Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10524
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 15, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10524
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text


JEAN. PAUL II :

UN AN DE PONTIFICAT


*VATICAN Al'P)
l, .soil du 10 oclobrc 1978,
'700I mill ons de cathioliques
lluppilietlt lVOc surprise. que
I'illr lilouvVittlT chef dltilt tll
Ide 11 IIvrolun 'll ilun pollo I, i
lh pre'7l r .li ranger ii
n nlo1i7 .ur7ii le Irone die St.
I1' corr r d ptls ll t.16 a nls.
Jill till pillS lard. K:turol
t'ioltyliI it r iiS.'sl it '111140po-
st'l In7 i t 1 'linc1 it Fl'E|1l|
soI 111.is l11 illtode enter,

de satn ope qilTe.

Al7l coIr., dte rotis grands
vlyii .'-s, It ilrouvealti Ponl.It'c
It ill it'.', liern.'h directs a-
\tl i , tlil.ples. aL dela
dt : niiliVeT l i i cl b ii'n
.stivel7l d ol ltelllgeiitsaia
rolcelntes. Aples "une tour-
nee trionmphale aux Etats-
Un s. of il-a dit aux aiateri-
'a ns le contraire do ce
qu'ils voulaient (sur la <,pi
lule-,, l'avortoment, les ni
iisItros foin'.nlns etc.), il
est rentrd -I Rome avec la
reputation d'oitre tin hom-
mei, et lun charmer.

Lo Pontificat lui-meme
s'cta't ouvert par une veri
table ,,Opdr;:tion Seduc-
tlion ,. En quolquoCs jours.
les italiens ont dte conquis
par la bonhomie du nou-
veau Pape, ses clins d'oeil,
son accent chantant sa p'e
t6 :luthentique. son humour
et do multiples attentions
en leur faveur.
L'opinion intent national
suiva:t bientot par le canal
d's televisions don't Karol
Wojtyla a joue avec maes-
tria. Curieusement. les crit-
tiques les plus serieuses
sont venues des secteurs les
plus 1 beraux du clerge oc
cldental, irrites par nll
,consetrvatisme et ses tap'
pils a 1'ordre sur la ne0es
site d'un habit religieuxa,
le c6l'but sacerdotal, le
culte de la Vierge etc.

Cela n'a pas emnpeche
Jean Paul II de recevoir la
mecaille d'honneur du tou
risme italien pour avoir at
tirn A Rome quelques 8 m'l
lions de polerins, tandis
que l'Argentine et le Chili
le chargeaient de resoucre
leur inextricable diffdrend
frontalier. Douze chefs d'E
tats et de gouiernements
out drmandd en vain I le
voir avant son voyage ai
I'ONU. I .
Un des elements essen-
tiels dn pontificat a.dtd la
bataille de 'Egl'se pour
los droits de l'hnmme. Aux
regimes communists. il a
rappele, dans son encycli-
(I:oe -Rodemptor Homlnis*a
(di 4 Maws dern'er qu'on ne
poelt :e('pTllr uemp sno ete
S. soul. 1 'athSm a d-oit
di cit dC int s la'vi- puliTi-
ieii. ilors que lers rovants
-itla tit ot'le tinl'i'.s oil trai
1', en1 ( }oyenls do seconlde
c'a ;is s -t

Aux rr, imres e'.inil ;i e1 s's,
11 i l'prol''11 le lr 'tt'oim'",
Itu I] n 'lri lil.sm re, la mon

de L:i i{'c lnc ( rid li vo
in II a 1 t rn 1" Tit's
M ild- ni 'rli sm l r 'it 0 to

ri; plisilo noll s;lns (lllf lw -r

ri-s.

A ndtls1ouse ulrase u"txlh f-e
mnmn''lls, Alor"s (qIlP la nma
j.or tC dr lhiilmanile COlt afl
lamer. L;t revndin'litio1n po
litique, depiuille de la v o
lenc.e est devetnule une re
vendiealtion religious.
A 1'extLricur. Ie noiiven1u
Plipe a cho'si des pivays dif
ilciles pour srs ;prenmiers vo
yages 42.000 kins en un
an. tDres du tiers' de ceoux
de Paul VI en 15 ans. 11


a etd partout requ triom-
plhalenient, au Mexique, co
tO du governmentt ivt i)-
cltilcal iJanv'er 1979), eei
Poltigne communiste (Juln).
en Irlande ddclhlrde par
line guerre semi-rellgleuse
et aux Etats-Unis toctobre)
qui refusent une o nbassa-
de au St. Siege et abritent
(11' ipulsiiSntle contestation.
Sur le plan Interne, 11 a
renouvel partiellement la
,vie'lle garde de Paul VIi
et promiid aux Cardlnaux
leur premier conslstoire <:de
gouvernewient Dpour le mols
prochain.
Qu'en trera-t-il 7 Les
problems n," manquent
pas, des finances defaillan
tes du St. Silge au -demi
schisme de Mgr Marcel Le
febvre. le conservateur, des
divisions de 1'Egl'se @er-
landaise & 1'affalblissement
do la la discipline dans le
clerge. En dehors des balns
de foule et des voyages Pas
ss et futures. il faudra bien
penser a la vie quotidien-
-ne de 1'Egl'se.



ANNIVERSAIRE
DE JEAN PRICE
MARS

S'it vivait encore, le Dr
Jean Price Mars celebrerait
son 103e anniversaire Nom
breux sont ses disciples, ses
admirateurs qui, en ce jour,
redervent une pensee special
le A la memoire de celui qui
.fut soit un maitre a penser,
soit un scientist, soit un a-
mi tout court.
L'intellectuaiite haitienne
en tout cas enregistre cette
date et la compete parmi cel
les qu'il taut toujours rap-
peler au souvenir de la jeu
nesse, au souvenir de tous
ceux dans le eoeur de qui
on veut faire vibrer des sen
timents altruistes et patrio
tiques.


LUNDI 15 OCTOBRE 1979


OoLtIMEWSMEloi
iOL I RU RA RY


No 31185
846me ANNEE









FONDE EN 1890 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRE&38


DIRWTEIJR ZUCJIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR Mine. Max CHAIJVET


Tr16phene : 2-2114 Bolte Poe'le : 1316
Rue du Centre Nr 212


AU NICARAGUA

ARRIVE A PARIS PAS D'ELECTIONS PRESIDENTIAL

DE HUA KUO PENG ..A.T m ...- Dl .. .wY


PARIS 15 OCT LAFP)

Aq pied de la passerelle
du bord du-
quel il avalt voyagd depuis
Urumchi. capital I Torur-
kistan Chinois, M. Hu o Guo
feng, premier Ministre du
conseil Chinois, a dti ac-
cueilli par M. Valery Gis-
card D'Estaing, President
de la Republique Franqai-
ce.
Apros s'ftrel tres longue-
ment et tros chaleurouse-
ment serrd la main, le
President de la Republique
et son Hote se sun: dirigds
vers le drapeau du detache
ment de la gard" Republi
caine, devant lequel ils
se sont inclined.

Puis, lets hyitnii natio -
naux ayont 6te executes
par la musiqu 'ie cette tor
mation, les deux chefs
d'Etat, empruntant 1 ta-
pis rouge tend sur la nis
te, ont successiviement pas-
se en revue un dltache-
mnnt du premier regiment
d'artillerie de uarn,::-, dos
dldmentss de 1'dcoie des
fusilliers marines de Brest,
puis un detachment des
commandos de 1 air de
Saint-Cyr.


CHAMPIONNAT DU MONDE DE FOOTBALL

ET SI NOUS ALLIONS

EN ESPAGNE ?
Par Jean-Claude SANON


L'Espagne n'c t peut etre
pas tres loin. Aec une bon
ne preparation, notre equi-
pe national semble avoir
une belle.-chance de qualifi-
cation pour le tournoi final
de la Coupe du Monde de
1982.
Alors qu'auparavant six
equipes nationales devait
s affronter pour gagner la
premiere place du Premon-
dial de la Concacaf; cette
annee les deux premiers
d un tournoi quadrangulai-
re obtiindron' leur qualifi-
caluon pour l'E.-pagne,
Le tirag s au sort de Zu
rich nous a 0 '1 o favorable.
Notre pays se trouve place
darns le group B zone Ca-
raibIs avec los Antilles Neer
landa;se!; et Trinidol To-
bago.

Si lis dl-'rniloe 's sorties fa
c-i aux Trinidadiens n'ont
jalin's e'l des parties de
plaitsir, h:i selection lhaitlen-i
nie par centre a tou.jours pris
le meilleur sur la formation
dles Antilles N erlandaises.
Le system de competi-
tion adopted par la FIFA
pour cos eliminatoires sem-
ble eltre lui aussi de nature
A nuus faciliter les choses.
Los six pays de la Carai-
be ont etc repartis en deux
groups de qualification, a-
lors que I'Amorique Centra
le s'attend ia une bataille
terrible.


Los cinq
la zone on
un seul ser
second ph
leurs s'atte
reuses p
pays de la
Centre Am
Un coup
pendant m
au sort de
te Executif
pr me l'int
Israel dan
CONCACAF
II laut
profonds r
reuses pro
deration i
est tell
qu'elle otu
une soluhti
vcr l'intog
des Israeli
group's cl
La saiso
79-80 sera
pour notre
tourniot ca
tion olyml
nat du m
niors: tan
seront app
au tourno
Confedera
Rien n'a
dans ce d
or en foo
beaucoup
Rien ne s


LES RESU
TIRAGE A


L'ARRIVEE DU PRESIDENT ASSAD


MOSCOU -- AFP)
Le president syr:en Hafez
El Assad est arrive lundi a?
Moscou pour une sv'site of
fic ielle d'amitd>, au course
de laquelle l'URSS et la
Syrie doivent fire le point
de la situation au Proche-
Orlent un an apr6s les ac
,cords de Camp David.

Les deux pays rest-nt
I'un et 1 autre indbr;,nlable
mlent opposes a I : . i- ':.
mais il leur rest a defi-
nir cla'rement une, strat6-
gic commune pour repon-
die a ce defi.

Le Chef d'Etat syrien a
6et accueilli a 1'aeroporl
de Moscou-Vnoukovo par le
premier Min stre sovidtique,
M. Alexei Kossyguine. et
'"deux duties mcmbres du Po
Jitburo, 1- ,Mlinistre des Af-
faires Etrangeres Andrei
Gromyko el, le Ministre de
la Defense le Marrchal
Dimitrf Ousti.nov, ainst que
par M. Boris Ponomarev,,
membre supplant, charge
dos relations avec les par-
tis freres.

L'absence de M. Brejnev.
qu' avail personnellement
accuellli le President As-
Sad, lors de sa dernidre vi-


si'e en octobre 1978, a paru
donntier de la substance aux
rumncurs selon lesquelles
le Numdro Un Sovidtique est
a nouveau souffrant. Mals
on s'accorde i penser dans
les milieux diplomatiques
que cela ne constltue pas
un handicap s6rleux pour
les susccs de la visit.

En effect la vsite du PrO
sident Assad a 6et minitiei
s(m1ent prdparne a 1lavar-
cc, et sa t-eve durne qua
ranie-huit heures montrP
que les deux pays sont d6-
ia d'accord sur les resul-
lats qu'elle dolt apporter.

II en est aiisi trIs vra;
semblablement pour le pro
blfme drs fournltures d'ar-
mn1', nul a provoquf quel-
ques frictions entire les deux
plivs depuls novembre der-
nler. On ne npet gudre s'at
tendre a ce suiet a des d6
clarat'ons officielles. Mais.

selon des informations dit-
fusTes par les isra6liens, lax
Syrie. qui a 1'impression d'O
tre dangereusement exposee
cenuis que 1'Egypte a faith
sa Daix avec Israel, aural.t
recu ces derniers temps de
1URSS des av'ons et des
chars ultra-modernes.


Groupe
che B
de et Alba

Group
France -

(Vo


representants de
t ete groups et
:a qualified pour la


11s sont ensuite entr& 1DA SL U
dans le Pavilion D'Hon- MANAGUA (AFP)
neur d 1l'Adroport, pavois0 Un ..membre de la junte
aux cculfjurs des deax pays nicaraguayenne de recons-
oh, entourant le premier truction national, M. Ser-
Ministre, M. Raymond Bar-, gio Ramirez, a ddclard, di-
re, '-e tenaient plusleu-ra M anche, a San Carlos i
members du oueGotne 200 kms environ au Sud-Est
ment frangais ct le person do Managua) a exclu la te
nel de 1'ambassad,, de Chi' rue d'elections presidentiel
ne a Paris au grand com- les daus un proche avenir.
plet. Selon M. Ramirez. les ni



ELU PDT.DU COMITE

CARAIBEEN

DE COOPERATION


A la seance de cloture
samedi martin de la 11eme
reunion du Comite Caral-
been de Coopdration scienti
fique et technologique te-
nue a la Croix-Rouge Hai
tienne (du 8 au 12 Octobre),
les delegues de la Caraibe
iBarbade, Dominique, Gre-
nade. Jamaique, R6publique
Dominica.ne, Sainte Lucie,
Trinidad. Surinam et Haiti)
et d'agences internat'ona-
les travaillant dans la r1
gion (FAO, OEA. SAID,
PNUD, ACDI etc) ont,. a 'u
nanimitd, dlu le Seertaire
d'Etat du Plan. M. Raoul
Berret qui a, d'ai.lleurs, pr
s'de la reunion en 1'absen-
ce du Chairman Andrew Ri
chardsonn (Trinidad & Toba


Nouveau Directeur
au Lycee
Louverture


.ase I1 faut d'ail- C'est M. Joscpil Germain
mndre A de vigou Audre ta.upacavant Cen-
rotesations des seur) qui a remplace M1.L
zone nord et du Kesnel Leveill comme Dx-
lerique. recteur du Lycee Toussaint
de theatre a ce- Louverture.
narquc le tirage M. Andre Jean, Assistant-
Zurich. Le Comi Directeur General l'ensei-
f de ia FIFA a ex gnement secondaire (Educa
mention d'inclure tion Nationale) accompa-
s la zone de la gne de M. J. St Fort, Inspec
F. teur General a ce meme De
s'attendre i de partement a precede, en
emous et de vigou presence de quelqucs pro-
testalions. La Fe- lesseurs et cleves 3eudi der-
nternationale en nir (le 11 Oct a installa
men! conscience tion de M. Gecmain Andre.
die does et deji Dans son discours, apres a-
on de rechange, a voir feliclLe le nouveau d:-
rration eventucile recteur de sa nomination
1ens rians un des ]'Assistant Directeur Geni
trop ,-ens. ral devait minister sur la
in ilterllnationale jeunesse du nouveau promu.
done trcs active It lui fit remarquer qu'il as
e onze national : sumait desormais une lour-
iraibh, qualifica- de tache et qu it devait fai-
pique, champion- re montre d'un grand sens
onde pour les se- de responsabilite. Repon-
dis noe les jeunes dant aux propose de M. An-
peles h participer dre Jean, le nouveau direc-
)i juniors de la teu du Lycee Toussaint, a-
tion. pros avoir remercie les res-
a encore ete fait ponsables de I'Education Na
dernier domain; tionale pour cette marque
tball comme en de confiance) a lui faite, de
d'autres choses : vait dire entr'autres choses,
ert de courir...> en s'adressant aux profes-
J. C. S, seurs presents particuliere-
x x x x ment aux jeun2s profes -
scurs de 1'etablissement que
JLTATS DU son echec, en tant que jeu-
AU SORT ne, est 1'echc de tous et
qu'il compete sur la collaubo
1 : RFA- Autri- ration de tous pour mener
3ulgarie Finlan ia bien sa nouvelle tache de
anie. responsabili-". Ces paroles
de M. Gertiin Andre ont
2 : Pays Bas ete saluees avee en"aousias
-Belgique Repu me par les eleve. ,i'sents
qui criaient : Lyc6e ya ap
tir suite page 8) renove...


SUGGESTIONS A PROPOSE DE

'QUI PROPOSE MIEUX'
PUBLIC DANS LE No. 31183 DU NOUVELLISTE DE
VENDREDI 12 OCf. 79

par 1'Ingenieur Marcel BENJAMIN


Loin de moi intention
de contredire les sugges-
tions du confrere Andre
Juste. au contra're, je les
complete et les corrige.
En effet, le Service de la
Circulation doit avoir son
mot a dire tout de suite
dans le problem de la c'r
culation Port-au-Prince -
Petionville.
J'avais un rendez-vous
d'affaire avec un ami qui
hab'te Petionville et qui
est oblige d'aller a Turgeau
pour son travail dans une
Factorie ia 8 houres tous les
malin. Je suis rested au coin
de la lre Rue Nazon de
7 heures jusqu'a 7 h. 55
pour trouver une place pour


Pdtionville. C'etatt impossi.
ble pour deux reasons : d'a-
bord la moitie des camio-
nettes marquees Bourdon -
Petonville pr6ferent fa're
deux voyages et en plein
aux heures de pointe Port-
au-Prince Bourdon et vi
ce et versa au lieu d'aller
a POt onville parfois avec
2 ou 3 passagers, ainsi ils
iefusent de prendre des
passages qui montent plus
haut que le Cercle Belle-
vile et si on veut prendre
sa chance d'un transborde-
ment ia board d'une camio-
not'e qu' monte a Petion-
ville, non seulemcnt qu'on

(Voir suite page 5)


go) comme Prosident du Co
mite Caraib'en pour une
period de deux ans (1980-
1981).

Apres son 61ection, le Mi
nistre Berret, dans son dis
course de cloture du semi-
naire, apres avoir remercid
les delegues pour cette m.
que attention a son regard,
leur a di.t que tions, recommendations et
projects qui sont sortis de
votre reunion constituent
un effort appreciable au de
veloppement de la region
et je profile pour vous f6-
liciter de orientation que
vous avez done a vos de-
bats en essayant d'oeuvrer
dans le sens de l'intlret de
la regions. C'est done un
pr vilege pour notre pays
d'ee elu president uu Co-
Site Carantbden de Coopera
tin Soionitiflouptet T o-hno


IV PRICHJ L A VLVIIC


caraguayens qui irvent d'd-
lections prochaines soufiai-
tent en fait -que le Front
Sandiniste de Iliberation Na
tionale abandonne la scene
polit'que. Mais la Front ne
saurait renoncer s son r6le
dirigeant actuel, a ajoute
le dirigeant sandiniste, qui
a fait ces declarations ia
l'occasion du second anni-
versaire du d6but de la r
billion sandiniste.

De son cote, le Comman-
dant Jaime Vheelock. res-
ponsable de la reforme a-
graire. a confirm que le
Conseil d'Etat don't la
formation est prevue par
la plate-forme de gouverne
mont sand'niste devrait
exercer des functions 16gis-
latives au cotl de la Junte
.de gouvernemint. mais cet
organe 165islatif devra 1i-
cessairement appfouver les
lois oui favorisent la major
rit6 du people nicaragua-
yen. "GW
Le Commandant Whee-
lock a -v 1 -" o'" '1 fnr
mation rt1'" i 1 rl -t a-


vailt ete retarded p
cessite, pour la
gouvernement, d
des decrets indisy
,a l'tablissement
me ddmocratique.
lLe Nicaragua vi
element une dictat
cratiques, a declare
mandant selon qu
vernement gouvern
crets tand's que
consulate directed
masses* et bendfici
accord.
Les nouvelles
sandinistes avaient
peu aprns le ren
du regime Somoza
elections 16gislati
raient pas lieu av
a trois a&r.

Enfin, toujours
Carlos, le Minisi
Culture, le Per
Cardenal, a decla
parties du Clerge i
yen constitute
element. selon lui
efrang-ers persist
fendre le somozisn
vaij dtre expul5de


UN V~F T)E JEUNES FILL
A JEREMIE


Apres t'ouv-c .'., y-
cee Marie Jeanne a. Port-au
Prince. ce fut cel', vendre-
di dernr-;er. a Jeremie. du Ly
c6 i d" Jeunes filles Jean -
Claude DUVALTER.


logque. e inauguratooi. cee eLy-
cte a donne lieu, ce jour-la,
ESPRIT DE LA REUNION dans la Cite des Dumas, d'Et
Au course des travan",- zer Vilaire... a une explo-
kcinq journoes) du Cdmitdl sion de joie sans melange.
Cataibeen, soit en seance La manifestation se deronia
pleniere, soit en group, dif avec la haute pres-nce du
ferents projects dans les do Secertaire d'Etat de 1'Educa
maines de inergie, res- tion Nationale. S. E. M Jo-
sources marines, conserva- seph C, Bernard, accompa-
tion de 1'environnement, gne du Directeur General
agriculture, agro indus- M. Franck E. Saint Victor,
trio et dans le domain de do Prof d i GradAns,
la plan fixation scientifique M. Perre Mayas, du Depute
et technologique ont etd M. P 6 ere Mayss, du DepuSE
abordes, studies ou envisa- Lunsford Joseph, de S. E.
gd.s. Nianmoins, toute la Mrg Romeus, de la Directri
leunion, pout-on dire, a ete
dnmin6e pra la quest on de
1'6nerg e sous toutes ses fort
mrs. Cela a ete tine bonnie A L 'INA UG
occasion pour les uns et les t
autres dlegues de pendre DC
connaissance avee force pre M
cisions des probms d'- UTS ETOBJEC
nergie tels qu'ils sont po- LE BTS ET OBJEC
ses dans la souis region
dr la Ca,-aobe: de consta- M. le S -retaire d'Etat a,
ior. d'une rog'on i une iau la iJeiunise et au Sport,
tre. les differences et aussi M. le Di'ecteur Spoitif a
de proposer, dans les rdso Honorables Mcmbres du
lution et recommendations, Bureau Federal
des solutions possibles. Chers Collegues
La Caraibe, nous Flavions Professeurs


(Voir suite page 7)


Messieurs les participants.
En cette session inaugu-


LE PRIX NOBEL

DE PHYSIQUE


Les travaux des trois phy
siciens. les deux amerirains
Sheldon L. Glashow et Ste
van Weinberg, et le pakista
na's Abqus Salam, qui vien
nent d'etre couronnds par
le Prix Nobel de Physique,
out permits de fair un pas
de plus dans 1'explication
de la structure de la ma-
tiore.
Depuis plus d'un siecle,
et surtout au course des der
nieres decennies. les physi
ciens tentent d'aller jus-
quau bout de la matiere.
wlielle est la brique ulti-
1np, quelle est la structure
deftnitivo dans le monde
de 1'infiniment petit ? Tel
le est la question que se
posent les physicians, qui
Pour y trouver une rdponse
s, servant d'accelerateurs
(ces machines a casser les
atomes) de plus en plus
puissants e0 d'ensembles de
ditepction des nh6nom6nes
observes (Chambres a bul-
les et autres) de plus en
plus sensible.

Le mnrite df-s trols Lalu-
rats est d'avoir apporte de
nouveaux elements dans
cotte veritable jungle> des
300 narticiles et plus d6-
couvertes A ce jour et des
forces out les lent entire
elles.
x x x x
STOCKHOLM (AFP)
Le Professeur Hlerbert C.
Brown n6 le 22 Mai 1912 a
Londres, est citoyen amdri-
,cain. II a obtenu son doc


torat ,PF'-DI a 1'Universite
de Chicas oal est Profes-
seur de Ch:mie a 1'Univer-
,?'d de i" rl'i, West Lafa-
yette (Indiana) aux Etats-
Unis depuis 1959.
Le Proicsseur Georg Wit-
tig est ne a Berlin te 16
juin 1897. Il a obtenu son
doctorate A 1'Universitd de
Marburg en 1926. 11 est Pro
fesseur de Chimie organi-
que a 1'Un'vresitt de Hei-
delberg depuis 1956,


oe du nouveau L
no. des autorits
militaires de Jer
professeurs et de
centaines de petit
qui formeront la
r.e 1'Etzblissement.

Tour a tour, pri
role pour magnif
oeuvre de S. E M
dent a Vie de la R
d? S E Madgme 1
Dame de la R6pu
personnalltes suivy

Le Prefet de la
se. le Depute de
cription, le Direct
ral de I'Educatio
le, le Secretaire d
nard, la Directric

(Voir suite p


Sur linitiati.ve du 'Prfeti
Francois Dugue, de belles
manifestations ont det orga
nisdee cette annde le 8 Oc
tobre, date anniversaire dg.
la mort du Monarque du
Nord

Apros la messe de r-
LES quem chantde s la Cathe
dJ drale. a six heures du soi,
les nombreux invites et des
delegations des Eroles a-
v a i e n t p r i s pia-
jar la n c e s u r 1'esplanade
Junte de du bitiment qui loge la
1'emettre Prdfecture et la Bibliothe-
pensables que On se rappelle qu'a cet
d'un regi te mdme place se dressait
magnigue l'un des Palais
t actuel- de Sa Majestd Henri Pre-
ure ddmo miter.
6 le Cornm .
i, le gou Apres la vivante introdic
ne par d6 tion de Me Jean-Baptiste.
la Junte Saintil Professeur de lettres
ment dles et Juge de Paix de cette vil
ie de leur le. la parole fut passe e
a divers orateurs Se succd-
autorites derent, Me Josud,, Lamour
t annonce Directeur du Lycee Philippe
versement Guerrier, Me Gerard San-
I que des chez, Directeur du Bureau
yes n'au- du Tourisme. Me Mdhu'Gar
*ant deux gon, Professeur de lettres
et Juge au Tribunal Civ'l
de Mme Arsene Piquion, -
s a San Directrice de la Bibliothb-
tre de la que, d'un Etud'ant et du
e Ernesti Prdfet Frangois Dugud
re qv iue
necaragua
essent'el Ent-e c"s discourse furent
, par des executit de beaux chants,
stait a d6 des poemes par des dleves.
ne et de- des danses par dps ,aroupes
du pays. folkloriques ct l-s 'n,,r -
ceaux de circonslance par
la fanfa,'e des Forces Ar

ES mees d'Haiti
11 a elt rapp,-le tie la
Bibliotheque rostiurbe ot
garile grace au dyninimsme
,yce, An- de 1'ex Prlfet Clauicle Vixa
civiles et mar et i la oraindp sollici-
remie, des tude du Gouverlcment. il
e quelques lait et:e otivertt all public
tes files Cette announce du Prtct
a clientele Dugue fut vivementt applau
die par l'ass'stance, parl'-
r rilierement .par les jouines
rent la pa
ier cette
, le Presi- On penetra ensuite a. 1'in
tdpublrque, terieur de la Bibliotheque.
a Prmiere, deiopmmee d6sormais, Bihlio
ablPrique le thque Henri Christophe,
antes s pour admirer les ouvrages
bien disposes ,au nombre de

Grand'An pros de 10000
la circons- Ce flit une belle fete cu
teur Gene- souvenir et de la Culture
n Nat ona pour laquelle nous folici-
'Etat oer- tons les organisateurs, par
oe du Ly- ti.eulieremenot le Prdfet
Extrait d& l
page 8) Franqo's Dugue


URATION DU CENTRE

LARGEE POUR ARBITRES
'TIFS DEFINIS PAR M EDNER A. PAGEOTTE


ra).e du course, j'esime in-
upenrsiable de situer la
tische aie vous devez ae-'
complir dans son context
le plus large possible. .I-
veuo dire par la qu'il im-
porte, outre de detinir le
role qui vous incombera
dans les diverse circons-
tances de votre action en
vue d'une sane applica
tion des lois qui regissent
le football. mais qu'il im
porte surtout d'elargir vo-
tre vision du jeull, en y en
globanw toutes les donnees
physiques, psychologiques
et morales constituent son
environnemenr., normal et
habituel.

A ce propos, 'ose vyous
dire qu'il serait presomp-
tueux de votre par d'avoir
une trop grande assurance
de votre engagement dans
cet. taiche of 11 nous re
vient de vous faire connal
tre les ignes directrices


sur la base des lois hcl.;-
bi-es. Car, ttLILts chuss-'
considereos. vous avez coi.
taLe que la tache est diffi
cile en liaison meme d
vos status respectifs. E1le
vous semblat relativLment
facile, alors qu'au fil des
jours les difficulties que
vous rencontrerez dans l'a
nalyse de ce quonlattend
de vous, peuvent briseP vos
illusions et vous amen.er i
considered votre tache a-

vec plus de realisme. De
la a vous arreter en rou-
te, a discontinue, il n'y
a qu'un pas aise ia fran-
chir.

En effet. vous vous int6-
ressez i un sport qui, en
raison de son universalitd,
a acquis des' lettres de no
blessed gdneratrices de re-
glementations et d'exigen-
ces don't on ne saurai.t fai

(Voir suite page 4)


A,, a neza Cg S a















3 E [. RULE DiiU TRVALE:W2


i-~--i~i~irl;.L.I.iLIL~-.iCiil-i-i.i- i I 1~-~-..~- - .--1~.__~._L~I -.-I~~-- _~ _~I___-C-----4- --L~~~.I--__i- ~~L_-_-- -L--~- -- -- -~--- -~Li_--.- i-- ~_L~~~i-~ I-~L~L- - - - --I-- LLIILI ~L L ~ C~ L -~- ---- -


La celebration "
de ,Ianniversaire e-
la mort de lHenri.
Premier

La pieuse d6cislon plg
1'ann6e dernisre par le Gou
vernement de rdparer 1ou-
bli de notre generation pour
le Rol Bfttlsseur, a eu en0 o
re des echos cette annie






PALE~ ~ ~ 3 tNI 5OTBRI17


llanlll*s de noir et de biano,
ClKti'I "t1 cllnureltt'
Aiux poinie", dti'e ltvrcl'.
Tu bi chIm IK(H ('noInlnlment,
SIn rei r clit he dv nouvoli]sS
Hnls |)i III (eI s l' ndlthWhlils;
mlllm h' itllre degagoV,
Illmlme ]\ r'nomlltole troupe,
l 11r1t.itoud eti de ifraglillt',
T'I'll voutr ain Pays d"Iralti

Fl I In Ilii doines
aSinls I'0s, sans ambition,
snTlls (,pilii r recevoir.
NI mnliaiille, nI comprehen-
' t on vas courant,
Aii-devant es dangers:
T' Io. i bO'rant
Ln route aux Intemperies;
Je t, regarded prevenant
Les aspics des precipices;
Averc tout ton cang froid,
Ta d'yn:te. tor courage
abillo dc no r et de blanc,
gare ou cigarette
leo nies des. levres,
in d(' o ee slirtcle
).ten elim n, pour lotl
Clhapeau panma
Et badine qui t'accompa-
Illailent.
TI lie- t'enriclhis seulement.,
Que d'lune cravate eln mous
tachlu.
On d'un foulard a la Boh6-
nmicnne:
Tu clheipm'nes avec foi,
Pour dire P rdire parfois


Par Mine Andrec M. PIERRE
Les inc.orrections soutenues
Pour pltlirer mntlie
Sur lite Ppage, au soir
Pris du'tilc lablie oU une dor
mantit /
ANynnt pour soul t6moln
pur fo.s
Un verre, dit-on,
Clef d'inspiratlon, pour cer-
tains
Drile de caprices
Je pense... .
Mais caprices de metier !
At'n de delivier ton ame,
dis-je,
A tous ceux qui, voulent
Des yeux, la dichlrer,
Sans rien entendre,
N1 rien comprend'e, parfo;i
Pour le simple pliaSIr, -
De lire beatement une page
J'ai beaucoup Iu> !
Tu t'en vas, ainsi
Tu t'en vas, de ce pas
Elegant et stir
Pouilant, tes confreres
De 1900 19!0
1930 1940
S'cn- vont
Grillis par le temps
Bouscules par I'age.
Moulus de soucis,
Et arrive's A en avoir tir p
Ils crevent...
Mais Uis crevent...
De soif de comprehension
De faim de spirituality
On t'aippelle smns faqon


, COURSE DE CUISINE PRATIQUE ,
Devenez des cordons lbeus, jeunes gens, jea -es
filles et vous aussi mesdames en suivant les course
reguliers de e(CUISINE PRATIQUEs au 31 Ruelle
Carlstroem tous les samedis A partir de 3h p.m

Les course d6buteront le samedi 3 Novembre. Un
dipl5me sera decerne aux etudiants qui participe-
ront aux examens organists par le Service de For-
mation Professionnelle de la Direction Gen1rale du
Travail.

Peur tous renseignements complimenta'res, son-
nez le 5-2992 ou passed au 31 Ruelle Carlstroem,
teous les jours de Sh a.m 5 6h p.m.

Sur demand de plusieurs 6tudiants un ((OURS
AVANCEII sera assure tous les vendredis apris-midi
d's 5h 15 pour ceux ou celles qui ont deja une
bonne"riotien tie la Cuisine et' de ,la.Patisserie.


Cte Homme de la Presse
Mais quoi !
Allez-vous fair cure
Dans un strop de channel
Get Homme de la Presse
C'est le patriote sanls sou
A la poche crevee de dettes,
De respoilsabilitss,
C'est le c.toyen qui oublie
Ses soudis journailers
Pour courir a Loutes les rat,
donnees;
Cet Homme de la Presse
Qui passe sa vie
A servir, i icrire
A divulguer, a renseigner
Sans attendre
D'autre recompense
Que celle d'etre lue,
Entendue et comprise !
Td t'en vas- dis-je
Journaliste d'Haiti
A toutes les rencontres
De la vie national !
Present partout
Hablill de no:r et de blanc
Accompagnant
A leurs dernlires demeures
Ceux des Confreres
Qui s'en vont avant toi.
Un pli au visage,
Un rictus aux lavres,
Une larme au coin des yeux
Un froncement laconique,
Des cils et des paupiers,
Tu t'en vas habilli
Tout comme la Presse,
De noir et de blanc,
Accompagner Leon Laleau
Lall'er C. Phareaux
Antoine Bervin
Cueillette barbare
De lan 1979 !
Trois homes viennent de
partir
Trois citoyens. qui ont
Toujours pensA;
Culture, jeunesle, Patrie
Fermes de leurs opinions,
Barricades dar.s. leurs con-
victions
Gloire et Honneur
Du Journalisme haitien !
Hab'll de noir et de blanr
A la recherche constant
De nouvelles et d'Informa-
tion
Jour'naliste d'Haiti
Cigare ou cigarette
Aux points des livres
S'offre en hoiccauste
Chaque jour
A lautel de la connaissance
Avec pour vin la plume
Pour pain le paper
Ponr encre, les idees, sur
tout .-w
LeP immuables convictions
7 Octobre 1979


LA MER MORTEREVIT .....


La Mer Mbrte est blen v!
vante... Tellement vivante
qu'elle attire maintenant
des visiteurs de quatre cohos
du monde, grtce aux instal
nations hotellres et ther-
males qul se sont di'velop-
p6es r6comment.
De point de vue physique.
la Mer Morte n'a pas beau
coup change depu's le jour
oi1 la femme de Lot, ne te-
nant pas compete de 1'aver-
tissement divin. jeta un re
gard en arritre il y a qua
tre mille ans, et fut trans
formee en statue de sel. En
plus de ce turela, le visiteur qui s'in-
tiresse )h 1'histoi.re et ai
1'archeologie ou qui est tout
7 -








RENTREE

DES,

CLASSES


ANNIVERSARY
RES
/

EN TOUTES

OCCASIONS,

TOUJOURS




SYMOLtE

DESLA,

REUSSITE

STYLOS,

:STYLOS

A BILLE

I DE CLASS


S Mme Andrer M. PIERRE


JOURNALIST D'HAITI


De nos jours Masada est
le svmbole de la Llberti et
de 1'independance juive, un
cable permet de grimmer
la pente abrupte en quel-
ques l[ninutes. Si l'isole-
ment d, la fortress' a une
importance trs gr:mnde adan
le r6le qu'elle a ioue dans
l'h'stnirp, 1- roi HArode a
dfi egalement anorn'cler le
climate et le pouvoir then
peutiqup des eaux de la r(
gion. cs mm p ntant d'avnn
tireps sontlrnbetaurts. Ci6n
pAtre, don't la beaut n'est.


pas discut6e, retbnnut d6jb.
le pouvoir i7ehtlisant, es-
thet)quement pI'-lant, d'un
baln dans leta eaax therma
les.
BAI, DIE MiR. SANS
COUP DE SOL=if...


tons thermales, qui soufa-
gent toute une varldtd de
inaux. specialement 1'artrli
te et le psoriasis, La haute
teneur er s'els m6.naraux ne
permeb auscunb survie an-i-
male' ou' vbgtalte, mals c'est
cette m6me caractirlstique
qul luet vaut son nom- de


implement attire par le
paysage seras eornbll'd enla s
sant errer sont im'aglhation
en parcourafit 'la r6tigon.
\ Peu accessible i y a, en-
core tres pet' de tertps\ la
Mer Morle fut toujours le
refuge des pers6tut6s, des
dissidents et dot efit'tes.
Pour n'en otter que qtel-
ques uns : le Rol David. le
Roi IT4rode, les Esseniens,
les julfs 'nsurgts centre les
remains talent parmi, eux.
Des fouilles mendes sur
la rive nord de la Mer ont
riv6l6 les ruines de Quram,
la ville essenlenne qui a-
slicles avant notre ere. Ce
hrita des religleux juifs vi-
vant dans ce desert deux
siicles avant notre &re. Ce
sont les Esseniens qu iecrn
virent les Manuscrits de la
Mer Morte. Ces manuscripts
caches dans des cruches en
argile et enfouis dans des
grottes pendant des siecles
furent d6cowuvets par un
jeunie berger bedouin. Cette
decouverte ft sensation.
dans le monde des drudits
bibliques. Ils sont e-ooses
dans 1P Sanctuaire du Li-
vre a Jerusalem.
Plus au sud, tout en haut
d'une falaise domine l'im-
press'onnant Mont Masada.
qui fut le palais du roi H6
rode. ainsi que le dernier
bastion inif centre les ro-
ma'ns. Cett ritraite seufe
,ment accessible nar 11n sen
tier de chbvres 1res sine-ix
et escarnp tpS de rpiistPr nx remains,
au nombre de 960, ils sou-
t'nrent le sitee nendant
trois ans. Ouand les le-
gions romaines atteisnirent
finalernent. 1- sonmet. au
course dp l'annee 73. ellps
ne trouverent ane des cnda
vres : les z41ntes. hnmmes.
femm's e epnfants s'6faient
dnnn la -pn- nl-ta t, ,,e
di se vo'r riduits a lescla
vage.


quement aussi etendue que
le Lac de Gentve, mais lt
s'arr6te toute comparison.
Elle est entourie d'un pay
sage complitement ddserti-
que et escarpe, et le visl-
teur a la sensation de mar
cher sur la lune, impres-
s'on qui est seulement trou
blee par la presence d'une
pofgnde d'h6tels et de sta-


^














t
(_^

1t
> .


LA SOURCE AUX CHEVRES
Alors que les jardins du
kibboutz sont faits par
l'homme, En Geddi est une
oas s naturelle. Mentionn6e
dans la Bible sous le nom.
de vi.lle de Juda, En Geddi
4tait cel4bre pour ses ver-
gers charges de fruits et sa


faudie abondante. Sole nom
veut dire cla source aux
chevres probablement A
cause des ibex, chevres de
montagnes. orig nalies de
ia region et que 1'on vott
encore errer de nos jours.
C'est l que Davild, le future
'. se 'Cha nour echapler
k la colre du Rot Saul.
Le visteur qui a le goft
de I'incnnu peut s'aventu
rer et aller se baigner dans
la magniflque cascade aUx
eaux 6cumeuses qui porte
le nom de ce berger devenu
rol... Ce qu! est un change
ment fort agrdable apris
les eaux tellement sales
de la Mer Morte !
La Ilore 0t a maune st
abondante dans cette r6glon
par ailleurs desertique sont
protegees par 1'Ecole de la
Socittt pour la protection de
la Nature. Cette meme 6co
le organis.e de tres belles
'randonnies dans les reser-
yes naturelles.
La route qu. long la rive
occidental de la Mer Morte
reioint celle de Jirusalem.
Jericho, Beasheeva, Arad et
E'lat. La Mar Morte peut
done etre facilement include
dans un Tour d'Isaelb.
elle y mettra une note vive.


THE FIRST NATIONAL BANK, OF BOSTON

BANQUE DE BOSTON


SUCCURSALE HAITI


PORT AU PRINCE, JHAITI




BILAN TRIMESTRIEL




A U 20 SEPTEMBRE 1979


ACTIF

ENCAISSE

AVOIR DANS LES BANQUES

PRETS ET ESCOMPTES


PASSIf


$ 1.357.377.59

8.690.668.27

21.:856.645.96


VALEUR IMMOBILIERES ET EQUIPMENT (NET) 418.740.68 "


AUTRES ACTIFS


TOTAL J i


991.631.56


33.315.064.06


DEPOTS

RESERVES POUR FRAIS

IMPOTS ET INTERESTS

DU AUX BANQUES

AUTRES ENGAGEMENTS


$ 28.472.311.93



951.52470

3.059.112.67


33Z.064.0


f6

6


LES MIONTANTS CI- DESSUS REPRESENTENT DES GOURDES CONVERTIES EN DOLLARS



AU TAUX OFFICIAL DE CHANGE.



NOUS CERTIFIONS QU'ILS SONT SINCERES ET CONFORME A NOS LIVES.


iUoet L RiVelte


"wight A. steff en
D~f~tUrGdodral


Bien que' 'a Malt Morte, sittde 400 metres au-des- attribU&' ltes mddeelns. De
sbus du' lveau de 1a mer. plus,, leehaut4 teneur en. sel
solt 1'endrolt le plus bas et min&ttux permet aux
du monde, 1'a'r y est riche cords. de flotter saps pelne.
en oxyg6ne et pas pollu&. aussi n'enregistre-t-on Das
Efle joult d'uh climate de .noyades
chaud- et see- tout au. oours
de 1'annoe, et le solell y
esf. aul efidezs- oUt 300M HEBERGEMENT
jours. Meme p1entlanst lhWVef
11 est rare que la temp6ra Le voyageur n'aura que
ture descend au-dessous de l'embarras du choix au mo-
250. Autre avaritage, a dcaU ment de chercher a se lo-
se de la haute pression at- -,ger. Des hotels a plus'eurs
mospherique on n'y attrape 6toiles, des bungalows et
pas de coups de so eil'. des terntes au bord de la
mer. ou l'exp6rience du ki
La Mer Morte est pra""- boutz lui sont offers.


JOB OFFER

(MAJOR U.S. CORPORATION OPERATION FACTORY IN

HAITI SEEKS ACCOUNTANT WITH STRONG

BACKGROUND, COLLEGE GRADUATE WITH ONE/TWO

TEARS EXPERIENCE.

BILINGUAL (FRENCH AND ENGLISH). HAITIAN

NATIONAL PREFERRED.


STARTING SALARY COMMENSURATE WITH

iXPtKItNCE / EDUCATION.

SEND RESUME TO BOX 1005. ATTENTION .

OFFICE MANAGER PORT AU PRINCE. HAITIL


I-


"I


~-C- --


__ ~ ~ L )IMII15 OCTOBlRt 1979 .


- k- - - - - - - - --


:3


17--


,~5~';~=~-M-~C~-~---ww~*IC~


- - - - - ,


L=:-


To nr- -ilob,

ME

------------


PAIDE 2


E





LUNDI 15 OCTOBRE 1979


CASTRO-ONU :

Commentaires des milieux


LA IIAVANE. (AFT)'
Ia'.s propos inodert(s de oFl
tel Cnitro hi ''ONU to, sonl
appel A la i.,Idtirlt.f des
pays ric 's avr' lie's Nil -
1tr1 loll p.uv'l litvrlS I' ifn-
clitlt If's Ehli'(s-1' ,nls 1 U pI'lr
till e"(1- N] rVpi)iisv fux pro
liir'JIhlii] (Iii chli l de, ]'E illL
(illm il), tsilt -I -onl samLe-
(t. dm( Ir,, nilltlux Diplo-
nuillqu1.is Occidentliaux a Cu
bII. &
L'ovlertt re so ulhaiteo par
rces mnimoes milieux concern
no non se'ulo-meni't 1'etude
dei la proposition faito par
Fidel Castro aux pays dove
loppes de creel til fonds de
300 milliards de Dollars A
I()I l term of i faible inte
re' PI faveoar des pays
soiis-developpes's terme
employee' par le leader cu-
bain -, mais aussi un even
tuel entretien des diri -
geants americams avec Cas
Iro au siujet de la presence
militaire de 1 URSS dans
S'Ile, accuse ar les Etats
Unis d'heberger une brigade
de combat Srivictique de
'2 300 a 3 000 ihmmes.

La possibiliLc d'un a faces entire Castro et Car
ter ou Cyil s Vance, le
Secretaire d'Ftat ameri -
cain ne peut Otre que fa
cilitee en tout 6tat de cau-
se par la decision du Chef
de l'Elat cubain de ne pas
rentrer immediatement a
la Havane apes son dis-
cours de venOctedi i
Aucune dat n'a ot6 offi-
mecllement fixce encore
pour le retour de Fidel Cas
tro dans l'ile et le ( Maximo> lii-neme a lais-
sc entendre a la press, lors
de son arrive A. New York,
quil resterait < cinq ours, peut-otre dix>,
sur le territo're americain.
il memo ajoute
Visiblement impression -
nes par le ton du discours
de Castro a 1'qNU et par
1'ovation don't ii a fait l1ob-
jet, les Diplcmates en pos-
toe a la Havane, qui avaient
pu suivre 1'intervention du
leader cubai, en direct sur
los chaines locales de tele
vision, en venaicnlt pour cer
l1ins d'entrie ux.a se poser
ivexrtecment la question de
savoir xcomm".ent les Etats-
Uni', iivailiit JAI ignore du
rai'l, 20 alli Cuba et Cll-
Iraindre ainsi 1'Ile re -
.loindre I1 ciamp socialiste,
L's piropos "nie5 I cl'r.s do
Citslrio a l'egi rd des Etats-
Ul s, habiltlllemunt l'ob-
ctl, de vy il('ti'5s atlalqil(u s de
.Si parl, (lt e', ci r0 m ar -
(|il'", lip r C'.S m il ieux, les
'u,'les t ni' ss.s I'll callse1 dui
)ijIs,iint, vo11in Ii'il; t des ci
litions de' la. declaration


AVIS DIVERS


diplomatiques occidentaux a Cuba MAISON A LOUER
A DIQUINI,


MESSE DU BOUT
DE L'AN
La famille de Mme E-
d o u a r d OLIVIER fe-
r o n t c hanter en
la Chapelle de St. Jean Bos
co ha P. V., le mercredi 17
Octobre a 6 heures A.M..
une messe de Requiem d'an
niversaire a la m6moire de
leur regrettee Mere et
Soeur.
Ce present avis tent lieu
d'invitation aux parents, al
lies et amis de la famille.
1510
x x x

DECES DE Vve
EDOUARD PAUL
NEE VIRGINIA DOR
Pax Villa rappelle que
les funerailles de Veuve
Edouard Paul. nee Virginia
Dor seront chanties le Mar
di 16 Octobre ia 4 heures
p.m. en 1'Eglise du Sacrte-
Coeur de Turgeau. Le con-
voi partra de Pax Villa Sa
crt-Coeur oil la dtpouille
mortelle sera expose des
2 heures.
N. B. La famille recoit
des condolences a Pax Vil
la Sacre-Coeur le Lundi. 15
'Octobre 79 de 6 i 8 heures
du soir. 1510
xx (x x

AVIS
Un rite funeraire sera ce
lebrc au temple de la re. -
pectable Loge 1'Etoile d'Hai
ti No 5 sise t la rue Mgr
Guilloux No 29i6 le vendredi
19 Octobre en course A 6 heu
res 30 p.m.
La ceremonie sera realisee
a la memoire des illustres
londateurs dc la loge et par
ticul.icrment is celle du
tres iliustre fIro etFelhx He-
rard passe reccmment L I'O
rient, Eternel.
Cci avis tier lieu d'Invi-
tatioln L tous les parents et
amisI dou ehi'lft : le vcnera
bei F1,lix Herard.


finale du -66mc sommet des
nol-all glnes de la Havane,
inolillllmmlnt, A propose de la
base atinericalne de Guan-l
Ltnnmo A Cuba et de Por
to-Rico,

Dans tl cadre, estiment
ls nilmes sources, I 'ap -
pel de Cas(,ro, venue tiA I'O-
NU ,1non pas en prophlte
de la revolution, mnals pour
parlor, do pai 1 et de colla
boralion entrc les peu -
plcs, devralt etre accucil
11 fovorablemn(nt aux Etats
Unis. '


4 Chami res A coucher -
4 Sales de Bain Depen-
dancec Vue magniflque.
Sonnez Ic 5-1302 entire
1 hl'c. P.M. et 6 hreo P.M.



HOUSE TO RENT
AT DIQUINI
4 Bedroom 4 Bathroom
- Main s qualers.
Call 5-1302 between 1 h.
P.M. -iid 6 hres. P.M.


UNIVERSITY D'ETAT
D'HAITI FACULTY
D'ETHNOLOGTE -
DEPARTEMIENT DES
SCIENCES DU
DEVELOPPEMjaNT
-D. S. D,-
AVIS
I1 est port A la connais-
sance des Interesses qu'a
partir de i'annte academi-
que 1979 1980 commence-
ra h fonctionner a Port-au
Prince, un Dtpartement des
Sciences de Dtveloppement
(D.S.D) dans le cadre de la
Faculty d'Ethnologie de 'U
niversite d'Etat d'Haiti
Le DSD comporte sept see
tons d'enseignement qui
s'appuient sur les discipli-
nes de base servant A ap-
prehender le concept de veloppemen t integres, sa-
voir :
SECTION 1, Math6matiques
sociales, methodes et techno
ques applicable au develop
pement;
SECTION 2, Anthropologle
et philosophies du developpt
ment;
SECTION 3, Sociologie et
developpement;


DECES DE MW
LUCAS GAILLARD
Pax Villa rappelle que
les funerailles de M. Lu-
cas Gaillard seront chan
te6s le Mardi 16 Octobre 79
a 4 heures p.m. en 1'Egli-
se de Dieu rue de 1'Enter-
rement oi la d6pouille mor


telle sera exposee des 2 SECTION 4 Theorie 6cono-
heures. lalu mique et socio-economique
x x x x du developpement;
SECTION 5, Economie secto
MESSE DE rielle et dtveioppement; E-
valuation de Projets;
REQUIEM SECTION 6, Facteurs extra-
economiques (t Ide maitrise
Madame Gabriel Zarno. du developpemrnt
et famile f< ront chanter SECTION 7, Pratiques inter
une Messe de Requiem a nationales du developpe-
la mtmoire de Madanie Ga ment.
briel Brunachm le Lundi 2. Le DSD dltvrera trois ca
Octobre courant en l'Egli- ttgori s de diplomes :
se de St. Gerard de Carre- a) le Certificat de sp6cia
four Feuille ilt a6 la fin dune (1) an-
Ce present o 'is tient lieu nee d'etudes;
d'invitation atux parents b) Ja Maitrise es Science,
allies et amis de la defun de Developpement au terme
te. de deux (2) annees d'6tu-
Port-au-Prince, le 15 Octo des;


bre 79 1510

DECES DE MARIE
YVES CARMELLE
SCYNTIA ST LOUIS
Pax Villa announce le d6
ces survenu Ie 11 Octobre
79 a 1'Hopital St Franeois
de Salles a 8 heures P.M
de la petite Marie Yves
Carmelle Scyntia St Louis.
En cette penible circons-
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste presentent leur sym
pathie a ses Pere et Mere
M et Mmine Joseph Chassa
gne St Louis; Mme )ee
Gerda Fabre Jean-Philip-
pe; et a tous les autres pa
rents et allies 6prouves par
ce deuil.
Les funerailles de la pe-
tite Mie Yves Carmelle Scyn
tia St Louis seront chan-
tees le Mardi 16 octobre a
3 heures 30 P.M en I'Egli
se du Sacr6-Coeur de Tur-
geaiu. Le convoi partira de
Pax Villa Sacr6-Coeur ob
la dtpouille mortelle sera
exposee des 2 heures.
1510


"Coc-Cola" et "Coke" sont marques d6pos6es do The Coca-Cola Company.




Coca-Cola,

c est fait pour ca... 1

... pour aller enbateau


-^lt


ADtURTOISIE DE: VOTRtE EMBOUTEILLEUR DE "COCA'COLA".


c) le Doctoiat Os Scien-
ces de Dtveloppement apres
un minimum de quatre (4)
annees d'etudes
Pour etre aamis A pren-
dre inscription au DSD, il
faut etre titulaire d'une lii
cence ou d'un dipldme con
sidere equivalent, ou 6tre df
ja autorise a outenir un
memoire de licence : l'exa
men du dossier 6tant alors
determinant.
En outre, fiddle a sa mis
sion de recyclage et de for-
mation, le Dfpartement
pourra admettre, apros exa
men de la candidature, tout
postulant dcja engage dans
des functions de response
bilitt relevant du domain
de developpement.

Le DSD acceptera, par a!l
I'urs, des auditeurs libres,
c'est a dire ne preparant rl
certificate dc specialite, n
maitrise, ni doctoral, qui
pourraient etre autorises a
s'inscrire dans parties ou to
talite des sections, selon des
no,,'mes fixees par la Direc
tion.

Le DSD comnmencera A re
cevoir ses Etudiants A par-
tir du mois de novembre
prochain. Leo inscriptions
sont recevables des la paru
tion au present avis au lo-
cal de l'Institution sis au
No 202 Lalue, Port-au-Prin
ce. -2
Ce 3 Octcbre 19)-9.
LA DIRECTION


AVIS

L'Admlnistrniion G0nera-
le des Contribitions rappel-
le aux intCresscs les terms
de i'Arrnet Presidentiel en
date du 29 Octobre 1968, pu
blie au Monitour No 101 du
5 Dacembre de la mem an-
ne). declarant d'Utiliti Pu-
blique les Habitations St-
Martin, Chancerelles, Drouil
lard, Arnous, Boissonnitres
de Mornay Cazeo(u et Pro-
daillecr de la Commune 'i I
Port-au-Prince.

En consequence, elle invi
te los propr!ie'airres, ceux no
tamnient d'ul- terrain de la
eontelance doe Cinquante
Siz M'lle NSiLU Cent Six Me
tres Carres So:xante Douze
(56906 m2 721, dependent
de St Mart:n a lui commu-
11 (-quer tous les titres, pieces
It documents justifiant
li'u s droils.
Ce terrain, mis A la dispo
sition de 1'OFATMA est bor
ne :

au Nord par la Route Na -
tionale No 1;
au Sud par une Rue:
A 1i'Est par l'Electricite
d'Haiti, le rest du terrain
et Fritz Mews;

L 1'Ouest par la Hasco,
Jean Claude Chadan et I'E
tat.
Odonel FENESTOR, Av
Directeur Qeneral


-\ g O


CFITA=ELLE




VOUS PROPOSE




8 Jours au MEXIQUE



DU 1 AU 8 DECEMBRE 1979



au prix incroyable de-'





$699.00




CE PRIX COMPREND:*





... Le billet aller- retour Port-au -Prince



Mia)ni Mexico Acapulco MIiami



SPort -iau -Prince


... L'hebergement au Mexique,


"Aiti




Ft'I T

Ill


en chambre


double, dans des hotels de luxe [3 nuts


a Mexico a I'Hotel Maria Isabel, 1 nuit


a Texco a l'lotel Holiday Inn, 3 nuits a


Acapulco a l'Hotel Hyatt Regency]


... Les transferts aeroport hotel -neroport



... La visit de Ia ville de Mexico



. *. La visit des fameusee Pyramides



de Teotihuaean et de La Bktsilique



de GuadaJape


... Une excursion a Cuernavaca et TaAco



Une mini-croisiere dns la Baie


d'Acapulco


'. Le port de 2 bagages; les taxes et



services a 'hotel



... Un Guide-accompagnateur


... Un arrest facultatif a Miami du rctour


est limited Contactez us au plus vite pour

inscription et reservations -


AGEWCE C ITADELLE


35 PLACE DU MARRON IMCONNU35


TEL : 25900


--"-1


CARNET SOCIAL


Le nombre da places


I _~ __


----- _ 5


~vlLc


--- --C---------------~ U^U~XU~X 3 5 ~V~


--L-.-,---,------.---- --- ------ ----- ---`-----. --,L--,--,- r-,,,,,--,--n-----


PAGE 37-


I


*

i


i


11 A


DAM






PA4orGE 4 ___. -- LU1'~DI : O E


A L INAUGURATION DU CENTRE DE REC YCLAGE OUR ARBITES
Cl-- ill., 11 faut consl.d6 mileux explicltr ma those, vous lne quelconque appre sont ceux qui analyseront Et je cite: les conflIts d'in de r6fl6ter tle iddes-forces
rer qui cc dc'l n s 'situe les | lignients don't vous henslon susceptible de objectlvement votre com- trets sont one constant qui leur per nt de soubas
l) s exclusivemelnt, dnls pouvpz tri' l'oblet sont vous pousser au decourage- pqltement et vos d6cis'ons. des socldtes huma~lnes dars segment. Pourquoi? Parce
It, colre des frontiores sgsceptlbles d'1tic formu- menil, Je veux, par habit Vous comprenez ddji, je le temps, et dans 1'espace. que l'dduisaton sportive
ilinales imsi prend A e qs l1s qpan seuloment par la de de pens6e et d'action, suppose, ce gquil voua faut est ndg4lg6o dans ses as-
joius un ilumpilur Itp e'a R oLnpuljtin ld l.it6mte donti vous parlor le language de dc grandeur d'cme, d'bsprit Mals, tandis qu'autrefols pets les plus nobles. 11
11miale d fallt, des facill- vous iltes partle, mnis 6- la v6irll en rappelatt a d'qbn6gation pour persdv6- ils atteignalent assez rapi- semble-que de nos ours
I s il coluinihnulllcalolln et -galement par in membra votre attention les rr6ac- roy sur cette sc6ne que dement le point de satura 1'on considcre come ob-
tds immeinsus possib'lllts sians cesse crilssant de t6- tions negatives de cette in constitute 1'arane de foot- tlion en raqps de lepr am jectif exclusif du sport la
offlrles par la t616vislon. lespecteurs ressortlssants commensurable audience ball et accomplir votre pleur limitde.dans le mon victoire a tous prix, par
Autinmelit dlt. et pour de divers pays. Cuij vous accable d'injures. mission convenablement. dp d'aujourd'hul dom'nA tous les moyens dispf' l
_./ ",' o- rsu__onu_ re a vous adresse des menaces, envers et centre tous. par un esprit mat6rialist1 bles, bons et mauvals,.mo-
*osootVoltre situation pout tre uand vus n'ates pas di- Cagez sur ot le di- lntransigeant, les intfrets raux et immoraux, 1c'tes
TcT l d'utant plus delicate et rectement agressds pour u- man istnziurgui vats I divergents arrivent trs dif et illiciltes. La pr6parltion
R OT xe que les exigen ne ou des decisions mal in mon aint-eI tre bu io- ficilement a coexister et morale basique est rid culi
ts de oe cilla dur terprites, alors que vous ger des rdactons des eui- engendrent entire indivi- sde et considre come
Smon-. itdndelad e crovez avoir a en toute dus d'un mdme groupe- une fantalsie inutile.
-1O-L-i-m-,.-aaas at-qnenpan tk .ie


Restaurant -- Bar .- rrmi,
Pizzeria Creperie

LE RENDEZ VOUS DE L'AMBIAN4

CHAQUE JOUR

Menu special Lunch

a $ 3,60

CHAQUE SOIR

DINER DANSANT.

AMBIANCE MUSICAL


Avec "Bistrot Combo"

Mardi Soir -Vendredi soir


)

2 TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT CHA-
QUE SEMAINE .


I


Dans let Jardins du BIstrot

Une nouvlle Attraction

(Bistrot Mini Golf ^

GOLF MINIATURE
UN DIVERTISSEMENT POUR TOUS CLUB HOUSE
JEUX BAR CLIMATISE


BISTROT ,
Tous les ours de /

midi a I h du matin

Le Manoir 146 Lalue Tel. : 2-1809
aosoc 'wosafi~aooaogs aooccac


sont immediates et ne peu
vent se compare aux exi-
gences requires de beau-
coup d'autres profession-
nels: en effet, alors que
votre dWsc'sion ne dispose
le plus souvent que d'une
second pour etre formu-
lee, l'ingdnieur A la possi
bilit6 de reviser ses plans
et 0evis avant de cqjimen
cer effectivement une cons
truct'on. l'avocat peut, a
occasion, solliciter un
renvoi en huitaine si les
elements de la cause qu'il
pla'de sont insuffisants
pour une appreciation con
venuble des faits, le mdde
cin dispose de temps suffi
sant et de precautions pr6a
lables pour formuler son
diagnostic, grace aux tests
et aux analyses de labor
tires. Et j'en passe...
Tandis que vous, vous
ne disposez tout jus e que
de parcelles de second
pour porter un jugement
en presence d'une foule i.n
nombrable comportant. ou
tre ceux qui assistant di-
rectement au spectacle,
tous les gens qui vous ob
servent sur 1'tcran de tel6
vision ou qui suivent les
commenta'res radiodiffu-
ses, sans computer les opi-
nions subsdquentes qui peu
vent etre mises pendant
assez longtemps encore. On
comprend des lors que vo-
tre veritable audience c'est
a,dire le public qui vous
suit dans votre action est
diffeilement chiffrable,
puisque le nombre des
spectateurs presents sur
les tleux, qu'il s'agisse du
stade Svlvio Cator ou du
stade Maracana. peut dtre
affect d'un coefficient
tres eleve grace a tePffort
multiplicateur des telecom
muni'cations, des report
ges de rad'o et des notes
de journaux.
A ce point de vue et sans
vouloir faire naitre chez


bonne fpl et selon les nor
mes etablies. En ces gen-
res de situations, il est
difficile de savoir qui s'en
prendra a vous: le public?
les partisans? des diri-
geants de clubs? parfo's
des membres de Feddration
et jusqu'a vos propres col-
legues ldu crpis arbitral
ou de l Commission des
Arbitres. Ces derniers grou
pes composes de soi-di-
sants 'spc'alistes auraient
dfi pourtant etre les pre-
miers a vous prot6ger con
tre les calomnies puis-
qu'ils savent. qu'en tant
qu'etres humans il vous
est possible de commettre
des prreurs.
Mais volli justement
que j'aborde 1'objet princi
pal de ma these d'aujour-
d'hui apres avoirx pos6 les
considerations lim-naires
de la question. J'ai parole
de 1'arbitrage. Mais ici, il
ne s'agit pas d'arbitrage
en general. 11 s'agit exac
tement d'arbitrage de foot
ball qui. come vous le
savez sans doute, est tota
element different de 1'arbi
rage dans les autres catd-
gories sporti-ves et vous
fait courir des risques
beaucoup plus graves que
dans les autres sports.
Ces considdrat'ons, enco-
re qu'elles aient du vous
paraitre peu osees, prdfigu
rent 1'envergure de la ta
che de redimentionnement
qu! vous attend. Tache no
ble. it est vrai.. riais in-
grate par dessus tout. Car
on ne tiendra pas compete
de votre bonne volopted a
contribuer a 1'epanouisse-
ment du football, on ne
fera pas etat du courage
qu'il vous faudra pour ac-
cepter de rempllr cette ta
che. S'agissant d'un sport
de com'pdfi.on, on se lais-
sera emporter par la pas-
sion, et rares. tris rares


p s.eip et dces specta eurs eL
de la a prendre des ddct-
sions complaisantes afin,
comme on dit, de manager
la chrvre et le chou. Ce
seralt une errelir fatale de
se laisser aller a une pa
reille attitude qui., au fil
do temps, se convertira en
habitude et vous mdnera
tout droit b l'6chac de votre


ment, entire groupements
d'une mime communautd,
entire cpmmunautes d'une
meme civIlisation. ces epm
petitions outrancidres et
mime des affrontements
qui menacent de saper lIs
bases vitales de l'hp.mani-


mission. Votre personnali- S! 1'on s'en tient aux d6
te sera non seulement con clarations d'intentions, on
troversee mais encore de- serait tent6 de croire que
crid et vous n'inspirerez le Sport, oa 1'esprit de
pl-us confiance aux uns et comp6itit'on se fonde en
aux autres. principle sur une concep-
Vous devez vous d6partir tion moins prosaique des
de tout esprit qui ne soit choses, constitue un domai
pas base sur application ne exempt de ces conflicts
des lo's que vous devez fai, troublants. En effect, le
re exdcuter strictement. rd Snqot bign Crlcpu est une
serve faite des cas oal vo- cole de formation: il dd-
tre decision ou votre ab- veloepa les cossibil'tds in
sence de decision causerait dividuelles et collectives
un prejudIce tla parties par des entrainements phyo
16s6e ou favoriserait la siques regul;'es oui imnli-
partie fautive. acont, la discipline et 1'as
sidultd dans les exercices
Votre sdrdnit dolit de- cornorels Pt nar une prina
meurer permanent et vous ra-'on morale axie sur
placer au-dessus de la me l'abnigation. la maitrise
lee afin de toujours ma'n ae sni 1'psnrit de tol6ran
tenir vivace votre lucidit ce. 1'idalisme et le snle
votre sens de l'dquit eta" rilect'f. D'une facon g&nd
vote souci de la response rale. lP Snnrt nermpt de
b'lite. dccniivir l s onn+ntiqlitis
"a 1'indlividiu otf de I. cl
Sur le terrain vous altes lctivrtd et nrinare co (aer
places pour juger et deci ers h ffronter e itlp-,H
der de la measure a pren- ment la intto rnotidienne,
dre cle temps d'un cille- nour la vie. Le Snort pn
ment>, votre role n'est pas fin. accoutumo aux efforts
d'apprendre aux dquipiers ea ,IV sprifiepes nounr ine
les lois du jeu. Vous etes vf ni'op"otim et bonora
un juge et non un profes- blI" ncornnthiae evn lasP
seur. ,-nparia vinlpts pq S hfqs.
Que cela vous serve de d6loyaux et malhonnites.


rappl!
Aussi, me contenteral-je
pour le moment de soumet
tre a votre attention, en
vous recommandant de fai
rp vitres les idWes qui Ly_
sont exnrimees. le texte
d'un article naru en avr'l
1971 dans 1'hebdomadairn"
l'Arbit'e haitien sous 1P ti
tre: .


C'est d'ailleurs nourquol
nn ,dit lip le Soort epst
TTVNT ErnOTF DE GRAN-
DEUR D'AME.
Cpppnrlant, in rialiti est
taut a fa't differonte de
rpe vuei concentuellps. Les
faits Pt l1o acts s.nnt dins
le domain spprtif, loin


Catte situation s'observe
a tous les echelons du
sport, et dans tous les
pays, dans les contextes
nationaux autant qu'inter-
nationaux. Justifient ce
point de vue maints pxem-
ples de competitions sporti
ves nationales et interna-
tionales oui organisateurs,'
dirigeants, arbitres, juges.
equip'ers subissent des
pressions physiques mate-
rielles et morales et oiu
1'on recourt a des manoeu
vres d6loyales pour vain-
cre l'adversaire.
La raison sous-jacente de
cette situation est que le
SpQrt, avec son extension
dans toutes les couches so
ciales sansqu'on ait incul
qu6 ces dernieres la for
mation morale n6cessaire,
a dtd ei quelque sorte
prostltu6. Il nest plus ce
qu'll a ite: un ensemble
de cortiftition visant a
rapprocher les homes
par une activity qui. les 11
bere salnement de leur ins
tinct de lutte et oht la re
gle est le fai%-play. Le
Sport a perdu son visage
serein et sa transcendenne
pour devenir une opportunity
te d'exacerber des rivalites
latentes. Cette ddeg6nres-
cence portive s'observe au
niveau des Jeux Olympi-
ques qui sont fausses i la
base parce que donnant
lieu chez les comp6titeurs.
individus ou nations, a des
violations, toldrdes sinon
facilities, des reilements
relat'fs aux conditions de
particlpation, ce qui fait
drvier ces Jeux de leumr
obiectifs fondamantaux. I1
en est de mdme des snores
amateurs* qui. paradoxale
ment au fur et A mesro(
nu"ls s'or-anisent Pt se dif
fusent, tendent a disparai-


p


jellcbpl iiili ( 1 p Ilt d ffiil
I ~ dv' fvllilpl pall s-

iii Ii c Iii I v I hut lI pI c"
vli I 11W till doi fI iil



LE BIS'


pour \


n'importe


qULi


CHEQUIER PERSONNEL


BANQUE ROYALE DU CANADA


ou nous avons la solution

uicuia~e4 ^ ie/,na^'. /ace ^ 4ad ^a^i/e^


-~ ,7~1k- ~ -~


tre au niveau des comp6ti '
tlops officielles pour adul-
tes.' ,.
Les AssocitQonrs de FOd F
ball de notre milieu, -ho
le Spqrt uui nest pas Sr-
gement ni AntensiveMregt
pratiquO agralt dfi se main
tenir & une certain 4ltItp
de morale, se sont la!4s6es
entraisier dans des prati-
ques rptrdhensibles. On y
constate une d6perdltion
des valeurs sportives
vraies. Autant chez les di.-
r-geants qufae chez les eqti
piers, sauf quelques rarest
et notaires exceptions, on
ne pratique plus le Sport
pour le Sport: ce sont les
manoeuvresa ddloyales, c'est
la course effrdnoe au ve-
dettariat, c'est 1'am6nage-
ment d'equipes toutes fal-
tes, sans souci d'assurer la
relive. On le sent d'ail-
leurs tout au long des corn
petitions oh 1'ame est ra-
rement pr6sente et qui pro
gressivement engendrent a,
1'indifference des suppor-
ters. C'est le signe non 6-
quivoque d'un malaise qui
peut entrainer le declin ir
remediable du sport natio-
nal, si on n'y prend garde.
Cette situation fgretta-
ble. permet de conclude

que 1'esprit sportif est en
regression alors que la pra
tique du sport s'universali
se. Le remede a ce. mal
existed: c'est t'dducation
sportive qui doit etre ap-
prochde convenablement
pour qu'on ne soit tent de
dire a tout moment < sont les neiges sportives
d'antans.
Voils en quelaue sorte
introduction du course
oue j'ai 6te charge de vous
dispenser. Je ne saurais
tron vous recommander de
ben approfondir les idWes
mattresses de cette Intro-
duction. car elles neuvent
vous servir de guide g6nd
ral dans l'accomnlisse-
ment de votre noble et
courageuse mission.
.TP vous say's gr6 d'avoir
nr&d6 une oreille attentive
a mon allocution et espe-
re aui le course nrnpre-
ment dit vous interessera
autnnt sinon davantnae.
Ceci d't. noius commen-
cons a ppreinrp ds notes
Friner PAGEOTTE AN-
DRE...
President de la Commis
sion des arbitres


PAV-'7


S1 A


SORMAIS






;A' LAIDE


DE




























_~ ~ ~ -


~ ~F"""""""'-------.-~~-- -~ --8~-~ a, ~II II I 1 6 11 1 III a a ~II ..~ I r II


--n~n;,n_~:~ _~~.Lr OI PTFQBBE IQ79


--------- ------------------~--cc`


----- ---- r-_l_-_--__-__-_--------- -


Ir-f;-x n-jtaummm ~-^


-- -------~----- ---- ----- ---- ------- ---


r


I 1





PAGE 5


LUND ,15 OCTOBRE 1979


'QUI PROPOSE lIIEUX PETITES ANNONCES


(Suilte tde la T1re page)

utql obillg" dt pinytr delix
O(iIriIsis, 11n11ts 'inorI' on i
rouit l rltsi|ii' dr reslt.r ius
1, 1 1 h tl l -tlps Wv.ltnt (vo trolu
v ll e Ilt p.irllr ti' H ul6- un.
l e m'l IiIln -lltIlFs dV 1 P L on-011
villt t s)lil I' 4)1 pl s siouvcU t
vchtrgo"s, (I ti lo r plei'l poulr
l' li invlll0 o11 1 Hi's Moqutel
It dipuils ]v mnurdlhe en For
i: l Hue de(s Fronts Forts.

Lx Service de la C'rcula
tiotn (tes Vhtlril les t pour"
d( voir ci'obliger l's chaulf-
Iefours do Canmloioette Peu-
gento mnrquees Bourdon -
petinIville soit a :ontinuelr
leIr route pour Petlionville
iellli livec un spiul -assa
get iou blen refai'e leur en
selgrle soil Port-t u-Pr nce
Bourdon et dans ce ens
les chiautffeurs n 'auront
plus le drolt de prendre des
j)passtgte, s pour Laluie et
BoLirdon si leurs camionet
tes sont marquiees Porl t-u-
Prince -- Petionville. et a'n
i 'incident sera clos. Mas
SIL res'e b en entendu que
des soldats charges de la
circulat.on doivent etre on
post au carrefour du Cor
cle Bellevuie nour fire res
peter los dispositions du
Serv ce de la Circulation.



DISCOURSE DEF
BREJNEV :
DECLARATIONS DU
MINISTRY
DE LA DEFENSE
OUEST-ALLEMAND

BONN, (AFP)
Le Ministre Ouest-Alle -
mand de la Defense, Momn
sieur Hans Apcl, soiihalte
que alliance Atlantique
entame des le printem.'s
prochain le ndgociationj
auxquelles I"a invite. Moni
s eur Brejnev dans le d's -
cours qu'il a pronounce i1
y a tine semaine It Berlin-
Est

Dans une interview ac-
cordee a la radio de Bre
me. le Ministre Social-De-
mocrale a declare : hate que nouis Zarvenions
A definir rapidefnent et
clairement ncs propres pc
sitions au sein de I'OTAN
et qu'ensuite nous enta -
m ons, des le printemps
prochain, let negociations
auxquelles nous, a invite M
Brejnieva.

-Lorsq'ue Monsieur Brej -
nev nous dit pcu'il est pret
a negocer, cula constitute
une donnee pc;,itive. C'est
niaturel lcment intuf fisarnt,
mais ci tte insuffisance ne
doit pas now. fire aban
donner ou negliger ce que
nous Impose notre securi -
t,,,, a ajoule M Apel.

Le Ministre Ouest Alle-
mand a par allLeurs esti -
me que la decision que doi
vent prendre (ni Decim -
bre les pays membres d(
I'OTAN sur li modernist
,1ints de leur arsenal nu -
'eahire tlait pult-etre -la
,plus dll'ficUe qui'l aihnt
ei A prendre ao course de
c Itl' d6cennic.


Ce scrta 1i l'avantage des
p-"oprti alres de Camionet-
it's L'Prigt 301 fontilonii-
nnitl. is gaztoline Ot don't
les itno 'urs didji trs fatl-
guies simt, oblilngs parfols
de tdebarqupir leurs piassa-
I.trs ;au beau mni'lleu dc la
routl A e cist le ide 'oaulaiffe
ment, diiu moteur qui l e petit
plus continier A. monster A
Pellonville. Cela m'est arri
vb dcj it lus d'une foi.s.

De plus, les Minlibuss de
14 nu 16 passagers ne do'-
vent pas etre autoriss a.
p)et'Idre des charges dci pluts
de 100 kilogs, ce qui repr6
s"nielnt la capacity de leur
caffres arrieres au lieu d'u
tiliser le bane avani pour
dos reT ', n s qui utteignent
1500 kilogs.
I1 m'est arrive une fois
de me trouver oblige de
m'assuoir sur ma fesse gau
che 1 la parties gauche de
mes sissoides) dans un m'm
ibuss et arrive a Pelionville,
i m'a fall roster plus de
dix minutes avant de repren
dre 1'usage de ma jambe
gauche ent' reem'l tt enqui-
losee. Et le resultat est que
je suis arrive en retard pour
mon rendez-vous car In per
sonne' que je devais voir t
Petionville a en le temps
de prendrp une enmionette
Dolmas P6tionv'lle.
Mes sires'mions vipsnnent
done eompleter cells corn
bhren inltressintes de l'inte
ressant chroniqueur du Nou
valliste mon confrere An-
dr"6 Juste.
Qui peut nronoser davan
tage ? les encheres sont
ouvertes et Le Nouvelliste
est a la disposition de tout
le monde pour cette ques-
tison de cuisante actuality
surtout que la question de
n':x du combustible sem-
ble vouloir continue A don
ner de sarieuses ijnquitudes
nux proprietaires de camio-
nette et taxi dans Ie pays.


S'OrFRE


Candidnts requ's pour
travail de Facory. Bon
tes possibilllts d'avan-
cement. Prefdrence s -
ra donnie aux jeunes
homes intelllgents,
ddbrouillards ct douts
de sens prat'que.
lTes entrevues se font
sur place les 13, 15, 16
et 17 octobre A 4 h.30
p.m.
La Factory est situde
au bout de la ruelle
T. Auguste (Route de
1'Ahroport).
1610


Hall i louer

Grande Hall A Loner siie
A la Rue du Peuple en fa
ce du Journal Panorama
Por renseignements T616-
phonez le mattin A partiy-
de 7 hres -. Le soir A parti..
de 7 hres au No 7-2046
1519

ENCHA AVISE
ENCHA r2-ise ses a-mables
clients que pour mieux les
servir A partir du ler Octo
bre, le Magasin restera ou-
vcrt toute la jcurnre de
heures A.M. A 4 heures P.M.
du lund a a VEndredi et le
samedi de 8 hcures a midi.
Ce nouve. horaire rtstera
en vigueur jusqu'au 30 avril.
Pour un meilleur service
aux meiileurs prix, arrdtez-'
vous a ENChI-a la Place
Geffrard or s'onnez le 2-2330
onu l 2-L42K.
1610

A LOUER OU
A VENDRE


Marcel BENJAMIN. Inqg- STUDIO DE BEAU1E
nieur, 1ere Rue Nazon I'EL. : 6-0247
Trou Sable No. 22. 1810



LA PROFESSIONAL SCHOOL

LA PROIESgIONAL SCHOOL, Ecole de Comptabi-
lite et d'Administrat.on commercial, prend plaisir
a annoncer 1'ouvprture de ses course de comptabilite
a partir du 15 octobre 1979 a 4 heures de 1'apres-
midi. Outre les course reguliers pr6vus au program-
me official, un course d'initiation bancaire sera iga-
lement dispense.

Elle profit de cette occasion pour aviser les comp
tables diplomes que des course specialists donnant
droit au diplome d'adm'nistration commercial se-
ront dispenses a leur intention A partir lu 5 Novem
bre prochain. Au programme sont pr6vus les course
de gestion comptable, principle of marketing, 16-
gislation doouanire, Taxation IIa-iti/USA, Financial
Managment, con.ptabilite d'entreprises a fins non
lucratives, comptahilife de gouvernement, cost ac-
countiig. comptabilite des societies etc..

Pour toutes informations complhmentaires, sonnez
le 2-0213 ou passez au local de la Professional
School, Extension College St. Pierre. Chemin des
Dalles, No. 72.


LE PA VILL ON



335 Blvd. JJ Dessalines


Phone : 2-2318






Chaine Stereophonique complete a partir de $ 250.-

Toutes dimensions et Wattag s de Haut Parleurs.

Amplificateurs -- Tunner -- C 'ssette Deck et Reel to

Iitael de la mar(n e AKAI

Headphones -- Antennas pour '. envision et Voiture

Radios et Tapes pe Voiture

Pieces de rechange et Accesst res Electroniques

tels que : Circuit Integr6 Transistors --

Tubes -- Rsistanct etc.



Bicyclettes de la marque EASTERN

Pieces de rechange et accessoires pour Bicyclettes

Le meilleur pneu de la. iarque

SILVER -- STAR -- EXTI \-FINE.


Hall a vendre
A 1'Avenue Joan Jacques
Dossalines au No. 396, cons
trullte sur proprl6ti de 189
pleds ae profondeur entltre
ment cltiturle en mur.
Grand d6p6t l'lint6rtcu:
C16 an main.
Pour Reudez-Vous, son-
nez le 2-3819 de 3 heures
30 a.m. A 1 here 30 p.m.
Courtier s'abstenir. X
x X X x

OFFRE D'EMPLOI
Indcustrie et Utne d'As-
semblage recherche :
1 Un Superv seur res-
ponsable du control de la
Production. de 1'efficacit6 et
'le la quality. Une certain
experience en Industrie et
des connaissance en m&cani
que et/ou 6lectricit6 sont
absolument n6cessaires. Con
naissance de 1'Anglais prd-
ferable.
Bonnes possibil'.ts d'a-
vancement.
2 Un mecanicien res-
ponsable de l'entretien --
Connai.ssances en Electrici-
te indispensables.
3 Un supervieur ayant
des connaissances en Chi-
mie et une experience en
Industrie.
Salaire Discutable, dApen
dant de 1'exper'ence et des
connaissances.
Adresser Curriculum VI-
toe A M. Chailes P.O. Box
1348 Port-au-Trince. 1610
xx x

ETAGE A LOUER

Etage de 250 m2 pouvant
servir de bureau Phone
2-0788 de 2 heures A 4
heures P M 2010


A VENDRE

Une VOLVO blue, mod6
le 264, annee 1977 Power
steering, air condit'ionnA
radio Appelez le 2-1900 ou
le 0-2545 pour tout rep-
seignement. 2010

xxx x X

A VENDRE

3 Maisons pres de Vallee
du Silence 2 Ch. 1 toi-
lette $ 35.000
1 Maison A Fontamara 7
Ch. 3 toilettes S 1t25.000-
1 Mason a Musseau Del-
mas 60
7 ch 4 toilettes $ 70000
1 Toyota Land Cruiser Sta-
tion Wagon en bon etat
$ 4,500.00
1 Avenger Station Wagon
$ 1.800.,00

Sx x x -

A LOUER

Mason meublee A locer A
Delmas, ruelle Nazon, com-
prenant salon, salle A man-
ger office, 2 chambres un
cabinet toilette grande
galerie fermee -- dependan
cos eau chaude eau
froide.
Telephone 6-1297
A x 2

OFFRE D'EMPLOI

Maison de commerce cher
che une secretaire ayant des
connaissances en comptabi
lite. Envoyez curriculum
Vitae A : GCM, C P 1692
Port-au-Prince 1610
x x x x

AVIS
Le Consul Honoraire de
Jordanie present ses com-
pliments aux citoyens jor-
daniens et les prie de re
nouveler leurs passeports
perimes avant le 31 Decem-
bre 1979
Passe ce d6lai, le Consu-
lat rejette toutes les res-
ponsabilids qui ressortiront
du non renouvellement
1510
xxxx xc

DEMAND "
D'EMPLOI


Jeune fille d-pl6m
Management et Adm
tion de gement Studies>, KE
Jamaica, cherche
dans 1lindustrie, le c(
ce et les bureaux put
ou privees.
Elle peut Atre cor
par telephone au No.

xx x x

IMMOBILIER -
Vente

a) Terrains fle -JO0
1000 m2 2000 m2
m2 dans 3 zones r6sih
les avec vue sur la
la baie de Port-au-
et une parties de la I
b) Plusieurs terr,
Furcy (16 CRX) avec
d'eau t plants e
$ 5000.oo CRX.
Tel. : 2-0713 entire
res a.m. et 1 here


Changement de ton DIAMANTS BOKASSA
VALERY GISCARD D'ESTAING N'INTENTEL
A P6kin sur Taiwan POURSUITES CENTRE LES JOURNAL


PEKIN (AFP) en faveur de !a reunifca-
Dans les relations entire tion du pays. l'un\du <:Co-
la Republique Populaire de mite Revoluti-nnaire du
Chine et Taiwan la courtoi Kuomingtang Chinoiso>, et
sie a remplacc les insults l'autre de dla ligue demo-
de jadis \cratique pour lautonomie
te Taiwan,>.


Pour la sec, nde fois en
quelques jours, la press of
ficielle chinof'e a fait refe
rence, lundi, aix de Taiwan, et- ce qui cons
titue une nou"eaute au
gouvernemental du Kuo-
mintangt au lieu de 1'ex-
prcssion la Chiang> (Kai Shek ou
ChilIg KUO nui naireS du Kuomirntang>.


II s'ag't 1l, selon ;es ob-
servateurs, d'une nouvelle
etape dans 1 operation se-
duction entamee par Pek n
a l'egard de i'lIe, en Janvier
1979 lors de la normalisa-
tion Sino Amiricaine. De
puis les appel., de Pekin en
faveur de *ela.iuns avec Tal
wan s? sor.t uiultiplies,
mais se s6ot heurtes A un
refus categi.ri-uic de la part
des autorites de Talpeh.


L'Agence (Clhine Nouvel-
le> a utilise ces deux ter- Le Mirecha:' Ye Jianting
mcs dans un compete r(ndu avait utilise 1.- terme d des travaux de huit petits torites de Taivan, duns son
Partis nis en congress actuellement tembre dernier, 30eme anni
A P6kin. L'Agcnce se faisait, .i rsaire de la Republique
ainsi lecho de deux appeals Populaire de Cl.ine.


LE GARDE DES SCEAUX


PARIS IAFP)
Le president de la R6pu
blique, M. Val6ry G'scard
d'Estaing, ne poursuivra
pas les journaux qui l'ont
m's en cause dans l'affai
re 'des diamantf de Bokas
sa,,. Le M nistre de la Jus
tie". Alain Peyrefitte, a ex
prime clairement cette pii
ni'on en rappelant .,med'.
qu'at moment de son elec
tion en 1974 le Chef de
1'Etat avail announce <,qu'il
ne ferait saisir. n t poursui-
vre auutin jouLrnal>.

(Peut-etre, a-t-i: eu tort
de faire cette promesse.En
tout cas. il est lie par el-
le,. a soulgn6 le garden
6dns secaux.
M. Peyrefitte. qui t.ait le
redaclteur en chef du nal inastendu,' de la Radio
Per iherique. RTL. a pour
pa-ler de 1'affa're evoque
le journal d'avant-guerre,


HAMBURGER





o
*I03v


GRILLADES


JARRET


FILETi


ude en
inistra
Mana
;inston
emploi
hammer
iliques

ntactLe
23982.
2510


r" POULET





,RoGNON



uROGNONI


&AqON


SAUCISSES'


m2 -
10.000
dentiel
plane,
-Prince
Ville.
gains Ai
source
n pins

e 8 heu
p.m.


COTELETTES DE PORC'


les'meilleurs QenfventeTpa tout
"TC '' Placez vos commander auj 2-184,

.ABC MeatProcessing Co '

/


RA PAS DE
JX ESTIME


cialis6 dans ce genre d'in
format on,>.

ajoute le Ministre, que
1'on reprenne ces moeurs
e' que des journaux repu-
tes serieux reprennent a
leur compete ce genre de
calomniie,.

, le Ministre, cela prove en
passant combena notre press
F.e pt l's moves d'informa
tion sont libres. Mais ce
que 'observe aussi dans
la methode avec laquelle
est orchestrec c(tte affai-
re. c'est que cer'ains sem
blent avo'r engage, un pen
trop tot. la camnagne pre
sidentielle de 1981 et 1'a-
voir engacee avec des pro
cedes condamnables qui de
shonnrent ceux qui les uti
lisenT'>." f


-------------------------------------------------------------- -----------------------------------------------------------------------a


Produits de, Boucherie


Set'de 4Charcuterie


MORTADE LE


....... ------- MT I -I~aear a~ l


---- -


m


-


P. -004-"" 1014~ -,-*l""0~00#~0&~ lo


4 1







LIE NOUVELLISTE*


PAGEF a


IeSrBr *.ee.el a


LES AMERICAINS INTERROGENT

JIMMY CARTER AU TELEPHONE
ENERGIE ET INFLATION I


Par Jean-Pierre ALTIFR
WASHINGTON, (AFPl
Autorises h Interroger li
brement leur president pen
dant deux heures par tele-
phone, les americains ont
monlre Samed) que les ques
Lions d'energie et d'inla -
tion restaient leurs sujets
majeurs de preoccupation
De la poliique c:range
re h la religion, en pas -
sant par les details obs -
curs d'une loi Federale, les
sujets les plus divers ont
ete abordes. Mais pres d'un
interloculeur sur deux -
parmi plusieurs dizaines
de questionneurs choisis au
hasard par la Radio Na -
tionale qui organisait 1'ex
perinlce ont interroge le
President sur sa politique
energetique et anti-infla -
tionniste.

La plus representative
peut etre fut eette fillette
de dix ans, qui apr&s avoir
demand( au President s'il
se plaisait A la Maison Blan
che, 1a interrcge sur ce
qu'elle pouval faire pour
lutter centre 1Yinflation.
et fen6tres nuvertes chez
toi et surveil e1 ton papa
pour qu'il ne depasse pas
les limitations de vitesse>>,
a repondu Monsieur Carter
sans se demonter

Les adaltes en revanche


Plus rares, les questions
de politiques 6trang.re ont.
surtout port sur les rap-
ports avec 1'Union Sovieti-
que et ont done au Prisi-
dent 1'occasion de lancer
un nouvel appel pour la
ratification du trait de 11
mitation des armements
strat6giques signed a Vien-
ne avec 1'URSS
Les vingt-huit personnel,
qus ont parole 3vec le Prfsi
dent, ont' dan,; 1'ensemble
paru favorable a Monsieur
Carter, meme si toutes n'ont
pas montre .'enthousiasme
d'une interlocutrice de Flo
ride, qui a regrett6 que la
press americaine ait l'au
dace de parler de aM Car
ter>> au lieu du < Carter>s.
Mais les derx heures d'6
mission n'ont sans doute
pas eu la port6e et le re-
tentissernent qu'avaient eu
des experiences preceden -
tes.

Dix mille personnel seu
element avaient ecrit a 1'a-
vance A la station de radio
pour demander A pouvoir
poser une question au Pr6-
s'dent Au course d'une pre-
cedente experience, en
Avril 1977, avec la station
de Radio CBS, neuf mil -
lions de personnel avaient
sollicitl le droit d'interro-
ger Monsieur Carter.


DANS N(


se montraien' davantag SALT II
disposes a doiner des con- I


sells an Presisent, les uns
faisant campaigne pour le
Gasohol (miange d'essen
ce et d'Al oo;a d'autres
pour .. i ''olaire.
Assiste d'u ie arnmatri-
ce vigilante qui savait mu
terrompre es .nterlocu -
tours trcp bavards, le Pre-
sidcnt s'cst mentre conci -
lianlt et rassmant


EXAMEN DETAILLE PAR LA
COMMISSION DES AFFAIRES
ETRANGERES DU SENATE AMERICAIN


WASHINGTON, (AFP)
La Commission des Affai
res Etrangeres du Senat a
m6ricain a commence Lun-
di un examen detail du
traitor tion des ,arm emenlts strq,6_


II a nou,,,mnlt ecarte giques, qui risqus d'abou-
1'ovehftualue d'une guerre tir a des modifications de
nee de liiUrans' gance des text- inacceotables par
pays productcurs de Petro 1JNION Sovi6tique,.
le, tout en soulignant que Les membres de la com
1'une des ca.,ses principa- mission devront voter sur
les de 1 'inflauon, A. l'-chaeune des prnicipales dis
quelle '1 ne 'pouvait nren, positions du trait stattd-
etait la lhausce des prix de gique et sur les amende-
1or noil d;c Ice par les meoits qui seront deposes a
pays de I'OPVP vant de le transmettre, a
voe lurs recommanda -
Dautr pays. noiamminct tions, a le nsemblp du Re
en Europe out souffert nlt appeal a le ratifier.
mngs que ne pare que C(t exmen d" xte oar
IN, ii ease ni'US p troe qu 1 a"consmissiosl aate nroce-
li luir\ ii 5.,cd uis p'tiio- di dopuis le mois de-' Juil-
licsi. s'iit do.) ceiie cliez let de nombreuses slan-
eux, a-t-1i n.)tjmmcnl.t ex- c.'s d'audii ons publiques
plique ,a i hilterlocut'lsr qui;i ont c.onfirne qclue ls
SToit n nr connlius ,ssnl, Seinati iurs sont profolnde -
d aiitrei psail. Ie danger da mn't divises siir l se t-'iteL
la radiu-activ;, ii a inch- ft 1 !e la:i mnjorite des dorx
que (ue la p;'ri ctlneti d'e- Li1'- s nie-ssaire a la ratifi
ni i gi. nuciIu a.' csioi 'ayV ('i'i()iin n'existe pas encor','
lrail t uii ir96 iJip'irlan Io I(' Sonateur Franll[
ax El' .L-UlI,, meme si e Ct Ch'Il"ch, Prsident de la
to pla.5 e5 5'c'5irc it cel ''S on5mm'on 'et partis-ini d'
Il qCule iui aerurde d aslsris l ; 's llfletlirn, a lui-mlmee
pays. ropnose d'ajoutel au trai-
te une" resolution speci -
I- s ;l q ii'il nie sreIdrnlit, of
loet que si le Presid-nt d s


LE PDT CUIRI$S
ACCULL A
PARIS
PARIS (AFP)
En accueliani. le Prasi-
dr( HIli a sUioal g dans le
pavsillon d h iOcsuri de 1'a6
report d Orly, le President
CG .arn d .1 i ,- -, a soull-
'te I'si ; litch llielt que la
Chlinoe eL is F;ance ,oi'ellt
a leurs nddpendaicce et a
la maitrise de leur destiny.
M. Gisrard d'Estanig a
faith obserser que 1 1 aFralicm,
sails tellir compt des eri,-
l'quics de certain. avalt sou
hali6l depuis lontl'mps que
la Chine reLrouve la place
qiii lu1 revient de droit au
sein de la communaute des
Nal ons. La France, a-t-il
dil. so fdliciJ e des resiul-
tats acquis et de 1'onvertu
re don't fait pr uv' le goiu
verniement chinois.

Dans sa rdpc5i5se M. Hua
GiloI lc Ple's!denl du ill P'U
ch noise el t relmier Mi ni<'-' .
S(letl're qup e 1,'Eulope oc
el(I iIts'ile 0iounit ali 'oiir-
( hili iin T l I o al I nids daln s
1'.: ;'ffpir mn()IId i ,I"s con
solid 0 et deve'lp;)i'r ni s
relations tde coopOrat on a-
micile avcc les pnvs Onest-
U'an ens cell drmeure u--

dr la pol tioue ext6ricure
do nw)tie pays,

eLa mission qnu Je me
sniopiosc d'm,-'ccomlp'l r. ni ajou
tC le diii;;eanlt es nois. ens
vepi;iint dans ct'e parties du
monde. c'.st d'approfondir
la connaissance mut1itll'c,a
de roeiforrer 1 ';mit e. d'iun-
tiinsfier l1: coopSration en
Ire la Chin et r IS 'ays d'
celte r6eion et d'nssoci'r
los efforts de lI Chine h
ceux de ces derniers pour
le maintien de la paix. La
France ests 1P premier pays
ami que je visit dans mon
periple en Europe occtden-
tale. s ; _r


Etast-Unis donnati au S6 -
nait assurance que les
troupes Sovietiques .a Cu-
ba ne peuvent avoir de ro
le de combat.

D'autres Se1nateurs posent
come condition h la rati
fiction que les Etats-UniF
augmentent substanti, lle-
ment leurs dpnenses mill
tires afin de contreballan
cer I'avantage dei pro's. se
lon -ux. par 1'Union S8o-
viftique sur le plan des
forces nuclaires aussi bien
que des forces convene -
tionnel les
Meme si des amendei -
meats snu tfo"to mi'sm" rs
trait ne sont pas approu
ves par la commission, on
s'attend a c- au'elle y a
joute des erscrvess osu sin
terprltasion.s, destin-.s H
tenir compete ds nrinsinpa
los critiques formulels Dnar
des Senateuirs depuis la si
nature de "ineord au innics
de Juin a Vienne.

L'examen du trait par
la cofilmnis'sion po'uriF-t
prendrre dsux nui trois ,ep-
mesn's et lP vote d ra
fifie'tion, nrae-Odf de nJu-
sieurs semaines de dab.it
en seanee plenipre, n'ni-
terviendra probablemcnt
11s avant la fin Novem -
bre.


-


REX THEATRE
Lundi 12h 3h 6h 9h
LE PARRAIN
Avant 5h G. 2,00
A partir de 5h G 3,00 et
5.00


Un soulevement
militaire aurait
eu lieu

San Jose JAF-P-
Plusieurs caserves se se-
raient soulevees; en fin de
matinee lundi; au Salva-
dor centre le Gouvernement
du president Carlos Hum-
berto Romero; selon des in
formations non confirmees
parvenues dans la capital
costa ricienne; San Jose.
L'use de ces casernes se-
rait celle de la premiere
brigade d'infanterie a San-
sonate; a 67 km au Nord de
San. Salvador.
Les soldats y ont; semble
I-il; bloqu6 toutes les rues
menant i leurs barraque-
ments; .et; selon des temoi
giages d'habitants d,e la
ville; des coups de feu ont
We5 entendus peu avant mi
di locales (18h00 GMT).
Les autres casernes soule
vees seraient celles de San
ta Ana: de San Miguel et
de Chalatenasgo.
Dans la capital; la situa
tion est tendue; mais cal-
me.


............. .......


NOUVEAU NOUVEAU NOUVEAU


Pour vous faciliter la tache 1


Mesdames des Hamburgers


Patties deja appretes
















4,














DE VOTRE FREEZER A U FOUR

CUISSON RAPID

EN VENTE DANS TOUS LES SUPER MARCHES
a


~~~~----~-~----~: - ~~ ~ ~B PF ~F ~-TEBiii


IMPERIAL
IMPERIAL 1
12h 2h 4h G b;00
6h 9h G 8;00
SOS CONCORDE
IMPERIAL 2
12h 2h 4h G -;00
6h 8h 10h G G 8;00
UNE FEMME
DANGEREUSE
IMPERIAL 3

12h 2h 4h G 5:00
6h 8h 10h G G 8;00
LES NOUVEAUX
MONSTRES
-X x A X .X

MAGIC CINE
Lundi -. 6h et an
COMPLOT DANS LA
JUNGLE
Entree G. 3.00 et 4.o0
Mardi a 6h et 8h
L'EMPIRE DU GREC
Entr6e G. 3.da et 4.00
x xxx
CINE LIDO
X X XX

ETOILE CINE
Lundi a 6h30 et 8h30
LA FIEVRE DU SAMEDI
SOIR
Entree G. 1.50 et 2,50
xxxx

CIRF OLYMPIA
Lundi 12h 2h 4h G 1,50
3h30 et 8h30 G 1,50
JO LE FOU


DS


I


LUNDI 15 OCTOBRE 1979


4 CINEMAS

CINE TRIOMPHE
SALLE 1
L'OURAGAN
Entrfe' $ .50 et 2.00
RkLLlct
LE ROI DES GITANS
Entr6e : $ 1.50 ec 2.00
4.-
SALLE m
UNE FILLE COUSUE
DE FIL BLANC
Entr6e : $ 2.00
SALLE IV
OPERATION
CLANDESTINE
Entree : s L2J


CAPITOL
CAPITOL 1
Avant 5h G 5;00
Apres 5h G 8;00
LES MOFURS CACHEES /.i.,
DE LA BOURGEOISIE ,

CAPITOL 2
PRIX UNIQUE
$ 1-00
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
JA MALEDICTION No 1

CAPITOL 3

PRIX UNIQUE
12 h 15, 2 h15 4 h 15
6 h 15 8 hl5, 10 h 1i
$ 1-00
7 HOMMES A L'AUBE
CAPITOL 4
PRIX UNIQUE 'i
$ 1-00
11h45 1h45 3h45 5h45
7h45 9145
ZEN KWANDO
x x x x





LUNDI 15, OCTOBRE 1979


P.tiflant




Rafraichissant





Agreable a toutes les Occasions


lOKIlT DU DERNIER
-U I.VIVANT DES
MARINES U 1DWO JIVMA

MANCHESTER -- (AFP)
ltiie t.imnion. le dernier
I' vantl 'de la c,)nipa,,inie
2;)0 marines lii, avaiut re
\tiu.s dans le Pacifique
'V7e d 'wo Jima. tenure par
,s jiponals, dulIansit la deu
x 'ine guierre miondiale, est
mii vnidred, a 1 saIe sd 55
ills a .innonce sanmwdi sa
failillIe.

iHen Gainmon avas M1te
imnmor' lse. en c mnpagsnie
ci" 5 de ses caniarades, par
uni photo prise par un cor
respondant de gu' re. La
pliolo les rePpr(snta't au
.anmmitnl des colli.nes d'lvo
JlIl'i plaintant le coulours
iamericannes sous le feu de
1'innseml.
Flip devai* valoir le prix
Puil'tzer a son auisitr. Joe
Posenthal. Un monuments
'-snire par la n1-I'tn a 6te
rri'",6 depuis a Waish'nton.
Sluls 12 marines, sur les
2~0 que comptait la compa


Land

No co


gnie. deva'ent revenir d'fwo
Sma,. eol sur les 8 homnies
qui planttrent le diapeau,
seuilln nt 3 devalent revoir
1.'s EL .s Unl.s.



BRESIL : LE NOIR
BRESILIEN ENTEND
ETRE RECONNU O
COMME TFL

RIO DE JANF1RO, (AFP)
La suppression de 1'indi-
peai dans le recensement
de la population bresi -
1 enne esl condamnee par
le President de 1 Institut de
reach rehe des cultures noi-
res. Mons'eur Orlando Fer-
,artides, lul-meme de race
no;rp.

Selon Monsnur Fernan -
do-s. etle suppression, de-
cdee lors du ree nsement
dte '970 par le Gouverne-
ment, a porr obiectif de ca
cher que 1 element afro -
br6silien const'tue la ma-


CARIBBEAN NIGHT

AVEC



LE CARIBBEAN SEXTET

li au jeudi et Samedi Vendredi

ver charge Entrie : $ 3.00


All Drink $ 1.50


jorite ecrasante dcs cou -
ches de la pipulaton de
has revenue et nest rcpre-
sente auoun niveau du
pouvoir politique, econom,-
que t1 cullurel.

En prevision du recense-
mnlnt de 1980. Institute de
rechrches des cultures noi-
res a decide d'envoyer a
I Ins:tlu1 National de states
t ques ine pettion accom-
pagnee d'un d-xcument dans
lequel il manifcste sa pre-
occupation devant le dan-
ger de voir river la commu
naute national et interna-
tionale et les generations fu
tures de donndes irr npla-
gables d'une grande aleur
pour l'histoire sociale du
Bres 1.
Le docuim nt afiime que
la suppression de lindica-
tion de race e t une pulation politique deliberee
visant 71 sescamoter la reali
te de profondes inegalites
soc ales.>.
Dans les mlileux response
bles on expliqie la decision
gouvernementale par la dif
lichie insurmountable de
r-ndre compete do.s 135 nuan
ces de couleur qui, selon les
speeLialists, existent dans la
population bresil enne.

xx xx

LE PAKISTAN DEMENT
ETRE A L'ORIGINE
D'ACCUSATION CONTRE
LE CANADA

ISLAMABAD (AFP)
Le Pakistan a exprim6, sa
media, sa a-
pr:s les critiques du Minis
tre canad!en des Affaires Ex'
terieures. Mile Flora Mac
Donald. Le M'nistre avalt re
pioche au Pakistan d'avoir,
lo"s de la conference des
non-al gnes, le mois der-
nier. a Ciba. accuse le Ca
nada d'etre -imperialistes.
Un porte-pal ole du Minis
there nakstana's des Afflai-
res Etrangeres a explique.
a Islamabad, qu'un rieux malentendul sem-
bl;ait tre a l'origine des de
claratons de Mile MacDo
nald. II a prfes6 que c'6-
taft le group des pays afri
chains et non pas le Pit
ks'an qui avait etl aY 'o
rlgine d'une declarat on des
non-align6s incluant le Ca
n:irn naTsmi les pays impe-
r!alti es.
Le porto-parole a to,)ue-
o s ajosite une le Pak'stan
ava' 6te a 1'origine d'une
rfnliition nloniDe sa 1'una
nimit eet r6el:mant la run
tuie des relations av"c les
pavs rpconnarssant Jfrus"-
lTm commre caniale de 1'E
tat isra61lien. Le porte-psio
It pinkstan-is t conclu nu'uO
Lo tell dKe;'sinn. si Ilea
eta .nrrse Inar le Cnninr-i,
suscite'ait de vives inquiftu
des.


ga-s souhaitent une 6tude
precoce des langues v-
vantes : 61 pour cent des
ihangais interroges decla-
'rent que la mellleure solu
tion serait dense gner une
premiere langue vivanteU
partir du course Moyen Un,
soit d 1 'ge de 9 ansenviron.
Au' ce erdvolutiona pro-
posee par les franga's a une
majoritM @crasante (76%) :
devclopper -le nombre do
professeurs de la natlona-
1ltS correspondent d la lani
gue enselgnde.
Les francais enflh sont
opposes k la divers't6 de
I'dven'ail des langues pro-
posees et la predominance
de 1 .nterdt pour I'anglais
flIse memp 1'htg6monie.
x xX XK


(Suite d It l'4re pa.e)

deji d:t dans un reportage.
s'lgnore a plus d'un point
de vue. C'est ce qui fait
d'ailleults son isolem-nt.
Dans un sens, c'est Ce qui
se degage de 1'esprit de ce
sem naire : Etab d'isole-
ment (les uns des autres),
d'ignorance (los uns les
autres) et les resolutions et
reoommandations prises (en
commun). Pour certa!ns, cet
etat de faits est dii a) un
problOme financier. Env'sa
geons-le.


ME0GANISMES FINANCIERS

Apres avoir envisage les
estion- relativesba lener


RHODESIE : M. N'KOMO
DEMAND DES
ENGAGEMENTS A LA
UlrIANDE-BRETAGNE
LONDRES (AFP)
Le co-leader du patriotique> M. Joshua N'Ko
mo a declare samedi qu'un
engagement de la Grande-
Bretagne pour f:,nancer le
retour a la communaute noi
re de tcrres actuellement
possedees par les blancs
< risoudre 1'impasse, des n6
gociations sur la Rhod6sie.
Au course d'une confiren-
ce de p-esse organsee par
.1'"Oxford Union-s> a Oxford,
M. N'Komo a affirmS qu'u-
n? reponse par oui ou par
non aux propositions consti
tutionnell's b-itann'ques 6
ta'.t savons que 50 pour cent
des terres sont entire les
mains de seulement 6.000
pe-sonnes-. a ajoute M. N'
Komo, et < count d'argent pour les ra-
cheters.
Evoquant ensuite 1'exigen
ce b:"tnnniaie pour une (<(
ponse d6fPnttves, le co-lea
de- du Front patriotique a
ddeclare que (Lord Ca-rinqe-
ton nest nas utin maitre d'6
cole. qu'il n'6ta't pas venu
a Londres s des pronos.'ions b-ttanni-
ques mais pour essaver de
rfsoudre le problem> rho
dtsien.
,T.ancaster Hiuse> (oit se
dfroulrnt les naeociatlonit
sans avoir rfcunere"- I im
b:bwe), a conclu M. N'Ko-
mo.

x X x x

LES FRANCAIS
FAVORABLES A L'ETUDE
PRECOCE DES LANGUES
ETRANGERES
PARIS (AFP)
Les franqass, qui connals
s nu mal les langues Strar
,ores, y attachment cepen
an:, une grande imporLan.
cc. lls reclament pour leurs
entrants un ddvelopp meni
et une renovations ae ce.
etudes qui. souhaitent-ils
devra ent commencer d,
le cycle primaire.
Tels sont les resultats
parfois surprenants et sous
tendant meme une verita
ble revolution> db cet ei
seignement. d'une enquet.
mnee du 26 septembre as
3 octobre 1979 aupres d'u
echantillon representatif
de la population frangalra
de plus de 15 ans pa
I'IFOP pour le Secr6tatri
d' Ett aniprbs du Ministri
d- 1'Education.
Pour les etudes de leurs
enfants. l"s franea's estl.
ment que les programme.
seolai'ts donnPnt uine pl
cP inisuff'sante aux langivU
(55",' et oae les m6thodes
snt 4nadunotes (44'' rnn-
tre 18';. 38"' ne se nronor
c'nt pas).
Mais surtout. les fran-


industr'e, a la
la conserva-
ments, les de-
consacrd une
eiurs trsvaux
es de finance-
oup de proiets
resent sou
les tiroirs par
fondls d sponi
a question est-
sous plus d's
- ex.. des fonds
pour develop
conventionnel-
Sle' micro cen
elecdriqve oul
plus procun--
Ima Ia Barbade par


example. Ensuite, on a vote
le' budget pout la. per.aIde
80-81 2. as, ss levant &
$ 450.000 pour i s piojets
de recherchr... Pciir les au
tres. la responsabilite des
agencies Internationales tra
vaillant dans la region doit
etre. prise en consideration

LES AGENCIES
INTERNATIONALES


L'apport des Agences In-
ternatibnales de Coopkia-
t!on ne peut etre neglige
dans le processus 6volut I
de certaincshregons de la
Caraibe. Toutefols, au course
de ceS travaux sur la pla-
nification scientifique et
technologique, les Agences
Internationales oeuvrant
dans la Caraibe ont seule
ment proms d'aider aux
enforcement de la coopera
tion ,Scientifique et techno-
logique du Comite Caral-
bfen, mais les bfes d'ac-
cord restent a ddf'hir ..

RESOLUTIONS
ET RECOMMENDATIONS

C'est lh que les partici-
pants ont fait preuv, d'esl
p'it d'initiative et dce c.op
ra"on. D'a'lleous. 1'rep des
recommendations ns. as at
adopt6es par tous les dele
gus,. et pui a toute son en
vergure, c'est le renforce-


ment institutionnel du Co-
miit. Que le Comit6 se do
te dOun sucretar at perma-
ne:i et retme pulsse nmani
pI-lr des fonds. 2o) Arriver
a augmenter les resources
t ianuc.rts; 3o) Coop6ra-
tion avec les Agences Inter
nationals etc., etc.

x x x x

Ce qu'il !mporte srtout
de noter de cette deuxieme
reunion du Comite Carai-
b6en pour la Cooperatiori
Scientitfque et Teclmologt-
que organisee sous l'eglde
du Gouvernement haitien
,,, n ,,e naiar dtu Plan)
et i'EA (Programme Re-
gionalt de Developpement
Scientlfique et Technologi-
que), c'est que les pays de
la Caraibe qui ont partic,-
pe a ce sem naire ont pris
LJliset elce q1U .1 y a que--
que chose a fire pour sor
d -- ,"'i .- loiur i;op"epays
de.l'otat d'isolement. pour
-. Ip uo're cle sous-develop
pDement dans lequel il se
trouve, et ensuite, pour t.-
! tr la C araih elle-mmin
de son Stat d'isolement et
d r.olcjrallce d'lne region I
un? aulre. Car la Coraibe.
cnmime a dit Virtor Hugo
dans Hernani, c'est une for
ce qui va.

W6bert LAHENS


NOUVELLES DE L STRANGERR


ELU PDT.DU COMITE

CARAIBEEN PE COOPER TION


- PORT-AU PRINCE / SAN JUAN

aller ret r?


$ 65 plus taxes


PORT-AU- PRINCE /

LUXEMBOURG:

alter retour a partir de I


$481. plus taxes


TRANSIT A NASSAU SANS VISA

Renseig.nz-vous sur ces tarils a


Southerland Tours |


oh vous vous procurer z

aussi vos cheques de voyages

AMERICAN EXPRESS.


30 AVENUE MARIE-JEANNE
TEL. : 2-16000
DE VUE L'INTERET DE SES CLIENTS
L'AGENCE QUI NE PERD JAMAIS


- CHAQUE SOIR, LE ',ENDEZ-VOUS EST A L'HABITATION LECLERC




HYPPOPOTAMUS



DISCO CLUB


Du lundi au jeudi, de 9 h a 11 h p.m. : WELCOME DRINK




Tank God it is friday every friday


TROPIGOS7
I b && A "


VOYAGE PAPE : o ..rt
EXCUSES PUBLIQUES gie. a lagro-i
D'UNE CONGREGATION production etn
DE SOEURS A gton des alnt
JEAN PAUL II srge part de
WASHINGTON (AFP) gxe part do
La congTrgation ameri- aux probmuco
caine des Soeurs de St. Fran meant. Beaucc
lois et du martyr de St. de recherche
Georg.s a achet6 un space vent d ns
publ citaire dans le shington Posts pour s'excu I.e A b.dsi
ser aupres du Pape Jean eleri
Paul II de l'appel lane& en ne fo e. Prche
sa presence a Washington de recherche
par Soeur Theresa Kane en pes p telle qun
faveur du Sacerdoce des fern trial hydr-i
ms.tral hydra
L'ep ace a cofitS 2.940 dol est beacounO
la's \ la congrevation i pant pour Jr
gre usn h6pital de 240 lits t piue pourL
a Al'on (Illinois ). Dans
le texte publ'e, la congr- '
gallon estime que Soeur The
resa Kane, dans son allo-
cution ail sanctuaire dec
1'Immaculee Conception di-
mancyl.tdernier, ne represent
tait qu'une m'norite et qu'e1 g --o .T
le avait faith preuve do la
plus grande impolltesse en
cessayant de corrger tle St.
s Pfre) publiquementt.
1 S'cetkir Theresa n'a pnAs
- soeul"nit fa;t p'euve d' m-
S pe:rhinInce i nvers le Sa'nt
s Pere, conclut le text. elle
t a aussi offense Ies m'lllons
s qui 1'aiment et acceptent
' avec jo'e son enseigne-
mrnt-.
Interrog6e par le ePost,,
', Mire Marie-Slxtine. sup6-
retpure de la congregation,
a indique qu'ell"e tatt 1f6
n senate au santuiaire de l'Im
e macule Conception et que
1 la reaction des autres rell
n gieuses autour d'elle avait
6ti unannnme pour condam-
ner les declarations de
r Soeur Theresa. A son rtolur
e Alton. a-t-elle expliiu.,
e la conr"tfant'on a dsolds
u',1 fallait r6nondrpo cPt
s in altnmne et que PPc' etn
di' nublc'ta're semblait ln
s miller choix.
! LA SANTE DE
s M. BREJNEC
MOSCOU (AFP-
La sant6 de M. Leonid
Breinev est redevenue un
problem d'actualite a Mos
cou lundi en ra'son de 1'ab
sence du Numdro Un Sovid-
tique a la ceremonie tradi.
tionnelle e l'ae'roaot-pour
Si'arrivee du Prdsident sy-
r'en Hafez El Assad.
Selon des informations
parvenues du Proche Orient
nu pours decs derniers ours,
les svriens aurafent tW avi
fs nor les sovilt'oues que
M. Breinev ftait rentr6 fa
titi de Berlin-Est 11 V a
iune semalne. qu'll s'ftalt
al'd. et qu'il no pourralt
sans donte .pas s'entretenir
n.rsonnellement avec le
President Assad. Les prochai
ne s quarante-huit heures
montrone ce qu'll en est.
Les obsorvateurs rapnel-
lenf. que M. Breinev Statt
A I'afropon't 11 ya un an,
lors d- 1,' derni'-e v'site
din chef d'Etn1 svylon "6
Imnpiet un visltP offtclelle
d'amitid. Cette fo0s. c'est I1
ri-emier Mli'step AlexisR Kns
a'vmslne 0ui. a rePu M. As-
sad.
Le Chef Sunfprme de 1'UR
SS n'a pas et6 vu en pu-
blh'c deouis son vnvage a
Berlin. pour le nblle de
l'All~maene de l'Est. oal 11
n n'-onnnc 11n Imnn'tant
dariours centre le dnolofe-
ment en Europe Occidenta-
lI de nouveanx missiles nu
clairps amdricains. Comote
tPnu de son Aee et de son
Sta ohvsloue, 11 no seralt
pas surnrenant qu'il a't td
n'-mivd n-nar ce voynee. et
0',l alt besoin do rcup6-
rer.


PAGE I3


w -' - --^---- -- II I a --


II


I ed, _ I~pl~ ,, --r)-~ -4 --


LL


,,,,y---~------- -L--------- ------------ --------- .-L-- ______--~------- ------ --- -- ----- ----~--- -----~-- -'-


10P.a a P ,'P










TR PIGPS

- RUE PAI .TEL.: 2-3936, 2-0341
& -7%











CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30

CE SOIR

Salle I S 1.50 et 2.00 Salle II $ 1.50 et 2.00 Salle III $ 2.00 Sane IV 4 1.50
L'OURAGAN Le Boi des Gitans UNE FILLE COUSUE DE FIL BLANC OPERATION CLANDESTINE

............... .......... ..............'rn ^^ ic oe r- wuw ax rxyr ~ *uaw ws w w K f^ ia'w aia a ii wu i O~ p e iir~o fyo jin


KTATS-UNIS : CARAII.ES DEMENTIA DU
'n'EI'Ali'l'i:MENT I)ETAT SUR LA CREATION N D'UNE
l'F RCE NAVALE MULTINATIONALEi,


WASHINGTON, 15 OCT .
(A tP -

Le Depart i'nWn d'Etat, a
-- ntl. undi. oiie le':; E-
i t.s-Unil.s envls;rgealent la
creation d'un- force na vale
multhinat.ionale dans le cra
r:lbes pour contrer los vi
sees de Cuba dans la region


La Havane (AFP) L'appel


I),..,,nis *n humanitaircs et i s la sol darite entire pays
leur pcrmeltre d CVLtr chi, riches et pauvres lance par
ti oubil os id, le l)pr-,ident I .del Castro
ia 1 NU et son long dis-
I Unhli apl)"'n s ours sur la crise mondiale
principaux collaborateurs de 1'economie temoignent
di Munrs',ur C.iirtl'r so ,,L d'une orientation nouvelle
rmunis a la Mtisot. Blan- dans les preoccupations du
che pour eludier It dos chef de 1'Etat cubain jus-
sier des Caraibes et de I'A qu'ici specialist de prises
mClriQie Cenirale ct deli de position poliiques nradi


Le Porte-Parolt du Depar nir lcs options qui seront cales)i; estiment les obser-
m nient d'Etal. M. Hoddlcg so misss au President. vateurs lundi i la Havane.
Cart-r. a qualifle les infor
nations publics, samedi, Outre le problime de Contrastant avec la vio-
ce suiet. par I,' ,Washing-l assistance cconomiqill, on lente attaque contre sl'im-
ton Post,.. d'absurdes,, et croift savoir quiie la reunion periaisme americaiii pro-
de agrossierement erron- d'-vait galement porter e a l leader cu-
noese, stir .t Salvador, don't le re nonce par le leader cu-
nsmii. est le 'plus menace bain en 1960 devant les No
Dans les milicix a,ouvmr dpe la region nalpie leas tions Unies: Sles propose un:,
nementaux amiricains, on promesses de riforme D6- nimemeit considers com.ne
adnet q1u la creation d'lne alo~raotiue, announces pa" moderos du president Ca's-
fore- navale dons les carai- le President Carlos Hum tro lont fait apparaitre;en
bes elait ah letude, mais herto Romero. tant que president en titre
quune tell idee appuyee des non-aligies; come un
par les Etats-Unis La gran Au sein du o:nuvern' porte-parole de la lutte
do BrTtagne ct le Canada nmit americain, certain pour le dejeloppement eco
n'est pas nouvelle elle responsablL.s .sc sonIt po' nomique. iiSans iA solu-
date d'iiu moins 3 ans (t responsables so sont pro tion a ce problem; a-t-il
qii'clle n a rien a voir avc'" notii'.0s poIr la repiIse des repete; il n'y aura pas de
la presence de troupes So livraisons de materiel mi paix .
vietiques a. Cuba. litiiire au Salvador, sans
aller lout'fois jusqu'a la Conscie.t de cette evolu-
Les obiectifs di citte for forniire darrns de Castro ui-meme ate
co seralent d'assurer les op6e uerrt Mais on rtvele que tion; Castro lui- e ourna-
rations traditionnelles des l" Pr-s:dent Cailt'r a dea nu is rappa lr aux jon le
gardis de cotes, de scoiors refusoc a deux .'.prises nc listeds; dan 1'av:on qui le
en mer et d'cmpceher divers pare'llc reccramandat'in ramenait a la llavane a-
types de contrebande (ar-
mes, drogues, etc.)


Le gouvevn'ment de la
Barbade. ajoutent les me-
mes sources, a manifesto son
inter6t pour une telle idee
tout comme celui de St Lu
cie -t de St Vincent. Les
Etats-Unis, la Grande Bre
tagne et le Canada, pour
raien participer a. 1'en -
trairemn,-nt des equipap-T
rt fourniraient les vedettes
de patrouilles )

11 y a quinze jours, 1I
President Carte'r avail an
nonc.e, en divoilant les me
sures qu'il compfait prcn
dre pour contrer la pre-
"nce dFs militaires So -
viutiques sa Cuba, qu'entre
autre, il demanderait au
Congl's d'acrouitre 'n.ssi: -
lance economique' amuri -
e:aiine aux Nations d2s Ca-
raibes pour satisfaire leurs


LE., TEINTURES POUR CHEVEIUX
SOUPCONNEES D'ETRE CANCERIGENES


WASHTNG''ON 15 OCT (AFP
Certainos t''inturi s pour
cheveux contenant ian pro-
duit chimiqure -soupconnu d'e
tre, cancerigene d'vro'nt por
t';r sur leur emballage aux
Etats-Unis une mise 0n gar
d" a ce propose, anx t,'rni-
d'une decision -prise lundi
par l'administration amiri-
ci'ine d-" 1'alimenta'ioin et
des products pharmaceuti-
Lues. id
C(ttl.c mcsure estrera en
viguour au mnois d'avl pro
chin Elie conc'rnie unioue
ment leas tein1r1eFs 'ermia -
i'nfos. L" product "himique
mlis li ca-usle 4-nm lhoxy-M
phl' nyl'ndi)dlnmine,. o l 4-
MMPD n'6tant pas utild
dan.: les teinLures oh les


rincages temporaire:.-
, C tte ddctsion a ie pri
se par li1s aut.rilrs aameri-
caiv' a la tauite d'analyses
effectues at l InstiLut Natio
ial du cancer, qui ovaient
d6inontre qu- le predluit in'
crimine provoquait dcs 'an
cers de la nve'it di's Lu-
meurs de la thyroid schz
12 rat.

Deux dcs principals mar
qu'iS de tcinliin.,s polr tche
veux aux Etalts-Unis, B' ;-
tol-Myers, At 1"OrL'al >,
Co,, filiale americaine dle
la society franeaise dciu Mi
'ia nomn, ont S uligne it la
si te de ce tte decision q le
leurs teointures ne con ''-
nau int pas dl ',4-MMPD..


pris trois jours passes ia
New York; qu'il etait venu
iideioncer en 1960 la politi
que aggressive des Etats U-
n-s conire Cuba).
Je n'aurais pas fait le
mcme dtscours il y a dix
ans; a-t-il reconnu en subs
tance;en ajoutant: eAujour
d'hui;la crise mondiale est
tries serieuse; et le moment
etait opportun pour evoquer
des objectifs tout aussi se-
rieux)a.
Cet interest nouveau pour
les probliemes economiques
mondiaux; m6me si le pre-
sident cubain a assure que
apersonne ne comprenait
rien au nouvel ordre 6cono
mique international specula
tiff; a et6 marque par sa
proposition d'un prit 1 fai
ble internt de 300 milliards
de dollars apporte durant
la dkeennie de 1980 aux
pays pauvres par les na-
ttons riches.

Dais ce contexte; le fait
que le chef de !'Etat. cu-
bain n'ait pas reneontre les
dirigeants amiricains pour
evoquer la presence suppo-
sde d'une brigade sovieti-
que a Cuba est passee au
second plan. Or ce point
pent etre considered comme
decevant par rapport au sue
cut remporte par Castro ia
1'ONU; estime-t-on dans
les milieux diplomatiques
de 1'ile.
Avant de partir pour les
Etats Unis: Fidel Castro
n'avait nullemeit rejete
l'idee d'une rencontre avec
Jiamy Carter. aJe n'ai au-
cun a priori a cet e-;ardii;
avait-il confine a des journal
lists americains. Et soii in
tention avouee de rester 5
jour.; voire dix r New
York; avait contribu a a-
limenter les hypotheses au
suNet d'rin iventuel som-
n'et Carter Castro.
Mais mime si la rencon-
tre n'a pas eu lieu; uie cer
toine decrispation entire Cu
bIr et les Etats Unis a pu
fre note a pa'-tr des. d.-
clarations (iu lender rubain
a la press dans !'avion du
retour: ale n'aurais pas pu


fze'm.41a.. .&s zauwan-,Lt L cn de edffa)2i


venir hi New York s'il y a-
vait eu une situation d'alar
me ou de cembai)s.
Et un bref commenta're
implicate de Fidel Castro
sur la recence decision de
Jimmy Carter de renforcer
la presence m litaire ameri
caine dans les caraibes en


retorsion centre la brigade
de combat sovietique dans
1'ile donne l'impression que
Cuba n'a pas jugi cagres-
sift ce deploiement de for-
ces. eApres les measures an-
noncees par Carter; il n'y
avait pas de crise impminen
te); a reconnu Castro.


ISRAEL : VISITE D' 'UNE DELEGATION DE
AMERICAINS DIRIGEANTS NOIRS


TEL AVIV, 11 OCT ,AFP)-
Une delegation d. dirn-
geants noirs amsricauns,
hostil6s a 1'OLP, est arri-
ve6 dimanche soir en Is-
rael pcur une visite da
cinq jours a l'invitation de
la Histadrouth, la Ccnwra-
le Snydicale Isra'.li-nnr.
Conduite par M. Oayard
Rustin, la delegation est
compose de rcspolnsables
Synd'cats ot cdis mouve-
mcnts du droits ci'viques,
nota.nment MM. 'lilliamn
Pollard, qui tirigI le De-
pa'rtment des Jdruito civi-
qu, s d.'e centrales AFL--
CIO et Robert Powel, Vice


d'une posiiton commune fa
ce a l'extremisme de 1OLP)
La tourn6e du Pasteuw
Jesse Jackson au Proche
Orient avait eti marquee
par le refus de Monsielur
Begin de hl recevoir, alors
qu il avait pu rencontrer M
Sadate, President de la Ri
publique igyptisnne, et M
Yasser Arafat, Chef de
I'OLP.

COUPE DU
MONDE : ISRAEL
AVEC LA
CONCACAF


pri.-,dent e AF'LIcUO. ZURICH (AFP)
C( s personalities s-ront Israel jouera l1s elimina
re' s par I? pre:mi-c Minis stores du Mundial de Foot-
tre israelien, M. hiE' 'ahemn ball 1982 avec les equi.pes
Beoin, et par M. Mo.he iZ4 de la CONCACAF, c-a-d.
yan, Min;stre isralien dc. celles d'Amerique du Nord
Ailfircs Etrangs'res et d'Amerique Centrale.
tadrouth a pr(iede la v.:i nale a ure notion particu-
te du pasteur Jesr s Jeackson :re de la giographie en
datis la region. Noti'. visit raison des obligations aux-
te nia null m'.nt in quelles 'ie se trouve con
flutncee pas sa tournd-e,- frontee. En 'ffet. par suite
a declare Monsieur Pol de con raintes consecutive
lard. qui a joute : a pratiquement pas de chan lsrael ne pourrait 6tre com
ge'ment dans lattitiud de me dans le pass alignie
la communaute noire ami avec les formations d'Asie.
is comnm nat l 'noirCaO e Pour les 61iminatoires des
riqui ne ougard dete srael jeux olympiques, elle avait
qui\a toujours 6ti celle it, exceptionnellement in-
d un appui fervent et d'u coeporee a 'Europe. Pour
1 comnun' faice la Coupe du Monde, en rai
exremroisme de IOP.
h loxremisme de o OLPa. s, des opposit:ons rencon-
L. to tUrnee du Pasteur t ons. le comity d'organisa-
J,'ase Jackson dans la '-..tion a du se rosoudre h i.n
gion. Notre visit n'a nul- corporer Israel parmi les
Jmi-ni le 66influpncie par equipd-s de la CONCACAF
sa tourniee>, a declared M qui vo:t ainsi leur nombre
Pollard. qui a ajoute : ,1 passer de quatorze .a quinze.
ny a pratiquenient pas de Por ailleurs, la longue
change ment dans 1 attitu- reunion tenure samedi par
de de la conmmiuaut noi le comite d'organisation de
rn- nmricaine a 1egard d'Is is FIFA concernant le mon
ra,1l qui a touiours te cel. d;l1 1982 a permis d'enre-
le d'un appui fervent et eisropr l'noDrobation de la
classification des 6quipes eu
ropecnnes pn cinq groups
ei cells des disnos'tions
praises pr le comite espa-
Pi'n 1 en co qui concern la
W" A4 /b iase finqle. notamment le
fiL unu cet'e phase" finale
d6butfra trois jours plu-
ltt 13 iu;n au lieu du
16 o nll so tnrmin come
"'v'' lo t11 iielot. Coup'
r1i"-'' nod tifortion f"1ces
s In remise en ordre de
1i v,11e pour normettre
cuux crilliipes finalists d'a-
I- vo'r Ie J rimo unoenmbre de
w j1urs ile repos.


ET SI NOUS ALLIONS

EN ESPA GNE ?
(Suite de la lerei Page) que Co-ee du Nord Ja
pun Smgapour


blique d'Irlande et Chypre.

Groupe 3 : Tchecolovaquie
- URS ) Pays de Galles
- Turquie et Islande

Groupe 4 Angleterre -
Hongrie Sui-se Rouma
nie Norvege

Groupe 5 : Italie You
golavie Grece Dane-
mark Luxembourg

Groupe 6 : Fcosse Sue
de Portugal Irlande
du No:d

Gro'upe 7 : Pologne -
RDA -- Malte
xxxx

Ameriqce du Sud : Trois
qualif.es : Les vainqueurs
de tr uls grouper :

Grt upe 1 BrOsil Bolivie
Venezuela

Groupe 2 : Colombie -Pe
rou Uruguay
Groupe 3 : Chill, Equateur
Paraguay

xx

CONCACAF : Deux qualifies
pour la phase finale

ler tour a zone nord : Ca
nada Etats Unis Mexi
que

zone central Panama
- Honduras Costa Rica
- Salvador et Guatemala
Zone des Caraibes

Gr'rupe A : Preliminai-
res Grenade contre Guya
no, le Vainqueur avcc Cuba
et Surinam

Groupe B : Haiti Trini
te Antilles Neerlandaises

Les vainqueurs de chacun
des quatre groups dispute-
rc it une poule finale

A ic Oceani. : Deux qua
li lies

Groupe 1 : Indondsie -
Australic Fidji Nouvel
le Zehlnde et Ta'peh

Group 2 : Irak Syrie
- Bahrein Qatar Ara
bie Saoudite

Group 3 Kowcit I-
ran Thailandic Malai
sic Corce di Sud

Gro.pe 4 : Hong Kong -
Macao Chine Democrati-


Les Valoiqueurs des qua-
tre grouped disputeront une
poule finale

Les matches eliminatoi-
res du Mundial 8W s'eche-
lonnerpont du ler Novembre
1979 au ?0 Novembre 1980.
Le tirage au sort pour la
compositic n des groups da,
la poule linale doit interve-
nir en p incipe le 30 lan-
vier 1981 & Madrid.
Avant le tirage au sort de
la phase eliminatoire, M.
Hermann Neunergec, Presi-
dent du Comilt ,Organisa-
Lion de a FirFA, a indique
que le ca.s d'IT.rael serait ,re
gle ulterieurtment. En -prin
cipe, Israel aoit etre affec-
te a la Concacaf, vraisem-
blablement dans le group .
Canada. Etats Unis, Mex;co.
Toutefois, s'il y avait une op
position, il n'est pas exclu
que finalementi Israel soit
associe a 1lEurope et prenne
place dans le group 6, Ecos
se, Suede, Portugal, Irlande
du Nord qui no compte que
quatre equipes.
La decision officielle in-
tervierdrait dans les pro-
chaines semainrs.
M. Hermanin Neuberger,
President du Comite d'Orga
nisalion de la Coupe du
Monilh 1982, a precise que
les inodalites definitive
pour I- second tour da is dif
fereni l continents n'(- Laient
pas encore etaolics d. ma-
niere ferme. Ces modalites
peuvent etre i.,mises en cau
se apres discussions des dif
ferentcs federations.
A'nsi pour 'Afrique, les
douze Pruipe-; issues du pre
mier tour et les quatre
?xemlpt(s nc scront pas as
sociees enn itieres de fina
le mais repa-tie' par tirage
au sort en iuiatre groups
de quatre, le deux pre-
miers de ch; cun d cux, soit
huit equipes, (tiant retenus
pour un nl ivcnii liour do
deux groups de quatre
donst sortirout quatre equi-
pes pour iune onule finale a
quatie qualifiant les deux e
quipi s africaini s pour l'Es-
pagn'.
En c(' qui concerne la CON
CAC kF ct I'A'.,P Oceanie, ce
sont 6egilemient les confede
rati .ns ou, vcnt ultirieure-
monc (clfinir le. modal'les.



UN LYCEE DE
JEUNES FILLES A
(Suite de la erec Page)


~ 6-~-- se n a~m ia5 ~ r-q ~ l


le passe-partout


la voiture economique



pour leconomie daujourd'hui






automeca, route de a report



automeca, route de IIaeroport,


Conference
a l'Institut
Haitiano -
Am6ricain
LES GRANDS THEMES DE
LA POESIE AFRO -
/.MERICAINE DE
''ESCLAVAGE JUSQU'A
SOS JOURS>,

Par le Dr Carolyn FOWLER

Le mardi 23 octobre 1979
A 7 h 30 p.mh., ie Dr Carolyn
Fowler, ifeneficiaire d'une
botrse ptFulbright) pronon-
cera, a 1'Institut Haitiano -
Americain, urne conference
intitulee n ,eas de la Poeslo Afro A-
mrricaine *le I'Esclavage jus
qu'A nos jours,-. Cette con-
ference est la premiere d'u
ne s'rie de qu::tre sur le
thlm: '.La PI''- de Cons-
cience Noire et la Littiraip
re : le Cas Afro Ameri-
cains) que presentera le Dr
Fowl r ii la delectation du
pubilc lcttre d. Port-au-
Prince.

Profcsse 1 do littlrature
noire i 1' (iversitd d'Atlan
ta. Dr Fow ,r (st conside-
ree comme l'un des plus
grands specialists de la
]t.'dberature africaine, carat
be et americaine. Elle a vi
s te Haiti en plusieurs fois
et 3u effectue ictuellemcnt
des recherchs sui la littera
ture du pays

Elle est aussi !auteur de
plusieurs publications. "Ses
articles tsur la literature
du monde noir ont paru
dans des revue' amiricai -
nes telles que : Black
World, Negro Digest, Jour
nal of Black Fcretry, etc.


cee. Des chants, executes
par Ins loves, agreimntie-
rent ce te manifestation,
qui, com nencee vers les 4
h1uros li de l'apresu-inidi,
prit fin i 6 heures dt4soir
au mile de i'cnthousiasme
et de l'J116gr,'s-, g6nerale.
Le Lycee de Jeunes Filles
Jean Claude DUVALIER
de Jeremie fonctionne avec
4 classes dced '3me
Heureuse, ces plbites files
nhont pas manque de mani
fester leur joie pour cette op
port nite qui lcur est desor
mais offerte.
Le Responsabli du Depar
tement de l'Eduication Natio
tina'e, Monsieur Joseph C.
Berr ard et ses collabora-
teur., se sentent. eux aussi,
heuieux quand, 1,race i la l
solliitude du PrIsident a
Vie de la Republ:que, de Ma
dame la Pr'miere Dame-de
la '-publiqi a, ils peuvent
offrir aux I.las.ses necessi-
teuss l'occ:isi.n d'etudier
dans un Lycec. Pour ce mois
d'Octobre, rappelons-le, le
Lycee A'exa idre PETION et
le Lycee Jean a Jacques Des
salines fonctionnent. 1" ma-
t1n avec un group d'eleves
Itoutes les (la',scs de la 6e
& la PhilosotiL' et l'apres -
m'di avec u s autre group,
de meme. Ce qui equivaut
1'ouverture de 2 Lycees pour
garqons. Ajoutons i'ouvertu
re du Lycee dc Jeunes Fil-
les Marit Jeanne a Port-au-
Pr~nce et celle du Lycie de
Junes Filles Jean Claude
DUVALIER de Jir6mie, '
sils j-er,mpt.re l'ouverture
d'une classes de Philosophie
an L cee Pinchinat de Jac
ml une vn.itable necessi
ti -, e Zf On s' rendra comp
te du travail .'edjb accompli
dans ce domaone.


APRES LA VISITEDE CASTRO A NEW YORK


. - -- - I - -- -- -- --- -- .-- --- ---- -- - .--. - -- - -- ---- - --. .- ---. --- ---- -.-- -- - -- - -- - -- - - --- -- - -- - - -- - - ---------- -- - -. -, -- - -- -, -- -- - - - I


PIF~ib:Y r~ C9~ ,-- C --


- - - - - - ------ -, _~ __ _,: _________----------- ----------;-rr---- L~r'-


LUNDI 15 OCTOBRE 1979.,


PAGII


P


Yk


j


I LE aNOUVELLISTE,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs