Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10442
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: July 11, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10442
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





E -0 C4



'0
ElGA>
Er .nAG
!13- o



i GC'i Q O0












*ra~.
E-1 ~ .0


FA C0 .G

Go 0 .~.






-'r1)




0.404



oc
Uz









-uz








%mirk


.. 0



e"


I j











0




00,













e ,p*-A


-4-


H



z
z
E-

Q


c


tf
\*\


CC


0~
















0
rJ2

(172


z


0
0



Q
(


z
o
o

A


Z C) rn CC



> 0 v => ;-7C=7 001 0 0

r4 O~C.G


GA~' 0 G

C-10C
C0 C2~A'' S ~ A
0~ 0 ~S3
wA G A 0 G .





0 O0~G A


0)-a 0.0 0
0 U,0d0:05 ; 0.d
o w 5'dL l) 00
Cd 0Aw cd 7


0 00 A'u 0G



". ', GA C) OC14 5

~~.0 GOG 0.0G A
Gd ~0C,,-G0~0 .0.S


CA I = 4) 0 19) CC
4) P
v0. C .0 CI
0~-'0O000 En &wG
,C~~A~C CC'S o'
V,3 u
0'br

M 44 0 G






4)0 CG4 EA 4)
ed w 41 cd
C)n 0000' 00.0
-0C 4)GC 4 ) 'CC
W C mGAC~A

CC0C )1.0
m m O.".GG
m G

1w 0 4
bmcd0 -0


Cdo


0Cd

0 d

od0


z S
z 02L
co 0

W A.
El~

cu0 '


4
0


H-i,









H


C d 0 GCJ GA


'd 00 CAG C)-






r 0C
.5CC.M
0d ed C b



bo w
0 0GC


GA CC
00
I-Co
O.0
0
000
Co I-

.5
.0CC
0 0
0'0



0.0


16C




00
o 0


U0




0. '0
0 .
5||


. ..


00

CC-
0.


00
0.

CCI-


Go


C CC 00


14

CEO
.5l C-C z
14 V
00. 0G I
GO 0.

bz0

md a-,.
:5 a)0cc
0.A QOG C

'Ci 4 0

Cc,0. 0
'00 m0.0 C'
00 cG A .: G


0










~JC


0.0

C14-

0 c'" 0~C's
CCGA 'dOOC
-Cd 0-- 0 C~.o-'


~E2












0~








0
0~



z


CC)

CC)-C


0j


* -





0~


~GC


Cv


0~


o

* -
60
0^


C-)






~C)

C C











U2


6 00 -" ::









0 C,~



CC0 ci
r; cA 'G
(L Q)
'w 0
G 6 c0 c 0
Q) A
0 0
0 GA 5 C
U > 7- L-
(U So



CD 0GA C.
'0 CGC

I D
S'S cd




CCC.



Cd U
G0'G 0-GJcn
.0 0> Q0 C
0 00,


"-2 ca "o "El .


u C
t 0
t-. o m
Q00
So .5 -
5 S
"G CC Ga "


P-4

cc~


U C


0t 0 0

to 0 G.] G
d a' C2. CU
,Q) w C
Cd t )-


Ul)
E.




0 U
UA)

CD)
ZC


S.


OG.' C 0
cuG0000
0)0 d
E5 o0

SF 0 u.-(




10 T, r. cy .


w 0


0

elm


m 0 Q 0G r- GAG d. 0 ;; C::s A0 1
v ::,,5o C) a.,GA --- -00' -05 0 0C~
1`0' 11 C- 'onG~ C5O.GA

C) 0) P Ar r
00 cu a) cu 0) 00.

0o5 OGA7o.0 0Z0 A0
.ci S0 o 'o a) 5 0O ~GC
0 0o -0 0.0 0

oO0o0C O.~. C~GA''0 COO C-) .00..A -0 -0G
'dd0G1 00cu 0Z IdC1 all.CI
Q
v 0~o 0 0 5C G 0cd ct0X

u GA'0Ct-,C.CC
C, C) tO Ga) :;4Gr
0OG~o OO0 O 0bGA(D
00 o~ > o~ 00GA.CCSG0C,
CL) > c a) Q0
GO ~ A0OG .CA0OGA7.1 0
.O GA0 GA'>A
C).0


I a) =Co 1 1



-d r- Z :n' 1
-. C f U
0 A 0Gz.C
~0C..-O 0' 0GA~o..
0o-I oo oG o.,71 0
z co00o c'0,
'D o A.-o GO OCGA >5
oOG -.'>01,0C-.G'o00 w 7-o o0' S.)


CZ C. C)

1:5 0 0


-C) C)CX ACX




730
z7C00~-



Z z7 Z;~


C > C,)C 0 5


C) C7GAC0 -'' C5
10 5 od
'a AC

C) I E. 0C t


". = 7. k2- = o ..^
*5'S e-. o. o ca



:, ,3 c o ac g


C' 00'.0C C-

71 CC-


z
0











0)


.E'- 0d











CCd
GA AC.)C)v


U'g


AI



cc~~


0 0 G,0 GAC) w > cd0 G

on 00 ~
000.0k 0 CCO14CC~


GA ~ Cd E G OC-'0 -

0 CA) .(I) 0'd
L) o.5d O o GA 0 c) 0 0.~-
0000.0 GO 0 o u :O 0 000cL

Cd al MC 0 W w OG 0.d ) C
w 0 w 7 E.l W'A 0,G o G


> d >0. IC 0O" O 0 .0

0C -'d d d0.0-jE o f) Q

cc oo ., CC
AG0CA...0 GW50.50 5~.cu


O ~ ~ ~ L (LOI o OC o 0o 0C $4 o0
00 d dd0 m "1 0 cCOF1


CC) CC)
CC) lo
0. GO
GO 0.
-GA


0.0.
0.00.
CO 'GA~
CO
CC)
CCOO


'= c S o -,, ,,



S Go> C3,
4.- 0 -8 6
a i-, a 1 l: '




<- g ".] s ^ .+. --
000S3*QS
.lo 'n GAd

5S OCO&OT


X220 0'b
0 0 o jc N .
>5 .S -s 002.0.000. 35 ug i a 5 o


r 0. 00
7-S cd cd' S -~


05 5c. C) C.






"3 -5 S &'- C ;3 ^ cr ^Q C c S o: Ec
6C0."
0.0. '


- iWul~l~f NI 133W~3dWI,


I-v



"-'G
Go

,0l
4,- A


E :.


(Co


GA.~
GA

GA0.0
0--
00
5-S
GA5o~
C',0 0
00 ~o
0
*0C.5
GO ~4J
3
0
ZOO0.


w~







P-4


C0.cOE
5 tf -~O.
.c x, ~


. Ul



Go)
,Q).


~S.
Fo)G~G~0o GO
0.i~ oo)~
<000 GO
~0.

GO~
,GA 0.0 0 ~.
0.0.
.0.
0<0CC
Q~J0.~O
wO C'JCO
100 0000'
0. 0000,
0
00.oo C.,


0i







COO








PAGE 2


AUTOUR DU THEATRE DES SOURCES EN HAITI


(IIlle de t IO 're( page)

(IIonii roI lUt)l!.sse ce clUptin
l ,i"hileu oIIveIt lar it It i ii

;Ill; I.A VOlIE
I)i: I, INVENTAlRlE
(i' I iltnlte revol'ulllon eS-
: l:li pll li p llls hi'llCo C Ptplus
1ll l ( rinliiiie So ll Ill sio ln-r
ilih iL. ll s ninmlli'festes, de
i\ iL l)ioulir Ii reu netltre ell
r.ilI i labordi les convcn-
I III insulilI e le concept
11c:11 tite t(li6fitre ,n '
11 eixlse deux attitudes
alinl la ddeciuverte d'une
hllUriitltio lonus les jours
lu. vaste.
Le thefitre n'etalt donc
Ias cc que nous croyions ..
Volle 1'exclamation du
sp.rtateur isjnce,'o) d'alu-
ilourd'hui.

L'Opera de Pelii. 'cst
niaglniflque, makes cc n'est
ml;is du theAtre.

Voila l'aiir> re:ruction det
va.it e qiiue Bible: a appel
le 1'ext rao-d'ldlaire lconfron
tiIt lll ci s techniques de


Ces delx altlituidcs no fonte
qI Sconf1 mer ci qui 1r1v
li yIIx Ple con'c liu dul
mot ll eatre, est en train
(l'v- lu er1e II (ices., de recnu
vrir iune former de theitra
lilt type iqui etait 1 lcci-
d(until i. II fait Iclater les
barrieeres nO 1 enfermait la
flimi iuse separalionu des gpen
11s. I1 rend asurld et inii
olisielo 1]a:1 spec';lalisainon
dui crit iile. Tl anyone oen-
f;n un iv', lt "iir' selteoux
des formins drarnatiques per
duRes oublieps on possibles.
Voil c011 lie S'oS. pas faith
sans dechirmernt, saps con
tradicion et sans Schec.
DR nnia a Brocht e BaPr-
rqult Iles dox eyvnerimpn
t fioirs I S nI,,q r nt-I, ts di
ithetre to'al0 1 v ,P an
long rheonin do co;x .',-1,ii
dli nuhblc. e;i a nT -' 1
theA're exporimn-lal com-


jei6 Sisyphe son rochor. Cc
Il ds liommines de OI64tro
qu(i onI cnnlu .los glr'lldoa
d(6lltIUcs final Ji6res...
L'Occidenl tairult, pu nus
st blen red4couvrkr 1'u;pitL
fondaiinnliale du ,ihit.ro
s.-ir ts c lnillLitre tlitt t( 1 fillIx-
p's. El sains perdre on 1o1
te tant, dC spectatcl'us d6-
eouiirang6s.
Mals 11 out fallu proc6i
der d'nabord par l'lnvental
re; denombrer les tformu-
les quil composent un spec
tackle d'un bout ih 1'autre
du monde; s'apercevoir qu'il
s'agissalt toujours, ic et lh,
d'un recit, qqlel que solt le
dosage de parole, de chant
et de danse. Et que seitle
varlait en fin de compete la
maniere de raconter...

Seulement, la thdorie d'E
vrclnoff, qul etait la plus
avancee sur cette vole, a
e6e la moins entendue. Et
surtout 1'homme ne vivait,
pas encore son ere plane-
taire.

La grande confrontation
des formulas de la th6itra
lite qui devait amener la
redecouverie d'un theitre to
tal. vieux comme le mon-
dp. ne s'est vraiment faite
en profondeur que par le
Thfitre des Nations. C'est
la que les fronti6res de
1'art du spectacle sont tom
bts.

IES BS.RBARES EN
SUPER-CONSTELLATION

C'rst par vagues successi-
ves d'invasions pacifiques
oue les <,barbares,, ces civi
lises du bout du monde,
sant vpnus nous donner une
lroen de theStre. Et ouel
thisItre que ces d-ames dan
s s. anep es eoperass, que
ceP cultes dramatists ou le
rnimotsme Pe revile un mo
von dd oaronaitre l'inconnil,
sable. lq nossesson lino nor
te ouverte sur 1'invis'ble
TI s'anit la, tantOt d'un
they're d'epopie, tantSt


CONTRE LA POUSSIERE


SUCEZ








I DECONGESTIONNEMEN- DE LA GORGE
SR.ElPIRATION FACILE
IIALEINE FRAICIIE

GRACE A

MENTHO-LYPTUS

en vente partout

1IJIlI'R. A ET G IZMERY
PHONE : 2-2144 2-0149


calcula

Teo:


me


\


d'un thd slre votit, reals
n'est-l1 1aa do tatto Igon,
come l3Badelgre 1l4nuon-
qgi prophllticqooMent, 0une
cohlcidence desa arts ?

Quellb quo spit scu Vinpo
sitlon, sos regles, ses my-
tiles et lour resonance e0n
nous, 1'Opera d Pd ln ou
le Culte Vaudou nous hou0
leversent 6galement et nous
prennent au ddpourvu. La
richesse des moyens d'ex-
pression mis en oeuvre nous
faith entrevoir tout ce que
la scene occldenatle a pe-
du A sacrifler (souas i 'n-
fluence du christianisme)
le Ceste i la Pa0ole, le
Rythme a la Mesure, I'Es-
pace b. la iogique des d pla
cements, et la Magle au ra
tionallsme.
Comme dit.Jean Silvant,
la geographien'est jamals
un problime pour 1'acteur
chinos. Mais rien n'est un
problem non plus pour
1'acteur de ces sdramatur-
gies totaless, car 1'acteur
met son corps tout enter
et son genie inventif ia ri-
soudre les problems que
pose le r6cit...

Quand les dramaturges,
nos contemporains, de Pi-
randelio a Beckett, sent
sang et eau o chercher la
forme de notre theatre, de
vant un public disespdr6-
ment muet; quand les horn
mes de la scene s'6puisent
depuis 1895 a reinventer un
instrument don't les auteurs
ne savaient plus et ne sa
vent toujours pas jouer...
I1 est surprenant de cons-
tater que les danseurs du
Mali n'ont pas hbsoin d'an
3rendre ia se servir du teau nu> de Cnneau. Et
qu'ils v racontent fort bien
ce aou'ils ont choosi de ra-
conter.
S'ils ont besoin d'un ryth
me unanime, ils frappent
sur le sol avec un accessoi
re. S'ils ont a exprimer le
depart des pecheurs, le mou
vement des rames saura ra-
conter l'essentiel. S'ils sont
remplis de crainte ou d'al
leg-esse, dans la longLe
nuit d'ou l'Afrique sort ia
peine, ils savent encore
pousser un cri. Et ce cri d6
comDose par les tambours,
prolonged, devient un chant
N'est-ce psa l'organisation
de ces elementss disoarates
autour de 1'unit6 du recit
ui dconne i 1'Espace -
Temns du thistlre son plein
emploi ?

UNE RECETTE
DE THEATRE TOTAL

Evidemment, ii y a thea-
tre total et total. Celui du
Mali, msme lorsque Sonar
Senghor aura r6ussi i met
tre ses danseurs, ses acro-
bates et ses chanteurs au
service d'une misme histoire
qlui leI enncerne tolls, n'ia
ra neit-t'-eO pas une th(1t
trnlit6b aussi riche, aussi
savanfe que cello 1iii de-


Les


trices electroniques

xas Instruments,

Attent la vitesse,


j


puls 3.000 ans sort. racon
tLr A un peoplee affam6
comment Krishna *et Rama
onft rt 6gla9 a14 JuIUce
en tuapt, I'un lp rol Impos
tour d0 Mptlurq, t'aut;g sl
0mQun Rvana. Mfls tautei
lee cultures, ne comportent
pas une aussi 1o(qgue tradi
lion que cell dui cRomaya
nas itdien .o0 Ips forrees
de r6cit dramatique ont 6t6
explrimentoes avant Eschy
le, et les regles fixes, 11
y a 25 siscles.

On trouve dans le premier
trait de dr4Matu rge orTlen
tale, qu'on croyalt lierdu en
1827 (Bharatiya Natya Sas
tra) -- et' q, esct peut-eftre
le premier traits 4'art th64
trial une definition du
thsitre total : sun divertis
serpent agreable a 1'oeil et
i l'oreillea. Le Dyonisos de
l'Inde qui a eu la pruden-
ce de lalsser par ecrit cet-
te recette en 36 chapitres,
decrit avec soin le rSle que
\a mursique, la danse et le
drame doivent remnolr nnur
concourir s l'oeuvre th6ia-
t-ale id6ale. On ne snurnit
Atre plus precis : neuf cha
nit'es y sont. pn partico-
P'er, consacres 1'6turie
dos valours exDressives du
corps de 1'acteur.
la m6thode de Bharala -
no'us nous dit un sanskri-
tiste est capable de mon
ter h cheval sans cheval,
de descendre un escalier sur
une scene Darfaitement pla
ne, de cueillir une fleur 1a
oi il n'v a que du video.

A la lumiere de ce traits,
les techniques de l'Opera
Chinois expressionn des corn
bats, des marches, ces fil
grants raccourcis du Temps
et de 1'Espace qui ne sont
nas sans rasneler 'art de
1'ellipse dans le Cinema
Meet) apparaissent non
plus come une 0 perfor-
mancei natio.naleoa mais corn
me l'aboutisspment d'uie1
tradition fondamentale. Et
commune a plisoeus civil
snHons, sinon at toutes (le
theatre groc nous etonne-
rait beaucout)i c nor'A a-
v'ons le pouvoir de le res
titupr dans sa fonrtioo et
sa former).

Le thei.tre avant d'etre
s(dramatiqueo. tait epique;
avant d'etre subdlvise -
en Occident en ses e1-
ments constitutifs (must-
que, danse, mime et volyi
6talt sun art complete .
THEATRE D'INVOCATION
ET D'EVOCATION

La source pronDa'-e ce cet
te theatralite gienreuse est
geog'aphiquement la Civi-
lisation de 1'Indus, et 1 on
peut dire qu'il nWen rescue,
mrme aux Indes, qu'une sen
le torme vraiment comply
te : le theatre sKathakali*
du sud-ouest, pr4serv6 ml-
raculeusement de toutes
les invasions.
Historiquement, le Th6fi-
tre Total, ou si 1'on pr4fMr-
la idramatirrgie pique d'ins
piration mythologique, est
nhe... un peu partout; elle
peut rejaillir du jour au
lendemain, apris des si&-
cles d'oubli spontanoe,
devant la double necessitA
de dramatiser 1'6v6nement
et de fire parler les dieux.
C'est ainsi que les former
dramatinues africaines ont
revocu dans les rites de la
macumba et du vaudou, pa
rallement, mals sans com-
municabilit6 aux Antilles
et au Brisil. Que ce ctheg
tre) soit votif, avant d'itre
snectaculaire, qu'il invoque
des divi-nitds dans un ,but
de conciliation plus qu'il
n'6voque leurs actions hb-
rninues, cela ne faith que
differencier les xformulesi.
Mais il s'agit toujours dp
th6ftralit6 polyexpressive-
la danse, le criant, la paro
le et le geste y ont leur
part, sous la conduit des
percussions, qu'on pourrait
qualifier de ltturgiques puls
qu'elles sont rigoureuse-
ment reglies a 1'avance.
La forme change aver la
function. C'est une lot bio-
logique a laquelle les an
cleanes thlttralitts n'Schao
pent pas. Il y a des diffe-
rences fonctionnelles impor
tantes centre le Theatre Ba
linals. le Kabuki et la Dan
se Ilramtatique du Boeuf
qu'nvonuait let Michel Si-
mon. Et Dourtant ces arts
snnt composes des mimes
-lsments. La reeette seule
differs. Psrfots, le nrnocs-
cns dri dep.rsonnaHsatton
do l'a.c*aur varie (rnasque,
posse.ssio. marnullaea.. .
neo mil rest A eYnlinuer.
Ansi 1is n0rn0l o. la ?oste
dlramnflas. ridans l vancinu
sont obtenns at lirtrodunits
n.r la nnasspiesan. LTa, nar-
'o, nemont. thlatule pat


r"'n l' e d6roulement litur-
gtoue.
1 '6rionue nrod'leoueo de
~hvn~are~4"Thdfitre -


quo nr.ois vlvono i1t 1P
possible dV rnofronter les
recettcs nompbreulse du
Thdaire Total. en allant,
des 4pritlitiveos aux plui-
codiflOes at auIX plus oom-
plexes. Ce triivill der-vint
mlme als6 grpce 6 h'existen
CO du ThbMttoe des Nations,
oi nous avqps unq glvrantla
d'authenitcithe quasi absolue.
On nourrait drla donner
lol. quelques examples de
ces dosages, qul ont assur6
trols siecles de succ6s inin-
terrompu a 1'Opdra chinos:
esqulsser un tableau do dra
maturgle compiode, 6i oneer
les diffirents move r em-
ployes pour suggere une
realit6 et cqndulre un recit
compliu uqus u'en sos pe-
ripeties les plus mouvemen
tees. Mats ceci nous entral-
nera4lt trcqp loin

P*A DANSE
DRAMATIQUE DU LION

-C'est pourtant une recher
che qui s'impose. D'autant
pl-us qu.'elle correspond
maintenant I uno besoln du
th6htre occidental en quite
de nouveaux moyens d'ex-
pression. Nous y revien-
drons. Contentons-nous de
prendre comme example le
csociodramefs cit6 par le psy
chanalyste Jung et qui nour
rait passer pour une 10qen
de sur la creation du Thea
t-p. On remarauera a unoel
noint cette dramatissHion
n'6tn'f nossiblP. comrplte
pt pfficae,. mr dans une es
th6tique to'ale.
Un village africain est me
nace par un lion. les horn
mues lui donnent la chasse,
il s'en fuit, le village ies
pire a nouveau la ioie de
vivre... ot pour se d6barras
ser de l'ango'sse colledive,
le chef du village orqaniie
des le lendemain un simula
cre de 1'evenement. On si-
mule l'attaque de 1'animal,
ses qualitis sont demoao-
tr4es aussi bion que sa fe
rocit&, les diffirentes per!-
pities de la chasse a lionl
sont exorirmes, les aualites
oui chez les guewriers nnt
reussi is le mettr en fuite.
IPs sentiments du village
a leur retour rt, pour finir...
matinue di Lion est deve-
nur al nartir de ce iour. un11
insitucion solid de ce vi'
laep africa'n. '-netAp chn-
que annoe is date fixe. Ce
qui est tout i faith plausi-


ble., this ije no puls Igno-
rer que pour racountei unil
tolle hit. ire en n'emplo-
yant pus seulement aes
omots conine Cornel lie a
falt cde la bataille contie
les Maurc 11 tifallnlt In
disposition des danseurio-ac
:eurs doe ce IlLage un ur-
serjal de techniques plus 6-
tendu que celut qu'on d6ve
loppe pour'raco.nter l'histol
re de Rodrigue. Essayez
done de vous en sortir,
sans avoir jamais dans6, ani
me, chant ni port le mas
que...

NAISSANCE DE
L'bEUVRE COMPLETE

II fallait au moins pour
l'execution correct de ce
sociodramne : un 6hoeur de
danseurs transposant la
mnarche des guerriers, 1'un
d'eux portent le masque (i)
devajt modifier son compor
tement afin d'approcher le
plus possible celui du lion)
et 1'orchestre de tambours
pour donner a cette repre
sentation> la respiration
d'un rythme; des chants de
vaient faire exploser des
sentiments trop longtemps
cbntenus... etc. Un dialogue
mime a pu naitre entire des
protagonistes de ce drame
collectif, une dispute entire
deux chefs sur la decision
a prendre... La Danse Dra
matique du Lion utilise
done touiAs les onmnnsan-
tes du Th6atre Total : du'
rythme i la parole, en pas
sant par le geste.

J ai prIs i dessein le so
clo drame de Jung parcel
quil se site en d:qa de la
religiosit& et p ir conse -
quent, il n 'st pas suspect
d etre pr6fabrique au d6-
part, par un iiritu-l du
lion, qui comporterait ses
recettes liturgiques II nous
fait assisted. en contraire
a la naissance d un ritu l
possible, en mcme temps
qu a une dramatisation
spontanie, qui a sa fonc-
tVon (abolition de 1 an -
goisse collective, exalta-
tion des vertus qui ont a
bouti a la bfuite du lion...
etc et qui trouvwn sa for-
me -- total -- en 1 absen
ce de regles th6atrales ere
cises

Exemple qui suifira a d6
montr-r la priority d un
theatre complete sur un
theatre essentiellcment


dialogue' Qn admettrai ans
st qu 11 existe une tonlcit6
communicative duni tel
spectacle, s 11 est suffisam
ment 61aborS Cette. tonlci
t6 qui justemrnt fault tnta
leB ent d6.falt, au theatre
occidental ,onttmporaln

Le difficult d up th&A-
tre total dant. j al tend
d rappelerlees 1 tapes euro
ppennes est ,en rapport a
vec 1 incertitude de- la fone
tion -heatrale Pour Brecht
1? pribleme e-t. suppose -rd
solu; pour Barrault il ne
1 :st pas D ou chez ee der
nier, dans ses tentative les
plus pures, rneo homog6ni-
sation arbitralre des mo-
yens employ s (orchestre.
projection, choeier mi -
ne ...) qui aboutit a un d
sordre artistiqie La thuo-
rio brechtienn- est plus sa
vante, elle ciebouche sur
ce theatre complete qui
veut se presenter au spee-
tateur eon ses 616ments se
pares>

x

Sire le corps

Le caractere g6n6ral des
spectacles de ieunes cest
d otre des experimcnta -
tions On ne noe oasse pas de
wonder les chances qii ont
ouvertes, ou qnle paraissent
avoir ouvertes, les dicom
bres de toutes les structu-
res du theo tre tradition-
al1 Le lieu lhcatral a
6chapp6 aux iois de la
vraisemblance, et meme du
symbolisme L accessoire est
roi, -t toute Jttention. et
to is les projeceurs se bra
quent sur le omendiEn, el
sur sen corps IeL1us que sur
son v;sag-
Sur le com,,nden, pas sur
1 interprete Car il n y a
plus guere d 'interprftes Le
comedian noLiveau rove de
s cxprimer et eiul le mal
hour des temps fait (|u il
doit malgre t.)eat ss sou -
mettre a la dictature du
metteur cn 'enk -- c est-
a-dire quil s' sonimette en
core a la va.-sal.isation a
un home apres s ecre arra
rhe a la vas..illsation a
1 oeuvre et au mot Mais c-
qui 1 int6rtsse. I travers les
volontes et Js caprices de
ce demiurge. ( est 1 express
sion de ses proprts be -
sons instin'tifs, viscraux,
sociaux ou politiqties b-
soins qui sont les mcmes


Loes d6cors tt idt, cost
mes, la chorS6raphie, le
rimep etc.,. ulpun de ces
616ments s6par's,
otLe decors et les costu
mes. la chnr4graphie. le
mme -tc... cur. de ces
61ments n ibdiquc au pro
fit des autres, ni ne se
fond dans 1 'nsembles, -
nous dit Genevieve Ser-
rean dans sa biographies de
Brecht On: 'peat regretter
quil n entire pas, dans la
oformule brechtiennes h6-
ritie du nouveon, rialisme
narratif d2 Ptasator. un 6
16ment constitutif (et de-
terminant) du TheAtre To
tal de tous les temps la
Danse Le r6l des vibra-
tions dans les anciennes
formes piques est essen-
Toute au-re conclusion
que clle-ci me semble pr6
matviree : le Theatre des
Nations peut amener de
nouvwlles confrontations s
et contribuer par lah crier
de rouvelles folmules

Yves LORELLE
x x

et Sire le met
chez lui,'ch1z le metteur
en senc et cnez le spec-
tateur de s. generation
Ainsi ces speciateurs ont-
ils 1 aspect A.'ie oeuvre
collective, fate d uine ren-
contre ou la ditiplines
nu cst consen'.ie que par la
c;nvergence d'i buts
1Un dira il es a tou-
jours ete do ineme, et oue
Icrsque le u-ex ecnlt com
tmanda:t au .nett ur en see
ln l t lalnt i-u '-nu\ inierpre
t;:'.- lt rcucsi, d, speeLa-
cle 1 etait dui-, qu a 111e10 me
ir C i')nveFrg-'-I( lCmans le
p]tLL;r l- sO ,r Cr.C oeu-
Ce vr' t
:/Ias la G 7ta::'ec ,osn
S i. l le 1 uit 'iPu 1 oI tivre ser
vi eta t preai_.,ble aux re
I p"lit;Ol eL 0 et :x ip.c'escn-
ltations, 11 e'.lit la
C ;'-ine oL doi -,i qu i s f-
1 f;:si dl e nfa rt u(.onniAtre le
plus fildi61lert psible
i t CtdI 1-; l-s Er-il 'n'r' coin

a1 )' ; qu auj ou:-d lic l
a e ;t(- n1,t -I1t I qu lun
schema, une .l g 'e.stion de
Stravail, un thime vague-
n -:nt propI e. Qu cu 10 oeu
s re est a crn'-. caians sa ri
chosse, sa ('cjo nlte':) t,. :, ]
sa-;nification Sa vIe par

i IVoir suite page 7-


./.


la precision, la memoir


et... les resultats


atu bout de vos doigts.


En vente

et service a



Electronics


LA BELLE CREOLE rue bonne fok


r---------r ----q------II


mrIRCREDI 11 'JUILLET 79


-


r- %


q


1 _;a,,,7-.


'N VEUX AUSSI~








PAGE 3
f


SD Le 60000000
e e e d' Americains





SNO UVEAU TUBEGEANT SUPER EONOMIQUE preferent Colgate'


CARNET SOCIAL


Deces de Mile
Anne Deverson
Les Pompes Funebres Pa-
ret Pierre Louis vous annon
rnt le deces siIrvenu same
di dernier de Mile Anne De
T erson.i.

A ses soeur.s Miles Lina
tl Gierin;ilie Deverson. sa
bll c- sour Vve Francois A
Ilversonr ses eneveux et nie
(-cs. M t. Mine Jacques De
visol i t fani. M el, Mme
I iraril Deverson ct famil-
lr, M. et Mme Ducarmel
Deverson et famille; M

Victor Orlando et Mme nee
Marie Ange Deverson et
lamille: M et Mmine Fran-
cois Deverson fils et family
le; a ses cousins et cousi-
nes: MM Edgard et Pierre
O. Myrlhil. Melle Tranc'ne
0. Mrtill, Mine Anna Car-
bonne et fain. AUX families
Deverson, Pierre Noel; Be
noit; Alerte; Lajoie; Mala-
rv, Vaval; Thizan b. tons
les autres parents et allies;
nous adressons nos condo-
leances emues.
Les obseques auront lieu
le vendredi 13 juillet a 4
hres p.m en t'Eglise du Sa-
cre Coeur de Turgeau. Le
convoi partira du Salon
iuneraire de lentreprise.
117


Deces de Mr.
Ludovic Lafontant
(Ti-Do)
Les Pompes Funibres Pa
ret Pierre Louis vous annon
cent que les obseques du re
grette Ludovic Lafontant
(lit Ti Do seront celebres
le jeudi 12 juillet h 4 heu-
res p.m en 1'Eglise du Sa-
cre Coeur de Turgeau.
Le convoi partira du sa-
lon funeraire de l'entrepri-
so. L'entree au cimetiere se
fera par la barricre princi-
pale. Nous renouvellons
nos sinceres sympathies
aux families Lafontant; Jo
seph; Delienne; Dambrevil
le: Molaire; Charles; Ami-
sial; Chrispin; Canal; 0-
dams, St Leger, Romain:
Nicolas; B'ontemps; Bordes
ainsi qu'i tous les autres
parents et allies atteints
par ce deuil.
117
x x x x
Decks de Mr.
John Batro nv
Les Pompes Fuhrbres Pg-
ret-Pierre-Loui.s vous annon
ceit le dces 'survenu lundi
martin de M. Jhon Batroni.
A sa veuve nee Evelyne
Moise; h ses enfants:Johain
ne; Roselyne et John Batro
ni jr; ia sa mire Vve Pierre
Batroni; h ses frires et
soeurs: Mme Saide Batroni
Mme Hiline Batroni et ses
infants; M et Mine Deeb
Batroni et leurs enft.: Met
Mine Antoine BatronIl et
leurs enfants; M et Mme
Joseph Batroni t leurs en
fants; M. et Mine Michel
Batroni et leIurs enfants. A
ses beaux-parents: Dr et
Mme Louis Moise et leurs
enfants. Aux families Bairo
ni: Michel: Liaiitaud; Al-
cindlor: Bellande: Sansa-
ricq; Hotgarth Kotab; Bud
dy; Jean Jumeau; Mews;


Mercredi 18 Juillet

Soiree Bistrot

SPECIAL VACANCES


LE BISTROT

Poresente

Le Tour de Chant de


Lionnel Benjamin
A(ACCOMPIAGNE D)ES MEILLEIURS MUSICIANS I1AI-
TIENS. N(OUVI ILLES CHANSONS NOUVEAUX
SUCCE S.

Pour cette Soiree unique

Reservez vos tables


LE BISTROT

L Tel 2-1809

S Le rende'-vous des Vacances


pjoccosGoe '-o::ogooo: ooociisecocsCC


QUICK CARE


Import Export Custom service
ACCEPTED QUELQUE SOIT LA COMMAND POUR
LES ETATS UNIS, ET ASSURE LE TRANSPORT DES
MARCHANDISES VERS PORT-AU-PRINCE.

S'OCCUPE DES FORMALITES DE DEDOUANEMENT,
OFFRE UN SERVICE DE VERIFICATION DOUA-
NIERE ULTRA RAPIDE ET DANS UN MINIMUM


DE DELAI.




FACILITY
ETAGE A

XaODOCi44=00M


4UICK CARE

LA LIVRAISON DES COLIS A DOMICILE.
ALL AMERICA CABLE TEL. : 2-4362


B'allesteros; White; Brou-
ard; Sassine; Millery; Moi
se; Chaptini; Boulos La-
touff; Marzouka; toutros;
Godard; Coles; Desrivieres;
Labriere a tous les autres
parents et allies nous adres
sons nos vives sympathies.
Les obseques du regret-
te Johnny Batroni seront
chantees le Jeudi 12 juillet
a 4 hres p.m en 1'Eglise
St Pierre de Pition-Ville
oui la depouille mortelle se
ra exposee d6s 2 hres. L'en
tree au cimetiire de P-A-P
se fera par la barriere prin
cipale; rue de l'Enterre-
ment.
La famille prie les pa-
rents et amis de remplacer
tout envoi de fleurs par
lne donation ou Centr
Haitiano-Arabe de Broo-
klyn. Une liste de souscrip
Lion est ouverte is cet ef-
fet au Parloir Funebre Pa
ret Pierre Louis et au ma-
gasin ,Le Soleil de Georges
Jaar.
117


Deces de Mme
Antonin Theodore


NEE VENISE DEHONNETE

Pax Villa announce le di
ces survenu le 6 juillet 79
a Chicago de Mine Antho-
nin Thiodore, nie Venise De
honnite.
En cette penible circons-
tance Pax Villa et Le Nou
velliste presentent lour sym
pathie a son epoux M. An-
thonin Theodore: a ses en
fants Mme Heline Theodo
re, M. et Mine Serge Dadom
pre Mine nee Odette Theo-
dore, M. et Mine Roland
Theodore, MM. Maxen Theo
dore, Vilfort Theodore; a
s-s soeurs et belles-soeurs :
Mine veuve Vergniaud La-
fontant, nie Tazia Theodo-
re. Mine Daria Thiodore.
Mine vouve Michel Petit
Sahit nee Christine Thlo-
Tdlre. M. et Mine Cassatnol
nhe Melia Theodorce, a son
bei' i frere Monsieur
O s n i s Thei liori' a
SPAS pclits Thlf1alts, Cnosils
el, colSiiiT's.
Aulx fl'i' 1 ts : Dehoiin e,.
Theodrore. Laf.'ltani, Ci. U,;s
enol: Petit Saint: Aii;ilslet,
et, a h o s d l ms; aalitls tl'(l-IltS
el alliess (I' ro i 's par cr
d( uil.
Lies i'lm'i'aillis dce Mine
Aniflionin Tlieodore, ni \ V V
nisi DeholonnOetc seron' cli
tees le jeudi 12 i uilletl a
7 hcures du matin a I'Egli-
es Ste. Anne. I.e convoni par
tira de Pax Villa Champ de
Ma,'s oO la ddepouille mor-
Ltlle sera exposee des 6 ha's.
A.M.
N. B. ,'lnimawuson au-a
lieu a. Macary.
117
x x ;" x
Bices de M.
Marc2l Mompoint
Pax Villa announce le de
cos survenu le 10 juillet 79
a Carrelour de M. Marcel
Mompoint.
En celle ninible vircons
tance Pax Villa et Le Nou
velliste prisentent leur svm
pathie a ses enfants : Ma-
jir Renaud Mompoint FAD'
H, Dr Harry Mompoint, M.
Jacmucs Mompoint,; Mile.
Mn- ie rlaudie Momnoint,
Mlle Marie Denise Mornm-
po'nt, Mile Marie Christine
Mompoint, Mlle Ca-line
Mnmpoln,. M. Alex Mom-
point a ses freres et soeurs
M. et Mme Luc Momnoint,
M et Mme Mac Ant.ione
Momnoint, M. et Mine Hud
son Momno'nt. M. e, Mine
Fa'ne Mompo'nt, M. Max
Momno'nt, Mme Myrtha
Mompoint, Mine Morin Sal
vant, nie Gilberte Mom-
no1nt. Mmine G",-iel Aligus-
tin nee Raymonde Mnm-
point, Mmoine Junie Mom-
point, Mme Moninue Mom-
point; a ses cousins et cou
sines M. et Mine Claude
Mompoint'et infants. M. t,
Mme Reno Mompoint et en
fants, M. et Mme Maur'oe
Mompoint et enfants, M.
Luc Andriccene et enfants,
M. Boyer Momnoint et en-
fants. M. et Mine Marcel
Mompoint et infants. M. et
Mme Arsine Mompnint et
pt-oanl M. et Mmoi Hubprt
Mompoint et enfants, Mile
Edith Momnoint: h ses ne-
vpux et niecps M. et .Mme
Mario Momnoint, M. Renaud
Mompoint, M. et Mme Jean


L. Mompoint, M. et Mine Y
yes Mompoint, Ronald Mom
point, Jean Marceau Mom-
point, Mlle Lydie Mompoint,
Mile Suze Mompoint, Mlle
Gisele Mompoint, Mile Ri-
ta Mompoint, Mme Nicole
Vincent nee Suzie Mom-
point.
Aux families : Mompoint,
Salvant. Augustin; Andricce
ne, Vincent et a tous les au
tres parents et allies eprou
ves par ce deuil.
Les funerailles de M. Mar
cel Mompoint seront chan
tees le Jeudi 12 Juillet a
4 heures P.M. en 1'Eglise
du Sacre-Coeur de Turgeau.
Le convoi partira de Pax
Villa Sacr6 Coeur of la d&
pouille mortelle sera expo
see des 2 heures.
117
x xx x

Deces de M.
Solon Jn Baptiste
Pax Villa announce le d6
ces survenu le 10 juillet ia
1 hre A.M. ne M. Solon
Jn-Baptiste, en sa risiden-
ir a Lalue.
En cette penible circons-
tance Pax Villa et Le Non
velliste pi'sentent leur sym
pathie a son 6ouse nie Y-
,'ic. Bernard- i ses enfants
M11e Immaeula Jn-Baptis-
te: M. Rony Jn-Baptiste.
Mme et infant, h MM. Eddy
et Yves Pierre-Louis; a Ma
dame Carmen Pierre-Louis;


s ses soeurs Mine Vve Bor-
gella Saint-Amand nee Jn-
Baptiste; A M. et Mine Ma
* rius Langlois n6e Jn-Bap-
tiste: a ses neveux et nie-
ces M. Lec Jn-Baptiste et
famille, M. Jean Saint-A-
mand et famille, M. F61ix
St-Amand et famille, Mme
Franckel H6douville nie
Marie-Therbse St-Amand. A
ses cousins et cousins Ma-
dame Paul Pelissier Depu-
te Antonio Decayette et fa
mille, Mine Therese De Ma
det et famille, Mine Anna
De Madet, M. Thiophile De
Madet, au Major William
De Madet; a M. Andri Jn-
Baptiste, Leclerc Jn Baptis
te. Beaumanoir Jn-Baptiste,
M. Francois St-Amand, Mile
Elisabeth St-Amand, Mile
Rcnec St-Amand, Mile Mar
lone Cadet; Mile Yolette
BPI-lor, Mine Thiano De
Madet.
Aux families : Jn-Baptis
le, Bernard, Pierre-Louis:
St-Amand; Lanelois; De Ma
det, Pelissier, Decayette et
a tous les autres parents et
allies iprouves par ce
deuil

Los fuinerailles de M. So
Ion Jn-Baptiste seront chan
ties le jeudi 12 juillet sa
4 hcures P.M. en la Basi-
lique Notre Dame. Le con-
voi partira de Pax Vil1la
Champ de Mars ou la di-
pouille mortelle sera expo
see des 2 heures.
|. 1 117


Deces de
Emilie St Laurent

Les Pompes Funibres Pa
ret Pierre Louis vous annon
cent le d6ces survenu hier
soir Petion-Ville de Emi
lie St-Laurent.
Les obsiques de la regret
tee defunte seront chantees
le jeudi 12 juillet a 4 h.
pm. en 1'Eelise St. Pierre
de Petion-Ville oh la de-
pouille mortelle sera expo
see des 2 h(hres.
L'inhumation se fera a Pe
tion-Ville.
Nous presentons nos sin-
ceres condoliances aux fa-
milies St. Laurent, Fernand
St. Surin, Othon Charlot,
Franck Eyssallenne, ainsi
qu'a tous le, autres parents
ef allies affects par ce
deuil.
117



Deces de M. Pierre
Emilus Smith
Pax Villa announce Ii
deis survenu le Samed' 7
Juillet 1979 ea 7 heures p m
en sa residence ia Kenscoff,
a,)res une lo,'zue mala -
die courageisement sup -
portee de Monsieur Pierre
Emilus Smith
En cette oenible circons
stance Pax Villa et Le Nou


velliste prisentent leurss
sympathie a ses enfants :
Madame Veuve Horace Co
rtolan. n6e Jeanne Smith
et enfants, Monsieur Louis
M Smith, Madame et en-
fants, Monsieur Ernest B
Smith Madame et enfant
M et Mme Germain Smith,
actuellement it Chicago,
Madame et enfants, Soeur
Emilie Smith. petite soeur
de Ste Therese Mademoi-
selle Nicole Alourdes
Sm ,th actuellement as Chi
cago, Monsieur Lucien Pe
tion Madame et enfants,
Monsieur Mahien Julien,
Madame et enfants, Made-
moiselle Aliancia Jean
Charles, ai ses pctits en -
fants. a ses arrisres pe-
tits enfants, ses neveux et
nieces, cousins et cousins,
et i tons les autres pa -
rents et alles. iprouves par
ce deuil

Les funerailles de Mon-
sieur Pierre Elnilus Smith
seront chanties ie .loeu 12
Juillet 79 a 10 heures du
martin en 1 Eglise St Nico
las de Kenscoff
La depouille :nortelle se
ra exposee a 1 Hotel de Vil
le de Kenscoff dis 8 heu
res 30 A M

N B La fafilmlc recevra
le Mercredi 11 Juillet 79
de 6 A 8 heures du soir v
Pax Vifla Sacre-Coeur
117


Avis Matrimonial
Monsieur Leroine Clerge,
cultivateur demeurant et
domicilie en la grande ra
vine 2e section rurale de
Petit Trou Nippes, avise le
public et le commerce qu'li
nest plus responsabledes ac
t(s et actions de son spouse
Mme Leroine Clerge, nee Li
zia Aquiksa, pour avoir ab;in
donned ,.on oito marital, en
attendant qu';ine action en
divore lui soit intentee.
i e'roine CLERGE.
117

X X X )I
Deces d Minme
Charles Wiener
L'Entreprise Celci, et Ie
NuilsVl i.se alloncenot avec
pein le dec, i(c' Mme Clhar
les W ener, ice Alice Du-
thiers surveiu en sa resi-
dence ;i Pctioi Villo le Iun
di 9 Jut'llet ve: 7 lires 30
p].m. En ci;( L' doulouureise
circo.tll.tance, i Entrtpr se
Cclis 1' le Nouvc!llste
pr('esnloilt it ,i --s Inci r',
condoleances i, u. les pa-

co dti i!.
'), '-,, ch
Mme Chirles VW'ener. nre '
lice Dutniersr ')r, annonnce
ul Lrer. remei':..
117


Saridor.


Deja un comprim6 fait disparaitre la douleur


----------


51ERCREDI 11 MILLET 79


s -- ..


1


I-- -









PAGE 4


MERCREDI 11 JUILLET 79


Les Enaants Notn- rBsires


Miche e


De 7 h a Minuit : Le Happy End de la Semaine apres

la mer, la montagne ou le Cinema !


Le tiket d'entree donne droit a un diner B.B.Q. u choix : Brochette

de Filet Poulet Brochette d agneau Tbone Steak Cabrit sur le Grill

ENTREE $ 5.00

Sans Barbecue





Iran: Le point de la situation


TEIIERAN (AFP)
La decision cit I Ayatollah
Khlomnirey cde confirmcr
cLtll.s se, fort' iluns le Com-
mn'rlldaillt l C( hef de !a po
lice militairi 1I G6ndral A
z'zollAi Amir Rahimi. de
iltulit la vil'I par le Gou
Vc'rin IInt, at 'm's en lu-
r la lut I influence
cqic -, 1 vr-ront (n I'ran le
(t)iv rncitmrint h' Teheran
it lit it "ir rc' 't relig'euse a


Cr'.; rir V( or ,1 dllcv-rgs ices
ll r I iiii (, alort qu'i
:- la rit r q lies deux cenl-
If( fill i)o Vi)t avi.ts ilib coii
(ill 11 y :1 'iIw (iullzainole dc
H'l ', ,l 111A ( " ;ill i t'. Ite d ey .

Oni rc (l'r l(- renrl ttenll
I t ( lll| t( IVelI rllli ll e f'a
cel r ;urii p ovo'l r'in-ir Ir ix, CcS
-(] r is po.s" t le pr(c-
Iil ri tic, chilo:-l' )puitJlques-
(] ir'1 l lr; rr-1 t la rior oanisa-
It(li (!.: ll.ti tlar i otu nll; cl I pay.
miit-rkriis'men-t, ibrutlileis par
.1 i 'voliii(i. Le Prem ier Mi
i j'tlr av:i l Jur- rnment criLi-
( iir V : ii oi(' t tLIt, )JOursl
I ., I:t li.'in itol' ne o it p ltl
ih i 'l)rpitlt toll t de giaranie
i l -v t ( I'n't clduris i] luo c
ttin piubliqihic i l'armie. M
li;], gi.; n .ov ilt, L. crile oc-
cut itn, viilc hoinent dbnor--
e Ie rc;:di;calismc 'e ceux
qIr, veniiant de 1'6tranger,
(l nI 'inylt t ini connnaissance
in 'xp( ri nire, le criti-
quaient p( ur sun attitude
conclel'ian.io en livess I;e mili-


airca, quli avai nt servi
lancien regime.)

<'Nous ne pouvons pas, a-
vait-il dt, faire appel aux
seminar'ateF- de Qom pour
conmml-ii:e: ntcs divisions'.
SL'affaire An.-r Bahimin,
colnstitue n desaveu du
Permier Ministre et reliance
la polemique entire deux
idecs de la delense national
le. Le Gendral Am r Rahi
ini lie cachait p)as, en eflet,
son opposition a toute ar-
mee dle prestige et n'etait
pas partisan de la presence
e11 Lan d'experts strangers.
L'Etat Major et le Gouver-
nien(int avaient en revan-
chle realfirme leur inten-
l n dr'nlireti.nir rine force
a.rIe puissanie et recom-
mande ,l'achsl die pieces de
t.cicers uressaires son.
entretien, I. moitns de vou-
loir r redu neant le ma-
littiel de latrine,

Alors que Ia conception
khomeiu.yste semole voulo r
confiner 'armee dans It.
st.ul ro'e de defenseses des
frontiers ou Ide maintien
de lo ,-curit clans certai-
nes provinces, le Premier
Misn'tre et 1e Chef d'Etat
Major, le General Naseqc
FarLbod, souhaitaient que
l'armee gordp mtaute, avec
son encadrement, sa puis-
sance intervention.

Eclatant le jour meme
ou l'Ayatollah Khomeiny a-
ceptait de decr6ter une am
nist-e gen6rale: reclamee de


Flash! Super Flash

Une Nouvelle qui rejouira tous les fans du D.P.
EXPRESS et tous les habitues du COCKTAIL EX-
sPRESS du D.P. au LAMBI.

A partir du SAMEDI 14 JUILLET et ce tous les
SAMEDIS APRES MIDI DES 3 H. P.M., sur deman-
de des Fans. Le D.P. EXPRESS reprend L'aEXPRESS
SCOCKTAIL JEUNESe au chic decor de Mariani au
contact de la brise Saline du LAMBI NIGHT CLUB.
La reprise de ce cocktail coWncide avec l'anniver-
saire du D.P. EXPRESS. Done tous en foule au Lam-
bi ce Samedi aprds midi et d'ailleurs tous les Sa-
medis des 3 H. P.M. pour se detendre et s'amuser
au rythme de nouvelles compositions Extraordinai-
res du D.P. EXPRESS. CE SAMEDI, il y aura distri
bution de CADEAUX SOUVENIRS. Adm. $ 1.00.
BONNEE FETE D.P.)

x x x x

La Direction du Lambi vous propose chaque Di-
manche martin a partir de 10 h. A.M. un Cocktail
Extraordinaire avec SHOOGAR COMBO et parfois
avec un autre Orchestre.

Entrde Libre.

Lwwse assife. --cooacaaaoaiaaa~


puis longtemps par !e Gou
vernemtnt, I 'ffairc Amir --
Rahami a .urtout mis en lu
miere (i'aosence d'un pou-
vo r rdel te centra'ise,> de-
noncce au dc'lrit du mois
par le nouveau Vice Pre-
m er Minitrc. proche de
I'Ayatollah, Al. Sadegh Ta-
batbai.


Seu'e I'lectitn d'un Chef
d'Etat leg-aement install


de Constitution, de pouvoirs
-.Lenus, scra A meme de
mettre un term le'anar-
chie de:-no0-nce par tous, sou
ligne-t-.rn a Teteran.

Enfin c'est une organisa-
t on d'Arabes d Iran, ,ce,
group mercrodi noir du
people Trabe>>, qui a reven-
dique mardi la responsabi-
lite des explosions qui a-
vaient 2ndummage samedi
un Oieoduc et un Gazoduc


Scotch


C'est hier matin vers les
9 hres 30 qu'eut lieu a la
nouvelle et moderne de conference Jean Claude
Duva'ier, au M nist.cre des
Affairs Sociales l'Ouvertu
re solenr.elle au IVme se-
minaire de recyclage a ln'm
tention des Directeurs et
Moniteurs des Centres d'E-
conomi domest que et d'E
ducation ouvr'er; de la Di-
vision de la Preparation
Professionnelle de la Direc-
tion Generale du Traval et
de la Main d'oeuvre place
sous le haut patronage du
Secretaire o'Etat aux Affai
res Socia!es Son Excellence
Dr Hubert de Ronceray.

Apres la presentation des
confcrenciers par Mme Boi
des de la prdpaeation pro-
fessionnelle aux 125 semi-
nares presents M. Frantz
Edouard qui remplit le r6le
de Maitre de Ceremonie pas
sa la paro'ce a l'Iig. I aac
Salvant Chef do Di-/ir'on dco
la prep ,ration prof's, oninei
le qui se fit entendre dans
un discours d'une trets be! 0
facture.

Avec A propos 1'Ing. Sal-
vant sut trouvcr dies oermeo
heureux pour prcsentel sa
plus cordiale b'envenue utux
Sdminaristes au visig' 1lI
p min6 et pour iur tracer le
cheminemcnt de la c asset
ouvrilre et sonT' role dan; le
context de la 4rvoluLion so
cio conomique que p-stu
le le Gouverneiltnlt Ce M
Jean Claude Duva' or Pres.
dent as vie de la Rpual qut
Discours qui fut fort bieo
gofit et applaud par touto
1'assistar-ce Ce. fut enf'n le
tour du Min'stre De Ronce
ray prdsent6 par M. Frant:
Edouard.

Dans une breve mats con
blen iubstantiele mpr-a,!Is
tlon le Titulaire d Mnis
tlre des Affaires Sociales

en relief importance du si
minaire de recyclage orgar


Club


ETE 79


J


POUR LES JEUNES ET LES MOINS JEUNES


PRESTIGE PARTY : Consommation Bltre $ 1.00


se
te
I(
c.
d
vt
fe
G
la
te

C-
co
g
to
r


I
a









e














e.

e
e





a


Formule


pour la quatricme fois Des ouvricres dolvent so
ar ce department & lin- vent accepter des avanc
entsin des Directeurs Ct de patrons pour assur
loniteurs des Centres d'E- leur emploi. Recherchan
onomie Domestique et d'E la sdcurite elles n'obtier
ucatron ouvnrre de la Dl nent qu'une misere qu'a
vision di- la prfnaration pro portent les infants nos
essionnelle de la Direction ces unions. Et quand il s
denerale du Travail et de gie de rajeunir le harem
a Main d'Oeuvre. II ajou n'est tenu compete d'aucoi
era que cette initiative consideration; surtout qt
ompte parmi ise p'us uti- le licenciement represent
es et les plu., importantes un moyen de mettre fin
ar continaa-t-il sA tout a des d6penses pour deos
e lindividu est d l ecole, A tants qui ne sont pas d~s
tot 'ige inditid ciost 0 se rs et qu'on veut Iloignr
ot cge nddu dot se Le droit de jambage sans
recycler > obligation pour le mail
existed encore. La socis
C'est en teistt-rant que le colonial n'a pas dispari
Ministre d Etat fit savoir IV Les enfants non-desilr
aux participants son grand dans les classes moyenn
espoir que de leurs debats Dans la classes moyen
et de leurs deliberations sbr supdrieure et meme moy
t ront des conclusions qui ne beaucoup d'homm
seront b6ndfiques a cette souvent tris instruits; ft
institution> E6 des applaa- obligation leurs tpou
dissements nourris empli- de suivre une mlthode c
rent toute la -salle de con- tracep tve. Leurs famll
ference Jean Claude Duva- officielles doivest treo
lier pour saluer le depart quilibrdes. Mais au deho
du Ministr Doe Ronceay ils ne sencombrent pas
que d'autres devoirs appe- scupu ques 1'hLaomme ialt d
latent. vies; une vie respectable
foyer et une vie sexue
La clrdmonie inaugural et de plaisir ailleurs>. <
de ce IVeme Seminaire de dehors tout est permis3..
recyclage qui n'a durd que ce fait i n'y a pas de si
37 minutes d'Horloge augu- dale sexuel en Haiti. Qu
re ddj, la redusite certain que solent son rang; sa
de cette rencontre qui d*- ture; on. peut avoir auta
rant duex sen:sines pevmet de femmes que l'on v
tra aux Iducateurs d'acque sans risquer de ternir sa
rir le maximum de connais putation; au contraire c
sances possibles au profit semble, meme rehaus
de la classes ouvrilre qu'on _on image de marque.
ne tient pas A ndgliger. besoin davoir le plus
femmes possibles est
Au M'nlstre De Ronceray, fort qu'on peut dire q
au staff du D.lpartemqnt l'homme de la classes n
des Affaires Sociales et par yenne en attendant lamr
ticulierement A l'Ing. Sal- site soeiale et .aconomi
vant le chef de la Division recherche unsite s eact
de la preparation profession D el vie deo platsir es
nelle et an'mateur du mou de on grand snombre d'i
vement, nous souhattons fants delagissr d par le
bonne chance pour te IVe pgres on ignores de ces d
Sdminaire. de recyclage qui nlers et qui sout en trr
ne fait que grandir morale de souffrtr. La bonne coe
meant et davantage la grand science est pourtant obteo
de Mason A laquelle lis ap- en se rfiugiant derrifre
partiennent. I doute provenant du myt
Michel Ange DUC'HEIE d la Is gOrQt des femn


(suite de la 16re page)

rents nest pas toujours ex
plicte ocar 1'6ducatlon et
informationn aldent a le
camoufler. 11 s'exprime or-
dinalrement sous forme de
surprotection qui att6nle
le sentiment de culpabilitd
des parents. La surprotec-
tion et le rejet; ddrfvds des
memes causes; produlsent
les mImes effects.
S 1ion parvient 6, ddcou-
vrir les situations dans lea
quelles les infants non-d6
sirds sont congus et les pr6
jugds qul favorisent lepr re
jet on pourra par ung ac-
tion efflcace dimnuer le
taux de leur naissance et
du meme.coup apporter u-
ne amdlioration dans la
vie des. familles et dans
celle des enfants haitiens.
Mais le problime n'est pas
unforme. II varie selon les
classes sociales.
III Bourgeoisie et enfants
non-ddsirds

Les bourgeois vivant a
1'occidentale sont bien im-
bus de tous les moyens de
control des naissances.
Malgr6 tout ils procrdent
des enfants non-dpsires.
Pour avoir oublid de pren-
dre des precautions deux
jeunes gens peuvent conce-
voir un enfant. Cela ne les
affected pas trop car 'ls se
marlent blen vite et pour-
suivent leurs 6tudes en con
fiant 1'enfant a leurs pa-
rents. Si pour une raison
ou pour une autre le ma-
riage se trouve empkchd;
1'enfant ne vivra pas dans
la misdre ni dans de trop
grades frustrations car la
mere lui trouvera un autre
pere; le marriage dtant une
alliance, economique dans
ce milieu. II y a aussi le
depart pour 1'6tranger qui
arrange tout.
Cependant beaucoup de
bourgeois font augmented
le nombre d'enfants pau-
vxes. Les petites domesti-
ques et les senrantes son
souvent violees ia nuit par
de jeunes gargons. Le Dr
Jeanne Philippe dans son
merveilleux ouvrage eClas
ses Sociales et Maladie
I mentales en Haitie souli
gne qu'Elles sont souven
victims du fils de la pa
* tronne et sont chassees
a quand elles portent un en
i fant de lui. Les enfants d
- servante et de pere bour
_geois de 15 ans sont asse
nonLbreux a Port-au-Princ
i et dans les grades villest
Cet enfant qui serait un
objet de d6shonneur pou
la famille ne peut Utre a
ceptd et la mere perd so
employ au moment ois elle
en a besoin pour nourrir
son beb6. II existe cepen
dant des patronnes au
coeur sensible qui prennen
1'enfant a la naissanc
tout en ayant soin d'ordo
ner a la mere d'oublier c
fruit de ses entiailles.


un regrettent de ne pouvol
the faire atitant. pout les a
mes tires.


PUNCH PARTY :


Lundi :

Mardi :

Mercred! :

Jeudi :

Vendredi :

SAMEDI :

Dimanche :


Conlsommation Punch $ 1.00


ONE FREE DRINK FOR GIRLS

FASHION SHOW

ELECTION MISS ET MONSIEUR DISCO 79

SATURDAY NIGHT EXPRESS : Entree $ 3.00

SUNDAY BARBECUE AVEC SCORPIO


du dehors onu des fenhmes
du people.

Dana la Classe moyenne
infdrieure les mdthodes
contraceptives sont & pelne
connues. L'homme est corn
me un coq dans une basse-
cour qui Oprouve de la fler
td a laisser son emprelnte
partout. 11 n'a auoun tour-
tnn, moral ,car II ne se
connalt, ps d'obligatlon.
Un home. peut abandon-
ner '5 ou 6 maltresses et
spouses aprds avoir donned
3 ou 4 enfants A chacune
d'elles. Dans le pass les
hauts grades de 1'armdie
laissaelent des enfants dans
tous les coins du payS. Au-
jourd'hui ce sout surtouc
les soldats qu1 a'attachant
A chaque nouvelle affecta-
tion une champagne pour
se libdrer des tracas de la
nourriture et de 'a lessyve
sement sans le voulo!r ,,es
marmots partout. La Div,-
son d'Hygitne Famlialee
1'a si bien comprise qu'elle
inene une campaign de vul
garisation des methods
contraceptives dans- ce seec-
teur.

Pourquoi les femmes de-
cette catdgorle dconomique
sont-elles si prollflques?
D'abord cLa femme des clas
ses moyennes ignore les
mdthodes contraceptives- ou
ne letir fait pas conflance
ou ne le aime pas. C'est
pourquol elle continue nin
me de nos jours a avoir des
enfants non -destresr. Beau
coup crolent que ces mthoo
des ddshonorent parce qu'el
les appartlennent en pro-
pre aux femmes de mauval
se vie. Ensulite elles pen-
sent avoir plus de chance
de voir un de leurs enfants
reussir dans la vie quand
elles ont un plus grand
nombre. Enfin l'obcesslon
d'un marriage avec un intel
r lectuel ou un home a bon
- ne situation ou rice leur
- cause bien des-, ddboires
t L'homme riche spouse une
r fille de sa classes. eLes
. hommes de la classes mo-
n yenne dpousent souvent dem
- bourgeoises parce que cel
s les-cl ont Wdt leur camera
- de depuis plusieurs anndes
t et de plus le marriage leu
- permet d'acceder a la cla
se alsle,. Une jeune fill,
- de la classes moyeolne pref
e rera Itre la dixlime ou 1:
- vingtleme amie d'un gar
z qon jug6 de bonne situa
e tion ou de bonne family
>. au lieu d'accepter les sent
n ments sincdres d'un autr
r qui a certes allure d'uo
c payan mais qui: par sor
n ardeur au travail et son ir
e telligence; peut se crde
r une place au soleil come
- cela s'est souvent vu, Elle
ne se sentent nullement hi
t miliees par les trompJerie
e ou par les abandons pare
n que la morality n'inter
,e vient pas dans ce domain
V Les enfants non ddsirn
dans la classes paysanne.
ou
es Les paysans non seul
er meant ignorent les m6thc
t des contraceptives scientif
n- ques mais dle concept
P- continence sexuelle n'exis
de pas chez euxe : dcit (
s'a Leybrun cite par le I
il Jeanne Philippe. Il ne se
ne ble pas possible de parl
ue d'enfants non d6sirds dat
te la classes paysanne. II
a toujours dt6 dit que le p
n- tit paysan augmente
si- nombre de bras utiles
er. sera le baton de vieilles
o des parents. Leur conce
tre tion religleuse apparel
tde ment fonde cette position
u. c'est Dieu ou Le Grao
6s Maitre qui done les e
nes fants.
-ne
yen Cependant la terre a i
es; s& d'etre une source de
ont venus suirs parce que dd6
ses dde par 1'drosion et la
con cheese. L'enfant ne po
les plus par son travail se no

de un fardeau; un suceur
ep- parents comme les pet
eux sucent jusqu'k la mort
au mere erabe arraignde. (
elle mere crabe araignoe. (
cAu commence a reprocher
De Grand Maitre de dons
can trop d'enfants sans de b
iels nes rdcoltes.
cul
nt La radio qul a attel
eut nos nornes les plus rec
rd ls a appris a un gre
ela nombre pour ne pas dire
ser la majority la ntcessitd
Ce 'instructlon. C'est pot
de quool Le paysah moyen
si tache de importance
ue instruction et apres :
0e- dtudes primalres de s
us flls l'envole souvent en
0ue le pour des dtudes secop(
on te. Elle conslste A found
lle. paysannes qul se sont i
ont ndes pout inetruire un
en- leurs. noinbreux infants
urs Nendant chaque ann. a 3.
er- 4 carreaux de leaurs tel
ain artdea aux otadltns (
ns- n'ont en b6te que la cor
nue truotlon de malsons. El1


'Lilliput Kindergarten'

Le eLilliput Kindergartene annon e aux parents
1 ouverture de son Camp d Et6 pour enfants de 2 b
8 ans. Le Camp fonctionnera du 2 Juillet an 15
Aofit 1979
Un programme varied a itd conqu pour 1 oanrouis
segment de vos enfants : Poterie. macrime, crochet
dessin, peinture, chant, vannerie, papier mache.
bricolage, basket ball. cinema etc...

Pour tous renseighements suppldmentaires, pas -
sez au DLilliput Kindergartens 142 Turgeau, Ave Jean
Claude Duvalier, Tdl. : 2-2405.

m-Ocaaavaao aaoC G--iGG~~ciO~i l:~oos


II nest pas n6cessalre de
ddcrire 1'tat deplorable
des enfants non ddslirs
dans la classes paysanne
parce que la misere des
enfants; ddsirts ou non; se
bonstate surtout a la cam
pagne. II devient urgent
de prendre des measures qui
cooviennent pour rcdluire
le normbre des enfants non
d6sirds.

Vi Amdlioration du niveau
de. vie : ler Remdde
La, limitation des nais-
.sances ne peut se g6n6rali
ser en inculquant unique-
ntient un dlsir aux masses
par i'lnrermddiaire de la
radio. Elle a dAe en grande
partle impose par des con-
ditions 6conomiques et so-
clales dans les pays d ve
loppds. En Haiti les famil-
lea alsdes competent peu
d'enfants parce que plus
conscientes du cofit de la
vie et de la somee de de-
pense A faire pour produire
un etre human utile a lui
m6me et a la socidt6. La
femme A la'bri de tout pro
bleme Aconomique limited
le nombre de ses enfants
pour des raisons esthLti-
ques 4Cette femme qui vit
pour 6tre belle n'accepte
pas sa grosssse qui la rend
moins belles. Les activities
protessionnelles et les loi-
sirs peuvent diminuer 1at-
trait de la fornication. L'a
m6lloration du niveau de
vie dolt atteindre toutes les
categories. Comme il a ted
constatd; le riche qui pre
serve son foyer de la proli-
ficitd conqoit des enfants
de misere dans les groups
ddfavoris6s qui croient que
leur 6tat ne peut etre pi-
re.
VII L'Education Sexiielle:
I 2e. Remade
i Pour eviter que les jeu-
nes de tous les milieux ne
commettent des erreurs re-
grettables dans le domain
sexuel; ce qui pourrait corn
. promettre leur avenir; il
e est indispensable que leur
s education sexuelle soit fai
- de apparell genital mascu
s des informations sur 1'ana-
- tomie et le fonctionnement
- de 1'appareil general maser
lin et fdminin; sur la con-
r ception; le ddveloppement
s d'un foetus et I'accouche
e ment. Elle inclut le recen-
B segment des normes sexuel-
a les en vigueur dans notrs
- milieu t o u t en ayan
- soin d'dliminer; en disan
e pourquoi; cells qui sont
ti de pires aberrations. L'ddu
e cation sexuelle ne. peut ni
n pas tenir compete du milieu
n social environnant. La va
n gue de modernisme tradui-
r te par la liberty d'avoir
des relations sexuelles par-
s tout et avec n'importe oau
u n'est prdchle que par deo
s individus qui veulent 6ta-


blilr hours de chez eux les
conditions leur permettant
de se pirocurer des jouls-
ces sexuelles au rabals en
abusant de' immaturityd
des jeunes filles ou d'un
manque de personnalite
des femmes.

L'tducation sexuelle doit
surtout avoir pour but de
fare accepter la sexuality
come parties int6grante de
l'exlistence humane et corn
me facteur que l'homme
dolt intlgrer dans sa per
sonnalitd sans honte et
sans idee d'obscdnlte. L'ddu
cation sexuelle ne doit ja-
mais 6tre confondue avec
1'initiation sexuelle; ou ini
tiation thlorique; voire pra
tique; d'un sujet aux tech-
nique sexuelles.

VIII L'Education du Sexe
Un home est un animal
qui peut dompter son ins-
tinct d'agressivit6; ses emo
tions desadaptatrices; ses
passions negatives; ses am
bitions exagdrees; sa se-
xualite debordante etc...
Si on ne peut rien dompter
en soi reste A 1'tat d'ani-
mal. La sexualitC doit tre
maitrisee. On peut me re-
procher d'ignorer les gran-
des decouvertes de Freud
et de ne pas savoir que la
continence provoque des
frustrations nefactes pour
le psychisme. Je n'oblige
personnel a la continence
mals a une education de
sa tendance sexuelle dans
le sens de la morality. De
plus on ne doit paseo tre
plus freudien que Freud lui
meme qui reconnait qu'il
n'y a pas d'education sans
frustration. Ce que je re-
commande c'est d'eviter
qu'un acte sexual ne soit
la cause de la souffrance
et de la misere d'un etre
human qui n'avait pas de-
mande a naitre. Si un hoem
me ne peut ou ne veut em
player de methods contra
ceptives ils doit se conten-
ter de, relations avec la
i femme qui vit sous son
toit pour avoir directement
la responsabilite de sa pro
t g6niture. Quand je vois un
I garcon ou une fille trai-
nant dans la boue ou de-
mandant l'aumone au pre-
e mier passant je me dis que
- cet enfant est peut-etre le
- produit de l'ignorance: de
e la mere et de la corruption
t combines.
t Emmanuel A BUTEAU
ler Vice President de la Li
- gue Haitienne d'Hygiene
e Mental
u N.B- Toutes les citations
- faites dans cet article ont
- 6te tires de l'ouvrage du
r Dr Jeanne Philippe - ses Sociales et Maladies
i Mentales en Haiti> riche
s en observations pertinentes
- sur la vie haitienne.


et jouissant, selon le project du Khozistan.



L'onuverture solennelle


du IVe Seminaire de Recyclage aux.

Affaires Sociales


ryln-l


~ipciu~i~a;~ircPrJra~i~


y-~;~;__. ~___.~.1-.1-~~1-.1.1-''..`.I.~.' ' "~~"IL--'.'t-1L~it~i.I.. .--T-~r~ularlsitt~n;up~r)abr~nra~-~ra.*


,
l








MERCREDI 11 JUILLET 79


Petites Annonces


A VENDRE

A BABIOLE

IORANDE MASON A-
VII(' ACC'lES: HUt 3

.1 C'IIAMI3IIES A (O0U-

b i('AMnIHEI) A REZ
WI) ('ihA'ISISEE. '
C'' IHIJtEl AU 7OUS

S VIE IMPRENABLE
SGRANDIE COULU JAR-
DIN D
PEUT- :n- VIri'E E
A N IM' O 1I E QUEL
{ MOMEI, C
PHONE 21790 2568




LISEZ CECI
Les ceurs de Formatioh
pI': \ I % li1S I II Ml' OJL
s.issroient aui brillniil n1m
thematfcien lUilly Monel.
prol'esseur au Collige Ca-
nado-llaltien. pour vous of
frir un cours ton'liiet prr-
paratoire a It Facultc des
sciences

ILes Cours 0.11, VOu ot-
frent galclcnl, ti n pr'i-
gramme roche, "vari' ct '*qui
lihbr et mnttent a voice .e!
vice une equipe coripcten-
te et dynamique nuor v5'i
permettre de rcussir sans
dlffirult .lu\ concllurs
d admission des Facultes
de Medecine. Odontolohie,
Phliarmacie ct Agronome

C'es course -;e Innercmi 1l
mat;n au Coll'F.ic Canodo-
Ilaitien et seront repris 1 a
prbs-midi au C(.llge Ju
venat a Carrefour

Pour renseig4,enments pas
sez nous voir au Canado
on au Juvenat, ou sonnez
le C -0893 137



A vend're
Diplomate arvant quitter
Haiti tries b-ntt.: dcs;re ven
dre Dodge R:irmnlhargr
1976 vt crul tou1s te rra ns
ivec doubi,- dilic'rcnt'tl. cli
mlat.l fur. ra.sio, con: umnllt.
p( u d'e-.<.( ice. rn tries bon
C!a l. Pr x 1 5 500. AppeLoZ
:ti 2- U3G ou 2.0626.
127

X x X x

A VENDRE

A VJ ii ,hl'ur TOO)-
I A tOItOLf.A IF LUJXE
AIi)h lCW i'i.h Ai)) f r 2-21;3
7-0154

lim pli s ii' 'i.t f15.
177


--EOfre d'emplol IMPERIAL

Avons plislciur poslol e dis IEUDI 12 JVILLET 1079
inolblls pour omill Iol linl6
dl:il dI 'ines 10IoimoIs do 12 h 2 h 4 botmrs
20 ii 3) ans. Minimum d'ins 6I hres 8 hres 10 hres
tructin1i requis : Io Bacca- L ARGENT DE LA
1Iiltr1' 616r-. pIur Ic. IEnvo- VIEILLE

c('.s i". phiol.o, seillImnel, s] : IMPERIAL II
1 Vous renmplissez los
cnr ,.ion- d6crltcs plus
12) h 2 h 4 bear4 s
lh't1 iI h 8 hres 10 hrns
1 Un employ PERMA- Entr6e Odes -5-00
N::Si.T vous lntresseo. Entr6e Odes P 00
S : Olfre d'Emplu POUIC POUIC
P.O. Box 116
Port-au-Prince IMPERIAL III
137
12 11 2 h 4 heuras
xx 1x 6 h 8 h 10 'res
Entrde Odes 5-00
A VENDR'Y ELntrle Odes 1-00
LE RECIDIVISTE

TERRAINS : 4 50 par 13t
ET 2 110 par 60 x xx
A S 5.500, DANS ZONE RE
SIDENTIELLE PRES DE PE PARAMOUNT
TION VILLE
Tel : 2 0713 de 8h am 2npIpr
117 Mercredi 12 h 2 h 4 bres
x x x x Entree Gdes 2-00
6 hres Entree Gdes 3-00
a e aSee IIAOLIN KUNG

La Rafle de la voiture 8 h et 10 ires
Dat-,n 1600 "mmiatricul5e Entrde Gdes 3-00
au Num6ro 662 s6rie A m CA COGNE CRS EZ LE
d, le 1971, qui devait avoir ROUTIERS
leeu le 13 Juillet 1979 est J JUILLET 179
annulee 12h 2h 4h G 1;50

Ce 10 Jull-t 179 MMelle KUNG FU
Le Proprietaire 117 6h 8h 10h G 1;50


PAGE 5


DANS NOS CINEMAS


fiert6 du regime Nazis et
du people ALLEMAND
Entree Gdes 3-00 4-00

Samedi 6 h et 8 hres
avec : Silvester Atalone,
FIST
Rod Steiger. Mielinda Du-
blin, Peter 3oyle etc
Une monumental produc-
tion, qui illnstre 1 history
d une tentation
Tendresses, Passions, A
mour. face a Ja force aux
privileges et a 1 inhumane
te
Entree Gdes 3-00 4-00

x x x x

REX THEATRE

Mercredi 12 1 6 8 10 hres
LES CHAINES
Avant 5 h Entree G 2-00
A partir de ,5) heures
Entree 3-00 -t 5-00

Jeudi 12 2 4 G 8 10 hres
MAMA DOLORES
Avant 5 hres "
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entrde 3-00 et 5-00

Vendredi 12 2 1 C 8 10 hres
UN COUPLE IN FUITE
Avant 5 hres
Entrde Gdes 2 00
A Partir de 5 hres
Entrde Gdes 1-00 et 5-00

Samed. 12 2 4 3 8 10 hres
LA MORT. D UN POURRI
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00

xxx x

RANCHiO CiNE

Mercredi 11 Juillet 1979
HORIZONS PERDITS
Jeudi 12 Juillet 1979
LA MEPRISE
Vendredi 13 Juillet 1979
LE PISTONNE
Samed] 14 luillet 1979
LE RENARD DU
TANGER

x x x

CINE TRIOMPHE

SALLE 1
LE JEU DE LA
PUISSANCE

Entrde $ 3.50 et 2.00

S iLLE 2

FLIC OU VOYOU
antr6e : $. 1.50 et 2.00

SALLE III

MIDNIGHT EXPRESS
Entrde : $ 2,00


x x x

Cours d'Efl et
InscriptSiots

AVIS

La Direction cu Foyer
d Art Culinaire axis? los pa
rents que les ccrs d iet
auront lieu les n-ardi mer
credit jeudi at partir au
23 Juillet de 8 hnures ai 2
heures.

Ello profit pour annon
cer egalement oue les ins
criptions pour 1is course re
guliErs d octob e cos-l.men-
ceront au m)is dci Juillet,
ces course auront liea les menr
di et JIudi de 4 hres a. 7
heures pour un piemiet
gruupe et le Samedi de 2
hr s a- 6 hres pouw le se-
cond group.

L,, Directrice
MmU Ida Do sno- COcrY
307

x x x v

A VENDRE

30 terrains : 67 X 75 it
2700(o pres db Port-au-Prin
ce.

Tel. : 2-0713 centre 8 heu-
reos a.m. (s 2 helirps p.ii.
1m7


AUTOROUTE DE DELMAS TEL : -2180

TOUTE LA MUSIQUE HAITIENNE
TOUS LES SUCCESS LATINS
TOUS LES HITS AMERICAINS (DISCO-JAZZ

SUR DISQUES
OU ENREGISTRES POUR VOUS
SUR MINI-CASSETTE
SUR CARTOUCHE & TRACK
SUR BOBINE MAGNETIQUE
PAR UNE EQUIPE DE SPECIALISTS
EFFICACE GARANTI PAR UNE
L HAUTE TECHNICITE
LUNDI A VENDREDI 11 : A.M. 5 : P.M.


DIV- o r


Pharmacies

assurant le service
cette nuit

PORT-AU-PRINCE

MERCREDI 11 JUILLET 79

CASTERA
B 3J Dessalines

ZEMBLA
Rue Lamarre

DES DALLES
Ave Fouchard

JEUDI 12 JUILLT 1979

MODERNE
Rie Pavee

DU SUD
B JJ Dessalines

COTE PLAGE
Carrefour

VENDREDI 13 JUILLET 79

QUATRE SOUS
Sans Fil

APOTIHICAIRE
3eme Avenue Bolosse

ST ANTOINE
B JJ Dessalines

SAMEDI 14 JUiLLET 1979

UNIVERSITAS
Rue Oswald Durand

POSTE MARCHAND
Poste Marchand

MERIDIONAL
Carrefour

x x x x

PETION VILLE


SALLE IV

MERCREDI 11 JUILLET 79 r.ORTS SUSPECTS
Entree : $ lIJ


L EVANGELIST
ST JEAN
Delmas Petion Ville

PETIONVILLE

JEUDI 12 TUILLET 1979

REGINA
Place du Marche

VENIQREDI 13 JUILLET 79

DU QUARTER
Rue Oge

SAMEDI 14 JUILLET 79

GALLIEN
Avenue Estimin


parce que, r .me sans gros revenues, les hai/-
tiens saven; maintenant comment mettre
de I'argent t' c6tc tout les mois pour le
fire fructifie,.

parce que, n. -e sans capital au part, ils
pourront rMal,, r tel ou tel de ces projects
don't i/s riven: .'epuis longtemps une Pou-
velle voiture, t :3 mason, des dtudes plus
tard pour leut. enfants et pour eux une,
retraite heureuse. -




LA BANQ'E NATIONAL

DL LA "1

REPUBLIC( UE D' HAITI


x x x x

ETOILE CINE
Mercredi 6 h 30 et 8 hres 30
FRENCH
CONNECTION No 3

Jeudi 6 h 30 et 8 hres 30
LA MARIEE SANGLANTE
Entree G 1-50 et 2-50

Vendredi 6 h 30 et 8 h 30
RIKI SHAKURtI
CHINOIS
Entree Gdes 1-50 et 2-50
Samedi 6 h 30 et 8 hres 30
ASSAULT
Entree Gdes 1-50 et 2-50

x x x

CINE OLYMPIA

Mercredi 12 n 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 h 30 et 8 nres 30
Entrde Gdes 2-00
Melle KUNG FU


Jeudi 12 h 2 h 4 bres 6 h
Entrde G 1-50
4 DOIGTS DE FUREUR
8 eures 30
DOUBLE PENETRATION
Entree Gdes 2-00

Vendredi 12 h 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 h 30 et 8 hres 30
LA MELODIE DU
BONHEUR
Samedi 12 h 2 hres 4 hres
6 hres 30 et 8 hres vO
Entree G 1-50
LES DOIGTS DACIER
QUI TUENT


MAGIC CINE

Mercred! 0 hi et 8 hreo
DRIVER
Entr6e Gdes 4.00 5-00

Jeoudi 6 h et 8 lires
DRIVER
Entree Gdes ,41-00 et 5-00


CAPITOL

CAPITOL I

LE, GENpDARME ET
LJES EXTRA TERRESTRES
Jeudi 12h 2h 4h6h Oh h 10

PRIX UNIQUE
$ 1;00


DU


L'ARIRE AUX SABqTS
PRIX UNIQUE $ 1;00
LES COLTS DE LA

CAPITOL IV

VIOLENCE '
PRIX UNIQUE $ 1;0OC


MERCREDI .11 JUILLET 79
11 h 45 1 h 45 3 h 45
.5 h 45 7 45 3 'ires 45
PRIX UNIQUE $ 1-00
LES COLTS OE
LA VIOLENCE


X xx X


CINE LIDO

Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 2-00
LES ANGES
GARDENS

Jeudi 12h 2h 4h G 1:50
6h 8h 10h G 2;00
LA COLLINE DU
LOUP BLANC S


La Conjoncture de l'annee 1976 1977


Projections a Court-Terme 1978 -1980


,(Suite de la ire page) D'AMELIORATION
SDE LA SITUATION


hausse des prix du p6trole
sur un pays en vole de d6
veloppement (et don't la
motorlsation est croissante)
devrait constlituer un atout
majeur danis les ann6es 4
venir dans le cas probable
de nouvelles crises des hy
drocarbures.
On pourra se reporter a
1'6tude intitulde d'une augmentation des prix
des products patrollers sur
1'6conomie hattiennea (a-
vril 79 par 1'IHS).

POSSIBILITIES


Outre I1'vidence deo 1'ur-
gente substitution des Impor
stations de denrdes alimen-
taires de base par upe aug
mentation de la produc-
tion agricole natlonale, 11
y 4 assez peu de posslbilitds
de substitution des autres
Importations parce que d'u
ne part la technologle fait
souvent dfaut et d'autre
part les investissements
sont trop 6lev6s et sur-
tout le potential du mar-
chd intdrieur est trop limit


t6 pour que le d6veloppe-
ment d'une industrie de pro
duction locale soil renta-
ble.


PREVISIONS

C'est pourquoi une inver
sion de la tendance d'aug-
mentation des importations
est impossible actuelle-
ment. Mals les projections
de 1'IHS montrent que 14ur
crolssance devrait se ralen-
tir progressivement dans les
trois anndes a venir, en ter
mes reels.


Projections des importations de biens et services
(en 106 gourdes constanres de 1955)
76-77 : observation (IHS) 77-78 et suivantes : Projec tions de I'IHS


,ANNEE
Importations en
valeur constant
taux de croissnce

Parmi les hypotheses sur
les variables exogenes du
module on notera' une peti
te augmentation du taux
des recettes A importation
qui neut constituer un 616
ment moddrateur.

Mais surtout la diminu-
tion du taux de croissance
des importations cadre trds


eiB ns de produce n


aont :
Combustibles min6raux

Biens d'dquipement
Mat. premieres et bient
intermddiaires
Biens de consommation
don't :
Denrees alimentaires
Biers de consommation
durables
Autres biens
Total


76-77


77-78


78-79


79-80


1231 1326 1386 1415


blen avec 1'augmentation
du PIB projetde, l'offre in
tdrieure (surtout alimentai
re on peut l'esp6rer) sup-
pldant l'apport extdrieur.

MalgrO cela une diminu
tion des Importations en va
leur constant reste impos
sible dans l'immddiat car
l'augmentation du PIB in-


duit elle-mdme un besoin
accru de biens intermediai-
res et de biens d'6quipe-
ment, non fabriques sur pla
ce, et ndcessaire au develop
pement.

ANNEXE
Importations nettes (1)
de marchandises entire 1970
et 1976


STRUCTURE DES IMPORTATIONS I

1970 1973 1976 Croissance moyenne
annuelle en valeurs
constants de 70 k
76 (%)


55,2 54,9 41,8 1,5

6,0 6,5 10,4 7,6

16,3 17,3 102 12
32.9 31,1 11.2 -

44,8 45,1 58.2 14,;
22,3 28,7 37,8 19.,

5,4 5,3 3,7 2,5


2
1,4

3
6


17.1 11.1 16.7 8.7
100,0 100,0 100.0 8,1


(1) deduction faite des fournitures importees


par les industries de montage


Source: rapport de la Ban que Mondiale (Ddc. 78).


Veondredl 6 h et 8 hres,
ODYSSEE DU CAPITOL 2
tINDENBOURG
avec : Georges C Scott. CAPITOL II
Ann Bancroft, William SUR ORDRE
Atherton, Roy Thinnes FUHRER
eto La catastrophe .du
grand d 'rigeable geant ZEP CAPITOL III
PELIN HINDENBOURG,


og*@ 01


~"~w"""---------.------. ~-. .~----1~~__.____. _________~~____________.~_,,-,,--.-- _____. ______________ _________ _____________ __________


11,So any_











PAGE 0 MERCREDI 11 ~UILLET ~9


~t~y Lv~oml~ +~ra~z ---~---- r-----Ia


AVIS DIVERS


BIVO1CE


1I,!: N- TE C-ATIlTr.
1{ V! I:NITE!
I> PI-BLIlE0 i ) HAITI

traittt clde" Minute's iu
(Irelle du iFr bunal Civil
die P'rt-auiPri:ice

V. NOMM] DE .3
i.ul HBLIQ(lUE

Tr b'i.!. CivIl di'
' t ',nllemp iti' i
i t ,: n 'lm ; i P;ulaii de,
S ll, a r(i i
l i i ;i'dl n. II.I pc llt i t





I i i i i l iI' ; :' i I '. I i \/ 11, I




1 II :* I t i'. ni




I l I /. ali S




,i ii i n l !'i i I'. 1

i j i' i (' iI. I t I l i i ideur



.i. I iil A ,i,; i .




I ', lI l l ,, .i-i I r iI ,
(ii. A;- I rda I i' cll Al iv.e.







I mcllit lie d ', i Annxt

5 ii,; iio .wj).s ii d aV(. son-
p'.liix pron 'Inc" la disso-
1'x tIorll s dI Epoux,( Con-I
i ix k /I IIx' I. in (,'utoi I' ic








li li ;aird c I i'iilnt
icontunu a la mn r: i'
damnii le pcir a nc pen-
.t1 alimii.i' nrnu-nuc-
l dc Cient Cincatuitl dol-
lirs on as Miv 1: T, Condm -
' egal-'m(nLt'I 1 |Epoux A
D{ IIX Cenl Cir((iI(i dol



LisI die ti' i it 'ri Id li -



ti sxtre s d I Olficuier c'
1 ;tat Civil oe Pcrti-at-

Ifi que n, disc E sit I Ar

di'manderesse i'taiite cansd
1 uln des quootitin, s a di
innt a la Capitaltr asous
pine de domlmage.;-int -
rdS EnVCrs les tiers, s il
cchet; Commit 1 huissier
Paul Saint-J.ian d ee c Trin
bunal pour la sigifircation
du present jueminrst,; Con
ptnse les depends On rpescn-
de la quality des pnarti's
Ainsi juge et prono ndl
par nous Jean Orlando Ju
ge en audience civil et
Publique du vendrea) pro
mier Join Mil Neuf Centd

sence de yie OJlrici Rosa-


rion Substitut du Comi
s5 .e du Gouvcrn.?nlUnt
ce r(ssart avec 1 assist
c" d( Marcel, L Pardo C
mi--Grelfi:lr -soIssigne--
A1 est ordonnei a to
huissiers suir c reqils
ncttre le pres -nt .jugc
im ntit a execution; Aux
ci 'us prs let Tribtlna
Civils d y tenir la main;
toins Command.,'i.ts et z
tr.'s Officicrs de la to
publique dy p:eiLr m
Il'rte' lorsuc its o'.n see'
1Ii t ll i 's
'.'1 foi de qcI'l i.1! I1.',li
(in pr"sentl .l', ,'-nli n:, .st,
''c iu ui de c. du C-iiin

PIOUR COPIES CONFGR-V
'10Uj EXPID-.'TIOC! C0
F'OIHME
Cl)l ,i ,ATIONN F-:E
I;illl[,i ALE ANDI E.
M ii'. I PA.t;)O0
fJi uuuun-..s-I Cii ,rl

x x x x

111:11.1T1, I GALITIE
I EP HLIQUE )I iVI'Ti

I t rail des Minutes
(G'el e Tribu-nil Civ.l
Port-au-Prince

Al' Not(! DIE I.A
HIEPr'B!,I( l'E

iP T'r.'hunil Chiil
Port-au-Prlnce, coompetl
ment rcuni 'Io Palais
.u-tice de vettc ville a
du en son 'audience pul
que et en ,es uttributi
civiles le juminent Er
11 Madame Siegfr'ed V
helme Emil Verch ne MM
F' rde ideni, if;ie au
781-A, proprirta.re. der
rant et domivili6e a Po
au-Prince, ayant pour
cats Mes Louis M Lama
B'i.'f'ace Alexandre et
ner I Fevry de cc Barr
identifies, patents ett i
ses aux Nos 9047-
86673-A, 19188-I; 532
Z7Z, 4036-M, 2.78/n; 58'
80982-A 5767-QQ; avec
election de domicile
leur cabinet sis en c
ville a la Rue Americ;
No 27. demanderesse d
part;

Et 2) Le ;ieur Siegf
Wilhelm Em l Verch, I
priftaire demeiirant et
micili6 a iPort-au-Pr!
dedendeur del4atllant d
tre part;
Dent le dispos'tif est a
congu :


DIVORCE

mis taire mensuelle de cent
de' cinquante dollars en leur
0ni- faveur et une provision ad
am. litem de trois cents dol-
lars; ordonne la trans -
us cription du d;spositif du
de present jugement sur les
- reg;stres de 1 Oficier de
Of 1 Etat Civil de Port-au-
Ix Prince, Section Est; dit que
A ce dispositif sera h la di-
at- ligence de l spouse deman
r'e deresse insere dans I un
,'t.' des quotidiens a editant a
,nt la captale sous peine de
dommages-interkts envers
les tiers s il yv chet; corn
ut" met 1 huissier Paul Sa'nt-
:i Jean de ce Fribunal pour
!:1 la signification du pre -
sen jugement; compense
.E: les depens en aiison de la
ON quality des parties

./'nsi juge et pronounc6
Av par Noi, Jlean Orlando. Ju
ge en audience civile et
i7 pullique d(I Vendredi
v'nit sept .tvrl rnil neuf
ceit soixante dix neuf en
pr 'Fence de Me rickk Ro
sarion. Substitut du Com-
m ssaire du Giuvernement
de ce resort avec 1 assis-
lance de Marcel I. Pardo,
du commis greffier du siege
de soussigne
11 est ordonne it tous hu's
siers sur ce requis de met
tre le present jugement a
execution; aux Officiers du
Minister Public prcs les
de Tribunaux Civils d y tenir
em- la main; a tous Comman-
do dants et autres Officiers
ren de la force puioique d y
bl'- preter man forte lors -
ons qu ils en seront legale -
ntre ment requis
vil- En foi de iuoi, la Minu
ona te est s.gnee ctu Juge et
No du Commis Greffier sus-
neu d'ts
ort-
avo Signe : Jean ORLANDO, Ju
rre, ge, Marcel L PARDO. Corn
Os mis-Greffier
eau POUR -EXPEDITION
mpo CONFORME
BG. COLLATIONNEE
1 Marcel L PARDO,
7-B, Commis Greffier
e POUR COPIE CONFOR -
en ME : Bontface ALEXAN -
ette DRE, Av 117
aine
une x x x x

LIBERATE EGALITE
tried FRATERNITE
pro- REPUBLIQUE D HAITI
do-
nee, Extrait des Minutes du
au- Greffe du Tribunal Civil
de Port-au-Prince
'insi
AU NOM DE LA
REPUBLIQUE


PAR CES MOTIFS, le Tri
bunal apres examen sur Le Tribunal Civil de
les conclusions du Ministe Port-au-Prince, comp6tem-
re Public ma:ntient le de- ment rfuni au Pala-s de
faut octroye centre le de- bustice de cette ville a ren
fendeur a 1 audience pu- du en audience publique
blique du Vendredi six A et en ses attrhutions civi
vril M'I Neuf Cent Soixan les le Jugement
te Dix Neuf; et pour le Entre 1) Madame Serge
profit : Admet le divorce Joseph Aurilien nee Es -
de Madame Siegfred Wil tangelle Nicolas identi -
helm Emil Verch n6e Mo fiee au No 6735-A proprci-
na Forde d aveec son dpoux; taire, demeurant et domi -.
prononce la dissolution cili6e a Port-au-Prince
des liens conjugaux exis- ayant pour avocats Mes
tant entire eux aux torts Louis M Lamarre. Boniface
de 1 epoux; Confie la gar Alexandre, Osier H Ffvry
de des enfants commons de ce Barreau identifies, pa
la mere; condamne le p6 tents et imposes aux Nos
re i une pension alimen- 9047BG; 86673-A; 19488-1;


UN VRAI RESTAURANT




D'AMBIANCE





avec



son quartet de Jazz




et Son



BAR APPERITIF



Ouf Michele vous attend




CHAQUE SOIR



DES 6 h. 30



RUE DALENCOURT

En face de l'h6tel Christopher Bourdon

Port-au-Prince--


I


























ft


DIVORCE


5321-ZZZ; 1036 -M; 2378-N;
587-B; 80982-A; 5767-QQ a
vec election -le dom;cile en
leur Cabinet sis a la Rue
Americaine No 2":, deman-
deresse dune part,

Et 2) Le sleur Serge Jo-
seph Aurelien, proprietai-
re. demeurant e' -.lumicil:,
a Port-au-Prince, defen-
deur defaili',nt d autre
part
Deont le disposit'f est ain
si concu :

PAR CES MOTIFS, le Tri-
bunal apres examen Sur
les conclusions du Mnis-.
tere Public mainlient le
dkfaut octroye centre le d6
fondeur a l'audisence publi-
que du Vendretii six Avril
m:l neuf cent sixante dix
netif et pour le profit : ad
ni-t le divorce ie Mada-
me Serge Josiel fi Aurel nn
nee Estangelle Nici las a
vec son (poux; la d atolu-
tion des liens ccnugau't
existant entre 'unx autx
torts de 1 epoax; condam -
ne cc dernier -: une provi
s'en ad litem tid TRoIS
CENTS DOLLARS Ordoni:e
la transcriptin du disposi
tif du present jugentent
sur les regstres de 1 Olfi-
cier de I Etat Civil de Port
au-Prince Nord .st; dit que
ce d'spositif i-.. a la dili
gence de 1 epoutse demand
resse insere plans 1 in des
quotidiens s iditant a la
Capital sous pcenc de doni
images, intderis envers les
tiers s il y echet: "'m -
met 1 huiss.er Paul S.int


Jean de ce Tribunat pour
la significaton du present
jugement; compense lea
depens en raison de la qua
lite des parties

Ainsi juge (t prononce
par nous Jean Orlando, Ju
ge en audience c;vile Pt
publique du vendredi vingi
Sept Av,:tl rl neuf cent
soI.anie dilt neut en pre-
sense de V1e Ul icK Rosa-
rion. S'h;.Psi'u dn Commiris
saire d:u Gouvernement de
ce ressort Iave. 1 assistance
de Marcel L Pardo, Coin
mis Greffier du s ege sous
signe

il est ortionne ia tous
huissiers sur ce requ.s de
mettre le prs-ent juge -
ment it execution; aux Of
ficiers do Mnstcre Pu-
blic prcs les Tribunaux Ci
v is d y tenir la m:iin: A
tons commandants el au -
tres Officiers de la force
publiique dy prefer maint
orte lorsqu ils en second
lcgalement requ;s

:n Ifi de quoi It Minu-
te est signee du Juge et du
Commis Greffeir susdits
Signe : Jean ORLANDO,
Jwe; Marcel L I'AItDO,
Commis greffier

Pour expedition confot'mecb
Collationnee
Marcel L PARDO
Commis Greffier

POUR COPIE CONFORME
Louis, M LAMARRE, Avo -
cat 117


COMPANY S. A.

SUCREE MI RAFFINE
PORT AU PRINCF, H'WITI

USINE HASCO
SOCIETE ANONYME HAITIENNE


(Plante8rs et Fabricants




E A LOUER
SPACE A LOUER (ROUTE DE PELIGRE-DELMAS)
4000 PIEDS CARRIES POUR ATELIER D'ASSEMBLA-
GE OU BUREAUX.
EGALEMENT SPACE A LOUER POUVANT CON-
VENIR A RESTAURANT, DISCOTHEQUE OU CLUB
POUR INFORMATION VEUILLEZ CONTACTED LE :
2-2613.






MESSIEURS


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEZ LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALE I

A eccoco ascicsjs s,


COMMUNIQUE

Les Membres du Conseil
d'Administration et Ise
d'Administraton et les
Commerce sont invites a
partlelper a une reunion
qui se tiendra h la CHAM
BRE DE COMMERCE le 13
Juillet 79 de 9 h h 13 h p.m.
pour entendre les rapports
de deuxieme course de for-
mulation et d'Evaluation
des projects sous l'auspice
du Ministere du Plan et e-
couter 1'exposition des pro-
jets :

1) Etude d Optimisation
de rendement de la Canne
a Sucre.

2) Etude de frctibilite d'un
complex integre de pro-
duction de pov'ets de grain

3) Etude de.. poss'bilites
de production de combusti
ble A base de Lignite.

4) Etude de mise en va-
leur des jus et derives d'a
grumes
Toutes ces etudes se trout
veront la ldiposition des
Membres interesses A ces
proj ets.

Port-au-Prince le 10 Juiilet
1979.
CHAMBIE DF COMMERCE
D'HAITI
Raymonc L. ROY
President

X X X X

ELECTRICITY D'HAITI

DEMAND DE
COTATION No 22

L'Electricitd d'Haiti avise
les interessus que les arti-
cles suivants lui font be-
soin :
2400 Dead-end Insulators
(Ferrous cap and stud) SK
Y Glaze ANSI or NEMA
class 52-1
Description : Clevis-Eye
Combined Mech. & Elec.
strenght 10,000 lbs
Mechanical Impact strenght
45 inches/lbs

Routine proof test 5,000 lios
Time load test 6,000 lbs
Low frequency flashover,
Dry 60 Kv m
Low frequency flashover.
wet 30 Kv
Impulse flashover, positive
100 Kv
Impulse flashover, negative
100 Kv
Low frequency puncture
voltage 80 Kv
Low frequency test volta
ge RMS to Ground 7.5 Kv
Maximum R.M.I. at 1,000 Kc
50 Mv (Microvolts)
Leakage distance 7 inches
Maximum net weight 5.25
lbs
600 Low-voltage pintype
insulators (Sky glaze)
ANSI class 55.2
Porcelain thread size 1 inch
Minimum Pin height 4 in-
ches
Cantilever strenght 25001bs
L.:w frequency flashover,
D-y 50 Kv
Low frequency flashover,
Wet 25 Kv
Impulse flashover, positive
75 Kv
lnmpulse flashover, negaJve
95 Kv
Low frequency Puncture
70 Kv
Test voltage to ground 5 Kv
Nominal rate voltage 7.2 Kv
Max. RIV at 1000 Kc, Plain
2500 Mv (Microvolts)
Max. RIV at 1000 Kc, Radio-
free 50 Mv (Microvolts)
Leakage distance 5 inches
Dry Arcing distance 3.375 in
ches
Maximum net weight per
100 156 Ibs
2400 Pintype insulators

ANSI class 55-a
Porcelain thread size 1 inch
Maximum pin height 5 in-
ches
Cantilever strenght 2500 lbs
Low frequency flashover,
Dry 65 Kv
Low frequency flashover,
wet 35 Kv
Impulse flashover Positive
100 Kv
Impulse flashover, Negative
130 Kv
Low frequency puncture
voltage 90 Kv
Test voltage to ground 10 Kv
Nominal rate voltage
13.2 Kv
Max. RIV at 1000 Kc,
Plain 5.500 MV (Microvolts)
Max. RIV at 1000 Kc,
Radio-free 50 Mv (Micro-
volts)
Leakage distance 7 inches
Dry arcing distance 4.5 in-
ches
Maximum Net weight per
100 253 lbs

Les prix soumis seront
CIF Port-au-Prince et les
dates de livraison rigoureu
segment tenues.
L'Electricitd d'Haiti invite
les interesses a soumettre
personnellement leurs of-
fres le 27 juillet 1979 a 3
heures P.M a 1'Usine Elec


trique, Rue Joseph Janvier.

LA DIRECTION
ELECTRICITY D'HAITI


Avis des
1Cours Prdfac,

Les tention des aspirants aux
faculties de Mddecine de
Pharmacie, d Odontologie
et d Agronomie debutent le
Lundi 9 Juillet h 9 heures
A M au College Bird
Les course rouleront sur
les matidres suivantes :
Biologle Zoologie Phy
sique Chimie Botani
que Physio)ogie anima-
le et seront assures par
les moniteurs suivants :
Docteur Gr6guy Eugene Jr,
Dr G6rard Agdnor, Dr Mi-
chel Guillet, Docteur Mi-
chel Brunel, Docteur Lu
nel Charlot, Docteur Alex
Michel. Docteutr Guy Du-
guo, Docteur Geolges Casi
mir, Docteur Hermann Ro
bin, Docteur Marcelo Mit-
chelson et l'agronome Pe-
dro Mitchelson
De plus, des lfuilles poly
copies vous serent distri
budes h la fin de chaqtie
course, ce pour vous facili-
ter dans vos etudes
Dr Georges J CASIMIR et
Dr Marcelo MITCHELSON
Moniteurs en Chef 117

z z

Haiti
Avis de
Pr6qualification
et d'appel d'OfEres

INTERNATIONAL No 4

ORGANISM T-E
DEVELOFPEMLNT DE
LA VALLEE DF
L'ARTIBONITE I ODVA)
PROGRAMME CDVA BID

II est port a la connais-
sance des Compagnies die
Constructions specialisees
en la matiexe, d'un pays
membre region! de la Ban
-jue Interanteriealce de De-
veloppement, uue 1'ODVA,
dans l cadrL de son Pro-
gramme conjount avec la
BID pour la Rehabilitation
des Reseaux d Irrigation et
le Developpement Agricole
de la Vallee de 1'Artibonite,
finance partieliement par
le Pret No. 073 SF-HA,
doit 'eail:ier des construc-
tions vari6e.s urea..x, Re-
sidences et Ag,"nces d'Ex-
tcnsio.n A.ricol.e) tot!isnnt
approximnitilveier.t 4(. edifl
ces et 6.100 n-2
Les time: interessees
peuvent ob enir les clocti-
menta de bae', conltealint
les c(ndltionis .( prequalill
cation et hIs : picilications
tehlinquls o0 u r hi
P rogmrlnne ie UU Ci..ILrllcti-
llons, au colt' dh CirI, IDo,
lars ($ 100.00 par exem-
p aire. ;iu .-ice rci:lrai dt'
i'ODVA S Pont Soncd i H.ti
til, tOLcs les j.;trs iouirab'.es
de 8 heures a..n. i 4 I, lnr s
p.m. a partir ci 6 Aout 1979
au 20 seute ntire 1979

LUs um'usi'.ni,>iics de-
vron! presetia i d.u:' 2'i eun
veloppts sep.iees, diimint
identifies, 'a premiere con
Len.nt les reiiseigniemen e
expge. pour i. prequa.nica
tion, et la second, l'offre
proprenimnt oi e Ils de-
vront a 'compait:eCr leur ')i
fre d'une gara. ie en faveur
de I'ODVA (constitui(,t par
des depots en C:ipseces ou
des valeurs pub.liques 1'acile
ment convertl'eF ou garan
lie bancaire)i rint le mnc.'n-
tant represetiitra 10 pour
cent de la vaicur total du
devis present. C )n ii (2 pa-
rant-e que Ics iermes et
conditions offes'tes seronui
accomp.is.

Les enveloppcs scelilees
contenant les documents de
prequalification et les of-
fes devront e'ie pr- senLtees
A Me Guillaume Zamor, So
cretaire ,u Comite d'Appel
d'Offres a son Bureau au
siege central d. I'ODVA A
Pont Sonde, fous les jours
ouvraules jusqu'au 20 sep.
tembre 1979, dale a laQcue:le
1o Comite procedera Li lou
verture des puis en seance
publiqoue des 2 ieurtes p.m.
Point Sonidc, iHaiti), le 2
Jutillet 1979.
Rend DFTIN, Ag"-
Direr.'e:r ,"'t.' ra! ,rc
I'LDVA


ELECTRICITY D'HAITI

Demande de
Cotation No 31

L'Electricitt d'Haiti avise
les interessds que les arti-
cles suivants lui font be-
soin :
3650 Photoelectric Out-
door Lighting Control for
Hg lamp 1000 watts lamn


load 105/130 V Ac 50/60 Hz
REf. Fisher Pierce Model
6660 or equivalent.
50 Ditto except 105/285 VAC


Rdf. Bell Electric Co Sev
No. 5 790975 or equivalent
150 Astrodome photocon-
trols 120 V 50/60 Hz Load
1000 watts G.E. Rdf Cat No.
35-201700204 or equivalent.
Les prix soumis seront C. !
I.F. Port-au-Prince et les
dates dp livraison rigoureu
segment tenues. I

L'Electricitd d'Haiti invite
les int6ress6s a soumettre
personnellement leurs of-
fres le vendredl 20 juillet
1979 a 3 : 00 P.M. a 1'Usi-
ne Electrique, Rue Joseph
Janvier.

LA DIRECTION



Association
26teliere et
Touristique
d'Haiti

L'Association Hote.iere et
Touristique d',laiti porte a.
la connaissance de ses mem
bres que la prochaine sean
cc en Assemebce Geniracl
se tiendra a .' rote! Christo
pher, le mard: 17 Julliet a
5:00 p.m.

A l'ordre du jour figu-
rent le., pouni., vuivants :

1.- Rapport du Comte de
Direction.
2- Presentationu du nou-
veau 3.- Presentaipn des p'ans
du nouvel Aeioport Interna
tional par IM Henry Ba-
yard Jr.
4.- Questiorn- d'interet
general.
Port-au-Princ,,. ce 9 Juillet
1979.
LE COMITE



IRAN :

Les explosions
centre les
installations
petrolfiees
TEHERAN AFP)
Les expiosin-' repetees
qui endomma.nent depuis
quelque jour les installa-
tions petroliere, de I'Tran te
maignent de la faibl esse du
pouvnlr eeonral et pour-
raent ieif filir pnr aliec
tor ser'ctus m.'nil n pr' ci-
pale ressoiirce (C pay.' s

Ccs (xplo 11, dnoi les
cal.(,s lIL (awr1 Imal d c-
terinliilees, sO prodili.sent
dan lUIl rem ('i,. I' KhIoiiu
islandi l Sti;l .I i ays Cjiii
Cl0111a uil e l..!s l p] r s-
nl t. Ce Ii -C :-,. p. el

Ic 1 ciiilt li tl( it'nico Li ILCu -

lne arcalb'. ,li e i'( p ii
rait un imiil i i c!e iel'rsoii-
IIes sillr quaLtrie n1 l!onsi.

De nouIve.u 1 i':111i, la IIIIIl
dt mn.iraui ti i. 'ecrtdil, lo
le Journal ,E' ta taL ( i i -
r'alermeln b en iniiormil i-
ne explosion ;. endoidninl.ge
un O.eoduc, provuqual aL iun
gIgante quite 1nicondie. Les
clomnlage:, auitaeiit pu etre
repairs.

Mardi enco'(-, une expio
sioni avail detrust deux kin
de vote lerree qou rclie Ah-
waz (Chef lieU du Kouzis-
tanit \a Vlorralls, le plus
gi:and pOrit c:,::uinrcial de
IIran. jJuste a coLe d'Aba-
dan.

Sarnedi dcrn'er, une scrie
d'exp osions avatent tres se
rleuiemcnt touche un Olco-
duc et un Gazodac de la re
guon. A 'a min -juin, enfin,
deux engine, atvaient explo-
se a une des entrees de la
raffinerie d'Abadan.'

Le PDG de la Societe Na
tionale du Petroe (NIOC),
M. Hassan Nazih, a assure
mercredi que ces explosions
n'affecera, ent pa, les ex-
portations iraniennes. Se'.on
demand au General Azizol
(ah Ami Rahimi destitutee
pu s reconfirmo dans ses
lonctions de Commandant
en Chef de la police militai
re) de tectlone des instalpat.ions pe
tro'likre du Sun de l'Irans.

Une mysterieuse organ :-a
tion se presentant come
le groupe mercredi noir du
pcuple arabes aurait reven
dique, dans des tracts, les
explosions de samedi dter-
nier. Par ai]levrs, de nou-
velle, man festations de la
minority Arabe qui s'es
tment ldsee sur different
plans par rapport au reste
des habitants de la rdgion-
ont egalement eu lieu luhdi
et mardi a Khorramshar


des elements non identifies
aux forces de 1'ordre, qui
out eu un tud.


,-R;r


ov-lork


9_____~~___,,,,,,,,,, --------------r/////////cr//-rrr///~JE~


PAGE U


MERCREDI 11 3UILLET 19




WIW4-'


AUTOUR DU THEATRE DES SOURCES EN HAITI


I:1111te 1l i elit nol 2111e l n1e1


i i' I 11 il ''c lf Il In li e r 'i i
ii 114'1 II'i tI'llo'dwl1 111 i s

il l, 11i -i 11 1e 1i 'l l -
Ii, I fill ll, (7 il C' Il ii r l( -

Ihi11 11qu l mn illI'v( liltl( s 0l' ,

1lih1 .' 1l l 1( 1 11," ll t'ilit' tics
*rt .1 1o l1 ('llln o
1 i l -~l Ii' i i l ir ; h. t rqu e l i c
ir..r is pt r l )i i| ivret r S'it

(Iitlr oll t()III .;1 lklOl tln ules

(vI II I, o1O11 I it) I In''tltlIue
110 lt ab Ulit ll tl. 0texte.
I F I r, a mI'llerl nllt
;Irf iil i rll l 111 Ill' salt pas
lln'll I .((crlr co (il 1 hlive -
nii'nl i I I ) i, .i ct:tlin is be~au
1c Ip I) l l (i 1111 i iSilppoir
( 'o qi 1it 1 a lt1pi're, C ?st
s~i simllfif'alion. son enga
'r.'ie lt di f ns Sn Sells on
dl. i.s in atitre mus tou -
j.irsl ill rYoel aon centre
1 '.s countraiintes de la civi-
1 Cat Ill, d a1 Is sonl aspe t
;ol'U(I 1 Cot to % c'lcnee ne
p|I1 s exprlni mr nti par liPle
I m1110 \,' ,n it 1" M,1 t parait
I SI l l slll ".i slIllS doulltP
i.irI -' iIk I' .:.s si'1 l '1 s dcI






r11I l ill clie aq 1 exlpres
1' *,ll/ '(. d ,1l t' I' l'll v sp);Wir





CIll (orp(H Q1 1It,


1' 11o11Veillmvu :''lt un spro--
1iIele, (lit Mt11., chez les
1 5;-iq' tll Sres p (1110qu 'Xcl"l l1
v 'nileln htirh, trl, et, prei's-
li lt(- i llql i eiiii'nll s i it b le
11111i le r l lii 1 In ( 1liii lOr,
'n ftA' c I v ills IullSiO11 V
0 I' 0ic deV('llll an 1non1v10
n1 n 11 1l .l I ais 18 1r(1 Lier I 6-
Ilotion Inihl-' 't)t, LAu Con-ll-
L, ra 'r, Ia Ien da11111ce A Il
plus ; l nmanfl'ste'r qup par
1 expr ssion e1orp0oreIlle 1t,
plr le cri L tlcurlc, qutl a
v i lt 1 inlpress :o que il s.1
Inots 1 enfermalent coin-
nio dans 1une JIlison d? sir
re, rejetant te speotateiur
dans une lpas1;ivtc multte.
a reagi ainsi eomme quel-
qu 111 qI 'as,!" It's vitres
et cherche Is morps a corps
avec 111n hinerlocuteur fu
yant et ,xqul ne se r2nd oas
comilte ,

Telle me semble avoir
6te la premiere phase de
cctte tentative de viol dul
public. justifi6e par ce sen
timent si paihetiqui de la
solitude et d-' 1 incommu
nicabilite qua .1 couvI la
generation d aipres la guer-
re de 1940
1l'is le lhi'Atri est un1
art et, come tel. il cherry
ho' ttoujours as trouver un
style Apris l's premiers
d(sordrts. dus .1 la violOn
c"- d, 1 explosion centre
le th6ftr, p.-ychologique,
et i travers ,y-ille exoprien
c s, parfois contradictoi -
res qui vont du Living Thea
trt a Grotowvsid, au Bread
and Puppet ou meme au
Grand Magic Circus, 11 a
fall se rendre eompt? qu.
1 imsrument -e10 corps --
n av.;t p ut-otlre pas ina
souplesse 2t la richesse
qiu on lui av't demandees
En particulier, on a di re
e nnaltre 'q0u en France,
malee. la maltiplicitlionr
dis ecol-s d -xI:.ession cor
porclle. le iomedien n ar


centre





RECONNUE D'UTILITE PUBLIQUE

Cours de Hatha Yoga respiration yoguique,
reeducation des vertibres Relaxation eQui-
libre ptiysique et psychique, sous la supervi-
si on de professeurs hautement qualifies

Tous les Lundis-Mercredis et Vendredis
L,/ f "0M, ,' 0P(IXM) [ 11;

lu Tertullen Cuilbaud Bourdon .
S, Tel 2-3214
*[ __ ^'MS^'.____ __ /jy _


rival, pis t 4 Qu6l'l cette
alsnce profande quil per-
mAt I l atisteo i or do f1 l t
re dc tollte miarcho une
danso, de t ut eoste un pur
sylymbolt' J I Iu lit confilrma
tin de c Ittx Impulssanco
retllve dres Blnnn ontout r16
comment Nas York O(i
l(1; NoIrs am6bloalns, upris
alvilr dltermimd 1 6volu -
lion dc la m14 1,1lque e, 0 de la
danlse, comm-meonlt a pren
dre au tLeftio la premiere
place. Ils ont par des dons
inn6s cette grJc3 que nous
enous efforgQns valnement
d miter L4 ot1 ls se d6pla
cent, oti ils se m uvent com
me dos d6esis ou des
dieux, nous .vons u1 air, au
mieux, d3 fire de la ryth
miqus Dalcrjose
Cette impasse est-elle to
tal' ? J'e le (rains et j a
le sentiment qoe, plus au
moins consciemment. les
olus intuitifs des anima -
teurs du th1'-ra de reoher
rhe le sentent Sans rien
renier de 1 heritage de cet
tc 1;beration au mot r6ali
see depuis une vingtaine
d annees, ils tentent de
career le nouveau style au
t- ment que par 1 utilisa-


Lion xclAlvO dil eo
do( so mouvements
AInsI nait (t so d
pe autoul'l d Vlto,
che, l1I0 sort d 6col
aid6k, 6clair6oa par 1(
siles d? Oarcia et d.
bal, sefforce daller
lh eL de r6alleir tin
thbs1 do I o(xpressli
porelle nouvellEmer
quise et de 1 express
le renouvel6e II s a
tant que J al pu- m
rer) autremont que p
gnlflcatlon IndityidOue
chaque mot et par
que du d rveloppeni:
ohqlogique cte prc
des emotions. rdes s
melts, des medttatiol
puissantes et plus
parce qu elles cesse
trg circonscrites et
sees par la conscien
re et instantanee d
En d autres terms,
git de faire benefit
th6Atre des transfo:
tions subles par la
la musique, l;a pein
puis que le mot, 1
la figure ont ajoutis
- signification intellect
le et parfols et on
titue une nterpr


VOTRE HOROSCOP

| Par Frances Drake


l'Ps 0t 6apourlc n62 deo lur sonorl-
te ptur, do lour mo01ve -
mei pt llbro dc touted rigle oil
16velop d2 ieur" coulutt" en ssid

.e qul Pour me fair, compren
os r6us dre par up euempoile, J ul
Arra 1ra que l I diction tratidi
* all-di nelle tend a soul1lignr par
1i syn- l son de laI 7oi"< et par son
on cor rythlme la sigliflcation deo
nt ac la phrase et qu il y a par-
ion orn fois lL comme un pleonas
git (au me, parce que d une part
en assu o1 ne fait pas assez con
ar la sl fiance au mot soul pour
*lle de exprimer los sentiments
la logi et que, d autre Plart. on n?
?nt psy cherche la solution quen
ovoquer lui Lg nouvell1e ecole
enti pr;nd acte de cette insuffi
ns plus sance castratrime du not
riches et, sans pour la l, pros-
ent d 6 crire, 1 enchalne dans u.-
paraly system d ?xpression plus
ice clal global, mettant en jeu la
du mot totality de ce qui a pou
il s a- vdir d expressi.)n dans 1 e-
eier le tre human
rma -
poesiS, Cotte methode deconcerto
ture de comnme ont leiloncert0 le
a note. dadaisme (nois venons de
e lour vivre une pha1 e analogu?
ctuel au theatre, la phase de
it subs- demolition) et 1- surrealis
retation me (qui est rr.tilsemblable
moent le nom qui con -
viendrait le mieux i la
phase de reconstruction ac
Stuelle, h cela pra mqupil rte
s ait ps d exprimer seu-
lemnt c- qu est ata-u-l I
du realism,, remis ii ssi .,e
qui n r-st .a;,S- encore Coll
cu comm, re.l1


Lo mot n vst pas mort '
C est si royattf qqil est mor
to 1 a cess6 uatre It su i.
port n6ccssair,' d Ila na's-
aance ot do la conservation
do 1 ocuvro dramatique do
puls que ]es prore6dsa au I'
d i eo i s i .1 ',,r .nr t'.'tl r U I ,
transmettre toume la r6ali -
11it d lo spectacle uP s' :st
r "nda cru i.apl, ci Inu me
temi.s qc h v : i4lologn'iE h
6crit ou seulement oral
ne r6v6lait 0qu imparfait-
ment. c est-h-dir'o trahis
salt. cette re',lit;6 On lui
lais5,e sa olac" dans cP
quest devenue une part -
tion complex: son rile d?
support a perdu son impol
tance: son r6le expressif 'O
s rst modifil du fait ,d la
praise de consideration des
autr s moyens d expression
mais la oil, it est minux
que les moutr-ments du vi
sage et du corps, mieux quo
1 space ou le son. capable
de susciter emoticcns ou r6
flexions, on up pense plus
systdmratiquement qu it la;i
le 1 deliminor Quant al
corps pourquoi serait-il
plus legitimemenl Sire in
Corps que le detun; Sie
1 Mot ? Tot no tard chu-
cun va preniara sa vrai
place dans uno harmonle
plus eSuil.brie du sDeeta
Cie

Extrait dul Journal par
si1n ,Le MondeI,>


-S,


LE NOUVELLYSTE

QUOTIDIEN FONDE EN 1896

PROPRIETAIRES : PIERRE CHIAUVE1

ET MAX CIIAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS

ADMINISTRATEUt : Mme. MAX CHAUVET



a~~oCQ~cfioisic4aeoa oc^sM^^^


Magrasin Mon Reve

Chaummures ItalinneS solides

pC K7 5i'!e'-ees cl garconnzts

colors: bWanc, r.oar reottifes pour

enfant d Ian a 5 ans

ErNST CAUTIER

37 RUE DES MIRACLES, 37

Phoe : 2-S15 5
. -.- - --- --.-. -.. . . ..


Malheureusemcen la date
na pu Itre retrouvee


JEU3DI 12 JUILLET 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIR)

Journee d'evenements mi-
neurs. Ndanmoins vous e-
prouvez un leger ressenti-
ment interieur. Les ques-
tions domestiques aussi re-
tiendront votre attention.

20 AVR5iL -' rz .,
(TAUREAU)

L'activite social agit sur
le travail. Dans l'apres mi
di; une 16gore difference
d'opinion ou Un malenten-
du 1' lgard d'un ami.

21 MAI AU 20 JUIN
(GEMiEAU.-,

M6ler affairs et plaisr
aurait de dbsagreables r6-
percussions. Peut-Itre; pen
sez-vous que quelqu'un mo-
b 'lse attention de fagon
111egitime.

21 JUIN AU 22 JUILLET
( CANCER )

Vous trouverez mauvais
lo conseil que vous recevez
et grognez un peu en prive.
A vos yeux; vos conseil-
lors ne vous accordent pas
la consideration qui vous
est due.

23 JUILLET AU 22 AOUT
( LION -

Ne vous pressez pas de si
gner des documents pour
une affai:e. Dos facteurs
cach6s affecteront les nargo
citations en course et exigent


davantage de renseigne-
ments.

23 AOUT XU 22 SEPT
( VIERGE )

Solution financiere possi
ble entire autrul et vous.
Une reunion moondaine ne
convent pas a votre hu-
meur. Tenez compete des
sentiments d'un proche.

23 SLVT AU 22 OCTOItRL
( BALANCES )

Insster sur lotre faqon
do lare n'ajouterait quaux
complications profession-
nelles. Qu'une agitation
superficielle ne vous empe-
che pas de voir 1'ensemble
du tableau.

23 OCTOBRE AU 21 NOV
ii ."-( SCORI'ION )

Un ressentiment incons-
cient affected vos relations
sentimentales. Ne soulpyon-
nez pas le conseil quO
vous recevez.11 se peut que
vous exageriez un petit de
tail.

22 NOV AU 21 DEC
( SAGITAIRE )

Le comportment d'amis
quI vo0Is lIissent petIt vous
trouble a certlains egardts.
De petits desagrements au
sujet d'une question domes
tique ne doivent pas gater
la soiree.

22 DEC AU 13 JANVIER
( CAPRICORNE )

L'oreille ferm6e d'un su-
perieur a vos propositions
vous agace. Les communica
tions avec autrui en g6ne-
ral sont moins que parfai-
tes.

20 JANVIER XU 13 FEVRIER
( VERSEAU )
Une humeur 16g6rement
affected gatera les activi-
tes de la journal. Les pro-
bl6mes touchant le tra-
vail; le d6placement ou
les finances peuyent vous
irriter.

19 FEV AU 20 MARS
POISSONS)

Une activity sentimental
vous preoccupe ou votre
sentiment ne trouve pas
la reciproclte. Un proche al
lie parait entit6 dans son
opinion et pas pr6t a la
changer.

SI VQUS ETES NE
AUJOURD HUI

Vous Stes diversement
dour pour la creation.
L'art; la musique; la littd
rature; le thlitre et le
dessin sont votre milieu na
turel. Votre don pour la
communication est un a-
tout ,dans votre travail. E-
vitez une tendance a hpar-
piller vos forces et concern
trez-vous sur le but que
vous voulez atteindre. Que
votre timidity ou votre in-
quiltude ne vous emplche
pas d'avoir l'audace d'etre
original. Vous devez vous
occuper personnellement
de votre succEs mats tout
d'abord vous devez en a-
voir la notion claire. La
politique; le service public;
1'enseignement; le drolt
et la publicity sont d'au-
tres avenues qui s'ouvrent
vous.


Dragees amaigrissantes


depot 1





SSlimming-tablets
Dragoes amaignssantes1

E9 bj-J
^ ^ ~ .1^


s, vore activitL sedentaire favonse les Fugoa depol
bourrelets de graisse. i En vente dans routes les pharmacies
-0.,que en Pepublique lederale d Allemagnp E ScheuriCh harmwerk GmbH Appenweier'iBdpn


AMP ROSA


vous suggere de compare


eaucouni d'entre vouss pemh1 qrie atheter u n Moteurhors Ibord EVINRUD i

aux Etats Unis revient moinis 3e qu,'en Haiti. Cola &eacble normal.,

8Mais rdIechissez :

Nous refroduisons ici un extrait du Mazine <
(Boatin est le Magazine q Wi gait autorite o ass le monde dE la navigzation

) olaisaisce) i
1979 OUTERARD MANUFACTURERS.


USA 1AITi (AMPROSA)


SMODEL EVIN:' LIE 6 HP sh~rt siaft $ 670 650 long shaft X

9 HP 880 a88 ", "

1i 25 HP .155 1125 "

r" 35 HF 1310 1275 "

,, 50 HP 1850 172 "


NOTEZ BIEN cue ces prix aux Etais Unis sent F.O.B. Milwakee

IWisconsi et n'incluent donc les taxes de vente ni le transport a terre,

ni le transport aerien Por ackeminer \'otre moteur en Haiti.


Vous comprendrez aussi aue vois devrez eous passer du service de

reparation el d'entretiei du iMagasin aux Etats Unis, tandis

qu'a la AMPROSA, vous benificiez du service avec sa garantie de

Philippe Herisse,' technician dipl6me de CWC Service School EVINRUDE


ANALYSES BIEN et VISkTEZ NOUS Rue Pavee

REF BOATING OCT 78 Page 103.


si voire gourmandise est olus forte que
vno bonnes resolutions.


Magrir sans peine avec Fugoa depot


'i est maintenant i facile d'avoir uneligne
parfaite si vous etes a un age o6 lem-
bonnoint menace


_____


MERCREDI 11 JUILLET 79 1 C, 7


~blp~rr~l~'b~"~Y.lo~a~~ r'


;rr/J~/rr/s~/~PsJp/p~Jr~E~,"P/~/kP/J/CbP


F -,


117 t. Z-- ,- /\ L- a I -.!


br I II Il


~OT~?NT~?II~Jc~?~Y~)2/J~-?~/~-~_rhbSC~nn


------- ----~ ------- -. _. ~ r- -- --;- -YI _-Y~LIIY I~T-YYP


t










PAGE 8 IERREDI UILLET




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 bpores (en permanence 4 heures T0 et 8 heures 1

CE SOIR

q SALLE I $ 1.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE III $ 2.00 SALE IV $ 1.50
FLIC OU VOYOU GLORIA MIDNIGHT EXPRESS MORTS SUSPECTS [


s uRncontBeIT A Nicaragua : Lroort, seule voe de sortie pour
ATI TI A T A Nicaragua : Laeroport, seale vole de sorte pour


Decouverte
d'une hormone de
croissance centre
le nanisme

Nmw York tAFl''
Des blochlumistes califor-
Iioen, ont0 reussi h career, i
plaruir dune baictrie, une
liorn onso d, c ,'ro-alnci. s ulI
t[ailt"inrl t corl re le na.nis-
mue nypophysaire, a-t-on ap
pris maidi a- Now York.
Les Biochi'n.int Jospeh
Martial. Robert Hallewe'l,
Jhiii Baxter et Jo0l) Bood-
Iail, dv 1I Uneli s tL' de Ca
lifornll ia Saln Francisco,
ont precise no Il restalt cer
lainl problems a re _,lor a-
valill rk pi ; Vou 'i uti' ser un0 e
tcli l l i lTn ol'e 11' r in f 's 1l U -
mains I.s .il cepclndant
prove qt'll (,aitt pIossible
de career Icetto lhormlonti do
crol.-.ianlce e 1. laboralUire.

Jul qu a pre:s:.' t, les victi
nme de tan'.me hypophysai
res stnt traits par des hor
mnonres de crot,- Mnce pre'e-
vers des glands hyInAphy-
ses de caoiav e. Le Trail -
nie in d un elil;n t ps'is. ;;lt
nlil annee nIc'sit se cin-
quante cadria .s. et peut
coitte- 5.00C dollar:- par ani
aux Etats Unli.



Avis

PrcOessiannel

NUCLEAR MEDICINE
ISCYTOPE
TECHNICIAN

APPELEZ CALL
6.1817
2.1311


MANAGUA (AFP)


Nicaeux de Managua


est coup entire la ville et
i'Aeroport.
tantes, des haut function
naires, des parlementaires,
ainsi que des spouses d'offi
ciers de la Garde Nationale
ont quitte en masse le Ni-
caraguas, a affirmed ce ,Cs-
ponsable de Lanica.
tion a te6 pille et detruit,
je ne me sens plus en secu
rite chez moi, mon pays ese
ruined et je n'ai, plus la pos
sibilte de nourrir ma family
le. Le peu d'argent que j'ai
chez moi, je 'emporte a
Miami pour tenter de repar
tir a zero. L'argent que j'ai
en banque ne rme sort rien,
les Banques sent fermees
depuls un mo'>, a declare
un candidate au depart.
Tous les jou's une file
qui peut atteindre jusqu'a
400 personnel. so press aux
grilles du Consulat ameri-
cain pour obtenir le pre-
cieux vi-a pour Miami. Le
Consulat ne peut delivrer
qu'une centaine de visas
par jour seulement, mai
les * hommes pslitiques ont dejt
leur visa depi s longtemps
a explique ur membre de
l'Ambassade americaine.
Devant ce depart en mas
se, un .narche e oir du dol


lar a rapidement fleurit,
d'autant que la Compagnie
Lanica exige le pavement
des billets en dollars. Les
trafiquants vont jusqu'a
proposer les dollars au dou
ble de leur vaieur officieile.
certain Ddputes et Sena-
teurs, reunis oe- Congres L
i'H6tel Conti..iital, n hes,-
tent pas a y border les
journalistes et strangers
pour leur catheter des dol-
lars. Il ne c 'clhent pas que,
pour eux, l'avcnir du regi-
me Somoza ne fait aucun
doute et qu'i. no leur rest
qu'une solution l'exil.


CARNET SOCIAL

Aujourd hui ramine 1 heu -
reux anniversaire de Melle
Yanick Charlier la char-
mant" et symputhiqupe fil-
le do notre coinirere DL--
mayric Charter, Co-direc-
ttdr du Journ:til Le M;i ii
Affable, jovial", Yanimc
Charlier. qui 'obavaille a
la Teleco s cmprn ,.e tou-
r jcurs aupres do s'es ami.
s et sympathies est tries a)-
preciee de ,,es collabora-
teurs pour ion devotiinenl
et son sens du devoir Auss
Sest-ce avse .1lai-ir quo
noLs melons nutr i' voiX
e celle de ses parents at
mis pour l1i : 'uhaiter no
meilleurs vo -x d ad m0l
tos anos,


ALEXANDRIE (AF' I
Si 1 on en croit le Plrsi-
dent Sadate et le PrePler
Ministre israelien; M. Me.
nahem Begin tomban', pu-
bliquement d'accord lourr
estimer que les entretiens
qu'ils viennent d'avoir
,,sont les plus important
qu'ils aient jamais eu0'; la
reunion d'Alexandrie revet
un caractcre exceptionnel.
Mais il faudrait, pour s'en
convaincre rechercher ail-
leur.s que dans les sujets e-
voques au course de leur



Errata
Dan Ie 10 'rioero 7 (7-15
Jllitel 79' de Itegard, Mon-
sieur oGuy Ce.ar, le fonda--
t.clu dc ce journal a bien
vou'u publier un article quC
je lui avais reinis. Je oIcn re
mere.

L'arlicle crnle i,n des er-
rcurs lypograpiiiqiues.
Mon titre Des liegaux
haitiens b Saint Domingue.
Liie :

prenm ere colonne : routes
pcssibi'ite, de nouvelles calif
ficullces;
tri.i-icme clonn :
l1 Toutes ai, dominicai-
nes
2. est difo'rents.
Ce solit. d ront les uns,
des il'egaux :
l'article 10 ce l'accord de
1938 a abroge l'article 14 de
la Convention de 1374.
Leurs droits de bre cir-
cu' aion et do ,ibre 6tablisse
men' south endiont les au-
tres...
3) presiue actui:llement
aux re'ationr..

Arthur De MATTEIS


I uic-Anuncib, auiaus. oUI 1icitoaiianes avertis
I our" Ltou mU .lei teiu-acu useLque
Vyeu. . z unuesb aunores
i our out -appaLed i e haute Ifdelite
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel electronique
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel electrique courant
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout en matiere de Tcltvision
De I'antenne au iccepteur
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour enrichir votre culture musical,
votre discotheique et assurer
l'entretlen de vos d.isques
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour choisir votre guitar classique ou clectrique
Voyez Aux Ondes Sonores

pour vos c(ordes professionnelles
Vovez Aux Ondes Sonores
Pour vos radius et c;'sseltes pour voitnre
' Vovez Aux Ondes Sonores
Pour .. enrefistrements : tape ou ruban magnetique
, cass'es c artr'des sont necessaires
Vosv, Auy Ondes Sonores
V-os nve, hbe,'" r'e abnles
Mlectroniques on electriques
Vovez Auxi Ondes Sonores t



Aux Ondes Sonores

Tout... dans tous les domaines
41 Rue Macajoux Telephone No. 2-3824
Au Service du message sonore

wayrzzzzewrr e ee wvr,


conference de press com-
mune les <.proloingemenLts
important> susceptibles de
se manifester a plus ou
moins breve 6cheance.
Les observateurs sont en
effet frappes par les contra
dictions Lout au moins ap-
parentes qu'il est facile de
reliever dans leurs declara-
tions. Eux-m6mes ont tenu
L placer en exereue les di-
vergences qui continent ah
les opposer sor des proble-
mes aussi imporlants que
les implantations ou celui
du Sud-Liban.
Noanmoins; le President
Sadate et M. Begin rfvelent
que la parties eachee de
leurs entretiens leur donne
leur reelle importance.
On est done reduit mer-
credi soir a Alexandrie au
petit jeu des devinettes et
les hypothses les plus har
dies soet avancoes. Un ac-
cord est-il intervene sur le
processes de lautonomie?
Plus encore; 1'Egypte et Is
rael sont-ils sur le point
de conclure; sous le bou-
clier protecteur des Etats
Unis une alliance exclusive
ment dirigee centre le par
ti communist dans cette
p"atie du monde? D'impor-
tantes measures sont-elles
en course pour faire entrer
la normalisation dans unte
phase rfellement active?
Israel est-il decide a ler les etapess pour rest
tuer a 1Egypte la souverai
nets sur l'ensemble du Si-
nai; longtemps a l'avancee
sur le calendrier prevu?
Autant de questions aui
s'offrent ce soir a la curio
site des observateurs.

Et ce nest pas 1'entre-
tien de 15 minutes accord
par le porte parole israe-
lien Dan Patir; qui risque
de satisfaire une telle cu-
riosit6. Ii s'est content de
repiter que ces entretiens
etaient particulibrement im-
portanls. Mais il a soigneu
segment evite d'&numerer les
suiets trains et les dis-
cussions qui I' I ',l 1
optimism conjugu de M
Sadate et B'Rein Desormois:
i1 faudra altendire sans doul
to: la proehaline renicontre
a Hailfa: a l. fin du mois
d'anut pour jucer du carac
twro dis dcisilors rises au
jourd'hui a Aleyanrlrie.


NICARAGUA "

Nicaragua:
Conversations
Sandinistes
Bipilomates
Amntricains au
Costa-Rica

PANAMA IAFP)
L( et, lnrsaill'ns qui ont
lieu d'iiput:, 'lliahlchle Sf-in
Jo"e i Costll Rica enLre les
iisndl ste1 : rof Us Dip'onia
to. inmericains pour trou-
v tr u)11' ;.iilul.irn paclf'qun
auo problii]e sni arai'.iayCnl
seinbieni en0 b'1nne voice de-
puis que les deix parties,
d scuolent du chx de troib
personni iJtes supplemental
res pour 'o'nip'e.cr Ie Gou-
vcrn.'meo provsoire de re
reconstruction national, ap
pr nd-on ,' Panama.
Da ncmbreox Diplomates
des pay,, Lsaino Ameri-
cains qui so. irnnenirt les
Sandini'stes participant h
ces converiatio 5s. Un" pre-
miire srrie (ie rencontri.
encre sandinis,'es et amin-
carils avait echoue Pana-
ma.


Cadeaux.



Bijoux,



Parfums,


10, Rue Bonne I


Tel 2-1520


I r -


)kV~9Aasi't~fli'& H A IrT


(Suite de la fire Page)

phones de constater que la
langue frangaise ne recu
le nulle part si nous la
consid6rons en tant que
langue proprement dite,
en tant que premier mode
d expression De cc point dea
vue. on peut dire au con-
tra re qu ses positions se
sont ameliorees Si elle est
distance par 1 anglais,
c est en tant que second
langue, langue non mater
nell utilisee pour la corn
modte6 des changes inter
nationaux, mais don't les
nouveaux usagers ne se sou
cient pas toujours ni meme
le plus souvont de pen6-
trer le champ culture
Nos apprehensions sur
ce plan peuvent done etre
temperces par deux consi-
derat'ons :
un emploi extensif
dun second idiome peut
comporter la menace d une
surte de reduction vernacu
laire de 1 instrument corn
plet que conuititue la lan
gue ainsi utilisee
le franga,s peut, de
toute maniere, conserver.
sinon toutes ses positions
initials. du moins un cer
taid nombre de celles-ci,
et compenser par une mell
lure defense de son integr.'
te culturelle ce qu il pour
rait perdre en nombre
dans ces categories dusa-
gers qui ,ne techerchent en
quelque sorte, qu une trous
se lingustique de depan-
nages
L ex-Premier Ministre
frangais, apres avoir. en
ouore degag6 qu ele fran-
ca's est (une langue part)
culierement adaptee a la
liberty et a ia fraterniten
a declare au teime de sa
conference ;
idUne iangue ne peut pas
etre attaquee de 1 exte -
rieur Le seul veritable dan
ger pour un system lhn-
gu stiquee est la degrada
Lio1 interne, c est-a-dire
la oesaflecuion de ses auep
Les
.. Ne nous Iaissons pas
olbcler, comine cela arri-
ve quelquefotLs, par des
invasions fie ,ocabulaure
ID aboro, il y en a moins
iqu on le pen-.e Ensuite.
bcaucou1p de ces agress'ons
sont resisLibles Disons-nous
enfin que jamais une lan-
gue n a ete deirulte par
I linelrporation des mots c
rangers Le laLin a ete rui
ne quand il a laisse cor-
rumpre ses propres struc-
tures; il nia pas souffert
uu franglais iW meme du
franisais, mais ties horri -
bies teterioralions que
J i. pu conslater moi-me-
lue quand j ctudiais les
textes de MARCUL'F en
formules d Angers et de
Tours


Nicaragua
commenmaire du
,uNew York times,,
New York IAlPi
sLos Etats Unii pourraient
uileinent pre',i.re une le-
(jon de tactique du plus pers
p..ace des revolutionnaires
Latino Ams r caiis,,. M.
Fidel Castro, ocrit le < York T;mesa>.

M. Fidel Cos!ro availt rc-
CLonUenit ,outli)le que 1 -
me11leure aie que Cuba
pouva.t apporter aux sandi
nibstes tait .lustcment de ne
rien fair. <,La.. furniture
d'armes Ila guerilla nicara
guayonne par Cuba aurait
su citi des cladmours en fa
veur d'une intervention "a-
m6ricaihees. I emarque le
quotidle,; New ,orkals. Etats Unis, fcarnit i edito-
rial, sont dans une position
analogue. I's peuvent cau-
ser les torts incalculable
aux gens qu'lis veulent ai-
der en apparnissant comme
le seu'. arbitre de la couleur
ideologique d'un regime de
1'apres Somozas.


Foi Sans n'er .e role que les
Etats Unis piurront jouer
dans la recoras ructiou du
Nicaragua, le 'lew York TI
mess 6crit : c" csm un peu
tard pour les Etats Unis, a-
pris 40 ans df lien avec la
dynastie Somc,za, d'insister
pour qu'un quelconque- rdgi
fime de x'apris Somoza, alt A
, | passer 1'examen de D6mo-
S | cratie modre6te de Wasbhig
s OI .I


... Permettezimoi de
porter votre attention sur
trois sujets diff'ciles
Le premier concern les
sciences Dans ce domaine,
notre langue est tres me
nacee Une meilleure coo-
peralion entire tous les fran
cophones devrait permet-
tre de maintenir sa posi-
tion Je pense qu il sera't
possible d etablir un lexi
que international common
de tous les terms scienti-
fiques, sauf a fare des sa-
crifices r6cipraques La
plupart des !nots nouveau
peuvent etre composes a
a partir des cacines grec-
ques, et 6tre d4s lors ac -
cullis sous une forme
identique dans toutes les
langues
Ltn mot encore sur le ci
nema, qui exerce une gran
de influence sur la jeu-
nesse Une meilleure coo-
peration entire pays franco
phones devrait permettre
de produire sur des sujets
varies un nombre suffisant
de films int6ressants qui
seraient tournes directed -
ment en fracais
Enfin. ne perdons pas de
vue la nouvelle technolo
g.e des machines a traduc
tion automatique Plu -
sieurs langues, notam -
ment le russe, se propo -
sent comme langue car
refour Je pense que la no
tre pent, tout particuliere
ment, acceder a ce role...i
0 -

SUCCES DE LA
RENCONTRE

La a(rencontre des peu-
ples francophones), patron
nee par le gouvernement
du Quchec. reunissa't envi
ron 400 participants ve-
nus d Europe, d Alrique et
d Amerique et se placait
dans le dro't fil des mani
festations du 370eme anni
versare du Quebec
Les deltguns des diff6 -
rents payspays ont te unani -
mes a souligner la cord'a
lite de 1 accueil que leur
ont reserve 1i's oranisa-
tions de la iencontre. le
climate de fratern;te, d ami
tie qui 1 a en'loure, la hau
le tenue des communica-
tions qui ont ete present -
tees Notons lout parteculie
rement celle de notre con
frere Roger Gaillard : aIn
terrogation sur la langue
franfaise comnime figure -
tion de la conmmunaute hai
1.:ennen Tres dense, tries
fouillee, cette conference
sur le creole et It fran -
cais en Haiti, fut applau-
die par toune I assistance
debout Un fort joli access
pour notre pays, don't tous
les compatrioles presents
furent legitimement tiers
Un autre compatr;ote Ed
dy Toussaint et sa troupe
recolterent cgalement un
un grand success, dans le
cadre des manifestations
artistiques prevues au pro
gramme de de a rencontre

ye Mexique
favorable au
Gvt provisoire
nicaraguayen
MEXICO (A-Ft
Le Mcxiq'ie e ,time que le
Gouveriem.nt orovisoire ni
caraguayen. irstalle au Co.-
ta Rica, ,rfp,.id aux decla
rat ons conttia( s dans la
resolution le la 18cme reu
union de consultation de l'Or
ganisation de, Etats Ami
ricains (OEA';, indique un
communique du Ministere
des Affaires Etrangeres pu-
blie mardi.
De p'.us, pursuit le com-
munique, le Iv-x-:que se de-
clare oppose a ,toute part
cipation dans in future got
vernement prov soire demo-
cratique nicaiaguayen de
partisans du regime S,.1mo-
za.
Par ailleurs, le Gouverne
ment mexicain note dan-
ce text que le regime di
General Somoza utilise deo
bombes au Napa'm et


fragmentation centre la po
pulation civil et qualified
ces action eo'extr6me cruau
t6 et de total violation du
Droit international
Enfn, cone ut le coummu
niqu6, le Mexique condam-
ne les pays cui ontinuent
a fournir les armes et des
nuinitions aux troupes fide
les au Gendral Somoza en
,de In reunion de consulta-
lion- de 'OEA.


I'insurrectlon armee, il y a
un mois, se pursuit sans si
gne de ralentissement et
press de 50.000 personnsa
ont deja. quitt(e le pays par
avion, a indique mardi a
I'AFP un -esponsable de la
Compagnie Aerienne nicara
guayenne Lanica.
Lanica, quin ia plus main
tenant qu nn soul apparel
de transport de passagers,
est la seu'e compagnie a re
lier Managua ia letranger.
Tous les jours, le meme ap
pareil se rend au Guatema
la, au Salvador et a Miami
avec le ple;n ae passages.
Seuls les lundis, 1'affluen-
ce baisse (parce que les ser
vices d'emigration qui deli-
vrent le. visas de sorties
sont fermes pendant le
week-end), exuhique un em
pleoyf de Lion.
Tous les autres jours, le
hall de l'Aeioport interna-
tional de La. Mercedes re-
gorge df- valises et de pass
gers oul ~ttendent patiem-
ment. Certans passent me
me la nuit l'Aeroport pour
etre ;es premiers a louver
ture des guichets. L'Aero-
port est le setL endro:t ou
lon peut se procurer des
billets d'avoon a Managua,
il est irpo-sibik de fire des
reservations. Le telephone


TOUT POUR LA MUSIQUE



TOUTE LA MUSIQUE












ou vous trouverez les disques que vous desire


ainsi que les fameux instruments de musique

et les chaines hi-fi stereo


* YAMAHA


IMPERFECT IN ORIGINAL


Py-s-wEueosoBe~wOisaao


Le p point des entretiens


RELNCONTexRE DES PAppe YS
RENCONTRE DES PA cragua depuis le dhbut


ie

s
1
u


I11 .A1 I ti LA1




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs