Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10389
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 10, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10389
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text








Visite Pastorale


a GRAND BOIS
28 MARS AU ler. AVRIL 1979
RELATION DE L'A.RTCHEVEQUE DE
PORT-AU-PRINCE, MGR FRANCOIS WOLF-LIGONDE


La tournde pastorale des
paroisses m'a conduit cette
annee a GrandsBois. Ma
derniere visit remontait a
1975. Et j'ai encore la m6
moire toutes les p6ripdties
du voyage. Le Cure de la pa
roisse a voulu me conduire
dans son propre vdhicule. Le
Pere Andrd Cldro qui est res
punsable de animation pas
torale de cette population
de 50.005 baptisms catholi-
ques est done venu me cher
ch-r a I'Archevechd. Et house
sommes parties, le mercredl
martin 28 mars, a 7h.30, ba
destination de la chapelle
dec- Orangers, communautd
catholique de la paroisse de
Grands-Bols, vivant dans
Ils montagnes droddes do-
minant la plaine marecageu
sc de Thomazeau.

II faut laisser la route na
tionals asphaltde pour s'en-
gagtr sur le'chemin qui con
duit a Thomazeau. Les ma-
res de boue de ce chemin
seront bientot un mauvais
souvenir. Car tout le mate
r;el mecanique est a pied
d'oeuvre et travaille deja a
reahaser le project USAID
Gouvernernent haltien qui
dotera Thomazeau d'une rou
te excellent.

Le bourg de Thomazeau
traverse, notre mnisere de
%o: ageurs commence avec le
troncon de route ddfoncee
et boueuse trace dans la plai
re marecugeuse. Bientot. on
coinmnence a grimp-sr une
n'' tagne escarpee. I talu-
c ill tit re qiiu la .ie-p eca--
1' li onitage ar la
S it( IC-. unt a :s'l die 'r'ches
:'' :r ll: La i ni ,nlt.ic a ne
i plut., darbh' s I1 ni- res-
e' i le t i e'r ls et a trulUe
a ''.i de la r nlti
S i : ItrIt I)L cl d :T :
i' dr I(": pour :i iv r
i, ura g r a' i *

a t t r-a V uLi l c i :
is-' ir et 4r ai'e daci- iii.,
MLu'mlolire- El 1975 dis a,,
o:,! .nler, d aide ,a il% I 1l 'ir
1. d ]a nourrl:iure pour i 11
rouraaer 1-< ply.sani i :-


tretenir cettl route de The
mazeau aux Orangers. La
camrno qui avail trarn.porte
I3 nourraure lavait depo-
5ce a ]a tMaLson a Un l mon-
sleur important a e Thoma-
zeau. Le lendemain, un au
tre camion avait reprls les
articles requs dans la direc
tion de Port-au-Prince.

Un paysan des Orangers
expliquant avec amertume
sa deception de n'avoir rien
recu, m'avait dit : manj6-yo bay, nou pa kon-
nin kote 11 adle. An tou ka
li pa mont6 mo-n ians. ak pla min nou fe rout-la>.
On ne sait pas ofi est parties
toute la nourriture reque.
En tout cas elle nest pas
arrive jusqu'a la monta-
gnea'. travaild sur la route avec
les paumes de nos mainsa.
C'est ma premiere station
du calvaire de Grands-Bois :
la route Thomazeau Oran
gers. La fatigue physique
n'est pas une souffrance
pour un home de sante
robuste. Mais savoir que ce
people de paysans travail-
leurs a etd souvent trompe,
vole. exploited par des gens
aeclairesa-. des sevolues%. des
,parlant francais., cela faith
beaucoup de peine. acela faith
mal au coeuri. Le paysan
de cette region est bafoue.
c est cela mon premier cha
grin, en pregnant la route
de Grands-Bois

Et pourtant ce pe-i. pBu
pli est bon On arrie a ;a
cliapellh des Orangers i1 a-.,
10 hres I1 est la. le tpeupie
i11 .st heureuix II vicn' m .-c
cu.tllllr aver enlltho siaslinrt
car je dots celebrtir ia con
tircmation dans tt-'et chapel
I' C''nt il' n tiluinte at-alti -
' 'idtulls seronti lenouv

,i' i, d j Es iIt :;n Iln dt


aa' cl c c- itr l' Sa itI
ur. s IV)o r ,


MANTLLE (AFP)
Le Japon n'a pas repon-
du aux espeirs qu'avait sus
cite dans les tiers monde la
venue du Premier Ministre
Nippon la cinquieme con
ference des Nations Unies
sur le Commerce et le Deve
loppement (CNUCED) qui
se tient a Manille.
La presence de M. Maso-
yashi Ohira dans la Capita
le Philippines devait mar-
quer, dais l'esprit des dele
gues des pays en developpe
ment, la volonte di Japon
d'entreprendre q u e 1 q u e
grand project en faveur du
tiers monde. Certes le Pre-
mier Mmistre a confirm
jeudi son intention d accroi
tre Falde publiaue consell-
tie par son pays (600 amil-
lions de dollars supplemen-
taires en deux ansI, mais
les pays paiivrs attendaient
d, n)tuveiles teiocisions.
Ics esperalent notammentl
I announce d unie contriibu-
tint clhiffree au fonds c on
Iin Iu. de stabilisation des
maitleres prenieres Ce ( .'a s
1l' ti ;,tI laorce- ha milial das
autretb PIaYs inoul tltI lalles
qui hesitellt it quelqutes ex
rtptlions pIes a1 prellldre
des engageneni critles Lat
lRiglqitue tre': api)laudl
(itllS les ranll tiu tllri s litn
Oi ;t Ith(- de a coninunaliltu -
! )Npc-(1 o en ;iuln oncan t JI II
(il iui e (on l'ibiiloiitn de 0 5
tItli,l(lts dl dc lairs ;l u tI llds
Di i'ul eut14 h's t 11t7 pIys


L'Ascension au pouvoir de Khomeiny
T'tEHERAN -- AFP; :,T:e personnel d.? IAya- le voile islamique pour lt
Trois mois apres la revn toilah De Qom o0 :p etait femmes.
:'on. Qom. a 150 kms au rtre le ler mars appar?m
.;d de Teheran. est dtvenue m-en"r pour a aer a Teheran Les dirigrants civils par
'-'*P can'rait de I Ian >l ch'a:n: :bra au oen've- rent consolider leur pouvo
c. -w'-e boureade qu i v en 'm in: d- I M -hdil Bazar "n avil face aux explosion
S'-'emn- a itheure :-.arn' a:t. v:- anrnonce pour du Kurdisran et du Turkme
C' !'Ayato!ah Khnom--:: e-. ecu-,n?. iramedia- :.a"ne se nistan Maias la tounte-puls
d:a-.e de .ornmaas. u norr de rite de decisions ue M Ba- sance de i A)aoullah a eel
Sism. '.a .i d. as rnle zaran e'. ensi-l bin: d'.i 'e au debut de mat L-r F- nuvernement- a un ma a :aare" L er.d:.r- mans> Edts, ordres ft d
,\ at- urai Jf ". 'a aa i "a v 'and- ca-onc ep ment us fusave ". du bureau
dec'aree e-impure, :a gra:'a dc 1 Ayato'ah a Qomn re
Sa: dcaa iomme n ro 'ce 'd--e ranpor-' e' dp : eat elan: 'a iFe du pays
.'-dena'ea e a '. ch ~ a i Da v- e ain r cour'-cirncuian' t Ie gouiver
me :"squ i' a r came Tehe dre de porter ie Tchador u


: ;" -e an' d- a ;P l--
." iMat is jr a da : a
mat ie uLde de a 'a on -
Tne<- d up r ouV e r
ioppn'se- a '
: L Iran dan a ti

Cr *e d'in ;-e du Do"vn i
J, r1e. a e 4i.lux 1 e .n
h r-e- en mars a de pre-
me e:- m nifest*- l,- da,-


Les dangers de
W ASHINGTON AFP
L Sea ce:ru., e' es a,,
C. Cels cancE rage:,.s
c, d rcreda1 a
cCntre c art co:'i ; terse en
-r a" an e. oa- a aFes. agrkae.e

sr d,,t 'l a. ceat ce


7 Mai 1812: Jour


tristement memorable

Par Michel Ange DUCHEINE,


II et vraiment des ca:.es
qu; deraien: ctre en.slt e-
1le. pi t;r ioujoLur. dane ie
ie-'e i ati 1loubil tant tel-
lcs eaoqu.,nt dc trlsttes .tI
c.e d-es teiable- souvfniiTs
Cepre'd.n' + t 'Iime qu' il
.' Ci.a denatlo d- les rap-
pe :- p.irfnis pur line corn

rations prc' rnic- c' iutilres
Tel Ie 7 mnai !842 ji.ur
cr ceum ,' mni mt -ailet pour
le Ceap Port-de-Paix. les
Golaicaes FoI- -l.'lbe ce et
po irqu'i; ps p' 1r curtla.
l..(s ",.i de 1,1 t^-publl-
ique (cli'Ime tel l.s S:-.tllI& o.
Por;io-Pllata Ce. s 11 fall
ell croire Mgr; Hi!lion dans
dans les relaitons da c"' ter
ribl. triemblen ant d, terre
conai'-dere par JBPV Leeaen!e
Ct mmriTe le tItut' l'me aevence-
inent du Capl

J inc sai. qluel estl r
1 .1 -. qii disait
"I1 est des itlmblements


de terre mermoraoles par
Iis vic'imts etC les degas
qu ils on" cau es,
Tel." pourrilns-nous dire,
le triste evencment du 7
Mai 1842 qul la'sse encore
ces trces dians certamnes
vills du pay.- particullere
ment au Cap llaitlen et a
Fort -Lierte Peut-etre a
Sainai;.gt e' a orto-Plata
de la Repllbiliaie Domini-
calne egalement
A la vern,e inos recher-
clhi.s n ont pas i ;e trop pro
IJunuts pour r indre beau-
coup plus intlriessant notre
tra.al Ceprndaint nouss
nous sommes laisse dire
qie la Metrop ile du Nord
pourralt etre I ap(ilentre de
ce tremblement de terre
grace aux terribles catastro
phes qu il v a causes. Lals
sons parler les faits.
J B. Villehardouin Lecon-
te. disns son opuscule sur

(Voir suite page 4)


Voal rsule page' o

la Saccharine


es


u
ir
ie
is-
la
a-



e
r-


' Admmistraalio. areric..ine
ces produiaAs ai'mental.rres et
pharmaceutiques FDA,
M Ronald Kennedy. memn
bre de la FDA. a revele mer
cred; devant un soui com-
amission du S(r:-' exisen-
St de 1 etude cdu Dr Ernst
Wyncer se.n e laquei.e .a
Saccharine pourrait doubler
.s risques de cancer de la
"essic chez ha(mme Si ce
1ien Saceaharne Cancer
est ef.ectiv(rment prove
par les travaux du Dr Wyn
cer. trois etuGce importan-
tes etabnraient ailsi le ca
recztre Lcan iet lenu ee ce
substitut du Sa-re a ajoute
Mi Kenned:
Lauteur de I etude Presi
dent de ] Association amerl
"caimn pour la same, a ce-
pendant estirr.m prematu-
rcees es declarations de M.
Kennedy Le Dr Wynder a
indique qu ll ravaillait sur
1 existence d autres varia-
bles. pouvantt 'xpliquer. par
exemple, pourqujol une rela-
tion entire Ie cancer de ]a
vessic e l 1 'ise t de la Sac-
charine avaIl ete etablie
dans certaine, villes et p;iF
dans d'autres Son rapport
doll etre public dans deux
mote
La Saccharine est deputs
pluijcurs aInntea s objet da
tudes contlradlctoirs La
FDA avait -cidc son inter-
diction comi)e addiill ali-
mcntaire, d ec,,ision suspen-
due pour 18 mcis par 'e Con
grcs. Cette sa.ispension ex-
pire le 23 Mal.


en ddveloppement reunis
dans'le cgroure des 773 sem
blent rencontrer quelque
difficult d mettre definive
ment au point leurs reven-
dications communes. Le de-
but des n6gociations concre-
tes, qui doivent se ddrouler.
dans huit Kgroupes de tra-
vails de la conference, ont
d'ailleurs pris du retard en
raisons des discussions qui
se poursuivent a ce sujet.
Les delegues occidentaux
ne manquent pas une occa-
sion. au demeurant, pour
souligner la res grande di
versite des pays qui compo-
sent le cgroupe des 7M7 oiu
se retrouvent cote a c6te
ies nations les plus desheri
tees et certahii pays bien


engaUea sur la voie de I'in
duitrialias.tion Des slignes
de partag-ia existeraient e-
*galement, selor eux. entire
les aspirations des groups
regionaux (pays asiatiques,
africains ou Latino Ameri
Calinl].
M. Robert Me Namara,
Prestient de la Banque Mon
diale, a fait pour sa part
une intervention tries appre
ce6e parmi les pays en de-
veloppement en denongant
severement le ,nouveau pro
tectionnisme> du monde oc
cidental. sNous risquons de
saper les progress realises
dans le domain du develop
pement et de la cooperation
international pendant les
25 derrieres annees.a,


A WASHINGTON

Un formidable debat

s annonee au congress


WASHINGTON AFP)

Avantl me:e la cnclusionll
dta'lt tln i ai\ d l ti lte SSatlt-2>.
ukll tnimiaiible debate politi-
q tl t 5 esl dei\t ,'igage sultr hli
liatll'aitLion di I accord par
1l> Senal :i1ti i tIalin quil ap
I'. alt loin d lrsI astiU ieet'
,Cc scra I p.:us inportaill
t. b; iitipia it,litalr e dlu swt
' i. :1 ,itsu at il 'rtrc edl soilr
Ic President da la Commlis-
sin t des Allaites Etrange-
I a duli Senat M Frank
Church. Chel de tile. avec'
le S(nateur Edward <,Ted>,
Kennedy. de's partisans du
Traliti' Pouir titrer en vi-
gueur, celui-ci devra rece-
voir l'aval de V67 des 100 Be
natei'rs.
Le camp das opposants
sest soudaLeinent enforce.
Le Senateur Howard Baker.
possible adversaire Republi-
camin de M Carter aux pro-
c naines prr identielles. a
indique dans 1a soiree quil
etat -denormis -nelian a vo
I r con'.Te
Paradoxalement. les 'ibe-
reaix det Senat. menes par
George Mc Govern. sappre
tenT, a s a.;ier .. l aie con-
e"eat r:ce po.:r repousser
i accorda uqua'i- ils repro-
chent d( tne p. mettre verl
,ablcment inr icrme "a la
course aix arm-ements
Ma;s ce -sola deux Sena-
teurs Munn c: I ancien astronau-
tc Jol-in Gilni qui detien
nent sans douit le sort du
Traitt erntr leurs mains
Au course des deux dernie
res annlOees 1ls -e sont impo
se come les specialistss.
du dossier Salt,. et la ma
jorite du Senat, qui hesite
enrortf a s" prononcer, a
les yaux fixes sur eux
Or. tous deux sont Ires
reserves a i card du future


FRANCE
La tentative de
meurtre par
irradiation :
1'enquite
NORMANDIE (AFP)
II a suffi de 15 minutes ha
I employee du Centre Nucleal
re de La Hague (Manchel
pour se procurer l'rArme> a
v-c laque.le i, avalt cholsl
de se venger d'un chef d e
quipe : 3 bitons d'uranium,
qui servlrent oi ce qui fult,
sans doute, la premiere ten
ficv, de mcurtre par irra
diatlon.
on stalr de mail 1978, se-
lon le Commls atir charge
Ie I'enquite, I employ, Noel
Lecomte, agent de fIltration
des eaux reslduelles du cini
tre de retraltement des dt-
clicts nuc'ealres de la IHa-
gue ipr-dr de Cherbourg, No
(Voir suite page 06


Traite. M. Glenn lnsiste suri
Jre Inell'eures garanties de
s riflication de l Accord. M,
Munllt. de son a ote, estinle
que <,Sail-2> risque de don
iefr I URSS unit slperilorrl
Ie stiateglque !ors de In pro
chaine decennie. sl les Etats
Unis i'leectuent pits un se
neux effort d(t modcrnisa-
,li dt le'ur paanopl1e lnu-
! ran ("t


T616phone : 2-2114 Bolte Posiie : 1316
Rue du Centre No 212


Cloture de la reunion


d'&valuation

sur les semences


Hier apres midi, a ete c16
turd, a 'i'H6tel Sans Soucl
(Port-au-Prince), le semi-
naire organise conjointe-
ment avec 'IICA par le De
partement de 'Agriculture
sur 1'Ivaluation du program
me national de semences.

Les different debates aux
quels participaient une ving
taine de techniciens, ont de
bouche sur divers points qui
seront regroup'-s dans un
document de synthese don't
la publication aura lieu
dans deux semaines, a-t-on
indique.

Les conclusions qui sans
doute influencent la politi-
que national de semences
ameliorees se divisent en :

Mise en p'ace d'un pro
grallsse d action concrete
pouIr I exercac, 1979-80. Ce
volet comprend lidentifica-
tion. dans tlus les districts
agricoles de l aire suseepti
bit de produire des semen-
ces

-- Diversifictl lon de la
production de's sienleices
pour nineliorer la producti-
vite des prodr'ils do base :

nalis, haricots rlz,i illeat
etc ..


Hier, Aujourd'hui

et Peut-etre Demain

Par Carlo A DESINOR


-1--
Tout le monde fait des
bettses Et il semble du res
sort de lhomme d en fire
de temps en temps.
Tout le monde fail des
erreurs. La chost la plus fa
cile et la plus couran'.e qui
Dtilsse arr'ver a quelqu'un
est de se tromp'-,,r.
I est vrai qu en chacun
de nous sommeille un dieu.
Mais aussi il est vrai. qu'a
cotd. grimace un idiot. un
imbecile. Et iI arrive souvent
que ce dernier fait tant et
si bien qu'll berce le dieu
qui ne se reveille jamais. Et
qui resemble a un somnam
bule qui a faim.
II y a des hommes qui
n ont lamais fait de betises
de klur vie. Parce qulils
n ont jamais accept de les


voir et de les reconnaitre.
Ce sont dts lfiches et des
chauve-souris


Systematisaiton de la
distribution des semences,
au niveau des districts agri
coles.

Systematisation de lin
formation en matiere de se
mences dans les districts a-
gricoles.

Creation d'un Comite
National pour lenregistre-
ment des semences

Elaboration d'une legis
nation sur les semences.
Selon les resultats d'une
enquete. don't on a tait e-
tat au course oe la reunion,
il resort que 1 Agriculture
haitienne confront un gry,
ve problem d apprrvision-
nement en semencet notain
ment de mais. Car, a une su
perficie de 150.000 ha culi
ves en nais. dolt corresponl
dre un volume de 3 U000 t de
,3emences, a-t-t1i note

Lu oijecti ptu isilvi, proIe
ci t in. c)'S..' e it a eltla ai -
rer la quality des stineiinces
pour redunle lta suprlrlhie'
Cilllvee..

Le progria.iinine national
de se'nlen'ces rentIut I a 197H
lil dt,. tal' t)l prloi'H Illtai 't'8s
oSll eif delltt"1, 1. poutir lin-
lhlrei la productlvlte du sol,
a la);trtlr des se'llnences piepai
recs alain It, iv Cc pro-
granimnc ., apptal stir un sup
porl loglsltiqie constitue
par deux services du 'Depar
temenl t e I A:,ricuiture des
Resources Naiuielles el du
Developpement rural : le
Service Nationa! de Semen-
ces AmelioreeF 'SENASA et
le Centre de Conditionne-
ment de sem -nes amelio-
rees ,CECSOAMi,.


Mini Chronique
par Raymond PHILOCTETE
TRAVESTIS


Sarah Lockwood a defini
New York un geant etendu
sur le dos. don't la tete est
a Harlem: don't les yeux
sont Broadway. la colonne
vertebrale, la Cinquieme A-
venue.
Et d'ajouter
Quant a son coeur, il n'en
a pas.
Effectivement
Aucune humanite Chacun
pour soi. On est Iroids corn


Nos croyances


superstitieuses et les


maux qu'elles engendrent

LETTRE A EMMANUEL BUTEAU. EN RESPONSE A
SON ARTICLE : LA SUPERSTITION.
UN FLEAU DE NOTRE SOCIETY
Par Raoul JACQUES


Un people vit par ses cro
yances, nous ne pouvons
rien y faire. Mais, 11 est du
devoir des responsables de
guider ce people, exposed a
SIgnorance et au charlanta
nisme des forces du mal
pour qu'il ne soit pas en-
traine plus profondement
dans le marasme ofi ddjh 11
se trouve.
L Artiste et Ecrivain PE-
TIO SAVAIN auteur de la
Case de Dambalah, a dit :
qChacun sur cette terre a
tilt ange garden, males. 'hhal
tiln., Iul. n un petil, Bacca,
qul ]I persa'culo, qui lul don
ne deas crocs ain Jnmbe qui
I'cmpt'che d'aller de Ila-
vants. Dans vote article M.
Buteau. vous -'iavez mis ien
(evidence. ce pel!it Bacca qul
nest autre choose que la su


perstilton. II nous laut la
combattre par tous les i no-
yens alin de sortir ce ptu-
ple de lorniere. Tons les
Halticns de toutes les clas-
ses auraient du se fare un
devoir de lire votre artlc'e.
sl enrichissant. Bien Imbu
de la question, vous nous a-
vez mis tous en garde con-
tre routes es embuches aux
quelles nous sommes expo-
sees t cuiaque pas de notre
existence.
J ai observed avec un reel
soulagement que vous tavez
falt ressortlr, que le Vodou
ia 0c,1 un point de rallic-
ment pour les esclaves de la
colonie de St Domingue et
que la ct.rimonie du Bols
Calmaln a etc le catalyseur

(Voir suite page 5)


me des cordes a puts.
Aussi je n'aime pas New
York D0aillurs seul mon
coin de terre. Haiti. me pas
shonn',. mais .) estime toute
fois qu'un sejour a lexte-
rn ur. ce n est Jamais peine
perdue. Voyager. eest sans
doute mieux apprecier son
patelin. cest fro'.'er sa c(r
velle centre celle d'autruli
iMonlalgne). ou encort sv-
Ion le mot splendide de Hux
ley. .decouvnrr que tout le
monde a torlt
Mais sl indulgent qi u on
saol a ] Jeard da ses c m-
pliatrioles l] v qi luand in(-
nie d plliC-s rai\es et iom
plexes cqui ltc lalssent pas
d at t inrsl
Par exemplel, 11 exis'e aux
Etalts Unt s ci p u'l-i :rle all
leurs, des iatil'tn-s qulM. visi

(Voir suite page 61



ConferenCe de
Caricom

GUYANA A'" T
Ullte ontlt ecie' stir la re
iormni do la rlislaiton itat
sein de la ConMnunaiuite E
conomique des douze Elats
des Caralbts i CARICOM)
souvrira jeudi A' St Johns
Antigua,
La Conference. qui regrou
pera tes Mlintlsre tie la Jus
twice, doit notamtnnient, deci-
der lh creation dun Insti-
tult r'gonai des recherches
16gales el une iigence char
gee' d mnlettre 'u collit une
rilorme juridique collective
pour titles Etats dout le sys-
teme judiclair-e cis le mobisn
d6veloppe.
Les travaux Oce In conI b
rence dureront deux Joursl


VcOLUNUS MEMORIAL



No. 31.079











IONDE EN 1896 .LE PLUS ANCIENT QUOTIDIEN DHAMTI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PREBSE


En vente chez les bijoutiers de la rue Bonnefoi PORT au PRINCE

POU T etaux GaleriesBERNARDIN CAP HTIEN. Exigez la marque


11JUAT et aux GaleriesBERNARDIN CAP HAITIEN. Exigez la marque


* 4


DIRtECTEM : U UCIUM MONTHS
ADMDUSTRATEUR :Eme. Max CHIAUVET


La Journe a la Confrence


de la CNUCED ,





BJOUX


MURAT


- - - -


Ce -m--- ua
Justement alarms par
lea themes Ulcencleux tral-
tes dans certalnes places
thIatrales et oeuvres cln6-
matographiques, des peres
et meres de families sou-
cieux de 1'educatlon mora-
le de leur enlants, ont sol
helte des Secretaires d ELat
de l'Educanon Nationale, de
la Jeanesse et des Sports et
des Affaires Sociales, lexer
cice d un control rigou-
oux des reptesenttations thea
trades el des projections ci
nematographiques.

En vue de repondre a 1'at
tente d'un nombre sans ces
se croissant de families an
goissees, il est demand aux
metteurs en scene et aux
proprietaires de sales de
spectacles d'obtenir pr6ala-
blement A toutes represen-
tations thedtrales et project
tions cinematographiques,
lautorisation ues Secretal-
reries d'Etat, concerndes en
leur soumettant l'integrallte
aes textes falsant l'objet
des dites representations et
projections.
Faute de quoi seront appli
quees les dispositions de lois
regissant la matiere.

9 Mai 1979.
Son Excellence
Monsieur Joseph C. Bernara
Secretaire d'Etrt a l'Ecuca-
tion Nationale.

Son Excellence
M Gerrad Raou! ROUZIER
Secretaire d'Etat a la
JeLunes:e et au Spoit.

Son Excelleint
M 'e Dr H. De Ronceray
Secreta;re daEtat aux Affal
res 6u0c ;lAs


Otages Salvador
La situation
SAN %I _: AFPi
Ahj 111t 1a I 11 joOurnee

di ilt I i e lr an e nt Jeu-
1 11,.n ( 16( et remlistes
saltu doi .l: It' nilbrves du
[l;"h Poplhli reta vtvolution-
lat t' a 1 ila aaist'e1 grodlpe dt
e t l a'! l ts h lo el n -
parie oani., ta tliaillaee d'utn,
latiatit d., ,adio auU Nord de
:iS1i Sal'vador
Le C(tainlnaindo du BPR a
qcondamne> au micro la re
PresSion exercec mardi par
les forces de security centre
les personnel qui manlfes-
talent devant la Cath6drole
en faveuf du BPR et don't
19 ont ete tuees.
A 1'Ambassade de France,
oh sont retenus en otages
I'Ambansadeur Mich?i Don-
denne. son Conseiller (t cinq
autres membres du person-
ntl. la situation etait inchan
gee. L'Emissaire du gouver
nement frangais charge des
negotiations avec les autori
tes salvadoriennes a indiqud
que des provisions etaifnt
apportees quotidiennement
a I Ambassade.
Devant la Cathddrale, une
fatul- s'etait massee jeudi
martin et ecoutait les slogans
lances par les occupants, oui
reclament la liberation de
cinq de leurs compagnons
en prison.
L's Commandos du BPR
on, lance un appel a leurs
,camarades, pour qu'ils an-
porteni a Isa Calhdrale de
la nourriltre de 'eau et d's
medicaremnts
Plusieurs radavres se trou
silent toujours dans ledifi
c."' I's funerailles des 19
vc 'imes de mardi doivent
sd derouler ieudi

HALTE DU JEUDI
de Mine Marcel CARDUCCI

POUR MA PETITE FILLE
G(3IG MENARD ELEVE DE
STE ROSE DE LIMA

Forge ta vie

Tu vas done Ie sour en fetee,
Pour la premiere lois
Part.ager son repas.
Oh! Je sals comblen
Avec impatience tu attendals
Ce grand jour.
-0-
Tol qul l'almes tant
C" Jesus que tu pries
Avec quelle ferveur 1
Tol qul pleures souvent
Al recit de ses soufrances,
Tu vas sai table
Pouy la premiere folst
-0-
Avec amour, je le sills,
Ii 'attend, 11 te desire
1I tc montre le chenmln
De la vrale vie.
Sans Lul rien n1 vaut,

(Voir suite page 6 )








PAGE 2 JEUDI 10 MA 1979


DATi LAX Laxatif au chocolatVainqueur de la constipation


DANS NOS CINEMAS


CI.E TRIOMPIH

SALLE I


DEROBA
Entree :

SALLE I
s entreee :
SALLE I
LA RAISE
Entree :
SALLE
PIEGE I
SEUL
Entree :




IMPERIAL


CAPITOL

CAPITOL 1


DE JEUfDI 10 MAI 1979
$ 1.50 et. 2:00 VENDREDI 11 MAI 1979
PHIX UNIQUE $ 1.60
II 12 h 2 h 4 h
T DE POCHEs 6 h 8 h 10 hres
$ 1.50 et 2.u00 DE L'AUTRE COTE
III DE MINUI'
ON DETAT CAPITOL 2
$ 2.00 JEUDI 10 MAI 1979
IV VENDREDI 11 MAI 1979
POUR UN HOME .PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 n, 4 hres
$ 1.50 6 h 8 h 10 hres
x xx DESTINATION PLANET
ffYDIJRA
IMPERIAL CAPITOL '
JEUDI 10 MAI 19';9
L J VENDPEDI 11 MAI 1979
kvant 2 h 30


JEUDI 10 MAI 1979
VENDREDI 11 MAI 1979
12 h. 2 h, 4 hres
Entree Gdes. 5-00 1
6 h 8 h 10 hres
Entrfe Gdes. 8-00
EN L'AUTRE BOARD
AVIF( TOTO BISSANTHE
IMPERIAL 2
JEUDI 10 MAI 1979
VENDREDI 11 MAI 1979
12 h. 2 h 4 hres
b h 8 h 10 hres
entree Gdes. 5-00
Entree Gdes. 8-00
UNE FEMME SOUS
INFLUENCE
IMPERIAL 3

JEUDI 10 M-I 15I79
VENDREDI l 1 MAI 1979
12 h 2 h 4 hies
Entree Gdei. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Fjrte GOes 8-00
FNFANTS Gdes 3-00
Fntrec G6lt i5-0il
LI;S BIDASS :S ;
FIN.lION.NAT
6 L 8 11 10 heu-1S
Entree Gdes. -fl-m
Fi1ENll ()ON. ,(I I)\
Interdit aux mrins tie 15 trns
XXX '

Rex Theiatre
Jeudl 12 2 4 1' hre.ss
M.-AMNA DOLOKES
A ant 5 hres
Fntree G 1-0W
A Partir de 5 bres
Entree Gdes. 3-00 et 5-00
8 hres 30
PFLIN TEFT TNH I
PRIX UNIQUE : S 2-0n
Vendredi 12 2 1 6 8 10 bres
DANCE MY LOVE
Asant 5 heures
Entree Gdes. 1-50O
P Partir de 5 heares
Entree Gdes. 3-0t0 et 5-00
Samedi 12 2 4 *i 8 10 hres
Asant 5 heures
Entree Gde. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree Gdes. -00 et 5-0-
X X X X

L'INSTITUT
FRANCAIS
D'HAI II

ACT1 1-TES
CULTURELLES

V-ndredi 11 20 hrps
THEATRE La Pelisse de
Nicolas Goeol par le Cen-
tre dramatique franco hai
ti1n
Errtree Scolairns 5 Gdes
Adultes 15 Gds.


cies 3-00uu
Apres 2 h 30
Gdes. 5-00
11 h1 45, 2 h 15 1 h 15 hI 15
9 heures 45
PLEIN LA GUERRE
CAPITOL 4
-EUDI 10 MAI 1979
VENDREDI 11 MAI 1979
11 h 45. 1 h AIb 3 h 45,
5 h 45. 7 h 45 9 h 45
LE FILS DU KUNG FU
x x x x

ETOILE CUNE

Jeudi 6 h 30 et S hres 30
PE MISSION I'AIMER
Entree Gdes. 1-50 et 2-50
N el)dredi 6i h :1 et 8 hre, 30
1.1 ANGILE SELON
SINIT T1ATHitrt
I ntr-t (ides 1- 0 et 2-50
Same Ii 1 :1u0 t 8 t re 30
I T:-,( LE. DE ) I' I -0 N
Entree Gdes 1- i0 et 2-50

PARAMOUNT


F": i. Ud( ", J U


I ;i"'X GRiANDS
I r ii Ir ht



Sui t I h e es
ntrec" G(des i-h 0
1.1 nd:eiX G1.% 1)N
( 55.SLIF S
Sendrr-di 7 h et 9 hres
i .-i a i
DE LEUb CiNE

ID 1)M1SF OLIN 7TN'AIT
POU T( FKR
F.it-ec S 1-50

A ., 'CRiUM

Jiudi 7 hlre-
I. 1.01 DF LA IiAINE
En'ree Gdes. .-00
Vcndredi 7 heures
JVndredi 11 Slai 197
LOCATION
Siamedi 7 ,heures
LI- S INVINCIBI,LS
DU SHAOLIN
Entee Gdes. 2-50
x x \ x

RANCHO CINE

Jeudi 10 IMai 1979
LE FA[ I'VF
Vendredi 11 Maj 1979
11IAJOR D.NtNDlE
Samedi 12 Ma i 979
LE FAUVE


SAMEDI 12 MAI


SOIREE SPECIAL


LE BISTROT

ET


OMNI SUPPLIES


1 DISTRIBUTEUR SEARS)

prpsentept



ALAIN DAYAN

DANS SON TOUR DE CHANT

DINER SPECTACLE

RESERVE VOTRE TABLE


| LE BISTROT

INFORMATIONS RESERVATIONS

t 146 LALUE TEL 2-1809

ENThEE $ 5.o0

j^^^90gr>3DD a9>


Visite Pastorale a GRAND-BOIS


CIN LIDo

Ieudi 12 h 2 h 4 ihres
Entret Gde. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 2-00
ADIOS AMIGO
x X X
Vendredi 12 'h 2 h 4 tres
Entree G. 1-50
6 h 8 b 10 hres
Entree Gdes 2-00
L'N.'OMIPRIS
x x x x

MAGIt CINE

Jentdi 6 b et 8 h'es
L-AFFAIRE OM
Entree GdseS '
Entree Odes. 5-04 6--0
Vendredi 6 6 es et 8 rres
PIECE THEATRAI LE IE
FENELON RODRIGUEZ :
RATIE LANGUE.
Une piece moralisatrice,
une peinture de moeurs, qui
critique le comporternent de
tus les personnages qui corn
posent notre society :
Journalists. Medecins. D6
putes. Meres de Famille
etc
En.ree Gdes. 5-00
Samedi 6 h et S lires
LA FTLIERE
Entree Gdes. 3-00 4-00
x x x ,

CINE OLYMPIA
Jeudi 12 h 2 1h 4 hres 6h 30
IEntree G. 1-50
IES 4 KARATEGAS DE
L \PO(ALYPSF
Entree Gdes. 2-90
Entree hes 30 1-00
A it FINE BO (CHE
\Nridredi 12 h 2 h 4t hres
b h 3t et h :30
EntIree C 1-(10
lI (, fNDlARNM:.
A I %1 \(tIK
S:mcid 1,1 h 2 h 4 tires
i6 1M et 8 h1in 30
I ntrec G ( 1-",
LA KIslRAT'TIIIRSSEI Al X
M1S \f D I Cl 'It

Pharmacies
assurant ie service
Cette t- it
.rl i I 10 IM\ I;179
D[ I I I'Li
M1a-clie Si alomon
SI .IOSl'HP
Iuec Remnpart
ST ANTOIJNE
B JJ. Dessalines


PI'TIONVILLE
J11l Il 10 L I 1979
KEGIN \
Place du 'sar-ch&

Apres la visit
en Europe du
President du
Panama
par Va.eri MIELMICKI
FA IS AFP.
L Prider:: d7: Panarma
1 A,.i d-s Royt e-tim
S :- -'c d ( lux s
1.:i. E :T7ps a atePInt
son duuolx n,-pccTf l ap
p.I a .. pour !a neu
a:;e o (.'ana et e- d ve
:onr,-:meo d,-- r, ,ps'on1D,,
.'gu( e m' nr noes Iontp
tf- a ron o n rni

rand" indep ndance
d E- at Ets-Unils
Da.< U'r intpr:'evw acror
d* E rrredi a I AFP pou
Alanap df- quit-:r Paris pout
V. ash :.ton 1, Pres'dent Ro
yo a'-i sest rendu en Gran
Sdr' -B-nr'n en r Epa-ne n en
T',ai., aiu Va.can. en BuntLn
qo'K ft rr France, a soul
g-ne qui t.,l, m ain'enir dOr bonn -
Sria'rrns aver le Etat.s-U
nr' 1 vout autsi aff;rmr'
to)n ndep-ndance en rosser
ra.nt ses lens aver 1'Europe
Occldentale et Ori ntalr-
A la veilli- dr son entre-
tien avrc ls: President Car
t r siJr iJs obshtaclps drrssd
a l conacres par 1-r' adv-os;
resi des tral i" s'r I leCane,
don'tt I entrbp en aprIli:-
tion Pes pr-vue pour In rI-r
0ntobrei ) n 1Prt.x!dlon Rvi)
s 'es f(licitt de I'appul OQur
Ins dirlg anis europrcnn el
le Pape Ilui ont apponrti
A Bruxelle. 11 a sltin( n-
vee dcs nr'Onpos banralrct
plroppdns et japonalo unt
convention de credit de 131
millions do dollars pour l1
ddveloppemo nt du Panama
En Espagne. I' Prcsldent Rn
yo a concll un accord tech
* nico-sclentlfiqut blilalral.
En France. sa vislte a on-
vert la vole a un certain
nombre d'accords.
L? President Royo a an-
nonce qu'l1 se rendralt en
Hongrie, en Pologne et en
Tch6coslovaaule, aprms 'en-
tree en application des tral
tus sur le Canal. II a sou-
lignd enfln que le Panama.
Spays non aligned. a adopt
une politiquc d'cqullibre en
l tre l'Est et l'Ouest et entire
tint d'excellenctes relations
avec les pays d'Europ? O-
Srientale. qul lul apportent
Sleur soutlene.


(Suite de la 1ire page
toute une vie d'amoeur es
autres dans 1Eglise.
'Comme 12 soleil qul repa
rait, apres la pluie de prin
temps, mon coeur est a la
joie au milieu d6 mes fre-
rcs, les pauvres, les simples.
Le discours du Directeur me
fait oublier les fatigues de
la route.
DISCOURS DU SACRISTIN
DE LA CHAPELLE
DES RANGERS
sCher Monsinye,
Pr-? Parouas nou an avn k
tout fidel icit Zoranrgers m6
te votox yo avek pa mouin
pou nou dit ou Blenvenre
et pou n ou souhalte-oe you
bon sejou nan Grand-Bois.

Excellence. nou pa kapab
dit-ou kijan nou kontan oue
ou jodi-a. Le pe Clero te
anonse nou ke ouap vini icit
uodi 2S mars cila-a. Ce te
tankou yon gro kout kanno
ki te tire nan legl,.z-la tout
moun to pantan telman yo
to kontan. Et ce nan de
tan toua mouvman nouvel-
ca-a te simaye nan tout ti
korn pa bo icit. Et tout moun
tap made ki le pou jout
cla-a rive pou Yo vir oue-
Ou vnn tande mesai-oui Ex-
eolitnc- nou pa oud-oumlin
nou pran nouve -oun nou kon
in inp:! lot penitans oui
N,) .I touiO t prie oranl -n1t
n-u aroply poul i ba on luorc
aK kntirag po nout pot kokii:
datieo- e cchai ca k! s'itt do-
o i I l 1 OtN Mtios: 1y e nol
k ilnin ke cc p.i W; de ni
ttipa .11-ot u.s tlon e ill il poa t
v.: r o ot kor, nin r 0i f o i-
m:m" viP ko oi t1 pl t11 1I

> ,n :-in J : W rtC pOll n!

as ll'ay panrc. ntn D t
Inh1 n I on o rive vyon kota
i l pa'. kl, von (tdilli poil loll
I(:ii l t h no T prost's Vi,







n'ot D t -an bol nn I(:iV! 1 i

lax :11 c ork koi





r pkie bon lod r;t vr .
No an Pfyt d k Ha:tl. o
n1 ii It Ras kNero il emd(\-





-'t7 p t: o ,rae korek ki ou

F- n. l nce Jodi a man
-otinkp okaornen 0 .na pJu



i o a di nal peu decide to(,
bon \ re-no.! semante mirn
pou nou panse et pou no!i
'itoUm as: dan-e konscy ou
Piorr.sc' PTERRE JEAN
-bakn st.an Zorarngers
I yv a unr e cole pr:-sbyte
ralp qul se 1'.ent ha cha-
pt''( meme dps Orancers
\-' comprne line entlaln d'e
--,es Mats combien d'en-
ran*'s d- cftt rLior. ne son:
po) scolarises
Durant la preparation di
t c#remorlt de confrmn
ton .!; me sqiliS et' iltpi,.
aver clo r'rains notabla-t di li
rnmmrnnail El j al tntp.-i
qn il n'y a pas de cons il d ;i(
lirn communautaiTre danrs .a
ropion dos Oran-ers Le CIa
seil 'qui existait a M10- dis-
sotit Etl noiri ant le'ntrtion
da ]a rotte 'xilgtrail rti-
s mblemrnt di tout l(Is brat
vaelids do la setnion Lo
rnohps sont suir la route I
sffit do l-s crass, r do 'i
player dins Iv cr hemn .
dan l ni rl-cvtr di )a ro te '
Matis il faw des ouitlls et
surtoint drs leaders dslintn -
r;s- ....-. !, du bi ,n do
la r.-jm rrniiiriii
S La run u n quil sniilvl IiN
I rermonie me nermit de mr
i tlivr (ls Calrchistes danm
1 ffnrt communautaire pont
l'rTfrpilrn de la rontre ol iln
S rhberrlhe d."s 61im -nts dr
1 soltillon aux problems de
t la rommunautr.
C"happllo dis Orangers psi
uno communanta panvre I
calis dp l'rosilon des mon
nl.neis. Porrrtant l's paysani
Seultivent, encore lea pols, k
ma rais lIs ont la mercl dci
SInlemoDries La s6choress;
de 1975 n'nvaltt-elle pan obl
gt bon nombre d'habitantt
ri pmlarer vers la rbgilon d(
Mirebalals pour cherchel
1ine nature plus elhmente.
Aux Ocineors, les probl6-
mes demeur'nt. ls natten-
dentl Iour solution : route
ex6crable. erosion des mon-
tagnes. p6nurle d'eau pota-
ble etc...
II est trols heures ouand
nous laissons In linpeIIe des
Oran ers L- Pvre Clero eO
un< force d? la nature. TI nit
semble pas Itligud mnlgrc
les norubreu.si activltIs do
cette lourdnt 11 s'eninee rd
solument aprbs avoir rnmia.
se armes et bargages, sur la


route de VCor'mln. proehai-
rie @ape de la visite.
Le tromies de 'refte )rain
geres Coeraao -Rmeot ,pa
meilleur. Chfbman calteux,
dangereux, par :-ndrolls. c ir
on co6tte la falasse et la i TE
te est troite. Les mares do
boue obligent a. utiljser les
ressieurces siup llemsentaires
du inoteir dime jeep et a
changer frequemmientide vi-
tasse. Mais le ohatff-ear est
excellent. Pourt ni. 'Pere C1l
ro a appris a conduire une
volture en une de i-hseure,
m'a-t-il confi6. Mals le be
soin ne cree pas seulement
I'orgalne, 11 oblige kutiliser
let reflexes
Un prtre A Grands-Bois
prive de v6hicule, c'est i'lso
element mortel pour le pas-
.eur. EI le qualificatif doit
6tre pris au sns propre
pour certain de ses fidOles,
oen cas de maladle grave.

Combien as to.is le vure
de Grands-Bois n'a-t-il pas
sauve las vie 6 des malades
bless6 grave. parturiente
arrivee A l'hure de 'accou .
chement etc1 en les trans-
portant d'urgEnce a Port-
au-Prince. Car il n'y a pas
de disp?nsaire bien organi-
se dans la region de Tho-
mazeau Grand-Bois.
Nous avancons lenuement
v rs la f1aicheur du limat
de Cornillon. Nous sommes
i Pentiot. A gauch. la soutr
ct captc6e dans le rochor
laisse couler ulne1 au tfra-
elh Unte constructiLon a to
erio-, ponr faciliter les por
ltiuses d au C est la Fon-'
I i,t e Jean-C lau ide Di a-
,' Ntouis sonimes bientl A
C(irnillotn L'on lntorvoli tun
ilt' d- trionophe A I'n'iret
du Joire l Is aliutorit'es ai-
iidenl Ir1on uiIrlvoe Ilin pe
litont se iprepart d prtsen-
(in les honnJ lrsll L Coni-
Tii1:1T dan 'l 11M ii 'lltle. l dji
Mhd:]i An lo ne G erler In-i
I rtUilt sVpc' unien ciro isi
ri lrqitiAblchll Et lia pron--'s
,sitio s' AilorttIll6s rivilIs. intllll il s
plopil d Ic ui t SD 1 1 i1Jil
d:ims I1 hriusiasncit' t die Im
\',O (' dln tr..t -aat- r dr I'EvIi



TRTSTFMFNT CITE1EBIrF

Mais enn moti rnontp tolit
nIn lo! de saouvnoirs Cor-


nifllm, cerftl admlnlstratlf
de la paresase eael t ntre mi-
lnaltle 'de' la lft io' de
OTRrAs-Bots, ftot tristement
cble ena 1969. au moment I
ou des nommes sans scru-
purle ont commis 'des exac
tions contre des paysans inh
nocents 2-1 avre 1969, en
pilene convalesceqrice, apr6s t
urte tntervention ehirurgica
le dtlicatl, je fus oblige d'a j
chetater un rapport direc-
tement au Palais National,
pour renseigner le President
Francois Duvalier sur la si-
tuation d'injustce qtil 'OVi
sait A Cornillon Graids -
Bois. Des fonctionnaires s'6
talent paftag6 la comm-ane
afin 'd miteux rarwgonner les
paysans. f

Un rait avec son grooape dans la
plaine OCleste.
Un autre ex6cutait d ? hau
tes oeuvres dans la region
de Boucan Bois-pin. Le pay
san n'avait aucun recours.
II est Illettr6. II est sans
voix. Port-au-Prlnc? est loin.
On peut toujours barrier la
route du Palals National h
ces sculs terrEux...a

D?s paysans furent accu-
ses de... communism.
La taxe reclamee par ces
chefs de bande pour laver
le paysan d l'accusation
etait de 10 dollars par tite
Ait.rement dit. un chef se
presenlte 6 la case et vous
at cause d'etre partisan de
comnmunismime nOu minto
o lan aife kominis-lane 1ie
patitan disait Adio. chef
plit konitrill nznin l an fe
saiti Le ehlt It nl-na eail
dt le c onduirpe Cornlllon
ic paysan falFanit un detour
er proposalottat qurliie cdhosut
l. r chf intiervenaitl notl u
cliak blt 10 dolilors. El 1i
ltoi r ciltl JOI Pilrfois. 11
sl:illl ller olez le volsil
proml rtuvrr la omnw n-
cer os 'n ai r b n

Dt ns l a p hlt sili c (p l slef
conie a 11,x Ormn5rrs. le I-ay
satil propri6laire de bocuis
/( lt t obligO de Its catcher
Car ( .l'autorit& local', qnl
i'tt; ll c(ur ntl t de I. ,sitfia
tion du paysan essayail par
toils Ii S noyelus de le tra-
qitr pour Iobliger a v n-
dre s's boeufs eo lui remet
tre la valour sous pr6texte


de contravention ou de cul r
pabililth. T 1

HISTOTRE INCROYABLE, :
MAIS VRAME e
r
Pays de couagne, la comma I
ne de Grand-Bols tle lt en t
1969. A la fronttre, la con I
trebande battail son plein. s
Trl chef de police rurale au n
ourd'hui rdvoqud, avait ses
entries et sorties en Rdpu-
blique Domrinicaine et falsalt
un petit e'mmnroe e claim
rin et d'autres products hal
tens.

Un jour, aprbs avoir tra-
vers6 la frontiSre, et se trou
vant en territoifr haitien, il
aperqut un paysan dans son
champ. Ce paysan avalt bien
vu que le chef de Jolice v_
nalt doe passer sous les
fils>) pour rentrpr en Haiti
Le chef de police comprit
que ce temoln pouvalt btre
son accussteur 6vantuel. I1
le fit arrcter. U le tuan prOs
de la fronticre. accUsant a-
lors le t6moin de son esca-
pade ?n terre Dominicaine
d'etre lui-mnme un contre-
bandier. surprise en flagrant
delit de vente de claiTin aux
Dominicains.
C'ftalt l'hnure des tene-
bres. Le mensonge faisait
son oeuvre. II f.illait le d6
noncer el, nett'ment mettre
1en ticetsal Ion des hommines
Itl place fain, li;t ie la t?-
tite at lnsqt-' de deplaire
a rertal'ts hommps pol)"i-
Ouaes de Port-sit-Prtnrce de-
cidos a, Itolo-er leS (xploi-
touirs dil p til p tiole de
Boutan Bol- pnli de la Plal
lne Cetest- Pw de tIrtivetr ounr
\-in'im- do aus tla persollnte dui
(iro de Grands-Bols acr,'
d(sIt do tins res rI0l1x ptriV
(|iil 'l i| [ cow 'iir n i des

Le i licl dihu I'tlP it Cl -
prit q Iu(1 Ii Itronipalt : 'O
voillhn t i d il (ir ptalIvrI's liM
s:ilns lblp plt assist's t-
\;it ol Iltl : ti., I i tS lu
I ]1r pipp de I('r lt M !. i (l. si
.dtiletriinali ;s mllt i xistes II
comnpril qul ( r itl.ii' l l itl
fair dtr so dl: a stat l it .d .
pllllVrct it d carropaliX de
I arres a or'upepr 'rat1ul''-
La rneponse aul traunport no
se fit pas attondre Fnquilte
revocation de fonctionnai-


or- empr'soninemEnt de oou
sables .. Le President Fran
orv Duvallr ff it jul1oe au.
pauvres Mals la race de.s .e-
lair6s:. expipiteurs aes 5-
nalphabetes de -Boucan BoLs
Pin! el de ia ,Plaint Ceis-
ie> nest pas eteinte. ,lle re
paralt ai des moments bien
spclaux de la vie de cette
;ommunaute. Car plusieurs
de ces homm-s sont des
6volues toujpurs dangereux
puor l'6volution de cette r6
gion.

Cornnent comprendre qu'R
la favwur de certain Ovene
ments, un contrebandler no
toire, ayant fait de la pri-
son. devienne fonctionnalre
du Gouvernnment, a la gran
de deception du petit peu-
nil ? On tromDe le Chef de
l'Etat et le people se demand
d- ce qui se passe devant cer
ta1nes nominations. 11s sa-
vnt que le Presid'nt Jean-
Claude Duvalier veut leur
bWen. Mais ils voient que l?s
ennemis du ntuple. les ex-
ploitours de 1969. oceu-oent
a nouveau I-s principles
functions publiques.
Encore le mensonge de c?t
te vie social ou le Chef de
IlEtat est trompe, of la corn
binaison triomphe souvent
dr la verit:.
Cornillon me rapplole tant
de souvenirs amers, me re-
mrelt eta fac de visaie-s aux
qelol au preobvtr e de ce
jiu;rt. t'ai prche I'amour
dit bhon c(Omumun I -mour
d .s panvres de ha pairle l'y
e-lre lo.itollrs avC c('I clia
g ol n ds :tvtllr oilt' Ih petit
p ipli -"s b:tfoifoe pluir peu
qut sont plaicos danis la lo-
'llle pour ill renldr la JIOts
11' i tt a-mlinislrer l a itm ho-
st publique
\A, c ,iT ; el av e rle pt uple
lilt p -rt'llet diet s :VoI qte1 Ie
('oint I ildt n li m11110 110ir1 lli
LITi h nMInn, 1is.0 4 (1|1 s'oppio
s;ill ;itx "Xactitols .te nIoi
t -lis pi n dtrt atianl de toi01ns
Ir ,Im i in f l -n ur 'lS civlls C a r
hi p upit S1i tos l Itivo'nt






Q1i a bn boira dmit-n
it--sir i 1u suivr l s ell

Jo-ill t los a I1,tis ses90 tMlls
It ii -IVuist- Ii: It'stilft I,' it V
Q,ii a Ibbii'onos diil-on

: iuivre)


LE PLUS GRAND

TOURNOI DE


L'AMNEE







Championmat

de Tennis Simples %

,OPEN,, a tous les -

Tenisimen d'Haiti -: Fnal ertJ


.iflt n Louis et

,errp", os ertes \"



Bpa q B Reiro

I I 1/ <


JAE OFTIENNE
PROMOTOR


-~~l^--;;lirrr~r---rrrrr-u- ------- -- --- --- -^---- ------- -----------i----- -------sLi-~u-









PAOU 3


JEUDI 10 MAI 1979


Petites Annonces

I. LOUER

A VENDWiE a11l pour commerce site 6
l angle de la rue des Caser
8 A M XAi SE ^ ues et de la Reunion.
Pour rpnseiAnemen ts ap -
GRANDE MAISON A- oelez le 2-3202 de 7 is
VEC ACCE S ACCSR 3 A. de 5 a 7 P M.
RUES S x x x x
4 CHAMBRES A COU-
CHER CU 0 uveau Cc1 e
5 CHAMBRES A REZe
DE CHAUSSEE Bird
A 5 CHAMBRES AU SOUS Q
5 HA ES AL U SOUS Les inscriptions au Nonu
VUE IMPREINABLE ean College Bird, pour les
8 GRANDE COUR JAR- classes de, la lieme (Jardin
8DIN d'enfants) ia la Philosophie.
R PEUT-ETRE VISITEE A seront rescues au Secr6tariat
N'.IMPORTE 81EL 1O- de 8 lres is 12 hres, du Lurn
I MENT di au VendredL
PHONE : 224790 25686
23921 Iles eleves avant fa.t la
SSeme et dfsireux de prep6
>OOOOOQ e rer en trois ans un diTPloite


WANTED
Bookkeepperis
MIn 3 Years Experience
Speaking English
Good Oportun.' y
Write lto P 0 Box 20110 lfo


itd
i: x x x

AMERICAN CARl
WANTED
(tood Conditli -
76 Call 6-1714
XA vend

A vendre


conduisant aux carrieres corn
m.erciales. penvent s'inseri
re a la Section Muderne. Pta
sieurs options possibles : i
cretariat. (Comptaibilite. Ato-
mtirutration Comnimerci d
etc


lii) uei- Pieces presenter pour totu
i eJ te inseription -
a) Deux pli;tos
b Irte de naissani la
c) ( ariet >tc'laire de la
ditrrniere cole frtilUieitie
Year 7'- i) C ertificat de trAinsfcrt
115 La Dilrtethion X
XO x dE.
Offre d'E,:1plai


1) Une voiture Chevrolet
Nova, 6 cyl.. climatisee, mo
dele 1976. Offre minimum S
1800.
21 Une voiture Ford Seilan.
module 1973. S :vyl. Offrn nin
nimumn S 1200.

Peuvent tre inspectees a
l'AImbassade Ainricain,,- de
8 : 00 A-I i 4 : 00 PMI. Les of
fres sous pli cachete serort


F'' trr, Anr'nca n- d nIP m -
n ', ('"iisol, ni-;r<- TInIlI o
y t ,: ,xpert p l;.ll _n Iran
. ;i)21, a pnur pl n,r,
i. : etabli tI dcie'mrrcr un
. P.r d arcnives c, ilr i -
1' u;: bibliothl ue d-
r It ci' desi':t a isser-
Sun' oriai i oi:t O c a. -
p, .n:mauintmen.' 3 000 irsn
nt it' sFrviec d.i C-ojve .
n.'rn* d, la RepuD.liq it dHai


rescues jusqu au M creredi 1 PCor :re cqu4.1.i pour ce
Mai 1979 i inidi. Les droils T. c- I ut a C 11,
de douane t autre. frais d : d -
vrant etre .acqtu's i ar 1'a- cIo exp- c
cheteur. .ud d- -...e .- .. le


A vendre C! 1...

Un cornpresseur deu :rar 1 '.er r c > .
teaux piqueirs e ses eqS pe L, 2 ".C.. ,- c:. r
ments I r.le 'urr
Le tout 1 ne if Te v le sa :aTr, desire a
lephone : 2-32:4 1 .,.-7 e .ie B P.
Attn Ing. Co eltl 115 2 P rt-as-Pr.ce. Il ti.





Au Lambi




| Night Club



SVENDREDI 11 MAI
COUPE CLOURE (ENS. SELECT) ET SHOOGAR
COMBO Adm. : S 2.00
b WI 12 MAI
A PARTIR DE 3 if. P.M. COCKTAIL JEl NES0 LES
DEUTZ ET SHOOGAR COMBO Adm. S 1 00

SAMEDI (SOIR) 12 MAI
LES A1MB\SSADEURS ET LE SiHOOG R COMBO
Adm. S 2.00

DIMANCHE 13 MAI
A PARTIR DE 2 t. 30 P.M. BOOM COCK \IL,
AVEC TOTO NECESSITE ET AMBASSADEURS 1.50

DIMANCHE (SOM) 13 MAI
SHOOGAR COMBO ET COMBO DE DODOF S 00

LUNDI 14 MAI
SOIREE D'AUREVOIR DE TOTO Adm. 5 2.00

M ARDI 15 MAI
COUPE CLOURE (En. SELECT) $ 2.00

MERCREDI 16 MAI
BOSSA COMBO (Au Lambi) $ 2.00

Par a'leurs, la Direction du Lambi vous annon
ce egalement l'arrivie a Port-au-Prince du Grant
aChanteur ORLANO CONTRERA s 'Pasteur des chan
sons a success *NEGRA PALOMA MUSIC.ALIDAD
GUANTANAMERA etc .

-I m _______________________________


Mort du Doyen
des Asgentepvs
Georges Skelet
L in Ods cowens d'age de
la Corporation des Arpen-
teurs .Gom6tres, 'M. Geor
ges Siclait. est mort le ,mar
di 8 mal a 'fige v6n6rable
ci- 96 ans.
Apres des &tudi s aux
Sciences Appliqu6es qu'il dut
Inteorompre pour etr ,incor
por6e Coome soldat. il passa
brillamment ls examenss
d'Aroent.eur-geomtfre oieand
il fut rendu a la vie civil.
Ii milita durant de tongues
anneLs dans la Jurldiction
li' Tribunal Civil de Petit-
Goave,' tout en dirigeant sa
matson de commerce d'eN-
port et d'import en la rite
de Faustin Soulouqut
Par la suite. 11 fut appele
a la direction du Bureau de
I Enregistremnit a Petit
Goaive
Di-puc s ',-es de trente ans
(Georges Siclalt avalt pris
, ti ltl 1'-i a Porl-iA Prlc'llIC ,
Oi ki llori Il C t ISu1 It fra)
prr
Np, I ;.dvssons li ti conldoi
i'es t 'oils c SUX qull Icr
p it ti t
N' l:mm ni t a .1 IS i niantl s
iln(' i:- i lf~in',, f! pclrl< -i's pi
*! t ril:lll. M ile Yv% I
( hi ;: M llie \V'v l)D illliwlt
F' -monoT ne (Ieorg!c, S1
c' i t I" n i'sla I- 1 M Andrit
K',tIlHl M1 \ -t Mi elle Jrnall S1
lii iw '11:1 s Al W ci Mn
I-'r' Sicl ;' <'t fla'-l., M
S MmAn Gconi:es S ic.li' iII,
Sei niants,.1 M Ediouard lai
S1"' Mm' no(r Marie Thurr
:,n Siclalt elt ntIsni M G.
rad Mnnies e' Mmin nee
P :i' ':e S:h i; et i fants


AVIS D

Approvisionne-
ment en Eau
notable des villes
de n rovinces
d'Haiti
Eauipemant et
travultx dOf G tl-le
CREDIT No. 7tT-H
(NOTF DE REFFRFNCE
VrBO 47 4 Avri: 197R
Le Gouvernement d'Hait
a b6.nficie d'un pret de 1
,International Developnmen
Association (IDA) un credit
en monnaip diverse 6quiva
lant a 6.600.000 dollars am
ricains pour finance 1'am
liberation des reseaux hvdra
lique. dans sept villes d
province Par ailleurs. le ngo
rernement a recri un don d
Fond d'Equiprment des N
tions 'Unies FENU) de S
1.295 000 doll irs americain
pour finance 1'amrlioratio
ties reseaux hvdrauliques d
trois villes de province add
tionnelles.
Cc project comprend : L
forage de 6 pits et 1 insta
nation des 6quipements acce
soires. la construction de
captaLes. 1 installation d
10 equipements de chlora
tion. la construction de 9 r
ser v,irs et la pose de 160 k
lomieres de *analisations h
drauliques variant de 2h
li avec les touches d'in-
cendie, les vannes et access
sores, les materiels pol:
I installation de 15000 pr
ses domiciliaires et 155 fo
taines publiques.
L'agence d'exrcution d
project est le Service Nati
nal d EaI Potable (SNEP)
Lu prngrrnamnit.in prli-
misnafte montrtant les date
Sapprnxiaioatt- des appel
d.'oirme .'.nt come suilt
Premiere livraison de t
yanteries et accessoires
(Jion 1il79)
TI avauo 07 e Genie Civil
pVoie des canalisations h:
dranMques pour Miragoa
I e, St Marc et Cayes.
(Juin 1979)
Deuxiime livraison de I
yauteries et accessories
(Octobre 197)
Livraison d'equipement
Spompage
(Oct4bre 1979)
* Travaux de G6nie Civil et
Se des canalisations hydra
ti liques pour &quin, Jaeme
SPort-dae-Paix et Lkogane.
' (Aosul 10:9)
}s Travaul de G~nle Civi
'.' et pose des canalisations
Sdrauliques pour 2lr6mie, C:
Haitien, Gonaives
(Mars 1980)1


A ses neveux
eit Mme Raoul S
ants. M. ettla.n
clalt, leiur enfan
petite flUe, Mie
Volmar nee My-
et enfants. Miles
et Yqlande Sicla
sane '5iclait. Mt
fants. tDr Charle
Je. hMme et enf
Mme Leon DaI
enfants. Dr. Ff1
Mme et enfants
pe Cantave Et I
nine Devieux
fans.

Les funerailles
Ies lundi a -atin
iiu Sacr,-Coebr
is P-au-P

L'inhumationi
C:ietier_ de Pe


CARNET SOCIAL

et nieces, M. tonu; lesaIp nts at -amis afHenri Slelait Jr et Madame,
Siclait et en fectds par -e -dauil. Monsieur Jean-Claude "L tu-
n-Hxeary StI Les fun6rai les 4e la re- rent et Madame, Monsieur
its et leur grettee seront ehant'ees A Richard Duciatelier et Ma
VIve Lucl'n New York 105 dame, Monsieur William Jus
'rtha Siclait gX xx te et Madame.
t Raymonde D k a
It, ymne. Ar e e Mle Aux faUlilles : Lafontant,
me et on .aurSda Laurent Camille, Titus. Duperval,
s Dambrevil Pax Villa announce le d6 Joseph, Gilbert et a tous les
ants. M. et ees survenu ie mardi 8 du autres parents et allies e
mbreville et courant de Mademoiselle prouves par ce dtuil.
llx Devieux: Laurisda Laurent, Da pour
4 M. Philip les iRtimes, munie des Sa- Les ftunerailles de Made-
Mme n6e Ja crements de 1 Eglise. moisclle Laurisda Laurent
et leurs en- Eu cette pinible circons seront chantees le Vendre-
tance Pax Villa et Le Nou- di 11 Mai i 4 heures P. M.
sympathies en 1 Eglise du Sacre-Coeur


serpent chan
Sen J'ElEIse
de Turgeau.

aura lieu au
.tit.-Goive.


relliste prasentent tears
sympathies a ses soeurs:
Mesdemoiselles Carmelie, Lu
cine et Francine Laurent,
Mademoiselle Corine Titus,
i ses fries : Me Justin Lau
rent. Madame et enfants, M.


de Turgeau. Le convoi part
ra de PaxV'itll, Sacre-Coeur
oih la depouille mortelle se
ra exposee deis 2 heures.
N. B.- LaEntrde au cime-
tiere se fera par la Rue Mon
seigneur Guilltoux 105
trvxx


C. Exuam


Officer de M6thodes


Deet6s de M. Serge
Fanfan atN. Y.
'De New York rious est par
venue la triste nouvelle d,'
la mort de Monsieur Serge
Fanfan.
En cette doulonureuse cir-
constance nous presentons
nos since.tes tondoleances a
son 6pouse nfe Fernande Mi
chel a ses enfants Elisa -
beth, Rachelle et Pascale
Fanfan, hI ses freres et
soeur, Madame Ghislaine
Gaston, nee FAtnfan, a Mada
me Filix Jlea-n ouis l6ee
Fanfan et enlants, a Moui-
sieui et Madame Robert tanr
fan et enfants ai Mnsieur et
Madame Raymond Duvi.lla
nee Fanfan et entants, aa
Belle-mere Veuve Mauri e
Michel et enfants. A ses
Beaux F'reres et Belles -
sceurs, a ses cousins el cou
ines ainsi qu'aux families


tine Alphonse, i ses on les
et tantes : Venve -Luc Pilai
re; Argant Alphonse et Ma
dame, Byron Alphone et Ma
dame; Lucina et N6ila Al
phonse, Charles .Allphonse
ei Madame; Gaillaeme. Al
phonse et Madame:; Jaques
Victor et Madame; Berna -
dette et Madeleine Blanc;
Nelson Blanc; s ses nom-
breux cousins et cousins.
Aux families Alphonse,
Compas, Blanc, Baptiste. Cat
mite, Pilaire Victor. A tous
les autres parents et allies
lnous adtessons nos sinceres
sympathies.
Les obs6ques seront chan
tees le Vendredi 11 Mai a
4 heures p. m. en l'Eglise du
Sacr6-Coeur de Turgeau. Le
cunvoi partira du Salon fu
neraire de 1lentreprise.
105


x x Ix Franck Titus; a ses neveux DkCeS de M. Sassit.e. Gsivi., Gebalri La Lfl e dS
a t i teSres Monteur et Mada Frandc J. Martin tioan .ffheele pt dei l'ex PCi JmsOn
Dkec sde MWme ttene Coles liir
s ea ais Monsieur i Madamet le, aux Etats Unis tes i.unerauites a re.re,,e charge e de
Ramnses .Beauvais rari Ar et MLau t i Eontrepr'ises ('elcis an Se'te laIfan seront chiai- tCON..StIL.r "al JMMY
i n s in M ie. La rend at it ""l utnolo avec infininient de tee, le Samedi 12 .Mai a Ne T 'tT UR LIES
N),;. aunSnn avee in. Mlonsie er et lladanlem Ray- neh ritentrroI l l t i,'VllN1NiS
finininit de 'cwine It triste l niond l.aurent Ct fitfitlle l i i r ti dit e di lMlnsiet r. Franch .d' W1 AO i Nt'i N AM i EM NS
nuto'elle de la inort de Ma. Moniieur et Miadalume llenri 1.1lnrt de Motsieur.re lanik A v \llNTON iAFP
danini Rainsis Beauvaiis. ne Sickil et funilt adame Martin survenue e minilrdi siu, ni Carte a nom
Marnie Gratia Leveille. sur er nde. C:a..illa, SC eur ( t M li h 5 e na s du itit di feaI i -id, nt oi Mrter l .nia
ve iu It a Neti York Ile Mardi ltnarie' Marguerilt NeresitcS ur Etts Unis. arolie NArd dl o'o e, i E e .,li n 'I I),i tlll' i Nl ann e dea
i.ia. 1S7 d helures du rMonsieur Ie )o r n ;ete d lourcl cir e. oinlle. N I'lln nile p I all( I MOe I Ly ndon
koir .t l ge tie i 9 ns. 'Ittl its laJilltc El l ett r I ,i

I-n ,tette d ou lo u re use .ir renl M ;',i d anl e cLP na itli ) (os't n ds doenf s n e n l ls. i .nd enl 1 ]n O nse lle l ,t
ttnstan.ce. Le Nouvelliste ii 'ir i tnit ur R6nl'l I ilits tl Iti. Mosii di a i r de h u l lt: N tl I Iit" '. ; :. i1 poilse
Presentti, se niceres iondt LIat idr.itt. lNJadante at 1'" la ni M a ds 'Ma r Fnttinu,' M acn ieu r .. A gitt dei 17 I e n',i.i %'ii nr ,- iiti i i it 1,11. 1 1 .uoUcclls-ur
al d i sc ,nlese ans NJli le. Madan me Nele c Outer i'see Mac iti at Wllian o ni AtphI 1nse al Madani tr1 ,e \ l it ., Gouvei.l ccu
tatilet Licais.e CFlix ,16C Sy l a Lt.taitt'tlte( fltill 1 JhirLniS t ritus t ea ,d 1tA ttt etMa( d ai i t c elt i
Oit teauvalt. anaise. Mo. seutr Andio Larc t. M d Marltin :insi qu': tuI s ltes ne M, rit'e C'cle ('Cotmlas. a 1p ,S folt eltuicn a d(Ltenues
ntie. Matter. Miin: a sos t t et' t I Laurent. adenoisa a l aents et amis idu dfunt. sa mit re Mii adal te Ai'anine il dtnun- At par Mada-
tits enfalntsn Poselite. Jean Urslle Gilbert; ai ses peiti Les negrtt ran lles M trees re lil-t.. 2 Ses '.laei s e t ia I ; ttlla I t71, limarter
Ovel. RemIN Kesler, Seth. l 'ile V Mointsr u grvtt< nraneak J. M rtin se- f t: iu< Ba>,- Monm,,j B nmy C-r r
OIet. tensle. bare, Semth mau: Got ]Lnurn et Mada',.ront chanties le veudredi ttsIt 0e C'adamne e iSim v, iiAItAJern, rI poC.ur avoir
Tass. Lamae. rg mi GuyLaurent. Monsieur llhai 1979 A Ia htendres 30 A a1 Al e hse- Cirles Cnit A r pr avoir
Gaetjens. Suze. Jotelyvn; i le D"laeur Maxime Coles et il' lEglise : SAINT TERESA e ( M daiie nee olette Atclr, .' la poli :que de la
Cole M neur hard 1720Anastasia Avenue. phois. lesdemoiselles oce Mason Blclic dans ce do
M.adato, Monsicur C oil Gables, Florida. Ivie. Gessie et Mlarie Chis- i.
IVERS ^- ^- -^
Equipment de nloration
ts r ist La Banque Royale du Canada
Stior des prises domiciliaire
et des fontanes publiques X
l,on l Etablie en Haiti depuis 1919
Construction du local ad
einist-atuf du SNI!e SUCCUiSALE DE POT-AU-'RIINCE ET DE DELMAS
Les firms tle Genie Civil
intr ee a ir el Iian Trimestriel au 30 Avril 1979

vaux doivent soumettre des
ti nfo'mations sur leur expe ____
a rence passee. leur capacity
it au point de vue personnel. ACTIF DOLLARS PASSIF DOLLARS
it d installation et d'equipe-
ment et leur situation finan4912
- terc avant le 31 Mai 1979 a: ENCAISSE 248445 DEPOTS 49 71027
e La Division des Projets
u SERVICE NATIONAL'D'EAU AVOIR DANS LES BANQLES
POTABLE (SNEP)
Ru( lelmas ,15
N No elmasETABLIES EN HAITI 12,065.525
a Port-au-Prince, laiti
S DIRECTION GENERAALE PRET: ET ESCOMPTES I OCAUX.
Dl SNEP

n x x x HS EFFECTS EN TRANSIT PAYABLES
e AVIS
wi American citizens who ha A 1ETRANGER 38 416 315 AUTRES COMPTES PASS1FS 1 012 258
VP questions concerning the
e filing of their 1078 Federal
1 Income Tax Returns may con ENGAGEMENT DES CLIENTS SOUS
Is tact Ms Yvonne Matthews
f of the IRS. May 14 through ACCEPTATION, LETTRES DE CREDIT ENGAGEMENT EN COI.S
e 17 For mQre information. ENGAGEMENT EN COURs
_ 0ali the Consular Section ET LETTRES DE GARANTIE FOURNTEN

179 or 210x x x POUR LEUR COMPTE 6.346483 C1 CONTIE 6.346.463


a
s-

ir


u
io


es
is

tu


et
y-
a-

tu


de

po
au
el,

1
hy
ap


Association
Hoteliere et
Touristique
d'Halti
L'Assoclation Hoteleire et
Touristique d'altl porte A
la connalssance de ses memr
bres que la prochalne sdan
cc en Assembler Gndrale
se llendra A Santos Guest-
Houtse (As c6t du r6sdrvolr
de Pacoti, le Mardi 15 Mal
is 5 h. p.m.
A l'ordre du jour figurent
les points sulvant. :
I.- Nouvelles de derni6-
re here.
2.- Participation de l'As
soclation A la Convention
de ]a C.H.A. (Ocho Rios, Ja
malque)
3.- Dernlers pr6paratifs
pour la Convention Natuo-
nale.
4.- Pr6sentation de M. 06
rard Lepr pour une novel
le formule d'assurances pour
les Hbtels
5.- Question d'intt6rt g6
n6ral.
Port-au-Prince, ce 2 Mal
1979.
Le Comit6
Merc1
125


57.076 718


COMPTES D'ORDRE

BALANCE VALEUR IMMOBILIERE

DE LA BANQUE

BALANCE VALEUR MOBILIERE

ET EQUIPMENT

BALANCE DEPRECIATION SUR

MEUBEES EQUIPMENT ET

EXTENSION IMMEUBLES


31,0.684



1Ut.984


185 916

615.548


COMPTES D'ORDXE

VALEUR IMMOBILIERE DE

LA BANQUE CI-CONTRE

VALEUR MOBILIERE PRESENT ET

EQUIPEMNT CI CENTRE

VALEUR PRESENT DEPRECIATION

MEUBLES, EQUIPMENT EXTENSION

IMMEUBLES CI-CONTREI


57.076 768


310648



118.984


185.916

'115.548


Directeur


L*9CU .--- r ~- ~I-;~li~~ i'a~~b;VL~U


-i a.s ..,,. ski. -


ALes montants ci-dessus repr6sentent des Gourdes convertles en

Dollars au taux Of fciel de change


Certified sincere et conform a nos lives

A. B. CaldweU








PAGB


P-. OTO CHIAPPINI CONTROL

"14 d 142 Docteur Aubry; Port- m
Sg u-Prince; Haiti. Exterminer rapid
: Le Magasin qut transfor- Photographies en tous gen- les insectss et les ron
. .- me vos enfants en cPetits res Reportages Mariages chez vous contact
t- -- .,.


CAFE MOCKA
ECONOMIQUE
ET PRATIQUE


Exactement ce qu'il vo-is
haut pour etancher nature
element votre soif





mus de 400 vroduits ali-
mentaires k votre choix.
L.AD TRADING
OISTRIBUTEURS
Rue de lEnterrement
Tel. : 2-3727


Nutrament
Les sportifs. 6tuclants. hom
mei actits boivent NUTRA
MENT, la boisson de Sante
NAN POIN GRO NEG SAN
NUITRAMENT





FM -z-


Transports Generaux P.
0. Box 73, Port-au-Prince
rEL. : 2-0853


SERGE S GAILLARD
AGENT GENERAL ,
38 Ruedu Montala. Te 2 33''
Pur. as Pr-sce a 'at

L'Europe ou l'Ameritiue du
Sud V:a Santo Domingo et
San Juan.








AGENT EXCLUSIF
POUR H\ITIt
SONAVESA
Tel. : 2-0853


TOYOTA
La marque viable, robust
elegant. la Marque que
choisissent les gens senses.
HINOTO S. A. Rue Pavee
Tel. : 2-03.7









Dansez bien

en apprenant









Les danses monda nes : Sal
sa. Disco, tango, meringue
etc... a Cabane Choucoune
et A i'Hotel le Palace en
Ville
Horaire Alastique
Appelez Harrm Polirarei
au 2-1389 7-2010 2-3311


D.P. EXPRESS

POUR REUSSIR
VOS SOIREES
PHONE : 2-3497 7-1632


Si vous souhaitez avoir le
diable au corps. Faites
vite de sauter jusqu'a Mini-
Records.







Center
Si vous payez tnq collars
le Disque Haitien e'est que
vous ne i'avez pas achete a
la Rosenthal
126 Rue Pavre


-Begkd-ic 's)

KID POWER
ABSORBA
Sous-Vetements Ma:llots
SPENCERS
LAYETTES
KANTWET
LITS PARCS
CHIAISES POUR INFANTS











Randnd Rue en face 1BATA







Tout ce qui fait la d flf-
rence entree une friiimce nor
male ct une frmnme elegan
te -3 :I Rule des Miracles


Au Petit Bateau

Angle rues de la Heunlon
et Pavee, Depo-itaire de la
marque de tampons Tam -
Pax lits en fer Mate
las importcs vetements -
sotu-tetements lingerie de
il I t p -


BijouxD avec ses pret-a-
porter 39 Rue des Mira-
cies










Joliesse
Salon de Beaute
156, Rue des Miracles, 156
(Entre des Rues Montalais


et uerffard)


Ciment i

La Maison E
Rue Traversie
era son de vi
Domicile. Les
vent s'approv
tement a son
nue J. J. Dess
du (kola Mo
stock tres .mp
Jours mainteni
modite des cli


7 Mai 1842: Jourtriistement memorable


ement
igeurs
z con


Receptions Nrr, et Blanc trot Insecterat 2-4991
ou Couleurs.
e' CENTRE DES

College Nelson ARTS MARTIAUX


de oro-au-trince
Pour une meilleure form
tion intellectuelle et mora-
le. Tous ceux qul veulent
reussir du premier. coup aux
examens du Bac se rendent
directement au College Nel-
son de Port-au-Prince.
BOIS-VERNA

CUKAKO


Club de Karate
Corden pour votre plein
&panouissement physique -
I^ Mental et Spirituel Profes
seur M. Leo Cartright. Lo-
cal Ecole St. Jean I'Evan-
geliste.


a Gogo

Ernest eunetl HAITI
,re assure la li OLOR
otre cimenta LAB
clients peu
isionnir dire<
depot de 1'av : t .
salines, a col6t
yses ou u Pour de meilleures Pho-
ortant est tou tos Service Garanti 24
u pour la coir heures Tout pour I'ama-
ents. teur et le professional 1P;7
,-1 i Rue du Centre : T6l. : 2-0945


Pivert Guest -
FOM ICA' House
Saint Marc
Aha ene Loaor dre reposant chain.
'htVMa DISTie LoTcate.o bres 'onfortables toilettes
ID LA MAQU'E l IIRMI"CA iLldiv'iduelles Deteunier
Hue du Quai 77 Souper Prix Modore


Avis aux M I )S \
Inqtnieurs
loI .s I I)s dL Ft n .t r It( e
n.'im.i];; ls Ilcl aj!]]Riii;'b de sl)


lr' T'RIN. ITALIE -
- iGrii( articles extenst
bies
Ridcaux mnetalliques iv'c
ulu sans mals l: E i I pals-
our 10 -1C. 12 10. 15-10
H;ai I-'Franco Duuane : 60
l-ortes gllsbantes mtlalii-
ques etc
DecIi de livraison CIF

S idressur all Magasin VI
tl.. n Trrps 3U3 Bi d J.J.
D,-,, ]i 'ts Pnone .2-3741


- M


SILHOUETTE
87, Bourdon Michel Ph Zuraik


Vc'ts ',rcjLn ere, s t.<(
T. Si.:', -s
c-11tt. inclair seal;eme.i,'.
t ,it t. l ir ....a lie
st~t.l- cLu.


No 294 Grand'Rue ou le
client est Roi.
Challis Voile de Cotton
- Broderne Nepped -
Tropical Tous les T ssus 78


Lunettes ne hlaute quality
uptiques et solaires en ex
tiusivitt chez .1 M Maxime
Celestin opt cien diploma 9!8,
Chemin de., Dalles
Tel : 2-50,15
ROLACO
igence immobilicre No
102 Lalue
-- Bail Estimation etc ..
'cilephone : 2-5735



Coucouille
La collection Haitienne
qui vous propos" des livres
sur la linguistque, la Socio
1o0e. la Psychologie,. An-
thropologie etc Actuelle-
ment en Librairte : la 2eme
Edition de tiSirolins et le
precis de grammaire creole
compare. et consideration,
Ethno-Psychanalytiques suc
le Carnival Haitiens.


ARCALiE
87- Bourdon ATTENiTION


Po.i: o pe.iLs cace. a::X et
l1a g&iano. a u.C-_ ae a -,
ra: i-e- iA ci. s-cIt cel.
ou (eile qu. i'e cho;s'i



m'ULTISPO TS,
LA Qt'ALITE EST AU SEB
VICE DU SPORT Puma
Spalding Speedce Maresu b
Fred Perry, Iecurdage de ra
quettes.
73, .alue Tel : 2 4991

Rodfolpho Russo
Optique. Bijouterie. liorlo
gerie, Argenter e La Qua
lite sans le Prix c est toute
la liffcrence.
66. Rue Bonne Foi Tel. :
2-1567



Qualitex.

I.\ M IISON DES
PROMI ITS DE QUAI ITF
liPort-ai-Prince. T' l. : 2-31:32
Pet on-Ville Tel. : 7-0082.






216f Lalue Til. : 2-0737
Sors- etem,-nts pour ear,
sonnets et fillettes chaus-
settes et demi-bas ArtS
ticle pour BebA Prix p1.
cial.

GERARD
PROPHETE

Pour la ronrrrcn.,n t& ros
-I ~i-,' Voyez Moni'eur OC-
rard Prophele i a rchand
Taltl'ur Ancle Rues du
People ct des Miracles Nn.
121. Port-au-Prr.ce, Haiti.


P.;-"',: e (n 45 54 et
.2 ar po.r tabe et
r: ( tde bain


cR 21 cu Macasin de ;Etat



L HDONTj
ANTI-PLAOUE)
CI
Ai i PLAQUE
PATE DENTIFRICE
LAD TRADING
DISTRIBUTEURSi
Rue de l'Enterrement,
fel : 2-3727













Materiel electrique
Hydraulique Sanita re 33
Rie du Quai








MA BEAUTE
Studio Ecole
Leqons de coupe de pDrlls
series de Cuisine et de Cosm6i
tologie vous tous qui vou-
lez acquerlr des connais -
sances en ces domalnes vo
yez Ma BeautU Studio Eco
le.
Rue Mgr. Guilloux


Les NERVURES pi:ur lis ro
bes de Communion sont rna
l.sees a LAIGUILLE MAGI-
QUE 125 Rue du Centre.

Voyez L'AIGUiLLE MAGI-
QUI. pour vos Boules Boil
tons Boutonnieres Fil a
broder etc
125 Rue du Centre
Bloc Rues Bonne-foi et des
Fronts-Forts.
PHONE : 2-2284


YOGA

Le Temple de la Santi
Insttuul de Hatha Yoga et de
gymnastlque m6dicale 402,
Blvd. J. J. Dessalilnes Pho
no 2-4041.
Vous invite A ses s6ances de
It a t h n a Y o g a c t
d e G y m n astil q ue
Med. qui ont lieu tous les
jours Matin et apJres-Midl
Minlum Cayemltte en col-
laboration avic sa Ifllc Dr
Naomle Cayemltte.

TAO
Centre Initiatique mystico
- religteux A caractire arts
tique et socio-culturel don't
le si'ic .:' Irn iive it P 'itlon-
Vllle Rite (.mitlitd i Pllcc
Boyer prolonroe No. 32 Vouq
Invite A :es sa.tres il u ID-
man. !(i mailing qul c.nt liiu
a panrtlr de 10 heures.
Pour lto i reniseignimcnls
adressez-vous an Reverend
Pasteur Blen-Alme ou T616
phoner. Au 7-0632 ou au 7-
1631.


<[ *


I


Club de Karate Japonais
pour votre plein 6panoulsse
ment physique, mental et
spirituel (SENSED. Maitre
H6nock Lercius (AffilA A la
California Karate Academy
10889 Blaney Ave Cupertino
Ph. 253.4044). Local Tur-
geau 41.


PHARMACIE

SANTA MARIA
JEAN PARDO

Rue du Centre face au
Nouvelliste Execution d'or
donnances, sons, conscien-
ce professionnelle


Professeur J. D.
Percy

Guerlsseur r'sychologue
ChirolQgue Praticien. Rue
Paul 6 No. 30 en face du No
71 reqoit de 8 heures A 1
h. et de 4 hres a 6 hres. Tous
les jours ouvrables Mercre
di et Samedi Prix Special
Toutes les maladies aiment
etre soulagees. tous les pro-
blimes peuvent trouver leur
solution.
Des millers de resultats
heureux l'attestent.


Congress PCF :
Les constetataires
mis en cause
PARIS (AFP)
Les contestataires coinmu
nistes ont ete mis en cause
Jeudi lors de la second jour
niir du 23eme tcongris de
leur parti par plusieurs de-
legues.
Deux congressistes, MM.
Claude Mazaiuric, professeur
d'Ilstoire it Montpellier et
Claude Frioux, I'un des re-
daiteuns de la lirochure pu
blice il y a quelques mois
p.ir le part ,l'iURSS et
nousi'. assez critique vis-ta-
vis des problcmes des pays
de 'Est, sont intervenus a
cc sujet.
C'est ainsi que Monsieur
Claude Mazauric a fail re
marquer 1'heterogenieite de
la critique des contestatai-
re's qut va des decenseurs de
la dictature ldu proletariat
fles amis du philosophy
Louis althusser)it ceux qui
ecrivent dans les organes de
la press bourgeoisei) (al-
lusion a 1'historien Jean
Elleinstein).
En fait a estime cet intel
lectuel. ce sont tous les corn
munistes qui devraientL re -
vendiquer le titre d! icon-
testatairesii car ce sont eux
qui contestent lous les ours
1 exploitation et 1 in justice.
Pour sa part, Monsieur
Claude Frioux a parlt- de
la irelativite historique de
h'apportt de'; pats Socialis
tes. des contradictions in-
ternes, de ces pays et du
fail que s'y dcrtulcnt des
luttes pour plus de soci.t-
lismene. II faut conlamner
sans relfiches ce qui parait
(contredire 1'ideal i'ci.alis-
tes, a-t-il ajoute. MonsiE-ur
Frioux a regretted a ce prt,-
pos qu'il n'y ait pas de are
tlexion politique)s entire
deu> congress. Aussi a-t-il es
time que (de Statut des in-
tellectuels dans le part
laisse encore a desirer)).
l'arrct des condamna -
tions des pratiques de style
Sovietique nest pas une sur
prise, il a etc esquisse de-
pu.s plusicurs semaines. Ce
virage entrainera-t-il des
sanctions centre les contes-
tataires ? Le Secretaire ge-
neral du PCF a dit et redit
quit l etit oppose A toute me
sure d' exclusion. Mais il se
pint que les congressistes ne
soient pas de cet avis.

Assassinal
du chanteur
de Jazz Eddie
Jefferson
Le Cl];anteur anmrilcaln do
,Jazz noderne Eddie Jeffvr
son a ire aI S -.S i it onircit
di 'iltIin it lia .sorlh' d 111 iai
b;trdl dc ]ell (nMleM lidgn'
a -I-tl !lpp|nl di source po
]lclrt mercredl solr.
Le Chaitteur, 1'tin des mill
tres du Chant vocol de Jazz
a el, aiibattl no quatre bal-
les f bout porttnt par un
Olinmmes qui iavailt arrLt
son vt'hicule ires de lul.
I t.'...,' m ns lim mi dlutlmeillt
|i) 1i .1 Il llt

Editn Ji i'r,'-on venalt de
dot nintr 1111 I i cttl duins ce
Cubnrct LI pollt de De-
troill a precise mereedl soir
qu'clle n avail aucun Indice
sur i niobil dn crime ou
1 idcntlte du mcurtrler.


(Suite de la 1re pagal

*L'EOLISE DU CAPs ecnt
en 1942 solt un siecle apres
1'evtnement du 7 mal, rap-
porte ceci:. Mat 1842, arriva le huiti6-
me evenement malheureux
a la Paroisse du Cap. Son
eglise fut renvers6e avec la
vllle entire par le trem-
blement de terre qui cut
lieu ce jour, vers cinq heu
res et demie de 1'apres-midi
aDe 1'edifice renverse il
ne resta que quelques murs
d'enceint, aupres des deux
sacristies qul firent contre-
forts au moment de la comr
motion et sur les c6tes de
l'Ouest et de l'Est. L'ordre
superieur fut renversA sur
toute la long'ieur de la
parties de 1'entablement de
l'ordre inferieur quol li ser
vait de base.

cLes deglts talent tels
qu'une nouvelte reconstruct
tion s'imposait, qui allait
Atre la hutlieme. Les ol -
jets du culte saves du de
sastre furent confies A la
garde du Marguilli Cara-
bin et d6poes dans la sa-
cristie d'une chapelle que
l'on construlsit sur la Pla
ce Saint Victor pour y cele
brer les services divins.

Et dans l'ouvrage sTOUR
NEES PASTORALESv, Mgr.
Million qui fut Eveque du
Cap en fit egalement les
relations. Lesquelles seront
reproduites par Henry Chau
vet et Raoul Prophete dans
A TRAVERS LA REP15BLI
QUE, pages 417-418-419.

,Le Sameal 7 Mai 1842,
deux jours api' la fete de
1 aseencion on entendit
vers 5 heures de l'apres-mi
di comnne le bruit d un tonl
nerre souterrain accompa-
gne de plusieurs secousses
sl violentes qi.en imoins de
quelques seconds la villle
du Cap lut translurnmee en
un vaste elhaiip de ruines,
telcinent subite que la plu
part des habitaiits n'eurent
le temps nl de fuir ni de se
dire un supreme adieu.
Trols personnel furent en-
sevelies sous le- debris de
la Cathidrale et plusieurs
millers sous les d'coimbres
de leurs maisons.

4Au moment ofi la ville
s'ecroulait, le dcel fut tel-
lement obscurri par les
tourbillons de poussiere
que l'on aurait dit une
nuit complete La mer se
precipta sur ]a ville jus-
que dans les maisons qui
bordent le quai pour se re
tirer aussitot fort heureuse
ment, mals les commo-
tions en ebranlant ses pro
fondeurs avaient amene A
sa surface tant de vases et
de detritus dc toutes sor-
tes. que l'eau etait noire
dans toute la rade. Le sol
s'entrouvrit de toutes parts
en longues cre 'asses mais
peu large, ayant pour la
plupart la direction dt
Nord au Sud. et quelque-
fois croisees par des fissu-
res perpendiculaires ..


Confiez-nous




vos homes d'affaires




Vous ferez une bonne affaire


PISS!PORT POUR

04N StJoul REuss1,


HOTEL CASTELHAITI


2-06-24 /2 37-77


K
\


JEUMD 10 MAI 1979


4


ANNONCES GROPU PEES


;-if----- ~~ --`-- -:------------------~---~.--------___I_


Pour comble dbhonneur,
on entendalt dee cris terri-
flants des victtmes enseve-
lies sous les ruines, od se
consumalt sous les ardeurs
de l'incendle eclatant au
milieu des d6combres pour
achever 1'oeuvre de destruec
tion. reur, ceux qui avalent pu
fuir, passerent la nuit sur
les places publiqes etA
la Fossette... Aucun signe
praeurseur ne s'Atait mani-
fest4 dans la journee; 1'air
dtalt calmc, le clel pur et
serein. Durant toute la
nuit, il y eut de frdquentes
oscillations et de violentes
commotions. Bien plus, les
trepidations du sol se repe
tent chaque jour, et quel-
quefois a plusieurs reprises,
pendant prts d'un mois. La
population allait passer
toutes ses nuits sur les pla
ces ouvertess.

La Ville du Cap avant
1842 a toujours ete l'objet
de ces secousses sismiques.

Moreau de St Mery dans
son fameux ouvrage eDES-
CRIPTION DE LA PARTIES
FRANCHISE DE LILE DE
ST DOMINGUEs a fait e-
tat de plus d une vingtaine
de tremblements de terre
qui ont secoue la ville du
Cap dans les annees 1701.
1713, 1734, 171bl, 1770, 1771,
1776, 1784, 1785. 1786. Ce
qui lui fit dire dans ce me
me ouvrage page 472: cLa
Ville du Cap comme plu-
sieurs autres villes doit son
embellissement h des ma-
lheurs,.
Rappeloni reellement
que la hultiemtn reconstruc-
tion de 1 Eglise du Cap euL
lieu apres lea terrible de-
gats causes p ir le seisme
du 7 mal 1842

FOR'-LIBERTE

Si nous n epouvons rien
dire a props des autlres re
glons du pays lclles. Polt
-de-Paxls Gotii..ves et de'
crlies dc la R)ipubllqut' Vol
suie Saunl ino (t Porto-Pl3-
t, noiis pouiiveIs pour la
jeiuncsse iintellectuellc Fort
)tauphlnosi'. dire qu ft Fort
I.lberte des dnlzats ont eie
cga lement enrgisiltrs peutt
iotiUs cherissons l,aint Peiit-
etre ft un degree moindre
que le Cap. Notre eglise
actuelle a PU les parties la
terales endommagees Des


maisons des grands com-
mergants anglais furent de
truites. On raconte qu un
raz de maree se m6lait de
la partle. Ce qui nest pas
impossible puisque d'apres
Joseph L. Lynch, SJ. dans
son article sur blements de terre, Loraque
les tremblements de terre
se produisent au voisinage
des cotes ou bien au fond
des oceans ils peuvent pro
voquer des ras de maree,
auxquels oht donne egale-
ment le nom Japonais
cTSUNANUS>. Jusque la
nous n'avons aucune don-
nee precise ou officielle
sur les ddgats que pouvait
causer le selisme du 7 mai
1842 a Fort Libert6 qui a
toujours ressenti des trem-
blements de terre. Moreau
de St MWry parole de celui
du 28 Mai 1784 que subit la
ville. Et il fut assez fort
dit l'auteur a la page 150
de son ouvrage sus-cite...

REPUBLIQUE DOMINICAI-
NL

Notons que la Republi-
que Dominicaine devait en
core etre victim apres un
siecle d'un des plus grands
tremblements de terre Sous
Marins. Elle eut ses regions
cotieres totalement devas-
tees. Porto-Rico tries endom
mage. C'etait en 1946.
Nous allons nous derober.
par ooligation de le fair,
S ce qui pourrait etre consi
dere comme la derniere par
tie essentielle de notre tra
vail: cest a dire parler du
genre de ce tremblement
de terre du 7 mal 1842, de
son inlenlslte It de sa for-
ce. Aucune donnee scientific
que que pourralt transmet-
tre unll seismographe de 1'e-
poque nle nous est tombee
sous les yrux Nous ne sa-
vons sl ce seimine pouvait ce
ranger parni les seismes
d eltoindreitent oft les sels-
inlh tectoniiqucs seuleient
lnous llimaglinlls qu1'll a letalt
pas pairl I yet's trenble-
ilnt'l.s de terr, volcanilques
et son illtenisitei sulvant, l's
relations faite's par les ;au-
('llrs stis-cl.es, pouvalt, sc-
l nl I echelle de Ritllchr,
tt'ind r ie ltre 6 etl, 7 de-
r'res 'It si'lonis ceIlle de
Wood Ncumiiann, altelndre
entire 9 et 10 degres. Ce
n est qu'une gageure.

Michel-Ange DUCHEINE


Gustave Valme

(Real Estate Broker --

Agent Immobilier)
Pour de meilleures affairs achat et vente de
maisons, terrains, halles. Location Bail. D'excel-
lentes affaires toujours disponibles. Honnetete et
competence.
RUE Dr. AUBRY No. 147
A COTE DU MAGASIN vLE STOPi
TEL. : 2-2326

*faaaag'aaaaaaaaaoaiiaaoit


4


-1










JEUD 10 M 179 PC~


(suite de la le page)

cui donna le i.o: aordre
p !ur pa.sser a i. ph'.se c --
c.s.ve de la gul ':e 0' n11nr,
pencdance Il est aussi re-

LUo,. iiui,. av 'd n.A]trr
i : : 't crig nai p .2 mlu.i
s!um t d 'is m n s an-t


a. e II il' li'i" T rp -

p At .e' 01it;. :.




i i t .it r

di ('e t de rro-iot pA
",' it ,Atin 9 i, I i'
vn our


qu 1 in n~ : d?
vc' T r.' p r fT ,u n qur, ler in
me o'! nu t u fmm- sa nr


. eon*t l ue re: i t n p .b!:-
quean I1 eit a; r an ', d
tus i cq TN w' ri app-rn
ci n t'niporte -?'r' ta- une
ua'e 1 nou 'uL n CId I.

m' dre ote V a une-
,o i .e' i. .i' ee c2 e n' 0
de et i' r(Lt ''',; : pr 1 '.
.us sau.0e"

Quanid i. en' :,ms
raime: eL -It --ror.
-cus serez etc:. .ie- de voir
combien e hpar rn, vous re
vep Or un count "Cus les de-
:afs de v're io La pre-


peur d vt-r m e : 'se -ei dl
ne pr- e iie r: pe:'"
.2 'Clair-.
Do.s .cet inst. d vous etes
perdu. parct oue vots ail .
passer pir out"'' 'PS et' 'p'
de dpche.a;ce 7t de la:blos
se II va io s 0"eour,-r c::C
're votie meoi:ur anmi con
're votre procle v Fsn' .r,.
Us ec rti'at do Va' 'int-
mPS -M '- d"Ci 'I m1 iL ,'U':-
ne''.be aut: pi e's q1u it va


v,. ,s tendre siEr '. iut voL-t
pl.rcours
L'ami en cer:e clrconstln
ce va s mntrroger sur votre
lloVi.'le a'Utittae p'u:ot d.s
antee et evasive II peut a
s' tour tomber da:is 'es fi


=. '. ; pitro: .
c( cc merni ,o" Si.




m." ao N Igtit' -
n, : : i u.',nal


I. '- i s' imis iux cliarmes










C.. O,'i 1a.1 ,, C ..u n. i it
dle t a I,




i, ., i, -Ir tt0n <.1 D
S st:ape., p.. pL I. .-
(;u que e ti .e.'' o.
t:; consellier u ric inst!tu--
1.on hiearc:iisc d .:i :'me
dec:n speciaii.- Le Iai. ,\
.rer ne peut s-' ..r qu a

,:. 1 u C le xp -

U odie ce soa:. qn: P.
p:mnd

ib.au st: -cr's 0
qui Vo 'u s m .He'- par
ci- journal rt -ndan p, mbx
ic cilalo ue inaln p r' l e a
tou'e s cletc 11. -
eager dans c e cd p .-
crs .asseq .n i vl:"re rip-
peer qU' C e ': C -e.y.a;1OM
sourfen des mrm--ms mn'ux
tnenndros p'" LeS dci-ns.
3 W=5 l aw- War -
seurs V a. U-. a
tur nrve.i'gen- a IP-i-

5ce carcn
Danis :e c.s du Jap : ia
rel'glon du pays c V- le
* S.:nTo.me C est p'' ur
ensemoir de cou'umes et d(
n ri.. s C est un cu('tLI au:.
a pue et' aux -ncc-rrs ;m


LEOPARD












MOSQUITO CuIL

Pour ceux qui n'ont pas



En camping, en vacantees,

1 sipira cs Liagard tue t

12s moustiques sans ci ns

Dominiqe Bal ly

et Co Distrlbuteur Tel. 2421

tEn veate partot


.1 .ux. Les a-ze---s pai-",C--
pent a des perermages et a
ces festvittes. et donnent
beaucoup d'importance 0 la
puree ei a la proprete cot
porell" is venerenrt aussi
It_ otvmiitume .ti.ribuees aux
arlres aux Nril-es a ux viI
lagis I I eau ,,' en particu
'itr .tu diei d Soeil con-
n1u commiee r',aitre de l'U


L! p: u' du S'intolsme,
'i l I 10i eli in pliloso-
i : .; dr' labor
l ne, un t ll u.-, Il i ilt des
ores poui L hi pensIc

Notw, 1 c'- "1i'AL i ltl
Nln }j: ponll.. qlli o nCT1 1111
,: grand |pj 17'r ev e t sc ,'"[
r ivt t vt uti its I on ilD 'I on' :I
N ( t v t ;i p r a !
e- rnn m
Je rni crmpr,"5nis pis p1Tur


sa des'.i' -c maIn avfic
i spo'r fo re"'- er oe rtC
do nois aieux i dodLf'(r W


PARIS 'AFP' i
monsieur r G-or-es Mar t
rha's a dans s"n rapport
doue-rture ''.?nte Mer- v
cred: martin dev:i-, Ie 23.
o nr-s. do son par-i soti
ine c-e dvdan*r1 la cr1se a ,
la s01c0e Pr.,,l.,0' il im 't
porta.t do md ner le con'bat
n -'. r des chanzsements s'ins
-.,rt da'n 'a voie Dm'Ia-
cr tiCue au So-taltme
LLa luo IP -)nnr la Demo-
cr't'i a -.1 li'. c st bien
1., t-rrain principal de la
1"t- "n cla-ise a notre epo
q,> f- ,dan., noitre paysC ex
plicuant qu il s aissa:t la
- s'ir laqueeP Ic PCF 'avait
b:itot avPc le part son:alis
ter
Fvorouant l r6eent con-
grre; sorial'se' de Metz. 11
a i:'im6 uup ( r' ia't b'en
Franc c' Milt'terr-nd qui a
vait lchinn' t' 't n in ]r.s Comn
munisto"

t I leer .nommn'in's a d
re;.ff'rnm par aill'urs i ob-
jfe?' f o "on n- ti run En-
roie* inde-rqnd',ae el' naeidfl
riue, sans 6latisseniiit, ni
supran nation a'lit i
ian ee qui conce rne les
patvys Noe'als *S, 11i a soull-
ema l tmvbncment ddclslf
q-p fit l rOv"'mtion Ritsaie
dOre, bre 1917 sui1:nt touic
fo. ;au pDasan2' 1" ralrn"'s-
'mrnt de la Cr'tissanc (en
nomIque de res pay e. t dci
nonce les ermro, !n- 1 epo
que de Stalinr et I.. 6carrs
sf'rewox et graves existano nti
jonrd'hm-a dans des pas 1o0
cOalistes ientre la r6alile et
ce quc pourrait tre la -D(-
Mlocratie Soclallate.
Monoteur Marohanis a "re
posleas6 IuiB noinvlle fols
1 1d 'te qcYirny avalt Un mode
Sle, oil in centre modtle. de
la scN tt '.oe'illrte et. a
refute los aramelrn's selon
le ph6nombne tie munisme ttalt mort.
II a par ailleurs mils I'a
cent sur cles acquis poaitlfs
Incontestablesa des cix ns
de 'lutte autour du program
mTe common, la signature du
programme common. a-t ll
dit. a ete dans les condia -
Lions de I epoque, la sculo
ddclslon Juste ert realiste. II
a declare auslitot que le
P3 s'est rapidement 6car-
t des engagements pria an


aclete base sur la liberate.
1 egahte et la, fraternity.

En Haiti. nots avons about
ti. aujourd'huai tune situa
J.un peu envasbe, parce
que nous n'avons pas appres
a nous aimer les uns les
autres et A nots et u nous
proiegei centre nos con-
tempnpturs et centre nos nou
\ ., uix colons Comme l'a
constate le Docteur Price-
Mars le nmiutr loncle, le
coiiseiite! le sage nous a
\onst passe lotiIt notre exis
lii nce Or p'lrupw a nlous5 n-
tI deoehiltcr

Ni .iisiis inc 'a dii-
l;imt lton. i ls calouiiitlc. les
iJ. .e'l s Ia hsatii' lef s l]itu ls
Sr:atilcides, nujotlrd'lila
1-1- c 1n : ]i desola-
ti l' 'a d 'isull.l I la cru ;i
tc Q lquo l le in:'ore ,v :;nt
Itous soninris ,)rlis de c.l-
Iv loLiiJei(t < rible batall
1 amnomdrit. appauvris. dc-
surientes et decourages

Ranoul JACQUE6


Les objectifs e6airaux des

unppruawins tc .m ia .tt ea~ ami fa


Mik hele Scotch Club



VENDREDI



DISCO PARTY


FORMULE J




SAMEDI



Saturday Night Express





D. P. EXPRESS


De retour en super former





Nos croyances superstitieuses t les maux


En Haiti, dans le gros de
la population' la definition
du <.planning familial- se re
sume en quelque sorte A II
dee d'un control strict de
la population e' du nombre
de tites dans une family e.
tI1 ne faut pas oublier, par
ailleurs. que I. planIftcationi
familiale aide aussi les cou
ples steri'es A avoir des en--


ne maniere piU? eifcace a
la vie du p"ys en les libd-
rant du poids des grosses,.ss
repdt6es et en :es stimulant
a se turner Vers des actl-
vltes remunera.trlces d'ordre
porsonnei ou communautal-
re.
Ce programme se deroule
parallolement a celul deo
protection Mateino Infan
tile.


ISRAEM

Les incur'sions israeiroes an Liban


JERUS
Le P
tore is
Etrang,
que pi
I Etat
tadresse
Quartl
tions L


c.e ,, :
Sud l11
Slidt 1.1



trie s I

Snil n

sous N
des Na

Merc
CCOM
pose
,"com
Cons(i
du viii
Ul001PS
parole
vait rc


972>. Pour l ui'1'Union au pourst
'o-r du progframme common sables
'onstcereo a *ort come a
vant tout une union ans orr pis
me' a eu on certainn effel d r ches r
monb'lisattirr. Pt des efforts rps
si nt diAvelopps pnuor lut- s ra;
tf" centre ies illusions .d

Sur ce point a-t-il eastt:.m 1 vC1 Ia
l actItc d.i r.,art comm" tlendu
i ste n a' pas ete d6pourvue parait
d, Icut' difa.it de toute in NU di
s.:ff since : Hugo
I incid
Le Secretaire per6ral di u p
PCF a considered alors e rcident
1Ia prorite doit itre donne n Ps,
a 1 union dans 1'action. a
la base.i Il n est pas ques-
1OT' do renone-r a des at-
cordas au som.Tnet mai' il s a Co'^
giti d on probl'nme sitrirux, et
r'nrranlexp,. 'on consequence.
l'L'Unron dolt itre place en
nrrmi.nenc;o" sois le control
des travall lur.li.

Mrnsicur Mare.hols a ap
pofle alors au enforcement
de sonr parti qui n'entcnd pas
deventr idom'n:nt ou doml
naticur' man's '"tre Itil-mit-
me un part ri6vollutinnal
re. aleRmnen t run part de
goiuvernPmenrt,
Le Part communists dolt
al"ssi poursuivre, pousser
plus loin retard pris on
19,6 die's ,,nas'gnments
dp 1 epoque Stalintonne.
11 a 6galoment insistiC sur
ln developpemint de 1 acti
vate dans los entreprlses.
11 a propose par ailleurs
que Ic comltd central congs
ere une session spoclale auv
problicmcs des intellectuals.
sotllgnant aussitot tqu'll n'y
a pas plusleurs espices de
communistesl .
11 s'est 61ev6 centre I exls
once de tendances qul pri-
veralt le part do ast capaclte
de jouer son role d'avant-
garde-. Au passage, 11 a cri
tlqud ceux des adherents du
part) qul oparlent de colul-
cl come d'un Immense gla
cler immobile depils des
d6cennies, ou blen icomme ,
1'apocalypse... dit, est d6plac6 et injustlfia
bles.
1 a alors conclu : ePour
deventr commiintlte, 14 faut
tout simplemtnt vouloir lut
ter pour changer la socll.t.
pour Instaurer une socltlt
nouatlle. plus just, plus hu
maine.


AALEM tAFP)
0orte aioile du Minits
r.,ellen des Allaircs
eIes a annoni'e jeudi.l
.r soin ti.: e: nmedlt re,
Mha. ol. i>rlhet avati
w tiune p testation au
er Goineo' des Na-
Un:ts i 'i .J Trlsalin

iiot israritenn' e donon
n:Ii;-'lvo e des tonIes
tiltris d I'O'NUJ an
b:i. fre ii x is ncur-
de F'dayine paleslU-
v; fli: lt1 q.,lif, r' (11 Is] Iw 1 1.Vy ooml
il's aliitats Mt lour-
qiii son: Iour objectilf
v. Ies in lintlns eni-
!Vl (. es lthl&6r. ires
e conlrule des forces
tiions UrieS "

rodli rappel'e-t-on. a-
Inciden' cul avait op
une unite isra6lienne
apagnee de milicirns
rvattliu- 'i proximilte
lave de Chqra. a des
de la FINUL, le porte
mi'itaire israie!ien a-
evendique le <,droit de
uitop centre les respond
de ces attentats.

selon ds sources pr'n-
du Miristcre dps Afl'ai
Etraingbibs leP irsra6-
np s'nft p"is le reux
n'mer 'ps relations a
a FTNTUL. riji assiP
es Un mm"- de6ir i-r
aussi au Q G de 1'O
ont le port e rolp M_
Rocha a declare 0o10
en' '."C", rons' itilit
ne crises majq iiun il-
isol6 quii s's' toermi
ns reco,!s a violent


Les sources mi'ltaires is-
real!ennes souUgnent que
talt une manitestatiolln du
droit de poursiltee des agrees
s urs qu 1sre.il s esl arrog
pour faire ia.ce aux infiltra
)IOS de Fedt.yine.'>
Les observe auirs pensint
ieinllnornsi qu.e si h la fio-
voulr die eet teldent, les for
ces d. Sand litnddad en llnt
proflt0c pouri o'rgr leuir pt
rimitlrei de coln'rle. I', s Is-
r:t'elieiis in sy oppose:'nIlI


Le porter pilrole miliitaiire
s stl rel'fus6 'i donnii It'
moindre de'all our I ltendue
dI' cdmtte opilrat on. et It's
romp:e rind;us de 'a press
so t-srpeliolnne ,;ont contra-
dirtoires
Pour' le "Jerusaleim Post).
les effectifs isracliens c-
taient h l'orlgine d'une com
pagnie et ont ete portes a
trois companies. transpor-
toes par des jeeps, des ve
hicules blinds et environ
20 chars 1qul seraient ceux
dcs cireLiens Conservateursi
De leuir ctPo les correspon
danst du Yedioth Aharo-
noth, et du Maariv' ecri-
vent que ''a pension initia
le enlre Israel ens et mili-
cipen d'imen p-rI et cnntin-
ornt irl-ndais do la FrNUL
d autre part. crda raptde-
m-r.t la pla-er h une Pm-
blancE cordil-Ie- Le riv, 'ffitme Trnme que 'les
casques b'eus acceptirent fl
na'ement qu- les israbiens
continuent IeI-s folliloes
da-ns le s r'-Ce'ur condition
d ptre prec6dps et qccomP'
gnrio pqr des hommes de la
FINUL,.


,-


VOTRE HOROCOP
SPAfr Franees Dr4tre


VENDREDI 11 MAI 1979


-


La idsiegaggss UlalMdlte 6tft.. tA "%*- '
est um concepi *eti'biMMen& e s la as ete waodeaia, cst
lJge daas la aleawue m fi Iae nation *e e9M d$e
Tatt ittervenir Uees -legs 1 elppezeMt et daLi, .a rse-
ments i relevant d'activites me a-t-l Woiwours ete ie
les "Plus divere'si qul, dans potnt o tral at routes les.
,m' agement quelconque activltes de pronagande en
an appliprie, assure un d- faveur du planning fami-
quffibre de la famille dans lal.
3e sens d'une evolution epro
gralmnaee, controlee et posi Les objectils generaux des
tive. Dans les pays sous-de programmes or plan:fica-
veloppes comme le n6tre, 1 t aon feiarlIalte .axets ntr le
est urn element qui constu- Dpartement de la Santi Pu
tue un prolcbkmP, th cr ,a *pw 4e dlae kc.
nimre de problcrmes r: a aS viion, d'Hygla-e lamliliae,
population. La atati'ae et sont de contrtbter k la pro
surpeuplee .et aussi, avec motion de la sant6 de La
laugmentatlon Iron' tr6ie mere et de lenfant et 4a1
du monde des enfants, la bien te de la famiilr, de
quality de la vie baisse de dlmmtger la Imrbdlite e0
plus en plus, d'autint p@s mortalt s Pa:erne'les qui
que 'es revenvs, ,dlj tret sont pl elevecC el',ez ls
bas, restent statsonneales femme's q onrt des'.Rccuu-
ou sont dtprdcies avec .in henmasa iomireux ot xp-
flation. Atssi. c'est la rai- tes, 4de dilumnur la a-rbidi
*son toui laquelle leso pro- te et la mortality linfialesc
gratrmes 'de planification qul sOnat iess ees ans tes
d tout remier lien h nAtMc la o it'tlin des .atasaaces
trole (dans le sens de la di- ne sont S- PR,1 1pratiquOs,
minutioni du toux do nata de diminver le iax doe 'aa-
lit. talitr et fire particeper dou
no'ma ,epins, ec. a


11 ;a cil relllh ie Ic lu "" ralt wtrr ,
nent sulvant : diversion Ie dt plact'ea.lnlt
Init' ces nmotif le Triliu vooLs thll i'Pourquo! li' pas
till alprs examen stur les envisaer la Is.te a tun Vlill
conclusionII du Ministcre Pu aul
blic maintlent le defaultorl A
troye cntre le defendeur a VE:t ';VR
'llud'elice pltiliqiue din venil N
dredi \,inlgt sep1t Avril inl N sitllt.' 'it it" i,"1 lis
neul cent solxtnte dix Intif obltltli di i t l,' Vitit
El p1ul-1r le profit : Adinet le ,o 'o l )I1
diviore de Madame SNlvelus VCitl) t .lt1 l is t .1 ; 1 lijilt
l'x nelice M.tr.e Rente Iq Des- (,iIneo l "hIm Oolllt Il(Ue
l o rl e s d ';a v e s o n l) p o u x : t le1 h,.'i t i t' "i l i]q llr
prononce la1 dissolution dei"
liens conjlluga ix existent ent
tre eux aux to its de I epoux; i FF! 111 51 t '( MARS
Ordmne A 'O'ficier de I ,POISSONS1
tat Civil de Port-au-Prince. Nouvll'eI s n:tI n<1e m ni's oc-
Setion Nord Est de trans c'*s!'na' t Ul n ehaniement
crire sur les registres le dis d'e plans. La patience en sort
posttil du present isgoment'i enn va 'nquetir mais les mes
dit qie ce disposiif sera ait'sges d'ordre protessionnel
la diligence de 16pouse de r'ellnt vagus.
manderesse insers dans 1 un
des qiotidiens s'dilant la a. V.US ETl- ONP
Canitale sous pines de dom C r.1 t s
maess inthrets enxers les rti 0e 1 scien
tier s'Hl y e6chet; comment I totmu Qt(i1 que soil le
1Ihuissier Pail Saint Jeas chaiot d action que vous
de ce Tribunal pour la sign ho'.sirz vote contribution
fication du present jue, s;' original. Vous pouvez
c00r' 00timirle sur ln SCOlIO
ment; compense les d6pens a t e om,.r sur lne scene.
en raison de l.a Qualite des dansci t t om.,oer de la mu
parties sla.ue. Attire nar des occupa
parties, tions ou1 votre intelligence
Ainsi jugde ilt irionce par pourra s epanlatr. cous reus
Nous Jean Orlando, Juge en sr oz danso les prolessions li
audience ivilte et publiqu ,ue ral s cL d Prlea ni
du vendredi quat.,e i ma mnil bral psIc' oleT la banmdei
seuf cent soixante dix neuf it la ni l e',.e lt edition
en presence de Me. 'lrich Rc sI d, e.1rr.,,re oft vous
sarion, Substitut du Com tr uet.ef 1-,- ;,oheur. Chef
missaire du (ouvernement no c, ale ti.iallier en col
de ce resort avee assistantn l (,'tth no feriez un
ce de Marcel L. Pardo, Corn b diom' tiur d fntreriez se.
mis greffier du siige souss:-
gne. Ai.t i 'ncz a -')UIs appliquer,
II est ordonne etc a terml.ner ce qpt'i vous avez
En f1oi de quoi etc (Om-iiitiee I i \eiu connal -
Raoul IIEC(TOR, Av. ',t 1. su'.1 s


~r~~M4~%J ~-rC ~cs~ c@=ocorrrr AR4ooooc-mr


NECChil ou CJ~rHA

owiil w w on A Otde U "&e wA kmA coujieftA lt a


Curaigao Trading Co.


kzhefte4a =0 = A aidit et amwertez mubn kdoi

$ 10.00
Svasehlabk pw Iat fte3 dovotuftw~
2stsbdipew adma~~t E isum i~evee l

W'E XGVKLL WM EWSCIALS DE LA CURACAO TRMADERG CO.

fte Pavte et Selums


c
s
a
v
r



.
r









i

v


Le rapport


de M. Georges Marchais


gaaao g ggg-aa a -


7---------_-------I _-______ .- ----- ~ i- -x--i-r ---~-----e =-~ -------- -i--~---i~~- ;.*r~ibtrCai*r*ii~l~);~


PACE 5


21 MARS AU 19 AVRIL
iBELIER)
Reflexions ma.till'aies sus
Itant des deviloppemncis
timulants, sur le plai- d-a.
.ffaires et de i.a carribre.

apide 4d6ision.
;f A 01- .e .- 21vD .A -V
(TA IREAU I
Vyns vous Lentez mal ai-
me ou mal apprecid. Pro -
;rcs-.!vem'nt. vous prenez
me diotslon a.a sujet d'sne
el.jnroflTi aites a l-route
poui TecbntrnlT *a.tal'ui.
2i MAA, AW zSu J.Uk'

C'est le mior' i.t de con-
clure. Obligaltn i mache-
v6es et sagaiie ait.glig6e doi-
vent ktre asi ss au punt
tranquillem an..
21 iJUIN AU 22 JzUiLL LEi
ICANECliRI
Vo'u.s tIes decouragd pout
un problem de carrier, un
d6veloppement sentimental
ou mondain impr6vo. Evitez
de vous heurter aux amis.
13 oJoJILL I A- -. :.
LION
Des developpements inat-
tendu. h la mason impo-


Avis de Divorce
Entre la Dame Sylveus
Felix nee Marie Rente Des-
mornes identified au No. 307
BY. ayant pour avocat Me.
Racul Hector, demanderesse
en divorce d'une part:
Et le sieur Sylveus Fdlix
defendeur nefillant d'au-
tre part;


S'
a
r.
E
g
U
r
(


d
t


JEUDI 10 MAI 1979


sent une decision mais pre
ner-la sans hite. Les r6per
cusslcis d -s preoccupations
dome-.'iju atliafleioint sur
vctre cart.-.re.
.aj AtiUT ir 22 SEPT.

Irc-nit-establ ment, un pro
blme en course seras Teetu.
Attendez-vous a une commu
nication important par la
post. Ecartez la controver
so.

20 SEPT. AU 22 C: 'COBIE
BALANCEIS
Un ami renie une pro'nes
so d'ordre financier. Soyez
realiste et ev.tez les method
de; financieres douteuses.
Pau -' les contracts, lisez les
c iaress imprimdes en petits
car.lato res.

2' OCTOBRE AU 21 NOV.
i SCORPION)
Ev:tez un comportement
chaotique. Les rumeurs ris
quentI d otre sans fonde -
ment. Une proposition d'un
parteraire pent manquer de
re.l.sme. Dants l apres-midi,
rested avec des amis de con
t'ai-ee.

22 NM' iJ 21 :.')
i-,AG ITTAIR1nE
Eciutez 1 opinion d autrul
mime s' elle differe de la
votre Evitez de vous da'filer
et examine le pies les pro
bl'mes que peut vc us poser
Votre carriere

22 PFE'" AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)
I.. 'omport'nm. .tt des a
Iw ll. r w Pfr












PAGE 6 JEUDI 10 MAI 1979




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 here. (aen pernanence% heures 10 et 8 heares lt


S CE SOIR

$ 1.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE In $ 2.00 SALLE IV $ 1.50

(CHAP LA, OU LA DEROBADE .L'AM.ANT DE POCHE, LA RAISON D'ETAT Piere pour un homme seul



24 Equipes au Demande d'enqu6te sur le SAN SALhADOR I'Ascension au Mini Chronique



Le oMundialis de 1982 qui'
aura lieu en Espagne reu-
nira 24 equipes au lieu de
16 preceaemment, revele jeu
di matin en p:enmiere page
le quotidicn sportil fL'Equl
pei,.
L L'Equipe a Efirme que la
decisoln sera endue offli-
cielle Itl 17 Mai prochlain a-
prcs !a reunion que doit te
nir a Zulich la Clumnl'ss'on
d organisation de la Coape
du Monde.
Le quotidien parisicn pre
cise en outre ouavec 1Ar-
gentine et lEspagne qua1l-
fies d'office, 1 Europe aura
13 Representalns. 1 Amterl-
que du Sud 3. 1 AIrique 2
SAsie 2. et ,a Concucett
,Nord et Centr. Ameriqie,
2.
On indique encore de me
me source que la formule
ayant le p'us de chance-, a e
tre adoptee comporterait
trois phases, don't la pre-
miere permettrait 12 vil -
les espagnoles de rce\ilUir
des rencontres de coupe le
deux dernriies e phases >, dC
roulant dans lee Stades dre
Madrid '2, e Ce' Bare,'s:.,
(2 .
CllI'ut'u'ir- lln t pu urstt'
,'lEqupe> ;iw c' ettc l,)r
m ue I ( lul.,-' .,i ;in dur-
rtlt pas -p lis onitlempt
quen Al.gentine 26 'r'j
centre 2.5 t)poul 52 inat.l('
contutre 38
Le Journ.il r' -l' cnl !:It
que lh' cr'iii I tisan i.
te refIerrn est It pr, si' i'
de la FTFA M Jo' Ille','-
lange qui u 5 e h'i -*u I: Ie
p is ralstiionah d elnfe'rr-
ia Cotmp(!t 1(u mr nd ..-e
dans le meme habit qu fben
1930

HATE DU JEUDI
(Suite de la l re page
Avec Lui tout est facile.
Je sais que tu le sais
-0-
Oh combien je souhalte.
QI:- cP -(.itr importan-
Comp'e pour '01
E quP.i ton Dieu
Qlue tu accentes
Soit t:ojours a tes ro'esC
Tous Its ours de ta ve
-0-

Un au':r disait .
,Deviens iun ensembih
Un ensemble h'uma'np
Harmonieuix equ:!:b.re
O -i en mem tremp;
Qu'-i sache s'mposer.
-0---

Sos toit meme
E' non pas ccmme
Tnut le monde.
C .':IVe 1 1*O. COCur
E: ton esprui.
Asl prix d -fforrs r5 -.'n.i.s
Conqu:irse ;,P entemc::'
Forge on irne '


St dur que soi'.t rt,
IV est tout le mIcrit'
Toute la grandeur
De la ecF '
-0-

Nul ne saura t'en.ever
La nobl-sse de ton coeur
Eleve toi:
Eleve ton coeur
Haut. toutours plus haut.
Vers l'Id6al.
Forge ta vie '
Mme Marcel CARDUCCI


cas Rudolph Hess


LONDRES. (AFP)
5eule une enquete inter-
nationale permettra de de-
terminer l'identite reelle
du detenu de la prison
Spandau de Berlin qui se re
came du nom de Rudolph
Hess, aDaupbin d'Adolf
Hitler, a declare Jeudi a
Londres Monsieur Hugh Tho
mas. auteur d'un livre inti-
tule le Macurtre de Ru -
d-lph Hess).

Au course d'une conference
de press organisee a l'oc-
casion de la publication de
son livre. Monsieur Thomas.
un ar'cien chirargien mili-
taire Britannique. a lance
on appel aux quatre puis-
;ances occupaohtes de Ber-
,.n (! RSS, Fta',-Lnis. I-ran
e et (,rande-Bretiagne) pour
ju'elles examinr'nt Ie detenu
solitaire de Spandau. II a
reaflirme sa conviction que
l'homme condamne a la pri
son a Vie par le Tribunal de
Nuremberg. il y a 32 ans.
nest pas Rudlph iHess. M.
Thomas qui ,it examine le
priLtonier. altor. age de 79
ins. en 197i. l firnie danis
on lmure que plluMieur, de
!es ct.iricerisintue, peh ia -
que -. ointL n onuiradntilin
aLec Il dostier nidi Itudtl ph less.

Le- chirurgten i ilteic [i 1ieic
eAsellMe l e laiL( que It, del
Ill Otr llerll n lie uiorle i
cune trace et. dcux gruie-,
blessules, I une a.u i* ra. I ;tiii
tre a la poiltr ne. retics l.ir
less lors de l.t pretnite .
guerre nintidi.tie
ltltsieur TItnini." -t per
suadc i que iiininei ql, i|Ult



Le Yenez:la
propose une
indexation des
prix du petrole sur
les products
manuFactures

CA.-.RA 'AS ,AcF:
Le V,'clnezuii. s ;' p. <'
c uidex>: '. ". p .'
,e sur c"u.u o. n:
r.u:actur'-s 5 c :- : pa ..
nays indu'er;a .a.
Ce CC J:" e m 7
Cream. : .. 3 M .-
;li;s're f~.ezue 'en ce :'
tie T: oes rnilieS M Hu.i-
ber.o Ca.dero: B,_:. aP;.

nee c( .-, "- C L
pa.' Pr. O .en c:
d A:r:qau cu Nord

Le n a G r '.t'.zr'.c

: d o D aC.e d ". '-
C :.. ce -: v a.,-t r cu et



dct- par .:OPP v... :.
Ors ee en ,,e-n de ce .es
de products rTn.:a res
IL., pe'r, ": d.N M Ca'
dcr-,r, a pt iIV -I o'r' Cf:'.
de sa valeur maigre n_.e
augmentation de 15 pour
cent ,
M Calderon dolt se ren-
dre en Algeric en Libye. en
Irak, au Kov it. a Qata.r.
dans les Emirats arabes U-
nis. et en AraJbe Snrondne.
tous pays associes au Ven.e
zuela au sein de I'OPEP.


ta Augsbur
nich, le 10
d'un n'etait pas
lui qui fit
force- quelq
tard -en Ect
gien ajoulte
bord duquel
less quitta
posait pas
rant pour e
de plus de
viron 2.100
duit que ce
tu au dessi
Nord et qu
dolph Hess
Grande Br

S.elon Mi
Hess. aurait
iinmiler, .
remplacer
du 3eme Re
conclure ui
ave Londre,


g, pros de Mu-
Mai 1941. a bord


Dueiar auun
d'un membre
du BPR


errschmitt 110a, PARIS (AFF)
le m6me que ce La prise en otage des Am
un atterrissage, bassaueurs de Prance et du
ques heures plus Custa Rica au San Salvadoi
osse. Le chirur par le b oc populaire revolu
que l'avion a tlonnaire est une action o
1 le vrar Rudolph litique qui ne doit pas ete
Augsburg ne dis jugde comme un faith isole
d'assez de carbu mats comme une action po
ffeotuer un trajet pulaite de masse, a declare
1300 miles (e- j udi un member du BPR
km). 11 en de-
dernier fut abat depa age Paris.
us de la mer du Ce membre uu BPR a si-
'un faux\ Ru gnale que son organisation
fut envoye en etait .paciliqu, et qu e.le
etagne. -relusan de scogager mili-
talremen, contre ie Gou\er
unsieur. Thomas, ieneeln ddu President du
"te charge par San Salvador. le General
qui aurain voulu Callos Romero-.
litler a la tete 11 a raopele de precedent
ewh. de tenter de tes occupations d Ambassa-
n Iccird de paix des enll sault.nint que le
. BPR avalt tuoi.ours choisi
des Representaztons diplo-
niatiques de p.ys a longue
tradition democratique


Le Pdt du Panama
a Washington
pour regler
la Question des


\\ A.lilNU FtON .AFP
SIraites du Canal
St t- lVt L lA .-t L l- i

I t I 'i -t il t llI









( '' H ,< tl ; t, ,0,1


ntla: c-
:.c- ,V















ion CIe


itWt rr 1,

C au. V
e it Fr.





On tro
tion deI
7ivilisati
ment de
de dans t
de la capi
Ville.


Suisse Costa Rica. Panama.
V'etnezuit a Ni M-'xique Le
BPR cherciia. alns a-t-Il
prit 11te u .L"I connaltre
CAt C t'ts p1) s ,' traghque si
tul, ti l ttit-x t'i Saia

t'c lillitn :t ,d I BPI'H pau -
Lill it l II tu-itl a i e l t -i
rcitic d" p!t :, d0lonii' r piir
,' t' : ptll pl' du Sill 'n l qulI
N, bulpre ld liy. i n, ilt I pl ,
Noibc de Physjut,


pouvoir de
Khomeny

(Suite de la 16re page )

nement.
Le 2 mai, la radio de Te
heran annonqait, sans qu'ap
paremment le gouvernement
en ait ete averti. que 'A-
yatollah avalt sdo.nne Ior-
dra de rompre les relations
avec L'Egyptes. Le gouverne
ment confirmalt 24 heures
plus tard.
Apres que M Amir Ente-
zain. port.'-parole du gouver
nement. eut mis fin h ses
conferences de press trl-
hebdomadaires, plongeant
dans la nuit information
officielle. Qom prenailt ran
dement le relais le bureau
de 1Ayatollah a fait annod
cer jeudi par la iau.u ,,e
la press devait le contac-
ter pour verifier ses infor-
mations L'Ayatollah a ega-
liment announce qu'il ,boy-
cottalt, 1'un des journaux
les plus independents du
pays sAyandegan'.
Lirresistible ascension du
pouvoir de lAyatollah pose
un dilenimme aux obs'rvfa-
leurs tel;lt -i-11 In gouver
nenenitn doi le pouvoir s'ef
frite ou imtpose-t-Il son pout
voir a un gouverneient
incapable de lui resister '"
Quelque soil la response le
is ullal s aflirlt die lour
lii jourt Ilran vii anujoil
id h il sonis le Ic' region nte AI
s ilu honmme qLl II a ut 'ill
m r t o l f h 'h [l K l i a mn e l n y '7 8
ans


CNUCED : La tentative de
La Belgique rompt meurtre par
e ,Front isuirde det in lit pI .'.e
Communautairp,,


.. ,A;- ANILLE AI-'P
t'~ I' '' La B, t iu a t oinipu Lt
i t t:.:. C- ,'1', iii C'it'in una l ;i(uItre> de t
.i-i,; do sU'b.s ati la CEE devantt a 5emc CNU
diIf;t''i.'- a ces CED tConfercnilt des Nations
-_. Ie -I7 '- t Ualnies pour k Comm-rce eit
I .-.uis tard par i- Drveloppementi' a Msani.
ir en annontan' eudi un t
e" \ t t' : .- O': nbu'ton 1 chiilre troits

S-.. ;',- .:C ( :, i. -:-- c. t -',imun de s,.iabliisation des'
-.. :nenvtahir, maeres .'premieres
.", ': des ra: .ion plus: ur< deiuev 's
qrnt n i. u e- t uropeens presents a Mani;
f- 1 -' e oc.'itons qul sg e-
S :2 c. :r : derou:.es a Brux ilecs
e- "P po ab,' ir a un1- position
c,- .'', rt- commune avalen: about a
:.re i-s dux par evcirie- engagements chit
f'res Le dei.xiem- E-uiclhe-.
e.r. ur hu '- fnance par des contribu-
du Departemcen: n ions votoInaires es' disti-
-: a ')ha''e r- i-e aux op rations de ci m-
.nonymat a dec.ale me rcia''aton et C 0a ia o-
qu un. oe dCu .t<1n dernis'a': on dc's me'hodcs di
re i-s 'rane' po'r prducton des produil's de
a:ner .a f rme'tire ba SM Mark Evskenst Minis-
rf d,- 'F'-' rana- r-. Buce d la Cooperation
Cr i-- 'e .rc-,rne aut Dtvicoppement a prupo
Sf Q' c r tnni e d autre part a Man.lie
:" -n Grinde B-c- ; ( ton l'.is n d -in , F.spa'np n It.1i- prur ute i;ois.sail1(" social
, ican en B'e.. it .' re par le hqiK 1 les piys l' t
dance p:us riches abandonre-
raoent t inc Iratctunt di Irur
crliss'an" e-iconomiquet a
par' ur dun certain sill' ,
AVIS en faveur du Tiers Monde
La BIlgique est 'Ie prcolty
vera la z'me edi pe d'un pays qui depend earo
l'ouvraee ((Culture, nomiqu -ment de 1'6eran-TI er
on et Developpe a-t-il aiout6l. et c'est crtt
Me. Achille Aristi- constatation quil m remplit
routes les librairie.S dun sentiment de modies-e
pitale et de Potion de moderation et de prud'n
ce.


UN CADEAU POUR LA FETE DES MERES


mi andIt', q'. ,r-valll il a-
!lrs de Ili llt endll ;l la
pis 2ln t i stoCk es les
batons d ulani dm profit all
de la pause scisse croutle>
d i s r ,1 ,-' : U A I i d e
d une r pae it recupera 3
< quiuesots>t C i i dire les
exlri.'mstr- dor gaines enve
:'cn tl Itt s bat ons II plaia
le tuut dans 'in petit sac
en mallere pla,,tique et 1 I
stortnr sonl dnt rtreiux pa-
qoet par le sa- utilise pour
1( passage des camions et
nun equipe dt dItecteur de
radioacvtivi't
Porcant .e coues a bout de
bras afin de ie pas ti'rp
s irradier lui Mieme. i1 lit
200 metres pour gagner lat
vonure de son cliel d equi
pe M Buzim 'tl a-1-11l a1-
firm(. le 'bmp'. Leoromte
p.a(a alors les C
sous les s eges entire Ia
mousse et les it ssort
Pour son enqtticte la po-
lice a entendu les 88 pel-
sonncs qui scales, avalent
pu avolr access lai lameus.e
pisciti 11 se i ,ve'a que '7
d enltre .ljes jouvaint a-
voir dr-s raise is d (n vou--
1oir a M Buzin Parmi ces
si pt M Noel :Iecoml.e 27
ans qu c st pI);ssc nmar di
a11x aVel]x
I~a direction de I etablisse
mcnt a quialiic rctte te-ntat
live de meurtr( par Italonme
de 'coIt'iternantlet Elle a :i
jputte 'toutl I inonde ici
se sent un peu eoncernet Oil
r( it re tte qu n (t>pI'ratt'ur
qui travaaillal :ur des bar-
reaux d uranium don't il con
naissait parl:itement le
danger ait pu commettre
cette folie-.
Le : syndicats. cond'am-
nant elt c.'i i t I i 11 i iit i l .
'.l l ]i i l I]i rt i r I l ,111,
,l.' il 1.... nilt I i t til-







II tu t II. '. I t. I, 1 II i


illi. iliii I.I n .. 0 i 0 I
di s li r, ,(,c 1 11 i',, ll i t,1,-1
"1 % hlitlih l h I iitM- -I .



CHAMPOtNN.AT I i 1INNIS

Coupe Banque
National de Paris

Resultals d Ies muitclics
jo .,s kI m rdl 8f MI l
H'lion In,'s ba1 Hr- r G,
rai .nu it-l 6-3 Migle-
ilt R Imbold bll Ruben L
miolhc 3-6. 6-3. 6-4

Jo- ETIENNE, promoitor


VIDAL SASSOON.


En Haiti

LE No. 1 DANS LA COUPE DES CHEVEUX DANS
LE MONDE, MET AUJOURDHUI A VOTRE DISPO-


TRAITEMENT DES CHE-


SITION UNE IGNE DE
VEUX No 1.

Vidal Sassoon, le coOl -ur
anglais qui s'est cree une
ieijtauion dans lous ics sa-
lolls dt beaue, tant en Eu
role qu en cAmerique
Vidal Sassoon. devenu ce
lebre avec la creation de sa
coupe Geometrio.ue, sa cou
De Triangulaire des iCinq
Points Darmi tant d'autres,
cetll coune des CiunQ Points,
denommee par I'Ameriuue
< Vidal Sassoon, qui a vii
defiler devant lui ies vedet
tes les plus connues de 1 e-
cran comme Vanessa Rtdgra
ve. Carol Burnt.1. Leslie CU,
gains. Julie Christle. Nance
Lopez, Diana Ross pour ne
citer que celles la. .
Vidal Sassoon. qui pu'ar
eouper les cheveux ie ML.t
Farrow, a touche aIs rondte-
lI'tte some de $ 5.000110 a
'epoque of cell derniert

nlary s Baby, ..

: Vidls e SaI n ll l h ki l ii-

iv (l iit, iul)t ettCi t ltilt
a ptlsle qui le Int '
eotl]C ne Ie dl l pit e, i ," h,
vtilx i ieIeNsaimll' enilit t11 ea tl
l), bt iilx cleveixi st 'ili M
'-a.istoolluct l a '. i-ti ilt
t.'s s aill ) esl bl lllaill ti <
d Ionlchei (' 'C d:lln v cI
spllt que M I S-tasmiil .
c t'l c vtte lignl, i des soilt
S tnlL
110111.t


(Suite de la lere page)


blement, rougis,
tre, et qui, fiers
ner pour mexic
cans ou je ne
nigrent notre
laire, la langue
clarent a qui
dre n'avoir nre
avic i-s Hailt
gens-la insenstp


pes de echveux; normaux. travestis, man
.ecs ou gras. Ce Shampoo tos, le plus grand
leur done de l'etotfle elt le puisse fire, c
r. nd brillants.' other leur masq
2emne Tetps.- VIDAL SAS- plr uni g-ste o
SOON PROTEIN CONDI- role, leur natit
TIONNERS : elements etrani
Ces Conditionnert conl( n- compaglnons de
nent de.s proteines hydialtan A peine cr
t :s qui penetrent a I me- Voiit
rieur de la structure dii (te J 'n al lai
veu aIm ae le reslaure: I nntI I experiei
I'humidifier. Les cheveux d Qw and Guy I
viennent forts, flexiblIs A- ut dtc Gsest a
vCe cs Condilionnt-! u ni )o> .1 creol-
cit veut' e.t le ii'! l oevy,-il, t;: tI l'z c ro
son' proteges cont're I- d ,- d, la chanson
sech meont les ch]e\lic x soint RI-'.inonl P
bri plants. 11 exlste ti'o'.t ty-
pts d, (Coh! -tIlin n11<+> a'
VIDAL SASSOON RE MOIS
TURIZ1NG C(ILEME pour It- CKUCED :
n .' .. I. n ir' ,I VI- Dificulte'
1).-. L ,fA SOt-- 5 "00 1 1i i n V C
T- '',, .- vtl\ m I, n ii L 'i \ I 1 A iA,
So .' i l :1 ,i1l p -MA N L L .-


. u 11' Tril: \ 11)Al. .SAS
Nu] 1 1 iNI;-illl I N .i INb. t t




'1 I 1 .1 i t I t-


sent de 1'-
s de se don-
ains, jamai-
sais quoi, de
culture popu
creole..., de-
veut enten-
i de commun
Miens. A ces
;s, denatures,
igeurs de Io-
nd mal qu'on
Test de leur
ue de reveler.
u par unt pa
ionalite a des
gers amis ou
e travail.
oyaitbie, direz-

personntlle-
nce
Durosier, dins
our('ists comn

oire qui c sl

HILOCTETE




s du
e des 77

AF P


n t. 'l t ,

ii -. tJ: i l i-.ut + i .
-tet+i f t"'. It i.l
CI tl i2vhll t rIt l I-

ut t dolti- ,,t it i t ~
i'il e "I t ,i ,,' 'sit-
'llt' .tit uitt i ii',1 ( i-t itt
dIt\l it '. .tItt11o

l,' :"" as n a t- no:li


i:eLdilc 'l 1 1 comm)1, .1


.-VIDAL SAS ON ; ; Ari-ha n lvinr dl
de soins des chev i '\ ti I I s dill i iio n )!
all point sciftni'ltiqu i ei'l ,' .l I n ,t t d ou r 'iilre ct l -
pou iJ donner a icunlr li m ti aux tI p;o\o-,i;m I a
hi el aux chetvellx le.' m1'll- A 1 -'' 10 t1 1 1 *is O '' nio ri'01 em1 lsqu), ; 14 m1 ;>1
leurs solns I l m in< !.dr 1 d l', tn S.O d-O NG ,l idebul des 1! oC ;il ( l
irailemenlt. ,71, :,: I;" t' i,..u m' nt a 3-Temps, a p) '. -\S' ;',NINC .
tee de ltout un chla n Clll '. ,"\ '[, I 'L t .e P 'nI ;s derr. i '( S
traltement appele SASSO I' I ( i l e It d i i pi e'pr i d: -,,i d.1 i
N1NG est Tinn me d< produillts sclenlflqu- lt,'k- Fnod \\N don l look d ]: itr alli; r qc' I L. dre-i
nm ',r coiculis et dont I lctlion gpd 'tunatiotn r s i.( t -parpt dai
harmoniteu i,( asstiri aux tche -roulip di 0 77- d ls t.
veux c? don't il, ion" besotln v'- i :V VT+l. SASSOON roiup. dte tra\tli\; le:a.It '
pout er( reslrpdlislsan's q,' ,a;i o,. Haill 'ires. bun- earalemenit lob'el dit\ r-
Le ,SAESOONING ou ,Tr ilt ,t cones de vut.s.
tement a 3-Tem,.s com-
ler Temps VIDAL SAS-

SOON SHAMPOO Ce Sham
poo au parfum frais damn slati nnel
des contlenl dis proleline.-
de Ila vifamine 1-5 e C nexhim
poo ne,,oit-tles I cv utxc Se' action
profondeuir et en colu ur '
I es ff our ...... ... a L'Institution St. Louis

Delegation de Gonzague
ameriain- en Haiti
PIORT-AU-PRINCE. tXi '' le 19 mai, a partir de 7 hres P.M.
'ne de1gation du Departe
ment d'lat:diti edcain ,'i r C. fcoiEDIE DRAMATIUE
gee d'enqucter sunir le conE-
ditti.ns de et.urn datns I[NEDITE EN 3 ACTES
pays des emirirants ill -
gaux haitiens aux 1ais i in
lnis detait arriier .eudi Ai ur sans proviso n
dans la rapitale h1aitienne a r s
Ian delegati i1. )u| s dllte par un halt fonirtion-
naire du hiDpa.tement d'E':t
Monsicur Ints Silins. sc..jour- n ls
nera line semaine a Iti hI A
anx fins d'enqiec slit i i
maniere dmot sont Itrates ia ,'ise en scene de
leur retour dais leur p;i -
trie d'origine les haitiens ..ei ('marl Raphael Berrou
gres clandestinemrcnt aux
Etats-Unis et ,lui .o( t e re Enirde G ierale $ 3.00
foinlec par le,. luloriil .1




--0 B














10, Rue Bonne Foi


Tel 2-1520





.AIT


r--,li----,,,,,,-,- ,I__.~ _~.,-- ----- --- -- ---L;-...----i-,r;~~___ll_-t- C-C---I1_ I----1-I-~------ IIYi~--~i__l^--.. ~.-'.~. L--


- Assxws"Mega of69SA C7




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs