Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10547
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 10, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10547
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
I 'p" LiE l~lI~


LE PRESIDENT CARTER

DEMAND UNE AIDE

ECONOMIQUE
P(lIX LES A CiAIllEB ET L'AMERIQUE CENTRAL


WA.S1IN(II')N 10 NOV (AFP
l I Prei- d itllt 11rlier a 11 d
lli lldt, v illredi :U cor igrl'es

li t r ', lic itl cr s it Illicon .s
l oillt il t cx i ari l o
l l li'v s'r I li l ld t 'el-
(r nl l{( ] ,we ull-l' e d:L ce
Siss 't (i t'i il x recon ls






i 1. 5 iii touclie 1' t'ctu der
ilt p.i pl isitiirs oillia ans
(t!i ist' 4111 i rXt, de ollit pa'or



lleurs 5 millions de dol
rs d'ade pour 1es autre
Natoions d'Amerique Centra
It noliamment I Honduras
-l 1" S;lvador M Carter a
.-Iustille c' tc dc 1 sion par
les probl Imn s economiques
l.e terrorim', et le senti-
11melit de frustration don't
tsnuffre la population" en
Ameriquei Centrale el dans
Ics Carlibr.s
L'ici ro, d'une assistance
ti' omitll que aux pays de cot
tc r'eglon ava't Let annon-
(ce par i' chef de la Mai-
sin Blanche lors de la re-
cinth 'Mini-crsel de Cuba
:i pr'esenc' dans 1'Ile d'tllln?
brigade de combat sov'oti-
iuc conime etant 'tun des
Snoy''nIs d'eviter l'extent'on
de 1'influence marxiste dans
iette region de 1hem sphe-
rc Amdricain.
L'economii' nicaraguayen


ne a ct0 ravaged; a soull-
nI'ell J4. Carter par la guerre
i vile el )i nous faut main
i'lalt "r',t"aiii'rer la conflan
(-' i>-i)uliairp'. sLis gouver
nii'ii'enits du Salvador el du
londuras; a-t-ll poursulvi;
oilt proTnmils Itn modrat'on at
le respect de la democratie


M. Anitomtu Tassy, direc-
Leur dc la divetioni d'educa-
Lion phys.qute t1 sport vc est
part h)i'r i destination de
SUIitlln. 11 a ele ctnloreer
la delegation laltl nne quj
dolt prendre par au Congres
annual chI Ia CIFUNION U-
nitu earaibueisne de foot-
ball ) qui sc tiendra petn-
dant ce w-eek-end a. Pana-
maribo.
x x x x

La iruiin n iti sol darit'is
dP' m it .sri's ic l'intdustrie
qlt S'st teCILC CrCett ssLmaineile
it Port-au-Prinhc. s'esl itermi
nee jeudi, so't une journey
avanit la date prevu?. On ap
prend qu'on a du ocourter le
programme cd' la reuolinl,
par ce que Ics ministries a-
vaient du rega.iner leur pays
plus tot queo ;udi.

A la seance r'c cloture. un
document de travail ful pre
sent(. comprenant deux par
ties. La premiere partic corn
porte les allocut ons pronon
sees par les dilferl ts part
cipants,.
La deuxiom parties est un
resumed de la presentation
des difftrents projects soumis
I par le government et etu
dies par les d Iter, ntes Cornm
missions do la reunion de
solidarity.
x x x y

On apprend .que, conste-
quemment a cttet reunion
de solidarity des ministries
de 1'industrie, un pare indus
tr el sera bient6t implant
au Cap-Haitien. Ce pare sera
denom'me: 'parc industries
de la solidari'te >
x $ x x


TFHERAN; 10 NOV (AFP)-
M. Abolhassan Banisadr;
iesponsable des affaires 6-
trangeres d'Iran; a exige;
dans tune declaration radio
dIffusee; que <,Le Chah; le
plus grand criminal du sie
Soele; soit livre a l'Irans.
Dans un message adress6
specialement americainv sur instruction
de l'Imam Khomeiny qui a
souligne < contre-propagande efficace>
M. Banisadr a tenu 'a expli
quer les raisons qu'i pous-
sent 1'Iran a exig6 cette
extradition
< a-t-il dit; pourquoi nous
ins'stons sur la livraison
un homme malade: La rai
soi en est que; s'il meuo
aur Etats-Unis; une longuV
histoire de crimes; de pil-
lages et de soum'ssion a


Le 30 novembre, l'ambas-
sadeur d Isracl offre une re
caption a 18h pm., au course
de laquelle sera projete un
film documcntaire.

x x x x

Les travaux de pose de ca-
bles telephoniques vont bon
tra n dans la zone de Cana
pc-Vcrt. Mais jusqu'a pre-
sent. clans nombre de mai
sons, tes driandes de tele-
pl ine' i'oiil pat encore ete
agrceecs.
x x x x.

Nous attirons attention du
service d'entretien des rues
de la Capitale sur 1'Etat d6
sastreux de c;(taines d'entre
elles. Avec la season pluv:eu
se: les n'ds de poule pululent
dans les principles arteries
de la ville, ce qui gene enor
moment la circulation auto
mobile.


MEXICO: 10 NOV (AFP) -
Le Mexique a envisage
d- sa'sir la cour internatio
nale de justice de la Haye
du cas de 1'Ex-President
Argentin Hector Campora;
refugid depuis trois ans et
demni dans son ambassade
a Buenos Aires; Ma's n5" dd
sespere toujours pas d'obte
nir des autorites militaires
Argentines un sauf-condult
au' Dermettrait a 1'ancien
dirigeant de quitter le pays
Le rc venu pour une action en
justice de ce types; a indi


l'etranger disparaitra I1
ne s'agit pas seulement
pous; en consequence; de
punir mais surtout de rev6
ler; dans un process qul se
ra long et public; ce qu'il
a fait dans ce pays; lui
comme son pire>>.
cNous exigeons la remise
de 1'Ex-Chah et nous atti
rons attention du people
americain sur les pillages
organisms de nos richesses
et des blens de notre peu
ple; a-t-il poursuivi. Com-
ment 6tait-il possible a
l'Ex-Chah d'ammisser une
tell fortune et nest ce
pas notre droat d'exiger la
restitution de toutes ces ri
chesses>; a-t-il demanded .
M. Banisadr a ensuite rap
pele au people americain
cla lutte qu'".l avait entire
prise centre les Nazis et
comment ils avaient pu me


MI-FIGUE MI-RAISIN NOUVELLE

DE LA TRUELLE A LA CUILLERE...
4 -I-
LE FUGITIF
Par Mona GUERIN


Quand Boss Luc arrival
sur le chantier ce matin-la,
ii trouva le proprielalre de
la ma son. tin capitaine, de
ja sur les lieux, et en train
de regarder attentivement
le mur presque achieve de
la galerie Sa presence ne
I 1'onna guere, '"le capitaine
venant souvent inspector la
march des travaux depuis
que l'ingen eur qui en a-
vait la charge etait parti
pour quelqutF semaines.
Mais cc qui l'intrigua, c'est
iqu I avaitl 'air terriblement
cullrrouice. Ses sourcils se
rapp )roc'he rui t ',ntcori plus
(|ii;tind il uperli'te In macon.
lous Luc, ancma-t-il im
mediatement., mun-ca cro-

HoI',s Ltite re'funrda le mur
i I' piartaiea pas 'avics du
';Iit])la ut. De ith, ilt an'mait
(II' I ]111 Ji%" bolljour. II
1 epol ll donll( que' le mln1 r


i' i I; 'tro i rochi l.
I',r),s I,, r I l )IIV; l ( ',l n -

(t' let' t I pi ille ne
pouvilfi pas savoir, c't(st qule
li0' I.Lu, i1n i 'aclherminant
(c m11;A1I 11i v r chr anlt-'r,
Jalalt d'i l]' '*: r 'flex'onlls


sur sa situation financier
Lt son mode de vie. Apres
qu- ques spectaculai-
res, son lymphaLisme natu-
rel 1'avat pousse 'a ne pas
lutter pour en avoir d'au
tres et aujourd'hui, il mesu
rait les consequences de son
insouciance: a quarante
ans passes, ul/(chantier sans
importance, de maigres dol
lars f la fin dc la semaine,
un pcrpetuel soleii sur le
dos, un capitaine arrogant,
des arrets dane le travail
parce qu'on ne trouvait
plus de cimntt ou parce
qu'I n'y avail plus de blocs
quand clnfin ie ciment arri-
vait, quelqucs honbons-sirop
comme repas du midi
quand la marchande vou-
lait blen pas-er. bref, ce
n' 6 t a i t pas brilliant
et B o s s Luc en avait
marred d'etre on maqon.Oui,
it mtur clail pout-etre cro
chuli, au fond il en conve-
nait, enis aprcs les som-
bres pensdos qui t'avaient
tccompagn i o course de la
lonuiie mnarchc qt'il avait
ti1 fair pour arriver au
cliantier, il s'cn moquait e-
perdflmnt.
Imnpassible. LIutl en jouant
avec sa truelle il regardait


e cap.taine lii designer les
mperfections d'un doigt
nerveux. Lass., Boss Luc de
tourna les yeux et s'appuya
nonchalamment centre un
mur.

- Ou pas foute tended map
pale avec ou? hurla le capi
taine.
Boss Luc jugea que te> additlonne a Atonnerre>
c'etait trop.
- Si ou pas content, ou en-
n que prend tirouel-la pour
refe-li, repondit-il en lan-
qant violemment la truelle
aux pieds du '-apitaine.
II y a des choses qu'on
ne dit pas A un capital ne.
Boss Luc s'en rendit comp-
te quansa i vi: celui-ci fai-
re le geste de degainer son
revolver. II nie pr t pas le
temps dtanalyser si c'otait
dans le but de plaisanter ou
de tirer et detala avec une
dexterile don't on 1'tut cru
incapable quelques seconds
auparavant.
Quimbe-li! hurla de
nouveau le ctcita e au
soldat qt.i ; at'endai' au vo
plant d'une Ccanioinette de-
vant le chancier.
Le gendarme descendit
de la camitnnette mats
Luc etait deja 10 n. Pour ne
pas encourir de reproches,
il se lanta .a sa poursuite,
mais vraimrent pour la for
me, car le capitaine (oubli
ou... bonte?i ne lui avait
pas donn6 l'ordre de tirer.
Dins ce quarLter retire,
la route otait presque desert
te a cette here national
ct les rares passants qui
sy trouvaient ne jugerent
pas nicessaire de porter
main forte a un soldat qui
couralt apres on nte savai.t
trop quoi.

Boss Luc s'engagea dans
un etroit sentler au bas
d'une butte et 1'escalada
toliours au m~me rythme.
Sur la butte, s'alignaient
une dizaine de cahutes.Deux
ou trois bones femmes les
sivaient ou bercaient un
bob6. Instinctivement il ra-
lentit car il ne fallait pas,
tout de mnme, qu'on le prit
pour un voleur. Un rapid
coup d'oeil en arriere lui
permit de voir que le sol-
dat ne s'6tait pas encore en

(Voir suite page 8)


qud vendredi le m'nistre
mexicain des affairs etran
geres; M. Jorge Castaneda;
lors d'une conference de
press
M. Castadena a estimrn
que cette affaire affectait
1?s bonnes relations entr
Mex'co et Bueno Aires; qui
pourraient se d6teriorer gra
vement si e11e n'6tait pas ra
pidement r6glee Une r6cente
visit du general 'Galvan;
min'stre Mexicain de la d(6
fense; a Buenos Aires; n'a
en rien modifid le sort de
M. Campora; a-t-il ajoutd


n



ci
t
I
v

1
p

I







e







r
(
a

a

p
a



e
r
Y
r
d
1
'V
c


er a bien les jugements
du tribunal de Nurembergp.
cAcceptez vous que votre
gouvernement protege une
telle corruption et ne vous,
rndez-vous pas compete que'
votre prestige dans le mon
de est en jeu. En plus;
I'Ex Chah et ses complices
poursuivent leurs intrigues
et leurs complots en Iran
Accepted vous que votre
Gouvernement patronne ces
activitls Acceptez-vous que
ambassade soit un nid des
pions et de comploteurs,
i-t-il ajoute.

toursuivi M. Banisadr; nous
menace d'un blocus ecomi
que or vous devez savor qu,3
si l'Iran disparait economi
quement; le monde entiuer
et vous-m6mes en souffri-
ez En plus; le blocus eco
nomique ne nous effraie
pas car notre economic a
deja trop souffert de 1'em-
prise 6trangdre nous pou -
vons meme dire que; dans
cette eventualite une gran
de esperance naitra dans
notre people' CellI de do
miner sa future economies
eNous vous demandons
d'appliquer les droits de
l'homme. De cette extradi-
tion et de ce process surgi
ront ds revelations qui a
l'avenir; seront de nature
as supprimer la trahison et
le pillage des biens de la
Nations.

< il conclu; vous no devez
vous faire aucun souci. tIs
sont bien traltes et continue
front de 1'6tre a l'avenir,,.


Les travaux proprement
dits du colloque Internatio-
nal sur le Developpement Ru
ral en Haiti ou.t pris fin jeu
di martin aprls dix heures
mais passionnanles et pas-
sionnees journces de labeur
du 29 octobre au 8 novem-
bre). Cependant le seminal
re durera jusqu'au 10 avec
les resolutions f nales. Pour
cette semaine beaucoup de
conferences opt ete pronon-
cees don't certaines ont ajou
te des elements nouveaux au
dossier du Deveioppement Ru
ral. Toutefois nous ne don
nerons que 1'ecsentiel de la
plupart de ces communica-
tions...

LA JOURNEE DU 5

Les communications du
Docteur Charles Roma'n
(Introduction au theme: cul
ture et Developpement), de
Mgr. Franqois Gayot (L'Egli
se dans le developpement ru


- 6:phne : 2 -2114 Bolt* Nuate:1316
Rue LftCostr. N, 312


CARTER DECIDE D'EXPULSER

LES ETUDIANTS IRANIENS EN

SITUATION IRREGULIERE AUX USA


DERNIERE II HERE
EXPULSIO1, D'ETUDIANTS
IRANIENS
WASHINGTON (AFP)
* Le president Jimmy Carter
a Ordonne l'expulsion des
etudiants iraniens sejour-
nant aux Etats Un s qui sont
en situation irrlguliere ka 1'e
gard de la legislation ameri
caine sur I'imm gration, a
annonc6 samedl la Maison
Blancme.

LES ETATS-UNIS ET LE
DEFI IRANIEN
Par Philipi e
DEBEUSSCHER -
WASHINGTON. (A'P)
La vie d'un h-'mme a 1 a
gonie contre celle de
soixante otagcs samricains.


prisonniers dans leur Am-
bassade a Teh6ran, tel est
le smarche du sang> que
1'Ayatollah KtIUmeiny et
ses suivants continent a
exiger des Etalb Unis de -
puits maintenant pres du-
ne semaine
Bless6e dans son orgueil'
de super-grand., 1Ameri -
que assisted impuissante Pt
avec une colore croissan-
te a ce dirame qui se d4-
loule a 150.000 kilometres
de ses fronitiers, alors que
toutes les tenLatives de me
diation at lea ,ppels a la
cllmence de la communal
t6 international sont res-
tls jusqu ici sans response a
Teheran
Une seule chose cat sfire
Malgre les inmminses pres


sions psychologiques exer-
cees sur eux, les quelque
60 otages americains sont
sains et saufs Quatre Df-
plomates, les Ambassa -
deurs de Suede et dd Syrie
et 1I charges d'Affaires
frangais et alt,.rien ont pu
le verifier sarredi en visi
tant les prionniers a 1 Am
bassade americaine avec
1 accord die leurs gardes
, Mais 1 preuve a laquel-
le ils sont scumis com -
mence a Ltre intolerable
Selon la radio Iranienne
trente trois d'ecitie eux ont
signed une. potion recla-
mant 1 xtrad.ticn du Chah
Pour Te Gouvernement a"
mericain, coimme pour les

(Vdir suite page 6)


LES ENQUETES DU NOUVELLISTE- SOCIETY ,

DOSSIER JEUNES:'

Conditionnement et contrasntes du choix apres le BAC
Par Carlo A DESINOR


Au Senegal, il existed un
minister de l'orlentation qui
aide et oriented le bachelier
dans le choix de ses etudes
post-scolaires, suivant ses ap
titudes generates ou particu
1 eres et aussi suivant les be-
sd is generaux ou particu-
lienr du pays en cadres pro
ductifs. Ainsi nous repondait
(au course d'une conversation
a la mairie de Bordeaux), le
professeur Amadou SAMB,
Secreta re-general de la Con
fc;,.nce des ministries de la
jounesse et det sports des
pays d'expression franqaise.


Et cette icponise a eu l'ef
fet, immed atemenL, de cam
per a nouveau dans notre
memoir et duns notre cons
science le desarrol qui acca-
pare le jeune adolescent hai
tien au fur et a measure qu'il
approche de la fin de ses
etudes classiques.

Aujourd'hui encore et mie
me plus qu'autrefo s) le ba-
chelier haitien connait ces
heures difficiles et d6priman
tes que lu1 cause cette situa
t on pour le moins embarrass
sante:; souvent il n'a pas le


choix et malple tout, il ne
salt quoi cnoiair.
Et- plus dramatique en-
core- a trave-s les reponses,
les conversations que nous
avons eues avec de jeunes
adolescents encore ecoliers
des eleves de classes term'na-
les, nous croyons deceler une
grande inter, ogatlon qu'ils
finiront certainement par ex
primer un joar' Pourquoi
cho sir? Et apres?
Chez .nous, en Haiti, la
mentality famillale et social

(Voir suite page 8)


RESOLUTIONS ADOPTEES A LA TROISIEME

CONFERENCE CARAIBEENNE DES ARCHIVES A

NASSA U BAHAMAS

L'ONU DISPOSE DE PLUS DUN MII LION DE DOLLARS POUR ARCHIVES, BIBLIOTHEQUES ET
AUTRES CENTPES DOCUMENTAIRES D'HAITI :
Par Laurore St JUSTE


De routes les conferen-
ces sur la qui-slion d Arcni
ves deij tenues aux Antil
les, celle de Bahamas au
ra reveou un caiactere tout
particulier On etait cons-
cient de n etre ni en Euro
Pe ni aux Etc.ts-Unis. oh
s effectue la grande rlvolu
tion archivistique de no-
tre temps; que ce soit dans
la technique de conserve
tion: le problem du prlar
chivage. la question de 1 ac
ces aux documents, ou de
introduction aux Archi -
yes, des moyens mecani -
ques comme 1 informati -
que; qu'il s agisse enfin
d'une legislation repon -


dans mieux a 1'esprit et
aux realites cl. notre 01po
que comme l cas de li
Fiance qui vien de met'e
au rencart aprls 200 ans;
la Loi de Juillet 1789
creant ses Arciives Natio-
nales On etait conscient
d etre aux Antilles avec
des problems propres a
la Region et qu expliquent
la geopolitique et 1'hisLoi-
re. Le reel saraibeen avail
ete vivement expose dans
les responses at- question -
naire soumis pa le rap-
porteur le D cteur Alexan
der Paula de Curacao
La description de 1'as -
pect horrible de plus d un


depot, aurait (cpnasse l'ima
gination, une situation qui
va jusqu ia trahir une cer-
taine ilnconsciii ce chez des
elites rcsponsables, demeuil
rees helas Les bras croi
ses, devant la lente, mais
sure disparition du patri-
moine historiqui, national,
alors que des crganisa -
'tions internanionales con-
nues sont la ei ne deman
dent qu'a aide: C est peut
etre ainsi, qu il c.invien -
drait d interpreter le sens
du message du represent -
tant de 1'UNERCO la con
ference parl. it d assis -
tance technique e-i fait de
legislation, cl.' construct -


tion de batiment, de form
lion des cadres, d'envoi d ex
perts que sais-je: Ce fut
.pput-tre le vrai sens dts
paroles du responsable
des Programmes d'Achives
et de Bibliothiques de
I'OEA eaffirmant la dl -
termination de son organic
satin dans le domain
d'Archives et de Biblio'the
ques, pour peu que les de
mandes soient produites
dans les forces voulues
et par le Departement as
proprie. Si nous en cro
yons a note l rcpre expe-
rience, le Detiartement It
la Justice aurailt ete dans
ce cas, fort mal indique

C'est compete .1enu de ces
carcans qui erntravent 1'-
volution des Archives dallns
la region antillaise, le
manque de determination
de sattaquer ,erieusement
a la sauvegarde des va -

(Voir suite page 8)



IRAN-AMBASSADE :
Trente trois
otaes demandent
oue le Chah soit \
livre

TEHERAN, (AFP)
Trente trois stages sur
la soixantaine detenus a
1 'Ambassade des Etats -
Unis a Teheran ont de -
mand6, dans une petition
manuscrite et signle de
leurs noms, qule les Etats-
Unis livrent le Chah a 1 I
ran.

nAtion de remettre le Chant
au gouvernement iranien,
condition de notre libertle,
ont simplemen n crit les
otages Parmi les, signatal-
res, on remarque, signaie
entire parenth-ses, que defI
d entire e*x sont ,Philip -
pins et un Coreen

Cette ptLition a ltd tran
mise a des joutnalistes par
1 intermddialre d uh cdtu
diant Islamiquaes.


ral), du Docteur Louis Mars
(Vodou et Developpement)
et Agr. Marco Despestre (pro
testantisme et developpe-
ment Rural) ont un point
common qu'il convent de si
gnaler: la relig on qui, sous
quelle forme qu'elle se pre
senate: chretienne, protestan
te ou vodouisante, est inte
green dans le dysamisme du
developpement.
Dans l'apr&e midi, trois
homes de terrain: Mon-
sieur Christian Fauliau (IPN
GREAL), Agr. Marc Antoine
Noel (Projet GREPIN) et
Agr. Lucien Cantave (SOVIR
nous ont fait partager leur
foi dans le developpement
en nous presentant chacunl
Ieur experience du terrain
Pour Monsieur Fauliau, c'est
l'integrat'on de tout 1'hom-
me k travers l'Education
Communautaile- ,une edu-
cation pratique realise a Co
tes-de-Fer. De son c6te, I'Agr
Noel nous a mis au courant


de ses diverse realisations
a Gros Mornc avec le project
GREAL f nn -e par le Ser-
vice Chretien. La plupart de
ses experiences qui ont don
ne un bon re,:ltat sont re
pris dans le caCre de 'ODN.
Enafin, pour I agr. Cantave
le Sovir (Servi.e d'Organ:sa
tion de la vie Rurale)- un
ONG Organisme non Gouver
nementali, e tr'autres ac-
tions, tre les organisms. publics
et prices et les organizations
paysannes ou tcute entrepri-
se ou agency volontaire de
developpemenn..

LA JOURNEE DU 6
Cette journee a marque
un moment important ru
colloque. L'occasion a ete,
enf n donnee A des paysans
(ceux de Salagnac Nipes)
principaux agents et lers. in
tdressds au Dsveloppement

(Voir suite page 5)


mD ,'Ar DIMANCH.

N 31.203
EI 64Dme ANNEE









VONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI M MBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRXE&B


sant6 dun journaliste de
(Radii Metrop')le). Mon -
sieur 'GeoDrges Michel, bles
se et lospital'.si Vendredi
soir, n'inspire pas d inqui6
tude bien qtii1 souffre d u
ne fracture d crAne.


DIRECTEULK LriEN MONTHS
ADMINISTIRATEUR Mme. Max CRAUVEN


IRAN- AMBASSADE: M .BANISADR

EXIGE LE CHAH, LE PLUS

GRAND CRIMINAL DU SIECLE "


ECHOS ET INFORMATIONS


A L'HOTEL C.-RISTOPHER --



COUP D'OEIL SUR LES TRA VA UX

DU lerCOLLOQUE INTERNATIONAL

SUR LE DEVELOPPEMENT RURAL
Au course de ]a semaine du 5 au 8 Novembre
R Par Webert LAHENS


LE SORT DE L'EX-PDT ARGENTIN

HECTOR CAMPORA


<
Ik


j;;~.i;L-iiiiiiLdirc'-~~~dir~ii~r~~u~.~ .-~~..~-.^-I.- ~~--.-.^~ ------ .F -------~G--- -~Lr----~-- -------i----r--- ---------- ---r---~--- I------ .-,,_,,,,,,-,--- -I-\- r


Les violent et
regrettables
incidents d'hier --
soir E .L
IU DEBUT DE LA
CONFERENCE OQE ,
D)VAIT PRONONCER
Dle Gerard GOURGUE
A peine cuommencer, a
conference que devait pro-
aoncer hier soir au loc4,
les Peres Salisiens au Boul
evard Jean Jacques DessIa
lines, Monsiur Gcrard Gour
g;ue Pres'dent de la Ligue
les Droits de 1 Homme, fut
nterrompue par I interven
tion de manifestants ,
De' nombreuses person -
nes furent molestes don't
lMe Gerard Gourue et soc
spouse, M Georges Michel
de (Radio Met upoles ct
selon certain assistants,
deux... 'ou trois dlplomat.s
qui exceptionn-Ilenlent A.
talent venus assister a la
conference
De nombreui assistants
furent frappes avec des
chaises La Police inter -
vint pour mettle fin aux
violence

Notre confrrea Georges
Michel a dfi tre hospital
se et selon les nouvellas
rescues de 1 Hcpital de 1 U
niversite d Etat, son cas
n inspirerait pas de tres gra
ve inquetude Monsieur
et Madame Getardt Gour-
gue furent conduits dit-on
en leur domicile a board
d'une voiture de police
Des t6moins 'informent
auss; que le Docteur Rony
Durand a etc egalement
blessed. II aurait ete hospi
talisee au Canape-Vert.
Une publicity intense
avait prcedd Io conferen
ce de Me Gerard Gourgue
don't le thime devait 6tre
(Climat Politique et Dro'ts
de 1 Homme) LUne assistar
ce de press d un miller
de personnel se pressait
dans la salle q'-e les Peres
Salesiens avaient m-se t
la disposition idul Presi -
dent de Ia Ligue des Droits
de 1 Homme
Cette conf'-rence 6tait
donnee ;i 48 hleuret, de la
conference de F',ese de Me
Grego're Eugene, President
du Parti Democrite Chre-
tien, conference de press
a laquelle avait assisted
Me Geraid Gourguc qui a
vait eu a poser des ques-
tions au President du Par
ti Democrat, Chret;en
Aucun incident n ayait mar
que cette cori.erence de
Presse, ,* laquenlc on no-
tait aussi la presence de
quelquea mmbies d'Ambas
sades Etrangeres.
A la conference d hier
soir de Me Gerard Gour -
gue, on notait la presence
de plusieurs w, Iemates de
certaines grandes Amnbassa
des
.Voici commeniil e corres-
pondant de 1 AFP rapport
dans une depeche les vio-
lents incidents 0t hier soir
x x x x
PORT-AU-PRINCE,
(AFP)
Des ine'dents se sont pro
duits Vendredi soi ha Port-
au-Prince au .inoment )ft
le President fie lIa Liguc
Haitienne des Droits de
I Homme), Monsicur Ge -
rard Gourguc, s apprGtait
a prononcer dcvant un nom
breux public une conf6ren
ce sur la situa que et les drollts de 1 1omn
me a Haiti
Selon des temoins, des ba
garres anraieit late, f:d
sant plus:urs blesses, doit
Monsieur Georges Michcl,
journalist a ,.Radio Me-
tropole) La Police Ii i -
tienne, present sur les
lieux, est intervcnuel et au
rait procede a rlusieurs ar
restations.
Un peti plus tard, il
transmetiait !a deplche
suivante :
x x x x
Quatre diplomats Oc -
cidentaux a. Haili, (eux
des Etats-Unis, du Canada,
d'Allemagne -dirale et
de France oi( elI moles-
tes vendred1 par des Il-
ments hostiles 'a la ten'ie
d une conference sur le res
pect des droits de 1 hom-
me a Hatti, a t-on appris
samedi de source diploma
tique & Port-au-Prince. Les
quatre diplomats ont ,tu
recevoir la protection de
-la Police
Une reunion des Ambas-
sadeurs des quatre pays
concerns s est tenue a 1 Am
bassade des Etats-Unis et
1 on ignore pouc I instantt
quelles vont eire les reach
tions des Diplamates en
posted a Haiti
Des incidents, faisant
plus'eurs bl4ssis, avaient
deja eclate vendredi soir a
la suite d e',hiauffoureies
provoques par des person-
nes hostiles a lx tenue duii
ne conference de Monsieur
Gerard Gour,;ue, President
de la mLigue des Droits de
1 homme, qui a lui mIme
ete molested ainsi que son
epouse
Pa ailleurs, 1 etat ue






SAMEDI 10 ET DIMANCH4 11 NOVEMBRV 1979


LA VIE ECONOMIQUE


ct 'midhhri in (t 11il y a


I:1. dt I r i i i tu on li
I 1 u ,:I t .t t' 't s ei de

ti lt' 1' .tiltk tilt',
II It V '1,1:11 11 it a it


(,olls <. R t que In Ban-
(i, 1,1 Iet'u, hqlque d Hal
1 ell ;it trt1 attribu-
I poit ob,'t dtIe pro -
eitiol iht tlll's le dom aineO
tle la minnate dI u Credit
(i dr Chin', . Oes second
In, I rs pi' l,iN orables
.uIl dtrvl ippenlellt de 1 uco

I ( .nli:e nt on i1 Con -
C'. d ltdipl r" 11e nc ,yen -



I' rT. a lit '.'t It ., it'i., de la
l lI mln es do 1 t,t'rOi)ln:c
lit. iiducl t o Ii t t ci t

(Ol)-.s'd. t ;til q 11 i I con -
v.rnt eglemtn t do prole-
I't 'l is !tells t('co:otniqu,-s
oipe'rant i i H. iit, coinIrI"
is mtncl;t Its de 1 tusulre
Ciin'Istd''ti nt que la BaI-
qU-.e de 1:1 PCtelp.liqtue d Hli
Ii a pii r l obb '(; li de cOtt -
troler L otl -;t'litT lS ci rc'.l
l.t ion t 1 tI di.stiibuttoI.
(tl c: udi' I
Co')nsdc'riac it qu'il .1
.Iu, en c.nllseql L hoce, d'a 11'
I iser la Banql,' (, la Re-
publiquie d tiLo a fixer ei
iiveau d&' t.y d ( escunnt '
die rerseoni; L- el de- le
mltic to'til' cde So
.I'nicture;
Stir le te rapport des S"cri'
taires d Etat c: 's Financie
CI de.s Ail'..l- e, Economi -




LUINSiTTi T
bL CAFE


La salisin e '.i' e ctte
u'intee a deb',tiL 'iiir le mri
(the int terilatio-Ina ' des prix
S'. c tez s 'at l s.it l.i r tIt Si
l i IyS p]roduci i'lec.; Comme
1i Se .a1t 1':; lo. e S fluc-
t':itn i alhiet I ol LS au ct a


SI l(-s par 1 t m'ma.ll a -tiole
litt'ern:it i'lahl ctn Cal'e. Ce'
Ii(lIII, j]li. ; present,
s' iileantelc tire certain
d;ib.Slit du iti e,1 I des prix
ir.i dl(,m us i m n ail( de con
S.;lenet lull; ;)t e |y-odtiic -
It InLS li ix I te'siommn. -
lt .urs'
;Sur it rIl;n loC'al l"s li
in:;; i e (1(\ ; p'til. ns 1o7 ,
t)I" tir t i'e ti d cll-
SIllt ;ait t(];e t'' DII debh t
(I A lit, it Ie i (1d ( elo)re,. Ie,
'*11o1i 120(1 (0 0 ,ari.; de' I(ll'-1
t cil t l, livrecs n:,r hIs pro-

( ltile lu Itrse rs
,i l'i snu ime d 4i7" I1
;I ec t notii 'l tit Ih I'lin lr a-
l,,nl s1:-;;- n nl '!h'; ]lvrai -
t(lls. v( Sc'.1ttee ti !e slit-
1 til, t d IL i t i] 'lI',lVai: 0 c ',
wt.I t' llte l 'l lt ltO ; dt 1)tell '-s
I Itn 'xc'.,; I e, t i dlues

I i1: c* ('i1t a vt-tc ISe se--
eli- i dt.s rllt' S:d d
(,'Iait :ill prir,. "(,(,I; par 10
titditileiur, i1 Ia o.etille cl
'e it's Int isiea de G 4 '15
1I livre it G C f i suiva:nt
1 5 I'-Oeri ; ,'t l:i 'italitea
A cetite dtitl i1 ''y a 'tl
cun indice qc4li ce nliveltux
de prix (onn 1 1i1-;ent. nl
Ibvsse di 'Ie ile N!i vem -
h-e prochlin
Pert- 'll[ridnle. Ie I) Novemne
lrt' 197l ) -
1HPCADE


'qll'si. dill Cullimelce e
die 1 lidulstrie, de i J :l-ti-
cT,
';. aiprbs deit I l raltlon *
CoInsell des SieLtaLires d E


Artlicle ler.- Le taux
7,ECRETE

maximum 1de I ineurt con
ventionnel en olatitre crvi
le et commercial? est fix,
ai 18 pour celt. ce laux comr
pregnant le )produil net
maxiI1nmt qu" lout ucapit:il
p1 -t6 petit t'ournir au pr"-
tilt ;so.t par vue e' prci'',
d escomp:e oil dr touice au
S:< iatiterp Nt'(anmoins,
lot sque lint6iA. i iperce -


S M. Ie Reptl'-rent,ta
le Presid'.t a Vie
Republiquo
EX,'t llencI, Met't u
caetacires dMEt t
Excihllentes 1 ;t. li


IM.I 1- P-' oteC
MM. ls Doyers
MM. l"s Professeur
.MM. I-s R1fpr(sn"ta
De,'gLn nmas tl- Dt

MAosamr' ,, Me-demn
Am"'Ss t- iS,

En int'uet1cIc'tewl
le tva tux uu Coil
!e Developp ,',ent R
Hat'- c' dunis la
.['"nrorvp un redl n
-(I;u ac,. uteill dains
drp a uraocu de
Chi rsop ei ct A v
haitlr la bienv-enue




La Conrofua%


nt dc S.E
de la

rs 1lIs Se

es Repre


A voir n excide pais clicq gour
des, 11 peut l lie stlpul
dans le contra' tou 1 ubli-
giion., n unl valt ur forfaii
taire ne depassant pas etnq
gourdes at titre d? frais, en
lieu et plac' dc 1 internt.

Article 2-- La Banquei
de la R6pubJique d Haiti,
usant ce oes )irtlogat'ves
de Bainqiic Ceplrale, tabll
ra, suivant les be.oins de
la conjoncture economic -
que, les laux dlinterits et
les ta'ifs applicables aux
operations banu-aire.;

Article 3.- L sure esat
un delit Elle consiste danls
le fait de prt lr une som-


,M'es sentiments de gratitu
de vont a Son Excellence
M. 1' President it Vic de la
Republ que p *ur avo:r oc-
troye le St. to, Universltai
re au D(pl tenment des
Soienl du ee veolnnomrnent-


me d argent, pr' vole deP.
complete, de prct onl de tou-
te maniere, a un taux siu-
piricur au t aux riaximum
de 18 pour ent Toute con
vention g6neral'ment quel-
COliqUe slipuitL un taux
cdinteiet supsiicur a ce-
lui vise ci-dessus est enta
chee d'usure

Article 4-- Lorsqu-e
dans une instance civil ou'
commercial, il sera prou
ve que le pr8t convention-
nel a ftt faith a un taux su
pieieur a celul fix. par la
Loi, les perceptions excos
Mives se,-ont imputes, de
plein droit, aux epoques oti
elles ont eu lieu, sur le'i


inter'.s de 18 pour cent a
lors echus, et subsidlaire-
ment sur le capital de la
creance Si la ciea-ce est
eteinte en Capital et In-
tirets, le prfteur sera con
damned t la restittution des
sommes indfumtnt percues
iovec les inter6ts 16gaux de
10 pour cent a partir du
jour oiA elles lui ou stte
payees.


.11 est enteldu que les
dispositions du premier
aliniea, de cet article ne vi
sent que les interits a1-
tres que ceux echus h la
date de promulgation du
present Decret


ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE

1: JOSESPH C. BERNARD

SECRETAIRE D'FTAT DE L EDUCATION


NATIONALE A L'OCCASION
INTERNATIONAL SUP, LE
EN HAITI ET DA

Chers Participant.;


organ'sat ct l:i present col taeMoTo nc qe ej'i i oloublu
loque. J'('xpi'i.e mres r1"OITr e.rc' quP J'ai I honneur;
coemen's s no nl d Dopartement de
s, 1sEducation National?: d'ou

tnts des it lurs Exe''benies MM. vrir atijourd'bui; n:echante
eveloppe- Jos P1 C. Be'nard,. Raoul a aliIupi de vous; d '-I,.,
Berret, EdouareL Berrouct. iP.rtic'pints II s'agit en effect
oist lies respectivem-nt Secretaire de deioux ltrotiraaantes et
d'Etatt 1'Education Natio- indispensables inivat'ons
n a 1 c S e c r d taire dans le proc u;us d'organisa
Smattin d'Etat alt Plan. Secret re tion metohodique des structu-
oque sutr d'Etat A l'ic.- ',"'.,, aux I-es de development du
oural ean Ressources Nattrelles et au pays: d'abord : i ,,11, ,r I-
Carpibe, Developpemlent Rural qui t on du D arrtement d s
ola s;r h ont sp'ontana6mnt accepted Sc'ences 'du Departement et
s le ca- a patronner l1, dit collooucI 1 overture des travaiix dul
l'HotI1 ta S.E M. 1'Ambassad(ur Plemier colloqu- sur le D6ve
vois sou- de France. M. Louis Deble, loonppment Rural: Haiti dans
don't lc oncotirs n'a pas le' Caraibes, Ces manfe',ta
f;ti defaut p."daent tout le lions m'T nro'eir-nt auissi tin
Stcmq.s dc la tgestation du placsir rael' cilui de vou,.
projl et de ds. mise en ,l ,f'sTi,!r dans le cadre attra
tcer; yant de cet Hotel et de vous
S L'Agenl e de Coop(ra- y aonhaiter la b envenue


onadiale du sucre
superieurf a la
production en
1979 80

WASHINGTON. (AFPI
La otl'l nin:t i,-in rmond -
dialp de silerr d6passera,
pour la pcx 'mi"re fois otn
hliit, ans. la production etn
1179 1980. n-Aumment tn
r isont dc r illctiols cdis
I eol ltes dano; certailns
1),.s at a;l'irm(' Jeudi le Da)
pr' ti ment a nerl;pain dei
1 Agriculture

Un Po-it Paiule de ce D.'
apartment a iiprkisec qlie
la ])odlurlion de sucre, au
cou'ls de la 1("9ntp-,ine 1979
1980, ser:' d-" Iordre d(e
7.7 mill ons cfd tonn- ;.
-ii (lenviron :.5 pour cei it
(Io meiO-ns qe,i ce]le de 1c 'a
nIc p: ciedelnte

La consonmmatiln poll
S n Ctl' c')lW i*;.hrra a aunt-
n e1i- er, atLi e'tlti-n, t 91 m il-
l'ons de tonn.es crele an-
nee con're .39 4 mili "ns
en 1978-1979) L( nive- u dse;
p' ix est O-a 1" coiiI" -
quent. .r,',llIiv-m r.t 61e -
ci.. selon 1" Milni.stre amt 6
ricain


tion Cultur-'lle et Techn -
que
aux Reprpesentnnts d s Orga
nismes de Developpdment e
tablis ici en Hnili:
a mos Colleir'Ps du Dipar
t1mont dc St' icnees dit De
veloppemtn[ ci des autres
Deparlements de la Fe1ill
d'Etln,-1')lngoep notnmm, nt
aux Proloscourt Aub-rt Rn-
benoro ( Ravmonnd Prtts
de 'Inteitit di Haultes E-
tides de 'Amer que Latline

IVoir site pape -1)


La creation de ce D6par
tlment des Sciences du D6
veloppement arrive a. temps
pour combler un vide dans
iontre enseilpn lement invepr
slri're Et cet'e crdat;on: on
la ldot en priority 1 atl devour
i'ent du Doyen d- la Facul
''. d'Ethnologie et ait celui de
Fss propres collabortturs
qu' ont obtenu; outre le fi-
iDaneoment de C? nouveoi1
Deparlement: l'assstance cul
Lurelle et teel':iquJ noeessa'.
ie; e'est-a-dire l'envoi do


COMMERCE INTERNATIONAL

RAPPORT DU GATT


GENEVE, 6 NOV. (AFP) -
Le deficit des palements
courants des pays en deve
loppement non member's
de 1'O P E P devrait attein
dre en 197'9 eune nouvlle
create de 40 milliards de
dollars>, a announce un rap
port du G A T T publWi
mardi ah Genove


Les rccettcs d'exporta-
ton de ces pays se sont
accrues de 13 pour cent en
1978 centre 18 pour cent
l'annee precedente., le volu
me des ventes progr'ssant
d'environ 9 pour cent. Les
imnorlntions se sont ac -
crues de 7 it 8 pour c"nt
en volume, mais de 17 pour
cint rn valeur en raison
du renchdrissement des pro
ouits manufactures impor-
tles Cette augmentation des
importations, indique 1'6tu-
de, ca 6t6 la cause princi
pale de 1'alourdiss ment du
deficit des paiements cou -
rants Iu' s'cst chiffr it
31 m 11ards de dollars
en 1078 et devrait atte'n-
drte 40 milliards en 1979.


DU PREMIER COLLOQUE A props du cemm-rcea
DEVELOPPEMENT RURAL des pays de 1'Est, le ran-
NS LA CA 'AIBE port aiignale qu'en 1978,
'\roijiem? annce d" 1'appli
ipofeFsutirs specialistes du nation de l'actuel plan
Developpement quinquenal, le taux global
Le Pays tout e niier: et le d'eya-nson ocanomioue ta
Dcpartelcntt de I'Edueation 0tln infe(r.cur h cclui de
National cn at ri-culicri pre l'anne Pre6dente Pt infe
presentei.t lel I f6elcitat1ons S r:euras, i1 eeSluifix e)le
e, rcim n~ts ta r 1, plan>>. Dnl 1'ensrmble
et r mercicmtets a rep des p av du comecon, pre
sentants des organisms e- e s- G A T T le r've,'"u
tran-'ers pour le concourse eln national s'rst accru en 1978
presso, dosint0resse apporte de 4 pour cent: tant A la realisation de ce CroLssn'er le plus bas do
Department universitaire l per' ide d'apres zgurre
qua la tenu11 du colloque Les irimnbrtatioils en prove
sur IK D6veloppemcnt Ru- nancee des pavs developies
I ecenomie de march ont
(Voir suite page 4) dmnuel en valeir rc oaui


ESSENCE PRIX STABLE DEPUIS 1973


GENEVE G NOV. IAFPI -
L'essence au, detail a di
minue ou n'a que legeoe-
ment augmented> entire 1973
et 1978, dans la plilpart
des pays d'Europe et aux
Etats-Unis, h prix constants
(c'est-i-dire ajustds en ont
tan de 1'indice des prixi,
indique mauitd un rapport
public par le G.A.T:T lac
cord- a'neral sur les tariffs
douane rs et le commor' i.
Pans c(crlains chapitries
dtjl'a publics tn septeombr,"
dernier de ce rapport inti
tulc I. commrorcree 'nterna
tonal en 1978 1979, 1"
Gatt avalt d'aillours conles
t 1'idec selon laquelle
i 'ai.mnlentalion dut prix
du brut di a'l la eas;e dui
regain d'inflation dans lIs


L'AVIS DK TROIS ECONOMISTES AMERWCAIM

SUR LE KRACH BOtrAS!ER DE 1929


WASII[NGTO?,t. AFP)
Tro s ,economi- snes am1eri-
cilin do ren,)l,. interrog'es
par le congre, pour marquer
1. cinqunli ntl( eri anniversaire
du Krnch B)o"rs or d'h 1929,.
sent I-rtmb's 0'accord pour
es-tmer qu il nt t- I pral iqlp
m 'nt pn. p' b' que les
Elats Uni< c'i iuni'soiit 'i nit-t
\e' I d s I i mpntI ; s mn .I


('i' 11 n '92 i 11 is t III n


avis une miot! : actelle ,,
a declare M. John Galbra ith
lors de sa deposition divan,,
la Commission Economique
commune au Sinat et La la
Chambre des Representants.
Pour sa part, M. Walter
HIiler, principal conseiller
ecoinrm quo des pres dents
John K nnped(. et Lyndon
Jo1l sonl. an ts m tei' qll'av,'c
" rne p.li' iqu sluff s:umeIntt
a.t':! p' f' et ill' ;,nI! s" 'it poU
(:P horln ch ,i IPe -',-ledc


Wraclh et a ;'tande depres
slon resteront cid sombres e-
ventemIeLnt dal iUn pas-;e T
volu. >
Do son cltc: M. Ala.1
Gre nsp.,n, plinc pal coin. I
;er econumlue ru iire.sicent
Caerld Ford, a affirmed que
i dans un diem-sibc le, me',
e' s souv eni'ira encore d'
la g,'ande dcp:' ssson e:l'm"
cu p'us n.p,' :int boulevo'r
qrmn"lt -e, n m; !quce d'e-
t(inps modirnc- >


pays tedusriels. Le rapport
..qualtfiait cette ide de .greu'senm't faussc,>.

Le Gatt souligne, dans
la partie encore inedite de
ce document, qu'en raison
notamment de cette relati
ve stability de son cout en
prix constants, 1'accroisse-
ment de la consommation
d' essence dans les pays d6
veloppis ' pour plus d I la molti), de
I'augmentation absolue de
lt eConsommation de pro-
duits p6troliers de ces nvys
(plus 2 pour cenrt en 1978).
En ce qui roncerne la
production petrol1ere. le
rapnort signnial qu'elle a
ba.-s6 "n 19!78 dans les
pays d" 1'OPEP pour la
premiere fois depuis 1975,
lia chute de la production
irani tnne en novembre et
cd' cmbre n'avnnt eu qo n on
,,,fipt moinnmal > sur cette
baisse.

La contmration du volmeo
des exportlafons de 1'OPEP
: ete0 eln 1978 equivalent'-
a C'11e de la production.
rO n0t n nolamment entrai
ine ure dimin ution d'ervi-
rane 2 o evto- 0Pnf dos rrettes
d'exportation pertoltires.

L's ecn' m'-"'s O Git
] ,'' o,-i'' i t l l v t n-' "1
-I t.' enri "- t ic 1979,

1 (n Ieceos '1 g rn 1979.


impli-que une baisse encore
plus marquee en volume>;
souligne-t-on

Le rapport explique ce
recul par < par cos pays pour reduire
les lourds deficits pers's-
tants des palements cou-
rants .et mettle un frein a
un endetttment croissants.

Par atlleurs; l'ltude met
1'accent sur la nette expand
sion des importations et ex
portations de la Ching en
1978. La valeur des import
tions en provenance des e-
cenomies de marche dev"-
lopp'es s'est accru d'envi-
ron deux tiers <,d(.pnssant
en 1978 1" Can jamas tat-
t'nt de 7 mill'ards de dol
lars,>; pr(-ctse les 5conom's


tes du GATT; qui ont etu-
die le coming rce exterieur,
(lhinons par 1'intermediaire
des statist ques de ses par
tena res commerc.aux ce ,
pays ne publ.ant pas de
siatistiquz naLoni .ls ,

Le ddficittcommercial de
la Ch n"; estime encore le
rapport:t est asse de un
mill;ard de dollars en 1977
a tttois milliards en 1978
et a 6t finance notamment
par l'excid~nt des echan-
ges av:c'Hong Kenge et par
les emprunts sur les mar
ches fintnc'ers occ'd'ntaux
Le chanitre de ce rapnort
concernant 1" commerce
des pays industrialists a
fait l'obet i'inte nublica-
t'n prel;n'naire en sep-
tembre dernier.
5?


WASHINGTE"N, (AFP)
L'a de alimentaire ameri-
caine ne parvient pas a c 'ux
qui en ont le pius bese n,
en particuller dans les re-
gions rurales eloigness d-s
pays a Bas revnus, con -
clut en sub-stattcun rap-
port de 1'Office g6netral des
comntes public Lundi 'L
Washington.

Cit c m",, dont l's Einec
tons s'npparente ai lne
. deman
de on consequence ql"- 1
nro-rammes d'aide alimen-
ta res solent m:eux su.ivis 't
oUP la list" de leurs ben'-
flcaires slot revise

L'Off.ce estime en effect
que. dans 1'ens-emble. 1 Afri
cue est rdfavorsee lpar rap
port lAmfriquJ Latine en
c- out concern la rtnarti -
tion des dons amdricains de
products alimentaires.

Ceux-ci total.seront 679
millions de Dollars pour
r1annie fcscale cominencee
l' ler Octobre dernier, y
cnmprs les 123 millions de
Dollars demaendes par le
President Carter au titre
de 1'aide alim'ntaire aux
rdfugids cambodgiens.
En ce quiL. concern le fa t
que 1'aide alimentaire ame
ricaine ne parvient oas a
ceux qui en out le plus be-

FAO Les stocks
cerePles a 8eim2


ROME 6 NOV. (AFP) -
lP stocks mondiaux de
cereal "s aiteindlront 1'an
,rocaris'n '1 peine Sl'nitivia-
lent de 17 nnou r nt, de la
consommalion d'ine atnnie
un nivrhu i oeine stuffs-
s a n, o l r e np':'l l r 1 "A ell
r "A :11'T ntl'o re mouiid-le.


t, -rco duo't n r' n t" men
se'p pllhlt mrnirrl.
Les l.ocks, mondiaux y
comnr's ceux de 11 Ch 'n"
et d I'URSS tombernint
1 250 m 'l1ons d- t"rc p s.,
-n't t lee a'se do 11 mi'-
I'ors de totn, .s I Ia vIll
oP des recnltes do 1I'" "-n
c-nn s',t'l'tm e rolltt, i, tde.




Ir-e d"e' la fn ide In rel -


soin. 1'Office fait etat no-
tamment dcs constLatations
suivant s

Au Sti Lanka : des en-
fants bien important et bien
no.rris de la capitale re -
co:vent dea products alimen
tares au t tr' de 1'aide a-
merica nt. mars tpas las en
ft'.Ia drs tfamilles pauvres
tray lllilaW surl les plana-
t:lons dOe the.

Au Ghana Un t'ers de
1'aide aSlm'itla're ameri -
cone n'att'int pas son but,
est distrIbue en contradie-
t'on av"r les diretiv"s of-
fIc'ell's ou tout simple -
ment displr'n.tt san; lais-
ser de traces...

En Tanzanie : les cn -
droits de stccka-e sont sa-
les et infestes d'insectes ce
pendant qu'aucun effort par
ticulier nest fa-.t pour que
les products alimentaires
aillent aux plus 1 clncssi -
teux.
Tn cee qui cone rne la mau
aise reparti.tion miondiale
dps nrograrmnms americains,
1'Office g6nrdal dcs comp
tes Foulignpi enc partcuir it
u'au ours de I'inneo ter-
rinei le 1oSr Octobre der ;
ner 10 pays de 1 Amerique
dul Sulid ont reu autant d'ai
de alimentaire quo tous les
pavs africains.

mood'iaux de
nioffSisarpt pour
alimentair'e

vagne 1979/80 eonre 46 Mil
lions de tonnes avntt les
r6coltes dp eotto anlie. Ent
ln'in SIOVti1i1 ltes stocks
de 30 millions do tonneris -
' lnsttilt ls apres les b nnrs
reenlitls de 1i" 78 dtvral-nti
'flrchr cons:derab'lment
l'tin proclhnn.
Fen eo qcin enornoe la
prolctl'tion do li o110 0"
p.limrie polur l)79 420 m'l
1i,' st de t enlt asro lire 450
i' 11ons al doiernier. A- ,n
pres les m ouvr' es 't io iso n' o -5
en Asxf la irtd'lti ot1e ri z
est evqlulde 'PU 3"- rn'1'Tls
dI tonnes, s 't millioTs
rl tonn,- de moilns que ';
'a'n dernuer.

T'tme T1 ne


"'*r" 'Ies de tonnpes '175 en
19781.


CARINA:


UNE VOITURE TOUT AVAN'TAGE, LA CARENV-? VO YEZ PLUiOTI
UNE MECANIQUE PLUS FIABLE QUE Jt.IAYLIS, EXCELLONiE iN -
0.,... ,.NOEUVRABILIZE, SECURIT.E, FAMOLE OiUT D'O.ElA.-MON COfi-

7..1: D'ENT.ZETILN ET NINt LA I' 'IE QJLLiE St'El:IEiU2:E
TId)OrA. AJOUTONS A CI.L L QUI' LA r "IIN POS';FDE "NE STA-
BIl ITE RE OARQUAB! LE ET Q 'EILLS EIT 'ACl 7' E r'i -my UN;
iMOUSINE. SES MOIND7lES AVANTAG' ': TN INTEr I'-"'T le
B lIE tP NCIEFit MENT: RII1N QUE F I "'i'!rT 0 7'Q I 'Pf rT "N
EQUI"EMFNT GRAND LUXE TFLSc: INE MONT'AE O 'TI"'T P1'-
GRANDE PRECISION ET DES FLE-"1 I; N ra -O"-'.
LES MODELS GL.









UNE VOITURE TOUT ADVANTAGE I


Hinoto. S.A. Rue Pave TOi: 2-0652


PArIVE


REKAJUSTIEMENT DU TAUX DE L'INTERET LEGAL


-I


COLLOQUE INTERNATIONAL SUR

LE DEVELOPPEMENT RURAL EN HAITI

ET DANS LA CARAIBES


ALLOCUTION D'OUERTURE

PAR LE Br J. S. ROMAN


Raulvart sur les programlmes
d'aldp alimzntaire


Ep



------ -----


~~-~ ~ -~-~8s~ a~


" -- ---C~u~~=r~ap~-IP~ --~I-~-- ~~I~m a~ew


1PIII~l ----_--~ ~v LI I I -A---- ~- -







SAMEDI 10 ET DIMANCHE 11 NOVEMBRE 1979


'PG
" PAGE 3 .


VOTRE HOROSCOPE DANS NOS CINEMAS
DIMANCHE 11 NOV. 1979
CAPITOL IMPERIAL


11 MARS AlI 19 AVRIL
BELIEFR)

Iloh w n |'irliodl p Uilr le
i'- lir Ahl voius poIIivez rvler
dr.", mifllts ni su.Jelj dIu s, -
.m. hi'dt. I o t Soyez firl
M' iivan l'intldloison d'al r


20 AVRIL AV -- tv I.
(TAUIIEAU)
Qu'un problemIe cdu foyer
li in use ipa.s de tellisont
pairijl ceIux qile voues ai :
it'1Z Un chlangemnerl t de
ill ti polul ne ps et re dra
initliqlue Soyez solid

21 MAi atr Zu JUIN
(e3EMFAUM.
LI| ten.sion nerveuse glit e
la. produetivite procession-
nelle. Parlor de la situa-
tion aver les proches vous
aldern a y rernmdier Prot6-
gez vore sante.

21 JUIN AU 'm UILLET
(CANCFR)
No vous rbellez pas con.
ire les limitations. Si voils
avez tdpens6 trop d'argent
nux jours heureux, mettez
maintenant un frein a vos
Irais.

23 JUILLET ADU < ABOUT
(LION )
Cherch.z la bonne enten
i" familiale. Continue a
ereer et trouvez des cadres
constructifs pour vous ex-
primer
23 AOUT AU 22 SEPT
(VIERGE)
Vous aurez des difficul-
tes a exprimer la raison
devos souces. Au lieu de re
turner vos problems, pre
nez un peu plus de repos
ct de detente
23 SEPT. AU 22 OCT.
BALANCEC)
Vie social active mais
vous etes gene par vos de-
Fenses L'attitude d'un ami
a 1'6gard de 1;argent vous
agace Attention aux discus
sons

23 OCTOBRE AU 21 NOV,
(SCORPION)
Vous etts dest'teux de pro
dresser dans votre carrier
lais vous etes actuelle-
ment trop press. Evitez u-


CONVOCATION
L(.s membres itd I'Associa
Llon des Anciennes du Sacrd
Cotur de Turg"au sont at-
londues a la seance d'ouver
i.ur c du dma-rWhe 11 novem
bre a 8h30 am It ,l-
Mrs. Ruosline Dupoux Ben
.amin profitera de l'occa-
sion pour vous entretenir
uir lai
VeO1ez touns en grand norn
bre e, n'oubltiz pas votre
contribution annuelle.
Merci
Le ComlLt
1011
x XX X


ne action, inl conque on CAPITOL 1
prnmaturoe


22 NOV. AU zi Dt~CEMBRE
(SAGITAIRE)
Ni vcous inqui'icz pas d'l-
nivll tables retards Appre-
rciz la soc',t d'amis et gou
tez le ntrnent present L'a-
claptablllt6 est nceessaire
22 DEC. AU 1 9 JANVIER'
'CAPRICORNE
Un plan concernant tdes
tiffaires communes est sujet
dun changement Si votre
idWe est bonne; elle le se
ra encore un autre jour.

20 JANVIEW AU 18 FEE?.
(VERSEAU)
II sera difficile de plaire
t tout le monde Conjolnt
eu proches demandent une
attention particulitre Soyez
certain .de les include dans
yotre activity

19 FEVRIErt AU 20 MARS
(POISSON)
Ne discutez pas avec au
trui de ce qul vous faith souf
frir Si vous ne vous sentez
pas bien; voyez le mede-
cin Un proche aura pour
vous une influence reconfor
tante
SI'VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI
Vous etes idedliste; invc
tif et solide Votre plus
grand success vient quand
tous apprenez la fagon de
rendre pratique la reality
de votre ideal Que des con
s'derations financi&res ne
sous empechent pas de vous
servir de tous vos dons Vous
avez une vision des choses
exceptionnelle et original
et serez en measure d'influ-
er largement sur votre en
vironnement sur le plan
de 1'art; de la science ou
des recherches humaines.
Apprenez i fair" confiance
iA votre intuition et trouvez
une carrier qui reflete vos
aspirations interleures La
musique; la sculpture; l'in
dustrie; la chime; la lltt6
rature; le theatre et la po
litique sont cqftains des
champs d'action oil vous
reusslrlez


Mission Frana:-se ae Coo
perat on iFACi cherche ai
louer de faqon durable,
pour computer du 31 decem
bre 1979, villa d'acces facile
comportant trois chambres
fi coucher, un bureau, par-
tie reception spacieuse, de-
pendances permettant loger
deux domestiques, jardin ou
piscine, parking ou possibili
tes de stationnement pro-
ches.
Telephone indispensable.
Ameublement parties souhai
I6. Telephone. au 2-3925 re
8h d 14h et au 7-2652
xxxx

A VENDRE


D'EMPLOI A vendre RENAULT 6 en
tierement refait 1650 $
APPAREL cherche Phones : 2-3322 le soir :
scurs expDrlmentes 6-0453 X
ressert Blue Denim 0 -
A VENDRE
TEL 6-0038 A Vendre FIAT Coupe
x x xSport 850 1300.-- $
Phones : 2-3322 le soir :
6-0453 x


ueux course de
photographic
Deux course de photo -
graphie" assures par Eme
line Desert diplomie de
France ont lieu le Samedl
a partir du 3 Novembre at
la Rue du Centre i 1'Eco-
le Elie Dubois. Mecanisme
de 1 apparel photo-techni
que de prise de vue Tra
vaux de Laboratoire, tel
est en gros le contenu du
course.
Pour tous renseIgne -
ments, appelez le 2-0555
aux heures de classes Voua
pouvez vous inscrire h Elle
Dubois
Emeline Dtsert. Ruelle
Vaillant, a i 1 e gau
che No 76 l'int'rie r
1011
xxxx /

GRANDE MAISON
A LOUER
Grande Maison a Carre-
four Brochette, 4 cham-
bres a coucher, grand Li-
ving-Roof. un vaste salon
et salle.AL manger, eviler,
grande salle de ba'n, tol,
lette, une vaste galerie fer
mroe derritre pouvant server
de sdjour. 2 grandes depen
dances poui bonnes et gar
gons. Grande court.
Pour renseignementz tO-
lephonez : le matin de 8
heures a midi, 1'apr6s-midi
de 4 heures 1 6 heures p.m.
ou No 2-0916. X


x x x x

Hall a vendre
A 1'Avenue Jean Jacques
Dessalines au No. 396. cons
truite sur propridtt de 189
pirds de profondeur entire
ment cl6turee en mur.
Grand depot At linterieur
Cle en main.
Pour Rendez-Vous, son-
nez le 2-3849 de 8 heures
30 a.m. i 1 here 30 p m.
Courtier s'abstenir. X
Sx x x

Demande a louer
ou a acheter
Cherchons ia acheter ou a
louer cour; terrain ou atelier
Rue Pavie; Delmas niveau
Route des 'Aeroport ou Rue
des Miracles
Contacter Madame Sanglard
PACOT Rue Casseus No. 20
1011
Xxx x

A VENDRE
Voiture CHEVROLET IM-
PALA en bon atnt
Ann6e 1970 a cylindres'
Prix : 30oJO dollars
Contacter Gerald Merce
ron, au n'imero de t6lepho
ne 2-0993 La voiture peut
Etre examined chaque ma-
tin, entire 6 et 8 heures au
numero 25 de 1 Avenue Hen
ri Christophe, Port-au-Prin
ce 1211


Avant 5h 0 5:00
Aprbs Sh O 8:00
4 CHAMPIONS DE
SHAOLIN
CAPITOL 2

PRIX UNIQUE
$ 1.-O0
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
EN VOITURE SIMONE
CAPITOL 3

PRIX UNIQUE
12 h 15, 2 hl5 4 h 15
6 h 15 8 h15, 10 h 5;
$ 1-00
MELODIE POUR
UN TUEUR

CAPITOL 4
PRIX UNIQUE
$ 1-00
11h45 lh45 3h45 5h45'
7h45 9h45
TRINITA VA TOUT
CASSER

Sx A x Ix

ETOILE CfNE
Jeudi 6h30 8h30 G 1;50 2;50
LES 12 SALOPARDS
Dimanche a 6h30 et 8h30
LA FEMME VIPERE
Entree G. 2.50 et 3,50

Lmundi 6h3G c, 81h30
BRUCE FUREUR AUX
POINGS
Entree G. 1.50 et 2,50
Mardi a 6h30 et 8h30
LA FEMME VIPERE
Entree G. 2.50 et 3,50
Mercredi a 6h30 et 8h30
LA FEMME VIPERE
Entree G. 2.00 et 3.00
x x x x

REX THEATRE
Dimanche i 12h 2h 4h 6h
8h 10h
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No. 2
Entree 2.50 4.0n et 5,00
Attention: Ava.nt 5h G 2,50
Apres 5h G. 4,00 et 5,00

Lundi a 12h 2h 4h 6h 8h
10h
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No. 2
Avant 5h G 250
Apres 5h G. 4,00 et 5.00
Mercredi L12h 2h 4h 6h1
8h 10h
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No. 2
Avant 5h G 2 50
Apres 5h G. 4,90 et 5.00

x x x x

RANCHO CINE
Dimanche 11 Nov.
PAPILLON
Lundi 12 Nov.
FUNNY LADY
Mardi 13 Nov
PAPILLON
Mercred'. 14 Nov
PAPILLON



CINE OLYMPIA
D manclei a ):h I 2h 4h
Entree G. 1.5V
a 1h30 ct 8h30
Entree 2.00
7 HOMMES A L'AUBE

Lund: i 12h 2h 4h
6h30 et 8h30
Entree G. 1.50
BRUCE EN NOUVELLE
GUINEE
Mardi h 12h 2h 4h
6h30 et 8h30 G. 1.50
ASSAULT SUR LA VILLE
Mercred i 12h1 2hb 4h
Entree G. 1.50
6h30 et 8h30 G. 2.00
7 HOMMES t L'AUBE

X x x

ACTIVITIES
CULTURELLES
DE L'NSTITUT
FRIANCAIS
D'HAITI
Lundi 12
17 h 30
CINEMA: sParis nous appar
tienb,. Un fIn. de Jacques
Rivctte, avec Betty Schnei-
der. Giani Espacito, Fran-
c oise Prtvost, Daniel Gra
ham. i En s'aidant d'une un
trigue i formni polic.ere,
t'auteur essay" de raconclt
t'histoire d'une ideel.
Entree : 2 gnuotdes
(1 gde stir presentation de
la carte dc la bibi othequec
Mercredi 14 ^91
16h30

CINEMA: 'G'-mtverneur di
la rosees
Entrte libre
Icartes a, retired au Secreti
riat de l'Institut francais).


iMPERIAL 1

12h 2h 4h G b;00
6h Oh G 8;00
JESUS DE NAZARETH
26me partle
IMPERIAL 2
12P 2hh 4h G ;00
6h 8h 10h G G 8;00
SENATE D'AUTOMNE
IMPERIAL 3

12h 2h 4h G 5:00
6h 8h lOh G G 8;0il
JESUS DE NAZARETH
lere parties
xx xX

CINE TRIOMPHE
SALLE 1
CLAUDE PINOTEAU
PRESENT

Bntr6e $ 1.50 et 2.00
SMALL -


tntr6e : $ 1.50 et 2.00
SALLE III
<(ALERTE A LA BOMBE-

Entre : $ 2,00

SALLE IV



PARAMOUNT
Samedi 12h 2h 4h G 1;50
6h 8h 10h G 3;00
IL ETAIT UNE FOIS
DEUX SALOPARDS
6h 8h 10h G 3;00
Dimanche 12h 2h 4h G 2;00
LES 18 PINCES DU
SHAOLIN
Lundi 12h 2h 4h G 1;50
6h 8h 10h G 3;00
LES 18 PINCES
DU SHAOLIN
x x x

CINE LIDO
Samedi 12h 2h30 G 1;50
51h 7h30 10h G 3;00
LA BATAILLE DE
MIDWAY
Dimanche 10h 12h 2h
4h G 1;50
LES 2 INVINCIBLE
LES MOEURS CACHEES
6n 81h lOh 0G 3;00
DE LA BOURGEOISIE

Lundi 12h 2h 4h G 1;50
6h 8h lOh G 3;00
LES MOEURS CACHEES
DE LA BOURGEOISIE
x x x ,

MAGIC CINE
Samedi it 6h et 8h
MIDNIGHT EXPRESS
Entree G. 4.00 et 5.00
Dimanche 5h 7h et 9h
LA PETITE
Entree G. 5.0, et 6,00
Lundi a 6h et 8h
COEUR FROID
Entree G. 3.00 ct 4,00
Mardi 6h el 8ht
ADIOS CALIFORNIA
Enitree G. 3.00 et 4,00
Mercredi i 6h et 8h
LA PETITE
Entree G. 5.00 et 6,00
Jeudi a 6h et 8h
L'ESPION QUI M'AIMAIT
Entree G. 3.00 et 4.00

Vendredi 6nh30
Seance unique
GRAND GALA
ARTISTIQUE :.
lere parties: SKETCHS spec
tackle varied, MiLEO LE
GOURMAND, VERTULI 1
BARTHELEMY vedette de
la chanson, et guitar ste.
2eme partie:NEUF SKETCHS
COMIQUES SUR LA VIE
DE MAITRE VICTOR ZA-
BELBOQUE d'apres les te-
moignages de deux octoge-
naires.
Entree G. 5,00

Samedi a 5h et 8h
ORPHEO NEGRO
Toute la tEerie du carnaval
de RIO
Entree G. 3.00 et 4.00

xx xx

MAGIC CINE
Dir-.nche 5h S'i Nh
LA PETITE
Save : BROOKS SHIELDS,
KEITc CARRADINE, SUSAN
SARADON, ANTONIO FAR
GO, FRANCIS FAYE.
S Un film qui nous peint le
I maiheur de deux victims
de la vie, de Ix society du
destin dans ces absurdites
e et ses dechirrments les plus
,1 atroces. Un ft''m de Louis
Malle bouleversant et re-
Smuant.
Entree G. 5.00 et 6.00


CITADELLE




VOUS PROPOSE




8 Jours au MEXIQUE




DU 1 AU 8 DECEMBRE 1979



au prix incroyable de





$699.00




CE PRIX COMPREND:





... Le billet aller- retour Port-au -I

N

Miami Mexico Aciapulco\Miami



SPort-iau -Prince



... L'hebergement au Mexique, en cha\



double, dans des hotels de luxe [J


a Mexico a l'Hotel Maria Isabel,


a Taxco a l'Hotel Holiday Inn, 3 n


=rIa-'- -* -Tft Y -- 2; -- -.- -6.xl mc-M -1


Acapulco a l'Hoiel Hyatt Regency]


... Les transferts aeroport hotel aeroport


... La visit de ia ville de Mexico



.. La visit des fameusee Pyrfamides



de Teotihuac/an et. de La Biasilique



de Guadalupe


... Une excursion a Cuernavlaca et Taao



SUne mini-croisieredans la Biaie



d'Acapulco


Le port de 2 bagages; les taxes et



services a l'hotel



Un Guide- accompagnateur



0 0Un arrest facultatif a Miami au retour




Le nombre de places est limits Contactez nous au plus vite pour


inscription et reservation.-





AGENCE CITADELLE


35PLACE DU MARR( JNCOMVU 5


TEL : 25900
j-


i .3


PETITES ANNONCES


OFFRE
HAITEX
des press
pour pr
Jeans


. - -- T wommmmg mqRqpw I -


d


mbre



nuils


1 nuiit


uits a
iuits a


Ci-- -Q l~^- -~~- -------- ------ ---------------~------ --------- ------~I --~-r~u--- r---^-






PAQE 4 SAMEDI 10 ET DIMANCHE1


I<,1 lit ,' l l1: 2t'm pa ')

iS. l'rbolln ne (|1 i1 (Ioiiv rnIle
ttlltl i'l'; lt'stti'tl tUit 11 so



li t Iil r"n i. ls milt'll I I' [


li lon tr'. llt l l, iep ls de
it i* iI d hr. I i, :ppOt; Ianl
ll lic Atiou' pars lor d da-








{i l i ii ill t tel un 0e01 teti
S1., tint I fail tille ra l re



.lilt' t' ri h ljtrer iture
lI .l I1,D h pup' de l Ionno vo



'ii tit faltnt ll gra rend


I v es ollnllif do bonne vo
mIlt I < t olltatl' el le grand






tot ii 't ilri'e le monde de I'A
voli e t' 1 o, ii led du Besoin.
I.;t rediieplnU roe rett inega '
lilt' ntiessitl" ion seulemcnlet
I' partage cl'ui savo r et
d litle technol,','ic, mals la
resl tuition pilie et simple
de hiers la re 'onlte et la
ciinm 1n0Ki it l.erculturelles.
I,a torliniqitn. o le sa;t
n'et pa.s niut re ct 1'outll
lierarchlso. S' u xpliqBtis que
Lnobre de rci' -luions de
I'Assenbmlete tiniral" des Na
tions Unliei consacrent la
litcorte du rattrapage. Le


purtil.r de la dcennie G00,
quilll'ift i de (a celonle t du
l)velopp|'etnltnl. AiilSl st" Vil
I opotlir1w l'econollnie ame
Iranirie lance lai colebre
Ilh orie (II tlakl-oll; ouC Al-
belr MIl'al ster 'lllbure S' i
lio ri fort colntestre de
In lahblh-rase, otD Iet'linolo-
l' e flrtnm ;ist', sous tine for
n1' noiiuvlle avec Claude Le
v, Str lliss fn lidelt in theo-
rie dlu nivellehmcnflt sutir le
colncltpt d'entrupie, oniprun-
te ia la physique: oft les ma
thematiciens mnLttent les so
crtees <,sur des courbes-ex-
ponoentlelle-hr'f. fl tout le
Ionde d .d '..' .' pills ou0
mo:ns de retard....

En 1961, les ,nstantes in
ternationales o"ganisent u-
ne conference A caractere
'technique sur le problem
dr application de la scien
ce dans l interest des regions
pre-developpees Les tra-
vaux- des comites qu'elles
c,'eent revelent <,i' impasse a
laquelle mone le postulat ac
tuel du developpement par
la science et la techniques'.
Car, il reste A reconcilier u-
ne grande parties de l'herita
go culture! des soc:ties du
Tiers-Monde il les ex gen
ces d'lune cert'ine moderni
ie.
Actuellement, de nombreux
rapports, declarations et e-
Ludes paraissent de nature
A remettre en question la
conception dominant du
developpement et la strate-
vi ini m tinn l i n


''un d, s themi-s majeurs des ration. Ils se multiplient a
relations internationales a un rythme tel, qu'il est diffi


Entrelrise Industrielle en

plein~ expansion
RECHERCHE
A) COMPTABLE

Au moins 5 Ans d'Experiences Ayant Connaissance
Payroll Industriel. Comprendre et s'Exprimer en An
glais est Indispensable. Bonne opportunity d'avan-
cement.

B) RECEPTIONIST BILINGUE

Possedant Notions de Comptabilite et apte a s'intce-
grer dans les Traveaux du Personnel. /

Pour Information Sonnez Mr. Green au 6-1734 ou
Envoyer Curriculum Vitae d Casier Postal de Del-
mas No. 13108. 1011
^ ____ __^_^ ^_^_ ___ _^ __^'I


elle dcen sulvre I'ovolut on.
.IJo n s.gnnalerl puts Il leas
quatre grands courants de
pensee qul emergent des Lex
tes sus-mentionnoe et dol-
vunt avo r une inluLncinec de
terilinante surI lorinula-
Hllitn d lune llouvell conclep-
lion du developtpemn.ntdclans
los annees a venitr. Je re-
tiendral chez des anthropo
logues, des hiltoriens, des
psycliologues, des educatliurs
des pralic ,ns de la coope-
raLion, l'approche culturalis
te mettant l'accent sur la
diverslte culturelle, face a
l'unlcl6t du concept du dd
veloppement.La valeur de la
demarche des culturalistes
vient de la critique des fon-
ments cognitifs de 1'act on
entreprise au nom du deve
iopp meant. On doit en par-
tie a 'anthropologie econo-
milque l'etude de l'origine
de models soc etaux qui
sont proposes et celle de la
maniore doit ces models
sent transfer d'une socie-
te a lautre i:!nsi que des
consequences socio-culturel-
les qui resultent de leur ap
plication.

N'cst-ce past Ltopold Se-
dar Senghor qui ecr.t cette
phrase limina ,e
mencement et a la fin du
developpement'.

x x x x

L'elaboration d'une enor-
me literature specalisee et
de longues controversies
theory ques cnt fait naitre
une nouvelle science socia
Ie.: les seti nces du dove-
loppement.

Elle vienl d'obtenir ses
lettres de creance... universe
taire chez nous par la crea
tion du Departement des
Sc enccs du Dcveloppement,
dern er ne de !'anthropogie
ITaitienne.

Ce Dopartement, long-
temps souhali, prend for-
me I la suite d'une lonrue
et pat'ente pe,'ode de gesta
tion.

Le D.S.D, come on 1'ap-
pelle dejAt dans le monde
des spec aliste-, se site
un point de convergence :
naissant de l'sction c ,ey4-
guee du secteur prive et pu


bile dans le domaine du do
veloppelmnt. II repond 6
un besoln dc formation,
d'entralnement dans ce do-
ma noe, aulant qu'a un be-
soln de reflexlon, de rlecctu
re et d'evaluatlon en vue
d lne approche plus cohe-
rtnte de l'homme haitlen
et de la society haltienne.

premiere manifestat on
e sa vitality est ce colloque
Sur le Developpement rural
en Haiti et dans la Caraibe,
que je declare d'ores et dej5i
ouvert; c o 1 1 o q u e
qui se veut une ren-
contre d'informat on, d'e-
change, de confrontation,
d'analyse et de formulation
de programme d'action: en
some, un seminaire de
partage d'exporience, un
rendez-vous du <(donner et
du recevoirs)

x x x x

Plusieurs temps marque-
ront notre pr',sence ici:
Premier temps: interven-
tion des Minirteres de pa-
tronage et de la FAO, suivie
dans l'apres midi des com-
mun cations de technicians
des Dopartements Ministe-
riels concerns.

Deuxieme temps: exposes
des representations strange
res aux fins de faire benefit
cder tous les participants
des experiences realisees
dans Faire antillaise et lati
no-americalne.

Tro'sieme temps: commu-
nocations d'organismes reglo
naux, suivies de visits sur
le terrain,
Pu s viennent successive-
ment maints exposes concern
nant les experiences commu
nautaires, les projects de do
veloppement integres, la
la contribution des Eglises
et du Vodou s a evolutionn
des population's rurales.

En dern er lieu seulement,
les Interventions spsecifiques
ct ponctuelles sinsi quo leur
syntliese: touted choses sus
ceptibles d'aider a la prepa
ration" des resolut ons fina-
les.
J'espere que ces moments
que nous alions passer en-
semble nous seront haute-
,,ment profitabies.
I Merci


N VEUX AUSSI


(Suite de la 2eme page)

rac, Haiti dans les Caralbes
qu, J'ose le cnire, s'an'ionce
charge de processes.
A vous tous, it vous toutes
presents dans cette salle je
sophalte dolc utne heureuse
et fructueuse participation 9
ces assises.

Mesdames, Mesdemoiselles,
Messieurs,

La reform, mise au point
par le Departement de I'E-
ducation Nationale, s'inscrit
dans le cadre de la pol.tique
de promotion economique et
socio-culturelle pronee par
le Gouvernoment de la Repu
blique. Ce nouveau Departe
tement des Sctences .du De-
veloppement spouse wdes con
tours de cette reform et
constitute un cadre concrete
d'enseignement, de recher-
che,s de r6flexions et de par-
tage s'experences; un pre-
c eux instrument au service
de la communaute.

Vous n'etes pas sans savoir
qu'il s'elabore un nouveau
programme d'enseignement
h partir d'une vision neuve
de homee haitioen et de sa
society. Les demarches du
Department de l'Education
Nat onale s'inspirent d'une
philosophies inedite de l'edu
cation. L'objecif en est une
diminution sensible du taux
de deperd tion scolaire, une
recherche du prioritaire et
du fonctionnol II ne peut
plus etre question d'appren
dre a apprendre, d'appren-
dre a lire et fa ecrire, ni
communique un savoir ab9
trait sans lien .ucun avec les
realitos concretes et existen
tielles de 1'Haitien..Il s'agit
plutot de faire passer un
savoir-faire, uu savor faire
fire, un savcir etre et un
savoir devenir

Aussi luttons-nous centre
le el.vage qui ex-ste entire la
culture vecue et la culture
apprise a 1'ecole, et cher-
chins-nous t combler le fos
se )ili spare 1'Ecole, le Mi
lieu et la Communaute, I'E
cole, et la Vie.

Le Department de l'Edu-
cation Nationale lutte centre
tout processes qui aboutit at
une ecole insulaire, a une
ecole du Departement, qui
detache I'homme de son mi-
lieu. L'Ecole d'aujourd'hui
s'edifie sur le toc communau
taire. La nouvelle equipe et
la nouvelle structure adm -
nistrative en voie d'organisa
tion en ce Departement, en
tendent reconcilier 'Ecole et
la Vie, I'Ecole et la Famille,
l'Ecole et le milieu 1'Ecole
et la Communaute.

Mesdames, Medemoiselles,
Messieurs,

Puisque le theme de ce Sc
minaire est te Developpe-
ment Communautaire, il im
porte de vous souligner que
le M nistere de l'Education
National accorde une attend
tion to.ute particuliere a laa
masse rurale cn vue d'arri-
ver at eliminer progressive-
ment les injustices don't elle
a ete trop longtemps l'objet.
On semble souvent oublier
que le dcvelojpement de la
society haitierne passe par
celui de la communaute rura
le. Or une rationnelle action
au profit de cette derniere
suppose l'alphabetisat on des
masses paysannes, la scolari
station, 1'ENTRATNEMENT et
la formation d'agents poly
valents capable* de les mo-
tiver, de les animer, de les
Sencadrer et de los consc'enti
ser.

Depuis quelque temps, par
le truchement du Departe-
ment de l'Education Nat o-
nale, le Chef h Vie de la Na-
tion ne cesse de multiplier
ses efforts au benefice des
collectivites de l'arriere-
pays, le pays reel.

Dans le domain de l'edu
cation formelle. de nouvelles
ecoles ont vu le jour. Du 17
septembre 1979 a ce jour, le
President de ia Republique
a procede on personnel at 1i-
nauguration de 13 nouvelles
ecoles: d'autres sont encore
en chantier. Les construc-
tions se poursuivent 4 un ryih
me satisfaisant.. ia cnpacite
d'accueil des ecoles norma-
les renovees a augment sen
siblement. Et ic prnse bien
tot, avec l'aide de routes les
bonnes volont-s, et la parti
cipation du Commerce et de
l'Industrie, ouvr'r les chan-
tiers de construction d'un
lycee classique et technique
de 60 sales de classic & Saint
Martin.

Un vast programme de
formation de maitres est en
vole d'execution. 'Des course


intens'fs de recyclage sont
organisms un peu partout
dans le pays. Le profile d'en


tree et de sortie de nos en-
fants dans les diffirents cy
cles du programnme est 6tu
die. Un nouveau curriculum
est experlmente depuis le
ler. octobre. Le creole prend
rang de langue d'ense.gne-
ment a cotd du frangals. Des
centres pedagogiques reglo-
naux apportint l'encadre-
ment necessaite au benefice
de nombreusec zones rurales
Sur le plan ce education
non formelle, 1'ONAAC pour
suit son action dans le do-
maine de l'alpliabetisation
des adults et des adoles-
cents, de i'artisanat et du
ievelopp-ment communautai
re en general.

A l'ONAAC igalement re-
vient le merite de la mise eo
place des Conseils Commu-
nautaires, structure paysan-
ne de grande valeur dans
un context pre-developpe.
Une experience d'alphabe
tisation fonetionnelle des
plus interessentes, des plus
prometteuses se poursut de-
puis press de 3 ans ai Cotes
de Fer, sur la supervision
du GREAL et de P'ONAAC.


La presence t de 1'Educa-
tion Nat onale se manifesto
aussi en milieu paysan, a
travers les Centres d'Educa
tion Integres pour le Deve-
loppement, les CEIDER, pla
ces sous la double tutelle du
Department de 1'Agriculture
des Ressources Naturelles et
du Developpement Rural et
du Department de I'Educa-
tion Nationale.

Cette presence se manifes
te encore de man ere tres
dynamique ai travers les pro
jets d'Education No. 1 et No
2. finances conjointement
par le Gouvernement Hai-
ien eot la Banoue Mondiale.
Bientot. li po'-erra tre ques
t on dun pro?1t No. 3

Voilh en grcs et les reali
stations posltiv- et les pro
jets en course du Departe-
ment de l'Edruation Natio
tale pour le ielevement des
masses rurales.

Je ,orme le voeu que les
travaux de ce premier col
loque sur le D'veloppement
Rural er- Haiti, inaugure
sous de si bons auspices, se
deroulcnt dans tune atmos-
phere serene. Que chaque
participant soit guide avant
tout par 1'esprit de compre-
hens on pendant toute la du
ree de ces assises et ait pour
objectif: Informer, s'infor-
mer, echianget confronted,
atalysrloruiI- e vu- d


analyser, formuler on vue de
former.

Puissiez-vous, Mesdames,
Messieurs

a 1lissu de vos travaux, tirer
des conclusions suscept.bles
d'inspirer les instances con
cerne(ts pour ie grand bien
de I'homme roral en particu
tier. et celui de la commu-
llnuite haitienne en general.
Nous sommnnes a un carre-
four decisit de notre exis
tence de p;-uple libre. Je
crois, personn(ili menit que
le pays n'a janais beneficieI
jusqu' ci d'aut lint de chances


de se sortir de son sous-deve
loppement seculaire, de son
analphabetisme chronique.
Cela parce qu'une 6re d'-s
paix 'a pu tre instauree et
qu'A partir dte cette paix re
trouv6e, le Chef de la Na-
tion a tout m s en oeuvre
pour lancer le pays sur la
vole d'un veritable progress.
Le train est bion sur ses rails
A nous tous et a chacun de
nous de jouer honnetement
sans fausse note sa partic -
pation dans ce grand concept
du D6velopperoent.

Haiti ioue e-s dernlires
cartes. Si ces uifferentes ex
periences echouent, ce sera


non pas fate d'organisation
non pas faute le moyens ma
terlels, ce sera plutot faute
de patriotism, ce sera par
absence de civl!;me, par man
quoe d'amuti:.

Le pay.j se mourra. faute
d'amour, faute Oe civ sme,
de pvlriotisme parce que ses
fils n'auront pas repondu
positiveinent a 1iLppel du
Chef it Vie de la Nation qui',
lu -meme, me-credi dtrnier
at l'inauguratlin des biti-
ments de .IINAGEIE decla-
rait: ter en vue de la grande coum
bite du developpement 'gene
ralise>.


MESSIEURS


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEZ LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIAL!
PontaX ~~~idsnac~iw ~ j ^^ ^ ^~ ^


LE BISTROT

Restaurant -- Bar .- Grill.

Pizzeria Crdperie

LE RENDEZ VOUS DE L'AME.ANCI

CHAQUE JOUR


Menu special Lunch

a $3,60


CHAQUE SOIR

DINER DANSANT.

AMBIANCE MUSICAL


Avec "Bistrot Combo"

Mardi Soir -.Vendredi soir


>

Z TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT CHA-
QUE SEMAINE


Dans lei Jardins du Bistrot

Une nouvelle Attraction


<
GOLF MINIATURE


hOUSE


BISTROT

Tous les jours de

midi a 1 h du matin

Le Manoir 146 Lalue Tel. : 2-1809
ooocQ~occ8cc^g cosois'go^aoc,


hi














I


ALLOCATION D'OUVERTURE PAR LE Dr J. B. REMAIN


ALOCVTION UESON EXCELLENCEMr JOSEPH C. BERNARD


UN DIVERTISSEMENT POUR TOUS CLUB
- JEUX BAR CLIMATISE


LE PA VILLON



335 Blvd. J.J Dessalines



Phone : 2-2318





Chaine Stereophonique complete a partir de $ 250.-

Toutes dimensions et Wattages de Haul --Parleurs.


Amplificateurs -- Tunner -- Cassette Deck et Reel to

.,eel de la marque AKAI

Headpitcnes -- Anteonns pour Television et Voiture

Radios et Tapes pour Voiture

Pieces de rechangs et Accessoires Electronioues

tels que : Circuit Integre -- Transistors --

Tubes -- Rdsistances etc.



Bicyclettes de la marque EASTERN

Pieces de rechange et accessoires'" our Bicyclettes

Le meilleur pneu de la marque

/ SILVER STAR -- EXTRA-FIfE.


11 NOVEMBRE' 1979


~


~rCNCCrm~M-2EIHIZWCrmCrCN


K-rr,.-~H~zrrr~NIIIh-' -EE++Hh-rrrrrrmrrrrrrr~+~rrr~rrcrrrcr~


---U-YY-L-.----------------------------- -----~~~__~___~ ~____I_______I____________________;__~ ~~ ____I_______________________________~___






SAMEDI 10 ET DIMANCHE 11 NOVEMBRE 19.79.- PAGE 5


LA VIE ECONOMIQUE


COUP D OEIL SUR LES TRA VAUX DU ler. COLLOQUE

INTERNATIONAL SUR LE DEVELOPPEMENT RURAL


hu rl di r pi)clirc lit parole
IwI i [ li d0i phis ami)ples
si nlii m nsir t -~.r lit projei
t oil d(1 flim .Jl; ill (Colmipe-
isn d1il Ils '1l eh los prot il
!', IIA (I,", el doint It, contennl
rI i' .- leillrs t Xpiih'ncl'es elt
ri it n t. linus P"' s, 1 reveiasit
i1 r .1 aircliet P.erie, dans


1in lumlneIiUx expose, de pre
senh r les Ilots de develop
pemnilt en Halti. I1 in a pro
lilt pour les situer, pour
parler de leurs organ'sations
et enfin pour signaler lcursi
repercussions benefiques sur
note .dleveloppemenLt. Ensuil
to, le R P. Mare F vez qmu
fail un veritable travail de
bdnediction L \ Thomasslque
nous a fait capprecler une
fois de plus ves prince pales
activities et a-tions dans la
zone.
Dans l'apris-midl, i lreve
nalt au Docteur Will am Fau
gemr, Directeur de la Hacho
de nous presenter cet orga-
n sme nouvellement denom-
me Ptioii des Copanmunautcs Hai-
tienncs Organisdes> dans ses
prince pales realisations dans
l'aire du Nord'Ouest dans


Ies domaines ou In s abie, de
I'Ediication, dc 'agriculture
etc. n nie-ttant eOn evidence
actu ic IileTif nl apiculture
dans citte pairtie du pays.
Ceries, la HACHO n'a pas
lout reussi dans ses d.verses
act, viles, meals elle a tente
de fire pour le mieux. Puis
ce ful. le toul de Monsitur
Lewis Jasem n, Coordonnateur
du Service Chr6tien a la Go
nave de nous presenter cette
commune. Ce quili a fa t en
un creole image et avec un
tel accent de sincerity que
sa communication a capte
l'asslsance tant par les ac-
tions posit ves menees dans
cet lie que par 1Is realisa-
tions reussies 'dans certain
doma'nes don't la plupart ser
vent actuellement de mode
1 s a d'autres communautes.

LA JOURNEE DU 7


=,0=101002o-"-.-- s Docteur Bordes etait le ler
Sorateur. II en a profit pour
LE NOUVELLSTE fa re connaitre davantage les
I actions et le role de la Divi-
PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVE1 sion d'Hygiene Fam.liale
8 l dans un pays ou la tesdance
er MAX CIIAUVET est au surpeuplement. Apres
lui, venait l'agr. D. P Hot qui
DIRECTEUR : LUCIEN MONTAS 9 a parle delchniques de cul
ture en montrnt en'autres
ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET loutillage (seon perfectionne
ment) peut avoid un impact
sur 1, rendement de la pro-
ACo/////////s/sq //q/ao a lCacc< Ae-/g..aos oss soas duction. Mais comment il a
beaucoup nsiste sur la re
cherche agronomique, au
crIrs des debate, trois part
cipants, le Depute Numa
(Bacno), l'agr Emmanuel
Joseph iC.N.C.) et Mons-eur
Caliqta Clerisme IICA) ont
Ik conteslte ses approaches dans
le domaie de la recherche
S ,/ agronomique, lu reprochant
de s'Ibre base surun es1 e-
-mint sole (le clmat) pour
conclure. D'apris ces Mes-
sieurs, a recherche deman-
de beauroup ptsss d'etudes et
S --1 ... --- de fouillks. Ensuite, il reve-
Sa h f 0 na1it Rodin' Conte de par-
ler. de la Banque de credit
agricole (BCA). II a, d'abord

S 7 (anc:en nom du BCA) jus-
.i q-'.a aboutir h une retentoe
Slo clonnant un statut beau
coup plus stable au BCA qui
joue actuellement malgre
-- se- s limitations econosmiques,
tin role non nmeg-igeable dans
the sound approach to quality le credit agr!ccle. Presenle
ment, le hCA pr6fire trailer
KE W OOD ave des cooperatives. Con-
cernant son fond de roule-

vente et Conte, au denier bilan 8
.0 13 De ie service 11. o.ooo goejes et son taux
de pret est de 9 pour cent
par an.

Dans 1apreis midi, ce fuit
le tour de M. Francis De
faille, Secretalre ExecuLif du
la belle cConseil National de ]a Coope
ralion ICNCi de presenter e
la selected assemblee son or
ga:nlslne. 11 a aboardd re mon


,, BLOCS E.R.F.


ETS.'RAYMONDFLIMBERT

SNMateriaux"de Construction


te f l'origine du movement
cooperativiste dans le monde
avant d'arriver 8 i'lntegra-
Lion de ce movement en Hal

ti. Ce qui n'a!lait pas sans
titonnements et difficulties.
Mais, depuis la lol du 7 le-
vrler 1974 creant le Bureau
Executif du Conseil National
de la Cooperative, les cho
ses commenqaient a prendre
une autre orientation axee
sur assistance technique et
l'encadrement des cooperate
ves. C'est ponrquoi, consta
tant les problmes encourus
par les cooperatives dans les
domaines d'admin station
et de gestion, en un mot, de
la planification. le CNC a or
gn:s6 son premier s1m naire
de formation da. 9-13 mars
1976.

Actuellement cet organis-
me mcne des actions facili
tant certaines cooperatives
a irouver des sources de f -
nantment pour la bonne
march de lear entreprise.
M. Defaille a aussi dresse, en
quelque sore, un bilan dans
certain domaines oi le CNC
fournit une action efficace
en adant les cooperatives A
proeresser: cafe, peche, lal
terie, art sane products frui
tiers. C'est aiisi, par exem
pie, que le CNC eat arrive 8
porter les caf6iculteurs du
Sud a former l'Union des
Cooperatives Cafeibres du
Sud en les assistant dans l'ob
tention d'une aide du FENU.

Ce que veut le CNC, d'a-
pres son Secretaire Executif
c'rst d'arr ver h un encadre
ment technique des diverse
cooperatives mais, devait-il
ajouter, le CNC est limlte, fi
nanc erem'ilt dans ses ac-
tions. Touteifois, c'est de
temps 8 autre, dans le Sud,
comme dans le Nord qu'on
organise des seminaires de
formation. Apies M. Defaille,
M. Chavannes Jean Baptiste
a pris la parole. II a mis I'ac
cent sur l'act'on de la Cari
tas d Haiti. Sa communica
tion a et6 tries appreci6e..
Pu 's M. R. Challandes a pre
senate le project Gebeau a
travers une projection et a
rpporidu avec c. propose aux
diverse quest ons de i'assis
tance.

LA JOURNEE DU 8

It revenait, au course de
celtte dernfere journee de de
bats, au depute Saint Arnaud
Numa idc la Bacno don't le
President eat Ml. Marc-Aurele
Frangois) de presenter cette
organisation e assistance.
11 a m s i'accent sur les di-
verses realisations de la BAC
NO (Banque Communautalre
National d'Outilsi dans le
mondc de la .eunesse qui a
donned & la po sibilite a celle
c. de faire, tres tot, 1'appren
. t de sa r?sponsabllite
deviant les inombrables pro



L'influence de
I'Alcool sur
les Foetus

WASHINGTON (AFP)
Les malformations consta
tees A la noissance chez
certains enfants de mere al
coolique sont dues Flaction
directed de I'alcool sur le foe
tus, et non L des causes in,
rectes come on le pensait
generalement, indique une e
tude publiee lundi A Was-
hington par in group de
specialists amer cans.

Solon cette etude, effectuee
par tro.s medecins de l'uni
versite George Washington
it de 1'Instltut National dms
Sc ences de I1 Saate, des ex
periences ra:lisees sur des
foetus de rats Aleve dans des
so.u'lons alcnolisces mon-
tr nt que 1'ascool empeche
un developpeinent normal
d s cellulrs des le premier
mois do in grossesse. Les solu
tons ut lisease pour ces ex
periences comprenaient un
taux d'alcool comparable a
clui observe dans le sang
d'un alcohol quw chronique.

Jusqu't present, indique
cette etude, les malforma-
tions chlez Ls enfants de
mire alcohol que etalcnt attri
buees a plusturs facteurs,
notamment l'absorpt on par
la mere de substances chimi
ques derives de 1'alcool ou
la mauvaise alimentation
des meres alcooliques.

C'est la premiere fois, af-
f rment les tro's spectalistes
quun lien direct de cause a
effet est 4tabli entire la pri
sence d'une forte concentra
tion d'alcool dans le sang et
les malformations du foetus


blames de sou.s divelqppc-
ment que confroste le pays.
Pu s; la parole etait accordde
au Docteur Cosue Romain,
Secretaire Exccutif du CMC
H qu" nous a tait part d'une
communication you'll a eu le
privilege de prononcer a Ro
me au course du premier con
gres international des rme-
decins, des organ stations et
des hopitaux d'origin'e reli-
ghuse (du 26 au 28 octobre
dernler) sous le titre: Amie-
liorat on de la quality de la
Vie dans les pays en vole de
developpement. Exemple Hai
tie. Dans sa communication,
il a mis en valeur 1' mpor-
tance des soirs de sante pri
maires en plaru;ant pour leur
democratlsatio-i dans notre
mil eu afin darriver a une
amelioration (de la qqalite
de la vie, car iun des objec
tifs de I'OMS, c'est la santL
pour tous en 'an 200. Puis
deux Soeurs, 'une des Filles
de Marie, l'au;re de Sainte
Therese nous onf fa't pan
de leurs experiences. Pour
Soeur Irenae ipille. de Marie
elle a plaid pour la promo
tion de la femme en milieu
rural en montrant comment
une partly e d irtre Economie
National repose sur ses epau
les, pour la e..eur Bapt ate
tSaint.2 Ther6s ielle nous a
fait partager son experience
du terrain. A

Comme on peut le remar\
quer, ce colloque (communica
tions et details a permits aux
uns et autres participants a
un t tre ou a un autre, de
faire part de leurs experien
ces du terrain ou de leurs ex
periences theoriques. mais
il a surtout permits de

rapprocher des hommes qui;
sans le savoui, trava slaiint
pour la mcme cause: le De
ve pppement Rural. lepa-
noutsement du paysan. C'est
d'abord en cela que ce collo
que de reflexion sur le milieu
rural aura marque et aussi
merite toute attention ne-
cessaire afi que les resolu
t ons f.nalcs prises. fruits de
concertation, ne restent
point lettres rcrtes.

Webert LAHENS


HAMBURGER



























F\LET




















SAUCISSES


p>NN, AFP)
e e N4tol mipart cop -
vrfra encore en 1985 pres
du tiers des besoins energ6-
tiqus des pays industriels,
inqique live t\xd du gou-
verinment Allemandc des
programmes d'economles d 6
nergie des vingt pays de
VAIE (Agence Internationa
Ie Ce l'nietg) 'e t ''e la
France, pilblfle Luhdi 8
Bonn ,j jM

Seon cette 6tunde, le brut
et les products raff6ins im
portes representeront enco-
re 32,3 pour cent de la con
sommation d'6nergie primal
re des 1 pays consAderes
en 1985, conpre 35,s P C en
1977.

Cette moyenne cache des
situations tres difftteptes
selon les pays Auisi,, le
Royaume Uni et la Norvege
seront-ils en 1985 come
1'est ddjA la Norvege ex-
nortateurs nets de petrole.
La France, la RFA. 1 Ita -
lie et le Jaeon continueront
d, denendre In'gement. 'I
petrole importS, qui, satis-
fera encore en 1985 plus de
49 44. 63 et 64 PC res-~cti-
vement de leers bnnns
nergktiqups Etqts-TTnls Pt
Canada resteront dans une
f~urchotte bnise Pvp i"vn-
dopndanrap di ndtrnl i"I
nort rpe 23 3t 1\p"-" cent
respectivement en 1985

Le document analyse dga
element les consequences
des decisions pr'ses au spin
de 1'AIE et i la suite du
sommet economique de To
kvo, Pt relieve la difficult
de changer lea structures
de consommations
Ainsi la part u petrole
dans la consomnatoin 6ner
getique total des 21 pays
considers sera -t-elle ra-
menie, si tous lea engage-
ments sont tenus, de 51,3
PC en 1977 8 48,9 sPC en
1985 Celle des combusti -
bles solides n'augmentera
dans le m6me temps que
a 20;8 PC. Le Gaz nature
i6eressera globaltment de
18:7 PC. a 16:9 PC meme
si sa part respective aug-
mentera dans des pays cornm
me la France la RFA. la
Grece et 1'Autral'e L'6ner-
gie hydraulique continuera
de jouer un role limits


JARRET


(6,4 PC e4 1985 contre 6,0
1C en 1977)
Seule 1 energie nucldaire,
si las programmes natio -
naux sont menes a bien, en
registrera un bond spectacu
laire, satisfaisant 7 PC de
la consommation d'energie
primatre des 21 pays en
1985, centre 3,2 PC en 1977
C'est en France oti 1 ner-
gie nucleaire jouera le role
le plus important (18,6 PC
de la consommation 6ner-
g6tilque total en 1985. con-
tre 2,1 PC en 1977) Vien -
nent ensuite la Suisse (15.4


PC centre 8,5 PC, 1'Espagne
(13,3 VC centre 2 PC), la
Belgique (12,8 PC centre
5,8 9C) et la RFA (10,3 PC
con te 3,2 PC),
La nouvelle Z61ande, l'Ir
lande la Norvege et le Da
nemark n'ont aucun pro' -
gramme d'dnergle nucleat-
re, tandis que le program
me Autrichien a 6te aban-
donne A la suite d'un refM
rendum en 1978. rappelle
1'6tude Allemande Le'prp-
gramme Suedois frra 1'ob-
jet d'un referendum 1'annde
prochaine.


ENERGIES ETATS-UNIS: TROIS EOLIENNES GEAN-TES


WASHINGTQON, (AFP)
Le Departement de I'Ener
gle procedera 'an prochain
a l'installatior d'un group
expIr mental de trois puis-
sants asrogenfrateurs dans
l'Etat de Washington, a-t-on
appris lu-di de source auto
r.see.

Ces solienne geantes, les
plus grandes dii monde, au-
ront chacune uine envergure
de 91,4 eitres ('00 piedss
et leur capacity sera de 2 5
Megawatt chacune. Au to-
tal, elles pourront alimenter
en electricite 3.000 foyers.
Selon les experts de la cosrm
pagnle truit pour le ctmpte du De
partement de 'Energle, ces
aerogeneraLurs, s'ils etaienti
fabriquis en .'rie, perm-t-
trauent d'obteni de 1'elestri
cite A un court tires interes-
sant, de Fiordie de 4 cents
oar kwh.

Ce sera la premiere fois
quun group d'aerogenera
tturs- et non plus comme
iusqu'lci un ae'rogvnerateur
saul- sera tests. Le Depar
tement de l'Energie, precise
t-on, a choisi de le fire dans
Ia Vallee de la Riviere Colum
bia ous les vents sont assez
regul-ers ey a-sez forts.

Si l'experien,-e s'avere con
cluante, le DOnartement de
FEnergie estime que les corn
pagnies d'electricite pour-
rament install, ulterieure-
ment des gropes de 25 ot


plus d'adrog'nerateurs en
des endroits cvintbeuxv pou\
produire du courant et ainsi
economiser les carburants de
rives du pctrolr.
Les trois aerogenerateurs
ont ete mis au point par
<,Boeing( a la uilt d'etudes
montrant que le cout de 1'e
lectricite produLte par Ise
eoliennes dim'nue cons dera
blement lorsqu on augmente
la ta.ile de 1'appareil.

Les trois acrog nerateurs
reviendraltnt 6, 2 m llions
de dollars piece, s'ils talent
fabriquis en so:.e, ind'que-t-
on.

Le plus important aeroge
nerateur construit jusqu'ici
pour le compile du Departe
ment de l'Energie dans le
cadre de soC programme ex
perirlental, a (! ie1eh'aigaire
en juillet derri er UBoone,
sur une hautai de la Care
line du Nord Sa capacity
est de 2 mgawatt.
Le Departtirsnt de d 'Ener
gie, precise--on ide bonne
source, envisage dans les pro
chain mois de tester dLs ae
rogeneratturs nmoyena. (200
kw) au nouveau -Mex.que
a Porto Rico a Ilawal et
dans le Rhode Island. II fait
etudier egalemont la mise au
point d'aerogenerateurs plus
p tits pour ler beso'ns des
agr culleurs. dc parlicul ers
ainsi que le regime des vents
dans plusieurs regions dLs
Etats Unis.


M-


S POUL.E T









ROGNON








^8O^


COTELETTES DE PORC


(es meilleurs en'vente'pa8rtou.
TC'" Placez vos commander auf2-1841'

ABC Meat Processing Co


*-iN "


Etude 6uest Allemande des proprammes d'Ecomnmies


Produits de Boucherie


etiude Charcuterie


MORTADE LLE


"GRILLADES


I .


i


1CL - -- -


--------*


- L;;-----i,-','--~,;,-ii-i--iU-i--~--~--~ ^ ^ I~^-Y-- ~-L-~_ -- C- - -~---- -- ---- ------ ---------~-________ _____ ____ _- -- L- -. _--- ~ _~ ~__ 1 -~L.--ll -. -r~-.l~ ~_i~_~- ~-llrLIWiq1Y~i~BY~L~IDjjl~~i~-rj~~~


i













"C/ BAR-APPERITIF A VEC


UN QUARTET DE JAZZ


HAITIEN




S SPECIALITES


HAITIENNES


SEA-FOOD




CUISINE FRANCA ISE



BOURDON PHONE 2-2987


CARTER DECIDE D'EXPULSER LES ETUDIANTS


illuC deI lai lre pa' 1.'s risclqCls dc voir le dra Meme la mort du Chahl
m1e se llerminer ln Lagede a New York oi 11i est hos
1 .Iillhl dc .s .t.A e.s Imlns sallglaltei, lo:l.e'tc au eIi t.l alse 51ne reglera peut-
l'.inlgoi :,ci c ,. l1a un e ~'l.Xi 1de., jo ra nsal)i les assu "tre pas la situation, a en
iIu,.' i Ie l c),, i] LIm ranges dclcnee's .it les au croire les exlelX cLes ira -
ai[s.s ,.., (lo, l ,. tlalc t t io ltes irlc cn llien niennes De ha a response
bles americanls cnt reaf
firm que 1 ex souverain
HELP WANTED etait iniransportable, son
etat etant i 1ig5 top gra-
A\- L.LI(;EG. GAII.N1ENT 31INUF'ACTURLER HAS NOW ve Selon 1'Amhassadeur dE
OPENINGS FUR SUPERVISORS WITH SPECIAL EX- gypLe a Washln.tcn, Mon-
sieur Ashraf Gnorbal, qui
PERIIEN(C' IN SEWING MACIIINES FOR LINGERIE lui a rendiu ;.1bt, vendre-
LT PANTIiS. di, le Chah a considerable
Smenrit maigri ,, it est pla
SN D R CD BOOKKEEPERS c sr an system com -
B- .L NEED FOR EXPERIENCED BOOKKEEPERS plexe de perflsion Le der
I'LULNT IN ENGLISH. nier bulletin medical fai
sait etat d l extension de
I'LLASE MAIL TODAY CURRICULUM VITAE ET ses tumeurs camnereuses de
ALL REIEIRD DOCUMENTS WHICH WILL STATE puil y a quc ze our as.
QUALIi IC.ITIONS, PHONE NUMBER, MINIMUM RE
QUIlRED SALARY TO: Pour tenter de trouver une
r L GREEN / solution a ce drame, les E-
r AL. GREEN tats Unis ont mis tous leurs
espoirs danas one diplomatic
P O Box 13408 Delmas , Port-au-Prince. Haiti tls ont tente d'envoyert satMS
1211 succes deux emissaires presi
dentiels aupres du i la Revolution>,, mais ceux


deux envoys, MM. Ramsey
Clark et William Miller, n'ont
pu ailer plus loin qu Istan
bul oil ils ont ouvert des n,
gociatoins d.;scretes avec
L'OLP.

De son cote M. Yasser Ara
fat, a envoye is Tedrcan es
cicux principaux lieutenants
i)pour y ofrl'l l-'lurs bons 011
ces. Mais 3i linam Khomei
ny n a souflc mot sur leur
nc .sslla; le comite dc'tud'ant
cquii garde les c,'ages a imme
diatemenit relcte cette me-
d'ation.
Lc Pape Jean Paul' II, le
Consill de Securite des Na-
tiona Unies. tt de nombreu-
ses Nations, meme lors-


qu'elles n'avaient pas tou-
jours de rapports tries ami-
caux aver Washington ont
essay d'interceder d:screte
icent Sans resultats jus -
qu'ici.
Aux Etats Unis, la colere
populaire s'accroit et les ma
i.ilestatioss anti-iraniennes
se font plus nombreues. Na
virus et avion iraniens sont
maintenant bcycottes dans
les ports et sur les aeroports
Mais 1l n'y a pas eu de hearts
trop se`r ux avee les quelque
50 a 60.000 etu.'iants iraniens
aux Etats Unis. f
Malgre les appeals au re-
cours i la force, la Maison
Blanche continue ai exclure
toute option m litaire. La se
curite des otates passe avant
tout et l'envoi des < est jug ir.-ealiste.

Mais en sera-1-il de memc
si les otages vana.ent a etre
massacre? C'est la question


'StIC ltous lesa obscPvatasrs se


posent. Les Etats Unis peu
vent difficileri'ent accepted
de voir leur poissance et la
plus sacree des lois internal
tionales- le droit i 1'immu
it6 di'plomatique- ainsi ba
fouees.
Nombre de c, plomates en
post a Wash.'ngton font re
marquer que les evenements
de Tederan cer nt un prece
dent extrememeni dangereu' ;
sur le plan dc:s relations il,
terllationales l'ans un mon
de encore do'ninc par los
lois imposcr; incr lIs occideni
taux. la plise d'otages de
1 Alllla:t;sadle .1111er calne dc
Tedlrain, eicourag1e par uni
MoUvrneilcen't aussi anarlhi
I'le soit-il, est une preuvc
supplemlentaire de la Iragili
te grand ssanic du vicil or-
dre mondial


CARNET SOCIAL


DECES DE M.
AcSSTOBULE
JOSEPHI
Pax Villa innonce le de
ces survenu le 8 Novembre
79 a la Ruell Nazon deO
Monsieur Aristobule 'Jo-
seph
En cethe pinible circons
stance Pax Villa Et Le Nou
vell'ste prescienni leurs
sympathies a s1s enfants
MIa Carmen Joseph et son
tils, Madame Lise Joseph
et ses eni'-nts, Monsieur An
drc Joseph et ses enfan's,
Monsieur Jean Joseph et
son fils, Monsieur Romere
Joseph et son lils, Mon -
sieur Voltaire Joseph 2t
ses enfants, Mnacame Car-
mela Josepih et entants. Ma
dme Re.jecanne Jo,(,ph et 'on
fants, a ..es pl its infants
Roland Perodin actuelle -
ment a N Y. Monsieur et
Madame Frant.z Lormincy
et enfant-;, Monsieur Carl
Andre Loiseau Ghislain
Loiseau, Mario Loir.eau. Ka
tia Loisea,t, a sesi neveux et
nieces Monsieur Max Moi-
'e c et ants. Monsieur et
Madame Rossini Moise et
enfants. Madame Simone
Moise. Modamf. Marie Tlih
rcse Moise et enfialnits, Ma-
dame MarcIllP Moise et
enfant, Monseeur Heniry
MoiSe'. Monlsieur ct Mada -
mie Ernest Moise et enfants
5 ses cousins ft cousins
Evelyne Leg 'ccrii Renold
Balstien Auix lainilles : Jo
seph. Moise, Legrand, Bas-
tien. Darius. Loiseau, Pero
din. et ia tous les autres
parents et alliOs 6prouv6s
par cc dcuil
Leis funiratlles de Mon
sieur Aristobule Joseph se-


rent chani es le undi 12
Nov(mbre 79 h 4 heures c'f
I Egli'-e Bapl.t:re Rue deC
la Reunion ofi la depouil-
le mo otelle sera expose
des 2 heu.ces P MiP 1011
xx xx
Remerciements
Les families Dupuy; La
taillade; Kossowski; Allen;
Et'enn'. Bauduy; Charlier:
Martin: Vinceti; Thiesfield
Pinzo; Hodc.soi: Tur.an et
Miot remere ent bian vive-
ment1 Son Excellence Mvon--
sieur Jan-Claude Duvalier
PrIsidentL a Ve dc la Repu
blique; Madame sa mocre
Simone Ovidl Duval'er; Prc
inire Dame de la Rpucibli
cile: 1 's anis ri la C;i
tale: d? la province et de
l'etranger qui leur ont te-
rno gnac de la sympalhlae i
l'oecasion do la mort do
leur r-grettee Alilne Dup'uy
rnlevde i leur affection le
23 octobre dernier.
x x x x

Avis matrimonial
Jo soussigne. M. Nicolas
Roseme proprictaire demcu-
rant ct domicilie a Broo-
kling Cite Simone identified
pour le present exercise dr
dare. Ie commerce en par-
ticulier et le Public en ge-
nearal. que ce ne suis plus
rcsponsable des acte.s Cet
actions de mon epoucse.Mme
Niclos Roseme nde Sonia
Lamartinirre, pour abandon
du toil marital et cause
grave, en attendant qu'une
action en divorce lui soit
int intee.
Port-au-Prince, le 9 No-
vembre 1979
(S) Mr Nicolas Rosem6
(Brookling Citd Simone)


LA CANDIDATURE DE M. JERRY
BROWN

Par Jean Pierre ALTIER des actrices te la chanteuse
WASHINGTON (AFP) Linda Ronstadt sont conn-
Le gouverneu' de Caellor iues; rejette Iq grande mal-
rnie, M. Edmund Jerry son; la splendide volture et
Brown, s'est lanc ur h son iavion priv6 auquol 11 a
tour dans Ia course la Mai drott pour s'lnstaller dans
son B, anche. u, n petit appartement don't
A 41 ans, il es le plus il paye lul-meme le loyer
original ti les inoias apprc Dans cette Californie; dtat
dildats ir lnvestitureux can le plus peupl de l'Unon;
parti dmoas h l"cratves pour les don't l'enorme production pe
elections presidentlelles de trolire (18 pour cent de la
1980 Vingt quatre heures i- production national) ne suf
1980 Vingt qualtre heures a- fit pas h alimerier tn ex
press e Senateur Edward fit pas alimenter un ex-
Kennedy, press un mis Edward traordlnaire pare automobi
vant le president Jimmy le; i'dnergie devient son che
Carter, qui annoncera a val de bataille
candidature que le 4 decem Son opposition a 1'inergie
bre, M. Jerry brown se pre iucleaire lui assure la sym
senate aux cotes des deux pathie des ecologistes lors-
grands favors du part; qu'il apparait aux cotes de
sans se laisser ddcourager lactrice Jane Fonda sur les
par les sondages ou le man marches du Capitole is Was-
que d'argent. lcington; pendant une mania
C'est David ocntre Go- festation anti-nucleaire qui
liath; reconnait-il lu'-mme avait succeed accident
Je n'ai ni les grands pou- de la central de Three Mile
voirs d'un president sortant Island
ni les atouts extraordinaires Les derniers sondages me
du Senateur du Massachu nes aupres des dlecteurs de
settsc. mocrates donnent 69 pour
Mais il assure qu'il a les cnt d'opinions favorables ai
moyens physiques et finan Kennedy; 49 pour cent ii
ciers de mener la campa- Carter et 26 pour cent seule
gne cela aura un sens. sMfme Meme en Californie; il
s'll faut que je fasse de 1'au vient de loin en queue des
to-stop; que je prenne le sondages On assure qu'un
bus ou n'importe quoi d'au vote fictif tre; j'irai of il faudra>. a i l]a convention ddmocrate
ddclard jeudi M Brown a de Californee; le 20 janvier
c-ux qui Otaient venus 'en prochain; le placerait au
tendre au < Club de Washington. derriere Kennedy
Pour ; qui a djisa Mais le plus grave est
defi en vain Jimmy Carter peut-Otre le manque d'argent
lors ds elections primaires D pu's le mois de juillet;
pour ]'investiture democrate Brown n'a pu recueillir que
en 1976; il s'agit surtout de 260;000 dollars; alors que
defendre un programme aus'. son tresorier en demandait
si original que theorique. II;5 million pour sur trois principles; a-t-il dit du New Hampshire; le 26
jeud': protection de la natu tevrier; puis cells du Mas-
re; service du people; explo sachusetts; la semaine sui-
ratioin de l'univers.a vante


L'education de ce candidate
du futur>r; ansi qu'll se qua
life lui-meme; a commence
dans un seminaire jesuite
californien; ou il a peut-0
tre pris le style messianiquel
de sa champagne. II renonce
a la\pretrise au bout de qua
tre als pour se lancer dans
une carrier politique qui le
menera en 1975 au siege d"
gouverneur de Californie;
occupy avant lui par son pe
re et un autre candidate pro
bable a la presidency: le re
publicain Ronald Reagan
A pelne elu; 12 gouverneur
Brown; toujours celibataire;
ma s don't les liaisons avec


INHUMATION DE
Mme DE GAULLE
COLOMBEY LEE DEUX
EGLISES
(EST DE LA FRANCE)
(AFP)
Madame De tiaulle a Ie6
inhumee sIunitdi a 16 h'-II
i :s d'iis Ic ciniclierre de
Colombey Les deux egli -
5etO, o01 lpob:lr le Gene -
r1al ct leI i ill' Anne
Un, l msse' ,etit 0 Cte c
lebreIe auparavan,. chan -
tre en LatLin t (en Franl
e',ais, aprcl'1 q. e' le Co011V I
lunebre fut arrive de Pa-
ris ofc Mine De Gaulle est,
decedee Jeudi.
Le Vice Amiral Philippe
De Gaulle et son epous",
sa sOCeur ElisabeLh I itL son
epOutx le Gini.'il, d de Bois-
sicu, les pctit enfants,
plus le i:.. e de la fa niltle
Une so.xanil2 de p rson
nes ont accompagne MA1
dame de Gaclle jusqu aiit
cimetiere, protect par un
important service d ordre
Parmi les personnalitcs'
presents, autonsees par
la famille, sL trouvaient
la veuve du President Poin
pidout,. MIv Jafques Cha -
ban-Delmias., Mfchoel Debre
ct Jacques Chiricc
Stir la tomnbc. 1 nscrin-
tion <,Yvonne Vendroux
1900-1979) 1 Cife grave
sous cells qu1 iindiqaileilt
,Anne De Gauille 1928 -
1948, et le 1890-1970>.


Renforts de
police pour les
funerailles de
militants
communists

GREENSBORO ( CAROLINE
DU NORD) 10 NOV (AFP)-
D'importants renforts
de police sont arrives same
di a Greensboro; en Caroli
an: du Nord; en prevision
1 incidents probably ; di -
manche; lors des bseques
de cinq militants -ommu-
niates tues il y a mu- sema'
lie au course d'une manfeos
tion centre le Ku Klux
Klan
Le comnmuniste Workers
Party; qui a 1'intention de
defiler dimanehe dans les
rues d.' Greensboro pour
let dlonlne 1 ordre a ses mem
bres d'etre arms
Plus de 250 policiera et
500 soldats de la garden na
tionale sont arrives samedi
a Greiensboro o4 des disposi
tlins .ipeciales ont t& pcn
ses das leas prisons en vue
d arrestations massive. Le
cluf de la police a en effect
i.cdique que toute personnel
en lpoassss.on d'une arme
.eiait ,i.itonatiquement ar-

Plusieurs mouvccrensri d'ex
trelme-gaucelI o111 announce
leur intention de se join a
la march organisee par le
communiste Workers Par-
ty'; un groupuscule don't
lc a ee esct a New York.

L2 part Nazi local; don't
au mnoins trois membres ont
participd Ii' fusillade du
3 novembre; a indiqud sa-
ni-di quil n'avat pas 1' i
lention d'organiser une con
1 re-imaniifestation dimanche
a Greensboro. Quatorzs per
s5onncs; dont s'x membres
avoues dil Ku Klux Klan;
avalent 6t6 arrdtdes samedi
0 'rnier ia la suite de la
fusillade qui avait fait c'nq
morts et dix blesses


Prochaine exploitation commercial

d'un medicament anti-cancereux


NEW YORK (AFP)
Un mddicamentc anti-cance-
reux d'origine finlandaise va
etre exploit commerciale-
ment pour la premiere fois
aux Etats Uni. ''an prochain
a announce mardi le fabri
cant americain
La Society National Pa-
tent Developpem'enta a an-
nonce qu'elhl allait produire
]'an prochiain 411 milliards d'u
n tos de <,Inti ferono, subs-
tance comparable a une hor
mon' niturelle utiliste dans
la Iuitte .ontr.e les infections
virales et dans le traitement
du cancer.

Jusqu'ici. la society amerl
caine de lutte centre le can
cer achetait en Finlande i'in
terferon qu'ele utilise a ti-


tre experiment..' pour trai-
ter des cas de cancer termi
naux. Les resultats de ces
essais n'ont pas encore ete
rendus publics.
Scion Its ifiormations re-
cue allies aux Etats Unis, la
Croix Rouge finlandaise pro
duit annuellement entire 100
et 200 milliarda d'unites d'in
terfcron as partir de la purn
fiction dc cellules blanches
prelevees dan- le sang de
donneurs bencvoles.
Le proddcteur americain a
annonce qu'il utiliserait un
procede de fabr cation de
l'interferon mi; au point a
partir de la mcthode finlan
daise par un expert soviet
que, le Doct,' r Alexandre
Yabrov, qui a 6nrigr0 en Ic
rael en 1974. 'A


PAGE 6


PETION VILLE

SAMEDI 10 NOVEMBRE 79

ST JEAN
L EVANGELISTE
Delmas Petion-Villec


DU QUARTER
Rue Ogec
LUNDI 12 NOVEMBRE
ST PIERRE
"lace du Marche


1979

)


AVIS
Usine d'assemblage; en
pleine expansion; ayant plus
de clinq anndes d'existence
desire employer:
Deux SUPERVISEURS DE
PRODUCTIONS capable de
programmer le travail sul-
vant schedule; de preparer
les expeditions; fournir des
rapports de production; con
troller la production en course
etc.
Experience, et connaissances
classiques prdfdrables.
Un COMPTABLE respon-
sable du control de cout,
du. budget; de 1'inventaire
et de requisition de matie
res premieres; de la tenure
des livres; des travaux gend
raux de Comptabilit6.
Experience necessaire.
Un MLCANICIEN pour Fen
tretien et le depannage des
machines; devant &tre ca-
pable de dresser un tableau
d'entretien et de fabr'quer
certaines pieces. Connaissan
ces de la mecanique gendra-
le et de 1'61ectricit6 indispen
sables.
Les Interess6s sont prids
d'envoyer leur resume et le
numdro de leur telephone a
Madame J. Pierre; PO Box
2081; Port-au-Prince; Haiti
1411

AVIS

La Loge Martinez de Pas-
qually AMORC prend plaisir
ri announcer 5 tous les Rosi
cruciens d'Halti; l'arrivce le

Pharma ies
assurat le
service cette nuit
SAMEDI 10 NOd'EMBRE 79

SANTA MARIA
Rue du Centre
DE LURGENCE
Lalue
LECLERC
Martissant
Petion Ville
DIMANCHE 11 NO'. 1979
APOTHICAIRE
B. JJ. Dessalines
BON SECOURS
Rue T remasse
SIMON
lere Ruelle Beauboeuf
LUNDI 12 NOVEMBRE 1979
VINCENT
Rue Mgr Guilloux
ADONAI
Rue St Martin
Curier
DLLMAS

,. X X X


AVIS AUX ABONNES
DE L'EDH
La Direction re I'Electri-
cite d'Hait: informed ses a-
bonnes en general qu'il
leur est faith obligation,
d'installer un fil de terre
a leurs installations elec-
triques, ce, pour les prot6-
ger centre tout danger de
survoltage eventuel is pa-
raitre sur le rOse u. Cette
prise de terre a pour but
de neutraliser tout ddsequl
libre d'une provenance quel
conque survenu sur le sys-
teme en cas ae defauts ou
d'accidents.
En consequence, la Direc
tion de l'Electricit d'Hat-
ti decline d ores et idjas tou
te responsabilit6 si aprds
enqudte il est prouvd que
les installations trouvees
en defaut n'auraient pas
ete regulidrement protegdes
selon le vaeu de 1'ED'H.
Rene JOLICOEUR, Ing.
Directeur Technique
Port-.au-Prifitce, le 20 Octo-
bre 1979

AVIS

Maison de commerce desire
employer un demarcheur
medical repondant aux con
dittens suivantes :
Etre pharmacien diplo-
Parler une langue etran
gere. de preference l'anglais
Etre dynamique
Avolr une voiture
Priere adresser cutricuium
v tae ainsi qu'une photo a
boite postal 1311 Port-au-
Prince, Haiti.
1611
xx 7 x
COMMUNIQUE

II est port a la connais
sance du public qu'o 1'oc
casion du 61eme anniver-
saife de 1'Armistice du 11
novembre 1918. une messe
sera dite a la mdmoire des
morts tombs au champ
d'honneur, 10 dimanche 11
novembre 1979, a 8 h 30
en la Chapelle de 1'Insti
tuition Saint Louis de Gon
zague, A la rue du Centre
Louis DEBLE
Ambassadeur de France


PROGRAMME DE LA SEMAINE



LAMBI




Night Club I





SAMEDI 10 NOV.
A PARTIR DE 3 H P M
a COCKTAIL JEUNES >)
AVEC LA FOLIE DU JOUR SHOOGAR COMBO -
FILLE CARTE D'INVITATION -
HOMME $ 1-00


SAMIEDI (SOIR)

SOIREE MERVEILLEUSE AVEC LA FOLIE DU
JOUR : SHOOGAR COMBO. SOIREE PATRONNEE
PAR aVERSAILLES BIJIQ FRERES)
Adm. $ 2,00

DIMANCHE 11 NOV
A PARTIR DE 11 1H A. M.
JOURNEE DANSANTE AU LAMBI RENDEZ VOUS
DE TOUT P AU P FILLE CARTE D'INVITATION
HOMME $ 1,00


DIMANCHE SOIR
AMBASSADEURS $ 1-00



Par ailleurs, t Grand chanteur Dominicain
CUCO VALOY et son gr-ob e Los V~ituosos donneront
3 grande soirnes de Gala en Haiti le 7 8 et 9 De-
cembre prochain. Priere de surveiljer les annonces
de ces Festivites ( "


N_________ ,,,-- ---"- '.~--~. ---- `~ ------------'~ -.---,-~__ '`'-;-`---~-----. '''r ;r~~riJ--


SAMEDI 10 ET DIMANCHE 11 NOVEMBRE 1979



AVIS DIVERS


T7 I * 1- 7 1 -- Ll'I'll", "I'll I


.


1R


8 fdvrier proehain de Frater
Christian Barnard; Grand
Maltre de l'Ordre Roslcru-
clen AMORC pour leS pays
de langue frangaise.
A cette occas.oh; sera or
ganis6 au local de la Loge
un Conclave auquel tous les
membres actifs et rdgullers
de l'Ordre sont fraternelle
men invites. Ils voudront
bien "'e mettre 'en contact
avec le Secretaire de la Lo
ge Martinez de Pasqually A
MORC 5a Delmas pour tdus
renscignementls compl6men
taires
Loge Martinez de Pasqually
AMORC Boite Postale 1033
Port-au-Prince; Haiti
Tel: 6-1892




SAMEDI 10 ET DIMANCHE 11 NOVEMBRE 1979



CINE TRIOMP

PRESENT DIMANCHE 5 HEURES 7 HE URES

SALLE 1 SALLE 2

LE NOUVEAU FILM DE MILOS FORMAN
SELECTION OFFICIELLE FESTIVAL DE CANNES 'Y V
MONW AtN l
Laissons entrer
le soleil! JE .Q UL

1Ft


Let the sun
shine in!














un e ,.o LESTER PERSKY ,,MICHAEL BUTLER
UN FILM DE MILOS FORMAN ... "HAIR" d, RAGNI, RADO MacDERMOT
... JOHN SAVAGE TREAT WILLIAMS BEVERLY DANGELO D ANNIE GOLDEN
DORSEY WRIGHT DON DACUS CHERYL BARNES MELBA MOORE
'". ,,.'" 3? GEROME RAGNI JAMES RADIO s..:"; a7 GALT MacDERMOT
d0 te... ssa ROBERT GREENHUT o...eddelaPht.pho,., MIROSLAV ONDRICEK .. d,. MICHAEL WELLER
c..hmr.. .d TWYLA THARP P. rp.. LESTER PERSKYA, MICHAEL BUTLER ..... MILOS FORMAN
Pa nav ore son I Bande e naeeO us e eu nR 1 DIojIi Distnbue pal les ARTISTES ASSOCIES United Artists


Produit par LESTER PERKY et dirige par le celebre MILOS
FORMAN qui produit VOL AU DESSUS D'UN NID DE COUCOU
Ce film fut present au festival de Cannes 79 et declare hors
competition if recut les cloges les plus flatteurs de la press
franchise. Un divertissement total un delice a chaque instant
nous dit FRANCE SOIR, Bin festival pour les yeux, les orEilles
et le coeur declare L'AURORE CHAUD, genereux et
mervilleux pl'in d 2 vie .r},it LE MONDE.


PACIE7


IE


9 HEURES


I .L' .A .
(ANT, KViL~F


LE SAUVAGE Yves Montand t Crtheriwe Deneuve
Le Sauvage n'a rien de pelicier il e s'agt pas non
plus d'une afiaire, d'espionnage, et pourtact iI y va
de la vie de quelqu'un, c'est I'histoire d"un homme et d'une
femme qui cherchent un instant dc bonheur et d'amour


SALLE 3


ANNIE GIRA6ROOT
iEAN.PIERRE CASSEL FR(AN(OIS Pf"RI


SALLE 4


LES FtILMS ARIANF CINEVIDEO-FR 3rtp npnt n

",AN
RA DICK


un film de JEAN-CLAUDE CARRIER CLAUDE
CLAUDE LAURENT MALET. CHRIS WIGGINS HOLL
DONALD PLEASENCE CLAUDE BOLUNG
P IN O T E A U .-. .- ".... .
L'HOMME EN COLERE
Devant les sentiments on ne connait plus la
LINO VENTURA est LU'HOMME EN COLERE


IS Mc LAREN ,,- -i
Or FRANCOISE GAILLAND Elle est tiedecin, des
vies ell en sauve chaque joup. Mais comment(
peur. devra-t- elle s'y prendre pour sauver la sienne.
' Annie Girardot/est le Dr Francoise GAILLAND


----


~


I--1-------~-- -------,-~-_---- ------------------- ------------------- ---------------- ------------_-___ __ ________~ ;~ ~~asn~:~;~.~cLi~iay*Y;~;t~;uB1***s~X~


ull- A


'-a.
















II


.4, OA
JF


DOCTEMu~


. ;' r *









PIflUe I. ra NOVLJJTR AMD 1 T IANH 1 OVMRE17


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midl 2 heores 4 heures (en permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30


CE SOIR


Salle I $ 1.50 et 2.00
CLAUDE PINOTEAU PRESENT


Salle n


$ 1.50 et 2.00
,BLONDY,,


Salle III $ 2.00

,,ALERTE A LA BOMBED


Sane IV s 1.50 s

((LA FEMME SANS, MARI,,


QLELQUES NOUVELLES RESOLUTIONS ADOPTEES A LA

DE LA PROVINCE TROISIEME CONFERENCE


Le transport des dtnrces
allnlentaires est parfois blo


n aipprend que tlre5 bwn que
ia. M" cerigee dans lh's ell
Ioi, de Gonal ves, unCRlle
liCriiidr Ie' marbro. CARACOL
Dapri's les ust;imalntoins
tc i, marbrerie poLrrait a- A clihou
, liun` e caplacite d, produce le de Cara
lIn esIlnie ia 10.000 metres par les de
carreC par alln et Moreau


u averse; la vil
acol est inondee
ux r v ercs Floury
A la derniere


'inondation; scul; le poste de
police ct 1'eglise paroisiale
ont etc epargnds


L'Association sportive L6d
t aalse eff:'ctuera a la fin CAP HAITIEN
cie ce moises: iune tournie
clanls les Caraibes 9' 150 instituteurs du district


C tle touirnie conduira
l equ pe de foot-ball de Leo
Fpane a Curaqao; a Bonnaire
Porto-Rico

CAYES

On informed cLtte s-maine
qu un scandal est survenu
oi: bureau du commerce des
Cayes Une bagarre a celate
lnercerd' entire le directeur
ct l'inspecteur du Bureau
avant la distribution des
f ches pour l'oblention de
la farine

KENSCOTF

L'entrce du bourg de Kens
coff se trouve dans un pi
Icux 1tat L'attention des
irsponsables est attiree sur
le fail

VERRETTES

La route qui relief lc
Point Sonde a Verrettes est
dans un 6tat Tfeplorable Les
problems de transport sont
compliqucs a 1'extreme.





tSuite le la premier page)

sembli .)jouer Il, role d'orga-
nismr d'r'iul :stion des j( u
n('s bachelicers qu out appris
ltris tot, de leurs parents et
di s glns qu'ilsi ectoient qu'on
doit cire a tout prix nmedt-
cin, ingenilur, avocat, agro
nome, et maintlnalit (nou-o
velle vague,, noiuvlle mode)
secr6taire e d reaction.


du Nord ont maniafste mer
cr"di au bureau de l inspect
tion scolaire du Cap Motif
Retard dans la i.vraison des
cheques.

D'apres; cc que nous cro
yons savoir: le retard tl
du au control effect:
sur ordre du ministry ole
1',ducation national; pour
detector les absenteistes et
les zombis

PETIT GOAVE

OVendrcdi; a pris fin a Via
let; le sCminaire organism
h 1'intent.on des leaders
paysans de la region de Pe
tit Goave

PETITE RIVIERE

On apprend que le chef
de 1 Elat a faith don d'une
valeur de $ 2500 pour la r6
parat.on du <:Bac,> qui as-
sure le traffic entire Petite
Rivicre de 1'A'tibonite; Ve
rettes et les( zons avoisi-
nantes


leurs cultuiclle'; de la Na
t:on, est la letnargie fri
s:nt indifference de din
giants respousables, enfin
1'absence dune legislation
dormant force et autorite
aux Directeurs d'Archives
forcement des technicians
connaissant leur metier
Que la troisidmn' Conferen
ce Caraibfenne en sa sean
cc du Jeudi 25 Octobre 19719
tenue 0 5 <, Ambassador
Beach Hotel l m Nassau
(Bahamas), a voted les Re-
solutions que voici :

Tout en constatant 1 in-
torft montrf par des Ins-
titutions Gouverntmenta -
les de la Region au tra -
vail archivistique, la Con-
ference recommande nean-
moins aux gouvernements
de reconnaitre 1 urgente ne
ccssite d'ameliorer leurs
services archivistiques exis
tant, ou d'en career, la .j>,
ces services n existent pas

Dans la poursuite de ces
objectives la conference at
tire attention des gou -
vernements sur Sles Doints
suivants :

I- Doter 1'institution
d un budget adequate et d un
personnel suffisant
II Olfrir des oDportunit6s
pour la formation ou 1 ei
ltrainement d;i personnel,
ce, a tous les niveau.

III Prendre des disposi-
tions adequate pour faire
face aux besoins en mate-
riel pour le stockage de
fonds documentaires C
pour 1 emploi ai'un person
nel exerce aux activities de
la recherche s-centifique


IV- Disposer de l equipe-
ment ndeessaiir afin que
les Archives soient mainte
nues en bonne condition, et
puissent etre rendues access
sibles aux chercheurs

2- La Conference recomo
made fortement aux gou
vernements de la Region,
dadopter une legislation
alchivlstique leglemen -
tant la conservation dos
Archives empochant leur
sortie du territoie nation -
nal
3- Que les Archivistes
de la Region ikalisent la
necessity d atteindre un
haut niveau academique et
la maitrise d une techni-
que avancee pour prati -
quer plus aisement leur
profession

4- Que les Aichivistes
de la Region leconnaissent
leur responsabilite dans
la poursuite d une politi-
que de continuity dans !a
tenue des Archives de leurs
Nations respectives, Archi-
ves reflitant la Socidet
sous routes ses phases,
dans toute sa alversite, Ar
chives non sculement des



Haiti Journal
en panne

Notre Confrere Haiti-Jour
nal fait lace a une malen-
contreuse panne de linotype
Des technicienle s'efforcent
de reparer 1un que linotype
de nptre Confrere qui s'excu-
se aupres ses lecteurs car
le Journal nc pourra pas
paraitre aujot.rd'hui.


DOSSIER JEUNES:


-La grande majority do jceu
nes interrogcs voudraient
Iici le condit!onnel a toutc
sa val'rl s'1 I 'lg5 r danls Irs
profe.ss'on:; dile- I b1 ralc s.
II (s, I a sign 'Cr toutefois
qie depuils q'nl )qucs temps,
il s ; 'faiit et se crCee '1 gout
de plus ell plu, contagieux
Pour les mct.rs et, profes-
siolln dContc I'll'de et, 1'appren
t saNge posent l'obligation


INSTITUTE FRANCAIS D'HAITI






NOUVELLE VERSION DE ((TI-CRAB ET GRENADINE))

ENTIEREMi.N REMANILE, PRESENTED LE ler

JUIN 79 AU PALAIS SANS-SOUCI




L'[ostire du Combat d'an peuflep

0our sa LIBERTE


'Vendredi 16 novembre a 6 h p.m.


AU I'ROFI'I DES ALLIANCES FRANCAISES D'HAITI


Cartes en vente a 1'INSTITUT FRANCAIS; i 1'IPN

et a La Boite a Musique; Rue Pavee






*t,


For sieer delight...
Toblerone Switzerland's
world famous chocolate
with milk,
almonds and honey








Chocolate Jobler

KnowAw the world over
<- ^"


du voyage a l'4tranger. Ainsi
un june home vous dira,
par exemple. les yeux froids,
qiuil aimerait ctudier la chi;
mie al mcntaire, le geniei
elcctroinque, on d'autres ma
tieres non encore enseignels
dans noas facu'tes et don't il
n'a qu'une idei vague et su1
perlicielle. Done dans ce
genre de cholx, il y a une
cert tude qui semble plus ac-
cessiblI: cell de pouvoir
partir. El, aiu lond, c'st la
essentiellement lC choix du
bacheliier.

L'un d'entre ciix, nous a
dit crei pa.r (CxemIple: ' routes Ies fa.11ns, qu(qiiue
,()1 1 0 llt p of l as l'n que je clhoi
, e, je fin l.s de touted faQonl
a NI w York. Mti s parents y
sont deja. Et Ji mOe demanded
parfo's pourquh '. ai fait tou
tcs ces etudes Si j'avals et
aix USA. des III classes de
cinquieme, j'aurais dcja un
gros magot en banquc ct
dans dix ansI, t n'y a pas un
diplome ou u0r titre qui me
ferait rougirC.
Un] aurce: vra mient dains
i'nbarras d- la response;
put quand moi6e nous dire'
< vro i .T'qanrais aimi Stre
medecin. Mais qui me dt
qlue je pourrai enter a la
Faculty?<<(
Un autre dc relnc'h,>"
1moi d- tolls les falcons
70 nei pcrdra' pas l'allnce.
'1 i iC no reluss s pas oIn mede
1'' n,. 1 el>',rr l:i Facultc
de droit ou el Sc'cnces Hu
nainles.>s
Pour des enfanLS; habitues
i une ccrtaine regularited:
plutot1 a une certain habi
tu lC des bans rompus Sa
lineC certain mnintal te des
professions lihoral"si. l'echc
a uoe Facuitle remible intole
able.
I 1 leur fautl h tou t prix faire
quclque chose: aller & un1n
aitilie Faculfe: aller toiiionurs
A 'ole- Commorc": Secrc
tariat; Comptabilite; etc.



Creation d'un
4e Cabinet
d'Instruction

DECRETE
Arl ieleler.-- A partir di
cre6 dans la J.ulrdiction dC
ler Octobre 1979. il est
Por'-anu-Prince \ti quatrid
me Cabinet d Instruction
Article 2- Le Personne
de ce Cabinet d Ilstructioi
seia ainsi compose : 1 J1
go d Instruction et un Con
mis Greffier


Le ddsa;rroi qui s'empare
du future citoyen; de l'hom
me responsible en devenir;
A cel age crucial dc sonic
existence et de son esprit:
est souvent a la base de
frames personnel; fami-
liaux et soc aux. C'est a ce
niveau qu'il faut parfois
chrcher el trouver les ex-
plications de crltaines situas
tons d'inadaplalion social,
de comportem'nt normal,
contradictoire, etc...

L'adolecenl des classes ter
m,na'les. cn peii1ne mutation
fai 'I expclence d'un stress
a multiple palitcrs.

loi il a l'obl.'aution de choir
sir

2ow Il n'est pas libre dc
choisir. II s' n rend comptE
a cet ag(e. II y a ses parents.
i y a lc milieu, '1 y a les in-
fluences quIil a subies incons
cicmnment. El surtout dans
tout cela: il y a lui-mme.

3o) :l n'a pas trouv6 le
cho x

4o) il ne sait pas ce qu'il
veut. Ii n'a jamais etc oriCl
te dans ses etudes preliminai
res.

5oi Quand bien meme, il
arr ve a choi;:ii. il n1 sail
pas encore s'il i fail le choix
quil fallait, s ,' a les condi
Lions dc lc rcu-l'r.

Goi Et la gra dle question:
le bcsoin de choisir vihnt 11
de lui iqui CL elln cause) ou
de soil entourage?

Lc june, a cit age se rend
complex, peut-etre pour la
premiere fois de sa v'e qu'il
cst prisonni-r du system
El A ce n:veau, il n'y a que
la bonine marchec des ehtoses
admission une Faculte, ou
une occupation de compensa
lion i qu puis:.e amortir la
rcvolte qui gronde en lui.

Nous sommes ce plus ell
plus une sociCte o0 a un ceri
ta.n niveau. la polyvaleincc
des uns et des autres tcmo
gne ieonltraiorement a ce
que l'on croit gcneralem ntl
moins des apt tudes gen6ra
lcs de 1'haitien que d'uiit
organisation social imal dcf
e nie.

_ C'st aussi une conditior
essentielle du dCveloppemcen
1 que la formation des cadre'
n soil programmee plus ration
u nellement, plu., scientifique.
n ment.
CARLO


(;()NAIVE8


DE LA TRUELLE A LA CUILLERE


LEOGANE


Institutions Goulcrnemcn-
tales mais egaem enl des
organizations piivees et
des aichlves individuelles

5- Que l'at.tcnilon des
gouvernemLnts soit attire
sur 1 importance dc( la ges
tion des documents, sur
1 cfficience et 1 economic
qui peuvent en resulter

6- Que s etabliss;e une d
troite collaboration entire
les Associatiom; redgionales
d Alchivistes. d historians
e0 de bibliothecalres pour
1 elaboration de materials
oducatifs

7 Que les Ii.stltutions Ar
chivistiques veillent a la
preservation des A1 chives
sono5-es iDisqoes Musique
classique e lulkloriqu I)
dans de bonnes conditions;
que le CAA e 1' Acuril
entelndnt sur le s moynls
de preserver 1 hlisoire et
les traditions oraics.

Enfin; entire diverse '
tres recommendations. iT
souhaite qI'eli principle
1 'Association Uaraibeennle
des Archives en to:int que
Branch du Conscil Inter-
national secn1de ou ap -
puie les, proglraimmes de
1 organisItion dans la rd
glon antillaise

Telles sont. en resuml6,
les resolution.; qui ount ot
adoptes aux Bahamas, i
popos du d1veloppement
e de 1 administration des
Archives dans les Caraibes
ce. en presence des repr6-
sentants de 1 UNESCO, du
Conseil Internatic.al des
Archives et de 1 OEA, se 'id
clarant dispose, e ln fait
d aide et d'assi.,anee tech-
nique A propose d Iiaiti par
example 1il sembleralt que
d.lia les Natiols Unies dis
posent de plis d'ciun mil
li0n de dollars pour In1
protgramme d I Cnives, ie
bibliothoqiues 't cIe cenl r',
de documlentat ioln, fonds1
presqu ll ,ur 1 1,o'fli d'etrt
gele, Il llmois d mindetr
10n ('eI'l ln enipre.sselm nit
et de celerite ta speillie r
le.s priorities, ; sojmetire
des proi.les innclla0etm nC
re'alisable's C e ,t une chan
ce, poulrriols 1nou1,- aPouter. 100i
nc Se ] prf'secir ;; pas dIleI
tois a notre pay., au gou
vernemient din decider

Laurrooe T JUSTi



SALVADOR UN MORT E
CINQ AVIONS INCENDIE
LORS D'UNE
ACTION DES .T'L,,

SAN SALVADOCPa AFPI
Uii" pcrsonlic a iecI lulce
lle atllre blcss6e et cinq i
vion.s d epanogp d in.sCe Cti
cide inccendi.s. l',rs d till(,
laque lni-nce p:r UIn giro
pe armci d"esI '6 1 asa popuil'
res de 1.b1) litloi ,, F lrabll
do Marti iFPLi lntre 1
base aer>nauta'.cIL de 1I'
Gallina, s1111 e a pquelqi
140 kilolnmtres de San Sa
vador, a1-l-on appils dar
cete capital"

Au cou'.s 1 h1 1 (ii ratio
qui a coute l: vi.e a un 1 ,
delln de la b1,se 10 group
arme a b'l'r ll; p i, s II a:
Pglls a rl lt;.11, i- a 1i1ons, 0
casionilantl dp: degatls es
timd.[ l .4 qielqiuc cinq ce
mille Doilar,.




BOLIVIE -
REACTION
MEXICAINE

s MEXICO 10 NOV (AFP)
S Le recent coup d'Etat e
Bolivie represpnte un Sell arrere. dlanl le proce
cus d? dn'-acratisatioo e
Amerique at ie; a d6cllr
Svendredi a Mexico le mini
r tre Mexcain ds affaire
Setrangeres: M. Jorge Castl
i ned1; a1u coCrs d'une conf
Srence de press


C Dcplorant les derniers e-
e vinements Boliviens 1- mi
i 0.stre a cild 1'6quateur;
le Peronu et le Nicaragua
comm? autant de pays
m avant au contraire progress
t se vers la vo'e de la demo
s cratisation. M. Caslaneda a
I conclu en exprimant l'?s-
- poir que le continent tout
cnlier advance vcrs la ddmo
cratie.


(Suite de la lere page)

gage dans le meme chemiln
que lui. .r le seuil
d'une maison assez eloi-
gnee des autres et qui lui
parut eire la plus impor'tani
te sa tenant une femme qui
semblait sur le point de
sortir. En deux enjambees,
Boss Lue fut devant elle.

La police ap cl1echem; dit
ii dans un souffle.

La fe.inme sursauta mats
sans hesiter rouvrit la por
te qu'clie s'appretait a fer-
mner el s'effaca. Boss Luc
ssngouffra dans la maison;
la femme le suivit et refer
ma la porte a clef; de 'in
Itrieur. Essoufle; 11 s'appu
va centre la porte de la
nmaison et tend.Lt 'orille.
La femme; clie; entrebaiila
ulIe fenltre pour regarder
au dtbors.

indeis; le soldat se tI?-
nait a mi-chemin de la but
te: sentant put-etre qu' 1
Derdait son temps et se de
maiidant s'il avait pris la
bonne directlion. Mais com-
me il y avait l cap taine
oui attendant sans doute
0u'il se conduise en homme
d'action, il rest quelques
minutes sur place en regar
dant autour de lu' d'un air
f6roce; puis redescendit a
pLts de course...
TOUt s'etait pass si rapid
dement et ssi smplement
quie rien n'avait > semble in-
solite aux quelques femmes
qui vaquaient a leurs oc-
cupations.

Seule la fn.mme: par l'en
trebaIllement de sa fenetre
Savalt vu arriver le soldat et
avai l a p e r q u son
hesitation. Quand elle le
viIt redescendre la butte,
elle so tourna vers Boss Lue
touloLrs plaque contre la
porte. Sa respiration bru-
yainte ne la rassura pas ain
1s' iIue sa chemist en sucur


elle' lui offril unle case.
11 s'Y inslalla et se mi.t a
ins:pecter la malsonnette
d un oeil de professionnel.
C'etait une solide construe
tion, qui lui part assez
grande, quatre pieces peuLi
dtre, et tranchant nette-
ment sur les autres par ses
dimensions et sa solidite.
La piece dans laquelle. il
se trouvait contenait quaLre
chaises en bois point, une
table, un buffet et au mur
une grande gravure de la
Vierge et quelques fleurs en
plastique dans un petit pot
de mayonnaise. La Chambre
a coucher qu'il apercevalt
de loin qui parut aussi l1t
te que le rest. Boss Luc sen
tit qu'il etait chez quel
qu'un de bien, et exnmina
ce quelqu'un plus attentive
meant. II vit que c'l aitl une
femme de trente-cinq ans
au moins. qu'elle etait gran
de et membree. avec d,'s
oras noueux habitufs aux
durs travaux et nlue sCn vi
saoe aneuleux 6tait plutot
vilain. II voulut en savor
davantage ef adroi.tement.
lui demand si ses enfants
talent deia parties nour 1'e
cole. La rfponse fu sCche
Elle n'avait as d'enfants.

- Et Meucieu ou? Li sotil
deja?

- A la neg culriesel repon-
dit-elle.

Elle paraissait tranche-
mdnt contrariet. Son travai.1
l'attendait et elle ne pou
v4it pas mettre, si vile, cct
h6mme a la porle. Mais
Boss Luc tait troD intelli
gent pour ne pas sentir sa
legitime mefiance. Quand
on entrtc en bolide chez une
femme parce qu'on est pour
suivi, par un gendarme. il
est necessaire de se revalori
ser., au plus vite. 11 refle
chit rapidement tira un por
tefeu.lle usage de Sa poche
et en sortit une photo. C'R
tait Boss Luc dans ses meil
im ;r I'A6nn ,i des


" t- 1ets o uel jours, a poque ,es
qli s'etait dechlirce lorsque grands chantier.s chapeau.
C.an s. fulie d 1 eulait pass. e & s. et eravate et puis des POUR LA
tio) press des ronc:-s. Elle I,,lultes et'incelins. RENTREE
earmIa de courage. lendit noblement la photo fD L ASSE
- Mcuqeu... si ou c on vo la fe inae: Z.M.n mrin, dit DE CLASSE
le coulil-a, soli la caille- il. Boss Luc Alphonssin es ne vie U
nr;iI s'll vous plait... Faites une visIle UV
Boss Luc r)'ote.a et ratcun La femme examine la MONDE CHIC, o voaus
tli sa mesaventure. La n phm to d'un oeil severe. Plus our verezcouvrir les li-
nc permit u pu tiue sa nI Clue la veste et la cerava'e ves dacron et chlam-
Pl~T Cllle adnil 1hu1eart'lsauhlntteSl'tereedmindien o-
du capitaine. JusLtement el bray, tie d'indicn bUe
rent et lle deeida de npe rieur en ulanc -t cou-
I cinnaitsssal qi6cliui un qui hpls tergivwrser. Elle rendil leur, toile de fil en 60))

avail hommeaill chcz lui ce to so proprietor de rg, pyjamas pour
Sle mais mos me s chanto lli dlnstlllt qu'e(lleC cailI enfanntsa et gdes person
llon i'aurait cru. Seue- oblgie dol c 1lailss stiul nes draps pour tou-
nnt, il fllait r pas ds la maon, quell ne tes dimensions de lit,
sce sa eolCre Is femmnse Cn reviendrait (lue v-rs six hIeu plastique superierr pour
oilVtiail Ct 1n ` 10 col- res du soir et qu1il pourrait table et ricde-ux, serviet

seillal. Un rested' de inefian also's profiler du ereplseu tes de bain etc.
c. (,I s'il no disait pas li le pour s'en aller mals
verit?) l1'empecha de lui c u e n attendant l pour -es bebe
pro d, r de reler ch(z elle f a 1 1 ai I p a s
. aus u' l ar lo t nbce d, la qu ls voisilns *se rendenl robes, brassieres,. chemi
nuilt. M:'s pouvait-ell I e comprI l dn sc .i -sencre Elt ses et draps brodg-a sin
nmcull re horse 10t d" sui- cmm c llce avaitl bon coeur, si que les draps fur-
te? Ilnd6el(c', cle alla et t('lle alou0a CIlI s'il avait reaux pour grands her
v"n1it dl1ns la nice dcpla faim ;11 II rnivCrrnit queirlne ceaux, brassieres et ban
cant un obilt,l cherhant la ch1 e idanls le buffet. Arri- des in tricot, couchet
boln' for-mlpe C' ,I cir- vcpee preisde la port. elle tes, mousiquaires etc.
Ic d",vat iIaller ouvrir sa pe hoeslt Itmnf-rr-iltiblement,
tite cp'cerne, elle! puis se retourna : Pour la veau
C rmnul'o-s Lu' no bou- Mrin re61 Aurlia. dit-el
Ceait pas a contre-coeur, le. Signatu-mrin ce Filidor. Le savon Duvex pour
peaux s ches, le savon
rose et cocombre, et le
savon ('ologne
JOIE SE STUDIUne v1sfte s'imps.e a
JOLIESSE STUDIO vant d'aller aillcurs

SALON DE, BEAUTE AuI Monde Chic
Rue du o again Ge YE
Rue des Miracles kO 156 tat 89 Magasn e 1 E








Deratisation




BOUC RT Fiwri(ationi


SExtermination





Protegez votrejnaison



centre les termites et chau*e souris


Delmas 48, Building Curacao Trading Tel 6-043

--_-_----------_ ----- ---------


Elie partit. Boss Luc al-
la biUsiquemenct s'e poster
h la fenelie rested entre-
baille .111 voulait 1surveil-
Icr un retour offensif du
soldat peut-etre flanque du
captain, mais celait la
grande silhouette degingan-
dde d'Aurelia que ses yeux
suivaient dans le sentier... A

Au course de la matinee, de
soeuvre et captif, 1l.se livra
a une minitieuise ilspectioh
de toute la mason. La pro
pret et l 'ordre qui'y re-
gnai"nt 1'emerveillerent.
Mais ce qui l'etonna sur-
tout, ce fut le faCt que cet
te femme senbIilait habi-
ter scule. La chombre voisi
ne de celle dans laquelle
elle dormait etait manifes-
temeit inhabited. 11 evoqua
lal promiscuity das laquel- 1
le vivaient ordinairemi'int
les gens de leur condition.
Par la pensee, il revolt la
piece dans laquelle 11 lo-
gealt et qui pouvilt tout
just recevoir un lit etroit
et une petite chaise et qui
le separait d'un autre loca
taire par un etrange pan-
neau faith de morceaux de
i Depuis des mois il habitat
ce tludis, lui, Boss Lue Al
phonssin quij sav;lt si biolln
construire des Illilr. 'en
deplaisait au capilaine.

Boss Lue rce'.arda Ide nou
veau le toit. les imurs. le
mobllier hunmble Inais coi
plet. Cette Airlelia etait
done unp femme aisee? Ses
yeux brillbrent. II Croy:lt
aux heureux prosarCs. Ct,
en verite, n'en Ctait-c pas
tin, que justement, ce ma-
tin, alors qu'il en avait
marre d'itre devoenu n11 ma
con beso1neux. le(s cir1ons
dances 1'avaient conduit tam
bour ballot an dans la de-
meure d'Aurelia Filldor?...

SAMEDI PROCHAIN:

AURELIA FILIDOR


T
S







t
uI
11









i
n







a




.1
li


F-~C r~hWC 1II --- r III 1 la a I Its ~


SAMFDI 10 ET DIMANCHE 11 NOVEMBRE 1979


\,InmFarrcHr~~lanw rm m ~ ~ ~~ ar~- IY/~Nru~~iLCP~~k~~~a


L~---l;,-,,,,,,,,,,,_--_---------- ,---,__-__-~ -i ------~-------~ -'-`-~-L--------- -----------,--,------ ----'-------~------------'--'---'~~"-'-


PAGEI I


X,


Zf-


EE cNOUVELEISTEs




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs