Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10529
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 20, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10529
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text






LA CONJONCTURE

ECONOMIQUE AU 4eme

TRIMESTRE 1978

(Octobre Novembre Decembre)


( '"Intl ilrem 1 nt- l il (trinllies
lit. I l ,cldtill 1 jilii| lvall 11111
(illii illv lirli b' i S l ---. i p 1-s
tl l( lit i bI iiss salson
i':c habl ttn el fI le 4l', e
mt'.11'rli 11)79 a i'onn u one
u l 4 I ,)prodillctl(i 10
dtslil, 11v L'llnched r est en
:anl i altlilt ll ll di 3[0,6';. sur
li Irlltlnestre precedent -ot
d 8I 9', par rpl)lport aul 46.
tr.mrislie 77.
Ii' r,''.ir:se i 1;i lI pro-
il et .1 t. iui etalit attendic
is: i.1 baste d(s rUesLltaut
de leiiinqu) e de: COijoneture
Illen t'e 1:' cette e'poClue par
1 Is,. est tin ]phenlomiene
habitual a cette period de
1 annce. Pourtanti la pous-
s'f, a Ite particilieremiint
'orte pulsqu' cor!ig des
,vari't:i i. .sainllls(n ires. 1 111
dice d ce trimisti e est d'as
sz loin 1 inelleur 3a-
mna11s t It !',Stre. T1 semblb
:iar (oeli q|lli lt lupe I1 stag' -
n]iti)n de indice dc'saison
nal:ise i& la production nl
dustlrclle, observe depuis
deux :ins p, nine O fn.
La ionmparaison de ce tri
mil'st e ;ivec le trimestrep
correspondent de 1'annee
precedent ioc.ibre a decem
br,, 771 filt apparaltre que
etle reprise a Tpi so pio-
diiuro n depit d'une forte
bals.;e d:es trois articles d'ex
portatloln l entrants dans la
celniposili in de l'indice d,
la iprodiuction industrielle
d savoir it. d'co-:ticage dui
cafi( nnllr l'"xpnortation
(- 57"; i, les huiles ess n
lilll e, i 34', i et le sisnl
(- 80' i. baisses sur les-
quelles no111s revenons un
ppu pluIs loin. Si'ralons
deja toutefois que d-ans Ie
cas des hflilr's essentielles
il s'aiCt en Ciallt d'Imne
haisse de la commercialisa
oln "i 1'etranuer et non
d'une baisse de la produc-
tion formation do stocks).
La pluart des auties
pscs ScnlSt en progression
Otarfois t-e- forte .corinme
I1 e s i uiles Ceomoctiblps
i'luts 71'; 1 les articles ,n
Lre'i mnre lqsc lle t (nlot1i
C a e.. 1. lrs a-ipi s (l lls
17' 1 ptlos hDiPissons F BeCili
S4S 'tis 'P' I Ces rl-l'xC
lrnioeCs inriustries 6-at l
s.nt un ino0ilvrlM record ab


SAI BABA A
PORT-AU-PRINCE

Le dimanche i4 Octobre
cdills 'atprs-midi, la Villa
d'rs lOIlux Dadlanis, a Boil
lllcr, apcuc.llait ai. mi-
lieu d'uli non bi im por-
Ltaunt d'lnti'resscs. Mminc Bt
tina Biggort, Prcsidente du
Centre de Salitya Sai Baba
a Miami.
Prc'll;t Ia ptarole, Mine
Bi|;g;o't ,'iulilDna l, plai-
li i('l'llr I cil'tolvaiit It Se





Sa tiya Sal Baha1t., dit-ellR
est no lc 23 N vembr' 19)26
itls un ptit V l1laitg de
Sud de 1'Inde. DOs 1'ifme
de 14 ans. il iquiit ,sa fa
mill' pour so clonst' Rei'r ail
service d, 1 'hunmanilt eCt it
est considdrd par des mil

(Voir suite page 8)


A LINSTITUT FRANCAIS D'HAITI


solu de production ce trl-
ilines CL.
La production d'cnergle
eictliiqjUc progress douce-
ment, en hausae de 0.9'%
sur l trimnestre precedent
eL de 5,5';, sur le 4eme tri
inestre 1977.
Ainsi on mme temps que
la reliance de la produc-
0in industricelle, le fait
marquant de ce trimestre
esi la clihute des exporta-
tions en quantilt et en prix.
L iuc..ee dlu quantum des ex
po nations (ecliantillon de
sept products principaux)
est au meme niveau que le
t'.mestre passe mais en
baisse de 20% sur le 4*me
trynestre 77. Cette baisse
cnmme il a ete dit prfc6-
demment est due en pre-
mier lieu a la forte dimi
nation des exportations de
cafe : 1 918 tonnes ce tri-
mestre centre 4 445 tonnes
au 4eme trimestre 77 (-
57; ; mais aussi, d'huiles
essentielles 56.2 tonnes con
tr" 85 8 (- 34P ) et de sisal
281 tonnes centre 1 346
1- 80';). La part du sisal

(Voir suot' page 5)


SAMEDI 20 ET DIMANCHE
21 OCTOBRE 1979
No.31 189
I I' TI 41me ANwEE









DONDB EN 1896 : LE PLUS ANCIENT QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE RX&3S


DIBEUEIY R LUCIEN MONTIA
AIDMDJISTBATEUR Mme Max CHAUVZT


T6l6phns : Z-211 ABolte s lPM e : 1316
Bue An Contra Nr 212


MOSCOU (AFP)
Qui succedera a M. Leo-
nid Brejnev au poste de Se
c.eLaire General du part
communist de I'URSS I
Andre; Kirilenko. Konstan
tin Tchernenko ou l5mpr6-
visible troisiere home,
' ?

Plu.ieurs 16ements nou-
veaux sont venus rfcem-
ment s'ajouter a 1'enorme
dossier que les kremlinolo
gues accumulent depuis des
ann6es a ce sujet, en attend
dant le < oi le pro
bleme du pouvoir supreme
se posera tout de bon en
URSS. Dernier en date de
ces elements : la nouvelle
que M. Mikhail Souslov


I1I
MI-FIGUE MI RAISIN

QUA ND L IE'fRE

N'EST PAS L'WIEURE
Par Mona GUERIN


Dans le Nou"eau savoir-
vivre, au chapitre consacre
aux receptions, j'ai releve le
paragralphe suivant: I1 ne
faut jamais negliger d'indi-
quer I'heure prevue pour le
repas lors de invitation.
Les invites arriveront une
dizaine de minutes avant
I'heure fixee. Arriver trop
tot pourrait embarrassed les
'maitres de maison, arriver
en retard est tres incor-
rect .
Voila, un paragraphe que
beaucoup d'haitiens- liront
avec etonnement car il sem
tle que pour eul, arriver
une dizaine de minutes a-
vant Iheure ou arriver tout
simplementl l'heure fixee
soit une chose absolument
impossible pour ne pas dire
humiliante. Oui humiliante.
Nos complexes et nos ta-
bous percent dons cette at-
titude. Si nous sommes par
mi les premier: arrivants,
on dira, n'est-ce pas, que
nous sommes a 1'afffit de
Inouvelles relations, on dira
que nous sommes <
(prenez l'adjectif dans l'un
d, 's sesenshaiiens iparce que
nous avons ete invites a
cette fete; si cest chez des
ltrang'ors, on dira que nous
sommres
I'eternielle accusations ): si
c'lst, chez des gens cossus,
on dira que nous sommes
plus presses que les autres
de... devorer leur menu; si
'est cheC7 des nimis, on dira
quP noius accordons trop
d'importance a une petite
fpte qul n'en a pas. Oui,
nous sons penser tout cela
et d' iaulres choss encore
plus bets, comme, par


example, que nous passe-
rons pour des gens chics et
dans la note si nous arri-
vons apres tout le monde.
Bref, nous vivons dans un
milieu lest-ce 1'haitien seu-
Ipment qui agit ainsi?) oau
la peur du qu'en dira-t-on,
ce qu'en dira-t-on que nous
pourrnons cependant muse-
ler grace A une strict ap-
plication du savoir vivre,
-est plus important que
ce savoir-vivre lui-meme.

Le resultat est que, non
seulement nous sommes cons
tamment impoli- mais que
nous nous compliquons terri
blement 1'existenee, tar-

iVoir suite page 8


Le Roi


Apres avoir subi; co
partout; l'envahissemer
la musique Disco; la j'"
se (et; rattachee a elle;
ceux qui; jusqu'a 77
font les soirees hailiel
redecouvrent le gout d
musique vivante; le go'
l'orchestre et par la r
la meringue.
AAmsi; peu a peu; 1'
vu les discotheques ar
leurs plaques tournant
clever un podium ou n
chestres se produosen
vedettes.
Parmi eux; nous
choisi cette semaine
'Grand de notre musiqu
pulaire et que; a 1;i
des Bressliens pour Pel
ha'tiens ont surnomme
Roi Coupe.
N'aurait-il eu la sup
tie dans la musique ha
ne de par l'originalit6


A UTOUR DE L4 pensable de son style;
pe Cloue meriterait q
C meme: a cause de sa pe
CONFERENCE nalit: le titre de Roi.
SNous 1'avons renco

DU FRERE RAPHAEL

SUR LEON LALEAU LA FETE DE
St JUDE PATROL
par Webert LAIENS DU MORNE
Que ce il rit dns T L Nlou san conference u]ln trnvail LHOPITAL


vclliste ou dans d'autres
publications locales oi1 il
publiait ses r6flexions sous
des titrIs divers mais FoeI
tiqes, Leon Laleau, poete.
romancier, diplomat, heom
me politlque. 10ou nalisp....
vouait un veritable culte,
mais un cult secret au
penseur, au mornliste en
lul. (Voir I.e No I)vellh.t
du Samedi 15. D' anche 16
Janvier 1 77 o0ui/lous lii a-
vons consacre iun article
sur le moraliste). C'cst une
parties inconnlue et qui a
pourtant touted son impor-
Iance dans son oeuvr ...
D'nill u's. ie'est a partir de
ss pens0es -- celles-ci en
c-re i.n'ditftes (i11 Ic Fre
re Bprrou qui pratiqualt aus
si Laleau, a essay de dega
Fer. dans sa conference a
1 Tnstitul Franc s,. ien nre-
sence, d'abord, d'un public
S951',, environ de jeunes -
c'est ,bon signe. et, sur-
tout, de Mmne Leon Laleau
Sine porsence discrete mais
significative, <'ce que cro-
yaI* Leon Lnlpeau : sa con
ception de 1'Homme.
Si nous suivions la losi
que du Frere Raphael dans


de patience et de recher-
ches, nous diviserons, com-
me lui, notre compete rendu
en cinq parties. Nous di-
rons ce que croyait Laleau
sur : lo) La vieillesse, le
silence, la solitude, la foi
et la mort; 2o) la Vie, le
coeur, 1'amour, 1'amiti,.
la femme, l bonheur; 3o)
la Vie politinue: 4o1 la
culture. la culture phvsi-
... in mArinrrite et le pri
maire: 5o) le beau, 1'art et
la poesie. Mais 1'Homme
sur Inr'Sl le cnfirencler
f. 6ninln6 ice et l los re-
flexions de La'leau Pst con
doyant et divers.

Ce que croyait Laleau. a
notre sens, toute son oeu-
vre de poete, de dramatur
",l de romancer. de journal
l.ste: sa vie de dinlomnte,
de grand commis de 1'Etat
et sa forte personnalits
d'homme sont 1l pour en
t6moigner, pour le dire,
Mais, a travers ses r6fle-
xions. une some de plu-
siturs milliers de pensues
encore inddites, il a repris.

(Voir suite page 2)


C'est le dimanche
semaine prochaine; 2
tobre; que sera commie
la ffte de St Jude!
chan lie dmins les hau
du Morne I'Hopital.


11 ne serait pas mal venu
qu'a 1;occasion de la S. Jude;
1- SEPREN envisage, com-
me les annies pricidentes:
d'ameliorer la route qui con
uuiL a la chapelle; car ils
seront nombreux les veh'cu
les a transporter les fiddles
rui iront ce dimanche 28
Octobre assisted aux diffe-
rentes celebrations eucharis
tiques au sanctuaire de St
Jude.
Djia le chapelain de St.
Jude; Monseigneur Pierre
A'ml'-andrei: Prflat d'Honneur
de Sa Saintet6 l Pape: prd
pare -la c6l6bration de la
fete qui promet de connal-
tre cette annde beaucoup de
fastes
Souha'tons. comme solli-
cite plus haut, que le SE-
PREN fasse diligence pour
mettre en dtat la chaussde
de cette route.


mme
it de
unes-
tous
ans;
nnes)
de la
ut de
meme

on a
"reter
es et


vient de subir aux yeux
une operation apparem-
ment grave. Tout d'un coup
la question se pose de l'a
venir politique du person-
nage peut-etre le plus puis
sant du Politburo apres MV.
Brejnev, un homme dest:ne
a jouer le rle-cl6 dran
toute crise de succession sia.
ce nest un candidate l'i-
m6meme.

Officiellement en ft''.
M. Brejnev n'a ni secoipd
ni heritier, mais le protoio
le accord clairement un.
statut particulier aux trois
veterans qui le suivent
dans l'ordre hierarchique :
Ce sont MM. Alexei Kossy-
guine, 75 ans, le chef du
gouvernement, qui dispose
d'un capital inegale de
prestige international. M.
Souslov, 76 ans, consider
comme le garden de 1'Or
thodoxie. et M. Kirilenko,
72 ans. charge des Affaires
du part au Secretariat du
Cormite Central.
Des l'instant oi M. B.ej


nev disparait de la scine
cette Troika passe automa-
tiquemen sau premier plan.
Si M. Souslov 6tait con-
traint a la retraite, un fac
teur important disparai-
tiait dans la stability du
pouvoir a la fin de 1'ere
brejnevienne. La nouvelle
souligne l'importance cru-
ciale des imprfvisibles pro
blames de santo pour une
6quipe au8si agee que celle
qui entoure M. Brejnev
Une surprise d'un autre
ordre avait 6te enregistree
par les kremlinologues ven
dredi : plus d'une demi-na
ge. avec une large photo,
consacree par la ePravda,
et les ) la visi-
te de M. Kirilenko a Bu-
dapest.
M. Kirilenko, grace a ses
functions au ecr6tariat. be
neficie d'une large client
1 et d'une position strat6-
gique dans toute cruise de
succession. Les kremlinolo
gues le consideraient de-

(Voir suite page 2) "\


LE RACING REPOND


AU BUREAU FEDERAL


Port-au-Prince. le 19 Octo
bre 1979

Aux Mermbres du Bureau
Federal Provisoire
Stade Sylvio. Cator
Port-au-Prince, Haiti

Messieurs,
Grande fut la surprise
du Racing Club Haitien de
recevoir une copie de votre
lettre en date du 9 Octobre
courant signee du P:si -
dent et du Secrdtairel-GPn
ral du Bureau Federal Pro


Coupe

cet homme de 54 ans. Comme
tous ceux qui l'approchent
nous avons ressenti le res-
pect que provoque son im
posante assurance et son
calme... disons-le; majes-
tueux avec son crane rase.
Plus orateur que chanteur
et pourtant possedant inti-
(Vo,r suite page 6)


os or AVIS AUX
t en ABONNES DE L'EDH

avons La Direction de 1'Electrici
e un te d'Haiti informed ses abon
e po- nes en general qu'il leur est
nstar faith obligation d'installer un
5; les fil de terre a leurs install
6: Le tions electriques, ce, pour
les proteger centre tout dan
reima ger de survoltage eventuel
itien- i paraitre sur le reseau.
indis Cette praise de terre a pour
Cou- but de neutraliser lout dese
juand ouilibre d'une provenance
person quelconque survenu sur le
systeme en cam de defauts
ntre; ou d'accidents

En consequence, la Direc-
tion de 1'Electrpcite d'Haiti
)N decline d'ores et deji toule
responsabilite 'i apres en-
quete il est p-ouvi que les
installations tiouvees en de
S faut naut 'auraienti pas ete re
de la gulierement protegees selon
28 Oc le voeu de 1 ED'H
moree Rene JOLICOEUR, Ing.
en sa Directeur Technique
uteurs Port-au-Prince, le 20 Octo-
bre 1979


visoire ainsi libellee :
sNou vous accusons re-
ceptlon de yotre lettre en
daOe du 6 Octobre 1979
nous demandant de convo-
&kuer dans le plus bref d6-
li le Conseil National
Le Bureau Federal vous
informed que vote deman-
de est irrecevable n'itant
pas' conform a 1'article
27 qui stipule qu'une tel-
le demarde doit SIre si-
nene ol I 1/3 au. s o ina.des
d16guds des Clubs de "'a
Division Nationale discu-
tant leur championnat et
des ligues regionales en ac
tivit6

Recevez. Messieurs, nos sa
lutations sportives-

A la veriti il n'est pas
en notre connaissance que
le RCH vous aurait adres-
s6 une lettre date, du 9
courant II est plutot ques
t 5n d'une petition que six
Clubs de la Division Natio
nale auraient adressee ua
Buleau Federal Provisoire
nale aura:ent adresse au
nose de devotre part aux
Clubs de la Division Naltio
nale. don't copie aurait ete
einvoye aux Clubs signa-
taires II y a done lieu de
chercher l origin dp eet
to faille administrative
Maintenant laissons la
forme et abordons le fond
de votre fameuse lettre en
question

A la date du 6 Octobre
1979, six Clubs de la Di
vision Nationale, don't le

(Voir suite page 6)



Dans le Moniteur

Le journal official LE
MONITEUR vient de repro
duire pour Ierreurs mate-
rielless 1'Arrete president -
tiel etablissant ila proce
dure d'engagement et d'or
donnancement des depen -
ses publiques de projects de
dfveloppement et met -
tant la Secrettirerie d'E -
tat du Plan en mcsure d'as
surer le suivi, le contro-
le et 1'evaluation de pro-
jets de developpement, en
vue de garantir une execu
tion efficace du Plan de
la Nations


BILAN

DE L ASSEMBLEE

DE LA "S.I.P. "


TORONTO; (AFP)
La 356me. Assemble G6nd
rale de la socidtd interamdri
caine de press (SIP) a ter
mine ses travaux vendredi
par 1'adoption d;un rapport
sur la liberty d;information
condamnant les efforts de
I'UNESCO et de certain
pays totalitaires du tiers-
monde pour limiter la liber
te de press par un enforce
ment du control de 1;Etat.
Le concept d'un nouvel
ordre mondial de I;informk.
tion qui a dte au centre des
ddbats de la SIP duraa't une


,semaine a Toronto continue
la majority des membres de
de prioccuper sorieusement
cette organisation qui re-
groupe depuis 1942 les direct
teurs des principaux orga
nes d'informat'on d;Amdri
que Latine et des Etats U-
nis et don't l'objectif essen
tiel est de sauvegarder 'la
liberty d;expression et de
press' sur le continent ame
rcain. l
L'Assembl6e de la SIP qui
a entendu sur ce sujet jeudi

(voti suite page 6)


Inauguration
Bibliotheque
J. Kennedy
DECLARATION DU
PRESIDENT CARTER
BOSTON :
MASSACHUSSETTS) 1'
OCTOBRE (AFP) --
Le PrEsident Carter a 6-
voqud samedi la metnoire de
Jhon Kennedy qui; a-t-1il
dila:demeure un symbol -
de l'insplratlon \ humaines
M. Carter .a soulign6 que

(Voir suite page 8)


4 POLONAIS SERAIENT


PASSES
BONN, (AFP) Bonn a
Vingt-quatre;'[ support quil n
ters de 1 quipe national de la
de Football Polonaise ont deux s
apparemment choisi la li- du Car
berti a 1 0uest en profi II a ra
tant d un voyage organism de r6fu
a Amsterdam a 1 occasion pendait
du match de championnat lice de
d'Europe Hollande Polo- der, aj
gnei Mercredt soir, mais 22 d centre eux sont introuva-
bles.
La disparition des 24 Po St
lonais a et6 signalee par
l un des organisateurs du
voyage a Bad Oyenhausen
(Basse-Saxe) oft les qua-
tre autocars qui rame -
naient les supporters a A
vaient fait une halte Jeu
di soif sur le chemin du PARIS,
retour. Dans
see au
La Police lcale a re- Raymnoi
cueilli les deniandes dasi soul,.gnl
le de deux voyageurs, un son sou
home de 52 ans et son tes>, di
f. ls de 17 ans Elle n'a piu Departe
fburnir de renseignements tre-mer
precis sur le sn"t aes, 2' ve! nem
autres. mais estime, selon sion de
les d'l;:...''-s 1 Oiao gardi
nisateur 'u v'oy-v,, qu"iols Le te
ont fausse compagnie au sieur I
group aux Pays-Bas. cretaire
Un Port.-P Pirl 1 du Mi etat du
nistere d: 1 Inlt, ( ur a revendi,


A L'OUEST


affirmed Vendredi
etait au courant que
demand dasile des
supporters descendus
A Bad Oyenhausen
appel que 1 accueil
gies politiques de -
des autorites de Po
as diff6rents Laen-
outant cependant
autres personnel a


vaient demanded en mTme
temps a rester en RFA nous
serions certainement au
courant.
Auicun d eux ne s est ce-'
pendant manifesto aux
Pays-Bas. A la Haye. les
autorites Neerlandaises o t4
declare quaucun des dis-
parus ne setait present
pour demander 1 asile


JR LA POLITIQUE

FRANCHISE

Y D.O.M. T.O.M.


(AFP)
une lettre adres -
premier Ministre. M
nd Baire. la CGT
e qu'elle apporte
tien aux < es trava'lleurs des
ements franqais d'ou
et sexige du gou -
ent url total revi-
sa palitique h 1 6-
ide ces departements
xte. signed par Mon
Pierre Gensous. Se-
de la CGT.. fait
I < catif actuel tradui


sant le <,mecontentemnent
profound, des travailleurs
de ensemble dcs secteurs
d'activite des DOM une politique economique
et social du gouverne -
ment et du patronat qui
se sold par le bradage
de l'econom:e de ces
pays',.
Cette politique. indique
la CGT.. SC traduitl gale-
m"ont par -un t l:ax de cho
nsage largenelmnl stiiterieur
ai celui de la France, de

(Voir suite pat'.;e P)


Sport National


ET DIRE QUE:

L 'UNION FERAIT LA FORCE!


Le .Spori hali.i,-n en g6nd
ral. le uootbal ltn particu
lier a besoin de 1'union de
tous scs fils pour progres-
ser

Cette conjonction des for
ces vives du monde sp'or-
tif est pionee, soutenue,
par toutes les associations
eL austi par 1'instance su-
preme du football Sa con-
cretisation paralt cenen -
dant diff c:lh a realiser
Un moelanwe c incompre-


Par Jean Claude SANON
hension et d'entftement;
unrefos apparent d'appr6-
hender le riel haitien ont
about a cette guerre epis
,olaiie qui defraie la
chronique
Chacun fait profession de
bonne foi Sa bonne foi

Le paternalisme qui {re~
side dans la gestion d'au
tries -ederations sportives
nationals a permits jus-
qu'a present de limiter
la vague de fonds au ni-


DESSALINES,

CETTE JIECOVNNULE
Par Lcroy' PIERRE-GILLES


A h'interieur du Departe-
mlnt de I'Artlbon,te, au
pled' de la chaine des Ca-
hos, Dessaln-s, tranquille,
s'assied. Ce lut d'abord un
quarter habile surtout par
la famille d'un riche colon
franqais qui a'appelait Mar
chand, d'ol suon ancient
nom. Ce ne fil', done qu'en
1802 que Jean Jacques Des
salines alors 'uverneur ge
neral de St nomingue crea
cette ville qu'ii baptisa salines>. En 1804, si la ville
ne fut pa ofiriellement pro
clamee C p tale d'Haiti, el-
le ne d' ::1 1-a pas moins la
residence di l'empire et par
tant le si'g du premier
govern meant haitien jus-
qu'en Octobce 1806. On rap
porte que cette ville fut
tries p',op)Ire sous le gouver
nemen! de Dessalines. Quel
ques vcsiges peuvent en di
re long. En effel, les 6 forts
constructs en 1804 sur les


months Piton et la verdure
pour assurer la defense de
la 'ille centre un retour
eventual des esclavagistes
restent intact aujourd'hui
encore.Ils portent des noms
assez significatifs: Clbite -
Decide Ecrase Fin du
Monde Innocent et la
Source. Le plan de ces forts
atteste aujourd'ui encore le
genie guerrier du General
Dessalines.
A Borin, non loin de la
ville, 1'empereur y install
une manifacturt, de poudre
afin de ne pas manquer de
munition si les frangais par
venaient a bloquer l'ile.
Dessalines est aujourd'hui
une ville de 61.741 habi-
tants don't 3 841 pour la po
pulation urbaine et 57.900
pour la population rural.
Elle est Ilhcf lieu d'Arrondis
segment et' comprend 3 corn

(Voir suite page 4)


veau du football
Mais le temps n'est peut
6tre pas cloigne ou faute
d'un cadre d'existence ade-
quat, d'une politique spor
tive coherent et accepted
par tous comme une bous
sole, 1'ensemble de la fa
mil'le sportive souffrira du
fdeme mal.
Mais est-ce vraiment un
mal ?
Cette recherche de 1 ac-
tion conjuguee. ce desire de
construire sur du solide ne
sont-ils pas les preuv.'s
d'un dynamisme naissant
N'est-il pas heureux
qu'll se manifeste au mo
ment o0u notre equipe na-
tionale se trouve engagee
sur trois fronts; la Carai

(Voir suite page 8)



LETTRE OUVERTE
A M. ALIX
DAMOUR

DIRECTEUR DU CENTRE
HAITIEN DE DIFFUSION
DU LIVRE A PROPOS
DE LA CREATION DU
<(PRIX DE POESIE
CHRISTOPHE
CHARLES,

Monsieur le directeur,
Je viens d'aoprendre avec
plaisir et surtout a ec eton
nement 'a creation, par le
Centre Haitien de diffusion
du livre, don't vous etes le
directeur, du PRIX DE POE
SIE qui porte mon nom.
Je vous remercie sincere-
ment pour cette marque
d'attention, cet hommageY

(Voir suite page 4)


Apg,praez a Cg g a










3AE3RE D3T AVAL a,2





Loca Engish choo


aN"


LA SUCCESSION DE BREJNEV


77,IrIl ~ e ~1 b 11 l ~ ~ 1l I~-- -a-- D~-1i


&- - - - - - -I-- -k --ffiLl- k &. -- -- -- - - - - -- -- --- - -- -- -- - -- I


-0


I i)
t







PA,;E I SAMEDI 20 ET DIMANCGE 21 OCTOBRE 1979


t, d, i thOrr PagIe)

ill:' ] ll'l 111 .s CI ml l e. leI
hil I h'.Ill proiil blb dc M.
It I lf i ll n i111omI .s .1 mr l in r
', 1iti liilr I ii:idh ll'l', Sllits ISl
it 10 ll uI t I h k mu s c s -
.1;,,1 11l p' s 1 I'll'-;, 11 dIe
I '.-iinsi ii ti l|,ill n i ti d'ru-
ll' ndvtlle i Moit o. M. Kons
i Mil Thrncrlenko. lpe rail
Ivinllill rs'rvI pAur In pres
*.. oilerll h A M y K :dexnko,
.111 iitl ent in l le o l t1 11l,
I mr 1 ilouri.'" courenit sillr 1l I
nll' M M BVrVjnIv conls-
11 1" co I' i la leiilnt tl un si-
l',lh l I

I'll s!en:Ll ve : iptuIt tre
iW l i'pIiiso, omn ra lson du
r I'lll sstlilelm t considera-
Jil d 1ill' petitf phrase dl
it ti TchDCrnenko par le
ch-lf, (L- la RDA. M. ErIch
lloncker, il y a deux se-
tirinns, lors do la vis!te
dit M. Breirncv a Berlin-
:! : M. Honrker. on re-
in,'!ti1nil In medaille de
I.I Mnix ia M. Tehternrn
1"' lu h a d;t. vnes p tes le
.'i'l:s iwroh coil mm"nan de
i'itre Priand amil Brejnov,).
M. Tchern nli:o. 67 ans.
l/'.olit tin(mc- pas nienrbr."
.sui|ploanr du Politburo 11il
Na :r alis. Passe nlu pre
i ran t r''icre assure-t-

(to N n;cinov. qnl'il ,cenm
pa'.ne dans toll, qsq voya-
-,,. mais peu eloquent, et


nipareninient sans client.i-

liliptr'os..on o i ix kremnlinolo
Kigrs tclcidellaiux. Sa posi-
lion lst I'cIonsid6irk comment
f'ra ll ni M. Brejnev quttlUe

Un b n kreml;nologueo
n'fr.t d'alllirs pas ft court,
'dl schimnas. Atu printemps
drniler, apres la dernlere
itlerte' niu i sjiet de la :sante
de M. Brejnev, la rumour
a couru que- le problem
-dc la succession avail ete
r'solti en haut lieu : M.
Kossygulne succederalt ii
M. Brejnev au p6ste prin-
c'palement honorifique de
Prs dent du Presidium du
Soviet Supreme, le Mar6-
chal Dmitri Oustinov -ac-
tuellement Ministre de la
Defense. succederalt h M.
Kossygui.ne comme Prist-
dent du Conseil des Minis
tres. ,

tl. te noste-cl de Semc,
tare Geno eal ? II nirait
ni a M. K:rilenko ni h M.
Tehernenko. mats it lun tri
Oim"- home, M. Youri An
d"opov.
L'ide" que M. Androinv.
netuellement chef dul KOB
(Skcurite d'Etat). pisp de
venir Secretair" Gdneral.
Inrdi~s qu'nn militaire pren
d'i;t la tIt.e du couverne-
npni. itntnne au nrm'''r
abord. mats elle n'pst ns1
consideree comme absurde.


General Services

Agency

Route delmas en face de Delmas II
BOX 13115 DFLMAS HAITI

Tout ce qui. a trait a la residence aux Etats Unis
Bureau de placement travail en Haiti et ia 1'-
tranger.

Service de Secretariat et de Traduction Transport
d'enfants locat on de voiture renouvellement
de lVcence de coni'.u're, de plaque d'immatr'cula-
lion etc.

Payment de bordereau de tout genre.


Cours de Ianuans vivfates

Anqlais -- francais -- creole

TEILEP!ONEZ LE q154' -


M. Oustl.inov est un tcchnl-
'vin pluitot qi'un soldat.
Quant ii M. Andropov, ses
fonctlons conslll.uent sans
do'utle un handicap, mals aon
assure qtll est ort bril-
laitt ePI mme. selon cer-
talns, 11 scrnit parml les
plls sllborauxo,. II ne d6.'
tlendrait pas les fonctlopi
qu'll occupe sl sos collie,
gues n'avalent en lul une
conflance partlcullire.

Le 30 aofit. en le dico-
rant de 1'Ordre de la Rivo
lution d'Octobre, M. Brej-
nev a ten i a soulilgner que'
la n-ntection de la Securite
de 1'Etnt et du people s o
trove entire les m-tins i'nnl
tIrTn"ie intOgre et irrepro
chables.

Youri Androniv n'est pas
le seui oMonsieur X) pos-
sible. Parmi les aut-es out-
siders on cite Grigori Ro-
manov. 56 ans. le patron
de Leniunrad et le plus ieu
nt" membre du Pol.tburo,
Victor Chtcherhitski. 61 anrs,
le patron de 1'Ukraine, U-
k-ainien lui-meme. ou Vi.c
tor Grichine 65i ns. le pan
trni du Darti a Moscou mn
me,.


LE PRESIDENT

JEAN- CLAUDE

DUVALIER

A TRA VERS LES FAITS
noar Mme Andrie Momnplalsir PIERRE


Depuls hull, ans
Le President haitlen
Jean-Claude Duvalier
Tient avec. fermeti
Les renes du gQuvernement

Pattout. 'dans tous les coins
Du terror national
Un branle-b'as general
Est donned:
C'est la vie, c'est 1'esnolr
C'est un nouvel ilan
Ce. dans touted
les communautis
Tant urbalnes 0ue rurales:
La bataille iconomique
S'ouvre chaque jour
Avec une intensity
particulibre
De l'aVIs de
tous les observateurs.
I.a camn,-gne de promotion
Et de diveloppement
Recoit it chaoue minute
Son coup de brassade
Pour exhausser
La classes ouvrire-


AUTOUR DE LA

CONFERENCE


(Suite de la lore Page)

corrigi, condei:.-e, mori ce
qu'il pensait ou croyait de
1'Homme ou de la nature
humaine et qui se trnuve
d'sscmine a travers ses -
crits. sa vie pol.Licue tt .sa
vie prive.

II est difficiie, conve-
nons-en, de corner la pen
sie d'un penseur h travers
s's reflexions. D'un pen-
stur double d'un poete et
d'uoi homme d'esprit (spiri
tuell. Tel qup Loon Laleau.
Ce que, chez lui. nsus pre
nons Dour ltre un trait de
caractire fixe dans la glai
se du rdel. dans un mrar-
bre. pout n'etrP parfois
mais ouivont pii'in trait
d'esnrit sur du sable mou-
vant.

Frire Raphael reconnat-
tra sans douvite avec ous
que tmites ou la nolupart
des rIflexinns qu'il a 'o-
ties et pa"fois comments
et ou'il a pense etre ce que


c:oyait Lion Laleau sur ces
sujets varies que sont la
vie;llesse, le silence, la
foi, la mart. la vie, 1'ami-
tie, la femme, 1'amour, le
bonheur. la vie polittque,
la culture, le beau, l'art
et la posile etc. sont sou-
vent dit en des traits d'es
prit ofi le penseur se preic
cupait que d'a.outer l'origi
naliti de la forme au vieux
m is in6puisable fond com
mun.

La conference du Frere
Rabhael Berrou ne nous a
p"s certes rivili tout La-
leau, mais a eu la vertu
d'un autre Laleau, le pen-
s""u. le moralste -- ce out
f'eait sans doute l'objet
d'une oeuvre posthilme (sur
lout son IDlvagation ah pro
pos d'un chefs dei. prite)
- ou tout est dit en un ce
nile je crois I(ce po nue crovait
Lion Lale,,) -i la manio-e
d'un Andre Maurois. d'un
F'a.i s MUrl'Iac. li1un
Jeah-Rostand. et1 j'en passe.
W.L.


Et paysanne '
Vers une sphere
Jamals atteinte
eGrainn Promlnnin>
Comme on surnomme
Jean-Claude Duvaller
8'en va voir
Par lul-mime
A travers tout le Pays
Les besolns de
Son cher people d'Haltt
II ne reste pas
A travers les rideaux
Du Palals National
Rien juchds ur un fauteuil
De velours
Comme cela se falsait
Depuls 1804
Avec aux yeux
Des 1 nettes d'or
Aux mains des gants
Aux qieds des mocassins
Souples et brodis...
Non, Jean-Claude Duivallie
S'en va paper
Avec objecttvit6
Au volant de sa jeep.
En tenlue de champagne
Pour 6tre nlus prbs
Des habitants :
II s'en va palmer
Dis-jo
Toutes les places
De la vie natlonale
Car, 11 n'y a
de me1lleurs yeux
Que ses propres yeux;
Inspir6 toujours
Par Sa Ddvoude Mere
Qul, avec une sagesse
Comblen maternelle
L'accompagne le
plus souvent
Mine Franqois Duvalier
Qui elle, touche,
par les oeuvres
Tous les secteurs
De la vie national.
Et Le guide
Sur les besoins
pressants et urgent
De tous les coins
Du pays.
Le President s'en va voir
Et clcule les projects
Des percoes de routes
Combien necessatres
Au Diveloppement
Car sans routes,
Sans ecoles,
Sans communication,
Sans voles nouvelles.
San, diglogues,
Sans visits,
Sans humantsme,
Sans comprehension.
Mais quoi !
pas de D veloppement I
Jean-Claude Duvaller
S'en va crier des 6coles
Entendre les soucis des uns
Connaitre les ambitions
des autres.
Pour a-river une
flis rrnt,-6
Au Palais National
A se pmncher
sur les moyens
A entrepoendre pour
los sat'sfa'""
Ais,d. c'est partout
Qu'Il connalit 1'Ovation
Les acclamations
Les douces paroles
De comprehension, do jole
Dn tOn1t ln 11neinlp
'Touch mpi"tant de
Sollic'tude !
L'on est franp6
D'ntendre ee martin
Dire et annonc"r
One le Prds'd,nt
S'est rendu i
Port L Pinm'nt
H'-- c'6tnit any Ca" s
Av nf hber nR aTapion,
Et blen avant, a.
Fa n* Mafrc,
T, r'r lr" crst pa"t1ut
Dtnn 1IP Pn-s
E', chque inour
Penchi sur 1 s bosoins
De son petiple
I,'nn est tsmo
D, voir et d'entpnd-e
Toultes crs inaultllations
' "e1les par masses
Toite-s ces onst' iutlons
F'nt'ltnlm nle rorlles
D, no-tes n,'v rates
A la Pomniotion
L'-tn rI\ fiber
,Te dlas
D" senti- v'h"r
rT,n arplre Dne'rlne
no 'n+'- aprliron-
itins t-'p 5 tspure
LIt grande nlothtt
Di Pr*' Nat'nnnl
ran' a ftf cnile1
(',lip l'ei ""'"
r t11e ont r'Hrn'"--o

An ni'l"- -- Nmb"e
Pns on fo'rmull"
p'. on h'in'"gogte

(,'o, pe nI1t v f t
i""vcal ""' nli d'un
Partlclllt lr'lm'n t
I.a Radio Natlonol=
eT'nvavs vll 1" fltelnlr
Maiut ig m'it.onne cl's 0"ilts
Cr i1s sent an 1 nOTle
Mille fnis pills nomb 'eux
,t nO's n l dirons nl01
Oce la. ,onlt sern hp'le
poenns bi"n ,n present
,";11o e"o bl1e
filnrm. Honneur

A .Y,,ln-rn""',B Dulyallor
o A 0a M^5
Mm" Francoas Duivalier ,


Mmne Andrie M. PIERRE


Trois heures qularante Cinq
Pointent i la grande
horioge'
Des ecoles;
La cloche sonne
De ta Direction
Pour announcer
La sortie des 6collers,
Deja, les callers
Retrouyent leurs lots,
EL chaque petlit
Recherche sur son pupitre,
Tout ce qui dolt etre rent
Dans le sac d'ecole
Pour la mason.
Un hou-hou strange,
Un bouscul par-cl,
Un bousoul par-la,
Dit le maitre ou
la maitresse
D'une voix ferme;
Et c'est un remnous
De chaque cote.
A chaque coin.
Les regarCd
les plus ternej
S'eclairent
,D'une flamme vive,
Les yeux brillent
Le sote4re est partout
Tant la jole continue
Est grande;
Et, certain auralent voulu
Crier, sauter; exulter,
Mais la discipline este l,
Et command tous
De se confrtler,
Pour ne pas encourir
Boutades et reproches...
Et, c'est ainsi,
En molns de trois minutes,
Les pet-ts comme des
automates,
Rassemblent en sour-ant,
Leur petit materiel
l"assique,
uans des sacs
ai demi fermi;.
Un, deux, tro;i.
C'est la priire
Falte avec rapidity,
Par un group trop press
Et langueur par un autre,
Les mots de nousI
Et eprlez pour nouse
Sont presque avalen, puls,
Par des cblonnes de deux,
Ils gagnent la cour, et
Au-dehors,
certa'ns klaxons
Avertissent dljA.,
Que les parents sont 1 ;
Impatients, certain
A allure dkccntractee,
Rentrent en tronbe
Sur la cour,
Pour arracher
avec vitesse
Ceux qui attendant
Et qui deja s'oublient
au jeu.
Quelqu s larmes,
Quelques ronrons,
Perlent sur les joues,
Se mrnifestcnt
Aux po'ntes
d" jeunes 16vct(
Chez ceux qti ne
retrouvent
A la sortie
Ni bonne. n! parents
N' chbiffiur.
Et vo'lU.
On s'pn va nvec rux.
Filnnt A la vitesse,
Fri voltutre.
En eaminnnette
En buis ou m nI-bus,
Fn mM-Itoevelet' ,
A h'rvcletto,
A n' d.
r'e er cp -scn, poit
T e crpuscu,- pointe


- L


i


Chaine Sttr6

Toutes dintej

Atapligicateu



Hteadph~ones



Pikces de

tels OI3R








Plicessde re,

Le


Son somtbre visage
Accompagn6e de
lourcs nuages
Blti-grs eL gis
Quit .alurdissnt
1 horizon
Rentrds A la mason,
Une' leon, deuk lemons
Apres- le gobter
ou le dlnp
,Pris er. ayvlant.
L'enfaqni tol'urltO ,
Avecr un Ivr' un cl tidr,
A 'I vecalier, a'.i ~jilco"n
A'ta salle'.a manger
Danis la court;
La,; oi 1'on choLslt
Comme le meulleur
pour lul...
.Certa'hs' s'4goslllent
A cepiter sans cesse
'Une phrase, la
miime phrase
Qul ne rentre pas -
Paute de comprehension;
b'autres tournament,
regardent
Et -savent blen vite;,
Certain prototetent
Je dols 6t-udier
Avec ma maman*;
D'autres pleurent
Pour ne pas ctudler;
Drame de cbtaque jour,
Sans cesse rencUveld...
Et, dija,


les pdtltes paup'dres
Se cllgnent de fatigue
II faut letter avec lul
Pour que leqon soit sue,
Avant que Morphee arrive
Sept heures,
Battus par lha r6cr6ations,
Fatigudaedu nouveau
,Train-traid, ,
Ses riles petit? corps
S't4Lent o ls 11
trouvert
Sijr une chl isp, un bane,
Tne d'ormante, avec
7Up llvre, un crayon
SUn sac, un ca;iier
Sur le venture
-Une biscotte1 au bout
des levres...
Oarrssis par la brise
fra'che,
D'une pluie t ,rrentielle
11 faut b;len le lever
Le deshabiller
Pour 1e-tendre enftn,
Sur son lit.
t., c'est ainst
Chaque jour
Le mime tableau
Qui se reprodii't
A travrrs le temps,
A travers les itges,
Pour Darenis
A la soil- d'6"ole... I
11 Oclobre 1979

Mme Andrie M. PIERRE


MESSIEURS


AIMEZ- VOTRE FEMME!

PRlOTEEZ LA FAITES .LA

PLANIFtCATION FAMILIALF I

4amoeooaec i o~-t>^ff~~aacol~Sl'

SPAVILLON



335 Blvd. Ji essaIIaes


Phee : ?-238 ,




.ophcifue aimplZ6te l e a sg arf 25.-

ns!bns et Wattages 6 IEaut Parleurs.

irs -- Tiuu2r -- assette Deck et Reel to

rC:el de la marque AKAI

-- Antemw2s pour Tlkvisloa et Voltusre

adios et Tapes pour Voiture

rechange et Accassoires Electroniques ,

: Circuit Intgr6 -- Transistors --

Tubes -- Resistances etc.



clettes de la marque EASTERN

criafte et accessories pour Ificyclettes ,

e mellles' paeU de la marqt4u

LVER 6TAR -- EXTRA-FINE.


LA SUCCESSION DE BREJNEV


SORTIE D'ECOLE...
par Mme Acidr6b MomtbiAfIr PIERREtR


Isaaarrs~-


Clio ria-M~


'4.roco* Aw"w*#.P


~______~_,,,,r-------~'---- ----C--`L-~-~L---- ------- ------C---------Y----__________l--L--~ -T--------------.-----------~-


i


N VEUX AUSSI






SAMEDI 20 ET DIMANCHE 21 OCTOBRE 199


__ PAGE 3.


Nouvelles de


TCIESSIOUNAS;
AFFIRME ETRE REVENUE
EN UMISS iDE SON
.I':IN OGRE>

HONN. (AFP
I.e c'li]((mplon Olynmplque
1972 die Canoe-Kayak VI.i
dil.s, ti Tlhessounias (39
ait.s n dc1lard avoir quit-
I In I RFA ,d(I soil plnil.
It're pour retolrner ell
UlISrS, anl t ours d une in
ecrvlw recurilllle i Vil -
ililiu LItillnlie. diffusele
VcindiledI par la prenmiicre
(linte de tdldvision Ouest
Alli niande ,'ARDi,
Le sportif Soviftlque a
vait profile des champion
nats du monde de Canoe-
Kayak. qui se deroulaient
a Duisbourg (RFA), en
Aofit dernier, pour deman-
der 1 asile politique en
RFA. II avail ensuite rdap
paru en URSS, dans des
conditions demeurees mys
terieuses.

Unei enquefe avalt 6te on
verte en RFA afin de de
terminer si le champion
Sovietique n avait pas ete
victim d un enlevement a
press sa disparition, le 13
Septembre dernier, d Iser-
holn (RFA).

Vendredi, un chauffeur
de taxi d Iserlohn s est pre
s"nte a la Police locale, d6
clarant qu il avait bien
pris en charge Tchessou -
nias, le jour de sa dispart
tion, pour 1 amener a Bonn
A la question de savoir,
.il n avait pas eu la pos-
sibilite de prendre con -
tact plus tot avec 1 Ambas
sade Sovietique en RFA, le
champion a repondu qu il
en etait sphysiquement in
capable> et quil avait *ser
du le control da lui-me-
me.


ITALIE : LE TRAFFIC
AERIEN A REPRIS

ROME, (AFP)
Le traffic aerien a repris
Vendredi soir en Italie a
press 1 intervention per -
sonnelle du President de
la Republique i/talienne.
Monsieur Alessandro Per-
tini, sui a permis un com-
promis avec .les control -
leurs aeriens
Le premier avion a quit-
te 1 aroport de Rome Fiu
micino, a destination du


Caire. i 21 h 40 locales
(20 hi 40 GMT). La para-
lyslh du traflc, n6e de la
d6mlssion collective des
cialuill'eurs du clels avait
commenced 5 13 hres 30
Le compromisei ,pntra le
Chef de 1 Etat Itallen et
les controleurs a6riens pr6
volt la progressive de-
militarisation> du person-
nel attache aux aeroports
civil -Itallens, indique-t-
on de source fire Un di-
cret Lol allant dans ce
sens devrait, dtre approu-
ve Mardi prochain en Con
seil des Ministres.

Les controleurs aeriens
Italiens qui ont uni statut
militaire reclamaient un
statut civil en invoquant
le fait quils exercent un
service public.

x x X

s MC GOVERN
SOUTIENDRA
EDWARD KENNEDY
WINTHROP
(MASSACHUSSETTS).
(AFP)
George McGovern, 1 an
cien adversaire de Richard
Nixon aux elections presi
dentielles de 1972, a an-
nonce Vendredi son soutien
au Senateur Edward Ken-
nedy pour l investiture du
parti D6mocrate
L Snateur D6mccrate
du Slid-Dakota, qui s adres
sait ,- une Assemblee d etu
diants a Winthrop (Massa
chussetts), a estime qu il y
avait eu durant 1'ere Ken
nedy une < une talement defaut avec 1 ad
ministration Carter.

Bien que sa candidature
ne fasse gudre de doute, le
Senateur Kennedy n'a pas
encore formellement an-
nonce sa decision de bri-
guer 1 investiture du parti
Democrat pour les presi
dentielles de 1980
x x x x
LE RETOUR DE
TCHESSOUNIAS/ EN
URRS :

MOSCOU, (AFP)
Vladislas Tchiessounias,
le champion Olympique
'ipe Canoe Kayak don't le
ddpart de RFA oi il a


PROGRAMME DU WEEK-END



LAMBI






04
t Night Club (



SAMEDI 20 OCTOBRE

A PARTIH DE 3H P.M (LE COCKTAIL JEUNESs>
AVEC LE SIIOOGAR COMBO FILLE LIBRE -
HOMME 1.00 DOLLAR


SAMEDI (SOIR)

SOIREE MERVEILLEUSE AVEC COUPE CLOURE ET
SON ENSEMBLE SELECT EN EXCELLENT FORME
9 h P.M -- 3h AM
ADM. 3.00 DOLLARS. SOIREE PATRONNEE PAR
"(VERSAILLES BIGIO FRERES)


DIMANCHE DIMANCHE 21 OCT.

A BARTIR DE 11h A.M ET CE CHAQUE DIMANCIIE
JOURNEE DANSANTE AVEC SHOOGAR COMBO
ET LES AMBASSADEURS JUSQU'A 8h DU SOIR :
( FILLE INVITATION HOMME 1.00 DOLLAR


DIMANCHE SOIR

BOSSA COMBO EN SUPERBE FORME 2.00 DOLLARS
x X X X x
La direction du Lambi Night Club vous announce
1'arrivee a Port-au-Prince du Fameux Groupe mu-
sical L'OPERATION 78 de Simon JURAD le 29 Octo.
bre prochain. Dans cet orchestra figure deux ex-
cellents musicians haitiens qui etaient daIns les
rangs de Nemours et Sicot : Charsmant et Gervais a
la fois tromp6ti e et tromboniste. Priere de surveil
ler nos annonces des Festivites.

Nous vous annoncons egalement l'arrivee a Port-
au-Prince du grand orchestra Dominicain sous la
Direction de Cuco Valoy 1'homme tries connu en
Haiti pour ses tubes (Juliana Nacio Varon La
muorte de Don Marco Las oraciones etc... Out
a cet acteur dominicain donnera 3 festivities en Haiti
le 7 8 et 9 d6cembre prochains.

Nous signalons enfin le patisage a Port-au-Prince
du group ((Les Fr'res Dejeana (en excellent for-
me avec leur dernier disque) le 16 decembne pro-
chain. L'orchestre y passera deux semaines.

*ooecoeooa~g~oo-a---a-------g--s-a--


l'Etrangers


vail -demand6 1 asile po-
litique rest entourd de
mystere, a declar6 Vendre
di qu il alt revenue de
son plein grd en URSS, atf
firm 1 Agence Tass

Au course d une confiren
ce de press a Vilnius ILi
thuanle), Tchessounlas a
affirmed < se a 1 Ambassade d Urss
en Allemagne Fdderale de
sa propre initiative, et lui
avait demand de 1 aider
a retourner dans sa pa
trie>, indique Tass, qui pr6
cise que.le champion suit maintenant- son tra-
vail d entraineur)>
Le Literatournaya Gaze
ta avait donned la m6me
version du retour de Tches
sounias en URSS II aurait
ete tout a fait surprenant
selon les observateurs que
le sportif ne la confirm
pas.
Les explications du jour
nal de Moscou avaient
ete accueillies avec scepti-
cisme a5 Bonn, oft dans cer
tains milieux politiques on
estime que Tchessounias a
Wte ramen6 de force dans
son pays.

X X X XK

FRANCE : UN LYCEEN
POIGNARDE A MORT
PAR UN DE SES
CAMARADES
AUBERVILLIERS
(BANLIEUE EST
DE PARIS), (AFP)
Un Lyceen de 15 ans est
mort Vendredi apr&s-midi
a Aubervilliers, dans la
banlieus Est de Paris,
d un coup de couteau por
te par un de ses camara-
des de classes.
Peu apres midi, sortant
de classes, Pierre P, 12 ans,
ni de pere inconnu et con
sider6 par ses camarades
comme un , a
porte un coup de couteau
a Similar C, 15 ans, de na
tionalite Yougoslave, qui
ne parlait pas Francais.
Atteint au plexus, celui--
ci devait s ecrouler mor -
tellement touch
a declare Pierre P 5 la Po
lice, il me cherchait des
histoires. Lorsque je jouais
ia la balle avec d autres
camarades, 11 me la pre-
nait>>.
La Directrice de 1 eta -
blissement, qui compte plus
de 700 eleves de nationa-
lites diverse, s est refu-
see h tout commentaire. Les
course ont ete suspendus.

x xx x
ETATS UNIS:
LAVAGEE DE BOUCHE
POUR INSULTES
AUX AGENTS
CORTLAND

iNew York (AFP'
Un americain de 20 ans,
Thonmas SoutL', or.. lirre
de Cortland (Etat de New
York s'eal tfatL laver la
bouche a 1'e.iu et au sa-
von, vendredi p'-- les deux
policies qu'il avait insultes
i la sortie d'un bar, un
soir d'ivresCse

Le Juge de la localite,
M. Lynn Dorst,, avail en et
let done le choix au jcu
ne homme, inculpe de de-
sordre sur la voie publique,
entire cette condemnation
ou bien encore dix jours de
prison ou 50 dollars d'amen
de.

Les deux policlers ont exe
cute la sentence avec rete-
nue. avoir de process si le savon
le rend malade. a declare
l'un d'cux.

Le Juge Dorset a affirmed
pour sa part que cc type de
punit:on, qu'il propose envi
ron unie fois oar mois dans
des cas similtqres, semblait
plus efficace que 1'amende
ou l'emprisonienemnt classi-
que. eMa mere me l'a faith
uine fois. et cela ma suffit,
a-t-il affirms.

x xx x

DES MUSULMANS
CHINOIS
HONG KONG lAFPI
Un group de seize musul
mans chnois a 6te autori
se a effectuer le pelerinage
de la M' cque, pour la pre-
miere fois depuis 1964, a an
nonce, vendredi, l'Agence
aChine Nouve!'ies, rescue a
Hong Kong.
L'Agence a p c'se que ces
musulmans avar ent quirt.e
Pdkin, vendredi, pour t'Ara
bie Saoudite.

L'Association islamioaue
de Chine avali organase dix
pelerrnages a la Mecque, en
tre 1955 et 1964, mats a-
vait du cesser de le faire,
a partir de 1966. pendant la


revolution culturelle.


ACCORD DE COOPERATION
HYDRO-ELECTRIQUE
BUENOS AIRES -- (AFP)
Les Ministres des Affai-
res Etrangeres du Brasil, de
I'Argentine et du Paraguay
ont signed, vendredi, a Puer
to Stroessner (Paraguay),
un accord sur 1'exploitation
conjugee des barrages d'l-
taipu et de Corpus, sur le
haut Parana aux confines
des trois pays, apprend-on
vendredi d Buenos Aires.
L'accord conclu par MM.
Ramiro Saraiva Guerreiro
(Bresil), le General Carlos
Washington Pastor (Argen-
tine) et M .Alberto Nogues
(Paraguay) met fin uone
guerre diplomatique de dix
ans entire le Bresil et 1'Ar-
gentine pour exploitation
des eaux du Rio Parana.
L'harmonisation des deux
projects hydro-clectriques les
plus ambitieux de la rni-
gion (Itaipu doit fournir
12,6 millions de kilowatts
par an et Corpus 4,4) est
consider comme satisfaisant
tant h Buenos Aires qu',
Brasilia.

Les argentins, ont accep-
te de limiter la hauteur de
l'ouvrage de Corpus, situd
en aval d'Itaipu, afin de ne
pas faire perdre de puissan
cc 1'ouvr.gc bresilo-para-
guayen.

Les bresiliens ont de leur
cote accepted de limi-
ter la p u i s s a n c e
d'Itaipu, de fagon a ne
pas perturber la navigation
sur le Parana moyen, impor
tante voie de circulation
pour 1'Argentine.

Quant au Paraguay, co-
proprietaire o'Cs deux ouvra
ges, il pourr', devenir un
des plus grands exporta-
teurs d'energie de la re-
gion.

x xxx
SAN SALVADOR: UN
MILITAIRE TUE DANS UN
ATTENTAT

SAN SALVADOR: (AFTP)
Le Colonel Simon Tadeao
Martel; ancien sous inspec-
teur general des forces ar
mees du Salvador; a 6tt assas
sine vendredi a San Salva
dor; par un commando dIt
group clandestin 'forces po
pulaires de liberation Fara
bundo Marti' (FPL)

Le colonel Martel; qu. a-
vait ete demis de ses fone
tions jeudi par le nouveau
Rouvernement: a ete .rible
de balls par ul jeune
home et une jeune femme;
devant son domicile
Le group clanoestit FPL
est connel pour ses aLena a-
vec le 'bloc populaire r6vo
lutionnaire': (marxiste)' la
plus important orgahnsa
tion d';oDDosit'on du Salva
dor.

Par atlleurs 1'arm6e rdvoru
tionnaire du people (ERF);
a revendique l'incendie Qu
a detruit six aulobus; ven
dredi a l'aube; dans diverse
rues de la capstale.
Cette recrudescence de la
violence a San Salvador pour
rait influer sur les plans du
gouvernement qui a annonc,
que les rassemblements pu-
blics organisms par de:; group
pes d'opposit on etaient d6.-
sorma's autoris6s.
Enfin n o a 6galement at)
pris vendredi que la Croix
Rouge Internat'onale avait
et6 invitee a vistter les pri-
sons du pays pour s'assurer
qu;il n'y reste plus de pri-
sonnicrs politiques

x xx x
PROCHAINE CEREMONIES
CONSACRANT L'ERADICA-
TION DE LA VARIOLE EN
AFRIQUE.

NATIONS UNIES (GENEVE
(AFP)
Une cerimonie consacrant
teradicatoon de la variole en
Afrique aura lieu le 26 octo
bre a Nairobi; sous la presi
dence du Directeur Gendral
re t'Orgainsation Mondialle
de la Sant (O.M.S.) iM. Half
dam Mahler; a annonci ven
dredi a Geneve le porle pa-
roile de 1'Organisation; M.
Gino Levi.

M. Levi; qui a prec se qge
c:etait la premiere fo's dans
l'histoire mond'ale de la
luite centre les maladies an
eestsr.iles; qu'un rasultat aus
si spectacular dtalt obtenu
a ajoutd qgue 'radicat'on to-
tale de cette affection trans
missile don'tt le dernier fo-
yer connu se trouvait eni A-
frique de l;Est); ferat l'ob
jet d;une communication i
lassemblie de 1;O.M.S. en


SIACENCE
CITADELLE




VOUS PROPOSE





8 Jours au MEXIQUE



DU 1 AU 8 DECEMBRE 1979




au prix incroyable de







I $699.00
5-,



CE PRIX COMPREND:





... Le billet aller-retour Port-au -Prince



Miami Mexico AcipulcocMiami



Port-iau -Prince



. .. L'hebergement, au Mexique, en chambre



double, dans des hotels de luxe [3 nuts


a Mexico a i'Hotel Maria Isabel, 1 nuit


a Taxco a ,l'Hotel Holiday Inn, 3 nuits a


Acapulco a l'Hotel Hyatt Regency]


... Les transfers aeroport hotel neroport



... La visit de Ia ville de Mexico



... La visit des fameusee Pyrfamides



de Teotihuacan et de La Basilique



de Guadalupe


.. Une excursion a Cuernav*aca et Taao



.M. Une mini-croisiere dans la Baie



d'Acapulco


. .. Le port de 2 bagages; les taxes et



services a l'hotel



.. Un Guide-accompagnateur



*. Un arrest facultatif a Miami au retour





Le nombre de places est limited ContactRz nous au plus vite pour

inscription et reservation.-




AGE CE CITADELLE



S 35 PLACE DU MARRON INCONNUW35

TEL : 25900


1980. .,,


,. ~ i 'r-- ; --;: ; 1; - ~ i ~ C~- I' --';~i ; ~ a~~-- - - - - - -,: ~`~~ i


- - - - - - -I- - -- - - - - - - -- - - - - - - - -- - -- - - -- -







SSAMEDI 20 Ef DirtaNCHl 21 OCTOBRE 19709


(Suite de la lare p

munes. Dessplines, Pet
viere de 1'Artibonite et
de Salane. Ses section
rales sont au nombre
qu! sont les suivanlte
ti. Pierrot, La Croix,
I Estere, Vlllard, Du
Son clihmat est frais e
Elle est arrostic par
vieres: Artibonite,l'Est
Coupe-a-Linde. Sa pr
le production est/le ri
ministrativement sa v
tutelle demeure: St.
et Port-au-Prince en
principal centre de d
che.

HISTOIRE :

Cost L Marchand e
que Toussaint LouV
remporta une impo
victoire sur les Angla
general Jean Jacques
salines y etait, le 2 Se
bre 1804 lori 'il f1 ut
dtl tiitre d'emnereure
par soi EFt at Major
]; 4ec demi-brigade.
l' vrier 1805, I'emperet
lit de Dessalites S 1i
de 25.000 itmmoes po
ege tie Santo-Do
ia consstiuttion lmpdr
20 Mai (1805 est, daltie
vill r de De:;i,,al'n'es. C
lrenmiTr vill, apres
te.s qii rpondll)t au
I entl. in;mt [il'('r a St.
Ic 8 Ortobre 1F,20 poi
ver,,er la tyrannie de
tophe'. Le famux chl
bandes l'eoclaves L
Dtrance, arrbt. ile 21
1803 par Guerrier su
dre de Dessalines.
dans Jos (Irs h Ma
dans I'un des forts.
Mars 1889, les troup
pr6-ident ,.- n. s
rent, de Dessi;lnes a
ment des Nordlstes..

Mats la ville con
ele qiiclques I I'
son -passe glorieux.
lais dcu gouver.iemen
chev6 d'etre demoli
par le gouverriement
marsais Fstime quii
sit en lieu et place
grande ecole primai
premiere a Dnesaline
residence privee de
reur a ete elfondr
1965. On peut. retro
core dans la ville


ase) son de l'epouse de Dessali- m
nes, Claire Heureuse et eel d
tite Ri le de son horame de con- t:
Gran fiance Charlotin Marcadieu. v
ns ru- Les restes d'un grand gene D
de 6 ral qui fut celebre surtout
s: Pos pour avoir epouse les nobles I
Fieffe, idees d'Antenor Firm'n qu'il
vallon. voulait conduir' I la presto
t sain. dence, les restes du general D
les ri- Jean Jumeau se trouvent b.
tere et Dessalines. Brct, ce n'etait e
rincipa qu'un peu d'histoire. a
iz. Ad- s
ille de ASPECT ACTU L: t
Marc
est le Quel est le spectacle qu'of l
ebou- fre cette ville apr s ses 177 t
ans de foundation? Un visa- c
go plutot agonise., c
Les constructions s'6ri- (
grnt d'une mrniere plutot I
n 1794 anarchique defiant ainsi les p
overture regles les plus eltmen.taires
ortante de l'urban.sme. t
is. Le d
s Des- La preuve 1-a. plus flagran I
eptem- te en est. que le march corn
salue munal et la place publique
d'Haiti si du reste on peut lui oc l
et par troyer cette denomination
Le 16 sont construits face A face
ur par au po nt que les prome-
a fete neurs el Ils marchands sont
yur le facilement assimilables. Les
imingo. services publies sont logos,
riale du pour la grande majority,
e dt la miserablement dans des mai
"'est la sonnettes lou'-s. Pas uine
Veret- seule rue n'est asphaltee a
mouve- Dessalines ofi en temps de
Marc sechercss- tou'.es les portes
ir ren- se ferment. L'iosence du te
e Chris loplione isole davantage cet
ief de to ville (il on y entire et n'y
Lamour sort que par un seul portal
6 Juin <,La Barriere Bachou>>. La
ir lOr- route de <
mourut par Pont-Sond6 etant impra
irchand ticable. Pas d'electricitle et
Le 30 consequemment pas de vie
)es du nocturne. Apres 7 heures du
'empare soir la vlle s'endort pour
au detri ne se reveiller qu'?i 5 heures
du matin, I'heure du depart
pour les champs. Cette obs
serve-t- curite combien intolerable
de en ce quart de siecle finis-
Le pa- sant est la source de tous
t fut, a les maux auxquels est con
on 1949 frontee la premiere capita-
de Du le d'Haiti. Ct-tte obscurite
construi fait que la vi;le n'a r'en
une A offrir aux visiteurs even-
re (la tuels, voire a ses ressortis-
es) La santas. Comme on le sait,
l'empe- ces bites ne sauraient fone
roe en tionner qu'avec un systfme
uver en de refrigeration. Or la vil-
la mai- le s'approvisionne difficlle-
(P




,di@


ent en glace. Le morceau EDUCATION :
.e glace qui s'achete 10 cen
times a Port-au-Prince se L'Education S Dessalines
vend jusqu' '.A centimes a en voila une tristesse. La
Dessalines. ville attend jusqu'en 194
pour que le gouvernemen
LOISIRS : de M. Dumarsais Estime 1
I dotat de sa premiere gra
Le cote loise est ignore Oa de ecole prlnamire. Jusque
Dessalines. Aucun absolu- l:s families envoyaient leu
ment. Ce nest seulement enfants a Gonaives, ba S
en vacances que l'on peut Marc ou a Port-au-Princ
avoir le rare privilege d'as- faire leurs etudes. Aujour
sister A de petites competi- d'hui encore les parents
ions periodiqies de Foot- retrouvent dans la men
tall, sans trop grande va- obligation apres le certifi
eur d'ailleurs Dans le cat d'Etudes Primaires. Ai
temps, quelques jounes va- cune etole secondaire. Aus
cancieres sava.ent se reunir le besoin d'un lycee se fa
in associations culturgligs,.,, seaatit serieusement & D
ia derniere: Elan Culturel salines oft chaque annee
Dessalinier dim-oute en 1974) ne moyenne de 500 eleve
pour produiretant bien que provenant de 6 ecoles pri
mal q.uelques representa- maires, subissent les ex
,ions theatrales (une ou means du CEP. Par ailleur
deux par an) Les groups la ville ne fournitpasmoi
mus caux IImperial, Ele- d'hommes instruits qui
giants, Shelbiscs) qui ne par font avocats pour la gran
venaient pas is convaincre majority. Le mal est qu
les families do leurs soucis tous, A part quelques jeu
de bicn faire, ont tous som nes, vivent a strangerr. C
bre dans l'oubli les uns a- rapporte que ces intelle
pres les autr(s. Et mainte- tuels ont ete obliges de p
nant, c'est le neant. tir en masse anl debut
annbes 60 pour des raiso
Cette absence de distrac- politiques. Situation qui
tion allait .ngendrer une re -manque pas aujourd'hui
putation pasi trop flatteuse porter prejudice au jeut
pour la la vilk appelee iro- dessaltn'en qui n'a presq
niquement par ses voisins porsonne pour tenter u
de l'Artibonite: sLa Ville demarche en sa faveur.


du Hazard>. Ceux-ci n'ont
pas tout a fat1 tort quand
tn salt que le tries peu de
Dessalinion qui ne joun pas
au hasard est oblige de fai
re montre d'une volonte de
fer pour y resister. C'est
courant quoe professturs et
eicves, pores et fils, se croi
sent dans une salle de jeu
en plein jour et parfois en
ple'ne semaine de classe.Ad
mettez-les si vous voulez.
Mais sachez que ni les uns
ni les autres n'ont pas un
ileu oft aller se recreer. La
commodity attractive etant
complftement inexistante.

Le peu qut ;iche lire pour
rait bLen rest, r chez eux
pour y fire un peu de lec-
ture avant d'aller se cou-
cher. La lampe a kerosene
en usage dans presque tou
tes les maisons ne pt ut four
n!r qu'un" lumicre m-arihnn
de poivant fatilement affect
ter la visibility des genm
(fffyW il 4.;44"


(A suivre)


Cambodge
Soutlen de M.
Waldheim
a l'action du
CIRCR et de
I'UNICEF

NATIONS UNIES
N Y, (AFP) Le Seer
re G6neral de 1'ONU, I
sieur Kurt Waldheim,
personnellement fait c
pel Vendredi S des co
buttons des gouvernem
et du public b. 1 opera
de secours de 1 ONU a 2
000 kmers, victims tragedie peut-etre sans
cedent dans 1 histoires
Au course d une confi
ce de press etrnvoqute
cialement aL cette intei
tion, Monsieur Waldhi
accompagnb de Mons
HBnry Laboulsse, Direc
du Fonds International
lenfance (UNICEF). a
nonc6 que les efforts
ployds conjointement
1 UNICEF et le comit6
international de la C
Rouge (CICR.) avaient
fin rtussi a eclaircir
situation dune manlire
tisfalsante II a prec
qu avait en efftt pu
obtenue la cooperation
autoritts comp6tentes :
gouvernements thailan
et de Pnom Penh, et
personnalit s du Kan
chea I Dmocratique
(khmers Rouges) par
termndlalre des reprise
tans de ce regime au s
de 1 ONU S New York

M. Waldheim a soulil
que ces contacts taieni
natures purement hum
taire et pragmatique
qu'aucune signification
tique ne pouvalt leur
attachdee,._,_.s


DANS NOS CINEMAS


MICHELE SCOTCH CLUB



WEEK END CHOC


VENDREDI |



Disco Frenesie


AVEC



UN D. J. DE NEW- YORK


poll fant of la digni est s
dtre fite par le dollar.
" Entrte G. 5.00 et 6.00


SAMEDI


Satu rday Nigh tExpress



AVEC



D. P. EXPRESS




Week End M. S. C.



DESSALINES, CETTE MECOANNLTE


CAPITOL
CAPITOL 1

SAIMEDI 20, DIMANCHIE 2
ET LUNDI 22 OCT 1979
Avant 5h G 5;00
Apr&s 5h G 8;00
DAMIEN

CAPITOL 2

SAMEDI 20, DIMANCHE 2
ET LUNDI 22 OCT 1979
PRIX UNIQUE
$ .-00o
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hro-s.
I JA MALEDICTION No 1
CAPITOL 3

SAMEDI 20, DIMANCHE :
ET LUNDI 22 OCT 1979
PRIX UNIQUE,
12 h 15, 2 hl5 4 h 15
6 h 15 8 hl5, 10 h i
$ 1-00
LES MOEURS CACHEES
DE LA BOURGEOISIE

CAPITOL 4

SAMEDI 20, DIMANCHE 2
ET LUNDI 22 OCT 1979
PRIX UNIQUE
$ 1-00
11h45 lh45 3h45 5h45
7h45 9h45
LA DURE LOI DU
KARATE



CINE TRIOMPHE
SALLE 1

LE MYSTERE DE
TRIANGLE DES
BERMUDES
Entr6e $ ).50 et 2.00

SALLE -s
s,
a L'OURAGAN
49 mztrde: $ 1.50 et 2.00
t
a SALLE III

1i L'HOMME QUI AIMAIT
rs LES FEMMES
3t. Entrte : $ 2.00
ce a&LE IV

se LES PIRATES DU METE
ne Entrte s i.j
_- xxxx
u-

ssi CINE LIDO
it
)es Samedi a 12h 2h 4h G. 1
u- 6h 8h 10h G. 2.00
s LE KID DU SHAOLIN
- Dimanche 10h 12h 2h
a- Entree G. 1.50
s, KUNG FU AUX
ns PHILIPPINES
se 6h 8h 10h G. 3.00
de LA FEMME VIPERE
ie Lundi a 12h 2h 4h G. "
u- 6h 8h 10h G. 2.00
iOn LA FEMME VIPERE
ec- x x x x
par
des PARAMOUNT
ne Samedi a 12h 2h 4h G.
de 6h 8h 10h G. 3.00
ne 12 SALOPARDS
que Dimanche 12h 2h 4h G.
une ZEN KWUNDO
6h 8h 10h G. ,.00
Lundi S 12h 2)0 4h G.
6h 8h 10h G 3.00
ZEN KWUNDO
x :"X Xx

MAGIC CINL.

Samedi a 6h et 811
SON DERNIER CONCERN
Entree G 3.00 et 4.00
Dimanche 5h 7h 9h
MORTS SUSPECTS
-tai Entree G 5.00 et 6.00
Mon Lundi & 6h et 8h
a LE SILLAGE DE LA
ap- MORT
ntri EntreedG. 3.00 et 4.00
cents Mardi It 6h et 8h
tionl LA GOUVERNANTE
2 500 Un grand drame
une Entree G. 3.00 et 4.00
pr6
xxxx x

6ren MAGIC CINE
spt
n Dimanche 5h 7h 9h
ei, MORTS SUSPECTS
ieur avEc: RICHARD WIDMJ
tour GENEVIEVE BUJOD,
de CHAEL DOUGLAS etc.
an Morts susnectes bi
d- avec crudite et amertun
par tableau human de m
rix cins attaches a un g
en hospital, qua nrtitvent
la organes important sur
Ssa patients opertas pour
ie vendre des centaines de
etre liers de dollars tuer unn
des vre pour que vive un ,rc
les sime! Des lors, une je
dais doctoresse se met S Sus
des ter que 1'allure des opt
pu- tlions devient dout
PARVIENDRA-t-elle S
1 in- teeter les manoeuvres r
n bres et criminals de
itge MIAFFIOSSI en blouse
che. Dtcouvrtra-t-elle,er
nant secretement son
gne quote les coupables de
Sde crimes odieux de ba:
ant. ll1gale d'organes. Vous
6. sisterez S ce drame h


IMPlIAL
IMPERIAL 1
1 SAMEDI 20, DIMANCHE
ET LUNDI 22 OCT 1979

12h 2h 4h G- b;00
6h Oh G 8;00
UN MARRIAGE

IMPERIAL 2
1
SAMEDI 20, DIMANCHE
ET LUNDI 22 OCT 1979
12h 2h 4h G -i;00)
6h 8h 10h 0 G 8;00
MARCH PAS SUR
MES LACETS

IMPERIAL 3
21 12h 2h 4h G 5:00
6h 8h lOh G G 8;0f0
L'HOMME D'HOLLYWO(
xxx X

CINE OLYMPIA
D'manche 12h 2h 4h o.
6h30 et 8h30 G. 3.00
LA STATUETTE
21 DE JADE
Lundi a 12h 2h 4h G. 1
6h30 et 8h30
GUN LA GACHETTE
Entree 1.5p
X xx X

ETOILE CINE
Dinmanche 6h30 et 8h30
L'HOMME DE HONG KC
Entree G. 2.50 et 350
Lundi A 6h30 et 8h30
LA MAIN DE BRONZE
DE HONG KONG
Entree G. 1.50 et 2.50
xxxx
S x X' X

REX THEATRE

Dimanche 21 OctoDre
DE LA NEIGE SUR LES
TULIPES
Attention: Avant 5h : C
2.00
A partir de 5h- G. 3.0
5.00
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Entree G. 2.00 3.00 et
Lundi 12h 2h 4h 6h 8h
DE LA NEIGE SUR LES
10 TULIPES
Avant 5h G. 2.00
A partir de 5h
Entree G. 3.00 et 5.00

50 RANCHO CINE

4h Dimar-clie 21
FUNNY GIRL
Lundi 22
CAMPUS

'talie.
1.50 Aiguilleurs du (
M. Pertini debloi
la situation
ROME; (AFP)
L'intervention person
et inattendue du p
1.50 dent de la Republ'que
nenne; M. Alessandro
ni a mis fin; vendred:
200 i la paralyse du traf
rien en Italie; constq

de la dtmission collie
2.00 des 1.400 Aiguilleurs du
Leche de l'Etat ital
pris de vitesse le pr
m nistre; du Transpo
les syndicats itallens qi
vaent se reunir ver
so'r pour tenter de (
quer la situation.. En s
IT lit6 de chef des armf
a convoqu6 des represent
des Ai~uilleurs du ie
en It-l-ie; ont un statv
ta're.
Un communique de
s'dence de la rtpubliqs
cise que M. Pertini a
'les assurafices voulue
A'guilleurs du ciel et
voqut immtdiatement
mier ministry; M. F:
co Cossiga et les mil
de la D6fense et des
ports; pour les inform
;solutions opportunes;
Ces solutions n'on
4td rendues publiques;
les A!guilleurs du c
sont engages S retire
IRK admissions; indlque-t-
MI- source sure.
Des jeudi soir: une
rosse ve de force s;tta't en
e le entire les Aiguilleurs di
tde- qu1l: exergant un s
rand public: rfclamalent u
des tut c'vll; et le ministi
des Transports; M. Luigi
les qui atlirma't que tout
sii teur; itait possible du
pau nael militaire.
ichis Vendredi; cheque pa
une tant restee sur sa pc
pec- intransigeanie; lese A
.ra- leurs du ciel avaiele
euse, ciellement remis leur
de- missions; ce qui aev
maca pour consequence im
ces te de paralyser tout le
blan atrien en Ital!e.
Sme On avait alors indiq
en- ficiellement; qu;en l's
ces ce d;un ;plan d;ur9
nque pour pallier une sem
as- situation; aucune de


Remntreements
et ,Bsse de prise
21de
Les families Rigaud et
Bazplais, ainsai, que tous les
autres parents et allies,
profond6ment touches des
marques de sympathle t6-
moigntes h occasion de
la perte de leur regretted
Gedrgette Rigaud nte Baze
2 lats enlevde A leur affec-
tiori le 7 Octobre 79 vous
prient d'agrter. 1'expression
de leur profonde gratitude.
Elles profitent de 1'occa
sion pour leur annoncer
qu'une messed de prise de
deull sera ctlo6brte. le yen
dredi 26 octobre h 6h A.M
a 1'Eglise St Pierre de Pd-
tion Ville pour le repos
de I'&me de la regrettee d6
DD funte.
Cet avis tient lieu d'invi
station aux parents, allies
et mis du defunt.
2010
2.00
x x x x

AVIS DE DIVORCE
.50
Conform-menc aux dispo
sittons de la lol r6gissant
la matltre, 1'Officler de 1'E
tat Civil de la Section Nord
de Port-au-Prince a trans
crit sur les Reglstres s ce
destines Is dispositif du ju
gehinent du Tribunal Civil
de Port-au-Prince en date
)N(C du dix neuf juillet 1979,
admettajt et prononqant k'
divorce des epoux Jean-
Claude Cherenfant. la fern
me .ne L6da Pierre-Louis.
Afin que nul n'en ignore.
Port-au-Prince, le 20 Oc
tobre 1979.
Andrt P. IERRE Av.
\ 2010


Je sais que tend po:nt le nombre des
annees)., mais je pense que
curtains devanciers merite-
raient mieux cet honneur.
Je vous suggererals done de
rendre hommage a l'un de
ces 3 poftes don't l'annee
1979 ramane le centenaire:
Duracini Vaval Aurcle Che
vry, Ludovic Ambroise. Ou
si. vous tenez a honorer un
vivant, rebaptisez votre
prix: par example, PRIX
JEAN BRIERRE, ce geant
de la poesie haitienne con-
temporaine, ou PRIX RENE
DEPESTRE, le plus celebre
des poetes hailicns vivants
ou. PRIX FRANKETIENNE,
le plus grand v;vant en Hal
ti,
,Eh esporant que cos surges
tons rcti"ndront vote al ten
t:on, monsetcur le directeur
je vous prie de croire S ma
consideration.
Christophe CHARLES


Q LE BISTROT


Restaurant -- Bar- Grill.

Pizzeria Crdperie

LE RENDEZ VOUS DE L'AMBIANCF

CHAQUE JOUR


Menu special Lunch

a $3,60


CHAQUE SOIR

DINER DANSANT.

AMBIANCE MUSICAL

Avec "Bistrot Combo"

Mardi Soir -.Vendredi soir


S:)

2 TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT CHA-
QUE SEMAINE

Dans leC Jardins du Bistrot

iUne nouvelle Attraction t




GOLF MINIATURE
UN DIVERTISSEMENT POUR TOUS CLUB hOUSE
JEUX BAR CLIMATISE


bISTROT!

ToIus les io'urs e

midl a 1 h du martin

Le Manoir 146 Lalue Tel. : 2-1809
o>^>>>.^!>>^> >a>>>geooa


CARNET SOCIAL


DECES DE Mme
Antoinlse Rancy
Pax Villa announce ie dt -
ces survenu le 18 Octobre
79 a la suite d'une longue
maladie courageusement sup
port6e de Madame Antoinise
Rance
En cette p&nible circons
tance Pax Villa et Le Nou-
-velliste prdsentent leur sym
pathie h ses enfants M. St.
Armand Bonhomme et fa-
mille; Madame Marie There
se Pierre-Canel; M et Ma-
dame Magloire Bonnet nse
Pierrelise Pierre Canel et
enfants; 1M. et Madame Wil
ner Perre Canel et enfants;
M. et Madame Charlemegne
Pierre Canel et enfants; M
et Madame Antoine Pierre
Canel et enfants; a ses fr6
res M. .Poinvil Rancy et fa-
mille; M. Luc 0 Rancy et
famille: M. Alexandre Ran
cy et fam'lle; A ses .petit$,
enfants Michel; Sheilla; Jeff
W.nifred; Nesline Valery;
Hinode; Manouchka; a ses
neveux et nieces Madame
Mdrs 'Terr'bles nee Rancy'
Madame Saint ArQand Oli
vier nee Rancy; Madame
Zo6 et famille: M Renaud
Rancy et famille: Raymon
vil Rancy et famille; Paul
Rancy et famille; Thfrtse
Rancy et famille: aux family
les: Rancy; Bonhomme;
Pierre Canel; et h tous les
. autres parents et allies'4-
prouv6s par ce deuil.
Les funerailles de Madame
Antoinise Rancy seront chan
tees le Lundi 22 octobre a
4 deures P.M en l'Eglise
St. Anne de Sa'n Ard of la '
d6pouille mortelle sera expo
se4 des 2 heures


orri- ne pourrait in ervenir
sacri mardi prochahin; our
reunion du conseil des
tres,


que vous semblez vouloir
rendre A l'action culturelle
intense que j' i menee dans
ce pays durant ces dix der
nitres annees. Je suis sensi
bleh cet flan de reconnai,
sance l'endioit de la pro-
motion et de la propagan-
de poetique qve j'alimentb.
dans la dizaine de revues et
journaux auxqsels j'al colla
borts et particilierement a
la REVUE. DES ECOLIERS,
et aux EDITIONS CHOU-
COUNE que j'ai crtees.
Mals je suas cans 1'obliga
tion de d4clircr cet hon-
iaeur, etant donne ma jeu-
nesse et vu qlue je suis en-
core en pleine production
poetique D'a.tre part, je
doute fort que je sols le
mellleur example poetique
pour la nouveile generation
A molns que I'oeuvre pri-
mee reponde l'esprit de
mon oeuvre quii reste a defi
nir.


Lettre ouverte M. Alix Damour
(Suite de ia lere page)


~------- 1~-''---- - ------ - .- --.:- NO___~_______I__ _____~ ~~____


PAGE 4




-SAMEDI 10 CTDIA-NOIIE 21 OCTOBRE 1979'


SAMEDI 20 ET DIMANOIE 21 OCTOBRE 1979



VOTRE HOROSCOPE

DIMANCHE 21 OCT. 1979,


21 MARS All 19 AVRIL
(BELIER)
NovezI' r p'ideill. pour les
ph elrl 'lits lcoIIU UIIIIns. 11I ,n1
tili lii ir ides I'inldtionl s t so-
lhr,s HS vu.z h lW ictn et ;alle z
] t 'i o }u }lit.


20 .AVRI7 AU 20 MAI
(TAUREAU)
Aprs tin entihouslasme
sentimental ollt'al; vous 0 6-
tls moins chaud. Un proche
till' prend ine decision sou
da ntie qti vous surprend.


AVIS 1

IMPOIRTANTE SOCIETY II'DUSTRIELLE ETABLIE
PANS LA ZONE INDUSTRIELLE DE PORT-AU-PRIN
('11 RECIIEH CIE : '
I SECRETAIRE :YANT :
3 ANS EXPERIENCE
POUVANT DACTYLOGRAPIIIER
45 MOTS A LA MINUTE
STLNOGRAPIIIE (100 WPM)
FILING k
K ANGLAIS FRANCAIS
LES CANDIDATES INTERESSEES SONT PRICES '

I MUNERATION SOUHIIt EL A : P. 0. BOX 2493,
PORT-AU-PRINCE HAITI.

r NRooCo N wBSorIaT P..Boc2o493, -o


21 MAI Ai, 2U JUIN
(OETEVEAUS..

L6gire tension sur le plan
du travalt. A la maison:
situation mellloure et vous
6tes susceptible de prendre
d' moortantes decisions pro
fossionnells. gurvelliez vos
nerfs.
Zl JUIN AU U2 JUILLET
iCANCFR)
Changement dans votre
doraire. Quolque vcus soyez
prsc.s: n'attendez pas une
rtnonse immediate d:un en-
fant on d'un etre a'm1.
23 JUILET AU Ze ABOUT
(LION)
Noinvelles inattendues pour
la _ropri6et. Vous aurez une
attitude ambivalent 1'6-
card de vos d6penses. Ne
soyez Dns raisonnable pour
les petits achats et dtraison
n',ble nour les plus grands.
23 AOUT AU ZZ SEPT
(VIERGE)
Vous serez appeal 1a pren
dre une d1c'sion ranide. Ne
jouez pas S pile ou face.
Votre premier movement
le bon en est le bon
23 SEPT. AU 22 OCT.
(ITA4-ANCE)
N'ag!ssez pas remature-
ment sur le plan financier
Des retcherches suppl6men
tires avant de prende une
deils'on. ILnorez le sceoticis
me d:un proche.
23 OCTOBRE AU 21 NOV,
(CAPRICORNE
Du tact. N'attirez pas in-
(fiment attention sur vous.
V,' des coulisses; vous pro
gresserez. De la discretion.

22 NOV. AU 21 DECEMBRE
(SCORPION)
les nouvelles que vous en-
Pondrez vous surprendront.
Dos d6veloppements profes-
s onnels cach6s viennent en
lumitre. Gardez la tete dau
to et attended les dtvelopDe
mrnets ulterieiirs.
22 DEC. AU 19 JANVIER
(SAGITAIRE)
Les anis rencontres auront
des opinions exceptionnelles.
Goutez les d6bats inteller-
tuels mais ne soyez pas
pris dans une discussion. So
vez sociable-
20 JANVIER AU 18 FEY.
(VERSEAU)
De nouvelles iddes profes
sionnelles en rapport avee"
desconsidtrat'ons financl-
res. Ne depensez pas exag6
rtment. Soyez enthousiaste
nmols restez pratique,

19 FEVRIEr AU 20 MARS
(POISSON)
Nouvelles surprenantes ve
nant de lo n et causant un
changement dans des pro-
jets de voyage. Ne soyez pas
docourag6 si un proche est
recess vement prudent. Comp
tez bien votre temps.

SI VOUS ETES NE
ATIJOURD'HUI
S' vous etes ne auiJour-
d 'hui: Vous dtes divers ot
n;avez pour reussir que le
hbsoin d'une discretion per
sonnelle. Ev':tez une tendnn-
c' a o6parpiller vos forces et
roncentrez-vous sur le souill
plan oft vous voulez jexeoller.
Pout de la faculty d'expres
s'on ecrite et parl6e; vous
pouvez ecrire; enseigner;
dronter des conferences;
changer ou dditer. La must-
cnue; Ia danse et le dessin
sont d'autres champs d:ac
tion ou vous trouveriez le
bonheur. Dans les affa'res:
vous vendrez vos products
et br'lleriez dans la banquet :
la publicist et le voyage.
aiiun besoin de sedturitt ne
vous pousse pas a 1touffer
vos dons.


PAGE 5


LA CONJONCTURE ECONOMIQUE AU 4eme. TRIMESTRE 1976 ',


(Suite de la ltire page)

dans les exportatlons hal-
tientlnnes st tres tdifite de
puls plusieurs anndes et ce
ploduit joue par consequent
un rdle mineur dans l'dvo
lution constatse. Le prix
de plus en p 1 us s le-.
ve a payer pour
le p6trole t par suite pour
les products A base de fi-
bres synthetiques par exem
ple, pourrait dans un pro-
che avenir relancer un peu
le sisal haltien.

Les huiles essentielles
sont confront1es a un pro-
bltme de commercialisa-
tion : concurrence sur le
march international et
peut-ltre prix tiop 1levd
demand par Haiti de tel
le sorte que les huiles se
vendent moins blen.

Le problem majeur res
te neanmoins le cafe, prin
cipale denree d'exportation
et source de devises. On
pouvait se demander si;
l'augmentation de la con
sommation interieure liee
h l'augmentation des reve
nus n'avait pas limits les
exc6dents de cafe pour 1'ex
portation un peu comme
pour le sucre il y a quel
ques annees. En faith 11 pa
rait evident d'une part que
1'accroissement des reve-
nus ne se transforme pas
en achat de cafe rrais plu
tot en achat de products
de premiere necessity et
d'autre part que le cafe con
somme localement est d'u
ne quality inferieure au ca
fM export.

Par ailleurs 1'hypothese
de speculation, devant la
baisse des coiirs mondiaux,
ne peut plus 1tre revenue
h long term.

En rait il apparait que
malgre de bones condi-
tions climati.ques en 1978.
los rtcolte de cafer ont
et1,6 assez mtdiocres et Iles
exportations de 1'exercice
78/79 seront en netted bats
se sur 1'annee preecdente
comme orneeut ddja le cons
tater ce trimestre. Il s'agit
1l3 du cycle biennal du ca
f6 car en contrepartle les
rdcoltes 79 s'annoncent ex
epntionnelles et on peut
diiA s'attendrpo une re-
monfot en flp3he dps ex-
rortaelins pendant 1'exer-
cice 79/80.
CO trimestre.. la chute du
caf6 et dos hiiiles pssen-
tiellps a 1te attrnude par
la progressionn. nr rnnonrt
an 4mrn' trimestro 77. dos
Pxonrtftions d'orficles de
1I npotilo irniust-'o (nlrq
42") ef la trds fo-t1 hpaus


se des exportations de vian
de ($64 tonnes centre 16).
Si la stagnation en volu
me lies exportations tradi-
tionzelles deputs Olusieursa
annees avalt pu ettre aqcornf
pagnee d'une forte habsse
des prix ten particular aUo
ca:'1 en 76 et en 77), ee
n'cst olus le cas depuis piu
sicurs mois et le prix mo
yen du caf6 continue de
ba sser sur le march mon
dial : le caf6 haitien s'est
vendu 2 958 dollars la ton
ne en moyenne pendant le
4eme trimestre 78 centre
3 168 dollars au 46me tri-
mestre 77. A titre de corn
paraiscn le prix moyen a
k6d de 4006 dollars en 76-
77 et de 3 254 en 77-78.

Ainsi l'indice des prix -h
1'exportatiun de notre 1-
chanti.llon. tris largement
tributaire du prix du cafe,
a continue de balsser per-
dant 1,9% sur le trimestre
prec6denu et 7,5% sur le
4eme trimestre 1977.


semblaplement permis de
require encore les Importa
tions alimentalres et aussi
les importations tie carbu-
rants supplltnentaires, (ti6-
c'ssalres en ca de sdche-
resse comme en 77). Dans
1 ig*W i tepaps 1'&tit d'a- i
-..anrtcsmnk 6d d'aehtve-
ment de certains grand;
travaux d'infrastructure
(roqtler! et 4leetriques) a.
du iagettit la dpetiande en
blends d'aquioemeht impor-
tes, d'ailleurs de plus en
plus chers 'par suite de
l'inflation interpatinale.
Ce ratentisseament proba-
ble de la croissance des im
portat"ons est corrobore par
l'absence ,de pression sup-
pleimentaire sur La balan-
ce des paierients et la si-
tuation; satisfaisante des re
serves de change en uneN
periode de regresston de la
valeur gourante des expor-
tatlons. La perte de devises
resultant des onerations du
commerce exterieur a en-
traine soulement une peti-
te dimiuilon ds rr


Parm; les articles qul ne de change nette d. u systm -
font pas parties de 1'echan md bangaire : nlus 88 1 msil
tillon ecaca aconnu des e bancaire n 88 1 m
recettes acurues ce trimes- bro 78 conure s n 114.3 en
tre. SurtoutI les articles ma so 7etnbre. lune 1rnont
nufacures, provenant des s'-t d't.lleur onerte dtis
industries de montage., ont 13 mols de janve r.
continue de p-ogresser ce
trimeo're et rpprdsenteront,.
environ 30% des exporta- Tandls que les prix 1a
tions haitlennes en valeur 1'exportation balssalent.
pour 78-79 soit sensible- 1'iadice des prix a 1'impor
ment comme le cafr. II ne tatlon augmentait de 3,5%
faut pas perdre de vue ce ce trimestre par rannort au
nendant qu'll s'agit pour pricddent et dp 10,1% de-
les articles manufactures uils on an. Cette hausse
des chiffoes d'exnortationl des prix est sensiblement
b-uts c'ost-h-dire imnorta- du mrpum o-dre up cell"
tions do mattirees premieres des prix intrleurs chez les
non d6drlitps. Sur la base nays fournisseurs d'Hilti.
des estimattons nue l'on La combinaison do cos oriux
n"ut diia faire nnir l'en- dances opposees 1l'ex-
semble de 1'exe'-ecp 78-79, onrtation et S i'tmnorta-
1" epxportat;ons brutes d'ar tion a orovnnu6 unpe nnil
t' Pls mnnuufeecturs- o-ot vPlle dp"'n-dation des ter-
nu'menid en 2 ans de 41% rmes de 1'6change.
pn val"ur et de 22% en
quantity. Enfin le 4eme trJmeatre


Flninlpmont toiis nroduits
confondus (6rohnntillon Pt
loos tehanfillon) In va
I1n'- total des oie pon ti-rns
rdi 4pmrn trimros'e 78 ost on
hnRssp dro 7- sir I1 trtnps
tre p'oAdoln ot do rip n
sur NK 46me trimestre 1977.

A partir dps chiffres tan
tiels disnoniblbs on nput
nonsor one les exportatlons
totaled de 1'oxerc'oe 78-79
s-ront on valeur infrtoi'p-
rps A 77-78 et aussi 5 76-77
irpla 0' val'itr curanfin"
rest-A -di-p malgrd le gain
dui a inflationn.

F-rf heurPlresomnt If l
rpnrit ions non'b, q n Oriniosq
r--ni- rdii nri'nternns at,
do 1'automne 1978 ont vral


1978 a connu une falble
hausse de l'indipe R n,1i l
du coat de la vie 5 Port-
au-Prince (plus 0,5% sur
lP 3tme trimestre. et nlus
2,5% en un an) d~ie essen
tiellement a une hausse du
cout du logement, en crise,
car 1'habillement et suir-
tout 1'alimentation restent
remarquablement stables.'

Ce dernier resultat 6tant,
Induit par les abondantes
pluies de septembre octn
bre 1978. Le rapprochement
des 'Srih intdrieurs et extd
rieurs doit constituer un
facteur incitatif pour la
production locale.

La masse monttaire a con
nu ee trimestre come le
pricddent une progression


relativement fable (plus
2,8% gn un trimestre ntalh
plus 18.3% par rapport au
&me trimestre 77, qut peut
tte ll6e uone moindre pro
gression'des transferts cou
rants en 18-79 et aussi h
uie mojlsdre circulation
tsqn talre resultant de la
balsse des prix a 1'exporta
tion et du deficit Impor-
tant de la balance commer
ciale.

La croissance du volume
de 1'6pargne s'est dgale-
ment ralentie ce trimestre
(plus 3,8%) alors que la
hausse est de plur 28,2%
en un an. Ce frelnage est
typiquement saisonnier puls
quo, les trols annees prO-
ctdentes, tandis que le
taux annual de croissance
avait oscillA galement an
tour de 28%. la proeres-
sion de l'6pargne an 4Ame
trimestre de 'annde ,nar
rapport au 34me avalt 6tW
comprise entire 2 et 3,5%.

Ce ralentissement chroni-
que en fin d'annfe dolt
s'expliquer par les d6pen-
ses plus Importantes aux-
qoelles ls agents 6cono-
miques ont a faire face au
moment de la rentrfe et
Noel. limitant leurs possi
bilites r"'pargne.

Le cr6di.t distribu6 au sec
i teur prive a faith, un bond
ep t-imestre avec une haus
se de 8,4% war rapport au
trimestre precedent (et 20,
5% en un an) Cette forte
p-ogression est a rappro-
chei de la reprise de la pro
duction industrielle. On
pet 0 penser que cette in-
jection de monnaie dans
l'economie a profit aux in
dustries de montage, cher-
chant a investor ou 0 finan
cer leurs necess -res impor
stations de mati1e s prem'0-
res, ce qui devrait permit
t-e de ma!ntenir le dvni-
misme de ce secteur. Ega-
lement la construction a
duf bendficier de 1'accroissp
ment du credit distribute et
le chiffre de constructions
nouvelles enreglstr6 ce tri
mestre, si il n'atteint pas
le niveau record du times
tre precedent. n'en est nas
"noins le troisibme mell-
leur chiffre absolu. temnin
de lssor continue de cette
branch.

Bien que la hausse du
c edit au secteur public ait
et1 plus mnod6r re e times
tre I(lus 3 5% p r rapport
au trimestre orrcedent et
plus 18% deouis on an) au
total la demand de mon
naoe a i ours do res trols
mois a dipass6 I- ni-rv'-
s'nns di'7 programmu f non-
cier 78-79 c6 oui vo ent-ai


ner des measures de limit
tion de crddit au d6but de
I'ann'e 79.

Le tourisme, examined tra
ditionnellement en .dernier
dahs ces notes, a marque
son regain salsonnier Ce
trimestre avec une hausse
de 14,8% du nombre de tou
ristes d6barques par rap-
port at trimestre precedent.
L'anne '78-79 s'annonce 16l
girement meilleure que la
prdcfdente, la progression-
par rapport au 4eme times'
tre 77 6tant de 3.4%.

Finalement on peut pen
ser que la hausse trts 'net
te de la production indus-
trielle, en dehors du ph d
nom6ne saisdnnier, a 6ti in
dulte par l'acton cnnju-
guoe de plusieurs factelurs :


vritres permtses par les con
ditlons atmosphrliques fa-
vorables du milieu de 1'an
nde 1978 ont stabiliser les
prix intirieurs tandij que
l'inflatiin international a
provornu Mine hausse des
prix des articles imports.

D2 l i combina'snn de ces
deux tendances a result 6
un rapprochement ds prix
Intlripurs et ext6rieurs, in-
citatif pour la production
locale. cr l0-ci devenant
plus competitive;

l'expansion du creditt 4
au s, cteur private;

-l'augmentatlon des re-
vonus des paysons lids a
ces bonnes recolt.es. 1'aug-
mentation des revenues tires
de la construction (en for
tI progression depuis le tri
mestre precedent) et aussi,
la hbusse des solaires dans
la fonction nublique survc
nu- en octlobre 78, out per
mis une augmentation gd-
ne' ale des revenues nui a
provoqu6 une hausse de la
d'mrnde et nar consequent
de la production.

En conclusion. la conn-
inncture di 46me tritlestre
1978 'a r6P maroueo d'ine
part par la forte renrise
do la production indis-
trielle mais aussi d'autre
part par le recul global
dos exnorlatl-os (t en poar
ticulier dii caf6) orbablo-
ment comnenso nar un ra
l nt'ssement de la croissan
c- des imortoations. L'ex-
pDnsion ont'nup des ,ese'
gao' mon6etrir-s narmi les
onels le credit. mpmo sl
dq mpsur s dn',,v-nt Atro
I nripso nour sfab'liser lpur
t Pvnlutoni ripdrnit nnti-
r' op- dr h" bnf'r'P'r h iinvos
tdo nti nionlr-pon 1 matter
du d6veloppemrenl-


LA CONJONCTURE DU 46me TRIMESTRE 78 PAR LES CHIFFRES


INDICES (a)


Production industrielle


(brut) base 100 en 59-60


Production industrielle (ddsalsonnall!se base 100 en 59-60
Production d'energie 6lectriqupe base 100 en 59-60
Constructions nouvelles (OFATMA) units
Quantum des exportation" (echantillon 7 produlso 100 en 69-70
Prix (valeur moyenne) des export. (dchantillo') 100 en 69-70
Valour total des exportations base 100 en 69-70
Prix a 1'importation (estimation ItHS)- 100 en 69-70
T.'rmcs de 1' change bpns 100 en 69-70
Colt de la Vie 1 Port-au-Prince r 100 en 69-70
cout de l'al'mentation.
cot, de 1'hobill ment
coat du logement
Volume de 1'dpargne base 100 en sept. 70
Masse mon6taire base 100 en sept. 70 1


Credit au secteur pri.vt -
Crddit au secteur public -


base 100 en sept. 70
base 100 en sept. 70


R6servcs de change nettles du system bancairo (en 106 gourdes)
Nombre de tourists debarquis 100 en 69-70


(a) indice trimestriels


46mo trimestrs
1977
204.6


221,8
422,8
95
104.7
264,4
344.4
188,4
140,3
207.4
215,7
181.1
201.6
624,7
298.6
896,7
320,7
Dec. 77
plus 75,4
470,6


36me trimestre
1978
170.5
196,7
442,3
199
83.9
249.1
332,0
200,4
S 124.6
211,7
215.4
188,5
217,1
771.6
343,7
996.7
365,6
S pt. 78
plus 114,3
423,6


4oLme trimestre
1978
226 8
245.5
446,1
153
83.7
244,5
308 8
207 5
1173
212,7
211.9
187 7
222.9

801 9
353,2
1089,7
378,5
Dec. 78
plus 88 1
486,4


(moyerine arithmttique des Ind ccs mensuels)


UNE VOITURE TOUT ADVANTAGE, LA CARINA!? VOYEZ PLUTOT!
UNE MECANIQUE PLUS FIABLE QUE JAMAIS, E-XCELLENTE MA-
NOEUVRABILITE, SECURITY, FAIBLE COUT'D'OPERATION COM-
ME D'ENTRETIEN ET ENFIN LA FAMEU E QUALITY SUPERIEURE
TOYOTA. AJOUTONS A CELA QUE LA CARINA POSSEDE UNE STA-
BILITE REMARQUABLE ET QU'ELLE EST SPACIEUSE COMME UNE
LIMOUSINE. SES MOINDRES AVANTAGES: UN INTERIEUR HA-
BiLLE PRINCIEREMENT; RIEN QUE DE HAUTE QUALITY ET UN
EQUIPMENT GRAND LUXE TELS: UNE MONTRE A QUARTZ DE
GRANDE PRECISION ET DES ELEMENTS EN BOIS SUR TOUS
LES MODELS GL.


UNE VOITURE TOUT ADVANTAGE




Hinoto. S.A. Rue Pavee T1l: 2-0652

-.. --- ------ .- .


r '"N


I


I - --iI


' ---- -- -- .iy _-Z- -i-i.


,


- -- - - - -




-V ~ --'----------- ~--- --~ g'ees's' _gI PID


PAGE 06



AVIS DIVERS


SAAtEDI 20 ET bIMANCHE 21 OCTOBRE 19'


Le RoiCoup LE RAIG RESPOND

SAU BUREAU FEDERAL


iSuitc de la lare. page

minnui lite wnt's du rythme:
lte Rol Coupe nous ;z tenu en
1-,tl'niie av sa voix grave
t Lranquille; qui par4e de
Itlit In nurmei imlpassible
counmme s sile ne devait plus
s imnuvolr de rien. Cepen-
d It;t: di.s .sa conversation
cominme dans ses chansons;
lio uts ressell irons profound
ment la sensibility vibrant
de Coupe Cloud. Peut-etre
menle que soa success tent
tout entlier au point de ren
centre de cette contradic-
t.: un:lhomme et son endur-
c.-sncmcnt; la nature et sa
snsib.'.te; les ul' refusant
les autres et se retrouvant
malgre eux lies au plus
grand benflice de la music
que.

C'est en 1957 que Coupe
Cloud s imjpo.('e avec le c6dl
br(e TRIO SELECT qui a en-
]'5, St eO s UiC(:CS i tiLe 1OLS
(OInna'sIsoiis tous; Jugc; Rat
i;. Piilt icallhu...

Ein 19(0). le trio se trans
lr eti I ,ittzz ( t prend de-
sIil iveInijilt Il ni)isn dei Couu
pi' Clolu.

Fl, r.st cin 1973 avsc les
(hl.iaits, (|ie Coupe Clouii ct
's Illl:' ('eI I i n('111 ni' t la
iltse tdul :,uccis. New York;
c[I ii ; I, t Uoil.oll: Miami fIls
coiloio in 'oit surr Montrcal;


Ilt 1 tir sLuic s st tel
chu' ltur t;iss;l' ntimarquera
1111 touiriniatt, dans la nmusi-
ques AntillaisCS En efl'et- les
orchestras Guadeloup'ens it,


Martiniquass; fortement im
pressionnes par le style de
Coupe Cloue; front tout
pour s'en rapprocher; mais
en vain. Si lon retrouve faci
element clans les dernters
success antillais les efforts
faits en ce sens; le vrai sty-
le 'Cotupe lenur dchappe et
le Roi continue fiddle a lui-
meme; enregstre success sur
succes; fier a just raison
d'etre inimitable et de faire
Ii de la plus grande lot de
la popularity: le change-
ment. De ses premieres chan
sons; en passant par St.
Antoine; Coloquinte et jus-
qu'a ses derrieres compost
tions; on ne nomme pas
vraliment ses m rceaux; on
cite; Coupe Cloue. En fait;
le Roi Coupe pourrait parler
de n'importe quoicsur n;im
porte quelle musique; ce
sera sa voix que l'on aimera
ecouter; ce sera sur son ryth
me que l'on aimera danger.

Chanteur; compositeur;
guitarist; est-t-il necessai
re de le dire? Coupe Cloue
aime la musique pour la
musique et non pour le sue
co-s. Lorsque nous lui avons
,lemande a quel age il comp
tp se retirer; c'est avec joie
que nouts 1:avons entendu
repondre: 'Map mourri la-
dans!


LoIngue vi(- au Roi CoupI
pour qiue vive et s'impose
encore longtemps notre mu
sique si b'en interprdtes par
e girannd musician don't tout
IIatien devrait etre fer
qu'il appartienne a Haiti.0


(Suite de la lere. page
Racing, ont adresse une
lettre au Bureau Fdderal
Provysoire lui demandant
de convoquer le Conseil Na
tlonal compete tenu de la
crise aigue qui le divise d'a
vec les Clubs de la Divi-
sion Nationale et les Li-
gues Rdgionales Vu 1 ur -
gence. ceci est un impdra -
tit de 1heure

* Voici qu apres huit jours
d hesitations, le Bureau
Federal Provisoire declare
notre demand de rdunir
le Conseil National irrece
vable De 1'avis de tous, il
n est point question de cher
cher un qualificatif A no-
tre demande. mais plutot
de vous referer aux sta -
tuts regissant la FHF que
vous gerez provisoirement
Pt a des fins nettement d6
fines au moment de votre
installation
En effet. selon 1 article
3, chapitre I des Regjle -
ment s Intdrieurs des SIta -
tuts rdgissant la FHF il
est dit que le Conseil Na-
tional se rdunit nune fois
l'an en Session Ordinaire
le dernier Dimanche du
mois de Septembre Done.
vous le raDoeler c est vi
loir voiis aider., 'est vou-
loir dialoguer Dnit-on sunt
poser que voels ]ino rPe.
1 existence de la care Tfon
damentale dpe 1 Ferl' An -
tion Haitienn si de Foot -
ball ? Certainement nns .
puisque vous venez de 1 6-
vnn'er- nvec bonueicon do
imaladresse et de mdchan-
cete Prenonns Ptn xoPrnlO
sutie snoist ernmmoer;e .1
iwielconque ou il est dit
(isel d 1s,1tates on le0 C
seil d administration dolt


se reunir a la date du 30
Septembre et que ce me-
me Conseil peut-etre con-
voque a 1 extraordinaire
a une date a determiner se
Ion l'urgence, eh bien 1 11
est inddniable que les ac
tionnaires s'attendent a cet
te reunion statutaire du 30
Septembre Done ce Con -
sell National est un auto-
matisme qui ne peut dtre
l'objet d'aucune discus -
sion et conditionne A
quoi que ce soil N'etant pas
en pays conquis. 1 actuel
Bureau Federal Provisoire
doit faire droit a la reque-
te des six Clubs de la Di
vision Nationale A la tote
de notre Sport National
nous avons de grands Ju-
ristes et d'Avocats conseil-
lers, on leur faith encore le
ciddit d"'gnorer votre rd -
ponse IRRECEVABLE Ii
faut aue le Bureau Fede-
ral Provisoire tienne comp
te des status et regl"-
ments qu' r6gissent le foot
ball national, et don't la
FIFA control la stridcte ob
servance Nier les status,
c est preacher 1 indiscipline.
preter le flanc a la criti-
que Attention, Messieurs la
FIFA vous observes>

Si nous, les Cluos ie la
Division Natuonale pour les
quels les dirngeants depen-
sent temps et argilnt. se
sacrifl.ent pour le Sport Na
Lional, avons peche et me
rite votre ctilere, c'cst pour
vouloir defendre nos fre -
res de la Provili(c pour
qui nous leclamons da -
bord un minimum d'inlras
structure sportive : ter -
ramis lermes. vestiaires ade
quats pour joueurs et ar-
bitres etc etc etc... C'est
pour vouloir, disons-nous
vous rappelei les Champion
nats de la 2eme et 3eme ca
tegolie qui constituent no-
tre pdpin;ere, notre ressour
ce national ou encore la
base de la pyramid de no
tie football C'est pour n'a
voir pas ele d'accord avec
votre project de Champion-
nat National Plote prema
ture et condamne a l'echec
a 1'avance A ce dialogue
constructif que nous vous
demandons pour le bien de
notre sport, vous nous of-
frez une opposition syste-
matique injustifide

Vous IVcs, coI, vous du
Bureau Fedderl Provisoire,
par vos maiadresses et votre
attitude anti-:portive, tout
en refusant le dialogue.han
dicape la bonne narche de
notre Sport Roi. car ce que
vous refuse comprendre,
c'est du Conis'il National
que doit partit le coup d'en
voi pour la prochaine sai-
son sportive

Jusqu'a quanc le people
sera t-il prive de son prin
c'pal divertissement? Nous
voulons esperer que ce ma
lentendu n'cst qu'un mau-
vais nuage qui assombrit
notre ciel sporlif et que bon
gre, mal grie ous continue
rez A oeuvrer avec nous
pour la Gloire Nationale se
Ion la devise du RC.H.: ,Un
pour tous Tous pour un
vers la plus iTrandp gloire
dans 1horretir et le fair
play.o

Veuille? r'-cevoir, MPs-
sieurs, nos sportives saluta
tions.


Pour le Comit'"
Louis A. Desrouleaux
President


AVIS

La TELECO, alarmde L ti
just titre par le nombre I
grandissant de dUgats cau s
sds A son r6seau de cAbles t
souterrains, par l'action n6 c
gligente et irresponsable 1
d'individus n'appartenant
pas au service, avise le pu
blic en g6ndral, et en part
culler les entreprises de
construction et toutes au-
tres Institutions effectuant
des fouilles occasionnelles
dans les rues de la capital
le et des villes de provin-
ce, qu'ils seront desormais
tenus responsables de tous
dommages qu'ils auront oc-
casionnes au rdseau tdlepho
unique.
Le Ddpartement de Plant
fiction de la TELECO se
tient A la disposition de
tous ceux que la question
intdresse et qui auraient des
doutes quant a 1'emplace-
ment exact des cables tele
phoniques, pour tous rensei
ments qui leur feraient be
soin.
La TELECO profit de l'oc
caaion pour rappeler 1'in-
terdiction qui est faite a
toute personnel etrangere au
service de pdndtrer, ou de
jeter des immondices et dd
chets de toutes sortes. dans
ses bouches d acces (Manho
le).
La TELECO pense devoir
rappeler que la bonne te-
nue du service telephonique,
devrait etre la prdoccupa-
tion de tous et ne peut etre
prdservde que dans le cadre
d'une etroite collaboration
avec tous les secteurs don't
l'action, si elle est incon-
siddrde ou mal controled^
ne peut que porter atteinteN
a la renommde des parties
en cause.
Port-au-Prince, le 18 Octo
bre 1979
LA DIRECTION 2210



UNIVERSITY D'ETAT
DHAITI FACULTE
D'ETHNOLOGIE --
DEPARTEMENT DES
SCIENCES DU
DEVELOPPEMENT
-D. S. D,-

AVIS

II est port a6 la connais-
sance des interests qu'a
partir de l'annde academi-
que 1979 1980 commenee-
ra a fonctionner a Port-au
Prince, un Departement des
Sciences de Developpement
(D.S.D) dans le cadre de la
Faculty d'Ethnologie de P'U
niversitd d'Etat d'Haiti
Le DSD comporte sept sec
tions d'enseignement qui
s'appuient sur les discipli-
nes de base servant A ap-
prehender le concept de veloppement i dtgrer>, sa-
voir :

SECTION 1, Miathsmatiques
sociales, methi,des et techno
quts appiicabl.es au develop
pemcnt;

SECTION 2, A.'thropologle
et philosophies du developpt
ment;
SECTION 3, Scciologie et
development:
SECTION 4 Thcorie econo-
mique et socio-dconomique
du developpenm.tnt;
SECTION 5, Economie secto
rielle et deve:oppement; E-
valuaVton de P:ojets;'
SECTION 6, Facteurs extra-
dconomiqu es t 'de maitrise
du developpemcnt
SECTION i. Pratiques inter
nationals du developpe-
ment.

Le DSE uelvrera trois c a
tdgori's lie diplomes :
a) le Certificat de sp4cia
itde la fin d'une t!) an-
alee d'etudes;
b) la Maitr ue 6s Science.
de Developpement au term
de deux (2) anrides d'6tu-
des;
c) le Doctorat As Scien-
ces de Developpement apres
un minimum de quatre (4)
anners d'etudes
Pour dtre aamis A pren-
dre inscription au DSD, il
faut Itre titulaire d'une li-
cence ou d'un dipl6me con
sidere equisalrn., ou etre de
JA autorise A 'outenir un
memoire d. lI!cence : l'exa
men du dossier ltant alors
determinant.
En outre, fiddle a sa mis
sion de rscyc'age et de for-
mation, le 0epartement
pourra admetire, apres exa
men de la candidature, tout
postulant deija engaged dans
des functions de response
blite relevant du domain
de develepoemente

Le DSD acceptera, par eel
lours. des auditeurs libres,
c'est A dire ne preparant rl
certificate de specialite, n
maitrise, ni doctoral, qui
pourraient dtre autorises u
s'lnscrire dans paetie ou to
talitA des sections, selon de


noqmes fixees par la Direc
tion.


Le DSD commnencera re
sevoir ses Etudiants a par-
ilr du mois de novembrP
prochain. Les Inscription.
sont recevables des la paru
tion du present avis au lo-
cal de l'Institution sis au
No 202 Lalue, Port-au-Prin


ce.
Ce 3


Octobre 1979..
LA DIRECTION


AVIS


La TELECO advise ses
clients qu'll n'existe aucun
commis de recouvrement A
son service et rap4pelle que
les paiements doivent conti
nuer A se faire en ses lo-
caux de Port-au-Prince,
Petlon-Ville, Delmas. Carre
four et Rue Capois.
La TELECO met en gar-
de ses abonnes centre tou-
te personnel qui se prdsente
rail en son nom pour rtcla
mer l'acquittement de bor-
dereaux non pays.
Comme toujours, la TE-
LECO compete sur la coop@
ration et la comprehension
de tous.
Port-au-Prince, le 16 Oc
tobre 1979
La Direction
2010


Institute National
d'Administration
de Gestion et des
Hautes Etudes
Internationales

La Direction de 1'Instl -
tut National d'Administra-
tion, de Gestion et des Hau
tes Etudes Internationa -
les fail savoir qu'elle n'a
autoris poersonne A rdcla-
mer des fonds pour la bl-
bliothgque dudit Atablisse-
ment ou A routes autres
fins.
En consequence, elle da-
cline toute responsabilitd
envers des personnel qui
auraiecnt versA des valeurs
A des inconnus au profit de
1'Institut
Port-au-Prince. le 16 Oc-
tobre 1979
LA ltaliECI'oN
xxxx

AVIS

II est port- a connalssan
ce du public En general et
des chasseurs en particulier
que tout chasseur doit se
presenter p-rsonnellement
au Service de Cc iservation
du Sol, des Forbt; et de la
Protection de la Faune du
Departement oe l'Agricultu-
re, des Ressources Naturel-
les et du Developpement
Rural avec deux (2) recen
tes photos d'identite et sa
licence valide pour port
d'arme A feu delivrd par
les Forces Armees d'Haiti
en vue d'obtenir le PER-
MIS DE CHASSE l'habili-
tant a pratiquer ce sport
au course de exercisee 1979-
1980, les samedi, dimanche
et jours fries
DARNDR
Ce 11 Octob&e 1979
x x x x

AVIS

Le Department se -A-
griculture. des Ressources
Naturelles et du Develop--
pement Rural, A l'occasion
de l'ouverture de la session
de chasse pour cette nou-
velle annde acaddmique
croit devoir rappeler a at
tention des chasseurs hai-
tiens et strangers certain
articles du ddcret rdglemen
tant la chasse en Haiti.
Article 3.- Nul n'est au
toris6 a chasser s'il n'est
muni de son permis de
cl-asse.
Au course de cet exercise
in permis de chasse sera dd
livre par le Ddpartement
de 1'Agriculture, des Res-
sources Naturelles et du D6
veloppement Rural selon
avis public dans les prin-
cipaux journaux de la Ca
pitale.
Article 18.- I1 est for-
mellement interdit d'abat-
tre, de poursuivre ou de
capture. los aigrettes, spa
tules. flamands. malfinis,
gri-gri, frises. vantou-s. ta
cuts, coucous. canqpn rouge,
perdrix, oiseaux musicians.
Au course de cet exercise.
interdiction se porte sur
les tarentules, couleuvres
iguanes. mabouvas. lizards,
grenouilles, agoutis.
Article 19.- La chasse
n'est permise nu'entre le
lever et le coucher du so-
letil.
La iourn4e de chasse corn
moere A six (6) hours du
martin et prend fin A six
(6) h'ures du soi'r.
A tiell 20 -- ,iole la'
cha.e an t'usll ost permis.
Artrite 21 La chase' pst
interdiiP duns los 1l'lstes

ges et sur la vnio nhblinn,.
Chasseurs d'Haiti. faites
de la chasse un ,oort. ot
non un CarnaoeEn le fai
sant. vo1Ns protdege tune ,des
nlus belles parures de vo-
tie pays.


19


PETITES ANNONCES

GRANDE MAISON MASON A LOUER

A LOU.O A DIQUINI


Grande Maison A Carre- 4
four Brochette, 4 cham-
bres A coucher, grand Li-
ving-Room. un vaste salon
et salle A manger, evier,
grande salle de bain, toi.
lette, une vaste galerle fer
mee derriere pouvant server
de sdjour. 2 grandes depen
dances poui bonnes et gar
cons. Grande cour.

Pour renseignements te-
lephonez : le martin de 8
heures A n mdi, l'aprds-midi
de 4 heures A 6 heures p.m.
'ii No 2-0816. X

x x x x

A LOUER OU

A VENDRE

STUDIO DE BEAUTE

TEL. : 6-0247
1810

xx x

ETAGE A LOUER

Etage de 250 m2 pouvant
servir de bureau Phone
2-0788 de 2 heures a 4
heures P i. 2010

xx x

DEMAND

D'EMPLOI

June fille diplom6e en
Management et Administra
tion de 1l'Institute of Mana
gement StudiO,, Kinston
Jamaica, cherche employ
dars l'industrie, le comer
ce et les bureaux publiques
ou privdes.

Elle peut 6tre contacted
par telephone au No. 23982.
2510

x x x X

Hall a vendre
A 1'Avenue Jean Jacques
Dessalines au No. 396, cons
truite sur propriete de 189
pieds ae profondeur entire
ment cloture en mur.
Grand dpot A i'interieur
ClA en main.
Pour Rendez-Vous, son-
nez le 2-3849 de 3 heures
30 a.m. a 1 here 30 p.m.
Courties s'abstensir. X
x x xx

COIN DU 'cOEL

QUE FERONS NoUF L ES
1 2 3 4 Novembre
prochains ?
Nous irons nous distrai
re, nous choisirons nos ca
draux de fin d'annee a la
grande Vente Exposition
du MOVEMENT NOELIS-
TE HAITIEN, au local du
Noel situe au terminus de
la ruelle Ch6riez.
Comptoirs varids at -
tractigns diverses...
Comme d'habitude, le pro-
fit sera consacrd aux oeu-
vres sociales du Mouve -
men. Nodliste haitien
Venons tous en foule
Merci 3010


Avis de
I'Association
rentaire haitienne

Conform6ment aux Sta-
tuts; il a Atl tenu au local
de 1'Association Dentaire Hai
tienne sis A Delmas 19. Rue
Pierre Sull ; Impasse Sapon
naire No. 4; une stance en
Assemble Generale en date
du 17 Octobre 1979 a l'issue
de laquelle a 6td elu un nou
veau Comite Directeur com-
posd comme suit:

PRESIDENT
Dr Pierre Jean LAURENT
Vice-Prdsident
Dr. Edgard DOUGE
SECRETAIRE
Dr. Charles Antoine LOUIS
SECRETAIRE ADJOINT
Dr Schiler DOCTEUR
TRESORIER
Dr Wiener 'DAMOUR
TRESORIER- ADJOINT
D. Jean-Marie SIMON
CONSEILLERS
Dr Reno DUMERVE; Dr.
Harry DOLEYRES; Dr. AN-
TRF CANTAVE
Dr. Pierre Jean LAURENT
President


-I


4 Chamt res A coucher -
Salles de Bain Depen-
dancea Vue magniftque.
Sonnez le 5-1302 entire
I hre. P.M. et 6 hrea P.M.



HOUSE TO RENT
AT DIQUINI

4 Bedroom 4 bathroom
Males quacrs.
Call 5-1302 between 1 h.
P.M. -.id "6 her's P.M.

x x x x x

CHANGEMENT
D'ADRESSE

Le Docteur'Joseph Jean
Baptiste, ediatre avise son
aimable clientele que ska,-
clinique a 6t6 transfdree au
Centre Therapeutique de la
Rue Capois au No 115; bloc
compris entire la rue du
22 Septembre ci-devant
Ruelle Roy et la Flout
Duchdne.
Les heures de consulta-
tion demeurent inchan -
gdes 2010

x x x

AVIS

La TROPIGAS S A Infor-
me tous les intdressds et le
Public en general que le
nommd WILNER FELIX, a
partir de cette date, ne
fait plus parties. de son per
sonnel; en consequence, 11
nest plus autorisd A fat-
re au nom de la compa-
gnie aucune reparation d'ap
pareil A gaz
Port-au-Prince, le 15 Octo
bra 1979
TROPIGAS S A 2010


~. -I- -


xx xx

Changement
d'Adresse

Le Docteur Wagner LE -
COIN spicialiste en Obst-
trique Gynecologfe -- U1
trasons La Paroscope -
avise son aimable clien-
tIle que sa clinique n dt6
transf6dre au < THERAPEUTIQUE de la
Rue Capois* sise A la Rue
Capois No 115 entire le Car
refour de la Revolution et
la Fleur du Chene 2010 I4

x x x x

A VENDRE

3 Maisons pres de Valle
du Silence -2 Ch. 1 to-
letLe $ 35.000 -
1 Mason j- Fontamara 7
Ch. 3 toilettes $ 125.000-
1 Maison a Musseau Del-
mas 60
7 ch 4 toilettes : $ 70 000
1 Toyota Land Cruiser Sta-
tion Wagon en bon etat l>
$ 4.500.00
1 Avenger Station Wagon
$ 1.800.00
Tledphone 2-0713
Entre 8hres A.M. a lhre PM

Ixx

A VENDRE

Une VOLVO blue, mona
le 264, annde 197741.ower
steering, air condit' nn4
radio Appelez le 2-1900 ou
le 6-2545 pour tout ren-
seienement. 2010


Pharmacies
assurant le
service cette nuit

DIMANCHE 21 OCT. 1979

SCIENCIA
Rue Dr Audain
ST GEORGES
Champ de Mars
ST CHARLES
Carrefour

LUNDI 22 OCTOBRE 1979

MA PHARMACIE
Lalue
Bon REMED
Rue Lamarre
DE DELMAS
Delmnas
xxx x

PETION VILLE

Rue 'Flambert
ST JEAN L'EVANGELISTE
Delmas Pt lon Ville


LE NOUVELLMSTE

PROPRIF7AIRES : PIERRE CHAUVEI

T MAX CHAUVnT

DIRECTEUR : LUCIEN ONTAS

ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET


-uom~rK~w-MV~ ~


~ I~~L---~~IYC ---~ mSU----------


~~~~~~~~~~~~~~~~~_. ....~~.. _1. ..~ -- -...- .. ,...~..~ .- -- -.YI~IPUY----III


AM MAPWJCn


a8





SAMEDI 20 ET DIMANCHE 21 OCTOBRE 1979


CINE TRIOMPHE


PRESENT DIMANCHE

SALLE 1
. . ,., ; r
A.


CASE GUELE
PAR SON EXCEPTIONAL TALENT DE PILOTE ET GRACE
A SON HABILITE DEMONIAQUE IL ETAIT DEVENU
L'ENNEMI PUBLIC No 1. UN JEUNE POLICIES SERA
CHARGE DE SE M.ESURER A LUI, DES LORS LE
DUEL S'ENGAGE.
VOUS ASSISTEREZ A DES POURSUITES ENCORE
INEGALEES DES CASCADES EXCEPTIONELLES
DES CHAUFFEURS QUI PAR LEURS INCROYABLES
YIAITRISES DU VOLANT VOUS FERA FREMIR


SALLE 2


-- --


5 HEURES.


7 HEURES


9 HEURES


SALLE 3


BREVE RENCONTRE A PARIS

ILS SE SONT VUS ET COMPRIS DANS UN TRAIN A MARACKECH.
ET PENDANT 24 HEURES ILS SL SONT AIMES EPERDUMENT,
ELLE, VOYAGE POUR LE PLAISIR DE SE FAIRE PHOTOGRAPHER
LUI, FILS DE JUGE A DESERT DEVANT L'ENNEMI AU VIETNAM
SUR LE CHEMIN DU RETOUR POUR L'AMERIQUE OU L'ATTEND
LA PRISON, IL RENCONTRE L'AMOUR. 24 HEURES DE BONHEUR
DE SURSIS DANS LA VIE D'UN DESERTEUR QUI S'ACCROCHE
DESESPEREMENT A LjAMOUR.
INTERPRETER PAR PETER FONDA ET ESTELLA PARSON










SALLE 4


L it ..... ............ .
LEMYSTUE
DU TRIANG,
DESBBIU


1/ FLEUR DE CACTUS
LE GRAND SUCCESS DE LA SCENE PARISIENNE A ETE ADAPTE POUR
L'ECRAN PAR LE CINEMA AMERICAIN WALTER MATTHAU ET
INGRID BERGMAN SONT D'EXCELLENTS ACTEURS, LA JEUNE
GOLDIE HAWN EST LA REVELATION DE CE FILM BOURRE
D'ENTRAIN ET DE DIVERTISSEMENTS INTENSE


All U -
SM L PLUS GMMMl EEM*E ETOULS .SWS
JO.X H1JSTON 4j O MP Ni^fv4AMAi9 'L^-r A iRSGAPCA

LE MYSTERE DU TRIANGLE DES BERMUDES
Des facts plus qu'etranges, aes compas aui se
dereglent sans explications valabfes, des bateaux
fant6mes, des avions qui disparaissent sans laisser
da traces.
/ LE TRIANGLE DES BERMUDES
Est-ce une fenetre ouverte sur un autre monde ?
ou plut6t une des theories de JULES ,VERNES.
John Houston, Hugo Stiglitz, Claudine After, <
Marina Vladv seront-ils a leur tour victim du 5
<(MYSTERE DU TRIANGLE DES BERMUDES,


- - - - -


`~X~s;


P A ".4d' 1


< ..*


:.~;I FF ,!:.4TT~I~U








PAC.Ii N LE~~_~ .NO1 JVELL IST ~-- --- 20 D ANC 21 CTOBRE-1979


Salle 1 $ 1.50 et 2.00

LE MYSTERE DE TRIANGLE DES BERMUDI
- - - - - - -- -


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heures 0JO et 8 heures 30


CE SOIR

Salle n $ 1.50 et 2.00 Salle III $ 2.00


ES


L'OURAGAN


LES PIRATES DU METRO


- ~ -- ~ ~ V '~'


Sane IV s 1.50 !

LHOVME QUI AIMAIT LES FEMMES I
Bo, ao, 00,->r--y;riicc- '- -- -_


P'EICN A- (AFPI
Lia leliublique Fedi'clra e
d Alle Innig t t 'nslb tiun dtotlt
aiLx cLInx (ILI PIrCbldtnt Huas
Lulolt'ln. l plus important
des Cluail't piys dui inarchc
coi1nnuin qu'll idoit visitor
usquull 6 novt'imbre, et ce
,i pounir dteux laisons essen
ti lls s.
Tuut d abord pour la Chi
nc realli.it de 1979. c'est le
p;ivs qui p )ut le plus pour
aiderr a realiscr son objec
if Niuinmero Un. irs qualre
Inio(-rnliN:at ions L'Allpma-
nine Fed6rale est dijhS le
premier partenaire com-
ncr. al ciropeen et, le se-
cond Imondial, derriere le
Japnn de la (b he ei cet
I., vislde officielle du Pre
sid-snt Hua h partir de lun
di. vI encore renforcer les
relations eintr1 r les d'ux
payns cinns le domain eco-
nomlque

tM ,(c"'"cl I Pre.sid nt
Mlula a I r] hanc-lier el-i
innt Sch'midt signcront 'inl
acc 'd endr d' rhangi's -
cneminuniriis tInt tylve die ecltx
h-Ici. siin6s aver la Frail-
ce. la Grande B'eflamne i f'
lItilie. La Republique Fe
do'ale d'Allemaine. soutl-
gnent bls observateurs. a.
molart6 absence dun tel
accord avec la Chine. rius
si 1'an passe a exporter
pour pres de 1.900 millions
de Marks (5 milliards de
FFi de mirchandises 5 It
Chine tandis quo ;eq imnpr
nations s'6l5,1aient h 73"
millions do Marks (1.835
millions de FF).
Au coiU's des sept pre-
miers mois de 1979. les rf-
sultals ont c gnlement Sli
tries encourageants, puisque
les exhortations alleman-
des s'61event de 5. 1.331
m'l ions dp Marks (3 100
millions de F4) soft 34,8
pour cent dl' numentation
sur la mrme periode de
1 an passe et les importa-
tions a 420 millIons cO
Marks (10 0 millions Sl,
FF) joit 16 3 pour cent
cd'augm nitati par ra1n-
porf rnix sept preminris mois
di' 197,.
Maligin ces pcrfornmances,
l'Allcinognc Fcdcralc ocra
vraisenblablhment depas-
Si enn 1979 par les Etats-
Unis dolnt le comminrce a
vcc la Chlllme in connu un
develoippelnent spectacular
re depuls lit normalisation
sino amenic-aine de jan-
vier dernier. Dautre pItrt.
I'Allcmagnng Fed6;alc occu
)l' iine p ntiioii -n -
que t'I dans n(ttt Europe
que Pekiiin souiihite .forle
ct unle, face a l'Union So
vidtique.
Pekin ;ipp)uio total.ement
le': sainihil:; .de Bnmn de
reunification des deux Alle
imn nc. L- Prn'sideiint Hua
1 a ranueli' le 7 O)tobro a
P6kin a I'li'cnsion d'une
conrva.'incc tri prcsse, ('11n in
diqilin) q(II 1 s'agissait
d'un "rsd6' 'ai;Osnniable et,
que la Chine -''it 'do la
sympathie pour icn mJisr..
Au cours'de sa visible on
Allon-'-n-, Fd6'nle le
Prasic, T: tina nLci mi'n:quera
pas Cl' Ir" -"- la Chi
ne et l'Eulro;r Occidentale
ont des int rc';s commiuns
meme si sur mos)0ioil'n
de Ia dle.entio Ips deux
pays continent a defendre
des thnses onposces.

La Chine emet des doutrs
sun la sincerity do 1'Union
Sovictique et no laissera
sans doule pas passer 1'oc-
casion de fine viloir aux
dirigrants Ouesi Allemands
les dangers d'un rappro-
chement entire 'Est et


l'Oue.st. I1 est tres proba-
bler cpencdaint que l Prc-
s;dinl tL ii tn aidopteia tin
ton plui.s niance sur cetie
quesCtoni connnIm 11 1 ia d6
ja .' it au course de att re-
centL" eonnf'tencn de press.
II avail alors dclarc qug';I
ci(nmn:.cnnit pa'faitemnent et
mnnme sympathisait avec '1-
cldsir des pays occid n'aux.
Ltls 1'Allemagne Federale.
ei ra'.' inn do teurs propre
silat ;oi n at i Itis de vyou
loir In 1 d6.tcnlo> ,tiais lb
,vail en name temps reaf
fi.rm6, 1'opnosition de la
Chine 5. toute politinuie
d'ai apis"ment. avec les
" hgemonistesD.

Le President Hua sera 6-
galt mint la plus haute
.pcrsonnalite ch;noise a se
rend:'e en Allemagne FedeS
rale, prrsque qualre ns
jour poiiur jour aprcs la vi-
site officielle du Chance-
lPer Iielmuit Schmidt en
Chtlne en 1975. et sept, ans
ipies 1'etabllssement d "e
lations d'plomatiquiies centre
le.s deux pays.

Un accoir cultural de-
viraIt cire sign au course de
la visit du President bHua.
renfo'-ant encore les rela
tion.s ditis florissantes en-
tre les duiix pays dans cc
domain. L; visit du Nu-
mero Un c ehinoi; en Alle
imagno sera ainsi cdl6brde
)par nhe grande premiere
intisicale a Pekin oin le chef
d Oi ch.stre Herbert Von
Ki'raiin clonnpe'.a trois con
certs 5a partir du 29 Octo-
brc.


LibBONNE; IAFP)
Le sor oUU cargo chypriotea
'Myrina d sparu avec il per
suinnes a burd le mois dernier
au large des Acores suscite
dCe noinbceuses interroga-
tions dans Ia press dc 1 Ar
chi pel e t du Porltugal conti
maenstal.

AIucun c nouvelle n'a ete
recue du cargo de 3.646 ton
nes depuis le 26 septembre
alors qu'il passat au large
de I Arch pel; sur sa route
le menaint de New York a
Gibraltar oiu il deva t liver
de la firallle.

Des avions de la base Luso
annericanlic des Acores ont
rpeprc a deux repr ses au
debut du mois d'octobre des
gilet-s de sauvetate; qut n;a
vanl'nt apparemment pas scr
vi. L;acu:ord oriental: quot:
dien public sur ];ile de San
Miguel a 'niIdIlqUe a la in-oc
tobre qu'un cauot de save
tage du ;Myrina comprenant
leS equS' pements dalcrte (Ifu-
seesi et de survive Inourritu-
re et medicament) ava t etS
retrouve intact.

Un represcntant de i'arma
tlur propriotasre du cargo a_
Svolqui la possibility que le
'Myrina ait ete victim d;un
detournement. Quant a la
press portugaise; elle se
demand s' cette dispariton
mysterieuse ne prove pas
l'existcnce d:un triangle des
Acores: semblable a5 celui
des Bermudes; oil les d spa.
ritions de nav'res et avions
sont aussi nombreuses qu' -
nexpliqudes.


**






titV ntoB



< PEST CONTA




Protegez


contre les termi


i Delmas 48, Building Cu

C2 aed m9 arw>>wo


Les relations germano- chinoises


(Suite de la elre. page

numbreuses fermetures d en
tLepls.e, une attenute a de
nombreux droits acquis,
particuliernment ceux de
la function publique, la
persintance de la discrimi-
lnation conceinant 1 appli-
cation des droits sociaux en
matiere de salaire. de pres
nations
Dans une lettre adres -
see au Premier Ministre, M
Raymond Barre, la CGT
souligne qu'elle apporte
son soutien aux justes lut
tes> des tr-vailleurs dSs
departments francais d'ou
tre-mcr et l'exige du gou-
vernerent une total revi
ston dc sa politique a 1'6
gard> de ces Departements.
Le texte, signed par Mona
sleur Pierre Gensous, Se -
cretaire de la CGT.. fait
etat du vaste mouv'ment
revendicatJ,, actu tradui-
sant le p'iufoncl, des ravablleurs de
1' n.s'niible des secteurs
d'acti.vt6 des DOM 'face a
une polti'que 'conomnique et
soc.uIle du gouverinamilnt et
du patronat qui se sold
,par le bradage de 1 ccono
mic de ces pavs,,
Cette pol tique, indique
la CGT se traduit Ogale-
mnent par i un taux de "cho
mlmae largement superieur
a celui de la France, de
nolmbreuses ferme!ures d'en
tr"lprises une atteinte a.
de nombreux droits ac -
qus,. particulierement r2iux
de la fonction publique. la
persistence de la discrimi-
natinn concernnint l'arnli-
cation des droits sociaux
en mnitiure dc .salaii. dec
pT'estations familiales et
d'indemnisation du choma
gee


Deratisation




re taly action

F Extermination





votre mason r



tes et chauve sour |


uracao Trading


Tel 6-0431


(Sv'ite de la lore page)

M. Sean Mcbride; president
de la commiss on interna-
t.onale de A 1 uNeiCO pour
l,tofwue des prloblemes da
c.,nimu nicat'on ne iemnle
pas avoir ete convaincu pai
les arguments de M. Mcuri
de qui s'est defend des at
taqu.'s injusLes; a-t-.t dit;
don't la commission est lob
jet en particulier dans les
pays occ.dentaux.

M. Mcbride a souligne que
Iidee d'un nouvel ordre meon
d'al de 1;information devait
etre cons dere come un
'orocessus et une or.enta-
t'nn eanerale plutot que
comrnme 1 application de mesu
res Dratiques coercitives a
l'encontre des organs d;'n
formation. Cela a permis
aux delegues de la SIP dans
leurs conclusions; notent les
observateurs: de souligner
aue l'espoi deme lrait tou-
fefois d,dl miner quelques
unes des propositions les
plus fallacteuses de 1'UNES
CO,, dans le domaine de
information.
Dans son rapport raisant
1-" oint sur la liberty de
press dans le cont1 innt -
mecicain, pays par pays,
la SIP constate d'autre
"t. One les menaces les
plus graves et les attein-
tes au droit a l'informa-
tion persistent surtout dans
les Caraibes et en Amari-
que Centrale. Selon la
,< cul'ier preoccupante aussi
bien a Grenade oi en
mars dernier s'est product


seuls une inspiration et un
sons du devouement simt.-
laires a. ceux du President
assassin a Dallas permet-
tront a l'Amdrique de fai
re front a5 ladversitd et de
resoudre les probl6mes qui
l'assaillent actuellement.
Jhon Kennedy ,a sorti
notre nation de la Lethar-
gie et l'a place sur la voie
de l'espoir>: a declare de
vant une foul de 6000 in
vites le chef de la Ma'son
Blanche lors de la ceremo-
nie d'lnauguration a Bos-
ton de la B bliotheque de-
diie au 35ime President
des Etats-Unis.
Cette ( Kennedy,;; chef d'oeuvre
d'arch tecture erige en bor
dure du port de Boston;
rassemblera les documents
officials de la pr6sidence de
Jhon Kennedy (19q1-1963)
et nombre de ses papers
et objetis personnel. Un
million de visiteurs par an
pourront aussi voir un film
retraeant Ia vie du succeed
seur d'E'senhower a la Mai
son Blanche.

L'arrestation de M.
Jean Fabre,
secretaire du part
radical Italien
PARIS; (AFP)
Le secretaire du parti radi
cal italien; M. Jean Fabre;
a ete interpelle par la police
de lair jeudi soir a. Aeroo
nort d'Orly confirme-t-on
de bonne source.
Faisant objet de poursui
\cs pour insoumission; delit
pour lequel il ava't et6 con
damnS par defaut 9 quatre
Tnois de prison pwar le tribu-
nal militaire; M. Jean Fabre
a ete rem s a5la laendarmlrie
Dus decroue L Fresnes: ap-
prend-on de mime source.
Bien qu'etant citoyen fran
cais: M. Fabre etait depuis
le mois de novambre 1978
,ecerta're du part radical
ita'ien: qui compete 18 dapu
tds. La nouvelle de son ar-
restation avait ete annoncee
jeudi so'r 5 Rome par la
d reaction de son part
M. Jean Fabre; accompa
gn6 de plusieurs membres du
part radicat; don't M. Mar
co Pannella: daDute l;as-
sembl6e europeanne: avait
rencontre jeudi une delaga-
tion du mouvemnt des radio
caux de (auche.
Le Mrg a laeve une vive
protestation centre eette ar-
restation: 'su-venant Ie ma-
me jour que extradition de
\M. Piperno; ce nouval acte
politique porte la double mar
que du gouvernement fran
cans: lachetS et arbitraire;'
souligne un communique dv
mouvement.


BILAN DE L'ASSEMBLEE


un coup d'Etat, qu'en Ja-
malque, Haiti, Guyana et
Cuba.
Tout en se felic Lant de
la chute du regime Somoza
au Nicaragua; la SIP recom
made d'etre vigilant dans
ce pays quent a certaines
measures gouvernementales
,: sant a reglementer 1'exer
c ce de la Drofession de
journalist. L'assemblee cons
tate aussi qu;en depit des
fortes entraves a la liberty
d'exoression dans des pays
fels que 1;Uruguay et le
Chili; les restrictions imnpo
sees par les divers gouverne
ments latino-americains a-
vaient tendance a etre ap-
plquees 'avec moins de fre-
quence et de rigueur que
dans le passe.
Enfin la SIP souligne que
les Etats Unis et ne Canada
demeurent probablement les
pays ou existed la plus gran-
de liberty de press et que
le danger le plus serieux e o
Amdr;que du Nord res.de
dans la tendance de i'admi-
n istration politique et aussi
Judiciaire a legiferer sur
le droit k information
tout en considdrant la pos-
sibilite de reglementer 1'e-
xercice de la p-ofession.
George B E E B'E (Etats
Unis); ad.teur du 'Miami
Herarld a te elu pour ban-
nee 1980 president dle Ila SIP
en remplacement de M Ger
man E. Ornes; president
sortant ( Saint-Domingue).
La 36me Assemblae Gen6
rale de l'Organisation aura
Iteu a San Diego (Californie
du 12 au 18 octobre 1980.


Inauguration

(Suite de la lere page)


QUAND L'HELRE


NEST PAS L'HEURE


ET DIRE QUE,
L'UNION VEKAIT,
LA FORCE !

(Suite de la lcre. page

be, les Jeux Olympiqucs et
1' Cnampionnat du mon -
de ?
En d'autres temps, la pre
paiation de la selection au
ra-t relegue au second
plan 'outes l's autjies
preoccupations

Les dirigeants des asso-
ciations sportives veulent
cdtte fois garder leur cap-
.. Les interests des clubs
dcivent etre sauvegardes
dans le cadre de competi-
tions adaptees 5. notre si-
tuation actuelle, mais lais
sant la porte ouverte pour
un ajustement progressif

Le moment est au dia-
logue La prochaine saison
sportive est ri.che de prc -
messes Mais plus que ja-
mais la lucidite, 1'esprit
sportif doivent etre de ri
gueur

Plusd dix m lle prati -
quants de tou. ciges et de
toules cnateCorkis aitendent
le signal duii depart
Ils ne doivent pas sc.-
frir des r'eatmbaes nocive-
de la gendre la faiblesse,

J C S


- Pour sept h-ures evidem-
meIn, maUs ga ne se fail
pas de venir t1t comme ca
chez les gens. Quel emmer-
deur! Aussi il nrra vue en
kimono. Tant p's pour lui!
Tant pis pour nous sur-
tout qui nous soucions fort
peu de la mauvaise impress
sion que nous pouvons fai-
re aux gens corrects.
Mais si c'est un stupid
souci du qu'en- dira t-on qu
nous trarisforme souvent en
retardataires tje me senti-
ra's plus soulage de pou-
voir dire en 1'occurence en
retardes ... i il est difficile
de detector les raisons qui
poussent d'autres person-
i' s. plus rarement il est
vrai, a s'amener trois quarts
d'heure ou une demi-heure
avant i'heure fixee. Leur
presence premature indi-
gne sans doute davantage
les amphitryons que le re-
tard des autres, puisqu'elle
entrave les deniers prepare
tifs et oblige le' maitres de
mason, subitement survol-
tes, a les meler. si leur mai
son n'est pas grande, 5. des
details qui ne les concer-
nent pas. C'esa tres simple,
tris genti] de dire: <,Sur-
tout ne vous orcupez pas de
moi!.c mcils c'est surtout im
possible de suivre ce con-



SAI BABA A
PORT-AU-PRINCE

(Suite de la lere Page)

lions d'Indiens et un grand
nombre d'etrangers come
le plus Grand Maitre Spi
rituel de notre temps.
Le message de Sai Baba
est fort simple. II n'existe
qu'une scule religion, l'A-
mour; qu une seule race,
la race umamne. Ce Grand
Sage invite too les hom-
mes aI considerer sa vie
comme une projection de
son message.
Apres cette allocation,
Mme Leksmi Dadlanis avec
1'exquise politesse orienta-
le invita ses hotes a passer
au buffet pour deguster de
delicieux plats indiens prd
p:Ie"s par ille speciale-
mepf pour la circonstance.
Devait suivre, la projec-
tion d'un film tourney sur
Sl vfa et mnntrant unp tran
che de vie de Sai Bnba .
'occasion de la cnlbra-
f-' id',ne fete spirituelle
national.
Dans cotte relun' 'in m'--
q-ie du sceau de la sniri-
tualita. on muivait remar-
quer la presence de M. et
Mm- Jules Blanehet. srnis
de Mme Bettina Bifcort. du
D-. Odertt. Bertnl out Dour
Ia c'constancn servnit d'in
ftrnrato. de M. et, Mme St.
T ns Dirpet-iirs din Centre
d'TTnituf Univprselle annsi
ncl d'nutrps amis int'R-esses
S1' hiautp snirifliplit.
Anrfb. dpn q chants de
v7-4 fort 'nt l- esnsn s in
s- trmina sous la
ni-omessp de Mine Bpttina
Bieaort de revpnir dSans nn
trpe pvs vers le mois de fM
vwpr dans 1 P%/(rie d's sc
tivites sniritnellns rni I's-
meneront dams la Caraibe.
I


tauite de la lere page) '

dans notre souci de ne pas
ainiver les premiers, nous
arnrivons en retard presq-ue
tous ensemble pour nous
heurter de ce fait a des pro
blmes d'embouteillage ou
pour parcourir de bonnes
distances a. pieds, faute de
ipouvo.r garer les voitures 5
proximite du lieu ou noura
nous rendons. Que de souri
res mondains chez les femn
mes surtout, diss-mulent un
malaise provoque par des
pieds qui protestent doulou
reusement d'avoir ete sou-
mis A une rude epreuve!
L'autre resuitat est que
le' amphitryonu sont telle-
ment habitues S nos re-
tards, qu'ils nc nous atten-
den'; plus a bi'heure fixce
par -ux dans leur invita-
tion... ILs ont pris aussi l'ha
fitudede de ne uas etre prets
cux-memes. Treis caracteris-
tiques me semblent ces pro
pos lenus, une fuis, en ma
presence:

- Savez-vous ce que Mai-
tre Untel m'a fait?.. II s'est
amene chez mo-' sept heu
res le soir de ma reception!
- Pir nuelle here etait-
11 invite?


Ce, serait dommage de nc
pas mentionner, avant dc
terminer ces retardataires
qui arrivent sur la pointe
des pieds pend.ant un dis-
cours ou pendant que 1'on
port un toast et qui appa
remment, esp rent ainsi ne
pas se fanre remarquer. Jat
bien dit ,apppremmenti s car
11 est difficile, chez l'hai-
tien, de d'stinguer parfois
la candeur de la fausse
cande ur. Surtut qu'il a ete
prove qu'en general celuin
qui ne veuj pas se faine re
marquer prndI le chemin
qu'l faut pour obtenir le
resultat contraire.

Quel est done l'homme
(etait-ce un amniral an-
glais?) qui av:-,it declare :
Avant I hl]ure ce nest pas
l'heure, aptrs. 1heure ce
n'est plus I'hrure, I'heure
c'est 1 heure.
Coinme il aurai souffcrt
s'il avail vecu en Halti! \


Carter et Petrole


sl


nes udraps puur tou-
tes dimensions de lit,
plastique superierr pour
table et rideaux, serviet
Sites de bain etc.

pour les beibd

robes, brassieres, chemi
ses et draps brodes, ain
si que les draps four-
reaux pour grands ber
ceaux, brassieres et ban
des en tricot, couchet
tes, moustiquaires etc.

Pour la peau

Le savon Duvex pour
peaux snches le savoln
'o.se et cocombre, et le
savon Cologne
Une visited s'impese a
vant d'aller ailleurs

Au Monde Chic

Rue du Magasin Ge l'E
tat 89
\ yyyyyyyy


M'ancien chef
&gs services
secrets Sud-
C reens disparait
a^1aris.
PARIS; (AFP)
L'ancien chef des services
de renseignements de Coree
du Sud; M. Kim Hjoung
Wook; qui en 1977 aux Etats
Un's fut l'une des vedettes
d;une retentissante affaire
de pots-de-vin et de corrupt
tion; a mysterieusement dis
paru a Paris depuis prfs de
deux semaines et son sort
suscite dans son entourage
de vives inquietudes
Les polices francaise et
Helvetique; qui ont conjuguoe
leurs efforts; ne sont pas
encore parvenues a retrou-
ver la trace de ce persona
ge qu' semble s'etre ;6vapo
rd depuis la soiree du 7 octo
bre.

Le scandal de 1977 avait
secoue les milieux politiques
de Washington lorsqu'-I fut
revele qu'un Lobby sud-co-
reen; dirige par un richisme
home d'affaires; M. Park
Tong Sun; avait verse 850.000
dollars a une trenta'ne de
membres du congress pou
influence la politique extu
rieure amaricaine; Kim
Hjung Wook avait; devant
la commission parlementaire
d'enquete; accuse I;homme
d;affaires d;ftre un agent
des services secrets sud- co
reens.



La Maison Blanche
fait appel d'une
decision judiciaire

WASHINGTON; (AFP)
Le gouvernement amfri-
cain a faith appel; vendredi
de la decision jud'ciaire se-
lon laquelle le president Jim
my Carter n'a pas le droit
de denoncer; sans l'appreba
tion praalable du congress; le
traite de defense liant les
Etats Un's a Taiwan.

Adoptant une procedure
d;appel acceleree: le go'iver
nement a depos6 au minis
there de la Justice une requef
te signed par le secrdtaire
d'Etat adjoint; M. Warren
Christopher.
M. 01Over Gash; un juge
federal americain; avait fait
droit; mercredi; a la requete
d'un group de s6nateurs
selon lesquels la decision de
d6noncer le trait avec Tai-
wan devait etre considered
comme contraire a] la cons
titut'on si elle n'6tait pas
ratified par les deux tiers
du senat ou la majoritM des
deux chambres rdunies.
Anres la reconnaissance;
en decembre dernier; du gou
vernement de Pdk n come
seul gouvernement 1egal de
la Chine: Washingfon de-
vait normalement mettre fin;
Sd''ci au 31 decembre pro-
chain; au trpite avec Tai-
wan; signed en 1954.


J.B.S.LABORATOIRE


JESSIE BOUCARD SUPPLICE

BIOLOGIST "

DIPLOMEE DE L'UNIVERSITE DE MIAMI.


Ouvert du Lundi au Sanmedi

7 hres A.M.-- 1 hre P.M.

S 2 hrei P.M.d 6 hres P.M.

ADRESSE

Centre therapeutsique

, de la Rue Capois No 115


eil a la lettre. A moins de
faire l'histoire est authen
tique!) comme ce Monsieur
qui n'a pas hesnte a se pian
ter devant deux invites ar
rives trop tot et a leur dire
en sournant: nJe suppose
que si vous etes dejk lk,,
c'est parce que vous VOus
etes ddjb baignes. Eh bien,
moi, pas encore, figure -
vous... II existed de ces gens
don't on enviera toujours le
courage, sans avoir calui de
les imiter...

Autre historic authenti-
que: Mon petit, demandait
le directeur de 1'ecole a un
petit eleve arrive des deux
heures a une petite fete fi
xee pour quatre heures,
pourquoiaes-tu venu telle-
ment tot?

Professeu. la caille gain
ratt.
Serait-ce pour plus d'un,
la reason si difficile a trou
ver?...

Mais treve de plaisante-
rie, car je relive tout a
count dans le'\Nouveau sa-
voir-vivre uI paragraphe
qui me choque un peu .
dataires? Questior de cir-
conslances et de cas particu
liners. Si 'invitV de marque
nest pas arrive i'heure, il
semble difficile de passer
sans lui table II serait
tout aussi deplalspnt de fai
re attindre des personnel
agees ou impostantes,.

Alors et nous? Quand
nous ne sommes ni ages ni
important 11 est normal
que nous poireautions? Pour
attendre le bon plaisir de
Il'nvite de marque? En ve
rite, l'injustic, une injusti-
ce ineluctable, va se loger
meme dans les manuels de
savoir-vivre!

Toutefois il est consolant
de noter qua i'invite de mar
que, s'.l n'a pps le sens de
I'heure et arrive quand bor
lui semble, au mepris de
l'inquietude de ses hotes, ne
croque jamais plus d'une ou
deux bouchees. assailli, com
me il se doit par une peti
te court. tandis que I'invite
n'est pas etiqg etae de me
que>, arrive, lui aussi,
quand il veut, sans que per
sonne ne s'cn inquiete,
praend position devant une
table et se gainit copleuse-
ment l''estomac. C'est 1:
loi de la compensation...


La disparition Sur la Politique
mysterieue du Francaise au
du Myrina; au D. 0. M.
large des Acores


,,,,,,~,,,,,~,,,,,,,~,,,,,,


IOICL~D~JUU~~OYYL~~c~T~r-rrr-rr r~rr-rrr~--~naumr M~A~c~urr~~y~i~l09~U))_V))~OD~)~DIL~I~ ~U~i~il~h~~l LICqlJI


rbrw wLrrw w .%wYeI -.-- -ftr-.f


UU~n~-~5~LUY- ~21Clb~b3P3~~j~HS1~---- -----------~ *-~---N Irl


-2,70000- vo ----------- so me em


--------I------


t


1


:I


I


SAMEn~q~DI 20,E'DMACH 21 OCTOBRE 1979


PAGE 8


WASHINGTON; (AFP)
'Le president Carter estime
que les prix du petrole sont
trop eleves et que toute aug
mentation tie ces prix ne sera
pas; a lo ng term; dans 1in
teret des pays produecteurs;
a declare vendiedi le porte
parole de la Maison Blanche
CEtte mise au point fait
suite a l'interpretation par
le New York Times' de cer
ta'ns propose tenus jeudi par
M. Carter en recevant une
dlegaton d;une asation d;une assoc.atio4
national pour la conserve
tion de l'energie.

Rendant compete de ces
propos; It quotidien new-
yorka's avai la'.sse entendre
que le chef de04a Maison
Blanche s;:tait montre plus
conciliant' a l1;-gard des
pays de 1;OPEP.

Dementant cette "nterpr6
Nation; le porte parole a pre
e'se que les propos du oresi
dent n'indiquent; en aucune
manieie; une diminution de
l'inquietude du gouverne-
ment en ce qui concern
toute augmentation future
par I'OPEP des pr x du pe-
trole.

Le porte parole a encore
souligne que le president a-
vait; dans ses remarques;
mis l'accent sur les deux
points suivants; qui; a-t-it
dit; ne sont pas 'nouveaux;:
Nous ne pouvons pas nious
atl iendre que les prix mon-
diaux du petrole diminuent
II est peu vraisemblab e
que la production des pays
de 'OPEP augmente.

M.Carter avait a cutte oc-
cas.on rendu dommage aux
efforts de I'Arabie Saoudite
pour maintenir sa produc-
tion a un niveau eleven.
Le porte parole de la Mai-
son Blanche a declare par
ailleurs n'etre au courant
d;aucun project de rencontre
entire M. Carter et Cheikh
Yamani; minitre saoutdicn
du pitrole; qui se trouve
actuellemenit en vis'te privee
aux Etats-Unis.


POUR LA
RENTREE
DE CLASSES
Faites une visit AnU
MONDE CHIC, oil vous
trouverez le plastique
pour recouvrir les li-
vnes dacron et cham-
bray, tete d'indien super
rieur en ulanc "t cou-
leur, toile de fil en 60>>
de large, pyjamas pour
enfants et gdes person


IE ONOUVEItISTEB


~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs