Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10546
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 9, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10546
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text






LA COLERE POPULAIRE

MONTE

AUX ETATS- UNIS


WASHlINUTON 19 NOV.
(Al'P) -.
Mile re 'es appealss aui
iltli (III du ouleri nemrlnt. a-
IericaiinI. It colire populalt
re llmilllon e n1lx El.tlLS-U1ls
oi0 l'Ioil *lncolt lnal qllv la
plus lrlr 11 ialin d(lu 10on-
dti a.ssisit. inl)ulssantre. \
sn ii huililltion A. Trlle-
r.i ofi il6 i de sos diploma
1I.si silt retenus on otates
depui.s inaintenantirui s d'u-
nli selmalne
i'haque here qui passe
rinfourcc le Prceident anti-
iran.iiii et de plus en plus
noiibreux sont les ameri-
C'alln.i qui pronenrit Ie re-
cours a la force. t
A trauVs les Etats-tjnis,
que soit stir les campus
uniiversitaires, sur les chan
fliers of dans les docks, les
manifestations anti-khomei
ny se inultiplient. ParfoisO
elles se heurtent aux con
Sre-manifest alions organi-
secs par la communaute-
irani'nnie aux Etats-Unis
tormce surtout d'etudlants
dont certain, pris A par- ,
tie, n'ont du leur salut
quAi intervention de la
police.
Lo personnel d'entretlen
de l'acoport Kennedy a de
.a boycott jeudi tous les
vols de la compagnie
.Iran Air, ont du ftre dA-
1iournee au Canada Un syn
dicat de dockers a de son
cote annonce qu'il allait a
gir de mmeme et crsser le
chargement des navlres en
partance pour 'iran
Passant outre A l'inLer-
diction du Gouvernem nt
Federal, le maitre du Was
hington. M. Marion Barry
a aiitorlse iine manifesta-
tion d'deltdian s iranieln
vendredi. mais ils ne pour
ront dBfiler devant la Mai
son Blanche. Ici encore des
incidents sont a craindre et
l'on redoute dans les ml-
13:ux officials qu'ils ne .
servent d'etincelle et n'en-
trainent 1'irrenarable a Te
heran.
Dans les milieux gouver
nementa ox americains, on
estime que la-tactioue cles0
occupants de l'ambassade
americaine a Teheran est
de faire trainer les choses


pour. provoquer on retnver
segment du courant do l'ool
nion publique aux Etats -
Unis A l1'gard du Chah
d'iran et l'amener A exi-
ger la. remise de 1'ex-sou
v5uin l Honnil a l'Ayatol-
lahi Khomelny .
,Mais ils se mettent le
doigl dans loeill et ne corn
prenne pus la mentalltl de
notre petiple s'lls crotent
qu une tell tactique porte
ra ses fruits), declare-t-on
en haut liu. ( du Ciah n'est pas negocia
ble, alors que des ameri-
cains sont tenus en otage,,
commentent les milieux of
ficiels.
Toute action militaire 6-
tant non seulement impen
sable, mais egalement ir-
realiste, la Maison Blan-
che a envisage un certain
nombre d'options destinies
a montrer la fermetf du
President Carter.
Parmi, celles-ci figure en
bonne place 1'expulsion
des Atudiants iraniens in-
dfsirables. Ils sont quelque
60.000 aux Etats-Unis..
Dans le climate actuel
le gouvernement americain
n'aurait aucun mal a faire
voter d'urgence ia lfgisla
uion ncessaire par le con
gros pour entreprendre de
tells measures
Mats pour l'instant, dans
les plus hautes intaneis
gouvernementales, on aflT
me qu'il est encore diplo-
matique et ferme>>, comme l'a df-
clar6 jeudi le secr6taire
d'Etat Cyus Vance.


L'un dc no.i c(,nfrires de
la press spoltive nulls a,
nr rouive anu couris d unli
conversation dIan.- lin lCns S
L:atstion qlUm rli pt.i% que -
ques telmps atll11c 1notr iat
tllnion Pioiurfqui(i (c'el"ailln s
ai'llnces (I' pris'i i inl,.ru na-
I!onl1' qui d( 'rv;llt Je
nlm)nbleUix pay:, de la Curaii
1wr Ile filt pr,'sfnil' (U ja-
i .lisu ;i ll a lm ;tiix acl ivi -
tlIs sportives d'os pays oil
a.s.sociaions ir, ru'eionss de,
la Caraibe cournmr centre il
lii's, 1 UlllOn C aialbi de
Foot-Baill. ii ouil ant ces
p)ui.s-santss med!;i, nous de-
bitent a suuhislL (des entire
lilels parlois las,,(/z lour -
nis sur les ev nements
spoUtils ide 1 Europc et de
1'Amerique du Sud Et dire
encore ique de trcs souvent
les information. concern -
inant les conmrses suscities
n in teressen t pus forcement
los abonnos des pays de la
Caraibe. On attend parfois
cumme Soeur Anne les re-
sultats d'un meeting assoz
dtocsif ou d ane parties in-
X X


ternationale tres enlevee
au nveau des Antilles et
d autres pays du tiers mon
de alors que les moindres
details notamment sur la
vie privee dun athlete ou
d un dirigeant uropeens
sont relates par certain or
ganes de pesse internatio -
naux a chaque fois qu'on
en a ou qu'on n en a vrai
neiot besoin
Les pays en voie de de
veloppement, il nest pas
moins vrai; confi,ntent de
vorables x leu rayonne-
nombreux problems defa-
vorables a leur rayon-
nement a travers le sport
mais les efforts apprecia-
bles quils deplosent me-
ritent au moins d etre en
courages tout comme les
peilformances qu ils real
sent ne sauraienr, retrou -
ver leur justification dans
le silence.
Cette situation prejudi -
ciable ne contpromet-elle
pas aussi 1 evolution du
sport des pays pauvres ?
A CARE


EN BREF


CONGRESS CARAIBE
DE FOOT-BALL
Le 36. Cohgres de 1'U-
nion Caraibe de Football
s'es, ouvert aujlourd'hui a
Paranarubo i Surinam) a-
vec la participation de tous
les pays y affilies. II s ura
cloture domain soir A peu
pres 24 heures avant le
match inaugural de la sa-
rio finale du 2t. tournoi, se
nor des nations de, la Ca-
raibe.
Not re pays ser reprdsen
tA par Me GA rd Eveil-
lard qui occupe le role de
conseiller au Bureau Fedt6
ra.1.
xxx < x
HAITI FERA PART
DE SA POSITION
Dans une note premise h
la presse' le Bureau Fedo
ral d0 notre football a dt
fini clairement la position
qu'il adoptera au Cours du
Congress de 1'Union Carai-
be de Football.
Nous ne- voulons pas met
tre 1'accent pour le mo-
ment sur le caractdre revan
charf de la position des di
rigeants de'la FHF qui ont
pout ftre pnchd par excts
de e. mats de nrefer"nce
nous voulorns attiror tVat-
tenlion sur un pDoint discor
dante concernant l'organisa


tion des competitions de
cette confederation caraibe.
Le Bureau Federal qui, au
prealable n'avait pas con-
sultI le Conseil National
suggfre que le tournoi des
Nations de la Caraibe ait
lieu chaque 4 ans. Nous cro
yons plutot que sans vou
loir opter pour une compel
tuition annuelle, la proposi
tion n'a pas etd trop bien
approfondie et va tout a
fait A 1'encontre d'une ma
nifestation plus active des
pays de notre zone gfogra
phique.
xxsx x
TOM POUCE
NE PART PAS
La nouvelle du depart d6
finitif pour 1'etranger de
noire international Jean-
Claude Dfsir n'a pas ltA
qu'un board. On n'avait
voulu semble-t-il jouer un
mauvais tour aux suppor-
tprs de 1'Aile Noir quli
plouralent dtiA un si brus
nop depart de leur ancien
idle.
Tom Pouce lutl-mmpe a-
prns avoir pris cnnnaissan
ce de la note oublite rn-
comment nnr "ILp Nouvel-
l1.s su a' doclarnf A l1'n riq
nlres au'il ne cultivait
paS l'inlenfion de laisser
dtfinitivement le pays.


Le processes d alectlque a
toujours ete defini comnme
etant le plus stir moyen de
concilier les opposes, de de
passer les differences, d'ex
primer 1'Etre, de surmonter
les contradictions et d'impo
ser la preposit'ons speculate
ve qui est au fait une attri-
bution des nouvelles perspec
tives de la liberty. La saisie
du posit f dan' le negatif se
realise souvent par rapport
aux objets de la nature. Cet
te nature permit a l'hom-
me de prendre conscience
du vide, de rechercher les
etres, de s'aliener et de se
iiberer. Ces d6passements
auxquels parviennent les in
dividus 'prndisposent parfois
au transfer du coeur rnel
des hommes an coeur fictif
des dieux. De tout temps et
en tout lieu le mnme dchi-
rement s'eat opern. Bon
Dieu rite le roman d'Edriss


Par Ady Jean GARDY

St Amand doveloppe cer-'
tans Effets de dialectique A
travers ce phpnomene et
sans nier i'aterjte des oppo
sos essa'e oe realiser une
certain synthese philosophy
que des contradictions essen
tielles m'ses en presence.


Ecoliers
Ethiopiens a Cuba
BELGRADE; (AFP)
Le gouvernement d'Addis
Abeba enverra sous o peu A
Cuba douze cents jeunes 6-
th'opiens s une scolarit6 de plusieurs
anndess; rapport vendredl
t'Agence Yougoqslave Tanjug
c'tant 1'Agence fthiopienne
information dans une do-
pcbhe date d'Addis Abeba
Un group de douze cents
enfants athiopiens suit dojA
depuis 1978; une formation
a la Havane


VENDREDI 9 NOVEMBRE 79


Dans le roman on rencon
tre FUERBACH, la religion
est conuue come une ne-
cessite qui vouc A 1'imper-
sonnalite, qui enrichit Dieu,
appauvrit thomme en mesu
rant les forces de ce der-
nier. Objectivee en Dieu, la
reason humaine se rapport
A l"deal. EDRISS ST A-
MAND au delta des ideaux
qui se reflftent de l'Absolu
fait rire les masques du
Bon Dieu et des loas A Di-
guaron dans le Plateau Cen
tral; mats en pregnant la
p r e c au t i o n de ra
Mener les predicats div ns
A leur veritable signification
humane. De la situation
Dieu-maitre de tous les ha
bitants et Papa Legba-guide
principal des homes on
s'oriente vers la thdologie
protestante. Le roman de
St. Amanfl met en jeu cet-

(Voir suite page 7)


COLUMBUS MEMORIAL
LtSRA-y


Si LNo. 31262 '








S19 : L U NCIEN UOTID D MMBRE SOIATON NTERAMECAINE D PR
PONDS RN 1896 LB PLUS ANCIEN QUOTIDIf DWHAITI MEMBRE DR L'ASSOCIATION lNTERAMER1CAINE DX PRa


DIRECTEUR : LUCIEN MUNTAS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVETl


T616phone : 2-2114 Bolte Pts'le : 116
Rue du Centre NMr 21


IRAN- AMBASSADE L 'INITIATIVE DE "M. BANISADR


TEHERAN (AFP)
M. Abolhassan Banisadr,
Charge des Affaires Etran-
gfres iranienne', tentc de-
puis jeudi de sortir l'Iran
de impasse: II est alley A
Qom arracher A 'Imam Kho
meiny l'autorisation de ne-
gocier la liberation des quel
que soixante otages ameri-
cains detenus dans 1'Ambas
sade des Etats Unis.
Investi depuis jeudi ma-
tin des plus hautes fonc-
tions par le Conseil de la
Revolution qui lui a propo-
se trois ministers cle, don't
il n'a accept que celui des
Affaires Etrangeres, M. Ba-
nisadr avait pris il"nitiative
dfs jeudi soir de se rendre
A 'Ambassade americaine
avant d'aller voir 1'Ayatol-
lah Khomeiny, pour tenter
de le faire reven'r sur sa
decision de refuser toute ne
gociation.
Le guide de la revolution
est en effet la seule person
ne qui, de leur aveu meme,


puisse imposer ses vues a lA
poignfe d'etudiants Islam -
ques qui occupent l'Ambassa
de. Mats ceux-ci continuent
A exiger, avant toute ndgo-.,
elation, que I'ex- Chah soit
livre a I'Iran.
La determination de. ces
etudiants semble s'atre heur
ete par a'lleurs a 1'engag- .
ment pris par le Conseoi, de
la Revolution d'assurer la
protect on religieuse at f16ga
le)a laquelle A droit le
Charge d'Affaires amrel-
cain, M. Bruce Laingen.
M. Laingen est en effect,
selon les etudiants islami-
ques eux-Ame-, toujours
dans les locaux du Ministf-
re des Affairps Etrangeres
ofi il est considered -symboli
quement- come leur cota-
ge>.
Celui qui pourrait deve-
nir domain hommee poPti-
que numnero un de I'ran,
M. Banisadr, parait fitre le
nouvel espoir de 1Etat Ma-
jor de crise americain, a-


RAISON OU LIBERATE?

(MA RESPONSE A PIERRE CLITANDRE)
Par : Henri Robert STERLIN

A SON EXCELLENCE M. JEAN CLAUDE DUVALIER; PRESIDENT DE LA REPU-
BLIQUE; SYMBOL POLITI3UE D'UNE PHILOSOPHIES EN ACTION.
AUX DUVALIERISTES DE 1957; AUX SOLDATS VI VANTS ET MORTS DE LA
REVOLUTION; GARDENS DE LA RAISON HISTORIC QUE DU POUVOIR


La grave erncur scientific
que qui, dansa le domalne
des Sciences 'Hu:nianes, ap
pelle une critique du mi-


me ordre, est celle qui con
sister a confondre des pro
blames theoriques rele -
vant de domaines spares,
objectivement irreducti -
bles les uns aux aunres.
L'eclectisme a cet gard
cpnstitue un manqueMient
grave aux piricirnes :o urie
Science (n imnorte laqiel-
le) qui ne peut en 1 occu-
rence conserve sa valeur
de Science que pour au -
tant que le rapport MA-
thode/Objet rest invaria-
ble dans le champ d eLude
de la discipline considered
Ainsi de la Philosophie. cie
l'Histoire, de la Soclolosie,
de la Science Politiauoe
etc... etc...

On confond ou tend a
confondre maiheureuse -
ment souvent Eclectisme
et Interdisciplinarite Si se
premier cas est le fait
d'emprunts parfois injusti
ies s'inon inqualifiables
le second rel6ve plutot du
domain des apports a lI
evolution de telle ou tell
branch du savoir human

On saisit mnreux ce, nuan
ces quand on s apercoit 0ue
les epistemoloeues (horin-
mes verses dans 1 itucle
critique des Sciences). par
souci d'eviter les confu
sions facheuses, ont choi-
si d'appeler Sciences auxi-
liaires, les disciplines d ap
port Par cxemple, les
Sciences auxiliaires de 1 his
toire demeurent t la G6o
graphie, la Sociologie, la
diplomatique, la numisma-
tique, 1'archeologie, 1'eth-
nographie... etc... Elles
fournissent A 1 histoire des
materiaux utiles A son Ira
vail d interpretation de 1 6
evolution temporelle et spa


tiale de societies culturelle
ment et materiellement
difffrenciees. Cependant,
elles ne modifient pas 1 es
sence des concepts. Encore
moins se situent-elles hours
des couiants de pens6e tra
ditlonnellement connus par
modification tun sens et diy"
con'tenu des concepts eno
usage !

Le danger qu'entretlent
precisement &la vulgarisa-
tions et plus encore 1le
jouinaliste non specialist,
cest a 1 evidence celui de
1'eclectisme Parfois pous -
se par le demon de 11m
provisation, le journalist,
accule a 1 obligation de sor
tir coute que coute un pa
pier, se livre A des distor-
sions, des cor; resens, for-
ge meme des neologismes
et voila le lecteui non a
verti victim des mefaits
du mercantilisine. Ce n eit
pus pour rien que dans les
societies oa les Medias sont
rationnellemenL organises.
il y a ce qu'on appelle
alces roves specialisees)>.
Dans les journaux de
poids, il y a tou'ours des
specialists de tel ou tel
domain ou problem, aia
si recrutes a l'origine Au
journal Le Monde, un arti
cle de Science Politique
sera demand o Maurice
DUVERGER ou Alfred
GROSSER et non a Andie
FONTAINE

Ces mises au point ont
pour objet ici d'annoncer
une critique systematiaue
de 1'article eLa Raison
d Etat et la Raison de la
LibertdA public dans le
No 310 (27 Octobre-2 No-

(Voir suite page 41


mericain apres les retracta
tons successive de 1OLPa A
travers tous ses bureaux du
Proche-Orlent e t du refus
des etudiants islamiques de
laiser pfnetrer dans 1'Am-
bassade, en vue d'une nou-
velle tentative occidental
de negociations, 1'Ambassa-
d1r. de Turqu-e a Tehfran,
M. Turgt Tulumen, qui a-
vait toutefois regu 1'autori-
sation de rendre visit aux
otages par lesi autoritfs ira
,niennes.
'Sur le plan interieur, 1'an
cien Ministre de l'Interieur
de M. Mehdi Bazargan, M.
Hachem Sabbaghian a Ate
confirm, le mime jour que
M. Banisadr, dans ses ftone
tons et est spteialement
charge de mener A b'en
dans les plus brefs delais,.
le referendum constitution-
nel, confirmaint ainsi la vo
lonte de t'Imam de repren-
dre le process' constitU-
tionnel engage par le pl-
premier gouvernement provi
soire.
SX I X
IRAN AMBASSADE :
MANIFESTA rTeei DES
ETUDIANTS IRANIENS
WASHINGTON, (AFP)
Aux cris de Le Chah est
un assassins), *longue vie A.
Khomeinws, environ 400 6tu
diants iraniens ont com -
mencf a manifester vendre
di maLin en plein centre
\ Washington.
Arrives a quelques cen-
taines de metres de la Mal
son Blanche, les etu -
diants ont ete accueillis
par un group d americains
portant la banniere etoi -
lfe, scandant rKhomeiny
le nouvel Hitlers, nez chez vous cochons de
fasciatess
Piusleurs dizaines de po-
liciers, casques et armes de
matraques, ont aussitot
pris position entire les deux
groups nour eviter des af
frontements.
x x x x
Arrive peu avant mldi asi
Departement d'Etat; M. Car-
ter deva't s'entretenir avec
des families ds otages am&
ricains retenus dans l'encein
te de l'Ambassade des Etats
Unis a Tehfran.
Le chef de la Maison Blan
che; a precise un porte paro
le de M. Carter; tenait < leur exprimer personnelle-
ment ses proccupat'ons sur
la scuritf) d leurs parents
ou amis detenus maintenant
denuis six jours.
Cette rencontre de M. Car-
ter avec ces families devait
avoir lieu sans la presence
de la press.
x x x
IRAN AMBASSADE :
MOHAMMED ALI
PROPOSE SES SERVICES
NEW YORK, (AFP)
Le celebre boxer Moham
med Ali a propose ses ser
vices pou tenter de faire
lib6rer la soixantaine d a-
mficans retenus en otages
dgpuis si xjours a 1 Ambas
sade des tats Unis A TA-
hdran, ja-t-on appris Ven
dredi A New York
Le Departement d'Etat a
indiqu6 quil A6aiL au cou-
rant de la proposition du
boxeur, mais qu il s agis -
salt d une initiative pri -


vsee a laquelle le o over
nement americain n vait
associe en aucune fagon
dre a Tehdran meme si ce
la signifie pou moi d tre
retenu en Achauge de la li
beration de ces samrlcains.
Je suls un musulman Je
ne crois pas qu ils me fe -
ront du mal,, a declared
Mohamed Ali au Posts;
La proposition de Moham
med Ali a let accuelllie a
vec interft A 1 Ambassade
d Iran a Washington, oft
elle est actuellement k 16
tude, a declart. un Porte
Parole de 1 IAmnbassade.
X X X 0

IRAN AMBASSADE
CONTACTS DIRECTS
WASHINGTON OLP
(AFP) -
De plus en plus inquiets


des chances de survive de
leurs ressortissants retenus
en otages A Teheran; les
Etats Unis ont engage pour
ia premiere fois depuis trois
ans des contacts directs a-
vec 1'OLP, qui apparait main
tenant comme le dernier re
course centre une trag6die;
ont indiquu jeudi des sour
ces gouvernemsntales ame
ricaines.

Officiellement le porte-pa
role du Dfpartement d'Etat
M. Hodding Carter; est res
to vague sur la nature des
contacts engages a Istanbul
d&s mercredi soir par les
emissaires du president Car-
ter; MIA. Ramsey Clark et
William Miller.
II a simplement indiqud
que les deux envoys; qui
devaient initialement se ren

(Voir suite page 3)


LE PRESIDENT CARTER

DANS LA CRISE IRANIENNE


WASHINGTON IAFP)
La cris' .ran enne a dA-
sormais atteint un degree de
tension qu! met a rude 6preu
ve les qualit.s d lwomm? d'E
tat du president CaIter au
moment of1 ;1 dot se lancer
clans la lutte pour gagner
les elections de t'an prochain

L'cheec de tous les efforts
diplomatiques entrepris de-
puis le debut de la semaine
pour obten'r la liberation
d'une soixantaine d'amfri-
cains tenus en otages a TA
h6ran par les 6tudiants milli
tants de la revolution isla
m'qu de l'Ayatollab Kho-
melJy fait naitre aux Etats
Unis un sentiment croissant
de frustration et de coltre
don't il est difficile de pre-
voir les consequences
Des americains sont victim
mes du terrorism internal
tonal et detenus centre leur
volont6; et ma responsabili
te est de protege leurs viess
a declare le president jeudi
soir en annongant qu'il avait
decide d'annuler le voyage
offciel qu'il devait fire ven
oredi au Canada


Jusqu'ici, toutes les tour-
ces gouvernementales ont ex
clu le recours A la force-
une operation du type sEn
t'bbe)) par exemple- pour
tenter d'arracher les ressor
tissants amrlicains aux
mains des fanatiques de
1'ayatollaht
Mais malgr6 les appeals au
came reiteres plusieurs fois
par jour par les dirigeants
americains, les esprits popu
laires s'echauffent vite de-
vant le spectacle de l'impuis


sance du government De-
nums nuarante-hu t heures;
les manifestations anti-ira
niennes so sont multipliees
aux quatre coins du pays
nour reclamer que les Etats
Unis agissent d'une maniere
dec sive.
A la Maison Blanche; le
standard telephonique a ete
sature d'appels. don't la gran
de majority poussaient le
president Carter a utiliser la

(Voir suite page 6)


Bientot,
ses 20 ans


Le 13 Novembre prochain,
le Magasin aMme et Mellee>
fetera son 20eme anniver-
saire Au course de ces 20
annees eMme et Melleo n'a
cesse de gagner en rayonne
ment et de donner entire
satisfaction A sa nombreu-
se clientele.

Pour marquer cet fvene-
ment, <,Mme et Melle2,
tient a y associer ses clients
et a decide, a cet effet, d or


ganiser une vente special
qui durera du 13 au 15 No
vembre N oubliez pas coe
dates car il v aura d a -
gr6ables surprises
En attendant, nous padres
sons d'ores et deO.i tous
nos compliments A Mme
Marcelle Adamn; et a ses
collaborateurs, en formu-
lant des voeux de suces
et de rayonnement crois -
sant, pour le grand maga-
sin

NOS INTERVIEWS

DEPARTMENT DES SCIENCES DU

DEVELOPPEMENT (DSD) D'HAITI

EST-IL UNE ( LES PROFESSEURS AUBERT RADENORO, RAYMOND PRATS ET
JEAN JACQUES HONORAT REPONDENT A NOS QUESTIONS

par Webert LAHENS


Dans le cadre du collo-
que international sur le
DeveloppemenL Rural mar
quant l'ouveroure solennel
le du DSD, c.te nouvelle
section de la Faculte d'Eth
nologie rc>)nnue 'officielle
ment comrme faisant par-
Lie de n 're Universi.t, il
nous a "- ru opportun d'en
rencont r 1 s responsables,
les pref' sscurs Aubert Ra
denoro. Raymond Prats de
1'Ecole des Hautes Etudes
en Sciences Sociales (Pa-
ris), d1u Centre de la Re-
cherche rPeentifique (Fran
ce), eoe l'Institut des Hau
tes Etud-s de l'Amnrique
Latino (Universit t de la
Sorbonnc) Pt Directeurs des
Enscign-ients et des Re-
cherche es DSD et le pro
fesseur Tl ,~ Jacques Hono
rat, Dirc:' ,i de A'ITCA
(Inititut d," "echnologie et
d'Animation' et Secrstaire



Des portes
blindees des
Archives
Nationales en
bon etat, jetees
sur la chaussde
Smrait-ii vrai que des
portes qui eofimtrent jadis
tres chores aux Finances;
ont AA places sur la chaus
see nix abords des Archi-
ves Nationales ?
Nous sommcs certain
que le Directeur ou le Mi-
nistre responsible pour
peu qu'ils soi/nt au cou-
rant. s'empresseront de re-
mfdler A cet,6tat de chos-s
de nature A. causer de gra
v's nrejudices aux biens de
1'Etat.


General du DSD avec qui
nous avons fait un tour
d'horizon concernant le r6
le, la conception, le finan
cement et aussi les objec
tifs du DSD chez Nous.


... MCtlant 1'accent sur
le role du DSD, le profes
seur Radenoro et Prats nous
ont dit que celui-ci com-
porte un certain nombre
de sections; chacune, dans
une discipline diffdrente,


done une vision du deve
loppement. Cet ensemble
est couronne par la sec-
tion de synthese s'occupant
de seminaires comee ce-
lui sur le Developp'ment
Rural). C'est, en quelque
sorte, une plateforme d'e-
changes, de rencontres, de
dialogue, de confrontation
offerte a tous ceux qui, sur
le plan thnorique comme
sur le plan pratique, s'a-

(Voir suite page 3)


Coin du Jardinier

LES PIMENTS


Ils sont doux ou renr-
gese, legumes ou condiments
apprecies des amateurs de
sensations for es. Le piment
doux, vert ou rouge, relieve
le gout des legumes aqueux
comme le concombre, les
sauces d6 spaghettis ou le
hachis de viande Le pique
met agreablement le feu A
la sauce Ti Malice indispen
sable au grillot-cochon, aux
crevettes en b.,isson ou aux
Tassos divers.
Le piment doux, Capsi-
cum annuum, de la family
le des Solandes est encore
appeal poivror,. Le pique,
Capsicum frutesoens, offre
come le piment douxdts
var'ntfs tdiverses de forme,
de taille, de saveur plus ou
moms brfilante. Ces derni&-
res varintIs vont du piment
zoiseau au piment boue et
au Chili pepper et prennent
en gg6nral le nom de chil-
ll es.
Les pir ithts sonit original
res de l'Amdrique tropical.


A l"etat savage on ne les
retrouve dans aucune au-
tre parties du monde. Plan-
tes vivaces de regions chau
des, ils apprecient cepen-
dant les saisons fraiches
.mais sans humidity l'epo
*que de la maturation des
fruits. Ils sont moins exi-
geants, du po'nt de vue en
soleillement, que les torria-
tes, leurs cousins germal-
nes.

Le piment se seme en pA
pinifre et repique en plate-
bande. Selon eas varieties, et
leur dfveloppement plus nu
moins grand, les distances
de plantation en pleine ter
tre ardent de 60 a 70 cm.
Un bonne glaise de jar-
din. )Du fum!et- compltte-
ment O.compoau. Une fumu
re aux nitrates ou de Fen-
grais complete NPK 8-7-5.
Quatre ou cinq binages au
course de la croissance, Wn

(Voit suite' page 8)


Les Sports

LA LOI DES PARENTS PAUVRES ?

La Presse Internationale

et le Sport tiers mondiste


BON DIEU RIT:

EFFECTS DE DIALECTIQUE


L~__...,,,...~.... ~ ~ -~--~,--~.-~- ~__L_- ----~. .-il_-~U~hl^r~r-Y-.... . . . . . .CI~YEJtB


Coufreuce a
de resse. ,
conference
declarations

L'actualite natlonale, cet
te semaine, est domlnde d'i
ne part par la sr6unlon de
solidarity des Ministres de
1'Industrie en vue de coop6
rer au ddveloppement d'Hat
tket d'autre part par 19
colloque International sut
le developpement rura,;
deux reunions qui, s'lns rent
dans le context des prido
cupations actuelles pour le
progress fconomique et so-
cial de notre pays. Ces
deux reunions auront sans
nul doute leur Impact sur
la necessa're concertatidn
g6ndrale des secteurs public.
et prive pour un engagement
rfsolu dans l'entreprise de
developpement.

Un boutiaonnement -d'-
dees, une veritable fermen
station s'observent dans ces
domaines de 1'organisation
de la citA et des moyess
de contribuer efficacement
et mfthodiquementt a 1'es
sor economique et social.
Bouillonnement et fermen
station qui se maniftes -
tent egalement sur un plan
plus general eV qui, cette
semaine, se concrftisent
par les prises de position
et declarations formulas ..
par M. Grdgoire Eugene,
lors de sa confernee de
press d'hier apres-midi,
'par la conference que don
ne ce soir Me. Gfrard Gour
gue. et par plusieurs dctla
rations et opinions expri-
mdes au sujet de la rfcen
te lot sur la Presse.





PIIF --* .VENDREDI 9 NOVEMBRE 79


9 NOVEMBtRE 1949 9 NOVEMBRE 1979

P'tr Madanmel Andri e Momplals r Pierre


I ll I Nio m br,' 1p -19,
i mtt' I t .lls. ; a I l i'r i 's


d I l hc alo'i
t i t' lI. m 'li r tl' n
I, it' I' II' I


l enl ho it Sts
,I,' 11. t i i, I l t [ ItIvr


,'ii, 'iltl t'Vl'i{' ci I rnivalill 'il
i. 'i l'l i 'e t' itirc pa'r le
*I mps
Sri e tcI sa is .nomlbre'
-,! n !, ;[' nf pouvait avos r
S ,ll ni es y lux
'tllra l d .tii. i l i' c:r.i' ''r
i] |;nIg '. h m l 'ft;'/s decild,"
v itcr im t vie':

', troI s ann1i's dsl'i

i s't (n I' Ti'o?' Norm'ile
OI's ei C'lei ( bi)'asaali'nt
Iu 's IS .es c 'c .' ik'I :t o i
]pCd o!l(h


.l'l. iii muillt.lphI.s mitlilodeii
.oI i vls i eul .Joi r 14r
I t'0l U vV0' 11n0 lot04re-
i rtll i'u-s,'minl S

A appli(tl Ir -Is lectuns
(Q il ml'etleivnl elnslsa nces
PI:r ilrts irol isseuras
Compolet]lts el ,SouLIuxX
it' I 'ur i Iche,

C11 Ille R p)T-O
,l ole uorace Etheart
l,'Ecole la plus defavoris6e
de, 1'epoque
Place sur la coll'is
De Saint Antoine,

Horace Etheart, oubli6e
Roec ait des enfants
De Trou-Sable
lie Nazon non encore
Defriche
T'e Ravine-Pintade
Lory, il'n'y ava:t
Plr sque pas de voiture., et
A. vous y ronduire
1,:i buille Calea;re et crave.se
De ]a Ruele non encore


I-iAYTIAN AMERICAN SUGAR

COMPANY S. Ao

S 'aUCTIF, MI RAFFINE tPOPitLAIRJI.
PORT AU PRINCE. HB'ITI

USLNE IHASCO
SOCIETE ANONYME HAITIENNE

(Planiters et Fablicants


Aplaple
N'offralt que d'lnLermlpaubles
Impasses.
11 falla't prendro un autobus
qui vous d6posait.
Au coin de Lalue
El gnravr la Ruelle Chrttlen
Ce Jour-lA, voulant
Cofite que couflt
Mr presenter
Malrgr6 1'heurc
Jo demandala un chauffeur
Do m'y condluire
En prix, 11 fit
Mille exigences
Et j'y arrival f 10 hecurs
La Directrice de l'6poque
Madame Fritz B'nchereau
Me r.qut avec sympathie
El me presenter
A mes collegues
Christine St. Victor,
Ilix Vaval Lafontant
Jerome Gabriel
Les unes aussi a'mables
que les autres

Et j'eus tout de suite
Ma classes, a travailler
L'Ecole manqua't..!
De professeurs.!
Les 1av es tros sympa
Me faisaient d6jf
D'Agrdables minis
Je regardais tout
Avec attention
Car ma decision
Etait, plus que jamais
De sarvir mon pays
Et de I, b ien servir
J voyais de temps A autre,
D'rectrice de l'Ecole
Clu?r un peu de mon cot6
Pour chapter le travail
Et l'attitude des eleves
Et aussi pour se rendre


Mi ne Joseph V.LACOMBL !



Lincoln Plaza Delmas


F PHONE 6-2369




LA VIE EN ROSE


Vous propose:


SpOUR VOUS MESDAMES
LA FINE LINGERIE FRANCAISE ET AMERICAINE
LES TISSUS FRANCAIS ET SUISSES
LES MAILLOTS DE BAIN ET ROBES DF PLAGE
SACS A MAIN CEINTURES BIJOUTERIE FANTAISIE
PUPILS BLOUSES FIEURS FOULARDS BAS
ORNAMENTS POUTR CHEVEUX ETC...
ET TOUT POUR LA DANSE

POUR VOS ENFANTS
PULLS SHORTS ET CHAUSSETTES
MATILOTS DE BAINS ET LINGERIE FILLETTES

UNE VISTE S'IMPOSE

A LA VIE EN ROSF

OU V3US ATTEND UN ACCUEIL CHALEUREUX

OUVERT: 9.30 a.m. a 7h.p.m.


TOUS LES JOURS


AUTOUR


DE LA CO]


BJen rcoipte du S Josu4
De la valeur qu'on lCde
epvoyait prqmi Corsd.


SBfre de mol,
Je m'IPposa5s,
EL failsa.s aseUr,
que J'6tals dans m

Et sans rien me dir
Elle paraissa t
Des le premier joi


nsS
elements
re,

ur


Satlisfaita
Mals avant une crainte
Que je ne restasse,
A cause des dllficultls
De route, d'occasilon..
Fa re ceci, deux lois
Par jour
C'6tait rude
Car apres le renvoi
De onze heuras
II fallait revenir
A deux heures,
Je m'6tais trouv6es
Partagde entire
Deux sentiments
Les enfants! ysux
Grand ouverts,
Me donnalent leur espoir
Tableau de vie

Abandon, denusment
Me touchaient profond6ment
De 1'autre, mon d6sir
De tout connaitre
Du milieu haitien,
D' multiplier les contacts,
D'experimenter
Les centres scolaires,
De m ilter dans touts
les classes,
Pour toucher toutes les
plaies
Tous les bhsoins
Et apporter ma pierre
Au developpement,
J'dtais long e constamment
Dans tout's ces reflexions,
A qui me demandait,
Si j'aima's 1'cole,
Je repondais:
C'est man premier champ
D'experimentation,
C'la ne fai t que
commencer,
Car je dois tout voir..
Et depu's ces trente ans,
J'ai vu, et tant vu;
De I'Ense'gnement
A l'Administration
Car apres I'Ecole Normale
Je visitL tous les Centres
On'i Ion pouvait meubler
L'csprit et sortir
Avec de nouveaux diplomes;
J'at tant vu; dis-j2;
De I'Administration
A I'Enseignement
J'y ai bien faith carre!re
'aI tant vu de places
A panser
De Jeunes a sauver;
De pass2relles
A tendre,
EL, je pense
Apr&e ces trente ans
qu la t Ihe commence
Doit se parachever
La Jeunesse
De mon beau pays
A bien besoin de nous
Trents ans de luttes
De devouement!
que ncs 30 ans
Soient bdnis
Et que d'autres ann6es
Viennent encore
L's encadrer
Dans 1'accomplissement
Du Devoir,
L'oubli de soi,
Et la religion
Mystique et profonde
Do toujours bien servir
Pour une Haiti plus belle
Plus instru'te et plus
prosper'


Dr. Josul Rornain; Secr6tul
TaO ExdcutlI de 1 Q.M4P.H.
n WtI invited h pprtlolpsr du
2P au 28 Octobre dernies au
ler. Congress International
des Mtdecins. Des Organisa
t:ons et das Hopltaux d'orl
g ne rellgieuse a Rome; eut
a prononcsr une conference
,ur le theme. Soins de San-
t6 Primaires; d'aileurs 1un
des prinrcipaux themes du
36me. CongrIs de la CMCH
organism en septembre ber-
iner.

Docteur Romain; apros a-
voir montre que les notions
Soins Locaux; Soins de base
ne cadraient pas avec les.
reatlits socio-4conomiques
et culturelles de certain
pays en voe de ddveloppe-
ment et particulierement A
iotre pays; a dit qua ceux-
ci ont des besoms beaucoup
plus pressants et quo les
Sons de Santd Primaires
rdpondra'ent mleux aux rea
lits de ce pays si beur sys--
teme de SantI subissait roel
1'ment une transformation
radical et non un smuole
replatrage car ala medecine


URp CIRIP;tllNR? 4itci'e ooleus
i Moscow


V W. I?'\ V. Par Michel PERLMAN
ERE E PARIS (AFP)
R Une nouvele fots le ton
n" a 81 est mont6 ces Iqura-cj, entire
s M4 tins I R6me la Chiln' et l'URSS qul se
.S ..n.s a 4 me son accuses mutuellement
vec le goqyernewnent halt'an sd'h6g6e ordsme> et ed'ex-
par IL terxnedlaure d Min s pansonnismes alors que i's
tre daI In Santk et du Minis pourparlers slno-soviL6tlques
there des Affaires Sqcales; sur Ia normalisation des rap
s'cst r6v6l6e un auxilliaire ports d'Etiat g Etat semblent
precisux pour I'Etat haitien. marquer le pas. ia Moscou
Toutefols; bt pour fin'r; En s:ffct, qprbs cnq ren
il a reconnu que lameliora contres prdlimlnaires et tro's
taon de la quality de la vie s6ances pl6nidres, aucun 616
nar les soins d- Sant, Pri- mpnt nouveau n'a paru se
omares nest pas uaue chose d6gager de ce dialogue enta
pxtrzmeMrtent face sans une m6 formellement le 17 orto
eoop6ration intelligence et bre dernier dans la Capitals
non une cooperation d5 do- sov' 6tque Ces negotiations
minatlon avec certain pays avaient 6te proposes le
cits developp6s. svril d? cette ann6e par laI
\ Chine, en -mIme temps
Nous devons reconnaitre qu'elle informait Moscou de
pue Ia question dle Soins de son intention d'abrogsr le
Sane Primaires est tres prloc strat6a d'am'ti6, d'alliance
cupante pour un pays coXame et d'entraide> avec 1'URSS;
le notre si l'on entand vrai signo le 14 1950 pour une du-
ment democratiser la salte re? de trente ans et qui
qui reste; pour tous; le pra expires Ian procha n
rmior des Biens.


REDUCTION DES
L'OTAN PREPARE
RESPONSE A M. BR]

BRUXELLES (OTAN


ao1t s'exerc'r au service doa 1'OTAN met aotuellement
malades; des homines: des au point sun ensemble de
femmes et drs enfants et propositions, pour repondre
non au service du mldecin: a 1'offre du president Brej
uniquement pour sa survia nev; le 6 octobre a B'rlin-
economique>. Est de retire d'Eui'ope 20..
000 homes et mills chars;
Tout en mettant amnsa en et de part ciper a des n6go
cause notre conception de la "g nations sur les arms ato
Santo L tendance individual iques en Europe; appren-
liste tries pouss6e; il a r econ on jeudi soir dans les mi-
nu qu'il y a une ?mbryon lieux Atlant'ques compe-
de system de secur'td so- tents.
dciale h 1'6chelle Itroite oh


1'Etat prnd tout a sa char-
ge.

C'est d'ailleurs sur ce point
qu'il faudra't multiplier les
actions afin d'arr ver aux
soeux formulas par 1'OMS
la Sante pour tous en V'an
2000.

Par ailleurs: il faut; d'a
pres lui; malgre les limIsa
tons des moyena et po.isibi
lit6s chez nous; arriver fa
une bonnr coordination et
planification dans le secteur
medico-sanitasre; tant au
nliv,au du go.uvernpemnt
qu'au n veau du secteur pri
v l(oeuvres philanthropi-
qus). A ce compete: devait-
I1 souligner; la CMCM qui
t~availles n collaboration a-




Pharmacies
assurant le
service O cette nuit
VENDREDI 9 NCVEMBRE

CASTERA
B JJ Dessalin-s

ZEMBLA
Rue Lamarre

DES DALLES
Av' Fouchard
.. xx x

PETION VILLE

VENDREDI 9 NOVEMBRE


8 November 1979
Madame Andrde Mompla'sir PETION VILLE
PIERRE Rue Flambert


Ces propositions; qui ont
ete examines lors du Con
s-il des Amnbassadeurs des
Pays de 1'OTAN ce jeudi;
devrai nit etre rendus publi-
quos peu avant la session
m'nist6rielle de 1'OTAN en
decembre; qui dolt decider
d' la modern'sation de l'ar
senal nucleaire tactique de
1 all ance en Europe.
Le retra t rie mille totes
atomiques ameica'nes du
theatre europeen si l'allian
ce adopted; comme general
rn-nt cscompte; un plan
de modernisat'on de ses for
ces 4tomiques en Europe
comprenant 572 nouv2lles
fusees (138 perhing 2 de
1 833 km de port6e et 464
missiles cruise de 2.433 km
dr portee.
-De nouvclles propositions
doestinees relanicer les nago
c'ations MBFR de Vimnne sur
]a reduction des forces en
Europe Centrale. Ces nou-
vell's propositions, a l'initia
tive du gouvernement ouest
ollemand du r'trait de quelque dix
mille soldats america'ns et
de 30 000 soldats sovietiques
planss tine premiere phases.
11 s'agir; It d'un < pas, qui perm ttrait de sor
tir les negotiations de l'im
pas"e of Ot les se trouvent
di puis 1973.

Enf n. ds propositions
portent surun ensemble de
measures s de ( untroleo dans
le cadr? dtes MBFR.
CES PROPOSITIONS POR
TENT ESSENTIELLLMENT
SUR 3 POINTS


W. L. Pekin avait pourtant ma
n'fcste d'emblee, le 23 soep-
tembre d'rnser; a la veille
des n6vociations de Moscout
FORCES son < E UNE 1nir t sun rdsultat positif
EJNEV Les Sov:tiqu's, ava'ent a-
}tondo dans le mome sens.
N) en rappelant toutefois qu'ils
condamnaient svil'our tuse-


meant l'id6oloite etla pol ti
que haglmon'ste et de gran


di pitsapncpe du m'aosmee
Puls, le premier ministre'
chlnols;. .M Hua Ouoteni:
lQrs. do soi recq4t s4sJQir, a
Londres, a compare 1'URSS
sans la nommer' a 'Allama
gne Nazce


A la vorlt6 le diff6rend
idrolog!que dati du" 20Orame
congress ,du PC de l'URSS.
(19E;); celui de la nisations qui allalt conduire
a la ddter orat on des rap-
port inter-etatiques que les
interessas drclarent aujour'-
d hui souhait3r normaliser
De toute evidence; ls th6
ses dlveloopees par Nikita
Khrouchtchey; alors h la tI
t? du PC Sov 6tique; ont 6t6
tres mal accueillies par les
chinqis Qu'il s'agisse de la
coex stence pacifique (initia
liv2 de rapprochement avec
les Etats Unis) et des mo-
Syens de passage au socialist
me; abordes dans son dis-
cours public; ou encore .des
v'olentes accusations a l'a-
dresse de Staline que corn
prna't son '.rapport secret>
Ces differences d'aporecia-
tion qui se sont manifesttes
et amnl.'f-es sur le plan i-
deologique d? 1956 L 1961
entire lbs deux parties n'ont
cependant offc'el!pomnt 6t6
revelers nar les chinois qu'en
juin 1963 par leur celebra
<,ettre en 25 points, padres
s(e ao Cnmite Central du
PC Sovietique


MESSIEURS |

AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTE7EZ LA FATES LA

PLANIF1CAT7ON FAMIHIAtF I.





VISITEZ NEW YORK, SAN

FRANCISCO, MEXICO.

S GUATEMALA, MIAMI

S p artir de


S $299 plus taxe-


Renseignez-vous sur ce tariF

A KILOMETRAGE ILLIAITE, A


Southerland- Tours,

ou vous vous procurerez aussi

vos cheaues de voyages

EXPRESS.





i :~---


30 AVENUE MARIE-JEANNE
TEL. : 2-1600
L'AGENCE QUI NE PERD JAMAIS
DE VUE L'INTERET DE SES CLIENTS

--


iUne Vague


de


Fr acheuCF


',,til/


,~qi t4,,pt~fit


, "


4-'


.... t# nt -


% I/'~-l2,'urJ~r'ruz_,


- ----------- -------~-- ----r ------- -------------- -rr~-.-- -- -- - lr -- --j- -. kL---- - .





VENDREDI 9 NOVEMBRE 79


VOTREHOROSCOPELE DEPARTMENT DES SCIENCES DU DEVELOPPEMENT D 'IAITI
SAMEDI 10 NOV, 1979


21 MARS AU 19 AVRIE
(BELIER)

I .nilln luit sin ere r vo elin'ra
tlnr lei l 'liii i aussi long-
lllUp. (|Iue volis ii' Vouls sill
Inlleirrez pm!,. L1n solcd de
I.mIe erill irtclelr cr qi
]prorirl ) i i-rr line, belle 1 p(


20 AVRIL AUl -v I,.-
(TAUIREAU)
Priijel, flllllllauix appor-
lail di'.s salisflas cllons quioi-
qti n inll ant soit, -4rouble
il mnaladie. F';iltes le rnaxi-
mum pour rendre hcureux
toils ccux qui sont concer-
nlis.

21 MAl Pit, Zi JUIN
(C-EMEAUit.

La clef est I 'pargne. Fai
re coninaitre a autrui ce
qiiue vous sentez el pensez
cst le meilleur moyen d'as-
Surer 1 inlnmitIc. Ne soyez
pas louitain.

21 JUIN AU Vt .iUILLET
(CANCER)

Si vous espcre7 un revenue
supply menta lre, consacrez
vos loisirs a, en decouvrir le
moyen. Rien ne soit contra-
rier votre efficacite dans le
travail.

23 JUILLET AD SZ ABOUT
(LION )

Vous faites une :mpres-
sion favorable sur autrui.
Montrez votre charge et e-
changez des irdfes. Evitez la
pompe et une attitude suffi
sante.

23 AOUT AU 22 SEPT
(VIERGE)

L'intimite favor.se le
coeur. Vous trouverez le mo
yen de rendre votre foyer
plus sympathique. Observez



IRAN-AMBASSADE: REAC
TION DE M. HENRY
KISSINGER
NEW YORK (AFP)
I1 faut garder (son sang
froids> dans l'affaire des ota
ges americains de Teheran
et oui ont Ia responsabilitlv.
des affairs du pays; a de-
clare jeudi a New York Fan
cion secretaire amrericain;
M. Henry Kissinger
MQu-and tout seru termine;
a-i-il ajoute; alors nous de
vrons tacher de decouvrir
ce quin peut fare croire aux
irr_ i ,rI cmrangers qui'ils
peuvent trailer les Etats U-
nis de certe maniere a ajou
Ic M Kissinger.


atlienl.velmenet. Ce qui sera
aicqals miitrltenrlntrn vous ser
vlri plus laurd

23 8EPT. AU 22 OCT.
S IY' .ANCE)

Augreabltis vis'tes locales a
' v'e des ails. Au milieu du
bavardcag et cli pllsir, refle
clissez neranaroins. Sachez
vole. concentrer

23 OCTOBRE Afl 21 NOV,
(SCORPION)
Charme el. personnalite
sont des lcmoants en affai-
res. Que l'att.tude negative
d'un ami ne porte pas tort
a votre enthousiasme!

22 NOV. AU Zl DEICEMBRE
(SAGITAIRE)
Une affaire ou une possi
bilite sentimental eloignee
sc present d'elle-meme. A-
yez .1'esprit orlvert et ecou-
}ez. Ne vous decouragez pas
trop facilement.

22 DEC. AU 19 jAANVIER
(CAPRICORNE
Per'ode oil le silence est
plus eloquent que les roots.
Cornnissez vo s pensees inte
rieures mais ne les expri-
mez qu'au moment oppor-
tun.

20' JANVIEI AU 18 FEL?.
(VERSEAU)

Une occasion social trs
hospitalire va vers une a-s
fair de coeur. Apprec ez la
compagnie d'amis, d'etres
chers et de connaissances.

19 FEVRIERt AU 20 MARS
(POISSON)
Symapthisez avec autrui
mais ne soyez pas trop
prompt a deceler ses limi-
tes surtout s'i! nest pas
pret actuellement a les cor
riger.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI
Vous etes plus attire par
les professions liberals que
par les affaire,. Le droit, la
medicine, le service public,
la religion, I. psychology e,
l'enseignemerr o la recher
che scienitificqe sosit quel-
ques uns des champs d'ac-
tion oh vos bellesI qualities
intellectuelles pourraient se
montrer. Souvent vous choir
sissez un cadre artistique
pour exprimer votre indivi-
dualisme. Le musique, la
scene, la peintlire et la I't
terature vous apporteraient
beaucoup de joies. Votre
plus grand success vient
quand vous fa.tes preuve de
modestie et quiand vous ne
vous prenez pas trop au se
rseux.


AUTOROUTE DE DELMAS TEL: ,0-2180

TOUTE LA MUSIQUE HAITIENNE
TOUS LES SUCCESS LATINS
TOUS LES HITS AMERICAINS (DISCO-JAZZ

SUR DISQUES
OU ENREGISTRES POUR VOUS
SUR MINI-CASSETTE
SUR CARTOUCHE & TRACK
SUR BOBINE MAGNETIQUE
PAR UNE EQUIPE DE SPECIALISTS
EFFICACE GARANTI PAR UNE
HAUTE TECHNICITE
LUNDI A VENDREDI 11 : A.M. 5 : P.M.

S | ~~ZCo.~


IRAN- AMJ


(Svite de la lere page)

dre L Teh6ran pour negocier
avec le Conseil de la revolu
t:on, avaient reeu blanched > pour entreprendre
touted initiative qu'ils juge
raient nicessaire pour sau
ver les otages..
On croit savor que depuis
leur arrive h Istanbul, les
deux emissaires americairns
ont eu plusieurs entreti'ns
avec des reprdsentants lo-
caux de 1'OLP.
On a par ailleurs appris
a Washington que les deux
principaux lieutenants de
M. Arafat; MM. Abou Iyatl
ct Abou Walled; itaient arri
ves a Teheran pour y enga
vor leur m ssion de bons of-
f ces



IRAN-AMBASSADE :
APPEL D'UN DIPLOMATE
IRANIEN DANS LE
GOLF CENTRE LES
INTERESTS AMERICAINS

Koweit (AF'P)
L'Ambassad,' ur dIran a
a Koweit, M. Ali Chains Ar
dekan a lainc un appel A
la population ou golfe 1'invi
tant a rapperpr les intLrets
americains, drns CEtte re-
gron petrolier,, dans une'
interview publ be vendredi
par le Journal koweiticnuAl
Watant,.
Slcon le diplomate ira-
nicn, od'occupation de i'Am
bassade amer'cainc a Tehae-
ran nest qug' ne phase de
la lulte des ''anien.s conIre
1'imperialnirne america n, ex
ploiteur de nos richear'ses na
t onales et allied de 1ernncmi
s on'stei , on-t semi le vent, ils rocol
teni la tempote)>, a-t-il a-
joutr .
M. Ardeckani a affirmci
qui ',seuls les responsables
iraniens gravitan' dans l'or


sur les fours PHILIPS





partir


de




$7 001asSh

20 et 30 pouces de larger

*pourvu de pilote

*d'une solidity toute 6preuve

CURACAO TRADING Rue Pavyee et Delmas


(DSD)
r.q nl ..... f- ',..|


donnent aux recherches ap
pliqudes intdressant les
questions dc Developpe-
men t.
Toul, celn est envlsag6
dans une perspective plurl
diselplinaire en falsant res
sortir la compldmenLarilte
des disciplines el non suir
Ieur opposition car le dn-
veloppemcil apprchende
tout l'hommne.
... Comme il existed beau
coiup de DSD A truvers le
monde, nous leur avons a-
lors demand la conception
du DSD haitlen.
Ils noUis ont fall savoir
qu'ils veulent un DSD bran
ch6 h l'<6coute de la baser
et axe sur la participation
du monde paysan, comme
dans le cadre du sdminaire
sur le Developpement Ru
ral, de celle des paysans
de Madian-Salagnac (Ja-
din Compe'm).

Cette initiative, devaient-
ils ajouter, nous a d'ail-
leurs appris deux choses de
grande importance : lo)
C'est que les Sciences dites
exactes ne peuvent vrai-
ment changer ouelque cho
se dans le system de pro
duction sans transiter par
le canal des Sciences Hu-
maines, d'ofi l'importance
de la pluri.disciplinaritt.
2o) C'est que les Sciences
Humaines ne peuvent a
leur tour emettre un mes
sage, facteur de progress
sans avoir 6t6 an preala-
ble a 1'ecole de la base.
Sans 6tudes de mrntalite,
de comnortement. de tout
ce oui faith la vie icntmrieure,
ces Sciences sont condam-
nees A 1'inefficacite.
... Alors nous avons de-
mando h ces trois des res
ponsables du DSD en attend
dant de rencontrer le Do-
ven Dr J B. Ponimain liii-
mnme. si le DSD peut-eire
considdri come unp le> du Developpement.
Tls nous ont fi oenmr
prendre que le DSD dispen


IRAN AMBASSADE :
L'EX-CHAH NE
QUITTER/ PAS LES
ETATS-UNIS
WASHINGTON, (AFP)
Le Gouvernernent ambri-
cain ne demandra pas a
1 ex-Chah d'Iran de quitter
les Etats-Unis l ait que son
personnel Diplomatique a
Teheran sera 'etenu en ota
ge, a declared Veniredi a
Washinglon un proche con
seiller du President Car
ter.
Cette precision intervient
apres la pioposilion du Pre
sident Sadate d accueillir
en Egypta 1 l cien souve-
rain iranien hcspitalise de
puis le 22 Oclrcbre a New-
York.
Cette pcrsonnalite, qui a
requ,,l. 1 anonymnat. a egile
ment reaffirm" qu il n e -
tail pas possible oce refu '
daccuerillir aiu moins tem-
porailrement Ic l..'.h alx
Etats-Unis du tait de son
etat de ante Une response
positive s imposint, power
des consideratucns human
tires, a indique cette sour
ce.
X X X x
IRAN-AMBASSXADE: AN-
DREW YOUNG CONTACT
WASHINGTON (AFP)
M. Andrew Young; ancien
Ambassadeur des Etats Unis
aupres des Nations Unies; a
cntrepris des contacts dis-
crets aupres disa pays du
T ers Monde pour fire pras
sion sur I'Ayatollah Khomnei
ny afin qu'il libere les ota
gcs a Teheran; apprend-on
d- tres bonne source vendre
di a Washington.
C'est Ic president Carter
qui aura't fait apell a M.
Young pour tenter d'obtenir
rqu certain pays du Tiers
Monde proches de la rdvolu
tion islamique iranienne in-
fercident auprs d" I'Ava
tol!ah Khomeiny; precise-t-
on de mpme source.
D'auire part; M. Andrew
Ynung; a est'me; dans une
interview publiee vendredi
par l nuotidien de Floridp
en Iran de la fortune empor
16? par l'ex Chah pourrait
re'-oudre la crise de loccupa
tinn de l'Ambassade Amerr
coinre Tihdran. <,lp problI
me n- va nas i.tre la vie III
Cbnh: mais sa fortune<.; a-t
il dit.
L'aneien ambassador a
ecplr1iu que les adversaries
dp l'ancen Souverain sont
pnrsuadps qu'il a eminen6 5
r R millions de dollars lors
nl'il est part en exil en
fevrier dernier. aJe pense
ql'ls vomn voulo'r que nous
nous encagsioins a ouvrir des
negotiations avec le Chah a
ce sujets.


UN NOUVEAU STANDARD



DANS LE CONFORT


TOYOTACORONA


RAGAGES. DES IFAUTEUILS REDESSINES, DE NOU
VELLES SUSPENSIONS, UNE MEILLEURLE PROTECT
TION CONTRE LA POUSSIE'.E ET LA ROUILLE,
UNE CONDUITE PLUS SILENCIEUSE ET UN NOU
VEAU MOTEUR REPRESEN'IENT QUELQUES UNES
DES NOMBREUSES INNOVATIONS DE LA NOU-
VELLE CORONA.


LES NOUVEAUX PROPRIETAIRES DES CORONA
ADORENT LEURS VOITURES. ILS DISENT QU'EL
LES LEUR VONT COMME UN GANT PARCE QUE
CE MODELE A ETE SPECIALEMENT CONCU POUR
LE PLUS GRAND CONFORT.
LA NOUVELLE CORONA A PLUS D'ESPACE INTE-
RIEUR, ET POUR LES PASSAGERS ET POUR LES


Essayez la CORONA aujourcthui -



HINOTO. S. A./Rue Pavee Tel.: 2-0658
- w


- --- ---- -----


~r'rJSr~3curh-~-~, ,, ~vr/~n~-r~-rr~~-rr~r~uur~*n


I I I I I I -- I . I 1. I' .- . . - . I -- - -- -- --.,L m2- -- I


-------------T CIL I(Li--- =~~J~r-/-Cb;-;


I T


se un enseignement post-
universitaire, mals qu'A co-
It de llcencids des facul-
tIs, le DSD so propose de
recevoir (sur presentation
de dossier et re6frences)
ceux qul ont ddjh fall 1curs
preuves de prai.clens hornn
ines de terrain) ou de ges
tlonnaires du d6veloppe-
ment.

Pour chapter cette ouver-
Lure, ont-ils souligne a no
tre attention, 11 faudra se
drpartir des considerations
purement classiques et gt-
neralement admises en ma
tire de developpement.
Sans pr6tendre faire cole,
nous pensions que la con-
frontation de la thdorie et
rid r fnip n in r


pour le logement), du FAC
(Wonds d'Aide et de Coope
ration) quil est frangals. El
les peuvent venir du CEE
(en Europe). Le Mi-nist6re
des Affaires Etrangeres
pour la Coop6ration four-
nit un appul de 2 profes-
seurs francais quI onL d'ail
leurs contribute &S mettre
sur ped celltte experience.
De plus, cc d6partement so
voulant un symbiose de
toules les organisms soc
curanti de dveloppemrnent
dans le pays tels que OEA,
PNUD etc., il nest pas ex
clu que ces organismes
soient parties prenante dans
cette affaire. Au fond, il y
a un budget important pour


le fonctionnement du DSD.
... Nous leur avons alors

pose une question qui preot
cupe plus d un. A savoi.s
puurquoJ a-1-on ratlache le
DSD a la Facultc d'Elino
logic. lls nous oni diL que,
parini toutes le organisa-
tions universi.taires, la Fa
cul6t d'Ethnologie cst l'u-
ne des mieux attirees par
lt specifleit haitienne.
L'objectif du DSD 5itant de
prormouvoir tout 1'homme
haitien. Cele inserionr si-
gnilie aus)i que nous pla-
gons le Developpcment
dana, son cadre nrluridi.men
sonnel. De plu. lidec a
rt) un peu nourri par le


Doyen Dr J.B. Romain lul-
maeme qui voulalt donner
in sang nouveau a sa fa-
tulte.

Par centre, 11 est exact
que d'autres facultes au-
raiOnt unc vocational a career
un DSD comme les fac. de
Drolt el des Sciences Hu-
maines, mais il se trove
que le Doyen de la facul
t) d'Ethnologie, comme
nous vous le disions, a ilia
nifestb beaucoup plus d'in
tdrets, etc eela depuis dija
plusieurs annees,

.... Une derniere question,
nous leur avons dil, pot r
finir : de quel genre de d6
veloppement va s'occupr


Ce DSDi). 11s nous ont pit
comprendre alors du deve
lopoement nationa-. Que ce
soil de manitre sectorlale
ou global; rogionale ou
nationale...
x x x x
Nous avons voulu eclailrr la
lanltrne de nos lecteurs
sur cette nouvelle section
de la face d'Ethnologis -
le DaD quI peut meme. de
enir ux d;.rs du Doyen
un Institute. Car, a :her Pre
actuelle, le ddveloppemen't
est au Centre de nos preoc
cupations. En temoigne ce
seminaire sur le d6veloppe
ment rural.

Propos repcveillis par
Webert LAHENS


e la pratique amenera a
de nouvelles idees, a de -ac
nouvelles m6thodes pour k
tout dire, a une prehension
du ddveloppement quelque
peu inddite parce que sp-
effique. Air faith. nous yvou
lons' un d6veloppement a-
dapt6 aux rdalitds haitien 6
nes (culturelles, sociologi-
ques, ecologiques. tconomi
ques, foncieres etc.). car la
veritable cole du develop
pement. c'est la rialite.
C'est done la riali.t6 qui PL C B sGA I
est l'dcole, c'est pas le LE PLUS CHIC AGASIN
DSD. De

On sailt, a precise pour
nous M. Honorat, que 1'Eco
le Haitienne cadres supreurs du mi- VOUS OFFRE A L'OCCASION DE SON 24me ANNIER AIRE
lieu haitien en pr6nant un
faux Occident, un Occident
mythifit, alors en appre- $ 100.00 DE PRIMES
nant S nos cadres sup6rieurs
AS retrouver les rdalits TOUT ACHAT CASH A PARTIR DE $ 10.00 VOUS DONE DROIT A UN
du milieu paysan, nous pen1N
sons lSs remettre sur rleurs
piedous venos a par LLET DE PARTICIPATION
... Nous en venons par
ler des sources de finance
meat d DSD. Le Profes- EN PLUS UNE REDUCTION DE 20 % SU TOUT ACHAT CASH
s'ur Praets, apris uin temps
dvoir r6flen, nous faith A PARTIR DE $ 20.00 (MEME SUR LES ARTICLES DE SP0RT)

ples. Elles viennent entr'
de tr.... is la aVie Francai -




ASSAD JOETIENNE

bt cllt enac6 TOUJOURS AU 29 DELMAS PUBLIC < bite americair e ont menace
d'envah'r l1s piys riverains JOETIENNE
du goife, dans le but 6vi- JOETIENNE
dent de suseiter la mefian
ce entire I'Iran et ses voi- 1377 RUE CARLSTROEM ET SERVICE D'UN LAEDER DE LA a- -<--.
sins> arabes. 13 77 U.. C A

IRAN AMBASA'DE-r* OCa~OOSCOS~~eoa!ea!'ew^^- -- -- -_-__







PAGE~~~~.. 4.. VE"DRD 9 UFMRE'


(Suite de la 16re page)

veriibre) diu Petit inmnidl
Holr. n oun l a plunl fie
Pierre CltaUndre',
Ma princilple objoctAlon
II nIt a1l latll (uQ e l'orHen1i(
tliin mi mol' d, 1 i vl'le" lin
Ip) (IlliiI. Ie IiL ll crii lle n o 1111
In mll.nisiancti ] Ividentr
(d, l 1n111tl ilt RLiason d'E
tut

II y a ilus tollerCbJs. LP
cionfri-r parle de s'Raison
de lt Libertla. Cstt li, coe
me snamble, quelqgie chosde
d (out A failt nouveadt dans
I histlolire di li lpelis6e ohi
losophique. J al' a cet regard
personnellement consul
tf des ouvraees de spclalis
tes mondlaux d la oDensee
philosophilque et n at nil
lement trouv6 monition de
cetle rationallte nouvelle.

Aultant Emile BREHTER,
professeur honoraire 6 la
Sorbonne, phllosophe histo
ric conit, oau' 1 ameri -
cain Will DURANT. sont
l i dessus 6tonamment si-
lencieux 11 'n est de mir-
me de Frederic TOMLIN,
Ancien charge de Cours
aux Universites de Bristol
et de Londres. Pt de Ernest
d'Aster, ancient profess ir
A 1Universitl des Giessen
Pire encore est la situa-
tion en Science Politique.
Les specialists Gaetano
Mosca et Gaston Bou -
thoul, Jean TOUCHARD,
Marcel PRELOT, qui sont
parmi les maillcurs en Oc
cident sur l1 terrain de,
1 Histoire des Idles et des
Doctrines Politiques, ne
connaissent point cette Rai
son de la Liberte
Soucieux done dobjecti-
vite, au nom de cette m,-


me Raison invoqu6e par
Clltantidre, Je semis hoeu -
r'elx, dans .la recherche sin
c'ire d dre 'de liil ] i qitllle (eCole
ipparUtle.nt, ce courant d'.'y
pression, quels en' sont, IP
postulatlls. qulle en est, In
doctrine ? Question do(
sceepticilsme touours, jc tro.I
ve abusif do parlor de Ral
son de .La. Liberty, puls -
(lu11l est av6rt que scienti
fqueme nt parlan), la Ral
son rest et demoure la fa
cult. qul prove qu'en ma
titre de Libert6 11 s agit
d etre circonspcct.

En outre, sur le plan par
ticuller de la incthode, Rai
son d Etat et Raison de La
Liberty, appartiennen-t tant
l'une que l'autre a deuix
types diff6rents de vision
du monde : cello du poll
tique et celle du philoso
phe A condition toutefois
que 1 on puisse .justifier dis
cursivetient et du point de
_'ue de la pratique philoso
phiqupe 1 idee mme de Ri
son de La Liberte. Dans la
-discussion done de la rc-
cente Loi sur la Fresse pri
so par le Gou ernemenr,,
.Clitandre recourt a des con
cepts utilises do facon elec
tique. N oublions pas ensui
te que la rationnallte ac
cordee a la notion de la Li
berte nous parait eminem-
ment suspect, cir, La l.i
berte quelle que soit la ma
niere de la concevoir pro-
cede des conflicts dans 1
structure social La-dessailt
done, les opinions sont conr
damnles ai varier en fonc-
tlion do system ideologi -
que ou philosopl.ique adop
t6. Oti se situe dis lors caet
te raison de La Liberte '?
Le titre de I auticle de


Pierre Clitandra pose mal
un problrme pourLanI, it]-
tiressant. Pourquli ? Por
ce que La Raison rl'Etat
cul conmplN)te i la Sciencte
Polltique nlp relieve pus .ie
l'ordre de la Meiaphvsi -
qule, qcil, clans 10' domalne
de la philosopher morale,
dlsaNterailt oilu ilscute l1s
preuves ontologiqlues de la
Libert6 de l 1 hmmc Con-
f1usiun rerec,tabl? qul nous
pousse a enoreprendre ic!'
on d6bat nous inenant Loer
a tour h discuter de

lo) Raison et Liberte (dla
lectique d'une duality)
2o) La Theorle de la Rat-
son d Etal
3o) La Revoluition Duvalid
risLe et la Raison d Etat.-

RAISON ET LIBERTE

Dans 1 ouvrage TIAITIT
DE PHILOSOPHIE (Librai
rie Marcel Didier, Paris
1968), Timmny Oriol et Gil
bert Mury dtfin'ssent la
Raison come <.un ensem-
ble de principles universels
qui constituent 1 armatu -
re logique et la source ac
tive de la pcnso discursi
ve correct et de 1 action
coherente,. (Page 687) Et
nos deux auteurs d'enchat-
ner en disanc i ainsi d6finie difffre,

- Du raisonnemeniL
- Du boan se-s oralnarre
- Du bon sens cartesien
La Raison, en Lonsequen
ce, s'idenlifie b 1 idee d uon
ordre de la pens6e, et, cet
ordre ne saurait tire ce-
lui de 1 affectivite ou deI
la connaissance sensible.
A cette condition seule, el
le permet de Substituer
aux intuitions, nux don -


ines reflexes, aux sent
ments, la strihte observa-
tion d une methode solldal
re d'une riflexion bien or-
donnee. On ien leut don't
assocler raison lationnel-
le (en matlere dc doctil -
ne) i 1 Iddologie' (domalne
des passions) qul fall appel
dans 1'homme aux forces
de 1 rrationnel,

Or : La ralaon dEtat ap
patient a 1 universe th6otil
que de la science politi -
que tandis qie la J.bert6
est une demarche fitada -
mentalement de type idlo
logique des le moment oft
elle n est plus congue corn
me une Idee transcendenta
le mais come un but de
la propaganda visaniat i ma
biliser les homes.

Ceci conduct done a dJs
cuter du probl6me plus lar
ge et plus vaste de la dua
lie tqui, preisfmenit, oppo
se Raison et Liberte lors-
qu on parle de 1 Homme
Cette duality repose sair
le fait que 'ordre du ra-
tionnel suppose 1 idee d'u-
ne structure fondamenta-
le de 1 esprit humain, tan
dis que !a notion de Liber
te est elle-mfma frappee


T


aOSOm


'7


ZVI


vat
Fa.
r


00




P~aris


6 vols par semaine



ovec un seul chongement


a Pointe-O-Pitre ou Fort-de-France


(transit direct sons formalities de police)


AIR FRANCE ///
Le meilleur de la France vers le monde.


de relativisme. La libertL
d autrui nest pas la mien
ne La liberty exalt6e par
tel systfme pnoltique peut
se presenter come anta-
gonlque ih celle idologlque
ment, vehicul6 par tel nu
tre. Exemple : duns les sys
ttmes soclaux du Capitalls
me et du Socialisme en op
position sur le problime de
IJ LiberL6.
11 est done. arbitralre de
relier en logique Raison et
Liberty, car : qui dit Ral-
son, dit ipso facto mitho-
de, science, rigneur Qui dit
Liberte postule dcs 1 abord
un choix quil peut tre oa
philosophique on Fuliti -
qclue.

La notion meme de son de La Liberts tourne
du coup a 1 illokisme a
moins de lui trouver, ce
don't je doute toct, une 2.r
respondance theorique daiis
I Histoire des Idcee.
Allons plus loin Sans
pour autant abonder dans
le sens du determlnisme,
il est clair que blulogique
meant parlant, ]a liberty
dp 1 homme sat en elle-mi
me conditionnee.- Ainsi,
Ashley Montagu aux pa-
ges 82-83 de son livre stir


nce toute accusation de tECES DEime
cisme il me laut quant DECE
present, souligner que EMILE NAU
NEE ALTAGRACE
(Voir suite page 5) GAILLARD

Pax Villa innonc le le d
ces suvenu lI ler Novem-
bre 79 is 1 H3ptal de 1 U-
versite d'Etat d Haiti de Ma
dame Emile Nau nee Alta
grace Gaillard
En cette per.ibie circons
tance Pax Villa et Le Nou
velliste presentent leurs
sympathies a Monsieur G6
rard Marcelin. a ses en -
fants Gdrald Marcelin,
Guito Marcelin, Gerda Mar
celin, it son Pere Monsieur
Antenor Gaillard, Solan-
ge Gaillard, Antcny Gail-
lard, Jacqueline Gaillard,
Edith Gailla-d, a ses On-
cles et Tantes Yvcnne Gail
lard, Franck Gaillard, Ste
nio Gaillard, Francine
Toussaint, Jeanne Germai-
Sne Gaillard, it ses cousins
et cousins Edner Julien,
Carmen Malhurin, Serge
Mathurin, Robcri Benja -
i:::in, Hela-rt Benjamin, IHa
ry Mathurin, a sa marrai-


CON}MUNIQUE DE
L'ASSEMBLEE
SPIRITUELLE
NATIONAL
DES BAHA'IS
D'HAITI

RECRUDESCENCE PERSE-
CUTION DES BAHAIS EN
IRAN (9 Sut 79)

Persecution des Baha'is;
la plyis grande m0norite re
ligieuoIe en Iran; a repris ia
nouveau. Tot hi)r martin une
foule de plus" de 100 person
nes; y comprise le chef du
Departemnt au gouverne-
ment pour dotations reli-
gieuses a Sh'raz; et accom
pagnes de 25 gardes revolu
tionnaires et 10 autres hom
umes armes; attaquerent la
plus salnte maison du BAB
qui fut decrltee par Baha'
U llah: le fondateur d, laa
1oi Baha'ie;, etre le lieu de
pl16rinaPe pour ses adeptes
du monde enter et est con
sidlree par eux come le
lieu .' plus saint en Iran.
Cette foule; qui avait la cl1
de la mason; d6molit et m6
monta les portes et fenltres
I detruis't l ornaments en
pli5tre; fit des brfches dans
les murs et coupa en mor-
ceaux un arbr? dans la court
S C c matin nn group d'ou
Svrisrs pursuit le travail de
demolition et 11 est cla'r que
le but est de raser la maison
du BAB et deux maisons ad-

a la communaute Baha'ie.
Une vague d'anxieuse indi
g nation a soulev6 la commu
naut6 Baha'ie dans le monde
S enter. Lorsque les lieux
saints en Iran furent saisis
par les autoritls au cours
des rlcents mo's; les protes
stations des Baha'is firent
I'objet d;anaisantes assuran
ces; confirmees par 6crlt;
que la prise de possession
italt fate en vue de la pro
section de ces pronriltls sa-
crdes. 7


Baha'isest le ouest l1-
vent vlhementes protesta-
tions auprls autorites ira-
niennes.

Signs: Assembl6e Spirituelle
National des Baha'Is d'Haltl


1'he6r6ditr a pu ecrire :
cOn a cru longtemps que
le foetus etait1 si blen iso
1I dana luterus que tout
Ce qui pouvalt, se passer a
1 extfrleur, e', mime duns
le corps matornel. ne lpuu
valt 1 affected a moIis que
ce ne fut un vwinement con
sidfrablee. (Edition frai -
qalse de 1967 de la Bibilo-
thfque Marabout Universl-
t6) Partaat de cette idec,
Montagu a pu classes sous
dix rubriques la serie des
facteurs externes affectant
le developnement intra -
uterin Ce sont 4 ., tL]

lo) L age de la mere
2o) Le nombre d entants
quelle a eu auparavant
30) Les troubles function
nels don't elle peut trc
affected
4o) La sensibilisatilon
50o) Son regime alimental
re
6o) Les maladies infectlev
"es ou elle neut contract-"
7o) Les medicaments Qu'el
le absurbe

80) Les agents pnysiques Ia
1 influence desquels elle.
est soutnise
9o)Les facteurs emotion -
nels qui agissent sur elle
10o) Divers elements du
milieu dans leqluel elle
vit
A cote des lacteIrs sus-
dits, les biologists pla -
cent de nos jours les in-
fluences du milieu post -
natal, 1 apport genetique
et le milieu, 1 apport gene
tique et la constitution
Voulant pr6venir a l'a-


faith parvenir son appel a
I'Ayatollah Khomeiny.


REASON OU LIBERATE? (MA RESPONSE A PIERRE CLITANDRE)


CARNET SOCIAL


LE NOUVELLISTE
PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET

EiT MAX CHAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS


ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUV


--"^"""~"""~""~".--F~ ~ ~ ?RlaLl~i~ ~Bi~ a -~---~ ~ ~ ~_ ~a ~-e~--~-- ---~---i~ ~-- ~ -n~---ra~--- ~--::r i~------~-: --::~r-~ ~- i~.:r~:~


Crw0-d--0


`~~~''''"~


9 NL)VMBRE 7


-


PAOE 4 ,


ozp.-


o


DECES DE Mile
Monique Badio

Nouts annonpons avec in-
finiMent de peine la triste
noUvelle de la mort de
Monique Badio, survenue le
mardi 6 novembre i 11 heu
r". du soi.r, apres une Ion
gue maladle courageuse-
ment supported.

Nos condollances emues:
a son grand' pere Stanius
Badio; h son pere M. Sa-
lomon Badio; t ses freres
et soeurs: Edner, Jocelyn,
Guiteau, Evens, Mireille
Jocelyne, Ghislaine Badio;
i ses oncles et tantes : M.
Josrph Edmond et famille,
M. Philippe Badio, actuel-
lement i New York, Mme
Victoire BadJo, Philomone
Badio, Mme Irma Edmond,
Mme Jeanne Denis; a ses
cousins et cousins : Frantz
Mellon. Lesly Edmond,
Eddy Alexandre, Mme Mer
lande Berry, Nicolp All-an
dre, act. au Canada, Mine
Marie France Tla1maque,
act. is New York, Gladys
Badio. .
Nos condolances aux fa
miles Badio Mellon, Ale
xandre, Thellmaque. Fd-
mond, Berry etl i tous les
autres parents et allies at
fligls nar cc deuil.
Lpe funlrsilles rie la re
grettle Mmnli'ie Brin sa"-
rnnt chaiftes le samedi 10
Novemire en 'E.liset Etp.
Anne. L'exnns'tion s, f"ra
en la dite eglise dts 2 heu
res p.m.
x x x Y


ne Madame Cadet, sa bel-
le Mere Marianne Pierre,
sa bhlle soeur Luce Marce
lln, Aux families : Nau,
Galliard, Marcelh4, et a
tous les autrs parents et
allies 6prouv6.i par ce
deull
Les funrailles de Mada-
me Ftmile Nau nae Altagra
ce Gaillard seront chan -
tees le Samedi 10 Novem-
1- 2 i 4 heures P M ien 1 E
glise -do Sacre-Cour. 'de
Turgeau Le convoi partira
de la Salle Paroissiale oft
la depouille niortelle sera
expose des 2 heures
911

X :9 X X

DECES DE Mmne
THEOLENE
MAYAS

Pax -Jilla announce le 14
ces survenu le 7 Novembra
79 a 1 age de 84 ans M 1 Ho;"
pital St Francois de Sales
de Madame Tholene Ma--
yas.

En lette onnible circonsi
tance Pax Villa et Let Nou
velliste prlsentet leurs
sympathies ia son fils Mon
sieur Jean Masas. a sa
sour Madame Veuve Jor-
cily Bonnet, ne- Amlnie
Mayas,. i ses neveuo et nl
ces, Monsieur Geor(ges Bon
net, Monsieur et Madame
Luc Bonnet et enfants, M
et Madame Lucien Bonnet
et enfants, Mosdemoisel -
les Volande et Jacqueline
Bonnet, Monsieur et Mada
me Joseph Bonnet et en-
fants, Monsieur et Madame
Pierie Marie Bonnet et en
ants. Mousieur et Madame
Mario Bonnet" et enfants,
Madame Cl1mentine Ma-
yas, Messieurs Bernard, Lu
cien et Benjamin Mayas,
Mesdames Thearse, Lucien-
ne, et Solange Mayas Aux
families : Mayas, Bonnet,
Bourdeau, et a tous les au
'Ires parents et allies e
proves par ce deuil
Les funerailles de Ma -
dame Theolene Mayas se -
ront chantees le Samedi 10
Novembre A 4 heures P M
en 1 Eglise du Sacre-Coeur
de Turgeau

Le convoy' partira de Pax
Villa Sacie-Cce',r ofl la
depouille mortelle sera ex-
posle dis 2 htur's 911



IRAN AMBASSADE :
CONSULTATIONS
PRIVEES AU CONSEIL
DE SECURITY
NATIONS-UNIES,

N Y, (AFP> A la deman
de des Etats-Unis. le con
seil de secunit des Nations
Unies tiendra des consult
tions privees f 11 heures
locales 11603 GMT), Ven-
dredi, sur la situation ci eg
par la detention de 60 atnu
ricains ,i 1 Ambassade des
Etats Unis a' Theran, an-
nonce-t-on V'ndredi ma-
tin a 1 ONU

La d6elgation americai
ne avail tiprocdd a des son
dages depuis quarante- -
buit heures auipras des mem
bres du conseil pour diter-
miner s 11 y auait des ob
sections a une tielle reu-
nion, iaLs elle s etit abs
tenuc jusquici de ean-
der la convocation- du con
seil, prffrant ,tendre le
resultat de demat ches di
plomatiques en course
L'idee americaime, indi-
que-t-on, secait de fair
une declaration par le Prr
sident du conscil pour rap
peler en terms energi -
ques aux autoritds iranien -
nes les conventions inter-
nationales surc la protec-
tion des Diplomates, don't
1 Iran est signataire.



APPEL DU PAPE
A KHOMEINY
(CONFIRMATION)
CITE DU VATICAN (APP)
Le Pape Jean Paul lI a
lane vendredi un appel a
1'Ayatollah Khomeiny pour
que celui-ci sauvegarde la
vie des otages de l'ambassa
de des Etats Unis i Teheran
a confirmed vendredi le porte
parole du Saint Siege; le P1
re Romeo Panciroli.

Jean Paul II s'est adressf
pour des raisons humanital
res a lAyatollah Khomeiny
en faveur de la sauvegarde
des personness impliquoes
dans les lven'ments de TehI
ran; a precise le Pere Pan
cirol'; confirmant les ru-
mnurs sur one demarche
pontiaQcale publile dans la
press italienne.

Le Dorte-parole n'a donned
aucune j)adicat'on sur la ma
nifre dent Jean Paul II a






VENDREDI 9 NOVEMBRE 79


RAISON OU LIBERTY? MA RESPONSE A PIERRE


IStti Ic d(Ie lIa 4lmr pngea )

l rVcoit urs IIc it la biologic
iwi' istl iltr l gt"re u'in coIIl)
dl I'l itcl onttnr I pIincll''
cr Lt' lt JrI Lticini il pre-
els I'- c'h ll ti netiill i \c tN Ito
tics lilisllutll il Acndl' V I'r
I i '' O)Z tl'l;t" il t'oin rt T ruh
Irt' .ir' l'iil phhf M lcsa-
plih) slquiti Fdtiiotis FePirniId
NIl(liht. 1l959) ite cLi' ptr
ilctine dIV In llbaeitt' est, po
at' ])tr It'.s re liionts dc
i tininini' et, du muondi.t
Alliite dtins itl inouide uos
.A i', I ho in es cs n 41fran-
clitl ptr la Cultuie, mobi
lisant aI ceite fin les pro-
(icetionls de ItL clence et
tie li Techltniqilt

On n'ob.jectera que pour
tanlt, i est des regimes
dcts de Dimoeratle plura-
listh qul font de la Liber
le la clef de vote du sys
tinme politique. Cpla cst
vrali, mals cela n implique
\as pour autant la mise a
inort d'aiboid de La Raison
dEttat, enisute de La Logi.
qiue du processes d evolu
ion de !a cultui' Ainsi
deux chercheurs Almond et
Verba de 1 Universiti de
Princeton, on, pu condui-
re dans cinq pays .(USA,
Grande Brctagne, RFA,
Italie, Mexique) uLne en -
qucte sutir la Culture Ci-
vique,, en vue d etablir les


fondements cultures de la
D6mocraiie A propose i de
quol Jean Pie'rre Cot et
jTenn' Plierro Mounier (In *
Pour 'une Soctologie Poll-
l|que, Tomen 2, piage 30, col
election Politlque) proino
cent 1i jugement; a savoir
tQu 11 nc i surl'r'i Das de
transposer les institutions
et les grand princlpes do
la dimocratle pour obtentr
tin regime diTniocr1tilque 1
fauit de plus developper
les rygles operaliunnelles
du s 3,sinke d6nooratique :
attitudes pollbiques, nor -
mes de comportement, mini-
canismes de praise de de -
c!alon, relation-, entire gou-
vernants e:t gouvernis. Or,
cet ensemble cultural est


11e au sys.t6me c.c croyan-
ces et au code de relations
personnelles qui caract.6
risent une society at un mo
ment done et qui les an-
thropologues nolis le con-
firment evoluent lente
ment, se transposent avec
difficulty.. Que dire de
plus sinon que co qui ost
en jeu, c est non pas le
concept s< Liberte, mais les lines gi
nirales de 1 evolution so-
ciale et humane, done :
les divers procesuus cultu
rels (scientifiques et tech-
niques) qui donnent sens
et contenu aux interroga


LE BISTROT

Restaurant -- Bar .- Grill,

Pizzeria Creperie

LE RENDEZ VOUS DE L'AMBIANCE

CHAQUE JOUIR


Menu special Lunch

a $ 3,60

CHAOUE SOIR

DINER DANSANT.

AMBIANCE MUSICAL


Avec "Bistrot Combo"

Mardi Soir --Vendredi soir


:Sp&cial Bistrot Show>>

2 TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT CHA-
QUE SEMAINE

Dans let Jardins dau Bistrot

Une nouvelle Attraction


<>

GOLF MINIATURE
UN DIVERTISSEMENT POUR TOUS CLUB hOUSE
- JEUX BAR CLIMATISE


BISTROT

Tous les jours de

midi a 1 h du matin

I Le Manoir 146 Lalue Tel. : 2-1809


Lions stir la Liberti No
Lion d allleurs ielativisLe et
relativis6e, ne 1 oubllons
puts. Dautant plus qu on
n'est pas sans csavoir que
Behaviorlisne et Psycholo
gle sont plutuL detc'rmlnts
les par rapport a la LI-
berte do fatlic ou do ni pus
faire.I

SI on parl. done de Pai
son de la Liberte, ce nest
pas dicidement cn terms
doe Science passee et ac -
tuelle. Si par ailleurs on
spare Raison et Libert6.
on nest plus en Science
Politique, mals tout sim -
plement et pitre-ment dans
un d6bat philosophique qui
n a pas icd son cbjet

LA THEORIE DE LA
RAISON D ETAT

Contrairement A ce Ote.
laisse sous entendre 1 arti
cle du compatriote Pierre
Clitandre au PSS., (< La
raison d'Etat n est nas un
quelque chose d'arbitraire>>
Rappelons que dans la
Science Politique. la Rai-
son d Etat a eu pour prin
ecpaux thioricienrs Cardin,
Le Bret, Richelieu et Ma-
chlavel. Que postule La
Raison d'Etat ? C est A!a
verit6 un principle selon le
quel personnelle, morale et plus
geniralement toute norme
ethique doit etre subordon
nie a la preservation et
au salui de 1 ELat>. La rta
Mlite contemDoraise con-
tnait avec le developpement
des societ6s politiques une
extension confirne t ce ter
me. Ainsi, a 1 Fst, la rai
son d etat peu,, Itre assiml
lee a la socialisteo, fa 1 Ouest. onC
le riduit souvenit t la no-
tion de cutif. La legitimite de la
Raison d Etat est coexis-
tencielle a 1 dee meme de
Societe politique done :
de Pouvoir etatique et d or
gaIisation cii-.stitution -
nelle. Georges Burdeau a
propose ecrit dans L'Etat
(Pages 142-143 de la collect
tion Politique. Editions
Scuil) ce qui suit : Ce -e
rat cependant fire preii-
ve d un irenlsme bien fra-
gile que de croire que 1 E-
tat est suffisamnment fort
des lors que les gouverii('s
le considirentn (omme in-
dispensable dans les mo -
ments oft 1 existence de la
collectivit a est menace.
Cest tous les jours quil
lui faut intervenir avec,
clhaque fois, le risque cio
se heurter aux pouvoirs de
fait soutenus. eu:y par une
conscience pjrtisanei qni
est quotidiennement en e
veil Cette intervention est
d'ailleurs requise par le
group car le consensus y
revet un cara"tere dynami-
que C est dire ue le con
sensus n evacue pas les pro
blames; ii les integre Et
c est pricismernti pace quo
1Etat apparait come li
scule force c.ipable de co;e
cevoir les conditions de cet
te integration ft den pro
mouvoir 1 accomplissement
qu il troiuve, ,ais la men
talit6 collective, I inergie
necessaire pour imposer
son arbitrag'e dans la cou
curence des 1,ouvoirs Je
fail;.
Dans un tra'a;il universe
taire d exegese politique,
on reconnaitra sans diffi-
culti ici le cadre theori-
que et rationnel du prin-
cipe de La Raison d'Etat
Chez Burdeau que nous ve
nons just do citer, elle


s exerce en vu" du mailn-
lien du CONSENSUS fare
saux poutivoirs 'de fal, sou
tenus, eux, par line cons-
clence partisan qui est
quotidiennement en Evello.
Alnsi, Is Raison dEat ap-
parait comme la condition
in iltimoratio de la SLa
blllti de 1 Etat Elle s ali-
mente i la mentally& col
elective (done t 1 histoire
du group human en cau
se). Ce-tte derniere rensei
gne en effect sur les limi-
tes At bracer centre ie per
mis et le non permits, le
possible et non possible.


La dessus un example :
dans les Etats multi-ethni
ques doit-on au nom de
principles abstraits admet-
tre scission et siparatisme
au risque d'affaiblir 1 E-
tat, incarnation juridique
de la nation ? Lors de la
guerre nigiro biafraise,
fallait-il, Clitandre, faire
pridominer la haison d E
tat ou votre hypothiti-
que raison de la Liberth du
cote de Lagos ? Dans 1 ac
tuel conflict erythrien, faut
il sacrifier a la'sp6culative
Raison de la Liberte dont
vous parlez ou a la Rai-
son d Etat ?

Si je vous ai bien corn -
pris dans votre article, la
Loi sur la presse dicidee
souverainemen', par le Pou
voir relaverait de la Rai -
son dEtat ? C est la aller
bien loin en matiure de
Science politique. 11 est a
te s, t moins que les cri
tlres scientifiques qui ai -
dent a l analyse objective
des faits soient depourvus
de toute valeur Cpistimo-
logique, qu on ne saiurait
ramener le PRINCIPE qui
est permanent a la SITUA
TION qui est temporaire Ce
la pour vous dire que la
measure 1igislative et cons
titutionnelle ipuisque sane
tionne par 1 Assemblee) du
19 Septemnbre prise at pro -
pos de la press par le Gou
vernement, n a rien a voir
avec la Raison i Etat don't
nous vencens de voir le siu'
port theorique. Cette mesu
re est purement et simple
ment une measure a organi -
salion de la vie politique
de la iCit Et -t ce compete,
cest le oouvoir qui decide
de son edictior, de sa durce
et de son rapport. Tandis
que la RAISON D'ETAT
mon cher, est directement
lice au principle de la con
servation de la personna-
liie etatique. Nous venons
cd en voir des examples avec
les guerres du Nigeria et de
L Erythree Dans. Contri -
bution a la theorie G6nsra
le de 1 Etats >C N R S., rm-
impression de 1962) R Car
re de Malberg. professeur
t 1 Univesite de Strasbourg
ecrit : <,La peisonnaliti de
1'Etat r6sulte du n second
fail qui est sa continult.>
1Page 48) Le but de la rai
son dEtat est d assurer, de
garantir et preserver celte
continuity

A vous done de me prou
ver maintenant en quoi lno
tamment la -iluation poll
tique haitienne de ces der-
nieis temps menacait 1 6-
quilibre itatique au point
de necessiter le recourse A
la raison dEtat.

J ai bien peur par con
tre que vous ne confondie:
Etat et Gouveirement, Car
prenons des cas pricis AU
nom de la raison d Etat,
le gouvernement entretien


B d


PAGE 5



CLITANDRE 'AAAAAAAAAAA*AAAAAA*A*'
des forces de police, de s-
curit, et dannie. Ceci anJ Aa'k
rapport p la souveralne' B IL Y A DEUX FACONS
national. Par centre, dans
le cadre de 1 actlvit6 poll .
tique, national. Ie gouverA T A A
cement, tout gouverne DE FAIRE PLAISIR A
ment legifore, et cost toitl.
Vernement rap dOrt1t0o UNE NNF SPEPCIALE '.
mcndat cette lo, on sera UN ERS NNE SPE IALE...

en presence de quelle ral-- -
son ? Venons-en malnte -
nant au fail de la Cons STiDELUIOFFRIR
tutionaliti de cette Loi LA 2ene. CT'EST DEL UI OFFRIR
L'Assemblee qui 1 a vote
en tant que pouvoir legis- Jj
latit nest-elle pas cans ."UNE *6 KODAK "
titutionnelle ? et alors...E "K ODAK

Je crois que faute de Clculs i
ture polltique on dit sou- M' COISSSEZ -
vent n imported ciuoi sans (
prendre garde aux contre- LA KTRALITE 30
v6ritis. Voyons un petit LA EKTALTE 30
peu La CIA, le KGB, l1ln-
telligence Service, le SD Instamatic avec flash




epour vos faire compress i 1 $ 5

C ait eu Rauson t'ctat a ia^j v^ e fls
base de la lo sur ia pres-

ment riprehens de po suritl-

titutions etatiques LA TELE- E TRALITE 40

ue d t dans les Flash ivotant inrorpore. pvotant inopoe.



est issue, ceat la une vari 5 pieds. Accerte des films i
tie de La Palisse, o un si,, de 100 t 400 ASA0 et 0e ASA.
titution d e rise de 1 Eta. ,








Pour risorber ceete crs,1 $ 99.50

ont, au nom du Civisme LI9'J.
toyun, faith de La Presiden-

de aqu sabppoitser quo-poi
tique en Haiti Ainsi, par
be jeu des circonstances LA EKTRALITE 10
historiques, existence de Instama avec
Etat sa st trouvee s ren deS uas
pendane la dciproque de in inorpore. L pus simp
nature do potvotiro Plus d i re
qu amais s eqlibrLA TELE ETRALITE 0
REVOLUTION a F. po tnSe '

RAISON D ETAT. I 22-44 mm te unphoto lens. (
Contr61e d'exposit'on. "S
















a nation elutio de 1957 Focus contention de de
est issue, c e la une v~ri-m 5 pieds. Aeeepte des films







t1 dequilibre d'une sir On de 100 et 00 ASA









raine\ des Rvolutions so-e at
doctrinaires Pou et militants$950









Mexique avee ec PRit n Instamatic la lire cam-ra


ontau du Civision autommeat qu de
tyen, fait de L Prsixposit den qu
ce it Vie, la ter de 157, onfte
autrea sociti politique en- l













tiongue dean Haiti insi, par
leaucoup des circonnstances LA EKTRALITE 10 LA
sentat lses iderataseen d-a flash elecronque












1957 Ii oaut duoi e oir dans L plus simpl e
la nation erist ioatheoni -











clens, militaias.VN ctaN s -


1s quilibre du po oir49


a t n eat done paS, e sity ,

retaitlaR dinatitEon a tic
que'rde lhisto're contempoTA L
I raine\des R1volution s so- "





























i ciale e das Ea i a etn Chi
considese La loires, an a
ner, des Uombans les D(4-0f" LA LE E ALTE 20














iont iavecnlctemRI, Cn, Instamrat ic;1 re camnran a














Haiti avec i e Duvaliris-d KODAK a combine n La c a i stantan
me qu o t flash i deatron l que p une
fTant et Sibien de ou selection automat que de













e poir qune crtLain 'epos merveilleu'apparei couleurs













cIsOP. des oiA e aso RpriAde imlePusdeapromesses..k )
q deux des 195, a on c e 1 Hi s


trouverd ien pr2 ansce plu7500
autre soeiDt6 politique en-A.i




























t tard, ie Corenliee d la seu
le rvoluMadametion simone Ovide
morDUVALs ouIER onstiuour qu e alaE L A COLOR BURST
sent lesn dunsideratas den LEE EL SI R S
HISTORIQUE noovelle for
ges dans, militaires. VSN ca -















Claude DUVALIER, heni Un avantago do plus !
tier des combatants d Duva-, L flash ietronique

soci-al et conomique du a



Ce nest done pthaoique ml
hetresasma t entrAs.tenueh
















par C1itandre
destiLa rationalit -conomi-
qual, objet des actuelst aPf -
forts ie conctestablement des ob















jactifs de Paix social a
cz deux des Darias de 1 h Hanisatio n "e
rapport a pass, ce qui

qucle, Madame imonent Ovide
Progardienne d'une RA Ie SO ~ LA COLOR BURST 250 A OFFRENT

Excellence Monsieur Jeaa Aamri tnne











Claude DqyaliEr, se dita d
rencie essentic lemant de DES CADEAUXL ac.
riglmes haitians traditeto
nels don't sla politique d tal VENUE AVEC CETTE PAGE AUX 3 PATRIK'S COLOR LA o RUe LAMARRE

non one, o litie asteoneure RUE DEf MIRACLES ET PETION-VTLLE ET SI VOUS ETES PARMt LES 1f 0


le I1 est Don de te rapper PREMIERES PERSONS A ACHETER UNE DE C CAMERAS, ON VOUS L
ler avec Madame de Stael PRE P A
< crimes, oncommet en tor lW
cr on ... comment en to UN ROULEAU DE FILM INSTANTANE.

Henri Robert STERLIN o!N A 4A6o"A iA

A tique & 1INAFHBI -


--- -- ~~ ~ -C~~II. ~~- -I---*I --r-.--7------1---~I---~ ----------- --- I~--~ --~---- ----7---------r- --- - ------.~-------- -------~-- ---~--I--~- _C--~rr------------


n>.r IC ~rr- WC-W.....a..v~e..- 7w~.,~~~vew ww,...c.., n


~YIIII/IINI/IIV;IATNUI~VIII~III/I-r~YII~


50


.. .. ......i-iii;---~--.L


0




























































CONVOCATION
Lct, i(i ics i 1 AI issoeia
1)ioll dt,.s AlnU',t .e;s (du S&cW
Cot'lU" (it Tut, *iu, olt ;It-
1' ii d Xiii a lI sa lnce d'ouver
I L i- diid tiitw' l-e 11 lnov?mI
bre a 8h30 am i
'MI Ht .i., Dtupoux Bell
1tlti 1ii t)stti.'L ri de l'oi''a-
sio )ii por vous entretenir
-in' t 1 P.yellolof ieu des en-

'Venez lto s (-, rand norn
b)re et n'oubliez pas votre
contribution annuelle.
MercI
Le Comit6
1011
x x x x

Salon de Beaute
a vendre
Salon de Btaute Complei
;i vnldre
I'I 'hnoez 7-2741 apres
5 licurie 911
x xx X. x
OFFRE D'EMPLOI

IIAITEX APPAREL cherche
des pr) r ,' lls exp'lrimentles
plour Mcl' .c-,'r tlue Dtnimn

TEL 6-0033
x x x

Deux course de
photographie

DuIItx cour i, de photl -
tr;lpi)lh ;is.itluires par Eime
l111 DI ':,rl ldip)lorlcee dIt
'i t i ll I itii t 1 tivi ii tliltf (!i
;t ]) l i 3I Ntov(nliid a
l, tl l tl Ut t 'in -
Ilt I'.ll Dlitbt ils. Mi c.tilSi ll-
ch, pll p arell hol o-'-ech ni
t1 i t' dc |]r]:,' (b, VIIP T r'i
v.ui x (]1 le l1); lO p (l





1 ll IlDe' ri t, R o 1'

En tillin, ;Oc- i f,I, 10.

chlie No 7() ii'linterleur
1011

GRAND FAI5.N
A LOUER

GrI nld( M:l;isoln : Carr'--
four Brorhl te, 'I ch;In-
bres It coucher, l',rand Li-
v,,n-Room. un vasie siloni
et .s-illc a nlang r', evi r,
glande salle de ba'n, toit
leltt, une va.si e gala rie filr
mnce derriTer potlv:nt sorvli
de s6.jour. 2 gnsrndes depen
dances pow) biiilles et gar
coils. Gri;lllt I loul'.
I'liour ti'- ip i s t in s tc-
ltilph t/lez : a( m.ilii dl' 8
hcurene a midi, 1'aprs-midi
do 4 h( Iures a 6 ht(ures 0).m.
ani No 2-0Rl0 X

Demande a lauer
ou a acheterj

lole" ('our: l,, jn ou atelier
Uill Pave; Delmas nivetau
R1out l 'Aeroport ou Rue
rles Mirn cs1-
Contacter Mad:ilme San, lard
PACOT Ruc Case,-us Not 20
1011
Sx x xx

A VENDRE
Voiture CHI VRO.LET IM-
PAIA ni bol 0:it
Annee 1970. 7 ecylindres
Prix : 3000 do1ll:i's
Contacler c CI;:ald M'orre
1ron, 11t n'imintc'o da tel1i)ho
no 2-0993 La voitkure pipt
cre examin6.o (thaque ma-
t'n. entle 6 rt 8 hours nqu
numnro 25- do 1 Aven'ue Hai
ri Christophc, Po,-'-au-Piiin
ce 1211


VENDREDI 9 NOVEMBRE 19


AVIS DIVERS


OFFEE D'EMPLOI

Pharmacie ,ituee a Pe -
to0t Vill recherche uine
pharmacieinn c diplomce
Envoyer curriculum vi -
tae references et photo a
P 0 Box 2035 Port-au-
Ptince, Haiti 81a
X X X X

M ssion Frangai-se de Coo
perat on (FAC cherche a
louer de facon durable,
pour computer du 31 decem
ore 1979 villa d'acces facile
compoitant trois chambres
b coucher, un bureau, par-
tie reception pacieuse, de-
pendanccs permettant loger
deux domestiques, jardin ou
piscine, park nfs ou possibili
tos de stationnement pro-
ches.
T61tphone indispensable.
Amnublcment partial souhai
to. Ttl(phoner au 2-3925 re
8h.a 14h et au 7-2652
xxxx


A VENDRE

A veidre RENAULT G en
li uremenlt refat-, 1G50 $
Pho'ls' : 2-3322 le soir
6-0453 X
0 -
A VENDRE
A Vendre FIAT Coupe
Sport 8.00 1300 $
Ph(t ,'s : 2-:332 10 soir
G-0453 x



Voiture a vendre
Dour cause de
depart
t t, n ollf


'Iod I323


C';;Ir i port eos -


6i i1 sil av c Radio

tis d doit ane a,
Pa de lIachletur
Po!:r onil r -n3S;e
neiiz iaul 7-1331


1978

Air con
-- 18.000

la char

gnmcmnt
011


y x x x

1atl at vindfre

A l'Avllt ;e Juan aJacques
Deass.llnits alt No. 396, cons
truile tiur poprlioc de 189

mnli cloturco en mur.s
Grnid d6pot a 'lnutrieurc
C10 On main.
Pour Retdtz-Vols, son-
nez le 2-3849 de 8 heures
30 a.m. a 1 hIure 30 p Im.
(ourtier s abstenir. X


AVEUGLE DE
NAISSANCE,
IL RECOUVRE LA VUE

EUCARAMANGA (COLOM-
D3IE AFP)
Un av u' tlC de na ssance
de 17 ans a recouvre la vuee
c udi en tombant et heurant
I sol de sa tete: apprend-
011 venldredi af Bucaramanga
fColombie).
Et sc rendant compete
i.u'l vovait les chlos-s autour
dc luii et1 les gens qui l'a
datienst a se ra'lever le jeune
iomine a u line veritable
cruise d'Hysteri'.
I a e6t hospitalisde e les
msedecins ont constate l u'il
avait effect'vem'nt retrouve
It vue. Depuis; le jeune
home ino cesse d'identifier
les obit.s: les personnel qui
occupant de lui.
SC'tsl un miraci : a de-
clare le convalescent


BAR-APPERITIF A VEC



UN QUARTET DE JAZZ


HAITIEN




SPECIALITES



HAITIENNES




SEA-FOOD




CUISINE FRANCA ISE




BOURDON -- PHONE 2-2987


force pour libeerr les ota
ges
DanO laprcs-midi di jeudi
bbien: jtudi I ; ZBigniew
Brzezinsk ; conseiller du pri
s'dent pour les affairs de
security; est sorti d? son bu
reau pour aller calmer usne
bande de jeunes manifestants
brandissant la banniere etoi
lee; qui criaient leur desir
de <'dictateur fascistet de Tehe
ran
Je pense que le president
peut demontrer sa force en
1e' faisant rien qui soit in-
sense et qui risquerait les
vies qui sont en jeu; a de-
clare M Robert Strauss; an-
cien ambassadeur special
pour le Moyen-Orient: qui
conduit desormais la camp
gne pour la re61ection de
Carter iC'est un2 des pires
situations avec lesquelles un
president aitl jamais et6 aux ,
prisesa; a-t-il ajoute
Le s--ul espoir qui subsis
taIt jeudi soir de resoudre
]a cruise par des moyens pact
fiques reposait apparamment
sur I'organisation de liberal
tion de la Palestine (OLP)
de M Yasser Aralat, avec
laquelle les ELats Unis se
re usenit a dialogue tant
quell I ncreconnaitra pas le
aroit d israel a. aI'xistencec
Les collaborateurs du pre
sident Carter reconnaissent
qui le calm.( don't it fait
que le calie diont I lat pretu
vP actuell. nneant apo ra I,-pa-
.1-nr asilpt 'sa dl :;cs cOLC toLyl-il
pour le sang-froLd d2 I'lliom
mne d'Etal aussi l(t) eiiLi]) ;
(11ii I' le san) aInericaiin i'auia
pas could dans l'ainbal,-iade
occupee di' Teherian. MaMs si
q11ulques otltags Ctalen tues
la priess,.on publique pour dcs
rcpresailles violin nes devell
drait sans douL' inauutlna-
I:le
Jusq(u'ici; les rivaux de M
Carter i iur les etl ct ons de
rai prochaln-- qu'lls soicnt
de son part democrats' ou
dcle opposition republicaine
-e sonis albstelnus d cr!Ii (tier
tlroi) ouveilsea :ts l it a Il con
donu le chf dce I Executif
t.lint t de rn-giar lit crse I '
Teheran On est encore a
1 here de l'union sacree
Mais si le pire devait se
produ re: beaucoup d'entr2
eux n'hesiteraient lac a Oen
rcjet'r la responsabiltie sur
Io manque de fermete du pre
sident. C'cst tout- la ques-
tion du ,.hAadership, dont
le Sciiateur Edward Kenniedv
a del a fait; pour sa part; le
Lit-Mot v de sa calimpgnec
Slectorale centre Jimmy
Carter
xx x x

OTAGE IRAN :
LES CONTACTS
AMERICAINS AVEC L'OLP

ANKARA (AFP)
Lc sort des otages de
l'Ambassade des Etats-Unis
a Teheran pourrait se jouer
a Istanbul, estiment ven-
dredi les observatrurs di-
plomatiques en Turqui'.
En effet. 1'Envoye Spe-
eial du President Cart'r,
l'ancien Procueurur Gneral
M. Raimsey Clark. et son ad
joint. M. William Miller,
nlt tdldphone d'Istanbul
eudi a M. Abou Firaz. Re-
pr6senant do 1'Organisa-
tion de Libdralion de la
Palestine a Ankara, ap-
prend-on de source diplo-
matique dnns la capital
turoue.
M. Clark aurait parle a-
vec le diplomat pilisti-
nien de 1iaide que 1'OLP


PETITES ANNONCESLPRESIDE
PETITE ANNO CES Suite de la 1ere page)I


AVIS

iLa Loge Martinez de Pis-
uually AMORC prend plalsir
i annoncer &t tous les Rosi
cruclens d'Hattl; I'arrivee le
fI fvrler prochain de Frater
Christian Bernard; Grand
Maitre de l'Ordre Rosicru-
cien AMORC pour les pays
Ic langue franqalse.
A catte occasion; sera or
ganisd au local de la Loge
un Conclave auquel tous les
nembres actifs et r6guliers
ie l'Ordre sont fraternelle
nent invites. Ils voudront
bien se mettre en contact
avec le Secretaire de la Lo
ge Martinez de Pasqually A
MORC a Delmas pour tous
renseignemenls compldmen
taires
Loge Martinez de Pasqually
AMORC Boite Postale 1033
Port-au-Prince; Haiti
'el: 6-1892



VENTE DE BIENS
DE MINEUR

Ii sera precede le Lundi
que 1'on comptera Dix Neuf
Novembre mil neuf cent
soixante dix peuf, fa dix
heures du martin et par le
Ministere de Me. Ernst A-
vin, Notaire af la Residen-
ce de Port-au-Pri.nce, ex-
pressement commis a cet
effet. b la Vente publique
au plus offrant et dernier
enchdrisseur les portions
de prprprit6 ci-apres d6si-
gnees, Savoir :
ln) Un sixieme de la pro'
priete lonals et BLatises C e
penian L uls tiab-.atliunis La
douie et uuy, section de
la Montagne oire, com-
mune de petion-viile, la-
quelle propriete est compo
see de trois portions oaunt
la premiere, une superlficle
de mille trois cent quatre
vilgL six metres carries set
ze cdecimetrcs carries et nme
sure trente metres vingt
cul q ou quatre vingt douze
po'ceas de facade au cotd
Nori en ligne brisee sur
une nouvelle route, trente
neuf metres ou cent vingt
pleds au cote Sud, sur une
profondeur de cinquante
deux metres 95 ou cent soi
xante deux peds onze pou
ces en ligne brisee, au c6te
Est, 21 vingt et un metres
quarante ou soixante cinq
pieds dix pouces au c6te
Ouest, borne au Nord par
la nouvelle route, au Sud
par Pierre Nau. a 1'Est par
la deuxlmrne et la troisie-
me portion, un project de
route de cinquante ametlres
et le reste de la mime pro
pridet et ti tOuest par Al
phonse Mamnel) suivant
plan et process verbal d'ar
pont ae de Rnoper Avin en
dal e du 28 Fvrier-mil n]"if
cent cinquailnt" ni, elnre-
i.strc et ranscrict.
La doisX.ie" notonn oic
cise lune 11siirfea'e de (iuai
rate et un lltnrs dIx noun



LA FO T DU

AllPp OP. LA
!,IggI reoTRE
LE CANCER.

LintellirenaI Cainpa5 no
publcttaic crot 'strpe pl'"
Madilne OGe! ,"? Heraux
diliReln e p,-s,.,lo-.tI de 'a
Linupe centre 1- Cancer
1s Televisi;on i ;i lo : Ra-
dio. a p ij'lIc ls plus sais
fa'sants 'osultat
Jeudici sor le" dlns onosi
da' sbles rti-'.s c O 's Mai.o'.-
de Colrl;nTro,. des proprie-
taires d5 gala ries et meoin
des a:tistes o it ete reunil
comme da',s un- sorte iec
toire dans la rrande sallc
du Sans Souci nil les Da-
ines et Demo l'.cs qui as
Sistent tou.iour l:1 Presi -
dante Gaitie Hleraux les a
valent arranges
Dds six neur's du so'r
iuno fouled do L' s oInnall!s
du muonde ofu'icel diploma
tlque et eoisualaire. do
grand commerce, de pro -
prietaires de oal-ries, d ar
tistes conmmcenc;i' I af fluter
ipportanlt aeu a'i'evouies Di
mis de la Ligtue 1 encoura
gemnent dtc leur plisence a
pres leur avoir fait des
dons si precicax

Les obiets exposes report
dirent si bien aux besoins
et au gout de 1 .ssistancE
qu'on pouvati penser qu ii
n ataient pas seailement a
chetes par chnl'ita.
La fire a faith recette,
hier soir tviadstssc Heraun
et les Dnamies et Demoisel-
les de la Ligue ctaient for
contents. Beaucoup dJ(
choses ont etdi endues D(
belles choses et '1 en res-
te auttant. La Foire conti-
nue Au profit de la light,
contre le Cancer (iui a tanu
besoin d argent pour enous


VT CARTER
pourrait lui apporter pour
qu'il puisse au moins a se
rendre dans la capital ira
isenne, out 1'Ayatollah Kho
ieiny a interdit ft ses sup
porters de s'entretenir avec
les emissaires americains.
D'autre part a Teheran,
l'Ambassadeur de Turiqui.e,
M. Turgut Tulemen. agis-
sant sur les instructions
d'Ankara, tente de jouer
tin role de smediateur offi
cieux,> role purement
<,humanitaires, precise-t-on
dans la capital turque -a
pour que les otages do
l'Ambassade puissent avoir
la vie save.
Du cDte amdricain, on se
refuse A tout commentaire,
confirmant seulement que
MM. Clark et Miller s,
trouvent toujours a Istan-
bul. Au bureau de 1'OLP a
Ankara on declare que :M.
Abou Firaz n'aura ri' in
ajiouter tliX ncomn unitca-
tions offic;"lles de i'OLP
faites if Beyrouthi>.
*,Cette sensibility mani-
festee a 1'occasion des coni
ta:cts entree un represen-
tant official de Washing
ton et 1'OLP nest pas du
tout due a des consider
tons politiques declare-
t-on de source bien infor-
mee, *mais puremicnt human
nitaires. piisquce 1'essentiel
(ni ce moment est la vi.e
des otapes' .
.Les parties concernte:es
lie vile nt i iiiutlo i pas cdl)n
nitr l'u1 npr;"s."ion qu'il y ;t
ir-i .sorle de conspiriati'll
pour m rle m'e a [ i m'oc llpa
t its d( t 'A, nat s.st at' Aint'-
rimc:0tilt I(U t'-t-(n de
in rti' soiturce.
Liii eltcin- ),u It(s elN i..aii-
r's litu Pres:d( ni Cartt.'r i',n
t.111 1 lit l el i'" ,e ifl'fortis 4hi
tun lieu nol( -!prcis6 d'tIs-
ttllnbul 1I ., ;cralell. s
1Ion le qluti idlen Mill-
yel,,, 1'lio,' i .Sheraton s ,
sous les 1iitits de Mr.t lut
ghes- et Mr. Basque' -.
Une chose sembleM ,"'e
cl ia '" : o croit saevoi'
de source diplomatiquei o
caIletalec que MM. Clark
it Mi ler resterons -i 1.-
tabbul itsaoqu'I ce ou'p l
'Opnt I -fOU veril "nour .11
ler a Teheran ou alo,'s
'iisqIu'i e uli' 1 ll'y a-l
plus a'icin esnoir de reis
snr leur mission. al ,ii'l
C-1; ils regagnicront Wa-
shington'.


M. CONNALLY;
Edward Kennedy
est le plus
eauchiste des
eauchistes du
Capitol,

PARIS (AFPI
Le Siinateur Edward Ken
nedy est ole plus gauchiste
d(s gaauchist 's du Capiiole
alf.rime M John Connally:
c:indiilat republican a la
pr6sidence des Etats Uni:;
dans une interview que pu-
blie < vetidredi
Interroge sur les aspectIs
du programme du candialti
democrats stir lsquels il por
tera ses ; M Coinnal
ly a declared que M. Kennedy
-est le plus liberal: le plus
de6p-t'sier; I plus gauchiste
du Senat el. de la clhamlnire
des reprcsentants amer'nains
Quant au president Carter
selon M Connally; isa ges
tion du pays ressemble a
celle de son entreprise de
Carahuetes': qui p'r'oelilp,.
,C'est un homme respectable
mais pas bt la dimension de
I pras'dence des Etats Unis
estime encore le candidate
republican.


centiares, six ) ddclmetres
carries ct measure quarante
trois mitres soixante dlx
ou cent trente quatre pieds p
cinq pouces et six llgnes d
de facade au cotd Ouest en
line bris6e sur une route E
de trente pieds au cot6 op P
pose Est, egalement en 11 I
gne brisee, sur une profon v
deur de cent dix huit m&- 1
tres ou trois cent soixante r
trois nieds un pouce en i1 t
gne brisee au c6td Nord par e
Alphonse Maguet et Mme i
Wilhelm Frisch. au Sud c
par la route de vingt pieds,
a 1'Est par Pierre Nau et
Alohonse Maguet et a
l'Ouest par la moute do
trente pieds suivant plan
et ,nrocs verbal d'arpentas
ge de Francois Avin en da
te du 21 Mars 1959, enre-
gistrd et transcrit.
La Troisi6me portion ac-
cuse une superficie de trois
cent quatre vingt huit me-
tres carries soixante deux
decimetres et measure dix
neuf metres dix ou cinquan
te huit pieds neuf pouces I
de facade au cote Nord sur
la route Maguet, treize me
tres soixante ou quarante
et un pieds dix pouces au
c6te oppose Sud, sur une
profondeur de vingt et un
metres ou soixante cinq
pieds dix pouces au cote
Est, vingt huit metres ou
quatre vingt six pieds cinq
pouces six lignes au cote
Quest, bornee au Nord, par
-la route Maguet, au Sud
par Pierre Nau. ,, 'Est par
la dame Wilhelm Frisch et
f l'Ouest par le rest de
la mrme proprift suivant
k plan et proces verbal d'ar
pentage de Francoi.s Avin
en date du 20 Mai mil neuf
cent cinqutante neuf. enre-
gistr6 et transcrit. < dication des dits droits et
Pretentions seront faites
sir la mise a Prix de Vingt
Cinq Mille Dollars>>.

2o0 Un sixieme d'une pro
priet6 Fonds et Batisses si-
ses a Port-au-Pr(nce ta la
rue du Peuple, facade Ouest
bloc compris entire les rues
des Fronts Forts et Bonne
Foi laouelle propri6te d6
signde deuxieme portion et
servant de bureau measure
neuf metres soiyante nuin
ze ou trente pieds de fqea
do fa 'F.st., autant snu cote
onpose Quest, sur uipe sro
fonndeur ide trnte h't11"i mfo-
tres ouatre vinet dix on
cent dix niiOuf nePrlis u11
nnuces a seas crts Nord.
F11p e.qt bornat -'1 Nnrri
n'";- n VqioVp Pni 'n, R.nv.
mi Rid ,or in nr,' lte'- nor
+ion 1\' ct n- 'I rlip o t i
lTn t-n rfo 1 'r iti'in i 9 1o

:]Arilpors T la ipld a P r.X dp
lion' 0"1 ,, no l vi rsh s d<'l
,,din ,d p iv ,a w1 n, ,

;I AT
I,- of t' alsr i

I" '..t,' (i,,,, des Dits
Drtoils et Prdielnt!ms sf'ronl
f:it stir la misne i Prix de
Dix M ll Dol'1 rs. L"s 1r
tioi- dit etubh-, ta a'-
'u n'ps; aprtitiennient a la
Miltiinp Man V (rnilOila
F.-is-h nio' las [Dvmr r0-
a''i l s I,- ,, d Il D ta ; -to t

l"l" Di'-ehlmnsit- ttop,-' so
nn1-''-p di ]h'Pl {rill Si r"Ir
n,1t Frdo ah d'Cd r e ah

intestat.

Aix req!l)Pt P Otrsl i PT,
dlliLince du s'po r Witltits111
ioisCh. proprietaire demeu
rant Pi domil'lie h Port-
au-Prine idenitiei No.
2001 F aci.isnni on sa QI'a
1f do Tit-tir do la nMi-
niir sius rnmnl6. e0 do -
TPwlr aa6st( fii iSibr''np
tii'pitll d r i l isil's 'tc'r to
S SPI rI- 1,Tiprlu nvn-seir- lps


dotnmonT1ir' T PO t-nu-i rnce.
Sid- ntifie ain No. 2005-F tons
S;ViV1s 1 n1our Avocat M i
lounis ( arv T issnl diiu Bar
Sroa"n dip Pori-n,-Prtl.c. i-
Odpni ifi n6tlient P c t. t im- t ns6
qu,'v Nos. 401- 0 10R-A
55967-L qvpsp r doicile 61u
in son CoSinet sis on cot
So vntl p Ruie daes Miratelo
SNo. 52.
En Vertu lot De la deli-
beration du Consell de Fa
mille de la Mineure sus
nommidc inui sois la Presi
dence du Juige de Palx de
la Capitalb, St linn Nord
le 4 Siptlmbre 1979.
S 2o0) Dut JiiRemenlt du Tri
bunal Civil de Port-au-
Prince, on date duii dix huit
September 1979 homolo-
guant la dilte deliberation.
S 3o) Du Certifiect de Non
SAduidication datd du 7 No
Svembre 1579 dlivrd par le
Notaire Ernst Avin ;t(os-
tant que 1'adiudicaion dles
droits ot Prdtentions de la
x Min'tire Maria Veronilca
Frisch ci-dessits dderits oft
t Proitt6e le dix huit Octo-
e bro dernip" n'a p-s ea lio10.
e Pour do plus amoles in-
formations s'nadresser f 1'A
vocal poursuivunt li at No
e taire sus dcsiene. dcnositai
t re du cahier dgs charges.
u L


Louis Gary LISSADE,
e Avocat
911


AVIS A
Usine d'assemblage; en
'lelne expansion; ayant plus
Ie cinq annees d'existence
10sire employer:
Deux SUPERVISEURS DE
'RODUCTION capable da
programmer le travail sul-
'ant schedule; de preparer
(s expeditions; fournir des
rapports de production; con
troller la production en course
itc.
Experience et connaissances
classiques pref6rables.
Un COMPTABLE respon-
sable du control de court,
du budget; de l'inventaire
et de requisition de matie
res premieres; de Ia tenu?
des lives; des travaux gdnd
raux de Comptabilit6.
Experience nucessaire.
Un MLCANICIEN pour 1' en
tretien et le depannage des

machines; davant etre ca-
pable de dresser un tableau
d'entretien et de fabrgquer
certaines pieces. Connaissan
ces de la m6canique g6ndra-
le et de 1'electricite indispen
sables.
Les Intdresses sont pr6es
d'envoyer leur resume et le
numdro de leur telephone a
Madame J. Pierre; PO Box
2081; Port-au-Prince; Haiti
1411
xx x x

COMMUNIQUE
II est port 6 la connais
sance du public qu'a 1'oc
casion du 61cme anniver-
saire de 1'Armistice du 11
novembre 1918 une messe
sera dite f la hemoire des
morts tombs au champ
d'honneur, le dimanche 11
novembre 197, A 8 h 30
en la Chapelle de l'Insti
tuition Saint Louis de Gon
zague, a la rue du Centre
Louis DEBLE
Ambassadeur de France


VIS' AUX ABONNES
DE L'EDH

La Direction re 1'Electrl-
cite d'Halt: Informe ses a-
bonnes en general quIll
leur est falt obligation
d'installer un fil 'de terre
a leuns installations elec-
triques, ce, pour les prote-
ger centre tout danger, de'.
survoltage eventual pa-
raitre sur le r6seau. Cette
prise de terre a pour 'but
de neutraliser tout desequl
libre d'une provenance quel
conque survenu sur le sys-,
tame en cas ae defauts ou
d'accidents.

En consequence, la Direc
tion de l'ElectricitM d'Hal-
ti decline d ores et ddjO tou
te responsabilitd si .apras
enquete il eat prouv6 que
les installations trouvees
en defaut n'auralent pas
ete regulidrement protegees
selon le vaeu de I'ED'H.

Rend JOLICOEUR, Ing.
Directeu" Tn, hnique
Port-au-Prince, le 20 Octo-
bre 1979 %


'ii


C -


AVIS

Maison de commerce desire
employer un demarcheur
medical rdpondant aux con
ditlens suivantes :

Etre pharmacien diplo-
md
Parler une langue etran

gere, de preference l'anglais
Etre dynamique
Avoir une voiture

Priere adresser curriculum
v tae ainsi qu'une photo a
boite postal 1311 Port-au-
Prince, Haiti.
1611


DANS NOS CINEMAS


CAPITOL

CAPITOL 1


IMPEB AL

IMPERIAL 1


Avant 5hb G 5:00
Apres 5h G 8:00
4 CHAMPIONS DE
SHAOLIN

CAPITOL 2


VENDREDI 9 NOV. 1979

PRIX UNIQUE
$ 1-00
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hrs
EN VOITURE SIMONE

CAPITOL 3

VENDREDI 9 NOV. 1970
PRIX UNIQUE
12 h 15, 2 hl5 4 h 15
6 h 15 8 hl5, 10 bh 3.
$ 1-00
MELODIE POUR
UN TUEUR

CAPITOL 4
VENDREDI 9 NOV. 1979

PRIX UNIQUE
$ 1-00
llh4 lh45 3h45 5ht45
.,,4, 91h45
Tr'INI"'X VA TOUT
CASSER


ETOILE CIhE

Jeudi 6h30 8h30 G 1,50 2:50
LEt 12 SALOPARDS

x x x x

MAGIC CINE

Vendredi ft 6h et 8n1
LES NOCES DE CENDRE
Entree G. 3.00 et 4.00
Samedi a 6h et 8h
MIDNIGHT EXPRESS
Entree G. 4.00 et 5.00

MAGIC CINE
Din, nche 5h 7n 91h
LA PETITE
avec : BROOKS SHIELDS,
KEITc CARRADINE, SUSAN
SARADON, ANTONIO FAR
GO, FRANCIS FAYE.
Un f Im qui nous pint le
malheur de deux victims
de la vic, de I., socidte du
destiny dans -es absurdites
et ses dechiremioents les plus
atroces. Un fnm de Louis
Malle boulcv-.vsant et re-
muant.
Entree G. 5.01/ et 6.00
x : xx

ACTIVITIES
CULTURELLES
DE L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAITI

Vendredi 9 19 h 30 \/
CONFERENCE : tre du soleil> f.iapositives
sur la troupe et les specta
cles months par Ariane
Mnouchkinf. comments
par Jean-Paul Micouleau
Entree libre
Pharmacies
Port-au Prince


VENDREDI 9 NOV. 1979 VENDREDI 9 NOV. 1979


12h 2h 4h G b;00
p Q ob G 8:(10
JESUS DE NAZARETH
2eme parties

IMPERIAL 2
VENDREDI 9 NOV. 1979


12;- 2h 4h G 1:;00
6h 8h 10h G G 8;00

SENATE D'AUTOMNE

IMPERIAL 3

VENDREDI 9 NOV. 1979

12h 2h 4h G 5:00
6h Rh 10b G G 8:011
JESUS DE NAZARETH
1ore parties

CINE TRIOMPHE

SALLE 1

CLAUDE PINOTEAU
PRESENT

Entrde S 1.50 et 2.00




t ntree : $ 1.50 ec 2.0

SALLE III

<,ALERTE A LA BOMBEs

En.tre : $ 2 00
NALLE IV



PARAMOUNT

Vendredi 12h 2h 4h G 1.50
6h 8h 10h G 3;00
LA DURE LOI
DU KARATE
Psamdi 1'h 2h 4h G 1;50 1
6h 8h 10h G 3;00
IL Et'A'/IT UNE 1i01
DEUX SALOPARDS
6h 8h 0lh11 G 3:;00
Dimanche 1211 21 41 G 2;00
LES 18 PINCES DU
SHAOLIN
Lundl 12h 2h 4h G 1;50
tbh h 10h G 3;00
LES 18 PINCES
DU SHAOLIN



CINE' LIDO

Vendredi 121h 2h 4h G 1:50
6h 8h 10h G 2.50
LES 7 CITES
D'ATLANTIS
Samedi 12h 2130 G 1;50
5h 7h30 O1h G 3:00
LA BATAILLE DE
MIDWAY
Dimaache lOh 12h 2h
4h G 1:50
LES 4 INVINCIBLE
LES MOEURS CACHEES
6h 8h lb .0G 3:00
DE LA BOURGEOISIE
Lundi 12h 2h 4h G 1:50
6h 8h 10h G 3:00
LES MOEURS CACHEES
DE LA BOURGEOISIE


PA -4- -


3 7V,


veler les macrnes et ins-
truments pour 10 depistagi
du flad..


~-~-rr ~~-~~~-r*rr~--r~-~---~~C-~--~--- -~---i--~i~i-


----------------------______ _~_ ~~~___________~~_,, ~ _.,,~ _i~, .~~-- --~1- L.


-





X'FNDREDI 9 NOVSEMBITE 79 ____ -PGE 7


Petillant




Rafraichissant




Agreable a toutes les Occasions


II I r_71 Il ~ l ma-


BON DIEU RIT: EFFECTS DE DIALECTIQUE


t ,lle d la luei px:lge)

t iii ie Cr ,' It' 1 1t nI e;L' la
i,, r.ce. I, pr ..-, 1 i Ie hI,.inlnn,
1 011 11 d V cOmlpte dev'iLnt
'lmuir. Rel BOi. DIEU
i 317, [. !, nnille ssa.e
t I n lP ti c r ii a;I i '< ,O
l l' rTI p I 'il1'Ie Ilt. IJt
xm Il; Ie. J ,j lma howl t I
I t I 'Ie I ('s" i ll i Ct i it
0, ll t'Ire phr' ,,' du 1 1rom71n1
.'-I ll'. e e' ellr t s d i diAl e
1 tit' it' i de -, t s it e dt-butt
rit' 'p t I t Detit tt

i* iii' -i 't tit It 't-e;tts itr
. t, lhi:llll'l e'-I l e sii t e hir

1 l Ii1htEr te !'It. j I cf'; I pre-
I. t il a t. i)trl t. [Io r D t c
]: t l prlll L L. [ bl e r tC"" ) e

W I t'l li net s. it abIt de t r'
c' I' UERB W1C1I "'ava:t pre-
\i- L'rh {loue ::rtrjit line dto-
)"Il'de ails.ii ;iutour de Ce
i'i;li\'ellu pall1. r. La Liberte
]')iP l-etre aimsi ab tllrde ('I
( ppi'c-re Etr- 1 bre c'est e-
t" ind mnlisl -I et re libre .


On retrouve :ci 1 s cides
roitt!:lnl'iiti'es defelidtties par
Fluck lt iinr' dlans sa ma
tr'eTC u(h'vre LES AF'FRES
I) UN DFFI I La,, revolt on
d's rA.ble I' i t I inls. t t :1
pri :" T' pit Le prtobleLm i.'
c re',1;^'rit au mr; ') ioe e
jr'I ni I "t.'" r *'. i ll J ,i

cru 'hen niic t' r:ipprocher
I.'-, rdotl rom'1ii-- pour l e'luci
d r i 'le valet 'ci I' s al)sitrac-
t otns 0t les c.intradiLt ons.
Dans les deux romans l-
ne action e0-t r"ecise. les au
tu'urs rssa'n'.t e gagner les
ni llcIetiel, a une certain
rpi; s" cuvrer'c t n leur lat-
s':Int rireildre conscience,
conmm' te sit,' naitt Fernan
cle:: Ramon o : I'ldentlitte de
leu:s d;'nmarc ,'s s ir ltul' s
(t de 'ours condtltons dc
productturs. E;: fil'grane ton
r'rulive e esynehretismo ro
ig elx, S Il'spri, to vendetta
t p p tpet s t c'tolidien-
Ies de ];1 p, .y.nnt'r e. Cfol-
vi de so' Le- Alres d'n'
Del'f et Bin D!tL Ll 1 ',


SUR DEMAND DU PUBLIC

Hughes Leroy et Emile Desamours

PRESENTS LE WEEK-END DERNIER PAR

L'ORCHESTRE PMiLHA&iMONIQUE

STE TRINITE

HEIIPRENNENT ILIUR RECITAL DE TROMPEITTy ET
PIANO c

le Samedi 10 Novembre 1979 a

7 hires 30 P.M

A L'AUDITORIUM STE TRINITE

Au Programme ;

IlAt II, II :'1'IIOVEN, HIAYDN. ENESCO; LAMOTHIIE
VERRET, ete
I,:LS ( 'ATI'S I)ATI'EES DU 3 SONT ENCORE VAI.A
IMlIES EIT DEMUIIRIENT DISPONIBILES A

LA BOITE A MUSIQUE ET A

L'ECOLE STE TRINITE

AUX PRIX DE $ 2. POUR ADUJLTES

ET $ 1.00 POUR ENFANTS


t onnllnt cLhe' dans iunt i
Cti'lt.le enclave conijonceul-
rellh qtu! influence necetssa.-
ri rient la cuilepLt on des si
tialt unOS '11n p:lesen1ce. La
thlimitique dci Bon Dieu,
rkis lotais -e sO ,itue pas un'.
t'ect ounelltPentit dans les
ie!i:'; t( eK. '"anck Etion-
ite tvo' Dei-d 5ln les Aflres
d un Def ciImme utine p e
ce form-l'e deo dominationI
oce dental c-ans rapport
riel avIci I mileOu dans le-
quel evoluent les paysans
de IBot Neui assujetis au
ivodut. "osnnt p r Franckl
commi.ni '' ai'ot' Io;nms deo
doinmnasion.

Djns irs iclu,-r' runn-ns 11
est quoelt o1n 1i exploitation
to L eC-i.i : compi que
qurt d -1 nouis iaut traiter
dial 'tiqumtc.t celte ques-
t.on. Les )-_is. i'nages des 2
omans ss mb.inb."-' a saflfroin-
ter au c(1la c(', rapports de
p.,oduc'ton et tces rapports
.Or aumX q ti s itnl'icalnltl
daens les; mrr.',s reels de
"BON DIEU RIOrT 1952) et
,",s Aire's ci'uni Delu ,
(1,9W-. La Po'. on dt o'u
vri- de S' A s ni itl I'eg-ird
dces r-tpporls ;:, productionin
de 1,poque e, dc ordre stim
SO'n1 tll ',. a;.sp ;, a tti e trl t ns
isaniatic t t i i'e'louche silr
I1 spoir. a pb.t' da 'loeuvn re
'Fr .iickrtanis:te indliqite plu
tot unre tenidan'ie revolution
nui;re. C 't i' I.i'-'tiiii predis
pose aul soit ien des 7om-
his de Bo s-N N 1 (ti au mae
sscre des d'cLa:rurs. Dans
,BON DIEU R'rT Edr:ss St.
Amn;ind prcnd la responsabi
lit' de rendre <,Op6rants
son iengagt'menft en visant
d'abord In superstructuree .
social orthodox Parti-pris
d'atleur qui sr Ie en parti-
culier i. une ai tide adop-
Le en 1928 par les oer vais
iRutses d;is ]ts ItKolknozes.
Une certain or intatioin est
done l 'oeuv-e: la reality
,o'tle est tiss-imec el diri-
gte dans le r man selon le
message A fair( passer. Jac
quePs Routmati qu' a teoll
compte sinimplement de la
renlie l soeiah' ha tiinneO sou
mise ord nairement a 1'e-
chec a chois; ptsr example
(Ie far, mr"r; r Manlue
dan'qs COTTVFetNFTTRS DE.
tI ROSFEF C 'e l 6ea'eomcnt
le cas dels c'Se eSnces dIe la


Cole(ie D'Anthony Lespes,
L' dc'SLSpuoir st an5s lotujcL
ooUerve e c 'e.-, ce dern or
qth stlubatge 1,, regard du ro
linicter. LOS paysans sont
a nst eterneillment limits
dans leur uiIVt ls:

L Universe es exploits. St
Amanu d et Francketienlne
out passe la lampe en pro
longanti les romans indige-
ltitLes par un appel a la- L-
i)eraticn. Ce voeu de l'es-
pr t tented une fois dans
, Moutagne Ensorcele> s'ope
re & la ois dansiBON DIEU
IT," et dans < DUN DEFI,; Ce qui n'a
pour objet que de proletari
er I -nillttuel. La fin de
Dezaf s'apparente a. celle
de ,. II est
quest-on de collectivisation,
ce qui sous-tend forcemcnc
un proccssus o.e rationalisa-
tion des energIcs. Cctte as-
sociat on sponlanee des hom
nmes dans le roman a meme
au pr.me abord un_ caracte-
r' anarchique qui s'oppose
q 1' nd flercnce et c la resi
nation. La talnsitionl so
la aull moyen de la hansise
hal t enne de coumbite et
Qo' iinoni, hont se qui se
te allx Lidolopies interna-
t onalst2s acLuti lies: Ou al-
lt-tInous? ot voulons nous
a Her? ecrit Frtncketiennc At
la page 221 de son roman,
Clodoi s cont 'iue; il est in
dispensablec qite nlous nous
un.ssions aux Daysans de la
ieplon pouT s l vre ensemble
unll s(ul cu c h n i n,
pour u t t e r c o n -
tre toutts les Ifirmes de ser-
vitude ti daioiination: A la
prie 227 Clodonjis, conclut,
son allocutlon en d'itant :
,Pol c'hasser le solnmeil pa
ralysanit la ' Ui-,. et la
m)trt nous dt';ons EN TOUT
TEMPS ET EN TOUT LIEU.
apprendre t v vrec pour le
partage du s"l. Beatucoup
d'autres zombis croup'ssent
dains la m sere et 'incons-
coice aill' folri des monta-
gnies, ft nterieur des plai
nes et tjusque dans Ls vil-


Pour garantir les v sas de
I'aube, ioyolns ciiifatigables
s'nicurs lI escl car la o lia
y aurait un '-l:] ectre liu-
iii]i t eneha ii", atlamne, hit
ntil e, c'est I t!-uimsnt l 0 tou-
te ent crec quti"' 'et trainee
(';is'; ht ttou'e. Le mythe de
I' Ilterl t i''ni lqi s i retrouve
(elemI(ni danl-ii -BON DIEU
RIT t( Irt tp' n t ravers
I'' Ingm e i Otde Prev.n. iiUn
jour holu,' ttIles t ps'ys sits
limls m tltrol'O ; llotre to le
tl tll n seil bomninet. Nous

bite de toius e0- pqysins L-
lors qluand n1 is' trIava'lIe-
rons ito0l; iv'pros itnre tira
vitil il 'y auia phis cett.c
mns'tre les p:iysn0ns ne se-
rnll pils a ssu nes siMns
raison et e que nolls Vou-
lon i' cst ce quo nouin; fterons!
'.I'engigem nit communau-
inire dcehouclie" ur l'enBage-
ment 11n vIors"-l danlls leso
iromnns I,e1 fr'i is R"rvolu-
t'onnairas JEROME, CLO-



Coupe du Monde -
L'Egypte refuge
de iouer avec
Israel
ATHENICS iAFPl
L'Egypte a rcitie de jouel
avec srael ar' etirs dui 2e
tiuIr de la Coupe dlu Mondt
de Golf, v.ndredi a. Athe-


Lorsque If-, org-nisat( urs
Out coimmull qlue, jeudi so,r
I ordre des drnarts t re au
sort, les joueurs egypticins
Johamed Moussa et Faroul
Dadr ont fait savor qu'ils
ni souhaita'enot pas evolue
aux cotes des isr4eliens.
A la suite de cette reque-
te, le Comito Organ sateus
s'est reuni et il a decide d
fare jouer 1'Egypte avec 1;
,Suisse. Is.rael otant place a
vec S ngapour
C' st le deuxieme probl
me pnlit co-sportf que co
nait ertte 27eme Coupe di
Monde. aprs l'exclusion d
l'Afrique du Sod a la de-
mande du gouvernemen
green.


DNIS ET ALIBE qui s'applli
quent & coordonner la coali

tlon des paysans et des bob's
nouveaux sont les prototy-
pes memes de Rosemond,
Previllen et Dacius qui dans
<.BON DIEU RIT> assument
la prise de conscience des
paysans centre le system d'i
negalites dars le Plateau
Central. Le naturalisme a-

chsevtque pro6: 1t les au-
teurs s"d'ntific de maniere
complete a l'humanisme me
me et fait une certain br9
che dsns la superstructure
alienante actnelle. Il s'agit
dans les deux romans de la
valeur-traval b. reconside-
rer. des movements sctaux
livrs a. 1in tiat'.ve privee.
Tout ckla se fatt selon un
schema tradit onnel .

Autant de minanres de di
re aussi qu" partout oi il
y a du Maitre,. partout oil
1 y a de la domination et
par consequent de la servi
tude, pour ctor Bernard
Henry Levy, il y a toujours
d'une maniere ou d'une atu
tre. man pulat'on du temps,
fin travail sur le temps, me
thodique g st'on do son de
roulemnnt ot de sa chronolo
po o. Dans BON DIEU RIT
Octave Cyrille grand pro-
prietaire terrion, s'approprie
pour la v'e durant, la plus
value dcs force productive,
rlnns LEX AFFPES D'UN DE
FI *S'iintil, veritable d cta-
tcur-liougaqn, decide de la
v'e do toutle une communnu
to qu'il zombit;' a son profit
Les d Lux romans exposent
nsil' los confl'ts semp ter-
nels entree le v'doiu et la
religion occid-ntale. qui s't
poumone toujours inven-


ter d'autres forunes do lut-
tes confessionnelles. Dans
<,BON DIEU PrIT, la reli-
gion est cond'tionxnee au
schema: opium du people au
toalienation humane. La.
structure est beaucoup plus
complete dans ce dernier ro
man qui met en question la
morale vodoue l e flambo-
yer a detruire). les trad'-
t ons de fam:lle, le dro t,
l'Etat, la propiRete privee et
ses corrolaire;. e RIT, pourtar',t est plein de
contradictions Previli"n qus
s'.dentitie a 'aui ur a l a c
teur heros normal, lei seul
qu. puisse tenu tete a Octa
ve Cyrille, qui s'oppose a
ses parents d'ibedience pro
testante; demeure vudou.
sant dans lams et adopted
en dern'er lieu une altitude
Imprecise.


cle nouvelles o':sses sociales
'ans lesquelles on retrouve
ra't peut-etre les memes
phenomenes: ',.nli,.-s a uL-
zonmbifier, des i ti ,d de' sec
t ons cu;t.-id si j tiiie Or ge
ne, dces jge; e' 'lumpus coln
me Boisrond ,cs past, u'us
inconsequent,-. come P.ne-
christ ou le pe're Antoine?
Papa Boi l:iIu sait ce qu11
fa t, il fIumt do!rc s~ reisgner
A la volonte de Dieu < Edriss SL Am.nid. H1ois d
son context rette phrase
pourrait fire brfuler <,BON
LIEU RIT cati i s agit la
d'une comproi-r.sson total,-
avec l'echec et la resigna-
t on.

Ce qui n'es pas le c1
entire les groups exploits
et ls classes explotteuset
dans les deux romsIns i us-
cites. I1 s'agit eppend ant de


d'viter les myst'fications
theory qu'ts, d etre 1Iouvricer
de son jardin.. Ia encore on
dibouche sur des vues prag
m'tituenment courts, Previ
P- laisse Digauaran 9 elle
inium et cheiche a la fin
tu roman une nouvelle pa-


i a; 11it houl- e' la terre es
boinnae

il a'-mlit touimours la lvie
En qcloi va c.: 0 'ster desor
Im-a, celtte v S r e n-
'i lI ass presager, il s'agl-
rait mairntenant de trouver
uniL suite it lBON DIEU
RIT et aux AFFRES D'UN
DEF'I Ne nous meprenons
n.s ('e ces sites i BON DIEU sait ce qu'tl fa't
11 taut done so resigner a la
voloIntI de D:cu QOui dis


1Ns vodou q-' ne nous rap
po e rien, la misere nousl -'-
tuel Nous allons a l'eglise
catholque et la misere de- EntreliS3 EInd !S ti? e
mE ure toujours. Chaque- '
jour la misere devient plus p22l2 -
terrible. Nous nous faisons RECHERCHE
protestants mais egalemrnt A) COMPTABLE
r en ne change et c'est tou
jours la maladi't et la miso Au moins 5 Ans d'Exper'ences Avant Connaissance

so refuge da'is un espoir Payroll Industriel. Co('mprendre et s'Exprimer en An
incertain: choses ne resteront pas comr cement.
me ga tout le temps! tLES AFFRES D'UN DEFI,, B) RECEPTIONIST BILINGUE
le jeu de la spirale aboutit
a la Revolut'on. Mais lh en Possedant Notions de C.omptabil't) et apte aa s'inui-
core on sa demanded, quellc gre'r dans les Traveaux du Personnel.
est done la conscience de
cette revolutions9 Revolut on Pour Information Sonnez Mr. G:een au G6-1734 ou
pnur un novel 0tat? Pour Envoyer Curriculum Vitae (i Casier Postal de Del-
line nouvelle "uperstructu- mas No. 13103. 1011
re alienante? Pour un nou-
veau-Itysitme de vie? pour_


NOT'TVEAU NOUVEAU NOUVEAU



'outr vous faciliter la tache



Mesdames des Hamburgers


Patties deja appretes










: : -<.


DE VOTRE FREEZER AU FOUR

CUISSON RAPIDE

EN VENTE DANS TOUS LES SUPER MARCHES


-- I .,l -mm


P I I I r


,______. ____,,__,___________~. ___ .___ ____. ~~_~_~__~~~ _~Cl~ly~*y_ ~__.li_*--L1~-r~-iUi~lr~~-L~L~-~






PAGE 8 E NOUVEMISTE.* VENDREDI 9 NOVEMBRE .7j




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midl 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30


CE SOIR "
Salle I $ 1.50 et 2.00 Salle I $ 1.50 et 2.00 Salle Ill $ 2.00 Sane IV $ 1.50 ,
CLAUDE PINOTEAU PRESENT .BLONDY (.ALERTE A LA BOMBE. (LA FEMME SANS MARIA,

1*''****^ "*^ ** '*~'- ~ -- i^ ~ 'fM ~ - ~ iri-'M ~ ti~~a'rnir '-aag or a- r <0 ay -c ^*~l ^l^lfb~ro>QyJ~y^^ ar -n n n rr n rraiii


AU FIL DES RENCONTRES


Nouvelles de l'Amerique Latine


Le lundi' 5 Novembre,
trois jours apres qu'oun eCut
ciu que les portes clu cime
lner etalent rcfrinrces sur
lea. iULDtIbH, ces mnysLeres
ou sloas, de la Mqat, qul
iort du fait que les vivanist
t les mortis sonit tos leurs
infants, venaient de con-
dui.re deux jours de baccha
uales chez les homes de
Soulnee, de Dahomey et du
Congo, les tambours re-
comnlnenaiecnt dans la soi-
Srde a trouble l'air de la
Place de Petionville de
lecurs grondements tantot
sourds tantot vibrant.
Adrien Ciceron, dans sonu
costume de satin blanc, et
tenant 1'Asson, dirigeait de
sa voix de leader, autour
de dessin-m magiques ou 4Ve
vei a base de croix simples
servant d'cspace astral ou
des temps planetaires, et
de bougies allumces dans
des pelures d'oranges, des
homes et des femmes, que
montaient. les Guedeh invi
tes par Odette Latour Wie
uer a venir danser pour la
belle soc;ete. a lI'Htel Ma
rabou, decor des couleurs
qui sont celles des m ystt-
res de la mort et du cimen
tire, blanc, noir ou violet
que i'on nretrouvait dans
les pointures de ,TI-GA. de
DORCELY. de VENI filss
d'Andre Normil) accrochees
aux murs des sales.
L'Assistance avait suivi
la consigne portee sur les
cartons d'invitation. E11e
portait les couleurs des
Guddeh. blanc. noir ou vio
let. Cette assistance se comn
posait de personalities res
pectables de nptre monde
intellectual et artistique,
de diplomats, etc.
La grande table de la
Salle a manger portait,
come un 6pouvantail. une
effigie de Gueddh, qui dr-
dinat.rement s'habille d'ori
peaux composes d'une re-
dingote noire frip6e et d'unu
vieux, chaneau melon. pla
c6e au milieu d'offrandes
(vui. sont les mets favors
de cps esprits du cimetiere.
Qiuaind aprbs force bois-
.sons pimentees ei invora-
tions scanddes pnr les bat
tIements d'.s tambours les
Cu6cleh frcbrernt les portes
du cimetllre deja referm6,s
suir iux par Rah Nibho
ISalint Pierre) nour r6pon-
dre a linvilation de lai
Prelrrssra Odrtttpe oni voul:lit,
aider ses amis I jouir -'n


15%




20 %




25%


salon d rlee ele paix cosmti
quo qu appurte le Vaidou,
1Us 1 ui oLureni leaOiuis inu-
vau.a c cst-a-Odre qu ls enc
traient dans IC's SLI'VaTls cu
aci vantLes auxquelles ils
uonnlerent leuis voix nasil
lardes. Cus achevaux di-
vilns> come Maia Deren
appelle les sposasedls des
mysjteress) se deguiscrent a-
Jors en badigeonnant leurs
visages de poudre blanche,
et en mettant du cotton
dans les orifices de la fa
ce, nez et oreilles.
Ainsi accoutres, les Gue
deh se lancerent avec fre
neesie dans des danses ero
tiques qui en faitl symbol
sent les movements des
vcrs grouillants dans la
pourriture du corps giant
dans la terre apres la
mdrt. en tenant les propose
les plus orduriers dans une
.litanie de chansons pail-
lardes que de belles jeunesa
femmes aux levres ecarla
tes, reprenaient, aux ryth-
m's du bands lubrique,
avec l'ardeur du defoule-
ment.
Ces chansons paillardes
et danses eroliques ou lu-
briques, aux sons lancinants
des tambours mrttaient
1e diable, je veux dire, le
dieu des Guedeh non sefile
ment dans le corns du Pre
tre Adrien Ciceron. d'Eli-
phete et de leurs suivants
et suivantes. evoluant comn
me des derviches-tourneurs
sur les d'un cabrit noir emais aussi
dans le corps de tries bel-
les femmes touch es par la
grace d s penrits de 1'O-
lymne Vaudou.
C'etnit la fete. Elle ttait
pour les crova7t's 11usn oc-
eaision do rendro hnmmnee
aicY mvstro dio p In Mort.
e( nor l's s't1es -q on cii-
rioqit. tnui nqs moins ore
n1 devotion fait les pele-

T1 v put uin lnne inter-
mrnd, nn ours dourml 0-



eral O r' 'an inu.,t sou-"'


Tn anntif m4-1 na an1 a1 4

- 1,ifI rml-'4ntq;-nf r
ArlT in OT TC's rFTT


foul s, s Trim .'
Anhlflnll TOT TCn)TTT-


LES GUEDEH INVITES PAR

ODETTE WItiJt


DE RABAIS SUR TOUT ACHAT CASH JUSQU'A


IIRIAM SCHNEIDMAN
LkUNOMIS'TE DE LA
BANQUE MONDIALE
Au course de la semaine
est arrive A Port-au-Pri.n-
ce, Mile Miriam Schneid-
man, economist a la Ban
que Mondiale A Washing
ton. Diplomee de George
Washington University, Mi
riam a fait des etudrs de
frangais a Washington et 5
Maryland qu'elle a per :#
tionndes a Dijon.
Nous avons rencontre jeu
di soir au Grand Hotel 0-
loffson en compagnie de
Phil et d'Ira, cette jeune
et charmante visiteuse qui
passe deux semaines au
Sendral's Guest House, de
Mme Rachel Sendral.
X X X X
Dr. YVONNE MORGAN
ET SA FILLE JULY
RECOMMANDEES
PAR L'ARTISTE
BOSCOE HOLDER
Nous avons rencontr6
hier soir a la Discotheque
Hippopotamus dirigee par
Lonel Lavelanet Jr. Mile
July Morgan, diplhmee en
droit de Londres.
Elle est arrive il y a
deux jours a l'Habitation
Leclerc en compagnie de sa
charmante more, Dr. Yvon
ne Morgan, medecin genera
liste recommandee en Hai-
ti par le grand artiste tri
nidadien Boscoe Holder, fre
re de 1'Illustre artiste ame
ricain Geoffrey Holder de
New York.
Dr. Yvonne Morgan et Ju
1y, jolie. pulpeuse. assent
une semaine en Haiti.

Les iraniens aux
Etats Unis
WASHINGTON, (AFP)
En plus des 60.000 etu -
diants iraniens qui font des
etudes dans des Universi-
tes americaines, 273 ira -
niens suivent sctiirll,e0.nt
un entrainemeu.- militaire
dans des bases de la < AIR FORCEs et ce la sUS
NAVY> Ils etaent 2300 en
La plupart sont au ter-
1976
me de leur period den-
trainement et leur nom -
bre devrait etre encore
plus reduit 1 annee pro -
chaine, a indiquA Jeudi le
Pentagone
La majority de ces mili-
taires iraniens .; ntrai -
nant dans 1 armee de 1 Air:
245 Les autres suivent des
course dans les bases aero
navales de Californie, du
Texas ei, de Floride.


A PARTIR DE


x x x x
Swin Weiner et sa jolie
femme Mary-Lou, tous les
deux dans les anntonces pu
blicitaires ou Advertising a
New York sont arrives cet
te semai.ne a 1'Habitation
Leclerc pour une visit d'u
ne semaine.
x x x x
Meike Wulf, jeune et gen
tille visiteuse allemande
de Krefeld est arrive mer
credit en compagnie de Ma
dame Bertha Stock de Kiel.
Meike Wulf qui a etudit
eHotel Secretary>S au Can-
ton de Vaud, Suisse, tra-
vaille au Weises Rossli,
grand h6tel de la Bavi6ie.
Meike que nous avons ren
contrde hier soir 1'Hippo
avec des amis haitiens loge
au Splendid Hotel
u
Le Recuefl
de poemes de L.
Desmarattes
Monsieur Jean-Lionel
DESMARATTES
4VRD Radio Nationale
En Ville

Cher Monsieur
J'ai I'avantage d'accuser
reception de votre lettre da-
tes du 17 about courant sous
covert de laquelle vous avez
bien voulu m'offrir: coeur et ma plumes>
Je prends plaisir a vous
presenter mes plus vifs re
merc'ements pour votre gra
cieux envoi et I'aimable de-
dicace qui l'accompagne Je
vous prie de croire que j'ai
bien apprec' la belle qua
lite de votre oeuvre et votre
talent de poete
Veuillez agreer, Cher Mon
s'eur, l'assurance de ma con
sideration distingute
Dr Hubert De Ronceray
Secretarire d'Etat

monsieur Lyonel Desmarattes
'ort-au-Prince, Haiti
Monsieur,
Juste deux mots pour
vous d're que j'ai ete tries
agreablament surprise par
le recueil de poemes que
vous m'avez envoy et qui
m'a trets sincerement beau
coup plu Ce que vous expri
maz apparait vecu, simple-
ment dit, mais avec beau-
coup de sens bilite Jespere
en lire d'autres
Avec mes salutations
Pascale SMER.D
Terville -- Thiomville
France
17 SWptemnbre 1979


$20a


$150


BOLIVIE : M GUEVARA
REAFFIRME QU'IL EST
TOUJOURS PiRESIDENT
LA PAZ, (AFP)
Depos le ler Novembre
par le coup d Etat du Co
lonel Alberto Natusch, M
Walter Guevara Arze a
roaffiume Jeudi avec force
devant le congr s qu il vait pas renounce ni ne re
noncerait jamais )q ses fone
tions de Presidenit constitute
tionnel de la Republique
Bolivienne

Devant une quaiantaine
de parlementaires, Mon -
sieur Guevara a scmme les
Forces armies de reint6 -
gre leurs caternements
pour claisser le peuphl
poursuivre le processes D6
mocratique auquel il a d6
ja tant sacrifice L attitude
actuelle des forces armees,
a-t-il averti, 'peut devenilr
tragique et sanglante pour
tous>>.
Monsieur Guevara, don't le
discourse a ete integral -
ment retransmis en direct
par plusieurs chains de --a
dio, se trouve devant un
double choix aevenir 1I
pays occupy niilItairement\



UNE NOUVELLE
IDEE KODAK !
Nous avons rencontre cet
martin, l'un des responsa-
bles de ventes de ia Kodak,
pour Patr ck's Color Lab en
Haiti. II revient d'une tour-
nee dans les Caraibes ou
il a contribute a mettre au
poin\ une champagne de lan
cement sur le territoire an-
t llais et evidemment Haiti,
d'une series de nouvelles ca
mrras, dernieres nees des
laboratoires de recherche
Kadak. Ces cameras, semble
t-il, d une simpl:cite eton-
nante son[ concues pour
ceux qui n'ont d'interet que
pour les bones photos, les
souvenirs; quelque soit 1lap
pareil sophistique ou non Ce
serae, nous dit-:l. ct nous ci
tons: avec des appareils coutant
plus de la moitie moIns
cher, d aussi onnnes photos,
qu'vec des appareils plus
compliqius danni !es ina uns
d'un amateur moyn,.. Nous
pensions que c'cst li une ex
cellente chose que Kodak
mette la simpcite 5 la potC
tee dc la main


IRAN -AMBASSAi6E: CAR-
TER AU DEPARTMENT
D'ETAT
WASHINGTON (AF-,)
Le president Carter a quit
t6 la Maison Blanche vendre
di en fin de matinee heree
locale) pour se rendre au
D6partrment d'Etat.
La Maison Blanche se re
fuse pour le moment a. tout
commentaire ma's on ap-
prend de source officielle
qu- le president va partici
per a une reunion au centre
d'optration special ttabli au
i D6nartsement d'Etat pour
suivre le dtroule ent de la
crise iranienne.


de la Garde Ntionale somo
ziste ayant penetre du Hon
duras en territoire nicara-
guayen vait etc repoussee
par l'armee sandiniste, il a-
vait accuse l'Attache mili-
ta re hondurien d'agir en
liaison avec des elements
contre-revolutionnaires et a
vait demanded su gouverne-
ment de le declarer perso-
na non grata

Dans leur communique,
les forces armees hondurien
nes ont dementi ces affir-
mat.ons et inctique qu'elles
avaient exige des explica-
tions de la part du Ministre
nicaraguayen Elles ont sou
lign6 que le Honduras n'a
vait plus de representat on
diplomatique L Managua de
puls le mois de juin der-
nier, a l'exception d'une Se
cretaire fa.sant fonction d-
Chargee dfffaires. Scion le
Communique les diplomats
honduriens avaient quite
Managua en raison de mau
vais tra temen'ts subis sanL
explication de la part des
autorites nicaraguayennes
(I1 est impossite oue no-
tre attach militaire conspi
re a. Managua, pu:aqu':l se
trouve dans note pays de
puis juins, a souligne le
communique.


ou defendre sa liberty& et
son droit a se gouverner li
bremeni, conformement aux
dispositions prcvues par
ses lois et sa constitutions
Monsieur Guevara a ega
element rendu hommage a
1 ex-President Victor P z
Estenssoro, affirmant qve
ce dernier (72 ans, Presi
dent de 1952 a 1956 et de
1960 a 1964, et lentrd d exil
en 1978) n a jamais appu
ye le coup d Etat.
Le Quorum n ayant pas
6te reuni, cette seance par
lementaire, qui dtait la
premiere depuis la rdouver
ture du congrds par les an
toritts militaires, a ete a
journee a Vendredi

De leur cote, sla plupart
des formations politiques
boliviennes 1l move -
ment nationalist revolu
tionnaire (MNR) de Mon -
sieur Paz Estonssoro, le
movement n. itionaliste re
volutionnaire de Gauche
(MNRI) de Monsieur Her-
nan Siles Zuazo, le parti
Democrate chr6lien (PDC)
le parti socialist et le
movement de la Gauche
rerevolutionnaire (MIR) -
ont exige que le Colonel
Alberto Natuch arenonce
a la presidency de 1 Etats>
Pour leur part, 1 action
Democratique nationalist -
te IADN) de 1 ex-President
Hugo Banzer at la phalan
ge social;ste bolivienne,
sans aller jusqu a exiger
son depart, onut demanded
qu'il ne participe pas au
gouvernement.

x x >x x

VENEZUELA:
FIN DE LA VISIT DU
PRESIDENT BRESILIEN
FIGUEIREDO
CARACAS (AFP)
Les bases dune coopera-
tion econornique sans pre-
cedent ont etO jetees et un
rapprochement politique si-
significatif a ett opere entire
le BresIl et oe Venezuela,
lors de la viaite de deux
jours qu'a achieve jeudi le
President bresiJicn Joao Fi-
gueiredo a Caracas.
Pol tiquemant, estiment
les observateurr le sommet
Joao Figusiredo Lu:s Her-
rera a consacr 1 intention
des deux cheis d'Elat de
rapprocher deux giants lati
no-americains: le Bresil et
le group And n iBolivie,
Colombie, Equateur, Perou
et Venezuela).
Aut plan cconom que, les
quelqu.' cents holnmmns d'a,
fairs brcsiliens, qui ont ac
compagne le president Fi-
gue redo ont conclu des ac-
cords, qui doivent donner
]lell s ln courant d'echan-
ges estimes entire deux et
trois mi lilrds de dollars.
Los deux parties sont tom
bees d'accord pour accile
rer la m se ell place de mo
yens de communication rou
tiers ariens et banquaires
insuffisants.
La vis te du President FJ
eunirrino a et6 la premiere
d'un Chef d'Etat bresilien
Caracas et son premier de
placement i t'etranger de
pus aa prse' dc pouvo r.
x xx x
NICARAGUA-HONDURAS :
DEMENTI HONDURIEN
TEGUCIGALPA
Tcgucigalpa- (AFP'
L'Amree honldurienne a
dcmenuti jeudi les accusa-
tions formulees la ve'lle
par le Nicaragua centre 1'At
tache militairs du Hondu-
rs a Managua selon lesquel
les il conspirera't centre 12
revolution sandiniste.
Ces accusations avaient
etc lancees ppr M. Tomas
Borge, M nist,'i de l'Inte-
rirur du Nicaragua. Apres
avoir affirmed au'une troupe
armee d'anciers membres


NICARAGUA DECLARA
TIONS DE M. EDEN PASTO
RA

ROME' (AFP)
L'appui de 'Europe, du
monde arabe et. des pays
socralistes est vital Dour le
Nicaragua, a bout de souf-
fles, a declare jeudi M.
Eden Pastora, vice-ministre
de l'interieur du Nicaragua
en visits a Rome.

Au course d'une confreen
ce de press, M. Pastors
plus connu comme le rcom
mandant zro>> de la r6volu
tion, a rappele que son gou
vernement avait estime a au.
moins 150 million, de dol
lars l'aide necessaire pour
la reconstruction de son
Days, mais que jusqu'a prd
sent seuls 97 millions ont
6te promise par la Banque
Interamericaine pour le d6
veloppement.

Evoquant la revolution au
Nicaragua, M. Pastora a de
clare < plus humaine de 1'histoire
Nous n'avons fusilit et tortu
re personnel. Seuls sont en
prison tls p res collabora-
teurs de Somoza, qui seront
juges par des Tribunaux de
droit commune>..


une petite quantity ct'huile
essentielle a laquelle ils doi
sent leur parfum, et un al
caloide, la capsa sine a qui
revient leur se veur piquan-
te.
Les chillies sont employes
en medicine contre l'atonie


Les poivron-, se consom- gastro-intestinale et cer-
mcnt frais. 1-s se cueillent ta ns cas de diarrhee. Ils ser
verts en culture precoce et vent surtout comme spices.
rouges a matur te. Tres ap- Epices qui talent leur pe-
precies aux Etats Unis. ils sant d'or pu'snue le piment
const'tunt un. excellent ar zoiscau d'Haiti par example
ticle d'exporia!ion. Les < rages) se sechnt. 2k.50 a ces qu: soient de Vitamine
4 kgr. de fruits frais fournis C.
sent 1 kgr, de ch'llies secs. Courtoise de la DARBOU
Les pimn nts contiennent CO.



LA DARBOUCO
POUR PRODUIRE PLUS
POUR PRODUIRE MIEUX
POUR PRODUIRE MOINS CHElR


A la Darbouco

LES MEILLEURES SEMENCES
LES MEILLEURS ENGRAIS
LES PESTICIDES EES PLUS EFFICACES
DARBOUCO, S.A. RUE DU QUAI


*


Prnfessionnels, amateurs ou melomancs avertis % {
Pour tout ma' riell electro-acoustique

Voufez Aux Ondet_ Sonore.
Pour tovt apparel de haute fidAlitj
Voyez Aux Ondes Sonores
Poor tout ma.ericl electronique
SVoyez Aux Ondes Sonores
Pour tout) materiel electriqae courant
Voyez Aux Ondes Senores
Pour tout en matiere de Television
De I'antenne au recepteur
Voyez Aux Ondes SoscGes
Pour enrichir votre culture musical,
votre discotheque et assurer
I'entretien de vos dasques
Voy-ez Aux Ondes ,Sonores
Pour choisir 7otre guitar classique ou electrique
Voyez Aux Oz.Jes Sonores
Volonistes, s, Violoncelliistes
pour vos cordes professionnelles
SVoyez Aux Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes poor voiture
S Voyez Aux Ondes Sonores
Pour vos enredistrements : tape on ruban magn6tique
cassettes. cartridges sont n6cessaires i
Vovez Aux Ondes Sonores
Vo'n eveT h poin lte cables
4 ectroniques ou electriques
Vonvez Aux Ondes Sonores


Aux Ondes Sonores

Tout... dans tous les domaines
4x Rue Macajoux Telephone No.52-3824
4u Service du message sonore /-

wBI aseF


(Suite de la lere page)

tra'tement insecticide con-
tre criquets et mouches de
fruits. Quatre mois environ
apres le semis le piment se
recolte. 400 a 1.00 kgr/ha.


COIN DU JARDINIER


SUPER SALE



DE FIN DE SAISON AUX 2








h azaaz




LALUE ET PETION- VILLE





Du Lundi 12 au Samedi 24 Nov.


De $ 20 a $ 150


Tous les articles exposes sent en Sale




Profitez de cette Aubaine

-__- -,+. ++ .-. s a :.r-r. -. .~_ -,- ,6= -


-------- -'"----"-i--F-.'-.--.-.n-~.~--(.~.-i*~- --~::.-.~---.rlr-r-in^--~~~- ~


~-~-~L-~~,,,,,,,,,-~\-L11


: ::




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs