Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10463
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: August 4, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10463
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text










.NANiTO I)OMIN(iO Un'

tiil II,[ 'ill ;:ill Pauilts Nit
l lla l 1 lit' a IdurQCi de i h.
iI i t I 1 1 i p i ni L 'e Pre
It II (I H /ll/IIl :1 t-1 la l illo ll
Ii I ii V lt 1 Mtsldt'lll dIe I
1 lrpu ll qul '. ,J ;rob M ak lutl-
li'. t d ", I l'r si ttiltl e t Secr1 -
tln PartI Re-

MM .1 .,: c Hl:, nr ctl Pelna

i d tI 1 I
X x 111X



I v I :l i ti h ; i ,iM 'n is re de
1 it! ,' ("ilariollex iHtl"
Sli d .Z n i declare
q i nes s lle-
rl"I': w l et r ( c (t"ees ar des,
1'Unie Specuile
i L do r 1 Pie t i olc t' a Nit
11, k ce q lles VoU-





(I: i bllin) i la handed blan
( ;tI t:,oV ci tI i i depo) s pls -
S ', ii la Capitale.
S ,i q ss bu-
i. i '. i : lurell .
lslo sifio ll (Io

i 1- n s qui

ii' T 1' t iltmemi res dCi

.1 r'i *i r.s-!ill r m l' r e li 's a clot{




I j, l' ,,,jr-' e ( it d -l D is t strict,
Ti, .t oI, .', I i ; Vr'd r lier
i : i in di
'* ien I h cl;', d:6 5 p r-son
n1. ,t***' ", T- 'T'l'('m{'cci ct (>n
ilu- ( de C a

,,, {, < : li q"r'," an cours
1n .s rr."--,'"- dn e I '10s.
I Pr lur ~,1 surb",tI i-
,11- (,I *,;n le 1 apr's-


I rl r:i m fn it all en rs de


t ,'".o 11 r IcIonnus




*! "; : i -:m idi a 'n r1 e



I iiy cht if
1, 111 '}'i9 '1 mn(rnbre dors

I r (i, r',lnd i" [* r<' d vr1hi


1, l ,i, i, 'ii i d(. ld(i ( li t Ml

S I i I I 'I ll.
I 11,, ill li td ; rlnle


Une democratic sans tole
rance, dit-on, n est pas une
domncralie, tout come 1'ex
ces de tolerance dans toute
su-setle donnte n'enge.ndre
qut desordre, transformant
ainsi l'orcire social 6tabli
et 1'ltat d'esprii qui y pre
vaut en une veritable anar
chief.

Ce liill s( S itV, ti p i icu .
premiere affirmation l'esl
:tItsst i pour 1'tI iiittl ail-
I'lr s sous e' covert d'une
tim(t).r ;i c nmal comprise,
tel ,tu.jici n mal de libe a
i ,ll(ion, oul pr6ala:blement
it 'i}it li i;t i' -r'tollsta 'ce,
ut i oD i~' i (riit i i pro
y"el 're l de 1(,n} iS -
l' l ;i avr I e 1{ ll{onc{e en
2 (er: (e dn(s chalque pays


DIRBVCTEUR:LUCIEN i1uNTAS
ADMINISTRATEUR :Mme. Max CUAUVET


du President Fquatorien.
Ces conversations pour-
raient prendrP l'allure d'un
veritable sommet des Minis
tres des Affaires Etrange-
res pour debattre de la si-
tuation en Am6rique Centra
le qui a ete profondement
bouleversee par la chute du
legine Somoza au Nicara-
gua, estiment les obsreva-
teurs it Washington.
L'Administration Carter
doit en effet decider si elle
offrira a nouveau son assis
tance mlitaire aux regimes
Idu Honduras et du Salva-
dor, pays dans lesquels pour
raient, estiment certain ob
servateu:s, se derou'er des
"venements -imilaires a
ceux du Nicaragua.
La semaine derniere, le
Sous Secretaire d'Efat pour
les Affaires dAmerique La
tine, M. Viron Vaky. a faith
iune Lou'nee de plusieurs Ca
pitales, s'arretant notam-
ment a San Stalvador ou,
,'elon lei Depa,'-tement d'E-
tat, ses interiocuteurs lui
auraicnt promise de proce-
der prochainement At une


en particulicr conforme-
ment a .ses us et costumes,
ne peut cue nuire a la rea
lite sociale,,polltique et e-
-conomique d-l milieu dans
lequel il vit -t handicaper
sinun compronmettre davtn a:i
ge 1 evolilionk de ce'teo de-
mocraisaaion vers laquelle
loit ciloyrn coniscicnt l her
chC nc11'sCit Irenentl a ten-
drc'. Etani domnne que, quel
1- qutc soii l:ti lfo'mn ot lt
systmnt)o de dcimocrnt iei. a

Ione nou.s vt. 'udrionls (orrnlr
oI (ittldier. eli 1 esl rl'v(le
ratuonnelle. lente. mats
sns p3nicipu n! pcrl iu ba-
t:1in. ni excess
Dan:t; ce mm('nle ordre dl'i-
deOt si la dcimocratti( e',stl


democratisation reelle et
profondce.
Une reprise des livraisons
d'armes au Salvador et au
Honduras elles avaient
ete suspendues a la deman
de meme de ces pays qui
craignaient ou'elles ne
soient assorties de condi-
tions pr0cises c ur le respect
des Droits de 'Homme- ne
fait cependant pas 1unani-
mite au sein l'e l'Adminis-
tration Carter.
Si le Pentagone, et la CIA
militent fermen'ent en fa
veur d'un tet rapproche-
imnti, scion des sources in-
formees, le Departement d E
tat est beauccup plus reti
cent. Une rccente reunion
interministeriel'o al 'a Ma -
son Blaiich, or, anisee pour
etLudier cette quest ot. n a
about qu a mettre en evi-
dence ces divergences, indi-
quent les mo..ei sources.
Une nouvelo rcuinioll de-
vrait avoir I eu procitnoie-
mtut mats il est probab'e
qu'eie neo se deroulera qu'a
pics e retour oe M. Vance
de Quito.


la liber6 avec tous ses co
ollaires, si elfret il taut ad
nlmttt'e ce;'e afitrmation de
Mont1esquieu : 'Les uays ne
tonL pas prosperes en ru:-
suon dle tur lrVtlit6 nanis
en raison dc- laur libelDc>,,
si encore la libcrtc est' fil
Ie de la raison c; mere de
la re Sae.s. a si e(niln 11 exis
I In llIlieln rs !01roit enu re{
libert-1 i ndus'n ie. il nesli
Ias t nlei'i S V'"i iile ct'utt e 1i
ere t i tet nie {l(mocra ie
Ndo'iveilt Ie l 'ribut allies de
la collciller., don lie soI n t


diu mi l runita nolfsi' a itili,
a .,si-mn6mne. i pa:tys, a la
NliOat I'oi En qures termnics
(e':,l ];i eolSe( ( nee. et Onll
la ] Iassion, ni 1" narchie,
qcil v6hieulO" I vraie liber
I6 et nous in ae' par d,-
viliti nous-mmles it nous dco
couvlir.
Ainsi. dans la mesure oui
nlot re colnscince : to Pscltlen-
ce national, c)nise:enci e pro
fe.ssionnelle, conscience de
olatsse. blen orlenre.t adap-
t6oe auritins-nous dit, aux
exiuenccs de l'heure, aux
v:'icr n.likessitl6s do iso-
Inent, 1noils pouIvolIs alors
c'i'r bien haut que dcejh Iun
pas est franchi vers cette
lemocratisation tant, vou-
s lue.

C'esl sur coe erra'n J'ail-
leurs. que les psvcholnoiues
r'-imn6ent leur connidera-
tion nue la liberate os' le
caracrcre nrincinal de 1'nc
fivit6 reflechie qu'est la vo
lont0 1 ou volition et, autlat
L qu'on pout se le rappeler,
S ce dernier mot, volition,
comprend qualre moments
S (Vonr suite page 6)


Le IIIeme Congres de la
Commission Medicale Chre
tienne d'Haiti se tiendra en
noire capital du 12 au 14
seiptemb'-e prochain, sous le
Haut Patronage de Son Ex
cellente M. Jean-Claude
Duvalier. President a Vie de
la Renublilue.
Ce Congress aura pour the
me ;ale, Soins de Sant6 Pri-
inaires et Philanthropie ens
Hali i

Dans un feuillet editt et
distribute par la Commission
il esa dit cue lease langues
officielles de cette reunion
sont le creole et le fran-
cals. Neanmoins, il y aura
des interpretes disponibles
pour la traduction simulta-
nse de la langue anglaise
et de la langue espagnole.
Le creole bentficie de ce
faith d'une promotion au ni'
veau des efforts des sptcia
lists linguistiques qui se
sent revles de chauds par
tisans de 1'emploi du crto
le A toutes les reunions qui
se tiennrent ei] Haiti.


WASHINGTON AFP)
Le Sccretai c d'Etat ame
ricaim Cyrus ivance so ren-
dra a la f n de la semaine
prcohaine a Quite pour as-
sister ai la prise de function
iidu noIuveau President equa
torien, M. Jairn, Ro'dos, a-
t-on anpr;s Lindred de
source blen infonrmnce a Wa-
shington.
L'epouse du President des
Etats Unis. M\rr Rosalynn
Carter, doit representer son
man aux ceremnon es organic
sees at cette occasion, rappel
le-t-on.
Le replacement de Mme
CartLr et de M. Vance te-
moignentt. precise-t-on de
meme source, de la satisfac
tion des Etat' Unis devant
Ie retour ,A in Gouverne-
ment d" type ddmocratique
en Equateur.
Le ctcr o tat d'Etat indi
que-t-on encore, profitera
de son oojour a Quito pour
avoir un certain nombre d'e
chaitees do vues avec diffe-
rentes hau'es personna'itos
Latino Americaine,; con-
vicesa i a prise de functions


Une exposition des ouvra
ges d'art r6alis6s par les
enfants adolescents appar-
tenant aux institutions phi
lanthropiques sera organisee
au siege du congress it 1'Ins
titut Francais d'Haiti. Tou
tes les organizations inte-
ressees a cette exposition
sont invites A entrer en con
tact avec le siege social de
la Commission Medicale. 16,
Rue Capois : Tel. : 2-0411
de 8 heures it 2 hei-es p.m.
tous les jours ouvrables.
Fondte en 1975, la Corn-
mission Medicale Chr6tien-
ne tent en 1'espace de qua
tre a'ns son III6me Congres.
sans Darler des reunions re
gionales tehues au Cap-Hai
tien. aux Cayes et aux Go
naives dans le but de sen
sibiliser ces communautts
i. 1'oeuvre tminemment ci-
vique et medico sanitaire
qui se trouve i la base de
son action.
II nous est agreable de
souhaiter d'ores et ddit tout
le success desirable i cette
Snoble initiative de la C.M.
C.H.


d'un reglement global du
conflict au Proche-Orient.
Mais pour Israel; detelles
perspectives; pouvant abon-
tir a un dialogue OLP- E-
tats Unis; constituent un
veritable anatheme.

On doute ne effet 1 Jeru
salem que l'Organisation
paiestinienne accepted ja-
mais de modifier sa charter
et de reconnaitre I'ext,ten--
ce de I'Etat hebreu et les
diverse resolutions de I'O-
NU sur le Proche-Orivnt.
Et quand bien meme M
Yasser Arafat passerait
sous ces nest:. on continue it crmire
que l'ewistence d'un Etat
palestiniei independent aux
frontiires d'Israel constitute
rait un danger mortel
A Washington; la situa-
lion est bien enteidu ana-
lysee tout i fai tdiffrenm-
metit. Sans l'admettre offi
ciellement: on reconnait
que les choses bougent au
seit de I'OLP.


i5LJU v frtP~tt-~


La situation politique en


ReibIlique Dominique


Washington (AFP)

sUne fois de plus; le (tor
chon brulest entire les Etats
Utis et Israel bten qu'offi-
ciellement a Washington;
on continue a pretendre
qu'il n'y a pas crise entire
le, deux pays. C'est pour-
taat ce qu'affirment avec
uae belle unanimity la
press de Jerusalem et cer-
tains dirigeants h6breux in
quiets d'un possible rasppro
chement entire les Etats U
nis et 1'Organisation de Li
beration de la Palestine
(M P).
Force es Oien Cc consta
ter cependant que cette cri
se existe; meme si elle cst
cyclique et qu'elle est ai
mette au compete tdci disac
cords inevitables qai; sur-
viennent rigulieremunt ei-
tre les deux capital es de-
puis qu'a tie entamt le pro
cessus tie paix de Camp Da
vid on parfois de malenten
dus et de petiles phrases
malheure-uses
Mais cette fois; les eho
ses paraissent plus srieu-
ses.

L'administration Carter
seoble et effect avoir deci-
de que le moment ktait vc
nu pour sender les chances
d'un dialogue avec I'OLP.
Bien que 1'organisatl..'n
palestinienute et plupart
des pays arabes arabs aient reje-
te sans appel les accords
dc Camp David; le Trait6
Egypto-lsraelien et par a-
vance les resultats des ne-
gociations sur l'autunoinie
tic la Cisjord-niie et de za; les sigtes intliquant ti-
ne evolution dtie' l'OL' se
multiplient depuis plii-
sicurs semnaines.

On aura sans tionute une
tboine idee tie cette ivolu-
tion le '2? atoui procia ,;
lorsque le conseit de scctiri
tc des Nations inies re-
prendra i'exaioene d'ut' rI,-
soluiuon sutir !es droit', ina-
lienables des palesti,..cns.

Norma!nitent; il mturail
du statuer lundi deniier.
mais la resolution presen-
tie -la seconde- etailen cv)
re par iropi inacceptailte
ipar les Etats 7nsis (qui out
demanded l'ajournement des
travaux du conseil. Si; en
effet; le project de texle se
refcrerait aux resolutions
24'2 et 338 du conseil de se
couritc (le droit it l'existen
ce d'lsrael); il demandait
aussi le droit ia uie complex
te autodetermination des
palestiniens et e l'indipen-
dance. En d'autres temps;
les Etats Unis auraient sim
plemeit mis leur veto sans
doute des raisons de croire
a un possible compromise.
Fait significatif: I'OLP et
le Koweit ont accede la
demand americaine. Le de
lai obtenu permettra peut-
etre de metfre au poiiit un
texte acceptable par tous.
Ce serait lit une premiifre
tape importaite -voire Im
me decisive- sur la voie


1.'' M\I,:;1' [), IA P'A UTION D'UN LIVE


Pour ude formation professionnelle


precoce

FI',' ANTS DEFAVORISES. MAIS EN AGE SCOLAIRE
UNE NOUVELLE PEDAGOGIE ADAPTEE eAU FAIT HIA'TIEN-,
iPROPOSiL PAR LE DR PAUL'TRE LIGONDE


I)r I' t Ili r'; Li.}oncdt i, tlrcre
d" Ai 0("c u (' P t-al-u-
1'1 III( e, VAM '[U p es de
vll [l, cillq aill" au Canllada
ou I i t lull t' au departe-
nif-'t a.,I Sciences de I'Edu
t1,t (i ti i sti- rc te d du
;,'"u e 1 'l'ol RiJV ere.. Sonl
ri. I I I IIn v. J i ,[ rte(m al
S. M.Li ,.' i n Educa
iii Luiti tlil o,- Si'i)h1 i, en
c !(; c : loc ,t urr
en Crmllhnaolog e, Specialis-e
en Retro-acltion biologiquL,q
diplomat de l'Association
America;ie de C'imiciens en
bioDlite back i.e. membre
;u plus haut c ( re6 do citte
Association: il est 1'auteur,
t ir tI (re,. d un test tires ce


lebre danPs tout Canada : le
tcLt d'E(auival-nee Scolaire,
plus connu sous le onm cl
T(st de Ll',onde (1967)
It a pass cinq semaines
enviro'n en Ha.ti sOus les
av.,pices de 1'UNESCO dans
Je c;dre du Coars Interna-
tuont i d Etc diu CHISS rCID'
ED) dunt le theme cette an
unee etat, raplelons-le. <,E-
ducaton et Developpcments
come coordonnateur dele-
gue pai' cot important orga
ganisme pour supervisor le
,ours. 11 a, pour sa part, ani
m, plusicurs .-'zances dans
le cadre du cours en parta-
geant avec lt., participants
ses experiences sur plusieurs


Nouvelies bre'ves d'Amerique Latine


GUATEMAIA I .F-I-1
Un group i.uat ema'e-
quiie c'o uIer!', d extreme -
g;ucheI, les lo:tes armees re
i/ulut li .i l I'FARsI qui
OiwHit, u le vie" Ministre
des Aliair' es L rinperes Al-
fonso A'onzo lsima, a [a t
iparveonTr v ndred' a "A FP
,a copies d'lUiie I'ttre de de-
__ .n's D-- que celui-ci aurait
,idres e au Pre: dent de la

E M. Alonsin m'lia declare
0 i dain, ce docu ilct que sa de
- cision ne s'-su'.tc d'aucune
pression et qu'il entend pro
tester ainsi cot Ire .1'attitude
Sspeu human taires du Gou-
_ vernement i 1'igard des
,Far, et sa poiitique rcpres
7-- sive.
S It pourralt i.re bicntbt li
b&6er4, sa famille ayant satis


lait la demand des guer I-
leros de publier dans les
journaux du p.avc une pro-
clamation atu i uvement.
xxx-

BOGOTA Le G(uuerne-
ment co' ombi"i a suspend
vendredi les r.-strictions con
cernant les reunions et de-
li'es polit ques resultant de
i'Etat de siege en vigueur.
Les Maires colombiens pour
ront cependani ne pas auto
riser de te!les manifesta-
tions, qui devront leur etre
notifies trois joursa t 'avan
ce, si des considerations
ll6es a l'ordre public s'y op
posent. La dtc'saon du Gou
vernement colrmbien a tdd
prise en raison de la proxi
mitt des 81eclons lIglslati-
ves qui se dejuleront en
Mars 1980.


points : La doinmologie, la
theories d'lvan Illixel. et auc
si I education rexucl'e. Ce
qui a susc t6, on s'cn renr
bien emopte, de vils et pa -
sionnes debates.
Sxx I x

Nous avons Den ica .1 n-
conitrer M. Ligonde au ter-
me du Cours international
d Etc parct qt,'il avalt aboi
de plus eurs questions treot
interessantes dans la Scier
ce de 1'Educa'i.on. entr'au-
tre. ia formation professor
nel'.e precoe pour 'enfantt
defavorises ak partir de 6ant
come' nouvelie pedagogte
laquelle est d'ailleurs en v
gueur aux UbA et au Cant
da, mais qui pourrait etri
adaptee a Hlti, pays ou i
taux de d6pedition sco'.air
est vra meont elevs.
Nous avolus-B0 pour cent
certain disent ~0 Dour cen
d'illettrt, et parmi ce nor
bre le taux d'tenfants d6f:
vorises est tre; eteve. Pou
ceux-ci, conseille M. Ligon
di. la formation profess 01
nel'e manuelle threcoce doi
atre prioritaire E'le consti
tuera un appit i l'alphab
tisation. Car i ,cole doi
pouvo'r etre adapt6e & 1'in
dividu. St nous nous trou
vons en face d iin group d
defavor'ses, nous d evons a
voir une o education aadpte
a ce group.
Dans la nouvelle pddagc
gle pr6nde ici et la le pO
docentrisme u lIe sociocen
trisme II et dit de re

(Voir suite page 8)


st





e,
i
a
e
e









it
t
;i
a

-
n
At
A-

At
I-
1-
de

a-

"-
n-


ce, ayant. alinsi lvrii 5 per
itc du carbturant.
x x x x
Lt Puril Conmmuniste Do-
miinlt'ain (PCD accuse Pc-
nia Ooniez d'avoir prolnonc6
son discours Il la radio sous
lit proteictl,on de civils puls
satmment, arms. Le PCD se
demtande oii talent lors

(Voir suite page 8)


SAMEDI 4, DIMANCHE 5


84EME ANNEE










IUNDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMER1CAINE DE PRESSE


Des contacts indirect
sont menes discrbtement
par nombre d'intermediai-
res; soit occidentaux soit
arabes. <(L'OLP parole a
beaucoup de gensat; recon-
naissait mercredi le porte
parole du Departement d'E
tat; M. Hodding Cartel.

En outre; 1'Administra-
tior. Carter parait convain-
cue qu'il est indispensable
d'effectuer des progress si-
gnificatifs dais les nigocia
tions sur l'autonormie pa-
lestinienne dans les trois
ou quatre mois i venir: pr?
gres qui devraient .aller
bhena u--delia des positions
defendues par Jerusalem.
Si en effet, 1'annee s'a-
chave sans que ces pourpar
lers aient pu produire le
moindre rcsultat. le presi-
dent Carter salt qu'il Se re
troiuvera le,- ma''ns lies en
1980 par l'lAectoralt iuif a-
maricain oui soutiendra les
positions du gouvern-ment
Beicin, et dont les voix lui
front dt6faut.


MI-FIGUE MI-RAISIN


Prescriptions Extra Medicales

par Mona GUERIN


Qul gLltira into oonnes
fenemes de leur iagina-
Lion fertile et de leur ma
me d annexer Ie ciel a tou
tes leurs extravagances ?
Voyez Victorine, par exem
pie...
Qui est Victorine ? Une
brave dame qui. depuis des
decades, vend du cafe gril-
1 a iquelques fdiles client
tes dans pl.sieu-ts quarters
residentiels de Port-au-Prin
ce. Et les histoires de Vic-
toinc, t.outes ses clientes
1. n:, ii)nnaissent car elle pro
:e toiujours dcle ses livrai-
." ,; i ], p o ll!' ai I 'c u t ll l b r in d e
':lUti tlc. Sts su.ie.s a avoris
:,oni lea sattn's. 1i s ln ra
cle'i les voix celestes. Pieli
.se perIsolile en silimme e(
11i i [ .s{ n1 un'. e( l 1 1i 1 i lUl'a ;
1,0lll's si ce Ix-lI. can s leur
gloi'ioeuse mnansuetule 1ne
'i l errdisalen SaIn doll'e
d'(,protlver ce sentil enits D I,
Inari de Viclorihne disaitl t
out voulait lenitondre que
la seule <,bamnboeh.l ue
sa fernme so permetait


cans la vie, itait la visit,
chaque samedi. de loules
lis eglises de la capital.
Comme quoi Vic'torine esl-
matc qu'll fallait a altirer
les bones graces de lous
les saints de sa connaissan
ce, et, en bonne diplomate,
In voulait pas qu'il y ait
de jaloux.

Un beau jiour., ictoriine
sb mitt a boittr et ann'ont a
a toutes ses clients qu'el
le resscntait const ammentI
iune viv doultIir au gnoui
gaull;he dpipuls quelclues
I In;tst PnoIimaden allconil
caInphrc. re icn n'V 'it et VVC

tn m;it-'t '* tlai'i tti dus lI




tti llo. itr I Vi l(orJnt 1 it'

p.u ( nll (1:c Quc s'e a t-,1

pIiusse ')
U 1n in i r :i r 'l i l l s n i
Illoins, el dollt elle 11 le


A L'OFFICE NATIONAL DU TOURISM.TF ET DES
RELATIONS P 'BLIQUES


Autour de la conference

de pres-se

SUR LE 2EME FESTIVAL DE LA DIASPORA
AFRICAINE DU NOUVEAU MONDE DU 5 15 ABOUT
PROCHAIN


H er a midi it s'est tcnu
une conference de Presse a
l'Offce National du Touris-
me et des Rcla;Jons Publ;-
quo autour du 2eme festival
de la Diaspora africaine du
Nouveau Monro!, au course
de laque.le pitas ours ques-
tions concernait ce festival
ont ete abordees par M. Ri-
chard A. Long, coordonna-
tour du festival, M. Theo
Duval, directuer general ad
joint, Office National du
Tourisme et M. Pierre Bla n,
directeur de 'a Troupe Fol
klorique Nationale.
x xx x
AprOs l'ouverture dc la
reunion avec la. Presse loca
le par M. Duva'. directeur -
general adjoint de I'ONTRP
en presence de M Jean Sau
rcl. directeur -teneral de
I'ONTRP et de la D rectrice
de 'Institut Htitiano A-
mericain, il ravenait & M.




AVIS

FERMETURE POUR
CONGE ANNUEL

La Boulangerie Francaise
d'Antoine et Georges Izmne-
ry et la A et G Supermar-
ket avisent leur aimable
clientele qu'elles resteront
fermies du mercredi 15 about
au dimanche 2 septembre
1979 pour cong6 annuel.
ce 4 aout 1919.


Long do ropondre aux diff-
rentes qucstioi; des jourlj'i
1stes! D'aborr, il a tei;:
au fil des questions, de v e-
gager les object'-fs de c' tev
manifestation qui est cum--
me une sore de lieu de ren
centre entree 1t' dfterintis
people de la )ilaspora do-
m ne par la Culturetir Noire,
en un mot, par la Negritu-
dcc.
A une question do savoir
pourquoi Haiti a ete choi-

(Voir suite page 5)


rce6-t avec ulne alb'nid.anice
de deoa&ls. Elbc rtnaiiut, t
gu ez-vuus. t Oii 11e cioi-
iuail, quand clle entendit
UK voix qul l'appxlal :
"VtICO'Ioe(.. Vtctorne.... In
lttiViS elle atnit in niedia
teme'nt que c eotai lta VOix
de Sainm-Joseph. II tat cti-
", q.le Sa.lt Juo.-s ih e'ait
en E:e dlie 1'.ie it i. is ,.s
tournie's du ssailedi et c'" t
pour c,;, ( qulleh a'vael

la un rr'o)iir i pillt

- Plail-il Sait!-jon.i .








desole.a lmise'
{ 311 11 ('71 )"; que, 1S !, '3 1
*t P I ( ii( i '!, il t 1 -i




t : t 11- .1 11 01i iii 1


lin ;tenee p:1r er temnips
do Vie ch re (.1', l l. a l is f (,
chincui ilt que lois a affairs
sont les af i, 11 ,.

D si' i ite i ti i -

diuhe de i lai' de a1 '


tU f rol 'a, fro t tl
Messieurs Dames. no t z
li iett ( ItIe i'! IIc coeur
so us en dit s 0

Copendant. un scrnpu'le
m- oblii a i preciser i. e

sans doutei de mauvaise l;n
gues, p-etendent avoir ren
pus quel ques oursit com-
Coptrenidanto r i t bruitantme






me par le pass6e ma'is refu
sant de l'admett"P. Saint-
Joseoh se serait-l tIronind
de marnue et Vie'rine s':n,
preterait-elle a eaptcr in
apoel rectificatif ?
Messieurs les agents, tous


(Voir suite page 8)


OU SE TROUVE SOMOZA ?
MISE AU POINT DU DEPARTMENT D'ETAT


WASHIING TON (AFP)
Le General Snmoza n'est
pas aux Etats Unis, a affair
me samedi le porte parole
au Department d'Etat.

Selon des informations ens
provenance des Bahamas
oif il etait arrive le 20 jull
let, I'ancien Dctateur du
N caragua a qiiittt Nassau
jeudi A destination, soit du
Guatemala, solt de Miami
en Floride.

Interroge A re sujet le por
te paro'e du D4partement
d'Etat a declared Le Gene
ral Somoza n est pas aux E
tats Unis, nous ne sommes
au courant d'aucun project
pour qu' 1 vienne aux Etats
Unis et naus n'avons aucum
commentaxre i, laie sur


h'endroit ofi il peut se trou
veri>.
Le General i' tmoza avait
achlete au debut de l'annec
une grande prrpri6te &t Sun
set Island, uie Ile au lar
ge de Miami. Ma's le per-
sonnel de la villa a egale-
ment affirmed samedi qu'il
ne s'y trouvait pas. Les ser
vices de security de 'Ile ont
d'autre part declare n'avoir
regu aucune 'nstruction sur
l'arrivee 6ventuelle de l'an
cien dictateur. I
Avant la chute du Gtnt-
ral Somoza les autorites a-
mericaines avaient indique
qu"l n'y avait pas d'obsta-
cles i sa vente aux Etats-
Unis etant donna que sa
femme est citoyenne amy ri
caine et qu'il p-Tssede des r6
sidences dans tle pays.


Tournee du
Secretaire d'Etat
a l'Interieur

Poursuivant la series do
ses tournees qui 1 ont di-
ja eminment aux Cayes et
dans d autres villes du D6
partement du Sud. le Se-
cretaire d Etat de 1-Int6-
rieur, Me Bertholand E
douard effectue une visit
dans le Departement du
Sud, H'er, il se trouvait a
Jacmel, oh il a eu des en-
tretiens avec les autorites
competentes Je la Ville II
visitera ensuite Marugot et
d autres localit6s du Sud-
Est.


Nicaragua -
NOUVELLES
BREVES

MANAGUA (AFP)
M. Jorge Cas-'aneda, Mi-
nistre Mexicain des Affai-
res Etrangercs, arrive( ven-
dred i Managua, a fait
part a la junte de recons-
truct on de la volonte du
Mcxique d'aidcr le Nicara-
gua cdans la pl'uts large me
sure,. L'entreti.n dc' M. C"s
taneda avec la Juntc a por.
te sur les cos' iitoo d'aide
iinanciere et lI'ecnique d'-
recte, ains que par '.e canal
des orgt.nisnmes internatio-
naux. "la situilaion du N'ca
ragua est crit..que., a-t-il
dit.
x x x x

MANAGUA Le 1IM nistre
i'caraglunyoen C l ,- A I tl'ets
Etrantgeret, M. Mt n l d 's-
colo a s .t uieii 'ii !' Gout u
verni nl (It !'t.! H nlcduras
SoN l'-"t1 !I) Ii I II I "e al
Nt e,;' ', O tt' l. desun
quet ont !n i i, 1 .rde.s It

(Vo'r tuite 1l:'.e 8)


LA PROCHAINE VISIT DEL


VANCE EN EQUATEUR


T616phone : 2-2114 Bolte Po le : 1316
'Rue du Centre Nr 212


PROCHE-ORIENT: LA "CRISE"


AMERICANO ISRAELIENNE


Vers une democratisation


lente, mais sure et rationnelle


partant sans panique mv perturbation

par Charles Max BAZILE


SConres de Philanthropie









BAMEDI 4, DIMANCHE 5 AOUT 1979


LA VIE ECONOMIQOUE


DOSSIERS


LES ENERGIES DITES "NOUVELLES"


ONT UN PASSE
ANTIQUITE DE LA GEOTHERMIE AU iSOLAIRF GUERRIERo...


Sins approfondir le mo monte
d' de cuissop t uppose des cl :
nilinelnts des MI rls de se Mik
Nouivelle- el.t:lde qui. 11 y sail.
ia pluilslurs sl' 'les. au Sclnce
i 'it iut ,lise Il vajeur commu
lail ll. llrt di I;l A cette quell
fin, on i'ent pslir assure nir d?
(ilte Is Rotmnis. d-bs 1 an ail fonv
tiquilite, oni fait grand usa dent,
li des -oir 's tihrrniales
it utilise 1 titirgit geother Antoln
n11qu lt (l' l h01!illr interned (1734-1
(it In terreli l o)t deis usA ca's Iqu
in's d'onestln,'is de de
son QiuantI '-nei-i le llal- letir sy
r t, on e atlt rilr g ri-erale Paris*,
i.'I la pa-'pri'c i Archl co enc:',
niidt 1. lie a S0 recuse on n!r me
1an 287 avatit t.sus-Christ, 1768,
nmirt en 212 En -effet. 1 i1- traite
lustrie r .o m'i.'re et savant constri
7n sr s'",I:1 pas contenite 1Iptill
io ntmlit,' alI point des ma a .one
hineils propr..s & lancer laircs
dts trails et ds plrres 's tail so
dc grandrs ilisranes, pour connu
defendre sa ville natale attend
contrp 1 armie lonmalne de r.\s 'le
Mlar'l lus 'lita e en echee prenait
Irois annees durant ii ail vergi nti
ra t utili.se d's mnroirs ar teanit
dents pour inflanimer les sault d
Vaissealux !; as-iallants r. com
Dans 1 hyp t i'h ot line faces c
It 11 antero .t6 serait nermEt
cmitorme ia Lt vtritee his- atteig
Itoriue, 1 huimanite, en seiil c
ptluruivant, dans cette il fut
vole. la recih: crh dune Dhit?
t chnologie nr:litaire de dans I
p inte, aurait pil connaltre 7ntsf
las b'enfaits : 1 nergtp Certahi
solaire dans s-; ts-iges pa d affair
rifiqul-s. beauio'tp plus ne fai
1,it on ne D -it s emnr- dre ui
vht r de risq'e'r cette hy- see. ve
pilithse quand on songe tifisane
fTi, 1 6nergie r.ucltaire c; connui
v le est sortie tloute armseP Qii" qu
de 1 atome terrierier solaire
Pour en r'sr r a 1 anti- mrns 1
quite, souligons qu on cite un ch
moin.s frequemment Hdron
1 Anclen ou i Alexandrie. LES I
matfhematicien et mecani- SOLA]
(:in grpc. dont 1 existence XIXer
ost difficile a sitter dans
1- temps fl iflmrne Die "
toniiairo du YXeme sle- une e
cle dc lla Librairie Larous ventio
s, lr iMio pprobaibl"mcnts, licrerr
it I ll1m'n ste'ilo aprts J'- savant
:.iis-Chrit p 1015 et rent
-vris I1 n 120 avant Jisus le vir
('hri.-t, :IM rTn)t eolipyle, D
20 i.t I iv nti' ur d', divers ap
t'ri' ni mricllani lles, don't
].i ilaini p r1ti ii p) rte SOit
lon l il est croi t,6 e ni 1 Iln-
vi-- iti i1 un tprocde do
li nlipal, d eI iall C ui au-
il tlls i :i radialionsS
sol~drt,: l t premier du t. (
'i-it Li- s1
minist
Fi-t il rapeler. pour diu pu
ccO qUi s lJ (if (,6nergie 6o- des Pr
Ilenne, 1 importance don- encort
nee des 1 Anl.lqliitfe ail precd
(I'ii dii voent,. E 'oe, dans la crOiss:
mlrche' des inavres et, flan; prix
1 ind st.rle t ,c restre (mou-
1 nii i ? 'U',
i:iont-

x x x ficncti
must
AU MOYEN-AGOT : DEJA bres c
UIN CHAUFFEUR tic P
GEOMETRIQUE le ta
COLLECTIF ra.t a
a I aL
Les habitants du villag? la de,
de Chaudes Aigues, chef- die'll?
lieu de canlon. a trente ki blalt
lemetres &d Saint-Mlour h"auss
(Cantal), boniflcient pour 8.8 oi
In plupart dun chauffage 1980 c
d origine geothermique : la vus P
source du Par au) procuil fin l
une eau a 85oC (la plus un di
chaude aes sept sources en 19
thermales de ce bourg ae tratio
quelque 1360 habitants, di rait
bitant 10.000 bectolltres cent
par jour d eaux don't la Tan
temperature s C, -elonne ctI des i
70 a 85oC) alimente de jnd6p
nombreuses nlmasons ai mo confi
y-n d un system d&; !anall taurs
satlon fort anctm don't on
sitne 1 installation au Mo
yen-Age ,
Les examples connus de A
puis 1 Antiquit6 de ces usa
ges sont 6videmment em-
piriques et consistent en
1 exploltatin de ressources
A portie de la main : le
nom mIme de Chaudes -
Algues vient du latin Aquae
calentes qui signifle eaux
chaudes, celles-ci Itant -
connues vistblement avant .
la creation du village
quelles ont sans doute
suscites

LA VOGUE tOLAIRE DU
XVIIIeme SIECLE

La veritable vogue des ap
parells hliocecnnliquea re

(1) Cf La glothermle en
France, une richesse natu-
relle abondante. In Nour-- -
velles de France No 28
du ler M1ars 1978


au XVfIIOme sie -
deja etn 1741, le rus
hall lomnonossov fati
a 1 Academie des
es de son pays, une
nicatlon dt.ns la-
il proposait ld obt
la forte lectrique
er dun m'ouir ar -


e-Taurent Lavoisier
794). chim!itt frnn-
i renmpor:ait. des 1 .
23 ans, un prix pour
vlemoire sur 1 ? mell
'steme d eclairage de
A 1 Acade-m;e des
s don't il allait deve
mbre k 25 ans, en
a inditu. dans uni
de chimi,. comment
tre un appartil A
es convexes destiny
enlrpr les rayons so
T1, des-.in reprfsen
in app rcil est ble.i
il montre comment
re des tempfratu -
vies La machine corn
deux Jlnulles con
ts (la nlus grande
r6alisep en remplis -
esnr;t cOi vin 1 espa
innrs "nre deux sur
'ourbes do verre et
,tait la fint? du fer,
nant mme le
de fusion au platine;
aussi onh'tnu du gra
a partir :lu diamant.
in balln rempli d a

Ins ne eraignent pas
mer (re le chimiste
sait alors que repren
ne exnfrieice rfali -
trs 1670. par un sclen
francais ni-n molns
, Francois Burnifre,
rait construct un four
e en utill.tant d nor
entilles minftees sur
riot

E'PERIETNCES
IRES DIr
m' SIECLE

XIXeme slecle a Cte
-poque de grande in-
in, en Zrance particu
nent, et norribre des
iLs du temps anticip-
I avenir es abordant
age des ",n'rgies nou


vtlles,, celles-ci parurent
On effet, si n'ov-tLrlces A 16
poque quelles furent par-
mi les rares de 1 urs de
couvertes A ne pas d6bou -
cher sur la pratique in -
dustrlell? mats devinrent
des suoets-objeptifs de cu-
riosite comme iP ecuiseur so
la're ranrbsents par une
gravure du XIXfm siecle

UN

Augustin-Bernard Mou-o
chto (1825-1911), physicien
qui professait au lycee de
Tours, est le 'seul h n etre
connu que pour ses exp6-
riencts sur 1 emplol de la
chaleur solarr; 11 a cons-
trait et perfec'lonne no -
tamment des rcflecteurs,
des gen6rateurs. etc Auteur
d un livre public 2n 1869
sur < ses application,,>, il fabri-
qua une machine solairc
produisant de la vap ur
et alimentait en energies
Line imprimerie qui tira 500
exemplaires a 1 hture dun
Jsitrnal intituil... ..,Le So-
leils, lors d tie exnosi -
tion au jardin Ces tuile -
rias en 1861, d apres les
uns, lors de 1 Exposition
Universelle de 1878. selon
ls autres.

LA PILE .-
COMBUSTIBLE DE W R
GROVE (1839) Cet anglais
realisa le premier essai en
laboratoire de pile a corn
bustibls (avec des dlec -
trodes de platine) Par le
processes inv'rse de celui
de 1 elsctrolyse, la p'le pro
dullt un courant dloctri -
que en recombinant l oxy-
gene et 1 hydrogen? pour
donner de l eiu Repris en
1935 par un a'.tre anglais,
F T Bacon, le module de
viendra, en 1953. le proto
type de 1 kW, qui servira
de mod6le nour la mis? au
point de 1 apile hydrogdne-
oxygene des mnasions spa-
tiales america:ies Apollo;
silencieuse, :ion polluan-
le et A haul rer decent, cet
apparell semblir i a curtains
la source ceerfelique de
1 avenir : dlffdrents p t


jets sont tiudt6s depuls des
anniies A 1 tr-inger mals
nussi on Franc"e. 1 Insti
tut Franqais du P6trole,
dans le group de la Corn
pagnie G6n1rale d Elcctri
cite et au Gaz Je France

' -- ePERE DU FROIDe...
ET DU CHAUD. Si Charls
Albert-Abel Trllier (1828-
19131) a. install une pom-
pe solaire A Ailteuil, il est
surtout rdpuLe poui 1 inv-n
tion de toute Ine s6rie d ap
pareils, en 1868-1869, don't
le 'plus connu est la ma-
chine frlgorifiiq-a A com-
pression pour la conserve
tin de la viande de bou-
cherle
Avant tented. en 1878, grace
au navire quil avait ichcte pour re-
pondre a un defi, le trans-
port des viandes frigori-
fi :-s, il sera t 1 origin
d in considerable move -
m' nt de transit en ce do-
maine et, bap.tise < du frold,>, en 19(0d. il rece
-vra des gou'vrn, mn'ts de
1 Argentine 't de 1 Uruguay
une rent; a Vi Tres reprf
sentatif de 'son temps, 11
effectua d's travaux dans
des domains divers (gou-
dronnage des routes, em -
plot de 1 air csmprim6, in
vention du nmoiluir a gaz
pauvr? ). dans le plus
"'pur style des inventeurs
multid'sciplinaires, et sin
teressa aussi 1 economic
politiqut et aux finances,
il est 1 auteur d un livre
suir 'Limp6t unique et ses
consequences i...
Faut-il s -'ioni'r des
locs que le Froid> se sort interesse a
la production df chaleur ?
Depuis la eo'uivert, des
lois de la iscrmodynami-
qule. les deux onit apparus
lies pour la r;,nssforma-
tion de la ch ilear On tra-
vail.

1824 : CARNOT LE PFRE
DE LA THERIMODYNA -
MIQUE
On peut consildrer Nicolas
L'onird-Sadi Cariot '1796

-Voir 5u;e I'age 1)


AFP)
dconomistus de 1 ad-
ration Carter ont ren
ublique cette semaine
revisions .cononmlques
, plus sombres que les
dentes oncernant la
anice, la liausse des
et le chomage

document pr6pard con
'meint ;itr des hauts
ionnaitec du D6parte
du Trestr et des mem
iu iCoutiil Of Econo-
Advise rim pi 6 olt que
ux d-' crr-mage pour-
itteindre ; 2 pour cent
utomne 1980 alors que
-rnidre estimation offi-
de 1 Admriniscration ta
sur 6,9 pour cent. La
e des prtx atteindrait
our cent a 1 automnm
contre 8,1 pour cant, prmi
ar 7 Administration En
e PNB cinreglstrerait
6clin de 1 pour cent
79 alors qge 1 adminis
in avait pr6vu au 11 s?-
de 1 ordre de 0,5 pour
-
sndis que le p1psimIsme
conomistes orficiels et
pendants saccioit. la
ance des consomma -
amnricalns dans la


COlt inctu'lle s e.st encore df
trnot ec en ju'n pour le
c'slqu' me in)Is c.ons6eutif
Av c unie noiv;tlpe baisse
descomn es .'. indusILri
lt une u,- ..-i.- des- ven
tes d'-s grads inat.asins ,nm
noneeies ci tte '-Imaine, le
decor de la r-ceti ion est
plante et la ijqti.io'ln est
de savoir quelle vn sera
1 amplitude

L AdministraLlon a fait
elat cette sema.ne 0 unt le0
gere remontee dii tauxl de
chomage qui s'est 6tabli au
taux d? 5,7 p- ur cent Juil
let contlre 5.6 psur cent le
rmois prcdeddnt. D autrp
part, le defiet commercial
des Etats-Unis s est aggra-
v6 au second trimestre en
reason ae la r prise des Im
portations petrulieres et des
Importations de voitures
1 a totalise 7,04 milliards
de Uollars centre o,1 mil-
liards de Dollor.s au pre
miLr Trimestre La redue-

tion du deficit commercial
qu avalt esperod 1 adminis
tratfloni cetts annde est done
moins marque que prevupe
tn talson pnncipulement
des liausses des ;"rlx du pp


tru)l. qui ou etlfceI le IP
dp 'iie s la forte progress
h)O dis exporrai.lons amoe
riclsties au plrenier Se -
mi 'sLre


11 ist done lmpirilitif pour
les am1ericaI:ns cle r6dulir
ihurs importations petrolib
res. ne serait-co que pour
respecter 1 lengagenirnt pris
i Tokyo collectivement par
les sept grants pays indus
trnalises. Selon les statistic
ques du Dep aitemenl du
Commerce, les Etats-Unis
ont imported Atg8 MBJ au
premier Semes -re, soit 3
puIr cent de plus qu a 1I
meme epoque dCe 1978 Ils
s? sent ngag4s a 'lokyo a


les linit
de 1077 s
baril' pa



Sur le
le congro
dredi san
measures
poses pa
tzr La C
sentants
te un pr
Ch, f de'


parce que, m4me sans gros rei
tiens savent mnamtenant com
de l'argent de c6t6 tour les
fare -fruc tifier.

parce que, mmme sans capital
pourront rdaiis-r tel ou tel d
don't i/s rvent depuis longtem
velle voiture, une maison, de
tard pour leurs enfants et p
reiraite heureuse.





LA BANQUE NA1

_DE LA

REPUBLIQUE I


Dans le cadre de l'assis-
tance technique de la So--
cite6 allemande pour I:L
cooperation technique (GTZ)
Monde; les activity's dans
en faveur des pays du Tiers
le ftomaine de- technologies
deviewnent de plus en plus
importantes au course de ces
derniercs annies. Pour le
moment; le nombre de pro
jets dans le domaine de
technologies approprices
real'ses par la GTZ dans
les pays du Tiers Monde s'e
leve A pressup cent projects
differents. Un bon nombre.
de ces projects sont ddeji
mis en oeuvre et ont obte-
nu des rdsultats d6passant
in-ime les pr6visiosnr les
plu is optimistes-.'
x x x x x

Patmi Ic oecennologies
appioprices developpdes par
les experts de la GTZ ou
travaillant sous la regie
de eeite organisation char-
gee e I'excution de pro-
jets de ddveloppement asie
mands dans les pays en
vose de d&veloppement; on
peut citer a titre d'exern-
ples

1. LA REFRIGERATION
A\LC LA CHALEUR

En raison des cou-s iou-
jours graidtssants des sour
ces d'energie convention
nelles tells que le char-
bon; le gaz ; le petrole et
surtout a cause de leur ca
ractere non renouvelable
et epuisable; il est nature
element d'ut advantage 6vi-
(lent si on arrive a utiliser
le solely comme source d'6-
nergie; car elle est gratui-
te et inepuisable.
Dans ce domaine; un pro
jet r6alis6 par la GTZ en
cooperation axec les firms
allenandes lDormier et Lii
de en Egypte a rtissi a dd
montrer la pisibilitr et
la practicabllitd de produi


a,-r fo recoil : a unl plan
de rationnm ment de 1 es-
sance en scas lsurc tne L,
project esutI tlt 'fais as-or
d' lies re-stO.icti'o- qu il
(st peu probable que le
plan soit ti ;our effective'
ment applicable.
Si ls stocks d essence re
mointnt. les Etals-Uins Ine
sont pas A 1 hri de novel
l1s penurics dcti ence. d au
tant plus qu.', conform -
ment a la requAte du D6-
partement de I Energie, les
raffineurs tlndent a privi
legier la production de
distillats avantt 1 hiver auxm
d6pens de 1 essence

xx x x


ter a leiur niveau Tandis clue la situation
oil I,5 millions de o:r, l".. I.i- dameure prt
r jour care. Irs con,irructeurs aui
tomobiles ont la la vedette
x < x x celte spmaine Chrysler, a
pres avoir fait etat de per
Front dnergftique. t's de 260 millions de Dol
is s est separ6 Ven lars au nremer Sem's -
is avoir adopted les tre, a demanded 6oe aide f6
essen:ielles pro derale de 1 milliard de
ar le P-:Eidcnt Car Dollars et, faith sns prec6
'hambre des r-or- de dent demand aux ou-
a finalement vo vriers d accentsr un gel de
rojet connlat)t au deux ans de leurs salair'ps
1 ExeA'itlf le pou La baisse des ventes de voi
tures qui a potitol1Are -
-w,.,-.,-4a m-nt frapp6 Chrysler. sp6
c'aliste des gr.-s modules,
n a pas pargn6 IPi autres
venus, les hai- connstructeurs Le Prfs'dent
iment mettre de Genral Motors. 1 6ter-
mois our le nel optimiste Thomas Mur
is pour le phy. a finalement revise en
baisse cetts semaine sa pr6
vision de vents de vaItu-
au depart, its res aux Etats Unis en 1979
le ces projects pour la porter de 15.5 A
14.5 millions duiitess
nPS une POU. Sur le march New Yor
S trudes plus kais des m6taux. 1 or, 1 ar
pour ux Ulie_ gent et le culvre ouvrent
-- sla semaine en baisse paral
element au redressement
du Dollar En fin de semal
ne le cuivre remote L or
et 1 argent tarminent en
baisse Sur le march c6-
SONALE r6alier de Chicago, le b16.
le mais et 1le Soja sont en
baisse Enfin, sur le mar-
ch6 New. Yorkats des pro-
I Adults tropicaux, le sucre et
D HAIT I le cafd sont irrlguliers,
les cacaos sent en balise,


re le froid par 1'6nergie so
laire. 11 s'agit d'une instal-
lation de refrigeration gr5.
ce au solely construlte au
Caire; la capital 6gyptien
ne; il y a quelque temps.
C'est un entrepot frigorifi-
que dquipd d.'immenses rd-
flecteurs solaires; appeles
collecteurs; qui captent le
rayonnement solaire et qui
rechauffent un liquid vec
teur thermique circulant
dans un system de tubulni
rens. Ce liquid; consti
tu6 par un melange d'eau
et d'ammoniaque; conduit.
la chaleur produite dan-;
un system d'apparcils spe-
claux; provoquant ainsi 1'e
vapgrisation n6cessaure a
la refrigeration de l'eAtre-
l-ot frigorique en questecn.

J.ustu'at ma.ntenant l'ins
tallation a bien fonction,,
et come elle est de cons-
truction bien simple etl peu
couteuse; la GTZ pen-e in'
taller des entrepots frtiori
fVques du meme genre msa ,s
d'autres pivs en vole 'e de
veloppement.

2 LA C(ISINIFRE
SOLAIRE SOBAKO

Un des derniers efforts
fiuctueux de la GTZ d.ns
le domaine de l'utilisa'.ion
de 1'energie solaire sernble
etre les essais de met(re
le rayonnemeit solaire ai
service des maitresscs ide
matson. Sous forme d'une
cuisiniere solaire nommiee
',Sobakom) (pour Sonnen-
back-und Kochgerat four
cuisiniere solaire).Ei effect;
cet apparel fait la cuisine
et fonctonne comme tin
four et come gril en ulili
sant exclusivement de 1'sF-
nrruie fournie gratuitemeo t
au tarif ziro par le solcil.
fechniquement; cet appis
reil qui resemble a sn na
d.'.r d'adroport est ft-t sim
ple 11 est constitud de 2
nimroirs en acler chronic dis
puses au-dessus et en des-
susl d'un four dans lequel
in place les al.hmets. C's
moiruirs snt oirientes de l.
con a rifl',ltlir les rayon-
nements solaires incidents
sur les surfaces noires et
mates du four; it l'iiterieur
dmiuel on pourra obtenir as
'ers; des temperatures jus-
iquia 180 degrts centigrade
toutes sortes d'aliments
suffisantes pour faire ciire
(voir article consacre it I
cuisine i re Sibako ci-apres).



Le F trlol_ n'a pas


wss les aritres
products de base

Les prix du petrole n'ont
pas augmented davantage
que la moyenne des prix
des products de base entire
la fin 1975 et mai 1979;
c'est a dire A la veille du
dernier relevement des prix
decide par I'Opep; revelent
des indices de prix de gros
(.,alculds sur la base 100
en 1975) publids vendredi
par le fonds monetaire in-
ternational.

L'indice mondial des prix
de gros des products de bi
se etabli par le FMI s'eta-
blissait en effet en mai der
nier A 144:2 alors que ceilu
des prix de gros du petr'ole
allait de 135:6 (Arabie Si
A 1'oppose; toute une s6
oudite) a 146:8 (Libye).
rie de products de base ont
vu leurs prix subir pen-
dant le m me lans de
temps des auTmentations7
voisines du double de cell
des prix du pItrole: les
peaux (indice: 355;8); le-7
plomb (300;7); le coprah
(282;4) et le cacao (269;6).
Seuls les indices des prix
de quelques rares products
ont peu varied de 1975 a mai
dernier. C'est le cas pour
le carbon (100;5); le zinc
(104;6) et le poivre noir
(01 ;53).

Deux indices de prix fe
gros pub~ies par le FMI
ont baissd; celui du riz inui
se retrouvait en mai der-
nier A 86;8 et celui du hil
amdricain qui s'etablissait
a 98;1.


3. STATIONS DE DESSALE
MENT D'EAU DE MER PAtI
L ENERGIE
HELIOTHERMIQUE

La station de dessale-
ment de 1'eau de la mer
par i'6nergie heliothermi-
que install6e par GTZ dan'
le golfe d'Aquaba en Jorda.
nie a oblenu jusqu'a p'e-c
sent de.s rusultats dtpas-
sants toute prli.tsin. A la:1
difference des i ,' tl .'att':s
de dessalemcnt classiqui:s:
da. s lesquelles. 1' neiie inc
laire chauffe dir.'lctcnien
'cau a evaporcer; aver I."
ncuve'iu procr!, u-- iW s,
dans cette installation,
l'eau de mer n'est pas s,,i
m se ha l'vaporation dire.-
te grate au soleil. L'iner-
gie sit-'a:re est au contraire
cap!;e par un coil -c c'; -
ht'liotherminiue et dirinte
vers un eondensateur s6pa -
r6 pour l'eva'iration de-
1'eau t h.aiu e. I-1 stp.a;t-
t'fn du colleceticr et rdu
condensateur liermn'et r'*"; !
ser au min'ux le's dei'K (l
ments de installation cn. 'm- I cnollectenur re,,'
lit str true son e'e,'-e
la totalitf6 LI 1'Fnergie v -
1 lire d:spowihle; la quanti
t6 de 1'eau de mer dessat.(
imrent plus importance.

4 PRODUCT(IONP\ i.T (lZ 1
PARTlR D: lIYA'iNTlITh
D'FAU

La GTZ a commence m.m-
but 1978 avec succbs de, tx
piriences ci vue de pioduil
re du gaz a bruler a partir
des hyacinthes d'eau vu
Soudan. Les premiers trai-
vaux sur les hyacinth ,:
d'eau; partlculiereiment en
ce qui concern 1'analys-
de leur nutritio)n,,lle: rd'
leur aptitude a '-re utili-
sees en tan t queC fourra-i'-
et qu'engrais; ont etc a':c.-
ves auparavant.Deruii's ilq
li" tenips: un eS"r d r F'
la CTZ ;' nte,'ifi' 'e, 5, t
vatu' en vile dt'('.])li0 't ( dI (
hv cn'.l, s d'e : rii-ur I
production du ka lI li,:;i-
fue.

Dans,; le hut die d(ve: p
ner cette m thlode de pro-
dlu';on dy l'eneraie et ide
la rendre ahordablle ullix
,Sud;nais;i (''la GTZ a con-
clu un accord de cnoptrIia-
tion aver le (Iriunme cde
chli r"-h';s d:Ins e.'' itmt:'tIe'
de I''I 'ver ti t(i thni: 'r
ilprlin;: ae:r ( d l .u ti 'icoI '
cn'r," aultres; '1i cLroiw",' ie
rechlerches herlinois la u!-
se an point des ginra'e-'
simniles, de cas hlt)io,;iiie
qu'on peut construire fl'; I~
ment aver des m'tr :.i;ix
stir place au Soudan.
Dans le mdomaite de 1ia
production du gaz biobii-
que d'une facon gcners'e;


la GTZ s'est av-er6e effica-
ce et tris active deputs
longlemps. C'est ainsi qu'el
1- a; par exemple; elabo-
r-; dans un manual le
pius c 1mplet dans ce do-
mnaicti; des directives; des
rcconmmandations CL des
propm s tions pour l"nstalla
'.;n des stations d" mAthma
nj ,,.ian'; le, pays en voice
(d i.vieloppenipimt. Ce ma-
':r:eil murit ((tins lis ren
se p'iments neessaires crmn
cern:int la planification Pt
la i :i :-sation de si:tions
0do az hiologi! ue; ais 'i
(mie iur insertion dins les
'.ttr uctre', e'ist.intes des
1-s du TIic's Mouide.

I a "er'hni",e de prodlue
t(on du la )b (1 i''it'q c I par
e .emi 1 t :i a t i:-ir du fu-
m'er cle iche tu de nori
-u ji partir des t'lin1ec,
e'e ) (slt ie nnu e dclilis.
cre di'ai a es d'a 'srs. I'n
-ride: au Vie n.in': on The'
'an;d ; au rv P i'h ppites e.'
(,r, d'u Nor 1 P" tk;-

i e'- -'o pr !lli-.' -' iuve -


S"' e r' m doli ",i et d' i

1 .rt s ; e '"'s r. 'es n ; -
e"(, nu co-pu,,, ,; ;a ( GTZ
,-', l ie t p i\ll m, ins d'(t'-
res anroets di, as h('los'i-
,o tie gr-anie c .erire e-
S"-t is"I'it .i'1m C .''er)iimO n et
i-n Iitiui';iC.

5. 7it,- iFN .ERVI('E DES
: LT-I, ATil' S
Ei.I.tENNES

Dens :'c tpIre c'::n pro-
I-plo. e. l G'I'Z ;a mi
Service depu.- 'ioie.lmr'e
!'77 a Haiti qu:-'r girnmra-
tiurs fonctioi, ani t pi r IL
I re'm du \e:t i .I: r"n-(` nts
produitteors a i )i-;:ni's. ('e,:
tf'it rateiu', mitl i.'i s:int in:
k.] I O ml l i e (I.,
til i ; exi :-v I e i.-Ir,l (';

i r 'l "-i "s ell c l ,int u ti er
; trr-r tin ei I'Am erti:-
i riei'mnl l cul tal |in ilile
I "s e pi rts de !.i (,T/ es-
r, re-. |)o;iv r | t :'nIter
dp i n'i sn l. i- i (ifl ti' n

'l .. lncn ad: ntc m- .l ,nTi
i ittps mies p;t" m'isti immo
d vehilppe:urer'l'.

I; C('! STIT'!'T O!(N I I l


'\iis ERSI:L

I. :n t hi 'ne, 1 i ,-

senti a i st', efl'ic i( 's il., -,

o Inv .ennent p'' ti s lC i
iiupairl d s ca,. a <'re uti-
", d:i'n i-s mis; el lvoie
de dcveloppement. Pi.t !ctir
situ:ion special'; les pavs

(Voir suite pale 5)


TECIINOLOGIE POUR LE TIERS MONDE


PRESQUE CENT PROJECTS DE TECHNOLOGIES


APPROPRIEES REALISES


PAR LA (GTZ) DANS LE TIERS MONEE

Mopepe Senga


Provisions .conomiques sombres aux USA


PACIR 2


I






PAGE 3


I l C 60000000







d' Americains



NOUVEAU TUBE GEANT SUPER ECONOMIQUE pr f rent Colgate


AVIS DIVERS


AVIS
Ie lit.partelienti du Coni-
nitec et de l'industrie invi
te les iniportateurs de bois;
Ies artisans specialises dains
l.I l.iairicatiion des mcubles
proprictaiirs de bilop't, loU-!
cL tides articles enll bois, its
r1stliiqucs interesscs a 1.a
conmercia ligation de ces
a;it'cles a use reunion qui
es tiendra en ses lucaux IC
ntiardi 7 aiout 1979 it 5 heu-
Irs p.m. Celle reunion aura
pour ibult d'(lentifier les tdif
licrents plnbltlnehs que con-
tronte litrl], )ait du buils.
I.e I)c|).irle ic n t (du t.il-
int'rce el tic "iniustrie corni'
t. stir la pr s.ctice et l'es-
prit tie col abortion de
iom" Ile, intr.-s'.,c, pour s)n
pli'in suctCes .
Direction du Commnierce
.\xterieur
x "' *X X
TELICOMMI"MNIATIONS
D HAITI S A M

AVIS

La TELECO, soucieuse
d oIllir a s s fiddles
clients tin ser;'ce sans ces-
se amelhore. ":end plaisir
a anioncilr la parution pro
cha;ine d on sOUlvel annual
re tel6phoniiq,'i A cet ef-
Ict, les habonni(s sent pries
de rem-li r .iu plus viti. le
lorinlilair( aittahe aux bor
d!ir-jix dii idns d Aout a
lin de perm 'tr' 1 elimina-
(ill dv i. rta ites errcurs
t idii~tiin t la vcrilica
lion drs dosi'ers exis -
Laitls.


Conmmne oulv urs, la TELE
CO compete sur la collabo
ratiohi de tons ses aboni -
nies et l s remercie a 1 a-
vane'i de leur dili',oeiic a
acheiner e forniulaire
cOviiVriablenetit remnipli au
Bureau Cetral bis a 1 Ave
iUe Jean-Jaqiues Depsst-
ilies Merci
LA DIRECTIOsJ
Port-au-Prince, le 2 Aofit
1979

COMMUNIQUE

La Direction de 1'Hopital
de l'Universitse d'Etat d'Hai
tl doiti le soutii tsl d'assu-
rer :
I de bons soins aux pa-
tie ilts.
2.- iunle asepsic ddcente
danls les sales de panse-
min's le d traitmenlets.
3.- 1'equilibre psyeholo-
gique des malades dd.ja rein
pu par leiir tat v ia .l,,t
titu; croit utile de rappeler
a tous ceux qui sont en que
te cflnformations (Journa-
listes. Stations de Radio tet
de T61evision. le Public en
gnral i qu'ils nie peuvent pd
nltrer dans les sales pour
interviewer les malades,
que munis de l'autorisation
des Diri.,eants de 1'HUEH,
seuls habilitcs a les intro
duire. pour pareille action,
dans 1Institution.
La Direction do 1'HUEH-
comlpte stir la collaboration
d" tous pour la strife ob
servance de cvtp mesurstO.
Wilfrid NONCENT
Admi-nisi ra ten
Dr. Decatrel MIRVILLE
Diret'ecur 'Mddicl Me-
decin-Chet de I'HtEIl-


Au Lambi





Night Club


la direction du LAMBI vous announce I'arriv(e
a 'Port-au-Princ de JOHNNY VI';NTURA le Vendre-
dti 17 Aout. II sc produira aut LAMI1 le Dinianche
19 aver COUPI, (CLOU'IUE.





I ne autre granie vedette Dominicaine sera aus-
si ;t Port -iu- rirni c )pour la premiere fois. II s'ag.,'
de '(C' VALO,() ct son i'TRIB1U) le plus fort de
St. I)Dmingue actueclement. CUCO VALOY passe;'a
troi, j.ours at It-au-P.

x x x


Tandis que le 21 Aout seront ensemble h Port-
au-n Prince pour la premiere fois SKAII-SHAl l et
rTAKHO. ~le, deux maitres de New York qui se ren-
cntront au LIAMBI NIGHT CLUB. Pr iire de sur-
veiller nos announces.





Pour ce week-end LE LAMBI vous propose


SAMEDI 4 AOUT 4 h pm. -- 7 h 30 pm.

A -- Cocktail D.P. EXPRESS Adm. $ 1.00


SAMEDI ,, AOUT 9 p.m. -- 4 h a.m.

Soiree d'Anniversaire Sep-
tentrional. Orchesire Invite : SHOOQAR COMBO :
$ 4.00 Soirce patronnce par < IFRERES)) le No. 1 it Port-au-Prince qui distribute
des Cadeaux par mirage au sort.


DIMANCHE 5 AOUT

3 11.30 P.M. 7 H.30 P.M. Boom Cocktail Ambas-
sadeurs Adm. $ 1.00 Cocktail d'Anniversaire.


DIMANCHE 5 ABOUT (SOIR)

Soiree d'Anniversaire Ambassadeurs et D.P. Express,
Adm. $ 3.00


- -


COMmIUNIQUE

('t,\, l_\ !t I, DE LA
SECRETAIRERIE D'ETAT
DES TPTC RHEMISE DES
PIECES ET TITRES DE
PRO)PRIETIt

En execution de l'Arret6
Presidentiel du 17 Noven-

bre 1978 ci-atres reoroduit
et declarant d'utilite pu!)li
que une etendue d'environc
deux mille (;.000) iheetares
tie terre situce sur le ver-
sant Nord du fTorne I'llo-
pital; la Secretairerie d'E-
tat des Travanx Publics;
Transports et Communict-
tions demand aux interey-
ses de bien vouloir; danr
le plus bref dtlai; (ommitt
iiquer a cette Secretairenie
d'ELta; via son Service de
Construction et de Supervi
sion; leurs pieces et tiirei:
de proprifte en vue de le;ur
examen et transmission ui
terieure a 1'Administration
Gienrale des Contributions
pour ce qui la concerns ,P'
ce: aux fins d'entamer la
procedure d'expropria-ion
relative a la dite 6ietndue
de terre.

Elle informed en outre
les interesses qu'il leur est
octroyi par le present Avis
u, delai de trente (30)
joursa dater de la paru-
lion de celui-ci pour la.
communicationn de leurs,
pieces et litres de propricle
a son Administration.

Un delai exceptionnel de
soixante (60) jours sera tito
tef)ois accord aux proprni -
tair(s absents du pays -t lat
date de parution du pre..
sent Avis.
(iexte de 1'Arret6 Prei-
dentiel du 17 Novciibre
197 8)
Article i(:.- Elst dcclarie
d'itilitc p)ublique lune e-
tendue de terre de 2000 )hIi
doi Morne I'lHopital de laI
Commune de Port-anu-Prin-
ce.
Artich 2.- La zone est ain-
si d(limitte: 'Prentnt la1
dircctio (oet, l I partir du
calvaire de Pcl('ion Ville
la limits bifiitrquera: i an
gle dmroit a Sept ('nt 'in
quant Meltres de Boutil-
liers id a 1 s la d i -
rection i Sud jusqj'.t la ronl
te de Laboule. De lt el le
suit uine line parallile et
distante d'edviron Six C'pt
Cn'iqiianIe MItres tl lai li-
-ne de crite mere 1t[. Mi)r
ne I'Ilopilal.

Jus(tu'au Sud tde "is 'int
elle obhliiu-ra vci, le
Nold-Oiurst ju:squ',` la prise
dle Diquini; et allant vers
Est; ele suivra i'aque-
due de Diqiuiini jusqu'at la
Source icclcrc; puis la :rou
te Sous-Dalles .jisqu'a Mar
telly, tie Martelly elle
p isserA i:,ir le Sanaitoriumi
plis le tunnetl de Carre-
f'iiur-Feuilles; la Croix Des
prcz .jiunu'it la ravine Juve
nat Moneyil a environ
Cent Oiatre Vingts Mctre.;
du detour de Boutilliers;el
le s'incurvera faiblement
vers le Nord-Est nour at-
teindre la route du Caiatic
Vert tu'elle longer dans
la direction Nord vers lt
locality dli meme nom
pour renmonter sur tine 1.;-
gne distance d'environ C'.t
Soixante MWires I 'E.sf ie
la Ravine, du Iois de C('hi
ne et allanf vcrs Sud .iUs-
tu'au Calvaire e Petiten-
Ville.
La zone comprendra dvi -
lemet ine portion de Cint.
hectares entourant Fort
Mercredi.

Article 3.- Le President ar-
rfti scra public et execute
ai la diligence des Sct-ii-
taires d'Etat des Finances
et des Affaires Economi-
ques;des Trauvaux Pubhlics'
Transports et Communice-
tions; de 1'Interieur et de
la Defense Nationale; cha
cun en ce qui le concern.
Donne au Palais National;
a Port-au-Prince; le
1978; An 175eme de lInde-
pendance.


INSTITUTE DE
DEVELOPPEME.NTT
AGRICOLE E',
INLUSTRIEL

AVIS

II cat port a la connais-
saince des in' dresses que
l'INSTITUT DE DEVELOP-
PEMENT AGRICOLE ET IN
DUSTRIEL tIDAI) orgatnise
un concourse le mardi 14
Aout 1979 a 9 heures a.m.
a son Bureau Central sis ia
la rue Americaine & Port-
au-Pr nee en vue du recru-
temni'nt d un Comptable
pour son Centre de la Peti-
te Riviere de 1'Artibonite.
Ic's pos' ila's i devront
relimplir Is ct)dilioinss SU'
vantes et souniettre, outre
unlie photo d' ildntile, les do
cumnents y af'lerents :

li Etre de nationality hai-
t enne;
2) Avoir parcouru le cy-
cle d'etudes ,'ecdicldires class
s:que jusqu'au B.aecalaureat
3C Detenir ui diplome- de
Comptable deli' ,e par uine
Eco'e de Commerce recon-
nue ;
41 Etre de htnnes vie et
nititur.i.
I.ts 'rpsc plion ; seroit re
cues jusqu'du 20 Aout 1979
au Service' du Personnel de
l'IDAI. i1 Port-au-Prince,
tous lei -"our's t ouvirables de
9 hcures it nidi.

Pt-au-Prince Ie 2 Aout 1979
INSTITUTE DE DLFItVEFLOPPE
MI.tNIT A (RICOLE ET IN-
DUSTRIEL.
88


INSTITUTE DE
DEVELOPPEMENT
AGRICOLE El
INDUSTRIAL

AVIS
Il est porte a !a connais-
sance Ods inittrebses que
i'INSTITUT DE DEVELOP-
PEMENT AGRICOLE ET IN
DUSTRIEL (IOAI) organism
un concourse le mardi 14
Aoult 1979 A 9 heures a.m.
it sa Succursale Ges Gonal
ve.s en vue du recruLtment
d un Cumptable poui suon
Centre de la Petite Riv ere
de 1 Artibonite.
Les postulants devront rem

plir les conditions suivantes
et soumetLre, outre une pho
to d' di ltiUi, les doituniniil's
y alie' tlLta :

1) Etre de nalionalit.e hai-
t eviii;

2) Avoir parcouru le cy-
cle d'etudes secondaires cias
siques jusqu'au Baccalaureat

3 Detenir unii diplome de
Comptabie delivre par une
Eco'e de Commerce recon-
itue;c

1) Etre de national te hai-
mocurs.
Les inscr options scront re
cues au local dce la Succur-
sale tous les jours ouvrablcs
de 9 heures a.m. ia 12 h 30
Pt-au-Prince le 2 Aoft 1979
INSTITUTE DE TLEVELOPI'E
MENT AGRICOLE ET IN-
DUSTRIEL.
88


Deces de Mme
William Clerfoad

NEE STELLA MARIE
CLAIRE MILLITEN
Pax Villa mn ionc le de
ces survenu le 3 Aofit 1979
en sa residence a Thorland
de Madame William Cler-
fond, nec Stella Marie
Claire Millien
En cette aeni)lhe circons
tance Pax Villa et Le NouN
velliste prds(i ient letirs
sympathies i :,tin eopux M
William Clerfond, a sa Mie
re Vtuve An:to);ne Milliien,
a ses Enfants William Cler
fond Jr, Soraya Cl-rlond,
a son Grand P.re Monsieur
Pierre Hyacinlie, a sees'
Coullsines Ro3leiti, Ket' -
ly. Dady, Poipette Hyacnn
the. Aux f N'1,1lhs 1 (Iel'-
fo ,d, MIllle'i, Hyacilnlhv,
Rousseau, Theadoric. et a
to.is les aitres, parents et
allies eprouvies par ce
deuil 41."1
La date des f i'erailles di.
Madame Will am Cler -
fond sera 'inioncee ulte-
rineurement 48
X < x
Deces de M.
Ben "h o i r
LEo tt1 i l ri se Col .-, t i
Nouvellisle vous iomiti.i1i
avec peiie le deces de M.
Ben Shindler 5sirvenit ai
Catnape-Vert le Vendrcrdi 3
Aofit 79 vers 9 h.30 du mu-
tin.
M. Ben Shindler dtaii in
iIrand am; d'Haiai ,' utt
h6utlier bien toni'U. Dr,,t'i-
teiu r d,' l'ilithcil El 1 t'l i
de 19588 a 19633 il ''ai faith
,sLadi'ment apiprdeid.
Rvvcnu au pays depuis No


vembre dernier, il occupait
la position de 'General Ma
naicr, au Royal Haitian
ilot l.
En cette prnible crconts-
uiiF'" 'Ent reprise C lvi -; et
Le Notuvel lisle pr s',ta
l'urs sinceiri',etud cnlnlaneices
a : ;:I v. 'lvf' Mine Rochelle
S}idlfle" ,- 's i 'ilfts : Dr.
Willi1an Rvemr ,
Mine niT: JTdv hlindler.
M. Tonmv S, indlr i (tel -
fants-: s,' b' iIux-llls i b, 1
le':; lIlIes M, M tme Dio';
Si(na. M. et Mm B' 11 Fried
m ln. Dr. And'-ew Gr et' -
b I I Mii. Bian ree
Mme Mutel Mir.
rsounn l dt' 1'Il, l 1R.e. 1
Ha tHun e l ow;1km. les am!s
aiffce',1.-; par e1. del'.l.

D I frn' :-. 11l, (I. N, BI n1

M :;"dli 7 At' tl 7 ti
). c Ulut de 1 l', p
l;oC .t i e l ,'d d '; '. ii -


NB Mme h- 1 H 11




S-' Htl ini ClMb.




--A


RAMELDI 1, DIIMANCHIE 5 OT17


SECRETAIREKIE D'ETAT
DES TRAVAUX PUBLICS
TRANSPORTS ET
COMM IINICATIONS

COM&IUNIQUE

La Secritairerie d'Ltat
des T'ravaux Publics;Trans
purts et Communications se
fait un devoir de rappeler
aux proprietaires; investis-
seurs; arpenteurs; notaires
qu'il leur est fait interdic-
tion formelle de proceder
a toutes operations d'a-
chats; de vetes; d'extrac-
tion; de transfer de pro-
pricte en tous genres; deI
'instructions ou d'investissat
ments quelconques et; d'u-
ne facon ige)irale a toutes
"t' nsactions de quelque na
'tre qu'elles soient sur ton
If 1'ctendue de la zone vi-
see par 1'Arrete prcsiden-
t;el de declaration d'utili,e
publique du 17 Novembre
1978: cette zone etant en
cours d'expropriation corn-
me en atteste le commnni
ouc ministtriel paru dans
'differents quotidiens dre la
capital "a course de la se
r'-iine ti, 16 au 21 Juillet
1979

Cctte Secretairerie d'Etat
rappelle aux intiressts que
ILs Services competents de
1'Electricite d'llaiti; de la
TELECO et de t'Admitistra
tion Gnenrale des Contribu
tons sont au courant; cha
cun en ce cui le concern;
ou'aucune fcniattde de bran
climinent on d'extension de
lit;nes telp'lhonitjques ou n -
lec!riques; ainsi qu'aucune
transaction de tneictlue na-
ture (qu'eile soit; Ce peut
doreitavant fire consid6trtie
sir tiite I'tlendue de lairn
li'tLar'e d'itilite plb/iique
et en course d'expropria-
titon.

Velte Secrctairerie d'Etlat
omltte stiur le i'Itcolcotrs et
I' t<'iiunlrchetisititn des int' -
ress's en vie dtie l stride
aliplicatio, de c s mesu-
rcs en Itreprises nour le
Dills grand bien de la col-
lcctivit; dant s le caldre du
Pt'ogramme de Lutte centre
l'E.rosion du Versant Nord
du Morne l'llopita.

Pierre MI. SAINT-COME;
Ing. Arch.
Secretaire d'Elat



AS

La Secretairerie d'Etat
du Commerce et de 1'In-
dustrie porte it !a coniais-
sance de tous les Importa-
tcurs de products soumis au
contingentement que l'obli-
gation leur est faite d'obte-
nir our toutc command
une auiorisation cmaant
des services competents ile
ce DIpartement.

Elle leur rappelle; en
outre la strict observance
des articles 7 et 9 de la loi
du 3 Juin 1960 sur 1'impor-
tation stipulant ce qui suit:
Article 7.- Les Consuls
Ilaitiens des ports d'expedi
tio, exigeront la presenta-
tion du second original de
la licence avant de viser
les documents d'expedition
a destination des ports
d'laiti et tiendront compete
de la reference du num6ro
d'Trdre de cette licence qui
sera inscrite sur les con-
naissements ct fractures ac-
comlpaunant la marchanidise.
Article 9-,Toute licence
qui n'aura pas servi au
course du trimestre pendant
le'urel lle aura tte demise
rCa automatiquement annu
16e.
Cette autorisation n'etant
pas eonsidrie euomme un
simple permis de dedoua-
nrr; elle devra dtre sollici
tte avant de placer la comrn
mauide.

Port-au-Prince; le 4 juil
let 1979

Guy Baudy
Secretaire d'Etat


CAaRNET SOBCIAL







PAGE 4


LES ENERGIES DITES "NOUVELLES" ONT UN PASSE


Inille dl la eu0e I'age) vrir dos sources lnoutvelles utillsablo alln I0o)en di
( d6 Ce1rgles Cela, sanlls ou- contrales thlrmilqres oc6ai
lit:21' 1ipi ili. du igonic bhier 1 oatuvro d Indusirlels nilques (longtelnps clas -
tl ,lmihnl, pour seo utodidactes come lo ados arbitrailreimnt dan
,, t.1 A I I 'l-ril ,ho Di);uphlnlls [Fraluiols Lar les modes d exploitation
1.,|, n 1; ( iti n. n l PI l r dvr el fin 0 son Ills. explol- de 1 6nergle Rg other ique)
I i fti imhI dytilll- llut 1 aeide borique natu- s Imposa tout naturelle
d1 ,1, .i I. *phy .qu1 rel oen Toscano depuis 1818, ment
Inodlir i, qlil, iayiunt remarqu6 que
'i pruduit 6talt apport,6 h La difference de temp6rati
L 'l hliriiiind,iiinqlIe e.sI l i surface du sol par des re entro leau (houde dri
,.,.,I, i'p. Ih, h i I 'I physique jets de vapeur. utiillseront surface et 1 eau froide dc
(lil tinlt Ic d' relations cxls cott.e derniere pour le profondeur (25o C o 5o (
little sc lll' Irs phelnom chauffage industriel, i par sous les tropiques) suscita.
Ini.s m iiA ni'II I ; t (Ial riirf i (i de' 1827, pilni pour la 1 inti6rt du physician frai
quis, clioI ropol .sur detux production dcilctricit6 au cals dArsonval (1851-1940)
ipriCIpe eliii ill .111 -de 1 e debutl dil XXmeo siclp Ain it qul 1 on dolt, en outr-s
kiiI alni l t I '( i tll dit si. (it 1904 1 19.(), sa secule des apparells trSs Inge
(mi'nt central geothrmlque cxis nieux (galv'inomitres api
tant daos le monde sera riodiques, tleinhone magnm
I, f lls abn' diu grand Car c(ele de Lard"rello 1257.000 to-elhctrlque, bc a gaz
ii,)t ni'il lmin'io di E kW de puissa'loe et produce multiples. nmyophone, etc
til tie la Revolution fran iiin annuell? de 2 mil et des recherlihes savan -
lt'>I I etudia hI's lois de liards de kWll) tes elasticity pulmonal-
la ch.ilIur. Is dilatations re, chaleur animal, equi.
C1'iill;artivt's d(s Pa. 1 p- Di puis 1973. 16 contrales valent mecanique de la
Ill .ctin I lit ,e(niqu-2 de lai de e type lonctionnent chalour, courants de hauti
Viiur, n 1824. 11 public donis 1I monde.. elles de frequence, temperature di
.sils lRllxioll.s >ilr la pills vraeiint Stre 25 en 1980, don't divers poisons. etc.
111'i, i nlotrice d lleu ll t uile elon course d inplanta est en 1881 qu il imag
lt lachii n's pl'ropl:es ia de tion on Guad.'-loupe na une technique d utilise
\,hlpls r co e pissance,: tion d cette g so
'.s't la qu l11 elnonla le EXPLOITER 1, ENERGIE on de tocee done gla mso
prlnici' pc qui pior son nom, THERMIQUE DES fondly e sour employ d ui
i1t l l l i,. t .oxlisIe lit MERS.. fluide intermediaire (lan
ii Ii nil',ir ti 1 ii cS li' l moniac) qui so vaporise -
l1, id 11 i ni.s i is L; cs herchrurs doi XIX&. rait, a haute p1,ession, A
plh s (. x :Ories 1 f'i des s"c'le ayant miesure que line temperature un peu in
ii ^ t i, i 'ill's l's oceans rc 'cvaient 70 tericure 8 celle de la sur
<1 .1 it,; d r I (Ille pur etnt des radciations so face des eaux i202 C envi
tl 'l i tlit'< Cidr' lairs. d idee d storage ronl et se condCnerait un,

1; 1 1 Cxat t'nlhd'W a t t t(n
1.l t ni u d vii" i i l i i i c Ca oin l a r li d o 1d e i n oeg s o l a i r e t ram p e r a t u r e v o i s i n e d e c e l l i

pic It tiI ( s i
>C'.lit(1 qJ;iLstId Oil Sd lli c ll
i ..ura. l1 es aip La pauvrete aux Etats Unis
P)ol di pc)'rs.i s (ci' Iunilforid
i1 I.iv. R MA.yr (1842). GFNEVE IAFP) Le rapport soiilgne que le

ihll Ii Hpl5 ihnoltz eC c" lep Dos millions d'americains principaies vecti nes de l
liih'r IPrlculipe d' 1 oequiva- l disposent pas du m ni- Pauvrett sont "
1iiice dllu tr1. 1 et de la llinm vital ma:pre les politi
(ch1lur, mn s des notes ques de tra:insert des reve- 1. Les nors. Fn 1975, 31
.nldilts d.itunt d avant lius ises enl oeuvre aux E P.C. de la population no r
1871 la's1:n entendro talks Un:s, ind que une etu- avaient des r('VenuIs info
(inll 11 alriit (ljsnl(.Itre de de pubhliee vendred a Gene rieurs au seul: official d
.soll cot lta Ini de 1 equiva ve plir lo' Bun au Internatio pauvretO cc qui est tro
clIC' l'htptloii5n (t Clau n.il du Travail. fo1s plus e:Cve que pour l
sii.s dcv l)I:,r icti utile population blanche (9.7
110tIs 15 prin0'lpe de Car Selon ce rapport intitu'e POLir centi.
11nn ].!111 1'' -leyiiperalu- 'nic.iures I'iscales pour sou-
is tI 10' trav. 1,i lager la mis0eri aux Etats- 2) Les foyers don't le chi
Unish 23.4 m:' is de per- de famille est lune femme
Dir. cilllluno machine ther sonlls soit 11 .- pour cent Sutr 'Cs 5.4 miions de fa
nil(ils is' pi'.'it flotiolnner do ila population total a- miles co'.sileroes comic
( l a,-pa d' la cha vaient en 1974 des revenues pauvres en 19,5, 45 p.c.
l ilr '11ine .'lnie chaude transferss inc'us done y vaient pour cbef de family
Ii' liU oirct, roid 1o neifemme.
c", Is11' fidPin c lOldo compris les assurances social -ne femn.
(Cm Irn| rlC (,t rillcipe le s, les aides ell esp ce et 3) Les personnel seules
)(' ', 1 permet- el nature... I nferieurs au Alors qu'elles ne const
S1 1' (ni iton :, la pormn' seii officio! de pauvrete. tua ent que 10 D.C. de la p
I' 1 i stIllor oi piege a Ce' nombre passe a 37 mil- pulation en 19'15, elles rep
i Illr'. (Ill .,1 n_ t itre ag 1 lions 17.8 po0ir cent de la sentaient 20 po-r cent de
,ii (In XX iNe siecl L p population) t ouours pour pLpu0ation pautre.
:. l.,i"'llil,10 a 1 n- 1974 ci pre11,nt pou0 base 41 Les habltn 1ts du Si
\,.' i (ll c ssrlliio(rateur; t' scull de pauvretd defini des Etats Uni':. A'ors q
J.> |iii,, i>,pi'-,, 1"s calo- 1ar I'OCDF et 60 m millions dans le Nord et l'Ouest
u, dI 1, iiij..'hi( re rit l's 28 p. c). en p tenant en con pays, la proportion de pa
,111 11. It] : ,111n, de cha 1 sido ration le budget mini- vre;s parmi lcs olnics e.:td
II lii li].i ;ic .seii P on tour Mal necessaire h une famll 9 p.c., elle atlteint 11,4 p
]'l 1 .11r ill i 1: 1 (.at lau Ie de 4 personnel vivant en dans le Sud. Pour la po
fIl' sI', i( I1(' 1;.1 11 cI Io' i. yulevilie calcu'' ri-r le Bureau nation noire, ir- pourcent
i,:1ll li, (d (I' 1 hiver per america r d' statlstiques ges respectlfs sont de 25
f s hi, 1lr i ,i 1,- h mlp ra do I Trav il. p.i. et C 36.6 p.c.
S 1 s' : lhabitations
5 I' 0, plofr... (If' ,&r;L 1 1W


I1 .p. ,1 MESSIEURS


ls'i' ...Illil,' phdu" n AIMEZ VOTRE FEMME !
( I I. sl' ts p llsI t
ita I ";I 1, ii pr.mti' PROTEGEZ LA FAITES LA
is s il 1I'r5 i 1 i' a ('10 '
l ; ,lls l c i c iij, 1978
",ii XIX,'i... I, XXem,. t PLANIFICATION FAMILIAL
'l i'. il l ,s i'-: 1 theories
ls vi lls', Ir'iiiit decou sBs


is






in













Le

le

'5

in


cn


es
a


,7
re
e-
dc
is
!a
.7


ef

a-

a-
le






iu
i-
po
re
la

ud
ue
du
u-
d"
.C.
pu
,a-
5,2


dl la source frolde (10o C epj
viron). Plus taid, les ing6-
nicurs franqals Claude e't
Boucherot proooseront une
utilisation Industrlelle do
cette technique, avoc un
project de central thermi-
qu ocdanique dront I expdri
m:ntation connaltra deux
6checs, le premier A Cuba
en 1929, le second en Afri
que, en 1956

Pourtant 1 idde continue
de faire murtr des projects.
en France et aux Etats Unis
notamment Ainsi, d ici 8b
1930, les 11es dc la Polyne-
sle franqaise pourraient
etre equipees de petites uni
tSs de 500 mW qul les ren
dralent nergetiquement au
tonomes

1912 1950 :
QUELQUES
APPLICATIONS DES
ENERGIES SOLAIRE
ET EOLIENNE

Dans la premiere moitle6
du XXeme sic-le, quel -
ques tentative d applica-
tion des 6nerg:.s solaire et
aolienne font done suite 8a
la rich period d inven -
tion qua 6t6 le XIXeme
siecle : en 1912 est pr6sen
tee une voiture solaire ame
ricains don't ie capteur, ins
talle sur le toit, alimente
une batteries de 72 volts (il
fallait de 8 a 10 heures de
rayonnement so'aire pour
fournir 1 energle necessaire
a un2 here de conduit 6
la vitesse de 40 km/h); en
1913, une pompe solaire de
20 CV est utilises en Egyp
te. pour tirtr de 1 oeau du
Nil, et une des premieres
installations -operation -
nelles du monde moderne
est mise en p 1ce dans ce
pays en 1915 (il s'agit d'un
system de chauffage so-
laire fonctionnant au mo
yen do miroirs ss'mi-cylin-
driques chauffant l1eau qui
circull dans des tuyaux si
tues au foyer doe concentra
tion des rayous : ce syste-
me est comparable o ce
lui quo developpe aujour-
d hui la society Bertin).
Si. des 1915. 1 energie
Solienne produisait d6ja8
100 megawatts d electricity
au Danemark, en France et
aulix Etats-UnIs, il faudra
attendre les lnnees 40
pour que 1 energie 0olien-
ne soit at nouve.u.., le vcnts>

En France, la periode de
1 Occupation poussa 8 1 in
geniosit et le lameux ga
zog6ne. apparu en 1928, put
connaitre une vogue qu im
luusait la raret6 de 1 essen-
c; : cet apparel transfoi-
minit, par oxydation Incom
p11ee, le carbon on le
bois en gaz combustible,
permit de faire fonction-
nor nombre d& vehicles c.
motleur, indivudiels ou Ccl
lectd ifs.

En 1941. un grand arerog6e
ndrateur (dispositif curecte
ment issue du moulin a
vent, la rotation des pales
e'ntrainant un alterniateur
d ine pdissance nominal"
de 1 250 kW e0t construct

dans 1 Etat ce Vermont,
aux Etats-Unis


Des apparells plus petits,
disposant d une hMlice tri-
pales de 4 h b metres de
diamotre seront' installs
en France. dans les annres
1945 1950, pour 1 6claira
ge public de villages iso
16s, comme ceux de la Bla
quiere, Longuliers et Hures
(Aveyron)

Ces abrogtncrateurs ne
fonctionneront que 5 ou 6
ans, n ayant Du resister aux
bourrasques qui balaient
les Causses.

Et 11 faudra encore at-
tendre une dizain.i dan-
noes pour que 1Electricit6
de France enoreprenn.' de
tester un aerogenerateur do
800 kW Nogent-Le-Roi La
fiabilit6 des appareils est
Wertes sup6rieure. mais, d u
e part, le coft dhirvei-
tissement est d1vc noour
une production d dnergie
'assez faible et. d autre
part, le p6trole est alja:,
tron bun march pour que
le producteur d liectriciie
persevere bien longtempi
Pourtant, aulourd bul. unU
apparel de 100 kW va ktre
installed en France pour
couvrir 11 c.;ar cs ptt des
besoins en 61ectricit6 de
1 ile d Ouessant, et un au-
tre project concerne ,Ma-
rie-Galantea 1 ina des An
tilles francai-es

LES ANNEES D APRES -
GUERRE : DU
NUCLEAIRE AU SOLAIRE

A la Liberaition du terri
toire frangais. un nouveau
positivisme semble nal -
tr., avec les cspoirs mis
dans 1 6nergie nucleaire
Dans une revue scientifi-
que lancee av-c success en
1940, aux titres et sous-ti-
tres significatifs : mts., tous les a.wpects scien
tifiquts d un nouvel age>e
(sous-cntendu d Or). lP
professeur Oltphant envisa
ge de reduire l.s probl6-
ms de la famine grace a
I energie nucltaire : (on
sait que 1 agriculture man
que de phosphates; peut-
ktre bient6t pourrons -
nous preparer aes phos -
phates fertilisants, a par-
tir de transmutations sur
1 aluminiums... (editorial
d avril 1946, N) 2). Cet op
timisme qui la't dire au
physician FredEric Joliot -
Curie, place depuis quel-
qur's mois par le General
de Gaulle a L:a tete dun
Commissariat a 1 Energie
Atomiqu? ICEA1 q il doit
rrer, que 1 6n'.'gie atomi-
qurf rapportora aux hom -
mes plus de bien que de
mailsl (,,Atomes, No 1).
pousso certain a croire en
une source d eerrgie stous
usagess... quo 1on utilise-
rait memc eomme desher-
bant miracle doe 1 avenir!
L enurgie sulaire est a
lors moins cotce, dans es
prit du public notam -
ment. Et pourtant, cette e
nergie encore sur laquelle los scientific
ques sovietiqu s cc aient de
ja prblie plus de 500 pa-
ges, avant 1941, inspire 8
ce mome Jolint-Curie, res
ponsable de ia premiere pi


VOTRE HOROSCOPE


le atomique eZu6, en tone
tionnement en 1948, une a
nalyse qui paut sembler
rdvdlatrice de la prise de
conscience des limited de
1 dnergle nucloilre : 4a pro
bl6me global, 11 faut une
solution global. Si un 4 1
quipement convenable per- c
mettait d utiliser, ne seralt 1
ce que 10 pour cent des ra
diatlons s6lalres touchant e
une superficie Ogale a cel
le de 1 Egypte, par exem-
ple, nous pqurrions obte -
nir autant d energie qu en
produisent tous les pays
du monde C1tait en 1950. v
1 annee au course de la -
quelle le prcrnler Haut
Commissaire -a 1 Energie
Atomique alluit quitter ce
CEA qui 6talt son oeuvre

Felix Trombo, qui de -
vait commencor a faire des
recherches aprls la guerre.
en 1946, en utilisant un
miroir de DCA (defense con
tre les avions) rnont6 sur
son support,. passera long-
temps pour un plaisantin
Si le four solaire de Meii-
don, mis au point sous 1 imr
pulsion de la SocietO des
hautes temperatures par
des chercheurs du Centre
National de la Recherche
Scisntifique, sulvant en ce
la les traces de Lavoisier,
devait permettrr de drpas
ser la to mperiture de 3000o
C. si les prototypes mis au
point a Montlouis 8 par-
tir de 1949 i.etient abou-
tir a la construction du
four solaire d Odeillo (pro
t o t y p e 7,p o 1 y v a-
lent de 1000 kW adapted
8 divers types dc recher -
che). operatiinnel en
1970, Felix Trombe, oui en
a ete le maitre d oeuvre. di
recteur, jusquen 1976, du
Laboratoire de 1 energie so
laire du CNRS (cree en
1952), est surto'lt celebre
i stranger nesl-c pas
aux Etats-Uniis que son
Trombe Wall 'Mur Trom
hbe), commercialisation
d -in brevet de mur solaire
depose en 1956, qui prmet
dp chauffer tries correcte-
monr une mason bien ex-
po ;6e au midi, a faith fortu
no ?

x x x

DA lhimede a -'Oelix Trom
be. les energies dites velless ont -in passe Nous
1 avons evoque en sugge -
ranit lour av1nir : minis le
plus brilliant devrat.
etre. sans contest, celui
de 1 onergie simporties, du
soleil, choisic par 1 UNES-
CO en 1973 3l, non seule
mntit du faith (ie soil carac-
tcre inepuisahbl", mais sur
tout pare quell,' tait
ch:ippr la oonsonimtion
energetique a la pollution
tlhernmique n0e de la libi-a
tion de la chalcur sonnie,> dans toit1,s les
forms d encrgie mindraie
stockee.s sur terror


Domlnique ALLnN MI -
CH-UD

13) Cf le programme fran
qai, de rechorche. In NosU
vels(s de Friic" No 24,
ler "'ars 1978 page- 2


DiMANCHE 5 AOUT 1979


21 MARS AU 19 AVRIL l'a
(BELIER ) cl
SI
MWler travail et plaisira di
e donnerait qqe de medio- di
cres resultats. Si vous vou-
.ez impressionner vos supe
rieurs. faltes un plus grand
effort sur le plan profes-
ionnel.
VI
20 AVR.IL .t ? 20 MAX u
(TAUREAU [) N
Si vous voyage; assure- s
vous du concours de ceux
que vous aimez et qui sont v
restes 8t la maison. Ils desi q
reront jouir de votre are-
sence quand vous rentrrez. 2

21 MAI All 20 tJUIN
(C-EMEAUT., y
11 y a une distance pntre,
les mots et les sentiments. -
Trouvez le moyen d'expri- t
mer vraiment ce que vous
ressentez.

21 JUIN AU 22 JUILLET
( CANCER )
Vous-meme ou un proche
etre pousse vers la depen-
se. Une conversation serieu
se eclaircira 1'atmosphere
au sujet de griefs miners.

23 JUILLET *AU 22 AOUT
( LION-
Assurez-vous que votrn
forme physique convienne 8


PharmaciL
assurant ie service
cette nuit

PORT-AU-PRINCE

SAMEDI 4 ABOUT 1979

SANTA MARIA
Rue du Centre
DE LURGENCE
Lalua
POUR TOUS
Avenue Fouchard

DIMANCHE 5 AOUT 1979
PORT-AU-PRINCE
SCIENCIA
Rue Dr Audain
ST GEORGES
Champ Mars
DE DELMAS
Delmas

LUNDI 6 ABOUT 1979
OPTIMA
Rue Traversire
ST AUGUSTIN
Ruelle Alerte
DILIGENCE
Carrefour

MARDI 7 ABOUT 1979
SEJOURNE
Rue du Centre
ALTAGRACIA
Avenue M Amlbroise
TURQUOISE
Rue St Honor6


PETIONVILLE

SAMEDI 4 ABOUT 1970

HAITIENNE
Pan American

DIMANCHE 5 ABOUT 1979
PETION VILLE
Rtle FLAMBERT
LUNDI 6 AOUI 1979
ST JEAN LE 'ANGELISTE
Delmas P6tion-Ville

MARDI 7 ABOUT 1979
REGINA
Place du Marchi


ctivitl que vous avez
holsie pour cette journee.
Ivous Utes fatigue; proce-
ez & un examen general
e sante.

23 AOUT WU 22 SEPT
( VIERGE )

Garder les choses pour
ous seoul ne facilitera pas
n veritable a m o u r.
e r e poussez pas les
solutions. Flaites partager
os doutes interieurs a ceux
ue vous aimez.

3 SEPTEMBRE AU 22 OCT
( BALANCES )
Une situation domestique
ous trouble et vous ites
pret a critiquer ceux qui
vous conseilleraient. AffroU
tez les faits.

23 OCTOURE AU 21 NOV
( SCORPION )
Faites confiance au juge
ment de vieux amis dans
uu problem de carrier.
Votre pensee peut etre er-
ronee. Laissez autrui vous
aider.

22 NOV AIT 21 DEC
( SAGITAIRE )
Une politique fiscal rai
sonnable est recommandre.
Vos devis 8 propos de frais
de voyage ne snnt pas jus-
tes. Prenez garde aux prior
tes.

22 DEC AU 19 ,ANVIER
( CAPRICORNE )
Un project financier peut
etre au-dessus de vos mo-
yens. Vous pouvez etre d'n-
ne aide efficace pour vos
allies. Contentez-vous d'etre
utile quand on a besoin de
vous .

20 JANVIEr. AU 1- FEVRIER
( VERSEAU )
C'est le temps de dcgager
les solutions; surtout sur
le plan des finances com-
munes. Autrement; un mur
de silence risque de s'ele-
wer entire vous et vos al-
lies. i

19 FEV AU 20 MARS
POISSUiNS I
Trop de mondanites nui-
raient a votre sante.Bornez
vous i des visits a de
vieux amis qui vous com-
prennent et vous aiment.

SI VOUS ETES SE
AUJOUnLD HUI

Vous avez le gout de l'a-
venture et ne vous conten-
teriez pas d'un travail rou-
tiiier. Vous aimez etre pre-
sent dans l'action et occu-
per une situation qui vous
permet une variety de con-
tacts personnel. La vente,
les relations publiques; le
voyage; la politique; la
promotion; le droit et la
medicine sont quelques uns
des secteurs ou vous connai
triez le bonheur. Votre plus
grand succes sera acquis
par la patience la discipli-
ne personnelle et la tesici
ne personnelle et la tenaci
t. Attire par les arts; vous
tes aussi pousse vcTs la
scene; la literature et les
affairs ayant d'etroits rap
ports avec les arts.


Les nouvelles lines flaides de la CELICA ont et prqrammies sur ordinqteur pour lui assurer un minimum de

Srsistance d Fair ainsi qu'pn maximum de stability a haute vitesse

PASSEZ NOUS VOIR A LA



HINOTO S. A. Rue Pav e Tel. 2-0658

--------- --------------- ----- --- --- ------


Dans le cadre de la reor
ganisation des ecoles de for
nation professionnelle (Pro
jet d'Education No. 2 Gou
vernement Haitien Grou-
pe de la Banque Mondiale)
l'Institut National de For-
mation professionnelle est
charge des divers recrute
ments et formations du per
sonnel de ces ecoles.
Les candidates admis a-
pres selection seront bour-
siers. A 1'issue de leur for
nation et apres evaluation,
les boursiers seroni nomm&s
professeprs dans les deux
(2) ecoles reorganisces. L'u
ne de ces dcoles sera situde
& Port-au-Prince, 1'autre au
Cap-Haitien.

La premiere forniation
concernera les professeurs
de dessin et les chefs de
travaux. Elle s'ltalera sur
deux (2) annies environ.
Conditions l'inscriptions
pour eqtte premiere forma-
tion :

etre professeur en exer
cice dans une ecole prgfes
slonnelle actuel le da s let
qpecialit6s telles que :
mecanlque ajustage
m6canique automobile
menniserie eb oterw
dessin technique
leetreil ...


etc...
ou, etre ancient elive
d'une ecole professionnelle
on technique et avoir obte-
nu le certificate on diplome
de fin d'etudes dans les me
mes specialites que ri-des-
sus;
niveau scolaire minimal
exige : admission en 2eme;
e're de nationality hai
tienne.

D'autres formations sont
prevues ulterieurement.
les personnel int6res-
sees i ce premier recrute-
ment sont invites a s'ins-
crire a partir de Lund" 16
juillet jusqu'au Lundi 15 Oc
tolre 1979 a 1'Institut iva
tional de Formation Profes
sionnelle (INFP). Chance-
relles Vaireaux, route du
Nord, Tel. : 2-5531.
Les candidates se pr6sen
teront A 1'inscription munis
de leur acte de naissance et
de toutes les ref6rences
don't ils disposent : attesta-
tirns ou diplomes, certifi-

cats de travail etc...
La Direction de I'INFP
Mme Simone MONTHS, DI
recteur' a.i. de I'INFP
La Direction du Projet d'E
education .

Ins. Nicolas SAINT-LAU-
RENT, Directeur.


CELICA AERODYNAMIQUE



S POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE ...


(Projet d'Education No 2 --

oansvernement Haitien -- Groupe

le la Banque Mondiale)


AVIS


SXMEI 4 DIANCE 5AOUT 1979






SAMEDI 4, DIMANCIE 5 ABOUT 1979


ISu"it: c IlI 1re page)
s't voi I NSI(n-lo' dce ce 2 tm eo
fr. vaIl. M. lo noufs a I e
poliliiil q( i lltil St' unll Conl-
i 11 '0r i lliipoi II ent ifel 'e-
l'||nge ufrlit'it, et ('est, tres

lil it dem andi' hII raison
p rill lht tlt, n 11ls;ppra 2,1
iIt I liope tql'w des oilVirts
11111r 1lii s i l haltiellnnlls
11 ill repoll (lilt' c'est
ulhl n l 1ini' question technli-
que1 I 1l ii lctunt, on avait
desire u1' ll participate off
llus 'ranide pa. it les pell-
pli's loirs des Anti.'les. All
i)l nlt dCe vue pratique. r"!'
tres dill 'tle, surtout. "1.
point dit' ve cronomiqile.

Mais. on a prorite pour
laire rermerquer h M. Lort-
qu cor Iest!val r 'adres,;e t.
uline pel'tt minor to. Ce qu'Tl
rc'miinsal vol(itiers, toutt
'll j), i'li.S:'it _lie cela sa-


dresser tonljou's des per
piersonnes qut s'y Inti'res-
selnt.
M.1. Long ine question
d('un cuefl'rlre .biur les f'filnl
tis I't's points communs) de
lart luitllon el de I'art ame
ricaln, lnou1 1 isuprenld que
les deux cultures ont beau
coup de prilhts communes el,
qiIte' la I enti..re Populaire
lui ltini, ;'Jit ir os llpprecli6
h\-bas.

M. Duvit. alo nom do I'Of
fiee National da Tourisme,
nous a (ii1, a iine question
d'un con tire, aue ce festl
val de la Pia.1,i ora aura la
vrtui de concn;ttrer les fcux
io 1l'et tlnlitt c5. des mass-
Ilod''. sti '.'
Nons av>(rT. profit do "n-
cinsiol p tur c. m:nnder 1 M.
Bl'in dieiletOpii do la Troll
no Folk.ifriou01e Nqf'ona'e de
nous donner ui' 106 rip mp
qe serot'a 'un programme


pulasque c'est s't troupe qut
nura I'honneur d'ouvrlr co
festival. II notus a r6pondul
savanmment q'e snous a-
vons une nouvclle concep-
tion du spectacle folklort-
que. Nous faisons notre cet
to conception des chor6gra-
phe.;, des tusitScolog'tIes n6-
gres it savor que l'her stage
dolt etre pr'serv6 et respect
tO. Evidemment, la llberte
d'expresslon reste entire
pour l'artiste, cependant il1
faut absolumit. no pas oon
fondre ce qui est d' nspira-
tion fo'klorique et ce qui est
fo'clorque. C est prec'se-
ment ce que je m'en vals
essayer de fire ressortir.
Plusieurs autres quest ons
ont etc soulevees aut course
de cette conference de preas
se, mis lessentiel, c'est que
d'est que cl'nresl e pro-
gramme remis La la press,
cc festival de! a Diaspora
qui sera sans deute un haut
I eu du donner et du rece-
vo'r, promet, d'opres hIs or
gan satours ap'es lt ler fes
t val au Bresit (Sa Pao'o,
d'etre quo que chose de son
sationnel. O ')end
W. .


Le Championnat
ie France de lere
Division
PARIs (ArPI
Vo0ci ies roesiltats cnreg s
tries au course de la 2eme
journey du Chanmpionnat de
France de Fov-ball de lere
Division :
Angers bat Bordeaux 3-0
Monaco bat Laval 2-1
Sochaux bat Brest 2-1
Paris S. G. bat Marseille 2-1
Nantes bat L'ns 3-1
Nancy b.t Lyon 1-0
Saint Et enne et Lille 0-0
S',rasbourg ba, Metz 3-2
N mes bat Bastia 2-0
Va'ercicnnes bat Nice 1-0
1 Nantes 4 points
2 -.- trasboilrg 4 pts
3 N'mes 4 points
4 Mona-, 4 points
5 Valenc ennes 4 pts
6 Lille 3 points
7 Par s S. G 3 points
8 St Etienne 3 pts
9 Marseille et Angers
2 points 4-2
11 Metz 2 pts 4-4
12 SocOaux 2 pts 3-3
13 Nancy 2 nt< 1-2
14 Lyon 1 pt 1-2
15 Nice 0 pt 1-3
16 Lens 0 pt 2-5
17 Lsval 0 pt 1-4
18 Bastin 0 pt 0-3
19 Bresc 0 pt 1-5
21 Bordt aux P pt 1-6


- SPECIAL ETE 79 -

LE BISTROT

MERCREDI S AOU7

ENCORE DU SENSATIONNEL


Jazz Pop Musique


Modcrne Bresilienne,


Haitienne. Etc

avec ce


Nouveau Spectacle


FRANTZ COURTOIS

ET LES MEILLEURS

MUSICIANS HAITIENS

une super soiree inoubliable

Reserve vos tables


LE BISTROT

Tel. 2-1809


'I


Autour de la conference de pressse


PAGANS NOS



DANS NOS CINEMAS


MEXIQUE TATS UNITS ;
Prochaine
rencontre 4des
Presidents
MEXICO (AFP)
L'enLtrvue entro les PrOcs
cents Jimmy Carter des E-
tats Unis et Jose Lopez Por
tllu, du Mexiqlue, aura lieu
en SopLembre prochain corn
me p"'lvu, a d4clard vendre
di M. Jorge Castaneda, Mi-
n sire des Affaires Etrange
res Mex'caln.
Le Ministre a ajoutb que
les Conversations entire les
deux pays sur 1'achat par
les Etats Unis ide gaz mex!.-
cain se poursulva ent et
qu'e'les xn'ava':!nt ote inter
rompues a haucnn moments.
M. Castaneda a ainsi de-
menti les informations dc
la Pressc sur une rupture,
des negociatlonls.


Presaue cent proQets d! tecIhnologies


CINE LiDO
Samedl 12 h 2 h 4 hres
Entr6e Ode 1-50
6 h 8 h 10 hrl's
Entr6e Gdes 3-00
COUP DE SANG

Dimanche 10 h 12 h 2 h 4
EntVra G 1-50
LES DOIGTS D ACIER
QUI TUENT
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 3-00
LE DRAGON DU
KUNG FIU
Lundi 12 h 2 is 4 holes
Entree G 1-30
LE DRAGON DU
KUNG FU
6 h 8 h 10 hrss
Entree Odes 2-00


appropriees idalflsesoar la GTZ daps C!140 O,?YMPIA


(Suite de la 2eme Page)
du Tiers-Monde ont hesoiii
par example des machines
et des instruments agrico-
les petu coutcux. faciles a
conseruire; et ce.i avec des
des matW-iaux locaux, faci
les A entretenir mais robus
tcs; demandanit pe d(
irais d'operation et L usa-
ge multiple. Dans le ca-
dre de son aide technique
dans le domaine agricole
en faveur des pays du
Tiers-VMonde; les experts
de la GTZ ont pu realiser
jusqu'a present trois proto-
types d'un instrument agri
cole possedant toutes ces
qualities. C'est un instru-
ment universe ouit peut 4-
tre utilise pour preparer
le sol: pour semer; pour
cultiver ou comme moyen
de transport et mpme elm
me getirateur pour prodli-
re 1'6lectrici't. Etant don-
ne que sa construction est
facile et que son prix est
pen 6lev6; les experts dc
la GTZ prevoient our cet
instrument un role iterecs
gant dans la mecanisation
intermediaire des petites et
moyennes estreprises agric')
les en Asie; en Afrinue et
en Ameriqte Latine dans
un avenir proche.
La liste des realisations
de la GTZ dans le domirne
de technologies aporapri6ees
cherchapt a utiliser au
nieux les resources siur
place dans les pays en
voie de dievloppement peuti
6tre allonee ai volont.'
parcel qu'elles s'etendent:
enmme drlih mcntioin5
plus haul; h presque cent


projects differents. Outre
les projects decrits; on pout
e'ter encore a tire d'exenm
ples les projects de construe
tlion de lozements a prix
faibles (en Ethiopie; en
Zordan'e et au Salvador);
de recuperalion des iechets
agricoles aux Craibes; an
Perou;een Thailande etc...);
exploitation de nouvelles
sources alimentaires d'une
meilleure utilisation plus
rationnelle du btois de
chauffe

Mmo-ires -
Kissingier -
Le premier tome
sera present
au public 'e 23
Octobre

MUNICH LAFI I
Le premier .oit des me-
moires de 'arilcen Secretat
re d'Etat amcitica n, M. Hen
ry K'ssinger, soca presonte
ptiir la premii1 p fois au pu
blc le 23 Octobre proctiam
a:.ns le cadro de li foire in
teonat onale du livre de
Francfort. a rinonce ven-
dredi a Mun' h 'a Maison
d'Edition Ouest Alleman-
tie Bert(lsmann.
la prcmbore spra de 100000
exemplaires don't 40.000 sont
deja reserves.
Le prrm er tome qui evo
que la p'r ode allant de
1968 a. 1973 e.t epais de
1.700 pafer- Le second tome,
qui va de 1974 a 1978, sera
mis en vento anl debut de
lann1(e 1981, poocise la Mai
son d'Ecilon Ouest Alle-
mancle.


Samedl 12 h 2 i1 4 hres
6 h 30 et 8 hros 30
EntrGe G 1-50
LE KARATEKA
AUK BRAS r ACIER

D:fanche 12 n 2 h 4 bros
Entree G 1-50
6 h 30 et 8 30
Entree Ode 1-.0
LE HEROS TATOUE
Lundi 12 h 2 n 4 hres
6 h 30 et 8 hres 30
FUREUR SU3. LE
BOSPHORE
Entree Odes 2-00
Mardi 12 h 2 h 4 hres
Entr& Ts 1-:i0
6 h 30 et 8 h 30
Entree Odes 2-0O
LE HEllOS CATOUE



IMPERIAL

Samedi 4 Dimanche 5
et Lundi 6 Aoitt 1979
12 h 2 h 4 h Gdes 5.00
6 h 8 h 10 h Gd's 8.00
LE SOURIRE AUX
LARMES

IMPERIAL II

Samedi 4 Dimanche 5
et Lundi 6 lout 1979
12 h 2 h 4 hras
Entree Gdes 5-00
6 h 8 hres 10 hres
Entree Odes t-00
Entrde Odes 3- GO
ASSAULT SUR LA VILLE

IMPERIAL III
Samedi 4 .-- Dimanche 5
et Lundi 6 'osit 1979

12 h 2 h 4 hres
6 h 8 hres 10 hres
Entree Gdes 5-00
Ent-ee Odes 8-00
LA GRANDE MENACE


CAPITOL
CAPITOL I
Samedl 4 Dimanche 5
Set Lundi 6 Aofit 1971)
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
LA TRAPPE A NANAS
Interdit aux mcins de 18
ans
CAPITOL II


CINE TRIOMPHE

SALLE I
L AGRESSION
Entr6e : $ 1.60 et 2.00
SiLLE 2

LA GRANDE CUISINE
sntrie': $ 1.50 e X.001
SALLE III.

LE CAGE AUX YOLLES
Elitrte: $ 200
SAoLt, IV
VOYAGE AU BOUT DE
LENFER (THE BEEIR
HUNTER)
Entree : $ I.f
xxx X


Samedi 4 Tjimanche 5
et Lundi 6 Aoun- 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h 4 hleures
6 h 8 h 10 hres
LHQMME QUI VENAIT
D AILLEURS
CAPITOL III
Samedi 4 Dimanelhu 5
et Lundi 6 Asfut 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 hres 15, 2 lues 15 4 h 15
6 h 15, 8 h 15 10 hres 15
HE PLEURE PAB

CAPITOL IV
Samedi 4 -- Dimanche 5
et Lundi 6 Aoit 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
11 1, 45, 1 h 45 3i h 45.
5 h 45 7 )h 45 9 hres 45
LA MAIN DF LA MORT

X XXX

AUDITORIUM
Samedi 7 hres
LA PLUS GRANDS
REVANCHE DE
BRUCE LEE
Entree Gds 2-00
Samrnedi 7 heares
LES ANGES GAPDIKNS
Entrue Gdes 200
D'manche 7 hre'e:
LES ANGES ,AIrTENS
Entree Gdes C

Lundi 7 hpe, 's
LES BIDASSES AU
PENSIQNNAT
Entroe Gdes 2- 00
Mardi 7 heures
TYPHON SUtR HAMBOURG
Entre2 Gdes --00

F '- x xI

PARAMOUNT

Samedi 12 her's 2 bres 4 h
Entree Ode 1-50
6 h 8 lires, )9 hres
Entrep Odes 160
LEVADE
Dimanche 12 h 2 h 4 'hres
Entree Gd? 1-50
Lundi 6 h 8 h 10 hres
L INEVITABLE
CATA-'I ROPIEE


C NE IMPERIAL





CETTE SEMAINE


SALLE


LE SOURIRE



AUX LARMES


Avec Peter Falk etJill Clayburgh

11 a 37 ans. II1 est condapAne. Up capper

nmelanique ca ne pardoi ne pas.

Elle en a 36 et la leucemie ne t i laisse aucun

espoir de vie..

Us se rencontreront et essak 'ont, avec

toute la force et le cour le de

deux Wtres condmpnnes a :rt,

dle tout faire pour s'accroct :' a ces

periodes breves eteclatapt. de

plaisirs que la vie leur lais .ra.


SALLE


SALLE 3


ASSAULT SUR LA VILLE


Avec Henry Silva


Naples, Cqpitale de la pegre mqondiala...


Deux hommes s'y affrontent, sans


regit, sans pitie. Un combat sans


merci 04 tous les coups sont permis


LA GRANDE MENACE



Avec Richard Burton, Lino Ventura at


Lee Remick




Cc gqi'nd success du cinemap fantastique tient



encore l'affiche apres plus de trnte ours de


projection. Allez voir la grande Menace,


IM. PERIAL DE BONS FILMS, UN BON CINEMA


SxH 919


MAGIC CINi --
Samedl 6 h t 3S hres '
RAfD SUR E38'G1"IF?
Entite Odes CO -- 4-00
Dimanche 5 n 7 h 9 hres
L INVASION DVES
PRO. ANATEURS
Entree Odes 5-00 6-00

Lundi 6 h et 8 hres
LE COMTE DE 'MONTE
CRISTO 26me poque
Entree Odes 3-00 4-00

Mardi 6 h et 8 hres
ADIEU MON AMOUR
x .t x?

REX THE.^Tim
Samedi 12 2 4 6 8 10 hreu
L INCOMPRIS
Avant 5 hres
Entree Odes 2-00
A Purtir (is 5 hres
Entreei Uds 3-0Q et 5-00
D:nlanche 12 2 4 6 8 10 h
Entree Odes 2-30 3-00 5-00
LE GENDARME ET LES
EXTRA TERRESTRES
Avant 5 hres Odes 2-00
A Partir de 5 hres
ntree Odes 3-00 et 5-00
Lundi 6 et Mardl 7 Aout 79
12 2 4 6 8 10 hbres
LE GENDARME ET LES
EXTRA TERRESTRES
Avant 5 hres Cdes 2-00
A Paltir de 5 hres
Entre GOdes 3 "0 et 5 00

x x < x

ETOILE C .E
Samedi 6 lirs s0 et 8 h 30
LES TROIS
MOUSQUETAIRES
(i20mt poque)
Entree Gde 1-sO et 2-50

Dimanche 7 ihres
Seanc' Uniaie
SPARTACIUS
Entree Gdus I'

Lundi 6 hres 3i et 8 ni 30
LA FIEVRE 1lb
SAMEDI SO[R
Entree Ode 1-50 et 2-50

Mardi 6 hres 30 et 8 hres 30
SISSI IMPERATRICE
EntreO Gdes 1-50 et 3-50

X x x

RANCHO CINE
SAMEDf 4 ABOUT 1979
TUMUE HUMAC
Dimanche 5 Aout
LES CAVALIERS
Mardi 6 about
TUMUC HUMAC
Mardi 7 aout
LES CAVALIERS


TT~lrr/~;C~Nr~NJIJ'rsr~C~/~dPZ~JCJUrP~C


rrv~-~zzmlr"--x '--'~wz---------------Y----l"l" c(//-~cr~rrrr~./_lI/)/l~-~rrP~JC~/P1~ CI/T~/~/-rC//JCIC~/-I~I~'~ClIIb~PZII. '%~S~///C~///P~//~"/~-PZI~-~IIEI;~CIJ~~ ~i


rma~sr- --- ----L---~---- ---Ii~I-~--WY






PAGE 6


Vers unle democratisatition lente, mais sure et rationnelle


(suiiei de IIn lir page)

I I > l lbj ,illo I oll -
S l l ,I t rill lion ill 1 i' olls,
: l i 'II t; h :,' [;ll i t i eI

l lit i r mi i I tiice
it IIh't tit' "itIi t unti

, i t h, 11 I per. l llloia e





I l; ir'.tI ti t I i id' r ld 'le,
It dit t dent i d'-

S I \t 1 ,; i' l i I it itoel t
I ,t'le tll t'is, t d 'thI l a i'1
Still i t' dt i tider -


11 ; enrs l: l ibert I,
o)ll 1,t (I el 1, l 'w l b Ilol ln plus
11 C1 11 (" ,t111 ccom pa -
I cc I ,Ix~lliIe iornm e d e
I d'au-

1 h h "se sollde
Al. A it l t, Fit E d' uttres

1 w,. 1 dr I ts rldr,
r i -I ti (.ll 'oupe, Q li
I! -". ', trco f(, i t, V il de 1 i,
tl!\'(! 1I 1 !.t ll qu'indiv'idu


-Avee ses besoins, ses anmbl-
tions, ses idees preconques,
ses laiblesses, ses defauts
et .. doll 11voir a lia base
li conscience de bleit fire,
(Id blent iglr quil represented
1 arnle liidispentsablu ia ls
victoil'e lrtallle.
Par allleurs, pour que s'a
clittnlltie ver's till resilllat
posill[ illne dtneocratie s'ac
cilllli ilag iil t d'ldtr's de chan
gelnienlt dails la vie des in
dividuis itqe niouts sunines
el lde la soele e dontl nous
.solilliies lIes colil posanltes,
f;iiil-il blei qu'elle ovolue
dans la sagesse .et la logil
periatibtiton de l'ordre chro
Intlotlq(ith' des hoses. de la
licrat chic des valeurs out
des cadres. Ssans aluctne me
t''plierpretat ion malfaisanie,
ietilnu sans auicune recher-
che de 1'eclal factice de
I t ion oil d'une decision
exeeptionnelle, oil line de-
claration ia sensation.
Dans un autre ordre d'l-
d'e,. si. osvchologiquement,
1'insatisfaction devant le
fail present : miscre, pain-
vret. ch6nmage d'une part,


et l'inquiftude, d'autre part,
en face des alas ou m6-
c omptes que reserve l'ave-
nir, dans un pays i/ mine
le notre, Halti, ofi ces deux
reactions constituent les
principaux contrecoups do
notre sous -. developpement,
poIivunt susciter desolation,
revolte intdrieure, Indiff6
rence, 11 vI sans dire quce,
logiquement, 1'lndlvldu at-
teint, c'est-h-dire, 1'hommo
Inqulet et in.satisfalt est ca
able de lout, meme des
ltlus vlls compromise. Ainsi
peut-on facilement s'en ser
vir pour provoquer n'impor
te quel scandal, n'importe
quelled crise sous le couvert
de la democratic. C'est d'all
leurs le cas de lous ceux
qui se font terrorists, sabo
teurs, denonciateurs, lutti-
quanti, mais qui sont tous
morts assez souvent sans
mcme avoir ricolte leurs
fruits de mer d6montfe.
Au vrai, ce n'est pas le
process de la d6mocratie
que nous faisons, mais il y
a de ces former democratic
ques de concevoir les choses,
les faits, le group social,


la tendance, 11 y a de cos
manieres d'envisager une
democratic q u i nest
a u t r e qu'une c n t r c-
p r i s e d'intoxication et
de perturbation, une for-
midable pression psycholo-
gique priorllalrement mise
en branle pour saccager une
structure quil, sl elle 1,altl
dfjha branlante, se dftfrlo-
rerait au fur et a measure
jusqu't sa chute. Nous a-
vons d.dji fail, 1'expfrience
de la democratic ici en Hai
ti en 1957 avec (,Le Coll-
glalv qul s'6tait reveld inef
ticient compete tenu du tort
qu'il avait fait au pays a
l'epoque. N'etait-ce la main
de fer du General Kebreau
pour freiner le dfsordre
qu'a provoquf cette demago
gie politique, Haiti serait d6
ja longtemps en cendres.
Ainsi, est-il raisonnale
de s'appuyer prioritaire-
ment sur une democratic so
ciale a outrance, dans un
pays of le fort pourcentage de
gens sont chomeurs ofl l'in
flation reste non seulement
monacante mais provocan-
te ? Cette forme de demo-


cratisatlion, qul s'avfre-t-
elle prejudlciable ? Est-ce
aux gros bonnets de 1'dco-
nomic ? Non. Aux grands
fonctionnaires de 1'Etat ?
Non. A tous ceux qui ont
dejia lalt leur chemin vers
nil mieux-etre? Encore non.
Mills seulement au people,
A la masse, h ceux qul souf
frent de Lous les maux et
meme de la malice de ceux
qui voudraient soulever les
uns centre les autres pour
atteindrp leur but qul n'est
autre que la satisfaction ah
longue durfe de leurs mes
quins intfrets personnel a-
lors que ceux qu'ils mani-
pulent ne pourront gue se
satisfaire just le temps de
tromper leur soif ou leur
faim. D'ailleurs, quand il
y a inflation qu'est-ce qui
en souffre 9 Ce ne sont plus
les riches qui restent et res
teront toujours riches et
pilissants. D'autant que c'est
un plaisir pour certain d'en
tre eux de constater aue
vous ne pouvez pas agir
comme eux. C'est le people
qui paic le pot cass6.

Une democratic, pour
qu'elle reste stable, dyna-
mique, productive, ordonnfe
ne se fait pas avec n'impor
te quol, n'importe qul et
n'importe commer i. On ne
peut pas non p ls passer
par le biais d'une soi-disant
recherche de verite, de 11-
berti, de dfmocratisation
pour cr6er avec n'lmporte
qui, n'lmporte quol, n'im-
porte comment, un system
de perturbation ou de scan
dale. La vrale d6mocratle,
une d6mocratie fonclonet
le se renconire cans les
Consells Communautalres,
se voit chez les paysans qui
font des routes sans 1tre in
genleurs, qui levent des bar
rages pour la distribution
des caux devant arroser
leurs jardins, sans etre agro
nomes, quli ensent au deve
loppement sans Otre 6cono-


SAMEDI 4, DIMANCHE 5 ABOUT 1979


Petites


mistes, qul font le calcul large cette grande porte de
des pertes et profits sans la ddmocratisation et de
etre comptables etc... la libdralisation, certes.


Le processes de flemo-
cratisation et de llb6ralisa
tlon que prone avec convict
tlon et fol le Jean-Claudis
me ici chez nous, s'il est
une necessity; fondamenta-
le dans une nouvelle Hai-
ti, ne dolt pas pour autant
servir de Cheval de Troie
a quiconque aurait voulu en
traver la march de la so
cilt6 haitienne, quoique as-
pirant effectivement a cette
democratisation, vers sa li-
beration economique qui
procure cette autre satisfac
tion de vivre l'aise chez
soi, d'avoir comme les au-
tres, un chez soi, une petite
voiture, de fonder un foyer,
d'avoir des enfants a envo
yer l1'ecole, d'avoir un pos
te le t6l1vision chez sol, de
manger a sa faim, de pou-
voir assister, comme tous
les autres, a une stance de
cinema au moins chaque
semaine, de faire d.e soi un
citoyen ou une citoyenne a
part entire, non pas corn
ble mais pourvu et satisfait.


Comment donuc compren-
dre la democratisation,
quand .on a faim, quand on
est surcharge de problfmes
difficiles a resoudre, quand
le Dpre ou la mere de fa-
mille ne voit pas cinq cen
times pour s'acheter un pain
devant tromper la faim ou
la fatigue de cet enfant qui
va revenir de 1'ecole Nous
voulons dire par la, que
toute categories social qui
pousse un peunle f la re-
volte, f la reaction, t la
formation des clans politi-
ques avant de penser avec
lui : <,developpement Ocono
mique>> ne fait que detruire
ce people

Le President Jean-Claude
Duvalier nous ouvre bien


C'est d6ja l une preuve
flagrante de sa volontf fa-
rouche d'imprimer un visa
ge nouveau ft notre chlre
Haiti. Mals, il revient at
tous les haltiens de le com
prendre, de saisir le sens
de ses d6marches, d'en' pro
fiter plelnement en diri-
geant de preference leur at
tention et converger davan
tage leurs efforts vers un
avenir economiquement meil
leur et socialement mieux
fquilibrf malgre la hausse
des prix qui peut etre jugu
16e. Elle peut 1'etre dans
la measure oft les chefs d'en
treprise acceptent d'inves-
tir en function de la batail
le fconomique, t gagner,
dans la measure ofi les com
mergants et artisans accep-
tent des marges raisonna-
bles en vue de soulager les
revenues des categories les
plus dffavorisfes, dans la
measure of 1'on ne se refu-
gie pas dans 1'abstention,
1'absenteisme. ou la neutra
lit6, ou 1'opposition.


Le snutien inconditlon-
nel, sans failles, sans arrie
re-pensee de tout le mon-
de, de tous les cadres ins-
tittitionncls, de routes les
Spheres d'action. l'ordre. la
s6curit6, l'autorite. la paix
et surtout la crainte du
Grand Architecte de 1'Uni-
vers constituent. d'apres
nous, les meilleures falcons
de garner la grande bntail
le economique parallel-
ment ace peocessuls de d6-
mocratisation at de libera-
lisation vers lequel veut
tendre tout Haitien, vrai-
ment patriote nationalis-
te, et auauel nous convi'
ardemment le Chef de 1'E
tat.


Annionces

Fermee pour
conRe annual
La Maison Ralph Perry
sise ft la Rue du Centre No.
123 avise son almable clien-
tble qu'elle fermera pour
cong6 annual du 13 au 27
ofit 1979.
118

OFFRE D'EMPLOI
ARGUS INDUSTRIES
S A A BESOIN DE :
1- Secretaires Lil)ngues
2- Superviseurs bilinsues
avant de 1 experience dans
1 assemblage de pieces 61ec
tronioues
Se presenter muni de
son Curriculum Vitae au
No 15 de 1 Avenue Jose-
Marti.
Telephone : 2-4718 42
x x A x

AVIS
II pst port ,a ia connais-
sance de ceux ouI desirent
avoir des Informations sur
1 ORDRE ROSICRUCIEN
AMORC, son bur, ses activi
tfs, qu un volontaire a
1 information si: tient a
leur disposition tcus les
jours du Lundi au Vendre-
di, de 5 hres 30 a 6 hres 30
P M fi la Lote Martinez de
Pasqually a Delmas 48
Sx x x x
2 SPACES
A LOUER

Pourl' Comnmer'e, Indlustrie
et Bureaux, sise Rue Tire-
masse.
Telephone 2-1246.
48
x x x x
HATTEX


APPAREL
Charles Max BAZILE SEEKS AI
EXPEDITE.


COMMENT CIEAP R LA IRlill
-- ... a ,1o < ._u .,ce.


t0outotkJ'
SELECThuk.
DC:
ChAUeAO~


SCHEMA I


ENNE
ltutzf EN V


Li

SCHEMA 2,1 '


v


ANI-TENNE'
IN~T'LIEtiRE EIIV


It -


1.Placez le bouton selecteur VHF
de votre televiseur sur le
CANAL 8 dans la region de
Port-au-Prince et de ses envi-
rons immediats ou sur le
CANAL 10 en dehors de Port-
au-Prince (schema 1) v. -. .
















2.Seule I'antenne interieure (A)
ou exterieure (B) de votre tele-
viseur doit etre branches aux
deux points de connections
i VHF prevus a I'arriere de votre
appareil pour eviter toutes in-,
terferences (schema 2) -





















13. Dans la region de Port-au-
Prince et de ses environs im-
mediats une antenne inte-
rieure oq celle incorporee
dans votre televiseur peut etre
utilisee efficacement, vous
aurez alors soin de I'orienter
au point de meilleure recep-
tion (schema 3) -


SCHEMA 3


/UNE PRODUCTION DE LA TNH b6


/


4. En dehors de Port-au-Prince, il
est recommande d'utiliser une
antenne exterieure. Au besoin
consulter un technician. (sche-
ma 4)


SCHEMA 4


cORTIti
TL.LC'f: v ccu R


SCHEMA 5


r t .

V






5 Au cas OU VOusO yOu
S\lez utiliser Sir, ultd
nement d du e,- '
sources de recep
,tion que celle par
ondes HERTZIEN
NES, un commuta-
S teur (SWITCH
COAX) peut .etre

utilisee. Au besoin
consulter un tech-
Snicien (schema 5)



'6. Port-au-Prince et ses environs
k sont desservis par I'emetteur,
de Boutilliers, tandis que les
autres localities le sont par
I'6metteur situe a I'lle de la Go-
anave (schema 6)


SCHEMA 6


The Job consists ot :
- Coordination of Schedu-
inr and Shipping
Trim and Plabict Cun'rtol
Pro)duc'ltoO Report.-
Good cooking conditi;o'n.s
Salary commensurate wiLh
experience
Typing stills necessary
Person must b:: fluent in
English apd Fre'nch
Telephone 6-0037 38.


88
x x .< x
Les ietentieu"s du billet
pour la rafle Ide I1;t voiture
qui deva't i iv,r lieu le Di
manie 5 i;it I'179, unt a
vi'ses (oie 'cel -l ci est ren
vlyee sie lie 'i cause du
grand noinlire ae billets
innilp) I's
e 1 .Aout 1979
I : PIR )' IRil I Y I;I


AVIS
,l D)ll l l (it 1 'd :
'Iit '''ll i'( iw i(tl N Oi i i it \l

t's N ] t(lll.l l ll i lX E(u a
it N')s Illt it 1('1 il
i;t ir (111 17 )l e libl' h pro


i 1I po l" 1 ",1 (a dihldals de
"l 1- ,tl t.i~'r ..'ii" til (( eD ,i -
iii S"l l'I';ole Norm ale
ICIl (1 t Ir ltl] (I' l! I CS 1101-
! ,itlx d',fl' re lt'- ncoh's lor-
! ,n/I D s.
r A 'lYnscrip',on qui s'effec
tiuera. a Port-ait-Prince. a
S 'Institut Peda,-'ogiqute Na-
t1onal. e'tn p Iov since atx
stlu es de Stl'1 i et('oil ii .)-
laire cionieteltt i. du lundi
20 aouti au vendredi 7 scp
iembre 1979. de 9 heures a
11 heures a.m., seront pr"-
seFnttes les pieces suivantes:
1) Une altestation de Bre
vet Elementaire ou d'admis
sion en cliasse de Seconde
2) Un extrait dc late de
naissanCe
3) Un C'ertifiral de Sante
4) Un Certificat doe bon-
ties vie et unoeulrs
5) Une Photo d'idtntite.
NOTA BENE En vue des
ehanl emeii'us oui divenl s'o
parer dans I'Enseianement
Nor'ni;l. il t1'y aura pas
d'intscriptions poor Iets Eeo-
les Noraiiles dic Martissant,
d'Elie Dubois.' d'Instituteurs.
Porlf-a'-Prince, le ler.
Aouflt 1979.
Service de I'Enseigne-
ment Normal.

L'Ile de Porto Rice
pourrait cholsir
son Tind6nndance
WASAINGTON A la sui
te de, intervention des Na
tions Unies anu sujet d 1'i-
le de Porto Rico. sur la de
made de Cuba. le Presi-
dent Carter a fait la d6cla
ration suivante a des meii
bres de la Presse.
Le peunle Porto-Ricail
est libre de choisir son fu
tur statut Le Gouverneur
Elu de Porto Rico peut or-
ganiser A n'importe quel
moment un referendum ftfin
S de dcider de son Indepen-
dance.


Miche le Scotch Club




SAMEDI 4 ABOUT S



SATURDAY NIGHT EXPRESS I

AVEC


ID. P. EXPRESS
' ./ p.j-/-j-. ss-.os c-c. io .oooo .oo .ecoJs-oa?-a s<. '-- -


Lit


i


n ---


-- --I- -- ---' ~ ~ ~


-


p~


'B






rA '1g


SAMEDI 4, DIMANC1IE 5 AOUT 1979


AvU CIN TJRV N


(1 1


SALLE 1





"5 POUR L'ENF U


hour sd~v ne i; 7,Yi"t


speciajjste A I'arm2 blanche.- lk,4-S~
Ies explosiFs; et le .5?IC"n AM












SALLE"'.3



LEI MO_,,UIGVEA



Enferprk.'pa..-' .iejw '_-:,irfdr--Jean 4 ':i .
Jean Pieriv, Ca~sel
D~e p2rd~nt A a H3 ~~i; ~
a c c 0 evAIna I,- ,:: 0 1 f.,o ,,2 S-
gloire et dhonamr b urea prix jgpei- lpr v' C<: -

toute honnMtet. Cependant, la puissance pas
necessairement le'bonheur, I'essentiel c'est
d'aimer, cbacun sait cela sans d6 monstration.-


S esse par L Cnd que par
: : a 7f1 it: JOE C'EST AUSSI


elst, unie critique, un
*2; S ?Its de pin!ratlonsOet '
S". ....," ig ent.".







































- Nte : :. e Na marine amiricaine sombre dans
I. A ds au-dessus d la surface avec de
Fair iour 5 shares, 41 mimes attendent ...SAUVEZ LE NEPTUNE,
hr n r, David Gerradine, Stracy Kcae
L2. grand suspense. de ."ann6e. ",


K,


Y~;mcur---u~ru~~--+rrr~-~Ac~Fn~auL ~Au~ar~YrrrzzuWPlr~u~krrz~r~'~_?~JI~?~FH %5r~51=rZ~//llEC~/Cb~r/CUBIQ~/~Y~53C~aP~










mm -w r~mnrrmm~h\unm~~urma~aa~~mul~b~u ---a~L~u~ra~-------- -- ----ru~v


II


SALLE I $ 1.50 et 2.00

L'AGRESSION


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence' 4 heures S0 et 8 heures I9


CE SOIR


SALLE II $ 1.50 et 2.00

LA GRANDE CUISINE.


SALLE III $ 2.00

LA CAGE AUX FOLLES


SALE IV $ 1.50

VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER


DA INN L.A MEDECINE


Importantes decouvertes pour les diabetiques


ORDRE DU JOUR

par Louis C. THOMAS
DOCTEUR ES-SCIENCES ADMINISTRATIVE


Prescriptions


Extra Medicales


Des rchterclies faltes aul
Canada 'uOnl conduiL a oleC
I tsulals q41 aellineorerount
ut beaulICiiup la vie ues uiabe
i.lulles.
Insutlne synlhetique fa-
briquec a Ottawa. Un des ge
noticitens ls plus eminent
du Canada, le Dr. Satan
Naraing, a nmis au point iune
techniques revolutionnalre
pour reproduire des genes
d insulin humane en e-
prouvette, apres quoi il les
lianlsfornIcra en bacidries
el Ils piogranmmera pour
transformer lea batteries
en minuscules usines d'in-
Sulinne.

Les giile's synth6tiquies fa
brituies par te Dr. Narang
seront gaides dans le i labo
ra: oire a securltc: axima-
le du Conisell national de
rechrche.s Ces genes pour
ralent assurer aux diabeti-
ques Line reserve Sliffisantti
d insulin, d inc 1 a185
Environ 500 0,j diabeti-
que.s canadlins dependent
de l'lnsul:nie animal pour
survive Cell insultine pro
veint du pancreas de pore.
d' mouton et de boeul. Ces
ntinsaun x soIt la tsetle sour
ce d'insuline et les foitrnis
stilrs ont peine a reDondre
Sla demnande.
Scion le Dr Narani, 1'in
sutline animal n'est pas
idrale pour les ihumains
paree ique la structure chl-
mique d la D oeite in est Ie
cerement difference de cel-
1" que produit le pancreas
human. Les aenes synthetl
qutes par centre, oni la me
nie structure que les genes
humans. et commatndoront
auix bar'rie.s do rodulire
dc.s moliculis d'insuline hu
mainei dit-il.

Originaire d1 1 Inde et
ige de 45 ans, le Dr. Na-
rang t denii labust 11e lts,
IrnIls gines noeCssaires pour
obtleir I'nsulinrc Celoe par
tie du travail a etc faite a.
I 'Unlverst( Cornell, a. Ilha
'a. N Y m. ais l; I rtni slort
nl0 1litit ll (i( til S i 'll e c lll
ifs d. balerides doil com-
n'i' r Wii r ;il ol -.l de 1 'et
danls l1 laborat-oire de c1o
narge du(III Consil national
d re r1ch(,I el lN.

C(; llaboralolr d tro.is\pllc
COs bl['lri ra egaltmbU ll p)lu-

Lrilt ilu I11tU1 Ilx sienil.i
1lq l (c.s i ll.- 22
(l(v- ru( nl (,[ as 0bll 'lt,
(1df 111 11 cule, t l;e, C u11 1


IMI'I,i.NTATIONJN
D C' AI'SULLjS

Da lln, |) 'l, I 1.s 1ablma-
loirr', Connaullgahlt d U, l-awa~
d I I' ill il' 1 's 1 1 d(d,(im

d'iniuliih .

Avc 1 alu; i.u Co'iseil na
tilonal de itcihe h,. idui ti
lnidat, c as latbolit ll("i ll
implantc dans 1 organisine
deficient non pas un pan-
c eas e ,, )ilet mas simple
mentL 11 tls C'sDtnsaa
bles de la formation de lin
suline, les 110ot de Langer
hans.

Pour (tiue de Ilells oar-
collcs d'oranle puissent sur
vivre t resstLer au rce]t.
lI Dr. Anthonv Sun a u
S idoe de les placer dans
lunc capsule reICrlic de
bouillon nourricier. Cette
capsule implantee sous la
peau et branchde e un vais
seau sanguin est dotee d'u
ne membrane a permeabill
te selective qui laisse prs-
ser les substances nutritives
et les hormones de rgpula
tion de l'organlsme. Par
centre, elle bloque le pas-
sage des anticorps et des
globules blancs qui vien-
draient detruire le greffon.
Ddja, la technique a prou
ve son efficacitd sur des sin
ges diab6tiques puisqu'elle
a permis de vaincre la ma
ladie sans aucune injection
d'insuline autre qipe cellP
produlle par le greffon pro
t+gA dans sa cansule


LE CANCER DE
L INrI'ES'TIN DETECTE EN
QUELQUES SECONDS
GRACE A UNE NOUVELLE
MEIHODE MISE AU
''UINT AU CANADA

II strait probablement pos
sible de require le nombre
de cas de cancer de l'intes
tin, line des fornmes do can
cer les plus coura..tes en
Amcrique du Nord, si des
methods moins couiteuses
et plus accessible dtaient
miss au point pour mesu
rer en clinique la concern
traction des des ades billaires.
Le Dr. Karl Blass et seos
collaborateurs de l'Univer
sitd de Regina ont decouvert
recemmnent Lne methode ver
mettant d'isoler rapidement
loes s biliaires et d'en
nesurecr la quantity. Cette
docouverte semble devoir
faire avancer la mise atl
point d'une technique peun
efutleuse d'analvse des nri-
ses de san"- afin de deter-
niner la concentration td'a
crdes biliaires. Los aides


(Suite de la lre page)

dre I"ecole phi attrayinte,
p'us rentable to p'us effica
ce. En nn mot l'coln devai';
N xster "ns decet. Sans de
perdit on scolaire.

Avantages de la thdorie de
M. L 'onde

Toute theonre a es juosll
commc s's mauvais cotes
Envisageons 'e hbons cotes
de la proposi.t: n de M L -
gonde Pour nos; enlanfts
c:s m'lieux rmuaux etl mc-
Ine pI(ur ceux de chez, nous'
qut ne n euvint adaiter a
1'ecule tTaditionn: lle. il laul,
leur loutnu r uie o l'iriu'l-
ltionl id',, liat c rreLst l tllt, 'e
nihiiinsun de 11te .sst's d'abian
don scolaire thuit en acciuo-




OMMISSIONS

Dan.s l'artlichl puill dains
l it edillon d'hier ct titre-
,,Le devloppement : point
oblige enlle Ic ciloycn et
:,a libsr signl dt Chalr-
Irs Max Bazil', nouss1 priolu.s,
lno lecti urs d( llre ci-aplis
une pellie omissi(on remar--
que'e a la Ipage 3, 4e. eol, 3e.
Ulr;talgraph': Le develolppe-
n(it 0l6tant... .ou enu retard
de developpemcnt, qui res-
thiit, c' ore, ct Dieu sc'ul
sailt jusques l quand, tribu
utirs de cIs puissances
qui. ellis aussi, malgre leur
surabondance de richessea.
etc..

Plus loin, 4c. col, dernier pa
ragraphe: iNous devons en-
core une fois ct a cha-
que instant reconnaitre que
le developpement n 'cast pIas
un phienomene fortuit, oenco
re moins le fruit du ha-
sard ou product de la chan
ci's.


PASSE A TABAC

A ses differences em's-
sions du jour, Radio MO-
tropok s'est Omu 5a jus-
te titre de la reaction bru-
tale, irreflechic et injusti-
fiec de deux agents de 1'or
dire qui, hier soir, hc Ption-
ville, ont passe I tabac M.
Jean Thelusm6.

Celui-ci nous apprend un
inlormateur de Radio M6
tropole est un chauffeur
de la dite station qui cons-
ta'ant que les deux agents
malmenaient un enfant s'e
tait enquis des raisons d'un
tel comnnrtement et d'in
tel traitement. Thitlusmd
fut alors brutalement ross6.


COLLEGE CANAPE VERT

SERIEUX DYNAMISME COMPETENCE

VOTRE COLLEGE

INSCRIPTIONS TOUS LES JOURS OUVRABLES
DE 8 H. A MIDI POUR TOUTES LES CLASSES PRI-
rMAIRES ET SECONDAIRES.
COLLEGE CANAPE-VERT: ANGLE AVENUES CA'
[ NAPE-VERT ET BOIS PATATE (RUE RENNES):
isaaaa _______G__________ae~goo^


biliaires sont de asructure
moleculaire si scmiblable
Clue lcur purification el leur
isolation ont necessite jus
qu'ici un processes coimple
,xe qui prenait plusieurs
ours.
Les acides biliaires sont
essentiels pour la digestion
et 1'absorp'tion des gralsses
dans l'inlotlin: il a toute-
fois dite prouyde que certaiins
acides, doni 1i'acide desoxy-
cholique et l'aeide lithocho
lique sont pyrogenes (provo
quent la fidvrel et carcino
gelnes (i l'origine du can-
cer). Une concentration nor
male de ces acides West
probablernent pas dangereui
se, mais chez ceux qui souf
frent de probtlmes intesti-
naux ou h patiques, un ac
c"oissement de la quantity
d'acides bilaires peut fa-
voriser le cancer.
Si on pouvait detecter ns
Soz tot un aecroissement do
la quanlitd d'acides biliai-
res dangereux, on pou,'rait
p"endre certaines measures
afin de rdiduire le risque de


rant des connaissances leur
permettant de se dobrouil-
ler le ptus tot possible dans
la v s


cancer, des measures aussi
simples qu'un changement
dans les habitudes alimen
taires ou addition de char
bon au regime (il est prou
ve que cetie substance ab-
sorbe les acide biliaires
nuisibles). 11 existe aussi
d'autres medicaments ayant
tdes effects similaires mnais
plus speclfiques.

CONSOMMATION
MODEREE DE VIANDE

Les homes de science
sont pratiquement certain
qu'un regime al'mentaire
.i fort taux de cholesterol
favorite la production d'a-
cides biliaires nuisibles. Le
cancer de l'intestin est pros
que inexistanl chez les ve
getariens, alor's que les Nord
Americains sonist partieuli-
rement prtdisposds i cette
maladie en raison de leur
grande eonsommation de
viande.

Les mdthodes pour rncsu
rer les concentration d'aci
des biliaires existent effect
vemnt ieles comsmencent
par une prise de sang). mais
l'examen des echantillons
en laboratoire est panicu-
lierement difficile. Un tla-
boraloire de Californie de
made plus de $ 50 pour
mesurer la ,,iii ,i d'acl-
des biliaires chez unt sujet
Ce tes' est Lout simple
ment trop couleux pour 0-
ltre effectue a ha uie exa-


Cette formation sur le tas men medical,
peut etre eEa ernent four-
mni ai nos adu'les analDha- Le nouveau proceed, mis
botes : Dour ces citoyens. la au point par un ieune di-
formation professionnelle plome. M Chung-Shum Ho.
semble constituer la solu- permit d 'iuoler l'acide litho
tion prioriua rn qui prun- cholique en cinq secondcei.
dra le pas su'. ''alphabetisa ,La concentration relativP
tion. Cette fou Iation mime' de la substance est mes"-
precoce pour is oenfants de rec de manisre precise
six ans par ex, consi- 1'aide d'un spectrofluorom6b
tuera l'aspat l unie forma- tre. Cet awsareil est assez
tion technique avrce sa com scisible pour mtesurer dix
posante dI lecture, d'ecrtu nanogrammes equivalent
rc h cl di'un dixiemc de la surface
re LI. de ca .it. d'un empreinie digital) d'a
C~dro 1 lloeo 11ille.


AprI:s uni situ 10 Cr'.1V ll
d'eifurts inltI(0 ueux. ISl
programmes lmi.s en oeuvre
n'ont pas reussi A1 atlin-l-
dre l'acrlire pays. Nous as-
Sstolls elIcore .11! ri lorce-t
men, dcles inei. ites s ':,iles
crloees liar un syst1me5 d'odui
cation 'adr nt ulne
clause. a une 'cl:te.

D'alilciirs, ui}ius a Idli M .
Liguilde avcc ihuie latie sou
1r11c', a o le Ctiittrl a t pi5.
pilhs clier t i It'E' t qt t cci
coutne iaintulnanlit. ,Je suiss
centre une alphabe1tisatl)on
nion rentable. Je suis paure
une allphSab't-'. ion lso1.c-
utonnelle, graduello et s'a-
daptant au b souin du nit -
,leu.

II ajouIte : Cie quite i' pro
pose s adapted rse Ilen tf ta
creolisation et a 1i': i It ,In-
saL.un. Sl uI leur monltrt(
le francais en creole, ca de
v ent trcs dil'cuie psure
qu'll y a deux transposi-
tions a laire. Dans le system
ile illiclen, pal ex, I ecole
est centre autour de l'indi
v du. au group social, une
education qui cloit trec beau
coup plus uti!e au milieu,
en ce moment of I'on parole
de Conscil ou de Ddveloppc-
ment communautaire; moi,
je ne vo s pas le developpe
ment en dehors d'une pcdas
gogic adaptee a la commiu
naute ei accessible au plui
grand nomnbre : Nous vou-
lons atteindre les 90 poul
cent que nous avons tou-
jours rates.

LA PEUR DU
CHANGEMEN9'
Par ex, ce serait un grand
coup port a nntre system
d education, si le Ministere
de 1 Education d6cidalt
de supprimer le B A C
comme au Canada. Chez
nous, ainsi que le soulgnait
deig Ilhlch'dan.-i ses lives,
le'Sac soutnffr du dd I'emba'lage. On entoure
le bar d'une aureole, d'une
valour qu'il n'a pas. D'ail-
leurs, '1 est anachronilque. II
est denu6 de toute valeur
pratique. Et piurtant, si on
dispensait un enseignement
professionnel pCrecoce, mats
p"atique, cela dlboucherait
sans aucun doute sur quel-
que chose. On peut d re
pour employer un theme
cher k un soclologue amrit
ncon Il'hatien a la crainte du
mlsonelsnie (la peur du
changement). Surtout dans
le syvtime d'Education.
Wiiaert LAHENS


M. CihuI-Shuu Ho tri-H
v nlle l 1'aide du spectro-
I'litoromtll-e. II a particin'
a la mise 11 point d'iiu
nouwve';uhi i-otdc qui permit
dc' rIdlire i l a ri' s secondss
cl's hests sur les aucidls h -
','s ru,t i i n'l'111oi"'. aup1a-
ravant plusicurs hlcures



Nicaragua:
NOUVELLES
BREVES

(Suite dela la 1re page)

tionaiux avant la chute de
Somvoza. demanded au lHonduras qu'il
nriaccepte pais ur son1 terri
Loire de grnup s'. armnes hlos
ties a notre G.ouvernencmcnt
sur son telrrit'irce>, a ind'-
quit M. DiEsco'. 300 an-
ciens soldats somozistes se
sont reiugies e;t arms sur
le territoire hundurien, a-t-
il dit.


Du train que cela va, la
population est contraiitje d'u
L hser pour longrtemps du
carbon de bua,-. 1. appar-
tient alors aux administra-
tions charges de la politi-
que fIr-st-cre d'intens fier
la constituLtonO des forests a
procc.-e ni'.urel, tel le tail-
list sous futaie, par lequel


production et abattag
lout d'une faqua ties
ble.
Une convocation u
des ecologistes permet
real ser cet mdispe
compromise entire les
functions assignees a
ret : function econc
et function ecologique


La Vie Culturelle


A la suite tie la Confe-
rence de press tenue a
1 Office Nationi' du Tou-
resme par Monsieur Ri -
chard Long. Coordonna -
teur du festival de la Dias
pora-2, accoinpagne de M
Thlo Duval, Directeur Gd
nfral adjoint de 1 ONTRP
et de Monsieur Pierre
Blain, Drecteur de la Trou
pe Folklorique Nationale,
nous pensions qu il est ne
cessaire. pour .ous permit
tre de suivre et aussi de
patlciper dans ce second fes
tival de la Diaspora, de
publier le prtrjamm-! de
1 ouverture et de la premio
re jurnee de Lundi :


Illustred lecture 1
Donaldson : Afro -
po Art
3 : 30 p nm : Institu
tiano Amdr'cain
Conference 'le M
Jolibois : Les Noirs
cains du Sud des E
Unis et Ila ti
5 : 00 p m : Le Centr
Ouverture dIe 1 Lxpo
Graphique
9 : 00 p m nrrsomphe
Afro Mcsicology
ble
Comme on eqi le c
ter. c est .n prog
trns riche,


DIMANCIIE 5 : TRIQMPHIF Pour cong an
I, 9 P M :


A) Ouverture : a) Dessali-
nienne b) d'scors B) Bade
Tessi 2) C6 lin guinin 3)
Aizan 4) Crise de posses
sion 5) Complante pay -
sanne 6) Ogoun 7) Cfree
monie Nago .) Gonfle vent
9) Crenmonie Agolue En -
tracte C) Ezulie Nainnainie
Oh 2) Pas rigole 3) Bal
TYndingue 4) Floraison
Tropicale 5) Duo 6) Satur
day Day 7) La belle et la
bete 8) Rabodaille 9) Sur
la cote 10)Banda 11) Fan
taisie Creole
LUNDI 6 :
9 .A M : Instit't HIaitiano-
Amer;cain
Illustrated Lecture by Asa
G Hilliard <;Free your
Mind, Return t' the Sour
ce)t,
10 : 30 a m : Musee d Art
Hlaitien
Ouverture .le 1 exposition
des oeuvres 'le Lo;s Jones
Pierre-Noel et des maitres
de 1 Art Naif liaitien
2 : 00 p m :
Instilut llait;ano-Ameri
cain ,



Changement
d'adresse

La Direction de
informed sa blenveil-
lante clientele quel
1Rt a transfere ses
Bureaux au No. 125
de la rue du Centre
N ctage de 1'AIGUILLE
MAGIQUE.
Merci.

Louis AUGUSTIN
Expert Comptable.
scco/o=<&&a7c/s>&a//ois/so


MANAGUA Unse i. I.i-
tion de la Republique Fede Chers clients
ra'o d'Allemavgne, dirigce our oublier chaleur
par M. Goetz Mlartius, char de r oiblitr la chaleur
ge de sccteur Latino Ame d do t1, votre magasin
ricain aa Min st.re des Af
faires Etrangelts, est arri- AU Onde chic
ve vcndredi Lu Managua, a- a recu pour les robes :
vce des medipnments, des e voile et chalis impri-
quip ments hospital ers et mes avcc des ravissints
des al'mrnPts pour infants. dessins, le chambray et
La delegation doit visitor coton a fleurs, broderie
des villes de province tou- fantaisic unie et impri
chies par la guerre et ren- omee, serviettes de bain,
contrer les d rigeants du cretonne, nappe, pyja-
pay s. mas pour homes et
pays. enfants, plastique, ri-
deaux pour salle de
Retferciements bain, serviettes, draps
et taies d'oreillers,
Les Demoiselles L'na et moustiquaires etc.
Germaine Devcrson, les fa'
miles Deverson, Myrthil
Carbonne, Orlando, Alerte. Pour les Bebs
Lajoie, Pierre Noel, Mala- robes, brassieres, chemi
ry, Thizan, V.%val et tous ses et draps brodes,
les autres parents et al- brassieres en tricot, 0
lies remercient stnc're draps fourreaux pour
ment : Le Dlpartement les grands berceaux,
des Finances. la Maison couchettes, moustiquai-
Versailles, 1 Idai, Les Porm res, serviettes etc.
pes Funlbres Paret Pierre
Louis et tous les parents, Pour la pean
les amis de la Cap'tale, de Our la o
la Province et dle 1 Etran- le savon Duvex pour
ger qui leur ont manifesto peaux seches.'
leur sympathie t 1 occa -
sion du dIces de leur trfs Faites une visit AU
regrettee Mademoiselle An MONDE CHIC avant
ne Deverson erleve a& leur d'aller ailleurs.
affection le Samed, 7 Juil
let dernier Elles les Rue du Magasin de
print d agrer ici 1 express l'Etat 89.
sion de leur pofonde grati- /
tude 48


La Maison Hollant
catrel avise son ai
Clienesle qu'elle rest
mee du Mercredi 15 A
Dimanche 2 Septembr
pour Conge Annuel.
Ce 2 Aout 1979.




La situation
politique en
Rep. Dominicai

ISuite de la lere

1c.i soldals et les. po
Le PCD a aussi ace
PRD d avoir envoy se
bies 1ai uss semer la
Mnrcredi et jeudi. da
q11uarie's pauvtes de
pl:ale pour les em
dre s' .oindre au mou'
de grove.
x x x x

Lc' prom'le vice-Pr
du Parti Reformisle
dc Bala!;uer I Alvar
gau'rt, a declare sans
ntlti les ruiineurs
P;itl I Ri 'ormi.ste ait
til 'tiole' .Clans les dert
vi'inesmnts. Le Parti
inlsle. a-t-il affirmt
1a111 tenu l soiteuse
1 dcart di loute atitat
liticue. notaminnci d
venmet t de grove des
feurs.
x x x x

Radio-Miura a eie
tar le Gouverneme
Service des Telecomn
tiion' y a enleve les
paux elements des ap
dci transmnision. Cet
tion serait accuse
; eclhe 1 excitation a
sordres.
x x x x

Dans un editorial,
Clarin s'en est pris
re de Sanito Domingc
co Badia. II lui. imp
conduite des emplo
Synldic Municital q
mes de pierres. de
de machettes, de pis
de fusils. sp sont a,
aux grevistes.



De persistantes r
courent les rues et
transmises de bouche
le. Elles prltenden
vont eclater d'autres
ments en vue d'dbrai
Gouvernement du Pr
Guzman et d'augmen
possvbilitds de son
sernmnt pour 1o 16 Ao
rsier anniversaire de
vdnement au pouvo
rumeurs vont jusitu'
ce" ontp trols toriati
conn d't'at milltaiire
ii .tre entreprises
drnmment nar suit
n,-"ssone, chaanue foi
le pavs. au moment
des g6ndraux nnrd-
cains. rombattant le
sanies hbses de Pana
Ponro Rico onu du So
Command : les forces
pendant seraient su
bles d"intervenir dan
re. A la demiande di
vernement Dominicai
mouvemeints de ro fo
ri5s a ha retraite.
placement narmi 'l
ciers SlInkrielrs ont
jours sulvi de tell
meurs,.


e se
rtnll i


(Suite de la lere page)


les espoirs sont permis!
rgente Qui delivrera nos bonnes
tra de femmes de toutes leurs con
ensabie victions naives ?
deux Voyez Tida, par exem-
la fo- pie...
omique Qui est Tida ? Une brave
e. blanchisseuse qui, chaque
semaine, va faire la lessive
dans plusieurs families.
Elie parole peu, deant toute
a son travail. Mais quand
Tida sait qu'il y a un ma-
by Jeff lade dans la mason, elle
Dias- offre immediatementi es
services. C'est ainsi que l'u
it nlai- ne de s ,i s clients avait
l'autre jour des oreillons
Gerard fort douloureux, ou si vous
Ameri preferez disons qu'ele south
Etats frait dun s ,mal-mouton,
du tonneure. Machoire gon
e d Art flee. elancemen's, etc.. au
isition point qu'tle accept les
services qiu'offrait Tida, se
e I disant que la blanch'sseuse
Ensem connaissailt peut-etre une
pommade ou uine decoction
consta-quelconqut suscepible de
ramme Tida ganas viv-men: la
rue et revint' rente minul .s
plus tard. tenant entree t,'s
mains un moiceau de lour
nal dans lequel e11e avait
nuel envelnppe une feuille ver-
le. Une seule. Elle demand
et Dd da un cecavon. On le lui ap
imable ports. Elle le tenditn ra-
era fer cement a la malade, en
ouit au
re 197.' -

148 Deces de M.
Francois Georges
Lc' Pompes Funtbres Pa
ret Pierre-Louis vous annon
cent le J' cis de M. Fran-
cois Gco ies.

le A sa veuve nie Anna Re
my; a ses enfantsi M. et
page) Minm. Gerard F. Geeocs. M.
e' Mme Androe Pierre-Pier-
liciers. r ( I Mie Jo.s tie G'orecs.
cause le Dr Blaise Sevire et Mir,,t
s mom M. e' Minme Camilloc Josu's.
tereur, M et Mine Andrc Getore
ins les a uon b"atu-frocre Me' Jt ;
la Ca Meliu: 'u s"1 p' "t'' .-e' 5 t'ts l :i
.pecher M uct Mine IPiphael V'-
vement li 'd P ", s M et IMmne Anu
lhiony R'is'ult s. a 0! s c i -
vu',x tl tnici' M. e', Mim'
Piru(' e Vrtu.s Dr. Adriill
esildeht' V (est('crbilld M m lr ,-
(Parti s', i D I n'lln M M"nX
'.z Bo- iN;i"itils \I,'liu M i1 l\not
fond' El ls' Al', iitru M ('ulilt i
que le P()Ipo :! M (t Mme
ejo1 Pittr Mi'e iu l Itt Iu' s I I all
'letu 1)r u M:11c u ( i lll s cit w
Refor- o-( it, i-
6, "''S i do ] ean e.s
lent i
tion po L's ob cqIIn ti'. 1 (11 i]
u mIou 10 ;',S lundi a1 4 heures P.
chauf M eI la Biul rl(Ile' NoIre
Dan e. Le 'ollivoi ]iarti' at
du salon tlunclaire dt l'en
reprise a la Rue du Cen-
.e Imee tre.


memo temps que la feuille
verte
Ce pou ou ecrit sou
feuille-la, dit-elle.

Ecrit ? Qui ca ? deman
da la malade, surprise.

Ecris : (Mouton>.

Amusee, la malade ecrivit
reclama un foulard, posa
la feuille dessus, pl1a le
foulard et l attacha auLour
du visage de sa patientL d"
facon a cc que le s oreillons
sOe1n', 'in soutlens de cha
que c6'e. Visibl'I nlcont S;111.s
fai:e tdo soi "avail ie'li
annonca qtu'I .l' apporte-
rail une tfeull, fraiche h,
lindfmain eI sur laqutlle
11 faudrait de nouveau e-
c:'iri'e mouton.
Pour ne pas froissir la
brave Tida qui it ail t11le(
cnitinuer sa lessive, la na
ladie pas'sa le rest d>I' 1a-
pres-midi avoc son foulaird
mou'onnis autour du visa-
ec. Fst-ce blen la pin,' do,
p-i 'iser rqu<' l's lms '-
meipints ne dimli.uph nt ])',is
Mais 1 lrnrldem:iin 1 1O5 i nr
pas avoir i rei t611'r I 'tm il
vre de Tida et, met'rec dans
e 01 till n au o' n m1l' ci
qui1 s rad peut-l lrel 11i 1n
spn.ib sclp ToeI np-eoer lh
malade p '-ef,ar dire ai', lie
lin reason a-t Ilus hisi' ie
doulrc-ur m:il," sa lllIhoi
re proImilneni e.
Ce i'es v p-, ,I.i '1C
l'on fat 'cducatl nit di i i it-
pie. a declared d t,. i!;n (iw!
'e qu dlqueins devll is qut
l'on racctrn.al ce''" his ,-.i-c
Ces' et :ae '. it En U- .snt
le rocll. IV i .",Iai p( ni. '. iI
a1i.'I Ii v aI pni t !' 'I- l11,
ni'thov. tit(I' oI o pl sU 11t1,i (i'N
pliquer a Titn Mu5s 'a ,'oit'
que. depuis. ie ch,'rcht en
valn t clev elPr rellc m u'.1'
1.' acc epterar- de conlmn;)'(,-
dre...
Mona GUERIN



Depas ci de *
Marie Joae Danois

l.a ,entille I tiiv-lsop IV'
lwis: fille de nios amis I
If'rr ti lSintoius r t til;tin
nhe ahrie arieibiu est lpar-
tie ce ltatlli %('r i li i rt e
Ille vu se perfectii, mv-r
dans lat technl'inie mrIdi-
a le Collle c M.lani Dade
(i t.Liti'-, nis i

Ile Ie a ie(i actiompagiitue
a 1 aI roiirl I rl lra i, lIu
valier par dies parents et
anmis.
Noi -, lpri senfoii n, tl ls sili-
res complinentls ta .1Ni -
sieuir et Madame Ihenri Da
noise et soul hail ins a la
charmante '1lane-JIlise nis
vueux de succec.,


ie de


Pour un e formation


prefessionnelle precoce


LA RENTREE

Inscriptions a partir du er. Aoi:t

au


College International


20 Ree Riviere, de 8 heures a midi

(Cours primaires et secondaires,

jusqu'au premier cycl2)


MADAME JACQUELINE HIPPOLYTE

Telephone : 7-2442


Livraison d'eau


1.500 -- 2000 -- 2600 Gallons

1500 G. A PARTIR DE $ 15.00 ZONE 1
2000 G. A PARTIR DE $ 16.00 ZONE 1
2600 G. A PARTIR DE $ 17.00 ZONE 1


Service Express

SERVICE EXPRESS avec livraison garan
I h. a Ih. 30 apres command ferme $ 1.00


tle surplus par camion jusqu'i 6 h. p.m. et $ 2.00
ie 6 h. p.m. a, Minuit.


T610phoner Technico Engineerine

Pour le prix des centres Zones 6-2356, 6-2357, 6-1211


SCoooeo.~P~nrr Haoooeas~r~r~


~Ylr~lVAr-~sa~N~*~


0000=W1~r


---::-I- -;-:-- -~-


PAGE 8


nt. Le
nunica
princi
ipareils
te sta-
d'avoir
tux dd-



Radio
au Mai
o, Fran
lute la
)yes du
ul, ar-
batons.
stolets,
ttaques




umnours
soint
a oreil
t que
move
nler le
dsident
ter les
renver-
fit, pre
son 5-
'ir. Ces
a avan
ves de
cs n'nt
prdcd-
de la
is dans
it fixed.
-am'ii-
5s puis-
ima.,de
southern


s 1'heu
u C Ou-
In. Des
rme.) de
de d6-
es offi-
Se toll-
les ru-


--i~ftlp


N


SMODIT 4,, DIMANbHIE 5 AU 99'




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs