Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10378
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 27, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10378
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text






Mes r6flexions

L'Enseignement


de la Philosophie ent Haiti
Pli'r Emlnanuel BUTlAIAU


Mict' artiles imarus aiux
lls ti e (l titrs itt t l itv il
dius le uotidleii tle Nno-
velllse, fcoilsticnt iniline in
tioduilrtlon it I'exposc des
lcs qU I'el'observati o, tine
certain experience et lit
correction au lbaccalaureat
ni ont suggerbes L.'eniseigne
inent de lia philosophic tel
ii' il est dispensed dans os
Sil]s scontildaires est un
veritable eliec. S'il 6taiit i
defendant de tons les' au-
tres problems il aurait suf
f I'li un peu de bonne volon
( a:ux professeurs et au per
sonel du Departement de
I'Education Nationale pour
renverser la situation. Ma-
Ihcureusement il est intime
mient lie a tous les states
anterieurs de notre syste-
me scolaire et se prdsente
ommie la fiddle expression
dec iotre politiquc educati-
ve. Si nous voulons appor-
ter line amn6lioratioi dans
I'scseirnement de la philo-
sophic ou de I'enseignement
en gci,,ral: nous devons
commniencer par decouvrir
so< etat actuel.

1 L'ELEVE PERDU DANS
LE.S NUAGES

La premiere semaine de
classes: les cleves; la plu-
part du temps; ne compren
nent absolument rien au
language specialist de leurs
professeurs de philosophies.
Pour exprimer leur desa-
pointemeit; ils avouent
qu'ils cvguaient dais les
nuages. La principal rai-
sun de 1 Ichec de la com-
munication pro\ient d'un
:liusde definitions et de
cu, iderations souvet ambi
gues et contradictoires; de
phrases ronflantes et sono-
res pour respecter la tra-
dition d'eblouir les eleves
des le premier jour) alors
qu il aurait ete plus effica-
ce d'utiliser le procede me
thodique qui debate par des
questions simple sur la rea
lite pour continue avec
des debats plus elevss ou
plus eleves ou plus precis
souvent introduits par les
eleves cux-meme. On ferait
faire de la philosophies aux
eleves pour qu'ils decou-
vrent seuls les caracteristi-
ques de cette. discipline.

La philosophie est expose
diins son aspect general et
niversel. Ie,, reflexions
sour le multiples aspects de
ntre reailte el les probli-I
imei lits a1 itI ch un d eux
sont rarement envisages ;ce
quin avcerAtue notre dipayse
Intc. A cnte dle I; penslcee
iccidentale on detrait aus-
si tenir comiite de IaI pro-
dIctiion d1tes pen seurs hai-
(tins tet (de fruictiueuix r(c-
ul i) dei trav;i sii de tnos
e}i nologiles. li'ethnogra pl ie
pir enlemple fo urnitl de pro
iti r seitit'met' siur Ia






n(il I1, I liinloirtlIts people
sifs hlaislI'nnei. nin je narde
pe i ni'einipecher I ielre n ir
conspet liiind jae pii s cmue
tIes ocailenu qui oivent in-

eni rI'lrs/hcin gr hite ade-
roti : i li, toir lei oneuples
Sl hi t(lre)i. Oin so garden
avri den',ener los informa-
lion s n(ioumphies passom-

des hsriens qui doivent es-
/re pr.eservee aoute uent
(-out(e afi,, de leur conser-
ver leur ide,,tite. i nous
devrions tout conserver- tou
tes nos coutumes passees
nous serions encore des es-
clave.. C'et le changement
qui nous a valu notre liber
ti et c s/ aussi le chaige-


innt qui lious vaisdra un
dtveloppement moral; Inltel
Certain professeurs Intro
lectiel et economique.
dulsent des themes loeaux.
l1s d6chiffrent quielques pro
verbes haitlens pour extir
per tne conception collecti-
ve de la religion; de la so-
ciete; de la politique; des
relations families. D'au-
tres acceptent momentan6-
ment it faire don du titre
de philosophic a un bosn
vieillard qui disait de bon-
nes choses. UX de nos meil
leurs professeurs ne cesse
de se referer au petit pay-
san de Kenskoff don't il a-
nalyse philosophiquement
les actes; les gestes et les
paroles. Les 6elves ne sem-
blent pas avoir trop retenu
de cet enseignemeit car si
apres la philo on leur de-
ma7ide de citer le nom d'un
dhilosophe haitien ils reDno
dront Vilaire. C'est le seul
6crivain haitien; dans le ca
dre de notre enseignement
secondaire i qui a et6 de-
cerne le titre de philoso-
phe par nos historians de la
literature haitienne a cau-
se de ses poemes is reso-
nance m6taphysique.

Beaucoup jugeant Ie cha
pitre de la definition de la
philosophic trop abstrait le
reservent pour plus tard-
Ils debutent leur course par
celui de la culture.

x x x x

II HAITI N'EST PAS UN
PAYS FOLKLORIQUE

La philosophic tell qu'el
le est enseignee dais nos e-
coles repr6sente l'une des
multiples causes de 1'dclo-
sion de l'esprit d'evasion de
nos intellectuals. Au course
de l'expose du chapitre de
la culture il est pos6 bien
stir les questions absurdes
et traditionnelles: Existe-
t-il upe culture haitienne?
Le Vodou est-il une reli-
gioq? On d6montre que Hai
ti a une culture en se ser-
vant de la doctrine du plu

(Voir suite page 2)


J'ai ic a IEnnery hier a-
vec un grove de cher-
clicurs du CIESIlS nous
en repiarlerons voir Ti
I'etime (Francina Ileus), la
Zombie. te qui nous porte a
penser qu'il faut .re cir-
conspect dans ses dgations
ou speculations sur I'existen
ce du phenomene de la zom
hilfication, )Uiiisque nous a-
vons pu recueillir des temeoi
g1nages et surtout des docu
mcnts irrefutables ,sur la


mort et la.. (iresurection) de
Ti Femme. Ce qui frappait
I'attention des specialists
don't Dr. L. Douyon qui nous
accompagnaient, c'erit qu'el-
eI avait apparemment tan-
tot le control de ses sens,
tantot elle attendait des or
dres pour agir. Ce qui lais'e
croire qu'elle a perdu cer-
tains reflexes... Mais, d'a-
pres le Dr. Lamarque Dou-
yon que nous avon.s interro
ge, il faut surveiller, dans


Hier, Aujourd'hui

et Peut-etre Demain
Par Carlo A DESINOR


Beaucoup d'hommes. dans
ce pays ont ete tres brillants
a i'ecole, du moins c'est ce
que nous relevons des con-
v-rsallons des aines et cons
I:t tons a chaque fois que
l'occasion se present pour


LIBRES OPINIONS


Que se passe t il

au RacingL?

LE PASSE DANS LA GLOTPRE .-


11 existed des mon.ents dif
ficiles ,.'.nns touti orgarilsa-
tion ou association o 1'hom
me pour iauvivegarder son in
t6griti ef, e- nmt i sauverV
iC prestig? a. ci 'e ncict&
doit pouVO '" clprel:,'te et
analyser la r.litC aroe Ia. si
station

LP football, come sport,
c'est la pra.itiue du oriele
et de la Constance. Alors
comment diriger et fire ex1
cuter toWes les tmodalitis
du sporn. i ses i ratiquants
no e se nter. pac con!]tpid et
assures d ins le deploliment
de 1ours efforts pour donner
le goult di spectacle aux
partisans de l'equipe et au
public en gindral.
D'autre part, le tectoil
par sa colItctivit6 tant sur
le plan d'organisatlon c'est
A dire 1- choix d'L;jn C)mit!.
Dlrectr-i et par la forma-
tion de l'qigpe. sans toute-
fdis oublier lu. stru.tiratlcn
du club, no peut se p,'!ti -


ouer en de 'Vaines promes-
ses,, et d'offrcq irrealisa -
bles. Comm-int vouloir dc-
mander : Victoire sur Victoi
re sans une planificAtion
prialable a cette r6alisa -
tion ? Et, qu'exige le joueur
Pour son integration comr -
pl6te au club et sa participa
tion total a l'iquipe sinon
un peu de cornprdherslon et
d'appui mor9l de la part des
dirigeants. EL le C ,r'MI .
son tour, n'et il pas de son
drollt d'aporter tout le ne-
cessaire s rce rapprochement
pour le plus grand tier, du
club.

Si la fusion lde ces deux en
titds ne peut crier 1'esprlt
de communication au sein
du club, de quelle nianlire
et par queIles voles donner
la plelne rdusslte l'dqulpe.
Ii convient alors pour difen
dre les glowirs mervpIllleu.-
ses de 1'6quips dans son pas

(Voir suite page 4)


eux de citer en example
(aux j.unes!?) un tel ou
un tel..

Mais dommage, les lau-
reats a 'ecole n'ont pas tou
jours et6 les laureats dans
la vie. Et parfois meme, ils
reunissEnt routes les condi-
tions indispensables pour
itre purement et simple-
ment... remis & leurs parents

Ce qui n'est pas un com-
pliment pour l'Ecole haitien
ne qui fort souvent ne de-
boucha que sur one vision
abstraite de la reality, de la
vie et de la socilti locale.
Come le disait tant6t,
un ami : La vie est une u-
nivarsitd sans professeurs.
Ouap prend zero, ou pa oud
ki moune kap baroul.


ces cas-la, si l'individu n'c
tait pas sous I'effet d'une
drogue forte...

... Vous pensez Docteur
Douyon que c'est la compo-
sition de la plante qui a
provoque cet etat ?

R.- D'apres moi il y au-
rait une substance toxique
que l'individu aurait absor-
be dans un the ou dans un
breuva.ge ou bien meme dans
sa nourriture, come par
example dans un bouillon
de legumes oil l'on pourrait
placer des pommes de con-
combe zombi et ces fruits-
la peuvent aussi declencher
cet etat come cela a et6
observe par quelques mede-
cinos de Trinidad avec qni
j'ai eu la chance de conver
ser. Ils ont observe le de-
clenchement des 6tats sem-
blables chez des individus
qui auraient mang6 ce qu'on
appelle le (dove stew)v; le
love stew qui est parfois pre
sent i certaines personnes
et qui content des pommes
de concombe zombi.

Q.- Dans ce c as Doc-
teur, doit-on parler de zorn
bi ou de personnel sous ef
fet d'une drogue forte ?
R.- Moi, j'aurals tendan
ce i considered le zombi
come quelqu'un qui aurait
dti place sous une drogue
tiree d'une plante ou sous
l'etffet de la plante mime
ou d'une ou de plusieurs
planes. J'aurais tendance i

(Voir suite page 5)


La succession

Raymond Luc Theard

AVIS IMPORTANT


La Dame Marie Michile
Thdard Salsas, Cohdritidre
de Ia succession Raymond
Luc Thiard, attire Patten-
tion des officers ministeriels
concerns, nrotainment des
Notaires et des Arpenteurs
de la Jurldictlon de Port-
au-Prince sur l'action llld-
gale et reprehensible de la
nommie Marie Yolande
Jean Baptiste qui, sans drolt
nl quality, vend inconsldire
meant las Biens de la dite
succession, princlpalement h
Waney, k Areachon, a Car-


refour Feuilles, au prejudice
de la succession, au priju-
dice d!s ayant drolts, au
prejudice de pauvres fer-
miers. Cos derniers, soucleux
de devanir propridtaires, se
laissent facilement faire
sans rnallser la nulllti
de crs ventes. i
De plus, attention de 'Ad
ministration Gen6rale des
Contributions est Agalement
e0 spdclalemenAt ollicitde
pour que, en sa' quality de
S6questre das dtits Biens,
(Voir suite page 3


El F lit-, IVAQ


C.OLIJTAP-S MEMORIAL


,NO. II D 01


NA, B E D O N T R AE E








FONDE EN 1895 5 LB PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASBOCIATION INTERAMERICAINE DE PREEDE


DMlECTffbim U01EN MONTHS
JLD1MIVSTRATEUR :Mine. Max CHAIJVE


MINISTER DES SPORTS

ROUZIER, LA TACHE

NEST PAS FACILE


Par commission du Presi-
dent de la R6publique, ont
etd nommes a) M. Jean
Claude Frangols Secrdtaire
Gdndrale a la Jeunesse et
au Sport, b) M. Franck Jo
seph chef du Cabinet du
Secrdtaire d'Etat et Respon
sable de la Division de la
Jeunesse et des actlvitds so
cio-educatifts, c) M. Antoine
Tassy Chef de Division d'E
education Physique et Sporti
ve d) M. Frantz Trulliot,
Chef du Service de Planifi
cation et de Coordination.

Ces informations nous ont
Wtd communiquees par le Mi
nistre de la Jeunesse, du
Sport et de la Culture, M.
Gerard Raoul Rouzier lui-
meme qui nous recevait hier
soir dans ses bureaux de
fortune.

M. Rouzier qui nous don-
nalt impression d'un diri-
geant competent et assez
ouvert compete beaucoup sur
la press locale afin de l'ai
der en motivant la jeunesse
du pays, 2n menant camp
gne pour que cette jeunesse
comprenne qu'il y a main-
tenant un organism offi-
ciel eree pare que (de Chef
de 'Etat a decided (pour re-
prendre le Secretaire) que
cette jeunesse doit etre sai
ne et participe avec le Gou
vernement de la Republi-
qud a la remontee.
M. Rouzier devait entire
autres nous d6clarer au
course de notre entretien .
preniez que cette nouvelle
Secretairerie d'Etat a a sa
charge une tache immense.
Hfaiti ne peut atteindre les


niveaux auxquels elle a'drolt
si elle n'a pas une jeunesse
prdte a gagner les laurlers
que nous lui c ielllonsc; *
< Minlstre des Sports mai's d-
galement Ministre-de lasCul
ture quolque De dernlei i-
ire n'ait pas ite lndi-ie
daens 'arrdtd formant le ca
binet ministdriel.
revalorisation de la jeusseese
d'abord puis l'int6grer (la
jeunesse) dans le sports a-
jouta le Ministre Roleier
qui terminal: ,Mes collabo-
rateurs sonl en train de prd
parer leurs bureauxlJe pars
remain (en parlant-) d'au-
jourd'hui) en inspection en
vue d'dvaluer les bosolns et
les possibilities de la jeunes
se d2 mon pays en comment
qant par le DepartEment du
Soud'.

iVoir page' Les bporLs)


Tl16phone : 2-2114 Bolte Pos le : 1316
Rue du Centre Ny 212


L'lsolement de I'Eqypte


d'autres capitals, ne&me si
1'Egypte, jugeant ill6gales
les d6clslons du Sommet de
Bagdad, reste maitresse des
locaux at des fonds et fait
interaction aux fonctionnai
res 6gyptlens qui font par-
tie de ces organismes de
quitter le territoire national.
La Caire, seul centre tous,
continue' ,d proclamer qu'il
reste le garden de la timitis et qu'il assurera ici
la perennite de ces institu-
tions.

L'Egypte, egalement con-
tinue a affirmer que les ef


forts de boycottage que de-
ploient centre elle les pays
arabes ne font qu'isoler ces
derniers.


La press egyptienne rap
pelle a ce sujet, aujourd'hui,
que la troisieme conference
euro-arabe des agencies de
press qui n'a pu se tenir
lundi dernier a Vienne en
raison du boycottage arab'
dirige centre la presence de
lAgence Nationale Egyptien
ne Mena, fournit, selon elle,

(Voir suite page 6)


Inondatioris dans


le Bassin des Antilles


par Georges HERBOUZE
LE CAIRE (AFP)

Jour apres Jour, I'Egypte
s'enferme dans son isole-
mnent. La Tunisie, A son tour,
a decide vendredi la ruptu
re des relations diplomati-
ques avec Le Caire.

Avant elle, successivemint,
la Jordanie, le Koyveit, l'Ara
bie Saoudite, le Nord-Ye-
mein, Is Emirats Arabes U-
nis, le Qatar, Bahrein, le Li
ban et le Maroc, s'6talent
conformes aux recommanda
tions du sommet de Bagdad
en rompant avec l'Egypte.
Depuis 17 mois ddji, au len
domain du Ferme'ie a Tripoli en no-
vembre 77, las Ambassades
d'Algerie, de Libye, de Sy-
rie, d'Irak, et du Sod-Ye-
men avaient ferme lIurs por
tes. Seuls, aujourd'hul res-
tent au Caire les represen-
tants d'Oman, du Soudan,
de la Somalia et de Djibouti.
Les uns apres les autres.
egalement, les organismes in
ter-arabes s'installent dans


PORTO-RICO
SAN JUAN. La Croix Rout
ge a signaled avoir du por-
ter secours aix ag;,lomert'-
tions situees dans la zone
Est d'e File. Toutes les rivie

(Voir suite paL'- 6(1


EN COLOMBIE

BOGOTA Quatre jours d2
pluies violentes, de torna-
des localisee ont cause des
inondations et des eboule-
mtents an diff6rents depar-
tements de la Colombie.
L'on compete deja 14 morts
et 50 disparus.

A Tollema, 5 membres d'u
ne meme famills ont ete em
port'es par les eaux. Dans
ls faubourgs dc Medellin,
ia chute dun pylone de hau
te tension, mine par les
eaux, a provoque 1'electrocu
tion de 3 personnel. Plus de
2.000 families sont sans a-
bris. Des maisons, des tetes
de gros et menu betail, des
agriculteurs ont et6 empor-
tes. Diff6rentes routes mon
tagneuses sont coupees par
des edoulements provoques
par lIs fortes pluies.

A CUBA
LA HAVANE. Des rivieres
sont entries en crues dans
la Province do Pinar del
Rio, la' plus occlOaeuraie de
] ile d.' Cuba. Plus de 5.000
porsonnes ont du etre eva-
cuees des bcrges de rivieres.
L'on compterait uine dizai-
no d disparues.


MOBILISATION DES CONSOMMATEURS


Contre la hausse


exageree
Un movement se dessine,
lance par plusieurs organs
de press, en vue de mobi i
ser les consommateurs pour
la lutte centre la monIes en
fleche des prix des products
divers, surtout des products
de lere necessity.

La guerre psychologique
doit etre declenchee par les
consommateurs, estime noramai en refusant d'ache


des prix
ter, en se raidissant devant
4 s pr6tentior-, exagerees
des vendeurs.->
Panorama ecrit en effet :
qui ces jours ci, a fait dou
bler ou mime triple, pour
certaines categories, le prix
des vivres et des 16gumes,
exige la constitution d'un
front unique de defense de
la part des consommateurs.
Que ceux-ci n'hesitent done
point ha offer un prix deri
soire pour zecraser net (es
disirs ambitieux et fantastic
ques des, marchandes, ou a.
s'abstneir carriment d'ache
ter. quitteA se designer :
subir certaines restrictions
dans leur alimentation. Ces
restrictions ne seront quo
temporaires, puisque devant
la volonte de ne pas se lais
ser gruger, manifestee una-
nimemenll,, ou presqtie, par
!es acheleurs, les ,Madam
Sarah- cederont du terrain
polir que ja merchandise noe
leur rcste point pour comp-
te. C est par e0 soul imoyelln
une vrale guerre psychology
quie et dc lassitude qu'il
est possible d'amorcer une
uitte. avoc que'lque chance
de success, centre la vie Ihe
re organisee -sur le march
des vivres et des legumes
Pour les products imports
ou manufacture's localement

(Voir suite pag? G6


VENDREDI 27 AVRIL 1979
?J .


LES POINTS SUR LES I


Mounes Vinis

Par Ernest BENNETT


Dans ce pays. et selon cir
taines gens. on devrait dis-
cuter des advantages a accor
der a ses habitants non si-
Ion leurs merits imas sui-
vant la couleur de leur peal
ou de la date pius on nmo:.:s
cloignee du debarquement
de leurs ancetres en Haiti.
Pourquoi cette tendance
au parfum d'Aicien Regime
oti 1on discutait alors, en
Europe, de 1'anciennete d'un
titre nobiliaire et ou les pri
vileges etaient devolus sui-
vant qu'on aprirtenait s'la
haute ou fA la petite nobles
se., la genty ou a la no-
b'osse d'Empire ) Ft pour-
quoi aussi cottl habitude i


ISRAEL EXPORT


DE EXPERIENCE
(Suite Voir lV No. d'hirl


Lorsctue les experts isrsa-
liens furent appeles i 1'ai-
de en 1969 les paysans dui
Cul-de-Sac availent perdui
Lout espoir. Le gouvern"-
ment avail d'abord faith a,
pl aux Allemands; 'pri
creusbrent des puis. que l!;
paysans avaient etl incapa-
bles d'utiliser de faqon efti
cace. Des annees d'echec L-
de misere avaient dressed tun


Mecontentemet mur psychologique centre
econtentement progrs.
populaire au
Nicaragua apres les ausscs de prix trer ce qu'il fallait fire et
leSce que on pouvatH,, racon-
eo S1a mais ils nWarri-


(De 1'Envoye Spicial de
1'AFP, Paul RUTLER).
MANAGUA, (AFP)
Le mecdtement populaire
provoque par la hausse offi
cielle de 40 pour cent des
prix au Nicaragua a 6t6 ag
gravi $ar !'tsprit de lucre
de n)mbre de petits comer
gants qui n'ont pas h6siti
A augmenter leurs products
jusqu'a 90 pour cent.

d eux, et pendant la guerre
les produits, i a sc payee.
Jeudi martin, des 6tudiants
se sont empar6s d'un ca-
mion de last dans la capital
le et ont distribud son con
tenu gratuitement dans un
quarter pauvre. xCes haus-
ses de prix sont un coup de
poignard dans le venture du
peuples, a d6clarde 1'un des
etudiants.

Le President de la Ban -
que Centrale du Nicaragua,
Monsieur Incer Barquero, a
reconnu que les augmenta-
tions avaient atteint, pour
certain produits, 70 pour
cent de leur prix. Les medi
caments n'ont pas ete pal'
ends Le Ministre de la San
t(, Monsieur Edmundo Bern
helm, qui s'st diclari prioc
cup6 par cette situation, no

tamment pour la santd des
secteurs les moins favorisis
flu pays, a affirm qu'll ls'ef
forceralt d'dtablir rapide -
merit une llste de m6dica-

(Voir, suite page 4)


vaient pas a croire qu'eu.i.
memes en seraient capable.
11 nous a fallu d'abord arri
ver a leur redonner confian
ce en eux-memes.


Au debut les Israililens
tentirent d'unir les fermiera
au sein d'une cooperative de
fagon is mettre en commuln
leurs maigres resources et
leur dquipement. tait pour eux une decision
trop important a prendra
come qa; dit l'agronome;
qui est d'origine frangaise.
eNous avons dfl changer de
strategic; et abandonner la
revolution pour 6volutioni.
Les instructeurs israiliens
6tablirent une ferme expiri
mental pres du village de
Bas Boen travaillant avec
dix haitiens. Dl1aissant les
cultures traditionnelles; les
isradliens plant6rent du
mais; du sorgho; et des ha
ricots. les proc6derent a 1'al
ternance des recoltes ce qui
leur permit de rajouter une
ricolte par an. Ils utilias-
rent des semences amElio-
r6es; leirrigation moderne
et des engrais bon march .
Durant deux ansr les sra6
'lens travaillrent avec de
pEtits groups. Lorsque les
haitlens arrivalent a augmen
ter leur propre revenue; le
gouvernement haitlen les
payalt pour qu'lls instrut-
sent leurs volsins. En qua-
tre ans le project englobalt
600 families encadries par
seulement six instructeunrs
isra6iens.
LE TRAVAIL SUR' I.E


TERRAIN EST ESSENTII"'L
Lis rend'montit, douibl
rentl t ltrilh're'nl, apr.1 s [i-
depenses muinme.s itd 'i'r
dre de 30 a 50 dollars na :'
famille.

Cominm le dit Albert S'-
Ia : ,Nous in arrivonil.s imin'
tenant au project e.s.entlel q(li
est re.struirct'rer loIut la
valley qui couvre 10.000 hue
tart's. Avc experience .'c-
quise nous sommnines sirs "iP
nous pourrons progresI,, r
plus rapidement,. Selon Sli
Oour chaque group de 1.000
families il faut un agronn-
me israelien avec son homo
logue haitien et aix fer-
miers instructeurs.
I1 explique 'En tout cas
nous avons appris unle chi-
se.on ne peut pas construlre
un sysleme sur la theorie On
ne peut le faire de son h1'
reau. 11 faut se rendre stu
le terrain et changer l'uIn
t6 de production de base, Si,
fermier lui mimes>.


d-sign.'r de .noun '.; vinis,
plutlot es eltoy'n-i a peau
claire don't 1sb ,.ncetres et
eux minies st' sonl, pour la
piupaii. ilustr, .. ca les
episodcies s phis sanllants de
I 1Histoil, na1u1lna!i '?
S'll Est Vrai le mot de Prao
dines qu une tendance a es;
jamais que l orientation
spontance d' ui certain nom
bre de besoins vers les ob-
jets quien assurent la satis-
tactions., on s explique a ors
clue les rotagonistes de cet
te doctrine ravalent au
rang d'intrus tous les <,mou
nes viis. coui. suivant tine
losique discutabl et ette
hii de la phvsioue au' st 'on
dosillosie. s infiltrent dans le
rcnigi des oret'ndOlis uitIcIli-
tulues on 'cmbouquaniit i ca-
nal des imminr(s.

Un ncoii d'odl minomn i '"-
til' siur I hisloir'' de ce Dayvs
.sjhAtrli t 'i convaincre dt 1i
nanite d Iune' parellc :itlitii
(d i 1ri.int I ote-tol qul J
m'y nmeltte.

Quels ,Laitn1. in i c lL't, I's
vlralnaes indiai-nes d,.' cclte
It '.' DLes incillI Ou vivelit
aujourd hui Ci -;s cutple.s indh
&ia'ns d l'Amcnr :uu. ;i'):0ar-
ltnaint a a race rcL1i' '?
t)ins ili's r sl vrs. (mnjlu
ts ainimaux 5salvatges des


II s evidence alors ute Ic's
1011'.lctilx velili qel peu-
plent aujourd'hui notre IIt
autant que I'Arl.ri'u, stolen:
des smouncs vi.-ls, blancs,
mu aMres noirs ou aris.

Par Quelle aberration a-t-
o01 doiic ett amene it etioue
ter de <.mouneo vinis. sotule-
ment les indiv!dus teint
ej 'ir '
La critbre la plus repan-
due sembt etre le fait que
l'indce'Dcndance d'Haiti sit
ete I'oeuvre d'esclaves noirs.

(Voir suite page 6;


Coin du Jardinier

Une cause d'alarme :
LES JAUNISSEMENTS MORTELS DES COCOTIERS
L'agronome economist mes causes par ce mal et la
Norman Efferson, dans 1'e- Fioride a subi de fortes at-


edition de Mars 79 de la re-
vue lalarme.
Le jaunissement mortel a
ete observe tout a la Jamai
que. En dix anx il a provo
qut un decline considerable
de la production. De 20.000
tonnes de coprah a moins
de 5.000 tonnes. Les planta-
tions de cocotiers ditruites
aux trois quarts.
Haiti, dit M. Efferson, a
eu tout d'abord des attaques
sporadiques i la fin des an
nres 40, puis la maladie
s'est ropandue beaucoup
plus largement dans ce pays
En Ripublique Dominicaine
'infestation s'est produite
graduellement et n'a pas en
core atteint les grandes ai-
res. de production. Cuba a
eprouvd de sdrieux prob'6-


taques dans les cocoteraies
de ses deux c6ots.
En Afrique de 1'Ouest, les
premiers cas de jaunisse-
ment mortel ont et6 repe-
res en 1937 i. Ebodie, au
Sud du Cameroun. Puis !e
mal svo'ua par bonds success
sits, de part et d'autre de
ce foyer initial. On l'appela
maladie de Kribi. Tandis
que demeurait indemne la
Republique du Benin, ai 1500
Km siparant deux zones,
d'un c6td le Cameroun, de
l'autre le Togo et le Ghana,
un autre jaunissement, la
maladie de Kaincopi faisait
elle aussi des ravages.
Le Nig6ria accusa en 1955
une forme de jaunisse symp
tomalogiquement tris pro-

Voir suite page 8)


NOS INTERVIEWS



Le "ZOMBI" est il un drogu ?

1l, Dr. LAMARQI'I DOUYON NOUS FOURNIT DE PLUS AMPLES INFORMATIONS A
CE SUJET
par Webert LAHENS


Iba~s~ClsLl~anarsrararroa~ ~-


Pensans &u6ciiss
Article ler.- 11 est ,lou6
une pension speclae aux cl-
toyens aunt iea noms sul-
vcnL :
Veuve Albert Westerbandt
900 Gdes
Madame Georges Sylvie 875
Odes
Arlsthine Dominique 650.00
Odes
E.vire Alexandre 575 Odes
Norvin Mdhu 500 Gdes
Mme Victor Decastro. nee
Genese Laroche 500 Odes
Germaine Taylor 450 Odes
Mme Vve Ulna. Cabral pro-
ph6te 400 Odes
Mine, Anlre Salnave 400 G.
Mme O ga Gilles 400 Odes
Myrtha Mantgat 400 Gdes
Mine Snencer Geffrard 375
Gaes
Minme Vve Alphonse Antoine
325 Gdes.
Mme Ludovic Devilm6 300
Gdes.
xxxx
Article ler.- II est allou6
une pension soeciale aux in
teressds don't les noms sui-
vent :
Andre Dominique 1.000 Gdes
Mine Miche Levei'lle. nee A
nita Gabriel 800 Gdes
Mme Emmanuel Vita Her-
ne 500 Gdes
Mme Lucien S. Bonnefil,
nee Marie Rose Tvanne
Casseus 450 Gdes
Mme Lea Caiuste Brun 450
Gdes
Mme Victor Durand 400 G.
Renee Pyrrhon 400 Gdes.
Mme Reynold Trichet, nee
Mareel'e Netus 400 Odes.
Veoive Rcnan Pierre. nce
Fernande Riviere 400 Gdes
Mine Elnoch Char'otin 400
Odes
Clement Molle;c. fis 350
Gcle-
MIle Mi'ri S:-to 300 Gdes
Mme E'(,ise L'urent 250 G


. . .Lr W_..UI-Y Il~----/~5~- I~------~-jd~_L-r~- .~~I-IYI_---Y ~-~-LW _i~(;d-~~~~~~i~~~~Cj


. 1 .


. V -% 1





PAE2VNRD!2 VI 9


VOTRE HOROSCOPE
Par* Ironaews Drrikre



I itl~AMBIDrI 2Hi AVTIL IOU71


:' MARSt AU 11 AVRIIL
( lllLIR tl

Uit prlit'l tito tMuntionl doltl.
'lr k c t It l\ ituse d'1ttt (I'tll
\ S;ll su Ippltlmnin riil):r Que I '
I '.'l I lrle pas votire.v i o
Ic, A)o,' It' ri])ON (]U1l C0:7-
%will

20 AVIct. rutJ 20 MIU
: 'TAURF.AU)

D1 peillts benlelio'es itlnan
1 il tl t' l 'tr nc l l re set it -
mritale itli( est pas is la me0
III v d it. s o esperances it-
It'l clintreli vout s Ites dolt .

21 MAT AU 20 JUIM
iGEMEAUX)
lis 1h 1 soils t's lnelaml'res

it : til t l iC M


'1 JI'IN 1U *2 JUILLET
(ANC ERt

\1 11, r nd 1d:1(ll elh d e're 1 t
ir' d(i li rii'lln ion Qle la Ile
I ri itn iu li t melnecolle nie
\,I llsi id 'll. 1 I 1 S

23 J1II.I.' AU 22 ABOUT
( LiION
Si \s, vovyl a'(z' depend'"
lin l-ti c 'i V iitl'. i!'e'rez que
1,I necr -.':te d, l aenir v )t -
inLt %o i, onlfmlle a des dit,
t i .e \it h tl.ntet s.

*-3 ABOUT AU 22 SEPT.
i VIERCGEt

S\': i aue les resnonl
.th1 Ir : c in! ;ir vos ei)nlu
],'[ :si]:j; .i >cz lourdes pc,:r

M, iu- m!5 'nr a aIre 11urve',lp
"t 1.Url' '.i'' pr'of( ,;sionlnie I It

23 SEPT. AU 22 C-'TCHRE
BALANCES
Vot 0(i.tilt\trc 11th los (,
-( s ,nlt To rne a volrl' sa t-
i-irnon poi r apprendre (qet
votr ,sdos -s* reclamnee t!l
ltiurs. AiF-;ndez-vois a des
chancem( n's.

23 OCTOBRE AU 21 NOV.
*SCORPION)
Un aml r-.lamop votre ip
li ,' t ic i(acite. Pltis r c,'eC


re,. vois ;eiltoe, que vous 1no
poiivez r('poildroe X1non i1 sat


22 NOV. AU 21 lCTI,
(3SAG ITTAIRE)

Ie compilortcmnent ddsordonr
nl d'tun itre cher vous ail'ee
t, Les obligations de la cur
rlwr sotQ, on conflict aveo vos
projects de distractions.

?2 DEC AU 19 JANVIERI
(CAPRICORNE)

Ne vouis rendez pus mala
do pour une question se si
tlant au loin. S'enferner
dtans une deception senti -
mcnhtale gRicherait le thar-
mi possible du present.

20 JANVIER AU 18 FEVRIE1-
(VERSEAU)

Questions d'affetlions sa-
1 staijsntlles tjusquail un cl r-
Itan poitit lmatIs qle quel-
(liu chose se produit qui glte
vtrer (nti houlsiasme. Des f:-
]nilt'(s ,.ommune:; tlOpourrait-nt
l're line solution.

18 FEVRIER AU 20 MARS
POISONSN)

Un conjoint ou un prorhe
:illie cdesapprouve voss hab'i
tides depensieres. Un nou-
vel ach.it n'es' pa; part!'cu-
lti.remenit agreeable. Evitez
notee ts 5 p yfafedix,<
Ics disputes.

S: VCUS ETES SEN
-UJOURD HUI

Vous -tes volontaire et am

siez reussir datis les affaioes,
votre caractere vous peisse
vers or plan intellectual.
Le droit, l'enselgnament, la
111it!que. 1 architecture, la
l:teiaiture et 1'industrie solat
parmi les vocations qui vous
:.iliort :oent le bonhitjur.
cr'ateiur. vous etes aussi at
t;ret ?ar les arts Pt reussiriez
(rmine es te tiir oil dessina-
tisr. Votre meilleur sucres
vent par le c1eveloppemltnt
d une attitude slus couple a
1 egard de la vio. Evitez Fen
tetemoint. la atresse et le
dc.sir troi vif de tracer sptl]
votr c chemiin.


(Suite de la 16re page) un mot les professeurs en-
selguent; come un guide
rallimb cultural de Jentn tourithique: quoe Ialti eat
P'ice Mars stl O so souvlenlt un pays ou tout le monde
de lit. On fall comproe re chainte ot danse touted VI'A-
que culture est synonym le -a, mblalile A tin group
de clvilisation. Mati daim d'lnriiseilents et id Inso-
I'inventalre dte Ia culture etints.
haitluienne on noe meitioane
(liu le vodo; nol s hliansons III LES PIEGES DE L'UNI-
et nos danses et pail' consti VERSALIT'l'
quent on rddult- Haiti t A1n
plays d6pourvi de structu- Le course continue dans
res sociales; poltllqucs; eco 1'expos6 routinier des cha-
nomiques; 6ducationnelles pitres des manuels preparers
etc.. Aprcs avoir demontre it I'itiention des petits fran
que ie vodou est une reli- ais. Ceci ne peut cheoquer
lion et r6pondu aux multi- et sl quelqu'un s'avisalt
pies questions se rappor- Wen fare la remarque; la
tant aux ceremonies vau- traditionnelle r6ponse vous
douesques; it la magie noire serait projetee a la face ;
et it la magic blanche; a
l'efficacite des eouangass le eLa philosophic est univer-
professeur croit avoir soule sell. Le philosophy est un
v6 et resolu tous les proble- citoyen du monde qut 16gi-
mies haitiens. II ne sera fere pour I'humanit6v. II
plus question de parler du est important de compren-
pays jusqu'k la fin de l'an- dre que ce qu'il y a d'uni-
nee. Cette conspiration du versel ce ne sont que quel
silence ne subit une brEche ques probl6mes g6ndraux;
qu'a l'occasios des rares mais qu'en realite les fa-
questions d'eleves conside- cons de les poser; de les dti
rees naturellement come battre ct de les r6soudre
hors sujet. sont particulieres ia chaque
socidte; ia cheque classes so-
Je me souviens que dans ciale pour ne pas dire a
le pay de souvinsque Cedans cheque home; et qu'il
les pays de l Amerique en existed dans une socitti don
trale; a cheque fois que je e des problmes qui peu-
doclinais ma nationalit; vent ne passe remarquer
pour me prouver qu'on con dans une autre.
naissait mon pays on s'em-
pressait de dire eMagiat; Peut-on ignore que les
,vodou). Que arguments philosophies; pour la plu-
j'ai dfi fournir pour leur part; sont des chievws de
expliquer que le vodou tait garde>; des homes qui
la religion de la majority consciemment ou incons-
des haitiens mais qu'il n'y ciemment veillent au main
availt pas lieu de croire que tien de la suprematie ou
Haiti est syeonyme de Vo- de l'ind6pendance de leur
don comme moi je ne pou- pays m6me s'ils se reveleAt
vais assimiler leur pays an parfois trees critiques? A-
c-itholicisme. Je ne leur pros avoir nlu le text de
tins pas rigueur car ils e- Sartre constituent la prefa
talent des strangers. Mais ce de la magistrate oeuVre
puis-je comprelare pour- de Frantz Fanon sLes Dam
quoi des professeurs se con nes de la Terre); oje ne me
intent de mentionner aux suis pas dit beatemeat que
petits haitieos uniquement nos exploiteurs avaient en-
ce qu'il y a d'exotique; de fin recoinu leurs torts en-
touristique. Si 'on veut ten vers les peoples du Tiers
ter une petite experience; Monde et qu'on devait s'at-
poser cette question h une tendre a plus de comprehen
salle de classes on a un jeu ion. Je e mets pas en dou
ne bachelier: ((Si un jour te la sincerit m de Sartre qui
ii vous etait demand de apparait liar la comparai-
faire un expose sur la cul- son de ses ecrits a sa vie
ture haitienoe; de quoi au- engage quoique sa position
riez-vous parle?s Sauf de d'itellectuel franqais lui
rares exceptions (moi je pose des limits. Maislees di
n'ai jamais trouve cette ex rigeants peuvent interpre-
ception3 ils vous repon- ter a leur falon et compren
dront : (Je parlerais de Ia dre que ce philosophy avait
religion; de la musique; d~ .,tlouve sous le masque de
la danse: du carnavaln. En de l'altruisme le moye de











Sde vehicles


aires

INSTRATION EBRC,
A AUTOVALSA.
ITAIRE
60971














F 275

MINIBUS

12 PASSAGES













RULESS E8RO SONT
TEUR PERKINS
JS CONNU AU MONDE




--[ 12 TONNES DE CHARGE.



U_ 7 BASCULE

^t--^-- C


Malheureusement la phi-
losophie n'est pas toujours
enseignie come matibre
de r6flexion et surtout pas
comme reflexion suE la rea


leur dire que les peoples du1
Tiers Monde avaient dconu-
vert leurn batteries et qn'll
6tnit urgent do changer tie
anciqiue. Done len ous-dri-
volopphe dolvent 6tre euo-
re plus ylB lentl pour diece-
ler a temps leR formes nouu
volley de olonltloisen. lie
venture qui a tacmd6 le co
lonfllisme et le nio-colonia
linme ne petit devenir stril
le par le soul failt qu'un me
decin g6ncraliste constate
que ses creatures sont des
monstres.

II existed des philosophes
plus directs. Un example en
tre plUsieurs. Hegel;' ce
g6ant- de la philosophic oc-
cidental ne pouvait s'affran
chir des' pr6jug6s de son e.
poque> N'ecrivait-ilt pas :

eLA'Aicai, n'a pas a pro-
prement parler d'histoire;
c'est homee k 1'etat brut;

dans I'etat de sauvagerie
et de barbaric; on ne peut
rien trouver dans son carac
there qui s'accorde ita l'hu-
maines Un pareil philoso-
phe peut-il emettre une
idee objective qui nous soit
directement adressee et qui
pusse nous aider dans no-
tre developpement? Certai-
nement on. Done I lectu-
re des auteurs occidentaux
doit se fire avec un oeil
critique pour ne garder que
cc qui nous convient c'est-
at-dire les verites reelle-
ment universelles; les criti-
ques objectives et les idees
en rapport avec nos condi-
tions de vie. 11 nest done
nullement question de reje
ter en bloc la philosophic
occidental. La logique dia-
lectique proposee par Hegel
et qui pernmet de profondes
interpretations historiques;
psychologiques; sociologi-
ques est une inestimable ac
quisition pour I'humanite.
Posons nos problinmes
nous-meme.

Je ne crois pas que le
D6partement de I'Educa-
tion Nationale s'oppose cate
goriquemeot A un effort
pour include des reflexions
sur notre milieu dans le
programme. Ce sujet propo
se en Septembre 1970 en
est la preuve. (A travers
vos observations journalie-
res de la v.e haitienne; a-
vez-vous ressenti quelques
manifestations du deve4op.-
pement scientifique?7 A la
suite de 1'expose theorique
de l'origine de la science,de
ses mcthodes; de ses buts
desintdresse et ulilitaire; de
ses rapports avec la techni
que on lpouvait aiusi posh er
le problem de la science
eo Hlaiti. S existence; son
nivenau; ses conditions d'6vo
lotion etc.

Dans les mianueis de phli
losolphie la technique est c-
tudiee dans son aspect his-
torique; dans se' rapports
aver la science et daes la
perspective des avattages
et des inconvinients. II est
bon de connaitre comment
le probhlme est poIsoe dant
les pays developpes. Cepen-
dant nous no semblons pas
comprendre qu'il est pose
autrement en Haiti.

D'abord nous n'utilisons
pas la technique au meme
niveau que les occidentaux.
11 nous faut commeicer
par savor a quel niveau
nous sommes. C'est impor-
tant car it est absurde de
nous croire au niveau des
Etats Unis ou de la F'ance.
Puisque nous ne sommes
pas au niveau des pays d6
veloppes. Quels sont les a-
vaitages que nous tirons et
les isconv6nients que nous
subissons de ce que nous dis
posons. Qu'est-ce qui est in
dispensable et nuisible A no
tre economic parmi les tech
niques import6es? Au cas
d'une utilisation progressive
comment vitecr les desavai
ages enregistres dans leo
pays developpis? Comment
adapter la technique it nos
besoins? Comment iviter
'imltbrtatiom de techniques
qui creent des besoins sq-
perflus et des disequlibres
de uotre balance comnmerria
le? Quelles dispositiots de-
vons-nous prendre pour pro
dire notre propre techni-
que; ce qui nous permet-
trait d'embaucher des bra'
et de fabriquer 0e qu'il
nous faut says recherche d(
parade. Avec une tell ap-
proche si notre bacherlier
part etudier a l'itrahiger; i
son retour; il saura quil de
vra adapter ses econnaissa
ces et ses habileoe aux con
editions du pays.

LA MEMOIRE REPLACE
L'ESPRIT CRITIQUE


lte haltiene,. Le program-
me comprend un ensemble
de chapitre s61seetionni-4
avec le emp a en function
de la p.iNNlbllit6 do les expo
her amn l'obligation do fal
re allulon ~A& ottr pay. C'est
ainsl que le chaplitres uLes
Institutionsl; ele I Toit et
la Justicer; Il.a F,imilloi;
al.n Nation et I'Etain: Le
Travailn; Lan Questi.)n Sn-
cale eat la Proprid&ts ont
Wtd syst6matlquemcnt car-
tcs. Cette pratique suscite
Chez les elves une aver-
sion pour la philosophies ex
prime par cette definition
qu'lls ont eux-mimes elabo
ree : xLa philosophle est
une matlre dans laquelle
or. parole pour no rien dires.

Beaucoup d'observateurs
opinent que les ileves sent
transforms en aes ass:mi-
16s par les course qui leur
inculquent sans commental-
res les pens6es de philoso-
phes occidentaux. C'est pire
que ccla. Il lont des ef-
forts pour memorlser ce
qu'lls ne comprennent pas.

La memoire n'cst pas tou
jours une facuite negative.
Si elle sert it retenir des i-
dees blen comprises elle se
revele Indispensable i la
formation Intellectuel'e. Elle
devient negati-e quand on
s'en sert come un magne-
tuphone qui peut se mettre
en march p'tr son propre
effort pour ut.I:ser quand il
le convent les sons qu'il
renl ferme. On comprend
pourquoi les sieves recitent
des paragraphs ou des dis
sertations, tirees d'ouvra-
ges ou do note" dictees par
le professeur, et qui ne cor
respondent so- 'ent en rien
au saujet propose.

La phliosoplie est aussi
une 1 crinteiieuttQue, c'est L
dire une science din'mterpro-
tation dont la pratique exi-
ge beaucoup dc probite in-
te'lectuelte C-tte discipline
est tries rarement envisaged
sous cet angle. Les these
philosophiques ne sont pas
etudiees i parnir de textes
qui aideraient a f- miliariser
l'eeve aveec l'ecriture philo-
sophique. Ce travail d'inter-
pretation est primordial. II
favorite les lectures person
nelles a a fin etudes et met
Sl'icerent stir le faith qu'il
-- faut donner aux mots: aux
' expressionls et aux phrase.i
loir s'ns precis selon leui
rontexte on vue d'eviter
des rontre sens oil des in-
terpretations erronees.
II ne faut pas croire que
IaiiS l'nsei nernetnt de la
plilosophip i stll'it de po-
set les problems et loleur
soltilions: c'est evidemment
la partle lai p(lu: i importan-
te, rnais inl le doit gili-
ger I'apptrenlti.,sate a la mI 1
nipulatiotl du lantage phi-
losolhIII(I "le. Je sl ais qlu'un
brnillant proftsseur de philot
sopliit exprinte son soliii
die linre comprendree les tex
Les qiI'iu] comlmentie iqu'a
realiser la tfirhe pi nitil tdeI
Iles Iradjluire ell ol ole pour
r(,tourner ensuitle auI tran
(ais.

ABSENCE DE TEXTES
IIAITIENS


L'Enseignement de la Philosophie ei Haiti


"LE BISTROT"

RESTAURANT. PIZZERIA -

BAIR- GRILL- CREPERIE

..-Votre rendez vOus

de midi a h du matin

Menu Special lunch

Chaaus Soir Diner DansaMft

aver Bistrot Combo.e





(,Ouanga Haiti Show>>

s Vendredi soir



( Bistrot Show>>


2 Spectacles Diferents
Chaque semaine

Le Bistrot TOl. 2-180 |


AMPROSA INTRODU IT





Turtle wax






La plus large game dai monde de products pour


8 fe nettoyage, le lavage., lustrage de vote viwiturt...


CIRAGE en pAte en crnme, en liquide




COMPOUND en pate en liquits

VINIL 10P CLEANER, en spray, en cirare

PROTEGE CHROME

Produit pour le nettovage du capitonnage des housses.


des pneus, du tableau de bord etc...



POUR UNE VOITURE COMME AU ier JOUR

AMPReSA Rue Pavye:


Les texts deo' autiurd oc i
cidentaux ont leurs Ilmltes. p
mals on en tire iin profit c
certain. Ii faut les lire mC e
me st on dolt leg reluter ou
Ie, reatlifer, Lirer principal
inconvmnient est do no pasc
soulever nos problbmes par-
ticutlers. Pourrallt-1 on -
tre< autrement., On ne peut
(lemander i& des 6trangers
de. connaltre nos probIbmes
mieux que nous. De ce fait
on dolt ausal rechercher
des textes haltiens ou nous
pouvons trouver des opi-
nions ou des jugements
d'haltiens sur notre r6alit6.

Mon article xOt doit-on re
chercher la philoophie hal-
tlenne?n avait pour but de
rendre les professeurs de.
philosophie consclerits du
fait qu'ils se r6f sient ra-
rement a des auteurs -hai-
tiens dans leurs course et
qu'ils pouvalent trouver des
textes comme 'avait aussi
bien compris le Dr. Patrice
Dalencourt dans son article
cAutour d'un dibat sur la
philosophie en Haltit paru
dans sLe Nouvelllstes du 22
Mars 1979. M. Max J. Beau
voir s'est oppos a cette re
cherche en exigeant de
camper dans la philosophie
collective orale sicretee par
par le vodou dens sa lettre
au Directeur de ,Le Nouvel
listed publide le 16 Mars 79.
M. Aubelin Jolicoeur a sou
tenu Beauvoir de fagon
tres diplomatique dans un
long texte don't la parution
a commence le Jeudi 5 A-
vril dans les colonies du
quotidien oLe Nouveau
Monde).

Nos positions differentes
sont comprihensibles. M.
Beauvoir dans ses reunions


VEDEI27 ARL11


PAOE 2


E~C~N~M%"' -'U"~;~3'J~19~ddA~;


coaaooagoa~yoKaaoao-yaoao


P~BI~


religleuses ou mystilques
pent se contcnter de prirler
c~a les fiddles ont le choix
entire retenir ou oublier son
enselgnement. Tandis que
mnol Je sol .qu'un texte 6-
crit est, tr6~ utle comme
point de depart, d'une dis-
cusslon et que les dMtalls
d'une interpr-tation dot-
vent 6trq not6s. De plus je
forme intellectuellement
des, jounes qul sont llbres
d'appgrtenir la religion
de leur-chpix. Je n'oublie-
rat Jamalt; pour 1'avoir dio
l6e; cette phrase qu'avait
prononbi6e M. Roger Gail-
lard; moA anclen profes-
seur aT l'Ecole Normale Su-
p6rieure: te .ou une conference sulvie
sans notations nest qu'une
reveriei. En 6tudiant on ne
dolt courier le risque d'aban
donner ia notre seule m6-
moire immediate; si capri-
cleuse; toute la tache de
1'enregistrement des con-
naissances et des m6thodes.
De nos jours led connais-
sances sont si vastes
qu'apres avoir lu on ne
peut que retenir lidee g6-
nerale. Si on veut les utili
ser avec precision a un cer
tain moment on se rifere a
ses notes ou at ses livres.
Ce procede libhre du mirme
coup esprit qui peut orien
ter vers les teaches de re-
flexion; de dicouverte et
de creation.

Pour combler cette lacu-
ne en textes haitiens: tous
les professeurs de nhiloso-
phie et tous les intellectuels
qul s'interessent a la ques-
tion pourraient participer
t cette exhumation des oen
vres philosophiques oubliees

(Voir suite page 5)







PAct 8


VENDREDI 27 AVRIL 1979


A -, -.... -- ---- 0 0 0
4c: d'Americamns





NOeUVSCBG ANT$.UPE 700T preferent Colgate!


DANS NOS CINEMAS


CARNET SOCIAL


Petites Annonces


CINE TRIOMPHE

SALLE I

I'INVASION DES
PROFANATEURS .
Entree : $ 1.50 et 2.00

SALLE II

LA PETITE
-.'ntree : $ 1.50 et 2.00
SALLE III
LA RAISON D'ETAT
Entr6e : $ 2.00

SALLE IV

LA CARAPATE
EntrTe : $ 1.50



ETOILE CINE
Vendredi 6 h 30 et 8 hres 30
BRUCE LEE EN
NOUVELLE GUINEE
Entmfe Gdes. 1-50 et 2-50
Samedi 6 h 30 et 8 hres 30
SALOPARD EN ENFER
Entree Gdes. 1-50 et 2-50




PARAMOUNT

Jeudi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes. 1-50
LES DOIGTS D'AC1ER
QUI TUENT
Entree Gdes 3-00
6 heures
8 h et 10 heures
Entree Gdes. 3-00
PARTIES RAIDERS
Vendredi 12 h 2 n 4 hres
Entree Gde. 1-50
LES DOIGTS D'ACIER
QUI TUENT
Entree Gde. 1-50



RANCHO CINE

V'ijdrf-rdl 27 Avril 1979
AEiNT TTHES SPECIAL,
SAMEI)I 28 AVRIL 1979
1.1S It l-iAKKARS
LA MfII:I'ItSE

xxx x x

CINE OLYMPIA
Vkliendr,(I l 1'2 1 2 1) 4 hii-,s
G' 1 :i .I P H Ill :. :l )
1':1111-6 (; 1 (50
NOS.S(l;NOI, ll
MONTA(iNES
i i'l 12 Ih 2 h 1 l r '
(i h t i) 8 hb ts 130

I,E MAITRE ROUGE DU
SHAOLIN


CAPITOL

CAPITOL 1

VENDREDI 27 AVRIL 1979
PRIX UNIQUE $ 1.60
12 h 2 h 4 h
6 h 8 h 10 hres
MARCO POLO

CAPITOL 2

VENDREDI 27 AVRIL 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h, 4 hres
6 h 8 h 10 hres
ASSAULT

CAPITOL 3

VENDREDI 27 AVRIL 1979
Avant 2 h 30
Gdes 3-00
Apres 2 h 30
Gdes. 5-00
12 h 15, 2 h 15 4 h 15
6 h 15 8 h 15 10 hres 15
LE CHASSEUR DE CHEZ
MAXIM'S

CAPITOL 4

VENDREDI 27 AVRIL 1979
Avant 2 h 30
Gdes. 3-00
Apres 2 h 30
Gdes. 5-00
11 h 45, 1 h 45 3 h 45,
5 h 45, 7 h 45 9 h 45
ADIOS AMIGO

xxxv

Rex Theatre

Vendredi 12 2 4 6 8 10 hrcs
LA MALLE DU CARE
Avant 5 hres
Entree G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entree G. 3-00 et 5-00
Samedi 12 2 4 6
CLAUDINE
Avant 5 hres
Entree G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entr6e Gdes. 3-00 et 5-00
Entree G. 1-50
8, heures 30
CANDIDATE
I1ANGUICHATTE
Fitll re $ 2-00
I)]mtia i 10 1(hres A. M :
Fllnree G. 1 5S
KARATIGRESSE AUX
MAINS D'ACIER



MAGIC CI4E

Velldredli 6 h e1t 8 hellres
VIVRE POUR VIVPE
Entree (Odes. 3-00 1-00
Samneci f h e6t 8 hras
I.A QUESTION
Entree Odes. 3-00 4-00


IMPERIAL

VENDREE

12 h, 2 1
Entree G
6 h 8 h
Entree G
L'ARGEN

IMPERIAL

VENDREI

12 h, 2 1
6 h 8 h
Entree G
Entree C
DE L'AU
DE MIN
IMPERIL

VENDRE

12 h 2 1
Entree
6 h 8 1
EntreeN(
ENFANT
UN COU




A

Vendred
LE DEl
DYNAU
Entree
Samedi
LE PIR
CARAIE
Entree


IMPERIAL Avis de Divorce d
II appert d'un jugement -,
LL 1 du Tribunal Civil de Port- Jc
au-Prince, rendu en ses At- C
DI 27 AVRIL 1979 tributions civiles, en date sl
du 18 Janvler 1979 qu'il a sl
h, 4 hres 6dt admis et prononc6 le di P
des. 5-00 vorce des dpoux Daniel Fran ti
10 hres gois, la femme nde Frant- v
des. 8-00 zie Paul. sl
T DES AUTRES La transcription du dispo n
sitif de cette decision a ete v
operee sur les registres a ce 1
kL 2 dstines par l'Officler de n
DI 27 AVRIL 1979 l'Etat Civil de la Section b
Sud de Port-au-Prince, aux r
requete, poursuite et diligen E
h 4 hres ce de l'epoux demandeur. I
10 hres Port-au-Prince. le 26 Avril l
ides. 5-00 1979 I
ides. 8-00 Emmanuel NERETTE, a.
TRE COTE Francois E. NERETTE. av.
UITx x x 264

AL 3 Deces de Thxodor -

,DI 27 AVRIL 1979 Arnold Deters
L'HOMME D'AFFAIRES
h 4 hres ARNOLD DETERS.-
Gdes. 5 00 -.es Pompes untbres Pa
h 10 hres re'-Pierre-Louis vous annon
Gdes 8-00 cent le deces survenu Mer-
Ges d 0 3-00 credit matinm Boutilier de
JPLE EN FUITE l'humme d'aflaires TI eodor
Arnold Deters.-
A tous les parents atteints
x x x x par ce deuil MM. Pierre
Lolis et Le Nouve'listc a
UDITORIUM dressent leurs respectueuses
condoleancre.
It 7 henres La depouille m'rtelle se-
RNIER ra exopsfe Samedi de 2 ires
SORE a 4 heures p. m au salon
Gdes. 2-00 funeraire de l'e-trep-ise siz
7 heures dans le qtartier du Sacre-
lATE DES Coeur. L nlhamau,t- se fe
ra a Labou e. 274


BES
Gdes. 2-00

x x x X


xxxx


Deces de M, Joseph
CINE LIDO Desruisseau

Vendredi 12 h 2 h 4 hres ThLe Portume bet Pa
Entree G. 1-50 reL-Plerre-Louis vo is ainunt
i6 h 8 h 10 heures centh le d6cs A ionsi r
Entree Gdes. 2-00 Joseph Desruis.,.u Thelor-
LA LOI DE LA HAINE me survenu a 1ac de 8


xxxx

DE LUXE CINE

Verndredi 7 h et 9 hres
Entr6i $ 2-50
LE RETOUR DU
CAPITAINE NEMO



CINE SENEGAL

Vendredi f6 h 8 hr-es
SALOPARD EN ENFER
Entree G. 1-50 2-00
Samedi 6 h 8 heures
KARATE A GOGO
Entree G. 1-50 2-00


Pour voitures et camions
ACHETEZ A


LA MAISON DU PNEU


19, RUE DE L'ENTERREMENT, 19


4


4?,
~; t


LES PNEUS DUNLOP



Radial, Nylon, Polyester


DUNLOP POUR PLUS DE DURABILITE

DUNLOP POUR PLUS D'ECONOMIE


/ sa vpuve nn,' Liii.t Frann
qois, a iS enfants Miada-
ma Enigenie Rin')e-. Mion- 1
s;tur Walter Lai;i .-e et M: t
dlamne n6e Hus6t i l I' i. i
seau Thelormnp, Mr:'anio Rn ]
se Marie D. Tholorme. Mou:
sieur Maurice Lapre el Mn-
dAimc n6 Carinel D. The
lorme, Monsieur Eric D. Tht
lorme. M,]demoisellf i Jst.
it D. Thclorme. Madame Ea
dlyn D. Th6lorme. Monl -
sieUir et Madame Ernst DB
Thflorme Monsieur et Ma
dame Jean Claude D. fihi-
loime, Mademoiselle Fmima
nuella D. Thelorme, a se;
petits-enfants, A sa t;or,,t
Vouve Chtrlez Calice nee Ro
semene Desruisseau, a ses
neveux et nibces : Sopiir Phi
lombne de l'Immac'ulep, M.
et Madame Laonie Bigord,
Monsietlr el Madame R nia-
no Calice, Monsieur et Ma
dame Abner Mortime:. Mon
Ssieir Dotminique Calic'-. M.
et Madame Arnold Calico.
Monsteur et Madame Louis
Desruisseau, Veuvp Louis
Elizaire. Aux families The
lorme. -Desruisseau. Frangois,
Lanierre, LaprA, Calice REa
mean, Cameau, BernadeL.
Adolphe. Elizaire, Bigor,
Mortimer,
Mortimer, A tous les autres
Parents et allies. MM. Pie-
re Louis et Le Nouvellisto
adressent leurs vives sympan
this.


Lea ol-Feques seront chan
t6es Samedil 4 heures D. m.
en 1'Eglise du Sacre-Coeur
de Turgeau. Le convoy par-
tira du salon fundralre de
1'entrepriso v74
x x x x
Deces de M.
Odilon Casimir
Pax Villa announce le d6-
ets survenu le 21 Avril a
l'H6pital du CanapA Vert
deA Monsieur Odilon Casimir
En cette penlble circons-
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste presentent leurs
sympathies n son spouse nee
Georgette Jacob. A ses en-
fants Madame Llliane Ca-
simir. Monsieur Jean-Clau-
de Casimir et Madame noe
Jacqueline Laforest, Mon-
sieur Andre St Cloud et Ma
dame noe Micheline Casl-,
mir, A Mademoiselle Marie
Jos6e Casimir, Monsieur
Georges Max Casimir et Ma
dame nde Anabella Craan,
Mademoiselle Claire Casi -


air. Monsieur Reynold Ca-
amir et Madame nde Marie
osee Austin, Docteur Louis
adimir, Monsieur Pierre Ca
mrnir. Docteur Danielle Ca
imir, A ses petits enfants
hilippe, Sabrina et Pa -
rick Casimir, A Nadia et Da
Id St. Cloud, A Magalie Ca
Imir, A Monsieur et Mada-
me Urbain Ploche, Ab ses ne
aeux et nieces Monsisur
'Ambassadeur Georges Salo
non et Madame, Docteur Ga
triel Jean-Gilles et Mada-
me nte Jeanine Salomon,
Docteur Hubert Salomon et
Madame, Mesdemoiselles Yo
lande et Monique Salomon,
Docteur Claude Potel et Ma
lame nte Claudette Salo -
mon, a l'lngenleur et Mada
ime Jacques Salomon, Mesde
moiselles Lucille, Simone,
Gisele et Genevidve Morin
Monsieur et Madame Andre
Maguet et infants, Madame
Suzanne Ferrere. Monsieur
le Doeteur et Madame Roger
Kernisan, a ses belles soeu"s
Madame Bian-Aime et en -
fants, A Madame Veuve Kle
bert Georges Jacob et en-
fants, A ses cousins Mesda
moiselles Rene et Noemie La
fontant, Mesdemoiselles Du-
bois et Audigd. Aux families
Casimir, Salomon, Morin.
Plaisimond, Benoit, Lafon-
tant, Bien-Aim!, Jacob. Au
dig6, Dubois, et A tous le:
autres parents et allies
prouves par ce deuil

Les funerailles de Mon-
sieur Odilon Casimir seron
chanties le Samedi 28 Avri
A 4 heures P. M. en 1'Eglis
du Sacre- Coeur de Turgea
Le convoi partira de Pa:
Villa Sacr. -Coeur of la
pouille mortelle sera ext
see dAbs 2 heures- 2'
xxxx


Deces de M.
-n Beaufort Pyrain


Niece et Cousine, Mme Leon
Agenor nee Marie' Therfse
Boucicaut d6cedee le 28
Mars 1979 a P-au-P, remer- (i
cient d'une maniere tres par sc
ticulitre :
Mme Gaston Deslou-
ches, 'Ing. Seymour Murat
Philippe, les Drs. Robart Ma ta
thurin, Emmanuel Ainoux. P
Mario Nelson; les families
Pierre Dorismond, Vve Au-
gustin Viaud, Clovis Deslnor.
Louis Blanchet, Anthonio
Louis, Anthony Armand,
Louis Kernisant, Gabriel Dau
phin, Jn J. Honorat, Cons-
Lant, Georges Serres, Syberi
que Pierre, Andre Blan- 4
chard, Vve Chevalier, Des-
brosses. HIenry Jn-Baptiste,
et tous les amis qui dans
l-s premiers moments les
ont entourus du reconfort
de. leur presenrice'.

Leurs rofonds rcmercie-
ments vont egalement a: S
La Secretairerie d'Etat
de i'Agriculture, des Ressour
ces Naturelles et du Dyve-
loppeme'nt Rural (DARN
DR);
La Direction Generale
du Department de 1'Agri-
culture et tout le Personnel
* technique et Administratif
A ds ce Ministere.
Au Decanat de la Fa-
- cult d'Agronomie et de Me
decline Veterinaire, le Corps
s Professoral et tout le per-
a sonnel de la Facultd;
Les Etudiants et an-
ciens Etudiants de la Facul
te d'Agronomie;
t -- La Promotion 1948-1951
1 des Agronomes de I'Ecole
e National d'Agriculture (E
u NA);
x L'Association Nationale
d6 d-s Agronomes Haitiens;


S(

el
S.

lt
I
d


Pax Villa announce Ale d6-
as survenu le 24 Avril 79 a
Hospital de I'Unive'rsit! d'E
t d Htait i a 3 heures 45 Al I
ui-tes- mlid ide MonIsieur
eatiufort Pyran.1-
En eeltte vnaible circona-
aance Pax Villa cl Ie N -ou
elliste I[r('.sentI tlu l ',r\re
ytnpathtihs at sti s Pere t MA
-et Moli:etitr l MiMadatime Ju1
in Pyrals, a. Madaime OrS-
lia Hodnl a Madame fss6
lie Pauyo, a ses enifants Ro
and, Herold, Beau-Fort
Fils, Ricardeau, Justin. Ev
yne, Nicole, 1 iit .I i 11-, Py I
am, Kuety Pyram. Leslv Pv st
ram, Eddy Pyram, Mireillt t
Pyram. Lyssa Pvram. a ses
rcre et soeur Hilarion. Maxl i
nillenne. Imisse Pyram,
es neveux et unitces Clau
iette, Juelettc, Fritz, Yvon,
Docteur Lionel Germain Py-
am, Officier Henry Ge
main Pyr.im. LIng6nlieur -
'elyne Germain Pyram. Mt
aouche et Josaine Nazalra
et famille. Voltaire PyramR
lean Robert Pyram, le R6
verend Guy Pyram, Kenol
Pyram, A ses belles soeurs
et beau-freres Anne Marle,
Falide, Jeanine, Joseph, Jo
s6phlne Pauyo, Ernest Etiea
ne et famille, Madame Lina
Hodney Jean et famille, Ma
dame Hillarion Pyram, a sea
belles filles Jocelyne Lab-
b6 Pyram, Marie Lourdes
Francois Pyram, Madame An
ne Marie Etienne Pyram.
Aux families: Pyram, Nazal
re, Pauyo, Etienne, Hodney
et a tous les autres parent, .
et allies eprouvss par ce
deuil.

Les hunerailles de Mon -
sieur Beaufort Pyram so
ront chaniees le Samedi 28
Avril A 4 heures P. M. en 1'E
glise Ste. Anne. Le convoy
partira de Pax Villa Chamo
de Mars of la ddpouille mor
telle sera expose des 2 heu
res. 274

x x x x

Remerciements
L'Agronome Leon Ag6nbr,
ses enfants : Chantal et
Marc-LUon; les families Ag!
nor, Boucicaut, D2sravines,
Torchon Thucelly. Michel,
Bance, T616maque, Erie, Gut
chard, et tous les autres pa
rents douloureusement frap
pes par la mort de laur E-
pouse, Mere, Soeur, Tante,


- Le Decanat et les Etu
ants de la Facultt des
sciences;
- La Direction Generale
t tout, le Personnl de la
EPRRN;
- La Direction G6nerale.
l Personnel et Staglaires de
Institult de Technologic et
'Animation ilTECA);
-- La Direction de Haiti
Technique' (IIATEC) ;
S Les Families : Jules Li
avois, Antholy Armand, Sey
moitir M. Philippe, Edward
Oriol, Dantaes Coliman, Stc-
lll) Fetliere, Tiheodore A-
cnll", Gerard Moscosso, Ce-
lin Paiuleriono. Hervey Syl-
v illl t, htltir llle Raclhell.e,
Norvili, M;itil.ls. les Agro
nnias Ja tiil Max Bratiduy nt
Michel La.loie, amsi quco
touils Ites amis de la Capitale,
d,' la Province et d:' l'Etran
ger qii leur ont apporte
en cette doulouireuse circons
aince, le reconfort d? leur
aoutien, et de leurs sympa
hies.
hIs les print, de trouv'r
ici expression de leur pro
fondc' gratitude.
Port-au-Prince, 12 27 A-
vril 1979.


A vendre


Machine A laver Kenmore 1) Appartementt a louer
Sears) etat neuf (Inutili- pour cflibatalre ou couple
e) Chreubistophe non. 81 Avenu
Christophe No. 81


Tres Jolie balancoire
bebe 6tat neuf-berceau
able (etat neur)
'hone 6-2031


2) Pibees a 61 stage pour
bureau d'Avocat ou medecin
Hall pour commerce situ! b
l'angle de la rue des Caser
ies et de la Rtunion.


SCc OOOC.OE.-CC4-,CC. Pour renseignemi
U omr3 or~~ es le 2-3202
HorairedIt A. de 5 A 7 P.

La AUTORAMA S. A. x x x
porte A la connaissance
des Interesses que du
ler. Mai 1979 au 30 Sep or H ire i
tembre 1979 ses heures mLa Hinoto. e. A
de travail seront les sui aimables clients,
vantes : du 3 Ma i se3 heu:
ture seront de 8 1

L Du lundi au vendre- 2 hres P. M.
dl : 8 h. a.m. 2 h. p m. Port-au-Prince le
Samedl : 8 h. a.m 12 1 D E
i hp.m. LIA DIRECTION

AUTORAMA S. A. x xx
.OcOOOOc'OOC OCOOOOS.CJ A LOUlE-R


Horaire d'Ete
3
ia compagnie Haitienne t
e Moteurs S. A. advise sun ai
table clientele, qu'A partir h
u 2 Mai 19719 jusqu'au 30
eptembre 1979 ses heures de
travail sent les suivantes : r
Du Lundi au Vendreni 8
ires A. M. a 2 hres P. ML

Samedi 8 hres A. M. A Midi
301



Job Offer
Marketing
Trainees
American Company in new m
industry seeks young men
king knowledge of Enalish
and women with car and wiir
Age no barrier. We provide
.j work full or part timt
continuous training oro -
gram the best in the coun
try, expenses and high com
missions.
Write to
Allstate Job Offer
.1. Rue (r 'PefuDle
(include a re-ent piltorel
We will acknowledge every
application within 15 da cs
Seekers are asklted to please
apply by mail only 281



La succession
Raymond
Luc Theard

(Suite ala la lre page)

elle prenne desormais et
pius qua jamais les disposi
tions mncessaires en redou-
blant de vigilance tant en
ce qui a trait a la percep-
tion des redvances qu'en
cc qui concerne la gestion,
l'organisation et i'adminis-
tration des dits Biens.

Ce, en attendant la Itqui
dation complete, actuelle-
ment en course, des opera-
tions de partage de la sus
dite succession.

Port-au-Prince, le 27 A-
vril 1979.

Antoine L. JEAN, Avocat


ents ap -
de 7 A
'M.



d'Ete
. ivlse ses
qu'a partir
res d'ouver
tcures A M

e 27 Avril

284

x


Unti 1 :. 1ll i 'Inl-'II tl stU e
Ru1- Vi :ate P'tinvil e -
chamn res a coi'leOr 3
onettes S r e lllLn'mt l
Lioi (rl:end Soll S il
e a n-il ,;'r O finc 2
!ein 'I .s l, ;ra -- : t urtU i;

Pi, 2 3;)9 2 :3



AVIS

ia S(on.'esas' prenid alCti-
ir a informer sos aimables
clients et le public en ge-
niral cue son horaire d'ete
'ntrera en vigueur le ler.

Mai en course et sera repar-
i cnmme suit :
De Lundi a Vendredi 8 A M
a 2 hres P M Samedi de
8 hres A M N 1 II. P. M.
LA DIRECTION
0 -


A vendre pour
cause de depart

1 S:ille a manger Danoise
en tck
2 TV 19- 1 Machine A roudre
2 F;:ulcuils n (tuir blanc
1 Re('lrincrirlur 1 Four
Artl(irs' M ina,,rs
S'adrIesI ; ru r. Rat haser-
Av ,1 Brotwn No 11 en face
di lI Folitlitihln rier Tel. :
2-1812 274



SRencentre

Bel etranner blond
;inx yeux bleus, grand.
35 ans, nclt genlereux,
cherche belle aeunne tile
oun tenmee cntrc 18 et 28
ains, sinls eiifanls, pour
relate ion.; amicalts.
Ecrire P.O. Box 15031
"elion-Ville.




A VENDRE

Une grande mason, sise
A lt Ruelle Cameau au No.
102.
Pour renseignements, t0Ad
plonez au No. 2-0788 de
3 h. a 4 h. p.m.
304


I I--------~--s~


I I ~---


A LOUER


an3





...,. _______ __________


POEI 4


se, deo w sacr Iler (( njilnt'.e
ni'lit "tl u' u, l Pher l .

On ne dolt pas essayer de
troquer il etoffe du cluL.

contre la :;olf d'assouvir ses
aspirations personnelle;s et
par ainst aeseoir sa popula-
rite, car le Racing nest pas
le club d'une mlnorite At
desseins precis. ma:s une
force majeure de la commuI
naute sportive halt nne. OQ1i
toujours a oeuvre doi'- 1 hon
neur et le respect de l'inui
vidu.

Lalssons done c la iCom-
mune nature le soin d'aponr
tar le batme aux irobl;-
mes du club. Et, commecit
aglr quand la reaction oopcu
laire demand des perform -
mances et des Victoires 5t re
petition. A ce stade on sa-
crifie 1'essence pour cajoler
les vrais maux cle 1'quipe
et my'tifier de ce fait. touted
!a valour morale et social
du responsable technique.
Nul n'a le droit de se degra
der, ni de se ravaler en dp
ga de ses potentialit4i et con
nainsance, car le Racing de
vient quant a present Bour
reati et Martyr.

Oui, Martyr, par lef Tait
de ne t aa suivre Correcte-
ment sa politlque d'organi-
satlion. car ,dlrlgerv n est
pas garder, nl contreearrrr
les secrets eP les destirnle'
du club. L'6quipe ne dullt


lias subir cette dure lol Dar
le seuil fall que matter tou
tes ces confusions d'idneti
d'ententes et de communica
tions, 1'effectif present
peut encore s'6tendre, d6
f e n d r e e t g a -
gner, le mleux pour ronouer
avec les gloires d'antanr du
club. Un peu d'ardeur et meo
tivation au sein de l'VQuine
et tout repertira do nou -
veau.

Bourreau, par des ceci -
sions un peu pueri'ev et. ir
reflechies, car le club a Dour
t5ache de rallier. non de
creer de la haine et de la
rancoeur au sein de ses Dro
press membres et de ses Dri-
g5nitures. Quand done s'arr6
tera cette vague d'incertitu
des et cei entredechire
ments. Nous ne devrions pas
lancer Ce sS.O.S.> pour l'une
les plus grandes quipes na
Lionales tant a cause de soni
renom et ses gloires passes,
que pour Son Avenir : vP qui peuts; mais lessen
tiel, c'est de laissei une por
c. ouverte a tous sCeux> don't
a conscience professionnelle
et 1'etiquette Socio-Adminis
trative, tachee du sens du
dirigisme ct de responsabi-
lites, pourront ledonner au
Racing son erai visage du
Passe.
ETr LE RESPECT>

Necker BELLEVUE


Iecontentement La vikite a Pekin
nnul'JiriaP u ...
DE M. HENRY KISSINGE


(Suite de lan l re page)

ments de premiere neccssiti
strict rentrole.

Le Ministre Nicaraguayen
qul seralent soumis au plus
de 1'6conomie. Monsieur Ro
ger Blandon Velazquez, a
d6pich6 dans la capital une
brigade de cnquante inspec
teurs charges de faire res-
pecter la hausse oflicielle.
Il a egalement promise qu'll
prendrait toutp' les measures
necessaires. a MVaragua com
me en province, contre ceux
qui ne s'y plieraient pas.
La hausse officielle de 40
pour cent. decrette Diman
che dernier par le gouverne
ment du Fr6sideent Anasta-
sio Somoza, avait en effect
et6 simultanement assortie
d'un blocage des prix a ce ni
veau. Ces augmentations fai
saient suite a la d6vualation
de 70 pour cent, le 7 Avril
dernier, d4e la monnaie loca
le, le Cordoba, et v'saient
a empe.-i.cr 6oute specula-
tion sur les prix.
Le gouvernement avait ega
element decrete un releve-
ment de 25 pour cesit du sa-
laire minimum.
Le com-itm executif d la
travail leui.;c ak neatlmoins
estim cette augmnientation
insuffisante et a denmand-
un accroissement an1 moins
legal a celui des pri,, ainsi
que des niesuris centre l s
speculateure.


DE M. HENRY KISSINGER
La vislte k Pekin de l'an
clen Secretaire d'Etat am6ri
camn Henry Kissinger a Wte
l'occasion de nouvelles atta
ques chinoises centre gemonisme Sovietiquem et de
marques de considerations
dignes d'une personnaliti
gouvernementale de la part
des dirigeants chinois pour
ce <,vieil ambl de la Chine
Le cQuotldien du peuDlec
a rapport6 en. evidence Ven
dredi, en premiere page, la
rencontre, la veille, entire
Monsieur Kissinger et le
plus haut dirigeant chinois,
le President Hua Guofeng.
L'crgane du parti communis
te chlnois a egalement pu-
blie une photographic de
1'svenement.
Le chef du part et du gou
vernement chinois, a indi -
qui le ( plei, a soulign6 que la situa
tion international est deve
nue niores annees en raison de
1'ugression et de la subver
sion d l'hegemonisme Sovi6
tlqiae dans de nombreuses
parties du monde>. Ce comp
te rendu official de 1'entre-
tien ne fournit aucune pr6-
'cision sur les questions abor
does. Mais il faith peu de dou
te, estime-t-on dans les mi
lleux Diplomatiques, que les
deux homes se sont en par
ticulier entretenus de l'Indo
chine., et done de < nisme rogionale Vietnamien.
ainsi de la situation au Canm
bodge It au Laos, souci ma-
jeur de P6kin.


aOaOOOOO OSODDoooCCOS/ocozO Da/OO /a-



DU NOUVEAU A


F IAGEN CE





SPour mieux vous servir I'Agence Citadelle repond



a present a un nouveau numero de telephone


Le 2-5900 ayant 5 lignes groupies





L'Agence Citadelle representant exclusif



de la American Express vous propose


les TRAVELLERS CHEQUES,


les CARTES DE CREDIT,


et les VOYAGES ORGANISES



DE LA AMERICAN EX PRESS




POUR VOTRE PROCHAIN VOYAGE PASSEZ AU NOUVTEAU LOCAL DE


L'AGENCE CITADELLE


35, Place du Marron Inconnu ou Telephonez au


2 5 9 0 0

2 5 9 0 0

2 5 9 0 0
! 25900


-- -- -- ------- -,'now




Mi chele Scotch Club



VENDREDI ET SAMEDI






Disco Nights


avec






La nouvelle Formule J


3aa- g >''oo oo oo co coooc ocoOo s Qcgg eg-


6-10 Ditto No 4 but for enr
rent transformers 600/5 Rr-


VEN Dt D 2 AVR.tlO 1979




AVIS DIVERS


Que se passe t- il
(Suite de la lore page)


ELECTRICITY -. 60
D'IIAITI
Demand de
Citation No 18 i R
7r
L'Eleotriclte d'llatti advise 3
leg int6resas quo les articles 1
suivants lul foit besoln :

TRANSFORMATEURS DE w
MESURK ti
gl
1- 90 Poteitial transfer
mers for outdoor service cl
wound type insulation H
class : 1S KV 60 HZ -
Primary voltage : 7.2 KV
ratio 60 1
Ref GE No. 685x56 t
WEST No 249 A 616 G 01 t
2- 21 Current transfer
mers for outdoor service .
wound type insulation c
class : 15 IKV 0 HZ Pri
mary current : 5 Amp. p
ratio 5 : 5 d
r
Ref : GE No. 684x87
WEST No 258 A 532 G 01 c
3- 18 Ditto item No 2 r
except with) primary cur-
rent: 10 Amp and ratio 10: f
5

Ref : GE No. 638 x 71
WEST No. 258 i 532 G 02 1
Except with primary cur-
rent 15 Amp. and ratio 15:5
Ref: GE No 638 x 72
WEST No. 258 A, 532 G 03 1
5- 10 Ditto item No.
2 except with primary cur
rent 20 amp. and ratio
20:5

Ref : GE No. 638 x 73
WEST No. 258 A 532 G 04
6- Ditto item No 2 ex
cept with primary current
25 Amp. and ratio 25 : 5
Ref : GE No. 684 x 87
WEST No. 258 A 532 G 05
7- 9 Ditto item No 2
except with primary cur-
rent 30 An.p. and atio: 30:
5
Ref : GE No. 638 x 73
WEST 258 A 532 G 06
8- 6 Ditto item No. 2
except with primary cur-
rent: 40 amp. and ratio :
40:5
Ref: GE 638x76
WEST No 258 A 532 G 07
9- 9 Ditto item No 2
except with primary cur-
rent : 50 Amp. and ratio
50 : 5
Ref : GE No 638 x 77
West No 258 A 532 G 08
10- 9 Ditto item No 2
except with primary cur-
rent : 100 Amp. and ratio
100:5
Ref : Ge No 638 x 79
WEST No 258 A 532 G 10
11- 60 Phase shifting
transformers for reactive
volt Ampere primary
voltage : 120 voits sec vol
tage 120 v. available with
4 wire; wye 3 phases cir-
cuits where 3 stator meter
is used. 77
12- 80 Current transfor
mers window type insula
tion class 600 volts GO HZ -
ratio 300/600 : 5
Ref : GE No 750 x :13 G
318
13- 32 Ditto No 12 but
ratio 400 : 5
Ref : GE No. 750 x 33 G.
313
COMPTEURS
14- 4800 Watthour me-
ters socket type 120 v -
4- 18 Ditlo item No 2
15 A class 100 2 wire
single phase; register cons-
tant 1 60 HZ 4 dial
clock type register
Ref : GE No. 720 x 70 G
267
15- 3600 Meter s o c -
kets R 2 type 5
ters sockets R-2 type 5
terminals 100 Amp. case
aluminium with 2 hubs of
1t and snap action ring .
ELECTRICITY DHAITI in-
vite les intRresss hI sourmet
tre personnellement leurs
offres le 4 mai 1979 a 3:00
P.M. a l'Usine Electrique
Rue Joseph Janvier .
La Direction
xX X
Demand de
Cotation No 19
LElectricitte d'Haiti avise
las intnresses oue les artS -
clas suivants luo font bo
sole
COMPTEURS

1-5 Wattlhour demand me
ters single phase 120 volts
2 wire class 10 for us0
with current transformers
S300 : 5-Rr digal 27 7/9 kh
isgal 6 and k igal 10 equi-
ped with 15 min interval in
tegrating Indicating demand
register.

2-5 Ditto No. 1 but for cur
rent transformers 400/5 anr
Rr : 20 5/6
3-5 Ditto No. 1 but for c',i
rent transformers 600/5 an-i
Rr : 13 8/0
4-10 Ditto No. 1 but 240
voltls 3 wire .- kh igal 1.2
and Rr vral 13 8..0
5-10 Ditto No 4 but for cu,
rent transformers 400'/5 and
Rr igal 10 5/12


9 4-0 and kv 6gal 100 1
7-3 Watthour meters Bnt B
m connected for use with d
rrent transformers 5 : & P
nd potential transform de
700/120 volts 3 phases w-a t
stator 4 wira cl 10 Rr: I
i 14/27 kv 6gal 10 C

8-0 Ditto No 7 but equlDod
ith 15 min interval indica
ng inteprating demand r 1
Sister full scale 18 kw
9-7 Ditto No 7 but with
current transformers 10 %-
.r : 92 16/27 and kr dgal
00

10-14 Ditto No 9 but equipped
with 15 min interval indica
ing integrating demand re
sister full scale : 3.6 kw
11-8 Ditto No. 7 but'with
current transformers 15:5 -
hr 61 59/81 and kr egal 100
12-16 Ditto No. 11 but equi
ned with 15 min interval in
itcating integrating demand
register full scale 2.7 kw
13-5 Ditto No. 7 but with
current transformers 20:5
Rr 46 8/27 and kv 6gal lofi
14-10 Ditto No 13 but equl
ped with 15 min interval l-n
dicating integrating demand
register full scale 3.6 kvw
15-2 Ditto No. 7 but witn
current transformers 25 : 5-
Rr egal 37 1/27 and kv legal
100

16-4 Ditto No. 14 but eqni
led with 15 min interval in
dlcating interfrating demand
register fullscale 9 kw
17-2 Ditto No 7 but with cur
rent transformers 30 : 5 -
Rr: 30 70/81 and kv 6gal 100
18-4 Ditto No. 17 but equm-
ped with 15 miin terval !nd
dicating integrating demand
register full scale 5.4 kws
19-2 Ditto No. 7 but with cur
rent transformers 40 : 5 R:
-23 4/27 and kv egal 100
20-4 Ditto No 19 but equipped
with 15 min interval indica
ting integrating demand re
gister- full scale 7.2 kw
21-2 Ditto No. 7 but witn
current transformers 50 :5
- Rr e gal 1 14/27 and kv e
gal 0nn

22 4 Ditto No 21 equipped
i.- h 15 min interval indica
ting ing integrating demand e
sister full scale 9 kw
23-400 Watthour meters -
socket type 240 volts 15
amps. class 100 3 wire -
sin ie phase register cons
taut 1 60 Hz 5dial clock
type r-oister
24-70 Ditto item No. 23 but
30 amps class 200
25-70 Ditto item No. 23 bht
equipped with 15 min inter-
val indicating integrating
demand register full scale
24 kw
26-70 Ditto No. 24 but equi
ped with 15 min interval iot
dictating integrating demand
register full scale : 48 ki
27-1200 Meter sockets ou.
door type 5 terminals 100
amps. case aluminium with
2 huilbs of 3/4, and snap nc
tion 1,, rings surface
nin lit iliig
28-500 Meter sockets on!
doortype 1 5 terinials 1 10O
anips case aluminium with
2 hubs of 1 aind snap se
tion sealing rings surface
mounting
29-140 Meter sockets out
door type 5 terminals -
200 amps- aluminium case
with 2 hubs of 1 1/2, and
snap, action sealing rings sur
lace mounting.
ELECTRICITY D'HAITI In-
vile lus interests a soumet
tre personnel element leurs
offres le 4 Mai 1979 a 3: 00
P. M. I' lusine electrique -
Rue Joseph Janvier.
La Direction
ELECTRICITY D'HAITI



DEPARTMENT DE LA
SANTE PUBLIQUE
ET DE LA
POPULATION
PORT-AU-PRINCE, HAITI
PROGRAMME
D'EXPANSION ET
D AMELIORATION DES
CENTRES DE SANTE
RURAUX UNITE
D'EXECUTION ET DE
COORDINATION


Avis aux
Fabricants et
Distributeurs de
vehicul'es tous
terrains

Les fabricants et les dis-
tributeurs de vthlcules tout
terrain des pays membres
tligibles de la Banque Inter
americaine de DtsVeloppe-
ment sont invites a partici
per a I'appel d'offres lance
par le Departement de la
Sante Publique et de la Po
pulation pour acquisition
de Quinze (15) vehicles
tout terrain don't les speci-
fications sont fournies dans
les documents d'offres et
de central.
Le programme est finan-
ce d'une part par le pret
4I7/SF-HA de la Banque
Inleramericaice de Develop
pement au Gouvernement


076; 6t d'autre part par Ie P
budget de D6veloppement 0
Ie la R6publique d'Haiti. R
Par coni6quent; I'611glbillit R
les distributeurs par raison B
de nationalit6; aliisl que R
'origlne des biens et servi-
ces requis pour lextcution
du project seront d6termi-
nis en suivant lea rbgles ap
plicables h I'utillishtion de
cea ressources-lh.
Les pays membres eligi- d
bles de la BID sont : n
Argenitine d
Barbades d
Bolivie d
Bresil s
Calnada c
Chili
Colombie s
Costa Rica r
Equateur
El Salvador
Etats Unis
d'Amirique
GUATEMALA
Haiti
Honduras
Jamaique
Mexique
Nicaragua
Panama
Paraguay
Perou
Rep. Dominicaine
Trinidad et Tobago
Uruguay
Venezuela
Le delai consent a la li-
vraison de ces vehicles se
ra de Deux Cent Dix (210)
jours civils consecutifs a-
pris la date d approbation
du contract liant le DSPP
et le fournisseur.

Les tnteresses pourront
obtenir les documents d'of-
fre apres le ler mai 1979
en adressant leur demand
accompag)ee d'use remise
de Trente Cinq dollars ($35).
au : Bureau du Directeur
de 1'Universite d'Execution
et de Coordination; DSPP
Port-au-Prince; Haiti
Suite 712

ou Buckley; Inc.
1201 Connecticut Ave. N.W.
Washington; D.C. 20036
USA

Les offres devront parve-
,ir au plus tard h 11:00
heures A.M. heree d'Haiti)
le 15 juin 1979 au Bureau
du Directeur de I'Unite d'E
execution et de Coordina-
tion; DSPP; Port-au-Prin-
ce; Haiti. Les offres en re
tard ne seront pas consider
rees.
Docteur Francisque MI-
LORD
Directeur de l'Upiversite
d'Exicution et de Coordina
tion DSPP
X xx X
ADMINISTRATION
GENERALt- *nES
CONTRIBUTIONS
AVIS

Le Directeur orneral des
Contributions confirm dar i
vis en date du 13 Fevriei
1379 public dans lIs jour -
naux de la CL:pitalc.
Cet avis est ainsl libelle
Il est demand" aux p 3)-
prictaires et a tous les into
ressos de communlquer. dans
le meilleur delai, a la Divl
sion du Contentleux de l'Ad
ministration Generale des
Contributions tous les titres,
papers, pieces ou documents
justifiant leurs droits sur
une propriete fonds et bitis
ses, sise a 1'Habitation FER
MATHEb, Section de l'Etang
du Jone., Commune de Pe-
tion-Ville.

Cette propriete _lune con
tenance de 5364Mn2 37, d&cla
rue d'Utilite Publique par Ar
ret6 en date du 19 Septembre
1978, Monlteur No. 71 du 12
Octobre de la meme annee,
est bornee au Nord par Gol
bert BIGIO prdtendu pro-
prittaire, au 3ud par la Nou
velle Route de Kenscoff, et
h 1'Est par une route de p A.
traction donnanit aces A
la route de Kenscohf el
l 1'Ouest par Madame Bdda,
Oinsi connue, prftendue pro
prietaire.
Port-au-Prince, le 27 Mars
1979
Directeur Genieel
ODohel FENESTOR, Av.
xxx
AVIS
L'Admtnistration Gendrale
des Contributions rappclle
au Public en general et, en
particulier, aux Contribua -
bles assujettis a 1 Imp6t sur
le Revenue : Base Locative,
Base Forfaitaire, Chlffres
d'Affaires et Base Profession
nelle que la date de pale
ment (deuxitme Semestre)
de ces Impits arrive a Schean
ce le 30 Avril en course.
Cette Administration de-
mande en consequence aux
interessts de se mettre en re
gle avant la susdite date a
fin de ne pas encourir les
surtaxes de 10 pour cent par
mols ou fraction de mois
qul commenceront a courtr
a partir du 2 Mat prochaln.
Port-au-Prince, le 17 Avrll
1979

Odonel FENESTOR, Avocat


MRUJET D'EDUCATION
IOUVERNEMENT
alTTRN
ANQUE MONDIALt"
OITE POSTAL : 2162
Rf. No. :

Avis d'Apoel
d'Offres
La ilrectlon dou Prjei
Education No. 2 Gouver
cement Haitien Group
Ie la Banque Mondiale,
lans 1tAeadre de I'Accord

Ie Credit 770/HA, se propo
ae d'acoucrir Dix (10) Veli
euire tout-Terrain d una
contenawce de cinq per-
sonnes. Ces Vehicules se-
ront mis a la disposition
du Project d'Education No,
( e? cue de Son executloL.
Les documents d'Appel
d'Offres peuvent. 6tre reti-
res tous les nurs ouvrablea
du 28 Mars 197A an 25 mai
1979 de 8 hres a.m. h 4hres
p.m. a l'adresse suivante:
Project d'Education No. Z
Government Haitien Ban
que Mondiale
C/o Dcpartement de l'Eau-
cation Nationale
Cite ae I'Exposition
Port-au-Prince Haiti
P.O. Box 2162
Adresse ttlegraphiqua

PEGHIBM
Port-au-Prince, ee 27
Mars 1979
lng. Nicolas SAINT-LAU-
RENT
Directear


Avis de Earmation
de la Scciete
Affonyme
denommiee

Allbev S. A,
Conlfrmement Su DDcret
du 28 Aouit 1960 niganisant
la formation et le fonUtion
lnment des Societet Anony
mes il a ete depose Ie 16 A
vril 1979 au Depart-ment du
Commerce et de lIndustrie
et le 26 Avril 1979 en 1'Etu
de de Me. Ernst Avin. Notai
re a Port-au-Prince tine 'o
pie dps Stattts cr 1:1 Societe
Anonvmc en formatinn de-
nommee : AI,LDEV S. A.
Dont le siege social est a
Port- au-Prince.

Son objet rrincuiac est
1 achat, la vent, la cons-
truction la location, exploi
station pnur son compete t ou
pour des tiers de terrains eI,
ou d'inmmeubl.s conimer -
ciaux. industries ou rcsiden
tiels.
Elie pourra en outre en-
treprendre, career. finance,
e:ecruter toutes autre onera
tliin indtustri(rlle.:. coinmer
c:al*e. ill, anei' it niobi-
lieres o ratt -lian!, dli' ete-
mnt ion inldirectlelnci; a 1l'b
jet, ci-dessus (t a tolls autres
simli laires oU .iiinIxe s.
La society pour roniliser
soln clit ai iclt>'rc. 1 t)uli.
(ionneii ra a gaLe. pilendra a
hiail. aifformerai. toute pro-
prietll ncess.tire a la really
s;tioci do son ibjet. 1 Ic ipurir
e'a di plus prendre toils in

terets ou part.icipations dans
d aiitres ntlreprises se rap-
ptrtant aiidit obiet et a tous
autres par la creation de So
cietes nmuvelles. ail moyen
d'apport. de contracts, de
souscription et d achat d'ac
lion. d'obligations et autres
titris. Cette enumeration
e.st pas limitative et ne res
treint point le champ d acti
vite de la society.

Fondee par Mes. Constan
tin Mayard Paul. Patrick
Fanini Lemoine et Thierry
Mayard Paul. la society a
un capital social de CENT
MILES DOLLARS ( $
100.000.00) divise en CENT
(100) actions de MILLE DOL
LARS ($ 1,000) chacune en
titrement souscrites par les
fondateurs.
Elles sont nominatives ou
au porteur et se presenteront
sous former de certificates
d'actions.
Port-au-Prince, le 26 Avril
1979
POUR EXTRACT CERTIFTE
CONFORME
Constantin M. PAUL Avocat
274


AVIS
Je soussigne Ernst Perpl-
gnand, Inginieur Civil. In-
forme le public et le com-
merce et tous les secteurs
inT eresss et ayant eu des
contracts quelconques avec
la society en nom collectif
ddnommte HATEC, que sul-
vant un contract intervenu le
25 Avrll 1979 entire les sieurs
Lit:r Belancourt, Hervey Syl
vain, Henrior Der:ch.-es res
pectivemrent ,neericur; et
comuptable, il ne faith plus
panrie de la dite Societe. Le
present avis eat public a
touted fins utilcs de droit.
Ernst PERPIGNAND


I ~ -1 ~~-~--- --Ym~--~LI-r.-_--~LL~--~a.~-Ll~uuLL~- _-.I .PI.. ; -~i1.. r ~~' L. :1~ I .YLljLSI;:~~UI'-~-8% .-i;-L~l.i-;~~-Y~rL~i~Lr;UU1Bll~r~ki~~


Haitien signed le 13 fevrier


Directeur G6neral.


Ingcnleur Civil 274













11ullc (di in 2p. 1pag )

illpuills I'ii pou llcaai.on.J 'II
idit lollt par DIiidoinl6'
nlp1 .;s Itvvrl .llH.lsl'mtcolln InI
I'nurdli ll (I l llvre de Dc-
mi-Suviv r DI'lorile "Les 1,hl.h o-
rlrlenwi 1111 pouvolir, ( il est
plus piU un roman. En Ililtl
Ib'Utu'oll)p I 'ddies sonlt ex-
lrlmli't'm danls les Oneivri s lit
Ir cillres comIm la tposle cl
It -roni lln .Los nu lturi s sentl
i,'I II nti ita' ir('frIt'1Cr le elln-
rI ronliiCiesquIc -a11l 1 enrlr
philiosoptlih.'leli pour lemis-
sion il Ieuirs idWes. Dans
I Intervlw accorlde a W.
Lahens nar M Edriss St
Amiand l' 23 Mars 79 fca
diirnilr :I Iavou n6ue dans
son roman tBon Dieu Ril:a
J 'ai voulu plutot decrire
la socelte paysanne haltien
ini: j ai voulu pcindre l'\
aniscre i nflnti don't elle
souffre; jtai monti-6 l'ex--
ploitatlon du paysan: i'ai
viiulti montrer sa mniscre
psychololgqu, i' ai voulu idi
re la complicity de 'antlnr
It. Rcnlement le role nfrfis
It d(il myns'.h'lilse qui conti-
tilne a 1e'chainer le paystit
:i lt cilIl. i ioll., Nos cri -
1illS1i e'l s'exprini ant pri'i -
(l itniqutmenent dans leIP
arls rollanesquI: potique
et drnmnatique semyinlent
vouiloir prouver la, veracity
tde la phrase de Senhior.
SIa raison e st helli'ne ct li
sensibillte e't negre.

Dans s.i cenronique du 24
Mars intitule cTerrorisme
Liniijut tiqu1e et production
romanesque \Vw. Roilnlu
iCilStalit' tiil' dans le ro -
man hallten auiepr cst
le personage principal et
omnipresent do l'oeuvroe,. A
mont aviS.> la cause de cet
imperialisme est Ie desir de
pljilosophcr en Itterature.
Apres avoir lu Ilexcellenit
article de M. Laurore St
Juste dans le nlumero dn
Nouv>ilIs'P du 31' Mars 79)
lilt Iue L'FAucation: prn-
bhimn coe baso ie la R''pit
bliqul d Haiti J'.ai su ut'il
exist11it dro rchrcheiurs h ti
tions qui talentt bien rern-
se;nne:, slir I oxistencp des
tlsxte cid non- philiophnps
('c grnlid :L ,rin'l a 'n pfll't
p3sS:f' cn revue, avece con-
mentiaires, el critiques, if
fcrenl's r)lw- plions de I'-
dlra ltol rii :tI telurs ha'-
1 ..i e ;l,'* tlr'n'rs pm ises :i-
prias pxarnen dip notre sys-
tnf ,due tifcat. M. Lauroro
F .1,I cr ntiiolera .ije le sunI
po(se 'klll:." sVlls pour 1in
) .li 11 niLi, till' ( di nos I prio
f,.',spiir"s d' nns rollers ti
des Iclfiiturs 'ln gen(,iral qill
scronit rntseili'. iis i suIr rcs I-


dtos et sur les tltros de.
oalvrges fpiillosophllques hal
toens qu'lls pourront consul
ter avec plus do facility .

MON UTILISATION DES
TEXTEs DU TIERS
MONDE

En plus des texts lhal-
tioens; nous aurions into-
rt i famlliariser nos 616-
ves avec los textes d'dcri-
vilns n.fricains; caralbdens;
latlno-amrlcalns; aslati-
ques; ntgro-amdricalns par
co. aue ces oeunles vivent
en grande majority les m6-
mes problems que nous :

recherche de lldentite cul-
turelle neocolonialisme ;
sous doveoppement etc. St
cos texts n ont pas et uti
lises juisque IA par les pro-
fesseurs de Phlilosophle e'est
parce qutl'ils ont cru qutils1
relevaient du domain des
hommns de plttres ou de cc
i'i des specialists des scien
res sociales l.a lhilaoso-
nIite recherche partolt des
idees. Qui 'no s' retrouvP
dans 'Peau noire et Mas-
(]Ie bisnc, de Franitz Fa-
ao) inomp sile p robleme
11p se Iose i)as de la mimeP
li.on aux Antilles qu'ell
Iaiti. Lo Dr Re'ne Pi-ulont
iublie SOtitv'i'nt dans Noilvl'liste ses commentai-
rcs I'anDpreciatlon sur is-S
ouvrates africains et antil-
lais M. Laurore St Juste a
fait ptaraitre : un article

,Civilisation africaine: la
pDae niiblee de Ihistoire ii
niverselle> dans Le Nouvel-
liFte du Samedi 24 et Di-
mnnehe 25 Mars 79;qui ren
seine sur la iorsence de
1'6rriture chez des peuples
d'Afrioue au moment de la
colonisation europ6enne.

L AMELIORATION DE
I ENSEIGNEMENT OU LA
MEDIOCRITE

J'ai Dublie; 11 y a 4 ans:
dans les colonies dui Nou-
vellistioe un article sur 'en-
seienement des langues vi-
v11nles ('n Haiti. Les speria-
listes le ces disciplines me
presenterent dies compll-
mitnt en me distant que j'a
v55is blen comprise Ic proble-
me. Mais rien n'a ete fall
a co sllet parce peut-etre
)L Department de I'Educa-
tion Nationale croyait oue
la responsabilite revenait
.nLix professeurs U que ('ie
dernieris IUgealent ni oune
armelioration devait 6tre a-
mnorcee par les directors
d ecole. La ball s'est done


re.
Sat
Et
VCo
cyc
sill

pa
do,
sic
ph
hitb
me
act
la
pa
mi
du
dom
di
no
ah
coe
pa
rie
bit
vol
me
pa
ces
sei
en
ce
son
te?





IS]
Di
di
F'
ai
TI


qc
so
qv
de
te
re
ra
d


T
e
d
p:
le
d,

ti

Q
e:
P
P
P
p
so

it
cl,
n


a


Tous les Mercredis i
ct


d

A


L'HOTEL ::



ROYAL HAITIAN



Une soiree-show b

mettant en vedette
t


Les Balind'jo Dancers h



dans un spectacle etonnant.



Plus un delicieux

bulfet-barbecue au rythme cle

I

L'Orchestre du Rci




VOTE RENDEZ VOUS


CE MERCREDI L

A



L'HOTEL



ROYAL HAITIAN! N
I


1nv0oye de 'un f 1'autra
ns progresseor vers le but
jJuqu' present nos 61ON
s continent a bondler Ie
cle d'ct.udes secondalros
is pouvoir marmotter un
ul nlot d'anglals et, d'es-
gnol qui sont pourtant,
s langues vivantes. Mes-
curs les professeurs do
ilosophle allons-nous ex-
er le meme comporte -
ent? Dans les conditions
tuelles d'enseignement le
phlilosophile on peut no
s sentir le besoin de
cux fire. Tenant comDte
bas niveau des eteves
nt nous ne sommes pas
rectement responsables
us avons plutot tendance
simplifier davantage le
urs que nous avons pr6-
r6 au d(but de notre car
re. Si nous ne falsons
en attention nous pou-
ns Utre ports ai surestl-
er nos connalssances et
r vole de consequences h
secr de nous instruire. Fn
gner la philosonhie ou
seigner tout court seraitV
le plus stir moyen de
Tmbrer dans la mddlocri-

Emmanuel A. BUTEAU



RAEL :
emantelement
e reseaux de
edayine et leur
rmetent
EL AVIV (AFP)

tYedloth Aharonothp indi
ue vendredi, citant des
urces militaires autorlsees,
oe 140 groups ou ce'lules
e fedayine ont ete demon
les et leurs membres ar-
'tes par les auLorites du-
ant les douze mois aillant
e Mars 1978 a Mars 1979.

Cent cellu'es ont eto de-
aantelees actors qu'elles n'e
talent encore qu'au stand:
e 'Organisation. Trenti
armi el es avaient dejt a
our disposition des armes
es explosifs et avaient de
h sur pied des projects d'at
on

tuatre vingt tisur cent dee
xplosifs utilise, ou saisis 0e
ossessiOn de ces gropes
alestiniens talent un ex
loslf recemment mis at
point et d'une grande puls
ianc .!e R. D. Xi,. D'un
atnitire generaile, les pales
[nicns arretos 'un equipenmen professions
el, et les hombes fabri
uee's nr sont phis 3de fabr
atltOn artisttnalc' commn
utre lois.

Selon le journal .es terrl
7ises ont adopted iun nou
tat systenic, ce'.ui de pro
der l une reconnaissance
c plusieurs jours des lieu:
u'lis vi'stt arilt d'c(iudie
vs 'nethllodes d.' vigilance c
e conlro'e gqui ont appii


Tries souventL pendant d(e
ours d affie, poursutit 1
journal!, los terrorists lals
ent sur les liutx des objel
suspects> mais parfaite
n''nt inoffensils, afin d'en
ornitr la mefionce.-

Par ail'eurs. toujours se
on le journal iLes terrori
es qui s'entrainent au Li
ban reqoivent des qours sp
ciaux sur les mtthodes u'
isees par les services spe
'iaux israrlieps dans les i
terrogatoires, ainsi que de
formations detaillees sui
a vie dans les prisons e
Israe'!, de la part de ",leuo
camarades qui ont dej el
captures, condamnIs et i
barts par la suite apres o
voir purge leur pelne.v


Pharmacies
assurant le service
cette nuit

.ENDREDI 27 AVRIL 1979

PADRE PIO
B. JJ. Dessalines
PRO MEDICAL
Chemin des Dalles
DILIGENCE
Carrefour

SAMEDI 28 AVRIL 1979
SANTA MARIA
Rue du Centre
)E L'URGENCE
salue
LECLERC
Martissant


PETION VILLE

VENDREDI 27
HAITIENNE
Pan Anmerican

SAMEDI 28 AVI
DU SIECLE
Rue Darquin


AVRIL 197C


RIL 1979
'I


MOSCOU (AFP)
M. Leonid Brejnev, Secre
taire du P.C. et de l'Etat
Sovietique, a soulign el'?di
la determination de Moscou
face a la Chine, au course
du diner offers au Kremlin
en 1'honneur du Presideint
Valery Giscard d'Estaing.
fn visit? officielle en URSS.
Evoquant le conilit sino-
vietnamicn,l !e Numero Uni
Sbviotique declare : rcem-
ment, le monde a subi ce
qu'on put appcler une s1-
cousse. Une grande puissant
ce a recouru aitx arms et
a fait irruption dans un
pays voinun tout en affir-
mani cyniqucment qu'cllt s,
proposait de lui donner uni
leqon. Blen que cette av 'n
ture ait subi un echec, les
conclusions qui en decoulcn'
sont tries serieuses. Pour no
tra part, nous les avons fai
tes. D'autre, s'sns doute, y
rdflechissent egalement
QQuand, dans line partict
du monde, on s'efforce de
substitur la force au droit.
l'hostili c t, le diklal au bon
voisinae ic 1 Onnl'e i' pfrit
rest( r indltff'rent. La paix
Pesl un parimaoine comniul.
Auissl. d's efforts colleclifs
cis Elaas pn efaviur dI la
pinix 'e d'1i ne i honnelc ('otili'
ratioln pacifilquc o sontil-tls i
e point indispenssabhips.
,Noulls sommes npouIr Ia mi


tris' de soi, pour une ddehar
che ponderee, mais nous
sommes ausi pour une ter
me riposte b Iagression si
cela s'avere necessaire. C'.st,
la une position que 1'Union
Sovietique a d6fendue au
course de la period of I ont
a vu croitre la mlnace d'u-
ne guerre mondiale. C'est
cette position qui rest IaP
notre auiourd'hui.
Abordant le problem? dii
desarmement, qui sera. 1'un
des themes princlpaux des
discussions au eours de la
visited du President francais.
M. Brejnc.v a notaimmntt
di.t :

'.Nous sommes egalmc nt
convai'ciis que la c'ssa'ioe
de la course aux armements.
le desarmament, la detente
dans le romaine militaire.
y compris l'elargissement
des mpsures dp confiance,
ennsituelnt, pour tous. un?,
cause commune. Nous som-
mes prets a continue a exa
miner avec serinux routes
les proXpositions concretes
vian lt all egi'mcl de cc
pi'anid proieme de portcee
vilal. Ih natussi. II latl ci'r
les que I'URSS eP la Fran-
ce ehlu'ciient eucrs positions
I 'o s'- Orient d le s raippro
ci' r, La volonte coimminIlle
:ldaiii, il exislc In ous seim -
bic-l--II un, ,elle piossibllltc.


PAGE 5


vFiRiEnst i n AVRIL 1979


L'Enseignement de la Philosophie


Lettre du Pri,
6Bpublique au Pi
PARIS, (AFPi
Le Pr6sidcnt ValGry Gl
caTd d'Estaing a adress6 MIer
credl & Monsieur Raymiond
Sar'eo utle IIttro danas li-'
quell1 11, assigned quatre ob
jectlfs 1'actilon gouverne
montale pour le prochali sO
mestre.
Solon cetto lettre rendle
lpublilque Jedl par lElysoeo,
ces quatre obJectlis sont les
sulvants :
1) : aPoursulvre l'adapla
tion de 1'apparell de 1'Ftuat
aux besolns ressentis par lest
Frangals, .

2) : tion de 1'dconomie aux ext
genes internatiornalesn.
3)' : cultds resultant pour lesn
franqals des transformations
de 1'6conomie mondialea
4) : conditions de la vie quoti-
dienne des fran-ais den)e:l
re 1'objectif essentiel>t.
En ce qui concer.,e le pre
mier point, 1'adaptation do
1'appareil de 1'Eta:, le Pre
sident de la Republique sol,
line que "la simplifica -
tion syst6matique des pro, 6
dures administrative r-t
I lIumanisation des relations;
avec le public restent piroil
taires pour une admnistra-
t:on davantage au service deI
nos concitoyens,..
D'autre part, pursuit Mon
sleur Giscard d'Estaing, 'de
vant les menaces ae violent


Le "ZOMBI" esl-11 ii drogue T


sident de le
reImier Ministre
ct, leo 'ouvotiin tlt, dolt fai
re preouvo do la plusI ferfne
d6termInatinon pour garan -
tir ln i6durlt6 de chaiunis.
Mals 11 precise quie 1 ten0
enforcement de la s6curltt acs
Franc,als ne dolt pas portrr
attelnte aux 'lbertis indivi-
duelles7 qui odevront fair
l'objet de protections nou -
velles grftce, notamment, 8
I'adoption d'un project de ll0
lnspir6 de I'Habeas Corpus.
En ce qui. concern 1'adap
tatlon de 1'6conomie, Mon-
sieur Giscard d'Estaing in
dlque que le ieGouvernement
intensiftera son action pcu-
stimuler la recherche et
I'innovation.

Afln d'atteindre le trols)
ine 'Objectif, attenuel les dit
ficu.ltds des Franqais, Mon-
sieur Giscard d'Estaing est!
me que vices de 1'Agence Natibiale
pour 1'emplol, le ddveloppes
ment des interventions di
fonds d'adaptation indus -
trielle. application rapirle
du nouveau regime d'inderm
n!satlon du chomage et Ia
preparation du nouveau par
te National pour l'emploi
des jeunes valuable. pour deu.<
ans doivent y concourlrs.
Enfin, h propose de 1'amnt-
lioration des conditions de
vie des Francais Monsieu.
Giscard d'Estaing prnconise
los conditions d'iabitat t de
logementt.


PENSEZ A ]


Les prix du petrole




TOYOTA


La facon la plus econ



de la quality








S"..-'.




ft.. *.- -


(Bulte le I 16re page'
laisser de cote i'atmosphere
Mysiitlue dunt on a soln
defntOurer touw les actes
|ue I'on pose A la campa-
gne. Les gens qui assistant
i un Cvenement, surtout un
evenement qui sort de I'or-
dinaire retiennent I'atmos-
phere mystique don't cet eve
cement est entoure, mais
ils ne se posent mame pas
rement l'amb i anc e
mystique don't les evene-
mepts speciaux sont en ge-
neral entour6sp quand ils
sont celebres a la campa-
la question de savor ce qui
a ete fait et ce qui a 6t0 fait
pe.ut etre alors nne affaire
tres simple. Mais its retien-
dront p l u s particulie-
gne. Ceci, j'ai eu l'occasion
de le constater a I'occasion
du deces de certaines per-
Ionnes et singulibrement de
certaines femmes enceintes.

Et vous savez qu'il y a un
tabou qui veut qu'on n'en-
terre pas une femme morte
alors qu'elle porte un beli.
It faut enlever le b6bO. Ce.t
une tradition. Personne ne
prendrait sur elle la chance
d'aller enterrer une femmP
enceinte, il faut qu'on lui ou
vre l'abdomen pour extraire
le foetus. Mais il y a des
gens it la champagne qui pas
sent pour 6tre capable d'en
lever le foetus sans ouvrir
l'abdomen. J'ai eu I'occasion
de l'observer et de le priti-
quer (au course de ma resi-
dence aux Cayes). La chosp
est simple; avoc la main
on opere simplement une di
latation du col de l'uterus;
ce qui est facilement prati-
cable sous un cadavre; l'u-
terun de David offre cetto
possibility d'une dilatation
manuelle facilement rcalisa
ble dans n'importe quell"
circonstance. Naturellement
les gens prennent a la camn
pagne la precision de s'en-
tourer d'un tas de precau
tion, de mystery : ilt' alluo
meant des bougies, pronon-
cent des paroles pupposees si
creates, et quand sous le drape
le suaire ils enlevent l
foetus sous une dilatatior
manuelle, Ion gens croien
au mystery;: ils retiennen
plutdt le coie ceremonial d
la chose, alors ce qui a re(
element asi a etA uone affa
re tres simple qui et un
dilatation manuelle facile
ment praticable par 'im
porte qui.

Q.- Ce serait le mem
cas pour le Zombi?

R.- Les gens ne croye
ront pas aiscment aux feu
1"n qu'on donne. mais il
croyeront plut6t a une inr-
fluence esoterique qu'au
raient certain individu
mal intentionnes qui, 1' oc
casion d'une ceremonie se
raient capableli de faire d
quelqu'un un zombi, mai
slurs au fond, ce nest pa
la ceremonies qui a agi, c
nest pas que le type a uI
p o u v o oir s p e cia


R.- II faudrait puisque leur rehabilitation dans le
les hommes sont la avec circuit social.
leurs connaisaances que
les autorites soient plus per
meables a I'idee pour les hal Nous avons vu Ti Femme,
tien,- d'effectuer des recher- et dea centaines de gens ve
ches valables sur des gens nus de tous les coins d'Hai
b:en interessants capable, ti viennent pour la voir. C'a
d'eclairer sur beaucoup de a ete un privilege pour nous
phenomenes qui se pa,-sent et nous nous proposon', de
dans le pay- et qui ne sont partager notre experience
pas connus et qui nourris- avec vous amis lecteurs.
sent plutdt I imagination col Propos recueillis par :
lective. Weber'. L .IENS


S PORT-AU-PRINCE / SAN JUAN
aller retour


$ 65.00 plus taxes.


Southerland Tours

vous re pseignera sur ce taris

I Is et vous fournira aussi vs

cheques de voyages

AMERICAN EXPRESS









30, AVENUE MARIE JEANNE TELEPHONE : 2-1600

j L-AGENCE QUI NE PERD JAMAIS DE VUE L IN-

TERET DE SES CLIENTS!


L'AVENIR!


montent en fleche ...




TARLET



iomique de beneficier


i TOYOTA


LA STARLET A EN PLUS une suspension independante, equioee de resorts a boUdins aux

4 roues, ce qui lu npermet d'ttre aussi souple et stable qu'une grosse voiture.


HINOTO. S.A. Rue Pave Tel: 2-0658

jaaeo~edoo^ooesd~eoooaooacesoooBoeuOBaoae~sc aefasoeoaeeoegeo/e


~.''' .'


c't)t' p r c e qu'll con
nalt le pouv1r do certili-
neti feullles et certaines fa
cons de les adminlstrar.
Q.- l Et-ce que la m6de-
cine croit ia sn ort d'une
personnel ou blen A la pos-
sibllite de zombifler cette
personnel ?

:.- La medecine ne s'est,
pas prononcee sur lb pheno
mnue zombi. Tout le monde
fait des recherotes, mals ici
en Haiti, nogi'avons pour
devoir de faire des recher-
cies dans et sens e ne pas
l~4s-per ce champ encore in
teressant a la disposition
des chercheurs eventuels
pouvant venir de tries loin
a l'occasion du ph6nomene
qui fait l'objet de la chroni
que de cette zombi 1a don't
on. parle (Ti Femme). Je
suis certain moi-meme que
dies gen1, peuvent venir de
tres loin pour interroger cet
te dame alors quie nous m6
me ici nous restons seule-
ment a en parler.

Q.- Dans c caap la qu'est-
ce qu'il faudrait faire du
point de vue scientifique ?


Q.- Mais est)-ce qu'une
personnel dite tomble, coin-
me dam le cus de TI Fem-
me, si la personnel revlent
h la vie, est-ce que cette
personhe est a8 mme de re
cupdrer ses capacltes menta
le ?

R. J'ai enteniu des recits de
personnel dignes de fol qui
m'ont parle de zombis qu'lls
oat connus et qui ont fone
tionne dans la communau-
te, maik il parait que ces
personnes-.lk restent encore
troubles, ne recuperent pas
tout a fait lets capacitda,
plus particuliirement quand
ils talent dans cet etat de-
puis longtemps. Tout ce pas
se come xi ces gens ont dte
soumis a un regime peut
etre 8 base de feuilles ou
autres et capable de provo
quer certaines lepions au ni
veau du cerveau et capable
aussi d'empecher le cerveau
et le systeme nerveux de
fonetionner dans toute sa
capacity. II y a aut'isi le fait
que ces individus snnt en
general des types traumati-
seo, et le traumatisme emo
tionnel a liii ,seul est capa
ble d'amener cet individu a
des troubles durables du
comportement et empecher


Voyage Giscard M. Brejnev

souliene la determination
de 'URSS a la Chine


r~'rZ)/~C~///s~j~,'~;%T~%v;fC~%7~C/i~3~%


___-..---,,,,,,~ ~,r~/;rrrrr///r~-~J~r~*33~nC~/~%YP~l~l~C~


'~'~C~'~'~"'C'~~"'"---------







FPAG 6


- Oy rD O @O- ---------------


VENDREDI 27 AVRIL 1979

IaU appaM93l -- -


QUAND LE MEILLEUR VAEN S'AMELIORANT


LE RESULTAT EST LE SUIVANT





'maxell

UDXL I et UDXL -iI

MAXELL LA CASSETTE LA PLUS VENDUE AUX LTATS UNIS
EST MAINTENANT EN HAITI


A LA BOITE A MUSIQUE

RAOUL DENIS

RUE PAVEE ET DELMAS


Mounes Vinis


r l dI'ni nt i r c

l : l ll ] : '' icll l 'it
N I Id( C ( !',,t .i tI



I, ti d cI ci cii cc iiie In i',I ic


tilii '' Lancirncti iencoro
itiiiiiisl Ie mni'I'"
c' tia\ers na'racine dains
i't

(li[ip1l1HI s I'mlilent cocas-
s ;iinlsi (i1 1'( r ;ssorlt de 'a-

A 1 t'poq e i 1th -'.t lointiaineo
S i c ic caitinis 'do
si I u de p ri t ,- p .i 1Iet i
111)i d ici tiii la 'll f rat,, ce.' I;
rid u ir i', l tl Ci' cel ioll
\)ir Iunntt I- et dclsci'ndic ,
i.NEuL_ i I'll ci'ol be. ictcl 'lle
pl irt ,,tre dr I Hote] ,Bri-
i i' ni cl rIc Cap-Haitien
attendcinl. itiD DDc arenhint
cle Iiiterlcir deit' savoir si
son noir l ', ll descendii .
A lI qI,.esi1nII de 1 employee


Magasin Mon Reve

Chaussures Italiennes solides

pour Eillettes et arconnets

colors : Binc, noir* Bottines

pour enlant de an a 5 ans

ERNST GAUTIER

37 RUE DES MIRACLES, 37

Phone : 2-1155


propose h cettc charge :< Ma
dame, votre maria porte le
nom d'un etranger?>>
Sans doute, lepondit a-
lor, Maggie en designant u-
ne photo bien en evidence
rians ia galerie des Secretai
re d'Etat de lInterieur d'Hai
ti mais il se trouve que cc
Most tur Emmanuel Pine-
kombe etait l'arriere grand-
p,,,rc de mon miri.
Les difftlicultes d'apprdcia-
tion impliquees dans cette
rriplique de Maggie n'eton-
nierent pas alors employeee
qui repondit :
Une repose analogue
m'a ete faite hier par un de
mes colleagues cui. devant
mon hesitation i taper Ie
1ion1 de Bennett me dit
alors :

-- llez y Ce sont does
haillens "omme vous et inili
Et en p 'as. descendants di-
rects du Roi Christophe. ar
riere grand pcie. depute du
people, grand pere Magis-
crat. allies t presque toutes
les families du Borgne. A-
lors. madame, 'haitien nest
vraiment pas un people fa-
cile at identifier.)
Un people difficile a iden
lifier L'2mployd du Dpt de
Ilinterieur. sans le savoir
peut etre. faisait a: usion a
Vigny qui ecrivait : ,Un
lomme isse. mais iun peu-
ple se r'-nouvelle,. Et poir-
quloi pas aussi it Valery qui
lfirmnait : -,L. mot peuplh
desm'ilo lantol t a l lota'ile in
]i.si lcli (f jan t lis prt I 's ent
niiii'le part. tantit Ie plus


Achetez (Consommez



la viande de ore c



A L P C 0




Viande fraiche et saine


Control veterinaire


__e e._= eo-o-oso~s~o~cc n. c r_"-csocsoc>^&s~a''%oc^


I I(ZZ/~~T"//~;=rC"DU/~=~


A la


............ SUR TO





TOU
HAU

FMmue fornose suppresi n.volumeuni rnete for tuning to

culling out high frequencies
.contour knob forcorecting trebles and basses at low
volume tape monitor to enable hobbyists to mix, dub and add a 10 0/0
commentary.
There's certainly enough there to satisfy the expert. 3 DISQ

PHILIPS

'


grand nombre, oppose au
nombre restreint des indi-
vidus plus fortunes ou p us
cultivesi.

Ernest BENNETT

Prochains articles

11 M,c'rc Verne, J. B. Ci-
1neas, le Zombi, et moi.
21 i boris aphrodisiaqcues ?>>



Centre la hausse
exageree des prix
iSuite dc la lere page)

la meme attitude est reccm
mandee, mais tcutefois dans
ce domaine la collaboration
intelligence du Departement
du Commerce e l ae I.idtis
trie est indispens.ible et c;le
ne fera guere defaut on le
souhaite du moins, si le
refus d e s e laisser
tondre est amorce par uihe
Inasse impressionnan*e dti
consommateurs eux memes...

x x Y x

Dans un autre eiltrefil(.,
notre conirere observe .
,Que consitale la masse
des consommateurs ? L'aug
mnentation continue d'unec
semaine a 1'autre des prix
de detail dans une course ef
larante centre It' revenue a-
(meint'use des economilque-
leni faiblcs et uine augmeni
t;iOlin i (l'citcucile )olittique
ortliodoxe ou anti nil a-
SOllJniste' ne parait clecidie
at I'i ln '. .Si leis prix coiltl-
n ltll de monollir!' k c'tte al
lurI t si IeH' n. tiuv 'nt'ilt ge
it l'al (les ;allaires s'obsthln
t s' irdollln r altioul' d'inlclto
tilons artilicitlle.s, anti ecio-
nonliles. e m ]rc] de conl
.siiiomm ;liiit io si'l l i a on recall
s1eia iUii sailt (cins m 'intcon-i
li. Qiue lait la vige dil comln
inWree intertur Quelle
Ionction p hurlsr i remp'slit
('omrlpoir rharp de ravilftil
ler eln 1 rodilt.s allrmentair(s
de premiere necessile *) Quel
les tactlques budgetaires, lis
cales, mnonetaires conmbinhe's
it des m'inouvres d'importa
tion de sccours seront miss
en oeuvre stir in temps as-
sez )iig piour d6joucr les
liauisses spciulatives, on ma
ter les 'marc'inds immo-
raux ?.


SPECIAL

MOIS D'AVRIL



SCuracao


Trading Co.



RABAIS

)US LES APPAREILS HI FlI

PH1TRIPS

DE LA GAME 1979 :

JRNE-DISQUES, AMPLIFICATEUR,
JT-P.ARLEUR, RECEIVER, TONER,
CASSETTE DECK

20 o/o POUR ACHAT CASH
POUR ACHAT A CREDIT
UES DE 33 TOURS


racao Trading

Rue Payee et Delmas
Ms A OR ORo ==G@Ca


VOYAGE GISCARD

La detente et le desarmement

au Centre du Discours du Pdt Francais


MOSCOU, (AFP)
La detente, notamment en
Europe, le d6sarmement el.
les relations entire dirigeancts
Sovietiques et Franqais ont
elt au centre du discours pro
nonce Jeudi soir a Moscou
par le Chef de 1'Etat Fran
gais, Monsieur Vglery Gis-
card d'Estaing, au course d'un
diner offc('t en son honneur
le premier soir de sa visited
olticielle en URSS.
Les efforts pour develop
per la detente et la paix dot
vent, selon le Chef de 1'E-
tat. etre orients dans trois
grandes directions. Tout d'a
bord, a precise Monsieur Gis
card d'Estaing, les disposi-
tions de l'acte final de la
conference d'Helsinki doi -
vent etre mises scrupuleuse-
ment eon oeuvre. La second
direction, selon le President
Frangais, est de veiller ia
ce que 1'esprit et les prirci
pes de la detente 's'eten -
dent a toutes les regions trou
blees du monde>.
respect par toutes les parties
des principles de l'intigritc
territorial des Etats et des
droits legitimes de 3 peuples
quon parviendia i etablir
la paix sur des bases justes
et durables, ,a-t-il ajoute.
A propos des conflicts lo-
caux apparus de par le nmon
de, le Chef de 1'Etat Iran-
cais a tenu a rappeler que la
France a apprecie la cir(te-
nue manil'estec parl 1'Union
Sovietlii lorcs doc receri',
'evenenienlts du Sud-Est a tia
liqu(rit.
l-ll p ilirsuivi. ('st celi' c'In
V cril aole desartinmens .
Elle' nplique en pitcrle -
lilr cl' rcehlierci er It's 11io-
yi its de redulir ellectliv -
11111 t, 1'1nornme et d',angLeL'Uil
sc accumulating d(es arme -
illents 'n Eur(,', pour ile
l;trenel iru progr,''.ssivemenill't aci
iveaill (1Ui corres'poilid l ux


L'isolement
de lIEgypte
ISuile de la ltrC paNe)

tii exli .Tc cie ]jretive que
'les ;trabs du reT us itne pc
vent i.soler l'Egyptj car, pia
ee dcivatli un clioix, la comn
imunaute international don
IT ra oujours sci preference
A cett:' derniere.
II .siiflit pourtant d'evn-
quer p]recisement le cas de
I'Agence' Natlonale Egyntien
nt d' information pour mieux
i ci -', .s r. le scul plan de
I informationo, le degree d'iso
lament de 1'Egypte dans le
inondti arabe. A la deman-
de d"s gouvernements res-
pectils des pays arabes om
ils eltciendt en poste, tous Ies
corretpondants de la Mena
sont rentres au Caire.

L'Eg'iypte boycott desor-
mais les informations qu'elle
regoil des agc-'ces de press
arabes, come sont boycot-
tees ses propres informations
dans toules les capitales ara
bes. I n'West pas etonnant
dans ces conditions, de voir
l'Egypte entreprendre actuel
element une offensive diplo-
matiques en direction des
pays islamiques non-arabes.
d Asic et d'Afriqre, pour con
trebalancer les elffcts politi-
ques de son isolement.
Le voyage actuel a Djakar
ta du vice-Prsidetnt egyp-
tien, M. Hosni Moubarak.
n'a pas d'autre but et les
responsables egyp7lens se re
jouissent de constater que'
l'Indon6sie se refuse a ral-
lier le camp des rextremis-
tesi arabcs contre lEgypte.
M. Hosnl Moubarak pour-
ra egalement recenser les
pays sur l'appul desquels I'E
gypta pourra computer lors
de la conference Islamique
qui s'ouvrira le 8 Mai pro-
chain a Rabat. On n'exclut
pas ict que cette reunion
n'entraine un cllvage parmi
les nations islamlques non-
arabes enn function de leur
attitude l'6gard du Calre:.


seuls besoins 1gitimes de s6
curit6 des etats.

En ce qui cnicerne les re
lations entire les dirigeants
Sovi6tiques et Franqais, le
President a affirm que lex
perience ka montre l'utilite
et 1'importance des contacts
qui se sont nouns progress
vement, entire eux. sI1 iii-
porte aussi, a-t-il poursuivl,
de fixer a notre cooperation
economique un cadie quic soit
it la measure des dimensions
que nous pouvons prevoir
pour les cinq et les dix pro
chaines anneesn. Cette cope
ration economique, a rappel
le le chef de 1'Etat Fran
gais, porte dejA sur plus de
12 milliards de FF.
Monsieur Giscard d'Es -
taing a d'autre part r6vle
que t'habitude a ett prise
entire 1'Union Sovietique et
la France d'6changer des
messages personnel sur tous
les grands sujets de politi-
que international que l'ac
tualite iait urgir. Cet echan
ge de messages personnel,
a-t-il precise, exprime de
part et d'autre < te d'une politique : la poll
tique de la detente, de 1'en
tente et de la cooperation.



Inondations dans
le Bassin des
Antilles
(Suite de la itre page)

res y sont en cru's. Les ha
bilt;its dce 128 residences
o, du e ctre deplaces dans
la cominunec de Fajardo de
mimri ciq' ctuy de 449 mal
seiis eii d'auitres mniicipa
lttes orient ales
Le uiombre de disparus
i] est pas encore connu.

EN REPUBLIQUE
DOMINICAINE
SANTO-DOMINGO. L's i-
noicldationis qui desolent in-
core la parties Est de la R.D.
Ssnt etendutes dans 1"
Suid t't le Nord-Ouest. La Ri
viere Nizao a cause deux
morts a Ocoa.
350 personnel ont du etre
evacuees d'urgence des rives
du Yaqui del Norte en rai-
son de la montee continue
le des eaux de ce fleuv?.
Elles sont provisoirFment he
bergees en ds batimentis pu
blics de la ville de Monte
Cristi.
Par ailleurs, t'on considire
come un miracle le fait
quaint ete retrouves eni
vie dans la province de San
Francisco de Macoris, sur un
toit de chaume flottant com
me un radeau sur les eaux
en crue 1ls 3 enfants en
bas tge de Candida Cami-
lio, more noyse.
Pres de 10.000 hectares
plants en canne i asucre,
en tabac, riz, en bananes
ont eti inondes. Le nombre
total des morts s'eleve ah 22
et cflui des disparus a 55.


Debat sur le theme
un pays socialist?


PARIS, (AFP)
L'historien commiuniste
contestatalre. Jean Elle'ns-
teln, a annoincr. Jeudi soir la
creation prochaine d'un tco
mite des drifits de 1'homnme
pour les J2aix Olympiques
de Moscous.

L'hlstorien parlalt, au
course d'nn -ldbat public stir
le theme 4L'URt-;S est elle
un pays socialist ? en corn
pagnie de trols autres con-
testat-lres! i P. C. -- Mnik
H61ene Parmelin qut viint
de publtcr aLib6rez les cora
munistesn, et i '.a et Tean
Kehayan, auteurs dae rue du
prol6tgire rouge et du
dissident malgre luin so -
vidtique, Efim Etkind.
Monsieur Ellein,tei. a a
jout6 que des centaines de
personnel se rendraient aux
jeux deT Moscou avec Ie bad
ge de ce cirmite, pour 5Y 1o
ser le problem dcle droits
de l'homm'" Une tell ac-
tion, a-t-il ajoute. cs' prefer
rable au prineipe duun boy
cottage di- icu:: Olymit -
ques.
Nina Kehayan et Efim Et
kind ont rapp')rtr a ce pro-
ro( que le'tr ands 5 vieti-
ques leur dr-;aien const mi-
ment : 'ise ti>'.c abandon -
Iiez pass, et cot c.,time quil
f-5llait oat'. ten mc.se ei
URBSS. po i.' voir c. qui s y
passe et di:2 Ihi verte-
Madame Hilene Parme lin
a eL.tlme pour sa part que,


bi'n qlii 1J'ide de b,'ycotcer
les jeix -cyntpilque-', de Mos
cou olt, parfaitementL i\tom
qut et i-r6alisable, La cim
pagi.e nienee en ce sens at
tirmit mpie-re tout l'a ten-
tior. suc les violations des
dro'.s de 1'homme eni URSS.
At coiur.i du deb it, qui a
suscite des iractions ,assion
11ts dciw'- audltoi' ltir.
siei r Lltll iSteill s i"'. aitta
che a d6montrer quc mocratie lt)i1itiQue niexiste
pas en Union SovlttcLiqu.e.

Madam" Parmel n, april'
avoir 6voqu6ie lta itahisotn lu
socialism que constitute le
regime Sovictique, P souli
gne que les communistes ne
devaient pa; ,laisser les vo
rites a. l'a.ticommunisme..

XC'est aux communists. a-t
elle ajout6. qu ilt ppartient
de denoncer le goulaa et les
atteintes aux libertesi


I pg.IuIaa



"'- TRANSCONEX, INC











Depuls dela plusieuss annees la TRANSCONL x
oHfre un service rapid riconomique et complete ni
container scelle de MIAMI a PORT AU PRIfI:C[
Maintenant nous offrons dussi un etrvice pdf lerre
des elats,les plus imporlants des U S A a HAITI
Vos documents sont aussi prepares pdri nouS et nOus
'd'o5C s aussI la consolidation
Pou, de plus amples informations conlacle,

NMEMBRE CHAMBRE DE COMMERCE O HAITI
TRANSCONEX CONTAINER SERVICE. S.A.
123 Rue ODu Centre E rage Ralph Perry

--e "I~M TEL. 2-1555Jl M ii


@


SJOLIESSE. |
@ @




SALON DE BEAUTE

3) @

@ 156 Rue des Miracles 156



Le Rendez vous des Femmes _

@
E Ekantes '


~----


/~C////~/~/~////~////~/~/ZI~SKC/CCruzlc~


-Am -61dl-ikLIdbdm*~b.L*-_L I^* *Y (Iil~iiC-f6 t


20x






VENDREDI 27 AVRIL 1f79


P~aOsJ7


NOUVELLES DE L'ETRANGFR


1.1 MA iECllI'.L IDI AM1N

'INIIAIT I' NFI illi



\IV/ I vl I I N 111N. v Jilt''It (l l t.
I ta o Ilt I II (:i t11 do

( tI I n tIInLI e ,i lt I -
,' i i 'a 'I l TunalI lilh, 11 ndi
1 m' i k1 i \Wlishliln tolon n111
iL''.LLih~l'. dItlu I6lpartenmeitl


M .,. 'it. i>cley. vice Se
i alidire l P tIl n dJotla, n de
lLirei devanil des inembres
,in la Chamibre des Repre-
ntnnts; qu Idll Amin i cher
hi:1t encore uie a'lde mill-
intre la semaine dernieren.
11 a ajoute tnutefols quil
niL croyalt pas i un reto'ir
(iL force du Prcsldent (I.'
I .11oL-in I roglire oug.indais.
I., 'qui(ques' miillers de sol
iLtIs encore fidr'les \ Idi A-
niLL se1 sonil t !. iisforno(s en
S tinLdiL arite.s u pll'tani (
commel t:int (dc1 s atrocite, ,


suri l hur pl':inl ge>, ii-t-il sou
llHii .

M KIelehy ii efilln laffr-
ine qu1e 1 200 i lliltfilrnc I'-
hIytuls vlihllent, i0.0 e(.nvoyei'
1111 seCours1s du rigiline d'cl'
Ainiot l qu'un tlersr d'eiii
>it l iivtlent trollVii .in nlLirt
ill couii' des cdiubuts.

x Y, 3x \

OUGANDA : CAPTURE DE
I, ANCIENT VICiE PDT
OUGANDAIS

NAIROBI (AFP)
Lanclen vice President
et Ministre de )l Defense ou
gncirals, 'e General Mustla-
fa Adrisi. le plus haut res-
ponsable de I ancien regime
ougandals. tombd aux mains
du Government du Presi
dent Youscouf Iule, devrait
passer en jugenlent pour scs
crimes centre la Nation-,
indlque-t-on c,," oouce got
vernelmninta e Kampala.

Le Ge.,era! an te capture


pnr loe forces de llbiratlon
ialors qu 1 so ti'ouvnlit en
convnlosceince Ih 1'lOpital
de Mlugalo, apl'(g 1n acci-
dlentW dl uto aillnne dernid-l
re.

D'litre1 part,, I'Oulig ndli a
tliilli ,cl o11 icli ncIlnent ll
Kenya I'extridltlon de l'an-
clen I iscClli'er d origin bril
Ltnhnnique du Prosident Amin,
le Major Bob A:,t es, ditcnei
i Kisumu pnr lit police ken
yane depuis le 13 avril.
Lc nouveau Ministre ou-
gand'ils de la justice, M.
Don Nabudere, a declare
que 'e Major Astles serait
inculpe de meurtre et de
crimes economlques i son
letour en Ouganda.


LE BAISER
E HISTORIQUE',
TEL AVIV (AFP)


ser historlque. Oitailt tout
simplelnent trIs gentile, at
diclard l', soklalo Yac' olick
sman (20 11ns', don't Ia phO
togi1phle a fal Jeudi l u umtli
inie de lao t]e In grande prvs
cse lra.lllc ne 1insIl deo
plusleurs Jonir' .ux interna-
tionaux, .

Y[te', one tri's jolle brunet
te affected &i une unite do
chars dans le Sinai, falsalt
partic de 1'untll6 mitlbaire
srdsente I& la oermnonie d'i
change tles intruments de
ratirIc-atlon du Tra1itd EgyP
to Israelien a Oum Hachi
ba. C'est l oi'un millltaire
egyptien de Ia garde d'hon
neur, 1'embrassa affectueuse
ment, devant les photogra-
phes.


Quand elle fut appelee
sous les drapbu'x, Yael a-
viett demand d'tre envo-,
yee ala hC i l a de ['actlon)l.


fJo n'ail pas eu du tout le Elle a spouse quelques mois
sentiment que c'itait ui bal un Officler de son unite.


Au Lambi Night Club



CETTE SEMAINE



Vendredi 27


Soiree specials avec Toto Necessite qui vous offrira de nouveaux tubes.


El y aura aussi Les Ambassadeurs


$ 2.00


Samedi 28


A partir de 3 h p.Pm. avec Shoogar Combo et Tica


(Altiery Dorival)


Samedi (Soir)


Entree $ 1.00


28


Premiere grande Soires de Retour de Coup Clour (Ens. Select.)

Toute la famille Selecte est invitee au Lambi ce samedi. Pour danser les


nouvelles Compositions que vous apporte Coupe Cloure


Dimanche 29


A partir de 2 h p.m. <

Adm. $ 3.00





$ 1.00


Dimanche (Soir)


Pour cloturer le week-end en beauty, Le Lambi vous propose :


Toto Necessite et Shoogar Combo


$ 2.00


PROGRAMME DU




Shoogar Combo




Vendredi 27


Au Marquis a Delmas En compagnie de Jo Jacques pour la premiere fois


Samedi 28


A partir de 3 h p.m. Cocktail au Lambi en compagnie de Ti Carol (Altiry


Dorival)


$ 1.00


Samedi (Soir) 28


Soiree -- au Corso Disco a Carrefour Adm. $ 2.00 et 1.00


Dimanche 29


Soiree au Lambi En companies de Toto Ndcessite qui vous offrira de


nouvelles compositions


Adm. $ 2.00


FLASH -- FLASH


Dimanche (Soir)


A partir de 4 p.m. pile Le Shooear Combo donnera un ((Boom

Cocktail. au Littoral Night Club (Casino) specialement pour les Jeunes --

Adm. $ 1.00

^a 6-4,WOa oo9 aaaCDaa0 a 0cmaesoooeoiegc~se~eooooooeesooeeaBsaaaa


OUGANDA: LES CORPS
DES 4 JOURNALISTS
RAMENES A NAIROB1
NAIROBA (AiVP)
Les corps den 4 Journalls
tic oclielntauix deux alhi
mtund.i di l'ouest et dcux
su6dols tuds en ouganda
iau deut ut mols d'avril ont
606 ramenes t Nairobi, par
avlon, dans la nullt de joeudi
n vendrcdi. a-t-on appris
dans la capital kenyanne.
Venant du Kenya, les 4
hommss, lndlque-t-on a Nai
robi, avalent gagn6 le villa
ec' de Kitoshi, sur la rive ou
gandalse du. Lac Victbria,
oft ies furent accueillis par
des soldats ougandals. Quel
qu's heures plus tard, Vri-
else-t-on I Nairobi, ils ont
6td abattus puis enterres h
Kitoshla par des habitants
du village. Leurs corps ont
6td exhumes peu apris la
chute de Kampala.

Les corps des dux journal
listes oue'st allemands -
Wolfgang Stlens ou et Hans Bollinger, qui tra-
vaillait pour lagence de pho
tographie franqaise LaLm-
mae -'et ceux des deux sue
dots Karl Bergman du
L(Svenska Dagbladet, et Ar-
ne Lemberg d- ont 6te identifies.

Ils ont 6t6 prisentis Is
l'Ambassadeur de Suede h
Nairobi, Mme Cccilla Netti1
brand, et au Charge d'Affat
re ouest-allemand, M. Eber
hard Noldeke, avant d'etre
denoses a la morgue d' la
ville.


CEPAL : LA POSITION
FRANCA1SE

LA PAZ, 2i Avril (AFPl
La France a les Etats Lnis. et s est mise'
du cote des pays Latino-A
mTricains a 1 asseimblee p e
mere de la Cepal I Commis
s-un economilqae des Nations
Unies pour l Amerique LaiL
ne,. reunie dcpuis lundi a
la Paz. soulignc jeudi la pres
se boivienne.

Dans son intervention, le
Chef de la delegation Iran
gaise h la C-pal, M. Ga-
briel Lisette, a appuye la
position des pays dAmen-


Organisations do defense des
drolts de 'horrme sont, aus
sl aull service dcs super-puls
sarices ot que ces jouirnalls-
tes qui r6pandent des men-
songes sur 'lIran sont aux sor
vices des mOnmes super-puls
sances.

xx x

ETATS UNIS : DEBATE
ADMINISTRATION -
SENAT SUR
L'OPPORTUNITE DE
LEVER LES SANCTIONS
CONTRE LA RIHODESIE
(UN)

WASHINGTON. 26 AVR
(AFP)
Le Secretaire d'Etat ambri
cain, M. Cyrus Vance, a d6
care jeudi qu'il ne serait
spas conforme b la constitu
ion, que e le congrs 'eve les
sanctions econliomiques con-
tre la Rhodesie avant que
le President Carter appreclk
la valldite dcs recentes e'ec
tons rhodesiennes.
lJe pense que toute legis
lat'ion qui petimettralt cetle
measure empleLerait sur Ics
responsabilites constitution-
nelles du President en ma-
tiere de polltique etrangere
a declare M. Vcance devant
la sous-commleslon des af-
fections budgitaires du Se-
nat.

Selon un text vote en
1976, dit amendmentet ca
se-javitsL, du nom de ses au
Ieurs, le President a 'e pou
voir de lever les sanctions
s'il estime quoe a Rhodesie
ai rempli cerl 'aines condi -
tions don't 'a. t enue d'elec-
tions justes pour insta'ler
un gouvernemcnt de majo:i
ti noire.
L'un des mn-mbre cie la
commission, Il Senateur Ja-
ke Garn irepun'icain, UtaliL,
a declare a M. Vance quc
maig-e les protestations de
1 adm nistration, la i egisla -
ti)n pIDur la levee des sane
tiuns centre la Rhodesie se
rait Foulmise 'i un vote du
SenaL.
Plusieurs senateurs aevaient
un p.'ii plus Lard, au course
d un dejeuner d( presae or
Anise par un group de


que atie oncemanetla reP-. -
A. Lrcession conservateur.L' 'Ame
.,- PtS 1


dactlondl un COe coU1-
duite> pour les multinational
les qui ont des activities
dans ie continent Sud A
mericain.
Le delegue fronqais a ega
element exprime son souticn
aux demandss de ces pays
concernantL des facilities mar
changes pour leurs export
tions vers d'autres nations .
L'objectil de la France, a
declare M. Lisette. est ''"ap
profondissement du dialo -
gue Nord Sucd iur des bases
de cooperation plus slides,
et, comnmerciaux n11tre totes
les nations du monldP>.
La position lfranaisL co'i
traste avte celeII des Etats-
Unis et dul Can:da. dont les
tielegues ontL i,'oit leas C'Ll-
qutis (es pIiys latino-anLeri

111.11s ,(e:;L n i l i 1p-s's 0Sm il
n.itionales et l! proteetion-
11isell c)IIommoL'(n Ial des pay'
industrialists.

X X X

IRAN : ATTAQUES DE
L'AYATOLLAH
KHOMEINY CENTRE LA
PRESS.


rican security council >, de
mande a administrations
e recoLnnaitre la vaulde oes
'elections et icver les sano
tions.
Deux d'entr( enx, les Se-
nateurs republicans Dennis
Deconcinl eL Richard
Schweiker, ont depose une
resoluim n demandant que
le Pn sident :eve les sance-
tions ec( noiniques ontr la
Rhlodesie dix jours, apres
1'llnstillaItion oU no1uv5aui
gouverenementt rhodeslen.
Au (our'. d IOce.jeuner. line
mIission d'observatlelirs envo
yc en IRhodesie pendant les
elections p.ir ,American Se'
turily v Counci.iI a rlrndii sonl
'Ip)orlt qlUi ccLIc lut qlIe C'es
elections ont ele La un de
f'L' llhre el jLusltI'I. Use au
Ire 1" i.lls n L (Lbs'servatpcurs.
iL'vL 've'e aL:sr Uli IL Clir' grill
p ,,ALI e p ,I*ii '- )" 'va tlvI Ur

nilon,, avait I''ej'I t rend.u
niercrecli, un rapport dans !e
nli',me sells.



PROCHE ORIENT :
REVELATION DE M.
HAROLD SANDERS (UN).
WASHINGTON 26 AVR


TEHERAN, 26 AVR (AFP) -
L'Ayatollah Rouhollah (AFP)
Khomeny a vivement criti- Les Etats Unis ont e
que les correspondents etran pris des demarches au
gers et la press en general des principaux pays occ
qu'll a accuses jeudi d'etre taux et du Japon. pour
eau service des interests male convaincre de les aider
ifques des supcr-puissances nancifrement a rebatir
Une pa.rtie des journalis- nomie egyptienne. a de'
tes strangers rpcevait de Var Jeudi devant une sous -
gent de l'ancin regime et mission du congris, Mons
la revolution a fait cesser Harold Saunders, sous-S
cette pratique, a-t-il affir- taire d'Etat pour le Pro)
me A QOM (150 Km au sud Orient.
de Teheran) t une delega- I1 a ajout6e que Wash
n de femme: de dieren ton s'attendait ce que
tes nationalities resident en cet automne une reunion
ran. guide de la rvolu- semblant les pays susc

tions cit6 par la radio ira-
nienne, a explique que ces
memes journalists s'etalent
mis a propager et a entrete
nir une proparande anti-ira
nienne.
sEux qui se disent les de& Le Ne
fenseurs des diolts de I'hom
me et ceux qui versent des
larmes sur le sort d'Hoveyda
ne sont pas les difenseurs "' A i
des droits de I'homme, a-t- TV SANYO 19
il faith valoir, tils defendent
les interets des super-puls 91 T 51 1
sances, ils Ocrivent des men
songes. e
d6fenseurs des droits de
hommee ont-i's garde le si
lence pendant les cinquante
derniires annoes alors que
des dizaines de milliers
d'Iranilens talent massacres OUVERT 'I
et tortures a-t-l1 demand
cIls lFont fait parce que les


ltre
press
iden
r les
fi.-
1'eco
corn
s'eur
ecr0

ing-
e .1
ils
ras
eptl




D





q Po
KW






D
rOUS


bles d'accorder une aide ex
ceptionnelle s l'Egypte,
Parmi les pays Occiden-
taux approches par les Etati
Unis, Monsieur Saunders a
citO la France, 1'Allemagno
Fiddrale, l'ItAlle, le Cana
da ainsl que le Japon.
II n'a pas pr6cls6 s'll s, cu
haitait que lecur contribution
se fasse dans le cadre d'un
consortium international ou
de maniure bllatera'le avec
1'Egypte.
L'Administration Carter a
pour sa part decide d'accar
der 1'Egypte et Israel 1un
assistance exceptlonnelle 'de
4,8 milliards de dollars ie
partie sur trols ans, et qul
a ete approuvee par une sous
commission du Senat Mei-
credi. Ce project d'aide dolt
encore etre soumis aux drpejx
chambres.

Par ailleurs,. 1" p'-"eillr
Juridlque du P-1partemeint
d'Etat. Mons'eur Herbert
Hansell, au0 timoignalt de
vqnt la mei' sous comielim-
s on du SentI a suscitd deO
-'actions hostilps de mein
bres consprvaltellrs dil '01o-
gr's en d clarant "n subl; .i


cc quoe les Etats-Unl, talent ,
ldgalement autorises a eta
blit dc, contacts av c 'or-
ganilsatilon de la liberation
de la Palestine (OLP) pour
autant que ceux-cl ne enm;
titu ent, pa unle econnalssan
cc do l'oranlsatlon palesati
nienne.
Monsieur Saunders a par
la suite tentd de rdduire l:t
port6e oce ces declarations,
en affirmant que les Etat.-,
Unls n'ava'ent pas 1'nten-
tion do dialogim-r avec 1'OLF
tant cf te celle-ci ne recon-
naltralt 'as la validlte de
Ini rdsnlution 242 diu conSeic
de security des Nations
Unles et le droit I 1'exis-
tence de I'Etat d'Israel.
Recemment le D4parte -
ment d'Etat avail pour la
premiere fois autoris oun
membre du bureau d'informa
tion de 1'OLP a Beyrouth,
I effectuer une tourner
do conferences dans des Un
v inltes amiricaines Mid;
e.' dernier n'avait eu aucrn
coLItat official, et des rts-
tlc'tions avaient et&e impo -
s'"s sur la reproduction de
seS propos dans- la pressc-.


ARGENTINE : PREMIERE ENTIRE GOUVERNEMENT
EPREUVE DE FORCE ET SYNDICATE


par Jean-Pierr? BOUSQUET
BUENOS AIRES (AFPi
Gouvernement et syndi-
cats argentins vont livrer
vendredi leur premiers e-
preuve de force depuis la
praise du pouvoir par les mi
litaires, 1, 24 Mars 1976. cons
talent les observateurs.
En lanqaniL un mot d'or-
dre dt creve national do
21 heures pour v.ndredi Ila
,Commission des 25I,. laile
la plus radicale du rlouve-
ment syndical argentin. a
defie ouvertUment les loiq
cdicte.s oar le gouvernr-
men.t militaire.
Ce dernier a reagi en fnt--
sant arreter, lundi soir, les
responsables de l'appel a la
,'ourne1 national de pro-
testatione.

Jeudi, les 21 diri.eants d-
tinus ont etc informs qu'en
veriu de 'Fetat de sege, ils
etaient m:s a la disposition
du pouvoir executif. tand':;
qu- les quatre aut.es respo,.
sables dc la direction de.
<125. toujours en liberty.
font l'objet d'un mandate
d'arret.
A la veille de la ojournee
de protrstation, gouIverne-
nit'nt et syndicats acclerent
Ilurs preparatifs. "

La Junte Militaire a exc
mine mercredi la situation
social tandls que j3udi le
President de la Republique,
le General Jorge Rafael Vi
dela. a recu un rapport com
plet du Ministre du Travail.
1, General Llamli Reston. II
envisaLgt rait, indique-L-on del
bonnl 'source, do lancer un
api)pel ] la population pour
qu'rll'e adhere pas la ila I'r"
v1.
Dul (tole des syndicalts. un1
commission IPrvisolirt des 25,


mise en place des mardi, a
ratifle mercredi, dans un
communique, I appel a la gre
ve et common nce la mob1l)-
sation pour tenter dt ren-
dre effectif I arreL de tra-
vail.

Les informations, sectn-
iiells. rectelos en milieu syn
aicLt semblent indiquer que
le movement pourratt etre
sulvi surlout din, I s entire
prises neWallLug.qlU '. ineca
n:ques et de cunstruriion de
Buenos Aires et des princi-
paux centres inidus-;tr Is. La
cle du moulV LI 0ent rest ce
pendant L a.itulde qu iidop-
t:ront les chem'nots qui jiltu
di ne s ela ent pas ouverte-
ment prOliOnces.


LE PElZDEN r BREJNEV
ET L ,IRRUP'IlON D'UNE
GRANDE PUISSANCE
DANS UN PAYS VOISIN,

MOSCOU AFPi
Dans sn discourse au
Kreml n. oI il acci i1llait au
diner offer, En son honneur
le President Valery Giscard
d'Estaing. M. Leonid Bret-
nev a declare, apie 'avoir
faith etat de l' irrlption re-
cent? d'une grande polssan
c, dans uilln pays voisiII'

SNous sommes ])our la
maitrise de sol. pour tine
demarche ponderee, mais
nous sommes aussi pour une
ferme rilPost-' a L'agression
st UI la s'iVCre necessaire.
C est la uine posrion que
l'UniIn Sovietlque a defen-
ditle ;ill (e')lr.s d la period
.I ] l1 ; I viI croiIre aI 1 me-
iiaeL' d 1ile KlI L rre mIondlale.
C 't c('tlte posit11i1n qui rest:
lL iolr-(C a Li1ourd'hu1 ,.


AUTOROUTE DE DELMAS TEL: 6-2180
TOUTE LA MUSIQUE HAITIENNE
TOUS LES SUCCESS LATINS
TOUS LES HITS AMERICAINS (DISCO-JAZZ
SUR DISQUES
OU ENREGISTRES POUR VOUS
SUR MINI-CASSETTE
SUR CARTOUCHE & TRACK
S SUR BOBINE MAGNETIQUE
PAR UNE EQUIPE DE SPECIALISTS
EFFICACE GARANTI PAR UNE
HAUTE TECHNICITE
LUNDI A VENDREDI 11 : A.M. 5 P.M.

/' .





)ECORAMA

dans la decoration intdrieure



Muces TV RCA 19 Pouces

AB 197 W




$320.00

ECORAMA 243, LALUE,
LES JOURS-DE 9 H. A 6 H. P.M. TEL.: 2-2257
- -


F~~~;"~cc


----- ----------trrrrrrrr~w-- I--


C~c~C~/NZZ~--rS~/~%1brZ~ASr-rJC-/~CT~%r/


..... [ 3- _d- umm m~er~iP


rUI--- ---- :----;-;-------~I---- ~_...


I





uoln du Jardini


ihillte de lIa Ire pagel Il lechelle nmondlale Sta-
tions de Cytopatlhologle, Do
chli du In al de l Kribi partemnonts de Phytopatholo
D uii point de vue gene- gle, Instltuts Nationaiux de
rOl. on temarque que les Recherchcs 'iAgrononnliques.
l.aidls du t3pe Jaunisse- I1 existed m111 e tn Conilse( I
( ll lethal do cocollers se Iltecniatontl l charge de proe
l.iall.'llnt princ!pallelnell ell ) pairer ls phlns de recher-
(t ui. regions geiir Ipli:queti- clie La premierlll e rlIliiii de
Il ito ks.,ev 'li'lltes, I une ce Conseil s est tenu a West
ini AImeriquel. dans la mer Palm Beach e. 1977 avtc .aa
C'us Caralbes, golf. du Mexi participation de p us de cmi1
qu : aultre ell Afrique. sullr quavte sclentltiques 1 e dix
Ic Go it de Oulnee. pays different.

Cependantn la menace Io. m.ladiee detbute ltiall
d extenslson du mal vers 1 A- I l1 A -el ger sail. le p1l ou)
nI iioique du S'ri et les re- lent sur un s'_jet ig. par
miiO i aOil cait es voisilles des ir0e C tlute de oix lininlia.Lu
1,)%, 1' aCtUels n est pas ,, ITs. le .i /illissenlli lt des
o .e1 ._stim er Iifroncles exter0 i iorsi d ii n ar
1b)r isola le desse(i'ei' n'lt
de.s icui'iles, pws !la cassurle
Blici qL'ili Cs' deuix r0a1l- ; laI base du petiole Le bou
pIs gr'ographiques de jam ils qtuet foliaire lte-ininlal .see,
.e'linll so(lt assoclie la pro tolmlbe. Les folNIers de manai-
.senc d oIrganilsmes d de I e e translfolrment entire 3
lies types, 11 n est pas sur et 6 mois n clilhamilps do stl
tle nn suit en presence pes d,'poui] es
d Uk a;tent pathogene unique
Les Itudes so poursul lenl Doe lie prelilieres i tle]in-


LA DARBOUCO

SEIJENCES DE LEGUMES VERTS
SEMENCES DL POMM131 DE TEKRE
0OES ENGRAIS POUR EN ACTIVE LA CROISSANCE
LES MEILLEURES SEM3ENCFS

LES MEILLEURS ENGRAIS
A LIA DAR BOUC 0

DARBOUCO S.A. Rue du QI'AI
^ N


tes du Inmal les nlllorescencesl
pretes ,\ s'ouvrlr, mals enco
re enlernees am1s leur spa
the, brunlssent, se detachment
Au brunissement succede u-
no necrose. L'( xamen de pe
ties noix nmir"tS revele ega
l'rment un 11nIrclissement de
1'enidocarpe.
All microscope electronic -
qule, l ex0amen des coupes ul
trafines d'inflorescences ma
lades rev'le, a1; niveau de
quelques faisceoux liberiens,
des c" lules crbl'ees conte-
nant un nombire elev d'ele
mnents. Ces elements ont u-
ne structure caracteristique
de microorgani'mes de type
myehoplstmes II n'a pas en
1ore Ate possible de verifier
la patlhoi0enic'it des myco-
plasmes observes
On croit a un virus trans
mis "all un1 ou p'usiours 1in
sec'e0- Cepelldanti les cher-
chielrs Il'ont pas ete capa-
bles d idtntifi"r le virus oil
de trl .nsmeLtre la maladie at
part r dI une plalnte 1infestee.
L iicubaltion iartificiel le n a
paIs llisl. Oil na pas reus
sI I)i1 p us a (tablir la rela
lion liti' ee011urs palhoge
n's et pal'mlers L'opmioniil
genT'rale est q0: il s'agit d lun
licopl. sille tl' .lsm s 1pal.
des insects non encore idei,
lifies. La recherche intensi-
ve se poursuit afin d isoler
et d'idenilfier oes agents.
Courtoisie de ;a DARBOU
CO
Ref. OIetI 0inPux. Voi. 32,
No. 7 Juillet 1977
World Farming, Mars 719

Prociai-.e ch1-.1 ique Con
le .Iaunlssem.lt lotha .


Cinq nouvelles
executions a Leon FOOTBALL


unu prui
profitable
II y a de cela quclquo
temps, le Nouvelliste avail,
announce que Monsieur Touls
saint Desroslers se proposait
de prononcer une confdren
ce sur les relations haltlano
dominicaines, pour corriger
ou enrichir le parcours sui
vi par le professeur domlni-
cain Franck Moya Pons. Rap
pelons que Monsieur Desro
slers est 1'auteur d'un oulvra
ge inedit sur les relations
d'Halti avec l'Am6rique.
Nous voulons informer tous
ceux-la que la question in-
t6resse que Monsieur Desro-
siers fera sa conference le
Jeudi 3 Mai, au Centre Cul
turel de l'Impasse Lavaud it
7 heures p. m.
Nous esperons que tous
ceux qui veulent en savoil
unii peu plus sur la question,
particulierement les niverstl
taires, les jeunes, les intel
lectuels en general, ne r1f-
teront pas l'occasion d'aller
ecouter le conferencier qui
se propose de replacer les
interventions haitiennes a
l'Est dans leur context na
tional "t international. Ia
period a examiner s'etelpd
de 1942 a 1937. Et la confi-
relnce commencera a l'heui -
re prevue pour laciliter 1's
debats.
Par ailleurs, si c'eslt po ble, Monsieur Desrosiers p"o
noncera deux autres confe-
rences aussi enrichisisanltes
pour le public haitien, a des
dates ulterieures. Les suits
retenus sont d'un grand inte
ret pour la comprehension
Je certain aspects non en-
core approfondis de 1'histai-
re national : < Ju developpement des Eats
Unis sur 1'esprit haitien> et
(comment Haiti a cree 1 -
deal panamericain.,. Les sour
ces, aussi bien haltiennes
quamerlcaines ou latino-a
mericaines, ont ete reuniis.
au cours de nombreuses re-
cherches qui ont cote a Il'au
teur beauco'.Ip d'annees de
travail assidu.
Le droll Tentreo est fixed
a un dollar par personnel.
Les places au Centre Cultui
rel son)1 limiLees.

AVIS
s'E'.ec rieite o Haili avise
15s aliaibles .sonncs de' Pe
t01)1 Vii'e et des environs,
d' biP1'll VOioir se presenter
at) bulreaul de perc{rp[ionl a
Petio) ] Ville accorn moiiifs
d iunll ancienne' quittance,
ei'n vtl( de reclamer le bor-
der('liit de iconsommation, le
slrli0iileur el tailit omenta
ntmcnt indisponilble.
LEDI{ conipt, -'ur la com-
preh'iisioll de .sa clientele
C't la I nr re',' dce sa colla-
bo )r;t;)oll
LA DIRECTION
ELECTRICITY D'HAITI


Dalglish,
.Footballeur
de l'annee., en
Grande Bretagne

Kenny Dalglisn, Altaa -
quant International Ecos-
sais de Liverpool, a et6 nom
me ,Footballeur de 1. nn-ee,
en Grande Bretagne par
l association dte' :;(C,0:.u istes
de Football. I1 .t re;u plus
de soixante DLour conl 's
vo0x. devanqant, Osv.ildo. Ar
diles, l'Internatior .1 areI n
tin de Tottenham HL.Lspur
et Liam Brady, lnternauio-
nal dei l'Eire qui avaiL ctt
design <,joueur de 1l nnee;,
par les ioueurs oux-ni'ines.'I.
Dalblish a marque 23 buts
pour Liverpool cette saison,
re' oIvrant( son effiacto6 aau
moment ou Ardiles, fatigue,
perdait la sienne.
Dalglish est ie qualtrime
jou ur de Liverpool, en six
ans, a etre nomme apres lan
Callaghan 11974) Kevin Kee
gan 1i976) et Ernlyn Hughes
1 1977).

D'tglish rucevra son tro-
phee des mains de Sir Stan
ley Matthews premier l.ii
re.i0 en 1948 le 10 Mal, a
Loldres.



Errata
Priero de lire au sixieme
paiagraphe de 1 article LL'I
inauguration du local de la
Micnio Bosuepgo ceci : Ses
proles empreintes d'attache
me1nt au pays et d'amour
po ir ses ouvriers ont etd
chaudement applaudies.


(NICARAGUA), (AFP)
Cinq jeunes N;icaraguayens
ont ett fusill&s Jeudi par la
Garde Nationale dans le ci
metilre de la ville de Leon
it 90 km a l'Ouest de Mana
gua), portant a onze le nom
bre d'executions dans ce ci
metiere depuis la semaine
derniere.

Une vingtaine de person-
nes ont galement et6 tu6es
ces derniers djo aiu 0eo0i
d'opurations dans cette vil-
le, theaftre de violent com
bats entire garde Nationale
et!.Sandinistes en Septembre
dernier.

Enseignants, etudiants et
associations familiales ont
riposte en decretant la gre,
ve des course afin de prote.
ter centre la presence a. la
tele des forces armees loca
les du commandant Gonza-
lo Evertz don't les soldats,
affirment-ils sont ,docs dro-
gues et des alcooliques.

De leur cote, les sepi eve
ques de la conference epis-
copale du Nicaragua ont d6
Cllne Jeudi une invitation a
dialogue avec le Presideont
Anaslasio Somoza. transni-
se par le Secret[,ire, prive
du Chef de 1lEtat. Ils ont es
time inopportune u11 tel dia
logue en raison des ,actes
commis recemment par les
autorites, en 1'absence de
tout humanity,. La veille,
l'Eveque de Leon, Monsei-
gneur Manuel Salazar y Es
pinosa, avait President Somoza de mettre
fin a la tuerie insensee en
treprise par l'armee,,.


lAino k 0 rvUJAIZ5


It're I II, I 1 1 ::I lrt!o I eI,1 f 1.r' ; I "-:!" I0 !1 d '1 13:! j, t-
Cil 11l ;IVl il it pi( l)qll e. ues. cjqt ii "vi'!]r ,1% o I i, ,%
L,I xentl iii:! ;; tlrtll'e be;til ptn, ni (ldl u hiw-i Co lt, ,"
coup de n'l.nde a quand mr- peInd'til 1(,e dix dtrcri -.
in,, dul'e ".n1 ol/l l hourt flee,, Ill',
Finili'I'tlnt '> c'iple a ao {oin iportfi rn nI de, i[;r 1-
epudIie tire fion do stupe- m.ses mullll'ILtllnltio'- danle- ].:
dobals et rl< orti toteale- l'egl(iil 1a LI pus> eI "I ( "'% ir '
iui- nu c- A % 1.1 voitur. 1il olu v+!'ialt it c l tvc .1 no ,--
Cette p~ t.':e de plaisir a nient par priorole'! m, .'.- ait
value niux 'p-ioiwureux trois in contraira .t eiFiis ui nril
c{llpatio{ s; at[entat A la chlqs.slment acce{lere de >',>s
pudeur. dc,.':flion de stupe- memes mnui1nation;lves L,
fiant it v'ii de voilure. pays membres de la CEPAO ,
ont done charge l iur or0a-
nisme, issue de I'ONU. d coIl
VATICAN T A NOUVELLE blir our es u cod
EDITION LATINE +onduite oln Amorique Lat'-
OFFICIELLE DE LA BIBLE n e.
CITE DU VATICAN 27 L'Assemblbe Plen11 re a el
AVRIL .AFPi outre et le cadre d'un at-
Le Pape .T'-n Paul 11 a frontemtent entre le Chill et
pronull u e vnldredi Is 1nc I la Bolirie t ) ropos des re-
velle ediion Lasthe officiel vendications de ce dernier
le de la 1i ble pnur touted o pay au droit d access a la
1'EblhIe, en publtint la cons r. Los chefs des tltga-
titbution L ')t1ique turam T,.-1a11ur. (s. oune nouv,l'lle fois affronts
La derni' redilion, appe- 1 lors de la dernidre journey
lee iVuitJer romontait .n des travaux, Monsieur Gusta
Saint Jerome qui avait, en- vo Fernandez pour la Boli-
trd 391 et 406. traduit leis rec delra
textes saeres de 1lFhbreu. i1e lions faites mardi par son
concile d( tronte (1545- homologue iMIonsieur Jaime
1563) dclra solennelle- Lagos, uiavai ccus le
ment 'las Vulgate.-,authenti gouvernement du pays h6te
que et dotrinalement sure, de presenter le Chili com
Le 29 novembre 1965, re-
pondant a un voeu. Paul VI me un pays pendant h uin voeu, Paul VI expansionniste>).
charge une commission d'-x
perts de preparer une s Vulgates. Pour la premiere
fois l'Eglise prenait linitia
tive de rsaliser une traduc- AVIS
tion officielle en Latin de
la bible des textes originaux On trouvera la zeme edi
h6breux arm6ens et grecs tion de 1'ouvrage Cette bible sera le module Civilisation et Developpe
pour toute traduction dans ment de Me. Achille Aristi-
es langues modernes parles de dans toutes les libraries
par les 700 millions de ca- de la capital et de Petion-
tholiques. Ville.


Remaniement du
Bureau Federal
La nouvelle de la recons
titution du Comite Executlf
du Bureau Federal se lalt
de plus en plus persistence,
comme nous l'avons publiee
la semalne derniere.
On a attend vainement
hier soir I'installation des
nouveaux dirigeants par le
Ministry de la Jeunesse et
du Sport, M. Ro.oul Rouzitr.
Le public sportif plmine-
mnent satisfait de la crea-
ton par le Chtef de IEtat
d'tun Minisere a la J'e)ii(s
se et au Sport, dtvra lolg-
quement etre mis au cou-
rant de tout ce qui se pas1 e
en ce qui a trait aux activi
tes ds Federations Sporti-
ves et de l'organisme qui les
supervise.
DERNIERE HEURE
Le nouveau comite de la
FHF est ainsi compose :
Daniel Beauven President
.todrigue Casimir Vice Pro
sident
Joseph Namphy Secretaire
Genera.
Trorler Aiildr Josaphat
L iust.illation 1iura lieu ce
) x x x
C!IAMPIONNAT DE
FOOiBALL FEMININ
CALL'NDRIFR
DU WEEK-END
Eli 'l'(1-c 1 .ivit'mn pour l i
Coupe FEMINA
D,marchht 29 Avrll a 4 h.30
pm. ia Slade Sylvio Cator
Amazone Gladiatrices
Amazone compete 4 points
.suir 6 et Gladiatrices 3 points
sur 6,
En l2emei Division Samli'dl
28 Avn' a 4 h p m.
GROUP 1
A) A la Croix des Missions
Gladiatricee Tigress(-
Bi A la Ctix des Bouquets
Croly des Bouquets Union
School
GROUP 2
Gonalves --- Minerv0'
B' A LEOGANE
Amazone Arcahaie
Al Aux Gonaives
x x x
Chamnionnat
de Teniv.
CO0I PE BAN L-.LE NALE
DIE PARIS B N P
S',SMl ia'. n ( lclw 1 11es 3 joll"S
!r niercrrdil 25 tI Louis bat.
R Murpi 6-on 6-3
II I' ll) i:>! P Schomn
bh r' -, -f; 6;-' G-4 P D)sl
ii1" hi)l A AlciT (;-3 i6-2
.J C A 'i lli l i M Janl
G;-2 6i-2 11 DonlUI lll( I r, lt

4 ',) : l IIc 1 m ;I p irI ll (I.
M P ill l', B" I i,
IIn't ,' 1 !1 ..T10 11 l' I'IEN
NE PRONMOT() I

AMOUR t 0UP11)F1IANT
MILAN 27 AVIiiAHAFPI -
LI 5s )ol i,['i rs ll wnl ll'll. .1ill
dll 'rc .r 1"1 p d'lle
Vo llire ,' )1 rux wunlli, Q(' s

d' mll allm (I ii ;i 13 I-U rn-
der n'.ll in P'/Ort0 01 le1s 1 dIl


For sheer delight...
Toblerone Switzerland's
world famous chocolate
with milk,
almonds and honey








Chocoiat Tobler

Know,. tho world over

'-^


le passe-partout















SI












lavoiture economique


pour leconomie d'aujourd'hui






4aoSU BARU



automeca, route de Iaeroport
'44 I --.Fmmmm =="


I


VENDREDI 27 AVRIL 1970




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures' 4 heures (en permanence) 6 heures to et 8 heures in

CE SOIR

$ 1.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE III $ 2.00 SALLE IV $ 1.50
PROFANATEURS LA PETITE LA RAISON D'ETAT LA CAgAPATE


1 1 -- ,. oet NICaRAGUA : T 1 Q~D lDrlTCI TLe. Potnf Pradel


-IC


en Peril
Nous avons en maintes
fois attirer 1'atteihtion des
responsables sur le travail
dtivastateur opred par les
crues, dans la zone du Pont
Pradel. Le terrain aux abords
du Pont est entifrement mi
tie et menace sarieusement
les murs de soetainement
du Pont Qu'on se rapelle
que lor" de la chute du Pont
en 1957, l evenement est
suivenu par suite d'une gian
d- averse et un grana coup
d orange avait sulil pour de
placer la plate poWl Ct je-
ter tout dans le gouffre, 'e
ltll un serihux problem
pour Loule la /zone ('t e1n
tenps lap il n'y avait pas
tanu de voituie.s en circutla
Lion el tant d'Ecoles que dt's
servant le I'nnl
Le Gouvernement en diffi
culte financieres availenI d
conscntir bea'coup d eflorls
et dle sacrifices ])ohr d 'ecors
t ruire le Pont,
Des tl.-,-.'-ux Jeo 5Up0 ) rt'
pe,!vent etre entreprir liur
cotisolider le cote Sudl ,'
amn )nt allni d viter ll] no,I-
vet'1i desastre. ADI'cus qu1 -
Iues not, tlalnrma1 nlt,) |)-
btiees di n s nol( clti (I.,iv {h..

.tr WS) 11n 1 ux) 0r1)al uil'S
L.r vli '; ii l u nipi i..,);r, 1-1 A
jailnlais e e0 i ir l i lp
Ull i j rl. ctlh ci 1_ ,O .'i
ln Tit ( lle-n .1 ( ]);.l '(, I a
la (Ouili'li l l (' d pll l i d
sui ,;dneny ni ,, ,.it i ,t (:,,I,
co de tuti, -, 1 [
de la zolui, los r-l -
bles n 1n u1 '1, a 'I 'nu
aullcue om11 c 'Nou 0'. 1ns
qU,g c est ulne lue tio -
dre public -e' 1 e cetrliis
travaux Drot 0i)ops ct.1)n1
e'-" entrepri, Ipo1r part-r a
Lie catastroche.

A "attention de
la CAME
Dtpuls plus dt, 6 MOIs
lo" habi;;n .s rie.s -u < V
la et Timmrr DIn<:i, 3j A-
v nue Jean-Ciaude Dua-
lit-r ?ont prices d au Nou
prions L.A >CAMEP d. bien'
vouluir fare 1, .,,
pwlIr" do ; fer ,.l I- ,.,ll

"i l l r I iiil b1;1 ld t or' ; i r
,1il, 6,Ina nqueCi' cud pir



Fin de 'Assemblee
Pleniere de la
COmmission
Economiaue des
Nations Unies pour
'Amerioup Latine

LA PAZ. (AFPi
ll 'll 1. .111 l .ll' n, I de '1.


11 i11w i i 1II ,'" 1

p i. l 1 Al -lhthl l.,)ll lw ( ',I'
PAL dtlil i (1-i'MI 'l, 1
Il l (it,1), 1-,.'m l)lrr lilf

4 iu rll :t P, 1. zi




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs