Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10460
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: August 1, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10460
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




GOLUMBUS. MEMORIAL
LIBRARY


I'cl, iint i (I ( lI iii| t(oiiel-k

dl I IIIIlr I l" romill it s dv jac
ll HoIi'n rt dou JS de Jacques
,: Alt's\:., l o If l 't b e't de
ir ixl ii.ts. il'lim cot i. d'All-
1w' MN rt l\ l cf)lts' tur [t a 'E-
(- I'mr I Lot 111.1lc .sI Iporle ur' de
likii i ide' I'aHtre, dui Re
\ ,'i n I' 't'ii' i iaide Souf-
l':il .siologue de la Com
li.l llh (Ie J(si.s. efaIbll a lux

l" l difl icti ce que c l li-
i ; et 'li'ildu son etude ll


I'll, I I ,i l l iUi iieUrs utill
t 1t 11,C!" i 'ite litltellec-
It it l p lit ique et centre
1. ,1 (iUl:r i tai lell.s, lu e si-
111l, iudc' d'.' dit"lin. Com-
lit i l, i tr.ti.,Ir a 1 ill vie d'i -
i (ittli 1 t 1'. (lilt''(ti e.s tlaltst
'i i t'l \i' t. p'tt lint'rii es elt,


Jl.CQU) 'ES IHOUMAIN

1I. u i'' li ithautle bourl'm i
,. t I l-Prin'ce, Jat c-
l: ,ii I itIl; I' I dl d'abonci
(i cll '1 i'1nts e: iidcs classi-
1i1rs .! i ii.tVfersil ; I ti.s quli
,l'l\i:i i i' l1'ni l:nelr, s'll en
', E', t l; v)(ltlon. a aclop
ii ,o'.l i' it i' tr( litteraire.
(',ill, till! ; :i ] s, dal ls sonil
I,, ',ll i i (lf' pollt iciOns
il iii.- 11 in culpi "iour tros
p it (c i11111ii i 1l sl t vrai.
on ( ,, oh,\<'\( d ns l'admi
1'.l i in ;1P!?(" les evenie-
IIlls (l 1'0 l1. tl fone-
! (i i chliur (afl ires at u
Mr i(qih diX ;iit I lus tard.
I o) ii ih\'> q e l.duisant, 1il
li,,ail (Itlit' tinnus les mi-
1'rix dii ll( pop laritre que
(iCl:; .l',s (ii Uin tarand ta-
Ijtlj t t iltlr iu(,ole de hR -
-o. r .vo "ii l apnareme.

JAC'QUES S ALEXIS







tittid to enhance dales
N( dt:i ti: i 'll ciini i!e pe-






ItJ'-)l) I'll( 'lit S. Ale'i -

1", ()i l- l fit a m que Jac-
Dd'11' ci' 'l p1 lt'., t'a tl1 'e bonne
I)); rt' dc .tn l Inlance ia 1't




H:Iiii t' (! son oeuvre ro-
i, ;ii'.'I i fill' pi lus am ple
i, c' (' d, Jacques Roil-
;t1il'. lI-, (i IIl!l nIt 'osh' rent
') I. i. i..'Iner la prem iere
i ',-,. (tilan,, la galerie des
S,, : ic lrt., cnii temporain.s.
i i iii' :.i admcttre, qu'(
'i. (Ittlii l l( so i haut dIe re
i : I l a I 'ndroil, de
,1I) 1 pi'l'd 1.' (i,(' s critil-
ii 1 1) i il' in t q eI l 111i

", c.('F e hierar




tii',(Mii i tr i lir l l lt

I Ill I, D;s a l ois


V l 'ic'l' II I I ii itre. t li

1 ,A -K(i.'TON Il'.J(;l1".';S


j lil Ic' iha'lnltrsc l plus
It I ll' iriltllthll 'iiil' tl c1;I tia1
..i I' l trl.i m S; sdrola lodt





i 1 Ii a i' 10" d i ll E lra

It1 1 ;It r]ni|ti Uvr ni C alN

l.; '.'.' I I lilt1 a llSSi I11r
N 1C LA RELEV

lcn' 1 filtlta o cci Rail
1(11 stielt'l >(r 11011 eotQouait
miiit. etau ivecu plaisir. On
Danat REOli T E oo-(:nsid'r(r,
; I]) la i b lie tion I en fran
irait. d POPO ET FIFINE
o(is it's itlions der la plu
ct'ic dc s', poc(,m(s, de WEA-
IcY BiTUES d;ilrs UN CHANT
NOUVEAU Et LA RELIEVE
comme 1'initialeur eln Halti
dr la potesw de revendica-
ivoins sociales qui eut quelt
ques hons et, malheurelse-
iment, quelques mauvais 1-

Dans RECOLTE, Moris-
seau Leroy temoignait que
ltous les I junes de sa Uene
ralion comnnaissaient par
eour rtetr poesie virile gr
ce r fets iraductions.

LES OEUVRES

AIres avoir ebauche a
brands trai'.s la vie de ces
cerivains, Claude Souffrant
a mis en lumiere 1'inspira
tion poetique de Jacques
Roumain. Mais, c'est surtout
le contenu de GOUVER-
NEURS DE LA ROSEE et
SES ARBRES MUSICIANS
qui semble 1'interesser le
plus.
Sur le rapport de la poe-
sie revolutionnaire, Leopold
Sedar Senghor avalt de Ion
gue date decouvert en Jac-
ques Roumain un grand poe
te de la negritude. BOIS
D'EBENE s'etait, en effet,
, reve1 un chant d'une beau


Std et d'une portde au moins
I dgales a celles des mn!il-
Sleurs poomes 111ustrant une
Idrole littdraire et un mou-
I vement social et politique
1ui, quoiqu'en pensent cer-


trains, conservent Intactc
tine reason d'tre Inmpericu-
se, 6tani, tdonn6 le clinlat
de violence et do haine' exis
tantl encore dans certaines
regions du monde.

Claude Souffrant, s'est
consaiicre a fire ressort 11
duns GOUVERNEURS DE
LA ROSEE, LES ARBRES
MUSICIANS, COMPERE GE
NERAL SOLEIL, L'ESPACE
D'UN CILLEMENT et RO-
MANCERO AUX ETOILES,
les problems majeurs aux-
quels fon( face les paysans
haitiens. I1 s'agit de probln
mpes de religion d'exploita
tion et de sous-developpe-
ment. Sous-developpement
qui. depuis quelque temps,
semble obsdder plus d'un,
mais sans analyse convain
cante ni solution origlnale
ou intelligence de leur part.

LE CONTENU

Jacques Roumain et Jac-
ques S. Alexis s'accordent
a voir dans les paysans
haitiens des etres incultes,
superstitueitx, a la fois a-
deptes des esprits et des
saints. Consequemment, in-
feodes aux hougans et aux
pretres et, dans la plupart
des cas, ils sont portes a
combiner le vaudou et le'
culte catholique pour echap
per aux malheurs qui les
guette ou parer a toutes les
eventualites.
De meme que les ethno-
logues et les chercheurs
dan leur quete sur la vie
halienne, ils tendent a con
siderer cette mentality comr
me un ,frein>> au progress,
et au bien-etre communes,
une espece de prddisposi-
tion a la misere ou la cau
se principal de tous les
maux possibles et imagina-
bles qui puissent affected
ces paysans.
Cerles. 1'itat d'esprit de
cette classes e s t deplora
ble. Mats, on est loin d'6e-
puiser la question haitien-
ne si. de propos delibere,
on neelige de souligner que
ce gouit du surnaturel pro-
pre aux habitants de la cam
pagne 'etend a un e-
a 1 degr e. c h e z
les citadins oft il se pare
du prestige de la religion
cat holique.
C'est done sur un fond
profondement mystique que
les romanciers projettent
les paysans haitiens, pris
individuellempni ou collect
tivement. constamment aux
prises, d'autre part, avec
les a"enlts de 'Elat, exi-
vgf'int d'eux routes sores
de taxes ou exercant, suir
euix touts sorIles de cron-
ilr intl(s, landis que les par
t i'liers des bhourts ou des
villi's l's soum(,lt int a tine
rxploiltaion ciionlte. ache-
l:tt! d'ceux ai vil prix les
nroduiilts de la terre pour
Irs r'vond'e tavee des pro-
Ills scanidaleux.

IIOMMAGE A PAUL MORAL

C'. pavsani s ont done vi-
vt l,'ii1t 1inlt lr(.sse des roman
('r ',1si bl(n que des
cherchcurs. Mais, a lexcep
lion du PAYSAN HAITIEN
dr Pault Moral, Ies oeuvres
(I'lmaginaullnos des Uins de
mOm(e que la plupalrt des
tI iid's des autres on011 lais-
s( stur lilur solf nombre de
Ilcteur.s, vvu tls considcra-
lions forces ou artificiel-
li's et les ionelusions arbi
I I'ts auxquelles elles out
abouli.

CARICATURE ET REALITE

En d'autres terms, il est
avere que les types de pay
san.s campers dans les ro-
mans ne correspondent point
a 1eterni 1 paysan courbe
sur la glebe et portant sur
ses epaules tout le poids
d'une society de parasites.
A cote de cet humble tra
vaillcur des champs sympa
thique dans sa misere. il
est temps que les roman-
ciers haitiens le montrent
a leur tour un paysan dans
toute son authenticity. Mys
tique sans doute comme la
plupart de ses compatriotes
plus heureux mais labo-
rieux, intelligent et discret
et non ces heros vaniteux
qui. bien qu'illettrds, sont ca
pables de reflechir avec au
toritt sur leur sort, sur le
monde, de prendre la paro
le pour communiquer leurs
pensees a leurs compagnons
et pour appeler ceux-ci a
1'agitation, a la revolte et
au changement radical de
1'ordre des choses etabli.
Or, ces champions intrd-
pides n'ont pas encore vu
le jour. Pour 1'instatnt, ils
ne sont que les porte Daro
le des auteurs poursuivant
los yeux ouverts leur rdve
d'un bouleversement gran-
diose par personnel interpo
see, bouleversement don't
ils prendraient la direc-
tion, le cas echdant.

ROMANS D'AUTREFOIS

La plupart des critiques
ont le tort de croete que


(Voir suite page 5)


UNE INVENTION


ANTILLAISE

par Itene IPIQUION


DIJIECTEUR LUCIEN OUNTAS
ADMINIJSTIATEUR Mme. Max CBtAUVET


COMMONWEALT-H :



Londres adopted une positioif plus


moderee sur la Rhodesie


LUSAKA, (AFP)

Madame Madgaret That-
cher, Premier Ministre Bri
tannique, semble avoir a
do)te une position plus mo
deree sur la question rho-
desienne, qui a ete au cen
tre des discouis pronon -
ces Mercredi, lors de la cses
sion d overture de la con
ference du Commonwealth.
a Lusaka, en Zambie, esti
mr'nt les observateurs
Madame Thatcher a dd-
clard, en nuvrant la confe
re-.-.e, que 1 objectie de la
Grande-Breiltpne esl. d a-
boutir a <1 indpcndance'
legalese> de la Ithodesie,
dans des conditions <.accep
tables> par lei pays du
Commonwealth, et 1 ensein
ble de la comnmunaute in-
ternationale. Elle a ajout6
que cette inddpenidance de
vrait offrir des ,.perspecti
yes de paix pIour le peu-
ple Rhoddsien el ses vot-
sins')
Madame Thatcher avait sou
ligne, le 25 Juillet der -
nier, devant la chambre
des communes a L'ndr'c,.
tes progress nil"uir., ac-
complis, selon elle. e, E Hi
desire.

Monsieur Kenneth Kauin-
da, Chef d Eta, zambin et
President de la Conferen
ce, a reaffirms que 1 Eve-
que Abel Muzorewa Pre-
mier Ministre rhodesien,i
est une smanronnette>I en-
tre les mains de li minori
te blanche II a ajoute que
las dirigean-ts rhoddsiens
talent des trebelles con
tre la couronne Britanni-
que .
Le Premier Min:stre Aus
tralien, Monsi-,r Malcolm
Fraser, a lanicea uni app'l
eni faveur dc la mndoera-
tioti et d's forin,,uls dci
compromise en iRhodesic I1


a ddecard qu une victoire
.nmiLttaire nationa- serait pas plus satisfalsau
te que le regime actuel de
1 Eveque Muzorcwa. 11 a rd
clame de nouv'aux change
ments constitutionnels, a
vant la signature' dun ac-
cord final Jur la Rhodesle

Le President du Bangla
Desh, Monsieur Ziaur Rah-
man, a reaffirmed que son
pays soutenait totalement
la Zambie 't les autres
pays dits de premiere ligne
Le Secretaire general du
Commonwcath., Monsieur
Shridath Ramphal (de Gu
yana), a regrILte que la
cont0erienc- ait li-u. alors
que .1t ombre de 1 echte de
la decolonisation en Air,-


qcie Australe, plane sur
elle.
Les discourse prononcts
lors de la session d ouver-
tural ont aussi port sur les
refugies Indochinois, et le
intel nationals
Madame Thatcher a con-
damne la nationalisation,
mardi, des c interets ddte-
nus par la < leum> au Nigeria, sans tou
tefois citer le nora de ce
pays. Elle a declare que
cette action o croitrait les difficultes eco
nomiques interniationales

La conference du Ccm-
monwealth d"vatt se poir-
suivie Mcrcredi en Scs -
sion close.


Le President Carter compare
le problem palestinien au
uMouvement des Droits Civiques
aux Etats Unis,,


NEW YORK (AFP)
Le President Jimmy Car-
ter, evoquant mnccredi dans
une intervie w au New York
Times., ses efforts de paix
au Moyen-Orient,. a compa
re le problem palestinien
au movementt des droits
civiques aux Etats Uniss
Si les israeliens permet-
taient aux palestiniein de
r( courierer sur la rive occi
dental du Jouidain. ceux-
ci seraient satisfaits, mais
peu nombreux a revenir
dans cette region, a estime
le President des Etats-Unis.

D'autre part, a-t-il ajou-
td, les pays arabes sont peu
nombretix a vraiment vou-
loir la creation d'un Etat
palestinien, considered par
eux come line menace et
tlne source constant d'ins-
tabilit6.
Le chef de la Maison Blan


che a soulignd que ses ef-
forts en vue d'instaurer la
paix et la cooperation entire
Israel et i'Egypte eaieint
lids a la sccurite des ap-
provisionncmenmis ameri -
cains en petrole du Moyen-
Orient.
11 a indique qu ecertains
E'ats, comme la France,
qut voyaient au depart avec
sceptic:sme la tentative a-
mericaine de rapproche-
menrt entire 1'Egypte et Is-
rael. considerent desormais
la puissance militaire de
,:es deux pays comme un e-
S.... o6curitd dans la
region.
I1 a enfin soulign6 que
cet(i nuissanct conjuguiee
mettait un1 frein aux ac-
tions des Eiats arabes radio
caux: et eloignait egale-
ment la menace d'incur-
sions sovi6tiques dans la
region.


LES SPORTS
T IT^C? ~C-tT'TC


SOCCER AMERICAIN Yves Jeune n'ira

Arsene Auguste pas a Cuba


eclope

Le foot-balleur haitien
-Pclao- qult evolue deputs
3 annees aux USA n'a pas
participe a la rencontre de
samiedi dernier au Stade de
Chicago entire son equipe
Tampa Bay Roudles et le
Chicago Sting, recent vain
queur du New York Cosmos
(3- i et du Detroit Expre-
so (2-1).
Auguste, d'apres ce que
nous, apprend notre corres-
pondant a Chicago, a du
rester a Miami a cause d'u
rne fracture au pied gauche.
L'equipe du Tampa a pu
quand me tirer son 6pin
gle du jeu en triomphant
difficilement de la forma-
tion receveuse, le Chicago
Sting, par 2 buts a 1, alors
que 1'adversaire menait a
la mi-tiemps 1-0 la suite
d'un penalty extcute L la
20e. minute de jeu.
Environ 12.000 personnel
occupaient moins d'un tiers
du vaste stadium chicago-
lais. On notait egalement
la presence du barbu Clive
Toye. le grand promoter
du foot-ball aux USA et
qui est actuellemen'. le pr6
sident du Chicago Sting.
xxxx

Le Foot feminin
a Phonneur

Notre informateur nous
signal par a-Tl1urs 1'essor
tangible que contait actuel
element le foot-ball prati-
qu6 par les filles aux E-
tats-Unis d'Am6rique. Des
dirigeants americains s'inti
ressent de plus en plus a
la promotion de ce sport fd
minin. Des matches de foot
feminin sont organisms de
tres souvent en lever de ri
deau des 6preuves masculi-
nes.
Cette information a 6td
d'ailleurs confirm6e par le
Magazine Officiel de 1'A-
merican Soccer League
eKlck que nous recevons
r6gulidrement h P-au-P et
qui a public dans son der
nier numdro certaines ima
ges d'enfants des deux se-
xes 15 .h 8 ans) jouant au
foot-ball.


Ti Kenan, c'est ainsi qu'onl
l'appelle (ommullnement L,
ne fera certainement pas
partli de la delegation des
loot-balleurs haitiens qui
front, voile vendredi a-
pres-nmidi pour la Havane.
Yves Jeune, ce petit dei-
nil centre elegant et astu-
cicux de la Selection Na-
tionale avait lausse compa
gtnie a seas camarades et a-
vait priefe: de chercher for
tune plutot au Canada de
concert avec son copain Lyo
nel Joseph. au course du qua
di aigulaire franilophone or
ganist par la Ligue de foot
ball canadienne et auquel
Haiti avail ete invite.
I1 est enfin revenue aux
bercails jeudi dernier et
s'est vu refuser l'autorisa-
tion de poursuivre les en-
trainements avec l'cquipe
nalionale.
Une measure tout a fait
reguliere des responsables,
qui pourront malgre tout
reconsid6rer le cas en vue
de recupdrer ce fils prodi-
gue, a 1'occasion du second
match Cuba Haiti.
x x x x

LES EXAMENS DEBUTENT

Les examens de passage
ont debut ce martin a Del
mas apres 2 semaines de
course theoriques et prati-
ques dispenses par des tech
niciens recrutes par la di-
vision de l'Education Physi
que et Sportive de la SEJS.
Les stages dureront exact
tement 21 jours (y compris
la p6riode des examens).
Les certificates seront d6cer
nis probablement le 22 sep
tembre.
x x x x
LE VOLLEY BALL
CAYEN EN PERIL
Le Volley-Ball dans la
cit6 meridionale ,s'achepni-
ne vers la d6confiture de-
ipuis 1'absence de son prin
cipal animateur. le Lieute
nant Antoinier Clerval qui
a Wtd transfdrd & un autre
post.
Les dirigeants des Cayes
se montrent assez rdtissants
avons nous appris et les
pratiquants tombent, de
plus en plus dans fe decou
ragement.


Di:S MONITEURS
S'EN PLAIGNENT

Di s monitPurs sportifs dec
la capital et du Cap-Hal-
tion se nmontrent assez ime,
contents d'avoir 6te licen-
cies par le Ministre a tla
.Jetuiisse t'' al Sport,. alors
qiie la mle;ure n':i pas elt
prise d'une manidre gdndra
lc, avance-t-on.

Pour etre moniteur a la
SEJS, il fallait suivre les
course de recyclage et de per
fectionnement organizes ac
tuellement au local de
l'Instituon Stt Louis de
Gonzague a Delmas, d'a-
pris une source officieuse.
La decision est-elle plu-
t6t fantaisisque ?




Hommage de la
Sairie a M.
Georges Manousso

Ce midi, au course d'une
reception qui s'est derou-
lee a. la Salle des Maires de
1'Administration Commu-
nale de Port-au-Prince, le
Maire Georges Figaro a re-
mis a M Georges Manousso,
citoyen grec, le diplome de
citoyen honoraire de la vil-
le de Port-au-Prince. Plu-
sieurs personnalitds y ont
assist, notamment M. Pre-
mier Conseiller 5a la Cour
Superieure des Comptes, M.
Jules Blanchet. Voici, I'allo-
cution prononcee a cette
occasion par le Maire Geor
ges Figaro.

M. le Premier Conseiller a
la Cour Superieure des
Comptes,
Cher Monsieur Manousso,

Pour 1'Administration Cornm
munale dont je suis ce ma
tin le porte-parole, common
pour la Citd, cette distinct
tlon qui vous, est conferee
est la reconnaissance de
l'intdrdt que vous portez ai
la nation haitienne: un dou
ble intdrdt, par les fonc-
lions que vous avez exer-
c6es comme reprdsentant-rd
sident des Nations Unies et
par les liens qui vous atta
chent a notre ile don't le

(Voir suite page, 8)


Telephone : 2-2114 Bolte Po'le : 1316
Rue du Centre Nr 212


MEROREDI ler AOUT 79
No. 31,135


I 84EME ANNEE










FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESEB


Thomas Borge, l'homme fort


du regime nicaraguayen


MANAGUA (AFP)
Le Mnistre de 1'Interieur
Tomas Borge ste devenu en
moins de 2 semaines la
avedettes et sans doute
t'homme fort du nouveau re
gime nicaraguayen : Omni-
present sur les undes, at!en
du chaque jour par des di-
zaines de per.onnes devant
1H6tel IIrercenitnental ou
il resde, se deplacant cons
tamment a travers la vil'.e
de Mercedes escorted de plu
sieurs gardes, il impose son
personnage.
Unique survivant des fon
dateurs du Front Sandin s-
te (FSLN), aureole par des
annees de priFi ri et les tor
tures infligees par le rdgi-
me Somoziste, Tomas Bor-
ge '45 an.i n'a cu aucun
mal a devenir unc legend
pour le peupic n caragua-
yen.
En outre, adepte des theo
ries marxistes dc vara, il est le seui a appar
tenir h la fois au Gouverne
ment, a la dtrcction et a la
nouvelle armee don't :1 est
l'un des trois Commandants
en Chef.
Les femmes qui attendent
dans ou devant i'Hotel. qui
pour savoir of. est emprison


ne son marl, qui pour oe-
noncer un accupareur, ne
s'adressant pas aux mem-
bres de la Jui:te, qu'it est
fac 'se pourtant d'aborder a
l'Intercontinental. Elles at-
tendent seul-nment pour To
mas Borge.
Des que Tomas Borge --
si'houette court en un tur
me vert Olive, visage d'In-
dien aux yeux mis close -
apparait, encadre par une
demi douza-ne de gardes,
la bousculade commence. A
tel point que. mi-exaspcre
mi-souriant, il s'eist excla-
me mardi : peux pas r6soudre les pro-
blemes de belle meres qui
ont d sparu ,u de maison:


cGetruites, acressez vous aux
employes de I'Administra-
tion.s
Matheureusement chacun
volt bien que l'Administra-
tion encore hilbut ante ne
peut rien, et chacutli tente
de s'adresser d,rectemcnt a
celui qai, pen.-_e-t-in. de-
tient la rca'ite au pouvoir :
T'.mas Borge.
M me s'll nii nomssede pas
iks qual.tLs oratoires et !a
personnalit.- dciun iFidel C:'s
tro. Borge sc coniporte un
pe(u connmei lui 'f il c.tn-
quis, aide par un snlls ai-i ,
de la publicize. les n cari-
guoyens clqu !e le c pcent -
normemeliT pour son coura
g' dans ;a uttc.


Hier, Aujourd'hui


et Peut- tre Demain
Par Carlo A DESINOR


-- I --
II nous manque, a nous
autres haitiens, quelque
chose d'esseniel dans notre
faqon de nous c omport r
avec les autres.


COLLOQUE SUR LE FOYER DES JLUNES


La problematique


de la jeunesse

Par Pierre Robert AUGUSTE


La jeunesse represenle I'a
venir d un pays. Aucun sys
tome de devclcppemcnt ne
peut rdus.iir efficracement

csaus la participate on de cet
te force. Mats, dans les IpayY.
slus developpos onl se coin-
p.;'t t mi1ar11 inaliser }Ics
S11'u2( 1 ta li tI offrir des lot
psI's ])! lot 11"-iI (1' h ics m t -
grpr dans le proces.,ssus de
devliopi pemeiit EL. clings ii i
prAys cdeiv l. ip'. le's j'iunes
iveCit la trag(die de I'isole
ment, procliiti ce eette ctvi-
li;ation iidustiplle qui de-
ltirsutitit list' I 11 Li 1 li'.
ciarrie la droue 'l violent



Nommes au grand
conseil Technique

Le Secretaire d'Etat de
1'Information et de la Coor
donation, Me Ulysse Pierre-
Louis a procedd ce martin a
l'installation de MM Franoik
Daphnis et Claude Vixamar,
nommes par le president
Duvalier, membres du Grand
Conseil Technique.


Chiens agressifs

Plusieurs de nos abonnes,
resident dans divers quar-
tiers de la capital, se plain
gnent depuis quelques
temps d'dtre aggresses par
des chiens et dans des cas,
par des meutes de chiens.
Nous attirons 1'attentioni
des proprietaires de chiens
et du service inttressa du
D6pt. de la Santd Publique
sur ce faith qui a toute sa
valeur, durant la saison des
fortes chaleurs.


ce en modcles dc comporte-
ment.
Voi'a la plol-ematique de
la .eunei;s. t tie quc ile 1
ete presented bar les ex-

iVoir suite page 3)


NouIs ln aons n ;is rts-
pt cer le, ''n'Is. t I''urs i-
d c .
Noi.. lii m ,\(itr p, its non
plus r i'.spec"il ii' it croi s.
Nouis a'' piton', cl-flicile-

set ipar!r' '.' r de facon
con'ra"- i m's) de:rs, a
nos de fo)r ; ','u ls.
Nots vos.ons dcs ennelmis
.'pi il '. II 5stIl' I i:re s'm
plemi-len' d'unp a'i're mroel
poll" rill'on vi)I'< rn v ille
.liqu la nous l-tliiner de
la voie circulante.

L'haitien en veut a son
compaLriote pour un rien.
Pour ses idces. Pour .son
comportment. Et mcne
pour soni honnde tc.

Nons conservons encore,
pour i It :(' inh llielir, tous
nos inlsltiicts tr'baux.


Le Nicaragua resolu 'a obrenir
Vextraditioti du Gentf al Se~miza


Managua (AIFl Le
nouveau guv erneenlnit l-
crarituayen tierchera (iip:.i
tous les IIioyes leg.iuLI et
(uehlue tenimps ou c;l.'rt.s
que cela necessitei a obte-
IIIt h'e.v.ra d i t i o n
de l'ancien 1) r e s i -
det Somoza afin de le trIa
duire devant la justice de
son pays; a declare mardi
a 1'AI"P le Procureur 4en",-
ral; M Ernesto Carilito.

((Nous n'enverrons pa" de
commandos pour le .aer.
Nous le voulons vivant a-
fin qu'il repoide (de ses
actes) dlevant le people.
Si quelque attentat se pro-
duit centre Somoza; la ret
ponsabilitd n'en incombera
pas an government de ie
construction); a precise ile
procureur general. Rappe
lant existence d'un traite
d'extradition entire le Nica
ragua et les Etats Unis; IM
Carilo a precise que le Ni
caragua basera sa demand
d'extradition sur le prece
dent du dictateur venezue-
lien Marcos Perez Jime-
nez; renvoye par les Etats
Unis dans son pays pour y


Le Pape Jean Paul II repond aux

Dames de Saint Francois de Sales
d'Haiti


Lors du voyage au Mcxi-
que de Sa Sa ntete le Pspe
Jean Paul II, les dames de
Saint Frane(oi de Sales
dHait lui ava:ent ecrit une
lettre pour lui exprimer la
deception et le regret qu'el
les resscnta ert du fait qu'il
ne pourrait plus fire esca-
le dans notre pays. Cette
lettre avait dte remise au
Saint Pere par Son Excellen
ce Monseigneur Francois'
Wolf Ligond6 qui avait bien
voulu s'en charger avant
sno depart pour Saint Do.-
mingue ofi 11 devait, avec
d'autres Archevdques, ren-
contrer le Chef de i'Eglise
Catholique.

Bien que le Sa'nt Pere a-
vait charge l'Archevdque de
Port-au-Prince de teansmet


tre de vive voix ses remer-
crements a ccs dames, cells
cl ont eu recemment la
grand joie de lecevoir, d rec
tement du Vatican. un mes
sage dans lequel le Pape les
remercie de leur fillial at-
tachement, les encourage a
toujours rester attentives
aux besoins spir'tuels et ma
tdriels de ceux qui les entou
rent et les benit de grand
coeur selon les terms me-
mes du message.
L'Association des dam?3
de Saint Fran ais de SaleE
est la plus ancienne associa
tion de charity, fondue en
Haiti et existe depuis 116
anndes. Les Dames de S.-
Frangois de Siles sont A la
fois touches ot fires, A ju4.
te dro't, de la paternelle at
tention de Sa Saintet6.


rept, ondre d'unl detourtile-
nient de foitts.
I'n troupe d'avotitls a
poursuivi I '. Carillo; c ',nsi
tue actueilement le .s-
sier Shotoza,; sur li base
des nuiinreux docufmtenils
saisis datims le t(Bunlke i) de
l'ancien president et des te
moig, ages tie personnel a-
.ant eu it sAuflrir de la re
pression sous l'ancien rcri
rie. Un autre group tri-
vaille sur revaluation de
la fortune Somoza a 1c'-
tranger que le gouverne-
nent sandiiiste veut cgale-
ment recuperer.



MORT DE
FRANCOIS'
GEORGES
(Toutou)

Nolus avotsS appls avlI
peine la mort de notre a-
mi FrIaneois Georges Touu-
tou) survenue hier a 1'Ho-
pital St. Francois de Sales.
a5 la suite d'une breve ma-
ladie.

M. Francois Georges est
surtout connu come l'-ai
des premiers et brillaws
speakers haitiens. En effect.
durant les annees 46. il 6-
tait. grace a sa belle voix
d'orgue, la coqueluche des
auditeurs de Radio Port-au-
Prince. II a su les enthou
siasmer, les instruire de Dar
la finesse de son esprit.

Pour quio cnnait bien ce
bon Pore de famille exem
plaire, M. Francois Geor-
ges ne laissera pas seule-
ment le souvenir d'un grand
speaker. Ce fut aussi un in
te'lectuel discreet s'interes-
sant a toutes !es questions.
Nous partageons la dou-
leur de sa famille, partl-
culidrement de sa femme
et de ses enfants, et nous
nous ddcouvrons humble-
ment devant la d6pouille
mortelle de notre ami Fran
gols Georges don't la cdr-
ridre.- la BNRH constitute
un module d'efficlence et
d'honnftete.
La date des ifundrailles
sp'-a annond6e ultdrieure-
ment. ,, /


REMAIN MTIN, ,
AU PALAIS
NATIONAL

Le President Duvallier re-
cevra demain martin .a 10
heures, les membres de. 1'6-
quipe national de foot-ball,
et de la ddlegation officiel-
le qui accompagnera cette
6quipe vendredi a la Hava-
ne.
L'dquipe d'Haiti rencontre
ra cell de Cuba le 5 aout
a la Havane dans le cadre
des 61iminatoires des jeux
olympiques de Moscou.


-


- -----P~~rT~Ts'~K*r;lr*;*I-ll~iriG:-(





PAGE 2
MErICREDI ler AOUTS 79


Championnat de Foot Ball a Delmas Prdailler


f lier I ins ''eull lo0'. iSot


(131 roui' 1
lip1121 ivei 111tt
gI ci iiil Ie 'iiii oipi,

In111won hnt 111




Ififtlve M'acrie Jeaitlne
'ixiii5 iode N(-%%, York

(;' 11,i- Gticcoii -Bookinian.
Ce'. eqiucie'. nt 2 semali


lies pour se coillfroillter; s'36
lilnilter ct pour irril r ai
fi finale III DIlln eihlieL 1I
Aoit.
On v Ic iinqueur du group
pIe I recevra il Coupe du
IMajor "Frantz Adamn et Ic
Vaiinqueui r du ,grouilpe 2 au-.
rI la CIpolie de 1'ex-g6nie-
ral (;iraurd Coistant.

I'n peu pIartout; oi ils
sunt allies (:l'cominlpagins de
Mine Andrre MIonplaisir
Pierre lPoete: journaliste
lbien connue; faire part de
'orgainisationi du chalnipioi
nat; ils onot trouce tn ac-
celicil sp6clial. Ie Sous-Se


Vague de nieurtres en Ouganda


ARRIVEE IDEI POLICI.RS
TA\ZANI.NS I'Ol()R
AII'R '' 'MAINTIEN
1)1E L'ORlRE

- ARRIESTATI(N\ Dli
srsi'.'I Ts 1:'1" T .jI E l' t lie



KIampala ie (.P) Des po
I ciers lanran;ens; revNit'us
d'unifoirmes de I'armee;
sent arrives il y a une se-
maine (n Ouganda pour aii
der au maintie, de t'ordre
et metire fin a la vague
te ineurtres en course; ap-
prend-on mardi de source
bien inform(e a Kamnpai.
Dan.s n discours rad'io-
16levise: le nouveau Chef
de l'ttat ougandais; le prea
side t Godfrey Binaisa; a
declare que le gouverne-
ment offrait une prime;
don't le montant n'a pas
6t precise: ia touted person-
ne susceptible de fournir
des informatio,,s permet-
ant t'arrestation des emau
vais 1elements. auleurs des
rmeurtres des deiniares se-
maines. Ies autorvitcs ont c
element renforc6t 1i-- p;i-
trouilles de .jour et de
-unit dans tout le pavs.

Da.s cette vague de cri-
minalile; deux medecins de
i'hopital de Mulaoio a Eamr
pa la; les Drs. Jack Barlow
et lih:ikve; avaient etu as-
sa'sines par des inconius;
ce qui cavait entraine utine
grave du personal.

Quian t an autenrs de
tuos cs, nrcurtres; ils se-
r:iient; ,e nln ertaines s'iir
cus: des so'ldats tanzaniens;
seloni d'autres; des parti-
siuns du l prsidi'nt itlchu I-
di Auiiei I)adui ou; enfin;
des pnrlis:ins de l'ex-pr'si-
denlt usufii Lille.

IL. Pre '.delit B i ;na ; ai
di',ll c s a ornni eI ; S;ll s.

l4u1c oriu gi"r i' lli u, x orii 'in ntl

a ," "t; av lenl (l a r-' ue'
tees -es derniers j,urs.

D'.iitre part; il ;i conL.:e
t Ie president Dliniel A-
rc i) l M i; C('lie dei l I't:i Ke
i iu;in, po'r obtli',ir iuP 'ex
pultsion en ciours des refu-
gi's ouganhiis du Kenya
prenne des 1',forms teaccep-
t;>l(.- pour les deux pays,).

Dains son discours ra'lic-
tirlivise; le president B1-
icaisa a indique ou'il espe-
rait que !e's relations fra-


ternelles entire les peuples
du Kenya iet de I'Ouanda
permettraient d'aboutir i
des r6sultats acceptable
eour les dleux pays)).
Au ours (Iu week-end
dernier; le Ministre ougan
dais des Affaires Etrange-
res,; M Otema Alimadi; a-
vait qualifi6 ces expulsio s
tdIe tarbares et inhumai-
nest. Eniiiron 10.000 refu-
gies ougandais sujournent
an Kenya; la plupart a-
yant fui leur pays apres
le renversement du pr6si-
de,, Milton Obute par Idi
Amine Dada et a la suite
de la terreur que ce der-
nier a fait regner jusqu'a
sa chute.


Nicaragua
L'Aide de
PlEspag~ue


Madrid (AFP) Le Gou-
verneient espagnol a deci
de d'accorder au Nicaragua
une aide important afin
de contribuer a la recons-
truction du pays et ai I'ame
liberation de la situation
de-; habitants; a indiqu6
nimridi a Madrid le Ministl-
re Ipagnal des Affaires i:-
trageres.

Peu avions cIlercules,>
do;vei:t parlir pour le Nica
ragua; transportant -a leur
board un hospital militaire;
d'une capacity de 90 lits; a
vcr 1' pers onnel mclical
et sanitaire; une e6uiue deI
mcdecinc et des mtdica-
melts dein'!ndis p, ar l's ;,i
torit:ir nicaraguaycnnes. 6i

D'au're part; 'le Gouver-
nemient espganol offre aa
goviiernenient iif i tra gua-
uen ii ", a :t alimentaire
(I un m(,nt'ant globil de 5209
millions de pesetas; consti
tue essentiellemi,'nt ile .as
i

ItiJ;lIIN (A i') La
It(IA .1 env'yc' nmardi au
Naiar uaia par avion spe-
cial uti chargement de pro
u iis, de ]preniaero neressi-


Ce chargement; le pirentier
tdnu g iire;comprend des nin-
ii'ci'ita nts; des desinfcu' -
tants; ties tents et des
couvertures, 11 reprsentle
ulne Iu, i million de marks
RtDA cl il a etb finance
t;ar des dons de la popula-
tion est-allemande; a indi
que l'Agence officielle ADN.


cr6taire d'Etat de la Jeu-
nesse et aux Sports; M le
Docteur HIenry Remy a tW
hcureuiix do les recevoir et
loe voir 1'61an donn6i A Del
mas-Predailler par line jcu
eicsse scolaire liii vaut,' lita
pcine d'8tre encouraged
par tous; et; principale-
nicnt par notre excellent
collaboratrice Mine Andrce
IlMonplaisir Pierre.
Les matches sont animes
par les Scouts; les l1ves
(un Centre Lya Augustin Gue
ry et par des musicians du
Centre Lya Augustin Guery
de Delmas-Pr dailler. La
finale aura lieu le diman-
che 12 about 1979; it la date
anniversaire de la Creation
du Centre' Lya Augustin
Gu6ry; cole de promotions
et de developpement qui
eomptera ses 2 ans d'exis-
tence fonde par notre amie
consoeur Madame Andree
Monplaisir Pierre.
Nous prenons plaisiri in-
viter tous les jeunes; tous
les parents; tous les amis
du ballon rond: tous les
membres de l'Unifed; tous
les voisins des villages La
mother et Malval a se join
dre a ceunes eune i Delmas
31; sur le cote gauche Rue
C. Valm6 afin de leurs ap-
porter une note d'encoura-
gement tout au long du
championnat.
11 nous est rapport
qu'hier i Amperon ((a vin-
ce top balloon) par 2 buts


Le President
Carter
FROMET DE SUPPRIMER
TOUS LES OBSTACLES
ISOLANT LA MASON
BLANCHE DE I'OPINION
PUBLIQUE AMERICAINE


EARDSTOWN (KENTUCKY"
31 JUILLET lAFPi --
Le President Carter don't
la popularity vient de bat-
tre, aux Etats-Unis, un nou
veau record abso'u de fai
iblecse, a promise solennelle-
mcnt. mard aux Ameri-
ca.ns, qu'il .tlait veiller ai
suppr'mer tous les obstacles
is:olant la Mal on B!anchec
de opinion publiquqe.

cune d Lance, barrier, pro
Loc'ole on pirv lege ne me Et
paiera co you.: a soutigna
Ic President ameriocn dans
dp.n.s untte dee'sration lomi-
ncl r. e itttne l iiion publi-
(Ilcc a: e da:e l abitants de
It I!'C '(it p Kinluckyi.
M Carter a ensu to ,olli-
citt av' c i i; y'a: cee. Iailde
(,.c-s ;>m:l ric nl-.< pourt !it )cr'
mntclitr Lit' ,i im iltefri i lI.-
!ill ice ;til Ct t rll, L'es dorts 'oill
pi Ls ,,trol ores ct de s
grouil), L t- preiict- liJll i a r c
ct un L III s;>i nl(,lVr"ju plan
(tic tt:' qute l i t.' i; tc a i t t
c"!i, I c tic))',,l'nl d lll'e laxt
tII' h .ilI ( I'r ccii cc-, dc-s

V, I ,') I cc,- i c',c: fl'r, 1n'c t:ilt
1 11 cn '!! .t G: Itc' 1c.c' r

)cpli't amri c;tn velit qu'ull

n111l 1. v'cr:'c.l)lt e0t, equitable
so't impose ,sur les profits
ponies p(!rouli'er .1 af 1n que
coire tltion aisposs" d' IL'ar
ci-tn1 Il I tci'e dnnt l'Am(
Fiiue a ibesoin pour rempor
Lt'"a lt 1 i,uierre de 1I'inirgte ,.
a di6clarc M. Carter.


a un Cot apr6s-midi 6volue
rent Defil6-Marie Jeannne
lfare t Cosmos de New
York et Meroredl le ler
aoilt Galaxie face 4i 'Udlon
Spbrtif Club
Jeudid 2 aofit : Enfant
du Br6sil face A Bouknian
Gaou Gulnou
Vendredl 3 about: Blassou
face i Mackandal.
L'occasion nous sera of-
ferte de presenter les grena
diers qui auront resist6 i&
l'assaut; et qui s'affrointe-
ront pour les derniers d6-
ments renouvel6s ia tous et
bats de la finale. Compli-
particulittre entt M Mine
Andree Monplaisir Pierre
l'animatrice de la Jeunesse
scolaire et Universitaire.
Un fanatique du Ballon-
Rond



Critiques de M.
Zamiatine aux ,
pays occidentaux
MOSCOU (AFP)
M. Leonid Zamiatine. por
te parole de la direct on so
viwtique a critique mardi a
la television soviet que le re
lus des pays occidentaux de
prendre en consideration
les propositions soviet ques
en faveur de 1-i conclusion
d un siona> Est Ouest.

M. Zamiat nc, responsible
de information internatio-
nale au Comite Central, in
tervenant au course d'une c
mission d ffu.ee a 1 occa-
sion du quatrieme anniver-
aire de la ccil-erence d'Hel
s.nki II a ind que que IUR
SS proposait 'i'elargir les
measures de cocifiances dans
Ie domain mil.ta re prevues
par les accord- d'Helsinki.
Rappelant que les sign
tires ont pris l'hab tude de
s'informer mutuellemnnt a
l'avance des manoeuvres
milltaires terrcstres qu'ils
organisent, M. Zam atine a
precise que 1 URSS propo-
salt d'etenore cette informa
tion aux manoeuvres nava-
los et aux deplacements
de troupes importants. II
a cite comme example pou
vant conduire .:i de tr stes
consequences,, si ls autrcs
signataires ne Font pas pro
venus, les grandes manolu-
'"res des force:a 'rmees am"
rcamnes auo mnis de J1..n
dern er.

I'. a reijee scr 1'Ouest l ab
sence dei resulattls aux pour
parlers des MBFR de Vien-
no quiii tduren' depuis 1973
et ;:llirm' que 1'URSS n-l-
v'it 'pit, ,uo mi_ nte'i at d un
I l' s lold:t.s forcc s en
ll-Eip Centra,( de'pu's cet
uc, 0aite.
D:,c lillne alluston ll la
*tIro (s cine corbeil'e>> d Hel-
simtkti, cc'le concernant, la
libre c relhttion des idees
et dls liomrnme: M. Zamiati
no a decl.a're que la tcon'ft-
rence de Madrid sera uti
succ s scieiSm"ntt si 1'on ov
eto ies ,Slogcu- dcmagogi-
quesi, qui ont (tt, selon Iu
linces ih la conference" d(
Beltirqade.
M. Zamnatine a eno fin do-
nonce los signrc de [a <,ea-
no 'since dul ascisme e
RFA ainsi que dans d'autre"
p pys d'Europe et aux Etat
Unist>.


Apres l'ajournement du debat du eonseil


Ie Security sur les droits des Palestiniens


WASHINGTON, 31 JUILLET
tAFP) -
L'ajournement, du d6bat
du Consell de Securlt 6 des
Nations-Unies sur les oartl.s
inalicnables des Palest niens
a idonn6 un regain d'interet
aux rumeurs perslstantes sur
une possible amorce deo da
logue entire les Etats-Unis
et l'organisation de llbera-
tion de la Palest ne (OLP)
et I'eventuelle reconnaissan
ce par celle-ci de lIa rase-
lution 242 garantissant !e
droit 1 existencee d'lsrael.
Dans les milieux diploma
tiques. on Ind'que que c'est
d la demand des Etats-Unis
que ces debates ont ete report
Jets au 23 aout prochain, a-
pres que les 'iavs soutenant
l'OLP aient lait circu'er.
lundi, un nouveau project de
resolution ne ttment plus
modern que le precedent et
qui faith reference aux reso-
luitions 242 et 338 du con-
sell. Le faith que Koweit et
'OLP aient accepted la de-
mande d'ajournpment ameri
cain. est d gne d'etre note.
fait-on observer.

A Washginton, le porte-pa
role du Departemnet d'Etat
M. Hodding Carter, a realir
me avec force que les Etats
Unis n'env seaefient pas de
modifier leurs conditions de
dalogue avec 1OLP qui res
te dro't i existence d'Is-
rael.

M. Carter a Egalement sou
ligne que la 7-'ho-ution 242
demeurait la pierre angulai
re du roglement du conflict
au Moyen-Or'ent, mais il a
declare que si les Etats Unts
parvenaient a trouver mne
lormu'e rempl :ssant ls exi
fences opposes de routes
les parties in causes '...
Ils seraient satisfaits ".
,Nous travaillons constam-
ment cettc approche, a-t
il ajoute .

II semble que le dern er
project de text *e resolution
sur les droits rdes palesti-


Wnens, soumis au consell de
s6curlt6 lundl, at donned l'es
poir aux Etats UTnis de par
venir At un compromise, esti
ment les observateurs.

Ce serait la ralson pour
laquelle '-s ont dentandi un
deal de reflexion jusqu'I
la fin du mois prochain.
Dans les milieux proches du
Congrts, on indique que
'Admlinistration C a r te r
a entrepris ie sa o n d e r
et de tenter de rallier les
parlementailres sur une nou
vel'e formulator. des droits


palestinlens. SI un tel com-
promis parvenait a A tre for
ge, 11 pourra t avoir de vas-
tes repercussions sup Fen-
semble du r6glement du
confllt au Moyen-Orient, en
encourageant la participa-
tion des palest niens aux
ndgociatlons sur l'autono-
m'e de la Cisiordanie et de
Gaza, estlment les observa-
teurs.

Le porte parole du Depar
tement d'Etat a conftrmo
que les Etats Unis avalent
engage un dialogue direct


avec dos palestinlens mod6-
res. II a. par ailleurs, est'-
m6 que le super Ambassa-
deur>s america'n aux nego-
clations sur l'autoncmle, M.
Robert Strauss, avalt sans
doute de ,bonne.i ra sons
pour croire que d'ici trols
mois certain pa'estin ens
pourra!ent accepier de sie-
ger it la table de negocia-
tions is cote de l'Egypte et
Israel, comme l'a declare
cette semaine dr ns une in-
terv ew h hebdomadaire
port>).


GRANDE BRETAGNE
Apres la nationalisation des parts dte British


Petrol
LONDRES, (AFP)
Le srejet Toi,:ri par Lon m
dress des raisons de la na- 51
tionalisation des interfts al
,detenus par la <.British Pe at
troleums au Nigeria lais- m
se prevoir de serieuses em ve
poignades Diplomatiques a qt
la 220me conlorence du dd
CommonweaLh qgdi s ouvre dt
Mercredi a Lusaka, esti N:
ment mardi :oir les obscr s.r
vatturs a Londres pr
La r6plique tr,'s ferme du V6
Foreign Office a la deci ha
sion de Lagos permet de vl
ponstrc que Mad rlt11 Marga co
ret Thatcher ne so laisse- sil
ra pas facilement enfer ve
m' r dans le picga tendu va
par les membres africaiss B
du Commonwea-lt qui, hor tic
mis le Kenya, sent total ve
ment hostiles au regime is C(
su du reglem'i., iuntrieur ro
rhodesien. Apres lis atta- Ic
ques du Prasidan.' Kacind, :
et de la press z;aibienne A
qui ont priced' LiLi di lor
rv6e" du Premaor Ministret
Brt'annique a I"saka. tout
po"'e a croire c' effet qu
ces pdays afr;ca:si sont '-'-
sol:is a fire prei ),a pa."
tou- 1 s moven. iur Lon -
dr's ")!r cquil r'nuorce a
levi r les sanctit-..s centre
Satisl:ttry et a rec-nnaitle
le qouvernelr."it de Mon-
seaianeur Abel M I'etta


Leumn au Ni
La BP., don't le g
l:nt Britanniqut
Sour cnt des ac1
ffirm6 Mardi soir
wait ent observe, 1 e
ers 1 Afriqus du S
ti ce navait pas
ans ce pays de pet
ie la mer du Nord
ig4ria Neanmolnij
?rvateurs, qui
r.icentes a 1 esnrt,
relations du rappo:
iam 1 an dernloc
olations par la
rnpagnie du blocu
en, ra.o'ilen: qtue
ernement Britnnt
it re nimcint a
Pi a ccroitre ses
oios v-rs la mer d
*rs pays de 1
es exportaticns .ei
pe, 'l l.es m.l
orne, nn2 faisaient



ME


AIMEZ VO7

PROTEGE

PLANIFIC


eeria
ouwv.ine que transiter avant d etre
detienit achemind?s vers 1 Afrique
lions, a du Sud, privee desormais'
nou elie d' ses approvu'ionn.n'inents
eu' ," ir,.itens.
embargo
3ud ot Si elles surv:incent a noint
exuort6 nonmme, hls accuse ions d.u
rule. iii Nigeria des 1o,.'ttalistos
J ni du Quoi qu il ean .coil. la deci-
les ob sion de Lagos porte un
ardent coup dur a id companies
1',s re petroliere Britannique, qgi
rt Bing d 6 t e n a i t 2 0
sur los pour cent de la -Sheli-BP
m dme Nig6ria Limited>. qui pro-
Srhode duit plous de la moitid du
le gou pecrole N'geri;,n Le Gouver
rue a nement de -'agos, rappel-
ult rise b lnt la moitle d: pelrole
export' lent enfin les observe -
lu Nor d teurs, avait Ogalemein- me
a C5'E nace recemm-nt les Etats-
rs 1 Eu Unis, don't 15 pour cent des
ccux in importations petrclierts
-i lit vtennent du Nigeria.



.SSIEURS


TRE FEMME !

EZ LA FAITES LA

ATION FAMILIAL I
-


ii est maintenant si facile d'avoir une line
partaite si vous etes a un age ou Iem-
bonpoint menace..'.
s' voice activiteL sedentaire favorite les
bourreiets de graisse..
lor-civ e emepubhique lederale d Allemagne "


si voire gourmandise est plus lorte que
vu, bonnes resolutions$
Fugoa depol
En venle dans routes les pharmacies
Scheunch Pharmwerk GmbH AppenweiserBtden


DaOes amaignsa


Une Vague


de


itci/pp//c sAll


Orageesamaigrisssvelteantes

Dragees amaigrissantes


Maigrir sans peine avec Fugoa depot


rI


TIEEt.


I-J,/,,,,r ,,,*U^/9/;r&--1G7AP--K^K-^5Q^AAXrl^^.&-


-- I1L -- I ~L I r LII,---C ~1~ICI


W"r


3 Ll"J


Fraicheur'







PAGE 3


MERCREDI. lcr AOUT 79


r60000000


OIKA Oi A d'Americains



f-: NOUVEAU TUBE GEANT SUPER ECONOMIQUErent Colgate!
I _A


Petites

Annionces

Erratum
1es lI'cleur's sint pries do
()lIid rcnr qule la presen-
t diI 111111 d s ,ill t-M ailrt
.(' 1111111 dcla 1; liset des
>Iiillt ,ln *s ci Il l calrnlct so
Ci.I idu l lnI .'r) cit: 18I Juil
Irl 197!) Vlt ('w a lin1e pII
I m simple errouir 18
,x x x
AVIS
Operasion
Tet-ansam'm
Le Secr.ta' iit de I Ope-
rasion Tet .nsani m avise
les s r'iirits 'tu camp de
\;ic( nces de I OPTA'N. de la
c'essation momcntanee de
xes activities. en raison de
1 imminence (les examens
oranix du ha-c laureat lere
et 2'rme parties ..
I letir enjoint, en cons6
quence de bel ionloir at
tendre jusqu au dix Aout
courant, la -ommunica -
tion de 1 lhori -e des pro-
ch:iins departs
Josepih JA.S.MI;N
Secretaire General 18
O -

Offre d'emploi
Entreprise industrielle
reclierche pouir po(ste Drec
tion inconieur lIe(tro MW
canucien ou lechnicien a
v ec experience production
et machinerie '.nglai, In-
dlispensable Oi)pirtuniit in
in d,; ite
Service Empiloi P ( Box




A VENDRE
Ii terrain *,itiie San -
il,I tin 'arrie ti et demi.
Iiur indmlii ric ou a;urre I)r(
jcl cotllin erc(.;:l, ; l rou-

('oItl(ictez S'r-,e If Ri -
cn ll : 2- i' )','i; 2-i 1 i );
' I(I 11



Fermee pour
conge annual
1,;l P ;1111 1 I Perry'
I ;t a Ut ic (l l ()'l' n lic' N .
r.ii' tII i' ; j I i 11 ll r7

Atill I;' I'


VENTE PAR AUTORITE DE JUSTICE


11 est fait savoir ai tous
ceux a qui il alppartiendra
qu'il sera procede le mar-
di sept aout ntil neuf ce''t
soixante dix-nenf t dix
heures du matin en lI'Etude
et par le Mivisi re de M1e.
Lebrun Vielot notaire ha Iii
residence de Port-au-Prin
ce; a la vinte au plus of-
frant et dernier encheris-
seur de I'immeuble ci-apres
designed en vertu:

1) d'un jugemelt du Tribu
nal Civil de Port-w.u-Prin-
ce en date du dix juillet
mil ncuf cent soixante d'K;-
huit don't le dispositif est
ainsi conqu:

Par ces motifs; le Tribu-
nal; apres deliberation au
voeu de la loi; Dit et dei-
clare dissoute par le divor-
ce la communautd des e-
poux Gustave Adolphe D-
jean; l'ex-epouse nee Elnu
re Frecynet; Donne aix
parties acte de leur accord
au partage de la dite corn.-
munaute; Ordonne en co, -
sequence le partage des
biens meubles et immeuble,
de la communaute; qui a
existed entire les 6poux GIs
tave Adolphe Dejean; Dit
que prealablement aux o-
perations de partage il se-
ra precede a l'estimatio
ies immeubles par le sieir
Bossuet Donatien que- Ie Tnri
bunal nomme i cette fin;
et qui dans un process ver
bal de circonstance dira si
le ou les biens sont common
dcment partageables en na
ture; Commet egalement le
notaire Lebrun Vielot; en
la residence de Port-au-
Prince; pour les operations
de compete; de liquidation
ct de partage; condamne
la communaute aux de'-
pce s.

Et 2) d'un juement de ce
mmem 'Iribunal en date dui
quatorze nlai mil neuf cent
soiixante dix-neuf d(ont le
(lispositif est ainsi conciiu
Par ces motifs- Le. Tribu-
aial; aprcs examrn et sur
les concr usions confor-
mes duI Ministire Publir:
Dit et declare regulier en
la forme et just au fond
le rapport dressed par I'ex-
pert commis Antoine Bos-
suet D)onanien; le vingt
deux janvier mil neuf cenw
soixante dix-neui.


Enterine le sus-dit rap-
port pour :tre excutd dans
sa former et teneur; Ordon
ne en consequence la lici-
iation en 'etude du notai-
re Lebrun Vielot commis
aux fins de partage, de
l'immeuble sis a Pacot en
cette ville, tel que decrit
dans le dit rapport; Dit que
les deniers en provenand,
seront partages i part ega
le entire les parties; Con-
damne la communautd aux
depens liquids a la som-
me de...
Aux requete, poursuites
et diligence du sieur Gus-
tave Adolphe Ddjean pro-
pric'aire, demeurant et do-
micilie a Port-au-Prince,
ayant pour avocats Mes.
Louis M. Lamarre, Boniface
Alexandre et Osner II. F6
vry identifies, patents et
imposes avec election de do
micile au cabinet de ses a-
vocai's sis a Ia rue Ameri-
caine No. 27.
Centre la dame Elmire
Frecynet, epouse divorcee du
sicur Gustave Adolphe De-
jeau. demeurant et domici-
ltie "a Port-au-Prince, a-
yant pour avocat Me. Da-
mascene Jean Charles iden
tifie, pia'ente et impose avec
election de domicile au ca
binme de son avocat sis en
cette ville; Une propriety
fonds et britisses sise a I'A
venue Champagne dans le
bloc Nord Ouesi de cette
Avenue et du Chemin de Ba
biole mesurant vingt me-
tres qua tie vingt dix
lOuest, vingt deux mietres
cinquanie cinq a 1'Est, dix
sept metres six an Nord et
seize metres quatre vingt
quinze au sud et borne au
Nord par Madamd Pierre
Faure, au Sud par qui de
droit. a 1'Est par Edouard
Peloix ei' a l'Ouest par un
passage common de quatre
metres quatre vingt sept.

Elle est estimee i vingt
cini mille dollars.

Pour plus amples rensei-
enenemils, s'adresser an No
i'aire Lebrun Vielot, deposi
tatre du cahier des charges
ou au Cabinet Lamarre.
Louis M. LA'MARRE
Avocat
lIonifiiace ALEXANDIREl
Avocat

Osner II. FVIVRtY
Avocat


La problematique

de la jeunesse


(Suite de la ilre page)

perts an mant le colloque
international sur la jcfnes-
so, tenu, La Namey (Niger),
du 16 au 22 juliet dernier
sous les auspices de la CON
FEJES (Conference des Mi-
nistres- lfrancophonse de
la Jeunesse et, des Sports).
De pr me auord le collo-
que dont la vice president
ce a 6et assignee L Haiti, a
etc vite oriented par le Se-
cretaire General adjoint de
'a Confejes M. Amadou La-
mimn BA 11n negalais de
grande notoril'tc intellec-
tuell, et, un h;abile diploma
te. II a su sat,.sfaire tout le
monde. et s'est si bien tire
des situat one: delicates
Clr'ees par des prises de po
sition teintees de lisine, politiquc et eu'turel.
Car chacul a voulu d scre-
tement imposer ie modele
de son pays. Le seul qui ait
si 51 nrste le pays h6te, le
Niger. Son modcle d'organi
nation primitive. ancienne-
La Samarya -- a in luence
gracee au savoii-faire de La
mnine BA, un 01eu profonde-
1ment l'e colloque. Dans le
rapport final cela va de
soi des eloaes ont cou-
vert la Snmarya..Ains'., se
sees t Fed< reserve-t-on de feliciter cha
que strueluri du pay; dti 'ac
cucl. Et. quand on aura vi-
site tous les pays membres.
on finira par reconnaitre
excellence do toutes les
structures. Piepe de la Di-
plomat e !

Fail. regrctt.h.o ie coloc
quo, dsolinlle ollctudiler los
problems d !a j'unllesst,
dle itus les p. ys memnbre.:
cle la Conigi'.lo.. a ol( r(s-
11'1n11t ux seuls, pnys ,frl-
c;ihms. Li's aut.'es pays fran
coplollle, 1m 'rnibl'se Icl' In
Cinl'(jes, n'onl pas force-
ml [ lit (it's stirV, llres socia-
I's. poliliques idenl.iques a:
(rs. 11 review. t cos der-
(rIi 0oI des pays ; fric.'lns. A-
r ii'.s (lidnplt L r t le1r prc
prl 'stunlt on los recommnan
editions du c(o!lotque. Savoir:

Une integration plus
harmon.LtouL.se de la jeune.s.se
hdals la planification gene-
ra'r du develolippiemrt.
L'orgaini':atlon preala-
ble d'ule' enqulite parti-
eipala.i1i perilc Lt.Iant d'asso-
cier 1i 5 CUi]o,i 1i amount et
(11 avai ta ]a lormulat on
dcsi bcsoin-' r '.l ]tifs autL:-itt
a' 'opportunile qu'L la na-
tlure de, .instLittltions im-
planterc et des programmes
It developer.

La participation effec-
tive des uagers du foyer
au )processus de decision aL
tuLis les nl'veaUx.

La relcuvc'ture des ins
tlitutions soc o educatives
v':i 1une aninllion i domi-
nant e socio ;"onomique
impliquant la tr logie : For
matioi Par.icipation. Ac-
tion pour le Develappe-
nient.

Envisager une polit -
que de la jeuness de manie
r,e concertee to global

Utiliser des methods
qui s'appuient sur les e'.e-
m( nts reactualisables des
structures anciennes capa-
bles de rcniforifcr le senti-
ment et l'action commu-
nautlaires qui fraorisent 1'ex
pre :sion pour Ic jeune de
ses besoins et lui restitue sa
rsponsabeilite roc ale.

Il y a la trop do terms
bh depouil.cr de 'eurs conno
stations techniques. Aussi,
trop d'objectifs L peine rea
I sab'es, sinon chimeriques.
Principalcment, la participa
tion effective des usagers
du foyer au processus de prI
se de decision 5 tous les n'
veaux. On centre d'emble
daps la Poitique. Le dan-
gei nest pas .carte La quc
relle des tendances, bin
fluence du groupe domi-
nant.
En Haiti, I'apllicat'on de
ces recommendations est
est concue pour une soc!dtd


qul doit remodeler .ses
structures sex stantess d'or
ganisation de jeunesse. On
n'a pas encore de structu-
res dignes de ce nom. La
jcunesse n'est pas response
billsae. Elle n'a pas tant de
loisirs organisms, et pr.vi'e-
gie faute de possibilities
- les plais rs. Or, Haiti fi
gure parmi Fun des pre-
miers pays disposant d'une
population tres jeune. En
effect, selon les donnees du
dernier recen.'ement, 42 p.
100 de personnes sont ages
de moins de 1; ans, 54 pour
cent dc 15 a 64 ans; et 4
pour cent de p'us de 65 ans.

Malgre touo, .ucune poll-
t que de Jeuneose n est e'a
bore. Autant d;re que tout
eliort visant 'i amliorer I'a
venir est voue b ,tchec. La
j e u n e s s e souffrant du
> de sa depersonnali-
sation, du syndrome de ses
incapacites. II faut ressusci
ter les clubs, tout au moins
career des maisons de cultu-
re AL intention de la jeu-
nesse. Une mason dE cultu
re constituera un foyer ap-
te Li favor-ser 'integration
des ]eunes. Pour cela, il
faut tout repenser, renon-
cer a cettte dance d'orga
niser puremeni et simple-
ment des loisirs pour les
jeunes. Mais. plut6t, conce-
voir des programmes socio-
culturels, soc'.o economi-
ques qui am6e-c'ont la jeu-
ncsse t so libe-er dc bien
des tares...


'I -~~-~4~aD "+e~a~~~


MIMI m nHW all~mimllim mummnium mmuummu nummumulmm..n..........



PRESENT LES PEINTURES DE TRES HAUTE QUALITEh,
QU'ELLE FABRIQUE SUIVANT LES TECHNIQUES LES
V a PLUS MODERNES ET A DES PRIX DES PLUS ABOR-
DABLES.


INL4CW)


PEINTURE ENPNBIRE
ACASE,08


bIN ERIEmJR.EXTERIEUIR
a LIVESS


une formule SOGA
poor chaque usge
une formule SOGA
pour choque gout
un produit SOGA
pour cheque bourse


ECONOMIC
DURABILITY

SOGA Peinture et Vernis Indi-
.gne SA Rue du Mogasin de
Etat (Pres de I'usine electrilue)

,P.O. BOX 856- TEL: 2-2206


ETUDIEZ AU



*I CANADA


S- TECHNICIANS QUALIFIES


0 EN
OSSADEMANDEGE


SDepuis 1939, 40,000 technicians ont 6te
4. RADIO .. entramin par I'Institut Technique Aviron.

Assurez-vous d'une vie meilleure grdce a un
entrainement technique.
S. REFRIG Nos conseillers techniques sont disponibles pour vous aider A choisir
M |le course pour lequel vous poss6dez le plus d'aptitudes.
Chaque annee plus de 1000 diplomas d'Aviron se dirigent vers
l'industrie.
Les etudiants pourront passer lea examens officials du gouvernement.
MACHME Nous8 ffrons aussi des course PAR CORRESPONDANCE
Veuillez vous presenter et rencontrer nos repr6sentants,
A 101 rue des Casernes, Port-au-Prince, Tel: 2-0125 afin
d'obtenir plus d'explications sur les course d'Aviron.
r-
SDESSTECH E Svousne pouvez pasvenir, compl6tez le coupon ci-dessous et les
Informations necessaires vous seront envoydes.

NOM ....................... ................. AGE ..

I ADRESSE ........ ..................................
COURIS PARl CGORIESPiDANCE
E! COURS DESIRE .................... 0COU A cMOKRRtAL

a9. DISELf
L - --- .


Les

calculatrices electroniques

Texas Instruments,

mettent la vitesse,

la precision, la memoire

et... les resultats

ati bout de vos doigts.


En vente
et service a


1.04^. Electronics

LA BELLE CREOLE rue bonne foL

%_/


I














ACCORDS D HEISINI DECLARATION
CO(IMMUNE i )ES3 OROUPES DE SURVEILLANCE
AMNIUICAIN EXT SOVIETIQUE


I 'i ,up'l lA ,'i' l e

ll.l'ne i' 1 1 appllcu-
Ilouo dr., a'cv rd d Helsinki
:i pll 'lh M ill'.l it MoscioII
I; 11 11 ll ,111 A l tm i ll

u.: i'ltr' l.t rl 1.t1' I apborei'
('itnalsiiin ,lxtR lC groulpe
li I ktodhlIn circia Tpondant.
1 on..ia, ll (ill .mllne 1nh11 t-














lifis l(:cupr ideclarcno
\ (I. L IIFi t, .1 co1 un M ferl l lre
,111 l1;L N t)t'llitle Pl Ci )([ ll''l'


I e grou'pe Siorcovlte a






mii i'llerlc i'on i'; ''l pri ss
Inl declhr'.atlon ;IdTnlti eo n
: cord vtiic r'l dissidents
1onltials d I KOR (Comi6ns
d :(utodil cn.lti : .)clale) ell
f:ivunl d's di.-;sidents Telle-
\iquslovaqurs fde lai -Chart.
a77 arr e-t I r1 mai


LtIu:rS leiur drilanralion
colluntlltr lue Maidl mors
dt ui n col nrrm' n de plressp.
les gl 'b)l)p' So)vicliquLe et
mller ailcain ( Itiz lelf. i: vo -
1:1 ftrhe rt 1 no livation 1-.
s. nlif 'lles (l, (ifcr.eih el. d,
li: '. re co ;Il re ir ll public

(1, s drolis de i honime dans
iodn painysi

ILes dissidehin's Mos;covites
;uxquels s etant joint. Il
mnol-'sseur All ",,i ( ;tkharuu-
,nit precise ,iii Ic uroiuDu
!inm 'rica'll Crti' en J:tn
-hrr 1979 tt :)rvs,de nar lo
(hilcur Robcrt B-ill.tin. de,
\;Lt tpanlr al n' mt, mo-
mrtnt Unle conference e dp
prF ;se a New Yjrk Madams
Lioudmila Alexeva, anciev


nimnbre dui troupe Moscovi
I,, a t,6'Iphonl do New
York 9 se'.s illls u0lndanlt
iliir conl'lfrelnce de nressp
y1i.ls la conm011i nllieation at
.r coupiell e' a0 bout dl 5b so
(tILnd's.

Dans le texte TPolono-
Sovitiquit'. l's Dissidents
'islin'menti quie les' id'a)x
poursulvis par les partici-
pants all o11iViiv'lemnti de la
,Chartre 77 eLt d autres da
fenseurs des droits do
1 homm' en Tchecoslovn-
quie, en Pologne, en URSS
el dans d autres pays de
1 Europe de 1 Est, vain
croint dans les coeurs des
gens et rappr cheront les
peuplls de nos pays mal-
gr' la politique de nos gou
vr mllt.n entsl

Soulignant l important
ce de la crea'ion de group
pcs Helsinki dLns tols les
pays signataires Madame
Elena Bonner. membre du
troupe Moscovile. epouse
de Monsieur Sakharov,
sest felicite ac do linteret
i issanlt, malniaf'slt en Eu
rope Occidentale t pour la
defense des Dr,'its de 1 hom
me dans les pays dSe 1 Est,>
aui-deli des divergences po
lltiquesi.


De son cot6 M(nsieur Sak
harov s est declare encou-
rne par les reactions de
1 upinlion et .Jes gouverne-
ments Occidenlt;ux face all
problem de-s relfugies d in
dochine


AUTOROUTE DE DELMAS TEL: 0-2180

TOUTE LA MUSIQUE HAITIENNE
TOUS LES SUCCESS LATINS
TOUS LES HITS AMERICAINS iDISCO-JAZZ

SUR DISQUES
OU ENREGISTRES POUR VOUS
SUR MINI-CASSETTE
SUR CARTOUCHIE & TRACK
SUR BOBINE MAGNETIQUE
PAR IJNE EFUIPE DE SPECIALISTS
EFFIRCACE GARANTI PAR UNE
HAUTE TEC(IINICITE
LUNDI A VENDREDI 11 : A.M. 5 : P.M.

a-


MERCREDI ler AOUT 79


NOUVELLES DE L'ETRANGER

PETROLE SYNTIHET1QUE PROPOSITION SUD AFRICAINE AUX ETATS-UNIS REFUGIES ETATS UNIS :


JOHANNESBOURO. (AFP)
b Afrlque( dal 1'Ild 'slt venn
tell' lment pr,'ie I'L 1111're b6
noflcier les Etats-Unis do
son alvalncle tLclhiologlquoe
daills IV (lei )111 Vi dc la 1pro
ducLilon de pe-ol l)lesynlhl-
l.lque it base d.' carbon
Gazeill. 1a c(',vcl Lund) le
Dirt telir Gn r:al ide la R&
gie Sasola, Monsieur Joe0
SLegmann
Ma s 11 flauira que cette
operation rcoil',)rte pour
1 Afrique du dud une con-
tripartie ,concrealtr, a ajou
te Monsieur Stegmann sans
precise sur quoi pourralt
porter cette 'onlrepartle.
L ancient Scretaire ame
ricain a 1 energie Monsieur
James Schlesinf'er a recem
ment critique publique -
ment 1 administration Car
ter pour n avotr. pour des
motifs politiques, profit
de 1 example Sud-Africain
11 consistait a extraire du
petrole synthltique du
carbon par un proc6d6 de
Gazeification L des tempo
rutures sup6rleures at 1200
degrees cnitigrade Par 6on-
tr-, Dimanche dernier, le
militant noir americain
Jesse Jackson. actuelle -
msont en visit en Afrique
du Sud. s est prcnonc6 con
tre loute cooplratlon tech-
nologique de cet ordre entr(
lhs Etats-Unis at 1 Afrique
du Sud tant que les ngirs
de ce pays ne oDn0ficie -
roit pas de 1 6gallte des
droits).

La rlgie zSASOL, vient
d announcer par aillieurs 1 a
mission d actions en bour
se pour un montant record
de 625 millions de Dol-
lars US '525 millions de
Rands lCette cmilsion est
dstinee ab financer parties
destinee a finance partial
element par 'in apport pu-
blic. 1 achievement du gi-
gantesque complex de
*Sascl-2 et L, en vole de
construction a Secunda, vil
IP nouvelle edifiee depuis
1977 dans le Transvaal de
1 Est. a proxinmte des ri -
ch?"s gis menis carbonife-
res de Witbanki


La phase S ntermediaire
du prolet. SASOL-2, com-
mencee il y a Sd-ux ans. se
ra operation'"lle des 1981
Son extension clecidee en
1979 (avec une capacit6Pe
gale a SASOL-T:) sera ache
vec ?n 1982 .? project total
cofilera prsa der s(p mil-
liard s dc dnIlirs don( la
majtiur part ie :ront four
nis par 1 etlat ou par des
emprunts

On compt"' (Ii| d ici qua
t1(c ants I's 'r)ols complexes
,SASOL d.m Ile pre-
in'i'r ist operlion('l nde
pi.s 1955 procl'irolil a
d s lprox ')mni)(liifs lavec
ci('.x du p)tr)ie briut ilm-
p)rli' I);r 1 Afr (liiic il dl Stl
I'l P de' 50 )uri cent drs
besoitints ld-i Afl'nc'ins ii
'arbiUlrant liq,.il, Cola rr'


dulra ainsl do moltl6 la
d6pendannc d cc pnys da
1 lgard des producteurs dei
petrole natural. I1 faut a
cet 6gard rapw'ler que 1 A
frique da Bud Lvalt perdui
an dcbut de ertte ann6e son
principal fournisseur, 11 I
ran, don't les nouveaux dl
rigeants ont arret6 leurs ex
)portations 9 deninatlon de
1 Afrique Australe xRacis-
tee.

(.SASOLs qui utilise un pro
ced6 originellemnent mis au
point par des savants Al-
lemands, s est assure le
concours de plusieurs fir-
mes 6tranglres pour 1 6di-
fication de son immense
usine de Secunlia L une des
plus "importantes est la so
ciet6 amlricaine &Fluor)>
Pour la seule annee 1978.
le contract port a c"tte firm plus de
450 millions de Dollars.
Parmi les Firmes Fran -
qaises presents sur le
chantier de Secunda il
faut signaler Rpie Bati -
faut signaler Spie Ba-
tignolles et 1 .air liquides

En depit de la consom -
mation future de Sasol en
carbon destine A la distil
nation, 1 Afrique du Sud -


don't lea reserves carboni-
fires se situent entire 25 et
100 milliards do tonnes,
peut slmultan6ment, se-
lon les experts, satisfalre
la majeure partle (7n pour
cent) de ses hesinirs 6nerg6
tiques par 1 utilisation
directed du carbon Mind-
ral. et accroltro de faron
spectaculaire son revgnu
national pner 1 exportation
charbonnilre en vole d aug
mentation sans precedent

Actuellement le lafond
annual de ces exDorta -
tions vers 1 Eurone et
1 axtrlme Orient notam -
ment, est encore fix&6 i
44 millions de tonnes,

Mais, selon le President de
la Chambre cds Mines. M,
Dennis Etheredge, ce ola-
fond pourrait 6tre, L ter-
me. porte a 90 millions ou
mlme a 130 millions de ton
nes annuelles. en raison
dune demand internatio-
nale en vole d acceleration
permanent

En 1978, la vrntp sur Pl
march mondial de 15 mil
lions de tonnes de carbon
avait rapport a 1AfriQue
du Sud plus de 383 mil-
lions de Dollars US


x x x x

GREFFE TETE :

DECLARATION D'UN DIRECTEUR DU
(,NATIONAL ENQUIRER))


New York (AFP) Le tional Enquirer, n'a ja-
mais offert 200.000 dollars
au professeur Christian Bar
nard pour tenter une gref-
fe de tlte humaine; a de-
clare mardi M Tom Kuncl;
dlirecteur administratif de
I'hebdomadaire americain,
M. Kuncl a ajoute qu'il
devait y avoir confusion
dans les informations en
provenance du Capi; car il
s'agissait d'un article qui a
vait fait la.couxerture de
l'(Enquirer, il y a deux
mois environ.
Dans cet article; l'hebdo
madaire faisait ltat de g:ef
fes du cerveau et de tates
entieres d'animaux en par-
lant des experiences du
girofesseur Robert WhelP
n' f Cleveland lietropoli-
tan General Hospital)),.

Interrog6 par l'AFP; le
professeur White a declare
qu'il avait toujours refuse
les demands d'interviews
de l'((Enquirer, L'article
puiblie dans 1'hebdomadai-
re; a-t-il ajouto; avait lt6
basa sur des rapports scien
tifiques parus planss des re
vues medicales specialises.
LIe prol'fesseur White a le
ni A praciser que ses exp -
rienees sur les greffes de
cerveaux de singes s'etaient
terminees il y a deux ans.


Cura ao







aller/retour







Seulemen$126 (plus taxes)



Ce que vous economiserez

sur vos achats

peut vous payer le voyage!. -

L'ile aux pnrix de port franc

(free port prices)


Quatre (4) vols par semaine. Pas de visa d'entree.

Pour reserialions conlacle/ o(re ageni de mage ou AI.M1
,Madsen I \port-Import S.A.. Agent General Telephone: 2-3476, 2-(H)28 et 2-0317





ALWR ANTILLEAM AIRLINES
tr it


DECLARATION DU SECRETAIRE D ETAT
CYRUS VANCE


V

d

r







T




r
r
r


Les travaux de greffes de
tetes entieres et de greffes
de cerveaux; a-t-il dit; se
poursuivent sur des rats.
aLe but de ces travaux
est d'approfondir la recher
che neuro chimique et neu-
ro physiologique et non
pas de prouver que l'on
peut changer des tatest;
a declare le professeur
White.

Le INatioial Enquireru a
indique que son article sur
ces travaux avait ete dans
un context futuriste. L'on
pouvait env sager; a decla-
rc M. Kuncl; qu'il serait
peut-etre possible un jour
de greffer des tItes humai
nes.

Au course de 'enquete ef-
fectuee par les reporters de
l'Enquirer)); a indique M.
Kuncl; de nombreux sa-
vants et chirurgiels avaient
6et interroges; parmi les-
quels le professeur Barnard
Une des questions concer-
nait le court d'une telle ope
ration et; selon M. Kuncl;
le professeur Barnard au-
rait repondu que les frais
d'une telle intervention; si
jamais elle pouvait ftre en
visagee; se monteraient a
quelque 200.000 dollars.

,Cela ne signifie absolu-
menit pas que 1'Enquirer a
offert cette some au pro-
fesseur Barnard pour tinan
cer operation a affirmed M.
Kuncl; qui a expliquc que;
selon lui; il y a avait eu
une mauvaise interpr6ta
tion de l'article en question
x x X X

BOLIVIE :
La Central
Syndicale denounce
une 1Araude
clectorale n
LA PAZ, (AFPO
La Central onavrie Bo-
livienne (COB) a affirm
mardi qu un coup dEtat
par tapes etait en prepa-
ration dans le pays et a d(
noncL ala fraud 6honteps
commie, selon f.lle. par le
Tribunal National 6lecto-
ral.

La COB estinme ou ee coup
d Etat graduel ccmporte
trois phases : linimiser la
victoire 6lectorale de- Mon
sieur Hernan S.les Suazo
en reduisant Ic nombre
de voix qu il a obtenues,
permettre ainsi 1 access -
sion a la prasldence de M
Victor Paz Este'ssoro, et en
fin reduire les libertls syn
dicales et attaquer le mou
vement ouvrier peur d6 -
truire les syndicate

Pour sa part, le prMtre Ju
lio Turnirl, Prcsident de
1 Assemble des Droits de
1 homme, a mianifest6 sa
preoccupation a la suite de
la publication par le Tri-
bunal National electoral
des suffrages cbtenus par
les candidates. Il a annonc6
que lAssemblae allait fatl
re une enqurte sur ces rc-
sultats ssurprenantsa.

Les rcsultats officials par
tiels donnalent a. Monsieur
SIJles Suazo une advance da
d3.000 voix sur Monsleul
Estenssoro alors que lea
resultats offlciels dlfinltlfs
ne lui copcdent plu1
quoune avande de 1,512 VolX


WASHINGTON, (AFP)
Monsieur Cyrus Vance
IclarI, mardi, quil esp
alt que des Ilations Di-
lomatiques normales ave
e gouvernement Vietna
men pourralent 6tre 6ta-
lies souse peu mrals a ra
pel6 quelles etaient tou -
ours soumlses au problem
ae des refugles et a 1 eng
cement de Hanoi au Ca
lodge

T6moignant sar le probl
me des refudOes devant
ous commission judi
ciaire de la chambre d
reprlsent-ants. '.' Secreta
re drEtat a, en effet, dSc
r6 : ( oh nous comrnmncerons
rlsoudre ces probl6mes.
Nous aurons des discussip
sur la normalisationi.
nos relations Diplomatl
ques
Monsieur 'Vance a sou
gn6 son intention de cc
tinuer 9 attire 1 attend
mondiale sur 10 probli
des rtfulies du Sud-Est
siatioue et la position
Hanoi L ce sucn'et pour e
ter que toute redaction
1 exode des populations
no Vietnamicinn ts n aboi
se a la creation ,de can
de travail-

Lt D6narteml.ant d I
a announce, ta semaine
niere, quil y avait 375
refugies da)ns les camps
premier aneill l en Asic
que la politq.i.' Vittn
mienne d expallsion de 1
nie S'no Vietnainieinne
vait porl er .ncoi ,s lu'
million de pera'onnc'i

Selon Monsieur D
Clark. 1 Ambassadeur



Pharmiacie
assur.,nt te serve
cette nuit

PORT-AU-PRINCE

MERCREDI jer ABOUT

BLEUE '
B J Dessalines
CHRIST ROI
Christ Roi
BON REMED
Rue Lanrarre
JEUDI 2 ABOUT 1979
VINCENT
Rue Mgr Guilloux
ADONAI
Ri' St Martin
SAINT MARTIN
Delmas

PETIONVILLE

MERCREDI 1hr ABOUT

GALLIEN
Avenue Estim6
J1udi 2 Aoutil 1979
JEUDI 2 AOtir 1979
ST TIIERESE
ER tl" VIllate


a

ec


ip

ga
m


_-
la

les
ai-
la
nt
6a

Dns
de


li-
on-
ion
mel

d"
'vi-
de
Si
itis


ricalne charge toat splcia-
lment du pr ihblme des r6d
fugles, les Navires amari-
calns en mer de Chine ont
au total, recucllli 84 , fugl6., de la mers qul se-
ront installs aux Etats -
Unis Ce chiffre est peu im
portant a reconnu Mon-
sieur Clark, mais les bat-
teaux dc la ,-IAtirme flot-
te ont reuo 1 ordre de
continue La patrouiller
dans la region pour recu-il
lir tous les emigrants vo-
luntaires no Torces qui quit
tent le Vietnamn

C est a partir du mois
d Aofit que les Etats-Unis
vont commencer a instal-
ler. cheque mois, et pour
une period de un an,
14.000 <,
a-t-il precis6
Monsieur Va-tce a souli-
gnte que l Di'pear .2ntel
d Etat n avait toGuours pas
rue;u de repoiue dis autlori
tes de Hanoi pour 1 envoi de
personnel consuilaire :iile
lica n en vut d( SitLCIiLer
1 entree aux Etats-Uni, dSe
refugees d origile I chiloit,
<,Je u erais surprise qul'Ls1
disnit non a, a-il ajOutL
a ce propos.


LES ETATS DU GOLFE
DECLARES ZONE DE
GUERRE; ANNOUNCE LA
((LLOYDS DE LONDRES

Londres (AFP) Les Etats
du Golfe ont etc declares
(zone de guerre ))a des
fins d'assurance -maritime;
a dater du mardi 31 juil-
let; h 17 heures Gmt; a an
nonc6 la (Lloyds, de Lon-
dres.

Cela signifie qu'une pri-
me special sera ajoutee
en ce qui concern les ba-
teaux qui naviguent dans
cette region. La (Lloyds, a
rev'ee16 que la sur-prime se
rait gale a 0;025 pour cent
de la valeur du navire par
semaine (soit environ 1'equi
valent de 5000 livres ster-
ling-semaine pour un pe-
trolier de moyen tonnage).
Le comite des assureurs

maritimes Underwriter Corn
mittee) doit se reunir a
Londres; mercreli; pour e-
tudier la situation concer-
nant le chargement des ha
teaux tansitant dans la re-
gion.

De wouvelles surtaxes
pourraient encore etre deci
dees au course de cette reu-
nion.


(- SPECIAL ETE 79-
5.(1 o 0 8

St |E LE BISTROT

1eth MERCREDI 8 AOUT
pou
uit ENCORE DU SENSATIONNEL


ei Jazz Pop Musique



Modurne Bresilienne,


c Haitienne. Etc


1197 avec ce
1979

IA Nouveau Spectacle



FRANTZ COURTOIS

ET LES MEILLEURS

MUSICIANS HAMTIENS

une suwer soiree inouhliable

Reserves vos tables
1979

LE BISTROT

Tel. 2-189


77


BLOCS E.R.F.7


ETS.RAYMOND LAMBERT

J,,dMateriaux de Constructionk.'_
-----






MP'RCPEDI I r AOUT 79


UNE INVENTION ANTILLAISE


iSultl doh la 1 re I[pal e)

l ttlcllll o l \n voklee I' IIn cI l s
it l ii t' i d i iait ii' -l
l t(l lil t l l t lp ii n I t St vil it
'I liii I bitt I' t11ilt at! hll ii',
' 1.1 111' 1 ti vit'is l1111 \'o1
I' i t l l ai i vI a aI ll desII

Itll t lll I Ii' di, Illlt e th s il ll _I
\ ciI Il ', ) IkatI ,al e. n p 1olp s
d it tin'llt I i II t.u l t l i d t i li



ltn, tl l l t in lte s or dnsi
Ivi l iii i ilt'liliti t iii'lhtl

Ili 01 f! ll!i l lz l(3o1]ll e. Le ro
lII i I h:11t ll1n ti XlX1
s'clt' (lli ahltioartellait, le
Plls stltlsist, "t la bttw rieot
sit il a la classes moyelnnel .
t tltil I s tendance a al-
I'r tc'ercher s('. personna-
ri's dillns la campai'.n Iris
It liillAntaillne poll .1.s iIa
\ 'lI' lI .: I i'It" n- t'!i ;a la
holll he I c 1 .:,ro w s msol l tI4
W" ItlII\ stillb ilble.^, a ceoux
des p|t ilticie is deis vIl l s.

Fi' ti 1111 Ilit'. i t'is na-
t:ils bl l t11'a r om 1'l r1 i ell
reIll' d lir' oull /r d''lx po ( hur dp
iCOtt' rl"dl u (lmllt't pitti lores-
SIIPN i' lll dl\ ih s l igi-

liiiI l ii' '-. l bltils'll atl i t
dre t r\'PP' l cii'.; i 'c los ob-

I''. o iniliD ;livec i' It IIxi
muIll det )Icctsio i de ve-
i: :I la Iwu dp rPpcherrphtr
Id.s 1ersonna1es par nlatire
ll +ssabli. s usil' i Iar c" ( iix
u s p11 'lahcr.) p(tr lillr
o W'llt. r po r i p.pr a wI' l' ndf r

m i urs. 5 O;t
Eil nIf/ini/ dle' roC ani pay
nll, o n 11 ,t l s PliC !e l ac
CIU:O I' > venta pl' place C rt.
d'(" s'nce p.:'y'; lln :1 (h n-
1i 'l! la 5 '1impi't tpe pI r y
',voir pri- nai sa,;'ce. D'au-
*eI pa",. Ie paysnn qui ani
ire l',: paysa.es d- ses joies
(e d ."'Ts i stess ,; lui est
i.-tsi familiar. C''st pour-
qon'. il a ilAss'O des tableaux
(I des p)r ra.I s,. st veridiwg:es
r"' la vie p .,all!nne havieon
11" ;o l ;llU 1 ,,l; ns dans I(
nord du v s'.

IOMANd D AUJOURD'HUI

A part unfi remarque sur
M\iniel qu( iO p it' juger ar
1l!C('ii, 1 c1 h,-:ii i- 'ISl0 ',L 'e
.l ,o l ., r (i;'i inill cj(q
1 'lit)"uon qlil degage,
l(; IUIVEIRNEUH'S DE LA HO
,SI'I'"1 ( t n! l ch I-d oriuv e ide'
1. 1 it :;( '], n;t ionall't 11
I l'st, riesullt- iqu 11 a exeri
c il n (i 11 l in lu snce slir


1les romanclers hail lens con
leinlporailnsl ql'lls ino peu-
vent point s'en detacher.
lIs eln sentl pour itlnsl dire
ob i llbhs j IISqLI'nu point,
(i'cll'nUcouri le reproche de
I'linlter le plus souvent de
trip p1 .. Imitation, qul at
'oll ( IIr,. I end a conf6rer
iI ca-ratirle monotone auI
romit n n"eIIItmporalln.

ORIENTATION

II ny a pas de doute que
le piaysan hattien a droit a
des considtrat Lions visant
iii clinhagenient radical de
sit condition materielle et
int llectuelle. Sujet pas-
sionnant, s'il en fut. Mais.
pourrqloi les ronmanciers con
timporains, d'origine bour-
ge(iso ou petite bourgeoise,
110 rcprennent-lls pas la
tradition des romanciers du
XIX". el du debut du XXe.
si clc ?
C'-si que la bourgeoisie
oi1:'e in l'ltcanip i 'obsuerva-
ton l'iiuni richesse inopil-
sable se rapportant it tous
c's i raveis soctiax, tanLut
comiques. ta;6lt tragiques
inherent al milieti ou ac
quis at course des voyages.
;i la leclure des romans, d
la frequenta!ion des sales
de cinema ou a la faveur
dc relations reciproques.
Qantt aux elements de
la 1etite1 bourgeoisie, ils
,lnt interessants it suivre
dans lIur fievre de trans-
ferl de classes pour ne pas
i'l i idpei;lfis s a cemx des
inItssos. La aussi los moeurs
ptnuvpnt prendre iln aspect
dramaitou par 1 acharne-
nit i1i des tuns et des autres
a ?arccrocher a inme position
soemial rcemment conquise
dfi hi'ite lutte.
Ni6 e vivant dans une at
mospherc de competitions
o cd intrigues ardentes, nul
ne saurait etre plus quali-
t1e que des ecrivains de ces
classes pour observer leurs
par ns,. leurs amis. les po
ltictens. los homes d'af-
faires dans leurs motive-
ments. leuirs efforts et leurs
reactions de tous les jours
pour pager leur pari.
Att li1ei de s'engager sur
c"'te voie naturelle peu-
ple) d'avatars, les roman-
ciers de cos cla-sses prfe--
r1nr tsrcnliser dans le ma-
ra;'s 1 aiysan.
A "- stuiit, on pourrait
6lablir tn p]rall'lo etn're
IE DRAME DE LA TERRE
o TI A VENCEANoIE DE LA
TERRE et MARIE VILLAR
CEAUX.


SELON CLAUDE
SOUFFRANT
Le but poursulyl par Clau
de Soulffraint, common le li-
tre do son ouvrage 'lndi-
que, d'alllcurs, esat do mar
qutar le carac',re socialist
des romnans de Jacques Rou
main etl do Jacques S. Ale-
x's. Darns son esprit, cette
conception seralt plus com
plete, plus avancte, plus
conreLe clue cello qu a 6t6
formulee et accepted -a un
moment decisif de 1'histol-
re des Noirs of l'assimila-
lIon apparaissailt comme
tine chape de plomb eter-
nelle pose sur le monde
noir. Pour le colonisateur
et le racist qui 6taient
blen places pour compren-
dre le sens de la n6gritude,
des son debut, elle signi-
fiait non seulement une
simple prise de conscience
racale, mais tiune menace
pour toutes los idees et les
institutions qu'ils avaient
claborees pour jiusifier leur
presence en Afrique et leurs
actes d'onpression, d'cxploi
station et de violence, en un
mot, la colonisatIon.

Encore tune fois, comme
de rares colons de St. Do-
mingue et comme, de nos
jours, cerains Africains du
Sud, plus on moins lucides,
le colon racist avait vuii
just, puisque la prise de
conscience en question avait
engendre des prises de po
sition tells que de., it
parlir d'elles, des observa-
teurs clairvoyants poll-
vaicnt entrevoir a 1'horizon
la fin du colonialisme, et
done, l'independance.

Pour les critiques de bon
ne foi, un movement de
cotte ampleur devait em-
b"asser tous les aspects de
la vye des .Noirs : cultural,
social. economique et poll-
tique et non se concentrer
sur un seul comme on vou
drait vainement Ie faihe
comprendre.
Un simple coup 0'oeil en
arriere permettra d'affir-
mer le bilan positif de la
negritude originelle ou his
torique. A part une floral-
son d'oeuvres qui s'impose
par la profondeur de la
pense,. la qualite litterai-
ro et l'o"iginalite de l'ins-
p .aoin ef qui n'ai de co--
respondant que dans la RN
naissance de Harlem, il
fauti sinaler, cc qui est
plus important penco'e : 1''
mergcnce successive cie
p'-s d' 50 Etats.

Or. trop de jeunes politi-
coiens avaient cru Irop corn
plaisqmment que, lourds
scileme'nl dc leur baFa',e
in rll1ectulel, sanq tenir
c(m' .e, dr's saer'in cets d' tou
tes series di cert':Ins die
I' ulrs anls, ils pouvalient
eOcalader un poisvoir lais-
st' val:in't pr 1 'anlcin ccnu
p nit. Leilr dt'coli venluet fill
('ci Ilellc. D'oi 1 l'oI'ill s r-
dde de leu" hostility a it1'
i ld r is ( c ri('I t a l ui n':i-
Vi('11 l)a:k C ("d 1 ) un chanll
;:)!',( trop grossier.
CeuIx flui no s'esailnl01t pas
familiarissis avec lis tCrils
d Edward Blyden, de Mar-
cuLs Garvey, de George Pad
more de Docteur Kwam
N Kiiurlllnah de C.L.R. James.
de Dr. Bu'rghardt Du Bois,
de Dr. Louis Jos(eph Janvtie,',
de Dr. Jean-Price Mar;s,
d Emmanuel C. Paul. de Dr.
Frainiols Duvalier, dc Louis
D'aquoi etc., s'imainraicnt
voloniiers que la pfinsee r
volutionnaire avait com-
mence avec eux et certain
ec'rvains de leur coeur. Ils
se trompaient.

S'ils s'tlaienti donned la
peine d'accomplir certain
p6elrinages, de remonter
jiisqu'a, certailnes sources
ils auraient, t lelur grande
surprise, dicouvert, que la
plupart des propos qu'ils
regardaient comme revolu-
tionnaires, 1'talient beau-
coup moins que les obser-
vations de ceux qui avaient
naguire rev6 pour leurs fr'
res de justice, de liberty,
d'tealitt, d'indpenndance et,
parfois, de grandeur.
Pour so consoler de leur
echec, ils avaient eu recours
it des represailles sous 'a
forme d'accusations de ra-
cisme et de neo-colonialis
me Imputes sans preuve a
certain dirigeants noirs.
TRENTE ANS DE POUVOIR
NOIR et tan', d'autres 11-
vres de cet acabit compo-
se une literature de haine
et de rancoeur grosse de
violence.
Bien oue ces accusations
fussent dtnuees de tout fon
dement, on pourrait repon
dre que si les Blancs a-
vaient pu et peuvent enco-
re Impunement exercer ou-
vertement ou subtilement
leur racisme, les Noirs se-
raient tout aussi lustlfihs
de leur vouer le mime sen
timent. Au lieu de sien dis
culper, ils pourralent s'en
servir comme d'un argu-


ment, ne serait-ce au'en
matilre de r6clprocit&. I
n'en est rien pourtant.


Quant i 1'accusation gra
tulle et injuste de n6o-colo
niallasme, pulsque certain
dirigeants noirs lucides re-
fusalent de jouer les roles
obliques que leur indl-
qtltient des mercenalres in-
tellectuels on service com-
mand6, les dirigeants noirs'
incrlmlnts n'avaient d'au-
tre choix que cclul de se
replier sur eux-memes et
de refuser toute assistance
emnpolsonnee. Et puisque
1'heure etalt, dit-on, a 1i'n-
terdependance, s'lls reqol-
vaient quelque assistance,
ce ne pouvait etre qu'i
1'exemple des responsables
de pays plus riches que les
leurs.

Heureusement que beau-
coup d anciens colonists n'i
gnorent point que ce qu'on
appelle de nos jours aide,
ass-stance nest qu'une in-
fime parties de ce que cer-
tains pa/s riches doivent a
certain pays pauvres en
reason des pillages, des mas
sacrcs auxquels s'etaient
lives ceux-la dans utin pas
se pas trop loigne pour
etre oublie dc sit6lt.

A cette phase de la dis-
cussion sur la neigritude en
general et sur 1 'etude con
ctnant trois ecrivains con
aid (res comme tenants de
la n6gritude et du socialis
me, en meme temps une
pause s'impose pour une
p-ecision indispensable.
Par son inspiration, Jac-
ques Roumain appartenait
tout natarellement a la 11
,i. 11 i navait pas be-
soml de deployed auicun ef
tort pour devenir t'un de
ses plus brillants bardes.
Pourtant, comme il advint
a beaucoup d'autres, aucuneI
profession de foi, aucune
declaration solennelle, ne
R, liait a ce grand mouve-
ment de ",..- n, r i,' ,, racia
le. La graQde -chance de sa
vie reside dans le faith qu'il
mout-utt avant la monte
des mosquineries. 1'explo-
sion des ambitions 1t la
clamour des reniements qui
devaent l'en'acher. En d'ati
tries terms, sa since rit6 de
poetes ne fut soumise a au
rune epreuve et il n'eut pas
a se prononcer dans des d6-
bats sans grandeur.

En ce qui a -:rait a Lanss
ton HIughes, sa vie d'hom-
mn ot d'ccrivain fut d'une
csh(, 'i'nce parfait. Did's qu'il
cut chnssi so vocation, il
sattacha a, defendre sans
t'evc ses compatriots noirs,
sos Ifrtres des Antilles et
de l'Afrique, Imsqu'au jour
oi il s'apcrcut cu'il 111i in
combat d'enRlober dans
ses p-coccupations les op-
p:'ries dlautres races.

QuantI Jacques S. Ale-
xis, il appartient a la Re-
ncra'in 1 es rOlunltestalaires
anxielix de supiplanter im-
mcdialmrnt dces ains dont
I(S t 'kils, l etaUs de ,er
vice, la maitrise piolltictii
15;l i':,i(cnt au point de
paraiirce n souffrir. C'est
:ljljsi (11u'o 1 s'em p'-essa d'in
v nter iiiie n6i1ri1ud11 dite,
sc alis e, qll n'etait qulun
liurre apirt's t1ant d'au, res.
1,I n6iritude historique im
pliqluait plus que cette ne
I.' ittde m;se rapidcemnti a
li rnmode. II sluffit de relire
I.A MAIN DANS LE S.A.C.
(' LE NEGRE DEMASQUE
public s en mars 1958 dans
'Le Nouvellistel, pour sai-
sir les dessous de ce quii'on
veu1 bien appcler par cons
plaisance contre-courant et
qui n'est qu'une forme de
reaction semblable aux pr6
c6denLtes
Enfin, c'est peut-etre pour
catcher une impuissance de
venue a la longue par trop
manifeste que certain veu-
lent, ta la faveur de la con
fusion regniante, en remon
trer aux autres et substi-
tuer sans reference, une
doctrine de fortune don't
l'inconsistance 6clate aux
yeux des rimoins clairvo-
yants. Malgr le cur audace,
ils nc sont pas arrives at
relayer des litteratures aus
si valables que cells des
annies 20 et 30, ni it dtpas
ser le si ade des sindtpen-
dances, literature et indt-
pendance portant les mar-
ques d'une generation enco
re vivante et i I'oeuvre.
SELON ANNE MARTY
Lorsqu'on se propose de met
tre en valeur un Icrivain, il
est bon si possible de si-
tuer pour le lecteur l'en-
droit oft 11 a pris naissance,
les paysages don't 11 s'est
nourri, des son bas a.ge, le
milieu familial of il a e-
voluf, les ecoles qu'il a fre
quentees. les voyages qu'il a
entrepris et les Influences
intollectuelles ou autres
qu'il a subies, etc.

De son c6te, Anne Marty
a suivl cet example et
a appliaue cette rlgle
dens CONJUNCTION de f6-
vroer 1978 t l'gard de
Jacques Roumain et de


Jacques 8 Alexis. Blen que
Claude Souffrant efit es-

(Voir suite page 7)


fi


le Scotch Club


I


Michel


VE?



.DERNIE]


ELECTION MIS!


ETASA (Volkswagen Audi)


QUI SERONT MISS ET MONSIEUR DISCO 79




GAGNEZ $ 3.000 DE PRIX.

AVEC :



VOLKSWAGEN : $ 1.000 CASH


AIR FRANCE :

AIR JAMAICA :




HAITI AIR INTER :


2 billets aller retour P A P Miami

2 billets ailer retour P-A-P / Kingston

ou Montegobay

2 billeis au choix


SANYO CENTER : Un tel6viseur SANYO

ONMI SUPPLIES : Un refrigirateur KENMORE SEARS

PLUS :

DES BIJOUX, DES MONTRES, DES ROBES, DES RADIOS, DES

DISQUES ET TANT ET TANT D'AUTRES CHOSES ENCORE QUI FONT DE

CETTE ELECTION L'E LEC T ION DE L'A N NE E!


8 Miss et Monsieur Disco 79...



Un programme M. So. C.

(Renseigntemnts et inscriptions tous les soirs ay M.S.C.)


AMP ROSA


vous sugg ere de compare


Beaucoup d'entre vous pensent que acheter un Moteurmhors tord EVINRUDE

aux Etats Unis revient moins c2he qu'en Haiti. Cela semble normal.

Mais relkechissez :

Nous reproduisons ici un extrait du Magazine ,BOATING., d'Octobre 1978.

(Boating est le Magazine qui fait autorite oa"s le monde de la navigation

plaisance)
1979 OUTBOARD MANUFACTURERS.


USA HAITI (AMPROSA)


MODEL EVINRUDE 6 HP short shaft $ 670 650 long shaft

9 HP r 880 885 "

I" 25 HP 1155 1125 "

35 HP 1310 1275 "

I ,, 50 HP 1850 1725 "


NOTEZ BIEN que ces prix aux Etats Unis sont F.OLB. Milwakee

Wisconsin et n'incluent donc les taxes de vente ni le transport a terre,

ni le transport aerien pour acheminer \'otre moteur en Haiti.



Vous comprendrez aussi que vois devrez vous passer du service de

reparation et d'entreties cu Magasin aux Etats Unis, tandis

qu'a la AMPROSA, vous ben6ficiez du service avec sa garantie de

Philippe Herissd, technician dipl6md de OMC Service School EVINRUDE


ANALYSES BIEN etVISITEZ NOUS

REF : BOATING OCT 78 Page 103.


Rue Pav6e


- - - - - - - - - - - - - - - -


k9~srm~mr~ HM~- 'ococohn~.Coot~ ur -


NDREDI 3 ABOUT


RE ELIMINATOIRE


S ET MONSIEUR DISCO (79)

PATRONNNEE PAR






MERCREDI ler AOUT 79


DANS NOS CINEMAS


SMichele Scotch Club


Jeudi 2 Aofit


Sous le signe de la beauty et de l' l1gance



HAIR STUDIO


PRESENT




Un super fashion show



de maquillage et de la coiffure



AVEC



'1 Mannequins Haitiens et Etrangers



Une soiree a ne pas manquer


Dans le cadre de la reor
ganisation des ecoles de for
mation professionnelle (Pro
jet d'Education No. 2 Gou
vernement lHaitien Grou-
pe de la Banque Mindiale)
l'Inctitut National de luor-
.mat'ion Professionnelle est
charge des diveis recrute
ments et formations du per
sonnel de ces ecoles.
Les candidates admis a-
pres selection seront bour-
siers. A l'issue de leur for
mation et apres evaluation,
les boursiers seron. nomm6es
prof'esseurs dans les deux
(2) ecoles reorganis6es. L'u
ne de ce. ecoles sera situec
I Port-an-Prince, I'autre au
Cap-Ilitien.
La premiere fornialhon
concernera les professeurs
de dessin et les chefs de
travaux. Elle s'ctalera sur
deux (2) annies environ.
Conditions d'inscriptions
pour ce'te premiere forma-
tion :
tre professeur en exer
cice dans une cole profess
sionnelle actuelle dans les
specialists telles que :
mdcanique ajustage
m6canique automobile
menuiserie 6b6'nisterie
dessin technique
electricik4


etc...
ou, etre ancien cleve
d'une ecole professionnelle
ou technique et avoir obte-
nu le certificate ou diplome
de fin d'eiudes dans les me
mes sperialitcs que ri-des-
sus;
niveau sclaire minimal
exige : admission en 2eme;
Iere de nationality hai
tienne.
D'autres formations sont
prevues ulterieurement.
les personnel interes-
sees is ce premier recrute-
mentsot invitees a s'ias-
ccrre a partir de Lund' 16
juillet jusqu'au Lundi 15 Oc
tobre 1979 a 1'Institut ia
tional de Formation Profes
sionnelle (INFP). Chance-
relles Vaircaux, route du
Nord, Tel. : 2-5531.
Les candidates se pr6sen
teront s 1'inscription munis
de leur acte de naissance et
de toutes les references
don't ils disvosent : attesta-
tli.ns ou dipl6mes, certifi-
cats de travail etc...
La Direction de 1'INFP
Mme Simone MONTAS, Di
recteur a.i. de I'INFP
La Direction du Projei d'E
education .
Ins. Nicolas SAINT-LAU-
RENT, Directeur,


SA
LA
Ent


SA
LE

E:tt
SAL
VO
LE
HI
Ent





Me
En
6
En
LE
Jel
En
LA
RE
BR
8
EC
PA
En




Me
SO
DE
El
Je
A1
En




AiT


CARNET SOCIAL


M.'sse de


-M :nt tMime
., B ( i c ( ill

it> 11 ]" f it ihil ;)( iC i(.ce
.e ; i ,; d :',. c d S-cre
S ;l, ti 4 Autatit a

'P. i ( .i t '.. p ;!ii'' ls
t t ci t

' -,i l- t i' r t tr A-ttt 1979

Dck.s de Mme Vve
AugustiB "'..h-rad'

;'I' l':,(;I',. KE lI UNO



P., l, 1V ', Juil l ,t


', 1 l i 1 l i



l t ; I I III I ] i ,I ri
V , l Iit : v





S it

;i (,i t i , 1 l i v.ti:, Ai ) '-(

Ml i, l M i'l' ,; i. r V X -"


M'id.in1 GOri,-eid M.11hllu
ltc (;ioi eti I ll, M ada


mn Roussard Lafontant nee
Solarge Appol.n, Madame
Gcrard ne? Janine Petit,
Mademoiselle Betha Pe -
tit. Madame iisteuri nee
Paulette Ledan, Madame
Alix Denis nee Suzie Tou-
reau. Marlene et Marie -
Carml Toureai, Aux fa-
m lles Gerard, Bruno, Ger-
vais, Cameau. Boyer -
Vixamar Toareau -- Pe
tit -- Bistouri Ledan -
Mathieu Lafatant -- Fla
vii n et a tous les autres pa
rents et allies alfectes par
ce dt uil
Li, lluneraills die Madame
Vt uve Auguat in Cerard nee
icui (nie Briuno seront chan
t' 1 Jeudi 2 Aouit a 4 heu
:, 1) in au Teinjie Adveni
11sic asis a la Fu e de la
Hutnliun oil 1 t dI ')pouille
nOltl(1li scra i xposee des
2 hliures 1) in 18



Deces de Mine
Precia Marion
Pas Villa .lallonce le de
,i uirvrimu le 29 Jullllt ,t
d( Mod1ImIe ;'ria Mari:lon
IE;l ccH(- penll"e1ciircons-

tilt, t ii i. a ti s ctl( ai(taS -
t llt tii lt' I VI 1t ,t ('t L e N ou

Muidumc Magilnir' Char-
l'. nc Le 'oii e lilvri-Paul,
Mtdatlnm, I'rtd Jan-Claude
l' isislat alr ci, Monsieur
IPI ic'1 Tiub saint, a sa sour
Madamine Liui'n Duplessis,
a es p't itas-cnlants Made-
mois11i l Mary Fierre-Paul,


Mine Pierre Roy nee Nicole
Pierre Paul, Monseiur
P a t r i c Pierre Paul,
Madame Jean Bocluche
nee Andrelle Jean-Claude,
Mademoiselle Jeannine Jn
Claude, Monsieur Anatole
Jean-Claude, Monsieur Re
ne Jean Claud.,, Denis Jn-
Claude, Monsieur Jones
Jean-Claude, 'i ses neveux
et nieces : Mousieur Antho
ny Marion, Madame An-
thony Eveillard nee An -
dree Soray, Madame Luc
St Die, nee Fel:na Felix, et
enfants, particulierement
aux epoux Max A Pierre
Paul et famille, Aux family
les Marion, Jean-Claude,
Pierre Paul, Eveillard, So-
ray, Mallebranihe, Felix,
St Die, Bocluche, Jean -
Pierre ct a tous les autres
parents ct aliens atlfctes
par e deuil
Leas lunerai lcs de Mada,
ilt Precia Mar'ont seront
chantees le V7.',idr.'di 3 Ju11i
let a l heureus A M en 1 E-
gli.se du Sacre-Coeur de
Turgeau

Le convoi par:ira de P'ax
Villa Sacrtl-Co.'ur oil laI
dClpouill' mnort"1'1e ssera (x
posee des 6 hmures 30
A M 18

x x x

Remercitements
Mme Veuve Horace Co'io
lan nic Jcannne Smith, MM.
Louis, Ernest, Germain
Smith, Mademoiselle Ni-
cole Smith, La petite soeur
de St, Thdrese : Emilie
Smith, Monsieur et Mada-
me Lucien Petion, Mon -
sieur et Mad:nam. Mabien Ju
lien, Mademoiselle Alian-
cia Jn-Charles, les petits-
enfants et arricre petits-
entants, les n.evcux et ni
ces et tous les autres pa
rents remercient bien sin-
cerement : Son Excellence
le President a Vie de la
Republique, Madame la
Premiere Dame de la Rdpu
bllque, le Deputi de la
36me Circonscription de
Port-au-Prince, le Corps
des VSN, le Commandant
duc Sous-District et les Sol
dates de Kenacoff, le Cen-
tre d Accueil, les amis de
la cepitale, de P6tion-Vil-
le, de Kenscoff et tous ceux
qui leur ont donnii des tL
moignages rlconfortant de
synpa'thie a I occasion du
d6ecs de leur regrett6 .
Pierre Emilus Emith enle
v4 a leur.-alfelio. 1 le 7
Juiilet 1979 \
Ils Jes print de crjire en
leur profonde gratitude
,18
X X X

Iemerciemnents
Mons'eur et Madame Ed
ner Lapaix, famille et al-
liee remercie bien sincere-
ment les am-s tant de la
capital que de 1 stranger
qui ont bien voulu timoi
gner leurs sinceres re -.
grets 1 occasion de la
mort de leur plre, grand
pere, once Monsieur An-
toiAe P Lapaix le Diman-
che 22 Juillet 1I79
Ce 30 Juillet 1979 18


Messe de D
Requiem
Le Pere Nery Garnieti
chante le Samedi 4 Aol, i
a 6 heures iu miatin en la a
Chapelle de lAsile Corn- Ll
munale, une ni-sse de re EI
quiem b.la inemoire du re
grette Max Mnard decade J,
le 4 Juillet dernicr Cet a L
vis tient lieu d invitation E
aux parents et amis du de 6
funt E
Port-au-Prince, ce 31 Juil-
let 1979

x x x

Avis de Divorce
Par decision contradir -
toIre du Tr'bun.l Civil ide
Port-au-Prince en date du
11 Mai 1979, il a etc admis
et prononce 1,i dissolution
des liens rnatrimoniaux
avaynt existed e-tre les e
pxtx Louis Wilson Pierre-
i.ouis.1a lit femnin l"e Ma -
rie Mercil;a .iean-Charles.
La Itranscrtpiion du it -
posiifi de eit'. e id cis:on ai
etc sper6e le Mercredi 4
Juillet 1979 par 1 j.rficier
de 1 Etat, Civ 1l de la See-
titn Nord-Est de Port-au-
Prince sur les registres a ce
destines aux '-eqiet", pour-
suite et diligcrce de 1 cpoU
se defenderes.e
Port-au-Prnce le lcr Aout
1979
Alcan DORMECS, Av 18

xx x

Avis de Divorce
Le public est informed que
par Jugement c:ntradictoi-
re le Tribunal Civil de
Port-au-Prince a admits
et prononce te divorce des
epoux Antb;ne Williams
Alexis la femre ne Ma-
rie Therese Lydie Pierre
Louis aux torts de cette der
niere at la dale du premier
Juin 1979 et 1 Offcier de
1 Etat Civil de la Section
Nord Est de Port-au-Prin-
ce a transcrit ha la date du
25 Juillet de cettc annie
le dispos-tif de ce sus dit
jugement dans les regis-
tres i ce destines Ce con-
formement a la Loi
Port-au-Prince It ler Aout
1979
Me Edner PIERRE PAUL, i
Avocat 18

X X X

Remerciements
Mme Veuve Joseph Re-
natid, M. Edgard Renaud,
Mme Louis Dupont, Mine
Paul Murat, Mme HelIne
Chayer, Mme Alexis Rai-
let, Mme Antonine Renaud,
M. et Mme Garga Tavajez,
M. et Mme Fritz Goldman,
M. Carlo Renaud, M. Alix


Renaud, et tous les autres
parents de la famille Jo-
seph Renaud, remercient
bien sincerement tous ceux
qui leur ont tdmoignd letir
sympathie A 1'Occasion de
la mort de leur regrett6
Me. Joseph Renaud, enlev6
a leur affection le 18 Juil-
let 1979.
18


CINE TRIOMPHE
LLE 1

IGRESSION
tr6e $ 1.50 et 2.00

LLE 2

GRANDE CUISINE
tr~e $ 1.50 ec 2.00
LLE III
CAGE AUX FOLLES
tr6e: $ 2.00
,LE IV
)YAGE AU BOUT5 DE
INFER (THE BEER
JNTER)
aree $ l.FJ

x x x x

'IHE OLYMPIA
ercredi 12 ni 2 h 4 bhres
trIe G 1-50
h 30 et 8 h 30
htre Gdes 2-00
PIEGE INFERNAL
udi 12 hres 2 hres 4 h 6 h
tree G 1-50
PLUS GRANDE
EVANCHE DE
RUCE LEE
heures 30
CHANGE DE
ARTENAIRES
tree Gdes 2-00



ETOILE CINE
ercredi 6 h 30 te 8 h 30
)US LE DOIGT
E LA MORT
ntrce Gdes 2-00 et 3-00
cudi 6 h 30 et 8 hres 30
U DELA DE L AMOUR
ntree Gdes 1 5A et 2-50

xx x x

AUDITORIUM
[ardi 31 Juillet 1979
OLLAR
X X X I X

CINE LiDO
12h 2h 4h G. 1.50
ES OIES SAUVAGES
tree G. 2.00 6h 8h 10h

eudi 12 h 2 n 4 heures
ES OIES SAUVAGES
'ntrde G 1-50
h 8 h 10 h-iares
entree Gdes 2-00


CAPITOL

CAPITOL I
JEUDI.2 AOUr 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
LA MAIN DE LA MORT

CAPITOL II

JEUDI 2 ABOUT 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h 4 haeures
6 h 8 h 10 hres
DOSSIER 51
CAPITOL III
JEIJDI 2 ABOUT 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 hres 15, 2 hies 15 4 h 15
6 h 15, 8 h 15 10 hres 15
LE SUCRE

CAPITOL IV

JEUDI 2 AOUT 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
11 h 45, 1 h 45 3 h 45.
5 h 45 7 h 45. 9 hres 4.5
LOS MACHOS



IMPERIAL

JEUDI 2 ABOUT 1979
12 h 2 h 4 hres
Entr6e Gdes 5-00
6 h 8 hres 10 hres
Entr6e Gdes 8-00
ASSAULT SUR i A VILLE

IMPERIAL II
JEUDI 2 ABOUT 1979

12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 5-00
6 h 8 hres 10 hres
Entree Gdes 8-00
Entrie Gdes 3-00
LE PION

IMPERIAL III

JEUDI 2 AOUT 1979
12 h 2 h 4 hares
6 h 8 hres 10 hres
Entree Gdes 5-00
Entree Gdes 8-00
LA GRANDE MENACE
x xx x

RANCHO CINE
Mercredi ler Aout
DOLLAR
Jeudi 2 Aofit 1979
APPELEZ-MOI
MATHILDE


- 4 Freins a disques


REX THEATRE

Mercredl 12 2 4 6 8 10 hres

LE CHANTEUR
DE MEXICO
Avant 5 hres Entree G 2.00
A Partir de 5 hres "
Entr6e Gdes 3-t0 aet 5-00
Jeudl 12 2 4 3 heures

LA FIEVRE DU
SAMEDI SOIR
Avant 5 hres Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00

Jeudl 8 hres

EXHIBITION DE KARATE

Prix Unique $ 4-00


PARAMOUNT
12h 2h 4h G. 1.50
LE DRGON DU KUNG FU
6h 8h 10h G. 3.00
Jeudi 12 h 2 n 4 hres
Entir*e Gd 1-iO
FURIE CHINOISE
6 h 8 h 10 heures
Entree Gdes 3-00

x x x x



MAGIC CINE
MJrcredi a 'ih et 8h
AU NOM DU PAPE ROI
Entree G 4.30 et 5,00
Jeudi a 6h et b.h
AU NOM DU PAPE ROI
Entree G 4.00 et 5,00


- Radio AM. FM. Cassette


e


EN OPTION

Radio Cassette AM FM -Deux versions SEDAN et PICK-UP

-Climatiseur



Une 1.500 cc pour $ 6195.00 avec en plus-


L'ECONOMIE, LE CONFORT,


ET LA SOLIDITE


QUI DIT MIEUX ?

concessionaire exclusif


AUTO VALSA


cite Militaire Ti. 6-0961 60971


O9QX DMO 7W*ZO MOO-MOOXMO


SPECIAL POLSKI



POLSKI frappe encore plus fort!


En vous offrant actuellement uine 1,500 cc



a partir de $ 6.195.00



En 2 VERSION SEDAN et PICK UP



Pour ce prix la, POLSKI vous offre;


- un moteur de 14450 cc.


(Projat d'Education No 2 --

ci-asvernemrent Haitien -- Groupe

fe la Banque Mindiale)


AVIS


- La consort pour cinq passage. -- Suspension Avant a roues

- Un coffre a bagages spacieux independantes

-Une silhouette gracieuse et Amortisseurs Hydrauliques

6eleante Une tenue de route impeccabI


V



I


PAGE 6B


DI-11.-1*--*-,-l-,11.-3l.,


%%IPC/P~P/~E~,~%-~,-/P~CC~%YICCCCC~i~Ya~


rteOsBOeeeeb


ii






MERCREDI lrr ABOUT 79



VOTRE HOROSCOPE

.TIF:l)I ;! AOUT 1971)


PACE 1


UNE INVENTION ANTILLAISE


(Sutite do la Iime page)


1l IM t.Si All I 9l VRIL
( 111 .IIl" t )
M iul lce/ \,ltire approlhe'
dalili I ai tll ito Eiltez lille
i'l o. l i lIur Un pro
I'w ;k 11 1 'I ,et rc 'l I C


20 AVRII'. It' ZO MAI
(ITA UREU)
't'' ( It, i' dec'or':' i i i
i, i ii. .ition du tfoyer
c' I:1 I L D's pro-
Ic > illt i. 1 'ilt' clilf'Ielles all
,111 I (i dt. I ar;,.eit. L inttn., -
' d ie';s sei lt'ii mi' s mi rI'tlIuera
I .ip it s-m.di

21 MA1l Al' 20 JUIN
C-GEMIEAU...,
VoUl i e'l.s u:ll pe imprcs-
i onn;ltb .iur hi' plal du
'int llinit Evit'- iu' e atti-
I i(de com p, t!' :ve il 1'egnard
hilt. colltus 'i I.' nm i lv ised
Ii' i r lae Iivi I


21 JI IN AIa 22 JUILLET
( CANCER )

QII'I n r' b'l ;' nll vous oni
iim)n l (ii s 'pl in'i nez-ivous
ill) ti,'i a* ia ]': i'l','s dgl- L ,-.' u

I ti I, 1ii1' i"''- 'ra d ''i1son
it' l.1 \ or I i' I I";>'ich(%v 'llellt


231 JUILLET IT 22 ABOUT
( LION -
S 11 nh re, '" n l', re. iln
pt 111 h ,-' '11" ic ia
ii ni,!)lr d i ...(- ii le .1
) i, ti : lh 1! (".le.
i1. Ci t t' .- detente.


?3 AOI'T [II 22 SEPT
( VIERGIE I

i'u t:ic' 'i ' des su

ti 1t l 1 c',l )" s v',,; pri-
it': ( :A !' ii". x .tia t i-ypil r

o i. in 1,ns vos r cso
I t lidS 'I. 1, VOa roam


2'" SEPTEIMBRE AU 22 OCT
( BALANCES )
V, i '. i ,. i i'lcs ez a un
c )'n ilr r i i n ti- 'i qiuit i on
1 :1.i"' 1' F 'v t1 7 d'indiqu'. i
i X :;in t:iO' Froul'.'e le' r


21 ( CTOP.RE AU 21 NOV
( SCORt'ION )
A' tin c i. '. i p;"')'opos:tirn'.


Illtilictores o!.' professsillona 'l
IV's doIti Iuse.'s Modcre''. votre
ryll'lne cil evile' lIes extire-
mIUes (;tlns \vo,'. al'l'lrin tIllon '
corine dllis volre rlservr.

22 NOV A.1 21 DEC
( SAGITAIRE j
F' t'/. c d ali.bu'cr 'A pro-t-
pl)o. de I'aven'.r. Un proche
:l'i 'Csti in tilrli nc t, m l't
a I'ause. Un amint p:ra L etre
litn pi'1 pisct's.-. urIi It e plan
Ie sonI am'utit.

22 DEC AU 1,1 JANVIER
( CAPRICORNE )
Une rencontre sentiment
Ie ne correspond pas I votre
attente. So ez. mo ns impres
sionnablc. N'cn vcuillez p-is
nsix nsis du pods tres
loturd de vote trava'.

20 JANVIER CU 13 FEVRIER
( VERSCAU >
Le as :l n' ; % 1i; d strata enlt.
NC V','( lun'ce. pas dans
des plaisirs steriles. Les af-
laires melees au plais r ne
douncerontl pas les resultats
escomptes.

19 FEV AU 20 MARS
POISSONSi
L'rl'fort prolasionnil ne
\ou i v.iudra puis '.es comph
ilt ;n's ; it lldid'. N espl rez
pits lo r c.si.tial.5sance d'au-
1lrui. Fit'1 e", de votre micux
pour eI"ler I's querclies do
ill 'ci tes

SI VOUS EFTEs NE
AUJOLl) 1IUI

Vi ; ies cit:Ia.p le de vous
tenl;. deb,.tl t, Ut SLh1 rmLai
1 Incoura.'ment d autrth
voilus iea nalnimo.nai. Sens.i
ble et. i ccrtlains nloments
( C;pr c eLix cOl relcussiriez
cn ca.'t. '.a literature, la
i'i' tn p f !'cullei, Vous
a\tz dP,- rac o-' o nte',-iilrs. n le des-
i.n. i. :no 'de It le textile.
La nm'.i. e. ,l di anseaf'. It "'
sle. I'ant soa is,. 'sea al. 1- bai.-
que et I'edit i;! .sent d'ull-
trI ; cl'Tm ps dP ctin 0o
vous trouivcr ez le bonhicur
Memo,' si vous ete-, attire
p,,r I.-; aitsl:s,. vouLs aveic
(-'-(o ni d'lult cadi e ai Listique
p)iur 'ric sat slait. Evtcz isa
li1 fn l iust' rite et le lai.,
so-1' I ]' r


Soulagement rapide
des douleurs dorsales







/ contre toute douleur ,1


Au Lambi





Night Club



MErKCREDI ler AOUT

tI;100(AKi (COM0lO LA I 01IE 1)11U JOUR $ 1.00


JEUDI 2 ABOUT

1). P. I(XPI'I SS $ 2.00


VENDREDI 3 AOUT

rTOTO NEi('ESfITEIs '1 SIIDOGAR' COMBO 'UNE BON
NE IF'l ION lPOlt, UN lON D)IEBUT DE WEEK-END
Adm. $ 2.00


SAMEDI 4 AOUT

A PARTIR DE 311. 30 P.M. TOUJlE LA JEUNESSE
EST ATTENDUE AU 5COUcKTAIL EXPRESS) DU D. I
P. EXPRESS Adm. $ 1.00


SAMEDI 4 AOUT (SOIR)

GRAND GALA AU LAMBI A L-OCCASION DU 31eme
ANNIVERSAIRE DE L'ORCIIESTRE SEPTENTRIO-
NAL. L'OR'IIESTRE INVITE POUR CETTE SOIREE


DIMANCHE 5 AOUT

A PARTIR DE 3 II. P.M. (BOOM COCKTAIL)) AVEC
LES AMBASSADEURS QUI FETENT LEUR 13ime.
ANNIVERSAIRE Adm. $ 1.00


DIMANCHE 5 AOUT (SOIR)

SOIREE D'ANNIVERSAIRE DES AMBASSADEURS,
AU PROGRAMME: D. P. EXPRESS ET AMBASSA-
DEURS. SOIREE MERVEILLEUSE Adm. $ 3.00


i~ccocooooscosococoosaocooccar'soo


sayi I employer I' mime pro
c6di, c' st.-a-dire expllquer
lint ii'Nvre Iar la vie de
son aui, Iur. ce proc6de n
1 a pits aide ;1 salsi blen
dis schos 'imortantes onell
Ihuit Tel est i- sort qui
.st. riserv6 ft e x qui s a-
v niitrent sans sxperlence
et sans connai.asances dans
les alfaires de ce pays ou
ai ceux quli no les connals-
sent qu a travers ,Ie faus-
ses versions transm!ses fa
1 ltrang'cr par deis agents de
calamitis.

Anne Mar.y se borna
dans son etude a determi-
nor its limltes d un soia
1 sme aprcqu dans COMPE
GENERAL SOLEIL et GOU
VERNEURS DE LA ROSE.
A la suite d une 6numcra
lion de leurs cculvres les
plus marquantes, elle se-
tlva stir 1 tor!i;th social
des romancicrs, leur form
tion solaire et iniv:,rsitai
re i 1 tlranl'er. lit ur voya-
go intensif, ifur appatte -
m:incs au marxisme, leurs
ex ls parfais volontaires,
parfois circonslaloivis. Puts.
elle altribua iuLr echec et
cellui de l:'iirs hlros dans
1 action a ila fiusset6 de
leir analyse tlieorique et
pratique du miliui et f
Iour imnuissilnce comme
leader c sp confondre avec
1 's masses.

Impregnes 'd iee. erm -
pruntee iau m-:rxisme le
plus elementaire, 1. uls ro
mans retentiss:'nt d,, c- '
nonciations. -i accusations,
d ordres de gTrve. de bran
le-bas de combat. d ap -
pls a la revol,'. On y per
co't atssi la dinonciatior
de 1 exploitation dune ma
.io"rte par tune minority, la
collusion do 1 El;it et fde la
bo'1rieoisi2, 1 offensive du
cicrge centre le vaudou.
les mefaits de 1 occupation
americaine et !e ciram? de
1 accaparement des terres
par des socilt"s capitalis-

CPs prises d,' position e
m ailles de .r-i 1 i, 1 .1 t
de revendicaiioIs parfois
exprimnes sur un ton de co
lore ou (1 11: ."' deno
te nt certes ilnt' essence re
";lutionnaairc p u alarman
te,.
A tells ,'n.eignes que
It s gouvwrnements haitiens
in ot pama's tense a exer-
eer la mtiiud'e censure a
1 6gard des romans dd' Jac
(ut s S. Alexis et do Jac-
(i1t i -ouimain, iieidant aii
Si htmnaage. a i'ir ltl'ct
incontestable.
Dome, lands (que Claude
tiill iatl i etl 's:tt' sails ia -
scrb s lai ,, i' s1 i t SO 'a
1 i,(, .1 de J t le de oi -
Ian l rl ( I d it L (','I s S .

ii l iiin r'ii i lai a n]i' ec
A A, x. s par o ni) .sI n Iv I mI

I t I n di n d t' e' ] I ,C 111111( Io
(I i 0t i-col' ni tl sani I
1. il, ria,, :"c 1( ,it 1 i. A Inni




( i-i it' t pe:;itntud .





uIAt s i iii. 'soc. cia lt'u
]w "Am ti1Is 1,io E ll
tni l'',e. i !le pr tend (111ii







mciin cohii. i*'sii teinn 'iwt
I fill u dc '. lon i d( '. l't Vll
; : 1e et p' d 0'is (t ui, tell i
,u ile .s xixprimf" hd;iss
lul.is oei ivres I a c l i't 1S pl s


mat ndl o11" .-' nd ( 1 VI









i1 e Eia clad P u lalitiic
I til r e p.r.rt. i cl ail re-
t 1 i i qu tIaIi -t les flits
( t 'test'es des ic'ios dos ro
mcnls df Jatclhs S Alexis,
:li dt onpi ,iiitam pi d paciv '-
sor diu s ui c f!I leaders po
1ulairec En lpit' d,- alur
bonne vwilont o ;ipi);lIrentl -
is)n lt es's floins de
n ]is:ses paiysalll' s, ,IV(-C( m e,
mi un l t'nd'i'ce ia s iso-
let c elles, ninr daOns
1. cals trty. creait ains; poiur
i( 1ndloyr loIe lurne frns i'
d Anne Mar'', ule doulou
rDITs 10m eas c. Elle a
joute, rnfl, te gch'z .Jaec
r omie S Alexis. en partlcu
V l'er, du pr,'mi,,r au d,rnier
rctim -ni cpfs h sr ) istendent l
Sse diluer jusqu a Iqt uri tra-
egliqu- disparilon dons u e


pde ses exprs's ins images.



Anne Mar1 y convient

fldter dans ce lilttrature,
Dons Ie cos p tironuller doi


tiusrature pusstrt ris e ob-
8 .ieclies a an engag dOgre



place d honnu'o, cellr qui

I droft d ce psuple, ro ant


Q II faut mentionner, a IE


Sgloire de Jacques Roumain
Sque planant au-dessus di
certaines petitesses, 11 ni
lanqa point de maledic -
tion 1 6gard dsdversal -
res imaginaires a la ma-


nibre do ceuk qul, surprise
par les progrrs de 1 Int6
gration aux ital.s-Unis, par
1 ac ,sslon & 1 lnd6pendan
ce dis peupies nifricallns .,
par la rnon6ti au pouvoir
dans Il Carbhibes dcs reor(-
s ltanls des musarei eexh
lirenl liour uinitl en pro-
nos f1l'eloux
Les discussions Oul stilvi-
r(nt ces Ovnoementis, s am-
pliflirtnt vilm e et prirent.
parfols une certalne aprat6
en function d's iiterits en
jou On assist h 1 apparu-
lion d une unu6 dp cham-
pions dune ,oiivelle negri
tude n ayant pour alibi quc
lour agresslvits.

Ben que la litttrature
non engage n alt exists
nulle part It en aucun
temps, la l ttrature hai l
tienne manque de ec mini
mum de ser6nitL qui carac
tcrise les litturatures clas-
siques. Les divergeances do
pinion y sont .1 cnurantes
et parfois si violeintes
qu miles demaident un2 ex
plication
Vii pout-itr es conldi -
lions du peuo'ement int-
tial. 1- brassage opere dans
la suite 1 opooshtion de cou
h-urs, joints 'nu.: amitloins
exacerbate. aidx has apse-
tits inhsrents a honmme.
totis ces facteiurs Plus ot
moins subtils. no'n encore
studies. devaniit sP ri-fl-
ter dans tous los domaines,
y compris la (citiqup

Que quelqu un s avise,
par example, d borderr 1 s6
tud" d in proi)l 'me natio -
nal ol d entrunirpodre unie
critique, lile (c sec ilnto -
rieure survient chez d au-
trIs. cris' qui is tarde pas
a se manifestoer sous lS
fiormes los plus Inatten-
duies. Timoin Ie sort rcspr
v6 a un mouvorienl come
la negritude (inl n ost rieri
d autre qu une cris2 de cons
ieence. un -ursautt or
geil, un refuse Ce soumis-
sion, une aspiration a la
lib rt . 1 l et a in
dsp'ndance.

Parce qu il ricpr6sente un
obstacle a des calculs eo


h des manoeuvres Inavouo-
bles, 11 a 6t,6 lbjet des
plus odieuses calomnies,
des plus amuros accusa -
tlons de la part de politi-
clens qui, partir du mo-
ment onf lls out observe
qu' les masses ont trouv6
leur chemin d.e lamas, sin
ttrposent pour les orlenter
vers une d-' cos voles de
garage obscurls et pl6g6es.
Malgrc cos Opreuves pO
nibles et d autres encore en
perspective, la ndgritude
poursutt sa lumineuse tra
jecto;re .L ldntito noirs re
trouv6e et ferm'menAt assi-
se en a fait un fo.er des-
poil inegalable. Puisque le
socialisme, 2 est encore
1 Accident. miis un Occi -
d'nt renvers6, la n6gritu-
de n a pas besoin d itre so
cialiste pour survlvre, par
ce qu alors, elle peut trou
ver an elle-mn-me les res-
sorts ds sa ';urviv.ince corn
me 1 atteste 1 histoire des
Noirs partout oil on a vou
lu les assujetlir


tlonnalrce, par opposition
h la n6gritude historoinue
qul avait falt scs preiives
dune faqon 6clalant, et
continue d" rnarquer des
polnis. A 1 inanltd de leur
effort corrcsnond Ie fona
tlsme de crolsos voues d6
sormais f la tache t fair
table rase dn iouto action
antdrleure et d linminer les
tb6oriliens' historiques de-
venus genants.


Leour striati(gie conslste a l
clr le plus h. 'uiff,' i os-
sible chaque fo;s que cee,
masses s 'veill tent.

A la lumi lr. d." rette ex
pdriince, la ,nat;ritude so
clalites a mont-ti g vraie-
rc-alit6 : une entrelprise de
mystification ite plus, con-
cue en r-epresas'les do dO
faites sur diver ieirrains et
en preparation rtun.' nou-
velle off.'usive, relayant


tant une defroque dtmocrati
que de tromper 1F vlgilan
co des consuls et l. 1 clair-
voyance des cleres.

Entr2 sos mrglistraux ar
tiles de Pr0cince Africai
no, le brilliant socidlo -
gue, qu est Claude Souf-
frant,, a se'nsibl'ment 6vo-
lue pour-' arriv.er t prendre
au sdrieux la soc'alistc,> qul encore une
fois, n est. quun_ nouvFl-
le forme dtie trauenard


La ntgriturld soialiste, cells qui, .das le pass, peor nais. ".
I aprcs DOpescre apparalt so dcclenchai.cc nt chaqus
alors comme u iiiph6nom&- fois quil s agi;ss,.dt .mprun Ren6 PIQUION
ne exclusiveme it anti -
lais, ne mett.u-.t en v'det-
te que Fanon, Cs'alre, Guil '-'S S C:teS S p
len, Roumain, excluant
dans 1 6numrition Joa -- EAYTIAN AMERICAN SUGAR
ques S. Alexis, c'lul-lft me
me que, dans d a candeur. COMfANY S AI
Claude Souffrant mrit ,au i ccW A Y S. Ao
premier rang de son 6tude.
Encore un coun tourro, pro (SUClPr M] RAFFINE cPOP5ILAIRE*.
pre aux Ancillais excel-
lant, pour une reason Ou P ORT AU PNINCF, H'JITI
une autr'. at ecart e r o
certain de leur cercle en vl
a nn6A fe c2 U 5-" hwiiASJCO


En o guis di resm6 et o sau leart intol.ran le. l de lii lrs SOCIETE ANONYIIE IHAITIENNE
conclusion hII foiigs, iit ratat 'ii i'su r
Uevcaupam Tc ce dun1 ireL l's pills I i'-; s lin (irastc S

tmrn{ e dquet cartnics dys- ~ par cli.eunvrir 1,'ur double
temaliquo, .t perthi ,d sa ilu3r
neLs 60, aucun lait n a 6tme vssge. Pipn1 ,'i'pl'e

tude. dite soclaliste qui,. p )L 'el 'p 1ui r nu ntallc t .
lan lvse. sest rivwl-.
comme tant ( autre s id 5
logies, une 'pure invention. --=-= o '
N ayant jou6e iici.n ri 1
dans a lulte p(cur I, '
droils civils. aix Etats -
Unis, dans le riveil d,' F
masses dans 1e Bassin des a Caraibes et dcl: s Its ind
p'ndances enI Afrque, des
politicoens int recourse a
ce .subtcrfuge, f ces mant- O y
stations sans icnd main aO
conimmn 1- Fesival panafri
can d Alaer ct urio'l o i
lonto iine lite6-rature pour
manifrster un d-it rsul VOTRE GR OT PARTY
tant d6echecs successifs. 9T .1"E l'T -PA RT Y Y

Comm- il ,allnit s v at-
tendre, a la ti.te de c.s non
iipic cns se d.'ice un Re
se Dopeslr ii ui. dans son ft | kt
article de la revue Atric r 5 OUVeaU j ri Ult H am peo
Apia, de Janvier 970. a son
n6 le rallierTent sutour
dmn is ni"'ritud'i" r6volu ii s oacce// /cP











..ri9ia
.?L ,, t^ v


Deja un comprime fait disparaitre ia douleur


I








- - - - - -


SALLE

L'A


I $ 1.50 et 2.00

kGRESSION


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence" 4 heures 30 et 8 heures 9


CE SOIR


SALLE II


$ 1.50 et 2.00


LA GRANDE CUISINE


SALLE III $ 2.00

LA CAGE AUX FOLLES


MERCREDI ler ABOUT 79


SALE IV $ 1.50

VOYAGE AU BOUTDE L'ENFER


Sepp IFaaer a
quite l1i1o6ital


Is I ti it 's i , .! )l-
kbilll :S p ) Ma 1 l i (lill -
li T llhTC'(d1 !'lh(p ial (i c
ii -l l it l 1 I 1 l it trit I

ill it r vOil Ulture U111 s'e st
prodilut 11 y a 17 i iui.s.

Ic' u l.rdinll 1 Boil 'rll Mui

%it \'s a it d l ;" I ''i li ri -
l7ii'l. ;'t i l)op I Il pi ou( l (I i ,


rul;g:f.a>! y S'ronln ot ;\
I avalln hr)' dr ol SeAnll
Itss mtd15iiis 1 nii st iis
qucSlit'd ('lO l i'(i'rl';i I)'di n
( I1i.II(1 II (l l ;i .i 11 1'110111 t'lie
Iraint ill( A it ta :lnt ill IU o i :,
dCux illis.



Proiet de statue
de Martin Luther
Kinf au Capitole
WAl-HINGTON, AFP)

l.ti chai nibtl 1. s rep'relsI'n
lantls ameril0.i00 ;i decided
d( erileIr In1 S' itue ou Uil
Buistt au Cam, )!p al la me 1
nlmol du Pist Martin
L la ncill-vi,)l (.'m ., "'t dp 1 ill

16e e Avril 1;(,8 a Men- -
phis iTcn' n I .S'( I.

Par 40W voix ci.;l.. 11. 1h
chamllbr .*o' un cricdil
de 2).000 Dollar's pour la
rcal''ationl de cfo pro.et

S( ltn la m fU n 'Asion rle
1 adn in iitr;li;;; de L,
c(h Ill ibl' 11 I iir' (I,' la
P Ircni '1"- 1C .lo lai nmi-

C 1'a', r I amnajls cr.'122u au
CapitoleC


NEW YOLK (AFP)
=Id i'l' ii.'tk n NJi s I:;', T"-


c 1di 1' 1 le N('v. Y)':k TI

i) eWe r ]iT 1 lr' 1111 secolltd
l';,i'd: ; it' e.s l',deniil.

Oi ) ni it Si' sllt r OI1 i t1 'ii'i '
v Mnir ;1 M. l t ih1m-
che, 11i i etiu (lquc le' St
n ctt'c r Eaw1 a-d Kcnn' '(i' 0'-
I' '! ('-a pa .s do Ill! r:iv r
l n nil,1-1 11 t i t l
LI rot n t ;onst dI' i t'. 1
pos1 m ;no relubli('n Honald
Hni :in :Inci( n GouIveciIr
de CA:lifoni(e.
Lc PrIes dcnl( Carter a In
di(Ie ill pifert Irall, C:-
] (!a i vf)r DIir" o))p '-
1;it l S ln.d lur Re']ubli-
': d J't'nll.ws(c I )Invard
Baker, plus q tulifi6 s eli ( i M Ph [ Li,:i/ nr', hlri
I', r I!! p"w drnelleo c. E-


0o d' n all Mo. ,
O '!i. M Ca"Ic n e ni1't
(re If Irnl)l,"T m 'l !!
;i1] ToI Vti vlv m eln drl;. d!',it ';
e'vilcues i au.\ Eti 's-Uni) -.






La Diveti'on de


mI l;in el n.eI(, qu'c1

SB'1 a :'7. ;. ".'. 12'
de1, 1t 1 c
d ,' cle AIGUILLE
NIAGIOUE.

0 i,, ~ls ;UGUSTIN


S- I
P'rulo,,ionintlo, anniaieuis u meilowi,,aliea astlib O
'our Loul MULCii CicLruo-actUo laLuue
V Uycz Au.,. jiioiuU, ;u1011.s
9 aez AuxO idues unores
P'our tout appatred de haute I'dclite
Soycz Aux Oidcs uonuores
fPour tout materiel clectronique
Voycz Aux Ondes Sonores
t 'Pour Lout mnatcriel clectrique couianil
Voycz Aux Onlics Sonores
Pour tout en matiere de Telt vision
Dc I'antenne au rceepteur
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour enrichir votre culture musical,
votre dliscotlh'ique et assurer
I'entretien (Id vos d',sques
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour clhoisir votre guiare classiouc oun flec'riquc
Vovez AuII Ond'ls Sonores
V'olonistcs. Allistes, Violoncellistes
pour vos (r- dOi profe'ionninlles
VovPr Aux Ondes Sonores
Pour vas radii. et cassettes pour voilure
Vovez Aux Ondes Sonores
Pour .* nreiQtrements : tane ou ruban magffniqui
case ''e. ur"rl-f"es sont n cessareps
v.v",7 Auv Ondes Sonores
v7" oveT ho .."n rce rnbles
ileeronioui ;s a1 r"rrioawp
Vaorwz 'ltv Oner Sonnrrq .


Aux Ondes Son ores

Tout... dans tous les domains
41 Rue Macajoux Telephone No. 2-38241
Au Service du message sonore


1I10 DE lJaniro (A
La S6lecton hires
de football rencontr
rival Argentine jeud
au btide dIu MIara
dlans un match coa
pour la ((Coupe Air
Ce lchlamnipionnat sui
ricain qui se Iisputet
rlupeles a deja Iperm
retgistrer line double
se les d'faites de cie
nieCs lavoris argen tii
brcsiliens a la iaz;
score identique 11-2)
a la Bolivie; etonna
sii'me dans son repai
dii; a 3.500t metres I
de.

Memne s'ils n'att
iui 'II I; imniir tance
daire a une comp.
mal programtiniie les
grandes colors dle I
dlu cntiane, t sr reti
'oturd'huai le is a
L'Arerptine; parcer
,I un titre mronlial a
rer: et le Bre il; I: i
de l'effort qu'il e
pour revenir au tout
nier oilnan.

L'entrai ieur Men
done rappele son pet
dite 'laradona; qu'il
aligner dins I'ent
aux cotes du jeune e
lant Juan Barhas.
ciarh ar-e tin ne
pas son desir de tra
avant tout en foncti(
Alundial esnagnol de
le bresilien Coutinhoi
force au contraire dei
setter sa plus forte
actuelle Mais If der
cao et I'avant centre
te. ;fant Batista (nu Zenun) e
nha (Corinfians) les
pl]aernnt. A re nroin
su1norters Cariocas s
man'det si la netite
flii rdo" d'aftaoue Zic
nhi luii nrme-iettra d
ser son iin: ifait dle
1-ni rainidis: face it
1tii ,i a fepn e desr
eir,r command( e par
rella.



Nicaragua
M. Yasser Aral
a c uese
deliegalioe du
F'ront safidiis

Iey ronlji (AiI') M
-er A .il.it; lr(i'sidcn
('mnmit Expcutilf de 1'
sa!i.ii de lthb ration
a estine c( 'E';)IP); a
liui (Ii s-iir utie iciit
du Front Sandinis.te
caragt;ua; dirigec par
filial Rameret IMicard
porte; mardi; I'Agenm
lrstinicnne d'lnforn
(<,Wafa.
Scion I'Agence; Ien
a port sutir les relati
Front sanciniste aver
sistance palestinient.
qlue sur les rapports
tretient la principal
nisation palestinienn
tahl) avec les mouv
de Liberation d'Am
Lati,,e.
La D6legation Sand
coi comprend etialem
Colonel Tchaiit; C
ler militaire du Gou
meant de Reconstruct
tioiale au Nicaragua
tue depuis lune sema
ne v;;s'te a Bfvrouth.
a 1'it rencontre ul
dirigcants palesti
dont M Aboui Jihad:
des resnonsables mi
de I'OLP.




Cadeaux.



Bijoux,



Parfums,



, Rue Bonne Foi


Tel 2-1520


AFPI) L lreSt a Ue Cl cdlCne
itic'nne
lienraa Managua (AFP) Le Nou

i sr i vel Ambassadeur des Etats
cana; Unis au Nicaragua; M Law
mpltat rence Pezzulo; a presents
ncirica. mardi ses lettres de creahi
id-amt cc au gouvernement nlcart
S par guayen au couir's d'une cere
is d'en monie informe:.'e a tanuel
.sur-pri le (onli; a s s i s e
es me- les representants de la
nS et press national et etrange
stir 11, re.
Sface A. Pezzullo, designed au
nt troi poste d'Amba.sadeur des
re An- Etats Unis depuis plusieurs
d'altitu mois n'avait pas, procede
a cete demarche aupreis
d u g o u v e r n e -
achent ment du prcsid-nt Som(.-

ise .ion- za.
petition M Daiel Ortega Sanve--
flelux dra, membre de la Junte, a
fouentll sou'haite en (.il(e occa ionn
rouven que aeet acre aide a retroiu
i ur.ll ver la confiance sur laquel

,hone le les relations entire les
cause deux pays peuvent se fon-
effectu e der; sutr un tlrile jusiuc u s
pre- pectant ,untre souveraliele
et n-ti- u-ie iternmin'!t.>ini,
L'Ambassadeur a d-clare
otti a de son cote que (soan pays
it pro- ctaiit ne egalement a la
I doit suite d'une revolution,. < trc-iell ci>. a-t-il ajoutO; corpstiul e
et brl- t,,ee raison supplcmenlaile
Si l pour quP les Etats Uni., dle
caahe sirent maintenir des rela-
In 'lu tions cordiales a v e c
e 1982; le gouvernement de rerons
s'ef- truction.
pre- M. Pezzullo a rapneil en
equipe conclusion les recent pro-
mi Fat pos du President Carter; a
Snera la Tl.''vision americaine se
lecses: Ion lesquels <(ii avail entire
et Pall recent confiarce dilan; l
rem- people nicaraguayen et ean
,"; 1Is sa rapacity de se gouver-
e de- ner).
faillt
co-Pal;
Drn oli,- Les forces

I'tth- anf"ani-
visi- Colombienns
pass;' accus 5es de

torfmler

1 :.;1 j i o r' I lll A l r' s

f.at i : *ic 1 's I, 11m1 e01r1

; i a ii i >' Ull Ii l riIpporteU
e Il rca it e h qle ti' .tcl '111



i t i a ; ()ll i. ,


i,: rap On pieri ss ] O i itim11 1tr Dri-
)Orani ,*vok1' 1 1 ,131 [ IA rnO.' a
le la : ,i i dit ll i- l' t i ..iiue car-
- r t 'u ; t oa q tu r ; uu t t T l .- i t r0 '
nation II (11 I u ll is a la suit'1

.1 RIto -,.
o: rapl Ul prrmn s dilluun'r a-
ce Pa- v:1le (', t. c(' ( ic m ,is A la
nations I: it. cl'unlic pl:.unlr de Ia
VutllV dl I vi-s 'inm1 u1e 1 ex
itretien prl i o dmictLeiltir' que le
ons du prisomi c(r iave' etI frappe
v l c a re s. alm;tli l de u ux bal'es.
e :insi Le Gouv(l rnem'llnt a ordon
qu'en- )t unC, enqul[|ie, precise le
e or!a- .1)urnial.'
e 'Fa-
ements
driquie Usqe nouvzlle

liniste; MMethode
ent se contraceptive
.onselI-
,verne- expieriment6e
ion Na dans un hopital
; effec sUedOis
line u- SuddoiS
.Fsile Stockholm (AFP)
ies e nouvelle methode
niens; I
: .l'un contraceptive par la mise
litaires en place d'un anneau de
plastique contenant les m6
mes koestrogenes que ceux
fabriques par le corps hu-'
main; est expdrimentde par
des mideciks suddois de
Thopital Akadmiska de la
ville d'Uppsala; prhs de
Stockholm.
"Cent-cinquante femmes
ont utilisd cette nouvelle
methode contraceptive de-
puis 1973. Celle-ci s'est r6-
vele efficace a cent pour
cent et aucun des sujets
n'a souffert d'effets secon-
daires.
Cet anneau; place dans
le vagin; ne content; en
effect que des oeetroghnes fa
briques par le corps ho-
main (Oestradiol) et en
quantfte infdr.eure a cell
p~roduite par les ovaires.
Cette hormone est sicrtl:e
Concurrence de deux
S cents microgrammes pao
jour par l'anneau. Ce der-
nier ne provo1 que pas com-
I, Nu' me Ia piluie; qul. content
S| des oestrogenes prodnits en
laboratoire; des effects se-
condaires.


Le President IorBAL NICARAGUA:
Carter compte R ALe novel
Carter compte Bresil Argentine Ambassadeur
st pre etAlidtJee i enue Ambassadeur
utr Un S j America)en o upe des Etats Unis
mandate America,, a present ses


Hommage a la Mairie a M. Georges Manousso


L'UNESCO
commencera en
1980 a publier
son histoire de
I'Afrique

PARIS, (AFP)

Les deux premiers tomes
de 1 histoire ,i6nrale de 1 A
friqu?, ouvraie el.trepris k
1 initiative de I UNESCO, pa
raitront debut 1980, en Fran
cais, tin Anglais et en Ara-
be, a indiqu6 a I AFP Mer -
credi. Monsieur Maurice Gle
le, Directeur de la Section
africaine des etudes dcis cul
tures de 1 organisation in
ttrnationale

L histoire generale de
1 Afrique dommnndra huit
volumes don't la redaction
esf en course depuis plu -
sieurs annees Le premier vo
lume, don't la d section est
assuree par 1 historian Vol
taique Joseph Ki Zerbo, est
consacre a la methodolo-
gi( et la prehistoire afri-
cain-.

Le second, rqui couvre la
pcriode de 1 A'rique ancien
ne .lusqu au septieme si6 -
cl" de notre cre, a ete re
dige sous la direction de
1hi.storien egyptien Ga -
m.tl Mokhtar

LEs huit volumes sont
louvre collective de nom
breux histories. en majoi
rite africains Le comite
scientifique nternatio -
nal de 1 UNESCO pour 1 a
elaboration 'Je ce monu -
m'ental ouvrage chaque
volume comprendra 700 pm
R's vicnlt de se reunir a
Paris pour met're au point
la table des matieres du
huitibme et dernier Tome,
don't la dirrtion est con
fiee au Politologue Kenyan
Ali Mazrui



Possible etat
d'alerte a la
Jamaique
Kingston t(le de la Jaamai
que(ac)( 'P) Lt Vice-Premier
Ministry de la Jamaituie;
,i. Percival Jamnes Pliettr-
son; a laisse eniendre Imar
di a Kingston que l'etat
d'alerte pourrait etre ins-
taurc a la .Iamaique.
S'adressant :i la nation:
M. Atterson a declare qu'il
avait charge le gouver.ie-
ment de mettre en place
des measures de s6curit6 a-
prcs la declaration du
chef de l'opposition; M. Ed
ward Seaga.

Ce dernier avait; vendre-
di dernier; l.ors d'un dis-
cours devant Ic parti du
travail jamaicain (PNP,;
Avoque 1'6ventualite d'ue
confrontation entire son p.:.r
ti du people (;,u pouvoir).
M. Patterson a estinme
que cette declaration du
chef de opposition etait
(une menace directed de.ati
iee Ai ipromouvoir la vio-
lence)) dans le pays)a.



La derniere
interview de
Marcuse
PARIS (AFP) La dernie
re interview d'Herbert Mar
cuse; accord6e a Mnnich
quelques jours avant sa
mort; est publi6e jeudi
dans le dernier number' die
l'hebdomadaire frangaisaLes
Nouvelles Litt6raires)u.
L'auteur de 1'homme uni
dimensionnela) y re6afirme
sa hantise de la violence;
et souligne que aLa jeunes
se doit comprendre qu'il




poetique; lyrique du meon
dea.
Dans cette interview; it
declare -ce qui est le point
essential de son oeuvre-
que cla seule dimension
qui puisse assurer la revo-
lutioni du XXInme si ele
est la dimension, esthoti-
ques. Il donne au mot 'es-
thetiques son sens original:
Q-ui se rapporte aux sens;
et non son sens limit :
soiu se rapioltet a I'artuu.
Marcuse vise ainsi a uue e
ritable transformation du
corps out dolt conduire; se
1on lui; a une nouvelle ex
pcrierice de la vi6 guidce
ilar la ecr6atlvit6.


COLEMAN


LES JUGS ET GLACIERES



COLEMAN


Gardent froid plus longtemps


La lumiere



la plus eonomique vient de



COLEMAN

I gourde de Kirosene 8 heures d'eclairage

DISTRIBUTEUR :


ETS. Mme. BONDEL

RUE DU CENTRE No. 143 TEL :2 4727 "


Buos-agY a gaa qose0oaeoooaopa'


nique a exalts. Depuis plus
de dix ans, vous vivez avec
nous, parmi nous et les
communautes rurales deI
Petionville se r6jouissent
des programmes de bien-e-I
tre qu'avec des citoyens deI
bonne volont6 vous execu-
tez leur profit.

Bientot, et g.Ace a vos etf
fiLs Ui i se liu, a erige.a
Usu i 1 Line ucs comlliiiau-
Las liaies 0tl nuopiLai mo-
aeine qui oftrira ses soies
et aon assistance a des pa
ients 0Con0 le nombre lie
fait qu augmenter. Vous par
tilcpez a I elevation du ni-
veau de vie des cultivaLteurs
de Lamote en vous pen-
chant sur leurs problems
et en vous rapprochant
d'eux pour rdsoudre les dif
ficultes de leur vie quoti-
dienne. La Fondation medi-
cale don't vous avez pris li-
nitiative traduit votre part
a la croisade centre la mala
die. Et ne concevez-vous pas
le mume dessein pour Port
au-Prince don't ]a popula-
tion n'arrive pas, faute de
moyens, a satisfaire Ltous
ses besoins en matiere de
sante, en organisant une
Fondation medical qui as-
sociera ses efforts prices a
ceux du secteur public?


II faut vous en remercier
publiquement et vous en f
liciter. Je le fais avec d'au-
tant plus de plaisir que c'est
rendre un hommage meri-
te a vos initiatives et sou
haiter qu'elles continent a
se developper au benefice
de tous. En vous distin-
guant comm un Citoyen ho
noraire de Port-au-Prince,
avec les privileges qui y
sont attaches, t'Administra-
tion Communale de Port-au
Prince don't je suis tinter-
prbte vous delivre un diplo
me don't vous Otes fier au-
jourd'hui et serez fier de-
main.
Je no teIiiineral pa,, mon
brief propos de ce nmlaln
sans rappeler v s I in'cryin
tions heureuses Lapipreso du
Bureau des Nation -Uni:'.S
de New-York en faveiur ie
la Republique idHaitl et Ies
suites fecondes de votir ;ic
tion. Ce n'est pas tros
votre modestie que lt dire
mais c'est porter in tei'nool-
gnage de verite (n lV'
d'uni aent diploma' ',m iqui
voulail ttre utile a la Com-
munaute haitlenne.
Port-au-Prince, ce lir
Aout 1979.
Georges J. FIGARO
President de la Commissinn
Communale de Port-au-Prin
ce.


(Suite de la lere page)

ciel est aussi bleu que le
ciel de la Grace et I'histoire
aussi belle que celle des he
ros que la literature helle-


Dans les Livres

SOGO NAN KWAZMAN
GRANCHIMIN DU
PASTEUR PAURIS
JEAN-BAPTISTE

II y a moins d'un mols
que le Pasteur Pauris Jean-
Baptiste a public une oeu
vre en creole : PEYI ZOU-
LOUT" (Pawoll), 140, pages.
Une oeuvre que la critique
locale a salute comme une
nouvelle valuable. Une nou
velle qui pout servir a la
defense et a 1'illustration
du crdole.

Ne voila-t-il pas qu'a la
fin de juillet, il a faith sor
tir un nouveau roman: So
go Nan Kwazman Granchi-
rpin Jiye 79, Ed. Bon Nou
vel, La Phalange, 119 pa-
ges). Cette oeuvre qui est
aussi une nouvelle, se lit
dun trait, comme une eau
qui coule de source.

Ce qu'il convient de no-
ter, c'est que la Litterature
Creole se porte bien, car
c'est chaque jour qu'on en-
tend ou qu'on 1it quelque
chose sur le creole. C'est
que le creole a qui 1lon
veut donner sa vraie place
prend de la dimension, et
qui sait, s'imposera definite
vement.

Nous souhaitons un grand
success de libraiie it notre
ami Pauris Jn-Baptiste qui
travaille assidurment pour
1'avancement du Creole.


LE NOUVELL.STE
PROPRIETAIRES : PIERRE CIIAUVE1

ET MAX CHAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS

ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET


' W aPOA PR
HAIT


r"YlrCrr/vuzu_;crssrsuJT~_~/-i~s&vrrl~r~ ~n~Krrrr~-LlrrZr~ar~l~MuzrrrzJ-r~Jlr~cNN


*-~-r/r;~,~-/~///rr~i~=rs///~sI


~C///r~;r/~v///~'~rs~=rC~tt),rCZ~"/P~"8/


nArllr D




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs