Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10511
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: September 29, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10511
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text


OU SE TROUVAIT LA

VILLE DIE LA NA TIVITE
Par It Dr Elysce EUSTACHE


()I vi n' I deti dicoiuvrir,
L)11 l in I d1 L tiiimn i le, les
i r. lli:c. de P i'rlo-Keal, vil
l' (1i.l o lllprell alt, 10.000 ha
llantl.s ti (|lu pa.s' e pour it
vuIt ' e Inl prellmiere ville
iijpollntii r Nill Nouveau -
Monl Pali i ril' lc decolivrt,'e
tl i r, l; plus trandl e 1111

p t' ll nh 1 l ii qil l r oi' l 'l NA
TIT Li! Euripuc'ns ait onA-

tOr 11 c t ca M e iiiparavatlll
ill' ; li i I \ ll r dluill o n iA
ipi;ll pI r lell plLs et, qui,
|l) li'ir ill. Iw le c'd p enp o
r:I :tuIL p imlI itfe vI le his[.ori
(liet, :I ;i cide autre cite on
Amierique. C'e.,t Colomb lui
Uliine (1ul, dalis sonl comp-
It-nlchl ;Ilux SOluverains
d E'.li') 'u n, 1 aIvait procla-
Muee I't 'lr i 'ler ville posse-
(let, pilr les EuropGens en
Ariieri(|i J'al pris posses-
s (iln po) r leurI s Altesses, 1de
( r -l-1 d'iune tcrande vil
I ili i11ommn e LA NA
TIVITE Ft lii. i'ni fail coils
tiirlrI'C en 'n 11 c 1l t orteres-t


Cltti villo, indienne don't
le nliom folt europ6anise
s u.s l'1Ippellation de : LA
NATIVITE, n'c;a't autre
qjil9 Guarqico, la vrande ca
pj'Iale du Caciquat du Ma-
cilmn (conlrmandI par Guaca
namaric.

MII.IntienanIlt (jilc s iappro-
plin a glands pas le demi
im1 lcnie de 'avcnture
t1u l pour 1'epoqui, ausla
in r-veilleuse qcle cclle des
]lrenicens pict dc l'Homme
iur la Lune, 11i imprte que
de grandioses ceremornes
saent or,-anis'ees pour comd
mcomuer l'ev'nome t de -la
Ic eouverte de l'Amerique.
1IIi xi $11 i .d. aen cr
juste queo l'on penssat a ma
,niflf'or 1'eldroit exact oft
Colomb constru;mit le pre-
iir etabl'ssenent 't, o-t
peen dans l1v Nouveau-ilon
d-. Il se revele done d'ex-
ircme urncce que soit loca
li.,d de facon certain 1'em
plurement de LA NATIVI-
TE linlsi que l' ndroit du
nauifrage de la Santa-Ma

C cte dernicre localisa
fion s'impose atin que soit
ha layee certain legend
que l")n voudrait implan-
irr (nmm(- verite d'Evangi-
lc d;ns 1'esprit des cher-
'h ll'r ;il sU.j(t de l'ancre
d( la Sant:; Maria. En ef-
let' pour avoir 6te, depuis
ll(),n f nrl ^LL en contact
:tvfr dh-s 1(ilomles eminenm-
IIIq1 'iA (*i llfi r (a pe Ii.
t ] .sl ~i' a n tlo rd 'H a iti,
I ;ii "1 a )par la tradilt;on
(11n, wiiirim lM iL situe6


dans 1'entourage immedlat
de l'actuclle vllle du gap
Hai.tien, exactement L Pfen
drollt denomme Haut-du-
Cap. Deux faults nourrissent
ma certitude en une telle
croyance: Au course de rues
randonnees d'enfant, j'avals
1'hlabitude de voir au Card
nage, board de mer du Cap
Haltien, line grosse ancre
de Caravelle, qui idenfifide
come authentique, \jut.
transportee au Musee Na-
Lional de Port-au-Prince.
Cetle ancre de la Santa-Ma
na a eLe exhibee a maintes
expositions internationales.
Je me souviens encore du-
ne ceremonies deroul6e en
juin 1936, a la demand de
1'Union Panamericaine, pr6
decesseur de 1'OEA, et a.
laquelle j'ai participd acti
vement en tant qu'6leve du
lycee Philippe Guerrier du
Cap Hai.tien.
L'Union Panamericaine,
au course de son Assemblde
annuelle, avait voti une
Resolution pour que fut'
planted, en un square de la
Havane, 1'Arbre de la Fra
terniti Americaine et de le
faire arroser symbolique-
ment avec 1'eau provenant
de la riviere a identifier
come etant la plus histo
rique de chaque R6publi-
que du Continent. De l'avis
unanime des historians hai
tiens consullis, la rivi&re
du Haut du Cap meritait in
ontestablement pour Haiti
areille reconnaissance pour
avoir iti le course d'eau re
monte par les Europeens
quand Colomb rendit visit
a Guacanagaric pour scel-
ler leur pacte d'amitie. La
ceremonies du puisement de
1'eau symbolique se fit au
Pont du Haut du. Cap, sup-
pose etre le plus vieux
pont du Nouveau Monde
construit par les Euro-
piens. Et je fus 'dsigne par
mi les ecoliers de la ville,
rassembles pour la circons-
tance, pour remplir ceremo
nieusement le flacon dans
la riviere sacralisee.
Ayant la conviction de la
proxim'tt de Guarico a la
v'lle du Cap et de la loca-
lisation du naufrage de la
Santa-Maria dans la rade
de cette ville, je fus d6con
tenn'ce de lire dans Moreau
de St Mery que, 1'erection
de la Nativite apr1s le nau
frage', eut lieu dans le voi
ainage de Lfmonade.
Et ie fus riellement bou
levers en lisant tout r6-
cemment dans la grande
pressed mondiale, qu'un ar-
cheollogue aurait decouvert
I' anre de la Santa Maria
dans la Baie de Caracol et

(Voir sutie page 3)


BAMEDI 29 ET DIMANCIH
%in . .. .


a -30 lPTEMBRE 1979
No. 31173 -










OND EN 1890 : LE PLUS ANCIENT QUOTIDIAN D IT MNMBRE DE L'AOCAT6TION INTERMERICAINE DRE Re SB


DIRXUTEUB : IbUCIE MONTA8
ADMINISTBATEUR :" Mme. Max CHAUV]W


ETA TI IJ N-q.-TCIA :


V d8RA~l


T6i6phene : 2-2114 Bolte Poosle : 1316
Rue du Centre Nv 313


MI-FIGUE MILRAISIN


LA POSITION CUBAILE LA ENTREE COUTE QUt COUTE


LA HAVANE (AFP)
Le President Cubain Fi-
del Castro a repondu com-
me par advance au discourse
di en voulant a la fois de
de Jimmy Carter prevu lun
samorcer une crise tartifi-
cielles et retttre en garde
le president americain con
tre les risques de zdesastre
politique, estiment les ob
servateurs S la Havane.
La conference de press
donnee vendredi soir a la
Havane par le leader cu-
bain itait avant tout une
adresse au people ameri-
cain, par l'interm6diaire
des journallstes des Etats
Unis convoques de toute ur
gence. Il a assured que Cuba
n'accueillait en guise de
brigade de combat, qu'un
centre d'instruction militai
re No 12, installdeonform6
ment aux accords signs a
pris la cruise d'octobre 1962
entire les Etats Unis et
1'URSS.

Dans ses propose considd-
res come tres durs a 1'e-
gard de 1'Administration
Carter, lui-meme qualified
d' tee, Fidel Castro s'est insur
gi centre cet pipsode, co-
medie completes face au
etragiques de 1962. II s'est
demand si le prix de la



CARNET SOCIAL
Aujourd'hul 29 Septem -
bre ramene 1'anniversaire
de naissance de notre char
mante amie ggr.line Mel-
loni. E11e se pf6bose ce Soir,
au course 'd'une gentille re
ception; dd rdunfr ses meil
leurs amis qui competent aus
si la feter comme il se doit
nous profitons de cette oc
casion pour adresser nos
voeux les meilleurs de san
te, de bonheur, et de lon
gue vie a Marlene !


JIl'JTIOS DES PIECES DE MARTIAL DAY


LE GRAND A CTEUR MARTIAL DA Y

REMONTERA T IL

SUR LES PLANCHER ?


C('mrunln inoU avons a- bre ai L'Institut Frangais
i, i(,, dtns I'1'( d le nus e- d'Haiti.
(l)0 ills dcI (C'*llrC IC nImalne, M.
Mlrlial Day v'enLt de fire Nous avons rencontre M.
.lci- 111 t iul ouvrage Martial Day en cette fin de
(lii:x d i h(s < muvresc thea- semaine et le plus natural
I rI s : lHic t ige el 1Ar- lemcnt du monede, il nous a
riV:I,li,x. La velxi' glnatlureC accord une interveiw don't
(ic ccl (, lcltVl hilii presen voci les graniei s lignes :
hl C(, lx(,c a:I teidl 4 Otto


AVIS
La S'iclec du RHUM BAR
BANCOURT ntllermne ,
, ('1ntlcle, int.l de la C.xpi
l;i' q( e d(i, la tProvixnce
pit a p;irt;r du ler. Oclobre
1!97!9. I's prix dCe ses differ
renters qualities de rhum nux
g ,trisste's sO,1i fixes combine
mill,

1. Une Etoile demi-bou
txille $ 20.00 le car ou

2. Une Eioile Grande
Bouteille : $ 17.40 le carton

3 Trois EltIles Grande,'
PBo leille $ 28.20 le carbon
4. Reserve Spcciale
Grande BouLtell e $ 37,20 le


5.- Reserve di Doiiailne
Grande Boutcll 1 $ 78.00 le
c(irtol. : /
L'escompl,. cornmme /r[ec
d( immn'l scra c;ilculde sur
1( prix hour's taxes.
Les noiiveaux prix refli-
tllil uniiltuemnut 1'auigmen
Ialtin des coils de produce
tion et des articles d'embal
la ne.

D'uiitre part. nous assu-
rons notre clientele qtle no
tre sound de ltojours eSt de
servir des products de hau
le quality aux meilleurs
prix.

Socit6 du RHUM BAR-
BANCOURT J.P. GARDERE
& Cie.
10


Le Nuvelliste : M. Day,
-il y a pratiquement toute u


lne generation qui ne vous
ronnait pas. Qu'est-ce qui
vous a port S reparaitre,
sur les planches.apres une si
longue absence et 4 reedi-
ter vos pieces de theatre ?
Day : Mes pieces de
theatre ne sont pas reedi-
ti'e. Elles sont simplement
edities. Mes oeuvres ne sont
pas connues des jeunes ge-
nerations, justement parce
que J'avais fui trop long-
temp les embarrass sle 1'edi
tinn, Certes, je pelse gquele
souvenir de mon' passage
sur la scene, est reste
quand meme vivace dans
l'esprit de ceux l qui- sont,
par example, moins jeunes


que vous, qui ont connu la
grande epoque du thi.tre.
J'ai pris l'initiative d'iditer
mes oeuvres pour permet-
tre a ceux qui les ont con
nues et appreceies dans le
passe de les revivre, poUr

(Voir suite page 8) ,


ratification des Salt II 6-
tait la sounrission de Cuba
et a reaffirmed aI d6termi-
nation des cubains, prits a
emourir pour leurs pays.

A maintes .reprises, le
leader cubain s'est interro
gd sur les raisons d'une at
faire sortie des archives,
et connue selon lui de
tous les presidents, amdri-
cains americains depuis
1962. Ses explications sur
les modalitds de 1'aide so-
vidtique i Cuba ont repris
la these ddveloppee le 14
septembre par 1'Agence
Tass, selon laquelle 1'exis-
tence d'un centre de form
itton militaire a Cuba de-
puls 17 ans 6tait un fault
connu de tous, sans danger
pour les Etats Unis.

Paradoxalement, ce point
de vue avaiet it pratique-
ment partagi par le Secrn
taire d'Etat amiricain, lors
des premiers balbutiements
de la crise en juillet der-
nier. Accuse par le Sdna-
teur Stone de dissimiler le
pnobleme, Cyrus Vance a-
vait alors assure n'avoir au
cune preuve d'un renforce-
ment de la presence mili-
taire sovitique' a Cuba. part un group militaire
conseillant les forces ar-
mees cubaines, depuis 15
ans ou plus, nous pouvons
conclure qu'il n'y a pas
d'autres forces de ce pays
pays avaitt-il declare.

Alternant ironic et ferme
te, Fidel Castro a argument
'te a partir de ces doandes
pour tenter de ddmontrer-
que la CIA ne pouvait a-
voir ignorni les moindres
details de la defense mill
taire cubaine.


Ces j6urs-ci, nous les me
res de famille nous som-
rues entries dans les maga
sins. nous avons demand
le prix du itissu des unifor
mes, apres quoi nous avons
tuipe ou soupird, puis
nous 1'avons achetd. Ou a-
lors, nous sommes ressor-
ties sans rien acheter 1-aiss
sachant que nous devrons
revenir le lendemain parce
que 1'argent destiny a cet
achat ne suffisait pas.


par Mona GUERIN

nous, nous ne nous som-.
mes pas interrogdes sur 1'u
tilit6 de ces achats, trop
occupies a nous demander
si 1'argent, (pdniblemrent
assemble par certaines ou
par les pre's i de famille)


suffirait pour' payer tout
cela.
Pu's nous sommes allies
chez le tailleur et chez la
couturiere. L'un des deux
n'etait pas pret, evidem-
ment; alors, esouiautdes d'a


v nc al pensee ue uievlot
Puis nous avons faith une dans deux jours refaire la'
longue station devant les mime expedition, nous a-
vitrines des chaussures, puis vons entraind vers la rue
nous avons etuipe> encore les enfants qui s'agltaient
plus fort, puis nous avons ou se chamaillaient autour
risque un oeil vers les.6ta de nos juDes.
ages qui occupent les neuf Nous nous sommes ren-
dixtimes des galleries, tout dues aussi dans les Etablis
en nous demandant si les segments of irornt nos en-
chaussures qui se vendaient fqnts. Nous avons payd lea
la etalient aussi solides que frais, le bordereau d'Octo-
celles qui se venda'ent dans bre; certaines d'entre 5ous
les magasins. Certaines d'en ont pris contact avec des
tre-nous, croyant en la su professeurs affables et corn
perioritd que ponfere la vi-
trine, aont entrees, la mort
dans 1'ame, acheter des SOCIETEw LES ENQUETI
chaussures a vingt-cinq dol
lars pour trois ou quatre e "
enfants, tandis que d'autres, /I e a VOU
la mort dans 1'ame egale-
merit, ont optic pour les de gpgne
chaussures des galleries. s g n
En route vers d'autres ma
gasins, nous nous sommes
livrdes a l'inevitable petit
jeu des comparisons. Autre
fois... maintenant... Le vieil adage dit que les
Chez le libraire, le visa- foyers les plus harmonieux
ge fermi, nous avons tendu et les mieux organisms sont
la listed de tous ces nou- ceux l, ou i'hom e est le
veaux lives qu'on nous a chef et que cet femme
reclames alors que nos en- qui dirige...
fants ne sont pas arrives Sans comment ires Cet
l'annde derniere & la mol adage nous se vira seule-
ti ,de. oeux don't is nt Ae meant d'aborder le sujet sou
serviront plus cette annie. levi dans notre edition
Et pendant qu'on empilait d'her au niveau des hom-
les nouveaux livres devant' mes, sur un plan diametra


ATHLETISME


RECORD VIEUX

D'N DEMI SIECLE


L'Athlntisme haitien re-
naitra un jour de ses cen-
dres. I y a cinquaqte et un
ans, il reussisait a placer
un de ses fils parmi les
aDieux du Stade,. De nos
jours ce record faith sourire,
mais rest toujours la meil
leure performance haitien-
ne.

Les Jeux Olympiques d'Ams
terdam avaient marque le
reveil sportif d'une Europe
encore meurtrie par les se-
quelles de la premiere guer
re mondiale.


Par Jean-Claude SANON

Un jeune athlete haitien
"esidant en France y avait
brille d'un vif eclat en rem
portant la medaille d'ar-
gent dans le concourse de
saut en longueur.

Son exploit etait la conse
ceration d'un talent, et d'u
ne valuer ath'etique incon-
testables.
Sportif complete, Cator a-
vai,t touche a plusieurs dis
cipliaes: son point fort res
tail cependanL le saul en
longueur.
Medaille olvrnpique a la


VOYAGE PAPE:

DISCOURS DE JEAN-PA UL H


(IRLANDE, (AFP)
Jean Paul II a affirmed
que le conflict irlandais n'e
tait pas une guerre de re
ligion.

Dans le long discourse
qu il a prononce samedi a
pres-midi en arrivant dans
cette ville du Nord de la
Republique d'Irlande, a
moins de cinquante kilome
tres de la frontier de l'Uls
ter, le Pape a declare :
rLes tragiques evenements


d'Irlande du Nord n'ont pas
leur source dans le fait
d'appartenir a des eglises et
a des confess-ons differen-
tes. II ne s'agit pas ici d'une
guerre de religion, d'un con
flit entire catholiques et pro
testants. Au contraire, les
catholiques et les protes-
tants, en tant que people
qui confess le Christ, ti-
rant son inspiration de sa
foi et de 1'Evangile, cher -
chent Sa se rapprocher les


LA VIE RURALE ET L'EVOLUTION

DE NOTRE PA YS

par Lallier C. PHAREAUX


Lors de la colonisation,
la vie rural avait pres une
belle extension. Pour preu
ve, la plupart des jolies
habitations de nombreuses
regions du Pays portent le
nom des grandes families
franqaises de l'arist6cratie.
Les esclaves, sous le com-
mandement du colon dur
et inhumain qui y avait eta
bli sa demeure, s'adon-
naient a un travail inten-
sif pour faire ficonder la
Lerre. Ainsi, on produtsait
en quantity le caf6, le co-
lon, le rhum et des vivres
alimentaires, des fruits et
des legumes. Ce qui fait


que le pays etait dans 1'a
bondance et connaissait u-
ne grande prosperity par sui
te d'une infrastructure agri
cole solid que le maitre
avait edifice. Les champs
etaient bien arroses par des
canaux, des aqueducs conve
nables. C'6tait une perspec
tive agreable a contempler.

Beaucoup de colons vi-
vaient dans 1'aisance et a-
vaient des residences lu-
xueuses et envoyaient leur
dconomie dans la M6tropo
le. Ce qui ne manquait Das
d'attirer attention de 1'es
clave intelligent, scruta-


teur, qui, itait un observa-
teur -perspicaceIl rdflechit,
il medita et se dit intirnme
ment que tous les abus
qu'il subissait devaient dis
paraitre. Par des rdvoltes
successives, des movements
seditieux: i,1 arrive a met-
tre au fur et a measure tou
tes les regions en dbulli-
tion. Elles etaient revenues
une fournaise ardente. On
s'affrontalit souvent d'abord
dans des escarmouches, puis
dans des batailles ranges

centre 1'armee colonial.
Les negres marrons, par le

(Voir suite page 8)


uns dei autres dans l'Unite
et dans la paix. Quand ils
se souviennent du plus
grand commandement du
Christ, le commandment
de l'amour, ils ne peuvent
pas agir autremente.

Le Pape a poursuivi :
,mais le christiannisme ne
nous command pas de fer
mer les yeux sur les pro-
blemes humans difficiles.
II ne nous permit pas de
negliger, ni de refuser de
voir des situations sociales
ou internationals injus -
tes. Ce que le Christianis-
me nsterdit, c'est de cher-
cher des solutions A ces s.
tuations dans la haine,
dans le meurtre de person-
nes sans defense, dans les
methods du terrorisme>.
Dans une autre parties de
son discourse, le Pape a de
clear : < d aboard mettre en evidence,
clairement, les causes de
cette lutte dramatique.
leur nom les systems et
les ideologies qui sont res
ponsables de ce conflict.
der aussi si 1'ddologie de la
subversion travaille pour le
v6rixtable bien de vote peu
ple, pour le veritable bien
de 1'homme Est-il possi -
ble de fonder le bien des

(Voir uite page 8)


deuxieme mar-iie du po-
dium. Sylvio devenait du
coup une tete d'affiche.
Avec son ami Andre Theard
membre du Paris Universi-
sprint il fut credit par la
suite d'un chrono de 10"5
aux 100 m).

Sylvio Cator etait invited
a toute Ise grandes reu-
nions d'ithletisme de la re
gion parsienne.

II en fut ainsi lI'autom-
ne de I'annee 1928 h l'occa
sion d'un grand ,
organism au soclde olympi-
que de Colom1.

Une des epreuves reines
de Ia reu on le contours
etait impatienlment atten-
du par le nombreux public.
Les orgalnsateurs avaient
ne effect consenti de grand
efforts p )ur en fair un 6-
vinement.

Deux champions olimpi-
ques etaient en lice
Sylv'o Cator : haitien
midaill" -d'argent Bash
Meyer : allemand : medail
le de bronze

Apres x;voir brill dans
1'epreuve de sprint Andre
(course de 100 metre)
Andrd Theard aida son co-
pain a fair s's marques>>.
Formalite unportante sili
en est avant une coip 1ti-
tion de premier plan.

11 faut en effect mesurer
la distance ideale pour la
prise d'ilan afin d'arriver
vers le santier dans la
mellieure foulee possible.

Pendant que soigneuse -
ment Sylvio Cator faisait
ses manques le ,champion
hai.t'en fut aboi'd par son
concurrent numdro 1 1'Alle-
mand Bash Meyer qui lui
declare tout de go qu'il
se trouvait- A Paris dans
le seul but de reporter
1'epreuve superb, Cator lui
repondit : aujourd'hui il faut etre ca
pable de battle le record du
monder. /
Paroles prophetiques corn

(Voir suite page 8) a


patents ou avec d'atitres qui
leur ont lalss6 impression
d'etre del borgnes qui, une
fois en c raie, deviendront
des rois dans le royaume
des ave les.


Chez nous, nous avons con
tr616 si le sac d'6cole, 1a A L'ATTENTION
thermos et la cantine de DES DIRECTEURS
1'ann6e ,dernire feraient DES LYCEES DE
toujours bonne figure cette
annee encore... et nous a- LA CAPITALE
vons decide que non, en pen
sant au materiel rutilant La Direction GrneipJe de
que certain camarades de 1Education Nationales pre-
nos infants exhiberont un senate ses compliments aux
di... Directeurs et Directrices
Oui, malsgri nos etulpa- des Lycees de Port-au-Prin-
gest,' nts soupirs, nos defi ce et de Petionville et leur
colts, avec la benediction ou demand d'etre tous pr'-
le concours des pires de fa sdemande detre tous pre-
mille nous avons faith tout sent dra une reunion ui se
cela docllement, aveugle- tendra le 1979imanche 30 Sep
meant, nous avons fait tout embr 1979 a Institut P
ce que nous devions faire dagogique National (Rue
que ce soit parfois en dipit du Docteur Audain) d 10
du bon sens que ce soilt ou heures precis'es du martin.
a Franck SAINT-VICTOR
(Voisaite page 8) Directeur General

ES DU OUVELLISTE

Sgene-t-il, madame,

plust que votre mar ?


Par Carlo A DESINOR
(Suite voir le No d'hier)

element oppose la lumiere
d'un cade ou d'un esprit
familial, S nous autres en
Haiti.

Au depart, nous avons pu
nous rendre compete d'un
faith ltrs significatif : dans
les foyersI of la emme par
ticipe acttvement S la ma.
che des choses, il y avait u-
ne meilleure planification,
une melleure utilisation des
resources. L'epouse econo-
miquement independante
(par le travail) et sans cornm
plexes, si elle cedait sou-
vent a la coquetterie et A la
futilite, se souciait avant
toutes choses de 1'avenir im
media et du gaspillage de
liber6.

II faut dire que la gran-
de majority des5 femmes
que nous avons interrogees,
ont absorbe le problem a-
vec un esprit tout' autre.
Beaucoup d'entre elles ne
considerent pas comme un
danger pour I'harmonle de
leur foyer, le faith qu'elles
gagnent plus que leur e-
pouo. < j'aime men maria, mais je
veille toujours a ce que cela
ne suit entire nous, un mo
tif de discorde ou de ten-
sion.>>
Une autre temme, qui o
V'ecu S L'dtraner, semble a
voir trouve le mot just do
la question :


< ofu les differences entire
homme et femme sont pres
que depassees. II ne faut
pas itre vieux jeu. Un horn
me, c'est un homme, une
femme, c'est une femme.
C'est 'tout. II n'y arien qui
prescrit qu'un home doit
fare ceci et qu'une femme:
cela,. Dans le foyer, l'hom-
me et la femme, participent
normalement s la vie cornm
mune suivant leurs possibi-
lites.>

-Une autre so referee d l'a-
mour.

Ecoutez, quand on ai-
me, cette question de ga-
gner plus que son mart,
nest pas important. Oct
est heureuse au contraire.

Mais il n'empeche que
toutes les femmes que nous
avons interrogdes reconnals
sent itre parfois gsndes par
les reactions de ours maris,
dans des circonstances par
ticulieres of la .difference
de salaire peut etre evo-
quee.

-- se innocemment, sans arrif
re pensees et l'autre le
prend mal. II faut avoil
beaucoup de tcnt, mais une
condition essentielle doil
exister : l'amour. Je con-

(Voir suite page 8)


Cours Toefl


a I'intention

DES ETUDIANTS EN MEDICINE

qui d4etent preparer leur

matching et voyager pour

les Etats Unis


Le Course sera dispense par un

professeur americain specialist en

TOEFL


HORAIRE: 6h30 7h30

PRIX : $ 12.00



IEN4LIS SFH? L

3e. Ave. du Travail No. 24

Port au Prince

-A 4 3tzn&B An^iS)*aBrsasSwta...


1


I


I


ISANTO DOMINGO '"

NoUveUes
arrestations
apres la
d6couverte
d'un coi ot
SANTO DOMINGO, (AFP)
Vingt cinq aut es per-
sonnes ont ite are t6cs a
la suite de la de!;uverte,
Mercredi dern'mer, Lin 'bom
p'iot destiny a renverser 10
gouvernement de Stin$-Do
mingue presid6 parM-. An
tonto Guzman, ap reAd-on
samedi dans 14 c pitale.
Parmi elles fig rdent 1'ex
Colonel 'Luis M-ria Perez
Bello, autre ois hatge de
la SecuritU de 1 residence \
de l'ancien pre ident Jao-
auim lalaguer.
Depuis la d couverte de
ce complot, 1 premier de-
puis l'arrivdieau pouvoir le
16 aofit 197 du President
Guzman, e nouabre total.
'des .arres tions h'iliverait,
selon dMs sources officieu-
ses>, uke cinquantaine. ,






PA GE LE cNOUVELLJSTE. ,A`Il!EDI 29ET D- T- -1 A uNCH 0 EPTmB 197


CARNETo SOCIAL


MESSE DE PRAISE Pour le repos de
DE DEUIL l'ame de
",l,. *(.arl *- Riboul et Monsieur
,, I tIundi Ir. 'Oclobri i 5 Willy Lamote
hiuri M. P.M. 1' I' l' Une mesa sez' 9lbantde
t l Pelrre de P6tion-Ville I. 1' gli e"ASpint-Perre d
P,,, m oese p iur i, repois di Pli( inn-Ville, 'le'Mardi Deuk
IAnit de leur rrgrn-tto 12) Oct'nbre' d 6 helires dtl
pouix et phre Charles RI- mit in, I .cdrtim, nde par
iull. sf'.s illes S- riir j 'eim -
TIs coumlteint silr In 1 nessa.
seroir de leur nombreux p;i Le present avis tent lieu
rents et amis pour se join d'lnvitlabon aux parents et
dire a leurs pridres. amis.
299 Sabrina et Vanessa
x x x.x x 299
x x x x
DECES DE K Messe de Requiem
FRANCI PAU d'anniveraire
Pax Villa annonce"ld i id6- H V i t
C's smn nu le Jendi 27 Sep Les fiamtiles Vieux et Sa
tl>mbre 79 a flige de 83 ans my 'ferbit 'chanter le Lap
(de M. Francis Paul. di-ler OCtobre .da79 a d6 et
En ept.te pfnible circons- res A M f la Cathddrale
t:ilne Pax Villa et L Nou utine Messe de Requiem d'an
velliste prisentent leur sym niversaire a la memoire de
pa:thie i. son epouse Mine 16-ar regrettde Mrte'- Grand
Francis Paul nde Lucia MOre, tdnte, Madame Is -'
Jfon-Baptiste: a ses filles rael Vieux nde Rcselia Mil
ndotlives Mine Raymond fort.
Dnrsainville, n6e Inrs Jean Ce present av's tent lieu
Hantisre. Mme' Henry Eysa- 'd'hivitation aux patents alt
lone noe Alberto Jean Bap lids et amis di la famil-
liste: A ses beauxo-fils M. le 299
Raymond Dorsinville, M. x x x x
Henry Eysaleme: a ses pe- Deces de Mme
II.s enfin'rs M. et Mme Fritz Christine Felix
Prineivil Pierre et enfan's,e F lx
M. et Mme Jacoues Princi- Ls Pompes Funebres Pa
vil Pierre et enfants. M. Ge ret Pierre-Louis vous annon
rnld Princivil Pierre at en cent le ddcds survenu le 24
fant, M. et Mme Eddy Guil Septembre a Neei-York de
lame noe Marie Carmelle Mme Christine F611x.
Prinriv;l Pierre et, enfants, A ses enfants : Vve Geor
M. et Mme Roberto Figuer- gels Roe nde Yvette Felix,
ira ner M'chellne Evsalnme M. Ren6 Fdlix et Mme nde
et infants, M. et Mme An- Nella Fontaine, Mire Char
thony Eysaleme et infants, lotte Chrilus noe Nau, M.
M. et Mmp Eric Craan- nIe et Mme Andrd Fl1ix; a ses
Monique Evw- lemp et en- pet'ts-enfants : M. et Mme
fan'ts. M. et, Mine Guy Fung- Serge Charles nee Nicole
Himn noe Jeanine Eysalme Roe, M. et Mme Ramon
et enfants..M. et Mme Jesse Guillaume noe Marldne
Evsaleme Pt infant M. Ga Roe, M. et Mme Alix Austin
bril Evrsnlime. Mme Nou- noe Carolle Roe, M. et Mme
na Evs:,lime: t sos neveux Guy St. Urbain, M. et Mine
e' nieces M. Pt Mmre Andr6 Carlo St Urbain noe Mich6
Poul et wlfants MM. Lu- le Austrin, M. et Mme Alix
rion et (Ora-d Paul. Mie Roc. M. let Mme Christian
Th6rese Paul. Laumonier nee Kethly Ca-
mille, Mine Gisladne Ca-
Aux families : Dorsivil mille. MM. Henry Robert
le. Pierre. Eysalme. Ou'l- et Patr'ec Cami.lle, Mmb
lame: Craan: FunQ-HinT" GPrea Roe Rolfton, Maggy.
Paul, Sauveur? David, e ft a Jnstte, Alberte: Aglae et
tobs les autrps parents et Philinne Roe. Myria, Carl;
allies 6prouv6s oar ce deuil. FrantZv et Frdrot F41ix,
Les funfraillls 4' M. Christinip Felix. Alma Pro-
Frincis Paul spront rhan- pl'te, -Mnrao Jeap-Louis Y-
tifes to Lund' lpr Octnhre af vpl e Frustin:' M. et Mme
4 heures P.M. en 1'Eelise Harry F-ench nee Marea-
M,''hoclstie rue de 'Enterre roth F61ix. Mme Martinp
m01n o1 la d nnuillp mor Alvarez M. Jean-Claude Fe
telle .sper expsfe d, 2 h. ltx: F sea arrire ne'Its-aen
299 fants : Fabiola Abellard,


Vanessa, Guillne, Jean-Phi
llppe, Ingreed; Dvid; st-
vyen, C,:,Iire, Grigoiy; Va
lry, Mlf,.'lie, Mat1 a; S0-
rayi; A' Nlm iXanlf4 Galot
te, a tous 'les aUt ies pi-
rents et' ull1 4 iiou' dr4i-
soils nos cvts ..mpaIlNif6
'Les ob"-'Oe.s ed66Ail hian
t6es le lundll e Oft.brr- a
4 heufes p.m. 'i ''I Ei-'ll4e
du Sac'r6 OptC9r d- Tu'raait
i' cbgiol pIkiti.ra du ';.;Ion
fundraire de 1'entreprise la
l'Aeniu- Jos6 Martl.
t .299
xxxx

DECES DE Mile
Mcrise Hector
Les Pompes Fundbres Pa
ret Pierre-Louis vous annon
cent le deces dc. Mile 'Ms'i
se Hedtor stur'.en 'jeudi soir
A son frer. M St Lucien
Hector et M' a a m' e
sa soeur Madame Mar-
cille Hector, 'A-'tante Vve
Frdddrid Robinson: '& ses ne
veux et nieces : M. et Mme
Michel V. Hector, M et Ma
dame Cary Hector, Dr Jean-
Max'Beauge et Mmine ne Ge
nevieve Hector, Dr Henry
Torris et Mme nde Made-
leine Hector, Dr Frantz Hya
cinthe et Mme n6e Micheli
ne Hector. OGrard et V6ro
unique Hector; a ses cousins
et cousins : M. et Minme
Charles Robinson. Vve G6-
rard Robinson, M. Auiruste
IM-loire et Mme noe Junie
Pobinson M. Aueuste Ro-
b'nson. Mme Ghislaine pou
tard. M. et Mme ILuc D. Hec
tor. M. et Mme Raoul Hec


tor; A tous les autres pa.
rerits etl'allis 'nous adres-
so0-,, ilps vliv,- sympathies.
L- ? ,ob.:cquii se'bnt c616-
brdes le mardi 2 Octobre a
4 1eures p.m ern I"1E .: du
SacW'bletkr'dc 'Tuirgehit Let
c6rvoi 'pharira' doi 'sial .n 10
neitrre de 1'En t r prle r l' -
venlie JAe6 Marvi.
99




BOURAND
M. le Dr Martial Bou-
rand, Mlle Camila Adaim,
M. et Mine Jean Previllon,
Vve F61ix Wiss, M. et Mme
Louis Margron, M, et Mme
Ludo :c Bourard. M et Ma
amer Piere 'B.:.oraind,' Vve
Klbert Jacob, Mme Chris-
tian Mathieu, M. et Mme
Jean C. Riboul, les famil-
ies Bouraitd;'" Adhmn,' Ma-
thieu,' Wiss;' Prhviiton; 'Ja
cob; Riboul, 'Mhrgrbn et
tods les atites parents et
allies ont la douleur de
vous faire'part,'diu dcds de
leur regrettde Mme Martial
Bourand, nde Latirette Ma-
thieu efilevde a leur affec
tion le 27 Septembre 1979
Les obsicues geront chan
t6es le 'ldsidi ler. Octobre
a 4 heures p.m. en 1'Eglise
du Christ Roi a Bourdon
ofi la d6pouille mortelle
sera expose des 2 heures.
L'entree au cimretidre se fe
ra par la barFidre principal
le rue de i'enterfem-nt.
299


PARIS (AFP)
aJ'al decouvert en Sadate
i'tim es es g 'rgeants
reelle Ot ;plomnels
qu'll mn'`t4~, "'in6 de ren
conivrerl,t uff IIKM. Klsin
ger, pr!'fW a hsoffler du,
Prqde1tW Nix..ri',
.1 e'.rnit
dses 'tirnemibi que puL
lritel' eb&oiad fre fran-
oMs "a,.lrebs' 'dans son
ditnier iim ,-.
M. KIpsinger avoue cepen
dant qu'll a fait au sujet
dUtpr !bsdent fgyptilen l'.ine
de set serreurs de jUgF-mont
les plus grossieres. R6pon
dant en septembre 1970 A
Uhe' joti'na1lsti'ht"T l1 i'de-
mandalt son opinion sur
Atiitiar' El Sadate, k~si'in-'
gr' reriondit qti'A.;A, avii ,
ce dernier n'aurait qu'une
imip6rtfitnde empbrair' 'et
fu'til Ae" uret'ait' que quel
ques semaines>.
Aprfs avoir ecrit que les
Etdts-Unis '"aferife" e' talementb surp!ts pat la d6
c'sion de Sadate d& rehvo-
yer, en juillet 1972, les
15,000 conseillers militai-
res sovi6tiques en mission
en Egypte, M. Kissinger ex
plique cependant que les
n6gociations americano-6-
gyptiennes, qui prflud6rent
aU reriversement des alian
ces du monde arabe, durent
attendre'"la fin de la guer
re dli Vietnam.
< le Vietnam et Nixon 6tait
trop pris' par sa champagne
Olectorale pour tromiver le
temps de n6gocler s&rieuse-


parce que, m!me sans gros revenues, les 'hai-
tiens savent maintenant comment mettre
A de /argent de c6to tous les mois pour le
fare fructifier.
pace que, m6me sans capital au depart, i/s
pourront r6aliser tel ou tel de ces projects
don't ifs rvent depuis longtemps une rou.
velle voiture, une maison, des etudes plus
tard pour leurs enfqnts et pour eux une.,
retraite heureuse.



LA BANqU-E NATIONAL

DE LA a

REPUBLI0UE D' HAITI


mente, fcrtb notamment M.
K.ssin e.
Mosc6.', ouligne 1'ancien
Secr6taite Itat amftlcain;
avalt Wga ment mis veilletisi'. e problem du
Proche- r nt des le som-
met ent e i-on et Brelnev,,
ei' mal ia'1.'
'Le Ki lin, ajoute M.
Kissinger, 'a*it estime qu'u
rie ,ueire rilqualt de provo
cqter- 'ili' dcirontation di-
ren:te ivec 1 iA' Etats-Un!s.
Or, soul1gne-t-il, les diri-
geants sovit&iques avalent
b6esob'i du' b16e amfricain et
de notre soutien pour la
ratification des traits alle
mands : ils ne pouvaient se
pSrmieftre d'" d* ddftfieer.
une cruise dans une r'gton
atssi i96s1e6. '"
"'-P66ir'llii* rTejRev in,:.)iitestablemert, la prin-

AU


Geldt Hacker

amustvtrsaire.
enHaiti
AtU+dtbut'-de la semaine
est arrivee P Bort-au-Prin-
ce en compagnie de tout
un group de visiteurs al-
lemands Hacker de Munich. Ell
ge & I'H6tel Montana.
Gerdi Hacker. blonde, en
joude, ravissante, a travail
1I comme HOtesse de la
SUNLINE et a pu visited
les Etats-Unis at les pays
de 1'Amerique Latine.
SE11e ta't vendre'di soir
au Grand. Hdtel Oioffso
pour en jouir leS charmpe
Elle est partiese ce mating
po.ur visitor l Cap-Haitier
Elle cdiebrera lundi ler
6)ctobre son heureux anni
versaire de naissancp-
Nous lIni souhaitons ui
trs agr7able onnniversal-
en lu' distant Happy Birth
day. Gerdi I
x x x x
xxxx
Avturo Montoto et sa joli
femme Marina, marines au
Disco Patin de San Juan
Puerto Rico (Isla del Er
canto) le mercredi 26 Sep
tembre Avant arrives 2 Por
au Prince le jcur suivant er
voyage de lune de mi.e
Arturo est nortoricnin, i
est comptable Marino es
nmdr'caine de NewJersey
Elle se baigne < )A la piscine de1 1Oloffson
Arturo' ui done son mas
sage.


oipale pe sonnalite sovi,6ti
due. En V hmide temps, derit
n,1 h'avtt'ias 'encore' 1
coidies Ianch6es, a',ors que
ses epc t 6A -BysihlIes c6*-
menqa'enn dtfa f ddcliner.,,
I pIraisassalt 4ofond6-
merint coiclidt 'de la' fragi
l".t ddii sst.nie dans lequel
ii -i.'I-t, tcri't M' KisShn-
ger, @ja1 rahd 'peib clque
S'a'E sucr'.-etiii':' ne solint
beauroup pli. c firs d'eklx.
Sane botnpleve: d'inferiori-
te, ls ourraient. crolre a


Adm $ 2 00 IL V AURA
DES PRIMES.

LUNDI ler OCT.
SHOOGAR -COMBO $ 1.00

MARDI 2 OCT.
BOSSA COMBO $ 2.00


ce 'qu'llp disent et -forts de
leurs instarlf'atlond mlital-
rs '"6pa'rt'es'sur'" tdi te la
surface tu "glo8l3, se' rdye-
ler -ilfintuierf p'us dadge-
reux,>.
En tout 6tat de cause, con
clat, M. Kissinger, Brejnev
voilout taire de sa rencon-
tre *en mat 1972 avec Nixon
un vsuicess>. bLe omnmeJt et
leS relations am ricano-so
v'.tiques, et non le Viet-
nam, le preoccupaient au
premier chefs. I


PROGRAMME DU


LAMBI



Night Club




SAMEDI 29 SEPT.
A PARTIR DE 3 11. 30 COCKTAIL EXPRESS AVEC


ARABLE
ADEAUX
BIG10




MATIN A

PLAYING
:S MEIL-
.OURE --
- CIIAN-
SSITE -
D.P. EXP
IBUTION


AUSSI DISTR


LES FILMS DE LA S ELECTION IMPERIAL


AU CINE


SALLE 1




BLACK JOY


Le phenomene noiret expression des

problems s cio politiques des minorities

ethniques a 'abord ete le Eait g. cinema

americain.

Aujourd'hu lla prpation cineMatographique

prend une importance nrandissailte dans les

pays du Tiers monde ParallelPement, la

.hute des Empires coloniaux et l'amplitude

erandissante des movements d'imimigrationl

commencent a trouverun echo Pde plus en

important ns le cinema des pays occidentaux

Temoan'de ce ph6nomene, BlacH Joy qTui

represent aujourd'hui la jadis trees blaqcle

Grande Bretagne ct don't le heros est un jeune

noir qui emigre de sa guyane natale pour

Londres D'abord victim de sanaivete et de son

inexperience, il apprindra vite par la suite

grace a un june Jamaicain plus iqt4gre, a

turner a son profit la loi de large.


IMPERIAL


SALLE


DAMIENLA


7


MALEDICTION









Ne 1, 6 juin !964 a 6 heures du matin, porteur

du chifEre 6.6 il avait ete dit qu'lil ravirait

as n son royaume et instaurerait son
, .ni- m.- n n =cr .a re


CETTE SEMAINE


SALLE 3













LA BA TAILLE




DE MID WAY





utr !egostitt#ioQn dies plus fideles de

cette Vlorieuse epopee qui devait decider, a un
moment ou la deuxiem guerre mondiate


vpypit ulgk victoj;rg certain de la

puissate lotte de iPempire du soleil

levant, de P'avenir du monde occidental


i /

i/^


~7 ~ __________________________


,MEM,OIRES. DE KISSINGED : PROCHE ORIENT ET VIETNAM


D.P. EXP $ 1 00

SAMEDI SOIB
SOIREE MERVEILLEUSE AVEC L'INCOMP
.COUPE CLOURE. DISTRIBUTION DE Cl
SOUV NIRS OFFERS PAR VERSAILLES
FRER S LE, No, 1 EN HAITI Adm. $ 3 00


DIMANCHE 30 SEPT.
, I "


(CLOTURE DE VACANCES) DE 10 H. DU M
2 H. A.iad. I .
UN EVENEMENT AU LAMBI UN LONG
COCKTAIL (MARATHON) AVEC TOUS LE
LEURS ARTISTES DE P-AU-P : COUPE CL
AMBASSADEURS SHOOGAR COMBO -
NEL No. 10 SCORPIO TOTO NECE
COMBO DODOF BOSSA COMBO -


1 -1. -, I. I -, "'I'l-I.-Illy-11, -1.1"". v I v I t 14 1 1 "' 1 "", ", "' "A


Ul~i~~wrgB~r~m,-O?~A~CU~P% ow~


;~u~?lN---,r~~-~-c~-~-~y~,~,~/~


LE aNOUVELLISTEs


PAGE


8AMEDI~n 29 ET DIM~ANCHE3 SPEMR 11


I


*


I


l
/


empye ajtJ bj





*~:_~M L NOUVELLISTWI


D A Y L A Vainqueur de la constipation Laxatif au chocolate


OU SE tROUVAIT LA .VILLE DE LA NATIVITE


(aime lielaitilre page)."I rets disialice.


I, i ,,i L I, l. It' l t. it li

\i i ih tict'[ 'll ilt llht s iti' i'
l i t ,i .titi s i' I lc G iIr

1 [;i l, i t i d 1 ,i ii" l II s t's
Sl l' irl ,i i.l' lGuaama

l'.llh ] 1 .1 :1 il t' L N rl'O i gler
iHii ,1 ml k ,I\it IIIi '(' avce

Al c11 i iL .Ce' tIO Lvall
il t, 111 L d itnerlt ilt id
itilt', tt, ) l tl e IL' dtuesr


k ,! I 1 ils ,I I 1 I Ll l t'c I I

Si. ;.i Mal.taiiut .liasporo, i1l
tii iiiitjlIt .'i, its' l',s yeux.
I. li it it. pa. o I 10 anLle do
a i Mli.tii' it, ti l me laissa
p lii tiiicl i t l Ui. iLlai'icO
it io tvailt rL'llnent,l aux
'l ils' Lill Hau l Ca i et'
1, mi iii' ti' iirt l la San.ta-
,i tilt;V1 ill b11 ii CU lieu


itoi l d iot'nll itrr 1'cxacti
iidr' Lit ici ( locallsationl.
.I (i lll is la'l .st R le sinl-
p)l collp Cl o ll ItlI'oil i'a
(1 I'la i(l si 1l carti qui
nIIl)lrjo lr j Ir t (de Colomb
tlpI' s l) Molet S' Nicolais
litin a la b'ti Samanat l
t u "i lahwi ; l .i st iln dl(elu ;
t, "ir tin t l'' o l iow 1 endroit
Ii i Ii' i Ia' I. Cii l (It i est C
(I o lit '11M i a ,:oll)HultCIr ulle
(a tI d 'la'l t i ,i p l''t:a colls-
;Iltr ampln(mt 'li qilue le
)Olii i inclii(Joe su trIOive ,)Us
!( rn lace t a 1 Eot dc la
P11.IeL Pcuolet Cans l'en-
true de la racld du Cap-
Ilai lCIn. Un aultre critore se
Siei're a la d, 'scription des
lieiix et dia Ilurs distances
.C.,pectives. Le lieu le plus
iip'i)':ant coimme ,point de
It ii:('e ist 1c' mnal que Co
lmb appwld Caribala, le
lnaviga rtlr avant cru de
hill i u loj Lit e h la province
oil ;ii litt',t'it cU'l, mionla
'.ww perloit parille ,ppel
'lalml. D';D'-es le journal
del b,"d', d((Is (IM, Colomb
avail p) Iran'chir clnfin, le
V. de('c-imbre 14192. le detroit
"',I n (,rl eI 1'lIe deh la Tor
(l I t rido l, IfiT'le f nrilm il
: 1)(] s'1 ;!) V I" ; 1 i r N 0

t ,'ll.r (! 1"n < nil)1,iil at 11-



.1 t|(lor 1: llm l l:l e'll( (I1 r Ijp


Le' 20( dicembre, Colomb
pl) 'vlinl, ai 1Ouest de ce,
iiin t Cariba a oil il Lrouva
il] port, qu'i jugea le plus
stir du mond et qu'll dO-
i\Olmipia la Mer de St Thio-
mas Cette mr ne suairalt
etre autre que qaBaie de
I'Acul d'oi, disait- Colomb;
on apercevait, en direction
du Sud-Est, une immense
valley qui nest autre que"
le debut occidental de la
Plaine du Nord. De son
haitlen, cette baie s'appe-
lait Kan-Loissa a qui les
Francais appliqueront le
vocable discutable de Can
de-Louise comme le rappor
to Moreau de St Mdry. Tan
d~s que Oolomb se trouvait
dans ce fort, le cacique de'
la Province l'invita ai visi-
ter sa Capitale toute pro-'
che. Incapable de sortir de
la baie, faute de vents. i1
de16ena des envoves aui fi.
rant In route accomnaents
dp .,miss.iras do Cacinue
a bard d'un grand .

De retour dans la, soirde,
ils fircnt rapport de leur
v itle, signalant que la
ville se trouvait a environ
trosa lieues et demie apres
avoir contourne la pointe
Sainte, dans la direction
Sud-Est. Quelle 6elat cette
pointe Sainte? Navarette
' precise que c'etait la point
te St Honore du temps, des
Francais. Lendroit oa se
trouve cette pointe est ap-
pole aujourd'hui Pointe Ho
norat. En pregnant mainte-
nant cette Pointe Honorat
comme point de repfre
nous poolons definitive-
ment fxer et le lieu du
naufrape de la Santa-Ma-
ria et 1'emplacement I de
Guarico. "
D'ap os le journal de
bord, ,a Santa Maria etait
a un licue de la pointe
Sainte quand on cionlia le
gouve nail a un mousse le
soir d25 Decembre. Le ba
te -par un vent presque
null'alla heurter un recif
distant d'une lieue et de-
mie du village de Guacana
giric aupres de qui l'Ami-
rAl cnvoya solliciter du se
cuiir's.

Rtemarque ianportante a
souligner: les lieues de Co
lomb se mesuraient au ju
gd et sent systematique-
nmnt moins lonlgues que
I'.s lieues rfgulifres qui, va

lent qaire miles alors;


z AVIS
IM1P(ORTANTEI SOCII.TE. INNDUSTRIELLE ETABLIE
I) NS 1,1 ZONIE INDIUSTRIELLE DE PORT-AU-PRIN


I1 SI':(tl'TAIRI: AYANT

: ANS D'IXPI'IIR IENCE
PIrOVAN DCTYLOGRAPIIIER
15 TO11'S A LA MINUTE
S'TI.NOGRAPIIIE (100 WPM)
i ILING
ANGLAIS FRANCAIS

LES CANDIDATES INTERESSEES SOdT PRICES
'ENVOYVER LIFUR CURRICULUM VITAE AVEC RE-
MIUNERAT'ION SOUIIAITTE A : P. 0. BOX 2493,
PORT-A- l-P'INCE, IHAITI..
o '


que le mille au juge de Co
lomb equivalatt, au kljome
tre. Done, de la pointe Ho
iorat au lieu du naufrage,
11 y avait environ 4 kilome
tres. SI on measure ces dis-
tances sur une carte ac-
tuelle, on se rend compete
aisement que le lieu du
naufrage se trouvalt just
en face de la pointe Pico-
let. Eftn, decrivant ensuiote
un cercle de 6 kilometres
de rayon, les coins de terre
touches nous a.menent aux
environs de la Petite Anse
et du Haut du Cap.
En nous rfterant aux 2
criteres precedents, nous
arrivons a une evidence :
ious les evenements .envisa
ges se sont ddroules dans
les environs imm6diats de
V'actuelle ville du Cap-Hal
tien. II existed mainten'ait
un 3e.-critere, inedtt celuo-
li. On le puise dans la lan
gue meme des' Aborigenes
d'Haiti Des les premiers
contacts des Europaens a-
vec les indigenes, on se,
trouve en face d'une income
prehenson comparable a ce
qui, arrive dans les trage-
dies grecques, parce que les
decouvreurs etaient incapa-
bles de percer les profonds
mysteres de la langue indi
gene. En mettant pied A
terre dans un pays nou-
veau, les Europ6ens se con
sideraient d'appartenance a
une race superieure appe-
lee a dominer tous les au-
tres homes. De telle sor
te, ils ne voyaient que des
sauvages dans les ntres nou
vellement rencontres. Le
frfre Romain Pane ne di-
sait-il pas que ces derniers
Talent de rants>. II se vantait a tort
de . Ce
pendant, s'il la connaissait
r6ellement. il aurait eclair
ci un mystere qui 1'aurait
plong4 dans la plus pro-
fonde des stupefactions.

Le Baron Nau a essay
d'approfondir la morpholo
gie de cette langue et s'est
aperqu et s'est aperqu que
les mots Ovoquaien t par
eux-mmems les objets don't
ls etaient les symbols.
Mais on a fini par se ren-
dre compete que les defini-
tions supposdes par le Ba-
ron Nau etaient inexactes
en ce qui concern certain
mots courants. Le Dr Jean
Chrysostome Dorsainvil, par
centre, se trouve beaucoup
plus pros de 1'exactitude
quand i.1 disalt que :
signifiait ele
et En ayant recours a une
centaine de mots d'usage
courant dans le creole des
montagnes du Nord d'Haiti
notamment, tels que lasios>,
couleuvre < madeleine ),
,
< massoko a, a moussa a>,
jamborite >, <,b a m -
bochaa, j'ai pu y decouvrir
les principals racines de
la langue aitienne designee
aussi sous le nom de otal-
no,>. Je reviendrai sur cette
'question dans un texte ia
publier dans une revue spe
cialisee.

Soullgnons des mainte-
nant la signification de cer
tains noms de lieux qui
nous interessent pour le pre
sent quart d'heure, A l'ex-
ception du mot suiet iusqu'ici a des inter-
prftations fort nombreuses.
Le plus important pour no
tre sujet est le mont Cari-


bata qui availt vu Colomb
d'un cot, a 1l'ouest moull-
ler dans la mer de St. Tho
mas, son naufrage A 1'est
de la pointe Sainte, et sa
renoontre avec Guacanaga
ric au sud-edt de la Pointe
S a in te 'I -,':

Le mot Caribata signifie
stortue. J'ai pu arriver a
en trouver la signification
grace aux racines Cara
rond). De nos jours encore
on appelle les tortues de
mer TCarete mot qui, 11
faut le reconnaitre, se trou
ve tries proche de aCariba-
ta>. De plus, le term ribatas designait aussi tou
te mason don't la forme
ronde etait de ressemblan
ce frappante avec la forme
d'une torture.

Dans le du
Frere Riomain Pane, il est
raconte commerit une tor-
tue extradite de 1'epaule con
tuslonnee de Dimivan Cara
caracol fut transformee en
maison. C'est de la que fut
adopt, at jusque de nos
jours encore, en franqais
le mot derive de
1'aitien pour de
signer une maison d'abori-
genes.

Revenons au Mont Cari-
bata. V u e s de loin; a
l'e s t ou a 1'o u e s t
les montagnes du Cap-Hai
tVen pr6sentent 1'aspect d'u
ne tortue tlte allongee. Sur
toute la c6te du Nord, ces
montagnes du Cap-Haitien
sort les seules a offri.r cet
te apparence de torture al-
longee. En face de telles
evidences, on ne voit point
comment on a pu placer
1'ancre de la Santa-Maria
dans la bale de Caracol,
laquelle, a vol d',oiseau, se
trouve eloignee de vingt ki
lomdtres de Pointe Honorat.
L'origine d'une si regret
table confusion provient
probablement du commen-
tateur Navarette qui., dans
une note explicative ui.
journal de bord de Co-
lomb, 'traduit en franqais, a
mentionn6 que la belle
bate 'oh Colomb fut oblige
de sojourner apr0s le nau
frage,:s'appelait baie de Ca
racol. Et il se trouve pogr
tant que ce meme Navareb
te eut a noter, avec raison
d'ailleurs, que la mer /de
Saint-Thomas etait la baie
de 1'Acul, la Pointe Sainte,
la Pointe St. Honor (appe
lee aujourd'hui Pointe Ho-
nora't); et le port. de Gua
rico, la ville du Cap.

Une seule conclusion
s'impose. C'est h la rade du
Cap-Haitien que fut donnee
primitivement la denomina
tion de Caracol. Et cela
sans difficult aucune puis
que la baie du Cap-Haitien
offre, comme celle de 1'au
tre baie de Caracol, une
forme en spirale pareille a
la coquille du colimnaon
caracoll en espagnol).
Les recentes decouvertes
pratiquees dans 1'actuelle
Baite de Caracol ne peu-
vent etre nullement asso-
ciees au naufrage de la
Santa-Maria.
Un immense interet a ete
souleve en Haiti par la de
couverte du site de Puerto
Real, just a la veille du
demi-milldnaire de la DO-
couverte d'autres dissent
Redecouverte de l'Ameri
que. II imported que soit
exactement localism le re-
cif centre lequel la Santa-
Maria s'echoua ainsi que


1'emplacement du Fort de A I
la Nativite. A ces deux en
drolts d'incontestable int6-
ret historique, je sugg6re-
rais que soient 6lev6s deux
monuments : le premier,
par tous les pays -membres.
des Nations-Unies en 1'hon
neur de la FrateriLite Hu-
maine et portant la simple
inscription mess>; le deuxieme, par les
nations issues des peoples -- : -
de lointaine ascendance eu
ropeenne, arabe, juive afri MODELE PORTATIF '\MO
caine, en memoire des indi I 6 MODELE
genes d'Haiti extermins, SUR IED
avec cette inscription : Aya s1
kaouo Guarocoel !

Nous salons notre Ance

Elys6e EUSTACHEE D.M.V.
579 Boul Bellevue N Green -
field Park Quebec.
7 .Septembre 1979


'.... r. .. r,a . ,, -_. .<




PEPSI.'JJ N VEUX AUSSI


UNE VOITURE TOUT ADVANTAGE


4. [ ( NE VOITURE TOUT ADVANTAGE, LA CARINA!? VOYEZ PLOITOT!
I .E MECANIQUE PLUS FIABLE QUE JAMAIS, EXCELLENT MA-
... NOEUVRABILITE, SECURITY, FABLE COUT D'OPERATION COM-
ME D'ENTRETIEN ET ENFIN LA FAMEUSE QUALITY SUPERIEURE
"': TOYOTA. AJOUTONS A CELA QUE LA CARINA POSSEDE IUNE STA-
ON. FIITE REjLARQU.ABLE: ET QU'ELLE EST SPACIEUSE COMIME UNE
LIMOUSINE. SES MOINDRES AVANTAGES: UN INTERIEUR1 II-
BILLE PRINCIEREMENT; RIEN QUE DE IIAUTE QUALITY FT UN
F"TIPEMENT GRAND LUXF TELS: UNE MONTRE A QUARTZ DE
GRANDE PRECISION ET DS ELEMENTS EN BOIS SIJR TOUs
v LES MODELS GL. ,








Hinoto. S.A. Rue Pavie TO1: 2-0652


I ~ I


__ ___ _1 /


I


--- ~ I __


Ur





SAM.ED 29 ET D .IA HE 30 S EPTEM)RE 1979
SAM4Rnr 29 ET DIMANFHE 30 SEPTEMiBRE 1979


LA VIE RURAL ET P/EVOLUTION D1 NOTRE PAYS


(.sw ile do i Ii'ire pagi')
Icm l pull si nt. linll l ntt ili -lll
i i I i l:l liIli isialf'tis I
h' i Ii i, I I',x I aIi\ iS PI I i ,


1. 1 rr11o i Ird il ill .s rcs d i P s
ir ':, ( t'.ill lra [rrl lltr e

r nllul o. -

11 y Ocut pairml rls eastiln
vi's rjqil sonl deveinu.s de( U
rilliix Vgneraiux, dp bril-
'lunts s;ratteIs qul suirent
dlrtiger la lutte avec folu-
inCo et 6nergle par leur ver
ti millatlroe. Ils s'Adressi'-
rent :aveC vbhimence ia liar
Me:' composee de soldnts
on Eiuenilles. le corps mar
(lqe par le fouet du conm-
inandeiur. Ces g6niraux su-
rient evoiller le courage de
plus d'un. Ils firent des pro
diges de valeur et oblin-
rent :i v'ctoire. Et le soleil
de la liberTt i.llnmina nos
plailes et lo sinomet de
nos monslanes. Ce fnlit nll
spectacle r@conmfor' ant et
II .toie inronda tnllq ls
nceurs. Ainsi. l'iindpendaif-
co fut proclamie. I1 fal-
1nit organiser lP Nouvel E-
lat.
Nos 1leux qui talent des
hommis aa large vision, a-
ya1111 l'anir clans l'esprit.
1Hidca par elir intuition et
inspires par la contonclure
politique, commencerent
par distribuer des terres, et
rola. tant sous Dessalines
que Pt ion, Christophe sons
Salomon avec les conces-
s-ons conditionnelles et
d'autres gouvernements sub
siquents
Nos ancitres etaient per
suadis que l'Agriculture de,
vait constituer les solides
assises du Nouvel Et:i. Pays
A vocation agricole des le
debut de son existence. il
continue a cheminpr dans
cette voie maintenant plus
cue jamals dana la society
de consommation qui. oblige
l'homme A satisfaire de mli
tiples beso.ns, et les exi-
gences de la vie moderne.
Neanmoins, nous n'avons
jamais organism la vie ru-
rale d'iTne facon rat'onne,1
le. Boyer a essays. mais Pls
dispositions"de son Code Ru
ral fort peu convenables
pour 'lpoque. ne furent
pas bien accueillies. Ainsi,
Ic fort peu d ( r_-,r -i.i,
dp Il vie paysanne a tarac
teris6 notre communaut6.
On puit mrome dire qi'elle
fult longotmpa utine cofstan
te par suite du sotvienir
amer quia laiss6 1'esclive
travaillant sous la f6rule
du maitre dans les habit a
1,ons Aniourd'hni,en rai-
,son de lIa crAssance dimo
I_ 1ii 0i1ii d (is devons
changer d'esprit. A cet 6-
gard, l'ouverture social
danms nos enmpaines est llu
si important eP meme da-
vaintl ge tiu' 1'ouverture po
Jiltqiie. mals celle-lA dnit
sf, fair dans un ordre plus
rigoureux que rette dernib-


rI, cur la p1rIemlre esIt li
'ondliilloni de 1'6qulllbre dui
pays. El. 'esl lit lpaysanl qui
produil poCtr soiuteien lPs bit
i, 's tie no'tre cuol 6'l' t' ti1 t
tifilid Sa production islt ft
s fllsalM t uies lCU es IS OU-
ches dp 1li soclei eu n res-
slii'lt'l le fIunestes effects.
Nous nous rappelons a
(It 'card avee uneikncolie
In dutresse qui a1 rni dans.
le NRoed Ouest du Pays par
siue de 16 disefte qni a ae
vl dflits ce'tte g'on, 11 n'y
a pas longtemps. C'est pour
quoi, le goQivernement de
1a Rptiblque, d'acitrd a-
vec la 1RFptbli.ite d'Alle-
magne, la Ripublique Fran
ga'se et Le Cabnada et d'au
tires Organisatitoi interna-
tiLnalet codiffie Ta Bftnqfe
Mondiale et le Programme
Alrilmntair 6 MoWditai; A 6-
iaborT fin proirammre de d6
veloppefient Rural pour
pirmettre au paysatm de met
tre en valeur sa terre da.ns
plusieurs gecteurs de notre
collect1vit6.
Ce programme, malgr6
les difficulties du mnilieu,
est appeal A procurer, s'il
est blen execute un mieux
itre A nos populations codn
pagnardes. Car il y a tou-
jours une confrontation bel
liqueuse entire les mem-
bros d'une mime famille
paysanne et certain ty pes
de la ville arpenteurs,
notaires, ayocats qui par
des moyens fort peu hon-
netes, s'emparent de leur
terre. Ainsi, le mode de de
veloppement doit s'accom
plir en function du carac
there d'un people, de son
stade de progris spiritual,
du cadre politique dans le-
quel il 6volue. Ainsi, le tra
vail a realiser dans ce sens
sera surtout accompli par
les nationaux. avec le -on
cours des techniciens 6tran
gers. A ce sujet, le style
qui convent A la Rieubli-
nue Dominicaine, A Porto-
Rico. a Cuba. n'est toujours
pas approprid A Haiti. Ainsi,
chaque pays a sa constitu-
tion propre, selon son His
toire,. son cadre nature qui
luii donne son temperament
et ,lui indique son genre de
vie. Darts 1'6tat des closes
an Cells, I'Agriculture. u-
no production intensive et
e-tpnsive. ce sont les seuls
aarnns d'une vie dine pour
i, Nat on et pouvant lui
offrir, dans une certain
measure, un avenir exempt
de malaise.
Pour cela, nous sommes
obliges de prendre les dis
positions nicessaires pour\
prot6ger le paysan par sui
te des confingences evo-
qu&es ci-dessus. our arriver
a des resultats eQncrets, il
faut une police rurale bWen
dress6e aynnt le souci du
respect de la personnel hu
maine. Dans le journal ePa
norama ,. des ler. et 2 Aofit
de l'annie dernie, qui ne
minque pas de souligner
les failles, les vices de no


LE BISTROT

Restaurant -- Bar Gril,

Pizzeria Creperie

LE RENDEZ VOUS DE L'AMBJANCf

CHAQUE JOUR


SMenu special Lunch
a $ 3M60


CHAQUE SOIR

DINER DANSANT.

AMBIANCE MUSICAL


Avec "Bistrot Combo"

4 Mardi Soir Vendredi soir

: )

9 2 TROUPES 2 SPECTACLES DIFFERENT CHA-
QUE SEMAINE

Dans let Jardins du Bistrot

| Uie nouvelle Attraction

((Bistrot Mini Golf b

GOLF MINIATURE
UN DIVERTISSEMENT POUR TOUS CLUB HOUSE
JEUX BAR CLIMATISE


BISTROT


midi a l h du matin

Le Manoir 146 Lalue Tel. : 2-1809


Ire Administration, la ie-
deur, la negligence de cer
talfs fonctounnalres let em
pl,..,i pIblltik, M. Maihel
IAiin'viqc'L, a esquils d dn lfo
:rnmmt, d'ftlec 1rhle uit
m6rllte d'etre retenu; s'll
iill, raulls par certain
cotes, 1 frtetiaratit Tm pet
d'ordre dans nos campagnes
e't arlveprait A eonstAtuer
cette .soidtI rurale au fur
el a measure qui aombleirait
la distance, le vide eihtre
le paysan et le citad'nL
On 1'a dit en maihtes fois,
que nods som*tui's in pays
sous-d6velopp6, c'est a clire
depdurvu de inodins pour
mettre en valeur nos ies-
sourdis naturelles, mini'-
res et marines. it 6epen-
dant notre sol01 et sous-sol
est pouf&r de ricdhesses ap
prtciables. Onh 'a cfu'A se
rapbel'er le i'aisd part
qu'eon erit tinr6 1 Espagnols
et Tes Frafiga.s. Uls ren'plis '
saient les gallons de tier
res, de Inetaix pi'cebux et
de dverges s n s don't
les p 'odvits allant gar-
ntir 1es coffres de l'Europe.
On se figurait dans cette
Contree que notre Pays 6-
tait une lie romanieque
remplie de grandes riches-
ses. I
Lorsqu'on songe a tout ce
la, on se rend compete qie
le ire-dramm.: ecorinhioqie
du gouvernement de la R6
publique cr6ant le Mihisti-
re des Mines, drive de ces
beaux souvenirs. On veut
transposer dans la rsal-ltt
au profit de notre Peuple
ce qui est dans le domaine
du reve. De nos jours, la
mase en oeuvre d'une poli-
tique 6conomique rentable
est un fait international.
Car les pays riches forte-
-ment industrialists, nont
pas interit A ce que la fatm,
la misbre affectent toujours
certaines countries de notre
planite. Leur commerce en
souffre, puisque leur ddbou
ches gont ainsi restreiits.
Done, en aidant A develop
per ces pays pauvres, ils
travaillent dans le sens de
leurs interits les plus im
mediats. ls doivent cbncou
rir avec les eldmenits na-
tionaux A rendre modernes
les Institutions archaiqs i
de ces communautes inadi6
quates A note temps, oh on
a tendasice A changer au
point de vue 6conomique. I i
faut ainsi remnpla'e t pa
des equipements de mcani
station, agricole les outils
rudimentaires.
En ce qua nous-o'eerswe,
nous avons' toutes les ma-
nifestations du sous-deve-
loppement. D'abord, 1'insuf
fisance alimentaire ajou-
tee aux causes internatio-
nales de penurie qui provo
que r.ne extreme chert6 de
la vie, car nous ne produl
sons pas assez. Ensuite, la
mendicite, vu qu'on est as
sailli par des gens qui sol
licitent laumdne dans tons
les quarters de la Capita i
le. Nous avons trop de cho
meurs. Ainsi. nos centres
urbains sont en proie ) A 1'e
xode rural, vu que beau-
coup d'etres humans ne
peuvent manger A la campa
gne, ils se prominent A tra
vers nos Citis cherchant la
subsistence. Ils s'adonnent
les uns au vol et les au-
tres A *des teaches non fruc
tueuses pour la Nation. Ce
qui crie un d6sequilibre que
nous devons fare disparai.-
tre en itablissant les con-
ditions pour que le Capital
tant haitien qu'itranger in
vestisse dans des entrepri-
ses fournissant du travail
au plus grand nombre. Ain
si, nos compatriotes reste-
rent chez eux gagnant leur
pain par leur intelligence,
a la sueur de leur front.
C'est la un programme
qui doit etre l1abore et exe
cute par des techniciens ex
p6rimentis en tenant comp
te des besoins prioritaires
dans chaque region du pays.
Ce project transcend'era tou
te politique, 1'avis des tech
niciens devant toujours pre
valblr. A ce point de vile,
nos compatriots ne change
ront plus de misere eht al-
lant travailler a l'etranger
exhiber leur gene, sollici-
ter la pitied et connaitre de
profondes humuliations et
cotoyer mime sla mort. Nous
avons devanci plusieurs de
nos voisins dans la procda
nation de la liberty, de lins
dependance. Neanmoins,
nous sommes tr'butaires de
leur collective pour le
travail en faveur de nos
concitoyens. Ainsi ils nous
depassent au point de vue
iconomique. C'est done qu'il
y a chez nous quelque cho
se d'anormal auquel nous
devons remidler Car une
communaute qui ne product
pas assez et.a toujours uine
balance commercial defa
vorable, ne compete pas A
notre ipoque dans 1l con


cert des Nations. Notre cas
n'est pas heureux avec la
presston dimographique, il
merite que nous mettions
A contribution notre sou-
plesse, notre esprit cria-


teur, notre abn6gation, no
tre patriotism, notre d6-
slnt6ressement pour 6di -
ftier uh mteux 6tre pour ho
frb Pdtu'iId.

Nous ne manquons pas
de terres disponibles. L'Etat,
'b ti gyimti 'sjp'fies *ety rl
che. Par suite de la cons
stance d'une 'bl61'tI~le a tk
cole nos different gouorer
nements ont faith de lar-
ges dis'tributions de pro -
pr!&t6 h des particullers
coritne nous 1'avons vu ci-
dessus. Cela est f la fois.
unse fibliesgs et idn avanta
ge. Faibfesse, pari ft u'll enti
piche di crder 1'environnb
thent pour 6tablir la gzan
de Indust te a ntoins dl s'a
diresgr A des particuliers
A cette fin. Un avantage,


par le fait que la question
agratre ne se pose pas chez
nous. Ainsti, le potential a-'
g'icole manque de vi.gueadr,
didhs f6't0e pays, dc .i'1 ne
1etit cdivTlr 1'es ftals de
la grande exploitation. A
ce point de vue, nous som
m"s -sovs l-a ddperniance 6
trangire.

Par aillents, deltihs nel
que temps, tout est ivalu6
en dollars comrie sl nuons
Atlozis A Porto-Rido, la pe-
tite ifiarchride 69ttmae l'e
prOddTt da'as si' -pahler en
la rh6nriaie aRfterfaiife. Et
la gourde est prer-qile l.gno
ree. Si 1'on se rifei6 au pou
voir d'achat de ftri peu
ple pt A inflation qui nous
6corche, talidit qtue les sa
lai es omt a.gnle t6e faible


ment, cette situation c6e
un aoleq'tdtM re sernirlbl'e
qut eng.ant-ie 8is prenotu:'
aI3ons -rnstiats dans 'fou6t
Il~ foyers. 11 fhidralt iorih
mmr une CbhrSdrason pbtir
examiner 1is ?fib6by? d falk
re balsser les products, de
prTemire n6cessft6 tant lo
caux qu'importis

ti6 lfar'lemedit &-a -Codi
merce et de 1'Industrie Na
tionale a prts des measures
heuVitises pour oue le peu
ple ne Soit pas trauihats 6
asr le prix 61eV d de er -
tasns: artltTes, rhats 11 dolt
aller plus au fond des chio
ses pour soulager toutes les
couches sociales. Danis cet-
te tfiche, on doit fa.,i' un
effort pour consider rles
moyens de chaque cat6gorie


_


social en clte priode d".n
flation tiri accnttu6e. La
gene est iure des coidfti-,ns
'de l'exikt ice de ndifre col
iectitVit6. Or ptlis Tes aft-
fies' passeht, pli ,iila de
'enrit algtf. Cette fAtatldn
ne s'amiliprera qu'uvec le
temps avec uTI ptogramcme
agricole b'en dLri6 o.t le
pafd'i est incdaMA pasi de6.
tfhi. clefis c6niilektcleux A-
yant le sens de la resDonsa
-billte.

Blen qfle tfmidement,
nfts soThines a'u' dgem de.
1'induistr.allsatlon. "A cit 6-
ga-rd, At n'y a tas beaucouD
d'ktablissements dans nos
provinces. D'oil nous de-
vons intensifIer la produr
tion agricote pour fournir
les matiures premieres hA


' '. ..." .. -_ _ __ __ ___ __ r <


VOUVEA U PROGRAMME



DE LA COMPA GNIE AIR FRANCS



A compterdu ler. Octobre 1979



Lau depart de Port- au Prince






MIAMI -

2 VOLS PAR SEMAINE -- LES SAMEDI ET DIMANCHE

DECOLLAGE 11 H -- ARRIVE 13 H 50




SAN JUAN -

4 VOLS PAR SEMAINE -- LES LUNDI -- MERCREDI -- JEUDI -- YENDREDI

DECOLLACE 12 H 20 ARRIVE 14 H 30


SAINT MAR TIN -


4 VOLS P4R SEMAINE AVEC CHANGEMENT D'APPAREIL A POINTE A PITRE

DECOLLAGE 12 H 20 -- ARRIVE 17 H 50



CA YENNE -

3 VOLS DIRECTS PAR SEMAINE LES LUNDI MERCREDI -- VENDREDI

DECOLLAGE 12 H 20 -- ARRIVE 20 H 55



PARIS


6 Vols pnr semaine ,n correspondence directed

a Po nle -a Pitre ou Fort de France



POINTE A PITRE


LUNDI MERCREDI JEUDI -- VENDREDI


DEC01

6 Vols piar iemaine :

SAME

DECO



FOT -E FRANCE


DLUM0



6 Vols pptr semaine :
SAME

DECO[





AIR -



'Rue Otntes Detochess
/


LLAGE 12 H 20 -- ARRIVE 16 H 00



DI -- DIMANCHE

LLAGE 16, H 27ARRIVEE 19 H 05






M lftSCROl -- JEUDI-- VENDREDI

LLAO i1 H 20 ARRIVE 17 H 10



DI DIMANCHE

LLAGE 16 H 20 ARRIVEE 20 It 15


4 )Yf'


.AJ. VT


Tel: 21-700 i


-i~j. ~ ~ a~A -- i '*5l' .-d- -- N _________


. .. .. . ". .." "


(





(


lIndustrlie. Dans nos cam-
pagnes, rios bourgs, et-vll-
lta'gs, 1'riergii electrique
est presqde ignoijee. De ce
1 on est piiv4 de 1'616-
ltent fondame~tal de pro-
grts. Nous d t'h s transferr
mer ces structures socialea
fErrIteres, ne r6poTidant pas
yw n@icesstl6s de la vie mri
d 'e.
lus espisons quavec u-
ne aide internat.onale san..
faille, le conctoirs' de nos
agronomes de banne volon
t6. un programme agricole,
d'e61vage .bien am6nag6
dans nos difftrents D6par-
tements, nous y' parvien-
dronsB.' Ainsi notre collect
vitA recevra une vigoureusa
impulsion pour le progris.
L.AC. PH












SAVIS DIVERS


AVIS


tNCHA AViSE


I.Ass. intl:;'n, n',ITIur t E ICiA avise so; n'mible's
r linllithno-Alleinandt por clients que pour nmicux Irs
lc A lxa cutiisa;itiile'd duPu 1 service it partir du ler Octo
blic que los lt-,eriptionis bre, let Magasin restera on1-
til coiiu's cdie I- ght allt' vt it tottle la jcturn'i dcie 1
lii:I(iiul noUtr l"'tiit.' acad hpources A.M. h 4 hoires I 'M.
nilqii t /il ,.19/19, prtndront di l und it v i' drrdi (t tl,
lti le sum- dal 29 niptembro same, de 8i heur-s ti midl.
197'.I lwii it I ore;-,ess sont
prin s doe ipa.sr ali Secr6- Co nolVt'l hrtrairet rstr
L-Itril d, 1 A.s'sociiato, i LI en v1 geur jusqu'au 30 avlil.
2) d. I Avlne Christoph-, Poiu liu n'il.urt soricvl
Oii.s Ies jours ouvrablies de
9 hi-ts a m .a 11 hres a m aux maIillturs prix, arrest -z-
et d" 4 : 30 n nm 7 : 00 vous ENCHA & Ia Place


h p m -pour tous rense!- Gefoard ou LI
gioments supplemental ou le. 2-042'.
rts.


XX xv

SIMPLICITY


92. hue Panaunrsaine,
Pttion Villae t cote de Red
Carpet.


x x

ELECTRICITY

DEMANDI


L'Eloctr!c to


les interesses
GRAND CHOIX D'AaKTICLES cles sulvants
.so0n '.


- Costume do' Plage en Tcr
ry
Maillots de bain et Mail
iut de diinse Dansk.n
- Sandals Franqaises et
Ital'inne de .ean Rimbaud
et Martini Ovsi!do.
-Nappes brodets 6& la main
el Nappes Imprmees de
Pierre Gardin.
- Bijoux en Argent
- Sacs d'Ecole
Lingerie
- Articles divers pour a-
tisfaire les mc i.leurs gouts
SIMPLICITY BOUTIQUE
Offre un rabais de 10 por.r
cent a 30 pour cent 6 l'occa
sion de sa Semaine d'Anni
versaire du 2f, Septembre
eu 4 Octobre.

PROFI EZ-EN
Retenez I'Adresse
SIMPLICITY BOUTIQUE
92. Rue Panmericaine -
P6tion Ville i cote de Red
Carpet.
Phone 7-1135
Ouvert de 8 1 30 A.M. a
6:30 pm.

XX X x

Avis de la Faculte
d'Ethnologie

Le dicanat de la Facul-
te d'Ethnologie avise ley
interess6s que les inscrip-
tions pour 1'annee acad6mi
que 1979-1980 seront recues
au Secretariat d la Facul
te (Petit Siminale Collr-
ge St. Martial) tous les
jours ouvrablc. de 9 heu-
res A.M h midi (12.00) et
de 4 heures a 6 heures P.M
a partir du mardi 11 sep-
tembre 1979.

Pirices h prfsenter
A) Pour l'inscription en
lbre annte:
Carte d'ldentit6 et3 p:ho
Los
Autorisation dfiment si-
gnue par le reprdsentai't li"
gil du mineur.
Acte de nuisance ou un
extract des archives
Certificat de sant6 de,
ldte recent
Certifical comriplet ,l'tiu-
d e secondaires classic uies
B) Pour l'ilscription a la
Maitrise :
Carte d'ldentite et 2 phri
tos
Diplome : a) de Licence
es-Sciences Anthropologi-
ques et Sociologiques (Ilai,
ti"
n) de Licence es-Sciences
Sociales (Etranger)
c) de Licence es-Sciences
.Naturelles 'Ei ranger)
C) P'or l'inatription au
DIctnrit :
Diplome de lM'litrise.
N.B.- La date dr coccours
pour l'attribution de %00
bourses a la Faculte d'Eth
nologie e-t 10 bourses h
I'Institut de Psychologie se
ra fix6e ultirieu ment.
Le Dicanaf

x x x x

Avis de I'Institut
de Psychologie de
Port-au-Plince

Les inscripti ns a Ilnsli
tut de Psych ogie de Port
au-Prince; s' au Petit SO-
minaire Colige St Mar
tial; seront recues tous les
jours ouvrables a partir du
Mardi 11 septembre 1979
de 9 heures A.M h midi et
l'spres midi de 4 heures i G
beures.
),Pieces & presenter :
A) Pdrur la Licenoc *e Psy
chlogie :
Carte d'Ide.lti e0 2
photos
Acte de naissance
Baccalaur6at 2Ome par-
tie.
B) Pour le certificate de
Pgychologie' :
Diplome : d'instituteur
normalierio; 'd'infirminre;
d'assistant social; de tech-
riicleS de laboratoire..,
Dlrctbtr


ITEM
1


- Avs d'APvhel



t POUR LA
FURNITURE
iD',QUiPEMI'ENT
D ENTRETIEN ROUTI'ER
tOUR LE SERVICE iBEN
TIRETIEN PERMANENT (DU
R1ESEAU RUUTIER
NAT1ONA.L

(SEPRRN).
SYNOPSIS DU PROJECT


nnez le 2-23L9 Le SEPRRN; une agency
du Gouvernement d'Haiti;
1610 est actuellement en train
d'elever le niveau do son
x X1 inventaire d'equipement
d'entretien routier. Pour le
D'HAITI moment le SEPRRN envisa-
ge F'achat d'equipement luii
N DE permettant d'entretenir les
Oi N 28 routes principles d'Haiti.
L'6quipement d'entretien rou
d'Ha'i niIse tier doit etre capable d'unre
que les arti- performance superieure
lui font be- dans des conditions climate
ques tropicales difavora-
bles. Le reseau routie'r
QUANTITE d'llaiti est et grande parties
200 000 Rf non revetu et situe en
300 000 ft terrain Mn'ottagneux. Par
60 000 ft consequent; le fournisoeur
20 000 ft doit etre desireux de four-
15 000 ft nir un er.uioement durable'

6 000 ft de piemi~ere quality. Tout
4 000 ft I'&euipemefit sera livro
2 000 ft CIF; Port-au-Prince: Haiti
2 500 ft L'equipement a acouerir
7 500 ft est le suivant :


12 7 500 ft
13 7 500 ft
14 7 500 ft
15 5. 000 ft
16 5. 000 ft
17 5000 ft
18 10 000 ft

DESCRIPTION

">Service entrance cable -
copper conductors insula-
tion 300 volts Type SE-U
- concentric neutral -
two corduetors No. 10 AWO
Ditto No. 1 but two con
due'ors No.' 8 AWG
Ditto No. 1 but three con
doctors : 2 c No. 6 AWG
and 1 c No. 8 AWG
Ditto No. 3 but 2 c No. 4
AWG and 1 c No. 6 AWG
Ditto No. 4 but 2 c No. 2
AWG and 1 c No 4 AWG
Ditto No.,' 1 but four con
doctors : 3 c No. 4 AWG
and 1 c No. 6 AWG
Ditto No. 6 but 3 c No 2
AWG and 1 c No. 4 AWG
Ditto No. 3 but 3 c No 14
AWG
Insulated coppPr. wire No.
14 AWG Type THW -
600 volts
Insulated cooper wire No.
1 AWG Type THW
Bl ack
DTtto No. 10 but No. 2
AWG
Dito No. 10 but No 1/0
AWG
Ditto No. 10 but No 2/0
AWG
Ditto No. 10 but No 4/0
AWG
Di'to No. 10 but No. 250
MCM AWO
Ditto No. 10 but No. 350
MCM AWG
Ditto No. 10 but No. 500
MCM AWG
Cnp"nr tr'nlov n'nslo
codnndilinr NO 2 npe't'al mrs
snoner No. 2 code word
Century.

FlecpricitC d'Tlaiti invite
le.': lnferr'.s s a soi umett-
ne sonnnellomen' 1( I nof-
t-cs to 10 i c'ohbro 1970 t 3
hunres PM 'lT'ip FIPe
trino" RPw .Jos'nh .Tanvinr.
N B Vu 1os 'inntitc rioe-
mn:,ds l'Elec'trt0ct d'Hai'
ti necrO'Pra dps eyn6diti1onos
partitell Vs un rtie lit r n'merlnt
pnuTr ls tro.ts premiers I-
tems.
IA DIRECTION
X y xx

ASSOCIATION
NATIONAL DES
AGRONOMES
HAITIFNS
(ANDAH)
Lettye circulaire

Cheor conurer
Corforrrem-nt 5 1 arti
cle 27 0es Statuts de 1 As-
sociation nous 't,-ons 1'a
vantage d, v-us informop
on"- la Rkunion en Assem
bl6e Gt6nrale uura lieu
le Dimanche Octobre
1979 af 9 hres 30 A M 1t l'Aui
ditorlum de la Fpcult6 d'A
gronomie a DAMIEN.
Vu 1'imnportaiince des qucs
tions fh dbal.tr". le Comit6
Directeur compete sur vote
presence pour I loin sue
ces de cette stance.
L'ordre du Jour sera le
s'nivant :
1- Aunel Nominal
2- Lecture ce la torresDon
dance
3- Lecture et Sanction du
Prodis-Verbal de 1 dernie
re Seance
4- Rapport d',sctlvlts du
ComitM Directeur
5- Presentation du Pro -
gramme de travail annue'
du Comit6 Directeur.
6- Questions d'irttirt G6
niral
Claude GRAND-PIERRE
Ingetileur-Agronome M S
Secr6taire-G6n6ral 289


Bouilloires-asnhas.te: Char-
geurs (Pneu); Niveleuses:
Camions-bascule; Camion-
nettes 3/4 Tontes; 4RM:Re
morque-bascule;Appareil af
souder a 1'arc; portatif:
Jeux d'outils a. main: Char
geurs Pelle r6trocaveuse:
Rouleaux vibratoire 1 1/2
tonne; Rouleau vibratoire
5.9 tonnes:Camion de distri
bution de carburant; pom-
pe a eau; Remorque pour
citerne d'eau;Camions pour
le graissage et 1'entretien
mecanique.

Le type de contract envisa
ge est un contract af prix glo
bal. La base pou l-'adiudi-
cation sera le soumission-
naire repondant qualified le
momis distant. Le SEPRRN
se reserve le droit; avec
l'approbation de l'Aid; de
rejeter toutes les offres
pour n'importe qunl artictl
sur n'importe quelle splcifi
cation individuelle,

La date de fermeture da
la reception des offres sera
le novembre 1979 5 1:00
here p.m. locale. L'ouver-
ture publique aura lieu a
I'Hllotel Christopher; Bour-
don; Port-au-Prince; Haiti
h 1:30 p.m.

Toutes les marchandises
et les services requis pour
le Projet devront avoir
leurs source et origine aux
Etats Unis except comnme
prlvu dans le contract; Seec
tion IX; Assurance.

Le pavement des- 16-
ments es dollars des prix
unitaires sera fait en dol-
lars E.U. Le pavement des
elements en monnaie locale
des prix4unitaires sera fait
en gourdes haitieines.

Les soumissionnaires sent
requis de fournir une derla
ration de qualifications
montrant uoe experience sa
tisfaisalite asve 1'equipe-
ment et les materiaux du
genre et de la dimension
de ceux devant etre acquis;
la capacity financi-re: la
dispovibilite de la main -
d'oeuvre et des installations
necessaires avec un inven-
taire de pieces de rechange
substantial en Haiti et tou-
tes autres qualifications
specialisees.

Les soumissionnaires sont
requis de fournir une decla
ration de bonne volonte
pour fournir assistance
technique qualifi6e quand
elle est tiicessaire'pour Fins
functions requises pour un
fonctionnemeht satisfai -
sent. stir et efficacy de 1'6
quipement en Haiti. Le dO-
faut de fournir assistance
technique quand requise
par les specifications peut
ltre consider nne raison
pour rejeter 'lquipement.

Les documents de, soumis
siops penvent ltre ohtenus
de la PRC: HARRYS, INC.
(Ingenieurs Conseil g6ne-
raux pour le SEPRRN) a
300 East 42nd St New York:
N.Y 10017. ou au bureau de
la fire au bureau central
du SEPRRN; Chancerells:
Port-au-Prince; Haiti; W I.
au cofit de trente ($30.00)
dollars amnricains.

Aucune soumission' de de
vrait itre rempliUt ou dli-
vr6e anatit 6i*M*n du con-
trat projos6.


AVIs ImpoFrtant

Loe Bite'au '6 nf6rmatlon
de 1'Inttiut roennlque AVI
RON prend pllatisr h-annoni'
cr 1'arrlv6e de Monsieffi
MENES AZiIZI, Direceture &
1 Institute Technique AVI:
RON de Montreal. Le vd6a
ge de Monsieur AZIZI a
pour but, de preparer 1 Iti
cription des Ctudiants d6&
slrcux do voyager au Cailt
da pour-ass ierr leur ave-
nir grace a des (tudes plt'
fessionnclles
Toutes les personnes int6
ress6es a deVenlr specialls-
tos en :
MECANIQUE
AUTOMOBILE
MECANIQUE DIESEL
MECANIQUE D AJUSTA -
GE
SOUDURE AU GAZ & A
L'ARC
DEBOSSELAGE DE VOI
TURE
DESSIN TECHNIQUE
REFRIGERATION
AIR CLIMATISE
RADIO
TELEVISION
ELECTRICITY
soat invites ;\ rencontrer
Monsieur AZIZI qui se fe
ra un plaisir tie les rece
voir du Lundi ler au Mer
credit 3 Octobre '1979 d2 9
hres I 1 hre p m et de 3
heures a 5 heures p m au
Bureau d'Infor-tation de
I'Institut sis au No 101 -
95 dI 1 Avenue PAUL VI
iRup des Casernes) -
2-0125
Le procnain cycle dtu-t-
des commence en FEVRIER
1980 Les dossiers des 6tu-
diants devront 6tre d6poses
a 1'Ambassade du Canada
i la fin du mois de Novem
bre 1979 au plus tard. C est
done le moment de s ins-
crire pour eviter toute per-
te de temps Nous deman
dons a tous les interesses
de venir, si possible ac -
compagnes de le'rs pa -
rents, prendre contact avec
Monsieur Azizi, Dirccteur
de l'Institut Technique
AVIRON 21(
x x x x

AVIS DE LA
TELECO

LaTELECC prdCLa_flaisir
a ainoncer au public qu el
le compete mature en servi
ce son premier Central de
telephone elec'ronique d'une
capacite de 4800 lines ?
Pont-Morin la 22 Septem
bre prochnii. dat commt-
morative de la Re lution
Duvalieriste.
La zonu e-a'ervbe pr ce
Central '.. U:.diiquc fur la
carte ci-ca-t,'e et co prend
les quarti( rs si ivants : Bois
Verna, Canape Vert, Bois
Patate. Turgeau Haut de
Turgeau, bah L!e to Des-
prez.
L'indicalt du nouveau
Central scra le chiffre : 5.
La TELECO e.,-iera autant
que possible de ne pas mo
difier les iquatre autres chit
fres des numerous de tele-
phone eyistant dans la 70o
ne conce-nee Par example,
un abhon-.c d-,nt 1e numero
do telephone est 2-1693
pourra etre atteint an
5-1693 a .)artir de 22 sep-
tembre 1979, 12:01 p.m.
C epeni t1.t. ptur dl roi-
sons teeln qu s. le trars-
fert de certa'nos iignes ne
pourra r elft e!i,' iw1-
prc lIa : Ise rn march
cdu nou've't Central.
La, FLiTCO depiore les
inconvonients qu? pour-
ra!ent ooca.denner cos chan
gements et, comme touiours
compete scr la comrrehen-
sio:- At la cooperation de
toils.
LA DIRECTTONI
PORT A-7 PPINCE, LE 19
SEPTEMBRE 1979

AVIS D'APPEL
D'OFFRES

11 est porte -x la connais-
.sar ce des Firmes de Cons
traction prequialififes pou:r
1 execution des Eolfs du
Project CEIDER que e10 Bu
r .n d Executin do Prnite
compte lancer un Appe.
d'Offres pour Itn Ecoles dd
Colder de LAFOND, Grou-
pes III A III B
LeS documents de soumis
sion seront disoonibles a
partiir du 25 Septembre
1979 et puv5nut etre roti -
res par ls Firn-s. 'ous les
jours ouvrab 's entire 10
hrbs am et 2 -res pm au
Bureau Executif du Proiet.
Departement die 1 Agricul-
ture. des Ressourees Natu-
rllels et du DOiveloppe -
mont Rural, a Damien, con
tre un cheque certlfie de
US $ Ib0.00 (C"nt Vingt &
00/100, Dollars) qui defraie
le coft de reproduction des
documents
Seules les Entreprises


Prequalifides pourront par
ticip-r aL cet Appel d'Offre
La remise des documents
dfiment remnlis aura lieu
le 9 Novemore 1979 au me
me local a 11 hres a m heu
re d'Halti. X-102 4


LE iNOUVELLISTEs


*e. ... I .


* "'Wq


u.sII


'1






BAMEDI 29 ET DIMANCHE 30 SEPTEMBRE 1979
I' N


I,


renforcer
ci re Un
idees biei
iI-t d'un
Coeur a s


la securite finar
partenaire a des
n arretfes au su-
certain enfant Le
son role a jouer


23 AOUT AU ZZ SEPT
(VIERGE)
N'attaquez vos realisa-
tions personnelles pour la
maison que si vous save
bien ofi vous allez. Autre -
ment. vous pourriez avoir
une ennuyeuse situation


NATIONAL
INQUIRER

FAIT UN REPORTAGE
SUR LE PHENOMENE
DES ZOMBIS ,

Au debut de la semaine,
S une equipe de deux mem-
bres de National Inquirer
de Lantana Floride, compo-
see de Pablo F. Fenjves,
journalist et Jeff Joffe.
photograph, est arrive a6
Port-au-Prince pour un re-
portage sur le ph6nomene
des zombis, avec une inter
S view de 1'eminent medecin
psychiatry haltien Dr. La-
marque Douyon. Ils logent
au Grand Hotel Oloffson.
Pablo F. Fenjves est ori-
ginaire de Caracas. Venozu6
lai. 11 est grand Reporter
au'National Inquirer.
Jeff Joffe vient de passer
six ans au National Inqui-
rer. Il etalt jusqu'en juin
vPic tire Editor,> de cetto
prestigieuse publication a
miricaine. 11 est de Fort
Lauderdale. Fla. II accom-
pagne Pablo pour ce report
tage sur les zombis en Hal
ti.
.Ce phenombne est courant
en Haiti comme 11 l1'est
en Afrique et au Brestl.
Nous pouvons done en par
ler toute honte bue.
Freud dit qu'aucun hom-
me n'est normal. Chacun
deintre nous peut 6tre soo
m's a 1'une des quatre ten
dances suivantes : l'hystA
rie, la schizophrinie, Ja Da
ranoia el l'obsession.
Le cerveau de 1'homme
est un atpareil electron'-
que ou ordinateur relevant
le programme auquel il est
le plus sensible. Et il peut
6tre conditioned pour rece
vo'r n'importe quel program
nme..
On sait aue les zombis
sont des Individus plong6s
par la mialfaisance de s'm
ples ennemis ou de Hou-
cans ou pretres v a u-
dou dans un etat cattatoni-
que s'apparentant a la
mort, par le pouvoir des sirm
ples, a 1'aide de feuilles
on herbes de nos campa-
ines et rua spres avoir (t6

le m6me pouvoir mal fat-
snnt.
*Ces 'ndividus. dit-nn snn
itractiin6rables. Ils relvIn'
drin svndromno psvrehomnteu
d rila schizonhrnic tW rc
rctf6rlis' In pe"t'c de Ir t
Itnitlatlve de m nmw 'nl5ents
los rendnnt ii 1'6tat ri rn-
bnt. C'elai ni l PCenmcanl"
do se en*icpnf ri. pnr"-"n
imner anrri'ntln'ur m on 1n

rinlonnr rill sor nnur nne 1i
1i-n'nn rdo .,i' riqtt n Pr

cerveail devenu nnathitn)e.
C'est sur ce phenomen
que depuis quatre jours itr
vaillent Pablo et Jeff ave
le concourse du Dr. Douyoa
qui lsc a accompagnes je
di a St. Raphael oft cer
tains indi.vjdus plonges dan
un 6tat cataleptique ou c
tatonique ont i tW deterred
pour servir de zombis.


ir
a










-a
t,
r







n

T

0





a
e
a
c

u

s
a
s


arlile A se'reniue dobeftl zso,


MESSIEURS


I AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEZ LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALF, I


my Cari 'r, i ;',chsnmli
tre nmallonnll e, imr
et. non sincere .
"Cr c centIre d'Tasl'tr
militaire., cue norne 1
12. n M(66 er6 en 1.92
formaciment nny neeordr
Inbre 1962 crnsengtlifst
cr'sp des f,, s'es T os
son Fnrd aOln cnlll
eienc' i no el, e n'g 1l'O

,le qqi1 rnnnnit r a
t6 le diriennt riubhain


VOTRE HO
DIMANCHE 30


21 RS A 19 AVRIL
S/ (BELIER)
At mention aux amis qui
vous font perdre votre
temps. Le sens du devoir
vous servira bien pour vo-
tre activity professionnelle
Aunlrui paraitra parfois
trop negligent.

20 AVRIL AU 20 MAM
(TAUREAU)
Les plans de carrier pa-
raitront vagues et demand
front un examen supple-
mentaire.Assurez-vous que
les infants aillent bien a
1'ecole. L'accent esg sur la
responsabilite des parents.

21 MAI AU 20 JUIN
GEMEAUX)
Conversations au sujet de
voyage restant sans conclu
sion. Clarifiez vos objectifs.
Les projects d'amiel'oration
du foyer sont favorises.
L e s aines sont d s i1-
reux de voir venir en aide.

21 JUIN AU 12 JUILLET
tCANCFR)
Conversations serieuses a
vec les proches favorisees
mais il y a de la confusion
au ,sujet de la faqon de de
penser les biens communs
Reflechisez encore h la
question.

23 JUILLET AU 22 AOUT
(LION )
Elaborez des plans pour


La gande marque



International


est la


R SCOPEC LA SITUATION DANS LE SUDEST
ROCASIATIQUE

SEPT. 1979 La tuatton dans b ud- qu'lls l chent & l rI f
Est, sl.a1tti0 Suaeit/ a nuu Lea Upi ates is m fiiLati
veau J. quietuae a/la sul risquenlu eavinemet ci avg
23 SEPT. AU 22 OCT. te e menaces tmplicsLes aes consequences sur la.
(BALANCE) d uie reprise aes hosw' ies se en place a un vasLe p
Vous serez un peu trop entre la utine et le V}et- granmine mLerna.ional na
ardent dans une situation nam, que des dirigeants de le people cambougsen a
sentimental. Une person- Feai,.u onL laisse planer ce sespertefnrt besoln. baut
ne qui a retenu votre Inte vanu une aeiegat.on ofli- prevu, le comite inceina
ret peut y etre melee Rien. celle du Luxembourg. nal ae la Croix Rouge
a signaler sur le front du En eilet, M. Uasion Thorn, I'UNICEF devraient p(
foyer. Minidtre Luxembourgeois voir envoyer quotidieni
des klfaires Etrangeres, a ment tren'ie tonnes de no
23 OCTOBRE ACU 21 NOV. declare au cours d'une con riture etide medicaments
(SCORPION) feirence de press a Pekin partir de la semaine p
Conversatons fecondes a- que ces dirigeants avalent chaine, au Cambodge. L'
vec de vieux amis. Ne soyez rappele, au course de leurs titude du gouverncment
pas negligent sur le plan entretiens politiques avec Phnom Penh, qui a rea
materiel o lvues pourriez la delegation de son pays, me que .toute aide doit
mvos trlomper Soyez s r g--.qi'b l'epoque ou les opera ser par son intermedia
vous trooper oyez u tions militaires avaient eta laisse cependant subsi
gardes arretees (f&vrier mars der une certiane incertitude.
22 NOV. AU 21 IDECEMBRE niers) ils avaient precise Enfin, a l'issis d'une t
(CAPRICORNE qu'ils se reservaient le nie au. Laos, Vietnam
Ne vous A Idez pas en roi.t de les reprendre 6ven Cambodge, Mme Zoha
voyage. Les sueez p aurs voen tuellement een cas de be- Simmons, membre d'une
voyage. Les supeeurs soin. ganisation de bienfaisa
donneront un bon counsel .:Ces menaces chinoises d6 americaine, a affirmed v
financier Suivez les indica- guisees surviennent au mo dredi a Tokyo que le
tions et evitez l'indecision ment oil le Departement ple cambodgien risque
et le bavardage d'Etat americain announce disparaitre a breve echc
22 DEC. ArU 19 JANVIER le diclenchement d'une ce si une aide aliment
22 DEC. AU 19 Agrande offensive, par les et medical ne lui parv.
(SAGITAIRE) 200.000 soldats vietnamiens pas au plus tot.
Une atfare ilo~gnee vous stationns au Cambodge.
fait plaisir. Attention aux Bien que la radio ds L PRESIDEN
questions d'argent Prenez Khmers Rouges n'at faith LE PRESIDE
garde aux voleurs et aux jeudi. et vendredi aucune al CASTRO
fantaisistes. lusion a une telle offensi- NIE LA PRESENCE D'U
ve, elle asaffirmi que les BRIGADE DE COMBAT
20 JANVIER AU 18 FEV. forces vietnamiennes au SOVIETIQUE DANS L I
(VERSEAU) Cambodge reqoivent des ren LA HAVANE (AFPI
Vous etes impressionna forts vafin d'intensifier Le President cuban
ble et facilement influence leurs activities agressives Fidel Castro, a qualified
Profitez de la ;.ociale et ne pendant la saison seche>. dredi ia La Havane leI
soyez pas credule Autour Alors que Phnom Penh sident Carter de <,malh
de vous on aura tendance a garde un silence complete te, immoral et non sin,
exagerer. sur l'offensive annoncie i propos de la aux Etats-Unis, on indique cielle> criee par une

19 FEVRIER AU 20 MARS a Hanoi de source gienrale posee brigade sovictiq
(POISSON) mentt bien informed que ce Cuba>.
Remplissez ves obingat-ons qui se passe au Cambodge Au course d'unoe confi
sociales puis trouvez un est < lieu tranquslle pour itre security int6rieure et de po va'ent ete invites 6
dans le calme aivec vos pen lice qu'une offensive mili- ment, des joinurnal',i.sc
iredans le. riins. le leader pebo
sees. Sur le p:a. de la car On indique de source mi affirmed. au suit de
riere, tenez votre imagine litaire en Thailande qu'au brisarde. qi'il ,1,s';c.s: a
tion en bride cune action d'envergure n'a failt a'un centre rdins
enoore et6 entreprise. Les tion miltla're cr a
SI VOUS ETES NE chars et aviation, notam- il y a 17 ans april's 1
AUOURD'HUI ment ne sont pas entries se des fusees en oe u
Vous avez un affinity na en action, diclare-t-on de x x x x
turelle pour la chose ecrite meme source. L'amnince CUBA ETATS-UNIS
et pour la parole L'enseigne d'un debut d'offensive a I.E DEMENTI
ment, la literature, la see d'autint plus surprise que DrTT PRERTDFTT
ne et la conversation vous la saison des pluies nest FIDEL CASTRO
sont naturels Vohs aimez pas terminde au Cambodge. Le President enbhni
avoir un auditoire mais se Dans ertains milieux di Fidel Castro. a imnil
rez parfois paresseux et ten plomatiques a Bangkok. on ment dementia vntidr
t6 di'parpiller vos forces estime que l'annonce, pri- presence i Cuba d'unt
Dans les affairs. la public mature semble-t-il. d'une gade de cnmbas soviet
t, l'edition aet Ila bourse offensive vietnamienne au affirmant qu'il s'agiss:
vous feriez un bon emplot Cambodge' put avoir pir faith d'un .Centre d'Ir
vous eez un bon empl objet de precipiter le de- ton mili.taire cred il y
de vos qualiUs de vendeur bat sur le Cambodge a 1'O ans apres la crise d'oc
Le droit et la midecine NU et ainsi accentuer les 1962. avec le mimeI
sont d'autres champs d'ac- efforts pour parvenir a une bre de conseillers sm
tion ofh vous trouveriez le solution pacifique avant ques qu'a 1'epoqie-.
bonheur. Ayant un juge que le canon ne tonne. Or Lors d'uneiis clnfl''ir
ment droit et des opinions il ne faith, aicun doute dans presse ia larnlellr a'
fermes, vous aurez besor1 ces milieux qise des prepa ee convi6s des ioli-rn'
d'une certain rouplesse d'es rati.fs milita'res extreme- am6rcains. M. Fidel (
prit pour connaitre le plus meni* important ont 6et en a violemment pris at
grand success possible. trenris au Cambodge et le P'resident amerieani


___


- me


L


L
r
J






























t.
t
r

r,



ll

r
o
n
r

e
a
e
n
u

s
a
}s


in.
dC

mil
)10
mnS
ae
I:m
atio
Set ,
Me-
jour
S, a
ro-
at-


pas
tire,
iter


our
et
rah
or
lncer
nee \
ven-
peu
de
ann-
aire
dent


T

INE

LE

, M.
ven
Pre-



.sup
'ue a


ll a-

aile
t'tn a

il en
it e't't

ruba
a. cri
bre .





n M.
iei e-
di la
bri-
t ique.
gil on
list rile
tstrue
y a 17
'tobre

ivicti-
cc die

,%1SIes




a oil
Imor;



n 1

ttl''''

|N"







CINE TRIONMPE

PRESS lENT DIMANCIHE 3,0,'E1^E 9.79 g, & HE S 7 EURESI
PREENT'5DIMANCtlE 30, $ 2gEY4,,E 9,79,. $ IIEJES 7 ,JIWRES


,9 HEUiES


SALLE 1


SALLE 3


VA#RiGUE MI E1


Sans


Pendant des millions d'annees ils ont vecu parmi nous comma
des etrangers, nous conaaissant mieux que nous ne les
connaissons, croyant a un droit d'errance que Dieu leur a
done come attribute ~teiel. W5n qu'ils s'aftrontent en des
lultes irk'"-Te..yes, esemble is Eunt ront centr2 le
ltOnde Cxterieuk et eur saul lou iUs la lienngnt de la
parole d'un chef. Etre oi des tziganes c'est la un heritage
transmis d'une generation a une autra.
11 s'appelle David, :t voila que son here a sonte. Des
sa nais'sance il est touche du sI de la grandeur. 11 est
ne pour devenir Roi, ie pour letter, ne pour aimer.


A LA MISE POU RODRIG
Derelire Semaine au Triomphe sur demand
grande prCOationl, Claude Maucuso, jcne tiealisateur, presence son
premier film tout en crol,.

SALLE 4


/SALLE 2


L'UN VOLE! L'UN TUE!... LES AUTRES MEURENT!


I


E..LOTT KfTERr .... RLONR V B VO JCVICHOLOUN
... .,. -RTH l P I.jSS OURIRR41 1r7R.,',.,,iT7URPENN
r LLIT...,,LLOTKW rR .FR RO'ERT 'I SIfERP N ,.L,. THO1 McGU,4N
,,,.,JO I. 'I. .. .. ..... .... .,,... RO ERT M J'IERMIV

Addotant pour toile de fond l'ouest americailE 4e la fin
du siecle dernier, Arthur Pann present ((MISSOURI BREAKS.
((MISSOURI BREAKSn. soutenu oar 2 acteurs aux dimensions
mythiques : Jack Nicholson et Miarlon Brando.-
L'un vole !! L'autre tue t les autres meurent .


- 7 .73







xI'Af _______ LE K NOUVELUSTE VENDREDI 28 SEPT 1979




CINE THEATRE TRIOMPH\ PRESENT f

MCid 2 heures 4 heures ten permanence) 6 heures Ei et 8 heures 30


S CE SOIR
Salle 1 $1.50 et 2.00A Salle II $1.50 et 2.00 Sae $ 2.00 Salle 1 2.00 SalleIV $1.50
JE VOUS FERAI AIMEI! LA VIE NEW GENERATION Le Ciel peut attendre A la mise pour Rodria

pxin- a


DANS NOS CINEMAS


CINE TRIOMPHE

SALLE 1

JE VOUS FERAI AIMER
LA VIE
Kniree S 1.50 et 2.00
9 AI.LF 2
NEW GENERATION
entree : $ 1.50 oes -.00
4ALLE III
LE CIEL PEUT ATTENDRE
Entree : $ 2.00
aALLE IV
A LA MISE POU RODRIG
Entr6 3 1tJ

xx x x

CINE OLYMPIA

Dimanche 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 1-50
G h 30 et 8 hres 30
Entree Gdeas 2-00
CAPRICORNK ONE
Lundi 12 h 2 h1 4 hres
6 hI 30 et 8 b 30
Entree Gde 1-50
AA L'AUBE DU
eome JOUR
Mardi 12 h 2 h 4 hres
6 h 30 et 8 h 30
Entrpe Gde 1-50
LES 2 GRANDS CAVALIERS

sX x 7

ETOILE CINE
D.manche 6 h 30 et 8 h 30
SOLEIL BRULANT
CHINOIS
Entree Gdes 2-50 et 3-50
Lundi 6 h 30 et 8,lhres 30
QUATRE DOICTS DE
FUREUR
Entire Gdes 1-50 e 250 (
Mardit 6 h 30 ct 8 h 30 \
SOLEIL BRULANT
CIIINOIS
Entree Gdes 2-50 et 3-50



CINE LIDO

Dimnanche 10 h, 12 h 2 h
4 hicures
Entrte Gde 1-50
BOXEUR CENTRE
DRAGON JAUNE
6 h 8 h 10 htoes
Entrte Gc(des 3-0 0
SALUT LES POURRIS
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entric Gde 1-50
6 i 8I h 10 hresi
Enitree Gded, 3-00
SALUT LES POURRIS

xI x x X x

REX THEATRE
D manche 12 2 4 6 8 10 hres
Entrep G 2.00 3.0(0 et 5-00 .
L INEVITABLE
CATASTIHiOPI E
Avant 5 hres
Entree Gde.s '9-00
A Partir dc 5 brns
Entree Gdes 3-00 5-00

Lundi len Mardi 2 Oc-
tobre 1979
12 h 2 1 G 8 10 hres
Avant l) hres
Entree Gdra 2-00
A Prti- de 5 obres
Entrie Odes 3-00 et 5-00 .
L INEVITABLE
CATASTROPHE

xxxx x

PARAMOUNT

Dimanchec 12 h 2i h 4 hres
Entree 1de 1 -in
6 h 8 h 10 lorc"
Entree Gdes 3-00
LA GRANDE
BATAILLE
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entrde numiro des6V-14
Entrpe Gde 1-50
6 h 8 h 10 lhrcs
Entree Gdes 3-00
LA GRANDE BA AILLE

X X A x 2

ACTIVITIES
CULTURELLES
DE L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAITI
Lundi ler 17 hres 30
CINEMA : Lee deux Ar
gases et le'Continents, u
film de Francois Truffau
avec Jean Pierre Leaun
Trndeter.
Kika Markhanm et Stac(
Les amours diff.ciles
trois jeunes gmns romantic
ques et romanesques).
Entree : 2 Gourdes
(1 gde sur ]i-sentatioqn s
la carte dela Bibliothequ


CAPITOL

CAPITOL 1

Samedi 29 Dimanche 30
Sept et Lundi ler Oct. 79

PRIX UNIQUE
$ 1-00
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 bras
,LA CLE SUR LA PORTE

CAPITOL 2

Samedi 29 Dimanche 30
Sept ct Lundi ler Oct. 79
PRIX UNIQUE
$ 1-00
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hrs3
INSPECTEUR
BULLDOZER

CAPITOL 3

Samedi 29 Dimanche 30
Sept ct Lundi ler Oct. 79
PRIX UNIQUE
12 h 15, 2 hl5 4 h 15
6 h 15 8 hl5, 10 h i
$ 1-00
LE PARRAIN

CAPITOL 4

Samcdi 29 Dimanche 30
Sept et Lundi ler Oct. 73
PRIX UNIQUE
$ 1-00
11h45 lh45 3h45 5h45
7h45 9h45
LE VAGABOND



IMPERIAL
IMPERIAL 1
Samedi 29 Dimanche 30
Sept et Lundi ler Oct. 79
12h 2h 4h G b;09
6h 9h G 8;00
BLACK JOY

IMPERIAL 2
Samcdi 29 Dimanche 30
Sapt el Lundi ler Oct. 79
12h 2h 4h G ',;00
6h 8h 10h G G 8;00
IMPERIAL II
LES MOEURS CACHEES
DE LA BOURGEOISIE

IMPERIAL 3
Samcdi 29 Dimanche 30
Sept et Lundi ler Oct. 79
12h 2h 4h G 5-00
6h 8h O10h G G 8;00
DAMIEN OU LA
MALEDICTION No 2



MAGIC CINE
Dimancihe 5 h ', h 9 hres
MIDNIGHT EXPRESS
Entr6e Gdes 4-00 5-00
Lundi 6 th et hres
LA POCHARDE
Entree Gdes 3-00 4-00
Mardi 6 h et E hres
LA FILIERE
Entree Gdes 3-00 4-00


Cours de
photographie
Un cours de photographic
assure par Emeline Desert
a plomde de .rance a lieu
le samedi a parLir du 3 No
vembre prochain a l'Ecole
Elie Dubois a la Rue du
Centre. Mecanisme de 1'ap
parei.l Techniques de pri-
se de vue Travaux de la-
boratoire. Tel est en gros
le contenu du course.
Pour tous renseignemnents
appelez Yvon au 2-0908 le
matin jusqu'A 9 heures, le
soir aprds 8 heures 30.
Vous pouvez vous inscrire
a Elie Dubois aux heures
de classes.
Emeline Ddsert : ruelle
Vaillant, aile gauche No 76.
510

x x x x

Firestone "
Interamericaine

a une place vacant pour
un technician en rdfrigert
tion, muni de son permis
de conduire Experience in-
dispensable
Veuillez adresser votre
curriculum vitae a P 0 Box
887 ou t6ldohoner au
2-3008 309

xx x x

Chancement
fdadresse du
(Bocaee))

Le Jardin d'enrants cLe
Bocages announce aux pa -
rents et aux interessds que,
des le ler Octobre, le siege
du Kindergarten est trans-
fere au No 100 te l'Avenue
John Brown t',alue) (an-
cienne Maison Dantes Bel
ltgarde)
Port-au-Prince, le 24 Sep
tembre 1979
x xx x

A LOUER


Grand immeuble
court couvert au Port
Joseph sur la Grand
Telephoner au
pour renseignements
pldmentaire et pour
site.

Sxx x x

Hall a louer

Grande Hall i Lo
a la Rue du Peuple
ce du Journal Pano
Per renseignements
phone le martin a
de 7 hres Le soir
de 7 hres au No 7-


xx x x

A LOUER

Espace a louer po
reau. 1213 picds carr


S ...- ge Builinng anque i
Stone Rue des Fronts-
"pp, P) ur tous renseign
appcler le 2-1900 Mm
saint ou Mme Ambrc
xxx


RENTREE

DES.

CLASSES



ANNIVERSAIt

RES


EN TOUTES

OCCASIONS,

TOUJOURS




SYMBOLE

DE LA

REUSSITE

STYLOS,


S .STYLOS
S A BILL


0e )
e _J


OFFRE D'EMP
Cherche jeune cot
hlb dinlnm Clh pr h


ment un jeun'
namique, intel
gerer une impr
de opportunity;
Ecrlvez A :
C/O PREGNIA
Box 13331
Bureau de Pos
mas-Port-au-Pr
Envoyez curric
Photo et No d
ne



A VENDRE


eic
ligen
imer:



te di
since
ullum
e Te

x


Automobile SIM(
jaune sieges velou
kilometres toujours
phalte, tres bon et
unique, immatrcula
plomatique. Prix de
3.200 dollars.
Tel : 7-0744 -'.

x x

A VENDR
Grande malson
entire court et bia
vue d'ensemble de
s'tuee au No. 147
Christophe. Meuble
salle-S-manger et
bre.
Sonnez : 2-4210 a
res de bureau Vi
pri&taire : 35, Rue
Bois Patate.
Courtier s'abstenhi


avec
tail St.
1 Rue.
2-3626
sup-
une vi


VOYAGE PAPE :
D1SCOURS DE EAN
PAUL II

(Suite de la lere page)

individus et deO peuples sur
la haine, sur la guerre ? A
t-on le droit de pousser les
jeunes generations dans l'a
bime du fraticide ? N'est'
il pas necessaire de cher-
cher de s solutions a nos
problems dans une direc
tion di.ffdrente> ? A ajoute
le souverain Pontife.
Jean Paul II a prdcise
qu'il discuterait de ces ques
tions devant 1'Assemblee
Generale des Nations -
Unies dans quelques jours.
Le Pape a enfin lance un
appel aux jeunes qui ont
pu etre entraines dans des
organ stations engages dans
la violence. < t-il declared, avec tout l'a
mour que i'ai pour vous;
avec toute la confiance que
je place dans les jeunes :
N'ecoutez pas les voix qui
qui parent le language de
la haine: de 1 arevanche;
des represailles Ne suivez
aucun chef qui vous en -
traine sur les chemins oft
1'on donne la mort. Aimez
la vie, respectez la vie, en
vous memes et dans les
autres. Consacrez-vous au
service de la vie, et pas au
travail de la mort. Ne cro
yez pas que le courage et
la force se trouvent en
tuant et en detruisant.
Vous ne serez veritable-
ment forts qu'en vous unis
sant aux jeunes homes et
femmes de votre genera-
tion, ena tous lieux, pour
construire une socift6 jus-
te, humaine et chretienne,
par les moyens de la paix.
La violence est lennemie
de la justice. Seule la
paix peut mener a la vraie
justice>.


(Suite de la lere page)


me on allait le voir par la
299 suite.
Des son premier saut,
Sylvio Cator battait le re-
cord de France sous les
ovations d'un public embal
le.
tLer sise Se sentant en grande for
e en fa me mais gene par ses
drama points de repere il enleva
Tele- toutes les marques
partner Soudain Sylvio Cator s'e-
a parti; lanqa a fond de train.
-2046
1510 Course d'elan bien ryth-
mie; foulee puissanste et
c o m m e inspire par
la perspective de 1'exploit;
en quelque sorte ce sixieme
sons qu'ont*tous les du S'ade.>s
ur bu- Tout se deroule selon un
es. Eta chronometrage parfait.
de Bos A bonne distance sans
-Forts. accrocher In sautoir 1'appel
em ntos est excellent
le Tous
oise.
810
BERNABD
LOI BARRON,
UN GRAND AMI
mpta D'HAITI
e gale AII
mme dy
I pour M. Bernard Barron, Direc
ie Gran teur Executif de la branch
Canadienne de l'Internatio
nal Child Care,. ainsi que
Mile Cheryl Zehi charge
de information. ont reas-
e De gne Toronto hier aprs tin
J D Our de 'travaux fructueux
i Vitae, cn Haiti.
,1ppho -, La (,International Child
299 Cares qui comote a. son ac
tif. iho6nital <,Grace Chil-
dreno de 150 lils 0 Delmas.
La Croisade Anti-Tubercu-
lpuse (CAT) qui a vaccet6
lius d'un million d'enfants,
La Clinique Externe qui re
CA 1307 uoit plus de 4.000 petits ma
rs 44000 lades par moist va entir-
sur as- prendre bientot de ouiveaux
at meca programmes sous la siper-
tion di- vision duii Ddpartement do
mandd : la Sante Publique et de la
Population.
ve939 M. Barron, un Canad'en.
299 cim a parcourn d'innombra
bles contr6es ravagees par
la fatim et les mnlanies de
ME, routes sorts. a dcid6 de-
puis tantit vfrois ans de con
a Stage, sacrer son u nergse Pt son
sse-cour, Intpellience A soulaeer la
la bale, ditresse de lenfance hal-
Avenue tienne.
s salon, Dirant son stinur. il a
chain- visitS lP Can-Ha;tipn. Jac-
mpl et Marigot. Il nous rc
lux heu- viPndra dans oielo uip mois
oyez pro avec de nouvelles Id6Ps Pt
Martin, des Droicts. dont la renlisa
tVon s'vP re lr eLnt nnnr
r. nos populations ddmunles.


LA RENTREE COUTE

QUE COUTE


(Suite de la lere page)

non au-dessus de nos mo-
yens, parce que nous desi-
rons avant tout que nos en
fants beneficent des blen-
faits de Instruction.
Et qunnd nous avons eu
fini de tout preparer et que
nous nous sommes retrou-
vees cette semaine les po-
ches vides et les pieds endo
loris, nous n'avons pas ete
desesplrdes, sachant que no
tre grand ddsespotr aurait
ete pllttot de ne pas pou-


Cela vous M

de gagner

(Suite de la lere page)

nais des amies qui agacent
leurs maris, et ne ratent
pas la mo.ndre occasion
pour leur rappeler que
nt elle- qui font marched
la mason. Simplement pour
prendre une revanche qu'e
les meritent d'ailleurs, ceci
dit en passant.> I
La femme haltienne, quand
elle gagne plus que son ma
ri, n'en faith montre que
dans des circon:;tances bien
particulieres telles que :
mauvais traitement, abus
du conjoint qui veut par-
fois s'approprier le gain de
sa partenaire sans explica-
tion, jalousie, manque d'es
time, adultery ou suspicion
d'adultere etc..

Nous avons relevd bien des
responses cocasses, refletant
des cas particuliers oft la
femme, deliberement, parce


voir fire, come tant-deE
,fnnrqq mt t,. ou nous


Le saute lui est fantastique
Sylvio Cator comme il le
dira lui meme plus tard
a 1'impression de floater.
Au oromeint ofi il va at
teindre de course des-
cendante de sa trajectoire
il effectue le traditionnel
ciseau des sauteurs. Ce qui
lui fait gagner quelques
precleux centimetres
Les offi.ciels, instruments
de measure s'affairent au
point de chute pendant
qu'gln autre control la
vitesse du vent avec son
manomitre

Rpparemment ineredules
les inspecteurs recommen-
cent leur control une deu
xieme fois. puts ine troisie
me fois: 7 m 943
C'est un nouveau record
du monde qu'il va fallo'r
homologuer sur place.
Le public du Stade de
colombes dehout applaudit
a tout rompre tandis que
un inspecteur dresse le pro
ces verbal -de 1'exploit
Derniere formality de ri-
gueur a e'tpoque : le deca
metre qgf avail etd utilise
pour mesurer le nouveau
record du monde etait scel
le et expedie pour verifica
tion au Ministdre du Corn
merce de France.

Septembre 1928
A des milliers de kilome-
itres de la Hati etait sous
le joug de l'occupation e-
trang6re.

Pendant ce temps une
voix charge d'6mation s'a-
dressait1a 'aLhlet noir de
bout press du sautoir et au
public conscient d'avoir v6
cu un moment historique
avons le plaisir de vous an
noncer que le Haiteon Syl
vic Cator vient de battre
le record dh monde du
saute en longueura
M. Andr6 Theard de qui
je ltiens ces souvenirs de-
vai. lui anssi s'illustrer
quelque mois plus ltard
aux championnats universe
tires de Rome.
Vainqueur du 100 m plat
,en 10 .leconde o 5. il rut aba
sourdi d'entendre l'orches -
tre (qui ne connaissait pas
la Dessalinienne) jouer
l'hymne americain pour sa
luer son exploit
Thea,-d dut intervenir a-
vec vehemence pour fair
cesser ... la meprise.
Cinquante t un an plus
tard le record de Sylvio
Cator constitue t-oujours une
marque national !
JCS


(Suite de la 1ere page)


deavorisestpermettrea la jeunesse ac
tuelle de lier eonnaissance
Et pas un instant noust ave elles et peut etre-aussi.
ne nous sommes interrog6es c'est une fason de refuser
sur les satisfactions ou sur de mourir tout a fait.
les deboires que nous appor Le Nouvelliste : Nous
teraient nos sacrifices... crpyons savoir que dans vos
Nous avons march a fond, pieces, vous tenez un rble
comme toujours. Comme d'acteur pr.mo:dial. L'6di-
chaque annie, nous nous tion de ces pieces signifie il
sommes laissees emporter elle pour vous, un retour
par ce petit cyclone qu'on rur les planches ?
appelle la rentree des class Day : Je n'affirmerai
ses. rien d'une fagon peremDtoi
re. Je dirai que je suis ten-
ti au fond de reparaitre sur
i. sscene. Certes, ceci suppose
,e e certaines conditions. Condi-
tion de *distribution par
m adam e, example. II faut des parte-
naires valables. II faut aus
qu'elle gagne plus que son, si avoir deg bonnes pieces.
mari, voulaft a tout prix fai C'est tres important. Reve-
re sauter le cadre tradition nir sur scene est un reve
nel et moral du marriage. que je caresse depuis long-
temps d'ailleurs, Je vou-
Mais en resume, nous a- drais revenir sur scene par
vons pu retenir que 1'amour example pour interpreter le
et les sentiments en general personnage d'Eliezer Pitite-
etaient des facteurs-clescon Caille, Cette oeuvre de Jus
ditionnant le comportement tin Lhenrsson qui a ete adap
de la femme vis A vis de son tee au tlqAtre par Pierre
epoux, quand c'est elle qui IRoro) Mayard. et a ete re
faith marcher la maison. presentee plusieurs fois au
Comme d'ailleurs, quel qu( Rex ayec un p aucces consider
soit le cas. rable et le role d'Eliezer a-
harmone du couple est vait ete cree par Stern Rey
L'harmon.e du couple est je doute gus is puisse I ga
sujette a bon nombre de va Je doute que e puisse 1'ga
riantes generalss et parti- ler, mais il arrive que, ne se
culieres), il suffit de jouer rait-ce qu'en hommage f sa
.i.. .... -,'ntr nour memoir et pour satisfaire


que le fragile et bel equili-
bre se casse. Entre autres
variantes : le salaire et la
repartition de responsabili
,tis.

Si nous vivons A t'heure
d'une society en pleme mu
tatation, 11 f ut convenir
que les institutions et les
mentalities ne suivent pas
le rythime, enchassees trop
profondement dans un tra-
ditionnalisme trop conforta
ble. Voilt pourquoi, sou-
vent Je moindre change-
ment devient snomalie et
bouleverse et chambarde
tout.

Dans tle foye', homem,
malgre les apparences, pa-
rait-il, est un tries mauvais
encaisseur. Les temps sam-
blent changer 6 I'avantage
de la femme Mais la rdussl
te dans le foyer rest qu'ils
changent plutot A l'avanta
ge du couple et de la family
le.
CARLO.



Retour d'Athenes
d4 Maurice
Depestre

Rier. east ren e d'Europe
-M. Maurice Depestre. I1 s'e
tait rendu a Athones oft il
a participe a un grand con
gres de speclalstes d'apicul
ture et de products des abell
les.

Notre compatriote est re-
tournee satisfait de cette
imorotante reunion de sp6-
cialistes et a soulignt qua
la participation de notre
pays a ces assses a 6t6 par
ticulieremerit apprecife.
Maurice Ddpestre se pro-
pose de renseigner le pu-
blic sutir les intfressantes
questions dhbattues au Con
gres d'Athenes et sur sa
participation.


ERRATUM
Dans la listed des nou-
veaux Conseillers de 1'Or-
dre de: Avocata de Port-
au Prince, public e dans no
ire addition d'hier, pri6re de
lire Berthony Gaston au
'lieu de Berthony Augustin.


Arts Feminins

Apprenez confection-
ner vous-meme vos robes,
inscrivez-/ous s 1 edole de
coupe et de couture eArtF
Feminine> jof les course de-
buterpit le 8 Octobre pro-
chain, vous avez le choix
e-tre 3 groups : le martin
1 aprer mirrO. ou le soir

Pour tolus renseignements
complemcintaires. faites une
visit aux Arts Feminins, La
lue. 91 ou telephoncz au
2-0863

Les.cours seront couron-
nes par u-, eximen super-
vise par le 'Dep'rtement des
Affairs Sociales 106


Avis aux Parents


La Pouponniere du Petit Poucet

LA POUPONNIERE DU PETIT POUCET avise les
L parents de Petion Ville et des environs que les ins-
criptions pour I'annee 78-79 s'ouvriront a partir du
3 Septembre pour enfants a partir de 2 mois i.-.

Pour toutes informations s'adresser a la POUPON-
NIERE sise a Ia rue Moise P.V. ou telephone au
7-1868 apres *6 heures P.M.

Mme. PAULETTE THIESFIELD SALGADO ET
T JOSETTE SALGADO.

"'^<^ e~~g^a ^-^"^^ ^^^^*- ^<---- ^---


Tel 6


-0431


LE PRAND ACTEUR

MARTIAL DA Y


UN RECORD' VIEUX

D'UN DEMI SIECLE


- -.....~...-.......


WW Deratisation



BOUCfRP) Fumigation


PEST CONT L
PEST L Extermination




Protegez votre iftiason


centre, les termites et chauve -souris


Delmas 48, Building Curacao Trading


AftQ--,% ISO -Aft-OWNW2900-00000001


un voeu. personnel, j'aurais
aimed sur scene interpreter
ce role. Ce serait peut etre
une soiree d'adieu. jaurais,
avec les ajustements de ra
jeunisgement necessaire d'ai
m6 aussi et encore inter-
preter le role de I'Arriviste.,

Le Nouveiliste : Pou-
vez-vous nous parler global
element de votre oeuvre thde
trale, de son caractere, de
son etendue. etc...?

Day : vers 1935, J'ai eu
a former an petit group,
parce que, crnfronte a .une
situation materlelle difftici-
le; il nous a fallu fare tie-
che, je ne dis pas de tout
bois, m a i, s de plu-
sieurs types de bois: j:ai
pense a exploiter mes ta-
lents artistiques Ij'etais de
ja connu). Done j'ai pense
a faire du theatre pour sor
tir de certaines diftlicults.
J'ai trouvmLun Contrat avec
une salle e'L le dirccteur de
cette saile m'avalt demand
de presenter cheque semai-
ne une piece nouvelle, dcne
4 representations par mois
implement pour ... 100 dol
lars. J e m e asuis
mis a 1' o u v r a e
J'ai ecrit 2 pieces ein un
rmois et j'ecriai, une troi-
sieme quand nous avons
commenceti xecuter le con
trat. C'es hsi que 3'ai 3oue
dabord. fine et Toutou,,.
ensuite ^adame Gami et
la troislm piee, rite
par mon estim-ible arr. Pa
mero. La 4e piece de moi
n'a pas ete tr
minee. Nous avon. mis fi-o
a ce contract. C'etait tron
difftcile. Dans la suite, verse
1939. j'ai ecrit le < Tresor da
Bouqui,. Ce'st une farce qui
eut a l'epoque un succia
considerable. J n'avais ij
mais pensd qI 'une hurlible
farce sur Bouqui ct Malice
pouvait avoir un tel impartl
sur le public. Vers 1941, j'i a
ecrit l'Arriviste. une comr--
die de moenirs. el la granrdQ
premiere out lieu le 2 fo-
vrier 1942. En 1944. j'ai -
crit l'heritaae,. C'est lt.
I'ess'ntiel de mon oeuvro
dramatique. II faut aussi ,i-
jouter les monologues humo
ristiques que j'ai composers
, et diffuses sur les ondes de
Radio Commerce en 1953
Je donna's 3 monologues:;
par semaines (qui durait
chacun environ 15 minutiel
pendant 8 mois. La plunart;
d'entrc eux snnt encore ac
tuels, parmi le quels it fau-
drait fire in tri
(A suivre)


A'




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs