Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10445
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: July 14, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10445
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text









FAO: Haro

sur les multinationales


1;OM141l (AVI''

I.oe tiI lllmlll.te Rome (o(l
;", svlx (III 'lle M unlllde s'e
h rilll )in llr o nl.(1l 1 'leir i'll
il. ci lles .s ilVcill tne'
ill, Ih c, Su it It's lll'U!tlnallo
1t,. 11 4444 '.4'4'5 i11l11 .il niuen4
il. pioll. r d (h 4 l';: il de do
pI idl lc t l>( .i N ays pall-

qt lc ''.olill n ll ('11 i I'. in
1 I4' 4I iI t'Itll'I' llI' d& la
' A\O i ll St, [ I lit.l, 1a collie ron

, .II4I'. 4 ( Itri. t' (t lop e rlen ut
I t. i it.d e t e ''. 'cx

C ('.l4i4.s )''rt',4ln1se' plar .Ie
(ii4t..444 (r Ron.tr, qli cOiteA's
ir ,1 '1A ci'l r mnen 1. its cri
I 4]4l' h.(, pliua ('vrers out
c4'ois pour cib'le les mnultina

L litC t Lu(l( (4it's rI ipporls
(,I 'i I 4s dres.se's par Ic.s gou
4\ In'mnI44s p(i4ur la confle-
i'' :i"' i4o 4li e 4 li(' 'c .si .le;
p..\'s 'ill TIh r, Mond' ont be
.*" in d( l c;)pil l. de ;i trch
4I4.t 4' l dIt ;.x'4's aux
M itc4'li.4s a]ppor4t4' par 4',
,I, ic,; lla'.o ib eprol'11 -
S.ii, i. u e !l'44 .4.litudei l'anll-
4 I 10 [ 4( 4'eVt 4I ( 4.44'f.4ets
4:' (. 'Cit C'.s ilvestlsse-t
ni4n4 ll l ine l4rri'ation4 non
( ll 4 444' (1(4 valni e's prof,.ts
or s relis .nt.,
I inieg ,rail on v rti.'( icac( des
S4ss soc(4les ;. inetntaires
a de (I l, prdut.lion des en-
'.rai's ct des nm.chines agri-


coles ti la production alimcn
tire en passant par 10
trlnisport, c Itraltement et
la comnmercialisatlon fina-

Ces documnil's Indlquent
t'IicoIe que' i' s 145 litlnatlo-
par des contec, on leur pro
cur tout en olignant leur
bonne humoUir, un equillbre
psychologique tr's souhalta
ble Apres avoir falt paral

(Voir suite page 2)


Le General
Somoza serait
(PRISONNIERa DE LA
GARDE NATIONAL
MADRID. (AFP)
Ie President Somoza du
Nicaragua adisire abandon
ner le pouvoir, mais 1'1 est
prisonnier de la garde Na
tonale, qui exige des ga-
ranVtes quant a son avenira.
a affirmed Samedi a Ma -
drid le Directeur de 1 Ins
titut Espagnol de 1 emigra
ton, Monsieur Jose Anto-
nio Escudero, de retour
de Managua
Monsieur Esrudero, qui
s etait rendu au Nicara -
gua pour y supervsser le
rapatriement des ressortis
saints Espagnols. a precise
qu entire la "apitale et 1 ad
report il fallait passer par
une v'ngtaine de poses de
control de la Garde, et
que squiconque apparais-

(voir suite page 8)


MI-FIGUE MI-RAISIN



LE DIABLE EN

par Mona GUERIN


Un martin, la nouvelle e-
clata dans le quar(tier Ma
d.n4l Aris'hene B la vieil-
le dame qui avail pris loge
in1.nt avec ses cnfants, dans
la i'ande mason au bas de
la iouC.. 11 y a un mois de
('( 1. C alt un l10up-garou.
D' son proper aveu. Ell11e
1 .'.va tldi, a 1'uni de ses
444 i44(14(. voisi'.'nes,. elle
1 a:at pl4 s ou moilns lais-
4' t4' Ure a ll nie.' inarchan



o.44,4 owv er4 l de nouveau, e-
lar alle lili proposer ses
l(,It:.lnml 1, LI ,paIiques, en
\ !)it'iques( s de soisines en
44444_r>4 4, la 1hos4< se propa
i'r m4i I t' (4h ur,.C ( C cIait: d'autLntl
il4l4', v u' (444 Madame A-
I4 j4 llf4n ;o4I4 o 4iirs d(' .on pro
4I44 :IV 4II4, '('l;4l s|p(''ci lis(c'
it i ls s |): l ts rnfal. tl s l 'l
I4 4 ava mal4n44 de tou-t


o ilrit,'.. c(ilt l' lus lle4 s

]i "IV;( l 4 t '4 .. In 'a p I ll. re.
4 445,444 4l4 (4. 1' .t'4U44d1't'


J


Madame Aristhene avait
deux grands fils et une fil
le qui devait avoir environ
vingt-cinq ans. La jeune fil
le ne sortait presque ja-
mais et quand elle le fai-
sait, traversait tout le quar
tier avec un visage hautain
et ferm6. Les fils, eux, une
fois revenues de leur travail
se confinaient chez eux.
Quand la nouvelle 6clata,
le quarter, brusquement. se
rappela de tous ces details
et les 4rouva anormaux. Que
manigancaient-ils done h
l'intirieur de la mason ou
alors qu'est-ce qui les obli
geait ft ne plus sortir ? On
savait seulement que la jeu
ne fille jouait souvent du
piano, du moins on suppo-
sait, que c'etait elle qui ti-
rait des touches, ces accords
plaintifs. pendant que sa
mire. frdquemment, faisait
les cents pas sur son bal-


Des voisin5 qcue 1'on au-
rait pu croirce assez paisi-
bles, en some, ,s'il n'y a-
vait pas eu, 4un beau jour,
lt's Iev('1lations sp(1atanics
de Madame Aristhine. Un


Le Recueil de Contes
de Mine Maric Carline R. IDoreien
vu par Mine Yolande PLUMMER


S 4till4 4ir, ,.n oraonmilat
kill 1141444 I(,' 1c :1 4odalte stur
la ])l, C' ( 4.4il) '4 4' d(' Lulls
r, 'cu(ils dc (:4cont(;s pour
'nillalt,.s rrl.s .:. squ'lci. une
vastc C4am44 url dUe proLesta-
1i4on ])arLl'ait (I' routes loes
poILtri"l's do i',1 enlants, el
Ir c rmplirnl': 1;%; terre, arri
verait jusqu0au lc'e, Et les
adults auralcnt peine a
1apaiser.

Car. oc Ch;arles PER-
RAULT a Wait DYSNEY, en
pas.sant par Grimm, Ander
seni et la Comntesse de Se-
gur, les conlte. ent toujours
lait des de'ict des petits
enlanlts et mrime des grands
c'nilanl s que i1ous sommes
de temps en temps. II a ete
admis que tout homme me
me le plus grand Magistrat
a un reliquat d' infant Ilage
qui rcparait de temps en
temps dans sa personna'ite
ct qu'il charr e en lui toute
sa vie jusqu' la vieillesse
toute blanche.


I a etc aussi reconnu par
la Science qu" la valeur des
conles danrs I'Education des
enlants est incontestable.
CetLe techn quc pedagogique
a etL happen par les mass
media. C'cst ici qu'inter -
vicnt Wa't Dysney avec ses
cartons, cones animes et
audiovisuels, prepares special
lemrcnt pour le. enfants I
Ia Television. Ces turbu'_en
ces et ces imprevus tout A
faith invraisemblables qu
frappent si fort l'immagina
tion des enfants et les amu
sent de faqon si benefiqug
ont toute leur economic
dans la psychological de 1'er
fant.

Notre le.ne am'e, Mm.
Marie Car'ine Raymond Dc
r6lien Etudianie h la Facu
te deo; Sc ences Humaines el
Sociales i section Psycholo-
giei a compris cl!e aussi qu
en cmerveillant les enfanta

iVoir suite page 5)


GONAIVES ST. MICHEL
DE L'ATTALAYE
ET L'INFLATION

Le troncon reliant Gonai-
ves a St. Michel de 1'Atta
lave se d6teriore de plus
en plus en ralson des aver
ses fortes et r6pitdes qui
se sont abattues sur cette
region.
Pidtons et chauffeurs sont
tous alarms par cet 6tat
de fait. La vie des passa-
gers a bord des camions,
est constamment menace.
Le probl6mailqtue tranroorl
tn common denote une haus
so de prix impose arbitraire
ment par I chauffeurs *
7 gdes. ou 8 ides.


En consequence, le SE
PRRN et le D6partement du
Commerce ont leur mot ft
dire. Peut-etre.

A en croire les chevaliers
du volant, la vote est tor-
tueuse, dreintante, les ca-
mions cofitent tris cher (26.
000 ou 30.000 dollars) les
pays de 1'OPEP ont aug-
menti, a leur guise, le prix
du carburant sur le march
international. Et en Haiti,
actuellement, le prix du
gallon de gasoline est pas
si de 5 gdes. 65 h 6 gdes.
25, sulvant un communique
emanant de la Secretalre-
rie du Commerce et de l'In
dustrie.


No 31 12 3 .. I.OMII- inli ^^ M MI ^ ^ ^


84EME ANNEE


FONDE EN 1898 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN

DIRECTEUR LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme Max CHAUVET


Les otages d'Ankara


Si les Etats Unis ou 1'E
gypte tentent une opera-
tion de Commando pour Ii-
borer les otages de l'Ambas
sade d'Egypte f Ankara
stous les otages seront tues
et I'Ambassade dynamitiee.
C'est ce qu'affairme un corn
munique tel6phon6 samedi
au bureau de I'AFP f Bey
routh par une personnel se
reclamant de l'organisation
des Aigles de la Rivolution
Pr' 'stinienne>.

A Koweit et fa Teheran,
les autorites orecisent qu'el
les ne permettront a aucun
appaleil transportant un
Commando quelconque d'at
terrir sur leur territoire. Au
Caire, oih la rise en garde
attribuee aux cAigles de la
Revolution Palestinienne>> a
ete accueillie avec sang -
froid, on declar- quaucune






UPON



loup-garou c'etait deja dangereux; un
loup-garou qui le criait sur
les toits voilA qui etait af-
folant et intolerable. Corn
me cela se passait a une
epoque ooi les meres de fa
mille restaient chez elles
toute la journey avec la fa
cult de se monter la t1te,
non seulement elles se la
monterent mais elles la per
dirent egalement. Le coeur
battant et la voix 'opres-
see, elles mirent leur ma
ri au courant de la situa-
tion .des leu' re tour du bu
reau. Quelques uns de ces
Messieurs. Ires peu) rigole
rent. Les autres froncerent
les sourcils et d6clarirent
qu'il fallait fair quelque
chose.
Parmi eux, se Irouvait M.
Bernard F. homme energi-
que, connu pour son esprit
d'init!ative etl l'interet qu'il
porlait Ia tous ses voisins et.
pour le souci qu'il avait de
la bonne tenue du quarter.
M. Bernard rdflechit done,
pensa t notre devise L'u-
nion faith la force, et dcci-
da de rendre visit, pour
commencer. au moins aS tois
les gens don't les maisons
so trouvaient, come la
sionne, dans le rayon vi-
sul do la "louo-garotise).
II se rendit d'abord chez
Ie voisin le plus immediat
de Madame Aristhene. le Dr.
SC. brave home aussi corn
pteint que modest et qoui
avail une grande passion :

(voir suite page 81


decision n'a encore itf pr,
se au sujet de la liberation,
exigie par le cJommando de
deux membres de cette or
ganisation emprisonnis au
Caire depuis Mars.
La delegation palestinien
ne arrivee samedi a Anka-
ra, venant de Damas, a ren
centre le Premier Ministre
Turc Bulent Ecevit. Les
quatre representants sont
ensuite allies a 1'Etat MIaj'or
de crise situe on face de
l'Ambassade d EgypLe, on
les cages sont detenus parx
un Commando des eAigles,.
depuis 8 h 15 GMT vendre
di.
L'un des memnbres de la
de'egation pilestinienne
s'est rendu i. la res-dence
de I'Ambassadeur d'Egypte,
dans lenceinte meme de
l'Ambassade, pour parlemen
ter avec le Commando.
Dans -,on premier commu
n'que depuis le debut de la
prise d'otages, le Gouverne
ment turc precise samedi
qu'il faith tout son possible
pour mettre fin au drame
grande eflusiol, de s, .ng et
en V prenant le, measures es
plus efficaces pour dicoura
(Voir suite page 5)


D'HAITI MEMBRE DE L'ASBOCIATION INTERAMERICAINE DE PRES3B

Tdl6phone : 2-2114 Bolte Poesle : 1316
Rue du Centre Nr 212


En province, le gallon de
gasoline parfois fauss6
- s'ach6te a 7 gdes. 50 Les
pieces de rechange se ven-
dent aussi cher... done il
est just qu'il y ait hausse
du prix du transport par
compensation et pour pou
voir rimer avec inflation
qui ne cessera jamais de ga
lopper.
Nous avonsa dit plus haut
fue la i blenfaisante infla-
tioni a la vertu de rendre
parclmonleux, celul qui a
6t6 prodigue au temps des
vaches grasses ..
En effect certain St. Mi-
chelols de basses conditions

(Voir suite page 5)


New York (AFP)
*Les Etats. tn:s ne peuventI
pas d6clencher une (guerre
4u petro'eo> dans le Golfe
en raison des risques tres
eleves qu'une intervention
d,reectq' .i.,j,.grm6e americal
n dans cette region impli
que, selon. an rapport de la
Librairie du .Cohgres. cite
samedi par le o quotidien
Toew York Times'. I
Se'dt.- ce rapport, don't des
copies ont ite distributes ft
la Mason Blanche, au Con-
se 1 National de Securite et
,aux Ambassads' de Grand*
Bretagne et d'Allemagne
de U'Ouest L ashington, u-
ne tflle operat'on risque-
rait notamment de provo-
quer une inte:-vention direct
te de 1'Union Soviet que. L'U
RSS, soulignent les auteurs
du rapport, pnu-rait ainsi
c'eclencher des troubles
dans d'auLres parties du glo
be, en Coree ou c Berlin,
par exempl, afia e0i d:sper
ser les forces 4i intervention
amtnricaincs.
Le succs d une tel'e ope
ration, poursi-ivent les res


JEUX OLYMPIQUES HAITI CUBA


Face a face


sur la route de Moscou

Par Jean Claude SANON


La spectaculaire reussite
du smodile ;ubaina en ma
toSre d organisation spor
tive vient de connaitre on
ioup'-.dar.t- t 1 occasion
des Huitiemes Jeux Pana
-iercains

San Juan a prounv que
les phalanges ne 1 INDER
(Instituto Nacional de De
portes y de Recreacion) a
pris avoir fait retentir la
oMarche du 26 Juillets sur
tous les stadSs du monde
out besoin d une cure de
jouvence
Certes Cuba ne dialogue
plus qu avec les plus
grands en mal.ierc sport
ve mime v;eillissant ses
adieux du stades figurent
toujcurs dans la categorie
des (plus haut, plus fort,
p'us vites La plupart d en
tre eux seront d ailleurs en
core en piste aux Olymp'a
des de Moscou 1 an pro -
chaiin Mats f la lunmiire
des Jeux de Porto Rico, la
necessity d un renouvelle-
ment de cadres est deve-
nue urgente
Pour des reasons eviden


Michel Cesaire :

Un Poede enC vrac
par Edouard C. PAUL


Je ne m'explique piuce
qu'aucun critique litteraire
n'ait jamais dit un mot de
oPOIGNARD AU COEURs de
Michel Cesaire. Pas meme
le jeune benidictin de la
poisie haitienne, M. Chris-
tophe Charles n'en ait faith
jusqu'ici allusion. Pourtant
ce recueil de 112 pages sor
ti des Ateliers Fardin en
septembre 1978, si son con
tenu n'est pas tout a fait
de perles, il recele ndan-
moins des poemes bien tail
Ids. Bien muscles. Of 1'ins


piration se soutient. Oh Mi-
chel Cesaire avance ses am
bitions d'etre touch par la
poesie. Ce nectar de Dieu
auquel, il semble avoir gof
te et qu'il nous rend bien
dans un relent d'elytisme
mi grisant, mi suave. Je
crois que Michel C6saire m6
rite 1'attention. Bien que
pour le forcer a ne pas s'ar
reter en chemin. Je me de-
mande alors, si Michel C6
saire avait distribdie son li
vre a 1'enseigne qui pouvait
le fair connaitre au public.
Ou bien avalt-il peur d'af
frontier les critiques qui, ja
mats, ne l'auraient jamais
mime, 11 a affichi des ta-
lents qui 1'auraient fait vi
te de se reliever du tapis.
ITeureisement, je me suis
d6lect6 a sa po6sie et je
me sens en droit de le re-
lever du tapis ouf il s'est
lul-mime mi-cloud par son
indifference.


Michel Cdsaire qui a faith
ses premiers pas dans la
littfrature avec au Coeur> est un militaire-
soldat. II joue aussi effica
cement avec la gAchette
qu'avec la muse qu'il ne
ramine pas f la dimension
d'une mitraillette, mais a-
vec le caiolement d'un man
che nacri-or d'un polgnard
comme les princes d'Orlent.

IVoir suite page 5)


ponsables de cette etude, de
pendrait en tailt de deux
facteurs prircipaux : le
maintien n it des puts,
difficilement defendables
centre les sabotages et la
certitude que 1 Union Sovie-
t que n'int-rvjindra pas.

Rn soilig It les
auteu o rappo la sur-
pri se o e ire la
re~u hnvent!on ne
Po S eenue.
age au cessus des
ct petroliferes du Gol
f sia 82eme Divis on ae-
i, e, seule unite ameri-
e capable d'une te'le
ion impliqu' en effect
la requ'sition d'un nombre
considerable d'appareils de


MO~M L5NEMOlS


SAMDI 14 ET DIMANCHE


015 IT 97


transport, daI.s on delai in-
terdisant tout elfet de sur-
15rise, soulignclt- ils.
Le rapport, owit ind:que
ses auteurs ,a ete redige
fluents du Congres et du
Pouvoir Executil estimentL
qu'une intervention mil'tai-
le pourlait etre utile dans
un tel cas.s ,

oEtant donne qu'aucuon
des conditions essentielles
ta la rdussite de cetie ope-
rat'on4 ne pourralt ,tre as
sure, l'utilisatijn des for-
ces americainos pour s em-
parer des champs petrolife-
res de 'OPEP serait tres ris
quee et tres cliere,, conicut
le rapport.


En cette date glorieuse
pour le Deuple frangais, Le
Nouvelliste renouvelle' ses
f6licitations au distiagud re
prisentant en Haiti du gou
vernement franqais, l'Am-
bassadeur Louis Deble qui
travaille inlassablement "
renforcer la cooperation en
tre son pays et la n6tre.

Comme chaouea
mais auiourd'hui e
matinee, une gra
tion offered par sa
dour et Mme Debl ar
aue& au Manoir a
riers. le 14 juillet. Recep-
tion au course de laquelle
les membrcs de la colonies
frangaise en Haiti. les re-
prdsentants officials de la
R-ance chez nous et 1rs nlm
breux amis de la France

on' fraternise.


Les tendances de la Conjoncture depuis 1970


La Conjoncture de 1'ann6e 1976 1977


Projections a Court- Terme 1978 1980

7eme PARTIES : MONNAIE ET CREDIT
(Suite Voir le No d h er)


L augmentation de la
masse monetaire (monnaie
courante plus depots ah
vue dans les banques) a
ete assez reguliere du
mo'ns en indice annuel de
puis 1970 I11 ne semble pas


IN


tes. le rendez-vous mosco
vite revot une importance
considerable pour les Cu- Annie
bains Tant pis done pour
.Aix qui se mtttront ,. au Indic
travers du cheman qui me d
ne vers les berges de la Taux de
Volga croissance
En football. la oualifica
tion de Cuba passtra par Source
Haiti Et vice sersa (Section
Les hasards du calen- La ma
drier olympiqae nous vau- parties d
dront ainsi la deuxie gines di
me confrontation Cuba pour les
Haiti en moins de trois ans economiqu
Notre pays avait en effet theses s
reported la premiere man ant 6t6
che en novemhre De- la tend
cembre 1976, oltenant du
coup sa participation au A L'OCCA
tournoi de la Concacaf
Mexico 77
Leo buts d egalisation
d Emmanuel Sanon a la
Havane (1-1) eto Port-au-


Prince (1-1); ceux de la
victo:re finale de Jean-
Claude Desir en match

(Voir suite page I)

EN ATTENDANT
LA COUPE
D'HAITI
COURONNE CHAMPION
HIER SOIR
Le Violete .ivait m's tout
le monde au pas depuis press
d'un mois; la Coupe Pradel
s'est done achevee dans l'in
difference.
Que'ques rares milliers de
spectateurs ont ainsi assis-
te f la victoire du Racing
sur le D. B. Pitionville par
deux a zero.
Yvon Alliance k la 68eme
minute et Gdia'.d Romulus
peu avant la fin du match
marquerent pour le Vieux
Lion.
Emaill6e d'erreurs techni
ques, cette rencontre per-
met cependant au Racing
de se d6tacher comme le
dauphin du Violette nou-
veau champion.
Le D. B. P-tionville (21
pts) devra lui dispute un
match d'appui centre le
Hatuey Bacardi (21 pts) en
vue de determiner le qua-
trieme qualifii de Port-au-
Prince pour le tournol final
pour l'obtention du titre
de champion d'Haiti 1978 -
79.
Ce tournoi reunira les qua-
tre meilleures iquipes de
Province :, St Marc. Cap-
HIaitien, Arcahale, Oonaives
et les quatre premiers de la
Coupe Pradel Violette, Ra-
cing, Algle Noir, Don Bosco
ou Bacardi.
Le protocol et le calen-
drier du tournoi seront 6ta
bis par le Bureau F6diral.
La competition dbutera
apris les matches Cuba --
Haiti et se termlnera IL 22
Septembre date offilcelle de
la cldture de la salson
J. C. .s


que cette croissance ait eu
un effet important sur la
production et les prix 11
n a pas 6ete trunv de cor-
relation signif'cative Par
centre la correlation est
presque parfaite (voisine


de 1) entire la masse mo-
netaire en ,'ir(cjlaion et
les investisements C est
ainsi nu on a pu fa re les
estimat'ons des investisse
ment's 1978-1980


DICE DE LA MASSE MONETAIRE (BASE 100 EN SEPTEMBRE '0)
MOYENNE ARITHMETIQUE DES INDICES MENSUELS


70-71 11-72 72-73 73-74 74-75

319,3 136,4 171,1 207,4 205.3


- 143 15 4


: BNRH et IHS
de Conjoncture)
sse monetaire fait
es varables exo-
u module utilise
projections macro
ies Les hypo-
ur cette variable
fates en projetant
dance prccedente


75-76 6-77 77-78

210,6 '? 284,4 :;29,0


212 -10 172 182


>sur les deux ann6es 78-79
et 79-80
(voir en annexe)

L EPARGNE qui a eti
multiplied p1r. 7 en volu
me entire Septembre 70 et
septembre 78 alors que les
prix doublaient durant la
meme per:ode temoigne


d une confiance accrue des
agents econ mingques dans
la stability politique du
regime Les deposants out
ete attires par des taux
d interit asse. interessaiits
inais la c'ro's,:ance rapde
de 1 epargne a tenu pour

(Voir suite pa'e 4 2


.SION DU 14 JUILLET


De quelques records francais


Ce n'cst pas fire p.-cuvp
de nu'..l,'tinisse que (e re W
connaltre A la Franca ct
auix Fra.i".s un gene in-
vcniLIf certain. des captact-
tes inlieitectuelles et phli-s
ques souvent peu comii,-
nes: un tout inner de la
con:.p6tii'on et du do,,.ss.--
ment de LO dans tous le
domaines... C'est fair une
constatation.
IS n'est; pour s'en convaint
cre: qu de feuilletr le fa-
meux et impartial < ness Book of Records> (1i
- le livre des records -
en s'attachanL plus specia-
lenment aux chanitres consa
cr6s, aux realisations in'
maines; aux performances
et aux exploit, qui distin-
guent individu' et nations.
On y verra que la France
y ifelst ine place plus
qu'honorable.
RECORDS TECHNIQUES
RECORDS TECHNIQUES

Les records frangais?...
Ils sont innombrables et 1'on
n'a que 1'embarras du
choix. Dans le domain
technique notamment les
r6alisations qui surpassent


Mort de Mme
Antonin Tardieu

Nous avons appns avec
peine la mort, survenue ce
martin, de,Mme Antonin Tar
dieu, n6e Marie-Doreliza Du
quella, a 1'age de 98 ans
et 8 mois.
Elle itait la mire de nos
confreres et amis Edmond
Tardieu et Fridiric Tardieu
Duquella.
Nous partageons leur pet
ne et leur adressons ainsi
qu'i tous les autres parents
et allies nos sincres con-
doliances.
La date des fundrallles de
la regrettee Mime Antonin
Ta-dleu sera annoncee u!-
tirilrement.


Par Claude LEO
cells les autres nations
occupent une large place.
Un phare; le plus puissant
du monde; les domine et
les eclaire de son projec-
teur. C'est le phare de
Creach's dans lile d'Oues-
sant. Install sur le gra-
nit breton en 1638 il a subi
ses dernieres ameliorations
en 1939. Avec ses 50 me-
tres de haul et une puissan
ce de 500 millions de bou
gies; le phare de Creac'h a


une norlc'tc i 57 kiloninct'r'.i
par temps clair et dc 4.5
kilomeres par temps tr'a,
brumneux.
(1i Denoel pour 1'6dition
irancaise.
Non loin de la; dans le
golf de Saint-Malo; la
France a construct la pre-
miere et la plus import ..n
te usine marimotrice d'i
monde: celle do la R(anc"'.
Elle a un rendement an-

(Voir suite page 6)


Le Sermon de la Semaine
Par le Pasteur Luc NEREE

LA PUISSANCE DES LOUANGES A DIEU


t(Rendez continuellement
grces pour toutes choses ft
Dieu; le Pere; au nom de
notre Seigneur J6sus -
Christ> (Eph6s. 5:20).
x x x x

Nous ne pouvons pas
computer; a cause de leur
grand nombre; les versets
dans la Bible qui nous invi
tent a louer Dieu. Parlant
certainement d'expirience;
David dit: c... II est beau
de c616brer notre Dieu... II
est biens6ant de Le louer a
(Ps. 147:1). Et en connais-
sance de cause; David
prend avec lui-mime 1'en-
gagement de le fair tout
le temps en diclarant: binirai 1'Eternel en tout
temps; Sa lounge sera tou
jours dans ma bouches (Ps
34:1).
De son cot6; 1'Apotre
Paul dans beaucoup de ses
lettres souligne a notre at
tention; la n6cessltd de fai
re continuellement monster
nos louanges vers Dieu. L'A
potre falt rem3rquer que
Dieu attend des actions de
grAces de notre part. ,Ren-
dez graces en toutes chose


car c'est a votre' regard la
volonte de Dieu en Jesus
Christ> dit-il aux Thessalo
niciens (1 Thes. 5:18). Aux
Eph6siens; Paul declare:
oRendez continuellement
graces pour toutes choses b
Dieu le PFre au Nom de no
tre Seigneur Jisus-Christ>
(Eph 5:20). Et aux Colos-
siens; il dit:; Et quoi que
vous fassiez en parole ou
en oeuvre; faites tout au
Nom du Seigneur Jisus: en
rendant par Lui des actions
de graces f Dieu le Pires
'Col. 3:17). Nous allons
maintenant voir brieve-
ment comment se manifes-
te la Puissance des louan-
ges a Dieu.
xxxx

LES LOUANGES A DIEU
SONT REMUNERATRICES

Ce nest done pas pour
rien que le Saint Esprit
cherche a nous convaincre
de la ncessit6 de rendre
sans cesse graces f Dieu. I1
y a cerainement Qaelal.e
chose pour nbtre bonheur

(Voir suite page 4)


Le 14 Juillet

Une grande date pour le
people frangais et tous les
peuples du monde 6pris de
lilbert6 et qui se partagent
les grands Id6aux de 1789.
Une date qui est chire
aussl f tout particulire-
ment au people haltien. Hal
ti et la France ont, 11 y a
auelques ann6es marqu6 de
faQon solennelle leurs re-
trouvailles officielles et de
puts la cooperation franco-
haitienne tl cetse de ma-
nifester italit6.

Dans dive s domalnes: 1'6
education. 1 a6ronautique, 1'A
er agriculture, e gouvernenrent
Lr francais anporte son con-
cours dans'nos efforts pour
le developpement.


NEW YORK TIMES


Les USA ne peuvent pas declench

une "guerre du petrole"


CHRONIQUE DE L'ARTIBONITE

par Roger MILCENT


s






i
a
u
e

i.



L
l

s







BAMEDI 14 ET DIMANCI-IE 15 JUILLET 1979


LA VIE ECONOMIOUE


a Canoncture de l'anade 1976 1977 1978-1980 Projecti0r si Court-Terme
soe orr'ii~


title Iiiiiiie ijirt I I llgialen ves ventant ii,- I 6-manger
latinl des I0 iii Ici1% prl- 1, Indice do.I o dliii 1InC it (lii


inont6 do 21 pour cent en
muyenne (depuls 1R70 :


Ilodice do I1 parp~nc (base 100 en Septensbi-e 70)
liloyCefle ar~tlaynitlquctede-litlices Fnensuckl-


70-71 71-72 72-73


lindtl


73-74 75-76 6~-77 '06,4


118,6 1161,2 119.0 290,6 337,3 434,7 562,0 77-78


ix de .- 33 9 359 327 161
issource R et (Section

Source : WNRII et IIlS (Section de Conjoncture)


L expansion du credit a
6te tout aussi remarqua -
lie depii's 1970 et particu
librement le credit au sec
teur priv6 qui a et6 multi
pli6 par 10 enlre septem-
lire 70 et septembre 78


tandis que le credit an sec
teur public et:-it multiplied
par 3,7 sur la. m^-me plrio
de

En volume le credit se
partage assez cqu'table -


293 257


ment eptre secteur priv6
(54 pour cent) et secteur
public (46 pour cent) La va
leur total 6si" gledil Itait
de 1327 millions de gour-
des en jane er' 1978 .'


INIICE DU CREDIT At SECTEUR PRIVE (BASE 100 EN SEPTEMBRE 70)
iMOYFNNE ARITIIMETI QUE DES INDICES MEN SUELS


Anliec


.0-7 11-72 72-73 73-7 1 74-73~5 -7f 6-77 -78


dice !11.4 128,9 0)1,6 31,4 r27,1 649,5 794.4
>L 'i A


x de
ssance


- 8 0 4 8 3 2 38 2 232


Source : BNRll et IHIS (Sec lion de Conjoncture)


Si I accel6r:aion dc la
deminande de credit par le
secteur prive )sl due pour
uine part a 1 inflation et a
1 augmentation des im -
portations, ell'- t.in -i"'
cependant de 1 extension
de 1 act'vite ;cniomique de
puis le debut de la daecen-
nie et en iairticulier de
1 inildustrial's.itlin crois -
sante

Pourtant le diveloppe-
ment du credit nt s est que
tres peu reper2utd sur la
croissance dii Pll, ceci pou
vant s expliq:!er par I uW:
lisation de gr ; c: diits
pour le finan emntn dess
importat'on-, sans reltr -
cussion immaliate sur la

INDICE DU CREDIT AUl
a1


Anone


production national
:Au vu du table-m prece-
dent, 71 faut noler qu a-
pri-s les anunes 1973 ia
1975 oui ont ite des an-
neds de forte inflation le
taux de croissance du cre
dit au secteur prive a d'-
ininue Les measures d enca
drement du cr-dit,. qui ont
6tc I 1 ori-'ne d un cer -
tain pi6tinemcnt de celui
ci au debut de 5 annee 1978.
out eu pour but d ev'ter
une pression trop lnveeve
sur la balance des pale
ments

En ce qui concern le
r-sdit au secteir public
forte en 1974 ct 1975 au
dont la croissonce a e6t


moment de 1 inflatl
mondiale, il connait de
pu's 1976 un taux de croi,
sance equivalent a celuii
du secteur priv6 Le leger,
ralentissement canstate en
1976-77 correspond A une
diminution du credit ac
corde a 1 Etat (qun repre-
sente 61 pour tent du cr6
dit public, le reste allant
aux autres mntites offi -
cielles) puisque les recent
tes fournoes par les taxes
suir les exportations de cai
f6 et de bauxite ont 6etI
en forte augmentation cel
te ann-e-la Cette situa -
tion ne s etant pas renou
velee en 77-78, le taux de
croissance du credit a auz
mente


SE"XEUR PUBLIC (BASE 100 EN SEPTEMBRE 70)


MOYENNE AERSIIPIETI QUE DES INDICES MENSUELS
70-71 71-72 2-73 '3-74 71-75 15-76 '.6-77 77-78


6viter jo-4 nifficulURe bae
Ia~pcc des paloment'l Jilico
flu aiidlpoai6 de dons at
de prkls I& des conditions
de 15101Cr qolini t Vies1 fan
ulenr~es~ alimmintalrell at
cecles (liii 0etiliuni neces-


s.,res pour rtallser le pro
grammee de il.'veloppemeni
(hiens d cquipep ent en
partlculier) '- C est ainqt
que en 76 et en 77 In som
me des transfers pr'vcs et
publics sans contrepartie
et des emprunis contractes


u & 'trliger a dupasR6 le
sold n6gatif de la balan
ce des blens st services Le
pav q Du reconstltuer ses
36.3 m'lllons de gourdes en
reserves de leviscs plus
363 million; d-e gi-des en
O tobre "77)"


SOLD DE LA BALANCE DES PAIEMENTS EN C.QMPTE COURANT

(Cest-hi- dire balance des "Wens et' services et trani ferts sans coilrepartie) en
millions de gourdes


Annee

olde en


10-71 71-72 72-73 73-74 74-75 75-76 76-77


compete courant plus 20 0 plus 317 32 1105 -1349 -1014 -59 2

Source : BNRH -


On remarquera que le transferts est etujile en
deficit en compete courant a
vait pu Utre reduit en 15-* detail plus loin
par rapport a 1 annele jpre- Ainsi pendant 1 annee
cedente par line tres forte ..,1076-7; les emprunts pu-
augmentation conjuguee lilies ont renrfsente 260
des transferts lprives et pu millions de r-urdes et ont
blics sans contrepartie permits de fnancer le d6-.
ficit en compete courant do
Mais le deficit en comp la balance -les paiements


te courant s est de nou-
veau considlrablement ag-
grav6 en 76-77 A cause de
1 importationn accrue de
derirees alimentaires- puur
lutter centre la sous-ali-
mentation due ah la seche
Kesse et a cause aussi di.
la legere diminution des
transferts sans c,.ntre -
partie L evolution de cesi


Les investissements i
-trangers directs (40 mil
lions de gourdes) ont
jo'a6 un role mi-aeur

Ces pr.ts, crnsentis es -
sent'ellement par les or-
ganismes in)ernationaux.
ont eit aflcets surtout
aux grands travaux din -


frastructure (routes, cen-
trales electriques) et a
1 agriculture

Sur le vu ,,i: -).-ments
d6j4 disponibles il semble
que la situation s amolicrP
un peu et la pression sur
la balance Ie7s paiements
devrait tre mno'n forte an
moins pendant 1 eyesreice
1977-78 Les reserves netr-
tes de devises ont atteint
un niveau record en ma1
78 avec pius J73,2 mi -
I'ons de gourdes lie plus
en Oetobre 1978. 1- T-"ids
Monetaire International a
accord a Haiti pour 32 mil
lions de dollars de droit4
de tirage speclaux dans les
tr.is prochaines annees


FAO: Haro

sur les multinationals


'suite de la lere page)
nal, e.p oItCit LunLC main
Id 0U \re CL MI .; -,I1a i D0011
role elepolr ircdi L des
mati-r ies preminiers .iailcec-
et C'hliii-rc dl I .- ans 1e
monde industialis6, avec
des profits coins.d6rables>>.
ment ainsi que les consom
mateurs des pays riches
parent plus de 200 milliards
de dollars par an pour des
products sur lesque's les pro
ducteurs de pays pauvres ne
reoiven, que 310 mnlliards
de dollars.>>

En resume : r ;.port de
p'ore que < la: cetes trans
nationales rtsc,- gneni cann
siderablement la porter des
reforms agraires qu'ils pou
vent entrepren.Jre>. Se fal-
sant linterprcr.e des sou-
haits d'un grand nombre de.
pgys pauvres, I est me qu'< 1
ne s'agit pas s se debaras
ser des m-"' rationales,
mais d'obten'r -ine plus gros
se tranche du Latetu l
La critique du 3.grcup"
de Rcm=., compos` d'ec-
perts et spec il 'les occidi n
taux du Tiers Monde, est
plus radca e. Ii est'me quei
-hs ,crnmplexes Agro Al-


Reserves de change du sys rane ba lcaire 'en mil lions de gourdes

daCe ept 70 sept 71 sept 72 selt 73 siot 71 sept 75 sent 76 sept 77 sept 78

solde plus 2.6 plus 48,2 plus 101,Cpl-is 90G,f 2,9 i-8-3 21.8 plus 31,1 .l;s 11 ,.3

Source : BNRIII

LES TRANSFERTS SANS CONTR}-'ARTIE


Ils permettent de com-
penser une grande parties
Ou deficit de 1-a bAlance
des Wbens et services et il
est interessant d 6tudier
leur evolution depuis 1970


On peut constater que les
transferts privis, prove -
nant .dllait'ens resident a
1 Stranger, subissent des
fluctuations anouelles im-
portantes Au contraire les


transferts publics (pr'nci-
palement 1 aide alimentai
re ct 1 assistance techni-
que) se sont ires forte -
ment accrus et ont ma nte
nant une part prepondcran


te d.ns le (otil des trans
fa-ts : 57 pour ctnt en 7(1-
77 contre 43 pour cent aux
transferts priva, :

ta LuitLvie)


mentall'si soUr. dan3 le t'ers
moTnrLe comme dse indus-
.rsi d exti.ic -i. sai)s eran
dre uin ipu'sem Lnt id leurs
reserves.s
'Les mu'tinationals," ajou
tent les an'mat.eurs de ce
group, instaurent ,un mo-
dele qui ne correspond pas
aux besoins d6cs populations
du T ers Monde nmis qui
enforce les intertts de la
m.norite qui rmonopolse les
moyens de product onm. '.
Pour eux, de redistribuer les profits
rial'sis par les societies mul
tnutionales ma s de definir
pour chaque pays pris s6pa
rmn-nt une strateg.e propre
garantissnant une auto -
subsistance a imentaire et
Cone I'lndcpendance >
C'e-t la raison paur la-
quelle 1e group so f6l cite
de a dec's on pr se l'annee
derniere par le Directeur de
la FAO, M. Eduardo Saou
mi dcI suppr a2nr Ie pro-
gramm d e dep co,lU'rstason in
CuItrcle (ICPl quli r'ulnis-
silt a l"n[leurirr mime de
la FAO une ecc-,ta'n de So
c'tLs mu t'nScL'.nal,
Ccll:s-c' qu s''.en I legrou-
pe Ce ftsme. ,f ts.icnt pus
ser luts Lntt,'* proprcs a
vanlt t'lt-, (i er'.; Mcnd- ,,.
so :int tran'i :res A -i ene
ve en pienan" lc -iP'."e ce
< C:1' itJr.itn Ini'u l. r ,'le
p1ur I' D-'vel'tppemeintl t
e!le; !rav1*"--i eit Cm col
'aborat on tir.ite avfc le
poilgr.r.nr2 C'' NtUions U-
n s p,,ur le De. -ljppe-
in n-t.,

la FA,, cinLa l g,c,upe
ce .i- n !- o <0inL i ailllio.ns
cree des liens solides entire
les RcprrsLnS,'a., de ces So
Seates ec certa.ns rnembres
de l'Associat:oin


103,9 107,G 112,0 144,1 197,0 '38,5 277,9 341.7


'Taux de
croissance 3 6 41 287 367 211 165 3 C

Source : BNRil et IIIS (Section de Canjoncture)

8Bene PARTIES : LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA DETTE EXTERNE

EVOLUTION (1970-1977)


Le resultat ties evolu -
tions divergentes dija etu
dices stagnation du volu
me des exportattons heu -
reusement .!ompense par


line forte h"-llse en va -
lear unitlire et augmen-
tation rapide dies import
lions a 6te une aggrava


t'on du deficit de ressour-
ces qui est paseC de 3,2 pour
cent du PIB (n 1970 it 8
pour cent en 1977


IIALANCE 1)E: BIENS ET SERVICES (Y COMPRISE LES REVENUES DE FAC -

TEiURS EN MILLIONS DE GOURDES


Source : INIt!'
P'endant la period 710-72
les transfers sans eintrre-
partie cssen:iellement pri
vec ont suffi pour combler
le dtefcitl et nime laisser
un liger exceldent de la ha
lance des paiements en
complex courant
Puis pendant les annees
73-75, le deficit dC rc-:sour
ces de la balance des


licns et services augmen -
tant, les tran .-erts sans
contrepartie snat devenus
insulf'sants pour le corn
bler et le financement du
d'-f'cit en compete courant
a entraine des pertes net-
tcs dins les reserves de
deis es du'. syitme hancai
re Cell;s-ci iiui se mon -
ta:en a plus 110.2 mil-
li;ns de goardes en mnii


71-75 15-76 06-77

20 11 6 8 .;7( 7

1973 ont chute jusqu i --
120,8 mn'llons (e gourdes
en septembre 1975, attei -
gniant a i'eite occasion
leur plus bas niveau Le
gouvernement a du sallici
tcr des prets Lie 1 stranger
C est a'in. qoe les deux
annees saivantes 1976 et
1977, tand:.s que le deficit
de re-sources contipua't dc
s accroitre, le pays a pr1


Vers ugn itcuvei aEroatemtent


parce que, m~me sans gros revenues, les hai- I
tiens savent maintenant comment mettre
de I'argent de c5t6 touch les mois pour le
fire fructifier.

parce que, mgme sans capital au depart, its
pourront r6daispr tel ou tel de ces pro/ets
don't i/s revenr depuis longtemps une rou-
velle voiture, une maison, des 6tudes plus
tard pour leurs enfants et pour eux une
re rite heureuse.




LA BA NQU E NAT IONALE

IFE LA


H EPUBLIQUL


1i1 hAITI


ROME (AFP) -
Les pays du Tiers Monde
souhaitent amhliorer 1'ac-
Ses de leurs products aux
marches mondiaux et enten
dent Lque la conferences minil
diale sur la reform agrai-
re rne se spare pas sans
avair pris posi :on sur le
sujet.
Lcs pay:- industrialists no
ilrj (tL Jll -)ZILS eel avis et
onlt dt osi lairs de la rcu-
nion p Iieparaore oces amenl
rwn'm' nls v s.nl j ta mod.O.,
le project de texte final a'
a reporter c( ddbai dnns
d'ailltr L' instances interna-
tionales.


prdsid6e par Dami', h
Hart iGLanIde B ;'' 1
,'Ci nnlI le basaille des
p -li. des virgules et des
r i'" at'lins s'est enga-
g[e qui cache parfois sous
dos apparences futiles de
profondes divergences.
C'est ainsi *que le' paa:s
au Tiers Monde souha '.in.


une < tion des obstacles tarifaires
entravant 1'entree de leurs
products agricoles bruts et
transforms sur le march
Imondial>. Mais les pays de
veloppes veulent y ajou-
Ler : echaque fois que cela
est faisable et approprin'.
I es pays en voie de dove
I':)pcrr i, 'reclasmenl Ia
f:- a :;on de pix jusles et e-
qil nbloes, a irai vers 1'instau
ial 'In I (ili no lvel o-dre 6-
('cnLiL n 'Oue i'ntpriIa 'onal.
Lrs VT' i s-Un ': so'i s!'ellnt
(I1 1 on i n le -.d "n- O" LI-
:c!if' L6cL o mllS L

DnnqS 1"ailtre mm'.ss'on
o'1 Il '111 : nata l al sI : I -
S d -ac I'a: M. !acelela Tan
zS.-ie,, .Ls de1Ci-lesu du Tie s
Monde iun ilnat de lo'iL.s
re 's les IL CL Iears d;flI-
c(Il enL ma n de d rcfor
I a "',;r'. Plus 'll s pays
est mrre! I'"1 s'ait avant
tor" d un D oL'-ie politi-
que.







d"


Ito;Va.ue


I/il


~ 'A


'"III-'


--7-74VA4


S -' - -


-- - - -~-- -- ~ '~s~aas- -I-s-. 4


Indice


Solde


F /AM


'/I'l
-IIr


/////I//-'


SAMEI 1 E IMACHE15 JUILLET'1979


rhL1


1;0-71 71-72 72-7:1 73-71


A i, e -71 --11 5 --12 9 -23 1 :;2


0/z


7~'':~/"


o_ p


C


J4 o


Ll


Fujwcheudr










SAMEDI 14 ET DIMANCHE 15 JUILLET 1979


PAGE 3
- f


NOUJVE"AU TI'IRF )'iANIT 51DI tJPF AFrf~nl-I IF


'I


AVIS DIVERS


DEMAND DE
COTATION No 22
ELECTRICITY D'HAI1TI
L'Electricit6 d'Halti avise
les iiiltresses que les arti-
cles suivants lui font be-
soin :
2400 Dead-end Insulators
(Ferrous cap and stud) SK
Y Glaze ANSI or NEMA
class 52-1
Description : Clevis-Eye
Combined Mech. & Elec.
strenght 10,000 lbs
Mechanical Impact strenght
45 inches/lbs
Routine proof test 5,000 lbs
Time load test 6,000 lbs
Low frequency flashover,
Dry 60 Kv m


Low frequency flashover
wet 30 Kv
Impulse flashover, positive
100 Kv
Impulse flashover, negative
100 Kv
Low frequency puncture
voltage 80 Kv
Low frequency test volta
ge RMS to Ground 7.5 Kv
Maximum R.M.I. at 1,000 Kc
50 Mv (Microvolts)
Leakage distance 7 inches
Maximum net weight 5.25
lbs
600 Low-voltage plntype
insulators (Sky glaze)
ANSI class 55.2
Porcelain thread size 1 inch
Minimum Pin height 4 in-
ches
Cantilever strenght 25001bs


Au Lambif




SNight. Club

LA DIRECTION DU LAMBI NIGHT CLUB VOUS
ArNONGE L'ARRIVEE A PORT-AU-PRINCE DU FA-
MEUX GROUP TABOU COMBO LE MERCREDI 18
JUILLET. SON PREMIER GRAND BAL AU LAMBI
LE DIMANCHE.22 JUILLET. Adm. $ 5.00
PAR AILLEURS, LE GROUP TABOU COMBO
,-FERA UN CINE FESTIVAL AU PARK CINE LE VEN-
I REDI 20 JUILLET Adm. $ 4.00 PAR VOITURE ET
J)ANS LA MEME SOIREE, IL SE PRODUIRA A IBO
LELE AVEC LE D.F. EXPRESS. Adm. $ 8.00
xxx x

SAMEDI SOIR (14 JUILLET)
SOIREE MERVEILLEUSE AVEC LA FOLIE DU JOUR
SHIOOGAR COMBO $ 2.00

DIMANCHE 15 JUILLET
SHIIOOGAR COMBO ET D. P. EXPRESS DANS LE
CADRE DES SOIREES D'ANNIVERSAIRE $ 2.00

LUNDI 16 JUILLET
'TOTO NECESSITY $ 1.00

MARDI 17 JUILLET
BOSSA COMBO BAL, D'ADIEU $ 2.00

L-rogccgcs p 4 Q
A 0


Flash! Super Flash

A PARTIR DU

SAMED1 14 JUILLET

et ce

tous. les Samedis

des 3 hres p.m. au

Lambi Night Club

COCKTAIL EXPRESS
AVEC L'EXPRESS MOTEUR DE TOUJOURS

D.P. EXPRESS
UN RENDEZ-VOUS POUR TOUS LES JEUNES
Adm. : $ 1.00

Bonne Fete D. P.


Par ailleurs, chaque dimanche

a partir de 10 heures du matin


Le Lambi


VOUS PROPOSE UN COCKTAIL AVEC LE

SHOOGAR COMBO
OU UN AUTRE ORCHESTRA ET A PARTIR DE 3
HEURES DE L'APRES-MIDI ON AURA LE BOOM
COCKTAIL DES AMBASSADEURS

Ambassadeurs
Adm. : S 1.00
.iaca@ocl'ahuw ssnPU./s-Mww w-- aee


Low frequency flashover,
Dry 50 Kv
Low frequency flashover,
Wet 25 Kv
Impulse flashover, positive
75 Kv
Impulse flashover, negative
95 Kv
Low frequency Puncture
70 Kv
Test voltage to ground 5 Kv
Nominal rate voltage 7.2 Kv
Max. RIV at 1000 Kc, Plain
2500 Mv (Microvolts)
Max. RIV at 1000 Kc, Radio-
free 50 Mv (Microvolts)
Leakage distance 5 inches
Dry Arcing distance 3.375 in
ches
Maximum net weight per
100 156 lbs
2400 Pincype insulators
ANSI class 55-.a
Porcelain thread size 1 inch
Maximum pin height 5 in-
ches
Cantilever strenght 2500 lbs
Low frequency flashover,
Dry 65 Kv
Low frequency flashover,
wet 35 Kv
Impulse flashover Positive
100 Kv
Impulse flashover, Negative
130 Kv
Low frequency puncture
voltage 90 Kv
Test voltage to ground 10 Kv
Nominal rate voltage
13.2 Kv
Max. RIV at 1000 Kc,
Plain 5,500 MV (Microvolts)
Max. RIV at 1000 Kc,
Radio-free 50 Mv (Micro-
volts)
Leakage distance 7 inches
Dry arcing distance 4.5 in-
ches
Maximum Net weight per
100 253 lbs
Les prlx soumls seront
CIF Port-au-Prince et les
dates de livraison rigoureu
segment tenues.
L'Electricite d'Haiti invite
les interesses a soumettre
personnellement leurs of-
fres le 27 juillet 1979 a 3
heures P.M. l'Usine Elec
trique, Rue Joseph Janvier.
LA DIRECTION
ELECTRICITY D'HAITI


ELECTRICITY D'HAITI

Demande de .
Cotation No 31


L'Elect
les inter
cles suiv
soin :
3650
door Lig
Hg laml
load 105
RRf. Fisl
6660 or
50 Ditto
R6f. Bel
No. 5 790
150 Ast
trols 120
1000 wat
35-201700
Les pr
I.F. Port
dates de
segment 1
L'Elect
les inter
pe''sonne
fresh le v
1979 A 3
ne Elect
Janvier.



La US.
media 21
9:00 a.m
plus offer
bureaux;
refrigdra
matiseur.
ver, etc.
ront exp
la AID:
caine le
let de 1
II est
que les
dus lAk
ils sont
sections
tea en
Toutes
nant cet
vendeur.


NICARAGUA


Dans I'attente du denouement

D'UN DES ENVOYES SPECIAUX DE L AFP, Norberto GALLEGO


MANAGUA, (AFP)


ricite d'Haiti avise 11 paralssait evident ven
resses que les arti' dredi soir aux yeux.,des ob
vantS lui font be, servateurs a Managua que
(quelque chose allait se
Photoelectric Out- passer an N.caragua) : a(
hting Control for partir de maintenant So-
m1000 watts lamp oza peut sen aller A
/ 1000 watts lamp tout moments a confi6 a
/130 V Ac 50/60 Hz 1AFP une source Diploma
her Pierce Model tique etrangere
equivalent. L impression subsiste en
except 105/285 VAC effet que les Etats Unis et
1 Electric Co Sev la Junte de Reconstruc -
1975 or equivalent tion sent parvenus A un ac
trodome photocon- cord qui conduira a la re
0 V 50/60 Hz Load connaissance de celle-ci
ts G.E. R6f Cat No. c o m m e gouvernement
0-04 or equivalent. provisoire du pays. Toute-
*x soumis seront C. fois 1 Ambassadeur des E
-au-Prince et les tats Unis A Managua, Mon
livralson rigoureu sieur William Bowdler ne
,enues. souhaiterait pas annoncer
erlclte d'Haiti Invite la conclusion de cet accord
esses A soumettre avant que le General So
lenre 2 1 oet moza ait abandonn6 -e Ni
riq 00 P.M. ue osh Le cl-mat Vendredi dtait
trique, Rue Joseph 1 anti-americanisme dana
LA DIRECTION les milieux offic;els instal
A DIRECTION ls 1 Hotel Interconti -
x xx nental de Managua a quel
AVIS ques metres du (Bunker))
AID organise le Sa oh le President Somoza vit
Juillet 1979 des l agonie de son regime
S une vente au Les ( Gringos)) nous ont
rant d'articles de trahis)), a affirmed A 1 AFP
de meubles; de un Deput6 favorable A So
teurs freezers;cli- moza. ajoutant que, si le
teurs freezers cli- General sen allait, il irait
s; machine A la- lui m6me Miami oil il a
.. Lea articles se- de la famrllea)
oses au garage de Imperturbable au milieu
__ -


sis la Rue Amen
Vendredi 20 Juil-
:00 D.m A 4:00 Um.
t rappele a tous
articles seront ven-
et dana I'dtat ou
et que routes tran-
devront 5tre fai-
cash.
s decisions concern,
tte vente reatent au


CARNET SOCIAL


Remerciemenis
La tamil.e Marcel Mom-
point les autrcs parents et
allies rcmerciit. b en sin-
cerement le chef de la po-
lice de Pori-au-Prince M. le
Colonel Jean B. Valme,
l'Adjudant du DUparlement
militaire de la Po'ice de
Port-au-Prince. le Major Ro
land Chavanres, le chef du
service de la circulation le
Major Claude Dorsinvil et
Mine, le chef du service
dse recherches criminelles
le Major Claude Jean et
Mine, le Commandant de la
4Lme Cie Capitiine Gainm-
betha Hyppolite, lea offi-
ciers et enrdlts du D6parte
ment Militaire de la Police
de Port-ax-Prince, I'Officier
extcutif du G. Q. G., Colo-
nel Francis Charles, le G4
des F.A.D'H Co'onel Henry
Nampty, le Cdt de la Marl
ne Haitienne,Colonel Clau -
de Dorsinvil, les officers
et matelots de la Marine
Haitienne, M. et Mie Yo-
ncl Elys6, Mine Harryse Mi
chel, le Lt Maxon Joseph
et Mme, tous les membres
des F.A.DI les amis de la
Capital et des autres villes
du pays qui leur ont done
des temo'gnages rdconfor-
tants de syppathie A l'occa
sion du doces de leur re-
grette
Marcel nlompoint
enle'v6 A leur affection le
10 Juillet 1 uils les prient
de croire en l1ur profonde
Sgratitude.147.

S x x xX


Deces de KMte
Roc Cadet
Les Pompes Funebres Pa
ret Pierre-Louis vous annon
cent le dec-s survenu le 10
juillet a New-York de Ma-
dame Roe Cadet n&e Ger-
maine Roslus.
A son Ipoux M. Roe Ca-
det. A son pere M. Adam
Rosaus. ses enfants : Mada
me Fritz Charles nee Gla-
dys Cadet, Mme Edgar La.
borde n6e Florence Cadet,
Evelyne Evens, tdwidge e6
Marparette Cadet; ses fre-


res Louis Alphonse et eRmy
Rostus; sa tante Mme Cas
ty Mitellus n6e Ydovia Al
fouc sa--1- iul


tenor; ses onrles S :eldeAlf
tenor, Armand et Charita-
ble Rosdus; ses neuveu et
niece : Marie Carmelle et
Wilner Roseus; a ses cou-
sins et cousins.
Aux families Cadet, Ro-
seus, Charles, Laborde, Me-
tellus; Alt6nor; St. Phard.
Lamothe, Augustin, Milord;
A toeus les autres parents
et allies nous adressons nos
vives sympathies.
Les obsyques seront chan
tees le lundi 16 juillet A
4 heures p.m. en 1'Eglise
du Sacr6-Coeur de Turgeau.
Le convoy partira du salon
funlraire de 1'entreprise.
147


Deces de M.
Elianord D6eis
Pax Villa cnnonce le de-
ces survenu ie 13 Juillet. 79
en sa residence A la ruellc
St GOrard de Mvonsleur Ella
nord D aris.
En cette penible circons-
tance Pax Villa et Le Nou
vel'iste presentent leur sym
pathie A sa vi've n~e Rose
Desir, a ses cnlants Lisena
Deris, Holy Drise, Illanord
Deris. Alain De'is, Michel
Toussaint, Guito NDsir, Jeff
Disir, A ses freres et s'eurs
M. Marceau Deris, Elitide
Deris, Dieum6tcile Dris,
Eugen'e Deris, A ses nieces
Kettely Charles, Eliamise
Deris, A Christiane Antoine,
Elida Ulysse, A son beau fils
Jean Gil'es A sa belle soeur
Ph'lomene Choute, N Geor
gette Bernier, aux families:
Ddris, Desir, Charles. Ulysse,
Jean Gl'es, et. a tous le 1 au
tres parents et allies eprou
ves par ce dull.
Les funeraUles de Mon-
sieur Elianord Deris seront
chantees le Lundl 16 Juillet
h 4 heures P.P.I en 1'Eglise
Ste Anne.
Le convol partlra de Pax
Villa Champ de Mars ola ]a
dlpoullle mo-tofle sera ex-
pob6e dIs 2 heures.
147.


de toutes les rumeurs, le
Secr6taire priv6 de Somoza,
Max Kelly. a expliqu6 aux
journalists comment al
lait foictionner la censure
d6cidie Jeudi i 1 encontre
des pap le tous les cor
responds rangers
Un Po arole du gou
vernement a qualified par
ailleurs de efanfaronna-
de 1 lannonce par la Jun
te de Reconstruction Na
tionale installed A, Costa-
Rica, de 1 arrive Diman-
che de certain de ses mem
bres a Managua
Quant a la situation mill
taire des dernieres 24 heu
res, elle aurait peu evo-
lue, les Sandiuistes conti
nuant leur occupat-on de
Leon. la second ville du
pays, mais toujours con-
traints pour assurer leur
position, a s emparer du For
tin d Esteli et de la collie
ne de Matagalpa a 150 km
environ au Nord de la ca
pitale : la prise de Mata-
galpa est en effet essen-
tielle pour que les San-
dinistes puissent marcher
sur Managua
Ils contrblent d autre
part Masaya et Jinotepe (30
et 40 km respectivement A
1 Est et au Sud de Mana-
gua) oft le harcelement de
la Garde Nationale pa -
rait s Otre attenue
Neanmoins, les derniers
movements sur le terrain


sont interpret de fagons
contradictoires : d un cot6.
des escarmouches plus fr6
quentes a la peripherie de
la capital semblent indi-
quer que les guerilleros ac
centuent leur infiltration
dans cette zone, alors que
le deplacement, Jeudi, de
troupes de la Garde Natio
nale par la route qui va
de Managua a Leon pour
renforcer une 6ventuelle
advance des colonnes Sandi
nistes. tendraAt a faire pen
ser le contraire

Les accusations
de la Junte
orovisoire con'tre
les Etats Unis
(AFP)
Les Etats Unis exercent
des pressions sur le gou-
vernement de Reconstruc-
tion Nationale du N'ca
ragua, en exil au Costa Ri
ca, pour obtenir 1 inclu -
s'on en son sein de deux
membres supplementaires,
a affirmed Vendredi. au
course d une conference de
press, un des membres du
group, Monsieur Sergio Ra
mirez
Selon Mons'eur Ramirez,
les Etats-Unis. pour parve
nir a leurs fins, ont mena
ce les Sandinistes de re-
prendre leurs livra sons
d armes aux troupes du Gc


neral Somoza ou de s oppo
ser aux propres approvi -
sionnements des Sandinis-
tes
De son cot6, le represent
tant Diplomatique du js.ou
pe, Monsieur Miguel sco
to. a declare que ( .r A
tats-Unis n essayent 71ypas
d apporter une solution A
la crise, ma's a preserver
leurs interAts au Nicara -
guan)
Un autre problem s6
parent les Etats-Unis de
la Junte, selon les mem-
bres de celle-ci, est la fu
ture constitution de la Gar
de National Les Sandinis
tes veulent que la garden
relieve a 1 avenir de la res
ponsabilite du M-nistre de
la Defense. alors que Was
hington souhaite que soit
place a sa tf.te un offi-
c'er de la garde actuelle

A la FAO
Samedi au cuurs cie SnII
intervenLuon, IL r.Liu.
du Bangladesh, le ticne-al
Ziaur s-ahman a declare
que la parLic.palion popn-
laire etait une iiccss.--e e-
conoiUque. <'Le pIufcl sa:t
ce qLiLl V'Lu <,ItS O:ii(hLa
lons :mposil es ten haut 6-
chouent), a-t-il dit, rep e
nant ainsi les propos d'un
cias leaders du TePis Monde,
le President tanzanien, M.
Julius Nye'r re>.


FOOTBALL AU STADE SYLVIO CATOR



TOURNOI DE LA JEUNESSE


14 17 19 JUILLET 1979


Organism par le Club Sportif Saint Louis



AVEC LA PARTICIPATION DE :

LA SELECTION SAINT MARCOISE

Championne de la Coupe du 3 Juillet


LA SELECTION CAPOISE

Vice Championne de la Coupe du 3 Jufllet


CLUB SPORTIF SAINT LOUIS ET SHELBY

Equipes Championne et Vice Championne de la 2eme Division


AMAZONES


Equipes Feminines


Programme du Tournoi de la Jeunesse


TIGRESSES


lere Soire :

5.30 h :

7.00 h :


2eme Soirde :


BOLIDE


Samedi 14 Juillet

AIAZONES -- TIGRESSES

SHELBY BOLIDE


Mardi 17 Jullet


7.00 h : SELECTION CAPOISE CLUB SPORTIF SAINT-LOUIS


3me, Soiree :


Jeudi 19 Juilfet


5.30 h :Match Cadet CLUB SPORTIF SAINT-LOUIS SHELBY


7.00 h : SELECTION SAINT MARCOISE -


PRIX D'ENTREE
Gradins : 1 Gourde


CLUB SPORTIF SAINT-LOUIS




Tribunes : 5 Gourdes


-- --------------------------- ---- I


I
07


60000000


d'Americains


ref6rent Colgate!


t


...........


Ae


8AMEDI 14 ET DIMANCHE 15 JUILI ET !979


h~r///~3~rs~EPkr/p~nrZ/~YCIC~%Y/~Cl(~%r~


-.,%A I.MW 9 WW6 P.UrT. m r-tau uvil v-I


,


t(
t(
b
n
v
si
sl
ti
L
e
v
t
4

f


w





PAGE 4








,Michele Scotch Club





DIMANCHE SOIR *




C SUNDAY BARBECUE



AVEC @
@


SCORPIO

@ De 7 h a Minuit :


.

@ Le Happy End de la semainie apres
@


@ la mer, la montage ou le cinema !
@ @
@ @

Le ticket d'entree done droit a un diner B.B.Q. cu choix : Brochette

Sde Filet Poulet Brochette d agnean Tbone Steak Cabrit surle Gri f


@ ENTREE $ 5.00 @


Sans Barbecue $ 2.00





LE SERMON DE LA SEMAINE .


(suite delay la re page)

dans le fait de donner les
louanges a Dieu.
En effef; nous avons en
diverse occasions entendu
des temoignages de cro-
yants sinceres a propos de
miracles survenus dans
leurs vies; parce qu'ils ont
p'is 1'engagement avec
Deu de ne Lui adresser que
aes louai.ves D'auLrF'F5Trr,-"
salut gratuit accord a
Samaritain par example;
qui; se voyant gu6ri de sa
lepre revint sur ses pas
vers Jesus pour glorifier
Dieu haute -voix; ce sa-
lut dis-je est un mira-
cle prodiit par la puissan-
ce des louanges uffertes a.
Dieu.

L'6tonnemenit manifesl,5
par le Seigneur en disant:
,Les dix n'ont-ils pas it6
gii'rls? El les nPuf autres;
oit sont-lls?, nest pas 1'ex
)ression d'une dseption (Ic
la part du Seigneur; mais
pltitot un itonneement pro-
duiilt, par la connaissance do
la rdmundration attache
aux actions de graces. Le
Seigneur a 0,c .,urpris de
voir clue les nc'L autres
se sont conlent6as seulement
de leur guarison: sans pen
ser A revenir donner gloi-
re a Dieu pour recevoir
d'autres b6ndilictlons.

Dieu n'a pas besoin de
nos louanges pour ajouter
un iota a Ses Attributs.
Mals lorsque nous lui of-
frons l'hommage de nos
16vres; (Os6e 14:2); Il en
profit pour r6pandre avec
abondance Ses faveurs
dans nos vies. Aussi les
louanges a Dieu sont-elles
remundratrices au possible.

xx x x

LES LOUANGES A DIEU
APPORTENT LA
DELIVRANCE

L'experience chretlenne
enseigne que les louanges h
Dieu ont non seulement u-
ne vertu th6rapeutique dans
]a vie du croyant; mais
aussi sont une arme puls-
sante pour renverser les for
teresses de 1'ennemi.
Vous connaissez 1'histoire
de la. liberation de la pri-
son h Philippe de Paul et
de Silas. Cette histoire est'
racontea dans les Actes des
Apotres au chapitres 16:16-
34. Pendant que Paul et
Silas talent en mission 6-
vangelique S Philippe; ils
furent tous les jours enqui
quinds par une jeune demoi
selle qui lea dedlgnalt h
1 attention publique comme
des serviteurs de Dieu. II
ny aurait eu aucun mal A
cela; si cette demoiselle
pqrlatt de son bon sens.
Mais elle dtalt un instru-
ment de Satan. Elle avait
un esprit diabolique de de
vintation qui procuralt un
grand profit 6 ses maitres.
'


Paul ayant eu pitid de cet
te demoiselle; conjura 1'es
prit demoniaque; le chassa
et delivra la jeune fille.
Les maitres de celle-ci ac-
cuserent Paul et Silas cornm
me fauteurs de troubles et
soulev6rent la populace con
tre eux. Les autorites de
Philippe crurent la faus-
se accusation; prirent Paul
et Silas a parties; les firent
rouer de coups et finale-
Inent les jetarent en pri-
son.

Au lieu de se plaindre ou
de maudire leurs ennemis;
sachant qu'il faut conti-
nuellement rendre graces
pour toutes choses au Nom
du Seigneur J6sus; Paul et
Silas se mirent a prier et
h chanter les louanges de
Dieu. Au milieu de la
nuit: leurs prieres et leurs
lounges provoqutrent un
tremblement de terre qui e
branla les foundations des
murs de la prison. Les por
tea de la prison s'ouvrirent.
Et le gtolier allait se suici
der dans la pens6e que les
prisonniers s'etaient sauvds.
Mais Paul intervInt; calma
le aeoller; et le branle-
bas s'acheva par la cover
slon du gtolicr et des gens
de sa maison.

Cette histoire met en 6-
vidence la puissance des
lounges offertes h Dieu.
Paul et Silas en effet fu-
rent liberds parcel qu'il's
priaient et chaniaient les
louanges de Dieu.


LEB LOUNGES A DIERU
PROVOQUENT LA
VICTOIRE

La puissance des louan-
ges a Dieu n'a pas de limi

te. Elle se manifesto sou-
vent de la manlire la plus
inattendue. Il y a dans le
Deuxleme Livre des Chroni
ques le recit d'une grande
victoire remportee par Jo-
saphat; le Roi de Juda:
grace aux lounges offertes
h Dieu.

, Les fils d'Aminon; les
falls de Moab et avec eux
des Maonites marcherent
centre Josaphat pour 1'6cra
ser. Leur multitude 6talt
tell que la d6faite de Jo
saphat ne laissait point de
doute dans l'esprit de
personnel. J o s a p h a t
avait sarieu m e rn t
peur. Mais henreusement;
11 chercha la face de l'E-
ternel. Il confessa avec ls,
mllt6 son impuissance ait
l'Eternel en disant: cNou3
ne savons que fare: mais
nos yeux sont sur tolt2lChr.
20:12). Ensulte; 11 publla,
un leone; afli que, tots;
petits et grands; femmes
et hommes; se missent de-
bout devant l'Eternel. Pour
donner une r6ponse A Josa
phat; I'Eternel susec -
ta un prophlte d'occasion.
L'esprit de l'Eternel saltst


Jachaziel qui declara au sait la maison de Dieu,)
Roi et au people: gnez point et ne vous ef- Ecritures.
rayez point devant cette
multitude nombreuse; car
ce ne sera pas vous qui L'Eternel a rdpondu aux
combatterez; ce sera Dieu. louanges- de ses enfants en
Demain; descendez centre se faisant voir sous la fcr-
eux... Vous n'aurez point a me de nue; tel qu'Il se ma
combattre en cette affaire,; ifestait le jour pour diri-
presentez-vous; tenez-vous gerfstait le jour pour dr-
15. at vous varres la dli- ger le peuple d'Israel au
la et vous verrez la dous course de ses 40 anndes dans
vrance que 1'Eternel ous cour de selon qu40 ann es dan
accordera...> (2 Chr. l4e..d.el ert; selon qu'll t e-
17). criT: vant eux le jour dans une
ennn d~p mi. lmr1


Effectlvement; le lende-
main I'armee de Josaphat
se mit en march de grand
martin. Josaphat d'accord a
vec le people nomma des
chantres qui; revetus d'or-
nements sacres; marchaient
devant l'armee; ctlebraient
1'Eternel et disaient:rLouez
1'Eternel; car Sa Misericor
de durea toujours>>!

Le r6cit sacrL nous ap-
prend qu'au moment oh s
'on commengait les chants
et les louanges; 1'Eternel
plaga une embuscade centre
les ennemis de Josaphat;
et ils furent battus. Ils eu
rent entr'eux un iel meli
melo qu'ils ne purent s'i-
dentlfier les uns les autres
et ainsi ils s'entre-tuprent
sans le vouloir. Josaphat
et son people s'emparorent
de leurs depouilles et trout
verent parmi les cadavres
un butin si considerable
qu'ils ne purent tout em-
porter. Ils laisslrent un res
te qui fut mis au pillage
pendant trois jours.

Josaphat et son people
durent leur victoire a la
puissance des louanges Sh
l'Eternel.
x x x x

LES LOUANGES A DIEU
RENDENT MANIFESTE LA
PRESENCE DIVINE

La Bible; enfin; nous re
vmle que par les louanc;es a
1 Eternel, nous pouvons min
me rendre nmanifeste i pro
sence de Dieu autour de
nous. Ordlnairement; nous
sentons la presence de
Dieu dans une assemble
sans la voir. Cependant; ?
occasionn de la dmJd'cace
du Temple de Jerusalem;
c'etalt tout difffrent.Quand
les sacrificateurs qul son-
nalent des-\trompettes et
ceux qai chahitalent; s'un'.s
sant, d'un meme accord
pour celebrer et'pour lover
1'1.ternel; firent retenir lea
trompettes; lea cymbales
et les autres instrument;
et cal6brbrent 1'Eternel par
ces paroles: ACar II osat
bon; car Sa M'sricorde an
re toujours.! en ce mo-
ment-la; le Temple fut
rempll d'une nude. Les sacrl
ficateurs ne purent p3s y
"aster pour fare le service
& cause de In nude car tia
gloire de l'Eternel remplis-


coionnea e nu e pour es
guider dans leur chemin...
(Exode 13:21).

x x xx

A partir d'aujourd'hui nous
pouvons prendre la d6termi
nation de rendre continue
element graces pour toutes
choses a Dieu; le Pare; au
Nom de notre Seigneur Je-
sus-Christ.

Par nos lounges incessan
tes a Dieu; nous pouvons
provoquer des miracles de
delivrance et de victoire;
nous pouyons aussi rendre
manifest la gloire de
Dieu au milieu de nous.
Car la puissance de Dieu se
met en branle devant les
louanges.

C'6tait done pour benefi-
'cier de la mise en branle
de cette puissance que Da
vid, eut a dire : cJe b6ni-
rai 1'Eternel en tout
temps; Sa louange sera
toujours dans ma bouche>.
Engageons-nous done avec
Dieu par la mame promes-
se; d'aut'ant que Paul nous.
a dedj dit: sRendez grates
en toutes choses; car c'est
a votr 6gard Ia volont6 de
Dieu en Jesus-Christ> (1'
Thess. 5:18).

Que cette exhortation de
L'Apotre ne sorte jamais
de votre mdmno're; pour
que vous la mettiez en pra
tique tout le rest de vo-
tre vie; et que' vous deve-
niez grace A Jdsus-Christ;
maitre dus 6vdnements et
ds situations. Qu'll en soit
ainsi pour tous ceux qui
sent Dieu; par le Sei-
gneur J6sus.

Vous qui vivez en indiff6
rentsS a l'gard du Sei-
gneur; change d'attltude.
II vous sera possible de pla
ner au-dessus de toutes les
situations de cette vie; sl
vous vous donnez au Sei-
gneur, pour avoir le senti-
ment de la vrale securlt6
que donne Christ. Et par
allleurs; 11 vous sera aussi,
possible de rendre graces s&
Dieu en toutes choses; par
.ce que Indbranlable sera voa
tre fol en la bont6; en la,
puissance et en I'amour dea
Dieu pour vous.

Rdv. Luc NEREE


SAMEDI 14 ET DIMANCHE 15 JUILLET 1979


IVOTRE HOROKOPE
| PaTr Frances Drake


LUNDI 10 JUILLET 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIR)
Votre mellleure tactique
est de s'appuyer sur voLte
pensee crdatrice. Autre-
ment, vous gacherlez de
bonnes Idees en panrant
trop. Ignore lea consells
financiers.
20 AV.rL --5 z0 z AT

Achetez les objets utiles
a la masonn, restez adtlf.
Sinon; vous gacherez trop
de temps a rdvasser ou ah
dresser des plans qui ne se
r6aliseront -jaimais.

'21 MAI AU 20 JIUtN
S (GEMEAt, I'-
La scene mondaine nest
pas celle (ue vous. aviez
Rrdvue. Neanmoins, vous
ites soupie et susceptible
de vous e.primer a votre
advantage. Oubliez vos dou-
tes.
21, JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)
Exploitez votre idde finan
clare. Mettez les choses en
action mais ne r6vdlez pas
h autrui .vosprojets. Leg.a-
mis risquent de vous tenir
trop tard eyeill.

23 JUILLET AUT 22 AOUT
( LION -
Exprimez vos idWes ,vos
amis mais abstenez-vous de
donner votre avis. Des rd-
ceptions exhorbitantes no
feralent pas avancer votre
carriare d'un iota.

23 ABOUT i U 22 SEPT
('VIERGE )
Des plans gard6s secret
peuvent. Itre rav i-s mainte
nant aux superieurs.'Les i-
d6es qui concernent leur s(
curit6 sont plus imnportan-
tes qu'un problame finan
cier quel qu'il spit.

23 SiEPT AU 22 ,OCTOBR
.( BALANCES )
Le conseil d'amis se- rvi
1'era.bon. Les proches allied
sont trop mel6es a la cau
se pour atre objectif'. Le
reves d'argent sont hours d,
question.

23 OCTOBRE AU 21 NOV
( SCORPION )
Voug progresserez nota
blement, mame 'si vous lais


sez passer des details. Eim-
pechez le soucl ao'aglr -iir
vos nerfs et sur votre sant6.

22 NOV AU 21 DEC
( SAGITAIRE )
Ecoutez l'opinlon des pro
ches. Les plans sentimen-
taux echouent. Ntanmolns;
ceux qul savent acouter
peuvent acquarir un- ele-
ment intdressant.

22 DEC AUl 19 JANVIER
( CAPRICORNE )..
Ne comptez pas sur au-
trui. Exploitez vos iddes a
vous et vous progresserez.
Que les troubles domesti'-
ques ne gateni pas votre
efficacity.

20 JANVIER AU 13 FEVRIER
( VERSEAU )
Trop penser conduirait ah
une action facheuse. En ce
cas; votre premiere idWe
est probablement la bonne.
Pour assurer votre success;
consulted les partenaires.

19 FEV AU 20 MARS
POISSONS)
Les questions financilres
vont de travers. Trouvez un
project personnel don't la
r6alisation ne demand pas
d'argent. Intuition possible
pour les questions de car-
riare.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD HUI

Vous ites analytique.
Vous avez besoin d'un bon
entrainement pour faire sor
tir vos dons intellectuals na
turels mais votre meilleur
professeur sera, probable-
ment pour vous -1'expdrien-
ce. Apprenez a connaitre; a
comprendre et a aimer au-
trui et vous aurez un sup-
pldment important f ce
E que vous apprendrez des li
vres. Ce sera aussi la clef
a de votre succas. G6ndreux,
s spiritualist et amant vo-
tre prochain; vous serez le
loquent avocat des causes
e qui vous passionnent. Le
journalism; le theatre; la
musique; la peinture; le
droit; la politique; la lit-
t6rature et la banque sont
- certain des champs d'ac-
- tion oif vous reussiriez.


MANAGUA (AFP)
La radio nicaraguayenno
a demand vendredi & la
population de quitter Masa
ya par tous les moyens, a-
fin d'vioter d'etre prise dans
l'offensive lancee par la
Oarde Nationale pour re-
prendre aux Sandnlistes cet
te ville situee 9 30 kms A
l'Est de Managua.
La route reliant Masays
.h Granada, plus au Sud, aP
&6 reouverte aprls la repri
se par lea forces somozis-
tea d un troncon de-la vole
tenu par lea rebelles, mdi
que-t-on de source official
It. A partir de ce tronvon.
prkcise-t-on, la Garde Na-
tionale a, commence a pro-
gtesser vers. Masaya.
Toujours de source ofticlel
le, un important group de
Sandinistes a dtd encercld
entire Rivns et la f'nontib'-
costaricienne. au Sud du
pays.
Ces 616ments represen-
tent les seules informations
mltaires qui alent yte ren
dues oubliques vendred.l,
au lendemain de 'limpost-
tion de la censure aux cor
respondents de press tran
gers. Le SPc-etaire particu-
lier du President Somoza,
M. Max Kelly, a convoque
les journalists strangers
pour leur faire part des con
ditlons dans lesnuelles pour
ront dfsormais Rtre transmit


sea leurs Informations hI'd
stranger. 7
Sur le plandiplomattque,
les conversations se poursul
valent vendredi, sans pro-
grts apparent, entire Is re-
presentants des Etats-Unis
et le Pr6sidcnt Anastaslo So
moza, afin de trouver ine
solution a la guerre clvile.
Le congris, s'est reunt ven
dredl comme les louts pr6
cecde-ts. vralsemblablement
dana l'atten-e d'avoir a np
prouver d'dventuels dcrets
relatifs h une solution h 1a
crise nicaraguayenne.

Des porte-paroles du gou
vernement nont accord au
cun credit aux informations
circulant depuis jeudi soir
a 1'e6ranger selon lesquel-
les les membres de la.jun-
te de reconstruction natio-
nale gouvernement d'op
position en exil au Costa
Rica se rendraient pi&a
r'nua, dans un but pacifi-
que.
Cette rumeur avalt con-
duit curtains observateurs a
estimer qu'un accord aurait
6t6 obtenu entiree le Prdsi-
dent Somoza et la Junte
d'onposition. En revanche
selon d'autres sources, leo
Gendral Somoza aurait r6-
cemment rejet6 des prolo-
sitions avanc6es par les San
dinistes en vue de parvenir
i un accord


A LOUER
SPACE A LOUER (ROUTE DE PELIGRE-DELMAS)
4000 PIEDS CARRIES POUR ATELIER D'ASSEMBLA-
GE OU BUREAUX.
EGALEMENT SPACE A LOUER POUVANT CON-
VENIR A RESTAURANT, DISCOTHEQUE OU CLUB
POUR INFORMATION VEUILLEZ CONTACTED LE :
c 2-2613.




Sacha Thebaud

ARCHITECT
STAGES POST UNIVERSITAIRES : FRANCE, U.S.A.,
ET BRESli,.
ETUDE DE PROJECTS DE RENOVATION ET DE
PLANS POUR RESIDENCES, VILLAS, HOTELS,
CONDOMINIUMS ET LOTISSEMENTS.

STUDIO A VASTEL HAITI
SUR RENDEZ-VOUS 2-3777- 2-0624.


U
2. SOUDURE


Nicaragua -.
off enstve ire La Garde itaflonalt

Coflire la YMiede tlasala


I





SAMEDI 14 ET DIMANCHE 15 JUILLET 1979


ANTIDOL


Michel Cesaire: Un Poete en vram


Vainqueur e tal drouleur ne d@truit pas vos globnles


CHRONIQUE DE I'ARTIBONITE Le Recueil de Contes


iuillvc do In Ihro pipe) .
o L'o slot'e n est le. r llotl,
it 11 l pronv' ptir to baro
qIle tie tses vers qui vous
olobri tidrnus (o01ni 1 11,lltant,
to ltre.s i cx'culter.
Michel CIt'saire qui ost a
I urit Ineuent Commandant dutt
Dl)strlit dui Mtle St. Nincolas
(iolinemtple lt mIter, horizon
) iiIuiix des cotes de Mais
sI ia Cuba, et rdcolte du vent
du Canal et, de la misere
do;t uens qul loentourent
tl'nitlres inspirations A sa ly
re Jc erols qu'll est capa-
ble de fair sucecder re-
tu'ils aux recueils, car la
sittuation de militaire nest
p:s iin impedimentum a sa
condition de poete: voyeur
tl esoltrique.
-POIGNARD AU COEUR)
roiitleht dix-netif poemes ot
le poelte, comment dans un vo
yage .sans destination evo-
que les differences facettes
qui 1lont dmu. L'inspiration
cst inenale. Mats, 11 y a un
nucleus qui faith enchatner
li's siijets les plus dispara
tes L un plan d'ensemble.

MIchel Cosal-o echante ot dO
anwe certa!ns phantasmes
rqii ltil communinue sa doui
ble personnalite de m'lital
reo ensfrrec dains in o'rd"e t
rih Ii'homme-ontte qtli trans
conde la premiere condition.

II esl home bourre d'af-
f"rtionls qui est oblioed do
ni)rter ses visions ho- s du
keni. En cp sPen;: ,Adi'en
pTnr Mamnqn,. Cesadre, s'il
a lU Grondeek. le fameux
diseinle do Fred., a t "duit
en terms Dners cc qui'l a
dit de l'enfantement :


J'aneceptnll sans plalntoe
r(ett, doutletIr d'en trailles
Que tu sentis tol-rnime
nit moment do l'entaille
Praliqude dans ton corps
duIrant l'onfanotenment
SI pOnible et sl dur


de ton b6b6 charmant,.
Franchement Cdsaire m'6-
tonne par son inspiration sl
bien branches et ddtonne
,(Ca, avce un a propos qui
fait oublier que le poignard
nest plus au c eur, ma.s
biWn dans sos roves aceld
res et inachev6s.


A la vdritd en orenant le
risque de ordsenter C6saire
sur lequel, un silence -
peut-6tre oar sa faute -
conspire pour ne pas dire
ses talents, je ne m'6tals
pas propose de faire une
analyst littdraire de ses pod
nies, laissant cette tlche
aux sppc alistps, mais cette
ecriture hachde, tranchante
retient attention. Aussi. en
vie m'en prend de sienaler
ce nofme en vr'naculalre- -
eA'o Naeo. N'bns. Ouellp
dOlice. Quel souffle. Ouplle
justesse dans le langaige.
pour un note inconni, it
merlt r'ptrp derouvert. 11
m6rite d'etre pass au cr;-
ble pour ddtectel ses "-omes
seo. A un moment oi It
c'dolo vernavulsirp vient
do ennriud"ir ses lettres do
noblesse te recommanri cro
nneme a mon frere O rdrtmn
b-t Dr. Erns'+ MTrville
nom" , 6ini-6emqnftllon. rido e nno
me sans nonetuation oaf C
1nire rpio'nt les grands de
1'Acriture :


-" OsDe passage a Port-au-Prince ^

S DELTA ACRUZ

Astrologue Voyant -
Para Psychologue

S] HOTEL LE PALACE 4
Tel 2.3344 (sur rendez-vous)


ADitsalln iO noB byltn
Nbg t0 tud6 11
Apr6 p6salin gin
tan dot ankn
Kl mouri nan
mln'm kondlsyon an...,
Que dire alors d'une mal
< trise aussi coordonnde du
vernaculaire. Pour ma part
J'avals blen envle de repro
duire tout ce sublime poA-
me, mats Je me raise pour
que, 1'on cherche ce recuell
en donnant i 1'auteur sbn'
d-a constitud nar ses rdussi-
te et sos faiblesses.
Cdsaire *"e doute nulle.-
ment de la direction de son
travaIl. Il le dit sans mra-
cher les mots "' la fin- do
sa pretace: Je dis ce qup
personae ne dira pour. mni,
je jette mon recueil au ml
lieu des giants. Que la pro
evidence l'accompagnei. Ara
gon A 1'occasion de son pre
mier recueil, avait dtt an-
tant. Les deux ont la cons
clence de teur modestle. De
leur fr6le entrde dans la
litterature. Mais on salt
ce qu'il est advenu d'Ara-
gon commit pontife de laI
1tt6rature f anca'se. Michel
Cesalre pourrait-Il reliever
ce pari nu'il a pris. Je cro's
qie militai'e de province,
il trouvera 1. temps de lec
tu-e et les observations a
ras le sol pour pu'il puisse
buriner son inspiration.
Tout ce qu'on peut dire
est un g:and pokte qui s'ah
nonce. Musculature de l'd-
criture. Registre divers en-
tre le creole et le francais.
Inspiration a tous les p6les.
Dons d'observations. Sensibi
lite et emotions : (1!sez
t-anses ce po6me inachleve).
Mari-nalisation en dehors
des ecoles. car difficile A
classer. J unesse en dveil.
Voiltt les qualities et les A-
cueils que Michel Cdsaire
doit faire son point d'orgue
dans son prochain recueil.
Michel C6saire, je vous ai
lu et relu, votre premier
coup de poIgnard n'a pas at
teint mon coeur, il a effleu
re ma sensibility. Personne,
a vous lire, n'en sera bles
se. et vous pourrez degager
le ouf qui vous conduira
au IT6. recueil.
Edouard C. PAUL


(Suite de la ldre' page)
dconoiques '(ah non; pas
foredrnnti sociales) I se
sont rdsolus A parcooiril' le
trajet p6destrement (aller-
retour).
Bravant le soleil ardent
et la distance... C'est une
faqon de faire de 1'6cono-
mie en ddpensant de 1'dner
gle A profusion. Ils ont du
field. Ces pistons valeureux.
sont bien imbus de la tris
te situation'.
De l'autre cbtd, los chauf
feurs roulent presqu'K vi-
de. C'est 1, un a ut t r e
problnme. tin problmne qui
engendre un a'ire' probde-
me, ou du molns urie s61u.
tlion qui donne naissance A
d'autres problems.
Paralllemnt, les chauf-
feurs de taxil A Port-au-
Prince role aussi A vide
pour les mdmes raisons. La
vie, ces jours-ci, se revile
traumatisante, 6pisodique, A
la Capital come dans les
villes de province.
Dans ce long cortdge d'ins
tabilitd, d'lncertitude et
d'angoisse, mis en branle
par le spectre grimaqant
de inflationn cajldoe par
les grands Prdlats... vien-
nent prendre sidge : le sa-
von, 1'hulle, le riz, etc. etc.

AUTRE NOUVELLES
EN BREF'
Un cadavre a Wtd retrou-
v6 au board du fleuve Arti-
bonite dans la locality d6-
nommde : Campo.
Cependant ce cadavre est
amputt de la tete, la par
tie principal. Noyade ou
Assassinat ?
Le ddfunt mortellement
ag-ess6, puis d6capitd re-
pondalt au nom de Alcide.
Les enq'utes pol-icidres se
poursuivent.
AUX GONAIVES
Le grand Sdminaire orga-
nis6 par le D6partement de
1'Education Nationale A
l'endroit, des Directeurs et
Directrices n 'E:lr-, Natioha
les ou privdes dans 1'Arti-
bonite, s'est achevd vendre-
di aux Gonaives.
SPOLIATION TOLEREE
A Jean-Denis, 16re See-


tlon rilrale de Pte-Riv!yre
de l'Artibonite, la d6posses
slon est de rigueur.
Un potentat refuse d'ap-
pr6hender volontairement
les spollateurs. par comply
cit6, faisant ainst peu de
r.s die l'ordre formel du
Ministre de la Justice via
le Cbimm'ssaire du Gouver-
nement A Saint Marc, de
mettre cos vandals sous
les verrous.
EN VOYAGE DE SANTE
Le R6vdrend P6re Pierre,
Salvetti a prfs 1'avion a, des
tilnation de la France, son
pays natal oft 1i passer
trois mois pour, raison de
santL.
ta paroisse des Verrettes
est ditfgde provisoirement
par le RAv. pere Bien-AimO.
Les 4 rellgieuses. de na-
tionalit& haitienne, sont par
ties. Elles ont laissd Pte.-
Rivi6re la semaine dernid-
re. D'apres ce que nous a
confide la rdevrende sour
Jacqueline Sajous, cette '6-
quipe ou du moins ce qua
tnor sera compl6tement re
nouveld & artir d'octobre
prochain.
Los 63 d61ves presentees
au CEP out routes r6ussi cet
annde. Nos fIlicitations.
D'autre part, soeur Flo-
rence Lafortune a ddcern6
quelques certificates et di-
pl6mes aux Aleves (douze
au total) qui out suivi at-
tentivement et pendant un
cycle de 2 ans, les course
de cuisine, de broderle. de
nitture etc.. sous sa direc-
tion.
Ces jeunes filles sont:
Margareth Colin, Carisnet-
te J6rome, Edith Excellent,
Micheline Gustinvil, Rose-
monde Philma, Elmase Sur
p"is. Marie Bernard Mil-
cent, Kettely Marcellus,
Inhonie Charles. Syivana
Almana. C6lla Etienne, et
Limose Alisma.
Nous souhaitons un agrda
ble sdjour au quatuor :
S". Jacqueline Sajous, Soeur
Nelly Backer, Sr. Marie-Gd
rald Robert, Soeur Floren-
ce Lafortune qui ont laissd
des souvenirs inoubliables
A Pte.-Rivilre de 1'Artibo-
n ite.. , , I I ,,


tOUJOURS A
PTE. RIVIERE
Le Comit6 de reldvement
de qette -ville se ddbrouille
dlu eec et des ongles a en
tretetjr 1'aclenne route co
loniale. Des efforts ont 6td
tent4 '"aussi pour malntenir
propres, les rues de nl P'e.
Rivire de I'Artibonite.

DE POSTE-PIERROT
De Poste-Pierrot, M. Absa
I'on Augustin nouts erit
Dour nos efaire part des mA
faits de la, rivi6re Cabeult,
en crue. chaque annde en
salson pluvleuse.
Dans sa :'lettre, 11 nous
dit cecd: I i
sPar ailleurs, vous avez
dtd au courant du deluge
de la riviere Cabeuil qui
met une foule de personnel
sans abri a Poste-Pierrot.
4Ame Section rurate de Mar
chand-Dessaltnes.
Les eaux ont emport6 plus
de 40 maisons, ravaged des
plantations et rendu incul
tes, plusieurs hectares de
terre, englouti mille et une
tete de b6ta'li. (fin de ci-
tation) Malheureusement-
nous ne pouyons pas nous
y rend-e A cause de 1'oc6an
immense qui nous sfdare do
sl'ile de Poste-Plerrot>.
Nous demandonsg A M. Absa
Ion Augustin de nous ren-
seigner davantage sur 1'a si
tuatlon de 1'lile voisine, dop
sans-abris. Nous 1'en remer
cions.
Roger MILCENT


Les otaees
(Suite de la lere pages )
ger d autreA actes de ce gen
re. I1 loue 6galement les ei
forts ac l'OLP s marclhe pleinc de bonne vo
lontd.,>
La delegation palest'n'en
ne considdre, Government Turc que
cette action d'un group
irresponsible pourrait nui-
re norn seu:ement A la sym
pathie qui existe enntre le
people turc et le people pa
lest nien qu'il soutitent enr
toute incdritd, mais aussi
A la lutte just et legitime
_lu people p .l:-'inir .


LE FILM AVOIR CETTE SEMAII






CINE IMPERIL


SALLE 1


SAI


L


(suite de la 16re page) gpuin tellement intelligent
et tellement lu'main.


tre un lecuell oLittdrature
enfant'nor qui a eu beau-
coup de success, el'e a eu la
gnliale id6e de jeter ce re
cue'.l de contest dans le dos
sipr ddjA volumineux de 1'an
nde Internati"nale de l'Fn-
ftnt. L'idde en a did joyen
sement accueillie par le?
Membres. de la, Comrtrssion
Nltionale qui, en 1'appre'
ngnt en' ont dti tres tou.
ches et ont app'audi A ce1
te initi'Ative,

Nous remercions Mme Ma
rie Carl ne Raymond Dore
lien pour ce culte qu'elle
voue aux petits enfants, A
ces petits Atres souvent sans
defense et trop frdquement
attristes. Notre ,eune artiste
a choisi de loes Atayer eTa
d'orner leur imag nation en
ecrivant pour eux, une no,
ve'le foin, ce recuell de con
tes si habilement. tounnes et
dans un style ;t irreproiSha
ble. Le recueil i-st en outre
illustrd de fscbon magistrale
par la jeune et ta'enLueuse
Kar.n'e NICOTAS.

La fertiiito et surtout l'ori
g'nalite de i'maginat on
chez Mme Marie Carline
Raymond Dore'itn nous las
sent oebhis b'eune "Imag'n"nz Un mar'n


Nous encourageons notre
june amle dans cette vole
eff cace qui a des. effects in
soupgonnds sur le deve'.oppe
meant psycho-social des en-
'fants; cette thdrapie est
tres recommandde; c'est une
coutume d''illeurs viell'e
come le' monde : les veil
Wles famlial"es rurases oil
11 este de bonr tin de rempl r
les soires de ones les uns
plus hilarantsi que les au-
tres, Esope et ,es fables, La
Fontaine et ses contest pour enfants> etc.


Nous souhaitons done le
p'us grand succ6s A Mario
Carline et la telicitons non
seulement pour ce novel ef
fort ma's aussi pour s'etre
lancee dans cette carrier
tries important qui consiste
A amuser les infants A, les
sortir do temps en temps
des contigence" desagrea-
bles, pour les fire voguer
doans un monde exaltant de
pdripdties les p'us b'zarres
oft ddciddment tout finit par
s'arranger. Se pencher sur
les enfants, c'est forger les
hommes de i'avenir, fant d'aujourd'hui, c'est
1'homme de demaln..>


Mme Yoland PLUMMER
M. S. W.


WANTED

Plant Manager

Administrator U

By American Company
MINIMUM 5 YEARS EXPERIENCE
IN SEWING FACTORIES
GOOD OPPORTUNITY TO PROGRESS
SEND WORK HISTORY & SALARY
DESIRED TO P.O. BOX 1332 P-AU-P


IIALIMTII ft/ana


urum

mCII 1 1/=ant

sum r:f


TOUTE LA VERITE ?UR LES SYSTEMS DE RENSEIGNENIlNT
DAWt LES SERVICES SECRETS,

UN HOMME, DOMINIQUL AUPHAL A ETE CHOISI COME CIBLE. SON
DOSSIER LE 51. IL SEi, SUIVI, CONTROL, MANIPtLE, SANS CESSE...
CE FILM A FAIT PA? T.I1 DE LA SELECTION A CANNES EN 78,

IL ES? SIGNE : MICHEL DEVILLE


SALLE 3






Pouic Pouic avee






Louis de Funes




IMPERIAL... De bons films


un bon Cinema


Aictcccceccrateccaccacc@@co~cca~c~cc :wdoacaaM~AOOC-I p-I Yg-z:- L.--WI~-S4GaYJCO-Cid- ..ACflOOUUSMCO6C@CSSCCCCC@CCWS~bCOS~s ,i )mnu-zss~s~a


LE 2

2LE2




es Bronze's, (Pour aller




en vacances)


u~i~v~-rrJrrrrrur-rr~HIII-~--r~-~---~-


*--"Y--~-~IIZ~Y~rl~M~IYI ~I)~~-~i~e~L~Jw-~-rWru~rr~u~;~-r -~ ------___


~-----------1------------- I--C~------'


IAC~~N~H~aCrrrAI~'rA~C~LZ~YI~ICN~Mer~C


PAGE 5









PAGE 6


1 Enregistreur (rdel to
reel) Panasonic.
I Enrogistreur Cassette a- A VENDRE
vec Dolby et Mmolro.
1 Enrglslm Cir Cartritdge A BABIOLE


1 Syntonisateur (Tuner)
AM-FM. Pioneer.
1 Egalisateur de fr6quen-


A VENDRE
Souls pll calchet-, al plus
offr'lln :
I Scotl Inlnerllitional( 1975
I',uer ,'Steering

1 Imu.- Motrices.
I V'iesses
Douli Ditflfrentlel
Air colditi *-ilmon ,

l.e vh'cuile pau t tre vu
(Ous [le jours ouvrables de
7 : 30i a in t I 30 p in, au
garage del I All sis i
la Hue Afniritca;ne. Le v6
hicule sera vendu la et
(lans I itat tii il est
l ous frais de douane soni
i la charge de I acheteur
1, AID se reserve le droit
d :i centerr on de refuser
tout offre Les pl;s seront
u1iverts le leudi, 19 Juil.
let. 1979,. i 10 : 00 a m En
liyer tout offre avant le
Mercredi 18 J.lillct, 1979,
a : VEHICLE
U'SAID Rue Am6ricaine
X

x x x x

A VENDRE
1 y i'(int' Stileo Lonpre-
:nii 1 .Aninpllhiicatcur Pio
ihir .SA-I 000. 120 watt par
( ai al.


GRANDE MAISON A-
VEC ACCESS SUR 3
R UES.


CHER
1 Tourne Disque. 5 CHAMBRES A REZ
2 Haut Parleurs. DE CHAUSSEE.
5 CHAMBRES AU SOUS
Musique enregistr6e sur SOL
ssette. Cartridge et rou- VUE IMPRENABLE
aux. GRANDE COURT JAR-
DIN
Tel.; 7-2847 de 9 heures PEUT-. ITPH VISITEE
M. d 5 heures P.M. A N'IMVPOF 'E QUEL
56 MOMENT
PHONE : 24790 25686
x x x x 23921

DEMAND DE ,,. --,w-
LOCATION


Cherchons a louer pour
stranger devant s'etablir en
Haiti : Villa de 3 ou 4 Cham
bres S coucher avec ameu-
blement de haut standing,
ayant piscine et grande
cour avec vue si possible
- situee dans les hauteurs
de Port-aiu-Prince, h Mus-
sciau ou a Petion Ville.

Tdlephonez ROLACO -
2-5735 ou 2-0125.
187


cours e liangues
vivantes et
traductions
Cours intensifs d'Espa-
gnol, de Frangais et de Crdo
le offers par le professeui
Ernest Danache 25 anndes
d'expdrience dans 1'ensei-
gnement des Langues Vivan
tes a l'Universitd d'Haiti et
aux Universitls des Etats
Unis. Technique moderne,
mdthode audio-visuelie, la
boratoire, immersion com-
plete, travail en petits group


o// J cco so ~pes.
," Traductions anglaises,
pagnoles et portugaises.-
M E kS.SIEAU Contactez le professeur
nache entire midi et 6
Sp.m. 167-183 Avenue Ju
AIMEZ VOTRE FEMME Pouplard. Tel. : 2-1912.

PROTEGEZ LA FAITES LA xxxx x

PLANIFICATION FAMILIALE I Cours d'Ete et
Inscrintions
AVIS


Mercredi 18 Juillet |


i Soiree Bistrot

SPECIAL VACANCES


LE BISTROT

Sresente

Le Tour de Chant de
, .
| Lionnel Benjamin
ACCOM.'AGN(I DES MEILLEURS MUSICIANS IIAI-
TIINS. N()OVIELLES CHANSONS NOUVEAUX
SUC(('CES.

Pour cete Soiree unique

Reservez vos tables


LE BISTROT

S Tel 2-1809

SLe render-vous des Vacances


es-

Da
h.
les


La Direction cr Foyer
d Art Culinaire avise les pa
rents que les course d td
auront lieu les mrardi mer
credit jeudi a partir du
23 Juillet de 8 heures a 2
heures.

Elle profit pour annonl
cer galement aue les ins
criptions pour les co.urs rd
guliers d octobre cormmen-
ceront au mois de Juillet,
ces course auront li(e les mar
di et Jeudi de 4 hres a 7
heures pour un premier
group et le Samedi de 2
hres a 6 hres pour le se-
cond group.
La Directrice
Mme Ida Desmon- COrY
307

x x x x

A VENDRE
30 terrains : 67 X 75 a
2500oo pres de Port-au-Prin
ce.
Tel. : 2-0713 entire 8 heu-
res a.m. et 2 hours p.m.
187
x x x x
Conge Annuel
ALa Direction du Restau
rant (Les Cedres du Libane
se fait le devoir de por-
ter a la connaissance de
son aimable clientele que
ses portes seront fermres
du 15 au 30 Juillet 1979
en course pour cocge6 an, -
nuel 147


ca
lea


AN


Et pulsque nous remon-
tons le temps, pourquo ne
pas rappeler; pour en ter-
miner avec ce chapitre
technique; que c'est un
francals; et non des moln-
dres; qui Inventa des 1642
la machine a calculer: Blai
se Pascal... auquel on de-
vrait aussl; assure-t-on;
la premiere brouette.


RECORDS SUR ROUTE; MIDNIGHT EXPRESS
SUR MER ET DANS LES Lntree: $ 2,00
AIRS


(Suite de la 16re page )

nuel de 540 millions de
kw/h.
De l'dnergle des mares a
celle du soleil... Le plus
grand four solalre du mon
de est Installe dans les Py
renees Orlentales a Odello
Font-Romeu.' Ii comprend
un grand miroir paraboll-
que de 2.500 m2 auquel font
face 63 mlroirs orlenteurs
de 45 m2. Sa puissance est
de 1.000 kw thermiques.
La France d6tlent encore
la palme pour la plus gran
de machine-outil jamais fa'
briqu6e. Il s'agit d'une pros
se A matrice de 12.500 t et
de 36 metres de haut; que
1'on peut voir fonctionner
a Issoire (Auvergne) depuis
1977. C'est encore d'une
usine frangaise; celle de
Creusot-Loire; a Saint-Cha
mond; quest sortie la
plus grosse cisaille du-mon
de son poids: 72 tonnes

A Buc; dans le d6parte-
ment des Yvelines; prds de
Paris; s'6ldve la plus gran
de structure gonllable ja
mals dressed (elle couvre
une superficie d'un hecta
re); et le plus grand
gazoduc souterrain du mon
de; avec une capacity d'usn
milliard de m3 de gaz; est
installed a Chemery (Loir
et-Cher).

On doit encore aux fran
cais le plus long pont a
poutres haubannees du
monde; celui de Saint-Na-
zaire avec ses 404 metres'
de long; la plus grande 6-
cluse maritime; celle du
Havre (400m de long);: le
plus canal-tunnel (7.300
km de long); qui permit
au canal maritime de Mar
seille de joindre l'etang
de Berre en passant sous I.
chaine de l'Estaque; la
plus grande digue du moi-
de: le quai Herman-du-
Pasquier; au Havre; qui s'c
tend sur 1.524 m.
Prouesse technique ov
prouesse publicitaire?... Les
Parisiens se souviennent en
core que leur tour Eiffel
a porter la plus gigantes-
que announce lumineuse do
tous les temps. C'etait
dans les annees 30. Le cons
tructeur d'automobiles troen>> avait inscrit son
nom sur la tour a l'aide
de 250.000 ampoules de six
couleurs differences. Dune
quarantine de kilometres
alentour on pouvait voir
cette fabuleuse announce.
La seule lettre rait 21 metres de haut. A-
pres avoir scintilla sur Pa
ris; alors 'ville lumiere-;
pendant onze ans; elle lut
dlnmoiitde en 1936.
Belle realisation du pas-
s6. Moins belle cependant
que 1'horloge dc la catho
drale de Beauvais qui de-
meure la plus grosse c.u
monde. Horloge astronomi-
que; elle a '6te construlte
entre 1865 et 1868. Elle ust
laite de 90.000 pieces et el
le measure 12 metres ido
haut. gIIIIA


CELICA AERODYNAMIQUE



POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE


o*0


Les nouvelles liqnes guides de la CELICA ont .et proqrammies sur ordinateur pour lui assurer un minimum de c

resistance d Pair ainsi o'uan maximum de stability a haute vitesse

PASSEZ NOUS VOIR A LA


HINOTO S.A. Rue Pavee TeI. 2-0658
.. .ele, .eeq.o" gca, _ _{_ o, ae, .a ............ aoo' e ,


DANS NOS CINEMAS


De quelques records

fran ais -


PORT-

SAME]

UNIVI
Rue O

POST
Poste

MERII
Carref

DIMAI
SCIEN
Rue I
ST G
Cham
DU S(
Ruell
LUND
TOTAl
Rue F
BON I
Rue L
THOR
Thor
MARD
METR
Rue D
DU B(
B JJ
DE CA
Carref



SAME]

GALLI
Avenue
DIMAI
ST TI
Rue V
LUND]
VILLE
Rue Fi
MARDI
HAITI]
Pan A


Sur route: C'est un fran
gals: Nicolas Joseph Ciiu-
gnot (1725-1804) qui a cons
truit la premiere automobi
le a passagers. 11 s'agissait
d'un fardier a vapeur qui;
atec une charge de cinq
tonnes; pouvalt atteindre
la vltesse de 3.5 km/h. Ce
vnedrable ancdtre de la
route est expos au Conser
vatoire national des arts et
m6tiers a Paris.

Cinq tonnies aa XVIII si&
cle; ce n'dtait d6ja pas si
mal! Mals qu'il est done
petit; petit; le fardier de
l'inaenleur Cugnot aupres
du- mastodonte; le TG 300
- le plus gros camion du
monde construct par la
socidtl frangaise Perez et
Raimond. 11 a une capa
cit6 de 203 tonnes; un mo-
teur Diesel de 1.650 che
vaux et deux moteurs 6lec-
triques de 750 chevaux. Ce
camion gdant measure 13
metres de long et 6 metres
de haul.

La route toujours... Le
plus long tunnel routier
du monde est en partle
- frangais. C'est celui qutl
passe sous le Mont-Blanc
et relief Chamonix (Haute-
Savole) a Entreves (Italie).
Les travaux de percement
ont durd plus de six ans
Ii a neuf metres de hau-
teur et il possede deux
voles de c i r c u 1 a tion
de 3.70 m c h a c u n e

Et pour en finir avec l'au
tomobile, sait-on que c'est
S la Prdfecture de Police de
Paris que 1'on a imagine
d'equiper les vehicules de
plaques mineralogiques. Cet
te idee, entree en applica-
tion dds 1893, a 6td copiee
par le monde cntier.

Reslons sur l'asphalte
mais enfourchons les deux
roues er rapuDeant que ce
sont. deux franqais, Michaud
et Perreaux, qui fabr que-
rent, des 1869, le premier
velocipede a moteur. Et,
pour terminer, precisons
que c'est en France, chez
Rene Herse, pres de Paris,
que l'on trouve las bicycle
tes les plus pe:'ectionnees-
et 'es plus chures- du mon
de. Elles ne sent fabriquees
qu'b la demanae et la pro-
duct'on ne dtpasse pas un
volo par jour. Des pieces
unique, comnie la machine
du champion Eddy Merckx
par exemp'e, valent jusqu'a
10.000 francs.


sympathique. Un soir i1
-AU-PRINCE croit tlrer d'un mauvais
pas une jeune fi' le; Colle..
DI 14 JUiLLET 1979 aux prises avec un niau-
vais garcon. Simple mise
iRSITAS en scene pour attire le
)swald Durand beau SAM sur le yacht de
la jeune file. 11 s'agiX s'un
E MARCHAND enlivement. Quel en est, le
Marchand juit? C'est que on a besoin
d'utiliser les connaissances
DIONAL de Morgan perceur de coffre:
four Morgan perceur de coffre;
pour atteindre un treso de
NCH 15 JUILLET 79 CENT MILLIONS DE' lOL-
iCIA LARS en lingots d'dr con-
Dr Audain serves dans une chambre
EORGES forte. En vue de mener u-
p Mars ne action libdratrice de 11-
OURIRE le gouvernde par CUEVAS.
e Alerte MORGAN alleche par une
I 16 JUILLET 1979 prime important accepted
L d'aider les partisans. C est a
Front Fort partir de ce moment que
REMED commence une .4srie d aven
Lamarre turs dramatiques: d6noncia
LAND tion de MORGAN et de son
6quipe au pouvoir; incen-
'I 17 JUILLET 79 die; poursuite de la police:
OPOLE combat entire rdvolutionnai
)octeur Andain res et policiers: pr6para-
OULEVARD tion de 1'attaque centre la
Dessalines forteresse. MORGAN par-
ARREFOUR vient a la chambre forte;
our rdussira-t-il S l'ouvrir pour
x x x x rdnupdrer 1'or. Apris tout
cela; on ne dolt pas ou-
PETION VILLE blier que Collen la ,eune
fille n'est pas demeurdee in
DI 14 JUILLET 79 sensible aux charms de
MORGAN. Vous serez 4-
IEN blouis par la somptuosit6
e Estim6 des d6cors naturels de la
NCH 15 JUILLET 79 COOMBIEL qui sert de ca-
HERESE dre a cette ESTOUFFADE
rilatte A LA CARAIBE. Vous serez
I 16 JUILLET 79 impressionnis par les ex-
JOINT plots fanratiriques et mer-
aubert vellleux de MORGAN qui
i 17 JUfLET 79 vous tlendra en baiehic
ENNE jusqu' la derniere min.te.
Ameri'an Entree G. 5.0J e. 6.00 -


Petites Annonces


CINE TRIOMPHE
SALLE 1
LE JEU DE LA
PUISSANCE .

Entree $ 1.50 et 2.00
SALLE 2

FLIC OU VOYOU
Entr6e : $ 1.50 et 2.00
SALLE III


SALLE IV

MORTS SUSPECTS
Entree : $ 1.F'
XXXx

RANCHO CINE
Samedi 14 Juillet 1979
LE RENARD DU
TANGER
Dimanche 15 Ju.llet 1979
SERVICES SPECIAUX,
DIVISION K
Lundi 16 Juillet 1979
LE FAUVE
Mardi 17 Juillet 1979
SERVICES SPECIAUX
DIVISION K



REX THEATRE

Samed' 12 2 4 6 8 10 hres
LA MORT D UN POURRI
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00
Dimanche 12 2 4 6 8 10 hres
Entree 2-00 3-00 et 5-00
Avant 5 hres

Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00
JUKE BOX
Interdit aux moins de 18
ans

Landi 12 2 4 '3 8 10 hres
Avant 5 hres
Entree Gdes 2.00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00
JUKE BOX
Interdit aux moins de 18
ans
Mardi 12 2 4 6 S 10 hres
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00
JUKE BOX
Interdit aux moins de 18
ans

X X X X

PARAMOUNT
Samedi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gde 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 3-00
LES ANGES
GARDIIENS
Dimanche 12 h 2 h 4 hrea
Entiee Gde 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 3-00
SOUS LE DOIGT
DE LA MORT
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 hi 8 h 10 hIres
Entree Gdes 3-00
SOUS LE DOIGT
DE LA MORT


CAPITOL
CAPITOL I
SAMEDI 14 JUILLET 1979
Dimanche 15 Jullet -
Lundi 16 Juillet 1979
L'INEVITABLE
CATASTROPHE
PRIX UNIQUE
$ 1;00

CAPITOL II

Dimanche 15 Jullet -
Lundi 16 Juillet 1979
L ARBRE AUX SABOTS
L'ARBIRE AUX SABOTS
PRIX UNIQUE $ 1;00L

CAPITOL III
Dimanche 15 JuMllet -
Lundi 16 Juillet 1979
SAMEDI 14 JUILLET 1979
LES OIES SAUVAGES

PRIX UNIQUE $ 1;00

CAPITOL IV
Dimanche 15 JuMllet -
Lundi- 16 Juillet 1979

11 h 45 1 h 45 3 h 45
5 h 45 7 45 3 .ires 4
PRIX UNIQUE $ 1-00
LES COLTS DE
LA VIOLENCE
SAMEDI 14 JUILLET 1979
VIVA ABBA

Sx x X

CINE LiDO

Samedi 12 h 2 h 4 bres
Entree Gde 1-50
6 h 8 h 10 Iires
Entree Gdes 2-00
LE RETOUR DU
CAPITAINE NEMO
Dimanche 10 h 12 hi 2 h 4
Entree Gde 1-50
LES COOLIES EN ONT
RA LE BOL
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 3-00
SHAOLIN KUNG
FU KID
Lundi 12 h 2 4 hres
Entree Gde 1-50
6 h 8 hres 10 hres
Entree Gdes 2-00
SHAOLIN KUNG
FU KID

x x x x

ETOILE CINE
Samedi 6 h 30 et 8 hres 30
ASSAULT
Entree Gdes 1-.0 et 2-50
Dimanche 6 h 30 et 8 h 30
KUNG-FU CHINOIS
CONTRE LE PARRAIN
Entree Gdes 2-50 et 3-50
Lundi 6 h 30 ct 8 hres 30
FORCE NOIRE
Entree Gdes 1-50 et 2-50
Mard- 6 h 30 et 8 hres 30
SEPT ECOSSAIS
EXPLOSENT
Entree Gdes 1-30 et 2-50


AUDITORIUM
Dimanche 7 hres
LS CHAINES
Entree Gdes 3-00
Lundi 7 hres
RETOUR DE BUCK
LE LOUP
Entree Gdes 2-00
Mardi 7 heures
EMPIRE DE I -A MAIN
NOIRE
Entree Gdes 2-00

,Pharmacies
assurant te service
cette nuit


IMPERIAL

SAMEDI 14 JUILLET 1979
Dimanche 15 Juillet -
Lundi 16 Juillet 1979
DOSSIER 51

IMPERIAL II
Dimanche 15 Ju1llet -
Lundi 16 Juillet 1979
12 h 2 h 4 heures
6 h 8 hres 10 hres
Entrde Gdes 5-00
Entree Gdes 8 00'
SAMEDI 14 JUILLET 1979
LES BRONZES

IMPERIAL III
Dimanche 15 Ju'llet -
Lundi 16 Juillet 1979

12 h 2 h 4 heures
6 h 8 h 10 hres
Entrde Gdes 5-00
Entrde Gdes 8-00
LE RECIDIVISTE
SAMEDI 14 JUILLET 1979
POUIC POUIC
x x x x

CEHE OLYMPIA

Samedi 12 h 2 hres 4 bres
6 hres 30 et f hres vO
Entree G 1-50
LES DOIGTS D ACIER
QUI TUENT
Dimanche 12 h 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 h 30 et 8 hres 30
Entree Gdes 2-00
CHEN TSE LE
DRAGON NOIR
Lundi 12 h 2 ; 4 hres
Entree G 1-30
6 h 30 et 8 Oires 30
Entree Gdes 2-00
CIIEN TSE LE
DRAGON NOIR
Mardi 12 h 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 h 30 et 8 Sires 30
Entree Gdes 3-00
CHEN TSE LE
DRAGON NOIR
XX X X

MAGIC CINE

Samedi 6 h ei a hrcs
avec : Silvester Atalone,
FIST
Rod Steiger. ilelinda Du-
blin, Peter Soyle etc
Une monumental produc-
tion, qui illustre 1 histoire
d une tentation
Tendresses, Passions, A
mour. face a ia force aux
privileges et a 1 inhumani
te
Entree Gdes 3-00 4-00
Dmanche 5 h1 7 h 9 hres
ESTOUFFADE A LA
CARAIBES
Entree Gdes 5-00 6-00
Lundi 6 Sires et 8 hres
TEMOIN DE CE
MEURTRE
Entree Gdes 3--00 4-00
Mardi 6 h et i hbres
LES DENTS 1)E LA MER
Entree Gdes 3-00O 1-_O

XX x x

MAGIC CINE

Dimian.che 5h 7h !h
ESTOUFFADE A LA
CARAIBE.

avee: FRED STAFF' )n-
JEAN SLIBERG; Ai1Ai
ROSA; SERGE GAIN'S-
B'O URG etc.

All course 6'une parties de
pcehe dn5s le golf du
Mexique eintre milliolinas-
res organisee par SAM
MORGAN uin amaricain
la belle stature et S 'air


SAMEDI 14 ET DIMANCHE15Jn T97


I Iq


M F, FAF
LdLN3L 'A




PAOE 7


SAMEDI 14 ET DIMANCHE' 15 JUILLET 1979
a aa g g am3 a ,ooooooo


CINE TRIOMPHE


SALLE 1


DIMANCIIE 4 HEURES ET 7 HEURES
DU LUNDI A SAMEDI EN PERMANENCE
11 i 30,2 30 5 H 30 ET 8 H 30



Voyage au bout de 1'enfer


(The Deer Hunter)
Au dernier Festival de Berlin, la *
projection de VOYAGE AU BOUT /
DE L'ENFER (THE DEEER HUNTER) }
Provoqu6 un scandale i-nueont le
film insultant pour une nation aphie. La
delegation savietique.nuivie par celle des
pays socialists a quite la manifestation
solidement enre dansPespace et Ic

temps. Ce film frappe par son ampleur et
son intensity, il est impossible
d'echapper a l'effet des images qui vous
laisse litteralement ie souffle occupe.-
5 Oscar, meilleuriilin, meilleur
metteur en scene, meilleur second role
masculin, meilleur miontage. meilleur xn.-


SALLE 4
DIMIANCHE 5, 7, 9 Hres LUNDI A SAMEDI 12,
2, 4Hres EN PERMANENCE 6H9 et 81130
S__ FLIC OU VOYOU


UEl ton humoeistiqueune person it es forte, virtuoso
des pirps situations. Vous Pavez surement reconnu JEAN PAUL
SELMONDO dans son dernier film plus fracassant que
iamais mene tambour attant.-


SALLE 3


DIMANCHE 5, 7, Hres LUNDI A
SAMEDI ENPERMANENCE 12, 2,
4Hres 6Hres:O et 8Hres30
MORTS SUSPECTS


SALLE 2


DIMANCHE 5,

-


A'"


7,9Ires LUNDI A SAMED1EN PERMANENCE 12,2, 4 Hres 6Hres30 et 8Hres30


TIRE d"un bestseller du J mystore

Voici d'an des plusgrands films A
GENEVIEVE BUJ'LD ,RICHARD WIDMARK
1-H. [. ...'. 5: |.. P


j L r, .1,'r H.. riiI .. H. ri .. I L J


TIRE d'un bestseller du mystere
et de I'angoisse (COMA)
Voici d'un des plus brands films a
suspense du moment Interprete par
GENEVIEVE BUJOLDRICHARD WIDMARK


UN SECOND SOUFFLE -- .
II a quitter sa femme et ses enfants pour mener une viede quinguaieenaire
dynamique et sportifSa liaison avec une leune fille le preserve de la \olitude, cependant
une certain ancoisse va s'insinuer dans cetteexistence comfortable, le voila tent6 de se
pencher sur sbnpasse..
O.sonpsse.- @J ~- 3~.oo~~oooooo


AU


I


- - - - - -


Do=,


---- ----------------------------H~cl


~Lvr~l'rrrrr~N~,nzr~~c~-------"U --- Dacca na --------mm-- ------- colnow.-'~c~


-


fts


IL










SAMEDT 14 ET DIMANCHE 15 JUILLET 1979


I'fl'- (I- hDO- --


$ 1.50 et 2.00
FLIC OU VOYOU


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence% 4 heures 30 et 8 heures t


CE SOIR


SALLE II


$ 1.50 et 2.00
GLORIA


SALLE III


$ 2.00

MIDNIGHT EXPRESS


SALE IV


$ 1.50


MORTS SUSPECTS


(Suite de la lere l'age)

sou jardin. II ecouta attend
livement M. Bernard, hocha
longuemenit 'sa tlte, on si-
lence. et dit :
-- Je n'avais pas compris
e que la bonne menit racon
talt tout A l'heure, mais
.lts:ime qull y a une 1me-
su:et urgent it prendre...

11 se leva, se rendit daniss
lt pxece voisin et revint
avl'e unle grosse pelote dc
f.eille d( pitl. dit-i,.1 a M. Bernard. Cc der
tner etait sidere. Le fra,,le
docteur C. avait-il la p"-
ention, en lein jourt. d'.al
ler ficelor Madame Aristhic
ne daniis le bit de la ne'-
t"al!ser ') Mais le docteuri
C. ne sorlit pas de chez li'
I1 so diriwtea pluto: vers snil
lardin la' ral dans lcqiwl
s'epanotuis.siit nil .s.iiupe: ,
ranger. I1 etait charge de
belles oranges presquc mif
re, et trois de ses branches.
par-dussi1s la cloturn'e. pen
dalent dans la court do Ma
dame Aristhene...

Avec tilt air martial, le
doc!e'ur C. grimpa sur une
v:eille chase. attacha trnis
long nmoa'-c 'ux de ficelle
aux trois bpanrhes. les tira
precautionneusement vers
sa cour e' les attache au
tronc de I'arbre.
Mtrci de m'avoir pre-
venu, dit-il en serrart les
mains de M. Berna-d chan-
gf en statue. Maintenant.
une chose est ce'taine, c'est
qu'elle ne mangera pas mes
o'anees.
M54. Bernard se rendit comp
te qu'il ne fallait pas beau
coup corapter stir iun hom-
me qui s'inquiftait de 1'i
ventuelle disparition de ses


NOUVEAU CONSEIL
DU ROTARY CLUB
IEE PORT-AU-PRINCE
, Le Comite elu le 14 Aofit
1978, charge de g6rer les in
terfts du Rotary Club de
Port-au-Prince pendant t'an
nee rolarienne s'ftendant
du lir lutllet 1979 ll 30
jilin 19t80- -".inoast des ro
tariens suivants :
r esiden : Georges He-
ralux
Vice-Pr.'sidecn Henri Man

ler. Secritair' : Joe Anson
2"in S' Rcrfelaire : HeVnriot,
Dosroches
Tr'sorier : Guy Madhere
Conseillers l Oswald Brandl
Georges Duiplessy, Lucieni
C(;nlive
Pasl Pr('sidnl : Firere La-

Nouis .siotitlldlons bonne i1
frucl li is tif'Ns o g 'ne t ce n ui
veau Comit6.


oranges alors que c'eait,
cell, des peti s-entants du
quarter qul etaitt acraian-
dre. Ma's sans se decotura-
ger, 11 continue sa tournfe.

II lut accueillit partout a-
vec empressemeni et inquire
tude. Chaque mason qu'il
vista devint un foyer de
conspirateurs. On chucho-
lait a voix base en lan-
qant des regards furtifs
dans la direction de la gran
de mnaison en bo a. I 'ndant
'une de ses visites, Madame
Arsthine. poudrfe combine
une boulette qu'on va fire.
vint stir son balcony et s'y
promcna lenternent. Aussi-
1ot. dans t"o's masons. cotn
me si 1oon se' ait done le
mot on fit preciniitamment
rentrer les enfants qui
jouaient sur la colur...

Les different concillabu-
les aboutirent a cette deci-
sion : il fallait surveiller
I'ennemne. ses allies e' ve
nutes, clles de ses enfants
qui etaieni peuti-ftre des
loup- carous en formation et



Nicaragua :
Appui du Congres
au Pouvoir
Executitf
MANAGUA IAF?)
Le congress nitaraguayen:
reuni a l'hotel Interconti-
nental de Managua; a vote
vendredi une resolution ex-
prinanit son ,soutien total
et absolu au pouvoir execui
tf,> isans citer nolinmment
le president Anastasio So-
moza). Cette resolution
rend d'autre part hommage
a la Garde Nationale qui
a defendu notre liberty et
notre indipendance ainsi
que la stability d'un gouver
nement legitimement cons-
titue,.

Elle protest caupres deis
peuples libres du mondo
centre la I-, r.,, i' inter-
vention des gou'ernielents
ile Cuba; Panama et Costa
Rica qui; en fournissant ar
mes: financemeii : entrainec
ment et en permettant 1'u-
tilisation de leur territoiro:
onlt organs la plus brut:i
le intervention et invasion
qu a connu 1 histoire de
l'Atmirique centre le people
nicaraguayen >,.

La minority conservatri-t
Ce dlu coinres continue di'
boycotter les debates et n a
pas pris part it cette resolu
tion.


QUICK CARE


Import Export Custom service

ACCEPTED QUELQUE SOIT LA COMMAND POUR
LES ETATS UNIS, ET ASSURE LE TRANSPORT DES
MAIRCII.NDISES VERS PORT-AU-PRINCE.

S'OCCUPE DES FORMALITIES DE DEDOUANEMENT,
OFFRE UN SERVICE DE VERIFICATION DOUA-
NIERE ULTRA RAPIDE ET DANS UN MINIMUM
DE DELAI.



QUICK CARE

FACILITY LA LIVRAISON DES COLIS A DOMICILE.
ETAGE ALL AMERICA CABLE TEL. : 2-4362


LE DIABLE EN


Cadeaux,



Bijoux,



Parfumns,




10, Rue Bonne Foi


Tel 2-1520


IMPERFECT IN ORIGINAL


LA VIE CULTURELLE

ACTUALITE DE JACQUES ROUMAIN : LE CHRIST NOIR DE HEBERT MAGLOIRE


UPON

Llouver le point fable qui
permettrait de forcer tout
ce monde A vider les lieux.
II ferait beau voir que ce
paisible quarter rfsidentlel
devienne le bastion d'un
diable en jupon Puisque
la loi n'y pourrait rien,
faute de preuves, c'etait aux
peres et aux mbres de fa-
mille de defendre leurs en
fants. Done, la consigne e-
tait : surveillance et pru-
dence.
M. Bcrna'-d rentla chez
lui assez satisfait des result
tats obtenus. Mais a l'heu
re du crfpuscule il sentit
une inquietude l'envahir. II
regs--da plus attentivement
ses deux petits garcons. Didi
et Nene etaient joufflus a5
souhait. Fesses et ventres
rebondis, la"ges faces sou-
riantes, mollets dodus. A-
vec un pincon au coeur,
lear pere s'avoua en toute
sinc6rit6, que s'il avait ete
un loup-garou, il aurait
sans doute aim6 en faire
un renas de choix. II con-
sulta sa femme, appela la
bonne, lui emanda de pr6
parer rapidpment une peti-
te valise pour les enfants.
expliouaa ces dernies que
grand' .mere mourait d'en-
v'e de les voir et qu'il fal
lani, pour lui faire plaisir.
aller passer la nuit chez
elle. a Petion-Ville. C'est
ainsi qu'en unl clin d'oeil.
Didi et Nend furent depor-
tes. Puis, coonf"nrp drio pi-
tt-e. M. Bernard decide que
la plupart des enfants de
ses volsins avaiert fort bon
ne mine et que c'etait un
service a leur rendre que
de mettre lenrs parents au
courant de la decision qu'il
venait de prendre. II refit
sa tournee. Tons les petits-
enfants du quarter dormi-
rent. ce soir-la, chez leur
gc'snd' mf-e, et ceux quni
n'pn avaient pas. chez une
tante ou une marraine...


A onze heures du soir.
on bruit itsolite fit se dres
scr sur lear lit tos les voi
sins de Madame Arisfthene
qui n'avaicnt pas encore pu
t"ouvcr le somnmeil. Cer-
stins. prudemment, risque-
rent un oeil par l entrebail
lemcnt d'une port. Chacun
eat l'impressinn que de vi-
coutreux coups ie mnrtenau
so- taient de chez Maitre
Paulo. Personnae n'osa bou-
ger ei pluisieurs, femmes se
coiuvrircn-t la tete avec leur
d"np. On aDpril le lende-
main matin nue Maitre Panu
t1 qui habilait. lui, just
en face de 1'ennemie, availt
all course d'une ronde noc-
turne, cru apereevoir, a la
faveur d'un clair de lune,
Madame Aristhene derriere
unp nPrsienne a le'age de
la vicille maison et con-
templant sa mason a luii...
Come il nossedait chez lui
une grande feuille de ,play
wood, achetfe pour de pro
chains rpa'"ations, Maitre
Paulo. prit de race et de
peur. 1'avait appliaoue con
t"e deux poteaux de sa ga
lprie, s'etait precTiD i sur
son marteau et ovait ainsi,
en pleine nuit. soustrait
une parties apnrrciable de sa
petite mason a. l'oeil lou-
garouslen.
En moins de v'ngt-quatre
heures, la situation avait
atteint un si haut degr6 de
tension, que M. Bprna,-d ju
gea qu'on ne pouvat plus
temporispr comme il en a-
vait tfe p"'ealablement aoes
lion. ct en chef d'escadron
avise, decida t lul tout seul,
de passer a l'attaque...

Samedi p ochain :
M. Bernard s'en occupe


Haitien prend au fil des ans
une grande importance. En
ce sens que cette revue ar-
Listique public parfuis des
etudes, des texts signs de
sommites de 1'art tels un...
- ne citons pas de noms
pour ne pas faire des jaloux
jlais, et c'est vrai, ceux qui
lisent regulici ement 'cette
publication peuvent en te-
moigner que !a pluprat du
temps 'a revue a des etudes
d'une grande facture tant
au point de vie litteraire
que picturale.
Dans le c ern:cr numero
que nous avons regu, nous
avoiis rcleve des etudes tres
valab'es. Par ,ex. il y a une
appruche de Mine Los Jo-
nes Pierre Noel (Docteur
et artiste peintre) sur
lart priritif populaire a-
inericain ou cile nous fait
prendre contact avec les
premiers peintres qui ont
marque la peinture ameri-
caine A cote, il y a un tex


te de Mme Gl)ays Rarmne
sur la galerie de M. et Mme
Ralph Mathieu (am ricains)
sp6cialisee dans l'achat et
la vente d'objets d'art hal
tien : peintures, sculptures
ou autres motifs etc. La ga
lerie s'appelle Areta et se
trouve a Boston. Dans cet
article, elle. nous a montre
comment ce couple recree
une atmosphere haitienne
a Boston of il se trove eta
b'i. Leur galcrie Areta est
un Iicu de lencontre de
l'art, de la culture d'Haiti.
Nous devons signaler dans
Haitian Arr. Nevs'etter un
article sur notre peintre Sal
nave Philippe Auguste don't
d'ailleurs un dess'n Idy'le
sous les Bananiers illus-
tre la page de couverture...
Pour ceux qui s'interessent
aux activities de 1lArt Hai-
tien partout aot il se mani-
feste, Ce numero (Avril -
Juin 79) de Haitian ewlet
ter Art est a lire.


Vient de. paraitre un pe-
tit livre bleu sur Jacques
Roumain : Actualit6 de Jac
ques Roumain Noir de Heb"rt Magloire
(32 pages).
Cet essai critique de l'au
teur est une plaidoirie pour
Jacaues Roumain dans la-
quelle il fait ressortir 1'im
portance de I oeuvre et sur
tout du message dc Rou-
main dans la Rosee.
Ce petit livre bleu laisse
entrevoir tout amour, tou
te la passing cie otsn autcur
pour l'oeuvre co niblen pie-
liantk de jacquer s Roumaian,
particul!frement pour ,G'ou
verneurs d( la Roseei.
x x x x

LE DERNIER NUMERO DE
HAITIAN NEMV-LETTER
ART
Edited tar MmVi G0r.dy Ra
cine, cc mcnFuel sur I'Art

Soutenance
de Memoire
Mardi 17 Jullet I? 5 heu
res P M aura iieu au local
de 1 Institut de Psycholo
gie s~s au Petit Seminaire
Collnee St Martial. la
soutenance du Memoire in
tVtule :
t(MATURITE INTELLEC -
TUFLLE DES ENFANTS
HAITIENS
DE 6 i 7 ans
INFLUENCE DE LENVI -
RONNEMENT SOCIO E
CONOMIQUE ET CULTU-
RELs
Ce memoire -,era prfsen-
te par l etudiante MARIE
CARMEN FLAMBERT, en
vue de 1 obtention du gra
de licence en Psychologie
Composent le Jury de Sou
tenance :
Professeur Jean-Baptite
ROMAIN : Prfstdent
Professeur : Chavannes
DOUYON : Rapporteur
Professeur : Roseline
BENJAMIN : Membre


Vingt quatre heures apres
la praise d'otages a 1'Ambas
sade d'Egypte a Ankara par
un commando palestinien
le suspense continue,

pans la matinee, un dl-
plomate egyptien est moral
en tombant du deuxieme 6-
tage de l'Ambassade, ce qui
porte h trois le nombre des
morts. Deux autres otages
ont rfussi a s'enfuir en sau
tant par une fenftre tandis
qu'un troisieme s'est grieve
ment blessed. Un Commissal
re de police a et6 s6rieuse-
ment blessed par balles a-
lors qu'il essayait de por-
ter secours a ce dernier-
Par ailleurs, un avion ve-
nant de Damas, avec h son
bord des dirigeants palesti
niens de 1'organisation &
laquelle appartient le corn


FACE A FACE SUR LA ROUTE
DE MOSCOU


(suite de la lere page)

d appui I Panama (2-0) a
vaient pu faire la d'fferen
cc face a une 6quipe cu-
bainc etonnante de frai -
cheur physique
Pour les prouha;nes ren-
contres olympiques, les
donnees ne sent plus les
memes Les Cubains revien
nent de Port-Rico oft ils
ont partic'pe aux Jeux Pa
namericains avec les result
tats que 1 on sait
En depit de leur statute
d athlete d Etat. les foot-
balleurs cubains ne sont
pas cons~ddrls comme des
professionnels au sens tca
pitalistem du term
L ensemble de leur effect
tif conserve done son sta-
tut olympique alors que
les Sanon. Jn Joseph. Ma-
thelier. Anto'ne. Pelao, Pi
quant etc sont disqualifies
pour avoir tented 1 aventu
re professionnelle

Marie vingt trois
fois

BLYTIIE
(CALIFORNIE)
(AFP)
Glynn tScottym Wolfe, 70
ans. a amel'oee Jeudi son
strange record du monde
11 s est marie pour la 236
fois
Champion 'lu monde ca
t6gorie Mariages Monoga-
mes, est en bonne place dans le
livre cords en tous genre, a 6pou
se Jeudi it Blythe, dans le
cords en tous genre, a 6pou
desert de Californie. Made
moiselle Guadalm.ipe Re
yes Chavez, une jeune femr
me de 20 ans L heureuse
6lue a du cette union au
hazard Mons'eur Wolfe. a
vait en effet declare en
mars dernier qu il vivait a
vec trois femimes qu? fe -
raient toutes de bonnes et
dignes spouses sElles m ai
ment toutes, et je les ai-
me Je pense qiue nous al-
Ions tirer la court pail
le pour savoir laquelle je
vais Ipousern Guadaloupe
a gagne
Monsieur Wolfe sest ma
rie pour la premiere fo'-s
en 1927 et a 39 enfants
Son plus long marriage a
court 38
dure cinq ans Le pih
court 38 Jours


A cote de la perte de la
qualte d amateur de cer-
tains de ses ex-titulaires
lequipe nationile a egale
ment etl amputee de quel
ques pieces jnatresses at-
teintes par la limited d Age
L inexperience reste le tr'-
but du rajeunissement
Compte non tenu des
questions de motivation
tres differentes suivant que
1 on se trouve ,eote pile ou
cote face)t de 1 echiquier
ideolog-que les rencontres
Haiti Cuba (5 Aout aI
la Havane. 18 Aofit a Port-
au-Prince) consfitueront
une lutte au sommet de
la hifrarch;e du football
de la region Caraibe
Voulant mettre le maxi
mum d atout de lear cote,
les responsables federaux
ont bAti un programme de
preparation ssez intense :
concentration, multiplica-
tion des seances d entraine
ment, sons medicaux etc
Tout cela -levrait abou-
tir ai la mise sur pied d une
formation suiffisamment
compmtttive pour le diffici
le deplacement de La Ha
vane
Longtemps rdleguo au
second plan, le football.
cubain a retrouve son
rayonnement r antan II
etait present a Montreal
et reve de 1 tre aussi It
Moscou pour de multiples
raisons
Mais vo:la; c'est aussi
1 objectif d Haiti Au soir du
18 Aoit, un des deux pays
aura perdu ses illusions
J C S


A la Memcire du
Grand Disparu

Monsieur 1 Inspecteur St
VOYIS R PASCAL et Fa -
mille font chanter une
Messe de Requiem en 1 E-
glise (MARIE MADELEI -
NE> de Pdrddeau Mar?-
got, Commune de Jacmel,
le Samedi 21 Juillet 1979
a 8 Heures du martin, I la
Mdmoire du Grand Lea -
der DisparU ls Feu Doc-
teur Francois Duval'er
VIlleme Prdsident A Vie
de la Republique dHaiti
Cet av's tient lieu d in-
vitation aux parents et h
tois les amis Duvalieris -
tes convertis en Jean-Clau
d'stes. A
St Voyis R PASCAL
Port-au-Prince. ce 16 lull-
let 1979 187


mando, s est pose samedl
martin a Ankara. Selon l'A
gence eAnatollec ces dirt-
geants vont tenter d'entrer
en pourparlers avec leurs
camarades du commando
Dans le meme temps, au
Caire, le gouvernement I-
gyptien faisait savoir qu'il
etudiait 1'ventualite de li-
bfrer les deux membres des
sAigles de la Revolution pa
lestinienne>> qu'il detient
emprisonnes, comme l'exige
le commando.
Solon le Ministre d'Etat
fgyptien de 1'Information,
M. Mansour Hassan, des en
tretiens ont lieu actuelle-
ment avec les autorites tor
ques reunies en Etat Major
de cruise.

,Le General
Somoza serait
(suite dea la 1re page)

sait suspect -talt fusille
sur le champ ou un peu
plus tard dans un endroit
tnconnu)t

La demission du
President Somoza
imminent
selon M. Carlos
Andres Perez
PANAMA, (AFP)
L ancien Pitesident Vene
zuelien, Monsieur Carlos
Andres Perez, estime que
la demiss'on di President
Nicraguayen t.nastasio So-
moza est imminent
VDans une declaration ac
cordle Vendredn a la Tnla
vision Panamfenne, Mon-
sieur Andrez F'erez a faith
1 eloge du plan de gouver
nement mis ,tu point par
la Junte Sandniste, en exil
au Costa Rica Selon lui, ce
plan prove que les Sandi
nistes cherchent la paix
et non at exercer une ven
geance, qu ils ont 1 nten-
tion d agir en accord avec
les principles de la Demo-
cratie
L anO.en Prdsident Vene
zuelien a encore d6clard
qu il allait demeurer une
journee i Panama pour at
tendre le triomphe Sandi
niste et accompagner les
va'nqueurs lors de leur en
tree dans Managua


Nouvelles

de l'Amerique Latine


CARNAVAL ET CARIFFSTAC
A CUBA
LA HAVANE (AFPP
Le port d'armes a feu
et do couteaux est interdit
a Cuba durant les fetes do
carnaval et du festival des
Arts des Caraibes (Carifes-
ta) qui vont d6buter &t nar
tir de samedi a La Havane
et Santiago de Cuba et so
prolonger durant 15 jours'
selon un communique du
MinistCre de l'Intfrieur di-
Cuba public vendredi dans
la press locale.
Les coups de feu en Pair
ecomme manifestation d'al
ldgresse ; sont egalement
prohibds dans et l'ext6-
tdrieur des secteurs of so
ddroulent les festivit6s.

x x xx x

EN BOLIVIE
TENSION POLITIQUE

La Paz (AFP) La Boll
vie traverse actuellement
une pfriode de tension po-
litique en raison des affron
tements entire les deux
erandes formations politi-
ques qui se disputent la vic
toire aux elections president
tielles du ler juillet dernier
En se declarant jeudi vain
aueur des elections; avant
msme la publication offlt-
cielle des resultats; le diri
geant de 1'Union Demo-
cratique et Populaire(UDP).
M. Hernan Siles Suavo; a
fait planer la menace d'u-
ne action de masses au
cas ofu le triomphe de son
Darti ne serait pas ratified
par le congress.
De son cote 1'alliance con
duite par le Mouvement
Nationalist Rfvolutionnaire
(MNR) de M. Victor Paz
Estenssoro a annonc6 qu'el
le respecterait la constitu-
tion.
Cette derniere prevoit ef
fet que dans le cas oi au
cun des candidates n'obtient
plus de 50:5 pour cent des
voix: le president doit etre
flu par le congress.
Les resultats complete de
vraient etre publi6s lundi
16 et la lenteur du depouil
element de ce scrutiny const-
dere au depart come e-
xemplaire le rend desor-
mais suspect d irregulari-
tIs aux yeux des observa-
teurs.

MORT DU CARDIOLOGUE
MEXICAIN IGNACIO
CHAVEZ
MEXICO (AFP)
Le celebre cardiologue me
xicain Ignacio Chavez:
mort jeudi a Mexico a 1 'a-
gdee 82 ans: devait etre
enterrf vendredi.
Le Docteur Chavel a 6te
le fondateur: en 1944; du
premier Institut de Cardio-
logie qui ait existed en A-
mirique. Auteur de lives
utilise dans la Dolupart des
faculties de medicine du
,monde; il a fonde la socie-
t6 mexicaine de cardiolo-
gie et etait correspondent
des societls de cardiologie
de nombreux pays; don't
celles de France; des Etats
Unis: d'Espagne; de Gran-
de-Bretagne; d'Italle ainsi
que de plusieurs Etats d'A-
merique Latine.
De 1961 t 1965: le Dec-
teur Chavez a 6td recteur
de l'Universit6 de Mexico.


CUBA
APPEL A LA*LUTTE
CENTRE LES
LA HAVANE (AFP)
Un appel a la erealisa-
tion d'une analyse rigou-
reuse et profonde des defi
sciences> dans certain see-
teurs du travail a Cuba a3
ite lance a intention des
organizations de base du
par communist cuttaln
dans une resolution du bi)-
reau DpolitiQue du PC pu-
blife vendredi dans le auo
tidien Granma; organ du
Darti.
Se ref6rant aux rfcentaa
critiques du President Fidel
Castro concernant les neshli
gences et actes d'indisciill
ne en matiere de trans.
ports notamment: la resolu
tion rapelle qu' tant; quel que soit soO
post; ne peut se soustrairu
au control du Dartie. El
le indique en outre qu',il
faut comorendre une fois
pour toutes site le develop
pement de l'economie et
oeuvre social de las rvo
lutioin ine peuvent se rnall
ser sans disciolinei


Asile cubain
SAN JUAN (AFP)
Les autorites federales
ont announce que le cava-
lier Jose Martin Arguellez:
membre de l'equipe d'equi-
tation cubaine avait demnan
de l'asile politique aux E-
tats Unis.
Arguellez est le troisieme
cubain qui desert au course
des VIII Jeux panameri-
cains; les deux autres 6-
tant le tenniste Oswaldo
Cruz; un medecin de 27
ans et 1'arbitre de foot-ball
Juan Roias Cobos de 34
ans; coiffeur.



Chers clients

SPour oublier In chaleur
de I'Ete, votre magasin

Au monde chic
a requ pour les robes :
voile et chalis impri-
mes avec des ravisseants
dessins, le chambray et
coton ai fleurs, broderie
fantaisie unie et impri
mee, serviettes de bain,
cretonne, nappe, pyja-
mas pour homes et
enfants, plastique, ri-
deaux pour salle de
bain, serviettes, draps
et taiey d'oreillers,
moustiquaires etc.

Pour les BMbes
robes, brassieres, chemi
ses et draps brodls,
brassieres en tricot,
draps fourreaux pour
Sales grands berceaux,
couchettes, moustiquai-
res, serviettes etc.

Pour la peau
le savon Duvex pour
peaux siches-

Faites une visit AU
MONDE CHIC avant
d'aller ailleurs.

Rue du Magasin de
'Etat 89.

-- -- -OOOOOOSi


- F-P. ooooto-.&


Deratisation


-.*


3BO UC R Extermination



PEST Fumigation





Protegez votre maison



centre les termites et chauve souris


Delmas 48, Building Curacao Trading


Tel 6-0431


V-~p pqja~r$' .; *m~ii ~ ~ twj'mms~a.h.~i ~ ~ a


SALLE I


L'attaque de l'Ambassade d'Egypte a
Ankara : Le suspense se prolonge


_I 1__1_________~_ _______________rr__*__ __ _~C1


--


- -- - - - ---------


~6rry% -- ------'"`rr-nrrrurr~urr~A~~~yrXIMOOYI~


?


Vmn A..




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs