Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10439
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: July 7, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10439
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





MI-FIGUE MI-RAISIN 6



LES AMNESIQUES
Par Mona GUEiRIN


I.aIII t il i v ;l pa r I Wd linI -


1114pile (1111 field I i et i tl d e i
di i a-s 'lls!S: Aeg; 1111111

,,,Citii,, lii IAmiit dliii

W tIIIIA r ii I i10 11 it II (Ii'i'se ILl
p isc pi'ilI(pile ct rle rielti
p-iIr a uiecil'ie?


.Oii Oa outiiumeo de (lire
qiU'il n'y i pire souird l ie
cclul l uie no vol pits on-
tenid'e on p ieitt ajouter ius
si (qu'i n'y it pire anintsi-
(le i ll (i l clii (ijll neo veil
pilts se rappeler. Les cls
aI'ni t'.sie voloinixire sont
g'neriilenient provo q in e s
par 1'it.rct; l'iiconsclnee.

IVoir sulte pigei 8)


SAMEDI 7 MILLET ET
No. 31. 118 1039
84EME ANNEE










FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRES.E


DIRECTEUR LUUIEN MUNTAb
ADMINESTRATEUR Mmei Max CIIAUVET


T6lbphone : 2-2114 Boite Poesle : 1316
Rue du Centre Nr 212


NICARAGUA :

Somoza se declare
Pret a
demissionner
DANS UNE INTERVIEw
AU sWASHINGTON POST
WASHINGTON (AFF
Le President Anastasio So
moza du Nicaragua affirmed
qu'il est pr6t it ddmlssion-
ner dans une interview pu
bli6 samedi par le shington Posts.
fatigue luttant centre un

(Voir suite page 8)


LETTRE DU CIMENT D'HAITI


A Mr, GUY BAUDUY, SECRETAIRE D'ETAT


DU COMMERCE ET DE L'INDUSTRIE


I 1MBERT F-ERES ET CIE
I1 ND MOMBIN.

I r (i Ji. "'- 1979
,1 Ii t' UVELLISTE
I' t,- i lic ,'-



I \uii i, pri c baien vou-
], i '1 i iiiii copie
uii hiit' 1 lr;i'n l l adres-
.,J'c L't 6 Ju 1 i 1979 i. Son
I- ..^'rli (' N10]p I II> ur Guy
II\A L 1(' ', 'claire d'Etat
,, C.linn rii e et a I'Indus-
I i I0ll r1 p n Ip,'I aux passa-
ti,, de a cii I,'ier ce 0C
I M' ( I -1 iiralnf sur les
1 iJ ilS iilr us O i! a jui
g btni di lai.' t ertaines de
i ,i n,,' (1 tl notre
> ..'.' l:lie, iL CIMENT
DI IAI FI S .

Jr \, sa fur..: Je pills vif
!" d pit ubliler. dtlns vos co
ItIi ', I- tix;e dc ladite
'i:i re OU iV ( e t' c' ui dCli
.lpport d'.'xp ." Sc qui li
I annexe.
Vouis, en rii, ri-eiant par
a,' ii e vo' prie dia-
:.r. Messi nos salu-
[:i. .oniS ii '1.iiiHiiiUs.
-, LAMI.E.iT FRERES
& CIFE
i Bernardc M.1ARECHAL


x x x x

F!i d -lMombin.,
1,. i Juiile't 1979
M. le Secritaire d'Etat,

An course de votre confe-
ii nic dc iipi'nr du Mercre-
dif (4 iico !';iin vous avezi cru
(I iii i ii lii diapl i *, L'Af-
l, ,c (Ill ( 1, d H aiti.
iil-, A ( occasion,
(ii lar r 'inotiliiuii :ii
M a( lliltl'l;l t. ,l' IJells


;i !i I i i ; li(' )l[l 'ri ll


l; i ii ir ii ( 1 I (h i t i ii 1i1i i ai
], -,, Oi l (il (i (I'll, Ie S 'c ('e



i i ((I, lii ii ri ,- l|)l li iii d ,i
l iir ; i I,, i iii l Ii (1 li ili
dl l Il (,' ll i c i i li I ]i;ili
1:j I1' ifi l iIf l ii (ill oi Iui




11Io N litij rtleins
clii ihiull ;i i llc u'll.liS







lI, l': Iu nll cs heiti lusal Unif
'x r 'i l m ,; :1 'lIV ( da(
11i I 1f. (h* p :I V '(, .' ( IS 1,l

s l e ,'c, a in 1 1 (Itn stride













mclii[ i fcieiimm, eonl Ior)iia
ll,, ,n lixani it prixe dip

s c' l ,ic .ii l l a $ 1.05. Ci







:N1ous 1avoins fix oins-
e a $ 2.10dr r a cause, des
IE:iriti dis Npartios Unles,
qiu d;ils que r,,e e Compa
pt(ll vivre av' e c( i un
nlix, mlo alrm'e b niflicial-
rn', c pst-c-pa- qui tepis con
< ider( dar l < < rdustrie ci

ble, Haitn ixi le rixtuation
sac de ciment a $ 1.95.
,Nous 1'avons fix6 noiis-
mnme a $ 2.10, a cause des

n (!st-c-pas. d(- l'Entreprise
(.n Haiti, et de la situation
particulhere du Paysi,.
Nousi n'avons pas donned
dei details sur le Ciment
ld'lailti parce que les details
,lailnil 1rop volumineux. On
n'en linirait .jamais>.
Sorlani de la reserve don't
nous avons imperturbable-
mont fait montre depuis le
debut de celtte affaire, yous
me permettrez. M. le Secrul
taire d'Elat, duser du droit
de r6ponse el. de clarifica-
ion qitUi est 1'apianae tde
tois, dans un Pays D6mo-
cratique.
Pour cce fair, ie crois con
venable. pour 1'6dification
du Public, de proceder a
un succinct historique de
la dite affaire qui, certes,
ne saurait et'e complete,
mais aura le merite de 1'e-
xactitude.
a) le prix de vente ex-
usine du ciment a 6t1 fixed
i $ 2.15 le sac de 42,5 kg,


Au Syndicat du
Ciment d'Haiti

Le President du comity
du syndicate des travail -
leurs du Ciment d Haiti. M
Antoine Jean-Pierre, infor
me que le Comfid tiendra,
Lundi 9 Juillet a midi. is
Fond-Mbombin une conf6-
rence de pre se


en date du 16 F6vrier 1976.
apres examen detaill6 des
competes de LE CIMENT
D'HAITI S.A.. par une Corn
mission Inter-Ministerielle
et deliberation d'un Conseil
Inter-Ministeriel.

b) j'ai depose, entire vos
mains, le 24 Novembre 1978,
Utin demande officiellc
d'augmentation du prix de
ven't du ciment au niveau
de $ 2.45 le sac, demand
succedant a. des demands
ant rietures remontant ia Jan
vier 1977. Ce dossier rappe
lait notamment les diver-
ses hausses intervenues, en
tretemps, stir los consti-
tuan!s du prix de revient
- particulie.rement celle
du prix dii uetrole, passe
de $ 1.78 le baril. avant la

Mission si/HAI/79/801/11 -


crise de 1'6nergie, a environ
$ 13.50, en Octobre 1978 (on
no,era que la fabrication du
ciment consomme environ
1.25 baril par tonne m6tri
que et que chaque hausse
de $ 1.00 du prix unitaire
du baril entraine une haus
se du prix de revient du
sac de 42,5 kg de 5,31 cen
times de dollar !) et que
LE CIMENT D'HAITI S. A.
a subi de 1973. annee de la
crise petroliere, a 1977, des
pertes d'exploitation et des
pertes, par suite d'amortis-
sements insuffisants. au ni-
veau de $ 4 millions, et
que 1978 serait largement
deficitaire la perte, con-
nue ulttrieurement, a depas
se $ 800.000 et a fortiori
1979, sans changement du
prix de vente.

01/32.2.D.


EVALUATION


DE LA CIMENTERIE


Mission Complementaire a celle de

Rapport Complementaire de M. P. F. Jan

(DISTRIBUTION RESTREINTE CONI

RESUME ET RECOMMANDA


Notre miss'-i. souhaitee
par le Secrdtire d'Etat au
Commerce et & l'Industrie
a consist ans !a poursuite
du role de conseiller aupres
des autorites 1iaitiennes, ro
le joue en Fevrier et debut
mars denier en rvue de re-
soudre le diilcrend qui les
oppose a la h tute direction
de la Societe LE CIMENT
D'HAITI S. A
Nos illntr'oc'll'turs furent,
.Su cote haitiun :

MO'ns'illur if Sicru taire
d'Flat Guy BAUDUY
Momisuimu Gei ries DAB-
BAS ,1t Monsieur Gerard A-
LEuRTE.
du cote L. C. H. :

Monsiuir CI. LAMBERT,
Pres'dncItl dc lla Societe
1.AMBERT Ff:.IIiES & Ci(,
MaIitr BLAIN, 5,rministra-
I cur
& M'usic'u MARECHAL,
Dlrcuteui G(i- ral de L.C.H.

UnI dCcunit 't servant ce
ba.st aux discussions e'l
course, a tous ]les niveaux en
ce y compris la Presidence
de la Repubiq'ie, est, cons-
titue par un profit dc pro-
tocole d accord entire la com
mission interministorielle
et la Societe L. C. H., pro-
tocole remis par M. LAM-
BERT fin abul,

Dans ce document, la hau
te direction de L. C. H. ac
cepte certaines conditions
imposes par !'Etat haitien
en ce qui concern entire
autres :


don't la vice p'residence a
des represent, nts de I'Etat
haiticn.
II convient dc noter que
cette 1 i. |. r de I'ELat
^1; n'est pas indispensa
ble a la poursucie du 1'acti-
vite de 'a Societe.
Ele s'engage realiser l'a-
-_ ii. ..r ..i i(prevu neces'
saire a court terme I de l'u-
s'ne de FOND-MOMBIN( a-
fin T'en porter la capacity



Londres -- Finale
QUATRIEME VICTOIR

Pour la quairieme fois
constcutivement, li Sue -
dois Bjorn j3org a rempor
te le simple Messieurs du
Tournoi de Wimbledon
Vainquur en '6. 77, 78, le
phenumene .uc'dois s est ad
judge un qualrtime succs
en baLtant alnmtdi en fina
le, 1 Americain Bo,,coe Tan-
ner (tet2 de surie nunmero
51 en cinq imanches (6-7
6-1 3-6 6-3 6-4) apris une
parties de deux heures et
49 minutes

Borg est le premier
joueur a garner quatre
fois d affilee, depuis que
1' tennis est devenu ce
quil est. Avant la pre-
miere guerre nmondiale plu
sieurs joueurs avaicnt enre
gistre quatre, cinq ou six
success, mais le vainqueur
de 1 annde passee. etait qua
life directement pour la
finale ofi il rencontrait un
challenger

En revanche, pour reus-
sir son exploit Bor i a du


Vous m'avez 4cout6 attend
tivement et aimablement,
m'avez FELICITE de la quasi
litM et de 1'importance du
dossier que je venais de
vous remettre et m'avez pro
mis une response avant les
Fetes de fin d'annde.
c) cette-ci n'a, en effet,
pas ta'd6. puisque vous a-
vez entire autre. 'ians une
lettre en date du 4 Dceem
bre 1978. que j ai ene en'
mains quelques minutes a-
vant la lecture du Conmmu
niqug correspondent sur les
ondes natinoales. decide de
porter le prix de vente ex-
usine du sac de elment de
$ 2.15 a $ 1.79, soit UNE
BAISSE DE 16,7%, r6pon-
dant a une dehnande d'aug

(Voir suite page 2)


Nous avons suivi avec in
terdt la conference de pres
se donnde par Monsieur
*Bauduy le 4 Juillet, 1979.
If est evident qu a nos yeux
un nombre limits de jour
uallstIes presents, prives
d une assistance techni -
que sur de problemes tech
hiques et commerciaux de
l industries du savon, n 6-
taient pas a. meme de po-
ser des questions valables.
Nous ne pouvons que re-
gretter que, nmis au bane
des accuses. nous ayons et6
exclus de cette conference
de press qui nous concern
ne express6ment Nous a
vons done choisi. pour 1 6
dification du public face ia
cette demonstration de cal
cul 61ementaire de regles
de 3, de repondre ouverte-
ment au Ministre pour de-
montrer que nous sommes
conscients de notre bon
droit et que nis avons etA
injustement diffanmes Nous
voulons nous cantonner
dans les faits.


D TTAT T Dans son preambule, le
D"H A IT I Seertaire dEtat du Com-
merce et de 1 Industrie a
parole du problem de la
Fivrier_ 1979 vie chere et de sa position
en tant que ciefenseur du
issens (10 Mai 1979) consommateur A ce comp
te, nos activities rencon -
FIDENTIEL trent les objisctifs du De-
partemcnt du Commerce et
TAft de 1 Industrie par les rdsul
ATION tats die la competition et

de 300.000 5.00.000 t/an la ealit sociale du itprix
tout en passant du procede nos entreprises est base
humide au procede sec sur un grand volume de
(cofit estim6 i $ 20 mil- vxente afin d atteindre une
lions) puis, ulterieurement efficiency maximale Cha-
et sl necessaire, de 500.000 A 'que augmentatlon de prix
700.000 t pour 18.5 mun "est 'an coup direct port i
lions et ent.oi a 950.000 t cette regle economique de
pour $ 8.5 millions, base II est done imp6 -
Le financement serait rieux pour nous d attein-
realise a concurrence -le : dre un grand volume car
.0nos usines represntenf en
(Voir sue page 2) virbn 3 fois la capacity
Vot suite pa 2 d absorption lu pays en sa
von Nous devons done tra
vailler a developer le
Borg Tanner march du savon et la re
gle economique de base
hE POUR BORG dit qu un grand volume ne
peut etre atteint qu en pra
qui a finalemn'nt obtenu sa tiquant une 1 olitique de
victoire a 1 arrache sous bas prix autant que les
les acclamations de quinze couts de la matiere premier
mille spectatiurs. re le permettenit Ce faith e
Vainqueur des champion conomique est aissi vala-
nacs internatiionaux de ble pour nous industries
France au Stade Roland que pour les commercants
Garros cette auiire pour et dEtaillants et etablit no
la quatrieme fias gale tre volonte de cooperation
ment, Borg a done fran avec Its Pouvors Publics
chi une nouvelle etape II est de notoricts public
vers le Mais il lui faut pour reus charnee des producteurs de
sir ce novel exploit, rem savon pour la conquote du
porter en Septembre 1 US march a conduit l une des
Open et a la fin de 1 an- usines a former ses portes
nes les iniernationaux Cette concurrence A outran
d Australie, ies deux seuls ce sest rev6lee non seule
tournois manquants a son ment sur les efforts de corn
palmares

UN NOUVEAU MUSEE PRIVE A PORT-AU-PRINCE


La Maison Defly


au Champs de Mars

par Laurore ST. JUSTE


... .... ... - ..... ... J a I Encore que dcs 1885, 'al-
Certains amenag- gagnr au total sur les qua lemand Blutschli danseson
ments du cap tal social, tre annees, vingt-huit mat Droit Public, cite parmi les
Une nouvelle expertise ches consecurivement. Son obligations de 'ELat le
des actifs de la Societe vingt huitieme success a et soin a la culture, il con-
Une reduction cdes ex- acquis beaucoup plus dif- vient d'admettre que ce do
patires (12 ia 8 ficilement que prevu Tan maine devait connaitre ia
Une adaptation conse- ner, joueur extremement l'avenement des Etats social
quente des fonDucons et des puissant, dotS dun service lis'es, un drveloppement ja
remunerations des cadres canon. a toujours mis en mais atteint auparavan5i
haitiens difficult son adversaire Ministere et Maisons de la
Elle propose de plus a 1'Etat

- La pris" des disposi- Max M nard :
tions necessaires en vue d'a a
meliorer la productivity tel
que prdconise dans les re- n s souvient de vous!
commendations de I notre Pa : Edouard C PAUL
rapport de fevrier.r : Edourd PAUL
La creation d'une corn Chaque fois qu in ami ma derniere publication. II
mission technique perma- nous dit au revoir, on se semblait m ignrorer tout
nente destindee veiller a redfre a Hemingway : prds de lui et s absorbait
la bonne application du < present accord et A s'assu- J ajoute : chaque fois qu un mes graffiti D un geste, il
rer des effn'Is effectuds des siens part, on se ques- caressa la brochure. Et il
pour augmenter les gains tionne sur son propre dd- semblait me dire ainsi :
de productivir' part. Il y a deux mois j ai sMoi aussi j at aes manus-
La rdalisation d'un ef- reVu Max MENARD solitai crits dans le tiroir et que
fort particular du c6td de re dans sa gargonnidre im je n arrive pas les met-
la formation au personnel provis6e de St Michel de tre dans la matdrtalit6
haltien 1 Attalaye Malgr6 un pro dun bouquin Puis se con
Une d rt gramme harassant qui ne tinua la conversation sur
t- Une pri38 e e participa me laissait une virgule, un ton depourvu denthou-
t16on de 38,% (au lieu indre j a lui accorder trente slasme La mort 1 avait-il
16,57%) pouvan t atteindre minutes, rien que pour ba Slectionnd d Pntre ses. fa
48,7% dans le capital so- harder et de me laisser al voris ? Je ne le sais Et en
e 'ia; ler is son roucoulement lo- pareille circonstance, je
L'oetro dei t uatre (4)' cutif, signe du prix de 1 a
postes d'Administrateur mitid et de lui remettre (Voinr suite,, ,i a


culture mutiplids A 1'envie,
sont des phenomenes de no
tre temps. Aux environs de
1968, une Commission de
l'OEA aurait suggdrd la
creation d'une Direction G6
n6rale de la Culture en
Haiti, alors qu'un peu plus
tot, 1'organisation de cette
Direction Gdndrale avait 4td
esquissee par des experts
haitiens et propose sous le
titre : < le>, i l'inoubliable congrfs
sur l'Education tenu sous
le MinistEre de Ldonce
Viau.
Le Rapport insistait sur
les Mus6es a cr6er dans les
D6partements, Communes
et diffdrentes localitts de
la Rdpublique. Mus6es don't
l'importance, come auxi-
liaire de 1'Education, fut
reconnue des 1885 par Ed-
mondti Paul dans son Plan
de Gouvernement.

Stdnio Vincent, vers 1937
aura faith une timide ten-
tative, mats le concept de
Musde, son r6le dans I'd-
ducation au point d'exiger
des visits scolaires obliga
toires rest malgre tout une
vue de l'esprit.
II faut avouer qiie dans
les pays situ6s en dehors
du camp sneallaste. si l'on
(Voir suite paBg 4)


mercialisation mais a 4to
obligatoirement suivie par
des investissements d im -
portances dans 1 acquisi-
tion de biens d equipment
Lindustrie du savon n a
pas de statut de monopo
le; le march& est de libre
concurrence et la defense
d u consommateur e s t
ainsi assure au point de
vue approvisiornement,
quality et prix
Pour rester dans la de-
f nse du consommateur.
nous savons que chaque
augmentation de prix des
products de premiere n6ces
sit& est penible aux family
les haitiennes Nous som-
mes parfaitemcnt imbus
des problems du consom
amateur car nous sommes
journellement en contact
avec lui II s av6re etre une
verite qu a partir de cer-
ta"ins prix notre courbe de
vente tombe drastique -
ment

ARGUMENTS
TECHNIQUES ET
FISCAUX

Posons les corollaires de
base qui sont les normes
de 1 industries du savon :-

A SAVOIR :-

Premifrement :- Une
caisse de savons de 153 lbs
ayant perdu les 10 pour
cent d humidity a cofto au
fabricant exactement le
meme prix de fabrication
qu un savon de 170 lbs a
vec les 10 pour cent d hu
midite Le pouvoir de less
ve de ces deux savons est
exactement le mime car
les acides gras contenus
dans ces deux savons sont
exactement les nimes en
valeur absolute

A SAVOIR

Deuxifmem"nt :- Le ren
dement d un savon de les
save tel que livro sur le
march haiti"n, don't la
tsneiir en humiiidite a la
sortie de la machine. va-
rit dependent du type, de


savon de 15 pour cent a 22
pour cant, est Je 14 a 1 4

A SAVOIR

Troisiememei't :- 100
lbs de lise par les aavonniers en
Haiti ne renferment que
92 pour cent de matieres
saponifiables car il con-
tient 2 pour cent d humidi
t6 et d impurete et 6 pour
cent de glycerine insaponi
fiables, En d autres ter -
mes. quand le sa savon-
nier met dans un chau -
dron 100 lbs de tallow, il
ne pourra saoonifler que
92 livres.
A SAVOIR

Quatriemement :- II
existed en savonnerie plu -
sieurs recettes cu formu-
les de savon dependent de
1 cole de savunnerie et
de types de matieres pre-
mieres employees
Ces donnees erant po -
ses,. prenons Ie problme
fiscal qui a servi de base
a toute 1 argumentation du
Ministre du Cummerce. II
a pose le vant :

Soit la caisse de savon
pese 170 lbs iu e11e pese
152 lbs 96, Dans le pre
mier cas lees abricants fau
drenai ei le fise en ne de-
clarant que 152 lbs 96 et
dans le second cas, ils trom
paraient le Departement
du Commerce en soumet-
tant des revients sur une
base de 170 lbs
Qu il soit Oit de suite
qu en posant cette ques-
tion. le Ministre n a pas po
s6 dt dilenmme car, il n a
pas defini pour son audi
toire le taux d humidity re
siduel du savon.

Qutant au poids du savon,
il y a aucun idcute qu a
la fabrication le savon pe
se aux environs de 170 lbs
Ce fait a ete ind'ubitablc-
ment constale ijai les ins
pt cleiirs du Dip.utement
du Commerce lv press plauge
physique le 27 Juiiin 1979 enc


nos usines, cest- i-dire 2
jours apres la parutlon du
communique Un rapport a
ete dressed par les inspec-
ters a la SIAH et don't la
Secr6tairene d Etat du
Commerce et de 1 Indus-
trie detient 1 original. Le
Ministre a omis de vous
faire part de cutte piece
qui a toute son importance

POURQUOI LA TAXE
SUR 69 KGS 3t '?

La response est simple et
logique Le R-venu Public,
en 1966. a decide de percu
voir la taxe siir les mali6
res premieres entiant dais
la fabrication du savon it
facturies par les indus -
triels, seuls elements du
cot de reviant du siv'i.
De mmce que les indus -
triels ne f.Li:'urent p-as
1 "au dans le av.n. le Re
ve.T.i Public a t : i taxes
1 i au dans le ivtii Ce tai
slt.. le Riveiiinu Public a
limitse l5 tax t i' aii vi'
dm lessiv- a t 2 08 pour le
plus grand o a : des con
sommateuss Dc iI't'me que
les indulstyril,( in v ndent
quet' 1 p ),voir rc le:i,.ve du
savith, di en-h 5i1 Reveinu
Public ne taxes que le nou
vo-r de lessve dti aavon
Nou ns traud ns pas le
Revinu Public (.t a aucun
mcnient de la duie:. nious
n avins et6 ac' Ciet.1 de frau
dt par le P-ventu Public

EXPOSE DES ELEMENTS
TECHNIQUES SERVANT
DE BASE AU PRIX DE
REVIENT DU cAVON
DANS L INDUSTRIES DE LA
SAVONNERIE

'1 exilte dcuix fcteurs es
sentiels dans la determi-
nation du coslt de saponi-
lication :-

1) Le Rendtnmcnt

?) Coitl des MAi. rcs Pro
minres

11 LE RENDiL MENT Le
re lndil nellt cst 7a r; 1,1,uii

iVoir site page 3)


LES ENQUETES DU NOUVELLISTE


En Haiti, le sens des lois


et I'esprit de leur application


Un vicil home desabu-
se; qui a vecu la majeure
parties de son existence
dans les codes de lois net
dans les couloirs du Pa-
lais de Justice; nous di-
sait tantot dans un sourire
indescriptible que fort sou-
vent dans ce pays; des lois
ou des reglements n'exis-
talent que par ce principle
abberrant; mais reel: en
faveur des uns; centre des
autres. Et parfois: pour un
home. Contre un autre...
Ceci; a notre sens; sous-
entend beaucoup de choses.
Entre autre; un certain es
prit des lois; des regle-
ments et de leur applica-
tion en Haiti. Quoiqu'en
premiere analyse; ne rele-
vant pas directement du ca
dre de notre mini-sondage;
cette rdponse d'une subtili
t1 raffinee nous permet tou
tefois de boucler le cercle
et de p6netrer ce sujet ba-
nal mais tout aussi deli-
cat.

Chez nous; 1'observateur
attentif; l'affut des comn
portements divers; des si-
tuations d'exceplion et de
l'dvolution des chooses; se
retrouve souvent a prospect
ter un dilemme i la fois
affligeant et curieux; et
qui n'est autre que la d's-
torsion entire la perfection;
la sagesse; 1'esprit des re-
glements et la march des
choses. En quelque domai-
ne que ce soit.

L'haitien est-il un indisci
plind notoire?

Est-ll InformS?
Ou slmplement est-ce
aussi; une des eons6quences
du sous-d6veloppement;
A partir de notre mini-
sondage (qui n'a qu'une va
leur certalnement limitee);
1'haltien ne peut pas ,tre
un indisciplin6 notoire. Na-


- Par Uarlo A. DESINOR -

turellement noius nc nonus
relerons nullenmeit aux nro-
t e s excellentes relevees
dans les carnets scolaires
pour une matikre; plutot
pour un etat d espritl qui
n'a jamais ete suggere de
tacon radical aux jeunes
s l'ecole ou au loyer. lat
discipline.
L'indiscipline de l'hai-
tien; son <(je m'enfoutis


nme: et sa temulite quant
a l'observance des regIc-
ments parali essentlelli-
ment une question de mi-
lieu. C'est etonnant qCi a
1 etranger fut-il i ini ui-,
d'Elat ou un simple pay-
san il ait souvc ent CUc L
conscience et ce souci dctS
reglements qui semblict

(Voir suite page 8)


Le Sermon de la Semaine

Par le Pasteur Luc NEREE

Les responsabilites du Chretien


Le mot chrdtien n'est pas
tres common dans la Bi-
ble. C'est seulement trois
fois qu'on le rencontre.
Dans Actes 11:26 of 1'on
fait savoir que c'est a An-
tioche pour la premiere
fois qu'on appela les dis-
ciples du Seigneur : chre-
tens. Encore dans Actes
26:28; quand Agrippa dit e
Paul: persuader de devenir chrS-
tiens. Enfin; dans 1 Pierre
4:16 oft Pierre declare que
msi quelqu'un souffre comn-
me chrdtien; il n'a pas A
en avoir hontec.
Le mot chrdtien drive de
Christ. Et le mot veut dire: Celui qui est
point; Celui qui est mis A
part.
La mission du Seigneur
comme Christ; c'dtait de
faire connaitre Dieu aux
hommes; de les amener A
se rdconcillier avec Lui; par
ce qu'll Stait point: corisacre
a cela. C'est ainsi que Pier
re lui dit: nu et nous avons cru que
TU es le Christ; le Saint
de Dieu, (Jn. 6:69).
Le chrtien est en princi-
pe un disciple de Christ.


11 est consacre et mis a
part pour faire connaitre
Christ aux hommes. Son
statut est celui d'une dpou
se chaste et fiddle. II par-
tage le nom de Christ par
ce qu'il est uni i Christ par
un marriage mystique. Celui
qui se laisse appeler chre-
tien est dans 1'obligation
morale d'assumer les res-
rtonsabilit64 qu'entraine un
tel titre.

Les responsabilites du
chrdtien sont nombreuses.
Cependant; nous allons en
considerer trois qui sont
les plus importantes: la
responsabilite t de confessed
le Nom de Christ; la res
ponsabilitl de livrer sa vie
totalement A Christ; et la
responsabilitt de combattre
le bon combat pour Christ.

x x x x

LA RESPONSABILITE DE
CONFESSER CHRIST

Le chretien dolt co'nfes-
ser le Nom de Christ de
Seigneur est admirable et

(Volr suit page 5)


LES INDUSTRIES DU SAVON REPONDENT


AU MINISTRY BAUDUY


11-1


n
8
e

D














t
t
e




e



r


a
ri
e


tvulk blime page 0)


q


Pnor, n-_ 4A ion=








SAMEDI 7 JUILLET ET DIMANCHE 8 JUILLET 1979


LETTRE DU CIMENT D'HAITI A Mr; GUY BAUDUY, SECRETAIRE D'ETAT DU COMMERCE


a.,li ).1lII I\ ap a'1l116 )

iitillotatii N'ATTEIGNANT
I'AN 14', SUR ENVIRON. 3
ANNEES !
)ius ina Ul.ettIre riponse
i I Uiiitll'ue lolu. Ji voto [ula
'fit lIl6 t illCll/ l I Vln11 tl(rJAI
* otianuninvi rmarquaor
lil icv ltti d lslonil, totale-
nn1l I IMilAlti0 alo0, nW teln1
'lCll Ct plllpo ides' 61'6mnl llts
d i inl (lo;tleir. un'accor-
illl inil('1U11 IVConIs'di' n0 lln Ifl
I split o i la 1 le re dle Ia
vonll' ion ii 1972 i'ntrei
I' TAT H1ATIil N i et LE CI
MENT ID'tAITI S.A. des
' s, i tsll)ll.> ide laquelle I1
ir' notlinment qu'lune
oeventuielle du prix
0il \ ,', (fmi i einicnt ne s.U
Sill i' id r u l 'd Uone bn'
inrale des cofits de fa
'rc ti lno c. ce qul it i'viden
2e onetal:I p)Is le cas -- et
vous dcmandtis de proc6der
I 1I1 nexamen contradictni
re di notre demand d'aln't
tIoti'ion en vue d'ine de
c .n co'iil able'
(i l 8 Deceemb- ai n a
i i'i i rcii nar vous
I l'i demanded precssante de
dI d( nis p-'n 'nainx Ban
(luin s- M d:ne t, Glady., Cou


SSuite de

:l:l par le
I. lii


pet de lta CITIBANK et M.
JaMob Cohen de la BNP, et,
sus lita CONDITION FOR-
MELLE PREALABLE QUE
BOUCHEI pour me voir sl-
gitl'ler un certaLn nombre
de points et do menaces I
Senoniilre.de LE CIMENT
D'-iAITI S.A.

il le I1 Ddcembre, M.
Ciiade Lambert, Prdsident,
dIe LAMBERT FRERES &
CIE et de LE CIMENT D'HAI
TI S.A., vous a fall la pro
1.ositeion orale, confirmed
dans la journde par icrit,
de 1'borer, pour 6viter, au
present et pour le lutur, de
nomb'euses difflcul6ds, le
prix de vente du cimpnt en.
Haiti, et de laisser la con
currency international fat
re son oeuvre salutaire en
autorisant chactun a impor
ter librement, sans taxes ni
droit suppl6mentaire, dui
cement en HAITI; car, M.
le Ministry, LE CIMENT
d'HAITI S.A. est non sole
ment capable, depuis long
temps. de rivaliser avec le
cement imported, mais encore
et surtout peut soutenir a-


la fere Pag?) semaines)
Et d'autre part de re-
c,rh flow de trouvcr une marge raison-
nable afin d-C pouvoir etu-
tier et realiser les ameliora


s', .ar un pret de 'a Cais tons
SC ntr.tle dC Cooperation 'cessa
i 'rAince i
La
3.i, p. r dc s credits four- 10';
re-, .' tant
fin, I
ID' u '' s 'or:-iul.' de fi- effor
llilnir m tnt stracnt possi- de r
bles. four

Ll', dem.si'de on contre- Le
.rt 1 autori s.ticn de veil senate
;i:' le C mrnt p .:ocuI t a ui ci
pi'x tel qu ii a s-t p. rm s tre 1
sc. ceuvr, r se-, frais d "xpioi tesa
tin. atne l i ccntot et 1-3.
.' n g'.' 't.ce .st- dustf

si tur
D' une p rt, aI combler s, ,,- ,
v re :i :t enreg' store tros
),'r i. SoC.'. depu s decem 260.,
Ijt' I9'18i c.lln'. I. sa dCmie
tn ou px& do $ 50,60 1 La
$ -IA h5 pair :me ensachee, s-bilec
t'tn, t tis e tssld'l es ^ ,u
S l al, nie de Iot;-, uel



[ F O -


i.')T 'i,


T )79) lw nuc al

'I l' I A t,

"!t',tli VAtIN I;[ES $/T. h)



lu e I'-oil loi'

]) C ( J'rn~tI ures
ls ]] ';I
I rr'r s [ir xporbt lions
-- l)' tiol ]n or 1 1i'; i i


S/TOTAI, FEAIS VARIABLES

FI'i.AI:-; FIXES ':/T.

T F S E p u. location
ma in doeu .'e
r go
friis divers de gestion,
t.ransp:)rts -.t deplace-
mornts
am')r(ssements
frals f'nanc'crs

S/TOTAL FRAlS FIXES

TOTAL GENERAL

O (FA- C. A. cumul total
KEVEN don't export ($ 40/t)
don't national

Soit PRIX REXT.IENT $/t.
NATIONAL $/sac

Marge b6nef:c aire
li0% C.A.)
PRIX DE VENTE
RESULTANT S9R
LE MARCH NATIONAL
AU SAC
A LA TON'TF

MARGE AVANT FRAIS
FINANCIERS
ET BEN-EFICES,

(*) Valeurs aetue'les mat 79


RECOMMENDATION pou
au
Compete tent: de ce qui cole
prdeede et const'atant que aust
le prix de vente actuel cim
conduit L. C. H. b une te,
fCillite indl'uctab'e, nous re in
commandons au Gouverne- xd.
ment haitien de reprendre
le p'us rapidement possible LE
la discussion avec la haute de
`Irection da L.C H. afin de per


et i : -i ,. itt:, ner
ires.

marge demandee solt
du chiffie d'affaire n'e
pas suffisante a cette
les gains resultants des
Is de productivity et
ationalisation devront
sir le complement.

tableau ci-apres prd-
e les tonnages vendus
ours du premier times
979 compares aux ven-
e ]a omeme epoque de

s prix do revient in-
el et ecmptable y ont
(a la dem.,nde de Mon-
le Mn',s;.re actua'i-
;a valeur du jour, pour
productions annue'les
23,0 et 3CO.0U0 t.

majoraioi, la plus scn
est ce'ie i ausee par
T, 1.1 11 i,..' du orix dul
o:i qui pi.,ce de $ 15.i!


Rca'ise f!n 4/79

73.(06
2 9:;z

75.933

220.(100
40.000

260.000



1.2
0.9
17P C
0.5
75
?.9
0.3
2.25

30 41


voir, apres u' time misc
point, s'gner un proto-
d'accord et de porter
sit6t le prix de vente du
ent S un uiveau r6al's-
au vu des prix expose
fIne du tableaux anne-


a presence permanence
fonctionna!res ou / et de
rsonnallt6s haltlennes au


vantageusement la compa-
ralson avee les prLx de yen
to ex-usine pii,,lqu6i dans
la plunart des grands pays
Industrialists (le $ 55.00 $
70.00 la t. etl A fortiorl avec
les prix en usage dans nomn
bre de pays en vole de dd-
veloppement non produc-
tours de matidres piemi-esa
6nergktlques qui d6passent
f-6quemment $ 100.00, voiro
200.00 par tonne.

Vous avez rejetl cette pro
position dans une lettre on
date du 15 Ddcembre 1978,
sans autre dtude ni dialo-
gue.

f) dails votre lettre du
20 Ddccmbre 1978, vous nous
Informiez d e la formation-
csua instruLetion, e Soo Ex
cellence le Pr6sident a Vie
de la Republiqcues. d'une
Commission Technique fun de proc6der a un exa-
men rigoureux et CONTRA
DICTOIRE de la situation
financlres de 1'Entreprise.

g) dans un proc6s-ver-
bal. en date du 11 Janvler
1979, solt 3 jours apres la


A $ 17.86 par tonnes de ci-
ment.

Le post sa'aire a det di-
munue compete tenu du de-
part de quatie cxpatries et
augmente pcur tenir comp
te de la majiration des a-
laires pPom's, depuis des
mois (contrairement A no-
tre recommansdation form
lee en fevrier, une reduc-
t'on de l'effecuti ou un re-
fus de majoration de salai
re ne sont pis possible).
Le volume provisible des
ventes de 1979 se s:tuera
ma'heureusement plut6t du
c6te des 260 que des 230 on
300.000 t, suit? A la perte de
production de clinker du-
rant trcs semnines d'arret
par mnqae de fue' en
m'rs et debut avril et la ne
cessite d'un autre arrest
d'un mois du grand four
pour reparation de son re-
froidisseur.

Si cn ajoute la marge de
10' r don't d jb, parole, le,
prix de vente corresppndatt
devient $ 62.8./t ou $,2.7/
sac.


Extranpol iot'on
sur 12 mois
219.018
8.796

227.814

220.000


280.000


I.,
J.9
17.86
0.5
3.5
3.9
0.3
a 25-

30.41


se'n d u con
tion ainsl q
nement de
technique q
donnera S 1
droit de reg
te. r. lut ser
sible, s'll I'e
re, de fire i
pert en vue
catte super
t6 de la Soc


Rca'isc
fin 04
06.400
20.4:-0

81.890

221


300


/78


prise de contact UNIQUE
qui eut lieu avec la Com-
mission Inter-Ministrlielle,
sign des 7 membres pr6-
sents de la dite Coa.mission
Technique, on relvec que
a:... les Membres de la Coin
mission Technique ont eu A
indiqups que lour estlima-
tion des pertes. acltatli-
ment enreglstrdes. pae LE
CIMENT D'HAITI ,A., d'a-
pris les chiffres de la comp
tabilttd analyttque de Sep-
tembre 1978 de cete Soc'l
td, 6talt de $ 4.000 a $ 5.000
par jour...e On relivera
que ce petit document de
deux pages est0 ouirie'",.-
merit le seul document CON,
TRADICTOIRE et le seul do
cument tout court don't
nous ayons requ cope de
tutles les 6tudes de la Com
mission Technique et des au
trgs Expertises, 1'excep-
tion du. document don't .1i
sera ultdrieurement ques-
tion.

h) un Expert CIMENTIER
spdcialement d6tachd vo
tre demand par 1'ONUDI,
est venu passer plus d'un
mois en Hairi essentlel-
lement Fdvrier 1979 et a
loneuement visit& 1'usine
de FOND-MOMBIN et discu
t6 et s'est informed en detail
aupres de ses Cadres.

Vous m'annonciez, dans
votre lettre du 12 Mars 1979,
Store zen possession des rap
ports de la Commission
Technique et dp 1'Expert de
1'ONUDIn, ce dont nous a-
vons utis bonne note. M. le
Seer'taire d'Etat, mais nous
sommes auiourd'hui le 6
juillet de la meme ann4e
et nous n'avons Das ENCO-
RE regu contraixement
a toutes vos oromesses fai
tIs a nous-mdmes et a nos
Banquiers copie d'AUCUN
de ces documents, 6tablis
de nlus de faqon non con
tradictoire -- autre entorse
a votre promesse nrecitee et
Py- instructions du Chef de
1'Etat.

i) aores deux longues
seances de discussion avec
la Commiss-on Technique -
slo-s que nous avions dtd
convoquds pour discuter a-
vec la Commission Intermi
n's'edr'elle don't nous ne ces
sons depuis le 11 Janvier
1979 (confe- PV 'cit6) de
demander la convocation
ursente les 14 eal 16. Mars
1979 sar un project de pro-
tocole d'accord p-opose par
vos serivIees. sur l.Ugel
n'avons p( ni riIW'W .r
d'aecord, mi fo-muler de
contre propositions les ne-
gocia'ions ont d etd in'errom
pues par la commission
sans ie jamsas ne sopt a-
lorde le n-oblume du prix
de vente du cment !


j) le 22 Macs 1979, vous
avwc obtenu la m'se sons
0.0C admnisiation provisoire de
0.000 l1'Eat de LE CIMENT D'HAI
.000 TI S.A., alldguant tia mau
vase gestion de ses admi-
0.000 nislrateurs, et prdLextant
I'arr t de notre prodLiction
de clinker intervenue au
course de la semaine du 12
1,2 Mars, avec un stock de pro
0 9 duts fin's et semi-finis de
17.86 pris de un mois de deman
0 5 de nationule, et resultant
3.5 du manque de fuel, suite Ih
3.9 l'impossibiltt6 ot LI CI-
0.3 MENT D'HAITI S.A. se trou
2 25 vast, du fait d'une t-rso'e
rie to*aliment exsangue -
30 41 malgr l'apport de prns de
$ 1 billion fault fin 1978 5
sa filiale par LAMBERT
FRERES & CIE et d'u-
n ceanaci'd d'endettem"nt
si.oer'pur .ulle, a se rean
provisionner en ce product
indispensable, impossib'litt
ami dcoulait, dlrectement
des measures p-ises par vous
a l'encontre de notre Soc'!
te. ce don't nous n'svions
crsse de vous avertir au
course des mo's Scoulds.


20.83
Vous avez dailleu's fai
5124 mont-e dnns le dItail du
rronta.-e dC vote oDpraton
15.372 P00 d" beaucou.o de subttlitd,
3.200.'000 pisoue vous. nous ave7 n-o
peos- de orendre Is MIRA-
12.172.00 C10GANE livrason C'un stock
do fuel corespondant Is en
55.3 vron 15 ions de noo be.-
2.35 s'nus. Ians des conditions
f'mq.nc'-rs incomDlitement
fomulbes, et dans des con
02-S d''ions, teclinimaes rendant
cette ces.s'on IMPOSEIBLE
(notamment. le chargement,
et le tlansno-t du. dit fuel
ausaent ndcessc'6 plus de
2 58 un mois comDlet de temns
60,7ti' alors qu'll est impossible
de fare fonctionner sa'ne-
ment des fours cimentlers a
9 la mnititl de leur capac.ltd
19:4% calo'tlque !1. Cet'e impossi
bllitd a d'ailleurs 6ti, dans
les ftps. confirm par les
Administrateurs provesoires
piaeds chez LE CIMENT
sell' d'admn'stra D'HAITI S.A. putsque ceux-
ue le fonction- ci, ras nlus que nous, n'ont
la commission jug6 bon de rdalser l'op 6
ui sera crede, ration, et qu'll a di etre
'Etat haitlen le fault aopel b. deux repulses
ard qui'l souhai det's, S la, Banque NIatlo-
ra egalement lot nale pou le r daaprov'slon
estdme ndcessai- npment, en fuel. solutifon
ipel un ra iqt dl tatc accessible Vad
apel Lun ex- mn'statlon precdente.
'i arp ln


a; 1a.er lcta i
ils on de 'aCtivt
aite.


k) un deuadxme expert,
callaborateur accaslonnel


de 1'ONUDI, a. &t6 d6pdche6.
comme origialemnant prd
vi, pour tine mission corn-
pl6mentaire. L. celle de 'EX
pert cimentiler pq6ilt6, mis
afon qul s'est trnue en A-
vr]l 19RD Peat-thre, M. le
Min'stLe. s.'aglt-kl du rap-
port de ceL eXpert sur le-
qget vous biasez toute l'ar
gumenlatilol mous concer-"
nant dana votre oonfdrence
du 4 courant? J3o d!s blen
peut-6tre, putsqs pie pas l'us
le rapport correspondent
que les pr6cddents mention
nds ne m'a jamais 6td corn
munique et que je n'al- ja
mais eu connaissance d'une
pr6tendue recommandationr
du prix de vente idt ciment
a $ 1.95 le sac

Mais, si tel 6tait le cas
M. le Minlatre,. vous. ma per
mettrez de ne point enga-
ger de poldmique publique
sur le sujet, de sorte a pro
tter l'hono'abilltd de la
peusonae concernle centre
laquelle je n'ai pas hdsitU,
en son temps, a me plain
dre odficieusement au. plan
de la competence et de 1'6
thique professionnelle au-
pres de son SupdrJeur hid-
rarchique local, M. Andrd
Wllmots, Repr6sentant des
Nations Unies en Haiti, et
a 1'encontre de laquelle je
n'hdsiteral pas plus. dans
les circonstances prisentes,
et st de besoin, a porter
plainte le plus officielle-
mrnrt du monde .-upris du
Directeur Gdndral de l'ONU
DI et ou h engager des ponr
suites centre elle aupres
des instances judic'alres
comp6tentes.

1) 1'Expert cimentier ON
UDI, prdecdemment men-
tionnd, est. par contre; re-
venu passer en Haiti une
dizaine de jours en Mai,.
votre demand. afin essen-
tiellcment, d'une part d'ac
tualiser son 6tude de Fe-
vrier 1979', d'autre part de
porter une apprdc'ation sur
la valeur des p-opositions
du 25 Avril 1979. present6es
par M. Claude Lambert hs
Son Ex. le Pr6sident a Vie
de la Republique, suite a
l'Audience que Celui-ci, a-
vait b'en voulu accorder h
M. Lambert le 24 Avril
1979.

POUR LA PREMIERE FOIS.
nous avons eu communica-


tlon d'un dpa unent danas i
toute cetle affaire, savoir
le rapport que le dit Ex-
pert cimcntler a jugS indis a
pensable de remeltre au
Conbil' Provisolre de LE CI
MENT D'HAITI S A.. aussi
blen qu'a M. Claude Lam-
bert et a mot-mime (con
fer lettre de tM. Claude Lam
bert du 17 Mal 19.79 a vo-
tre Intention, avant son d6
part. II s'ag t, M. le M'nis
tre, du rapport de mission
st /Hal/79/801/11 01/32.2.
D du 10 Mat 1979 don't on
peut, a juste titre. s'dtonner
que vous ne fassiez pas 6-
tat; car que dit ce docu-
ment, M. le Min'stre7 Je
cite sa recommendation fi-
nale (page. 8) : Comnpte te
nui de ce' qul pr6cdde et cons
ta,fant que le prix de ven
te actuel conduit LE CI-
MEI/ET I-HAITI S.A. a UINE,
FATlLITE. INELUCTABLE,
nous recommandons au Gou
verne.ment. Haitien de re-
prendre le plus rapidement
possible la discussion avec
la haute direction de LE
CEMENT D'HAITI S.A., a-
fin de pouvoir, apris ulti-
me mise au point, signer un
protocol d'accord et por-
tEr aussit6t le prix de ven-
te du ciment a un NIVEAU
REALISTE, au vu des prix
exposds in fIne du tableau
annexed> et, par ailleu's 'pa
ge 6) : que de 10% don't d6jh par
16e (s'agit-il d'un niveau
de marge normal. M. le Mi
n'st'e, que 10% du chiffre
d'affaires 1) to correspondent, devient $
62,82/t ou, $ 2.67/sac.> On
relevera que ce prix etait
relatif a un enit de fuel
de $ 15..85 par bail, a ran
procher du Drix de S 13 50
valuable a f'.n 1978 (confer
nl-s haut). et de ceVui de
$ 18.55 envIron. valuable
pour juillet 1979 !

Je me bo-nerai ces deux
citations incompletes, joi-
gnant en annexe l'integrali
te du rapport sus-mention-
nd, ce qui aura egalement
le mdeite d'6clairer par ail
1-urs chacun sur les propo
sitions construct-ives foImu-
les par LAMBERT FREES
& CIE., parircul'e-emen- en
matiere d'avgmcntation de
la partrc'pation de 1'E'at
Haition au Cauntal de LE CI
MENT D'HAITI S.A. et au
Conseil de cette Societd, de


pr-tvisin de transformation -
echnologlque de I'usine e
poor consommer mr.ln de v
fuel et porter a tarme, et 1
en plusieurs tranches sl n6 N
cessair-. sa capaclte lusqu'b g
prds de 1 million de ton- I
les de cement par an au-
prie d'un Investiss-mentt de
1'ordre de $ 4i million.
(valour dibut 19T.9), oda- e
l'ser partiellement avec des
credits que pourratent pro-
curer des O.ganismes Offi-
diels de, financement fran-
gcas, de mdme qu'en matid
re de prix de ventg du ci-
ment, puisqu'un prix de $
2.66 le sac talt proposed en
coh6-ence parfaite avec les
calculus et les recommanda
tions ultlrip''a de l'Expert
c'mentier ONUDI.

mu) le 23 Mai 1979, yvous
avez 06cidd de porter le
p-'x de vente du cement a
$ 2.10 le sac, soit Sa un ni
veau infdrieur au prix de
1976 oi fut, M. le Minis-
tre, la concertation, 1'analy
s5, dans vore decision une
nouvelle fois unilatdrale ?
quel sort avez-vous reserve
jusque l aux recommanda
tions de 1'Expert c'mentier
qre vous avez demanded
VOUS-MEME ET A DEUX
REPRISES 9?...

J'a-rete lb. mon histori-
uone blen 6videmment income
plet et je resume les ques-
t'ons qui ne mannueront
pas de ven'r immdiatement
a 1'esprit de tout un cha-
cun qui vous aura entendu
Merc edi et qui m'aura lu
ensuite :

of a jamais ete, s'agis
san. du Ciment d'Haiti, le
< ? si
,couteau 1il v a eu. dais
quelle main e.ait-il place ?
ont fut jama's le d'alo
gue dont vosus vous ta:rgutez c
le resp::ct des engagemen's.
pu'sque Loutcs vos mesurcs
relatives au Ciment d'Hal-
ti ont e'e pr!ses unilateralie
men*, sans concpr'at on, et
jaiou,era'. sans ETUDE SE
RIEUSE prealable: nu'sque
de touted vos promessPs a =
cuna n'a jama's ele tenure
et, qe vous avez me me c
defa'.11ant vis a v's des ins
t":c ieons expresses du Ch: I
de 1E at, por." le mo'ns,
quant au ca-actere contra-
dicto're que devalrn; rev,-
tir les expertise ?


- de quel rappit, de quel
expert vous, r,-.comhiandez
'ous qui oubliez 'cilemment.
le rapport de 1'Expert CI-
MENTIER que vous a dl66
gu6, a dmux reprises, 1'ONIT
DI S. votre demand express
se, et don't on ne saurait,
pour ce qut le concerns,
lui, mettre en cause ni Isi
comtp6'Ence, ni la haute va
leur mo-ale ? Quel est le
but de votre silence subite
meant pudiclue sur cotte Ex
pert'se essentlellt ?
et, ddcoulant des prd
e'dentes questions. ne de-
v ait-on as svous poser cel
le de savoir anuel est le but
orofond que vous outrsuivez
P't si crlul-ei ect blen cohd
rent avec la 1'gne du dd-
vloopemcnt sncio iconomi
que Que prdconise le Jean-
Claudisme ? Ouelle est la
raison de votre -nimositd
inexplicable et acha-nde a
1'encon:re die ,E" CTMENT
D'HAITI S.A. ? Pourquot
poursulvez-vous cette SociS-
te, nui n'a jmais dnimerite,
contrairemarnt a vos dires,
de vo're v'ndicte ? Que vous
a fa!t ou ne vous a point
fait cette Compagnie ?
Alo-s M. le Min's're, ie
vous 1's.ffirme et jo i'affir
me publiquement, contraire
menrnt vos aqserltons, la
situation de IE CIMENT
D'HATTI S.A. n'est ni s5ec ni cneoe mnins ,ter
mriner>. ca'- ren ines' pour
le moment r6cle a votre ni
vepai et les c bffl:es et les
fats ecnnom'ques sont con
nus pour avoir la tete du-
re, au-dcia de tout dscours
e de itnui disc's'.t.on.
Je rest a votrte ntiere
disposition. M. le Ministre.
e)mme i1. l'a totinius ete
to.t au l'~on do vO're man
di'a nour dlbattre de toute
ciris Iton quie voit s pourri.z
'.ilihater. Seu l(mi-nt all-
inu d'buli, 1 do t dere b'en
clair cue ce dcba, s,',a ne-
crssa;aremcnt entrad toire,
voire public. et c'soye bten
que je ne le redou e ei rien.
Je vos 'ie ic de -, evoir,
M. le Mn'lrre. 1exp-ession
de mcs sentiment'. tats res
pectueunx.
L -L -' "IE.''S
& CIE
P, rna:d MARE HAL.

IT ',;enieur EN3G Direc
teur is .citcnces. Rcpe-6sen-
tant cn Haiei i*)
P.J. : rap,:o- t d eC port'se
srs-men ircnn.


MESSAGE POUR LA JOURNEY MONDIALE DE LA COOPERATION


LEI COOPERATISME, C'EST LA SOLUTION


Dapuis 1 annee 1922, le
premier samedi du mots de
juillet a 6td choisi par i Al-
lance Coopiraltve Interna-
tionale commi journie mon
dale de la Coopiration
A cette occasion nous cro
yons utile de fair connai
tre au public hajiti2n 1 ori-
gine modcste du move -
ment coopiratif. ses princl-
pes, es moy'ns d action et
les services salutaires qu 11
peut rendre notre commu
naut6
Le movement coopdratif
est nu du besoin, de la ne
c-"asit, de la nisere C est
a Rochdale, petite vlle de
1 Angleterre. q-te la prnmie
re cooperative tint sa pre-
miere assembles, le 15 Aofit
1844. Le nombre des socie-
taires 6tait de 28 Ils souscri
virent chacun une part so-
cialt ou action de $ 5 Dans
un local loud a raison .de
$. 50 an la petite boutique
cooperative ow'rait ses por
tes le 21 Dice.tibrs 1844
avec come marchandises
de la farine, du beurre, du
sucre, de 1 avoine. done des
articles de premiere neces
site
Les pionniers de Rochda
le ava'ent pos6 les princi
pes d2 ce movement qui
devait s 6tendre a toute no
tre planted et qui compete
actuIllement (Ics centai-
nes de mlllionis d adhe -
rents
Voieti les Drineiaux print
c'pes coopratiifs, tels
qu ils ont Wtd mis au point
et adopts par 1 Allrance
Coopdrat've J'ntrnationa-
le comme pierre de touche
pour 1 admission de toute
nouvwlle soctatd cioprati-
ve a cet orgahisme :

1) Pr!nc'pe democrat -
que : un home. un vote

2) Porte ouvetts : entree
et sortie libres

3) Neutrality pollttque,
racial et non cont-assl6na
lt(t religicuse

4). D1stribuEion des pro-
fits proporUtlnnellement
aust chiffres d1affalres de
cheque membre avec la
soeeid

b) Limitation dui taux
dLinter8t suE le capital
Une Cooprativte, en bref
qu ast-ce ?
C'eat ce qla'on appelle en
league anglaliae le self -
hasp, et te self-service par
l action conunmuautaire. Ce
quonc pourralt tadirSe en


franqais par eos express -
sions suivantes : e toi tot-mem'. prends en
ma'ns tes propres affai -
rcs,> <,A'de-toi, Ie Ciel t at
dera >

Alors, C est indlvidua -
1csmt,. c 'st le salut per -
sonnel qu on .nvisage, ob
jtctera-t-on ')
Bien sCir que non. Nous
1 aevons ble .dit, c sit le
se l-help e < vlcec, le < mal par 1 action coummu-
nautaire
C est la mise n com-n
muin de ses l'frces morales,
intell cluell-s et mate -
riClles afin 0.a se liberer
de 1 emprise d- 1 imp6ria-
lisme. du ca'sitalisme sans
coeur et sans pitie, du corn
munisme rivolutionnaire
et ath6e.

Dans ce but le coopera-
tisme emploie des moyens
bien samples un' le be -
soin et la n6c.stete ont fait
decouvrir par is nmsedra-
blhs ouvriers de Rochdale
don't 1ls plus heureux ne
gagna'ent eipoque que
63 cents de dollars par se
maein, c est-a--dire 3 gour
d?s 25 par sernaine
Ces moyens, ce sont les
principles coopdratifs doni
nuus avons d:)nd plus
haut les plus elmentai-
rrs
D aboard le contr61 d6-
morrotit qip
Avant tout le Cooperatis
me est une grade Scole
de la ddmocratis, mats
une democratic qu cornm -
niecne par la base pour at


teindre les tomma2tl
LPe Cooperatime ne osau
ra;t-dtre une action got-
vern-mentale. cinnme cer
ta;ns fonctionnuaires l ipen
s nt ordina'rement .' est
l sune pr:miite erreur a
eviler

Vorcl a ce .ijet ce qque
proclamait in irand cooper
rattur Un ch-f de gouvr
nement, un ,raind citoyen
du monde. m' awahariat'
NEHRU. pi'mnter min;stre
de 1 Inde
,( ..) La It la popula-
tion elle-mism ouvre la
march cooperi'iMve et e;
c'nl;s n, -P en:'ircem 't s ti-
int reprise. 0 mn uvemernt
Prospc"e it .se dev ilppe.
Ma's lea 8)fi 1 y ;a unl cer-
ta:ne tutell, -Rj.ivern men
tal'. 11 ne peut sepanouirt>
Commentant les opinions
d' Nehru sur h's relations
entire 1 Etat At 1l Mouve-
ment cooperAitf, Gcnrges
D v dov'c, un autre grand
cooperat:ur, gLtt a ete pro
fe'sseur de Cooperation
dans de grades Un'vers;-
ts d EuLrope et d Ameri-
que. actul1lemnt nrofes-
sour a 1 Univers.i Concor-
d'a a Montreil, ecr t dans
<,Vers un mainde enopera-
t.fa :

.LF.tat don't south) nil les
croprrat'v ss' ell-s ent
bLsoin d a'de ma s sans
ls L Etat dolt-
etre eniru m ut cune agFn
ce oul l s rolutent finan-
c'irement I1i faut rejet'r
toute 'dde e e rarticpa -
tion de 1 Etat aiix cooper
tives,

autr(mento. -ar e 'a va a
1 econtre de i c nh loso-
phi- coui anm"' le move
us't Icoon'sen-itf.

Le Prof, s'eIr D:'vidovio
,1nus n pp'end rUe 11 1Insti-


te Pilv ,ron as 'l q proft s -
s 'rsaet ve o:i. rete i('s i est
li't0 roal;sraifn t xi'i isleO -
nelle dans 1 monde, iVe:'s
un monde com)c'ratif)
De plus. oils BLnqu''C Co
op0rativ',s ont eie i t'blles
dans de s oin mireux pays
cormie 1 Italie. la Finlan-
de, 1%, Jspon. En 1933 tr-ai
ze banilues ;a iiint nation
d' s cooperattivs, 'nt vu le
jour aux USA, di:nt la
prince pale Ja Banque
Centrale pour ia Coopecra-
tion -- s trouvtait a Was
hingtons. /

Dans le Qui'eec. au Cana
cla 1 s Cooperatives d epar
gne et de Credit. ls , ses p,,pular s 1i- plus g:ra'nte force dco
nomihu d l!a Province.
Leur actif crAii.-sse mainte
nant 8 misll!adls d- dol-
la s. Eiles ),t erige., en
ass-ic'at on ivpC le gouver
n meant, le plus g'and bu'l
d ng de Msnr.'al.: la Pla
c Des ardins
Plus pro:; de rnus, a Por
to R'co, en Rpr'bl 'oue Do
m': ca ne. les ( operat!-
v s raltsent des proues
s s. L' cooplsrat vs agri
celes, les co-,t)d-atives d.
or..duction, de carsomme-
L on. d epargue at as cre-

(Voir suit page 5)


parce que, m4me sans gros revenues, les hai- 1
tens savent rnaintenant comment mettre
de /'argent de c6td tour les mois pour le
fire fructifier.

parce que, msme sans capital au adpart, i/s
pourront rMa'isr tel ou tel de ces pro/ers
don't i/s revent depuis longtemps une rou-
vell/e voiture, une maison, des dtudes plus
card pour leurs enfants et pour eux une
reiraite heureuse.





LA BANQUET NATIONAL

DE LA

REPUBLIQUE D' HAITI


-. .


EVALUATION


DE LA CIMENTERIE D'HAITI


I











LES INDUSTRIES DU SAVON REPONDENT AU MINISTREFBAUDUY


Ilusuv de lIa lro page)

vnlttr' Is Ipods du slivon n)
iti Itvc si tole i il r l n Oiau d(i
vi',( p|ir IV polds des mla-
el r ri n-lH:i.s'q rllpO ll'lllbles
nlt inl laInns IlI flbrica -
llni lii si ivon lI'r eXln
pl in mettan inl I I) Ibs da
liii 7nll i s' 'ri'uSe o (, i e1 obte
n.mfl 170 Ibs (Ie isavon A
'mnli I) 20 poulr cent, d hu
lli ttli e ll I obti '. tin rell
ivllelit dii 1 '125 ienvil'ron
I e I'iilld eiiiie l S tppll -
(lU ii I SlIle ion fa briquts
en lliiil. apportL cope de
'cir'lllnt de Monsieur Car
os Fiarner, Controleur
'chniquei de la Meccani
che Moderne, une des plus
grands fabricants de ma-
hlilnerie de savon au mon
de, L' Curriculum Vitae de
Monsieur Farner atteste de
.sa c(mlpetence tn la matie
(e ANNEXEE)

Ie Ministre ,i biti son ar
11 menitation de revient
sur un rend,'m'nt de 1 55,
eIeo dlonnee n esl pas vala
bie pour les savons tels
qu" lives actuellement
par iinous SuI. le march
doLLn lI teineur on humidl
l, ecsl d environ 20 pour
eii car le itendement de
1 55 soumis par le Minis-
( re 5 applique a des savons
de lessive de qitalite moin
dre que les notres et ayant
un laux d humidity de
braucoup superieur a 20
pour cent

(VOIR EN ANNEXE LE
RAPPORT DE M FARNER)
CALCUL DU COUT DE
SAPONIFICATION

Pour ce qui est des matie
res premieres, nous allons
vous demontrer par le ta
bleau ci-joint qu en te -
nant compete ou non de 1 6
element eau, qui est tou-
jours dailleurs facturee ah
zero, le court de saponifica
lion du savon fst le meme
et que le consommateur
n est en rien lese

TABLEAU CI-JOINT

TABLE.
FORMULE D'UN
113 lbs De tallow
6 lbs Acide Gras
21 lbs Caustic Soda
18 1a Ibs Silicate
11 '2 lbs Eau

170 lbs
a) $ 43.28
170 lbs
b) $ 43.28
152.96


-) Que couslatons-nous ?
Nous remmarquons que lia
livre de Savon nous revient,
duns to cas oft l'eanu st
considder'do $ 0.2545; nous
In comparons A line base de
152 lbs 96 comnne suggd6rc
par to ComlnmunlquL, nous
oblenons done $ 2828 la It-
vre.

Nous l'alsons 2 multiplil-
callons tlrs simple

2828 X 152.96 $ 43.26
2545 X 170 $ 43.26
Come $ 4326 $ 4326
Donec 2828 X 152.96
$ 2545 X 170
PRIX DES MATIERES
PREMIERES
Les revients en discussion
soumis au Ddpartement du
Commerce sont bass sur
des prix de tallow achet6
en avril pour livralson en
Haiti en mal. D'une meme
haleine, le Ministre admet
que la matlere premiere
tallow) fluctue quotidien-
nement et il propose dans
son calcul de revient un
prix de tallow dorit il a
requ une offre au mois de
juin. Deux choses sont A do
gager immddiatement :
PREMIEREMENT : Un prix
de revient ne peut etre ba
so sur une simple offre d'a
chat mais sur un achat ef
fectif.

DEUXIEMEMENT : Le Mi-
nistre a cite de nombreux
prix de tallow variant de
$ 570 a $ 630 et il a choisl
le prix le plus bas pour e-
tablir son revient. En d'au
tres terms, pour etablir le
revient d'un savon sur la
base d'une matiere premie-
re commander au mois d'a
vril, il s'est servi d'une of
fre du mois de juin. Aucun
rapport.

TROISIEMEMENT : Le Mi-
nistre dit : un agent aux Etats Unis ou
dans un pays quelconque,
il surveille le march pour


AU I
FABRIQUANT
$ 329226 $ 37.20
$ 325 $ 1.95
$ 09 $ 1.89
$ 1210 $ 2.24
$ 0 $ 0
$ 43.28
- $ 2545/lb
- $ 2828/lb


vous, A un moment donn6
oft le 10 march est bas, 11
ach6ttc un volume donn6 pour
qu'll expddle par petites via
lours slcon vos besolns. Ca
pout aiirriver, on achltc rf'u
turi par contract.

Qui pout pr(vo-.r quand
le Imarchd seru le plus bas?
el,, plus bus en relation A
quel prix? Est-ce par com
paralson au prix d'avril, de
mal, de juln et de quelle
annce? Car, come le MI
nislre lul-meme 1'a dit, 11l
a vu le prix du tallow pas
ser de $ 570 A $ 630 et ces
prix 6taient 6videmment
plus bas au course de 1'aV
nie precedente. Q u e
est done 1'talon de refd-
rence de aprix base ? Les
industries ou leurs agents
d'achats ne peuvent pas
plus prsvoir le prix du tal
low que le num6ro sortant
de la borlette du dimanche.

QUATRIEMEMENT : Le Mi
nistre a proportionn6 les
frais fixes, done invaria-
bles, que nous voulons d.if
ferencier des frais varia-
bles de nos industries avec
la quan!itf de savon pro-
duite. I11 est d'6conomle 6-
1nmentaire que les frais fi
xes nc ehangent pas avec
le volume de production;
ce sont des constantes. II
est inutile d'elaborer la-
dessus.

Partant de bases et de
donnees fausses, le Minis-
tres du Commerce est arri
v6 a des conclusions ndces
sairement fausses. Nous a-
vons relev6 de nombreuses
prises de position erronoes
du Ministre Bauduy. Nous
avons voulu nous tenir ici
a l'essentiel du problem
qui nous concern, c'est-A-
dire le savon et nous n'a-
vons pas voulu entrer dans
de nombreux autres details
qui allongeraient notre re
ponse et prolongeraient les
debats.

Il est p6nible de consta
ter que le pays tout entier
subit une raret6 de savons
et que les usines de pro-
duction de notre pays se
trouvent paralysees a la sui
te de 1'erreur d'un seul
home. Nous ddplorons en-
core une fois le refus de
dialogue du Ministre du
Commerce, car, nous au-
rions pu compare nos don
nees exposees ci-dessus a-
vec les siennes; car depuis
pres de deux mois nous at
tendons cette occasion, de-
puis pres de deux mois que
dure cette question.


Nous nous sommes abste
nus dans notre r6ponse
d'employer des qualifica-
tlfs ddplalsants comme en
a us6A notre dgard le MI-
nistrc Bauduy, pour ne pas
envenimer une situation d6
jh trds pdnible.
Qu'on y volt ld la bonne
fol qul nous anime et une
part de comprdhenslon que
nous ajoutons A nos d6bats.
Nous prions le Clel afin
que le Ministre Bauduy se
render compete du blen-fon-
de de nos donndes et de la
bonne fol qui nous caractd
rise et qu'll oeuvrera en
toute quitude avec nous,
Pour solutionner cette si-
tuation dans 1'intdret du
bien common.
Socidtt Industrielle et
Agrlcole d'Haiti S.A.
Huilerie Nationale S.A.
Fabrique Nationale de D6
tergent et de Savons
Societd Industrielle des
graines olagineuses S.A.
ARGUMENTATIONS
LEGALES
Opinions juridiques de Me
Jacques Laroche concernant
les status des industries
et des responsabilitls et 11
mitations du Secr6taire d'E
tat du Commerce et de 1'In
dustrie, CI-ANNEXEES.


CABINET GEORGES
LAROCHE
Le 6 Jultlet 1979
Sollicit6 A 'effet de don-
ner une consultation sur I'e
tat actuel de la fixation des
prix par le D6partement du
Commerce et de 1'Industrie,
les considerations sulvantes
sont exposes pour faire le
jour sur la question.
Le texte qui sert de rdfd
rence pour une rfglemen-
tation du commerce est le
D6cret du 26 spetembre
1960.

L'INDUSTRIEL N'ES'V PAS
UN COMMERCANT
PARTICULARITES DU
DECRET : -

Le texte done a 1'ndus
trie une entire autonomie
necessaire au statut du pro
diIcteur don't les activities
sont. liees aux fluctuations.
du commerce exterieur,
dans I'etal actual de sa Pro
duction Nationalc.

L'industriel nest pas un
commcr.ant et de ce fait la
reglementation du commer
ce des products qu'll fabri-


kripalu


centre


i de yoga

RECONNUE D'UTILITE PUBLIOUE

Cours de Hatha Yoga respiration yoguique,
reeducation des vertdbres Relaxation-equi-
libre physique et psychique, sous la supervi-
sion de professeurs hautement qualifies ,

Tous les Lundis-Mercredis et Vendredis
SALL-L CLIMATISEE PIX MODEOt

i 9 ru, Tertulien Guilbaud Bourdon f

Tel 2-3274
Now" 1


que se faith au niveau des
positions ddposfes par la
lot qui en reconnait 5 :
a) Agents de Manufactu-
re ou Commlssionnaires.
b) Importuteurs Grossis-
tes.
c) Importateurs Dftall-
lants.
d) D6talllants
e) Pacotilleurs.
11 so r6vele done que i'ln
dustriel est hours du circuit
commercial interne et ses
products debits aux com-
mergants ne sont pas tou-
ches par la i glementation
prevue par l'Article (6) du
Decret du 26 sputembre 1960
REGLEMENTATION DU
COMMERCE
a) LE POINT DE VUE
CONSTITUTIONAL : -


Le Regime Presidentiel
defini par l'Article 90 de la
Constitution de 1964, amen
dee comme suit : -

Article 90 voir Ex&cutif est exerce par:
un Citoyen qui reqoit le ti
tre de President de la Repu
blique. 1 st assisted de Se-
cretaires d'Etat et de Sous
Secrdtaires d'Etatv.

Cet article ne donne au
Secretaire d'Etat qu'une o-
bligation d assistance qui se
ra explicitee dans les arti-
cles 106, 197 ct 108 de la
Constitution.
b) LI, POINT DE VUE
LEGAL : -

L'article )6 du Decret du
26 septembre 1060 prevoit
merce des produits qui peu
vent etre classes dans 10
categories enumerees. La
parties finale de cot article
prescrit la promulgation
d'un arrete presidential
pour cette reglementation.
En rapprochant la lettre
de la lot do cellc de la Cons
titution, il resort que la
Reglementation du Commer
ce des products livres A la
consommation locale, qu'ils
soient imports ou fabri-
ques localement se fait par
Airete Presidentiel.

Un communique ministe-
riel, selon les principles du
droit administratif et du
,drolt constitutionnel est
une initiative qui empiete
sur los prero-atives du Chef
du Pouvoir Executif seul ad
mis par la Constitution A


exercer ce Pouvoir et un ac
croc b la o101.
Maitre Jacques LAROCHE

xx x X

July 6, 1979
CURRICULUM VITAl

Farner, Carlos of Mecca-
niche Moderme. -'
(One of the largest soap
machinery manufacturers
In the world).
1. Degree in Chemical En
gileering Michigan Sta-
te University 1952.
2. Works with oil fats,
soap and detergents since
1952.
3. Experience in laborato
ry control and research. Pro
duction superintendent.
Production Manager. Engi-
neering Design. Engineering
Consultant.
4. Now technical Inspec-
tor and representative for
Meccaniche Moderne in soap
and detergents. Represent
tive of Neumunz, Inc., Con
sultant for Agrosa Oil Plant
and Indegrasu Soap Plant
in Nicaragua.
Other Experience :
President 'College of Che
mical Engineers' in Guate-
ma'a.
Correspqnding Secretary
for 'American Oil Chemists'
Society.
Assistant for more than
twenty theses in University
of, San Carlos, Guatemala.
x x x
6 July 1979
REPORT OF CARLOS FAR-
NER, Technieil Controller
& Soap Maker.
COST OF 153 AND 170 LBS.
OF SOAP

When a box of fresh soap
is just out of the machine
and weight 370 lbs, after
weeks of exposure to diffe-
rent conditions it may !ose
10 -per cent of moisture and
the box would weigh 153
lbs. The important matter
however is that the box of
153 lbs has the same value
as 170 lbs. because although
the water which has no dol
lar value has been lost, the
153 lbs. has the same Wa-
shing power as the 170 lbs.,
and its fatty acid has been
increased proportionately.
Meccaniche Moderne has
analyzed the transparent
soap of the local market
and consider' that a yield
of 1.40 to be exce'lent. We
at Meccaniche Moderne,


consider that an average
fat yield of a normal laun
dry soap such as those on
the local market (ref. the
Haitien white laundry soap)
of 1.40 to 1.4) is the result
of a very good soap making
and good adjustment of the
machinery.
It is also certain that one
can make a soap with a
yield of 1.55 and more. Ho
wever it will be of much lo
wer quality and softer than
the ones found on the Hal
tian market.
This is based on soap ma
de with good grade tallow.
Of course if one uses other
fats such as yellow grease,
the yield will be considera-
bly lower and the soap will
be soft notwithstanding the
amount of water in the
soap.
x x x
DEFINITION OF YIELD
Fat yie'd of soap :
WEIGHT OF SOAP
Weight of fats saponified
For example if you sapo-
nify 119 pounds of fat and
you make 170 pounds of
soap, the yiela will be 170 :
119 ::: 1.428.
What does ti-at mean ac-
cording to quality ?
If you add other inexpen-
sive materials, or materials,
sive material or mate-
rials with practically ne
cost such as; water, you
can increase the yie'd
but the soap will become
softer. At the end it will
have the same washing po-
wer as the soap with less
weight and of course less
yield.
Cone'usion :
In normal washing sOnp
it is the weight of the fatty
matter that co uits and not
the amount of waler that
is used in preparation.
Read and approved.
Errors and omn'ssiGn e',cep
ted.

Made in cood f'
Poit-au-Priri'e Hi ti

Carlos FARNER

Vu par Nous, I-o. n-1.
uniquerrent, pr1, "n Iq ga-
stion .: 1 'sen '-lio d
Monsiet- C,..r'os F:,rner r -
toyen Gintcnm lrriri 'r' I
teur de Passeport No 59>583:4.
Serie D ci-dessus apposce
devalrt nous.
Port-au-Prince le 6 Ju'llet
1979.
Raoul KENOL


~"cpc~~'cooc'~y" ;C~/(//~C(//lI(%r~I~I ~ ~ ZV'~~~~//C%)I/S))~


CINE


IMPERIAL


SALLE 2


L'ARGENT DE LA VIEILLE


Avec Alberto Sordi,



Bette Davis, Silvana Mangano



Une machination diabolique qui



vous tiendra en haleine jusqu'au


denouement le plus inattendu


VIVA ABBA






Un film qui vous donnera



l'occasion de connaitre la vie



bouillonnante du eroupe suddois



le plus populaire de ces derniers temps.


SALLE 3






LE RECIDIVISTE



C'est Dustin Hofman, I'homme



qui a tented de refaire sa vie



apres 6 annees passees en prison..



Mais un home peut tout gagner



ou tout perdre en meme temps.


CINE IMPERIAL; DE BONS FILMS, UN BON CINEMA


------ - - - - .--------- - - - - ----------


SALLE 1


PAGE 3 <


SAEI7JUILLET E IACE8J111T17







PAGE4 SAEDI7 JULLE ET IMACHE JULLET107


Vainqueur de la douleiur ne dItruit pas vos globules


La Maison DIfly an Champs de Mars ,ewDAN'

oI i' tlui Il )i piirt, ltrribl pour I'hilstol teuir l ur 611o0t1on n ,-s VOTRE HORO$COPE CINE TRIOMPHE
rot' hnl le. Eli efft, la 'retrotivant par le d cor aus
.I l : I1, ..r. .r l'I'Anigl, ,vst'l,1propl i'1p15 d otl. comme ini sl i, q,, e par lets objets. Par Frances Drake SAIrE 1
t, i A l l tI ll t' I "rls( c,'l ie., 5mnege' irESmu do dnsds l'arits doslh'EJre de 1 EJEU DELA
i n'! .. l In . llill'.' Ii n l rO I dn ei du Cnunr' D Be le 1r i rE oque. i ivail eoim -D
h rtviqlieno ll Commerce, BcaI le r-h PUISSANCE


]i: l i ni, rn it l s Ii :l ls UlilltIs.

till Il mIV ri tll des M II 'S
ri fir il ; t 1 l ii lii uve i'rivee.
i. I lla ( i 'Assocltilons,
I I V p'l.voe etlend son
: ici iol i qri iel i d .l s Is n a Pre
sri\ .tl rll des Mon imeis
hi,.! 'rllqties ('esl rinsl qu'il
0 nOnl!'temnllt onnu11111 que
c'est trfice il In 'Ladle's As
sotlclliin for tilhe Union
( ] l i: ri.l'sidence' du nu116
;i-:l (,orl e W'' W 1slhinlglonl it
Mont Virnon sa eti sauvce.
it, li i rilir i'l 'st devenlrl '
tll 11 '1 l ( l Pblerinalge fri
'ri' I r i uLil tIn ux et e-

Ailn i 'I i \|li(|iie Ilt IrI e


ii i ii r l.;ii)ri l n" M lu r

s]i (I (iriier':il Defly all


fly. 'liiure eminlente de no
Ire anclenne arm6e, edlfice
re slatr dans le style du
tenips soilt 118981) eli ram6


nos grands-mfre, assises
it 1'angelus pros de la lain
13p, rrinant, un c1haoelet,
tandis qu ni' jeune fllle pen


narpe avec lrs meubles deple les premieresheuresdela
1'epoque; la propridt6 auralt nuit, des notes cisun played.
6f' un don du Ptrsid0nt Ii faudralt plusieuis so-
Tiresils Simon Sam auo G cift6s de ce genre et des
ntsacl Defly. Venduo long- animatrices comme Mme
temps plus tard, a 1'Eglise Gerald Manuel, artiste pein
Episcopale d'Haltt, on par- tre, petite fille dlu Presi-
lalt de d6molir ce joyau dent L6itlme. done haltien
d'une architecture qul, mal ne jusqu'A lal moelle des
heureousement disparait. Et os car 11 reste Thor le
conmme tant d'autres, entrfs Volant. l'ancienne residen-
dlijh dans le domalne de ce d'ete du Prfsident PF-
l'oubll, c'auralt t,6 chose lion,. ,Bon Repos: de Flor
f:rite sans 1'action vigilan- vil Hyppolite na Carrefour;
te de la Socift6 haitienne il y a 'ancienne demeuree
pour la Rehabilitation des du President Salomon a Turn
hIn iicapis compose d'elS- reau qu'habite le professeur
meniIts attaches encof a ce Jean Claude: et par dessus
coin di terre, et d6sireux tout, il y a la vielle CalhI6
dc pr6servet; le moindre ob drale. autant d'6difices .h
je'. rappelant son passe de classes. Monuments histori-
pre.stlie et de gloire. ques. et requ6rant les me-


( l i ,1 d' 1:Is. inaisnlI (' Hux. nomn breux, qulc as- 1( SO OiS q 4 1 ". i('J i -itit
cilimnr la d('oli- sislrent ce martin ai l'ouver Defly.
,1 C. (ii' i llt It( liune ture des portes n'ont pu con
--c 0SSO05. % S-0JT ./P Il existe certes, une Divi
sion des Sites et Monuments
historiqucs qui effectue L.
bLA b 1la Ciladelle aussi bien qu'it
Fort-Jacques, un travail re
A u am nmarquable. N'empeche que
1 Institution qui gagnerait
a Atre secondee par ce qu'ils
appellent aux Etats Unis sous
le nom de : Tihe National
S* Trust for Historic Preserva
N C l b t ion. mfrite d'eire mieux
s rueturee pour enbrigader
Saantit drachilectes an-
thropologues. ingOnieurs, his
toriens, Ethnologues et ou
Vendredi C juillet vriers en chmage, alors
qu'il y a tant i, faire sur
1 ensemble du territoire na
D. P. EXPREtFS $ 2.00 tional en fait de restura-
tion de Monuments.
Combien de vies d'hom-
Samedi 7 uillet mes fa.drait-il a 1'archit c
te Albert Mangonfs poIl
SOlIRE -I IRVEI LILFUSE AVEC embrasser 5. lhi sou1, o si
S C vaste prog-amme de prfser
SiOGA COMBO $ 2.00 vation et de restaurarion ?
Je m'aper'o s que je vais
0oQ n nDei loin. mon propose
Dimanche S Juillet 1ait lutot de me consti-
k tuer le porte parole de tous
A PARTIR DE 3 II. P.M. ((BOOM COCKTAILs AVEC ceux qui come moi. ont
IF.S AMIBASSADFUIIRS $ 1.00 prs 1n vreitable bain d'his
toire h la Maison Defly. au
Chamn de Mars ce mat'n,
DIMANCME SOIR poor f6liciter et remerrer
pilbliqriemelni en la person
SIO((GAR (0OM11 ET BOSSA COMBO $ 2.00 ne de Mme G6 ard Man,,,l.
811 Dr et le' Dr 06rard Leon
toutes ces dames don't. le
La IMirectn du LATMrI Nous informed qu'a partir ddvoucment a v;ilu it Port-
au-Pce d 1ire dotee d un
du .iN\M.11I 11 ct ce chlaque Samedi apri-s-midi, d nes nvetl Muse Priv, de va
I i. I'.11. I 1). P: Il'XPII'SS reprend le Cocktail leur remnarqc ii;hle.
IEXPII:.SS de nIaque SAME1)DI. Le Rendez-Vous de N.B. Ois s:li' clie la So-
eil6t Hai'ienne pour la R6e
to ns 'ls .ienes. Adm. $ 1.00 habililation des Handica-
Par ailleurs, IAE TABOiU COMBO sera en Haiti Oes. outre une trentlone do
le 18 Ju. lle et jouera son premier BAL AU LAMBI Dames, compete un Comite-
Direcleur de huit rnombes
Ic Dimir.nche 22 Juillet. d i .e l etiitr en IHili du group SKAII-SIIAIl est G rard Leon dont on se
S Ae plait an loner l'efiirilnee el
frix :II "1 A.i( au lieu de 1:1 Aoit. I le dynamisme. A 1 inaugu-
S- Le Ietour en IIaili I)ES FRERES DEJEAN est ration de re main MaImai
poor 17 D e)t,.mbre 1979. D(flv, p('It(e l'illhe du G6ne
N ral etlait presen'.e.
_t^y 7 (./'. 'g. .3./' ./S..Q.Q i Q / ~ Lairrore ST. JUSTE


DIMANCHE 8 JUIL. 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIR)
Trop d'indulgence pour
soi-m me conduirait l1'en
nui mnais un mlange pr.-
mature d'affaires ct de plain
sirs nest pas non plus re-
commande.
20 AVRiL AU ZO Vr TAI
(TAUREAU)
La rdflexion s'impose
pour les projects d'ameliora
tion du foyer. Des pensfes
extravagantes seraient cof:-
teuses. Attention aux gens
sensibles.

21 MAI AU 20 JUIN
(GEMEAUX)
La nonchalance dfguise
ra vos veritables senti-
ments. Vous n'approuverez
pas les manieres de quel
qu'un ou sa facon de dl-
penser. Cherchez 1'harmo-

21 JUIN AU 22 JUILLET
( CANCER )
Attention aux id6penses i-
nutiles et au mauvais tra-
vail. Soyez sensible aix
sentiments d'autrui et vous
aurez la reciprocity.

23 JUILLET 1IT 22 AOUT
( LION -
Jolioz pour agnetr et ap
pliquez-vous; meme dans
la detente. Donnez-vous
tout entier au travail corn
me i0u plaisir.
23 ABOUT WU 22 SEPT
( VIERGE )
Nignorez pas ce problf-
me qui se d6veloppe a la
rmaison. La mauvaise hu-
inc ur de quelqu'un peut
meLtrc un nuage sutir la
joie d'une reunion mondai-
nie.

23 SEPT AU 22 OCTOBRE
( BALANCES )
Un ami est :,-. iti-.,-,
pour tenir sa parole. Les
membres de la family r6
poindront t ,- .il:,., ii' ii
vis effort, i .l .
Maintenez 1'harmonie.
23 OCTOBRE AU 21 NOV
( SCORPION )
Fvitez la dipense super-
firl pour faire avancer vo
tre carrirre. Votre project
ne domnera rien. Ne fel-


gnez pas de vous d6sint6res
ser des idOes d'autrul.
.22 NOV At 21 DEC
( SAGITAIRE ) c

Ne prenez rien .pour ac-
quis dans les problimes se
situant au loin. Ne soyez
pas extravagant dans le
maniement des fonds com-
muns. Accentuez la rfcipro
cit? de vos affections.
22 DEC AU 19 JANVIER
( CAPRICORNE )
Les espoirs secrets se-
ront mal fondds ou irrealis
tes. Les amis sembleront
susceptible et les Otres
chers 6xag6r6ment senti-
mentaux. Soyez comprehen-
sif.

20 JANVIER AU 13 FEVRIER
( VERSEAU )
Ne croyez pas tout ce
que vous entendez. Quel-
clu'un exagere. L'exercice
d'un passe-temps sera vo-
tre facon d'6viter quelque
chose de plus pressant.
19 FEV AU 20 MARS
POISSONS )
Allez jusqu'a'u fond de
votre travail. Ne laissez
rien glisser. La vie socia-
le aura des attraits senti-
mentaux si vous en Scar-
tez le caractfre superficiel.

SI VOUS FTES NE
AUJOURD IIUI
Vous etes doud pour une
situation dirigeante et etes
un gagneur d'argent-ne. Na
turellement attire par les
affaires; vous feriez un
bon directeur de society;
banquier ou conseiller fi-
nancier. Votre plus grand
success viendra avec le de-
veloppement de votre cons-
cience social. Comme cito
yen: vous apporterez votre
contribution au bien-Stre
g6nfral: come fonetion-
naire : philanthrope et pa-
Iron des arts; Douo de for
tes tendances artistiques;
vous rfussiriez comme ac-
teour; compositeur; peintre
et ecrivain. Que vote inti
r t personnel ne gene pas
la contribution plus large
que vois etes capable (I'apI
p-irter en servant la com-
nauti6!


A SDs passage a Port-au-Prince

DELTA ACRUZ

Astrologue Voyant -

;t L 'H Para Psyphologu u

S 3 : HOTEL LE PALACE

S Tel 2.3344 (sur randez-vous)


Entrde $ 1.60 et 2.00

S LLE 2

FLIC OU VOYOU
!Imtr.e : $ 1.50 et 2.00
SALLE III

MIDNIGHT EXPRESS
Entr6e : $ 2,00

SALLE IV

MrORTS SUSPECTS
Entree: $ 1.fj

xxxx

REX THEATRE
Samedi 12h 2h 4h 6h 8h
lOhl
LE NOUVEL AMOUR DE
COCCINELLE
Avant 5h Entree G. 2,00
Entr6e G. 3.00 et 5.00
Dimanche 12 2 4 6 8 10 h
LES CHAINES
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00
Entr6e Gds 9-00 3-00 5-00
Lundi 12 2 4 6 3 10 hres
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree 3-00 et 5-00
Mardi 12 2 4 6 8 10 hres
LES CHAINES
Avant 5 hres
Entree Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes 3-00 et 5-00
LES CHAINES

xxx x

ETOILE CENE
Samedi a 61h30 et 8h30
TES NAUFRAGES DE
LT'ILE PERDUE
Entree G. 1.50 et 2.50
D;manuche 6 n 30 et 8 h 30
FRENCH CONNECTION
No 2
Entrip Gdes 2-50 et 3-50
LundJ 6 h 30 et 8 hres 30
LE TIGRE IE LA
RIVIERE KWAI
Entree G 1-50 et 2-50
Mardi 6 h 30 et 8 h 30
UN JUSTICIER DANS
LA VILLE
Entres Gdes 1-50 et 2-50

xxx x

CINE LYDO

Samedi 12 h 2 h 4 heures
6 8 hcur's 10 hies,
Entree G 1-30
LE TEMOIN
A ABATTRE
Imndi 12 h 2 h: 4 hres
Entree G 1-50
KUNG FU CHINOIS
CENTRE LE PARRAIN
6 h 8 hrcs 10 hres
Entree Gdes 3-00
BRIGADE MONDAfNE


POUR CEJX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE...


I


Les nouvelles lines fluides de la CELICA out eite prcrammtes sur ordinateur pour lui assurer un minimum de

resistance a Pair ainsi qu'un maximum de stability a haute vitesse

PASSED Mt9lS 0volm A LA e


HINOTO S. A. Rue Pavee Tel. 2-0658

/;;;;y;;g


S NOS CINEMAS


I


IMPERIAL

SAMEDI 7 JUILLET,.1979
DIMANCHE 8 JUILLET 79
12 h 2 Ih 4 hres
Entree Gd0s 5 00
6 h 8 h 10 h r es
Entree Gdes 8-00
L'ARGENT DE LA VIEILLE

LUNDI 9 JUILLET 1979
12 h 2 h 4 heures
6 hres 8 hres 10 hres
Entree Gdes 5-00
Entree Gdes 8-00
LARGENT DE LA
VIEILLE

IMPERIAL z

SAMEDI 7 JUILLET 1979
DIMANCHE 8 JUILLET 79
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 5-(0o
Entree Gdes 8-00
VIVA ABBA

LUNDI 9 JUILLET 1979
12 h 2 h 4 heures
6 h 8 hres 10 h res
Entree Gdes 5-00
Entree Gdes C 00
VIVA ABBA
IMPERIAL 3

SAMEDI 7 JUILLET 1979
DIMANCHE 8 JUILLET 79
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 5-00
Entree Gdes 3 '
LE RECIDIVISTE

LUNDI 0 JUILLET 1979
12 h 2 h 4 heures
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 5-00
Entree Gdes l-00
LE RECIDIVIS FE
y x x x

PARAMOL~NT

Samedi 12 h 2 h 4 hres
Entree G 1-50
6 h 8 h 10 hr2s
Entree Gdes -00
LA SANCTION
Lundi 12 h 2 1 4 heures
Entree Gd1s '2-00
6 hieures
Entree Gdes 2-00
SHAOLIN KUNG FU KID
8 h et 10 hres
Entree Gdes 3:00
CA CONE JHZZ
LES ROUTIERS


CINE OLYMPIA

Samedi a 12h 2h 4h 6h30
et 8h30
LES 7 VAMPIRES D'OR
En.ree G. 1.50
Dimanche 12 hi 2 h 4 hre.
Entree G 1-50
6 h 30 et 8 ih 30
Entr6e GdEs 2-00
M'lle KUNG Fl'
Lund; 12 h 2 a 4 hres
6 h 30 et 8 ,.s 30
Entree 0G 1-5
ASSAULT
Mardi 12 h 2 ih 4 ihrnt
Entree G 1-50
6 li 30 et 8 lir, s 30
Entree Gd'ts '.-00
Melle KUNG FU
xxx x

RANCHO iNE
Samedi 7
I.E RENARD DU TANZER
DIMANCHE 8 Juillet 1979
HORIZONS PERDUS
LUNDI 9 JUILLET 1979
LE RENARD
DIJ TANGER
MARDI 10 JUILLET 1979
HORIZONS PERDUS
xxx x


DERN etc.
PharmaCieS' Entre un home qui d6-
fie la loi: agress 1l'ordre
assurant e service etabli; affrunte les forces
toliviires et un homme
cette uitl qui la defend; un commis-
sare de police instrensigeant
PORT-AU-PRINCE oui fait respecter la loi;
il y a une femme fatale.
DIMANCHE 3 JUILLET 79 Les trois jouent un jeu
ST RAPHAEL dangereux qu'ils ne peu-
Carrefour Feuiile vent se permettre le per-
BON SECOURS dre. Les trois s'enfoncent
Rue Tiremasso de plus en plus dans un
SIMON gouffre; au pprtil de leur
l3r Ruelle 3eauboeuf vie. Ryan O'NEAL est le pi
LUNDI 9 JUILLET 709 ote 6merite; le driver qui
LUMIERE fonce a une allure verti-
Ave Pouplard gineuse en Scrasant toutes
EVE les voitures de police qui le
Rue St Martin suivent. II a une mission a
DE L ESPOIR rewplir; il est envoy avec
Delmas d'autres gangsters pour
MARDI 10 JUILLET 1979 1'execution d'un hold uip.
DU PEOPLE BRUCE DERN est le poli-
March6 Salomon clear coriace; dressed centre
ST JOSEPH les bandits. Pour mettre
Rue des Remparts les gangsters a genoux; il
LECLERC risquera sa vie le gangster
Martissant ne reculera devant aucun
danger pour exterminer la
x x x x police. La lutte devient un
duel a mort; mais quel
PETION VILLE est le role de la femme
dans cette intrigue flroce.
DIMANCIfE 8 JUILLET Un super policies orageux;
ItAtTIENNE impltueux d'un intdrlt pal
Pan American pitant. Un driver aux ex-
LUNDI 9 JUILLET 1970 ploits fantastiques; incroya
DU SIECLE bles; alui file; dcrase tout
Rue Darquin et externine.
MARDI 10 JUILLET 1979 UN SPECTACLE DE FEU
PETION VILLE POUR DE L'OR
'Rue -Flambert Entrbe G 5.00 et 6.00


~-r/r//Z//p//r// JI~CCJ~lC~CZI~ i~~Pd6~38'9~C~b~(ZZ/bCl ~ /~/Z//ITITC~~//Il///~(bZ///Zj


PAGE 4


SAMEDI -7 JTUtL4ET ET DIMANCH 8 XO ILLET 1979


CAPITOL
CAPITOL 1

SAMEDI 7 JUILLET 1979
DIMANCHE 8 JUILLET 79
PRIX UNIQUE

$ 1-0l
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 res

LE GENDARMTIE ET
LES EXTRA TIRRESTRES

LUNDI 9 JUILLET 1979
LE GENDARME ET LES
EXTRA TERRESTREF
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 lh 4 lheures
6 hres 8 hres 10 heures

CAPITOL 2

SAMEDI 7 JUILLET 1979
DIMANCHE 3 JUILLET 79"
Avant 2 h 30
Entrie Gdes 3-00
Aprbs 2 hres 30
Entrfe Gdes 5-00
12 h 2 h 4 n
6 h 8 hris 10 ihres
TYPHON SUR
HAMBOURG

LUNDI 9 JUILLET 1979
Avant 2 h 10
Entree Gdes .;-00
ADres 2 hres 30
Entre? Gdes 5-00
12 h 2 h 4 heures
6 hrIs 8 bres 10 heures
SUR ORDRE DU FUHRER

CAPITOL 3

SAMEDI 7 JUILLET 1979
DIMANCHE 3 JUILLET 79

PRIX UNIQUE

$ 1-o0.
12 h 15 2 h 15 4 h 15
6 h 15 8 h 15 10 h Ib
JUKE BOX

LUNDI 9 JUILLET 1979
PRIX UNIQUE S 1-00
12 h 15 2 h 15 4 li 15
6 h 15 8 h 15 10 hres 15
JUKE BOX

CAPITOL 4

SAMEDI 7 JU[LLET 1979
DIMANCHE 3 JUILLET 79

PRIX UNIQUE
$ 1-00
11 h 45 1 h 45 3 h 45,
5 h 45 7 h 45. ) h 45
LES COLTS DE LA
VIOLENCE

LUNDI 9 ,UUILLET 1979
11 h 45 1 h ri 3 h 45
5 h 45 7 45 ) nres a
PRIX UNIQUE $ 1-00
LES COLTS E)5
LA VIOLENCE
x x x x


MAGIC CIRE
Samrcli a lh ert 8l
AMOURi TROMPE
EntreeC G 3.00 ol 4 U0
Dsmaiirhe 5 a1 7 h 9 hres
DRIVER
Enltrie Gde'.s .-00 it-00
Lund 6i 6 (1 :I 1i-'es
LA POCHARDfO
Enitree Gdis 3-00 4-00
Alardi 6 hrbis ,3 hi-s
BRIGADE VOLANTb
Entree Gdes 3 00 -- 4-00
xxx x

MAGIC
Dinlanche 5 5h s'h 9h
DRIVE!
avee : RYAN O'NEAL: ISA
BELLEut A NI.iAT- nrTT


CEELICA AE ROD Y NA MIQUEU




- - - - - - -I


SAMEDI 7 JUILLET .ET DIMANCHE 8 JUILLET 1979


* ~iSllt de i 2li01 )im p(tge)

ditH int cn pilln 6tI)iunolls
.'lliein ll El'li's :s lnt. grillpdO('
,, r, liillnt .s, enl 'c oilf,6
i l t I ,, :l ligi'I' Elles 'lye
vall enl i nlll ennl l i I l
xl xi Icde l ( Cionil'fdxrx
I lli ill C )pe fr o I ( veis dp
loute 1.I ('an: l e fI-lttl a
ler Invll 1e i l ar ielp r a
crll rei'nlioi pai r 1 Inter-
lmlltdilre de son. Uulitlie
S1ouIp, minit |.l cooel,6rati-
vrs 1 Uniln dels Calsses po
pultlrres deI 1 0Irst, (UCPO)
I'.s comir'rtaIfv's dp ces
dIuX plays vol'ills youl -
dralirnt mnainr'nir des con
1in-cl irgullers. fraternels
c 1 s cooperatives hal-
l'lines pl dties visites reci
pI-0q II, S. ell attendant
nuit ux

i., lltre dte ce message fi
I occ:lsiin i 1du Jour mon--
Wd'l id la Coop6ration,
Ti ius 1 'iinpi oxi ] ans line
l ,ript loli fai 'e sill des
S'rl s 16s disxribues aux
n'.'mbrcs de la cooporativ?
( 1 LISIIO sucr'ro" de Hai
na lion loin de Santo-Do
lliilr(ln El Cooperativismo
i s L.i silulclo i. Le Coopera
tlI'lle c 'st la :olution

Oui. le CooplratismC
( ,et la .suLle folce capa
lih d IOluIS aider a re6sou
dre nos r l mulLiples problb
nios rconomiq'ies particu-
I lrem nt les pioble&mes de
credil et de consummation
Linflation ;'alopant,el. noius
pourrions la a'gulcr si a
Port-all-Prince lious avions,
f]ila re m, l:ixrx ts> coope-
lifs comme il eln existed
rtifs omme il en exist?
qciatre a San, o-Domiligo
Mais pourquoi le Mouve
ment cooperatif apres tren
tx tliois ans d implanta-
ti)n dans tout I? pays, corm
nme en Repubilque Domini
cairne. rest core presque
a 1 etat latent chez nous ?
P,)ourqluoi ne s- developpe
t-il pas ?
Un Still obstacle : La
Peur.

Un( premiere peur qui
: appell? la MeHfiance Des
cooperativts ont fait fail
lixe. Des grants de Cais
ses populations sent parties
,avrc des fonds Alors dans
1 's (endroits oxt cela sest
prodix!t, on cr.iint le pass
g'c d auitre.s r-luiuns Mais si
dies me'siu s dilastiqus a
v'ii!n' et priss par la
.1 i:,l ice t' intl' (' e:; escrocs,
1' mlal aur'tit ite d6truit
a ;1 i rxac'ixl' 't les g rlns re-
x)r|'ndra!nlt ':on fiance
Unx cid uxiimif form? do
l a Pour' la Politique Les
Ix'iis cxralnl'ent de d6plai
t" illa [Rioiv'ri' lnent s ils
i 'rollpl.til en cooperati-
vx(s, xxsxsciax ,ions quoe des
Ir'l'soxixiix s inti'r;':;,s6 s d6 -


uoncent parfbis conim
ttint do t,ondiance corn
ciste
Di:s Coop6rntivesB
CxistanItes crailgnnt, a
cle se grouper uVoc d
tries coopiratlvrs pour
inm r des Unioi'. des F
rations, touJloirs par c
te do d6plaire au gou
lienment

Or la Lol sur les Co
ratives reconna'sssntl
dtpendance doe Cs sodi
vis-a-vis de la politiqu
plles pr6volent le groin
ment des cooperatives
Union, en Fedxration
de Francois Duvalier. I
crt de f6vri-r 1974 sur
cooperatives)

Au premier Congres
Caisses populutres d Ha
nous avons lance ce I
gan : OU S UNIR OU
RIR Rien de pIlus vrai
cooperatives si elles v
lent, se consolider, se d
loppr et travailler ah
panoulssemenit conomi
du pays, doivenit se doc
ner la main perl faire
seul bloc Sinon chacu
restera une petite assoc
tion isolee. une petite
te incapable d attein
son veritable objectif :
mettre au service de to
la communal &haitie
Dans une lettre de
merclements qui nous
adressee apres le Cong
dcs Caiss-s pooulaires,
Francis Defay, s.scretaire
neral du Conseil Natio:
de la Cooperation, south
te que <,l initiative de 1
PO motive les indifflrsx
persuade les sceptiques
trouv? soi l0 cino sur
pays tout enitier.
< tier,>, nous le pnuvons
le CNC (ConIseil Natioi
d? la Cooperation) se c
siderant. non pas com
un organism, politiqu
ma:s comme un organism
technique, se met La trav
lar avec 1UCPO, coude
coude, la main dans
main, en tout devou'mx
et en tout disimteressc
ment a redonner confia
ce aux cooplrativcs et a
coopdrateurs, et a faire
sipcr tout ep-iuvantail p
vant inspire la peur
la cra'nte d iane tute
politique
Notre vosu le plus ch
c est de travailter avec
Conseil Nationapl de la
operation a ''At objectif
Tons unis, Jonc, pour
saluit eonomjiqxe de la
lectiv.tl haitienn.e par
COOPERATION
C est un devoir patriotic
Un devoir hurInI' i
Un1 imperatif
OU SUNIR OU PERIR
Edouard A TARDIEU
PresidEnt de I UCPO


le 6
mlu-

d~jl
issi
ani-
for
x6dl-
crain
iver-


op6-
1 in-
i6tis
e et
upe-
eni
(Co-
D6-
les

cleE
ilti,
slo-
PE-
Nos
veu-
J6ve
Ive

que
oin-
un
hne
cia-

idre
$S
oite
nns
re-
fut
grres
M
ge
nal
rai-
UC
nits,
et
Ie

n-
si
nal
con
me


ue,
mx
'ai

li

an
ain
dix
pox
ox
1le

xer
le
Co

1;
co.
la

qu:


AVIS PROFESSIONNEL
0DII'L I.ES DES 1'1ATS-UNIS :

E':n Sciences Comptables (Bachelier et maitrise en
'Sciences) avec l'experience dans les administrations
publiques, Industrielles, Commerciales, et gouver-
nementales cherchent c lents dans toutes catego-
ries interessecs it compt;.))iliser leurs enireprises.

COIMPTABILITE FINANCIER :
System de verification selon les standards inter-
nationaux adopts par Ihnstilut America'n des
" cmptables reconnus C utility publique Applica-
tion des principles Ger Iraux de verifications Inter-
nalionales.

COMPTABILITE rND( STRIELLE
Standard cosfix g
Proces costing
Job order costing
Forecasting (Sales and cash)

COMPTABILITE D!' MANAGEMENT :
Implantation de control Internal
Revision des systems et methodes de compta ;ilit.

OOMPTABILITE GOUVERNEMENTALE
ET NON-PROFIT

Budget de toutes categories
1) Donnles de Performance
2) Plans de P rogramme du systlme budgltai:ce
3) Systlme Budg6taire Base Zero.

Comptabillte des Fonds Etablissement des Fc:: i
selon le systime international de comptabilite [, :l
vernementale.
Comptabilit, des Dons, deg cofits de Renlboursemer
Fonctionalisation et dlpaitenenitalisatlbn des Re-
venus et depenses.
Rapport entire les different dlpartements.
Accumulation d'applicaltions de comptabilite de ba-
se TAXES : Individuel Association Corporation.
Comptabilite pour UriiversitW, Hospital et Colleg

POUR PLrUS D'lPFOB1MATIONS APPELER JEAN- x
CLAUDE MERINE, MiCHEL TiELSON, LOUISE BAL-
"MiR AUX 2-4006 2-5659.


e


a
t
-

s
u
nu
e

1,
e
o0


a












t
e
l




d
I



c
b
f

g
c
t
t
s
p
c




c

Je
c
i



d

d








v


Le, Cooperatisme,


D6Ics de Mine
Hermance DunCan
Pax" Villa auinonce le d6
cMs surveniu le 6 Juillet 79
h 1 liEurd P Ivi fon sa rsl6iden
c2 sifie la Ruielle Ca -
meau de Madarhfe Hermance
Duncan
En cette p6nible circons
stance Pax Villa et Le Nou
velliste pr6sentent leur
sympathleo sa sour Ma
demoiselle Yvonne Dun -
can, h ses neveux et nieces.
et A tous las autres' pa-
rents et allies eprouvds par
ce dull
Les fundraillos de Mada
me Hermance- Duncan se-
ront chant6es lt Lundi 9
Juillet a 4 heures P M en
1Egllse St Odrard oht la
d6poullle mortlle sera ex
pose dls 2 nres 77
KXXX


Michele


Scotch


Club


poulos, Batone, Vnlcn et
a tous les alutes parents
et alll6s 6pro vMs par ce
deoul
La date des fitnt6ailleg
de Monsileur Raymond
Chasgalng sera annonc6b
ult6rieurbmen. 77


6cs de Mnit
SIa 6nat
Pax Vil1a announce le dd
cs survenu le 4 Juillet 79
h Delmas de Madame D6
lia Sdnat
En cette pnlible circons
tance Pax Villa et Le Nou
vslliste pr6sentent leurs
sympathies a sa Mere Ma
dame Louise Perulm6, 'A
son Pere Louis S6nat, a
ses enfants Monsieur et
Mivaddtne Dbnnb.y Tjelien-


Lundi :


PRESTIGE PARTY : Consommation Biere $ .00


ne, Maadame- nere Latirette : a
Decs de osemy,, AnRe Marie Rose- Mardi;t : PUNCHS PARTY : Consommsifon Punch $ 1.00

Ra blf de Role my, M ircle iRose MRercred ONE FREE IDRINK FOR GIRLS
ChaSSailie my, Emmanuel Rosemmy,
Pax Villa announce le d6 Claude Rosemy, a sa soeur
ces survenu le 6 Juillet 79 Madame Ludovic Theve JeUdi FASHION SHOW
a New York as Monsieur nin, ndL Andrda Sdnat, Ma
Raymond Chassaing dame Vd v Valcin, Mada- Vefidtedi ELECTION MISS ET MONSIEUR DISCO 79
En cette plnible circons- me Dumelus Dumay. Aux u ELECTION MI ET M IU iDS
tance Par Villa et Le Nou fIgmilles : Senat, Dvsulm,
velliste prdsantenr leurs Rosemy, Thev:nn, et a SAIMEII : SATURDAY NIGHT EXPRESS : Elntri $ 3o00
sympathies ag son frbre M tous les autres parents et
EmileChassag, es alls prouvs agree deuil Dimanche: SUNDAY BARBECUE AVEC SCORPIO
sours et beaux-fr~res Mon Les fundrailles de Mada SUNDAY BARBECUE AVEC SCORPIO
sleur et Madame Carl La- me Dlia S6nat seront; chan
raque et famille, Monsieur t63s le Lundl 9 JuilletD ad
et Madame Aiexandre C6 4 heures P l en Eglise De 7 a Miit : Le Happy End de la Sema"e apres
lestin et famills, Monsieur du Sacr6-Coeur de Tur -
et Madame Serge Lebrun geau.: "a IF2 ,, a I ontage oU le CiRtma !
et famille, Madame Cla-
rence Gaetjens et famille Le convol partira de Pax
Aux families : Chassaing. Villa Sacr6-Coaur oth la d Le tiket d'elitee doe ne droit a un diner B.B. choix : Brachett
Laraqu2, Celestin, Lebrun, pouille mortelle sera ex- a
Gaetgens, Martin, DBjoie pose' des 2 heures 77 -
de Filet Poulet Brochette d aQneau Thone Steak C r t sur le Grill


On se souvient de vous! ENTEE $ o

Max, Me. ard : Sans Barbecue $ 3.00

(Suite de la lIre Page) cu, et d6pister ceux qui
vous suivent Entre Karl
m j2ecte de toute parapsy- Marx et Jesus. Max en a
chologie pr6monitoire fai l itinlraire que beau- LE S" RM01' DE LA SEMAINE
Dire que depuls fon pas coup d autres ont faith a
sage a. St Michel. J avals vnt lu. 'Le mrite est
n li Max II y a 22 jours quil en estsorti, comment (suite e la re page) tre et propre toute bon me la Parole de Dieu droi- bien nette. On iavait pas
j y suis retourne apys que J seph FOUCHE, au bon mo ne oeuvre>s (2 Tim. 2:21). tement. de difficult a les identifie-
l's eaux' me fllirent em meant Ce nest pas une tra quIl ait des choses mer- chreten a la respon- x x cmme chetens.
porter, iv reracqual quaba vellleuses Le chrrtien a la respon- x x x x cumme cht'etiens.
porter, je remrqua que Isoi C est bienan. un a sabilit6 d'eviter toute corn ASSUMONS NUS RESPON I1 n'y a ,Lucine reason
la garconnilre avait les vo amalgam" Car, routes ses Le cnr6tlen doit confes- promlssion atin d avoir une SABIL1TES entrete la lcnf COlsion e
lets close Le bazar oft tro l rises de gueule. ses ecrits, s e r I e n o m de vie irrcnrehens.ble pour ietu'ant de r la confuse cn
nit son feu. per Letroy sl t jusque dans la fin. ses C h r i s t pour affirmer' Christ. La B!ble dit quiil II est de toute importai iatti t de reahos r cont se
achalande, avait quelqo air pages littlraires, laissent sa foi en Lui. Le Saint Es- n'y a aucun rapport ent'c ce que tchaue mpoC tn- xet hils se Ct1 qui sa
desert Je ne me suis point souffler un relent dhuma prit le veut ainsi. C .t la lumlre et les tnbres: lnne a coeur d 'ume dn vent qu es sont a Chreis
'ccupl den savoir plus nit- chrtienne qui se con pourquoi 11 est ecrit: lon-, alors que Max proba cille avec tout c- qu il y a vant tous et dans tous les Christ et B61ial?>; blem2nt gravissait les de dans la gauche rappro que le monde sache que le rapport y a-t-il entire le ex ste de nos ours da tre sr el t e trav
gr6s de 1 ab./sse chant C est dire que 1 hom tu confesses de ta houche Temple de .Dieu et les idn le monde; T ropos de a itor iresem"bet a Chriaval
Puis un dimanche, ce- me ne s' debarrasse jamais le Selineur Jsaxs; et si Iu les?, (2 Cor. 6:1b-16). Le Religion Chr6'tisenne. Trop Cest t e imorta,t.
tait le ler Ju:llet a peine de ses scores. crois dars ton coeur que chretien est le Temple du nombreuIx Sont ceux- a qui Le pe de ten is 1 qui lotns
tourneu la couverture de Puisque Max a 6t6 un Dieu L'a ressuscitL x de. Saint Esprit; le Temple ne peuvent pas d s.iaeu est ceorde taii 'qi pous
SLe Neuvelliste,. Laurore Ambassadeur et un D6put6 morts; tu seras sauve,. bi d' Dieu vivant I2 Cor. : Cenre le chret.n el chi, rtour de avant rio
St JUSTE mxdministre un du PEuple. on peut avec le chr6tien ne confess pa. 16). La Bible lit aussi c: hritlen. C et'e O iO 1l t rto a du Sr e d ,inelir
ne une Lumidren moins> L e tion en function oe s's con son Sauveur; 11 n'y a per- xOuiconque nronionce E vie nt du fait roclu dans lls Clistru cxamll n1x( loit l1 l,;-
motion m6trignit et je viins deartels Ls pre .sonne d'autre l le fire sa Nom du Seignexur nui'l ds'- e ogenlss bpon trluv des ts lislr ai r max 1 :mumle Chis l t
comprise qu .1 home est mtles rSduites Par uin coup place, loigne dpe lini.citeS (2 Tim 011Os la mhrs: prenat x sl it sl 11 e t IxlvrsquI
partly Je comprise pourquoi, tdclat sans doute ou par lieux; a tout instant; afin 2:19). ,La responxahilite d-i d' Umlr en: .ct qui xlent: 11 vut irouivr avr
11 y a deux mois Max ma une d6ception, les atotnes Le chritien doit confesseL chr6tien de livr- sa vie I sverluent cnereni, rava:l cux qui i soit vr-
paru fig6 St 11 que le ne se sont pas ddsagrlgees le Nom de Christ pour ai- totalement h_ Christ impi fire connaitre Christ; a mi irt Li. 11il ne nous tlrn
destiny l avait tiappi ? En de son subsconscient Les der les autres At connaitre que la rechprcrh constant sise pour Christe a Prole e ramps rl1'wuer pour le
tout cas, j2 restal abassour dernilreg Itant fl%6s, 11, a Christ; a L'apprecler et a de la sanctification et ]'of- Chrst ruire Cae la Parule de ten ps d,-la per s l pre
di tooute cete journee retrouv6 son enfance heu caller i Lul. I1 n'y a de rort quoltiden de marchr-C At. ELtpot a io qoancd slent 1lo'iene ixoms prelonsa'
Pour me console, je bon reuse avec la bougie de lIa salt en aueun autre; car: dans le chemin de la droxi ; A iticleon ioiailtx mxslx('dons onsa
dls sur son dlernier public : pu ermilr communion et le il n'y a sous le ciel aucun ture. ples tie Christ: e ait p ar le s assuiniIe da(s le prs-
.Prospeotlon dans les Rela soufflet de 1AeAihevque autre Nom qui ai ete don e qp e le mols avai l s pr it d- racssu er lans tempu s.
ions Internationaless J ai le confirmant en Je6us n6 Darmi les hnmmcs nn, a x x x axidx'ne'sm quoe -aux i t'es Cr'it'ie h' i er le Imp
'u soil de cte cornmu Sous ce rapport. 11 est lequel nous devrton.s ltre
union J en sul sort allege tres diffit le de percer les squv6s> (Actes 4'12) LA RESPONSABILITF. DF a teia l Clhrist s'lmposaient tre de chrr tin est un tli-
et ei, filn de Jecture, com- linlamrnts politiques de POMBATTRE LF, BON al' ad niration xdi 0. til ire de noblex' 's-i qi hlevp
m- pour me donner coura- Max Jus lqu cette minute, x x x x COMBAT Ixli sa'nietei de vie; l,,ur en ditni L, e(ux pqui le por-
ge. je me suis frappe la ignore sa )oseion polit- 'sle pratxo i , londe;ur eux l'otliation oplasantsie
oitrine en distant : AENARD. on r! souvient le Lamalgatrii de Marx et LIVRER SA VIE TOTALh- combat moral et snirituPl. leii on olcao h a I 1ri su- : dho por 'Ir nte la g oiJ-
de vous !I u Jasus sne polivat 1 induire MENT A CHRIST Ce combat est bon: Pnrr" dciondei lv le:lr e dp la to -
Une heureuse amltil ms qu L 6tre du cbt6 des mas qu'on est sftir de la victore d 'svnge de lsa Parol e Esprit tiedc ,e it. Qteo le sai
iait d Max II me la re- ses a r6habilitbr. Il faut lui Le chr6tien a la response avec Christ. t ler enseignement des ours dans le accomplisse-
loublait depuis la mort de permettre qull 6prouv.t bilitl de livrer sa vie tots Combattre le bon corn- doctrines chr6tiennes: fai- meant de vos responsabili-
mon frtre Emmanuel I certalnes nuances a s enga- element b Christ; car I bat de la lfoi: 'est fair saint tracer entire eux et tes hretennes. Amen
ie pouvait sen consoler ger Matntenait qu 11i nest chretien ne s'aDoartient des efforts constants et sou les autres e1ns du monlde:
mme du rest de nom- plus. c st 1 histoire x 1 ac pas i lui-mIme. II a 'r6 tenus afin de n'etre ni o0- une line de demarcation Rev. Lue R. NEREE
ireux de ses amis qui ont culer ou a le ju.ltifier rachett a grand prix. C'est stf; ud sterile pour ce oui
ait une sore de trans- Mals cette mbime histol Son Sang que Christ a ver concern 1'enrichissement
ert sur moi re fera toujours mention s6 pour le sortir de la nor de ses connaissances de la
Cette amitld, 11 la ju de sa fulguranYte participa edition. Parole du Seigneur; de Sea "' L
ealt sincere. 11 la reper- tion aux cinq lorieuses de Commandements: de Ses
;utalt au nom dune ccr- 1946. LA, personnel, nl m6- Le chr6tien a la response Promesses et de Ses Prolil-
aalne solidarit intellec- me le simple clerc crivail bilit6 de s'offrir en sacrifl- bitlons.
tuelle Non pas celle: de larit sur ces eivnements, ce vivant l Christ; pares
Surface don't. le fond est n- peut ne pas reconnai- que c'est dans la vie du Combattre le bon com- "
plus- fait deinvil que de tre la place de Max 1946 chretien que Christ peut bat; c'est rendre plus eor-
oincidence est une date qui dbit rat faire resplendir sa gloire. me chaaue jour sa position
Dans sa vie si pleine de nir 1 attshtitpn. de tous et Celul qul attend qu'il soit de chretien; c'est 6viter a-
contradictions oil 1 asymp dans cetb ote nc touche aucun acnie, ne licehci6 en droit Max h Christ; ne sera jamals a dans l'indJff&rence spir:tuel '
1 avalt besoin auprls de MENARD qui apportalt ses Lui. C'est pourquoi Paul le; de deverlar tilde; bans
ul. dhommes que nin- paptlrs aL la Rilehe tous dit: sJe vous exhorte dorcc zele; sans enthousiasme
line aucun penchant a frkis dencre et thus parfu frlres; par les compassions pour les choses du Sei-
ul en demander compete mis du sang du cochon du de Dieu; a offrir vos corps gneur.
e crbis que lui Max qui a Bols Calman a 6t6 un pion comme un sacrifice vivan;: Enfin combattre le bon
onnu les extremes; sa vie dftisif dlns le devenir du saint; agrlable a Dieu; ce combat; c'est garder une -S '
time ne pouvalt souffrir ne clasae dhiomrnes d B- qui sera de votre part un bonne conscience pour r6-
le heurts Cest le moment jontdhuo et pout ltig culte raisonnables (Rom. dutre au silence les dttrac
UI reprlndre l titre t de terl-ps erincor A ce sui tlV- 12:1). teurs de la f l qui cher =.
Iouvrage de Jn Louis REi tr, on se sba.r.dra tbil Le chr6tien a la respon- chent toujours calomn'er --
/EL : ; ,qil veulnt vivre picu 0 -
blen, Max MENARD sans Je n al pas egrbtte da- soutllures de ce monde; segment.
diffitculA avait res4lu 11 ",.,:,ir rEcommqna 6 Max ME- parce qu'll est uni au Sei- --
quation Qu'e-ce change NARD, Crbrd MN LAU gneur. C'est dans ce sens Le cihr-tien a don. la -
rient brutal it dontfi lieu RENT. Dr Adil-n Raymond'. que Jean dit: sN'almez rcspoiablitid co comDator._ t" h- at
& des dqUivoques au du pour fire parties de la S6 point le monde; ni les cho- le bon combat; premlre- h. .sndapproach tohalfty
moins sA des jugement.s ac rcltI Bollharilmine bdel At ses qui sont dans le mon- n ert pour Q r:'il reth ine
ctleres, la vie de chaqus lantlco* Colbmble i ls de. Si quelquoun alne le rance de son seiut; et du- -E N W O O
homme est un xretablo, ol oatt hohdr6 i'ette sociltl6 monde; 1'amour du Pore lui-m-me fermement l'ass
il donne la vmesuei' d: son C -st tbit1 ce que v.ai pi nest point en luis (1 Jn. xilmement; pour qu'il ne
visage Le courage de fare lfare en retour de ceC-e ami 2!15). Le chrdtien doit se soit pas une pierre d'achop vente et
tornb-r les masques qui dd tid Je ne m teils pas troon c6nerver pur et saint; a- pement pour ceux-la qui service
frequent. La senslbilha pd Dautras viendiont dire fin d'etre, utile au Seigneur voudralent embrasser la .1
tin I une conviction donti d aiutres facetts de Max et propre a toute bonne fol chrlienne.
oh ne peut dEmatide- cnmp MBNARD. En attehdant., le obUvre. Voll1 ppurquol
te a sa solitud? particulie pays ne se console pas Paulti dit: 81 done quel- Le chretien a la response
re. Une vie ne se vlt pas pour reprendre I expression qcu'uli se conserve pur; en bilit de combattre le bon
sur uri rythrnle mnnocorde de Laurore St JUSTE de s'abstenant de cesi chores combat afln de se prdsen-
une existence nest ja- voli a etcIndie oxihe Jumib (b'esf-I-dire les choses ter devant Dieu; comme a ell crole -
mais llnlalre Elfluents et re en amons i\ Palk & Son malhonnstes du monde); queltlu'un qui n'a auCune
conjonctur.s s y engout Axie 1 sera un vase d'hoiineur honte a cacher et qut ex- _I '___---


PAGE 5


ETE 79






Formula



SPOUR LES JEUNES EET LES MOIHS JEUNES


CARNET -SOCIAL


lOPOCCOo oonaners


Dc/~r~l~//rc/~'~'~Y~'A~'~C~eYIUIIY~~ ~ YU-----


\


F pq pq R P. m PR peel rr~+r~a~C


_______


rent pour derouter it v6-


sinbtl&; 9;uttib W on mai-


plique; enseigne et procla-


SEdbnard& O PAut;



















*t T 60,000000


IATI d' Americains



NOUEAUTUEAN SU:RCOOMUEpr f rent Colgate!
, NOUVEAU TUBE GEANTSUPER ECONOMIQUEpr
J),-


AVIS DIVERS


Petites Annonces


I'[ ICTIICITE D'HAITI
Demand de
Cotation No 21
L Fl,'elricite d'Haiti avise
10's inldressess que les arti-
'1. lJltIIIt.S IuI font be-

1'' ){ 111')1' P 'lt')c 'c'c', (o0llt -
I.'' i L t i tls' Conlr{r l for
II lEimp l0) swattIs lllap
I li l l.130() V Ac' 50/60 Hz
lI *I tui r Plo'rc'c Model
tii; i) }o i m (I li lc 26Vnt C
:,1 1)'; n ,*xrc'Dm 105/285 VAC
] 1 t11 F I'''clri Co) Sev
N 7' 11'0'75 i eq quival'nt

lit t1I V 50/6060 I Load
100( \','l G E H fC rtl No.
, 3' -:'l)l 7110-04 or 'qlll;V ',llent.
I' 1'pr SI i s iinls s rolt C.
I F Pw-" aih-Princ l c les
It, t, l l'lvr;i!son ri'mour'u

I. 1Fi-' c t:ri' e l'Iaiti invite
1"'; I1 '1'r!' (, a solumlT I re
ri 'n i 1I I n I t'I 'leturs of-
I- Ir verndredi 20 omillct
1'179 a 3 00 P.M. a l'Usi-
5, Fiec'trique, Rue Joseph
Janvicr.


personnellement leurs of-
fres le 27 juillet 1979 A 3
heures P.M. A I'Usine Elec
trique, Rue Joseph Janvier.

LA DIRECTION
ELECTRICITY D'HAITI



AVIS

Le Ciment d'Haiti, S. A.
inloine quic des colis re-
:uto en provenance de 1'e-
tranger il a releve deux
Cettl trois (203) lettres de
voiutire manquantes des car
iets contenants des impri
nies de lettre de voiture.

II avise son aimable clien
tele et le public en gene-
ral que ces deux cent trois
letlres de voiture don't les
numerous de series sont ci-
dessous rappeles ne sont
pas mises en circulation et
sont purement et simple-
inent annulees.

II attire en consequence


attention de tous Sir le
LA DIRECTION fait que ces lettres de voi-
ture ne seront pas hono-
x x x x rees a son usine de Fond-
Momhin


1I -CTRICITE D'HAITI
'.EMANDr DE
CITATION No 22

1 El F '.trc:iti d' aiti avise
1. i h :es;, e que les arti-
f 's atsVlls lui font be-

24010 D' ad-end Insulators
(l'crr null an and studio SK
Y Gla/ze ANSI or NEMA
eJtu s .52-1
I F', '.ri ILiun : Clevis-Eye
('illbli,.d M .'ch & Elec.
in IIh' I- 10 000 Ibs'


lI ilii pl oo esi t 5.900 lbs

I, ll in (] ll y fl shIov i r,
I) Iv (0 Kv III
I wv.r I I '(||iicy fe lI llover',
%i ) :V Kv
I l 1t) l ] l i lu 111)VIr p ).S liv(-
lit 0 Kv
Ilt i l l l l i r. l l li






fi5 Mlv iMirrvoll5)
M in'lliwim i h'! I l',1 1 4 10 1
5I Mv Ilriy I I .hover
I it I, l, J! !;mll ( '7 ilwltlI's



I) il tit i'(1 5.2


60w0 Ir ncy 1, 1; IsIover,
kll kV l;Z'i









7 r ,
M5H0 K h I-





Impulsw l.s hov er nea.;oiv',
v 5 Kv
SI.W 1'elluflncy Piun cture
70 Kv
Trs( vollatte ti erounld 5 Kv
Nominal ra'e voltale 7.2 Kv
Mix. RIV at 1000 Ke, Plain
2500 Mv iMicrovolts)
Max. RIV at 1000 Kc, Radio-
free 50 Mv iMicrovolts)
Leakage distance 5 inches
Dry Arcing distance 3.375 in
cihcs
Maximum net weight per
100 156 lbs
2400 Pin ype insulators
ANSI class 55-3
Porcelain t read size 1 inch
Maximum pin height 5 in-
ches
Cantilever strenght 2500 lbs
Low frequency flashover,
Dry 65 Kv
Low frequency flashover,
wet 35 Kv
Impulse flashover Positive
100 Kv
Impulse flashover, Negative
130 Kv
Low frequency puncture
voltage 90 Kv
Test voltage to pround 10 Kv
Nominal rate voltage
13.2 Kv
Max. RTV at 1n00 Kc.
Plain 5 500 MV iMicrovolts)
Max. RIV at 1000 Ke,
Radio-free 50 Mv (Micro-
volts)
T "akar dis once 7 inches
Dry arcing distance 4.5 in-
ches
Maximum Net weight per
100 253 lbs
Lrs prix soumis seront
CTF Port-au-Prince et les
dates de livraison rigoureu
segment tenues.
L'Electricit6 d'Haiti invite
Ics intiresas6 La soumnettre
I


Le Ciment d'Haiti
declare degager tou
ponsabilite en cas d'
tion necessairement
leuse des dites letter
voiture et se reserve
possibility de pours
rencontre des 6vent-
trevenants.

LISTE DES LEETRI
VOITURE ANNULEE

SERIE 43801 a 4400
5o003
4s805 a 43810
43878
43912 a 43944

43957 a 43962
439(7 a 4-000
SEdlE 44801 a5
44:s08
44911
44,114
SERIE 45201 it
453(i2 a 45400
SERIE 44601 h
44601 ia 44G25
44i34 44635 146K3
4 IGIO
,14611 t 44661
1.)673 44702 44704
4-11711 a 44728
44731 44752 a 4'
44772 it 44774 4477(
44781
F RIE 45001 i 4520
45089
45092
45101
45102
45155
Fasnrl Mombirn I 2 .J
IE CIMENT D'H.
S.A.


x x x

rrFCnTr ATI


, S.A.


Avis des
,Cours Prf.ac,

Les tention des aspirants aux
faculties de M6decine de
Pharmacie, d Odontologie
et d Agronomie ddbutent le
Lundi 9 Juillit 9 heures
A M au Collee Bird
Les course rouleront sur
les matlores suivantes :
Biologie Zoologie Phy
sique Chimie Botani
que Physiologie anima-
le et seront assures par
les moniteurs suivants :
Docteur Grrguy Eugene Jr,
Dr Gerard Ag6nor, Dr Mi-
chel Guillet, Docteur Mi-
chel Brunel, Docteur Lu
e1 Charlot, Duocteur Alex
Miich'l, Docteur Guy Du-
gue, Docteur Geolges Casi
mir, Docteur Hiermann Ro
bin, Docteur Marcelo Mit-
chelson et t'agronome Pe-
dro Mitchelson
De plus, des ieuilles poly
copies vous serent distri
buees a la fin de chaque
course, ce pour vous facili-
ter dans vos etudes
Dr Georges J CASIMIR et
Dr Marcelo MITCHELSON
Moniteurs en Chef 117
X X x x

Haiti


ite res- Avis de
sfradu Prequalification

res de et d'appel d'Offres
Stout
tuite a INTERNATIONAL No 4
uels con
ORGANISM DE
DEVELOPPEMLNT DE
ES DE LA VALLEE DF
CS LARTIBONITE (ODVA)
PROGRAMME CDVA BID
0
Il est port a. la connais-
sance des Compagnies die
Constructions specialisees
en la matiuere, d'un pays
membre regional de la Ban
que InteLra;tMrtaince de Dc-
45000 veloppemen, uue 1'ODVA,
disns It cadrt de son Pro-
grarmen con]joint avee la
BID pour la Rehabilitation
45400 des Reseaux d Irrigation et
5400 e Dt'veppei'n"nt Agricole
44800 de la Vallee de 1'Artibonite,
linniice p irlic iementi par
le Poet No. .73 SF-HA,
dolit leali:r des etnstruc-
tions varief s '3ureaux, Re-
4470 sudencs ce Ag Ancs d'Ex-
tcinsi'n A"rico r tots isant
approximat.tivuionit i. cedifi
S ces et 6.100 m2
6 Les lI:. 'se- interessees
0 peuvent ob enir les docu-
mentL de base, contenant
les conditions 'e prequalifi
cation et les tpiccilications
techniques p o u r 1(
Programme de Construc-
tions, au cou' d( Cert Dol
uillet 79 lars ($ 100.00, par exem-
AITI, paire. au sicpe conLrale de
1'ODVA a Pont Sonde (Hai
107 ti), tous les jours ouvrables
de 8 heures a.m. a 4 lihuress
p.m. A partir cu 6 Aout 1979
tRkITM au 20 seote.ntre 1979


FIRMIN

DE LA 13eme. A LA 7eme.
10 ANS D'EXPERIENCES
UN VETERAN DANS
L'ENSEIGNEMENT
HAITIEN

Le personnel de cette E-
cole, engage dans la lutte
pour le developpement eco
nomique du pays, constate
qu'un grand nombre d'en-
fants ne vont a 1'ecole
qu'en janvier, souvent per-
dent l'annie scolaire parce
que leurs parents ne peu-
vent repondre aux rigoureu
ses conditions d'admission.
Change votre fusil d'6-
paule. Tentez une experien
ce cette annde : exposez-
nous, chers Parents amis,
vos problems et nous tA-
cherons de les rdsoudre.
Pour ce qui nous concern,
avec un Minimum Economi
que, vos enfants seront en
classes dOs Octobre.

Deux avantages vous sont
offers :
a) Reduction des scola-
ritis;
b) L'61Ove peut-6tre ad-
mis A suivre les course sans
l'uniforme jusqu'en janvier.
(L'uniforme de la messe du
dimanche est obligatoire).
Passez A la Direction de
1'Ecole avec cette feuille A
l'adresse suivante :
Ecole Antnoor FIRMIN
Avenue Muller No. 77


Les : -um:esiunn:sires de-
vront presencer deux (2) en
velopprs separees, ditment
identifies, la premiere con
tenant les renseignements
exiges pour la prtqualiiica
tion, et la second, l'offre
proprement dite. Ils -de-
vront accompagner leur of
fre d'une garantie en faveur
de 'ODVA constitutee par
des depots en especes ou
des valeurs publiques facile
ment convertibles ou garan
tie bancaire) dent le mon-
tant representera 10 pour
cent de la valeur total du
devis present, comme ga-
rantie que les terms et
conditions offertes seront
accomplish.

Les enveloppes scellees
contenant les documents de
prdqualification et les of-
fes devront A"re pr.senttces
A Me Guillaume Zamor, Se
cretaire au Comit6 d'Appel
d'Offres a son Bureau au
siege central d. I'ODVA A
Pont Sondl, tous les jours
ouvraoles jusqu'au 20 sep-
temblre 1979, date A laque!le
le Comlt6 procldera A l'ou
overture des plis en seance
publique des 2 heures p.m.
Point Sonde, (Haiti), le 2
Juillet 1979.
RenA DFPTIN, Ag-.
Direr e'r Ordral de1
1'ODVA


Avis de la
Secretairerie
d'Etat a la
Jeunesse et
aux Sports
DIRECTION EDUCATION
PHYSIQUE ET SPORTS
Considerant que la Se -
cretairerie d'Etat A la Jeu
nesse et aux Snorts et les
Fdderationns Nationales cot
cernees ont de grands be-
soins en Cadres sportifs spe
cialises.
Considerant q-e la forma
lion da ces cadces doit etre
dispenses en priority par la
Secretaircrie d Etat a la
Jeunesse et aux Sports et
les diffeOrentes Federations
Nationales (i asket-Ball,
Foot-Ball. Vo'ley-Ball).
Const:kVrant que ies be -
soins nouveaux nds de la
formation pernanente necer
sitent des stages de recy-
clage et de ,.,, .'i ,-n. -
ment dans ces disciplines
( Basket-Ball, Foot-Ball
Volley-Ball)
La Secretailr-ie dEtat I,
la Jeunesse et aux Sports
(Direction de l'Education
Physique eL.des Sports), ei'
vue a encadrer ]a jeLies:se
Sportive de la capital et
des provinces, d'edurctenst
sportifs hautrnent, quail -
fies, invite l'-s entraineurs
ta participer b. un stage dC.
recyclage et de pert'fecrtion -
nement du 16 Juil let au 4
Aout proehain, a 1 Institu-
tion St Louis de Gonzague.
Les conditions d sdn.s-
sionth ee stage sont Ics stu
vantes :
1- Et'e Ti'uhlire-du di-
plome, certificate d'entral -
neur d'une federation natic
hiale ou etrang.,re.
2- Etre ag6 de 25 ans au
moins et de 45 ins an plus
3- Etre ien possession
d'un cerlificat medical deli
vre par un mdpecin
4- Avoir di.ige pendant
2 a 3 an:s la electionn region
nale d'une :
Touteleis, A tire execep
tionnel, 'la Secretairerie
d'ELat a la Jtinesse el aux
Sports pourra accorder des
derogations aiix cntditl,q
posscdant t- quaite d athlI.
te inlternatioi,;1 du plus
haul niveau.
Antoine TASSV
Directeir Genc: .-
N B.- La d .u limited dos
inscripticis cs, fixe anu J"ui
di 12 Juillet 19'79 a 2 hres
P M -
z
Avis de formation
de la Socfte
DENOMMEE : SOCIETY
DU DEVELOPPEMENT
DU CAFE ASDEC
(SODECAF-ASDEC, S.A.)
1.- Socidte anonyme cons
titude sous le regime de la
Legislation Haitienne.
2.- Les Statuts ont 4te
deposes au Departement du
Commerce et de l'Industric
et egalement pour minute
en 1'Etude du Notaire Ge-
rard D. Charles.
3.- La durde de la Socifte
est illimitee.
4.- La Societ6 a son il
Social a Port-au-Prince.
5.- La Societe a pour ol
jet le developnement de
1'Industrie cafeiere en Hai
ti en entreprenant des pro
grammes industries direc-
tement ou en collabora-
tion avec les organisms
interesses: elle pourra orga
niser O6alement des plant
tions ou des peninibres. El-
le fournira une aide gra-
tuite aux planteurs de cafe
en leur distribuant dos plan
tules, des eng rais, des ins-
truments aratoires et sur-
tout un encadrement techni
nue A titre g-afuit. Elle
pouora 6tablir des usiries
de decorticae,. des centres
d'exndrimentation, acqLudrir
des terres. Elle pourra en
outre acheter, vendre, louer
tous biens mobillers ou im
mobiliers et en g6ndral fai
re tous actes qu'une person
ne physique pourrait legale
ment fire ou etre autori-
sle A faire sous le regime
des lois de la Rloublique
d'Haiti
6.- Le Capital de la So-
ci6e6 est de Vingt Mille
Dollars divisl en Deus
Cents Actions de Cent do]
lars chacune.
7.- L'annle social com-
mence le ler Octobre pour


finir le 30 Septembre de
'annee suivante. .OOfC .,a /..
8.- Les fondateurs sent A VENDRE
les memnibres de I'Associa-
t on ASDEC represents A BABIOLE
par:
Leon BAPTISTE W6ber GRANDE MAISON A-
KERSAINT Raymond et VEC ACCESS SUR 31
Gerard VITAL Roger BOU RUES.
CARD Frantz BLANCHET \ 4 CHAMBRES A COU
Frederic WIENER. CHER
La present publication 5 CHAMBRES A REZ
est faLe conformbment a DE CHAUSSEE.
la lot du 28 Octobre 1960 05 CHIvIBRESAUSOUS
sur les Societes Anonymes. SOL
CABINET LAMARRE VUE IMVPRENABLE
par: Louis M. LAMARRE GRANDE COUR JAR-
Avocat DIN
x xxx xPEUT-,TPW, VISITEiE 0

CONW E IL FAUT A N'IMIOF I'E QUEL
MOMES 6
Avis PHONE : 24790 25686
21921
La Direction de Ia COM- 1
PAGNIE DES TABACS COM "3i "/'//a "ao a
ME IL FAUT porte a la con
naissance du Public en ge-
neral, et des Commercants Cours d'Efe el
en pariculier, qu'elle vient Inscriptions
eflectivement de lancer sur
le march la cigarette <,VI- AVIS
CEROY KINGS,, la marque La Direction au Foyer
de grande classes internatio dArt Culinaire avise les pa
ale, qu'elle fabrioue sous rents que les cours d et6
cn ence. ainsi auront lieu 'es rardi mer
En compietanL ainsi 1 e- credit jeudi A partirdu,
ventail de ses products ma credit jeudi A part ir du
nufactures, la COMPAGNIE 23 Juillet de 8 heures A 2
DES TABACS COMME IL heures.
FAUT se ftelicite de mettre p _
a la disposition des consom Elle profit pour anno0
mateurs une cigarette hau- ger 6galement 0ue les ins
torment appreciee dans le criptions pour ies course re
monde pour sa rqualht6 ex- guliers doctoo-e conimen-
S,,-,,,,.. et son ardme ceront au mais de. Juillet,
exquis. ces course auront lieu les msr
Fumeurs fumez la ROY KINGS,, fumez roya- heures pour un premier
element pour le prix modi- group et le Samedi de 2
que de Gdes. 3.00 le paquet hress a 6 hres pour le se-
de 20 cigarettes, cond group.
Po,-'-au-Prince, le 2 Juil- La Directrice
let 1979., -"'te.. nMmie Ida Desino- COrY
107 1 .. 30a


Offre d'emploi
Recherche DIrtEICTEUR SO
CiAL parlant Anglaisi, Alle-
rnndi Francais.
Envoves Cur;cuium Vitas.
avec un, Ehntot a t'adresse
suivan : :
PO BOX 71
Port-au- prince, Haiti.
x x x x

OfEre d'emploi
Avons plusleurs posses dis
,jonibles pour emploi imm6
diat de jeunes hommes de
20 a 3) ans. Minimum d'ins
tructir a requis : le Bacca-
laurea.t lere. parties. Envo-
yer r6nseignr-ments, rsf.iren
ces e, photo, seulemnet si :
1.- Vous remplissez les
condition" decrites plus
ha.t.
Un emploi PERMA-
NLEiT vous interesse.
: Offre d'Emploi
P.O. Box 146
Port-au-Prince
X x X ` X
A VENDRE,
TERRAINS : 4 50 par 13t
ET 2 110 par 60
A S 5.500, DANS ZONE RE
SIDENTIELLE PRESS DE PE
TION VILLE
Tel : 2 0713 de sh am 2hlpm


NOTICE
Learn English, Improve
English or tutoring in En
glish, plus Scholastic
Skills reinforced, games.
art, sports and trips Chil-
dren ages 3-613 class be-
gins July 16 Aug 31 The
En"glish Summer School,
111 Rue Rigaud Petionville
- Phone : 7-0198 Experien
ced American teachers 77


AVIS DE DIVORCE
11 appert dun jugenient
rendu par le Tribunal Ci-
vil de Port-,.n-Prince, en
ses attri.butions civiles, en
date du 5 Avril 1979 qu il
a etO admis et prononce Ie
divorce des ipoux Jean
Celhomme Edmorin la fem
me nee Germaine Fortunat
La transcriltion du dis
positlf de cette decision a
ete epcree par 10 ffcier de
1 Etat Civl e la Section
Nord-Est de Port-au-
Prince. aux requete, pour-
suite et diligence de 1 6-
pouse demanderese-
Port-au-Prince, le 6 Juil-
let 1979
Emmanuel NERETTE, Av
Francois E L ;ERETTE Avo
cat 77


MESSIEURS


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGE LA FAiTES LA

PLANIFICATION FAMILIAR !
'9


~1


PAOE 6


,13AM~EDI 7 SUILLET ET DIMANCHt 8 JUILLET 1979


IvililliWil.


,N VEUX AUSSI





SAMEDI 7 JUILLET ET DIM ANCHE 8 JUILLET 1979 7



AU CINE TRIOM PHE MACHE 8 JUILLET 1979

SALLE 1 SALLE 4
A






,~







Votre vie -p. votre mort? -
suspendue 6 un fil..



p
," I : COMA)
~~* 4






l IAE L DO U G LAS '11: il:PiA rTE`
L THMASHLE IT i RF BCADVrlM R
r10 114 L .: F IH % 1'HEL :11HTil I f- ,-A I fR(I11C F.ini1
1V3Pevile iliMMAE mort







ArMlORTS OTS ECTES

q5 iI ; ITire d'ag! best selleV da zmyterc et de
J. 2 ht- (COFA) VocPan les plus
HIMs fS a _5suspense dri m omqnt

8~~ Inle.TdriTtd par GENEVIEVE EUJOLD
L ~MECHAEL DOUGLAS EfT%:THAR.D
JMWIDARK SHORTS SURPECTES
VOTRE VkE OU VOTRE MART SUBVENDUE
A UN FIL

SALLE 3
,, ,..P 9 1)
'AVID ME. 11



LE JEU DE LA PUISSANCE TI'E DU BEST SELLER POWER PTAY
Eegardz ce (u'ils sont u.train de f aire dans quel pays vore journal vous le devra detain
Au &t.but in crvjnemwnt lis trroristes aver les assassinats politiques les agents (12 la rois.L
secrete Cre-stent d2 ftce Lcan mch: brtan! pour les perdants, aucune itide
Quand 'armia- r.1rc en eu c'zst le plus Lort qui gagne.-
1 1e-r Peter O'Toole Davd Hemmings
SALLE 2 o U2'~A

.0 m lle nr. es A
en 6 semalnes
rim de ,lus ,

Frequent et
convaincant on



Un ton

unt personal
tres Lorte f
virtuose des
tlras situation.

_ean. au" MID IGHT T EXPRESS
a u OLONAGATION L'UNE SEMAINE


Balmondo dans Au Eestival dm Cannes A la fin de la projection d'un film
son dernier film 12 pubMic, Ia critique et la presse i-'rnationale
* .,' plus fracessant furant bouleversks au point qu'ils se lcvent unanimes dans un
Sque jamals ment tonnerra d'applaudissements.
tambour battant. Un film qui retrace une histoire rigoureusement authentique.
-- ---- -- - -----_ _ _
-- -~~~~~~~~~~ u - a-. s o o cg+ ~








SAMEDI 7 JUILLET ET DIMANCHE 8 JUILLET 1979


PAGE 8


---~ ~ ~ ~ ~ ~~~~~~~- r:.-~---.--u v)l~JQ~3j---lm0QLI-U


$ 1.50 et 2.00
FLIC OU VOYOU


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 1'pures (en permanence% 4 heures 30 et

CE SOIR


SALLE II


$ 1.50 et 2.00
GLORIA


SALLE III


8 heures 3


$ 2.00
MIDNIGHT EXPRESS


SALE IV

MORTS SUS


$ 1.50
PECTES


L Orgaillsatlii'l ds Etatis-
Allnelcailts. stl:i Waslhing
ton DC., inlforme que la
'Trrlete Deuxieme Reunion
tid Comite Executilf prepa-
Iloirt it i !a Connmissiln In-
teramericalne Economiqlue
ci Social ICEPCIESi. eric-
bree les 18 te 19 Juli ecou
.s, a approuv' .la proposi-
I on de la delegation guate
maltequc, modifiee par les
del'cg.t lions venezueliennes
et mexicaine, pour linclu-
slull de deuix niouveaux
points substantils dans 1'Or
dre du Joutr i loccaiuoln d'
la quatorzicmr Reunion Ani
nu' le de la I raniericati'e Economique
ct Social iCTLS, qui doi.t
secc ((Ilebrer en iout proch:!11n

Le pr(miler point er Ia
tat dre lI'lmpaci c,'s otr.x <('
petrole sur 1 Eci *.?mncr dti


pays enl voi dc developpe-
onwl, niembri',ic; de I Ogti
satlion des LUtts Am 'ri-
cains iOEA ). cli important
cc produit de mome que les
measures ct actions de Coo-
peratln Econotm que des
pays nulcmbrc. de "OPEP a
itndroit de c-'ox-l1 portes
(ers le d6velop)pement ener
getique

Le dcuximLt ]ipin-' Ponsis
tira on un p o,,ranimio in-i
tIeramriciun id devcloppe-i
menit cnergetiquc visoant la
cre'alion d'un plann dc Con-
pcera 'on telcclnu'llc horizon
ta'c entire 'es tFiats mem-
bres oricntcd ,' ippuyer l'ef
lort re'uional dalns le context
it' deis efforts plobaux tqut
ic ClI'' ]o 'it Inla tirl'e de
consIomln11 'oln et d approvi
sliiiIt n Ci'ilt onert' ''ique.
compete tenu de la dlivcrsiltc


LIVRAISON D'EAU



2.800 Gallons


SERVICE RAPIDE


Tel. 2-3193 ou 2-5602


PORT-AU-PRINCE DELMAS

PETIONVILLE LABOULE


existant dans 1'cexploitation
des ressourc' m nature.les f.
ravers l'Amerique Latine,
la Uaraibe ct ies Etats Unis.
Ce programmed consistera
eon un plan di' actionn ave,.
les points sueva its :
1 Prendre des mesurcs
pour augmenter !a produc-
tion de toute les sources al
ternatives d'e- ereic.

2 Faire des investiga
lions supr les resources dis
ponibles d'energic dans la
region : combutib'es, hybri-
ques, solaires, 6oliennes.

3 Procdir a l'analyse
de la po'ilique creditrice
des Agi-nces Internationa-
les de financenmcnt ne ma-
t ere d'energ.L (Banque In
teramrceaine de Develop-
pement BID, Banque
Mondiale, etc...,

4 Elabor r des plan
on vuei de la production du
'gazolho alcoholl pour mo
Ulul ).

5 tiormer les cadres ad
min-stratifs ei techniques.
6 Prendre des measures
pour ratlonalierr la consom
nation des pioduits energy
tgques et le novel ordre E-
cnomique Inlttcrnational.
L'Ordre du .luur qui deter
minclra le th. mc definitif,
le calendrier de la reuidon
et la presenta''on guatemal
teque sera communique ul-
terieurement. Les docu-
ments y relatifs ont ete a-
chem: ns au Comite Execu
tif susmentionne pour rati-
fcation ti la pi chain reu
union du 12-13 juillet.


Cadeaux.



Bijoux,



Parfums




10, Rue Bare


Tel 2-1520


POMTefAUQ
~~?A /Q~~/~/4;/y~~;1 HAITI


-- :- __- ,--" I

SONY : CASSETTES "HAUTE LONGEVITY
I LIes chercheurs chez S


L'OIEA et le problem de l'energie


L'ALASKA AFFIRME
AVOIR DU PETROLE POUR
VINGT SIECLES
New York (AFP)
Les autorites de l'Alaska
ont fait paraitre dans plu-
sieurs journaux americains
une announce publicitaire af
firmant que leur Etat pou-
vait fournir du fuel aux E-
tats Unis pendant vingt sin
cles si les autorites federa-
les ne limitaient pas l'ex
ploitation de son sol.
(,Alaska veut que 1'Amer
que proclame une nouvelle
O (i journey de l'Ind6pendancen;
titre la page publicitaire pa
rue mardi notamment dans
le ; le
, et le < York Post>).
L'Alaska; pursuit la pu
blicit; dispose de ressour-
ces potentielles suscepti->
IN | bles d'eliminer les queues
S dans les stations services.
Nous avons deja fourni l'an
nee derniere pres du sixic -
me de la production nation
nale de petroles; ajoute le
texte; affirmant Sgalement
que 1'Alaska dispose de
E" grades quantities de gaz
natural.
ony L'Alaska a 6t6 reconnue
me- en tant que 496me Etat des
J(_s Etats Unis en 1959. Cepen-
dant; indique la publicity;
sur les 42 millions d'hecta
d1e res promise S cette Spoque;
Je a Ye plotter que 8;5 millions
-ITY d'hectares>>.
1l-
* IRUMEURS
PETROLES
xres
les LONDRES (AFP)
ony Selon des rumeurs circu-
ioe lant avec persistence dans'
s les milieu boursiers; un
se groupement petrolier inter
ile-' national dirigd par la Phi-
ble. lips Petroleum americaine
46 aurait d6couvert dans la
mi. parties britanmnque de la
mer du Nord un gisement
de p6trole capable de pro-
duire une vingtaine de mil
lions de tonnes par an. Ii
figurerait ainsi parmi les
plus important d6cel6s jus
qu'a present.
Au bureau londonien de
Philipps; on declare que
ces bruits doivent tre ac-
cueillis avec prudence> car
le forage auquel procddd
la compagnie nest pas en
core achev6 et ses rdsultats

une qinzaine de jours. Ce
forage est le huitibme d'u-
ne sdrie effectude dans les
parages par Philips et a-
yant about a la ddcouverte
de deux petites poches bap
tisdes sTRELMA-et sTONIx,.
D'aprds les rumeurs; le pd
trole auralt jailli cette
iUAI fols avec une telle pression
et l'dpalsseur de la cou-
che serait telle que 1'im-
portance de la d6couverte
ne faith guere de doute.


NICARAGUA :
LA POSITION DE
Washington (AFP)
Le Gouvernement des F
tats Unis se refuse discu
ter avec le president Anas
tasio Somoza du Nicaragua
des conditions de son dd-
part; et appuie les contacts
pris par certain pays lati-
no-americains avec diver-
ses tendances politiques du
Nicaragua pour assurer sa
succession; a d6clard; en
substance; samedi; a Wa-
shington; le porte-parole
du Department d'Etat .
En reponse a des ques-
tions sur la situation au
Nicaragua; le porte-parole
du Department d'Etat a
fait les declarations sui-
vantes:
ment; aussi bien en public
qu'en privd; que nous pen-
sons qu'il est crucial que
se ddgage une solution pa-
cifique et democratique au
Nicaragua que le President
Somoza se retire. Nous lui
avons clairement lit que
nous nous refusons de dis-
cuter des conditions relati-
ves a son depart. II nous a
fait savoir qu'il est preoccu
pe par la maniere don't les
choses evolueront au Nica-
ragua apres son depart>.
,Dans 1'esprit de la reso
lution adoptee par 1'Orga-
nisation des Etats Ameri-
cains; a encore declare le
porte-parole; an certain
nombre de pays latino-a-
mecains menent actuelle-
ment des, discussions avec
diverse tendances politi-
ques du Nicaragua au su-
jet de la forme et de la
nature du gouvernement
qui succedera a celui de
M Somoza. Les Etats Unis
soutiennent cette initiative
et les efforts de ces pays>).


(Suite de la lere Page)

conditioner son comporte-
ment. l'etranger; 1'haitien
nest decide a enfreindre
qu'une seule loi: celle de
1 'immigration.

Une constation navrante:
les elites de ce pays sem-
blent avoir moins 1'esprit
des reglements que l'ecra-
sante majority analphabe-
te. Enfreindre les lois et
les reglements; dans certain
nes situations; semble sou-
vent reliever des prerogati-
ves que conferent les etu
des; les diplomes; les ti-
tres 1'appartenance social
ou politique. C'est une af-
faire de milieu.
D'autre part; I'haitieni
nest pas informed generale-
ment des lois qui determi-
nent ses devoirs et ses
droits. N'ayant pas la cons
science de ces derniers; il
n'a pas non plus celle des
lois et des reglements. II
ne cherche pas non plus a
s'informer. Ce i'est pas 'es
sentiel de ses preoccupa-
tions et de ses soucis. Aus-
si nul principle n'est-il plus
aberrant dans ce pays aS
85 pour cent analphabete
que celui qui veut que onul
nest sens6 ignore la lois.
Combien nombreux sont
ceux qui; faisant parties in
tegrante d'organisations ou
d'associations (et pas des
moindres) ; avouent ignore
certain reglements internes
autres que les conditions
d'admission; le montant et
le rythme des cotisations.
Aussi le caractere proven
tif attach a .la connaissan
ce des lois n'existe pas
dans le milieu. I1 n'y a que
1'apprentissage ou 1'exp6-
rience de certaines situa-



Manque d'eau
a Babiole

Les habitants de Babiole
nous signalent que depuis
plus d un mois, le quar-
tinr est pratiquement pri-
vS d eau
Nous transmettons leurs
justes doldances a la CAMEP


RAFLE ENVOYEE
La Loge 1'Amitid No. 1
announce aux achpteurs de
la rafle de voiture Ford Es-
cort eStation Wagons Mode
le 69, qui devait avoir lieU
au ler Tirage du mois
d'Aofit 79 et base sur les
trois (3) derniers chiffres
'du ler gros lot de la Lotte-
rie de 1'Etat Haitlen, a 6te
reported au 2rne' Tirage du
mols, de Septembre a cause
d'un grand nombre de bil-
lets invendus.


Somoza se
declare pret a
demissionner
(Suite de la lAre Page)

tigre. Meme si je gagne mi
litairement; je n'ai'pas d'a-
venir>; estime le Chef d'E-
tat nicaraguayen. de partir signifierait pro-
longer le bain de sang
dans mon pays: ajoute-t-
il.

* Le journal aftirine, que
le President Somoza a of-
fert sa demission aux E-
tats Unis en change de
garanties de protection de
sa Garde Nationale et d'u-
ne transition de pouvoir
sans heurt.
Le president Somoza se
declare convaincuo; dans cet
te interview; qu'il est de
l'interet des Etats Unis de
lui fournir cci garanties;
Washington vouiant viter,
selon lui; que des elements
extremists allies des sandi
nistes prennent le pouvoir
au Nicaragua.
Le Chef d'Etat nicaragua
yen affirmed etre prdt a dd-
creter un cessez-le-feu a-
vant de quitter son pays
dans le cas ou les condi-
tions de formation d'un
gouvernement < par les marxistes> seraient
reunies.
Interrog6 sur ce qu'il al-
lait faire en exil; le Presi
dent Somoza declare: < trouverai peut etre un em-
plot. Mais que peut faire
un general en retraite et un
ancient presidents?


tions vdcues qui donne au
common des mortels une
certain conscience de ses
droits; de ses devoirs par-
tiels.
D'un autre cote; la gran
de majority (pour ne pas
dire la totalite) des gens
que nous avons rencontres
et avec qui nous avons con
verse sur ce sujet croient
fermement que les lois exis
tent pour les uns; n'exis-
tent pas pour les autres et
n'ont jamais existed pour
une iacategorien d'hommes
renouvelable de generations
en generations; occupant
des situations identiques Lt
les memes avenues inacces
sibles. Autrement dit: la
loi nest pas une pour
tous. II ne nous semble pas
necessaire de citer les nom
breux examples; les nom-
breuses situations qui nous
ont ete relates par nos in-
terlocuteurs. Ils sont certes
eloquents d'une certain
mentality que nous vous
invitons; ce week-end; a
dncouvrir en nous-memes;
en votre entourage et que
nous croyons Stre S la fois
une cause et une source de
sous-developDement.
Ceux-la qui connaissentr
les lois et les reglements
se mettent categoriquement
au-dessus d'eux. Ceux-la
qui par leurs functions;
leurs situations; leurs sta-
tuts et leurs privileges
sont places pour donner le
bon example; sont aussi
des exceptions.
C'est d'ailleurs un point
d'honneur et de prestige
d'etre une exception a la
r6gle et que tout le monde
le sachd.


santerie. Et qui sont tout
6tonnis apres qu'on leur
rende la pareille. Et qui
se demandent; tries offus-
ques; comment on a pu se
permettre de leur parler
ainsi. Amnesie...
Ils oublieat quoi ensuite?
Ce qu'ils avaient dit des
gees. Nous en entendons de
toutes sortes sur le dos du
prochain: des histoires
vraies; puis revues augmei
tees; corrigees; des mcdi-
sances; des calomnies. Et
qui prennent corps dans la
rue; dans les salons; dans
les journaux; a. la radio.
Et qui revetent diverse for
mes afin d'aider a assouvir
des haines; a ponctuer des
antipathies; a faire rire; a
se rendre interessant; Ai
masquer des complexes; a
camoufler les vraies rai-
sons de certaines inimities;
a se venger de certain me
pris ou de certain oublis.
Et tous ces gens qui par-
lent; qui ont parole et qui
pairleront(parfois tres haut
mais souveet aussi tries
has; oubliant que cela se
saura quand meme) oui;
tous ces gens qui ddblate-
rent; qui ont deblatdre et
qui ddblatireroet; quand
ils le jugeroet n6cessaire;
oublieront d6liberement ce
qu'ils avaient dit et pousse
ront la naivete ou 1'impu-
dence; jusqu'a croire que
les autres (en tout premier
lieu leurs cibles ) ont ou-
blie egalement. Amnesie ..
Dans notre milieu; les


A 1 hospital. le haut gra-
de de 1 armed a:ttendra pa-
tiemment a I a porte qu on
prenne cas de son protege
Le soldat, le milician : non
Au Stade, certaines gens
ne paieront pas. Car payer
pour eux signiiie qu elles
n ont plus leur prestige et
lear autorite .

D autres n accepteront pas
une contrav"ntion. ,Si j ai
pu statlionner en plein mi-
lieu de la rue. v est que j ai
1" dioit,,. Voila ..

Les exempl, s pululent.
Dans tous les domaines Et
jusque dans c''Ix oi l 1 dou
le it la suspicion ne sont
pas permits. Par Ithique.


(suite de la lere page)

le disir de reconditionner
une image de marque quel
que peu abime et le tou-
pet.

Nous avons dans notre
milieu de curieux amesi-
ques...
UIs oublienti quoi?

Leurs promesses; bien
sfir; leurs dettes; leurs de
voirs. Mais ils oublient sur
tout ce qu'ils avaient fait
aux gens. Ils agissent ie
facon malhonnete eynvers
des amis; parce qu'ils esti-
ment que leur interSt leur
bon plaisir ou leur mauvai
se humeur ont le droit de
faire fi de l'amitie. Done
priority aux mauvais coups.
Apres on essaiera d'ama-
douer celui qu'o,, a malme
ne; apres on viendra lui
donner une bourrade amica
le dans le dos; apres oni
lui fera de beaux discours.
On lui demandera un petit
service ou meme un grand
service au besoin. Absolu-
ment comme si rien ne s'e
tait passed. Amnesie...
Ils oublient quoi encore?
Ce qu'ils a-vaient dit aux
gens. Il existe un tas d'in-
dividus (mSles et femelles)
qui; pregnant pretexte qu'ils
sont francs; qu'ils sontecar
rese; qu'ils sovt des amis
sinceres; disent n'importe
quoi a n'importe qui avec
une grossierete deliberee ou
sous le covert de la plai-


PEST CN


Protegez votre mason



centre les termites et chauve souris


Delmas 48, Building Curacao Trading


Tel 6-0431


'"amuuumw)~M~MI~LYUU1UalYr~PIO


SALLE I


grandes gueules se m6ta-
morphoseet en u dclin
d'oeil en petits innocents
qui ne emprennent vrai-
met pas; mais la alors
vraiment pas pourquoi
Untel ne veut pas les voir;
ni pourquoi Untel avait pris
la mouche pour un petit
piopos de rien du tout ...
Dans notre milieu; celui
qui a blessed ou egratign6
quelqu'un trouverait nor-
mal de 1'aborder; apres; a-
vec le sourire fendu jus-
qu'aux oreilles et la me-
moire hibernde. Dans notre
milieu; les petites gueules
font comme les grande;
histoire de se doaner de
1'importance.
Et je plaisante; et tu
ris et il te serre la main
et nous nous tapotons le
dos et vous etes tous des
purs et ils jouent tous a
la perfection; en comediens
consommds; le role de
1'amnesique




Chers clients
Pour oublier la chaleur
de I'Ete, votre magasin

Au monde chic
a recu pour les robes :
voile et chal.s impri-
mes avec des ravi.ssa.n's
dessins, le chambray et
coton a fleurs, broderie
fantaisie unie et impri
Smee, serviettes de bain,
cretonne, nappe, pyja-
mas pour homes et
enfants, plastique, n-
Sdeaux poor salle dce
bain, serviettes, draps
et taies d'oreillers,
moustiquaires etc.

Pour les Bdbes
robes, brassieres, chemi
ses et draps brodes,
brassieres en tricot,
draps fourreaux pour
les grads berceaux,
couchettes, moustiquai-
res, serviettes etc.

Pour la veau
le savon Duvex pour
peaux seches-

Faites une visit Al'
MONDE CHIC avtanL
d'aller ailleurs.

Rue du Magasin de
l'Etat 89.
a,' .. aoococo


LES AMNESIQUES


En Haiti, le sens des lois


et l'esprit de leur application


QUICK CARE:


Import Export Custom service

ACCEPTED QUELQUE SOIT LA COMMAND POUR
LES ETATS UNIS, ET ASSURE LE TRANSPORT DES
MARCHANDISES VERS PORT-AU-PRINCE.

S'OCCUPE DES FORMALITES DE DEDOUANEMENT,
OFFRE UN SERVICE DE VERIFICATION DOUA-
NIERE ULTRA RAPIDE ET DANS UN MINIMUM
DE DELAI.



QUICK CARE

FACILITY LA LIVRAISON DES COLIS A DOMICILE.
ETAGE ALL AMERICA CABLE TEL. : 2-4362

^*aGGG~gaoeseaoeasaosoof


ke- ooow Z~aa=0000=01


IMPERFECT IN ORIGINAL a


Deratisation




Extermination




Fumigation


i\~u; /Psr BIIC~I


=




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs