Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10522
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 12, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10522
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
.COLUMBOS Mr' i
LID'RA ":-


MIE TTES AFRICAINES
Dc notre Correspondant au Zaire, Maitre
G0rard-Churles ALERTE

CONCEPT iDE DEVELOPPEMENT, 'TEL QUE DIFINI
OAR DES IHOMMES D'ETAT AFRICAINS
KWAME- NKRU'MAH
(Suite )


AIlIrv (I 1 F nllilII af'rlcal-
liV K\vNiilv Nknrinah. prc-
In 'i piresldinl, dIIu Clhalna
dl\ lu inependanti en 1957,
t11 li iie pp al Ition Ou prl'-
cll*r.'tli" Sir la scenlle poll-
I qmic alrincalne. Ses idcls
.sii It' ticsV liippenlenl d' 1'6
c0i1nii, ailrirlellne, a. 1'chell
lIii ontinentale, sl elles lla
rn s 'A.e[ tt 1I epoque .ass.zZ
iiloipiiqiies W'onll inquiiilrent
p.ils imoins nomnbre cl'tails
niodeli ns frappes par I'as
ice( vi li )in;alre -de sa piln

iPur Nkrumah. et e'est la
s-on arnumentalion mailtres
so. si l'independance poli-
iique a confer a chaque
e'at africain la direction de
s in destiny, le diveloppe-
nn'nt veritable de son eco
nonlIei ne pourra so faire
qu'a 1'eehelle continental.
C'st ce qgi ressort des ex
traits que nious tirons de
son livre -r L'Afrique doit
s'unir. (Edition 1964, pages
199-201).


... Ma's 1i.1 est absolu-
ment certain que la cl1
d'un d6veloppemeht noLa-
ble de notre continent est
une union d'dtats africains.
phnifiant son developpe-
nxent de faqon central et
sei.entl'fique, en miettanit son
iconornie en common. Cette
planification central cr6e-
ra des unites industrielles
rattachlee aux resources et
mneltant la prbduct'on d'ali
meits et de matiures pre-
mieres en rapport avec des
industries vitailes qui per-
mettent d'accumul-er de
gros capitaux.

Chacun des ailments de
la nation remplira son ro-
le dans l'application du
plan d'ensemble et trouve-
ra un sentiment de sicurit6
5a accomplir la tAche coop6
rative d'eliminer l'inigali'ti
economique qui existed ac-
tuellement entire les diver

(voir suite page 2)


Le central L'Institut Haitiano
teldphonicue Americain et
mobile de Bont la mort de Gerard
Morin Lescot et Antoine
......N Bervin


FONCTIONNANT AVEC
L'lNDICATIF 15)

Le Central Telephonique
Mobile de Pont Morin qui
dessert les quarters c e
Bois Ver:na. Canape Veret.
Bois Patate, Turgeau, Haut
Turgeau. Babile et Des -
prez et don't' 1'inauguration
remonte as 21 Septembre
dernier. entire actuelle -
ment en fonctionnement
avec l'indr'catif 5)
Ce Centre Electronique
Mobile d'une capacity de
4 800 lignes, quoiqu'occu -
pant un space restreint au
Pont Morin. depasse n ca
pacite ceux fles centres) de

(Voir suite page 6)
4


Tlhorlquerment, i y a bien
lieu d'eLre oplinilistec qualnt
it une vicloirce dcfnitive dce
a ,e(d c tiol l h 'lih ll ie ie d e
1ooltball Isur s'n homologue
d'A itigua.
'iitirliLt t IIles ites ni bsout
pa., icore .Jielts et on au-
rIl; t m rst- e llitan lie p d'aLl-
I (Ills a iL id ptcr llne attitul-
di polur cle n' nis reservi'e
vi.s ;'t vi,, des pos,1ib1lites
r CIO'l 10s d 1 'tr1' ( luipe re-
pri"senllta ve
I'c, equilpwiirs e'ux mlImle"s
oni-ils it ci nr le' rer ct e1's
tpll, r. I ,,ls r aprsles Ieur pale
t,xhibl ii Kill w 1l i a l 'acdversai
(,lors (du match aller et le
p)1l 1 oclhic registrytre hierl
(il )-l i (i n rinconite cle
pre'pIrnt [on qlui 1(, mettalt
iix prisdsi avc Ile Victory
Sporti f Club.
II isl s deIv.lont clu le rs-
ponsable i cnnique Rene
Vrlus i i('vra i neore colma-
I.cr ce'rla in ',, breches onl
vue de redonner confiance


POCR LA PREPARATION
DE NOS FOOTBALLEURS

On apprenid daius les cou
]i.si" que la Federation Hai
tirnii de Foit ball finan-
ce' probabl'nment par le Mi
nist,ire de la JIuntesse et des
Sports a du consentir des
depenses s'elevant S envi-
ron $ 10.000 pour l'organisa
otion du Tourno Haiti An
tigua dans I1 cadre du
chanp,onnat senior des Na
tions de la Caraibe.
Le bruit court aussi que
1'accord d'Haiii pour son
match contlre la, section
cubaine en Aofit dernier
s'st concrtlise gace au
conlcour- vra'm i1i substan-
tiwl du pri nier mandataire
de la Rpubl omc.
xx x x x

HAITI A UN
SEMINAIRE SUR
LE SPORT

Not conufrerts Carlo Desi-
nor. chef de 1lUnite de Pres
se au Ministe'e de la Jetu-
nesse et des Sports et Geor
ges Valcin reporter sportif
a Radio Nationale ont pris
la Air France cc mat;n. Ils
vont participer S un semi-
nare "sur le role de la press
se dans le Sport, lequel se
tiendra a Boldeaux (Fran
cc) du 19 au 23 du present


Parmi les institutions qui
ont tenu 6 prendre part au
deuil qui frappe lintellec-
tualite haitienne avec isa
mort d'Antone Bervin, soul
gnons la participation de
h'Institut Hattiano Ameri-

L'Institut a tenu a rendic
hommage a la memoire de
celui qui complait parmi ses
fondateurs. La Directrice,
Mlle M. Mc Coo a, au nom
de l'Institut, envoy cne
magnifique couronne,
L'Institut a eu le meme
geste pour un autre de ses
membres fondateurs qui
vient de disparaitre, M. Ge-
rard Lescot.


aux fcrvents supporters noir
et rouge qui ne reclament
qu'un meillcur visage et ,i-
ne participate n honorable
du football haltien dans les
joutes sportive3 internatio-
nales. En attendant bien
sur les eliminatoires de la
Coupe du Monde 1982.
Nos footbalieurs out cin-
gle ce martin vers Antigua
et comme on !e salt, s'oppo
seront dimanche soir a leur
hole. Font parties de la dele
gat'on 2 goalkeepers : Paul
Maxi, Luc Raymond, 5 de-
Ineiseurs. Gerald Duverger,
Reginald Vielot. Goobells Ca
det, Guy Aller, Lyonel Ba-
yard, 4 deins : Gerald Ro
miilus, Jn Yvee- Vincent,
M chapel Fleurizard, Hugo
Plerre et 4 attaquants :
Fritz Bobo, Camen Velima,
Jn Joseph Mathelicr et Jac
que,' Jn Louis.
M. Riswick Jean Conseil-
ler au Bureau Foddral presi
de la i, i- 111. haitienne.


EN BREF


moit; et est organisie 1'in--
tcntion des pays franco -
phones.
Nos veux dec bon voyage
accompagnent ces 2 progress
sist.s dians le domain de
la presse parole et ecrnte.
x xxx

PAS D'ADJOINTS A
VERTUS

Sur la lisle des membres
de la delegation haitienne
de foot ball qui a pris l'a-
vion cc midi pour Antigua
ne figurent pp les nomss dr
ii'ntraincur ass stant Ra-
phael Delatour et du prepa
ratcur physique Imler Re-
bus.
Srulernent un masseur et
un medccin accompagnrint
I1 ntra.neur Rene Vertus
pour cette nouvelle sortie
d' la selection haitienne,
ccn'ra rement taux tournois
precddc nts.


PAUL JOSEPH COMME
JUGE DE LINE

L'arbitre local Paul Jo-
seph officlera comme juge
de line a 'occasion du
match Antigua Haiti qui
se jouera dimpnche soir.
II a pris 1'avion ce martin
en compagnie des membres
de la ddelgaticn haitienne.


VUNDREDI 12 OCT. 1979

No 31.183










ONDB EN 190 : LE PLUSB ANOIEN QUOTIDIES D'HAM MEMBRE DB LASSOCIATION INTAMERARICAIMNE DB PRESS


DIRECTEUV : LUCIEN MONTHS
ADMINISTBATEUR : Mme. Max CHATUVWI


LE DISCOURSE FIDEL CASTRO

A L'ONU


NATIONS UNIES
(N Y). (AFP)
Le President Cubain Fi -
del Castro a priconis6, ven
dredi., la constitution d'un
fonds pour le ddveloppe -
ment de 300 milliards de
Dollars a investor dans les
pays en voie de d6veloppe
ment au course de la di-
cennie s'ouvrant en 1980.
Dans le discours qu'il a
prononci a l'Assemblie G&
nerale des Nations Unies,
Monsieur Castro a preconi-
se, a ce propos. que ce
fonds soit riparti en tran
ches annuelles qui. ne se-
raient de 25 milliards de
Dollars au moins
L'aide a4nsi prgposee, a
poursuivi le dirige-nt de la
Havane, devrait se tradui-
re en dons et en credits a
taux d'intiret minimes et a
long terme Elle devrait
6tre fournie, a ajoute Mon
sieur Castro. par le monde
diveloppi et par les pays
du monde en developpe -
ment disposant de ressour
ces
Le President Castro, qui
a soulig6e qu'il prenait la
parole en tant que presi -
dent du movement des
pays non aligns, a rappe-
li, a cet igard, que les
pays producteurs de pitro-
'le devaient prendre cons -
cience de leurs responsabi-
lites
qSi nous voulons la paix.
ces resources sont necessai
res, a d6clari Monsieur Cas
tro. Sans resources pour le
diveloppement, 11 n'y aura
pas de pa'x>).
Il a ajoute que les Etats
Unis dipenseront, durant
la ddcennie commencant en
1980, six fois la some des
300 Milliards qu'il a dean
des pour leurs activitiess
rnilitaires .
Dans un discours qui a
etc presque entiirement con
sacri a une justification
des conclusions de la r6 -
cente confirenee au som -
met des non aligns a la
Havane. le Chef d'Etat Cu-
bain a souligne qu'il n'etait
pas venu 'a 10NU en tant
que ,prophete de la revo
lutions
Les conclusions du som-
met de la Havane ne s'e-
cartent pas des principles
du non alignement, mais
constituent s mnplemrnt un reflect de
la realitie. a dit M Cnstro
solon leniiel ,Ifs condam-
n'Olons ioIronri'i psse a la
Havane) de cerlains pays
oecidelntail nie tradriispnt
ons In moindrp manifesla-
Oirn d' n niiulernque ten-
dance ideologique>
Sans des gner specifique-
ment les Elats Unis, le
..Lder Maximo,> a souligne
Squ'il n'etait pas venu a
I'ONU qualificatlfs inutiles une
puissance sur son propre
territoire,
tJer suis venu parler de
pa'x et de collaboration
entire les peuples.et 3c su's
venu avertir que si nous ine
trouvons pas de solution
paciflque et sage aux injus
ties et aux inigal'tes ac-
tuelles. l'avenir sera apo-
calyptiques, a-t-il poursui
vi
M Castro ni'a pas exclu
les pavs social'stes de son
appel a la lutte conre le
sous-developpement. mais
a affirm que ces pays, qui
< lage du mondea,, ne sontl
pas responsables du sous- v


d6veloppement. et coniprei LA SOEUR DE FIDEL
nent aider a le surmontier MANIFtSTANTS
Au nom du mouvemenl' ANTI-CASTRISTES
des non aligns, M:,nneur ..; Junita Castro. soeu-. du
Castro a, notammii. recla' President cubatn, est v ue
mi que fut mis term a 'grossir les rbngs des faint-
'linegaliti des tfrme- de *,lestants anti castristes ven
1'echange et A 1 iillatioin 'dred de',.ant les Nations U-
importiee, et l'ainulation nies a N-s Yourm
des dettes des pays le Exilee aux Etats-Unis de
moins diveloppis ainsi que. paoir rompu avee son frre,
l'allegement de cells Odes Juanr Castro a declare
autres pays en voie de ae- Oi tre venue de Miami pour
veloppemnt. -"protester centre la prisen-
Il a egalment preconise ce de M. Fidel Castro a
que fussent consacris au de I'ONU.
veloppement les credits al' Cuba nest qu'un satelli
loues aux depenses militalte d 'Uunon Soietiu, a
oes. x'declare Juanita Castro. Je
I" suis ici parce que ma cons
Le President cubainm prpo science m'y obliges.
nonce une condamnation 0e MENACES CONTRE
l'Afrique du Sud et de xYes- UN SOSIE DE CASTRO
complices. au premier Chel Portant barbe et treillis
les Etats-Unis>, et affirme et brand'ssant un drapeau
son soutien a l'autodeter-- cubain, un admirateur Ps
animation du Sahara Occi- M. Fidel Castro a failli tk
dental et a la recupera tre pass a tabac par des*
toon par les Comores et par, anti-castristes vendredi de
Madagascar do toutes les, vant les Nations Unies.
iles de leurs Archipels res L'homme. don't 1'identit6
pectifs dans 1'Ocean In n'a pas 6ti rev1lee, a 6t6
dien. sauv6 de justesse par la Po
Monsieur Castro, a, en lice qui 1'a transportL a
.n prone avec vigueur ale bras le corps danrs nex gli
retour du people Palesti- se proche de 'ONU alors
nien dunssa patrieuple >, et vi- qu'il tentait de parader de
en dans sa paties, et v- ant les anti-castristes.
vement condamne de geno
cide perpetre par Israel>. x x x x
Sans mentionner le Presi- l
dent igyptien Anouar El Sa. DISCOURS DU
date mais en evoquant. PRESIDENT CUBAIN
la memoir de son predeces' PLUSIEUR FOIS
seur, Monsieur Abdel Ga- APPLAUDI
mal Nasser, el en ren i (AFP) Le discours du
dant homage au role his: Prisident Fidel Castro, 6 u
torque du people igyp-, a dure deux heures dix mi-
tiens -, le dirigeant cu nuites, Vendredi a 'ONU, a
bain a rejeti le trait i r .'-- ,^ -,\ ''. .. : .. I...-
paix Israclo-igyptien. (Voir suite page 6)


AU TIRAGE DE LA LOTER

HAITIEN, CE MATIN


LE DIRE

ANDRE


IE DE L'ETAT




XTEUR

DUBE


exhalte la memoire d'Antoine Bervin


Avant d'ouvrir ce matin,
les operations du tirage de
la Loter.e de I'Etat Haitien,
le Directeur General de
i'Institution, notre ami Anl
dre Dube a rendu un bel
homage i l, memoirc du
tires regretted Antoine Bsr-
Vin.
Oin sat qgun Antoine Ber
vin apportait uns col labor
tion appreciie la Lotene
de l'Etat Haticn et a son
dynamique D:recteur Ge-
neral, M. Andr5 Dube.
Le Directeur Dube a, en-
core une nouvelle lois au-
jourd'hui, tenu marquer
la participation de la Lote-
re de l'Etat Hiaitien i ce
druil et manifester son al-
fliction. It a avant de-
mander de consacrer une
minute de recuedlement ah
la memoire d'Antoine Ber-
vin, pronounce nne emouvan
te allocution, darns laquelle
il a campe Ion d Ha'tien qui. l 'aube
du vendredi de la semaine
dernicre, a pris sere .ne-
ment, sa journ6e accomplice,
le chemin de 1I <,Maison du
Peres avec cette elegance
qui ful la marque ennoblis-
sante de sa viec


SUGGESTIONS



,QUI PROPOSE MIEUX?
Par Andre JUST


Devant me rendre hier
jeudi matin h 9 heures aux
funeralles de Robert Baus-
san 1i'Eglise St Pierre de
Petionville, je scrt.s de chez
mol, Place Jeremie a 6 heu
res 20 AM. J'arrivai en la
residence de mon barb er
que je reveilai a 6 heures
30 A.M., 4 la rue de la Reu-
nion, peu avant la Rue Pa-
vye. Je sorts de chez lui
blen rase a 7 heures 05 AM.
et allai me mettre a une en
coignure de la Rue des Mi-
racles espdrant prendre pla
ce dans une camionnette
Petionville Bourdon dans
les 5 ou 6 minutes plus tard.
Debout depuis 7 heures
10 minutes 1'angle de IP


rue des Mirac:t et de la
rue du Dr Aubry, j'attendis,
j'attend's et j'attendis, tanx
dis que touts les camionet
tes passaien, replies cera
qunr. Un passant m'informa
qu'il etait, deja 7 hcures 35.
Et me conseils d'aller me
planter deux blocs plus bas.
A I'angle de la rue du Cen-
tre Et 14 aussi J'ai di attend
dre, attendre, attendre en
regardant les camionnettes
passer, bondies...

8 heures c;nq, enfin, une
place Et j'arrive a 1'Eglise
St Pierre au beau milieu de
l'oraison funebre du defunt

(Voir suite page 4)


Le Directeur Dube souli-
gna avec bonhcur la quail-
te de la collaboration appor
tee par Antoine Bervin S la
Loter.e.
tien, dit-il. nu, piut taire
soni chagrin de voir s'en al-
ler de ce mnndc ce fiddle et
devoue collaborateur. Qui,
d'entre nous, ne se rappelle
son verbe exallant a l'ouver
ture do nos i rags ? II ma-
nifesta un sincere attache-

(Voir suite page 6)


Ti6phaeI : 2-2114 Bolt. Poelte : 1 131
*n u Centre N r 213


L'ecole privee d'aujour-
d'hui. A qui est-elle desti-
nee ? Comment function
ne-t-elle ? Qu'offre-t-elle ?
Appartenir a une cole
pr vee suppose acquis, ces
jours-ci, un certain pou-
voir economique. L'ecole
privee est chore. Aucun de
ces itablissements n'est S
proprement parler accessi-
ble aux petites bourses. L'e
colage le plus bas, relev6
dans la Cap'tale. ne se sl-
tue pas au-dessous de $ 9.00.

Quelque legire difference
s'observe dans les prix re-
clamis par les etablisse-
ments pri.ves de la Capita
le. Au niveau prescolaire,
les icolages varient de 9 a
20 dollars par rem's. On
peut comprendre facile-
m-nt les raisons d'une tel
le hausse: Dans les jardins
d'enfants, il faut tout un
materiel adapt pour susci
ter, developer la creativi-
ti du jeune espr't Le rap
port l16ve maitre doit e-
tre surveLllt et 6chapper a
toute distortion grave. En
moyenne, les sales de class
se doivent accueillir 20 61e
ves sous la direction d'une
jardiniere. assisted parfois
d'une ou de c eux sta-iai-
re.s. Les cofits de fonction-
nement pourraient etre ele
ves.
Ma's. aux niveaux primal
re et secondaire oil les Sco


lages 'i.1, cit lien flbche,
lis coui s di fonctionnement
ne son-. p ;n si dlevis. C'est
IL qu'on constate une mar
ge de profit tris large.
Un eleve qui fait son pri
maire e.t astre'nt a payer
ehaquc mnis 10 ou 12 dol-
lars. Lorsqu'il passe au se

(Vo:r suite page 5)


Le President h Vie Ide la
Rpublique, S. E. Mon' -
sieur Jean-Claude Duva -
lier qui, hier inaugura't une
cole k Darbonne, dans la
r6gi6n de Ldogane, a repris
ce martin la route Le Chef
de l'Etat s'est rendu aUx,
Cayes


HISTORIQUE DES RENCONTRES

PRESIDENTIELLES$

HAITIANO- DOMINICAINES
-xI5-- XIX -, : ,.
HAITI ET LA REPUBLIQUE DOMINICAINE SOLL1CITENT L'ARiBITRAGE DES
ETATS UNITS D'AMERIQUE DANS LA QUESTION DES FRONTIERS


S'est rivdi6 beaucoup plus
grave, que le recul du
temps ne peut nous permet
tre de le comprendre. le fa
cheux incident des Pdderna
les, (Janvier 1911), relate
au chapitre XVII de cette
etude (edition du mardi 31
juillet 1979 du eNouvellis-
tee).
Nous y avons note les re
marques de Semexant Rou-
zer (1) au sujet de 1'immi-
Snence a l'ipoque d'une
guerre haitiano domini-
caine.

LE RECIT

Dans une brochure de 59
pages (2) Guerre Dominicano Hai-
tienne. Pe it6on a'ix mem-
bres du Co,'ps Le' -latifs,
Alcius Charmant nsistera,
vingt ans plus tard. sur la
tres reelle R-vi'te d- l'In-
cident des PedernalIs.

A la page 6 de opus-
cule, le fougieux et vener6
nationalist ecrit <: (En 1'an
nee 1910, le Gouvernement
Haitien, sur les rapports
que lui en avaient fait ses
agents diplomatiques a San
to-Domingo, que le Gouver
nement de ce pays se prepa
rait a la guerre centre Hai
ti. avait cru devoir criger
les Anses i Pitres en quar
tier, puis en commune de
- ,f.laaSis paar la loi 1 u. 16
Abftt 1912 C...i )A la p-age
29 du sus-dit ouvrage, Al-
cius Charmant note s Juillet 1910, le President
Caceres, (3) sans en avoi.r
donni avis au Gouverne-
merit Hait'en. avait franchi
la line frontiere et visii
pendint 4 hres. la bourga
de d'Anse a Pitre. accompa
gne d'officiers de sa mason
militaire I...)

L'infatigable animateur
de 1'Un on Patriotique ta
Jacmel s ignale a la page
42 : -En Janvier 1911, le
jeune general Victoria a-
vait cru qu'il lui suffisa t
de dibarquer aux Pederna-
Ics 1500 soldits plus ou
Inoins irreguliers et criant
sA Poit-au-Pr'nee, pour
fire la conqu&te d'Haiti
(...) A la page 43, Alcius
Charmant. si charter d'exipe
rience. Constate a11 sujet de
la Rcpulilique Domin'cai-
ne : popula're au'te 1:I question
d.s fsrnltijres eonme lione
epouvanle, uniQloln rnt darns
le but de gioiv-r autour


par Gerard JiOfB(sIiS

de lui la sympathhi na.tio-
nale et de battle monnale


Ce grand hominme politi-
que Jacmellen rivl1e que
(De to04 temps, on rencon-
tre en' Dominicanie des exal
tes pour animer ce pays
d'un vestige tanatique et
essayer do le pi-cipiter sur
Haiti (...) (p. 30).

UNE PHASE PACIFIQUE

Le 4 Fevrier 1911 informant :
eL'incident des frontieres,
qui avait motive une just
protestation de la part du
Gouvernement haitien, est
entree dans une phase pact
fique. tre Legation k Santo-Domin
go. nous sommes informed
que le Gouvernement Dom;
nicain a rappel1 ses trou-
pes qui itaient aux Pider-
nales. Dans les regions un
moment tourmentees par la
mefiance et 1'inquidtude,
les populations voisines ont
repris leurs relations cor-
diales (...)
Simexant Rouzier a insis
t6. lui aussi sur le ddsir du
Gouvernement haitien de
rigler le problime d'une fa
qon pacifique.
Pour i'histoire, mention-
noins que les Ministres au
pouvoir a l1'poque dans le
Gouvernement d'Antoine
-Simons -Oas.smaiatnt :
Petion Pierre Andre : Ins
truction Publique et Rela-
tions Extirieures
J6remie : Interieur et Po
lice Ginirale
Arteaud : Justice et Cul-
tes
Maignan : Travaux Pu-
blies et Aericulturp
Murat Claude : Finances
e Commerce
Septimus Marius : Guerre
et Marine.

CIIANGEMENTS

Un nouveau Cabinet mIi-
n.st-riel ne sera forme que
le 19 Juillet 1911 afin de


De A at P. les lettres de
alphabet out donnt leur
nom aux vstamrnaes : les
uni.s ct les autres etant plus
ou moains composees de plu
s:eurs factLurs actifs. on a-
jou a des ehiffres aux let-
tr'es, B6, B12, B2, etc.
Toutes les vitanlines se
trouvent dains la nature, qui
souvent sols formc de sa-
vants cocktails, les dose et
les combine.
Les legumes verts, les to
mates, le lait, le beurre et
le frommage, le jaune
d'oeuf, les nules de foe de
poisson sont riches en vita
mine A. C'est 'a seule vita
mine que homee et les ani
maux ftariquent S partir
d'un pigment vegetal colored
la carotene. La carotene est


fare. face au usoul6vement
de Cincim-atus Leconte. Ce-
ui-ci availt p les errmes
le 2 Fdevrler 1911 a Ouatna-'
minthe, avec 1 ai des ge-
niraux Mizael Com Chapu
zette Michel,, Mathieu Fils
Alm6 et ,le concourse de g6
neraux dominicains du N -
0. de la R. D.- vainvus ces
giniraux haitiens s'dtajent
rifugids en, R.D. Asili au
Consular t d'Allemagne au
Cap, Leconte n'avai., pu ob
tenir un sauf conduit qu'en
payant en Mars -1911, la
condemnation pecuniaire
don't l'avait frappe le juge
ment par contumace de
1903. en tant que Grand Con
solidard.

En Juillet 1911. 51 repre-
nait les armes. Un nouveau
minister etait lors eonsti-
tue par le President Antoi.-
nie S'mon avec :
Le general Horelle Mom
plaisir : Guerre et Marine
il1 etait precedemmeint Coum
mandant de 1'Arrondisse-
ment de P-au-Pl:
Le Gal. Jh. Maignan :
Travaux Publics et Agricul
ture;
Jeremie : Relations Exte-
rieures et Instruction Publi
que:
Dr. Tertilus Nicolas : Fi
nances et Commerce:
Furcy Chatelain : Justice
et Cultes:
Gal. Edmond Sylvain (4):
ntdrienrt etr-Poliee Genrdrale
Le 8 Mars 1911, un nou-
veau Consul Gendral de la
R.D., Guarin Gonzalez. re-
cevait, en cette quality,
l'Exequatur du Gouverne-
merit Hailtien'

Le lundi 24 Juillet 1911
Son Ex. le Dr. Francisco
Henriquez y Carvaial (51
prisentait solenncllemcnt
ses lettres de creance n;u
President de la Republinue
d'Haiti, le General Antoine
S'mlon.
Mnis ce mpmo inur. li
Comitl de Salut Public 5-

(voir suite page 6)


dans le rouge do la carotte,
le iaune du giraumont La
vitamin A favonses a crols
sance, combat 'es iniitiJons,
enforce la vue. Les infants
les adolescents, les LImmes
qui nourrisseni, en ont par
ticulieremcnt besoin Un de
mi-litre de lait et 10 gram
mes de beurre la fournisscint
en quantity quotldienne suf
fisante.
Les g,'rmea de cereales,
le sin. les legumes sees, la
levure de biri., sont riches
en vitamines 31 et B6. et
avec la melasse, les legumes
verts, le foie, le lait vous
apportent la vitamin B2.
La B1 permet aux cellules
d'assimiler su-res et ami-

(voir suite page 6)


Ag, nz a Ca g ug a













PAgu ag 0to E.0olU





3EMIFRUE UT RAVAIL No. 24


LE CEF 'DE

L'ETAT S'EST

RENDU A9X

CAYES


Al


4


Les Sports

HAITI ANTIGUA

Sous le signe de la prudence


Coin du Jardinier

DE A a P. les vitamins les plus
connues


L 'ECOLE PRIVEE

EST ELLE ACCESSIBLE ?

par Pierre Robert AUGU-TE


:-- "'-


la;-----,,,,.~_______--J ----- --_;_rr,- -------ra~rr-rr--~~ ----~-r-l~r:~--rL---_C_;_--~-b~_~~)l;


0


S






AG 2 VENDREDI 12 OCT. 1979


iSiItl de la ltre page)
,I-, I pi( llno .. I 11 .sl'; 6vcid'nl
il uii' tillt plan'fleatilon
1 pr'oi: I ]" '(r l inp11 l(>!'I s ] par
(|li"l']ll .', ;r,.';ii'i'lIons qui as
I in'ltitl it
  • tilt'0'.. tit'Oi (is dit'tllilltnntr-
    ' O vi's r i nmmiun'i-
    l 1,, I ', rll, Tnill eer ti d "Vc
    I ip' hu rii ell'ttu 11hno; ro
    :I i' tll i lm s ptrlri l id'l
    i r riTi.inlile lsur verlnIns
    polls. i ntia f lo's effeli s nenl
    ,out ilue part'tl'lelm it pro

    vt .. :a;.s.rltinons. limnlties
    in I lleit l n cliint pais les
    citiul itilons essentlelles d'uin
    ievr' li)oppemiitrl re'solut. cair
    SIll s ignorent l'exltence
    I 'ndclinen'ale du progresss
    itronomilue quil est, 1'unifica
    lioll 0 con, I lntI1le. ce pro-
    "'is dirvant l ito fonde stiur
    la plu s grande quantity pos
    sible de terrItoire et de po
    pul Ition...
    Sti nus y parvenons. nous
    cr'r nois en Afrique une


    pulssance industrial le, 6co-
    niii lcnig el, f'nancl'r( r coru .
    piiarible it n'imporle laquel
    le de celle que cOnnalt no
    tre tem'nips lsic).
    AIMED SEKOU TOUR
    En 1958, 1'lheure de la de
    colinlsaitilln aivailt soniin6 en
    Alil lque. l.,a plupart des pays
    e i )li stilt'urs, I'Angleterre
    l It I Frtance, nolammenLt.
    Itouil, n aconrdfnlt 1'lndepen
    dtinct, politilque a leurs an
    c 'ienni's colonies, leur pro-
    pt)shititi .',ti ij me temps
    mne finrmule d'iassocitilon
    qu! les elevalt au rang de
    partenaires, liant leur exis
    lence dans une eOmmunau--
    t1 a la fois llngulstique, 6-
    conemlqile et technolog'que.
    Cette association, pour 1'An
    eletierre. s'identifie sous
    1'appellation de wealth>>.


    MIETTES AFRICAINES


    co ti'mps is. un referendum
    qui devalt decider de l'adop
    lion de la constltut'on de
    ia Vince republique tron-
    qa;ae constitution par l-
    quelle italt institueo cette
    communuutl6.
    La Ooulnc, par L'organe
    de sin Oulde, Ahmed Sdkou
    Touit ava.t dit NON a ce
    referendum, prkfirant dirt-
    pgr loutl scul ses prem'ers
    pas dans la vole de i'nuto-
    nomie. Ayant ainsi choslt
    de faire cavalier saul. la
    Gui'ne devenalt alors i.nde
    pendant et entreprenait
    d'assurer par elle-meme, se
    Ion ses moyens, et les ac-
    quis de ses resources ,tra
    ditionnelles et morales .de
    son people, la transforma-
    tion de ses structures.


    Transposnnt cette formu- Le processes de cette mu
    le sur le plan polit'que, la tation exigea au pr6alable
    France avait entrepris, en le developpement de la


    conscience pol.tlque du peu
    pie Gulnten, c'est-h-dire la
    conscience d'appartenlr f
    une communaut6 national
    oa tous se sen tent effective
    ment lids par des Intdritsa
    natlonaux communs.
    Le texte, don't nous al-
    lone d6tacher quelques ex-
    traits, met en evidence l'ec
    cent sur l'importance du
    theme TRAVAIL, facteur
    basique sur lequel le Pre-
    sident Sekou Tour6 fait re
    poser le Ddveloppement en
    GuOn6e.
    !DECOLONISATION ET
    RECONVERSIONo
    (Le choix de la Guinie
    en faveur de 1'independan-
    ce a etW motive par le sou
    ci de modifier de manilre
    rad'cale les structures colo
    niales et de leur substituer
    des structures aussi parfai-
    tement adaptees que possi-


    .J
    -0"


    et'de Charcuterie


    HAMBURGER


    AO 00
    i \O0


    SLETi


    SAUCISSES'


    GRILLADES


    A/


    (GALAn~


    MORTADELLE




    Z 4G'4


    COTELETTES DE PORC


    les meilleurs ,en vente partout'

    Place vos commander au 2-1841

    ABC Meat Processing Co


    ble aux exigences de notre
    evolution.,.
    Mals la r6volut'on mora-
    le pr6cede toujours la ri-
    volution soctale et econo-
    mique et 11 ne saurait T a-
    voir .de transformation pro
    fonde sans une total adh6
    s'on populaire, une parfalte
    comprnhenslon des esenritts.
    C'est lh qu'lntervlent la ni
    ccssllt de la reconversion
    que chacun, pour son pro-
    pre compete. doit rapidement
    entreprendre, c'est la que
    se s'tue la d6colonisation
    en sol et autour de sol, sans
    laquelle on ne peut espe-
    rer liquider les m6falts du
    colonialisme... II s'agit b'en
    la d'une reconversion tota
    le de 1'itre m6can!se a une
    forme de pensee 6trangire
    aux conditions reelles de
    son mil'eu. Cette marque
    de civisme est-elle acquise
    par tous ? Eft-ce que cha-
    cun, dans son atelier, dans
    son bureau ou dans sa ma
    terneit. pensi a la valpnr
    de son travail' et consldkre
    celu-ci come la valeur
    de sa propre existence au
    regard de la collectivi.tr et
    au regard de l'avenir de
    son pays ? Est-ce que nos
    frires fonctionnaires ont


    pens6 qu'avec 1'ind6pendan
    ce doit co'ncder un rende
    ment uccru, afti de demon
    trer les ocpactlte de ges-
    tion des Afriealns et de r6
    hablliter hommee d'AfrI.-
    que qui a 6t0 consid6r6, par
    le monde colonial, comme
    inf6rleur ?...
    A i'heure actuelle, ce que
    les populations do'vent corn
    prendre. c'est que leurs o-
    bligatlons v a h vis du des-
    tin de la nation r6pondent
    a des imperat'fs totalement
    difflrents de ceux qu'ils
    ont pu connattre pendant
    la p6riode colonial. A la
    volont6 de progris dolvent.
    corresnondre la volont6 de
    produire, la volonte du tra
    va'l, 1'esprit de dignity, 1l
    sonuci de renforcer 1'Etat et
    d'idifier durablement la na
    tion... TRAVAIL, tel est le
    premier mot d'ordre de la"1
    Rioubliqau de Guin6e. tel
    est le principal objet des
    pen,"ies de chacun. Dour
    quF s'ld'fie durablement la
    patiie africaine... (Ca-s'-T1e
    r'"''nphontque de 23/11/
    1958).
    (a su'vre)

    LA CORE DU NORD
    ACCUSE LES ETATS-UNIS
    D'ESPIONNAGE AERIEN


    FRANCE : RECLUSION TOKYO (AFP)
    CRIMINELLE POUR TROIS La radio Nord-Cornenne,
    POLICIERS VIOLEURS captie a Tokyo, affirmed
    qu'un avion-espion amert.-
    BOBIGNY (AFP) cani a faith jeudi apris-midi
    Trois policiers de la re- heree locale) une incur-
    gion persienne ont ete con si.n dans son esacee aerien
    damnes jeud respective- pour se liver 6a une acti-
    ment a 15, 15 et 7 ans de vit6 hostile d'esplonnage>>.
    reclusion criminelle pour le La radio de Pyjngyang
    viol d'une jeune fille de 14 prec se que le supersoni-
    ans, par la Cour d'Assises que, un volant a
    de Bobgny. haute altitude, a long 6la
    de Bobigny. ilte orientale Nord-Coraen
    L'Avoat Gnra Menez, ne pendant sept minutes
    ap voat G ral vers le Nord, entire 5 h. 50
    apresL avoir declare aux ju- Omt et 5 h. 57 Grt. puis
    res : verdict contribuera r reta- sens inverse, entire 7 h. 21
    bl'r la confiance que l'on et 7 h. 29.
    doit avoir dans la polices, Ia Cord du Nord avait
    avait demand 20 ans de re deji fait etat de sembla-
    concusion erirrmnelle contre bl s vols d'avions-espions
    l'auteur du viol, 20 ans con amer'ca'ns au cours du mois
    tre le complice actif, et une dernier.
    peine de cinq f sept ans de
    reclu'on criminelle centre
    le . INTERVIEW DE FIDEL
    Dans son requisitoire, 1'A CASTRO PAR LE
    vocat general avait tenu ce (WASHINGTON IAFP)
    pendant a reieter l'idee Le President cubain Fidel
    d'un procis de la police. Castro a declare vendredi
    <,Le r6le des policies est de--matin, dans une interview
    proteger. Leur mission est accordee au de porter secour Trois d'en Posts, .que son discours a
    tre eux ont failli Mais en 1 Assemblee Generale des Na
    general les policies s'ac- tions Unies puotera.t prince
    quittent de leir tache avec palement sur le conflictt e-
    conscience. Je me refuse a conomique fundamental en-
    dire qu'il existed une police tre les pays developpes et les
    aux mains noiress, pays sous developpes,.
    M. Castro a precise qu'il
    La defense avat souligne allait le faith quo lc. trois pp9i- de i'homme, le tiers monde
    c.ers n'itaient ni cn servi- et les pays sous developpesn
    ce. ni en tente au moment Au sujet de I emotion sius
    des faitJ. cite aux Eta':: Unis par la
    Le Reprisentant du Minis presence d'une origade de
    there Public, anres avoir rap combat sovietique it Cuba,
    pele qu',i n'et,.t pas facile F del Castro affirmed ne pas
    d'etre policier, avait expli etre interests par que : <,Lorsqu'il y a bavure. relle entire Cuba et les E-
    il taut la juger et la repri- tats Unis. mer. C'est i a justification d'occasions d'rn parlers, a-
    de ce process > joute-t-il. A ce sujet, il qua
    Dans sa plaidoirie, Me Gi life le dernier discourse du
    sole Halmi, tout en refu- president Jimmy Carter
    sant de fare le process de la et affirme
    police a travwrs le process qu'il a provoqg'i de trois ,breb galeuses>, de peur dans les pays des
    avait tout de mame tenu f Caraibesa,.
    dire : oIl est trop facile de Quant a son s6jour aux
    ne parler que de bavures. II Etats Un s, iP Chef de 1ih-
    y a eu quatre viols cette an tat cubain a pl6cise qu'il du
    nee commis par des poll- rerait un minimum de 5
    ciers. La France est malade jours et un maximum de 1U.
    de sa police. Mais un mala- d", cela se soigne.> il dit. e


    VOTRE HOROSCOPE
    SAMEDI 18 OCTOBRE 1979


    21 iMAS AU 19 AVRIL
    (BELIER)
    Vous recevrez une invita-
    tion de quelqu'un au tra-
    vail. Des questions d'int'ml
    te marquent des relations
    sentimentales. N'en attended
    pas trop.
    20 AVRIL AU Z0O MAI
    (TAUREAU)
    Introductions romances
    ques avec un avenir possi-
    ble Bonheur en amour mais
    les idees au sujet des ame-
    liorations au foyer sont un
    peu irrealastes.

    21 MAI al 2i JUIN
    (C-EMEAUL,.


    Invitez vos collgues ai vi
    sister votre domicile mats.
    gardez l s espoirs sentimen
    taux dans de raisonnables
    limits. N'allcez pas trop loin
    21 JUIN AU '2 JUILLET
    (CANCfR)
    Les visits locales ont une
    coloration sentimental Sur
    veillez l'extravagnce et ne
    negligez pas ce qul a de la
    valeur. Assurez-vous de la
    quality avant d'acheter

    23 JUILLE'Tr AU 22 AOUT
    (LION )
    Vous trouveie? un joli ob
    jet pour la mgison Le foyer
    est la place pour les amou
    reux mais une attitude ca
    valiere en detournerait cer
    tains. Attention A ce que
    vous dites

    23 AOUT AU 2 SEPT
    (VIERGE)

    Vous rencontrerez quel-
    qu'un de particulierement
    seduisant mais evitez des
    liaisons clandtctines. Occu-
    pez-vous v.te du tintamar-
    re et des coins poussiereux
    23 SEPT. AU 22 OCT.
    BALANCEE)

    Attention en signant des
    papers, surtout s'il s'agit
    d'achat de biens Possibilites
    de carrier mais soyez sub
    til Ne montrez pas prematu
    r6ment votre veu
    23 OCTOBRE &C 21 NOV,
    (CAPRICORNE
    Vous etes sympathique


    dans votre cer-le AttentCon
    aux apparences l-Dan- s -: at
    faires, soyez pl.-'atih'inliiauK
    t 'l gard des e,-'n'.;--LULrice.
    flnanclres pot- 'hi'.

    22 NOV. AU 21 IJECEMBRE
    (SCORPION)

    QuelqLi'un fait appel a
    vous et pourtant votre ges
    te peut ne pas 6tre totale-
    ment appride! Ne vous lais
    scz pas attendr:r trop vite
    22 DEC. AUl 19 JANVIER
    (SAGITAIRE)
    Vous screz invite a une
    somptueuse reception mais
    attention de n- pas 6tre e-
    gare par tout ee brillant
    Chance pour des affairs
    eloignees
    20 JANVIE AU 18 F .
    (VERSEAU)
    La faveur dc superieurs
    apporte des advantages Atten
    tion aux parasites qui agis
    sent comme s'ils itaient des
    am's Que les questions de
    carrier ne voeis fassent pas
    negliger le3 prnches u
    19 FEVRIEF AU 20 MARS
    (POISSON)

    Ceux que Vtsu -dimez veu
    lent vous fare partager
    leur bonhi ur Le voyage ap
    porte le proitesses d'une
    affare sentimcentale mais
    protegez votre sante des
    exces.

    SI VOUS ETES NE
    AUJOURD'IIUI
    Vous etes la n fois artiste
    et pratique et avez parfois
    de la peine a concllier ces
    deux caract6erstiques Sou -
    vtnt etes-vous attire par
    les affaires lilEs aux arts,
    comme le commerce des an
    tiquites, la bijouterie, le des
    san d'interieurs. la haute
    couture. II est important
    pour vous d'aimer votre tra
    vail, autrement vous de-
    viendriez paresseux. yous
    felez des experiences avant
    de choisir une carriere mais
    vous reussiriez dans' limmo
    bilier, ltindustrie, 1'arghitec
    ture, la musique et la sculp
    ture. Vous feciez aussi un
    bon d recteur La literature
    la scene et le chant peuvent
    aussi vous corvcnir


    ( COURSE DE CUISINE PRATIQUE ,
    Devenez des cordons bleus, jeunes genm, jt -.es
    filles et vous aussi mesdames en suivant les course
    rlguliers de ((CUISINE PRATIQUEs au 31 Ruelle
    Carlstroem tous les samedis it partir de 3h p.m

    Les course debuteront le samedi 3 Novembre. Un
    dipl6me sera decerne aux etudiants qui participe-
    ront aux examens organisms par le Service de For-
    mation Professionnelle de la Direction Gen6rale du
    Travail,

    Pour tous renseignements complementaires, son-
    nez le 5-2992 on passed au 31 Ruelle Carlstroem,
    tousdles jours de Sh a.m ai 6h p.m.

    Sur demand de plusieurs etudiants un < AVANCE sera assure tous les vendred;s apris-midi'
    des 5h 15 pour ceux ou cells qui on-t deji' une
    bonne notion de la Cuisine et de la Pttisserie.


    tine Vague


    I ^


    de


    TEEM O


    Fraicheur


    I" -- 4


    S-.


    "> Z r- ti ir


    Produits des Boucherie


    JARRET


    POUL.ET


    'ROGNON


    r\


    rjj


    r ?


    PAC~E 2


    ~IIIIYIYIIL~YIII I I ~"-' .c~"--------`---- `- -.~ --~ ~'r.~''LLr,L1-; -I--~j~MWI~-LLL---1__- ~~__ ~__i_ -Yl~h~_*YII~Y~ICUI*+L~~~~L~4LMC- Y~iUhl-d


    k'~s~8a





    VENDREDI 12 OCT.1979


    DANS NOS CINEMAS


    IMPERIAL
    IMPERIAL 1
    12h 211 41 G b;00
    (111i ll 0 8:00
    i03 ()CONCORDEI
    IMI'EIIAI, 2
    l'2h 2h l4h l1 0 00
    ilh llh 10h 11 (0 8;00
    I 411: IFEMME.
    i ANGIE:RUSEIP

    1IlI':IAL 3

    1211 2h 4h G 5-00
    till 8lh 10h 0 0 8;00
    1LES NOUVEAUX
    MO NSTR.ES
    X 1. X X X x

    PARAMOUNT

    X X A x x

    MAGIC CINE

    Vendred. fih 8h G 3;00
    AU NOM PAPE ROI
    G 3.00 ct 4:00
    Samndi 611 811 G 3:00
    L'AMOUR EN QUESTIC
    x x x x

    CINE LIDO



    ETOILE C0IE
    Vendredi 6h30 8h30
    LES TUEURS CHINOIS
    Entrie G 1,50 2,50
    Saimed 6h30 8h30
    LE RECIDIVISTE
    Enree G 1:50 2:50
    Dimanche 6130 8h30
    LA GRANDE BATAILL1
    Entr6e G 2:50 3:50
    x x x x

    REX THEATRE

    Vendredi 12h 2h 4h 61h
    8h 10h
    LE TRESOR DE BOX
    CANYON ,
    Avant 5h G 2:00
    A partir de 5h G 3:00
    Samedi 12h 211 4h 6h
    8h 10h
    CINDY LA
    JUSTICIERE
    Avant 5h G 2;00
    A partir de 5h G 3:00
    Dimanche 12h 2h 4h 6h1
    8h 10h
    DE LA NEIGE SUR
    LES TULIPES f
    Avant 2h G. 2.00
    A partir de 5h G 3:00
    x :- x x

    RANCHO CINE
    Vendredi 12
    LA MEGERE APPRIVOI
    Samedi 13
    LA MEGERE APPRIVOI
    x x x x

    CIHE OLYMPIA

    Vendredi 12h 2h 41h G
    6h30 8h30 G 1;50
    LE GENDARME ET LE,
    EXTRA-TERRESTRES
    Samedl 12h 2h 4h
    ih30 8h30 G 1;50
    LE HEROS TATOUE


    CINE TRIOMPHE REMERC1EMWNTS


    SRI.IE 1I
    I'OURAGAN
    ltotrbo $ 1.50 et 2.00
    R4LEIl.tt
    LE ROI DES TITANS
    ntMrIe : $ 1.50 ec 2.00
    SAI,;.F IIn
    UNE FILLE COUSUEC
    DE FIL BLANC
    Entree :($ 2.00
    SALLE IV
    OPERATION
    CLANDESTINE
    Entree: s 21) .

    x xz x x

    CAPITOL
    CAPITOL 1
    Avant 5h G 5:00
    Acres 5h G 8:00
    LES MOEURS CACHEES
    4;00 DE LA BOURGE01GIE

    CAPITOL 2
    4:00%
    DN PRIX UNIQUE
    $ 1-00
    12 h 2 h 4 hres
    6 h 8 h 10 bres
    LA MALEDICTION No 1

    CAPITOL 3

    PRIX UNIQUE
    12 h 15, 2 h15 4 h 15
    6 h 15 8 hl5, 10 h s
    $ 1-00
    7 HOMMES A L'AULE
    CAPITOL 4
    PRIX UNIQUE
    E $ 1-00
    11h45 lh45 3h45 5h45
    7h45 9h45
    ZEN KWANDO
    S1

    Pharmacies
    assurant le
    service cette nuit

    5;00 VENDREDI 12 OCTOBRE 79
    QUATRE SOUS
    Sans tr'il
    APOTHICAIRE
    3c Ave Bolosse
    CURIE
    Delmas

    Samedi, 13 OCTOBRE 1979
    UNIVERSITAS
    Rue Oswald /Durnnd
    DU BOULEVARD
    5:00 Blvd J J D(ssalins
    ST ANTpINE
    Blvd J J Descalines


    SEE PETION VILLE

    [SEE VENDREDI 12 OCTOBRE 79

    ST Jn L'EVANGELISTE
    Delmas Pttion Ville

    1;50 SAMEDI 13 OCToi3RE 1979
    REGINA
    S Place du march

    DIMANCHE 14 OCTOBRE 79
    DU QUARTER
    Rue Oge


    LE BISTROT

    Restaurant -- Bar- Grill,

    Pizzeria Creperie

    LE RENDEZ VOUS DE L'AMBIANCE

    CHAQUE JOUR


    Menu special Lunch

    ai $3,60

    CHAQUE SOIR

    DINER DANSANT.

    AMBIANCE MUSICAL


    Avec "Bistrot Combo"

    Mardi Soir --Vendredi soir


    S)

    2 TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT C'HA-
    QUE SEMAINE

    Dans 14i Jardins du Bistrot

    Unenouvplle Attraction


    < Bistrot Mini Golf,

    GOLF MINIATURE
    UN DIVERTISSEMENT POUR TOUS CLUB HOU i.
    - JEUX BAR CLIMATISE


    BISTROT
    Tous les jours de

    midi A 1 h du martin

    Le Manoir 146 Lalue Tel. 2-1809


    I










    ii
    ti


    ('I


    Mme Vve Lalliel C Phareaux
    ine( Lucieonne Nicolas Les
    rlaints : Evelyne Phareaux,
    Mmne Manfred Bomm, nee
    Gilbert Phareaux, Claude
    Phareaux; Its lamilles Pha-
    reiaux lalin'r. Oriol Michel,
    Cneas, St-Amnand, St Cyr,
    Bruitli, Niculas, Moise, Da-
    ilel remercient- blen since-
    reintent Son Excellence,
    Monsieur Jean Claude Du-
    valier, President A Vie de
    la Republique, Son Excellen
    ce Madame la Premiere Da
    me de la Republique, 1'ex
    President Frank Sylvaln les
    me mbre du Cabinet M nis-
    teniel. Le Presldent de ]a
    Chambre Legislative, les
    Membres du Ccrps Judiciai-
    re, les membras du Haut E-
    tat Major des Forces Ar-
    mies d'Haiti, le Prefet de
    Port-au-Pr.nce, les mem-
    bris de l'Edilit^ de Port-au-
    Pr nce, le Premier Conseil-
    ler de la Cour Superieure
    des Comptes. Les Membres
    de 1'Association de la Pres
    se dcr.te, les Pompes fune-
    bres Paret Pierre Louis
    ahisi q u e les a m i s
    de la C a p i t a I e, de i'e
    stranger, des Gonaives, du
    Cap et de St Marc qui leur
    ont temoigne des marques
    de sympathies l'occasion
    de la mort de leur regretted
    Laller C. Phareax.
    Elles les print de croir,
    h leur profonde gratitude.
    Port-au-Prince le 12 Octo-
    bre 1979.

    xx x x

    MESSE DU BOUT
    DE L'AN

    La famille de Mme E-
    d o u a r d OLIVIER fe-
    ront chanter en
    la Chapelle de St. Jean Bos
    co a P. V., le mercredi 17
    Octobre d 6 heures A.M..
    Siune messe de Requiem d'an
    niversaire a la memoire de
    leur regret' ee Mere et
    Soeur.
    Ce present avis tent lieu
    d'invitation nux parents, al
    lies et amis de la famille.
    1510
    x x x x

    Avis Matrimionial
    Je soussignie Mme Michel
    Jn Baptiste Morlas nee
    Marlen- I m p e r t. pro-
    prietairc dumen identified
    pour le present exercise, in
    forme le public en general
    et le commerce en particu-
    lier, qu'a partir de Ia date
    de ce present cvis, je no
    suis plus responsible des a-
    tes et actions de mon mari
    pour ncompalibilite de ca-
    ractere ct mo uvais traite-
    ments en al'endant qu'u
    ne action en divorce soit in
    tentee contre lui.
    Port-au-Prince ce 12 Octo-
    bre 1979.
    Mme Marltpne MORILAS

    xxx x x
    DECES DE M.
    NISSAGE DAVID

    Les Pompes Funebres Pa
    ret P'erre Louis vous an -


    Unoncent le deces de iVMon-
    sieur Nissage David

    A sa Veuve nee Raymon
    de Brunache; ses enfants :
    Yves David, Meres Wesh et
    Madame nie Carmelle Ma
    rie David, Michel Antoine
    et Madame nee Ev'e Da. -
    vid; ses petits enfants
    Alain Ralph David. M6res
    jr et Karine Wesh, Mickvie,
    Aurore-Mich6le, et Lucile
    Antoine; ses freres et
    soeurs : Madame Aricie Da
    vid, Monsieur et Madame
    Maurice David. Mons'eur et
    Madame Louis David, Mada
    me Eugenie David, Monsieur
    Jean Baptiste Germa'n et
    Madame nde Mie-Thirise
    David, ses beaux-fr res et
    belles-soeurs : Andrae. Vi.
    tal. Emmanuel Brunache.
    Veuve Lenotre Brunache,
    ses neveux et nickes, cou-
    sins et cousins: aux family
    les Dav'd. Brunache, Wesh,
    Antnine. Normil. Jean -
    Louis, Veillard, a tous les
    autres parents et allies,
    nous adressons nos sinecs-
    res symnathies.
    Les obshaiies seront chanr
    tees a 3 hres P M Diman-
    bhe 14 Octobre en l'Eel'se
    Notre Dame de Petit-Goave
    ot la dnnouille mortelle s-
    ra transpornte 1210



    DITCES Dr M.
    PHILOXFNE
    BEAUPORT
    Pax Villa announce le di
    ebs survenu le 10 Octobre
    79 en sa residence privee Sa
    Carrefour Feuilles a 1'age
    de 81 ans de M. Philoxene
    Beauport.
    En cette pknible circons-
    tance Pax Villa et Le Nou
    vell'ste presentent leur sym
    pathie S ses enfants : M.


    I


    Les obseques seront chan
    tees en 1'Eglise du Sacrc-
    i Coeur de Turgeau lundi 15
    Octobre p 4 heures p.m. Le
    convoy. partira du salon fu
    n6raire de 1'entreprise.
    1210


    Jean Beauport et Mme nee
    Rl!a Moussignac, Axel Beau
    port. Lise Brlaiport, Mme
    Jean Claude Benjamin noe
    Dinette Beauport act & N.
    Y., it Mile Paulette Beau
    port, Mme Jeanine Beau-
    port, h M. Eugene Beauport
    et Mme, a son frdre Br6nis
    Beaupit. it ses petits n-
    fants Marc Arthur, Michel
    le, Huguette, Gabrielle, Do
    minique. Gaetan, Mapdala,
    Phoufon, Phoufoune, Het-v6,
    Harry, Carole. Marjorie; a
    ses cousins et cousins M:
    Gustave Beauport, Mme L.
    Lacrete n(e Marcel'ne Beau
    port, M. et Mme Pascal
    Bnauport: ait ses neveux et
    nieces Mine Hermance Mot
    et famille. M. et Mine Ca
    mille Beauport. M. Victor
    Beauport me Martette Beau
    port, Mme Marie Th rese
    Caze act a N.Y., Mine Chris
    tanne Beauport, Minme Jo-
    seph Bontemps n~e Marie
    Guilla. Mme Anna Guilla,
    Mile Andrde Guilla act a
    N.Y., M. Marcel Dessalines
    et famille. a la famille An
    toine, a M. Roussel'n Tha-
    buteau, Mme Pierre Gabriel
    Ber.nard. M. Roland Cles-
    tin. au Reverend Pre Nerje
    LVndor. au Dr. Jacques Pe-
    tit, b Mine Aimee Noel et
    famille, Mme Anita Laguer
    re. Alice Laguerre et Clai-
    re Laguerre, )h Mm.e Luce
    Azor.
    Aux families : Beauport,
    Moussignac, Miot, Caze.
    Guilla, Dessalines, Thabu-
    teau. Gabr (1, Bernard, Ce-
    lcstin, Lindor, Petit, Noel.
    Laguerre et a tous les au-
    tres parents et allies eprou
    vcs par ce deuil.
    Les fun6railles de M. Phi
    loxene Beauport scront
    chant-es le Lundi 15 Octo
    bre 79 a 4 heures p.m. en
    lEglse du Sacre-Coeur de
    Turgeau.
    Le convoi partira de Pax
    Villa Sacre-Coeur oit la de
    pouille mortelle sera expo
    sae des 2 heures. 1210



    DECES DE M.
    HEBERT
    PARAISON

    Pax V la announce le de
    c's survenu le 10 Octobre
    en course de M. Hibert Pp-
    i aison.

    En ce to p6nible circons-
    tance Pax Villa et Le Nou
    vell ste prosentent leur sym
    pathie ,a ses infants : M.
    Fiernmond Paraison et Mme.
    Mme Serge Colin nee Irma
    Paraison, Mll Kettely Pa-
    raison. M. Herold Para son,
    M. Dawin Paraison. Mme
    Charles Berss nee Ninon Pa
    reason. M. Roain Paraison,
    M. Jackson Paraison, M.
    B 11 Paraison, M. Rubens -
    Addison Paraison: a ses frc
    res et soeurs le Rev P-re He
    nock Paraison, le Rev Pdre
    Mardochee Paraison, M.
    William Paraison. M. Ga-
    briel Para'son, Mile Ju-
    lienne Paraison; a ses ar-
    ri.dres petits-enfants : Ste-
    venson Paraison. Fritz Ge-
    lald Paraison, Nerlande Pa
    ra'sno et a tous les autres
    parents et allies eprouves
    par ce deuil.
    Les funerailles de M. He
    bert Paraison seront chan-
    ttes le Lundi, 15 Octobre en
    couis a 4 heures p.m. en In
    Cath6drale Sainte Trinilt
    oh la depouille mortelle se
    ra expose des 2 heures
    p.m. 1210



    DECES DE Me
    CHRISTIAN
    MICHAUD
    Les Pompes Funebres Pa
    ret Pierre-Louis vous annon
    cent le d6cis de Me. Chris
    tian Michaud, ancien Subs
    titut du Commissaire du
    Gouvernement. ancien Juge
    au Tribunal Civil de Port-
    au-Prince.
    A ses enfants : Me. Max
    Michaud, Me f Marc Ray-
    mond et Mme nee Josette
    Michaud, Mme Simoie Mi-
    chaud. Vve Joseph Agnant
    nee Rolande Michaud, Mme
    Jacques Moise nee Marie Jo
    se Michaud. M. Raoul Mi-
    chaud; ses petits enfants :
    Guylaine Raymond. M. et
    Mme Lesly Michaud, Mar-
    tha, Ernst, Leonard. Marjo
    rie, Sheila, Joel. Domini-
    que, Caroll, Frantz. G'net-
    te et Raoul Michaud; sa
    soeur Elvire Michaud; ses
    cousins et cousins : Ing
    Emmanuel Michaud et Minme
    Me Weber Michaud et Mmine.
    Vve Beauvais Michaud, M.
    et Mmine Gerard Michaud;
    sa belle-soeur Vve Victor
    Brignol et famille ainsi
    qui' tous les autres pa -
    rents et allies, nous adres
    sons nos s'nceres sympa-
    thies.


    CARNET SOCIAL


    PAGE 3
    i } '.


    Chaque fois que.vous viendrez prendre livraison d'un rouleau de, film Kodak
    developp6 aux 3 Patrick Color Lab vous trouverez dcns le sachet une "pepite d'or"
    Grace a cette "p6pite" vous choisirez. dans le "coffre au tresor" I'un des milliers
    de cadeau que PACO 10 petit lapin vous a reserve. II y a des :


    ~ s~--~----------- E-------cla~ ~b~R~ ~ ~ --------


    ~m~H~HCHCH~U~C~LL~-~~\(


    ~,-- ------r-~r------------- ___~__ ____- -- -- ----------- -- - _-__._ _._.^~.-- --~.----- ---~---- -- I-I^-- ~*~-.-l-_r~-x-~Li--*U- ~~Lp~S)IL~-IP4Y ~-Llm~-~;r~e~(Cu


    Cca.Col
    .- a ......





    cestfaitppurca..



    ...pouretre e-tsemble

    COURTOISIE DE: VOTRE EMBOUTEILLEUR DE "COCA-COLA". .
    .sI i .. ,feo c go g s o
    &> ///M//.ICOO~a>W"40mar/ /7//AQQD0000ODP//7///////e







    LE CNOtLELLISTEP..


    (Suite oi la lore page)
    Ipr I, Curi de Duvalierville.
    11f st 8 lieurcs 25 AM.
    -5
    II y a be'l it blen a Port-
    au-Pl'nce e !es envirolls
    iunmediats u problemec d
    I ransport Pri'ilenue don't
    tut un chacun parie mais
    auquil neuln ne semble envi-
    sager une so!.tion valuable.
    Car. ollciel oti particuier,
    Monsieur Tout le monde se
    content de rendre respon-
    sable le Service de la Circu
    'ition des vehiciiules et d'en
    laisscr le casse-tete ce
    ,cul service.

    11 y a dune, .!n.. i...i -
    ment aux heures 'de pointe
    du matin et de I'apres midi
    des jours ouvrables un pro-
    bleme du transport tant pri
    ve que public C lts passagcrs.
    Ces derniers i''int en gran-
    d(c partl composes de pro-
    pri'laires de magasin, date
    liCrs lacloriue' de cadres
    It H'employe superieurs
    ciindulsatinl, L ..'rs propres
    voiiiurif-s. d''tu n pan l, d'au
    Ir t, parI, d, l'mmenei e un-
    ,rmbli des 1niplovys de I'E
    iil. Hi's "''V" cldts e1u-
    l Ib. us -Iv s, des etdu-
    cIlM ( M', 1iiivCI",,':II s, (, t des
    ouIv;i" s i olvr derf'. ';),p-
    Iw I",% ] : 'ic l 111111',, 1 | .s
    d : di ', \ ... :u' l n"l de'.


    A lln i I i ,




    C' 1111 Irbl, mr s al de(




    NOUVEA l


    Pour VO


    Mesda,


    Patt







    (


    BAR-APPERITIF A VEC


    UN QUARTET DE JAZZ


    HAITIEN



    SPECIALITES


    HAITIENNES



    SEA-FOOD



    CUISINE FRANCHISE


    BOURDON -- PHONE 2-2987


    lages et
    tes aux i
    pointe de
    martin et
    Qui, ch
    propose n
    A bon


    d'enervantes at n


    memes heures de
    s jours ouvrables,
    apres midi.
    eoquards ou non,
    nieux ?
    entendeurs, salut.

    Andre JUST.



    -RS


    QUI PROPOSE MIEUY?


    la Cite. Et pa' des moin-
    dores. Et, on tint que tel, 1
    devrait et dolt interesser le
    Department des Affaires
    Sociales et les 3 represen-
    talnts de lensicrble de 1nos
    cocitadins taii a la Cham-
    bre des Deput[U qtu'i la te-
    te de slEdilite de Port-au-
    Prince.

    Je suggcre doic a es hal'
    tes pcrsonnalites qu'elles
    consultant ensemble le De-
    partement de l'Education
    National pour arreter ce
    qui suit. Ou quelque chose
    de semblable.
    1) Que les ouvriers et ou-
    vrieres des ateliers fac-
    tories dans le giron de Is
    Capital commericent tous
    a travailler deS/ 7 heures
    AM.- 2) Que les eleves et
    etudiants de la ;Capitale
    commencent tous at travail-
    dans leurs institutions res-
    pectives des 7 heures 45 AM
    31 Que les employes du
    Commerce ne ,'ommencent a
    travailler 5. a Capitale qu'a
    partir do 8 heures 30 AM.-
    4) Que la masse des emplo-
    yes des divers Bureaux de
    I'Etat, organisms autono-
    mes comprise. ne commence
    Ia ravailler qu'k 9 hures AM
    au lieu de 8 heures A.M. Ain
    si quei cuxx de- diverse ban
    SuI'.; (tablies i Port-au-
    PrInee et dclon les emploves
    :; i o rlir rem0'e11int 111 a bou-
    6li (h's 8 holur,s AM. soit u-
    iw hliire avail 1'ouverturei'
    ilii dlanls le ca ict proposed
    n ':; rnllqi dorI.Invant lieu
    gi't' 10 liwureC A.M.

    .' ) p)( '' que r c's diffc-
    rin Is lhiirairi's de travail,


    71


    sans empieter sur la duree
    de la journey de travail de
    chaque group, eviteront
    justement que les divers
    groups sus mentionnes ne
    soient quotidiennement
    et deux fois par jour e-
    treinis dans le mme gou-
    lot boucnon d'embouteil-
    f


    AVIS DIVE


    UNIVERSITY D'ETAT
    D'HAITI FACULTE
    D'ETHNOLOGTE --
    DEPARTEMENT DES
    SCIENCES DU
    DEVELOPPEMENT
    -D. S. D,-
    AVIS
    II est porter A la connais-
    sance des interesses qu'a
    partir de 1'annee academi-
    que 1979 1980 commence-
    ra a fonctionner I Port-au
    Prince, un Departement' d6s
    Sciences de Doveloppement
    (D.S.D) dans le cadre de la
    Faculte d'Ethnologie de 'U
    university d'Etat d'Haiti
    Le DSD comporte sept see
    tions d'enseignement quilt
    s'appuient sur les discipli-
    nes de base servant a ap-
    prehender le concept de veloppement integres, sa-
    voir :
    SECTION 1, Mathematiques
    sociales, methods et lechni
    ques applic'blces. au develop
    pomcnt;
    SECTION 2, Anthropologie
    et philosophies du diveloppt
    ment:
    SECTION 3. Seciologie et
    oeveloppement:
    SECTION 4 Thlorie econo-


    NOUVEAU NOUVEAU


    )us faciliter la tache


    mes des Hamburgers


    ties deja appretes


    DE VOTRE FREEZER AU FOUR

    CUISSON RAPID

    EN VENTE DANS TOUS LES SUPER MARCHES


    mique et socio-economique
    du developpemrnt;
    SECTION 5, Economie secto
    rielle et deve oppement; E-
    valuation de P ojets;
    SECTION 6, Facteurs extra-
    6conomiques et de maitrise
    du developpemcnt
    SECTION 7, Pratiques inter
    nationals du developpe-
    ment.
    Le DSD delivrcra trois ca
    tegories de diplomes :
    a),.le Certificat 5~ special
    litA a la fin d2une t1) an-
    nde d'etudes;
    b) la Maitrise es Science,
    de Developpement au term
    de deux (2) annees d'etu-
    des;
    c) le Doctorat es Scien-
    ces de Developpement apres
    un minimum de quatre (4)
    annees d'etudes
    Pour etre admis A pren-
    dre inscription au DSD, il
    faut etre titutaire d'une li-
    cence ou d'un diplome con
    sidere equival-n', ou etre ci:'
    ja autor'se a t'outenir un
    memoir de li ce : l'cxa
    me.n du dossice etant alors
    dlferm'nant.
    En out.re. f.idi'le i sa mnis
    sion de recycluge et de for-
    mation, le Departement
    pourra admettre, apres exa
    men de la candidature, tout
    postulant doi\ engage dans
    des fonction de responsa-
    b'lit relevant du domain
    de developpcm"nt.
    Le DSD accc.'tera, par all
    leurs, des aud'teurs libres,
    c'eost a dire ne preparan ni
    certificate de spcialite, ni
    maitrise, ni rdoctornt, qui
    pourrai.nt etre autorises A
    s'inscrire dans parties ou to-
    talite des sections, selon des
    norms fixees par la Direc
    tion.
    Le DSD cominmencera a re
    cevoir ses Etudiants a par-
    tir du mois do novembre
    prochain. Les inscriptions
    sont r. cevables des la paru
    lion du present avis au lo-
    cal de olInstitu '.on sis au
    No 202 Lalue, Port-au-Prin
    ce.

    Ce 3 Oct. bre i9i9.
    LA DIRECTION

    xxx i-c

    AVIS

    PROFESSIONNEL
    Le Dr. Serge Eveillard, re
    venu de 1'Autr'che ofi il a
    Oet maltriser lis routes der
    nimeres disciplines relatives
    i l'Obstetr'que Gyndcolo
    gie telles que Ultrasono-
    graphie Computer Tomo
    graphic, Chirurgle dlectri-
    que dans les cas de s'ir'li
    te etc... avise sa clientele
    et le public on general,
    l'oiverture prochaine de la
    Polyclinique St. Louis de
    Carrefour, en face du Cen
    tre d'Accue'l. et se tient
    d'ores et dois h leur dis-
    position a la meme adresse
    de 8 heures A 10 heures A.
    M. et de 4 heures h 6 heu-
    res P.M.

    Dr. S. EVEILLARD
    OBS. GYN Dpl. Univer
    site de Vienne.


    IMMOBILIER -
    Vente


    S ViNDREDI 12 OCT. 1979 .


    PETITES ANNOUNCES

    AVIS MAISON A' LOVER J


    a) Terrains de o0 m2 --
    1000 m2 2000 m2 10.000
    m2 dans 3 zones risidentiel
    les ,0vec vue sur la plane,
    la basic de Port-au-Prince
    e, une partle de la Ville.

    b) Plusleurs terrains a
    Furcy (16 CRXI avec source
    d'eau et plants en pins
    $ 5000.00 CRX.
    Tel. : 2-0713 centre 8 heu
    res a.m. et 1 here p.m.
    X I. X X

    Hall i louer
    Grande Hall a Loiter site
    a la Rue du Peuple en fa
    ce du Journal Panorama
    Por renseignements TlOe-
    phonez le martin L p artir
    de 7 hres .. Le soir A partL.
    de 7 hres au No 7-2046
    1514
    XXxx

    ENCHA AVISE
    ENCHA Svise Les ae-mables
    clients que pour mieux les
    servir a partir du ler Octo
    bre, le Magasin restera ou-
    vert toute la jcurnee de
    heures A.M. a 4 heures P.M.
    du lund' au vendredi et le
    samedi de 8 hcures 5 midi.


    Industrie et Usine d'As-
    Ce nouvel hi,raire restera semblage recherche :
    en vigueur jusqu'au 30 avril. 1 Un Superv'seur res-
    Pour un meilleur service ponsable du control de la
    aux meiileurs prix, arretez7 Production. de 1'efficacite et
    vous A ENChil A la Place de la ualite. Une certain
    Geffrard oru onnez le 2-2339 experience en Industrie et
    ou le 2-L425. di s connaissance en mocani
    1610 que et/ou Olectriciti sont
    absolument necessaires. Con
    x renaissance de l'Anglais prO-
    x x x x ferable.
    Bonnes possibilitis d'a-
    DEMANDE vanoem.nt.
    D'EMPLOI 2 UTn mecanicien res-
    ponsable de lentretien--
    Jeune fi.lle diplomee en Cunnaissances en Electrici-
    Management et Admmistra t indispensables. ur avant
    lio de l'Instltute of Mana 3 Un superviseur ayant
    gen~Pt Studies., eKinstoni des connaissances en Chi-
    Jamaica, cherche emploi mle et une experience en
    clans 1'industrie, le commerJ Industrie.
    ce et les bureau publiques SiSalaire Discutable, daen
    ou drives, p dent de experience et des
    connaissances.


    Elle peut 6 re
    par telephone au


    contactee- Adresser Curriculum Vi-
    No. 23982. tae a M. Charles P.O. Box
    2510 1348 Port-au-Prince. 1610


    D'EMPLOI
    Candidates requis pour
    travail de Factory. Bon
    nes possibilities d'avan-
    cement. Prdference se-
    ra donnee aux jeunes
    hommes intelligent,
    dtbrouillards et douds
    de sens pratique.
    Les entrevues se font
    sur place les 13, 15, 16
    et 17 octobre h 4 h.30
    p.m.
    La Factory est situee
    au bout de la ruelle
    T. Auguste (Route de
    1'Aeroport).
    1610


    Hallb a vendre
    A 1'Avenue Jean Jacques
    Dessalines au No. 396, cons
    truite sur p'oprite de 189
    pleds de profondeur entire
    ment clbturee en mur.
    Grand dep6t a l'intdrieur
    Cl en main.
    Pour Rende.z-Vous, son-
    nez le 2-3849 de 3 heures
    30 a.m. a 1 heure 30 p.m.
    Courtier s'abstentr. X

    x x x x

    OFFRE D'EMPLOI


    NOoVEL HORAIRE
    AUTO'VALSA i n former
    s dn a iim a b 1 e
    clientele en particuller et
    le public en general qu'.
    partir du lundl 8 Octobre,
    son horaire est ainsi modi

    r Lundi au Vendredi 7h30 AM
    -. 4h00 PM (Sans arrest)
    Sainedi 7h30 AM ihOO PM
    AUTOVAI SA
    1310



    ETAGE A LOUER
    Etage de 250 m2 pouvant
    servir de bureau Phone
    2-0788 de 2 heures A 4
    heures P M 2010

    X 2 7

    A LOUER OU
    A VENDRE
    STUDIO DE BEAUTE
    TEL. : 6-0247
    1810


    LA PROFESSIONAL SCHOOL

    LA PROFESSIONAL SCHOOL, Ecole de Comptabi-
    lite et d'Administration commercial, prend plaisir
    a annoncer 1'ouverture de ses course de comptabilite
    a partir du 15 octobre 1979 a 4 heures de 1'apres-
    midi. Outre les cours r6guliers prevus au program-
    me official, un course d'initiation bancaire sera 6ga-
    lement dispense.

    Elle profit de cette occasion pour aviser les comp
    tables diplomas que des course specialists donnant
    droit au diplome d'administration commercial se-
    ront dispenses a leur intention i partir du 5 Novem
    bre prochain. Au programme sont prevus les course
    de gestion comptable, principle of marketing, 16-
    gislation douaniere, Taxation Ha.iti/USA, Financial
    Manhgment, comptabilit6 d'entreprises a fins non
    lucratives, comptabilit6 de gouvernement, cost ac-
    counting, comptabilit6 des societies etc..

    Pour toutes informations compl6mentaires, sonnez
    le 2-0213 ou passez au local de la Professional
    School, Extension College St. Pierre. Chemin des
    Dalles, No. 72.


    UN NOUVEAU STANDARD,..


    DANS LE COMFORT .


    TYOTA CORONA


    RAGAGES. DES FAUTEUILS REDESSINEB, DE NOU
    VELLES SUSPENSIONS, UNE MEILLEURE PROTECT
    TION CONTRE LA POUSSIERE ET LA ROUILLE,
    UNE CONDUITE PLUS SILENCIEUSE ET UN NOU
    VI'AU MOTEUR REPRESENTENT QUELQUES UNES
    DES, NOMBREUSES INNOVATIONS DE LA NOU-
    VELLE CGOR1NN.
    "\'7


    LES NOUVEAUX PROPRIETAIRES DES CORONA
    ADORENT LEURS VOITURES. IIS DISENT QU'EL
    LES LEUR VONT COME UN GANT PARCE QUE
    CE MODEL A ETE SPECIALEMENT CONCU POUR
    LE PLUS GRAND CONFORT.
    LA NOUVELLE CORONA A PLUS D'ESPACE INTE-
    RIEUR, ET POUR LES PASSAGERS ET POUR LES


    Essayez la CORONA aujourd'hu


    HINOTO. S. Ai Rue Pavee Tel.: 2-0658



    "'UL~LI


    _________________; __________ ___ ~_______ ___ _----L-~L r ----i___.ru*-_~hYLW4YLd~d%~;~*;~LiYi~


    Pd An' -


    T


    A DIQUINI
    4 ChamLres I coucher -
    4 Salles de Bain Depen-
    dancej Vue magnlfique.
    Sonnez le 5-1302 centre
    1 hre: .M. et 6 hrea P.M.



    HOUSE TO RENT '
    AT DIQUINI
    4 Bedroom 4 Bathroom
    - Main s quarters.
    Call 5-1302 between 1 h.
    P.M. -ad 6 'hres P.M.

    x x x x

    A LOUER
    Maison- meublee a locker A
    Delmas, ruelle Nazon, com-
    prenant salon, salle a man-
    ger office, 2 chambres un
    c.bmet toilette grande '
    galerie termbe dependan
    cus eau chaude eau
    froide.
    Telephone 6-1297







    VENDREDI 12 OCT. 1979 PAGE 5


    PAGE I


    - tL -- .


    Petillant




    Rafraichissant





    Agreable a toutes les Occasions


    *


    L ,4FFAIREDES DIAMANTS SUSCITE

    DE MULTIPLES INTERROGATIONS


    PARIS (AFPi
    Le refus de la Presldencc
    det la Hepubl quI frangaise
    de s'expiqot r clairetment
    sur lalffaire des diamants
    Itd Ilokassa lUi auraiont
    e! O (ltIrlt A M. Gisrard
    di l'sl;nig alors qu'il etait
    Min strri '. l s etonnantes
    contradictt'ins dans le's de-
    c lralionlls (die p, 'us eurs ni in
    lres du GouvI rnemnit, cnll
    I tnuent de su ill lerroi(g u tons.

    Jeudi, le prc:e parole de
    M. Valery G.-card d'Estaing.
    M. Prer:e Hunt', s$ bortnai
    etans slunle dela-i;tion lac-nt)I
    qIut ;'t affirm r qu'il n'etait
    pals Ires digne. pour le Pro
    s dint de s'expiquter stir its
    endelaux qut lui eta'ent of-
    l,-rts Pour sa part le Pre1
    mit r MinitOre M Raymond
    Barre trouvait -ecoeurant,
    le tapage fait .nutour de cet
    t affaire, alo's que les par
    tisans de M CGiscard d'Es-
    Iieing cons de:- nt qu'il s'a-
    p i d'unt( simplee afl'aire po
    ' t(c enne, doetitne s ,dis-
    er'ed'ters le P:o ident de la
    Republique.

    Ma's 1L oft le: chosrs s'em
    i onuillelt 'est it propose de



    LE POINqT SUR

    PARIS -- AFP)
    L'Alluire des itamants qui
    sIera ent etr offers par
    J-ran Bedel Bok'esa a M.
    V il-ry Gscard d'Estaing
    tilertile a. la polcmique en
    lI ;tnce.

    Le jou)ii-nI:l sutirtque t ,e
    ( e;i;id Enrhainet, avail pu
    bli -i n rerc d0 le' fle :t nil-
    d tll blon de COrmmi;itlde. da
    16 de 1973 et s'Koie de Bo-
    I:tsa. d'une plaqlul, te do
    30 ciratts de d amant.s des-
    iit1;p a M. (;:witrd d'Es-
    l;ting, ;ilit)s Ministrs des
    I, Iantetc(s S' ison le -Canaird
    I-:n-chaine CT cadeaui repre
    "st'intl, liene vtalour de 1'or
    dil de un million de
    I ranes-.

    Mercredl soir, la :-o6siden
    do dt- la P-publillne pu-
    blies 't, itn communique quii
    i 'el st s ot di('menl CP
    ixtex, tris bref a trails h
    Sla pr;tiIque des erirc:,nnx
    diploasatiques;, et souli.p-ne
    que lis I r'editsotns els l .-


    la Constitution de la Com-
    m!ss;on d'enquite sur les e-
    ve.nli ints en C.ntrafrique
    dOtmnandee par e leader so-
    cialiste M. Fr .neois Mitter-
    rand et se,, am-s.

    J, udi. au M.nstere de la
    Cooperation, on indiqualt
    que le Ministrr, M. Robert
    Galley, etait accord pour
    qu, cette commission soit
    nmis sur pied. Le Secretai-
    re d'Etat aux Affaires Etran
    g'res, M. Oliv.er Strn, le
    crnfilm=lt onfciellem nt
    vendreodi matin.


    Or troes hei-es plus tard,
    le Secretaire O'Etat charge
    d s relations avec le Parle-
    ment M. Jacoques Limouzy
    annoncait que le Gouverne-
    ment n'avait pas t- donner
    son avis sur la constitution
    de cetie comm:ss on qu, rC-
    leve du Farihment.

    Au del de cette ,Affaire
    d' s Dnimants,, c'est la polio
    tique de la France en Atfri-
    que qui es en cause, et par
    ticuliercment son souticn ta
    Y. x-D-ctateur Bokassa et le
    role qu'elle a jueO dans sa
    destitution alins queo l
    xx xx

    -L'AFFAIRE DES /DIAMANTS

    changes de cadeaux, n'ont
    'n- aucun cas ni le carac
    there ni la valeur qui ont
    6 e menionnes par certa ns
    orsanes de press a propose
    de Centrafrique>>.

    Pour sa ptirt. M. Pierre
    IItn porte-parole de 1'E-
    lys.e, fa'sait jeudi matin
    une"onemarque porsonnellep
    dins laquelle il indiquait
    qu'ill n'e(tit pas tries di-
    gle piur la function pres'
    dentielle d'avoir a sp justI
    f Oir ou a donner des rfpli
    iques s r des isformal'ons
    qui relivent davnntnRe de
    bI diffamat :u ou d'une
    ;emngmone o'-ches' re onue
    rl'uie information vtrita-
    bleo. "'

    Mereredi. 1 jou'-nil du
    soir i*Le Monde, avait conr
    sacred iune ptrs 1-ire place
    i1 l'aftlf['". 1P DPeeloer rie
    cp quliotiden 6criiant Itui-
    meme otme ,,le document
    (produiti par -Le Canard
    Encha:ne- paraissant au-


    PORT-AU PRINCE / SAN JUAN

    aller retour


    $ 65 plus taxes


    PORT-AU- PRINCE /

    LUXEMBOURG:

    alltr retour a partir de


    S $481. plus taxes


    TRANSIT A NASSAU SANS VISA

    Renseignez-vous sur ces tariffs a


    Southerland Tours


    ou vous vous procurerez

    aussi vos heques de voyages

    AMERICAN EXPRESS.












    30 AVENUE MARIE-JEANNE
    TEL. : 2-1600
    DE VUE L'INTERET DE SES CLIENTS
    L'AGENICE QUI NE PERD JAMAIS

    9* saonyaoaioow jiosoesa oooo


    rachutnse, du President Da
    v.d Dacko.
    En outre, nGmhreux -int
    les observateurs qui affir-
    ment que les autorites fran-
    caises devaient avoir bien
    des choses a cacher puis-
    qu'elles ont fait procedcr
    ellcs-memes du de6mnage-
    m nt par le. m litaires
    francais dec archives de
    I'Empereur dechu

    Enf!n l'attitude des dir>-
    geants tranca s face aux re
    relations du journal satiri-
    que relay par <> met
    une nouvelle cois en eviden
    ce le,s probemes de I'infor-
    mation en France, o l'on
    salt que les autorites accep
    tent ma d'etre, mises en
    cause.

    Les relation; avec la press
    s- sont d'alil, urs d'autant
    plus compliqu, es que les
    pouvoirs publics ont, dans
    de nombreux cas, directed
    m nt ou indir(etement, les
    moycns d'un c'ntr61le impor
    tant sur un c.,rta'rs nom-
    bre d'organes de pressse, et
    'opposition d nonce regou-
    licrement &la mainmise du
    pouvoir, sur la television.



    > EN FRANCE

    thentique, la seule mose
    au point possible consiste-
    rait b annoncer que cec ro-
    yal cadeau a it6 retourn6 h
    l'envoyeur>t.
    Le communique de la prO
    sid-nce 6Lant mietr sur 'ce
    point, certa ns journaux en
    trent, jeudi. des conclu-
    sions. Pour les uns, le
    Chef de I'Etat doit s'expli
    quer> car tres graves). Pour d'autres,
    au contraire, 11 s'ag't d'u-
    nie -mauvalse querelle lfal
    te au preisdent de la RO-
    publique. Los seconds nccu
    sent les premiers de s'etre
    lives a < litioie ab 18 mois de 1'6-
    lection presidentielle.
    Ains', 1'affaire des dia-
    mants tourney a la polemi
    que. Ceux qui parent de
    mauvaise qtuerelle ou de
    coup buis s 'ndignent nue
    des repr6sentants de I'onpi
    sition s'en so ent aussitot
    empares <,averc une sorte
    de gourmandise qui n'ex-
    slut pourtant pas la pru-
    denre>e.
    d 1l'interet des futures con-
    eurren's de M. Giscard
    d'Estaing at 1',lect'on de
    1981, do decrire le presi-
    dent sortant come un
    homme ciunide>. Pe-it par
    exemnle le onotidien a
    g-and trnie < en nioutnnt nu'il seralt &d6
    snlantl qua le deba.T Doll
    t!que on France t-mbnt a
    re nivn' an I'occasion
    d'iln elori nl't1lue mna-
    jiur 1 i'election du presi-
    dent) ,
    T st mble nour'ant nue
    l.-fffi'-e lne soitl as clros;.
    Boa-ucoup pensent Ou'ell-
    r'snue dp se d6velnnner
    dans los inurs nui vien-
    rnnt et d'3racerber les pas
    sons polniioues.
    Les socialists entendent
    ione tniWe la lnmiAre soit
    fa.to. Tls ont demand lan
    constitution d' nn conmis-
    s'on narlPmenIeip d'enai',
    te sir e IPe cnndlnHoicDS de
    iin*ervenri.nol militaire fran
    caise A Bangu'.


    LA HAYE AFP)
    Le fils de I'.mbassadeur
    de Turquie aux Pays Bas.
    M. Benler, a ctA tue vendre
    d, vers 9 heu, es GMT au
    volant de sa voiture, dans
    le Quartier des M'.nisteres
    de La Haye. a ind'que un
    porte parole du M nistere
    d0-s Affaires Etrangires.

    elon des t6moins, le jeu-
    ne home, age de 27 ans,
    qui circulait dans une Volks
    wagen cul6e curps d.plomatque, a


    L 'ECOLE PRIVEE


    (Su:te de la .lerc page)

    condaire, i.1 sera oblige de
    verser 13 dollars en sixie-
    me et conquieme, 14 en qua
    t,.eme. 5 en troisieme, 17
    en second. En classes ter
    niinales (Rh6-o et Philo),
    il paiera 18 et 20 dollars.

    Pour un pere de famille,
    assurer 1' instruction d'un
    enfant repiesente, au mini
    mum environ 3.000 dollars
    pour les quatorze annees
    d'etudes. Cette somme, di.--
    il. ne couvrira que les eco
    lages, les achats d'ouvra-
    ges.

    Or, 1'enseignement priv6
    represent le principal no-
    yau de recrutement actuel,
    surtout, dans le Proscolaire
    et le Secondaire. Et. un pre
    juge conf;rme par les faits
    contribute a 1lenvelopper
    d'un mythe de superioritL.
    Dans les ecoles publiques,
    declare une mere, les pro
    fesseurs n'accordent pas
    tant de sons aux lives.
    Ce n'est pas leur faute. Ils
    ne sent pas bien pays. Ils
    dolvpnt suive une classes
    surcharge d'616ves,>.

    L'enseisgnement priv6 main
    tlendra cette position tant
    que, dans le domaine nu-
    blic, des efforts valables
    ne sont faits pour augmen
    ter los eclies. former plus
    d'enseignants et am liorer
    la p-rparat'on des sIeves.
    La tendonce qu' se dossi
    nP ac.uellpment est a pren
    dre en compete et vise a hin
    dust'ialiser, l'cole, jadis,
    institution soc'ale sans but
    lucr'a'if. D'importan's inves
    tissements s'effectuent, et
    sont oriented vers l cons-
    truct'nn de locaux plus ap.
    propr'es.

    11 y a aussi des 6coles
    qui disposent de conseil
    administration. Le syste-
    me n'est pas mauva s en
    sol. c'est la recherche du
    grand profit qul est condam
    unable. Certes, on ne sau-
    rait engager un capital
    dans une entreprise impro-
    ductive.

    Lorsqu'on interroge les
    directeurs ou propriftaires
    des 6tablissements secon-
    daire's, 11s sont toujours en
    clins. a reje'er sur trois foe
    teurs la responsab lite de
    la monte on flechi des 6-
    colages :

    L'inflation gene-ale

    Le cofit excessil des 10
    ycrs

    Les exigences salaria-
    les au cUops CIslel-
    gnant.
    Ce oeinier argument ne
    do-L pas esre acc-p e sans
    eseirve. Los ex genes des
    ense:gnants n one pas eu
    SJuV.IIL un aboutisslinent
    heureux... Deputs pies do
    quaLre ans, les salait's des
    enseignants pi-.ves ne s.nt
    pas ameliores. Un sense -
    g ni a n t du Prescolaire
    ou du Prima.re ne touche
    en moyenne qu'entre 80 et
    100 dollars. Celut du Se-
    condaire ne volt son course
    cote qu'a 3 dollars par
    here. Rares sont les pio-
    fesseurs qui reqcovent 5
    dollars par heure.

    Malgr6 tout, les condi-
    tions de travail dans certain
    nes coles pr ves sont de-
    plorables. Les eleves sont
    logOs dans des sales de
    c 1 a s s e mal amenna-


    ge9s. vailler dans ces ecoles. con
    fse un enseignant. L'atmos-
    phere est tout a faith difa-
    vobable. Les voix se font
    6cho et maintiennent un
    cl mat de troubles nuisi-
    ble au rendement maximum
    de la classes Ainsi, les ele
    ves evoluent dans un envl.
    ronnement tres peu favor
    ble.

    II faut joindre a cela le
    manque de econforts. La
    majority des 4tabl'ssements'
    scolaires n'offre qu'une pe-
    ti'e salle de toilette pour
    100 eleves. Parfo:s. un esona


    RC


    dr
    tre


    encore acceler6 quelques di-
    zaines de metres avant que
    sa vo!ture ne s'immobilise
    contr? un venicule en sta-
    tIonnemrnt. Un homme au
    rait ete apercu pregnant la
    fuite peu apre, les coups de
    feu.
    Quelqu-s rinutes plus
    lard, un incornu A accent
    slave, parlant dtfficilement
    i'anglais, a revend que 1'at
    tentat au nora d'un Kcom-
    mando de justice des g6no-
    cides arm6niensr, dans un
    appel t614phouique A I OFP.


    COURIER D CINEMA ITALIEN
    )ME (AFP) sera ad pte pour le cinema merica.n Robert Katz pour
    Vittorlo Gassman a real- par Li- tana Cavani, la ct- eclire le scenario.
    son disir le plus cher : niaste Aie tIger une cole de thOu- et de sAu-Dell Odun .n c' x x x x
    , pour debutants ut. sera du mals.


    1nstallee 1 Florence. Le c&
    lebre comedien a publile
    dans la press itallenne
    une announce ainsi redlgde :

    sCherche aspirants acteurs
    et aCtr'ces avec aucune ou
    une faible ex3srience pro-
    fess'onnell' Mais si possi-
    ble avec des aptitudes pour
    le chant, la danse el la'pan
    tomi.n-ei.

    xx xx


    ce mal amenage a l'inti- Franco Tav'ani, rrere ca
    rieur de la cour sert d'uri det de Paolo et Vlttorio Ta
    no r, plus souvent, d6pour- viani, les auteurs de vu de systime de canalisa Podrone, et du <), de-
    tion. Les r&gles de sanita- vien5 a son tour cineaste. Ii
    tion sont violes. realise actuellement to Ro
    me un film sur le masuch s
    On reserve Ode moins. en '' e, ,Masoch>. veritable rc
    moins d'espace aux sports uisltoire centre le pDuvoir,
    et a la culture physique, vu a travers les douze ans
    Quelques rares icoles d'spo de marriage de l'cri.vain Leo
    s-nt d'un terrain de jeu oft pold Sacher Masoch et de
    se pratiquent le basket-ball son spouse Wanda. Le film
    et le voley-ball. Encore. est interpr6ti par Paolo
    reste-t-elle lettre more Malco et Francesca de Sa-
    la circulaire du D6parte- pi0.
    ment de 1'Education deman
    danC, en 1978, aux Direc- x x x x
    teurs de l'onseignement pri
    v6. d'amfnager un ter-a'n Ornella Muti ostkl'eroti-
    aux spor's pour leurs 61e- que Princesse Aura dans le
    vyes. f'lm ta grand spectacle,
    \ (Flash Gordonw, que Mike


    Cer'aines ecoles ne dispo
    sent meme pas d'une cour.
    A I'heure de la recreation,
    les Oleves sont obliv6s de
    se balader. ou s'ebattre-
    A-esI- rise,1mt i


    qans la rue, ma.
    ques d'accident.


    Pierre-Robert


    Hodges dirige actiellement
    t Londres. La prnructlon
    Ps ns ".6e par Dino de
    Liurentis.
    g e. .r.. ..


    gre lg s ris x x x x
    ROME -A Lan Peauti le plus
    cl-bre roman de 1'crivain
    AUGUSTE-, ita 'n,, Curzio Malaparte,
    j


    x x x x


    Le f lm, don't t'action s .
    diroule it Naples. s'efforce
    ra de presenter une histoi-
    re homogne a u lieu d'uen
    s6'ie d'iplsodes, rel ks les
    uns aux autres, camme le
    suggire la lecture du livre.
    L'ilana Cavani, qui affirmed
    avoir ete immediatement si
    dulte par 1 e gess continues dans le li-
    vre. a binefici de la col-
    laboration de 1'historlen a-


    Pour la cinquime-fois,
    Uto Tognazzi est devenu
    me 'tur en scene. II a rea
    lse Et interpritl toti della Sgra,> (Les Voya
    gets du Soir), un film sur
    la crise d'une socikle oti ei
    pouvoir est detentu poar les
    jeunes et ott les vietox sont
    des emarginaux>.
    Fau'e de troutver un pro
    dctteu pour f cancer son
    film, Ugo Tognazzi ne per
    cevra aucun salaire ni pour
    son role de com6dien, ni
    pour son travail de niet:eur
    en scene.


    AMERICA ENGLISH SCHOOL

    Cours da soir

    INSCRIPTIONS : TOUS LES JOURS


    Course re6uliers en 2 ans

    4 H 5 H 5 11H 6 -; 6 1H 7 II
    $ 10 PAR MOIS

    Cours intensifs en I ant.

    5 IIEURES 7 HEURES
    $ 18 PAR MOIS
    METHOD :


    Hew Horizons in Eng~ish

    PROFESSEURS AMERICAINS
    LOCAL : COLLEGE CIIRYSOSTOME LAVENTURE
    No. 120 RUE DES MIRACLES


    - _... . . . ....- _.. . . . . . . . .. . .... . ... .. .. -


    ATTENTAT :
    I.e fils de I'Ambassadeur
    de Turquie tue a la Haye


    ... .......--- --------


    VENDREDI 12 OCT. 1099


    ,Y--"---


    1 I I r r C~ ~AiR _~~ I~ I I


    - -m MM I P


    IbrA~vu~sr~r~rv~ANs~vrrrrrrrrrm~rrl~,


    ,


    ...^JaisM--,


    %d











    CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

    MIdi 2 heures 4 heures en permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30


    CE SOIR
    Salle I S 1.50 et 2.00 Salle II $ 1.50 et 2.00 Sakle III $ 2.00 Sane IV $ 1.50

    L'OURAGAN Le Boi des Gitans UNE FILLE FIL BLANC COUSUE DE OPERATION CLANDESTINE

    **^MooTOai^n~aQ<^>!QQ*-^ ^^^^ ---- *---p^--,________________imr o -ooo~ow.K-f

    CU 13A
    MORT 1)1 E IAUTEUIR DE
    1A ('IIANS()ON
    .,GUANTANAMERA,

    LA HAVANE -- (AFP)
    LA conmposllit-eur interprc-
    to Jose Fernandez, auteuril
    niotaminineni de la plus ce
    lhbre chanson cubaine de
    cis 20 dernieres annees.
    .Guantanameras. est dece-
    de subitement. a 1'ige de
    71 ans, jeudi, a la Havane.

    En faith, le chinteur an e
    r cain Pete Seeger qui. str
    tune vicille melodies de aJo
    se-iito Fernandez comlne le
    .inonnmmaient ses admira-
    teurs a dapte des vers du
    celebre poete cUbtin Jose
    Marli, et a fatty connaltre
    ,t- mnonde entier cette chan
    son.

    Pour its leuines de nom-,
    brctux pa;.s, seduits par la
    I 'oluitionl castriste. Gnt;ilaniilmner;a, dains la
    veIslon dCie S't',er, est dove
    nitle une sorlc d'hymne.
    Mais JosePito- n'a j.ma's
    touche les droits d'auteurs
    de cott'e ch;nson qui 1'a
    rendiu celbbre.


    (Suite de la lere page)

    dons. Si elle i'i,,t def, at
    le glucose non dibger de -
    veit un pintsoi, 1'equilibre
    ncrvecux est compromise la
    paralysiti me,ael. La B2 sti
    mule l'appetit, aide la digs
    tion pal les diastases qu'el
    le provoque. La B6 est la
    providence dec CeX qui craig
    gnent la calvi'e, les cczem'-i
    ct I'urticatre. r

    La B12 t e1 iclativcmrnt
    I une des (decr' vi( rte'I l"S
    plus rec ntcs. File est pour
    l'orguinismi de outere prlmic.
    re imporltuanci pare" qu'elle
    tlavosis't I Jlu tiricAiton des
    globults's rouct. Le f oite des
    jcu( 't i an l im u Ix, la llevuri
    du l? rt '. Ie ,.iscat t cl'oeLif
    i s(,lt particrulicremenit rJi
    clit's.
    La Vilamine C 'est, peut-
    l re, iavc t l I B12, la plus
    popuul;rc. Ell Unous armed
    contre la Iallie, elle nolus
    p e r I c (1, dc res'sItr
    ;ilIX Ilnh t h)]SI ll(. nolls
    pr'otueV di' la vior-lhe'. Elle
    (. It s ies ls'i''lel' tt h its. O I

    prol'fus nll (L n"1 mo n ide veo
    Slal l to iis l]ii l u ii si' ,
    I'ruill' .s vrIt, s. 't l s's linu s
    li 'rbet ,, Inus l':, Iruits aci-


    M CASTRO SATISFAJ
    DES MANOEUVRES
    AMERICAINES A.
    GUATANAMO

    New York (AFP)
    Le president Fidel
    tro aest declare jeudi
    fail de l'organisalkon
    ianueull vres americain
    Guatanamo, sur l'ili
    Cuba, space que cela
    mnule notre esprit de
    te,.
    Le president cubain
    a fa't ces declaration
    la chaine de televisi
    meticaine NBC dans
    vion qutl lenmmenait
    Etats Uns, a ajo:t.e:
    pere que tout cla ne
    quec purle comedic,>.
    Leos Etats Unis ont
    N;e un renfoi't de 1.50
    rines sur la base de G
    nam,). dans I'Est de C
    et entam6 des manoi
    mli' au'res, ap'es 1
    'des :, il.- sur 1
    tra't d'une brigade so
    que suatlonnee i r 1
    Ces manoeuvres ame
    nies ne nous empe
    pas de dormire. a d'
    l nrresdent cuba'1n. (
    dant 20 ans, a-t-il a


    IT les Etats Un s ont faith des
    Mianoeuvres eL menace Cu-
    ba, je ne vais pas perdre
    le suolmmnell paitec que des
    marines supplementaires
    sont arrives.
    Gas- M Castro a indique d'au
    siPLs ire part qu'il n ava:t aucu
    de ne objection a discuter a-
    es a vec les autorites americai-
    e de nes du problem de la bri
    sti- gade sovietique, mais le D6
    lut- partement d'Etat a aussitot
    fait savoir qu'une telle en
    n. qui trevue n'etait pas prevue
    is a pendant le sejour du lea-
    on a- der cubain aux Etats-Unis.
    la- ,Je ne menace personnel,
    aux mais je ds que toute ac-
    aJ'es- tion militaire centre Cuba
    sera menacera la paix mondia-
    le, a poursuivi M. Fidel
    envo- Castro.
    00 ma Le President cubain. qui
    iunnta p"ononcera vendredi un dis
    iuba, course devant 1'Assemblee
    euvres g6neiale de l'ONU, a pas
    'echec se la journey de jeudi au
    le re- siege 'de la mission cubaine
    tvieti- atx Nations U tNs, protegcee
    le. par un impressionnant dis-
    'ric:i- positif pol'cier.


    ehent
    4clar6

    ljoute,


    des et les agrumes, citrons,
    oranges, pamplnmiousses. U-
    ne crudite at ehacur de vor
    repas, et Vive laViitamine
    de Sant-.

    1.a Vtaminc F est l'amie,
    des femmes coquettes puree
    u'ille joue un role impor -
    tant dans its functions de
    la peau ct la regenerescen-
    se des cellules. Elle se trou
    ve dans 'es ''"ps gras. Il
    f.aut coned.ier Madame, la
    bcaute de vo t r peau et vo
    tre ret,, ime ani ,iciseant.
    En Ha'ti. le Foleil est un
    d;i u bietli'iaist t.i. dieu m -
    crobicide, dietu 'eneircux qui
    1llOI p rnlet tIns aucun
    triis d'ansimiltr les vitmi-
    nits D,. E2. D.. Ces v.tami-
    tis sont sous in peau sous
    lorme de stereo C'cst gra
    ce a la vitarmiwe D que le
    calcium se fixe.
    Quint it la vitamin E,
    It's or "!uani iis de control
    dis naissaincte, auront, avec
    ell, vrair"'nit tort h fire.
    Le mais el I0 graisse de
    pore, grands pourvoycurs .de
    vitemine E, si nt a la bas
    des 'alitrn ntlal ')n )iailuienn(
    Serait-c2 'n (tes faci tirs
    qmui rendent i't; ition si ; ro
    lifique ?

    Courtoisic de i 1RBOUCO


    HISTORIQUE DES RENCONTRES PRESIDENTIELLES


    HAITIANO DOMINICAINES


    (Suite ie la iore page)

    tait forme au Cap-Haitien
    en vue d'appuyer la Revolu
    tion de Leconte. Victorieuse
    dans le Nord. Le 3 Aofit,
    Leconte entrant triomphale-
    ment aux Gonaives, le 4 ia
    St. Marc et le 7 Aoft 1911
    ia la Capitale.

    LE POINT DE VUE
    DU MINISTRY HENRIQUEZ
    Y CARVAJAL

    La disgression precedente
    m'a semble necessaire pour7
    mieux situer lesa hommes en
    place it 1'poque.

    A la page 145 de < Frontera Dominicano Hai-
    Dabtos Historicos sobre la
    Frnotera Dominicano Hal
    tlianas, 1921. James J. Mac
    Lean et Teodulo Pina Che
    valier (6) informeit qu'a-
    vaient ete envoys aux PA-
    dernales <1200 hommes de


    troupes dominicaines ve-
    nues de la Capitale et de
    Barahona>r. Ces auteurs pre
    tendent que dles soldats
    haitiens s'enfuirent, sans ,
    bruler une cartouche (...) :
    ce qu: est contraire aux tra
    editions orales dominicaine
    et haitienne de 1'epoque.

    A la page 150 du mrme
    ouvrage, il est indique que
    le Ministre d'Haiti ep R6-
    publique Dominica ne, Ju-
    les Lizaire. s'6tait aussi. ren
    du sur les lieux (aux Pe-
    dernales) en partant de San
    to Domingo.

    Le 5 Janvier 1912 trepro
    duile a la page 39 des Do
    cumen's Diplomati.ques -
    Relations Exterieures 1912)
    le Ministre dom nicain fa
    P-au-P. Dr. Francisco Hen-
    riquez y Carvajal, adressait
    une lettre a .notre Ministre
    des Relations Exteroeures,
    Jacques N. Leger. La corres


    LE DISCOURS DE FIDEL CASTRO


    (Suite de la 1re pa.ze)

    re interromp,, ia plusieurs
    reprises par des applaudis-
    scments prolonges, notarn -
    ment lors de ses passages
    suit les droits des pauvres.
    dans le monde
    Des acclaim tions et des
    applaudissements scandes,
    se prolongeant plusieurs mi
    nutes, ont suiv, la conclu-




    LE CENTRAL
    TELEPHO.IQUE

    (Suite de la 1ere page)

    Delmas et de Petionville.
    De plus. son fonctionne -
    mnt t ne unec.1 'i, '.c qu'u0
    personnel n'entretien res -
    treint, car son equipi-nelsnt
    autonia'.iquc repond it des
    foncta..ns le. 'lus divcrses:
    Constrole des lines des a
    bonnes, cliaoses des seivi-
    ces fourlis, priority er e as
    d'urgence, correction des er
    reurs, enrcgistreiment auto-
    matique de toiut,s anoma -
    lies, vei ifcation a distant -
    ce de la brncie marche du
    Central. identification et lo
    calisation des panne's etc.

    T1 est a reimarquer que
    l'en'ree' on 1 ti l iii duI
    Central tdlnh('olon mnhbi
    1" d"e Pont Morin libere les
    f,'lulcs dut Haut de la Vil
    1, i e Boiss Ve"na. Can pi
    Ver'l. Bb olo eltre que crl
    Irs-ri pulvrent 're utili -
    st'sS n1eur rnonrdrp isux ide
    alils dul Celntre Vi le...
    Aectellom'nt ni '"n n-"nne
    1or un ai m! i nt .11 '"niiT) "VTr,1
    a Turioni, a Bsn olle n Des
    nrry rr i1 fint u colmnnser
    1, 1 e t los n.,-o l --s-
    chffros restenit nctihan'es.

    iI taut tirii aussi pour rte
    mi nLe que Il capacite de
    la zone metrIpolit'.ine augi
    1ten e avc ce nouveau cen
    trial et 1'cxialsioin dS Car
    refou: de 13 000 1 ales af
    19800 liounos. soit line aluR
    mentation de 52 pour cent
    par rapport au risrsau ac-
    tuel.


    Le President cubain s'est
    rendu ensuite a un dejeu-
    ner offert en son honneur
    par le Secretaire General
    de 1'ONU, Monsieur Kurt
    Waldheim



    Manifestations
    anti castristes
    a New York

    N Y, (AFP)
    La poignee de manifes -
    tants ant'-Cast-ristee qui se
    trouvait canton'nee par la
    Police au coin de la 47eme
    lue aux alcntoours des Na
    tions Unics a New York a
    cons'derablement gross a
    pres l'arrvee de Monsieur
    Fidel Castro a l'ONU.

    Selon la Poliic, des mil
    liers de protetataires se
    sonit asses pour mnites-
    ter bruyamment leur oppo
    sit'on i la venue du Presi.
    dent cubain, pendant son
    discours devant 1'Assemblie
    General
    ,,Liberez les prisonniers
    pol'tioues ciubainss>, hur -
    lnt lies anti-castristes. <,Fi
    del. va au diable,. ,Car-
    ler m6fiez-vous .. Vivi Clu
    ha,>. scandent les manifes-
    tants
    Pnlid:ant ie temnps los nro-
    casrstalrs se rassrmblatelnt.
    au coin de la 42nme rue



    LE DIRECTEUR
    ANDRE DUBE

    (Suite de la lere page)

    ment a cette Institut.on ct
    son inchnlatliu pora plus
    d'un a rectified r une opinion
    at saisir ctt t comprendre la
    haute portee social de la
    Lotcric de I'Etat Haiticn
    dans le cadre de i'act.on ge
    nri u.se du Gouvernement.
    LTInsuttuionu pprd en An-
    toine Bervin uoh collabora-
    teur de taille 1t c'est la
    Giande Famille de la Lote-
    rio qu est eprotivee par sa
    mort.),


    Svelte

    Oragees amaignssantifie


    'uoa~

    depot .


    Maigrir sans peine avec Fugoa depot


    sous la surveillance dela
    Police qui cherche a evifr
    les bagarrcs Au moment oil
    Monsieur Castro prenait la
    parole. il y avait ai peine
    une duzaine de partisans
    du leader cubain. Ils ont
    toutefois affirmed que leur
    nombre s'accroitrast ih plu
    sieours centaines vers 15 hres
    locales, moment of Mon -
    sieur Castro devrai.t quitter
    les Nations Unies

    XXXX

    CASTRO OTU :
    APRES LE DTSCOURS
    DE M FIDEL CASTRO
    (Par Georges WOLFF)
    NATIONS UNIES -.

    IN Y), (AFP)
    Depassant les cloisonne-
    metics ideolog!ques et geo-
    graphiques, Meonieur Fidel
    Castro s'est ariresse vendre
    di a l'Asscmblee Generale
    des Nations Un'es en home
    d'Etat international et no,.
    plus en tribune revolution
    naire, estiment les Diplo-
    mates observateurs a 1'ONU
    Dans le dernier tiers de
    son discours, le President
    cubain a expose les motifs
    et les antecedents de la re
    volte des pays en develop
    pement centre les pays nan
    tis et propose une formula
    pour canaliser vers un dia
    logue positif un contcnticux
    qui pourrait tourner a 1'af
    frontement.
    Avant lijde d'une sorteb
    de 'super-ol.n Marshall,,
    des Natons Unies a l'echel
    le planctaire pour finan -
    cer la lutte cntite le sous-
    devcloppement et combat.-
    tre le paupcrisme. Mon -
    , stcur Castro a propose l'oc
    troi aux pays pauvres de
    300 milliards de Dollars,
    en trenches annuelles
    d'au moins 25 milliards au
    course de la prochaine de-
    Celnnie.
    Daans les travees de 1'as
    semblie general, 1 lnormi
    te des chiffres ne pouvait
    manquer de provoquler un
    choc. btnt paorm les pays
    sollcites pays industriali-
    ses. pays producteurs de pi
    tiolo et nays socialistes)
    que parmi les eventuels rd
    c piendaires.
    Frappant 1 imaginatinn
    de son auditoire. le leader
    cubain a ovoqut line des
    consequences possibles, se-
    lon lui, de l'endettompnt
    des pavs pauvres, qiue cons
    tifle-ait une banquerouute
    finnncitre mondiale. Elle
    ubsuylirait. n-t-il diO. a la
    f'un Siu svsfl-mo canitnliste.
    mrnis nussi, enoun stir h
    1'auncalvose d'un conflict
    planotaire.
    S'il sortlt p"-5mns- die
    cnn'.idr'er ;a snrn'gofnlos rsic
    M Cqnsrn et ofn psomhro n1-
    tsrnativo cnrniimo llni, '- -
    menrit hs'o'-in" il rest
    qnlP In lr bpf volnt lnnno-n
    re cnbnu r n rImnmorrid avac
    kClt 1oivP -iiur d'',n no's-
    v'ni' pen1sro ar nne Ion r s
    nrIta onl'-o naisr SvlnDs
    e coPIIx qui veulent le de-
    ven r.
    eate", '. n nl ris
    fniftsl a crnn-l, 1 rlpro.
    Pnqpy ri4'-ihqe-PrJirnq q -rep

    rp r io ;n," c s fitin "
    ornsl'1n- inssosoohlo
    In'o dri'un odri'o -p l of o b
    irofif ron tn-nt 1" monde
    pourra comptendre,.


    pondance a trait au adiffe
    rend suscite par la construe
    tion de la route sur le c6ot
    oriental de la Riviere des
    Pedernales (...)

    sAg'ssant d'un common
    accord et profitant des bons
    offices et indications du
    Gouvernement de l'Ameri-
    que du Nord, il a 6t6 con
    venu que le Gouvernement
    Domin Cain suspendrait les
    travaux de construction de
    la route mentionnee et les
    deux Gouvernements. celui
    d'Haiti et celui de la Repu
    blique Dom'nicaine, main-
    tiendraient le status quo
    sur le territoire contest.
    deux Gouvernements s'en-
    tendirent pour entrepren-
    dre a Wash'ngton les n6go
    ciations pr6liminaires qut
    les ont conduits a soumet
    tre la question de d6llml.-
    tation des frontires ia un
    jugement arbitral. Les ni-
    gociations, a part certaines
    difficulties et\retards, nes
    de causes inherentes i 1'es
    prit qui les guidait. ont
    commence sur la base du
    status quo cit6 (...)

    LE POINT DE VUE
    DE JOSEPH JUSTIN

    Dans son ouvrage remar-
    quable sur oLe Differend en
    tre la R6publique d'Haiti et
    la Republique Dominicaine,
    question des Limites Fron
    tires. Pro Pat.ria 19121, le
    patriote Joseph Justin, avo
    cat. Directeur eDe notre Eco
    le National de Droit, nous
    renseigne (page 51) : CL'in
    c'dent des Pedernales corn
    menea a la fin de 1'annee
    1910 (et se pursuit) au
    commencement de 1'annee
    1911 (...)

    minicaine, une press pas-
    sionnee, Acrivit forces diatri
    bes centre les Chambres
    Nationals d'Haiti et excite
    rent les cohorts populai-
    res ) ce cri, sAllons plan
    ter note draDeau it Port-
    au-Pr nce.

    A la page 52. Jh. Justin
    pursuit : Cour Permanente de la Ha
    ye., en vue de rechercher
    une solution a ce different,
    rdes commissions furent
    nommees de part et d'au-
    ire (...)

    ne etait compose de MM.
    Georges Sylvain. A. Poujol
    et J.M. Bredy (...)

    sEL commc les deux Gou
    verneimne;s temoignerent
    respectivement le desir d'a
    greer les bons offices du
    Gouvornement Americain
    dans le reglement de cette
    affaire. ils durent convenir
    pou' prdliminaire de discu'
    ter 't d'arreter les clauses
    du Pro'ocole d'Arbitrage a
    Wash niton. avec l'assistan
    ce du Dinartement d'Etat.
    Los delAgues des deux par-
    ties ontondantes etaient
    en-"-e a Washington quand
    le Gtniral Antoine Simon
    tomba du pouvoir. Depuis
    lors la question des fron-
    totres reste pendante de so
    lution (...)

    LA CORRESPONDAN''E
    LEGER HENRIQUEZ

    Le 21 Decembre 1911 (in
    Documents Diplomatiques
    1913 o. 33), le Minislre des
    Relations Exterieures du
    Pies dent Cincinnatus Le-
    Scinle. Jacques Nicolas Le-
    ger lanifestai.t au Ministre
    de la Ripublique Domini-
    ca ne i Port-au-Prince, le
    'D-. Francisco Henriquez y
    Carvajal.. tre Gouiverntrent voudra
    bhon. en faisant rcprendre,
    an1 plus tdt, les 1 n yocla-
    t'ons out se pourstivent a
    W.nshintonn so ioind,-e au
    notre 5"t)il- Iter 1i r'etle-
    mern difnitif dor la seule
    qitesfion nu' soit ri" o,.'"-
    '-impr in1111 regrettable
    dntleltendu elinre 1"s driex
    pass nip so nn-tasn'nn Is
    so .'se"an'no 't do 1'tl" (...)
    Te .3 ITnnv'or 111 1" Mi
    n1s'"S Ho'nnoir-'z ecoatatf't
    tit Docdimonts Dinlobmnli-
    01,'s 1113 n 3,1) no-
    trmsmrent -" sMortn Coiverno
    m1olt snuhaile ri lTionmont
    ns si hen 'ill Cei"' de Vo
    Ire F'c"llonr' vole ouinr-
    s,,vre let dSith s oniivos
    afin d'a-river. par des mo-
    vons litgaux ou internatio-
    nlslx 01 p5r ripo eccfids
    mnoo'o'x e" t-01ioshlsls. a so

    dante des limites frontit


    res. Des evenements regret
    tables survenus en Haiti au
    moment meme oti les P1i
    ni f"te-ttiaires des deux pays
    co -mengaient la discussion
    de/l'affaire aussi bien que
    des divergences soulevees
    entire les delegues haitiens
    concernant la nature et la
    portee de leurs pleins pou
    voirs et instructions respect
    tives, ont occasionn6 un re
    tard que mon Gouverne-
    ment deplore.

    voit oblige de concentrer
    toute son attention vers la
    delicate situation politique
    interne creee par la mort
    inattendue et 'tragique du
    President Caceres et peut
    etre la cause momentanee
    de lenteurs apportees dans
    les ndgociat'ons entreprises
    a Wast~.ngton (...) (7)

    LES DELEGUES

    Dans son Historia Patrias (quinta E-
    dicion 1969 p. 335), Ber-
    nardo Pichardo note (tra-
    duction du sousstgn6) < leguas a Washington en
    Mai 1911. furent nommes
    des del6gues pour discuter
    h Washing oh avec les d6
    leguos designs par le Gou
    vernement haiten, un Pro-
    tocole ad-referendum, rela
    tif a la question des fron-
    tibres. Ces d6l6gues etaient
    les Licencits Francisco J.
    Peynado, Apolinar Tejera et
    Emilio C. Joubert. ce der-
    nier ia 1'poque E.E. et Mi-
    nistre Plinipotentiaire de
    la Republique Dominicaine
    pres du Gouvernement Ame
    ricain (...)

    Du c6te haitien. ont ete
    a 1'epoque Envoyes Extraor
    dinaires et Ministres Pleni
    potentiaires de notre Repu-
    blique a. Washington : d'a
    bord sous la pres'dence
    d'Antoine Simon, H Pau-
    lius Sannon; puls sous, eel
    le de Cincinnatus Leconte,
    Solon Menos; ensuite, sous
    la presidence d'Oreste Za-
    mor. Ulrich Duv'vier pire.
    Enfin. quand Vilbrun Guil
    laume acceda au pouvoir,
    de nouveau Solon Menos sue
    cedant a Ulrich Duvivier
    pore, devenu M'nistre des
    Relations Ex erieures.
    De son cote. le Gouverne
    mont Dominicain remnila-
    cait son Ministre a Wash'ng
    ton par Peynado en 1912 et
    rapp"lait en Dicembre 1913
    s5n Minist-e on notre Ca-
    pi'ale. le Dr. Francisco Hlen
    r'oucz y Cnrvaial pour nnm
    mer en liosi et plico Dr.
    Amaindo Avbar, assist doi
    Gunrin Gonznles. Au debut
    do 1015, Carlos A. Mnin de
    venait representnt diplo-
    mnnti',o de 1., 1p) T,pe sp-
    nemidaient Illisos HPureaux
    f'ls. en aoali6 rn Nsrrtni
    re et Consul GBneral, Nu-


    ma 0. Aybar. Consuil au Cap
    et Manuel A. Mota i Oua-
    namintle.
    En 1915, Edmond Dupuy
    devenait Ministre ia Santo-
    Domingo. Etai.t rappele Ju
    les Lizaire, qui avait ete
    tour a tour Secr6taire de
    la Legation, Charge d'Affai
    res al.., Charg6 d'Affaires.'
    ad hoc. Min'stre resident et
    Ministre plenipotentiaire en
    la Capital voisine. .

    Gerard JOLIBOIS

    x x x x

    PROCHAIN ARTICLE

    UNE MEDIATION
    LONGUE- ET, DIFFICILE
    NOTES DE L'AUTEUR

    xXxx

    (1) Ces rentarques sont
    extraites du Geographique et Admin'stra
    tif>> de Semexant Rouzier.
    (2) La brochure a ete e-
    ditee en 1932 a l'Imprime-
    rie Virgile Valcn de Port-
    au-Prince.
    i3) Le General Ramon Ca
    ceres y Vasquez a ete Pre
    sident de la Republique Do
    minica ne, du 29 Decembre
    1905 au 19 Novembre 1911,
    jour de son assassinate.
    14) C'est le pere du regret
    te Edmond Sylvain fils (Ed
    die) et le grand pire de
    Mine M'Bow, nee Raymonde
    Sylvain.
    15) Futur President de la
    Republique Dominicaine en
    1916.
    A 1'6 p o q u e le Ca-
    binet du P re si d e n t
    Caceres etait constitute par :
    Manuel Lamarche Gar-
    cia : Justice et Instruction
    Publique;
    Feder'co Velazquez H.
    Finances. Commerce. Tra-
    vaux Publics et Communi-
    cations;
    Emilio Tejera : Agricul-
    ture et Immigration:
    Gal. Miguel A. Roman
    fils : Interieur et Police;
    Jose Maria Cabral y Baez:
    Relations Faeorieures.
    Seuls ces deux dern'ers
    a-ssumeront le Gouverne-
    ment Provisoire du 19 No-
    vembre 1911 au 5 Decombre
    1911 en tant que membre
    du Conseil des Secretaires
    d'Etat. Trois autres mem-
    bres, nolamment Celasucez,
    durent s'as ler a la Lega-
    tion d'Haiti et se refugier
    en Haiti.
    161 Teodula Pina iiChva-
    lier ct:it le grand onele du
    filuor dicta cur dre Ia R.D.
    Rafuel Leon'das Truiillo y
    Mnlina. Fut son Ministre de
    l'Infdrieur.
    (7) A la suitol de 1 ssns
    sinat du GBnd', 1 Caeores,
    la guerre civil- eta t quasi-
    generale en R.D.
    G.J.


    Prouessiunnels, amateurs ou melomanes avertis
    Pour tout materiel electro-acuustique
    I Voyez Aux Ondes Sonore-
    Pour tovt apparel de hauce fidlite
    Voyez Aux Ondes Sonores
    Puoor tout materiel electronique
    Voyez Aux Ondes Sonores
    Pour to}it materiel electrique courant
    Voyez Aux Ondes Sonores
    Pour tout en matiere de Television
    De I'antenne au recepteur
    Voyez Aux Ondes Sc ores
    Pour enrichir votre culture musical,
    votre discotheque et assurer l
    V'entretien de vos d nsques i
    Voyez Aux Ondes Sonores
    SPour choisir votre guitar classique ou nlectrique
    Voyez Aux\Oi.des Sonores
    V'olonisfes Alfistes, Violoncellistes
    proor roqnrc4Os professionnelles
    j"Vpz Aux Ondes Sonores
    P Vo r .q fnqrpf2 "ovr vnforp
    *7n~sp&v"rOt n' n *i'.n,


    V0-.^ S,- AnOnrl.q Sennrp


    Aux pndes Sonores

    Tout... dans tdus les domainess
    41 iue Macajoux Telephone No. 2-3824
    An Service du message sono:


    Nouvelles de 1'Amerique Latine


    COIN DU JARDINIER


    LA DARBOUCO

    P'Ol 'PRODUIRE PLUS
    POUiR IPRODUIREI MIEUX
    POUR l .,Ob.IRKE MOINS CHtER


    A la Darbouco

    LL6s MLILLEURES SEMENCES
    LES ME'ILLEURS ENGRAIS
    LES PESTICIDES EES PLUS EFFICACES
    DARBOUCO, .A. RUE DU QUAI


    'iesr maintenanl silfaciled'avoiune ligle
    pariaite si vous etes a un age oij .Pewi-
    bonooint menace. A


    $1 vtgrp gourmarvdise eat plus tone quo
    wvon bcjhnes resolutioctso


    s vote actuviit sedentaire favofise les Fugoa depol
    bourrelets de graisse En venle dans routes les pharmacies

    c' oquoe en R5publil ue eOerale Anriemagne' E Scheuinctn Pharmwerk GmbH Appenweoer/Bede"


    ~- .-~ _I_ ~~. -- -------~-- ---- -------~-------- -- ~~I~--~~ ~-~~ -~--~..- --~ -.


    ~v/Z///I//I/////E~Krrr/~/E/~srsr////rrr


    ---- ---- ---- ---- ---- ---- --


    _ _~ _____ _. _,_ ~Yl---------,-,--. __ -~2~----


    VENDREDI 12 OCT. 1979


    PAGE 0


    LE NOUVELLISTE


    -----~




  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated October 10, 2010 - - mvs