET SUISSES
LES MAILLOTS DE BAIN ET ROBES DF PLAGE
SACS A MAIN CEINTURES BIJOUTERIE FANTAISIE
PULLS BLOUSES FLEURS FOULARDS BAS
ORNAMENTS POURl HEVEUX ETC...
ET TOUT POIR LA DANSE

POUR VOS ENFANTS
PULLS SHORTS ET CHAUSSETTES
MAILLOTS DE BAINS ET LINGERIE FILLETTES

UNE VISITE S'IMPOSE

A LA VIE EN ROSE

OU YOUS ATTEND UN ACCUEIL CHALEUREUX

OUVERT: 9.30 a.m. a 7hi.p.m.


TOUS LES JOURS


Professionnels. amateurs ou melomanes avertis
Pour tout ma' riell electro-acoustique
VoJez Aux Ondee Sonore-
Pour tovt appareil de haure fidalite
Voyez Aux Ondes Sonores
Poor tout materiel electronique
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel electrique courant
Voyez Aux Ondes Snore.s
four tout en matiere de Television
SDet l'antenne au recepteur
Voyez Aux Ondes Suucres
Pour eisrichir votre culture musical,
votre discottheque et assurer
i'en'treticn de vos dsiques
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour choisir 7otre guitare classique ou electrique
Vovez Aux Or,.'es Sonores
QVolonistes, Allistes, Violoncellstes
pour vos cordes professionnelles
Vovyez Aux Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes plo-ir voiture
Vovez Aux Ondes Sonores
Pour vos enreristrements : tape on ruban magnrtique
casseftes. carfridres sont n6eessatres
eVnve Anir Ondes Sonores
IyVous aveO h7 o in de tables
rtroninm-, ni tlertriqune-
SVu-7. u n Onec Sonnores


Aux Ondes Sonores

Tout... dans tous les domaines
4x Rue M-cajoux Telephone Ni. 2-3824
SAu Service du message sonore


La~aiaot^Oe'Boaaseog~ceee


Elle est arrivic la semAi
noe dlelniere ti/' Monsieur
Donald Strombon, Chef de
Division 0es Prc.iets U1r -
bains iDeparter.icnt d'Am6
rique La:.ine c' de la Ca-
raibe. de Anna Maria San
tanna. Sociologue du pr.a-
je'O .t Monsieur Robert
Ecksell, phol.:traphe LeI
gioupe loge a la Villa
Creole
11 etaitt venue hier soir vi
sister le Grand Hotel Olaf
Ison sur notra invitation.

x x x x

E1LIA GARCIA
ANIMATRICE D)
CENTER FOR ;Hr.
EXPRESSIVE ARTS
DE MIAMI

Nous tavons uicrV av2c
beaucoup de nita sir. Ia
gracille et grariicuse I.ilia
GARCIA arrive ce Mianmi
la semaine deri.ibre en coin
pagnie de sa iolte soeur 01
aa PARRA eL de sa genatil
le amie Louise M NGardella
lilia Goaiet.\ come sa
demi-soeur OLp.a t arra est
de Cuba. E11es sont deve
nutes citoyennots americai,-
neos. Liliats es! :rliste Dein
Ire. Elle dirine i. program
ime1, special ba,)tise Center
lor the Expressive Arts,
el en;elgne 1'art :1
I Ecole olineoltajre, Drew
School. de' Miami, ofl Loui
se M O:'rdellai enseigne a
galement
Au Center for thc Expres
sive Arts, uLit Centre s teia
lise pIour les e.fatnts dou.''s
qui y ctudien, avec des
bouises, lilia 001eloppe
tolus les Arts peinture,
scul pture, ceramnique. mus3'
quce, there. Dans la pein
ture, lte ielne hititien IP
douard Hyppolit faith Dreu
ve d'un talentt ttonnanit
Les oeuvres q ,'il realise et
qul c vend deijae lui pcrmne.
tent d enivoyer deI 1 argent
a ses parents eti Haiti Em
manuelt Decenibert nontre
tusts1i un laloei admirable
Lilia y conmpte 410 6tudianis
Lilttu nouss dt' ilu elle or
'ititse chaqut e iil ce. '(n
Mlai des expositions pour
5w'5, eic".:" au ( erl-,re P'I-
tl1 et Centre tiachats OM
NI de Miami.

Quant l Ult--. i-arra, '1
le ets b [llt''' d'Inmtm
ration il Mianmi. Elle nous
dit que t'Utposte est si t.s
O I tal (Il e11 \fn11 d ,'1
'e Uln t p u l. l 1e job ,,
01 Lil ln lplul qal (ihi tel n:)s
1 eIPHL ie lvien tll d 1 aILglais
Lilta GUa:cii, O1au Par-r:t
el Louise M GaCilla onlt
dine avecr l 'iis cLinallche
sour au Grand liitel 01 fI
fsotti avant dc leisie'r oittre
coltecltoet de lieJttures
A.J


Londres -- 'AFP)
Une palre de ( ts blancs
tol'tds par Marilyn MoltrOu''
lorts du toutnigae duci liln
,,Certauns 1'a11n111t chaild
SSomei like it hot i s estI
arrachte a *\ 00 livres st r-
lig icnvrorl 3,60ti0 'dc's
au cours d'une vont"o cl'eZ
Sotiheby's. 1undi it Lontdres.

Un venltilateutr A m11in-1-
chel d'ivolre. l'alsatnlt tc a'le
tielt piltile d's :'ccessoires
du film lttourne en 195t9, a
et Vet'tdu l av c' li's Latsts
de la celbcre aicrite.
Tous cis c;(,) t'Is,; li;sais nlt
plartie d'tune ettclon da-
tyan applae/nu a un dan-
seur amelrit ill Jack Cole.,
dec'cloe en 174. Jack Cole
avi:,i supervise la chiorir'a
ilte'do pltuiswt't r.s filil.s ill
Iterpretei s );)i M lillvll Moll
ru'e. htdont l i ' m uinios 1ire
front l's blonds t, ( Gent
lem'in Peter Blondesd et
,Bus Stop,.


L'Ambassade de
la RFA demand
a E$s
ressortissailts
de ouitter 1'Iraq

TEIIHERAN, AFP)

L'Almbats a,d de la FA
1n Tr'in a dT mniiid 't st o: res
sort sain ti. do prendre lIs d'%
position t nc' saire pour
(cll't 'cr i' pa) ys a l' i oel li) e'.
cl m allchtl .a W I*'lo 11.i'n11 llle
L'Ami])tis'ade( , i 'tiup ildat
pratcist q i e (' L U X
de' resor an o
cupentI des lil ni'o .,s impor
aintet dloivent reTe'r I le


EnvlI(rmn d'ux niiie ("i)q
1nt :ilm ll t1n ^ Ir s," trouvent.

pli- de la moit,,, .i Teheran.


Remerciements


A U FIL DES RENCONTRES


LE PROBLEM
DES CAHIERS
NON RESOLU
Jusqu' a cette dat eieb le
ves des ecoles n'arr.vent pas
trouver dant les libraries
St les maiton, speciali.des
ans la vente des cahlers de
devoirs cet article qui se fai
sait de plus en plus rarjasi
me, et qui est maintenant
introuvable. Ansi la produce
tion national s'est revelee
incapable de satisfatro let,
besoins de la clientele sco-
la re pour cet article de pre
miere necessity. indispensa-
ble meme. Et ce qui e t plus
grave, les cahiers qu'on avalt
pu trouver dilt clement, ul
y a enviro n mois,o talent
fabriques avee un pap cr net
tement inflericar, de dern c
re quality.

Il est donic d'une urgent
necessity de faire appel a
des f 'bricailts strangers
pour ca i.faire los denmaldes
nnombrables de tcete foul
niture. II tfaudiit quo e I' m
nistere concerned autorise let
imporlateursl t placer deo
commandos et t baister de:
taxes trop ftites don't sont
frappes les ca'lters de provi
nance etrangere. Cetaltl l,,
clans le but trees louable, il et
vrai, de proI\ger la Iiroduit
tion locale. Men:i puisque ei
I'occurence cette production
locale se reve'e incapable, i
importe de prendre des me.
uires permetliint de faitin
face aux besolos de toulte
les ecoles du pays qui sou
rent, beaucoup trop di
cette disette de callers.




LES GANTS DE
MARILYN-


SUPER SALE



DE FIN DE SAISON AUX 2








f azaaz




LALUE ET PETION- VILLE





Du Lundi 12 au Samedi 24 Nov,.




15 % DE RABAIS SUR TOUT ACHAT CASH JUSQU'A $ 20



20 DE RABAIS SUR TOUT ACHAT CASH DE 20 a $150




25 % DE RABAIS SUR TOUT ACHAT CASH A PARTIR DE $ 1





Tous les articles exposes sont en Sale




PROFITEZ DE CETTE A UBAINE


S--w-9 Txs -s.. =-~ a


~_~_~.1..~_.___ .. ~. .... ~-.... -------- ------ ------------- --I--"-~-- ---;-- ---;~ ~ - - -- --


-- ------------------'I-~~----"`~-----


MISTEDLUNDI 12 NOVEMBRE lgqb


I


tE cNOlTVEI


PAGE I


EVACUATION 1-h1 LA
SALVADOR:
CATHEDRAL
DE SALVADOR
San Salvador AF'P)
Les militants ie l'orga-
nisation salvadoiieunnpl d' x
time gauche .< Bol popu-
laite PBPR)i cm evacud,
dimanche, la Citthedrae .
de San Salvador, apr.es
plus de deux st'maines d'ce
cupation.

Les membres t', lorgani
station trotsky'te ligues po-
pulaires du 28 feviier,( LP
28) ont. par alllcuTs, pi)1
mis de quitter 1 Eglise ,du
Rosaire qu'ils oc,'upent.Les
abords du palats national
ont egalement elt evacuds
par un ;rToupe dci mores
de prisonniers oLt disparas
politiques. *,
Seule la place' Moragan
rest oceipee par do jeu-
niis militants -it I'Union
deonocraticIuc oiptiuna linse
UDNi qui rtoln-ttict la Ii
Sboralon. promise ])ptr le
OU2Ovoerlenlont, ut's5 dcltnias
r polltiques.
SDautre part, i'Archevc-
s que doe S;in Satlvador, Mgr
s Oscar Arniillf Romero. .1
ltncer on a])ppl 11 calmo,
t au course do sos1 Imlnelle do
' litnicalh, apres ;, disstolu
t tion, deordlee ii 1t, over
t Heml ntn, (it I l i nrmation
t para-liiliailre 0ei'xtreme' -
d aruilte (rg nis i)o dreilmo-
Sraiquei i lo natlionaoi i i Or-
1 'elln

e Conference
Smedicale 2.7,
e ',hemin des Datles

Colllteretitce dit Mercreci 14
ovemibre 1971 j 8 hetoure.
I' M.
,LA I31ONCHOSCOPIE FI
BROOPTIQUF
Par lt Doclur "Jacn Michul
SUERI1N




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs