Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10403
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 26, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10403
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





















































































































Bien avant que Georges
Rude a la :su:-e de Geor
ges Lefevre ait tente de mon
trer le role des fou-
les dans les Revolutions,
1 espagnol Ortega y Gas-
set avec une vue plus lar-
ge. aiait deja signal aLa
Revolte des MIasses., dont
il percut les premiers
svmptomes planss la Rome
antique Les .ouvernements
aussi peuvent ere genera -
teur' de re\ olutions. et


CITE DU VATICAN AFP
Les 15 nouiveaux Cardl-
n1.7ix que Jlan Paul II cree
ra Il 30 jun prochain por-
teront a 121 les membres du
Sacr-C(ollete ayant droll
de vote L' premier Pape
polonais deroge a.nsi a I ar
ticle 33 de la 'Constitutlon
sur 1 election du nnuvea1 u
Pontife- de son predecessor
Paul VI lilmitant a 120 les
Cardinaux qui potent.
Les Cardinaux seraient
meme 122 le 30 juin. si c0
jour la. le Cardinal Tchecos
lovaque Frantisek Tomasek
n'avait pas 80 .ans, prdant
ainsi son droit d'dlection.
Parmi les 15 nouveaux Car
dinaux. figure un candidate
sIn Pectorea. c'est a dire se
cret don't Jean Paul II rT-
vdlera le nom equand les cir
constances le permettront>.
Serait-il Lituanien ? Le 7
Mai dernier. la revue oElta
Press de la communautd
Lituanienn, de l'emigration
a Rome, avalt rdvdl6 que le


Gustave Lebon n aura pas
attend le Portugal de Sa
lazar, 1 Italie de Mussoli-
ni. I1 llemagne d Adolphe
Hitlei ou la Turquie de Ke
mal, pour le prouver dans
sa (Revolution Francaise
et nla sycholo4ie des Re
vo>utions.
,u elle ema'ie du people
ou d un gouiernement. 1 ob
jectif de toute revolution
est 1 amelior:ntion des con
editions materiel !es des h mas


Chef de l'Ellse avait envo-
ye la barrette cardlnaiic7
2u diocese do Vilnius en LI
tuanic donl! 1'admlnistra-
teur apostollque est Mgr
Jullionas Steponaviclus. -em
pdchev d'exercer son minis-
teie ic'est a dire expulse de
son diocese depuls 1960. mals
vivant toujours en Lltua-
nie. L'envol de la barrette
est un signed evident d? la
volontc du pontilfe d'dlever
i l]a pourpre un Prelat.

xx xx

LES NATIONALITIES DES
NOUVEAUX CARDINAUX

CITE DU VATICAN (AFP)
Six futurs Cardinaux sur
les 15 choisls par Jean Paul
II sent Itallens. Il y a gale
ment deux Polonals, un Ja
ponals. un Vietnamien. un
Canadien, un Mextcain, un
Irlandais, un Frangais et,

(voir suite page 8)


ses et en premier lieu,
la solution du pi1,blemede
la misere et de la faim.
C est pour I avoir comprise
que Lenine en 1917 utilisa
le slogan magique : Pain
et Liberte; c est dans le but
d eviter des soulevements
que le facisme triumphant
en Italice donna la priority
a la question agriiole, que
les dirigeants nazis au len
dEmain de la in(toire de
leur parti, mirent 1 Alle -
magne a meme de se nour
rir evenement le plus co
lossal du sickle. aura etc
la possibility pour des mil
lions de chinois de manger
a leur faim. ie subventr a
d autres besoins en un
temps record, grlce au mira
cle de la science et de la
technologies. sous la con -
dulie de leaders conscients
On reflechissait encore sur
le miracle chinos, quand
le Nigeria, pays d Afrique.
le plus populeux du conti
nent s est offer en exem-
ple aux autres pays en vole

(voir suite p)ge 31


Novel
Ambassadeur
Itinerant
En annongant le depart
pour l'dtranger de 'ex-Se-
crdtaire' d'Etat aux Mines,
tLe Nouveau Monde precd-
se que M. Henri P. Bayard
a le titre d'Amnassadeur iti
nerant.
II est done le second, puts
que l'ex Maire de Port-au-
Prince M. Raymond L. Roy
a 6tc nommd Ambassadeur
tllner-ani.


Jo me trouvals en Colte-
d'lvolre quand Georges Col
llnwo, a visit c- p!ayy. s'Fan
n6e dernldre. Co nom men dl
sail, ddjhi quelqtie chose, piulS
quo c-rtalneos 6misslons que
J'arrlvals itcapter commen-
qa'ent ou se termlnalent
par lul. J'al voulu voir le
personnage d- pllus press. &
Abldjan (tdlvision) et 6a

Bonakl (sur soene). Je l'al
trouv6 fort sympathlique.
non it cause de sa nmimtque
de son alsance face au pu
blic et de son comoortement
faussement d6slnvblte. mals
A cause de la qualltk de son
message.

Je ne sals pourquol M.
Colllnoe n'a pas pens6 A se


fair accotmp.igni'r de sa
troupe, disonis d1 ion orch]es
tre Haiti est quand m6me
plus prbs des USA que I'A
Irlquc el, cela devralt 6Ire
plus facIle pour lul dc nous
gratifler des diverse facel,-
tes do son rich talent. Je
m'6tonne encore plus d1e no
rien retrouver, dais son pro
gramme; qui rappelle qu'll
s'occupe austi de cinema.
C'est li que je voudrals sur
toul m'nrriltcr pour dire quel
service M. CollinSt pourralt
rendre i Haiti qul dolt. ne
c esa l recent prt
-entlcr & I'Afriqu: u -
ne merlleure Image qu" cel
le rdpandue par In propa-

(voir suite pake 7)


COLL4pirsi for oF


[IMPERF
ECONOMIC SPECIAL DE MANILLE I


Le protectionnisme,

ses lormes

et ses consequences

par Jean-Claude ,SANON


Les pays en developpe-
ment, industrialists 'ou non,
riches, pauvres ou tries pau
vres semblent s'6tre donnes
le mot a Manille.
Tous denoncent le protect
tionnisme et le neo-protec-
tionnisme pratique par les
grands pays industrialists
en matiere commercial.

Pour un peu et n'etait-
ce l'interconnexion de tous
les problems economiques
-- la cinquieme reunion de
la Conference des Nations
Unies pour le Commerce et
le Developpement (CNUC
ED) s'identifierait a la lut-
t? des demunis centre le pro
tectionnisme des nantis. Et
cela en depit de l'importan
ce des questions monetaires
ou d2 tran7ert de technolo
gie.
Heureusement que non 0
D aucuns pourraient en ef
fet deduir' que la probiema
tique du developpement se
s.mplifi a travers dune har
monieus, expansion du Corn
merce international.

Le president. de la Banque
Monolale n a paa manque de
soulilgn-'r les lmltes 0lu oom
merce dans la perspective
du develuppemen'.
Le Commerce n est pas le
but du develuppement, 11
n en est que 1 un des mo-
yen.s. Le but du developpe
meant et en effect d amello
rer le bien-etre d chatiun
e surtlout it, blen-e'0re des
pi.7U pauvrt

A elle seilec. 1 texp).Iil.olI
A ',11 w!c77, 10
de eIt'La7 2,, 7Ilt gait.7t lltl
l.llll m1 ill0 q(lh la p1auv -. '
.':ia redullt ri s I'l- i4
ba 'illte (I 07 d r l 7'7l '7la

,l7(71 i7.>' e7h777' 7 l l.77 a
t 7 l um 7777 7>

07 n"7 s71( II (' 11 e00 ,r
n cii( i Pnllt (,iin p t'il'li 1. *


m 077''(7.' I7' r71(' m'(
(w d a er iU'e rlend'm i'nt
la !a plodiuc'iv'ie d, :;im s


croissanr'e er(nnmi(ml7 t ,'
1beral'sation des echanctes
,'',r7 c('ip1'nt d une pullssante
doynamique de eausailte re-
c'pYoque. Entrai.nan 7une
aurmerntatinn de la dean
d6 et elargissant a'ces aux
ir.,- .hes. une eroissanre e0o
romianue rapid- fac':lte la
iibp,'irui tion t 'P develop-
p-mrn- des echanpso

UN'E PRESSION
CONSTANT

Leo problem etan a:ni-
,se tar M' N'.tr.;.a r .
Sonsabie de ia prem' re 'Ie S
i'all-on de financemen" -
de vePoppement i' 7fa:" *d--c
explorer le passe economI-
c.:le le plus recent pur vN!
e- evpn-uellemcnt m-pr rr'
1 0 effets du neo-pro1.ec'ior'
I'l -7'P1e


Selon le president de la
Banque Mondials, les pays
industrialists ont accentu6,
depuis trois ans leurs poli-
tiques protectionnistes, et

(voir suite page 2


ECT IN ORIGINAL]


S.&.D26 umAI
xTARV.ea~n ci mA~i. U


No 3.-- 9











,IONDE EN 1890 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'LAIT. MMB3W DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PREE.~-


DIRBCTEUR: LUCIEN MONTHS
ADMINISTIIATgUlt Mine Max CBAUVE!


Nicaragua : '

Une guerre civil larvee
par Paul RUTLER une garde de 13.000 hom-
SAN JOSE (AFP) mes bien dquipds et entral-
Un etat de guerre civil nes, le gouvernement du
larvee dechire le Nicaragua President Somoza semble
depuis pres d'un an..et quel paradoxalement avoir ac-
que 3.000 personnel gue quis une. nouvelle confiance.
rielleros sandinistes, soldats Deux facteuir l'expliquent :
et civils ont ete tuess de 1'un est une rentrde de 65
puis le debut de l'annee. millions de dollars appbrtes'
Dans la seule capital. Ma par le Fonds monetaires in
nagua, cinq cadavres sont international le 14 Mal der-
decouverts chaque martin. nier. qui vient a point pour
Landis qu0 les commandos donner au moins un sursis
du -Front Sandiniste de Li a l'economie menace du Ni
beratlon Nationalei iFSLNi caragua.
continuent a dresser des em L'autre est apparent e-
buscades centre la Garde check diplomatique du Mexi-
Nationale et a organiser que qui. en rompant ses re
des a.taques contre diver- lations avec le Nicaragua
ses vill's du pays. dimanche dernier, avait lan
La dernlere de cette atta ce un appel pressant 's tous
que a ete dirigee cette se- es pays d'Amerique Latine.
maine centre Jinotega. a leur demandant de fair de
160 kilometres au Nord de meme. appl qui. jusqua
Managua La ville a eie re present, n'a pas ete sulvi
prise par I'a Garde Nationa Le President Scmoza. don't
le du President Somoza Les La tamille regne sur le pays
sanddinstel se-lon les aulorl depuis press de 40 ans a re
teO ont' la'sse quelqu? 200 connu vndredl que la 1 ,cr
inorts url le terrain el la se ,poliuque0 avail provoque
oardc avoue avouI eu \lngt uile dramatique baisse du
':,.e (prod ilt natl:onl brut. que
Eln ilenime temtip dani 1.s recettes d- Fta: a-
oul pa,'s 0- nlu' li)lenit 7va!ent dimln7ue de 50 pour
1- ) hold l- i) (til trte 7sol- r i-enI enl dot7!/e 'nol S iue 17
i7-it7 1 Pn p 7'.t u 'i ci.7 e 7 'necl.eu'' i7 p\0l\e em' t eOtalet
1" |),i!- i;". j A c'!a s *lm lu- mitnlit atl i'tle qu un0 1 1
r1, lev iielh11'" d ImIll] fl t! nll gualt ant e sld alt -
7Lif t' tI 70e b:essee ba .,i7 e s7 il ili, i
a I.e-on put ( t'.> ..ndlisles I)Du in d'sc'ill s prIoll lon

77 7.i'('7) 7''er 0uni'. i7n'or- c7 7 devpOUril t, I i-' t ll 711'ia

'd; 1t1 ;d (Ml<'.a operailnr pan l a url l 1otr l 1 lt i( tp

ti h ai C U rm il }d' .tolt'{ ;t a 11 :ilute l> ri t itn e>
l,t -,1) 1 d llbpjl a St ] e n ill acrnlll "
a, te 'e ( a itl poul ll ilnmpc e l s )nilirxl
S1,7," 07im77 7 11ss7 7 77 e 7 : '0s d 7 pl7e7dr7 0 t,'.
d 7u17r :a V l7 lic- la!gre pa t la 't '(rr 0 7 7


MI FI


Ti1phorn :e'-2114 Bolte PG.-a,. e 1316
Rue du Centre Nr 212


LA MISERE DE L'EDUCATION


PRIMAIRE RURALE EN HAITI


Nous commengons au -
jourd hul une series d arti -
cles sur 1 6pineux probli-
me de 1 analphabetisme en
Halti Malgr le caracttre
obllgatolre de 1 enseigne -
ment primaire en Haiti de
puis 1974. on s aperqoit ti
la lecture de 1 etude qui va
suivre que 1 cole primaire
rural, loin de remplir son
role civilisateur, est gendra
trice d analpiiabetes.

Le taux d analphabetis -
me difficilement chiffra-
ble est generalement esti-
me a 80 pour cent de 1 en
semble de la population.
Si 1 on tient compete que la
scolarisatlon est gratuite et
obligatoire en Haiti depuis
1974 ii est possible d emet
tre une premiere consla-
tation 1 ecl t e-t la rise
do system 170seilgnenlent
itaditionnel t7n Haiti. L a
na.lphabetisme nest pas
nit realize enll so mals la
resul.lltnte de 11 nadequa -
lioni du systemiie eduicatil ell
general.

Nous avotns rt h ise ell
pic'aiiibul d7 eitI'rer d7 lns le
1 :it debit t C'oPsis111[ a el-
Ilrt lit'r de- n'loix de prior
Ile t10 i" lai (t. rlrisallonl
ei 777ii77l7t7 s I 1 lulplabetl-
s ,in dtits :mlillts L;tlllelio
7 a7 hlln ( i I 1 ;. 7l ('i] ;t7 l(1ll el ]
d77 >5.77 777l7,7n 7tiii'i n 71 7
dept iPd pa7 w>>'all7enilni du
1 orti ll 7 .l li i- 's7o7uro7 s
1It7ln' Clte s lll7ni7e7 s ve'rs till
s m( '(u i 107plult qu11 n iiutre.
niIi.> (ssenhli Il'n-Int de la


IQUE MI RAISIN



AVEZ- VOUS ETE UN BON

ENFANT ?


Par Mona GUERIN


Qu on ne 0e'unnen pas de
cc passe compose car a 1 oc
cauion de la Fee des Me-
re, qi0 spra relet'ee de -
main c est aux grades per
so".1.es que '7 rradresse
e s grandes personnes qu:
son' pour la pl.;part de'
pere0 eP mer's dt faInlle
Demain. par xempl- che
re- maman,-s 01J.s a'.endrez
que vos enfants vous hono
r':. v u 7 e,. ife-', \ .' pr.:u


vent lStur tenJress( et leur
-,psprc t VOUS recitntl un
pet.' compliment. vous ap
portent des illurs ou enco
reo u mods'.e c7rdeau ou.
pourquoi un gros ca -
deaL pour pea que papa all
les pocheos b1-7 01rnies et
d6- pensees )i-n\eelllanies
et' vou tou7s 0h1 "s adul -
tes que nous ,j'e7 dlrecte
ment concern-es ou pas. vous
a7t(ndrcz que .ju,. les en-


fa1-it7 que "o s connaissez
pro.'.0en0 qu :l7 I>rl1 de bons
enlants. capibles d etre
alte('0u7,x '7 reionnals -
san7. r n\-s 1 leur mere
Pour preu qui.- s( moln -
trnT .ind ller '*i s deimain,
'OU 7 I f l 7.7'7 severe
men: profitan:ii' de ce petit
7a:1 pour it' (ondamner
globalcmeno Ei tres class
siqu-ment I(tr-s imprudem
ment auss i) ous commen-
E rez \ U considerations
ainsi :
Mais 0usti7r7l7 tde vo
trp temp.s ethiz cus reelle
ment de bonds enl.,nts I
N( us avo(Is 'i. nt de cho-
.( en prnci e a n pro -
cher aux jeunes actuelle -
mi nt que parTmi toutes le,
lil1 riogations lil lo lson -
n7 i t 77 I 'cur ,: 1 i l l s ralt
bon que 1 on a ,cute cette
qu1' sl.on llComment se com
portU.l-nt les ( n!ants qui
sont devenus actuellement
Ils parents de co.s enlants

(\oir suite page 8)

Visite du Chef de
l'Etat a I'IPN

Le Chelp d1 EItat a vLsite
hier I expohil 7i -- Jcux or
ganisee pail i lnstLtut Puda
gogique Nation'al Le Prcsl-
de6n Jean Claude Duva-
lier en a pro'te' pour visi-
ter toules les sections de
I IPN


capacity et de la volont6
de 1 id6ologie dominant de
transformer la soel6te.
* L alphabetlsation n i pas
pour objet de s substituer
au system Oducatif tradi-
ltuncel, son objectif vise a
apporter a des adults de-
.ja integres dans le system
de production. des instru-
ments capable de favor -
ser la comprenension et
les moyens de transform
tipn de leur environnement
Le ddveloppemcnt econo
mique et social d une so-


ciet ne peut s offrir le
luxe de patlenter jusquo a
1 arrive d une genSration
instruite dans les structu-
res productive. I1 se doit
d agli a court term pour
adapter et preparer selon
des objectlfs blen precis
une nouvelle generation de
producteurs mais egale -
ment d intervenor directe-
ment dans 7e systtme pro
ductif par une action 6du
cative capable d apporter

(voir suite page '4)


Visit. tan cde
du Directeur
de FEcole
International
d_ Bordeaux
,.ionsieur Salfo Albert Ba
lima. DIrecteui de l'Ecole
Inteniationale de Bordeaux
arrve Port-au-Prmce le
mardi 5 Jura 11,79. Monsieur
Balima est origmaire de la
Haute Volta.
'" L Ecole lnternmotonale de
Bordeaux est i la fois un
centre International de ren
contres et d Achanges et un
(voir suite page 4)


Credit pour


le Departement de la


Jeunesse et aux Sports


DECRET

Article ler.- Est desaffec
tee et rendue disponible la
some de cent soixante mil
le trois cent quatre vingts
gourdes (G 10P.380.00), re-
presentant les balances dis
ponibles de I'article 0706 du
Budget de 1'exercice en
course.
Article 2.- II est ouvert
au Department de la Jeu-
nesse et des Sports un cre-


ACTUELLEMENT EN HAITI:

la fabrication du vinaigre a partir de la canne a sucre
-Par CARLO-


La mise en place progress
sive d une ildustrie locale,
utilisant les matleres pr-'-
mieres du pays et vouee
p r e sq u e essentiell?mentt
idans un premier tompsl a
la consummation interne
esl considered. par tous les
.aL eurs come une tape
decisive daans le processes
de developpemenl d'un pays
sous-developpe.

En Hatll pendant ces 6
-l 8 derninres Uillenes, upires
]eta blissemiiil nt l i ill rylh-
l7l' Iplls 1)11 lil7l ls7177 lapi7 e
d l'ntreprlses dilvtlseh rele
\aInl ,ssn i ntielneniit du do
linalin' dc la so0s-traitancet
lil eriliatlonlie el d'iduis-
tlrie. 'succur.sales ) don't la
fonll'ion elall suriout de
iransformer. de prIsenter
tel ou tel article sur le mar
the et non le prodliire. 11
est silgnIflIcatif et quelque
p'leu reconforltnt de consta-
'7er unl movement lent
mais progressif d'industria-
1,sation veritable oil le prtn
cipe de base est 'ultillsation
des matieres premieres loca
les pour la transformation
industrinlle

Nous avohis decide de su-
vre pour Iinformatlon de
nos lecteurs, ce nouveau
genre d industrial satlon. la
vrale dans la m~sure Ot '
Slie e'abht les princlpes de
la production exclusive a
parlir des matieres premie-
res et les posslblliltes l oca-
les. od elle influe de facon
posiliv" sur 'a balance corn
merciale. desequillbree par


un niveau d importation duit et lance, depuis tantot


trop eleve.
Cette semaine. notre enque-
t e n o u s a conduit
a u n e q u i n z a i-
ne de kilometros de Port-
au-Prllnce, a Blanchard tVar
reuxi. Depuls le mols davrll
loncionne dans celtt re-
gion une vinaigrerie qu1i pro


an mois sur le marche lo-
cal un type d? vinaigre ob
tenu a partir de la canine a
sure.

I.E VINAL3RE DE CANNE
Le vinaigre d0h Vesoul sC7
labrlque Ilvec le ]us de la
ivolir Mi, le l i ."1pa ,


dit budgetaire de deux mil-
lions trois cent soixante-on
ze mille deux cent cinquan
te gourdes (Gdes 2.371.250)
avec des postes et defenses
s'etablissant come suit :
CHAPITRE XVIII : Depar-
tement de la Jeunesse et
des Sports

Article 1801.- CABINET
DU SECRETAIRE D'ETAT
Pour le fonctionnement
du Cabinet du Secretaire
d Etat, il est ouvert un ere
dit de soixantj quatre mille
gourdes iG. 64.000.00., uni-
quement pour les services
du personnel.

Art.lie 1802l ADMINIS-
TRATION GENERAL

Pour les services adminis
tia,11,l du !e[ .,lItimv'nt, les
t7Arvx,0 c'tmp, ibles et fl-
nani;:i.rs. 1 equ'p7t mini, les
subveltluiia. ii c'er aines Ills
[ltutioni, l 7fti oulvert un
clei'i'l d u Lii mihuin neut

(voi7 uiile lpage 'I)


Ie Kremlin et le problem

de l'emigration de juifs sovietiques


MOSCOU (AltP'
Les aui1orltes soviet lqu7i'>.
on11. iselible--l!,. decide de,
so debaira 7sser dun proble-
in1 qUi einp0Oi'i7on1i I1curs re
nations avec le,, ELats Unis

Le Marche du Riz
HAU-98E

Bien que fixe offi-
cleliement a 7 gdes 50 la
grand marmiLe. le nrz im-
porte se vend j'.isqu'a 9 gdes
dans les marches publics de
la Capital. Cette hausse su
bite r?met en question dans
touted son acuit5 le problem
me de control des prix.
Quand on veut compren-
dre co plenomene oui frap
pe le march haitien, on
doit se referer a son system
me 'monopolistique- En ge
n dral la plupart des mar-
chands oui peuplent les mar
ehes publics sont des even
deurs. Ils sont obliges de
7voir suite page 4'


Le miracle


de l'Art Haitien

Par Maurice A. LUBIN


Le 30 Avril dernier; no-
tre congenere; Dr Lois Jo-
,,es Pierre-Noel; professeur
Emerite d'Art a Howard U
university; a prononce; sous
les auspices du Departe-
ment et de la Galerie d'Art
de cette Universiti; une re
marquable conference Le
Miracle de l'Art IHaitiens
h la Galerie d'Art du Col
lege des Beaux Arts.
I)epuis 1804; l'art a eu
eut-itre peu de fervents.
"on a mentionne des des-
sins; des reproductions de
paysages; des portraits do
nos homes celebres don't
nous ne trouvons plus tra
ces. Mais 1'on sait qu'i la
('our du Roi henri le; la


peinture jouissait de la
plus grade consideration.
II n'y a jamais eu de mou
vement d'art coordonne
dans le passe; encore qu il
eut une Ecole de Peinture
sous la preside"ce de Gelf
frard avec le peintre Col-
bert Lochard.
Dr. Lo.s rierrt Noel rap-
pela qu'en 1930; un Noir
americai de Chicago; Wil
liam Edward Scott realisa
une exposition ou il present
ta quelques peintures de
jeunes haitiens.Ce ut sans
doute la premiere manifes-
tation publique d'Art en
Haiti. Elle a fait observer
que l'artiste Pition Savain
a domlSe la scene de lArt
en Haiti de 1931 i 1944; et
qu'il a continue A produire
des oeuvres Jusqu'a sa
mort survenue en 1973. II
y avait aussi quelques pein

(voir suite pageR 4


MAISON
HENRI DESCHIAIN S
LES ENTREPR1SES
DESCHAMPS FRISCHI S.A.

Avis a nos clients

Afin de permettre a nos
employs d'6conomlser des
trals de transport durant la
salson d'dtd, la Direction de
la Malson a pris la dclision
de travaller de 7 heures 15
a.m. a 2 heures pm, ce. du
ler juin au 31 aoft 1979.
Nous demandons a notre
nimable clientele de blen vou
loir prendre note et les re-
merclons de leur compr6hen
slon.
MAISON
HENRI DESCHAIMPS


et en pirtlicull'l avec le coni
gres 1nle'ricalln cclul' de 1I
Ililgratilon des lls d UIUN,
L 1lUIInnonc fI'itc S llledil i
Moscolu par des> m111laills
juils, da6is d', 7' condition.
inhabitiI lies, de la decl
sion preoee avx autorltes sr
vietiques. dolt etre accueil-
lic avec prudence. Mais s'll
Fe corfirme quo J1URSS en
tend laisser p'rtir tous ley


julls, (111 (U l 7:t d 7t7l.lld7 a par
111 d'puls' p u1i,u d( cllq calls,
S (cillliprs i e CodlldallnlIs
: i m iilelc l i (:tellnus oil as
signes i 'I rvsIldcInce le sens
de la decision soviletique ap
parailrai loitl clairement.
Le Kremlin enLtend ainsl
prouver au Conlgres des I-
tats,'Unls que I'amendement

ivoir hulte page 3)


Hier, Aujourd'hui

et Peut-etre Demain

Par Carlo A DESINOR

Cornmcm trP ps o.'se f, inc pour nia n.ere eni qu
te C etat h cr on 1972 c admirals, ce ;c'ur-ld le cou
que 'ccr.r.', ', s uon bout roge dans la douleur
de table br nzt,'(.'itc, c poe-
i-&.VIAN., DIS vMu ...
On ne peut avoir la nostalgia
ce ce que I'on n'a pas vecu avec conscience
et pourtant,
j'ai la nos'talg e de tes entrailles, maman.
Et j'ai comme le sentiment
que tu porteras toujour. en ton sein
le berceau de I'enfant que j'ai eetc
de I'homme que je suis
et dema.n peut-etre
du souvenir que je serai
Quand 'ur la grand'route. je goutte
a la sterilite de., autres

et que mon dine Cespere u ne oasis
je m'en retourne en mo.
Et, depouille de tout baggage. je prends
Ie chemin de les eoux.
(voir suiile page 4)


Le Sermon de la Semaine

Par le Pasteur Luc NEREE

La mere de Jacques et de Jean


*Ordoune que rmes deux
fils; que voici; soient assist;
dans ToI Rsiyalime; Fulii a
Ta droite et I'autre a Ta
gaucheo (Math. 20:21).
x x x x
La fete des meres est
sans contest itne fete s)o-
ciale institute eln viue de
la manifestation des senti-
ments fillaux des entants ai
I'egard de leurs meres.
Nous avo(s accepted it cele-
brer la fete des meres dans
I'Eglise de Jesus-Christ;
dans le but d'encourager
les mAres ai se donner a Je
sus-Christ et a Lul consa-
crer leurs enfants. Car la
foi en Jesus-Christ; c'est
l'heritage le plus prkcleux
qu'une mere puisse trans-
mettre a ses enfants.
Aujourd'hul nous voulons
presenter i toutes les ma-
mans une mere exemplaire.
Cette mere: apres la mere
du Seigneur; est la plus re
marquable du Nouveau Tes
tament. Ele s'est consacrie
au Seigneur d'abord; puis
elle Lai a offer ses deux


fils. Nous voulons parler de
la mere de Jacques et de
Jean qui est devenue ute
femme immortelle. Elle a
eu one noble ambition pour
ses enfants; cela a faith d'el
le une presoinptueuse;mais
sans malice; grace a Dieu.
( unileree dans l'ensemble
de -er attaludes; elle peut
Itre presented come une
mere entierement fiddle et
au Seigneur et it ses en-
fants.
x x x x

UNE FEMME IMMORTELLE

La mire de Jacques et
de Jean est une femme tin
mortelle i cause de sa dv'o
tion au Seigneur.
En deux endrofts dai.s
l'Evargiie de Mathieu (20:
20 et 27:56); la mire de
Jacques et de Jean est iden
title come etAnt la mere
des enfants de Zibedde.
Dans I'Ewangile de Marc
oi on la trouve au pied de

(Voir suite p~ye 7)


Operation nourrir la nation "Feed


The Nation" Lutte centre la Faim

L EXAMPLE DES PAYS AFRICAINS DON'T LF NIGERIA
Par Laurore ST JUST


La nomination


de quinze Cardinaux


Attention


a Georges Collinet

par Toussaint DESROSIERS


PU~ -C-B. -Plr~ ----







PAG 2I BAsEI2 A T IACE MI1


LA VI ECONOMIQUE


.CEP/ACP: Bilan des neg'oiations


sur le renouvellemendt


de la convention de Lome


(CEE) '- (AFP)
Les nieociations pour le
revnuvellement de la Con-
vention de Lome; qui unit
a la CEE 57 pays d'Afri-
cr,;i des Caraibes et du Pa
cifique (ACP); sont pour
le moment dans l'imagsse;
constae-'t-on samedi ai
Bruxelles.
En effect: les ni'ocia-
teurs se sont separes apres
3 jours de discussions nui
ipuraient du en Drin:-ips-
permettre de meltre iau
point la future convention
a" i' nt sa signature. /Is
n'ent mmeme nas fix la d-i
fe de la Drochaine rencon-
tre. I. prochaine conven-
t;,,, devnit entt-,' en vi-
gueur en mar- 1980

I es nfoeciateurs se snnt
Princinalement heurt-s msur
IP nroblimpe di volume de
1'Side cue la CFE accorde-
ra lux navs AiCP da's le
c'inn nn-nfs venir Alors
rui lePS ACP voulaient u ei
aide depassant 10 milliards


i poll- le i',n's Fiurn-
plepn de Df' slopnemte, t
i'ED) et s- nrets dp l]i
Han:niie I uron*o'nn d'!n, e .
tisspem ,, 's (IFI) l ('C-F
Slimilc son offre a 5:1
milliards d'iC
I ,s 'ivss ACP onf rejete
i offr'o s ra lnmi 's i irs et
-,t indiu e, J 1 .. s hi

,,-r;eni f a: n", llore-
r n 'Snire nI in '' 1i .i i


5. X1 ii e fr'- -s --
Sffaires F'ransi'e' et Drs'-


NEI YORK i \1 1's
l.a politique de crionurre-
ce i l i m i t e danss
les t r a n s p o r t s a-r
r-iens; defedue par les E-
Lat.s tnis: a sti vivements
crittquie par les responsa-
bles des grades "coroia-
gnies aeriennes europeen-i
)es au course d'un sympo-
sium inter national du trans
port acrien qui s'est tenu
jeudi et vendredi a Ness
York.
M3. Umberto Nordia: pre-
sident de la compagne All
talia: s est demanded si e
gouvernement americal. e-
tait pret a risquer des fric
tions avec ses allies et a
introduire des ouveaux fac
teurs d'instabilite dans des
economies etrangeres pour
le simple plaisir de voir
triompher sa politique du
ntciel ouvert,,.
A ladresse du Conseil a-
mericain de 1 Aeronautique
Civile iCAB i; artisa de
cette politique: 51. Nordio
a demand pourquoi les E
tats U'ms s'erigent e, cham
pins de la libre concurren
ce dans le domaine aerien
alors qu'ils font appel au
protection. isme lorsqu il
s'agit d'industries vul era-
bles come les textiles.
M. Ross Stainton: vice-
President de British Air-
ways: a note que la prati-
que qui consiste a laisser
au march le soin de fixer
les tarifs avait deja ete es
sayee et abandonnee il y a
six as.
sM. Stainto, estime que
ce sdccontrole- ne pfeit pas
reus-sir sur le plan internal
tional; qu'il est fonde sur
une pensee economique exa
gereme,st simplifiee et qu'il
ig -ore les veritables be-
soins des consommateurs.
M.Pierre Giraudet; presi-


sident en exercise du Con-
seil des Ministres de la
Communaute: a d6clari ia
1'issue des n&eociations aue
l 'offre communautaire ne
subirait pas de modifica-
tion profonde.
Toutpfois: les points ne
sont pas romnpus et le dig
losue se poursuivra au ir-
veau des Ambassadeurs. M.
Francois-Poncet s'est decla-
re otir".'s'e sur I'is"ie des
, .iociations. Mais il sem-
ble exclu oue la conven-
tion Vuisse etre mise au
point avant la fin de la
prisidence franqaise qul se
t-rmine le ler juillet pro-
chain.
1 -i Grande Bretasne et
Ia France sont les pays
!es nlus opposes a I'auir-
nrenlation de 1 aide com-
e-,nautaire: indioue-t-aor
eae rhlsieurs sources corm-
-,inautaires. La Grande
Bretazne souhaite en effect
fn;miniier ses depenses ou-
b'i-ues. alors oue la Fra'i
ce \eu: ps-'ilE-ie- da an'a-
t' se. niT-n-ramrria" bila'e-
r- '- daa'de I '.':, e la
B-]i-,uin ne df-si r aent slsn
non s-I, ion aunro siement
si-r.l':catif de la piroposi-
u,,n 'nolninun.iltas -e
r-ient 'ls t ,(n tius un a t
.-,;. ie enl sisnifi( atif de
I. p rop(sition (coimu nau-

P tr centre' .le nt.-ocia-
io s ,t nsracconspli des pro
re's iirntiortantt, en ct e P 0ui
c nerr, le SLt bex ti'Nst-
r.i- de tjjilisi lion des res
,*etld s'eirwrtation sap pli-
'oe : I'heure actual l :'i

T, E.,i d Irr le sv.te-


' nt d \ir I'railrI e, s itail
I au i prronoinnce la vrilD
r)Tl sre I'anarchic tarifai-
re- relon '1 Giraudet: ; i
sr -at irreal.'te de mecon-
naitre le pricipe de la ve
rilt deo prix au moment
mneme ou le transport ae-
rien est menace de graves
probls-mes du cnte des ap-
pro- si-.,nnements petroliers.


me parallele au Stabex
pour les minerals; les re-
gles d'origine et les clau-
ses de sauvegarde.
Deux cents millions d'u-
sit6s de compete ont eti pre
-vus par la CEE pour ce sys
teme mineral; qui concern
rait le cuivre; la bauxiLe;'
I'allumine; les phosphates;
le cobalt; retain et le
manganese. Le mineral de
fer resteiait A titre provi-
soire dans le "Stabex agrico
le. Une demi-douzaine' de
products; dosst le caout-
chouc; a etc ajoutee a la
liste des products qui peu-
vent beieticier de ce der-
nier.
Enfin; en ce qui concer-
ne len problem de 1'inclu-
sion. dans la future cosvens
tion d'une reference au
respect des droits de I horn
me: M. Michel Anchouey;
Minis/re des Financeo du
Gabon et president es exer
cice des pays ACP; a re-
marque que les ACP accep
talent d'ecouter les vues de
1o CEE bien qu'ils nen
%oient pas 1'utilite; etant
tout signataires de a char-
te des Nations U'nies sur
le,- dro.ts de 1 honmme.



Les Csurs

.i \\ Ul: 5' - i; u l it i'
A dri l'5 I '






i nc t u tll i le.

i:'t s-i-Is i :g' Is' V




01, C 5 5 5 5-
r I "e at l n
-, c i.I ir r II, c c



S s- r du 'L r- ' du
s iont ,,' tir-s l'ers lIs-i
.c, ra ,, a:"NwY


CEE A "'
LESs negotiations pour le

renOuve!iement de la Convention

de Lome


BR XELL AF'P-







p- C- a -










des npel c'a''lonl fiure rno-
stammiti s- ssriem, pa 'a-




STABEX Sysc-mef


a i h .' -r- acs I e a 18 pro-
d '1n1 a Psi'. ni it m i' s n -

xC t ;1 iijr l -
Os-si urs-is I i fu "i u sp i ;i-ps-





b.di' t a!:a ':.m'-u Os-'p .r)l -h -



i n'.a'- apo 'n i n caep.p t .
f( ,
I- CEi n envisas p (I 15 pr
-le poe sei s rs s-i ct-. a s -e
s-tirs O sm s 7511 a rn r-- sppiipr







qic !,, ACP
Irm .n' unc fn omonsatele p dr
la baisse dc l irs reccet-cI


d ex pora'-io. combine Gansl
ie btab x Asrlcule
Le-s .Ne ;i .'ni pas -sncore
cunmm-in.ique icoi. p us ie
IsU.o i M rc envl-.opp: Iil-
nuncict-re qu l4 s sosI' Uispu-
-e. a -ccorcoe: .-x ACF '
:i': du Founds Europeens oC
Devel- pp-em n- s I'LD, Se-
nI,,s i.-_ est-s-au-'5iOi,1 ue ( irs-
..I.i s i)t--p ie imonll ant
d, I- ED pa rra. atteindr-
5 minsiarc- d 0iiiOes d(- ncomp
u e-uro so-niIes une UC ega

iL neoclat.iluis ont cons
tiiue six groups d- trasa;s
don't 1' 6-rme qualified dei
presidenliel sera plus pail
culierpment charge d etudi'r
lPs. problems de la dureo-
dr la future convention, dOu
volume du FED et des droits
d, Ihomme.
Les pays ACP sont oppo-
ses a 1 inclusion dans la con
venston de ionute allusion a
c problems Les Neuf n'ontl
pas une opinion unanime
fa Grand2 Bretagne et leS
Pays-Bas souhaltent quei
aide communautaire puis-
se etre retiree aux pays oil
les droit-- de I homm- n r
sont pas respectes Ls aliu-
tres pays de la CEE ne sont
pt lfavorables a une I 111e
clause.


parce que, m4me sans gros revenues
fiens savent msIntenant comment
de I'argent de c6td tour les mois
fire fructifier.

parce que, meme sans capital au t
pourront r6alispr te ou l de
don't i/s r6vent depuis longtemps I
ve//e voiture, une maison, des rtu
tard pour leurs enfants et pour
re ratte heurse.




LA BANQUE NATION

DE LA

REPUBLIQUE D't


Le gouvernement veut

favoriser


Le retour de nos technicieas expatries


C'est ce qu'il resort du
discours prononcd par le Se
cr6taire d'Etat a-u Commer-
ce A la conference de la
CNUCED, a Mrnille. IL a sol
licite, ia cet egard, 'les bQns
offices des Nations Unles. II
a, en effet, declare':
oLe Goiuverpement de la
Republlque d hitli est ani-
me du souc: logitime d'of-
frIr aux cadres Haltiens ex-
patries l'opportunite d'exer-
cer leur profession sur le
terre national. Aussi 11 prie
instamment la CNUCED d'e
iudier, avec la plus grande
attention, un ensemble de
dispositions, qui seraient ap
p!iquees par les agencies spe
ciahsces des Nation Unles
et d'autres o:':nmismes in-
ternationaux. en vule de fa-
c ii er et de fir.ancer la re n
tegration ia leur niveis a de
competence et a des condi-
tions equit,.bl',s, des profes-


slonnels 6migrs? qiil souhal
tent rentrer an pays.
Les perspectives qui se
dessment dans le cadre de
la. cooperation entire pays
en vole d development
nous pLraissent pleies de
promesses. Cette nouvelle
orientatlion des relations e-
conomiques qui' tend- a. n-
ensificr les liaisons SudI -
Sud et A reallser lautono-
mie' collective, rejo:nt par-
trices de no' re polit!que e-
Itangire. D'Une part, nous
sommes d cidis & collabo-
rer avec tous les pays, sur-
tout dans un cadre regio-
nal, sans distinction de sys
theree politiquc et social;
d'autre 'part, nous cher-
chons A diversifier nos par-
tenaires internatlonaux, es-
pervnt ainsi trouver les Im
pulsions necessaires h l'acce
leration de notre developpe
menll s.


L'Echec de la conference

CEE / ACP


Apris deux i1,urs et s-ux
nu is nde neeO.iasu iuns. 11i
CEE et es 5'7 p ys d Afr.-
qiiu' des Cara'btI s t-i di PaiC
I Lque ACP i ;iau Marche
n.'iC lnlit n 1 r I .i Culn\ ltolln
i- 0 di np 4 se I uI si p.ils -il
I 11d .pI I> Illicil SUli 11 Cioi ls
Its dnc' nliec

_1 1,11' t tiI 'nun, IUt si
S. I 1K ;1.,1 i ll' 5 1 0t u .I
I.I. q i.5i i :-'-" ) -ntits 'eni' irt s

ii 5l Il i ti x' i )I iI :nI al !e


I A I t ii s I 5 llss 1iss ; Is' -

Iii. 1i'iols ,l', ll i. n a11 11l' ui,

is vs I r is d s pI U-

dispo .s 11 acc i'dlilr ;iu
1i'



Treis importantes
Missions de la BID

Tros irmportan'es mlIssslons
ac .a BID jseur"i-eruont ell
1 .;.i a\ ;:'i i, '.n de ce

L sr, d e st Sei de.id ar
rsiee icl E,, it venue dis
cuter avec se C',suvernement
haltlen des pr ssibilites d in
\estssement dans les do-
mainese miners et carriers
Elle s in:eresse a i invental
rs des projects -alaiogues par
,e Gouverner-Pent haitlen
sous les tires de Marbre
Asphaite CQmelnt
x x Y x
Les deux anltres missions
arrleront dars !a Capilale
ie meme jour soil .e Jundl
29 Mai pocta::s;
Cel;e qui s ra conidu'le
par M. Enliqus Briguna se
penlch-era a.ecr les aitorit -s
hal lennes sutir I project dim
p ants.tion des Pares indus-
rriels, au Cap Haitten et
aux Cayes Laul.re membre-
jusque 1a connu de cptte
mission, est I economist Ro
berto Kestell
x x x x
La trolsinme. prsidec par
M Romeo Arraboldi sera
compose de o M. Andres
Bajuki. A'l Solbalbarro Jo-
se VIllatoro el SP ehargera
sde d'scuter du montant l
des modalltes de finance-
ment du pro!' t Eau Pota-
ble Rurales IPOCHEDi. D'a
press ce qu on roll, savoir
ce project pourralt couter rel
viron 7 millions de dollars.


.. Texte des pays
MANILLE (AFP)
Les pays industrialists ont
les ha- soullKni samedi i Manille
t mettre ales difficulties rencontrkes
pour le par les pays en dkweloppe
Siment qui n'ont pas de res-
sources (nergitiquess: dans
un text dii qualifil de
Opart, ils S profets uius du tiers monde qui
une r'ou viennent d'anlair leurs di
vergenceo sur ce sujet.
'des plus Dane un vrojet de r6solu
6UX une- tion urisenti- la Smes
Conference des Nations U-
nies sur le Commerce et le
Developpement (CNUCVD)):
les occidentaux Oinvitent
instamment tous les pays
NA LE nde des measures p-
)NAL propriie pour am6liorer
l'offre et la demand d's-
nergie (. ) an tenant comp
te en particuller des be-
iAITI s O pays en dvelo-
pement non producteurs de


Ces erniers ont en eifet
cak.egriquLmnen i-rejete l of-
lie i-i 1e par la CEE qul
is ur pr.oposaii line aide 1i-
nlltncc're de 5,1 mia liards
d u.n.t es de eOpllp(e i11n UC
tgal 57 F ous 1 35 dollar
i io llr Its a in !ce s 198 0 el
I198j4 Les p.I s ACP ro'Clal-
illAicnl p!'us de 10 nml-ll.rds
C1 il ts( s (it'c ) p-1.r 'Coll
p ilsr'l I ( lOsioln l lll llnt'.lil c
t- :;a p rtl' du p ollv il d A-

Ltsi pa s I. l' a CEe, dol -
vi l1 nalltll:tant! se lltnin
td i'ccold tnl r nx polll] a
lioltt, 1 141 nc uel' lelie n t ulit

Sclon I plu st r i rs sUni IC'ls
1 u nis 1 in tla r s cel ssntl I
Giratlnde l-" :.u iw lltali cV
in Fr L 11. 1 qui S O' snt mon-
Ire-I' les p estrictlllves
1( s ali( in i'nd'e, on a
in1'in1 lCl1i ce a\ait refuvs d'aller alu-
dessu du plulond de i45
milliard d unit de complex
iauxq r;t Is 11 faut aijoutei
600 m.ihiol' d unites dO
comp i au litli de prets as
cords par ia Banque Euro
peenlne d'inesisscment,
En rel-ance' la conferer
cc al permis dO fair progress
ser les -is i' ., i ii."iP:, sur 1(
Stabex isysteme du stabill
station des recettes d'expor-
talions applique I'heurs
actuellea s18 products agri
coles et au minerai de fer
et sur le systame parallel.
qui sera applique aux min
rals
La CEE a aicepte Ies de
mandes des A.P d'incluri
le caoutchouc dans le sta
bex agrscol- et i 'ain dan
le system mineral


Pour signer des
accords de prets

Le Secretai-e 0 Elat aut
Finances. IM Emmanuel
SBros ie lend I Montego Ba
pu'is a V-. ., ..
A Mon'ego Bay ijamalque
il assistera. i n compagnil
de M Antonil,j Andre. PrI'e
r dent Directeur de la B13
iH -I 1 Ass'emb)Jep des Gous
Sverneurs de la BID
A A Washingtons 11 Ira s
n gner trois nccoids do urn'
t au montant nes' j Iso500io
- qul seront u'l iles pour 'e
tension' des r-seaux d'(,ner
a g Oe des vllles i-t Ca.) et, di
Petit Go(,.ve Ce!s pri'is son
obtenus de I'IDAA. de I'AI
DI et de la C.F,-


Industrialists
petrole. La Commissioni de
travail quli sera salsle de
cc texte a it bloqul'e pen
dant deux semaines en ral
son de linpistance de cer-
tains pays pauvres Ai voii-
loir y instaurer tin d6bat
sur 1'6nerprle contre la vo-
lont, de 1 Ce project de resolution:
uti a trait it la ,restructu
ration de lVconomle mon-
dialex; a d'ailleurs iSt re-
poussi par 1'Australle et la
Turqule qui se dilssoclent de
plus en plus du e(Groupe
Bs des pays industrialist
auquel ils appartienneil-
Les Pays-Bas et 1'EMpagne;
do leur cotl; ont sriserv'
leur positioSt sur certaines
de ses dispositions et son-
haitent la creation d'un
troupe d'experts pour exia-
miner lrvolution des struck
tures eonromiqes..


de' fortes presslons viseLn a
I adop:lon de measures enco
re plus restrctives. C'est la,
la cons6quance du ralentis-
sement de la cro'ssance e-
conomique et de 1'aggrava-
tion du 'ch6mage qui affect
Ie dnpuls quelque temps les
pays industriallses.
Les. pays en 46vejpppe-.
ment ayant concentli leurs
efforts sur un nomlre 11-
mits d2 prodpits maiuufac-
turds destiLks A l'expprti-
tion, certain groups diln-
terbts se sont immedialte-
ment, ligues dans les pays
industrlalis6s pour bloque:
l'61an des collictivites en
votr de develonnement
L'ev'emnl d't-TrtI ,'ans ]s'
r6c'ntes n6trocntilons sur o1?
tevtilp illrstrp hbin e cas.
LP raidlssemeint d'un nn-"
tenaire pnr-Tm'r'ianl noiit iif
fil'e nour hls---l's-nroini r
d'unn hr-snhe d'activitk tris
prometteuse.
LES MOYENS
DU PROTECTIONNISME

Us sont multiform s. Les
pays industrialists ne man
quent ni de formules ni d'i-
Imag nation pour feimer l'a-
ces de leurs marches :
aI Mesures tarifair:'s ou
non tarilanes come dans
le cas du textile par exem-
ple,
b Accords de conmere'ia-
I satlQin
e RIestrlctions volontal-
r s ilninosel s oil suggerees
ial conso11m aii eiIr (I1 ex lni-
pli du caife lors de In hull
s d l )197ti-77 est I!oql uenit
di I s diliols colu ptnIls

r I I.'S .sliiVt'!ltionS e't 11.
f I s 'Sll Sill"s "S d 'issista llc'
inux lidustrli 'sl's :i;ton less
A 'e: t i l' ulin ilC I n1s lli-
p-trs.'unsslilante i (ill Is 'iii-
i f'l'liillist 's. oil eull ilr.sin
1( It" s l orndd r' dllr- m lll
Iul7Ii sI rc l tilvis *i 1 ,I -sbc s iexs t
nia ch,-s pliblics 'of les oib'
tnl'e's adlniilsr.ratifs ioun 1.
r'lair's
iirne drls Isdrmss les pIl"s
eif icaces di iri, o-pr1 l.c' rtiliil-
1 ni',me i)rin ltiu pir lIns Inis
S indusl rlal'sss s' nr' s e '
sous la former dre I'ssistan
5 re de Ieurs gOluvrnpmients
i a ceriains se-eteurs doi 'in
r dos'rie.
Ici interviennent ler sub-
c ventions directed eti is dli


Aug2mentation du
s prix de fer

Parallelement avec le i-
- ment don't le orix vient d(
e subir une hau:se. prix du
i fer egalemelnt a u 'e augmen
I te Les cofits de construc-
e tion vont nettem,-n s e
e ressen'ir de ces augmenta-
tions
-

- La Convention
SFranco Haitienne
Cumme nous 1 .aons an
nonce- dans notre edition
d'hier, un accord a ete si
gne avee Ie FA` pour le pro
jet de prospsctlon minler
Sdu pseteur Pilate Borgn
Port Margot En ver:u d
y cet accord, le Gouverne
ment franqais s'engage h I
, nancer pour une valour d
r 800000 francs la reallsatio'
si du project
N x x Y x
Et aussi avec
'ACDI
S Une niilteni sub'i'd ill
es ta Intervlnue (n er Ie C
IlI nada rt Hatti. en vertu c
X l|aqiueile une a.1.isltance sel
r- accord Ah l' unit de plan
s ficatlon et de' t'rogramma-
it ton du DsIpar'ement de Il
C education Nationale.


positions pr6efrentielles en
matilre d'imposition et da
credit.

En r6dulsant lea cofts de
vente on arrive a octroyer
une competlrivitO nouvellt
aux products fabriques gt -
nant .ainsi la p6netratlion
du march pour lei pays en
devOloppement.

UN FREIN PUISSANT

Les effects du protact'onr
nisme sont d6vastateurs
mals c'est aussi une ar-me a
double tranehant qui peut
aussi attindre celul qui s'en
est servl. Un boomerang 6co
nomique en quelque sorte.
Pour les pavs pauvres I-
protectionnisme se traduira
par une reduction des ren-
tr6es de devises. la disnasi
tion des emolols crees dans
im ou des secteurs de 1in-
dustrie. un' ralentissement
de i'investissement. de la
production et du commerce.
Les ?ffets sont tout aussi
divastnteurs chb7 los pays
icounablpss. Iqi BTRD esti-
me en effet (',, I1 pi'otec-
tionnsn're est inefficace nar
co nu'l eine-r' ls In trans-
formation d'industrips tr'di
tionnn'lies no" pfl'caces -ni
indisi'-ies rmord rnes ul'li-
s-lnt des teeh'n ir, ;-ll, v:in-
("is soir i" s'ielle' !is n:55i

o1,nllfl s II n r';11 lit p A'os l -
ieni l des sv-'*Ai'npO de pro
dicti.lon nleul ff'eares

L irot ectr ionisisii r SI L ilL.,
s' centre 1):oiid cti f cs. il0
ip'!sVOqls' d niestUes do i
lurlston ch '/ It piairlt ln.lrI.
rilmin'i '.l i ai''5 e I 'rosl n i1 d






lnsi l'activuA de er br aIlicrI s de l( int I us' de l" '
iiays fournlss i'ir's

PERSPECTIVi F,
D AVENIR

M IilIrC leurs insllf.salces
les accords de Tokyo runsi
tuenti un premier pas Ygf


une solution future.
Son ohiectif avoue est de
railiser 1'expansnii et la 11
birat:lon de pnlu an plus
large du commerce mondial
par la supptessign entiree
autres mesueS; progressive
des nb-u'lcl c- tilcommerce.
En raison de la modifica
tion de Il'-llquier economi-
qus monidsi.L ail course de la
dernldre dicennie 11 a fall
tenir compete du noids des
communautO-s tconomiques
a Europe ,t d l'ensemble
des pays en dsvelopnement.
Les accords de Tokyo 6ta
blissent un? sirle de codes
qui soulignent la l)olitique
h suivre en matllre dimpo
stlion de barrlires non tari
fal.cs aux changes.
Tls d's. n-i.it isn cadre
pour les rdlOment des obs a
cles non tar!faires et les
rIesures d" surveillance qui
pou:s-raifnI tre crises pour
les combattre ainsi que des
mesur's devant abortir a
une r do'ction des nlrifs.
Le grosiDp des qavs sen d6
veloppernpst s'attlach-ra a
I iter' notir rs,-s sre e l s- i' .il
de nlus ii' nliis onDraltion-
nl

Tout, une panoplie de cor
rectifs et d'ajustemielt sonl,
envisages dalls ce bL
La rIeun,, n -de Manills
prr' d de c- fail lille is1ipsr
,' nee capil; l' :taiil la .< -
ilnatlr u tf.s eills slu 'l'uk.Co
Round,
i l s ;l n iii l i iiid. -
ltonalt l a I) lii ill s


(intr 1s i np ll) 'ic il< I )Iu|)til
S i:ill > l li l ,Is sir I 1l i

(II poll ColI ls-I d 5 s i
5tif 1, ii'i is si l hi (I' llli r
c to I li)f'velv,,t1 l i)IIII
Jea;n (Claude' EANON
N B J I I t' llia'1 l i proclh;i
liv i rnil t (if flli'-,"(;l ', lllo n ti
(s'iesd( ] Ini" (i' O li 5'

d( vrlu 'pp T "I 'l i iill *oil anl S

,, des poI u lln s l i': i i ')'t's lis
1 de I Aig'n sda (Id Maii li'
s J C S.


a I G



I .wR-AuuI.



.-- / TRANSCONEX, INC












Depus dela plusseuws a,-ees 'd 1 RANSCONt x
offre un service rapid (conomique el complex ti
contained scelle de MIAMI a PORT AU PHIN I.
Mainte'dnl nous otirons dus5i un service pdl te re
des elats,les plus imporlanhs dei U S A a HAIl I
Vos documents sont ausS, prepares pdr n"aus ei n'bus
idoons duss55 la coniohldalho,
'ou' de plus amples nfoirnemlions contacle
M MEMBRE CHAMBRE DE COMMERCE O HAITI
STRANSCONEX CONTAINER SERVICE S.A.

S 7123 Rue Du Centre o'lage Ralph Perry
PORT AU-PRINCE.HAITI
TEL 2 1555


------ ---.'-.-"--'..-- -;: -..L1 -


Le protectionnisme, ses former


et ses consequences


-,-~h--r~--T~3R'~LMI~L- --~


Toute Couture

TOUT POUR LA COUTURE

FILS A COUDRE, A BROKER, A CROCHETER, RUBANS, iENTELLL, IBOU-
TONS, ACCESSORIES ETC, ETC ..

MESDAMES ET MESDEMOISELLES

VOILA VOTRE MAGASIN CLIMATISE. AVEC UNE ATMOSPHER-E INTIME, ET
L'ACCUEIL EMI'REShVi DE SA I'ROI'RIETAIKF.,


MADAME EVY BLAISE SAMBALE

qui vous attend :

57, Rlae des Miracles
SC iialit6 garaltie Prix mod6pr


Ouvert de 8 h 30 o 4 heu es
w,>Sya,,A>>^6!^>>>>>>><> Ska36a^>H>>>i>>>>>3->>>>>>>^


PAGE 2


DIMANCHE 27 MAI 1979


l. MrJ^-i


G~c';l~rP~n"- i~azl,;;l'l1: ~ierells


BAMEDI 26 MAI ET









PAGE 3


im








o60000000



d'Americains
o te!



NOUVEAU TUBE G NT ,TUPARNprOMfr tColate'
NUEUTBGEANT SUPER ECONOMIOUE .-


DANS NOS CINEMAS


IMPERIAL

IMPERIAL 1

Samedi 26 Dimanche 27
Mai 1979
12 h 2 h 4 ires
6 hres, 8 Gleuras, 10 hres
Entree Gdes. '-00
Entree Gdes. 8-00
LES OIES SAVAGES

IMPERIAL 2

Samedi 26 Dimanche 27
Mai 1979
12 h 2 h 4 bres
6 hres, 8 heures, 10 hres
Entree Gdes. 5-00
Entree Gdes. 8-00
HORIZONS EN FLAMES

IMPERIAL 3

Samedi 26 Dimanche 27
Mai 1979
12 h 2 h 4 hires
6 hres, 8 heures, 10 hres
Entree Gdes. 5-00
Entree Gdes. g-00
ENFANTS Gdes S-00
LA BELLE ET LIE
CLOCHARD

XX x x

CINE OLYMPIA

Sarnedi 12 h 2 h 4 hres
6 h 30 et 8 hres 30
Entree G. 1-301
OEIL POl'R OEIL
Dinmanche 12h 2h 4h G 1.50
6h 30 8h30 G 2.00
LEGITIME VIOLENCE
Lundi 12h 2h 4h
6h30 8h30 G 1,50
LA LOI DE LA HAIN5

x x x x

AUDITORIUM

Samedi 7 heures
DOC KING
Entree Gdes. '-00
Dimanche G 3.00
MONSIEUR PAPA
Lundi G 2;00
TOBOGAN DE LA MORT

xx N x

MAGIC CINE

Samedi 6 hres et 8 hres
QUI
Entree Gdes. 1-00 4-00
asec : Mauri e Ronet, Ro
my Schneider. Simone
Batch. Un dome policies.
Une epouse -oupe,,nnee de
meurtre de sn maria
Entree Gdes. ?-00 4-00
DLmanch. 5h 7h 9h
BLACK OUT A
NEW YORK
G 5,00 6,00
Lunli 6h 8h G 3.00 4 00
CORSAIRE DE L SPACE



MAGIC CINE
Dimanche 5h 7h 9h
BLACK O)UT A N-A YORK
avec : JUNE ALLISON.
JEAN AlIMONT; JIM MIS-
CHUM BELLINDA G MONTH
GOMMERY; RAY MIL-
LAND: dans le role de
STAFFORD.

Soudain un eclair fence
le ciel; un orange foudro-
yaot provoqua une detona-
tion electrique. Toutes les
lumiere s'eteignent et 1l
terreur commence. Les qua
torze millions d habitant'
vont vivre les douze heures
les plus dramatiques di
leur vie. La terreur s'insta
le dans chaque building

dans chaque appartement
une armee de voleurs; d
gangsters: de criminals te
rorisent les paisibles NEV
YORKAIS. La ville devenu
folle; en proie i une indic
ble angoisse; en proie
tous les delires. Un spect
cle de terreur et d'horreui
un film inoubliable. Des a
teurs de grande classes inte
pretent avec uue puissanc
indiscutable les douze het
res les plus tragiques qu'
connues NEW YORK lot
de ce black out memorable


Rex Theatre

Samedi 12 2 1 6 8 10 hres
LES 2 CAVALIERS
Avant 5 hres
Entree Gde. 1-50
A Partir de 5 beures
,Entree Gdes. 3-00 et 5-00
Dimanche Avant 5h G 2;00
A partir de 5h G 3.00 5;00
ASSAULT
Entree G 2;00 3;00 5,00
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Lundi 12h 2h 4h 6h 8h 10h
Avni 5h G 2:00
A partir de 5h G 3,00 5.00
ASSAULT
0 -

Di LUYr CINE
Dimanche 7h 9h $ 2,50
COOL
Lundi 7h 9h $ 2.50
COOL



CINE TRIOMPHE

SALLE I
MIDNIGHT EXPRESS
Entr e $ 1 50 et 2.00
SALLE II
L EMPIRE DU ORlEC
Nntr-e $ 1.50 et 2.ii
SALI.I' iIl
LES GRANTS FUNDS
Entree $ 200
SALLE IV
ES'TOUFFADE A LA
CARAIBE
Entr6ee $ 1 50

x x x '

ETOILE CINE

Samedi 6 hres .10 et 8 h 30
LI RETOIR DI
(APITAINE N'M:10
Enitree Gdes. 1-50 2-50
Din.anichc 6h30 Sh30
QL'I A TUE BRL'CE LEE
Fi tre, G 2 50 3.50
Ltidi 6h30 8h)30 G 1.50 2,50
OEIL POUR OELL
x v x x x

CINE LIDO

Dimanche 1011h 12h 2h
4h G 2.00
MARCO POLO
6h 8h 10h G 3,00
MARCO POLO
Lunil 12L 2h 4h G 2-00
6h 81 10h G 3.00
M :RCO POLO



PARAMOUNT
Dim.anche 12h 2h 4h G 1.50
LE FILS DC KUNG FUL
LEF FILS DU KUNG FU
Lundi 12h 2h 4h G 2 00
6h. 80h 10h G 3.00
6h G 3 00
8- l10h G 3 00
HOTESSES DU SEXE



Pharmacies
assurant le service
cette nuit

SAMEDI 26 311I 1979

S .%NA MARIA
Rue du -Centre

P IOST. MAR iI NDI
Poste March.cnd
S MERIDIONAL
A Carrefour
a
DIMANCHIE 27 MAI 1979
s
e SAINT RAPlHAFL
d Carrefour Feu lie
; BON SECOURSI
Rue Tiremasse
; DF DFIMAS
e Delmas

V LUNDI 28 MA11 19'.9

ri PADRE PIO
Blvd JJ Dessallnes
a PRO MEDICAL
Chemin des Dalles
DE CARREFOUR
c Carrefour
Ce g X X I
I-
'a SAMEDI 26 MAI 1979
rs
e. PETION VILLE
IRut Flambert


Les gangsters n'ont mena-
ge personnel: les vleux; les DIMANCHE 27 MAI 1979
infirmes; les jeunes; revol-
ver en main sur menace; ST JEAN
ils s'exCcutent; et remet- L FVANGELIS F'E
tent bijoux; or; dollars; Drlneas Pition-Ville
pour ne pas mourir. Un
spectacle a la dimension de LUNDI 28 MAI 1079
la violence et du crime du
siiele. REGINA
Entrie G. 5.00 -t 6.00 Place du Marchd


CAPITOL
CAPITOL 1

CAPITOL 1
Samedi 26 Dimanclie 27
Mai 1979
L ARGENT DES AUTRES
Avant 2 hres 30
Entree Gdes 3-00
Apries 2 hres 30
Entree Gdes r'-00
12 h 2 h 4 heures
6 h 8 hres 10 hres
EN LAUTRE BORD

CAPITOL 2
Samedi 26 Dimanche 27
Ma i 1979
LE TEMOIN A ABATTRE
Avant 2 h 30 Gdes. 3-00
Apre. 2 h 30 L Gdes 5-00
12 h 2 h 4 h 6 hires
8 hres 10 tires
TEMOIN A ABATTRE

CAI'ITOL 3
Samedi 26 Dimanche 27
Alai 1979
Avant 2 hres 30 Gdes 3-00
Avant 2 hres :I (Gdes 3-00
Apres 2 tires i30 Gdes 5-00
Apre:. 2 hres 30 cdes 5-00
EN L At"I'TRE OBRD

CAPITOL 4
Samiedi 26 -- Inmeanele 27
Mai 1!979
1U'I 1(it Dl' ILI ROS
Pl'RIX 'NIQI t' $ 1 -(
I I 4 15. I h 1 5ii r,
5 I, 15 7 1i 15, 1 h i 15
(hIEN 'SlIe
1)ItAGON NOIRt

x x x x

RANCHO CINE

Saniedi i6 a Mai 19)79
L IAI'VE



L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAITI

ACTIVITIES
CUL'I RI'LLES

Samedi 26 20 heures
THEATRE : .L1 MPEREIUR
S appelle Drouiadairei. d a
Dres Jacoue, i'revtrt. avec
Jean Gosselin. Gilles Guil
tlit. Isa Merc-ure
Entree : 15i Gouraes
Lund, 28 20 h meures
THEATRE : I1 Impereur
s appelle Dro.nadairei'. d a
pres Jacques Pre\ ert. avec
Jean GCs selin. iilles Guil
lot. I-a Mercune.
Entree : 15 Gourdes
M1ercredi 30 17 bres 30
CINIA T : ,Le passage duc
Rhinrt. Un film de A. (Ca-
altte. avec riorges Rivie-
re. Charles zna\(aur. Jean
Marchat et Ni'-iltc Courcel.
i'Le, mesavenii,,ires dun dur
et d un mou lpondant la se
condce guerre rrondiale).
Entree : 2 Gouirdes
'1 Gde sur iireentatinn de
la carte de la hihliothcqe


Le Kremlin et le
(suite de la Lere page)

Jackson Vanlk (qul lie
lYoctroi d'allantage commer-
ceaux -et de credits acmer-
cains & I'URSS I la liberal
station de l'attitude sovieti-
que a 1legard ae 1emigra-
tion avant tout l]ulvel
n'a plus de raisonl d'etre et
dolt done etre level. A trots
semaines du sonlimet Carter
Bre inev A Vienne. le
Kremlin espelte aussi sanil
doute inciter cet'lamls Se a-
Leuis i reco;.;idterer Ihtur
liosilite a 1I accord Salt 2
Les trols muilants ]Uifs
qui unt an'. n;' la loulve!le
a la demanded, semble-t-
il. des auitorni.s soVietiquies
out d ailierrs falt figu-i
rer dans leiir Jcclaration a
la prliete li1ne phrase oull-
de de sens 1A s aglt decl.i
relt-lils d Il. c amielira-
Liolln sin li de la p lill-
tiqtu d ell5.gr.:'i:.i de I LR
SS i. lqullel h I nllO dt doit
re.iglI pt/l ll l \10S I t'It~l .*

1, i Id .itMlt 'Ir i tli .n
1,11I> III 'll ti.- tl itI' 1111, II



A 11 11 ,, e in i

w ; j Ind b 000 1o 1





l i i , IIt il l
; I l u ' li it'- I L. I i Ill'








ni'- pt.ill- > ,en i '1 i l .
11 ii .i i) 41 ,1
















Cru\ du p (od
i I I i Nll pil








L/iun Fd' ti Alexel
,i a I I- ''i 0 ('i' h c' .1





I( potd d I.' i il Iii.. n
idie p.. .' t Cpl 0 a



S n .n ,c1- 1i - I ', c ." i
l G, i p.11 .1, ' Giii Iv -


m. t .'. I, I 1 ( > .

LRSS :51 '0

,,ii ; I ;, a ., art e. Il
O III) - I I il( Ii, s








C 'ill( ,10 d m l4' II I rI(t I 's
ill lixtr un d'i' l d d ail 'Ct


.ix mur n(e 1'q cmi S pIr.
I I tiler ible M \'iri

,d.1 rcsip 1l i1 en Si )rr-
I I Aml u -i il' concfrn- f p .1
mii surei qi i leini ntI d
1 SiY '. ll C IC 0 id
i s depull pi ,-s do i I'



print ( iptuxS niii,'an sw de I
igr ion iint v condamli
I etc citi a 1':, calls ldie de
tention pour -espiunnmlli C
r:iSa lu(l a l.ssi aitoit- e' a
quilt,er sa lpri on puits l UIR
SS


GRAND CONCERT CLASSIQUE

Orchestre Philharmonique


Sainte Trinite

* Direction : Julio Ratine
Oeuvres de .Ilaydn Mozart Bruch Bernstein
Solistes : Mar orie GARNIER : volon Maelloire CA
SIMIR; violon alto Sylvain CASIMIR; violoncelle


Samedi 2 Juin a 7 h 30 P. M.

AUDITORIUM STE TRINITE

Entr6e : Adulte $ 2.

Enfant $ 1.

N.B.- Le tirage de la rafle des 3 oeuvr&s d'art of
fertes a I'Orchestre se fera au coup de ce concert.


(Suite de la lere page)

de d&velopptmnent. par sa
croisade copntre la faim en
inauturant 'in programme
baptise du titre : Nour -
rir la Nation (Operation
Feed the Nation). un pro-
granimle agri-'ole cchelonee
sur einq ans. dans lequel
soot engages pl-us de 300
millions de dollars, Pla -
cee sous la nlaute direction
du general Slielu Var A
dua 1 operation se donne
comnie objectif de declarer
la guerre comnre la faimi,
centre 1 inflation, centre la
deptiiedance ,'tr ingere
it \oil qui iporterait
Rei lI Duniont clhianger d o
pinicn: lui ,ui c 'rivail noir
sur lance : que 1 A 'l ique
N(irk etailt 1:.l pavtiv, al
legutint iiqu oi lie develop
lie pas un pas en doull -
bilanil I:efectif des Servi-
i'es adiniiiistr.tifs oi11 ell
dli'rln iiaiit 'li's sine riii.i e a1
des alnils nIl 't iin ell o ili -
Sant le Ies lAis lt" iner -
Ici a.ii (sel'r\', d ii iin deal
Il'" ,sill.Ir 1 )(" 0l un C OMM Un )
I ipo c Is,, i i'. ilt lc i ieen
tI'litoi leti I i, rali i e. c I
t ;l11 1 iatlell Ir li-e d, ina ln -
re 1 r ce c It.ll r fireati
1 :1 II, 11 II ;Ia fll rflrit v
tlie j o 11r1`9 0, IeC q1 i l
I r } o ivrecec ,t I 1:ilit, I;i
fil dui ergl lnc' clolnia, set


une bourgeoisie saus deve-
loppee. de puissance econo
unique presque nulle, pas
orjentee vers ja prodnetion,
1 invention, la Constrnce -
tion, le Trav-il, elle s en-
fomce Ime ema paix, dans,
la voix horrible. antifiatio-
nale d;une niourgeoisie pla
tenment, b0tement, cynique
nient bourgeilsa. Le tivre
de Rene Dumont on s en
souvicent. a "te ecrit, en
1969, et d oih vient alors le
changement dix ans plus
tardr note au (iabon, en Co
te d Ivoire, au Gehana au Ni
geria et ailleurs ? A en croi
re. June Afrique. edition
du 1 Mai 1979,e (ue nous a
ainallemnient passee. cotre
;aniie plus que soeur Fer
n:cndc M'i'c.1 lFarfan, en
A)i'ritir il pa alt iu onU iae
\cite plus imposer les teeb
liiitlles touites t.iites de 1 Oc
cident niais on prone la
rechelrchie des lecnlinologiep
a|)pri'ii|)rJas cnu lmonde dans
It tuIkl elles oent appee
lie ts a Inerlvenir.

I ,l'It AC'i'iTu N DEI
Il "(i lNS lIlueinairels de
I leni-e-Ile de .A Popula -
liti e I 4 : ion dn umt-
"ent, de vie ilew ruiraux sent
a I itidre' de eiiur)i
II flauidral :i'tineiettre quo
lce program I lnnse re1'Ionte iA
,975. ofi' dants Icthln infor-


Mais, c'est Maman

Il.a ll iln Anlile,' NM IEtHRlE i


till

I c








'Ia. l i ic'l :)I I 1


Li 1 f- fd t


!;ml d') pi F Wli' IIIu i




''rio s diu ii.i




!)'FIF I 'l i t s l~ r

Ai c.Ii- Ii ('F 1! r i*


dci la i ('
dc4 > ii I i

C ot cil ( lullS i.l i,i dc pall





Off.


\'.,..il .i i tn Mtadam Saruali
()l n;, 1n l);t 1[| I.:te "t 'c l
n l t aid1(n
l~ ;l:' I i-t' Flilll att5 q5
I ,i ;,' ; '..' n I arblrt' a

A. i-i li-i ae nit-rhanlts .ende

Lil i li lloin r;i diie stll
P'Ilf l + it 1cillen :11 s1 on
U n1., rlt "
t *l. C ] i 1,r si ulBe ses

Li. uc i ,i n oi (qui est-ce


I t, a ,' sjnI ii
IIIlitl s L
T fi i I

C f t :I CI
lit;I





M 1 9.,79 1
Minc Anir


iii (il-i


Po'ltic di'edic IlMadl e Q(1 n ll-je
./,1 (i li.sic Aina.'il A lirlr
E'nl teri m l iii O dtl c titi (i, ilitiild n'"llil qili' d(


'reaiisse amme
En ce jour d( ii le ei
T tol ir di's IT ills lrolii''es
Rulssclanlls d iic rosec
Pur ill i 1. ill'
"I'a vil
QuI V e I lV I (If li ner<'h
(411l v-st ltoi,4v lc t 1 iollIT'i

Ih d 0 lherol.slnt
lS llai L :i fi-lls.
N onlt-el s I pas oil laliinie'C
Muet ?
El ie reprelse('t!en -elle,'C s
Pan unle simple chose
Pourti ln neman1n ?
Mals que ccl.le fllurette
I pl .i'h, 11a m i ha llioi llt1l4 e
Fn t'gne de lcndresse
FPliale
Symbo'lse tout IcnmoIur
Que J'al pour tot .
0 tot, don't le cocur
Pdt.ri de douleur:
Tot qui as connu les p!rcs
Souffrances
Du sombrc thi;.ll Onl lit


Dior
DIont 1111 flln

Dvai ra ltes
0 Moiln;n. IDl

1 ; iill t illi

i '. ill. t i ii

iii t dl i .
Poutr i'. ll


.. ^, tu1 U i '.S


1 d dc-

l rl rnpides
S. nseills, de go


matien No 35 Page 10. it
etait dja diLt : ique lea
pays africains ressentent
profondedment Ia necussite
de developer lepr propre
agriculture paur pavenir k
se suffire en cereales De
nombreuses measures pa -
rait-il. ont ete prises par
des pays Africiins en vue
de pousser leur agricultu-
re : C est ainsi que le Gha
na qui langa dia 1972 une
operation dit Feeed your
self : Nbarres toi tai-meme)
aujoerd ihai pent so suffire
en ria et en maan, vaire a
menms d exporter eiI Uais
pour la premiere ufis. Ce. de
pnis 1975

tQLant au iN'uigcr;z don't 1 o
peralciic a(feel c ie Nation.
fail I objet ie eel article.
rettr operation aurait de-
bute ea 1976--
Ela emnbrigadaot eilvilt et
militaires le Nigeria espe-
-rait repi)ndre lux besieinss
de 77 lilliens *I litnues.
de Iftrumee et d eslants Ni
gotfietis. Les I'lainficateurs
accirdient la li-iorite a la
c'iltulre de vivres alincen-
ttires bhasiqlles : Ilais. rli,
poiks, lalnianics yalils, <:ra'i>,
a noler uiai alproS le IGhina ,
lt N.ge'ri;a ciui li le deuxin
li e r1311g COliel i pl'oldlte -
tie 4 de cag VCno eiCn1' IC indi1
dr IDire eil eln delpit de lA in
inenisite de soni Irrritoire et
fle Il ri'eli's.se Il, son .ls l,
le Nigeria penidant long -
ltimp. a letc ii in I 1ipossi
bilite de relpoiidri. eni ail
tdi nourrilure, aux lIesoieis
del seei abitapits, it flit
dans I ;obligaltien Aled recourp
rir a 1 etrang"r special -
nment aux pays du Nato, ce,
pour des articles comnme
les icereales, le sicre. Ic
sel. le lait et autres. test
contre cet etit de hoses
que l Conseil Regent. dans
I elaboration do program-
me de sauv(tar.e aurait tec
cide de lo) Rendre plus do
surliaces rui'eivables,; iZo
disposer de depots pour
1 emmagasinage ties den-
rees. aussi bien que des la
cilites de transport; 3o,
de fournir les eqmcptmerit-
necessaire- aux paeysans
deh facilities tie credit pnu,


(Suite de la lore page)


cainnc a surir prealable-
,;\v. dons en mrnt ferm1entin Lo lilre al
cooliqule est de 8o Le vinai
I ntre- 1 u e :i tuellement sur le nir
(ht, Slis ILi m arquet ('1ii ,!
'la VICA a ine n ,l;i (n-
;m ildl;(, ( or 5 pi)Ill rent 11
t .. l rais :;, d une .ivr-ilr
- att h all:lb r ,,d,,,,vlr
I l 1-cable
la vi-n.;lgrerl t de Blan-


i'F *1 (111 i -i el-l l.iiillilnll a pa lll duI plI o-
(',od1i mll od'rntl'd'l t il(l I i i ( tIi
I r (, e c c c 191)3 e v Aii r ]rich I ( I l a Ia 1
nlll', ati:ion immeriKre Aulri
ls ie momelii, di nos lourss
lnior:'. l ie v liali[r'e est oibt
iM i'EIilI-lE n in parI,.r dic tic trlinsfol-
macon c idllt(toll de Idailde
icl,lq e glaareinl 11 esl ia no
er quii dans d numonbreux
pi vs i( -Is liFninei.lc'i 11 esl
interdtlt dpculs ollpt.em i.ps
de faltrlquer le vinilpre I a
clel('t', partly de l'aclde aletiquie.
cais" d eS ripercurssionsi
es srophlls qit 'l til prncedoe niiarralent
avair siCr ai satlie ll Cettl
'e itmrie. somniat.eiur. Atlssl. Ie vinlai-
gre' V]r'A. obltenu direct'-
in'i-ia'"H'' ? Imen'ti dt hi ccalnn in suCre
A1 ls rnnu hi s li t.e de 2 feri'll ta -
tions., alcooliqlq e 11 aetllqihuei
a hi vert u d 'vtll r a1n cion-
l maultllli'nr leIs risltielt ct I''a
ii 'itlli s. cidlle 1 c 1 I ieiutr ill uicldl-
,i ll is d, l ol'# le O n'citt qUii' di-' 5 p1t1tir ecltit
A mot' hlO-
IE MARCIIE DU
pll- l ful1 VI'NAIGRE N 1IAITT


I, i 'ipr'eissii
De imo1n our il IICl qllu polu
eAl-;il,cf
Mi gratill iid
3lv ll voudrals
Points 1 ch:illtrC sePllemitlll
Mals prendre aussi
Le chliemln de l.cs rve<.
T'alder a mnoi.tF'r In penMe
Qui nmcne l I aventir
Afni que ltu -llt', Ircss.-r
Un jour des !liirers de suc
c66
Au frontispice de la tgoire

Lyonc' AMISIAL


D'ipres des statislhtios off
ficelles. 42.00)0 litres de vIl-
nalmpe sont inlport6cs par'
an. C,.' qui eipresenlte on
marche ext4in'iementc redult.
Mi. Oesner Valles. responsa-
ble du VICA. ql.e noius a-
vons rencontre t& Blanchard.
nous al faith part d2 1lobiec
tif de 1lentrelrise qui est'
d'ilarglr, stion de crecr un
nouveau march du vinai-
grT en Haiti, en mettant ce
product local 100 pour 100
it la portte des petltes et
des moyennes bours?. Ac-


1 aebat de grains et an ,
tres: 4o) de mother les ci
toyens, du villageois it 1
tudiont d Unlversiti. pour
les travaux agricoles
D apres les dirigeants, lt
Nigeria dispose d une main
d oetvre abondante, des t r
res, de ressournies hydrau-
liques illimittpes, quL lien
combinees, peuvent facili-
ter une production seiffisar
te non seulement pour la
nation, mais dl nt le sur:
plus peut tre vendu a 1 6
traniger. Le Oranle a ete
done au pa.s t(,ut entier.
L University d Ife. en tite
de Irste, a lance un project
pilote de 2,000 hectares de
terres iferme commercial
pou.r sec dipipomei en agri
culture. io I in lproduit des
toniate., des 'trg-uimnes, du
riz, des oeufs, de la cassa
ve, du lait et rutres.

Deh itols eTix dejA tnu
mi rec I oble.' if prilioirdial
des diriglantcl I i e'rilins eit
de liberer lia Nalicn de la
servitude etr.in 'ere n last
de ntiurritri e c. r' de 1.1 iirl
d's a e rcII i .in p irti(i lteir
cilaent 1 icioe int t ei I t' ellm

In'll ecil ll sue l c i 1 "ii |ila' I ;I
,|'les le< | I el e r 1. 1 i,1114l de

ils If"( vIl le in .cailies te'.
ii.il Iii lCii e 'c liri' \ 11qu
ploin llis at hnl l ntllfi quo
ni lne ar-elu ILe Se-llatiller

it, incr; it de clrel on el 19.


dependent les I taisidatUis,
, sio' lvI) 1r 1.1 rlia u I.ai sre1y
I) alces Ili il rey i esl Ia
intle itre b'culc i lihose ci que
le, gens asantc de fire qOueI
tile cc suit. ('it besoin due
manger; 1 i duivent done a
voiir respect. consideration,
deiron el l ei an not, soumis
sion i 1 endrm-it du pays
d oil leur vient cette nour
riture
Voila done de quoi fouet
ter 1 orgueil d one nation
a quc il rest encore de la
dignity. Et c'est ce qui ex-
plique la determination du
Nigeria de declare la
guerre total contre la
falnc par vote de consequen
ce c,,ntre toFlLte forme de
s 'elt1Ton.
Laurore SIt .USrE NI A


tuejiemenit ~ &i c -i-lit's de
\ cl.,..' iiA >s? VekU a
2 pgut 50 t'i i a li.re a 3 g.
75 Ce qui laiu ulne dillcrei
(c u0 1 i l1. e. or !ot g t
av, 1 rspectiv C eni Ilea quan
1i,( (-11.: rs du pl odul lIn1-

:il\in coinLale, la distribu-
'iH 0 i L( 1 10 l ,ii 00t141 1U ai-
1 k I ( ri- ,(illnd de
11 I u .S in 1 I u s a de
i ti1ciu'x :sip i llalrclihes et
lbaZlis d li Janz lnmetropo-
li1 i' l.i s Ipossbille.s de
pr ductl'llll d Ii vllliral rier
\ l('A is' de 1 Il n 'oi dn e li
li 1 p l ia i Iian l.o k d'e re
serve evtal tatuelllementl de
150.000 ill rei
11 est nt:lur'iux qu'll existed

depu-s qiellques temps une
lol proitgeanit lindlistrle 1o
C]iie l.inlssaunt II esi heu-
reux epa'iletent qu'll existed
surillut ct 1 tsprit de protec
tlon dlis efforts et des eni-
pitaux locauIx qutl prevaut
danls Ia st.ptlgie diu deve-
loppilritent induslriei. A li
l:iveur de ces dispositions.,
les liniltllv"s d tu selcte r pri
ve ne pourront tre qu? sti
Iliiull1ts pulsqu assurees de
llte's les tossibilllts et de
itoU sl''Js i:.iran lies de con
qucir 1 1i narchr qui cra-
qvitl sovs le polds des im-
pol *:, :I Ions
unli etal e semble etre
frnchithli du)1ils quelque
tcniiit Itt ot 'ltiustrinllsatlon
]iv eF' resumllte pias il la trains
1.orn:a Iion de itproduits im-
tImnortls. mnals ci'lle de ma
ticr-s locales de tote sor-
t( ini-'role, ete, ,. Elle m16
rite d' etre mieux assise et
d'*tr? -cn'ouranlte.
la's !nlllltvr"s oImmei cPl-
!p dri In VTrA4 que dirlge
M Gesnt'r Valles m6ritetnt
d'ltre sulvis dans d'autres
tlomlialis (aussi iti tteindtis
nue nrattoues) ol le polds
des imnnortatons se rabat
stir n 6vepntail de consom
mateers extlnuis.
Carlo A. DES114OR


Operation nourrir la nation


"Feed The Nation"' Lutte contre la Faim


ACTUELLEMENT

EN HAITI


I I I II ~.._~-~_-- I_..~ .. I-..;. ---;- I-----


SAMEDI 26 MAX ET DUCg27MX17


. rf








SAMEDI 36 MAI ET DIMANCHE 27 MAI 1979


Hier,-auol haieMetpeut-e{e4semain Vislte -amence
(suite de la lere page)


Et adors ?
Non, ne 'dis rien...
Laisse-mbi te dire
que tes petits yeux gris-jcendre
sont un 'beau soir' d'&te
of la brise glisse entire les doigts
et chawouilie les cils.
Maman,
j'ai passe ving-t ahs a chercher des mots d'amour,
j'ai passe tout ce temps
A te regarder
et a ouvrir la bouche pour ne rien te dire.
Aujourd'hui, j'ai trouve ce mot d amqur.
Je I'a44 trouve,
cela fait longtemps ddja,,
tres longtemps...
Je ne pouvais comprendre
que chaque fois que je disais : maman
c'etait tout un flot d'amour et d innocencee
qui perlait a ma bouche.
J'ai passe vingt ans a apprendre
comment te dire : merci.
J'ai passe tout ce temps
a te regarder
et a cacher ma lacune en t'embrassant.
Maman, dis-moi :
L'homme serait-il trop peCt;
pour atteindre cef'e narcelle de DIEU
qne tu portes en toi ?

---- --- ----.--- Fr-e-^^-m ^fr~~~~f


c
Ldi
mt

I'E
av
tCr
Se
ce
1 De
but
poa
yen
dri
ne
ass
la
deg
ae
la
tio
la




Cl
ai
et
li
Siu
D


ag
t(

C
c
n
S d,


MFSSIEURS tie


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGE LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALE R

,., .// '/., Tr.ry.r/ '.ry.r., 7-.- F' //" =.-O *'-' =.^



ILE BISTROT

RESTAURANT. PIZZERIA -

IEAR- GRILL- CREPERIE

-- Votre rendaz vous

de midi a h du matin

Menu Special lunch

Chaiu2 Soir Diner Dansa',t

avit ,Eistrot Combo,,

Mardi sor


S>


Vendredi soir

<


2 Spectacles Differents

Le Bistrot Tdl. 2-180c
y io o


e n t r e internationall
n formation et dd docu-
entation.
L voyage du directeur de
. I B. est Pr rapport a-
vec le semin-ir.:- .-ur la
-eation dErn'repriser qut
deroulera ab Port-au-Prin
du 17 Novcmbre au 15
cembre 1979. II'aura pour
t de permettre & des res
nsables de petites et mo-
nnes entreprlces, A des ca
es et A de fitturs entrepre
urs appei6s A fournir une
distance .technique lors de
creation d'cntreprise, de
gager une vision global
lentreprise. favorisant
formulation et la solu-
n des problems que pose
creation d'une entreprise.

AVIS
La Sec'r6teirerie d Etat du
commerce et de Industrie
Vise le Public en geairal
t le commerce en -particu
er nue la Commissionf Con
lt dtive institute T r nles
ercts-Lois -des 13 mars
9I63 et 8 Octobre 1969 sur
es Industries Nouvelles a
cree une demmande produi
e le 8 Novembre 1978 par
ladame Edith Nelson pour
AMEDI, une entreprise de
infection de robes deSti-
ees a 1 exportation. et.
Plans son Rapport du 22
Mars 1979 a rrcommande
que cette entreprise benefit
des avantages prevus par
les dits Decrets Lois
En consequ'-nce. la fran
-hise douanieire est accor-
dee a cette antreprise sur
le sartiles suivants t
10t) Machines a coudre et
accessoires

1 PercIeuse *Ic preci on
I Poinpe a s.Ipeur
4 ers a repiasser electr

4 ''aliles ii relpasser
grades et 2 petitest
1 T'im i citil Mlwin
l iisr.iu -ICtlinijile
I 'Martei.u
Toiirne-vis tie tou, genre.
(' lef, tie lols rtnire,
tA'I' I ES1 l'tS t I l I sIId
Pit'rc ni)ntilles de t(is genre*,,
IElastiqucs elln Itol genre'
l..tcets
IBtotilins
I)oublures i-oir ceinturl
Zips enl tou, .genres
hourc Ie
(1ilelets
I'll. en tous. rerres ct (0
toutes lrs coult.uri
Agiafe. t -. -
Aiguilles
Des a coudre
Un dclai Je 12 mois e
accord al 1nteresse pol
debuter ses operations
Par ailleurs. cette ent
praise devra se conform
strictement .iux dcispositio
des articles 24, 25, 26 et
du Decret-Lo' du 13 ma
1963
Port-au-Prince. le 22 Ma
1979
ORIGINAL Signe)
GUY BAIDUY
Secretaire d Itat
Secretairerie d i tat du Co
merec r et de 1 tIndustris


Programme des

soirees chirurgicales

di la Section Haitienne du College

International des Chirurgiens

Siege : Faculte de Medecike

I Lundi 28 Mai 1979
MODERATEUR: Dr. DECATREL MIRVILLE

1 7 hres P.M.- Allocution du Pres'dent de la Section
27 hres 10:- A propos du Traitement chirurgical des evisedratione post-opera-
to'res : Dr. U. Kersaint
7 hres 25.- Un cas d'Invagination intestinal : Dr M. Marc-Pierre
7 hres 40.- Le Traitement ch:rurgicaj de la Paralysie facial peripherique
Dr M. A. Momplaisir
hres 55.- Le Glaucome congenital Dr J C: CAdet
8 hres 10 9 hres.- Discussions

Mard 29 Mai 1979
MODERATEUR : Dr ALIX ADAM

7 hres P.M.- Consideration sur le Traitement des Brilures a i'llUEII :
Dt A. Westerhand Dr J.R: Vertus
S 7 bres 15.- Cyphose congrnitale : Dr R. Bernadin
7 hres 30.- Ca de l'Oesophage : Dr S Bontemps Dr E Bontemps Dr A
Leveque
7 hres 45.- A propos d'un cas de Tumeur du M~Miastin opere chez un rr
fant de i ans : Dr M. Lominy Dr V. PHan Dr R Ilyppolite )r S I,., n.,
8 hres 8 hlres 45.- Discussions.

Mercredi 30 Mai 1979
MODERATEUR : Dr GREGER JEAN-LOUIS

7 hres P.M.- La Neuronisation par le Tt.jumeau : Dr M A Monplaisir
7 hres 15.- Le Ca dans la Pathologie de la Thyroide : Dr. A Westerband -
Dr M Sejour
7, hres 30- Chondrosarcome traiE it I'HUEH : Dr. F Guilaume
7 hres 45.- Certins cas de Pneunoperitoine traiti das le Service de Chi-
*rurgie de l'HUEHI: Dr L F. Thelemaque Dr F Yacinthe
8 htes 8 hres 45.- Discussions.


Dr. C: NAZON. SECRETAIRE


LA MISERE DE L'EDUCATION


(Suite de.la lere page)

des amelioratonrs immedla
tes dans les lapports de
production existants.
L action a entreprendre
doll etre simultanee car pril
sentiment 1 eole primalre
en Haiti ewt paradoxale -
ment gendratrice danal -
phabstes :

eSur 100 616ves Inscrits,
10 se u 1 ement par
viennent aux .c 1 as spes
6lementaires. seull de I al
phabdtisation, 57 pour cent
des inscrits dans 1 ensei -
gnement primaire rural pu
blic le sorit dans la ciasse
enfantine et 26 pour cent re


doublent cetae classes. En
chiffies abso'us, environ
50.000 16vesp ab.0donnent
1 decole avant dentrer a la
classes prdpanatoire et con
tribuent ainsi A augmenter
le' nombre des analphabe-
tes du pays. i l
Les causes de la failllte
du systime gcolaire nous In
tdressent non seulement
parce que la grande major
te des enfants qul frequen
tenM plus ou moiln long -
temps I ecole primaire
vient grosir IP rang des
analphabdtEs reals egale-
ment du fail qae 1 enseigne
meant .propose ne rdtposd
pas et ne corresponct pas aux
aspirations et aux besolns


des populations concern
Nous prdsentons dans
tableau statiutique cl-a
une vue densemble quE
tatlve de la seolarisa
en Haiti d apres la rdl
Lion entire le secteur r
et le secteur urban.

L cole primaire ru
stale sur -ne durde
sept annees d etudes co
six dans le secteur ur
Lea rdsultats fournia d
vPen tenir compete que
celdt rurale haltlenne
globe 80 pour cent de
semble de la pupulat
(1) .R#pport ie 1 UN
CO 'Projet de lormatio
recherche pddagpglque
milieu rural.


ENSEIGNEMEIT PRtMAIRE 1975-76 -ET 1976-77
EPFECTIF TOTAL, PAR TY PE D ECOLE ET PAR SEC TEUR, AVEC REPARTiT
EN % %

Annde Scolalre a Urbain Rural Ensem
Type d cole Effectif % Effectif % Effettif


1976/7i
Ecoles publiqLPs

Ecoles priv6es

Total

1976/77
Ecoles publiques

Ecoles privees

Total
%


151.168
54.1
105.064
50.7
256.632
52.7


133
49
132
55
266.
52


Source : K. G Brolin Statis
tiques de 1 education Mal
1978

Lea chlffres Lbsolus de
scolarite mhin;srent une re
p:.rtition aSsez equleibree
enltre 1 urban et le rural
d unt' part et entre les
deux categories d ecole exis
t.ant les coles publlques
et les ecoles i i1Ilees
l.ei ecoles irivees en llai


59.1

40.9

100.0


128.619
45.9
102.000
49.3
230.619
47.3


.348 bO.1 136.381
.4 50.6
.954 19.9 108.000
.2 44.8
302 100.0 244,381
1 47.9

ti sont essentiellement les
ecoles des missions protest
tantes, les dcoles presbyte
"ales et les -rcoles laiques
En 1974-75 oi recensait
98762 el1ves inscrlts dans
des ecoles privers don't :
472 ecoles protestantes avec
44371 eleves

404 ecoles laques a Vec
281 ecoles presbyterales
26558 elves


55.8

44.2

100.0


55.8

44.2

100.0


280.187
,100.0
207.064
100.0
487.251
100.0

269.729
100.0
240.954
100.0
510.G033
100.0


(Suit.e de lai lore page)

tres qul avaient l etudie en
Iu>rope c et qi se reela-
Intiret de I'aeademnisme.
La renaissance de I'Art
Ilailien. nous dit lartiste.
a commence effectivementi
en 1944; quand le regretted
Dewitt Peters a ouvert le
Centre d'Art ii la Rue de
l'lnterrement; a Port-au-
Prince Professeur d A),glais
d'une mission americaine


d'ducaiition. II t el li(te-
ralemnent con qllis pi:r lc la
Itit de peintres halteinis
qui s'exprimaient sillr 1t itI
le sans jamals "avoir ell
S'occasioni d'-ttudier dltans
ulpe cole onil dans un (,ce
tre d'arl.
A cette pdriode de I'ouver
lire du Centre d'Art se dis
linguaient en premier lieu
Hector Hyppolite ainsi que
Philome Obin: Rigaud Be-
noit: Prefete Duffaut; Phi-


Credit pour
(suite de la lere page)


cent quatre ingt quator
7P mlle go,.rdes IGdes
1994 000 00. rcnoartis com
me suit
ARTICLE GOURDE
1802-10 Ser lces Personnels
208.500.00
1802-2( Au res Depenses de
Fonctioa. emner' 372.500.x.
1802-30 -.qci:pement 787. 90L
1802 40 Dons Subventions
Con ributions 546.000 00
TOTAL 1.904 000.00
Article 1803-DIRECTION
DE L EDUCATION PHYSI-
QL'E ET DES SPORTS
Pour le fonctionnement
de la Direction de lEduca-
tion Physique .t des Sports,
il est ouvert ur credit de
deux cent vir,nt cinq mille
gourdes iGde.s 225.000 001.
uniquement pour lets sirvi-
ces du pei. nnel.

Article 1804 DIRFC
TION DE LA JEUNESSE ET
DES ACTIVITIES SOCIO -
EDUCATIVES


Pour le fonctonnement de
.a Direction de la Jeunesse
et des Activites Socio Edu
cativ-s. 11 et ouvert un cre
dit de cinqiante et un mille
sept centt rciquante gour-
des iGdes 51.750.00'. unique
ment pour leo services du
personnel
Article ldO0 UNITE DE
PRESS
Pour It fonrcionnement
de Unite 0d Presse du Db
partement. 0 est ouvert un
credit di( rentete Yix mille
cinq cent gourdes IGdes 36
50-J.01i u.ilquemnent pour
les services di personnel.
Arlicle 3- Les votes et
moyens de ce credit Budge-
taire seront couverts par la
valeur dr cent roixante mil
le trots cent quatre vingt
g o u r d e s (Gdes 16o
380 00i, de.a.ilfc:cee et rin-
due disponible a 1 article
Ier du present Decret e!
par ies oisponijuilles du Tri
sor Public.


Le March du Riz
(Suite de la lere page)


revendre a un prix tant
soft peu strperieur aux prix
d achat exjge par leurs four
nisseurs, qul sont des gros-
sistes.
Cette explication est vain
bl? pour la perception de la
hausse du prix du riz im-
porte. En effect, plusieurs re
vendeuses, interrogdes dans
los diff6rents marchds pu-
blics de la capital d6cla-
rent avoir achet6 le rlz ti
un prix superlcur A 7 gdes,
soilt 7 gdes 50 ou 8 gdes la
grande marmite. Elles ne
sont pas as mime de protest
tcr contre cette hauste, 6-
Innt donn6 qu'ellas achh-
tLent le plus solvent ai cr6-
dit. En outre, les frals de
transport ont contrlbud I
l'nilrmenintion de ce prix. La
lol do retombde oblige des
grosalstes qui sont plus attl
rds par le profit que par
]a concurrepee rda.JAstenl
leur prix au niveau de ce-
lui des revendeuses.
Le group dts foumnis-
scurs paralt lellement blen
oreanlse qull arrive jusqu'A
present h d6fler, bloouer
tout processes de stabilisa-
tlnn dpa prix. On dolt re-
connaltre que lesa marchands
s'lnstallent dans une

fortablei situation diue au
deficit de notre agriculture.
L'allmenrtatlon du plus grand
nombre dtant affect6e pidr
d's p6nuries cycliques, llN;
demeurent conscients de
leur force pour fair peen
char la balance en leur fa
veur.
Une importation massive
de vires allmentalres ne rd
soudra pas tant le problh-
inc Elle entrainera plut6t la
d'gringolade de la balance
commercial. Or. I'expdrien
ce rdvele qutt ce group, mu
an d'un tes grand pouvolr
d'achat, peut nabsorber un
quota fort 61ev6 de I'impor
tatlon.

Depuls quelques jours, un
ticket, d'approvisionnement
est distrlbu6 duns lea mar-
chds publics mdtropolltalins
par des inspecteurs des Ma
gastns de IEtat. Encoro,
dolt-on regretter que des
marchands reconnus grossis
tes sulvant on ne salt
quel cr1ilrr en solent des
bendflclalres excTClusifs. S
Pon talent A juguler la haus
se et pruvenir le march
noir. It faudra ntendre et .g
neralisvr le drolt d'approvi-
slonnement. I
pXRZAU


IjE SPORTS
ides.
IWTBRn RONAL
.sepKn


le
tpr@s
anti
lion
part
ural


La situation

apres 4eme journey


11 ne reste que 3 jour-
noes avant les matches re-
dae tour de la lere Plase de La
ntre Coupe du 3 JuUleti et dejia
rbair leas commentaire et proncpr
ol ties vont bon train en ce
la sro qu a trait aux qualities e-
en ventuels pour les 1/4 de fl
1 en nale qui s5 dispilteront au
Ion SlP Wuum Sylvio Cator.
EBs- La 4e journee qul a eu
an el lieq hier apres midi n'a en
en fait apporter rien de parti-
culler sauf peut 6tre les
matches 'nuls enreglstres P
Grand Goiuve entire la Croix
ION des Bouquets et Grand Goi
ve, et aux Cayes entire Pt-
au-Pce et la seection cayen
ble ne, 'alors que ies cruslens et
les cayens partalent large-
ment favors.

57.5 Les 6qulpeL dI St Marc et
des Gonalves leaders de leur
42.5 group onat tire dlffcilement
leur dpingle du jeu face a
100.00 des formations blen moins
huppees que sont cells de
Mon'rouls et d2 Gros Mornme
52.8 Un score fleuve a et ho.
mologue par centre en ia-
47.2 veur de la Ligue de' Lasca.
hobas vainqueur indiscuta
100.0 ble des visite"r:- hinchoi
aqr 7 huts & I1 Lq modostl
formation de Lascahoba


- Apres av)ir Introduit
I objet de notre dtude et
presenter les premieres sta
istliues globilts du systn
ne educatif primaire. nous
sous proposoLs de poursui
vre dans 1 article de de -
main 1 analyse plus detail
le des repartition5 d effect
tfs entire I uriain et le ru
"al

FERNAND


Jaitien

ippe Auguste; Laurent CO
simir et deux seiulpteuirs
Jasnti Joseph e( Georges
lIiIa lutd.
I. artiste a centre sa con
f6rence avec des prujec-
tions de diapositives sur
les recentes oeuvres de .eo
nel Laurenceau; Raymond
Olivier; Jean Rend .3rome;
Silmil Enguerrand Gourgue;
Autonio A Joseph; Jean
Claude Legagneur Valciii
II; Bennard Wah; Luckner
Lazare; Dieudonne Cedor;
Gesner Armand; Arijac et
Bernard Sejourne.

Elle a mis l'accent sur
la contribution important
des femmes a 'art avec Lu
ce Turnier; Rose Marie Des
ruisseau; Elzire Mallebran
che; Michele Manuel; Ta-
mara Baussan; Gizon La-
mothe; Gilda Nassief; Mi-
cheline Prezeau; Marie Jo-
se Gardere; Andrea Naude;
Christiane Mathurin; Marie
Denise Day; Edith Hollant
don't les oeuvres seroit
commentees et analyses
par Dr Pierre-Noel dans
son prochain ouvrageaFEM
MES ARTISTES CARAIBE-
ENNES ET AFRO-AMERI
CAINESi.

Elle a soulig-ne l action
artistique de Selden Rod-
man qui a initie et dirig
les peintures murales ia la
Cathidrale Episcopale de
Port-au-Pritnce. Dr Pierre
Noel a exprime sa satisfac
tioi avec le Foyer des Arts
Plastiques; avec les artis-
tes de Saint Soleil group'
autour de TIGA et Maudi
Robart. Elle a mentionni
1'Exposition d'Art HIIltier
par Ute Stebici au Mo sce
de Brooklyn do 2 Septem
bre au 5 Novembre 1971
Peintures et sculptures on
exprime les diffdredts as
pets de la culture haitier
ne Savec son histoire; sa re
ligion et les manif tta-
tions de la vie de echaqui
Jour.
La pelnture haltienne A
conquis laudlence interna-
tionale et de celebres mu-
s6es comptent des tableaux
haltiens dans leur collec-
tion.

Dr Lols Jone Pierre Noel
fut longuement applaud
pour la vari6ti; la riches
se des diapositives en cou
leurs. Elle les a rcalisae
durant ses recherches i
Pott-au-Prlnce et it 1'occa
aion des expositions a 1i
fois au Musee d'Art Hal
tien dout le Directeur es
M. Pierre Monoweet; at
Centre d'Art sous la direct
tion de Melle Francine MI
rat A la Villa N*Oer et
la Collection Monnin l
Laboule.
Nous prasentons wos plu
vives flcleitations ki D
Lois Jones Pierre-Noel qt
voue utn vritable culte
I'Ar t Haiftlen.
Mawice A. LUDIN


devra encore lraverser des
sen'lers asset peri'leux en
vue de 'onflriner ses ambl-
Lions
Si l'avenir emble etre
souriant pour le Cap Hai-
Lien dans le group 1 et
Gonalves et St Maie dans
le group. I. lest par con-
tre as'-e difficile de set' pro
liottL'r nlmenie provisoire-
nieni sur les leaders des
groups 1 el, 4 ou des luttes
stius merci se Itvreli ei viiiu
de la qualht ca.illt on po f I..
2e sorle d'i clinmplonnat
Les resultalI, hr tliOinoli o ',
pir ic thlireal. edi' erall 1t I ls
rsue (Ie la e i ii 11e .

ill Port-nl- P'rite CavIes
-0
b Croix d1res I,) I"r s
Orand Goal, l-1
c) Pelt It oav' )lat Pel lon-
Ville 2-0
di Lase ':i ;as bal It'nchei
7-1.
ei Leogane b. t Mirebalais
2-0
11 Gonalves bat Montrouis
1-U.
g) St Marc bat Gros Morne
2-1
hi Estere Desdunes 1-1
i) Arcahaie bat Dessaline
1-0
gi Duvalier Viile bat Croix
des Missions 2-1


SB CLASSEMENTS

roupe I tlo Cap 2-2, 2o>
Oremle 0-0; 3o> Port de
iax 0-2
Groupe III : lo Gonaives
-8, 20) St Marc 6-8; So
lancourt 5-8. 4o0 Estere,
lontrouls 3-8: 6c, Detdu-
as. Gonave 2-8. 8en Oros
lorne 0-8.

Groupe III : lo) Area-
ale, Duvalier Ville 6-8; 3q )
LeoAgfne 5-6; do) Croix des
lissiens 4-8; bo) Lascaho-
as 3-6! 6o) Mirebalais, Des
alines 3-8; 80) Hinche 0-8
Groupe IV) : lo) Petit-
Gokive, Croix des Bouquets
5-8; 2o) Cayc:. 4-6; 4e ) Jac
nel, Petion Vifle 3-6; 6o)
Port-au-Prince 3-8; 8el Gd-
Gotave 2-6

.E CALENDR1ER DE LA
5e JOURNEE
11 Cap Jeremie b. Jere-
mie
21 Gonaives Gonave 5. la
Gonave
31 Gros Morne Mont-
Rous a Gros Morne
41 Estere Liancourt a
Liancourt
51 Desdunes St Marc A
St Marc
61 Arcahaie Duvalier Vli
le as Duvalier Ville
71 Leogane Dessalines &i
Dessalines
81 Lescaliobas Croix des
Miss ons a Crclx des Mis
S ,in
9, Hliclie Mirebalais a
Mirebalais.
101 I'ort-aiil-Plnce Jac-

II, P it G iri s (irand
Gotav i ( t:iiand (Go)a'.
12, 11 ll i'i (;iyc.s :;


Le Championnat




iris v (ndriedl ;] mcours de
a1 :I3i nic ltorn ii di clham
p)ionll:l (Id Frin llc d 1 loot
ball (i t lere 1 v;lon
]i)r'd ,:ux b:i t S1t 'lri u 2- 1
Ant ,rs el .Pa:ls I'( 0-0
Sochaux batl I, t. 4-0
Marseille bat Nimes 2-0
Valenciennes h.tl Reims 3-0
Nanry et Stra-hourg 0-0
Paris SG bilt 'qval 1-0
Nice et Nantes 1-1
CLASSEMENT .
1 -- Strasbrurg 52 pts
2' Nantes et baint Etienne
50 pts
41 Monaco 41 pts
5' Lyon et MP7z 40 pts


Tous' les Samedis


C'EST LA FETE


A


L'HOTEL



ROYAL HAITIAN



Une soiree-show

metta.t en vedette




SLes Balind'jo Dancers



? dans un spectacle 6tonnant.

Plus an delicieux

bufiet-barbecue au rythme de



L'Orchestre du Roi




VOTRE RENDEZ VOUS


CE SAMEDI

A 1


L'HOTEL


ROYAL HAITIAN!
Mu aauei aspw?>AKAMMP>h^i^.^ ^


Le miracle de l'Art I


Dr A.WESTERBAND, PRESIDENT


._ __________


PAGE 4


~_


_~ ~~~~~ ~~~_2___~~~~1_~----- _;ICI1CUY -llll~---i-_. -- ~-i-AIR-RALAAMMIAM-D-~i





S~cLoos ^sosooooeooeoooso^^AMEDI r-YI^ *?osog MAI ET DIMANCHE 27 MAI 1979 P~-flW.'r aSageBB-~w)iN ososoa3assaLoa


AU


CINE TRIOMPHE


SALLE 1


SALLE 2


MIDNIGHT EXPRESS


SALLE III i



IS ASSE






SUR DEMAND


Ri ITEIEE


LesOU e ept
/AV


V m Prd 1"!I'm 1 TCI IAl ~i 01 Ok IN \KIN lI, I.EI(
.JAMES ( AAN JAN12 ON PA ASON I{OBAR)S
LE SOP VFLEE 1)1 I A TI'2M PRTE
FrI pm-DENN't, i~IIkIN Vi 1'CLARK 1 I vdt 1011Iitl \11 ?kWO()II Ii i Da"Al\N I'A I'.1, 'I.A
pw !1'li PTP1-t'It~
Ur~e histopre ou !es c-(~% c~e i
en quelace chosa et se batfc. i au'{re ch~oss que

Une hisfoirr, danmut, dassl~zu- rescue unm ogi
de 26es @u se reftouv.. autrsi Ee &5me de In Iibert

SALLE IV

LEF"'EMl KE- D U G__ ~.E C


ANTI HONY JACQUELINE
QUINN BISSET
LI MPIRE DU GREC
,, RA FI V IO\ I.I)' \\ R 'i \ I l' l if i. i R\ l .
I II R A \ .'1 i. ..... .


O~D~+;R~+)3QCL-~Mhrn~CMu~uu~j~~h-- I


~*)IU)),~US~us~sn-~3~asz~,u~b-Aac~m


~P,,,JO),,-~i~3~)3Di2~--k~us~i~a\-~a\rr c~l~a~s~nuuu~crwK-~or-~~


b -Illl.lli.-C;I -il_-L~_~Li~~.CL~L~lbi-lid~i-U~-- JLi~Bij;~*iiLl~i*i~DB~i)~;;~ii~Li~BYi


----Poos


E~I~F~~


SAMEDr A T DTNH 7MI17


PAGE' 5







PAGE 9"






Mipchel Scotch Club



SAMEDI SOIR




Saturday Nig Express




AVEC



Les Loups Noirs





CARNET SOCIAL


Deces de M.
Ulrick Thomas

Les Pompes Fun-orio Pa
ret Piarre-Louis vous annon
cent le deces de M. Ulrick
Thomas. sergent retralte des
FAD'H.
A sa veuve ne, Claire Pe
tit.: ses enfanits Marie
Ulrick. Jhunny e: Yolette
Thomas, a ses tr res nNt
soeurs Willieres Jean e' Al
mond Laforest Gaspard Ce
limene et Gelimere Thomas,
d sa blle mere e Auus
tin Petit: a ses neviux et
nieces : Dr. Fritz t-alsI .
Rigaud, Marcel M'che! Ro
lande et Denise Lalorest.
Mme Christian Laont i 'l
nee Aureltt LafoSres' a deN
petits neveux .,' Metet s a
ses beaux-ft ees et t.l e.a --
soeur.s % Ia'r'l Z a1n11'.
e. Mme net CaClf'll Pel!'
M Germain Pa:,. .' n'
nee LamercI Pen; 1 s ,l:.;i\
Paul Fritz et DielNs til 1','
a son Colsin MIl:l) I
t IN i OT ls l 1'
-t allies nt)is it ,s ,'N i .

Les obseq riis wrk '(i! C l
tees le mardi 29 Mi at 4 h
p m vin I'EglINe St P'l.:'IJ
et S'' Jacques de Jaitln,
265

Deces de Mmie Vve
Luc Philogene

NEE MENECIA EVEI i.?1-A!)A
Pax Villa iannonct 'I' d0-
ces survenu en sia rFaldt I-.
ce sise a la RSeltr. L',,a J1
remie 1 24 Mai en -u;i;: a
10 heures 45 P NI I, I"
Vve Luc Philoene not Sei-
Isecia E7eiIlard 1-': ;t d."
Sacremen',- de I Eei 'c
En celte penibe Lo rc ',.-
tarC ce Pax Villa Le Nu.:
se-.s-'e present en, Ce..r -:I
nai'hle a ses enfa1 '- A: -

Ntlie- Andree e- Gisee Phit
iorene. 1'Ing Luica P h.'.
1.e e' Mme nee Carn ':--i
co.a a s's rt'. 5 -s ..*..s
Les:y Vo'% k 5a1'.151
Mendha. G- .,rd n.S. '. -
Philosene. M "e Gina P...-



La belle

S Cvc'e de rne;odi .,
Y F r.::- S' ,-. uber' "
:es pon'mt.- d WV
L Muahr


gene. Lucas Philogene Jr. Deces de Mme
Nick e Frantz Philogene. a ia Robert
Mile Marie Jeann? Petit- rancia Robert
iomme. a ses freres et Pax Villa announce Il de-
soeurs MM. Ernest et Mau- ces survenu a Boston de
rice Eveillard Me Gerard E Mme Francia Robert.
velilard et Mme nee Gisele En cette douloureuse cir-
Demesmin et leurs enilanls. cons-anc? Pax Villa et Le
M. et Mm- Antoine Gul- Nouvelhste presentent leur
rand Mme nee Lauret'e E- sympathle a ses enfants M.
ve,11ard et Iurs enfanlls. Oswald Paul Emile Desdu-
Mlles Carm I et Marie The ns et Mme nee Rolande
rse Eveilard a sa belle Kernisan et leurs eAfants
inert ve Nwiulis Es e:lard. Gerald. Le-iy. Nancy. Marie
ntt Cle 'ie Gedeon a sas Yvonnie. Ronald. Sandra et
bta, xItrere- et bei.s -neurs Doris Desdunes a Min? Dul
N AubIrtI Pitioeene Nti ce Maria Desdunes a M.
C' entails M e, Mie Ed- Amibroise Robert a M Em-
aaird Rtd +'uiuezC C en:til iansanumel Co.y et Mine ile '
M i' Fnolet..s Pr tn-dt- I a Dealnor e l leurs ell-
ianI Vv Ca.s umr PhilloIene f- l't'. Mu gaLe Sabnte Re
ota' S ,t Bet )1am 1)n .:i.i.d St Lot et M ars Lis
J i le, Alt ) Ph1 oe Cotn a T Frinz(Oiles ?t
i%11 t'. al' M nt- Idai O S in et I se,- e De.snt1r 1 i
B- n IlIn ::. At i.' ', n- ia nts n Ilm sti
+ t ,1 M S I I t sl 5t i t. ) ? e R e ,,llie
Sii *s a Mia Edt:ir E hti ine
1 51 ,I I I Fd i l F d oi ,1 I ', l l, i t ,l ;' l- t l" ~i IS(. Stll e l lNti

i t ll! Ett, I l it t r \a 1. 1 t 1 0
S i'< h A d v S l t ViI t t' ,IiI I I N i I
(It)'." 1 10 ). ' ,i 5. ) 'r Elltiil) 1 a M a t1 .1-















: 51 01 11m 't
./ .i'n' I+', .lft 'i M.rit i"'y Adi-llitr I) e l i1 n 1"

% :1' 1 1, 1 1 I' M 1; %'. + .I t'' ; ,1 1 -' I i

I '' Si l al itn l a ;








P ',", 1 rII.1, A.1.,0 d N
%it' I, I :^ .i / }l { l '' (Ml i I .' i l l li 1 )' ItI l i t o)l r .I .t

: C n en r i %'i c m o Di it i
',,'," I M l''. M \ l 'i. "I-!.. ,-P "*,I ("* ) U D4 *t MI t '\I ",*\
M ,i , A n <,n.m 1 ),I>, '\,, I K r, '11 ) r 7 MI n tI '
T, ;I. Min l)N1 IllllllD0 ir I r l -


A v ,a,; .: (' .'''1. < i' r 1: I I l a a E .'en J a -


'Itt; I d'o li( F acintr V m <
















r eF r d 2 het'it
:y~'*n ,\ ^" r a'':' .' + *" hM i". M rhr'c G', N '-I -i2
L,' :. ;, (' e O r, T .1 iG n-Fe'N.x e n ,>]. as a M
L -. .e ,t Pl t en 1,' 11 Ja c g, s M .'% rd c t
,'-'..,"- a M Mm e Ar-
r. c. .,,- . .-- "A d G R- sobne e;7 cifant a
a '; a- 4 -' +* ".- '* P M : : F M M m J ( ,i n J ; d N ,'r
-: "r S G er drci *; :a df-- (', ':; *" a L d 2 '8., a M
'.,)"t I. T lie e .rae rR M-
't ..."t+< Ana^e \:-f tnfanf. M
N" B L IrT .. ,;', "- 'a e p Mm Adren" ;:, ebrar -

;. :- ;v' :a ,rn' n""- 5 T? +d r r'2 I
~^ D- ,:innr L h .h Co:> Gi:-

L Ma a rd D 'f,"
"leunA paet J ..,. e-,).


*, p-nu)- es iar r c deti'.





2 5


.. ,.



AI7IRF rTltEANFN

C(es d-lx artistes pre
scneront la preme&-
Tre -intrpr"'a'ion hai
tiei ne i' egrale de
ce'te oelv IC



FRANCAIS

1979 8 hres p.m.

iCCOOOO COC O'OOOCeWT


x x N x

Deces de M.
Gustave Antoine
Pax Vil.a annoncle c de-
ces surveni 1I 19) Mai 79 a
11 heurcs du matin de M
Gistave Antoine. a 1 fie de
60 ans,
En rette penr b clrirvtls-
.'ancp Pax Vijia lt Le Nooi
vpl!'s e present I lt I-ur sym
pathl' a ses enfanis M Y-
v\t Antolne M Franiz An
toline. Mme Evens Manigat
nee Yvrose Antoine. a Guy
Anlolnp. a sps so-urs et
freres Mme Andre Natha-
hie Augus'c ne& Yvonne An
oaine Mmpi Hnry Mordan-
Espedeps rne Bernelie Antol
ne. Mine Roger Dareng n6t
Claire Antoine Eug6ni An
tinlnc ElsIt Antolne. Enlc-
Antoine Louis Antoine. MW
cones Antoline Raymond
Antoine. Andrd Antoine; A
ses nIveux et nieces Arsa-
nos Auguste., Arthur Augus-
te. Annette Augusle. Alma
Auguste ac aux USA. Ma-
dame Max cenol. nie Alta


RAMNDI 28 )MAI ET


Petites Annonces


s
e
I
2


Mordan, Dr. Rodrigue Da-
reng, Mme Amedee nee Ray
monde Antonme. Edzel An-
toine act. aux USA.
Aux families : Antoine, Ma
nigat. Auguste. Espedes. el
a tous les autres parents et
allies eprouves par ce deuil.
Les funerailles de M Gus
tave Antoine seront chan-
tees le Lundi 28 Mai a 4 11h.
P.M. en I'Eglise du Sacre-
Coeur de 'lurgeau. Le con-
voi partira de Pax Villa Sa
cre-Coeur of la depouille
mortelle sera exposee des 2
heures.
265
xxxx

Deces de M.
Marcel Duthier

Pax Villa .lIlont Ie It die
(,(:- ., r r'ICnu 1, 2',5 M ai lii.
I Hop al Si Fai'",;. dc :',i


.it', 1r'.c Viar'i 1Le hNou




S ll at' I I. 3ll t'l I IN 1 79 I
I J ei I H I ,l', ! res :i I




IIM N( m Il :{ .I lIN 1!17? i
lnEsse a n r Eri ise
St Joseph

IMISSE .A l *:(;LISli
ST JOSEPH !f fire,, A i
('ominemorilfion du ;o;t
.%nni\ersaire e II \ssocia-
tion .
Le. membres s ilt invites ;1
assiter en :r ind nomnbre
a la dernicre reunion de
I anr'ec
Les deleneurs des (ar -
nets de rifle unl price' de
Wien vouloir les remettre
Pour le pro.hain tirade.
lerci Le Comite


Avis Matrimonial

Je Ntu' -ln.l I. Gt:n;,-. Li.
be. Clnai m 0iSc. n dC -
meui al! ai .1 B: ,oiu;ii N, 5 t
York donm,(iie a PurF-.Fjt
'r.u' 1 in Ji, it pub1) C (!
1en) ral 1 I ]i-., c mIic00a;5:)

p iL;.s respoi i d ,` aci
de m nel ept,. ,eI- Mai.;
(arm)lie Jose",. Va ai i 0,
tamm) n d d0 ( &t( qu Ci.
pouritall Cllntlad er i)) a'-
tendant l abou-l,-smenil d u
1t a( Ion ( n divorce
Fall a Port-au-Prince 1(
'' Mai 1979
G"r' .. t ub, CHAN('y
265


Avis de Divorce

Port-au-Prince: le 23 Mai
1979
II appert d un .ijugcme,,l
en date du ler I-'c'.ier em1979
que le Tribunal Civil de
I'ort-au-Price; jugeant en'
ses attributions civiles; a
admis le divorce et pronon
cm la dissolution des liens
matrimoniaux Nvaet existed
entire les epoux Toleime Jo-
seph; la femme nee Brunia
Jean- Francois.
La transcription du dispo
sitif de cette decision a etc
opkrce sur les registres de
l'Officier de I'Etat Civil de
la Section Nord-Est de
Port-au-Prince; aux requc-
te; poursuite et diligence
de 1'6pouse demandercese.
Port-au-Prince; le 25 Mai
1979
Emmanuel NERE'TTE; Av
Francois E. NIRETTE Av
265


A vendre

Terrain 100 x 200 a Del
mas 31
Boite Postale '1292 TEL.:
8 A M 4 p m 2-2254 285



A vendre
a Deimas

Emplacement de .50 x 100
is a 1'angle de Delmas 62
t de 1 autoroute de Delmas
Prix $ 7.500 dollars. Phone
2-5031 (de midi a 5 h p. m.)
295
x x x x

A LOUER

Hall pour commerce situd i
I'angle de la rue des Caset
aes et de la Reunion.
Pour renseignements ap -
i-elez le 2-3202 de 7 k
4. M. de 5 a P. M.

x x x x

Offre d'emploi
Cherchons une person
pour control de quality
dans une usine.
Cherchons une person
ptLur control du payroll
Adresser reponses au : I
0038 21
xxXX

Hall a vendre

A 1 Avenue Jean Jacqut
Dessalihns a. No. 396 cons
[riue Hsir !roriele de 18
pi)eds de pirlon)deur enteli
l ti lll clout) il.e' 11 1n1ur
Grand depot a llntertou
Cic e ll n ill.
Poir Reiindez-Vouis sonit
It 2 -38419 de S hflires 30 A.I
a 1 hesir 30 P M
('oi 1 ii S ibshtrnlir
x



La situation au
Salvador

'SAN SAI.VADOI? ) AIAPI
I n ln ill i vi lint






liipulall rei Ilu ioilll5air)
Lah ii till.) iN n13) I I'VC




e n11 11i1li in 1du IR p
i-i in- d~int 1;i IN1is II Dip


?I( \ ]\ :~,l i c i I A n lb iN11

'wit miint ., .11 ;',Ix Dip
lr t;,. d ippa' .iltIr' aiux 1
!', l tl


A VENDRE

A BABIOLE
GRANDE MASON
,VEC ACCESS SUR
RUES
4 CHAMBRES A Cc
CHER
5 CHAMBREE A
DE CHAUSSEE
5 CHAMBRES AU SB
SOL
VUE IMPRENABLE
GRANDE COUR J
DIN
PEUT-ETRE VISITED
N'IMPORTE QU-EL
MENT
PHONE : 24790 25
23921



A vendr2
1 Chaine Stereo comn
nant :
1 Amplificateur
wood))
1 Tuner aKenwood
1 Cassette Deck
I Tourne-disques
e rard,.
6 2 Hauts-parleurs
Tel : 7-0864
ie
l x xxxx
6-
65 AVIS

La AUTO ECON
S. A. avise son aimabi
tele qu a partir du 1l
es el jusqu'au 30 sep
s- 1979, son nouvel hon
0 travail sera :
re Lundi au vendredi
a.m. fa 2:00 p.m.
r Le samedi de 7 30
12 00
*z
1 Le 23 Mai 1979
LA DIRECTION


X X X X

AVIS

11 est portte a sa
"ilice (d 1 pu hlic tile
.'es tide thelilfttre silival
'olyeicate)I- de
Cormille I
S lIi Pelisse), de
Gogol

c Il. EInpereur s apipel
i t nildaire,) nlinit.ge d
Simes de Jacquets Pre'
Sont jugees con for
rw communique du .1 M
1I et sont autorisces i
fusee, a travers tout
dt rilt,ire national.
ide
- Li Commission Ih
lo ni-terielle de Visio
e- meant et de Controle
'3 Mai 1979.


AVIS D


INBTITrUT DE
DEVELOPPEMENT'
AGRICOLE ET
I lTNDiHTRIEL. '


A-
3


AVIS


S I1 est porter a la connais
TOU- sance des int6resses que
1 INSTITUTE DE DEVELOP-
REZ i PEMENT AGRICOLE ET IN
q DUSTRIEL 'IDAfr organi-
BUS se un concours le Jeudi ler
Juin 1979 a 9 heures A. M.
& a son Bureau Central sis
rAR- a la Rue Amdricaine. en
vue du recrutement d un
E A Comptable.
MO- Les postulants devront
5686 remplir les conditions sui
vantes et soumettre, outre
use photo d identity, les do
0-140 cLments y affarentU :
1) Etre de nationality hal
tienne;

pre 2) Avoir parcouru le cy
cle d Etudes Secondaireb
(Ken- classiques jusqu au Bacca-
laur6at;
1 3) Detenir ua dipl6me de
Comptable delivriS par une
Gar- Ecole de C'ommerce recon-
nue;
4) Etre de bonnes vie et
285 moeurs.
Les inscriptions seront re
guess jusquau 30 Mal 1979
au Service du Pirsonnel de
1 IDAI, a PO'-t-au-Prince,
tous les ]ours cuvrables de
IOMIC, 9 heures A midi.
le clien Poit-au-Prince, le 17 Mai
er nam
Ltembre INSTITUTE DE DEVELOP -
aire de PEMENT AGRICOLE ET
INDUSTRIAL 265
de 7 30 xxxx

am. a AVIS

La Maison Claude Martin
a l'avantage d aviser sa
bienveillante Clientele que
sa nouvelle adresse; iA par
tir duI ludi 28 Mai 1979
sera au 155 de la Itue du
Centre; bloc comnpris en-
tre la Rue Bonne Foi et la
Hlue des Miracles; fatVade
connalu m st.
les lit. Port-au-Prince; le 25 Mai
rites : L979
lierre La Direction

Nicola t
295

le Dro
des po 6
vert
tmes au
lai 1979
etre dif
t le ter


itermi-
nne -
e


FETE DES MERES


. !


JOE TIENNE Vous offre pour la fete


des Meres 20o/o de reduction

sur tout achat cash a partir de $ 20.00 du 25 au 31 Mai.

20 pour cent meme sur les articles de sports.

JOETIENNE ALE PLUS CHIC MAGASIN,>

1377 Rue Carlstroem et 29 Delmas
-- oo:-


DIMANCHE 27 MAI 1979


IVERS


Avis d'Appel
d'Offres


In "tio


Fe L; TRADING CO;

58, RUE BONNE FOI -- TEL 2-0550


TOUT POUR LE BUREAU: Papeterie Fournitures -Meubles -


.i ... ... ..>>>>. ..... .. .... ................


Ih--


II est porte I. la connais
sance des Fi-mes de Cons-
truction pr jai.l1fdes pour
1'execution d-s Ecoles du
Project CEIpER que le bu-
reau d'Execution du Projet
compete lancer in appel d'of
fresh pour les E"oles des Cei
der de PONCE et de PONT-
SONDE, Groupes I A, I B et
IIA.

Les documents de soumis
sion seront disponibles a par
tir de 25 mai 1979 et peu-
vent etre retires par les Fir
mes tous les j jurs ouvrables
entire 10 h AM 2 h PM. au
Bureau Executil du Projet,
Department doe l'Agricultu
re, des Ressources Naturel-
les et du Daveloppement Ru
ral, A Damien centre un che
que certified de US $ 125.00
(CENT VINGT CINQ & 00/
100 DOLLARS) qui. defraie
le cout de reproduction des
documieits.

Seaues ies Entreprises pre
qualltices pourront partici-
per h cet appel d'offres. La
remise des documents dft-
ment remplis aura lieu le
9 Juillet 1979 av meme lo-
cal a 11 h AM Leure d'Hai-
ti.
305

Vente par
Convention
Special

L on fait .avoir a tous
ceux A qui il appartiendra
qu il sera precede le Lundi
que 1 on complera .quatre
Juin mil neuf cent soixan
te dix neuf a dix hlieures du
martin en 1 etulle et par le
minister de Me HIenry I.
Moise. notaire a la reaiden
re de Petiunville a I. ,ven
te au plus ollrant eLt
d e r n i e r ciellh(seur1
d iiie proUprieLte tuindids et
liatisses situee t ,(.alette te
te de leau. t,'onininuie de 1
tionville, nliearainIt viligt
trois pieds onie pouices, oi
sept illetrs .in olxnlte qoiiinze
centinietres die liacade s.I
111un passage c'imuinnln, vingt
pieds six pou ies u riote op)
pose 0 sur line prollindielil
trente et ull padils eiin poii
res on dix m-tres VingII cen
centinimetres .tu cnte lst et
trente trois pieds tin police
au cote oppo, ( Ouest lor
net an Nord liar un passage
comniun au Suiid par Jac -
ques Verna. .1 1 1st par le
rete de la propriete et a
I Ouest par ) inDel Mom -
brus suivant pi ti et process
verbal d arpentage de Ar-
nold Leonard, 'en date du
vingi cinq Jlaiver mil neuf
cent soixante sept, enregis
tre.-
En vertu d tuine ohliga -
tion hypothecaire sou,crite
par le debiteur hs1pothecai
re eli date lu seize Aout
mril neuf cent soixante dix
neuf. en fav ur du sieur
Georges Michaud Perez
2o.- d un commandment
date du dix neul Fevrier
mil neuf cent saixante dix
neuf demeure infructueux-
d un bordereau d inscrip -
tion hypothecaire La dite
vented se fera sous la minse
ai prix le la 'i)mme de
DEUX MILLE HI IT CENT
SOIXANTE DIX NEUF DOL
LARS QI'ARA.NTE QUATRE
CENTIMES en capital. in-
terets et honoraires de I a
vocal poursuir"ant ce. sans
prejudice de toui autres
frais de mise n execution
et antres qui seront dus-
Aiix requie. i,oursuite et
diligence du s,'eor Georges
Mlichaud Pet I proprietaire
deniurantl et domicilic a
I'etio nvile. identifilc ;l
No 569ll-I .-r-ancier hiypo-
thecaire. ayant pour avocat
Me Seymour F Moise. de -
meurant ia 'ort-au-Plrince
identified. patenie et impo-
se aux Nos 30.i-F, 3056-AS
et 7507-AN poir 1 exercise
en eoturs avec d nmieile elu
au cabinet u i dit avocat
sis iA Port-au-i.rin.e Rue
du Centre No Ill
Centre Ie sieur Lemoine
Lezin. propriet.iire, demeu-
rant et doinii'lie A Petion-
Ville dlbiteur lipotliecai-
re
Pour plus ampnlea rensei
gnements s adresser au n1o
taire depositaire du cashier
dea charges nu it 1 avo-
cat pOursuivaint
Port-au-Prince, Ie 25 Juin
1979 2365
Seymour F MdIISE, Avocat









SAMEDI 26 MAI ET DIMANCHE 27 MAI 1979,





Laxatif at chocolatVainquear de la constipation


LE SERMON DE LA SEMAINE


(Suite de la l re page)

la croix; elle est plutot de-
signe par son noma: Salome
(Marc 15:40). Encore; on la
retrouve sous ce m6me nom
quand elle etait parmi les
femmes qui; le martin de
Li Resurrection du Sei-
gneur; se rendirent au se-
pulcre avec des aromates
pour embaumer le corps du
Seigneur.
Salome est entr6e dans l'im
mortality en ayant son
nom dans le Nouveau Tes-
tament; nor parce qu'elle
est Salome; ni parce qu'el-
le est la femme de Zebe-
dee; mais bien comme la
mere de Jacques et de
Jean. Et c'est a ce titre
que nous vous la presen-
tons aujourl'hui.

x xx x

UNE MERE AMBITIIU'SE

La mere de J'c'lues et de
Jea' ava.t tetendu le Sei-
"neur fliirp 'ette promesse
a ses disciples: tJe vous le
(i:s en v rile: itu-ind le Fl,1,
de I homme; au renouvelle-
ment de toutes hoses sera
as.sN sur 1e trone de Sa
(,loire: vous qui m'asez sui
,i: vous serez de mnie an
.is siur d, u.'e trones et vous
iii 'rrez les douze trAbus
i' srael, t Math. 1) 2,- -
I le availail p11s dioute un
ist:nt de cette prmeess'
(i, .S'c'r p ur. Au contrir ire,
, lo prit les desants I 1!"
S"prochta de :'l-,- %0 (
S'i dei \ f'ils, st" pDr s'orii.
.I t1i aitressi cette deil it,
de t()rdonit e c ue Tilc s '
i '-Is (I ii N i soient :iisi
d a n I n \ 4 u mn e I 'tu n ,v
T. dro.te., lautre .1 T.i ;;i


f"est line demand hlir-
d e. M: L. ne dotl pa. I- i
en vouhl r. Car c e'-t t iL
nature ouii'ne Imere ambi-
tionne des positions de press
tige pour ses e rants.
l.a mnire de Jacques et die
.Irean est une parent (IL
Seis eur. Certain d.sent
qu'elle itait la soeur de Ma
rie: la mere du Seigneur:
selon Jean 19:25. Ce qui
done ferait d'elle la tante
du Seieeur. D autres; a
cause du silence sur nn
nom dans ce verset: con-
teste t ce lien de parent.
Cependant: ou'elle eot .Alte
ou pas la sneur de la mere
du Seizneur: il rest u"
tait qu'elle etait assez pro-
che diu Seig-neur pour ne
s'embarrasser de scrupules:
Inrsqu il s'ait de ses deux
fils qui s'ctaient d'ailleurs
mis au service du Seizneur.
Le rcle de la mere de Jac
ques et de Jean nour l'a-
vancement de ses deux fils:
et sa foi dans la Parole du
Seisneur n, t nnurri o onn
ambition de voir Jacques et
Jean arriser a une position
de prestige dans le Royau-
me du Seigneur.


TINE MERE
PRESOMPTt'EUSE:
SANS MALICE

Cependa ts: meme lors-
qu'on admire la mere de
Jacques et de Jean pour sa
devotion: so, z6le et sa no
ble ambition; on ne peut
s'empecher de remarquer
qu'elle etait une mere un
peu presomptueuse;: heureu
cement sa.s malice.
Sa presomption s est ar-
cinsee dans son action de
placer par sa requcte au
Seic. eur son ambition
humaine pour ses deux
fils; un peu au-dessus de
leur preparation spirituelle.
Sur ce point: la mere dec
Jacques et de Jea" repre-
sente toutes les meres. D'u
ne manire g6en6rale; les
mamans pensent que leurs
enfants', snnt beaucoup plus
capables qu'ils ne le sont
en fait.

C'est certainement A la
presomption de la mere de
Jacques et de Jean que le
Seigneur a pense; quand il
lui dit tendrement: Vous
ne save ce que vous de-
mandezi. Cest encore pour
la meme raison que le Sei
gneur pose cette question
a Jacques et a Jean: Pou
vez-votds boire la coupe quo
je dois boire? (Math. 20;
22). Et enfin; c'etait poui
aider la mere de Jacques
et de Jean a ne pas con-
fondre la grandeur spir-
tuelle avec la grandeur se-
ion tle monde; que le Sei-
gneur lui a dit: aPour ci


qui est d'etre assis a ma
droite; cela ne depend pas
de moi; et ne sera donned
qu'a ceux A qui mon PAre
la reserv x.
En effect; la grandeur spi
rMtuelle ne se donned pas;
c'est plutot une chose qu on
acquiert par le sacrifice. Et
Dieu seul sAit qui la mtr;-
te. Aussi le Seigneur souli-
gne-t-il A l'attentioin "
ses disciples que : Quicon
que veut Atre grand paromi
vous; qu' soit votre servi
teur; et quicoinque veut e-
tre le premier parri vous;
qu'il soit votre esclaveml
(Malh. 20:26).
L:i mere de Jacques et Ce
Jean a tird profit de cett-
legoti sur la vraie grander
car elle est restee altach
au Seigneur en Le servant
.jis'iu' lii fii,. C est psu.--
(uo,.; aujour'd hii,. nou, la
prenons en grande conside-
ition.

l'1. 'n IFi: Ei.TIER'lF EN'
FIDELE

l. n re l(e Ja., 'ues et Ce
Je:-.n t plia seulenir-t
i.-e 'r ,'- ..ite qui s'est atta
cii-e all Scianeur puur Le
sur.ie dant Nes voA.iges a
Ir I 'ale-ti, e p u1)
1t :der i'.. erielenit-milt el
'uter .s-i-.ter au pltd dr
I F n s e t s le Jen ,i t

r .. t r I t \ h, i '-e n it're tde
I .tii i g it.e. r en .i t ii '
[led '.ln;.r .l l ol et let
r",ele lde scs dtut fis l '
iI ,iFill r i'' l il t Ik ii



-t' .1 s l 1 I Ur

.i 1;thll ill'el t. ;tliitt t 'lt':'
it tII qi ll n'p


I .I i, toes et d erin :e
I e".l it dlu k esi our
eff-t, Jac iiques et .Ie..n (ai
,ilnt p rtei dur t rcle int1
i"e du Scig, cur

Jca eLait le disLcple qui a1
\ait le plus parfaitemient
apptehenai i'esprit du sOe-
gneur A teiies enseiznes
que le Seig eur sur 1t-
Cr.eix lui confia Mane; sa
tpropre mere. Avant cela. a
ls table de la Siinte Cene.
Jean etait assist t,'ut press
du Sei eur. 11 v a lieu
d'admettre qu a cause de
sa proiondeur spirituelle et
de ses tendres et saintes dis
positions: Je:in "tait rai-
ment diee de la distinc-
tion que sa mere asait sitI
licite pour lut de la part du
Segneur

Jacques certainement
I'ai e de Jean: etait aus.l
un fidlhe kunotrpe u 0 e-
gneur II est le premier des
Apotre- a seller ,n temoi


gnage chretien de son sang
quand Herode-Aggrippa; 'le
fit mourir par 1'ep6e (Ac-
-tes 12:2).

Nulle part dans le Nou-
veau Testament; l'on n'a
fail mention nue- Jacques
aurait ete 6leve en dignity a
Li droite ou a la gauche du
Reigneur. Cependant;il fut;
jusqu'a sa mort; run des
disciples les plus dignes du
Seigneur.. C'est sans contest
te a leur mere cue Jacques
et Jean doivent leur ekprit
de sacrifice total poutr la
gloire de I'Evangile du Sei-
gneur.

INE MERE EXEMIPLAIRE

En ce jour de ia fAtr des
meres: la mere de Jacques
et de Jean peut servir d Cis
p rj' ion et d'exemnpie a-,
mlres ihritiennes qui desi
rent pl.iire au Seignqur.

A ( itue de sa grande da-
votion au Seigneur et de
sa iobh! anmbtion pour ses
dux fils tiu'elle a voulu
ir un a droite et 'autre
a pauche du Seig,'eur; l'
mere de Jatques et (i.-
.Je-r treci unei place sp"-
i daniis, I angile de IMa
ti'.tt cI est V-ai oue IT var
c' d:; M.irii sou![;ie (que
i'Il..iee quL i I.t foruil lai


demand au Seigneur d'e-
tre. I'un a Sa droite et l'au
tre a Sa gauche. C'est un
detail sans importance. Que
la requite eut eti presen-
tee par la mere de 'Jacques
et de Jean ou par ceux-ci
e'*,-mlmes: peu imported.
C'est que la mere de Jac-
ques et de Jean a exerce
sur ses deux fils une bien-
faisante influence; afin
qu'ils pussenit se mettre au
service du Seigneur. Bien
plus: eile est restie jusqu'ai
'i fin dAvouee au Seigneur
nour servir de stimulant vi
,'aft A ses deux fils.

'Voils avons besoin ces
;noirs-ri d- mires pleines
de foi dans la puissance do
.S'cneur: desi-enses de pr,
parer leurs esfants des le
;",er e pour la loire du
c""'nIPi- L.es temls o que
,s vi'ons exipent que
1,' de Jesus-Christ soit
ro ci; eI'iim o snwAreil-
s ai la mere de Jacques et
de Jean-

Que le Saint Esprit en-
poigne nos mamans croyan
tes; affit, u'elles devien-
nent immurtelles par la
consecratio, total de leurs
cnfints aSi service du Sei-
L'i eir Jt ii Qu'il en suit
ainsi Amen

It 1i.u' It. NI'RI E'


-- F










~ ~i~all




th scr aovc oqwt.


CELICA AER



POUR CEUX QUI NE PEL














It ,n"1 '


(suite de la lere page)

gande frangaise et balge.
Beaucqup d'Africains ne
sont ouverts aux realities hai
:Ienries qu'apres une visit
prolongets n Haiti.

Jal vu le film pe6sen.e
par Georges Collinet aux A-
fricains francophones sur le
phdnomene n'?st pas tres populaire en
Ha'ti ma's qui done un e-.
loquent aperqu sur la Ja-
maique, et tout en posant
i~ problem de l'engag.-
ment social des artistes et
leur reactino face au miliu
oh ils evoluent, je crois que
lJa Jamalque n'a lama s ete
mleux vue en Af'iqup. qu'o
trav rs ce film J'ai des lors
pense A Ti Par's. et A len-
semb'e des m's'c'ers hal-
tlens et des rt is'.-us de chcs
ninls en fpneral. J'aura's
dore sugse:e nue G'orges
Colline: ait 'onceslion de
vitronner oln flm d ce sgen
re oIil nouirra't avee les fi
cI'tes P e' les rontac's 01'il
: -1 afr"',p off,'ir Ila l a""
dl'ati, n de !a icun.esse afi
Cli Ile
De'ix cl'sslies c-saiv li a-
le'.- Uoss bits M Collinlet
poit.r:'' elO't inv ie a vision
n i'i 'pIrt'i d s films dO
n 'alis"s sIr H 'Ill sn
a T SOS : t s-S s-;s viiv
hs s s I' fii "l t<\ 5' s's (' eii! II
r 1 I u 'l, slith c, 'd- to iIn is
S 1 ml m'b 0I'' 1, c's ii

st;atu ;'iVaI i' s l cl l |lln''i 11-
,-,l 1,, itx s el et id t
h is' ar 'ace o S'


pp; ho seoll (it 'sou 'l
I l -. p r :l 'vii l te i t
d 111 i I 1111 ii I i hv tii0n -





Tabac
Appel die I'OMS
NATIONS- UNIESI AFPt
L 0, anisai' on Mondiale
iia i S-nic a lance oun ap
ple! solennl aux Fouverhc-e
m 'ni poutr qui'ls 1' tent
reellem'lnt contre le tabac

Les experts oe OMS. don,
ie rapper v ?nta erie pu-
bile a Geneve. afl rment
que les gouvernements des
pays dev' loppes ont lailll a
euis obligations tant a I'-
gard de leurs propres popu
sla:lons que de celles des
pays en devloppement..
Ils mettent neltement en
cause 'l at'ilude irresponsa
bl- des sociees tririnsnaliona
I'e du labac ainsi que leurs
( ampapnes mass.ves de plu-
bicite (vt de production
,qu;i sOnt dl: Clem n it a
) 1ig nc din riFm b'e consul
dcrabli de deces evi'aibles .


mene cReggae, en vogue A.
la Japnaique. D'ailleurs ce
film peul connaltre un
grand success en Haiti apBs)
ot comm:- 3e I'i deja dit, le
eReggaei n'es. pis Lres con
nu. A Go-gies Collinet de
le lancer lel.

II n- me reste qu'a sou-
halter bon s6jour et beau-
Coim 'e success A M. Collinet.
J'esotre que les iiines 1-
roit en grand nombre, 6-
0ouler sa conference et qua
I rnobl'e blnit'-s oI I'or-
casion de ie ddcouvrlr. Je
suis certain qu'll se fera


de nombreux amis parmi,
les artistes, les journalists'
et les Intelactuels ha'rleLn
qu.j, en le tenant par ]a
ma'n, le guideront vers les
s-nt'ers merveilleux et in-
connus de la r.i' i h iaL'-
[lenne qu JI sauia cr--r r
dangs on esselC' pour la
montrer aI 1'Afrique dans ia
profondeuir et ses muliples
facett':s. Coll'net quim est
pr6sent6 en Afrique come
Pltoven du monde di.vicn-
dra aussi citoy2n d'Haiti. A
lui de jouer pour le deventr
plelnement.
Toussaint F "'r ';IERS


^<" oeouso_. -jE>-pp _,__o__ _oo_ s: zoc'..-.. dr"

DES AFFICHES DE MA7aqUE

AU LAMBI NIGHT CFUB CE 0

WEEK END




Au Lambi





Night Club


SAEDI i

A PARTIR DE 3h. P.M:


0ut'OCiKTAIL JElNESit AVE' SIlOOGAR ET DEUTZ

ADM. $ 1.00


S SAMEDI SOIlR

FTI ITONS GRANDIOSEIENT LA IFE'TE DES MERESI

Al' L.AMBI AV(C : SKAHII-SIlAll No. 1. DISTRIBU- t

TION DIi (CAIDEAlX SOUVEI'NIRS OFTEIUS PAR : I

VERSAILLES LA BtIRONNE CONTINENTAL

AUTO PARTS etc.
ORCtIiESTRE INVITE A CETTE SOIREE : SHOOGAR

COMBO 9h. P.M. 4 h. A:M: ADM $ 5.00


DIMANCHE 27

A PARTIR DE 3h. P.M:

BOOM COCKTAIL) AMBASSADEURS ET SIHOOGAR

ADM. $ 1.00


DIMANCHE SOIR

SKAH SHAH


LUNDI 28 MAI

SHOOGAR COMBO $ 1 00


PAOOCOOOC.3COQCCOOCCCGUCCC-;;-yX;aCCC..


ODYNAMIQUE



VENT TOLERER LA BANALITE ...


Inald i Matlok ue
City~i~eaebur lde


Au course du week-end de
la sem.iin- dernit're sonL ar
tri'e. a Port-au-Prince trois
Jeqncs et jolles allemandes,
Ingtid Matlok, sa soeur
B.ate Matlok et Annette
Schrctber de Dusseldorf, RF
A.
Ingrid Matlok est de la
grande Agelice de Voyages
City-Reiseburo 14 Dussel -
dorf Giaf-Adqltstrassc 1061.
Elle es. pftillants de vie.
Sa june soeur Beate Mat
lok, captivante, travallle au
Idaboratolre Bay-r de Dussel
dorf.
P title Schre'.ber grande,
'Y- avec de grands yeux
blus qui vous percent le
i. -st infirmibre. Elle est
ass stalnte de chlirurgie.
Ces Liols jeun's et char-
n-ala's v siteuses alleman-
des quti nous avoms rencon
trees sandi dernier au Ca
s0no ljf!ent au Santos Guest
House. Elles ont ete mardi a
1",cmel dans cette qugte
dIngrid de decouvrir las
b-autps du pa'vs pour le re-
cr-mmander a bon escient
aux alle'mands qui affluent
en H ._.i Ell-s ont decou-
\ 11t \ en'i' '-" haitienne
htl z Al5 b Iit 1 ioi!coeuir.

x x x x

Will am Ma:s''.ill. compta
beit uaglals a la Jamaiqua
e,' t:i jen I einniUl Janii vien
nltul 1 de Iluri' unl Court se
Jour a P'ui au Princet ell
IuIlle \ r', lIes Anl'les lian
ca ses 3 11 Mar:dlall P: Jhn '
qut1l ol lo tneal laOrand llio-
ltl O ltl l u 1n "i ] inli tll i n
Hli ti tl lt Ir u.1 111 itUi it'
plusl IO Uil..I \ -' 11ts tl
e0 enchallil(
bitlll Julicot'ti

Patl c, ] a;'t Mall;liur de
Hiusalka N.uiti.c l Ainttiques
Ilc doli l ht .t I If( 'ft(
JCclhald F 13 r dl I' l 11 ( 188
Mtiltllw St uel ( Ci la:i sti ,,o I.
8c lle Csrt liu'iit;' :s t ar 'rive
Stlle ti t'e ('l it li't t:' ttCiy l n
lile" ialnlt Cha tl cn conyers
die P iti.;ir t s "
Elles logeint a ItHabita-
tion L 'Icle'rc
Patrice Pa'i t'une fille
t i- ti ''' i .- montLr un
I .' ,ns le ch-oix
qu'?lle fall des pIcntures hai
tienncs.
x x x x

M. Paul Dooley, dans les
biens immobileis iRealtor
a Kent. Connecticut et sa
b 'le femme Mary-Anne etu
diante en <,Buss'ness arri-
ves cette semaine loent a
l'Habitation Leclrc. Ils ont
dine jeudi soir au Grand
Hot el Oloffson
x x x x

Patti Sanltaiel'Eo et Sue
Pra'sner- deulx lessn -s 't jo
less em'ployt's dc Reserva-
t:ons c, Am r "i in Airll-
1it's a Hlis iord Connectl-
: vepnllinl' dt fli're un
SAsitOu; d sine siemainie en
Halt (,x )lo!r':tnt !i Cap-Hai
lien ct J:it'n ltl
Ptlt'I S nil:int ellIto el SUi'
Praisner ont piasse leur der
iire'i sirI'e in Hailti aul
Grand ht6:el lohI sot



Afin aue nul
n'en ignore

II est porter a la connais
sance des notaires; arpen-
teurs hommes d'affaires;
couriers; du sieur llugues
Excellent en particulier et
du public en general que
par acte passed au rapport
de Mes. Gaspard Joseph
Hioul Kenol et soi colle-
gue i Port-au-Prince en
date des 13 avril 1961 et 31
octobre 1962; le sieur Ro-
bert E. Roy a fait Facquisi
tion d'une propriety sise en
cette ville: au village La-
mothe; no 2 situie sur la
facade Nord de I'auto route
de Delmas; a linterieur de
pendait de I'habitation Pre
dailier et designie au no.
312; du plan de morcelle-
mient des terrains de Louis
et Willy Laimothle formant
le sus-dit village; de mon-
sieur Louis Launolthe;ce der
uler pouvant disposer de
cette propriety pour l'avoir
extralte d'une plus grande
contenance de terre qu'il a
aequise en trois portions d.
Monigeur Constant MenA-


Ce a teles fins que de
drolt.-
Portl-au-Irinre. le 23 Mal
1979
Pour Robert E. ROY,
Pierre larie MICHEL
Atocat
Wilfrid H. KELLY Av.
265


PA3E 7


Attention a Georges Collinet


Les nouvellcs lines f!uides de la CELICA ont tid proQrammies sur ordiaateur porJ lIa assurer gn muiiumo de

resistance a 'airsaisii qa'un maximum de stability a haute vitesse

PASSED IOUS VOIR A LA


HINOTO S. A. Rue Pavee Tel. 2-0658


jg>->>>>.>>>>>>>>VD>>2D>>> >>9>>>>Mm0>0>>>3>>D>>J@^>>J>'>>JM I 0@>>>>7@>


---- -----


I I^i- li~_llt*--L;Yi. r--~LL~-^YII-^rl


uUZaaCiiLUr


1










PBAMEDI 26 MAI ET DIMANCHE 27 MAT 1979


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence 4 heures 30 et 8 heares tq




$ I.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE Il S 2.00 SALLE IV $ 1.50

MIDNIGHT EXPRESS L'EMPIRE DU GREC LES GRANDS FONDS ESTOUFFADE A LA7CARAIBES
MI NI H EXPRE u-SSw~ iw etj~ wa LooayoaEMPo oooooIRoEso DaUoee osGaRae<6


L'Ann e de 1'Enfant


La nomination de
15 Cardinaux

iSuite de la lore page)

s;:' dco'ue 'nin Lruanien
L Europ, a ia pai1 ou
.1, i; ct'c 11 Prin ees de i E-
] se :l A.Sile en a deux I A-
mernque du Nord uni et 1A
merique Lain: un



LE S4CRE COLLEGE
CITE DC VATICAN AFP
Le Sacre Ce' ega compte-
ra apres iv premier Coilsis
()Ire de Je .ni P.1 : 11. le 30
Juni 136 Cardtiaux doir
i21 virit e, It .:tol.S de 80
;.i. / e x ia >;ire do' s du
Drtuj de par'ic;per a 1 eec
tion dru prmchain Paipe
L un d eux es' nlomme
In Ii-c -or(- Jean Paul
II c, der.is (,al no(,m n 'c-ct
il' "1 l tl( r.i boln l I
clle sra pa C. rdinal si le
Paper mnur' av;int de I avoir
rte-.( ptiquiW itt Tin i t
J'iln XXIII t itamiMn
Itrni ""ard in aux cIn Peclo-
re don(1" ]e' poms noni la
mais ete divuil ies Paiul VI
-n d sxi 1ait qi;Itlre. toll i'l
payt' COlnmun ," ')(S E liI
se renon raiu des dillfficu
U'S at!\' bori un roum:ltn Mgr Ju
lil Hli.)ts'i in te hecoslova
qu e MIr S.1.pit. Trorlita. en
196!) II revela leurs nloms
en ] 73 ;il(t s tliL Mgr Jullu
Hwsits elait l dr,,I mt(rt l. e-
deux au' res iuront 1 Arche-
vbque de Han'il Mgr Trin
Nhu Khue (19)7fi ect I ac-
tuel A r c IS e v e q u e
d e Prague, le Cardi -
nal Franilsek i Tomsek.
Les candildatl. ne devin-
nent Cardinaux que lors-
qu 'ls sont -prtconlsesa on
conslstolre Le Chel de 'E
glse annonce d' abord son
Intenltionl, -ommc II l'a lal
aujonird'lui Pils 11 convo-
que pour le 30 Juin dans le
c;is prslits -I le Sacri' Ciol
leRe plilr xvollielr sil n np-
probailon. (Jqul (at, autoni-
tlque.


Conjointement avec la
Commission Nationale pour
l'Annee Internationale de
l'Enfant, le Musee d Art Hai
tien du College Saint Pier-
re organise difterents con-
cours pour commemorer
I'Annee de Enfant

Ce sera 1'abord un con-
cours d'Afficnes puis ul
concours de d.fferentes oeu
vres realisees par des en-
fants haitlen'; de momns de
quinze 15) ans.

Pour le concourse Alt
ches,- les participants coi
vent soumet're leurs oeu-
vres avant le I Juln 1979.
accompagnees d une couple
de leur acte d' naissance et
sur une feuille separee. ins
crire leur noin et prenotmn
date de naissance, adresse
personnelle et celie de lc co
le frequentee
Les Alfiches ne dollent
pas depa-aser i' dimensions
suivan'es 24 de hauteur et
20 de largelir
Dllferent pr-.: eroi (,If-
ferts aux Lauil its et p' i -


AVEZ VOUS ETE UN BON


ENFANT ?


sieurs prix d'encourage-
ment.
Les oeuvres primees pour
lesa alfichea deviendront au
tomatiquem :nt proprie e du
Musee d'Art Pa.tien qui se
chargers de ies faire impri
mer pour etrL distribuees
dans differertes Institu-
tions.

Pour le second cor -fours.-
on tiendra coipie de tout
ce qu! ebt rel; lmeni bien
-xecute par it enlants --
petinuie d,, s.. sc. pture,
otjef d .drti',ani e(!c
Lecti- q ( t11 w -tera les
oeuvres rea iaset-' par ies ele
l te aura :oun, de les fire
parvceinr ai a ''-ee asant !
ler Juin 1979 paor unre p"e-
miere s( lectio:.

Le Musee d \r' Haitle'
de concert a' a. C"mn s
>:on Nann.ilt Air Annee
In't i d Y- tl-
19.9 p, 1 I


plusieurs institutions.
Les divers prix offers
tant pour le concours d'Af-
fiches que pour le concourse
des autres oeuvres d art se
ront distributes le jour de
1 inauguration de l'exposi-
tion organisee specialement
pour commemorer I'Annee
de l'Enfant au Musee d'Art
Haitien du College Saint-
Pierre le 12 JuIn 1979.
N.B Priere de contacter
le Cbnservateur du Musee
pour les renleigntmenis
supplementaires

Exposition Vente
A 1 occasion de la fete
des moires. les Infirmieres
de la Therapie occupation
nelle du Centre de Psychia
tried vous invitent a une ex
position vente des travaux
realizes par les patients:
les 26 et 27 Mai 1979. de S
heures a m 1 6 lheures p m
t'es derniers atiendent vo-
tre encourageante visit et
,,u. en remeretent
Pour le Com.tl
Mine It GII, O1


Avis Important
Le Bureau d Informationu
de 1 INSTITUTE TECHNI-.
QUE AVIRO14 prend plai- C
sir lne nouvelte fois it an- ]
noncer 1 arrivee de Mon -
sieur Menes Azizi. Diree -
teur de 1 Institut Teohnil- -
que Aviron a Montreal La
voyage de Monsieur Azizi a
pour but de preparer 1 ins-
cription des etudiants desi
reux de voyager au CANA-
DA pour assurer leur a-e-
nir grAce a des etudes pro
fessionnelles
Toutes les personnel inte
ressees a devenir specialis-
te en : .
MECANIQUE AUTOMOBI -
LE
MECANIQUE DIESEL
MECANIQUE D AJUSTAGE
SOUDURE AU GAZ ET A
L ARC
DEBOSSELAGE DE VOITU
RE
DESSIN TECHNIQUE
REFRIGERATION
AIR CLIMATISE
RADIO
TELEVISION
ELECTRICITY
sont invitees a rencontrer
Monsieur Azizi qui se fera
un plaisir de les recevotr
du lundi 28 Au lMercredi 30
Mai 1979 de 9 hres a 1 h
P. M et de 3 heures a 5 hres
P IMi au Bureau d Informa-
titn de 1 Institut sis au Noit
No 101 de 1 \senue Paul

Tel 2-0125

Le iouuveau Ii Ic netu1de
tonlll nlltI, nli n l s.t e i bre
197I les dossiers des elii
dlianit dt4arint itre- deposes
it 1 AIi>):assade ('du Canada
aI lia 111 Julil l;'t 'l l plus
ltard est dnFie Il momentlt
de l Incvr ir ioomII lviiter ttit
It pertr dti e lcrtil i NiOus die
naidtloiis ai tons les illtelei
se d ri iencr, s I tpossihle ,I c
(co Inpagnesi de ltirs pi entis
prendre tota, t a, Mtliti
sieur \ziZi, Itirectelui dt
1 Intitut e-'ihniiiuue A\ 1-


pKI~C~IC-Vllir_V ~-r~~mrm------------------ ----------~------


Le Venezuela
confirme que deux
:ubains sr ,sont
refugies a, son
Ambassade a
la Havane

CARACAS (AFPi
Deux cubains ont bien
ret I a se refugoer -oudi ah
l'Ambassade du Venezuela
a la Ha vane a c6nfirme of
ficiellement vendredi soir a
Caracas dans un briel coxn-
munique le Mirnistre venezue
lien des Affaires Eltrange-
res.
Actuellement. precise le
communique. les dciux hoxni
mes se trouvent dans unll ho
pital de la Havane en pre
sence cons;ante doun diplo
mat- venezuelien. apres ac
cord prealable avec les au-
torites cubaines ils avalent
en effect ete blesses par des
s 'ntinelles cubaines alors
qu'lls tentalent a board d'lin
camion asec cinq it' l-res
compa notes iSun couple el
ses trois enlantsi de tra \.r
ser le lardin de 1 Ambassa-
de d lr.k nour atI'ndre cel
1I du Vene'uela quli ii, et-I

L t t-l o' ile doni t littm ml e

a te eliit lempe',I t It' It e ai-

\.ill! it poItl\o r t ;inll 'r I A in
b):s,-ade 12(ne .s lnl' ilt'lh u-

\1SlUn pellelr'' I :-11,' i t, jl(1
Iit, d -t IAm hlilt i it ve t/ke


It,' SItIl W t:' lt, (I i ll In tlt' lix

A I
i l* I t p' t I l; t I I t 'd l. t


S u l ir II e s(I ;lI i '

: 1 cu ll1, !:; I l l ih ll (11111" 11A
c 1 ', ,e I 911 I ) l i' 1 9 7 9 r
liltr (e lilI 'l(1 I1 ll1i '1



V\SiiONNl MFiNTI 'lF
('ONTROI ,I

AVIS


sall't 6i p,,5A( (w i;n pe-
C L dOle l iatre n Iit\all m'

c ,ndId xt :1 1 i, CG ixtr Chris
;).I; it( 1 tI tI nall
( 0c,1 i-i, I itc 9 ;Isi 1979





ment et de Cn'trole
25 Mal 1979



Chers Parents

Nattndcez pas is trar-
niers momenlit piotr
preparer ia robe de

lere Communion


AU MONDE CHIC
a ut1 lal u chtih x i e( o tis-
sil Brtod-,Tid ,SlSiist stir
h;ilste l4 (ir ilandl l. nil-
11';ir( en 1 ; 0 .ll 'l 1 2U('
crep ve tenr'Ilf'e 1 rIi'val
volie, daci(olt di lll('ll( Pl
o<'n re dc ux Vl il(n l 1ne
grand lassorltiment de'
nappe, cretonne, p].sll-
que. serviette e- mous-
tlqualres.

POur les Bebes
robes chimis ., i brssli-
res vt diaps brod('s alin-
sl que ls draps lou-
reaux pour les -rands
berceaux. moustlqualres
et autres articles

Pour la peaPi
Le savon Duvex pi our
DiaUux seches.

Au Monde Chic
Vous rese rve ltouJtutirs le


Rue dtl Magasli de I'E-
t 8f Ti. 2-2(;72


(Suite d: a- .'ere page)

don't nous avols tant a
redire? Ce *jui m inquiete,
c est que lorsque je me po
se In question a moi-meme
j estime qu I bien refl6-
chir j etais lne eiitant bien
Et vous aussi. sins doute.
ious estimez que ous etiez
bien Alors si moi. vous.
toi. lui, nous etions tous
des anges a qui il ne man
quait qu une paire d ailes,
comment se fait-il que nous
ayons engendrd un las de
petit; demons ?
On aurait to:t de prendre
ce, lignes pour un plaido-
yer en faveur de la jeunes
se ou pour lnle mise en ac
cus.tion des paireils. Si je
pose cette question c est par
ce quc ]e minv perds et vous
aussi sans do'lie El si pour
essav'er de ions retrouvel
inou, taisions n111 petit test
pour decouvrir si nous e
tions. nous. de bons enfants?
Nolie reinords o nxotre fier
te staitl peuit tre ti11 beau
bo11 qtl t a o 'll .a lnous Viell
le nailnais dtinaln ',n
('C t p] tll cltsi t i pas la
iprlieution de nous aider a

s. dti iuits itU lisues annees;
i 5tt i pitllOt s 'IOItis ptr-
li a elits)tllr till pl iti llt lei

11111 lt Its e ll' lls l I 11o N
elloll., t'I l l eos t,1111(111' vt 11


tionls volus trouvcre- el in igran
tiv i);tIlle 't' tll, I 0oi l'i o I
cli : la h w illlt''.st, aC lit'eltl
A volu.s de volr sI vous

prlo .ch s J( oIs l 2P11al ('11
pllass;.ll ( ue tiC l o st delnan
ide li ell ort oi' memoire
Or oubliec si Mte

PETIT TEST POUR
SAVOIR SI \ OUS ETIEZ
UN BON ENFANT.-

irep1'1dez par out ou par
110111

1 Aviez-vol.1u une listed
de re riminia. ,nt louIJOLirT
prele a esorlr : 11,u, proiIVe
qci votIre' lainlle vuus err
pebhait de ivre selon vot
deirs ?

2- Vous disputlez-vous
conistamment avec vos frre-
re et soeurs en refusant
de )ubos taire rnalPre I e
inionctions tie vos parents'
3 Prenlez vou.; t un an
decotI6e devaiit le menu du
Joiiir et recla.nll: z-volus a vc
tr( mere uI n ll11 ni a part,
4 Quanid V)ils eliez obll
gc de rendre iin service a
un n embre de v(are family
1 penlslez-v )lls quie vou0
itez I' ne i) vlItne don't or
abL:is:,, t
b l-'iislez tnuxS des ext-
lt ncil, a 't)lS t;rilS i ptil
(jil II. renl)u III n' v Ir
l itr(,iosealI I c d* l dailtl C
6i (il : ni '' i
(i 5.1 m/ i Pz \,I]< ihii oiul
d c \ ;'/ avoir ', il. -



pliutP Iltpa li-du1tert1 pt

1 e ard lc i l (l it f:ti (I z .iu t
Cene lets cliov' de ] sprll
rii'(i cV ntt votre (c i lit ouslas
rile etl votre f,'rv'ur unlqui
nicn', pour de'ix o trois dil:
lau s shlipides '"
8 Repondil"z- vus gro-
s'l ir'ell'nenti n c' .ist sr t Vo.
iprofless i'rs ')
9) Failslxz vous crore
h utpar'n llts '' tVS eleI
,1 It laii d tuidldir 1ivic de:
cami:ni!rades ailul s (]Iu volIl
l.le z I. en rai ait'L. dans tu
undroll 111 11a 6 l ? 'i
]1) EIllvz-volls Oliljourn


'l Iorllil i;I voire entolturi dl
(Ilin VoUll Ic re idlt z poll
s11lti de volre ( tosoeuvru
nlll it ?1
11- Trihliez vetlus Cailn
sles rileis on chiez des ;Isaml
Ia. ntoures ,!>s (pn1 :aim
Ilitix Ot liri\s tltid dans 1i
soirdi suns souct de I Inqult
tud' de vos parents?
12-- Faislez-vous du tapa.
ge lorsque votLe mdre youe
disalt qu un lllm n ital
pas de votre f,?e et passed.
vout, outre son ntutorlsatlor
pouI caller le voir?
13- Etilez-vos toujours et
train de penser que vos p1
rents retardate:it, ne com-
prenaient rien et essayalen


toute, un bon enfant et sl
vous avez de ti'tis h zero
oui, vous 6tiez un de ces an
ges don't il itait question
plus haut et vous etes par
faltement en droil de ne
pas comprend'e quo vous a
yez mis des d.ablotins au
monde .
N B La droglue, les obse6
tllltL cinemaiographiques.
etc et- netant pas a la mo
dCe dans notre milieu quand
les adulLtes qtu oous som-
mes avaltnt 10, 15 et 20 ans.
j ai dfu forcement carter
certaines questions


Triples

LA HAVANE (AFP)
La maternity de Cama-
guey; situee a 400 kms envi
ron a I'Est de la Havane;
est en passe d etablir un re
cord de naissances multi-
ples avec quatre accouche-
ments de triples au ours
des trois derniers nmois.
La inmoenne moudiale est;
en ef Iet d'une naissance
de triples p iour 8.10Il actio
thelnenlts ico-,tre une pour
400 iaccouCtilenieiils delpuis
let 2.) 5lvrier derller a it.
Uilnterlnitlt d'. ( tie illlgiiu
Ali. d'eviter tout risi ile
de mnorl'llt-n, les N peh.htres
de tet hopital[ (lilt re.ilse
dalus a ii lp prtiit des i C t iS d
itrienll'es Ioitlr le Illk -
sances d triiplles, duntl I:
Iur es I (Ituatre sl o,, interve
I) nues a t e rII Les IIISIndedc-
v n (1out pit encore S'ex-
lilluer les laisiuns de cC
lno iVltea ll itn('loin ne de' tri
pl 's IIiltervenul i (Camna-
g uey.


S StrO3/////////OJ.'/ Coo -oi'////////////// ////'S 7OS ///SOS .t"<".OC>S>C>.OOO>



I SONY


Televisor en color Trinitron







II





















.
Des couleurs dynamiques

Un ecran de 21 pouces

Brek : Un system de control a distance

Un authentique theatre chez vous

Voyez votre dealer autorise,


AUDIO CENTER. SONY


71 RUE DU QUAI, TEL : 2-2437

SyA3D occ/coooaM sa
-^o~oocoooo<>ooCcooooootcgooeoocoqpo~oeoooo'


BO(.I-CR


PEST tONT


Deratisation




Extermination




Fumigation


Protegez votre mason



centre les termites et chauve souris


Delmas 48, Building Curacao Trading Tel 6-0431
S__2_--.,- A a .ae,-lc oB aa oooao ac -^.-co-eoK


Le Theatre du Barouf

Et

a La Compagnie Jean Goss-lin

presentent

a l'Auditorium de

l'Institut Francais

S ,L'EMPEREUR S'APPELLE

DROMAIDAIRE,

spectacle Jacques Prevert,

concu et joue par

Isa MERCURE et Gilles GUILLOT

Samedi 26 et Lundi 28 Mai 1979

a 20 heuresv

Entree : 15 Gdes




,.. ...... U., nU U uU....^. n .>U



i outr o.uua itji.eiitl e haute 1.delue
% ez Aux\ Undes Sluonorex
Poor tout 11.1 rie l elecironique
Nio.ez Aux Ondes Sunorcs
I'our tout InatLtiil electrique couiuanlt
\%o)ez Aux Ondes Sonoreb
Pour totl in matiere de Telev,.sion
I1)v I iiteile a ll ece pticur
oyez ix\ Ondes nSnores
SPour enrichir votre c culture Lmusiciale,
votre discotheque et assurer
"'en:'relten ie vos drlsques
Soyvez Aux Ondes Sonores
lPoor chlolir votre guitare classique oU electrique
Voye. Aux Ondes Sonores
Vlolonistes, Altistes. Violoncellifstes
Sour vos cordes iprofessionnemlli
uVoyez. Aux Ondes Sonores
P I'our vos radios ei eassettef pour voiture
Vover Aux Ondes Sonores
Pour vos enretristrements : tape on runlan magnetique
riisettles, cartridges sont ni'essaires
Svover Aiiux Ondes Sonores

ouits aver berlin ie cables
eleeronioua's ,o triectroiiues
Votez Aux Ondes Sonores


Aux Ondes Sonores

STout. dans tous les domaines '
41 Rue Macajoux Teliphone No. 2-3824
4 Au Service du message sonore

I t >@ W ooo>3 D xuno


I ----- I I


PAGE 8


.de vous inculquer des prin-
cipes pdrlmes 9
14- Pensiez-vous avolr le
drolt de parlor brutale -
ment a vos pee et mere ?
15- Refusiez vous avec ve
hemince la ressence dun
ahie quand wous sortiez en
grouipe ?
16-- A 1 ec61e. lnllez-vous
dans la cour dce recreation
des propos obscene dans le
but ,d Instruir-et vos cama-
rades ?
17- SI vous tes un horn
me. manquiez-vous d lib6
rement de 'espec. aux fil
les que vous frequentiez. et
si vous Otes tne femme. a
guichiez-vous vas camara-
des du sexe mnasculin ?
18- Estimvtz-vous qu il
etait normal o0ie vos pa-
rents se sacrioient pour vous
san.- que vo is t herchlez a
les soulager ?

19- Jugiez-vou-1 netessal-
r1e chez vous (et ai dehntrs
de jcuer au coltestataire
pouo un oui l'pur un no0l
dans: le billut d lus renldire
intertssanit ?
20 Praiqliez- volis la
bl;ivAde illle II V t intvell -

M ,AlIlena111 ( llhipte7 ,
,lprpl\ll S i \t)uN av'z dt

\i'llgt1 elhr/ NUl er lllll |lllsllp
;li ;l.p i N ili t i e UV i[ 1


Mil e preiseni e lc illt p1al ,11
(lit, uIle adIa s la tI alson t




Itll llii viluxs ell y si e '
I it ) l, V()Us ct !l( v s( 1t ill o


...........




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs