Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10398
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 21, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10398
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
.. .. .. .--"-- .. . ....- ...... ... --- -... .- ..


Notre aml. le President
de la Chambre Legislative
nous a adresse la lettre sm-
lante concernant- la demand
dr lormulee par le Depute
Alexanare Lerouge.
La retire en question, nous
le notons, connirme lea failts
relates oans notre edition
du .amedi au ,sujet ae la
oa-mande d'irterpellation ior
mulee par le parlementaire
capois.

C'est done plutot tune let-
tre explicative que rectifica
tive, comme 1'a qualified
un confrere qui a d ailleurs
public avant nous cette
m i s s i ve qA nous a dtd
adressde. Laquelle lettre qui
serait plutut une xcirculai-
res, puisqu'elle a et6, avant
meme qude nous ayons dt6
en measure de limprimer
- l'ayant rescue dimanche
soir -- a ete d i f f u -
see ce matin par Radio Na
tionale et publi6e par tLe
Nouveau Mondes :
Nous publions avec plai-
sir pour 'information de
nos lecteurg les prdcisions
de notre ami, le D6put6 Vic
tor Nevers Constant, Presi-
dent de la Chambre L6gisla
tive :

X xxxX

M. le Directeur et Ami.
Je viens de lire dans la
triple livraison des Samedi
19, Dimanche 20 et Lundi 21
de votre interessant quoti-
dien une note intitulee , TERPELLATION DE DEUX.'
MINISTRIES A LA CHAM-
BRE LEGISLATIVE,
Tout en regrettant since-
rement le fait par le sign
tair? de la note en question
de n'avoir pas assisted a la
seance du jeudi 17 Mal 1979
au course de laquelle ut agi
tee cettere QUESTION D'IN-
TERPELLATION:i, je prends
plaisir, dans linteret de la
Verite Historique et pour la
pleine edification du public,
a vous fournir les details
suivants :
Aux Gcneralz, le Depute Alexan
dre Lerouge, apres avoir re


Aujourd hui. 20 Mai 1979.
nouo remet a la memoire
le plus grand e ven-meaiLde
noTre vie de people la
na'ssance. a St. Domingue.
1 20 Mai 1743. de Toussaint
Louvrrtur-? que 1'Histoire U-
niverselle a place avec rat
son au calendrier des Bien
faiteurs de 1 humanity. Que
serai: Haiti. sans Louvertu-
re demeure la plus haute
figure de 1 histoire du peu-
pl., haitien ? Premier des
Noirs Premier des Haitiens.
aucun titre ne tustifie avec
assez de lustess? la vision
de grandeur quil a nourne
pour scs freres de race et
les actions d clat qui ont
leeitime cette vision mon-
tee du fumier colonial pour
re-plendir au printemps de
1804. Les divers titres qu'on
lui a decernes ou qu'il s est
donnes. il les merite bien
par 1'opportunite des acts
majeurs accomnlis pouir en
gager St. Domingue dans la


Messieurs les MinLstres.
En autorisant 4PMlin Tit>.
vour nous avez prouve que
nout sommes blen loin de
1 epoque ou une soldates-
que eccleslasts.que en proie
& une former collective de
derangement cerebral, se
milait, sous la direction
d un Grand Inquisiteur. de
rigler s sa Leqon lea pro-
blemEs moraux. Grace A
votre sage decision, aucu-
ne fievre obsidionale ne me
nacc plus les auteurs et
autres createurs haitiens.
qu; savent ddsormals de fa
gon concrete que vous tes
des hommes ce dialogue,


gulierement solhicit. et obte
nu la parole., gravt la tri-
bune pour fire dtat d'une
lettre adressee au Prdslderit
ae la Chambre Legislative
et relative a l'interpellaLion
des Ministres du Commerce
(Vior sutie page 12)


CNUCED :

Prebisch: Soutient a la

"rebilion" centre I'OPEP


MANILLE (AFP)
Le Mexique; puiaaee
petroliere emontante*; a ap
portW un appui official aux
pays pauvres qui souhai-
tent; come une grande
parties de 1'Amerique Lati-
ne que le proceis de la poll
tique des prix de IOPEP
soit ouvert sans tarder.
C'est ce qu'ont affirm
lundi les diplomats cenre-
americains qui participent
a la Same CNUOED (Confe
rence des Nations Unies


pour le Commerce et le D6
veloppament) a Manille. Iis
s'appulent sur one declara-
tion conjointe signee diman
che a Mexlico par les :presi-
dents costa-ricain et mexii
cabi da a laquelle ce der-
nier reconnait que Pincidt u
ce de la. rise petroliere sur
les pays en diveloppement
doit etre examine de fa-
con aurgtnte et prioritai-
rea. Ce dibat; don't les te-

(Voir suite page 11)


Pour I'lnfornianon de nos
lecteurs, nous publions les
articles du decret qui ont
ete incrimines, lors de la
reunion de '-Assemblee de
l'Ordre des Avocats, jeudi
matin. Le Detet reglemen
tant la profession d'Avocat
a -te puOlie au Moniteur du
lundl 16 Avrl No 31 :

Article 13- Eat ,Avocal
militant regullerement ins-
crit, celul qul, dans lannee
de la confection delay lia ste.
aura etabll un Cabi et ou
aura etabli son domicile pro
fessionnel au Cabinet d tn
Confrere dans le ressOrt de


vole de la libered et de lIIn
dependance traits indcielebi-
les inscrits au sceau de la
creation de l'Etat haltien.
UN EVENEMENT A BREDA

On ne peut s'empecher de
rmrnarquer que la naissance
de Toussaint Louverture sur
1"habitation Breda fut un
evenement triplement favo-
rable au destin des noirs
ensevelis sous les decom-
bres de 1lodieux system es
clavagis:e. C'est en effet.
d, la que le Genie du Pre
curseur a pris son envol
longtemps contend pour In
fuser I 1 esprit nrvolution-
naire des revoltes l'idie du
rassemblement des forces
dans la cohesion et la dis-
cipline la plus strict. pour
les assauts difinitifs I lai
suietlon colonial de 'An-
gleterre. de 1'Espagne et de
la France. C'est la qu'a mfi

(Voir suite page 4)


capable de revenlr sur une
decision prdcipitde.

ePlin Tet>. toutefois,
nest qu tun cas particuller,
ce vous reconnaitrez sans
peine que le probl6me de
meure enter pour tous ces
auteurs qul, par tempdra -
ment ou de propose d6lib6
rd, ont cholsi un language
moins mod&rd que celut de
Frank Etienne, voire carrd
ment ordurler. II y a aus
si la question des films por
nographiques, qui mdrite
plus d un cotnmentaire. 11
va sans dire que les pro-
pos et citations qui vont


1 Ordre et aura postule,
dans deux caL sit au momls,
devant 'une des juridic-
tions de Prem'ere Instance,
d Appel ou de Cassation.
sera consider commune milli-
tant lAvocat qui aura cesse
de posluler apies vingt ans
de carrier. II fera egale-
meni parties de lAssemblee
Oenierale.
Article 29 Le staglalre
cst soumis i obligation dic
signer, les lours ouvrable,.
un registre de presence. te-
nu au siege du Consell de
I Ordre,

Article 30.- Sont incom-
pautbles avec l'exercice de
la profession d'Avocat :
lo) Les lonct'ons de Secra
taires et Sous Secretkilft-
d'Etat, d'Agent Diplomati-
que ct Consulaire,
2oi Celles de Secreaires
Generaux des Departements
Ministeriels, du Secretaire
du Conseil des Secretaires
d"EtaL. des Diuecteurs Gene
raux des Services Publics ou
Autonomes:
3oi Toutes les functions
de Membres des Corps Legis
latif et Judictaire. de Mem
bres de la Cou- des Comp
tes ou de toute autre juridic
tion,
Article 31.- Ne peuvent
non plus exercer la profes-
sion d'Avocat :


sulvre n ont nullement la
prtcention de vols falre la
legon, mals surtout d infor
mer cette fraction du pu-
blic vislblement mal docu
ment6e sur 1 infinle comn -
plexiti des questions mora
les, sl I on 2n juge d apris
plus d une action parfal
tement ddraSso.inable. a 1 e
guard des problems soule-
vis par la pornographic et
I obscdnitd.
Beaucoup de gens confon
dent pornog iphle et dro-
tisme, et pomtant ce der-
nier. reglstre Indispensa -

(Voir suite page 10)


lo) Les cominergants et
industrile,
2o, Les President, Vice -
President, Semcetaire, Treso-
rier. et Geraniid des Socie-
tes Conmmerciaies et Indus-
tU-ielles;

3oi Les Interdits.
Article 38.- Dana lesa Bar
reauxm oi: ie nombre des Avo

(Voir suite page 8)

CNUCED :
Les Etats Unis
et la dette des
pays pauvres

MANILLE, (AFP)
Les 16 pays de la CNU-
OCJE les msans dcveloppA
pourraient itre anutoriass a
payer en deyises locales
les dettes qu Ils dolvent rem
bourser en 1980 aux Etats-
Unis (18,8 millions de dol
lars), a-t-on appris Lundi
a Manille.
Un document prisentd
par la delegation amiri-
caine s la 5'rme conference
des Nations Unies pour le
commerce et le diveloppe
ment a en effc rdevdl que
le gouvernemens amdricain
etudiait cette possibility
La dette total- des 16
pays concerns se monte a
635 millions de dollars

('Voir suite page 11)


LES POINTS SUR LES I



ILS

Par Ernest BENNETT


Ilf poussent des cris per
ants en jaillissant des sa-
lieres de leir- meres. Corn
me s ils avai-"t le pressen
timent de r quils al -
laint endur:r touted leur
vie
Ils pleurent davantage le
jour du bapterme a 1 ide
quils regoivent un sacre-


Lettre ouverte de Gerald Merceron


ment destined a les laver
d ui. peche qu ils n ont pas
commis .
Ils doivent perdre plus
de douze ans de leur ?xis
tence a se bourrer le crtne
des connaiasances des au-
tres bref a se parer des
plumes du paon. Et de se6
tonner qu ils crient comme
un putoas au moment ae
partir pour 1 Qcole...
HIl n attendent pas long
temps pour se cholsir tune


Hier sont rentrds k la ca
piltale lesSecrdtalres d'Etat
Guy Beauduy, du Commer-
ce et Emmanuel Bros des Fl
nances.
Le premier revient de Ma
nlIle ot il pr6sldait la d6l1
gatlon haltliennc A la confd
rence de la CNUCED quil
poursult sea travaux. Le se
cond eat rentr6 de Vienne
oft il s'dtalt rendu en vue de
signer le pret de 1'OPEP (4
millions de dollars) pour les
travaux de drainage de Port
au "Prince auxquels la BID
a consent 6alement un
pr6t de 36 millions de dol-
lars. M. If,


SANTO DOMINGO Le
Chef des Relations Publiquest
de la Police Natlonale de la
Republique Dominicaine a
a faith ce martin d'importan
tes declarations a la Presse
au sujet de la ddcouverte
de faux greenbacks ameri-
cains en R.D. II a fait sa-
voir que la Police domini-
calne a d6mantele toute une
bande de faux monayeurs in
ternatlonaux, 'qul opralent
aussi dans la Republlque voi
sine d'Haiti, dans Nile voist
tine de Porta Rico ainsi qu'a
New York.
La Police Dominicaine a
pu conflsquer I'lmprlmerle
tres blen axtill6e, dote de
1 iqulpement le plus com-
plet qui opdrait dan bl'uns
des banlieues de Santo-Do-
mingo.
Outre les arrestations de
deux domlnlcalns et d'un Cu
bafrn ndrfeg aft Haltt, le
FBI a mis la main a New-
York sur tin important mem
bre du gang. A Santo Domin
go. ont Wdt incarcdrds trois
faux monnayeurs, notam-
ment Bautista Perez et Ra-
mun De La Cruz.



Le Batonnier et
Mme Trouillot
recoivent
Samedi soir. aans ie ca-
dre des manifestations com
mimoratives de la St-Yves,
Patron des Avocats, le Ba-
tonnier et Mme Ernst Trouil
lot ont offer une brillante
reception en leur residence,
au Christ-Roi.

On y notait la presence
dun Officier de la Garde
Presidentielle representant
le Chef de 'Etat. le Presi-
dent de la Cour Superleure
des Comptes. Me. Jules Blan
chet, du President-Direc-
teur de la BNRH. Me. Anto
nio Andre, de nombreux avo
cats du Bareau de Port-au-
Prince.
La reception fut en tous
points reussie et les invites
partirent ravis de l'accucll
chaleureux et des attentions
du Batonnier et de Mme
Ernst Troulllot.


MES REFLEXIONS


A 6td estim6 entire quatre
cent et cinq mille dollars le
montant des faux green-
backs ir .5 par cette impri-
merie clandestine. Une bon
ne parties de cette fausse
monnale a ete recupiree
dans la R6publique voisine
d'Haltl.


RESPONSE A L'ARTICLE DE M. RAOUL JACQUES aNOS CROYANCES
SUPERSTITIEUSES ET LES MAUX QU'ELLES ENGENDRENTs


M. Raoul Jacques; pour
avoir compris les cona6quen
ces nkfastes de la supersti-
tion a apportU au public 2
pr6eisions de grande vuleur.
D'abord ce nest pas par
hazard ou par amour du
prochain que certain Indi-
dldus conseilllent des visl-
tes chess le houngat. Ilsm
sont houvent; des courtiers
rimuntre% qui non seule-
ment font la peche de
clients au moyen de la flat
terle A laquelle les haltiens


Par Emmanuel A. BUTEAU
resistent rarement; mals
aussi collectent des Informa
tions utiles qu'lls rappor-
tent au houngan sur ceux
qui ont la malchance de
mordre & I'hamevon. C.e
villes bidividus sont si ri -
pandus dans note sociiet
qu'il oent tWd baptism di.
nomn de voltige.
Enulite M. Raoul Jacques
a sent I'urgence d'un pro-
cessus de purification et
d'humainasation du vodou;
et II propose en example la


religion japoaise; le shin-
toisme; qui a 6volui parallel
element a I'iconomie du Ja-
pun. Le clerg6 est constl-
tu6 actuellement de pr6tres
de grande valeur intellec-
tuelle; scientiflque et moral
le qui peuvent utilement et
honnltement guider des
Jeunes. Ces transformations
positives op6rkes dans tous
les aspects de la culture ja
ponaise expllquent pour u-

(Voir suite page 3)


COLUMBUS MEMORIAL
I IisBAlV


IMPERFECT IN ORIGINAL


La demand formulee

par le Depute

Alexandr Lerouge
UNE LETTRE DU PRESIDENT DE LA
CHAMBRE LEGISLATIVE AU sNOUVELLISTE,


-s-.


I&= du Ceutge Nv 313


LE DERNIER COUP DE FILET DE LA POLICE


D&ouverte de 6.717 faux billets

de 20 dollars ambricains


' Le coup de filet
hureureux op6re pi
gade des Recberol
nelles dans cette
affaire de faux gre
aua et6 la decouv
6.717 de ces faux
soit; au total; 134
lars -; tous en cou
20 dollars soigne
gardes dans la mal
servait a leur tran
Haiti.
Cette decouvert


le plus lie le soir du vendredl 18
ar la Bri nma; em la residence; i Del
IM Ctial mas; de Mie Gladys Mai-
MRIm *e'tre; soeur de Mme Jean
eea back f'laude Millery; nee Micheli
erte de be Maitre don't I'arresta-
blilets ion; en Ulison avec ceie
-340 dol- aifir&; a etc aniocee
pures de sans precision d'identite
usement dans Le Nouvelliste du jeu
lette qui dh 17 mai.
sport en
Alors qua ce jour-la; le
e a en Major Claude Jean; ses col
laborateurs immediats; les
Lieutenants Rena et Casi-


mir travaillaient a contour
ier les declarations contra-
dictoires du fameux Ra-
fael alias Ramon Frias et
de Mme Micheline Millery;
et a vaincre leur resistan-
ce; un coup de telephone
heureux3 retentissait dans
Ia soirbe de ce m6me ven-
dredi 18 mai. A .'autre bout
du (il; Mme. Gladys Mai-
tre anmonaant; au command
dant des Recherches Crimi
nelles le Major Claude

(Voir suite page 11)


umna at w


Quelques considerations

sur le "rationniement"

de gasoline


Comme cela est dfja en
course dans de nombreux
pays, i'heure du rationne-
ment de carburant semble
avoir sonnd chez nous. Elle
survient A un moment oi
deux raisons 'expliquent
particullirement :
la cruise du pdtrole et
I'augmentation progressive
des prix de ce product sur
les marches internationaux
conduisent naturellement a
envisager une limitation de
la consommation locale.
Les importations de
carburant ont atteint de-
puls quelques temps un pla-
fond affolant d'autant plus
que parallelement, le deficit
de la balance commercial
s'est accentu6.
Ainsi, esquissee lors d'une
conference de press au mi-
nistere du Commerce et de
I'Industrie, 1'idde du ration-
nement de carburant ne
prit effectivement corps qu'a
la publication d'un commu-
nique instituant pendant 36
heures, le rationnement de
gasoline (pour les v6hieulet
priv6s) dans les limits du


HierO Aujourd'hui

, et Peut-etre Demain
Par Carlo A DESINOR


Piram de Plg, tit, dams
asea conleidrationsa udi -
eleuaes msu les intellee -
tuel met le doigt en plein
dlans an dilem e qnl a ton
$6 a marquis la rdalit6 hai
tienne. 11 va mieux jusqu a
poser le probldme de leur
c ddibilitd*.
Les Piram sont tris nomi
breux.

Et elle est plus dense
qu on ne 1 imagine. cette
grande masse des Piram qui
pensent, qui voient, qui ne
parent pas et qui. plus
d une fois, ont ete victims
justement de ceux-la m6-
me qui se sont octroyds le



Pieces autorisees
AVIS.-

II est port a la connais
sance du public que les pie
ces de TheAtres suivantes:
1.- ,Nou kree drapo nou
toutt la kayak
Par Gerard Zamor
2.- eTi Krab>
par 1 Institut Pedagogique
National
3.- aDemaskes
Par Max Valles
Sont jugees conformes au
communique du 9 Mai 1979
et sont autoris6es itre
diffuses it Iravers tout le
territoire de la Republique.
La commission Intermi-
nistdriel de Visionnement
et de Controle
16 Mai 1979


droll et le privilege de pen
soer ex-cathidra pour tout
le monde jusqu a croire que
cette faculty ne s acquiert
que par 1 obtention de di-
pl16mts. de titres on de si-
tuations.
Et quand Piram vous ac-
cuse d avoir aussi contribute
a faire de ce pays ce qu il
est aujourd hui, il n a pas
tort. II a tellenent raison
que nous falsifions sou -
vent 1 Histoire en lui reti-
rant deliberement la paro-
le : il aurait tant de cho
ses a dire, au:xquelles nous
n y avons jamais pense.

Nous n avons jamais con
quis Piram.

Et il n a jamais ete coo
vaincu de notre bonne foi
et de notre sincerity
Notre comportement...


D6partement de l'Ouest. II
est a remarquer que depuis
une semaine, au Cap-Hai-
tien, malgrd les d6mentis suc
cesslfs de certaines compa-
gnles, 11 s'avdrait fort dif-
ficile pour un automobiliste
de se fire vendre plus de
5 gallons de gasoline. Aux
dernlers renselgnements, on
apprenalt que cette mesu-
re de es6curit$6 avait 6tW
motive par une fausse ru-
meur de raret6 de la gazo
line due au retard d'un tan
ker.
Dans notre edition du
week-end, nous mettions
I'accent sur 1'esprit du ra-
tionnement et la fagon (peu
convaincante) don't il etalt
appliqud et nous insistions

(Voir suite page 5)



Reconnaissance
conjugakls en
Love
Saniedl soir a la Loge du
Grai d Orient d'Haiti, LA
VERITE No. 47. le Vendra-
ble-Maltre de cette Loge,
Me. Raymond Elle a pr'sen
te a sea i'reres' maons la
june Danie Nadime Miram-
beau qu'll venalt d'pouser
quelques minutes aupara-
vant. Cette creinsonle tres
symbollque chez les francs
wagons prend le nom de Re
connalssance conjugale.
Elle s'est d6roulde samedl
soir en presence d'un audi-
toire oft se d6tachatent les
figures d'linvitds de marque
et plus partlculldrement celle
du col on n e l Serge
Colcou, Reprdsentant person
nel du Chef de 1'Etat, de
son Exc. 1'Ing6nieur Pierre
M. St. Come, Secrdtaire d'E
tat des TPTC et Grand Mai
tre du Grand Orient d'Hal-
ti, du Doyen Roc J. Ray-
mond, Grand Commandeur
du Supreme Conseil des
33emes. d'Haiti. du Dr. Louis
C. Verret, Evique de l'Egli-
se Gnostique d'Haiti. Le ri-
tuel avait 6ti conduit par
M. Serge Marseille, ancien
Venerable Maitre de cette
Loge.
Nous saisissons cette occa
sion pour presenter nos
voeux de parfait bonheur
aux nouveaux conjoints.


A PROPOS DE LA REUNION DES AVOCATS
DU BARREAU


Une lettre de

Me. Berthony M. Gaston


Pt-au-Prince, le 21 Mal 1979

Monsieur le Directeur,

Le numero 31086 des sa-
medl et dimanche 21 mali
1979 du grand quotidien que
vous dirigez a falt en pre-


mere page et sous le titre
qLes Avocats demandent le
Rebrait du Decret Regle-
mentant I'Ordres le report
ge des deliberations de I'As
semblee Generale des Avo-
cats tenue le jeudi 17 Mai
en course.
Deux omissilos regretta-
bles sont A signaler : lo.-
Me. Henri David a sollicltd
la parole pour demander la
lecture article par article
du Decret du 29 Mars 1979,
itant donn,: a-t-il dit, que
de nombreux avocats n'6-
talent pas encore au cou-
rant de lIt publication du
dit D6cret et que, par con-
sdquent, ils n'dtalent pas en

(Voir sutte page 8)


,Le Deschamps 79.

C'est le jeudi 24 mal, A 6
heures du soir, que sera pro
clam,6 aux Studios de Tdld-
Haiti, le prix littdraire eHen
rl Deschampss pour i'annde
1979.


En vente chez les bijoutiers de la rue Bonrnefoi PORT au PRINCE




IURAT et aux Galeries.BERNARDIN CAP HAITIEN. Exigez la marque Ba




- -.-,-.-------.- --_---- -'- . . _.--. . - ...


MO. 9AW.










PONDu iaoEPU L''869& fAqqpVA EBED ASBOCII&TIN-a Rat


J


A propos du d&cret reglementant

la profession d'Avocat

LES ARTICLES DU DECRET INCRIMINE LORS DE LA REUNION
DES MEMBRES DU BARFEAU


Les faux green backs

action de la police dominicaine


20 MAI 1743 20 MAI 1979

De la naissance

d'un homme a la

naissance d'une nation

par Toussaint DESROSIERS


AUX MINISTRIES BERNARD, ROUZIER ET DE RONCERAY l(Voirs s uite s page 5)u
SPARTE Retour de Missongatsdelasuperstition
DEUXIEME PARTIES Retour, de Wission


b


nil


W.


L-Jorl^


A WAMIMIUI

slmatbre i'ma
Coemtrat
Ce martin, 1'Ambassade
des Etats-Unis en Haiti, un
protocol d'%ccord a 6td at-
gnd entire I'Ambassadpur
William B. Jones et le vice-
Presldent Executlf de la A-
merican Developpment Fon-
dation M. Michael D. Miller
sur la contribution consen-
tie, sous forme d'assistance
technique et financldre, par

(Voir suite page 5)


2=ml -c~v








PAGE 2


LES SPORTS
INTER REGIONAL
LE CAP ECRASE PORT DE PAIX GONAIVES UN ,-
PRETENDANT SERIEUX


Lpa 3e journey de la comp'
tition inter rigionale a
6tW chaudemert daiput'ee
hier apres midi. La lu de d
vient' maintenant dhe plu'
en plus serrle au sein de
different groups, et la si-
tuation reote encore assez
confuse a quelques lon-
gueurs de la strie retour qui
debutera le 7 4uin.
La grande -tiprise enre-
gistrde hier -.pris midi res
te sans contest le match
nul (0-U) entire la selection
regional de St Marc et son
homoogue de Montrouis. Les
St Marqaois cut ete cueillis
a froid a issue de ce petit
echec d'autant plus que !a
parties s est disnutee a do-
micile.
Par contre les equipes ca-
poises et gonaiviennes sem
blent vouloir annoncer la
couleur dans cette course
de longue ha'emne qui pour
rait reserve bien des surpri
ses au fil du temps
Les capois n ont ralt qu'u
ne bouchede de leurs vsi-
teurs Port-de-Piaisiens qui s
ont descenicu par 4-0 II
faut dire qu'lls sont Inseres
dans le group le plus privi
legie oil ils Our maintenant
toutes les chances d obtenir
leur qualification pour les
quarts de finale.
De son cote la formation
gonaivienlne, t-':-ntt du ti-
tre, malgre s(a 2 brilianites
vicloires et sun resultat at
ceptab'e face a 1 equipe Ot
St Marc aura encor- un a.:
sez long cl emini a parcou-
rir avant de lconaltre son
sort. 11 laut crolre aussi que
les interetsii (w intlrbreusesJ
llgue, parlK orejl:a'< un, ete
loses par Ia I(part:ti ii dit
groups
Les resultat sulvan- :i't
ete par aillcurs homo .gutes


par Le Bureau ~I'deral a l'l
sue de la 3e journee :
a) Estere bat pros Mor-
ne : 2-0
b) Arcahaie Croix des
Missions : 0-0
c) Dessalines Miteba-
lais : 1-1
d) Gonaives .bat Liancourt
4-0
e) Port-au-Prince Pe-
tit Gobve : 2-2
f) Croix des Bouquets -
Potion Ville, : 2-0
Cap bat Port de Paix : 4-0
hi Cayes bat Jacmel : 1-0
i) Duvalier Ville bat Hin
che 1-0
ji Mont Rouis SL Marc:
0-0
Le match Leogfne Las
cahobas a etd discontinue
apres 15 minutes de jeu a
cause d'une forte averse
nous a appris notre envoy
special.


Le Congress de l'Union CE
raibe de Foot Bail auquel a
pris part M Guy Dumesie
representant' la FHF a pris
l.n samedi sOl a- Cayenne.
Capitaie de la Guyane Fran
case La reunion du comic
Le executif ie poursuiv: i
toutilois jusqua remain en
\ ue c prendce certanlls dis
posillons rel-Alve? aux ru-
sultats de la s-s.nce
Au course de cttle reunion
ordinutlre di ,CP M Jack
Austin Warn er Secrtt'aire
(It i Assxciatioi a preselnte
i rai)poirt an: ucl de 1 UCS
iprl" la sanctiol n de-s proe0s
'rb;ix (es r uniifis allte-
r :" s )r ] A' s nbI Ull
t:ppnr( ll-ini i r d i lit rso-
mn:s ..i.. lpplc',iOlln des de


On a faith le point autour
du protocol des competi-
tions juveniles qui debute-
ront le ler juillet prochain.
et des modalites du tournoi
des nations dc la Caralbe
gagne recenmment par Suri-
nain

D aprses Is calenoriers qul
i,0u. sont par enus, Hai!
parneipera a cette premier
re competition juvenile de
1 UCF dont la phast linale
be deroulera en Guadeloupe
du 16I au 23 septeinbie
La StVic'ti'ln snliho d Hal-
tl d(,ei; n ijiCiprllc prIen
dit );pa t ;i s.ii nl tu rn IM lli-l )
dis 'wiiiUtii 1 1 sou\nilra It
3 Jul ( it dloill !a i lphla.c I
name ailta n)our silit, Slun-
nanm du 11 all I Novemribre.


lne coafrottation pas
trop riche en venaeDmnt'
at on le Doyen a so aeuera
le rythme saup forew 111
ote. samedi soir au o ade
Svlvio Cator Les quolques
7.000 spectateuns presents
out regagua leamr plates
tantot assonvis (les adep
tes de la relig aoa Bleu eat
Blainei), tantbt boulever -
ses (les opposants) apres ce
revers indiseatable (3-0) de
la foritatioAn u BaS Peu
de Chose.
Les Victoristes, il faut le
dire, n etaient vraisembla-
blement pas dans le coup,
car deja Lala I o emt. althle-
tique Carlo Brevil creusa
la distance sn abatLant i s
pitoyablemene le keeper
Frautz Lefivre.
Avee la petite condition
de quelques titulaires du
Victory, notamment de Jn
Marie Pauyo, au milieu du
terrain et de Claude Aubry
dans la division .offensive,
Ernst Jean Joseph et son


peloton n avaient aucune
peincr POU Avoir les enU-
cees frranebes f a lad-
versaie. li allRt par con
tr steale' la helle -iOta
tion Se d eolnAld Vi5t a
la ddfence centrate 0t I#
grande eambattW6 da Guy
Allen a ia .-ointe de I atta
que. Ce deraier se dema'
nait comme un .bean diable
afd de retablir la situa-
tion. 11 aurait pu meme y
parvenir si ee n utait sa
guigne chronique au course
de la soiree
Entre temps le leader
profitant de la veuterle ad
vpre lUsmit. sa vietoire a
veq sagacite. Certes, son 6
voluUtea n etait s tpt-
jours impeccable mais il no
neste pas rmbins vrai qu il
.a su tlrer ton epingle du
jeu en minutes circonstan
ces en faitant preuve de
beaucoup plus de realtsme
et en s'imposant physique
ment face A son compitti-
teur Voulant consarverv la
vantage acquis au tableau'
d affichage. le VAC. dut re
grouper ses 'batteries sur-
tout en defense oit Jean' ,Jo
seph. Fils Aim et a un
degree moindre Lyonel Jo
seph tinrent bon jusqu a
1 arret definitif

Serge Crispin neanmoins
augmenta Ie score a la 65e.
sur une reprise a bout por
tant apes une combinaison
asse: astucieuise entire Jean
Joseph Mathelier et Pier-
rot JHan. La Lalle faufila
entire les jambes de Frantz
Lefevre qui n etait point au
meilleur de sa forme.
L expulsion a la SMime
milnute du violettibste Fils
Aime n allait rien changer
dans le course du jeu. Josue
Constant devait appliquer
le coup de or:re aux Victo
rikles en itecrivant le 3Snme
bit de la tlte sur coup
itrai tic.
Ce rte la pl1ee nest pas
encore jouee. Mais it parait
de plus en plus que la for


nation di Hsqt pradel
a st pas tm"t ta aspo
s9e t se labw N teb*r, an
decwpte lbtal v at mme
ai s faire asrabaer la tim
bale.
Q an peamaeIt 1 poursui
0 -
LE CLABSSMfENT
ACTUIEL :
1) Violette 34-3&4
2) Racing 19-30
3) Aile Notr 17-32
4) Baoard i 1-3B
5) Victory 1 5 45,1
6) Don Bosco 14-3
7) Excelsior 13-32
8) Etoile 8-32
-

LE PROGRAMME DE LA
*SEMAINE
Mardi 22 Mai
Bacardi Racing
Mercredi 23 Mal :
Etoile Aigle Noir
Jeudi 24 Mai :
Victory Excelsior
Samedi 26 Mat :
Don Bosco Violette

Grand Bal A
Cabane Choucoune
C est le Samsed 26 Mai
qu aura- lieu A Cabane Chou
coune le grand bal organic
so par la SociLtd Haitien
ne de Pediatricb 1 occasion
de la F6te -les MIres. C est
une heureuse id6e qu a eu
cette Association de reunir
en quelque sorte dans une
mIme pensee la mbre et
1 enfant car -oex qui parti
ciperont a ce hal. non .3iu
lement ffteront les ma -
mans dans une anbiaince
de gaiet6 et de dente't mai
aideront aussi la Sout<f
imaltienne de P6diat:ie a
realiser certain projects qui
visent au Iniiux etre de 1 oil
fant haitien.
Li renidez-vois est done
it Cabane Ch li iiane le
20 Mnil des 9 heiuros 30 du
soir pour toer Its nlainiuis
ot aider les iotants. L en-
trliee est fixi .1A dix dollars


LES SPORTS
VIOLE&e BAT VICTORY : 3-4
LE DEPI EST ENCORE MAINTMNJ


-M.


PROPRIETAIRE


Terrain :



Maison :


Amenagements :


Interieurs :


Amenagements

Exterieurs :



Infrastructure




Mode de Construction


Delai de Construction


Architect :


Constructeurs :


Plus de 1000 M2


3 Chambres 6 Coacher 2 Salles
de bain Office -Cuisine Salon -
Salle a manger -Dependances



Salle a manger -Chambre a
coucher- Office amenagee -
Installation electrique complete


Espace pour Parking et Jardin
Allces Cloture


Route d revetement permanent
Trottoirs Drain4ge Electricift--
Eau courante

: Tradit.nnel


140 Joars


Albort Ngeones

Heldff Habitat A.
et Torsat Dewelopment Co.


Facilite e Credit a une Clientele aualifiee,capable



d'assumer environ 500/0 du Cout du Logement choisi


Vous voul



ROLACO 102 Lalue

m m n-_m--mmem


lez en Savoir davantae ?


Tel. 25735


Vovez des auiourd'hui;


MANGONES et ASSOCIES 73 Lalue Tel. 22321


u-uur~rr---r-mL~----U _L~~linmm--- US jp)n-)~(b,Bc.L)3.)Y1)w ms i mIn sm- inmmmsmL


TIGRESSEI
MWUPORT$AW LI TTfRE

AJp*s sa vtat re 1-0 aux
dewm de (l Udiatrices sa
meta apria-mli. 1 equipe
4 $A %mgg vfion des Ti
gpgmes aWt ad~igee d ores
et da i l 16rq position au
cassstlent dGft6htif de la

D autres rencontres se P
roet d4tput6ae en vue de
p-falme Ie claaasaesut de 1
finitif.
BASKiT BALL'
1L mateb do lPsket Ball
Aers Eelbe qul devat ag
jouer sameli aprs lidi au
StadiVm Vincent a 6tW re
port. Cause : ;a quolques
minutes du coup l envol, on
a apprls Ia mort da p6re
de Patrick Faubert, equl-
pibr de Aera.
MINISTER AU PORT
On annonee que le budget
affect a la Seeritairerie
d Etat a la Jeunesse et au
Sport lieve a B.371.250 G.
Cette nouvalle rapparte-
t-on a ete confirmee par
ie Moniteurs, Journal of
ficiel de la Itputilique.


EN BREF
ST MARC CHAMPION
NATIONAL
L equipe scolaire de St
Mare a remportA le tour-
noi National scolaire de
football en ecartant diffi-
cilement la selection des
Cayes par 2-1. bier apres
midl au Stade Sylvio Cator.
La Coupe a et6 remise an
vainqueur par te Major Va
les de la garde presidential
le, repr6sentant du Chef
de I Etat. Le Ministre Itou
zier 4 offer en guise de con
solution. un Irophee de
souvenir it lequipe cayen-
ne, championne dichue.


CONGRESS CARAIBE


ENFIN


.LUNDI 21 MAI 1979


~L0~030~DaC~-D~n~ bZL~L~P)~L~23~namrrrrrYa~H~a~w mA-


,~D330)))~E~3D~uurr-/,/,/~-/uumcmaerm~-~


Tonu les Samedis

USTI[ I FBTE


A TA

LIOTFL



ROYAL HAITIAN '


use tre.sbow 0


.mttaut an vedette



Le Bajliud'o Dancers


dans un spectacle etonnant.


Plus uM delicieux

bhffet-barbecue as ytlme de



SL'Orchestre du Roi



VOTE RENDEZ VOUS


CE SAMEDI

A


L'HOTEL


ROYAL HAITIAN!










LUNDI 21 MAI 1979


PAGE 3


Limitons les degats de la superstition


(Suite d: ia .3ere page)

ne grande part I'essor de
ce pays; sous-developpe it
n'y a pas longtemps; et qui
n'a pas pour autani perdu
son identity. Actuellement
les products japonais con-
currencent ceux dFe tous les
pays developp6s sur le, mar
che international et m6me
a 'int6rieur de ces pays.

Un tel example nous fait
ccmprendre que la connais
sance de Phistoire et de la
vie des peuples come les
japonais peut etre; i nwous
haitiens; d'une aide inesti-
mable a la realisation des
conditions d'un diveloppe-


* ment integral qui suppose
des ameliorations dans tons
les domkines et surtout
dans les domaines humans.

Je me demand souvent
pourquoi nos intellectnels
d'aujourd'hui sont presque,
tous rests muets sur ce
problem reel et d6vasta-
teur qu'est la superstition
qui se remarque dans tou-
tes les spheres de la vie
national et dans toutes
les classes de notre society.

Peut-etre la considerent-ils
come un sujet qui ne peut
donner du relief a celui qui
laborde. Pourtant je suis
convaincu qu'il n'existe pas


PORT-AU-PRINCE / SAN JUAN

k aller retour


$ 65.00 plus taxes.



Southerland Tours

vous reinseignera sur ce tariff

et vous fournira aussi vos

cheques de voyages

AMERICAN EXPRESS










30, AVENUE: MARIE JEANNE TELEPHONE 2-1600

SL'AGENCE QUI NE PERD JAMATS DE VUE L-IN-

TERET DE SES CLIENTS


1

b

su


un haitien qui n'ait consta
tU autour de lui les ravages
des croyances supertitieuses
dans les relations humaines
au sein de notre society.
Quand on doit letter centre
une force exterieure domi-
natrice ou une minority in
terieure exploitese on opp
pressante- on s'unit Maid
la liberty et la paix line
fois conquises les rivalites
mesquines entire des indivi-
dus; des groups ou des
classes reapparaissent de
plus belle. Les noirs et les
mulatres; les pauvres et .les
riches se rassemblerent et
forg&rent l'independance.


L'Artibonite etait dispose ai
preter main forte au Nord
pour faire elire le depute
Lerouge. Radio Haiti et Ra
dio Mitropole se studentt
pour exiger la reivocatios
du communique tri-ministe.
riel qui limited la produc-
tion theatrale et du mi-
me coup reduit la liberty
d'expressioiin Ces reactions
sont nobles et je les approu
ve. Mais apris l'ind6penda
ce les haitiens s'entredechi
recent dans les guerres civi
es au lieu de construire le
pays dans o'union. Les arti
bonitiens ont resuse de se
rendre au Cap-Haitieh pour
ubir les examens du BAC


Les Nordistes auraient aus-
si refuse de se rendre aux
Goeaives. La situation ac-
tuelle a mis une trove ia In
rivalite negative entire les
2 stations de radio qui ne
manquera pas de recommend
cer. Dans notre societe cer
tains se reclament de la
pensee de Dessali es; nous
disons qu'ils sont fixes dans
Ie passe D'autres vou-
draient etre des Dessali-
nes et ils rerhere'lie' I
des situations pour le de-
eunir Nous vivoas dOnu tIous
dans une atmosphere de
1804 Les luttes speciile
meant politiques ne sont pis
a liegliger mais on en doil
pais oublier les lutle .oniltre


TOQUETTE N EST PAS UN SHOP 1 ,:.i. iy T UlqTE IL EST UN PETIT COIN
RESERVE A TOUS CEUX QUI VEULENT APPORTER AUX LFURS UN SOU-
SVENIR DE CHOIX.


Confection executes en Haiti

CHEMISES BLOTCES ROBES PEIGNOIRS

C I I
SFine Brederie

NAPPES SERVIETTES NAPPERONS MACRAME


SArticlas en cuir
POUR HOMES ET FEMMES SACS A MAIN SACS DE VOYAGE


Acajou olus Peinture

GRANDE VARIETE D OBJETS EN BOIS SCULPTE. STATUETTES BOLS -
ASSIETTES SALADIERS TABLEAUX D ARTISTES RENOMMES

Cadeaux fabriques exclusivement en Haiti
POUPEES VOODOO COUSINS COUVRE-LITS TISSES POTERIE AR-
TICLES EN ECAILLE.

TOQUETTE, EST EGALEMENT LA BOUTIQUE DES HAITIENS EN PARTAN-
CE OU DE PASSAGE QUI NE VEULENT PAS PAYER CHER. ET OU TOUT
t EST MADE IN HAITI

S TOQUFTTET VOUS ATTEND ADIIESSE 1379 RUE CARLSTROEM,


'* / C- -cO O COCC<-=cc . 5, CC > >- J DDW or. o c. 0 -






218 LALUE



Tel: 2-2073



MINI RECORDS MAXI SOUND


-- Disques Latino- Amtricains, Haitiens. Jazz etc.

-- Enregstrements sur cassettes

-- Radios, Calculatrices,

PRODUCTION DISTRIBUTION
-- La senle mason ouverte de 9 A.M. a 7 h P. M.

-- Prix imbattable
-- Parking aisd
RECLAMEZ TOUJOURS VOS COUPONS --


Avec 10 coupons payez 3.99 pour a Disque Haitlen


'^^yvawi~y^^^o~e~yew'wV 0 N" 5 M. vsaawi^w swsa;^


l'analphab6tisme; lignoran
ce tenant d'une manque
d'information; la pauvrete;
la superstition;les prejugts;
la tendance au vol; les for
ces qui sont au dedans de
nous et qui ne permettent
malgre n7os paroles; une 'a-
melioration des conditions
de vie. DI nonu fant I'anion
et l'entraide pendant les
temps de paix aussi. Ces
Iuttes moins spectaculaires;
realises en te mps de paix
sont celles qui nous vau-
dront les grades. conque-
tes.
Continuant a reflechir
sur cette plaie de notre so
cieti; j'ai pu decouvrir
d'autres utilisations e -
hont6es de la superstition.
M. Raoul Jacques a montre
comment des houigans rte-
duisent en esclavage tout
imbecile qui se present i
eux. 11 existe aussi des hom
mes oui vantent leur 6nor-
me pouvoir surnaturel pour
intimmer des simples d es-
prit qui deviennet leur
proie. Tous ceux qui se lais
sent envouter par ce proce
de deviennent de dociles ins
truments. Des filles ou des
femmes apeurees se lass-
sent violer. C'est ce qui fait


di
fe
he
leI
ga
pe
de


qu
so
so
bo
on
sa
so
go
so]
crn
les
Da
CO
ou
de
la
*pe


de
pa
le
le
Da
tut
mal
le
ble
se
ble


Etats Unis Iran : tre
Declaration teu
du Ministre re.
iranieu des esp
Affaires une
Lirangeres eff
' .tlERAN A[ ji' nat
La i'r..oihtlo- du Se ,itl a tot
nicricain i COonilanlin11.t le pi'
17 M\.il .'s 'XiC' .110o1S (n 11 res
i 11 -t p n i t ai U ari

qu' o1 l d 1 ttl t' E S U- pa
ll c l> I %ltl ,llid i > T e hi vN e
,ii ibi :'i Yaidl. Ml. In
in it ir:,.'i ,lP des At lalrI' en



l'l i m'ni t, dicI' e n 'cit il
l aiti ll itiiI ii l -I -ll d ,iti ll


it n ,, M i nistl e I l<' ;vd
tirpret'r pcoml. ul n lifelt'n Ie



(qo ntl. rcette premiere cri- cO
-e grave que traversunt ac- co
tuellement les.-relations nT- co
hiran Washilngton II a'In mpr
dique que 1'>occuton. le 9 m
Mai par un T. ibunal Revo m
lutionnaire de M Abib El es
Chanian. important homme to
d affaire t3ulf iranien. pou- J
salt avoir ,malheureus- ti
ment, une relation direct iC
avec la reaction du Senai a
americain a oropos des exe m
cutions des responsables de ,
i ancipn regim0- t
I a en effet remarque
qu avant cette execution. ti
Sales Senateurs americains a- b
S vaient pratiquem'ent ameanteP
nu le silence .ur les ver- d
dicts des tribmnaux revolu- v
tionnaires islamiques II a re
( cxprime lespoir que la pro C
S tentationiranierine ct sa de
S cision d(- report de I arrivee d
du nout(' Arrihassadeur des id
Etats Unis en Iran. .l Wal- d
ter C Buttler lusqu a ce q
qu intervlenne un apailse- t
mcnt dans I atmosphere des a
rapports irano Amerl-
cans nc porttlint pas atte n t
te aux bones rea.ons qui t
existent entire les deux peu
pies.
M. Yazdi a ..ulLi,n que.
dans une le'tre date du 13 4
Mai. le Secret:.ire d Etat A
mericain, M C' rus Vance
avait exprime ie desir dc
voir les relations Irano A
mericaines so developer
idans tous 'es domains,
que Washington y annon-
gait son intention de colla-
borer is l'expanlion economy"
que de I Iran (t de I aider
ia surmonlter ses ventuelles
dilficultes milliairest.
tNous sommes prets a la
recilproque sui tous ses
points mals nous constatons
i n11 mene temps que la re-
so ution du SI(nat va A I li
centre de 1'esprit et de la:
lettre de M. Vance7. a ajou
te M. Yazdi.
II a indlqiu6 que Ilavenlr
des relations entree les deux
Capltales ddpcndait mainte
nant des ractlons futures
de Washingon.
M. Ibralhim Yazdl a dau
tre part dmclar( tout Igno- I
rer du desir dine partic dc
la communauti c ri'l'l i151'
Iransennc de garder le Colo
nel Abdessalam Jalloupd,I
n-imero deux ce la Jamahl- i
rlya libyenne, lors de sa vil
site en Iran. aussi long-
temps que Trlpoli n'aurait
pas llbWrI 1'Iman Moussa
Sadr, ou livre son corps au
cas ou 1 aurait dtt tou. 0
i Enfln, en en qui concern
I'Afghanlstail et les rela-
tions de lIran avec Kaboul.
M Yazfl a cic'u en nfflr
mnnti qic ]'Ian one cier-
chall pias .'e-portert sa re
volutlon.


re que la plupart des
minmmes qui, ,frequentent les
Ounforts finissent par tre
s waitresses des houn-
Ins. Si le houngan est un
erverti; les clients males,
eviennent des homose-
Iels.
Quand on veut forcer
uelqu'an a ahandonner
n poste; i fair sa mai-
n d'habitation ou une
nne position commercial
S1l'effraie en placant sous
chaise ou devant sa mai
n on son local de l'indi-
t; du mais grill; toute
rte de nourritune; une
oix etc. Souvent ce sont
voltiges .qui operent.
ins ces cas les individus
ncernes prennent la fuite
deviennent les esclaves
houngans pour obtenir
protection. C'est notre ty
de mafia i nous. -

Nos intellectuals ont peu.r
Alenonecer ces pratiques
rce qu'ils savent qu en
faisant ils denigreraient
vodou qui les favorite.
ns le pass des intellec-
els avaient commis la
ladresse de combattre
vodou dans son ensem-
. Par ignoraiice ou pous
par le dksir de ressem-
r a occidental; des pr'
s catholiques; des pas-
urs protestants; des intel
tuels assimiles identife-
it les loas a de mauvais
>rits; a lucifer. Us cru-
it qu'ils pouvaient par
simple coup de hache
acer cet objet de honte
tionale. S'ils avaient plu
entrepris de l'epurer; de
umaniser; les faits barba
s que j ai cit6s dans mon
ticle aLa Superstition:
fleau de notre Societii
ru dana le Nouvelliste du
ndredi 4 Mai 79 ne se re
arqueraient pent-etre pas
si grand nombre jusqu'a
esent.
Le l)r Jean Price Mars
ant noti les effects niega-
i, le cctte attitude de re
I du vodoil sur Ia psychoi
gic de I blite a entrepris
Si pas de purifier du de
ins le vodou; onais de le
loriser; de le faire accep
r dans sa forme ordinaire
imme une religion is part
ltiire. II a reussi car beau
up d'Intellectuels qui le
atiquaient clandestine-
et exprimnrent publique-
ent leur foi et cet acte
t meme souvent pose de
is jours pour s'attirer des
[gements elogieux. 11 n'y a
ias de doute le vodou pra-
que par des hbouncans
onsciencieux et humans
ineles houngans a uone
lain ou is main droite est
ne religion au vrai sens du
erme.
Mais la consequence nega
ive de ce travail honora-
le de I Oncle fut que des
oliticiens s'empresserent
e faire du vodou un che-
al de bataille politique qui
mplaqa 1 ideoiogie noire
Cette nouvelle ideologie cut
advantagee de pouvoir reunir
les nuances epidermique'
tiverses. Depuis lors. Celui
liverses. Depuis lors; celui
qui prrone la religion hai-
ienne devient un haitien
authentique; un haitier
plus consequent qu'un au
tre; un haitien plus press
Iu people. I1 itait done de
'eu dangereux de meltre


en relief les aspects degra-
dants du vodou. Critiquer
le vodou c'est vouloir d6truJ
re I'ideologie politique du
gouvernement en place et
e'est du meme coup devenir
'un apatride qui salit Pima-
ge de marque da pays et
qui ternit sa renommie
dans le monde internatio-
nal.

Cette apologize du vodou
entire dans la grande apolo
gie de la culture haitienne.
A un certain moment de
notre histoire ce mouvent
6tait plus que n6ecessaire,
Le narcissisme est un stade
indispensable au developpe
ment d'un enfant combine
il peut l'etre dans I'evolu-
tion d'une jeune nation.
Mats ce stade doit etre de-
passe. Cette tendance a la
cristallisation abusive; c'est
it dire irecouvrir de cris-
taux dords meme nos prati-
ques les plus deshonorantes
doit fire place a une obsr
nation plus lucide en vue
de conserver; de purifier;
d'ameliorer; de detruire se
Ion le cas.

M. Albert Mangonez dans
une interview accordee A
Gala de Galerie le 15 Mai
79: disait i peu press que
nous devons avoir le coura
ge d accepted notre passe
quelque modest qu'il fut a
vec des objets et un art ru
dimentaires; des comporte-
ments pas trop louables. M.
Mangonez est un architec-
te: un restaurateur; s'occu-
pant surtout d'exhumer les
traces materielles de notre
rice pass. Que je serais
heureux de pouvoir etre it
sa place pour dire que nos
ancetres expliquaient tou-
tea lea maladies; tuns lea
evenements de la vie quoit
dienne par des causes sur-
na1turelles et qu'oun voisin;
un ami; un parent pouvaiii
ia n'importe quel moment
etrt persecuti s'il etait d&
clare |loig garou. J'accep-
tais res donncs historiques;
je sourirais nime. Pour
mion malheur je suis plutot
port is observer les comnpir
tements humans du pre-
sent et je constate par e-
xemple que la superstition
nest pas une mentality pas
s&; mais un fl6au social
presenLt.

Cherchant un peu d'iva-
sion dans une petite prome
nade au bicestenaire avec
ma femme et mon gosse;
j'entends cette announce de
Ccmpere Philo sur les on-
des de Radio Haiti le Jeudi
17 Mai 79. Des homes ar-
mes cnt fait irruption dans
la maison d'une vieille dame
de 82 ans. Apres avoir de-
pose Ienfant que Iun d 'eux
avail apporte iUs menace-
rent la vieille de la tuer si
demain martin 1 enfant n a-
vail pas recouvr la saun e-
Cette pauvre octogenaire
e dut appeler la police a I'ai
de pour ne pas etre la vic-
r time de ces homes; mal
conseilles par un houngan;
qui la croyaient etrem un
mangeuse d'enfants. Person
ne n est a l'abri de ces real
tions superstitieuses sur-
tout quand on prone qu'el-
-les sont culturelles; norma-
les; done justifies.

Emmanuel A. BI'TEAl'


SVOTRE HOROSCOPE!
Par Frances Drake |

MiAD r e2 MI 1979 A.
MARDI 22 MAI 1979 1


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIER) -
Des entreprises financieres
douteuses devront etre e-
carties. Attendez-vous it usn
appui mediocre de la part
d'autrui; mais les projects
de voyage sont avantages.

20 AVhiL .aU 20 lIvA
(TAUREAU)
Apres une rencontre gO-
nante au sujet de projects
communs; vous aspire a
la solitude. Elaborez un pro
jet de vacances qui convien
ie a vos besoins.'

21 MAI AU 20 JUTNT
(GEMEAUX1

Envisagez les priorities
Des gains sociaux modestes
ne vaudront pas I'effort si
vous negligez vos response
bilites en d'autres secteurs.
Soyez aimable.

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)

Gardez vote ideal dans
vos projects de carrier;
mais il ser,' difficile de :e
lancer maintenant dais des
entreprises nouvelles. Les
distractions s'opposeront
aux obligations.

23 JUILL-T AU 22 AOUT
LION I

L'opposition i vos idees
sera le signed que votre en-
treprise ne doit pas itre
lnetmce OUmlne i)re u. Assez
loricsemnenil, uotre intui-
tio, lous inelrai sur lIi bon
lie voe.

23 AOUT AU 22 SEPT
(VII GOE0
Vols liiiurez uni bonnie i
dee pour a Inieltlorer vtrc
Ioiner imais vols caurez de dilfficultes rulnir In : s ni-
ie necc, -sai re pouiir I. reil;
ser. Neanuioins; elle deulcnl
re une bonlne idler.

2- SEPT AU 22 C -'TC1IRFl
BALANCES

Des drsagrmnciils super
ficiels cachet un vrai pro
bleme. Servez-vous de vo-
tre intuition pour aller au
fond du problem; surtout
en ce qui concecr,, les asso
ciations.

23 OCTOBRE AU 21 NOV.
,SCORPION)
Attendez-vcus a des in-


terruptions retardant lachi
vement du travail en course.
Protegez votre sante et
vos nerfs. En parler avec
autrui vous aidera.

22 NOV. AU 21 ut..
(SAGITTAIRE)

Les projects de distrac-
tions sont, sujets i change-
ments; peat-etre dfi a un'
engagement pour une tache
supplementaire. Apprenez i
extra re du plaisir de votre
travail.

22 DEC. -,U 19 JANVIER
ICAPRICORNE)

Parler de vos difficulties
sera le meilleur remede a
votre problem domestique.
Au lieu de vous teacher der
riere la loi; raisonnez et
sachez vous adapter.

20 JANVIER :U 18 FEVRIEB
(VERSEAU)

-Surs ap ajj),p zasmEssg
froid. S'affoler ne pourrait
qu'accroitre vos difficulties.
Attendez-vous ia une jour-
nee active sur le plan des
communications.

18 FEVRIER AU 20 MARS
iPOISSONS)

Les soucis inimes et les
te,,sions internes croitront
si vous les gardez pour
voius. Que les proclie pliee-
trent dav anlages d:iis vo-
Ire monle per inniel! Ou-
vr'fez le iiportes'.

tVCII tIn-
*ULJ.iOUDI HUI

11( islen s ii d listede et
tn 1witl onni'UX.a Votrn steip
titislne iiaturel .fait c vievols
tin critique- n,, u. travail
*oulinier ne voius (5convient
pas Si volus iipprimiez vo-
Ire originality e et essayez dIc
vous iniler ai la onulc; votlrce
tre cracterec s'aigrira. Vous
retassirez sur tout plan ou
brille votre ideal et on vous
remarque dans des activi-
te" tells que la sc ne; la
composition, musical; la
sculpture; la literature et
l'industrie. Votre plus
grand success viendra quand
vous vous alliez aux grands
principes. Vote tourunre
d'esprit original fournira;
dans ces conditions; une
contribution don't Ihumani
U te entire beneficiera.


Gustave Val-me

(Real Estate Broker --

Agent Immobilier)
Pour dc me illcur aftaires achat et vente de
maisons, lerrains hallets Location Bail. D'excel-
lenles affairs tonours disponiblcs Honnetete et
comp t eo /ce,
SRUE Dr AUIBRY No 147
A COTE DU MAGASIN .LE STOP
TEL 2-2326


r~YS///SN~kr~/XI3~WYC~~3 V~/jOV~i~ r~'r~ u~~rrr. r~XD~QrCO~JO~WY,52,OC'ulM


S '

.


is-. ~, .~.l.* ,s- 4


NECCHI ou CETRA

Automatique ou a pedales votre machine a coudre est a la


CuraRao Trading Co.


Akhetez-la cash ou a credit et emportez un bon de

$10.00

valuable poor 'achat do tissa de votre choix

S6ance de famFUa station gratulte

UNl NOUVELLE OFFRE SPECIAL DE LA CURACAO TRADING CO.,

Rue Pavte et Delmas
>>>.>>>>>>>>>>>>>>>>^>>>>>a>^a^>>ao>^^>^,>>>>a


~ ~F~- 1 1--4~1 -- -X -~F 1_ __ I -- II. ~


I .. .


-----____ -~i;~----ii~;;;~_~-----~-~-~ii~li~i~-~^i


rr~Fr~ mt ~ c1,- ~a u








PAGE 4


De la naissa


(Suite de la lere page)
ri la mystique de la rfsur
reaction des troupeaux d'a-
brutis aux lumier's de la
construction d'une nation
clont la prosp'rit6, soignep-
sement entretenue, a renovi
veler au besoin, offre a tons.
a commencer par ceux qui
sont rests trop longtemps
enlises dans la fange de la
s,'rvitudo la plus cruelle
des chances gales d'6pa
nouissement. Breda a done
eu le privilege d'etre 12 ber
ceau des reves de rddemp-
ton mijots. par ie Sparta-
cus noir d-venu, apres cer
tains de'ours imposes par
la complexity des circons-
tances, le miroir du salt
de ses freres de race. Et
comment s'axplique ce pri-
vi.lge ?

L'INFLUENCE
DES JESUITES

De toutes les h.i''.atzons
o' gpeinaien: 'ls i -clves
sous la ferudl. d' c..i::i
deurs ct des icl.. -i tes
d" routes niuani.c'c .-- sen
1 mient Bred. ou pi l :t-
c're une oil deisx auires -
qtil selev-i t la ti ':eiu r df i
nP excep'.:on exc p'o pt rll
c-ilon p1opletIalrtn B-,' n
de Lbbertat qae L'l\i urle
a:lp ] I oaon ]':1iyr)n w 1non
sin mn i:ri e' q. :rilla. enclaves ..ve c humane Ex
ception de 1 n'tirucinn rl ll
eulS que 1' uo .I" -
rent ln pi ssib lIte 't i (,
ras.e d'y promntcr c--i mmr"'
n' cmS oie 1-s idc's axvan-
res O'l:l ;:V '-I l" ,:. r
1 enali'e di .' I dc, -


tes 1s creatures de Disu.
On comprend pourquoi, res
pectis des esclaves sur 1 s-
quels Us exergaient d'ail-
leurs une redoutable in-
fluence. ls jesultes talent
souvent en butte aux pars6
cut'ons des colons incons
clients qui les chasslrent de
St. Domingue, en 1763. Ex-
caption enfin du traitement
accord au Proeurseur oui
s'en souviendra toute sa vi?:
class sesclave A talents.
dire affranchi par son mai-
tre et done pour'vi'de sa
liberty de dfplacement. ear
qon d'ecuria, cocher. home
de conflance du grant cde
la sucrerie, mfdecin du roi,
tous les grades les plus e-
leves pour l?s esclaves ofu-
rent aceordts ou conquis par
le Premier des Noirs. C'est
done le hasard de sa nals
sance a Br6da et de son ap
partenance a un maitre hu
nma'n qui lui a fourni le mi
I eu necessaire a 1'6closion
de scs taln'ts et de son ge
ne Et que fit-il de ces fa-
ve'.:rs des c:rconstances '
evi an t route extravagancee
r dicule il en p:ofr'a lar" e
mi nt pour s instruire. ap-
prendre a connaitre le rai-
1 : et les gens et preparer


ip'!; s<, volontai'tement em-
b-aseir c11te de soume.tre

- nobl, Umb." o1 a lou:egi
1- 'codtidonls canabls de
c .i.'rlbietr a la liberation
d cemblbl na l'er
n"!" in r(-Ille a la dignre
d n v' lib'," i "rosDer'
1 q) uaree pu tqu rospere el
; l;.l ; (Q til -1l I',I lQ k '


LE PHYSIQUE.
DE L'EMPLOI

Pour arriver a dominer la
s2cne ae Z". )Dom.ngae, ad
p-uit. ue ses Ierits L e lace,
,s.as..i iouvenrure a du
si." le in.e tuajrcilliie mar-
ques d'acces ae acpasscemnt
OLe so i lc. plus reonnants
11, ne fut pas facile en ef-
fet. de disoudE les contra
a.ctorL 0 u 11 1l .:u i aumti
cruel," hostile, eteroclite,
injuste et entierement pour
ri que St. Domingue. Et ac
compi r uine oeuvre de re-
demption si grandiose, a tra
vers des obstacles aussi in-
soupqonnes et dangereux,
suppose une foi au-dessus
de toute 6preuve et une for
ce physique A resistance d'a
clear. Le Piemier des Noirs
trava lla A avoir les deux.
Ii a pu s'immunrser d'une
fo! inlbranlable 'dans les
posslbilitfs de la race de
dltru're les ornifres sacu-
laires aui la r'valent. en ce
co'n d'Amfrique on des nA-
e-es furent jells, A la nl s
delradante des servitudes.
I a nmssanc? de gette foi
fut telle ou'elle s? commu
nincera sans entrave Ah 'en
iourigei dn PrAciirscir dove
iiu iI tl p oui faisait rrou
vor tiius l's bhas lps A
1i r' F' c-tte fnl i e p,--- rers ,n hvy
c .... po hl5 i -','- er la



In 1 -a re. a:r'cole indous-
trel. Et Louvrture de se
lvrer toiutes sorts dexer
c'es phtsiQilies pour chan-
er envsloppe chetive de


mm- Eommm-swau


Fatras-B&ton en. celle ,de
General en chef dear l'Ar-
m6e, de Gouverneur G6nd-.
ral A vie de St. Domingue.
It sut aussl s'Imposer le
physlqu? de sa mission :

des manijres distingudes et
une allure fiere'correspon-
dant aux exigences des pos
tes occup6s. -
ILA PREPARATION
NECESSAIRE
Ainst, durant ses actlvites
cachee$ et durant ses cell-
vites publiques, Louverture
nwagissait qu'en function de
son r ve d affranchiss-:ment.
des abrutis a classer dans
une nation riche ae 1'ac-
tion de to.us les elements
positifs qui devalent assiurir
la garantie ce ces progress
don: profiteratent les nou-,
veaux libres. L'hlstoire a re
tenu que la perlode d'ombre
de'sa vie fut consacree a dl
rige"r co A organlse-r secrltt
ment et adroitement cer-
tains movements insurrec-
tionnels qui portalent es
coups mortels A l'ordre es
clavagiste. II participant,

sans y laisser voir sa main,
aux actions meurtrieres que
propag?aient des bands de
revolts et qui ont servi a
preparer un terrain propice
a une action future plus re
flechie et plus oriented. en
fonction des differences ex-
periences. vers la structure?
d une armee puissante. in-
v.ncible. au service de la
politiqu? de liberate et d'in
dependance chere aux asser
vis La medeclne veterinaire
e' I art de guerir qu'il pra-
tjcainJi lut pernmir'nt de sin
tillrer sans trop de risques
d.ais tuus les repairs des
negrcs nmarrons et ds b,,
dts rebelles donti 11 a dis
cipliie les ieneiicrs et 1-s
U it)tll's soUMiSat a snti aito
ci'e et dunt il se fit obeih
ir at soIn instructionn i
S.s clatirvoyant'e, e\ ,e sS con
n!:lss:titces I1 possedalt aus
sl de esI'el:vnes. Mais c 'itli
p l tl! lli'eulX mI ln'l u t :i poll-
ll(iue anti- .scliivaglsle

1. EGALITE
1)ANS LA ICltl'SSE

El tloisque lI Plemiel dest
Noirs entliepril sa iii.ssion ii
\siser" level. ii eltll dtjha
('ininl de presque lutis led's
recvolles du Nord En sc pre
sentant publiquerntii a s-s.
Ifrercs. au -nmomenlt de la
proclamation g6neralc des
esclaves qu? le commissai-
re Sonthonax se v'i oblige
de decreter pour apaiser les
revoltes qui par ci et par
la. menaealent la stability
et la paix de la colonies a


I AMPROSA



vous suggere de compare


Beaucoup d'entre vous penment que acheter un Moteur hors board EVINRUDE

aux Etats Unis revient moins cher qu'en Haiti. Cela semble normal.

Mais reflechissez :



Nous reproduisons ici un extrait du Magazine
(Boating est le Magazine qui fait autorite cans le monde de la navigation

plaisance) "
1979 OUTBOARD MANUFACTURERS.


USA


MODEL EVINRUDE 6 HP short shaft $ 670 "


" 9 HP


" 880


HAITI (AMPROSA)


650 tog shaft

885 -


25 HP 1155 1125 "

35 HP 1310 1275 "

5, HP 145 1725 "


NOTEZ BIEN que ces orix aux Etats Uns sent F.O.B. Milwakee

Wisconsin et n'incluent done les taxes de eate ni le transport a terre,

ni le transport a6rlen pour acheminer \'otte moteur en Haiti.


Vous comprendrez aussi que vo's devrez vous passer du service de

reparation et d'entretiens do Nagasin aux Etats 4qis, tandis

qu'a la AMPROSA, vous bn6aficiez du service avec sa earantle de

Philippe H&risst, techniclen dipl6m6 de (MC Service School EVINRUDE


Rue Pavee


sauver pour la France, Lou
verturt d6l ira aux 'esla-
ves du Nord un Mepsaga qui
resuman une grande part
de sa vision d'un avenlr de
grandeur pour ses frtres d?
race et don't se d6tachent
ces mo:s lourds de sens :

cJ: suls Toussaint Louvertu
re. Mon'nom s'est peut-etre
fait connaltre jusqau'a vous.
Jasi entrepris la venge.pce.
Ja veux que la, lIlerte etr
1'igalite rignent k St. Do-'
mingue. Je travallle k les
fire exstaer. ULaise-vauls
nous, freres, et combat ez
avec nous pour la mirne
causes. EtL. omme l'a sou-
llgne le Dr. Klovis Kerni-
zan, 11 n'y avalt qu'un seui
moyen d'obtenir et m6me
de consolider la liberty et
1'egalite, pbur tous les rd-
voltes de St. Domingue :
c'etat 1 lind'pendanc' A
une autre occasion le Pr6
curseur exprimera sa faqon
de donner une assis? solide
et garantie a tous ceux-lk
qui' devalent travailler A
forger avac lui la nation
nouvelle. quand 11 dit A un
anclen grant blanc : sRen

trez sur 1'habitation Breda,
soyez just et inflexibl?, fal
tes bien travailler les anoirs
afin d'ajouter par la pros-
perite de vos paWits inttrets
a la prosperity general de
1 administration du Premier
des Noirs. du Gdndral en
Chef de St. Dominguea. D'-
venu Gouverneur General.
Louverture. pensant cons-
tanmmeni aux bsoins futures
de la nation nouvelle,. en-
toura de sons les plus \vi-
gilan's Ie tresor de Saint-
Domlngue don't I? nontant.
23 millions de francs, fit
d aboard each a la Petite
Riviere de l'Artibonite pillis
aIlx Caihos Andire Rigauid.
rcl'vnii iiVOce l' xpcdition i's
cla\vagis:t' de Leclerc per-
milt a ochambineauii qull y
acconiupagnaitt de dceoiivr'r
c lalieux butin. le 2 Mars
Il02 0l de It,1nb)rq (1r pour
la Franllce liiartir des On
Il t\es. tl i ,nslote dl C11)
il fl t' lls x iid i' iar i icInr
Prob*iblmnlt. cot IU'rn' ;
niarriva pas ,n "Francr rl,
a i'e sitsi palr los Anilol 1'
nri)rs la ('lpitulatiion 'i' ltlo
clhambeaill qui fult arret(I aIl


A VANTAGE
DE LECCLECTISME


A partir duno ecclecisme ,', "u tce l I' t ur es 1om-
qul lait honneur a son ge- m s riares exu s qui bril-
nie. Louverture passa du lent par leur v"rlu et dent
camp anglais. au camp es- les qualites eminentes j't
pagnol et ne s arreta au Sent blab eclat prodigieux
camp franais que quand il Semblabies a -es etoiles ex
eut la garantue ecrit nque traordinair's don't on igno-
la liberte genarale, official re les causes et dont on
element u able. devenait u- ait encore mnms ce qu el
n' renalt Puis. il bouta les devi'nnent apres avoir
ParauColl Puts ila Mruts disparu ils nont ni aieuls.
hers de St Domigue Andre ni descendanls 115 compo-
Rigaud. con ennemi. atta-n snidceodnotslix romp,
ch la aFs rance. Sonthonax, ent so l e le race
0 o Ls earaete-es, du meriao
S l e personnel Toussaint Lou
01. route l'ile est runieverture dont nous salons
sous son anutorite c possede auiourdhuii la mmoire sc
sa propre constitution. Pen trove tout enter dans cc'
sant au besoin de cadres is t esqpisas adaptee aux ge
envoya xs perfectionner nies qui ont 1 excepnonr el
Parins. au Collge de la Mar merit-, tre eux-mem
he. en se placan anu-des m
en main' temps t mousoicaui
sus des querell-s mesqg nes tres. cest-a-die la Ination
et partisanes et sans tenir dans ses incarnations les
aucun compete de la cou- plus hates
leur d" leur peau. dans
une colonic empuantie par Toussaint DESROSIERS
routes les varietls de preju
gets de ouleur quinz? jeu-
oct geeo de St Domng fo c crc co
recrut6s sur la base unique
de lur intelligence Parm0
cluX oil Ic sailt, se troiivalt
J(nalhas Granville. quarte-
ron qui a rendu a la lilt/ En AM
rature et au pays. par let USDA
cadrePs forms A l'Institu- '.'.'O
tlion qui a port son nom.
les services npprlrilables an iCt
mcrlte de cis pionnlers de Scotiabank SOC
noire lltil6raturc et de no-
tre administration L'actlon
louverturilenne avait dnnc a
des prolongements loin- avise sa li
tains qui ont dlepassl, dans
le temps, 18s bornes colo-
n'ales pour s',nscrlre profnn n t n
d6ment dans la trame de la n t inn
vie nouivelle. sn ocilrlt n-
d6pendante et ilbre.


UN SUCCESS
LOUVERTURIEN


matin a 3 h


~-~--r.. -':........;;. .~_


CNUCED :


D6nonciation de POLP


aprs la redditlonr de Lou-
vertur' A Leclerc, au Cap.
le 6 Mal 1802. Le sucets de
1804 qui a gpnsasr6 ro;re.
naissance A la vie lndipen
dante se pr6snte donc-eomt
me une victoire condulte
sans dtfaillanee, pendant
12 ans, jusqu'en 1802., par
le Premier des Noirs. Et
cela se comprend sl on se
rappfIle. que Louverture
s'st -todtalement identified a
la cause de l'atfranchisse-
ment des abrutis qui lul le
naient A coeur au point
qu'll devint. selon l-?s ter-
Ines de, l'h's:orien E. Bru-
tus :-l'interprete de la vo
lont6 du people 4 s escla-
ves. lngenleur de leurs as
pirations, l'oroonnateur de
leur courage.


PREMIER ET DERNIER '

Notre .Spartacus viit done
dans toutes les mille et
une lemons d'abulgation, de
civisme et de fpi dins ls
pdsslbillt6s de depassement
de cette fraction de 1'hu-
manit6 squffrarita noire qui
a en mains i'heritage, avec
encore ses singularites et
ses possibilities. Puisse Tous
saint Louverture 'ne pas A-
tre ale ipremer et le der-
nier des haitlns). a sou-
.haltI un grand ecrivain
Puisse example aussi, rer
chlerit H.P. Sannon, di
plus etonnant et du plum
genial' Ancitre. rallume:
la flamm' sacree du patri(
tisme et la foi indefectibhi
dans les destinies promise.
A la patries. Si nous savon
done bien meritor du Pre
mier des Noirs nous sail
rons egalement bien merite:
de celte terre que d's voil
tiulorlsees o1t apeeles ono
tre siniulter petit Daysl s
dos'reux pourtant de grin
dii a In lault 'ur de la v'siol
ilovertiurienne d'une reell(
prosDerite national offrlao
a tous. sans exception aicl
nt' d's thMances 6Males d'(
panilouissenient individual

L'actiolln loiuverltlrl lne 0
pa1no)ue sur le roc des pa:
s'.ton I d's contrliadictions
d i'., lp '.Ougs do ltous ori'drci
't de otios types :i deja c]la
.51 noir0 Piins'liitir dans 1:
ga1lerh, id s hoinlnos ochai
illoi.s ( q ei n la niilt e nc 0 )'i
dult. nialhieireusi'nentt qu'p
des perlod's pl utotl rare.s
Car comnim 1 a remarque I
.Bruyrerc. .il apparait d(
temps ei n tempos sur la sun


MANILLE AAFP)j
L'Organusation de Ubera-
tPsn de Ia PaleEtine LOLP0
a violemment denonce lun-
di I Manille la *destruction
des structures economlques
des territolres occupest
don't Israel se rendrait cou-
pable en Pa'estine et & Ga-
za.

C'est A la Tribune de 'la
QNUCED (Conference des
Nations Unies pour le corn
merce et le D-veloppementi
que M. Walld Kamhawi. qui
dirige une aelrgation de I'O
LP, a soullgn6 s'es aspect.,
economiques de la brutal
et continuelle agresslon isra
Olienpet.. Les paysans pale.,
tiniens sqnt chassis de
leur terres, a-t-il dit, non
pas par expropriation direc


Magasin Mon Reve

Chaussures Italiennes solids

pour fillettes et aorcorpneft

colors : Bine, noir -. Bottines

pour enfant de 1 an A 5 ans

I ERNST GAUTIER

37 RUE DES MIRACLES, 37

Phone : 2-1155

K. -


a Succursale de la




ITIABANK a Delmas"



entele que ses services


Lent de 10 hres. du



euires de FlrAsrc midi -


Quand arrlva li dernllre
phase d? la r'voli toni dv'
Salnt-Domlilile iptri Will- i |
erminables lu tes t que du lundi au vendredli.
relles de tout's series pi
plus de douznce nn6s de
guerre ininterrompui'. Ili ni

saint Louvertumre avalt, dA L'HQRAIRE DU SIEGE CENTRAL A LA RUE PAVEE
tois lsis Ai61ments don't elhl [
natl aise ronstituer Cettim
phas. dii I.P. Sannon csi ET DE LA SUCCURSALE D CARREFOUR REST
acnracr;rls6e par la r'shtau-
ration de l'ordre, par For-
ganisation du travail libre INCHANGE.
ou a peu pres smubstitu6 au
travail servile, et par las i
preoccupation dominant (
chez les cl-devant esclaves t
de rconserver & tout pr SCOTIABANK, tours a vote service ses 3
soucl di. pr(servnilon de lai
liberi gqui bouiclerra rle A-
bmenl. e .t o cirp asuer addresses a la Rue Pave, i Delmas et a Carrefour
tires et ri ler. Jnnvler
1804, solt seulemeni 20 mols >i> > M > "^^-^


. . . . . . . . . . ... .. .. . ... -----


nce d'un home a la naissance d'uite nation


ANALYSES BIEN et VISITEZ NOUS

REF : BOATING OCT 78 PaRe 103.


. LUNDI 21- MAI 1979


LUNDI 21' MAI 1979


3


te mats par des measures dis
criminatoires tl.es ili er-
dicuion de cret-er des puits
dans certanes regions. il a
indique que s .. production
agricole ne ces;S.at de regres
ser tandis que lis .tra.vau-
leurs palest.n'ens sent re-
dults A des employs de salai
res, vivant dar.: dcs condi-
tions Inhumaine, isor les
Lerras et dana,, des us.inc
irac'-Llennese

Des sources dignes de fo,
indiquaient, le nrrn-e jour,
que des measures .de security
exceptionnelle avalent etie
prises dans la Capita'e Phi
lippine a la suote de ru-
meurs selon lesque les des
agroupes terroristesa de-
vaient y pcne'rer h l occa-
sion de la ccnlerence.












MENEIN-, .


A 'Ambassade amricaine : ILS Quelues considerations sur le .rationnement, de gasoline


(suite de la lere page)

I'USAID a la Fondation Hai
tienne de Developpement.

Ce don de IUSAID repre-
scnte un creck't de 4-94.600
dollars accord a la Fonda
tion Haitienne de Developp"
ment pour une duree de 3
ans. Cette valeur qui sera
complete jusqu'a concurren
ce de 650.000 dollars par de.,
apports de la Pan American
Development Fondatlon '37
500 dollars) et de la Fonda
tion Haitienne de Developpe
ment 1118.800 dollars est
destinee a finance les pre-
mieres operations envisagees
oar cette derniere orcbnisa
tion national dans le ca-
dre de ses activities.
Selon un docunlenLt de prei
s- distribue par le Presi-
dent du Consell d Adminus-
tration de la FHD. l lnge-
nieur Rodolphe Flambert. a
necessite d une tell ot ganl
nation a ete discutee au
course d'une colnves iln
a-d. d'utn conliresi de' pti-
tenairn's des Ameriques el'
Repubilqiue Dminnllllcalliet I
1977 C' c lt alors qu ce %It i'(l
Presid 'nt a I .Exa '", il di t :
Fundation Pan Amnerih.illi
de DeveloDlpenielnt. eLt ill
Troupe d'HatlllenN loudil]li
Flarnbert ir.. R yiIlld .13,
nefll. EdoullaIrd Mn iiL'r
Yves La bordr Ja,''r, 1
Carbnonelle umI th'clk 10 "
IlAt'en e It' Ill rli.' tliit i i.1
Develop x'en ent pml'n' r i 11b
tention des fond.1. d OpI-;I
tion de la Fondaliol H;Wii'In
ne de Deveiloiiermenr' V'iD,

SL'obuiltif p'ln I'lt:' de
c-tte fondation duran' lei
prochaines annec( eMt d of-


frir aux petites entreprises
des regions necessiteuses de
Port-au-Prince, assistance
technique et un programme
de credit. De telies demar-
ches aideront les petits en
trepreneurs a initler des ac
tivites productuves dans leur
communaute ou etendre le
nlveau actuel de leurs ope-
rations. De ce fait. la Fon
dation contribuera a procu-
rer a cette classes dentrpre
neurs des moyens honnees
de career des emplois, d'ele-
ver leur niveau de vie et de
faciliter Leur integration
dans le plan de developpe-
ment socio-6conomlque du
Paysm lit-on dans le meme
document

A I'lssue ie la ceremonle
de signature. I Ambassad-ur
antericain a lele I eierre
ainsi que les autret' signallal
r-, '' 1 assistance a la
sante des Presidcen: hlalltenl
et amnercaln MM Jean (Clant
de Duvaller et Jimmt Car-
tt-r -t au triomphe du dele
q)pt limenllt Ipou;u1l\l paIl le



J isr- (ue il :*I Ia Fond.a
tl t l H a l0 l i i er dI I t (\e Tlo p


Pi-.It i A t'


NH '5,.'.> tlrl,, ;tlt. i a e

i ",c< r (it i USAID l r 1 .il1
%I l,;iw rrlIrr(' Hl .trlI- i i". '111
:tid iint M Alan Vu" rn.i ( !
l)!ieqtii- ;aulit'IS i nib'r,* I nl
dl.tIur, dte la Fi)D MiM
Jerin Frederic S.t, lri
poid Bellaner Htenrino 1)
Brutus et Mlle MItarit r> :1
Rioussel


t LEOPARD 1
S- t

























MOSQUITO CUL

Pour ceux qui n'ont pas

E. d'electricite

b En camping, en vacancies,

lc; spira'es Leopard tent
i2s moustiques sans pardon

Dominique Bailly

et Co Distributeur Tel. 2.0021

o En vente partout





CONTRE LA GRIPPE

CENTRE LA POUSSIERE


I SUCEZ




OthoVipt6




DECONGESTIONNEMENT DE LA GORGE
S-~ RESPIRATION FAC .E
HALEINE FRAICHE

GRACE A

MENTHO-LYPTUS

en vente partout

DISTR. A ET G IZMERY
PHONE: 2-2144 2-0149


(Suite de la lere page)

compagne.dont la vocation
consiste a souligner leur
ignorance et- a detruire
leur personnalfte...
lis travaillent commel
un format pore se fair un
avenir synonym- -'e vIil-
ltss', ruine et decrepiLu
de

II. se crolenlt touLe leur
vI' superieurs aux autres a
mnmaux parse qu Uls ont
un. certain tlgeniositeo a
faint l mal qu ils appel -
lent alors : intelligence,
raison, bon .ens. jugettient,
clairuoyance. 'ucidite et
subitltie.

Blen inmb.,a d ideologies
assimilabiles a iii i ,pliilL
soplile vague etl it buleuset
:1' se crolenit ttlleme nt
mI nailres de 1 universe
CILu11 itte se ietlghenl pas
a couliderer la t nort oCnU
In. unt lin mal; coilnine
ti ltmplin doll leur pe-
t i'rso 'ine itjiinbera l e
iter te .

i, ti tit ,1 It' llt'lr .', r
b s t l, s thtlais et l i'ttt

o'1 lN i'i iu. ii L Aiit lt

d I It' l llle i ll I\i) it lt
i t d- dt 1 -







l it r r- 'v t L t ti I I t Iv, .c%



L'eau potable
se rarefie a
Delmas

l .on c e qui nou. s (.* pal 1 r

zo:' de Delmas se dtO' IIr
i'e d eau potable depu
Pi t< !.( 1 tui tours Les a-
01...i habi'..; .a d e zo- I
Ine nous print d intcrve r
aupres de la e ..a Aut
t10me Metropoil'aine d Eau
Potable CAMEP popouqe q;;
.rt art o

dirv ul, i n era fait dans ie
ma ...e d i delai- Car Ii !


a ni d'tIcIn 'a;' d titu't
d ~,~i l10 pera adrulne. ]e




qunTe I-d sq de an eud a dm-a
'rn I: e an ir *. q4 tu

Carte* r ona p vir -
a-prI. d an I :- ,ticr





pnque ] si.me'qtre I pon a-
fleau










dLemn t ies Centres de
Commandement
"'t .t ,,, I 'tI I. I a .111


















un: rabl Ui s, peudevc me
selon 1 i institut
B t ro okingcs i t










El (a s d allaque nti clll-I
r. les centr( e de Commn:


sIaVli ne a ptV brlirab, illc
que I ar 'cs qu li!s conttliT




SIndiqe lnte eud de
S Istiut BroBr ookings







CartE r de neI t, i tla oir a
bcr dell l r is I i,'s tIt me ltl n

Is, tt ntiserall tit irrable d'C-
Suit le i at t ps itt stlnS I'ItrpI
g.emlt'. anmt'' lilie Clntrds d)




cotre dei t511 iontsii i'fflcai't
pour C-t, rter 0r11 evntotuIt'h.







ments des Etals Unts.
Enfln. les chercheurs de
lInstltut se domandent sa
les Etats Unls ne devraient
pas se doler cl'armrmcnts
aul leur perrneTtralent d'at
i taauer lep 01',1lli emielp l-
ques apr's Icur lancement.


ments et les hommes.'s
Forts de cet instrument,
a 'double tranchant. Als
font des' declarations cdear
dieres et agitent un drapeau
ressemblant etrangement
.au drapeau no!r des pire
tes ..

Ils s assemblent ali,rs au'
solmmet, come les ant -
maux malades de la peste
pour laisser le roi des ani
maux bipedei decider ou
sort des nes mnalheureux .
Dans le domame des aitls.
ils disent que 1t musique
est impuissante a exp-imer
un sentiment, une attitude
un etat psychologique, un
phenomene de la na'urt, a
lors que la musilue est
1 art le plus comolet ,1 ex
pression de 1 ideal artisti-
que le plus eleve>.
Dans le domaira des let
ires, 11s battent l1 lgrosse
ci Issue aulour dp Ce rtlla'
otucres oil 1 onl cl'cllctrait
en a illn uni eltinicell, de
ge,' voire 1 ombrt du ta
lenl. d,' oeuvre' don't, 1,'
11'cces nili t sexpliqII que par
I cngoulinent pour les ul-
I Ol., it lalel s ello p illod'
de pl hllibltin El la gtri'
r.e evltent 31 collective
I t' dI r t,1 1 I s oet;ivi is
lI rlltl oblige lts eIlt' b I .
PIt I; I ts ;I doI ll d c' N
lit s, ll\, SC reillI ori dal '

li St '111 ;lpo l NO t d i '

S ,t 1I tl:l It' 6 11")V) I

I i I 'llIt I }t' 5OU'. U111 (II[ I 1
I l Itstilt)j. IS 1 tIll 0


grands homes cue mI,-l-
gr6 elles,. I
M'iis comment m0 .i'ces -
ter cette grandeur ,jlans it s
re6gimhnes dits Ici.ocratiqouis
o(* le dernier mot t',.eoly-
quenit. ti resa.-i a la medio
crite majoritaire ?
Uls setonnent alors de
voir un monde lacere de
chicanes, reserves t con-
tradictions. contestations
et protestations... Un mon-
de oft chacun cherche a ti
rcr son epingle du jent u
detriment des autres qui
n our ni le courage ii les
moyens de soutntr la lut
te.

Ils sont entf,.i eprisa -
bl-s de mourir, connus de
toUs et connaissant touil
sauf 1 essential : se con -
naltrt eux-nmenes.
11i ? Ne les nvez-vous
pa-i reconnus Mais c est
vous. cest nie, ,niariolnnet-
tes consCletlne;s q1 atttivol's
1 Illusion de la llbeirte a
lt)i' que. du benc;uit a la
tonibe, nous I n11 ete a la
il rel de ni llit ers cle mi' i-
llo .. Ipar'e:il's, ..m is, edli
ctIlt tlrsi', enlneit l i pt' si ll) .
pler'es ecr'lv.in:, etc... tot s

1e1111n i tiesll n tll illesl It e il
tlnri > pour n1o1 leg11t ( F


he U It tilt)c'l 1 Ptl it tltltd Io't i
> tIl t'l I d i V il T l


'l'locl llIs arltr)t- ,
1 ,' l ih '
! Un ducl pis ;]lnI h I'.s

;l I., bol l p 1a r lpe 23 i t
in11,.


(Suite de la 1ere page)

sur le faith que plutot d'etre
iaouite, la vente de la' ga-
zoline avail ete exacerbes
et que le control saveralt
bien difficile.

Aujourd'hui. nous you-
lons1 surtout insisted sur la
fault que le rationnement sup
pose un system d approvi-
sionnement o l'idee du gas
pillag, est ecartee..Le pare
automobile, certes. ne cesse
d'augmenter, et par la, la
consummation egalemmnt.
Et is ce stade il faut consi-
derer (dans le pare-autqmo
bile) deux secteurs:
le secteur prive;
le secteur public.

Le secteur public com-
prend les vehlcules affects
au services des divers depar
tenlents ministeriels. d.s or
gailslie's autionomies mIixtes,
el dis services d? lE!at en
g"e'neral

A l'heurt du rationnement,
i1 est opp)O)ilon que soillt
Imt'llx coll roles les ltinerai
lte" de t velhiilles de I E-
l tl el It s il redlilts les
i)iNs de glzolline allones
allx dllle>t-l.s dlpartemienll
tl l Stillt inism qutolas, le
lp lu s o l e nt \' t g eln e lr 1se -
Ilt)'l)) <'[ S l, t .l t' lit'lI[ I lt l lll
Inl, a 1 ] s wll le[ I t' i ll(s r
it t')t11w lcit'l) it Itt' liv lln1






S.itlloI I e (tliillt n ;i pts e ic
du toutl dii'clPc ;l un vchi-


cule prive de s'approvision
ner dans les limits inter-
dites, vu que les vehicles
publics avalent access aux
stations et poui raitnt se
convertir a l'occasion eni
transporteur ou debileur
d'essence.


Le problem de la gazoli-
ne s ainnoncc, dans un ave-
r piochaill, conimme I'un
des plus preoccupants. II est
urgent que les measures enll
visages puissent avoir leur
ellet et reliever davantage
du rationnel et du logique.
35


c occanow


L'objet aui respond au desir d'une Mere,



d'une grand Mere ou d'une Belle Mere



existe certainement dans la zamme des


articles PHILIPS


Jeu pour mise

a domicile


.... \ PHILIPS


A LA CURACAO TRADING

RUE PAVEE ET DELMAS.


O"Woo I


L~UI;~C~VIICCTl~;r~+Dc/~YIIl"~;rIEIIII~; .r=r;-a_,


LUNDI 21 MAI 1979


PAGE 5


, 0, L16t1<1_1











LUNDI 21 MAI 1979


CARNET SOCIAL


Deces de M.
Arty Casseus
Les Pomps Funs
'er, Pcrre Lutis v
roncent le dvces su
17 Mat a De mish dd
ty Casseus.
A sa veuve noe .
cia S'neus
A ses enfants : 'Ed
seus, Mine et cnfan
Lucien Casseus, I
enfant
Mine Marie There
fants
Fierre Casseus et
A sa tante Mme
C "Sssets


Sa belle joeurs Mnme OJnID C S de MmIe
via Sin&.
Sesa cusins et ecucmes Raymond Lvsius
Nicolas Sine et Mme NEE MARIE ROSE
bres Pa Benjamin Choute et Mme CLARA MENTOR
sves an- Gabriel Joseph et Mine Les Pomipes Funfbres Pa
Leu onne, Andra et Her- ret Pierre-Louis voUs annon
H M. Ar- mance Baptiste cent' Ile drcs de Madame
Ren6 Cass6 's. Lt Nicolas Raymond Lysius nde Marie
Hermsan'n- Alexandre et Mme Rose Clara Mentor.


dner Cas
its
lme et

se et en

enlant:.
Normil


A tous les auLrer parents et
allies nous adr.ssaons nos vi
ves sympathies.
Le obseqics "'uront lieu le
mardi 22 Mal a 4 h p.m. en
I'Eglisae ,ctr? Dame d'Alta
grace & De m.ias of la de-
pouhie ilortelle sera expo-
see des 2 ne'res


///,r;riHA-- .


A son Ipoux Monsieiur
Raymond Lysins et ses en-
iants, a ses frieres At soeurs
Jean Mentor et Madame,
Paul Mepltor et Madame,
Luo Mnstoqr et Madame, Er
nest Mentor et Madame,
Christian Cesar eL Mgdapme
n6f. Anna Mentor,- Phillnoe
Lafargue et Madame Elie
Latargue et Madame, a ses,
>Wyaw wa mw>02Qy--wao -T


Pour voitures et camions

ACHETEZ A


LA MAISON DU PNEU


19, RUE DE L'ENTERREMENT, 19


I


LES PNEUS DUNLOP



Radial, Nylon, Polyester


DUNLOP POUR PLUS DE DURABILITY

DUNLOP POUR PLUS D'ECONOMIE


bc .u;u-freres et belles -
soeurs Veuve Je'n Rtmy.
Max Cameau et Madame.
Eric Simon et Madame, Emi
le Legros et Madame, Da
nael Lysius et Madame. Jn
Lyslus. Madmciselle Oil-
berte L~sius, a se- neveux
et nieces, a san once Me
Dabelfar Mentor, a. ses cou
sins et cousines Jacques Za
mor, Veuve Sdnat Fleury,
Laurette Zamor, Fernande
Zamor. Aux faom'lles Ly-
slus, Mentor, Lafargue. Ca
meau, Rlmy, Simon. Le-
gros, Zamor, Fleury a tous
les autres parents et allies
nous presentons nos respect -
tueuses condoleances.
Les obstques seront chan
tkes le Mercredi 23 Mai 4
heures p. m. en 1 Eglise du
Sacre-.Coeur de Turgeau.
Le convoi partira du. salor
funeraire de 1 eitreprise
215
x x x

Deces de M,
Maurice Cbauvet

Ls Pompes I uneDres Pa
ret-Pierre-Louis vous annon
cent le deces de Monsieur
Maurice Chauvet survenu Di
manche en sa residence a
Petion-Ville
A sa veuve Madame Marie
Ther se Chauvet nee Grob
seis infants Gregory et Bea
trice ses Per et mere Mon
sileur et Madame Jos pa
Chauvet. ses nncles et tan-
tes Monsierr et Madnme
Gcntil TippenhalRer. Mon -
sieui Rene Polvnice. Veiv,'
Lucien Chau:.'i Vet:i'' A
driven Matrin. Monsit u" et
Madame Francis Hadley. si
bell -mi're Madame Marie
(Orob ses freres et soeiirs.
be'anx-hrres i0 belles -
sOs IIs Monsleiir t Mada
in' Rene Chvitii\ MII iptur
,, Madame Alb, rt i'i:i C vel.
M i.l:imiit goo I ve 1 Ch vip: .y
In nriteh 'lb'! -t.' i'-:,,it'
Nl, S1iii Je 'l (Claud l Fol
in. i t M NlziL;il:'r li, Jo.'cly
I' C'la:et M'onsi r i Ro
i l a :iihl 'i Maih lm I e '



(;1 '.li :l i''Nl'sitqii n I ii i llIi

An lnnsi>!r -l I" n d;iIe'
Hrit Odride h,Aln, ni) lr v'
M d .d.. i 1 n, I rrpli2,;,n
M *I ,1, / wN Mu'dine nlwirl
Lecoilet. Monsieur et Mada
m, JaIIn Marp oigt Av,:
l.i milos ('hu ivt ;Grb Po
1i. ice T nvl .'pihau.r. jt, -
no.' Sylvam. 7." Vi ,., Do


minlque. Cassagnol. Clesca,
Guilbaud, Dupuy, Loehard,
Salgado. Morisct. Se)our, 'A
:ou' les autres parents et
allies nou ad-eisons n-:s vi
ves sympathies.
LA date de s obst-ques era
anno ncee ulterieure-ment




Deces de M.
Gerard Faubert
Lea Pompes une'ores Pa
ret-Pierre-Louns vous an-.
noncent le dee-s d4 Mon-
sieur Gerard F,ubhrt. II
seat eteint ie 19 M6 i M t 1
heure p. m. a 1 H6pital dii
Canape Vert.
A sa veuve nee LUnia Vi-
tiellC, a ses cn'"ts Ma
dante Nadege I'ubner,T MIes
4lemoiselles Carol. Alxriin
dra et Joanne aubaet. 1.1
et Madame Patrick Fau-
bert MM. Jean-Bernard et
Pierr( Richard' F a u -
'bert a ses net.its-enfants :
Clifford, Taixia. Tara et
Christopher Barbic, Chris -
tini Faubert, a ses cousins:
Monsieur et Madame Jac-
ques Faubert et famille, M
et Madame Jean.-Claude
Faubert et infant, Mon -
sieur et Madame Philippe
Faubert et -'amille, Mon-
sieur et Madame Guy Fau-
b. rt et famille; a la family
le Raymond F'aubert. Aux
families Fa:ibert. Vitiello,
Barbic. Brisson. Aira, Bar-
rau. Ewald. Bonnelil, Man
gones. Michau'd, a tous les
autres parents et allies
nouf address .is nos vivves
syinpathies
Les ousequi.'s si ont cc-
lcbrees le MItrcredi 23 Mai
a 4 heures p. ml. 'n 1 Eplist
Btaptistei sise n: la Ruli d>e
li Reunion oil l. dpiiiull
le i'iortellIt st'rli I'xl po.see
dr's I tuiros 215
X x x x
Deces de M. Jean
Luzincourt

I.'ts E 1 r."I ls"' ( 'lris
l d I li' el- .i V 'lI' In lltil l
I! iai1i1i i llt' utl) i'i i Ir Al1,
viii" tih itl'il l .i ii sic il I






dll'i nl e Anis, 11: A s1rs r L



Fla :I Monsl i, i l M, l d:ieI l
Gustave Placid llu Rc.tji


T4 Luzincourt Violette
Luzlncour, actaellement
aux USA Kettly, Lucet-
to, Mireille -- Fanel -
Frantz Bernard Ernst
-- Starfford -- Jean Ro -
bert Luzinco'irt a Mon-
sieur et Madime Regnler
Raymond rier Hnlande Lu
zinccurt M- Mois.-ur et Ma
dame Lo,,snnrd Mogene
nee Yvrao'e Luzincourt -
A se.- freres et seurs Mon
sieur et Madame Lapom-.
meraie Luzincourt Ma-
dame Veuve Marius Jtrome
nDe ThArese LLzincourt -
Monsipr et Madame Clair-
cius Franolis nLe Elizabeth
Luziincpurt Madame Tha
lie Luzincourt Monsieur
et Madame JBean Baptiste
Dorcth.,e nee Gracieuse Lu
zincourt Monsieur- et Ma
dam, Plerrius Louisma nee
Angela Luzin'ciourt Mon-
sieur et Madame DAlinols
Luzincourt Monsieur et
Maraame Belltaiour Lu -
zincourt Madame Sernimo
nis'e Luzincourt Mon
sieur et Madame Antoizin
Luzin cort.

A ses nevux et nices
Docteur Mirelle Luzin
court. Ricot .uzincort ar.
tuellement au Canada -
Madame Gullai.ne Papil -
lon nee Luzincourt actuel-
lemrnt au Canada a
Saintecy Alexis actuelle -
ment ;Iux USA.- ,a Joseph,
Preserver Jbsula. Eddy,
Erica Gerard benita. Loi
*so Supplice, Niclas, Otho
it 1 Luzincoil-t .- a Mada
in' Crescent. Madame Leon
e. Madame D meran Ma
dillll Servius Lucien. Ma-
danmi Claudin. Cadet.
A L; I'Prsiil nel t lt I Ilntin
daiice du Palals National
PuI 'icuiitiir('nmlnt Monsieur
H'iir Jean Baptiste.

A I 'oi ., iiils Di I't iu r ei 'r
mnl lr los l'rionl Moist I ir 1
'I hladaiiic ;' iit;/i'd Hlaki
li Monis' 1"t''ii i Mi dnllo
l''il/ lhikline, Mh nsletl It,
wit' ill i ( cl l.idid;i Wi ll
i" Noel. M.i'IS, Is Coplia..s
Thc'l lulore aln:il oIl a loiul i r.l

ii i iiaieIt S ( t lll tis I
Il lllt lliir' CO ] 'l Ll




1 A iii. i' d.'s Fi' j s tciiu
N, l' il Fi'i.nedi 2(6
r I1979 o ri ii d upownl ic
I' ll, 1 i Srl 1 i xpoi sexC des
2 I]( iir s P
N B L ii ,- a 1 iiM cine
liir s( lera :. 1., barriere
Prlin lliule 21".


DeieftdeMeue
Yolande Pierre ,
Paul

Pax Vil.a dnnonre ie d
ces de Madame Yolande
Pierre Paul jurvenu le Jeu
di 17 Mal a I uli'te d une
lorngue maladile ouIrageuse
ment supported
Eli cettp pe-ible circons-
tance Pax Villa Lt Le Nou-
Melliste presentent leurr
sympathies a
son frere ie Docteur La
niartine Pierre Paul tt !..a
dam nede Maicelle Char-
les. a ses neveux et nieces
le Docteur RaN.rmonqi Pierre
Paul et Ia4ame nye. Joce'
lynre Lahens' a iDoctur
Edtard. Douge, .t Madame
nt.e Mona Lisia Pierre Paul
- h Lesly Pierre Paul -
a Madame Odette Chikel et
famille a Monsieur An-
thony ChIkel et tc.mille -
C Madame Tugenie Pierre
Paul et famitlle.
Aux families Pierre Paul.
Charles, Dougo Lahens,
Chil:el et s tous res autres
parents et allies que ce
deuil afflige.

Les fundrailles de la re
grettde Madame Yolande
Pierre Paul seront chantdes
le Mercredi 23 Mai a 4 heu
res en 1 Eglise du Sacre -
Coeur de Tuwgeau Le Con
"c' partira de Pax Villa Sa
cie-Coeur ofi la depouille
moilelle sera expose des
2 hlieures.
L entree au Cimetiere se
fit par la Pone Monsel -
gneui Gullloix. 215

X X X Y

Deces de Mine Leo



S mml I'l -ln'lloils wtis an -
iilnc. ill ei I t.'<, 's d M adai
Ni. L .eo RUi iF, ( M oni' Ger

A w s' li'fla i .s Iln1ir tirLl
]'ii l,'i Ri)y M ,i nsii i iIs I 'lln

di n Rct oy. t hlli["''lih' ti l M;i
i lli Mi N Ior) .' Motlleni lr
l i t'r V ii rvi ,'sx ( t Mada
II,' liev C ('h is' lal< b Riv. Doc
S liii Mail la;1 lJv t Mada
llIII, li D 'llyin ur ov. Moll
.:111 IE''int .11tni 'l l 'll1 tI
M Mad.ollIr I n, 1 Al. 1 *,i .I'l-"T 0ri,
s l iy. hlig uiiiir rt M'adn
III' ,Leo IRoy i" MonsitUii
I eit 'n 1-1 Ruy. sc.s pelits-'n-
l .a Miiun '.'ii" tr j'eal La
i1lli'h tet M.;id'iii' nei Ani
lit Roy Mos', ur CCai los


Daza et Madame nee iL1 3le
Roy Docteur Pierre Eugbr.
Roy, Monsieur Jen Robert
Mercier et ,tlidaire nde
Chnstilne Roy. Futrick Roy,
Monsieur Rine Celestln et
Madsme nee Fvpelyne Cau
vin. Madame Renve Cau-
viii, Monsieur et Madame
Michel Cauvin, Ingenieur
Daniel Vaval et Madame
nce- Eliane Cadivin. Floren
l'. Mle-Hdelne et Francois
Calvin. Moos.beur c-t Mada
me Harry Vndry:es. Mon-
sieur et Madame Claude
Vcndrye- M:' i -Lumce Ven
dryes, Monsieur Alex Val
dez et Madame nae Rosely
ne Vendryes. Fianck jr.,
:Mf'xlmL. Lisa ef Jilefle Ven ,
dr,.e. Madan-e Marie-Deni
se Day. Monsieur. et .Mada-
m- Georges Day, Mon-leur
et Madame Martial Day jr.,
Docteur Philippe b5ay, Doc
teur Lyonel Day, Madame
Doris Day, Ingdnieur Da-
niel Elie et Madame, Vi-
vian et Jean-Richard Elie.
Sylvain Roy, a ses nom -
breun: arriere petits-ent -
fants; a sa sour Madame
Julia Germain. a ses ne-
veux et nieces; aux famil-
les Roy, Caivn., Vendryes.
Day Elie, Germain, Mala
ry. a tous les autres parents
et allies, nous adressons
nos sincere sympathies.

Les obstques seront chan
tele le Mercredi 23 Mai a
4 heures P. M. en 1 Eglise
du Sacre-Coe!ir de Turgeau
L'- onvol partlra du salon
i tinel aire de 1 i nLrtprise
L entree au cimetiere se fe
ra par la bahirl're pincipa
le Rue de 1 Lnterrement
215

X X X X

Deces de M.
Amerzier
lmmainuel

P l''. Vill: a aiiMno i .c li' dI
C'(' Siliv' ii It' I' h M al 1 ii
s. a r 1i'hidtli' ; i a la ruellhe
Jr;i, Cla li-. di Mil)n -
Si jiIi Alnii zll r l'i:iiiaiL1iiicl


ili tr P'/a Vl.l i' l Li Nou
vti i isii l ii6i't '-ii lit l I'urs
Symi llA ili's .ji J V(,iiv' i i
Edr'lcidi Iii'r,'c a six's en-
flan:i Monsli,ir Lie(Onti Em
n', i( (I M )anm"e nne Eve
]y"-, I11' *I q I r laLnts. Mon
;lii l.iidlier Roclh. et Ma
d:iml nee F alncep Emma -
iiluel P'i i('ia I's Monsieur
R(-:el Ui lai.'i,- t Madame
(Suiti page 7)


TO UJOURS QUEELQIUE





Le plus grand choix -- Les plus grandes MarQues -- Les plus beaux Modeles


CHEZ LE SPECIALIST


OU LE CHOIX EST LE PLUS FACILE... PUISQU'ON









I .























Pour La Fete des Meres, ne





VOUS LA CONNAISSEZ SANS DOUTE.


"-~9P. -EQ~ -I;_____~~:~i~C 1---I ~-_~--------1~-~~~--- ~~~~~~~~~~___~~~__sr~_;l;_~lli9Wl.i~sil


Doars yaa^. ^^Qojc ao/wsieeefvyaoa .


~X))),~UU)))~J~D,+O~rU)))))IDIOG DDW*O


-----I-"'"-'-'-"U """i"'y"""'Y"'----PI-U--~~_~*~I


PAGE 6










LUNDI 21 MAI 1979


CARNET SOCIAL


PAGE 7


Nouvelles de 1'Amerique Latine


(Suite dz la 6e page) Deces de Garmen
nie Kettelie Emmanuel et NiCOlaS
infant, Mesdemoiselles
Dieunite Emmanuel, Mqn- L Entreprise Celcis et Le
sleui Franois Poliscard et" 'Nouvelliste .vous annoncent
Madame nde Franklette, Em avec peine le Ifces de Car
manuel et enfants, Rivien men Nicolas survenu le Di
ne Emmanuel et Muller manche 20 Mai. 1979 A 5 hem
Emmanuel, Allando Em res p. m. a 1 H69ital du
manuel et Eddy Pierre, Canap6 Vert
Ldonne, Pierre, h ses freres
et soeurs Madame Silvy Em En cette douloureose cir
manuel. Madame Aline Ai constance, 1 Entrearise Cel
mo. Monsieur Dagobert Em cis et Le Nouvelliste are -
manuel, Monsieur et Mada sentpnt leurs sinceres con
me Maxwell Emmanuel et dsliances a sa fille : Ma-
famille, Monsi-r et Mada rie-Danielle Nicolas: son
me Robert Emmanuel et free et belle-soeur : MonI
famille. Madame Charlo sieur et Madame Vildebert
tin nde Ertha Emmanuel, Niclas: ses cousins et, cus
Monsieur Jeambart Aime, sines Madame Victor Mlul
Monsieur Lafargue Emmi- lery, Monsieur et Madamne
nuel, Madame et enfants, Serge Mullery. Monsieur at.
Monsieur et Madame Les- Madame. Monsieur et I L
perance n6e Litane Emma- dame Lesly Bogat et en -
nuel, A sAs pets enfants fants. Madame Karen B.n
Huguette Rock, Frantz Roc, cat. Monsieur -Ioland Vor
Hans Roc, Maryse Roc. Alix 3liJr. et Madame nie Sin
Emmanuel. Karens Emma- rvline Boeat. Morsieur Slr
nuel, Islande Belance. Re ce Bouat. Monsieur Leni ito
gine Belanre. Sandy Loo gat. Monsieur Lmmanuel
Emmanuel, Malia Emma Bogat et enfat ts. Monsieur
nuel, Alice Emmanuel, Si et Madame n texandre Po
money Emmanuel. Malia Em iau et enu M 'r
manuelm Alice Emmanl anuel Booat et enfants.
mantel, Alice Emmanuel. Minciur et Jiadime
LDli Emmanaiel, Suze Em- 5hnsieur et Madame .1
Lx1i Emmanuel. Suze Em- lexandre Bocat et enfants.
manuel. Jean Junior PlEr- lonsieur Waltlr de Se fts
re Arold. Marc Georges St Lon;icur Walter de elv
Firmin. She Laov. Pol Licngshanmps et Mladame-
carmC Ralph linrmanuel Re nee Gladys 3o0,at. Mademoi
cgnald Pierre, a .es beaux-. sell Sybille Monier. Mon
freres et belles-sceur.s Ma sieur Oriol LoIrs, Jeune et
dame Sulmebahte Belizaire ad.fme nee Vanina BHiate
et famille. M me Julie e famlle. Monsieur Ber-.
ne Andre et tamnle ,iMunll nard (arrie et Madame ne
ne Andre et lamt le. M n l)na Louis leijue. 'lor -
sleui et Madam, Gesner 5iar Gerard Jlne. Mua e
Pierre, Lochard Ptrre Ct i Madamerard le Letihas eat
mille, Madame Figaro Fils etadlae nm e i Leri,-a o- i t
nee Melicia Pierie Due e familler n 1,s lads-
tour Jean Andre Madume cme lert liagt t fad-
(t famille, lVMo.leur .eta l Me ive ( iulre Ul nIai et f,
dame Ludovi, ("herlbin e! nrie lundu All ni int
famille. MaJ:,me Vl i ii'cim et Vl anie 1ia
Chauloes Lai:tnia. Men Oneti l isat ,, falmill
Sa Mdn, Renld Ar farn"ill"., iullern ,
Septimu.s et t'.in:le a Miti a, e I . iet cha ips.
s eui pct Maid tII- Ii "" "" i' KIl
Lou.'; Jei nt i;nulli, Aux > 'st a l oi tllaile
femilles I ninat, l F. p, r a lt ,lails i i
re Bredy, Rock. P ,l-, itd t le, t -e l'.rentis
St Firmini 1"lI. t a u d i s af i'ti Iar -'
a. tlts is' :'u.r, pi en
e allies eii ili t fl'i rai il is e Ila
dell;


Ie; funeral l,,s lde Mnn-
sieur Amerzi r Imman!uel
3sront chans le Mirr,
di 21 Mal a 4 heures P .M?
en I Egl:se du Sacre-Coeur
de Turgeau. l,e conv,: p.,r
tira de Pax Villa Sacre -
Coeur oft la uepouille mur
tell sera tx;Oi.:e' des 2 ahu
res 215


iretlee (k rii-i.n N i o,.3a, c
ront i cairite en I li
(t1 Saier' C,(',cir ursai
Ie Mcirrredi ', M' l ir c,
I siarrec, s I. ,, a
ticr. tu sac .cl \iai'.' lli~,
de i ructrepie ( (Iris iOI
I -eposition mnr i leu des
2 h(ures 1) ,n.
I entree i.iu metiere sc
fer., par la Sue 'Monsil i -
goeur (Guil liox 215


CHASSE AUX
GUERILLEROS EN
COLOMBIE

BOGOTA (AFP)

Les forces armies colom-
biennes appuyees par l'avia
tibn ont declenchi samedi
une vaste chasse aux gueril
leros dans le Sud Ouest du
Pays; annonce-t-on A Bogo
ta de source militaire.

Cette operation; precise-t
on de m6nme source; a pour
but de mettre fin aux acti-
vites des membres des for-
ces armies revolutionnaires
de Colombie (FARC; pro-so
vietique) qui,; il y a trois
jours; ont enlev6 trois ri-
ches proprietairese terriens
de la region.

En plus de l'aviation; 3
cents soldats ainsi qu'uii
delachement d'elite de la
police secrete participant a
cette operation. Selon le Mi
nistre de llnterieur cette
chasse a pour but de livrer
une bataille definitive
aux guerilleros qui tnt: a
affirme le Miistre 31. ier
man Zae Heriandez; au
course des derniers mois at
taque plusieurs villages et
efusille au moins cinq
parsans accuses de collabo
rer avec les auturites.

Dle source militaire on
announce d'autre part que
dans le rest du pays- lar-
inee a arreti au ours die's
del tlers ours plus de t ent
pIersonles soOpPocOees de
s\mpathie iavec les groups
marines tlandestliln

xIx N x

siIt AIR1 ITl' TAIEIt

1) NL1T ItA Isi"14 N
AMi' lICAinss .


I es i tats nis I nil de
ni:inde 'antiedi i h: (''la fur ,u
lprtne du Chill dtie reenai
'-r son refuse dit'etrader s :
0 11.Ic le,. ,hlth ns .iu 1('tisi
d :~ii r c ir sniL, t : t s I ,
I ;it a W asuneton if le I'1%i
i.c Ministre des Aff;iirec I
trangires Orlando Ietcher
Ce recourse a ti't pre.;ent,
-- le dernier iour du dil i
fixe pair les autorites tlu-


liennes -- par 'avocat du'
D ipartement de la Justice
americaini; cinq jdurs apries
que le president de la Cour
Supreme ait refuse insuffisances dp preuves;
I'extradition du General Ma
nuel Contreras; qui dirige-
ra la police politique(DINA)
aujourd'hui dissoute; et de
deux de ses collaborateurs;
le Colonel Pedro Espinoza
et le Capitaine ArmandO
Fernaiidez.
Les trois hommes; don't
Washington avait demanded
I'extradition en septembre
dernicr; sont depuis aux ar
rets dans un lhpital de
Santiago.

Mardi; les Etats UVis a-
vaient rappele leur ambas-
sadeur dans la capital chi
lienne.


CASTRO :
BILAN DE LA VISIT DE
IfDEL CASTRO AU
IIIXIQUE
M3iXICO (AFP)
Au leademain de la visit
de deux jours au Mexique
du President Fidel Castro;
l.a Havane et Mexico pa-
raissent disposes a s'allier
pour resister aux pressions
exereses: a leur avis: par
les E.tats nis: estiment sa
media les observateurs dans
la Caint.ile mexieaine.

Dans un comnimuniqut e
coinmun Dublie vendredi
soir iA la fin du sejour du
leader cubain; M. Castro et
ion hole: Ie president Jose
Iopez Portilto: int elc res-
p < t total de tIilitgrile ler
ltiloriaie tie haii ue lpays)i
-.1 le tdeii i:i' t elenie t I des
ibasei l ililaires elitralillgires
11.il telu tl ti tle liN \


Ivtill e1).iNm e t oln I a [at 111I

S tirneritca e tic'd (u:Ia t: .I
Im p, ;I II d tt'd l e 1 :11

MM (a.istro et PortillI
(lilt deg h lle <-olinih e Il
necevesst e d .l1 1 n setl\ e ti tor(l e
ec ,,nomique nIc ndial iiI if
det la d, de ('a rte d "

mnfjl s | s Eld t Flat, lv liabi a
I illiltlftiv (till xi(liCi .

l e Mexique et Cuba oiti
'un etI lautre des grief s a
faire a iitashingto pour


Cuba; seol pays communis.
te d'Amirique Latine; il s'a
git du blocus economique a
mirique-et du maintien de
la base de Guantanamo.
Pour le Mexique; il s'agit
surtout de la querelle sur
le prix du gaz mexicain
vendu aux Etats Unis. Ce
problem irrite a ce point
le Mexique que celui-ci eot
tented de renforcer ses al-
liance avec le bloc socialis-
te; fait-on remarquer dans
les milieux diplomatiques;
De faith; le Mexique a a-
morce un approchementt a-
vec les pays de I'Est; la
Chine Populaire et; mainte
nant; Cuba; pour echapper
a la dependaace de son com
merce exterieur; qui se fait
encore aujourd'hui h 70
pour cent avec les Etats U-
nis. 0
Certes le President Lopez
portillo a reconnu; pendant
la visit de Cozumel; que
les injustices dans son
pays etaie,, eOCorpe o-in-
t6s pour trOuveX la liberty
nous asons peiuu ne vue
la justices; a-t-il dit. Mais
rien ne permet des croire
que son pays opere un vira
ge a gauche.
Ainsi la politique exterieu
re mexicaine ine variera
paseo a declare le President
Portillo.

En tout etat de cause; le
NMexique: geant de 'Anmeri
que Centrale semble deter-
miane a jouer un role accru
face ax tFlats t'nis dans
les organismne.s regiotiaux.

x x xx

P1 TRIOLi'
LIS RFS1: (I{E:S
VE INZl IIt. N ES

'it{ACA.N (AFi1'
iLes reieri es petrhllerec
du V aiulUel:> a;ieinenllt
1 0 00 llnilmllnns de b.tkril,
idlsque ni dui- tc eni i cff'l-
tais par Minitii ere de. It-
lelrgie
Selon (e dociiienet les re
selres pltldiables sisotl esti
liees ai 18 0(I nullions ide
huntws.m,men-probables a I'
0(100 ntilu io etl potenliellcs
a UI1 .0100 r m hlliiis
Les rCeIt''ls de 7 so%0, t
estimer. aI press de lrqi,
nsilhard, i nieltres eUbes;
don't un peu plus d'un mil
liard pour les reserves prIi
babies et 1 milhard pour
les reserves polentielles.


ITALIE :
PRESENTATION DE LA
cVOITURE A ALCOOL

MILAN (AFP).
La voiture qul sconsom-
me de I'alcools a etk offi-
!paoms aauasaid uamaillata
A Milan par la sociti tAl-
fa Romeo.
II s'agit d'une Giuliettas
fonretonnant avec un me-
lange compose a 80 pour
cent d essence et A 20 pour
cent d'alcool.
Le prototype a ete pre-
sentte par l'Ingenieur Car-


lo CJti; le peres de.I'AJ-
fa de formule un : ,Notre
volture a alcohol est proche
des models traditionnels;
a-t-il dit; et bon rende-
mant est an monis legal si-
non suplrieurs.

Les journaiUstes ont 7 pu
essayer. le prototype; identi
\que exterieuremeiit aux
*Alfa Romeo* commerciali-
s6es. Les modifications me-
caviques psir rapport a un
moteur classique Eont mnl--
mes et tiennent essentielle-
ment dans la carburation


et ses rglages,; a indiqu6
lInginleur Chill. Apres une
transformation rapide; cet
te volture peut ensuite fone
tionner uniquement avec de
I'essence.

La firme itallenne a esti
me que Ce procede permet-
trait d'6eonomiser un a
deux pour cent du petrole
imported par I'iltalie. Toute
fols; un problem subsiste:
celui de la production d'al-
cool qui devrait dtre adap-
tie A ces nouveaux consom
mateurs.


CHOSE


P "IsU


Les plus jolies Couleurs et les plus bas vrix ne se retrouvent aue





en ELECTRO -- MANAGER
rssG^ --


TROUVE DE TOUT


... EN PLUS!


ratez pas La Bonne Adresse






...VOYEZ LA TOUT DE N EME A LA PAGE 11


i


". -~


/-



Confiez:nous



vos hommes d'affaires




Vous ferez une bonne atfaire


4SSf PO UR
Uv 4SFJloulR IUSS,


HOTEL CASTELHAITI



2-06-24/2 37-77


c~---~r~l'iJn~-/Ill-,rx~v//rscs//6,CC/~


WIMP,


-- ra----;b~a~~~\~~~


L>- s *


. % ,.. .








C LUNDI 21 MAI 1979


AEROCONDOR





Peut vous faire e&onomiser!




Oui, vous economiserez jusqu a




$111.00




En choisissant




Pour vous rendre a Miami.







AEROCONDOR
La Ligne Aerienne de la Colombie


VOTRE AGENT DE VOYAGES VOUS

EXPLIQUERA POURQUC'




VOUS POUVEZ AUSSI APPELER




AEROCONDOR


2.3675 -- 2-1101 Angle des Rues Pavee et du Peuple

ou



6-1090 -- 6-0790 Aeroport International Francois Duvalier

(2 heures avant le depart des vols)


~Y3~3Q~3~~'Y"------- --- - --- ----~--- Min- s~,=~u~-~%;~)~;~v/rrR~'~NC'Y'


A., au D(
au Rev6d
Delva, A
aux Rell
gregation
gois d As
Willy Le
Funebres
Louis, ail
breux an
title, de
1 Etrange
moigne 1
1 occasion
niere, gr
soeur, ta
ve Maurin
ne Romu
affection
les prien
profonde


Remer
et avis
Veuve
et ses ei
tous les
qui leur
sympathy
la mort
NaKleh
JI Mercr


violent a
quiemn qi
Vendredi
30 P. M.





Avis
Ae vSous
declare -
ral et au
Iiistier r
)ponsable
tes et at
se Minme.
Altagraci
dant qui'
vorce soi
contre e

Port-a
1979


SRemerciements
Me Gerard Maurice Aler
te et ses enfan:s, Madame
Jositte Alerte et ses en-
fant.3, Mesdemoiselles Fer
nande et Simone Alerte.
Monsieur Frantz' Elle, Ma
demoiselle Leonie Alerte
ainsi,que tous les autres pa
rents et allies adressent
leurs tries sinc6res remercie
ments & Son Excellence, M.
Guy Bauduy, Ministre du
Commerce et de 1 Industrie
ainsi qu au personnel de
son ddpartemont, & il Dircc
tion, 1 Association de., Ca-
dres et Agents de Maitri-
se. au ComitA syndical ou
vrier du Ciment d Haiti S.
A T~~f.- -4A


Su r ure am. Saul convention contral-
rend Pere Ulrick- re, ses honoraires seront de
gieua supe de la Core et 20 pour cent des creances re

de Saint Fran couvrees et des condamna-
;sise. a ia famine tions susceptible d'tre eva
ezeau. aux Pompes luees. Sagissant de regle-
Paret Pierre ment amiables avant toute
nsi qu aix nom plaidoirie, ils seront de 10
nis tant de la capi pour cent. 11 en est de me-
la province et de me pour le recouvrement
er. qui leur ont td dune creance hypothecaire
leurs sympathies a avec clause de voie paree,
n du deces de leur L'Avocat ne peut reclamer
-and-mere, belle d'honoraires tins les causes
inte, MAIdamne Veu plaidees d'office sur commis
ce Ale-te, nee All ion du Batonmder.
lus enlevee a leur Article 60.- Les Avocats
le S5 Mal 11S. Ils qui assurent le service jurl

gratitro. 215 en leur dique des Etablissements pu
blics ou prives a un titre
U- quelconque (ContentieuX, A
vocat-Conseil ou autre) dol
ciemet vent notifier le faith a la
,ClemenS connatssance du Bitonnier
S et au Conseil de Discipline
Naklen Talamas dans le mois de leur instal
infants remercient lation.
parents et amis 1 est accord a ceux qui
ont temoignd leur pretent dej] les services i
le a 1 occasion de ces Institutions un delai de
de leur regrette deux mois a partir de la
Talainus survelnuc promulgation de cette Lot
edi 16 Mal. pour se conformer a 1'alinla

e temps 11s les nll precedent.
une mlesse tie Re- Les Avocats qui refuse-
ui sera chantee le ront de se soumeltre aux
i 25 Mai a 5 heures prescriptions de eel article,
. I 1 Eg lse Clliit apres deux avertissemrents,
i memoilli're du de- perdront le benefice de leuir
Ihlstriplion aui Tableau Un
avis siglne dt BnAtolnler el
autorlse par le Constell de
Disclplint', sera public pour
Matrimonial porter le laitl a la i ionala-
>signe Charles Mills sacet du pIubltic
ill public en ga6ni- Article '17-
Scommllerce cn par a i Lies dons et legs retuis
n'etre plus res- des persolnnes oi de orga-
d e s a c uiahtion locales ouil etralgoes,
actions de inon epou eI's valours. les ouvrages, le.s
Charles Mills; eie objets, les subventions dc
e Cadet en atten- lEtat, les taxc., de Drolt
une action en di- Corporatil a prelever sur
it intentee sous penu eirtains actes davant de
lile. premiere et deuxientm clas-
ses et certaines expeditions
u-Prince: le 21 Mai d pi ces et Is val urss otu
.t soinmmeis provi nait des au-
tres institutions corporati-
yes locales on internaitona


ki La contribution special
le des Magistrats et des Avo
cats assurant le Service Ju
rldique des Etabilssements
publics ou prives. Le mon-
tant sera fixe se'on 1'Etablis
semest desservi.



Petites A-

Offre d'Emploi
Compagnie Haitienne cher-
che des mecairciens ajus-
teurs avec experience 3 ans
minimum pour montage de
machine et Cir.voyeurs.
Les in'iress(s sont pries
d appeler au 6-0666 pour In
formations.
215



A vendre
Terrain 100i > 200 a Del
mas 31
hio;i Postale 1?92l Tel.:
S A M 4 n rm *-*"54 285
X X X X
Nouveau college
Bird
Les inscriptions au Non -
veau College nird, pour If*
classes de la 14cnie (Jardin
d'enfants) it la Philosophie.
ikeront rescues nu Secretariat
de 5 lires a 12 hres, du i,un
d! as Vendredi.
Le s eleves ayant fault la
fi-me et desireux de priepa
rer. en trois ans, un diploma
conduisant aux carrieres corn
menirclales, peuvent s'lnsr'i
ret Ia Section Moderne. P,,
uieurs options possibles : S9
errtiiriat, Comptabilit., Ad-
ministration Commercial*
etc
lPi'ces t presenter pour tou
te Inscription *
a) D)eux photos
b) Acte de naiss.aneo
c) Carnet scolaire de la
dernlire cole friquentea
d) Certiflcat de transfer
La Direction X

x x x

A vendre
a Delmnas


Emplacement de 50 x 100
sis i 'angle de Delmas 6?
et de l autoroute de Delmas
Prix 5 7.500 dollars. Phone
2-5031 (de midi a 5 h p. m.)
295


Une lettre de

M. Gaston Me. Berthony


A propose du d6cret
realemaptant
(suitee de la 16re page)
cats est L mfeneur a 6, les
functions du Consell de Dis
cip'tne sont remplies par
I'Assemblee Generale des Ju
ges de la JuriLction du Trt
bunal Civil.
Dans ce cas. l'Assemblee
des Juges, jointe a celle des
Avocats inscrits, cholsira
parmni ces derniers un Avo-
cat qui reprdsentera l'Ordre
Article 5B.- L'Avocat a
droit ? des honoraires pour
les services rendus. II peut
demander une provision,
sans contrevenir aux usages
de la profession.


x x x x

AVIS

On desire appartement
pour 3 personnel. Tel. :

2-2751


(Suite de la l re page) r
measure de prendre position. o
Aucun cas n'a ete fait oe r
cette logique intervention. a
Me Berthons M. Gaston c
qui est abonnS au journal r
Officiel qui avait dejA lu le Decret i
en question a obtenu la pa c
role et a sout mu que les 2
beaux discourse qui venalent ]
d'8tre prononces n'eclai- I
raient pas 1'Assemblee sur I
lea accrocs veritables qui d
avalent dte fatts aux droits o
des membres de la corpora- c
tion par le Decret du 29
Mars et que, pour 1'ddifica
tion de tous, 11 fallait clal-
rement Indiquer les articles s
du dit Decret qui heur- c
taielt les int rfts des avo-
cats. On ne s'est pas soucle
non plus de cette Interven t
tion : .
Cette prise de position des
deux Avocats precites eta_ e
justiflee par le faith que aes
homes a une meme Corpo
ralon, ou mieux, des hom-
mes de 1li, nt pouvaient se
reunir pour crutquer une
loi qui les concernaient, et
prendre une decision enga-
geant tous les membres de
la Corporatiun, sans accep-
ter au prealable d'approfon
dir ensemble la dite loi.
De plus, le Conseil de I Or
dre n'a pu fair parvenir 0
temps a leurs destinataires
les lettres qui devalent in-
former les avocats de la te
nue de cette Assemblee C,
centre temps a empeche
plus de la moitie des mem-
bres inscrits d etre present,
aux ceiiberairuons

Au lo:ad, qu y a-t-il ?
La'ticre 31 diu Decret du
29 Mars 1979 itproduit dans
la regleinenitat ion de lexer
clet de la proflesion d av\o-
cat ine brutalei tlnnovatlon
II liiLeril 1 exerIlcei dei- e
Le profession illix Presi -
dents. Vice Presideints, Se
cretaires. Tresoriers ie Gi-
ralts cliales ei l Illdt l iit hlclls Or
cette interdltionl Iraippi-
selpt ou hili :Ivocats cOmlllp,
teillts et d( gainid retinon
Lllbsnlice di rets iseptl n
hult, vocals frtelitl perdre
son ui e au Ilarre'au de Pt-
au-Prince

Tous tles cr n'lter:: infor-
nmes ant tout de stuitie rel-
ve eelt aspect du oprb'rnilc
et. au nom d, lan Solidarite
Professlonnelle olil stouln-
to une modification du DP
cret.
Mais la Solidarite Profes-
sionnelle est pour ninus tne
nation louti no iveille Dr-
n'is vinet Cilno ans que P
freqnpente Pe Palais de Jusal
rc. elle n'Pst iqmnis mani
festee a 1'egard des confre

S--U -- -

nnonces


A VENDEE

A BABIOLE
GRANDE MAISON A
VEC ACCESS SUR 3
RUES
4 CHAMBRES A COU
CHER
5 CHAMBRF.f A REZ
DE CHAUSSEE
5 CHAMBRES AU SOUS
SOL
VUE IMPRENABLE -
GRANDE COURT JAR-
DIN
PEUT-ETRE VISITEE A
N'IMPORTE (tLEL MO N
MENT
PHONE 24790 25686
23921



Retraite

Retralte S Ian Communitnaute
St Hominnes et femmes Ouvertu
re Lundl 21 Mal 79 4 heu
res 30 C16ture Dlinanche
.7 Mal 1979 3 hres 30

Pour tons renselgnemnents
suiipleinintalr's Tel. : 2-
Altcc Ed. ETIENNE 225



A LOUER

Hall pour commerce sliui t
l 'angle de la rue des Case
nes et de la Rdunion.

Pour renselgnements ap -
ielez le 2-3202 de 7
A M. de F T 7 P. M.


i 215


;!5


POLSKI va de I'avant























en off rant actuellement une 1500 cc pour $6.195.00


Pour ce prix Ia, POLSKI vous offre:



Un moteur de 1447 cc Radio AM-FM Cassette

4 Freins a disoues Susoension Avant a roues

Le Contort pour cinq passagers ind6oendantes

Un coffre A bagages spacieux Amortisseurs Hvdrauliques

Une silhouette gracieuse Une tenue de route impeccable

et elegante Deux Versions. Sedan

& Pick-uo

Une 1500 cc pour $6.195.00 avec en plus


L'ECONOMIE, LE CONFbRT, ET LA SOLIDITE




QUI DIT MIEUX?


AUTO VALSA
Concessionnaire exclusif: VALSA
Cite Militaire

Tel:6-0961 6-0971


I


es dans le malheur, qu
nt gemi dans une salle cocn
nune de I Hopinal General
vant de crever, qu ont ve
u loans une niuation voLsi
.dede l'indigence ou qui
ont allds teur derniere de
meure suivi d'un maigre
ortege funebre. Elle ne
'est pas manifestee non
plus dans l'Administratlon
'ublique oui pour la satisfac
ion de sordides ambitions,
les fonctionnaires avocats
tnt sacrifle d'autres avo-
ats.

Ce coup d'oell retrospec-
lif n'est.-il pas de nature a
suscit&r certaines reticen-
;es ? Fera--il comprendre
au moins qu'S I'interleur de
ce beau Palals de Justice si
ue en face de ce qui fut
naguere le Mausolee des Pe
res de la Patrie, I'homme
est un loup pour l'homme.

Le Decret du 29 Mars 1979
merite, certes, plusieurs mo
dlfications, mn'is pour enga
ger les avocaLs dans une di
section autre et les lier
tous, il faut dis discussions
ouvertes et serieuses suivies
d'une decision issue d'un vo
te exprimant 1lavis di la ma
jorite.

Esperant que cette mise
au point sera publiee dai-t
votre plus 'rochaine edi-
tion. je vous prie d'agree"
Monsieur le Directeur, mes
mTilloures salutations.

Berehony M GASTON

A' jcat du Ba3rreau tie

Porl al-!u rinlve



AVIS

11 esl tporti a iSa ctoni..is
saniet des interessc-i qiue
1 INSTIT'11T D1: IIDVEEIAIP
PIE:MI:NT AGIICOLE E.T IN
Dl'SRUlll,:I ( I un C(oiniours let lindi 8
Maii l1979, it I9 henres A. Ml.
ia si Succursale de Mircia-
lais, en vue (du rceriite -
ment d unl Colmptaeib iitr
le Centre des Verrettes

Les ]pos plants devrt,.t
remnplir les conditions sli
vaniiites et s 'linictre. oiltre
une photo d identili. It's do
crnients y aff'eri'its :

1 ) Etre de nationality
ha ienlne;
2) Avoir parr uru le cy
cle d Etudes Secondaire,
classiques jusqin au Bacea-
laurcat;

3) Detenir un diplme de
Coinptable delivre par une
l.cole de Comrrnerce recon
nue:

4) Etre de bonnes vie et
moeurs.

Les inscriptions seront rc
cues au local d( la Suc-
cursale tous led's jours oo
vrables, de 9 heures a Mi-
di.

Porl-au-Prinne. le 15 Ma
197!

INSTITUTE DE DEVELOP-
PEMENT AGRItC'OLE ET I"
DUSTRIEL 21

O -
IN.STITUT DE
I)EVFLOPPE MNiENT
AGRIICOLIE ET
IND) STRIE:L

AVIS

II :'st porte iI l eonnais
s`atIn des licrtei'esses que I In
Illl de Developpemnent A
gricole, et Industriel IDAI
organllise un concourse le Lili
dl 28 Matl 1979 a 9 heuire,
A M I son Bureau Centra
sis a la rue Anmricalne, i
Port-au-Prlne., en vue di
recrutlenne-l d'un Compabli
pour le Cetitre des Verret.
.s (Siccursale de Mlreba
lalsl.
Les postuilants devroni
retpllr les conditions sul-
vatites et soitniettre, Oltir
line photo d'ldenlltli. les dc
cunments y affirents :
I Etlre de natilonalltd hat
tiente2e.

2i Avior iarcotrut le cycla
d oiudets Stcondailres laissl-
qoes Jisqitl'liil Baccalaureat;
31 Detenir un diploma de
Comptable dollvrS par une
Ecole de Cotnmerce recon-

41 Etre de bxonne vie et
Inoteurs.
L:os Inscriptions seront re-
tues jiusqu'au 25 Mal 1979
as Service du Personnel di
I 1 A1 Porln .i -Pllni
i, ii- i iour< Oi\ r.,bl' s dc
9 i 'ur(t a Mlil
Port-nu-Prlincc i 15 M.il

Instlituti de Deve'loppement
Agrlrole Iet Industrlicl


~s/~X~r/~//~X7/XI//I~;VZCrIOZ,/1


..OGOBOCCO/iSO~iCCOZ'BOCO~jCCCCOCCO'.


PAG1 B


.d






LUNDI 21 MAI 1979

Au suiet de la campagne en
favear de r.allpiteinnt miaternl
A I occasion de tarrnee in La ml .e au ..seki comamen
lLenationa, e ne I Lulant, cera 8 & 12 heures apr-e s
I ,u.e anitic te lance a in- nrssance san. adm.nlstra-
ti.:n.,ier la campaign en ra tion prealabie de biberon
crur ae la lahiementi mater a'eau sucree. les tdtees- se.
Iell Ceite camoagne. on se clront A la demand et non
Ic rappelle avai, eti lance suiajnt un hi)raire rigid.
IoCi piltut repr.eli par la so C':t ce que recommended
c ii tiaeli.i oe Pecdiatine, enraerme-t Ie DNF.
siri Iannr e pa ,.e. n et n-li-
gre que 'es moyens utilises I6 ne fat aucun cou.e
restent encore insuffisants, qu une carapagne en faveut
elle cons'itue un objectii ue aUiajtn. L m .a L
primordial de ses projects a sodiic.e I Jnierveniun L.-
breve 6cheance. En Haiti, tous les media : ratho, eiL
vision, journWa, affiches, s o
une campagn- er faveur de gangs, theatre, etc... Car ii
1 .i isa cni-,ii,- maternel, prm sagiD de ramener a sa jus.e
c pe toujours precon-se aans dimension, un phenomena
la philosopnie du Departe- que les modes de vie moder
iment de la Sante Pub.ique, ne essaient de supplier par
ne peut avoir que la meiineu l'inte"vention de i artiic.ei,
re incidence dans la lutte au grand detriment au
centre certaines maladies : fond, au plus grand' .Iom-
mainutrition, diarrhea, hy- bre. II va sans dire egale-
podeveloppement, etc... au- ment qu'une champagne en
tant de maladces observees faveur de alaitement ma-
surtout dans 'es classes de ternel suppose une educa-
fav orisees urAaines, dans tion ou une reeducation de
lcs bidonvilles. dans les mas la feunme .uant ses de-
s,,s rurales. D'autre par,, voirs et pred.spositions na
1 incidence d une champagne turelies. La civilisation mo-
(n faveur de l'allaitement derne a se.; exigences, cer-
ni'ternel sur :a socite hai- tes. meals celes-ci peuvent
enne toutenlout re ae pPut dei lre p'ut-l que dassu-
elie q~pe benellque, quand rer i eva utlion escomptee,
on considere ie role de '.'al quand ces mayens disponi-
:. tement maternal sur le b!cs ont inadequn's Dans
vo'ution psychicue et affect les pays pauvrm, comme le
t _e de i'enfant sur 'e con notre, ofi la rr'-talite infan
diLonneonert educationnel. tile atteLnt des plafonds a-
Dan- ies centres public,, lar1 -nts i' faut tout pr'x
'a i nitcment n terne'. est eduquer la p.pu'ation de
s l imiatiriiem -,:t recom- telle s')rre qu'zc1 ne son e-
n-,nde. On :e "mrantaend car e('rtt'-e ensre une reality
il' et un e'ent a--ce ao'a n- invr e et les ex'ncees d u
r-' irremplqc *b'e el an D'us c. i'.-iopn 'i artificiel
i hl-n marchie d-ns ut !o I' l W ll s FC!S 1 !ex' : '-
S--nime de n,-tect!on ma- re ''ne 'e-' a




Au Cine


Theiatre Triomphe


LES 23 ET 25 MAI 1979


Spectacle


Annuel de Ballet |


DE L'ECOLE DE DANSE GERTRUDE

BOUDA 1

Dirigee par Rachel Jean-Louis

Cartes en vnte au

Cine Theatre Triomphe

ENTREE : $ 6,00


PACr. 9


DANS NOS CINEMAS


.


Pex Tb*tfe.C . CAPITOL


IMPERIL.
IMPERIAL 1
Mard; 22 Mai Mercredi
23 Mal 1979
12 h 2 h 4 reps
Entree Odes. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Entrph Odes. 8-00
EN L'AUTRF BORD
UNE HIST'IOIR: SItPI,E-
TPERIAT, 2
, Mardi 22 Mai Mercredi
23 Mai 1979
12 h, 2 heures. 4 heures
6 hres, 8 heures, 10 heu:re$
Eni ree Odes. 5-00
Entr6e Odes 8-00
LE TEMOIN
IMPERIAL 3
Mardi 29 Mai Mercredi
23 Mai 1979
12 heures, 2 hres, 4 fieures
6 hpuies. 8 heures, 10 hres
CASCADEURS DE LA MORT
Entrde Gdes. 5-00
Entr4o Gdes 8-00
.'VFI'FL AItMOR DIl :
(CoCL INELLE

I'X

D LUK! CINE
Mardi 7 h at 9 neuu'sC
Entree $ 2-50
LE CERCUEIL 'IVANT
Mercredi 7 h ct 9 hr-'5
E-rtree $ 2-50
ADIEU JE REST

x V x x x

CINE LIDO
Mard; 22 Mai -- Mereredi
23 Mai 1979 12 h 2 h 4 lIres
Entiee Gde. 1-50
6 h 8 h 10 hr,'s
Entree Gdes 2 00 et 3-00
ASSAU T

X X X X

AUDITORIUM
I.iundi 7 heures
l.' HIGENIE
Intrce OGdes. .-0O
"AU DITOHIUM
lM.!dl 7 liieur.'s
K-UMESSIE 1NI
Iitl le $ 1-00
M' r(cdI 7 1 7 :ltes
LOCATION
Joed: 7 hutur.-
I.OCATION

x x x x

L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAI1 I
ACTIVITIES
CULT'URELLES

Iundi 21 17 bres 30
CINEMA : (Escapades. Un
film de Ralph Habib. avec
L( uis Jourdan. Dany Carrel1
et Roger Hanin.
lMlcAdemoisel1-SL mefiez -
vous des gan.psters).
Entree : 2 gourdes
(1 gde sur presentation de
la carte de la bibliotheque)


PARAMOUNT
Mardi 22 Mai -- Mercredi
23 Mai 197S 11 h 2 h 4 h
Entr6e Gdes. 2-00
MARCO POLO
6 h 8 h 10 hres
Ent:ee Gdes. 3-00
x x x x

CINE TRIOMPHE
SALLE I
MIDNIGHT EXPRESS
Entree : s 1.50 et 2.00
SALLE II
L EMPIRE DU GREC
-.ntree : $ 1.50 et 2.0o
ta.IjE IT!
LES GRANDS FONDS
Entree : $ 2.00
SALLE IV
ESTOUFFADE A LA
CARAIBE
Entree. $ 1.50

x > x

MAGIC CINE
I indi (i h et 8 heures
iF AVFNTIUIIRSS
E1,trc'e Gdes 1 00 4-00
Maldl 6i h ,l hIUes
UN FLIC
!5LR LE TOIT
Entie Gdes ., 00 4-00
Miecredi 6 h It 1; hrles
IC'A DASIIVA
Eilrie Gdesi 1 00 5-00
Jcu, 6 hres et 8 a hres
ICA DASILVA
Ela.ien Odes 4-00 5-00
xx x x

RANCHO CINE
Lundi 21 Mai 1979
'A MEPRISE
Mardi 22 Mai li79
LE RENARD
DU TANGER
Mercredi 23 Mai 1979
LE RENARD
DU TANKER
Jeud, 24 Mai 1975
AUSSI LOIN QUE L AMOUR


wCURACAO...





"The Caribbean




Connection"

JAMAICA RAITI
Chaque Semaine ALM offre
2 ols pour KINGSTON Mardi
ei Jeudi. <

4 vols pour CURACAO Mardi, Mercredi.
Jeudi et Samedi noW)N AIo

aveccorrespondances immediates a ARLBA^
CuraCao pour: ARLIBA-\r B(IN.\IRE RNiD
C.\R'\C \". \ Irc.'ucla
GECO L([- lT \\ N. (,u.anj
PAR \M-\ R 113 Surinam ( R, Gc.onaGETow1N
PORT OF SPIN. Trinidad

PARAMARIBO

Pour recersation- contiati t votre agent de soNagl ou AI.M
Madsen Exporl-Imporl S.A.. Agent Gkneral Te lephone: 2-3476, 2-0028 et 2-0317





L* 5 ArNTILLEAN AIRLINEm

Arf


Lundl 12 2 4 6 8-10 hres. CAPTTOL 1
Avant 5 heures
Ent ee G 9s. 2-00 Mardi 22
A Partir de inre 23 Mi 1971
Entree Gdes. 1.03 e t5-p0 PRIX UNI(
Mardi 12 2 4 ,' 8 10 heures $ 1-6,0
LA MELODIE D1 12 h 2 h 4
BONHEUR 6 hres. 8 hr
Avant 5 hefdros CHN TSE
Entrde Gdts 2-00
A Partir de 5 Leures CAPITOL t
Fr-tre Gdes. 'i 00 et 5-00
Meicrrdl 12 2 4 6 8 10 hres Mardi 22 I
LA MELODIE' DU 23 Mal 197
BONHEUR 12 hres 2 hr
AvarVt; 5 heuress. 6 hres, 8 hr
Entree Odes. 2-00 TEMOIN A
A PLrtlir 'de 5 heures
Entree Odes. 3 0L9 et 5-00 CAPITOL 3
Jeud. 10 hres A iM.
Entree Odes. 2-00 Mardi 22 I
4 KARATEKAS DE 23 Mai 197
L APOCALYPSE 12 hres. 2 .
Jeudi 12 3 6 3 heures 6 hres et 0 ]
LES 10 Entree Gde
COMMANDMENTS LE MASQUE
AMant 5 hres MOR r ROU(
Entree Odes 2 "i0 LES WiDA
A Partir de 5.heuies P[NSIONN,
Entree qdes. 3 0.0 et 5-00
x x x CAPrTQL


M- rdi,22 Mai Mercredi
23i Mai 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
11 t 4S 1 h 45 3 h-45,
5 ih 45,;7 h 15. 9 hres 45
UN COUPLE EN FUITE

X X X X

ETOILE CINE
Lundi 6h30 et 8h30
LE RQSSIGNOLE DES
MONTAGNES
Entree Gdes. 1-50 et 2-50
Mardi 6 hres 30 cL 8 lhres 302
PARLEZ MOI D AMOUR
Entree G. 1 50 et 2-50
Mercredi 6 hres 30 et 8 h 30
L INCOMPRIS
Entree Gdts 2 OC el 3-00
Jeudi 6 h 0 t- 8 'a 30
FORCE NOIRE
Ertree e 1-50 et 2-1)0

x x T

CINE OLYMPIA
Liundi 12 hres i h .1 ires
Entree G. 1-50. 4
(; h 30 el 8 riros 311
l:itree (ides. !-00
2 GIRANI) S tVAL.IERS
Mardi 12 i .'2 in I4 n-;
Elt-liie G 1-.0
6 h 30 et 8 lihuri;r 30
Entrie Gdes :.-00
"> GRANDS CAVALIERS
Mercredi 12 h 2 1h 4 hres
Entree 0 1-50
0 h 10 ,.i hitti re,' aO
2 GRiND'- (' 'AILRS' -
Entree Gdes. '-00
Jeridi 12 h 2 n 4 heures
6 heures 30 ,t 3 heures 30
Entree G. 1-50
SIMON LE PECHTUR



Pharmacies
assurant le service
cette nuit
LUNDI 21 MAI 1979
LAVOISIER
LALUE

SERMA
Rue des Casernes

LECIERC
Martissant

MARDI 22 MAI 1979
TOTAL
Rus Front Fort
BON REMED
Ruie Lamarr-c

EVE
Rue 8t Martin

MERCREDI 23 MAI 1979

METROPOLE
R,1e Dr. Audain
DU BOULEVARD
13. JJ Dessalinet.
9AINT MARTI'
Delmas
JEUDI 24 MAI 1107'9

VINCENT

R. Mgr Oullloux

CHRIST ROT
'Christ Rol

DE BIZOTON
Bizoton


PETIONVI,.LE

LUNDI 1, MAI t179
RT PIERRE.
Placer du Mar.-hk

MARDI 22 MAI 1079

STE THERESE
Rue Villate
Mercredi 23 Mat 1979
VILLEJOINT
Rue Faubert
JEUDI 24 MAI 1970.

HAITIENNF
Pan American


V


I~'~'--~~""-- ---r-- -----'---------------I------------~-------- -_--~-nrrr~;-- ----1-11--------------------~~~-;T1----~~


: -;- -1 --: -'- --_-~--r- "'i~UT:~T~


I


Mai -- Mercr;-dt
QUr

heures
es. 10 heures
DRAGON NOrR


Mai -- Mercradi
9
res 4 neure.
es. 10 heare.-
ARATTRE


Mai Mercrrdl
9
h 4 hres
hrps
s 1 00 et 5-00
1)E LA
CE
SSTS AU
AT


k










LUNDI 21 MAI 1979


Letre ouverte de G.rald Merceron aux -Ministres Bernard Rouzier et De Ronceray


(Suite de la 16re page) prct. pulsque le plaisir. par
tage vecu vec natural.
le de notre clavier sen- sans aucun des complexes
uel, se distingue de l au d L-. milieu masothiste. en
re exactement come la traine la lo'i, la detente
eaut6 de la laldeur; 'et la et parfqis le bonheur.
finesse de la grossi6ret6. Je deplore que pour beau
coup de gens, le seul spec
drotisme glorite Ie' corps tacle de la nudity soit d6
main. s ingdnie. A ddcou ji pornographique. Quils
rir dans la splendeur de sachent quils desront, pour
a nudity cette parcelle de etre logiques avec eux-me-
ivinit gqull posside, tan 1nes, condamner le Pape et
is que la pornographic le he Vatican pour pornogra-
6grade. 1 enlaidit oar son phie. car au plafond de la


manque imagination, r
baisse et mdcanise par sa
vulgarity 1 une des plus no
bles functions de ce corps,
celle qui donne A la fois
le plaisir et la vie, et qui.
recherche 'pour le seul
plaisir, n en devipnt pas nd
cessairement indigne de res


Chapelle Sixtine s Italent
les plus glorteuses nudi -
tes humaines, sublimles, 11
est vral. par 1 art picture.
incomparable de Michel -
Ange Buonarroti, 1 un des
Maitres suprimes de la Re
naissance. En fait, la pre-


MESSIEURS


AIMEZ YOTRE FEMME !

PROTEGE LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIAL !

aCCO aaaeajaao60gcoaogga Os'-a.e~&


bl
su
tr
bi
fi

L
h
vr
sa
di
d;
d6


sence de la nijdit6 dan
I 'n des lieux lIs plus sa-
cr.s de la Chretlente prou
ve largement que meme
aax yeux de 1lEglise elle
n est pas toujours tenue
pour pornographique.
J esp6re done qu aucune
vague de puritanisme victo
rien ne viendra, sous pre-
textc de morality, chasser
de nos ecrans, sans aucune
discrimination, 1 drotisme
et la pornographic.
Cela, dit. minme lorsqul
s agit de films incontesta-
blement pornographiques,
je pense qu on a tendance
a trop dramatiser.

A titre d example. void
les conclusions d une en-
quete -extremement sdrieuse
mende' aux .tats Unis d A-
merique pendant ptus de
deux ans par une sion composer de -severes ,
personnalits amnericaines :
de- ecclesiastiques. des pro
fesseurse des educateurs,
d&s medecins. oes psycholo
gues et des saciologues.
Formee par une initiati-
ve du President Johnson qui
s(,uhaitait jus;ifier les me
sures de censure demand -
dees par la najorite silen
cleust. cette Commipsion re
mit en 1970 nns rapport de
700 pages qui ,'mbarrassa con
siderablement Nixon, suc-


-------- Musee qui a ecrit un livre
sur les anmours de la grande
Reine.
AchetezmmApres dix a dereche-
AChetez Consommez ches M Mac Donald est
persuade que la celebre liai
son entire Victoria et soIl
serviteur e...it plus que pla
la viande de orc tone Li Rese a piIt e-
tie :nenme epouse Johin
Brownvl de six ails son ca-
Sdel aipets la 1ior'lt u PIin1-
SL7: ;A 11 l' i Alb ll I' ll, ulls mtlII'rs
fl A M IPCO n ;lluluri
'tc a Pa is )l l qi t It li Iage
dC 90 .ins ctn I" :lltllt de
lp. a mtrll' o sejotrll" 1 l

Viande fraiche et saine "" 1 ... ...
M Mac Dot :.id se defend

Control veterinaire -..' -" ..-
S11 l 1llc , poli sd 'leln -
Mlljh 1 1i 1 1ll l d '


s cEsseur de Johnson. qul d6
cida de ft gn-m',r fournls-
saln dte la sor. tile preuve
supplementatre de son pha
risalsme bien conniu.
Les extraits suivants sont
tires d un livre de 63 pages
publiF en France "par 1 dl
teur Jer6me Maitineau et
portant le titre de cRap.-
port de la Commission sur
'1 Obscdnit et la Pornogra
phier.
ctRecommandations de la
Commissions.
1.- Recommandations ne
portant pas sur la legisla
tion
La Commission estime
qu une grande parties du pro
bleme pose par lea oeuvres
depeignant line activity ex
plicitement sexuelle pro-
vient de 1 incapacity ou de
la reticence de nos contem
porains a border les queso
tions sexuelles dune ma-
niere franche et direct.
Ceci se manifeste la plu -
par: du temps par 1 incapa.,
cite a parlor uvertement


Les amours de I'
t bne Victoria
iQ.suiit.rS (Ak'-i
La Reme Victoi-a a peut
etre eu un fils de son servi
teur ecossais John Brown,
scion M. Michael Mac Do-
nald. un Conservateur de
see.. usrgi a ecit n.s.i. c


Saridor


Deja un comprime fait disparaitre la douleur


eP franchement de la sexual
111t. Les professionnels utl
lttent un language haute -
mnent technique pour discu
ter de questions sexuelles;
les profanes Iludent la
question par des euphdmis
mes ou en n en parlant
pas du tout. Les conversa-
tions directed et branches
sur la sexuality sont trop
rare dans n3tre sqcidt&.

L incapacith ih parler de
.fagon franche et directed de
sexuality ai diverges cons6-
quences. Elle done i la
sexuality une Ilportance
excessive, une apparence
magique et surnaturelle, la
rendant plus attirante,
plus fascinante. Elle de-
tourne 1 expression de 1 in
tert sexuel. de votes plus
legitimes, vers des voles
molns lgitimes. Urre telle
incapacit read plus diffi-
cile la tiche d enseigner
aux enfants h s accomplir
pleinement et normal -
ment sur le plan sexuel.

De plus. elle gene la trans
mission par des voles legi
times de I information
sexuelle et oblige h uitill-
ser des sources clandesti -
nes et suspects.

La Comma.sion estime
que I intdrkt scYuel est une
chose normaje, saine et
bt'nne. L interest sexuel cornm
mence tris t,6t dans la vie
et continue *jusqu a son
term quoique la force de
cet interest vane suivant 1 A
ge Les modifications phy-
siologiques et hormonales
inttrvenant 'iu moment de
Ia puberte tiont pour effet.
d une part d augmenter
1 iiint lt,. d atr'e part deO
piirmeltre a 1 ndividu de
repondre dava:riage a 1 in
lerel sexuel L individu a
ltsoini d infornlatlion setxul
le1 Iour stI coiiiprendre 1ll
inlene pour placer se.s inon
e Miles experiences dans tii.
eiint1extle appropriate' r el lpo r
si' rendret niael do ses nou,
V5CiUx sentlln'iits 1

,Aussl Ia Cotlnl.s;.slon pIlto
Post- t-el le cts lilOytnlls .sul
P llls por 1, ( ]i,,r l i)roblo
n"' oi I Ob.sei'e-le t deI II
!Ii ihogra hlcl :


de-. ramarndes sloni ntimt
ment lIles a uni comporte-
ment sexuel tn.lsible ou a,


1- La Commission re -
rommande u utin effort
maalf d education sexuel-I
le soit mis en oeuvre. Cet
effort d education sexuelle
devralt avoir les caractdris
tiques sulvantes :
a) Il devrait avoir pour
but de contrlnuer i des at
titudes et des orientation,
saines envers leS relation I
sexuelles afin de donner upo
fondement slide au maria
ge et i la famille. institu-
tions de base de nntre so-
cit6;

b) II devrait viser a fai
re accepter la sexualit cornm
me une parties normale et
natuielle de la vie et de
soi-m6me.
cr I1 ne devrait Das viser
h etablir une orthodoxie;
at contraire, 11 devrait pou t]
voir admettre une plurali
tl de valeurs;
ft I1 devrait viser. avec
les adaptations nfcessaires,
touted les classes d age,
aussi bien les tdultes que
les enfants et Its adoleg-.
cents: ...
( Des gro.ties organic -
ses de citoy'ens peuvent
etre plus constructifs et
plus efficaces sils repre-
sentent reellement toutes
les nuances d opinion et
de sentiment du public.

LE'S HOMMES TENDENT A
SUPPOSED, EN ABSENCE
D AUTRES 3NFORMA -
TIONS, QUE LEUR AVIS
ES r PARTAGE PAR LA MA
JORITE. Neanmoins, nous
savcns que les opinions
dan;. le domaine de la
sexualite different btau-
coup qu i1 n y a pas dL
valeur unitormenient re -
que sur ce point. Ainsi cha
qiit group devralt tentler
d.' reg rouiper nie sigaiine
d toplnloins lli>.l vlsta e tlti
l)iossiblte Lets p'trolptis d(t
polo but de 1 n!t voi\voir un
dibait Ol tl lll 's rls oll

sil it p ir di"isculeers set iie
stenict. l NouIs viviIus dinlls
unl. ot iet'ti llbi lplur'allstle,
qut croll a a II nolinpt'tltholll
des Idees I Li pesul:asionti ci
i: Inli lPleur il lhod 1, U 11
TILISATION DE LA COEIH
CITION DE LA IIEPRES
S1ON ET DE LA CENSURH
POUR PROMOUVOIR UN
POINT DE VUW DETERM1
NE N EST PAS TOLERABLE
DANS NOTRE 1OCIETE

II.- Reconunandatlons
poiltant sur la1 laiRislation
Sul le plan geiteral la
Commission leccmmande
qui la legisl'ttion federp.-
1,. d Etat et locale ne cher
ch- pas a limiter le droif
ri's adults .iu le desireni
a so procurer dOrs ouires 5
carcctere expl.citement
sexuel." D autre part, nous
rtcommandons la regle
mentation par la loi de aS
vente d oeuvres sexuelles
aux jeunes -a:ns le consent
tement de leur parent. et
ircommandonrs eralernent
1 inti erdiction par la lot
d imposer a des persosnes
nO'i consen'.aites la vuo
d oeuvres a c iractere expli
eritenint sex'l I soilt par tn
voi postal, soit par exprosi-
la.n publique ouvcrte

A MESUPES
CONCERNANT LES
ADULTS.

La Commission recim -
mnande que les mn'iesali'- le
dirales, d Enls el I(icsIles
Intcrdlsant la vwnw 1 ex
p(,sition iet la distribution
d osuvri s a (icaraci re erxill
ctllement sex'lcl iitix adul-
11.s Const 'llti'lit., s(lit abro







plus (it
L.' .i 1ii" . .i iiir
i I. J i i, il l *.. f ie . i h
hi i FI' i" ll i i''1 1. i: i li.
it Ill U" lit I iin ' I t l t .-i .',



it lilt ir .. 1 ( Ir m
I hll ll lll ,'l 1. I' I.il.



I1 ml 11 1llw iJ '1 .li ti. t t i1


(jI ji lhl. it i ll n til I I 1 Ou
hIl lS l i I t .i ,t Ills itt lt i I
IliM ilt Ill I'tl 'li> I t li l III
I l (i n i'ii .I l i 1111i .
ill I'ri ti I vil '. [ilt n I i ti

l i l i It rolt c li iI t is ld t .
-inc di pt I ',itit l it Diipi Ilts

I.hp r d ;lb rr I Klns d. de"
111.cI.1llt Lt do einmporltt-
I (-I' On lls','I.IIi Optihllnn
-l'Ioi. Inquelli IceS oriuvrr
it cilrnrtere (Xillcitcm rint
st ,xlii 11 011 3 Scul rol( nci
IIl5i en cc lOITi.tmhn
Lis CeIudi.a moilr'nu cu un
certain nombre de lacieurs,
tets.< que les families desu
niles ci 1 Influc.nce. nelaqte


un* mauvals cve loppement
de la personnalite. Lin -
fluence d oeuvres a carac-
tere expltcitem-nt sequel
ne peut neanmoins etre corn
prise au nbmbre de ces fac
teurs. Malgr6 1 existence
de large resitrWtions 16-
gales sur la diffusion de
telles oeuvres. il semble
bien quil soit nature et
inoffensit den prendre con
nalssance au coura du pro
cessus de maturation, et
Que cela se produise fr6-
quernment et sans cons6-
quence nefastes chez les a
dultes.

En fait, quelques Studes
dc la Commission indiquent
qte 1 une des differences
entire les condamnls pour
crimes scxuels et les au-
res dans ce domnaine est que
les condamnes pour crimes
sexuels ont vtI nettement
moins d oeuvres a caracte
re explicitement sexuel au
course de leurs arnees de for
mation.s

(page 21) sion a soigneusement exa
min6 la position selon la-
quelle il faudrait mainte
nir la legislation touchant
les adults afin d aider a
proteger les i(unes du con
tact d oeuvres porncgraphi
ques Nous ne pi nsons pas
quil faille oroteger la ]eu
nesse au prix oe 1 interdic
tion aux adults de se pro
cure) les oe'vies de liur
choix. Il nous stnible tort
peu opportun 0 tibalsst-r le
niveau de la communica-
tion entire adultes a ce qui
est consider inoffensil
l)ir les enlfaints En iait.

LA COUR SUPREME A UNA
NIMFMENT SOUTE';NU QUE
TOLITE LEGI;-L.:ATION CON
(i'ERNANT LE.S AIIULTES
It'ONIiEE SUi C('ETTE iBA
*1. EST UNE A'TTEINTE'
CI AlHE AUX LIBERTES
C)Nh'lITUT't)NNlLlHES ,

l.e voltiiie des :i lla
iu: 1 nii ll t'r de p)ori o -
S-'ii lhh est esl n ijitilii liil al I
iegi'rId dris I i ;'e's t'rt priit'
sv? 1 nllllll il.'' C ( t i t ( idls
Irih ncsl );sIps nol ellus lx'i\
lprollitabl l( Iv lx,; (it' pro

;i Ii ii oyevii:v, L ',iil.1, dre
plrodwl'ioi-lytpe e-st la p *e-
l:l1 enl tplert artlsanrale.


r4iliilitlil


^ f^A


kripa u '

centre


de yoga

RECONNUE D'UTILITE PUBL'OUE

Cours de Hatha Yoga respiration yoguique,
reeducation des vertibres Relaxu!ion equl-
libre physique et psychique. sous la supervi-
sion de professeurs hautement qualifies

Tous les Lundis-Mercredis et Vendredis



u je Tertullen Guilbaud Bourdon
Tel 2-3274






I.E BISTROT

RESTAURANT. PIZZERIA -

B.aT- GRILL- CPEPERIE

-- Votre rend2z vcus

dc tidi a h du martin

UM:cu Special lunch

CU.au2 Soir Diner Dansauk


avze ,Bistrot Corabo,

Mardi soair


&Ouanga Haiti Show>>


Vendredi soir


<>


2 Spectacles DifE6rents


Le Bistrot Tl 2-180c


La- tendance de la consom
matlGn st restee relative-
ment stable dans le contex
Le de 1 expansion economy
que generale de la nation
et dte 1 industrie des moyerns
de communication en part
culier...s

B. MEASURES
CONCERNANT LES
JEUNES. (page 23)

... q De forts sentiments
d ordre 6thique s opposant
a ce que 1 on mette dune
fagon explrimentale des en
fants en presence d oeuvres
a caract re explicitement
sexuel ont considerable -
ment r6dult a posalbilit6
de rassembler les donnees
el les informations n6ces-
saires en ce qui concern
les jeunes ... La Commis-
sion estime -jue les parents
doivent etre libres de deci
der eux-mEmes .si de tells
oeuvres conviennent a let.rs
enfants, et qu il est ban
que lo lot aide les parents
a contrbler 1 access de leurs
enfants a ces oe. 'res du-
rant leurs annees de forma
tion. La Commission re-
connait que !la lot ne peut
isolci totalement les en -
fanit de telles oeuvres;
elle reconnait en outre que
la connaissani-e de ces oeu
vres par les infants peut
non seulemenL ne pas etre
nocive, mais aas.si. dans cer
tains cas. favor-ser uIc
communilcalion t re' nfrlces
saire entree parent; eti en
faints sur Ices questi iIs
sexuelles. La Commissirn
est egalement consieente
du danipt r conlsider.able
qu1ll y a a crer un te attrac-
tion l depla(:e' ii ta I n ine c
re: excessif "ni ts i i' ii t
Its oleuvres ri ln iiilil
Ili .. I 'ti dei l :i tli, iiii.
l'letn'es i ( ilt'
t l It l l le i I i. (l. lll .
consideraitli ll.s i Ijtv I jnt


it ll t

sexmil. le l (Il .L AI., (hiIi


Ii .ilnlic



GERALD MERCr..')O


gyzzygggygyg y


I AWN







- ~ a tt.a%~&%% ~


LUNDI 21 MAI 1979 -


Dlcouverte de 6.717 faux Avi,? important


-s
(suite de la oere pagc;


Joan; la presence import
neo; chez elle; de la ma-
lette lourde de ces faux bll
lets de banque americains.
Le Major Claude. Jean

so prec'pita en la residep-
ce; a Delmas de so. i.for-
matrice: en compagnie de
ses collaborateurs et Ii-
miers: et d'un Juge de
Pati. Le constat sest reve-
le positif. La malette et les
billets de banque confirmes
plus lard faux par un exa-
men de laboratoirea; ont
et6 retrouv6s.

Par la suite; le Ijajor
Claude JoeP et soR equipe
out di cowsacrer toute la
nuit A poursuivre l'enqulte
autour de cette affaire sous
laqusle se caahept sans donu
te bien de myst.res et bien
de complieitts. Au comas de
son dernier interrogatoire;
Mine Micheline Millery con
tisua at affirmer son inno
cence. Elle reconuait avoir
accept la garde de la ma


lette que lui avait confide
Frias; sans se douter de
son contenu exact. Elle la
croyait plutot pleine de bi-
joux; et: pour sa part; I'a
vait mise sous la garde de
sa soeur Mme Gladys Mai-
re: en la residence de cell
ci qui tie aussi toute part
capatio, a cette combine.

Le cubain Roberto Berta
a d6elar- egalement Ignort
tout de cette affaire.

Mais; aux fins d'investiga-
tions; et Micheline Miller);
ot sa seeur Gladys Maitre;
et le cubain Roberto Bert
sont encore ecroues. Le
houngan Gesner it Cyr;
qui a 6et consult par Ra-
fael jlias Iamor Frias et
Roberto Berta; en prison
ce do Micheline Milory est
gard6 A vue a4issi.

PIREAU


Special Fete des Meres


DECOUPER CE BON IL VOUS DONNERA DROIT A :


15 o/o de r duction

SUR TOUS VOS ACIlHATn I-lsO A *'7 MAI "7

VOUS TROUVEREZ UN GRAND CHOIX DE BLOUSES.

DE ROBES, DE JUPES. Dl SACS A MAINS. CHILMI-

SES, PANTALONS I FSEAL,. CADEAUX, HllJOtX etc


A LA BOUTIQUE

WORLDD CONNECTION),

DELMAS 35 AU BAS DU YAGUANA IIOTEL OUVERT

DE 9 A M A 7 P. M. DU LUNDI AU SAMEDI TEL 6-2G37


Lc Bureau d Information
de L Institut Teolmlque AVr
ron preld p1otS4 t Rk uou
vello fole s nntmewr 1 artl
vee de IdMaieqler P MES &
ZIZI, Dnept, (4 3 jnstm-
tut Teeomique Aviroa n
Montr6al. Le scyapg de M.
Azisl a pour but de prwpa
rer I inscription des 6tu -
diants desireux de voyager
au Canada pour assurer
leur avenir grace i des etu
de, professionnelles.
T.uates les personnel in
teressees a devenir spicia-
las;e on :

MEC&NIQUE AUTOMOBILE
MECANIQUE DH SEL

] ECANIQU$
D AJUSTAGE
SQFIUtUIBB AU GAZ ET
L ARC :


Lp Barrau de Port-au-
Prine" avait aeibbr par
dk 'uaiufK-tsiiw VHSu-
piem1 la journae d Same
SJcura tr a St.T ion
antlpn. isre. la gaa-
latitn religleuse enregis -
t.ip t4t le .natMin 1 -
glIse St ives'des CitRs de
St Ma-tin et Ia n6a.40 Iw
cepUon offerte dais t soj-
dre et i des invites h o-
ree aux membres do 4Or-
neur. en Ia residence dn Ba
tonnier et as dtgme rnst
Trouillot, la joanine fut
bqu.(roppn qqp4rgqph par lu
Confrenee Magistrale pro-
qmwae yvrs Otx hBp m do
matin. ee Samedl au Triba
pal Civil d@e mtte viloe par
Me. Lo'is Toussalat, Secre-
taire de 1 Ordre des Avo -
rats du Barreau du Capi Hal
tIen et par I inauguration
do 1a Bibliothequg dueo
1 Iontialvo des Orembres
du Couseil ade I Ordre.


DPBOM"MOBIG DE VOITU
RE


DESIN TECHNIQUE
REFRIGERATION

AIR CLIMATISE

RADIO

TELEVISION
ELECTRICITE

sont invites Ait reno
Monsieur Asi i qui so
un plaisir de lea ne
du Lundi 28 au Mererc
Mai. 1979 de 9 here
here P. M. et de 3 1
a 5 hours P. M. au
reau d information de
titut sis au o40. 161 de
venue Paul VI (Rue di
serneta) el : 2-0'

Lc no enuvea ccle
de pAmimenecanit en F
bre 1399. les dmstiers
.tudiants devrsnt etr
poses a I Ambascade d
nada a Isr itI-Juille(
plus tard. (C sl doneic
iment de s inscrire po
ter toute perte de te
Nous demandous a toi
intiressis de ienir. si
ble. accompagnes de
parents, prendre cont
vec Monsieur Azizi, Di
teur de I Instltut Tec
que AViRON.


et la dette des

pays pawvres
kSuite de la lire page)


plus 349 millions de dol-
lars d interests.
Le President Nicaragua -
rr yn Anastasi) Somoza a
otrer vi'it accuse le Is MexiQue a
evir a plusieurs reprises de vou-
dvi 30 loir -renverser son gouver
B nemeutv, et ae W complotM l
s k 1 avec le Venezu6la le Pa
heures nama et le Costa-Ricas A
Bu cette fin, rappellent les oh
SIns servateurs. Le Costa-Rica
o 1 A-
es Ca- a dejA rompu les relations
t5. Diplomatlques avnc le regi
men du Presiden' Somnioa en
i i;q. a la sule d on Inci-
41 ftu- d'- i i front1iere oh deux
optem te nd s polici-r. viMit ile
des i L' par la i -. l' Nationa
t d& n*i;rnigui ayt-lin .
dIn Ca
au I j. rtcelit vlsitoe dui Pro
le mo 'uliit Cubain P!del Cas -
ur e1 i I 1 \N'c q; l (j-l IIl o ii nn1'
mps. (1 ,e sol.'a-" et d ap-
Us leo pal mnutuel1 a 6t1 4,gnoe, et
possi cl'e ou Pr6s'ient Lira'/o
leurs ouil i !)arenine'it lev6 Iv,
act a dernlcrcs h16ts'taioii.i du
rec gouvcrcemen!t mnexhaln, nn
hni tent les observateurs Dipl(
matinros au Mexique.


$re 4d' gaqnfrre St a&n.T
le B or Ernst Troil de enir ame
9a a tylv. e t a 6d
renvoye s"a dilL


Me, Louis T.wat. aws
tageusement prsenit6 par
ie Batonnier Trodllot tra'-
ta le sujet sulvant : aDu
Drott de I Iomme 6 son
Imagp. P s agt de la qua
lilt et du pouvoir que tout
pp ehacun aurait de con-
sddner, son image (par -
trait, gravure ou mime car-
ricature) come une exten
sion. de sa propriftt. iMe
Tonasaint en s appuyant
sur le drollt pritorlpo (ju-
rispiu4onep) Cg bar desg as
d espiees en France. dira
gqu is 5agi4 d upe ea5en -
slon du Dreit de propriety.
un droit plutot extra patri
monial. Non enroe bieo di
fininii codifi0 en France,
ce droit n est pas preyvu
dais la Iegislation haitlen
no. Une action en d6doma
gemeni pour usurpation de
son droit de pwoprietd sur
son image ne pourrait se
fair chez nous par le blais
de I art 1168 du Code Civil
Mnais seulement peut etre
Par le bias du Code Pe-
nal si le fait est assorti
de diffamation.


On comprend que la Con
f6rence de Me. Louis Tous
saint ait eti teligieuse -
ment suivie et ait donned
lieu a des dibats .anu nt du
ri press dune here d hor
loge. Cette Conf6renre, Me
Tessaint devait la ponun-
cer au Siminaire Juridique


#n A s Reprisen
tenant r t de 1 Etat du
Recmbtoire dEt.-t de 1lIntA
rieur et de la Defense Nia
tlonale. Me Bertholand
Edouard. Io BAetotiaer
Trealllot a inaugur6 tout
de suite apris 1a Coei -
ranoe do Me Louis Tom=-
saint., la Salle de Lecture
e la Ibtliottueo du a om-
sell d' L Ordre oat sues mis
a Ia dispnoston doe Avp -
eats., des Stasiahres et des
Eltdiant en [Droit. Cest que
initiative qul marque da-
vantage, sil en tal be-
soin, le earactire true -
ttsI, de I Aduministration
du Conseil que preside ihi


'utteD-t- la o16 pagp
MaUts at atmbstt eat"a p.
sent largement le cadre de
la conference de Manille;
apparalit haque Jour da-
' vantage anx observateurs
occidentaux come un t.e
nament poUltico-6conomique
que premiere impoatanee.
Le Ministre tosta-ricain
de I'Economie; M. Fernan-
do Altman; a declare lundi
a I'AFP que la prise do pa w
tion du preside,,t mexicain
le rtuforce considerable
meant dans le combal qu''1
conduit save qu.-s pass
I;tuino-aslaritanlts; poonr Ic
laurer "aas la CNUCDD acr
vaste dhbat international
sur I'6nergle.
-Selon pilteuts diploMar-
tes qui phrticipent a la con
fGrnee; l Mernue. -gui


PAGE 11


nqeft p das ime ii de i-
EJP'- iuipe a'lrirqipot nO
destine a gagner de l'In-
fluence parmi les pars pau
vres de son cAntinent; en
opposition al'imphriallUsnme
pitroliera du Ven&zuelx.

Raoul Prebisch; pere fon
dateur0 de la CNUCED; a
de son camo apporti un sonu
tien a la urebelllion centre
IOPEP cq d wasant que
les productenrs de petrole
%i"atli ePqihqwu ap edo-
veloppement du tiers mon-
deo. Dans soa lqlwwventl s;
le oelehr econuidste areen
tin a eI4lempitU 46peoce
I'attitude des oiambren
pays ppuvres guOi doiutt
frhnktlquemento les Nations
industrtallsies.

La journie de I undi a Wts
e4Jleniens rnjrqU6e par Pap
parillop do en omprdmis
etre -atios riches et pau
vres aSu ie problipe de la
Proprit46 industrielle. Le
Oprojt de resolutions adop
to par tous les pays; pre-
mier succis apris deux se-
maines de dibats; privoit
que l'utilisation des mar-
oues et des brevets indus
-riels dans le tiers monde
se fasse dans lintirit des
consommateurs. II comporte
aussi un engagement pour
que le renouvellement de
la XConvention de Parls
sur la propriiti industriel-
le; en mars Prochain; se
fasse en tenant compete dr
h'intkrit des pays pauvres.


~r~co~r29aaaan'~ne~Qwr'wnwni'naa-wwnww nnn'nOW p rh


m nr m nzoc- 1'rnoc -iooocaowo


azaa


LALUE ET PETION -VILLE


Le Specialiste


en


Electro


Manager


BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS


a.'


La Conference de Me. Lous Toussaiat a la St. Yves


--.. ... .. .. ..-...~..c. ., ....... ... - .


Prebisch: Soutient la


P AMERICAN SUGAR HAYTIAPI

COMPANY, A

SUCREE MI RAFFINE tPOPULAIRE,.
PORT AU PRINCE, H ITI

I USINE HA$CQ
SOCIETY ANONYME HAITIENNE

PIantesWrs et Fabricants


I







I.


Haitienne pour la
rehabilitation
des handicaps
24 25 26 M.I 1979
INAUGURATION DE LA
eMAISON DEieLYs

Champ de Mars entiree le
Musde et les Pomplers)
Cette mason ancienne.
dite Gingerbread House-,
a ete restaaree et meublec
d epoque et sere ouerte au
public a profit de 1 Associa
tion Haitienne pour la Rd
habilitation des Hancica-
pes.

A 1 occasion de 1 inaugu-
ration. une vente a et. prd
vue : PLANTS --- PATIS-
SERIE BOISSON3 FRAI
CHES ANTIQUITE3 -
EXPOSITION VENTE D A
TELLERS PROTEGES iTns
titut Montfort, 1 Arche. Ar
mee du Salut, Ecole Saint
Vincent, Centr t d Educatirn
Specialei.
Nous vous atisndons


INONDATION

Les averses ont provoque
des inondations en certain
points de notre territoi:e.
A Terrier-Ronuge. press Je
100 families sont sinis -
trees; des plantations ont
etc detruites. A Marfranc,
ai Jcremie. on signal que
les routes ont ete defon -
cees. des recoltes compro-
mises. 50 families sont si
nistrees.


MEXIQUE DE ROMPRE
SES RELATIONS AVEC LE
NICARAGCUA
CANCUN
iMEXIQUE), iAFPP

Le President Mexcan., M.
Jose Lopez Portdllo. a an-
nonc Dimanche soir la rup
ture des relations Diploma
tiques entire son pays et le
Nicaragua.
Annongant la nouvelle a
pres avoir regu otticialle -
ment a Can.un sur la cote
Orientale du Yucatan. le
President Costa-Ricain, M.
Rodrigo Carazo, le Prdsi -
dent Portillo a declare :
,Le Mexiqu-. ne peut sup-
porter qu un regime politi
que mene son people a La
servitude. Un commuil -
que de la presidence, 'iif-
fuse peu apres. a indique
qut le gouvernement mexi-
cain avait pris cette deci -
sion apres avo:r cn-endu le
rapport du President Cara
zo sur les condaitons an -
gorisantes dans lesquelles
vit le people Nicaragua -




Mercredi Medical

Collti lence du Mercredi
23 Mai 1979 a F H p in

hLtfi Illlfctlions Pulnional-
rn-, [:iz le.i M ;iades inminU
n10 OgIqUrlllu l t., liil.us
P.i iri lDr Jia.r- lichel
GUEKIIN


-M A


PAGE f I.. 'u aanna lW




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT
Midi 2heres 4 heares (ea permasnMcel 4 heures W et 8 beares it

CE SOIR

$ 1.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50 et 2.0 SALL I $S 2.00 SALLE IV $1.50

MIDNIGHT EXPRESS L'EMPIRE DU GREC IES GRANDS FONDS ESTOUFFADE A LA CARAIBES


A~wAi.,,!-S LA DECISION DU l-,l ,4- T w4,,n m Otm 22 MAI ET 23 MAI rl -r,.-1 .....-1.
A-ccninld d f


Les travaux sont actuelle
ment en cours sur I:a route
ae Carrelour. A certarns irt
drot,s, la cnauFsee est enta
.mde, et des monticules as-
ses importants de terre oc-
cupent one bonne partle de,
la vole passante. ce quI pro
voque.un certain gene de la
circutlation"-- automobile sur
cette route ol dejhk, les pro
blames d'embouteillage et
de parking ne sont pas des
moindres. Point donc, nest
besoin d'attirer attention
des services responsables
sur le fait qur ces travaux
entrepris ne peuvent durer
indefiniment et que plus
tot ls seront termines,
mieux cela vaudra pour len
vironnement immediate de
la route de Carrefrur.

x x x x

Plus d un mols apres sa
creation, la Secretairerie
d'Etat a la Jeunesse et aux
Sports, ne dispose pas enco
re d'un local pour' abriter
ses bureaux. Cette situation,
on le comprend, ralentit de
beaucoup et lausse meme
les activities relevant du res
sOrt de ce nou,'eau minister
re

Le Mercredl 16 Mail der-
Lnef. ;e Secret.u,e d Etat a
la Jeiurese et aux Sports a
eu. da s son Cabinet d'A-
vocalt de la rue des Mira-
cles, un long enltretleni avec
le Comnite DIrecteur de la
Federatomi Haltlenne du
jeu de Dame Assistaient
la reunion, le chet du Cabi
net et lespltnsablc de la dl
vision di la jeinrsse c t des
activities socio educatlves
a ce minister *

C est le samedi 9 iuin 1979
un aura lieu a ceremonie trp
ditionnelle d'aoicu de'%a pro
motion sortan'e de 1'Insti-
tution du Sacre Cocur de
Turgeau

Cette ceremonle aura 'ieu
en lruditoriu" de I etablis
segment a 6 h 30 p.rr.

X X A X

Des strangers et des hai-
tiens seraient meies a une
affaire de moeurs. signale-
t-on de source proche du
service des Recnerches Cri-
mineles. II aurait ete decou
vert un traffic immonde d en
fantms (mle et feme'les qui
seraient utilises pour des
seances de sadisme et d'or
gie. I n'y a pas longtemps,
un stranger aeait ete arrete



R66dition des
((Masques et
.,Visages,
nent de reediter les rMas-
ques et Visagesr* de Fer-
nant Hibbart.
Cette redlition suit de
pres, celle des cThdoriciens
au Pouvoirt de Demesvar
Delorme,
Las Editions Fardin met-
tent a la disposition de no-
tre jeunesse et de tous ceux
qul s'nttress'nt a 'histolre
lltteraire haitlenne les ou-
vrages marquant-s de nos au
teurs. C'est un programme
interassant qu'elles execu-
tent tout au profit de F'en-
seignement de notre llttfra
ture et de la promotion du
llvre haitlen.


dans un hotel de Port-au-
Prince, en compagnie d'une
filllette de 10 ans. On se de
manae dans quelle measure
cette nouvelle affaire de
moeurs n'ait pas eclate & la
suite de ce Tal insolite et
criminel, qui n'a pas man
qu6 de defrayer la chroni-
que. e
Nous renseignerons.


JACQfUES VILLEMINOT, GRAND CONFERENUIER-
CINEASTE DE LANGUE FRANCHISE

presente
UN GRAND FILM :
,L'AVENTURE EST EN AUSTRALIEI

AUDIt'ORIUM DE

L'INSTITUT FRANCAIS

Vendredi 25 mai 1979

Entree --

16 h 30 -- Scolaire 3 Gdes
20 h Adultes : 15 Gdes

PENDANT L'ENTR'ACTE. JACQUES VILLEM1NOT
DEDICACERA SES OUVRAGES:
A"AUSTRALIE SAUVAGEY
AUSTRALIE TERRE DE FORTUNE
aLA PETITE FILLE DES MERS DU SUDs






Chez Carole Hollant

GRAND PLAZA
Delmas 79

Lea3 plants les plus Eraiches

sont arrives et continueront
d'arriver
POUR LA FETE DES MERES



PRIX CHOC


Faites une visite on

appelez an 6-2150


Conform6ment a article
196 de la Constitution, de-
main 22 Mal sera une letv.
natlonale ch6mce comme
celle de la Souvera.net.e et
de la Reconnaissance Natlo-
nale. Des festivities marque-
ront cette date cre tous
ceux qui conservent pleuse-
ment le souvenir du Regret
td Dr. Frangois Duvalier.
Jeudi 24 Mai ramen nla


REGLEMENTS
INTERIEURS

Article 80.- Tout Deput6
qui desire poser une ques-
tion ecrite a u-n Secretaire
d'Etat en remet le texte au
President de la Chambre Le
gislative.
Article 81.- Les questions
dolvet etre sommairement
redigees, elles ne peuvent
etre posees que par un seul
Depute et a un seul Secre-
taire d'Etat. Celui-ci a un
d6lai de 8 jours pour fire
sa reponse par ecrit ou se
presenter h la sIance public
que de la Chambre, aux jour
et here fixds, afin de r6-
pondre a la question posee.
Article 82.- Les Secretai-
res d'Etat out toutefois la
faculty de declarer par ecrit
et a titre exceptionnel qu'ils
reclament un delai supple-
men aire pour rassembler
les elements de leur repon
se Ce delai ne peut exce-
tier deux semaines.

Article 83.-- Des reception
par le President de I'Assein
blee, de la response ecrite
du Seiretaire d'Elat. il en
htil par'. aux Delptles en
seance publique.
Si le Depute qui a pose la
question ol 'es t ps satlstalt
d(ie It response, il a ia lacuil
le de l:lre aipteler le Se crd
latie d'ltLt i siUa s clos pour
des eclaii rt'lseinenlts.
Arithle H8 Apres la re-
plson s? et les renselignilenlts
dolnns par le Secretalre
d 'ElatI. I President declare
I'hlridencl tios
Article 85, Toute ques-
tion ocrlte a ilaquelle I] n'a
pas et6 repondu dans- les de
lais pievus cl-dessus esl conr
vertie en Interpellation.


xxxx

Les travaux preliminaires
& 1'6tablissement dune, Cen
trale telephonique au "Pont
Morin, ont affected de nom-
breuses rues : par ex. la rou
te du Bols Verna (dans tou
te sa longueur, la rue Allx
Roy, le haut de la rue de
Turgeau, une portion de la
route du Canape Vert, etc...
Cene runes ont et fouilles,
mais combldes depuis trols
semaines au .moins. St l'Ave
nue Lamartiniere a pu etre
mediocrement asphaltee
les nids de poule et les chocs
sont plus nombreux qu'au
paravant), les autres rues
n'ont pas encore aet repa-
rees. Ce qui nest pas sans
gdner les automobiliste qul.
h cette period de cherte
de la vie, assistant impuis
saints a l'usure premature
des pieces de leurs vehicu-
les.
Nous attirons l'attentlon
des services competents ret
Pesponsables sur cette situa
tlon. en esperant cependant
que la restitution des rues
defoncees se fasse convenes
blement, dans le sens du
progress

A Ja suite de l'incident
malhl'ureux survenu vendre
di soir iu Stade Sylvlo Ca-
tor, les equipes Racing et
Don Bosco qui s'etaleht en
feidues pour renvoyer le
match qu'elles devaient dis
puter. sont convoqudes ce
soir au bureau de la Fede-
ration Haitienne de foot.-
ball. Quelle sera la suite de
cette trite affaire ?



John Maclean
Correspondant
a Washington de
Chicago Tribune
ARRIVE AVEC SA FEMME
JOURNALIST, FRANCEb

Samedi sont arrives a
Port-au-Prince les journa-
listes amenicamns John Ma-
clean et sa jolie femme
Frances. Ils logent au
Grand H6tel Oloffson.

John Maclean est *Corres
pondent> a Washington, D.
C. de Chicago Tribune Press
Service (1707 H Street, N.W.
Washington, D.C. 20006).
Sa jeune famme frances
Maclean est journallste a
la pige. Elle collabore au
Washington Post.

Ces sympathiques journa-
list's amdrlcains ont 6 re
commands a Aubelln Joli-
coeur par le brillant Cor-
respondant du Nouveau Mon
de a Washington, notre con
frnre Frantz Lubin. ""
Ils se proposent d'dcrire
sur leur vl|slte en Haiti.



Arrives avec
Ports of Call de
Denver Colorado
Dimanche apres midi sont
repartis les membres du
alrorLs of Calls d? Denver
Colorado qul vlinnant de
pahinr qurelque. Juur, ern
liIt). lI.s cialrint dercendur)
niu Cnst.Il Halti. La e PorLh
ol Call cbtl un club de vo
3id'.S., a De-nver.

l'.rml led's membres dui
Ports ol Cull que nous a-
vons rencontr enc r' trou-
vaient M. Jimmie Katslml-
tas., Broker Anniocale de
Crown Better Homes-Real-
tors President's Million
Dollar Club ct sa captUvan
te femme grecque.

Jimmie Katalmltas. grec
d'origlne. n'a Jamals etd en
Or1c,. Sa belle temme est
venue recemment de Orece.
Ce couple sympathique qul
a visit dimanche la collect
lion de pelnture d'Aubelin
Jollcoeur avec dem amie .e
propose de revenlr pour une
loangue vialte privee.


(Suite de la lere page)

et de l'Industrie, de d'Agri-
culture, des Ressoources Na-
turelles et du Developpe-
ment Rural, sans omettre
de fixer les ddbats au mer-
credl 23 Mal en course.
Le President de l'Assem-
blee fit ressortir au Depute
Lerouge que sa demarche
n'a pas ete presentee selon
les normes prescrites tant
par la Constitution de la Re
publique que par les -Rgle-
ments interleurs de la Chain
bre Legislative et qu'il con-
viendrait pour lui, (puis-
qu'il en est encore temps).
de reprendre sa requote et
de la formuler en bonne et
due forme. Un point et c'est
tout.

Toutefois, pour 6viter tou
te confusion regrettable et
a l'effet de mieux eclairer
la lanterne des uns et des
autres, je m'empresse de re
produire ci-dessous 1'Article
89 de la Constitution regis-
sant la matiere ainsi que
le chapitre VII des Regle-
ments Interieurs de la
Chambre Legislative relatils
aux demands de rensei-
gnements et a l'interpella-
tlon.l

CONSTITUTION
Article 89.- Le Drolt de
questLiOnier on d'interpellier
iin mnebre dui Cabineit o
le Cabinet enter est reconi
nu i tous nemnbres du Coi ps
Legislatif sur les falts et
actes die l'Admilnistratlon

La demand d'inteipell:i
tion dolt etre appuyec dui
tiers des memrbres dc 1 As-
semblde.




Lars-Hjalmar
Wide diplomat
suedois a P-au-Pce

Au course du week-eno est
arrive a Port-au-Prince. M.
Lars-Hjalmar Wide. june
diplomat suedois. II est Se
cons Secretaire a 1 Ambassa
de de Suede a la Havane
Lars nous dit qu'il a ete
precede en Haiti l'anne? der
niere par les deux jolies se
cretaires de l'Ambassade de
Sued?. l'une suedoise, 1 au-
tre finlandaise qui lui ont
parole du Grand Hotel Oloff
son que frequentent la plu
part des gens qul visilent
Haiti meme quand its ne
peuvent pas y trouver pla
ce.

Comme la ravissante Lise
Labelle, du Quebec arrive
avee sa jolle amie Carole
Laroche, pour une visit de
deux semaines Lise Labelle
el Carole Laroche logent ai
Simble Intercontinental Ho
tel de Martissant

Lise Labelle etait a 1'O-
loffson samedi soir avec un a
ml haltlen.


solennit6 de 1'Ascension, de
Notre Seigneur Jdsus-Christ.
C'est une fte religieuse
ch6mde, conformement a la
lot additionnelle du Concor-
dat de 1860.



Success de
compatriotes a
l'tranger
Une note de press ema-
nant du Saint Leo Colle
ge (Floride) et parvenue en
notre redaction,. nous ap-
prend que 233 etudiants out
etd grades le 22 avril der-
nier IS la fin du cycle d'e-
tudesi dont 4 jeunes hai-
tiens.

Il s'agit de Vina Boulos
fllle de M. et Mme Victor
Boulos.

Joel P. Merceron, fils
de M. et Mine Serge Merce-
ron.

Patrick Russo, fills de
M. et Mme Rudolphe Russo

et Margareth M. Rous-
seau don'tt nous publions
la photo cl-contre). filled de


nos amis, les epoux Lucien
housseau, qui nous ont ap-
pris, par arlleuis que Marga
reth suivait actuellement
un stage pratique pour cuir
peter ses connaissances et
dans le cadre de sa gradua
tion prochaine, en juin, a
la fin de ses etudes de bu-
siness management.

Vina Boulos, Joel '/ierce-
ront recevront egalement
leurs diplomes de business
management, a la meme da
te et Patrick Russo a dejS
requ son diplome ide ibo'-
gle. .'A A

Nous partarcons le success
de nos jeunes compatriotes
et la jole de leur famille. Et
tout en leur crrsentant nos
chalcureuses fllcitations,

nous lormulons le vocu
qu'Us ne tardctront pas a
mettre leurs nouvelles con.
naissances au service du
pays.



Vol perp6trk
Dans la nuit du samedi
au dimanche 20 Mal courant
un vuleur ri-,t irntruusilt.
par I flfractlon du cini, is
et d. la st:irur< ai I- p- lr e
di tllir doI lli.t ll r ,ctr it Ic
]il d'd s Mtlacri-' 'Ila I 1t:
lude a ti I t il ir(. 11 .Inn 1
dc f-'ottu N.i ll.)ill i. on 11 n
inle'vi s irn nierlnuit i erlrc.
minrqui: Unditwoiod. unirllin
mod0l" a gland charlul.

Pritre fI t J Polier, nux ie
paralcurs de mnh'clilnet A v'-
crlre. malrnsi. rn'alIlalrr'h. but
reaux. prolrcsloniels et par
ticullers. tant en province
qu& la Capitiale d'aider le I
notaire & retrouver cetLt-
machine don't la lettre ml-
nusule e ne s'allignee pas a
vec les rutrcs. les depaasafltk
de deux .centimitres de
haut, deformation due b
I'anclennee. L. BService des
Recherches, alert, a fait le
constant du vol.-


Article 6.- La demand
d'interpellatilon produlte par
un Deputy a l'adresse d'un
Secretaire d'Etat qui n'a pas
satisfait aux prescriptions
des art. 81 et 82 cl-dessus,
est d6posee sur le Bureau
de l'Assembl6e pour 6tre en
suite acheminde a qui de
drolt.

L'interpellation sera ter-
minde par un ordre du jour
pur et simple ou par un or
Adre du jour motive, lequel
comportera un vote de bla-
me a !'adresse du Secrd-
taire d'Etat fautif.

x x x x

Conformdment aux pres-
criptions de la Lol surI la
Presse et pour que le Public
ne soit pas induit en erreur,
je vous demand, M. le Di-
recteur et Ami, de bien vou
loir publier cette lettre rec
tificative a la place exact
oi a paru la note portant
la signature de votre redac
teur PIREAU.

Pour finir, je crois utile
de souligner qu, l'Assenmblee
Legislative cse reunite le mer
credit 23 du eLiuran:, en tenue
ordinalrd, et ne prolette au-
cuLnetr sancte speclale. jutsqu i
ce que le Deptule Alexandre
Lerouge s' contorimne aU pres
crit de la Constitution et
des Reglements Interieurs
de Il Chanibre I ii 1.i01.
En touto e cordlallta.

Victor Nevers CONSTANT
President de la Chamnbri'
Ldgislatlve
Monsieur Luclen MONTAS
Dirccteur du Quotidien
bLe Nouvelliste
En son Office.


D'UNE FLEUR DEUX COUPS;

CONTRIBUEZ AU AEBOISEMENT ET OFFREZ A VOS

MAMANS UN BOUQUET DE CHRYSANTHEME EN POTS.





-a1











LE PROFIT DE CES VENTES SERA UTILE POUR

REBOISER NOS MONTAGNES.


A la Mission Baptiste de Fermathe,



10 h. am. a 4h. pm.

*-: >=? )- _______>x__M___saaM


.au uemanue e ormuiee

par le Depute Alexandre Lerouge


,~Fr-5- ~IIIIC3a~~CI"~-~`-~ All s?--A -~8""^""1~-sPrrsr~"~


IAVI)AWIAIJV


,J


EACHN CL1111 IRMLWit


A




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs